Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 3477
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-27 13:12 [p.7484]
Mr. Speaker, I am glad to have an opportunity to speak to the budget bill, because I have a lot of concern about the budget.
I will start with the amount of debt the government has added. The Prime Minister has added more debt to Canada than did all the prime ministers, together, since the beginning of Confederation. We are now at a debt of $1.3 trillion and the government has asked to raise the ceiling of that to $1.8 trillion.
People may wonder why that matters to me. The amount of debt that has been added to each Canadian is about $30,000. Let us think about this. That means for people who are watching, they will have to pay the government $250 a month every month for the next 10 years to pay off just what the government has spent so far. As we continue to spend, those numbers will go up. Let us think about in terms of a family. Partners and their children, everyone, will be paying $250 a month for 10 years. That is a lot of money.
There does not seem to be a plan. I asked the finance minister last night and she was unable to articulate a plan that would resolve this in the longer term. Nobody certainly expects an immediate adjustment, because we are trying to exit the pandemic, but where is the plan to exit the pandemic and restore the economy?
If we look at some of the substance in the budget, we will see that the Liberals have extended many of the programs that were put into place to help people during the pandemic, and that is great. The Conservatives always supported that. However, a lot of the programs had flaws and people were falling through the cracks. Those things were identified early on, even in April and May of last year. Therefore, I do not understand why the government has extended programs without fixing the things. Many people had start-up businesses. This was a clear area where folks who had unfortunately started up just prior to the pandemic or a few months in advance of the pandemic did not have the revenue to show for the previous year. If the government really wants to help people, why are these little holes in the programs not fixed?
It is the same situation for a lot of the women entrepreneurs. We have heard how disproportionately affected women were in the pandemic. We have seen the maternity leave issue. Women who were going to take maternity leave in the future but then had to stay home from work because of COVID were unable to get their maternity leave. The Liberals have not sorted that out in a whole year. The government knows about these issues and it needs to fix them. I do not understand why they were not fixed for the budget.
The member for Kingston and the Islands talked about the accusations that the Liberals were vote-buying and electioneering with this budget. It is hard not to think that is the case when we see money for everybody. Certainly, the Liberals will continue to give money away until they run out of the taxpayer money, and we are just about there.
I have looked at some of the promises in the budget. In particular, I want to talk about child care because that was flagged as a huge need. We have certainly heard that at the status of women committee which I chair. However, it is contingent on the provinces paying half. What if the provinces do not have the ability to pay? With the pandemic and the expenses they face, that may be the case. I asked the finance minister last night what the plan was if provinces could not afford to pay and she was not able to articulate a plan. It is very concerning when the person who is supposed to be in charge of the financial plan cannot say what it is.
We need to ensure that there is something to address the child care need because women have left the workforce and many of them will not return because they are unable to get child care.
In terms of some of the other things, this was put forward as being a growth budget. Again, last night when we looked at the estimates, I asked the finance minister about the plans for growth in the oil and gas sector and if she could point to measures that would achieve that. There was really nothing in the budget for that. It is the same for the natural resources sector. That is about 17% of our GDP. Again, there was really a blank space where there should have been some kind of a plan to grow that sector. This sector could really bring in revenue that would then pay for a lot of the social programs we are wanting.
I asked the same question about agriculture and where in the budget were the plans to spur growth in the agriculture sector. Again, there was no answer.
Therefore, this is not a growth budget. The only thing growing in this budget is the debt, and that is not what we need.
We really need to start to create jobs and get people back to work: the million jobs that were lost in the pandemic and those that will continue to be lost. We need to find help for the sectors that are struggling, and the tourism sector is well recognized as one that is struggling.
The government picked its favourite, Air Canada, and did something there, but nothing for WestJet, nothing for Air Transat and nothing for the other carriers. At the same time, the $1 billion for fairs and festivals is woefully inadequate for one of the hardest-hit sectors, which employs many people in the country. The plan needs to be realistic, and we need to appreciate that it could be a two-year recovery for the people in that sector.
At the same time, high-speed Internet is known to be a need across the country. In fact, it is essential to do business today. There is $1 billion in this budget for high-speed Internet, but I would point out that in the last few years $1.5 billion has been spent and that is a drop in the bucket compared to what is needed. This is something that the government is saying it wants to accelerate.
Again, in terms of the priorities of the spending, there are some things that I think we need to stop spending on and other things that we need to divert to and accelerate, like high-speed Internet.
I was happy to see long-term care being addressed, and certainly that is important. In the area of seniors, the increases to OAS that we have long been calling for are appreciated, for those over 75 years of age. We have seen that during this pandemic the government did two carbon tax increases, and the cost of everything is going up: food, groceries, etc. Seniors are on a fixed income in many cases and are very hard pressed. While the government is busy spending, why only the 75-plus? What about the people between 65 and 75? I should point out to the Liberals that those people do vote, so that could be a consideration for them.
The other thing I see here is a top-up for low-wage earners. To me, that looks like a basic guaranteed income that just was not called a basic guaranteed income.
Of course, in this long budget bill, the omnibus budget bill that the government always promised it would never do, the government has decided to sneak in something about the Elections Act, which has nothing whatsoever to do with the budget. What happened was that, in the last Parliament, Bill C-76, a bill to change the Elections Act, tried to introduce measures to make it an offence to say false things about a candidate or a public figure, but the court struck that down as being a violation of people's freedom of speech.
Instead of challenging the court's decision or respecting the court's decision, the government has decided to take the sneaky approach and stick it in a 720-page budget bill, and put the provision in there that this would take effect on any election that occurs within six months of the coming into force of this budget. Well, that certainly sounds like the Liberals are intending to have an election in the next six months, does it not? This is just more evidence that the Liberals are desperate to have an election and that they do not keep their promises, because this is an omnibus budget bill.
At the end of the day, when we look at the measures in the budget, what did we get for it? I have just a few questions that remain.
First of all, I do not see the plan to exit the pandemic. We thought maybe the vaccines would be it, even though that has been badly bungled. Now we are saying, “Well, you know what, even if you get the vaccine you might still be able to transmit COVID and might still be able to get it, so you are not going to get your freedoms back there.” I really do not have a lot of confidence that the government is going to give back Canadians' freedoms, and if it does, that it would restore the economy. Because there is no growth plan in this budget and there are no adequate sector supports defined, there may be nothing left to reopen to, if the government does not address this. The government has to come up with a plan to address the unsustainable debt. We cannot continue to operate in this way.
Finally, the government needs to stop the war on freedom of speech of Canadians in this country.
Monsieur le Président, je suis heureuse de pouvoir prendre la parole au sujet de ce projet de loi d’exécution du budget.
Je commencerai par parler du montant de la dette que le gouvernement a accumulée. Le premier ministre a alourdi la dette du Canada plus que tous les autres premiers ministres réunis depuis le début de la Confédération. Nous avons maintenant une dette de 1,3 billion de dollars et le gouvernement demande de porter le plafond d’endettement à 1,8 billion de dollars.
Certains se demandent peut-être pourquoi j’y attache de l’importance. Eh bien, nous avons maintenant un endettement supplémentaire d’environ 30 000 $ par Canadien. Réfléchissons-y un instant. Cela veut dire, pour les citoyens qui nous regardent, qu’ils devront verser au gouvernement 250 $ par mois pendant les 10 prochaines années rien que pour la dette accumulée par le gouvernement jusqu’ici. Comme nous continuons de dépenser, ces chiffres vont grimper. Imaginons une famille. Un couple et ses enfants, tout le monde devra payer 250 $ par mois pendant 10 ans. C’est beaucoup d’argent.
Il n’y a apparemment pas de plan. J’ai posé la question à la ministre des Finances hier soir, mais elle a été incapable d’exposer un plan qui règle ce problème à long terme. Il est certain que personne ne s’attend à un retour à immédiat à l'équilibre budgétaire parce que nous essayons de sortir de la pandémie, mais où est le plan pour sortir de la pandémie et relancer l’économie?
Si nous regardons la teneur du budget, nous voyons que les libéraux prolongent nombre des programmes mis en place pour aider les Canadiens pendant la pandémie, ce qui est très bien. Les conservateurs y ont toujours été favorables. Cependant, bien des programmes présentaient des failles et des citoyens ont été laissés pour compte. Ces problèmes ont été mentionnés dès le début, même en avril et mai 2020. Je ne comprends donc pas pourquoi le gouvernement prolonge des programmes sans régler ces problèmes. Beaucoup de personnes avaient des entreprises en démarrage. Il est évident qu’en lançant malheureusement leur entreprise à la veille de la pandémie ou seulement quelques mois avant, elles n'avaient pas de revenus à montrer pour l’année précédente. Si le gouvernement veut réellement aider les Canadiens, pourquoi n’a-t-il pas remédié à ces petites lacunes dans les programmes?
La situation est la même pour beaucoup de femmes entrepreneures. Nous avons entendu dire à quel point les femmes ont été touchées de manière disproportionnée par la pandémie. Nous avons vu la question du congé de maternité. Les femmes qui devaient prendre un congé de maternité, mais qui ont dû rester à la maison à cause de la COVID, n’ont pas pu obtenir leur congé de maternité. Les libéraux n’ont pas réglé ce problème en un an. Le gouvernement est au courant de ces problèmes et il doit les régler. Je ne comprends pas pourquoi ils n’ont pas été réglés avant le budget.
Le député de Kingston et les Îles a parlé des accusations selon lesquelles les libéraux achètent des votes et font de la propagande électorale avec ce budget. Il est difficile de penser autrement lorsqu'on voit le gouvernement distribuer de l’argent à tout le monde. Il est certain que les libéraux continueront à faire des largesses jusqu’à ce qu’ils aient épuisé l’argent des contribuables, et nous y sommes presque.
J’ai examiné certaines des promesses contenues dans le budget. Je parle en particulier des services de garde d’enfants, car on a signalé qu'il s'agit d'un besoin énorme. C'est certes ce que nous avons entendu au Comité de la condition féminine que je préside. Toutefois, le financement d'un tel programme est conditionnel à ce que les provinces en paient la moitié. Que se passe-t-il si les provinces n’ont pas la capacité de payer leur part? Avec la pandémie et les dépenses auxquelles elles doivent faire face, ce pourrait être le cas. Hier soir, j’ai demandé à la ministre des Finances ce que prévoyait le gouvernement si les provinces n’avaient pas les moyens de payer, mais elle n’a pas été en mesure d’articuler un plan. C’est très inquiétant lorsque la personne qui est censée être à la tête du plan financier ne peut pas dire ce qu’il en est.
Nous devons nous assurer qu’il y a quelque chose pour répondre aux besoins en matière de garde d’enfants, car les femmes ont quitté le marché du travail et beaucoup d’entre elles n’y retourneront pas parce qu’elles ne peuvent pas faire garder leurs enfants.
Pour ce qui est des autres éléments, ce budget a été présenté comme un budget de croissance. Encore une fois, hier soir, lorsque nous avons examiné le budget des dépenses, j’ai demandé à la ministre des Finances quels étaient les plans de croissance dans le secteur pétrolier et gazier et si elle pouvait indiquer des mesures qui permettraient d’atteindre cet objectif. Il n’y avait vraiment rien dans le budget à ce sujet. Il en va de même du secteur des ressources naturelles qui représente environ 17 % du PIB. Encore une fois, rien n'est prévu alors qu'il aurait dû y avoir une sorte de plan pour le développement de ce secteur qui pourrait vraiment générer des recettes qui permettraient de financer une grande partie des programmes sociaux que nous réclamons.
J’ai posé la même question au sujet de l’agriculture et j’ai demandé où, dans le budget, se trouvaient les plans visant à stimuler la croissance du secteur agricole. Là encore, il n’y a pas eu de réponse.
Il ne s’agit donc pas d’un budget de croissance. La seule chose qui croît dans ce budget c'est la dette, et ce n’est pas ce dont nous avons besoin.
Nous devons vraiment commencer à créer des emplois et à remettre les gens au travail — pensons au million d’emplois perdus pendant la pandémie et à ceux qui continueront de disparaître. Nous devons trouver de l’aide pour les secteurs qui sont en difficulté, et, on le sait bien, le secteur du tourisme est un secteur en difficulté.
Le gouvernement a choisi son favori, Air Canada, et a annoncé des mesures, mais il n'a prévu aucune aide pour WestJet, Air Transat ni pour les autres transporteurs. Par ailleurs, le milliard de dollars prévu pour les foires et les festivals est tout à fait insuffisant pour l’un des secteurs les plus durement touchés, qui emploie beaucoup de gens partout au pays. Le plan doit être réaliste et nous devons reconnaître que la reprise pourrait durer deux ans pour les gens de ce secteur.
En même temps, on sait que l’Internet à haute vitesse est un besoin dans tout le pays. En fait, c’est essentiel pour mener des affaires aujourd’hui. Le budget prévoit 1 milliard de dollars pour l’Internet haute vitesse, mais je tiens à souligner qu’au cours des dernières années, 1,5 milliard de dollars ont été dépensés et que c’est une goutte d’eau dans l’océan des besoins. C’est une chose que le gouvernement dit vouloir accélérer.
Encore une fois, en ce qui concerne les priorités des dépenses, il y a des choses pour lesquelles je pense que nous devons arrêter de dépenser et d’autres pour lesquelles nous devons nous réorienter et intensifier nos efforts, comme l’Internet haute vitesse.
J’étais heureuse de constater que les soins de longue durée sont abordés, ce qui est certainement important. En ce qui concerne les personnes âgées, l'augmentation des prestations de la Sécurité de la vieillesse que nous réclamons depuis longtemps est une bonne chose, pour les personnes de plus de 75 ans. Nous avons vu qu’au cours de cette pandémie, le gouvernement a procédé à deux augmentations de la taxe sur le carbone, et le coût de tout augmente: nourriture, épicerie et ainsi de suite. Dans bien des cas, les aînés ont un revenu fixe et leur situation financière est précaire. Pendant que le gouvernement est occupé à dépenser, pourquoi n'offre-t-il cette aide qu'aux personnes de 75 ans et plus? Qu’en est-il des aînés de 65 à 75 ans? Je signale aux libéraux que ces personnes votent, ce qu’ils pourraient voir comme un facteur à prendre en compte.
L’autre chose que je vois ici est un complément pour les personnes à faible revenu. Pour moi, cela ressemble à un revenu de base garanti qui n’a tout simplement pas été appelé revenu de base garanti.
Évidemment, dans ce long projet de loi d’exécution du budget, le projet de loi omnibus d’exécution du budget auquel le gouvernement avait promis de ne jamais recourir, il a décidé de glisser quelque chose au sujet de la Loi électorale du Canada qui n’a rien à voir du tout avec le budget. Ce qui est arrivé, c’est que pendant la dernière législature, il a essayé, avec le projet de loi C-76, Loi modifiant la Loi électorale du Canada, d’introduire des mesures pour que soit considéré comme une infraction le fait de dire des faussetés sur un candidat ou une personnalité publique. Toutefois, le tribunal a statué qu’il s'agissait d’une atteinte à la liberté d’expression.
Au lieu de contester la décision du tribunal ou de la respecter, le gouvernement a décidé de glisser sournoisement la mesure dans un projet de loi d’exécution du budget long de 720 pages, en précisant que la disposition prendrait effet au cours de toute élection se déroulant dans les six mois suivant l’entrée en vigueur du budget. Eh bien, il semblerait que les libéraux ont bien l’intention de déclencher des élections dans les six prochains mois. C’est une preuve de plus qu’ils veulent à tout prix des élections et qu’ils ne tiennent pas leurs promesses, parce qu’il s’agit bel et bien d’un projet de loi omnibus d’exécution du budget.
En fin de compte, quand nous regardons les mesures prévues dans le budget, que voyons-nous? J’ai encore quelques questions.
Tout d’abord, je ne vois pas le plan de sortie de la pandémie. Nous nous sommes dit que c’était peut-être les vaccins, même s’ils sont très mal gérés. Maintenant, nous disons, « Eh bien, vous savez quoi, même en étant vacciné, vous risquez encore de transmettre la COVID et d’être infecté, alors vous devrez encore attendre pour retrouver vos droits ». Je ne crois pas vraiment que le gouvernement redonnera aux Canadiens leurs droits, et s’il le fait, qu’il rétablira l’économie. Parce qu’il n’y a pas de plan pour la croissance dans ce budget et qu’il n’y a pas d’aides sectorielles voulues, il n’y a peut-être plus de raison de relancer l’économie, si le gouvernement ne règle pas cette question. Il doit présenter un plan pour résorber une dette intenable. Nous ne pouvons pas continuer de fonctionner ainsi.
Enfin, le gouvernement doit cesser de faire la guerre à la liberté d’expression des Canadiens dans ce pays.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-26 22:11 [p.7440]
Madam Chair, that was a great answer for the child care question, not.
Let us move along, then. One of the files that I have has to do with the election. I noticed there was a section 91 change. This was something that came before the courts. Members will remember that in the previous session the government brought forward legislation to make it an offence to say false things about a candidate or public member, and the courts ruled that a violation of freedom of speech. Instead of respecting the courts' decision, now it has been put into a budget bill.
I did not see a line item that specifically had to do with that. Was it just that it was put into an omnibus bill with a phrase that says it applies to an election in the next six months, which I assume means the government intends to call an election in the next six months, or is there money in the estimates that I missed?
Madame la présidente, est-ce une excellente réponse à la question sur les services de garde? Non.
Passons à la question suivante alors. Un des dossiers sur lesquels je travaille porte sur les élections. J'ai remarqué une modification à l'article 91. C'est une question qui été portée devant les tribunaux. Les députés se souviendront que lors de la session précédente, le gouvernement avait présenté des mesures législatives pour que soit considéré comme une infraction le fait de dire des faussetés sur un candidat ou une personnalité publique. Toutefois, les tribunaux ont statué qu'il s'agissait d'une violation de la liberté d'expression. Au lieu de respecter la décision des tribunaux, on a inséré cette modification dans un projet de loi budgétaire.
Je n'ai vu aucun poste qui se rapporte spécifiquement à cela. Cette mesure a-t-elle été simplement insérée dans un projet de loi omnibus avec une phrase qui précise que la modification s'applique à des élections qui auront lieu au cours des six prochains mois — j'imagine que cela signifie que le gouvernement prévoit déclencher des élections durant cette période —, ou y a-t-il des sommes dans le Budget des dépenses que je n'ai pas remarquées?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Madam Chair, there is just so much good stuff in the budget, and I do want to touch on all the issues that the member opposite is raising.
She talked about early learning and child care, and I am delighted she raised that issue. This is one of the key investments this budget proposes. This will drive long-term growth for the Canadian economy and provide a huge amount of relief to Canadian families.
The member asked about the role of provinces and territories. Of course, this needs to be a shared effort. We are already working with provinces and territories on this. I have to say that I believe there is going to be real enthusiasm, because everyone understands this is what Canada needs for jobs and growth.
Madame la présidente, le budget comporte tellement de bonnes mesures. Je tiens à répondre à la députée d'en face en abordant tous les points qu'elle a soulevés.
Elle a parlé de l'apprentissage et de la garde des jeunes enfants, et je suis ravie qu'elle ait soulevé la question. Il s'agit de l'un des principaux investissements proposés dans le budget. Cet investissement stimulera la croissance économique du Canada à long terme, en plus d'apporter un grand répit aux familles canadiennes.
La députée a posé des questions sur le rôle des provinces et des territoires. Évidemment, il devra y avoir des efforts de part et d'autre. Nous collaborons déjà avec les provinces et les territoires pour régler la question. Je dois avouer que je crois que cela suscitera beaucoup d'enthousiasme, car tout le monde comprend que le Canada a besoin de ces investissements pour la création d'emplois et la croissance économique.
View John Nater Profile
CPC (ON)
View John Nater Profile
2021-05-25 16:18 [p.7335]
Mr. Speaker, it is an honour to join the debate this afternoon on Bill C-30, which is the government's first budget implementation act from this year's budget.
When I approach legislation that comes before the House of Commons, my first priority is always to look to see how this impacts people, families, communities and the businesses located within my riding of Perth—Wellington. What I also look for when I review these pieces of legislation is what might be missing, what important aspects might be missing from legislation and how that would impact the people of Perth—Wellington and by extension, people of the region and of the country.
There is no question that COVID-19 has had a significant and ongoing impact on our communities, on individuals, on their health and on their lives. Sadly, more than 25,000 Canadians have died due to COVID-19, countless others have fallen sick and some are continuing to experience the long-term health impacts of COVID-19.
From an economic standpoint, the ongoing lockdowns have created challenges for businesses. They have created stress, anxiety and feelings of loneliness. Many Canadians are feeling isolated because of this ongoing challenge. Coast to coast to coast businesses have had to shut down, have had to lay off their employees and, in some cases, have gone out of business altogether.
A country without a strong and vibrant small business sector is not really much of a country at all. We rely on small businesses as the lifeblood of our communities and the employer of so many Canadians.
As the official opposition, there is a duty on our part to not only review legislation, but many times to encourage and promote improvements. We have done this countless times throughout this pandemic.
I reflect back to early in the pandemic when our opposition members criticized but also encouraged the government to come to the table with a more generous wage subsidy. When the government initially announced 10%, it was us as the opposition who encouraged Liberals to come to the table with a more meaningful option.
The same goes for the back-to-work bonus that we proposed throughout the summer, encouraging that incentive that when jobs came available, people were able to take them without losing their entire CERB payments.
Unfortunately, though, when it comes to this budget and this budget implementation act, it looks more like a pre-election plan rather than a meaningful plan forward for recovery.
I draw the House's attention to the Parliamentary Budget Officer's May 5 report in which he writes:
The Government did not make a clear link between the measures in Budget 2021 and its $70-to-$100 billion stimulus plan announced in the Fall Economic Statement. Rather, Budget 2021 combines $36.8 billion in additional COVID-19 spending along with other new spending...
Once again, we see the Liberal government using the guise of COVID-19 for other non-related funding and spending.
This week is Tourism Week and the riding of Perth—Wellington is certainly proud to host so many amazing tourism attractions, some that I highlighted earlier today in Statements by Members. I think of the Stratford Festival, the Stratford Summer Music, SpringWorks, the National Baseball Hall of Fame and Museum and, of course, Drayton Entertainment.
You will know Drayton Entertainment, Mr. Speaker, because one of the theatres is also located in your riding. Originally, the first theatre, the Drayton Festival Theatre, was in Drayton and is now in the township of Mapleton. Drayton Entertainment is one of those amazing theatres with an amazing offering each year across its seven theatres.
One unique thing about Drayton Entertainment is that it has not in the past received operational funding from the government. Instead, it has been self-sufficient, and relied on donors' funds and box office revenues to make its impact in the community. Unfortunately, this success has also hindered it throughout this COVID-19 pandemic. Last spring, when the government announced the emergency support fund for cultural, heritage and sport organizations, organizations like Drayton Entertainment were not eligible because it had not received past funding through the Canada Council for the Arts.
I raised this issue in the House early in the pandemic in the Special Committee on the COVID-19 Pandemic. Sadly, that issue has not yet been addressed.
Going forward in this budget, we saw another commitment to the recovery fund for arts, culture and sports sectors. This might be a positive sign, but I worry, and I know that many arts and cultural organizations worry, that the same criteria will once again be used for this funding and thereby wonderful artistic and cultural organizations, such as Drayton Entertainment, will be unable to access these important funds. I will call on the government very clearly to ensure that this funding envelope is directed to all arts and cultural organizations as they look for recovery.
Another concern that we have had with the government spending on COVID-19 relief is the impact on new businesses. I hear from far too many constituents in my riding who signed a lease just before the pandemic hit, or who took over a business just before the pandemic hit or the week the pandemic hit. I heard of one constituent who literally signed their lease on March 13, 2020, and because of the pandemic's impact on their business, they have never been able to really get off the ground. Since day one, the government relief packages have not addressed new businesses. Not only did these business owners have the misfortune of starting their businesses during a worldwide global pandemic, they are also fighting with their own government to get the support they are in dire need of.
We called on this before. We have raised this in question period. We have raised this in debate. We have raised this at committees. I am imploring government members to please ensure that, going forward, government support programs for businesses are targeted and are able to be accessed by new business owners who only had the misfortune of starting during a global pandemic.
I want to talk a little about division 37 of the budget implementation act. Those Canadians paying attention may find it strange that within an omnibus budget implementation act the government also proposes to amend the Canada Elections Act. Colleagues may know that within the corridors of this very building, many are referring to division 37 as the John Nater vindication act, because it fixes the clause that I made an amendment on in the Procedures and House Affairs Committee during the previous Parliament. I was adding back the word “knowingly” in the rule about publishing false statements that affect election results.
Sadly, the government did not adopt that small but meaningful amendment. What happened? The government was taken to court, where the court ruled that this aspect of the Canada Elections Act was unconstitutional. Instead of relying on the advice of the official opposition in the previous Parliament, the government instead went with its misinformed approach. The result was a finding that it was unconstitutional. In a scathing decision, Justice Davies wrote about the advice that came from the Privy Council Office which is, in fact, the Prime Minister's own department. Justice Davies wrote, “More importantly, the advice given to the standing committee by Mr. Morin,” a senior policy adviser, “that the inclusion of the word knowingly in section 91.1 was unnecessary, redundant and confusing was, for several reasons, incorrect and potentially misleading.” At paragraph 58 he went on to state, “To the extent that Mr. Morin testified about the import of removing knowingly from section 91.1, his comments were inaccurate and cannot be taken as reflecting Parliament's true intention.”
In the other place, Senator Batters tried to take the president of the privy council to task on this matter, but he refused to take responsibility and he refused to hold his own department accountable for the misinformation that its public servants provided and that resulted in an unconstitutional finding by the courts.
I want to say this very clearly. I will not be supporting this budget implementation act because it does not address the meaningful concerns of people in Perth—Wellington, who are just trying to get ahead.
Monsieur le Président, c’est un honneur de participer cet après-midi au débat sur le projet de loi C-30, la première Loi d’exécution du budget du gouvernement cette année.
Lorsque je me penche sur un projet de loi soumis à la Chambre des communes, ma priorité est toujours de voir comment il touche les gens, les familles, les collectivités et les entreprises de ma circonscription de Perth-Wellington. Quand j’examine ces projets de loi, je cherche aussi les omissions éventuelles, les éléments importants qui pourraient être absents du projet de loi et l’incidence que cela pourrait avoir sur la population de Perth-Wellington et, par extension, sur celle de la région et du pays.
Il ne fait aucun doute que la COVID-19 a eu des répercussions importantes et durables sur nos collectivités, sur les gens, leur santé et leur vie. Malheureusement, plus de 25 000 Canadiens sont morts de la COVID-19, d’innombrables autres sont tombés malades et certains ressentent encore les effets à long terme de la COVID-19 sur leur santé.
D’un point de vue économique, les confinements continus ont engendré des défis pour les entreprises. Ils ont été une source de stress, d’angoisse et de solitude. De nombreux Canadiens se sentent isolés à cause de ce défi permanent. D’un océan à l’autre, des entreprises ont dû fermer leurs portes, mettre à pied leurs employés et, dans certains cas, faire carrément faillite.
Un pays sans un secteur de la petite entreprise fort et dynamique n’est pas vraiment un pays. Nous comptons sur la petite entreprise comme l’élément vital de nos collectivités et l’employeur de tant de Canadiens.
En tant qu’opposition officielle, il est de notre devoir non seulement d’examiner les projets de loi, mais bien souvent, de proposer et promouvoir des améliorations. Nous l’avons fait d’innombrables fois tout au long de cette pandémie.
Je me souviens qu’au début de la pandémie, nos députés de l’opposition ont critiqué le gouvernement, mais l’ont aussi invité à proposer une subvention salariale plus généreuse. Lorsque le gouvernement a initialement annoncé 10 %, c’est nous, en tant qu’opposition, qui avons encouragé les libéraux à proposer une option plus conséquente.
Il en va de même pour la prime de retour au travail que nous avons proposée tout au long de l’été en préconisant cette mesure incitative faisant en sorte que lorsque des emplois deviennent disponibles, les gens puissent les accepter sans perdre la totalité de leurs prestations de PCU.
Malheureusement, ce budget et cette Loi d’exécution du budget ressemblent davantage à un programme préélectoral qu’à un véritable plan de relance.
J’attire l’attention de la Chambre sur le rapport du 5 mai du directeur parlementaire du budget dans lequel il écrit:
Le gouvernement n’a pas établi de lien clair entre les mesures contenues dans le budget de 2021 et son plan de stimulation de 70 à 100 milliards de dollars annoncé dans l’Énoncé économique de l’automne (ÉÉA). Le budget de 2021 combine plutôt 36,8 milliards de dollars de dépenses supplémentaires dues à la pandémie de COVID-19 à d’autres dépenses...
Une fois de plus, nous voyons le gouvernement libéral utiliser le prétexte de la COVID-19 pour lancer d’autres programmes de financement et de dépenses qui n’y sont pas rattachés.
Cette semaine est la Semaine du tourisme et la circonscription de Perth-Wellington est certainement fière d’accueillir autant d’attractions touristiques incroyables, dont certaines ont été soulignées dans des déclarations de députés. Je pense au Festival de Stratford, au Festival de musique estival de Stratford, à SpringWorks, au Temple de la renommée du baseball et, bien sûr, à Drayton Entertainment.
Vous connaissez Drayton Entertainment, monsieur le Président, car l’un de ces théâtres est également situé dans votre circonscription. À l’origine, le premier théâtre, le Drayton Festival Theatre, se trouvait à Drayton et se trouve maintenant dans le canton de Mapleton. Drayton Entertainment est l’un de ces théâtres étonnants qui propose chaque année une programmation exceptionnelle dans ses sept salles.
L’une des particularités de Drayton Entertainment est qu’il n’a jamais reçu de financement opérationnel du gouvernement. Il a plutôt été autosuffisant et a compté sur les fonds de donateurs et les recettes de la billetterie pour exercer son influence dans la collectivité. Malheureusement, ce succès lui a nui tout au long de cette pandémie de COVID-19. Au printemps dernier, lorsque le gouvernement a annoncé la création d’un fonds de soutien d’urgence pour les organismes culturels, patrimoniaux et sportifs, des organismes comme Drayton Entertainment n’y étaient pas admissibles parce qu’ils n’avaient jamais reçu de financement du Conseil des Arts du Canada.
J’ai soulevé cette question à la Chambre au début de la pandémie au Comité spécial sur la pandémie de la COVID-19. Malheureusement, cette question n’a pas encore été réglée.
Le budget prévoit aussi un engagement envers le fonds de relance pour les arts, la culture et le sport. Il pourrait s’agir d’un signe positif, mais je crains, et je sais que de nombreux organismes du milieu des arts et de la culture partagent cette crainte, que les mêmes critères soient utilisés de nouveau pour ce financement et que, par conséquent, de merveilleux organismes artistiques et culturels, comme Drayton Entertainment, ne puissent avoir accès à ces fonds importants. Je demande très clairement au gouvernement de veiller à ce que cette enveloppe financière soit destinée à tous les organismes artistiques et culturels qui cherchent à se rétablir.
Une autre de nos préoccupations par rapport aux dépenses du gouvernement pour l’aide liée à la COVID-19 est l’incidence sur les nouvelles entreprises. J’entends les commentaires de beaucoup trop de citoyens de ma circonscription qui ont signé un bail juste avant que la pandémie ne frappe, ou ceux qui ont repris une entreprise juste avant la pandémie ou la semaine même où elle a frappé. J’ai entendu parler d’un citoyen qui a littéralement signé son bail le 13 mars 2020 et qui, en raison de l’effet de la pandémie sur son entreprise, n’a jamais pu réellement démarrer. Depuis le premier jour, les mesures d’aide du gouvernement n’ont pas tenu compte des nouvelles entreprises. Non seulement ces propriétaires d’entreprises ont eu la malchance de démarrer leurs activités pendant une pandémie mondiale, ils se battent aussi avec leur propre gouvernement pour obtenir l’aide dont ils ont tant besoin.
Nous avons déjà soulevé ce sujet. Nous l’avons fait pendant la période des questions et pendant les débats. Nous l’avons fait également en comité. J’implore les députés ministériels de veiller à ce qu’à l’avenir, les programmes de soutien du gouvernement pour les entreprises soient ciblés et à ce qu’il soit possible pour les propriétaires de nouvelles entreprises qui ont eu le malheur de se lancer pendant une pandémie mondiale d’y avoir accès.
Je tiens à parler un peu de la division 37 de la loi d’exécution du budget. Les Canadiens qui prêtent attention trouveront peut-être étrange que dans un projet de loi omnibus d’exécution du budget, le gouvernement propose également de modifier la Loi électorale du Canada. Les députés savent peut-être que dans les couloirs de cet édifice, beaucoup qualifient la division 37 de loi de consécration de John Nater parce qu’elle corrige la disposition au sujet de laquelle j’ai présenté un amendement au comité de la procédure et des affaires de la Chambre pendant la précédente législature. Je rétablissais le terme « en toute connaissance de cause » dans la règle relative à la publication de fausses déclarations ayant une incidence sur les résultats électoraux.
Malheureusement, le gouvernement n’a pas adopté cet amendement certes modeste, mais utile. Qu’est-il arrivé? Le gouvernement s'est vu intenter un procès et le tribunal a statué que cet aspect de la Loi électorale du Canada était inconstitutionnel. Au lieu de suivre le conseil de l’opposition officielle dans la précédente législature, le gouvernement a opté pour son approche malavisée. Résultat, elle a été jugée inconstitutionnelle. Dans un jugement accablant, le juge Davies écrit à propos du conseil émis par le Bureau du Conseil privé qui, en fait, est le propre ministère du premier ministre, que surtout, le conseil donné au comité permanent par M. Morin, conseiller politique principal, selon lequel l’inclusion dans l’article 911 de l'expression « en toute connaissance de cause » était inutile, redondante et source de confusion et, pour plusieurs raisons, incorrecte et éventuellement trompeuse. Au paragraphe 58 de sa décision, il ajoute que M. Morin a témoigné de l’importance de la suppression de l'expression « en toute connaissance de cause » de l’article 91.1 et que ses commentaires étaient inexacts et qu’on ne pouvait considérer qu’ils traduisaient la véritable intention du Parlement.
À l'autre endroit, la sénatrice Batters a essayé de prendre à partie le président du Conseil privé dans cette affaire, mais il a refusé d’endosser la responsabilité et de tenir son propre ministère responsable des renseignements erronés fournis par ses fonctionnaires qui ont amené les tribunaux à conclure à une inconstitutionnalité.
Je tiens à le dire très clairement. Je n’appuierai pas ce projet de loi d'exécution du budget parce qu’il ne répond pas à de réelles préoccupations des citoyens de Perth-Wellington qui tentent tout simplement d’améliorer leur sort.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I am glad to have the opportunity today to discuss this opposition motion that was introduced by the member for La Prairie. It is a very important discussion to be having, and I have been listening closely to what members from all sides of the House have had to say about this.
I will admit I am perplexed, as I mentioned in a few different interventions today. Despite the fact that I am squarely in the camp of those who do not want to have an election during a pandemic, I am concerned about the manner in which this motion is being brought forward by the Bloc Québécois. Namely, only two days ago during question period, the member for Beloeil—Chambly, the leader of the Bloc Québécois, said in response to a question from the Prime Minister that he was not afraid of an election and to bring it on.
The Conservatives and the Bloc seem to be startled by the concept that we would like to be prepared in the event of an election, one that could easily be triggered by the opposition. They seem to be confused by that, yet we have the leader of the Bloc Québécois saying to bring it on. This is what he actually said during question period. When the leader of the Bloc Québécois, a party that quite often is put in the position of being the party that decides between going to an election and not, makes comments like that it gives a great need to be properly prepared and bring forward legislation as is being brought forward in Bill C-19.
I also find it very interesting that the Bloc Québécois has talked about consensus when talking about Bill C-19. There is a need to ensure we have consensus when changing our election laws in this country. Bloc members have mentioned it many times today, but this is extremely hypocritical.
Something else that relies tremendously on consensus in the House is changing our Standing Orders. For those who do not know, when we change the Standing Orders, the rules that govern how we debate in the House, how we conduct ourselves and how we follow procedures, they are usually changed with consensus. Only a year ago, the Bloc Québécois teamed up with the Conservatives, the NDP, the Green members and probably the independents at the time to change the Standing Orders and change the number of opposition days given.
Bloc members come in here and say that we need consensus for Bill C-19 and that there absolutely must be consensus among all parties. However, their actions a year ago when it came to changing the Standing Orders indicated that consensus was not needed because they had a majority. The rules could just be changed with their majority. I find it extremely hypocritical when the Bloc comes in here and starts preaching about consensus.
Of course the response to that suggestion, as I heard before, is that the rules were only being changed temporarily to add those three days. They were not being changed indefinitely. Guess what? Bill C-19 is just a temporary bill. It would temporarily be putting some temporary rules in place in the event that an election happens to get called.
The Bloc really needs to stand up. Somebody needs to stand up and explain to me what the difference is between consensus on Bill C-19 and consensus on Standing Orders. From my position, the only difference is the Bloc's opinion on the matter and its desire on the outcome. We need very important measures in place during a minority Parliament in the event that an election happens to be called, and people change their minds all the time.
The Conservatives right now are saying that they do not want an election, but I sat in the House for five years when the Conservatives said that they did not want carbon pricing. Guess what? They changed their minds on that. Who is to say that they will not change their minds on an election? Maybe, in the event that the Conservatives suddenly say they have changed their minds, as they did on carbon pricing, and that they want an election now, we should have some measures in place on how our Chief Electoral Officer should run an election. That is all that Bill C-19 would do.
Members have been saying it is a permanent change to our election process. I have heard Conservative after Conservative say that we are changing the way that Canadians vote and other misleading information, such as that we could count the ballots until the day after the election, which is totally false. One small exception built into the legislation talks about if an election happens on a holiday Monday when mail is not delivered, then there should be a consideration to count those ballots on the Tuesday morning because they would not have been delivered on the Monday. However, the Conservatives talk about a massive shift in the way that we run elections and count ballots, and about counting ballots after election day.
Think of the possibilities of that happening. There are only so many holiday Mondays during the year, and if it happened it would only be because the mail was not delivered. However, there is a deeper problem to this. When people start making comments like that, when they start talking about counting ballots afterwards, it starts to sow the seeds of doubt in the minds of Canadians as it relates to the integrity of their elections. Did we see that anywhere else recently? I think we did. Not that long ago, our neighbours to the south had a leader who sowed the seeds of doubt for months. I think all members of the House would do very well to be very careful when it comes to sowing the seeds of doubt about our electoral process.
Members need to be up front. If they have a problem with the fact that under certain circumstances ballots might have to be counted on a Tuesday, if the Monday was a holiday, they should at least identify that is the case. They should not outright say that all ballots will be counted after. They could then take it to committee and see if the committee could look at how to fine-tune that, but they should not intentionally sow the seeds of doubt in Canadians. I will say I am skeptical on this, because when PROC was studying this in the spring I was on the committee and indeed, Conservative members at the time were sowing the seeds of doubt. I would refer members to David Akin's reporting from back at that time, where he specifically said as he was watching the committee meeting that Conservatives were sowing seeds of doubt about the validity of mail-in ballots.
Bill C-19 is really about temporary measures. It is about putting measures in place just in case. I have also heard numerous members in the House talk about the Liberals being the only ones talking about an election. The member for Calgary Nose Hill said that. I encourage anyone to go on to the Twitter and Facebook feeds of the Liberal Party and the Conservative Party, and tell me who keeps talking about an election. The Conservatives shared a tweet yesterday. As if there was nothing else to get political gain from, they shared a tweet of a meme that had two pictures in it. The top picture was a bunch of people having fun and dancing in the sun. Above it, it said a one-dose summer.
The picture below that was of a middle-aged man with an oxygen mask on his face, lying in a hospital bed. The caption above that said “Trudeau's summer”. I am referencing it. I am quoting it. I maybe should not have said that. I am happy to be corrected.
However, that is what it said. My point is, who is looking for an election right now? Who is trying to gain political points right now? Go no further than the social media feeds of the two political parties, and we will see who is talking about an election.
We have the Conservative Party blasting out these tweets that are politically motivated. We have the Bloc Québécois whose leader said in the House, two days ago during question period, “bring it on,” in reference to an election, and then opposition members are standing here trying to wrap their heads around why it is we want to be prepared with Bill C-19. It really should not be a mystery to anybody.
If that does not convince Canadians, how about the fact that on 14 occasions, Conservatives and Bloc members have voted non-confidence in the government? It happened on March 8, with Bill C-14; on March 25, with a concurrence motion to pass supplementary estimates; on March 25, with Bill C-26 at second reading, report stage and third reading; on March 25, with concurrence on the interim supply; on March 25, with Bill C-27, which was more interim supply. All of these were confidence votes. On April 15, there was the fall economic statement, Bill C-14; on April 21, there was the budget motion; on April 22, the budget motion amendment; on April 26, another budget motion; on April 30, there was the motion to introduce the budget implementation act. Time after time, opposition members are voting against the government and showing they do not have confidence.
I will hand it to the member for Elmwood—Transcona, who said earlier in his intervention that it was necessary for somebody to work with the government. I will hand it to the NDP: It works with the government from time to time. We used to see that in the beginning, a little, from the Bloc as well. We totally do not see that anymore. The NDP still does, to a certain degree.
I know I am getting towards the end of my time. I want to highlight one more thing with respect to the motion. If we look at the “second resolved clause” in this, it says:
In the opinion of the House, holding an election during a pandemic would be irresponsible, and that it is the responsibility of the government to make every effort to ensure that voters are not called to the polls as long as this pandemic continues.
I agree with this. Actually, I agree with the motion by and large. What I disagree with is that it is only the responsibility of the government. I believe that this is the responsibility of all of Parliament. The government certainly has its job to do in making sure that we can avoid an election to the best that we are humanly possible, but the opposition has a responsibility to do that as well. The opposition plays a key role here in a minority Parliament. It could very easily take down the government, as I have indicated numerous times throughout my speech. I think it is important that what is reflected in this motion is the fact that the opposition has to play a role in that too.
With that, I would like to move an amendment to this opposition motion presented by the member for La Prairie, and I hope it will garner the support of this House. It is seconded by the member for Kanata—Carleton.
I move that the motion be amended by adding, after the words “responsibility of the government”, the words “and opposition parties.”
Monsieur le Président, je suis heureux d’avoir l’occasion aujourd’hui de débattre de cette motion de l’opposition présentée par le député de La Prairie. C’est un débat très important et j’ai écouté attentivement ce que les députés de tous les partis avaient à dire à ce sujet.
Je dois admettre que je suis perplexe, comme je l’ai mentionné à plusieurs reprises aujourd’hui. Bien que je sois tout à fait dans le camp de ceux qui ne veulent pas d’élections pendant une pandémie, je m’inquiète de la manière dont cette motion est présentée par le Bloc québécois. En effet, il y a seulement deux jours, pendant la période des questions, le député de Beloeil—Chambly, chef du Bloc québécois, a répondu à une question du premier ministre en disant qu’il n’avait pas peur des élections et qu’il pouvait bien en déclencher.
Les conservateurs et les bloquistes semblent être surpris qu'on puisse vouloir se préparer à d'éventuelles élections, qui pourraient pourtant facilement être déclenchées par l’opposition. Cela semble les déconcerter, mais le chef du Bloc québécois dit que les élections peuvent venir. C’est ce qu’il a dit pendant la période des questions. Lorsque le chef du Bloc québécois, un parti qui est souvent mis en position d’être le parti qui décide s’il faut ou non avoir des élections, fait de tels commentaires, on a grand besoin d’être bien préparé et d’adopter une mesure législative comme celle qui est présentée dans le projet de loi C-19.
Je trouve également très intéressant que le Bloc québécois ait parlé de consensus au sujet du projet de loi C-19. Au Canada, pour modifier les lois, il doit y avoir consensus. Les bloquistes l’ont mentionné à maintes reprises aujourd’hui, mais c’est extrêmement hypocrite.
Une autre chose qui repose énormément sur le consensus à la Chambre est la modification du Règlement. Pour ceux qui l’ignorent, lorsque nous modifions le Règlement, c’est-à-dire les règles qui régissent la façon dont nous menons le débat à la Chambre, la façon dont nous nous conduisons et la façon dont nous suivons les procédures, il faut habituellement parvenir à un consensus. Or, il y a un an à peine, le Bloc québécois a fait équipe avec les conservateurs, le NPD, les députés verts et probablement les indépendants de l’époque pour modifier le Règlement et changer le nombre de journées accordées à l’opposition.
Les bloquistes viennent ici dire que le projet de loi C-19 exige absolument l'atteinte d'un consensus, et ce, de tous les partis. Cependant, leurs actions il y a un an, lorsqu’il s’agissait de modifier le Règlement, indiquaient que le consensus n’était pas nécessaire, puisqu’ils avaient la majorité. Les règles pouvaient simplement être modifiées avec la majorité. Je trouve extrêmement hypocrite que le Bloc vienne maintenant prêcher pour le consensus.
Bien sûr, en réponse à cette critique, on avance, comme je l’ai déjà entendu, que les règles n’étaient modifiées que temporairement pour ajouter trois jours. Elles n’étaient pas modifiées indéfiniment. Devinez quoi? Le projet de loi C-19 n’est qu’un projet de loi temporaire. Il mettrait temporairement en place des règles temporaires au cas où des élections seraient déclenchées.
Le Bloc québécois doit vraiment s'expliquer. Quelqu’un doit se lever et m’expliquer la différence entre un consensus sur le projet de loi C-19 et un consensus sur le Règlement. De mon point de vue, la seule différence est l’opinion du Bloc québécois sur la question et le résultat qu’il souhaite obtenir. Nous avons besoin que des mesures très importantes soient en place en situation de gouvernement minoritaire, au cas où des élections seraient déclenchées, puisque les gens changent d’avis tout le temps.
Les conservateurs disent maintenant qu’ils ne veulent pas d’élections, mais j’ai siégé cinq ans à la Chambre alors que les conservateurs disaient qu’ils ne voulaient pas de tarification du carbone. Devinez quoi? Ils ont changé d’avis sur le sujet. Qui peut affirmer qu’ils ne changeront pas d’avis à propos des élections? Au cas où les conservateurs diraient soudainement qu’ils ont changé d’avis, comme ils l’ont fait sur la tarification du carbone, et qu’ils veulent maintenant la tenue d'élections, peut-être devrions-nous adopter des mesures qui indiqueraient au directeur général des élections comment organiser ces élections. C'est uniquement ce que ferait le projet de loi C-19.
Des députés disent qu’il s’agit d’un changement permanent de notre processus électoral. J’ai entendu des conservateurs dire les uns après les autres que nous changeons la façon dont les Canadiens votent. Ils avancent aussi d’autres affirmations trompeuses, par exemple que nous pourrions compter les bulletins de vote jusqu’au lendemain des élections, ce qui est totalement faux. Une exception mineure insérée dans la loi stipule que si une élection a lieu un lundi férié où le courrier n’est pas livré, il faudra envisager de compter ces bulletins le mardi matin, car ils n’auraient pas été livrés le lundi. Or, les conservateurs parlent d’un changement radical dans la façon dont nous organisons les élections et comptons les bulletins de vote, et disent que nous allons compter les bulletins de vote le lendemain de l’élection.
Pensons aux possibilités que la situation se présente. Il n’y a qu’un nombre limité de lundis fériés dans l’année, et si cela se produisait, ce serait uniquement parce que le courrier n’a pas été livré. Cependant, un problème plus profond se pose ici. Lorsque les gens commencent à faire des commentaires de ce genre, lorsqu’ils commencent à parler de compter les bulletins de vote après coup, le doute commence alors à s'insinuer dans l’esprit des Canadiens quant à l’intégrité des élections. Avons-nous vu cela ailleurs récemment? Je pense que oui. Il n’y a pas si longtemps, nos voisins du Sud ont eu un chef qui a semé le doute pendant des mois. Je pense que les députés feraient bien d’être très prudents lorsqu’il s’agit de semer le doute sur le processus électoral.
Il faut être clair et précis. Si les députés ont un problème avec le fait que, dans certaines circonstances, par exemple si le lundi est férié, les bulletins devront être dépouillés le mardi, ils devraient le préciser. Il ne faut pas se contenter de dire que tous les bulletins seront comptés plus tard. C’est une chose qui peut être discutée en comité pour voir comment il est possible de préciser les choses, mais les députés ne devraient pas semer délibérément des doutes dans la population canadienne. Je dois dire que je suis un peu sceptique là-dessus, car lorsque le comité de la procédure a étudié la question, le printemps dernier, j’en faisais partie et je me souviens qu’à l’époque, les députés conservateurs qui étaient membres du comité s’employaient justement à semer délibérément des doutes. J’invite les députés à relire l’article de David Akin, qui a suivi les réunions du comité, où il disait précisément que les conservateurs s’employaient à semer des doutes sur la validité des bulletins de vote par correspondance.
Le projet de loi C-19 propose essentiellement des mesures temporaires, juste au cas où. J’ai aussi entendu de nombreux députés, notamment la députée de Calgary Nose Hill, dire que les libéraux étaient les seuls qui pensaient à des élections. J’invite les députés à consulter les comptes Twitter et Facebook du Parti libéral et du Parti conservateur pour voir lequel des deux parle le plus d’élections. Justement, les conservateurs ont envoyé un gazouillis pas plus tard qu’hier. Comme s’ils n’avaient pas d’autre filon à exploiter, ils ont publié un gazouillis d’un mème sur lequel figurait deux images. Celle du dessus représentait des gens qui dansaient au soleil avec, en surplomb, le message « un été avec une dose ».
Celle du dessous représentait un homme d’âge mûr, alité et portant un masque à oxygène, avec pour légende: « l’été de Trudeau ». C’est la citation exacte. Ou peut-être pas, qu'on me corrige si je me trompe.
Quoi qu’il en soit, c’est ce que disait le mème. Dans ces conditions, qui est-ce qui parle d’élections? Qui est-ce qui essaie de se faire du capital politique? Pour le savoir, il suffit d’aller sur les comptes de médias sociaux des deux partis politiques.
D’un côté, nous avons le Parti conservateur qui balance des gazouillis motivés par des considérations politiques, et de l’autre, nous avons le Bloc Québécois, dont le chef a dit dans cette Chambre, il y a deux jours, pendant la période des questions, « qu’ils y viennent », en parlant des libéraux et de la possibilité d'élections. Ensuite, les députés de l’opposition font semblant de ne pas comprendre pourquoi nous voulons nous préparer avec le projet de loi C-19. Ce ne devrait être un mystère pour personne.
Et si cela ne suffit pas à convaincre les Canadiens, j’ajoute qu’à 14 reprises, les conservateurs et les bloquistes ont refusé leur confiance au gouvernement. Ça s’est passé le 8 mars, avec le projet de loi C-14; le 25 mars, avec une motion d’adoption du budget supplémentaire des dépenses; le 25 mars, avec le projet de loi C-26, aux étapes de la deuxième lecture, du rapport et de la troisième lecture; le 25 mars, avec une motion d’adoption des crédits provisoires; le 25 mars, avec le projet de loi C-27, d’autres crédits provisoires. Dans tous les cas, il s’agissait de votes de confiance. Le 15 avril, c’était l’énoncé économique de l’automne, le projet de loi C-14; le 21 avril, la motion sur le budget; le 22 avril, l’amendement de la motion sur le budget; le 26 avril, une autre motion sur le budget; le 30 avril, la motion demandant l'autorisation de présenter la loi d’exécution du budget. Bref, les députés de l’opposition votent contre le gouvernement, montrant qu'ils ne lui font pas confiance.
Je salue le député d’Elmwood—Transcona, qui a dit tout à l’heure qu’il était nécessaire que quelqu’un collabore avec le gouvernement. Je salue le NPD, qui est capable de travailler avec le gouvernement, de temps à autre. Au début, cela arrivait de temps en temps, avec le Bloc aussi, mais aujourd’hui, cela n’arrive plus du tout, quoique le NPD le fait encore dans une certaine mesure.
Je sais que mon temps de parole est presque écoulé, mais j’aimerais dire encore une chose au sujet de cette motion. Le deuxième « objet » de cette motion est le suivant:
[d]e l’avis de la Chambre, tenir des élections en temps de pandémie serait irresponsable, et qu’il est de la responsabilité du gouvernement de tout mettre en œuvre pour éviter que les électeurs soient appelés aux urnes tant et aussi longtemps que durera cette pandémie.
Je suis d'accord. En fait, je suis d'accord avec ce que dit la motion, dans l'ensemble. Je ne crois toutefois pas que la responsabilité d'éviter une élection revienne seulement au gouvernement. Elle revient à l'ensemble du Parlement, selon moi. Le gouvernement doit évidemment faire tout ce qui est humainement possible pour éviter une élection, mais l'opposition doit en faire autant. L'opposition joue un rôle clé dans un contexte de gouvernement minoritaire. Elle pourrait très facilement défaire le gouvernement, comme je l'ai répété dans mon discours. Il m'apparaît important que le texte de la motion tienne compte du fait que l'opposition a un rôle à jouer.
C'est pourquoi je souhaite proposer un amendement à la motion de l'opposition présentée par le député de La Prairie. J'espère qu'il aura l'appui de la Chambre. Je le propose avec l'appui de la députée de Kanata—Carleton.
Je propose que la motion soit modifiée par l'ajout, après les mots « responsabilité du gouvernement », des mots « et des partis de l'opposition ».
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-05-13 15:44 [p.7201]
Madam Speaker, I rise today on this Bloc Québécois opposition day to speak to the important issue of elections during a pandemic.
The motion reads as follows:
That:
(a) the House remind the government that a general election was held in October 2019 and sadly note that more than 1.3 million Canadians...have been infected with COVID-19 and that nearly 25,000 people have died as a result;
The critic for seniors adds here that seniors were the first victims of this pandemic, and that the government should not try to use them in a cheap election ploy by promising them a one-time cheque for $500 in August, just before its target period for launching the election during the pandemic. I will continue reading:
(b) in the opinion of the House, holding an election during a pandemic would be irresponsible, and that it is the responsibility of the government to make every effort to ensure that voters are not called to the polls as long as this pandemic continues.
This afternoon, I will address this issue from three perspectives. First, I will explain the theme we chose for our opposition day, then I will put on my former journalism student's hat, and finally, I will put on my former political science student and confirmed social democrat's hat.
To begin with, I would like to remind the House that the Bloc Québécois does agree with one thing. If there is an election during the pandemic, adjustments will have to be made to ensure that polling takes place in compliance with the public health rules issued by Quebec and the provinces. That is the question though: Should there be an election?
We moved this motion today for several reasons. From a technical perspective, the bill is flawed and contains significant grey areas we have to discuss and debate. From a public health and ethics point of view, holding an election under the current circumstances is not responsible. Here is a specific example.
As the Bloc Québécois's critic for seniors, I am concerned. The bill provides for polling stations in residences for 16 days before voting day. Somehow or other, election workers would have to be there for 19 days. That is not necessary, and we would have liked to change that. Voters have a number of different ways to cast their ballot. If they cannot go to a polling station, they can always vote by mail, as usual.
In addition to the logistical issue, there is also the psychological issue around strangers being in these homes and constantly asking people to vote. We do not yet know exactly how it will unfold, but it is not hard to imagine.
Furthermore, as a former journalism student, I always pay attention to what commentators have to say. I will quote a few of them to show that this is not just a whim of the Bloc, as the other parties would have people believe with their rhetoric. Rather, our motion today is based on the concerns of the people of Shefford who wrote to me, as well as those of other Quebeckers and Canadians.
First, there was Mario Dumont on QUB radio. This is what he said on his show on May 10:
I remember that, at the National Assembly, the advisory committee of the chief electoral officer was meeting in camera because they did not want to have public grandstanding and bickering over the Quebec Election Act. They said that the parties had to agree first…
Invoking closure to pass new election rules for an election that is only a few weeks away is not a good thing…
This may be difficult to understand for the Liberals, who have a tendency to ignore the specifics relating to Quebec and its National Assembly.
Furthermore, on the May 10 episode of La joute, Emmanuelle Latraverse said that wanting to amend a law without going through Parliament was against the rules of our electoral system, which encourages seeking consensus.
The irony is that the Liberal Party has put a gag order on a bill to amend the elections legislation, but the Liberals made a big fuss when the Harper government tried to pull the same stunt. The more things change, the more they stay the same. The Liberals have only themselves to blame for the timing of this legislation. I could name several others who have spoken out in response to what they have heard on the ground.
Still in the media world, in order to gauge public opinion, Ipsos conducted a poll for Global News on April 18, 2021, so relatively recently, and found that 57% of voters believed that an election during a pandemic would not be fair. A Leger poll on April 16, 2021, found that only 14% of Canadians wanted an election this spring, 29% this fall and 43% later. Liberal voters are even more hesitant. Only 6% want a spring election and 26% want a fall election. Sixty percent want it to be later. That is a huge number.
Finally, as a former student of politics, I am very worried. It is well known that every crisis carries two main risks. One is the federal government interfering in the jurisdictions of Quebec and the provinces, and the second is austerity for the recovery. This could be disastrous, especially for our health care system.
I would add to that the serious risk of eroding our democratic systems. That is why it is inconceivable that a government is imposing time allocation in Parliament on a bill meant to frame the democratic rights of the people.
Let us not forget the context for introducing Bill C-19. Since the beginning of the pandemic in March 2020, there have been questions about holding an election in this particular context given the minority status of the current government. Using the current provisions of the legislation, general elections were held in New Brunswick, British Columbia and Saskatchewan and two federal by-elections were held in Ontario.
Then there is the example of the provincial election in Newfoundland and Labrador. We all know what happened there. That election illustrated the risks of holding an election during a pandemic. The rise in the number of COVID-19 cases forced the cancellation of a polling day and the shift to mail-in voting.
In 2019, 61% of Newfoundlanders voted and that rate fell to not quite 51% in the last election, which tarnishes the legitimacy of a government. We need to do what we can to have the highest voter turnout possible. That is what should happen. In a federal election this type of scenario could have a considerable impact on voter turnout.
Let us now continue with our timeline. On October 5, the Chief Electoral Officer of Canada tabled a special report with his recommendations for holding an election during a pandemic. On December 8, the Standing Committee on Procedure and House Affairs released a report entitled “Interim Report: Protecting Public Health and Democracy During a Possible Pandemic Election”. The Bloc Québécois issued a supplementary opinion, proof of its usual willingness to collaborate.
The government ignored the work of the committee and introduced its bill to amend the Canada Elections Act in response to COVID-19 on December 10, 2020. For his part, the Chief Electoral Officer considered a range of administrative measures to adapt to operations during a pandemic.
I am going to discuss the impact of COVID-19. Since Bill C-19 was introduced five months ago, we have had only four hours to debate it. Finally, last Friday, the Leader of the Government in the house of Commons indicated that he intended to move a time allocation motion, or closure, with respect to Bill C-19 on the following Monday, May 10, 2021.
After a 45-minute debate on the gag order, there was a vote. The Bloc Québécois and the Conservative Party voted against the gag order but in favour of sending the bill to the Standing Committee on Procedure and House Affairs. This was followed by three hours and 15 minutes of debate, primarily on the gag order. The Liberals let this bill languish and now they are rushing it through at the end of the session, as we approach the summer break and a drop in their polling numbers.
Furthermore, running a Canada-wide mail-in vote presents some significant logistical challenges and could prevent some people from exercising their right to vote.
In conclusion, the Liberals' gag order on C-19 shows that they plan to call an election during the pandemic. That is how pundits are interpreting this unnecessary legislative manoeuvre. The Liberals are telling us that their political agenda comes before getting everyone vaccinated, helping our economy recover and lifting the health measures and stay-at-home orders. This will not all be wrapped up with a wave of a magic wand at the end of the summer.
I repeat, nobody wants an election. The Bloc Québécois wants all the party leaders to meet, reach a consensus and find common ground. Yes, the Bloc Québécois is a party of ideas.
In our democratic system, we are well within our rights to make demands of the government. The government's job is to listen to opposition proposals to make Parliament work.
We wanted health transfers to go up to 35% of total health spending. That is what Quebec and the provinces called for during the health crisis. We wanted an extra $100 per month for seniors 65 and up. Our asks are perfectly legitimate and absolutely essential. The government chose not to take them into account in its budget, so it is responsible for the fact that we voted against that budget.
We have always said that if it is good for Quebec, we will vote for it, but if it is not good for Quebec or if it is against our interests, we will vote against it. We made our intentions clear well in advance.
If the government had been sincere, it would not have hidden everything or tried any excuse to trigger elections to gain a majority. It would have listened to us and would not have settled for a budget that announced a host of electoral promises. In fact, many of the measures it announced will not be rolled out until 2022, after the next election. Is that a coincidence?
My leader, the member for Beloeil—Chambly, reached out to the government and suggested organizing a private meeting, inviting anyone the government chose. They could have met in an office and tried to reach a consensus, without resorting to closure—
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui dans le cadre de la journée de l'opposition du Bloc québécois sur cette importante question des élections en temps de pandémie.
La motion va comme suit:
Que:
a) la Chambre rappelle au gouvernement que des élections générales se sont tenues en octobre 2019 et constate avec tristesse que plus de 1,3 million de Canadiens [...] ont été atteints de la COVID-19 et que près de 25 000 personnes en sont mortes [...]
La porte-parole en matière d'aînés ajoute ici qu'ils ont été les premières victimes de cette pandémie, et que nous ne devons pas tenter de les instrumentaliser en leur promettant par une basse manœuvre électoraliste un chèque unique de 500 $ au mois d'août, juste avant la période visée par le gouvernement pour lancer les élections en pandémie. Je poursuis ma lecture:
b) de l'avis de la Chambre, tenir des élections en temps de pandémie serait irresponsable, et qu'il est de la responsabilité du gouvernement de tout mettre en œuvre pour éviter que les électeurs soient appelés aux urnes tant et aussi longtemps que durera cette pandémie.
J'aborderai donc cette question cet après-midi sous trois aspects. D'abord, j'expliquerai le choix du thème de notre journée, puis je mettrai mon chapeau d'ancienne étudiante en journalisme et, finalement, mon chapeau d'ancienne étudiante en politique et profondément sociale-démocrate.
Je rappellerais donc, pour débuter, que le Bloc québécois est d'accord sur une chose: s'il y a des élections en temps de pandémie, des rajustements seraient effectivement nécessaires afin que le scrutin se déroule dans le respect des règles sanitaires édictées par le Québec et les provinces. La question est justement toute là: les élections doivent-elles être tenues?
Il y a plusieurs raisons motivant le dépôt de notre motion aujourd'hui. Du point de vue technique, le projet de loi contient les lacunes et des imprécisions importantes desquelles on doit discuter et débattre. Sur le plan de la santé publique, voire de l'éthique, des élections dans le contexte actuel ne sont pas une décision qui est responsable. Je vais donner un exemple précis.
En tant que porte-parole en matière d'aînés au Bloc québécois, je me préoccupe. Ce que nous aurions voulu changer dans la loi, c'est le fait qu'il y aurait des centres de votation où, peu importe comment cela sera organisé, dans les résidences, pendant les 16 jours précédant le scrutin, des travailleurs d'élection vont se relayer pendant 19 jours. Ce n'est pas nécessaire. Les électeurs ont plusieurs façons de voter. S'ils ne peuvent pas se déplacer, il y a toujours le vote par la poste, comme d'habitude.
Au-delà de l'aspect logistique, il y a aussi l'aspect psychologique d'avoir possiblement des inconnus dans la résidence qui incitent constamment à voter. Même si on ne sait pas encore comment cela va se passer, on peut l'imaginer.
Par ailleurs, en tant qu'ancienne étudiante en journalisme, je suis toujours intéressée par les commentaires des commentateurs. Je vais en citer quelques-uns. C'est pour montrer que ce n'est pas une lubie du Bloc, comme essaient de le faire croire par de beaux arguments les autres partis, mais notre motion d'aujourd'hui est collée sur les préoccupations des citoyens de Shefford qui m'ont écrit, du Québec et du Canada.
D'abord, il y a eu Mario Dumont à la radio Qub. Lors de son émission du 10 mai, il a déclaré:
Je me souviens, à l'Assemblée nationale, il y avait [...] le Comité consultatif du directeur général des élections qui siégeait à huis clos parce qu'on ne voulait pas que la loi électorale fasse l'objet sur la place publique d'esclandres et de chicanes. On disait qu'il faut que les partis essaient de s'entendre avant [...]
Adopter sous bâillon de nouvelles règles électorales pour une élection qui est dans quelques semaines, c'est pas sain du tout [...]
C'est peut-être difficile à comprendre pour les libéraux qui ont cette tendance à ne pas tenir compte des spécificités québécoises et de son Assemblée nationale.
En outre, lors de La joute du lundi 10 mai, Emmanuelle Latraverse a dit que le fait de vouloir modifier une loi sans passer par le Parlement contrevient aux règles de notre régime électoral qui prône la recherche d'un consensus.
L'ironie dans toute cette histoire, c'est que le PLC a mis un bâillon pour modifier la loi électorale, mais les libéraux avaient eux-mêmes déchiré leur chemise lorsque le même enjeu s'était posé sous le régime Harper. Plus cela change, plus c'est pareil. Les libéraux n'auront qu'eux-mêmes à blâmer pour la gestion du calendrier de cette loi. Je pourrais en nommer plusieurs autres qui se sont exprimés en écho à ce qu'ils ont entendu sur le terrain.
Toujours dans l'univers médiatique, en tâtant le pouls de la population, un sondage Ipsos pour Global News révélait que, en date du 18 avril 2021, donc assez récemment, 57 % des électeurs croyaient qu'une élection en temps de pandémie ne serait pas juste. Selon un sondage Léger en date du 16 avril 2021, seuls 14 % des Canadiens souhaitaient des élections ce printemps, 29 % cet automne et 43 % plus tard. Les électeurs libéraux sont encore plus hésitants. Seuls 6 % veulent une élection printanière et 26 % un scrutin automnal. Ils sont 60 % à vouloir que cela se déroule plus tard. C'est énorme.
Enfin, l'ancienne étudiante en politique que je suis est très inquiète. Chaque crise comporte deux principaux risques, c'est bien connu. Il s'agit de l'ingérence du gouvernement fédéral dans les champs de compétence du Québec et des provinces et le risque d'austérité au moment de la reprise. Cela pourrait être une catastrophe, notamment pour notre système de santé.
J'ajouterais à cela les risques sérieux d'érosion de nos systèmes démocratiques. C'est pourquoi il est inconcevable qu'un gouvernement minoritaire impose un bâillon au Parlement sur un projet de loi destiné à encadrer les droits démocratiques des citoyens.
Rappelons ici le contexte du dépôt de projet de loi C-19. Depuis le début de la pandémie en mars 2020, les questions entourant la tenue d'élections dans ce contexte particulier se posent compte tenu du statut minoritaire de l'actuel gouvernement. Faisant appel aux dispositions actuelles de la loi, des élections générales se sont tenues au Nouveau-Brunswick, en Colombie-Britannique et en Saskatchewan, et deux élections partielles fédérales se sont tenues en Ontario.
Rappelons aussi l'exemple de l'élection provinciale de Terre-Neuve-et-Labrador, dont nous connaissons maintenant les résultats. Cette dernière a illustré les risques d'une élection en temps de pandémie, l'augmentation du nombre de cas de COVID-19 ayant forcé l'annulation de la journée du scrutin et la tenue du vote par correspondance.
En 2019, 61 % des citoyens avaient voté. Ce taux n'a pas atteint 51 % lors de la dernière élection, ce qui entache la légitimité d'un gouvernement. Il faudrait plutôt tout faire pour avoir le plus haut taux de participation possible. C'est la façon dont cela devrait se passer. Dans le cadre d'une élection fédérale, un tel scénario pourrait influencer considérablement la participation des électeurs.
Poursuivons maintenant notre ligne du temps. Le 5 octobre dernier, le directeur général des élections du Canada déposait un rapport spécial comportant ses recommandations pour la tenue d'une élection en temps de pandémie. Le 8 décembre, le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre a adopté un rapport intitulé « Rapport intérimaire: protéger la santé publique et la démocratie advenant une élection en temps de pandémie ». Le Bloc québécois a d'ailleurs émis une opinion complémentaire à ce rapport, preuve de sa bonne volonté habituelle de collaboration.
Le gouvernement a fait fi des travaux du Comité et a déposé le 10 décembre 2020 son projet de loi modifiant la Loi électorale du Canada en réponse à la COVID-19. De son côté, le directeur général des élections du Canada envisage diverses mesures de nature administrative pour s'adapter au fonctionnement en temps de pandémie.
Je vais parler de l'incidence de la COVID-19. Depuis le dépôt du projet de loi C-19 il y a cinq mois, seulement quatre heures de débat ont eu lieu. Finalement, vendredi dernier, le leader du gouvernement à la Chambre des communes a signifié son intention de déposer une motion d'attribution de temps — un bâillon — pour le projet de loi C-19 dès le lundi suivant, le 10 mai 2021.
Après un débat de 45 minutes sur le bâillon, il y a eu un vote. Le Bloc québécois et le Parti conservateur ont voté contre le bâillon, mais en faveur de renvoyer le projet de loi au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Ont suivi trois heures et quart de débat, qui ont principalement traité du bâillon. Bref, les libéraux ont laissé traîner, puis ont précipité un débat en fin de session, à l'approche du congé estival et d'une baisse dans leurs intentions de vote.
De plus, le vote par correspondance à la grandeur du Canada risquerait de présenter des défis logistiques importants et de porter atteinte à l'exercice du droit de vote.
En conclusion, le bâillon sur C-19 révèle que les libéraux ont l'intention de déclencher des élections durant la pandémie. C'est ce que retiennent les observateurs à la suite de cette manœuvre législative qui n'était pas nécessaire. Les libéraux démontrent que leur agenda électoral passe avant la fin de la vaccination, la reprise économique et la levée des mesures sanitaires et des confinements. Cela ne se règlera pas par un coup de baguette magique à la fin de l'été.
Je le répète: personne ne veut pourtant d'élections. Le Bloc québécois propose plutôt une réunion de tous les chefs de parti pour en arriver à un consensus et trouver un terrain d'entente. Oui, le Bloc québécois est un parti de propositions.
Dans notre système démocratique, nous sommes tout à fait dans notre droit de faire des demandes au gouvernement. Le gouvernement a le devoir d'écouter les propositions de l'opposition pour faire fonctionner le Parlement.
Nous avons voulu faire passer les transferts en santé à 35 % des coûts totaux, comme l'ont demandé unanimement le Québec et les provinces en période de crise sanitaire. Nous avons demandé une aide supplémentaire de 100 $ par mois pour les aînés âgés de 65 ans et plus. Ces demandes sont tout à fait légitimes et plus que nécessaires. Si le gouvernement n'a pas voulu en tenir compte dans son budget, il est responsable du fait que nous avons voté contre.
Nous avons toujours dit que si c'est bon pour le Québec, nous allons voter pour, mais que si ce n'est pas bon pour le Québec ou que c'est contre nos intérêts, nous allons voter contre. Nous avions déjà annoncé à l'avance nos couleurs.
Si le gouvernement était sincère, il n'aurait pas du tout caché ou cherché n'importe quel prétexte pour déclencher des élections dans le but d'obtenir une majorité. Il nous aurait écoutés et ne se serait pas contenté d'un budget annonçant un lot de promesses électorales. En effet, hasard et coïncidence, plusieurs des mesures annoncées n'arriveront qu'en 2022, après une prochaine élection.
Mon chef, le député de Beloeil—Chambly, a tendu la main au gouvernement en lui proposant d'organiser une rencontre privée avec toute personne que le gouvernement aurait voulu désigner. Ils auraient pu se rencontrer dans un bureau et chercher à obtenir un consensus, sans appliquer le bâillon...
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2021-05-13 16:28 [p.7208]
Madam Speaker, as we all know, our society and our government are still facing unprecedented challenges brought on by the COVID-19 pandemic.
For the time being, the pandemic has forced us to change how we live our lives to keep our fellow citizens safe. To be honest, I would have loved to debate this motion and many others with my colleagues in person in the House, but here we are on Zoom in our living rooms back home in our ridings. We now vote remotely using an app.
The pandemic has forced us to change the voting procedure in the House of Commons, a first in 200 years. It has forced us to adapt, and we have had to adapt the electoral process as well. Since the pandemic hit, there have been two federal by-elections and a number of provincial, territorial and local elections. These elections have given voters a broad range of options to exercise their right to vote safely.
Holding an election during a pandemic is, of course, a major challenge. The government has drawn on the experience of elections held in Canada and other jurisdictions, as well as on the analyses of Elections Canada and the Standing Committee on Procedure and House Affairs.
To ensure both the safety of voters and their ability to exercise their right to vote in as large numbers as possible, the government introduced Bill C-19 on December 10 of last year.
Before getting into the details of this bill, I would like to say very clearly that I absolutely do not want an election. Throughout this pandemic, we have worked together to govern the country responsibly and in collaboration with the other parties. We did this to help Canadians and we will continue to do so.
I want to be very clear on another thing: I have nothing against this motion, but I have a real problem with the way this debate has been filled with small partisan attacks implying that the government wants an election during a pandemic. That is totally false, as the facts show.
Getting back to Bill C-19, it makes provisional changes to the Canada Elections Act to support a safe and accessible vote in the event of a general election during the pandemic. This bill is based on recommendations made by the Chief Electoral Officer in October 2020 regarding voting in the context of a pandemic, as well as the critical work of our colleagues on the Standing Committee on Procedure and House Affairs, whom I thank.
Bill C-19 is structured around four main points. First, in order to facilitate physical distancing at the polls, the bill proposes to add two additional voting days, on the Saturday and Sunday before the traditional Monday voting day. This would reduce the number of people at the polls at any given time, which is very important. It would be especially useful in ridings where public health authorities have set strict limits on the number of people allowed in public places. This measure will also provide additional flexibility to those for whom voting on election day would be a problem.
Second, the bill would strengthen the powers of the Chief Electoral Officer to adapt the provisions of the Canada Elections Act to ensure the health and safety of voters and election staff. In its current form, the Canada Elections Act grants these powers only to enable electors to vote or to enable the counting of votes.
Third, the bill would make it easier to exercise the right to vote in a safe manner for one of the most vulnerable groups that has been hit the hardest by the pandemic, those residing in long-term care institutions. The bill would establish a period beginning 13 days before election day to facilitate the administration of voting in these institutions. This period would allow Elections Canada staff to coordinate with the staff of these long-term care institutions and ensure that residents can vote safely.
The bill proposes four measures to enhance access to mail-in voting for all Canadians. This measure makes sense when we know that mail-in voting was the preferred tool used in many countries such as the United States, where nearly two-thirds of voters voted by mail during the presidential election. According to Elections Canada, up to five million voters would choose mail-in voting if there is an election during the pandemic.
First, the bill would allow voters to register online to be able to vote by mail. Then, it would allow voters to use an identification number, for example, like the one on a driver's licence, to confirm their identity and their place of residence in the context of mail-in voting.
It would install secure reception boxes at every polling station and at the offices of the returning officers. This would allow those who cannot send their ballot by mail to deposit it securely.
The bill would allow people who initially chose to vote by mail to change their mind and vote in person, while protecting the integrity of the electoral process.
Together, these measures seek to ensure the security of an election that might be held during a pandemic by providing as many ways possible for voters to exercise their democratic rights.
It is important to note that these measures would be temporary. They would only apply to an election that is called 90 days after this legislation receives royal assent, or earlier if the Chief Electoral Officer has indicated that all the necessary preparations have been completed. These measures would cease to be in effect six months after a general election was administered during the pandemic or earlier, as determined by the Chief Electoral Officer after consultation with Canada's chief public health officer.
We must take steps now to ensure that the next election be held safely and that it be accessible to all voters.
I want to commend Elections Canada for its exceptional work and thank all those who are involved and who will be involved in administering a safe election in unprecedented circumstances.
I am pleased to take questions from and debate with my colleagues.
Madame la présidente, comme nous le savons tous, la pandémie de la COVID-19 continue de poser des défis sans précédent pour notre société comme pour notre gouvernement.
La pandémie nous a forcés à changer, ne serait-ce que provisoirement, notre mode de vie et nos pratiques afin de protéger la santé de nos concitoyens. Très honnêtement, j'aurais tellement aimé pouvoir débattre avec mes collègues de cette motion et de bien d'autres en personne à la Chambre, mais nous voici en ligne sur Zoom dans nos salons, dans nos circonscriptions. Nous votons maintenant de manière virtuelle et au moyen d'une application électronique.
La pandémie nous a forcés à changer le mode de scrutin à la Chambre des communes, du jamais-vu en 200 ans. Elle nous a forcés à nous adapter, et les élections n'ont pas échappé à ce besoin d'adaptation. Depuis le début de la pandémie, le Canada a connu deux élections partielles fédérales et plusieurs élections à l'échelle provinciale, territoriale et locale. Ces scrutins ont offert aux électeurs un large éventail d'options pour exercer leur droit de vote en toute sécurité.
La tenue d'une élection générale pendant une pandémie représente bien sûr un défi d'importance. Le gouvernement a donc tiré profit des enseignements se dégageant des expériences d'élections canadiennes et de scrutins tenus à l'étranger, ainsi que des analyses d'Élections Canada et du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre.
Afin d'assurer à la fois la sécurité des électeurs et l'exercice aussi large que possible du droit de vote, le gouvernement a introduit le 10 décembre dernier le projet de loi C-19.
Avant d'entrer dans les détails de ce projet de loi, je tiens quand même à dire très clairement que je ne veux absolument pas d'une élection. Tout au long de cette pandémie, nous avons travaillé de manière collaborative pour gouverner le pays de manière responsable et en collaboration avec les autres partis. Nous l'avons fait pour aider les Canadiens et nous continuerons de le faire.
Je veux aussi être très claire: je n'ai rien contre cette motion, mais j'ai un réel problème avec le cadrage de ce débat rempli de petites attaques partisanes impliquant que le gouvernement veut une élection en temps de pandémie. C'est tout faux et les faits le démontrent.
Pour revenir au projet de loi C-19, il apporte à la Loi électorale du Canada des modifications provisoires soutenant la tenue d'un scrutin sécuritaire et accessible dans l'éventualité d'une élection générale pendant la pandémie. Ce projet de loi s'appuie sur les recommandations faites par le directeur général des élections en octobre 2020 concernant le vote dans le contexte d'une pandémie, ainsi que sur le travail essentiel de nos collègues du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, que je remercie.
Le projet de loi C-19 s'articule autour de quatre mesures principales. D'abord, afin de faciliter la distanciation physique dans les bureaux de vote, le projet de loi propose d'ajouter deux jours supplémentaires de scrutin, le samedi et le dimanche précédant le jour du scrutin traditionnel du lundi. Cette mesure diminuerait le nombre de personnes présentes au bureau de scrutin à un moment précis, ce qui est très important. Elle serait particulièrement utile dans les circonscriptions où les autorités de santé publique ont établi des limites strictes sur le nombre de personnes permises dans les lieux publics. Cette mesure accordera également une flexibilité supplémentaire à ceux et celles pour qui l'exercice du droit de vote le jour du scrutin poserait problème.
Deuxièmement, le projet de loi renforcerait les pouvoirs d'adaptation du directeur général des élections afin de lui permettre d'adapter les dispositions de la Loi électorale du Canada pour assurer la santé et la sécurité des électeurs et du personnel électoral. Sous sa forme actuelle, la Loi électorale du Canada ne lui accorde ces pouvoirs d'adaptation que pour permettre aux électeurs de voter ou pour permettre le dépouillement des voix.
Troisièmement, le projet de loi faciliterait l'exercice du droit de vote de manière sécuritaire pour un des groupes les plus vulnérables et les plus durement touchés par la pandémie, soit les personnes vivant dans les établissements de soins de longue durée. Le projet de loi établirait une période de 13 jours avant le début du scrutin pour faciliter l'administration du vote dans ces établissements. Cette période permettrait au personnel d'Élections Canada de se coordonner avec le personnel des établissements de soins de longue durée de manière à s'assurer que ces résidents peuvent voter en toute sécurité.
Enfin, le projet de loi propose quatre mesures visant à accroître l'accès au vote par correspondance pour l'ensemble des citoyens canadiens. Cette mesure prend tout son sens lorsqu'on sait que le vote par correspondance a été l'outil privilégié utilisé dans de nombreux pays, comme aux États-Unis, où à peu près les deux tiers des électeurs ont voté par la poste lors de l'élection présidentielle. Selon Élections Canada, ce sont jusqu'à 5 millions d'électeurs qui choisiraient de s'en prévaloir dans l'éventualité d'une élection pendant la pandémie.
D'abord, le projet de loi permettrait aux électeurs de s'inscrire en ligne pour pouvoir voter par correspondance. Ensuite, il permettrait aux électeurs d'utiliser un numéro d'identification, par exemple, celui que comporte un permis de conduire, pour confirmer leur identité et leur lieu de résidence dans le contexte d'un vote par correspondance.
Par ailleurs, il prévoit l'installation de boîtes de réception sécurisées dans tous les bureaux de scrutin et dans les bureaux de directeurs de scrutin. Cela permettrait à celles et ceux qui ne peuvent pas faire parvenir leur bulletin de vote par la poste de le déposer en toute sécurité.
Enfin, le projet de loi permettrait aux citoyens ayant initialement choisi de voter par correspondance de changer d'idée et de voter en personne, tout en protégeant l'intégrité du processus électoral.
Ensemble, ces mesures visent à assurer la sécurité d'une élection qui aurait lieu pendant la pandémie, en offrant le plus de moyens possible aux électeurs d'exercer leur droits démocratiques.
Il est important de souligner que ces mesures ne seraient que temporaires. Elles s'appliqueraient à une élection déclenchée 90 jours après l'obtention de la sanction royale, ou plus tôt, si le directeur général des élections devait indiquer que les préparatifs nécessaires avaient été achevés. Elles expireraient six mois après la tenue d'une élection générale tenue pendant la pandémie, ou plus tôt, à la discrétion du directeur général des élections du Canada, après consultation avec l'administrateur en chef de la santé publique du Canada.
Il nous incombe de prendre des mesures maintenant pour veiller à ce que la tenue de la prochaine élection se fasse de façon sécuritaire et à ce qu'elle soit accessible à tous les électeurs.
Je souhaite enfin souligner le travail exceptionnel d'Élections Canada et exprimer ma reconnaissance envers ceux et celles qui contribuent et qui contribueront à la tenue d'élections sécuritaires dans des circonstances inédites.
Je serai heureuse de répondre à des questions et d'en débattre avec mes collègues.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-05-13 16:40 [p.7209]
Madam Speaker, the NDP has been clear and consistent that we do not want to have an election during a pandemic and we do not intend on triggering one. We would have liked to see the Prime Minister take some responsibility and commit to the same.
The hon. member talked about Bill C-19, but it only passed second reading on time allocation earlier this week. It has not gone through committee or the Senate. If an election were called, we would be in pretty big trouble.
It is the Liberals who are filibustering the procedure and House affairs committee, which risks delaying Bill C-19. Will the Liberals allow for the vote at committee so we can get on with studying the bill?
Madame la Présidente, le NPD a clairement indiqué qu'il ne souhaitait pas d'élections durant la pandémie et qu'il n'avait pas l'intention d'en déclencher non plus. Nous aurions aimé que le premier ministre prenne ses responsabilités et fasse de même.
La députée a parlé du projet de loi C-19, qui vient juste d'être adopté à l'étape de la deuxième lecture sous l'imposition d'une attribution de temps plus tôt cette semaine. Il n'a pas encore franchi les étapes du comité ou du Sénat. Si des élections étaient déclenchées, nous ne serions pas sortis du bois.
Ce sont les libéraux qui font de l'obstruction au comité de la procédure et des affaires de la Chambre, ce qui risque de retarder le projet de loi C-19. Les libéraux permettront-ils le vote au comité pour que nous puissions passer à l'examen du projet de loi?
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2021-05-13 16:41 [p.7210]
Madam Speaker, I wish I could delve further into that question. With the short time I have, I do appreciate the support of that NDP member and other NDP members for our budget. The budget implementation act will deliver for Canadians. Having at least one opposition party supporting work and programs that will help Canadians is certainly very refreshing.
Madame la Présidente, j'aimerais me pencher de plus près sur cette question. Je ne dispose pas de beaucoup de temps, mais je suis reconnaissante que le député néo-démocrate et d'autres membres du NPD appuient le budget. La loi d'exécution du budget fera le nécessaire pour les Canadiens. Je trouve plutôt rafraîchissant qu'au moins un parti d'opposition appuie le travail et les programmes visant à aider les Canadiens.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-05-13 16:42 [p.7210]
Madam Speaker, I am pleased to rise today on this opposition day, especially since we have heard a lot of hasty conclusions during this debate.
The most recent example was from the member for Outremont. She just said that the Liberals do not want an election and that it is clearly the Bloc Québécois that wants one, since it votes non-confidence in the government and is trying to make the government fall. She said that it is the Bloc that wants an election.
I think it is important to remember that there is no connection between voting non-confidence in the government and wanting an election. Some journalists may even need that reminder as well. Yesterday I saw a headline that said, “BQ calls on Liberals to avoid pandemic election, despite voting non-confidence”. This is yet another example of what I feel is an incorrect assessment.
I would like to remind the House of the role of opposition members. It is precisely to scrutinize the government, not to give it a blank check, especially in a minority Parliament. It is also to make sure it adopts good policies and that these are reached through a certain consensus, or at least that a certain majority is favourable to these policies in the context of a minority Parliament. That is the role of opposition members. We cannot systematically tie our own hands just because someone accuses us of wanting to trigger an election. We have an obligation to do our job.
I am going to share a little story about the role of opposition members. Often, during election campaigns, people say to parties like the Bloc Québécois that opposition members serve no purpose, because they are not part of the government and are not important. When that happens, I am happy to ask people what they think of the idea of giving all the seats in the House to the members of the party with the most votes. They always answer that someone has to keep an eye on the government. Precisely. The role of opposition members is to keep an eye on the government.
That being said, the motion put forward today by the Bloc Québécois provides the government with a fine opportunity to clarify its own position on holding an election during a pandemic. We all know the saying “to walk the talk”. In this case, the walk and the talk are not even close. I would suggest to members that today we are handing the government, on a silver platter, the opportunity to be constructive and to really confirm that it does not want an election during a pandemic.
All day long, the Liberals seem to have been trying to argue that they do not want an election. They are saying that they did not introduce Bill C-19 to call an election during a pandemic, but rather because it was necessary and because they had to plan ahead and determine how an election would be managed during a pandemic.
Yes, it is important to pass Bill C-19. That is why the Bloc Québécois contributed to a study on holding elections during a pandemic at the Standing Committee on Procedure and House Affairs. It was necessary and appropriate to do so.
The Bloc Québécois voted in favour of the final report of the Standing Committee on Procedure and House Affairs on holding an election during a pandemic. We voted in favour of the principle of Bill C-19 at second reading. We support having a bill that would dictate the rules of the game in the context of a pandemic election.
The problem we have is that the government is not walking the talk with regard to Bill C-19. It is important to remember that the Standing Committee on Procedure and House Affairs, which examined the election issue, prepared its report after hearing from a number of very interesting witnesses, including chief electoral officers who had actually conducted elections during a pandemic. I had the pleasure of attending a few of those committee meetings.
The report was tabled on October 8. Two days later, before the ink was even dry, the government completely ignored the recommendations and introduced its own bill.
Things were off to a bad start. Then a little later, closure was imposed. At that point, things deteriorated even more because closure is anything but consensus building. I will repeat once more some of the remarks quoted by my colleagues.
Emmanuelle Latraverse said that wanting to modify a law without going through government was against the rules of our electoral system, which encourages seeking consensus. According to Ms. Latraverse, the irony is that the Liberals put a gag order on a bill to amend the Canada Elections Act, but made a big fuss when the same thing happened under the Harper government. She stated that the more things change, the more they stay the same, and that the Liberals have only themselves to blame for the timing of this legislation.
The Liberals are sidestepping the Standing Committee on Procedure and House Affairs, which had reached consensus, and they are invoking closure, which is anything but consensus-building. They say they do not want people to be cynical, but their actions foster cynicism.
All day, the Liberals have been saying that we should not undermine the electoral process or do anything that would cause people to lose faith in it, which is what happened in the United States. If closure does not cause a loss of faith in the legislative and democratic process, I have to wonder what it does.
There is another point to make here. Generally speaking, closure is hard to justify. That is very true in this context because closure was invoked after four hours of debate over a five-month period. The government has done a poor job of managing its legislative agenda. There was no reason to invoke closure.
Since we did not have time to discuss the bill because of the time allocation motion, I will do so now. I would like to remind members of what could have been discussed if we had had the opportunity to do so. Let us not forget that the Bloc Québécois is always ready to co-operate. In fact, my colleagues heard the leader of the Bloc Québécois offer the Prime Minister the opportunity to discuss the content of the bill. We are still prepared to help. For example, we could discuss the deadline for receiving ballots by mail. Currently, the deadline is set for the day after the last polling day, which means that people can continue to vote after the preliminary results.
The procedure and House affairs committee made recommendations to avoid having election day on a Monday. This would make it easier to have more election workers, especially young people, since they work mostly on the weekend, and to have access to more local workers during an election. We will also need extra workers if we want to maintain social distancing.
The issue of advertising and polls could have been addressed. Right now, the bill seems unclear on that issue. Usually, on election day, advertising and the publication of polls are prohibited. Since the voting period will take place over three days, will this guideline be applied to all three polling days? It would be interesting to discuss this. We would have liked more time to do so.
The way the bill was brought before the House suggests that there may be some desire on the part of the government to call an election. Today, we are suggesting that the government clarify matters. We are giving the government the opportunity to confirm that there will not be an election during the pandemic.
In politics, we say that the rule is to hope for the best but prepare for the worst. Today's debate is not entirely about the merits of Bill C-19. Bill C-19 is about preparing for the worst, because we do not know how long the pandemic will last. Should the pandemic last longer than the government's four-year term, which I hope will not be the case, then it is a good idea to have a bill that provides an election framework.
In fact, today's motion does not aim to prevent us from having a bill on preparing for elections. It asks us to draft the best bill we can, to hope for the best, but not to set ourselves up for the worst, which would be to hold an election during a pandemic. It is the responsibility of the government to do everything it can to avoid having an election, so that people will not be called to vote so long as there is a pandemic.
This can be achieved very easily by doing three things. First, we are asking the government to ensure that votes that are confidence votes by default are well structured and to do its best to reach a consensus on the measures it proposes, or at least obtain the agreement of the majority of the House.
Second, we are asking the government not to make confidence votes out of votes that do not necessarily need to be, as we have seen it do on multiple occasions during the current Parliament.
Third, we are simply asking the government not to unilaterally decide to dissolve the House, even if the polls are in its favour.
That basically sums up our motion. It is just plain common sense. That is all we are asking of the government.
Madame la Présidente, je suis contente de pouvoir prendre la parole dans le cadre de cette journée de l'opposition, notamment parce que nous avons entendu beaucoup de raccourcis durant le débat.
L'un d'entre eux vient tout juste d'être repris par la députée d'Outremont. Elle nous dit que ce ne sont pas les libéraux qui veulent des élections, que c'est visiblement beaucoup plus le Bloc québécois qui en veut, car il vote contre le gouvernement lors de votes de confiance et tente de faire tomber le gouvernement. Elle affirme que c'est donc le Bloc qui veut des élections.
Je pense qu'il est important de rappeler qu'il n'y a pas d'adéquation entre le fait de voter contre le gouvernement lors d'un vote de confiance et le fait de vouloir des élections. Je pense que cela peut même être un petit rappel pour certains journalistes. Voici le titre d'un article paru hier: « BQ calls on Liberals to avoid pandemic election, despite voting non-confidence  ». Encore une fois, on fait cette adéquation qui me semble tout à fait inappropriée.
J'aimerais rappeler à la Chambre quel est le rôle des députés de l'opposition. Ce rôle est justement de surveiller le gouvernement et de ne pas lui donner un chèque en blanc, surtout dans un contexte minoritaire. C'est aussi de s'assurer qu'il adopte de bonnes politiques et que ces dernières font l'objet d'un certain consensus, ou à tout le moins qu'une certaine majorité est favorable à ces politiques dans un contexte minoritaire. Voilà le rôle des députés de l'opposition. Nous ne pouvons pas nous lier les mains nous-mêmes systématiquement juste parce qu'on nous accuserait de vouloir des élections. Nous avons l'obligation de faire notre travail.
Je vais me permettre de raconter une petite anecdote sur le rôle des députés de l'opposition. Souvent, durant les élections, les partis comme le Bloc québécois se font dire que les députés de l'opposition ne servent à rien, car ils ne sont pas au gouvernement et ne sont pas importants. Lorsque cela arrive, je me fais un plaisir de demander aux gens ce qu'ils pensent de la possibilité de donner tous les sièges de la Chambre aux députés du parti détenant la majorité des voix. Ils me répondent toujours qu'il faut que des gens surveillent le gouvernement. Effectivement, le rôle des députés de l'opposition est de surveiller le gouvernement.
Cela dit, la motion qui est présentée aujourd'hui par le Bloc québécois offre au gouvernement une belle occasion de clarifier sa propre position sur la tenue d'une élection en temps de pandémie. On connaît le proverbe qui dit que les bottines ne suivent pas les babines. Dans ce cas-ci, les babines partent d'un bord et les bottines partent de l'autre. J'aurais tendance à suggérer aux députés qu'aujourd'hui, nous offrons au gouvernement, sur un plateau d'argent, la possibilité d'être constructif et de vraiment confirmer qu'il ne veut pas d'élections en temps de pandémie.
Depuis le début de la journée, les libéraux semblent vouloir se défendre de souhaiter déclencher des élections. Ils affirment qu'ils n'ont pas déposé le projet de loi C-19 dans le but de déclencher des élections en temps de pandémie, mais bien parce que c'était nécessaire et qu'il fallait être prévoyant et déterminer comment seraient gérées des élections en temps de pandémie.
Effectivement, c'est important d'adopter le projet de loi C-19. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le Bloc québécois a contribué, au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, à une étude sur la tenue d'élections en temps de pandémie. C'était nécessaire et pertinent de le faire.
Le Bloc québécois a voté en faveur du rapport final du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre sur la tenue d'élections en temps de pandémie. Nous avons voté en faveur du principe du projet de loi C-19 en deuxième lecture. Nous sommes en faveur de l'existence d'un projet de loi qui dicterait les règles du jeu dans un contexte d'élection en temps de pandémie.
C'est la façon d'arriver au projet de loi C-19 qui nous fait croire que les bottines et les babines ne se suivent pas dans ce contexte. Il faut se rappeler que le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, qui s'est penché sur la question des élections, a préparé son rapport après avoir entendu une pléiade de témoins très intéressants, notamment des directeurs des élections qui ont tenu eux-mêmes des élections en temps de pandémie. J'ai eu le plaisir de participer à quelques reprises à ce comité.
Le rapport a été déposé le 8 octobre. Deux jours plus tard, alors que l'encre n'était même pas encore sèche, le gouvernement, faisant complètement fi de ces recommandations, déposait son propre projet de loi.
Nous avons trouvé que cela s'annonçait mal. Or, un peu plus tard, on nous a imposé un bâillon. À ce moment, les choses s'annonçaient encore moins bien, puisque, le bâillon, c'est tout sauf la recherche d'un consensus. Je vais citer une fois de plus ce que certains de mes collègues ont cité.
Emmanuelle Latraverse disait que le fait de vouloir modifier une loi sans passer par le Parlement contrevenait aux règles de notre régime électoral, qui prône la recherche d'un consensus. Selon Mme Latraverse, l'ironie dans toute cette histoire, c'est que les libéraux ont imposé un bâillon pour modifier la Loi électorale du Canada, alors qu'ils avaient eux-mêmes déchiré leur chemise lorsque la même situation s'était produite sous le régime Harper. Elle affirme que, plus cela change, plus c'est pareil, et que les libéraux n'auront qu'eux-même à blâmer pour la gestion du calendrier de cette loi.
Les libéraux contournent le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, au sein duquel il y avait consensus, et imposent un bâillon, ce qui est tout sauf la recherche d'un consensus. Cela contribue au cynisme qu'ils souhaitent justement éviter.
Depuis le début de la journée, les libéraux disent qu'il ne faut pas remettre en cause le processus électoral et qu'il ne faut pas faire en sorte que les gens perdent confiance dans le processus électoral, comme cela s'est produit aux États-Unis. Si l'imposition d'un bâillon ne contribue pas à la perte de confiance dans le processus législatif et démocratique, je me demande quelle est son utilité.
De plus, on en ajoute une autre couche. L'utilisation d'un bâillon est généralement assez peu justifiée. Dans ce contexte, ce l'est encore moins, puisque le bâillon a été imposé à la suite de quatre heures de débats en cinq mois. La gestion du programme législatif du gouvernement a donc été, au mieux, mauvaise. Rien ne justifiait l'utilisation d'un bâillon.
Puisque nous n'avons pas eu le temps de discuter du projet de loi, à cause du bâillon, je me permets de le faire maintenant. J'aimerais rappeler ce qui aurait pu être discuté si nous avions eu l'occasion de le faire. N'oublions pas que le Bloc québécois a toujours la main tendue. D'ailleurs, mes collègues ont entendu le chef du Bloc québécois offrir au premier ministre la possibilité de discuter du contenu du projet de loi. Notre main est toujours tendue. On pourrait discuter, par exemple, de la date limite pour recevoir les bulletins de vote par la poste. Actuellement, cette date est fixée au lendemain de la dernière journée de scrutin, ce qui fait que les gens peuvent continuer à voter à la suite des résultats préliminaires.
Le Comité de la procédure et des affaires de la Chambre a fait des recommandations afin d'éviter que le jour du scrutin soit un lundi. Cela nous permettrait d'avoir plus de main-d'œuvre électorale, notamment chez les jeunes, puisqu'ils travaillent surtout pendant la fin de semaine, et d'avoir accès à plus de main-d'œuvre locale lors de la tenue des élections. On aura aussi besoin de main-d'œuvre supplémentaire si l'on veut respecter la distanciation sociale.
La question de la publicité et des sondages aurait pu être abordée. Présentement, il semble y avoir un flou à cet égard dans le projet de loi. Habituellement, le jour du scrutin, on interdit la publicité et la publication de sondages. Comme la période de scrutin se déroulera sur trois jours, appliquera-t-on cette directive à l'ensemble des trois journées de vote? Ce serait intéressant d'en discuter. Nous aurions souhaité avoir plus de temps pour le faire.
La façon dont le projet de loi a été amené à la Chambre nous permet de supposer qu'il y a peut-être une certaine velléité, de la part du gouvernement, de déclencher des élections. Aujourd'hui, nous lui proposons de clarifier les choses, nous lui offrons la possibilité de confirmer qu'il n'y aura pas d'élections pendant que nous sommes en pandémie.
En politique, on dit que la règle, c'est d'espérer le meilleur, mais de se préparer au pire. Justement, le débat d'aujourd'hui ne porte pas entièrement sur le bien-fondé du projet de loi C-19. Ce dernier sert à prévoir le pire, parce que nous ne savons pas combien de temps la pandémie va durer. J'ose espérer que ce ne sera pas le cas, mais si la pandémie devait durer jusque après le mandat de quatre ans du gouvernement, ce sera bien d'avoir eu un projet de loi visant à encadrer les élections.
En fait, la motion d'aujourd'hui ne vise pas de ne pas avoir un projet de loi pour préparer les élections, elle demande de préparer le meilleur, d'espérer le meilleur, mais de ne pas organiser le pire, c'est-à-dire la tenue d'élections en temps de pandémie. C'est la responsabilité du gouvernement de tout mettre en œuvre pour qu'il n'y ait pas d'élections et pour que les gens ne soient pas appelés aux urnes tant que la pandémie n'est pas terminée.
Cela passe tout simplement par trois choses. Premièrement, nous demandons au gouvernement de s'assurer que les votes, qui sont par défaut des votes de confiance, sont bien ficelés et que le gouvernement recherche, autant que possible, un consensus, sinon une adhésion majoritaire de la Chambre, relativement à ce qui sera proposé.
Deuxièmement, nous lui demandons de ne pas faire inutilement des votes de confiance à partir de votes qui n'ont pas besoin de l'être, comme on l'a vu à quelques reprises durant la présente législature.
Troisièmement, nous demandons tout simplement au gouvernement de ne pas décider unilatéralement de dissoudre la Chambre, même si les sondages lui sont favorables.
En gros, c'est notre motion. C'est le gros bon sens. C'est tout ce que nous demandons au gouvernement.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-05-13 16:57 [p.7212]
Madam Speaker, I have listened carefully to most of the speeches today, and it occurs to me that I should make a point that I feel it important but that has not been properly emphasized: the purpose of the motion, or my party leader's purpose in moving it.
I would like to focus everyone's attention on what was said yesterday during question period. My colleague from Saint-Jean mentioned it, and I think she put it better than I can.
Yesterday, during question period, the member for Beloeil—Chambly said he was reaching out to the opposition parties to avoid a pandemic election. We got an unmistakable answer today, and I think I would like explain by picking up on what my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie said in his speech. He said the Bloc Québécois had, on several occasions, floated the possibility of an election. Making such a claim suggests that he does not understand the opposition parties' role, so I would like to review that role.
We often assign motives to other members in the House. I assign motives to my Conservative, Liberal and NDP colleagues. That is the ideological part of politics, but beyond that ideology, we sometimes have the opportunity to collaborate and work together to advance a file. For example, I will point to our work on CUSMA.
If we all recall, under CUSMA, aluminum did not have the same protections as steel. We worked with the Deputy Prime Minister. I congratulate her on that. What an inspiration she is. I have a feeling that the Liberal Party would benefit from drawing inspiration from what the Deputy Prime Minister is doing. We collaborated with her. At first, she was not of the same view as us, and she misjudged our intentions. We discussed things openly and worked in collaboration with her. It resulted in something fortunate. Ultimately, aluminum got the same protections as steel.
By moving today's motion, the leader of my political party wanted to do the same thing and repeat the same modus operandi. In other words, why not sit down with all the party leaders, whips and others and come up with a solution that everyone agrees on, one that means we can avoid having an election during the pandemic, because that is what the public wants? The Liberal government rejected this overture, and it will have to answer for that.
On the one hand, there was a call to work collaboratively. This reminds me that I have often heard my Liberal colleagues say that we should take a “team Canada” approach. Regarding vaccines, they have told us that we were not working like team Canada. Oddly enough, their “team Canada” operates on a sliding scale. When it suits them, the Liberals talk about consensus and working together, but when it does not suit them, they toss that notion aside.
I thought it was pretty unfortunate today that the House could not get past partisan interests and agree that what we needed to do was have a dialogue in order to potentially find a way out that would allow us to avoid a pandemic election, or at least agree on the rules that would apply.
This brings me back to what I was saying earlier.
It is true that we sometimes assign motives to one another. That may be the somewhat more negative role of the opposition, but there is also a positive role. I was thinking about that just now. What is the role of the opposition? I was thinking of my colleague, the member for Lac-Saint-Jean, who often annoys me when he asks who I work for.
It is true that the role of the opposition and of all members is to present what their constituents want. At present, they are telling us that they do not want an election during a pandemic. Therefore, it is our duty to deliver that message. However, there is another role that we talk about often.
My colleague from Lac-Saint-Jean often asks the question, “Who do we work for?” However, there is another question: what do we work for? That is the role of opposition parties. If I ask a member of the Bloc Québécois what they work for, sovereignty is definitely one answer, but there are also other matters that we have addressed, such as the fight against greenhouse gas emissions, cutting oil subsidies, and vital support for seniors, an issue that brought about collaboration the likes of which we had never seen before and will never seen again, unfortunately, as well as health transfers.
The role of the opposition, and therefore of the Bloc Québécois, is to push the government in a particular direction or advocate for things that bring the organization of society more in line with our values.
That is the opposition's role, and we can only fulfill that role through a balance of power. This is politics 101. It is what I would explain to first-year political science students. Politics is rooted in conflict. Sometimes we settle that conflict through compromise, but politics is ultimately rooted in a balance of power.
That is why I was surprised to hear our NDP colleague saying today that the Bloc Québécois members were finally seeing the light and joining the NDP in saying that there should not be an election during a pandemic. I found that shocking, since the NDP has completely destroyed the balance of power between it and the government by constantly voting with the government. The NDP will no longer be able to advocate for its own proposals, since the current government knows that the NDP will ultimately vote with it. That is diminishing the role of the opposition. I think that is the worst thing that can happen, especially in the context of a minority government.
Today, we are looking for some form of co-operation with the Liberal government, but they are dismissing our offer out of hand. In addition, to add insult to injury, when we are make political decisions and try to advance our interests, such as seniors and health transfers, the Liberals say that we are putting their government at risk because we are not voting with them.
When we voted against the budget because it did not include the things we thought were essential, they said we wanted to trigger an election. It is no longer possible to criticize the Liberal government, because they will accuse us of wanting to trigger an election. That is the worst thing anyone can do in politics. It is called a circular argument.
In other words, if we vote against the Liberal government, that means that we basically want an election. We do not have the option of saying what we want. At the same time, we cannot say anything about how we should not hold an election during a pandemic or about how Bill C-19 is a disaster, because the government will tell us that we are being partisan and that we voted against its budget. It is the perfect way to paralyze the opposition and ensure that there is no political debate. To me, a party that does not want political debate is a party that is in decline, or at least a party that has very little respect for democracy.
I think that we witnessed this today. Some people seem to operate on a sliding scale when it comes to respecting democracy. However, democracy works through negotiation, and we have seen these negotiations many times in the House. Earlier I shared the example of what we did with CUSMA. Another example would be from early on in the pandemic, when we were able to have rational debates with the government about how to manage the pandemic. Through these debates, we were able to come to a consensus in the House to improve the wage subsidy. This negotiation process is essential to how Parliament works, and this is especially true with a minority government.
How did the government put an end to these negotiations? It imposed a gag order, or time allocation, on Bill C-19. That is the worst thing it could do. It is completely unacceptable for a government to use time allocation on a bill that directly affects our democratic processes and principles. I have not seen a single political pundit agree with this move. Worse yet, the NDP supported the government's time allocation motion on Bill C-19, which is completely unacceptable.
Several people who are close to me often ask me if there will be an election. The reason I keep getting asked that question in my riding is that people are worried. Today, I do not have much reassurance to offer them, because when I see what the Liberal government is doing, I am convinced it is waiting for the right time to trigger an election, pandemic notwithstanding.
Madame la Présidente, aujourd'hui, j'ai suivi attentivement la majorité des interventions et je me suis dit qu'il fallait peut-être revenir sur une chose qui est passée sous le radar et qui est assez importante d'après moi: l'objectif de la motion, c'est-à-dire l'objectif qu'avait le chef de ma formation politique en la déposant.
J'ai envie de ramener tout le monde sur ce qui a été dit hier pendant la période des questions orales. Ma collègue de Saint-Jean y a fait référence, il me semble mieux que moi.
Hier, pendant la période des questions orales, le député de Beloeil—Chambly a dit qu'il tendait la main aux partis de l'opposition pour qu'il n'y ait pas d'élections en période de pandémie. Une réponse a été donnée abondamment aujourd'hui, et je crois que j'ai bien envie de me référer en particulier au discours de mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie pour l'illustrer. Il a dit que le Bloc québécois avait, à quelques occasions, soulevé la possibilité qu'il y ait des élections. Le fait de faire cette assertion, c'est très bien mal connaître ce qu'est le rôle des partis de l'opposition. J'aimerais donc revenir sur le rôle des partis de l'opposition.
On se prête souvent des intentions à la Chambre. Je prête des intentions à mes collègues conservateurs, à mes collègues libéraux et à mes collègues du NPD. C'est le volet idéologique de la politique, mais, au-delà de ce volet idéologique, quelquefois, on a la possibilité de collaborer et de travailler ensemble pour faire cheminer un dossier. À titre d'exemple, je vais prendre le travail que nous avons dans le cadre de l'ACEUM.
Si nous nous rappelons tous bien, dans le cadre de l'ACEUM, l'aluminium n'avait pas la même protection que l'acier. Nous avons travaillé avec la vice-première ministre. Je l'en félicite. Tous devraient s'en inspirer. J'ai l'impression que, au Parti libéral, on gagnerait à s'inspirer abondamment de ce que la vice-première ministre fait. Nous avons donc travaillé en collaboration avec elle. Au début, elle n'avait pas la même vision que nous et nous prêtait des intentions. Nous avons discuté et travaillé en collaboration avec elle. Cela a débouché sur quelque chose d'heureux. Finalement, l'aluminium a eu la même protection que l'acier.
En déposant la motion d'aujourd'hui, le chef de ma formation politique voulait faire cela: répéter le même modus operandi. Autrement dit, pourquoi ne pas nous asseoir ensemble avec tous les chefs de parti, les whips et d'autres personnes et trouver un mode de fonctionnement qui soit consensuel et qui nous permette — parce ce que c'est ce que notre population nous demande — de ne pas tenir d'élections pendant la pandémie? Cette main tendue a été rejetée par le gouvernement libéral, et il aura à y répondre.
D'un côté, il y avait cet appel au travail en collaboration. Cela me fait d'ailleurs penser que j'ai souvent entendu, de la part de mes collègues libéraux, l'idée qu'il fallait travailler comme Équipe Canada. Ils nous ont dit au sujet des vaccins qu'on ne travaillait pas comme Équipe Canada. Étrangement, leur « Équipe Canada » est à géométrie variable. Quand cela fait leur affaire, les libéraux évoquent l'idée de consensus et de travail en collaboration, mais, quand cela ne fait plus leur affaire, ils la laissent de côté.
J'ai donc trouvé assez malheureux aujourd'hui de ne pas passer outre les intérêts partisans et se dire que ce qu'on doit faire ensemble, c'est délibérer pour peut-être trouver un processus de sortie qui permettrait de ne pas tenir d'élections en temps de pandémie ou, du moins, s'entendre ensemble sur les règles qui seront applicables.
Cela me ramène à ce que je disais plus tôt.
Il est vrai qu'on se prête quelquefois les uns les autres des intentions. C'est peut-être le rôle un peu plus négatif de l'opposition, mais elle joue aussi un rôle positif. J'y pensais tout à l'heure: quel est le rôle de l'opposition? Je pensais à mon collègue le député de Lac-Saint-Jean, qui m'embête souvent avec sa formule: pour qui tu travailles?
C'est vrai. Le rôle de l'opposition et de tous les députés est de représenter la volonté de leurs concitoyens et de leur population. Présentement, notre population nous dit qu'elle ne veut pas d'élections, pas en temps de pandémie. Nous avons donc un devoir de porter ce message, mais il y a un autre rôle dont on parle souvent.
Si mon collègue de Lac-Saint-Jean me pose souvent la question « pour qui tu travailles? », il y a aussi: pourquoi tu travailles? C'est cela, le rôle des partis de l'opposition. Si on demande à un député du Bloc québécois pourquoi il travaille, il y a assurément la question nationale qui vient, mais il y a aussi d'autres éléments que nous avons abordés, comme la lutte contre les GES, la diminution du financement du pétrole, mais aussi l'essentiel soutien aux aînés — collaboration qun’aon a jamais vue et malheureusement qu'on n'aura pas — ou les paiements de transferts en soins de santé.
Le rôle de l'opposition, c'est-à-dire le rôle du Bloc québécois, est donc de pousser le gouvernement à agir dans une direction, une orientation ou bien vers une organisation de la société qui est peut-être plus près de nos valeurs.
C'est le rôle de l'opposition, et la seule façon d'y arriver, c'est d'établir un rapport de force. C'est la politique 101. J'expliquais cela à des étudiants de première année en science politique. La politique repose sur le conflit. On réussit à résorber ce conflit quelques fois en trouvant des positions médianes, mais la politique repose surtout sur un rapport de force.
Donc, quand j'ai entendu, aujourd'hui, notre collègue du NPD nous dire que les députés du Bloc québécois venaient finalement de voir la lumière et qu'ils disaient maintenant, comme le NPD, qu'il ne fallait pas tenir des élections en temps de pandémie, j'étais surpris. J'étais sous le choc, puisque le NPD, en votant continuellement avec le gouvernement, a carrément détruit le rapport de force entre lui et le gouvernement. Ce n'est plus possible pour le NPD de faire cheminer une proposition, puisqu'en fin de compte, le gouvernement en place sait très bien que le NPD va voter avec lui. C'est réduire le rôle de l'opposition. Dans le contexte d'un gouvernement minoritaire surtout, je pense que c'est la pire chose qui peut arriver.
On cherche aujourd'hui une forme de collaboration avec le gouvernement libéral, mais il repousse notre offre du revers de la main. En plus, pour comble d'insulte, quand nous faisons de la politique et que nous essayons de faire cheminer nos intérêts — je pense aux aînés et aux transferts en santé —, les libéraux disent que nous mettons leur gouvernement en péril parce que nous ne votons pas comme eux.
Quand nous avons voté contre le budget, parce que nous n'y retrouvions pas ce qui nous apparaissait essentiel, ils ont dit que nous voulions déclencher des élections. Ce n'est donc plus possible de critiquer le gouvernement libéral, parce qu’on va nous accuser de vouloir déclencher des élections. C'est la pire des choses qu'on peut faire en politique. Cela s'appelle un argument circulaire.
En d'autres mots, si on vote contre le gouvernement libéral, c'est qu'on veut une élection, foncièrement. On n'a donc pas le choix de dire ce qu'il veut. En même temps, on ne peut pas tenir un discours disant qu'il ne faut pas tenir d'élection en temps de pandémie et que le projet de loi C-19 est une catastrophe, parce que le gouvernement va répondre qu'on est partisan et qu'on n'a pas voté avec lui sur le budget. C'est la situation parfaite pour paralyser l'opposition et s'assurer qu'il n'y a pas de débat politique. Un parti qui tient à ce qu'il n'y ait pas de débat politique, pour moi, c'est un parti qui est en déclin ou qui, à tout le moins, respecte très peu la démocratie.
J'ai l'impression qu'aujourd'hui, on a vu cela. On a vu des gens qui avaient un respect de la démocratie à géométrie variable. Pourtant, la démocratie, c'est un système de négociation. On a vu cette négociation à plusieurs reprises à la Chambre. Tout à l'heure, j'ai donné l'exemple de ce qu'on a fait dans le contexte de l'ACEUM. Je pourrais donner aussi l'exemple de la première partie de la gestion de la pandémie, où on arrivait à avoir des discours cohérents avec le gouvernement. On a pu améliorer la subvention salariale dans le cadre d'un dialogue et d'un consensus à la Chambre. Ce processus de négociation est essentiel à notre fonctionnement, surtout dans le contexte d'un gouvernement minoritaire.
Pour mettre fin à ce processus de négociation, qu'est-ce que le gouvernement a fait? Il a utilisé le bâillon, c'est-à-dire l'attribution de temps, relativement au projet de loi C-19. C'est la pire chose. Utiliser l'attribution de temps pour un projet de loi qui touche directement nos procédés et nos principes démocratiques, c'est complètement inacceptable. Je n'ai pas lu un commentateur politique qui trouvait cette façon de procéder acceptable. Le pire là-dedans, c'est que le gouvernement a été appuyé par le NPD pour adopter une motion d'attribution de temps à l'égard du projet de loi C-19, ce qui est complètement inacceptable.
Il y a plusieurs personnes dans mon entourage qui me demandent fréquemment s'il y aura des élections. Si je me fais demander cela abondamment dans ma circonscription, c'est qu'il y a des gens inquiets. Aujourd'hui, je n'ai pas grand-chose à leur dire pour les sécuriser, parce que, quand je vois agir le gouvernement libéral, je suis convaincu qu'il attend le moment propice pour déclencher des élections même en temps de pandémie.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-13 17:10 [p.7214]
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech.
It is pretty clear that the government is in a hurry to call an election in the middle of a pandemic. It introduced the bill in December, it has cut off the debate and now it wants to get the bill to committee. However, the Liberals are filibustering in committee.
Does the member think the Liberals are in a hurry to call an election?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours.
Il est évident que le gouvernement est pressé de déclencher des élections en pleine pandémie. Il a déposé le projet de loi en décembre, il a abrégé la durée des discussions et, maintenant, il veut renvoyer le projet de loi en comité. Or les libéraux font systématiquement de l'obstruction en comité.
Le député pense-t-il que les libéraux sont pressés de déclencher des élections?
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-13 17:12 [p.7214]
Madam Speaker, it is clear to me that the Liberals are in a hurry to call an election while we are in a pandemic. The government introduced the bill in December, before the committee had completed its report. Now the government wants to send the bill to committee. However, the Liberals are filibustering in committee.
Would the member agree that the Liberals are in a hurry to call an election?
Madame la Présidente, il est évident, selon moi, que les libéraux sont pressés de déclencher des élections alors que nous sommes en pandémie. Le gouvernement a déposé le projet de loi en décembre, avant que le Comité n'ait terminé son rapport. Maintenant, le gouvernement veut renvoyer le projet de loi en comité. Or les libéraux font systématiquement de l'obstruction en comité.
Le député pense-t-il également que le gouvernement se dépêche afin de déclencher des élections?
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-05-13 17:12 [p.7214]
Madam Speaker, I completely agree with my colleague.
The Liberals realized that the NDP was going to vote with them come hell or high water. Their only objective and the only option for triggering an election now is to quickly pass Bill C-19.
If they do not want an election during the pandemic, then Bill C-19 is no longer of any use. I completely agree with my colleague.
Madame la Présidente, je suis entièrement d'accord avec ma collègue.
Les libéraux se sont rendu compte que le NPD allait voter avec eux contre vents et marées. Le seul objectif et la seule possibilité qu'ils ont de déclencher maintenant des élections sont de faire passer rapidement le projet de loi C-19.
Si leur volonté est de ne pas avoir d'élections en temps de pandémie, alors le projet de loi C-19 n'est plus d'aucune utilité. Je suis entièrement d'accord avec ma collègue.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, yesterday when we asked the Prime Minister if he wanted to call an election during a pandemic, he clearly said no.
However, I have read just about every commentary by just about every analyst and nobody but nobody believes him. This may be an opportunity for the Prime Minister to try to achieve a consensus.
I propose that he organize a private meeting with whoever he wants. It could be the leaders of the all the parties here. We could meet in a room, reach a consensus and apply it without closure.
Monsieur le Président, hier, quand on a demandé au premier ministre s'il voulait déclencher des élections en temps de pandémie, il a clairement répondu non.
Cependant, j'ai lu à peu près tous les commentaires d'à peu près tous les analystes, et personne ne le croit, vraiment personne. Cela s'avère peut-être une occasion pour le premier ministre d'essayer de dégager un consensus.
Je lui propose donc d'organiser une rencontre privée avec qui il voudra désigner. Ce pourrait être les chefs de tous les partis politiques présents. Nous pourrions rentrer dans une pièce, régler cela, trouver un consensus et l'appliquer, sans bâillon.
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:29 [p.7106]
Mr. Speaker, since the beginning of this pandemic, we have shown that we are here to work with the opposition parties and to meet the expectations of Canadians and that is exactly what we are doing. Our priority is to continue to deliver vaccines and provide support to families, workers and small businesses.
We will continue to operate in the House if the opposition parties are here to work. Unfortunately, the Bloc Québécois voted twice in favour of an election a few weeks ago by voting non-confidence in the House. It is the Bloc that is interested in having an election. We are not interested.
Monsieur le Président, depuis le début de cette pandémie, nous avons démontré que nous sommes là pour travailler avec les partis d'opposition et pour répondre aux attentes des Canadiens, et c'est exactement ce nous sommes en train de faire. Notre priorité est de continuer à livrer des vaccins et à fournir un appui aux familles, aux travailleurs, et aux petites entreprises.
Nous allons continuer de fonctionner à la Chambre si les partis d'opposition sont là pour travailler. Malheureusement, le Bloc québécois a voté deux fois en faveur d'élections il y a quelques semaines, en n'accordant pas sa confiance à la Chambre. C'est plutôt lui qui s'intéresse aux élections. Nous, cela ne nous intéresse pas.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, the Prime Minister should have the wisdom to recognize and consider opportunities for consensus.
I encourage him to call a meeting to discuss with whoever he likes, but it could be with the party leaders if everyone is on board with that. We could study the content of the legislation, reach a consensus and apply it thereafter, following a parliamentary process and avoiding an awful closure motion in order to come to a democratic agreement.
Monsieur le Président, le premier ministre devrait avoir la sagesse de percevoir les occasions et de considérer les ouvertures de consensus.
Je l'invite à organiser une rencontre de discussions avec qui il le souhaitera, mais ce pourrait être avec les chefs de partis si tout le monde est d'accord. Nous pourrions étudier le contenu de la loi, trouver un consensus et l'appliquer par la suite, en suivant un processus parlementaire et en évitant l'odieux d'un bâillon pour arriver à une entente démocratique.
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:30 [p.7106]
Mr. Speaker, we have been trying for months on end to enact a bill to make elections safer during a pandemic. We are very pleased that the bill will be studied in committee so that all parties can examine it.
No one wants an election during the pandemic. However, if an election was triggered by the opposition voting against the government, it must be held safely. In recent months, opposition parties have voted in favour of an election 14 times.
As for us, we are doing what we are doing to meet Canadians' expectations.
Monsieur le Président, cela fait des mois et des mois que nous cherchons à mettre en œuvre un projet de loi visant à rendre les élections sécuritaires lors d'une pandémie. Nous sommes très contents que le projet soit étudié en comité afin que tous les partis puissent se pencher là-dessus.
Personne ne veut des élections pendant la pandémie, mais, si jamais la Chambre déclenchait des élections parce que les partis d'opposition auraient voté contre le gouvernement, il faudrait que ces élections aient lieu de façon sécuritaire. Dans les derniers mois, les partis d'opposition ont voté en faveur d'élections 14 fois.
Nous, nous faisons ce que nous faisons pour répondre aux attentes des Canadiens.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, at the beginning of the pandemic, we all agreed that we did not want an election during a pandemic.
The government has consulted on what could be changed in the Canada Elections Act in this context, but it did not finish the job. It has introduced a bill but has not allowed anyone to study it. Now it has to impose a gag order, with help from the NDP, to allow an election during the pandemic.
Does the Prime Minister want an election during the pandemic?
Monsieur le Président, au début de la pandémie, nous avions tous convenu que nous ne voulions pas d'élection en temps de pandémie.
Le gouvernement a mené des consultations sur ce qu'on pourrait changer éventuellement dans la Loi électorale du Canada dans le contexte, mais il ne les a pas finies. Il a déposé un projet de loi et il n'a permis à personne de l'étudier. Maintenant, il fait adopter un bâillon, avec l'aide du NPD, pour permettre une élection en temps de pandémie.
Le premier ministre veut-il une élection en temps de pandémie?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-11 14:24 [p.7057]
Mr. Speaker, the answer is no.
With the bill that we are now referring to committee, parliamentarians will be able to study ways to hold an election safely during a pandemic. However, we do not want an election.
It was the Bloc Québécois and the Conservative Party that voted against a confidence motion that could have made the government fall. They are the ones who seem to want an election.
We on this side of the House are working to support Canadians and get them through this pandemic.
Non, monsieur le Président.
Justement, avec le projet de loi que nous envoyons maintenant en comité, les parlementaires vont pouvoir étudier les façons dont on pourrait tenir une élection de façon sécuritaire en temps de pandémie. Cependant, nous ne voulons pas d'élection.
Ce sont le Bloc québécois et le Parti conservateur qui, il y a quelques semaines, ont voté non lors d'un vote de confiance envers ce gouvernement. Ce sont eux qui cherchent des élections.
Nous, de ce côté-ci de la Chambre, nous travaillons pour sortir les Canadiens de cette pandémie et les appuyer.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, there is a slight difference. I am not afraid of an election; bring it on. We just do not want one during the pandemic.
Elections are not normally held during pandemics. If there is no pandemic, there is no need for legislation to manage an election during a pandemic. The only logical conclusion is that the government wants an election during the pandemic.
What is the Prime Minister's priority?
Is his priority the health, lives and safety of the people, or does he want to take advantage of the Conservatives' weakness to call an election immediately?
Monsieur le Président, il y a une nuance: je n'ai pas peur d'une élection, qu’ils y viennent, mais nous ne voulons pas d'élection pendant la pandémie.
Normalement, s'il y a une pandémie, il n'y a pas d'élection. S'il n'y a pas de pandémie, on n'a pas besoin d'une loi pour gérer les élections en temps de pandémie. On comprend donc que le gouvernement veut une élection en temps de pandémie.
Quelle est la priorité du premier ministre?
S'agit-il de la santé, de la vie et de la sécurité des gens, ou veut-il profiter de la faiblesse des conservateurs pour déclencher une élection immédiatement?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-11 14:26 [p.7057]
Mr. Speaker, that logic is a little far-fetched, unfortunately.
This pandemic has taught us that it is important to be ready for anything. When we are in a minority government situation, we know an election could be triggered at any time. The Bloc Québécois and the Conservatives actually voted for an election just a few weeks ago.
We will make sure we are prepared if there is an election, but we do not want an election. The opposition parties are the only ones talking about an election.
We, in contrast, are working for Canadians.
Monsieur le Président, malheureusement, c'est une logique un peu farfelue.
On a appris pendant cette pandémie que l'important, c'est d'être prêt à toute éventualité. Or on sait bien qu'avec un gouvernement minoritaire, le déclenchement d'une élection est une possibilité. D'ailleurs, le Bloc québécois et les conservateurs ont voté pour des élections, il y a quelques semaines à peine.
Nous, nous allons nous assurer d'étudier la possibilité pour être prêts en cas d'élection. Toutefois, nous ne voulons pas d'élection. Ce sont juste les partis de l'opposition qui en parlent maintenant.
Nous, nous travaillons pour les Canadiens.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I declare the motion carried. Accordingly, the bill stands referred to the Standing Committee on Procedure and House Affairs.
Je déclare la motion adoptée. Par conséquent, le projet de loi est renvoyé au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre.
View Catherine McKenna Profile
Lib. (ON)
View Catherine McKenna Profile
2021-05-10 12:03 [p.6938]
moved:
That, in relation to Bill C-19, An Act to amend the Canada Elections Act (COVID-19 response), not more than one further sitting day shall be allotted to the consideration at second reading stage of the Bill; and
That, 15 minutes before the expiry of the time provided for Government Orders on the day allotted to the consideration at second reading stage of the said Bill, any proceedings before the House shall be interrupted, if required for the purpose of this Order, and, in turn, every question necessary for the disposal of the said stage of the Bill shall be put forthwith and successively, without further debate or amendment.
propose:
Que, relativement au projet de loi C-19, Loi modifiant la Loi électorale du Canada (réponse à la COVID-19), au plus un jour de séance supplémentaire soit accordé aux délibérations à l’étape de la deuxième lecture de ce projet de loi;
Que, 15 minutes avant l’expiration du temps prévu pour les ordres émanant du gouvernement au cours du jour de séance attribué pour l’étude à l’étape de la deuxième lecture de ce projet de loi, toute délibération devant la Chambre soit interrompue, s’il y a lieu aux fins de cet ordre, et, par la suite, toute question nécessaire pour disposer de cette étape soit mise aux voix immédiatement et successivement, sans plus ample débat ni amendement.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-05-10 12:05 [p.6938]
Madam Speaker, what a sad day for parliamentary democracy. A time allocation motion is unpleasant at any time, even if sometimes it is a necessary evil, but a time allocation motion on a bill dealing with Canadians' right to vote is rubbing salt in the wound.
What we are debating today is the way Canadians will vote in the next election if it is held during the current pandemic, which could very well be the case. In moving this time allocation motion to restrict parliamentarians' right to speak, the government is launching a direct attack on the heart of democracy. That is completely unacceptable.
We are hearing the government say that the opposition parties are doing everything they can to delay the work of Parliament, but that is completely false. The best way to delay the work of Parliament is to prorogue Parliament, like the Liberals did last August. Why is the government not assuming its responsibilities? Why is it not allowing proper and thorough debate on a bill that directly relates to Canadian democracy?
Madame la Présidente, quelle triste journée pour la démocratie parlementaire. Déjà qu'une motion d'attribution de temps n'est pas agréable du tout, même si elle peut parfois être un mal nécessaire, mais une motion d'attribution de temps sur un projet de loi qui porte sur le droit de vote des citoyens tourne le fer dans la plaie.
Ce dont nous débattons aujourd'hui est la façon dont les Canadiens vont voter lors de la prochaine élection si elle a lieu durant l'actuelle pandémie, ce qui risque d'être le cas. En présentant cette motion d'attribution de temps pour restreindre le droit de parole des parlementaires, le gouvernement s'attaque donc directement à la prunelle des yeux de la démocratie: c'est tout à fait inacceptable.
On l'entend déjà dire que les partis de l'opposition font tout pour retarder les travaux parlementaires, or c'est complètement faux. La meilleure façon de retarder les travaux parlementaires, c'est de proroger le Parlement comme les libéraux l'ont fait en août dernier. Pourquoi le gouvernement ne prend-il pas ses responsabilités et ne permet-il pas un débat adéquat et entier sur un projet de loi qui touche directement la démocratie canadienne?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:06 [p.6939]
Madam Speaker, I thank my hon. colleague from Louis-Saint-Laurent for his intervention and his question.
I understand that he is fully playing his role of leader of the official opposition in the House. However, when I was in the opposition and his party was in power during the Harper years, his government did not hesitate to use time allocation motions regularly, even daily on some occasions. I understand that my colleague has a role to play by expressing a certain degree of indignation, which I freely accept.
However, on the substance of the issue, we believe the time has come for the Standing Committee on Procedure and House Affairs to study Bill C-19 and make amendments if necessary. For the hours of debate that have been held so far, the members of the opposition have already made several suggestions for improving this bill, which, let us be clear, will only be in effect for the next election. I think therefore it is time for the House to refer the bill to the committee to be studied.
Madame la Présidente, je remercie mon honorable collègue de Louis-Saint-Laurent de son intervention et de sa question.
Je comprends qu'il joue pleinement son rôle de leader de l'opposition officielle à la Chambre. Cependant, quand j'étais dans l'opposition et que son parti était au pouvoir dans les années de M. Harper, son gouvernement n'a pas hésité à déposer régulièrement, voire quotidiennement certaines semaines, des motions d'attribution de temps à la Chambre. Je comprends donc que mon collègue a un rôle à jouer en exprimant une certaine indignation, ce que j'accepte avec bonne volonté.
Cependant, sur le fond de la question, nous croyons que l'heure est venue pour le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre d'étudier le projet de loi C-19 et d'y apporter des amendements au besoin. Pendant les heures de débat qui ont eu lieu jusqu'à maintenant, les députés de l'opposition ont déjà fait plusieurs suggestions pour améliorer ce projet de loi, lequel — entendons-nous — ne sera en vigueur que pour les prochaines élections. Je pense donc que le temps est venu pour la Chambre de renvoyer ce projet de loi au Comité pour qu'il soit étudié.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-05-10 12:07 [p.6939]
Madam Speaker, my colleague must be joking when he says it is time to send the bill to committee.
This act demands consensus. This is about the Canada Elections Act and the right to vote, as my colleague astutely pointed out earlier. There has to be consensus. Over four months of debate, only one Bloc Québécois member has spoken to this bill.
The Liberals introduced Bill C-19 on December 10, 2020, while the Standing Committee on Procedure and House Affairs was already looking into the issue. Instead of waiting for the committee to finish its work, the Liberals decided to introduce a bill, utterly disregarding democratic institutions, such as the committee. Now they are forcing closure with help from the NDP, their usual accomplice for this kind of tactic. They say there has been enough debate and this bill must go to committee. I am not making this up.
The Liberals have trouble managing a legislative calendar. They are a bunch of amateurs. Here is my question. Are they not ashamed to invoke closure on a bill that requires consensus?
Madame la Présidente, c'est une véritable blague que de dire que le temps est venu de renvoyer le projet de loi au Comité.
C'est une loi qui demande un consensus. On parle de la Loi électorale du Canada et du droit de vote, comme mon collègue l'a si bien mentionné plus tôt. On cherche le consensus. En quatre mois de débats, il n'y a eu qu'une personne du côté du Bloc québécois qui est intervenue là-dessus.
Les libéraux ont déposé le projet de loi C-19 le 10 décembre 2020 alors que le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre en étudiait déjà le sujet. Au lieu d'attendre que le Comité termine son travail, les libéraux ont décidé de déposer un projet de loi pour faire fi des institutions démocratiques — comme le Comité. Aujourd'hui, ils imposent un bâillon avec l'aide du NPD, le traditionnel accompagnateur de ce vice de forme. Ce faisant, ils disent qu'il y a eu assez de discussions et que le projet de loi doit être renvoyé au Comité. Cela ne s'invente pas.
Les libéraux ont de la difficulté à gérer un calendrier législatif. C'est une bande d'amateurs. Ma question est la suivante: ne sont-ils pas gênés d'imposer le bâillon sur un projet de loi qui demande un consensus?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:08 [p.6939]
Madam Speaker, I thank my hon. colleague from La Prairie.
No, we are not at all ashamed to give Parliament the opportunity to pass a bill that will temporarily amend the Canada Elections Act for the next election only in response to an official request submitted to the House by the Chief Electoral Officer.
My hon. colleague from La Prairie spends his time expressing his lack of confidence in the government by voting against it. It is therefore clear that he wants an election because, otherwise, why would he spend his time doing that?
We think it is a good idea to give Elections Canada a lot more flexibility to protect residents of Quebec's long-term care facilities, for example. The proposed amendments to the Canada Elections Act were introduced in Parliament a few months ago. I would invite my colleague to recognize that, last Friday, when Bill C-19 was debated in the House of Commons, the four Conservative members who spoke about it once again insisted on delaying the vote to send this bill to committee.
Madame la Présidente, je remercie mon honorable collègue de La Prairie.
Non, nous ne sommes pas du tout gênés de donner la chance au Parlement d'adopter un projet de loi qui apportera à la Loi électorale des modifications temporaires, applicables seulement aux prochaines élections, répondant ainsi à une demande formelle déposée à la Chambre par le directeur général des élections.
Mon honorable collègue de La Prairie passe son temps à exprimer sa défiance envers le gouvernement en votant contre. Il est donc évident qu'il souhaite des élections, car, sinon, pourquoi passerait-il son temps à voter contre le gouvernement?
Nous croyons qu'il serait prudent d'offrir beaucoup plus de flexibilité à Élections Canada pour, par exemple, protéger les résidants des CHSLD au Québec. Les amendements proposés à la Loi électorale ont été présentés au Parlement il y a déjà plusieurs mois. J'inviterais mon collègue à constater que, vendredi passé, quand le projet de loi C-19 a été débattu à la Chambre des communes, les quatre députés conservateurs qui ont parlé ont insisté, encore une fois, pour retarder un vote permettant de renvoyer le projet de loi au Comité.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2021-05-10 12:10 [p.6939]
Madam Speaker, I want to start by recognizing what a frustrating situation we find ourselves in as a Parliament. The election in Newfoundland and Labrador showed very clearly that even if an election during the pandemic did not precipitate a public health crisis on its own, it could have really damaging effects for democracy and for the outcomes of an election.
The government has proposed some temporary changes to the Elections Act. It has not called the bill very often, which has been a point of frustration for New Democrats, but when it has, the official opposition has often found ways to delay and stall.
We have an important bill that really needs to be passed, given that the Prime Minister repeatedly refuses to put everybody at ease and say that he will not unilaterally call an election during the pandemic. Our view is that the responsible response to that is to try to get rules in place exactly because we do not trust the Prime Minister to do the right thing.
Perhaps the government today could allay those concerns and let us know when the Prime Minister intends to commit that he will not call an election during the pandemic. When is that announcement coming?
Madame la Présidente, je tiens à commencer par reconnaître la situation frustrante dans laquelle nous nous trouvons en tant que Parlement. Les élections à Terre-Neuve-et-Labrador ont montré clairement que, même si une élection pendant la pandémie ne précipite pas en soi une crise de santé publique, elle peut avoir des effets vraiment néfastes sur la démocratie et sur les résultats d’une élection.
Le gouvernement a proposé quelques changements temporaires à la Loi électorale. Il n’a pas eu recours à ce projet de loi très souvent, ce qui a été un point de frustration pour les néo-démocrates, mais lorsqu’il l’a fait, l’opposition officielle a souvent trouvé des moyens de retarder et de bloquer l’activité.
Nous avons un projet de loi important qui doit vraiment être adopté, étant donné que le premier ministre a refusé à plusieurs reprises de mettre tout le monde à l’aise et de dire qu’il ne déclenchera pas unilatéralement une élection pendant la pandémie. Nous pensons que la bonne réaction à une telle situation est d’essayer de mettre en place des règles, précisément parce que nous ne pouvons pas compter sur le premier ministre pour faire ce qu’il faut.
Peut-être que le gouvernement pourrait aujourd’hui apaiser ces inquiétudes et nous dire quand le premier ministre a l’intention de s’engager à ne pas déclencher d’élection pendant la pandémie. Quand cette annonce sera-t-elle faite?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:11 [p.6939]
Madam Speaker, I thank my hon. colleague, the member for Elmwood—Transcona, for his constructive conversation with respect to this legislation. We have taken note, obviously, of his comments in the House during the debate at second reading.
The New Democratic Party has constructively and thoughtfully suggested, for example, some improvements around ensuring that campus voting can take place and potentially using Canada Post locations in small rural communities like those in my riding. The Canada Post office may offer an additional place where people, for example, could apply to receive a special ballot.
Those are precisely the kinds of discussions that we are hoping the procedure and House affairs committee can have around Bill C-19.
We would welcome working with all colleagues around amendments that would improve the legislation. However, we think the time has come for Parliament to take its responsibilities, study the bill in committee and offer Elections Canada the tools necessary should there be an election during the pandemic, and to do so safely and prudently in the interest of protecting everybody who works in elections.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue, le député d’Elmwood—Transcona, de sa conversation constructive au sujet de cette mesure législative. Nous avons pris note, évidemment, de ses commentaires à la Chambre pendant le débat en deuxième lecture.
Le Nouveau Parti démocratique a suggéré de manière constructive et réfléchie, par exemple, certaines améliorations visant à garantir que le vote sur les campus puisse avoir lieu et l’utilisation éventuelle des bureaux de Postes Canada dans les petites collectivités rurales, comme celles de ma circonscription. Le bureau de Postes Canada pourrait offrir un endroit supplémentaire où les gens, par exemple, pourraient demander à recevoir un bulletin de vote spécial.
C’est précisément le genre de débat que nous espérons que le Comité de la procédure et des affaires de la Chambre pourra avoir au sujet du projet de loi C-19.
Nous serions heureux de travailler avec tous nos collègues sur des amendements qui amélioreraient le projet de loi. Cependant, nous pensons que le moment est venu pour le Parlement d’assumer ses responsabilités, d’étudier le projet de loi en comité et d’offrir à Élections Canada les outils nécessaires en cas d’élection durant la pandémie, et de le faire de manière sûre et prudente pour la protection de tous ceux qui travaillent dans le domaine des élections.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I have heard some comments today from members of the official opposition and the Bloc that seem to suggest that they are not too familiar with the bill or the parliamentary process.
First, the leader in the House for the official opposition said that this would change the way Canadians would vote in the next election, which is not true. It would only change if an election happened during a pandemic; there are sunset clauses on this. Could the minister confirm that these are only temporary measures during the pandemic?
Second, the Bloc suggests that this is a done deal after today, but there is still a lot of parliamentary work to go on from this point. Indeed, the bill would go to committee for rounds of discussion there and then it would come back to the House for another debate.
Could the minister comment on those two points?
Madame la Présidente, j’ai entendu aujourd’hui quelques commentaires de la part de députés de l’opposition officielle et du Bloc qui semblent indiquer qu’ils ne connaissent pas très bien le projet de loi ou le processus parlementaire.
Tout d’abord, le leader de l’opposition officielle à la Chambre a dit que cela changerait la façon dont les Canadiens voteraient aux prochaines élections, ce qui n’est pas vrai. Cela ne changerait que si une élection se tenait pendant une pandémie; il y a des clauses de temporisation à ce sujet. Le ministre pourrait-il confirmer qu’il ne s’agit que de mesures temporaires pendant la pandémie?
Deuxièmement, le Bloc suggère que c’est une affaire réglée après aujourd’hui, mais il y a encore beaucoup de travail parlementaire à faire à partir de maintenant. En effet, le projet de loi sera renvoyé en comité pour une série de débats, puis il reviendra à la Chambre pour un autre débat.
Le ministre pourrait-il commenter ces deux points?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:13 [p.6940]
Madam Speaker, my hon. colleague friend, the member for Kingston and the Islands, is absolutely right. He is an experienced parliamentarian and understands the parliamentary process.
A vote today would simply allow the procedure and House affairs committee to study the legislation and to look at it clause-by-clause. We would hope that the committee would want to hear from important witnesses, such as the Chief Electoral Officer. At the root of this conversation is a report sent to the House of Commons in October of last year from the Chief Electoral Officer, asking Parliament to make, as my hon. colleague noted, temporary changes to the Elections Act that would apply only to the next general election and would sunset once the pandemic circumstance was over.
We think it is time for Parliament to have a look at this legislation in committee and ensure that the people who work delivering safe and fair elections for all Canadians, and there are hundreds of thousands of these people, can do so safely.
Madame la Présidente, mon collègue et ami, le député de Kingston et les Îles, a tout à fait raison. Il est un parlementaire d’expérience et il comprend le processus parlementaire.
Un vote aujourd’hui permettrait simplement au comité de la procédure et des affaires de la Chambre d’étudier le projet de loi et de l’examiner article par article. Nous espérons que le comité voudra entendre des témoins importants, comme le directeur général des élections. À l’origine de cette conversation se trouve un rapport envoyé à la Chambre des communes en octobre de l’année dernière par le directeur général des élections, demandant au Parlement d’apporter, comme l’a fait remarquer mon collègue, des modifications temporaires à la Loi électorale qui ne s’appliqueraient qu’à la prochaine élection générale et qui disparaîtraient une fois la pandémie terminée.
Nous pensons qu’il est temps pour le Parlement d’examiner ce projet de loi en comité et de veiller à ce que les personnes qui travaillent à la tenue d’élections sûres et équitables pour tous les Canadiens — et on parle de centaines de milliers de personnes — puissent le faire en toute sécurité.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, the minister is probably one of the smoothest speakers I have ever heard in Parliament. Let us be honest. We have been speaking about the bill for about four and a half hours. On Friday, yes, there were Conservative speakers, because at 12:06 p.m., we found out that no Liberals would be speaking.
I recognize all these things. However, we talk about a sunset clause, but it is mentioned only the preamble of the bill. Therefore, a lot of work needs to be done.
Most of all, why did the minister put forward legislation before he got the excellent report that came out of the Standing Committee on Procedures and House Affairs? Why did he go forward with this legislation before taking any of the information that we had provided to him?
Madame la Présidente, le ministre est probablement l’un des orateurs les plus habiles que j’aie jamais entendus au Parlement. Soyons honnêtes. Nous parlons de ce projet de loi depuis environ quatre heures et demie. Vendredi, oui, il y avait des orateurs conservateurs, car à 12 h 6, nous avons appris qu’aucun libéral ne prendrait la parole.
Je reconnais toutes ces choses. Cependant, nous parlons d’une clause de temporisation, mais elle n’est mentionnée que dans le préambule du projet de loi. Par conséquent, il y a beaucoup de travail à faire.
Mais surtout, pourquoi le ministre a-t-il présenté un projet de loi avant d’avoir reçu l’excellent rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre? Pourquoi a-t-il présenté ce projet de loi avant d’avoir pris connaissance de l’information que nous lui avions fournie?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:15 [p.6940]
Madam Speaker, I suppose I should thank my hon. colleague from Elgin—Middlesex—London for what was surely intended as a compliment.
I share her view that the procedure and House affairs committee did excellent work in studying the report of the Chief Electoral Officer of Canada. We obviously followed the work of the committee very closely. I would note that the legislation largely follows the recommendations made by the Chief Electoral Officer. We just disagreed and thought we should have more potential voting days than simply those on the weekend before what had traditionally been a polling day on Monday.
We introduced this legislation before Christmas because we thought it was important for Parliament to have a chance to consider it over the Christmas break. I talked to a number of colleagues in the House of Commons during that period. When it came back, we called it for debate.
My hon. colleague said that last Friday at 12:06 p.m. she found out there would be no Liberals speaking. That was precisely because we wanted the debate to conclude so Parliament could vote and the committee could begin studying the bill. The Conservatives obviously used that as a chance to filibuster it.
Madame la Présidente, je suppose que je dois remercier ma collègue d’Elgin—Middlesex—London pour ce qui était sûrement un compliment.
Je partage son point de vue selon lequel le comité de la procédure et des affaires de la Chambre a fait un excellent travail en étudiant le rapport du directeur général des élections du Canada. Nous avons évidemment suivi de très près les travaux du comité. Je tiens à souligner que la mesure législative intègre en grande partie les recommandations formulées par le directeur général des élections. Nous n’étions simplement pas d’accord et nous pensions que nous devrions avoir plus de jours de vote éventuels que simplement ceux de la fin de semaine précédant le jour du scrutin, qui était traditionnellement un lundi.
Nous avons présenté ce projet de loi avant Noël parce que nous pensions qu’il était important que le Parlement ait l’occasion de l’examiner pendant les vacances de Noël. J’ai parlé à un certain nombre de collègues de la Chambre des communes pendant cette période. Au retour, nous l’avons soumis au débat.
Ma collègue a dit que vendredi dernier, à 12 h 6, elle a appris qu’aucun libéral ne prendrait la parole. C’était justement parce que nous voulions que le débat se termine pour que le Parlement puisse voter et que le comité puisse commencer à étudier le projet de loi. Les conservateurs ont évidemment profité de cette occasion pour faire de l’obstruction.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-05-10 12:17 [p.6940]
Madam Speaker, I would like to reassure our colleagues opposite. The Bloc Québécois carefully examined the bill and we are starting to become very familiar with parliamentary procedure, so there is no need to worry. We have experience. However, that is not the issue here. What we are talking about here is respect for the work of parliamentarians.
There has been very little debate on this very important issue, and many things are still up in the air, including the number of days. As the previous speaker mentioned, the government wants to ram through this legislation without any respect for the work of committees.
My question is critically important. Why will the government not give us the time to hold a proper debate? Is it because the government members are worried that the window of time in which they think they can win a majority is closing too quickly and they want to ram this through so they can be ready just in case?
Madame la Présidente, j'aimerais rassurer nos collègues d'en face. En effet, au Bloc québécois, nous avons bien étudié le projet de loi et nous commençons à bien connaître la procédure parlementaire. Nous avons donc de l'expérience, il ne faut pas s'inquiéter. Cependant, ce n'est pas de cela qu'il est question présentement, mais du respect des parlementaires dans le cadre des travaux.
En effet, cette question très importante a été très peu débattue et plusieurs aspects restent en suspens, dont le nombre de jours. Comme vient de le soulever l'intervenante précédente, le gouvernement veut aller à toute vapeur sans même respecter les travaux des comités.
Ma question est fondamentale: pourquoi ne pas nous donner le temps de tenir un débat digne de ce nom? Est-ce parce que les gens du gouvernement ont peur que la fenêtre électorale dans laquelle ils pensent pouvoir obtenir une majorité se referme trop rapidement et qu'ils veulent donc aller à toute vapeur afin d'être prêts au cas où?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:18 [p.6940]
Madam Speaker, I thank my colleague from Berthier—Maskinongé for his comment and, especially, for his belief that if there were an election right away, the government would win a majority of seats in the House of Commons. I never doubted it myself, but I am really pleased to hear my colleague share this belief.
However, as he knows very well, we are not trying to call an election. It is not the Liberal Party that has a lack of confidence in the government. On the other hand, the Bloc Québécois and the Conservatives cannot deny they have never had confidence in the government. I acknowledge my colleague, but he should know very well from the parliamentary experience he cited that a vote of non-confidence in the government increases the likelihood of an election.
We believe it would be appropriate for the Standing Committee on Procedure and House Affairs to study the bill in detail to amend and improve it. We want to work with our parliamentary colleagues, especially in committee. That is why we are pleased to hold a vote today to send the bill to committee.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Berthier—Maskinongé de son commentaire et, surtout, du fait qu'il est convaincu que s'il y avait une élection tout de suite, le gouvernement remporterait une majorité de sièges à la Chambre des communes. Je n'ai jamais cessé d'y croire, mais je suis vraiment enthousiaste de voir mon collègue partager cette conviction.
Cependant, comme il le sait très bien, nous ne cherchons pas à déclencher des élections. Ce n'est pas le Parti libéral qui n'accordera pas sa confiance au gouvernement. Par contre, le Bloc québécois et les conservateurs ne peuvent pas nier qu'ils n'accordent jamais leur confiance au gouvernement. Je salue mon collègue, mais l'expérience parlementaire qu'il a citée lui permet de très bien savoir qu'un vote de défiance envers le gouvernement augmente la possibilité que des élections soient déclenchées.
Nous croyons qu'il sera utile que le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre étudie en détail le projet de loi pour y apporter des amendements et des améliorations. Nous cherchons à travailler avec nos collègues parlementaires, surtout en comité. C'est pourquoi nous sommes contents de tenir un vote aujourd'hui pour renvoyer ce projet de loi au Comité.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-10 12:19 [p.6941]
Madam Speaker, I am very disappointed to find that we are having time allocation on a bill as essential as this one. Clearly, all parties in this place have said publicly that they do not want a federal election in a pandemic, but we want the best possible legislation in case that happens by accident. Pushing this through with such limited time for debate does not meet the standards that I expect of the government. As the hon. member and the hon. minister said, back in the day we saw practically daily use of time allocation by the Harper administration. We are seeing it far too often under this administration.
I ask the hon. President of the Queen's Privy Council for Canada to please reconsider and give us adequate time for debate.
Madame la Présidente, je suis très déçue de constater que nous avons recours à l’attribution de temps pour un projet de loi aussi essentiel que celui-ci. Tous les partis à la Chambre ont déclaré publiquement ne pas vouloir d’élection fédérale pendant une pandémie, mais nous voulons la meilleure loi possible au cas où cela se produirait par accident. Faire adopter ce projet de loi avec un temps de débat aussi limité ne répond pas aux normes que j’attends du gouvernement. Comme l’ont dit le député et le ministre, à l’époque, nous avons assisté à une utilisation quasi quotidienne de l’attribution de temps par l’administration Harper. Nous le voyons beaucoup trop souvent dans la présente administration.
Je demande à l’honorable président du Conseil privé de la Reine pour le Canada de bien vouloir revoir sa décision et nous accorder suffisamment de temps pour le débat.
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:20 [p.6941]
Madam Speaker, I salute my friend, the hon. member for Saanich—Gulf Islands, for her work in Canada's Parliament.
I do not think we disagree in the sense that amendments to the Canada Elections Act properly require parliamentary scrutiny, as they would with any piece of legislation. However, these are modest amendments that would apply only, as my friend from Kingston and the Islands noted, to the next general election.
We are in a minority Parliament, so the idea that the government, on its own, is in a position to ram legislation through is simply not the case. When the legislation gets to the procedure and House affairs committee, and we hope it gets there soon, members from all parties will have an opportunity to debate and discuss it, and amend it as they see fit. Then, we look forward to another discussion at third reading and report stage in the House of Commons.
Madame la Présidente, je rends hommage à mon amie, la députée de Saanich—Gulf Islands, pour son travail au Parlement du Canada.
Je ne crois pas que nous soyons en désaccord sur le fait que les modifications à la Loi électorale du Canada doivent faire l’objet d’un examen parlementaire, comme c’est le cas pour tout autre projet de loi. Toutefois, il s’agit de modestes modifications qui ne s’appliqueraient, comme l’a fait remarquer mon ami de Kingston et les Îles, qu’à la prochaine élection générale.
Vu que le Parlement est minoritaire, l’idée que le gouvernement, à lui seul, est en mesure de faire passer une loi à toute vitesse n’existe tout simplement pas. Lorsque le projet de loi sera renvoyé au Comité de la procédure et des affaires de la Chambre, et nous espérons qu’il le sera bientôt, les députés de tous les partis auront l’occasion d’en débattre et de l’amender comme ils l’entendent. Ensuite, nous attendons avec impatience une autre discussion à l’étape de la troisième lecture et du rapport à la Chambre des communes.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I would like to commend the speech given by my colleague from Elmwood—Transcona. He raised some important points. We need Bill C-19, there is no doubt about it. We are in the midst of a pandemic, and there is always the possibility of an election.
Last Friday, the NDP offered all parties a way to discuss Bill C-19 every night this week. Unfortunately, the other opposition parties rejected our proposal. Once again, as the only helpful party in the House of Commons, the NDP is proposing a solution to break this impasse and put the debate where it belongs, which is in committee.
Meanwhile, the government has not been responsible. The Prime Minister and the Liberals seem like they are on a pre-election tour, bragging about having an election before the third wave came to Canada.
My question is simple. Can the Liberals say clearly here today that they will not call an early election?
Madame la Présidente, j'aimerais souligner le discours de mon collègue de Elmwood-Transcona. Il a soulevé des points importants: on a besoin du projet de loi C-19, il n'y a aucun doute. Nous sommes en temps de pandémie, et il y a toujours la possibilité d'une élection.
Vendredi passé, le NPD a offert à tous les partis une voie pour discuter, chaque soir de cette semaine, du projet de loi C-19. Malheureusement, les autres partis de l'opposition ont rejeté cette proposition. Encore une fois, le NPD est le seul aidant à la Chambre des communes, et il est en train de proposer une solution pour sortir de cette impasse et mettre le débat là où il devrait avoir lieu, c'est-à-dire au comité.
En même temps, le gouvernement n'a pas été responsable. On a vu le premier ministre et les libéraux en train de faire une tournée préélectorale, eux qui se vantaient d'avoir une élection avant que la troisième vague arrive au Canada.
Ma question est simple: Les libéraux peuvent-ils clairement dire aujourd'hui qu'ils ne vont pas déclencher des élections hâtives?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:22 [p.6941]
Madam Speaker, I salute and thank my colleague from New Westminster—Burnaby, the NDP House leader. I had the privilege of working with him in previous Parliaments, and I appreciate his constructive contributions to these debates very much.
I agree with him that the Standing Committee on Procedure and House Affairs is where all our colleagues from every party would be able to discuss Bill C-19 and improve it. I presume they could hear from witnesses as important as the Chief Electoral Officer.
As far as an early election is concerned, I can assure my hon. colleague that the government is focusing on providing Canadians with the essential help they need during a pandemic.
There is an important budget implementation bill before Parliament. We understand the importance of these measures for Canadians, and we will remain focused on this issue. I can assure my colleague of that.
Madame la Présidente, je salue et remercie mon collègue de New Westminster-Burnaby, le leader parlementaire du NPD. J'ai eu le privilège de travailler avec lui lors des législatures précédentes, et j'apprécie beaucoup la façon constructive dont il contribue à ces débats.
Je suis d'accord avec lui, dans le sens que c'est au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre que nos collègues de toutes les formations politiques pourront discuter du projet de loi C-19 et l'améliorer. Ils pourront y entendre, je présume, des témoins aussi importants que le directeur général des élections.
En ce qui a trait à une élection hâtive, je peux assurer à mon honorable collègue que le gouvernement est concentré sur l'aide nécessaire et essentielle à apporter aux Canadiens dans le contexte d'une pandémie.
Devant le Parlement, nous avons un projet de loi important pour mettre en place les mesures budgétaires. Nous comprenons l'importance de ces mesures pour les Canadiens et nous allons rester concentrés sur cette question-là, je peux l'assurer à mon collègue.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-05-10 12:23 [p.6941]
Madam Speaker, this bill has only been up for debate three times and has only been debated for about three hours and 45 minutes. The minister saying the government is looking forward to getting it to committee does not leave the opposition with a lot of hope, because quite a few bills have gone to committee and come back worse. I think about Bill C-10 and the MAID bill. There are a few bills like this, and we do not have confidence that after they go to committee, they will be better bills. That is why we are in favour of having more debate on the floor for this piece of legislation, so that we can get our comments on the record and ensure that it moves forward.
The minister says the government does not want a pandemic election, so what is the big desire to rush this bill through now and call for a concurrence motion?
Madame la Présidente, ce projet de loi n’a été débattu que trois fois et pendant environ trois heures et 45 minutes. En disant que le gouvernement a hâte de le renvoyer en comité, le ministre ne laisse pas beaucoup d’espoir à l’opposition, car bon nombre des projets de loi qui ont été renvoyés en comité sont revenus en pire état. Je pense au projet de loi C- 10 et au projet de loi sur l’aide médicale à mourir. Il y a quelques projets de loi de ce genre, et nous ne sommes pas certains qu’après leur passage au comité, ils seront meilleurs. C’est pourquoi nous sommes pour la tenue d’un débat plus approfondi sur cette mesure législative, afin que nous puissions formuler nos commentaires et veiller à ce qu’elle avance.
Le ministre dit que le gouvernement ne veut pas d’élection pendant une pandémie, alors pourquoi vouloir faire adopter ce projet de loi à toute vitesse maintenant et demander une motion d’adoption?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:24 [p.6941]
Madam Speaker, if my colleague from Regina—Lewvan is worried about people rushing an election, he should ask himself the same question, as he and the Conservatives constantly stand in the House of Commons and vote no confidence in the government over and over again.
I remember the estimates votes some weeks ago. In one evening, the Conservatives voted no confidence in the government eight times. If anybody is rushing to an election, it would certainly appear the Conservatives are willing to play chicken, all the time hoping somebody else swerves. We do not think that is a very responsible way to proceed.
My colleague is worried about the bill coming back from committee in worse shape, but I certainly do not share his view. It is a rather pessimistic view of democracy. In a minority Parliament, the government needs to achieve consensus at committees for legislation to come out. We look forward to working with all members, including members of the Conservative Party, to make sure the legislation is not worse but better.
Madame la Présidente, si mon collègue de Regina-Lewvan ne veut pas précipiter la tenue d’élections, il devrait se poser la même question, car lui et ses collègues ne cessent de refuser d’accorder leur confiance au gouvernement.
Je me souviens des prévisions budgétaires il y a quelques semaines. Un soir, les conservateurs ont refusé d’accorder leur confiance au gouvernement à huit reprises. S’il y a quelqu’un qui cherche à précipiter les élections, ce sont bien les conservateurs qui se disent prêts à s’engager dans un bras de fer en espérant que quelqu’un d’autre le fera leur place. Ce n’est pas une attitude très responsable.
Mon collègue redoute que le projet de loi ne soit pas amélioré en comité, au contraire. Je ne suis pas d’accord avec lui. Il a une vision plutôt pessimiste de la démocratie. Dans un Parlement minoritaire, le gouvernement a besoin de dégager un consensus en comité pour les projets de loi qui y sont examinés. Nous sommes prêts à collaborer avec tous les députés, y compris les membres du Parti conservateur, afin que ce projet de loi nous revienne dans une version améliorée.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-05-10 12:26 [p.6942]
Madam Speaker, there are times in parliamentary life when we are offended.
Personally, I take offence at this closure motion to limit important debates for democracy. It is the ultimate exercise in democracy for our constituents.
Today we are being asked to shorten essential debates in the House to just three and a half hours.
You cite the need to go the Standing Committee on Procedure and House Affairs, but it had already started to discuss the matter with the Chief Electoral Officer. You decided to rush things and introduce a bill that did not take into account—
Madame la Présidente, il y a des moments dans la vie parlementaire où l'on s'indigne.
À titre personnel, je m'indigne de ce bâillon qui nous est demandé pour restreindre des débats importants pour la démocratie. C'est l'exercice ultime pour nos concitoyens et concitoyennes.
Aujourd'hui, on nous demande de raccourcir à seulement trois heures et demie des débats essentiels qui ont lieu à la Chambre.
Vous évoquez la nécessité d'aller au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, mais celui-ci avait déjà commencé à discuter de la question avec le directeur général des élections. Vous avez décidé d'aller vite et de déposer un projet de loi qui ne tenait pas compte...
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-05-10 12:27 [p.6942]
Madam Speaker, that is true and I apologize. I am supposed to address the Chair. You remind me quite often, and yet I still have difficulty with that.
Why not give the House the time it needs? Why use time allocation yet again?
Madame la Présidente, c'est vrai et je m'en excuse. Je dois m'adresser à la présidence. Vous me le rappelez assez souvent et, pourtant, je ne le fais toujours pas très bien.
Enfin, pourquoi ne pas donner le temps nécessaire à la Chambre? Pourquoi imposer encore une fois un autre bâillon?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:27 [p.6942]
Madam Speaker, I am reassured that you were not the one who decided to expedite the bill before Christmas. I am pleased that our colleague from Thérèse-De Blainville clearly explained that.
I have had the privilege of sitting in the House of Commons for 20 years, and I can state that the members of the Bloc Québécois are experts at taking offence. We are not surprised that our colleague is taking offence this morning at closure. The members of the opposition and the Bloc Québécois are always opposed to government bills and never want to move them forward.
However, this bill was introduced in December, following the tabling of a report by the Chief Electoral Officer of Canada on the measures required to protect Canadians who vote in a possible election held during a pandemic. We must realize that the average age of the people who work for Elections Canada during a general election is 65-plus. We believe it would be helpful to provide temporary tools to the Chief Electoral Officer to keep those people safe.
Madame la Présidente, je suis rassuré que ce ne soit pas vous qui avez précipité le projet de loi avant Noël. Je suis contente que notre collègue de Thérèse-De Blainville l'ait bien expliqué.
Cela fait 20 ans que j'ai le privilège de siéger à la Chambre des communes et je peux affirmer que les députés du Bloc québécois sont des experts en indignation. Cela ne nous surprend donc pas que notre collègue s'indigne ce matin sur une question de bâillon. Les députés de l'opposition et le Bloc québécois sont en opposition perpétuelle et ne veulent jamais faire avancer les projets de loi du gouvernement.
Cependant, ce projet de loi a été déposé au mois de décembre, à la suite d'un rapport du directeur général des élections du Canada, quant aux mesures nécessaires pour protéger les Canadiens qui iront voter lors d'une élection potentielle dans un contexte de pandémie. Surtout, il faut savoir que l'âge moyen des gens qui travaillent pour Élections Canada lors d'une élection générale est au-delà de 65 ans. Nous pensons qu'il sera utile de donner des outils temporaires au directeur général des élections du Canada pour assurer la sécurité de ces gens-là.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-10 12:28 [p.6942]
Madam Speaker, it is a total surprise and unbelievable that after four hours of debate the government would be rushing this legislation, which is about our tried and true democratic process. We have heard others say that the Liberals tabled the legislation before waiting for their own recommendations from the PROC committee, and now, after four hours, they are shutting down debate so they can get the bill to committee, the same committee that has been filibustered by the Liberals for 40 hours or more to hide the fact that the Prime Minister prorogued Parliament to cover up his involvement in the WE Charity scandal. It is unbelievable that they are doing this.
I wonder if the minister could explain why they are in such a rush when Canadians have been clear that they do not want an election in a pandemic.
Madame la Présidente, c’est tout simplement incroyable qu’après seulement quatre heures de débat, le gouvernement envisage de précipiter l’adoption de ce projet de loi, qui doit être examiné selon le processus démocratique. Des députés ont dit que les libéraux ont présenté le texte avant de connaître leurs propres recommandations du comité de la procédure, et aujourd’hui, après quatre heures de débat, ils veulent y mettre un terme et envoyer le projet de loi en comité, le même comité qui a fait l’objet d’obstruction systématique par les libéraux pendant au moins 40 heures, pour empêcher qu’on sache que le premier ministre a prorogé le Parlement dans le but de dissimuler son rôle dans le scandale de l’Organisme UNIS. C’est tout simplement incroyable de procéder de cette façon.
Le ministre pourrait-il nous expliquer pourquoi il y a autant d’urgence alors que les Canadiens ont dit clairement qu’ils ne voulaient pas d’élections pendant la pandémie?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:29 [p.6942]
Madam Speaker, I would hardly call this a rush. The Chief Electoral Officer presented a report to Parliament on October 5. The government thought it would be important for parliamentarians to consider the legislation over the Christmas recess. That is why we introduced Bill C-19. We have called it for debate, and once again, as is always the case, the Conservatives show no desire to allow the debate to conclude, allow a vote to happen and allow the committee to begin its work on studying the bill.
Our colleague from Sarnia—Lambton seems to think that there is a rush to an election. Once again, it is her party that continually votes no confidence in the House of Commons. I think the Conservatives are the ones rushing to an election.
Madame la Présidente, il n’y a pas du tout urgence. Le directeur général des élections a présenté un rapport au Parlement le 5 octobre. Le gouvernement a jugé qu’il était important que les députés puissent prendre connaissance du projet de loi pendant l’ajournement de Noël. C’est la raison pour laquelle nous avons présenté le projet de loi C-19. Nous le proposons aujourd’hui à la discussion, mais encore une fois, les conservateurs ne veulent pas que le débat se termine, que l’on passe au vote et qu’on permette au comité de commencer son examen du projet de loi.
La députée de Sarnia—Lambton s’imagine que nous voulons précipiter des élections. Encore une fois, c’est son parti qui refuse constamment d’accorder sa confiance au gouvernement. Ce sont donc les conservateurs qui risquent de précipiter le déclenchement d’élections.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I cannot believe that the member for Regina—Lewvan actually said in the House that he does not want the bill to go to committee because he is afraid of the result. Unfortunately for him, the democratic process is not decided based on the preferences the opposition has before a bill goes to committee or when it comes back. Democracy does not work like that.
More importantly, it does not seem to matter how long this bill has been on the table. The member for Elgin—Middlesex—London apparently has not even read the bill, even though it has been on the table since December. The sunset clause is not just in the preamble. It is also mentioned in the coming-into-force clause.
Can the minister confirm that the sunset clause is in the bill?
Madame la Présidente, je n’arrive pas à croire que le député de Regina—Lewvan ait déclaré dans cette enceinte qu’il ne veut pas que le projet de loi soit renvoyé au comité parce qu’il en redoute les résultats. Malheureusement pour lui, le processus démocratique ne repose pas sur les préférences de l’opposition, lorsqu’un projet de loi est renvoyé à un comité et qu’il en revient. Ce n’est pas comme ça que la démocratie fonctionne.
Qui plus est, le fait que le projet de loi soit à l'étude depuis un certain temps semble sans importance. En effet, la députée d’Elgin—Middlesex—London n’en a apparemment même pas pris connaissance, même s'il a été déposé en décembre dernier. La disposition de caducité figure pourtant non seulement dans le préambule, mais aussi dans la disposition d’entrée en vigueur.
Le ministre peut-il confirmer que la disposition de caducité se trouve dans le projet de loi?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:31 [p.6942]
Madam Speaker, my friend from Kingston and the Islands is absolutely right. In fact, it is in clause 11 of the legislation.
I too was surprised at the pessimism of our Conservative colleague from Regina—Lewvan, who imagines that committees make legislation worse. We have more faith in the work of committees of the House. That is why we are very anxious to work with the committee to ensure that the legislation reflects the will of Parliament before it comes back for a third reading debate.
We think it is time for the House of Commons to take up its responsibilities and look at what temporary measures can be put in place, should an election happen during the pandemic, to ensure the safety of all Canadians who participate.
Madame la Présidente, mon collègue de Kingston et les Îles a tout à fait raison. Il s’agit de l'article 11 du projet de loi.
J’ai moi aussi été surpris par le pessimisme de notre collègue conservateur de Regina—Lewvan, qui pense que les comités n’améliorent pas les projets de loi, au contraire. Nous, nous faisons davantage confiance aux comités de la Chambre. C’est la raison pour laquelle nous avons hâte de collaborer avec celui qui sera chargé d’examiner ce projet de loi, afin que le texte reflète bien la volonté du Parlement avant d’arriver à l’étape de la troisième lecture.
Nous pensons qu’il est temps que la Chambre des communes assume ses responsabilités et décide quelles mesures temporaires pourront être mises en place, si des élections sont déclenchées pendant la pandémie, afin d’assurer la sécurité de tous les Canadiens qui participeront au vote.
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2021-05-10 12:32 [p.6943]
Madam Speaker, it is extremely disappointing that a government could mismanage the parliamentary calendar so poorly. Of course, everybody has their role in this and I certainly do not put it past the hon. opposition to acknowledge the role it is also playing.
The New Democrats believe that, while all this gamesmanship is difficult at best, ultimately the Prime Minister is the only one responsible or able to call an election at any time. That role and responsibility sits with him.
I do not understand. I would like the hon. minister to explain, because despite the many questions he has not explained yet, why the Prime Minister and his government refuse to take that responsibility and say outright that they will not call an election during a pandemic.
Madame la Présidente, il est vraiment déplorable qu’un gouvernement gère aussi mal le calendrier parlementaire. Certes, chacun a sa part de responsabilité, et je ne sous-estime pas celle de l’opposition officielle.
Les néo-démocrates estiment que, même si toutes ces manœuvres politiques sont difficiles à supporter, en dernière analyse, c’est le premier ministre, et lui seul, qui a le pouvoir de déclencher des élections à la date de son choix. C’est sa responsabilité.
Je ne comprends pas. J’aimerais que le ministre m’explique, puisqu’il ne l’a pas encore fait malgré toutes les questions qui lui ont été posées, pourquoi le premier ministre et son gouvernement refusent d’affirmer catégoriquement qu’ils ne déclencheront pas des élections pendant une pandémie.
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:33 [p.6943]
Madam Speaker, I thank our colleague from London—Fanshawe. The government and I share her view that Canadians expect the government, and I would argue all parliamentarians, at a time of a pandemic when there is a difficult third wave wreaking very difficult consequences on a number of regions of our country, to remain solely focused on what we as a parliament and certainly what we as a government can do to protect Canadians and support them during COVID. That has been the focus of our government.
As I said earlier, we do not vote no confidence in our own government. I appreciate there is a double negative there, but I think Parliament can understand. Some NDP members voted no confidence when they supported a Bloc subamendment on a budget vote. I think there has to be some consequential thinking and Parliament needs to accept its responsibility to improve the election—
Madame la Présidente, je remercie notre collègue de London-Fanshawe. Le gouvernement et moi partageons son point de vue selon lequel, en cette période de pandémie où la troisième vague engendre des conséquences très difficiles pour plusieurs régions de notre pays, les Canadiens s’attendent à ce que le gouvernement, et j’ajouterais, à ce que tous les parlementaires se concentrent uniquement sur ce que nous, en tant que Parlement, et certainement sur ce que nous, en tant que gouvernement, pouvons faire pour protéger les Canadiens et les aider pendant la COVID. Telle a été la priorité de notre gouvernement.
Comme je l’ai dit plus tôt, nous ne votons pas pour ne pas accorder notre confiance en notre propre gouvernement. Je suis conscient qu’il s’agit d’une double négation, mais je pense que le Parlement peut comprendre. Des députés néo-démocrates n'ont pas accordé leur confiance au gouvernement lorsqu’ils ont appuyé un sous-amendement du Bloc lors d’un vote sur le budget. Je pense que nous devons avoir une réflexion conséquente et que le Parlement doit accepter sa responsabilité d’améliorer les élections...
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-05-10 12:34 [p.6943]
Madam Speaker, I enjoyed the clever wordplay by my colleagues from the Liberal Party. What I said was this. When bills go to committee, sometimes, like with Bill C-10, they come back in worse shape because of terrible amendments put forward by the government. I would hate for that to happen to something as critical as this democratic bill, Bill C-19. When I say we should have more debate in the House of Commons, that means this bill deserves more than three hours and 45 minutes of debate.
Madame la Présidente, j’ai apprécié le jeu de mots astucieux de mes collègues du Parti libéral. Voici ce que j’ai dit. Lorsqu’un projet de loi est renvoyé à un comité, il arrive parfois, comme dans le cas du projet de loi C-10, qu’il revienne en plus mauvais état à cause des terribles amendements proposés par le gouvernement. Je ne voudrais surtout pas qu'un projet de loi démocratique aussi essentiel que le projet de loi C-19 subisse le même sort. Quand je dis que nous devrions avoir plus de débats à la Chambre des communes, cela signifie que ce projet de loi mérite plus que trois heures et 45 minutes de débat.
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 12:35 [p.6943]
Madam Speaker, I appreciate the hypocrisy of the Conservatives objecting to time allocation. I sat in the House of Commons many times and watch them vote the exact opposite of what they are now claiming.
Madame la Présidente, je reconnais l’hypocrisie des conservateurs qui s’opposent à l’attribution de temps. À de nombreuses reprises, à la Chambre, je les ai vus voter exactement contre ce qu’ils revendiquent maintenant.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I request a recorded division.
Madame la Présidente, je demande un vote par appel nominal.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I declare the motion carried.
I wish to inform the House that because of the proceedings on the time allocation motion, Government Orders will be extended by 30 minutes.
Je déclare la motion adoptée.
Je désire informer la Chambre qu'en raison des délibérations relatives à la motion d'attribution de temps, l'étude des ordres émanant du gouvernement sera prolongée de 30 minutes.
View Rachael Harder Profile
CPC (AB)
View Rachael Harder Profile
2021-05-10 13:23 [p.6944]
Mr. Speaker, I wish to inform the House that I will be sharing my time with the member for Thornhill.
As I was saying during my last opportunity to speak to this bill, the pandemic has really exposed the true colours of the current government and where its focus lies. What I am talking about, of course, is the crafting of this legislation, Bill C-19. The Liberals have done this at a rapid pace and have done it without clear consultation, or I should say attention given to consultation.
It is undeniable that this bill was unilaterally constructed on behalf of the Liberal Party of Canada and that it is being pushed forward to the Liberals' benefit and not at all to the benefit of Canadians, which is very concerning to me. Our focus as parliamentarians should be on the Canadian people, on their health, their safety and their well-being. This bill does not take those things into account.
We need to see an economic recovery plan, not a Liberal election plan, which again is exactly what—
Madame la Présidente, je souhaite informer la Chambre que je partagerai mon temps de parole avec le député de Thornhill.
Comme je le disais la dernière fois que j’ai eu l’occasion de parler de ce projet de loi, la pandémie a certainement révélé le vrai visage du gouvernement et ses priorités. Bien entendu, je parle de l’élaboration de ce texte législatif, le projet de loi C-19. Les libéraux ont fait rapidement le travail, sans mener de véritables consultations ou prêter attention à la consultation, devrais-je dire.
Il est indéniable que ce projet de loi a été élaboré unilatéralement pour le compte du Parti libéral du Canada et qu’il est présenté dans l'intérêt des libéraux et pas du tout dans l'intérêt des Canadiens, ce qui m’inquiète beaucoup. Comme parlementaires, nous devrions nous concentrer sur les Canadiens, leur santé, leur sécurité et leur bien-être. Ce projet de loi ne tient pas compte de ces éléments.
Nous avons besoin d’un plan de relance de l’économie, pas d’un plan électoral libéral, ce qui, encore une fois, est exactement ce que...
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, what we are really debating here is a piece of legislation that will be used in the event that an election happens during this global pandemic. Despite the fact that all parties have said that they are not interested in having an election happen any time soon, we have to respect the fact that this is a minority Parliament and one could happen at any time.
I am very perplexed when trying to understand why the Conservatives do not just want to be prepared. Can the member comment on what she has against being prepared in the event that an election might happen?
Madame la Présidente, l’objet véritable de notre débat est une mesure législative qui sera invoquée dans l’éventualité où des élections auraient lieu pendant la présente pandémie mondiale. Tous les partis ont déclaré qu’ils ne souhaitaient pas la tenue d’élections dans un avenir proche, mais nous devons tenir compte du fait que le gouvernement est minoritaire et que des élections pourraient avoir lieu à tout moment.
Je suis très perplexe lorsque j’essaie de comprendre pourquoi les conservateurs ne veulent pas simplement être prêts. La députée peut-elle nous dire ce qu’elle a contre le fait d’être prêts dans l’éventualité d’une élection?
View Rachael Harder Profile
CPC (AB)
View Rachael Harder Profile
2021-05-10 13:24 [p.6945]
Madam Speaker, I have no problem with our being prepared. To be prepared for an election during the pandemic would mean that the Liberals put a sunset clause in place. After all, if this legislation is truly just for the time being during a pandemic, then there is no reason why that should not be the case, and that this actually would expire once the pandemic is over. That seems like a reasonable amendment, does it not?
The other thing is that at the end of the day this legislation should take into account what experts have said. Experts are certainly not encouraging that we would go into long-term care facilities and run the election for 13 days.
Madame la Présidente, je n’ai rien contre l’idée d’être prêts. S’il s’agissait vraiment de se préparer à une élection pendant la pandémie, alors les libéraux auraient inséré une clause de caducité. Après tout, si cette mesure législative ne doit vraiment servir que pendant une pandémie, il n’y a aucune raison pour de ne pas l’insérer, ce qui voudrait dire que la loi expirerait effectivement une fois la pandémie terminée. Cela semble être un amendement raisonnable, n’est-ce-pas?
L’autre point est qu’en dernière analyse, ce projet de loi devrait tenir compte de ce que disent les experts. Ils ne nous encouragent certainement pas à entrer dans les établissements de soins de longue durée et à tenir des élections pendant 13 jours.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-05-10 13:25 [p.6945]
Madam Speaker, it is good to enter the discussion on this important subject. We are seeing a debacle of epic proportions on Bill C-10, a bill that the minister obviously does not even understand. There are a lot of questions that Canadians have around Bill C-19 and its effect on what is one of the key things that the House is required to do, and that is to be the custodian of Canada's democracy.
Are there any parallels between the debacle that is currently unfolding with Bill C-10 and what is possible with Bill C-19, especially if the bill goes to committee, and now that the Liberals have limited debate and discussion on Bill C-19?
Madame la Présidente, il est bon d’intervenir dans la discussion sur cet important sujet. Nous assistons à une débâcle aux proportions épiques avec le projet de loi C-10, un projet de loi que le ministre ne comprend manifestement même pas. Les Canadiens se posent beaucoup de questions à propos du projet de loi C-19 et de son effet sur l’une des choses essentielles que la Chambre est tenue de faire, soit défendre la démocratie canadienne.
Y a-t-il des parallèles à faire entre la débâcle actuelle avec le projet de loi C-10 et ce qui pourrait arriver avec le projet de loi C-19, surtout s'il est renvoyé au comité, sans compter que les libéraux ont limité le débat et la discussion sur ce projet de loi?
View Rachael Harder Profile
CPC (AB)
View Rachael Harder Profile
2021-05-10 13:26 [p.6945]
Madam Speaker, the hon. member points out something really important, and that is, first, that we need to acknowledge the fact that the Liberals just moved time allocation, which means they are trying to rush this legislation through without fulsome debate. That is very problematic because it is chipping away at democracy.
The second point the member raises is with regard to Bill C-10, which has to do with government censorship of the information that we post on our social media platforms. This is a huge overreach on behalf of the government and something that is not properly researched.
Interestingly enough, Bill C-19 is one and the same, where, again, I believe it goes too far and ignores the voices of witnesses and those who have expertise in this area. It is shameful.
Madame la Présidente, le député soulève quelque chose de très important. Premièrement, nous devons reconnaître que les libéraux viennent de présenter une motion d’attribution de temps. Autrement dit, ils essaient de faire adopter ce projet de loi à toute vapeur sans qu’il y ait de débat approfondi. C’est très problématique parce qu’une telle façon de faire mine la démocratie.
Le deuxième aspect que soulève le député concerne le projet de loi C-10, qui porte sur la censure, par le gouvernement, de l’information que nous publions dans les médias sociaux. Le gouvernement va vraiment beaucoup trop loin et n’a pas fait les recherches appropriées sur le sujet.
Le projet de loi C-19s’inscrit dans la même veine, ce qui est plutôt intéressant, et je crois qu’il va trop loin et ne tient pas compte de l’opinion des témoins et des experts dans ce domaine. C’est honteux.
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 13:27 [p.6945]
Madam Speaker, I want to acknowledge my colleague from Lethbridge's comments a few minutes ago. She thought that it would be a good amendment at committee to have a sunset clause. The good news is that we do not need to amend it at committee to include a sunset clause, because I would draw her attention to clause 11, which provides exactly what she was suggesting the committee look at.
I am wondering if the member for Lethbridge could tell us how many times in the last two months she has stood in her place and voted no confidence in the government, obviously seeking an election during the pandemic. How many times did she stand and vote no confidence looking for an election?
Madame la Présidente, je veux revenir sur les commentaires de ma collègue de Lethbridge. Elle a pensé que l’idée de faire ajouter une disposition de caducité en comité serait bonne. Eh bien, la bonne nouvelle, c’est que nous n’avons pas besoin d’amender le projet de loi en comité pour y inclure une disposition de caducité, puisque l’article 11 prévoit précisément ce qu’elle suggère de soumettre à l’examen du comité. J’attire son attention là-dessus.
La députée de Lethbridge pourrait-elle nous dire combien de fois, au cours des deux derniers mois, elle a pris la parole à la Chambre et voté contre le gouvernement, cherchant manifestement à déclencher des élections en pleine pandémie. Combien de fois s’est-elle levée pour voter en faveur d’une motion de défiance afin de déclencher des élections?
View Rachael Harder Profile
CPC (AB)
View Rachael Harder Profile
2021-05-10 13:28 [p.6945]
Madam Speaker, I fail to see the relevance.
Madame la Présidente, je ne vois pas le rapport.
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, my question is for my Conservative colleague.
We just started debating Bill C-19, and the government has allocated just three hours and 38 minutes for debate. We can only assume that the government's poor management of its legislative agenda is at fault here.
What does my colleague think is the true reason we are debating time allocation on Bill C-19 today, with the connivance of the NDP?
Madame la Présidente, ma question s'adresse à ma collègue conservatrice.
Nous venions de commencer à débattre du projet de loi C-19 et seulement 3 heures et 38 minutes avaient été consacrées à cette étude. Nous en déduisons qu'il s'agit peut-être d'une mauvaise gestion de la part du gouvernement de son programme législatif.
Selon ma collègue, quelle est la vraie raison pour laquelle nous débattons aujourd'hui d'une attribution de temps pour le projet de loi C-19, avec la complicité du NPD?
View Rachael Harder Profile
CPC (AB)
View Rachael Harder Profile
2021-05-10 13:29 [p.6945]
Madam Speaker, I am sorry, but I do not know that I fully understand the member's question.
Madame la Présidente, je suis désolée, mais je ne suis pas certaine d’avoir bien compris la question du député.
View Peter Kent Profile
CPC (ON)
View Peter Kent Profile
2021-05-10 13:29 [p.6945]
Madam Speaker, it is a pleasure to finally have the opportunity to rise to speak to Bill C-19, if in the shadow of time allocation. I will get to aspects of the bill that I consider worthy and a number of provisions that I believe should be amended in committee, in a moment, but first I will address a number of the underlying issues that have affected the way this bill was mismanaged in its creation, as so many other pieces of legislation have been similarly in this Parliament.
The crux of the problem is not the COVID pandemic. The crux of the problem is the arrogance of the current government to approach virtually every practice and procedure as though it won a majority in 2019. The Liberals refuse to recognize the range of realities, most importantly the pragmatic humility a minority government must practise to govern effectively. The current Liberal government, as in the last Parliament, has ignored committee studies, reports and recommendations in the creation of legislation dealing with critically important issues, such as privacy, foreign affairs, the digital charter, regulating the Internet, medical assistance in dying, and now Bill C-19, an amendment to the Canada Elections Act, provisionally, for a possible general election in this pandemic, a pandemic that will last much longer because of the government's inability to properly procure vaccines and to accept Conservative advice when the pandemic first struck and at every stage since.
The Liberals, with selfish impatience, introduced Bill C-19 last December, not waiting for the completion of a long and thorough study on essential amendments to the Canada Elections Act to protect public health and democracy during a possible pandemic election. An interim report by the committee was, at the time, within days of being presented to the government. That report was pre-empted by Bill C-19, ignoring the suggestions of the exhaustive study and disrespecting not only opposition members on the committee and the many expert witnesses who testified during the study, but the Liberal chair and Liberal committee members, who had worked collegially with the opposition to develop comprehensive recommendations for such an important study.
The Liberals clearly intended then to rush the legislation through Parliament, as they have done with so many other flawed pieces of legislation from the beginning of the pandemic, but in this case the rush was not to help Canadians still in the grips of the pandemic, and it was not to prepare a plan for economic recovery to get Canadians back to work; it was in the political self-interest of preparing for the snap election they were thinking they might get away with. In doing so, they not only disregarded the work of parliamentarians, but wasted the valuable time of health officials and elections experts who appeared during the thorough procedure and House affairs committee study.
In doing so, they ignored the reality that an overwhelming majority of Canadians did not want then, and do not want now, a general election in a deepening pandemic crisis. If the Liberals had any doubts, that was surely driven home in the subsequent cycle of spiking infections and death across the country and the provincial elections conducted under pandemic conditions, most notably the profoundly disrupted Newfoundland and Labrador election.
The interim report of the committee contained extensive, reasoned advice based on the testimony of expert witnesses that would have improved Bill C-19 before it was tabled, but the final report of our committee, submitted to the government in February of this year, provided even more important advice. Most important, the committee advised the government and recommended unanimously, every Liberal member on the committee as well, that the federal government commit to not calling a federal election during the pandemic, unless defeated on a vote of confidence.
Further, Conservative members of the committee wrote a supplementary report, which reiterated the recommendation against holding a pandemic election and elaborated, noting that Bill C-19 was uninformed by the extensive content of the committee report and stating very clearly that the government has a moral obligation to refrain from triggering an election or orchestrating its own downfall, as the Prime Minister has already tried to do a number of times.
Because of the government's inability to manage its own legislative agenda, the bill before us has had precious few hours of debate.
A key element of Bill C-19 involves the change of the usual designation of an election day to be an election period of Saturday, Sunday and Monday, rather than just Monday, to provide more time for voting, social distancing and the precautions necessary to provide safe voting places. The bill also provides for the extension of voting hours of polls, if necessary to midnight, on any polling day, but not to exceed 28 hours for the three-day election period.
The bill also changes the maximum writ period to 53 days because of the many challenges anticipated for in-person voting or involving mail-in ballots. With regard to mail-in ballots, the bill allows electronic applications to be made with proper security protocols, of course, for mail-in ballots. They are very detailed provisions, which I believe would secure the safety of those ballots. There are also provisions for the safe casting of votes in institutions, in facilities where seniors and persons with disabilities reside.
I will support all of those provisions in the bill, on the condition that they expire automatically, completely and absolutely six months after the pandemic period is considered to have ended.
However, there are a number of elements in this legislation that I strongly oppose and believe should be amended. I believe they must be amended at committee, our procedure and House affairs committee, which was so ignored and so disrespected by the original tabling of this legislation in December.
First and foremost, there is a provision for counting mail-in ballots after the end of the official three-day election period. Given the new powers granted the Chief Electoral Officer for early mail-in ballots and extended poll hours, there is absolutely no reason, no excuse, for any ballots received after polls close on election day to be counted. Election day must be decision day.
As well, while I accept the extension of pandemic powers to the Chief Electoral Officer, I oppose the provision that would expand his determination of “satisfactory proof of the elector's identity and residence”. Pandemic protocols should not enable greater voter fraud than already exists in non-pandemic elections.
In conclusion, I want to remind all members of this House of the unanimous recommendation of the procedure and House affairs committee, each and every Liberal member included, that the federal government must commit to not calling a federal election during this continuing pandemic, unless it is defeated on a vote of confidence.
Madame la Présidente, je suis heureux d’avoir enfin l’occasion de prendre la parole au sujet du projet de loi C-19, même si c'est sous le signe de l’attribution de temps. J’aborderai dans un instant certains aspects du projet de loi que je juge valables et un certain nombre de dispositions qui, à mon avis, devraient être modifiées par le comité, mais je vais commencer par un certain nombre de problèmes de fond qui expliquent les défauts de gestion de ce projet de loi depuis sa création, à l’instar de bien d’autres mesures législatives présentées au cours de la présente législature.
Le cœur du problème n’est pas la pandémie de COVID. Le cœur du problème, c’est l’arrogance du gouvernement actuel dans sa façon de recourir à quasiment toutes les pratiques et manœuvres possibles, comme s’il avait obtenu la majorité en 2019. Les libéraux refusent de reconnaître l’éventail des réalités, mais ils se refusent surtout à faire preuve de l’humilité pragmatique dont un gouvernement minoritaire doit faire preuve pour gouverner efficacement. Le gouvernement libéral actuel, comme au cours de la dernière législature, n’a pas tenu compte des études, des rapports et des recommandations des comités dans la préparation de mesures législatives portant sur des questions d’une importance cruciale, comme la protection de la vie privée, les affaires étrangères, la charte du numérique, la réglementation d’Internet, l’aide médicale à mourir, et maintenant, le projet de loi C-19, qui modifie provisoirement la Loi électorale du Canada en vue d’une éventuelle élection générale dans le cadre de cette pandémie, une pandémie qui durera beaucoup plus longtemps en raison de l’incapacité de ce gouvernement à se procurer suffisamment de vaccins et à écouter les conseils des conservateurs au début de la pandémie et à toutes les étapes depuis.
Les libéraux, égoïstement impatients, ont présenté le projet de loi C-19 en décembre dernier, n’attendant pas la fin d’une étude longue et approfondie sur les modifications essentielles à apporter à la Loi électorale du Canada pour protéger la santé publique et la démocratie en cas d’élections en période de pandémie. À ce moment-là, le comité n’était qu’à quelques jours de présenter un rapport provisoire au gouvernement. Ce rapport a été devancé par le projet de loi C-19, le gouvernement ayant décidé de faire fi des suggestions de l’étude exhaustive. Il a ainsi manqué de respect non seulement envers les députés de l’opposition qui siègent au comité et les nombreux témoins experts qui ont comparu dans le cadre de l’étude, mais aussi envers le président libéral et les députés libéraux du comité, qui avaient travaillé en collégialité avec l’opposition pour élaborer des recommandations exhaustives dans le cadre d’une étude aussi importante.
Les libéraux avaient manifestement l’intention de précipiter l’adoption du projet de loi au Parlement, comme ils l’ont fait pour tant d’autres mesures législatives imparfaites depuis le début de la pandémie, mais dans ce cas-ci, leur empressement ne visait pas à aider les Canadiens qui sont encore aux prises avec la pandémie, et il ne visait pas non plus à préparer un plan de relance économique pour remettre les Canadiens au travail. Il répondait plutôt à leur intérêt politique de se préparer aux élections surprises qu’ils pensaient pouvoir organiser impunément. Ce faisant, ils ont non seulement fait fi du travail des parlementaires, mais ils ont aussi fait perdre un temps précieux aux responsables de la santé et aux experts électoraux qui ont comparu lors de l’étude approfondie du Comité de la procédure et des affaires de la Chambre.
Par conséquent, ils n’ont pas tenu compte du fait qu’une majorité écrasante de Canadiens ne voulaient pas alors et ne veulent pas plus aujourd’hui d’une élection générale dans le contexte d’une pandémie qui s’aggrave. Si les libéraux avaient des doutes, ils ont sûrement compris ce qui se passait lors de la flambée subséquente d’infections et de décès partout au pays et lors des élections provinciales qui ont eu lieu dans des conditions pandémiques, plus particulièrement celles de Terre-Neuve-et-Labrador, qui ont été profondément perturbées.
Le rapport provisoire du comité renfermait des conseils approfondis et réfléchis fondés sur les témoignages d’experts qui auraient amélioré le projet de loi C-19 avant son dépôt, mais le rapport final de notre comité, présenté au gouvernement en février de cette année, formulait des conseils encore plus précieux. Plus important encore, le comité a conseillé le gouvernement et a recommandé à l’unanimité, y compris tous les députés libéraux qui en sont membres, que le gouvernement fédéral s’engage à ne pas déclencher d’élections fédérales pendant la pandémie, à moins d’être défait par suite d’un vote de confiance.
De plus, les députés conservateurs du comité ont rédigé un rapport complémentaire, qui réitérait la recommandation de ne pas tenir d’élections en contexte de pandémie et précisait que le projet de loi C-19 aurait grandement été amélioré par le contenu exhaustif du rapport du comité et déclarant très clairement que le gouvernement a l’obligation morale de s’abstenir de déclencher des élections ou d’orchestrer sa propre chute, comme le premier ministre a déjà tenté de le faire à plusieurs reprises.
À cause de l’incapacité du gouvernement à gérer son propre programme législatif, le projet de loi dont nous sommes saisis a fait l’objet de très peu d’heures de débat.
Un élément clé du projet de loi C-19 consiste à remplacer la désignation habituelle du jour du scrutin par une période du scrutin comprenant le samedi, le dimanche et le lundi, plutôt que le simple lundi, afin de donner plus de temps pour voter, de permettre la distanciation physique et de prendre les précautions nécessaires pour assurer la sécurité des lieux de scrutin. Le projet de loi prévoit également la prolongation des heures de scrutin, au besoin jusqu’à minuit, n’importe quel jour de scrutin, cette prolongation ne devant pas dépasser 28 heures au total pour la période de scrutin de trois jours.
Le projet de loi étend également la période du bref à 53 jours au maximum en raison des nombreux défis prévus pour le vote en personne ou par la poste. En ce qui concerne le vote par la poste, le projet de loi permet de présenter des demandes par voie électronique, en respectant les protocoles de sécurité appropriés évidemment, pour obtenir des bulletins de vote par la poste. Il s’agit de dispositions très détaillées qui, à mon avis, assureraient la sécurité de ces bulletins de vote. Il y a aussi des dispositions qui permettent de voter en toute sécurité dans les établissements où habitent des personnes âgées et des personnes handicapées.
J’appuierai toutes ces dispositions du projet de loi à condition qu’elles expirent automatiquement, complètement et absolument six mois après que la pandémie ait été considérée comme étant terminée.
Cependant, il y a certains éléments de ce projet de loi qui, à mon avis, devraient être modifiés. Je crois qu’ils doivent être amendés au comité, le comité de la procédure et des affaires de la Chambre, qui a été laissé pour compte et très peu respecté au moment du dépôt initial de ce projet de loi en décembre.
D’abord et avant tout, il y a une disposition qui permet de compter les bulletins de vote par la poste après la fin de la période de scrutin officielle de trois jours. Compte tenu des nouveaux pouvoirs accordés au directeur général des élections pour les bulletins de vote par la poste et les heures de scrutin prolongées, il n’y a absolument aucune raison ni aucune excuse pour que les bulletins de vote reçus après la fermeture des bureaux de scrutin le jour du scrutin soient comptés. Le jour du scrutin doit être un jour de décision.
De plus, bien que j’accepte l’élargissement des pouvoirs du directeur général des élections en raison de la pandémie, je m’oppose à la disposition qui lui permettrait de déterminer ce qui constitue une preuve suffisante de l’identité et de la résidence de l’électeur. Les protocoles adoptés en raison de la pandémie ne devraient pas favoriser davantage de fraudes électorales que celles auxquelles on assistait déjà avant la pandémie.
En conclusion, je tiens à rappeler à tous les députés que le comité de la procédure et des affaires de la Chambre — y compris tous ses membres libéraux — a recommandé à l’unanimité que le gouvernement fédéral s’engage à ne pas déclencher d’élections fédérales pendant cette pandémie, à moins qu’il ne soit défait à la suite d’un vote de confiance.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I do not think it would matter if this had been tabled three years ago. The reality is that the Conservatives do not even appear to have read the bill. The member for Lethbridge was just talking about wishing that there would be a sunset clause in this, which is mentioned in the preamble, and then again later in clause 11 of the bill. The member for Elgin—Middlesex—London, who is a member of the PROC committee, did not even know that there was a sunset clause in this bill, and this bill falls under the committee that she sits on. I do not think this narrative of “We haven't had enough time” is warranted. We have had the bill for six months and clearly they have not even read it.
This member is also a member of the PROC committee, which I have a ton of respect for. I thank him for mentioning the fact that there is a sunset clause in the bill, acknowledging that and, to his credit, advocating so vehemently to make sure that this sunset clause is honoured.
Madame la Présidente, je pense qu'il importerait peu que le projet de loi ait été présenté il y a trois ans. La réalité, c’est que les conservateurs ne semblent même pas l'avoir lu. La députée de Lethbridge vient juste de dire qu’elle aimerait qu’il y ait une disposition de caducité dans le projet de loi. Or, il en est justement fait mention dans le préambule et plus loin à l’article 11. La députée d’Elgin—Middlesex—London, qui siège au comité de la procédure, ne savait même pas qu’il y avait une disposition de caducité dans le projet de loi dont l'étude relève justement du comité dont elle fait partie. Je crois qu’il est injustifié de répéter que la Chambre n’a pas eu suffisamment de temps. Nous sommes saisis de ce projet de loi depuis six mois et il est clair que les conservateurs ne l’ont même pas lu.
Le député est également membre du comité de la procédure pour lequel j’ai énormément de respect. Je le remercie d’avoir mentionné et reconnu qu’il y avait une disposition de caducité dans le projet de loi et, ce qui est tout à son honneur, d’avoir exigé, avec beaucoup d'insistance, que cette disposition soit appliquée.
View Peter Kent Profile
CPC (ON)
View Peter Kent Profile
2021-05-10 13:39 [p.6947]
Madam Speaker, I thank the hon. member for his somewhat disingenuous questions. I would like to address the matter of timing.
The bill was rushed to introduction in December, again, pre-empting the interim report of the PROC committee. This committee has been filibustered by the Liberal minority on the committee for more than two months, because the Liberals do not want to recognize the will of all the opposition parties to call a relevant witness to appear for one meeting. For the last month, the Liberals have filibustered their own amendment.
I am wondering if the rush now, as the bill is eventually forwarded to the PROC committee, is to allow—
Madame la Présidente, je remercie le député de ses questions qui sont plutôt de mauvaise foi. J’aimerais parler de l’échéancier.
Le projet de loi a été présenté à la hâte en décembre, avant le dépôt du rapport provisoire du comité de la procédure. La minorité libérale paralyse les travaux de ce comité depuis plus de deux mois parce que les libéraux ne veulent pas acquiescer à la volonté de tous les partis de l’opposition de convoquer un témoin pertinent. Au cours du mois dernier, les libéraux ont retardé l’étude de leur propre amendement.
Étant donné que le projet de loi sera renvoyé au comité de la procédure, j’aimerais savoir si l’urgence aujourd’hui ne vise justement pas à permettre…
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-05-10 13:40 [p.6947]
Madam Speaker, on top of all the partisan speeches, the government members are showing disrespect towards the opposition members by repeatedly asking whether they have read the bill. It would be nice if they stopped doing that. Members have a duty to do their jobs well, and they have read the bill. I would appreciate some real answers on the actual substance.
My colleague raised some very interesting points in his speech. He—
Some hon. members: Oh, oh!
Mr. Yves Perron: Madam Speaker, ironically enough, the people I am talking about right now are not listening.
My colleague raised some very interesting points in his speech. He spoke about voter identification and the lengthy writ period for seniors' homes. We are all very concerned about safety.
I would like to hear my colleague's thoughts on this.
Madame la Présidente, non seulement les discours sont partisans, mais les députés du gouvernement méprisent les gens de l'opposition en répétant qu'ils se demandent si ces derniers ont lu le projet de loi. Ce serait agréable que cela cesse. Les députés ont le devoir de bien faire leur travail et ils ont lu le projet de loi. J'aimerais obtenir de vraies réponses sur le vrai contenu.
Dans son discours, mon collègue a soulevé des éléments très intéressants. Entre autres, il...
Des voix: Oh, oh!
M. Yves Perron: Madame la Présidente, c'est drôle, mais les gens dont je parle présentement ne m'écoutent pas.
Dans son discours, mon collègue a soulevé des éléments très intéressants. Il a parlé, entre autres, de ses doutes quant à l'identification des électeurs et aux très longues périodes de vote qui seront prévues dans les résidences pour personnes âgées. Nous sommes tous soucieux de la sécurité.
J'aimerais connaître l'opinion de mon collègue à cet égard.
View Peter Kent Profile
CPC (ON)
View Peter Kent Profile
2021-05-10 13:41 [p.6947]
Madam Speaker, the provision for a particularly lengthy writ period is tremendously important both for the safe conduct of polling residents in long-term care and seniors residences, but also to prepare Elections Canada officials and the polling stations for those Canadians who choose to vote in place. I attended and observed the two by-elections last year, and it is very complicated and difficult, and safety must prevail.
It will also take that period of time to distribute the mail-in ballots and to get them—
Madame la Présidente, il extrêmement est important de prévoir une période électorale particulièrement longue afin de permettre aux résidents des foyers de soins de longue durée ou des résidences pour aînés de voter en toute sécurité, mais aussi pour donner aux fonctionnaires d’Élections Canada et aux employés des bureaux de scrutin le temps de se préparer à accueillir des électeurs qui choisissent de voter sur place. Pour avoir assisté, à titre d’observateur, aux deux élections partielles de l’an dernier, je peux dire que le processus est très compliqué et difficile, et que la sécurité doit prévaloir.
Il faudra aussi un certain temps pour distribuer les bulletins de vote par la poste et les recevoir…
View Scott Reid Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, the member for Kingston and the Islands has said, somewhat disingenuously, that there is a sunset clause in the bill, in section 11.
What section 11(2) actually says is that when the Chief Electoral Officer consults with the Chief Public Health Officer, currently Dr. Tam, and the Chief Electoral Officer as a result “Is of the opinion that the temporary rules in Part 22 of the Canada Elections Act are no longer required to ensure the safe administration of an election in the context of the coronavirus disease 2019 (COVID-19) pandemic.” At that point, six months after that, the bill expires. That is not a sunset clause. In my opinion, that is a way of transferring the responsibility for going back to a series of bureaucrats.
Does the hon. member agree with me?
Madame la Présidente, le député de Kingston et les Îles a dit, de façon un peu trompeuse, qu’il y avait une disposition de caducité à l’article 11 du projet de loi.
Le paragraphe 11(2) précise que lorsque le directeur général des élections, après consultation avec l’administrateur en chef de la santé, en l’occurrence la Dre Tam, est d’avis que « les règles temporaires visées par la partie 22 de la Loi électorale du Canada ne sont plus requises pour assurer la tenue d’élections en toute sécurité dans le contexte de la pandémie à coronavirus (COVID-19) », il doit publier un avis. Le projet de loi expire six mois après cet avis. Il ne s’agit pas d’une disposition de caducité. À mon avis, c’est une façon de transférer la responsabilité à des fonctionnaires.
Le député n’est-il pas d’accord avec moi?
View Peter Kent Profile
CPC (ON)
View Peter Kent Profile
2021-05-10 13:43 [p.6947]
Madam Speaker, I agree with my hon. colleague.
Madame la Présidente, je suis d’accord avec mon collègue.
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-05-10 13:44 [p.6947]
Madam Speaker, I will be sharing my time with the hon. member for Saint-Laurent.
It is an absolute honour for me to rise today on behalf of my residents of the riding of Davenport to speak in favour of Bill C-19, an act to amend the Canada Elections Act, COVID-19 response. It would provide a temporary new part to the Canada Elections Act that would ensure the safe administration of an election should one happen during the COVID-19 pandemic. It would also provide for the repeal of this temporary new part, the six months, as was just mentioned, as determined by the Chief Electoral Officer once it is indicated the measures are no longer necessary in the context of the COVID-19 pandemic. The notice would be issued only following consultation with the Chief Public Health Officer.
As my colleagues know, in a minority Parliament, an election could actually happen at any time. We have seen elections at the provincial level take place during the COVID pandemic. We have also seen elections take place in other countries, including the United States. We have seen the major challenges that these types of elections bring.
In the United States we saw that huge numbers of voters chose to send in a mail-in ballot, which made counting ballots slower in a number of states.
In British Columbia and in Newfoundland and Labrador, we saw historic numbers of voters going to advance polls or using mail-in ballots. We also saw, in these provinces, historic low voter turnout. It was probably because many people decided it was much safer to stay at home and were not quite sure about whether it was safe enough to go out and vote. We could expect that—
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Saint-Laurent.
C’est un grand honneur pour moi de prendre la parole aujourd’hui au nom des résidants de ma circonscription, Davenport, pour exprimer mon appui au projet de loi C-19, Loi modifiant la Loi électorale du Canada en réponse à la COVID-19. Cette mesure vise à ajouter de façon temporaire une nouvelle partie à la Loi électorale du Canada pour permettre la tenue d’élections en toute sécurité pendant la pandémie de COVID-19. Comme cela vient d’être dit, elle prévoit aussi l’abrogation de cette partie six mois après la publication d’un avis du directeur général des élections indiquant que les mesures ne sont plus nécessaires en regard de la pandémie de COVID-19. Cet avis ne serait émis qu’après consultation de l’administratrice en chef de la santé publique.
Comme mes collègues le savent, dans un contexte de gouvernement minoritaire, des élections peuvent avoir lieu n’importe quand, comme on l’a vu dans certaines provinces pendant la pandémie. D’autres pays aussi ont eu des élections, comme les États-Unis. Nous avons vu les grands défis que posent des élections dans ces conditions.
Aux États-Unis, un grand nombre d’électeurs ont choisi de voter par la poste, ce qui a ralenti le dépouillement des bulletins dans un certain nombre d’États.
En Colombie-Britannique et à Terre-Neuve-et-Labrador, un nombre sans précédent d’électeurs ont voté par anticipation ou par correspondance. Nous avons également constaté, dans ces provinces, un faible taux de participation historique. C’est probablement parce que beaucoup d’électeurs ont décidé qu’il était beaucoup moins dangereux de rester à la maison, et qu’ils ne savaient pas trop s’il était assez sûr d’aller voter. Nous pouvons nous attendre à ce que...
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-05-10 13:45 [p.6948]
Madam Speaker, as I was saying, we could expect if we were to hold a federal election in Canada, especially without passing Bill C-19, voters would face many of the similar challenges we have seen across our country over the last year and a bit since the advent of the COVID-19 pandemic. Some Canadians would probably choose not to vote rather than go to a public place to cast their ballot.
During this devastating third wave, the last thing our government wants is an election. I, for one, always say that the only election date I want to talk about is the one in October 2023, which is four years after the last one. I know many would see an election during a COVID pandemic as a public health risk and would limit Canadians' access to their democratic right to cast a vote. As such, in my opinion, it is really important for us to advance this bill swiftly so that in the unlikely event of an election, we can improve the conditions and opportunities for Canadians to safely vote as well as protect our democratic process.
Why have we introduced the legislation? Elections Canada realized there could be an election during this pandemic, as we did as the national government, and after much consultation has proposed some temporary rules in the unlikely event an election should occur.
Elections Canada has been following the provincial elections in our country and the various different elections that have taken place around the world. It has monitored contingency planning that has been developed both by international and various electoral management bodies. It has engaged with Canadian public officials, heard about best practices from various bodies and learned from recent elections held during COVID. Elections Canada has also established an internal working group to determine how it can be as prepared as possible for an election held during COVID-19.
Out of this work, on October 5, the Chief Electoral Officer suggested the study and adoption of a new temporary law.
Some of the key changes the Chief Electoral Officer proposed was making Saturday and Sunday voting days, increasing voting hours from 12 hours on one day to 16 hours over two days; granting authorization for the Chief Electoral Officer to determine how and when voting could occur in long-term care facilities and other similar settings; and adding more flexibility to adapt the act to emergency situations to make it easier to respond to the pandemic. Bill C-19 builds on these recommendations and adds other special measures to ensure Canadians can vote safely.
What are some of the additional measures we have proposed in the bill?
First, we would give the Chief Electoral Officer more flexibility to adapt the act to ensure the safety of election officers and voters. It would also give the Chief Electoral Officer the power to set days and hours for polling divisions established in long-term care homes.
Our government recognizes that vulnerable populations like seniors have very specific needs in this pandemic. We also know we need to protect their right to participate in the Canadian democracy and ensure Elections Canada has a way to safely collect votes from them. This bill would provide a 13-day window to safely deliver the vote to long-term care facilities and similar institutions. This period would give election staff enough time to engage with those facilities and to determine a safe time for them to deliver the vote.
Bill C-19 would also extend voting hours, giving Canadians more opportunity to vote in a safe way that works for them. It would create a three-day polling period which, to me, is awesome. People could vote Saturday, Sunday or Monday. It would help spread the voters out, reducing crowds in voting places, and would give people who might not be able to vote on the weekend, maybe because of a religious observance on Saturday or Sunday, the option to vote on Monday. It would also add more advanced polling days, four days of 12 hours each, for voting since we would anticipate more Canadians to vote early in a pandemic election.
Bill C-19 would grant the Chief Electoral Officer the authority to respond to emergency situations like local unexpected outbreaks of COVID-19. It would allow the Chief Electoral Officer to modify the day on which certain things would be authorized or required to be done before the polling period. The Chief Electoral Officer would also be able to move a deadline a day backward or a day forward by up to two days, or the Chief Electoral Officer could also move the starting date or the ending date of a period in which certain things would be authorized or required to be done by up to two days.
Finally, the bill would make mail-in voting even more accessible. If Canadians did go to the polls in the pandemic, we anticipate that many more would want to vote by mail. Of course, we know that this would be a whole new way of voting in Canada, other than in the provinces that have already seen such elections. We know this is an option that many Canadians would want to see.
With Bill C-19 passed, Canadians will also be able to apply online to register to vote by mail and cast a ballot from the comfort and safety of their home. It will also allow for secure drop boxes at polling stations so that those who do not have time to send their ballots through the mail can instead drop them off. It makes voting more accessible by allowing voters to register to vote by mail using an ID number, like a driver's licence number, rather than a full copy of their identification. Finally, it gives voters the flexibility to choose to vote in person instead if they have already registered to vote by mail. If they do, they would have to return their mail-in kit or sign a declaration at the in-person voting location that they have not yet voted.
There is a clear need for the bill as indicated by the Chief Electoral Officer, but it is important to note that there are some limitations of the bill. The primary one is the need for a preparation period for Elections Canada. This means that Parliament needs to move swiftly to get the bill to committee. I have heard a number of amendments and recommendations that my colleagues would like to propose, and they should be genuinely considered. Then it still needs to come back to the House for a third reading. Elections Canada then needs 90 days to implement the bill after royal assent. The longer we wait, the greater the risk of a possible election during a pandemic with no safety measures for Canadians.
I want to reiterate that the special legislative measures that are being proposed would cease to be in effect six months, or at an earlier date determined by the CEO, after a notice is given by the Chief Electoral Officer that indicates the measures are no longer necessary in the context of the COVID-19 pandemic. This notice would only be issued following the consultation with the Chief Public Health Officer.
With such a limited scope, I see no reason for disagreement or delay on the bill. All parties should be able to unite to quickly get these common-sense protections for voters into place.
I am thankful for the opportunity to speak to the importance of Bill C-19 and why it should be passed quickly.
Madame la Présidente, comme je le disais, si nous tenions des élections fédérales au Canada, surtout si nous n’adoptons pas le projet de loi C-19, les électeurs seraient confrontés à de nombreux défis semblables à ceux que nous avons vus partout au pays au cours de la dernière année, depuis le début de la pandémie de COVID-19. Certains Canadiens choisiraient probablement de ne pas voter plutôt que de se rendre dans un lieu public.
Pendant cette troisième vague dévastatrice, la dernière chose que notre gouvernement veut, c’est de tenir des élections. Pour ma part, je dis toujours que le seul rendez-vous électoral qui m’intéresse est celui d’octobre 2023, soit quatre ans après le dernier scrutin. Je sais que beaucoup de gens considéreraient des élections en pleine pandémie de COVID comme un risque pour la santé publique qui limiterait l’accès des Canadiens à leur droit démocratique de voter. Par conséquent, j’estime très important de faire en sorte que ce projet de loi progresse rapidement afin que, dans le cas improbable où nous serions appelés aux urnes, nous soyons en mesure d’améliorer les conditions du scrutin et la possibilité, pour les Canadiens, de voter en toute sécurité, et que nous protégions le processus démocratique du pays.
Pourquoi avons-nous déposé ce projet de loi? Élections Canada a compris qu’il pourrait y avoir des élections durant la pandémie, tout comme nous en tant que gouvernement national, et, après moult consultations, a proposé des règles temporaires dans l’éventualité peu probable du déclenchement d’une élection générale.
Élections Canada a suivi les élections provinciales qui ont eu lieu dans notre pays ainsi que les diverses élections tenues ailleurs dans le monde. Il a surveillé les mesures de planification d’urgence mises en place par des instances internationales et divers organismes de gestion électorale. Il a consulté des fonctionnaires canadiens, a été informé des pratiques exemplaires utilisées par divers organismes et a tiré des leçons des récentes élections tenues durant la pandémie de COVID. Élections Canada a également mis sur pied un groupe de travail interne chargé de l’aider à se préparer du mieux possible à la tenue éventuelle d'élections durant la pandémie de COVID-19.
Au terme de ce travail, le directeur général des élections a recommandé, le 5 octobre dernier, l’étude et l’adoption d’une nouvelle mesure législative temporaire.
Le directeur général des élections a proposé divers changements, notamment d’ajouter le samedi et le dimanche comme jours de scrutin, de prolonger les heures de scrutin à 16 heures étalées sur deux jours, au lieu de 12 heures en une seule journée, d’autoriser le directeur général des élections à déterminer comment et quand pourrait avoir lieu le vote dans les établissements de soins de longue durée et autres établissements semblables et de lui donner une plus grande latitude pour adapter la loi aux situations d’urgence dans le contexte de la pandémie. Le projet de loi C-19 donne suite à ces recommandations et prévoit des mesures supplémentaires afin que les Canadiens puissent voter en toute sécurité.
Voici d’autres mesures que nous avons proposées dans le cadre de ce projet de loi.
Premièrement, nous donnerions au directeur général des élections la latitude nécessaire pour adapter la loi dans le but de garantir la sécurité des fonctionnaires électoraux et des électeurs. Le projet de loi lui donnerait également le pouvoir de fixer des jours et des heures pour les sections de vote mises en place dans les établissements de soins de longue durée.
Le gouvernement reconnaît que les groupes vulnérables de la population, notamment les aînés, ont des besoins particuliers durant la pandémie. Nous savons également que nous devons protéger leur droit de participer à la démocratie canadienne et veiller à ce qu’Élections Canada puisse recueillir leurs votes en toute sécurité. Le projet de loi prévoit une période de 13 jours pour que le vote se déroule en toute sécurité dans les établissements de soins de longue durée et autres établissements semblables. Cette période donnerait au personnel électoral suffisamment de temps pour communiquer avec les responsables de ces établissements et pour déterminer un moment sécuritaire pour la tenue du vote.
Le projet de loi C-19 prolongerait également les heures de vote, ce qui donnerait aux Canadiens plus de possibilités de voter en sécurité, de la manière qui leur convient le mieux. Il créerait une période de vote de trois jours, ce qui me semble formidable. Les électeurs pourraient voter le samedi, le dimanche ou le lundi, ce qui permettrait de diluer l’affluence dans les lieux de scrutin. De plus, les électeurs qui ne pourraient aller voter la fin de semaine, en raison d’une règle religieuse qui leur interdit de voter le samedi ou le dimanche, pourraient voter le lundi. Le projet de loi ajoute également des jours de vote par anticipation, soit quatre jours de 12 heures chacun, puisque nous prévoyons que les Canadiens seront plus nombreux à voter par anticipation en période de pandémie.
Le projet de loi C-19 conférerait au directeur général des élections le pouvoir d’adapter la loi face à des imprévus, par exemple à une éclosion locale de COVID-19. Le directeur général des élections pourrait également avancer ou reculer d’au plus deux jours le jour où certaines choses doivent ou peuvent être accomplies ou la date de début ou de fin d’une période pendant laquelle certaines choses doivent ou peuvent être accomplies.
Enfin, le projet de loi rendrait le vote postal encore plus accessible. Même si des Canadiens se sont rendus aux urnes pendant la pandémie, nous nous attendons à ce qu’ils soient beaucoup plus nombreux à vouloir voter par la poste. Évidemment, il s’agirait d’une toute nouvelle façon de voter au Canada, sauf dans les provinces où cela s’est déjà fait, mais nous savons que c’est une option que de nombreux Canadiens aimeraient avoir.
Si le projet de loi C-19 est adopté, les Canadiens pourront également s’inscrire en ligne pour voter par la poste et exprimer leur choix dans le confort de leur domicile en toute sécurité. Le projet de loi permettra aussi d’installer des boîtes de dépôt sécurisées dans les bureaux de scrutin, afin que ceux qui n’ont pas eu le temps d’envoyer leur bulletin de vote par la poste puissent le déposer là. Cela rendra le scrutin plus accessible en permettant aux électeurs de s’inscrire pour voter par la poste grâce à un numéro d’identification, comme un numéro de permis de conduire, plutôt qu’au moyen d’une copie de leur pièce d’identité. Enfin, le projet de loi donnera aux électeurs la possibilité de voter en personne, même s’ils se sont déjà inscrits pour voter par la poste. S’ils le font, ils devront retourner leur trousse postale ou signer une déclaration au bureau de vote en personne indiquant qu’ils n’ont pas encore voté.
Il est clair que le projet de loi est nécessaire, comme l’a indiqué le directeur général des élections, mais il est important de noter qu’il comporte certaines limites. La première est la nécessité de prévoir une période de préparation pour Élections Canada. Cela signifie que le Parlement doit agir rapidement pour renvoyer le projet de loi au comité. J’ai entendu mes collègues parler d’un certain nombre d’amendements et de recommandations qu’ils aimeraient proposer, et ceux-ci devraient vraiment être pris en considération. Par la suite, le projet de loi doit être renvoyé à la Chambre pour la troisième lecture. Puis, Élections Canada a besoin de 90 jours pour le mettre en œuvre après la sanction royale. Plus on attend, plus on risque d’avoir des élections en pleine pandémie sans mesures de sécurité pour les Canadiens.
Je tiens à répéter que les mesures législatives spéciales qui sont proposées cesseraient d’être en vigueur six mois, ou à une date antérieure fixée par le directeur général des élections, après un avis donné par ce dernier indiquant que les mesures ne sont plus nécessaires dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Cet avis ne serait émis qu’après consultation de l’administrateur en chef de la santé publique.
Compte tenu de la portée limitée du projet de loi, je ne vois aucune raison de le rejeter ou de le retarder. Tous les partis devraient pouvoir s’unir pour mettre rapidement en place ces mesures de protection sensées pour les électeurs.
Je suis heureuse d’avoir eu l’occasion d’intervenir pour souligner l’importance du projet de loi C-19 et les raisons pour lesquelles il devrait être adopté rapidement.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-10 13:53 [p.6949]
Madam Speaker, certainly we want to do everything we can to protect workers and voters in this election should it occur during a pandemic.
One thing we know is that we would likely see more mail-in ballots, and the members correctly have pointed out there are some provisions in the bill. Having ballot boxes at the polling stations to collect mail-in ballots will be a very good thing in case the capacity is higher. One thing I have heard concerns about is that if the Monday is a holiday, they would consider counting ballots after election day. We have never done that federally, and I think Canadians have confidence in our tried and true process.
Would the member agree that with the provision to allow mail-in ballots to be dropped off at polling stations if they were left too late that we really do not need that other provision?
Madame la Présidente, nous voulons certainement faire tout en notre pouvoir pour protéger les travailleurs et les électeurs en cas de pandémie.
Nous savons qu’il y aura probablement plus de bulletins de vote envoyés par la poste, et les députés ont souligné à juste titre que le projet de loi renferme certaines dispositions en ce sens. Il pourrait être très utile de pouvoir compter sur des boîtes de scrutin dans les bureaux pour recueillir les bulletins de vote envoyés par la poste. On m’a dit que si le lundi est un jour férié, on envisagerait de compter les bulletins de vote après le jour du scrutin. Nous n’avons jamais fait cela au niveau fédéral, mais je pense que les Canadiens ont confiance en notre processus maintes fois éprouvé.
La députée est-elle d’accord pour dire que nous n’avons pas vraiment besoin de cette autre disposition s’il est permis de déposer des bulletins de vote par la poste dans les bureaux de scrutin même s’ils sont en retard?
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-05-10 13:54 [p.6949]
Madam Speaker, I am not quite sure I understood the question. I believe the member is saying that the provision of us being able to count the ballots after the election date and that the bill would allow for that to happen is not necessarily needed.
I really trust that the Chief Electoral Officer has done some consultations and that he has talked to a number of groups, both nationally and internationally, about some of the best practices and provisions that should be contained in this bill. I have a lot of confidence in the recommendations that have been made and are now included in Bill C-19.
This is why I am anxious to get this bill to committee. If there are some things that we might want to modify, they should be considered at committee. I know I would be open to any provisions that might make this bill clearer and ensure the safety of any—
Madame la Présidente, je ne suis pas certaine d’avoir compris la question. Je crois que la députée dit que nous n’avons pas nécessairement besoin de la disposition du projet de loi nous permettant de compter les bulletins de vote après la date des élections?
Je suis convaincue que le directeur général des élections a mené des consultations et qu’il a parlé à un certain nombre de groupes, à l’échelle nationale et internationale, au sujet des pratiques exemplaires et des dispositions qui devraient figurer dans ce projet de loi. J’ai vraiment confiance dans les recommandations qui ont été faites et qui sont maintenant incluses dans le projet de loi C-19.
C’est pourquoi j’ai hâte que ce projet de loi soit renvoyé au comité. S’il y a des changements que nous pourrions vouloir proposer, ils devraient être étudiés au comité. Personnellement, je serais ouverte à toute disposition qui pourrait rendre ce projet de loi plus clair et assurer la sécurité de tout...
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-05-10 13:55 [p.6949]
Madam Speaker, my understanding is that my colleague supports this bill as written and is in a hurry. I am not saying anyone is dismissing the safety issues that we all agree on, but it feels like haste is becoming the norm. We cannot help but wonder why she seems so keen for the government to use time allocation.
I have a question for my colleague. Bill C-19 is your government's initiative. It did not come about because of the findings in a committee report or the Chief Electoral Officer's initial recommendations. How do you plan to deal with the committee members' opinion?
Madame la Présidente, ce que je comprends du discours de ma collègue, c'est qu'elle est en faveur de ce projet de loi dans sa forme actuelle et qu'elle est pressée. On ne semble pas minimiser les questions de sécurité sur lesquelles nous sommes tous d'accord, mais on sent que la rapidité devient la règle. On peut d'ailleurs se demander pour quelles raisons elle semble motivée par le fait que le gouvernement impose le bâillon.
J'ai une question à adresser à ma collègue. Le projet de loi C-19 est une œuvre de votre gouvernement. Il ne découle pas des conclusions d'un rapport de comité et des premières recommandations du directeur général des élections. Qu'entendez-vous faire avec l'avis des membres du comité?
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-05-10 13:57 [p.6950]
Madam Speaker, I will respond this way. There is a lot of very important business that Parliament needs to consider between now and when we rise for the summer, at the end of June. It is absolutely important for us to pass legislation that has had some careful consideration by the Chief Electoral Officer and our government. I have a lot of confidence in the bill and in the measures we have in place. It would be responsible for us to move the bill as quickly as possible to committee to ensure that if there is anything we need to add to it, we do so there. If not, we should pass this bill as swiftly as possible.
Madame la Présidente, ma réponse sera la suivante. Il y a beaucoup de questions très importantes que le Parlement doit examiner d’ici la fin de la session, à la fin de juin. Il est vraiment important que nous adoptions un projet de loi qui a été soigneusement étudié par le directeur général des élections et le gouvernement. J’ai une grande confiance dans le projet de loi et dans les mesures que nous avons mises en place. Il serait responsable de notre part de renvoyer le projet de loi le plus rapidement possible au comité pour nous assurer, s’il y a quoi que ce soit à y ajouter, que nous le ferons. Sinon, nous devrions adopter ce projet de loi le plus rapidement possible.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I appreciate working with my colleague for Davenport on the finance committee. We certainly agree that there are provisions that absolutely need to be put in place given the pandemic we are all living through. She made some good points in her speech, but she left out the key part that has made this bill much more controversial than it normally would be. That is the fact that when the Liberals brought the bill forward, they also started their pre-election campaign. The Prime Minister and Liberals were campaigning openly. The third wave has pushed that back, but Liberals have not come clean with the Canadian public.
Can my colleague for Davenport now say very clearly, in a way that all Canadians will understand, that the Prime Minister will not call an election during this pandemic?
Madame la Présidente, c'est un plaisir de travailler avec ma collègue de Davenport au comité des finances. Nous sommes tout à fait d'accord pour dire que certaines dispositions doivent absolument être mises en place compte tenu de la pandémie que nous devons tous traverser. Elle a soulevé de bons points dans son discours, mais elle a laissé de côté la question principale qui a rendu le projet de loi beaucoup plus controversé qu'il l'aurait normalement été. Je parle du fait que les libéraux, lorsqu'ils ont présenté le projet de loi, ont également lancé leur campagne préélectorale. Le premier ministre et les libéraux faisaient campagne sans la moindre gêne. La troisième vague a changé leurs plans, mais les libéraux n'ont pas joué franc-jeu avec la population canadienne.
Ma collègue de Davenport peut-elle dire très clairement à tous les Canadiens que le premier ministre ne déclenchera pas d'élections pendant la pandémie?
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-05-10 13:59 [p.6950]
Madam Speaker, I will say what I said during my speech. The only election date that is in my mind is an election date four years after the last election, which is October 2023. Canadians want us to govern and that is what we are trying to do. This bill is the responsible thing to do in the unlikely event that an election is called during a pandemic.
Madame la Présidente, je vais répéter ce que j'ai dit dans mon discours. Je n'ai qu'une seule date d'élections en tête: quatre ans après la tenue des dernières élections, c'est-à-dire en octobre 2023. Les Canadiens veulent que nous gouvernions, et c'est ce que nous essayons de faire. Ce projet de loi est la chose responsable à faire dans l'éventualité peu probable que des élections soient déclenchées pendant une pandémie.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, in a riding that has been decided by fewer than 50 votes in recent years, the member for Winnipeg North was found guilty of breaking elections law for running illegal ads on election day, influencing the vote of some 35,000 people on their way to the polls. It is completely inappropriate for this same member to be the parliamentary secretary in charge of changing Canada's election laws for all candidates in 338 ridings across the country, when he cannot be bothered to follow our existing laws.
Canadians expect our elections to be the global standard for unquestionable integrity. How can the government be trusted to ensure the integrity of our elections and have the best interests for Canadians at the front of mind when they will recklessly break current laws for their own benefit?
Canadians deserve better. The Liberals break the law whenever they think they can get away with it because they believe they are above the rules that the rest of us follow. A Conservative government would bring back ethics and good governance to Parliament Hill and restore Canadians' confidence in their public institutions.
Monsieur le Président, dans une circonscription où il a été élu avec une majorité de moins de 50 voix, le député de Winnipeg-Nord a été déclaré coupable d'avoir enfreint la loi électorale en diffusant, le jour des élections, des publicités illégales qui visaient à influencer le vote de quelque 35 000 électeurs. Il est tout à fait inacceptable que ce député occupe la fonction de secrétaire parlementaire du ministre responsable des modifications aux dispositions de la loi électorale que devront suivre les 338 candidats aux élections fédérales dans l'ensemble du pays, alors qu'il ne s'est même pas donné la peine de suivre les dispositions en vigueur.
Les Canadiens s'attendent à ce que le processus électoral respecte les normes les plus rigoureuses du monde en matière d'intégrité. Comment peut-on avoir l'assurance que le gouvernement veillera à l'intégrité des élections et qu'il aura à cœur les intérêts supérieurs des Canadiens, alors qu'il enfreint avec insouciance les dispositions législatives en vigueur dans son propre intérêt?
Les Canadiens méritent mieux. Les libéraux enfreignent la loi chaque fois qu'ils pensent pouvoir le faire sans conséquence parce qu'ils se croient au-dessus des règles que les autres doivent suivre. Un gouvernement conservateur rétablirait l'éthique et la bonne gouvernance sur la Colline du Parlement ainsi que la confiance des Canadiens dans leurs institutions publiques.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-05-10 14:24 [p.6954]
Mr. Speaker, I am very concerned that the government is imposing a gag order to amend election rules in the middle of a pandemic.
The government introduced Bill C-19 four months ago. We have had four months to debate it, but the bill has suddenly become important today. The government is waking up. All of a sudden, there is no time to debate or even reflect. The government quite simply wants to use a gag order so that it can impose its election rules.
This bill sat around for four months, so why is it suddenly so urgent to use a gag order now? Is it because the government wants to call an election in the middle of a pandemic?
Monsieur le Président, il est extrêmement inquiétant de voir le gouvernement imposer un bâillon pour modifier les règles électorales en pleine pandémie.
Cela fait quatre mois que le gouvernement a déposé le projet de loi C-19. Cela fait quatre mois que nous aurions pu en débattre, et c'est seulement aujourd'hui que cela devient important. Il se réveille. Soudainement, le gouvernement n'a plus le temps de discuter ni, visiblement, de réfléchir. Il veut imposer ses règles électorales au moyen du bâillon, rien de moins.
Si ce n'était pas urgent pendant quatre mois, qu'est-ce qui justifie soudainement ce bâillon? Est-ce parce que le gouvernement veut déclencher des élections en pleine pandémie?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 14:26 [p.6955]
Mr. Speaker, I thank my colleague from La Prairie for his question.
My Bloc Québécois colleague is well aware that the government is fully focused on providing the assistance required to protect Canadians during the pandemic. That is why, throughout this pandemic, we have taken the time in the House of Commons to implement measures that provide direct support to Canadians. We also believe that when the Chief Electoral Officer asked Parliament in October—
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de La Prairie de sa question.
Mon collègue sait fort bien que le gouvernement demeure entièrement concentré sur l'aide nécessaire pour les Canadiens dans le contexte de la pandémie. C'est pourquoi, depuis le début de la pandémie, nous avons pris le temps nécessaire à la Chambre des communes pour mettre en place des mesures qui vont apporter un appui direct aux Canadiens. Nous croyons aussi que, quand le directeur général des élections a demandé au Parlement, en octobre...
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 14:27 [p.6955]
Mr. Speaker, I promise that this answer will be just as good as the first one, just like it was a good question.
My Bloc Québécois colleague is well aware that the government is fully focused on providing the assistance required to protect Canadians during the pandemic. However, we also thought it was a good idea to respond to the report of the Chief Electoral Officer, who asked Parliament in October to introduce temporary amendments to the Canada Elections Act to ensure that an election could be held during the pandemic. That is what we are doing.
Monsieur le Président, je vous promets que la réponse sera aussi bonne que la première, tout comme l'était la question.
Mon collègue du Bloc québécois sait fort bien que le gouvernement demeure entièrement concentré sur l'aide nécessaire pour protéger les Canadiens dans le contexte de la pandémie. Cependant, nous avons aussi cru bon de répondre au rapport du directeur général des élections qui, en octobre, a demandé au Parlement de présenter des modifications temporaires à la Loi électorale du Canada pour s'assurer qu'une élection puisse se faire dans le contexte de la pandémie, et c'est ce que nous sommes en train de faire.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-05-10 14:28 [p.6955]
Mr. Speaker, the best way to manage an election during a pandemic is to not hold an election.
By imposing a gag order on Bill C-19, the government is announcing that it not only wants an election but that it wants one as soon as possible. No one, except the government, thinks it is a good idea to have an election during a pandemic. More importantly, no one wants the rules of a pandemic election to be imposed by a government without any discussion. The Liberals are attacking the very heart of our democracy.
Does the government realize that voters' health is at risk?
Monsieur le Président, la meilleure façon d'encadrer des élections pendant une pandémie, c'est de ne pas en faire.
Or, en imposant le bâillon sur le projet de loi C-19, le gouvernement annonce que non seulement il veut des élections, mais qu'il le veut au plus sacrant. Il n'y a personne, à part le gouvernement, qui pense que c'est une bonne idée d'avoir des élections en temps de pandémie. Surtout, il n'y a personne qui souhaite que les règles d'une élection en temps de pandémie soient imposées par un gouvernement, sans discussion. Les libéraux attaquent la démocratie en plein cœur.
Le gouvernement réalise-t-il que la santé des électeurs est en jeu?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-10 14:28 [p.6955]
Mr. Speaker, we do realize that. That is why we are asking parliamentarians to consider Bill C-19 in committee. With regard to the idea that a minority government could impose legislation on Parliament, I think that my colleague, who has quite a bit of experience, knows that we would need the consent of the other parties to move forward with such a bill.
My colleague is the one who is about to trigger an election by continually voting no confidence in the government. That is something we have not done until now.
Monsieur le Président, nous le réalisons. C'est pourquoi nous demandons aux parlementaires de considérer le projet de loi C-19 en comité. En ce qui a trait à l'idée qu'un gouvernement minoritaire puisse imposer une loi au Parlement, je pense que mon collègue, qui a quand même beaucoup d'expérience, sait que, pour faire avancer un tel projet de loi, cela prendrait le consentement d'autres partis politiques.
C'est mon collègue qui s'apprête à déclencher des élections en votant continuellement la non-confiance au gouvernement. C'est quelque chose que nous n'avons pas fait jusqu'à maintenant.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, the member is on point about the realities of the economic and environmental perspectives of this particular project, but I cannot help but be slightly cynical to think that the reason we are having this discussion right now is because the Conservatives are adamant about not talking about Bill C-19.
Can the member comment on how important he thinks it would be to have a discussion about a piece of legislation that is required to be in place in the event there is an election during a pandemic?
Madame la Présidente, le député brosse un portrait exact des aspects économiques et environnementaux de ce projet. Cependant, je ne peux m'empêcher de penser, un peu cyniquement, que nous avons ce débat maintenant parce que les conservateurs ne veulent absolument pas discuter du projet de loi C-19.
Le député peut-il se prononcer sur l'importance, selon lui, d'avoir une discussion sur cette mesure législative qui doit être en vigueur en cas d'élections durant une pandémie?
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2021-05-10 17:20 [p.6980]
Madam Speaker, we are here to speak about Line 5. Of course, preparation for an election and a debate about it is important, but where is the member and his government with regard to recognizing and providing some supports to Michigan.
I spent a lot of my time talking about it. Why are the Great Lakes not mentioned in the budget? How atrocious is that. How disrespectful is it to the state of Michigan and to the environmental movement there. Where are some of the extra supports against the political leverage taking place by respecting some of their concerns and partnering where they have asked for that?
Why has the government not even responded to the senators and Congress. They have asked the Canadian government for support, to at least put in our percentage of rehabilitation of the Great Lakes. This is a missed opportunity. We still do not see the government doing that. The government could do it tomorrow. It could come forward and say it made mistake by leaving the Great Lakes out of some of its economic formula. Maybe that would alleviate some of the tension.
Madame la Présidente, nous sommes ici pour débattre de la canalisation 5. Il est bien sûr important d'être prêts pour des élections et de tenir un débat à ce sujet. Cependant, je me demande si le député et le gouvernement reconnaissent que nous devrions apporter un certain soutien au Michigan.
J'en ai longuement parlé. Pourquoi les Grands Lacs ne sont-il pas mentionnés dans le budget? C'est épouvantable. C'est très irrespectueux envers l'État du Michigan et envers ceux qui participent au mouvement écologique là-bas. Si nous voulons un levier politique, pourquoi ne pas tenir compte de certaines des préoccupations de cet État et collaborer avec lui dans les dossiers où il nous a réclamé une aide supplémentaire?
Pourquoi le gouvernement n'a-t-il même pas répondu aux sénateurs et au Congrès, qui ont demandé au gouvernement canadien de les aider en faisant au moins sa part dans l'assainissement des Grands Lacs? Il s'agit là d'une occasion manquée. Le gouvernement n'a toujours pas répondu à cette demande. Il pourrait le faire demain. Il pourrait dire qu'il a commis une erreur en excluant les Grands Lacs de certaines de ses politiques économiques. Cela réduirait peut-être un peu la tension.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I do have the recommendations here with me. I would wager a guess that the Conservative members who are participating today do not even know how many recommendations there are in here, let alone what they say.
I will get back to what I was saying. Here is the interesting thing about the scenario we are in right now in concurring in this report. I do not know if the Conservatives just did not plan this out properly in moving concurrence in this report. I think this is extremely germane, especially to those who are watching this and might not quite understand how we got to this point. During our routine proceedings, there is an opportunity for members to move a concurrence in a report. We can do only one of those per sitting, and it will take up to three hours of debate. Quite often, what the Conservatives do, and they have done it a number of times in this session, is move to concur in a report because it burns three hours of the day, usually on stuff they do not want to talk about.
However, I do not know if those who were deciding that filibuster strategy had really thought out exactly what they were doing, because the time allocation motion that came in this morning said the debate on Bill C-19 will adjourn after one more day, so they are not filibustering anything, because they are not preventing that legislation from actually being voted on tomorrow. All they are doing is literally replacing discussion on BIll C-19 with this motion to concur in an issue that I would remind members we spoke about in an emergency debate only two or three days ago.
Yes, it is extremely germane to this discussion. As the Parliamentary Secretary to the President of the Queen's Privy Council indicated earlier, this is just a tactic by the Conservatives, but the irony is that we are still going to be voting on the bill tomorrow. If we do the math and factor in that they will burn through the whole 15 minutes of petitions when we finally get to that part of orders of the day, we will literally talk about Bill C-19 for about 20 minutes, and then we will be forced to vote on it.
Monsieur le Président, j'ai les recommandations entre les mains. Je parierais que les députés conservateurs qui prennent part au débat d'aujourd'hui ne savent même pas combien de recommandations contient le rapport, encore moins ce qu'elles indiquent.
Pour revenir à ce que je disais, voici ce qui est intéressant au sujet de la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement, où nous devons adopter le rapport. Je ne sais pas si les conservateurs ont tout simplement effectué une mauvaise planification en présentant la motion d'adoption du rapport. Selon moi, c'est extrêmement pertinent, surtout pour ceux qui nous regardent et qui ne comprennent peut-être pas très bien comment nous en sommes arrivés là. Au cours des affaires courantes, les députés ont l'occasion de présenter une motion d'adoption d'un rapport. Nous pouvons présenter une seule motion de ce genre par séance, et elle nécessite jusqu'à trois heures de débat. Bien souvent, ce que les conservateurs font, et ils l'ont fait à de nombreuses reprises au cours de la présente session, c'est présenter une motion d'adoption d'un rapport parce que le débat accapare trois heures de la journée, qui auraient été utilisées pour débattre de questions dont ils ne veulent habituellement pas parler.
Je me demande toutefois si ceux qui ont choisi cette stratégie d'obstruction y ont vraiment réfléchi. En effet, comme la motion d'attribution de temps présentée ce matin indique que le débat sur le projet de loi C-19 s'ajournera après un autre jour de séance, les manœuvres d'obstruction ne bloquent pas grand-chose puisqu'elles n'empêcheront pas le projet de loi d'être mis aux voix demain. Leur seul effet, c'est qu'au lieu de discuter du projet de loi C-19, on parle d'une motion d'adoption portant sur un enjeu qui, je le rappelle aux députés, a fait l'objet d'un débat d'urgence il y a deux ou trois jours.
Oui, c'est tout à fait pertinent pour notre discussion. Comme le secrétaire parlementaire du président du Conseil privé de la Reine l'a souligné plus tôt, il s'agit simplement d'une tactique des conservateurs, et le projet de loi sera tout de même mis aux voix demain. Faisons le calcul: si on suppose qu'ils utiliseront les 15 minutes réservées aux pétitions quand nous arriverons à ce point de l'ordre du jour, il nous restera seulement une vingtaine de minutes pour parler du projet de loi C-19 avant de devoir le mettre aux voix.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, somehow the member across the way is offended by that comment. I clearly said that I do not want to believe it, but I am often left wondering.
Some hon. members: Oh, oh!
Mr. Mark Gerretsen: Sure, I did put it out there, because I am often left wondering that. I find it incredibly amazing how the member finds that offensive, but not half the stuff that comes from that side of the House during question period.
The reality here is that I think I have hit a nerve, because I am getting a lot of heckling right now. I have successfully pointed out some of the realities of the situation.
When I stand here and I look back on the way that this day has unfolded, I cannot help but think that Conservatives have absolutely no interest in helping Canadians. There are many scenarios in which this House could go into an election tomorrow. The Conservatives, for example, routinely vote against confidence in this House, whenever a budget bill or something like that comes up. They are always voting against the government. All Conservatives need is for the other two political parties in here, the Bloc and the NDP, to agree with them just one time, and then we would be into an election.
All we are trying to say is that we should have a discussion and talk about Bill C-19, but instead the Conservatives used this tactic today to bring in this concurrence motion to burn time. They all know that is exactly what they did. Conservatives are burning time on this motion so that we do not talk about Bill C-19. Then they are going to say that they had only four hours in total to debate the bill, and so on and so forth, and that the government had all this time.
However, the Conservatives do not even understand the bill, as we saw. That is probably actually why, now that I think about it. I cannot believe I did not think of this earlier. That is probably why they insisted on this concurrence motion. We saw the massive misunderstanding from members like the member for Elgin—Middlesex—London and the member for Lethbridge. We heard what they had to say about this during the 30-minute questions and comments with the minister. They had no idea what Bill C-19 is really about. They missed huge parts of the bill that were in there. They did not even realize they were in there.
As I come a conclusion, it makes so much more sense now as to why Conservatives are insisting on talking about this, why they are insisting on heckling me to try to shut me down from bringing forward the truth to this floor. Nonetheless, Conservatives will do what they do. They do it every single time, and at the end of the day, we will have 19 minutes to discuss Bill C-19 before it is put to a vote in the House.
Monsieur le Président, pour une raison que j'ignore, le député d'en face est offensé par cette observation. J'ai pourtant bien précisé que ce n'est pas ce que je crois. N'empêche que je me pose souvent la question.
Des voix: Oh, oh!
M. Mark Gerretsen: Oui, je l'ai mentionné, car je me pose souvent la question. Je trouve incroyable que le député s'offense de cette observation, mais qu'il ne s'offense pas de la moitié de ce qui sort de la bouche des députés de l'opposition à la période des questions.
Je crois que, en réalité, j'ai touché une corde sensible, puisque mes propos soulèvent beaucoup de chahut en ce moment. Cela confirme que j'ai donné sur une description exacte de la situation. J'ai mis le doigt dessus.
Vu la façon dont s'est déroulée la journée, je ne peux m'empêcher de penser que les conservateurs ne souhaitent absolument pas aider les Canadiens. Il existe de nombreux scénarios qui pourraient mener au déclenchement des élections demain. Par exemple, les conservateurs votent constamment contre les motions de confiance à la Chambre, c'est-à-dire dès qu'un projet de loi en rapport avec le budget ou une mesure du genre est mis aux voix. Ils votent constamment contre le gouvernement. Il suffit que les deux autres partis politiques à la Chambre, le Bloc et le NPD, se rangent du côté des conservateurs ne serait-ce qu'une seule fois pour que des élections soient déclenchées.
Tout ce que nous disons, c'est que nous devrions discuter du projet de loi C-19, mais que les conservateurs ont préféré gaspiller du temps avec une motion d'adoption. Ils savent pertinemment ce qu'ils font. Ils font perdre du temps à la Chambre afin qu'elle ne puisse pas étudier le projet de loi C-19. Après, ils vont se plaindre qu'il n'y a eu que quatre heures de débat, ce genre de chose, et que le gouvernement avait tout le temps voulu.
Or, les conservateurs ne comprennent même pas de quoi il s'agit. C'est probablement pour ça qu'ils agissent comme ils le font, maintenant que j'y pense. Je ne peux pas croire que je n'y avais pas pensé auparavant. C'est probablement pour cette raison qu'ils ont insisté pour que la Chambre soit saisie de cette motion d'adoption. On se rappelle tous l'énorme malentendu mettant en cause plusieurs députés, dont les députées d'Elgin—Middlesex—London et de Lethbridge. Nous avons entendu leur point de vue pendant la demi-heure de questions et d'observations avec le ministre. Elles n'avaient aucune idée de ce dont il est question dans le projet de loi C-19. Des pans entiers du texte leur ont échappé. Ils ne savaient même pas que les passages en question existaient.
En terminant, je comprends beaucoup mieux maintenant pourquoi les conservateurs tiennent tant à aborder ce sujet, pourquoi ils essaient de me faire taire et de m'empêcher de faire éclater la vérité au grand jour en me chahutant. Nous avons l'habitude, cela dit. Les conservateurs ont systématiquement recours à ce genre de tactique, et cela ne changera rien au fait que nous aurons 19 minutes pour discuter du projet de loi C-19 avant qu'il soit mis aux voix.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2021-05-10 18:07 [p.6987]
Mr. Speaker, the member made the good point that we are supposed to be discussing the Canada Elections Act in case there is an election at any time. Does he not think it is ironic that the Conservatives are distracting us from that, as they have voted numerous times in the last few weeks, along with the Bloc, to have an election?
Monsieur le Président, le député a fait remarquer à juste titre que nous sommes censés discuter de la Loi électorale du Canada au cas où il y aurait des élections à un moment donné. Ne trouve-t-il pas paradoxal que les conservateurs nous éloignent de la question, alors qu'ils ont voté à plusieurs reprises au cours des dernières semaines, de même que le Bloc, de manière à déclencher des élections?
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I would agree. I find it absolutely perplexing and hypocritical for the Conservatives to stand here and say how dare we even threaten them with an election. They are the ones who keep voting for it at almost every opportunity they get. Maybe they are doing some political calculations on how the other parties will be voting and are thinking their bet is a safe one, but this is a minority government. All they need is for the NDP and the Bloc to agree with them and we will have an election. All I am saying is for us to be prepared for that by making sure that Bill C-19, which would protect Canadians during an election, is put in place.
Monsieur le Président, je suis d'accord. Il est vraiment déroutant et hypocrite que les conservateurs s'insurgent en nous accusant d'oser les menacer de la tenue d'élections. Ce sont eux qui ne cessent de voter de façon à les déclencher à peu près à toutes les occasions. Il est possible qu'ils se fient à des calculs politiques sur le vote des autres partis et qu'ils pensent que leur pari est sans risque, mais le gouvernement est minoritaire. Il suffit que le NPD et le Bloc soient d'accord avec eux pour que des élections soient déclenchées. Tout ce que je dis, c'est que nous devons nous préparer à cette possibilité en faisant en sorte que le projet de loi C-19, qui protégerait les Canadiens pendant des élections, soit mis en place.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-05-10 18:09 [p.6988]
Mr. Speaker, I find it rather fascinating to see that my colleague from Kingston and the Islands is so desperate to talk about Bill C-19 when, today, we were forced to vote on limiting debate on this bill.
Bill C-19 has been around for four months. We could have talked about it, but there was complete radio silence for four months and now, today, the government imposed a gag order.
If the Liberals were so eager to debate Bill C-19, why did they wait until today to say that it was urgent?
Monsieur le Président, je trouve quand même un peu fascinant d'entendre mon collègue de Kingston et les Îles vouloir à tout prix parler du projet de loi C-19, alors que nous avons justement subi un vote aujourd'hui pour limiter le temps de parole autour de ce projet de loi.
Cela fait quatre mois que le projet de loi C-19 est là. Nous aurions pu en parler. Or, il n'y a pas eu de son ni d'image pendant quatre mois, et nous nous retrouvons aujourd'hui avec un bâillon.
Si les libéraux voulaient à ce point débattre du projet de loi C-19, pourquoi avoir attendu à aujourd'hui pour en décréter l'urgence?
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, the bill has been tabled since December, yet the Conservatives still do not even know what the content of it is, as demonstrated during the 30-minute question and comment period.
I will say to the member that, yes, this bill might be before the House today, but by supporting the ridiculousness that is being demonstrated by the Conservatives today, we are losing three more hours to talk about it. It is up to Bloc members as to where they want to fall on this. They can agree that this is the position they want to take, but at the end of the day, we are losing more time as a result of this discussion.
Certes, monsieur le Président, le projet de loi a été déposé en décembre et, pourtant, les conservateurs n'ont pas encore pris connaissance de son contenu, comme nous l'avons constaté durant la période des questions et observations, qui a duré 30 minutes.
Pour répondre à la question du député, je dirai que oui, le projet de loi est peut-être à l'étude, mais, en appuyant les manœuvres ridicules des conservateurs aujourd'hui, nous perdons trois autres heures qui auraient pu y être consacrées. C'est aux députés du Bloc de décider où ils se situent par rapport à la question. Ils peuvent bien choisir de prendre cette position, mais, au bout du compte, nous perdons encore plus de temps en raison de cette discussion.