Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 3271
View Blaine Calkins Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, provinces have been setting out measurable goals and benchmarks for when they are lifting public health measures. This gives businesses the ability to plan for reopening. Groups like the Canadian Chamber of Commerce and the Tourism Industry Association of Canada are urging the government for a federal plan, yet when it comes to the Liberal government's restrictions, there is only uncertainty.
What benchmarks are the Liberals using to determine when to safely open the border with the United States to everyone and how long until we reach that point?
Monsieur le Président, les provinces se fixent des objectifs mesurables et des conditions à réunir pour déterminer quand elles lèveront les mesures de santé publique. Cela permet aux entreprises de planifier leur réouverture. Des groupes tels que la Chambre de commerce du Canada et l'Association de l'industrie touristique du Canada exhortent le gouvernement à présenter un plan fédéral. Pourtant, en ce qui a trait aux restrictions imposées par le gouvernement libéral, il plane une incertitude absolue.
Sur quels critères les libéraux se fondent-ils pour déterminer à quel moment on pourra, en toute sécurité, rouvrir la frontière avec les États‑Unis pour tout le monde et dans combien de temps ces critères seront satisfaits?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, on the contrary, we have been transparent with Canadians that our first and most important job is to protect their health and to prevent against the importation of the virus. As I just mentioned to the member's colleague, over 34 million vaccines have been shipped to the provinces and territories to date, and 65.6% of Canadians have received one dose. Canada is the first in the G7, the G20 and the OECD for population that received at least one dose and we are administering second doses now. That is great news for everyone because we are better protected and we can see our lives coming back.
Monsieur le Président, au contraire, nous avons toujours fait preuve de transparence envers les Canadiens à cet égard. Notre priorité est de protéger leur santé et d'empêcher l'importation du virus. Comme je viens de le mentionner au collègue du député, à ce jour, plus de 34 millions de vaccins ont été expédiés aux provinces et aux territoires, et 65,6 % des Canadiens ont reçu leur première dose. Le Canada affiche le meilleur bilan du G7, du G20 et de l'OCDE au chapitre du nombre de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin, et nous sommes en train d'administrer les secondes doses. C'est une excellente nouvelle pour tous, car cela signifie que nous sommes mieux protégés et que nous pourrons bientôt retrouver une vie normale.
View Tony Baldinelli Profile
CPC (ON)
View Tony Baldinelli Profile
2021-06-17 19:17 [p.8712]
Madam Speaker, it is a pleasure for me to rise today and take this opportunity to share my thoughts on the recently tabled transportation estimates. These estimates, which are based upon budget 2021, have failed to present the needed road map and economic recovery plan that would lead us out of this pandemic in a timely manner. Not surprisingly, these estimates are just as disappointing as the budget itself.
Transportation is a critical component to our travel and tourism industry. Without the important role played by the transportation sector, Canadians and international visitors alike would be unable to experience the amazing sights, culture, landscapes, attractions and history that Canada has to offer. While a great number of provinces and territories are getting closer to a reopening of their economies, with plans in place, the federal government's lack of preparedness in its own jurisdiction poses a major obstacle in accelerating our economic reopening progress as a nation.
Let us take the Canadian cruise ship industry for example. Last February, the Minister of Transport banned cruise ship activity in Canada for a full year, without even considering whether health conditions could improve faster to allow the industry to resume earlier and salvage part of the late summer or early fall season this year. Instead, it was a blanket ban for a full year. Meanwhile, the Americans took this issue with an approach much different and far more optimistic. They could restart their American industry much sooner and responsibly before Canada's cruise ban ends in February 2022.
Consequently, our neighbours to the south have recently introduced legislation to allow American cruise ships to bypass Canadian ports on the west coast during voyages between Seattle and Alaska. As a result, Canada's west coast cruise industry is at risk of losing its spot in this marketplace. There is a real fear that these proposed changes could one day become permanent, which would have a devastating impact on Canadian coastline economies. Thousands of jobs in the tourism and maritime service industry rely on the safe operation of cruise ships between Canada and the United States.
As the American cruise ship industry begins to resume safe operations and with Canadian industry making it clear that a plan is urgently needed to save its 2022 season, there is still no safe restart strategy for cruise ships in Canada. We can blame the federal Liberals and their indifference and naivety for the unnecessary turmoil and economic loss.
Another example of the federal government's lack of preparedness can be found in its transportation consideration at our international land border crossings. There are four major international bridge crossings in my Niagara Falls riding alone. These include the Peace Bridge in Fort Erie, the Rainbow Bridge and Whirlpool Bridge in Niagara Falls, and the Queenston and Lewiston Bridge in Niagara-on-the-Lake. Before COVID, all four bridges were critical in facilitating travellers and trade in a timely manner. However, since COVID, all four bridges have struggled greatly without emergency financial assistance from our federal government.
When the American federal government stepped up to support the bridge authorities on its side of the Niagara River, financial aid from our federal government was nowhere in sight. I have written to the minister about this issue and still no action has been taken. One would imagine that CBSA officers who are front line, outward facing and essential workers would be prioritized by the federal government, their employer, to get vaccinated earlier. Instead, vaccines only began to arrive in Niagara for CBSA officers a few weeks ago, and this only happened after I asked the minister responsible about this in question period. It should not be this hard.
Another border challenge involving transportation is quickly coming and it will be here before we know it. In my discussions with local bridge authorities, there is a major concern about how the logistics of reopening these bridges and testing travellers will work from a border management perspective. What is to be avoided from their perspective is a plan that will result in border delays so long and dreadful that it may deter U.S. travellers from coming into Canada altogether. That is why we have been asking for months now for the government to present a safe and responsible federal reopening plan. When will this be announced?
As I have said many times in the House, COVID-19 hit our travel and tourism industry first, it hit it the hardest and it will take this industry the longest time to recover. These estimates are tone deaf to the fact that we are still fighting this pandemic nearly 15 months after it started. In addition to lacking any coordinated effort of sense of a recovery plan, there is scant to no mention of sector specific support measures for those hardest hit in our transportation sector.
Let us take motor coach buses for example. This industry has been a key component for connecting Canadians and visitors in rural and remote areas to the larger urban centres and beyond. However, COVID has been relentless against this sector.
It is no coincidence that on May 13, in the midst of a severe third wave of this pandemic, Greyhound Canada announced it was permanently cutting all bus routes across the country and shutting down its intercity bus operations after nearly a century of service.
An article in BNN Bloomberg reads, “The decision is a blow to rural and remote areas that rely on a patchwork of private intercity bus companies for transportation.”
Many Canadians, including the most vulnerable, live in rural or remote regions that depend heavily on these bus services to travel large distances between smaller towns and urban areas. As Greyhound continues to operate in the United States, it is difficult not to place the blame squarely on the dire economic situation in Canada that we face because of the Prime Minister's third wave.
The operators of Double Deck Tours, a local business in my riding, have also written to me. It is Niagara Falls' oldest tour company and it provides fully guided tours of the attractions, events and sights of Niagara Falls and Niagara-on-the-Lake. They write:
Given the impacts of COVID’s third wave on our economy and the absence of a coordinated border reopening plan, we are facing the possibility of having to rely exclusively on limited local business and a summer with ongoing restrictions. This will significantly reduce our recovery trajectory and our ability to replace these subsidies with revenues. The limited opportunity presented by a restricted summer will not be sufficient for businesses to accrue the liquidity required to make it to summer 2022, our next peak travel period.
Pressure is mounting on this issue. Earlier this week, the Canadian press reported that Canadian business leaders were demanding a plan from Ottawa to reopen our borders and our economy now. Perrin Beatty, the chief executive officer of the Canadian Chamber of Commerce, is quoted as calling Canada an outlier in failing to provide a fully fledged reopening plan that includes vaccination rates and other criteria.
What are the Liberals waiting for? We need them to coordinate and co-operate among themselves with industry, with business leaders and with our international partners to come up with a safe and responsible reopening plan so we can get life back to normal as quickly as possible. Canadian businesses and industries are eagerly seeking clarity and certainty from their federal government. Instead, it is becoming more clear by the day that the federal leadership, in this regard, is sorely absent.
Transportation, travel and tourism are among some of the hardest-hit sectors of our economy. It is going to take some time for them to recover. In fact, many businesses in these sectors are in survival mode, while they watch other parts of our economy reopen more quickly. The reality is that travel and tourism will not restart overnight. While 2019 was a record year for many Canadian tourism businesses, the Tourism Industry Association of Canada estimates it could take until at least 2025 before 2019 levels are achieved again. The Indigenous Tourism Association of Canada fears it could lose nearly 30 years of economic progress in its sector if more emergency financial support is not provided soon by the federal government.
Before this pandemic, Canada's travel and tourism industry was the country's fifth-largest sector, responsible for $105 billion in revenue, or 2.3% of GDP. It employed one in 10 Canadians, or 10% of Canadian jobs, and had 225,000 small and medium-sized businesses across Canada. It is terrible to see how much economic damage, loss, suffering and setback have been caused by this prolonged 15-month pandemic. It is even more terrible to know that our federal government, whose key responsibility is to protect its citizens and Canadian interests, was not ready to protect us at the start, and 15 long months later, it remains unprepared to provide a clear plan forward on safely and responsibly reopening our economy and our borders.
It should never be lost on any Canadian that the Liberal government prorogued Parliament last summer in the midst of a national pandemic health crisis. Let that resonate for a moment; think about it. Canadians deserve so much better, and Canada's Conservatives are ready and prepared to deliver the the governance and leadership they so badly deserve.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui et de profiter de l'occasion pour faire part à la Chambre de mes réflexions sur le budget des dépenses concernant le transport qui a été déposé récemment. Le budget des dépenses, qui se fonde sur le budget de 2021, ne prévoit ni la feuille de route nécessaire ni le plan de relance économique qui nous permettraient de sortir rapidement de la pandémie. Sans surprise, le budget des dépenses est aussi décevant que le budget lui-même.
Le transport est un élément essentiel de l'industrie du voyage et du tourisme. Sans le rôle important que joue le secteur du transport, les Canadiens et les visiteurs étrangers seraient incapables de profiter des magnifiques panoramas, de la culture, des paysages, des attraits et de l'histoire que le Canada a à offrir. Un grand nombre de provinces et de territoires rouvriront bientôt leur économie dans le cadre de plans précis, mais le manque de préparation du gouvernement fédéral dans son propre champ de compétence constitue un obstacle majeur à l'accélération de la réouverture de l'économie du pays.
Prenons par exemple l'industrie canadienne des croisières. En février dernier, le ministre des Transports a interdit la circulation des bateaux de croisière au Canada pendant une année complète, sans même envisager que la situation sanitaire pourrait s'améliorer plus rapidement et permettre à l'industrie de reprendre ses activités plus tôt et de sauver une partie de sa saison, soit la fin de l'été ou le début de l'automne de cette année. Le ministre a plutôt imposé une interdiction générale pendant une année complète. Entretemps, les Étatsuniens ont adopté une approche bien différente et beaucoup plus optimiste. Ils pourront relancer leur industrie de façon responsable bien avant que l'interdiction imposée par le Canada aux bateaux de croisière prenne fin en février 2022.
Nos voisins du Sud ont donc récemment adopté une mesure législative pour permettre aux bateaux de croisière américains de contourner les ports canadiens sur la côte Ouest au cours des voyages entre Seattle et l'Alaska. Par conséquent, l'industrie des croisières de la côte Ouest du Canada risque de perdre sa place dans ce marché. On craint vraiment que les changements proposés deviennent un jour permanents, ce qui aurait des conséquences dévastatrices sur les économies côtières du Canada. Des milliers d'emplois dans les industries du tourisme et du service maritime dépendent de la circulation sécuritaire des bateaux de croisière entre le Canada et les États‑Unis.
Alors que l'industrie américaine des croisières commence à reprendre ses activités en toute sécurité et, bien que l'industrie canadienne insiste clairement sur le besoin urgent d'un plan pour sauver sa saison 2022, il n'existe toujours pas de stratégie de redémarrage en toute sécurité pour l'industrie des croisières au Canada. Nous pouvons blâmer les libéraux fédéraux, car leur indifférence et leur naïveté sont à l'origine de cette situation chaotique et de ces pertes économiques inutiles.
Un autre exemple du manque de préparation du gouvernement fédéral réside dans la façon dont il a géré le dossier des déplacements aux passages frontaliers terrestres internationaux. Ma circonscription, Niagara Falls, compte à elle seule quatre grands ponts internationaux: le pont Peace à Fort Erie, les ponts Rainbow et Whirlpool à Niagara Falls, et le pont Queenston-Lewiston à Niagara-on-the-Lake. Avant la COVID, ces quatre ponts étaient essentiels pour faciliter la circulation des voyageurs et des marchandises en temps opportun. Toutefois, depuis la COVID, les quatre ponts ont connu de grandes difficultés sans l'aide financière d'urgence du gouvernement fédéral.
Lorsque le gouvernement fédéral américain est intervenu pour soutenir les administrations des ponts de son côté de la rivière Niagara, l'aide financière du gouvernement fédéral canadien n'était nulle part en vue. J'ai écrit au ministre à ce sujet, et aucune mesure n'a encore été prise. On serait en droit de s'attendre à ce que les agents de l'Agence des services frontaliers du Canada, en leur qualité de travailleurs essentiels de première ligne, aient la priorité auprès du gouvernement fédéral, leur employeur, pour se faire vacciner plus tôt. Au lieu de cela, les vaccins destinés aux agents de l'ASFC n'ont commencé à arriver dans la région de Niagara qu'il y a quelques semaines, et ce, après que j'ai interrogé le ministre responsable à ce sujet lors de la période des questions. Les choses ne devraient pas être difficiles à ce point‑là.
Un autre problème se profile rapidement à l'horizon en ce qui concerne les déplacements à la frontière, et nous n'aurons même pas le temps de réagir. D'après mes discussions avec les administrations locales chargées des ponts, on redoute beaucoup l'aspect logistique de la réouverture des ponts, du point de vue de la gestion des frontières, notamment la façon de soumettre les voyageurs à des tests. Ce qu'il faut éviter, selon les administrations, c'est un plan qui entraînerait des retards si longs et si pénibles à la frontière que cela pourrait dissuader les voyageurs américains de venir au Canada. C'est pourquoi nous demandons depuis des mois que le gouvernement présente un plan fédéral pour une réouverture responsable et en toute sécurité. Quand ce plan sera‑t‑il annoncé?
Comme je l'ai dit à maintes reprises à la Chambre, l'industrie du voyage et du tourisme a été frappée en premier et le plus durement par la COVID‑19 et il lui faudra le plus de temps pour s'en remettre. Ces estimations ignorent le fait que nous luttons toujours contre la pandémie près de 15 mois après qu'elle a commencé. En plus de l'absence d'un effort coordonné ou des grandes lignes d'un plan de relance, il n'y a que peu ou pas de mention de mesures de soutien propres au secteur des transports pour les entreprises les plus durement touchées.
Prenons l'exemple des sociétés d'autocars. Cette industrie joue un rôle clé dans le déplacement des Canadiens et des visiteurs entre des régions rurales et éloignées et de grands centres urbains et ailleurs. Cependant, la COVID s'est acharnée contre ce secteur.
Ce n'est pas une coïncidence si, le 13 mai, en plein milieu d'une forte troisième vague de la pandémie, Greyhound Canada a annoncé qu'il supprimait définitivement tous ses circuits d'autobus dans l'ensemble du pays et qu'il mettait fin à ses services d'autobus interurbains après près d'un siècle de service.
Dans un article de BNN Bloomberg, on peut lire que la décision porte un coup dur aux zones rurales et éloignées qui dépendent d'un groupe disparate de compagnies privées d'autobus interurbains aux fins de transport.
Beaucoup de Canadiens, y compris les plus vulnérables, vivent dans des régions rurales ou éloignées qui dépendent fortement de ces services d'autobus pour parcourir les grandes distances qui séparent les petites villes des zones urbaines. Étant donné que Greyhound poursuit ses activités aux États‑Unis, il est difficile de ne pas rejeter carrément la faute sur la situation économique désastreuse que nous vivions au Canada en raison de la troisième vague du premier ministre.
Les exploitants de Double Deck Tours, une entreprise locale dans ma circonscription, m'ont également écrit. Il s'agit de la plus ancienne compagnie d'excursions de Niagara Falls et elle offre des visites entièrement guidées des attractions, des événements et des sites touristiques de Niagara Falls et de Niagara‑on‑the‑Lake. Ils m'ont écrit ceci:
Compte tenu des conséquences de la troisième vague de la COVID‑19 sur l'économie et de l'absence d'un plan coordonné de réouverture des frontières, nous sommes confrontés à la possibilité de devoir compter exclusivement sur des activités commerciales locales limitées et un été avec des restrictions permanentes. Cela ralentira considérablement notre objectif de relance et notre capacité à remplacer les subventions par des revenus. Les possibilités limitées qu'offre un été soumis à des mesures de restrictions ne seront pas suffisantes pour que les entreprises accumulent les liquidités nécessaires pour tenir jusqu'à l'été 2022, la prochaine période de pointe pour les voyages.
La pression monte dans ce dossier. Plus tôt cette semaine, La Presse canadienne a rapporté que les chefs d'entreprise canadiens exigeaient d'Ottawa un plan de réouverture immédiate des frontières et de l'économie. Perrin Beatty, directeur général de la Chambre de commerce du Canada, aurait qualifié le Canada de marginal du fait qu'il ne présente pas de véritable plan de réouverture comprenant des critères relatifs aux taux de vaccination, entre autres.
Qu'attendent les libéraux? Nous avons besoin qu'ils coordonnent les mesures et qu'ils collaborent entre eux avec l'industrie, les chefs d'entreprise et nos partenaires internationaux afin d'élaborer un plan de réouverture sûr et responsable pour que la vie reprenne son cours normal le plus rapidement possible. Les entreprises et les industries canadiennes cherchent ardemment à obtenir des précisions et des garanties de la part du gouvernement fédéral. Au lieu de cela, il devient de plus en plus manifeste que le leadership fédéral, à cet égard, fait cruellement défaut.
Les transports, le voyage et le tourisme comptent parmi les secteurs les plus durement touchés de notre économie. Il leur faudra du temps pour s'en remettre. En fait, de nombreuses entreprises de ces secteurs sont en mode de survie, alors qu'elles regardent d'autres parties de notre économie rouvrir plus rapidement. La réalité est que le voyage et le tourisme ne redémarreront pas du jour au lendemain. Bien que 2019 ait été une année record pour de nombreuses entreprises touristiques canadiennes, l'Association de l'industrie touristique du Canada estime qu'il faudra attendre au moins jusqu'en 2025 avant d'atteindre de nouveau les niveaux de 2019. L'Association touristique autochtone du Canada craint pour sa part que ce secteur perde près de 30 ans de progrès économiques si le gouvernement fédéral ne fournit pas d'aide financière supplémentaire sous peu.
Avant la pandémie, l'industrie canadienne du voyage et du tourisme était le cinquième secteur du pays, représentant 105 milliards de dollars de revenus, ou 2,3 % du PIB. Il employait un Canadien sur 10, ou fournissait 10 % des emplois au Canada, et regroupait 225 000 PME dans l'ensemble du pays. Il est terrible de voir l'ampleur des dommages économiques, des pertes, de la souffrance et du recul causés par cette pandémie qui perdure depuis 15 mois. Il est encore plus terrible de savoir que le gouvernement fédéral, dont la responsabilité première est de protéger les citoyens et l'intérêt du Canada, n'était pas prêt à nous protéger au commencement, et que, 15 longs mois plus tard, il n'est toujours pas prêt à fournir un plan clair pour la réouverture sécuritaire et responsable de notre économie et de nos frontières.
Les Canadiens ne devraient jamais oublier que le gouvernement libéral a prorogé le Parlement l'été dernier, en pleine crise sanitaire nationale liée à une pandémie. Pensons-y un instant. Les Canadiens méritent beaucoup mieux que cela, et les conservateurs du Canada sont prêts à leur offrir la gouvernance et le leadership qu'ils méritent vraiment.
View Gerald Soroka Profile
CPC (AB)
View Gerald Soroka Profile
2021-06-17 20:58 [p.8727]
Madam Speaker, it is my pleasure tonight to rise in the House to speak to the main estimates for the Department of Transport. I note that I will be splitting my time with the member for Regina—Wascana.
Since the beginning of the current session of Parliament, it has been my pleasure to sit on the Standing Committee on Transport, Infrastructure and Communities. This committee is filled with a good group of parliamentarians working to get answers for Canadians on transport-related issues and to secure the future of transport in this country.
This past fall, we began a study to examine the impacts of COVID-19 on the aviation sector in Canada. We heard heart-wrenching stories from many witnesses about how much of their workforce had to be laid off. Many were struggling to put food on the table in cases where there were gaps in federal support.
What is interesting to note is that, while some companies were getting little to no support and could not secure a meeting with the minister, other companies were receiving much more support and getting meetings with the minister on a regular basis. The patchwork approach the government has been taking when it comes to getting support to Canada's aviation sector ignores all the workers in the aviation sector who have lost their jobs as a result of the government's inaction on this file. Canadians have been watching closely over the past year, and many in this sector still have not received the support they require. Hope is dying.
It is nice for aviation workers to hear from the government that help is on the way, but when is it coming? When days turn into weeks, weeks turn into months and then months turn into over a year, I can see why so many in the industry who have still not received support have lost hope. However, members should note that not all airlines are still waiting for support. Air Canada received a $5-billion package from the government in April, and shortly after, it awarded more than $10 million in bonuses to executives and managers. The Conservatives have been clear from the beginning: We must get support out the door to those who need it most, and no taxpayer money should ever be used for executive bonuses.
A couple of weeks ago, I heard from a constituent who, prior to COVID, booked a vacation for himself and his wife for their 30th anniversary. Because of travel restrictions, their vacation was put on hold and they received a travel voucher that was good for 24 months. This was all good until my constituent lost his job because of COVID and needed to access the funds that were tied up in a vacation that he and his wife never got to go on.
Many travel companies have said that passenger refunds are tied to government support. Sunwing received a temporary support package back in February and set aside money for customers, but it has not dispensed that money, as it is still in negotiations with the government regarding its full support package.
The predicament this constituent and many other Canadians in similar situations now find themselves in is that they still have no clear indications from the government about when travel restrictions will be lifted, and the end of the 24-month period for the travel voucher is coming quickly. If the government does not soon finalize the support package, customers in this situation are at risk of losing the thousands of dollars they saved for a vacation that they may never get to go on. This is just one story of how the government's inaction on this issue is costing Canadians.
On the border, as I mentioned, the government has still not provided Canadians with any sort of indication as to when the border might open. The government waited far too long to close the border. Now we are nearing the end of the pandemic, and it refuses to provide Canadians with certainty as to when we will reopen it.
I would like to thank all those who work at the CBSA and have been challenged over the past year to quickly adapt to the ever-changing rules and travel restrictions thrown at them. COVID began in March 2020, and we knew very early on that COVID was entering Canada because we left our borders open and the government repeatedly failed to take meaningful action to secure them.
The spending that is occurring in the transport budget is important, and I agree that we must provide support to the industries that were hardest hit by COVID. However, with the government, we repeatedly see money being allocated in the budget and then either not getting out the door fast enough, like all of the lapsed infrastructure spending, or getting out the door and into the wrong hands, like with the WE Charity scandal and Air Canada's executive compensation package.
An area that needs support is the tourism industry. When I talk about targeted support being needed, an area that comes to mind with a shortfall is tourism.
COVID-19 has been incredibly tough on the tourism industry. I talk with many stakeholders in my riding, and a concern I hear from them is that, while the $500 million in support the government is offering is appreciated, when stretched to companies from coast to coast to coast, this support is being spread too thin. Businesses have suffered major losses through no fault of their own. The support they need should be available to continue their operations.
It is extremely important that we fully recover the tourism industry, especially in communities that rely on the industry as a significant part of their economy. A factor we need to think about in relation to tourism recovery is the transportation of people and how easy it is for tourists to get to their destinations. In many cases, taking a bus over a flight or driving can make for a more economical vacation. With the closing of Greyhound Canada, this is leaving a gap in our transportation network.
Many Canadians across Canada who live in rural or more remote regions depend on intercity bus services to travel large distances between smaller towns and urban areas. As Greyhound continues to operate in the United States, we must recognize that the decision to close down operations in Canada will have a ripple effect on our tourism industry and will result in consumers having less choice in how they reach their vacation destinations.
Our transportation sector is of vital importance for the tens of thousands of Canadians employed in the sector. These are real people who need support and must not be treated as political pawns. For nearly a year, the government has been promising them support but repeatedly failing to deliver in a meaningful way.
To conclude, my Conservative colleagues and I are calling on the government to deliver support to our aviation sector. That means restoring Canada's regional routes, ensuring passengers receive refunds, making sure travel agent commissions are not clawed back, ensuring Nav Canada maintains adequate service levels for air traffic controls and bringing forward a comprehensive travel restart plan so that Canadians are no longer left in the dark.
Madame la Présidente, j'ai le plaisir de prendre la parole à la Chambre ce soir à propos du budget principal des dépenses du ministère des Transports. Je partagerai mon temps de parole avec le député de Regina—Wascana.
Depuis le début de la session actuelle du Parlement, j'ai le plaisir de siéger au Comité permanent des transports, de l'infrastructure et des collectivités. Ce comité se compose d'un groupe de parlementaires qui cherchent à obtenir des réponses pour les Canadiens sur des questions liées au transport, ainsi qu'à assurer l'avenir du transport au Canada.
L'automne dernier, nous avons entrepris un examen des conséquences de la COVID‑19 sur le secteur de l'aviation au Canada. Nous avons entendu des récits déchirants de nombreux témoins sur des mises à pied massives. Plusieurs avaient du mal à joindre les deux bouts à cause de lacunes dans les mesures d'aide fédérales.
Fait intéressant, certaines entreprises ont obtenu peu d'aide, voire aucune, et elles n'ont pas pu obtenir une rencontre avec le ministre, tandis que d'autres entreprises ont reçu beaucoup plus d'aide et ont pu rencontrer le ministre de façon régulière. L'approche incohérente du gouvernement lorsqu'il s'agit d'aider le secteur canadien de l'aviation ne tient pas compte de tous les travailleurs de ce secteur qui ont perdu leur emploi en raison de l'inaction du gouvernement dans ce dossier. Les Canadiens ont suivi le dossier de près dans la dernière année, et bien des intervenants de ce secteur n'ont toujours pas reçu l'aide dont ils ont besoin. Ils perdent espoir.
Les travailleurs de l'aviation sont heureux d'entendre que le gouvernement les aidera, mais quand cette aide arrivera-t-elle? Comme l'aide s'est fait attendre pendant des jours, des semaines, des mois et plus d'un an, je peux comprendre que nombre d'intervenants de l'industrie aient perdu espoir. Cependant, les députés doivent savoir que ce ne sont pas toutes les compagnies aériennes qui attendent encore de l'aide. Air Canada a reçu une aide de 5 milliards de dollars du gouvernement en avril, et peu après, l'entreprise a accordé plus de 10 milliards de dollars en primes à des dirigeants et des gestionnaires. Les conservateurs ont dit clairement depuis le début qu'il faut offrir de l'aide à ceux qui en ont le plus besoin, et l'argent des contribuables ne devrait jamais servir à payer des primes à des dirigeants.
Il y a quelques semaines, j'ai eu des nouvelles d'un habitant de ma circonscription qui, avant la pandémie de COVID‑19, avait réservé des vacances pour son épouse et lui à l'occasion de leur 30e anniversaire. En raison des restrictions de voyage, ils ont remis leurs vacances à plus tard et ils ont reçu un bon de voyage valide pour une période de 24 mois. Tout allait bien jusqu'à ce que cet homme perde son emploi à cause de la COVID‑19 et qu'il ait besoin des fonds qui étaient réservés pour des vacances que son épouse et lui n'ont jamais pu prendre.
Beaucoup de compagnies aériennes ont dit que le remboursement des passagers nécessitait une aide gouvernementale. Sunwing a reçu une aide temporaire en février et a mis de l'argent de côté pour les consommateurs. Elle n'a toutefois pas distribué l'argent parce qu'elle est toujours en négociation avec le gouvernement pour son programme d'aide complet.
Cet homme de ma circonscription et de nombreux autres Canadiens se trouvent maintenant dans cette situation fâcheuse: ils ne savent toujours pas précisément quand le gouvernement lèvera les restrictions de voyage, et la fin de la période de 24 mois du bon de voyage approche rapidement. Si le gouvernement ne conclut pas l'entente sur le programme d'aide bientôt, les consommateurs dans cette situation risquent de perdre les milliers de dollars qu'ils avaient économisés pour des vacances qui pourraient ne jamais se réaliser. Ce n'est qu'un seul exemple du coût de l'inaction du gouvernement pour les Canadiens.
Par ailleurs, comme je l'ai mentionné, le gouvernement n'a pas encore donné d'indication aux Canadiens sur la date de réouverture possible de la frontière. Le gouvernement a attendu beaucoup trop longtemps pour la fermer. Maintenant que la pandémie tire à sa fin, il refuse de préciser clairement aux Canadiens quand il la rouvrira.
Je remercie tous les employés de l'Agence des services frontaliers du Canada qui, au cours de la dernière année, ont dû s'adapter rapidement à des règles et à des restrictions de voyage changeant constamment. La COVID a commencé en mars 2020. Nous nous sommes très rapidement rendu compte que le virus entrerait au Canada parce que nous avions laissé nos frontières ouvertes et que le gouvernement avait refusé à maintes reprises de prendre des mesures concrètes pour les protéger.
Les dépenses prévues dans le budget du ministère des Transports sont importantes, et je conviens que nous devons aider les industries les plus durement touchées par la COVID. Toutefois, sous le gouvernement actuel, nous avons maintes fois vu des sommes alloués dans le budget ne pas être versées assez rapidement, comme tous les fonds d'infrastructure inutilisés, ou être versées aux mauvais destinataires, comme dans le cadre du scandale de l'organisme UNIS ou de l'octroi par Air Canada de primes à ses dirigeants.
L'industrie du tourisme est un secteur qui a besoin d'aide. Quand je parle de la nécessité de mettre en place des mesures de soutien ciblées, je pense à un secteur dans le besoin, celui du tourisme.
La pandémie de COVID‑19 est incroyablement éprouvante pour l'industrie du tourisme. Je parle avec de nombreux intervenants de ma circonscription, et l'une des préoccupations qu'ils expriment est que, même si les 500 millions de dollars de soutien offerts par le gouvernement sont les bienvenus, une fois répartis entre toutes les entreprises d'un océan à l'autre, ils s'avèrent insuffisants. Les entreprises ont essuyé des pertes majeures pour des raisons indépendantes de leur volonté. Il faut leur offrir le soutien dont elles ont besoin pour leur permettre de poursuivre leurs activités.
Il est extrêmement important de relancer entièrement l'industrie du tourisme, en particulier dans les collectivités dont l'économie repose fortement sur cette industrie. Il y a un facteur à ne pas oublier concernant la relance du tourisme, et c'est le transport des gens, c'est-à-dire la facilité avec laquelle les touristes peuvent se rendre à leurs destinations. Dans bien des cas, l'autobus est une solution de vacances plus économique que l'avion ou l'automobile. Or, la fermeture de Greyhound Canada a laissé un vide dans notre réseau de transport.
Beaucoup de Canadiens qui vivent dans des régions rurales ou éloignées dépendent des services d'autobus interurbains pour parcourir les grandes distances qui séparent les petites villes des zones urbaines. Étant donné que Greyhound poursuit ses activités aux États‑Unis, nous devons reconnaître que sa décision de cesser ses activités au Canada aura des répercussions sur l'industrie du tourisme et réduira le choix des consommateurs quant à la façon de se rendre à leurs destinations de vacances.
Le secteur des transports est d'une importance vitale pour les dizaines de milliers de Canadiens qui y sont employés. Ce sont des gens qui ont besoin de soutien et qui ne doivent pas être traités comme des pions politiques. Depuis près d'un an, le gouvernement leur promet de l'aide, mais ne parvient pas à leur donner quelque chose de concret.
En conclusion, mes collègues conservateurs et moi-même demandons au gouvernement de fournir un soutien au secteur de l'aviation. Cela signifie qu'il doit rétablir les dessertes régionales du Canada, veiller à ce que les passagers soient remboursés, s'assurer que les commissions des agents de voyage ne sont pas récupérées, voir à ce que Nav Canada maintienne des niveaux de service adéquats pour les contrôles de la circulation aérienne et présenter un plan complet de reprise des voyages afin que les Canadiens ne soient plus laissés dans l'ignorance.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 682--
Mr. Gary Vidal:
With regard to expenditures related to promoting, advertising, or consulting on Bill C-15, An Act respecting the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, by the government, including any that took place prior to the tabling of the legislation, since October 21, 2019, broken down by month and by department, agency or other government entity: (a) what was the total amount spent on (i) consultants, (ii) advertising, (iii) promotion; and (b) what are the details of all contracts related to promoting, advertising or consulting, including (i) the date the contact was signed, (ii) the vendor, (iii) the amount, (iv) the start and end date, (v) the description of goods or services, (vi) whether the contract was sole-sourced or was competitively bid on?
Response
(Return tabled)

Question No. 684--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to fraud involving the Canada Emergency Response Benefit program since the program was launched: (a) what was the number of double payments made under the program; (b) what is the value of the payments in (a); (c) what is the value of double payments made in (b) that have been recouped by the government; (d) what is the number of payments made to applications that were suspected or deemed to be fraudulent; (e) what is the value of the payments in (d); and (f) what is the value recouped by the government related to payments in (e)?
Response
(Return tabled)

Question No. 685--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to Corporations Canada and the deregistration of federally incorporated businesses since 2016, broken down by year: (a) how many businesses have deregistered their corporation; and (b) what is the breakdown of (a) by type of business?
Response
(Return tabled)

Question No. 686--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to the government’s requirements for hotels being used as quarantine facilities: (a) what specific obligations do the hotels have with regard to security standards; (b) what specific measures has the government taken to ensure these security standards are being met; (c) how many instances have occurred where government inspectors have found that the security standards of these hotels were not being met; (d) of the instances in (c), how many times did the security failures jeopardize the safety of (i) the individuals staying in the facility, (ii) public health or the general public; (e) are hotels required to verify that someone has received a negative test prior to leaving the facility, and, if so, how is this specifically being done; and (f) how many individuals have left these facilities without receiving a negative test result?
Response
(Return tabled)

Question No. 687--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to the government’s requirements for hotels to become a government-authorized hotel for the purpose of quarantining returning international air travellers: (a) what specific obligations do the hotels have with regard to security standards; (b) what specific measures has the government taken to ensure these security standards are being met; (c) how many instances have occurred where government inspectors have found that the security standards of these hotels were not being met; (d) of the instances in (c), how many times did the security failures jeopardize the safety of (i) the individuals staying in the facility, (ii) public health or the general public; (e) how many criminal acts have been reported since the hotel quarantine requirement began at each of the properties designated as a government-authorized hotel; (f) what is the breakdown of (e) by type of offence; (g) are the hotels required to verify that someone has received a negative test prior to leaving the facility, and, if so, how is this specifically being done; (h) how many individuals have left these hotels prior to or without receiving a negative test result; and (i) how does the government track whether or not individuals have left these hotels prior to receiving a negative test result?
Response
(Return tabled)

Question No. 688--
Ms. Nelly Shin:
With regard to the requirement that entails individuals entering Canada for compassionate reasons to seek an exemption online, the problems with the Public Health Agency of Canada’s (PHAC) online system, and the resulting actions from the Canada Border Services Agency (CBSA): (a) what is the total number of international travellers arriving at Canadian airports who were denied entry, broken down by month since March 18, 2020; (b) how many individuals in (a) were (i) immediately sent back to their country of origin, (ii) permitted to remain in Canada pending an appeal or deportation; (c) what is the number of instances where the PHAC did not make a decision on an application for exemptions on compassionate reasons prior to the traveller’s arrival, or scheduled arrival in Canada; (d) of the instances in (c), where PHAC did not make a decision on time, was the reason due to (i) technical glitches that caused the PHAC to miss the application, (ii) other reasons, broken down by reason; (e) for the instances where the PHAC did not make a decision on time, was the traveller (i) still permitted entry in Canada, (ii) denied entry; and (f) what specific recourse do travellers arriving for compassionate reasons have when they encounter problems with the CBSA or other officials due to the PHAC not making a decision on time?
Response
(Return tabled)

Question No. 689--
Mr. Robert Kitchen:
With regard to expenditures on social media influencers, including any contracts which would use social media influencers as part of a public relations campaign since January 1, 2021: (a) what are the details of all such expenditures, including the (i) vendor, (ii) amount, (iii) campaign description, (iv) date of the contract, (v) name or handle of the influencer; and (b) for each campaign that paid an influencer, was there a requirement to make public, as part of a disclaimer, the fact that the influencer was being paid by the government, and, if not, why not?
Response
(Return tabled)

Question No. 690--
Mr. Robert Kitchen:
With regard to all monetary and non-monetary contracts, grants, agreements and arrangements entered into by the government, including any department, agency, Crown corporation or other government entity, with FLIR Lorex Inc., FLIR Systems , Lorex Technology Inc, March Networks, or Rx Networks Inc., since January 1, 2016: what are the details of such contracts, grants, agreements, or arrangements, including for each (i) the company, (ii) the date, (iii) the amount or value, (iv) the start and end date, (v) the summary of terms, (vi) whether or not the item was made public through proactive disclosure, (vii) the specific details of goods or services provided to the government as a result of the contract, grant, agreement or arrangement, (viii) the related government program, if applicable?
Response
(Return tabled)

Question No. 691--
Mr. Randy Hoback:
With regard to the deal reached between the government and Pfizer Inc. for COVID-19 vaccine doses through 2024: (a) what COVID-19 modelling was used to develop the procurement agreement; and (b) what specific delivery timetables were agreed to?
Response
(Return tabled)

Question No. 692--
Mr. Randy Hoback:
With regard to the testimony of the CEO of BioPharma Services at the House of Commons' Standing Committee on International Trade on Friday, April 23, 2021, pertaining to potential future waves of COVID-19 and the need for trading blocs: (a) have the Minister of Finance and her department been directed to plan supports for Canadians affected by subsequent waves of the virus through 2026; (b) what is the current status of negotiations or discussions the government has entered into with our allies about the creation of trading blocs for vaccines and personal protective equipment; (c) which specific countries have been involved in discussions about potential trading blocs; and (d) what are the details of all meetings where negotiations or discussions that have occurred about potential trading, including the (i) date, (ii) participants, (iii) countries represented by participants, (iv) meeting agenda and summary?
Response
(Return tabled)

Question No. 694--
Ms. Raquel Dancho:
With regard to the Canada Emergency Response Benefit payments being sent to prisoners in federal or provincial or territorial correctional facilities: (a) how many CERB benefit payments were made to incarcerated individuals; (b) what is the value of the payments made to incarcerated individuals; (c) what is the value of the payments in (b) which were later recouped by the government as of April 28, 2021; (d) how many payments were intercepted and or blocked by Correctional Service Canada staff; (e) what is the breakdown of (d) by correctional institution; and (e) how many of the payments in (a) were sent to individuals in (i) federal correctional facilities, (ii) provincial or territorial correctional facilities?
Response
(Return tabled)

Question No. 696--
Mrs. Stephanie Kusie:
With regard to the negotiations between the government and major Canadian airlines that are related to financial assistance, since November 8, 2020: what are the details of all meetings, including any virtual meetings, held between the government and major airlines, including, for each meeting, the (i) date, (ii) number of government representatives, broken down by department and agency, and, if ministers' offices were represented, how many representatives of each office were present, (iii) number of airline representatives, including a breakdown of which airlines were represented and how many representatives of each airline were present?
Response
(Return tabled)

Question No. 697--
Mrs. Alice Wong:
With regard to the Canadian Intellectual Property Office (CIPO): (a) broken down by end of fiscal year, between fiscal years 2011-12 to 2020-21, how many trademark examiners were (i) employed, (ii) contracted by the CIPO; (b) what percentage in (a) were employed with a residence within the National Capital Region of Ottawa-Gatineau, by the end of fiscal years 2015-16 to 2020-21; (c) broken down by fiscal year, during each fiscal year from 2011-12 to 2020-21, how many trademark examiners were (i) hired, (ii) terminated, broken down by (A) for cause and (B) not for cause; (d) is there a requirement for bilingualism for trademark examiners, and, if so, what level of other-official language fluency is required; (e) is there a requirement that trademark examiners reside within the National Capital Region of Ottawa-Gatineau, and, if so, how many trademark examiner candidates have refused offers of employment, and how many trademark examiners have ceased employment, due to such a requirement in the fiscal years from 2011-12 to 2020-21; (f) what was the (i) mean, (ii) median time of a trademark application, for each of the fiscal years between 2011-12 and 2020-21, between filing and a first office action (approval or examiner’s report); (g) for the answer in (f), since June 17, 2019, how many were filed under the (i) direct system, (ii) Madrid System; (h) for the answer in (g), what are the mean and median time, broken down by month for each system since June 17, 2019; (i) does the CIPO prioritize the examination of Madrid system trademark applications designating Canada over direct trademark applications, and, if so, what priority treatment is given; (j) as many applicants and trademark agents have not received correspondence from the CIPO by regular mail and prefer electronic correspondence, does the CIPO have systems in place to allow trademarks examiners and other trademarks staff to send all correspondence by e-mail to applicants and trademark agents of record, and, if not, is the CIPO looking into implementing such system; (k) when is the anticipated date for the execution of such system; (l) what is Canada’s ranking with other countries, as to the speed of trademark examination; and (m) what countries, if any, have a longer period of time between filing and a first office action (approval or examiner’s report) for trademarks compared to Canada?
Response
(Return tabled)

Question No. 699--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to the Fiscal Stabilization Program under the Federal-Provincial Arrangements Act, since January 1, 1987: (a) what is the breakdown of every payment or refund made to provinces, broken down by (i) date, (ii) province, (iii) payment amount, (iv) revenue lost by the province, (v) payment as a proportion of revenue lost, (vi) the value of the payment in amount per capita; (b) how many claims have been submitted to the Minister of Finance by each province since its inception, broken down by province and date; (c) how many claims have been accepted, broken down by province and date; and (d) how many claims have been rejected, broken down by province and date?
Response
(Return tabled)

Question No. 700--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to voluntary compliance undertakings (VCU) and board orders by the Patented Medicines Prices Review Board (PMPRB), since January 1, 2016: (a) what is the total amount of money that has been made payable from pharmaceutical companies to her Majesty in right of Canada through voluntary compliance undertakings and board orders, both sum total, broken down by (i) company, (ii) product, (iii) summary of guideline application, (iv) amount charged, (v) date; (b) how is the money processed by the PMPRB; (c) how much of the intake from VCUs and board orders are counted as revenue for the PMPRB; (d) how much of the intake from VCUs and board orders are considered revenue for Health Canada; (e) as the Public Accounts lists capital inflow from VCUs as revenue, what has the PMPRB done with the inflow; and (f) who decides the distribution of the capital inflow from VCUs?
Response
(Return tabled)

Question No. 701--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to the Patented Medicines Prices Review Board (PMPRB) and the proposed amendments to the “Patented Medicines Regulations”, also referred to as the PMPRB Guidelines, since January 1, 2017: (a) how many organizations, advocacy groups, and members of industry or stakeholders have been consulted, both sum total and broken down in an itemized list by (i) name, (ii) summary of their feedback, (iii) date; (b) how many stakeholders expressed positive feedback about the proposed guidelines; (c) how many stakeholders expressed negative feedback about the proposed guidelines; (d) what is the threshold of negative feedback needed to delay implementation of the proposed guidelines as has been done previously in mid 2020, and start of 2021; (e) have there been any requests made by PMPRB executives to Health Canada officials to delay the implementation of the proposed regulations; and (f) how many times were these requests rejected by Health Canada officials?
Response
(Return tabled)

Question No. 702--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to reports, studies, assessments, consultations, evaluations and deliverables prepared for the Canada Mortgage and Housing Corporation since January 1, 2016: what are the details of all such deliverables, including the (i) date that the deliverable was finished, (ii) title, (iii) summary of recommendations, (iv) file number, (v) website where the deliverable is available online, if applicable, (vi) value of the contract related to the deliverable?
Response
(Return tabled)

Question No. 704--
Mr. Alex Ruff:
With regard to government data relating to the Cannabis Act (2018) Part 14 Access to Cannabis for Medical Purposes, broken down by month, year, and province or territory since 2018: (a) how many active personal or designated production registrations were authorized for amounts equal to or above 25 grams per person, per day: (b) how many active personal or designated production registrations are authorized for amounts equal to or above 100 grams per person, per day; (c) how many registrations for the production of cannabis at the same location exist in Canada that allow two, three and four registered persons; (d) of the locations that allow two, three and four registered persons to grow cannabis, how many site locations contain registrations authorized to produce amounts equal to or above 25 grams per person, per day; (e) how many site locations contain registrations authorized to produce amounts equal to or above 100 grams per person, per day; (f) how many Health Canada or other government inspections of these operations were completed each month; (g) how many of those inspections yielded violations, broken down by location; and (h) how many resulted in withdrawal of one or more licences?
Response
(Return tabled)

Question No. 706--
Mr. Jasraj Singh Hallan:
With regard to COVID-19 specimen collection from travellers completed at Canada’s ports of entry and through at home specimen collection kits: (a) what company performs the tests of specimens collected from each port of entry; (b) what company performs the tests of at home specimen collection kits; (c) what city and laboratory are specimens collected from each port of entry, sent to for processing; (d) what city and laboratory are at home specimen collection kits processed; (e) what procurement process did the government undertake in selecting companies to collect and process COVID-19 specimens; (f) what companies submitted bids to collect and process COVID-19 specimens; (g) what are the details of the bids submitted by companies in (f); and (h) what are the details of the contracts entered into between the government and any companies that have been hired to collect and process COVID-19 specimens?
Response
(Return tabled)

Question No. 707--
Mr. Jasraj Singh Hallan:
With regard to Access to Information and Privacy (ATIP) requests submitted to Immigration, Refugees, and Citizenship Canada (IRCC): (a) what is the current inventory of requests and broken down by the type of request; (b) what is the average processing time of each type of request; (c) what percentage of requests have received extensions in response time and broken down by the type of request; (d) what is the breakdown of the percentage of requests in (c) according to reasons for extensions; (e) what is the average length of extensions for response time overall and for each type of request; (f) what is the average number of extensions for response time overall and for each type of request; (g) what percentage of requests have had exemptions applied; (h) what is the breakdown of the percentage in (g) according to the reasons for exemptions; (i) how many complaints regarding the ATIP process has IRCC received since January 1, 2020, broken down by month; and (j) what is the breakdown of the number of complaints in (i) according to the type of complaint?
Response
(Return tabled)

Question No. 708--
Mr. Jasraj Singh Hallan:
With regard to Immigration, Refugees, and Citizenship Canada (IRCC) offices: (a) what lines of business are processed at each case processing centre (CPC), the centralized intake office (CIO), and the Operations Support Centre (OSC); (b) what lines of business in (a) are not currently being processed at each CPC, the CIO, and the OSC; (c) how many applications have been (i) submitted, (ii) approved, (iii) refused, (iv) processed for each line of business, at each CPC, the CIO, and the OSC since January 1, 2020, broken down by month; (d) what is the current processing times and service standard processing times for each line of business at each CPC, the CIO, the OSC; (e) what is the operating status of each IRCC in-person office in Canada; (f) what services are provided at each IRCC in-person office in Canada; (g) what services in (f) are currently (i) available, (ii) unavailable, (iii) offered at limited capacity, at each IRCC in-person office in Canada; (h) what lines of business are processed at each IRCC visa office located in Canadian embassies, high commissions, and consulates; (i) how many applications have been (i) submitted, (ii) approved, (iii) refused, (iv) processed, for each line of business processed at each IRCC visa office in (h) since January 1, 2020, broken down by month; and (j) what is the current processing times and standard processing times for each line of business processed at each IRCC visa office in (h)?
Response
(Return tabled)

Question No. 709--
Mr. Alex Ruff:
With regard to correspondence received by the Minister of Canadian Heritage or the Office of the Prime Minister related to internet censorship or increased regulation of posts on social media sites, since January 1, 2019: (a) how many pieces of correspondence were received; and (b) how many pieces of correspondence asked for more internet censorship or regulation?
Response
(Return tabled)

Question No. 710--
Mr. Martin Shields:
With regard to the planning of the government’s announcement on April 29, 2021, about the launch of an independent external comprehensive review of the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces and reports that some of those involved in the announcement, including Lieutenant-General Jennie Carignan, did not learn about their new roles until the morning of the announcement: (a) on what date was Lieutenant-General Jennie Carignan informed that she would become the Chief, Professional Conduct and Culture, and how was she informed; (b) on what date was Louise Arbour informed that she would be head of the review; (c) was the decision to launch this review made before or after Elder Marques testified at the Standing Committee on National Defence that Katie Telford had knowledge about the accusations against General Vance; and (d) if the decision in (c) was made prior to Mr. Marques’ testimony, what proof does the government have to back-up that claim?
Response
(Return tabled)

Question No. 711--
Mr. Martin Shields:
With regard to free rapid COVID-19 tests distributed by the government directly to companies for the screening of close-contact employees: (a) how many tests were distributed; (b) which companies received the tests; and (c) how many tests did each company in (b) receive?
Response
(Return tabled)

Question No. 712--
Mr. Martin Shields:
With regard to contracts awarded by the government to former public servants since January 1, 2020, broken down by department, agency, or other government entity: (a) how many contracts have been awarded to former public servants; (b) what is the total value of those contracts; and (c) what are the details of each such contract, including the (i) date the contract was signed, (ii) description of the goods or services, including the volume, (iii) final amount, (iv) vendor, (v) start and end date of contract?
Response
(Return tabled)

Question No. 713--
Mr. Pierre Paul-Hus:
With regard to sole-sourced contracts signed by the government since February 1, 2020, broken down by department, agency, or other government entity: (a) how many contracts have been sole-sourced; (b) what is the total value of those contracts; and (c) what are the details of each sole-sourced contract, including the (i) date, (ii) description of the goods or services, including the volume, (iii) final amount, (iv) vendor, (v) country of the vendor?
Response
(Return tabled)

Question No. 714--
Mrs. Shannon Stubbs:
With regard to the RCMP’s National Security Criminal Investigations Program, broken down by year since 2015: (a) how many RCMP officers or other personnel were assigned to the program; and (b) what was the program’s budget or total expenditures?
Response
(Return tabled)

Question No. 716--
Mr. Marc Dalton:
With regard to the Interim Protocol for the use of Southern B.C. commercial anchorages: (a) how many (i) days each of the anchorage locations was occupied from January 2019 to March 2021, broken down by month, (ii) complaints received related to vessels occupying these anchorages, between January 1, 2019, and March 31, 2021; and (b) why did the public posting of interim reports cease at the end of 2018?
Response
(Return tabled)

Question No. 717--
Mr. Marc Dalton:
With regard to federal transfer payments to Indigenous communities in British Columbia: (a) what is the total amount of federal transfer payments in fiscal years 2018-19, 2019-20, 2020-21; and (b) of the amounts provided in (a), what amounts were provided specifically to Metis communities?
Response
(Return tabled)

Question No. 718--
Mrs. Cathay Wagantall:
With regard to funding provided by the government to the Canadian Association of Elizabeth Fry Societies (CAEFS): (a) what requirements and stipulations apply for the CAEFS in securing, spending, and reporting financial support received from the government; and (b) what has the government communicated to the CAEFS with respect to the enforcement of Interim Policy Bulletin 584 before and after the coming into force of Bill C-16, An Act to amend the Canadian Human Rights Act and the Criminal Code, on June 19, 2017?
Response
(Return tabled)

Question No. 719--
Mr. Dan Albas:
With regard to government funding in the riding of South Okanagan—West Kootenay, for each fiscal year since 2018-19 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group, broken down by (i) name of the recipient, (ii) municipality of the recipient, (iii) date on which the funding was received, (iv) amount received, (v) department or agency providing the funding, (vi) program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
(Return tabled)

Question No. 722--
Mr. Dan Albas:
With regard to COVID-19 vaccines and having to throw them away due to spoilage or expiration: (a) how much spoilage and waste has been identified; (b) what is the spoilage and waste breakdowns by province; and (c) what is the cost to taxpayers for the loss of spoiled vaccines?
Response
(Return tabled)

Question No. 724--
Mr. Brad Vis:
With regard to the First-Time Home Buyer Incentive (FTHBI) announced by the government in 2019, from September 1, 2019, to date: (a) how many applicants have applied for a mortgage through the FTHBI, broken down by province or territory and municipality; (b) of the applicants in (a), how many applicants have been approved and accepted mortgages through the FTHBI, broken down by province or territory and municipality; (c) of the applicants in (b), how many approved applicants have been issued the incentive in the form of a shared equity mortgage; (d) what is the total value of incentives (shared equity mortgages) under the program that have been issued, in dollars; (e) for those applicants who have been issued mortgages through the FTHBI, what is that value of each of the mortgage loans; (f) for those applicants who have been issued mortgages through the FTHBI, what is that mean value of the mortgage loan; (g) what is the total aggregate amount of money lent to homebuyers through the FTHBI to date; (h) for mortgages approved through the FTHBI, what is the breakdown of the percentage of loans originated with each lender comprising more than 5 per cent of total loans issued; (i) for mortgages approved through the FTHBI, what is the breakdown of the value of outstanding loans insured by each Canadian mortgage insurance company as a percentage of total loans in force; and (j) what date will the promised FTHBI program updates announced in the 2020 Fall Economic Statement be implemented?
Response
(Return tabled)

Question no 682 --
M. Gary Vidal:
En ce qui concerne les dépenses gouvernementales relatives à la promotion, à la publicité ou aux experts conseils pour le projet de loi C-15, Loi concernant la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, y compris celles qui ont été engagées avant le dépôt de la mesure législative, depuis le 21 octobre 2019, ventilées par mois et par ministère, organisme ou autre entité gouvernementale: a) quel a été montant total dépensé pour (i) les experts conseils, (ii) la publicité, (iii) la promotion; b) quels sont les détails de tous les contrats liés à la promotion, à la publicité et aux experts conseils, y compris (i) la date de la signature du contrat, (ii) le fournisseur, (iii) le montant, (iv) les dates de début et de fin, (v) la description des biens ou des services, (vi) s’il s’agissait d’un contrat à fournisseur unique ou ayant fait l’objet d’un appel d’offres?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 684 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne la fraude relative à la Prestation canadienne d’urgence depuis sa création: a) combien de paiements ont été faits en double; b) quelle est la valeur des paiement en a); c) quelle est la valeur des paiements faits en double en b) qui ont été récupérés par le gouvernement; d) combien de paiements ont été accordés à des demandes jugées frauduleuses ou soupçonnées de l’être; e) quelle est la valeur des paiements en d); f) quelle est la valeur des paiements en e) qui ont été récupérés par le gouvernement?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 685 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne Corporations Canada et le désenregistrement de sociétés de régime fédéral depuis 2016, ventilé par année: a) combien d’entreprises ont désenregistré leur société; b) quelle est la répartition des entreprises en a) par type d’entreprise?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 686 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne les exigences du gouvernement pour les hôtels utilisés comme installations de quarantaine: a) quelles obligations précises les hôtels ont-ils en ce qui concerne les normes de sécurité; b) quelles mesures précises le gouvernement a-t-il prises pour s’assurer que ces normes de sécurité sont respectées; c) combien de fois les inspecteurs du gouvernement ont-ils constaté que les normes de sécurité de ces hôtels n’étaient pas respectées; d) parmi les cas en c), combien de fois les manquements aux normes de sécurité ont-ils mis en péril (i) la sécurité des personnes séjournant dans l’établissement, (ii) la santé publique ou la sécurité du grand public; e) les hôtels sont-ils tenus de vérifier qu’une personne a subi un test de dépistage négatif avant de quitter l’établissement et, le cas échéant, comment cette vérification est-elle effectuée; f) combien de personnes ont quitté ces établissements sans avoir reçu un résultat négatif?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 687 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne les exigences établies par le gouvernement pour que seuls les hôtels approuvés par les autorités publiques puissent accueillir des voyageurs qui reviennent de l’étranger par voie aérienne et qui doivent faire une quarantaine: a) quelles obligations précises les hôtels doivent-ils remplir concernant les normes de sécurité; b) quelles mesures précises le gouvernement a-t-il prises pour assurer le respect des normes de sécurité; c) combien de cas de non respect des normes de sécurité ont été observés par les inspecteurs des autorités publiques; d) parmi les cas en c), combien concernaient des manquements à la sécurité qui mettaient en péril (i) la sécurité des personnes séjournant dans l’établissement en question, (ii) la santé publique ou la population en général; e) combien d’actes criminels ont été signalés dans chacun des établissements approuvés par les autorités publiques depuis l’entrée en vigueur de l’exigence sur la quarantaine à l’hôtel; f) quels sont les nombres en e), ventilés selon le type d’infraction; g) les hôtels sont-ils tenus de vérifier que le client a reçu un résultat négatif à un test de dépistage avant de quitter l’établissement et, le cas échéant, quelle procédure précise s’applique à cette fin; h) combien de personnes ont quitté leur hôtel avant d’avoir reçu un résultat négatif à un test de dépistage ou sans avoir reçu de résultat négatif; i) comment le gouvernement vérifie-t-il si des gens quittent leur hôtel avant d’avoir reçu un résultat négatif à un test de dépistage?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 688 --
Mme Nelly Shin:
En ce qui concerne l’exigence selon laquelle les personnes entrant au Canada pour des raisons humanitaires doivent demander une exemption en ligne, les problèmes liés au système en ligne de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) et les mesures prises par l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) à l’égard de ces voyageurs: a) combien de voyageurs internationaux arrivant dans des aéroports canadiens se sont vus refuser l’entrée, ventilé par mois, depuis le 18 mars 2020; b) combien de personnes en a) ont été (i) immédiatement renvoyées dans leur pays d’origine, (ii) autorisées à rester au Canada en attendant une décision d’appel ou leur expulsion; c) dans combien de cas l’ASPC n’a pas pris de décision concernant une demande d’exemption pour des raisons humanitaires avant l’arrivée ou l’arrivée prévue du voyageur au Canada; d) dans les cas en c), où l’ASPC n’a pas pris de décision à temps, la raison était-elle due (i) à des problèmes techniques qui ont fait que l’ASPC n’a pas reçu la demande, (ii) à d’autres raisons, ventilées par raison; e) dans les cas où l’ASPC n’a pas pris de décision à temps, le voyageur (i) a-t-il été quand même autorisé à entrer au Canada, (ii) s’est-il vu refuser l’entrée; f) quels sont les recours pour les voyageurs qui viennent au pays pour des raisons humanitaires et qui ont des problèmes avec l’ASFC ou d’autres agents parce que l’ASPC n’a pas pris de décision à temps?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 689 --
M. Robert Kitchen:
En ce qui concerne les dépenses liées aux influenceurs sur les réseaux sociaux, y compris tout contrat visant à utiliser des influenceurs dans le cadre d’une campagne de relations publiques depuis le 1er janvier 2021: a) quels sont les détails relatifs à toutes ces dépenses, y compris (i) le fournisseur, (ii) le montant, (iii) la description de la campagne, (iv) la date du contrat, (v) le nom ou le pseudonyme de l’influenceur; b) pour chaque campagne qui a rémunéré un influenceur, était-il exigé que soit divulgué publiquement, sous forme d’avertissement, le fait que l’influenceur était payé par le gouvernement et, si ce n'est pas le cas, pourquoi?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 690 --
M. Robert Kitchen:
En ce qui concerne tous les contrats, subventions, ententes et arrangements monétaires et non monétaires conclus par le gouvernement, y compris tout ministère, organisme, société d’État ou autre entité gouvernementale, avec FLIR Lorex Inc., FLIR Systems, Lorex Technology Inc., March Networks ou Rx Networks Inc. depuis le 1er janvier 2016: quels sont les détails de ces contrats, subventions, ententes ou arrangements, y compris, pour chacun d’entre eux, (i) le nom de l’entreprise, (ii) la date, (iii) le montant ou la valeur, (iv) la date de début et de fin, (v) le résumé des modalités, (vi) le fait que ceux-ci ont fait l’objet ou pas d’une divulgation proactive, (vii) les détails précis des biens ou des services fournis au gouvernement en raison du contrat, de la subvention, de l’entente ou de l’arrangement, (viii) le programme gouvernemental pertinent, le cas échéant?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 691 --
M. Randy Hoback:
En ce qui concerne le marché conclu entre le gouvernement et Pfizer Inc. pour les doses de vaccin contre la COVID-19 jusqu’en 2024: a) quelle modélisation de la COVID-19 a été utilisée pour établir l’entente d’approvisionnement; b) sur quels calendriers de livraison précis s’est-on entendu?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 692 --
M. Randy Hoback:
En ce qui concerne le témoignage du directeur général de BioPharma Services devant le Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes, le vendredi 23 avril 2021, au sujet des prochaines vagues possibles de COVID-19 et de la nécessité des blocs commerciaux: a) est-ce que la ministre des Finances et son ministère ont eu la directive de prévoir des soutiens pour les Canadiens touchés par toute vague subséquente du virus d’ici 2026; b) quel est l’état actuel des négociations ou des discussions entre le gouvernement et nos alliés pour ce qui est de la création de blocs commerciaux pour les vaccins et l’équipement de protection personnelle; c) quels sont les pays qui participent aux discussions sur la création potentielle de blocs commerciaux; d) quels sont les détails de toutes les réunions où de possibles échanges commerciaux ont fait l’objet de négociations ou de discussions, y compris (i) la date, (ii) les participants, (iii) les pays représentés par les participants, (iv) l’ordre du jour et le compte rendu des réunions?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 694 --
Mme Raquel Dancho:
En ce qui concerne le versement de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) à des détenus dans des établissements correctionnels fédéraux, provinciaux ou territoriaux: a) combien de paiements de la PCU ont été versés à des personnes incarcérées; b) quel est le montant des paiements versés à des personnes incarcérées; c) quel est le montant des paiements en b) que le gouvernement a recouvrés par la suite, en date du 28 avril 2021; d) combien de paiements ont été interceptés ou bloqués par le personnel de Service correctionnel Canada; e) quelle est la ventilation de d) par établissement correctionnel; e) combien des paiements en a) ont été envoyés à des personnes détenues (i) dans des établissements correctionnels fédéraux, (ii) dans des établissements correctionnels provinciaux ou territoriaux?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 696 --
Mme Stephanie Kusie:
En ce qui concerne les négociations entre le gouvernement et les grandes compagnies aériennes du Canada au sujet d’une aide financière, depuis le 8 novembre 2020: quels sont les détails de chacune des réunions, y compris les réunions virtuelles, tenues entre le gouvernement et les grandes compagnies aériennes, y compris, pour chaque réunion, (i) la date, (ii) le nombre de représentants du gouvernement, ventilé par ministère et organisme, et, si des cabinets de ministre étaient représentés, combien de représentants de chaque cabinet étaient présents, (iii) le nombre de représentants des compagnies aériennes, y compris la ventilation des compagnies aériennes qui étaient représentées et le nombre de représentants de chacune des compagnies qui étaient présents?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 697 --
Mme Alice Wong:
En ce qui concerne l’Office de la propriété intellectuelle du Canada (OPIC): a) ventilé par fin d’exercice, des exercices de 2011-2012 à 2020-2021, combien d’examinateurs de marques de commerce étaient (i) des employés, (ii) des contractuels de l’OPIC; b) quel pourcentage en a) étaient des employés et avaient une résidence dans la région de la capitale nationale d'Ottawa-Gatineau à la fin des exercices de 2015-2016 à 2020-2021; c) ventilé par exercice, au cours de chacun des exercices de 2011-2012 à 2020-2021, combien d’examinateurs de marques de commerce ont été (i) embauchés, (ii) licenciés, ventilés par (A) avec justification et (B) sans justification; d) les examinateurs de marques de commerce doivent-ils être bilingues et, le cas échéant, quel est le niveau requis de maîtrise de l’autre langue officielle; e) les examinateurs de marques de commerce doivent-ils résider dans la région de la capitale nationale d'Ottawa-Gatineau et, le cas échéant, combien de candidats à des postes d’examinateur de marques de commerce ont refusé des offres d’emploi, et combien d’examinateurs de marques de commerce ont cessé de travailler, à cause d’une telle exigence au cours des exercices de 2011-2012 à 2020-2021; f) quels étaient le (i) délai moyen, (ii) délai médian d’une demande de marque, pour chacun des exercices entre 2011-2012 et 2020-2021, entre le dépôt et la première intervention de l’autorité compétente (approbation ou rapport de l’examinateur); g) concernant la réponse en f), depuis le 17 juin 2019, combien de demandes ont été déposées selon (i) le système direct, (ii) le système de Madrid; h) concernant la réponse en g), quels sont les délais moyens et médians, ventilés par mois pour chaque système depuis le 17 juin 2019; i) l’OPIC accorde-t-il la priorité à l’examen des demandes de marques de commerce du système de Madrid désignant le Canada au détriment des demandes de marques de commerce directes et, le cas échéant, quel traitement prioritaire est accordé; j) comme de nombreux déposants et agents de marques de commerce ne reçoivent pas de correspondance de l’OPIC par courrier ordinaire, préférant la correspondance électronique, l’OPIC dispose-t-il de systèmes permettant aux examinateurs de marques de commerce et aux autres membres du personnel s’occupant des marques d’envoyer toute la correspondance par courrier électronique aux déposants et aux agents de marques enregistrés et, si ce n’est pas le cas, l’OPIC envisage-t-il de mettre en place un tel système; k) quelle est la date prévue de lancement d’un tel système; l) où le Canada se classe-t-il, par rapport aux autres pays, pour la rapidité de l’examen des marques de commence; m) quels sont les pays, le cas échéant, où le délai entre le dépôt et la première intervention de l’autorité compétente (approbation ou rapport de l’examinateur) pour les marques de commerce est plus long qu’au Canada?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 699 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne le programme de stabilisation fiscale prévu dans la Loi sur les arrangements fiscaux entre le gouvernement fédéral et les provinces, du 1er janvier 1987 à aujourd’hui: a) quelle est la ventilation de tous les paiements et remboursements qui ont été versés aux provinces par (i) date, (ii) province, (iii) montant, (iv) recettes provinciales perdues, (v) taux des recettes perdues que les paiements ont compensées, (vi) valeur des paiements par habitant; b) combien de demandes de paiement la ministre des Finances a-t-elle reçues depuis la création du programme, ventilées par province et par date; c) combien de demandes de paiement ont été approuvées, ventilées par province et par date; d) combien de demandes de paiement ont été rejetées, ventilées par province et par date?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 700 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne les engagements de conformité volontaire et les ordonnances du Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB), depuis le 1er janvier 2016: a) quel est le montant total des sommes payables par les sociétés pharmaceutiques à Sa Majesté du chef par l’intermédiaire d’engagements de conformité volontaire et d’ordonnances, ventilé par (i) entreprise, (ii) produit, (iii) sommaire de l’application des lignes directrices, (iv) montant facturé, (v) date; b) comment l’argent est-il traité par le CEPMB; c) quelle partie des prélèvements effectués au titre des engagements de conformité volontaire et des ordonnances est calculée comme un revenu du CEPMB; d) quelle partie des prélèvements effectués au titre des engagements de conformité volontaire et des ordonnances est calculée comme un revenu de Santé Canada; e) comme les Comptes publics considèrent l’entrée de capitaux provenant des engagements de conformité volontaire comme des revenus, que fait le CEPMB de ces entrées de capitaux; f) qui décide de la répartition des entrées de capitaux découlant des engagements de conformité volontaire?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 701 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne le Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB) et les modifications proposées au Règlement sur les médicaments brevetés, que l’on appelle également les « Lignes directrices du CEPMB », depuis le 1er janvier 2017: a) combien d’organismes, de groupes de défense d’intérêts et de membres de l’industrie ou d’intervenants ont été consultés, à la fois le nombre total et ventilé selon une liste détaillée par (i) le nom, (ii) le résumé des commentaires, (iii) la date; b) combien d’intervenants ont exprimé des commentaires positifs au sujet des lignes directrices proposées; c) combien d’intervenants ont exprimé des commentaires négatifs au sujet des lignes directrices proposées; d) quel est le seuil de commentaires négatifs permettant de retarder la mise en œuvre des lignes directrices proposées, comme ce qui s’est fait au milieu de 2020 et au début de 2021; e) est-ce que des dirigeants du CEPMB ont demandé à des fonctionnaires de Santé Canada de retarder la mise en œuvre des lignes directrices proposées; f) combien de fois ces demandes ont-elles été rejetées par des fonctionnaires de Santé Canada?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 702 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne les rapports, études, évaluations, consultations et documents produits pour la Société canadienne d’hypothèques et de logement depuis le 1er janvier 2016: quels sont les détails de tous ces produits livrables, y compris (i) la date de finalisation du produit, (ii) le titre, (iii) le résumé des recommandations, (iv) le numéro de dossier, (v) le site Web où le produit est affiché en ligne, le cas échéant, (vi) la valeur du contrat lié au produit livrable?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 704 --
M. Alex Ruff:
En ce qui concerne les données du gouvernement sur la partie 14 de la Loi sur le cannabis (2018) relativement à l’accès au cannabis à des fins médicales, ventilé par mois, année et province ou territoire depuis 2018: a) combien d’inscriptions pour la production personnelle ou par une personne désignée ont été autorisées pour la production de quantités égales ou supérieures à 25 grammes par personne quotidiennement; b) combien d’inscriptions pour la production personnelle ou par une personne désignée ont été autorisées pour la production de quantités égales ou supérieures à 100 grammes par personne quotidiennement; c) combien d’inscriptions pour la production de cannabis dans un même lieu compte-on au Canada et conformément auxquelles on autorise la production à deux, trois ou quatre personnes inscrites; d) parmi les lieux qui permettent à deux, trois ou quatre personnes inscrites de cultiver du cannabis, combien sont assortis d’inscriptions permettant la production de quantités égales ou supérieures à 25 grammes par personne quotidiennement; e) combien de sites de production sont assortis d’inscriptions permettant la production de quantités égales ou supérieures à 100 grammes par personne quotidiennement; f) combien d’inspections de Santé Canada ou d’autres inspections gouvernementales ont été effectuées à l’égard de ces activités chaque mois; g) combien de ces inspections ont abouti à des infractions, ventilées par lieu; h) combien ont abouti au retrait d’un ou de plusieurs permis?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 706 --
M. Jasraj Singh Hallan:
En ce qui concerne le prélèvement d’échantillons pour le dépistage de la COVID-19 effectué auprès des voyageurs aux points d’entrée du Canada et au moyen de trousses de prélèvement à domicile: a) quelle entreprise effectue les analyses pour les échantillons prélevés à chaque point d’entrée; b) quelle entreprise effectue les analyses pour les trousses de prélèvement à domicile; c) dans quelle ville et quel laboratoire les échantillons prélevés à chaque point d’entrée sont-ils envoyés aux fins d’analyse; d) dans quelle ville et quel laboratoire les trousses de prélèvement à domicile sont-elles analysées; e) quel processus d’approvisionnement le gouvernement du Canada a-t-il entrepris pour sélectionner les entreprises chargées de recueillir et d’analyser les échantillons aux fins de dépistage de la COVID-19; f) quelles entreprises ont soumis des offres pour le prélèvement et l’analyse des échantillons du test COVID-19; g) quels sont les détails des offres soumises par les entreprises mentionnées en f); h) quels sont les détails des contrats conclus entre le gouvernement du Canada et les entreprises retenues pour le prélèvement et l’analyse des échantillons du test COVID-19?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 707 --
M. Jasraj Singh Hallan:
En ce qui concerne les demandes d’accès à l’information soumises à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC): a) combien y a-t-il de demandes à traiter et ventilées par type de demande; b) quel est le temps de traitement moyen de chaque type de demande; c) quel pourcentage de demandes ont fait l’objet d’une prolongation du temps de réponse et ventilées par type de demande; d) quelle est la ventilation du pourcentage des demandes en c) en fonction des raisons de la prolongation; e) quelle est la durée moyenne des prolongations du temps de réponse dans l’ensemble et pour chaque type de demande; f) quel est le nombre moyen de prolongations du temps de réponse dans l’ensemble et pour chaque type de demande; g) quel pourcentage de demandes ont fait l’objet d’exemptions; h) quelle est la ventilation du pourcentage en g) en fonction des raisons des exemptions; i) combien de plaintes concernant le processus de demande d’accès à l’information IRCC a-t-il reçues depuis le 1er janvier 2020, ventilées par mois; j) quelle est la ventilation du nombre de plaintes en i) en fonction du type de plainte?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 708 --
M. Jasraj Singh Hallan:
En ce qui concerne les bureaux d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC): a) quels sont les secteurs d’activité traités dans chaque centre de traitement des demandes (CTD), au Bureau de réception centralisée des demandes (BRCD) et au Centre de soutien des opérations (CSO); b) quels secteurs d’activité en a) ne sont pas traités actuellement dans chaque CTD, au BRCD et au CSO; c) combien de demandes ont été (i) soumises, (ii) approuvées, (iii) rejetées, (iv) traitées dans chaque secteur d’activité, dans chaque CTD, au BRCD et au CSO depuis le 1er janvier 2020, ventilées par mois; d) quels sont les délais de traitement actuels et les délais de traitement standards pour chaque secteur de service dans chaque CTD, au BRCD et au CSO; e) quelle est la situation de fonctionnement de chaque bureau de service en personne d’IRCC au Canada; f) quels sont les services offerts dans chaque bureau de service en personne d’IRCC au Canada; g) quels services en f) sont actuellement (i) offerts, (ii) non offerts, (iii) offerts dans une mesure limitée, dans chaque bureau de service en personne d’IRCC au Canada; h) quels secteurs d’activité sont traités dans chaque bureau des visas d’IRCC situés dans des ambassades, des hauts-commissariats et des consulats canadiens; i) combien de demandes ont été (i) soumises, (ii) approuvées, (iii) rejetées, (iv) traitées, pour chaque secteur d’activité traité dans chaque bureau des visas d’IRCC en h) depuis le 1er janvier 2020, ventilées par mois; j) quels sont les délais de traitement actuels et les délais de traitement standards pour chaque secteur de service traité dans chaque bureau des visas d’IRCC en h)?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 709 --
M. Alex Ruff:
En ce qui concerne la correspondance reçue par le ministre du Patrimoine canadien ou le Cabinet du premier ministre au sujet de la censure sur Internet ou du resserrement de la réglementation visant les publications sur les sites de médias sociaux, depuis le 1er janvier 2019: a) combien de lettres ont été reçues; b) combien de lettres réclamaient un accroissement de la censure sur Internet ou de la réglementation d’Internet?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 710 --
M. Martin Shields:
En ce qui concerne la planification entourant l’annonce faite par le gouvernement le 29 avril 2021 concernant le lancement d’un examen externe complet et indépendant du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, et des déclarations selon lesquelles certaines personnes concernées par l’annonce, dont la lieutenante-générale Jennie Carignan, n’ont été mises au courant de leur nouveau rôle que le matin de l’annonce: a) à quelle date la lieutenante-générale Jennie Carignan a-t-elle été informée de sa nomination comme Chef, Conduite professionnelle et culture, et comment le lui a-t-on appris; b) à quelle date Louise Arbour a-t-elle été informée qu’elle allait diriger l’examen; c) la décision de lancer cet examen a-t-elle été prise avant ou après le témoignage d’Elder Marques devant le Comité permanent de la défense nationale et son affirmation selon laquelle Katie Telford était au courant des accusations portées contre le général Vance; d) si la décision en c) a été prise avant le témoignage de M. Marques, quelle preuve le gouvernement peut-il fournir à cet effet?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 711 --
M. Martin Shields:
En ce qui concerne les tests rapides et gratuits de dépistage de la COVID-19 distribués par le gouvernement directement aux entreprises pour les employés en contact étroit: a) combien de tests ont été distribués; b) quelles entreprises ont reçu les tests; c) combien de tests chacune des entreprises en b) a-t-elle reçu?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 712 --
M. Martin Shields:
En ce qui concerne les contrats octroyés par le gouvernement à d’anciens fonctionnaires depuis le 1er janvier 2020, ventilés par ministère, organisation ou autre entité gouvernementale: a) combien de contrats ont été octroyés à d’anciens fonctionnaires; b) quelle est la valeur totale de ces contrats; c) quels sont les détails relatifs à chaque contrat, y compris (i) la date de signature du contrat, (ii) une description des biens ou des services fournis, y compris le volume, (iii) le montant final, (iv) le fournisseur, (v) les dates de début et de fin du contrat?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 713 --
M. Pierre Paul-Hus:
En ce qui concerne les contrats signés par le gouvernement avec des fournisseurs uniques depuis le 1er février 2020, ventilés par ministère, organisation ou autre entité gouvernementale: a) combien de contrats ont été octroyés à un fournisseur unique; b) quelle est la valeur totale de ces contrats; c) quels sont les détails relatifs à chaque contrat octroyé à un fournisseur unique, y compris (i) la date, (ii) une description des biens ou des services fournis, y compris le volume, (iii) le montant final, (iv) le fournisseur, (v) le pays du fournisseur?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 714 --
Mme Shannon Stubbs:
En ce qui concerne le Programme des enquêtes criminelles relatives à la sécurité nationale de la GRC, ventilé par année depuis 2015: a) combien d’agents de la GRC ou autres membres du personnel ont été affectés au Programme; b) quel était le budget total ou les dépenses totales du Programme?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 716 --
M. Marc Dalton:
En ce qui concerne le Protocole provisoire sur l’utilisation des postes de mouillage par les bâtiments commerciaux dans le sud de la Colombie-Britannique: a) combien (i) de jours chaque poste de mouillage a-t-il été occupé de janvier 2019 à mars 2021, ventilé par mois; (ii) de plaintes portant sur les bâtiments occupant ces postes de mouillage a-t-on reçues entre le 1er janvier 2019 et le 31 mars 2021; b) pourquoi a-t-on cessé de publier les rapports provisoires à la fin de 2018?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 717 --
M. Marc Dalton:
En ce qui concerne les paiements de transfert fédéraux aux communautés autochtones de la Colombie-Britannique: a) quel est le montant total des paiements de transfert fédéraux pour les exercices 2018-2019, 2019-2020, 2020-2021; b) des montants en a), quels montants ont été donnés spécifiquement aux communautés de Métis?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 718 --
Mme Cathay Wagantall:
En ce qui concerne le financement offert par le gouvernement à l’Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry (ACSEF): a) quelles exigences et dispositions s’appliquent à l’ACSEF en ce qui concerne l’obtention, l’affectation et la déclaration de l’aide financière reçue du gouvernement; b) quels renseignements le gouvernement a-t-il communiqués à l’ACSEF au sujet de l’application du Bulletin de politique provisoire 584 avant et après l’entrée en vigueur du projet de loi C 16, Loi modifiant la Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel, le 19 juin 2017?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 719 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne le financement public dans la circonscription d’Okanagan-Sud—Kootenay-Ouest, pour chaque exercice depuis 2018-2019 inclusivement: a) quels sont les détails de l’ensemble des subventions, des contributions et des prêts accordés à une organisation, un organisme ou un groupe, ventilés selon (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité du bénéficiaire, (iii) la date à laquelle le financement a été reçu, (iv) le montant reçu, (v) le ministère ou l’organisme qui a fourni le financement, (vi) le programme en vertu duquel la subvention, la contribution ou le prêt a été accordé, (vii) la nature ou l’objet; b) pour chaque subvention, contribution et prêt en a), un communiqué de presse a-t-il été publié pour l’annoncer et, le cas échéant, quel est (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué de presse?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 722 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne les doses de vaccin contre la COVID-19 qu’il a fallu éliminer parce qu’elles étaient gâchées ou périmées: a) combien a-t-on relevé de doses gâchées et gaspillées; b) combien y a-t-il eu de doses gâchées et gaspillées dans chacune des provinces; c) combien coûte aux contribuables la perte de doses gâchées?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 724 --
M. Brad Vis:
En ce qui concerne l’Incitatif à l’achat d’une première maison, annoncé par le gouvernement en 2019, à partir du 1er septembre 2019 jusqu’à aujourd’hui: a) combien de personnes ont présenté une demande d’hypothèque en se prévalant de l’Incitatif, ventilées par province ou territoire et municipalité; b) parmi les demandeurs en a), combien ont pu obtenir une hypothèque grâce à l’incitatif, ventilées par province ou territoire et municipalité; c) parmi les demandeurs en b), combien ont obtenu l’incitatif sous la forme d’un prêt hypothécaire avec participation à la mise de fonds; d) quelle est la valeur globale des incitatifs (prêts hypothécaires avec participation à la mise de fonds) accordés dans le cadre du programme, en dollars; e) pour les demandeurs qui ont obtenu un prêt hypothécaire au moyen de l’Incitatif, quelle est la valeur de chacun des prêts; f) pour les demandeurs qui ont obtenu un prêt hypothécaire au moyen de l’Incitatif, quelle est la valeur moyenne des prêts; g) quel est le montant total agrégé des prêts consentis aux acheteurs de maison par l’entremise de l’Incitatif jusqu’à maintenant; h) pour les hypothèques approuvées au moyen de l’Incitatif, quelle est la ventilation, en pourcentage, des prêts consentis par chacun des prêteurs et représentant plus de 5 % du total des prêts accordés; i) pour les hypothèques approuvées au moyen de l’Incitatif, quelle est la ventilation de la valeur des prêts impayés et assurés par chacune des compagnies d’assurance hypothécaire canadiennes comme pourcentage du total des prêts accordés; j) à quel moment aura lieu la mise à jour promise du programme d’Incitatif à l’achat d’une première maison, prévue dans l’Énoncé économique de l’automne de 2020?
Response
(Le document est déposé.)
8555-432-682 Expenditures related to pro ...8555-432-684 Canada Emergency Response B ...8555-432-685 Corporations Canada and der ...8555-432-686 Quarantine hotels8555-432-687 Quarantine hotels8555-432-688 Applications for exemption ...8555-432-689 Expenditures on social medi ...8555-432-690 Government contracts and ag ...8555-432-691 Pfizer COVID-19 vaccine8555-432-692 Testimony of the Chief Exec ...8555-432-694 Canada Emergency Response B ... ...Show all topics
View Dean Allison Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, it is great to rise virtually in the House today to speak to such an important topic, a topic that is of interest to all Canadians: jobs and the economy.
First, I would like to point out that here we go again with another omnibus bill by the Liberals. Let me remind the Liberals what their leader, the Prime Minister, said about omnibus legislation: “I wouldn't use them, period.” It is not surprising they are breaking yet another one of their promises. After all, that is the rule for the Liberal government, not the exception. Canadians are tired of their broken promises and poor performance, especially when it comes to creating jobs and growing our economy. Their tenure in the past six years has been a massive economic letdown.
They will try to respond with well-crafted talking points after I am done with my speech, I am sure of that. I must admit that they are pretty good at the rhetoric. In fact, they are probably the best at it. Unfortunately for them, Canadians see what Conservatives see: The Liberals' rhetoric is just that, words, rarely any actions. The same is also true of their record on the economy. The government's philosophy of growing the economy and creating jobs is by doing everything it can to get in the way.
Unemployed Canadians were hoping that the government would put forward a plan to create new jobs and economic opportunities. These families are going to feel let down by this budget. Workers who have had their wages cut and hours slashed, hoping to see a plan to reopen the economy, are also going to feel let down. Families that cannot afford more taxes and are struggling to save more money for their children's education or to buy a home are going to feel let down by this legislation.
Speaking of buying a home, it is becoming more and more out of reach for far too many Canadians. The cost of housing continues to rise, making it nearly impossible for first-time homebuyers to enter the market. That is why last week Conservatives demanded that the Prime Minister take immediate action to address the housing crisis in Canada. It does not seem like the Liberals are taking it seriously, however. In fact, they voted against addressing the growing housing affordability crisis.
On a larger scale, the Parliamentary Budget Officer has noted that a significant amount of Liberal spending in the budget will not stimulate jobs or create economic growth, as is always the case with that side of the House. It is very clear that the Prime Minister's stimulus fund was more about spending on Liberal partisan priorities than anything else. The Prime Minister will add more to our national debt than all previous prime ministers combined.
What has the Prime Minister achieved with all this spending? For one, Canada has consistently had one of the highest unemployment rates in the G7 and a record economic decline. In fact, the Liberal government has spent more and delivered less than any other G7 country. This bears repeating, considering the Liberals come up with all sorts of talking points on excuses for their failures. The government and the Prime Minister have spent unprecedented amounts of money, more than all previous Canadian governments combined. The Edmonton Sun writes, “Canadian babies born on federal budget day 2021 had more than $28,000 of debt the moment they open their eyes.” That is each Canadian's share of the federal government's $1-trillion debt, and it is only going to go up.
The Liberal government has delivered less than any other G7 country and is responsible for one of the highest unemployment rates in the G7, along with a record economic decline. Last week, Statistics Canada reported that Canada's unemployment rate climbed to 8.2%. It also reported that 68,000 jobs were lost in the month of May alone. We lost 68,000 jobs while our American cousins added 559,000 jobs. What is more, businesses in the U.S. are hiring at such speed that they cannot find enough workers to fill vacant positions.
Yes, it is also important to keep things in perspective. I cannot say this enough. We support getting help to those who have been hit hard by the pandemic, and to the government's credit, programs rolled out and have helped many people. Conservatives were there with the government, working together to extend emergency support programs during the crisis. We have worked tirelessly to make these programs more effective, and I think my hon. colleagues across the aisle would agree.
We are also fully aware that the jobs lost in May were, in large part, due to provincial restrictions put in place as a result of the third wave of the pandemic. That is a fact, but why did the third wave come with such ferocity, forcing provincial governments to implement yet another lockdown? Why did Sean, a small business owner in my riding, in business for the past 30 years, have to take on $160,000 in additional debt just to stay afloat, and that is after he spent his life savings?
The answer is the government's delays in procuring vaccines, the government's delays in closing the border and the government's ineffective rapid-testing strategy. Why did the travel and tourism industry and so many other sectors have to suffer so badly and for so long? By the way, many of those businesses are not coming back. The answer, once again, is the government's delays in procuring vaccines, its delays in closing the border and its ineffective rapid-testing strategy.
I do not think I am exaggerating when I say that the travel and tourism industry has been nearly crushed. It is terrible, what has happened to those businesses. I have heard many of the sector's concerns in the tourism recovery caucus, headed by my colleagues from Niagara Falls and Banff—Airdrie. My two colleagues have done an incredible job staying connected to stakeholders, listening to industry challenges and taking action where they can. These are two great members of Parliament, and I commend them on their efforts, as we all try to deal with the fallout of this pandemic in its hardest-hit areas.
Back to my question, why are so many small businesses hurting to this extent at this time? The answer is simple. For the most part, they were not allowed to stay open, because of the government's and the Prime Minister's failures to act on vaccines, the border and rapid testing. Furthermore, this is what the National Post had to say about the Liberal government's pandemic response: “The Liberals' most galling pandemic failure—they couldn't even master basic inventory control”. That is a pretty accurate statement.
Last year, the Prime Minister was denied vaccines by the Chinese communist regime, and, most importantly, he did not sign contracts with other companies until it was too late. That is a classic example of putting all eggs in one basket. In this situation, the Prime Minister relied on a Chinese-based company, which basically means that he relied on the Chinese communist regime. What could possibly go wrong? In doing so, he neglected other companies working on the vaccine, which delayed procuring vaccines from them.
This failure to act is why we are seeing many countries, including our neighbours to the south, ahead of us by at least three months in their vaccination efforts and reopening plans. I think we have all seen the packed sports events on TV in many U.S. cities, but here in Canada we are still on lockdowns.
It is important to mention that Conservatives were first to call for strong and clear border measures at the start of the COVID-19 pandemic. Unfortunately, the Liberals dragged their heels, going as far as to say that border control measures do not work, while calling us racist for suggesting that border measures are necessary to prevent the spread of the COVID-19 virus.
We also fought hard to get Canadians better tools to stop the spread of COVID-19, like vaccines, therapeutics, rapid tests and better data. Those tools now exist; however, the government has not come up with a comprehensive and effective plan to use them to safely lift the restrictions. The government loves to blame provincial premiers, but let us face it, the Liberals do not provide the necessary tools for the premiers to defend their provinces properly against the virus. They left premiers scrambling. Without the responses, the resources or proper action by the federal government, the premiers implemented the only tool they thought would work: lockdowns.
At this time, as we hopefully see the last of this pandemic, the government needs to start thinking of ways to secure the future of Canadians. This could be done by creating jobs, introducing policies that result in better wages, and introducing policies that help small businesses, especially now when so many are struggling, to get back on their feet.
In conclusion, this is not a growth budget. It fails to put forward a plan to encourage Canada's long-term prosperity and leaves millions of Canadians behind. We were very clear that we wanted to see a plan to return to normal that would safely reopen the economy and get Canadians back to work, and that is not what this legislation would do. We were also looking for a plan to create jobs and boost economic growth. Once again, that is not what this legislation would do. For those reasons, I cannot support it.
I would also like to say, to those watching at home, that Canada's Conservatives got us out of the last recession. We can, and we will, do it again. We are ready, we have a plan and we will get it done.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole à distance à la Chambre aujourd'hui au sujet d'une question aussi importante, qui intéresse tous les Canadiens, soit l'emploi et l'économie.
Je tiens d'abord à souligner que nous sommes encore saisis d'un projet de loi omnibus des libéraux. Je rappelle aux libéraux ce que leur chef, le premier ministre, a dit au sujet des projets de loi omnibus: « Je ne les utiliserai pas, point final. » Il n'est pas surprenant que les libéraux brisent une autre de leurs promesses. Après tout, c'est la règle et non l'exception pour le gouvernement libéral. Les Canadiens en ont assez des promesses brisées et des mauvais résultats des libéraux, surtout en ce qui concerne la création d'emplois et la croissance économique. Leur mandat des six dernières années s'est soldé par un ralentissement économique important.
Quand j'aurai terminé mon discours, je suis sûr que les libéraux tenteront de répondre avec des notes d'allocutions bien rédigées. Je dois admettre qu'ils sont très bons pour tenir de beaux discours. En fait, ce sont probablement les meilleurs à cet égard. Malheureusement pour eux, les Canadiens voient ce que les conservateurs voient: les beaux discours des libéraux ne sont rien d'autre que cela, des paroles, ils prennent rarement des mesures concrètes. Il en va de même pour leur bilan en matière d'économie. La philosophie du gouvernement pour stimuler l'économie et créer des emplois est de faire tout ce qu'il peut pour s'interposer.
Oui, il est aussi important de faire la part des choses. Je ne le dirai jamais assez. Nous souhaitons nous aussi aider les personnes qui sont gravement touchées par la pandémie. Et, c'est tout à l'honneur du gouvernement, des programmes ont été mis en œuvre et ont permis d'aider beaucoup de personnes. Les conservateurs étaient là, œuvrant de pair avec le gouvernement pour prolonger les programmes de soutien d'urgence pendant la crise. Nous avons travaillé sans relâche pour rendre ces programmes plus efficaces, comme peuvent en témoigner mes collègues d'en face.
Nous sommes également bien conscients que les pertes d'emplois enregistrées en mai étaient en grande partie dues aux restrictions adoptées par les provinces dans la foulée de la troisième vague de la pandémie. C'est un fait. Mais pourquoi la troisième vague a-t-elle été si violente, ce qui a forcé les gouvernements provinciaux a recourir de nouveau au confinement? Pourquoi Sean, propriétaire d'une petite entreprise dans ma circonscription depuis 30 ans, doit-il contracter une dette supplémentaire de 160 000 $ simplement pour garder la tête hors de l'eau après avoir épuisé toutes ses économies?
Maintenant que la pandémie tire à sa fin, espérons-le, le moment est venu pour le gouvernement de commencer à penser aux manières d'assurer l'avenir des Canadiens, que ce soit en créant des emplois ou en instaurant des politiques qui amélioreront les salaires et qui contribueront au rétablissement des petites entreprises, car celles-ci sont nombreuses à en arracher.
En conclusion, je dirai que le budget ne favorise pas la croissance. Il ne présente pas un plan qui encourage la prospérité à long terme du pays et il laisse tomber des millions de Canadiens. Nous avons très clairement demandé un plan pour le retour à la normale, afin de rouvrir l'économie de manière sécuritaire et redonner du travail aux Canadiens. Or, ce n'est pas ce que ferait le projet de loi à l'étude. Nous voulons également un plan qui créera des emplois et stimulera la croissance économique. Encore une fois, ce n'est pas ce qu'accomplirait le projet de loi. Pour ces raisons, je ne peux pas l'appuyer.
J'aimerais dire à ceux qui suivent le débat à la maison que les conservateurs du Canada nous ont sortis de la dernière récession. Nous pouvons et allons le refaire. Nous sommes prêts, nous avons un plan et nous mènerons la tâche à bien.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)

Question No. 643--
Mr. Pierre Paul-Hus:
With regard to contracts signed by the government for gowns, ventilators and syringes in 2020 and 2021: (a) what are the details of each contract for gowns, including the (i) vendor, (ii) contract value, (iii) date the contract was signed, (iv) title of the official that signed the contract; (b) what are the details of each contract for ventilators, including the (i) vendor, (ii) contract value, (iii) date the contract was signed, (iv) title of the official that signed the contract; and (c) what are the details of each contract for syringes, including the (i) vendor, (ii) contract value, (iii) date the contract was signed, (iv) title of the official that signed the contract?
Response
(Return tabled)

Question No. 644--
Mr. Robert Kitchen:
With regard to the government’s target of a 30 per cent reduction in greenhouse gas emissions by limiting nitrogen fertilizer and the concerns raised in an April 20, 2021, release from the Western Canadian Wheat Growers Association that the government has never consulted industry or farmers if this is even achievable: (a) were any industries or farmers consulted in the viability of the target and, if so, what are the specific details, including the dates and list of participants in the consultations; and (b) has the government conducted any formal studies on whether or not this is viable for farmers and, if so, what are the details of the studies, including the website where the study’s findings can be found?
Response
(Return tabled)

Question No. 645--
Mr. Todd Doherty:
With regard to the government’s Wellness Together portal: (a) what specific programs or services are offered through the self-guided tools offered by the providers identified on the Wellness Together webpage, including (i) Mindwell, (ii) Welltrack, (iii) Tao, (iv) Breaking Free Wellness, (v) BreathingRoom, (vi) Kids Help Phone, (vii) Homewood Health; (b) for each of the programs or services in (a), (i) how many Canadians have been enrolled, (ii) how many Canadians have fully completed the course of treatment, (iii) what has been the total cost of each of the programs and or services identified, (iv) what is the cost utilization, as reported to the Public Health Agency of Canada; (c) what programs or services are offered through the peer to peer support and coaching tools offered by the providers identified on the Wellness Together webpage, including (i) Togetherall provided by Togetherall, (ii) I CAN SFI provided by Strongest Families Institute, (iii) MindWell’s Studio Be provided by MindWell, (iv) All People All Pathways provided by CASPA, (v) Greif and Loss Coaching provided by Homewood Health; and (d) for each of the programs or services in (c), (i) how many Canadians have been enrolled, (ii) how many Canadians have fully completed the course of treatment, (iii) what has been the total cost of each of the programs or services identified, (iv) what is the cost utilization, as reported to the Public Health Agency of Canada?
Response
(Return tabled)

Question No. 647--
Mr. Tony Baldinelli:
With regard to government departments and agencies that accept credit card payments: what was the total amount paid to (i) Visa, (ii) Mastercard, (iii) American Express, (iv) each other credit card companies, in relation to credit card processing fees in 2020?
Response
(Return tabled)

Question No. 648--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to Official Languages Impact Analysis (OLIA), since January 1, 2016: (a) how many initiatives funded by the government had an OLIA conducted; (b) how many initiatives funded by the government did not have an OLIA conducted; and (c) what are the details of all initiatives funded by the government with total expenditures exceeding $1 million that were not subject to an OLIA, including the (i) date of the funding approval, (ii) title and description of the initiative, (iii) reason the initiative was not subject to an OLIA, (iv) total expenditures or projected total expenditures related to the initiative?
Response
(Return tabled)

Question No. 649--
Mr. Tony Baldinelli:
With regard to the government's decision to require airline travellers arriving from outside of Canada to quarantine at a designated airport hotel: (a) how many travellers refused to stay in a government approved quarantine hotel; (b) how many fines or tickets were issued by the Public Health Agency of Canada related to the refusals in (a); and (c) what is the breakdown of (a) and (b) by airport of entry?
Response
(Return tabled)

Question No. 651--
Mr. Kenny Chiu:
With regard to immigration removals and the 2020 Spring Report of the Auditor General of Canada: (a) what is the current national removal inventory; (b) how many removal orders have been confirmed removed in the past year; (c) what are the current working and wanted removal order inventories; (d) of the inventories in (c), how many are criminal cases; (e) which of the Auditor General’s recommendations are currently being acted upon; (f) what is the proposed timeline for fulfilling these recommendations; and (g) has COVID-19 adversely impacted the Canada Border Services Agency's ability to complete removal orders in any way, and, if so, what are the specific details?
Response
(Return tabled)

Question No. 652--
Mr. Peter Kent:
With regard to Canada Border Services Agency (CBSA) and individuals presenting COVID-19 test results at points of entry, since testing requirements were put into place in January 2021, broken down by type of crossing (land, air): (a) how many individuals did the CBSA intercept with a suspected fraudulent or false test result; (b) how many individuals did the CBSA intercept with a test result that was otherwise deemed unsatisfactory, such as the wrong type of test; (c) of the individuals in (a), how many were (i) admitted to Canada, (ii) denied entry; (d) of the individuals in (a), how many were (i) ticketed or fined by the CBSA, (ii) had their cases referred to the RCMP or other law enforcement agencies; and (e) of the cases in (b), how many were (i) admitted to Canada, (ii) denied entry?
Response
(Return tabled)

Question No. 656--
Mr. Brad Vis:
With regard to the stated intent of the Canada Mortgage and Housing Corporation (CMHC) “to commit all funds before March 31, 2021” of the Rapid Housing Initiative’s projects stream: (a) what was the (i) total number of approved projects, (ii) total number of approved housing units, (iii) total dollar value of federal funds committed; (b) what is the breakdown of each part of (a) by (i) municipality and province or territory, (ii) federal electoral constituency; (c) what is the breakdown of funds committed in (a) by (i) individual application, (ii) contributor source, (i.e. federal, provincial, territorial, municipal, Indigenous government, non-profit, other agency or organization), (iii) province or territory; and (d) what are the details of all applications in (a)(i), including the (i) location, (ii) project description, (iii) number of proposed units, (iv) date the application was submitted to the CMHC?
Response
(Return tabled)

Question No. 661--
Mr. Kerry Diotte:
With regard to the Development Finance Institute Canada (FinDev): (a) what are the details of all equity stakes in companies FinDev has acquired an equity stake in since January 1, 2018, including the (i) name of the company, (ii) location, (iii) description of work being done by company, (iv) date the government acquired an equity stake, (v) number of shares and percentage of company owned by FinDev, (vi) value or purchase price of equity stake at the time of purchase, (vii) current estimated value of equity stake; and (b) for each acquisition, if applicable, what is the timeline for when the government expects to sell or dispose of the equity stake?
Response
(Return tabled)

Question no 643 --
M. Pierre Paul-Hus:
En ce qui concerne les contrats que le gouvernement a signés pour se procurer des blouses, des ventilateurs et des seringues en 2020 et en 2021: a) quels sont les détails de chaque contrat concernant des blouses, y compris (i) le fournisseur, (ii) la valeur du contrat, (iii) la date de signature du contrat, (iv) le titre de la personne ayant signé le contrat; b) quels sont les détails de chaque contrat concernant des ventilateurs, y compris (i) le fournisseur, (ii) la valeur du contrat, (iii) la date de signature du contrat, (iv) le titre de la personne ayant signé le contrat; c) quels sont les détails de chaque contrat concernant des seringues, y compris (i) le fournisseur, (ii) la valeur du contrat, (iii) la date de signature du contrat, (iv) le titre de la personne ayant signé le contrat?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 644 --
M. Robert Kitchen:
En ce qui concerne l’objectif du gouvernement de réduire de 30 % les émissions de gaz à effet de serre en limitant l’utilisation des engrais azotés, de même que les préoccupations soulevées dans un communiqué du 20 avril 2021 de la Western Canadian Wheat Growers Association, qui indiquait que le gouvernement n’a jamais consulté l’industrie ou les agriculteurs pour savoir si cet objectif est même réalisable: a) des industries ou des agriculteurs ont-ils été consultés au sujet de la viabilité de cet objectif et, le cas échéant, quels sont les détails précis, y compris les dates et la liste des participants aux consultations; b) le gouvernement a-t-il mené des études officielles pour déterminer si cet objectif est viable ou non pour les agriculteurs et, le cas échéant, quels sont les détails de ces études, y compris le site Web où l’on peut trouver les conclusions de l’étude?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 645 --
M. Todd Doherty:
En ce qui concerne le portail Espace mieux-être du gouvernement: a) quels programmes ou services précis sont offerts par l’intermédiaire des outils autonomes proposés par les fournisseurs identifiés sur la page Web d’Espace mieux-être, y compris (i) Mindwell, (ii) Welltrack, (iii) Tao, (iv) Breaking Free Wellness, (v) BreathingRoom, (vi) Jeunesse, J’écoute, (vii) Homewood Santé; b) pour chacun des programmes ou services mentionnés en a), (i) combien de Canadiens se sont inscrits, (ii) combien de Canadiens ont terminé le traitement au complet, (iii) quel a été le coût total de chacun des programmes ou services identifiés, (iv) quel est le coût d’utilisation, tel que rapporté à l’Agence de la santé publique du Canada; c) quels programmes ou services sont offerts par l’entremise des outils de soutien et d’accompagnement par les pairs proposés par les fournisseurs identifiés sur la page Web d’Espace mieux-être, y compris (i) Togetherall, offert par Togetherall, (ii) ICAN, offert par l’Institut des familles solides, (iii) Studio Be, offert par MindWell, (iv) Toute personne, toutes voies offert par l’ACEPA, (v) encadrement en matière de deuil et de perte, offert par Homewood Santé; d) pour chacun des programmes ou services mentionnés en c), (i) combien de Canadiens se sont inscrits, (ii) combien de Canadiens ont terminé le traitement au complet, (iii) quel a été le coût total de chacun des programmes ou services identifiés, (iv) quel est le coût d’utilisation, tel que rapporté à l’Agence de santé publique du Canada?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 647 --
M. Tony Baldinelli:
En ce qui concerne les ministères et les organismes gouvernementaux qui acceptent les paiements par carte de crédit: quel a été le montant total payé à (i) Visa, (ii) Mastercard, (iii) American Express, (iv) chaque autre société de cartes de crédit, pour les frais de traitement des cartes de crédit en 2020?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 648 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne l’Analyse des incidences sur les langues officielles (AILO), depuis le 1er janvier 2016: a) combien de mesures financées par le gouvernement ont fait l’objet d’une AILO; b) combien de mesures financées par le gouvernement n’ont pas fait l’objet d’une AILO; c) quels sont les détails de toutes les mesures financées par le gouvernement dont les dépenses totales sont supérieures à 1 million de dollars qui n’ont pas fait l’objet d’une AILO, y compris (i) la date de l’approbation du financement, (ii) le titre et la description de la mesure, (iii) la raison pour laquelle la mesure n’a pas fait l’objet d’une AILO, (iv) les dépenses totales ou dépenses projetées totales relatives à la mesure?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 649 --
M. Tony Baldinelli:
En ce qui concerne la décision du gouvernement d’exiger que les voyageurs aériens arrivant de l’étranger soient mis en quarantaine dans un hôtel d’aéroport désigné: a) combien de voyageurs ont refusé de séjourner dans un hôtel de quarantaine approuvé par le gouvernement; b) combien d’amendes ou de contraventions ont été remises par l’Agence de la santé publique du Canada relativement aux refus en a); c) quelle est la ventilation des données en a) et b) par aéroport d’entrée?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 651 --
M. Kenny Chiu:
En ce qui concerne le renvoi d’immigrants et le rapport du printemps 2020 du vérificateur général du Canada: a) à quel chiffre s’établit actuellement l’inventaire national des renvois; b) combien d’ordres de renvoi ont été exécutés au cours de l’année écoulée; c) quel est le nombre de cas à traiter et combien de personnes sont recherchées; d) parmi les cas en c), combien sont des cas criminels; e) lesquelles des recommandations du vérificateur général sont en voie d’exécution; f) à quelle échéance la mise en œuvre de ces recommandations devrait-elle être terminée; g) la COVID-19 a-t-elle réduit de quelque façon que ce soit la capacité de l’Agence des services frontaliers du Canada de mettre à exécution les ordres de renvoi et, le cas échéant, de quelle façon exactement?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 652 --
M. Peter Kent:
En ce qui concerne l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et les personnes qui présentent des résultats au test de dépistage de la COVID-19 aux points d’entrée, depuis que les exigences en matière de test ont été mises en place en janvier 2021, ventilées par type de passage (terrestre, aérien): a) combien de personnes ont été interceptées par l’ASFC avec un résultat de test soupçonné d’être frauduleux ou faux; b) combien de personnes ont été interceptées par l’ASFC avec un résultat de test jugé insatisfaisant, par exemple le mauvais type de test; c) parmi les personnes visées en a), combien (i) ont été admises au Canada, (ii) se sont vues refuser l’entrée; d) parmi les personnes visées en a), combien ont (i) reçu une contravention ou une amende de l’ASFC, (ii) vu leur cas transmis à la GRC ou à d’autres organismes d’application de la loi; e) parmi les cas visés en b), combien de personnes (i) ont été admises au Canada, (ii) se sont vues refuser l’entrée?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 656 --
M. Brad Vis:
En ce qui concerne l’intention déclarée de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) « [d’]engager tous les fonds avant le 31 mars 2021 » relativement à l’Initiative pour la création rapide de logements: a) quel était (i) le nombre total de projets approuvés, (ii) le nombre total d’unités de logement approuvées, (iii) la valeur totale en argent des fonds fédéraux engagés; b) quelle est la ventilation de chacune des parties en a) par (i) municipalité et province ou territoire, (ii) circonscription électorale fédérale; c) quelle est la ventilation des fonds engagés en a) par (i) demande, (ii) source de contribution, (c.-à-d. gouvernement fédéral, gouvernement provincial, gouvernement territorial, administration municipale, gouvernement autochtone, organisme sans but lucratif, autre organisme ou organisation), (iii) province ou territoire; d) quels sont les détails de toutes les demandes en a)(i), y compris (i) l’endroit, (ii) la description du projet, (iii) le nombre d’unités proposées, (iv) la date à laquelle la demande a été présentée à la SCHL?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 661 --
M. Kerry Diotte:
En ce qui concerne l’Institut de financement du développement Canada (FinDev): a) quels sont les détails de toutes les participations en capital acquises par FinDev dans des sociétés depuis le 1er janvier 2018, y compris (i) le nom de la société, (ii) l’endroit, (iii) la description du travail effectué par la société, (iv) la date à laquelle le gouvernement a acquis la participation en capital, (v) le nombre de parts et le pourcentage de la participation de FinDev, (vi) la valeur ou le prix d’achat de la participation en capital au moment de l’acquisition, (vii) la valeur estimée actuelle de la participation en capital; b) pour chaque acquisition, le cas échéant, selon quel échéancier le gouvernement prévoit-il vendre ses participations en capital ou s’en départir?
Response
(Le document est déposé.)
View Tony Baldinelli Profile
CPC (ON)
View Tony Baldinelli Profile
2021-06-10 14:51 [p.8226]
Mr. Speaker, every day, I hear heartbreaking stories from my constituents who have been separated from their families and loved ones by the lengthy and extended border closure with the United States. Some have missed family funerals. Others cannot cross to look after their elderly parents or a sick family member. Grandparents are forfeiting precious time with their grandchildren. Nearly 15 months into this pandemic, no formal plans for the safe reopening of our border crossings have been announced.
Does the Liberal government not care about the human impacts it is having on my constituents by its inaction?
Monsieur le Président, j'entends chaque jour des histoires crève-cœur de la part de gens de ma circonscription qui sont séparés de leur famille et de leurs proches depuis la fermeture de la frontière canado-américaine, qui dure déjà depuis longtemps. Certains n'ont pas pu assister aux funérailles d'un membre de la famille. D'autres ne peuvent pas traverser la frontière pour aller prendre soin de leurs parents âgés ou d'un proche malade. Des grands-parents voient s'échapper un temps précieux qu'ils pourraient passer avec leurs petits-enfants. La pandémie a commencé il y a près de 15 mois, et le gouvernement n'a toujours pas annoncé de plan officiel pour la réouverture sécuritaire de nos frontières.
Le gouvernement libéral est-il indifférent aux répercussions de son inaction sur la vie des gens de ma circonscription?
View Jennifer O'Connell Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, of course we care. Our entire government has been working throughout this pandemic to care for Canadians, to keep them safe throughout a global pandemic, which many of us have never seen before. All of the measures that we have put in place have been done with the advice from scientists, experts and doctors, with the purpose of stopping the spread of COVID-19 and saving lives.
We made an important announcement yesterday in regard to lifting restrictions. We need Canadians to keep doing that hard work, keep getting vaccinated, and we will see life return to normal—
Monsieur le Président, bien sûr que nous nous soucions de la vie des gens. Depuis le début de la pandémie, tout le gouvernement s'emploie à prendre soin des gens et à les garder en sécurité malgré une pandémie qui touche l'ensemble de la planète, ce que la plupart d'entre nous n'avaient jamais vu. Les mesures que nous avons instaurées étaient toutes fondées sur les conseils de scientifiques, d'experts et de médecins, toujours dans le but de freiner la propagation de la COVID‑19 et de sauver des vies.
Nous avons fait une annonce importante hier à propos de l'assouplissement des restrictions. Les Canadiens doivent continuer de faire les efforts nécessaires et de se faire vacciner, et la vie reviendra à la normale...
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, the Prime Minister will not be staying at the same facility that every other Canadian is, and that is just ridiculous. This week, prominent Democratic and Republican congresspeople have been musing about how the United States may unilaterally open its side of the land border to Canadians. This comes as prominent Liberals such as Bob Rae have also been musing about the border. The Prime Minister has no plan for benchmarks for a safe reopening on federal restrictions.
Is the Prime Minister instead preparing for the chaos that will likely ensue if the Americans unilaterally open the border?
Monsieur le Président, le premier ministre ne séjournera pas au même hôtel que les autres Canadiens, ce qui est tout simplement ridicule. Cette semaine, d'éminents représentants démocrates et républicains au Congrès ont laissé entrevoir la possibilité que les États-Unis décident unilatéralement d'ouvrir leur frontière terrestre aux Canadiens. Cette idée a été lancée au moment même où de grands ténors libéraux, comme Bob Rae, ont aussi parlé de la frontière. Le premier ministre n'a pas de plan assorti d'indicateurs pour une levée sécuritaire des restrictions imposées par le gouvernement fédéral.
Le premier ministre se prépare-t-il plutôt à faire face au chaos qui surviendra vraisemblablement si les Américains décident unilatéralement d'ouvrir la frontière?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:46 [p.8157]
Mr. Speaker, since the beginning of this pandemic we have worked hand in hand with the United States to align our measures. Even with that, however, the measures have not been the same on both sides of the border. We brought in, early on, a mandatory two-week quarantine. We brought in initiatives such as pre-departure and on-arrival testing, which the Americans never had. There has also been asymmetry with respect to people wanting to fly south to the United States. That has been allowed, but equivalent tourists have not been able to fly up to Canada from the United States. We have always worked closely with them and will continue to, but we will make our decisions based on what is in Canadians' interests.
Monsieur le Président, depuis le début de la pandémie, nous travaillons de concert avec les États-Unis pour harmoniser nos approches. Cependant, en dépit de nos efforts, les mesures ne sont pas les mêmes de part et d'autre de la frontière. Au Canada, nous avons rapidement imposé une quarantaine obligatoire de deux semaines. Nous avons mis en place diverses initiatives comme les tests de dépistage avant le départ et après l'arrivée, ce que les Américains n'ont jamais fait. L'approche diffère également à l'égard des Canadiens désireux de se rendre aux États-Unis par avion. Ce genre de déplacement a été permis, mais les touristes en provenance des États-Unis n'ont pu venir au Canada de la même façon. Nous avons toujours travaillé en étroite collaboration avec les Américains et nous continuerons de le faire, mais nous prendrons nos décisions en fonction de l'intérêt des Canadiens.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, Joe Biden has not listened to the Prime Minister on KXL. Joe Biden has not listened to the Prime Minister on softwood lumber. Joe Biden did not listen to the Prime Minister on Line 5. There is no indication that Joe Biden has been given any reason by the current government to listen to the Prime Minister on the border. This is not a slight on the Americans: The Prime Minister's approach to foreign relations has been weak, incoherent and patronizing at best.
Given today's rambling, shambolic, incoherent press conference on federal border restrictions, how likely is it that the Americans are now going to unilaterally reopen the border?
Monsieur le Président, Joe Biden n'a pas écouté le premier ministre au sujet du pipeline Keystone XL. Joe Biden n'a pas écouté le premier ministre au sujet du bois d'œuvre. Joe Biden n'a pas écouté le premier ministre au sujet de la canalisation no 5. Rien n'indique que le gouvernement actuel a donné quelque raison que ce soit à Joe Biden d'écouter le premier ministre au sujet des frontières. Ce n'est pas parce que les Américains font preuve d'un manque d'égards, mais plutôt parce que l'approche du premier ministre en matière de relations étrangères est faible, incohérente et au mieux condescendante.
À la lumière de la conférence de presse décousue, chaotique et incohérente d'aujourd'hui sur les restrictions fédérales à la frontière, dans quelle mesure est-il probable que les Américains vont maintenant rouvrir unilatéralement leur frontière?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:47 [p.8157]
Mr. Speaker, you will understand if I take no lessons from the Conservative Party of Canada on managing Canada-U.S. relations.
Over the past very difficult four years, we were able to renegotiate NAFTA in a way that protected supply management, that strengthened our economy and that demonstrated a defence of our cultural industries. We stood up for steel producers, for steel workers and for aluminum workers. We managed to get the Americans to remove unfair tariffs. We have continued to stand up for Canadian interests and we will continue to, particularly with someone who is significantly more aligned with Canadians now in the White House.
Monsieur le Président, vous comprendrez que je n'ai aucune leçon à recevoir du Parti conservateur du Canada en matière de gestion des relations canado-américaines.
Au cours des quatre dernières années, qui ont été très difficiles, nous avons su renégocier l'ALENA de façon à protéger la gestion de l'offre, à renforcer notre économie et à défendre nos industries culturelles. Nous avons défendu les producteurs d'acier ainsi que les travailleurs des secteurs de l'acier et de l'aluminium. Nous avons obtenu des Américains qu'ils retirent des droits de douane injustes. Nous n'avons cessé de défendre les intérêts des Canadiens et nous ne cesserons pas de le faire, surtout maintenant que l'occupant de la Maison-Blanche est beaucoup plus sur la même longueur d'onde que nous.
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I would like to start by thanking colleagues on both sides of the aisle for their review of and engagement with the bill during previous debates in this House and at committee. We are now engaged in the final hour of debate on Bill C-204. This is our last opportunity to consider the merits and drawbacks of the bill before we vote on whether it should proceed to the Senate.
Many substantive concerns have been raised throughout the study and debate on this bill, including by a number of stakeholders. I urge parliamentarians to consider those concerns carefully before deciding on the fate of this bill. I will reiterate the government does not support this bill.
Despite the time spent debating Bill C-204 in the House and studying it at committee, there continues to be some confusion on the aspects of the existing regime in Canada that controls the export of plastic waste for final disposal and recycling. I will use my time to speak to some of those aspects and also to echo some of the comments made by my colleague, the member for Winnipeg South, during the last debate on this bill.
The Government of Canada ratified the Basel Convention on plastic waste amendments as of January 1, 2021. The amendments have been fully implemented through Canada's Export and Import of Hazardous Waste and Hazardous Recyclable Material Regulations. Plastic waste destined for recycling and for final disposal are captured by this regime. Therefore, all plastic waste, hazardous and non-hazardous, controlled under the Basel Convention is subject to domestic controls. This means that controls are already in place to ensure Basel-controlled plastic waste is only exported to Basel parties if the importing party provides its consent. The regime that Canada currently implements to manage its plastic waste exports will be considerably more effective than Bill C-204, which narrowly focuses on plastic waste exports destined for final disposal.
During the last debate on this bill, the member for Repentigny stated she would like some clarification on the Canada-U.S. trade relationship, given the United States is not a signatory to the Basel convention.
Similarly, the sponsor of the bill highlighted that the United States is not a party to the Basel Convention and plastic waste exported from its country is not subject to the same controls and further went on to say that environmental groups believe that Canada's plastic waste exports to the United States exploit a significant loophole in our global obligations on plastic waste that directly contravenes international law.
At that time, my colleague, the member for Winnipeg South, provided clarification on the Canada-U.S. regime for Basel-controlled plastic waste. However, since there is still some confusion about that regime, I will reiterate some of the key points with respect to this arrangement.
It is correct the United States is not a party to the Basel Convention. However, the convention contains a provision prohibiting parties like Canada from trading in Basel-controlled waste with non-parties like the United States in the absence of an agreement or arrangement between these countries. That is exactly why Canada and the United States entered into an arrangement that affirms that non-hazardous plastic waste, subject to the convention, circulating between the two countries, is managed in an environmentally sound manner in both countries as per the agreement both countries have in place and intend to maintain the measures that ensure the environmentally sound management of waste. The arrangement is in accordance with the requirements of the Basel Convention.
In addition, the existing Canada-U.S. agreement applies to hazardous waste, including hazardous plastic waste. This agreement requires prior and informed consent to be provided for shipments of hazardous waste between Canada and the U.S.
The government is confident that exports of plastic waste from Canada to the United States are undertaken in a manner that fully respects the international regime. Since January 1, 2021, an export permit is required for the export of plastic waste subject to the Basel Convention when the waste is exported to a party to the Basel Convention. The waste is also subject to the permit process when it is defined or considered hazardous under the legislation of the importing country or if its importation is prohibited under the legislation of the importing country. Thus far, only requests for permits to export plastic waste for recycling have been received by Environment and Climate Change Canada. No requests for permits to export plastic waste for its final disposal have been received.
Rest assured the Government of Canada will continue to assess permit requests in light of the Basel amendments, which have been implemented through comprehensive regulations that provide for the environmentally sound management of waste.
I am pleased to highlight that Environment and Climate Change Canada, in close collaboration with the Canada Border Services Agency, participated in Operation DEMETER VI, a successful enforcement operation aimed at tackling the illegal movement of controlled waste, including plastic waste, between countries.
In addition to these actions, Environment and Climate Change Canada work closely with Global Affairs and competent authorities in foreign countries to facilitate the return of controlled plastic waste that were exported without a valid permit and support the work of Canada Border Services Agency agents in this regard.
Finally, predictability is important for a well-functioning regulatory regime. Helpfully, this bill before us would establish a second regime on top of the existing controls that would prohibit the export for final disposal of a subset of plastic waste in Canada. The current regime, which requires the consent of importing countries, is an efficient safeguard that ensures that imports meet domestic requirements of the importing country. As such there is no need to prohibit exports and having two regulatory regimes would create significant operational and implementation challenges. It would likely also be difficult for those under the regulation structure to understand and comply with. The government invests in implementation of international obligations and efforts to increase compliance with a comprehensive set of controls that are already in place for Canada.
In closing, I want to remind colleagues that results will not happen overnight. We are taking the necessary steps along the path, with full implementation of the Basel plastic waste amendments and communication with Canadian stakeholders. On the basis of all this information, I ask parliamentarians to consider the meaningful impact of Bill C-204 on ensuring the environmentally sound management of plastic waste.
The government's position is that it is not necessary and that it, instead, creates considerable confusion.
Monsieur le Président, j’aimerais commencer en remerciant mes collègues des deux côtés de la Chambre d’avoir participé à l’examen du projet de loi au cours des débats et au comité. Nous en sommes maintenant à la dernière étape des discussions concernant le projet de loi C-204. Nous avons une dernière chance d’examiner ses mérites et ses lacunes avant de voter pour savoir si nous le renvoyons au Sénat.
De sérieuses réserves ont été émises lors de l’étude et du débat concernant ce projet de loi, notamment par certaines parties intéressées. J’implore mes collègues d’examiner ces réserves avec soin avant de décider du sort de ce projet de loi. Je réitère que le gouvernement ne le soutient pas.
Malgré tout le temps passé à discuter du projet de loiC-204 à la Chambre et au comité, il semble encore régner une certaine confusion concernant le système en place au Canada pour contrôler les exportations des déchets plastiques en vue de procéder à leur élimination ou à leur recyclage. Je vais profiter de mon temps de parole pour élaborer sur ce point, mais aussi pour reprendre certains commentaires que mon collègue le député de Winnipeg-Sud a formulés au cours du dernier débat concernant ce projet de loi.
En date du 1er janvier 2021, le gouvernement du Canada a ratifié les modifications à la Convention de Bâle concernant les déchets plastiques. Les modifications ont été entièrement mises en œuvre par le Règlement sur l'exportation et l'importation de déchets dangereux et de matières recyclables dangereuses du Canada. Les déchets plastiques destinés au recyclage et à l'élimination définitive sont couverts par ce régime. Par conséquent, tous les déchets plastiques dangereux et non dangereux assujettis à la Convention de Bâle sont soumis à des contrôles nationaux. Cela signifie que des contrôles sont déjà en place pour empêcher l'exportation de déchets plastiques assujettis à la Convention de Bâle vers des signataires de la Convention sans le consentement de la partie importatrice. Le régime de gestion des exportations de déchets plastiques du Canada qui est en cours de mise en œuvre sera considérablement plus efficace que le projet de loi C-204, qui est étroitement axé sur les exportations de déchets plastiques destinés à l'élimination finale.
Étant donné que les États-Unis n'ont pas signé la Convention de Bâle, la députée de Repentigny a déclaré lors du dernier débat sur le projet de loi qu'elle aimerait avoir des précisions sur les relations commerciales entre le Canada et les États-Unis.
Dans le même ordre d'idées, le parrain du projet de loi a souligné que les États-Unis ne sont pas signataires de la Convention de Bâle et que les déchets plastiques exportés de ce pays ne sont pas soumis aux mêmes contrôles. Il a ajouté que les groupes environnementaux estiment que les exportations de déchets plastiques du Canada vers les États-Unis exploitent une lacune importante dans nos obligations mondiales en matière de déchets plastiques, ce qui contrevient directement au droit international.
Mon collègue, le député de Winnipeg-Sud, a alors fourni des précisions sur le régime canado-américain en ce qui concerne les déchets plastiques assujettis à la Convention de Bâle. Cependant, comme il y a encore une certaine confusion à ce sujet, je vais réitérer quelques-uns des points saillants de cette entente.
Il est vrai que les États-Unis ne sont pas signataires de la Convention de Bâle. Toutefois, la convention contient une disposition interdisant à un pays signataire, comme le Canada, de faire des échanges commerciaux visant des déchets assujettis à la Convention de Bâle avec un pays non signataire, comme les États-Unis, en l'absence d'un accord ou d'un arrangement entre ces pays. C'est précisément la raison pour laquelle le Canada et les États-Unis ont conclu une entente qui confirme que les déchets plastiques non dangereux, assujettis à la convention et circulant entre les deux pays, sont gérés de manière écologique dans les deux pays. Conformément à l'accord, les deux pays ont des mesures en place pour que ces déchets soient gérés de façon écologique, et ils comptent maintenir ces mesures. L'entente en question est conforme aux exigences de la Convention de Bâle.
De plus, l'accord actuel entre le Canada et les États-Unis s'applique aux déchets dangereux, ce qui comprend les déchets plastiques dangereux. Aux termes de cet accord, le transport de déchets dangereux entre le Canada et les États-Unis nécessite un consentement préalable et éclairé.
Le gouvernement est confiant que les exportations de déchets plastiques du Canada aux États-Unis sont effectuées dans le complet respect du cadre international. Depuis le 1er janvier 2021, il faut avoir un permis pour les exporter au titre de la Convention de Bâle, lorsque des déchets sont transportés vers un pays signataire. Il faut aussi avoir un permis si les déchets sont définis ou considérés comme dangereux en vertu de la législation du pays importateur ou si l’importation de ce type de déchets y est légalement interdite. Jusqu’ici, Environnement et Changement climatique Canada n’a reçu que des demandes de permis pour exporter des déchets plastiques aux fins de recyclage. Aucune demande de permis visant à l’élimination des déchets n’a été reçue.
Je peux garantir que le gouvernement du Canada continuera d’évaluer les demandes de permis à la lumière des modifications à la Convention de Bâle qui ont été mises en place au moyen de règlements détaillés qui encadrent la gestion écologiquement rationnelle des déchets.
Je suis heureux de souligner qu’Environnement et Changement climatique Canada, en collaboration étroite avec l’Agence des services frontaliers du Canada, a participé à l’opération Demeter VI, un exercice d’application de la législation dans le but de combattre la circulation illégale des déchets assujettis à la Convention de Bâle, y compris des déchets plastiques, entre les pays.
En plus de ces mesures, Environnement et Changement climatique Canada collabore étroitement avec Affaires mondiales Canada et les autorités compétentes à l'étranger pour faciliter le retour des déchets plastiques contrôlés qui ont été exportés sans permis valide et soutenir le travail des employés de l'Agence des services frontaliers du Canada dans ce dossier.
Enfin, la prévisibilité est importante pour assurer le bon fonctionnement d'un régime réglementaire. Le projet de loi dont nous sommes saisis ajouterait un second régime aux mesures de contrôle existantes, qui interdirait au Canada l'exportation d'un sous-ensemble de déchets plastiques destinés à l'élimination définitive. Le régime actuel, en nécessitant le consentement des pays importateurs, prévoit une mesure de sauvegarde efficace: les importations doivent respecter les exigences du pays importateur. Il est donc inutile d'interdire les exportations, et créer deux régimes réglementaires entraînerait d'importants défis sur le plan opérationnel et de la mise en œuvre. Il serait aussi probablement difficile de comprendre un tel cadre et de s'y conformer. Le gouvernement investit dans la mise en œuvre d'obligations et d'efforts sur la scène internationale pour accroître le respect d'un ensemble exhaustif de mesures de contrôle qui sont déjà en place pour le Canada.
En conclusion, je rappelle à mes collègues que nous n'obtiendrons pas de résultats du jour au lendemain. Nous prenons les mesures nécessaires pour y arriver, notamment en mettant pleinement en œuvre les modifications à la Convention de Bâle concernant les déchets plastiques et en communiquant avec les intervenants canadiens. À la lumière de toute cette information, je demande aux parlementaires de réfléchir à la véritable incidence du projet de loi C-204 pour assurer une saine gestion environnementale des déchets de plastique.
Le gouvernement est d'avis que le projet de loi n'est pas nécessaire et qu'il crée plutôt beaucoup de confusion.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, the closure of the Canada-U.S. border has had a drastic impact on Canada-U.S. trade. Could the minister provide us with the value of the trade that has been lost due to the border closure over the last 14 months?
Madame la présidente, la fermeture de la frontière canado-américaine a eu un impact marqué sur le commerce entre le Canada et les États-Unis. La ministre est-elle en mesure de nous dire quelle a été la valeur des échanges commerciaux qui ont été perdus en raison de la fermeture de la frontière au cours des 14 derniers mois?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 22:26 [p.7697]
Madam Chair, essential goods and services continue to flow between the borders, ensuring that food remains in our grocery stores and that critical supplies get into Canada, including medicines and medical supplies. We have done this in an effort to ensure we are keeping Canadians healthy and safe, but essential goods and—
Madame la présidente, les biens et services essentiels continuent de circuler entre les deux pays. Les épiceries offrent toujours de la nourriture; par ailleurs, les fournitures essentielles, y compris les médicaments et les fournitures médicales, se rendent au Canada. Nous nous sommes efforcés d'assurer la santé et la protection des Canadiens, mais les biens essentiels et...
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, perhaps the minister could table the value of the lost U.S.-Canada trade.
The U.S. is rapidly opening its economy and has a plan to do so. What conditions must be in place for the Canada-U.S. border to reopen?
Madame la présidente, la ministre pourrait peut-être présenter la valeur des pertes dans les échanges commerciaux entre les États-Unis et le Canada.
Les États-Unis rouvrent rapidement leur économie et ils ont un plan pour le faire. Quelles conditions doivent être réunies pour permettre la réouverture de la frontière entre les États-Unis et le Canada?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, Canada is evaluating on a real time basis when to open our border. We have had an open border with respect to the essential traffic of important goods between our two countries, but it is the Public Health Agency of Canada that will make the decision as to how fast and when we open our border again.
Madame la présidente, le Canada évalue en temps réel la date de réouverture de la frontière. La circulation essentielle des produits importants est possible entre nos deux pays. C'est toutefois l'Agence de la santé publique du Canada qui décidera du rythme et de la date de la réouverture.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, perhaps when that plan is available, the minister could table the conditions under which the border must reopen.
Madame la présidente, lorsque le plan sera disponible, le ministre pourrait peut-être présenter les conditions qui doivent être réunies pour rouvrir la frontière.
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, as we make decisions about reopening the border progressively, we will make that information public.
Madame la présidente, au fur et à mesure que nous prendrons des décisions sur la réouverture progressive de la frontière, nous les rendrons publiques.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, thank you for the opportunity to continue my discussion on this piece of legislation. You were actually sitting in the chair when you gave me the first two minutes and 21 seconds of debate on this, so I am glad to see that we are coming full circle to complete this.
It is important to point out, as many people have, not just within the House, but also outside of the House, that this piece of legislation is not what unfortunately the Conservatives are trying to label it as, an attack on legal gun owners. As a matter of fact, the bill is only going to affect about 3% to 5% of gun owners as it attempts to only ban military-style assault rifles, in other words, guns that are designed to kill the maximum number of people possible.
I come from a family both on my side and on my wife's side of proud hunters who have hunted for many generations going back whether they were in Canada or immigrated from another country. A close uncle of mine on my mother's side owns a lodge near Westport, Ontario with acres and acres of land, where he hunts regularly and uses the guns that he has to hunt. He is not concerned about this bill because he does not have military-style assault rifles. He does not see the need to have semi-automatic or automatic weapons that are designed to kill people in combat to be used for the purpose of hunting.
My late father-in-law grew up on a hunting and fishing lodge in Plevna, Ontario, where he, his father and his grandfather routinely hosted visitors, a lot from the United States, who would come to the lodge where they would be taken out fishing and hunting and shown the great outdoors of Canada.
If people in these situations had listened to the narrative coming from the Conservative Party, they would have great concern over what they were hearing. That is because the Conservatives like to leave out some of the very important points as to what the bill is attempting to do. I will get to why I think that is later in my speech.
It is important to address the fact that the bill is meeting the concerns of not just parliamentarians, but of many citizens and stakeholders throughout this country.
Let us go to chiefs of police for starters. Over the years, there have been a number of chiefs of police who have warned about the risks associated with weapons of this style. The Saskatoon Police Chief, Troy Cooper said in an interview, “People who use firearms in committing crimes in Saskatchewan obtain them primarily by theft”. The Regina Police Chief, Evan Bray, said that crime guns are “not being brought in by the United States....[but are] coming from break and enters”.
Therefore, people have to ask themselves if they should believe the Conservative narrative that all these guns that are being used for this purpose are coming through illegal means through the border, because that is the narrative that the Conservative Party has trumpeted for years in the House as I have heard it myself, or do we believe the chief of police from Regina? With all due respect to my Conservative colleagues, I tend to side with those who seem to have the facts and evidence and the real-life experience, notwithstanding the fact that of course there would be members from the House who would have real-life experience in law enforcement as well.
Recently, Edmonton Police Chief, Dale McFee, “said roughly five to 10 per cent of Edmonton's crime guns are coming across the U.S. border.” That is 5% to 10%. The quote goes on to say, “The remainder have either been acquired legally, obtained through 'straw purchasers' or stolen”.
There was a quote recently in Ontario from Inspector Chris Renwick, who told a Crime Prevention Ottawa board meeting that half the crime guns recovered within Canada are usually legally registered, but stolen. However, we hear the narrative from the other side of the aisle that all the guns that are used in committing crimes are coming from across the border, and that we have to strengthen those border measures and get tough on crime. Although I am sure that it does give a fraction of the picture, it indeed misses a vast majority of what the police chiefs are identifying as concerns.
Since I am on the topic of talking about making sure that the proper tools are there for crime prevention, I should remind the House that, when the Conservatives were in power, billions of dollars were removed from the CBSA's ability to do this work. However, over the last number of years, money has been returned to ramp up those efforts: in the last Parliament, $327 million to combat gun and gang violence, $86 million to prevent cross-border smuggling of illegal firearms. The Conservative Party voted against that. The Conservatives are going to have to explain that one to me, even though they claim that is how all of these guns are coming into Canada. This year alone, there is $30.8 million allocated to support the CBSA's efforts to reduce border-related gang activity and prevent firearms from being smuggled into Canada.
Therefore, are we interested in working on that smuggling problem; are we interested in working at combatting the crime that is related? We are absolutely interested. We are doing that and working on that, but it is not the only solution. We do not attack a large problem like this by thinking that working on one thing, which, as I already said, the Conservatives scaled back on, is going to be the only solution.
I want to turn briefly to an issue that came up in the Standing Committee on Public Safety and National Security because it is extremely germane to the discussion and, indeed, the position that is being taken by Conservatives.
Before I do that, let me just jump to something else here. The Canadian National Firearms Association has been quoted saying that the Leader of the Opposition met numerous times with the National Firearms Association in Canada when he was running for leadership. One might ask the question of why that is relevant to the Conservative Party's position on this bill. It is quite relevant because when we take the main firearms policy goals of the CCFR and compare those to what is in the platform of the leader of the Conservative Party, they are almost identical. They could have been written by the CCFR.
The CCFR asked for a simple classification system. In the document released by the Leader of the Opposition, he specifically talks about introducing a simplified classification system.
The CCFR asked that people be able to discharge any firearm they own on their own property. That is the Leader of the Opposition's platform commitment.
A definition of a converted fully automatic and variant is requested to be clearly described in legislation. Guess what? The Conservative Party leader commits in his platform to remove the arbitrary classification of firearms.
The CCFR requests to re-establish the service standard for issuing new FRT numbers; and, guess what, the Conservative Party leader committed to that in his platform.
There is a request by the organization to change the limits to 10 rounds for all magazines. Guess what the leader said in a town hall meeting: “I don't like the restrictions” that are inherently there as they relate to the number of rounds in all magazines. He said that on May 15, 2020, only one year ago.
We can see that it is hard, when we compare these documents, to not come to the conclusion that the Conservative Party is beholden to the National Firearms Association in Canada, considering that its own document on this, as it relates to what they are running on in the election, is almost a carbon copy of what the association is asking for.
This brings me to what I had mentioned a few moments ago, and that is an issue that happened in the House of Commons Standing Committee on Public Safety and National Security. I really wish I could share a prop in here, but I will not, because that is against the rules, but I draw the attention of members to two particular cartoons. I am looking at them, so I will try to describe them to the best of my ability. There are two cartoons that were issued by the National Firearms Association of Canada, that are quite demeaning in their approach to the representation of the member for Oakville and our Deputy Prime Minister. There is another one that has the Prime Minister in it and what appears to be his wife. These are demeaning in the fact that they try to associate fearful women and guns, and there are other individuals standing in the picture holding guns saying, “I think we'll be fine....” By any measure, nobody in this House should accept those as being a proper way to engage in our democratic society.
In any event, the Standing Committee on Public Safety and National Security brought forward a motion to their committee meeting in February that said something I want to read into the record of the House. It said:
That the House of Commons Standing Committee on Public Safety and National Security condemn the National Firearms Association and statements made by Sheldon Clare, President, on February 16, 2021 in a video posted online with regards to the introduction of the Bill C-21 which states: “…revisit their old woodworking and metal working skills and construct guillotines again (laughter). That would really be the best kind of Committee of Public Safety to get this reestablished. If they want to make it about public safety that was the way. The sound of this person’s voice is not one that is joking. He was not joking. I don’t think they understand that this is not New Zealand, this is not the United Kingdom, this is not Australia. This is a country made up of people who been here for thousands of years, our aboriginal people, immigrants from Europe who fled tyranny, who fought against tyranny and ... know tyranny when they see it. And this my friends is tyranny”
The House of Commons standing committee introduced this motion asking the committee to condemn a comment made by the National Firearms Association president that specifically referred to their committee as a committee that should go back to studying woodworking and metalworking skills and “construct guillotines”. That is what the National Firearms Association president said, and all the committee asked was that the comments be condemned.
I will fast-forward to the vote on that. Do members know how the vote went on that? Everybody voted in favour, except for four members: the member for Lakeland, the member for Battle River—Crowfoot, the member for Medicine Hat—Cardston—Warner and the member for Langley—Aldergrove. They did not vote against it; they abstained. I went back and watched the video of that. I watched the rationale that the member for Lakeland used in trying to put that into an in camera meeting. She basically said this is an issue that if somebody's life feels threatened, they should be contacting the police, and therefore they really should not be talking about this in public, because, if they did, then it is an ongoing investigation. What a load of crock that is, with all due respect. This is a public statement that had been made in the public about not somebody being attacked individually, but specifically about what the committee should focus its work on.
“Perhaps the committee should focus its work on revisiting their old woodworking and metal skills to construct guillotines.” The members for Lakeland, Battle River—Crowfoot, Medicine Hat—Cardston—Warner and Langley—Aldergrove could not not even bring themselves to vote in favour of the motion condemning those words. We have to wonder why that would be. How tightly does one have to be intertwined with the National Firearms Association to not vote in favour of that? I believe I have already demonstrated that by telling members how intertwined the leader of the opposition's policy and platform commitments on firearms are with the requests of the National Firearms Association.
As I conclude, I will leave members with the thought that perhaps the opposition to this bill is less about people coming here and genuinely trying to look for solutions as much as it is being directed by an organization that has a stranglehold on a party. I hear members from the other side saying “wow”, but maybe they can explain to me why the four members I pointed out would somehow not be willing to vote in favour. What makes it even worse is that somehow they thought they were skating the issue by abstaining. If they were against it and truly believed what the member for Lakeland said, why did they not vote against it? It is because they knew that by voting in favour they would be sending a message back to the organization their party is so intertwined with, which would not be beneficial to their future campaigns. That is the only conclusion that I can come to.
This legislation is necessary. We need to move forward with it and we need to protect Canadians' lives. We need to listen to the chiefs of police, whom I quoted earlier, so that we can save lives in Canada. We need to stop playing games for the benefit of some people in this country who are trying to promote, rightfully so, their position on the matter but unfortunately are completely intertwined with the Conservative Party.
Madame la Présidente, je vous remercie de me donner l'occasion de poursuivre mon intervention au sujet de ce projet de loi. C'est justement vous qui occupiez le fauteuil lors des deux premières minutes et 21 secondes de mon discours à ce sujet. Je suis heureux de voir que nous nous retrouvons dans les mêmes circonstances pour boucler la boucle.
Il importe de souligner, comme l'ont fait de nombreuses personnes, non seulement à la Chambre, mais également à l'extérieur de celle-ci, que, contrairement à la manière dont les conservateurs tentent malheureusement de le dépeindre, ce projet de loi ne constitue pas une attaque contre les propriétaires d'armes à feu respectueux des lois. En fait, le projet de loi ne touchera qu'environ 3 à 5 % des propriétaires d'armes à feu, puisqu'il vise uniquement à interdire les fusils d'assaut de type militaire, c'est-à-dire les armes à feu conçues pour tuer le plus de gens possible.
Ma famille tout comme ma belle-famille comptent de fiers chasseurs qui chassent depuis de nombreuses générations, que ce soit au Canada ou dans leur pays d'origine. Un de mes oncles du côté de ma mère, avec qui j'entretiens des liens étroits, possède un chalet près de Westport, en Ontario. Il chasse régulièrement sur son terrain de plusieurs acres avec ses armes à feu. Ce projet de loi ne l'inquiète pas parce qu'il n'a pas de fusils d'assaut de type militaire. Il ne voit pas l'utilité des armes automatiques ou semi-automatiques pour la chasse. Après tout, elles ont été conçues pour tuer des gens en situation de combat.
Mon regretté beau-père a grandi dans un camp de chasse et pêche à Plevna, en Ontario. Son père, son grand-père et lui avaient l'habitude d'y accueillir des visiteurs, dont beaucoup d'Américains, pour chasser, pêcher et découvrir les grands espaces du Canada.
Si les gens dans des contextes similaires prêtaient l'oreille au discours du Parti conservateur, ils seraient très préoccupés. C'est parce que les conservateurs aiment bien omettre certains éléments très importants de l'objectif du projet de loi. Je reviendrai sur ce qui explique une telle attitude selon moi un peu plus tard.
Il est important de reconnaître que le projet de loi répond aux préoccupations qu'ont non seulement les parlementaires, mais aussi de nombreux citoyens et parties prenantes partout au pays.
Commençons par les chefs de police. Au fil des ans, des chefs de police ont mis en garde contre les risques associés aux armes de ce type. Ainsi, le chef de police de Saskatoon, Troy Cooper, a déclaré dans une interview ce qui suit: « Les personnes qui commettent des crimes à main armée en Saskatchewan le font généralement avec des armes volées. » De son côté, le chef de police de Regina, Evan Bray, a déclaré que les armes à feu utilisées pour commettre des crimes « n'arrivent pas par les États-Unis [...] [mais proviennent] d'introductions par effraction. »
Par conséquent, les Canadiens doivent se demander s'ils devraient croire les conservateurs quand ils disent que toutes ces armes à feu utilisées dans ce but sont des armes de contrebande, car c'est ce que le Parti conservateur claironne depuis des années à la Chambre, comme j'en ai été moi-même témoin. Ou doit-on croire le chef de police de Regina? Avec tout le respect que je dois à mes collègues conservateurs, j'ai tendance à me ranger du côté de ceux qui semblent connaître les faits et avoir des preuves et l'expérience de la vie réelle, même si, bien sûr, certains députés ont eux aussi une expérience de la vie réelle dans le domaine de l'application de la loi.
Récemment, le chef de police d'Edmonton, Dale McFee, « a affirmé qu'environ 5 à 10 % des armes à feu utilisées pour commettre des crimes à Edmonton viennent des États-Unis ». Je répète, 5 à 10 %. Et il ajoute: « Le reste sont des armes légitimes, achetées par des "hommes de paille" ou "volées". »
Chris Renwick, un inspecteur de l'Ontario, a récemment affirmé lors d'une réunion du conseil d'administration de Prévention du crime Ottawa que la moitié des armes à feu ayant servi à commettre un crime récupérées au Canada sont habituellement des armes à feu enregistrées légalement, mais qui ont été volées. Toutefois, ce que nous entendons des députés d'en face, c'est que les armes à feu utilisées pour commettre des crimes proviennent de l'autre côté de la frontière, et que nous devons resserrer les mesures de sécurité aux frontières et sévir contre la criminalité. Je suis persuadé qu'ils ont raison dans une certaine mesure, mais ils passent à côté de la vaste majorité des préoccupations exprimées par les chefs de police.
Puisque je parle de la nécessité de veiller à ce que les outils appropriés soient en place pour la prévention du crime, je devrais rappeler à la Chambre que lorsque les conservateurs étaient au pouvoir, ils ont effectué des compressions à hauteur de milliards de dollars, ce qui a nui à la capacité de l'Agence des services frontaliers du Canada de faire ce travail. Cependant, au cours des dernières années, des fonds ont été dégagés pour accroître davantage les efforts dans ce dossier: au cours de la dernière législature, le gouvernement a investi 327 millions de dollars pour lutter contre la violence liée aux armes à feu et aux gangs et a consacré 86 millions de dollars à la prévention de la contrebande transfrontalière d'armes à feu illégales. Le Parti conservateur s'est opposé à cette mesure. Les conservateurs devront m'expliquer leur raisonnement, car selon eux, il faut de meilleurs contrôles aux frontières pour lutter contre le problème d'armes à feu au Canada. Cette année seulement, le gouvernement allouera 30,8 millions de dollars à l'Agence des services frontaliers pour l'appuyer dans ses efforts visant à réduire la criminalité à la frontière et empêcher que des armes à feu entrent clandestinement au pays.
Par conséquent, voulons-nous nous attaquer à ce problème de contrebande? Voulons-nous lutter contre la criminalité qui y est liée? Oui, absolument. C'est ce que nous faisons, et nous travaillons en ce sens, mais ce n'est pas la seule solution. On ne s'attaque pas à un grave problème de ce genre en pensant que la seule solution est de travailler sur un seul élément, auquel, comme je l'ai déjà dit, les conservateurs ont imposé des compressions.
Je tiens à parler brièvement d'une question qui a été soulevée au Comité permanent de la sécurité publique et nationale parce qu'elle est extrêmement pertinente au débat ainsi qu'à la position adoptée par les conservateurs.
Auparavant, je parlerai d'abord d'autre chose. L'Association canadienne pour les armes à feu a déclaré que le chef de l’opposition avait rencontré à maintes reprises ses représentants au Canada pendant la course à la direction de son parti. On pourrait se demander en quoi cela est pertinent par rapport à la position du Parti conservateur sur le projet de loi. C'est très pertinent parce que, quand on examine les principaux objectifs de politique en matière d'armes à feu de la Coalition canadienne pour le droit aux armes à feu et qu'on les compare à ceux du programme du chef du Parti conservateur, on constate qu'ils sont presque identiques. Ils auraient pu être rédigés par la Coalition elle-même.
La Coalition canadienne pour le droit aux armes à feu demande que l'on simplifie le système de classification. Dans le document publié par le chef de l'opposition, il est précisément question d'instaurer un système de classification simplifié.
La Coalition demande que les propriétaires d'armes à feu puissent décharger celles-ci sur leur propriété. C'est ce que promet le chef de l'opposition dans sa plateforme.
On réclame que le projet de loi comprenne une description détaillée des armes converties en armes à feu entièrement automatiques et des variantes. Sans surprise, le chef du Parti conservateur s'engage dans sa plateforme à supprimer la classification arbitraire des armes à feu.
La Coalition demande que l'on rétablisse les normes de service pour l'émission d'un numéro du Tableau de référence des armes à feu, ou TRAF. Vous savez quoi? Le chef du Parti conservateur s'y engage dans sa plateforme.
La Coalition demande que l'on change les restrictions concernant le nombre de cartouches, lequel est limité à 10 pour tous les chargeurs. Sans surprise, le chef a déclaré dans une assemblée publique: « Je n'aime pas les restrictions » inhérentes au nombre de cartouches dans tous les chargeurs. Cette assemblée a eu lieu le 15 mai 2020, il n'y a même pas un an.
Lorsque l'on compare les documents, il est difficile de ne pas conclure que le Parti conservateur ne se sent pas redevable à l'Association canadienne pour les armes à feu, puisque les documents sur sa propre plateforme électorale reprennent presque textuellement les demandes de l'Association.
Cela m'amène au sujet que j'ai soulevé il y a quelques instants, c'est-à-dire un problème qui est survenu au Comité permanent de la sécurité publique et nationale de la Chambre des communes. J'aimerais vraiment pouvoir utiliser un accessoire, mais je ne le ferai pas, puisque cela va à l'encontre du Règlement; toutefois, j'attire l'attention des députés sur deux caricatures particulières. Étant donné que je les ai devant moi, je vais essayer de les décrire du mieux que je peux. L'Association canadienne pour les armes à feu a publié deux caricatures assez dégradantes qui représentent la députée d'Oakville et la vice-première ministre. Il y en a une autre où figure le premier ministre et ce qui semble être son épouse. Ces caricatures sont dégradantes parce qu'elles tentent d'associer les femmes craintives aux armes à feu, et on peut voir d'autres individus qui tiennent des armes à feu et qui disent: « Je pense que tout ira bien. » Peu importe le point de vue que l'on adopte, aucun député ne devrait considérer ces caricatures comme un moyen approprié de promouvoir un dialogue dans notre société démocratique.
Quoi qu'il en soit, pendant sa rencontre de février, le Comité permanent de la sécurité publique et nationale a présenté une motion que je souhaite lire à la Chambre. La voici:
Que le Comité permanent de la sécurité publique et nationale de la Chambre des communes condamne l’Association canadienne pour les armes à feu ainsi que les propos tenus par son président, Sheldon Clare, le 16 février 2021 dans une vidéo diffusée en ligne concernant la présentation du projet de loi C-21, dans laquelle il dit: « [...] nous remettre au travail du bois et des métaux et recommencer à construire des guillotines (rire). Ce serait vraiment la meilleure forme de comité de sécurité publique, de rétablir ça. S’ils veulent en faire une question de sécurité publique, c’est la voie à adopter. Le ton de voix de cette personne indiquait clairement qu’elle était sérieuse. Ce n’était pas une blague. Je ne crois pas qu’ils comprennent qu’ici, ce n’est pas la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni ou l’Australie. Le Canada est un pays composé de gens qui sont ici depuis des milliers d’années, les Autochtones, les immigrants qui ont fui l’Europe pour échapper à la tyrannie, qui ont combattu la tyrannie et [...] qui savent reconnaître la tyrannie. Et cela, mes amis, c’est de la tyrannie. »
Cette motion a été présentée pour demander au comité permanent de la Chambre des communes de condamner les propos tenus par le président de l'Association canadienne pour les armes à feu, qui a affirmé que les membres du comité devraient se consacrer à l'étude de la menuiserie et du travail des métaux pour construire des guillotines. C'est ce qu'a dit le président de l'Association canadienne pour les armes à feu, et tout ce qu'a demandé le comité, c'est que ces propos soient condamnés.
Je passe rapidement au vote portant sur cette motion. Les députés s'en souviennent-ils? Tout le monde a voté pour, sauf quatre députés, qui représentent les circonscriptions de Lakeland, Battle River—Crowfoot, Medicine Hat—Cardston—Warner et Langley—Aldergrove. Ces députés n'ont pas voté contre la motion, mais ils se sont abstenus. J'ai visionné la vidéo de ce débat. J'ai porté attention au raisonnement de la députée de Lakeland, qui a tenté de poursuivre les délibérations à huis clos. Ce qu'elle a dit en gros, c'est que si une personne se sent menacée, elle doit appeler la police, et que, par conséquent, il ne faudrait pas en discuter publiquement, parce que ce faisant, tout cela devient une enquête en cours. En tout respect, c'est de la pure foutaise. Il s'agit d'une déclaration publique qui a été faite non pas pour attaquer une seule personne, mais pour indiquer au comité ce qu'il devrait faire.
« Le comité devrait peut-être se remettre au travail du bois et des métaux et recommencer à construire des guillotines. » Les députés de Lakeland, Battle River—Crowfoot, Medicine Hat—Cardston—Warner et Langley—Aldergrove n'ont même pas pu se résoudre à voter en faveur de la motion qui condamne ces mots. Il faut se demander pourquoi. À quel point faut-il être étroitement lié à l'Association canadienne pour les armes à feu pour ne pas voter en faveur de cette motion? Je crois avoir déjà répondu à cette question en montrant aux députés à quel point les engagements politiques et électoraux du chef de l'opposition en matière d'armes à feu sont liés aux demandes de l'Association canadienne pour les armes à feu.
Je vais conclure avec une réflexion. Il semble que l'opposition à ce projet de loi ne vienne pas de députés qui veulent vraiment trouver des solutions, mais plutôt de gens qui répondent aux diktats d'une association qui a la mainmise sur un parti. J'entends des gens se récrier de l'autre côté, mais peut-être pourraient-ils m'expliquer ce qui peut pousser les quatre députés dont j'ai parlé à ne pas appuyer le projet de loi. Le pire, c'est qu'ils semblent croire qu'ils peuvent esquiver la question en s'abstenant de voter. S'ils sont vraiment contre cette mesure et qu'ils croient sincèrement ce que la députée de Lakeland a affirmé, pourquoi ne veulent-ils pas voter contre le projet de loi? C'est parce que, s'ils votaient pour le projet de loi, ils enverraient à l'association en question, qui est fortement liée à leur parti, un message qui leur nuirait lors des prochaines élections. C'est la seule conclusion à laquelle j'arrive.
Ce projet de loi est nécessaire. Nous devons l'adopter et protéger la vie des Canadiens. Il faut écouter les chefs de police que j'ai cités plus tôt pour sauver des vies. Il faut cesser les petits jeux qui servent certaines personnes au pays qui veulent faire prévaloir leur point de vue, ce qui est tout à fait légitime, mais, malheureusement, ces personnes sont intimement liées au Parti conservateur.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-28 10:43 [p.7547]
Madam Speaker, it is a pleasure for me to speak today to Bill C-21, hoping that I can bring a calm and reasoned approach to this discussion. All parties in the House are united in their desire to get rid of gun crime in Canada. The question is, what is the best way to go about doing that?
We know that we need to be fact- and evidence-based. In fact, the Liberal government is always talking about how it is fact- and evidence-based, but in this particular discussion, it has missed the mark.
We know that 95% of gun crime in Canada is illegal guns and guns used illegally. What does Bill C-21 do to address illegal guns coming into Canada? The answer is, nothing. What does Bill C-21 do, then, about guns used illegally? The answer, again, is nothing. In terms of trying to address gun crime in Canada, this bill misses the mark.
If we look at the 261 gun-related crimes that happened last year, 60% of those were committed with handguns that are already prohibited or restricted. One in four homicides was related to gang activity. If we look at the people who were arrested for illegal firearms offences in 2019, the Toronto chief of police said that the 326 people charged with firearms offences are free on bail. Even when people commit a crime, we are not enforcing the law, and the penalties are reduced.
If we look at an approach of what we ought to be doing to reduce gun crime in Canada, the first thing is to address the illegal guns coming into the country. I am sad to note that the Liberal members voted against a private member's bill from the member for Markham—Unionville that would have introduced measures against illegal guns coming into the country.
Certainly the point has already been made today that we need to step up the effort at the border, because we know from the statistics that most of the guns coming in are coming in from the U.S.A. There is a role to play there. I know that the National Police Federation has called on the Government of Canada to increase the funding to the RCMP border integrity program to enable dedicated and proactive RCMP investigative weapons enforcement activity in order to address gun crime at the border.
Another issue that Bill C-21 does not address is organized crime and gangs. We have heard the statistics about one in four homicides being related to gang activities. This is something that has not yet been addressed.
What does Bill C-21 actually do? There are a number of things in the bill, but basically, for firearms that have already been banned for lawful gun owners, they are allowed to keep them but there is no defined compensation yet. Again, this is a measure that comes against people who are abiding by the law, and now the government is punishing them. They are not allowed to use these guns, and they are not going to be compensated. Nothing has been put forward on that.
At the same time, the Liberals are trying to remove the provincial authority for the chief firearms officer to “approve, refuse, renew and revoke authorizations to carry” and to give that power to a federal commissioner of firearms, another “Ottawa knows best” kind of strategy coming from the government.
In terms of importing ammunition, the government wants to add additional requirements for a licence to import ammunition. Again, it is always focused on people who will obey the law, and what it is missing is the main point that criminals do not obey the law. They do not obey the existing gun laws, and they would not obey these new guns laws. They would not obey a requirement to have a licence to import ammunition. The naïveté needs to stop, and we need to start with reasoned approaches to actually address the issue.
The municipal ban that is proposed by Bill C-21 has actually been opposed by many of the mayors across the country. The government ought to listen to mayors who are saying that this is not municipal jurisdiction. The RCMP has the expertise in this area, and that is where the power should rest.
At the same time that the government is implementing things that will not do anything about gun crime in Canada, we also see that it is introducing other bills, like Bill C-22, that will reduce the penalties for crimes committed with guns. I cannot even imagine why Liberals would think about doing that.
Bill C-22 repeals several minimum penalties. Let me read the list: unauthorized possession, possession of a prohibited firearm, possession of a weapon obtained by crime, weapons trafficking, possession for the purpose of trafficking, reckless discharge, discharge with the intent to wound or endanger, and robbery with a firearm. Why would we ever reduce the penalties for those very things that are part of the problem of gun crime in Canada, which is the thing we are trying to solve?
At the same time, Bill C-22 would also eliminate a number of offences that would be ineligible for conditional sentencing, such as sexual assault, kidnapping, trafficking in persons for material benefit, abduction of people under 14, motor vehicle theft, and arson for fraudulent purposes.
Again, we are trying to solve the problem of gun crime in Canada: illegal guns, guns used illegally, and the kind of organized crime and gang crime activity that is related to all these illegal activities. We have a huge issue of drugs in the country, so we should definitely be putting our money there.
I see that my time is drawing short, and yes, I am going to get to my points. There has also been an allegation that suicide is a reason for the banning of weapons for lawful gun owners, that it would really do something about suicide in the country. I would offer that people who are going to kill themselves, sadly, are going to find other ways: hanging themselves, slicing their wrists, taking pills.
We see a huge increase in suicide in this country. In fact, because this pandemic has gone on so long and the Liberal government has failed to get a plan to exit, we have seen a quadrupling of suicides. Instead of the 4,000 people a year who typically commit suicide, if that is quadrupled, the number of people dying from suicide is approaching the number of people dying from COVID-19. This is why it is important for the government to focus its efforts there and, if it really wants to eliminate suicide, get us a plan to exit this pandemic, absolutely.
The undefined buyback program needs to be clarified so that we can actually comment on it. Right now it just looks like weapons will be banned and there is no defined plan, but the plan is likely to be very expensive and it looks to me like the initial estimates have underestimated what that cost will be.
All in all, Bill C-21 misses the mark on eliminating gun crime in Canada. I want to summarize by saying that the problem is illegal guns and guns used illegally. Bill C-21 does nothing about illegal guns. It does nothing about guns used illegally.
What do we need to do? Let us step up the efforts to keep illegal guns from coming into the country and the penalties associated with being involved in gun smuggling, and once those people are convicted, let us keep them in jail and not let them back out on the street with their weapons again.
Let us make sure that we focus on organized crime and gang activity. I think there are resources that would be better applied there. In fact, the National Police Federation said that we should divert from the monitoring activities on lawful gun owners that we spend on and put some of those resources into crime prevention. That is a very good thing to do as well.
At the end of the day, all of us want the same thing. We all want to eliminate gun crime in Canada, but Bill C-21 does not do it.
Madame la Présidente, j'ai le plaisir de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-21. J'espère pouvoir ajouter à la discussion en présentant un point de vue calme et raisonné. Tous les partis à la Chambre veulent que la criminalité liée aux armes à feu cesse au Canada. La question est de savoir quelle est la meilleure façon de procéder.
Nous savons que nos décisions doivent être fondées sur des faits et des données probantes. D'ailleurs, le gouvernement libéral ne cesse de dire qu'il se fie aux faits et aux données probantes, mais il a raté sa cible dans ce dossier particulier.
Nous savons que 95 % des armes à feu utilisées pour commettre des crimes au Canada sont illégales ou utilisées illégalement. Que fait le projet de loi C-21 pour empêcher que des armes à feu entrent illégalement au Canada? La réponse est: rien. Alors que fait le projet de loi C-21 pour empêcher que des armes à feu soient utilisées illégalement? Encore une fois, la réponse est: rien. Le projet de loi en question ne fait absolument rien pour lutter contre les cimes commis avec une arme à feu au Canada.
Quand on examine les 261 crimes commis avec une arme à feu l'an dernier, on constate que 60 % d'entre eux ont été perpétrés avec des armes de poing qui sont déjà interdites ou à autorisation restreinte. Un homicide sur quatre était lié aux gangs. En ce qui concerne les personnes qui ont été arrêtées en 2019 pour des infractions commises avec une arme à feu illégale, le chef de la police de Toronto a affirmé que les 326 personnes accusées de ces infractions sont maintenant en liberté sous caution. On n'applique même pas la loi lorque les gens commettent des crimes, et les peines sont réduites.
Pour réduire le nombre de crimes commis avec des armes à feu au Canada, la première chose à envisager est de cibler le problème des armes qui sont introduites illégalement sur le territoire. Je suis triste de constater que les députés libéraux ont voté à l’encontre d’un projet de loi d’initiative parlementaire présenté par le député de Markham—Unionville qui aurait pu permettre d’instaurer des mesures contre la contrebande d’armes à feu.
Il a déjà été démontré clairement aujourd’hui que nous devons intensifier nos efforts pour sécuriser nos frontières, car nous savons d’après les statistiques que la plupart des armes viennent des États-Unis. Nous avons un rôle à jouer ici. Je sais que la Fédération de la police nationale a exhorté le gouvernement du Canada à augmenter les fonds destinés au programme de l’intégrité des frontières de la GRC afin de permettre à la GRC de mener des enquêtes proactives sur les armes à feu pour lutter contre les crimes commis avec des armes à feu depuis nos frontières.
Il y a un autre problème que le projet de loi C-21 ne fait rien pour régler; il s’agit du crime organisé et des gangs. Les statistiques nous ont montré que le gangstérisme est à l’origine d’environ un homicide sur quatre. Or, le gouvernement ne fait rien pour s'attaquer à ce problème.
Qu'est-ce que le projet de loi C-21 accomplit? Il accomplit plusieurs choses mais, en gros, il permet aux propriétaires légitimes d'armes à feu de conserver des armes déjà interdites. Cependant, aucun dédommagement n'a encore été prévu. Cette mesure législative cible les gens respectueux des lois. Le gouvernement les punit. Ils ne sont pas autorisés à utiliser ces armes, et ils ne seront pas dédommagés. Du moins, rien n'a été prévu à cet effet.
Parallèlement, les libéraux tentent de transférer au commissaire fédéral aux armes à feu le pouvoir, actuellement détenu par les contrôleurs provinciaux des armes à feu, « d’approuver, de refuser, de renouveler ou de révoquer l’autorisation de port ». Encore une fois, le gouvernement semble croire qu'Ottawa a toujours raison.
Par ailleurs, le gouvernement veut imposer des exigences supplémentaires pour l'obtention d'un permis d'importation de munitions. Encore une fois, il cible toujours les gens respectueux des lois, et il oublie quelque chose d'important: les criminels n'obéissent pas à la loi. Ils n'obéissent déjà pas aux lois actuelles sur les armes à feu; ils n'obéiraient pas davantage à ces nouvelles lois. Ils ne se conformeraient pas à l'exigence d'obtenir un permis d'importation de munitions. Le gouvernement doit arrêter d'être naïf, et il doit commencer à adopter des approches raisonnées qui permettront de réellement corriger le problème.
De nombreux maires au pays se sont dits contre la possibilité pour les municipalités d'imposer une interdiction telle que le prévoit le projet de loi C-21. Le gouvernement devrait écouter les maires qui lui disent qu'il ne s'agit pas d'une question de compétence municipale. C'est la GRC qui possède l'expertise requise dans le domaine et c'est elle qui devrait avoir ce pouvoir.
Alors que le gouvernement s'entête à mettre en œuvre des mesures qui n'auront aucun effet sur les crimes commis avec des armes à feu au Canada, il présente d'autres projets de loi, comme le projet de loi C-22, qui visent à réduire les peines pour les crimes commis avec une arme à feu. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi les libéraux songent à faire une telle chose.
Le projet de loi C-22 abroge les peines minimales pour plusieurs infractions. Je vais en dresser la liste: possession non autorisée, possession d'une arme prohibée, possession d'une arme criminellement obtenue, trafic d'armes, possession d'une arme en vue d'en faire le trafic, décharge d'une arme à feu avec insouciance, décharge d'une arme à feu dans l'intention de blesser ou de mettre en danger la vie d'une personne et vol qualifié commis avec une arme à feu. Pourquoi voudrions-nous réduire les peines pour le genre de crimes qui font partie du problème de la violence armée au Canada, que nous cherchons à endiguer?
En outre, le projet de loi C-22 ferait en sorte que, dans le cas d'un certain nombre d'infractions, dont agression sexuelle, enlèvement, traite de personnes dans le but d'en retirer un avantage matériel, enlèvement d'une personne âgée de moins de 14 ans, vol d'un véhicule à moteur et incendie criminel dans une intention frauduleuse, les délinquants ayant commis ces crimes soient admissibles à un emprisonnement avec sursis.
Encore une fois, nous voulons régler le problème de la violence armée au Canada: les armes illégales, les armes utilisées de manière illégale et les activités du crime organisé et des gangs de rue qui sont liées à ces comportements illégaux. Il y a un grave problème de drogue au Canada, alors c'est à ce problème que nous devrions nous attaquer.
Je vois qu'il me reste peu de temps et, oui, je vais en venir à mes arguments. Il y a également des gens qui maintiennent que le suicide est un motif pour interdire aux propriétaires légitimes d'armes à feu de posséder des armes, car cela permettrait de vraiment réduire le taux de suicide au Canada. Malheureusement, je crois que les gens qui veulent se suicider trouveront d'autres moyens d'y parvenir, notamment en se pendant, se tranchant les veines ou en prenant des pilules.
Nous avons constaté que le nombre de suicides au pays a augmenté considérablement. Étant donné que la pandémie dure depuis très longtemps et que le gouvernement libéral n'a pas réussi à mettre en place un plan de sortie de crise, le nombre de suicides a quadruplé. Habituellement, 4 000 personnes se suicident chaque année. Si l'on quadruple ce chiffre, le nombre de suicides s'approche du nombre de décès attribuables à la COVID-19. C'est pourquoi il est important que le gouvernement concentre ses efforts sur ce problème et, s'il veut vraiment éliminer le suicide, qu'il nous présente un plan pour sortir complètement de la pandémie.
Le programme de rachat non défini doit être clarifié afin que nous puissions vraiment y faire nos observations. Pour l'instant, on dirait simplement que les armes seront interdites et qu'il n'y a pas de plan bien défini. Toutefois, l'éventuel plan sera probablement très coûteux, et il me semble qu'au départ, on en a nettement sous-estimé le coût.
Somme toute, le projet de loi C-21 rate la cible, car il ne permettra pas d'éliminer les crimes commis au moyen d'une arme à feu au Canada. En résumé, le problème, ce sont les armes à feu illégales et les armes à feu utilisées illégalement. Or, le projet de loi C-21 ne prévoit rien pour les armes à feu illégales et ne prévoit rien pour les armes à feu utilisées illégalement.
Que devons-nous faire? Intensifions les efforts visant à empêcher les armes à feu illégales d'entrer au pays et punissons plus sévèrement la participation à la contrebande d'armes à feu. Quand des personnes sont reconnues coupables de ce crime, gardons-les en prison et ne les remettons pas en liberté, où elles pourraient circuler de nouveau dans nos rues avec leurs armes.
Mettons l'accent sur le crime organisé et les activités des gangs. Je crois que ce serait une meilleure utilisation des ressources. En fait, la Fédération de la police nationale a déclaré que nous devrions affecter une partie des fonds investis dans les activités de surveillance des propriétaires légitimes d'armes à feu à la prévention de la criminalité. C'est une excellente chose à faire aussi.
En définitive, nous voulons tous la même chose. Nous voulons tous éliminer les crimes commis au moyen d'une arme à feu au Canada, mais ce n'est pas ce que fait le projet de loi C-21.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I want to quote something the member said in her speech. She said that we need to step up protection as it relates to the borders and gun smuggling.
This government introduced spending of $327 million to combat gun and gang violence, with $86 million to prevent cross-border smuggling of illegal firearms. The member voted against it. Why did she vote against measures that she is now claiming are so important?
Madame la Présidente, je voudrais souligner une chose que la députée a dite dans son discours. Elle a dit que nous devions intensifier les efforts pour sécuriser les frontières et lutter contre la contrebande d'armes.
Le gouvernement actuel a prévu des dépenses de 327 millions de dollars pour lutter contre la violence liées aux armes à feu et aux gangs, dont 86 millions de dollars pour empêcher la contrebande d'armes. La députée a voté contre. Pourquoi a-t-elle voté contre des mesures qu'elle prétend maintenant être si importantes?
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-28 10:54 [p.7549]
Madam Speaker, unfortunately, the Liberal government put forward an omnibus budget bill that is 720 pages long with a plethora of things in it. Although this specific action I do agree with, the amount of debt that the government has racked up without providing for a growth budget has created $250 a month of payments, for the next 10 years, from every Canadian to the government in order to pay off its existing debt. There is no plan to exit that, no plan to restart the economy or grow the economy in the budget, and that is the reason I did not vote for it.
Malheureusement, madame la Présidente, le gouvernement libéral a présenté un projet de loi omnibus d'exécution du budget qui compte 865 pages et contient bien des choses. Certes, je suis d'accord avec cette mesure, mais le montant de la dette que le gouvernement a accumulée sans prévoir de budget de croissance va obliger les Canadiens à payer au gouvernement 250 $ par mois pendant les 10 prochaines années pour rembourser la dette actuelle. Le budget ne prévoit rien pour nous sortir de cette situation, pour relancer l'économie ou la faire croître, et c'est la raison pour laquelle j'ai voté contre le projet de loi.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-28 10:55 [p.7549]
Madam Speaker, I was not involved in the previous Conservative government's decisions. My mother always told me that we cannot change the past; we can only change the future. In the go-forward, to really solve this crime, we are going to need additional efforts at the border because most of the guns are coming in from the U.S., as I said.
With respect to the second question, I think the municipalities in some cases are misinformed about what is happening. If we look at the gun crime statistics, they will say they are happening with weapons that are already prohibited. If a handgun ban is put in place, criminals are not going to obey. If we say tomorrow that no more handguns are allowed in Vancouver, the criminals and people involved in organized crime are still going to have them, so it is not addressing the root of the issue.
Madame la Présidente, je n'ai joué aucun rôle dans la prise de décision du gouvernement conservateur précédent. Ma mère m'a toujours dit que nous ne pouvons pas revenir en arrière et que nous pouvons seulement changer le futur. Comme je l'ai mentionné, pour ce qui est de l'avenir, nous aurons besoin de déployer de plus amples efforts à la frontière afin de lutter contre ces crimes parce que la majorité des armes proviennent des États-Unis.
En ce qui concerne la deuxième question, je crois que les municipalités sont souvent mal informées de ce qui se passe réellement. Si l'on examine de près les statistiques sur les crimes commis avec une arme à feu, on constate qu'ils sont perpétrés avec des armes déjà frappées d'une interdiction. Les criminels ne respecteront pas une interdiction des armes de poing. Si l'on déclarait dès demain que les armes de poing sont interdites à Vancouver, les délinquants et les individus impliqués dans le crime organisé n'en auront pas moins pour autant. Une telle interdiction ne réglerait donc pas le problème à la source.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, yesterday, the COVID-19 testing and screening expert advisory panel recommended that the government stop hotel quarantines, not for health reasons, but because the quarantines are ineffective owing to the government's disastrous management. That is not a recommendation; it is a statement of failure.
The experts are right when they say that it makes no sense that people who cross land borders do not have to quarantine. They are right when they say that it makes no sense that people can avoid hotel quarantines by paying a fine. Rather than end the program, will the government finally start managing it properly?
Madame la Présidente, hier, le Comité consultatif d’experts en matière de tests et de dépistage de la COVID-19 a recommandé au gouvernement d'abandonner les quarantaines à l'hôtel, pas pour des raisons sanitaires, mais parce que la gestion catastrophique du gouvernement rend les quarantaines inefficaces. C'est un constat d'échec, pas une recommandation.
Les experts ont raison de dire que cela n'a aucun sens que les personnes qui traversent les frontières terrestres soient exemptées de la quarantaine. Ils ont raison de dire que cela n'a aucun sens que les gens puissent éviter l'hôtel à condition de payer une amende. Plutôt que d'abandonner le programme, le gouvernement pourrait-il enfin le gérer comme il le faut?
View Jennifer O'Connell Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, we welcome the report from the COVID-19 testing and screening expert advisory panel. These recommendations are going to be incredibly helpful as we move forward in adjusting measures. One of the fastest ways to adjust restrictions is for Canadians to continue to get vaccinated.
Every step of the way our process at the borders has been about adding layers of protection. Every single layer of that protection is an additional measure that is going to stop the spread and protect Canadian lives. We will stop at nothing to do so.
Madame la Présidente, c’est avec plaisir que nous accueillons le rapport du Comité consultatif d’experts sur les tests et le dépistage de la COVID-19. Ses recommandations seront extrêmement utiles pour peaufiner les mesures. Pour accélérer l’ajustement des restrictions, la meilleure solution reste encore que les Canadiens continuent de se faire vacciner.
Depuis le début de la pandémie, nous n’avons cessé de renforcer les mesures de protection aux frontières. Chacune de ces mesures permet de limiter un peu plus la propagation du virus et de protéger les Canadiens. Nous ne ménagerons aucun effort pour poursuivre cet objectif.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, public health authorities must be the ones driving the process. The hotel quarantine program is not the problem. The problem is the federal government's incompetent management of the border. Until travel is safe again, returning travellers must be monitored.
People have been making sacrifices for 15 months. As we near the end of the pandemic, the federal government cannot tell them that it is abandoning border security because of an administrative foul-up. Will it get its act together instead of shirking its responsibilities?
Madame la Présidente, c'est la santé publique qui doit dicter la marche à suivre. Le problème n'est pas le programme des quarantaines à l'hôtel, c'est l'incompétence du fédéral dans la gestion des frontières. Tant que les voyages ne seront pas sécuritaires, le retour des voyageurs doit être encadré.
Cela fait 15 mois que la population fait des sacrifices. Le gouvernement fédéral ne peut pas dire à tout ce monde-là qu'il abandonne la sécurité frontalière dans la dernière ligne droite de la pandémie pour des raisons de cafouillage administratif. Va-t-il se ressaisir au lieu d'abdiquer ses responsabilités?
View Jennifer O'Connell Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, absolutely not. As I just said, our approach has been about adding layers of protection to ensure that all Canadians are safe. That is why we have some of the strictest border measures anywhere around the world.
In fact, we know these requirements are working because air travel has reduced by 96%, compared to pre-pandemic travel levels. As the situation evolves, we will absolutely take into account any science and evidence, but we are going to ensure that the hard work done by Canadians is not sacrificed and we will keep them safe.
Madame la Présidente, ce n'est pas du tout cela. Comme je viens de le dire, nous avons choisi d'ajouter des mesures de protection pour assurer la sécurité de tous les Canadiens. C'est pourquoi les mesures aux frontières comptent parmi les plus strictes au monde.
En fait, nous savons que ces mesures sont efficaces, car les voyages aériens ont diminué de 96 % par rapport à avant la pandémie. Au fur et à mesure que la situation évoluera, nous serons attentifs à toutes les données scientifiques et probantes bien évidemment, mais nous ferons en sorte de ne pas anéantir les efforts déployés par les Canadiens et nous assurerons leur sécurité.
View Ben Lobb Profile
CPC (ON)
View Ben Lobb Profile
2021-05-27 13:44 [p.7489]
Mr. Speaker, before I begin my speech, I would just like to thank everybody who lives in the riding of Huron—Bruce for their tremendous work over the last year and a half in combatting COVID. The rates in Huron County and Bruce County are some of the lowest in Ontario, and may be some of the lowest in Canada.
This is because of everybody, not just one person. Everybody's efforts have made the difference. I thank them. We are all proud of everyone's efforts. That is likely the best news of this speech.
When I look at this budget, I think maybe we could call it the “lack of vaccine” budget. Here we are. Just a few days ago, we had our May long weekend. We are near the end of May. We are in Ottawa today. Sparks Street should be full. The markets should be full. The patios should be out. The restaurants should be busy. There should be kids here on class trips, coming on tours. The hotels should be full.
Why are they not? By and large, the reason, and this is just the microcosm of the entire Canadian economy in the service industry, is that we did not have vaccines quickly enough and we did not have enough of them. That is the reality of why we have spent so much more than we ever would have thought we would have needed to spend.
In the process, the Liberal government, in its lack of action, has decimated tens of thousands of people's equity in their business, their savings and equity in their home. That is the truth. There is no bank manager in the country who would argue that fact.
Maybe someone who sells four-wheelers as a business has had the best year of all time. However, certainly for those in the service sector, this has been a humbling experience, to say the least.
The Bank of Canada, and this is unprecedented, has purchased over 250 billion dollars' worth of bonds. Who would have ever thought that we would be doing this? Who would have ever thought? A high of $6 billion a week, currently around $3 billion or $4 billion a week. Clearly, we cannot sustain this at all.
We all know there is inflation. We could go up and down the streets in our communities and see the homes for sale, going for $100,000, $200,000 or $300,000 over the list price. I talked to a builder the other day. A two by four that is 16 feet long, I think he told me it was $28. It was $7.50 last May. To the member for Timmins—James Bay, $5,000 to spruce up a home is not going far.
The printing of money, the Bank of Canada buying, is creating inflation. The other day I saw some commentary about how, compared to the U.S. dollar, ours is looking pretty good. The U.S. is probably printing more than we are right now. I think last week I saw the fed bought $92 billion in the United States. The Canadian dollar is doing well against the American dollar, but if we look at it as a Canadian dollar and what could be bought, we can buy less.
What the government has tried to do is it has tried to help. I believe the government has tried to help people, but maybe in the wrong ways. This inflation has cost the very people it was trying to help the most, the ones in the service industry, the ones earning an hourly wage who maybe do not have benefits. In Ontario, the province I am from, that wage is $14 to $15 an hour. The last year and a half has made that $15 an hour more like under $10 an hour. Certainly, if anybody had any hopes of buying a home or a condo, almost 40% to 50% has been added to what people thought would reasonably have to be paid.
For a country that had 75% ownership, when Europe has about 25%, in short order we have almost taken away the opportunity for the middle class to ever own a home. That is a shame.
For the ultra-wealthy, the people who have multiple homes, investments and all sorts of apparatus to accumulate wealth, this has been the absolute best time of all time. If we think about it, the last two or three years should have been the opportunity to raise up everybody. The Prime Minister, his finance minister and the party have diminished the middle class and the poor working class. That is an absolute fact. People are now in bidding wars for rental properties, not to buy a home, but to rent. It is not sustainable and will probably go down as one of the darkest moments of the government.
I live in a rural community, a hard-working, resilient rural community, and I have been mystified for the last five or six years as to how the government continually gets it wrong in rural Canada. Money for rural infrastructure is a pittance compared to what urban centres receive. Rural areas do not carry the burden of so many people, but they also have the biggest burden of protecting the most precious resources. In my area, Lake Huron has fresh water. For rural infrastructure, water, sewage, culverts, bridges, just name it, there is not enough money.
Members do not have to think I am biased. They can talk to the mayors or CAOs of Huron County or Bruce County and they will say it is not enough. It is a bidding war to even get it. By the way, the way it works is backward. One has to pitch it to the federal government, it picks over the bones, then says it is approved, but does not even tell the MPP or MP for the area. It should be the other way around. It should be that the federal government allocates money to the provinces, the provinces pick their priorities based on what the mayors and wardens tells them and then they approve the projects. This is just common sense. We have been doing this now for six years and it does not work.
As for low-income and social housing, forget it. Members can talk to any community in my riding, Saugeen Shores, South Huron or Goderich. They apply, apply and apply and it is never approved. No one has to take my word for it because the mayors call me to complain.
Then there is strategic infrastructure. We are going beyond my riding, looking at other areas and what rural areas produce. In my area there are soybeans, corn, red meat, all those different things, and we are constantly under the pressure of not having enough capacity at the ports and other areas.
As for broadband, the SWIFT project was working. The minister changed it and what a mess. We had consistent funding for rural projects and they were starting to work. Now it has changed and what a mess.
There is a chronic labour shortage throughout Ontario, which is certainly exacerbated in my riding. We need workers. We need to motivate people to get to work. We need to speed up the process of bringing in new Canadians to work in our sectors, such as, for example, meat processing. Just name it and we need it.
God bless the trade minister, but she has made a mess of trade, in my opinion. The U.S. is running roughshod over us. Everybody thought that when Trump was gone, Biden would be Canada's best friend. We do not need friends like Joe Biden, the way he has treated us with buy America and softwood lumber tariffs.
How is it that Canada has a beef trade deficit with the United Kingdom? There are those who do not think we are getting treated poorly. We are getting treated poorly. We have a pork and beef deficit with the European Union. That is not fair trade. That is not a fair partner.
I would love to talk about our borders. What a mess the government has created at our borders. Port Huron is about an hour and a half from my hometown and I know there are a lot of business people awfully disappointed with how they have been treated at the border in an arbitrary way. It is not the officials. It is not the hard-working men and women who work there. It is the mixed messages they receive from the health minister and the public safety minister.
It is not a good situation. If they cannot fix it, we will do the heavy lifting. I am saying we are prepared to do it. They let Line 5 go to this state when in Huron—Bruce and many other ridings we need it. We need it to dry our crops and heat our homes and it is willy-nilly with the current government. I know the Liberals send out the resource minister and he has some things to say, but behind the scenes there is no way the message is getting drilled home to the United States. If they want to shut us down, they are going to shut us down.
Monsieur le Président, avant de commencer, j’aimerais remercier tous les citoyens de ma circonscription, Huron— Bruce, pour le travail énorme qu’ils ont accompli au cours des 18 derniers mois pour lutter contre la COVID. Les taux de contagion dans le comté d'Huron et dans celui de Bruce sont parmi les plus bas en Ontario et peut-être même au Canada.
Ce résultat est attribuable à l’ensemble des citoyens, et non à une seule personne. Ce sont les efforts de tous qui ont permis de garder des taux aussi bas. Je les en remercie. Nous sommes tous fiers de ce que tout le monde a accompli. Voilà le point le plus positif de mon allocution.
On pourrait peut-être appeler le budget d’aujourd’hui le budget « du manque de vaccins ». Nous y voilà. Il y a quelques jours seulement, c’était la longue fin de semaine de mai. Nous approchons de la fin du mois. Nous sommes à Ottawa aujourd’hui. La rue Sparks devrait être pleine de monde. Les marchés devraient être bondés. Les terrasses devraient être prêtes à accueillir les clients. Les restaurants devraient être occupés. On devrait voir des enfants en sortie scolaire. Les hôtels devraient être pleins.
Pourquoi n’est-ce pas le cas? Parce que, dans l’ensemble, nous n’avons pas obtenu les vaccins assez rapidement et que nous n’en avons pas obtenus assez, et le secteur des services ne constitue que le microcosme de l’économie canadienne. Voilà pourquoi nous avons dépensé beaucoup plus que nous l’avions envisagé au départ.
À cause de l’inaction du gouvernement libéral, des dizaines de milliers de gens d’affaires et de propriétaires ont perdu leurs économies et l'argent investi dans leur entreprise et leur résidence. Voilà la vérité. Aucun gérant de banque au pays dirait le contraire.
Les vendeurs de véhicules tout terrain ont peut-être connu leur meilleure année. Toutefois, il est certain que, pour les gens du secteur des services, les résultats de cette année ont été à tout le moins modestes.
La Banque du Canada a acheté des obligations à hauteur de plus de 250 milliards de dollars, soit plus que jamais auparavant. Qui aurait cru qu’une telle chose arriverait? Au plus fort, c’était à hauteur de 6 milliards de dollars par semaine, actuellement, c’est 3 ou 4 milliards de dollars par semaine. Franchement, nous ne pouvons vraiment pas continuer comme cela.
Nous savons tous qu’il y a de l’inflation. Nous pouvons tous voir dans nos coins de pays des maisons qui se vendent 100 000 $, 200 000 $ et même 300 000 $ de plus que le prix initial demandé. J’ai parlé à un entrepreneur en construction l’autre jour. Il m’a dit, si je me souviens bien, qu’un deux par quatre qui fait 16 pieds de long se vend 28 $, alors que la même pièce coûtait 7,50 $ en mai dernier. Je signale pour la gouverne du député de Timmins—Baie James qu'on ne va pas loin avec 5 000 $ quand on veut rénover une maison.
La Banque du Canada crée de l’inflation en imprimant de l’argent et en achetant des obligations. L’autre jour, j’ai pris connaissance d’un commentaire selon lequel le dollar canadien se porte assez bien comparativement au dollar américain. Les États-Unis impriment probablement plus d’argent que nous en ce moment. La semaine dernière, je crois avoir vu que la Réserve fédérale a acheté des obligations pour une valeur de 92 milliards de dollars. Le dollar canadien se porte bien comparativement au dollar américain, mais il faut reconnaître qu’il ne permet pas d’acheter autant.
Le gouvernement a essayé d’aider les gens, mais il ne s’y est peut-être pas pris de la bonne manière. L’inflation a nuit à ceux-là mêmes qu’il essayait d’aider le plus, c'est-à-dire les travailleurs du secteur des services, les gens qui sont payés à l'heure et qui n’ont peut-être pas d’avantages sociaux. En Ontario, la province d’où je viens, ces salaires sont de 14 à 15 $ l’heure. Toutefois, au cours des 18 derniers mois, ces salaires de 15 $ l'heure sont tombés à moins de 10 $ l’heure. Une chose est certaine: quiconque espérait s’acheter une maison ou un condo devra débourser de 40 à 50 % de plus que ce qu’il croyait raisonnable de dépenser au départ.
Au Canada, 75 % de la population est propriétaire de son logement, comparativement à 25 % en Europe, mais pourtant, nous avons tout à coup privé la classe moyenne de la possibilité d'accéder à la propriété. C’est une honte.
Pour les ultra-riches, ceux qui possèdent plusieurs maisons, des investissements et toutes sortes de moyens pour accumuler leur richesse, cette période a été la plus faste de tous les temps. Si l’on y réfléchit, les deux ou trois dernières années auraient dû être l’occasion d’élever tout le monde. Le premier ministre, son ministre des Finances et le parti ont réduit la classe moyenne et la classe ouvrière pauvre. C’est un fait irréfutable. Les gens se livrent maintenant à des guerres d’enchères pour des propriétés à louer, non pas pour acheter une maison, mais pour louer. Ce n’est pas viable et cela passera probablement à l’histoire comme l’un des moments les plus sombres de ce gouvernement.
Je vis dans une collectivité rurale résiliente et laborieuse, et depuis cinq ou six ans, je n’arrive pas à comprendre comment le gouvernement ne cesse de se tromper dans le Canada rural. Les fonds destinés aux infrastructures rurales sont dérisoires par rapport à ce que reçoivent les centres urbains. Les régions rurales ne portent pas le fardeau d’un si grand nombre de personnes, mais elles portent le plus lourd fardeau de protéger les ressources les plus précieuses. Dans ma région, le lac Huron renferme de l’eau douce. Pour l’infrastructure rurale, l’eau, les égouts, les ponceaux, les ponts, tout ce que vous voulez, il n’y a pas assez d’argent.
Que les députés ne pensent pas que j’ai un parti pris. Ils peuvent parler aux maires ou aux directeurs généraux des comtés de Huron ou de Bruce qui leur diront que ce n’est pas suffisant. Il y a une guerre d’enchères pour l’obtenir. En passant, ça fonctionne à l’envers. Il faut présenter le projet au gouvernement fédéral, qui en examine les grandes lignes, puis déclare qu’il est approuvé, mais n’en informe même pas le député provincial ou fédéral de la région. Ce devrait être l’inverse. Le gouvernement fédéral devrait attribuer des fonds aux provinces, celles-ci fixent leurs priorités en fonction de ce que les maires et les directeurs généraux leur disent, puis elles approuvent les projets. C’est tout simplement logique. Nous faisons cela depuis six ans maintenant et ça ne fonctionne pas.
Quant aux logements sociaux et à loyer modique, oubliez-les. Les députés peuvent parler à n’importe quelle collectivité de ma circonscription, Saugeen Shores, South Huron ou Goderich. Elles présentent demande après demande et elles ne sont jamais approuvées. Personne n’a à me croire sur parole, car les maires m’appellent pour se plaindre.
Ensuite, il y a l’infrastructure stratégique. Nous dépassons les limites de ma circonscription, nous regardons d’autres régions et ce que les zones rurales produisent. Dans ma région, il y a du soya, du maïs, de la viande rouge, tous ces produits différents, et nous vivons constamment sous la pression de ne pas avoir assez de capacité dans les ports et dans d’autres domaines.
En ce qui concerne la large bande, le projet SWIFT donnait de bons résultats. Le ministre l’a modifié, et quel gâchis. Nous avions un financement constant pour des projets ruraux qui commençaient à donner des résultats. Maintenant, il a été modifié, et quel gâchis!
Il y a une pénurie chronique de main-d’œuvre partout en Ontario, et elle est certainement exacerbée dans ma circonscription. Nous avons besoin de travailleurs. Nous devons motiver les gens à se mettre au travail. Nous devons accélérer le processus pour faire venir des immigrants afin qu'ils travaillent dans nos secteurs, comme celui de la transformation de la viande. Les besoins sont partout.
Sans vouloir manquer de respect à la ministre du Commerce, elle a créé un beau gâchis, à mon avis. Les États-Unis nous malmènent. Tout le monde pensait que lorsque Trump serait parti, Biden serait le meilleur ami du Canada. Nous n’avons pas besoin d’amis comme Joe Biden, à voir la façon dont il nous a traités avec sa politique d'achat aux États-Unis et les tarifs sur le bois d’œuvre.
Comment se fait-il que le Canada ait un déficit dans le commerce du bœuf avec le Royaume-Uni? Certains ne pensent pas que nous sommes malmenés. Nous le sommes. Nous avons un déficit dans le commerce du porc et du bœuf avec l’Union européenne. Ce n’est pas un commerce équitable. Ce n’est pas un partenaire équitable.
J’aimerais beaucoup parler de nos frontières. Le gouvernement a créé un beau gâchis à nos frontières. Port Huron est à environ une heure et demie de ma ville natale, et je sais que beaucoup de gens d’affaires sont terriblement déçus d'avoir été traités de manière arbitraire à la frontière. Ce n’est pas la faute des fonctionnaires. Ce n’est pas la faute des hommes et des femmes qui travaillent dur à la frontière. Le problème, ce sont les messages contradictoires qu’ils reçoivent de la part de la ministre de la Santé et du ministre de la Sécurité publique.
La situation est mauvaise. S’ils ne peuvent pas la corriger, nous nous occuperons de faire le travail. Je dis que nous sommes prêts à le faire. Ils ont laissé faire les choses pour la canalisation 5, alors que dans la circonscription de Huron-Bruce et dans de nombreuses autres circonscriptions, nous en avons besoin. Nous en avons besoin pour sécher nos récoltes et chauffer nos maisons, mais le gouvernement prend des décisions à l'aveuglette. Je sais que les libéraux envoient le ministre des Ressources naturelles et qu’il a des choses à dire, mais en coulisses, il n’y a aucun moyen de faire passer le message aux États-Unis. S’ils veulent nous fermer, ils vont nous fermer.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, thousands of doses of vaccines in Detroit are set to expire next week. Shamefully content to let these doses go in the garbage, the Minister of Health, Stephen Lucas and Iain Stewart have blocked every effort of the mayor of Windsor to bring these vaccines into Canada. The mayor is now preparing to close the Windsor Detroit Tunnel to allow his residents to walk to the border line and receive a vaccine from an American vaccinator standing on the U.S. side of the border.
Will the Liberals finally help border communities or are they content to allow Pfizer vaccines to be thrown in the garbage?
Monsieur le Président, des milliers de doses de vaccin arriveront à leur date de péremption la semaine prochaine, à Detroit. Il semble que la ministre de la Santé, Stephen Lucas et Iain Stewart préfèrent gaspiller ces doses puisqu'ils entravent tous les efforts déployés par le maire de Windsor pour transférer ces doses au Canada. Le maire se prépare maintenant à fermer le tunnel entre Windsor et Detroit afin de permettre à ses résidants de traverser la frontière à pied pour recevoir une dose administrée par un vaccinateur américain.
Est-ce que les libéraux vont enfin se décider à aider les collectivités frontalières ou laisser des doses du vaccin de Pfizer finir au dépotoir sans broncher?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, let me just talk for a moment about the number of vaccines we have managed to procure for Canada. In fact, over 26.1 million were shipped to Canada, and in Ontario, over 10 million were delivered and eight and a half million were administered. There are enough vaccines in Canada for Canadians.
I will also point out the United States has deemed vaccination is not an essential reason to cross the border. We are working very closely with our American counterparts to manage travel at the border, and indeed, we encourage the mayor to refocus his efforts to the Premier of Ontario for the doses he requires.
Monsieur le Président, parlons un instant du nombre de doses de vaccins que nous sommes arrivés à nous procurer. En fait, plus de 26,1 millions de doses ont été livrées au Canada. En Ontario, plus de 10 millions de doses ont été livrées et 8,5 millions ont été administrées. Il y a suffisamment de doses de vaccins au pays pour les Canadiens.
Je souligne par ailleurs que les États-Unis ne considèrent pas qu'il est essentiel d'être vacciné pour traverser la frontière. Nous collaborons étroitement avec nos homologues américains pour gérer les déplacements transfrontaliers. Nous encourageons le maire à réorienter ses efforts vers le premier ministre de l'Ontario afin d'obtenir les doses dont il a besoin.
View Gerald Soroka Profile
CPC (AB)
View Gerald Soroka Profile
2021-05-26 17:47 [p.7401]
Madam Speaker, I rise today to speak to the Liberal budget and raise concerns on several fronts. When I was elected in 2019, and in the years prior during the first mandate of the Liberal government, we saw deficit after deficit with no clear plan for balancing the budget. The grand plan for the budget to balance itself was failing. Now here we are a year and a half since the last election, and the $20-billion deficits we were concerned about then seem like a drop in the bucket compared with the enormous budget we are debating today. For years, the Conservatives warned the government about spending the cupboards bare when times were good, and now we are facing the repercussions of that.
The pandemic was unavoidable. No matter which party was in power, there would have been large costs associated with COVID. However, this brings to mind the famous saying that life is 10% what happens to us and 90% how we respond to the challenges thrown our way.
I will take some of my time today to reflect on the failures of the Liberal government and the ways it was too slow to act, which cost Canadians dearly.
First, it was early January 2020 when the Conservatives raised concerns about COVID-19 and called upon the government to take action at our borders. It was not until late March, when numerous COVID cases had already entered Canada, that the government took action. This delay in action would cost us big time. As opposed to a proactive response to the pandemic, what we had was a reactive one.
Second, the government failed to implement and utilize widespread rapid testing. Widespread rapid testing would have allowed more businesses to stay open, as there could have been better testing and tracing. Instead, for the past year, businesses have been teetering on the edge between not being allowed to stay open at all or being allowed to open under strict rules.
Canadians are now 15 months into this climate of uncertainty, with the Liberals only making things worse by not providing them with a clear plan to reopen our economy. I was deeply disappointed when the government voted against our opposition day motion to provide Canadians with certainty and establish a clear plan to reopen our economy.
I believe $354 billion is a staggering number. That is how much debt the government has added to Canada's debt load for 2020-21 alone, bringing the total amount of debt added by the Liberals since 2015 greater than that of all other governments combined. Let us break that number down. The largest purchase that most Canadians will make in their lives is the purchase of a home. Currently, with rapid inflation in the housing market, the average Canadian home is worth $716,000. This means the homes Canadians spend the better part of their lives paying for could be purchased nearly 500,000 times over in this year's federal budget.
When I think about the deficits we are accumulating, what concerns me most is the fiscal mess we are leaving behind for future generations to deal with. The interest on our debt is forecast to be $30 billion per year by 2026, and that is with low interest rates. To put that in perspective, this budget commits $30 billion to child care over the next five years. In the same time frame, we could spend that amount five times over simply just servicing our debt. Therefore, it is extremely important that we return to a balanced budget as soon as possible, so that we are not further increasing what we are paying in interest payments and can instead put money toward helping Canadians get ahead.
A few months ago, I stood in the House and spoke to Bill C-14 and to my concerns with raising our debt ceiling to $1.8 trillion, an increase of $663 billion. My colleague, the member for Abbotsford, compared this to asking for a line of credit from taxpayers but not saying where that money will be spent. Now, in this budget, we finally have some answers as to where this money will be spent and where it will not be.
Alberta's oil and gas industry has once again been forgotten by the Liberals. In the 725 pages of this budget, the words “oil and gas” are mentioned only once in relation to the wage subsidy. While the wage subsidy has helped the sector through COVID, it is not what this sector needs to prosper, and the temporary wage subsidy does not address the root issue of red tape and government roadblocks. When our oil and gas industry does well, Canada does well, and as the most ethical oil producer in the world, we should be creating more economic opportunities for oil and gas by getting pipelines built and supporting our world-class technology and our emerging industry in carbon sequestration. This budget leaves behind the oil and gas industry and all the economic prosperity that comes along with it.
The Conservatives know that spending is required to recover our economy. We had a strong recovery plan after the 2008 financial crisis. We made targeted investments, got Canada's finances back on track and returned to a balanced budget by 2015. However, make no mistake: This budget is not the same thing. It does nothing to secure long-term prosperity for Canadians. Instead, it presents a plan for a reimagined Canadian economy, as the Prime Minister put it. It is a plan that dabbles in risky economic ideas such as abandoning our oil and gas and natural resource industries, leaving our economy in a precarious position. This is not stimulus spending focused on creating jobs, but spending on the Liberals' partisan priorities.
When I talk about targeted support being needed, an area that comes to mind where this budget has a shortfall is tourism. COVID-19 has decimated the tourism industry in Canada, with many businesses on the brink, permanently closing or coming out of the pandemic with large debts. There is no doubt that the programs currently in place are helpful. However, I worry the $500 million allocated to tourism recovery is not enough, especially when the Liberals continuously fail to provide us with a plan to reopen our economy.
Canada's tourism industry has a similar GDP to that of the oil and gas industry, and while at least tourism, unlike oil and gas, is getting some money through this budget, $500 million is not adequate when I look at all the tourism businesses from coast to coast that need support. It is extremely important that we fully recover the tourism industry, especially in communities that rely on the industry as a significant part of their economy, such as the municipality of Jasper in my riding. Approximately 48% of the municipality's GDP was related to the tourism industry.
Another area of the budget that stuck out to me was the unfair and unjustified old age security increase for seniors over 75, as there was nothing for seniors aged 65 to 75, who have also been struggling throughout the pandemic. Statistics Canada recently reported that inflation has surpassed the Bank of Canada's 2% target and is now reaching 3.4%. Policies like the Liberal carbon tax and money printing have driven this inflation, and old age security payments must reflect that. Perhaps when we get to questions after my speech, a Liberal member can explain why they believe 65- to 75-year-olds are immune to inflation. It is far too often that seniors are emailing my office and saying they feel let down by the government's failures to support programs.
To conclude my remarks today, I would like to reiterate that I cannot support this budget because of the staggering deficit and the fact that the new spending in this budget is ideologically driven and completely abandons our oil and gas industry. This long-anticipated budget is a major letdown for western Canadians.
I look forward to questions from my colleagues.
Madame la Présidente, je désire parler aujourd’hui du budget libéral et soulever des préoccupations à l'égard de certains points. Lorsque j’ai été élu en 2019, et pendant les années précédentes dans le premier mandat du gouvernement fédéral, nous avons vu des déficits successifs sans un plan clair pour équilibrer le budget. Le grand plan qui devait permettre au budget de s’équilibrer de lui-même a échoué. Les dernières élections remontent à un an et demi, et les déficits de 20 milliards de dollars qui nous préoccupaient alors semblent être une goutte dans l’océan, comparativement à l’énorme budget dont nous parlons aujourd’hui. Pendant des années, les conservateurs ont dit au gouvernement qu’il ne fallait pas vider les coffres lorsque l’économie allait bien et, maintenant, nous subissons les répercussions de ce qu’il a fait.
La pandémie était inévitable. Peu importe le parti au pouvoir, la COVID aurait entraîné des dépenses importantes. Toutefois, un célèbre adage veut que les aléas de la vie comptent pour 10 p. 100 de ce qui nous arrive et que la façon dont nous y réagissons compte pour 90 p. 100.
Je vais prendre une partie de mon temps de parole pour jeter un regard sur les échecs du gouvernement libéral et sur le fait qu'il a trop tardé à agir, ce qui coûte cher aux Canadiens.
Premièrement, dès le début de janvier 2020, les conservateurs ont soulevé des inquiétudes à propos de la COVID-19 et ont demandé au gouvernement de prendre des mesures aux frontières. Ce n’est qu’à la fin de mars que le gouvernement a agi, alors que de nombreux cas de COVID étaient déjà signalés au Canada. Ce retard allait coûter cher. Le gouvernement a eu une réaction réactive plutôt que proactive à la pandémie.
Deuxièmement, le gouvernement n'a pas mis en œuvre le dépistage rapide à grande échelle. Une telle mesure aurait permis à davantage d’entreprises de rester ouvertes, car les tests et la traçabilité auraient été plus efficaces. Au cours de la dernière année, les entreprises ont plutôt vacillé entre l’interdiction de rester ouvertes ou l’autorisation d’ouvrir selon des règles strictes.
Il y a déjà 15 mois que les Canadiens vivent dans ce climat d’incertitude et les libéraux ne présentent toujours pas de plan clair pour rouvrir l'économie, ce qui ne fait qu’empirer la situation. J’ai été profondément déçu lorsque le gouvernement a voté contre la motion de l’opposition que nous avons présentée pour donner aux Canadiens une certitude grâce à un plan clair pour rouvrir l'économie.
À mon sens, 354 milliards de dollars est un chiffre effarant. C’est le montant que le gouvernement a ajouté à la dette du Canada pour le seul exercice 2020-2021, ce qui porte la dette totale que les libéraux ont ajoutée depuis 2015 au-delà de la dette combinée de tous les autres gouvernements. Examinons ce chiffre. L’achat le plus important que la plupart des Canadiens feront dans leur vie est celui d’une maison. Actuellement, compte tenu de l’inflation rapide du marché immobilier, la maison canadienne moyenne vaut 716 000 $. Cela signifie qu’avec le budget fédéral de cette année, il serait possible d’acheter près de 500 000 fois la maison que les Canadiens passent la majeure partie de leur vie à payer.
Quand je pense aux déficits que nous accumulons, ma plus grande inquiétude est le gâchis financier que nous laissons aux générations futures. On prévoit que le service de la dette s’élèvera à 30 milliards de dollars par année d’ici 2026 si les taux d’intérêt restent peu élevés. Pour mettre les choses en perspective, le budget prévoit 30 milliards de dollars pour les services de garde d’enfants au cours des cinq prochaines années. Au cours de cette même période, nous pourrions dépenser cinq fois ce montant simplement pour le service de la dette. Il est donc extrêmement important de revenir à l’équilibre budgétaire le plus tôt possible afin de ne pas faire augmenter davantage les paiements d’intérêts et de pouvoir plutôt aider les Canadiens à améliorer leur sort.
Il y a quelques mois, je suis intervenu à la Chambre pour parler du projet de loi C-14 et de mes préoccupations à l'égard du fait que le gouvernement voulait porter le plafond de la dette à 1,8 billion de dollars, une augmentation de 663 milliards de dollars. Mon collègue, le député d’Abbotsford, a comparé cette augmentation à demander une marge de crédit aux contribuables sans leur dire où cet argent serait dépensé. Maintenant, le budget nous donne finalement des réponses quant aux dépenses et à ce qui en est exclu.
L’industrie pétrolière et gazière de l’Alberta a encore une fois été oubliée par les libéraux. Dans les 840 pages de ce budget, les mots « pétrole et gaz » ne sont mentionnés qu’une seule fois en lien avec la subvention salariale. Cette subvention a aidé le secteur durant la pandémie de COVID, mais ce n’est pas ce dont il a besoin pour prospérer et cette subvention temporaire ne règle pas le problème fondamental des tracasseries administratives et des obstacles gouvernementaux. Lorsque notre industrie pétrolière et gazière se porte bien, le Canada se porte bien et, en tant que producteur pétrolier le plus éthique au monde, nous devrions créer plus de débouchés économiques pour nos hydrocarbures en construisant des pipelines et en soutenant notre technologie de calibre mondial et notre industrie émergente de captage du carbone. Ce budget laisse pour compte le secteur des hydrocarbures et toute la prospérité économique qui en découle.
Les conservateurs savent qu’il faut dépenser pour relancer l’économie. Nous avions proposé un solide plan de relance après la crise financière de 2008. Nous avons fait des investissements ciblés, remis les finances du Canada sur la bonne voie et en 2015, nous étions revenus à l’équilibre budgétaire. Ne vous méprenez toutefois pas: le présent budget est bien différent. Il ne propose rien pour garantir la prospérité à long terme des Canadiens. Il propose plutôt une économie canadienne repensée, comme le dit le premier ministre. Il s’agit d’un plan qui s’appuie sur des notions économiques risquées, comme l’abandon des secteurs des hydrocarbures et des ressources naturelles, ce qui placera notre économie dans une situation très précaire. Le budget ne prévoit pas des dépenses de stimulation visant la création d’emplois, mais plutôt des dépenses liées aux priorités partisanes des libéraux.
Quand je parle de la nécessité d’un soutien ciblé, je pense tout de suite au tourisme, un secteur oublié dans ce budget. La pandémie de COVID-19 a décimé l’industrie touristique du Canada et de nombreuses entreprises sont au bord du gouffre, ferment leurs portes à jamais ou émergent de la pandémie lourdement endettées. Il ne fait aucun doute que les programmes en place sont utiles. Je crains toutefois que les 500 millions de dollars consacrés à la relance du tourisme ne soient pas suffisants, d’autant plus que les libéraux n’ont pas encore présenté leur plan de relance de l’économie.
L’apport de l'industrie canadienne du tourisme au PIB est comparable à celui de l’industrie pétrolière et gazière. Or, contrairement au secteur pétrolier et gazier, l’industrie du tourisme reçoit de l’argent dans le cadre de ce budget, mais 500 millions de dollars, ce n’est pas suffisant, compte tenu du nombre important d’entreprises touristiques qui ont besoin de soutien d’un bout à l’autre du pays. Il est extrêmement important que nous aidions le secteur touristique à se remettre sur pied, en particulier dans les collectivités dont l’économie repose en grande partie sur le tourisme, comme la municipalité de Jasper dans ma circonscription. Une proportion de près de 48 % du PIB de la municipalité provenait de l’industrie du tourisme.
Un autre volet du budget qui m’a frappé est l’augmentation injuste et injustifiée des prestations de la Sécurité de la vieillesse pour les aînés de 75 ans et plus. Aucune augmentation n'est prévue pour les aînés de 65 à 75 ans qui ont également souffert tout au long de la pandémie. Statistique Canada a récemment annoncé que l’inflation a dépassé la cible de 2 % établie par la Banque du Canada et atteint maintenant 3,4 %. Cette inflation s’explique par des politiques comme la taxe sur le carbone et l’impression de billets et les prestations de la sécurité de la vieillesse doivent en tenir compte. Lorsque nous passerons aux questions à la fin de mon intervention, j’espère qu’un député libéral pourra expliquer pourquoi il croit que les personnes de 65 à 75 ans sont à l’abri de l’inflation. Combien de fois des aînés envoient des courriels à mon bureau pour me dire qu’ils se sentent abandonnés par le gouvernement qui ne finance pas les programmes pour eux.
En guise de conclusion, je tiens à répéter que je ne peux pas appuyer ce budget en raison du déficit faramineux qu'il prévoit et du fait que les nouvelles dépenses prévues sont motivées par des considérations idéologiques et qu’elles laissent pour compte notre industrie pétrolière et gazière. Ce budget tant attendu est une grande déception pour les Canadiens de l’Ouest.
Je répondrai volontiers aux questions de mes collègues.
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2021-05-25 13:41 [p.7310]
Madam Speaker, after waiting two long years for the Liberals to table a budget, they have instead presented a massive new debt burden for Canadians rather than a hopeful plan for a path forward post-pandemic—in a word, failure.
Unemployed Canadians wanted to see a plan to create new jobs. Workers who had their wages cut and their hours slashed had hoped to see a plan to reopen the economy. Families that simply cannot afford more taxes were looking for relief. Instead, this costly plan will add over $100 billion in new spending and will increase Canada's debt to a whopping $1.2 trillion. Yes, that is trillion with a “t", for the very first time in Canadian history.
It is a staggering amount that most Canadians cannot even begin to comprehend: $1.2 trillion. It is equivalent to every single Canadian being responsible for $33,000 of federal debt. Canadians and their children, their children's children and their children's children's children and on and on will be forced to pay off this massive debt of the government.
The Parliamentary Budget Officer recently released a report saying that this budget even underestimates the size of the federal deficits by about $5.6 billion per year. To quote the PBO, it “puts Ottawa on a long-term path of higher debt”.
What about fiscal anchors? No, there are none of those in there. There is only a vague mention on page 53, which says, “The government is committed to unwinding COVID-related deficits and reducing the federal debt as a share of the economy over the medium-term.” That sure sounds reassuring, does it not?
Canadians are right to be concerned about this Liberal spending. They will be footing the bill of $40 billion in taxes every year to pay the interest expenses on that debt alone. This is all predicated on a very risky assumption that interest rates and inflation will continue to remain low.
With all this spending and fiscal risk, one would expect some actual substance, but many Canadians are being simply left behind or ignored in this budget. How about a plan to unleash the prosperity-producing, economy-boosting Alberta energy? No, that one is definitely not in the budget. The government has been abundantly clear on its plan to landlock Canadian oil with Bill C-48 and Bill C-69 in the previous Parliament and the Prime Minister's comment that the oil sands need to be phased out.
The Liberal government already stood by idly while the U.S. administration cancelled Keystone XL, and of course it itself caused the cancellation of things like northern gateway and energy east. With Enbridge's Line 5, of course we know about the jeopardy it is in, and it is responsible for supplying half of the oil needs of Ontario and Quebec. The closure of that pipeline would literally create an energy crisis here in Canada, and then of course we would see more of Alberta's oil stranded, when Alberta's economy is already suffering. Instead, that biases it toward oil from places with far less environmentally friendly records elsewhere in the world.
All of that is due to the Liberals strangling Alberta oil in favour of that less environmentally friendly oil from other countries, which certainly do not share our commitment to environmental protection or to human rights. Again, the budget is completely silent on Alberta energy.
Despite this deafening silence by the Liberals, Conservatives will always continue to advocate for pipelines and projects that end our dependence on foreign oil and that will unleash our energy sector. Energy- and job-killing legislation from the Liberals has only decreased Canada's ability to produce and trade environmentally sustainable energy resources and to create more jobs.
Alberta's energy sector could be the key to economic growth and to success post-pandemic in Canada, but the Liberals have chosen instead to denigrate and ignore it. Its absence is glaringly obvious and Albertans will not forget it. Instead, this budget proposes a reimagined Canadian economy that dabbles in risky economic ideas that will leave the Canadian economy in a very precarious position.
However, so much more is also missed in the budget. For start-up businesses that are in desperate positions and do not meet the government's narrow rules of assistance programs, there is nothing either. For small businesses, there are major gaps and issues with federal programming that the Liberals continue to ignore. The CFIB said of the budget that “the government did not deliver on many of the major program gaps affecting thousands of small businesses facing restrictions, closures and huge amounts of COVID-related debt.”
Many of those small businesses are tourism businesses, and tourism businesses are desperate to have the government table a safe plan with metrics and targets to be able to open their businesses for the key summer season. I am sorry; there is nothing for them in the budget, either.
In my beautiful riding of Banff—Airdrie, tourism is a key economic driver that has been devastated by the pandemic. Lockdowns and border restrictions have stifled businesses. Many have been forced to lay off employees and in some cases, unfortunately, have closed down altogether.
This is happening everywhere, right across Canada. Tourism and travel-related businesses lost approximately $19.4 billion in revenue last year from the absence of international visitors. However, the government just extended, once again, the U.S.-Canada border closure well into the key summer tourist season without any kind of plan or any metrics on how or when it might be willing to safely reopen that border. Now, tourism businesses are looking at losing another key summer, and the budget is completely silent on a safe plan for reopening and for a safe way forward.
The government has unfortunately chosen winners and losers in this budget and unfortunately left many people out to dry. The Liberal government loves to tout the saying “We are all in this together,” but recently I heard another metaphor about the pandemic, which I thought was very apt to the chosen winners and losers in this debt-heavy Canadian Liberal budget. It is this: We are all in the same storm, but some are in yachts and others are in leaky rowboats. The Liberal government should not be waving to Canadians struggling in the pandemic storm in leaky rowboats while the Liberals are drinking champagne from the deck of their taxpayer debt-paid yacht. Spending without a proper plan is failure.
To the government, I say this: Fix this budget and give Canadians a hopeful path forward for economic recovery post-pandemic, not a lifetime of taxes and debt. That is what we see with this budget. We see a lot of money being spent, but a lot of people still being left behind, and what we then see is people being burdened. Canadians, their children, their grandchildren and their great-great-great-grandchildren will be seeing that burden of debt to pay for all of this spending.
That is the thing I think the Prime Minister and the Liberal government fail to understand. Money does not grow on trees. The government does not just manufacture the ability to spend money. That money comes from hard-working Canadian taxpayers who have earned that money, and it takes away from their ability to meet the needs of their families, to meet their own needs, to keep their businesses running and to keep their employees with jobs. That is not just now, but it is well into the future, to pay for the kind of debt burden that we have seen put on by the government.
It is just staggering to imagine the amount of money being spent and how there are still so many people being left behind. I talked about our oil and gas industry in Alberta. I talked about our important tourism industry across this country, about the small business owners, about the many people who have started new businesses and are left out of many of the government programs. The Liberals have been able to spend a lot of money, but they have not been able to help so many of the people who actually need it, and those are the same people who are going to have to pay for the burden being left by the government and all of its massive spending.
I say to the government that it has to try to do things to make sure it is not leaving people behind and that it is creating a hopeful and optimistic future, instead of burdening people with massive amounts of debt that will do the exact opposite.
Madame la Présidente, après avoir attendu deux longues années que les libéraux déposent un budget, les Canadiens se retrouvent avec le nouveau fardeau d’une dette énorme au lieu de recevoir un plan prometteur pour l’après-pandémie. Autrement dit, encore un échec.
Les chômeurs canadiens voulaient un plan qui crée de nouveaux emplois. Les travailleurs dont le salaire et les heures de travail ont été réduits espéraient un plan de relance de l’économie. Les familles qui n’ont tout simplement pas les moyens de payer plus d’impôts attendaient un allégement fiscal. Au lieu de cela, ce plan coûteux fera augmenter les dépenses de plus de 100 milliards de dollars et portera la dette du Canada à 1,2 billion de dollars. Oui, c’est un billion avec un « b », pour la toute première fois dans l’histoire du Canada.
C’est un montant ahurissant que la plupart des Canadiens n’arrivent même pas à comprendre: 1,2 billion de dollars. C’est comme si chaque Canadien devait assumer une tranche de 33 000 $ de la dette fédérale. Les Canadiens et leurs enfants, les enfants de leurs enfants et les enfants des enfants de leurs enfants seront forcés de rembourser cette énorme dette gouvernementale.
Le directeur parlementaire du budget a récemment publié un rapport selon lequel ce budget sous-estime même la taille des déficits fédéraux d’environ 5,6 milliards de dollars par année. Pour citer le directeur parlementaire du budget, cela place Ottawa à long terme sur une trajectoire d’endettement élevé.
Qu’en est-il des cibles budgétaires? Non, il n’y en a pas. On n’en trouve qu’une vague mention à la page 59: « Le gouvernement est déterminé à combler les déficits liés à la COVID-19 et à réduire la dette fédérale en tant que part de l’économie à moyen terme ». C’est très rassurant, n’est-ce pas?
Les Canadiens ont raison de s’inquiéter de ces dépenses libérales. Ils paieront 40 milliards de dollars en impôts chaque année seulement pour rembourser les intérêts sur la dette. Tout cela repose sur une hypothèse très risquée selon laquelle les taux d’intérêt et l’inflation demeureront bas.
Avec toutes ces dépenses et tous ces risques financiers, on s’attendrait à ce qu’il y ait de la substance, mais de nombreux Canadiens sont tout simplement laissés pour compte dans ce budget. Où est le plan visant à stimuler le secteur albertain de l’énergie qui contribue à la prospérité et à la vitalité économique? Non, ce n’est certainement pas ce budget-ci. Le gouvernement a été on ne peut plus clair en parlant de son plan d’enclaver le pétrole canadien lorsqu’il a présenté les projets de loi C-48 et C-69 au cours de la législature précédente. De plus, le premier ministre a dit qu’il fallait éliminer progressivement les sables bitumineux.
Le gouvernement libéral est déjà resté les bras croisés pendant que le gouvernement des États-Unis annulait le projet Keystone XL, ce qui a évidemment entraîné l’annulation de projets comme Northern Gateway et Énergie Est. Nous savons bien sûr que la canalisation 5 d’Enbridge est menacée alors qu’elle répond à la moitié des besoins pétroliers de l’Ontario et du Québec. La fermeture de cet oléoduc créerait littéralement une crise de l’énergie ici au Canada et, bien sûr, une partie plus grande du pétrole de l’Alberta resterait coincée, alors que l’économie de la province souffre déjà. Au lieu de cela, on favorise le pétrole de pays qui ont des bilans beaucoup moins respectueux de l’environnement ailleurs dans le monde.
Tout cela est attribuable au fait que les libéraux étranglent le secteur pétrolier de l’Alberta au profit du pétrole moins écologique d’autres pays, qui ne partagent certainement pas notre engagement à l’égard de la protection de l’environnement ou des droits de la personne. Encore une fois, le budget est complètement muet au sujet du secteur albertain de l’énergie.
Malgré ce silence éloquent des libéraux, les conservateurs continueront toujours de défendre les pipelines et les projets qui mettront fin à notre dépendance au pétrole étranger et qui libéreront notre secteur de l’énergie. Les mesures législatives des libéraux qui nuisent au secteur de l’énergie et à l’emploi n’ont fait que réduire la capacité du Canada de produire et d’échanger des ressources énergétiques durables sur le plan environnemental et de créer plus d’emplois.
Le secteur de l’énergie de l’Alberta pourrait être la clé de la croissance économique et du succès après la pandémie au Canada, mais les libéraux ont plutôt choisi de le dénigrer et de l’ignorer. Il n'est fait absolument aucune mention de ce secteur dans le budget et les Albertains ne l’oublieront pas. Le budget propose plutôt une économie canadienne repensée dans laquelle s’entremêlent des notions économiques risquées qui la placeront dans une situation très précaire.
Bien d'autres choses encore sont passées sous silence dans le budget. On n’y prévoit rien pour les entreprises en démarrage qui sont dans une situation désespérée car elles ne répondent pas aux critères étroits des programmes d’aide du gouvernement. Les programmes fédéraux destinés aux petites entreprises comportent des lacunes et des problèmes importants que les libéraux continuent d’ignorer. Au sujet du budget, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante a dit que « le gouvernement n’a pas corrigé les lacunes de plusieurs programmes qui nuisent à des milliers de PME qui font toujours face à des restrictions, des fermetures et une énorme dette due à la COVID-19 ».
Bon nombre de ces petites entreprises sont des entreprises touristiques, et elles ont désespérément besoin que le gouvernement dépose un plan sûr, assorti de mesures et d’objectifs, pour pouvoir ouvrir leurs portes pour la saison estivale. Je suis désolé de le dire, mais il n’y a rien non plus pour elles dans le budget.
Dans la magnifique circonscription que je représente, Banff—Airdrie, le tourisme est un moteur économique clé qui a été frappé de plein fouet par la pandémie. Le confinement et les restrictions à la frontière ont étouffé les entreprises. Bon nombre d’entre elles ont été forcées de mettre à pied des employés et, dans certains cas, ont malheureusement carrément fermé leurs portes.
Cela se produit partout au Canada. L’an dernier, les entreprises touristiques ont perdu environ 19,4 milliards de dollars de revenus en raison de l’absence de visiteurs étrangers. Or, le gouvernement vient de prolonger encore une fois la fermeture de la frontière canado-américaine, bien au-delà de la principale saison touristique estivale, sans avoir ni plan ni données sur la façon dont il pourrait être disposé à la rouvrir en toute sécurité. Maintenant, les entreprises touristiques envisagent de perdre un autre été d'activités, et le budget est complètement muet concernant un plan sûr pour la réouverture et pour l’avenir.
Le gouvernement a malheureusement choisi des gagnants et des perdants dans ce budget et laissé beaucoup de gens en plan. Le gouvernement libéral adore répéter que nous sommes tous dans le même bateau, mais récemment, j’ai entendu une autre métaphore au sujet de la pandémie, que j’ai trouvée très appropriée pour les gagnants et les perdants choisis dans ce budget libéral qui nous endette lourdement. La voici: Nous sommes tous confrontés à la même tempête, mais certains sont dans des yachts et d’autres dans des chaloupes qui fuient. Le gouvernement libéral ne devrait pas se contenter d’envoyer la main aux Canadiens qui peinent à traverser la tempête de la pandémie dans une chaloupe qui fuit pendant que ses amis libéraux boivent du champagne sur le pont de leur yacht payé par les contribuables. Dépenser sans plan précis mène inévitablement à l’échec.
Je demande au gouvernement de corriger ce budget et de donner aux Canadiens un plan pour la relance économique après la pandémie qui leur donne espoir plutôt que de leur proposer une vie à payer des impôts et à rembourser la dette. C’est ce que nous voyons dans ce budget. On dépense beaucoup d’argent, mais il y a encore beaucoup de gens qui sont laissés pour compte, et nous constatons aussi qu'il imposera un lourd fardeau aux gens. Les Canadiens, leurs enfants, leurs petits-enfants et leurs arrière-arrière-petits-enfants devront assumer le fardeau de la dette contractée pour payer toutes ces dépenses.
À mon avis, c’est ce que le premier ministre et le gouvernement libéral ne comprennent pas. L’argent ne pousse pas dans les arbres. Ce n'est pas comme si le gouvernement créait la capacité de dépenser. L'argent dépensé vient des contribuables canadiens qui travaillent fort et qui l’ont gagné à la sueur de leur front, et ces dépenses diminuent leur capacités de répondre aux besoins de leur famille, de subvenir à leurs propres besoins, de faire fonctionner leur entreprise et de garder leurs employés au travail et les en empêcheront aussi dans l’avenir, quand il faudra bien rembourser la dette accumulée par le gouvernement.
Il est tout simplement ahurissant d’imaginer combien d’argent est dépensé et combien de personnes sont encore laissées pour compte. J’ai parlé de l’industrie pétrolière et gazière de l’Alberta. J’ai parlé de l’importante industrie touristique partout au pays, des propriétaires de petites entreprises, des nombreuses personnes qui ont lancé de nouvelles entreprises et qui sont exclues des différents programmes gouvernementaux. Les libéraux ont été en mesure de dépenser beaucoup d’argent, mais ils n’ont pas été en mesure d’aider un grand nombre de personnes qui en ont vraiment besoin, et ce sont ces mêmes personnes qui devront assumer le fardeau de la dette laissée par le gouvernement en raison de toutes ses dépenses massives.
Je dis au gouvernement qu’il doit essayer de prendre des mesures pour ne pas laisser des gens en plan et qui créeront un avenir prometteur et optimiste, au lieu d'imposer aux gens des dettes astronomiques qui feront exactement le contraire.
View Glen Motz Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, the Liberal government has ended cross-border co-operation to vaccinate more Canadians, like the Montana Blackfeet first nation that has provided vaccines to my constituents. The reason given to media is that vaccines are widely available in Canada.
If vaccines were so widely available here, then there would not be wait lists, there would not be delays and there would not be a four-month gap between shots. The Liberal vaccine failures are the reason Americans are helping deliver vaccines to Canadians.
If the government were actually working to end the lockdowns by any means necessary, why obstruct these cross-border vaccine clinics?
Monsieur le Président, le gouvernement libéral a mis un terme à la coopération transfrontalière visant à vacciner davantage de Canadiens. Je pense aux Pieds-Noirs du Montana, qui ont fourni des vaccins aux habitants de ma circonscription. On a justifié cette décision auprès des médias en disant que les vaccins étaient largement disponibles au Canada.
Si les vaccins étaient largement disponibles au pays, il n'y aurait pas de listes d'attente, il n'y aurait pas de retards et il n'y aurait pas un délai de quatre mois entre les deux doses. Les États-Uniens distribuent des vaccins aux Canadiens en raison de l'échec des libéraux sur ce plan.
Si le gouvernement cherche à mettre fin aux mesures de confinement par tous les moyens, pourquoi met-il des bâtons dans les roues aux cliniques de vaccination transfrontalières?
View Anita Anand Profile
Lib. (ON)
View Anita Anand Profile
2021-05-25 14:49 [p.7322]
Mr. Speaker, the hon. member makes, let us just say, broad use of the word “failure”. I do not think that 25 million doses distributed to provinces and territories is a failure. Nor is 61% of adults receiving one dose a failure. Nor is being in the top three of the G20 for doses administered a failure. On the contrary, our vaccine rollout is continuing apace, and we will not rest until all Canadians have access to vaccines.
Monsieur le Président, disons que le député fait une utilisation plutôt large du mot « échec ». Je ne crois pas que la distribution de 25 millions de doses dans les provinces et les territoires puisse être qualifiée d'échec, pas plus que le fait d'avoir administré une première dose à 61 % des adultes ou de se classer au troisième rang des pays du G20 pour le nombre de doses administrées. Au contraire, la distribution des vaccins est rapide, et nous poursuivrons nos efforts jusqu'à ce que tous les Canadiens aient accès aux vaccins.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-05-13 10:25 [p.7152]
moved:
That:
(a) the House remind the government that a general election was held in October 2019 and sadly note that more than 1.3 million Canadians, including almost 360,000 Quebecers, have been infected with COVID-19 and that nearly 25,000 people have died as a result; and
(b) in the opinion of the House, holding an election during a pandemic would be irresponsible, and that it is the responsibility of the government to make every effort to ensure that voters are not called to the polls as long as this pandemic continues.
He said: Mr. Speaker, it would be irresponsible to hold elections during a pandemic. I think that this word that we included in the motion, is appropriate. I repeat that it would be irresponsible to do so, when for the last 14 months we have been asking people to keep their activities to a minimum. They are making sacrifices and refraining from seeing their loved ones. Often, parents do not see their children and grandparents do not see their grandchildren. Nevertheless, we are telling people that they have to go vote in spite of all that because it is important to fulfill their civic duty.
Elections are important, but holding an election during a pandemic is like playing with fire. We do not need that. We are not suggesting the end of the pandemic is not in sight. Well, we hope it is, anyway, despite vaccination delays. We are on our way to putting this pandemic behind us.
Just to qualify what I said though, the situation has improved in Quebec, and we are all knocking on wood. However, the situation elsewhere in Canada is problematic. Last week, we had an emergency debate here about the situation in Alberta. Does anyone think Albertans want an election? I doubt it.
Ontario is in the grip of its third wave and is struggling with variants because the Liberal government did not close the borders, which is how those variants got in. The Prime Minister repeatedly said he closed the borders and was being really strict and so on, but 84% of the COVID-19 cases in Quebec are caused by variants. How did those variants get here? Did they leap the Atlantic?
No, they came through the airports because the government did not instruct workers to make sure travellers quarantined. Travellers did not quarantine, and now the pandemic is still here because of the variants. That is the truth of the matter.
After letting the variants in and failing to get vaccines until two months after nearly everyone else, the government is suggesting that holding an election might be a good idea. Of course, it has not explicitly said that.
Mr. Trudeau is going around telling anyone who asks that the Liberals do not want an election.
propose:
Que:
a) la Chambre rappelle au gouvernement que des élections générales se sont tenues en octobre 2019 et constate avec tristesse que plus de 1,3 million de Canadiens, dont près de 360 000 Québécois, ont été atteints de la COVID-19 et que près de 25 000 personnes en sont mortes;
b) de l’avis de la Chambre, tenir des élections en temps de pandémie serait irresponsable, et qu’il est de la responsabilité du gouvernement de tout mettre en œuvre pour éviter que les électeurs soient appelés aux urnes tant et aussi longtemps que durera cette pandémie.
— Monsieur le Président, il serait irresponsable de tenir des élections en temps de pandémie. Je pense que ce mot, que nous avons inclus dans la motion, est approprié. Je répète que ce serait irresponsable de le faire alors qu'on demande depuis 14 mois aux gens de réduire au minimum leurs activités. Ils font des sacrifices et ne voient pas leurs proches. Souvent, les parents ne voient pas leurs enfants et les grands-parents ne voient pas leurs petits-enfants. Or, on dit aux gens qu'ils doivent aller voter malgré tout cela, parce qu'il est important de faire son devoir de citoyen.
Certes, les élections sont importantes, mais, tenir des élections en temps de pandémie, c'est jouer avec le feu. Nous n'avons pas besoin de cela. Nous ne pouvons pas remettre en cause ce qui s'en vient probablement. En fait, nous espérons que cela s'en vient, vu la vaccination tardive. Nous sommes néanmoins sur la bonne voie pour sortir de cette pandémie.
Je dois toutefois mettre un bémol à ce que je viens de dire. Au Québec, la situation s'est améliorée, et nous touchons du bois. Cependant, la situation ailleurs au Canada est problématique. La semaine passée, un débat d'urgence s'est tenu à la Chambre sur la situation en Alberta. Pense-t-on que les Albertains veulent des élections? J'en doute.
L'Ontario est en pleine troisième vague et est aux prises avec des variants, parce que le gouvernement libéral n'a pas fermé ses portes et a laissé entrer les variants. Le premier ministre a dit à répétition qu'il avait fermé les frontières, qu'il était tellement sévère, et ainsi de suite. Pourtant, au Québec, 84 % des cas de COVID-19 sont causés par des variants. Comment ces variants sont-ils entrés ici? Ont-ils sauté par-dessus l'Atlantique?
Non, ils sont entrés par les aéroports, dont les employés n'étaient pas mandatés par le gouvernement pour s'assurer que les voyageurs faisaient leur quarantaine. Les voyageurs n'ont pas été mis en quarantaine et, maintenant, la pandémie se poursuit à cause des variants. Voilà la réalité.
Le gouvernement, qui a laissé entrer les variants et qui a reçu ses vaccins deux mois après presque tous les autres, nous dit que ce serait peut-être une bonne idée de tenir une élection. Bien sûr, il ne le dit pas aussi clairement.
M. Trudeau se promène. On lui pose des questions et il répond que les libéraux ne veulent pas d'élections.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2021-05-13 11:40 [p.7163]
Madam Speaker, it is my turn to speak and I think it is important to rise today to support this motion, which states:
(b) in the opinion of the House, holding an election during a pandemic would be irresponsible, and that it is the responsibility of the government to make every effort to ensure that voters are not called to the polls as long as this pandemic continues.
I have not met anyone in my riding who wants an election in the middle of the pandemic. On the contrary, I truly think that people will be upset and very disappointed in this government if it remains determined to trigger an election in the middle of the pandemic.
Canadians do not need to be reminded that the vaccine rollout got off to a slow start and suffered many delays because of the government's mismanagement. The government was late signing agreements with vaccine manufacturers, did not act quickly enough to ensure domestic production capacity, and did not manage to protect Canadians by getting them at least one dose. The slogan “a one-dose summer” does not really appeal to Canadians.
The absence of border controls allowed variants of concern to take hold in our communities. Since last week, 90% of all coronavirus cases in Canada have been the British variant. Three dozen cases of a variant discovered for the first time in India have also been identified.
In short, it is clear that the Liberal government did not manage to prevent the pandemic from entering the country or to get Canadians out of this crisis. In other countries, things are going far better than in Canada. The responsibility for this public health crisis therefore lies squarely on the government's shoulders, and the last thing Canadians need is an election during the third wave.
I would like to point out that more than 1.3 million Canadians have been infected by the virus, including 360,000 in Quebec alone, that there are still 78,000 active cases, and that 25,000 people have died. That is a good indication of the severity of the pandemic. Given the restrictions placed on Canadians since March 2020 and those still in effect, it is astonishing to see that the Liberal government has only one objective, and it is certainly not to have all Canadians vaccinated by the summer.
The Prime Minister is going full steam ahead toward a general election. The efforts made by the government to distract from its disastrous pandemic response are appalling. Rather than getting Canadians to the polls at all costs, this minority government should be doing everything it can to ensure Canadians' safety during the pandemic.
Of course, we understand and we know why the Liberals want an election. First, from the very start, the government failed miserably in its management of the pandemic, particularly in terms of the economy. Canada has suffered major economic damage from coast to coast since the virus arrived within our borders.
The numbers do not lie when it comes to jobs. Before the pandemic, the unemployment rate in Canada was 4.5%. By the end of April 2020, the number had quadrupled. The rate of job losses in Canada was unprecedented. Statistics Canada had never recorded such a high number of job losses in its history.
In 2020, job opportunities in the restaurant sector decreased by 40% in Quebec, and there was a 13% decrease in the retail sector. Losses in these sectors have been shown to disproportionately affect younger and more vulnerable workers, including women, who lack job security or high wages.
Now, 14 months into the COVID-19 pandemic, the national unemployment rate is 8.1% and this Liberal government's mismanagement has led to the reintroduction of lockdown measures in many parts of the country.
Right now, we are stuck in what has been called the Prime Minister's third wave because of the government's inability to ensure the vaccine supply and its slowness in using rapid testing technology and closing the borders. It is because of this government's incompetence and lack of leadership that COVID-19 continues to devastate the Canadian economy.
Doug Porter, the chief economist of BMO Capital Markets, noted that this current episode of unemployment hit Canada a little harder as more full-time employment and private sector employment fell. In other sectors, the people we meet in our regions in the hotel, restaurant and entertainment sectors have suffered as a result of the reinstatement of lockdown measures caused by the Liberals' third wave.
Numbers do not lie. Leah Nord, senior director at the Canadian Chamber of Commerce, suggested that labour force scarring is starting to show in Canada, as long-term unemployment has increased 4.6%, to 480,000 Canadians. She said that the job prospects for displaced workers grow slimmer with every month in lockdown as more businesses throw in the towel.
It is not hard to guess why the Liberals might want to turn the page by calling an election: They are trying to distract from their failures. The Liberals are the ones responsible for the unacceptable situation in which Canadian workers find themselves. Because of the Liberals' inability to plot a coherent course to get out of the pandemic, Canadians ended up facing a variety of lockdowns and closures.
The Liberals can try to distract from the impact their failed pandemic response has had on Canadians, but the fact is that an election will not make people forget, not when the damage is this bad and when the hurt caused by their failure is still being felt across the country. From a general standpoint, 2020 will go down in history as the worst year ever recorded for Canada's economy. What is the government's solution to all of these problems?
Rather than working hard to solve the real problems facing Canadians, and despite the pretty words the Prime Minister spouts everywhere he goes, notably in the House of Commons and in the media, saying that he does not want an election, the Liberals have done everything they need to do to hold an election in the middle of a pandemic. I agree with my colleague from Calgary Nose Hill, who said that the Prime Minister is disconnected from reality.
The Liberals want an election so badly that they passed their pandemic election bill at second reading under a gag order and with the tacit abetment of the NDP. When it comes to changing election regulations, the least a minority government can do is to try to reach a consensus, not form a self-serving alliance. What the Liberals are doing is not helping Canadians' view of politicians.
Earlier, my Liberal colleague spoke of hypocrisy. I heard him say the word about 15 times in his speech. However, the Liberals are primarily responsible for the fact that Canadians’ trust in politicians is at at an all-time low and that government ministers rank 73rd in the 76 occupations assessed by the Institut de la confiance dans les organisations. The ultimate irony is that the Liberals are in such a hurry to pass a bill to change the election rules in the midst of a pandemic, when they are all saying one after the other today that there is no way that they will hold an election in the midst of a pandemic.
They keep saying that they are not talking about an election, that it is the opposition parties that are talking about it, but it is not the official opposition that tabled a bill to hold an election in the midst of a pandemic. The Prime Minister has said on many occasions that the opposition parties voted against confidence motions, such as those on the budget and the economic statement. They are talking about 15 or so votes, as if our vote had anything at all to do with holding an election.
If the government had wanted the support of the opposition parties for its budget, it would have tried to reach a consensus. It would have tried to focus on an economic recovery plan and assistance for Canadians, rather than on its ideological values and election platform, but that is not the case. The Prime Minister is so obsessed with power and so upset at being the leader of a minority government that he made his budget an ideological platform, spared no expense and showed no desire to present an economic recovery plan. The budget is all over the place. Many analysts have said so. The word “billion” will soon become a common word in the House. We are talking about a trillion-dollar deficit in Canada.
Now that he sees that Canadians are not stupid and that they did not fall for his ploy, the Prime Minister wants to call an election as soon as possible, even if that means refusing to listen to Parliament and refusing to try to reach a consensus. His claims are ridiculous. However, the role of the opposition is to defend Canadians, who need defending during a pandemic. We do not want an election. The leader of the opposition does not want an election, the leader of the Bloc Québécois does not want an election and the leader of the NDP does not want an election. If the three leaders of the opposition do not want an election, the only one who can call an election unilaterally is the Prime Minister himself.
I invite my Liberal colleagues, whose constituents are experiencing the same problems as mine, to stand up and vote in favour of this motion, which only makes sense.
Madame la Présidente, c'est à mon tour de prendre la parole et je pense qu'il est important de la prendre aujourd'hui pour appuyer cette motion qui affirme que:
b) de l’avis de la Chambre, tenir des élections en temps de pandémie serait irresponsable, et qu’il est de la responsabilité du gouvernement de tout mettre en œuvre pour éviter que les électeurs soient appelés aux urnes tant et aussi longtemps que durera cette pandémie.
Dans ma circonscription, je n'ai rencontré personne qui m'ait demandé de tenir des élections en pleine pandémie. Au contraire, je pense sincèrement que les gens seront choqués et vraiment déçus de ce gouvernement s'il continue à vouloir déclencher des élections en pleine pandémie.
Je suis sûr que les Canadiens n'ont pas besoin de se rappeler que le début du processus de vaccination a été lent et a subi plein de retards causés par la mauvaise gestion du dossier par le gouvernement. Le gouvernement a tardé à signer des accords avec les fabricants de vaccins, il n'a pas agi assez rapidement pour garantir une capacité nationale de vaccins, il n'a pas réussi à favoriser l'immunité collective au Canada avec les quantités de doses reçues et il n'a pas réussi à garantir la protection des Canadiens au moyen de l'administration de doses uniques. Le discours « un été à une dose » ne fait vraiment pas l'affaire des Canadiens.
L'absence de contrôles aux frontières a permis à des variants préoccupants de faire leur apparition au sein de nos communautés. Depuis la semaine dernière, 90 % des cas de coronavirus au pays sont liés au variant britannique. Trois douzaines de cas d'un variant découvert pour la première fois en Inde ont également été identifiés.
En gros, il est clair que le gouvernement libéral n'a pas réussi à empêcher la pandémie d'atteindre nos côtes, ni à sortir les Canadiens de cette crise. Dans d'autres pays, par contre, on voit que cela va beaucoup mieux qu'au Canada. La responsabilité de cette crise de santé publique repose donc carrément sur les épaules de ce gouvernement et la dernière chose dont les Canadiens ont besoin, c'est d'une élection pendant une troisième vague.
Je rappelle que plus de 1,3 million de Canadiens ont été infectés par le virus, dont plus de 360 000 uniquement au Québec, que 78 000 cas restent actifs et que 25 000 personnes ont perdu la vie. Cela donne une bonne indication de la gravité de la pandémie. Compte tenu des restrictions qui ont été imposées aux Canadiens depuis le mois de mars 2020 et celles encore en vigueur, il est étonnant de voir que ce gouvernement libéral n'a qu'un seul objectif en tête, et ce n'est malheureusement pas la vaccination pour tous les Canadiens avant l'été.
Le premier ministre dirige son navire vers une île qui s'appelle « des élections générales ». Les efforts déployés par ce gouvernement pour détourner l'attention de sa réponse désastreuse à la pandémie sont épouvantables. Plutôt que de vouloir pousser les Canadiens aux urnes à tout prix, ce gouvernement minoritaire devrait faire tout ce qu'il peut pour assurer la sécurité des Canadiens pendant que la pandémie fait rage.
Bien entendu, on comprend et on sait pourquoi les libéraux veulent des élections. Premièrement, dès le départ, le gouvernement a échoué lamentablement dans la gestion de la pandémie, particulièrement au niveau économique. Le Canada a subi des dommages économiques importants partout au pays depuis que le virus s'est installé à l'intérieur de nos frontières.
Les chiffres ne mentent pas lorsqu'il est question des emplois. Avant le début de la pandémie, le taux de chômage au Canada était de 4,5 %. À la fin du mois d'avril 2020, ce pourcentage avait quadruplé. La rapidité avec laquelle les emplois ont été perdus au Canada était historique. Statistique Canada n'avait jamais enregistré un nombre aussi élevé de pertes d'emploi depuis que l'organisme a commencé à suivre cette donnée.
Pour l'année 2020, les possibilités d'emploi dans le secteur de la restauration ont diminué de 40 % au Québec et il y a eu une baisse de 13 % dans le secteur de la vente au détail. Il a été démontré que les pertes dans ces secteurs affectent de manière disproportionnée les travailleurs plus jeunes et plus vulnérables, notamment les femmes, qui ne bénéficient pas d'une sécurité d'emploi ni de salaires élevés.
Maintenant, 14 mois après le début de la pandémie de la COVID-19, le taux de chômage national est de 8,1 % et la mauvaise gestion de ce gouvernement libéral a conduit à la réimposition de mesures de confinement dans de nombreuses régions du pays.
Présentement, on se trouve embourbés dans ce qui a été considéré comme la troisième vague du premier ministre en raison de l'incapacité du gouvernement à assurer l'approvisionnement en vaccins et de sa lenteur à utiliser la technologie des tests rapides et à fermer les frontières. C'est à cause de l'incompétence et du manque de leadership de ce gouvernement que la COVID-19 continue de dévaster l'économie canadienne.
Doug Porter, économiste en chef à BMO Marché des capitaux, a noté que cet épisode actuel de chômage a frappé un peu plus le Canada alors qu'une baisse plus marquée des emplois à temps plein et de l'emploi dans le secteur privé a été constatée. Dans d'autres secteurs, les gens qu'on côtoie dans nos régions dans les secteurs de l'hôtellerie, de la restauration et du divertissement ont souffert à la suite de la réimposition des confinements provoqués par la troisième vague des libéraux.
Les chiffres ne mentent pas. Leah Nord, directrice principale à la Chambre de commerce du Canada, a laissé entendre que certaines cicatrices sur le marché du travail ont commencé à être visibles au Canada alors que le chômage de longue durée dans notre pays a augmenté de 4,6 % pour atteindre 480 000 personnes. Elle dit que les perspectives d'emploi des travailleurs déplacés se réduisent pour chaque mois de confinement, alors que de plus en plus d'entreprises jettent l'éponge.
Il n'est pas vraiment difficile de deviner pourquoi les libéraux pourraient vouloir tourner la page sur leurs échecs au moyen d'une élection: c'est pour détourner l'attention. Les libéraux sont les seuls responsables de la situation inacceptable dans laquelle se retrouvent les travailleurs canadiens. En raison de l'incapacité des libéraux à tracer une voie cohérente pour sortir de la pandémie, les Canadiens se sont trouvés à maintes reprises soumis à diverses formes de confinement et de fermetures.
Les libéraux peuvent tenter de détourner l'attention des effets que leur échec dans leur réponse à la pandémie a eus sur les Canadiens, mais le fait est que la tenue d'élections ne fera pas que les gens oublient, pas quand les blessures infligées sont aussi profondes qu'elles le sont ni quand les douleurs de leur échec continuent de se faire sentir partout. L'année 2020, d'un point de vue général, passera à l'histoire comme la pire année économique jamais enregistrée au Canada. Quelle est la solution du gouvernement à tous ces problèmes?
Plutôt que de travailler dur pour régler les vrais problèmes auxquels sont confrontés les Canadiens, et malgré les belles paroles du premier ministre qui répète partout où il passe, notamment à la Chambre des communes et dans les médias, qu'il ne veut pas d'élections, les libéraux ont tout mis en place pour qu'une élection se déroule en pleine pandémie. Je suis d'accord avec les propos de ma collègue de Calgary Nose Hill, qui dit que les paroles du premier ministre sont déconnectées de la réalité.
Les libéraux veulent tellement une élection qu'ils ont, sous bâillon et avec la complicité tacite du NPD, fait adopter en deuxième lecture le projet de la loi sur la tenue d'élections en pandémie. Quand il est question de changer les règles électorales, la moindre des choses pour un gouvernement minoritaire est d'essayer d'obtenir un consensus, et non pas une alliance nombriliste. Ce que les libéraux sont en train de faire n'améliore en rien la perception qu'ont les citoyens des politiciens.
Tout à l'heure, j'ai entendu mon collègue libéral parler d'hypocrisie. Je l'ai entendu répéter ce mot environ 15 fois dans son discours. Les libéraux ont cependant une grande part de responsabilité dans le fait que la perception des politiciens est à son plus bas et que les députés ministres se placent au 73e rang des 76 professions évaluées par l'Institut de la confiance dans les organisations. Le comble de l'ironie, c'est que les députés libéraux sont si pressés d'adopter une loi pour changer les règles électorales en pleine pandémie qu'ils vont se succéder aujourd'hui pour dire qu'il n'était pas question de tenir des élections en pleine pandémie.
On les entend dire et répéter qu'ils ne parlent pas d'élection, que ce sont les partis de l'opposition qui en parlent, mais ce n'est pas l'opposition officielle qui a déposé un projet de loi pour tenir des élections en pleine pandémie. Le premier ministre a dit à plusieurs reprises que les partis de l'opposition avaient voté contre les motions de confiance, comme le budget et l'énoncé économique. On parle même d'une quinzaine de votes, comme si notre vote avait le moindre rapport avec la tenue des élections.
Si le gouvernement avait voulu obtenir l'appui des partis de l'opposition pour son budget, il aurait d'abord tenté d'obtenir des consensus. Il aurait d'abord tenté de se concentrer sur un plan de relance de l'économie et sur l'aide aux Canadiens, plutôt que sur ses valeurs idéologiques et sur sa plateforme électorale, mais non. Le premier ministre est tellement obsédé par le pouvoir et si contrarié d'être à la tête d'un gouvernement minoritaire qu'il a fait de son budget un véritable programme idéologique, qu'il n'a reculé devant aucune dépense ni démontré aucune volonté de présenter un plan de relance de l'économie. C'est un budget qui va dans toutes les directions. Plusieurs analystes le disent. Le mot billion est un nouveau mot qui deviendra bientôt un mot commun à la Chambre. On parle de mille milliards de dollars de déficit pour le Canada.
Maintenant qu'il voit que la population canadienne n'est pas dupe et qu'elle ne s'est pas laissée prendre à son jeu, le premier ministre veut des élections au plus vite, quitte à faire table rase des critiques du Parlement et de tout consensus. Ses prétentions sont ridicules. Cependant, le rôle de l'opposition est de défendre les Canadiens, qui en ont besoin en temps de pandémie. Il n'est pas question de déclencher des élections. Le chef de l'opposition n'en veut pas, le chef du Bloc n'en veut pas, le chef du NPD n'en veut pas. Si les trois chefs de l'opposition n'en veulent pas, le seul qui peut déclencher des élections unilatéralement, c'est le premier ministre lui-même.
J'invite mes collègues libéraux, qui vivent eux aussi la même situation que moi face aux problèmes des gens dans leur circonscription, à se tenir debout et à voter en faveur de cette motion, qui est remplie de bon sens.
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2021-05-13 15:04 [p.7195]
Mr. Speaker, the government’s failure to secure our borders has yet another casualty. Fourteen months ago, the Canada-U.S. border was closed on land, sea and air. While Canadian charter boats are moored at dock, American charter boats are being issued work permits by the government. There was a recent sting by the RCMP, but generally, enforcement of our sea border has been lax.
When will the Minister of Public Safety pull these work permits permanently and start enforcing our sea borders?
Monsieur le Président, comme le gouvernement n'a pas fait le nécessaire pour protéger nos frontières, voilà maintenant que surgit un nouveau problème. Il y a 14 mois, les frontières terrestre, maritime et aérienne entre le Canada et les États-Unis étaient fermées. Or maintenant, alors que les bateaux nolisés canadiens sont amarrés au quai, des bateaux nolisés américains se voient délivrer des permis d'exploitation par le gouvernement. La GRC a récemment mené une opération d'interception, mais en général, le contrôle à la frontière maritime laisse à désirer.
Quand le ministre de la Sécurité publique entend-il retirer ces permis d'exploitation de façon permanente et commencer à assurer le contrôle à la frontière maritime?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2021-05-13 15:05 [p.7195]
Mr. Speaker, I appreciate the member's acknowledgement that we did close our border with the United States 14 months ago. We have imposed unprecedented restrictions on the movements of people and goods across that border, while at the same time maintaining essential supply lines.
As the member acknowledged, there has been enforcement by the RCMP on the issue that he raises, and we will continue to do our job working very collaboratively and reciprocally with our U.S. counterparts. Those measures are working to help keep Canadians safe while we work toward the successful vaccination of our population. We will continue to maintain those restrictions as long as they are necessary.
Monsieur le Président, je remercie le député de reconnaître que le gouvernement a fermé les frontières avec les États-Unis il y a 14 mois. Nous avons imposé des restrictions sans précédent concernant le passage des personnes et des marchandises à la frontière, tout en assurant le maintien des chaînes d'approvisionnement essentielles.
Comme le député l'a reconnu, la GRC est intervenue dans le cas dont le député fait mention. Ceci dit, nous continuons de faire notre travail en étroite collaboration avec nos pendants américains. Les mesures que nous avons prises contribuent à la sécurité des Canadiens alors que nous nous employons à faire vacciner la population canadienne. Nous continuerons d'imposer des restrictions tant et aussi longtemps qu'il le faudra.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-12 15:01 [p.7112]
Mr. Speaker, 88,000 travellers managed to skip out on the government's border measures. That is like a city the size of Peterborough. The government does not know if they quarantined at home or if they all received ministerial exemptions. Every variant of concern spreading in this community, the dangerous ones, all of them, originated from outside of Canada.
How much longer will this pandemic be in Canada because of the government's continued failure to manage our border?
Monsieur le Président, 88 000 voyageurs sont parvenus à se soustraire aux mesures du gouvernement à la frontière. C'est l'équivalent de la population de Peterborough. Le gouvernement ne sait pas si ces voyageurs se sont isolés à la maison ou s'ils avaient tous reçu une exemption ministérielle. Tous les variants préoccupants qui se propagent dans cette communauté — tous les variants dangereux, sans exception — sont venus de l'extérieur du Canada.
Combien de temps la pandémie perdurera-t-elle au Canada parce que le gouvernement continue de mal gérer la frontière?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 15:02 [p.7112]
Mr. Speaker, we have all heard the exact same concerns from the Conservative Premier of Ontario, whom the Leader of the Opposition is continuing to support and enhance in his messages.
The reality is that I offered the Premier of Ontario last week to tell me which passengers, which travellers he wanted to limit into Ontario. Is it international students? Is it temporary foreign workers? Is it essential workers? Is it compassionate categories? These are all categories we established with the Government of Ontario. It just needs to get back to us to tell us which categories it wants to shut down. We are still waiting.
Monsieur le Président, nous avons tous entendu le premier ministre conservateur de l'Ontario exprimer exactement les mêmes inquiétudes. Le chef de l’opposition continue de l'appuyer et de relayer ses propos.
La réalité, c'est que j'ai invité, la semaine passée, le premier ministre de l'Ontario à me dire à quels passagers ou voyageurs il voudrait limiter l'entrée. S'agit-il des étudiants étrangers, des travailleurs étrangers temporaires, des travailleurs essentiels ou des personnes qui présentent des demandes pour des motifs de compassion? Nous avons établi toutes ces catégories avec le gouvernement de l'Ontario. Il n'a qu'à nous indiquer quelles catégories il veut exclure. Nous attendons toujours sa réponse.
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2021-05-10 15:10 [p.6963]
Mr. Speaker, cross-border vaccination deals have been made by Manitoba with North Dakota, Alberta with Montana and Ontario is negotiating with Michigan. The federal government has completely failed to help on this, like it did with delivering vaccines in time to avoid a third wave.
For months, I have been requesting the establishment of a border task force to ensure businesses and families are part of developing a safe border plan. Now the U.S. Senate majority leader has engaged Congress in demanding a border plan.
When will the Prime Minister finally do his job and establish a safe border task force instead of him and a select few making it up on the fly?
Monsieur le Président, des ententes de vaccination transfrontalières ont été conclues entre le Manitoba et le Dakota du Nord ainsi qu'entre l'Alberta et le Montana, et l'Ontario est en négociation avec le Michigan. Le gouvernement fédéral a complètement manqué à son devoir en n'offrant aucune aide à cet égard, comme il a complètement manqué à son devoir en ne nous procurant pas de vaccins assez rapidement pour éviter une troisième vague.
Je réclame depuis des mois l'établissement d'un groupe de travail pour la frontière afin que les entreprises et les familles participent à l'élaboration d'un plan pour assurer la sécurité à la frontière. Maintenant, le chef de la majorité au Sénat des États-Unis mobilise le Congrès pour exiger un plan frontalier.
Quand le premier ministre fera-t-il enfin son travail et établira-t-il un groupe de travail sur la sécurité à la frontière plutôt que de prendre lui-même les décisions à la hâte en ne consultant que quelques privilégiés?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, every step of the way we have worked very closely with our United States counterparts to protect the health and safety of Canadians and indeed of our American cousins and neighbours.
I want to speak a little about vaccines though. It is a great day. Over 18.4 million vaccines have been shipped to provinces and territories to date. As of May 7, 16 million had been administered across the country. We can see the finish line, and I want to thank all Canadians for stepping up to get vaccinated when their turn arrives. This is great news for Canada, and this is great news for the United States. We will continue to work closely with our American cousins and neighbours.
Monsieur le Président, depuis le début, nous collaborons étroitement avec nos pendants américains afin de protéger la santé et la sécurité des Canadiens de même, bien sûr, que celles de nos cousins et voisins américains.
Cela dit, j'aimerais parler un peu de vaccins. Aujourd'hui est un excellent jour. Plus de 18,4 millions de vaccins ont été expédiés aux provinces et aux territoires à ce jour. Au 7 mai, 16 millions de vaccins avaient été administrés au pays. Nous apercevons la ligne d'arrivée, et je tiens à remercier tous les Canadiens de répondre à l'appel et de se faire vacciner dès qu'ils y sont admissibles. Il s'agit d'une excellente nouvelle pour le Canada et d'une excellente nouvelle pour les États-Unis. Nous continuerons de travailler étroitement avec nos cousins et voisins américains.
View Tim Uppal Profile
CPC (AB)
View Tim Uppal Profile
2021-05-05 21:23 [p.6734]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Edmonton—Wetaskiwin.
It is a privilege to speak on behalf of the constituents of Edmonton Mill Woods. My constituents, like those right across Canada, are having a very difficult time coping with the current spike in COVID-19 cases and the accompanying lockdowns. It is unfortunate that we are even in this position to be having this emergency debate and that we could have so easily been in an emergency debate on many of the cases that we have seen and are currently seeing right across the country.
In the last seven days, we have seen the Atlantic bubble burst, with Nova Scotia seeing nearly 800 cases over the last week. Nunavut, which just weeks ago had zero cases, is now facing its own outbreak. We are still seeing British Columbia, Ontario and Quebec continue to cope and grapple with the third wave. We are in this position today because the response of the Liberal government throughout the pandemic has been slow and confusing at every single step.
Let us go back to the beginning of this pandemic when we were just seeing the reports of the first cases that we all then called the coronavirus. My colleague from Edmonton Riverbend, then our shadow minister for health, had questioned the government consistently on its plans for stopping flights from Wuhan province, when the health minister said that closing the border was not effective at all. On January 28, 2020, over a year ago, we learned from the health minister that the first individual identified with the coronavirus did not self-identify when entering Canada. He had travelled from Wuhan and had a cough. The Minister of Health stated that this individual took exactly the appropriate precautions that he was given at the border, and that the systems were working and were working very well.
One year later, and with more examples than I have time to discuss tonight of the Liberal government's failure, our entire country is facing lockdowns and restrictions over and over again. This stands in stark contrast to places like the United States and Britain where restrictions are being eased and economies are reopening. What is the difference between Canada and those other countries? It is vaccines. While both the U.K. and the United States were rushing to secure vaccines for their citizens, Canada stood at the back of the line, dawdling.
The government pursued a dubious vaccine partnership with CanSino, a Chinese state-owned company. The deal fell apart almost immediately after the Prime Minister made the big announcement about it. It took only a week for the Chinese communist government to stop necessary materials from being exported to Canada so research and production could happen. It was the only leading vaccine that the Liberal government was pushing to be made in Canada. Instead of working with the private sector to build vaccine production capacity right here in our own country with companies like Providence Therapeutics, just one of the 17 companies that have submitted proposals to build and roll out pharmaceutical strategies in Alberta, the Liberal government decided to build a new vaccine facility which will not be ready until 2022 at the earliest, well after the pandemic should be under control.
The government's failure on procuring vaccines is shown with the wait times between the doses. The four-month wait period is longer than that of any other country in the world and contrary to the advice of the developer and manufacturer of that vaccine. The Liberal government has forced an off-label usage of vaccines only because there is insufficient supply. The NACI has acknowledged it would not be recommending a four-month delay if there were sufficient supply. This, of course, is leading to more COVID cases, more vulnerability. This is the result of the government's failures.
As I mentioned earlier, another massive failure by the Liberal government has been in being very slow on closing the border. For more than a year, we have been calling for greater border measures to protect against COVID-19 and ministers of the government said that we were spreading fear and scaremongering.
More recently, we saw the ravaging effect that the variants of the virus were having. The double variant in India was first identified in October. The government continued to see variant cases pop up right across our country, most notably in British Columbia and Ontario. Now we are seeing the effects of these variants right across the country. Today, nearly 60% of the active cases in Alberta are variant cases. Simply, we needed the government to listen to our calls to secure the border. Its slowness is why we are here today.
Despite all of that, the Prime Minister has come out and said he has no regrets regarding his leadership throughout this pandemic. That is astonishing. He has no regrets that the government shut down our pandemic early warning system months before COVID-19 happened. He has no regrets that the government sent hundreds of thousands of masks, gloves, gowns and the government's own reserves to China, leading to our own health care professionals and first responders being forced to ration their own PPE and recycle masks. He has no regrets on telling Canadians that the risk was low at the beginning of the pandemic. He has no regrets about not securing our border at the beginning of the pandemic or stopping flights from hot spots earlier as variants were ravaging countries across the globe. He has no regrets about the mental health crisis that my community of Edmonton Mill Woods and communities right across Canada have been struggling with as a result of lost lives, livelihoods and more lockdowns.
For us to prevent the surge in cases we are seeing right across Canada, we needed to vaccinate Canadians in January and February, like the United States did. By the end of February, only 4% of Canadians had received their first shot, while 10% of Americans were fully vaccinated. From the very beginning, the Liberal government has been slow and confused at every step, leading us into this situation. Its slowness to procure the vaccines that we needed was a major contributor to this third wave. Its slowness to close the borders as highly contagious variants were emerging across the globe left us vulnerable to the same variants that are driving the third wave today. My constituents in Edmonton Mill Woods and all Canadians deserve better.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député d'Edmonton—Wetaskiwin.
C'est un privilège de prendre la parole au nom des habitants d'Edmonton Mill Woods. Comme partout ailleurs, mes concitoyens ont beaucoup de mal à faire face à la flambée actuelle des cas de COVID-19 et aux mesures de confinement connexes. Il est malheureux que nous nous trouvions dans une situation qui nécessite la tenue d'un débat d'urgence et que ce débat d'urgence aurait tout aussi facilement pu porter sur de nombreux autres cas que nous avons vus et que nous voyons actuellement partout au Canada.
Au cours des sept derniers jours, nous avons vu la bulle atlantique éclater. La Nouvelle-Écosse a enregistré près de 800 cas la semaine dernière. Le Nunavut, qui n'avait aucun cas il y a quelques semaines, est maintenant confronté à sa propre épidémie. Nous continuons de voir la Colombie-Britannique, l'Ontario et le Québec aux prises avec la troisième vague. Nous sommes dans la situation actuelle parce que la réponse du gouvernement libéral a été lente et confuse à chaque étape du processus, tout au long de la pandémie.
Rappelons-nous ce qui se passait au début de la pandémie, alors que nous apprenions l'existence des premiers cas de ce que nous appelions tous le coronavirus. Mon collègue d'Edmonton Riverbend, qui était à ce moment-là chargé du dossier de la santé dans notre cabinet fantôme, posait constamment des questions au gouvernement pour savoir si les autorités comptaient interrompre les vols en provenance de la province de Wuhan. La ministre de la Santé affirmait qu'il était complètement inutile de fermer la frontière. Le 28 janvier 2020, il y a plus d'un an, elle nous apprenait que la première personne à recevoir un diagnostic de coronavirus n'avait pas déclaré son état de santé au moment d'entrer au Canada. Elle arrivait de Wuhan avec une toux. Selon la ministre de la Santé, cette personne avait pris toutes les précautions qu'on lui avait indiquées à la frontière, et les systèmes fonctionnaient très bien.
Un an plus tard, je pourrais donner beaucoup d'autres exemples semblables de l'incurie du gouvernement libéral, si j'en avais le temps ce soir. Notre pays en entier ne cesse de subir des confinements et des restrictions. Le contraste est frappant avec des endroits comme les États-Unis et le Royaume-Uni, où les restrictions disparaissent peu à peu et où les économies sont en train de redémarrer. Quelle différence y a-t-il entre le Canada et ces pays? Ce sont les vaccins. Tandis qu'au Royaume-Uni et aux États-Unis, les gouvernements se dépêchaient de réserver des vaccins pour leur population, le Canada traînait en queue de peloton.
Le gouvernement a cherché à établir un partenariat discutable avec CanSino, une société d'État chinoise. Cette entente à propos de vaccins est tombée à l'eau très peu de temps après avoir été annoncée en grande pompe par le premier ministre. Il a fallu au gouvernement communiste chinois à peine une semaine pour empêcher que les éléments nécessaires soient exportés vers le Canada, où les recherches et la production du vaccin devaient avoir lieu. Il s'agit du seul vaccin provenant d'un grand fabricant que le gouvernement libéral a cherché à produire au Canada. Au lieu de collaborer avec le secteur privé en vue de produire des vaccins ici même — par exemple avec Providence Therapeutics ou une autre des 17 entreprises qui ont soumis des propositions visant à développer et à mettre en œuvre des stratégies pharmaceutiques en Alberta —, le gouvernement libéral a décidé de construire une nouvelle usine de vaccins qui sera prête au plus tôt en 2022, donc bien après le moment où la pandémie devrait être maîtrisée.
L'échec du gouvernement au chapitre de l'acquisition des vaccins a une incidence sur le temps qui séparera les deux doses. Le Canada prévoit une période d'attente de quatre mois entre les deux doses. Cet écart, le plus long parmi tous les pays du monde, est contraire à la posologie recommandée par le fabricant du vaccin. Le gouvernement libéral en est arrivé là uniquement faute d'approvisionnement suffisant. Le Comité consultatif national de l'immunisation a reconnu qu'il ne recommanderait pas une attente de quatre mois si l'approvisionnement était suffisant. Cette situation cause une augmentation du nombre de cas de COVID et accroît la vulnérabilité de la population. Elle est attribuable aux échecs du gouvernement.
Comme je l'ai mentionné plus tôt, l'extrême lenteur du gouvernement libéral à fermer la frontière est une autre erreur monumentale de sa part. Depuis plus d'un an, nous réclamons un renforcement des mesures frontalières pour nous protéger contre la COVID-19, et les ministres nous ont accusés de semer la peur et d'être alarmistes.
Plus récemment, nous avons observé les effets dévastateurs des variants de ce virus. Le variant indien à deux mutations a été détecté pour la première fois en octobre dernier. Le gouvernement a continué de voir des cas de variants partout au pays, surtout en Colombie-Britannique et en Ontario. Maintenant, nous constatons les effets de ces variants à l'échelle du pays. Actuellement, près de 60 % des cas actifs en Alberta sont des cas de variants. Nous avions simplement besoin que le gouvernement nous écoute quand nous lui demandions de sécuriser la frontière. Sa lenteur à agir est la raison pour laquelle nous en sommes là aujourd'hui.
Malgré tout cela, le premier ministre affirme n'avoir aucun regret sur la façon dont il a géré cette pandémie. C'est ahurissant. Il ne regrette aucunement que le gouvernement ait démantelé notre système d'alerte rapide en cas de pandémie des mois avant que la COVID-19 frappe. Il ne regrette aucunement que le gouvernement ait envoyé en Chine des centaines de milliers de masques, de gants et de blouses, y compris les propres réserves du gouvernement, ce qui a par la suite forcé nos professionnels de la santé et nos premiers répondants à rationner leur équipement de protection individuelle et à recycler leurs masques. Il ne regrette aucunement avoir dit aux Canadiens, au début de la pandémie, que le risque était faible. Il ne regrette aucunement ne pas avoir resserré la sécurité aux frontières dès le début de la pandémie et ne pas avoir suspendu plus tôt les vols en provenance des foyers d'infection tandis que des variants ravageaient des pays partout dans le monde. Il n'a aucun regret par rapport à la crise de santé mentale qui sévit dans ma circonscription, Edmonton Mill Woods, ainsi que dans les villes partout au Canada en raison des vies perdues, des pertes d'emplois et des confinements.
Pour éviter la hausse du nombre de cas observée à l'heure actuelle au Canada, il fallait vacciner les Canadiens en janvier et en février, comme l'ont fait les États-Unis. Or, à la fin février, seulement 4 % des Canadiens avaient reçu leur première dose, tandis que 10 % des Américains étaient entièrement vaccinés. Depuis le tout début, le gouvernement libéral agit avec lenteur et incohérence, ce qui nous a menés dans cette situation. Sa lenteur à obtenir les vaccins dont nous avons besoin a contribué de façon majeure à cette troisième vague. Sa lenteur à fermer les frontières alors que des variants extrêmement contagieux faisaient surface ailleurs dans le monde nous a laissés vulnérables à ces variants, ceux-là mêmes qui sont responsables de la troisième vague en ce moment. Les citoyens de ma circonscription, Edmonton Mill Woods, et l'ensemble des Canadiens méritent mieux que cela.
View Jennifer O'Connell Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, it is an honour to follow my colleague, the member for Kingston and the Islands. I could have listened to a 20-minute speech by him. The member for Saanich—Gulf Islands also gave a speech that I really appreciated this evening. I will pick up on her speech, as well as the speech just given by the member for Kingston and the Islands. The point of this debate is truly important and they both touched on the theme. I am sure others have, but I am calling these two members out in particular.
Where the member for Kingston and the Islands finished off is where I would like to begin. He spoke about how we can look back at where we could have done things better, where things were done well, where we were a success story or where we need to be better prepared. He and I both came from municipal politics, where there were all these plans in place and after years and years of a pandemic or an emergency not coming, unfortunately, sometimes plans sit on the shelf. I am not saying that is the right approach, but the lessons we are learning are incredibly important and a constant reminder to never take our eye off emergency preparedness.
The member for Kingston and the Islands said that we can look back and do that work, but what has been frustrating in listening, in particular, to Conservative members is all they are doing is looking back. I made note of some of them. One pointed out where we were 52 days ago. My God, how the people of Alberta must feel hearing that tonight. What are we going to do today, tomorrow and the days and weeks after that to support and help the people in this country? We can look back on vaccines, we can look back on whatever else the Conservatives want to look back at, but are we not going to focus our collective energy to support the people in this country now?
I am listening to this debate as a member from Ontario and people in my home province are living it now. I think about the anxiety people felt when these spikes first happened, the confusion, the lockdowns, no lockdowns and the pointing of fingers. I think of my friends, neighbours and family who just want to know how we are going to get through this. That is what our government has been focusing on.
Many members have spoken about no country being perfect, but that does not mean we stop acting. It means we continue to move forward, to provide the supports the provinces and territories need. It means getting vaccines faster, getting the Red Cross out to support the vaccination efforts, if need be. It is seeing health care providers in Newfoundland and Labrador coming to Ontario to help support health care workers. It is seeing people step up in unimaginable ways during this time. It is what else the federal government can do.
As the member for Kingston and the Islands just said, we will work with provinces and territories and provide whatever they need, particularly in Alberta, providing mobile health units, contact tracing, rapid tests, funds for the safe restart agreement to help protect and insulate between the second and third waves, even between the first and second waves. The government has provided whatever each province and territory has needed. Every province and territory in this country is different, has different needs and requires different resources. We have been there. We have heard Quebec members talking about the supports needed in long-term care. We were there for that. We were there for PPE.
We should not be talking about all the things that we have done; we should talk about all the things we are going to continue to do until we are through this. That is what Canadians expect of us. That is what this debate should be about and why I noted the speech of the member for Saanich—Gulf Islands. This is the debate we should be having.
Conservatives consistently stand up and say there is confusion and mixed messaging. Nothing has frustrated me more because the confusion and mixed messaging is coming from the Conservatives themselves. They can go back to early March of this year when their own health critic was saying to remove border restrictions, ease the border restrictions, that all they need is a pre-boarding test and then a test when they land and people should just go on their way. If we had listened to them, we would not have caught those people who had tested positive after being tested when they landed. They would not have been in isolation and they would have been out in the community. Again, there are additional measures we can continue to take and we will happily be here to support Canadians to do that.
They are Conservatives who constantly stand in this place and say, “we do not need restrictions, we need freedom”. The member for Carleton posts pictures when he is sitting outside, eating on a patio and goes, “freedom”. Then, they have the nerve to come in this place and say that vaccines would have solved everything when they refused to listen to the public health experts, and not even Canadian public health experts if they do not want to trust Canadians. Globally, we know that vaccines are an important tool, but they will only work if the public health measures are also in place.
The Conservatives love to quote the U.S. or Israel or the U.K. for their programs, but the U.K. and Israel both saw, during their vaccination campaigns, that as they lifted restrictions too quickly they saw spikes. We heard testimony from experts at the health committee. Governments there quickly realized that vaccinations are not the only tool, they have to be done in conjunction with strong public health measures to give vaccinations the time to work, the time to be distributed across the communities and to become effective.
It is this ignorance of listening to the public health advice, which is not governments' opinions but public health advice, that is frustrating to watch because I see people suffering, I see small businesses close and I see people being sick. To send out a message saying that if only we had done this nobody would have suffered is simply unfair to Canadians. We need to be honest with Canadians that as our vaccine campaign is rolling out and everybody needs to roll up their sleeves and get vaccinated, we also need to listen to the public health advice. Those mixed messages coming from the Conservatives, saying lockdowns are not needed and looser border measures would be okay are just not truthful, are not helpful and are certainly not going to help the people of Alberta or those in my home province of Ontario or anywhere else across this country as we battle this third wave.
I hope we get to the point where we are having conversations about what more we can do to support Alberta, what more we can do to support any jurisdiction in this country to get through this third wave, and actually acknowledge and admit that the public health measures are there to work in conjunction with vaccines and that we are only going to get through this if we listen to the experts and medical health professionals who know what they are talking about. We have seen it work in other countries, so we do not even need to imagine it; we know it is real. I truly hope that the Conservative members will come and work with us on helping to support our fellow Canadians during this difficult time.
Monsieur le Président, c'est un honneur de prendre la parole après mon collègue le député de Kingston et les Îles. J'aurais pu écouter un discours de 20 minutes donné par lui. La députée de Saanich—Gulf Islands a aussi fait un discours ce soir que j'ai beaucoup aimé. Je vais revenir sur son discours ainsi que sur celui que le député de Kingston et les Îles vient de donner. L'objet du présent débat est vraiment important, et les deux députés en ont parlé. Je suis sûre que d'autres l'ont fait, mais je nomme ces deux députés en particulier.
Je tiens à commencer là où le député de Kingston et les Îles a terminé. Il a dit que nous pouvions jeter un regard sur ce que nous aurions pu faire de mieux, sur ce que nous avons bien fait, sur nos réussites et sur les domaines où nous devons être mieux préparés. Lui et moi venons de la politique municipale, où il y a une foule de plans en place, qui, étant donné qu'il n'y a ni pandémie ni urgence pendant de nombreuses années, restent malheureusement sur les tablettes. Je ne dis pas qu'il s'agit de la bonne approche, mais les leçons que nous tirons sont extrêmement importantes et nous rappellent constamment qu'il ne faut jamais perdre de vue la planification d'urgence.
Le député de Kingston et les Îles a dit que nous pouvons revenir en arrière et faire ce travail. Cependant, ce qui est frustrant quand on écoute les députés, et en particulier les députés conservateurs, c'est qu'ils ne font que revenir en arrière. J'ai pris note de certaines de leurs interventions. L'un d'eux a fait remarquer où nous étions il y a 52 jours. Mon Dieu, comment les gens de l'Alberta doivent-ils se sentir en entendant cela ce soir? Qu'allons-nous faire aujourd'hui, demain et les jours et semaines suivants pour soutenir et aider les gens de ce pays? Nous pouvons revenir sur les vaccins, nous pouvons revenir sur tout ce que les conservateurs veulent, mais n'allons-nous pas nous employer collectivement à soutenir les gens de ce pays?
J'écoute le débat en tant que députée de l'Ontario et les gens de ma province vivent le même genre de situation. Je pense à l'anxiété que les gens ont ressentie lorsqu'il y a eu les premiers pics d'éclosion, la confusion, les confinements, les levées de confinement et les accusations. Je pense à mes amis, à mes voisins et aux membres de ma famille qui veulent simplement savoir comment nous allons nous en sortir. C'est sur cela que notre gouvernement s'est concentré.
Beaucoup de députés ont rappelé qu'aucun pays n'est parfait, mais il ne faut pas pour autant rester les bras ballants. Il faut continuer d'avancer et de fournir les mesures de soutien dont les provinces et les territoires ont besoin. Il faut accélérer l'arrivée des vaccins et envoyer la Croix-Rouge contribuer au travail de vaccination au besoin. Il est bon de voir des travailleurs de la santé de Terre-Neuve-et-Labrador venir aider leurs collègues de l'Ontario. Il est bon de voir des gens poser des gestes fantastiques. Il faut voir ce que le gouvernement fédéral peut faire de plus.
Comme le député de Kingston et les Îles vient de le dire, nous allons collaborer avec les provinces et les territoires et leur fournir ce dont ils ont besoin, particulièrement en Alberta. Jusqu'à maintenant, nous avons fourni des unités sanitaires mobiles, des services de traçage, des tests rapides, et du financement dans le cadre de l'Accord sur la relance sécuritaire pour améliorer la protection et l'isolation entre la deuxième et la troisième vagues. Le gouvernement a fourni à chaque province et territoire ce dont il avait besoin. Ils sont tous différents: chaque province et territoire a ses propres besoins et nécessite des ressources particulières. Nous avons agi. Nous avons entendu les députés québécois quand ils ont parlé du soutien requis dans le secteur des soins de longue durée. Nous avons agi. Nous nous sommes occupés de l'équipement de protection individuelle.
Nous ne devrions pas parler de ce que nous avons fait, mais de ce que nous allons continuer de faire tant que la pandémie ne sera pas derrière nous. C'est ce que veulent les Canadiens. C'est là-dessus que le débat devrait porter et c'est pour cette raison que le discours de la députée de Saanich—Gulf Islands m'a frappée. Voilà le genre de débat que nous devrions avoir.
Les conservateurs n'arrêtent pas de dire que le gouvernement s'y prend de manière désordonnée et que ses communications sont incohérentes. Rien ne me choque davantage parce que ce sont eux qui sèment la confusion avec leurs messages contradictoires. Au début du mois de mars, leur propre porte-parole en matière de santé réclamait qu'on lève ou du moins qu'on allège les restrictions à la frontière. À l'entendre, à partir du moment où les gens passaient un test avant de monter dans l'avion et un autre à l'atterrissage, on pouvait les laisser partir. Avoir écouté les conservateurs, nous n'aurions pas intercepté tous les gens qui ont été déclarés positifs après avoir été testés à leur arrivée. Ces gens ne se seraient pas isolés et ils se seraient promenés librement dans les rues. Je répète qu'il y a d'autres mesures que nous pouvons continuer de prendre, et nous serons toujours là pour épauler les Canadiens.
Tout ce qu'on entend de la part des conservateurs, c'est: « À bas les restrictions, vive la liberté. » Le député de Carleton, par exemple, met en ligne des photos de lui où on le voit assis à une terrasse extérieure en train de manger et où il dit « liberté ». Les conservateurs osent dire que les vaccins auraient pu tout régler, mais ce sont eux qui ont refusé d'écouter les spécialistes de la santé publique, y compris ceux d'ici s'ils refusent de faire confiance aux Canadiens. Globalement, les vaccins occupent une place importante dans notre arsenal, mais pour être efficaces, ils doivent être combinés à des mesures de santé publique rigoureuses.
Les conservateurs adorent citer les États-Unis, Israël ou le Royaume-Uni comme des exemples de pays ayant de bons programmes. Toutefois, des hausses marquées du nombre de cas se sont produites au Royaume-Uni et en Israël parce que les restrictions y ont été levées trop rapidement, pendant leurs campagnes de vaccination. Le comité de la santé a entendu des témoignages d'expert. Les gouvernements de ces pays se sont vite rendu compte que la vaccination n'était pas le seul outil à employer. Elle doit se faire en même temps que l'on applique de strictes mesures de santé publique, en attendant que les vaccins soient distribués, qu'ils commencent à faire effet et que la population soit inoculée.
Il est frustrant de voir que certains ignorent les conseils de santé publique, qui ne proviennent pas du gouvernement, mais des autorités sanitaires, parce que je vois des gens qui souffrent. Je vois des petites entreprises qui ferment et des gens qui tombent malades. Il est injuste envers les Canadiens de prétendre que, si l'on avait fait ceci ou cela, personne n'aurait souffert. Nous devons être honnêtes envers eux et leur dire que, tandis que notre campagne de vaccination se déroule et que tout le monde doit aller se faire vacciner, il nous incombe aussi de continuer de mettre en pratique les conseils de santé publique. Lorsque les conservateurs sèment la confusion, qu'ils affirment que les confinements ne sont pas nécessaires et que des mesures moins strictes à la frontière suffiraient, ils tiennent des propos qui ne sont tout simplement pas véridiques et qui n'aident pas la population. Ils n'aident certainement ni les Albertains, ni les gens de ma province d'origine, l'Ontario, ni personne d'autre au pays, alors que nous sommes en train de combattre la troisième vague.
J'espère que nous en viendrons à avoir une conversation sur ce que nous pouvons faire pour aider l'Alberta, ou tout autre gouvernement du pays, à surmonter la troisième vague, et à admettre que les mesures sanitaires sont censées agir de concert avec les vaccins et que la seule façon de sortir de la pandémie est de suivre les conseils des experts et des professionnels de la santé, qui savent de quoi ils parlent. Nous avons vu cette approche fonctionner dans d'autres pays. Nous n'avons donc pas à l'imaginer. Nous savons que c'est vrai. J'espère sincèrement que les députés conservateurs se joindront à nous pour soutenir les Canadiens durant cette période difficile.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
Then we see the members opposite trying to pivot the blame. They say that Conservatives spread the misinformation. I have dozens of pages of clear examples, numerous examples of inconsistent messaging and changing direction. The fact is that even the member for Kingston and the Islands said very clearly that had we gotten more vaccines, we would not be having this debate. A number of the Liberal members opposite have said things like “Well, we only want to talk about vaccines.” Well, it seems like the Liberals only wanted to stop talking about vaccines when their failures on the procurement of those vaccines became widespread. Then, all of a sudden, Canadians were seeing the consequences of that, and we see that now. This truly is the Prime Minister's third wave.
I think back to the beginning of the pandemic, when I, among many other Conservatives, started asking questions about securing our borders. They were valid questions about what was happening with this virus, which we did not know very much about, and we started asking about measures being taken. I remember the public safety minister stood up and said that the government had put in enhanced border measures, yet I would talk to constituents who had just returned home who said that they did not see any border measures. I talked to some constituents who saw those border measures, and literally, and I wish this was a joke, the enhanced border measure was a check mark on the immigration form. As the old saying goes, “An ounce of prevention is better than a pound of cure”, and I think that is the reality we are facing, with tens of thousands of lives lost and other significant challenges that we face.
I say often that the government is all style and very little substance. Unfortunately, that has been the case throughout this pandemic, and I would suggest the last five and a half or so years as well, as has been highlighted through the many other failures and tragedies of what this Liberal government has done.
I was speaking to somebody who closely follows the National Research Council, and even some of the regulatory changes that the Liberals brought in right after they were elected actually put Canada further back in terms of being set up to succeed in the case of needing to see rapid investment in emerging health technologies, like vaccines. This was a number of years before the word “COVID-19” was even known to the world, and that really comes back to the issue of good governance.
The Liberals will say, “Well, it is easy to be an armchair quarterback and speak from hindsight.” This is what the Liberals like to talk about to try to pivot away from their failures. However, we see time and again with the current government that truly it has been a failure of good governance. We see things like ministerial responsibility, which, in some cases, appears to have been abandoned. The Liberals simply use it as a way to cover up their scandals but then do not provide the oversight. I have filed hundreds of ATIPs since getting elected, and some of the things I see and do not see are astounding.
I have a couple of minutes left here to talk about some of the things that my constituents have brought up over the last number of months, such as the border issue that the government brought in. Conservatives were critical of the border hotels, especially when the minister himself said that there was no evidence that would work. There could have been other measures that were more effective.
On mental health, we have seen the government support a Conservative motion for a 988 number, yet it has done virtually nothing since. It has made some announcements in terms of dollars in its yearly budget, which was released a couple of weeks ago. Again, it is promising dollars but no action.
A great example is the Service Canada office that is located down the street from my constituency office, where I am currently giving this speech. A sign was put on the door saying that it was closed, and there was a website on it. Hundreds of people sought help from my office, because constituents could not be served by the government. Again, on good governance there was a lack of responsibility.
As I have mentioned, we see businesses falling through the cracks. We see mixed messaging on vaccines. This has been a big challenge. I have had phone calls this week, and people are asking what to believe and who to believe.
There is certainly much more I could say, but it has been good to participate in this debate. Hopefully I highlighted some of the issues that my constituents have brought forward to me over the last number of weeks and months, and in the last year.
Nous avons vu des députés d'en face essayer de jeter le blâme sur d'autres. Ils disent que les conservateurs ont fait de la désinformation. J'ai des dizaines de pages d'exemples clairs, de nombreux exemples de messages incohérents et de changement de direction. Le fait est que même le député de Kingston et les Îles a dit très clairement que si nous avions obtenu plus de vaccins, nous n'aurions pas ce débat en ce moment. Un certain nombre de députés libéraux ont déjà dit qu'ils ne souhaitaient parler que des vaccins. Eh bien, cela a duré jusqu'à ce que leurs échecs en matière d'approvisionnement des vaccins se répandent au pays. Puis, tout d'un coup, les Canadiens ont pu constater les conséquences des échecs des libéraux, et nous le constatons maintenant. C'est vraiment la troisième vague du premier ministre.
Je repense au début de la pandémie, quand j'ai commencé à poser des questions sur la protection de la frontière, à l'instar de beaucoup d'autres conservateurs. Il s'agissait de questions valables sur ce qui se passait avec le virus, dont nous ne connaissions pas grand-chose, et nous avons commencé à poser des questions au sujet des mesures qui étaient prises. Je me rappelle que le ministre de la Sécurité publique a pris la parole pour dire que le gouvernement avait mis en place des mesures frontalières renforcées. Pourtant, quand je parlais à des concitoyens qui venaient de rentrer chez eux, ils me disaient qu'ils n'avaient pas remarqué de nouvelles mesures à la frontière. J'ai parlé à certains concitoyens qui ont vu les mesures en question. J'aurais préféré que ce soit une blague, mais la mesure frontalière renforcée était littéralement une boîte à cocher sur le formulaire d'immigration. Comme le dit le vieil adage, « Mieux vaut prévenir que guérir », et je crois que c'est la réalité à laquelle nous nous heurtons: des dizaines de milliers de morts et d'autres difficultés importantes à surmonter.
Je dis souvent que le gouvernement met tout dans la forme, et rien dans le fond. Malheureusement, c'est ce qu'il a fait tout au long de la pandémie, et je dirais même au cours des cinq dernières années et demie environ, comme le montrent les nombreux autres échecs et tragédies qui découlent des actions du gouvernement libéral.
Je parlais à quelqu'un qui suit de près le Conseil national de recherches et j'ai appris que même certains des changements réglementaires que les libéraux ont apportés immédiatement après leur arrivée au pouvoir ont fait perdre du terrain au Canada quant à sa capacité de faire rapidement des investissements nécessaires dans les nouvelles technologies en matière de santé, comme les vaccins. C'était un certain nombre d'années avant que le mot « COVID-19 » ne soit même connu dans le monde, et cela nous ramène vraiment à la question de la bonne gouvernance.
Les libéraux diront qu'il est facile d'être un gérant d'estrade et de parler d'une situation en rétrospective. C'est ce qu'ils aiment dire pour essayer de détourner l'attention de leurs échecs. Cependant, nous ne cessons de voir que le gouvernement est incapable d'assurer une bonne gouvernance. Dans certains cas, il semble abandonner des principes comme la responsabilité ministérielle. Les libéraux s'en servent simplement pour camoufler leurs scandales, mais ils n'assurent pas ensuite la surveillance. J'ai présenté des centaines de demandes d'accès à l'information depuis que j'ai été élu, et certaines des informations que je vois et que je ne vois pas sont stupéfiantes.
Il me reste quelques minutes pour parler de certaines questions que les électeurs de ma circonscription ont soulevées au cours des derniers mois, comme les mesures que le gouvernement a imposées à la frontière. Les conservateurs ont décrié le programme de quarantaine à l'hôtel, surtout lorsque le ministre lui-même a déclaré que rien ne prouvait que la mesure fonctionnerait. D'autres mesures auraient pu être plus efficaces.
En ce qui concerne la santé mentale, le gouvernement a appuyé une motion conservatrice en faveur d'une ligne d'assistance téléphonique 988, mais il n'a pratiquement rien fait depuis. Il a fait quelques annonces de financement dans son budget annuel, qui a été présenté il y a quelques semaines. Encore une fois, il promet des fonds, mais il ne fait rien de concret.
Voici un autre excellent exemple. Il y a un bureau de Service Canada sur la même rue que mon bureau de circonscription, d'où je vous parle actuellement. Sur la porte de Service Canada, une affiche indique que le bureau est fermé et qu'il faut utiliser un site Web. Des centaines de personnes sont venues demander de l'aide à mon bureau parce qu'elles ne pouvaient pas obtenir de service du gouvernement. Encore une fois, la bonne gouvernance n'était pas au rendez-vous.
Comme je l'ai mentionné, des entreprises sont laissées pour compte. Par ailleurs, les messages relatifs aux vaccins manquent de cohérence, ce qui crée des défis considérables. Des gens m'ont téléphoné cette semaine pour me demander ce qu'ils devaient croire et qui ils devaient croire.
Je pourrais sûrement mentionner beaucoup d'autres points, mais ce fut un plaisir de participer à ce débat. J'espère avoir réussi à mettre en lumière certaines des préoccupations dont mes concitoyens m'ont fait part au cours des dernières semaines, des derniers mois et de la dernière année.
View Jag Sahota Profile
CPC (AB)
View Jag Sahota Profile
2021-05-05 23:39 [p.6752]
Madam Speaker, I wish I could say that I am pleased to rise tonight to discuss the current COVID-19 situation in my home province of Alberta and in Canada, but I am actually sad that there is a third wave in my home province of Alberta and in Canada.
We have seen a record number of COVID cases. We have seen new lockdown measures in an effort to flatten the curve, yet our hospitalization numbers continue to rise and our ICU admissions continue to soar. I am also disappointed that we are here tonight because this Liberal government failed to protect Canadians and Albertans, both their physical and mental well-being.
We are in the middle of this third wave of the COVID pandemic. Many Canadians across Canada are struggling to cope with the rise of cases, harsh lockdowns and mental health struggles. This is very worrisome.
While our neighbours to the south are seeing their hospitalization numbers go down, businesses reopening, restaurant patios opening again just in time for summer and fans returning to in-person sporting games, Albertans are facing yet another summer of restrictive lockdowns. I cannot help but know that, if our Prime Minister and his Minister of Health took different actions at the beginning, we would now be getting ready to attend in-person sporting events and having brunch with family and friends on patios.
Make no mistake, this third wave and the damage it is doing to our mental health and the economy rests solely with the Prime Minister. Under this Prime Minister's leadership, the Minister of Health allowed our early pandemic warning system to be shut down just months before COVID-19 hit.
This Prime Minister sent hundreds of thousands of masks, gloves and gowns from the government's own reserve to China. A month later, health care professionals and first responders here at home were being asked to ration the use of personal protective equipment, recycle masks and limit their use of hand sanitizer, and in some cases they were using garbage bags as PPE.
The government refused to close our borders at the onset, letting the virus spread across the country. It flip-flopped on whether or not Canadians should wear masks. The Minister of Health repeatedly told Canadians that the risk of getting COVID was low. The Prime Minister was slow to roll out federal aid programs and wrong not to fix them when Conservatives raised concerns and offered productive solutions to help Canadians.
Protecting Canadians is one of the most important responsibilities of the government. We cannot continue with lockdowns and social distancing. Canadians are getting fed up. They want to be able to do what our neighbours to the south are able to do. Therefore, here are some of the things that the government can do to put Canadians first.
The government can develop a clear set of parameters for identifying risks presented by emerging variants and present this to the public in an easy-to-understand format. Canadians should have information on where the virus is spreading, emerging variants and vaccination levels.
The government can provide real-time warnings to the Canadian public when new variants are detected around the world as well as when hot spots for this spread are revealed. This applies to locations here in Canada as well as abroad.
The double variant first detected in India was detected in October 2020. The government could require anyone who has been in the variant hot spot to undergo enhanced screening, quarantine measures or a combination of both depending on the risk evaluated by public health officials. It could require immediate rapid tests at airports for all domestic airline travel.
We have lost so much during this third wave, but how long this third wave lasts is completely dependent on how quickly this Liberal government responds and acts to protect Albertans and Canadians. Albertans can take some assurance that it was the Conservatives who stood up and called for a real plan to protect Canadians from this pandemic.
In October 2020, the House passed a sweeping opposition motion to direct the health committee to study the COVID-19 pandemic and ordered the government to produce needed documents for the committee. This included information on the government's vaccine rollout and key related documents.
In November 2020, the member for Calgary Nose Hill penned an op-ed in the National Post calling for a better COVID-19 strategy from the government entitled “It's time for a better COVID strategy”. This included discussion of the government's inaction on vaccines.
Additionally, members were able to question the Minister of Health in a four-hour session in the House of Commons committee of the whole regarding the government's failed response to the COVID-19 pandemic.
In December 2020, the House passed a motion calling on the government to be transparent on key information related to the COVID vaccine rollout.
In January 2021, we were able to secure an emergency debate in the House of Commons on the vaccine shortage in Canada.
In February 2021, we demanded that the chair of the health committee call an emergency meeting to discuss the COVID-19 variants and called on the Liberal MPs to stop the filibuster and to finally pass the motion to release the government's vaccine contracts.
The Conservatives' motion ended up passing, meaning the government will need to come clean on the details of the contract that it tried to hide. In March 2021, my colleagues at the health committee were able to hear from experts of the government ignoring the National Advisory Committee on Immunization recommendations to not administer AstraZeneca to the 65-plus age group.
It has never ended. Every proper and correct thing the government could have done to address this pandemic and help Canadians get back to some sort of normalcy, it did not do. Instead, the Liberals did the complete opposite. It is shameful that the Prime Minister has allowed Canada to fall so far behind our allies. We need the Prime Minister to do better. We need vaccines to be delivered, not the ones that our allies are sending us, but the ones under our own contracts.
Canadians want to return to normal life. They want to have barbeques with their friends and neighbours. They want to be able to go to the movies and watch the latest blockbusters. Most importantly, they want to be able to see their family members who they have not seen in over a year, give them a big hug and socialize with them.
Madame la Présidente, j'aimerais pouvoir dire que je suis heureuse de prendre la parole ce soir pour discuter de la situation actuelle liée à la COVID-19 dans ma province, l'Alberta, et dans l'ensemble du Canada. En fait, je suis peiné de voir que la troisième vague frappe ma province et mon pays.
Nous atteignons un nombre record de cas de COVID-19. De nouvelles mesures de confinement ont été appliquées pour aplanir la courbe, mais le nombre d'hospitalisations ne cesse d'augmenter, et les admissions aux soins intensifs continuent de monter en flèche. Je suis aussi déçue que nous soyons ici ce soir parce que le gouvernement libéral n'a pas protégé le bien-être physique et mental des Canadiens, y compris les Albertains.
Nous sommes en plein cœur de cette troisième vague de la pandémie de COVID-19. De nombreux Canadiens de partout au pays ont du mal à gérer la hausse des cas, les mesures strictes de confinement et les difficultés de santé mentale. C'est très inquiétant.
Alors que, chez nos voisins du Sud, le nombre d'hospitalisations est à la baisse, les entreprises rouvrent leurs portes, les terrasses des restaurants sont ouvertes juste à temps pour l'été et les partisans peuvent à nouveau assister à des matchs en personne, les Albertains doivent s'attendre à un autre été sous le signe d'un confinement restrictif. Je ne peux pas m'empêcher de penser que si le premier ministre et la ministre de la Santé avaient pris des mesures différentes au début, nous serions en train de nous préparer à assister à des matchs en personne et d'organiser des brunchs sur des terrasses avec des parents et des amis.
Ne vous y méprenez pas, cette troisième vague et ses conséquences néfastes sur notre santé mentale et sur l'économie du pays sont entièrement la faute du premier ministre. Sous la direction du premier ministre, la ministre de la Santé a laissé le système national d'alerte rapide en cas de pandémie être démantelé à peine quelques mois avant l'arrivée de la COVID-19.
Le premier ministre a expédié en Chine des centaines de milliers de masques, de gants et de blouses pris dans les réserves du gouvernement. Un mois plus tard, on demandait aux professionnels de la santé et aux premiers répondants au pays de rationner l'utilisation de l'équipement de protection individuelle, de réutiliser les masques et de limiter l'utilisation de gel désinfectant. Dans certains cas, ils ont même été contraints de se servir de sacs de poubelle comme blouse de protection.
Le gouvernement s'est entêté à garder la frontière ouverte, ce qui a permis au virus d'entrer au pays. Le gouvernement n'arrivait pas à se décider s'il fallait que les Canadiens portent un masque ou non. La ministre de la Santé a répété à plusieurs reprises que le risque d'attraper la COVID-19 était faible. Le premier ministre a mis du temps à mettre en place les programmes d'aide du fédéral et il a eu tort de ne pas y apporter les correctifs nécessaires lorsque les conservateurs ont soulevé des préoccupations et lui ont proposé des solutions constructives pour aider les Canadiens.
Une des plus importantes responsabilités du gouvernement est de protéger les Canadiens. Il n'est plus possible de maintenir les confinements et la distanciation sociale. Les Canadiens en ont assez. Ils veulent pouvoir faire comme nos voisins du Sud. Voici donc certaines choses que le gouvernement pourrait faire pour accorder la priorité aux Canadiens.
Le gouvernement peut fixer une série de paramètres clairs pour cerner les risques posés par les nouveaux variants et les présenter au public dans un format facile à comprendre. Les Canadiens devraient disposer de renseignements sur les lieux de propagation du virus, les nouveaux variants et les niveaux de vaccination.
Le gouvernement peut diffuser des avertissements en temps réel à l'intention du public canadien lorsque des nouveaux variants sont détectés dans le monde et que des foyers d'infection à ces variants sont décelés. Cela peut concerner des endroits au Canada et à l'étranger.
Le variant à deux mutations a été détecté pour la première fois en Inde en octobre 2020. Le gouvernement pourrait exiger que toute personne ayant séjourné dans le foyer d'infection du variant fasse l'objet d'un dépistage renforcé, d'une mise en quarantaine ou d'une combinaison des deux en fonction du risque évalué par les responsables de la santé publique. Il pourrait exiger des tests rapides immédiats dans les aéroports pour tous les vols des lignes aériennes canadiennes.
Nous subissons d'énormes pertes au cours de la troisième vague, mais sa durée dépendra entièrement de la rapidité avec laquelle le gouvernement libéral réagira et prendra des mesures pour protéger les Albertains et les Canadiens. Les Albertains peuvent avoir l'assurance que ce sont les conservateurs qui ont demandé un véritable plan pour protéger les Canadiens contre la pandémie.
En octobre 2020, la Chambre a adopté une motion de portée très vaste visant à charger le comité de la santé d'étudier la pandémie de COVID-19 ainsi qu'à ordonner au gouvernement de fournir au comité les documents nécessaires. Cela comprenait des renseignements sur la distribution des vaccins par le gouvernement ainsi que des documents connexes d'importance.
En novembre 2020, la députée de Calgary Nose Hill a rédigé une lettre d'opinion qui a été publiée dans le National Post et dont le titre se traduirait en français par « Il est temps d'adopter une meilleure stratégie à l'égard de la COVID-19 ». Dans cette lettre, la députée réclame une meilleure stratégie contre la COVID-19 de la part du gouvernement, dont elle décrit l'inaction dans le dossier des vaccins.
En outre, les députés ont pu poser des questions à la ministre de la Santé lors d'une séance de quatre heures du comité plénier de la Chambre des communes concernant les mauvaises décisions prises par le gouvernement dans la lutte contre la pandémie de COVID-19.
En décembre 2020, la Chambre a adopté une motion demandant au gouvernement de faire preuve de transparence et de divulguer des renseignements clés sur la distribution des vaccins contre la COVID-19.
En janvier 2021, nous avons réussi à obtenir la tenue d'un débat d'urgence à la Chambre des communes concernant la pénurie de vaccins au Canada.
En février 2021, nous avons exigé que le président du comité de la santé convoque une réunion d'urgence pour discuter des variants de la COVID-19 et demandé aux députés libéraux de cesser leur obstruction et d'adopter enfin la motion visant à obtenir les contrats d'approvisionnement en vaccins conclus par le gouvernement.
La motion des conservateurs a fini par être adoptée, ce qui signifie que le gouvernement devra dévoiler tous les détails des contrats qu'il a tenté de cacher. En mars 2021, mes collègues du comité de la santé ont pu entendre des experts dire que le gouvernement avait fait fi de la recommandation du Comité consultatif national de l'immunisation de ne pas administrer le vaccin d'AstraZeneca aux 65 ans et plus.
Cela ne finit jamais. Chaque mesure adéquate que le gouvernement aurait pu prendre pour lutter contre la pandémie et aider les Canadiens à retrouver un semblant de vie normale, il ne l'a pas prise. Les libéraux ont plutôt fait complètement le contraire. Il est honteux que le premier ministre ait permis au Canada d'accuser un tel retard par rapport à nos alliés. Le premier ministre doit faire mieux. Les vaccins doivent être livrés, pas ceux que nos alliés nous acheminent, mais ceux visés par les contrats que nous avons conclus.
Les Canadiens veulent reprendre une vie normale. Ils veulent organiser des barbecues avec leurs amis et leurs voisins. Ils veulent pouvoir aller au cinéma pour regarder les dernières superproductions. Plus important encore, ils veulent pouvoir voir les membres de leur famille, qu'ils n'ont pas vus depuis plus d'un an, pour leur faire un gros câlin et socialiser avec eux.
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2021-04-29 10:07 [p.6377]
Mr. Speaker, it is my honour to table a petition today signed by local business owners and their workers.
The petitioners wish bring to the attention of the House the urgent need for clarity and consistency at our borders. In 2020, this industry was deemed essential by the Ontario government, yet at the border they face many obstacles resulting in lost contracts and jobs. The petitioners are asking to be allowed entry into the U.S. and Canada with the same exemptions from quarantines and fines that apply to all essential workers engaged in cross-border commerce.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter aujourd'hui une pétition signée par des propriétaires d'entreprises locales et leurs employés.
Les pétitionnaires souhaitent attirer l'attention de la Chambre sur le besoin urgent de clarté et de cohérence à la frontière. En 2020, cette industrie a été jugée essentielle par le gouvernement de l'Ontario. Pourtant, à la frontière, elle se heurte à de nombreux obstacles qui lui font perdre des contrats et des emplois. Les pétitionnaires demandent à être autorisés à entrer aux États-Unis et au Canada tout en étant exemptés de la quarantaine obligatoire et des amendes comme tous les travailleurs essentiels qui participent au commerce transfrontalier.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I am looking at the calendar. It is April 29 today. It has been over a year since the start of the pandemic, and we are watching countries around the world have benchmarks and advice for reopening. We are watching them emerge from the pandemic. On April 29, 2021 in Canada, no Canadian has a line of sight on when restrictions will be safely and permanently lifted. Not a single person in this country has a line of sight on that. That lack of understanding of when things are going to be back to some level of hope has precipitated a third wave. Instead of having vaccines in January and February of this year, we are sitting in a third wave. That is the reality. If we had received more vaccines in January and February, we would not be sitting in a third wave that is this severe. That is a fact.
Every week, somebody from the federal government is standing up saying that the government is not getting the Moderna shipments this week, or something has changed with AstraZeneca, or it is not sure about Pfizer. Every week there is another announcement that has some level of uncertainty about vaccines. It has to stop. We need some hope going forward. We need certainty.
We have raised motions in this House asking the government to start looking at benchmarks for a safe reopening. Looking back, I think the reason why the government is so reticent to do this is that it does not have a line of sight on the vaccination status. It keeps reiterating these talking points, but fewer than 3% of Canadians are fully vaccinated. That is a remarkable failure.
Papers and academic journals have emerged showing that, particularly with the Pfizer vaccine, immunity may wane significantly if the second dose is delayed beyond the recommended 21 days. Will we be having another opposition day motion or debate in a month or a month and a half on a fourth wave because we are seeing that immunity is waning in people who had the first Pfizer shot, some of the most vulnerable in our country, such as frontline workers, long-term care residents and others, and COVID is spreading among them? That is a question the government cannot answer. It has not received enough supply to deal with this question. This is why it is so imperative for the government to get us more vaccines.
Let us talk about something I have tried to raise in question period, which is the ethics of how the government is getting us vaccines. Rather than scouring the country and doing everything possible to build up manufacturing capacity over the last year, we still do not have a line of sight on when the first dose of a Canadian-manufactured COVID vaccine will be administered in Canada. We do not have an answer to that. Instead of doing that, we are completely reliant on other countries.
Let us look at a country like India, which has supplied vaccines to the world and is one of the world's largest producers of vaccines, and it is going through an enormous third wave right now. We are a G7 country. Why have the Liberals not done more to address this in the last year? Why do we not have the answer to the question of when the first dose of Canadian-produced vaccine is going to be administered in Canada? Why are we guessing about when immunity might wane with Pfizer when people who have had their first dose do not know when they will get their second dose? This is a real problem.
Canadians, regardless of political stripe, are tired of this guessing game. They are tired of the uncertainty. How can provincial governments plan their vaccine strategies when the targets move every week? We have to start setting aspirational targets. Every party in the House, except for the Liberals, is doing that. Why can we not have enough vaccine that every Canadian can have an available dose by the end of May? Why is that not possible? Our peer countries, like the U.S. and the U.K., have been able to do that. If the government has the most efficient, effective portfolio of vaccines, why is this an issue?
I could reiterate for colleagues in the House things that everybody knows. We know that the government paid a higher amount for the AstraZeneca vaccine than other countries did. However, I do not think we have received a single doze of the AstraZeneca vaccine from our contract with AstraZeneca. We have only received the AstraZeneca vaccine from the COVAX fund and on loan from the United States. We paid double for something we have not even received, yet other countries have received it. How did that happen?
What recourse do we have with these manufacturers? What is in those contracts? The EU is considering litigating AstraZeneca over this issue. Why are we not? We need to set a target. We need certainty going forward, and that is why this motion is in front of the House today. We cannot just keep moving the goal post for Canadians who need to reopen their business, who are worried about getting sick, for ICU employees and front-line workers who do not know how they will manage. We cannot keep doing this. We have to set firm targets. We have to move hell and high water in the bureaucracy to get those targets met. We need to have a plan to get out of this.
This morning, I saw an advertisement, and I think it was in a British newspaper, essentially saying that the UK was moving out of the pandemic. Citizens in the United Kingdom have a line of sight on when they will move out of this, because of its ability to produce vaccines and because it has been able to set benchmarks. The Liberal government cannot do that. It will not even talk about these types of benchmarks because it does not have supply.
When an inquiry happens on this in a future Parliament, people are going to ask about the ethical decision of the Liberal government to delay dosing significantly beyond what manufacturers are recommending. It is because we have a shortage of vaccines. The Liberal talking points keep trying to muddy the waters on where Canada is on vaccination.
Less than 3% of Canadians are fully vaccinated. What happens in two or three months if further data emerges that shows there is actually a significant immunity problem or that immunity has waned so much, especially with the Pfizer vaccine, that people catch COVID again even though they have had their shot. This is a serious problem. We need that supply and we need it now.
The other thing this motion calls upon the government to do is to figure out the border. The government could have done so many things with regard to border restrictions. For colleagues who are listening and who might not realize this, the Indian double variant was identified in October of last year. How did that not get flagged by the Canadian government? How did that not translate into some level of action? Why are we not rapid testing even domestic passengers at airports? Why are we not prioritizing vaccination for essential workers going across the border, like truck drivers? Why is it that some people who travel across the border are exempted? There is a very spurious definition of essential worker.
These are things the government could be doing in the short term, while it is sorting out the vaccination issue, but it is not. The horses are out of the barn and every single time the government closes the gate behind them. It has been over a year. I think it is fair to call it gross incompetence at this point.
That is why these types of motions are needed. It is for the House to give the government direction when it refuses to give that direction to itself. That is what Parliament is for. We need firm targets, firm benchmarks that the government can be held to account for by the Canadian public, both on vaccine acquisition and administration as well as on reopening. Anything less than that just will not do.
Less than 3% of the country is fully vaccinated. We are stealing vaccines from Third World countries, because the government has not been able to figure this out. It has not taken recourse with these manufacturers. It is beyond the pale at this point.
I hope colleagues from other parties and the Liberal backbench will agree that this is something for which they should be holding the government to account. It is a firm timeline on vaccines so then there is direction to the executive to say that it will have to litigate these companies, that it will to have to get written confirmation from other countries to ensure there will not be export restrictions. This is the type of political will that is needed to get out of this crisis. If it is going to take the Conservative Party putting motion after motion in the House of Commons to get the government to do this, then so be it.
Monsieur le Président, en consultant le calendrier, je vois que nous sommes aujourd'hui le 29 avril. La pandémie a commencé il y a plus d'un an, et nombre de pays dans le monde se sont dotés de normes et de directives pour la levée des restrictions. Nous voyons qu'ils sont en voie de se sortir de la pandémie. Pour ce qui est du Canada, en ce 29 avril 2021, les Canadiens ne voient toujours pas quand les restrictions pourront être levées de façon sécuritaire et permanente. Personne au pays n'a une idée du moment où ce sera possible. Le fait de ne pas savoir quand on pourra retrouver espoir a précipité la troisième vague. Au lieu de recevoir des vaccins en janvier et février, nous avons plutôt eu droit à une troisième vague. Voilà la réalité. Si nous avions reçu plus de vaccins en janvier et février, nous n'aurions pas subi une troisième vague aussi grave. C'est un fait.
D'une semaine à l'autre, quelqu'un au gouvernement fédéral nous dit que le gouvernement n'obtiendra pas de doses du vaccin de Moderna cette semaine-là, ou qu'il y a du changement par rapport au vaccin d'AstraZeneca, ou encore qu'il y a des incertitudes par rapport au vaccin de Pfizer. Chaque semaine, il y a une nouvelle annonce qui fait état d'un niveau d'incertitude au sujet des vaccins. Il faut que cela cesse. Il nous faut de l'espoir. Il nous faut des certitudes.
Nous avons présenté des motions à la Chambre pour demander au gouvernement d'établir des indicateurs en vue d'une relance sécuritaire. En rétrospective, je pense que la raison pour laquelle le gouvernement est si réticent à le faire est qu'il n'a pas une idée claire de l'état d'immunisation. Il ne cesse de répéter les mêmes réponses préfabriquées, mais moins de 3 % des Canadiens ont été entièrement vaccinés. C'est un échec lamentable.
Selon certains articles de revues scientifiques ou spécialisées récents, l'immunité peut diminuer de façon importante si la deuxième dose est retardée au-delà des 21 jours recommandés. C'est particulièrement le cas avec le vaccin de Pfizer. Devrons-nous, dans quatre ou six semaines, consacrer une autre journée de l'opposition à une quatrième vague parce que l'immunité des gens qui ont reçu leur première dose du vaccin de Pfizer — dont certains sont parmi les plus vulnérables au pays, entre autres les travailleurs de première ligne et les résidants des établissements de soins de longue durée — diminue et la COVID-19 se propage au sein de cette population? C'est une question à laquelle le gouvernement ne peut pas répondre. Il n'a pas reçu suffisamment de vaccins pour pouvoir y répondre. Voilà pourquoi il importe tellement que le gouvernement obtienne plus de vaccins pour nous.
Parlons maintenant d'une question que j'ai soulevée à la période des questions, soit l'éthique dans l'approvisionnement en vaccins mené par le gouvernement. Plutôt que de chercher des solutions au pays et de faire tout en son pouvoir pour accroître la capacité de fabrication depuis un an, le gouvernement n'a rien fait qui nous permettrait d'entrevoir la possibilité qu'un vaccin contre la COVID produit au Canada soit inoculé à un Canadien. Personne ne sait quand cela arrivera. Comme le gouvernement n'a rien fait sur ce front, le Canada est entièrement dépendant des autres pays.
Prenons l'exemple d'un pays comme l'Inde, qui fournit la planète en vaccins et est l'un des plus importants producteurs de vaccins au monde. L'Inde subit présentement une énorme troisième vague. Le Canada est un pays du G7. Pourquoi les libéraux n'ont-ils rien fait de plus pour régler le problème depuis un an? Pourquoi personne ne peut-il nous dire quand la première dose d'un vaccin produit au Canada sera inoculée à un Canadien? Pourquoi nous contentons-nous de spéculations sur la durée de l'immunité conférée par la première dose du vaccin de Pfizer alors que ceux qui ont reçu cette première dose ne savent pas quand ils recevront la deuxième? C'est un réel problème.
Les Canadiens de tous les horizons politiques en ont assez des spéculations. Comment les gouvernements provinciaux peuvent-ils planifier leur campagne de vaccination si les cibles sont repoussées chaque semaine? Il faut commencer à fixer des objectifs ambitieux. Tous les partis représentés à la Chambre l'ont fait, excepté les libéraux. Pourquoi le pays ne peut-il pas recevoir suffisamment de doses pour permettre la vaccination de tous les Canadiens d'ici la fin du mois de mai? Pourquoi est-ce impossible? Des pays comparables comme les États-Unis et le Royaume-Uni ont réussi à le faire. Si le gouvernement a organisé la campagne d'approvisionnement en vaccins la plus efficiente et la plus efficace au monde, pourquoi est-ce un problème?
Je pourrais répéter aux députés des choses que tout le monde sait déjà. Nous savons que le gouvernement a payé les vaccins d'AstraZeneca plus cher qu'ailleurs. Cependant, je ne pense pas que nous ayons reçu ne serait-ce qu'une seule dose du vaccin d'AstraZeneca dans le cadre du contrat que nous avons signé avec ce fabricant. Nous en avons seulement reçu par l'entremise de l'initiative COVAX et nous en avons emprunté aux États-Unis. Nous avons payé deux fois plus cher que d'autres pays un vaccin que nous n'avons même pas reçu, mais que les autres pays ont reçu. Comment cela s'est-il produit?
De quel recours disposons-nous à l'égard de ces fabricants? Que prévoient les contrats? L'Union européenne songe à intenter des poursuites contre AstraZeneca pour régler cette question. Pourquoi n'en faisons-nous pas autant? Nous devons établir une cible. Nous avons besoin de certitude pour l'avenir; c'est la raison d'être de la motion dont nous sommes saisis aujourd'hui. Nous ne pouvons pas simplement continuer de changer la cible. Nous devons le faire pour les Canadiens qui ont besoin de rouvrir leurs entreprises et qui craignent de tomber malades, pour les gens qui travaillent dans les unités de soins intensifs et pour les travailleurs de première ligne qui ne savent pas comment ils vont s'en sortir. Cette situation ne peut plus durer. Nous devons établir des cibles fermes. Nous devons faire tout notre possible pour accélérer le rythme bureaucratique afin que les cibles soient atteintes. Nous avons besoin d'un plan pour nous en sortir.
Ce matin, j'ai vu une publicité — je crois que c'était dans un journal britannique — annonçant essentiellement que le Royaume-Uni se sortait de la pandémie. Les citoyens du Royaume-Uni ont une bonne idée du moment où ils vont s'en sortir, grâce à la capacité du pays de produire des vaccins et d'établir des indicateurs. Le gouvernement libéral en est incapable. Il refuse même de parler d'indicateurs, parce qu'il est incapable d'assurer un approvisionnement adéquat.
Lorsqu'on se penchera sur cette période de pandémie lors d'une prochaine législature, on se questionnera sur le caractère éthique de la décision du gouvernement libéral de retarder la deuxième dose bien au-delà des recommandations des fabricants. C'est parce qu'il nous manque de vaccins. L'argumentaire libéral cherche sans cesse à brouiller les cartes sur la situation du Canada à propos de la vaccination.
Moins de 3 % des Canadiens ont reçu les deux doses de vaccin. Que se passera-t-il dans deux ou trois mois si les données indiquent un sérieux problème immunitaire, ou que l'immunité a tellement diminué, surtout avec le vaccin de Pfizer, que les Canadiens contractent à nouveau la COVID-19 même s'ils sont vaccinés. C'est un grave problème. Il nous faut des vaccins, et il nous les faut maintenant.
La motion presse également le gouvernement de prendre des mesures aux frontières. Le gouvernement aurait pu imposer de nombreuses restrictions aux frontières. À l'intention des collègues qui écoutent et qui ne le sauraient peut-être pas, je signale que le variant indien à deux mutations a été détecté en octobre dernier. Pourquoi le gouvernement canadien n'en a-t-il fait aucun cas? Comment expliquer qu'il n'ait pas réagi? Pourquoi ne soumet-on pas à un test rapide à l'aéroport les voyageurs qui prennent un vol intérieur? Pourquoi ne vaccinons-nous pas en priorité les travailleurs essentiels qui traversent la frontière, notamment les camionneurs? Comment se fait-il que certaines personnes qui traversent la frontière soient exemptées? La définition de ce qu'est un travailleur essentiel est trompeuse.
Le gouvernement pourrait prendre certaines mesures à court terme, pendant qu'il met de l'ordre dans le dossier de la vaccination, mais il ne le fait pas. Chaque fois qu'il y a un problème, il ne fait rien pour y remédier. La pandémie dure depuis plus d'un an. Étant donné la situation, j'estime juste de taxer le gouvernement d'incompétence crasse.
Ce genre de motion permet à la Chambre d'indiquer au gouvernement la voie à suivre lorsque ce dernier refuse de s'y engager de lui-même. Voilà une des raisons d'être du Parlement. Il faut établir des indicateurs et des cibles fermes pour que les Canadiens puissent exiger que le gouvernement rende des comptes, tant sur l'acquisition des vaccins et leur distribution que sur la réouverture de l'économie. On ne peut accepter rien de moins.
Moins de 3 % de la population canadienne a été entièrement vaccinée. Nous volons des vaccins destinés à des pays du tiers monde parce que le gouvernement a été incapable de figurer tout cela. Il n'a pas intenté de poursuite contre ces fabricants. Je n'en reviens tout simplement pas.
J'espère que mes collègues des autres partis de l'opposition et les députés libéraux d'arrière-ban conviendront que tout cela mérite qu'on demande des comptes au gouvernement. Il faut un échéancier précis concernant les vaccins afin que l'exécutif ait des munitions pour pouvoir poursuivre ces sociétés. Il doit obtenir la confirmation écrite des pays fournisseurs qu'il n'y aura pas de restrictions à l'exportation. Voilà le genre de volonté politique qu'il nous faut pour sortir de cette crise. Si le Parti conservateur doit présenter une motion après l'autre à la Chambre des communes pour que le gouvernement agisse, il le fera.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-04-29 13:01 [p.6402]
Madam Speaker, I would like to take this opportunity to salute my colleague and fellow member of the all-party juvenile diabetes caucus.
The vaccination rollout did not get off to a good start, but we do believe that the government will meet its goal of vaccinating the entire population by the end of September. I also agree with my colleague that the Conservative motion is unrealistic. It really seems to me that we could have spent the day talking about something else. The Bloc makes its own choices.
The fact remains that we are in the middle of a third wave. What is the reason for this? Yes, there have been delays in the delivery of vaccines, there were three months of dithering, and the number of variants has grown, but there have also been flaws in the management of the borders.
My colleague talked about the good parts of the Liberal plan, but there are also shortcomings in this plan, and I would like her to comment on that.
Madame la Présidente, je profite de l'occasion pour saluer ma collègue, membre comme moi du caucus multipartite sur le diabète juvénile.
Effectivement, la campagne de vaccination a mal commencé, mais nous pensons que le gouvernement va relever son défi de vacciner l'ensemble de la population d'ici la fin du mois de septembre. Je partage aussi le point de vue de ma collègue sur la motion conservatrice, laquelle est irréaliste. Il me semble vraiment qu'on aurait pu passer la journée à parler d'autre chose. Le Bloc fait ses choix.
Il n'en reste pas moins qu'on est en pleine troisième vague. Quelle en est la raison? Oui, il y a eu des retards dans la livraison des vaccins, il y a eu trois mois d'hésitation, il y a la multiplication des variants, mais il y a aussi des déficiences dans le contrôle des frontières.
Ma collègue parlait des bons coups du plan libéral, mais il y a aussi des lacunes dans ce plan et j'aimerais qu'elle nous en parle.
View Marie-France Lalonde Profile
Lib. (ON)
View Marie-France Lalonde Profile
2021-04-29 13:02 [p.6402]
Madam Speaker, I salute my dear colleague. We are both members of this all-party caucus, and it is always a pleasure.
Since the beginning of the pandemic, our actions have prioritized the health and safety of Canadians. Our border measures are among the safest for people, and we have added or enhanced a number of measures in recent months in response to these variants from overseas.
The government wants to protect Canadians. We also need to ensure that Canadians who wish to return to Canada can do so, because that is of the utmost importance. I think that the actions we take together as parliamentarians are important.
Madame la Présidente, je salue ma chère collègue. Nous sommes toutes deux membres de ce caucus multipartite, effectivement, et c'est toujours un plaisir.
Dès le début de la pandémie, la santé et la sécurité des Canadiens ont guidé nos actions. Nos contrôles frontaliers sont parmi les plus sécuritaires pour les gens et nous avons ajouté ou bonifié un certain nombre de mesures ces derniers mois pour répondre à ces variants en provenance de l'étranger.
Le gouvernement veut protéger les Canadiens. Nous devons aussi nous assurer que les Canadiens qui veulent revenir au pays le peuvent, car c'est de la première importance. Je pense que les gestes que nous posons ensemble en tant que parlementaires sont importants.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, my colleague gives a much different perspective being from the province of Nova Scotia. He chimed in on something with which I will agree. First, we should be listening to public health authorities. He also said that if we did what was hard first, then we could get better results and it would make it easier.
New Zealand, Australia, Taiwan and South Korea all instituted very similar policies to his own province to try to keep COVID outside, but his own government has failed. It failed at the border. If we look at British Columbia, we have the highest rates of people hospitalized today because of the COVID-19 variants, which Dr. Henry has said have caused that.
Will the member stand in his place and admit that his government failed to keep COVID out of our country, that those variants that are spreading exponentially are causing the problems and that his government does not have enough vaccine to stem it?
Madame la Présidente, mon collègue, qui vient de la Nouvelle-Écosse, donne une perspective bien différente. Je suis d’accord avec certaines choses qu’il a dites. Premièrement, nous devrions écouter les autorités de la santé publique. Il a aussi dit que si nous avions commencé par prendre les mesures les plus difficiles dès le départ, nous aurions obtenu de meilleurs résultats et la situation serait plus facile à gérer.
La Nouvelle-Zélande, l’Australie, Taïwan et la Corée du Sud ont tous adopté des politiques très semblables à celles de sa propre province pour ne pas laisser entrer le virus sur leur territoire, mais son propre gouvernement ne l’a pas fait. Il a échoué à protéger sa frontière. Si nous prenons l’exemple de la Colombie-Britannique, nous avons aujourd’hui les taux les plus élevés d’hospitalisations à cause des variants de la COVID-19, d’après ce qu’a dit la Dre Henry.
Le député se lèvera-t-il pour admettre que son gouvernement n’a pas réussi à empêcher le virus d’entrer dans notre pays, que cette propagation exponentielle des variants est la cause des problèmes et que son gouvernement n’a pas suffisamment de vaccins pour les enrayer?
View Sean Fraser Profile
Lib. (NS)
View Sean Fraser Profile
2021-04-29 13:16 [p.6404]
Madam Speaker, I will agree with the hon. member that the variants present an immense risk to populations and communities across Canada, but I would urge him to tone down the soaring rhetoric to try to score political points.
I will point out that the vast majority of spread in Canada is the result of community spread. I will point out that we restricted non-essential travel from the beginning of the pandemic and have bumped up those efforts since, including mandatory quarantine for those re-entering.
I would also point out that there is a misunderstanding of what was actually done in Atlantic Canada. We have not prohibited entry into the Atlantic provinces throughout this pandemic. We simply have put severe restrictions on what people can do once they get here.
I would urge provinces right across Canada and in jurisdictions around the world to adopt an approach where people, if they are travelling, are required to stay home once they arrive or to avoid non-essential travel altogether. That has been the advice from the beginning of this pandemic, which both my home province—
Madame la Présidente, je conviens avec le député que les variants présentent un risque énorme pour les populations et les collectivités du Canada. Je l’exhorte toutefois à modérer ses propos et à ne pas essayer de se faire du capital politique.
Je souligne que le problème au Canada est en grande partie causé par la propagation communautaire. Je rappelle que nous avons restreint les déplacements non essentiels dès le début de la pandémie et que nous avons intensifié ces efforts depuis, notamment en imposant une quarantaine obligatoire aux personnes qui reviennent au pays.
Je signale également que les gens ne comprennent pas bien les mesures qui ont été prises au Canada atlantique. Nous n’avons pas interdit l’entrée dans les provinces de l’Atlantique durant toute la pandémie. Nous avons simplement imposé des restrictions sévères aux personnes qui revenaient chez elles.
J’exhorte les provinces de tout le Canada et tous les pays du monde à adopter une approche qui oblige les personnes qui voyagent à rester chez elles à leur retour ou à éviter carrément tout voyage non essentiel. C’est l’avis qui a été émis dès le début de la pandémie, et que ma province et...
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, to be candid, these are very challenging times for all Canadians. Almost every province, including my own, is currently undergoing various types of lockdowns and trying to implement various types of interprovincial travel restrictions. We see more “for lease” signs going up in our downtown cores as many small businesses can no longer hang on. People are frustrated. They are upset. People are not united. We have some calling for total lockdowns and others protesting openly in defiance.
I am sure we all receive a diverse range of comments from our own constituents. If there is any one thing that we can all agree upon, it is that unless we can get more Canadians vaccinated, the situation will only get worse, not better.
We have heard many premiers tell us that they are losing the battle against the variants, that they simply do not have enough vaccine to go around. At the other end of the spectrum, we have a Prime Minister telling us all what an awesome job he has done to respond to this pandemic. Just ask him. We have a public safety minister trying to downplay his failure to properly secure our borders as contaminated flights continue to land at our airports. We have a health minister who actually tried to tell us at the beginning of this pandemic that travel restrictions would cause more harm than good. I mean seriously, we all know she said that to Canadians.
Now the greatest threat that faces Canadians right now is the variants of this virus, variants that came here because we did not have travel restrictions that actually worked because our public safety minister did not do his job to secure our airports. That is how these variants got here, by the inaction of ministers of the Crown from the Liberal government. People are dying today because of this incompetence.
To be clear, that is not the fault of the government caucus. There are good and capable people on the government's side of the House. The problem remains that they continue to sit on the backbench, while the underachievers continue to sit at the cabinet table. Why this particular Prime Minister is so rewarding of those who have failed to deliver the results that Canadians need and deserve is a question that remains unanswered, but here we are, in desperate need of more vaccines. This is the Prime Minister who decided that his first response to this vaccine crisis would be to hammer out a deal with CanSino Biologics out of China. We all know how that turned out. When that deal fell apart, let us not forget that the Prime Minister hid that from Canadians for almost three months. We are literally three months behind today.
The notion that Canadians might have to give up a summer because of the Prime Minister's incompetence and negligence is not acceptable to me. It should not be acceptable to any member of this place. This is a prime minister who told us that better was always possible. That is what this motion is about today. It is to say enough is enough. It is time for the Prime Minister to deliver.
I just want to interrupt the proceeding for one second to let the House know that I will be followed by a much better MP. The MP for Edmonton Centre will, I am sure, act as the chaser.
Earlier this week, Blacklock’s Reporter reported that 8.8 million pieces of PPE were thrown away by the Liberal government before the pandemic began and were not replaced. What is worse is that for a year this information was withheld. Canadians did not know that the Liberal government had done that because it had hidden it under national security. Unbelievable; national security. That is unacceptable. The list of failures is a long one.
We are now in a situation where we are only giving a single dose of vaccine and not a second dose of vaccine within the manufacturers' scientifically proven time frame because we lack supply. Literally, it is the lack of vaccine supply driving our response.
We have no idea how dragging out the second dose will impact the overall effectiveness of these vaccines, but because the Prime Minister failed to secure enough supply, we are forced into this situation. It is unacceptable. The Prime Minister likes to say that everyone who wants a shot will have a shot by the end of September, but that is just not acceptable.
The Prime Minister is the one who promised better is always possible. Ultimately, that is what this motion is all about. We are telling the Prime Minister that he does need to do better. Canadians' mental health, our economic health and our physical health all depend on the Prime Minister delivering more vaccines and every day of delay means more Canadians will die of COVID-19. It means more ICUs can be overwhelmed. It means more stress and demands on our health care professionals and hospitals.
I have said a number of times today that B.C. has more people in hospital due to COVID-19 today than it has throughout this crisis. Why? It is because the Prime Minister and the budget were totally silent on health care transfers at a time when our hospitals, health care system and frontline workers need the most support. Why is that? It is because there were no photo ops. At a time of our greatest need during a pandemic, the Prime Minister thinks the status quo for health care funding will do. It just will not. We are in a time when we need leadership from our Prime Minister like never before. We need “better is always possible” to become a reality and not just another broken promise. That is all this motion is asking the Prime Minister to do.
For those who say there is nothing more the Prime Minister can do, I disagree. Many Canadians right now hold dual citizenship. They can cross the border into the United States where they can immediately receive a vaccine. This not only helps them, but it means there are more vaccines to go around for Canadians who are not dual citizens. However, the problem, of course, is they cannot easily get back into Canada because there is no easy way for them to get back home. They have to wait around in the United States for a few days waiting for test results. That creates prohibitive costs for them and exposes them to more situations. Where there could be a common-sense solution, there is none.
Two provinces have made arrangements so that their truckers can get vaccinated in the United States. There is no federal leadership on that idea. We have situations where many border states have excess capacity, but again the Prime Minister has been silent on it. We also know there is a situation where Canadians have received both shots while in the United States. They are wondering when the Prime Minister will give them an easier path in coming home. Once again, the Prime Minister is silent on that. Virtually every question that arises on how we move forward is ignored by the Prime Minister. There is no plan whatsoever. Again, this is not good enough. We see the United States and the European Union figuring out plans going forward. Once again, there is silence from the Prime Minister.
This is why I first pointed out in my speech that Canadians are growing increasingly frustrated. The bottom line is Canadians deserve to see better from their Prime Minister. They deserve better. This motion asks that we do our part, as Canadians' democratically elected representatives, to send a message to the Prime Minister that he needs to deliver for Canadians, that he needs to up his game and that he needs to provide leadership that produces real results.
I will be voting in favour of this motion and ask that other members do so as well. As Canadians, we must always believe that better is truly possible. Let us vote for this motion and work to make it so.
Madame la Présidente, à dire franchement, nous vivons une période très difficile pour tous les Canadiens. Presque toutes les provinces, y compris la mienne, vivent actuellement divers types de confinements et tentent d’appliquer divers types de restrictions aux déplacements interprovinciaux. Nous voyons de plus en plus d’affiches « À louer » dans nos centres-villes, car de nombreuses petites entreprises ne peuvent plus tenir le coup. Les gens sont frustrés. Ils sont contrariés. Les gens ne sont pas unis. Certains réclament le confinement total, d’autres manifestent ouvertement par défi.
Je suis sûr que nous recevons tous un large éventail de commentaires de nos propres concitoyens. S’il y a une chose sur laquelle nous pouvons tous nous entendre, c’est que si nous ne parvenons pas à faire vacciner davantage de Canadiens, la situation ne fera qu’empirer au lieu de s’améliorer.
Nous avons entendu de nombreux premiers ministres provinciaux nous dire qu’ils sont en train de perdre la bataille contre les variants, qu’ils n’ont tout simplement pas assez de vaccins pour tout le monde. À l’autre bout du spectre, nous avons un premier ministre qui nous dit à quel point il a fait un travail formidable pour répondre à cette pandémie. Il suffit de lui poser la question. Nous avons un ministre de la Sécurité publique qui tente de minimiser son incapacité de sécuriser correctement nos frontières, alors que des vols contaminés continuent d’atterrir dans nos aéroports. Nous avons une ministre de la Santé qui a essayé de nous dire, au début de cette pandémie, que les restrictions de voyage feraient plus de mal que de bien. Sérieusement, nous savons tous qu’elle a dit cela aux Canadiens.
Maintenant, la plus grande menace à laquelle les Canadiens sont confrontés à l’heure actuelle, ce sont les variants de ce virus, des variants qui sont arrivés ici parce que nous n’avions pas de restrictions de voyage qui ont réellement fonctionné parce que notre ministre de la Sécurité publique n’a pas fait son travail pour sécuriser nos aéroports. C’est ainsi que ces variants sont arrivés, par l’inaction des ministres de la Couronne du gouvernement libéral. Des gens meurent aujourd’hui à cause de cette incompétence.
Pour être bien clair, ce n’est pas la faute du caucus du gouvernement. Il y a de bonnes personnes, des personnes compétentes du côté du gouvernement. Le problème, c’est qu’elles continuent à siéger sur les banquettes arrière, tandis que les moins performants continuent à s’asseoir à la table du Cabinet. Pourquoi ce premier ministre récompense tellement ceux qui n’ont pas réussi à obtenir les résultats dont les Canadiens ont besoin et qu’ils méritent reste un mystère, mais nous voici, ayant désespérément besoin de plus de vaccins. C’est le premier ministre qui a décidé que sa première réponse à cette crise des vaccins serait de conclure un accord avec CanSino Biologics, de la Chine. Nous savons tous comment cela a tourné. Lorsque cet accord a échoué, n’oublions pas que le premier ministre l’a caché aux Canadiens pendant près de trois mois. Nous avons littéralement trois mois de retard aujourd’hui.
L’idée que les Canadiens puissent devoir renoncer à un été à cause de l’incompétence et de la négligence du premier ministre est inacceptable à mes yeux. Aucun député à la Chambre ne devrait accepter une telle idée. Le premier ministre nous a dit que le mieux était toujours possible. C’est l’objet de la motion aujourd’hui. Elle vise à dire qu'assez, c’est assez. Il est temps que le premier ministre tienne ses promesses.
Je veux simplement interrompre le débat un instant pour faire savoir à la Chambre que je serai suivi par un bien meilleur député. C’est le député d’ Edmonton Centre qui, j’en suis sûr, enfoncera le clou.
Plus tôt cette semaine, le Blacklock’s Reporter a rapporté que le gouvernement libéral avait jeté à la poubelle 8,8 millions d’articles de protection individuelle avant le début de la pandémie, sans les remplacer. Le pire, c’est que cette information a été dissimulée pendant un an. Les Canadiens ne savaient pas que le gouvernement libéral avait fait cela parce qu’il l’avait caché sous prétexte qu'il s'agissait d'une question de sécurité nationale. Incroyable: le gouvernement a invoqué la sécurité nationale. C’est inacceptable. La liste des échecs est longue.
Nous sommes maintenant dans une situation où nous donnons la première dose de vaccin mais ne donnons pas la deuxième dans le délai suffisant. Le manque de vaccins détermine littéralement le déroulement de la campagne de vaccination.
Nous n’avons aucune idée de l’incidence qu’aura le report de la deuxième dose sur l’efficacité globale des vaccins, mais comme le premier ministre n’a pas réussi à assurer un approvisionnement suffisant, nous sommes confrontés à cette situation. C’est inacceptable. Le premier ministre se plaît à dire que tous ceux qui veulent être vaccinés le seront d’ici la fin de septembre, mais c’est tout simplement inacceptable.
Le premier ministre lui-même a promis qu'il veillerait à toujours faire mieux. En fin de compte, c’est l’objet même de cette motion. Nous disons au premier ministre qu’il doit effectivement faire mieux. La santé mentale des Canadiens, la santé de notre économie et notre santé physique dépendent de la livraison par le premier ministre d’un plus grand nombre de vaccins, et chaque jour de retard signifie que plus de Canadiens mourront de la COVID-19. Cela signifie également que plus d’unités de soins intensifs seront débordées et que les professionnels de la santé et les hôpitaux seront soumis à davantage de stress et de demandes.
J’ai dit à plusieurs reprises aujourd’hui que la Colombie-Britannique compte actuellement un plus grand nombre de personnes hospitalisées à cause de la COVID 19 qu'à tout autre moment de la présente crise. Pourquoi? Parce que le premier ministre et le budget n’ont absolument rien prévu au sujet des transferts en santé à un moment où les hôpitaux, le système de soins de santé et les travailleurs de première ligne ont le plus besoin de soutien. Pourquoi? Parce qu’il n’y avait pas de séance photo. Au moment où nous avons le plus besoin d’aide durant une pandémie, le premier ministre pense que le statu quo en matière de financement des soins de santé fera l’affaire. Ce ne sera certainement pas le cas. Nous traversons une période où le premier ministre doit faire preuve de leadership comme jamais auparavant. Il faut que sa promesse de toujours faire mieux devienne une réalité et pas seulement une autre promesse non tenue. Voilà tout ce que cette motion demande au premier ministre.
Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent que le premier ministre ne peut rien faire de plus. À l’heure actuelle, de nombreux Canadiens qui ont la double citoyenneté peuvent traverser la frontière américaine et se faire vacciner immédiatement. Non seulement cela est avantageux pour ces personnes, mais cela signifie qu’il y a plus de vaccins à distribuer pour les Canadiens qui n’ont pas la double citoyenneté. Cependant, le problème, bien sûr, c’est qu’ils ne peuvent pas facilement revenir au Canada parce qu’il n’y a pas de moyen facile pour eux de rentrer chez eux. Ils doivent attendre quelques jours aux États-Unis, le temps d’obtenir les résultats de leurs tests. Cela leur occasionne des coûts prohibitifs et les expose à plus de risques. Alors qu’il pourrait y avoir une solution sensée à ce problème, nous l’attendons encore.
Deux provinces ont pris des dispositions pour que leurs camionneurs puissent se faire vacciner aux États-Unis. Il n’y a pas de leadership fédéral à cet égard. De nombreux États frontaliers ont une capacité excédentaire, mais encore une fois, le premier ministre demeure silencieux à ce sujet. Nous savons aussi que des Canadiens ont reçu les deux doses pendant qu’ils étaient aux États-Unis. Ils se demandent quand le premier ministre leur facilitera le retour chez eux. Encore une fois, la réaction de notre premier ministre se fait attendre. Le premier ministre ignore pratiquement toutes les questions sur ce que nous allons faire. Il n’y a absolument aucun plan. Encore une fois, ce n’est pas suffisant. Les États-Unis et l’Union européenne élaborent des plans pour l’avenir. Chez nous, le premier ministre reste encore silencieux.
C’est pourquoi j’ai d’abord souligné dans mon discours que les Canadiens sont de plus en plus frustrés. Le fait est que les Canadiens méritent mieux de la part de leur premier ministre. Ils méritent vraiment mieux. Cette motion demande que nous fassions notre part, en notre qualité de représentants démocratiquement élus des Canadiens, pour envoyer au premier ministre le message qu’il doit remplir ses obligations pour les Canadiens, qu’il doit élever son jeu et qu’il doit faire preuve d’un leadership qui donne des résultats concrets.
Je vais voter en faveur de cette motion et demander aux autres députés de faire de même. Comme Canadiens, nous devons toujours croire qu’il est vraiment possible de faire mieux. Votons en faveur de cette motion et travaillons en ce sens.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, nothing demonstrates more how tone deaf the Conservatives are than the last speech we just heard. The member suggested that Canadians who hold dual citizenship cross the border, get vaccinated and then come back. He is advocating that the Prime Minister encourage that strategy.
Can he explain to this House how he is in favour of such a wild idea as that, as though that is somehow a solution? Is that how the Conservatives plan to meet this? At least it is finally a strategy. Is their strategy to get people to cross the border?
Madame la Présidente, rien n’illustre mieux que la dernière intervention à quel point les conservateurs font la sourde oreille. Le député a suggéré que les Canadiens qui ont la double citoyenneté traversent la frontière, se fassent vacciner et rentrent ensuite au pays. Il préconise que le premier ministre encourage les Canadiens à adopter cette stratégie.
Peut-il expliquer à cette Chambre comment il peut être favorable à une idée aussi farfelue que celle-là, comme si c’était une solution? Est-ce ainsi que les conservateurs entendent s’y prendre? Au moins, ils dévoilent enfin une stratégie. Leur stratégie consiste elle à encourager les gens à traverser la frontière?
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I would simply point out to the member that two provinces have already made deals with states for essential workers such as truckers to become protected.
The Prime Minister, right now, allows critical essential workers to go back and forth between Canada and the United States every day. It happens every day, and they are not vaccinated. When someone tries to bring up a suggestion, and perhaps it is because I have the big “C” on my chest, he suddenly says that is not the way to do it.
What is the way then? Is it to take from COVAX? Is it to act contrary to all of our allies?
Madame la Présidente, je signalerai simplement au député que deux provinces ont déjà signé des ententes avec des États américains pour que les travailleurs essentiels comme les camionneurs puissent être vaccinés et protégés.
Actuellement, le premier ministre permet à des travailleurs essentiels de faire l'aller et retour entre le Canada et les États-Unis tous les jours. Je dis bien « tous les jours », et ils ne sont pas vaccinés. Dès que quelqu'un essaie de proposer une idée — dans mon cas, c'est peut–être parce que j'ai le front marqué du grand C des conservateurs —, il répond abruptement que ce n'est pas la solution.
Quelle est la solution alors? Profiter de COVAX? Aller à l'encontre de ce que font tous nos alliés?
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-04-29 14:18 [p.6414]