Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 914
View Chris Warkentin Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, freedom to speak is a cornerstone of a free society. Bill C-10 will threaten that freedom and opens the door for the government to decide what is acceptable speech and what is unacceptable.
Democracy rests on the rights of a free people to speak freely, to freely debate and decide what are good ideas and what are bad ideas. I trust Canadians to engage in robust debates and wisely seek out truth without the government looking over their shoulders.
It is no wonder that it is the current government, whose entire philosophy is based on weak and faulty ideas, that is trying to ram this legislation through before an election. However, Canadians will not be silenced, and they know that Bill C-10 is simply an attempt to limit their ability to challenge those in power.
I will continue to fight against the passage of this flawed and dangerous legislation. Attempts to silence Canadians are wrong, and I will continue to fight and defend the rights of Canadians to freely challenge those in power.
Monsieur le Président, la liberté d'expression constitue la pierre angulaire de toute société libre. Le projet de loi C‑10 menace cette liberté et permettrait au gouvernement d'établir ce que constitue ou non un discours acceptable.
La démocratie est fondée sur le droit d'une personne libre de s'exprimer librement, de débattre librement pour juger de la valeur des idées. À cet égard, je fais confiance aux Canadiens, qui n'ont pas besoin que le gouvernement les surveille pour débattre à fond de certaines questions et découvrir la vérité de façon éclairée.
Il n'est guère surprenant que le gouvernement actuel, dont toute la philosophie repose sur des idées médiocres et fausses, tente d'adopter ce texte législatif à toute vitesse avant la tenue d'élections. Toutefois, les Canadiens ne vont pas se taire, et ils savent que le projet de loi C‑10 est tout simplement une tentative de limiter leur capacité de défier les personnes au pouvoir.
Je vais continuer de me battre contre l'adoption de ce projet de loi déficient et dangereux. Il est répréhensible de vouloir faire taire les Canadiens, et je vais continuer de lutter et de défendre le droit des Canadiens de librement défier les personnes au pouvoir.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-08 14:02 [p.8100]
Mr. Speaker, yesterday the House voted on a truly extraordinary measure, one to impose time allocation on a committee.
The Conservative Party has been obstructing the Standing Committee on Canadian Heritage for weeks on Bill C-10. The Conservative Party is no longer alone, as the NDP has joined in on that obstruction. The NDP is working with the Conservatives to hold up a bill on the cultural sector that representatives of this sector across the country have been calling for. As unbelievable as this is, it is, sadly, true.
If the NDP refuses to allow the Standing Committee on Canadian Heritage to reconvene sooner, it will be nearly impossible for Bill C-10 to be passed before the summer recess. The cultural sector has been calling for this bill, as have all members of the Quebec National Assembly.
With an election looming, we cannot run the risk of letting this bill die. The future of our culture is not a game, nor is the future of our artists and creators. Quebec knows this, the Bloc Québécois knows this, and it is time for the NDP to realize it too.
Monsieur le Président, hier, à la Chambre, nous avons voté une mesure absolument exceptionnelle, une motion d'attribution de temps pour un comité.
Cela faisait des semaines que seul le Parti conservateur faisait de l'obstruction au Comité permanent du patrimoine canadien sur le sujet du projet de loi C-10. Il n'est plus le seul maintenant, parce que le NPD l'aide à faire de l'obstruction. Le NPD travaille main dans la main avec les conservateurs pour ralentir un projet de loi sur le milieu culturel, réclamé par le milieu culturel partout au pays. On aura tout vu. Or, c'est malheureusement le cas.
Si le NPD refuse que le Comité permanent du patrimoine se réunisse plus rapidement, il rend pratiquement impossible l'adoption du projet de loi C-10 avant la pause estivale. Le milieu culturel réclame ce projet de loi, l'Assemblée nationale du Québec aussi, et ce, unanimement.
Avec des élections à l'horizon, on ne peut pas courir le risque que ce projet de loi ne voie pas le jour. On ne joue pas avec l'avenir de notre culture. On ne joue pas avec l'avenir de nos artistes et de nos créateurs. Le Québec le sait, le Bloc québécois le sait, il serait temps que le NPD s'en rende compte aussi.
View Corey Tochor Profile
CPC (SK)
View Corey Tochor Profile
2021-06-08 14:05 [p.8101]
Mr. Speaker, the residents of Saskatoon—University, in fact, all of Saskatchewan not to mention the rest of Canada, are deeply concerned about what we are hearing regarding this government's new censorship bill.
We live in an increasingly digital world, and one at risk of the influence of bad actors, such as this power-hungry, unaccountable government. I have heard from many people telling me that they do not trust this regime with these powers over what they can see and hear, and do not believe that Ottawa should have the power to decide which posts will be seen and which ones will be buried. Personally, I cannot blame them.
Now, we have the Liberals censoring their censorship bill. We have seen the script in other countries that this Prime Minister has expressed his love for. We do not want to see it here. The Conservatives are the only party that will keep Canada free and scrap Bill C-10.
Monsieur le Président, les habitants de Saskatoon—University et, en fait, ceux de toute la Saskatchewan et du reste du Canada sont vivement préoccupés par ce qu'ils entendent au sujet du nouveau projet de loi de censure du gouvernement.
Le monde dans lequel nous vivons est de plus en plus numérique et vulnérable à l'influence de mauvais joueurs, comme ce gouvernement qui est assoiffé de pouvoir et qui refuse de rendre des comptes. Beaucoup de gens m'ont dit qu'ils se méfient de ce régime qui s'arroge des pouvoirs sur ce qu'ils peuvent voir et entendre. Ils sont d'avis qu'Ottawa ne devrait pas être autorisé à décider quelles publications seront vues et lesquelles seront enfouies. Personnellement, je ne peux pas les blâmer.
Voilà que maintenant, les libéraux censurent leur propre projet de loi de censure. Nous avons vu ce scénario dans d'autres pays pour lesquels le premier ministre a exprimé son attachement. Nous ne voulons pas le voir se produire ici. Le Parti conservateur est le seul qui maintiendra la liberté du Canada et qui jettera aux orties le projet de loi C-10.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I would first like to say how much I appreciate Quebec, its culture and its people.
Quebec makes an enormous contribution to Canadian culture. I understand that some Bloc members doe not really like multiculturalism, but I personally believe that Canadian multiculturalism helps Quebeckers preserve their culture and share it with the rest of the country.
As a result of Canada's openness to different cultures, including French culture, we have French-language schools across the country, including in my riding of Sherwood Park—Fort Saskatchewan in Alberta.
My riding also has English-language, Christian and other educational institutions, which offer students a diverse range of educational options. Having other schools does not have a negative impact on our local French-language school, because all these schools coexist.
We can say the same thing about the global culture of Sherwood Park—Fort Saskatchewan. My riding has a diverse population with people of different backgrounds, but we stand united behind our Albertan and Canadian identity while maintaining personal cultural traditions. That is multiculturalism.
Multiculturalism is not new to Canada. There are hundreds of indigenous nations in Canada. The French and the British arrived later in this country, followed by other Europeans. We were already a multicultural people before Confederation, and when Canada was founded, people started to share their nationalities with others from different cultures and religions. It goes without saying that this process was not seamless, but we must accept that a multicultural society is not a utopia.
Nothing in this world is perfect, but I believe that the advantages of a multicultural society outweigh the disadvantages. I support the principle of pluralism, which is a political philosophy holding that people of different beliefs, backgrounds and lifestyles can coexist in the same society and participate equally in the political process. I believe that Canada is an example of a successful pluralism, in which people from all cultures, beliefs, faiths, races and sexual orientations are proud to call themselves Canadians.
As some may know, multiculturalism is something I am passionate about. Quite often I feel like we underestimate it both in terms of what it demands of us and the possibilities it represents. Multiculturalism can be challenging when it calls on us to live with and understand things that are unfamiliar to us, but it also provides us an enriching opportunity to have a deeper and intimate understanding of a much broader range of human experiences that we get through different cultures and traditions.
In a society with limited diversity, we would be ignorant without knowing it. In a more diverse society, ignorance can lead to moments of discomfort, but those moments of discomfort can give us the opportunity to learn and grow if they are associated with grace and humility.
When diversity leads to learning and growth we end up with a society where we all know much more about the world around us, one where we can not only savour all sorts of differences, but where our thoughts and conversations can be imbued with the wisdom of teachers and statesmen around the world.
The creation of this type of multicultural society that works has value and presents tremendous opportunities.
Multiculturalism and the knowledge that is gained from it can make us better artists and philosophers, better able to search for individual and collective happiness because we have access to more data, thanks to our personal relationships and conversations. Multiculturalism can help us resolve more problems by applying various problem-solving techniques, allowing us to become unique world leaders who use our cultural understanding to negotiate peace agreements that previously would have been unimaginable. Finally, multiculturalism is an opportunity to create wealth through our ability to engage in respectful trade with countries from all over the globe without being intimidated or manipulated.
There is a lot more we need to know to practise multiculturalism properly, but the knowledge that we gain about other cultures along the way will help us to do much more than simply avoid offence. When we do not understand a culture, it is easy to make erroneous snap judgments and engage in xenophobia. It is important to be open-minded when trying to understand people. If we do not, we will never have a successful, diverse society. That is why diversity of opinion is so critical. It enables members of an ethnically diverse society to co-exist and understand each other.
I would like to take a moment to talk about the Canadian Multiculturalism Act and explain why it is important that it apply to all of Canada, including Quebec.
The purpose of the act is to preserve and enhance Canada's cultural diversity. It was introduced in 1971 with the hope that it would guarantee the cultural freedom of all Canadians.
Freedom is a Canadian value. I am someone who values freedom, and that is one of the reasons why I am opposing this Bloc Québécois bill today.
I always oppose attacks on freedom. That is why I am also against Bill C-10. The government says that Bill C-10 seeks to advance diversity, but, in my opinion, freedom of expression is essential to do that.
Quite frankly, I am concerned about the repercussions on religious minorities if the Canadian Multiculturalism Act does not apply in Quebec.
Discrimination against religious and ethnic minorities is a problem in all regions of Canada. Conservatives understand the constitutional jurisdictions of each level of government, but we will always act within the federal jurisdiction to protect minority rights.
I do think it is important to recognize that the discourse on the issue of multiculturalism is a little different in Quebec than in other provinces. Given that Quebec francophones are a minority in Canada, I can understand why they want to protect their culture and especially their language.
Unlike some members, my Conservative Party colleagues and I recognize that the French language in Quebec is in decline, and this issue must be addressed. However, unlike some other members, I do not believe that assimilating minority communities or opposing multiculturalism are effective responses to this problem.
The fact is that many immigrants who settle in Quebec speak French, especially those from Haiti, Africa, Morocco and Algeria and from Middle Eastern countries such as Lebanon. All these cultures are proud of their French while maintaining their cultural and religious traditions.
Multiculturalism can be a major asset for Quebec when it comes to attracting new francophone immigrants and strengthening the presence of French in North America.
I would now like to briefly address the issue of religion in this debate because it appears in the preamble to the bill. I understand that when an individual or community has a negative experience with a religious organization, that causes pain and a desire to get as far away as possible from the source of that pain. However, hypothetically, repression in the name of secularism can happen too and can be just as harmful as repression in the name of a given religion.
I believe that the political community should focus on freedom, pluralism and freedom of religion. I do not think the state should impose a particular point of view on religious matters or practices. That is the real idea behind the separation of church and state. The idea is not about actively marginalizing people for practising their faith; it is about giving people the ability to decide what they believe in and how they interpret these beliefs.
Multiculturalism and pluralism are an expression of the universal human desire for freedom of choice and freedom to seek the truth on fundamental issues without interference from the state. Multiculturalism is important and must not be exercised at the expense of Quebec's rich culture. I think it can even improve Quebec culture, especially with respect to the French language and the fact that more immigrants speak French.
Although I am in favour of preserving Quebec's rich culture, I do not support a bill that could wind up leading to cultural assimilation. We need to work on improving multiculturalism—
Monsieur le Président, j'aimerais tout d'abord exprimer mon appréciation pour le Québec, sa culture et son peuple.
Le Québec contribue énormément à la culture canadienne. Je comprends que certains bloquistes n'aiment pas beaucoup le multiculturalisme, mais je pense personnellement que c'est grâce à notre multiculturalisme canadien que les Québécois peuvent maintenir et partager leur culture avec le reste du pays.
C'est grâce à l'ouverture du Canada aux différentes cultures, y compris la culture francophone, que nous avons des écoles de langue française partout au pays, y compris dans ma circonscription albertaine de Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
Ma circonscription compte également des écoles de langue anglaise, chrétiennes et d'autres établissements d'enseignement, qui offrent aux étudiants un choix diversifié pour leur éducation. Pourtant, le fait d'avoir d'autres écoles n'a pas de répercussions négatives sur notre école locale de langue française, car toutes ces écoles coexistent.
La même chose peut être dite à propos de la culture globale de Sherwood Park—Fort Saskatchewan. Ma circonscription possède une population diverse avec des personnes de différents horizons, mais nous nous unissons derrière notre identité albertaine et canadienne tout en maintenant des traditions culturelles personnelles. C'est cela, le multiculturalisme.
Le multiculturalisme au Canada ne date pas d'hier. Il y a des centaines de nations autochtones au Canada. Les Français et les Anglais sont ensuite venus dans ce pays, suivis par d'autres Européens. Avant la Confédération, nous étions déjà un peuple multiculturel et, lorsque le Canada a été fondé, les gens ont commencé à partager leur nationalité avec d'autres personnes de cultures et de religions différentes. Il va sans dire que cela ne s'est pas fait sans heurt, mais nous devons accepter le fait qu'une société multiculturelle n'est pas une utopie.
Il n'y a rien de parfait dans ce monde, mais je suis convaincu que les avantages d'une société multiculturelle l'emportent sur les inconvénients. Quant à moi, je suis un partisan du pluralisme: une philosophie politique selon laquelle des personnes ayant des croyances, des origines et des modes de vie différents peuvent coexister dans la même société et participer de façon égale au processus politique. Je crois que le Canada est l'exemple d'un pluralisme réussi, où des gens de toutes les cultures, croyances, confessions, races et orientations sexuelles sont fiers de se dire Canadiens.
Comme on le sait peut-être, le multiculturalisme est un aspect qui me passionne et, très souvent, il me semble que nous le sous-estimons, tant sur le plan de ce qu'il exige de nous que sur le plan des possibilités qu'il représente. Vivre le multiculturalisme peut être un défi lorsqu'il nous oblige à vivre et comprendre des choses qui ne nous sont pas familières, mais cela nous offre également l'enrichissante possibilité d'avoir une compréhension approfondie et intime d'une somme beaucoup plus vaste d'expériences humaines qui nous parviennent à travers différentes cultures et traditions.
Dans une société à la diversité limitée, nous serions plutôt ignorants, mais sans le savoir. Dans une société plus diversifiée, l'ignorance peut conduire à des moments d'inconfort, mais ces moments d'inconfort peuvent nous donner l'occasion d'apprendre et de grandir s'ils sont associés à la grâce et à l'humilité.
Le résultat d'une société dans laquelle la diversité conduit à l'apprentissage et à la croissance est une société dans laquelle nous en savons tous beaucoup plus sur le monde qui nous entoure et dans laquelle nous pouvons non seulement savourer toutes sortes d'éléments différents, mais où nos réflexions et nos conversations peuvent être imprégnées de la sagesse d'enseignants et d'hommes d'État du monde entier.
La création de ce type de société multiculturelle qui fonctionne vaut bien d'être entreprise et présente d'énormes avantages.
Le multiculturalisme et l'apprentissage qui y est associé peuvent faire de nous de meilleurs artistes et philosophes plus aptes à la recherche du bonheur individuel et collectif grâce à notre capacité à accéder à davantage de données par le biais de relations et de conversations personnelles. Le multiculturalisme peut nous permettre de résoudre davantage de problèmes en appliquant diverses technologies de résolution de problèmes et d'être des chefs de file uniques sur la scène internationale en utilisant notre compréhension culturelle pour négocier des accords de paix jusqu'alors inimaginables. Le multiculturalisme peut enfin nous permettre de devenir riches grâce à notre capacité à nous engager dans un commerce respectueux dans toutes les parties du monde sans être intimidés ou manipulés.
Pour bien pratiquer le multiculturalisme, nous devons savoir beaucoup plus de choses, mais les connaissances que nous acquerrons sur les autres cultures en cours de route nous permettront de faire bien plus que de simplement éviter de nous offenser. Lorsque nous ne comprenons pas une culture, il est facile de porter des jugements rapides et erronés et de faire preuve de xénophobie. Comprendre les gens avec un esprit ouvert est important. Sans cela, nous n'aurons jamais une société diversifiée réussie. C'est pourquoi la diversité d'opinions est si cruciale. C'est elle qui nous permet de coexister et de nous comprendre dans une société ethnique diversifiée.
J'aimerais prendre un peu de temps pour parler de la Loi sur le multiculturalisme canadien et expliquer pourquoi il est important qu'elle s'applique à l'ensemble du Canada, y compris au Québec.
La Loi a pour objet de préserver et de mettre en valeur la diversité culturelle du Canada. Elle a été introduite en 1971 avec l'espoir qu'elle garantisse les libertés culturelles de tous les Canadiens et toutes les Canadiennes.
La liberté est une valeur canadienne. Je suis quelqu'un qui valorise la liberté, et c'est l'une des raisons pour lesquelles je m'oppose aujourd'hui à ce projet de loi du Bloc québécois.
Je m'oppose toujours aux atteintes à la liberté. C'est pourquoi je suis également contre le projet de loi C-10. Le gouvernement dit que le projet de loi C-10 est pour l'avancement de la diversité, mais, à mon avis, la liberté d'expression est essentielle pour l'avancement de la diversité.
Pour être tout à fait franc, je m'inquiète des conséquences que pourrait avoir sur les minorités religieuses le fait que la Loi sur le multiculturalisme canadien ne s'applique pas au Québec.
Le problème de discrimination contre les minorités religieuses et ethniques existe dans toutes les régions du Canada. Les conservateurs comprennent les différentes compétences que la Constitution procure aux différents paliers de gouvernement, mais nous allons toujours agir selon la compétence fédérale de protéger les droits des minorités.
Maintenant, je pense qu'il est important de reconnaître que le discours sur la question du multiculturalisme est un peu différent au Québec que dans les autres provinces. Étant minoritaires au Canada, il est compréhensible que les Québécois francophones veuillent protéger leur culture et surtout leur langue.
Contrairement à certains députés, mes collègues du Parti conservateur et moi-même reconnaissons que la langue française au Québec est en déclin et qu'il faut s'en occuper. Cependant, contrairement à certains autres députés, je ne crois pas que l'assimilation des communautés minoritaires ou l'opposition à du multiculturalisme soient des réponses efficaces à ce problème.
En fait, de nombreux immigrants qui s'installent au Québec parlent français, notamment ceux d'Haïti, d'Afrique, du Maroc et de l'Algérie, ainsi que ceux des pays du Moyen-Orient, comme le Liban. Toutes ces cultures sont fières de leur français, tout en maintenant des traditions culturelles et religieuses.
Le multiculturalisme peut être un grand avantage pour le Québec afin d'attirer de nouveaux arrivants francophones et, ainsi, d'augmenter la présence francophone en Amérique du Nord.
Je voudrais maintenant aborder brièvement la question de la religion dans ce débat, car cette question est dans le préambule du projet de loi. Je comprends la douleur qui est causée lorsqu'un individu ou une communauté a une expérience négative avec une organisation religieuse et qu'il souhaite marcher aussi loin que possible dans la direction opposée. Toutefois, hypothétiquement, une situation répressive au nom de la laïcité est tout aussi possible et aussi nuisible qu'une situation répressive au nom d'une religion particulière.
À mon avis, la communauté politique devrait mettre l'accent sur la liberté, le pluralisme et le choix en matière de religion, et non sur l'imposition par l'État d'un point de vue particulier sur les questions religieuses ou l'approche des pratiques religieuses. C'est ce qui est vraiment exprimé dans le concept de séparation de l'Église et de l'État, non pas que l'État cherche activement à marginaliser les pratiques de la foi, mais que les gens sont capables de choisir eux-mêmes ce qu'ils croient et comment répondre à ces croyances.
Le multiculturalisme et le pluralisme expriment le désir humain universel d'avoir la liberté de faire ses propres choix et de rechercher la vérité sur les questions fondamentales sans être contrôlé dans ce processus par l'État. Le multiculturalisme est important et ne doit pas se faire au détriment de la riche culture du Québec. Je crois qu'il peut même l'améliorer, surtout en ce qui concerne la langue française et qu'évidemment plus d'immigrants parlent français.
Bien que je sois en faveur de la préservation de la riche culture québécoise, je ne suis pas en mesure d'appuyer un projet de loi qui pourrait mener à l'assimilation culturelle. Il faut travailler à améliorer le multiculturalisme...
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I am now ready to rule on the multiple points of order raised on Friday regarding the time allocation motion for the committee stage of Bill C-10, an act to amend the Broadcasting Act and to make related and consequential amendments to other acts.
Immediately after the motion was moved, the member for Saanich—Gulf Islands asked whether a motion of instruction was not a more appropriate way for the House to direct the work of a committee.
The Assistant Deputy Speaker indicated that the time-allocated motion was in order.
The member for Lethbridge then argued that the time allotted under the terms of the motion was insufficient, as all previous examples of time allocations under Standing Order 78(3) at the committee stage had been up to 10 further hours, while the present motion provided only five additional hours. As the standing order provides that the amount of time allocated may not be less than one sitting day, and since committees do not have standard sitting days the way the House does, she contended that the House should be guided by past practices and allot at least 10 further hours.
The Assistant Deputy Speaker repeated that the motion was in order and that she would return with a more detailed ruling after the 30-minute period for questions and comments.
This was followed by multiple points of order by many members who continued to challenge the admissibility of the motion and the approach the Chair was taking. These continued until the House began Statements by Members, and resumed after question period until the House began Private Members' Business.
There are four points I would like to address in relation to this matter. The first is whether this time allocation motion is in order. The second concerns the manner in which the Chair considers points of order before coming to a decision. The third relates to respect for the Chair's authority. Finally, I would like to address the status of the time allocation motion, on which proceedings were not concluded.
First, it is clear to the Chair that it is possible to move a time allocation motion in relation to the committee stage of a bill. As the member for Lethbridge acknowledged, there are three previous examples of such motions under Standing Order 78(3) for bills before standing or legislative committees, all of which providing for 10 additional hours of study by the said committees. Time allocation was invoked under the terms of Standing Order 78(3)(a) for the purpose of setting a deadline, and I quote:
…in respect of proceedings at the stage at which a public bill was then under consideration either in the House or in any committee…for the purpose of allotting a specified number of days or hours for the consideration and disposal of proceedings at that stage; provided that the time allotted for any stage is not to be less than one sitting day...
The standing order makes no distinction between the stages of a bill, except for the possibility of moving one motion to cover the proceedings at both the report and the third stages. Moreover, while it is possible to allot a specific number of hours or days for the consideration of a stage, the minimum length of time is expressed in sitting days.
The member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan argued that the Chair should look at the times at which committee meetings are normally organized in the course of a day, suggesting that this could be more than 12 hours. An argument could even be made that the usual length of most committee meetings is two hours. Truth be told, while the House is set to meet and to adjourn, this is not the case in committees. Thus, the Chair can only conclude that the intention was indeed to specifically refer to the length of a sitting of the House.
What, then, is the equivalent of a sitting day when a motion is expressed in hours?
In a ruling made on June 18, 2012, a previous Speaker, the member for Regina—Qu'Appelle, offered a historical review on the application of Standing Order 78. In his conclusion, he stated that the average length of time for the consideration of Government Orders in a typical week is approximately 4.7 hours per day, and that accordingly a motion allotting a rounded-up number of five hours was the equivalent of a sitting day. There have been multiple examples of time allocation motions under Standing Order 78(3) allotting five hours for the second reading stage, for report stage and for third reading stage.
For all these reasons, the Chair does not see why the committee stage would be any different. I therefore rule that the motion is in keeping with the requirements of Standing Order 78(3).
The member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan expressed concerns that the motion would prevent him from proposing amendments in committee that he considers important. Indeed, one of the consequences of a time allocation motion may be that certain amendments and arguments will not be presented at the committee stage consideration of a bill. In fact, the Standing Orders provide for such situations. It is not for the Chair to consider the consequences of a motion properly before the House. That is a decision for the House. The Chair's role is limited to determining whether the motion is in order.
The second point I wish to address is the power of the Chair in relation to Points of Order.
Some members argued on Friday that the Chair is required to hear as many points of order as are raised, even equating a failure to do so with censorship or a suspension of the Standing Orders. Certain members also asserted that the Chair is required to give reasons for decisions, and that a failure to do so immediately enables members to continue questioning the Chair’s ruling. This is not the case.
In a ruling given on June 4, 2018, at page 20170 of the Debates, my predecessor, the member for Halifax West, stated, and I quote:
It is well established that when making a case on either questions of privilege or points of order, members are expected to make brief presentations on the issue being raised. The Chair, once satisfied that sufficient information has been given, may inform the member accordingly....
Acting Speaker Devolin explained this well on June 13, 2012, at page 9374 of the Debates, when he stated, “...the floor is not the members' until they choose to stop. The Speaker has a right to terminate that discussion....That is left to the judgment of the Speaker.” This is to say that members do not have unlimited time to speak.
Additionally, once the Speaker has ruled or determined that sufficient information has been presented, it is not in keeping with our practices that members use new points of order, for it can be perceived as undermining and questioning the authority of the Chair.
This makes clear that the Speaker has the authority to decide how long to listen to an intervention in order to ascertain the argument being made. The Speaker can also decide how many points of order to hear on a matter before closing the discussion. Members do not have an unfettered right to raise as many points of order as they want for as long as they want.
I wish to especially insist on this point in the context of our hybrid sittings. By activating their own microphones, members can interrupt the proceedings, cancelling out the audio of the members duly recognized, and making it impossible for the interpreters to do their work. When the Chair has indicated that a decision has been made and the discussion is over, members are expected to respect the statement and not persist in raising points of order.
When considering a point of order, the Chair may rule right away or take the matter under advisement and return with a decision later. However, it is also possible for the Chair to provide an immediate ruling and return with more detailed reasoning at a later time.
For example, on March 21, 2007, Speaker Milliken ruled that an opposition motion on the Notice Paper was out of order, returning with a more detailed explanation as to why on March 29, 2007. An even closer parallel would be on June 12, 2012, when the Deputy Speaker heard several points of order in the middle of the question and comment period on a time allocation motion. She gave a brief ruling at the end of the period, allowing the vote on the motion to proceed, with the Speaker providing a more expansive ruling on July 18, 2012. This is the ruling I referenced earlier about the length of a sitting day. Therefore, it was perfectly acceptable for the Assistant Deputy Speaker to proceed as she did on Friday.
This brings me to my third point, about the need to respect the authority of the Chair. The Speaker is elected by members to apply and enforce the rules that members themselves have adopted to govern the conduct of business in the House. In this, I am assisted by the three other Chair occupants. But to carry out our work, we rely on the support, cooperation and good will of all members.
House of Commons Procedure and Practice, third edition, reminds us, at page 641, that and I quote: “Once the decision is rendered, the matter is no longer open to debate or discussion and the ruling may not be appealed.” It also states, at page 620, and I quote: “Reflections must not be cast in debate on the conduct of the Speaker or other Presiding Officers. It is unacceptable to question the integrity and impartiality of a Presiding Officer.”
The tone of debate has recently taken a turn for the worse. This past week, both sides of the House openly challenged rulings of the Chair. On Friday, derogatory remarks toward the Chair were heard. I recognize that there are moments when tensions run high and when disagreements are strong. However, disregard for our rules and established practices is not only disrespectful to those entrusted with the responsibility of maintaining order and decorum in deciding procedural questions, it is also disrespectful to the House as a whole.
On March 14, 2008, in a similar context, Speaker Milliken said, at page 4183 of the Debates:
Like all Canadians, and indeed all hon. members, I realize and respect that political exigencies often dictate the strategies adopted by parties in the House. However, as your Speaker, I appeal to those to whom the management of the business of the Parliament has been entrusted—the House leaders and the whips of all parties—to take leadership on this matter....I ask them to work together to find a balance that will allow the parties to pursue their political objectives and will permit all members to carry on their work. I am confident that working together in good faith they can come to an agreement that will return us to the equilibrium that our procedures and practices have been designed to protect.
I come now to my final point, which concerns the status of the time allocation motion moved Friday. For the first two decades of their existence, time allocation motions were subject to a two-hour debate. However, since 1991, such motions are no longer subject to debate. In 2001, following a recommendation of the Special Committee on the Modernization and Improvement of the Procedures of the House of Commons, the House instituted a 30-minute question and comment period when a time allocation motion is moved under Standing Order 78(3). The intent of this change was to promote accountability and to require the government to justify its decision. This change did not, however, render a time allocation motion debatable, set down on the Order Paper and carried over from sitting to sitting. It is to be decided forthwith, meaning immediately, that is, during the sitting in which it is moved.
Time allocation motions and closure motions are non-debatable motions where the question is not put on them right away because of the 30-minute question and comment period. What then is to be done when the House cannot complete this period?
The Chair has looked at a variety of precedents. On March 7, 2012, the House began a question and comment period at approximately 5:10 p.m. Proceedings were not interrupted at 5:30 p.m., but instead continued until 30 minutes were completed. On April 30, 2015, the question and comment period was interrupted for the first time in order to proceed to Statements by Members. In so doing, the Acting Speaker stated that he was only doing so as there would be an opportunity to complete the proceedings after Oral Questions. On June 6, 2017, the Speaker interrupted the proceedings at 5:30 p.m. to move to Private Members' Business, but the sitting hours had been extended and there was an opportunity to return to the motion later that day.
In those cases, the House resumed the question and comment period where it had left off, completed it and proceeded to the vote. Friday was the first occasion where the proceedings were interrupted for Private Members' Business and the House had no opportunity to resume the question and comment period before adjourning. In the future, the question and comment period on a time allocation motion or closure motion will only be interrupted if there is an opportunity to conclude proceedings in the same sitting. Where this is not possible, the House will continue with proceedings until a decision is made on the motion.
The Chair's role, as I said earlier, is to apply the rules the House itself has adopted. The House has provided for the time allocation motions on bills, including at committee stage, and has provided that they are to be decided forthwith after a question and comment period of 30 minutes. In the case of this motion, the appropriate notice was given, the form of the motion respects our Standing Orders, the motion was duly moved and seconded and the question and comment period began. So far, six and a half minutes have been used in that period. The appropriate course of action is now to conclude the remaining 23 and a half minutes and then proceed with a vote.
I thank the members for their attention.
Questions and comments.
Je suis maintenant prêt à rendre ma décision sur les multiples rappels au Règlement soulevés vendredi concernant la motion d’attribution de temps pour l’étude en comité du projet de loi C-10, Loi modifiant la Loi sur la radiodiffusion et apportant des modifications connexes et corrélatives à d'autres lois.
Dès que la motion a été proposée, la députée de Saanich—Gulf Islands a demandé si une motion d’instruction ne conviendrait pas davantage pour diriger les travaux du comité.
La vice-présidente adjointe a indiqué que la motion d’attribution de temps était recevable.
La députée de Lethbridge a ensuite fait valoir que le temps alloué par la motion était insuffisant, car dans tous les autres exemples d’attribution de temps en vertu de l’article 78(3) du Règlement à l’étape de l’étude en comité jusqu’à 10 autres heures ont été attribuées, alors que la motion actuelle n’en prévoit que cinq. Étant donné que le Règlement prévoit que le temps attribué ne peut être moindre qu’un jour de séance et que les comités n’ont pas des jours de séance réguliers comme la Chambre, la députée a soutenu que la Chambre devrait s’appuyer sur ce qu’elle a fait dans le passé et allouer au moins 10 autres heures.
La vice-présidente adjointe a répété que la motion était conforme et qu’elle rendrait une décision plus détaillée après la période de questions et d’observations de 30 minutes.
D'autres députés ont alors soulevé de multiples rappels au Règlement et ont continué de contester la recevabilité de la motion et l'approche de la présidence. Cela s'est poursuivi jusqu'aux déclarations de députés et a repris après la période des questions jusqu'à ce que la Chambre passe aux affaires émanant des députés.
J'aborderai quatre points concernant cette affaire. Le premier point portera sur la recevabilité de cette motion d'attribution de temps. Le second traitera de la façon dont la présidence examine les rappels au Règlement avant de rendre une décision. Le troisième point concernera le respect de l'autorité de la présidence. Enfin, je parlerai du statut de la motion d'attribution de temps étant donné que les délibérations à cet égard ne sont pas terminées.
Premièrement, il ne fait aucun doute pour la présidence qu'il est possible d'adopter une motion d'attribution de temps pour un projet de loi à l'étape de l'étude en comité. Comme la députée de Lethbridge l'a signalé, il existe trois exemples de telles motions adoptées en vertu de l'article 78(3) du Règlement pour des projets de loi dont des comités permanents ou législatifs avaient été saisis et, dans tous les cas, 10 autres heures ont été allouées aux comités pour l'étude des projets de loi visés. L'attribution de temps a été invoquée en vertu des dispositions de l'article 78(3)a) dans le but de fixer un délai
relativement aux délibérations à l'étape de l'étude d'un projet de loi d'intérêt public dont la Chambre ou un comité est saisi, [...] aux fins d'attribuer un nombre spécifié de jours ou d'heures aux délibérations à cette étape et aux décisions requises pour disposer de cette étape; cependant, le temps attribué à une étape quelconque ne doit pas être moindre qu'un jour de séance.
L'article du Règlement ne fait aucune distinction entre les étapes d'un projet de loi, si ce n'est la possibilité de proposer une motion pour les délibérations tant à l'étape du rapport qu'à celle de la troisième lecture. Par ailleurs, même s'il est possible d'allouer un nombre précis d'heures ou de jours pour l'étude à une étape donnée, la durée minimale s'exprime en jours de séance.
Le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan a fait valoir que la présidence devrait regarder quand les réunions de comités se tiennent dans le cadre d'une journée, laissant ainsi entendre que cela pouvait s'étendre sur plus de 12 heures. On pourrait aussi faire valoir que la plupart des réunions de comités durent habituellement deux heures. En vérité, la Chambre se réunit et ajourne ses travaux à des heures fixes, ce qui n'est pas le cas des comités. Par conséquent, la présidence ne peut que conclure que l'intention était effectivement de faire référence à la durée d'une séance de la Chambre.
Mais quel est l’équivalent d’un jour de séance lorsqu’une motion parle d’un nombre d’heures?
Dans une décision rendue le 18 juin 2012, un ancien Président, le député de Regina—Qu'Appelle, a présenté un historique de l’application de l’article 78 du Règlement. Dans sa conclusion, il a déclaré que dans une semaine typique, en moyenne 4,7 heures par jour sont consacrées à l’étude des ordres du gouvernement et que, par conséquent, en arrondissant ce nombre à l’heure la plus près, soit cinq heures, on obtient l’équivalent d’un jour de séance aux fins d’une motion. Il existe de multiples exemples de motions d’attribution de temps adoptées en vertu de l’article 78(3) du Règlement qui allouent cinq heures pour l’étape de la deuxième lecture, l’étape du rapport et l’étape de la troisième lecture.
Pour toutes ces raisons, la présidence ne voit pas pourquoi il en serait autrement pour l’étape de l’étude en comité. Je conclus donc que la motion respecte les exigences de l’article 78(3) du Règlement.
Le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan s’est dit préoccupé du fait que la motion l’empêcherait de proposer en comité des amendements qu’il estime importants. Il est vrai qu’une motion d’attribution de temps peut faire en sorte que des amendements et des arguments ne seront pas présentés à l’étape de l’étude d’un projet de loi en comité. En fait, le Règlement prévoit de telles situations. Il n’appartient pas à la présidence d’examiner les conséquences d’une motion dont la Chambre a été saisie de façon appropriée. Cette décision appartient à la Chambre. Le rôle de la présidence se limite à déterminer si la motion est recevable.
Le deuxième point que j’aborderai est le pouvoir de la présidence concernant les rappels au Règlement.
Certains députés ont prétendu vendredi que la présidence était tenue d’entendre autant de rappels au Règlement que les députés en soulevaient, et ont comparé tout manquement à cet égard à de la censure ou à une suspension de l’application du Règlement. Des députés ont aussi affirmé que la présidence devait expliquer ses décisions, à défaut de quoi les députés se trouvaient immédiatement habilités à continuer de remettre en question la décision de la présidence. Ce n’est pas le cas.
Dans une décision rendue le 4 juin 2018, à la page 20170 des Débats, mon prédécesseur, le député de Halifax-Ouest, a déclaré:
Il est bien établi qu'on s'attend à ce que les députés, dans leurs interventions sur des questions de privilège ou des rappels au Règlement, présentent leurs observations de façon succincte. Une fois que la présidence est convaincue qu'elle dispose des renseignements nécessaires, elle peut en informer le député. [...]
Le Président suppléant Devolin l'a bien expliqué le 13 juin 2012, à la page 9374 des Débats: « [...] un député ne peut pas parler aussi longtemps qu'il le désire. La présidence a le droit de mettre fin à la discussion [...] C'est au Président d'en décider, selon son bon jugement. » Autrement dit, les députés n'ont pas un temps de parole illimité.
De plus, il n'est pas conforme à nos usages que, une fois que la présidence a décidé ou a conclu qu'elle disposait de suffisamment d'information, les députés invoquent à nouveau le Règlement, car ils peuvent ainsi donner l'impression de miner ou de mettre en doute l'autorité de la présidence.
Il ressort clairement de cette décision que le Président a le pouvoir de décider pendant combien de temps il doit écouter une intervention pour comprendre l’argument présenté. Le Président peut aussi décider combien de rappels au Règlement il entendra sur une question avant de clore la discussion. Les députés n’ont pas le droit absolu d’invoquer le Règlement autant de fois qu’ils le souhaitent pendant aussi longtemps qu’ils le souhaitent.
Je tiens à insister sur ce point dans le contexte de nos séances hybrides. En activant leurs propres microphones, les députés peuvent interrompre les délibérations, désactiver la fonction audio du député qui a la parole et empêcher les interprètes de faire leur travail. Lorsque la présidence déclare que la décision a été prise et que la discussion est terminée, les députés doivent respecter cette déclaration et ne pas persister à invoquer le Règlement.
Lorsqu’elle examine un rappel au Règlement, la présidence peut rendre une décision sur-le-champ ou prendre l’affaire en délibéré et rendre une décision plus tard. Toutefois, il est aussi possible que la présidence rende immédiatement une décision et qu’elle fournisse des explications plus détaillées à la Chambre par la suite.
Par exemple, le 21 mars 2007, le Président Milliken a statué qu’une motion de l’opposition inscrite au Feuilleton des avis était irrecevable, et il a fourni des explications plus détaillées à la Chambre le 29 mars 2007. Un exemple encore plus semblable au cas qui nous intéresse est survenu le 12 juin 2012 lorsque la vice-présidente a entendu plusieurs rappels au Règlement au milieu de la période de questions et d’observations concernant une motion d’attribution de temps. Elle a rendu une brève décision à la fin de la période, permettant ainsi la tenue du vote sur la motion, et le Président a rendu une décision plus détaillée le 18 juin 2012. Il s’agit de la décision dont j’ai parlé plus tôt concernant la durée des jours de séance. Par conséquent, il était parfaitement acceptable que la vice-présidente adjointe procède comme elle l’a fait vendredi.
Cela m'amène à mon troisième point, à savoir la nécessité de respecter l'autorité de la présidence. Le Président est élu par les députés pour appliquer et faire respecter les règles que les députés ont adoptées eux-mêmes pour régir les travaux de la Chambre. Dans ce rôle, je peux compter sur l'aide des trois autres occupants du fauteuil. Toutefois, pour mener à bien nos travaux, nous comptons sur l'appui, la collaboration et la bonne volonté de tous les députés.
La procédure et les usages de la Chambre des communes, troisième édition, nous rappelle, à la page 641, que lorsque le Président rend sa décision, « [c]ette décision est sans appel et clôt la discussion. » Cet ouvrage prévoit aussi, à la page 620, qu'« [i]l est interdit à quiconque, au cours d'un débat, de critiquer la conduite du Président ou d'autres présidents de séance. Il est inacceptable que l'intégrité et l'impartialité d'un président de séance soient mises en doute [...] »
Dernièrement, le ton des débats s’est détérioré. La semaine dernière, les deux côtés de la Chambre ont ouvertement contesté des décisions de la présidence. Vendredi, des remarques désobligeantes ont été faites à l’endroit de la présidence. Je comprends que la tension est forte par moment et que les désaccords sont profonds. Toutefois, le mépris de nos règles et des pratiques établies constitue un manque de respect non seulement à l’endroit de ceux qui se sont vu confier la responsabilité de maintenir l’ordre et le décorum et de décider des questions procédurales, mais également à l’endroit de la Chambre dans son ensemble.
Le 14 mars 2008, dans un contexte semblable, le Président Milliken a déclaré, à la page 4183 des Débats de la Chambre des communes:
Comme tous les Canadiens et Canadiennes — et certes les députés —, je comprends et j'accepte que les exigences politiques dictent souvent le choix des stratégies adoptées par les partis à la Chambre. Toutefois, en ma qualité de Président, je fais appel à ceux et celles à qui a été confiée la gestion des affaires de ce Parlement — les leaders parlementaires et les whips de tous les partis — pour leur demander de faire preuve de leadership en la matière. […] Je leur demande de travailler en collaboration afin de trouver un équilibre qui permettra aux partis de poursuivre leurs objectifs politiques et aux députés de continuer leur travail. J'ai bon espoir que, en travaillant ensemble dans un esprit de bonne foi, ils pourront parvenir à une entente qui rétablira l'équilibre que nos procédures et usages visent à protéger.
J’arrive maintenant à mon dernier point, soit le statut de la motion d’attribution de temps proposée vendredi. Pendant les deux premières décennies de leur existence, les motions d’attribution de temps ont fait l’objet d’un débat de deux heures. Cependant, depuis 1991, ces motions ne sont plus sujettes à débat. En 2001, à la suite de la recommandation du Comité spécial sur la modernisation et l'amélioration de la procédure à la Chambre des communes, la Chambre a institué une période de questions et d’observations de 30 minutes lorsqu’une motion d’attribution de temps est proposée en vertu de l’article 78(3) du Règlement. Ce changement visait à favoriser la reddition de comptes et à exiger du gouvernement qu’il justifie sa décision. Ce changement n’a cependant pas fait en sorte qu’une motion d’attribution de temps soit assujettie à un débat, inscrite au Feuilleton des avis et reportée d’une séance à l’autre. La décision doit être prise sur-le-champ, c’est donc dire immédiatement, à savoir au cours de la séance où la motion est proposée.
Les motions d’attribution de temps et les motions de clôture sont des motions qui ne peuvent pas faire l’objet d’un débat, bien qu’elles ne soient pas mises aux voix immédiatement en raison de la période de questions et d’observations de 30 minutes qui s’applique. Qu’arrive-t-il donc quand la Chambre ne peut terminer cette période?
La présidence a examiné différents précédents. Le 7 mars 2012, une période de questions et observations a commencé à la Chambre vers 17 h 10. Les délibérations n'ont pas été interrompues à 17 h 30; elles se sont poursuivies jusqu'à ce que les 30 minutes soient écoulées. Le 30 avril 2015, la période de questions et observations a été interrompue pour la première fois afin de passer aux déclarations des députés. Ce faisant, le président suppléant a déclaré qu'il procédait ainsi seulement parce qu'il serait possible de terminer les délibérations après la période des questions. Le 6 juin 2017, le Président a interrompu les délibérations à 17 h 30 pour que la Chambre passe aux affaires émanant des députés, mais les heures de séance avaient été prolongées et il était possible de retourner à la motion plus tard ce jour-là.
Dans ces cas, la Chambre a repris la période de questions et observations là où elle s'était arrêtée, puis elle a terminé cette période et procédé au vote. Les délibérations ont été interrompues pour la première fois vendredi pour passer aux affaires émanant des députés, et la Chambre n'a pas eu l'occasion de reprendre la période de questions et observations avant d'ajourner. À l'avenir, la période de questions et observations concernant une motion d'attribution de temps ou une motion de clôture sera interrompue seulement si la Chambre peut conclure les délibérations le même jour de séance. Si cela n'est pas possible, la Chambre poursuivra les délibérations jusqu'à ce qu'une décision soit prise sur la motion.
Le rôle de la présidence, comme je l’ai dit plus tôt, consiste à appliquer les règles que la Chambre a elle-même adoptées. La Chambre a prévu que des motions d’attribution de temps peuvent s’appliquer à des projets de loi, y compris à l’étape de l’étude en comité, et elle a prévu que ces motions doivent être mises aux voix après une période de questions et d’observations de 30 minutes. En l’espèce, l’avis approprié a été donné, le libellé de la motion est conforme au Règlement, la motion a été dûment proposée et appuyée, et la période de questions et d’observations est commencée. Jusqu’à présent, six minutes et demie de cette période ont été utilisées. Il convient maintenant de conclure les 23 minutes et demie qui restent et de procéder au vote.
Je remercie les députés de leur attention.
Questions et observations.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-07 12:20 [p.8003]
Mr. Speaker, I rise on a point of order. I do apologize, but reflecting on the events of the day in question, first, I wish to thank you for the clarity you provided. I was the first to rise on a point of order, because, as the motion was read out, and based on the quick research I was able to do before we began, it seemed to me that the motion was not in conformity with the Standing Orders for a motion to instruct a committee. However, I did immediately accept the Speaker's ruling.
The difficulty before us, Mr. Speaker, if you check the record, is that I do not believe we can say six and a half minutes elapsed, because I was not able to hear anything from the questions or the comments that were being put to the hon. minister. I respectfully think we should restart the clock with the full 30 minutes, because this is a rather important matter. There are important motions that the hon member for Nanaimo—Ladysmith has before the committee in clause by clause.
The effect of passing this motion on Bill C-10 may be to pre-empt putting forward important amendments that could improve the bill. I do think it requires a full debate. I do not wish to dispute anything you have said, but I think, if you check the record, we did not have six and a half minutes of usable, comprehensible questions and answers.
J'invoque le Règlement, monsieur le Président. Je vous remercie d'avoir apporté des éclaircissements au sujet des événements en question. J'ai été la première à invoquer le Règlement parce que, lorsque la motion a été lue à haute voix et selon la brève recherche que j'ai été en mesure de faire avant le début de la séance, il m'a semblé que la motion n'était pas conforme aux dispositions du Règlement concernant les motions d'instruction. Toutefois, j'ai immédiatement accepté la décision de la présidence.
Le problème, monsieur le Président, c'est que, si vous vérifiez le compte-rendu, je ne crois pas que vous constaterez que six minutes et demie se sont écoulées, car je n'ai entendu aucune question ni aucune observation adressée au ministre. Je propose respectueusement que nous fassions repartir le chronomètre à zéro pour que nous ayons une période entière de 30 minutes, car il s'agit d'une affaire importante. Le député de Nanaimo—Ladysmith a présenté d'importantes motions au comité dans le cadre de l'étude article par article.
Adopter cette motion d'attribution de temps sur le projet de loi C-10 pourrait avoir comme conséquence que nous ne puissions pas examiner d'importants amendements susceptibles d'améliorer le projet de loi. Je crois sincèrement qu'il serait nécessaire de tenir un débat exhaustif. Je ne veux pas remettre en question ce que vous venez de dire, mais, à mon avis, si vous consultez le compte-rendu, vous constaterez que nous n'avons pas bénéficié de six minutes et demie pour poser des questions utiles et compréhensibles et obtenir des réponses pertinentes.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I do rely on the information that is given to me by the table, and they do keep track of time. If the member does not mind, I will consult with the table for a moment before making a decision on that.
I want to thank the hon. member for Saanich—Gulf Islands, but a decision has been made and, in all fairness, it was done with the information we have. It is final and we will continue.
Je me fie à l'information qui m'est donnée par le Bureau, qui s'occupe de surveiller le temps. Si la députée n'y voit pas d'inconvénient, je vais consulter le Bureau à l'instant avant de prendre ma décision.
J'aimerais remercier la députée de Saanich—Gulf Islands, mais une décision a été prise, et ce, en toute équité, avec l'information à notre disposition. Cette décision est définitive et nous allons poursuivre nos travaux.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-06-07 12:22 [p.8004]
Mr. Speaker, since coming to power, the government keeps saying over and over again that committees are independent and the government can never interfere with a committee. This government motion means that it recognizes the existence of the standing order that has been used on three occasions. The government is using its power to interfere directly in the work of committees, although it keeps saying the opposite. It is odd that some opposition parties agree with the government on the issue of closure, since that is what we are talking about now. The government wants to muzzle parliamentarians. The fact that some opposition parties are okay with this is beyond comprehension.
I remember when I was at the National Assembly, I was advocating for stricter measures regarding the red squares, but I denounced the fact that we were put under a gag order. That was why I even suggested that question period be suspended so that the premier could go and speak with the student leaders who had come to the National Assembly.
My question to the government is very simple. Why invoke closure on a bill that clearly attacks freedom of expression?
Monsieur le Président, depuis qu'il est en poste, le gouvernement ne cesse de répéter que les comités sont indépendants et que jamais le gouvernement ne peut intervenir dans un comité. Or, cette motion du gouvernement fait qu'il reconnaît justement l'existence du Règlement qui a été utilisé à trois reprises. Le gouvernement utilise son pouvoir pour intervenir directement dans le travail des comités, alors qu'il dit toujours le contraire. C'est curieux de voir que des partis de l'opposition sont d'accord avec le gouvernement sur une question de bâillon, puisque c'est ce dont il est question actuellement. On veut museler le temps de parole des parlementaires. Or, que des partis de l'opposition soient d'accord là-dessus dépasse l'entendement.
Je me rappelle que, quand j'étais à l'Assemblée nationale, j'étais en faveur des mesures plus strictes concernant les carrés rouges, mais je dénonçais le fait qu'on ait eu affaire à un bâillon. C'est pour cela que j'avais même suggéré qu'on interrompe la période des questions pour que le premier ministre puisse aller parler avec les leaders étudiants qui étaient justement à l'Assemblée nationale.
Ma question au gouvernement est fort simple. Pourquoi utiliser un bâillon sur un projet de loi qui, à sa face même, attaque la liberté d'expression?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I would like to thank my hon. colleague for his question. I will remind him that the motion is before the House and that it is the House of Commons, and not the government, that will make the decision.
Why did we proceed in this fashion? I tried to answer this question last week, but I will try again. During the first four Standing Committee on Canadian Heritage meetings where Bill C-10 was being studied, the committee made it through 79 amendments. In the 11 subsequent meetings, when the Conservative Party began filibustering, the committee was only able to review and vote on seven amendments. If the committee can resume its initial pace, there is ample time to get through all of the amendments still before it.
Monsieur le Président, je remercie mon honorable collègue de sa question. Je lui rappellerai que cette motion est devant la Chambre et que c'est la Chambre des communes, et non le gouvernement, qui en décidera.
Pourquoi avoir fait cela? J'ai bien tenté de m'exprimer la semaine dernière sur cette question, mais je vais me permettre de réitérer ce que j'essayais de dire la semaine dernière. Pendant les quatre premières rencontres du Comité permanent du patrimoine canadien où on a commencé l'étude du projet de loi C-10, le Comité a été capable de passer à travers 79 amendements. Durant les 11 rencontres suivantes où le Parti conservateur a commencé à faire systématiquement de l'obstruction, seulement sept amendements ont été étudiés et votés. Si le Comité reprend le rythme qu'il avait au début, il reste amplement de temps pour passer à travers tous les amendements qui sont encore devant le Comité.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, back in 2015, I recall the Liberals saying that they would change practices, that they be more open in Parliament and allow for more of the fulsome debate that they saw being denied under the former Harper government. It is important to note that this manoeuvre that the government has put into place is something that even the Harper government did not try. We are talking about new ground with respect to not allowing the kind of debate that is so important.
I will be voting against this closure motion, because it would not allow the appropriate fixes to be made to the bill. When we look at it, the reality is that this has been a communications disaster. The minister has not clearly communicated, he has contradicted himself and has badly explained parts of the bill.
Is that not the real reason the Liberals are invoking this unprecedented closure motion? Is it not because the communications around Bill C-10 have been a disaster?
Monsieur le Président, je me souviens que les libéraux ont dit en 2015 qu'ils changeraient les pratiques, qu'ils seraient plus ouverts au Parlement et qu'ils permettraient à la Chambre de tenir les débats approfondis qui étaient refusés sous l'ancien gouvernement Harper. Il est important de noter que même le gouvernement Harper n'a pas tenté la manœuvre que le gouvernement a utilisée. C'est du jamais vu pour ce qui est d'interdire des débats extrêmement importants.
Je voterai contre la motion de clôture, car elle ne permettrait pas d'apporter les corrections appropriées au projet de loi. En réalité, quand on examine la situation de plus près, on voit qu'il s'agit d'un désastre en matière de communications. Le ministre n'a pas communiqué clairement, il s'est contredit et a mal expliqué certaines parties du projet de loi.
N'est-ce pas la véritable raison pour laquelle les libéraux invoquent cette motion de clôture sans précédent? N'est-ce pas parce que les communications liées au projet de loi C-10 ont été un désastre?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague for his question. I have a lot of respect for him but, in all honesty, I am a little surprised by the NDP's position on this matter.
Thousands of artists across the country signed a petition. The signers include francophone artists, anglophone artists, indigenous artists, and artists from racialized communities, as well as cultural organizations like the Canadian Independent Music Association, which testified before the Standing Committee on Canadian Heritage. Like many other organizations, CIMA, which is headed by a former member of the NDP, is asking that we pass Bill C-10 as soon as possible.
However, the NDP is siding with the Conservatives to deprive artists of $70 million a month. I never thought I would see such a thing. I am speechless.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question. J'ai beaucoup de respect pour lui, mais, en toute honnêteté, je suis un peu sidéré par la position du NPD dans ce dossier.
Plusieurs milliers d'artistes d'un bout à l'autre du pays ont signé une pétition: francophones, anglophones, autochtones ou issus de communautés racialisées, sans oublier les organisations culturelles. Je pense notamment à la Canadian Independant Music Association, venue témoigner au Comité permanent du patrimoine canadien. Comme beaucoup d'autres organisations, cette association, pilotée par un ancien membre du NPD, demande l'adoption du projet de loi C-10 le plus rapidement possible.
Or, le NPD est en train de s'associer aux conservateurs pour priver les artistes de 70 millions de dollars par mois, ce que je n'aurais jamais cru voir. Je suis sans mot.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-06-07 12:27 [p.8004]
Mr. Speaker, using time allocation to speed up our work is a drastic measure that should be used sparingly.
However, it was the right choice for Bill C-10. Dozens of amendments have been adopted. The Bloc Québécois critic was extremely effective and had several amendments adopted that greatly improved this bill.
We cannot allow the Conservatives to block this bill and jeopardize the future of our cultural sector. It is important because every week spent debating represents the loss of millions of dollars. Quebec's cultural sector and Quebeckers are calling for this bill to be passed before the end of the session. That is why we agreed to proceed in this way.
I have a simple question for the Leader of the Government in the House of Commons. Should time allocation motions continue to be used only in exceptional circumstances?
Monsieur le Président, une motion d'attribution du temps pour accélérer des travaux n'est pas quelque chose d'anodin et il faut que cela reste rarissime.
Dans le cas du projet de loi C-10, cependant, il fallait procéder ainsi. Plusieurs dizaines d'amendements ont été adoptés. Le porte-parole du Bloc québécois a été extrêmement efficace et a fait adopter plusieurs amendements qui ont amélioré grandement ce projet de loi.
On ne peut pas laisser les conservateurs bloquer ce projet de loi et mettre en péril l'avenir de notre milieu culturel. C'est important, car chaque semaine passée à discuter signifie la perte de millions de dollars. Le milieu culturel québécois le demande, tout comme les Québécois: ce projet de loi doit être adopté avant la fin de la session. C'est pour cela que nous avons accepté de procéder ainsi.
J'ai une question simple qui s'adresse au leader du gouvernement à la Chambre des communes. Les motions d'attribution du temps ne doivent-elles pas toujours demeurer une mesure exceptionnelle?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague for the question. I completely agree with him on the significant support for this bill in Quebec and across the country. In Quebec, the National Assembly unanimously called for the adoption of Bill C-10, deeming it a major step forward for the artistic and cultural sector.
To quickly answer my hon. colleague's question, I think that time allocation motions remain exceptional measures that we use in exceptional circumstances.
Monsieur le Président, je remercie mon honorable collègue de sa question. Je suis tout à fait d'accord avec lui sur l'appui important que ce projet de loi a reçu au Québec notamment, mais aussi partout au pays. Au Québec, l'Assemblée nationale a demandé d'une voix unanime l'adoption du projet de loi C-10, jugé être une avancée importante pour le secteur artistique et culturel.
Pour répondre rapidement à la question de mon honorable collègue, je pense effectivement que le recours à une motion d'attribution du temps demeure une mesure exceptionnelle que nous utilisons dans des circonstances exceptionnelles.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-07 12:29 [p.8005]
Mr. Speaker, to the hon. minister, this is offensive to intrude on committee work. We have a fiction in this place that the committee is the master of its own destiny. It is increasingly a fiction from the day when, in the previous government, Stephen Harper instructed that every committee pass an identical motion that affected people such as members of Parliament in unrecognized parties, such as all Greens and independents, in that we were coerced to show up in committee 48 hours before clause-by-clause began. That process made a mockery of the notion that committee is the master of its own destiny and its own work. This intervention is another offence to this notion. This is the first time in more 20 years that this particular standing order was been utilized to get a committee to report back more quickly than it is normally able to do.
I do think that these principles matter. The irony here is that the hon. member for Nanaimo—Ladysmith who, within the Green caucus, carries the work on Bill C-10 and has done a tremendous amount of work, is right now in clause-by-clause in the heritage committee on Bill C-10 and cannot be here to defend his right to put forward every single amendment that we have worked on so hard.
I am sorry, but we have a bit of an interference—
Monsieur le Président, je tiens à souligner au ministre qu'il est choquant d'intervenir dans les travaux des comités. Nous avons l'illusion dans cette enceinte que les comités sont maîtres de leur destin et de leurs travaux, ce qui était déjà farfelu depuis la demande de Stephen Harper, sous le gouvernement précédent, à tous les comités d'adopter la même motion touchant entre autres les députés des partis non reconnus, comme tous les verts et les indépendants, et les obligeant à se présenter au comité 48 heures avant le début de l'étude article par article. Ce processus a tourné en dérision le principe de la pleine autonomie des comités, et cette intervention est un nouvel outrage à ce principe. C'est la première fois en plus de 20 ans que cet article du Règlement est utilisé pour obliger un comité à présenter son rapport plus rapidement qu'il ne serait normalement en mesure de le faire.
J'estime que ces principes sont importants. Il est pour le moins ironique que le député de Nanaimo—Ladysmith, qui, au sein des verts, est chargé du projet de loi C-10 et a effectué un travail colossal, soit actuellement retenu au comité du patrimoine par l'étude article par article du projet de loi C-10 et ne puisse pas être là pour défendre son droit de proposer les amendements sur lesquels nous avons travaillé si assidûment.
Je suis désolée, mais il y a une légère interférence...
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-07 12:31 [p.8005]
Mr. Speaker, I sympathize enormously with the position the minister finds himself in. I was very uncomfortable moments ago in the ethics committee with how rudely he was being treated. It is inappropriate. However, for all of us in this place to operate with decorum and with respect for one another, this kind of motion on time allocation will do real damage to this place, not just today, not just tomorrow, but in the coming years, when we will find this used more and more to whip committees into shape. I ask the minister to think again and step back.
Monsieur le Président, je sympathise énormément avec le ministre en raison de la situation qu'il vit. La façon dont il a été traité il y a quelques instants au comité de l'éthique était inappropriée et m'a rendue mal à l'aise. Cependant, nos travaux doivent se dérouler selon un certain décorum et dans le respect de chacun. Or ce genre de motion d'attribution de temps cause du tort à la Chambre à court, moyen et long termes, parce qu'on verra qu'elle sera de plus en plus utilisée dans les années à venir pour faire rentrer dans le rang les comités. Je demande au ministre d'y penser et de faire marche arrière.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, the hon. member knows of the friendship and admiration I have for her. I respectfully disagree.
Frankly, it is not about me, it is not about how rude some Conservative Party committee members have been either in the House or in committee, it is about artists. Every month that passes, we deprive our artists, musicians and technicians across the country of $70 million, every single month. Why? It is because we want some of the wealthiest companies in the world to pay their fair share. I just do not understand. Yes, it is an extraordinary measure, but these are extraordinary circumstances.
Monsieur le Président, la députée sait toute l'amitié et l'admiration que j'ai pour elle. En tout respect, je ne suis pas d'accord avec elle.
Honnêtement, la question n'est pas de savoir comment je me sens ni de dénoncer l'impolitesse de certains conservateurs membres du comité, que ce soit à la Chambre ou au comité; ce qui compte, ce sont les artistes. Chaque mois qui passe, nous privons les artistes, les musiciens et les techniciens de partout au pays de 70 millions de dollars. Pourquoi? Parce qu'il faut que des entreprises qui sont parmi les plus riches de la planète versent une part équitable. Je ne comprends pas. Oui, il s'agit d'une mesure extraordinaire, mais nous vivons des circonstances extraordinaires.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it is quite absurd for the minister to suggest the only way he can help artists is by attacking freedom of speech. One of the problems with the debate that has happened on this bill at committee and elsewhere is that the minister has, frankly, not been able to answer some critical questions about the nature of the bill. We can understand why Canadians continue to have more questions when the minister is not answering them.
One question was asked of the minister by one of my colleagues, and I will re-ask it. Does the government give the CRTC the power to regulate social media algorithms through this bill? Many experts have said, yes, it does. When I asked this question at committee, the minister said it is not a “yes” and it is not a “no”. What is it, then?
I will ask the minister again because it is very important for Canadians looking at this bill and coming to conclusions. Is the government giving the CRTC the power to regulate social media algorithms through this bill?
Monsieur le Président, il est tout à fait absurde que le ministre laisse entendre que la seule façon dont il peut aider les artistes, c'est en s'attaquant à la liberté d'expression. L'un des problèmes du débat consacré à cette mesure législative, au comité et ailleurs, c'est que le ministre n'a tout bonnement pas été en mesure de répondre à certaines questions cruciales sur la nature du projet de loi. Nous comprenons pourquoi les Canadiens se posent encore des questions; c'est parce que le ministre ne leur donne pas de réponses.
Je voudrais relancer une question qu'un de mes collègues a déjà posée au ministre. Le gouvernement donne-t-il au CRTC le pouvoir de réglementer les algorithmes des médias sociaux par l'entremise du projet de loi? De nombreux experts ont répondu par l'affirmative. Lorsque je lui ai posé cette question devant le comité, le ministre a répondu que ce n'était ni un « oui » ni un « non ». Qu'est-ce que c'est, alors?
Je vais donc poser de nouveau la question au ministre, car c'est très important pour les Canadiens qui examinent le projet de loi afin de leur permettre d'en tirer des conclusions. Le gouvernement donne-t-il au CRTC le pouvoir de réglementer les algorithmes des médias sociaux par l'entremise du projet de loi?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I will use an analogy which my hon. colleague may understand. What we are interested in is the vehicle, the car, preferably electric, and how fast it can go. We are not particularly interested in what is happening under the hood.
Monsieur le Président, je vais utiliser une analogie que mon collègue comprendra peut-être. Ce qui nous intéresse, c'est la voiture — de préférence, une voiture électrique — et la vitesse à laquelle elle peut rouler, et non pas tellement ce qui se passe sous le capot.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-07 12:34 [p.8005]
Mr. Speaker, honestly, it is very unfortunate that it has come to this. We have been working on Bill C-10 in committee for months. Things have been going well for months. Actually, I should say things had been going well for months.
There was goodwill from all parties to move forward on this bill. Everyone agrees that it was not perfect at the start, but once we begin working on a bill in committee, we agree to move forward and improve it. That has not been the case for several weeks. In committee, our Conservative friends have been filibustering on the somewhat false basis that the bill could potentially violate freedom of expression.
Recently, on Tout le monde en parle, Quebec's most-watched Sunday program, the Minister of Canadian Heritage said that the cultural sector was losing about $70 million a month without this law. I do not know if the cultural sector is losing $30 million, $50 million, $70 million or $100 million a month without this law, but it has been on the losing end for years since the digital giants entered the market.
We must revisit, review and revamp this act, which is over 30 years old. We must pass Bill C-10. The Quebec National Assembly is unanimous on this. The time for games is over. We must move forward and work on this bill with all the goodwill we can muster.
How long does the minister think we will need to wait before passing a bill like Bill C-10 for our cultural community?
Monsieur le Président, honnêtement, c'est très malheureux que nous en arrivions là. Cela fait des mois que nous travaillons sur le projet de loi C-10 en comité. Cela fait des mois que cela va bien. En fait, je devrais dire que cela allait bien pendant des mois.
Il y avait une bonne volonté de la part de tous les partis de faire avancer le projet de loi. Tout le monde convient qu'il était imparfait au départ, mais une fois que l'on s'engage à travailler sur un projet de loi en comité, on accepte de le faire progresser et de l'améliorer. Or ce n'est plus le cas depuis plusieurs semaines. En comité, nos amis du Parti conservateur ont fait de l'obstruction, sur la base un peu faussement énoncée d'une atteinte possible à la liberté d'expression.
Récemment, à Tout le monde en parle, la grande messe du dimanche au Québec, le ministre du Patrimoine a dit que le milieu culturel perdait environ 70 millions de dollars par mois en l'absence de cette loi. Je ne sais pas si le milieu culturel perd 30 millions, 50 millions, 70 millions ou 100 millions de dollars par moi en l'absence de cette loi, mais il perd depuis des années, à cause de l'arrivée sur le marché des géants du numérique.
Il faut revisiter, revoir et rénover cette loi, qui date de plus de 30 ans. On doit adopter le projet de loi C-10. L'Assemblée nationale du Québec est unanime à cet égard. Les jeux sont terminés: on doit aller de l'avant et l’on doit travailler sur ce projet de loi avec toute la bonne volonté possible.
Selon le ministre, combien de temps peut-on encore attendre avant d'adopter un projet de loi comme le projet de loi C-10 pour le milieu culturel?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague for his question.
He referred to an estimate put forward in committee by Canadian Heritage about the expected outcomes in terms of funding for the arts and culture sector from web giants. This would be around $830 million per year. If we do the math, we see that that is where the $70 million that the sector loses per month comes from.
I could not agree with him more that Bill C-10 must be passed as quickly as possible. That is what the cultural communities in Quebec and across the country are asking us to do. That is what the Quebec National Assembly wants, and that is what the majority of Canadians want too.
Monsieur le Président, je remercie mon honorable collègue de sa question.
Il a fait référence à une estimation que Patrimoine canadien a présentée, notamment en comité, sur les résultats escomptés relativement au financement du secteur culturel et artistique par les géants du Web. Cela tournerait autour de 830 millions de dollars par année. Si l'on fait le calcul, on voit que les 70 millions de dollars perdus par le secteur par mois proviennent de là.
Je suis tout à fait d'accord avec lui: il faut que le projet de loi C-10 soit adopté le plus rapidement possible. C'est ce que nous demande le milieu culturel au Québec et partout ailleurs au pays. C'est ce que nous demande l'Assemblée nationale. C'est aussi ce que demande la majorité des Canadiens et des Canadiennes.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I think it is too bad that it has come to this.
It all started with a botched bill, a job half done. It seems as though the Liberal government wants to continue to do things halfway when there are 34 important amendments left to consider.
The Minister of Canadian Heritage spoke about the importance of making web giants contribute. We agree with the principle of that. In fact, we voted in favour of the bill at second reading. That is not the issue.
We are currently debating the use of a gag order to deprive parliamentarians of their right to continue the work in committee. That is what we are talking about right now, not the principle of the bill or the contribution of web giants to help artists. Is there a reason this approach has been used only three times in this country's entire history?
Even Stephen Harper's Conservatives never dared to muzzle parliamentarians in this way. Why did the government reject the NDP's proposal to continue the work in committee so that we can correct and fix this bill?
Monsieur le Président, je trouve dommage que nous en soyons arrivés là.
Tout a commencé avec un projet de loi bâclé, avec du travail fait à moitié. On dirait que le gouvernement libéral veut que l'on continue à faire le travail à moitié alors qu'il reste 34 amendements importants à étudier.
Le ministre du Patrimoine canadien parle de l'importance d'amener les géants du Web à contribuer. Nous sommes d'accord sur le principe. Nous avons d'ailleurs voté en faveur du projet de loi en deuxième lecture. La question n'est pas là.
Le débat, en ce moment, porte sur l'utilisation d'un bâillon pour mettre fin au droit des parlementaires de poursuivre le travail en comité. C'est de cela que nous parlons en ce moment; pas du principe du projet de loi et de la contribution des géants du Web pour les artistes. Comment se fait-il que cette technique n'ait été utilisée que trois fois dans toute l'histoire du pays?
Même les conservateurs de Stephen Harper n'ont jamais osé bâillonner les parlementaires de cette façon. Pourquoi le gouvernement a-t-il refusé la proposition du NPD de poursuivre les travaux en comité afin d'être capable de corriger et de réparer ce projet de loi?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, what we are hearing from the NDP is rather astounding given that ADISQ, the Coalition for the Diversity of Cultural Expressions, the Union des artistes and many other organizations want this bill to pass quickly, saying that it is a good bill. The Quebec National Assembly has said that Bill C-10 should pass because it is a good bill.
The NDP is saying that it knows the subject better than anyone and that Bill C-10 is a bad bill. It is rather astounding. I would have expected that from the Conservatives, but I am amazed to hear it from the NDP.
If the committee can resume the same pace as before, there is ample time for it to adopt all the amendments presented, if it so chooses.
Monsieur le Président, ce que nous entendons de la part du NPD est quand même incroyable alors que l'ADISQ, la Coalition pour la diversité des expressions culturelles, l'Union des artistes et plusieurs autres demandent l'adoption rapide du projet de loi en disant que c'est un bon projet de loi. L'Assemblée nationale du Québec dit qu'il faut adopter le projet de loi C-10, car c'est un bon projet de loi.
Le NPD nous dit qu'il connait le sujet mieux que tout le monde et que ce projet de loi C-10 n'est pas bon. C'est quand même incroyable. J'aurais compris que les conservateurs fassent cela, mais je n'en reviens simplement pas que le NPD le fasse.
En reprenant le rythme qu'il avait au début, il reste au comité amplement de temps pour lui permettre d'adopter tous les amendements présentés, s'il le veut bien.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-06-07 12:38 [p.8006]
Mr. Speaker, yesterday was D-Day and Canadian men and women fought and died for the rights and freedoms that we are talking about today, including the freedom of speech. The minister is taking away not just the individual freedoms to post what people want, but in addition, shutting down debate here in Parliament and now infringing upon committees' rights.
Does he not appreciate the fact that people won these freedoms with their lives? Why is he trying to erode the freedoms and rights of individuals of Parliament and of the committees?
Monsieur le Président, hier, c'était l'anniversaire du jour J. Des Canadiennes et des Canadiens se sont battus et sont morts pour défendre les droits et libertés dont nous parlons aujourd'hui, y compris la liberté d'expression. Le ministre veut non seulement priver les Canadiens des libertés individuelles qui leur permettent de publier tout ce qu'ils veulent, mais aussi couper court au débat au Parlement, et maintenant, il veut empiéter sur les droits des comités.
N'est-il pas conscient que des gens ont payé de leur vie pour que nous puissions jouir de ces libertés? Pourquoi cherche-t-il à éroder les droits et libertés des parlementaires et des comités?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, the member opposite and the Conservative Party of Canada know full well that Bill C-10 has nothing to do with content moderation and what people can and cannot post online. In fact, professional independent civil servants from the Department of Justice, including the deputy minister, came to committee to testify to that effect.
It looks to me like the Conservative Party is continuing to mislead Canadians deliberately or unwillingly. I do not understand. It is simply not true. I do not understand why the Conservative Party would not want to force Google, one of the wealthiest companies in the world, to pay its fair share for Canadian artists.
Monsieur le Président, la députée d'en face et le Parti conservateur savent parfaitement que le projet de loi C-10 n'a rien à voir avec la modération du contenu ni avec ce que les gens peuvent ou ne peuvent pas publier en ligne. C'est d'ailleurs ce qui ressort des témoignages des fonctionnaires professionnels et indépendants du ministère de la Justice qui ont comparu devant le comité, y compris la sous-ministre.
Il me semble que le Parti conservateur continue d'induire les Canadiens en erreur, que ce soit de manière délibérée ou non. Je ne comprends pas pourquoi. Ce qu'il affirme est tout simplement faux. Je ne comprends pas pourquoi le Parti conservateur ne voudrait pas obliger Google, l'une des entreprises les plus riches du monde, à payer sa juste part pour les artistes canadiens.
View Caroline Desbiens Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, let me just say how very proud I am of my leader, my colleague from Drummond and their position on Bill C-10.
I did not get into politics because of partisanship. I got into politics because I want to serve the people of Quebec and because I love our culture and the French language. I do not like partisan games. I have no interest in that. What I want is what is best for the people I serve.
What my colleague and my leader did was to put the best interests of Quebec culture ahead of partisanship. I think that is incredibly noble, and I applaud them for it.
I know closure is never a good thing. However, given that the people in the arts and culture sector who are suffering and who have been calling for this legislation for so many years are my friends, I cannot help but applaud the Bloc Québécois's position.
Does the government acknowledge that the Bloc Québécois has done excellent work in committee to improve the broadcasting bill and ensure it gets passed?
Monsieur le Président, je veux affirmer d'ores et déjà que je suis très fière de mon chef, de mon collègue de Drummond et de leur position en ce qui a trait au projet de loi C-10.
Ce qui m'a menée en politique, ce n'est pas la partisanerie, mais le désir de servir le peuple québécois et mon amour pour la culture et la langue française. Je n'aime pas les joutes partisanes. Cela ne m'intéresse pas. Ce que je veux, c'est le meilleur pour les gens que je sers.
Ce qu'ont fait mon collègue et mon chef, c'est faire passer les intérêts de la culture québécoise avant la partisanerie. Je trouve cela d'une noblesse incroyable et je leur dis bravo.
Je sais que le bâillon n'est jamais une bonne chose. Toutefois, dans la mesure où les gens dans le domaine des arts et de la culture qui souffrent et qui réclament cette loi depuis tant d'années sont mes amis, je ne peux faire autrement que saluer la position du Bloc québécois.
Le gouvernement reconnaît-il l'excellence du travail du Bloc québécois en comité pour la bonification du projet de loi sur la radiodiffusion et pour son éventuelle adoption?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for her question. I almost thought she was going to congratulate the Department of Canadian Heritage for its excellent work, but maybe next time.
She is quite familiar with the realities of artists since she is part of the arts and culture community. Who in Quebec could forget Pierre Lapointe's strong statement a few years ago pointing out how platforms like Spotify and YouTube pay our artists hardly anything?
That is exactly what we want to address with Bill C-10. We want these huge multinational corporations to pay their fair share. We are not asking them to do more than everyone else. We are simply asking them to pay their fair share, as Canadian broadcasters already do.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question. Je me suis presque pris à espérer qu'elle félicite le ministre du Patrimoine canadien pour son excellent travail, mais ce sera peut-être pour une autre fois.
Je pense qu'elle connait bien la réalité des artistes, étant elle-même du milieu culturel et artistique. Qui ne se souvient pas au Québec de la déclaration de Pierre Lapointe, faite avec force il y a quelques années et rappelant à quel point les plateformes comme Spotify et YouTube ne paient que des miettes à nos artistes?
C'est exactement ce à quoi nous voulons nous attaquer avec le projet de loi C-10. Nous voulons que ces grandes entreprises multinationales contribuent à leur juste part. Nous ne leur demandons pas d'en faire plus que les autres, mais seulement de faire leur juste part d'efforts, comme le font déjà les radiodiffuseurs canadiens.
View Lenore Zann Profile
Lib. (NS)
View Lenore Zann Profile
2021-06-07 12:41 [p.8007]
Mr. Speaker, I want to say congratulations to the Minister of Heritage because I, as a former artist for 33 years of my life, say good on him and I thank him so much. This is exactly what artists across Canada need. We just had the Juno awards last night and saw how much great talent there is in this beautiful country. As a former actor, I can say the actors union is behind this. We are all behind this. We are cheering the minister on and we want to get this passed as quickly as possible.
Could the minister please expand on why it is so important to get this done now?
Monsieur le Président, j'aimerais féliciter le ministre du Patrimoine car, à titre d'ancienne artiste ayant consacré 33 ans de ma vie au domaine artistique, je dis que le travail qu'il réalise dans ce dossier est tout à son honneur et je l'en remercie énormément. Ce projet de loi est exactement ce dont ont besoin les artistes canadiens. Pas plus tard qu'hier soir, les prix Juno ont été décernés, et nous avons pu constater tout le talent dont regorge ce beau pays. En tant qu'ancienne actrice, je peux dire que le syndicat des artistes professionnels appuie le projet de loi. Nous l'appuyons tous. Nous encourageons le ministre et réclamons l'adoption du projet de loi dans les plus brefs délais.
Le ministre pourrait-il expliquer pourquoi il est si important de prendre ces mesures maintenant?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, since the last time the Broadcasting Act was reformed, we have seen the important and ever-increasing role of platforms on the television, movie and certainly on the music side of things. Our laws and regulations simply have not adapted to this new environment, which is costing our artists, musicians and technicians tens of millions of dollars every year. Bill C-10 aims specifically at correcting this so we can continue to have a thriving artistic and cultural ecosystem in Canada.
Monsieur le Président, depuis la dernière réforme de la Loi sur la radiodiffusion, nous voyons le rôle important et toujours croissant que jouent les plateformes dans le domaine de la télévision, du cinéma et, certainement, de la musique. Nos lois et nos règlements ne se sont tout simplement pas adaptés à ce nouvel environnement, ce qui coûte à nos artistes, à nos musiciens et à nos techniciens des dizaines de millions de dollars chaque année. Le projet de loi C-10 vise précisément à corriger cela pour que nous puissions continuer d'avoir un écosystème artistique et culturel florissant au Canada.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I would like to follow up on my earlier question, which was bizarrely not answered, which again reveals the problem here. The government is eager to shut down debate and cannot answer basic questions about what the bill does.
Is the government seeking, through Bill C-10, to give the CRTC the power to regulate social media algorithms, yes or no?
Monsieur le Président, je voudrais revenir sur ma question précédente, qui est restée étrangement sans réponse, ce qui est une fois de plus un indicateur du problème que nous rencontrons. Le gouvernement est impatient de couper court au débat et ne peut pas répondre à des questions basiques sur les conséquences du projet de loi.
Par l’entremise du projet de loi C-10, le gouvernement donne-t-il au CRTC le pouvoir de réglementer les algorithmes des réseaux sociaux, oui ou non?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I did try to answer my hon. colleague's question many times. Maybe it is not the answer he wanted to hear, but I have tried time and again to answer the question. What we want is an obligation of results. That is what we are looking for. It is what we are aiming for.
Monsieur le Président, j’ai déjà essayé de répondre à mon collègue à plusieurs reprises. Je lui donne probablement une réponse qu'il ne veut pas entendre, mais j’ai essayé à maintes reprises de lui expliquer. Nous voulons une obligation de résultats. C’est ce que nous cherchons, le but vers lequel nous tendons.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-06-07 12:44 [p.8007]
Mr. Speaker, the NDP, for a long time, has been calling for taxing the web giants, but muzzling a committee is not the way to go.
The minister keeps citing the sense of urgency, but his government has had six years to get a bill tabled and before committee and get the work done. What is so urgent right now, and not getting this right and not letting the committee do its work, when the government has over two years left in its mandate? Is it that it actually wants to go to election and not deliver on the commitments it has made in this budget, like child care or raising the minimum wage? Maybe the government is not serious about all of that.
Maybe the minister can speak to us about whether there is intention to go to election early and leave all of those promises to the wayside when people are counting on them, especially small businesses that are saying they do not want an early election. They want to get back to work and they need us working collectively together. I am hoping the minister can address that.
Monsieur le Président, le NPD demande depuis longtemps d'imposer les géants du Web, mais museler un comité n'est pas la bonne façon d'y arriver.
Le ministre ne cesse de parler du sentiment d'urgence qui l'anime, mais le gouvernement a eu six ans pour déposer un projet de loi, le faire étudier par le comité et faire le travail nécessaire. Qu'y a-t-il de si urgent qui empêcherait de faire les choses dans les règles de l'art et de laisser le comité faire son travail, alors qu'il reste plus de deux ans au mandat du gouvernement? Est-ce à dire qu'il souhaite en fait déclencher des élections et rompre les promesses qu'il a faites dans le budget, comme celles sur les services de garde et l'augmentation du salaire minimum? Le gouvernement ne prend peut-être pas toutes ces questions au sérieux.
Le ministre pourrait peut-être nous dire si le gouvernement a l'intention de déclencher des élections hâtives et de laisser tomber toutes ces promesses, sur lesquelles les gens comptent. Je pense en particulier aux petits entrepreneurs qui disent ne pas vouloir d'élections hâtives. Ils veulent retourner au travail et ils ont besoin que nous unissions nos efforts. J'espère que le ministre peut nous éclairer à ce sujet.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, what I find unexplainable is the fact that throughout the question and preamble of my hon. colleague he did not mention artists once, not once.
Yes, there is a sense of urgency that I am feeling and that our government is feeling regarding the adoption of Bill C-10, but that urgency comes from artists themselves. We have heard artists from coast to coast to coast saying to get Bill C-10 adopted, and there stands the NDP with the Conservative Party saying that they know better than the artists, the technicians and the musicians. I am baffled by the position of the NDP.
Monsieur le Président, je ne m'explique pas pourquoi, durant sa question et son préambule, le député n'a pas du tout fait mention des artistes. Pas une fois.
Oui, il y a effectivement un sentiment d'urgence à l'égard de l'adoption du projet de loi C-10, je partage ce sentiment et le gouvernement aussi d'ailleurs. Toutefois, ce sentiment d'urgence émane des artistes. D'un bout à l'autre du pays, les artistes demandent à ce que le projet de loi C-10 soit adopté. Voilà que le NPD et le Parti conservateur prétendent qu'ils connaissent mieux les enjeux que les artistes, les techniciens et les musiciens. Je suis renversé par la position du NPD.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-07 14:55 [p.8023]
Mr. Speaker, 30 years have passed since the Broadcasting Act was last updated. That was before social media.
Back in 1991, a “web giant” meant a massive spider in a horror movie. The Internet was slow as molasses, and people were more likely to have pagers than cell phones. Thirty years ago, the Conservative Party still had the word “progressive” in its name.
My question is for the heritage minister. Does he think we can afford to waste even more time before we pass Bill C-10 to modernize the Broadcasting Act?
Monsieur le Président, 30 années se sont écoulées depuis la dernière mise à jour de la Loi sur la radiodiffusion, qui a eu lieu avant les réseaux sociaux.
Quand on pensait aux géants du Web, en 1991, on pensait plus à une araignée géante dans un film d'horreur. Internet était d'une lenteur épouvantable et les gens avaient plus des téléavertisseurs que des téléphones cellulaires. Il y a 30 ans, le Parti conservateur avait encore le mot « progressiste » dans son nom.
Ma question s'adresse au ministre du Patrimoine. Croit-il qu'on puisse encore perdre du temps avec l'adoption du projet de loi C-10 pour enfin moderniser la Loi sur la radiodiffusion?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague for his question.
The answer to his question is very simple. No, we cannot afford to waste any more time before passing Bill C-10. Every month that goes by costs our artists, musicians and technicians $70 million. We are losing $70 million a month. We have to pass Bill C-10 as quickly as possible.
Monsieur le Président, je remercie mon honorable collègue de sa question.
La réponse à sa question est très simple: non, nous n'avons plus de temps à perdre avec l'adoption du projet de loi C-10. Chaque mois qui passe prive nos artistes, nos musiciens et nos musiciennes et nos techniciens et nos techniciennes de 70 millions de dollars. C'est 70 millions de dollars que nous perdons chaque mois. Il faut adopter le projet de loi C-10 le plus rapidement possible.
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2021-06-07 15:03 [p.8025]
Mr. Speaker, the Liberal-Bloc coalition cutting off debate on its Internet-censorship bill is an act of cowardice by this government. It is doing this because it is afraid of the public backlash against going down in history as the government that trampled over Pierre Trudeau's Charter of Rights and Freedoms.
In my riding of Saskatoon West, constituents have made it clear that they do not want this Prime Minister to censor their social media posts. Bill C-10 will censor Canadians' Facebook and TikTok posts.
Will the government do the courageous thing, reverse course and stop Bill C-10 ?
Monsieur le Président, le gouvernement libéral a fait preuve de lâcheté en formant une coalition avec le Bloc pour couper court au débat sur le projet de loi de censure sur Internet. Il agit ainsi parce qu'il craint de voir le public réagir négativement et de passer à l'histoire comme le gouvernement ayant bafoué la Charte des droits et libertés de Pierre Trudeau.
Chez nous, dans Saskatoon-Ouest, les habitants ont clairement fait savoir qu'ils ne veulent pas que le premier ministre censure leurs interventions dans les médias sociaux. Le projet de loi C-10 censurera les publications des Canadiens sur Facebook et TikTok.
Le gouvernement aura-t-il le courage de faire ce qui s'impose en renversant la vapeur et en annulant le projet de loi C-10?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, according to the member for Lethbridge, “That arts fund actually goes toward a very niche group of artists that are stuck in the early 1990s because they haven't managed to be competitive on new platforms”. She added, “These artists are not able to make a living off of what they are producing, so they require grants that are given by the government”.
I would like to know if a series like Heartland, in its 15th season and filmed in Alberta, is one of those outdated series. Would the member wish to comment on Schitt's Creek, a winner of nine Emmys and also one of those series that is stuck in the early 1990s because it has not managed to be competitive on the new platforms?
Monsieur le Président, selon la députée de Lethbridge, « les fonds pour les arts vont à un groupe restreint d'artistes coincés au début des années 1990 parce qu'ils n'arrivent pas à affronter la concurrence dans les médias sociaux. » Elle ajoute: « comme ces artistes sont incapables de gagner leur vie avec ce qu'ils produisent, ils ont besoin de subventions versées par le gouvernement. »
J'aimerais savoir si Heartland, une série filmée en Alberta qui en est à sa 15e saison, est une série dépassée. La députée accepterait-elle de nous livrer ses observations au sujet de Schitt's Creek, qui a remporté neuf prix Emmy et qui est l'une de ces séries coincées au début des années 1990, puisqu'elle n'est pas arrivée à se tailler une place sur les nouvelles plates-formes?
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2021-06-04 10:00 [p.7957]
moved:
That, in relation to Bill C-10, An Act to amend the Broadcasting Act and to make related and consequential amendments to other Acts, not more than five further hours shall be allotted to the consideration of the committee stage of the bill; and that, at the expiry of the time provided in this order, any proceedings before the Standing Committee on Canadian Heritage on the said bill shall be interrupted, if required for the purpose of this order, and, in turn, every question necessary for the disposal of the said stage of the bill shall be put forthwith and successively without further debate or amendment.
propose:
Que, relativement au projet de loi C-10, Loi modifiant la Loi sur la radiodiffusion et apportant des modifications connexes et corrélatives à d'autres lois, au plus cinq autres heures soient accordées aux délibérations à l'étape du comité de ce projet de loi, et qu'à l'expiration du temps attribué à l'étape du comité, tel qu'indiqué dans cette motion, toutes délibérations devant le Comité permanent du Patrimoine canadien sur ce projet de loi soient interrompues, s'il y a lieu, aux fins de cet ordre et, par la suite, toute question nécessaire pour disposer de cette étape du projet de loi soit mise aux voix immédiatement et successivement, sans plus ample débat ni amendement.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-04 10:02 [p.7957]
Madam Speaker, I rise on a point of order.
I understand we are now applying the will of the full House to the operations of the work of a committee. This is unusual, and I understand we have the powers to do it, if it is placed before us as a motion of instruction.
What I just heard the hon. minister say does not appear to me to be a motion of instruction. I would like a ruling from the Chair to assist us to be sure the motion put before us is actually in a proper form—
J'invoque le Règlement, madame la Présidente.
D'après ce que je comprends, nous sommes en train d'exercer la volonté de la Chambre sur les travaux d'un comité. C'est inhabituel, mais je crois comprendre que nous avons l'autorité de le faire si nous sommes saisis d'une motion d'instruction.
Ce que la ministre vient de lire ne me semble pas être une motion d'instruction. J'aimerais que la présidence tranche à cet égard, afin de confirmer que la motion à l'étude est en bonne et due forme...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Yes, I have just confirmed it is a motion of time allocation that is perfectly legitimate.
Oui, je viens de confirmer que la motion d'attribution de temps est tout à fait légitime.
View Rachael Harder Profile
CPC (AB)
View Rachael Harder Profile
2021-06-04 10:02 [p.7957]
Madam Speaker, I am rising on a point of order in order to challenge this ruling, the admissibility of the time allocation that has been moved by the government, because it does—
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement afin de contester cette décision concernant la recevabilité de la motion d'attribution de temps présentée par le gouvernement, parce qu'elle...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The hon. member cannot challenge a ruling.
Some hon. members: Point of order.
The Assistant Deputy Speaker (Mrs. Alexandra Mendès): One at a time, please.
I was just told we cannot challenge a ruling that has been made already. The instruction for committee is perfectly legitimate.
An hon. member: Point of order.
La députée ne peut pas contester une décision.
Des voix: Règlement!
La vice-présidente adjointe (Mme Alexandra Mendès): Une personne à la fois, je vous prie.
On vient de me dire qu'on ne peut pas contester une décision qui a déjà été prise. L'instruction au comité est parfaitement légitime.
Des voix: Règlement!
View Rachael Harder Profile
CPC (AB)
View Rachael Harder Profile
2021-06-04 10:04 [p.7957]
Madam Speaker, I am rising on a point of order in order to challenge the admissibility of that time allocation motion because it does not satisfy the requirements of Standing Order 78(3) and the usual practices of this House. Please allow me to explain further.
Standing Order 78(3) contemplates a minister proposing a motion “for the purpose of allotting a specified number of days or hours for the consideration and disposal of proceedings...provided that the time allotted...is not to be less than one sitting day”. Of course, it goes without saying that the House has sitting days with predictable schedules and whatnot, but not at our committees. How should this rule apply to committees then? I would respectfully submit that it is through the allocation of hours and past practices back me up.
A canvassing of records of the House show that in the 50 plus years Standing Order 78(3) has been in our rule book, it has only been invoked three times before when a bill was referred to a committee, other than a committee of the whole. Ironically, all three times were when the Chrétien Liberals were trying to shut down Bloc Québécois resistance. The shoe seems to be on the other foot this morning.
Firstly, on April 25, 1996, the House passed a time allocation motion concerning the human resources committee's study of Bill C-12, the Employment Insurance Act. Referring to page 260 of the Journals shows that “not more than 10 further hours shall be allotted”.
Secondly, on February 24, 2000, the House passed a time allocation motion concerning a legislative committee's study of Bill C-20, known as “the clarity act”. Looking at page 1018 of the Journals shows that “not more than ten further hours shall be allotted”.
Most recently, on September 19, 2000, the House passed a time allocation motion concerning the justice committee's study of Bill C-3, the Youth Criminal Justice Act. Page 1928 of the Journals reveals that “not more than ten further hours shall be allotted”.
In all three cases, the House, when invoking Standing Order 78(3), allocated 10 hours for committee study. Now because this motion has allocated fewer than 10 hours, I would respectfully submit that it is not consistent with the usual practice of the House and must therefore be ruled out of order.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement pour contester la recevabilité de la motion d'attribution de temps parce qu'elle ne respecte ni les exigences de l'article 78(3) du Règlement ni les usages de la Chambre. Permettez-moi de fournir de plus amples explications.
L'article 78(3) du Règlement prévoit qu'un ministre peut proposer une motion « aux fins d’attribuer un nombre spécifié de jours ou d’heures aux délibérations à cette étape et aux décisions requises pour disposer de cette étape; cependant, le temps attribué [...] ne doit pas être moindre qu’un jour de séance [...] ». Bien sûr, il va sans dire que les jours de séance de la Chambre suivent un horaire prévisible et ainsi de suite, mais pas les comités. Par conséquent, comment cette règle peut-elle s'appliquer aux comités? À mon humble avis, les motions d'attribution de temps adoptées par le passé ainsi que les pratiques antérieures étayent mon argumentaire.
En examinant les comptes rendus de la Chambre, on constate que, depuis l'adoption de l'article 78(3) du Règlement, il y a plus de 50 ans, il a été invoqué seulement trois fois lorsqu'un projet de loi a été renvoyé au comité, à part un comité plénier. Paradoxalement, chaque fois qu'il a été invoqué, c'est parce que les libéraux de Chrétien tentaient d'écraser la résistance du Bloc québécois. Ce matin, on dirait que les rôles sont inversés.
Premièrement, le 25 avril 1996, la Chambre a adopté une motion d'attribution de temps portant sur l'étude du projet de loi C-12, Loi sur l'assurance-emploi, par le comité des ressources humaines. À la page 260 des Journaux, il est écrit ceci: « au plus dix autres heures soient accordées ».
Deuxièmement, le 24 février 2000, la Chambre a adopté une motion d'attribution de temps portant sur l'étude du projet de loi C-20, connu sous le nom de « loi sur la clarté », par un comité législatif. À la page 1018 des Journaux, il est écrit ceci: « au plus dix autres heures soient accordées ».
Le cas le plus récent date du 19 septembre 2000. Ce jour-là, la Chambre a adopté une motion d'attribution de temps portant sur l'étude du projet de loi C-3, Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, par le comité de justice. À la page 1928 des Journaux, il est indiqué ceci: « au plus dix autres heures soient accordées ».
Dans les trois cas où la Chambre a invoqué le paragraphe 78(3) du Règlement, elle a attribué 10 heures pour l'étude en comité. Or, comme la présente motion prévoit moins de 10 heures, je soutiens respectueusement qu'elle n'est pas conforme à la pratique habituelle de la Chambre et qu'elle doit donc être déclarée irrecevable.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I would concur with my colleague from Lethbridge that the practice and the tradition of the use of Standing Order 78(3) is no more than one further sitting day. It does not appear to us, with the five hours that is proposed in the motion, that it meets the test of what has been clear parliamentary practice.
It also raises another question and given that this is such a rare tool to be used, which has not been used in over two decades and was not used under the former Harper government, it does raise further questions such as what the allocation of amendments would be during the report stage of the bill.
With those considerations in mind, we certainly raise broad concerns about the form and the proposal that has been brought forward with this motion this morning.
Madame la Présidente, je suis d'accord avec ma collègue de Lethbridge pour dire que, selon la pratique et le recours traditionnel au paragraphe 78(3) du Règlement, c'est pour au plus un autre jour de séance. Il ne nous semble pas que les cinq heures proposées dans la motion soient conformes à la pratique parlementaire claire.
Cela soulève également une autre question et, étant donné qu'il s'agit d'un outil très rarement utilisé, qui ne l'a pas été depuis plus d'une vingtaine d'années, y compris pendant les mandats du gouvernement Harper, cela soulève d'autres questions, comme celle de l'attribution de temps pour les amendements à l'étape du rapport du projet de loi.
Si on tient compte de ces considérations, cela soulève certainement de grandes inquiétudes quant à la forme de la motion présentée ce matin.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I have listened to the interjections from the Conservatives and the member for New Westminster—Burnaby. I would submit that, despite the fact that previous usage of this particular procedure may have allocated a certain amount of time, the procedure does not indicate how much time needs to be used specifically.
Furthermore, since the members are referencing that this is something that has not been used many times, if they do not feel as though this should be one of our standing orders, then they should bring forward suggestions on how to amend the standing orders. In the interim, it is one of our standing orders. It is a rule that we have. The fact that it has not been used often certainly is not an excuse to suggest that it cannot be used.
Madame la Présidente, j'ai écouté les interventions des conservateurs et du député de New Westminster—Burnaby. À mon humble avis, malgré le fait que, lors des occasions précédentes où cette procédure particulière a été utilisée, une certaine période de temps avait été attribuée, la procédure n'indique pas précisément combien de temps doit être utilisé.
Par ailleurs, puisque les députés ont mentionné qu'il s'agit d'une procédure rarement utilisée, s'ils estiment que cet article ne devrait pas faire partie du Règlement, ils devraient présenter des suggestions sur la façon dont ils voudraient que soit modifié le Règlement. Dans l'intervalle, il reste que cette disposition fait bel et bien partie du Règlement. Il s'agit de l'une de nos règles de procédure. Le fait que l'on y a très peu recours n'est certainement pas une excuse pour suggérer qu'on ne peut pas l'utiliser.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
We do not want to turn this into a debate. I have the standing order in front of me and it makes this motion perfectly legitimate. I will read it.
It states:
...a motion during proceedings under Government Orders, for the purpose of allotting a specified number of days or hours for the consideration and disposal of proceedings at that stage;
It does not say the number of hours specifically, so the motion is in order.
The hon. member for Carleton.
Cette question ne doit pas être transformée en débat. J'ai le Règlement devant les yeux, et la motion est tout à fait légitime en vertu de ce dernier. Je vais vous lire l'extrait.
Le Règlement dit:
[...] au cours des délibérations relatives aux ordres émanant du gouvernement, une motion aux fins d’attribuer un nombre spécifié de jours ou d’heures aux délibérations à cette étape et aux décisions requises pour disposer de cette étape;
Il n'est nullement fait mention d'un nombre d'heures en particulier. Par conséquent, la motion est recevable.
Le député de Carleton a la parole.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-06-04 10:10 [p.7958]
Madam Speaker, the member across the way concedes that the practice the government is undertaking right now is not the way it has been done in the past. I thank him for making that concession at the outset of his remarks. However, he made a mistake moments later when he said that the rules do not specify the amount of time typically allotted for this practice.
I will quote Standing Order 78(3), which contemplates a minister proposing a motion.
It states:
...for the purpose of allotting a specified number of days or hours for the consideration and disposal of proceedings...provided that the time allotted...is not...less than one sitting day....
The member is quite wrong to say that there is not an allotted period. I see he is getting very agitated with me quoting the facts—
Madame la Présidente, le député d'en face admet que la pratique actuelle du gouvernement n'est pas habituelle. Je le remercie d'avoir fait cette concession au début de son intervention. Cela dit, il a commis une erreur quelques instants plus tard lorsqu'il a indiqué que le Règlement ne précise pas combien de temps est habituellement alloué à cette pratique.
J'aimerais citer l'article 78(3) du Règlement, au sujet d'une motion proposée par un ministre.
On y lit ceci:
[...] aux fins d’attribuer un nombre spécifié de jours ou d’heures aux délibérations à cette étape et aux décisions requises pour disposer de cette étape; cependant, le temps attribué à une étape quelconque ne doit pas être moindre qu’un jour de séance [...]
Le député a tout à fait tort de dire qu'il n'y a aucune période prescrite. Je constate que le député devient très agité quand je cite les faits...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The interpretation so far has been that five hours is the equivalent of a sitting day and there are other examples, as I have been told by the table officers, of five hours of debate on motions.
I think I have ruled on this and we should move along.
The hon. member for Kingston and the Islands.
Jusqu'à maintenant, l'interprétation que l'on en fait est qu'un débat de cinq heures équivaut à une journée de séance. D'ailleurs, les greffiers au Bureau me disent qu'il y a d'autres exemples de motions qui ont fait l'objet d'un débat de cinq heures.
Je pense avoir rendu ma décision à ce sujet. Continuons.
Le député de Kingston et les Îles a la parole.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I just want to ensure the record reflects that in my point of order when I said an amount of time I was indeed referring to hours. I am aware that it references days.
Madame la Présidente, je tiens simplement à m'assurer que le compte rendu indique que, dans mon rappel au Règlement, lorsque j'ai parlé du temps attribué, je faisais référence à une période en heures, et non en jours.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-06-04 10:11 [p.7958]
Madam Speaker, you said the table officers have given all of these examples. You have not shared any of the examples; you just stated a ruling without providing any evidence. You are asking us just to assume that what you are saying is in the—
Madame la Présidente, vous avez dit que les greffiers au Bureau ont donné des exemples, mais vous n'avez donné aucun exemple. Vous avez simplement lu une décision sans fournir aucune preuve. Vous nous demandez de présumer que ce que vous dites est...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I absolutely have a problem with the doubting of my word and the word of the table officers. There are examples. We have business—
Le fait qu'on doute de ma parole et de la parole des greffiers au Bureau me dérange beaucoup. Il existe des exemples. Nous avons...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I am not directed by the member to share or not. If you are interested, the table officers will provide the examples.
The hon. member for Carleton.
Il n'appartient pas au député de me dire de fournir les exemples. S'il le souhaite, les greffiers au Bureau les lui fourniront.
Le député de Carleton a la parole.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-06-04 10:12 [p.7958]
Madam Speaker, if the Chair in fact has evidence, then the Chair would share the evidence, but so far the Chair has shared no evidence. The Chair is not meant to simply help the government ram through legislation by breaking the Standing Orders. That is not the role of the Chair.
Madame la Présidente, si la présidence avait des preuves, elle les fournirait, mais jusqu'à présent, elle ne l'a pas fait. La présidence n'est pas censée aider le gouvernement à faire adopter un projet de loi à toute vapeur en enfreignant le Règlement. Ce n'est pas son rôle.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
We will come back to the House with a statement on the precedence. After the 30 minutes of debate, we will have something to share.
The hon. member for Elgin—Middlesex—London.
Nous reviendrons à la Chambre avec une déclaration sur le précédent. Après les 30 minutes de débat, nous aurons une déclaration.
La députée d'Elgin—Middlesex—London a la parole.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I want to read from Standing Order 10, “Order and decorum. No appeal”, which states:
The Speaker shall preserve order and decorum, and shall decide questions of order. In deciding a point of order or practice, the Speaker shall state the Standing Order or other authority applicable to the case. No debate shall be permitted on any such decision, and no such decision shall be subject to an appeal to the House.
I just wanted to bring that forward as I believe there is a lot of discussion here today and we would really like to understand why this will be going forward.
Madame la Présidente, il m'apparaît utile de citer un extrait de l'article 10 du Règlement, intitulé « Ordre et décorum. Sans appel »:
Le Président maintient l’ordre et le décorum et décide des questions d’ordre. En décidant d’une question d’ordre ou de pratique, le Président indique l’article du Règlement ou l’autorité applicable en l’espèce. Aucun débat n’est permis sur une décision de ce genre, qui ne peut faire l’objet d’aucun appel à la Chambre.
Je tenais à le mentionner, puisqu'il y a beaucoup de discussions aujourd'hui et que nous voulons vraiment comprendre pourquoi les choses se déroulent d'une certaine façon.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
As I have just stated, at the end of the 30 minutes of debate we will come back to the House with a statement.
The hon. member for Kingston and the Islands.
Comme je viens de le dire, à la fin des 30 minutes de débat, nous ferons une déclaration à la Chambre.
Le député de Kingston et les Îles a la parole.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I really appreciate the intervention by the acting House leader. She is indeed correct. You did follow that procedure. You provided your ruling, you provided the reference within the Standing Orders and you have completed your duties with respect to that ruling.
Madame la Présidente, je remercie la leader suppléante à la Chambre de son intervention. Elle a tout à fait raison. Vous avez suivi la procédure prévue. Vous avez rendu votre décision et indiqué sur quelle partie du Règlement elle était fondée. Vous vous êtes acquittée de vos obligations en ce qui concerne cette décision.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-06-04 10:14 [p.7959]
Madam Speaker, the member just read the standing order that requires the Speaker to list the precedent that is underlying the ruling rather than implementing the ruling. It is not the role of the Speaker to implement a ruling that she has not yet made.
Madame la Présidente, l'extrait du Règlement que vient de lire la députée indique que le Président doit nommer le précédent qui sert de base à la décision et non celui qui sert à la mise en œuvre de la décision. La Présidente n'a pas pour tâche de mettre en œuvre une décision qu'elle n'a pas encore prise.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, on a point of order, we will be debating a motion that we do not believe is admissible in the first place. Those are some of the concerns as we are moving forward here.
If we could please have that precedent put forward so that we have an actual authority to move forward, that would be wonderful. I would really like to have the precedent before—
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. Nous allons débattre d'une motion que nous jugeons irrecevable. Cela nous inquiète.
Ce serait merveilleux si vous pouviez citer le précédent qui sert de base à votre décision afin que nous soyons réellement justifiés d'aller de l'avant. J'aimerais vraiment en prendre connaissance avant...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I have already ruled that it is in order. We will just be providing further elements to sustain that ruling.
We will now move into debate.
J'ai déjà déclaré que la motion est recevable. Nous présenterons d'autres éléments à l'appui de cette décision.
Nous passons maintenant au débat.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-06-04 10:15 [p.7959]
Madam Speaker, I rise on the same point of order.
Unfortunately, the ruling was brief and we did not have the opportunity to hear it in both official languages. All members have the right to hear the rulings rendered in both official languages.
With all due respect—
Madame la Présidente, je me lève au sujet du même rappel au Règlement.
Malheureusement, le prononcé de la décision était bref et nous n'avons pas eu l'occasion de l'entendre dans les deux langues officielles. Tous les députés ont le droit d'entendre, dans les deux langues officielles, les décisions rendues.
En tout respect...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
That is exactly why we have interpretation in the House, but I will repeat that the motion is in order. I have ruled.
We will come back to the House with more information in 30 minutes. I will accept no further points of order.
I have ruled. We are entering debate.
Some hon. members: Oh, oh!
The Assistant Deputy Speaker (Mrs. Alexandra Mendès): Please, can we understand that we have an answer to bring to the House in 30 minutes' time?
The hon. member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
C'est précisément pour cette raison que nous avons de l'interprétation à la Chambre, mais je répéterai que la motion est recevable. J'ai rendu ma décision.
Nous reviendrons à la Chambre avec plus de détails dans 30 minutes. Je ne recevrai plus de rappel au Règlement.
Ma décision est prise. Nous entrons dans un débat.
Des voix: Oh, oh!
La vice-présidente adjointe (Mme Alexandra Mendès): Les députés pourraient-ils avoir l'obligeance de comprendre que nous leur donnerons une réponse après la période de 30 minutes réservée au débat?
Le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan a la parole.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I just want to acknowledge that when highly contentious issues of order are brought before the House, it is not uncommon for members to spend some time having exchanges about the substance of the matter of order.
We will recall that the government House leader, a few weeks ago, in fact spoke for over an hour in this place specifically with respect to a matter of order. There is a big difference between debating a substantive issue under the rubric of Points of Order and debating a question of order under the rubric of Points of Order.
This is an extremely contentious matter, extremely rare. It is not surprising that members have points they wish to raise with respect to it.
Personally, I want to raise an issue with respect to the motion that is different from issues that have been raised by my colleagues, one that I would ask—
Madame la Présidente, je tiens à souligner que lorsque des questions très litigieuses sont soulevées à la Chambre, il n'est pas rare que les députés discutent pendant un certain temps du fond de ces questions.
Nous nous rappellerons que, il y a quelques semaines de cela, le leader du gouvernement à la Chambre des communes a parlé pendant plus d'une heure d'un recours au Règlement. Il existe une énorme différence entre un débat sur une question de fond entrant dans la catégorie des recours au Règlement et un débat sur un recours au Règlement.
Nous sommes saisis d'une question extrêmement litigieuse. Il n'est donc pas surprenant que les députés souhaitent soulever des recours au Règlement.
Quant à moi, je veux soulever une question au sujet de la motion qui n'a pas été abordée par mes collègues, une question que je poserais...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
As I have stated previously, the ruling has been made. The arguments will come within the next 30 minutes. I am going to read the motion now.
Pursuant to Standing Order 67(1), there will now be a 30-minute question period. I invite hon. members who wish to—
Some hon. members: Oh, oh!
The Assistant Deputy Speaker (Mrs. Alexandra Mendès): I am asking the question. I invite hon. members who wish to ask questions to rise in their places or use the “raise hand” function so the Chair has some idea of the number of members who wish to participate in this question period.
Comme je l'ai dit plus tôt, la décision a été rendue. Les motifs seront exposés dans les 30 prochaines minutes. Je vais maintenant lire la motion.
Conformément à l'article 67(1) du Règlement, il y aura maintenant une période de questions de 30 minutes. J'invite les députés qui souhaitent...
Des voix: Oh, oh!
La vice-présidente adjointe (Mme Alexandra Mendès): Je soumets la question. J'invite les députés qui souhaitent poser des questions à se lever ou à activer la fonction « main levée » pour que la présidence ait une idée du nombre de députés qui désirent participer à cette période de questions.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-04 10:18 [p.7959]
Madam Speaker, I have had my hand up for a while, and I believe I am entitled to ask a question at this point.
My question is with respect to the importance of the legislation. Given the limited amount of time and the procedures we have seen, in particular from the official opposition, would the minister not agree that if we do not bring in this form of time allocation, it would be virtually impossible to see the legislation ultimately pass through, because the Conservatives have given no indication that they are prepared to see it move forward?
Madame la Présidente, comme j'ai la main levée depuis un certain temps, je crois être en droit de poser une question maintenant.
Ma question a trait à l'importance du projet de loi. Étant donné le temps limité dont nous disposons et les procédures qui ont été employées, plus particulièrement par l'opposition officielle, le ministre n'est-il pas d'avis que, si on n'attribue pas de temps de cette façon, il sera pratiquement impossible de faire adopter ce projet de loi, puisque les conservateurs n'ont indiqué d'aucune façon qu'ils sont prêts à faire avancer l'étude?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, let me give an example of what has been happening at the heritage committee over the past many weeks.
During the first four meetings of the committee, this committee was able to study 79 amendments. During the next 11 meetings of the committee, which is when—
Some hon. members: Oh, oh!
Madame la Présidente, je vais donner un exemple de ce qui se passe au comité du patrimoine depuis de nombreuses semaines.
Pendant les quatre premières réunions, le comité a été en mesure d'étudier 79 amendements. Pendant les 11 réunions suivantes du comité, où le...
Des voix: Oh, oh!
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, as I was saying, during the next 11 meetings of the committee, which is when the Conservative Party started systematically obstructing the work of the committee, only seven amendments were studied or voted on. At this rate, it would likely take more than six months of committee meetings before the committee is able to bring this bill back to the House.
Madame la Présidente, comme je le disais, pendant les 11 réunions suivantes du comité, où le Parti conservateur a fait de l'obstruction systématique, seulement sept amendements ont été étudiés ou ont fait l'objet d'un vote. À ce rythme, il faudrait probablement plus de six mois au comité avant de renvoyer le projet de loi à la Chambre.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-04 10:21 [p.7960]
Madam Speaker, the minister is using every trick in the book to make people believe that the Conservatives are anti-culture and standing in the way of Bill C-10. We all know the bill is bad. Many experts who testified at the Standing Committee on Canadian Heritage said so.
The bill now has over 120 amendments, more than one-quarter of which were put forward by the government itself, even though it wrote the bill. Every member of the committee did everything they could to fix the problems with Bill-C10. What the minister is not telling us though is that the work hit a roadblock when he decided to amend the bill midstream to include social media. That was when people, including experts, former CRTC commissioners and thousands of Canadians across the country, started raising objections.
The only reason why it is taking so much time to study a bill with over 120 amendments, not to mention all the proposed ones, is the work of the minister himself, who introduced a bad version of Bill C-10.
The government is therefore imposing time allocation on a bill that is fundamentally wrong because it attacks freedom of expression. The minister is attacking the freedom of expression of parliamentarians who are trying to do their job. I would like to know one thing. Instead of telling us that we are preventing work from moving forward and are anti-culture, could the minister explain to us how he can justify imposing—with the help of the Bloc Québécois, I might add—time allocation on parliamentarians while we still have 40 amendments to study together?
In committee, the main problem was that the Liberals opposed our request to hear from the Minister of Justice for two weeks before finally agreeing. If they had agreed from the beginning, we would have had two more weeks to work on this. If they had agreed to reinstate section 4.1 of the Broadcasting Act, as we tried to get them to do, we would be moving forward in a logical manner to try to fix this bad bill. How does the minister explain his mistake and his mismanagement of this file, which has brought us to a complete dead end?
Madame la Présidente, le ministre essaie par tous les moyens d'essayer de faire croire à l'ensemble de la population que les conservateurs sont contre la culture et font de l'obstruction au projet de loi C-10. Ce projet de loi est mauvais, on le sait tous et on l'a entendu de nombreux experts qui sont venus témoigner au Comité permanent du Patrimoine canadien.
Le projet de loi compte plus 120 amendements, dont plus du quart proviennent du gouvernement lui-même, pourtant l'auteur de ce projet de loi. Tous les membres du Comité ont donc travaillé pour tenter par tous les moyens de corriger les lacunes du projet loi C-10. Par contre, ce que ne dit pas le ministre, c'est que les travaux se sont bloqués quand il a décidé de modifier le projet de loi en cours de route pour y inclure les réseaux sociaux. C'est à partir de ce moment-là que plusieurs personnes s'y sont objecté: des experts, d'anciens commissaires du CRTC et des milliers de Canadiens de partout au pays.
La seule et unique raison pour laquelle cela prend tant de temps pour étudier un projet de loi comportant plus de 120 amendements, sans compter tous ceux qui sont proposés, c'est le travail du ministre lui-même, qui a déposé une mauvaise version du projet de loi C-10.
Le gouvernement est donc en train d'imposer un bâillon pour un projet de loi qui est fondamentalement mauvais parce qu'il s'attaque à la liberté d'expression. Le ministre est en train de s'attaquer à la liberté d'expression des parlementaires qui tentent de faire leur travail. J'aimerais savoir une chose. Au lieu de nous dire que nous empêchons les choses d'avancer et que nous sommes contre la culture, le ministre peut-il nous expliquer comment il peut justifier d'imposer — avec la complicité du Bloc québécois, dois-je ajouter — un bâillon aux parlementaires alors qu'il leur reste à étudier, ensemble, 40 amendements?
Au Comité, le principal problème a été que les libéraux se sont opposé pendant deux semaines à notre demande d'entendre le ministre de la Justice avant d'accepter. Si les libéraux avaient accepté dès le début, nous aurions eu deux semaines de plus pour travailler. S'ils avaient accepté de réintégrer l'article 4.1 à la Loi sur la radiodiffusion comme nous avons tenté de le demander, nous serions en train d'avancer de façon logique pour faire essayer de corriger ce mauvais projet de loi. Comment le ministre peut-il expliquer son erreur et sa façon de gérer ce dossier qui nous a emmenés dans un cul-de-sac complet?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I would first like to point out that the premise of my colleague from Richmond—Arthabaska is absolutely incorrect.
First of all, as the Minister of Canadian Heritage, I am not the one who decides what changes are made at committee; it is the committee itself that decides.
Second, as I have said repeatedly, every bill has room for improvement, and this bill to amend the Broadcasting Act is no different. That is why we ourselves brought forward amendments as a result of recommendations we heard from people in the arts sector and several stakeholders in the cultural sector, as well as requests from committee members.
Third, I would like to clarify that Bill C-10 is supported by cultural organizations from across—
Some hon. members: Oh, oh.
Madame la Présidente, je voudrais commencer par souligner que la prémisse de mon collègue de Richmond—Arthabaska est complètement erronée.
Premièrement, en tant que ministre du Patrimoine canadien, ce n'est pas moi qui décide quelles sont les modifications qui sont faites au Comité, mais le Comité lui-même.
Deuxièmement, comme je l'ai dit à plusieurs reprises, tout projet de loi est perfectible, comme l'est le projet de loi sur la radiodiffusion. C'est pourquoi nous avons nous-mêmes proposé des amendements, après les recommandations que nous avons eues de gens dans le secteur artistique et de plusieurs intervenants dans le secteur culturel, ainsi qu'aux demandes de membres du Comité.
Troisièmement, je voudrais préciser que le projet de loi C-10 est soutenu par les organismes culturels d'un bout à l'autre...
Des voix: Oh, oh!
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, the fourth point I want to make, one that my colleague raised earlier, has to do with freedom of expression.
We had an independent analysis done by public servants at the Department of Justice that found that Bill C-10 is entirely consistent with—
Some hon. members: Oh, oh.
Madame la Présidente, le quatrième point que j'aimerais aborder, et que mon collègue a soulevé tout à l'heure, concerne la question de la liberté d'expression.
Nous avons eu une analyse indépendante de la fonction publique du ministère de la Justice qui spécifie que le projet de loi C-10 cadre tout à fait...
Des voix: Oh, oh!
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, as I was saying when making my fourth point, which was about freedom of expression, the deputy minister of justice appeared at committee and said that Bill C-10 was entirely consistent with freedom of expression in Canada.
Furthermore, with respect to legislation governing the CRTC, I would point out that the CRTC is not a state within a state and must also abide by Canadian laws, including the Canadian Charter of Rights and Freedoms.
Madame la Présidente, comme je le disais au sujet du quatrième point portant sur la question de la liberté d'expression, la sous-ministre de la Justice est venue témoigner et a spécifié que le projet de loi C-10 cadrait tout à fait avec la liberté d'expression au Canada.
De plus, en ce qui concerne les lois encadrant le CRTC, je mentionnerai que le CRTC n'est pas un État dans l'État et qu'il doit également se conformer aux lois canadiennes, notamment à la Charte canadienne des droits et libertés.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-06-04 10:27 [p.7961]
Madam Speaker, on a point of order, I am not aware that the Standing Orders have been suspended to not allow points of order. I believe that would have to be something that is agreed to by the House. It is astounding that debate is being censored on censorship.
J'invoque le Règlement, madame la Présidente. À ma connaissance, l'application du Règlement n'a pas été suspendue pour ce qui est des recours au Règlement. Je crois qu'il faudrait que la Chambre approuve la suspension. Il est ahurissant que le débat sur la censure soit censuré.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
As I have advised members, the motion as was presented is in order. We are going to bring the House the answer to the questions that were raised in the previous points of order and we will listen to other points of order. Now we are just proceeding with this debate, and we will come back with the answers. I cannot invent answers that I do not have at my fingertips. I have ruled.
Comme j'en ai déjà informé les députés, la motion présentée est recevable. Nous communiquerons à la Chambre la réponse aux questions déjà soulevées lors des recours au Règlement précédents, et nous écouterons les autres recours au Règlement. Pour l'instant, nous poursuivons le débat, et nous donnerons plus tard des réponses à la Chambre. Je ne peux pas me contenter d'inventer des réponses. J'ai rendu ma décision.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2021-06-04 10:29 [p.7961]
You need to suspend, Madam Speaker, if you do not have a ruling.
Madame la Présidente, en l'absence de décision, il faut suspendre la séance.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
No, I have ruled that the motion is in order because it respects the—
Non, j’ai décidé que la motion est recevable parce qu’elle respecte...
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2021-06-04 10:30 [p.7961]
There are points of order, Madam Speaker. If you are confident it is in order, then take the points of order.
Il y a des recours au Règlement, madame la Présidente. Si vous êtes convaincue que la motion est recevable, alors acceptez d’écouter les recours au Règlement.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2021-06-04 10:30 [p.7961]
There are quite a few points of order coming forward, Madam Speaker. I respectfully suggest that you take those points of order as they are coming up. I know this is difficult, but, respectfully, it is what you need to do.
Un bon nombre de rappels au Règlement ont été faits, madame la Présidente. Je vous suggère respectueusement d’entendre ces rappels au Règlement au fur et à mesure. Je sais que c’est compliqué, mais avec tout le respect que je vous dois, c’est ce que vous devez faire.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
My job here is to ensure decorum of the House and that the work of the House is done. All parliamentarians will be allowed to speak, as I said, after we have the 30 minutes of debate and I have the answers to give the House.
The hon. member for Elgin—Middlesex—London.
Mon travail est de faire respecter le décorum à la Chambre et de faire en sorte que la Chambre fasse son travail. Comme je l’ai dit, tous les parlementaires pourront s’exprimer après les 30 minutes de débat et après que j’ai reçu les réponses à donner à la Chambre.
La députée d’Elgin—Middlesex—London a la parole.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, and to all my Conservatives colleagues, the reason we are seeing this lack of decorum today is that we are outraged. We recognize that they are taking the right of Canadians' free speech away in this bill and this is exactly what we are seeing here. They have chosen to move—
Mr. Mark Gerretsen: Point of order.
Mrs. Karen Vecchio: Excuse me. I appreciate that the member for Kingston and the Islands has lots to say and he has spent all of his time here for the last number of weeks. I have not been able to hear my own colleagues because I have heard his voice over these things.
I recognize this is the issue. We went immediately into the 30 minutes of debate before we even had the opportunity to discuss our points of order. This lack of decorum is because the freedom of speech right here, especially what we are seeing in the sections of these amendments, is being quashed and we will continue to fight.
I request, Madam Speaker, that you please deal with the points of order so that we can have decorum in this place. I do believe that it is the right of Canadians.
Madame la Présidente, et mes collègues conservateurs, c'est parce que nous sommes outrés que nous ne respectons pas le décorum aujourd'hui. C'est la liberté d'expression que les libéraux enlèvent aux Canadiens avec ce projet de loi. Ils ont décidé de présenter...
M. Mark Gerretsen: J'invoque le Règlement.
Mme Karen Vecchio: Pardonnez-moi. Je sais que le député de Kingston et les Îles a beaucoup de choses à dire. Au cours des dernières semaines, il a quasiment passé sa vie ici. Je n'ai pas pu entendre mes propres collègues parce qu'il a monopolisé le débat sur ces enjeux.
C'est là le problème, en effet. Nous avons entamé immédiatement les 30 minutes de débat avant même d'avoir pu discuter de nos rappels au Règlement. L'absence de décorum est due au fait que la liberté d'expression est étouffée ici même, ce qui transparaît dans ces amendements en particulier. Nous continuerons à protester.
Je vous demande, madame la Présidente, de bien vouloir répondre aux rappels au Réglement afin de rétablir le décorum dans cette enceinte. Les Canadiens y ont droit, je pense.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
On that point, Madam Speaker, through her intervention, the member for Elgin—Middlesex—London just admitted that the reason why they are being obstructionist is that they are not happy with the bill. That certainly is not a point of order. A point of order has to do with—
À ce sujet, Madame la Présidente, la députée d' Elgin-Middlesex-London vient d'admettre que les conservateurs font de l'obstruction parce que le projet de loi n'est pas à leur goût. Ce n'est certainement pas un rappel au Règlement. Un rappel au Règlement a à voir avec...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
That is debate.
The hon. member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
Cela relève du débat.
Le député Sherwood Park—Fort Saskatchewan a la parole.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I appreciate that you have made the decision to listen to the points of order that members are raising, and it is important that we establish whether the motion is in order before we proceed to any question and comment period on it. The questions that I am raising about order are different from questions that other members have raised about whether this motion is in order. There are a number of different concerns with respect to the motion that I would ask you to take into consideration, as well.
I agree with points that have been made by my colleague, with respect to the fact that the Standing Orders prescribe a specific time period. The ruling that has been made with respect to the number of hours equivalent to a day in the House is very different from the hours for which committees can sit. However, there is a particular situation that I confront as the member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan. I have put forward amendments that deal with specific subject matter on the bill at committee, which is that foreign state-controlled channels seek access to Canada's broadcast system. Those channels have been broadcasting horrific human rights abuses, forced confessions and other human rights abuses. In response to concerns raised by constituents as well as stakeholders, I have undertaken to put forward amendments at the committee stage of the bill, and those amendments would deal with this important subject matter that relates to our broadcasting system.
It is the right of all members, not just members of the heritage committee, to move amendments at the committee stage with respect to a bill, and this is a right that is particularly important to me. Obviously, I am not a regular member of the heritage committee, so I am not normally part of the clause-by-clause process, but because of the work that I am doing on behalf of my constituents and others with respect to the particular issues around forced confessions and human rights abuses, I am putting forward amendments at the committee stage. I have given notice of those amendments. Those amendments have been translated and distributed to members of the heritage committee. They are in their proper form. They are available to be considered, but the motion that has been put forward today would obstruct my right, and the right of other members who have put amendments on notice, to be able to move those amendments forward for consideration.
Having been following the proceedings, I think there is a significant risk that the way the motion has been worded in particular restricts the movement of further amendments. Normally, when time allocation is moved in the House, any amendments that have been moved or put forward are then up for consideration and a vote is prescribed at the end of that time. Also, if a question is put forward, for instance a motion that a question not be further adjourned, that issue is voted on by the House before moving to the vote on the question. Regarding the rights of members, if this motion, and in particular the prohibition on moving amendments, is able to advance, it would prevent me from being able to move an amendment at committee that I had given notice of months ago. It would prevent any reconsideration of aspects of the question, the debate, the movement of the amendment or a vote on it.
I have the same concerns that various colleagues have raised, with respect to the impact of the limited time that has been created, but I also think we need to hear specifically about the measures that prevent members like me from bringing forward amendments that are important to their constituents and to people around the world, in terms of the impact on international human rights. These amendments send a clear message about Canada not being complicit in broadcasting or promoting these horrific abuses. There are forced confessions: People are tortured and forced to confess on TV, and then those messages are being aired in Canadian broadcasting. That is a very important issue. It is an amendment that I think reflects the public interest, and it is an amendment that I suspect would have broad support. I suspect even members of the government would be willing to support some of those amendments that deal with human rights issues, which have not been as widely discussed in the public domain.
I would ask you to rule on the implications, for the rights of members, of this real attack on the ability to move amendments at the committee stage and what it means for the fact that we are supposed to be able to bring forward substantive amendments that we cannot always bring forward in the House.
What does that mean for our rights, as well as the issues of time that I think are still outstanding, insofar as we have not had a ruling on those in the proper form? I would ask you to take these issues under consideration and advise the House on them.
Madame la Présidente, je vous remercie d'avoir décidé d'écouter les recours au Règlement soulevés par les députés. Il est important d'établir la recevabilité de la motion avant de procéder à une période de questions et observations à son sujet. Les points que je souhaite soulever sont différents de ceux soulevés par d'autres députés concernant la recevabilité de la motion. La motion soulève diverses préoccupations dont je vous demande de tenir compte également.
J'appuie l'argument de mon collègue qui soutient que le Règlement prescrit une période minimale précise. Dans votre décision, vous avez dit que le nombre d'heures équivaut à une journée de séance de la Chambre. Or, une séance de comité peut avoir une durée bien différente. Cela dit, à titre de député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan, je suis confronté à une situation particulière. Dans le cadre de l'étude du projet de loi par le comité, j'ai présenté des amendements relatifs à un sujet précis, soit le fait que des canaux contrôlés par des États étrangers cherchent à accéder au réseau de radiodiffusion du Canada. Ces canaux diffusent d'horribles violations des droits de la personne, dont des aveux forcés. En réponse aux préoccupations soulevées par des citoyens de ma circonscription et certaines parties intéressées, j'ai entrepris de proposer au comité des amendements qui dissiperaient ces importantes préoccupations concernant notre réseau de radiodiffusion.
Tous les députés ont le droit de présenter des amendements à l'étape du comité, pas seulement ceux qui sont membres du comité du patrimoine, et ce droit est particulièrement important pour moi. Bien sûr, je ne suis pas un membre régulier du comité du patrimoine, alors je ne participe habituellement pas à l'étude article par article, mais en raison du travail que je mène au nom des gens de ma circonscription, entre autres, au sujet des aveux forcés et des violations des droits de la personne, je présente des amendements à l'étape du comité. J'ai présenté des avis d'amendement. Les amendements ont été traduits et communiqués aux membres du comité du patrimoine. Ils ont été produits en bonne et due forme. Ils sont prêts à être étudiés, mais la motion présentée aujourd'hui fait entrave à mon droit, et à celui des autres députés qui ont présenté des avis d'amendement, de proposer des amendements.
J'ai suivi les débats et je crois qu'il y a un risque réel que le libellé de la motion empêche que de nouveaux amendements soient proposés. Habituellement, lorsqu'on propose la clôture à la Chambre, tous les amendements qui ont été proposés ou présentés font partie de l'étude et sont mis aux voix à la fin du temps alloué. En outre, si un vote doit avoir lieu, par exemple au sujet d'une motion demandant que le débat ne soit plus ajourné, la Chambre procède à ce vote avant de mettre la motion principale aux voix. En ce qui concerne les droits des députés, si la motion et l'interdiction de présenter des amendements qu'elle prévoit étaient adoptées, cela m'empêcherait de présenter un amendement au comité pour lequel j'ai présenté un avis d'amendement il y a plusieurs mois. Cela empêcherait tout réexamen des éléments relatifs à la motion, au débat, à la présentation d'amendements ou à la mise aux voix.
Comme d'autres collègues, je m'inquiète des conséquences de la limitation du temps de parole. Toutefois, je pense aussi qu'il y a lieu de parler des mesures qui empêchent des députés comme moi de présenter des amendements importants pour leurs électeurs et pour les gens du monde entier, du fait de leur incidence sur les droits de la personne à l'échelle internationale. Ces amendements envoient le message clair que le Canada n'est pas complice de la diffusion ou de la promotion de ces abus horribles. Des aveux sont obtenus par la torture, diffusés à la télévision, puis dans des émissions canadiennes. Il s'agit d'un enjeu crucial. Selon moi, l'amendement va dans le sens de l'intérêt public et bénéficiera d'un large soutien. À mon avis, même les députés ministériels seraient disposés à appuyer certains de ces amendements qui traitent de questions relatives aux droits de la personne, qui n'ont pas été aussi largement discutées dans la sphère publique.
Je vous demande de vous prononcer sur les implications, pour les droits des députés, de cette attaque en règle contre la possibilité de présenter des amendements à l'étape du comité et sur les amendements de fond que nous sommes censés pouvoir présenter, sans pouvoir toujours le faire à la Chambre.
Qu'est-ce que cela signifie pour nos droits, ainsi que pour les questions de temps qui demeurent, je pense, en suspens, dans la mesure où aucune décision n'a été prise en bonne et due forme à leur sujet? Je vous demande de prendre ces questions en délibéré et d'en informer la Chambre.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I will take them under consideration, and we will advise the House.
The hon. member for Saint-Jean.
Je vais prendre la question en délibéré, et la Chambre sera informée de la décision.
La députée de Saint-Jean a la parole.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-04 10:36 [p.7962]
Madam Speaker, I am pleased that we have come back to questions and comments. I will take the opportunity to say that despite the uproar around the current debate, there is no reason to abandon our decorum and lose our dignity as MPs. Some of the comments we have heard are cringeworthy to say the least.
The government's decision to move a time allocation motion to speed up the work in committee is not without consequence, as we have seen this morning. For months, Bill C-10 has been held up because it was so late getting passed at second reading and because of the Conservatives' systematic obstruction at the Standing Committee on Canadian Heritage.
Far too often we have seen the Liberals filibuster to impede the will of the majority of members of a committee. We saw that at the Standing Committee on Procedure and House Affairs, the Standing Committee on National Defence and the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics.
However, when it comes to Bill C-10, it is not just the committee that is being held hostage by the Conservatives, it is the entire cultural sector. We have a responsibility to be reasonable. Time allocation must be an exceptional measure—
Madame la Présidente, je suis contente que nous soyons revenus aux questions et commentaires. J'en profite pour mentionner que, malgré tout le chahut entourant le débat actuel, ce n'est pas une raison pour abandonner notre décorum et perdre de notre noblesse comme députés: certains des commentaires que nous avons entendus faisaient pour le moins sourciller.
La décision du gouvernement de déposer une motion d'attribution de temps pour accélérer les travaux en comité n'est pas anodine, comme on le constate ce matin. Depuis des mois, le projet de loi C-10 subit des retards, lesquels sont liés à son adoption tardive en deuxième lecture et à l'obstruction systématique des conservateurs au Comité permanent du patrimoine canadien.
On a trop souvent vu les libéraux faire de l'obstruction afin de bloquer la volonté de la majorité des membres d'un comité. On l'a vu au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, au Comité permanent de la défense nationale et au Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique.
Dans le dossier du projet de loi C-10, par contre, ce n'est pas seulement le comité qui est pris en otage par les conservateurs, c'est le milieu culturel au complet. Nous avons la responsabilité d'être raisonnables. L'attribution de temps doit être une mesure exceptionnelle...
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2021-06-04 10:37 [p.7962]
Madam Speaker, typically when we run across a Standing Order that is not regularly used and we are about to make new precedent with it, the Speaker gives a long ruling on whether this issue is in order or not. We have not heard the logic for this being in order. This is new to all of us. A text message from my staff last night said, “This is going to be interesting in the morning. We have never seen this before”.
It seems to me that we would see a large ruling. I was expecting to hear from you for several minutes on why this was going to be admissible and how it played into the reasons that this should be going on to a vote this morning. We are voting on Friday, and that also is unusual. Many things about this are unusual, and I was expecting to hear the logic on how we were going to be proceeding on this. I have heard none of the logic on this, and now it feels like this is—
Madame la Présidente, habituellement, lorsque nous avons affaire à un article du Règlement qui n'est pas utilisé régulièrement et que nous sommes sur le point de créer un nouveau précédent avec cet article, la présidence rend une longue décision sur la recevabilité de la motion. Nous n'avons pas entendu de raison qui en explique la recevabilité. C'est une nouvelle situation pour nous tous. Hier soir, j'ai reçu un message texte de mon personnel qui disait ceci: « Ce sera intéressant demain matin. Nous n'avons jamais vu cette situation auparavant ».
Il me semblait qu'une longue décision serait rendue. Je m'attendais à ce que vous m'expliquiez pendant plusieurs minutes pourquoi la motion était recevable et comment cela contribuait aux raisons pour lesquelles nous devrions passer au vote ce matin. Nous votons un vendredi, ce qui est également inhabituel. De nombreux aspects de cette situation sont inhabituels, et je m'attendais à obtenir une explication pour l'approche qui serait adoptée. Je n'ai entendu aucune explication à ce sujet, et j'ai maintenant l'impression que c'est...
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2021-06-04 10:38 [p.7962]
Madam Speaker, it is not your job to do the government's bidding but to work so that we have a functional House that we all agree on and that we move forward.
When we end up in areas of the Standing Orders that are not regularly used, we typically would see an explanation before we move forward. I have heard from many of my colleagues who have said that they have concerns with this. They have spent the night preparing their arguments as to why this should be in order or not in order, and to have that just run over is not doing the job of the Speaker.
Madame la Présidente, votre travail n'est pas de vous plier aux demandes du gouvernement, mais de faire en sorte que la Chambre fonctionne d'une façon qui fait l'unanimité et que nous allions de l'avant.
Quand nous touchons à des articles du Règlement rarement utilisés, nous avons habituellement droit à une explication avant d'aller plus loin. Beaucoup de mes collègues m'ont dit avoir des inquiétudes au sujet de cette motion. Ils ont passé la nuit à préparer leurs arguments pour justifier pourquoi la motion devrait être recevable ou non. La présidence ne fait pas son travail en balayant la question sous le tapis.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I appreciate that your position can be difficult at times. Today is a certain expression of that, but we have points of concern that have been raised about members' rights. I agree 100% that decorum is important, but decorum comes from having a process.
When we have a motion of the government that clearly has not been used in this type of format for many decades, there are legitimate questions about the lessening of our rights as members to debate and discuss important issues. This bill also deals with the Canadian Charter of Rights. I am very surprised that the Liberal party is trying to push forward a process that not only clearly violates our rights as members to fully debate these things. This material legislation may also affect the Canadians we represent.
I ask you to come back with an extensive ruling on this practice so that it does not set a precedent for future governments that will point to today and this abuse of our ability to discuss this issue at report stage. I hope we also agree that when the government is proposing changes to the Broadcast Act that infringe upon those rights, you should have a clear process in a minority Parliament that would clearly build the goodwill of all members. This cuts off debate without having proper process, without giving justification that this is not infringing upon our rights and without having the ability to debate. These are section 2(b) freedom of expression rights that are clearly laid out in the Charter.
I am surprised that the Liberal government is attempting to push through such a large-scale change at report stage without having a clean process. I know that decorum is central to your work because you are in charge of making sure of the business of this place, but I have seen today that, unfortunately, it is not there. It is not your fault, but it is your obligation to members who are concerned about our privileges here. We must know the process is clean. I hope you will listen to this intervention. I hope that the government will reconsider the way it is conducting itself. I do not even want to get into the other parties. I am surprised that after so many interventions protesting the use of time allocation, the NDP would tie themselves to a process that hurts this institution and sets precedent for future governments.
There is a lot on your plate, I understand. I hope that we can start focusing on making good laws and wise decisions. I would hope, Madam Speaker, that you would utilize the table officers to their fullest, and that you would suspend this hearing so that you could go through this and bring back the justifications that have been asked for by members with respect to this process today.
We cannot go back to our constituents and say the process was not clean. This is Canada. We believe in democratic governance, and that involves—
Madame la Présidente, je sais que votre position peut parfois être difficile. C'est certainement le cas aujourd'hui, mais des inquiétudes ont été soulevées au sujet des droits des députés. J'en conviens tout à fait: le décorum est important, mais celui-ci découle d'un processus.
Quand le gouvernement présente une motion qui n'a clairement pas été utilisée de cette façon depuis des décennies, il est légitime de se poser des questions sur la restriction du droit des députés à débattre et à discuter de questions importantes. Le projet de loi porte aussi sur la Charte canadienne des droits. Je suis très surpris que le Parti libéral tente d'imposer un processus qui viole clairement notre droit en tant que députés à débattre pleinement de ce genre de questions. Une mesure législative aussi importante peut aussi avoir une incidence sur les Canadiens que nous représentons.
Je vous demande de revenir avec une décision détaillée sur cette pratique afin qu'elle ne crée pas un précédent pour les gouvernements à venir qui se référeront à aujourd'hui et à cette limitation abusive de notre capacité à discuter de cette question à l'étape du rapport. J'espère que nous sommes également d'accord sur le fait que, lorsque le gouvernement propose des modifications à la Loi sur la radiodiffusion qui empiètent sur ces droits, vous devriez avoir un processus clair en situation de gouvernement minoritaire qui susciterait clairement la bonne volonté de tous les députés. On interrompt aujourd'hui le débat sans avoir un processus approprié, sans justifier que cela ne porte pas atteinte à nos droits et sans avoir la possibilité de débattre. Il s'agit du droit à la liberté d'expression clairement garanti à l'alinéa 2b) de la Charte canadienne des droits et libertés.
Je suis surpris que le gouvernement libéral tente de faire passer une modification d'une telle ampleur à l'étape du rapport sans avoir un processus approprié. Je sais que le décorum est au cœur de votre travail, car vous êtes responsable du bon fonctionnement de cet endroit, mais j'ai vu aujourd'hui que, malheureusement, il n'y en a pas. Ce n'est pas votre faute, mais c'est votre obligation envers les députés qui s'inquiètent de leurs privilèges ici. Nous devons savoir que le processus est dans les règles. J'espère que vous allez tenir compte de mon intervention. J'espère que le gouvernement va revoir la façon dont il se conduit. Je ne veux même pas parler des autres partis. Je suis surpris qu'après tant d'interventions pour protester contre l'utilisation de l'attribution de temps, le NPD se lie à un processus qui nuit à cette institution et crée un précédent pour les gouvernements à venir.
Vous en avez plein les bras, je comprends. J'espère que nous allons pouvoir commencer à nous concentrer sur l'élaboration de bonnes lois et de sages décisions. Madame la Présidente, j'aurais espéré que vous utilisiez pleinement les greffiers au Bureau et que vous suspendiez les délibérations afin de vous pencher sur la question et présenter les justifications demandées par les députés au sujet du processus d'aujourd'hui.
Nous ne pouvons pas nous mettre dans une position où nous aurions à dire aux habitants de notre circonscription que le processus ne s'est pas déroulé dans les règles. Ici, nous sommes au Canada, un pays qui croit à la gouvernance démocratique, ce qui comprend...
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I wanted to raise a point on behalf of the Green Party. Oftentimes they do not get the opportunity to speak. They have been polite and quiet while waiting. They have been up there. I could see on my screen that they were among the first. They are always some of the most respectful party members from one of the most passionate parties. Even though I disagree with them on a lot, I want to hear their voices, just like I want to hear all Canadians' voices.
I think it is incredibly important that we hear voices across this country, on the Internet and in—
Madame la Présidente, je voulais invoquer le Règlement au nom du Parti vert. Souvent, ses députés n'ont pas la possibilité de prendre la parole. Ils ont fait preuve de courtoisie et de patience pendant toute cette attente. Ils avaient levé la main. J'ai pu voir à mon écran qu'ils ont été parmi les premiers à le faire. Ils sont toujours parmi les plus respectueux dans cette enceinte, et leur parti défend ses causes avec enthousiasme. Même si je ne suis pas d'accord avec bon nombre de leurs opinions, je veux entendre ce qu'ils ont à dire, tout comme je veux entendre ce que tous les Canadiens ont à dire.
Je pense qu'il est extrêmement important de tenir compte de toutes les idées d'un bout à l'autre du pays, que ce soit par Internet ou dans...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I thank the hon. member for pointing that out to me. I will get to a member of the Green Party soon enough.
The hon. member for Kingston and the Islands.
Je remercie le député de m'avoir fait part de cette situation. Je vais donner la parole au Parti vert bien assez tôt.
Le député de Kingston et les Îles a la parole.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, on the point of order, the sticking point on this has been what constitutes a day, so I want to read a precedent into the record so you can reflect on it when you ultimately come back to the House.
The member for Regina—Qu'Appelle, when he was Speaker, determined that a sitting day was equivalent to an average of 4.7 hours, or approximately five hours. He made this ruling following a point of order that was raised when the government moved a time allocation motion in hours, not days. This is from the Debates of June 12, 2012, pages 9231 to 9236, and on June 18, 2012, pages 9680 to 9681.
Madame la Présidente, à propos de ce rappel au Règlement, le problème consiste à déterminer ce qui constitue un jour. J'aimerais donc citer un précédent afin d'alimenter votre réflexion d'ici à ce que vous rendiez votre décision à la Chambre.
Lorsqu'il était Président, le député de Regina—Qu’Appelle a établi qu'un jour de séance équivalait en moyenne à 4,7 heures, ou environ 5 heures. Il a rendu cette décision lorsqu'on a invoqué le Règlement parce que le gouvernement avait proposé une attribution de temps calculée en heures et non en jours. Les passages en question se trouvent dans les Débats du 12 juin 2012, aux pages 9231 à 9236, ainsi que dans les Débats du 18 juin 2012, aux pages 9680 à 9681.
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2021-06-04 10:45 [p.7963]
Madam Speaker, I am not going to get into the thrust of this, except to ask the Conservative members who are calling you a disgrace to stop doing so and apologize. As we go down this rough road, we can at least have some self-respect and decorum.
Madame la Présidente, je ne souhaite pas entrer dans le vif du sujet, mais je prie les députés conservateurs qui disent que vous êtes une honte de s'abstenir et de s'excuser. Dans ces circonstances difficiles, le moins que nous puissions faire, c'est de maintenir notre dignité et le décorum.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-04 10:45 [p.7963]
Madam Speaker, I would like some guidance. I appreciate the assistance from colleagues.
I had made a point of order, which you rejected. My hand was up for the purpose of putting a question to the minister. I do not believe that the current motion before us is legitimate, by the way, but I am prepared to put questions to the minister, to ask why he is prepared now to put closure on a committee, a process we have not seen in several decades.
Do I ask a question of the minister now or speak to a point of order?
Madame la Présidente, j'aimerais avoir quelques éclaircissements. Je remercie mes collègues de leur aide.
J'ai fait un rappel au Règlement, mais vous l'avez rejeté. J'ai levé la main pour poser une question au ministre. Je mentionne en passant que j'estime que la motion dont nous sommes actuellement saisis est irrecevable, mais je suis prête à poser des questions au ministre afin qu'il m'explique pourquoi il est maintenant prêt à imposer la clôture à un comité, ce qui ne s'est pas vu depuis des décennies.
Puis-je poser une question au ministre maintenant, ou dois-je intervenir sur un rappel au Règlement?
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
We are are a point of order.
The hon. member for Lethbridge.
Nous discutons d'un recours au Règlement.
La députée de Lethbridge a la parole.
View Rachael Harder Profile
CPC (AB)
View Rachael Harder Profile
2021-06-04 10:46 [p.7964]
Madam Speaker, I am looking for some clarification, because it has been a bit of a shemozzle.
We raised some points of order, a member got cut off partway through his point order, the Speaker insisted on then going into the 30 minutes for questions and comments. Now we are back to points of order, which I appreciate. I am curious if the clock was stopped during those 30 minutes, to resume once the points of order have been heard.
Madame la Présidente, j'aimerais avoir quelques éclaircissements, car nous nous trouvons devant un certain fouillis.
Nous avons fait des rappels au Règlement, un député a été interrompu au milieu de son rappel au Règlement, et la Présidente a alors insisté pour passer aux 30 minutes consacrées aux questions et observations. Nous sommes maintenant revenus aux rappels au Règlement, ce dont je me réjouis. J'aimerais savoir si le chronomètre a été interrompu pendant ces 30 minutes, lorsque nous avons repris les débats une fois les rappels au Règlement entendus.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I rise on a point of order. I hate to throw more onto the docket, but I have been informed that New Democrats are not supporting this and I named them earlier as having been partnered with the government. I want to apologize to those NDP members and thank them for telling me I was misinformed.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. Je regrette d'ajouter un autre élément à l'ordre du jour, mais j'ai appris que les néo-démocrates n'appuient pas cette motion, alors que j'ai dit plus tôt qu'ils étaient de mèche avec le gouvernement à ce sujet. Je tiens à m'excuser auprès des députés néo-démocrates. Je les remercie de m'avoir signalé que j'étais mal informé.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-04 10:47 [p.7964]
Madam Speaker, I do want to raise what I believe is a point of order. In listening to what has been taking place over the last half hour, it brings me back to a time when there was an issue with decorum in the chamber during a budget debate. It was the behaviour of members of the official opposition, who were banging their desks, ultimately storming out of the chamber. The Speaker at the time made a ruling. Official opposition members did not support it and they ended up walking out of the chamber.
You have made a decision, Madam Speaker, and you were prepared to allow the debate to continue. The difference between your position and the other incident that I referenced is that we are in a hybrid system. I counted at least four or five Conservative members speaking when you called for decorum, and rightfully so. However, we need to put in place something that allows individuals to hear the questions and answers when there is inappropriate behaviour virtually. If it were in the chamber, you would have the Sergeant-at-Arms remove the person, but you do not have that tool virtually.
I raise that as something that can be taken into consideration, but at some point, the House needs to deal—
Madame la Présidente, j'aimerais faire ce que je pense être un recours au Règlement. Ce qui s'est passé au cours de la dernière demi-heure me rappelle un débat sur un budget où on avait manqué de décorum à la Chambre, où les députés de l'opposition officielle se sont mis à frapper sur leur bureau et ont fini par sortir de l'enceinte, en tempêtant. La présidence avait rendu une décision avec laquelle les députés de l'opposition n'étaient pas d'accord et ils sont sortis de la Chambre.
Vous aviez tranché, madame la Présidente, et vous étiez prête à laisser le débat se poursuivre. Ce qui distingue vos circonstances et celles de la situation dont je viens de parler, c'est le fait que nous tenons une séance hybride. J'ai compté au moins quatre ou cinq députés conservateurs qui parlaient pendant que vous rappeliez la Chambre à l'ordre, avec raison. Nous devons mettre en place un mécanisme pour que les personnes puissent entendre les questions et les réponses lorsque des comportements inappropriés ont lieu en ligne. Si ces comportements avaient eu lieu dans l'enceinte, le sergent d'armes aurait pu intervenir pour faire sortir la personne, mais vous n'avez pas cette option pour les participants en ligne.
Je soumets ce point pour qu'il soit pris en considération éventuellement. À un moment donné, la Chambre devra régler...
Results: 1 - 100 of 914 | Page: 1 of 10

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data