Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 4560
View Tony Baldinelli Profile
CPC (ON)
View Tony Baldinelli Profile
2021-06-10 14:51 [p.8226]
Mr. Speaker, every day, I hear heartbreaking stories from my constituents who have been separated from their families and loved ones by the lengthy and extended border closure with the United States. Some have missed family funerals. Others cannot cross to look after their elderly parents or a sick family member. Grandparents are forfeiting precious time with their grandchildren. Nearly 15 months into this pandemic, no formal plans for the safe reopening of our border crossings have been announced.
Does the Liberal government not care about the human impacts it is having on my constituents by its inaction?
Monsieur le Président, j'entends chaque jour des histoires crève-cœur de la part de gens de ma circonscription qui sont séparés de leur famille et de leurs proches depuis la fermeture de la frontière canado-américaine, qui dure déjà depuis longtemps. Certains n'ont pas pu assister aux funérailles d'un membre de la famille. D'autres ne peuvent pas traverser la frontière pour aller prendre soin de leurs parents âgés ou d'un proche malade. Des grands-parents voient s'échapper un temps précieux qu'ils pourraient passer avec leurs petits-enfants. La pandémie a commencé il y a près de 15 mois, et le gouvernement n'a toujours pas annoncé de plan officiel pour la réouverture sécuritaire de nos frontières.
Le gouvernement libéral est-il indifférent aux répercussions de son inaction sur la vie des gens de ma circonscription?
View Jennifer O'Connell Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, of course we care. Our entire government has been working throughout this pandemic to care for Canadians, to keep them safe throughout a global pandemic, which many of us have never seen before. All of the measures that we have put in place have been done with the advice from scientists, experts and doctors, with the purpose of stopping the spread of COVID-19 and saving lives.
We made an important announcement yesterday in regard to lifting restrictions. We need Canadians to keep doing that hard work, keep getting vaccinated, and we will see life return to normal—
Monsieur le Président, bien sûr que nous nous soucions de la vie des gens. Depuis le début de la pandémie, tout le gouvernement s'emploie à prendre soin des gens et à les garder en sécurité malgré une pandémie qui touche l'ensemble de la planète, ce que la plupart d'entre nous n'avaient jamais vu. Les mesures que nous avons instaurées étaient toutes fondées sur les conseils de scientifiques, d'experts et de médecins, toujours dans le but de freiner la propagation de la COVID‑19 et de sauver des vies.
Nous avons fait une annonce importante hier à propos de l'assouplissement des restrictions. Les Canadiens doivent continuer de faire les efforts nécessaires et de se faire vacciner, et la vie reviendra à la normale...
View Rob Morrison Profile
CPC (BC)
View Rob Morrison Profile
2021-06-10 14:59 [p.8227]
Mr. Speaker, Canada has not had a softwood lumber agreement with the United States since the fall of 2015, and the current government neglected to negotiate it into the Canada-United States-Mexico Agreement. Hundreds of thousands of Canadian workers, many in Kootenay—Columbia, rely on the softwood lumber industry to put food on the table for their families.
When will the Prime Minister act to protect these jobs by removing the softwood tariffs?
Monsieur le Président, le Canada n'a pas conclu d'accord sur le bois d'œuvre avec les États‑Unis depuis l'automne 2015, et le gouvernement actuel a négligé de négocier l'inclusion d'un tel accord dans l'Accord Canada—États‑Unis—Mexique. Des centaines de milliers de travailleurs canadiens, y compris de nombreux résidants de Kootenay—Columbia, ont besoin de l'industrie du bois d'œuvre pour nourrir leurs familles.
Quand le premier ministre va-t-il agir pour éliminer les droits de douane sur le bois d'œuvre et protéger ces emplois?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-06-10 14:59 [p.8228]
Mr. Speaker, let me begin by saying unequivocally that the duties imposed by the U.S. on Canada's softwood lumber are both unwarranted and unfair. I have raised this issue at every opportunity possible, including with President Biden, Ambassador Tai and the commerce secretary, Secretary Raimondo. As we have always done, we are going to vigorously defend our softwood industry, as well as the hundreds of thousands of workers that it employs.
Monsieur le Président, j'aimerais d'abord dire clairement que les droits de douane que les États‑Unis imposent sur le bois d'œuvre canadien sont injustes et injustifiés. J'ai soulevé cette question à toutes les occasions, notamment auprès du président Biden, de l'ambassadrice Tai, et de la secrétaire au Commerce Raimondo. Comme nous le faisons depuis toujours, nous allons défendre vigoureusement l'industrie canadienne du bois d'œuvre ainsi que les centaines de milliers de travailleurs qu'elle emploie.
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2021-06-10 15:04 [p.8229]
Mr. Speaker, the Liberal government's trade relations with the United States are in shambles. There is no softwood lumber agreement. The Canadian dairy sector is under attack under the new NAFTA. Keystone has been cancelled. Line 5 is now in jeopardy. Now the Biden administration is threatening our livestock industry by reinstating the mandatory country of origin labelling program.
Conservatives secured a softwood lumber agreement. We built pipelines. We successfully ended COOL at the WTO. With higher carbon taxes, Canadian farmers could not afford another Liberal trade failure. Is this yet another mess by the Prime Minister that a Conservative government would have to clean up?
Monsieur le Président, les relations commerciales du gouvernement libéral avec les États‑Unis sont en déroute. Il n'y a pas d'accord sur le bois d'œuvre. Le secteur laitier canadien se voit assailli à cause du nouvel ALENA. Le projet Keystone a été annulé. La canalisation 5 est en péril. Voilà maintenant que l'administration Biden menace notre industrie du bétail en rétablissant le programme d'étiquetage obligatoire indiquant le pays d'origine.
Les conservateurs ont conclu un accord sur le bois d'œuvre. Ils ont construit des pipelines. Ils ont réussi à mettre fin aux règles exigeant la mention du pays d'origine sur l'étiquette à l'Organisation mondiale du commerce. Avec l'augmentation de la taxe sur le carbone, les agriculteurs canadiens ne peuvent pas se permettre un autre échec commercial des libéraux. S'agit-il encore d'un autre gâchis du premier ministre qu'un gouvernement conservateur devra nettoyer?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-06-10 15:05 [p.8229]
Mr. Speaker, Canada and the U.S. share one of the biggest agricultural trading relationships in the world, with nearly $51 billion in agricultural trade in 2020.
The WTO ruled in 2015 that mandatory COOL measures in the U.S. discriminated against Canadian exporters, and we expect the U.S. to continue abiding by this ruling and its WTO obligations.
Our government will continue to stand up for Canada's beef industry, for the workers whose jobs it supports, and we firmly oppose any new proposals from the U.S. to resurrect mandatory country of origin labelling for beef or pork.
Monsieur le Président, les échanges commerciaux agricoles entre les États-Unis et le Canada comptent parmi les plus importants au monde; ils se chiffrent à presque 51 milliards de dollars pour 2020.
L'Organisation mondiale du commerce a établi en 2015 que les mesures américaines exigeant la mention du pays d'origine sur l'étiquette étaient discriminatoires envers les exportateurs canadiens, et nous nous attendons à ce que les États‑Unis continuent de respecter cette décision, ainsi que leurs obligations envers l'Organisation mondiale du commerce.
Le gouvernement libéral continuera de défendre l'industrie canadienne du bœuf et les travailleurs qu'elle emploie. Il s'oppose fermement à toute nouvelle proposition des États‑Unis de rétablir l'étiquetage obligatoire indiquant le pays d'origine pour le bœuf ou pour le porc.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, the Prime Minister will not be staying at the same facility that every other Canadian is, and that is just ridiculous. This week, prominent Democratic and Republican congresspeople have been musing about how the United States may unilaterally open its side of the land border to Canadians. This comes as prominent Liberals such as Bob Rae have also been musing about the border. The Prime Minister has no plan for benchmarks for a safe reopening on federal restrictions.
Is the Prime Minister instead preparing for the chaos that will likely ensue if the Americans unilaterally open the border?
Monsieur le Président, le premier ministre ne séjournera pas au même hôtel que les autres Canadiens, ce qui est tout simplement ridicule. Cette semaine, d'éminents représentants démocrates et républicains au Congrès ont laissé entrevoir la possibilité que les États-Unis décident unilatéralement d'ouvrir leur frontière terrestre aux Canadiens. Cette idée a été lancée au moment même où de grands ténors libéraux, comme Bob Rae, ont aussi parlé de la frontière. Le premier ministre n'a pas de plan assorti d'indicateurs pour une levée sécuritaire des restrictions imposées par le gouvernement fédéral.
Le premier ministre se prépare-t-il plutôt à faire face au chaos qui surviendra vraisemblablement si les Américains décident unilatéralement d'ouvrir la frontière?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:46 [p.8157]
Mr. Speaker, since the beginning of this pandemic we have worked hand in hand with the United States to align our measures. Even with that, however, the measures have not been the same on both sides of the border. We brought in, early on, a mandatory two-week quarantine. We brought in initiatives such as pre-departure and on-arrival testing, which the Americans never had. There has also been asymmetry with respect to people wanting to fly south to the United States. That has been allowed, but equivalent tourists have not been able to fly up to Canada from the United States. We have always worked closely with them and will continue to, but we will make our decisions based on what is in Canadians' interests.
Monsieur le Président, depuis le début de la pandémie, nous travaillons de concert avec les États-Unis pour harmoniser nos approches. Cependant, en dépit de nos efforts, les mesures ne sont pas les mêmes de part et d'autre de la frontière. Au Canada, nous avons rapidement imposé une quarantaine obligatoire de deux semaines. Nous avons mis en place diverses initiatives comme les tests de dépistage avant le départ et après l'arrivée, ce que les Américains n'ont jamais fait. L'approche diffère également à l'égard des Canadiens désireux de se rendre aux États-Unis par avion. Ce genre de déplacement a été permis, mais les touristes en provenance des États-Unis n'ont pu venir au Canada de la même façon. Nous avons toujours travaillé en étroite collaboration avec les Américains et nous continuerons de le faire, mais nous prendrons nos décisions en fonction de l'intérêt des Canadiens.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, Joe Biden has not listened to the Prime Minister on KXL. Joe Biden has not listened to the Prime Minister on softwood lumber. Joe Biden did not listen to the Prime Minister on Line 5. There is no indication that Joe Biden has been given any reason by the current government to listen to the Prime Minister on the border. This is not a slight on the Americans: The Prime Minister's approach to foreign relations has been weak, incoherent and patronizing at best.
Given today's rambling, shambolic, incoherent press conference on federal border restrictions, how likely is it that the Americans are now going to unilaterally reopen the border?
Monsieur le Président, Joe Biden n'a pas écouté le premier ministre au sujet du pipeline Keystone XL. Joe Biden n'a pas écouté le premier ministre au sujet du bois d'œuvre. Joe Biden n'a pas écouté le premier ministre au sujet de la canalisation no 5. Rien n'indique que le gouvernement actuel a donné quelque raison que ce soit à Joe Biden d'écouter le premier ministre au sujet des frontières. Ce n'est pas parce que les Américains font preuve d'un manque d'égards, mais plutôt parce que l'approche du premier ministre en matière de relations étrangères est faible, incohérente et au mieux condescendante.
À la lumière de la conférence de presse décousue, chaotique et incohérente d'aujourd'hui sur les restrictions fédérales à la frontière, dans quelle mesure est-il probable que les Américains vont maintenant rouvrir unilatéralement leur frontière?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:47 [p.8157]
Mr. Speaker, you will understand if I take no lessons from the Conservative Party of Canada on managing Canada-U.S. relations.
Over the past very difficult four years, we were able to renegotiate NAFTA in a way that protected supply management, that strengthened our economy and that demonstrated a defence of our cultural industries. We stood up for steel producers, for steel workers and for aluminum workers. We managed to get the Americans to remove unfair tariffs. We have continued to stand up for Canadian interests and we will continue to, particularly with someone who is significantly more aligned with Canadians now in the White House.
Monsieur le Président, vous comprendrez que je n'ai aucune leçon à recevoir du Parti conservateur du Canada en matière de gestion des relations canado-américaines.
Au cours des quatre dernières années, qui ont été très difficiles, nous avons su renégocier l'ALENA de façon à protéger la gestion de l'offre, à renforcer notre économie et à défendre nos industries culturelles. Nous avons défendu les producteurs d'acier ainsi que les travailleurs des secteurs de l'acier et de l'aluminium. Nous avons obtenu des Américains qu'ils retirent des droits de douane injustes. Nous n'avons cessé de défendre les intérêts des Canadiens et nous ne cesserons pas de le faire, surtout maintenant que l'occupant de la Maison-Blanche est beaucoup plus sur la même longueur d'onde que nous.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-06-08 14:53 [p.8110]
Mr. Speaker, the United States has announced that it plans to double softwood lumber tariffs. Quebec's forestry industry is again under threat.
We obviously expect the federal government to show some backbone. It is also urgent that we diversify markets, starting with this one. The federal government can take action to help the forestry industry. It can immediately implement a procurement policy that promotes the use of wood, support research and secondary and tertiary processing, and promote innovative forestry products.
The Bloc Québécois provided a turnkey plan to the government. Will it finally do something with it?
Monsieur le Président, les États-Unis ont annoncé qu'ils comptaient doubler les tarifs sur le bois d'œuvre. Le secteur forestier du Québec est donc encore une fois menacé.
Évidemment, on s'attend à ce que le gouvernement fédéral se tienne debout. Il y a aussi urgence de diversifier les marchés, à commencer par ici. Le fédéral peut agir pour la forêt. Il peut immédiatement mettre en œuvre une politique d'approvisionnement qui favorise le bois, soutenir la recherche et les deuxième et troisième transformations et promouvoir les produits innovants de la forêt.
Le Bloc québécois a fourni un plan clé en main au gouvernement. Va-t-il enfin en faire quelque chose?
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2021-06-08 14:54 [p.8110]
Mr. Speaker, let us be clear. These tariffs are absolutely unjustified and harm workers in both countries.
The Minister of Small Business, Export Promotion and International Trade raised this issue directly with President Biden and Ambassador Tai. Our government continues to push for the negotiation of a voluntary agreement. We will defend our forestry industry at any costs including, if necessary, by using the dispute mechanism in our free trade agreement, CUSMA.
Monsieur le Président, soyons très clairs. Ces droits de douane sont absolument injustifiés et nuisent aux travailleurs et aux entreprises de nos deux pays.
La ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international a soulevé cette question directement avec le président Biden, ainsi qu'avec l'ambassadrice Tai. Notre gouvernement continue de faire pression en faveur de la négociation d'un accord à l'amiable, mais nous allons défendre notre industrie forestière à tout prix, y compris, s'il le faut, par le biais de litiges en vertu de notre accord de libre-échange, l'ACEUM.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-06-08 14:54 [p.8110]
Mr. Speaker, the government can take action by negotiating with the United States, but it can also support the forestry sector.
If the federal government did its part, the forestry sector could create 16,000 new jobs in Quebec, but as always with the feds, the oil industry is the one that gets its pump primed. This year alone, Ottawa invested $560 million to help oil companies pollute a bit less, and that is in addition to all the other subsidies and loans it gives to fossil fuels.
Meanwhile, Quebec's forestry industry gets nothing even as the Americans up the pressure on our lumber. When will the government do something to help our forestry industry?
Monsieur le Président, on peut agir en négociant avec les États-Unis, mais on peut aussi soutenir le secteur forestier.
La forêt, c'est 16 000 nouveaux emplois au Québec si le fédéral fait sa part, mais c'est encore, comme toujours avec le gouvernement fédéral, le pétrole qui ramasse le pactole. Seulement pour l'année en cours, Ottawa a investi 560 millions de dollars pour aider les pétrolières à polluer un peu moins, et c'est sans compter l'ensemble des subventions et autres prêts qu'il accorde aux énergies fossiles.
Pendant ce temps, il n'y a rien pour la forêt québécoise, alors que les Américains accentuent leur pression contre notre bois. Qu'attend le gouvernement pour agir en faveur de la forêt?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, last week I had a conversation with the Canadian Fuels Association, whose outlook on biofuels is very positive.
We invested $1.5 billion in a biofuels fund. Biofuels and forestry workers are key to a clean energy future and will get us to net zero.
Monsieur le Président, la semaine dernière, j'ai discuté avec l'Association canadienne des carburants qui a une vision très positive des biocarburants.
Nous avons investi 1,5 milliard de dollars dans un fonds pour soutenir les biocarburants. Les biocarburants et les travailleurs du secteur forestier favorisent un avenir d'énergie propre et vont nous conduire à la carboneutralité.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2021-06-07 14:34 [p.8019]
Mr. Speaker, as I said, this government's credibility has simply evaporated. It is incapable of defending Canada's economic interests.
A clear and specific example of this incompetence is the Canadian softwood lumber file. The U.S. Department of Commerce announced its intention to double the tariffs on Canadian softwood lumber. That is 76,000 workers in Quebec who could lose even more.
More than 2,000 days have gone by since the Prime Minister promised to negotiate a new agreement. Six years later and there is still nothing. When will the Prime Minister finally take his role seriously and stand up for Canada's forestry workers?
Monsieur le Président, je l'ai dit: la crédibilité de ce gouvernement a disparu. Il est incapable de défendre les intérêts économiques du Canada.
Un exemple clair et précis de cette incompétence est le bois d'œuvre canadien. Le département américain du Commerce a annoncé son intention de doubler les droits sur le bois d'œuvre canadien. Ce sont 76 000 travailleurs au Québec qui risquent de perdre encore plus.
Plus de 2 000 jours se sont écoulés depuis que le premier ministre s'est engagé à négocier un nouvel accord. Il n'y a toujours rien six ans plus tard. Quand le premier ministre va-t-il prendre enfin son rôle au sérieux et défendre les travailleurs forestiers du Canada?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-06-07 14:35 [p.8019]
Mr. Speaker, I want to assure the hon. member and Canadians in the forestry sector that we will always stand up for them and the hundreds of thousands of workers that they employ across communities in the country.
Let me begin by saying, unequivocally, that the duties against Canadian softwood lumber by the U.S. are unjustified and they hurt workers on both sides of the border. I have raised this issue at every opportunity with the President, the USTR, as well as with the commerce secretary. Our government will continue to work on this issue. We will vigorously defend our softwood lumber industry and our workers.
Monsieur le Président, je tiens à dire au député et aux intervenants de l'industrie forestière canadienne que nous serons toujours là pour défendre leurs intérêts ainsi que ceux des centaines de milliers de travailleurs de cette industrie d'un bout à l'autre du pays.
Sans hésiter, je déclare que les droits sur les exportations de bois d'œuvre canadien imposés par les États-Unis sont injustifiés et qu'ils nuisent aux travailleurs des deux côtés de la frontière. J'ai soulevé cet enjeu à chacune de mes interactions avec le président, le Bureau du représentant américain au Commerce et la secrétaire au Commerce. Le gouvernement continuera de s'occuper de ce dossier. Le gouvernement défend vigoureusement les intérêts de l'industrie forestière canadienne et de ses travailleurs.
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-06-07 14:36 [p.8019]
Mr. Speaker, the U.S. Department of Commerce announced it intends to double Canadian softwood lumber duties. This will be devastating to our forestry sector and further increase costs for Canadians due to our integrated market. The last negotiated agreement by the Conservatives expired in 2015.
The Prime Minister promised then to have a new softwood agreement within 100 days of taking office. It has been over 2,000 days and three U.S. presidents. When will the government get serious on this issue, or is it another Liberal broken promise?
Monsieur le Président, le département du Commerce des États-Unis a annoncé son intention de doubler les droits de douane sur le bois d'œuvre canadien, ce qui aura des effets désastreux sur le secteur forestier canadien et fera augmenter encore davantage les coûts pour les Canadiens en raison de l'intégration des marchés. Le dernier accord, qui avait été négocié par les conservateurs, est arrivé à échéance en 2015.
Le premier ministre a promis à l'époque de conclure un nouvel accord sur le bois d'œuvre dans les 100 premiers jours de son mandat. Or, plus de 2 000 jours et trois présidents des États-Unis se sont succédé depuis. Le gouvernement va-t-il bientôt prendre ce dossier au sérieux, ou s'agit-il d'une autre promesse brisée de la part des libéraux?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-06-07 14:37 [p.8020]
Mr. Speaker, let me state, again, unequivocally that the duties imposed by the U.S. on Canadian softwood lumber are unwarranted and unfair.
We will always vigorously defend our softwood lumber industry and workers. We will do this through litigation, whether it is chapter 19 in NAFTA or chapter 10 of CUSMA, as well as at the WTO, and I raise this issue at every opportunity. We will continue to work with the United States on this. We have consistently said, and reiterated, that it is in the best interests of both countries to reach a negotiated settlement.
Monsieur le Président, encore une fois, je tiens à dire sans équivoque que les droits de douane imposés par les États-Unis sur le bois d'œuvre canadien sont injustes et injustifiés.
Nous allons toujours défendre vigoureusement l'industrie canadienne du bois d'œuvre et ses travailleurs, notamment en employant des recours comme ceux prévus au chapitre 19 de l'ALENA ou au chapitre 10 de l'ACEUM, et je soulève cette question à toutes les occasions. Nous avons notamment soulevé cet enjeu auprès de l'Organisation mondiale du commerce. Nous allons continuer de travailler avec les États-Unis dans ce dossier. Nous avons constamment dit et redit qu'il est dans l'intérêt supérieur des deux pays de conclure une entente négociée.
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-06-07 14:37 [p.8020]
Mr. Speaker, I would say the Liberals are all talk and no action, but there is not even talk.
On Friday, I questioned the trade minister, and she was unable to say she had taken any action whatsoever to raise this issue with her U.S. counterparts. She could not point to a single meeting or call that had taken place since the May 21 tariff increase announcement, despite claiming it was her “top priority”.
When will the trade minister stand up for Canadians and start doing her job?
Monsieur le Président, j’avais envie de dire que les libéraux sont de grands parleurs et de petits faiseurs, mais il semble qu’ils n’arrivent même plus à dire de belles paroles.
Vendredi, j’ai posé une question à la ministre du Commerce international, et elle a été incapable d’évoquer ne serait-ce qu’une seule mesure qu’elle aurait prise pour soulever cette question auprès de ses homologues américains. Elle n’a pas pu confirmer s’il y avait eu une seule réunion ou un seul appel depuis l’annonce de la hausse des tarifs le 21 mai, alors qu’elle affirme que ce dossier est sa priorité absolue.
Quand la ministre du Commerce international commencera-t-elle à défendre les Canadiens et à faire son travail?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-06-07 14:38 [p.8020]
Mr. Speaker, this is a top priority for the government. I have raised this issue with the President, with the USTR, as well with the commerce secretary.
We have working with Canadian industry, Canadian labour and Canadian communities that this issue impacts. I can assure members that I continue to vigorously defend the Canadian softwood lumber industry and the forestry sector, and we will continue to do this important work.
Monsieur le Président, il s’agit d’une priorité absolue pour le gouvernement. J’en ai parlé avec le président, avec le représentant américain au Commerce et avec la secrétaire au Commerce.
Nous avons collaboré avec le secteur, les syndicats et les collectivités qui sont touchés par cette mesure au Canada. Je peux garantir aux députés que je continuerai à défendre farouchement l’industrie canadienne du bois d’œuvre et le secteur de la foresterie, et que nous poursuivrons notre important travail dans ce dossier.
View Tako Van Popta Profile
CPC (BC)
View Tako Van Popta Profile
2021-06-07 19:07 [p.8062]
Madam Speaker, last month I put a question to the Minister of Transport about his unilateral decision to extend the cruise ship ban for another year, until February of 2022. The effect of that ban is that no passenger vessels can come into a Canadian port until at least February of 2022. That ban started with the pandemic, of course, and killed the cruising industry in Canada, particularly in my home province of British Columbia on the west coast. It killed it last year, and it is probably going to kill it completely this year. The concern is this. What is the ban going to do to the industry next year and going forward?
The answer I got from the minister was inadequate and missed the point, so I am happy to have this opportunity to expand on it.
The cruise industry is a very important segment of Canada's tourism sector, especially on the west coast in British Columbia. I said in my intervention last month that, every time a cruise ship stops by either the ports of Victoria or Vancouver on its way up to Alaska from Seattle, another million dollars gets pumped into the economy. These are the bus drivers, tour operators, taxi drivers, restaurant and store owners, and farmers, who grow the food that provision the ships when they come in, so it is a big industry and a lot of people are hurting.
In his answer, the minister said his major concern was the health and safety of Canadians and seeing Canada through the pandemic. Of course, we agree with that, but here is the thing. The Americans are now looking at a way to at least salvage the second half of the cruise industry in Alaska for this year. They are as frustrated with the minister's unilateral decision as we are on our side of the border. They were not consulted at all and this is an international endeavour, because cruising is cross-border.
The Americans have figured out a way around it. They are going to amend their legislation, which was designed initially many years ago to protect American jobs, and I do not know if it ever had the effect of doing that, but inadvertently it had a very beneficial impact on Canadian tourism. That American legislation required vessels to stop at a foreign port before stopping in another American port. That is what kick-started the tourism industry in Canada. I guess we thought that was maybe a safety check for us, but the Americans have figured out a way around it. This is American legislation. They can amend it, and they did amend it.
I told the minister about this three months ago, back in March. I said that the Americans were contemplating it, and I do not think he took it seriously. Now, the Americans have done it. Both houses of Congress, in an uncharacteristic time of unity, passed it unanimously, and President Biden has now signed it into law.
The Americans will salvage the second part of the cruising season. They figured out they are ahead of us in vaccinating their citizens of course, but we are catching up, so we are looking for a more creative solution than just an outright ban. The Americans were telling us our minister did not consult with them. He just went ahead and made this announcement. It is very frustrating for them.
My questions for the minister are as follows: First, why did he not consult with his American counterparts before coming up with this unilateral decision, knowing how important co-operation is for this industry? Second, is there any chance the second half of the Alaskan cruise season could be rescued? Third, what is the plan going forward? Do we know if there will be a cruise industry in Canada going forward?
Madame la Présidente, le mois dernier, j'ai posé une question au ministre des Transports au sujet de sa décision unilatérale de prolonger l'interdiction des navires de croisière d'une année supplémentaire, jusqu'en février 2022. La conséquence de cette interdiction, c'est qu'aucun navire à passagers ne peut entrer dans un port canadien au moins jusqu'en février 2022. L'interdiction a commencé avec la pandémie, bien sûr, et elle a tué l'industrie des croisières au Canada, en particulier dans ma province, la Colombie-Britannique, sur la côte Ouest. Elle l'a durement frappée l'année dernière, et elle lui portera probablement le coup de grâce cette année. La question à se poser est la suivante: quelles seront les conséquences de l'interdiction pour l'industrie l'année prochaine et les années suivantes?
La réponse du ministre était inadéquate et ne répondait pas à la question; je me réjouis donc d'avoir l'occasion d'y revenir.
L'industrie des croisières est un secteur très important de l'industrie touristique canadienne, en particulier sur la côte Ouest, en Colombie-Britannique. Dans mon intervention du mois dernier, j'ai dit que, chaque fois qu'un navire de croisière en provenance de Seattle fait escale au port de Victoria ou de Vancouver avant de poursuivre son trajet jusqu'à l'Alaska, cela permet d'injecter 1 million de dollars dans l'économie. Cette industrie profite aux chauffeurs d'autobus, aux voyagistes, aux chauffeurs de taxi, aux propriétaires de restaurant et de magasin, ainsi qu'aux agriculteurs qui produisent les aliments permettant de ravitailler les navires pendant l'escale. C'est donc dire que c'est une grande industrie et que beaucoup de gens souffrent de cette situation.
Dans sa réponse, le ministre a dit que ses principales préoccupations étaient d'assurer la santé et la sécurité des Canadiens et d'aider le pays à traverser la pandémie. Évidemment, nous sommes d'accord là-dessus, mais le problème, c'est que les États-Unis cherchent une façon de pouvoir au moins sauver la deuxième moitié de la saison des croisières en Alaska, cette année. Ils sont aussi consternés de la décision unilatérale du ministre que nous le sommes de ce côté-ci de la frontière. Ils n'ont pas du tout été consultés, même s'il s'agit d'un dossier international, puisque les navires de croisière traversent des frontières.
Les États-Unis ont trouvé une façon de contourner le problème. Ils vont modifier des dispositions législatives qu'ils avaient prises il y a des années afin de protéger des emplois américains, et j'ignore si elles ont eu cet effet, mais elles ont eu comme effet imprévu d'être fort bénéfiques pour le tourisme au Canada. Le cadre législatif des États-Unis obligeait les navires à faire escale à un port étranger avant de se rendre à un autre port des États-Unis. C'est ce qui a permis de donner un coup de pouce à l'industrie touristique canadienne. Je suppose que nous pensions que c'était une forme de garantie pour nous, mais les États-Unis ont trouvé une façon de contourner le problème. Ils n'avaient qu'à changer la loi aux États-Unis, et c'est ce qu'ils ont fait.
J'en ai avisé le ministre il y a environ trois mois de cela, en mars. Je lui ai dit que les Américains envisageaient ce changement, et je ne crois pas qu'il m'ait pris au sérieux. Maintenant, c'est chose faite. Dans un geste unanime qui tranche avec le climat politique actuel, les deux chambres du Congrès américain l'ont adoptée et elle a été promulguée par le président Biden.
Les Américains vont sauver la deuxième partie de la saison des croisières. Ils ont compris qu'ils ont de l'avance sur nous en matière de vaccination, bien sûr, mais nous pouvons rattraper ce retard. Nous cherchons donc une solution plus novatrice qu'une simple interdiction. Les Américains nous ont dit que notre ministre ne les a pas consultés. Il a tout bonnement fait cette annonce, ce qui est très frustrant pour eux.
J'adresse au ministre les questions suivantes. D'abord, pourquoi n'a-t-il pas consulté ses homologues américains avant de prendre une décision unilatérale, en sachant à quel point la coopération est importante dans cette industrie? Ensuite, y a-t-il la moindre possibilité de sauver la deuxième moitié de la saison des croisières en Alaska? Enfin, quel est le plan de match? L'industrie des croisières aura-t-elle encore sa place au Canada?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-07 19:11 [p.8063]
Madam Speaker, I will do my best to provide an answer for my friend.
There are a couple of things I would call into question, in terms of accuracy. For example, the member said that the U.S.A. is ahead of Canada on the vaccine front. I might question that. In fact, today, if we look at the first dosage, Canada is number one in the G20 countries. The United States is a G20 country. On a per capita, on the first dose, Canada is doing better than any other country in the G20. Anyway, that is not the subject matter.
When we think of the cruise industry as a whole, the Government of Canada is very much aware of it. It is sympathetic and wants to do whatever it can to protect the longevity of that industry.
It is important for us to realize that the federal minister responsible does listen to public health officials. That goes beyond the public health officials here in Canada. The minister listens to provincial public health officials and territorial health officials. Consultations are done with indigenous and Inuit groups.
I would like to remind my colleague that at present our borders remain closed. This also has an impact on those exemptions.
In regard to the cruise ships on the west coast, while exemptions to the current interim order prohibiting cruise ships are in fact possible, the granting of any exemptions would only be considered once public health officials have advised us that it is safe to do so.
It is not that the minister just wakes up one morning and decides to do something. There is a great deal of background work, keeping in mind the importance of consultations taking place and the feedback that is coming into the department concerning the industry specifically.
If we look at the tourism industry and the supports the government has provided, business, tourism, and the arts and culture sectors have received an estimated $15.4 billion in federal emergency liquidity support through such programs as the Canada emergency wage subsidy program, the commercial rent subsidy program and the lockdown supports since the beginning of the pandemic.
The government has been there in a very real and tangible way, because we understand how important the tourism industry as a whole is to Canada. We want to be there for the people who are dependent on this industry. We want to be there in that tangible way.
When the time is right, when the health care experts, and the provinces and territories, and people are on side, saying that it is safe to do so, we will move forward. We will be in a better position to do that. Statistically, our numbers clearly demonstrate that, in terms of the return to work, where it has actually taken place in the past. In comparisons, Canada does a very good job. We will continue—
Madame la Présidente, je vais faire de mon mieux pour répondre au député.
Il y a deux points que je remettrais en question, car ils me semblent inexacts. D'abord, le député a dit que les États-Unis devancent le Canada sur le plan de la vaccination. Je pense que c'est à voir. En fait, si nous examinons les chiffres pour la première dose de vaccin à ce jour, le Canada arrive au premier rang des pays membres du G20. Or, les États-Unis sont membres du G20. En ce qui concerne le nombre de premières doses par habitant, le Canada fait beaucoup mieux que tous les autres pays du G20. Peu importe, ce n'est pas la sujet de la discussion.
Le gouvernement du Canada est très conscient de ce qui se passe dans l'industrie des croisières. Il comprend les enjeux et il veut fait tout ce qui est en son possible pour que cette industrie perdure.
Il ne faut pas oublier que le ministre fédéral responsable de ce dossier doit respecter les consignes des autorités de la santé publique et je ne parle pas uniquement des autorités de la santé publique du Canada. Il tient compte des responsables provinciaux et territoriaux en matière de santé publique. Il y a des consultations avec des organisations autochtones et inuites.
Je voudrais rappeler au député qu'à l'heure actuelle, les frontières demeurent fermées. Cela aussi a des conséquences sur ces exemptions.
En ce qui concerne les navires de croisière sur la côte Ouest, bien que des exemptions à l'arrêté d'urgence actuel les interdisant soient possibles, l'octroi d'une exemption ne pourrait être envisagé qu'une fois que les responsables de la santé publique auraient donné le feu vert.
Le ministre ne peut pas agir sur un coup de tête. Il y a beaucoup de travail en coulisses, et il faut garder à l'esprit l'importance des consultations qui ont lieu, de même que les commentaires qui sont transmis au ministère à propos de cette industrie.
En ce qui concerne l'industrie du tourisme et les mesures d'aide fournies par le gouvernement, les secteurs du commerce, du tourisme, des arts et de la culture ont reçu quelque 15,4 milliards de dollars au titre de liquidités d'urgence dans le cadre de programmes comme la Subvention salariale d'urgence du Canada, le programme de subvention pour le loyer commercial et les mesures d'aide en période de confinement depuis le début de la pandémie.
Le gouvernement est intervenu de manière très concrète, parce que nous saisissons bien toute l'importance de l'industrie du tourisme pour le Canada. Nous voulons aider les personnes qui dépendent de cette industrie. Nous voulons les aider concrètement.
Le moment venu, lorsque les autorités de la santé, les provinces, les territoires et les gens seront prêts et qu'il sera sûr de le faire, nous irons de l'avant. Nous serons dans une situation avantageuse pour le faire. Statistiquement parlant, les données le montrent clairement; c'est ce qui s'est produit par le passé en matière de retour au travail. Si on fait la comparaison, le Canada s'en tire très bien. Nous allons continuer...
View Tako Van Popta Profile
CPC (BC)
View Tako Van Popta Profile
2021-06-07 19:15 [p.8063]
Madam Speaker, I appreciate the comments from the hon. member.
He is saying that Canada is catching up to America on vaccinating their citizens. That is a good-news story. However, it just goes to support my position that maybe there is room for a more creative solution than just an outright ban for another year.
Why is the minister not talking to his American counterparts to see what they are doing about opening up the cruise industry in a safe, secure and healthy manner? There is rapid testing, making sure that passengers have been vaccinated, better protocols on cruise ships, more health facilities and better cleaning. They have gone through all of that, and they feel they are now in a position to do it in a safe and secure manner. Why can Canada not be more creative about finding a solution?
The member said the government is helping financially to support them. That is great, and Canadians appreciate that. However, what we are looking for is an answer going forward. This temporary solution that the Americans have come up with could become permanent. It is American legislation standing—
Madame la Présidente, j'apprécie les observations du député.
Il dit que le Canada rattrape les États-Unis quant au nombre de citoyens vaccinés. C'est une bonne nouvelle. Par contre, cela appuie mon argument voulant qu'il existe probablement une solution plus créative que l'interdiction pure et simple pendant encore un an.
Pourquoi le ministre ne discute-t-il pas avec ses homologues américains pour savoir ce qu'ils font pour assurer une reprise sûre et sécuritaire des activités de l'industrie des croisières du point de vue sanitaire? Il y a les tests rapides, la vérification de la situation vaccinale des passagers, l'amélioration des protocoles à bord des navires, l'ajout d'installations sanitaires et un meilleur nettoyage. Ils ont pris toutes ces mesures et considèrent maintenant qu'il est sûr et sécuritaire de rouvrir ce secteur. Pourquoi le Canada ne trouve-t-il pas de solutions plus créatives?
Le député a mentionné l'aide financière offerte par le gouvernement. C'est parfait et les Canadiens l'apprécient. Or, ce que nous voulons, c'est une solution durable. La solution temporaire mise en place par les Américains pourrait devenir permanente. C'est la législation américaine...
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-07 19:16 [p.8064]
Madam Speaker, we are thinking in terms of the future. Budget 2021 includes investments that are specifically tailored to the tourism sector. These total $1 billion to restore our supply of tourism products and experiences while also helping to drive the demand for them.
I have been to the west coast. I remember walking along the dock in downtown Vancouver where people were getting off a massive ship. I understand and appreciate the true value of this industry, as all members of the Liberal caucus do. We want to see it get back to the new normal as quickly as possible, but we also have to think of the safety of Canadians. A great deal of effort and thought are put into these measures that are put into place to make sure that—
Madame la Présidente, nous pensons à l'avenir. Le budget de 2021 prévoit des investissements taillés sur mesure pour le secteur du tourisme. Au total, il s'agit de 1 milliard de dollars pour rétablir notre offre en matière de produits et d'expériences touristiques tout en stimulant aussi la demande.
J'ai été sur la côte Ouest. Je me souviens d'avoir marché le long du quai au centre-ville de Vancouver et d'avoir vu des gens débarquer d'un énorme navire. J'appréhende tout à fait la valeur de cette industrie et je l'apprécie à sa juste valeur, comme tous les membres du caucus libéral. Nous voulons tous un retour à la normale, dans cette industrie, aussi vite que possible; mais nous devons aussi penser à la sécurité des Canadiens. Il y a une réflexion poussée et beaucoup d'efforts derrière ces mesures qui sont mises en place pour s'assurer que...
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I would like to start by thanking colleagues on both sides of the aisle for their review of and engagement with the bill during previous debates in this House and at committee. We are now engaged in the final hour of debate on Bill C-204. This is our last opportunity to consider the merits and drawbacks of the bill before we vote on whether it should proceed to the Senate.
Many substantive concerns have been raised throughout the study and debate on this bill, including by a number of stakeholders. I urge parliamentarians to consider those concerns carefully before deciding on the fate of this bill. I will reiterate the government does not support this bill.
Despite the time spent debating Bill C-204 in the House and studying it at committee, there continues to be some confusion on the aspects of the existing regime in Canada that controls the export of plastic waste for final disposal and recycling. I will use my time to speak to some of those aspects and also to echo some of the comments made by my colleague, the member for Winnipeg South, during the last debate on this bill.
The Government of Canada ratified the Basel Convention on plastic waste amendments as of January 1, 2021. The amendments have been fully implemented through Canada's Export and Import of Hazardous Waste and Hazardous Recyclable Material Regulations. Plastic waste destined for recycling and for final disposal are captured by this regime. Therefore, all plastic waste, hazardous and non-hazardous, controlled under the Basel Convention is subject to domestic controls. This means that controls are already in place to ensure Basel-controlled plastic waste is only exported to Basel parties if the importing party provides its consent. The regime that Canada currently implements to manage its plastic waste exports will be considerably more effective than Bill C-204, which narrowly focuses on plastic waste exports destined for final disposal.
During the last debate on this bill, the member for Repentigny stated she would like some clarification on the Canada-U.S. trade relationship, given the United States is not a signatory to the Basel convention.
Similarly, the sponsor of the bill highlighted that the United States is not a party to the Basel Convention and plastic waste exported from its country is not subject to the same controls and further went on to say that environmental groups believe that Canada's plastic waste exports to the United States exploit a significant loophole in our global obligations on plastic waste that directly contravenes international law.
At that time, my colleague, the member for Winnipeg South, provided clarification on the Canada-U.S. regime for Basel-controlled plastic waste. However, since there is still some confusion about that regime, I will reiterate some of the key points with respect to this arrangement.
It is correct the United States is not a party to the Basel Convention. However, the convention contains a provision prohibiting parties like Canada from trading in Basel-controlled waste with non-parties like the United States in the absence of an agreement or arrangement between these countries. That is exactly why Canada and the United States entered into an arrangement that affirms that non-hazardous plastic waste, subject to the convention, circulating between the two countries, is managed in an environmentally sound manner in both countries as per the agreement both countries have in place and intend to maintain the measures that ensure the environmentally sound management of waste. The arrangement is in accordance with the requirements of the Basel Convention.
In addition, the existing Canada-U.S. agreement applies to hazardous waste, including hazardous plastic waste. This agreement requires prior and informed consent to be provided for shipments of hazardous waste between Canada and the U.S.
The government is confident that exports of plastic waste from Canada to the United States are undertaken in a manner that fully respects the international regime. Since January 1, 2021, an export permit is required for the export of plastic waste subject to the Basel Convention when the waste is exported to a party to the Basel Convention. The waste is also subject to the permit process when it is defined or considered hazardous under the legislation of the importing country or if its importation is prohibited under the legislation of the importing country. Thus far, only requests for permits to export plastic waste for recycling have been received by Environment and Climate Change Canada. No requests for permits to export plastic waste for its final disposal have been received.
Rest assured the Government of Canada will continue to assess permit requests in light of the Basel amendments, which have been implemented through comprehensive regulations that provide for the environmentally sound management of waste.
I am pleased to highlight that Environment and Climate Change Canada, in close collaboration with the Canada Border Services Agency, participated in Operation DEMETER VI, a successful enforcement operation aimed at tackling the illegal movement of controlled waste, including plastic waste, between countries.
In addition to these actions, Environment and Climate Change Canada work closely with Global Affairs and competent authorities in foreign countries to facilitate the return of controlled plastic waste that were exported without a valid permit and support the work of Canada Border Services Agency agents in this regard.
Finally, predictability is important for a well-functioning regulatory regime. Helpfully, this bill before us would establish a second regime on top of the existing controls that would prohibit the export for final disposal of a subset of plastic waste in Canada. The current regime, which requires the consent of importing countries, is an efficient safeguard that ensures that imports meet domestic requirements of the importing country. As such there is no need to prohibit exports and having two regulatory regimes would create significant operational and implementation challenges. It would likely also be difficult for those under the regulation structure to understand and comply with. The government invests in implementation of international obligations and efforts to increase compliance with a comprehensive set of controls that are already in place for Canada.
In closing, I want to remind colleagues that results will not happen overnight. We are taking the necessary steps along the path, with full implementation of the Basel plastic waste amendments and communication with Canadian stakeholders. On the basis of all this information, I ask parliamentarians to consider the meaningful impact of Bill C-204 on ensuring the environmentally sound management of plastic waste.
The government's position is that it is not necessary and that it, instead, creates considerable confusion.
Monsieur le Président, j’aimerais commencer en remerciant mes collègues des deux côtés de la Chambre d’avoir participé à l’examen du projet de loi au cours des débats et au comité. Nous en sommes maintenant à la dernière étape des discussions concernant le projet de loi C-204. Nous avons une dernière chance d’examiner ses mérites et ses lacunes avant de voter pour savoir si nous le renvoyons au Sénat.
De sérieuses réserves ont été émises lors de l’étude et du débat concernant ce projet de loi, notamment par certaines parties intéressées. J’implore mes collègues d’examiner ces réserves avec soin avant de décider du sort de ce projet de loi. Je réitère que le gouvernement ne le soutient pas.
Malgré tout le temps passé à discuter du projet de loiC-204 à la Chambre et au comité, il semble encore régner une certaine confusion concernant le système en place au Canada pour contrôler les exportations des déchets plastiques en vue de procéder à leur élimination ou à leur recyclage. Je vais profiter de mon temps de parole pour élaborer sur ce point, mais aussi pour reprendre certains commentaires que mon collègue le député de Winnipeg-Sud a formulés au cours du dernier débat concernant ce projet de loi.
En date du 1er janvier 2021, le gouvernement du Canada a ratifié les modifications à la Convention de Bâle concernant les déchets plastiques. Les modifications ont été entièrement mises en œuvre par le Règlement sur l'exportation et l'importation de déchets dangereux et de matières recyclables dangereuses du Canada. Les déchets plastiques destinés au recyclage et à l'élimination définitive sont couverts par ce régime. Par conséquent, tous les déchets plastiques dangereux et non dangereux assujettis à la Convention de Bâle sont soumis à des contrôles nationaux. Cela signifie que des contrôles sont déjà en place pour empêcher l'exportation de déchets plastiques assujettis à la Convention de Bâle vers des signataires de la Convention sans le consentement de la partie importatrice. Le régime de gestion des exportations de déchets plastiques du Canada qui est en cours de mise en œuvre sera considérablement plus efficace que le projet de loi C-204, qui est étroitement axé sur les exportations de déchets plastiques destinés à l'élimination finale.
Étant donné que les États-Unis n'ont pas signé la Convention de Bâle, la députée de Repentigny a déclaré lors du dernier débat sur le projet de loi qu'elle aimerait avoir des précisions sur les relations commerciales entre le Canada et les États-Unis.
Dans le même ordre d'idées, le parrain du projet de loi a souligné que les États-Unis ne sont pas signataires de la Convention de Bâle et que les déchets plastiques exportés de ce pays ne sont pas soumis aux mêmes contrôles. Il a ajouté que les groupes environnementaux estiment que les exportations de déchets plastiques du Canada vers les États-Unis exploitent une lacune importante dans nos obligations mondiales en matière de déchets plastiques, ce qui contrevient directement au droit international.
Mon collègue, le député de Winnipeg-Sud, a alors fourni des précisions sur le régime canado-américain en ce qui concerne les déchets plastiques assujettis à la Convention de Bâle. Cependant, comme il y a encore une certaine confusion à ce sujet, je vais réitérer quelques-uns des points saillants de cette entente.
Il est vrai que les États-Unis ne sont pas signataires de la Convention de Bâle. Toutefois, la convention contient une disposition interdisant à un pays signataire, comme le Canada, de faire des échanges commerciaux visant des déchets assujettis à la Convention de Bâle avec un pays non signataire, comme les États-Unis, en l'absence d'un accord ou d'un arrangement entre ces pays. C'est précisément la raison pour laquelle le Canada et les États-Unis ont conclu une entente qui confirme que les déchets plastiques non dangereux, assujettis à la convention et circulant entre les deux pays, sont gérés de manière écologique dans les deux pays. Conformément à l'accord, les deux pays ont des mesures en place pour que ces déchets soient gérés de façon écologique, et ils comptent maintenir ces mesures. L'entente en question est conforme aux exigences de la Convention de Bâle.
De plus, l'accord actuel entre le Canada et les États-Unis s'applique aux déchets dangereux, ce qui comprend les déchets plastiques dangereux. Aux termes de cet accord, le transport de déchets dangereux entre le Canada et les États-Unis nécessite un consentement préalable et éclairé.
Le gouvernement est confiant que les exportations de déchets plastiques du Canada aux États-Unis sont effectuées dans le complet respect du cadre international. Depuis le 1er janvier 2021, il faut avoir un permis pour les exporter au titre de la Convention de Bâle, lorsque des déchets sont transportés vers un pays signataire. Il faut aussi avoir un permis si les déchets sont définis ou considérés comme dangereux en vertu de la législation du pays importateur ou si l’importation de ce type de déchets y est légalement interdite. Jusqu’ici, Environnement et Changement climatique Canada n’a reçu que des demandes de permis pour exporter des déchets plastiques aux fins de recyclage. Aucune demande de permis visant à l’élimination des déchets n’a été reçue.
Je peux garantir que le gouvernement du Canada continuera d’évaluer les demandes de permis à la lumière des modifications à la Convention de Bâle qui ont été mises en place au moyen de règlements détaillés qui encadrent la gestion écologiquement rationnelle des déchets.
Je suis heureux de souligner qu’Environnement et Changement climatique Canada, en collaboration étroite avec l’Agence des services frontaliers du Canada, a participé à l’opération Demeter VI, un exercice d’application de la législation dans le but de combattre la circulation illégale des déchets assujettis à la Convention de Bâle, y compris des déchets plastiques, entre les pays.
En plus de ces mesures, Environnement et Changement climatique Canada collabore étroitement avec Affaires mondiales Canada et les autorités compétentes à l'étranger pour faciliter le retour des déchets plastiques contrôlés qui ont été exportés sans permis valide et soutenir le travail des employés de l'Agence des services frontaliers du Canada dans ce dossier.
Enfin, la prévisibilité est importante pour assurer le bon fonctionnement d'un régime réglementaire. Le projet de loi dont nous sommes saisis ajouterait un second régime aux mesures de contrôle existantes, qui interdirait au Canada l'exportation d'un sous-ensemble de déchets plastiques destinés à l'élimination définitive. Le régime actuel, en nécessitant le consentement des pays importateurs, prévoit une mesure de sauvegarde efficace: les importations doivent respecter les exigences du pays importateur. Il est donc inutile d'interdire les exportations, et créer deux régimes réglementaires entraînerait d'importants défis sur le plan opérationnel et de la mise en œuvre. Il serait aussi probablement difficile de comprendre un tel cadre et de s'y conformer. Le gouvernement investit dans la mise en œuvre d'obligations et d'efforts sur la scène internationale pour accroître le respect d'un ensemble exhaustif de mesures de contrôle qui sont déjà en place pour le Canada.
En conclusion, je rappelle à mes collègues que nous n'obtiendrons pas de résultats du jour au lendemain. Nous prenons les mesures nécessaires pour y arriver, notamment en mettant pleinement en œuvre les modifications à la Convention de Bâle concernant les déchets plastiques et en communiquant avec les intervenants canadiens. À la lumière de toute cette information, je demande aux parlementaires de réfléchir à la véritable incidence du projet de loi C-204 pour assurer une saine gestion environnementale des déchets de plastique.
Le gouvernement est d'avis que le projet de loi n'est pas nécessaire et qu'il crée plutôt beaucoup de confusion.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2021-05-31 14:21 [p.7619]
Mr. Speaker, Canada's economic relationship with the United States is breaking down rapidly. First the Americans cancelled Keystone XL. The government was silent. Then the Americans put Line 5 on the chopping block and there was barely a peep from the Liberals. Now it is Canada's forestry sector. For months, the Liberals have been telling us how much they agree with the Americans.
What is it going to take for the Liberal government to stand up for Canadian workers?
Monsieur le Président, la relation économique du Canada avec les États-Unis se détériore rapidement. D'abord, les Américains ont annulé le projet Keystone XL. Le gouvernement est demeuré muet. Ensuite, les Américains ont menacé de fermer la canalisation 5. Les libéraux ont à peine réagi. Maintenant, c'est le secteur forestier du Canada qui souffre aux mains des Américains, et les libéraux nous disent depuis des mois à quel point ils sont d'accord avec les Américains.
Que faudra-t-il pour que le gouvernement libéral défende les intérêts des travailleurs canadiens?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, we are definitely disappointed by the recent announcement of the United States' administrative review on softwood lumber. The duties are unjustified, they are unwarranted, they hurt our forestry workers and businesses and they hurt American forestry workers and businesses too.
Canada continues to press for a negotiated settlement as that is in the best interests of both our countries, and we will vigorously defend Canada's interests, particularly interests of workers in our softwood lumber industry.
Monsieur le Président, nous sommes certainement déçus des résultats de l'examen administratif concernant le bois d'œuvre annoncés récemment par les États-Unis. Les droits sont injustifiés et indus. Ils nuisent aux travailleurs et aux entreprises du secteur forestier du Canada et nuisent aux travailleurs et aux entreprises du secteur forestier des États-Unis.
Le Canada continue de faire pression pour réclamer la négociation d'un règlement dans l'intérêt des deux pays. Nous défendrons vigoureusement l'intérêt du Canada, en particulier l'intérêt des travailleurs de notre industrie du bois d'œuvre.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2021-05-31 14:22 [p.7619]
Mr. Speaker, well, this is like a broken record with these Liberals. On Keystone, all the Prime Minister could muster was one call to Biden before it got cancelled.
On Line 5, the Prime Minister did not even raise it with the President until he got pressure from the Conservatives.
These Liberals have gone six years without a softwood lumber deal. This should not be a big surprise to the Minister of Natural Resources. On Friday, though, he revealed that the Americans will not even negotiate with him on softwood lumber.
Why are Canada's natural resources and our resource workers always just an afterthought for these Liberals?
Monsieur le Président, c'est toujours du pareil au même avec les libéraux. Pour ce qui est de Keystone, le premier ministre s'est contenté de faire un appel au président Biden avant que le projet ne soit annulé.
En ce qui concerne la canalisation 5, il a fallu que les pressions exercées par les conservateurs deviennent intenables pour que le premier ministre finisse par en parler au président américain.
Les libéraux ont laissé s'écouler six ans sans conclure une entente sur le bois d'œuvre. Cette inaction ne devrait pas beaucoup étonner le ministre des Ressources naturelles. Vendredi, ce dernier a par ailleurs révélé que les Américains ne vont même pas négocier avec lui dans ce dossier.
Pourquoi les ressources naturelles du Canada et les travailleurs de ce secteur sont-ils toujours le dernier des soucis des libéraux?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, that is hardly the case. Our workers are not an afterthought on softwood lumber, nor are they are an afterthought on oil and gas.
I can tell the House, particularly on Line 5, with the Government of Canada filing that amicus brief in the United States federal court, that we did so with the support of provinces, industry and labour. We are working together on a team Canada approach because we know that Canadians will not be left out in the cold. On Line 5, while that court process unfolds, we will keep working at the political and diplomatic levels to make sure that Canada's energy workers and our energy security are the top priorities.
Monsieur le Président, cette affirmation est loin de refléter la réalité. Nous nous soucions des travailleurs du secteur du bois d'œuvre, tout comme nous nous soucions des travailleurs du secteur pétrolier et gazier.
Je peux dire à la Chambre, particulièrement en ce qui concerne la canalisation 5, que le gouvernement du Canada a déposé un mémoire d'amicus curiae devant la cour fédérale des États-Unis, et que nous l'avons fait avec l'appui des provinces, de l'industrie et des syndicats. Nous collaborons dans le cadre d'une approche de type Équipe Canada, car il n'est pas question que les Canadiens soient laissés pour compte. Pendant que le processus judiciaire suit son cours au sujet de la canalisation 5, nous continuerons à déployer des efforts aux niveaux politique et diplomatique pour que les travailleurs de l'énergie et la sécurité énergétique du Canada soient des priorités absolues.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-05-31 14:24 [p.7620]
Mr. Speaker, it has been six years since Canada and the United States had an actual softwood lumber agreement. For the past four years under the previous U.S. administration, relations were somewhat difficult, to say the least. That is understandable. When President Biden was elected, the Prime Minister was all happy and enthusiastic that Canada now had an ally.
Nonetheless, what did the Canadian natural resources minister's American counterpart do the day after their meeting? He imposed new tariffs. What is the point of having a Liberal government that claims to have good relations when it never get results?
Monsieur le Président, cela fait six ans que le Canada et les États-Unis n'ont pas d'entente correcte concernant le bois d'œuvre. On peut comprendre que, pendant quatre ans sous l'ancienne administration américaine, les relations étaient pour le moins un peu difficiles. Cependant, quand le président Biden a été élu, le premier ministre était tout enthousiaste et tout heureux de voir que le Canada avait maintenant un allié.
Pourtant, quand le ministre canadien des Ressources naturelles a rencontré son vis-à-vis américain, qu'est-ce que ce vis-à-vis américain a fait au lendemain de cette rencontre? Il a imposé de nouveaux tarifs. À quoi cela sert-il d'avoir un gouvernement libéral qui dit avoir de bonnes relations quand les résultats ne sont jamais au rendez-vous?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, as I said, in softwood lumber, the duties are unjustified. They are unwarranted. They hurt our forestry workers. They hurt our businesses, but they hurt American forestry workers and businesses too and that is why we continue to press for a negotiated settlement. We know that that is in the best interests of both of our countries.
We will vigorously defend Canadian interests, the interests of our workers and the interests of our softwood lumber industry.
Monsieur le Président, comme je l'ai dit, les droits imposés sur le bois d'œuvre sont injustifiés. Ils n'ont pas de raison d'être. S'il est vrai qu'ils pénalisent les travailleurs forestiers et les entreprises du Canada, il en va de même des travailleurs forestiers et des entreprises américaines. Voilà pourquoi nous continuons d'insister pour en arriver à une entente négociée. Nous savons qu'une telle formule servirait l'intérêt supérieur de nos deux pays.
Nous défendrons vigoureusement les intérêts du Canada, notamment de nos travailleurs et de notre industrie du bois d'œuvre.
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2021-05-31 15:02 [p.7627]
Mr. Speaker, weeks ago, Michigan generously offered its surplus vaccines to residents in Windsor-Essex. Thousands of vaccines are being tossed daily by the city of Detroit, and despite repeated appeals by local officials, the Liberal government has taken no action.
Only 4% of Canadians are fully vaccinated. Among those waiting are hundreds of thousands of local residents. Enough with the excuses, delays and Liberal red tape. When will the government take action to ensure that the U.S. vaccines are available immediately?
Monsieur le Président, il y a quelques semaines, le Michigan a généreusement offert ses vaccins excédentaires aux résidents de Windsor-Essex. Des milliers de vaccins sont jetés chaque jour par la ville de Detroit et, malgré les appels répétés des responsables locaux, le gouvernement libéral n'a pris aucune mesure.
Seulement 4 % des Canadiens sont complètement vaccinés. Des centaines de milliers de résidents font partie de ceux qui attendent. Il faut en finir avec les excuses, les retards et la paperasserie libérale. À quel moment le gouvernement prendra-t-il des mesures pour que les vaccins américains soient disponibles immédiatement?
View Anita Anand Profile
Lib. (ON)
View Anita Anand Profile
2021-05-31 15:02 [p.7627]
Mr. Speaker, let me tell the opposition and my hon. colleague about taking action.
We have delivered 26.2 million doses to provinces and territories. More than 60% of eligible Canadians have received at least one dose. We are second in the G20 at the current time. We are bringing in millions and millions of doses every single week for Canadians, and we will not stop until all Canadians have access to vaccines.
Monsieur le Président, permettez-moi de donner à l'opposition et à mon collègue des exemples de mesures que nous avons prises.
Nous avons livré 26,2 millions de doses aux provinces et aux territoires. Plus de 60 % des Canadiens admissibles ont reçu au moins une dose. Nous sommes actuellement en deuxième position au sein du G20. Nous fournissons des millions et des millions de doses chaque semaine aux Canadiens, et nous ne nous arrêterons pas tant que tous les Canadiens n'auront pas eu la possibilité de se faire vacciner.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Mr. Chair, I have a question concerning Line 5. What meetings or phone calls has any minister of the government had with any secretary of the U.S. administration regarding this matter and when did those meetings or phone calls take place?
Monsieur le président, j'ai une question au sujet de la canalisation 5. Quels réunions ou appels téléphoniques ont eu lieu entre l'un ou l'autre des ministres et l'un ou l'autre des secrétaires du gouvernement des États-Unis au sujet de ce dossier? Quand ces réunions ou ces appels téléphoniques ont-ils eu lieu?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Chair, I have spoken on a couple of occasions with the Secretary of State for the United States about Line 5.
Monsieur le président, je me suis entretenu à quelques occasions avec le secrétaire d'État des États-Unis au sujet de la canalisation 5.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Mr. Chair, as the minister knows, the Great Lakes Fishery Commission is a binational commission overseen by the governments of Canada and the United States. The commission has become somewhat of a bilateral irritant due to insufficient funding by the Government of Canada.
Is the minister aware of a letter sent by eight U.S. senators to the Canadian government on April 21 of last month voicing their displeasure about insufficient funding by the Government of Canada?
Monsieur le président, comme le sait le ministre, la Commission des pêcheries des Grands Lacs est une commission binationale qui est gérée par les gouvernements du Canada et des États-Unis. La commission est devenue un irritant dans les relations bilatérales en raison du sous-financement de la part du gouvernement du Canada.
Le ministre est-il au courant de la lettre qui a été envoyée par huit sénateurs américains au gouvernement du Canada le 21 avril, dans laquelle ils expriment leur mécontentement au sujet du financement insuffisant de la part du gouvernement du Canada?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Chair, I am aware of that. Because the hon. colleague has spoken to me about this situation, it is something we are looking at. At the moment, it comes under Fisheries and Oceans.
Monsieur le président, je suis au courant de cette lettre. Étant donné que le député m'a déjà parlé de cette situation, nous nous en occupons. À l'heure actuelle, le dossier est entre les mains du ministère des Pêches et des Océans.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Mr. Chair, I have another brief question about this.
The funding shortfall the U.S. senators and Canadian stakeholders have been talking about is some $9 million. When one sees the government not taking care of what is a minor issue in the much larger bilateral relationship, the most important one we have, it raises questions about what other files are being neglected.
Eighteen members of the ministerial party wrote to the minister asking him to address this funding shortfall. His colleague, the member for Malpeque, tabled a finance committee report in the House recommending the government address this shortfall.
Therefore, my question is simple. When will the government address this funding shortfall?
Monsieur le président, j'ai une autre petite question sur le même sujet.
Le manque à gagner dont parlent les sénateurs américains et les intervenants canadiens s'élève à 9 millions de dollars. Quand on se rend compte que le gouvernement néglige de verser une somme aussi petite comparativement à l'importance des relations bilatérales entre les deux pays — les relations les plus importantes qui soient pour le Canada —, on se demande quels autres dossiers sont négligés.
Dix-huit membres du personnel du ministère ont écrit au ministre pour lui demander de remédier à ce manque à gagner. Son collègue, le député de Malpeque, a présenté à la Chambre un rapport du comité des Finances dans lequel il recommande au gouvernement de verser l'argent.
Par conséquent, ma question est simple. Quand le gouvernement remédiera-t-il à ce manque à gagner?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Chair, there are many issues on which Canada deals with the United States. It is a very vast relationship. There are always a number of issues that are in the works. We are looking at the situation that has been brought up by my hon. colleague.
Monsieur le président, le Canada et les États-Unis traitent de nombreux dossiers. Les deux pays ont une relation de grande envergure. Il y a toujours un certain nombre de dossiers en cours de traitement. Nous examinons la situation que mon collègue a soulevée.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Mr. Chair, is there any information that the minister could shed light on about U.S. efforts to secure the release of Mr. Kovrig and Mr. Spavor?
Monsieur le président, le ministre peut-il nous renseigner sur les efforts déployés par les États-Unis en vue de faire libérer M. Kovrig et M. Spavor?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Chair, we are working with the United States, but I am not at liberty to provide any details.
Monsieur le président, nous travaillons de concert avec les États-Unis, mais je ne suis pas libre de dévoiler de détails.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Chair, President Biden's first bilateral meeting was in Canada. Since then, Canada and the American cabinet members have been working closely, regularly holding virtual meetings and working on ways we can strengthen our relationship and advance common goals. Our two countries are each other's most important ally, and we must closely coordinate on the international stage. The road map for a renewed U.S.-Canada partnership, announced after the first meeting between the Prime Minister and President Biden, as well as the Canadian cabinet ministers, established a blueprint for the ambitious and whole-of-government effort against the COVID-19 pandemic. This road map aims to support our countries' mutual prosperity.
Could the minister please tell us more about the road map for a renewed U.S.-Canada partnership and what it means for Canadians?
Monsieur le président, c'est avec le premier ministre canadien que le président Biden a tenu sa première rencontre bilatérale. Depuis, le Canada et les membres du cabinet américain travaillent en étroite collaboration, tenant régulièrement des réunions par vidéoconférence et cherchant des moyens de renforcer nos relations et de faire progresser nos objectifs communs. Nos deux pays sont, l'un pour l'autre, l'allié le plus important, d'où la nécessité de coordonner étroitement nos efforts sur la scène internationale. La feuille de route pour le renouvellement du partenariat entre les États-Unis et le Canada, annoncée après la première réunion entre le premier ministre et le président Biden, ainsi que les ministres canadiens, a permis d'établir un plan directeur pour encadrer un effort pangouvernemental ambitieux de lutte contre la pandémie de COVID-19. Cette feuille de route vise à soutenir la prospérité mutuelle de nos pays.
Le ministre pourrait-il nous en dire plus sur la feuille de route pour le renouvellement du partenariat entre les États-Unis et le Canada et sur ce qu'elle signifie pour les Canadiens?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, Canada and the United States did agree to an ambitious partnership road map. In fact, I had the privilege of being there when President Biden and our Prime Minister had that understanding last February. We will work together to beat COVID-19, first of all, and ensure that everyone everywhere has access to a vaccine, but we will also fight climate change and accelerate clean growth; we will create jobs and grow the middle class as part of the economic recovery; and we will address systemic racism, which exists in both of our countries.
Canada and the U.S. are each other's closest allies and most important trading partners. United, we will beat the pandemic, and we will build back better for everyone.
Madame la présidente, le Canada et les États-Unis se sont effectivement entendus au sujet d'une feuille de route pour un partenariat ambitieux. En fait, j'ai eu le privilège d'être présent quand le président Biden et le premier ministre ont conclu cet accord en février dernier. Tout d'abord, nous collaborerons pour lutter contre la COVID-19 et pour faire en sorte que tout le monde, partout dans le monde, ait accès à un vaccin, mais nous lutterons aussi contre les changements climatiques et nous accélérerons la croissance propre; nous créerons des emplois et ferons croître la classe moyenne dans le cadre de la relance économique; et nous lutterons contre le racisme systémique, qui existe dans les deux pays.
Le Canada et les États-Unis sont l'un pour l'autre les plus proches alliés et les plus importants partenaires commerciaux. Ensemble, nous vaincrons la pandémie et nous rebâtirons en mieux pour tout le monde.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Chair, climate change remains one of the greatest challenges of our times. A little more than a year ago, hundreds of thousands of Canadians took part in climate marches across the country. This is an issue that is important to Canadians and, indeed, our government. Climate change is real.
Our government delivers on its promises and took concrete action to address the climate emergency, such as transitioning to net zero, putting a price on pollution and re-engaging on this issue on the international scene. Our government has stated from the beginning that Canada understands that if we do not have a plan to tackle climate change, then we do not have a plan to create jobs and economic growth, but now climate change is an issue being tackled on both sides of the border. Since the road map for a renewed Canada-U.S. partnership was revealed, Canada attended the Leaders Summit on Climate, hosted by President Biden and John Kerry, the U.S. climate envoy.
Could the minister please tell us how Canada and the U.S. will coordinate on advancing climate solutions and protecting nature?
Madame la présidente, les changements climatiques demeurent l'un des plus grands défis de notre époque. Il y a un peu plus d'un an, des centaines de milliers de Canadiens ont participé à des marches pour le climat partout au pays. Il s'agit d'une question importante pour les Canadiens ainsi que pour le gouvernement. Les changements climatiques sont réels.
Le gouvernement tient ses promesses et il a pris des mesures concrètes pour lutter contre l'urgence climatique, par exemple pour faire la transition vers la carboneutralité, instaurer une tarification de la pollution et intervenir de nouveau sur cette question sur la scène internationale. Le gouvernement affirme depuis le début que le Canada comprend que, s'il n'a pas de plan pour lutter contre les changements climatiques, il n'a pas de plan pour créer des emplois et pour stimuler l'économie, mais, désormais, on lutte contre les changements climatiques des deux côtés de la frontière. Depuis l'annonce de la Feuille de route pour un partenariat renouvelé États-Unis–Canada, le Canada a participé au Sommet des dirigeants sur le climat, organisé par le président Biden et John Kerry, l'envoyé spécial des États-Unis pour le climat.
Le ministre peut-il nous dire comment le Canada et les États-Unis se coordonneront pour mettre au point des solutions de lutte contre les changements climatiques et pour protéger la nature?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, there should be no mistake about this: Canada and the United States are very serious about tackling climate change, and this was very obvious as one of the items in the road map between our two countries.
Since the road map was revealed, the government also announced at the Leaders Summit on Climate that Canada will enhance our emissions reduction target under the Paris Agreement, known as the nationally determined contribution, or NDC, by 40% to 45% below 2005 levels by 2030. As a signatory to the Paris Agreement, Canada's NDC reflects the highest possible ambition in light of its current national circumstances.
There are many areas where we can co-operate with the United States, whether it is in electric vehicles, methane reduction or providing hydro clean power to the United States. There are many areas where we can work together, and that is our intention, to take a continental approach with respect to climate change.
Madame la présidente, il ne faut pas se méprendre à ce sujet: le Canada et les États-Unis prennent très au sérieux la lutte contre les changements climatiques et c'était très évident dans la feuille de route entre nos deux pays.
Depuis que la feuille de route a été dévoilée, le gouvernement a également annoncé, lors du Sommet des dirigeants sur le climat, que d'ici 2030, le Canada allait rehausser sa contribution déterminée au niveau national au titre de l'Accord de Paris. En effet, il vise maintenant à réduire ses émissions de 45 % — au lieu de 40 % — par rapport aux niveaux de 2005. La contribution déterminée au niveau national du Canada est la plus ambitieuse qu'il est possible de se fixer à la lumière des circonstances nationales actuelles.
Il existe de nombreux secteurs où nous pouvons collaborer avec les États-Unis: les véhicules électriques, la réduction du méthane et l'acheminement d'énergie propre aux États-Unis. Il existe de nombreux secteurs où nous pouvons collaborer et nous avons l'intention d'adopter une approche continentale en matière de changements climatiques.
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-31 20:19 [p.7678]
Madam Chair, the Prime Minister promised to negotiate a softwood lumber agreement in the first 100 days following his 2015 election. It has now been three U.S. administrations and over 2,000 days since the election. How many more days until an agreement?
Madame la présidente, en 2015, le premier ministre a promis de négocier un accord sur le bois d'œuvre dans les 100 premiers jours suivant son élection. Cela fait maintenant plus de 2 000 jours. Les États-Unis ont connu trois administrations depuis. Combien de jours faudra-t-il encore attendre avant la conclusion de cet accord?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 20:19 [p.7678]
Madam Chair, Canada's forestry industry is incredibly important. It supports hundreds of thousands of jobs across the country. We have been steadfast in supporting them. At every opportunity, I have raised the issue of softwood lumber with the United States—
Madame la présidente, l'industrie forestière du Canada est incroyablement importante. Elle soutient des centaines de milliers d'emplois au pays. Notre appui à son égard est indéfectible. À toutes les occasions, je soulève la question du bois d'œuvre auprès des États-Unis...
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-31 20:21 [p.7678]
Madam Chair, how many times has the Prime Minister brought up negotiating a softwood lumber agreement with the U.S. President since 2015, which was when we last had an agreement?
Madame la présidente, combien de fois le premier ministre a-t-il évoqué la négociation d'un accord sur le bois d'œuvre dans ses entretiens avec le président américain depuis 2015, année de notre dernier accord?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 20:21 [p.7678]
Madam Chair, we have a new U.S.-Canada road map for economic recovery. As part of that, we have raised softwood lumber with the President. I have also raised it with the commerce secretary, as well as the USTR.
We will continue to do this for our forestry sector.
Madame la présidente, nous avons une nouvelle feuille de route entre les États-Unis et le Canada pour la relance économique, dans le cadre de laquelle nous avons soulevé la question du bois d'oeuvre avec le président. J'ai également soulevé cette question avec la secrétaire au Commerce, de même qu'avec la représentante américaine au Commerce.
Nous continuerons de le faire pour aider le secteur forestier.
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-31 20:21 [p.7679]
Madam Chair, how many times has the minister met with U.S. counterparts to discuss negotiating a softwood lumber agreement?
Madame la présidente, combien de fois la ministre a-t-elle rencontré ses homologues américains pour discuter de la négociation d'un accord sur le bois d'oeuvre?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 20:22 [p.7679]
Madam Chair, my officials and I meet with interlocutors, from legislators to worker representatives to business owners, and we continue—
Madame la présidente, les fonctionnaires et moi avons rencontré des interlocuteurs, qu'il s'agisse de législateurs, de représentants des travailleurs ou de propriétaires d'entreprise, et nous continuons...
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-31 20:22 [p.7679]
Madam Chair, how many times has the minister met and specifically spoken about a softwood lumber agreement with her specific counterparts?
Madame la présidente, combien de fois la ministre a-t-elle rencontré ses homologues pour discuter spécifiquement d'un accord sur le bois d'oeuvre?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 20:22 [p.7679]
Madam Chair, I raise it at every opportunity. I meet with worker representatives, and I work with business representatives. I have reiterated that it is in the interests of all to have a negotiated agreement between Canada and the United States.
Madame la présidente, je soulève la question dès que j'en ai l'occasion. J'ai rencontré des représentants des travailleurs et je travaille avec des représentants des entreprises. J'ai réitéré qu'il est dans l'intérêt de tous d'en venir à un accord négocié entre le Canada et les États-Unis.
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-31 20:22 [p.7679]
Madam Chair, it was reported that Katherine Tai, the U.S. trade representative, stated, “In order to have an agreement and in order to have a negotiation, you need to have a partner. And thus far, the Canadians have not expressed interest in engaging”.
Minister, do you agree with her statement?
Madame la présidente, on dit que Katherine Tai, la représentante américaine au Commerce, a déclaré: « pour en venir à un accord et pour organiser des négociations, il faut avoir un partenaire. Jusqu'ici, les Canadiens n'ont pas manifesté d'intérêt pour un dialogue. »
Madame la ministre, êtes-vous d'accord avec cette déclaration?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 20:23 [p.7679]
Madam Chair, I have had an opportunity to meet with my U.S. counterpart. I have raised it at every opportunity, and I will continue to do so.
Madame la présidente, j'ai eu une occasion de rencontrer mon homologue américaine. J'ai soulevé la question chaque fois que j'en ai eu l'occasion et je continuerai à le faire.
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-31 20:23 [p.7679]
Madam Chair, maybe I will ask this in a different way.
Is Ambassador Tai's observation correct?
Madame la présidente, je devrais peut-être poser ma question autrement.
L'observation de l'ambassadrice Tai est-elle exacte?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 20:23 [p.7679]
Madam Chair, I think I have already said that I have raised this issue and have reiterated that an agreement—
Madame la présidente, j'ai déjà dit que j'avais soulevé cette question et j'ai répété qu'un accord...
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-31 20:23 [p.7679]
Madam Chair, well, the question is referring to Ambassador Tai's statement and whether or not her statement is accurate when she said that Canada has not expressed an interest in engaging.
Madame la présidente, ce que je demande, c'est si la déclaration de l'ambassadrice Tai est exacte, à savoir que le Canada ne s'est pas dit intéressé à nouer le dialogue.
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 20:24 [p.7679]
Madam Chair, as I said, I have discussed this with my hon. colleague, the USTR. I have discussed it with the commerce secretary. I have raised it with the President. We will continue to work with the United States on this issue.
Madame la présidente, comme je l'ai dit, j'ai discuté de cela avec ma collègue, la représentante au commerce des États-Unis. J'en ai discuté avec le président. Nous continuerons à travailler avec eux dans ce dossier.
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-31 20:24 [p.7679]
Madam Chair, when questioned last week at the natural resources standing committee on negotiating a softwood lumber deal, Canada's natural resources minister said that the U.S. has not been willing.
Minister, do you agree with his statement?
Madame la présidente, lorsqu'il a été interrogé la semaine dernière par le Comité permanent des ressources naturelles sur la négociation d'un accord sur le bois d'œuvre, le ministre des Ressources naturelles du Canada a répondu que les États-Unis n'étaient pas disposés à le faire.
Madame la ministre, êtes-vous d'accord avec cette déclaration?
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-31 20:25 [p.7679]
Madam Chair, I will ask the question again, through you.
Canada's natural resources minister, when questioned last week at the natural resources standing committee on negotiating a softwood lumber deal, said the U.S. has not been willing. Does the minister agree with the statement?
Madame la présidente, je vais reposer la question, par votre intermédiaire.
Lorsqu'il a été interrogé la semaine dernière par le Comité permanent des ressources naturelles concernant la négociation d'un accord sur le bois d'œuvre, le ministre des Ressources naturelles du Canada a déclaré que les États-Unis n'étaient pas disposés à négocier. La ministre est-elle d'accord avec cette déclaration?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 20:25 [p.7679]
Madam Chair, what I have shared with the USTR is that the current duties that are being imposed are unfair and unwarranted. The preliminary results of the second administrative review—
Madame la présidente, ce dont j'ai fait part à la représentante américaine au Commerce, c'est que les droits actuels qui sont imposés sont injustes et injustifiés. Les résultats préliminaires du deuxième examen administratif...
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-31 20:25 [p.7679]
Madam Chair, Minister, is your cabinet colleague's statement correct? Do you agree with your colleague?
Madame la présidente, madame la ministre, la déclaration de votre collègue du Cabinet est-elle exacte? Êtes-vous d'accord avec votre collègue?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 20:26 [p.7679]
Madam Chair, this is a really important issue. I will continue to work with the United States, as we have been, through the USTR, through our various interlocutors—
Madame la présidente, il s'agit d'une question vraiment importante. Je continuerai à travailler avec les États-Unis, comme nous l'avons fait, par l'intermédiaire de la représentante américaine au Commerce, par l'intermédiaire de nos différents interlocuteurs...
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-31 20:26 [p.7679]
Madam Chair, we have to remember that it was the Prime Minister who commented that the U.K. did not have the bandwidth to negotiate a deal with Canada, which was a comment the U.K. official adamantly denied. The facts are the U.K. was negotiating and signing deals all over the world.
Therefore, whose statement should we believe at this time? Do we believe that of the U.S. trade representative or that of Canada's natural resources minister?
Madame la présidente, il ne faut pas oublier que c'est le premier ministre qui a déclaré que le Royaume-Uni n'avait pas la marge de manœuvre suffisante pour négocier un accord avec le Canada, une déclaration que les représentants britanniques ont vivement démentie. Le fait est que le Royaume-Uni menait des négociations et signait des accords partout ailleurs dans le monde.
Donc, quelle déclaration devrions-nous croire, actuellement? Devrions-nous croire celle de la représentante américaine au Commerce ou celle du ministre des Ressources naturelles du Canada?
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-31 20:27 [p.7679]
Madam Chair, the comment had to do with having a minister, or a prime minister, make a statement that is then countered by another government disagreeing.
On February 27, 2020, the Conservative members from the trade committee wrote to the Deputy Prime Minister outlining all of the adverse impacts of CUSMA on softwood lumber, and how CUSMA does nothing to prevent the United States from applying anti-dumping and countervailing duties to Canadian softwood lumber.
Does the minister regret not negotiating softwood lumber into CUSMA?
Madame la présidente, la remarque portait sur le fait que la déclaration d'un ministre, voire du premier ministre, a ensuite été contredite par un autre gouvernement.
Le 27 février 2020, les députés conservateurs du comité du commerce ont écrit à la vice-première ministre pour lui souligner toutes les incidences négatives de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique sur le bois d'œuvre et le fait que l'Accord ne prévoit rien pour empêcher l'imposition par les États-Unis de droits antidumping et compensateurs sur le bois d'œuvre canadien.
Est-ce que la ministre regrette de ne pas avoir inclus le bois d'œuvre dans les négociations de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 20:27 [p.7680]
Madam Chair, we have reiterated to the U.S. at every opportunity that a negotiated agreement is possible and in the best interests of both countries. I look forward to continuing to work with United States on this matter.
Madame la présidente, chaque fois que l'occasion s'est présentée, nous avons répété aux États-Unis qu'il est possible de négocier une entente et que c'est dans l'intérêt des deux pays. J'ai hâte de poursuivre notre travail avec les États-Unis dans ce dossier.
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 20:28 [p.7680]
Madam Chair, our work has been consistent in standing up for the interest of Canada's forestry sector and the workers that it employs and working with the—
Madame la présidente, nous avons constamment défendu les intérêts du secteur forestier canadien et de ses travailleurs et en collaborant avec...
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2021-05-31 21:22 [p.7688]
Madam Chair, when was the last time the minister spoke with her American counterpart about the dairy issue?
Madame la présidente, quand la ministre a-t-elle parlé la dernière fois de la question laitière avec son homologue américain?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 21:22 [p.7688]
Madam Chair, I had the very good opportunity to meet with my USTR counterpart at a free trade commission recently, and while there, I always tout the importance of our agri-food and our agriculture sector, including—
Madame la présidente, j'ai eu l'occasion de rencontrer mon homologue du Bureau du représentant américain au Commerce à une réunion récente de la Commission du libre-échange et, lors de nos rencontres, je vante sans cesse l'importance du secteur agricole et agroalimentaire du Canada, y compris...
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2021-05-31 21:23 [p.7688]
Madam Chair, it is too bad that the minister does not seem to care about Canada's dairy industry.
Did she bring up the United States' decision to dispute the free trade agreement on the grounds that the Canadian market was closed to the U.S.? Did she bring this up with her counterpart?
Madame la présidente, il est dommage que la ministre ne semble pas avoir à cœur l'industrie laitière au Canada.
Est-ce qu'elle a abordé la question de la décision des États-Unis de contester l'accord de libre-échange, parce que les États-Unis prétextent que le marché canadien leur est fermé? A-t-elle abordé cette question avec son homologue?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 21:23 [p.7688]
Madam Chair, we are certainly disappointed that the United States requested a dispute settlement panel, but what I would say is that we are very confident in the administration of CUSMA and that we take our obligations seriously and that we are in compliance.
Assurément, madame la présidente, nous sommes déçus que les États-Unis aient fait appel à un groupe de règlement des différends, mais nous avons confiance en l'administration de l'Accord Canada-États-Unis-Mexique et le fait que nous nous acquittons de nos obligations avec sérieux et que nous nous conformons aux règles.
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
View Anita Vandenbeld Profile
2021-05-31 21:35 [p.7690]
Madam Chair, I would like to take the time this evening to highlight some of the important work that has been done by this government, especially by my colleagues on the Standing Committee on International Trade, over the last year.
COVID-19 has presented serious challenges for Canadian businesses looking to export and for the global trading system as a whole. Our government has been keenly engaged on these issues from the very start.
In October, the Standing Committee on International Trade heard from official representatives on Canada's efforts to support exporters and to position Canada as a leader in the post-pandemic recovery.
Officials noted the important work being done by the Trade Commissioner Service, which leveraged its irreplaceable network of international contacts in business and government, as well as its knowledge of Canada's industrial capabilities, to facilitate the acquisition of personal protective equipment, vaccines and other essential supplies needed to fight the COVID-19 pandemic in Canada.
Throughout the pandemic, the Trade Commissioner Service has continued to help Canadian businesses connect with global opportunities and partners. Adapting to new challenges, the TCS has served 10,000 clients through virtual tools and services, and has provided more than $33 million in support through the CanExport program to companies looking to diversify their export markets.
The TCS and Export Development Canada, along with the Business Development Bank of Canada, the Canadian Commercial Corporation and Invest in Canada, are all part of what we call Canada's trade tool box. These organizations have all been working together, along with our provincial and territorial partners, with a team Canada approach to help businesses and entrepreneurs succeed at home and abroad. They will continue to do so as we recover from the economic effects of the pandemic and adopt new ways of doing business.
Continuing on from a study that began just days before the start of the pandemic, the Standing Committee on International Trade has resumed studying the World Trade Organization and the Canada-led efforts through the Ottawa Group to push for reforms of the organization to ensure that it can continue to face the increasingly challenging global trading environment. Here, again, officials laid out the important work that our government is doing to leverage the WTO in support of the global COVID-19 response and the post-COVID economic recovery. Our government is committed to a comprehensive global response to COVID-19 that leverages the entire multilateral trading system, with the WTO at its core, in reaching a rapid and just end to the pandemic.
Since the pandemic began, our government has worked with international partners to advocate for open trade and free-flowing supply chains and to identify barriers to accessing vaccines and other medical products. This includes Canada's leadership role in the WTO Ottawa Group. Canada continues to actively engage on the trade and health initiative at the WTO, which aims to strengthen global supply chains and support the delivery of essential medicines and medical supplies, including vaccines around the world.
We know that the pandemic will not end anywhere unless it ends everywhere. That is why Canada has committed to discussing an international property waiver for COVID-19 vaccines under the WTO TRIPS agreement. We are committed to finding solutions and reaching an agreement that accelerates global vaccine production and does not negatively impact public health.
Canada will continue working closely with all WTO members, including engaging on new proposals from any member or group, in seeking a consensus-based outcome to address any intellectual property challenges created by COVID-19. Canada also continues to encourage the WTO director general's global dialogue with the pharmaceutical sector toward accelerating the production and distribution of COVID-19 vaccines and other medical products, in coordination with other relevant organizations.
Our government remains committed to continued engagement with all members of the international community to find solutions to these global challenges.
More recently, the Standing Committee on International Trade and the recently established special committee on Canada-U.S. economic relations have been studying a wide range of areas to position Canada to continue to grow our exports and Canadian businesses.
COVID-19 has propelled a green recovery. Canadian clean-tech firms are driving economic growth and are heavily reliant on exports, with exports increasing 26% from 2015 to 2019, from $8.4 billion to $10.6 billion. The Government of Canada's $17.6-billion green recovery investments announced in budget 2021 build on the $3.3 billion in previous investments since 2016 to promote clean-tech research, development and adoption. This commitment helps to ensure that Canadian clean-tech firms are competitive and well positioned to export.
Our close economic ties to the United States will also be of vital importance to Canada's COVID recovery. That is why Canada is engaging the U.S. administration, members of Congress and allies across the U.S. to advocate for a Canada-U.S. approach to the U.S. infrastructure package that President Biden announced in March. Canada is very much focused on achieving an outcome that would allow suppliers on both sides of the border to participate and be subject to the same requirements as U.S. counterparts. We will always take a team Canada approach, working with Canadian businesses, exporters, manufacturers and industries, as we have done for the past five years and continue to do so.
Lastly, we know that COVID-19 has had a disproportionate impact on women around the world and has amplified existing inequalities. Today, as we look to rebuild, it is more important than ever to take concrete action to boost women's participation in the economy by placing them at the centre of our recovery efforts, including in the area of trade. This is critical not only for a speedy global recovery, but also to ensure that our supply chains will be more diverse, more competitive and more stable.
By putting women at the centre of our recoveries, we are ensuring that our supply chains will be more diverse, competitive and stable moving forward. Supporting the full and equal participation of women in trade is the right thing to do and the economically sound thing to do. Looking ahead to 2036, we could add up to $12 trillion to the global economy if we advance women's economic empowerment and access in the economy. This is how we build back better.
Madame la présidente, j'aimerais profiter de l'occasion ce soir pour souligner une partie de l'important travail effectué par le gouvernement, surtout par mes collègues du Comité permanent du commerce international, au cours de la dernière année.
La COVID-19 a posé des défis de taille aux entreprises canadiennes désireuses d'exporter leurs produits, de même que pour l'ensemble du système commercial mondial. Le gouvernement s'intéresse vivement à ces enjeux depuis le début.
En octobre, le Comité permanent du commerce international a entendu des représentants officiels sur les efforts déployés par le Canada pour soutenir les exportateurs et pour positionner le Canada en tant que chef de file dans la reprise post-pandémique.
Les fonctionnaires ont souligné l'important travail effectué par le Service des délégués commerciaux. Ce dernier a mis à profit son réseau irremplaçable de contacts internationaux dans les entreprises et les gouvernements ainsi que sa connaissance des capacités industrielles canadiennes pour faciliter l'acquisition par le Canada d'équipements de protection individuelle, de vaccins et d'autres éléments essentiels à la lutte contre la pandémie de la COVID-19 au Canada.
Tout au long de la pandémie, le Service des délégués commerciaux a aidé les entreprises canadiennes à profiter des débouchés sur les marchés mondiaux et à établir des liens avec des partenaires mondiaux. S'adaptant aux nouveaux défis, le Service des délégués commerciaux a servi 10 000 clients à l'aide d'outils et de services en ligne, en plus d'offrir un soutien financier de plus de 33 millions de dollars par l'entremise du programme CanExport aux entreprises souhaitant diversifier leurs marchés d'exportation.
Le Service des délégués commerciaux, Exportation et développement Canada, la Banque de développement du Canada, la Corporation commerciale canadienne et Investir au Canada font tous partie de ce qu'on appelle la boîte à outils pour le commerce du Canada. Ces organismes travaillent de concert, avec nos partenaires provinciaux et territoriaux, selon une approche Équipe Canada, pour aider les entreprises et les entrepreneurs à réussir tant ici qu'à l'étranger. C'est ce qu'ils continueront de faire, à mesure que nous nous remettons des conséquences économiques de la pandémie et que nous adoptons de nouvelles façons de faire des affaires.
Le Comité permanent du commerce international a repris une étude, entamée quelques jours à peine avant le début de la pandémie, sur l'Organisation mondiale du commerce, ou OMC, et les efforts déployés par le Canada, par l'intermédiaire du Groupe d'Ottawa, pour réclamer une réforme de l'organisation afin qu'elle puisse continuer de composer avec des conditions commerciales de plus en plus difficiles. Là encore, des fonctionnaires ont présenté l'important travail effectué par le gouvernement pour mettre à contribution l'OMC dans la réponse mondiale à la COVID-19 et la relance économique après la pandémie. Le gouvernement du Canada s'est engagé à mettre en place une réponse mondiale complète à la COVID-19 qui tire parti du système commercial multilatéral, dans lequel l'OMC joue un rôle central, pour trouver une solution rapide et juste à la pandémie.
Depuis le début de la pandémie, le gouvernement collabore avec ses partenaires internationaux pour faire valoir le libre-échange et la fluidité des chaînes d'approvisionnement ainsi que pour cerner les obstacles à l'obtention de vaccins et d'autres produits médicaux. Cela inclut le rôle de chef de file du Canada au sein du Groupe d'Ottawa de l'OMC. Le Canada continue de participer activement à l'Initiative sur le commerce et la santé de l'OMC, laquelle vise à renforcer les chaînes d’approvisionnement mondiales et à faciliter dans le monde entier la circulation des médicaments et des fournitures médicales essentiels, dont les vaccins.
Nous savons que nul endroit ne sera complètement à l'abri de la pandémie tant que celle-ci ne sera pas complètement éliminée partout dans le monde. Voilà pourquoi le Canada s'est engagé à discuter d'une dérogation à la propriété intellectuelle pour les vaccins contre la COVID-19 dans le cadre de l’Accord de l’OMC sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce. Nous demeurons déterminés à trouver des solutions et à parvenir à un accord permettant d’accélérer la production mondiale de vaccins sans incidence négative sur la santé publique.
Le Canada continuera de collaborer étroitement avec tous les membres de l'OMC et demeure ouvert aux nouvelles propositions de tout membre ou groupe pour trouver une solution fondée sur un consensus pour remédier aux problèmes relatifs à la propriété intellectuelle créés par la COVID-19. Le Canada continue également à encourager le dialogue mondial de la directrice générale de l'OMC avec le secteur pharmaceutique en vue d'accélérer la production et la distribution de vaccins contre la COVID-19 et d'autres produits médicaux, en collaboration avec d'autres organismes pertinents.
Le gouvernement demeure résolu à continuer à associer ses efforts à ceux de tous les membres de la communauté internationale afin de trouver des solutions à ces problèmes d'envergure planétaire.
Plus récemment, le Comité permanent du commerce international et le tout récent Comité spécial sur les relations Canada-États-Unis se sont penchés sur une vaste gamme d'enjeux en vue de positionner le Canada de manière à entretenir la croissance des exportations et des entreprises.
La pandémie de COVID-19 a donné des ailes à la relance verte. Les entreprises d'énergie propre canadienne stimulent la croissance économique et elles dépendent fortement des exportations. Les exportations dans ce secteur ont augmenté de 26 % de 2015 à 2019, passant de 8,4 milliards de dollars à 10,6 milliards de dollars. Le gouvernement du Canada a annoncé un total de 17,6 milliards de dollars pour les énergies vertes dans le budget de 2021, et cet argent s'ajoute à la somme déjà consentie de 3,3 milliards de dollars, depuis 2016, pour promouvoir la recherche, le développement et l'adoption des technologies propres. Cet engagement permettra aux entreprises de technologie propre du Canada d'être concurrentielles et d'être bien placées pour exporter leurs produits.
Nos liens économiques étroits avec les États-Unis seront également cruciaux pour stimuler la relance de l'économie canadienne après la pandémie. Voilà pourquoi le Canada tisse des liens avec le gouvernement des États-Unis, des membres du Congrès et des alliés d'un bout à l'autre de ce pays pour promouvoir une approche Canada-États-Unis dans le programme d'infrastructures annoncé par le président Biden en mars. Le Canada est très déterminé à concrétiser une approche où les mêmes règles s'appliquent aux fournisseurs des deux côtés de la frontière. Nous allons toujours privilégier une approche Équipe Canada, en misant sur la collaboration avec les entreprises, les exportateurs, les fabricants et les industries du Canada, comme nous l'avons fait au cours des cinq dernières années et comme nous allons continuer de le faire.
Enfin, nous savons que la COVID-19 a eu un impact disproportionné sur les femmes du monde entier et a amplifié les inégalités existantes. Aujourd'hui, alors que nous cherchons à reconstruire, il est plus important que jamais que nous prenions des mesures concrètes pour faire progresser la participation économique des femmes en les plaçant au centre de nos efforts de relance, notamment dans le domaine du commerce. Cela est non seulement crucial pour une reprise mondiale rapide, mais aussi pour garantir que nos chaînes d'approvisionnement seront plus diversifiées, plus compétitives et plus stables.
En accordant une place importante aux femmes dans la relance économique, nous veillons à ce que nos chaînes d'approvisionnement soient plus diversifiées, concurrentielles et stables pour les années à venir. Appuyer la participation pleine et égale des femmes dans les échanges commerciaux est la bonne chose à faire et c'est avantageux sur le plan économique. En ayant en tête l'horizon de 2036, la croissance de l'économie pourrait représenter jusqu'à 12 billions de dollars si nous misons sur l'autonomisation économique des femmes et leur accès à l'économie. Voilà comment nous reconstruisons en mieux.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, I will be sharing my time with the member for Chicoutimi—Le Fjord.
My questions are for the Minister of Foreign Affairs.
President Biden, in his made-in-America executive order on January 25, made a clear statement about the priority and direction that the U.S. would take in terms of ensuring the future is made in America and by all of America's workers.
Has the minister gained commitment from the United States that Canadian companies will be able to bid directly on all aspects of the U.S. $2 trillion federal infrastructure plan?
Madame la présidente, je vais partager mon temps de parole avec le député de Chicoutimi—Le Fjord.
Mes questions s'adressent au ministre des Affaires étrangères.
Avec le décret qu'il a rendu le 25 janvier au sujet de produits fabriqués aux États-Unis, le président Biden a indiqué clairement que la priorité et l'approche des États-Unis consistent à veiller à ce que l'avenir soit bâti aux États-Unis et par ses travailleurs.
La ministre a-t-elle obtenu un engagement des États-Unis à faire en sorte que les entreprises canadiennes puissent soumissionner directement dans le cadre de tous les volets du plan d'infrastructure fédéral des États-Unis, évalué à 2 billions de dollars américains?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 22:21 [p.7696]
Madam Chair, this is an area of extreme importance to Canada's economy. Our supply chain is inextricably connected to the United States. We will work with the United States to ensure there is no impact on Canada's exports.
Madame la présidente, c'est un domaine extrêmement important de l'économie canadienne. Notre chaîne d'approvisionnement est étroitement liée à celle des États-Unis. Nous allons travailler avec les États-Unis pour veiller à ce qu'il n'y ait pas d'incidence sur les exportations du Canada.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, could the minister let us know whether she has been successful in gaining a commitment that Canada will not be excluded from the federal infrastructure plan of the United States?
Madame la présidente, la ministre peut-elle nous dire si elle a obtenu l'engagement que le Canada ne sera pas exclu du plan d'infrastructure fédéral des États-Unis?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 22:22 [p.7696]
Madam Chair, I just want to clarify that Canada is exempt from buy America requirements due to the WTO agreement on general procurement. If there is an effort to expand or introduce new domestic content requirements under buy America, we will absolutely ensure that this does not affect Canadian supply chains.
Madame la présidente, je tiens seulement à préciser que le Canada est exempté des exigences sur les achats aux États-Unis en raison de l'accord sur les marchés publics de l'Organisation mondiale du commerce. Si on tente d'élargir les exigences de contenu ou d'en créer d'autres au titre de la politique d'achats aux États-Unis, nous veillerons certainement à ce que cela n'ait aucune incidence sur les chaînes d'approvisionnement du Canada.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, we have heard that Canada's approach to the made-in-America executive order is to educate all aspects of the political and industry sectors in the U.S. on Canada's integrated approach to ensure they are aware of any unintended consequences. Speaking candidly, it could be viewed as naive for us to think that President Biden and our U.S. neighbours have not made themselves aware of all the consequences, yet decided to pursue a made-in-America action anyway.
Canada's approach is not working. The U.S. has cancelled Keystone XL. We have lost auto jobs. We are not making progress on softwood lumber. The steel and aluminum manufacturing industry in Canada has lost jobs as they have moved to the U.S.
Could the minister tell us how the policies and Canada's approach will be changing so that we receive a different result?
Madame la présidente, nous avons appris que l'approche du Canada à l'égard du décret sur la politique d'achats aux États-Unis consiste à renseigner tous les segments des secteurs politiques et industriels de ce pays à propos de l'approche intégrée du Canada. Le but est de rendre ces segments conscients des conséquences imprévues de leur action. Franchement, on pourrait penser qu'il est naïf de croire que le président Biden et nos voisins américains n'ont pas tenu compte de toutes les conséquences et qu'ils ont tout de même décidé d'appliquer leur politique d'achats aux États-Unis.
L'approche du Canada ne fonctionne pas. Les États-Unis ont annulé le projet Keystone XL. Nous avons perdu des emplois dans le secteur de l'automobile. Nous piétinons dans le dossier du bois d'oeuvre. L'industrie de fabrication d'acier et d'aluminium au Canada a perdu des emplois, au profit des États-Unis.
La ministre peut-elle nous expliquer comment les politiques et l'approche du Canada seront modifiées pour nous permettre d'obtenir des résultats différents?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 22:23 [p.7696]
Madam Chair, the result of the last five years and the relationship despite challenges has come out well for Canadians, for Canadian steel and aluminum, and for our workers. Canada and the U.S. will benefit from our interconnected supply chains. We will make this case every single time. We will take a team Canada approach, working with exporters and workers, so that we are growing jobs on both sides of our border.
Madame la présidente, malgré les défis, les résultats des cinq dernières années, de même que notre relation, ont été positifs pour les Canadiens, pour l'acier et l'aluminium canadiens et pour les travailleurs. Le Canada et les États-Unis bénéficieront de nos chaînes d'approvisionnement interreliées. Nous l'affirmerons à chaque occasion. Nous prendrons une approche Équipe Canada en collaboration avec les exportateurs et les travailleurs afin de créer des emplois des deux côtés de la frontière.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, that has not been the case. The approach is not working.
The unilateral revoking of the Enbridge Line 5 easement remains unresolved, threatening the delivery of 540,000 barrels a day of petroleum products from Alberta and Saskatchewan that supply over 53% of Ontario's crude oil and 66% of Quebec's. This line is critical.
Has the Minister of Foreign Affairs met with the governor of Michigan?
Madame la présidente, ce n'est pas le cas. L'approche ne fonctionne pas.
La révocation unilatérale de la servitude de la canalisation 5 d'Enbridge reste non résolue, ce qui menace l'acheminement de 540 000 barils par jour de produits pétroliers en provenance de l'Alberta et de la Saskatchewan, qui approvisionnent plus de 53 % du pétrole brut de l'Ontario et 66 % de celui du Québec. Cette canalisation est essentielle.
Le ministre des Affaires étrangères a-t-il rencontré la gouverneure du Michigan?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, I have not met with Governor Whitmer. However, our excellent Ambassador Kirsten Hillman in Washington has had numerous conversations with her. We have a very active advocacy program under way to speak to people in the states of Michigan, Ohio and Pennsylvania.
Madame la présidente, je n'ai pas rencontré la gouverneure Whitmer. Toutefois, notre excellente ambassadrice à Washington, Kirsten Hillman, a eu de nombreuses conversations avec elle. Un programme très actif de promotion des intérêts est en cours, afin que l'on parle à des gens dans les États du Michigan, de l'Ohio et de la Pennsylvanie.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, could the minister tell us when he will be meeting with the Governor of Michigan?
Madame la présidente, le ministre peut-il nous dire quand il rencontrera la gouverneure du Michigan?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, I do not have any plans to meet with the governor of Michigan at this time.
Madame la présidente, en ce moment, il n'est pas prévu que je rencontre la gouverneure du Michigan.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, this is critical. If the governor of Michigan is successful in shutting down Line 5, could the minister provide us with the plan that ensures the 540,000 barrels will be delivered by other means?
Il s'agit d'une question cruciale, madame la présidente. Si la gouverneure du Michigan réussit à faire fermer la canalisation 5, le ministre peut-il nous dire par quels moyens on assurera la livraison de 540 000 barils?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, we have been very active to try to ensure this pipeline does not close down. Ultimately, we would like Enbridge and the State of Michigan to resolve their issue, but we have also transmitted an amicus brief to the courts so they are aware—
Madame la présidente, nous travaillons très fort pour empêcher la fermeture du pipeline. Ultimement, nous aimerions voir Enbridge et l'État du Michigan régler leur différend, mais nous avons également déposé un mémoire d'amicus curiae devant les tribunaux, de sorte qu'ils sont au courant...
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, the closure of the Canada-U.S. border has had a drastic impact on Canada-U.S. trade. Could the minister provide us with the value of the trade that has been lost due to the border closure over the last 14 months?
Madame la présidente, la fermeture de la frontière canado-américaine a eu un impact marqué sur le commerce entre le Canada et les États-Unis. La ministre est-elle en mesure de nous dire quelle a été la valeur des échanges commerciaux qui ont été perdus en raison de la fermeture de la frontière au cours des 14 derniers mois?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 22:26 [p.7697]
Madam Chair, essential goods and services continue to flow between the borders, ensuring that food remains in our grocery stores and that critical supplies get into Canada, including medicines and medical supplies. We have done this in an effort to ensure we are keeping Canadians healthy and safe, but essential goods and—
Madame la présidente, les biens et services essentiels continuent de circuler entre les deux pays. Les épiceries offrent toujours de la nourriture; par ailleurs, les fournitures essentielles, y compris les médicaments et les fournitures médicales, se rendent au Canada. Nous nous sommes efforcés d'assurer la santé et la protection des Canadiens, mais les biens essentiels et...
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, perhaps the minister could table the value of the lost U.S.-Canada trade.
The U.S. is rapidly opening its economy and has a plan to do so. What conditions must be in place for the Canada-U.S. border to reopen?
Madame la présidente, la ministre pourrait peut-être présenter la valeur des pertes dans les échanges commerciaux entre les États-Unis et le Canada.
Les États-Unis rouvrent rapidement leur économie et ils ont un plan pour le faire. Quelles conditions doivent être réunies pour permettre la réouverture de la frontière entre les États-Unis et le Canada?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, Canada is evaluating on a real time basis when to open our border. We have had an open border with respect to the essential traffic of important goods between our two countries, but it is the Public Health Agency of Canada that will make the decision as to how fast and when we open our border again.
Madame la présidente, le Canada évalue en temps réel la date de réouverture de la frontière. La circulation essentielle des produits importants est possible entre nos deux pays. C'est toutefois l'Agence de la santé publique du Canada qui décidera du rythme et de la date de la réouverture.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-05-31 22:29 [p.7697]
Mr. Chair, my questions will be for the Minister of Foreign Affairs.
We know that trade relations with our neighbours to the south have not been great since the Liberal government took office in 2015. Although the Liberals just signed a new free trade agreement with the U.S., the Americans are already threatening several important sectors of our economy.
With the rising price of softwood lumber in Canada, when is the Liberal government going to negotiate a deal to resolve the softwood lumber crisis, which is affecting Canadian businesses and families?
Monsieur le président, mes questions seront pour le ministre des Affaires étrangères.
Nous savons que les relations commerciales avec nos homologues américains n'ont pas été excellentes depuis l'arrivée en place du gouvernement libéral en 2015. Alors que les libéraux viennent tout juste de signer une nouvelle entente de libre-échange avec les États-Unis, voilà que ceux-ci menacent déjà plusieurs secteurs importants de notre économie.
Compte tenu du prix croissant du bois d'œuvre au Canada, qu'attend le gouvernement libéral pour négocier une entente sur la crise du bois d'œuvre, qui affecte les entreprises et les familles canadiennes?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 22:29 [p.7697]
Mr. Chair, we know that the current duties imposed on softwood lumber are both unfair and unwarranted, and they are causing harm to Canadian communities and certainly including those in the U.S. as well home builders and consumers. We have consistently shared with the United States that we would be ready to enter into a dialogue around a negotiated settlement.
Monsieur le président, nous savons que les droits de douane actuels qui sont imposés au bois d'œuvre sont injustes et injustifiés, et ils nuisent aux collectivités canadiennes, à des collectivités américaines — c'est certain —, aux constructeurs d'habitation et aux consommateurs. Nous avons constamment indiqué aux États-Unis que nous sommes prêts à entamer un dialogue pour arriver à un règlement négocié.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-05-31 22:30 [p.7697]
Mr. Chair, trade representatives told the U.S. Senate that they wanted to settle the softwood lumber issue, but Canada was not interested.
Is that true or false?
Monsieur le président, les représentants commerciaux ont informé le Sénat américain qu'ils voulaient régler la question du bois d'œuvre, mais que le Canada n'était pas intéressé.
Est-ce vrai ou faux?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 22:30 [p.7697]
Mr. Chair, I have shared and reiterated Canada's position to the U.S. trade representative as well as the commerce secretary that a negotiated agreement is possible and it is in the best interests of both countries.
Monsieur le président, j'ai dit et répété à la représentante américaine au Commerce ainsi qu'à la secrétaire au Commerce que le Canada est d'avis qu'un règlement négocié est possible et qu'il est dans l'intérêt des deux pays.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-05-31 22:31 [p.7697]
Mr. Chair, it is an open secret that some Canadian companies do not want the issue of softwood lumber prices to be resolved because their multinationals operate on both sides of the border.
Is the government supporting Canadians dealing with skyrocketing prices and our forestry SMEs and co-operatives, or is it supporting the multinationals that are getting to call the shots in the current situation?
Monsieur le président, c'est un secret de Polichinelle que certaines compagnies canadiennes ne souhaitent pas régler la question du prix du bois d'œuvre, parce que leurs multinationales ont des activités des deux côtés de la frontière.
Est-ce que le gouvernement soutient les Canadiens qui voient les prix monter en flèche ou encore les PME et les coopératives du milieu forestier, ou est-ce que le gouvernement soutient les multinationales qui font la pluie et le beau temps avec la situation actuelle?
View Gerald Soroka Profile
CPC (AB)
View Gerald Soroka Profile
2021-05-28 11:41 [p.7558]
Madam Speaker, recently, California and New York passed bills that target Canadian forest products. The bills these states passed are fundamentally flawed, will hurt trade, and condemn our forest industry, comparing us to other, much less sustainable forest industry product exporters, when in fact Canada has the most sustainable forest industry in the world.
Will the minister stand up for our forest industry, or will he let these states push us around, as he does with our energy sector?
Madame la Présidente, les États de Californie et de New York ont récemment adopté des projets de loi qui ciblent les produits forestiers canadiens. Or, ces mesures fondamentalement viciées, qui comparent l'industrie forestière canadienne à celles nettement moins durables d'autres pays exportateurs, nuiront aux échanges commerciaux et condamneront notre industrie qui est en fait la plus durable au monde.
Le ministre défendra-t-il notre industrie forestière ou laissera-t-il ces États américains nous malmener, comme il le fait dans le dossier de l'énergie?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-28 11:41 [p.7558]
Madam Speaker, I just want to reiterate that I agree that Canada's forestry sector is important to our economy. It supports hundreds of thousands of good, well-paying jobs here in Canada. We will always vigorously defend their interests, and we look forward to continuing to work with the United States on this matter and ensure that the industry continues to stay vibrant.
Madame la Présidente, je tiens à répéter que je reconnais l'importance du secteur forestier pour l'économie canadienne. Cette industrie fournit, ici au Canada, des centaines de milliers d'emplois bien rémunérés. Le gouvernement défendra toujours vigoureusement ce secteur et nous sommes impatients de poursuivre le travail amorcé avec les États-Unis dans ce dossier pour que l'industrie forestière demeure dynamique.
View Ben Lobb Profile
CPC (ON)
View Ben Lobb Profile
2021-05-27 13:44 [p.7489]
Mr. Speaker, before I begin my speech, I would just like to thank everybody who lives in the riding of Huron—Bruce for their tremendous work over the last year and a half in combatting COVID. The rates in Huron County and Bruce County are some of the lowest in Ontario, and may be some of the lowest in Canada.
This is because of everybody, not just one person. Everybody's efforts have made the difference. I thank them. We are all proud of everyone's efforts. That is likely the best news of this speech.
When I look at this budget, I think maybe we could call it the “lack of vaccine” budget. Here we are. Just a few days ago, we had our May long weekend. We are near the end of May. We are in Ottawa today. Sparks Street should be full. The markets should be full. The patios should be out. The restaurants should be busy. There should be kids here on class trips, coming on tours. The hotels should be full.
Why are they not? By and large, the reason, and this is just the microcosm of the entire Canadian economy in the service industry, is that we did not have vaccines quickly enough and we did not have enough of them. That is the reality of why we have spent so much more than we ever would have thought we would have needed to spend.
In the process, the Liberal government, in its lack of action, has decimated tens of thousands of people's equity in their business, their savings and equity in their home. That is the truth. There is no bank manager in the country who would argue that fact.
Maybe someone who sells four-wheelers as a business has had the best year of all time. However, certainly for those in the service sector, this has been a humbling experience, to say the least.
The Bank of Canada, and this is unprecedented, has purchased over 250 billion dollars' worth of bonds. Who would have ever thought that we would be doing this? Who would have ever thought? A high of $6 billion a week, currently around $3 billion or $4 billion a week. Clearly, we cannot sustain this at all.
We all know there is inflation. We could go up and down the streets in our communities and see the homes for sale, going for $100,000, $200,000 or $300,000 over the list price. I talked to a builder the other day. A two by four that is 16 feet long, I think he told me it was $28. It was $7.50 last May. To the member for Timmins—James Bay, $5,000 to spruce up a home is not going far.
The printing of money, the Bank of Canada buying, is creating inflation. The other day I saw some commentary about how, compared to the U.S. dollar, ours is looking pretty good. The U.S. is probably printing more than we are right now. I think last week I saw the fed bought $92 billion in the United States. The Canadian dollar is doing well against the American dollar, but if we look at it as a Canadian dollar and what could be bought, we can buy less.
What the government has tried to do is it has tried to help. I believe the government has tried to help people, but maybe in the wrong ways. This inflation has cost the very people it was trying to help the most, the ones in the service industry, the ones earning an hourly wage who maybe do not have benefits. In Ontario, the province I am from, that wage is $14 to $15 an hour. The last year and a half has made that $15 an hour more like under $10 an hour. Certainly, if anybody had any hopes of buying a home or a condo, almost 40% to 50% has been added to what people thought would reasonably have to be paid.
For a country that had 75% ownership, when Europe has about 25%, in short order we have almost taken away the opportunity for the middle class to ever own a home. That is a shame.
For the ultra-wealthy, the people who have multiple homes, investments and all sorts of apparatus to accumulate wealth, this has been the absolute best time of all time. If we think about it, the last two or three years should have been the opportunity to raise up everybody. The Prime Minister, his finance minister and the party have diminished the middle class and the poor working class. That is an absolute fact. People are now in bidding wars for rental properties, not to buy a home, but to rent. It is not sustainable and will probably go down as one of the darkest moments of the government.
I live in a rural community, a hard-working, resilient rural community, and I have been mystified for the last five or six years as to how the government continually gets it wrong in rural Canada. Money for rural infrastructure is a pittance compared to what urban centres receive. Rural areas do not carry the burden of so many people, but they also have the biggest burden of protecting the most precious resources. In my area, Lake Huron has fresh water. For rural infrastructure, water, sewage, culverts, bridges, just name it, there is not enough money.
Members do not have to think I am biased. They can talk to the mayors or CAOs of Huron County or Bruce County and they will say it is not enough. It is a bidding war to even get it. By the way, the way it works is backward. One has to pitch it to the federal government, it picks over the bones, then says it is approved, but does not even tell the MPP or MP for the area. It should be the other way around. It should be that the federal government allocates money to the provinces, the provinces pick their priorities based on what the mayors and wardens tells them and then they approve the projects. This is just common sense. We have been doing this now for six years and it does not work.
As for low-income and social housing, forget it. Members can talk to any community in my riding, Saugeen Shores, South Huron or Goderich. They apply, apply and apply and it is never approved. No one has to take my word for it because the mayors call me to complain.
Then there is strategic infrastructure. We are going beyond my riding, looking at other areas and what rural areas produce. In my area there are soybeans, corn, red meat, all those different things, and we are constantly under the pressure of not having enough capacity at the ports and other areas.
As for broadband, the SWIFT project was working. The minister changed it and what a mess. We had consistent funding for rural projects and they were starting to work. Now it has changed and what a mess.
There is a chronic labour shortage throughout Ontario, which is certainly exacerbated in my riding. We need workers. We need to motivate people to get to work. We need to speed up the process of bringing in new Canadians to work in our sectors, such as, for example, meat processing. Just name it and we need it.
God bless the trade minister, but she has made a mess of trade, in my opinion. The U.S. is running roughshod over us. Everybody thought that when Trump was gone, Biden would be Canada's best friend. We do not need friends like Joe Biden, the way he has treated us with buy America and softwood lumber tariffs.
How is it that Canada has a beef trade deficit with the United Kingdom? There are those who do not think we are getting treated poorly. We are getting treated poorly. We have a pork and beef deficit with the European Union. That is not fair trade. That is not a fair partner.
I would love to talk about our borders. What a mess the government has created at our borders. Port Huron is about an hour and a half from my hometown and I know there are a lot of business people awfully disappointed with how they have been treated at the border in an arbitrary way. It is not the officials. It is not the hard-working men and women who work there. It is the mixed messages they receive from the health minister and the public safety minister.
It is not a good situation. If they cannot fix it, we will do the heavy lifting. I am saying we are prepared to do it. They let Line 5 go to this state when in Huron—Bruce and many other ridings we need it. We need it to dry our crops and heat our homes and it is willy-nilly with the current government. I know the Liberals send out the resource minister and he has some things to say, but behind the scenes there is no way the message is getting drilled home to the United States. If they want to shut us down, they are going to shut us down.
Monsieur le Président, avant de commencer, j’aimerais remercier tous les citoyens de ma circonscription, Huron— Bruce, pour le travail énorme qu’ils ont accompli au cours des 18 derniers mois pour lutter contre la COVID. Les taux de contagion dans le comté d'Huron et dans celui de Bruce sont parmi les plus bas en Ontario et peut-être même au Canada.
Ce résultat est attribuable à l’ensemble des citoyens, et non à une seule personne. Ce sont les efforts de tous qui ont permis de garder des taux aussi bas. Je les en remercie. Nous sommes tous fiers de ce que tout le monde a accompli. Voilà le point le plus positif de mon allocution.
On pourrait peut-être appeler le budget d’aujourd’hui le budget « du manque de vaccins ». Nous y voilà. Il y a quelques jours seulement, c’était la longue fin de semaine de mai. Nous approchons de la fin du mois. Nous sommes à Ottawa aujourd’hui. La rue Sparks devrait être pleine de monde. Les marchés devraient être bondés. Les terrasses devraient être prêtes à accueillir les clients. Les restaurants devraient être occupés. On devrait voir des enfants en sortie scolaire. Les hôtels devraient être pleins.
Pourquoi n’est-ce pas le cas? Parce que, dans l’ensemble, nous n’avons pas obtenu les vaccins assez rapidement et que nous n’en avons pas obtenus assez, et le secteur des services ne constitue que le microcosme de l’économie canadienne. Voilà pourquoi nous avons dépensé beaucoup plus que nous l’avions envisagé au départ.
À cause de l’inaction du gouvernement libéral, des dizaines de milliers de gens d’affaires et de propriétaires ont perdu leurs économies et l'argent investi dans leur entreprise et leur résidence. Voilà la vérité. Aucun gérant de banque au pays dirait le contraire.
Les vendeurs de véhicules tout terrain ont peut-être connu leur meilleure année. Toutefois, il est certain que, pour les gens du secteur des services, les résultats de cette année ont été à tout le moins modestes.
La Banque du Canada a acheté des obligations à hauteur de plus de 250 milliards de dollars, soit plus que jamais auparavant. Qui aurait cru qu’une telle chose arriverait? Au plus fort, c’était à hauteur de 6 milliards de dollars par semaine, actuellement, c’est 3 ou 4 milliards de dollars par semaine. Franchement, nous ne pouvons vraiment pas continuer comme cela.
Nous savons tous qu’il y a de l’inflation. Nous pouvons tous voir dans nos coins de pays des maisons qui se vendent 100 000 $, 200 000 $ et même 300 000 $ de plus que le prix initial demandé. J’ai parlé à un entrepreneur en construction l’autre jour. Il m’a dit, si je me souviens bien, qu’un deux par quatre qui fait 16 pieds de long se vend 28 $, alors que la même pièce coûtait 7,50 $ en mai dernier. Je signale pour la gouverne du député de Timmins—Baie James qu'on ne va pas loin avec 5 000 $ quand on veut rénover une maison.
La Banque du Canada crée de l’inflation en imprimant de l’argent et en achetant des obligations. L’autre jour, j’ai pris connaissance d’un commentaire selon lequel le dollar canadien se porte assez bien comparativement au dollar américain. Les États-Unis impriment probablement plus d’argent que nous en ce moment. La semaine dernière, je crois avoir vu que la Réserve fédérale a acheté des obligations pour une valeur de 92 milliards de dollars. Le dollar canadien se porte bien comparativement au dollar américain, mais il faut reconnaître qu’il ne permet pas d’acheter autant.
Le gouvernement a essayé d’aider les gens, mais il ne s’y est peut-être pas pris de la bonne manière. L’inflation a nuit à ceux-là mêmes qu’il essayait d’aider le plus, c'est-à-dire les travailleurs du secteur des services, les gens qui sont payés à l'heure et qui n’ont peut-être pas d’avantages sociaux. En Ontario, la province d’où je viens, ces salaires sont de 14 à 15 $ l’heure. Toutefois, au cours des 18 derniers mois, ces salaires de 15 $ l'heure sont tombés à moins de 10 $ l’heure. Une chose est certaine: quiconque espérait s’acheter une maison ou un condo devra débourser de 40 à 50 % de plus que ce qu’il croyait raisonnable de dépenser au départ.
Au Canada, 75 % de la population est propriétaire de son logement, comparativement à 25 % en Europe, mais pourtant, nous avons tout à coup privé la classe moyenne de la possibilité d'accéder à la propriété. C’est une honte.
Pour les ultra-riches, ceux qui possèdent plusieurs maisons, des investissements et toutes sortes de moyens pour accumuler leur richesse, cette période a été la plus faste de tous les temps. Si l’on y réfléchit, les deux ou trois dernières années auraient dû être l’occasion d’élever tout le monde. Le premier ministre, son ministre des Finances et le parti ont réduit la classe moyenne et la classe ouvrière pauvre. C’est un fait irréfutable. Les gens se livrent maintenant à des guerres d’enchères pour des propriétés à louer, non pas pour acheter une maison, mais pour louer. Ce n’est pas viable et cela passera probablement à l’histoire comme l’un des moments les plus sombres de ce gouvernement.
Je vis dans une collectivité rurale résiliente et laborieuse, et depuis cinq ou six ans, je n’arrive pas à comprendre comment le gouvernement ne cesse de se tromper dans le Canada rural. Les fonds destinés aux infrastructures rurales sont dérisoires par rapport à ce que reçoivent les centres urbains. Les régions rurales ne portent pas le fardeau d’un si grand nombre de personnes, mais elles portent le plus lourd fardeau de protéger les ressources les plus précieuses. Dans ma région, le lac Huron renferme de l’eau douce. Pour l’infrastructure rurale, l’eau, les égouts, les ponceaux, les ponts, tout ce que vous voulez, il n’y a pas assez d’argent.
Que les députés ne pensent pas que j’ai un parti pris. Ils peuvent parler aux maires ou aux directeurs généraux des comtés de Huron ou de Bruce qui leur diront que ce n’est pas suffisant. Il y a une guerre d’enchères pour l’obtenir. En passant, ça fonctionne à l’envers. Il faut présenter le projet au gouvernement fédéral, qui en examine les grandes lignes, puis déclare qu’il est approuvé, mais n’en informe même pas le député provincial ou fédéral de la région. Ce devrait être l’inverse. Le gouvernement fédéral devrait attribuer des fonds aux provinces, celles-ci fixent leurs priorités en fonction de ce que les maires et les directeurs généraux leur disent, puis elles approuvent les projets. C’est tout simplement logique. Nous faisons cela depuis six ans maintenant et ça ne fonctionne pas.
Quant aux logements sociaux et à loyer modique, oubliez-les. Les députés peuvent parler à n’importe quelle collectivité de ma circonscription, Saugeen Shores, South Huron ou Goderich. Elles présentent demande après demande et elles ne sont jamais approuvées. Personne n’a à me croire sur parole, car les maires m’appellent pour se plaindre.
Ensuite, il y a l’infrastructure stratégique. Nous dépassons les limites de ma circonscription, nous regardons d’autres régions et ce que les zones rurales produisent. Dans ma région, il y a du soya, du maïs, de la viande rouge, tous ces produits différents, et nous vivons constamment sous la pression de ne pas avoir assez de capacité dans les ports et dans d’autres domaines.
En ce qui concerne la large bande, le projet SWIFT donnait de bons résultats. Le ministre l’a modifié, et quel gâchis. Nous avions un financement constant pour des projets ruraux qui commençaient à donner des résultats. Maintenant, il a été modifié, et quel gâchis!
Il y a une pénurie chronique de main-d’œuvre partout en Ontario, et elle est certainement exacerbée dans ma circonscription. Nous avons besoin de travailleurs. Nous devons motiver les gens à se mettre au travail. Nous devons accélérer le processus pour faire venir des immigrants afin qu'ils travaillent dans nos secteurs, comme celui de la transformation de la viande. Les besoins sont partout.
Sans vouloir manquer de respect à la ministre du Commerce, elle a créé un beau gâchis, à mon avis. Les États-Unis nous malmènent. Tout le monde pensait que lorsque Trump serait parti, Biden serait le meilleur ami du Canada. Nous n’avons pas besoin d’amis comme Joe Biden, à voir la façon dont il nous a traités avec sa politique d'achat aux États-Unis et les tarifs sur le bois d’œuvre.
Comment se fait-il que le Canada ait un déficit dans le commerce du bœuf avec le Royaume-Uni? Certains ne pensent pas que nous sommes malmenés. Nous le sommes. Nous avons un déficit dans le commerce du porc et du bœuf avec l’Union européenne. Ce n’est pas un commerce équitable. Ce n’est pas un partenaire équitable.
J’aimerais beaucoup parler de nos frontières. Le gouvernement a créé un beau gâchis à nos frontières. Port Huron est à environ une heure et demie de ma ville natale, et je sais que beaucoup de gens d’affaires sont terriblement déçus d'avoir été traités de manière arbitraire à la frontière. Ce n’est pas la faute des fonctionnaires. Ce n’est pas la faute des hommes et des femmes qui travaillent dur à la frontière. Le problème, ce sont les messages contradictoires qu’ils reçoivent de la part de la ministre de la Santé et du ministre de la Sécurité publique.
La situation est mauvaise. S’ils ne peuvent pas la corriger, nous nous occuperons de faire le travail. Je dis que nous sommes prêts à le faire. Ils ont laissé faire les choses pour la canalisation 5, alors que dans la circonscription de Huron-Bruce et dans de nombreuses autres circonscriptions, nous en avons besoin. Nous en avons besoin pour sécher nos récoltes et chauffer nos maisons, mais le gouvernement prend des décisions à l'aveuglette. Je sais que les libéraux envoient le ministre des Ressources naturelles et qu’il a des choses à dire, mais en coulisses, il n’y a aucun moyen de faire passer le message aux États-Unis. S’ils veulent nous fermer, ils vont nous fermer.
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-27 14:48 [p.7501]
Mr. Speaker, the Minister of International Trade met with the U.S. trade representative last week. It was noted that she “reiterated that it was in the best interest of both countries to reach an agreement on softwood lumber.” Instead of coming out of that meeting with a win, such as making progress on an agreement, on Friday we learned that U.S. tariffs are set to double on our softwood exports.
On trade, every single file we have with the U.S. is getting worse. Why is the minister failing so spectacularly to manage the trading relationship with the new U.S. administration?
Monsieur le Président, la ministre du Commerce international a rencontré la représentante américaine au commerce la semaine dernière. On a souligné qu'elle avait « réitéré qu'il était dans l'intérêt des deux pays de s'entendre sur le bois d'œuvre ». Au lieu de ressortir gagnante de cette rencontre, en ayant par exemple fait des progrès en vue de la conclusion d'un accord, on apprenait vendredi que les tarifs américains allaient doubler sur les exportations canadiennes de bois d'œuvre.
En matière de commerce, tous les dossiers que nous traitons avec les États-Unis s'aggravent. Pourquoi la ministre échoue-t-elle aussi lamentablement dans la gestion de la relation commerciale avec la nouvelle administration américaine?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-27 14:49 [p.7501]
Mr. Speaker, we are disappointed by last week's announcement, but I want to reiterate that the duties imposed are unjustified. They hurt workers and businesses on both sides of the border. I have raised this issue at every opportunity, including with the president and, of course, with my U.S. counterpart in the U.S. trade representative.
Our government continues to press for a negotiated settlement. It is in the best interest of both of our countries, and we will vigorously defend our softwood lumber industry and our workers.
Monsieur le Président, nous sommes déçus de l'annonce de la semaine dernière, mais je répète que ces droits de douane sont injustifiés. Ils nuisent aux travailleurs et aux entreprises des deux côtés de la frontière. J'ai soulevé la question chaque fois que j'ai pu, y compris avec le président, et, bien entendu, avec mon homologue, la représentante américaine au commerce.
Le gouvernement continue d'insister pour obtenir une entente négociée. Il en va de l'intérêt des deux pays, et nous allons défendre vigoureusement l'industrie du bois d'œuvre, de même que ses travailleurs.
Results: 1 - 100 of 4560 | Page: 1 of 46

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data