Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 1605
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, as I was saying, the facts show that Quebeckers cannot count on the federal government to take action against tax havens. There is nothing in budget 2021 to do away with them.
Unfortunately, there are provisions in Bill C‑30 that make it even easier to use tax havens. The federal government is therefore still complicit in tax avoidance schemes, which makes Canada part of the problem and not part of the solution in the fight against tax havens.
In budget 2021, which serves as a springboard for the post-COVID‑19 economic recovery, the federal government offers little or nothing to help small farms get better access to credit. This inability to access credit was one of the most serious problems that farmers encountered during the health crisis. That is unacceptable.
Agriculture is obviously not a priority for the Liberal government, but it is a priority for Quebec and an integral part of our culture. The Liberal government has never been interested in supporting a bill to better protect supply management, which is essential to the survival of the agricultural model. Protecting supply management has always enjoyed broad support within Quebec's agricultural sector, but it is also acknowledged by producers in the other provinces as well as in the United States, which says something.
Why did the Liberal government recently do everything it could to prevent Bill C‑216 being passed in committee? Well, it did pass, and we hope the accelerating pace of the coming days will bring this bill along for the ride. Quebec's agricultural sector is counting on us.
In the Bloc Québécois's view, parliamentary proceedings and debates too often take too long, things do not move fast enough, and people talk even though they have nothing to say. For years, and again this week, members have spoken at length in the House of Commons about various aspects of the housing problem.
Still, there remains a desperate need for housing in Abitibi—Témiscamingue as well as in several other regions of Quebec, and that need is only being made more acute by the communities' sustained efforts to attract workers.
What of the federal government's solutions to this problem? There are none. The federal government has not proposed any. I would, however, like to highlight a local initiative undertaken by the Fondation Martin-Bradley. They organized a radiothon and raised $301,000 to, among other things, build housing for people who are struggling, especially people living with mental health problems.
The Fondation Martin-Bradley got things done. I am thinking especially of Ghislain Beaulieu, and of Jean-Yves Morneau and his son, Jean-François, who organized a fundraiser among the region's entrepreneurs and businesspeople. The amount raised, $301,000, is huge, and I want to salute them. Among other things, the funds will go to finance projects, like for farm outreach workers in Abitibi—Témiscamingue's farming community, for whom psychological support is so essential. I have to say it again: All this stems from the fact that the federal budget does nothing to address the situation.
Legitimate transfer payments to Quebec to encourage housing initiatives are both slow to come and hugely insufficient. Not enough construction is happening, which is having a direct impact on the economic and social development of our regions and Quebec as a whole.
Out of respect for Quebec's jurisdictions, more substantial amounts need to be transferred, especially considering the current context, which includes the significantly higher cost of materials and labour. At the same time, tax incentives for developers would be a way to support and stimulate infrastructure initiatives that offer exciting opportunities for the recovery by building on what has been achieved in our communities, not to mention community-based housing projects that would provide a sustainable solution to this problem.
Finally, why will Ottawa not allocate funding for the regions, with no strings attached, to be administered by Quebec and people on the ground? This would encourage development projects based on specific parameters and priorities linked to specific needs. More than ever, labour shortages are hindering the economic recovery of my region, Abitibi—Témiscamingue. More than ever, the federal government needs to come up with solutions, because we are feeling abandoned right now.
I believe that the particular status of a region like Abitibi—Témiscamingue, which borders Ontario, places it in a certain situation. People back home are moving to the riding of the member for Algoma—Manitoulin—Kapuskasing because immigration cases are processed in 12 months in Ontario, whereas in my riding it takes up to 27 months, or even 30 months in certain cases. That is ridiculous.
As I was saying, in Abitibi—Témiscamingue there is a housing shortage coupled with a labour shortage, and therefore it is important to stimulate housing construction. How can we attract and keep skilled workers in Abitibi—Témiscamingue when they are unable to find a home for their families? The federal government must act quickly.
Bill C‑30 also attacks Quebec once more and its securities regulator. That is unacceptable.
How can we ignore one of the federal government's most blatant centralizing moves in recent years, its attempt to bring the financial sector under federal control by making it responsible for insurance, securities, derivatives, deposit taking institutions except for banks and the distribution of financial products and services?
The objective of this Canada-wide securities regulator is another example of the centralization of financial markets by the federal government. It wants Toronto to become a single Canada-wide regulator, which would be contrary to the independent economic development of all the other provinces. This is not just a jurisdictional dispute or a squabble between the federal and provincial governments, it is a battle between Bay Street and Quebec.
I remind members that the Bloc Québécois and Quebec are strongly opposed to this. Four times now, the National Assembly of Quebec has unanimously called on the federal government to abandon that idea. It is no exaggeration to say that everyone in Quebec is against it. Seldom have we seen Quebec's business community come together as one to oppose this very bad idea of the federal government, which just wants to cater to Bay Street.
Let the federal government and Bay Street take note: The Bloc Québécois will always stand in the way of creating a single Canada-wide securities regulator.
Having a financial markets authority is essential to Quebec's development. This is nothing short of an attack on our ability to keep our head offices. Preserving Quebec's distinct economic pillars is essential to our development. We will not let the federal government get away with this.
Madame la Présidente, j'en étais rendu à dire que les faits démontrent que les Québécois ne peuvent pas compter sur le gouvernement fédéral pour lutter contre les paradis fiscaux. Il n'y a toujours rien dans le budget de 2021 pour y mettre fin.
Malheureusement, il y a des dispositions au sein du projet de loi C‑30 pour faciliter davantage l'utilisation des paradis fiscaux. Le gouvernement fédéral se fait donc toujours complice des stratagèmes d'évitement fiscal, qui font que le Canada fait partie du problème et non de la solution concernant la lutte aux paradis fiscaux.
Dans le budget de 2021, celui qui sert de tremplin pour la relance économique de l'après-COVID‑19, le gouvernement fédéral n'offre que très peu, pour ne pas dire rien, pour aider les petites entreprises agricoles à avoir un meilleur accès au crédit. Cette inaccessibilité au crédit fut l'un des problèmes les plus sérieux que les entrepreneurs agricoles ont vécu durant la crise sanitaire. C'est inadmissible.
De toute évidence, l'agriculture n'est pas une priorité pour le gouvernement libéral. Pour le Québec, c'en est une, et cela fait partie intégrante de notre culture. Le gouvernement libéral a longtemps rejeté le projet de loi pour faire mieux protéger la gestion de l'offre, qui est essentielle à la survie du modèle agricole. Pourtant, la protection de la gestion de l'offre a toujours eu un appui très large dans le secteur agricole québécois. Elle est même saluée par les agriculteurs des autres provinces, y compris aux États‑Unis, ce qui n'est pas peu dire.
Or, comment expliquer que, encore récemment, le gouvernement libéral a tout fait pour empêcher l'adoption du projet de loi C‑216 en comité parlementaire? Il a été adopté depuis, et nous espérons pouvoir profiter des éléments accélérateurs qui s'en viennent dans les prochains jours pour inclure ce projet de loi. Le milieu agricole québécois nous regarde.
Le Bloc québécois prétend que trop souvent les démarches parlementaires et les débats sont trop longs, que rien ne bouge assez rapidement et qu'on parle pour ne rien dire. Depuis nombre d'années, et encore cette semaine, les députés ont largement parlé de la problématique du logement sous différents angles, ici à la Chambre des communes.
Pourtant, l'accès au logement est encore aujourd'hui un besoin criant chez nous, en Abitibi—Témiscamingue, comme dans plusieurs autres régions du Québec, encore plus dans un contexte où les communautés travaillent d'arrache-pied afin d'attirer des travailleurs dans les régions.
Qu'en est-il des solutions qu'offre le gouvernement fédéral à cette problématique? Il n'y a rien. Le fédéral n'en propose pas. J'aimerais d'ailleurs souligner une initiative de chez nous, celle de la Fondation Martin‑Bradley. On a fait un radiothon, et 301 000 $ ont été amassés, notamment pour la construction de logements pour des gens qui sont en difficulté, notamment des gens qui vivent des problèmes de santé mentale.
La Fondation Martin‑Bradley s'est mobilisée, et je pense notamment à Ghislain Beaulieu et à Jean‑Yves Moreau et son fils Jean‑François qui ont pu mettre en place une collecte de fonds auprès des entrepreneurs et des gens d'affaires de la région. Le somme de 301 000 $ est un montant énorme, et j'aimerais les saluer. Cela va notamment permettre de financer des projets, comme des travailleurs de rang en Abitibi—Témiscamingue dans le milieu agricole; il est essentiel d'apporter du soutien psychologique de ce côté. Je dois encore une fois le dire: tout cela vient du fait que le budget fédéral n'y répond pas.
En plus d'avoir tardé, les transferts légitimes des sommes au Québec pour encourager les initiatives de construction de logements sont largement insuffisants. Le manque de construction a un impact direct sur le développement économique et social de nos régions et du Québec dans son ensemble.
Il est nécessaire, en respect des compétences propres au Québec, de transférer des montants plus substantiels et adaptés au contexte actuel, qui comporte une augmentation importante des coûts des matériaux et de la main d'œuvre. Par ailleurs, des incitatifs fiscaux aux promoteurs représenteraient une manière de palier et de stimuler les initiatives en infrastructure qui sont prometteuses pour la relance en laissant des acquis au sein de nos communautés; sans oublier des projets de logements issus du milieu qui représenteraient une avenue durable à ce problème.
Enfin, pourquoi ne pas prévoir un financement sans condition par le fédéral d'un fonds pour les régions, administré par Québec et les gens du milieu, qui permettrait de mettre de l'avant et d'encourager des projets en développement selon les propriétés et les priorités particulières arrimées à des besoins particuliers? Plus que jamais, la pénurie de la main d'œuvre est un frein à la relance économique de la région de l'Abitibi—Témiscamingue. Plus que jamais, le fédéral doit être en mode solution parce qu'en ce moment, nous nous sentons abandonnés.
Je pense que le statut particulier d'une région comme l'Abitibi—Témiscamingue, qui a une frontière limitrophe avec l'Ontario, fait qu'on se retrouve dans un certain contexte. Des gens de chez nous partent vers la circonscription de la députée d'Algoma—Manitoulin—Kapuskasing, parce que les cas d'immigration sont traités en 12 mois en Ontario tandis que dans ma circonscription, cela peut prendre jusqu'à 27, voire 30 mois dans certains cas. C'est une aberration.
En Abitibi—Témiscamingue, comme je disais, la pénurie de logements rime aussi avec la pénurie de main-d'œuvre, d'où l'importance de stimuler la construction de logements. Comment attirer et maintenir des travailleurs qualifiés sur le territoire de l'Abitibi—Témiscamingue quand le travailleur est incapable de trouver un toit pour sa famille? Le fédéral doit agir rapidement.
Le projet de loi C‑30 s'attaque aussi une fois de plus au Québec et à son autorité des marchés financiers. Cela est inacceptable.
Comment fermer les yeux devant une volonté de centralisation du gouvernement fédéral des plus grossières des dernières années, celle de fédéraliser le secteur des finances en encadrant les domaines de l'assurance, des valeurs mobilières, des instruments dérivés, des institutions de dépôt, à l'exception des banques et de la distribution de produits et services financiers?
L'objectif de ce régime canadien des valeurs mobilières est un autre exemple de la centralisation des marchés financiers effectuée par le gouvernement fédéral, qui veut faire de Toronto une autorité unique pancanadienne qui irait à l'encontre du développement économique de toutes les provinces. Ce n'est pas qu'un conflit de compétence ou une chicane fédérale et provinciale, c'est un conflit entre Bay Street et le Québec.
J'aimerais rappeler que le Bloc québécois et le Québec s'y opposent fermement. À quatre reprises, l'Assemblée nationale du Québec a été unanime pour demander au fédéral d'y renoncer. Ce n'est pas exagéré de dire que tout le monde est contre, au Québec. Rarement a‑t‑on vu des milieux d'affaires du Québec se mobiliser d'une seule voix pour s'opposer à cette très mauvaise idée du gouvernement fédéral, qui veut faire plaisir à Bay Street.
Que le gouvernement et Bay Street en prennent bonne note: la création de cette autorité unique pancanadienne en matière de valeurs mobilières retrouvera toujours sur son chemin le Bloc québécois.
Une autorité des marchés financiers est essentielle au développement du Québec. Il s'agit donc de rien de moins qu'une attaque contre le maintien de nos sièges sociaux. La préservation des piliers économiques distincts du Québec est essentielle à notre développement. Nous ne laisserons pas le fédéral agir en ce sens.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2021-06-18 10:10 [p.8756]
Madam Speaker, it is always good to hear members of Parliament talk about housing. However, the interesting issue in this respect is that housing is one of the areas where exclusive jurisdiction has been sought, secured and delivered to Quebec.
If the member's riding is not getting housing money, why is he coming to Ottawa to complain? We have given every single dollar we spend on housing to the Government of Quebec. It distributes the dollars. It sets the priorities. It chooses the projects. It makes the investments.
I realize that the Bloc is here to antagonize the federal government rather than co-operate and work with us, but if the member opposite wants housing in his region, he should be going to Quebec City to get the dollars because that is where we sent them on the request of parties like the Bloc.
Madame la Présidente, il est toujours bon d'entendre des députés parler de logement. Toutefois, il convient de mentionner que le logement est l'un des domaines pour lequel le Québec a demandé la compétence exclusive et l'a obtenue.
Si la circonscription du député ne reçoit pas suffisamment de fonds, pourquoi se plaint-il à Ottawa? Nous avons remis au gouvernement du Québec sa part entière des fonds que nous avons investis dans le logement. Il appartient à lui de répartir ces fonds. C'est lui qui établit les priorités. C'est lui qui choisit les projets qui seront financés. C'est lui qui effectue les investissements.
Je suis conscient que le Bloc québécois est ici pour contrarier le gouvernement fédéral plutôt que pour coopérer et collaborer avec nous, mais si le député d'en face veut créer des unités de logement dans sa région, il doit se rendre à Québec pour obtenir les fonds nécessaires, car c'est là que nous les envoyons, à la demande de partis comme le Bloc québécois.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, it is plain to see that the parliamentary secretary did not listen to the first part of my speech. I can forgive him to some extent because I gave it at 12:48 a.m. two days ago.
I would say that one of the problems is that it took three years to get these agreements in place. The federal government really dragged its feet on transferring the money to Quebec. Why did the other provinces get their money quickly but not Quebec?
Furthermore, in Abitibi—Témiscamingue, now that housing construction can start, the cost of materials is skyrocketing and these amounts are largely insufficient. I understand that the government did not anticipate COVID‑19, but it has a responsibility to take action on housing.
Madame la Présidente, on peut voir de façon claire que le secrétaire parlementaire n'a pas écouté le début de mon discours. Je l'excuse un peu, puisque cela a eu lieu à 0 h 48 il y a deux jours.
Je dirais que l'un des problèmes est que ces ententes ont pris trois ans avant d'être mises en place. Il y a vraiment eu du taponnage de la part du gouvernement fédéral concernant le transfert des sommes à Québec. Pourquoi cela s'est‑il fait rapidement dans d'autres provinces, mais pas au Québec?
De plus, en Abitibi—Témiscamingue, on constate que, au moment où cette construction de logements peut commencer, il y a une explosion des coûts et ces montants deviennent largement insuffisants. Je comprends que le gouvernement n'a pas prévu la COVID‑19, mais il a une responsabilité d'agir en ce qui concerne le logement.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-18 10:11 [p.8756]
Madam Speaker, the pandemic has exposed many flaws in our health care system, whether in terms of our vaccine supply or the quality of long-term care facilities. Our health care workers and seniors have suffered the direct consequences of years of successive Liberal and Conservative cuts, yet the budget announcement makes no increase in health care transfers.
Could the member tell us about the impact of health underfunding on the worsening of the pandemic?
Madame la Présidente, la pandémie a mis en lumière de nombreuses lacunes dans notre système de santé, notamment en ce qui a trait à l'approvisionnement en vaccins et à la qualité des soins dans les établissements de soins de longue durée. Nos travailleurs de la santé et nos aînés subissent les conséquences directes d'années de compressions effectuées par une succession de gouvernements libéraux et conservateurs. Pourtant, le budget annoncé ne prévoit aucune augmentation des transferts en santé.
Le député pourrait-il nous parler du fait que le sous-financement de la santé aggrave la pandémie?
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague from Hamilton Centre for his excellent question.
That is indeed the crux of the matter, and that is why the Bloc Québécois voted against the budget. We are in the midst of a pandemic and the federal government has a responsibility to respect the agreements it has made in the past.
Under normal circumstances, the costs associated with health care spending should be shared 50-50. We are barely receiving 20%. The provinces and the Quebec National Assembly are unanimous in their request to increase this percentage to 35%.
When we see the federal government rack up more than $1 trillion in debt, money becomes very relative. That really worries me, and I think that one of the solutions would have been to give the people who are managing the pandemic the necessary means to achieve their objectives, instead of trying to impose national standards, as in the case of long-term care facilities.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Hamilton‑Centre de son excellente question.
C'est effectivement le gros drame et c'est pour cela que le Bloc québécois a voté contre le budget. Nous sommes dans un contexte de pandémie et le gouvernement fédéral a la responsabilité de respecter les ententes qu'il a prises, historiquement.
Normalement, les coûts de dépenses en santé devraient être partagés 50‑50. Or, on est à peine à 20 %. La demande unanime des provinces et de l'Assemblée nationale est d'augmenter ce pourcentage à 35 %.
Quand on voit le gouvernement fédéral accumuler une dette de plus de 1 000 milliards de dollars, l'argent devient quelque chose de très relatif. Cela me préoccupe et je pense qu'une des réponses aurait effectivement été de donner à ceux qui gèrent la pandémie les moyens nécessaires de répondre à leurs ambitions, et non de chercher à imposer des normes nationales, comme dans les CHSLD.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-18 10:13 [p.8757]
Madam Speaker, interestingly enough, the first speaker asked a question about housing and said that the federal government had invested enough, while the second speaker spoke about health transfers.
I just had a discussion with Marguerite Blais, Quebec's minister responsible for seniors and caregivers. She spoke about two things.
First, she spoke about how the federal government did not want to increase health transfers to 35%, even though that is Quebec's main demand to help our health care system. Second, she spoke about housing, about how we need to help workers—and therefore businesses—back home, in the riding of Shefford, who are struggling to find housing. She also spoke about how we must help seniors, who need safe, affordable housing.
There is not enough funding; we need more. On top of that, the agreements have been dragging on.
I would like to hear my colleague's thoughts on this.
Madame la Présidente, c'est drôle. Le premier interlocuteur a posé une question sur le logement et a dit que le fédéral avait suffisamment investi, tandis que le second a parlé des transferts en santé.
Je viens d'avoir une discussion avec la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants au Québec, Marguerite Blais. Elle m'a parlé de deux choses.
Premièrement, elle m'a parlé du fait que le fédéral ne voulait pas augmenter les transferts jusqu'à 35 %, alors que c'est la demande principale du Québec pour aider notamment notre système de santé. Deuxièmement, elle m'a parlé de logement, que ce soit pour aider les travailleurs de chez nous, dans la circonscription de Shefford, qui ont de la misère à se loger, et ce, afin d'aider les entreprises, ou que ce soit pour aider les aînés qui ont besoin de logements abordables et sûrs.
Il faut davantage d'investissements, car il n'y en a pas suffisamment. De plus, les choses traînent trop longtemps en ce qui concerne les ententes.
J'aimerais entendre les commentaires de mon collègue à ce sujet.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I would like to commend the member for Shefford for her commitment to seniors. One of the key things missing from this budget is help for seniors aged 65 to 74. It is fascinating that the government wants to create two classes of seniors. I just cannot understand it.
How did the government determine that the needs of seniors aged 65 to 74 are not the same as those aged 75 and up? I am thinking here of prescription drug assistance and rent relief, or even the increase in the cost of Internet services and electricity. Only this government would think that people should have to wait until they are 75 to live with dignity.
Housing is a top priority in indigenous communities, as well as in our cities and towns. It is a matter of dignity. Housing is a tool for economic development, but it is also essential to every individual's psychological and mental health. Every Canadian should have a decent roof over their heads, and that should be the priority of this government and future governments in the years to come.
Madame la Présidente, j'aimerais saluer l'engagement de la députée de Shefford sur toute la question des aînés. Un des grands absents de ce budget est l'aide aux aînés de 65 à 74 ans. En fait, il est fascinant que le gouvernement veuille créer deux classes d'aînés, ce que je ne m'explique pas.
Comment fait-on pour déterminer que les besoins des aînés de 65 à 74 ans ne sont pas les mêmes que ceux des personnes de 75 ans et plus? Je pense ici à l'aide aux médicaments, à l'aide au loyer, ou encore à l'augmentation des coûts d'Internet et d'électricité. La dignité n'attend pas 75 ans, sauf pour ce gouvernement.
Le logement est une priorité absolue dans les communautés autochtones, ainsi que dans nos villes et nos villages. C'est une question de dignité et un levier de développement économique. Le logement est également essentiel à la santé psychologique et mentale de chaque individu. On doit être capable de donner un toit décent à tout le monde au Canada et cela devrait être la priorité du gouvernement actuel et des prochains gouvernements pour les années à venir.
View Robert Morrissey Profile
Lib. (PE)
View Robert Morrissey Profile
2021-06-18 10:15 [p.8757]
Madam Speaker, I am pleased to respond to Bill C-30, the budget debate.
I first want to reflect on my constituency's strengths and its ability to adapt to these changing times. This is because Egmont is a place where people take care of one another. First, there is a great respect for family, and in a tight-knit community that means the residents are very conscious of both the successes and the challenges faced by their neighbours. Further to that, there is a collective understanding that every individual has a contribution to make. Within that fabric of individuals, families and communities there is a real strength. As a result, Egmont has fared relatively well during the pandemic because virtually every individual recognizes a real sense of duty to the whole.
People have worked hard to keep the community safe, and all the while we have been hard at work building one of the greenest ridings in the country with a thriving economy based on fishing, farming, high-level services and a very successful aerospace sector. Indeed, the City of Summerside has recently been recognized by a national magazine as one of the leaders in the field of green energy. It has spent a great deal of time focusing on wind energy, solar energy with a smart grid system, industrial-scale lithium batteries and the highest per capita concentration of electric car chargers in the country. Those are just a few of the green energy initiatives the city has moved on. I am pleased to be part of a government that has supported the city's initiatives in its innovative, leading-edge green energy solutions and innovations. We have continued to build on those infrastructure investments over the last number of years.
Summerside is just one example I use in identifying Egmont as a leader in the field of green energy across the riding. We were one of the first parts of the country to move toward wind energy and, indeed, the Wind Energy Institute of Canada is located in the riding of Egmont. This has allowed us to build a very successful and thriving green energy infrastructure here in my riding.
Summerside is one of a number of communities that makes up the riding of Egmont. In each of these I could look at the improvements that our government has supported, community by community, in a host of infrastructure initiatives that have built stronger communities right across the riding, including in the rural parts.
We have also maintained a trajectory of success at a difficult time because of hard work, diligence and a constant sense of optimism that these qualities can transcend any difficulty thrown at us. I am proud to be a member of a government that recognizes and celebrates meaningful support for individuals. I say that because I believe this government understands that support for the individual is the foundation of a strong community. From speaking to residents, I know that their confidence levels grew dramatically over the last year because they knew this fact: Our Liberal government has Egmont's back. Why am I so sure of that? Let us look at just a few priorities.
Programs for students are a priority. In 2021, our government has committed record financial contributions to the Canada summer jobs program, which students depend on for securing work over the summer months. We continue to waive student loan interest during the pandemic. We are enhancing repayment assistance on student loans and we are doubling the Canada student grants. These are just some of the initiatives that have been identified in this budget.
We have extended sick time for individuals. When this budget is passed, this will be a major initiative. An issue that we have heard a lot about over the last number of years, especially through the House of Commons HUMA committee, is that the existing sick time benefit is not adequate. I am pleased that our government has recognized that.
We also have an extensive array of business supports that were required to carry businesses through this unprecedented pandemic. We hear constantly in the House of Commons that this is an area where we have to continue to offer more support as we begin to emerge from the pandemic.
We have also supported enhanced educational opportunities for everyone.
For all these reasons and many more, I am proud to be part of a government that is active, that is smart, that protects Canadians and that understands the real challenges that have confronted each and every one of us. I compare that system of values to the one so fondly embraced by the Conservatives.
Too often, I have heard our colleagues in the opposition rail against support for individuals, saying that the so-called “free market” will be the salvation of our well-being. Such a direction would have led to catastrophic results in Egmont, and the deep and terrible worries unleashed by the pandemic would have been swollen with further concerns about bills, putting food on the table and shelter costs.
I believe in a government that will be there to support individuals during difficult times, because if that is not the government's role, then what is it? In a difficult time, we should not only be focused on bean counting and should not reject the legitimate needs of Canadians. Instead, we should be responding effectively, with reliability and in a way that builds public confidence that the government is there to prevent disaster and guide Canadians through a difficult time.
That said, I believe there is an area of public responsibility that requires greater attention. I have always been of the opinion that seniors who receive the guaranteed income supplement require more assistance. These are the most financially vulnerable members of the seniors community, and after a lifetime I believe they have earned the right to have fewer worries and more comfort. Therefore, I firmly believe the GIS should be increased, and I will continue to raise this subject.
My firm hope is that, in the very near future, government will take the steps to adjust these supports in a way that reflects two items. First, I believe we have the capacity as a country to offer this additional assistance, and second, I think it is very important that we recognize the challenges associated with being a senior in a changing world. I will continue to raise this subject in the hope that the government will adjust its plan and decide on a different course that is more helpful to the larger community and that helps individuals in a much more focused way.
To conclude, I want to congratulate the government. In effect, I am grading this budget at well above 90%, which is a very good mark by any stretch of the imagination. I am proud of my constituency and its efforts to get through a difficult year, and with the ongoing and dedicated support of an active and reliable government, the constituency of Egmont will emerge stronger than ever before.
As I indicated throughout my comments, I am pleased to be part of a government that has the backs of Canadians, the backs of Islanders and the backs of the residents of my riding of Egmont. I have been most proud to be part of the decision-making process in supporting those programs that have been so beneficial to Canadians, to Canadian businesses, to non-profit organizations and to municipalities and infrastructures that needed so much assistance during this unprecedented change in the economy created by the COVID-19 pandemic.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre part au débat sur le budget, plus particulièrement sur le projet de loi C‑30.
Je veux commencer par souligner les forces de ma circonscription et sa capacité à s'adapter au changement. Dans Egmont, les gens s'entraident. D'abord, on respecte beaucoup la famille. Dans une communauté tissée serrée, les résidants sont très conscients des réussites et des défis de leurs voisins. Aussi, il est convenu que chaque personne a son rôle à jouer. Ensemble, ces personnes, ces familles et ces communautés forment une force incroyable. C'est pourquoi Egmont s'en est plutôt bien tirée durant la pandémie, étant donné que chacun reconnaît le sens de la responsabilité collective.
Les gens ont travaillé fort pour assurer la sécurité de la collectivité et, pendant ce temps, nous nous sommes employés à bâtir l'une des circonscriptions les plus vertes du pays, avec une économie florissante fondée sur la pêche, l'agriculture, des services de grande qualité et un secteur aérospatial qui réussit très bien. En fait, la ville de Summerside a été récemment reconnue par un magazine national comme un leader dans le domaine de l'énergie verte. Elle a consacré beaucoup d'effort à l'énergie éolienne et à l'énergie solaire avec un réseau intelligent, à des piles de lithium industrielles et à l'installation de bornes de recharge pour voitures électriques, dont le nombre est le plus élevé par habitant au pays. Ce ne sont là que quelques-unes des initiatives en matière d'énergie verte lancées par la ville. Je suis ravi de faire partie d'un gouvernement qui a soutenu la ville dans ses projets visant des solutions et des innovations de pointe en matière d'énergie verte. Nous avons continué à miser sur ces investissements dans les infrastructures au cours des dernières années.
Summerside n'est qu'un seul exemple que j'utilise pour montrer que toute la circonscription d'Egmont est un chef de file dans le domaine de l'énergie verte. Nous avons été l'une des premières régions à adopter l'énergie éolienne. En fait, l'Institut de l'énergie éolienne du Canada est situé dans la circonscription d'Egmont. Cela nous a permis de bâtir des infrastructures vertes prospères, ici, dans ma circonscription.
Summerside est l'une des nombreuses collectivités qui font partie de la circonscription d'Egmont. Je pourrais citer dans chacune d'entre elles les améliorations que le gouvernement a appuyées, une collectivité à la fois, à l'aide d'une foule d'initiatives d'infrastructure qui ont permis de bâtir des communautés plus fortes dans l'ensemble de la circonscription, y compris dans les régions rurales.
Nous sommes également restés sur la voie du succès durant cette période difficile grâce à des efforts soutenus et à la diligence, ainsi qu'à un sentiment d'optimisme constant à l'idée que ces qualités peuvent transcender toute difficulté qui se présente. Je suis fier de faire partie d'un gouvernement qui reconnaît et qui célèbre le soutien concret qu'il offre aux gens. Je dis cela parce que je crois que le gouvernement comprend que ce soutien est le fondement d'une communauté forte. Pour avoir parlé aux habitants de ma circonscription, je sais que leur niveau de confiance a monté en flèche au cours de la dernière année parce qu'ils savent que le gouvernement libéral défend les intérêts d'Egmont. Pourquoi en suis-je si convaincu? Examinons seulement quelques priorités.
Les programmes pour les étudiants sont une priorité. En 2021, le gouvernement s'est engagé à verser un financement sans précédent au programme Emplois d'été Canada, dont dépendent les étudiants pour trouver un travail durant l'été. Le gouvernement continue de prolonger la dispense d'intérêts sur les prêts étudiants pendant la pandémie. Il offre une aide au remboursement plus généreuse pour les prêts étudiants et il prévoit doubler les bourses d'études canadiennes. Ce ne sont là que quelques-unes des mesures prévues dans le budget.
Le gouvernement propose de prolonger les prestations de maladie. Lorsque le budget sera adopté, il s'agira d'une initiative importante. Au cours des dernières années, nous avons souvent entendu dire, surtout au comité des ressources humaines de la Chambre des communes, que la durée actuelle des prestations de maladie est insuffisante. Je suis heureux que le gouvernement reconnaisse ce problème.
Nous avons aussi toute une gamme de mesures de soutien aux entreprises qui étaient nécessaires pour aider les entreprises à traverser cette pandémie historique. On nous répète constamment à la Chambre que nous devons continuer à offrir plus de soutien aux entreprises alors que nous commençons à sortir de la pandémie.
Le gouvernement s'engage aussi à améliorer les possibilités d'éducation pour tous.
Pour toutes ces raisons, et bien d'autres encore, je suis fier de faire partie d'un gouvernement qui est actif et intelligent, qui protège les Canadiens et qui comprend les problèmes réels que chacun de nous doit affronter. Ce système de valeurs s'apparente beaucoup à celui auquel souscrivent si affectueusement les conservateurs.
Trop souvent, nous avons entendu nos collègues de l'opposition descendre en flammes l'aide aux particuliers en affirmant que le soi-disant « libre marché » est la solution idéale pour assurer notre bien-être. Une telle approche aurait eu des répercussions catastrophiques dans Egmont. En plus des profondes et vives inquiétudes entraînées par la pandémie, les gens auraient eu des difficultés supplémentaires à payer les factures, à se nourrir et à se loger.
Je crois en un gouvernement qui est là pour soutenir les gens en période difficile. Si ce n'est pas le rôle du gouvernement, que peut-il bien être? Durant une période difficile, nous ne devrions pas nous contenter de regarder les colonnes de chiffres et nous ne devrions pas balayer les besoins légitimes des Canadiens du revers de la main. Nous devrions plutôt intervenir de façon efficace et fiable afin d'assurer à la population que le gouvernement est là pour éviter la catastrophe et guider les Canadiens dans ces moments difficiles.
Cela dit, j'estime qu'il y a une responsabilité publique qui nécessite une plus grande attention. J'ai toujours pensé que les aînés qui reçoivent le Supplément de revenu garanti ont besoin d'un soutien accru. Je parle des aînés les plus vulnérables financièrement. Après avoir travaillé toute leur vie, ils méritent d'avoir moins d'inquiétudes et plus de confort. Par conséquent, je suis convaincu qu'il faut augmenter les prestations du Supplément de revenu garanti, et je continuerai à soulever cette question.
J'espère vraiment que le gouvernement fera très bientôt ce qu'il faut pour adapter ces mesures d'aide, et ce, pour deux raisons: d'abord, parce que nous avons les moyens, en tant que pays, d'offrir cette aide supplémentaire, et ensuite, parce qu'être une personne âgée dans un monde en mutation pose beaucoup de difficultés, que nous devons prendre en compte — c'est très important. Je continuerai d'évoquer ce dossier en espérant que le gouvernement modifiera son plan et qu'il décidera d'une approche meilleure pour l'ensemble de la collectivité et qui aidera les personnes de manière beaucoup plus ciblée.
Pour conclure, je voudrais féliciter le gouvernement. J'attribue, en effet, à ce budget une note bien supérieure à 90 %, ce qui est incontestablement une très bonne note. Je suis fier de ma circonscription et des efforts que ses habitants ont déployés pendant une année difficile. Grâce au soutien constant d'un gouvernement actif et fiable, la circonscription d'Egmont sortira de cette crise plus forte que jamais.
Comme je n'ai cessé de le dire dans mes commentaires, je suis heureux de faire partie d'un gouvernement qui défend les intérêts des Canadiens, des insulaires et des habitants de ma circonscription, Egmont. Je suis très fier de participer au processus décisionnel visant à soutenir ces programmes si bénéfiques aux Canadiens, aux entreprises canadiennes, aux organismes sans but lucratif ainsi qu'aux municipalités et aux infrastructures qui ont eu besoin d'une aide considérable pendant cette période sans précédent pour l'économie à cause de la pandémie de COVID‑19.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-18 10:23 [p.8758]
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech. I would like him to comment, in detail, if possible, on the creation of two classes of seniors.
This measure would have cost around $4 billion if the government had included seniors aged 65 to 75. Once taxes are paid, that figure drops to a little over $2 billion.
This is not money that we would lose to tax havens. This money would be reinvested in the economy, so the final cost is relatively low. Would he agree that not only would this have been a good measure to help with the economic recovery, but it would also have kept seniors from falling through the cracks?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours. J'aimerais entendre ses commentaires sur la création des deux classes d'aînés et, si possible, de façon détaillée.
Cette mesure aurait coûté environ 4 milliards de dollars si on avait inclus les personnes âgées de 65 ans à 75 ans. Une fois l'impôt payé, cela nous mène à un peu plus de 2 milliards de dollars.
Comme il ne s'agit pas d'argent qui disparaîtrait pour se retrouver dans les paradis fiscaux, mais d'argent qui serait réinvesti dans l'économie, le coût final est donc assez peu élevé. N'aurait-ce pas été, même sur le plan économique, une bonne mesure pour la relance économique en plus de ne laisser aucun aîné pour compte?
View Robert Morrissey Profile
Lib. (PE)
View Robert Morrissey Profile
2021-06-18 10:24 [p.8758]
Madam Speaker, there are valid reasons we chose to increase the OAS program for those over 75. Those are well documented, but I would draw the member's attention to the record of this government. One of the first actions we took after being elected in 2015 was to raise the guaranteed income supplement for all seniors across the board. At the same time, we have to remember that a Conservative policy that was in place and a decision that was made removed the old age pension and guaranteed income supplement for seniors between the ages of 65 and 67. That, in effect, took well over $18,000 per senior out of their pockets. Yes, we have more work to do, but the initiatives taken by this government signal to the senior community that we know the issues before them and we are committed to working with them to make them better financially.
Madame la Présidente, il y a des raisons valables d'augmenter la Sécurité de la vieillesse pour les personnes de plus de 75 ans. Ces raisons sont bien documentées, mais je voudrais attirer l'attention de la députée sur le bilan du gouvernement. Une des premières mesures que nous avons mise en œuvre après notre élection, en 2015, a été d'augmenter le Supplément de revenu garanti pour l'ensemble des aînés. En même temps, il faut se rappeler qu'une politique des conservateurs et une décision de ces derniers avaient supprimé la pension de vieillesse et le Supplément de revenu garanti pour les aînés de 65 à 67 ans. Cela avait eu pour effet d'enlever au-delà de 18 000 $ des poches des aînés. Oui, il reste du travail à faire, mais les initiatives entreprises par le gouvernement montrent aux aînés que nous comprenons les problèmes qu'ils vivent et que nous voulons travailler avec eux à améliorer leur situation financière.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-06-18 10:25 [p.8758]
Madam Speaker, I find it interesting to hear the Liberals tying themselves in rhetorical knots about defending aspects of policies and trying to distance themselves from decisions that were made in the past. It certainly is a fascinating discussion in rhetoric.
My question for the member is quite simple. In Bill C-30, there are some changes to the Elections Act that are related to a court decision. Specifically, it would make it illegal to knowingly mislead constituents during an election. Now, there has not been a lot of focus on this in the debate on this bill because it is a bit like an omnibus bill, which the Liberals had promised not to do, but this has been inserted into the bill. I would like to hear the member's comments on that particular aspect of Bill C-30.
Madame la Présidente, je trouve intéressant d'entendre les libéraux faire des contorsions mentales pour essayer de défendre certaines de leurs politiques et de se distancier des décisions prises dans le passé. C'est vraiment une discussion rhétorique fascinante.
Ma question pour le député est bien simple. Le projet de loi C‑30 prévoit des changements à la Loi électorale qui découlent d'une décision des tribunaux. Je parle de rendre illégal le fait d'induire volontairement en erreur la population pendant une campagne électorale. Il n'en a pas beaucoup été question pendant le débat sur ce projet de loi, parce qu'il s'agit en quelque sorte d'un projet de loi omnibus — une chose que les libéraux avaient pourtant promis de ne pas faire —, mais cette mesure se trouve dans le projet de loi. J'aimerais que le député nous parle de cette mesure prévue dans le projet de loi C‑30.
View Robert Morrissey Profile
Lib. (PE)
View Robert Morrissey Profile
2021-06-18 10:26 [p.8759]
Madam Speaker, I acknowledge the question from my colleague, and having listened to many debates and speeches in the House of Commons since 2015, I am often perplexed when the opposition Conservative Party rails against our government on the key area of energy as it relates to the western provinces, where the member is from. I am often left arriving at the conclusion that every member from western Canada who was part of the former Conservative government should be apologizing to the people of the prairie provinces for not taking any steps to unlock the oil industry there. They did not get any pipelines approved under that Conservative government because it had a process that was so flawed it was constantly being challenged.
One of the first initiatives of our government was to recognize that we had to have a process in place that met the needs of first nations communities and the environmental community to approve pipelines that met the test of protecting the environment and included first nations communities, and our government has done that. It was a major achievement that—
Madame la Présidente, je comprends la question de mon collègue et, étant donné que j'ai entendu de nombreux débats et discours à la Chambre des communes depuis 2015, je suis souvent consterné quand l'opposition officielle, soit le Parti conservateur, critique vertement le gouvernement sur le dossier important du secteur de l'énergie des provinces de l'Ouest, d'où vient le député. J'en arrive souvent à la conclusion que tous les députés de l'Ouest canadien qui faisaient partie du gouvernement conservateur précédent devraient présenter des excuses aux habitants des provinces des Prairies pour ne pas avoir pris de mesures afin de permettre à l'industrie pétrolière de cette région d'acheminer ses produits vers les marchés étrangers. Sous le gouvernement conservateur précédent, aucun pipeline n'a été approuvé parce que le processus en place comportait tellement de lacunes qu'il était constamment contesté.
L'une des premières initiatives du gouvernement actuel a été de reconnaître qu'il fallait mettre en place un processus qui répondait aux besoins des communautés des Premières Nations et des groupes environnementaux pour approuver des pipelines satisfaisant aux critères de protection de l'environnement et qui mobilisait les communautés des Premières Nations, et c'est ce qu'a fait le gouvernement. Ce fut une réalisation importante, qui...
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-06-18 10:27 [p.8759]
Madam Speaker, I want to thank my colleague for touching on the importance of more investments for seniors, which is absolutely necessary.
As the critic for small business and tourism, I will focus on small businesses because they have been very clear that they want to see an extension of the wage subsidy and rental program into next spring, especially for those in the tourism industry. Many of them cater to international tourists, and we know that they are not going to see international tourists this year.
Does my colleague agree that those programs should be extended to ensure that those businesses survive into next year given the border will not open any time soon?
Madame la Présidente, je veux remercier mon collègue d’avoir évoqué l’importance d’accroître les investissements pour les personnes âgées; ce qui est plus que nécessaire.
En tant que porte-parole pour les petites entreprises et le secteur touristique, j’aimerais parler des petites entreprises, qui ont clairement demandé une prolongation de la subvention salariale et de l’aide au loyer jusqu’au printemps prochain, en particulier pour celles qui dépendent du tourisme. De nombreuses petites entreprises répondent aux besoins des touristes internationaux, et nous savons qu’il n’y en aura pas cette année.
Mon collègue convient-il qu’il faudrait prolonger ces programmes pour s’assurer que ces entreprises puissent survivre jusqu’à l’an prochain, étant donné que les frontières ne rouvriront pas de sitôt?
View Robert Morrissey Profile
Lib. (PE)
View Robert Morrissey Profile
2021-06-18 10:28 [p.8759]
Madam Speaker, my colleague has a valid question.
I will simply respond by telling the member that the Prime Minister has been very clear that we will have the backs of Canadians and businesses for as long as it takes to get us successfully through the pandemic.
Madame la Présidente, c’est une question pertinente.
Je répondrais simplement à mon collègue en reprenant les paroles du premier ministre, qui a dit très clairement que nous soutiendrons les Canadiens et nos entreprises aussi longtemps qu’il le faudra, jusqu’à ce que nous sortions de cette pandémie.
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2021-06-18 10:29 [p.8759]
Madam Speaker, it is good to be here. I am thankful for the opportunity to speak on what could very well be one of the last sitting days of the 43rd Parliament. It remains a tremendous opportunity to represent the riding of Edmonton Riverbend, and I certainly look forward to continuing important discussions during what is likely a potential election around the corner.
Now I want to get to the topic at hand, the budget. I want to highlight an aspect of the budget that I think is important, but maybe has not received a lot of the attention here in the House, and that is Canada's aerospace sector. Canada's aerospace industry was one of the hardest-hit industries as a result of the pandemic, and the budget has not allocated enough for its recovery. Specifically, there was very little mention of Canada's space industry and the government's long-term plans.
Canada's space industry supports approximately 21,000 jobs across the country. The sector is composed of small businesses, multinational space companies, not-for-profit organizations, research centres and, of course, universities across the country. Canadian space organizations are internationally renowned for their scientific excellence and leading-edge technologies, such as space robotics, optical telescopes, satellite communications, earth observation and space situation awareness, and countless contributions to international collaborative science missions over the past five decades.
There is a clear need for Canada's space sector to maximize Canada's leadership at the forefront of space. By charting a new course and taking a balanced approach, we can realize the full economic, social, scientific and strategic benefits to Canada's place as a global leader in the exploration, research and commercialization of space.
This budget was a missed opportunity to provide Canadian space stakeholders clear guidance and a way to contribute to the future of the growing space program more proactively. If Canada is to remain competitive in space, it must adopt an overarching aerospace strategy that includes a clear and visible plan for space for the future. Every other aerospace nation has a national strategy to position their industries for recovery and growth and seize their share of the multitrillion-dollar emerging aerospace clean tech market. Canada needs to proudly support its aerospace industry and plan for the future. This budget fell short of that.
I am a member of Parliament from Alberta, a province that has experienced great upheaval over the last few years. Oil prices have dropped and thousands are out of work. Every day I hear from families who are struggling to get by. This budget, which I will remind my colleagues is the first in two years, missed an opportunity to address these concerns and make long-term plans for the future of the province.
We understand that transitioning to a green economy is in the best interest of our planet, and Alberta can play a big role in that transition. More than 17,000 Albertans already work for energy companies that have committed to net-zero by 2050. There was nothing in the budget about a long-term vision for Alberta's future.
Western alienation is very real. Albertans are feeling like undervalued members of the Confederation, and talk of separation from Canada has become more and more common. There is a real anger toward Ottawa, and the budget was an opportunity for the federal government to make amends and show Albertans they are valuable and needed for a strong Canada. Sadly, it did not.
My colleagues representing Alberta have been working extremely hard in the past number of years, and I am proud to say that our party has released a plan for economic recovery, stood up for Canadian energy workers and introduced a number of our members' bills to help Albertans and all Canadians. We all know that a strong Alberta means a strong Canada, and we will keep fighting for our province to be treated fairly by the federal government.
If I may just beg the indulgence of the House for a few short minutes, I would like to reflect and offer a statement.
In 2017, I was a member of a caucus that largely voted against Motion No. 103 when it was put forth in this House. Although nuanced, essentially it was a vote against recognizing that Islamophobia exists. I was wrong, and I am sorry. I want not just the Muslim community, but all of the communities of Edmonton, Alberta and Canada, to hear me say that Islamophobia is real. Islamophobia does exist within our communities, as witnessed this week at the Baitul Hadi Mosque in Edmonton.
Since 2017, I have spoken to many who have helped show me what this vote meant to their community, and the sense of unbelonging it helped to perpetuate. Quite simply, the impact of our words and actions in this place reverberate throughout our society. I do not want to do this in a self-promoting way, but I wanted to make this statement here, in arguably the most important building in our country, that I recognize that Islamophobia exists here in Canada. The attack in London was an attack against the Muslim community and an attack on Canadian values.
I want my children to also hear this lesson, and that is the lesson that, no matter how hard it can be, they can grow. I needed time to say this not only for my children but also for all children of Canada. I want them to see members from all political parties condemning these actions together because, after all, we are one Canada, and it is never too late to do the right thing.
I will conclude with something that I think has interrupted every aspect of Canadians' lives. Canadians have really borne the brunt of the economic damage the pandemic has caused. Donations to many charities have dropped, and Canadians have seen their incomes impacted. Canadian charities play a critical role in the day-to-day lives of Canadians.
Health charities support people living with diseases with information that has been backed by research and clinical studies. The pandemic has put many research programs at risk. Without funding for research that is usually provided by donors to charities, we could miss out on an important scientific breakthrough that could drastically improve the lives of Canadians. It is vitally important that we keep supporting our important charities.
I was pleased to see the budget addressing the gap created by COVID-19, but we need to act urgently. The budget proposes launching public consultations with charities in the coming months. However, the eligibility has yet to be unveiled and the consultations have only just begun, despite the fact that charities of all sizes have been calling for additional supports from the federal government from the start of the pandemic.
There is no guarantee that large national charities will qualify for this recovery fund. The allocated $400 million is unlikely to be enough to resemble recovery for the charitable sector. The government must have clear ineligibility guidelines and a timeline. These charities and the Canadians they serve need help now.
I have had the privilege of working very closely with a number of Canada's health charities over the past number of months, and I can personally attest to the good work they do in our communities and all across the country. It would be a tragedy to lose the invaluable services that they provide and to lose any research funding that could lead to the breakthroughs. I urge the government to fast-track its commitment to charities.
Madame la Présidente, je suis heureux d’être ici et d’avoir l’occasion de prendre la parole pendant sans doute l’une des dernières journées de séance de la 43e législature. J’ai donc encore une formidable occasion de représenter ma circonscription, Edmonton Riverbend, et je compte bien participer à des discussions importantes au cours de la campagne électorale qui s’annonce.
Je vais maintenant passer à la question dont nous sommes saisis, soit le budget, dont un aspect que j'estime important n’a pas reçu beaucoup d’attention dans cette Chambre. Je veux parler du secteur de l’aérospatiale. Cette industrie compte parmi celles qui ont été les plus durement touchées par la pandémie, mais je trouve que le budget ne consacre pas suffisamment de crédits à la relance de ce secteur. Plus particulièrement, on a très peu parlé de l’industrie aérospatiale du Canada et des plans à long terme du gouvernement.
L’industrie aérospatiale du Canada fait travailler environ 21 000 personnes à l'échelle du pays. Ce secteur est composé de petites entreprises, de sociétés multinationales, d’organisations à but non lucratif, de centres de recherche et, bien sûr, d’universités, qui sont répartis dans tout le pays. Les organisations spatiales canadiennes sont réputées à l’étranger pour leur excellence scientifique et leurs technologies de pointe, comme la robotique spatiale, les télescopes optiques, les communications par satellites, l’observation de la Terre et la surveillance spatiale, et pour leurs nombreuses contributions à des missions de coopération scientifique internationales au cours des cinq dernières décennies.
Il me paraît évident que l’industrie spatiale canadienne peut contribuer à renforcer le leadership du Canada dans la recherche spatiale de pointe. En ouvrant de nouveaux horizons et en adoptant une approche équilibrée, nous avons la capacité d’exploiter pleinement les avantages économiques, sociaux, scientifiques et stratégiques que le Canada peut tirer de son rôle de chef de file dans l’exploration, la recherche et la commercialisation de l’espace.
Le gouvernement n’a malheureusement pas profité du présent budget pour donner aux acteurs de l’aérospatiale canadienne des objectifs clairs et des possibilités de contribuer de façon plus proactive au développement du programme spatial canadien. Si le Canada veut rester compétitif dans l’espace, il doit adopter une stratégie aérospatiale globale assortie d’un plan clair pour l'avenir. Tous les autres pays qui ont une industrie aérospatiale ont adopté une stratégie nationale pour positionner leurs industries dans leur plan de relance et de croissance, et pour se tailler une part du marché émergent des technologies spatiales vertes, lequel représente plusieurs billions de dollars. Le Canada doit être fier de son industrie aérospatiale, la stimuler et en planifier l’avenir. Malheureusement, le budget ne prévoit rien à ce chapitre.
Je représente une circonscription de l’Alberta, province qui a connu d’importants bouleversements au cours des dernières années. Le prix du pétrole a chuté et des milliers de personnes se sont retrouvées sans travail. Tous les jours j’entends parler de familles qui ont du mal à joindre les deux bouts. Le présent budget, qui, je le rappelle à mes collègues, est le premier en deux ans, ne prévoit absolument rien pour remédier à ces problèmes et pour planifier l'avenir à long terme de ma province.
Nous savons que la transition vers une économie verte est une nécessité pour la planète, et à cet égard, l’Alberta peut jouer un rôle important. Plus de 17 000 Albertains travaillent déjà pour des sociétés énergétiques qui se sont engagées à être carboneutres d’ici à 2050. Mais le budget ne prévoit aucune vision à long terme pour l’Alberta.
L’aliénation de l’Ouest est très réelle. Les Albertains se voient comme les parents pauvres de la Confédération, et ils parlent de plus en plus souvent de se séparer. Le mécontentement à l’égard d’Ottawa est très réel, et le présent budget aurait été l’occasion, pour le gouvernement fédéral, de se racheter et de montrer aux Albertains qu’ils sont indispensables au maintien d’un Canada fort. Mais malheureusement, cela n’a pas été le cas.
Ceux de mes collègues qui représentent une circonscription de l’Alberta ont travaillé très fort au cours des dernières années, et je suis fier que mon parti ait publié un plan de relance économique, qu’il ait défendu les travailleurs du secteur canadien de l’énergie et qu’il ait présenté plusieurs projets de loi d’initiative parlementaire pour venir en aide aux Albertains et à l'ensemble des Canadiens. Nous savons tous que la force de l’Alberta fait la force du Canada, et nous allons continuer de défendre les intérêts de notre province afin qu’elle soit traitée de façon équitable par le gouvernement canadien.
Avec votre permission, j’aimerais, pendant quelques minutes, vous faire part des réflexions suiantes.
En 2017, j’étais membre d’un caucus qui a voté en majorité contre la Motion M-103 quand elle a été présentée à la Chambre. Même s’il était nuancé, c’était un vote d’opposition à la reconnaissance de l’islamophobie. J’avais tort et je présente aujourd’hui mes excuses. Je voudrais que, non seulement la communauté musulmane mais aussi toutes les communautés d’Edmonton, de l’Alberta et du Canada m’entendent quand je dis que oui, l’islamophobie existe. Elle existe dans nos collectivités, comme on l’a vu cette semaine à la mosquée Baitul Hadi, à Edmonton.
Depuis 2017, un grand nombre de personnes à qui j’ai parlé m’ont aidé à comprendre ce que ce vote signifiait pour leur communauté, notamment le sentiment d’exclusion qu’il contribuait à perpétuer. Il est indéniable que nos paroles et nos actions dans cette Chambre ont une incidence sur l'ensemble de la société. Loin de moi l’idée d’en tirer de la gloriole, mais je tiens à dire ici, dans l’édifice le plus important de notre pays, que je reconnais que l’islamophobie existe au Canada. L’attentat qui s’est produit à London est une attaque contre la communauté musulmane et contre les valeurs canadiennes.
Je veux que mes enfants entendent ce que je vais dire: quelles que soient les difficultés, ils vont avoir la possibilité de grandir et de s’épanouir. Je voulais prendre le temps de le dire, non seulement à mes propres enfants, mais à tous les enfants du Canada. Je veux qu’ils voient que les députés de tous les partis politiques condamnent tous ensemble ces actes, parce que nous appartenons tous au même pays et qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire.
Je vais conclure en disant quelques mots sur un événement qui a bouleversé pratiquement tous les aspects de notre vie quotidienne. Les Canadiens ont subi de plein fouet les ravages économiques causés par la pandémie. Les dons aux organismes caritatifs ont chuté, et les Canadiens ont vu leurs revenus diminuer. Les organismes caritatifs jouent un rôle crucial dans la vie quotidienne des Canadiens.
Les organismes caritatifs dans le domaine de la santé viennent en aide à des gens atteints de diverses maladies, et ils le font en se fondant sur des recherches et des études cliniques. Or, la pandémie a compromis un grand nombre de programmes de recherche. Les travaux de recherche qui sont normalement financés par des dons à des organismes caritatifs risquent d’être interrompus, ce qui pourrait empêcher de faire des découvertes scientifiques importantes susceptibles d’améliorer considérablement la vie des Canadiens. Il faut absolument continuer de faire des dons à ces organismes caritatifs.
Je me réjouis que le budget s’attaque aux problèmes causés par la COVID‑19, mais nous devons agir très rapidement. Le budget propose de mener des consultations publiques avec les organismes caritatifs au cours des prochains mois. Toutefois, les conditions d’admissibilité n’ont pas encore été annoncées et les consultations viennent à peine de commencer, alors que de nombreux organismes caritatifs, de toutes tailles, réclament depuis le début de la pandémie des aides supplémentaires au gouvernement fédéral.
Il n’est pas sûr que les grands organismes caritatifs nationaux seront admissibles à ce fonds de relance. Les 400 millions de dollars qui y ont été affectés ne suffiront certainement pas à relancer le secteur caritatif. Le gouvernement doit nous présenter des critères d’admissibilité et un échéancier précis. Les organismes caritatifs et les Canadiens auxquels ils viennent en aide ont besoin d’argent maintenant.
J’ai eu l’honneur de travailler en étroite collaboration avec un certain nombre d’organismes caritatifs sanitaires au cours des derniers mois, et je peux témoigner personnellement de l’excellent travail qu’ils font dans nos collectivités et partout au Canada. Ce serait une catastrophe de devoir renoncer aux services inestimables qu’ils rendent et de ne plus avoir accès à des financements susceptibles de conduire à des avancées médicales importantes.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I listened closely to what the member had to say, and I was particularly touched by his comments regarding Motion No. 103 on Islamophobia and how he recognizes that it is very real and something that needs to be dealt with in this country.
All I really want to do is thank him for being able to acknowledge that and saying he was wrong with respect to that. We can all learn a great deal from the member's speech, myself included. It is very easy to become blindly partisan sometimes, and I put myself in that camp, but the member has demonstrated how we can learn from what we have gone through and the experiences we have had, and hopefully this place will be better as a result of that.
Madame la Présidente, j’ai écouté attentivement le député, et j’ai été très ému par ce qu’il a dit au sujet de la motion no 103 sur l’islamophobie et sur le fait qu’il reconnaît aujourd’hui que c’est un phénomène très réel et que nous devons le combattre.
Je tiens à le remercier d’avoir reconnu qu’il s’était trompé. Nous pouvons tous tirer des leçons de l’intervention du député, à commencer par moi. Il est très facile, parfois, de se laisser emporter par la partisanerie, je suis bien placé pour le savoir, mais le député a fait la preuve qu’il était possible de tirer des leçons de son expérience, et j’espère que cette auguste enceinte ne s’en portera que mieux.
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2021-06-18 10:38 [p.8760]
Madam Speaker, my statement speaks for itself, but the member is right that we can always grow. What I tell my children and the people I love is that it is never too late to do the right thing, and that is what I did today.
Madame la Présidente, j’ai dit ce que j’avais à dire, mais le député a raison, nous pouvons toujours nous améliorer. À mes enfants et aux gens que j’aime, je dis toujours qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire, et c’est ce que j’ai fait aujourd’hui.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, Islamophobia is real. We see it daily. We have seen the height of it in the last few days and the recognition of it is important, albeit delayed.
With respect to addressing systemic racism and Islamophobia, in particular, what can we do together as parliamentarians to elevate the debate on issues of racism and Islamophobia, instead of using them as wedge issues? What do we need to do to ensure that we can move forward in building a country where we address underlying issues of systemic racism?
Madame la Présidente, l’islamophobie est très réelle. Nous en voyons des manifestations tous les jours, notamment ces derniers jours, et il est important de le reconnaître, même tardivement.
S’agissant du racisme systémique et de l’islamophobie en particulier, nous devons nous demander ce que nous pouvons faire tous ensemble, en tant que parlementaires, pour élever le débat, plutôt que d’utiliser le racisme systémique et l’islamophobie comme des sujets qui divisent. Que pouvons-nous faire pour remédier au racisme systémique tout en continuant de construire notre pays?
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2021-06-18 10:39 [p.8760]
Madam Speaker, it is great to see my friend and neighbour in the Valour Building here in Ottawa. I had an opportunity to see him just this week. It is refreshing to start to be able to see more people around this place.
The member raises some great questions. The important thing to remember, and what he and I often talk about, is that there are a lot of partisan lines drawn in this place. It is unfortunate at times, because I think we do have a lot in common. We could all learn from each other, no matter what part of the country we come from, no matter what political beliefs we have. There are always opportunities to grow. He is a perfect example of someone I have learned a lot from.
Madame la Présidente, je suis ravi de revoir mon ami et voisin de l’édifice de la Bravoure à Ottawa. J’ai eu l’occasion de le revoir cette semaine, et cela fait vraiment plaisir de revoir des gens dans cette Chambre.
Le député a posé des questions intéressantes. Nous devons reconnaître, et il en parle souvent, tout comme moi, que les débats se déroulent souvent selon des lignes partisanes. C’est parfois regrettable, car je pense que nous avons beaucoup de choses en commun. Nous pouvons tous apprendre les uns des autres, quelle que soit la région que nous représentons ou les convictions politiques que nous défendons. Il est toujours possible de s’améliorer. Mon collègue est l’exemple parfait d’une personne dont j’ai beaucoup appris.
View Marwan Tabbara Profile
Ind. (ON)
Madam Speaker, I just want to share a story and ask the member a question.
I went to a Catholic high school but grew up in a Muslim household. I remember taking a world religions class. It talked about all the religions of the world. It was a great course to introduce students to a lot of different ethnicities, religions and backgrounds. When I was in that high school, I can say without a doubt that I did not experience Islamophobia one bit. However, after 9/11, this has accelerated and brought Islamophobia and the fear of others into the limelight.
Would my hon. colleague agree that these types of education courses in certain particular schools would help alleviate Islamophobia?
Madame la Présidente, j’aimerais vous raconter une anecdote avant de poser une question au député.
J’ai fréquenté une école secondaire catholique, mais j’ai grandi dans un foyer musulman. Je me souviens d’avoir suivi un cours sur toutes les religions du monde. C’était très intéressant, car cela permettait aux étudiants de découvrir des ethnies, des religions et des coutumes différentes. Pendant toutes mes années à cette école, je peux dire sans hésiter que je n’ai jamais été exposé à de l’islamophobie. Par contre, après le 11 septembre, les choses se sont accélérées et l’islamophobie et la xénophobie se sont développées.
Mon collègue est-il d’accord avec moi pour dire que ce genre de cours sur les religions du monde pourrait contribuer à atténuer l’islamophobie?
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2021-06-18 10:41 [p.8761]
Madam Speaker, it is great to see my friend joining us here in the chamber today.
Education is, of course, a very important aspect. I think of my friend who works in my constituency office. She is scared to go out in public to a train station where other members of her faith have been attacked and have had their head scarves pulled off. To me, that means something is wrong.
Together, members from all parties could help to raise that issue more. I can only think that this would help fight the fact that Islamophobia is real and it does exist in our communities here in Canada.
Madame la Présidente, je suis heureux de voir le député dans cette Chambre aujourd’hui.
L’éducation est, sans contredit, un aspect très important de toute cette question. Je pense à mon amie qui travaille dans mon bureau de circonscription. Elle a peur de se rendre à la gare ferroviaire où certaines de ses coreligionnaires se sont fait attaquer et retirer leur voile. Ce sont des faits que je condamne.
Tous ensemble, les députés de tous les partis pourraient soulever cette question plus souvent. Je pense que cela contribuerait à dénoncer l’islamophobie, qui existe vraiment dans nos collectivités canadiennes.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I want to begin by acknowledging that I am speaking to members from Scarborough—Rouge Park, the traditional lands of many indigenous nations, most recently of the Mississaugas of the Credit. I will be speaking in support of Bill C-30, an act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on April 19, 2021.
Before I go deeper into the budget, I want to reflect on the past few weeks. It has been a difficult few weeks for many in our country, and I think it is safe to say that our hearts ache on a number of different fronts.
First and foremost, learning of the graves of 215 children in Kamloops has really opened existing wounds and has shaken us up in a way things have rarely shaken us. This is a moment in time when all of us need to come together and ensure that there is justice, accountability and reflection. There is also a real commitment to ensure that all of the 94 calls to action from the Truth and Reconciliation Commission report are implemented.
There are sadly going to be other findings along the way, and I think in order for us to have closure, in order for us to truly live up to the past and move forward, we need to support indigenous-led initiatives that will commemorate and remember, and that will ensure that the children are brought home. I send my heartfelt condolences to the Tk'emlúps te Secwépemc people and I want to assure them that I, along with my colleagues in the House, will continue to work to support them and others in these efforts.
Just last week, I sadly attended another memorial, in London, Ontario, to pay respects to the Afzaal family. I was joined by members from all parties and leaders from across different levels of government, but most importantly the members of the Muslim community in London.
The Afzaal family were walking, like most of us have relearned to do over the past 18 months or so. They were going on an evening walk and they were sadly mowed down by a terrorist, by someone who espoused so much hate. I do not even know if I could fathom the level of hate this individual had to do this to this family, but more broadly, to attack us as Canadians. When we see an attack on one individual community or family, it really is an attack on all of us. It is an attack on the values that we espouse.
Sadly, it did not stop there. We know that incidents of Islamophobia have been on the rise exponentially over the past several days. We have seen incidents in Edmonton, as my friend from Edmonton Riverbend just referenced. We have seen daily microaggressions toward many friends, colleagues and others we may have worked with. This is a real moment for us to reflect on the level of hate speech, the level of hate propaganda on social media. We know that incidents of anti-Semitism are on the rise.
This is a moment for us to reflect and make sure that we do better and we collectively work together, that we do not use race and these differences as wedge issues, but rather as issues that we can all come together to fight against as a common good. I sincerely hope that we have turned the page in our Parliament where we can do that. I hope to work across the aisle with my friends opposite to do that.
On a very personal note, I must thank all those colleagues who are not going to be running again in the next election. Most importantly, I want to acknowledge and thank my good friend from Mississauga—Malton, the former minister of innovation, for his extraordinary guidance for me personally and the doors that he opened for me to ensure my success. I want to pay particular respect and thank him and his extraordinary family, Bram, Kirpa, Nanki, Poppa Bains and Momma Bains, for all they have done.
In his speech, he reflected on the issue of identity, on the issue of being Sikh and being able to practise his faith and live day to day as a Sikh with enormous and extraordinary challenges, and yet he has overcome so many and has led us in ways that I do not have time to describe here.
I do want to get to the budget, and I want to talk about something that has been very important for the people of Scarborough. Scarborough region used to be its own municipality prior to amalgamation with the broader city of Toronto. We have a population of roughly 630,000 people. We are represented by six parliamentarians; we call them the Scarborough caucus. We have set out since 2015 to prioritize one singular ask, which is additional support for transit.
The Scarborough region has not had any higher levels of transit built in a generation. The last project, the rapid transit, the LRT, is coming to an end in 2023. It is broken down. It is far past its best-before date, and it is fair to say that it is not serving the people of Scarborough.
In 2015, Scarborough Agincourt was represented by Arnold Chan. We got together and said we absolutely needed to make sure that we built higher orders of transit. At that time, the singular project that was in the pipeline, with almost a 10-year debate behind it, was the Scarborough subway extension. It was initially a three-stop subway. It became a four-stop subway, then a two-stop subway, and finally here we are today and we were recently able to announce a federal investment of $2.25 billion into a three-stop line, which will start construction before the end of the year, and we are hopeful that it will be constructed by 2030. That is the timeline that has been provided.
This is a game-changer. This is very important, and this is an important investment in the people of Scarborough, all the hard-working people. Scarborough had one of the most affected populations during the COVID-19 pandemic. We have had so many issues of riders, essential workers, going downtown in crammed buses and being affected disproportionately to the population. I believe this is a very important investment.
As much as this is important, this is not the end for us. Scarborough as a region will require additional supports in terms of infrastructure, and that is why this budget is so important, as it outlines a mechanism through the permanent public transit funding that would enable places like Scarborough to build. I am looking forward to supporting the construction of the Eglinton East LRT as the next project.
I look forward to the questions and answers today.
Madame la Présidente, j’aimerais commencer par dire que je m’adresse à vous depuis Scarborough—Rouge Park, les terres ancestrales d’un grand nombre de nations autochtones, plus récemment des Mississaugas de Credit. Je vais parler du projet de loi C‑30, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 avril 2021.
Avant d’entrer dans le vif du sujet, j’aimerais faire quelques observations sur les dernières semaines. Elles ont été difficiles pour un grand nombre de Canadiens, et je pense pouvoir dire que nous sommes tous avec eux par la pensée.
Tout d’abord, nous avons appris l’existence des tombes de 215 enfants à Kamloops, ce qui a réveillé d’anciennes blessures et nous a bouleversés au plus haut point. Nous devons tous nous montrer solidaires et nous assurer qu’il y aura justice, reddition de comptes et réflexion. Nous devons également nous assurer que les 94 appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation seront mis en œuvre.
Il y aura malheureusement d’autres découvertes de ce genre, et pour que nous puissions faire notre deuil, pour que nous puissions aller de l’avant tout en rendant hommage à ce qui s’est passé, nous devons appuyer les initiatives de commémoration menées par les Autochtones et veiller à ce que les enfants soient rapatriés chez eux. J’adresse mes condoléances les plus sincères à la nation des Tk'emlúps te Secwépemc et je m’engage, avec mes collègues de la Chambre, à les aider à mener à bien les initiatives qu’ils entameront.
Pas plus tard que la semaine dernière, j’ai malheureusement assisté à une autre commémoration, à London, en Ontario, pour rendre hommage à la famille Afzaal. Des députés de tous les partis et des chefs de tous les paliers de gouvernement s’étaient joints à moi mais, surtout, à la communauté musulmane de London.
La famille Afzaal se promenait, comme la plupart d’entre nous avons recommencé à le faire après 18 mois de confinement. C’était la fin de l’après-midi, ils ont été fauchés par un terroriste pétri de haine. Je ne peux pas imaginer le niveau de haine que ce type pouvait avoir pour attaquer ainsi cette famille et, de façon plus générale, attaquer ainsi les Canadiens. Une attaque contre une communauté ou une famille, c’est une attaque contre nous tous. C’est une attaque contre les valeurs que nous chérissons.
Malheureusement, cela ne s’est pas arrêté là. Nous savons que les manifestations d’islamophobie ont augmenté de façon exponentielle au cours des derniers jours. Nous avons vu des incidents à Edmonton, comme vient de le dire mon collègue d’Edmonton Riverbend. Nous savons que, chaque jour, un grand nombre d’amis, de collègues et de connaissances sont victimes de micro agressions. Le moment est venu de réfléchir au niveau de haine que peuvent véhiculer certains discours et certaines propagandes sur les réseaux sociaux. Nous savons que les actes antisémites sont également en hausse.
Nous devons saisir cette occasion pour réfléchir à tout cela et nous donner les moyens de mieux travailler ensemble, afin que la race et les différences ne soient pas des questions qui divisent mais plutôt des questions qui nous permettent de nous rassembler pour lutter en faveur du bien commun. J’espère sincèrement que nous allons pouvoir le faire dans cette Chambre. J’espère pouvoir travailler avec mes collègues d’en face pour y parvenir.
Sur une note très personnelle, je voudrais remercier tous mes collègues qui ne se représenteront pas aux prochaines élections, et surtout, je voudrais rendre hommage à mon ami de Mississauga—Malton, l’ancien ministre de l’Innovation, qui m’a dispensé d’excellents conseils et ouvert des portes déterminantes pour ma réussite. Je tiens à le remercier, lui et les membres de sa formidable famille, dont Bram, Kirpa, Nanki, Poppa Bains et Momma Bains, pour tout ce qu’ils ont fait pour moi.
Dans son discours, il a parlé de l’identité, de sa condition de sikh et des nombreuses difficultés qu’il rencontre pour pratiquer sa foi au quotidien, mais il y parvient et, à bien des égards, il nous permet de tirer des leçons, mais je n’entrerai pas dans ces détails.
J’aimerais parler du budget, et plus précisément de quelque chose qui est très important pour les habitants de Scarborough. Scarborough était une municipalité à part entière avant d’être fusionnée avec la ville de Toronto. Nous avons une population d’environ 630 000 personnes. Nous sommes représentés par six parlementaires, que nous appelons le caucus de Scarborough. Depuis 2015, nous donnons la priorité à une demande principale, soit un soutien supplémentaire pour un projet de transport en commun.
C’est le plus important projet de transport en commun que la région de Scarborough ait connu depuis une génération. Le dernier service de transport rapide prendra fin en 2023. Il ne fonctionne pas correctement. Il a manifestement dépassé sa date de péremption et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne répond pas aux besoins des habitants de Scarborough.
En 2015, la circonscription de Scarborough-Agincourt était représentée par Arnold Chan. Nous nous sommes entendus pour dire qu’il fallait absolument construire des systèmes de transport de meilleure qualité. À l’époque, le seul projet qui était envisagé, et cela faisait près de 10 ans qu’il en était question, était le prolongement de la ligne de métro de Scarborough. Initialement, la ligne de métro devait avoir trois arrêts; c'est ensuite devenu quatre, puis deux, et finalement, nous avons pu annoncer récemment un investissement fédéral de 2,25 milliards de dollars pour une ligne à trois arrêts, dont la construction, qui commencera d’ici la fin de l’année, devrait être terminée en 2030. Voilà l’échéancier qui a été présenté.
Cela va changer radicalement les choses. C’est un investissement très important pour les habitants de Scarborough, pour les masses laborieuses. Scarborough est l’une des collectivités qui ont été les plus durement touchées par la pandémie de COVID‑19. Nous avons eu un grand nombre de travailleurs essentiels qui ont dû prendre des autobus surchargés pour se rendre en ville et qui ont été contaminés par la maladie de façon disproportionnée. Je pense que c’est un investissement très important.
C’est vrai que c’est important, mais nous avons besoin de plus. La région de Scarborough a besoin d’aide supplémentaire en matière d’infrastructures, et c’est la raison pour laquelle ce budget est si important, car il propose un mécanisme de financement, grâce au Fonds permanent pour le transport en commun, qui permettra à des régions comme Scarborough de se développer. J'ai hâte d'appuyer la construction du prochain projet, le TLR d'Eglinton East.
J’attends avec impatience la période des questions d’aujourd’hui.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-18 10:52 [p.8762]
Madam Speaker, we heard the hon. member reference the atrocities committed across these lands under the guise of residential schools and we know [Technical difficulty—Editor] from future generations from their lands. Near me, at Six Nations territory, the Haudenosaunee Confederacy council has called for a moratorium on all developments on disputed territories, and yet the government refuses to come back to the negotiating table with the hereditary chiefs.
When will the hon. member and his government finally get back to the table with the Haudenosaunee Confederacy council and honour the request for a moratorium on development?
Madame la Présidente, nous avons entendu le député parler des atrocités qui ont été commises aux quatre coins de notre pays, sous le couvert des pensionnats autochtones, et nous savons [difficultés techniques] les générations futures de leurs terres. Près de chez moi, sur le territoire des Six Nations, le conseil de la Confédération des Haudenosaunee a demandé au gouvernement de décréter un moratoire sur tous les nouveaux projets d'aménagement sur les territoires contestés. Or, le gouvernement refuse de revenir à la table des négociations pour discuter avec les chefs héréditaires.
Quand le député et le gouvernement reviendront-ils à la table des négociations pour discuter avec les membres du conseil de la Confédération des Haudenosaunee et donner suite à leur demande de moratoire sur les aménagements du territoire?
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I want to note that the one thing I did not mention is that Bill C-15 passed through the Senate this week, which is the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. It has clearly outlined many of the issues that my friend opposite talked about. The declaration offers us guidance regarding how we engage on a nation-to-nation basis with indigenous people. I know that, with respect to his particular concern, we will continue to work with all of the parties to come to a solution on the dispute that he referenced.
Madame la Présidente, j'ai oublié de mentionner que le Sénat a approuvé cette semaine le projet de loi C‑15, portant sur la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Cette étape aura une incidence sur tous les enjeux soulevés par le député d'en face. La Déclaration énonce des lignes directrices sur la manière de collaborer de nation à nation avec les peuples autochtones. En ce qui concerne l'enjeu dont le député a parlé, je sais que nous allons continuer de collaborer avec tous les partis pour trouver une solution au litige en question.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2021-06-18 10:54 [p.8762]
Madam Speaker, I also heard the good words from our colleague from Alberta in response to a change of position regarding Motion No. 103. The very aggressive and quite frankly dangerous words that were shared around the time of that debate put a number of members of this Parliament in a very precarious place in their private life.
Right now I represent the oldest Chinatown in Toronto. The member represents some of the newer communities of the Chinese Canadian settlement, but the language around China has taken on a very similar tone to the language around Muslims in this Parliament. I know from talking to community leaders and individuals in my riding that anti-Asian hate crime is rising as China is singled out for a whole series of challenges. I wonder if my colleague could talk about the impact some of that rhetoric around China is having on Chinese Canadians in our communities.
Madame la Présidente, j'ai également entendu les bons mots du député de l'Alberta concernant un changement de position au sujet de la motion no 103. Les propos très agressifs et franchement dangereux qui ont été tenus lors du débat sur cette motion ont mis un certain nombre de députés dans une situation très vulnérable dans leur vie privée.
Je représente le plus ancien quartier chinois de Toronto. Le député représente certaines des communautés chinoises les plus récemment établies au Canada, mais le discours sur la Chine a pris un ton très similaire à celui sur les musulmans au cours de la présente législature. J'ai parlé à des dirigeants communautaires et à des habitants de ma circonscription, et je sais que les crimes haineux contre les Asiatiques sont en hausse, la Chine étant montrée du doigt pour toute une série de problèmes. Le député peut-il parler des répercussions que certains discours sur la Chine ont sur les Canadiens d'origine chinoise dans les collectivités?
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, when we were developing the anti-racism strategy in 2019, we realized that racism has a different impact on different communities, and anti-Asian racism is one that has historically, whether through the head tax or other forms of indentured labour to bring people of Chinese origin into Canada to work, had a disparate impact on the Asian community. I know language is important and as we continuously and rightfully criticize China on a number of issues, we have to differentiate between the state and the people. I think that is sometimes lost here and I hope members will be much more careful with the language that is used.
Madame la Présidente, pendant que nous préparions la Stratégie de lutte contre le racisme, en 2019, nous avons constaté que le racisme touchait différentes communautés de différentes façons. Ainsi, le racisme envers les asiatiques a créé, au cours de l'histoire du Canada, un fardeau inéquitable pour la communauté asiatique, qu'on pense par exemple à la taxe d'entrée ou aux façons d'engager de la main-d'oeuvre à long terme utilisées pour que des gens d'origine chinoise viennent travailler au Canada. Je sais que les mots qu'on utilise ont de l'importance et, dans un contexte où nous critiquons continuellement la Chine pour diverses raisons, à juste titre, il faut bien faire la distinction entre l'État chinois et les gens. Je crois que cette distinction se perd parfois à la Chambre. J'espère donc que les députés choisiront leurs mots avec beaucoup plus de soin.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, when it comes to Bill C-30, there are a lot of measures in it for Canadians that have to be passed in order to get us through the rest of this pandemic. I wonder if the parliamentary secretary can give his feedback on how important he thinks it is, now more than ever, to make sure this bill passes as quickly as possible.
Madame la Présidente, le projet de loi C‑30 contient de nombreuses mesures qu'il faut adopter pour aider les Canadiens à traverser le reste de la pandémie. J'aimerais que le secrétaire parlementaire nous dise pourquoi, selon lui, il est plus important que jamais de voir à ce que ce projet de loi soit adopté le plus tôt possible.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I think there is an urgency here, especially with respect to the supports to individuals and small businesses. I know many of the small businesses in my community are struggling. Although we are on the cusp of opening up in phases, they are really behind with respect to rent and other financial needs, so we really need to get this budget implementation act through in the next couple of days for this to have a meaningful impact on Canadians.
Madame la Présidente, je pense qu'il y a urgence, notamment en ce qui concerne l'aide aux particuliers et aux petites entreprises. Je sais que nombre de petites entreprises de ma collectivité sont en difficulté. Même si nous sommes sur le point de procéder à une relance par étapes, ces gens peinent énormément à payer le loyer et à répondre à d'autres besoins financiers. Il nous faut donc absolument faire adopter ce projet de loi d'exécution du budget dans les prochains jours pour pouvoir aider les Canadiens le mieux possible.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-18 10:57 [p.8763]
Madam Speaker, I wonder if my colleague could provide his thoughts on the importance of passing this legislation and other progressive pieces of legislation over the next few days and how Canadians would benefit from such.
Madame la Présidente, je me demande si mon collègue pourrait me dire pourquoi il est important d'adopter ce projet de loi et d'autres mesures législatives progressistes dans les prochains jours, et quels en seraient les bienfaits pour les Canadiens.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, this is important legislation, as is Bill C-12, Bill C-10 and Bill C-6. They contain important value-based measures for Canadians that we need to pass before we rise for the summer.
Madame la Présidente, c'est un important projet de loi, tout comme les projets de loi C‑12, C‑10 et C‑6. Ils contiennent des mesures importantes et utiles pour les Canadiens que nous devons adopter avant que nous ajournions pour l'été.
View Richard Bragdon Profile
CPC (NB)
View Richard Bragdon Profile
2021-06-18 14:41 [p.8801]
Madam Speaker, I rise today to speak to Bill C-30, an act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on April 19, 2021 and other measures.
Canadians have been hit very hard over the past year and a half because of the global pandemic, and many have lost jobs or had hours reduced. Some have had time off work to care for loved ones. Sectors, such as tourism and retail, have been hit especially hard.
After going years since the last budget, Canadians were hoping to see some leadership from the Liberal government, and perhaps a clear direction and a path forward as we move closer to putting the pandemic behind us. Instead, Canadians were presented with a budget that was big on promises and very low on substance. Instead of a concrete plan of investment, increased economic activity and a pathway toward economic recovery and reopening, Canadians were presented with a collection of the greatest hits of past Liberal promises, which have never been delivered on to this day. The government has been high on rhetoric and low on results. Canada has a great story to tell, and we should have a government that is willing to do the work to put Canada in a position to prosper as we transition out of the pandemic.
In the early weeks of the pandemic when Canadians were facing tremendous uncertainty, I took a drive through the beautiful riding of Tobique—Mactaquac in western New Brunswick. During the drive, I remember reflecting on what a difficult time Canadians were facing, some even more than others, and how many sectors were affected by the devastating effects of the pandemic. Some were fully shut down. Others were facing tremendous uncertainty. The headwinds of this unprecedented circumstance were truly overwhelming for many parts of the world, and Canada was no exception.
As I was driving through my riding that day in the spring of last year, something caught my eye, and it left a deep impression on me. I still reflect upon it to this day on occasion. I come from a large rural riding, a farming and agricultural riding, that plays a tremendous role in our local economy. Particularly, I come from potato-growing country. In fact, part of my riding is known as the french fry capital of the world, and I must confess that my physique sometimes portrays that. It is a bit of a weakness. We do have great potatoes, meat and beef in my riding.
This, in turn, drives many other sectors in our region, such as trucking and manufacturing, and our processing facilities. While much of our lives were shut down and despite the great uncertainty, fear and anxiety, some sectors kept going. even in the face of great uncertainty. They kept doing what they needed to do in the face of unprecedented obstacles.
What I observed that day last year left an imprint on me: I saw farmers once again, in the spring, going out into their fields to plant seed in the ground. They did not know what the market would be like and they were not sure about the demand, but they got up and went to sow seed into the soil. They kept doing what they knew they could do, and entrusted things they were not sure about to what would come and who could be trusted to take care of them.
Through faith, through hard work and through pure tenacity, many farmers in my region faced the headwinds of uncertainty head-on, and I drew inspiration from that. I thought that if the farmers can keep doing what they know is right to do in the face of uncertainty, all of us as Canadians can draw inspiration from that and keep doing the things we know are right to do, even though we are not sure what the ultimate outcome may be.
I am glad to report that in my region several sectors kept going. Truckers kept moving their goods, farmers kept planting their seeds and the processors kept processing. The demand for food has remained.
I think this has taught us all a significant lesson that we need to reflect upon: Now is the time for Canada to be positioned to take advantage of a post-COVID world. Now is the time for Canada to make the decisions that state clearly that we believe in ourselves and we believe in our potential as a country to move past COVID-19. This is a time when we can show the strength and fortitude that I saw in the producers, truckers and first responders of my region and that we have seen throughout this entire country. Now is the time to build with the future in mind. Rather than continually speaking to the perils and the overwhelming challenges that we face, let us as parliamentarians and as a collective body in the House speak to our potential as a country.
The world wants to do business with Canada. The world likes Canada and the world sees our potential, and I think often more than what we may see in ourselves. We need the leadership here at home to say that Canada can become even more than what it has ever been. Canada can be positioned to thrive and prosper for generations to come if we make decisions to prioritize Canadian industry, Canadian entrepreneurship, Canadian technology, Canadian resources and Canadian know-how. Our greatest asset is our people, and the more we can empower our people and allow them to do what they do best, the more Canada will be positioned to thrive, grow and prosper on the other side of the pandemic.
I speak with faith and optimism because of what I have witnessed at home and what I have heard from across the country: Canadians rose to the occasion in the face of great uncertainty. What we need now is a government that will respond in kind and say that it trusts Canadians to do what only Canadians can do and in a way that only Canadians can do it, that is, rise to face the challenges of this moment.
Today I stand before the House with a great deal of gratitude in my heart for what I have witnessed in people and what I see in Canadians. I also stand before the House with a challenge for each of us. We should draw inspiration from those we work with, those we have witnessed on the front lines and those who have kept doing tremendous things when they were facing overwhelming odds and obstacles. I feel we can even draw inspiration from our very own coat of arms, which says, “They desire a better country.” That is in our coat of arms.
In this post-COVID time when we move beyond the pandemic and get to the other side of it, why not desire an even better country to hand to future generations? Let us make decisions to invest in our people and entrust our people, and make the decisions we need in order to secure our future in a way that will make Canada sustainable for generations to come.
How do we do that? We do it by maximizing the areas that we do and know so well, whether it is in agriculture, where we grow some of the best and finest foods in the world; in energy, where we have the most environmentally regulated and sustainable energy resources in the world and where we treat ethically the people who produce and work in its sectors; or in our technological fields, which are advanced. We have amazing potential, and I am speaking to it today.
Madame la Présidente, je prends la parole au sujet du projet de loi C‑30, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 avril 2021 et mettant en œuvre d'autres mesures.
Les Canadiens ont eu la vie dure au cours de la dernière année et demie à cause de la pandémie et plusieurs ont perdu leur emploi ou n'ont pas pu travailler autant qu'à l'habitude. Certains ont dû prendre congé pour s'occuper de leurs proches. Les secteurs comme le tourisme et la vente au détail ont été particulièrement touchés.
Après avoir patienté des années avant qu'un budget soit présenté, les Canadiens s'attendaient à un peu de leadership du gouvernement libéral et possiblement à une orientation claire à l'approche de la fin de la pandémie. Ils ont plutôt eu droit à un budget rempli de promesses, mais vide de substance. Au lieu d'un plan concret pour l'investissement, l'augmentation de l'activité économique, la relance et à la réouverture, on a servi aux Canadiens des promesses libérales réchauffées qui n'ont jamais été réalisées. Le gouvernement fait de beaux discours, mais ne fait pas grand-chose de concret. Le Canada peut être une figure de proue et il devrait avoir un gouvernement qui est prêt à faire ce qu'il faut pour le placer en bonne posture pour prospérer dans la transition vers l'après-pandémie.
Au cours des premières semaines de la pandémie, alors que les Canadiens devaient composer avec beaucoup d'incertitudes, j'ai parcouru en voiture la magnifique circonscription de Tobique-Mactaquac, dans l'Ouest du Nouveau-Brunswick. Je me souviens avoir réfléchi alors à la période difficile que traversaient les Canadiens, certains plus que d'autres, et au nombre de secteurs touchés par les effets dévastateurs de la pandémie. Certains ont complètement fermé. D'autres faisaient face à de grandes incertitudes. Les effets de cette pandémie sans précédent ont été vraiment désastreux pour de nombreux pays, et le Canada ne fait pas exception.
Alors que je traversais ma circonscription en voiture ce jour-là, au printemps de l'année dernière, quelque chose a attiré mon attention et m'a fait une profonde impression. J'y réfléchis encore aujourd'hui à l'occasion. Je viens d'une grande circonscription rurale, agricole, qui joue un rôle énorme dans notre économie locale. En particulier, je viens d'une région de culture de la pomme de terre. En fait, une partie de ma circonscription est connue comme la capitale mondiale de la frite, et je dois avouer que mon physique en témoigne parfois. C'est une petite faiblesse que j'ai. Les pommes de terre, la viande et le bœuf sont excellents dans ma circonscription.
Ce secteur stimule à son tour d'autres secteurs de la région, notamment le camionnage, la fabrication et la transformation des aliments. Tandis que la vie s'est arrêtée pour beaucoup d'entre nous et malgré toute l'incertitude, la crainte et l'anxiété qui règnent, certains secteurs ont poursuivi leurs activités. Ils ont continué de faire ce qu'ils devaient faire malgré des obstacles sans précédent.
Ce que j'ai observé ce jour-là l'année dernière m'a marqué: j'ai vu des agriculteurs retournant une fois de plus dans leurs champs au printemps pour les ensemencer. N'ayant aucune idée de ce que leur réservait le marché et de ce que serait la demande, ils ont retroussé leurs manches et semé des graines dans la terre. Ils ont continué de faire ce qu'ils savaient qu'ils pouvaient faire et ont laissé l'avenir et les dirigeants déterminer le reste.
Grâce à leur foi, à leur ardeur au travail et à leur ténacité, de nombreux agriculteurs de ma région ont affronté directement la tempête et l'incertitude, et cela m'a inspiré. Je me suis dit que si les agriculteurs pouvaient continuer de faire ce qui s'impose devant une telle incertitude, chacun de nous, les Canadiens, peut s'inspirer d'eux et continuer de faire ce qui s'impose, même si le résultat est incertain.
Je suis heureux de pouvoir dire que, dans ma région, plusieurs secteurs sont demeurés en activité. Les camionneurs ont continué de transporter leurs marchandises, les agriculteurs ont continué de faire leurs semailles, et les transformateurs ont poursuivi leurs activités. La nourriture est toujours populaire.
Je pense que cela nous a tous appris une leçon importante à laquelle nous devons réfléchir. Le moment est venu pour le Canada de se placer dans une position avantageuse en prévision de la fin de la pandémie. Le moment est venu pour le Canada de prendre des décisions qui montrent clairement que nous croyons en notre potentiel, et que nous croyons pouvoir tourner la page sur la COVID‑19. Nous pouvons faire preuve de la même force et du même courage que j'ai observés chez les producteurs, les camionneurs et les premiers intervenants de ma région et que nous avons vus à l'échelle du pays. Nous devons maintenant rebâtir notre pays avec un œil sur l'avenir. Au lieu de parler constamment des dangers et des énormes défis que nous devons relever, en tant que parlementaires et députés, nous devrions parler d'une seule voix du potentiel de notre pays.
Le monde veut faire des affaires avec le Canada. Le monde aime le Canada et voit son potentiel — souvent mieux que nous-mêmes. Nous avons besoin de dirigeants dans notre pays qui affirment que le Canada peut atteindre de nouveaux sommets. Le Canada peut se positionner pour s'épanouir et prospérer pendant des générations si nous prenons la décision d'accorder la priorité aux industries, à l'entrepreneuriat, aux technologies, aux ressources et au savoir-faire d'ici. Notre plus grand atout est notre population. Plus nous donnerons les outils aux Canadiens pour leur permettre de faire ce qu'ils font le mieux, plus le Canada sera en mesure de s'épanouir, de se développer et de prospérer après la pandémie.
Je parle avec espoir et optimisme en raison de ce que j'ai vu dans ma région et des échos que j'ai entendus de partout au pays: dans une période de grande incertitude, les Canadiens se sont montrés à la hauteur. Nous avons maintenant besoin d'un gouvernement qui fera de même et qui exprimera sa confiance envers les Canadiens pour qu'ils agissent comme seuls les Canadiens savent le faire, c'est-à-dire se retrousser les manches pour relever les défis du moment.
Je prends la parole à la Chambre avec beaucoup de gratitude dans mon cœur, après ce que les gens m'ont laissé voir et d'après ce que je perçois chez les Canadiens. Je prends aussi la parole pour nous lancer un défi à tous. Nous devrions nous inspirer des gens avec qui nous travaillons, de ceux que nous avons vus en première ligne et de ceux qui ont poursuivi leur travail extraordinaire en dépit d'obstacles énormes. Je crois même que nous pouvons nous inspirer de nos armoiries, qui disent: « Ils aspirent à une patrie meilleure. » C'est inscrit sur nos armoiries.
En cette période où nous arrivons au bout de la pandémie, pourquoi ne pas souhaiter un pays encore meilleur à léguer aux futures générations? Prenons la décision d'investir dans les Canadiens et de leur faire confiance, et prenons les décisions qui s'imposent pour assurer notre avenir de manière à rendre le Canada viable pour les générations à venir.
Comment y parvenir? En maximisant les domaines dans lesquels nous excellons, que ce soit l'agriculture, qui nous permet de produire quelques-uns des meilleurs aliments du monde; l'énergie, où nous avons les ressources énergétiques durables les plus écologiques et les mieux réglementées du monde, et où nous traitons avec équité ceux qui la produisent et qui travaillent dans ces secteurs; ou la technologie, qui est très avancée. Notre potentiel est énorme et je veux en parler aujourd'hui.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2021-06-18 14:51 [p.8802]
Madam Speaker, I do not want to get in the way of the member opposite's optimism. I think we all believe that this issue is critically important. However, I will note that yesterday, my family buried an uncle who passed away from COVID this week. His wife, who is even more frail that he was and is still in hospital, has not been told she has lost her husband. The contact tracing shows that COVID came through the health care workers in the family, who continue to battle on the front lines even though the vaccination rates are brilliant and we are leading in the G7 and the G20 on the first dose and are closing in on the second dose. All of these circumstances have to be dealt with, and I would really caution the member opposite not to speak as if the crisis is over, because in many, many communities it quite frankly is not over.
Since he spoke to the future and to the budget, I have one question for him. People tell us to invest in the people, invest in our sectors and invest in the economy. It is invest, invest, invest. However, all we hear from the Conservatives is cut, cut, cut. How do we invest and cut at the same time?
Madame la Présidente, loin de moi l'idée de doucher l'optimisme du député d'en face. Nous croyons tous que l'enjeu est extrêmement important. Je signale que ma famille a enterré hier un oncle qui est décédé de la COVID cette semaine. Son épouse, qui est encore plus frêle qu'il l'était et qui est encore hospitalisée, ne sait toujours pas qu'elle a perdu son mari. D'après la recherche des contacts, la COVID a été transmise par des membres de la famille qui travaillent dans le domaine de la santé, et qui continuent le combat aux premières lignes, même si les taux de vaccinations sont excellents et que nous sommes en tête de file parmi les pays du G7 et du G20 pour ce qui est de la première dose, et nous nous en approchons pour la deuxième dose. Il faut tenir compte de toutes ces circonstances, et je conseille au député d'en face de ne pas parler comme si la crise était passée, car dans beaucoup, beaucoup de collectivités, elle est, bien franchement, loin d'être terminée.
Puisqu'il parle de l'avenir et du budget, j'ai une question à lui poser. On nous dit d'investir dans les gens, dans nos secteurs et dans l'économie. On répète sans arrêt qu'il faut investir. Or, les conservateurs ne parlent que de compressions. Comment investir et procéder à des compressions en même temps?
View Richard Bragdon Profile
CPC (NB)
View Richard Bragdon Profile
2021-06-18 14:52 [p.8802]
Madam Speaker, I thank the hon. member for his insight and perspective, but being wise, being good stewards, planning ahead and seeing around corners is the essence of leadership and good governance. We cannot just speak to where we are currently; we must speak to where we are heading. I find the current government puts too much emphasis on what is behind, what we have gone through already. We need to have the vision to see where we are going in order to traverse the uncertain waters we are in now. That takes away nothing from the horrific challenges that COVID has presented to the country, and is still having its effect on, but we must speak to the future.
Madame la Présidente, je remercie le député de sa réflexion et de son point de vue. Cela dit, la sagesse, la bonne intendance, la planification et la prévoyance sont l'essence même du leadership et de la bonne gouvernance. Parler de la situation actuelle ne suffit pas; il faut parler d'où nous allons. Je trouve que le gouvernement actuel est trop axé sur le passé, sur les difficultés déjà franchies. Pour traverser les eaux incertaines dans lesquelles nous nous trouvons en ce moment, nous devons avoir une vision et déterminer dans quelle direction nous voulons aller. Cela n'enlève rien aux horribles difficultés que la COVID‑19 pose pour ce pays ni à ses effets qui perdurent. Toutefois, nous devons parler de l'avenir.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-06-18 14:53 [p.8802]
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech and for speaking at length about agriculture. I understand that he wants us to turn our attention to what comes after COVID-19, but I would like him to speak to what happened during the pandemic.
In question period today, I asked why support for mandatory quarantines was cut in half a few days ago when the war on COVID-19 is not over and our farmers need support.
I would like to hear what my colleague has to say about the general support provided to the agriculture and agri-food community during the COVID-19 pandemic, in particular the inadequacy of the emergency processing fund.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours et du fait qu'il a beaucoup parlé d'agriculture. Je comprends qu'il veut qu'on se tourne vers l'après COVID‑19, mais j'aimerais qu'il se penche sur ce qui s'est passé pendant la pandémie.
À la période des questions orales aujourd'hui, j'ai demandé pourquoi le soutien aux quarantaines obligatoires avait été coupé de moitié depuis quelques jours alors que la guerre contre la COVID‑19 n'est pas terminée et que nos agriculteurs ont encore besoin de soutien.
J'aimerais entendre les commentaires de mon collègue sur le soutien général qu'a reçu le monde agricole et agroalimentaire pendant la pandémie de la COVID‑19, entre autres sur l'insuffisance du Fonds d’urgence pour la transformation.
View Richard Bragdon Profile
CPC (NB)
View Richard Bragdon Profile
2021-06-18 14:53 [p.8802]
Madam Speaker, my hon. colleague's question is a good one as it relates to the inadequate support that we have found for those who literally grow our food and keep our land. Our agriculture producers are the backbone of our economy and are essential to our food security. If this pandemic has revealed anything, it is the absolute need to prioritize our agriculture and food supply chains.
The current government has not. In fact, it has put priorities on so many things, but the one sector that seems to have been overlooked in many cases are those who actually grow and supply and literally keep our land in this time; that being, our farmers and our agricultural sector.
I agree with the hon. member. This must be an ongoing priority for the government and we must do everything we can to ensure that our food supply chains are secure and that proper investment is made into agriculture.
Madame la Présidente, mon collègue pose une bonne question. Il soulève le soutien inadéquat fourni à ceux qui, littéralement, font pousser nos aliments, élèvent notre bétail et assurent l'intendance de nos terres. Les producteurs agricoles forment l'épine dorsale de notre économie et sont essentiels à notre sécurité alimentaire. Si la pandémie a révélé une chose, c'est bien la nécessité absolue de faire de l'agriculture et de nos chaînes d'approvisionnement alimentaire notre priorité.
Or, ce n'est pas ce que fait le gouvernement. En fait, il considère bien des choses comme étant prioritaires, mais le seul secteur qu'il semble, dans bien des cas, omettre est celui qui fait pousser nos aliments, qui élève notre bétail, qui alimente nos chaînes d'approvisionnement et qui, littéralement, assure l'intendance de nos terres en ce moment, c'est-à-dire le secteur agricole.
Je suis d'accord avec le député. Le soutien aux agriculteurs doit être une priorité permanente pour le gouvernement. Nous devons faire tout en notre pouvoir pour assurer la stabilité de nos chaînes d'approvisionnement alimentaire et effectuer des investissements adéquats dans l'agriculture.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, it is very clear to me that the member represents a rural riding like I do. Could the member speak to a motion I tabled in the House, Motion No. 53, which talks about an equitable and fair future. It talks about ensuring that resources are going out to rural and remote communities, especially as we know the climate is changing and the economy is changing and our resource-based economies need support to transition and change.
Does the member have any thoughts on that and would he support the motion I have tabled.
Madame la Présidente, il est fort évident que, comme moi, le député représente une circonscription rurale. Pourrait‑il se prononcer sur une motion que j'ai présentée à la Chambre, la motion M‑53, où il est question d'un avenir juste et équitable? Elle vise à assurer l'affectation de ressources aux collectivités rurales et éloignées, surtout compte tenu du fait que le climat change, que l'économie se transforme et que les économies axées sur les ressources ont besoin d'aide pour s'adapter.
Qu'en pense le député? Appuierait‑il la motion que j'ai présentée?
View Richard Bragdon Profile
CPC (NB)
View Richard Bragdon Profile
2021-06-18 14:55 [p.8803]
Madam Speaker, I would like to thank my hon. colleague for her passion for rural Canadians, and I share that passion.
We need to ensure that rural Canada remains and actually becomes a much greater priority for our governments. Our rural areas literally grow and produce so much of the food that we enjoy and require. Our rural areas oftentimes are the key manufacturers and developers of our natural resources. They are the ones that oftentimes house those who truck and ship our goods all over the world and throughout our continent. Our rural areas will be key in getting us to the other side of COVID-19.
Madame la Présidente, je remercie la députée de son dévouement envers les Canadiens des régions rurales. Cette question me tient aussi beaucoup à cœur.
Nous devons nous assurer que les régions rurales canadiennes demeurent une priorité des gouvernements du pays; en fait, ils doivent leur accorder une bien plus grande priorité. Ce sont les régions rurales qui cultivent et produisent une grande partie de la nourriture que nous aimons et dont nous avons besoin. Ce sont souvent elles qui produisent et exploitent principalement nos ressources naturelles. C'est souvent à partir de ces régions que l'on transporte et expédie nos marchandises partout dans le monde et dans l'ensemble du continent. C'est grandement grâce à elles que nous viendrons à bout de la pandémie de COVID‑19.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-18 14:56 [p.8803]
Madam Speaker, I would like to begin my remarks on Bill C-30, the budget implementation act, with a solemn reflection of my time in the House.
When I first began, I had the opportunity to reply to the Speech from the Throne. At that point in time, we were all hopeful that in a minority government, we could work through in a way that would be of the greatest benefit to Canadians. Then, with the next Speech from the Throne after prorogation, I rose in this very spot and talked about the regret I felt, that we could have done better by Canadians in this time of crisis.
I want to take this moment of solemn reflection and centre the conversation back to the 25,000 people who have died from COVID in our country. We heard the remarks from the previous speaker about our agricultural sector. I want to note the recent passing of a migrant farm worker, someone who was left without the basic protections that most Canadians seem to take for granted. I want to think about the key question of what a budget implementation act is meant to do in a time of crisis, in this time of COVID. We have heard the term “unprecedented” time and again.
The last time I rose in the House, I talked about the opportunity we had before us and how, as New Democrats, we could fight for what could be in Canada and not what was. I wish I could suggest today that we have somehow found that dream, but I continue to point to the promises made, but not kept, by the Liberal government to the working-class people of the country. We know this crisis was not experienced equally.
During the pandemic, inequalities have increased. There was not an all-hands-on-deck approach. This has not been a team Canada approach. While everybody else was $200 away from insolvency, while 25,000 people perished, many of them living in deplorable conditions in long-term care facilities that had been privatized and carved out of our so-called universal health care, the ultra wealthy among us acquired close to $80 billion in wealth.
We have learned a lot about the Liberal government over the last few years. It talks a really good game and chases those headlines, but has no intention of delivering. Even elements of its own budget announcement have been left out of this budget implementation act. There is no wealth tax. There is no excess profits tax. The government talks about consultations, so it can report back to the House at a future date, and all the while the ultra-wealthy in the country continue to profit from the misery.
There is a choice to be made each and every time a budget is presented. It is ultimately a choice of which side one is on, that of the ultra-wealthy 1% or the rest of us. Since the beginning, people in my community of Hamilton Centre, noting the chuckles in the House from the Liberal side, are worried about whether they will be able to keep their job or pay rent. Let us forget about them ever being first-time homeowners. That dream is long gone for the people in my city, because the working-class wages have been suppressed. while the ultra-wealthy gained incredibly obscene amounts of money.
This crisis has revealed the fragility of the social safety nets we tout and for which we have so much pride, those measures that supposedly distinguish us from the rest of the world. The whole system has been set up on the backs of working-class people. We only have to look at the way the EI program, which had been raided by previous Liberal governments to balance the budget, completely fell apart and left out part-time workers and people who were self-employed. During this crisis, it was the workers who experienced the direct consequences of years of austerity and underfunding from successive Conservative and Liberal governments.
In this moment of historic crisis, when we stood here fighting for greater benefits for workers and pushing to ensure people had some kind of security, we heard people in the House bemoan the fact the average everyday Canadian may have received a meagre $2,000 a month. All the programs and social spending combined, at about $100 billion, pales in comparison to the $750 billion that was transferred to Bay Street and the big banks.
When were talking about a guaranteed livable income and about increasing CERB supports for people, I remember the hon. member for Winnipeg North asking “What are we going to do, click our heels to support Canadians?” The Liberals certainly did that for Bay Street. This represents the largest transfer of wealth from the general public, the working-class people, to the ultra-wealthy in the country. Main street was absolutely mugged by Bay Street.
We were fighting for workers and tried to find that balance. One of the mistakes made over the course of COVID was the fact that rather than ensure the direct supports for wage subsidies went directly for workers, we allowed it to go to businesses. The Liberals did it in such a way they knew had significant holes and gaps, loopholes almost as big as their tax haven scams. What did that result in?
There were $18 billion that went into oil and gas in 2020. Imperial Oil took $120 million in the Canada emergency wage subsidy, while paying out $324 million to its shareholders. Chartwell received $3 million and paid out 11 times that amount, $33 million, to its shareholders.
Yesterday, in debate, I recall one of the hon. members from the Liberal side tried to challenge the hon. member for Burnaby, suggesting somehow he was not doing enough as an individual to contribute to his community.
I put a question to the House, to all the members who are watching in the Canadian public. When I talk about the theft of corporate Canada from taxpayers in the country, the question is cui bono, who profited from that crime? Who in the House holds stocks and shares that may have been paid off the dividends and off the back of our Canada emergency wage subsidy?
Air Canada was given $6 billion, yet Greyhound leaves and the government does not see fit to support northern and rural communities by expanding government as a service, a national passenger bus transit strategy that would have ensured people had the ability to move around the country. We can look at the close to one billion dollars given to pharmaceutical companies. We have no preferable procurement. We are giving money away to the private sector and getting nothing in return.
Why do we not have in this moment, in this budget implementation act, the ability for us as a nation to procure our own life-saving vaccines? Because the government would rather kowtow to pharmaceutical companies, to allow them to set the agenda, the prices and the market, the global market.
Nobody is safe in the country until the entire world is safe. The government continues to tout how many vaccines it has taken in, while simultaneously taking from the COVAX facility. At the very same time, with absolutely zero moral authority, it blocked the patent waivers for which the international world is calling.
My city was just named a Delta variant hot spot this week. This budget does not deliver on the ability for us to adequately respond to how this could potentially have mutations and could potentially make all our vaccination efforts useless.
I want the Liberals to reflect on the things they have said over the last two years versus what they have actually delivered. At the end of the day, I want them to be accountable for all the people they have left out in this implementation act.
Madame la Présidente, je souhaite commencer mes observations sur le projet de loi C‑30, la loi d'exécution du budget, en prenant un moment pour réfléchir à mon passage à la Chambre.
À mon arrivée, j'ai eu l'occasion de réagir au discours du Trône. À ce moment-là, nous avions tous l'espoir qu'en situation de gouvernement minoritaire, nous pourrions travailler d'une manière qui profiterait le plus possible aux Canadiens. Puis, lors du discours du Trône suivant, après la prorogation, j'ai exprimé le regret que nous n'ayons pas pu faire mieux pour les Canadiens en cette période de crise.
Je veux profiter de ce moment de réflexion pour ramener la conversation sur les 25 000 personnes qui sont décédées de la COVID‑19 au pays. Nous avons entendu le député précédent parler du secteur agricole. Je tiens à souligner le décès récent d'un travailleur agricole migrant, une personne qui n'a pas bénéficié des mesures de protection de base que la plupart des Canadiens semblent tenir pour acquises. Je veux réfléchir à la question clé, à savoir ce qu'une loi d'exécution du budget est censée faire en temps de crise, pendant la pandémie de COVID‑19. Nous avons entendu le terme « sans précédent » très souvent.
La dernière fois que j'ai pris la parole à la Chambre, j'ai parlé de l'occasion que nous pouvions saisir, et j'ai dit que les néo-démocrates pouvaient lutter pas pour ce qu'on fait déjà, mais pour ce qu'on pourrait faire au Canada. J'aimerais pouvoir dire aujourd'hui que nous avons atteint cet idéal, mais je dois plutôt continuer de souligner les promesses que le gouvernement libéral a faites, mais qu'il n'a pas tenues envers les Canadiens de la classe ouvrière. Nous savons que tous n'ont pas été touchés par cette crise de la même façon.
Pendant la pandémie, les inégalités se sont creusées. Il n'y a pas eu de mobilisation générale ni d'esprit d'équipe à l'échelle du pays. Pendant que tous les autres étaient à 200 $ de l'insolvabilité, que 25 000 personnes ont trouvé la mort, dont un grand nombre qui ont du endurer des conditions de vie déplorables dans des centres de soins de longue durée qui avaient été privatisés et retirés de notre système de santé dit universel, les ultrariches parmi nous ont amassé une fortune de près de 80 milliards de dollars.
Nous avons appris beaucoup de choses à propos du gouvernement libéral au cours des dernières années. Il fait de beaux discours et est friand de grands titres dans les médias, mais il n'a pas l'intention d'agir. Certaines de ses propres annonces budgétaires ne font même pas partie du projet de loi de mise en œuvre du budget. Il n'y a pas d'impôt sur la fortune ni d'impôt sur les profits excessifs. Le gouvernement parle de consultations, ce qui lui permet d'attendre avant de donner des nouvelles à la Chambre. Pendant ce temps, les gens ultrariches du pays continuent de tirer profit de la misère des autres.
Il faut faire un choix chaque fois qu'on présente un budget: il faut décider, au fond, si on sera du côté du 1 % de gens ultrariches ou du côté des gens ordinaires comme nous. Depuis le début, les gens de ma circonscription, Hamilton‑Centre, remarquent que les libéraux ricanent alors qu'eux-mêmes craignent de perdre leur emploi ou de ne pas pouvoir payer le loyer. Ils ne peuvent même pas rêver d'acheter une première maison. C'est depuis longtemps un rêve impossible pour les gens de ma ville, puisque les salaires de la classe ouvrière ont été réduits alors que les ultrariches accumulaient des quantités scandaleuses d'argent.
Cette crise a fait ressortir la fragilité des filets de sécurité sociale dont nous sommes tant fiers, ces mesures qui, supposément, nous distinguent du reste du monde. Tout ce système a été établi au détriment des gens de la classe ouvrière. Nous n'avons qu'à regarder à quel point le programme d'assurance-emploi — que les gouvernements libéraux ont pillé pour équilibrer les budgets — s'est complètement écroulé, laissant à eux-mêmes les travailleurs à temps partiel et les travailleurs autonomes. Pendant la crise, ce sont les travailleurs qui ont directement subi les conséquences de toutes ces années d'austérité et de sous-financement des gouvernements libéraux et conservateurs qui se sont succédé.
Durant cette crise historique, alors que nous exigeons de meilleurs avantages pour les travailleurs et que nous luttons pour assurer une certaine sécurité à la population, des députés déplorent que le Canadien moyen puisse obtenir la maigre somme de 2 000 $ par mois. Les dépenses combinées de tous les programmes et de toutes les mesures sociales s'élèvent à environ 100 milliards de dollars, ce qui est bien peu comparativement aux 750 milliards de dollars qui ont été transférés à Bay Street et aux grandes banques.
Lorsque nous discutions d'un revenu minimum garanti et de l'augmentation de la PCU, je me souviens que le député de Winnipeg-Nord a dit: « Qu'allons-nous faire? Claquer des doigts pour aider les Canadiens? » Les libéraux l'ont bien fait pour Bay Street. Cela représente le plus vaste transfert de richesse entre la population, les travailleurs ordinaires, et les ultrariches du pays. C'est comme Robin des Bois, mais à l'envers.
Nous luttions pour défendre les travailleurs et pour trouver un équilibre. Parmi les erreurs qui ont été commises durant la pandémie, il y a le fait que l'aide de la subvention salariale a été versée aux entreprises plutôt que d'être versée directement aux travailleurs. Les libéraux l'ont fait en sachant qu'il y avait des lacunes et des échappatoires presque aussi importantes que l'escroquerie que constituent les paradis fiscaux. À quoi cela a-t-il abouti?
En 2020, le secteur pétrolier et gazier a reçu 18 milliards de dollars. Imperial Oil a touché 120 millions de dollars au titre de la Subvention salariale d'urgence du Canada pour ensuite verser 324 millions de dollars à ses actionnaires. Chartwell a reçu 3 millions de dollars et a versé 11 fois ce montant, soit 33 millions de dollars, à ses actionnaires.
Pendant les débats d'hier, un député libéral a tenté de remettre en question les propos du député de Burnaby en laissant entendre qu'il n'en faisait pas suffisamment à titre personnel pour contribuer à sa communauté.
J'ai une question à poser à la Chambre et à l'ensemble des Canadiens qui sont à l'écoute. Quand je parle des sommes que les entreprises canadiennes volent aux contribuables de ce pays, il faut se demander cui bono, c'est-à-dire à qui profite ce crime? Qui à la Chambre détient des actions qui ont produit des dividendes ayant peut-être été financés par la Subvention salariale d'urgence du Canada?
Air Canada a reçu 6 milliards de dollars. Pourtant, Greyhound se retire, et le gouvernement n'a pas jugé bon de soutenir les localités nordiques et rurales en offrant un service, en mettant en place une stratégie nationale de transport par autocar, qui aurait permis aux gens de se déplacer partout au pays. Il y a aussi près de 1 milliard de dollars qui ont été accordés aux sociétés pharmaceutiques. Or, nous n'avons pas d'accès privilégié à l'approvisionnement. Bref, nous donnons de l'argent au secteur privé sans rien obtenir en retour.
Pourquoi ne voyons-nous pas immédiatement, dans ce projet de loi d’exécution du budget, la capacité en tant que nation d’avoir nos propres vaccins, si vitaux? Parce que le gouvernement préfère s’incliner devant les grandes entreprises pharmaceutiques, les laisser fixer l’ordre du jour, les prix sur le marché, le marché mondial.
Personne n’est en sécurité dans ce pays tant que le monde entier n’est pas en sécurité. Le gouvernement continue de se vanter du nombre de vaccins qu’il a réussi à se procurer, tout en allant piger dans le système COVAX. Parallèlement, sans aucune autorité morale, il bloque les dérogations aux brevets que le monde entier demande.
Ma propre ville a été désignée comme un foyer d’infection du variant Delta cette semaine. Ce budget ne nous permet pas de répondre adéquatement aux éventuelles mutations du virus qui pourraient anéantir notre opération de vaccination.
Je veux que les libéraux réfléchissent à leurs promesses des deux dernières années par rapport à ce qu’ils ont véritablement accompli. En définitive, je veux qu’ils assument leurs responsabilités face à tous ceux qu’ils laissent sur la touche avec ce projet de loi d’exécution du budget.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, listening to the member's speech, it would appear as though he is not going to be supporting this budget and voting in favour of it.
Could he confirm if he and the NDP are opposed to it and would be voting against it?
Madame la Présidente, j'écoute le député et j'ai l'impression qu'il ne va pas voter en faveur du budget.
Pourrait-il confirmer à la Chambre que le NPD et lui-même y sont opposés et qu'ils voteront contre?
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-18 15:06 [p.8804]
Madam Speaker, this is the cute game that Liberals like to play. They know that we are here to fight for Canadians. We know the Melba toast efforts of the Liberals.
If we do not support this bill, we know that the meagre supports Canadians have would be cut in July. The Liberals like to play those games of half-measures. They would like Canadians to believe that they have been there fighting for them, when at the end of the day, I have people calling my office, every single day, concerned about what would happen when CRA begins to claw back some of the benefits that they are now being told they were not eligible for, that they had not successfully applied for.
When those critical services are cut back, that is going to have a ripple effect on OAS, the guaranteed income supplement. Mark my words, to MPs all around this House, their lower-income seniors will start calling. The Liberals, in their headlines, told everyone to just go ahead and apply, and on the good word of the government and senior members of government, they did so. Now it is going to be clawed back and people are going to be left with the tab, for some, in the tens of thousands of dollars.
Madame la Présidente, voilà le petit jeu auquel les libéraux aiment jouer. Ils savent que nous sommes ici pour nous battre pour les Canadiens. La marque des libéraux, ce sont les mesures sans envergure.
Si nous n'appuyons pas ce projet de loi, nous savons que les maigres mesures de soutien dont bénéficient les Canadiens seront supprimées en juillet. Les libéraux adorent jouer au jeu des demi-mesures. Ils aimeraient que les Canadiens croient qu'ils se battent pour eux, alors qu'en fin de compte, des gens appellent à mon bureau tous les jours, inquiets de ce qui se passera lorsque l'Agence du revenu du Canada commencera à récupérer certaines des prestations auxquelles ils apprennent aujourd'hui qu'ils n'étaient pas admissibles ou que leur demande n'était pas en règle.
La réduction de ces services essentiels aura des répercussions sur la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti. Croyez-moi, vous tous ici, les aînés à faible revenu de vos circonscriptions vont commencer à appeler. Les libéraux ont crié sur tous les toits qu'il fallait faire une demande, et c'est ce que les gens ont fait en se fiant à la bonne foi du gouvernement, notamment de ses membres haut placés. Maintenant, l'argent va être récupéré et les gens vont se retrouver avec une facture qui, pour certains, s'élèvera à des dizaines de milliers de dollars.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2021-06-18 15:07 [p.8804]
Madam Speaker, one of the things that Bill C-30 does not address, and it is a wide chasm, is the issue of those who fell through the cracks under previous iterations of some of the benefits.
I am speaking specifically about travel advisers and businesses that were started in 2020 that did not have access to many of the benefits that other businesses or other Canadians had. The fact is that the implementation bill neglects to address those issues and causes severe problems for those Canadians who otherwise did not qualify for these types of benefits.
Could the member comment on that?
Madame la Présidente, le projet de loi C‑30 ne prévoit absolument rien pour les personnes qui n'étaient pas admissibles à certaines prestations lorsque celles-ci ont été mises en place. C'est un grave problème.
Je songe notamment aux agents de voyage et aux entreprises lancées en 2020 qui n'ont pas eu droit à bon nombre des prestations offertes aux autres Canadiens. En fait, le projet de loi d'exécution du budget ne corrige pas cette lacune ce qui entraîne de graves problèmes pour les Canadiens qui n'étaient pas admissibles aux différents programmes.
Le député peut-il dire ce qu'il pense de cette situation?
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-18 15:08 [p.8804]
Madam Speaker, let us think about all the businesses that this hon. member just listed. They are small mom-and-pop entrepreneurs, people who are struggling to get by.
By design, the government programs left them out. They absolutely left them out. I brought it to the government's attention, that it needed to close the loopholes for the ultra wealthy and the big corporations that were soaking this country and then paying out CEO bonuses and dividends. Every single person on Main Street who is struggling to get by in the small business sector, when all is said and done, will hold the government to account in the next election.
Madame la Présidente, pensons à toutes les entreprises dont le député vient de parler. Ce sont des entreprises familiales, des entrepreneurs qui peinent à joindre les deux bouts.
De par leur conception même, les programmes gouvernementaux n'ont pas ciblé ces entrepreneurs. J'ai porté cette situation à l'attention du gouvernement et j'ai dit qu'il devait éliminer les échappatoires qui permettent aux ultra-riches et aux grandes sociétés de siphonner les fonds publics pour payer des primes à leurs dirigeants et des dividendes aux actionnaires. Lorsque tout cela sera terminé, tous les petits entrepreneurs qui peinent à joindre les deux bouts tiendront le gouvernement responsable aux prochaines élections.
View Louise Charbonneau Profile
BQ (QC)
View Louise Charbonneau Profile
2021-06-18 15:09 [p.8804]
Madam Speaker, I thank my colleague from Hamilton Centre for his speech. He spoke a lot about the Canada emergency wage benefit. I would like to hear his thoughts on the political parties that received the wage subsidy.
What does he think about that?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Hamilton-Centre de sa présentation. Il a beaucoup parlé du programme de Subvention salariale d'urgence du Canada. Je voulais l'entendre sur les partis politiques qui ont reçu la subvention salariale.
Qu'en pense-t-il?
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-18 15:09 [p.8805]
Madam Speaker, in a moment of candour, I personally do not think it was appropriate. I will say that on the record. At the same time, particularly those parties that were flush have to significantly account for it.
All of our efforts in this House should have been directed at everyday working-class Canadians.
Madame la Présidente, franchement, je ne pensais pas que c'était approprié. Je tiens à le préciser clairement. Cependant, je crois que les partis qui avaient beaucoup d'argent dans leurs coffres sont ceux ayant le plus de comptes à rendre.
Nous aurions dû concentrer tous nos efforts sur les simples travailleurs canadiens.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I want to thank the member for his very important and powerful speech in the House today.
I know that in my office I am getting a lot of calls from constituents who are hard-working people who cannot go back to work. Their jobs are simply not there. They do not know what they are going to do when the CERB goes down to $300 a week from $500 a week. What is most shameful is how these people are apologizing to the people who work in my office and saying they want me to know they are not trying to be a burden.
What does this do to people who work hard for our country?
Madame la Présidente, je remercie le député du discours crucial et percutant qu'il a prononcé aujourd'hui à la Chambre.
Je sais que je reçois beaucoup d'appels à mon bureau de la part d'électeurs qui veulent retourner au travail, mais qui ne le peuvent pas parce qu'il n'y a tout simplement pas d'emplois. Ils ne savent pas ce qu'ils feront quand la Prestation canadienne d'urgence passera de 500 $ par semaine à 300 $ par semaine. Le plus honteux dans tout cela, c'est la façon dont ces personnes s'excusent à mes employés et leur disent qu'ils souhaitent que je sache qu'ils tentent de ne pas être un fardeau.
Quel effet cela a-t-il sur des gens travaillant fort pour notre pays?
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-18 15:10 [p.8805]
Madam Speaker, it was glaringly obvious from the outset that the government really only values people who it deemed were contributing directly to the economy in ways that left out people with disabilities and people who continue to fall through the cracks. That is apparent each and every day in the calls we get. If there is an MP in this House who denies the fact they are getting those calls, that is something they are going to have to answer for to their constituents in the next election.
Madame la Présidente, d'entrée de jeu, il était évident que le gouvernement accordait de l'importance seulement aux personnes qui, selon lui, contribuaient directement à l'économie, au détriment des personnes handicapées et des laissés-pour-compte qui continuent de passer à travers les mailles du filet. Les appels que nous recevons chaque jour le montrent clairement. Si un député nie recevoir ce genre d'appels, il aura des comptes à rendre à ses concitoyens à ce sujet au cours de la prochaine campagne électorale.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, today we are debating Bill C‑30, but that does not mean much to the average person. This is a budget implementation bill.
It is interesting that we are talking about the budget and the budget implementation bill. It is 2021, and the government was elected in 2019, which means that the government took two years and a bit to finally present a budget. That is a problem. The COVID‑19 crisis started at the beginning of 2020, and it is still not over. It seems like the government took advantage of the crisis to avoid tabling a budget. This is a minority government, and it would normally have been held to account. Normally, the government would have had to try to work with the other parties, especially since it got even fewer votes than another opposition party.
A result like that on the heels of an election should be a wake-up call. The government should have understood that it might be a good idea to face the facts and that it would have to think carefully about its next moves and reach out to others. Unfortunately, it seems that [Technical difficulty—Editor].
Madam Speaker, I just realized that I had some technical issues.
Madame la Présidente, le sujet du débat d'aujourd'hui est le projet de loi C‑30, mais pour le commun des mortels cela ne veut pas dire grand-chose, parce qu'il s'agit d'un projet de loi de mise en œuvre du budget.
C'est intéressant que nous parlions de budget et de projet de loi de mise en œuvre de budget. Nous sommes en 2021, et le gouvernement a été élu en 2019, ce qui veut dire que le gouvernement a pris deux ans, voire un peu plus avant de déposer finalement un budget. C'est tout de même problématique. Depuis le début de l'année 2020, on a vécu la crise de la COVID‑19, qui n'est d'ailleurs pas tout à fait finie. On a l'impression que le gouvernement a profité de cette situation pour ne pas déposer de budget. En tant que gouvernement minoritaire, il aurait normalement dû rendre davantage des comptes. Normalement, le gouvernement aurait dû essayer de travailler avec les autres partis, surtout qu'il a obtenu même moins de votes qu'un autre parti de l'opposition.
Au lendemain d'une élection, un tel résultat donne une claque. Cela aurait dû lui montrer qu'il valait mieux qu'il se remette les yeux dans les trous, qu'il allait devoir faire attention à ce qu'il allait faire, réfléchir et tendre la main aux autres. Malheureusement, il faut croire que [difficultés techniques].
Madame la Présidente, je viens de m'apercevoir que j'ai eu un problème technique.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I seem to have gotten cut off for a moment. I think a member had their microphone on, and a meeting host put everyone on mute to turn the member's sound off. I think that probably put me and the Chair on mute. I could be wrong. I am not a tech expert, but that would be my guess.
What I was saying was that we would have expected the government, upon winning a minority, to make an effort to negotiate with the parties, to present a budget and to make concessions. Instead, it dragged things out and took advantage of the pandemic to avoid presenting a budget, to avoid being held accountable and to do whatever it wanted. Once the pandemic arrived, the government came to us with piecemeal legislation that we always had to vote on quickly. We then noticed all of the holes and all of the problems these programs had.
It is now June 2021 and we are hearing all kinds of rumours about a possible election. Meanwhile, we are still on this government's first budget. That speaks volumes. We agree that that is not much of a record, that it is not very impressive.
Let us also talk a little bit about the way this crisis was managed, the way we experienced it as parliamentarians and the way the population saw it. I am not sure that the Liberals were the great champions they sometimes claim to be.
In fact, when looking at the situation, we see that they took advantage of the crisis to try to give contracts to their friends. They arranged for a nice wage subsidy and included a special stipulation saying that political parties would be eligible. That is about it. They arranged things and no one seemed to be aware of it. However, at a certain point, we realized what was happening. We wondered how the Liberals could take advantage of the wage subsidy when their coffers were already full. It was the same for the other parties. The Bloc Québécois is the only party that refused to take advantage of the wage subsidy.
The Liberal Party and the Conservative Party, two political parties that are far from lacking in funds, took advantage of the pandemic to get rich and fill their coffers, at the expense of people who were in need and who needed the support of the government.
We will not stop reminding the House of this, even though the government may not like to hear it. We are going to repeat it because we know that the public is eventually going to have to vote and pass judgment.
We also saw a company being incorporated and, practically the very next day, magically receiving government contracts at prices that were frankly pretty high. First of all, the company did not manufacture equipment or respirators. Second, the people linked to this company were former Liberals.
We saw the WE Charity program brought in, again in a rush. The government claimed it did not have the expertise or staff to run a program. In the end, we realized that this charity had dubious practices. For example, it might get four or five different donors to fund the same project and just change the name on the plaque out front. We discovered that some people in the organization were particularly close to the Liberals and that the government was going to put the group in charge of distributing about $1 billion in grants for “paid volunteer work” without a competition and without consulting anyone. It is a weird story, and I think that many people had a hard time following the government's reasoning, the Liberals' reasoning. It is so hard to explain. We still have a hard time explaining it. The whole thing was called off when the parliamentary committees started looking into this infamous program, which seemed tailor-made for a group that had ties to the Liberals.
There were other problems that may not have bothered people in the rest of Canada very much, but that certainly bothered people in Quebec. In the middle of the health crisis, when people were a bit worried and stressed out, we sometimes wondered if we would be able to get all the products we needed. Some products on the shelves were dangerous and came with no instructions. Some products had no information on them.
In times of crisis, governments show their true colours, and we certainly saw the Canadian government's true colours. As it turns out, French is a frill for the Canadian government. It is a cute little language that the government likes to trot out from time to time to placate francophones whenever we make a fuss, but when the rubber hits the road, French gets tossed aside. That is exactly what happened with product labelling during the crisis.
We also found out how the federal government was managing its medical equipment. When the emergency supply warehouses were opened up, it turned out that the masks were past their expiry date, and lots of the gear in the federal stockpile was no longer usable. Panic ensued, and the government scrambled to bring in equipment from all over the world.
A similar fate befell our vaccine production capacity. We realized it had become all but impossible to make vaccines here. It is possible, but our capacity is greatly diminished. Why? Because Canada has chosen to outsource everything over the years, often at the expense of our local industries.
As I mentioned earlier, some programs had some deficiencies, like the CERB, which created disincentives to work. Many people decided to stay at home instead of going to work, even though there was a need on the ground.
The government decided not to close the borders, even though it was well known that the virus was entering from other countries. It did not come from within Canada. Some people were getting cheques to quarantine after going on holiday, while others had no access to any assistance.
The government felt sorry for the airlines. Yes, they needed help, but ordinary people were not getting refunds for their plane tickets. Their rights were completely violated.
On top of that, the government has taken to lecturing Quebec on how it has handled the crisis. After everything I just pointed out, in my opinion, that is the worst. There is nothing worse than a government that comes along and tells Quebec what to do in its areas of jurisdiction, that gives lessons on how Quebec should manage its health care system when it is incapable of managing its own jurisdictions.
I will conclude there.
Madame la Présidente, je semble avoir été interrompu pendant un moment. Je crois qu'un député avait son microphone ouvert et qu'un gestionnaire de la conférence a mis tout le monde en sourdine pour couper le son provenant du député. Cela a probablement eu pour effet de mettre la présidence et moi-même en sourdine. Je peux me tromper, puisque je ne suis pas un expert en la matière, mais c'est l'explication que je donnerai. C'est mon hypothèse, du moins.
Ce que j'étais en train de dire, c'est que nous imaginions que le gouvernement, après avoir été élu minoritaire, s'empresserait de négocier avec les partis, de déposer un budget et de faire des concessions. Il a plutôt étiré la sauce et profité d'une pandémie pour ne pas déposer de budget, pour ne pas rendre de comptes et pour faire comme s'il avait carte blanche. Une fois qu'est arrivée la pandémie, il nous est arrivé avec des règlements à la pièce, que nous devions toujours voter de façon urgente. Par la suite, nous constations tous les trous et tous les problèmes qu'ils renfermaient.
Nous sommes maintenant en juin 2021 et nous entendons partout des rumeurs selon lesquelles des élections pourraient être déclenchées. Pourtant, nous en sommes encore au premier budget de ce gouvernement. C'est dire! Nous nous entendrons pour affirmer que ce n'est pas un gros bilan, que ce n'est pas trop impressionnant.
Parlons un peu également de la façon dont s'est déroulée la gestion de cette crise, de la manière dont nous l'avons vécue en tant que parlementaires et de la façon dont la population l'a perçue. Je ne suis pas certain que les libéraux auront été les grands champions qu'ils prétendent parfois être.
En fait, en regardant la situation, nous voyons qu'ils ont plutôt profité de la crise pour notamment essayer de donner des contrats à leurs petits amis. Ils se sont arrangé une belle subvention salariale et y ont inclus une petite ligne spéciale pour dire qu'ils pouvaient, grâce à celle-ci, financer les partis politiques. C'est à peu près cela. Ils ont arrangé les affaires et personne ne semblait être au courant. Or, à un moment donné, nous nous en sommes rendu compte. Nous nous sommes demandé comment les libéraux pouvaient profiter de la subvention salariale alors qu'ils avaient un coffre plein. Ce fut la même chose pour les autres partis, d'ailleurs. Le Bloc québécois est le seul parti à avoir refusé d'en profiter.
Le Parti libéral et le Parti conservateur, des partis politiques qui sont très loin de manquer de sous, ont profité de la pandémie pour s'enrichir et remplir leurs coffres, aux dépens des gens qui étaient dans le besoin et qui avaient besoin de soutien de la part du gouvernement.
Nous n'avons pas fini de le rappeler à la Chambre, même si le gouvernement n'aime peut-être pas l'entendre. Nous allons le répéter parce que nous savons que les gens vont devoir voter et que, à un moment donné, ils vont devoir porter un jugement.
Nous avons aussi vu une compagnie s'incorporer et, presque le lendemain de son incorporation, recevoir magiquement des contrats du gouvernement à des prix, disons-le, assez élevés. D'abord, la compagnie ne fabriquait pas d'équipement ni de ventilateurs. Ensuite, les fameuses personnes liées à cette entreprise étaient d'anciens libéraux.
Nous avons vu le programme de l'organisme UNIS être mis en place à la va-vite, encore une fois. On prétendait alors ne pas avoir l'expertise ni les fonctionnaires pour gérer un programme. Finalement, nous nous sommes rendu compte que ce groupe de bienfaisance avait des pratiques douteuses. Par exemple, il pouvait faire financer les mêmes réalisations quatre ou cinq fois, par des personnes différentes, simplement en changeant la pancarte devant. Nous nous sommes aperçus que des gens de cette organisation étaient particulièrement proches des libéraux, que le gouvernement allait accorder au groupe la gestion de quelque 1 milliard de dollars, sans appel d'offres, sans consulter personne, et ce, pour gérer des bourses de « bénévolat payé ». C'est une drôle d'histoire et je pense que bien des gens ont eu de la misère à suivre le raisonnement du gouvernement, des libéraux. C'est tellement difficile à expliquer que nous en sommes encore incapables aujourd'hui. Les choses ont été annulées quand les comités parlementaires se sont mis le nez dans ce fameux programme qui semblait avoir été fabriqué sur mesure pour venir en aide à un groupe proche des libéraux.
Pensons aussi à d'autres ratés qui préoccupent peut-être moins de personnes dans le reste du Canada, mais qui, au Québec, ont préoccupé un certain nombre de personnes. En pleine période de crise sanitaire, alors que les gens sont un peu inquiets et stressés, nous nous sommes parfois demandé si nous serions capables d'obtenir tout ce dont nous avions besoin. Certains produits sur les tablettes étaient dangereux et n'étaient accompagnés d'aucune instruction. Sur certains produits, aucune donnée n'était fournie.
C'est généralement en temps de crise que l'on voit la vraie nature des régimes et on a pu voir celle du régime canadien. Finalement, le français est optionnel dans le régime canadien. C'est une belle langue toute mignonne que l'on parsème ici et là pour contenter les francophones quand ils chialent. Quand c'est important et que cela compte, le français prend le bord. C'est ce que nous avons bien vu avec l'étiquetage des produits dans cette crise.
Nous avons aussi constaté comment le gouvernement fédéral gérait ses équipements médicaux. Quand on a ouvert les entrepôts pour les équipements d'urgence en cas de crise, on s'est rendu compte que les masques étaient périmés et qu'un paquet d'équipements n'étaient plus utilisables dans la réserve fédérale. Finalement on s'est retrouvé en panique, et on a dû parcourir la planète pour trouver de l'équipement.
C'était la même histoire concernant notre capacité de production de vaccins. On s'est rendu compte qu'il était rendu presque impossible d'en fabriquer ici. Cette possibilité existe toujours, mais disons qu'elle est extrêmement réduite. Pourquoi? C'est à cause de cette espèce de vision de désindustrialisation et de laisser-aller qui s'est imposée au fil des années, souvent au détriment de nos industries locales.
Comme je l'ai mentionné un peu plus tôt, certains programmes avaient des trous, comme la PCU qui était une désincitation à l'emploi. Plein de gens ont décidé de rester à la maison au lieu d'aller travailler, alors que les besoins existaient sur le terrain.
Le gouvernement a décidé de ne pas fermer les frontières alors qu'on savait bien que le virus arrivait de l'étranger. Ce n'est pas ici qu'il est apparu. On donnait des chèques aux gens qui partaient en voyage pour qu'ils fassent leur quarantaine alors que d'autres personnes n'avaient même pas accès à l'aide.
Le gouvernement a eu pitié des compagnies aériennes. Elles avaient certes besoin d'aide, mais les gens ordinaires, eux, n'ont pas été remboursés pour leur billet d'avion; on n’a pas du tout respecté leur droit.
Surtout, le gouvernement s'est permis de donner des leçons au Québec sur sa gestion de la crise. Après tout ce que je viens de souligner, selon moi, cela est le pire. Il n'y a rien de pire qu'un gouvernement qui vient dire au Québec quoi faire dans ces champs de compétence, qui donne des leçons sur la manière dont le Québec gère son système de santé alors qu'il est lui-même incapable de se gérer
C'est là-dessus que je vais terminer.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-06-18 15:22 [p.8806]
Madam Speaker, I want to thank my colleague for raising concerns related to the gaps in the programs for small business.
I would like ask him about something in respect to seniors. We have seen that many seniors were outraged that the government left out seniors aged 65 to 74 in its plan for a long overdue increase to old age security payments. We have seen seniors struggle through COVID-19.
As our colleague from Hamilton Mountain so eloquently articulated, the Liberals have now created junior seniors and senior seniors. It sounds absurd because it is absurd, but that is what we would have in our country if this government does not fix it in its budget bill. We would have a two-tiered senior system.
Does my colleague agree that the Prime Minister and the Minister of Seniors need to fix this, and do what is right, so we do not have a two-tiered system for seniors? Does he agree we need to give them the support they need so they are not using their savings? Seniors are getting by on very little, and they need this help right now.
Madame la Présidente, je tiens à remercier mon collègue d'avoir soulevé des préoccupations au sujet des lacunes dans les programmes destinés aux petites entreprises.
Je tiens à lui poser une question au sujet des aînés. Nous avons constaté que de nombreux aînés étaient scandalisés que le gouvernement exclue les personnes âgées de 65 à 74 ans de l'augmentation attendue depuis longtemps des prestations de la Sécurité de la vieillesse. Or, des aînés ont tiré le diable par la queue pendant la pandémie de COVID‑19.
Comme notre collègue d'Hamilton Mountain l'a mentionné avec éloquence, les libéraux ont maintenant créé deux catégories d'aînés: les juniors et les séniors. Cela semble absurde et ce l'est effectivement, mais c'est ce qui existera au Canada si le gouvernement ne corrige pas cette lacune dans le projet de loi d'exécution du budget. Il y aurait alors un système à deux vitesses pour les aînés.
Mon collègue convient-il que le premier ministre et la ministre des Aînés doivent corriger cette lacune et faire ce qui s'impose afin qu'il n'y ait pas de système à deux vitesses pour les aînés? Convient-il que nous devons donner aux aînés l'aide dont ils ont besoin afin qu'ils ne puisent pas dans leurs économies? Les aînés s'en tirent avec bien peu et ils ont besoin de cette aide maintenant.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, my colleague asked an excellent question.
The phone calls, emails and Facebook messages have been pouring in non-stop. For years, when I have been out speaking to people, both young and older retirees have been telling me that a 50¢ increase in their pension is ridiculous. They feel like they are being made fun of.
Seniors are very frustrated at being disrespected and mistreated by this federal government when they have contributed to society all their lives. It is insulting to receive a 50¢ increase as a result of indexing. That is a joke. What will 50¢ buy in 2021?
Every senior needs support, and the government should listen to them.
Madame la Présidente, la question de mon collègue est excellente.
J'ai reçu une tonne d'appels au bureau, de courriels et de messages Facebook; cela ne dérougit pas. Cela fait des années que les gens m'en parlent quand je vais sur le terrain, que ce soit les jeunes retraités ou même les plus vieux qui disent que cela n'a aucun sens de recevoir une augmentation de la pension de 50 ¢. Ils ont l'impression qu'on rit d'eux.
Les personnes âgées ressentent une profonde frustration de ne pas se faire respecter et d'être carrément mal traitées par ce gouvernement fédéral, alors qu'elles ont contribué toute leur vie à la société. Il est insultant de recevoir une augmentation de 50 ¢ d'indexation; ce n'est pas sérieux. Qu'est-ce qu'on peut se payer avec 50 ¢ en 2021?
Effectivement, ce sont tous les aînés qui ont besoin de soutien et le gouvernement devra les entendre.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-18 15:24 [p.8807]
Madam Speaker, I thank my colleague for his very interesting speech.
He showed us the many differences between Quebec and the Canadian provinces.
I know that my colleague has taken a great interest in agriculture, in particular the next generation of farmers. There are very few supports in this budget for the agriculture sector, which is so important. In particular, there is nothing for the Quebec model, which is different from the other provinces' models.
Can my colleague make some suggestions about how the budget could have better supported our farmers?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours très intéressant.
Il a démontré les nombreuses différences entre le Québec et les provinces à l'intérieur de ce Canada.
Je sais que mon collègue s'est beaucoup intéressé à la question de l'agriculture, notamment à la relève agricole. On a offert très peu de soutien dans ce budget pour le monde agricole, qui est si important. Surtout, on ne retrouve rien pour le modèle québécois qui est différent des modèles des autres provinces.
Mon collègue peut-il nous faire des suggestions sur des façons dont le budget aurait pu aider davantage nos producteurs agricoles?
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for her question. She was not very specific, so I do not quite know how to answer. Unfortunately, it is difficult for me to answer at this point.
However, with regard to the agricultural model, I can say that, in the past, we were very disappointed to see the federal government sacrificing Quebec at every opportunity in matters involving international trade.
Quebec has an agricultural model that works. The COVID-19 crisis strengthened Quebec's resolve to promote local agriculture and family farms and to take another look at our vision of agriculture so that we can eat high-quality, locally produced food.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question. Il aurait fallu qu'elle soit un peu plus spécifique pour que je sache vraiment quoi répondre. Malheureusement, il m'est difficile de lui répondre à ce stade-ci.
Toutefois, par rapport au modèle agricole, je peux dire que, par le passé, on a été particulièrement déçu de voir un gouvernement fédéral, chaque fois qu'il en avait l'occasion, sacrifier le Québec dans les échanges internationaux.
Le Québec a un modèle agricole performant. La crise de la COVID‑19 a renforcé la volonté de valoriser l'agriculture locale et les fermes familiales, et de revoir un peu la vision qu'on a de l'agriculture pour manger de la nourriture de qualité faite par le monde de chez nous.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, one of the issues that people in my province have been speaking a lot about is the need for reforms to equalization, as well as to the fiscal stabilization program. Views may not be uniform across the country on that, but one thing on which there is agreement, and that all the premiers have called for, is lifting the cap on the fiscal stabilization program. Provinces agree that it is not reasonable to have a cap on the fiscal stabilization program in light of the nature and objectives of this program.
This is a call supported by premiers in the west and also by Premier Legault. I would like to hear if the Bloc supports this call from the premiers, including Premier Legault, to eliminate that cap as a basic fairness measure for the provinces.
Madame la Présidente, l'un des problèmes dont les habitants de ma province ont beaucoup parlé est le besoin de réformer la péréquation et le Programme de stabilisation fiscale. Les opinions ne sont peut-être pas uniformes d'un bout à l'autre du pays, mais il y a une chose sur laquelle tout le monde s'entend et que tous les premiers ministres provinciaux ont réclamée, soit la suppression du plafond du Programme de stabilisation fiscale. Les provinces conviennent qu'en raison de la nature et des objectifs du Programme de stabilisation fiscale, il n'est pas raisonnable d'imposer un plafond au programme.
Il s'agit d'une demande qui est appuyée par les premiers ministres des provinces de l'Ouest et le premier ministre Legault. J'aimerais savoir si le Bloc appuie cette demande de la part des premiers ministres, dont le premier ministre Legault, d'éliminer ce plafond à titre de mesure d'équité fondamentale pour les provinces.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his rather technical question. If I can provide him with a more general answer, I would say that some provinces are very frustrated and have a lot of demands related to the equalization problem, or equalization program, rather. Pardon my mistake.
These provinces would probably have fewer problems if they could raise taxes high enough to meet their financial needs. Often the problem results from the fact that a government makes tax cuts before realizing that it can no longer afford to pay for services. That might be the answer.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question assez technique. Si je peux lui répondre de façon plus générale, je dirais que certaines provinces ont beaucoup de frustrations et de revendications en lien avec le problème, ou plutôt le programme de péréquation, si on me pardonne ce lapsus.
Ces provinces auraient probablement moins de problèmes si elles pouvaient lever des impôts à la hauteur de leurs besoins financiers. Souvent, le problème découle du fait qu'on coupe les impôts, avant de se rendre compte qu'on ne peut plus payer les services. La réponse est peut-être là.
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2021-06-18 15:27 [p.8807]
Madam Speaker, it is an honour to rise to speak to Bill C-30, the budget implementation act.
The Liberals, after failing to deliver a budget for two years, finally got around to delivering one a few months ago. I have to say that the budget delivers. The only problem is that it delivers in all the wrong ways. The Liberals have delivered a historic deficit of $354 billion, the largest deficit in Canadian history, and the Liberals have delivered a mountain of debt, with the national debt projected to reach $1.4 trillion by the end of this year.
To put that staggering figure in some context, the Liberals have managed to nearly double the national debt in the span of less than two years. This Liberal budget delivers yet another near historic deficit for this year of $154.7 billion, with deficit after deficit projected year after year, and no plan whatsoever to see a return to a balanced budget.
The members of the government say, as one of the excuses that they peddle for the massive deficits and massive debt, that it is all about COVID, and that COVID has necessitated all of the spending, except that simply is not true. Indeed, when one looks at program spending for 2021-22 of $475.6 billion, only a little more than 10% of that is attributable to COVID. Speaking of $475.6 billion in program spending, that represents a 40.5% increase in spending from 2019-20 levels. That is right. It is a 40.5% increase in spending in two years under these Liberals.
In the face of this massive, reckless spending, to paraphrase the great late former U.S. president Ronald Reagan, one could accuse the government of spending like drunken sailors. However, as President Reagan would say that at least the drunken sailors were spending their own money. The same cannot be said for the government. Whose money are the Liberals spending? It turns out that a lot of what they are doing is printing money.
In an unprecedented manner, the Bank of Canada is buying the government's debt. There was a $354-billion deficit last year. Of that, the Bank of Canada bought over $300 billion, or over 80%. We have seen, in terms of the supply of money, an increase of some 20% over this past year alone. That represents an increase in the supply of money that we have not seen in this country since 1974, nearly 50 years ago.
There is a price to be paid for all of this borrowing and all of the spending, and we hear the excuses from the government. The Liberals' justification is to say that now is a better time than ever to borrow and spend because interest rates are low.
Interest rates will not always be low, and it must be said that the government does not entirely have control of interest rates. Market forces also help determine what interest rates will be. Putting that aside, there is a cost being borne by everyday, middle-class Canadians in inflation.
Indeed, the consumer price index for April saw an increase of 3.4%. That was its highest recording since September 2011. It was a 10-year record in the consumer price index, and it was broken one month later when it rose by 3.6%. That has hit Canadians hard in the wallet.
We have seen the costs of just about everything go up. Homeowners' replacement costs increased 11.3% from last year, representing the largest annual increase since 1987. Housing prices have skyrocketed 42% in the span of one year. We have seen gasoline prices increase by about 50% from last year.
Regarding essentials such as groceries, the Canada Food Price Report projects that the average family of four will pay $695 more in groceries this year compared with last year. That represents the largest projected increase in the cost of groceries since the report was first published, more than 10 years ago.
I know that for our silver-spoon Prime Minister and other Liberal elites, $695 is chump change. It means nothing to them. For everyday Canadians, at a time when 53% of Canadians are $200 away from insolvency, $695 can make the difference between putting food on the table and being able to stay in their homes.
For this budget, we have heard the finance minister talk so much about stimulus. By the way, the Parliamentary Budget Officer said it was totally miscalibrated. For all the talk about recovery, I say where are the jobs? There were 200,000 jobs lost in April and 68,000 jobs lost in May. Canada has the second-highest unemployment rate in the G7, and the sixth-highest unemployment rate out of 37 countries in the OECD.
For a government that has spent so much, it has failed to deliver as Canadians fall farther and farther behind. This is a failed budget from a failed Liberal government.
Madame la Présidente, c'est un honneur de prendre la parole au sujet du projet de loi C‑30, la Loi d'exécution du budget.
Après avoir négligé de présenter un budget pendant deux ans, les libéraux ont finalement réussi à en présenter un il y a quelques mois. Je dois dire que le budget est à la hauteur. Le seul problème, c'est qu'il l'est de toutes les mauvaises façons. Les libéraux ont créé un déficit historique de 354 milliards de dollars, le plus grand déficit de l'histoire du Canada, et ils ont créé une montagne de dettes, la dette nationale devant atteindre 1,4 billion de dollars d'ici la fin de l'année.
Pour mettre ce chiffre stupéfiant en contexte, les libéraux ont réussi à presque doubler la dette nationale en moins de deux ans. Le budget libéral prévoit un autre déficit presque historique pour cette année, soit 154,7 milliards de dollars, avec des déficits prévus année après année, et aucun plan pour équilibrer le budget.
Afin de nous faire avaler le déficit et la dette qui ont atteint des sommets inégalés, les députés ministériels utilisent l'excuse de la COVID‑19 et ils prétendent que la pandémie a justifié toutes ces dépenses, sauf que c'est totalement faux. En vérité, quand on examine de près les dépenses de programmes pour l'exercice 2021‑2022 qui totalisent 475,6 milliards de dollars, une infime partie de ces dépenses — un peu plus de 10 % du total — est attribuable à la COVID‑19. Or, ce total de 475,6 milliards de dollars en dépenses de programmes représente une augmentation de 40,5 % par rapport à 2019‑2020. C'est exact. Cela représente une augmentation de 40,5 % des dépenses depuis deux ans sous le gouvernement libéral.
Concernant ces dépenses massives et irréfléchies, j'aimerais reprendre les paroles de l'ancien président des États-Unis, Ronald Reagan, qui avait déclaré qu'on pouvait accuser le gouvernement de dépenser comme des marins ivres. Cependant, le président Reagan avait ajouté qu'au moins, les marins ivres dépensent seulement leur argent. On ne peut pas en dire autant du gouvernement. À qui appartient l'argent que les libéraux dépensent? Il se trouve que les libéraux ne font essentiellement qu'imprimer de l'argent.
La Banque du Canada rachète la dette du gouvernement comme jamais auparavant. Il y avait un déficit de 354 milliards de dollars l'an dernier, et la Banque du Canada a racheté plus de 80 % de cette dette, soit plus de 300 milliards de dollars. La quantité d'argent en circulation dans l'économie a augmenté de 20 % au cours de la dernière année. Il s'agit de l'augmentation la plus importante au Canada depuis 1974, donc depuis près de 50 ans.
Il y a un prix à payer pour tous ces emprunts et toutes ces dépenses, mais le gouvernement tente de se justifier. Il dit qu'il n'y a jamais eu de meilleur moment pour emprunter et dépenser, puisque les taux d'intérêt sont bas.
Les taux d'intérêt ne seront pas toujours bas et il faut reconnaître que le gouvernement n'a pas entièrement le contrôle sur les taux d'intérêt. Les forces du marché contribuent à déterminer les taux d'intérêt. Cela dit, il y a un prix que paient tous les jours les Canadiens ordinaires de la classe moyenne, et c'est l'inflation.
En effet, en avril, l'indice des prix à la consommation a augmenté de 3,4 %. Il n'a jamais été aussi élevé depuis septembre 2011. Il s'agissait donc d'une hausse jamais vue en 10 ans et ce record a été battu le mois suivant, lorsqu'il a augmenté de 3,6 %, ce qui a durement touché le portefeuille des Canadiens.
À peu près tous les coûts ont augmenté. Les coûts de remplacement par les propriétaires ont augmenté de 11,3 % depuis l'an dernier, ce qui représente la plus grosse augmentation annuelle depuis 1987. Les prix des maisons ont grimpé de 42 % en un an. Les prix de l'essence ont augmenté d'environ 50 % depuis l'an dernier.
En ce qui concerne les produits de première nécessité, comme l'épicerie, le Rapport sur les prix alimentaires canadiens prévoit que la facture d'épicerie pour une famille moyenne de quatre augmentera de 695 $ par rapport à l'an dernier. Cela représente la plus grande augmentation prévue du prix de l'épicerie depuis que le rapport a commencé à être publié, il y a plus de 10 ans.
Je sais que, pour notre premier ministre, qui est né avec une cuillère d'argent dans la bouche, ainsi que pour les autres élites libérales, 695 $, c'est de la menue monnaie. Ce n'est rien pour eux. Cependant, pour les Canadiens ordinaires, alors que 53 % des Canadiens sont à 200 $ de l'insolvabilité, la somme de 695 $ peut être juste ce qu'il leur faut pour ne pas avoir à choisir entre s'acheter des aliments et se loger.
En ce qui concerne ce budget, la ministre des Finances a beaucoup parlé de mesures de relance. Or, selon le directeur parlementaire du budget, ce budget est extrêmement mal calibré. On a beau parler de relance, je me demande où sont les emplois. On a perdu 200 000 emplois en avril, et 68 000 emplois en mai. Le Canada affiche le deuxième taux de chômage en importance parmi les pays du G7, et le sixième taux de chômage en importance parmi les 37 pays de l'OCDE.
Ce gouvernement, pourtant très dépensier, n'a pas su aider les Canadiens dont la situation se détériore de plus en plus. C'est un budget inefficace conçu par un gouvernement libéral qui l'est tout autant.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-18 15:37 [p.8808]
Madam Speaker, let me thank the official opposition and their partners for allowing us to debate this particular bill. It is an important piece of legislation, so I appreciate the opportunity to speak to it and ask questions today.
To my friend across the way, does he not see the hypocrisy of some Conservative members saying we need to spend more money in certain areas, in particular on support packages that will cost additional hundreds of millions of dollars, when on the other hand the Conservative right is saying they do not want us spending as much money?
How does he balance what appears to many to be hypocrisy?
Madame la Présidente, je souhaite remercier l’opposition officielle et leurs partenaires de nous laisser la possibilité de débattre de ce projet de loi en particulier. C’est une importante mesure législative, alors je suis heureux d’avoir l’occasion de prendre la parole à ce sujet et de poser des questions.
À mon estimé collègue d’en face, je demande s’il ne remarque pas cette évidente hypocrisie de la part de certains députés conservateurs qui nous demandent de dépenser plus d’argent, notamment dans des programmes d’aide qui vont coûter des centaines de milliers de dollars en plus, alors que la droite conservatrice nous affirme qu’elle ne veut pas que nous dépensions plus d’argent.
Comment arrive-t-il à justifier ce que bon nombre de personnes voient comme de l’hypocrisie?
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2021-06-18 15:38 [p.8808]
Madam Speaker, we have a government that has spent a lot of money, but has not targeted the dollars to help Canadians. The member for Barrie—Innisfil posed a question earlier today about new businesses that have been completely shut out of the government's COVID supports. While small businesses and new businesses were struggling, however, the government had no trouble rewarding Liberal insiders like the Kielburger brothers and the WE organization. I reject the premise of the hon. member's question.
Madame la Présidente, nous avons un gouvernement qui a dépensé beaucoup d'argent, mais pas dans le but d'aider les Canadiens. Le député de Barrie—Innisfil a posé une question plus tôt aujourd'hui au sujet des nouvelles entreprises qui ont été complètement exclues des mesures d'aide du gouvernement liées à la COVID. Cependant, alors que les petites entreprises et les nouvelles entreprises étaient en difficulté, le gouvernement n'a eu aucun mal à récompenser les initiés libéraux comme les frères Kielburger et l'organisme UNIS. Je rejette la prémisse de la question du député.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I agree that a lot of folks across the country are really worried about their futures. My concern is that during this time, Canada's richest folks, the ultrarich, have increased their wealth substantially. I am very concerned that neither the Conservatives nor the Liberals seem to be interested in making sure that the richest Canadians pay their fair share. They do not need to pay more: just their fair share, because they are paying significantly less in taxes than everyday hard-working Canadians.
I am wondering this. Could the member explain why his party refuses to make sure that the richest pay their fair share?
Madame la Présidente, je conviens que beaucoup de gens d'un bout à l'autre du Canada sont très inquiets pour leur avenir. Ce qui m'inquiète, c'est le fait que les gens les plus riches du Canada, c'est-à-dire les ultrariches, se sont considérablement enrichis pendant la pandémie. Je suis très préoccupée par le fait que ni les conservateurs ni les libéraux ne semblent vouloir s'assurer que les Canadiens les plus riches paient leur juste part. Ils n'ont pas besoin de payer plus, seulement leur juste part, car ils paient beaucoup moins d'impôts que les vaillants travailleurs canadiens ordinaires.
Je me pose la question suivante. Le député pourrait-il expliquer pourquoi son parti refuse de faire en sorte que les plus riches paient leur juste part?
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2021-06-18 15:40 [p.8808]
Madam Speaker, with respect to the hon. member for North Island—Powell River, we on this side of the House have been fighting for everyday Canadians, unlike the Liberal government whose policies have benefited some of the very wealthiest Canadians.
What I entirely reject are the efforts on the part of the NDP to redistribute wealth, increase taxes massively and undermine Canada's competitiveness at a time when we are already lagging.
Madame la Présidente, concernant la question de la députée de North Island—Powell River, je dois dire que de ce côté-ci de la Chambre, nous nous sommes battus pour les Canadiens ordinaires, contrairement au gouvernement libéral dont les politiques ont profité à certains des Canadiens les plus riches d'entre tous.
En revanche, je désapprouve totalement les efforts déployés par le NPD pour redistribuer la richesse, augmenter massivement les impôts et miner la compétitivité du Canada à un moment où nous sommes déjà en retard.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-18 15:41 [p.8808]
Madam Speaker, I too would like to reiterate that we need to help businesses that are starting up that needed help and did not get it. Lots of Canadians did not get help in this situation. However, we have also seen CEOs take advantage of this situation and shareholders have been paid huge bonuses.
Does the hon. member think it is fair that there is pandemic profiteering by the big banks and large corporations when so many small businesses and working people are struggling?
Madame la Présidente, j'aimerais moi aussi répéter que nous devons aider les nouvelles entreprises qui avaient besoin d'aide et qui n'en ont pas obtenu. Beaucoup de Canadiens n'ont pas reçu d'aide. Cependant, en parallèle, nous avons vu des PDG profiter de la situation et des actionnaires recevoir d'énormes primes.
Le député pense-t-il qu'il est juste que les grandes banques et les grandes entreprises profitent de la pandémie alors que tant de petites entreprises et de travailleurs sont en difficulté?
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2021-06-18 15:41 [p.8808]
Madam Speaker, no, I do not believe it is fair. We saw one example of that with Air Canada. We need to help Canadians get through this very difficult time, and the best way to do that right now is to move forward with a plan to reopen the economy so that Canadians can get working again and Canada can recover. That was entirely lacking in this budget.
Madame la Présidente, non, je ne crois pas que ce soit juste. Nous l'avons vu avec Air Canada. Nous devons aider les Canadiens à traverser cette période très difficile, et la meilleure façon de le faire maintenant est de mettre en œuvre un plan de relance de l'économie afin que les Canadiens puissent retourner au travail et que le Canada puisse se rétablir. Les mesures pour y arriver sont totalement absentes du budget.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-06-18 15:42 [p.8808]
Madam Speaker, it is with joy that I enter the debate here on a Friday afternoon to talk about Bill C-30.
There is a lot in this more than 700-page budget that we could go over. One of the things we noticed in this 700-page budget document is that it does not include the words “balanced budget” once. Out of 700 pages, there is no plan to return to balance. There is no plan to actually stop stockpiling debt onto future generations of Canadians. That is where I want to start my presentation today, talking about the next generations of Canadians, what this budget would actually do and how it would set up their life.
There was a column, written by Franco Terrazzano, of the Canadian Taxpayers Federation, and Kris Rondolo, who is the executive director of Generation Screwed. That is how the next generation is starting to feel right now. In this column, they wrote, “Canadian babies born on federal budget day 2021 had more than $28,000 of debt the moment they opened their eyes.”
I saw today that my friend and colleague from Battle River—Crowfoot had his seven-day-old son, Winston, on the screen today. I am sorry to tell Winston that he already owes the government $28,000 as of today. What will that look like in a couple of years? By the time these little ones are blowing out the candles on their fifth birthday, Ottawa projects their share of the federal debt will be $35,000. That will be for every baby who was born on budget day this year.
That is something we really need to start considering when we talk about budgets and bills like Bill C-30, and what we are doing to the next generation of Canadians.
It is important to know why the debt is soaring. The pandemic caused government revenues to drop by 11% in 2020, but there is a bigger story. Ottawa's spending, and let us remember that revenue dropped by 11%, has increased 75%. Let us take that 75% increase in Ottawa's spending into consideration.
Even worse, the Prime Minister and finance minister are using the COVID-19 pandemic as a cover to increase government spending for the years to come. By 2026, the federal government is planning to permanently hike government spending by $100 billion more than pre-pandemic.
Where would we get the revenue from? I have often said to the people in Regina—Lewvan that the government does not make money, government only has the ability to take money, through taxes, from businesses and Canadians who have made it. That means that in 2026, the Government of Canada will be spending over $100 billion more than pre-pandemic levels. That money has to come from somewhere, and we all know where the government is looking to get some of that money.
It would be out Canadians' pockets, whether it be through a $170 carbon tax, income tax or a tax on permanent residents. We know the CMHC has been looking at that. We talked about in the 2019 campaign. Everyone said that is was ridiculous and that it would never happen. However, the Liberal government has spent a lot of money to look at how it could take money from Canadians.
Let us look at a few more numbers. On a year-to-year basis, the federal government spends $20 billion on debt interest charges each year. The provinces spend nearly $30 billion. By 2026, annual interest charges on the federal debt will nearly double to $39 billion. To put that in perspective, the finance minister's big announcement on a national child care program was that it was planning to spend $30 billion on day care over the next five years.
It would be $30 billion for a national child care program. How much would the federal government spend on debt payment in the next five years? It would be $153 billion in debt interest. The government is going to spend $30 billion on child care, and that was a big, trumpeted, top platform policy, something it was finally going to get done, yet over five years, it would be spending $30 billion on day care and $153 billion on the debt.
There is a lot of spending in this budget. It is 700 pages and there are programs that are going to have to be rolled out. We do not question the Liberal government's ability to spend money. I am sure the Prime Minister and the finance minister are very good at spending money. What we question is where their priorities lie for spending this money.
As my colleague before me asked, where is the job creation in this? When are people going back to work? Where is the plan for people to start earning paycheques instead of receiving government cheques? That is what we on this side are asking. Despite the size of this budget and the long wait, because we waited two years for it, there is still no plan for Canadians to return to normal life. That is what I have been hearing. I had time to do a lot of Zoom calls in my riding and I spoke with Tracy Fahlman of the Regina Hotel Association. She said that her stakeholder groups and the members of the association know they need help to get by, but they want to know when they will be able to welcome clients back through their doors and start making money again. They do not want to be on government programs for years to come; they want to start living their lives, earn their money, have their employees come back to work and get their businesses up and running again. That is what Canadians are looking for in this budget, but what is sorely missing is the lack of a plan to create jobs for Canadians.
Another thing we talked about in this budget is the ability to secure the future for the next generation. We are really looking forward to having this conversation, because I believe the government is really fired up to get ready for a campaign this fall, so we are looking forward to contrasting its lack of a vision with our five-point plan to secure the future for Canadians and recover those million jobs that were lost. The member for Carleton brings that up often in question period. By the end of this month, in the government's detailed department plan, it is supposed to recover all jobs lost due to the pandemic. However, the members on that side do not want to answer if they will fulfill that promise they made to recover the million jobs lost due to COVID‑19. That is the question that Canadians want answered. It is in the detailed department plan of the Minister of Finance, so why can the Liberals not tell us if they are going to reach that goal? It is a simple question that requires a simple answer: yes or no. However, again today no one on that side wanted to answer that question in question period.
I have often stood in this House and talked about the independent travel agents who have really been forgotten by the government. I tabled a petition on behalf of travel agents across Regina—Lewvan who are asking why, if the government has enough money for big bailouts for Air Canada, which can give $10 million to its executives, there is no money being paid to the independent travel agents who have been without income and unable to collect revenues for almost a year. The government is failing average, everyday Canadians. They been left behind by the government's plan and budget.
Another thing we looked for in the budget was support for pipelines. I do not think they are mentioned in this budget at all, not with respect to the oil and gas sector, so I brought that up several times. They really need some support. We need to fight to make sure that Line 5 does not get shut down. The government gave up on Keystone XL, because we know the members on that side of the House do not like the energy sector. The Prime Minister himself said he wants to phase out the oil sector across western Canada. Ironically, that might be the only promise he ends up keeping for western Canadians, to continue to phase out the oil sector where the hard-working men and women in my riding and across western Canada go to work every day.
I am happy to put on the record that the people of Regina—Lewvan did not vote for a Liberal government and that is why I will not be supporting this budget.
Madame la Présidente, je me réjouis de prendre part au débat sur le projet de loi C‑30 en ce vendredi après-midi.
Il y a beaucoup de matière à examiner dans ce budget de plus de 800 pages. Par exemple, l'une des choses qui attirent mon attention est qu'à aucun endroit dans ce document de 800 pages on peut lire le terme « budget équilibré ». Aucune de ces 800 pages n'énonce un plan pour revenir à l'équilibre budgétaire. Il n'y a pas de plan pour arrêter d'empiler les dettes pour les futures générations de Canadiens. C'est sur ce point que j'aimerais commencer mon allocution aujourd'hui: je veux parler des prochaines générations de Canadiens, quelles seront les répercussions du budget et dans quelle mesure leur vie sera affectée.
Franco Terrazzano, membre de la Fédération canadienne des contribuables, et Kris Rondolo, le directeur général de l'organisme Generation Screwed, ont publié un article sur le sentiment d'impuissance des jeunes. En effet, les jeunes commencent à avoir l'impression que leur avenir a été bousillé. Ils ont écrit ceci: « Les bébés canadiens qui sont nés le jour où le budget fédéral de 2021 a été déposé ont hérité d'une dette de plus de 28 000 $ avant même d'avoir ouvert les yeux. »
Aujourd'hui, j'ai vu mon ami et collègue le député de Battle River—Crowfoot paraître à l'écran en compagnie de Winston, son fils âgé de sept jours. Je regrette d'annoncer à Winston qu'il doit déjà au gouvernement un montant de 28 000 $. Qu'en sera-t-il dans quelques années? Ottawa prévoit que, d'ici le cinquième anniversaire de ces tout-petits, leur part de la dette fédérale se chiffrera à 35 000 $. Ce sera le cas de tous les bébés nés le jour du budget de cette année.
C'est là une chose qu'il faut vraiment commencer à considérer lorsqu'il est question de budgets et de projets de loi comme le projet de loi C‑30, et de ce que nous faisons à la prochaine génération de Canadiens.
Il est important de savoir pourquoi la dette est en train de gonfler. La pandémie a fait baisser les recettes du gouvernement de 11 % en 2020, mais l'histoire ne s'arrête pas là. Les dépenses d'Ottawa ont grimpé de 75 %. Rappelons que les recettes ont chuté de 11 %. Prenons en considération cette augmentation de 75 % des dépenses d'Ottawa.
Pire encore, le premier ministre et la ministre des Finances utilisent la COVID‑19 comme prétexte pour augmenter les dépenses gouvernementales pour les prochaines années. D'ici 2026, le gouvernement prévoit augmenter de façon permanente les dépenses publiques à hauteur de 100 milliards de dollars de plus qu'avant la pandémie.
De quelles sources les revenus proviendraient-ils? Je dis souvent aux gens de Regina—Lewvan que le gouvernement ne crée pas d'argent, qu'il ne peut que prendre de l'argent, au moyen des taxes et des impôts, aux entreprises et aux Canadiens qui en ont fait. En 2026, les dépenses du gouvernement du Canada dépasseront de plus de 100 milliards de dollars les dépenses d'avant la pandémie. Cet argent doit venir de quelque part, et nous savons tous où le gouvernement espère aller en chercher une partie.
Il veut piger dans les poches des Canadiens, que ce soit par l'intermédiaire d'une taxe sur le carbone de 170 $, de l'impôt sur le revenu ou d'une taxe imposée aux résidents permanents. Nous savons que la Société canadienne d'hypothèques et de logement étudie des possibilités. Nous en avons parlé pendant la campagne de 2019. Tout le monde disait que c'était ridicule et que cela n'arriverait jamais. Le gouvernement libéral a toutefois dépensé des sommes importantes dans le but de trouver des façons de piger dans les poches des Canadiens.
Voici encore quelques chiffres. Le gouvernement fédéral paie 20 milliards de dollars par année pour le service de la dette. Les provinces y consacrent près de 30 milliards de dollars. D'ici 2026, l'intérêt annuel sur la dette fédérale aura presque doublé pour passer à 39 milliards de dollars. À titre de comparaison, rappelons que lorsque la ministre des Finances a fait une grande annonce à propos d'un programme national de garderies, elle a dit que le gouvernement prévoyait y consacrer 30 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années.
Un programme national de garde d'enfants coûterait 30 milliards de dollars. Combien le gouvernement fédéral dépenserait-il pour payer le service de la dette au cours de cinq prochaines années? On parle de 153 milliards de dollars d'intérêts. Quand le gouvernement a annoncé qu'il allait dépenser 30 milliards de dollars pour la garde d'enfants, c'était une dépense si importante qu'il en a fait la mesure phare de sa plateforme et l'a annoncé en grande pompe. Pourtant, tandis qu'il dépenserait 30 milliards de dollars pour la garde d'enfants en cinq ans, il dépenserait, au cours de la même période, 153 milliards de dollars pour le service de la dette.
Le budget prévoit beaucoup de dépenses en 800 pages. Des programmes devront être mis en œuvre. Nous ne doutons nullement de la capacité de dépenser du gouvernement libéral. Je suis convaincu que le premier ministre et la ministre des Finances excellent lorsqu'il s'agit de dépenser. Ce que nous remettons en question, ce sont les priorités pour lesquelles on dépense tout cet argent.
Comme mon collègue l'a fait avant moi, je me demande où est la création d'emplois. Quand les gens vont-ils se remettre au travail? Où est le plan pour que les gens commencent à recevoir des chèques de paie plutôt que des chèques du gouvernement? C'est la question qu'on se pose de ce côté-ci de la Chambre. Malgré l'ampleur de ce budget et la longue attente, car ce budget se fait attendre depuis deux ans, il n'y a toujours pas de plan pour que les Canadiens puissent reprendre leur vie normale. C'est ce que des gens m'ont dit. J'ai eu le temps de participer à de nombreux appels sur Zoom dans ma circonscription, et j'ai parlé avec Tracy Fahlman, de l'association des hôtels de Regina. Elle a dit que les groupes d'intervenants de son secteur et les membres de l'association savent qu'ils ont besoin d'aide pour joindre les deux bouts, mais ils veulent savoir quand ils pourront recommencer à accueillir des clients et à gagner de l'argent. Ils ne veulent pas continuer de recevoir des prestations du gouvernement pendant des années. Ils veulent reprendre leur vie normale, gagner de l'argent pouvoir rappeler leurs employés au travail et relancer leurs entreprises. C'est ce que les Canadiens veulent voir dans ce budget, mais ce qui fait cruellement défaut, c'est un plan pour créer des emplois pour les Canadiens.
Un autre élément de discussion à propos de ce budget, c'est la capacité à assurer l'avenir de la prochaine génération. Nous avons hâte d'avoir cette discussion, parce que je crois que le gouvernement est vraiment disposé à déclencher des élections cet automne. Nous sommes donc prêts à opposer son manque de vision à notre plan en cinq points visant à assurer l'avenir des Canadiens et à récupérer le million d'emplois perdus. Le député de Carleton en parle souvent durant la période des questions. Selon le plan ministériel détaillé du gouvernement, tous les emplois perdus à cause de la pandémie devraient avoir été récupérés d'ici la fin du mois. Cependant, les députés d'en face ne veulent pas dire s'ils tiendront cette promesse de récupérer le million d'emplois perdus à cause de la COVID‑19. Voilà la question à laquelle les Canadiens veulent une réponse. Cela fait partie du plan détaillé du ministère des Finances, alors pourquoi les libéraux ne nous disent-ils pas s'ils vont atteindre cet objectif? La question est simple et la réponse est simple: c'est oui ou non. Cependant, encore aujourd'hui, aucun député d'en face n'a voulu se mouiller durant la période des questions.
J'ai souvent pris la parole à la Chambre au sujet des agents de voyage indépendants qui ont vraiment été oubliés par le gouvernement. J'ai présenté une pétition au nom d'agents de voyage de Regina—Lewvan qui se demandent pourquoi, alors que le gouvernement a suffisamment d'argent pour verser une importante aide financière à Air Canada, qui à son tour peut donner 10 millions de dollars à ses cadres, aucune somme n'est prévue pour les agents de voyage indépendants qui sont sans revenus et qui ne peuvent pas gagner leur vie depuis près d'un an. Le gouvernement laisse tomber les Canadiens ordinaires. Le plan et le budget du gouvernement ne prévoient rien pour eux.
Nous aurions aussi espéré trouver dans le budget un soutien pour les pipelines. Ils n'y sont même pas mentionnés en ce qui concerne le secteur pétrolier et gazier. J'ai donc soulevé la question à plusieurs reprises. Ils ont vraiment besoin de mesures d'aide. Nous devons lutter pour éviter la fermeture de la canalisation 5. Le gouvernement a jeté l'éponge pour le projet Keystone XL parce que, comme nous le savons, les députés ministériels n'aiment pas le secteur de l'énergie. Le premier ministre lui-même a dit qu'il voulait éliminer progressivement le secteur pétrolier dans l'Ouest canadien. Paradoxalement, ce pourrait bien être la seule promesse qu'il réalisera pour les Canadiens de l'Ouest: continuer d'éliminer progressivement le secteur pétrolier, pour qui des hommes et des femmes de ma circonscription et de l'ensemble de l'Ouest canadien travaillent tous les jours.
Je suis heureux de souligner à la Chambre que les gens de Regina—Lewvan n'ont pas voté pour un gouvernement libéral, et c'est pourquoi je n'appuierai pas ce budget.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-06-18 15:52 [p.8810]
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech. We do not often agree, but it is a pleasure to work with him, especially in committee.
I really like the part of the Conservatives' discourse on effective spending and the need to target the right people. My colleague spoke of big companies that sought out financial aid, while small businesses, especially travel agencies, did not receive adequate support.
I would like to know my colleague's opinion on the Canada emergency wage subsidy. What does he think about the fact that political parties benefited from this support, while the small businesses it was originally intended for could not benefit from it? What does he think of the amounts his party received from the wage subsidy, and does he think that money should be paid back?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours. Nous ne sommes pas souvent d'accord, mais il est agréable de travailler avec lui, particulièrement en comité.
J'aime bien une partie du discours conservateur, sur l'efficacité des dépenses et le besoin de viser les bonnes personnes. Mon collègue a parlé des grandes entreprises qui sont allées chercher une aide financière, alors que de petites entreprises, notamment des agences de voyages, ont manqué de soutien.
J'aimerais avoir l'avis de mon collègue sur la Subvention salariale d'urgence du Canada. Que pense-t-il du fait que des partis politiques ont bénéficié de cette aide, votée à l'origine pour les petites entreprises, mais que des petites entreprises n'aient pas pu en bénéficier? Que pense‑t‑il des sommes que son parti a reçues en vertu de la Subvention, et considère‑t‑il que ces sommes devraient être remboursées?
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-06-18 15:53 [p.8810]
Madam Speaker, the member is correct. I do enjoy working with him on the agriculture committee, and that is why I was very proud of our leader when he said that we would stop receiving the wage subsidy immediately when he became leader and that we would pay it back slowly.
That is what Conservatives believe in. We put our money where our mouth is. I am not sure if the Liberal Party is going to buck up and pay the money back that they got from the wage subsidy, but Conservatives believe that money should be paid back. That is why I was proud to support the member for Durham when he made that announcement during his leadership race.
Madame la Présidente, j'aime moi aussi travailler avec le député au comité de l'agriculture. Il soulève un bon point. C'est pourquoi j'étais très fier de notre chef quand il a affirmé que nous arrêterions de toucher la subvention salariale dès qu'il prendrait la direction de notre parti, et que nous rembourserions les sommes petit à petit.
C'est en cela que les conservateurs croient. Nous joignons le geste à la parole. Je ne suis pas sûr que les libéraux rembourseront l'argent qu'ils ont reçu dans le cadre de la subvention salariale, mais les conservateurs croient que cet argent doit être remboursé. C'est pourquoi j'étais fier d'appuyer le député de Durham quand il a fait cette annonce durant sa course à la direction.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, the member in his intervention spoke quite a bit about debt and deficit, and this country's position with respect to that. If he is so incredibly passionate about ensuring the deficit is eliminated, can he explain to this House why his own party, in its platform, says that it is only committing to balancing the budget within 10 years? The Conservatives are saying it will take 10 years to balance it.
Why is that? If he is so committed to it—
Some hon. members: Oh, oh!
Mr. Mark Gerretsen: Madam Speaker, obviously, they do not like me saying that, because I am getting a lot of heckles coming across the way, so maybe it is why the member should address this head-on. Why would it take 10 years, if he is so concerned about it?
Madame la Présidente, dans son intervention, le député a beaucoup parlé de dette et de déficit, et de la position de notre pays à cet égard. S’il tient autant à ce que le déficit soit éliminé, peut-il expliquer à la Chambre pourquoi son propre parti, dans son programme, annonce qu’il s’engage à équilibrer le budget en 10 ans? Les conservateurs disent qu’il leur faudra 10 ans pour l’équilibrer.
Pour quelle raison? S’il y tient tellement...
Des voix: Oh, oh!
M. Mark Gerretsen: Madame la Présidente, vraisemblablement, ils n’apprécient pas ce que je dis, car je me fais chahuter par des députés de l’autre côté; alors le député devrait peut-être répondre directement. Pourquoi cela prendrait-il 10 ans, si c’est si important pour lui?
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-06-18 15:54 [p.8810]
Madam Speaker, I can tell this member is a little sheepish right now because he did not realize that, during the debate on Bill S-204, the Liberals were filibustering their own budget bill. If they actually had knowledge of the parliamentary process, they would have realized that passing that bill unanimously would have let us vote on their budget bill this afternoon, but they are so incompetent, they did not realize they were filibustering their own budget bill.
It is really unbelievable.
Madame la Présidente, je peux dire que ce député se sent un peu penaud en ce moment parce qu'il ne s'était pas rendu compte que, pendant le débat sur le projet de loi S-204, les libéraux faisaient de l'obstruction à l'encontre de leur propre projet de loi budgétaire. S'ils connaissaient vraiment le processus parlementaire, ils auraient compris que l'adoption de ce projet de loi à l'unanimité nous aurait permis de voter sur leur projet de loi budgétaire cet après-midi, mais ils sont tellement incompétents qu'ils n'ont pas compris qu'ils empêchaient l'adoption de leur propre projet de loi budgétaire.
C'est franchement incroyable.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-06-18 15:55 [p.8810]
Madam Speaker, I want to thank my hon. friend and colleague for the shout-out and comment on how troubling the debt level is that exists for new Canadians. I am very happy to have celebrated the birth of my third son, Winston, so I appreciate that context for what we are debating here today.
However, I want to ask specifically about how troubling the rhetoric coming from the Liberal side is. We saw an example of that here just a moment ago. Somehow, Liberals are blaming Conservatives for their own unbelievable mismanagement of COVID, the economy and the legislative agenda. I wonder if the member for Regina—Lewvan has further comments on that.
Madame la Présidente, je voudrais remercier mon collègue et ami pour son avertissement et son commentaire sur le niveau d'endettement inquiétant des nouveaux Canadiens. Je viens de célébrer la naissance de mon troisième fils, Winston, et j'en comprends l'importance dans le contexte du débat que nous avons aujourd'hui.
Quoi qu'il en soit, j'aimerais poser une question sur le caractère dérangeant des grands discours des libéraux. Nous venons juste d'en avoir un exemple, il y a quelques instants. D'une certaine manière, les libéraux blâment les conservateurs pour leur propre mauvaise gestion incroyable de la COVID, de l'économie et du programme législatif. Je me demande si le député de Regina-Lewvan aurait d'autres commentaires à faire là-dessus.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-06-18 15:56 [p.8811]
Madam Speaker, that is a very tough, but fair, comment.
I really think that everyone in this chamber is honourable, but the government may be angling for a fall election. They are going to try to say that we are uncooperative and that they cannot get their budget passed, which is their own fault because we could have voted on it this afternoon if they were really good at handling their legislative agenda. Sometimes we should not attribute to malice what can be attributed to incompetence.
Madame la Présidente, ce sont des propos tout à fait justifiés, mais qu'il est très difficile de commenter.
Je pense que tout le monde est honorable à la Chambre. C'est juste que le gouvernement pense peut-être à des élections, à l'automne. Ils vont dire que nous ne nous sommes pas montrés coopératifs et qu'ils n'ont pas pu faire adopter leur budget, alors que c'est leur faute, puisque nous aurions pu le mettre aux voix cet après-midi s'ils avaient été capables de gérer correctement leur programme législatif. On ne devrait parfois pas considérer comme de la malveillance ce qui est de l'incompétence.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2021-06-18 15:57 [p.8811]
Madam Speaker, I thank my colleague for his excellent speech.
It is now my turn to rise to speak to Bill C-30, the budget implementation act, 2021. This budget looks nothing like any other budget in Canadian history. Before I comment on Bill C‑30, I want to talk about an unacceptable situation in my riding that the government is responsible for.
For years, the federal and provincial governments benefited greatly from the asbestos mines in the Appalaches RCM. Then the Liberal government shut down mining operations in the area. We can live with that. It was bound to happen. We can live with the mine tailings left by more than 100 years of mining operations. We can live with that, because we have turned things around. We have diversified our economy. I am very proud of my constituents' entrepreneurial spirit. They have transformed our mining town into a burgeoning town filled with robust small businesses. We can live with the fact that asbestos is still all around us. Asbestos is a natural fibre found in the ground, and closing the mines did not change the local geology. The asbestos was there long before us, and it will be there long after we are gone.
What I refuse to accept is Environment Canada's latest fearmongering campaign. Environment Canada put an ad in our local paper that says, “If you are using mining residues containing asbestos in your landscaping you could be putting yourself, your family and your neighbours at risk.” The hook reads, “DID YOU KNOW THAT breathing in asbestos fibres can cause life-threatening diseases?”
The answer to that question is yes. Used improperly, as was the case for years, asbestos can cause life-threatening diseases. It is ridiculous to tell people to be careful, because the fact is, their environment is dangerous. The government cannot just tell our people that their lives are in danger and then proceed to do nothing.
In 2018, I asked the Prime Minister to help our people rehabilitate mine lands and fix 100 years' worth of mining mistakes. The only answer I got was that my request had been forwarded to the Minister of Natural Resources. I have heard nothing more since, nothing at all. Then this inappropriate, inexcusable and unacceptable ad was printed in the local paper.
The people of our RCM are being asked to assume the full costs of the environmental clean-up needed after 100 years of asbestos mining, and to do so quickly. They are being told that if this is not done, their lives will be at risk.
What is in the budget to help the people in my region? What is in the budget to help maintain economic diversification in my region? What is in the budget to protect people in regions that produce asbestos? There is nothing, other than an advertising budget, which Environment Canada is using to scare people without providing any real solutions.
It may not look all that exciting, but this is a small town in Quebec that is doing its best to emerge from the asbestos producing era and has diversified its economy. Its people are proud to live there.
The government is not offering any solutions. Time is running out. I wrote to the Prime Minister, to the Minister of Environment and to several offices last week. I did not even receive an acknowledgement of receipt.
Governments are responsible for those 100 years of asbestos mining in my region. I expect the Liberal government to take responsibility and provide the means to ensure the safety and prosperity of our people.
Thetford Mines is like a town in a mine, it is like an oasis in the desert. The government cannot turn a blind eye to this reality and it must immediately end the fear campaign initiated by Environment Canada. It must grant my request to create a rehabilitation fund, and it must assume and accept its responsibilities for the 100 years of asbestos mining in Thetford Mines, in Asbestos and in every mining town in the country where there was asbestos.
Unfortunately for us, it seems that the government is completely disconnected from reality, the reality of regions like mine and the reality of the majority of Canadians.
This budget is historic, but for all the wrong reasons.
This week, we saw one of the negative effects of the Liberals' budget. The inflation rate hit 3.6%, the highest level in a decade.
Statistics Canada reported that costs are rising in all areas: housing, vehicles, food, energy, consumer goods and others. Housing costs increased by 4.2% by May, the fastest increase since 2008. The cost of gas increased 43%, the cost of vehicles rose by 5%. Prices rose by 3.2% in just a few months. Everything is going up, including furniture and accommodation costs. However, Canadians do not have more money.
The leader of the official opposition, the member for Durham, summed up the situation quite well in a speech earlier this week, and I quote:
Today's inflation numbers show the damage [the Prime Minister's] risky deficits and trillion-dollar debt are causing Canadians.
...
From housing to post-secondary education, transportation, and groceries, [the Prime Minister] has made life more expensive for average Canadians who are exhausted and want life to return to normal.
It is clear that this government's spending habits will only make life more difficult and more expensive for Canadians.
What does that debt look like? All told, the Liberals increased Canada's spending from $363 billion before the pandemic to about $500 billion for this year alone, and the deficit from $155 billion to a staggering $354 billion. After all of this government's spending promises, our national debt is going to hit the $1.5-trillion mark, a number that we are going to be hearing more and more in the House, a number that we never used before but that will now become a regular part of our vocabulary.
Canadians, my children, grandchildren, and great-grandchildren will be paying off this debt for generations. The risk of a rise in inflation is currently weighing heavily on people's shoulders because interest rates are going to go up. That means that this budget will be a real problem for all generations of Canadians.
Before I wrap things up, I want to stress that there are two absolutely unacceptable things in this budget.
The first is the government's decision to divide seniors into two categories: younger seniors aged 65 to 74 and older seniors 75 and up. There is absolutely nothing in this budget for younger seniors. In contrast, older seniors, those who will be 75 before July of next year, will be getting a $500 cheque a few weeks before a possible election call this fall.
The government has a lot of nerve if it thinks it is okay to give money to one group of seniors and completely ignore other seniors who, because of inflation, will have to pay higher prices for gas, food and all the other things I mentioned before. The government projects this image of being such a hero for seniors, yet it thinks this is okay. What a crock.
The second item I wanted to highlight is increasing EI sickness benefits from 15 weeks to 26 weeks. The House wanted these payments to go up to at least 50 weeks. For its part, our party is asking for 52 weeks. However, the government is not listening and will only increase the payment period to 26 weeks, and only as of next year.
What will happen to all the cancer cases diagnosed between now and then? What will happen to all the people who become sick before the date the change comes into effect and who will not be able to receive benefits because the government decided that the change should only come into effect next year?
It makes no sense. The government is completely out of touch. I am asking that it put both feet back on the ground. Therefore, it will come as no surprise that I should vote against such a budget, which divides and which will put generations upon generations of Canadians into debt, while doing absolutely nothing to protect our future or create jobs.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son excellent discours.
C'est à mon tour de me lever devant la Chambre pour parler du projet de loi C‑30, Loi no 1 d'exécution du budget de 2021. Après tout, c'est un budget qui ne ressemble à aucun autre budget qui l'a précédé dans l'histoire du Canada. Avant de faire mes commentaires sur le projet de loi C‑30, je dois parler d'une situation inacceptable, créée par le gouvernement, qui a cours dans ma circonscription.
Pendant des années, les gouvernements fédéral et provincial ont profité largement des mines d'exploitation d'amiante dans la MRC des Appalaches. Le gouvernement libéral a sonné le glas de l'exploitation minière chez nous. Nous pouvons vivre avec cela. C'était normal, car nous en étions arrivés là. Nous pouvons vivre avec les résidus miniers laissés par plus de 100 ans d'exploitation minière. Nous pouvons vivre avec cela, car nous nous sommes repris en main. Nous avons diversifié notre économie. Franchement, je suis vraiment fier de la force entrepreneuriale des gens de chez nous, qui ont transformé notre ville minière en une ville de PME fortes et en pleine croissance. Nous pouvons vivre avec le fait que l'amiante est encore présent autour de nous. L'amiante, il faut le dire, est une fibre naturelle qui provient du sol, et la fermeture des mines n'a pas changé la géologie locale. L'amiante était là bien avant nous et elle va le rester bien après nous.
Ce que je ne peux pas accepter, c'est la campagne de peur qui vient d'être lancée par Environnement Canada. Dans notre journal local, Environnement Canada a publié une publicité dans laquelle on pouvait lire: « Si vous utilisez des résidus miniers contenant de l'amiante dans vos travaux d'aménagement paysager, vous pouvez compromettre votre sécurité, tout comme celle de votre famille et de vos voisins. » Elle était intitulée « SAVIEZ-VOUS QUE l'inhalation de fibres d'amiante peut causer des maladies mortelles? »
La réponse à cette question est oui. Mal utilisé — cela a été le cas pendant des années —, l'amiante peut causer des maladies mortelles. Cela n'a pas de bon sens de dire aux gens de faire attention, parce que leur environnement est dangereux. Le gouvernement ne peut pas dire aux gens de chez nous que leur vie est en danger et ne rien faire.
En 2018, j'ai demandé au premier ministre d'aider notre population pour ce qui est de la réhabilitation des terrains miniers, afin de corriger les erreurs de 100 ans d'exploitation minière. La seule réponse que j'ai eue, c'est que ma demande avait été transmise au ministre des Ressources naturelles. Depuis, je n'ai reçu aucune réponse; c'est le silence total. Puis, cette publicité inappropriée, inexcusable et inacceptable a été publiée dans le journal local.
On demande aux citoyens de notre MRC d'assumer seuls les coûts du nettoyage environnemental nécessaire après 100 ans d'exploitation de l'amiante et de le faire rapidement. On leur dit que si cela n'est pas fait, leur vie est à risque.
Qu'y a-t-il dans le budget pour venir en aide aux gens de chez nous? Qu'y a-t-il dans le budget pour nous assurer que la diversification de notre économie va se poursuivre? Qu'y a-t-il dans le budget pour protéger la population des régions productrices d'amiante? Il n'y a rien, mis à part un budget publicitaire, qu'Environnement Canada utilise pour faire peur aux gens sans donner de véritable solution.
Cela n'a l'air de rien, c'est une petite ville au Québec qui fait son petit bout de chemin et qui tente de faire de son mieux pour se sortir de cette époque d'exploitation de l'amiante qui a diversifié son économie. Les citoyens et les citoyennes sont fiers d'y vivre.
Or le gouvernement ne nous donne aucune solution. L'heure est grave. J'ai écrit au premier ministre, au ministre de l'Environnement et à plusieurs cabinets, la semaine dernière. Je n'ai reçu aucun accusé de réception.
Les gouvernements sont responsables de ces 100 ans d'exploitation de l'amiante chez nous. Je m'attends à ce que le gouvernement libéral prenne ses responsabilités et qu'il offre à la population de chez nous les moyens d'assurer à la fois sa sécurité et sa prospérité.
Thetford Mines, c'est comme une ville dans une mine, c'est comme une oasis dans le désert. Le gouvernement ne peut pas fermer les yeux sur cette réalité et il doit mettre fin immédiatement à la campagne de peur qui a été amorcée par Environnement Canada. Il doit répondre à ma demande de créer un fonds de réhabilitation, il doit assumer et accepter ses responsabilités pour les 100 années d'exploitation de l'amiante à Thetford Mines, à Asbestos et dans toutes les villes minières du pays où il y a eu de l'amiante.
Malheureusement pour nous, il semble que le gouvernement est complètement déconnecté de la réalité, de la réalité des régions comme la mienne et de la réalité de la majorité des Canadiens et des Canadiennes.
Ce budget est historique, mais pour toutes les mauvaises raisons.
Cette semaine, nous avons pu voir un des effets négatifs du budget qui a été présenté par les libéraux: le taux d'inflation, qui a atteint un sommet jamais vu depuis 10 ans, se situant à 3,6 %.
Statistique Canada a reconnu que les coûts augmentent dans tous les domaines: logements, véhicules, nourriture, énergie, biens de consommation et j'en passe. Les coûts du logement ont augmenté de 4,2 % jusqu'en mai, la hausse la plus rapide jamais enregistrée depuis 2008. Le coût de l'essence a augmenté de 43 % , le prix des voitures de 5 %. Il y a eu une hausse des prix de 3,2 % en quelques mois seulement. Tout augmente, y compris les coûts d'hébergement des voyageurs et les meubles. Pourtant, les Canadiens n'ont pas plus de sous.
Le chef de l'opposition officielle, le député de Durham, a assez bien résumé la situation dans un discours plus tôt cette semaine, et je le cite:
Aujourd’hui, les chiffres de l’inflation montrent tous les dommages que les déficits risqués et la dette de mille milliards de dollars [du premier ministre] causent aux Canadiens.
[...]
Du logement à l'éducation postsecondaire, en passant par le transport et l'épicerie, [le premier ministre] a rendu la vie plus coûteuse pour les Canadiens de la classe moyenne, qui sont épuisés et ne souhaitent qu'une chose: que la vie revienne à la normale.
Il est évident que les habitudes de dépenses de ce gouvernement ne feront que rendre la vie plus difficile et plus chère pour les Canadiens.
À quoi ressemble cette dette? Au bout du compte, les libéraux feront passer les dépenses du Canada de 363 milliards de dollars avant la pandémie à près de 500 milliards de dollars pour cette année seulement, et le déficit de 155 milliards de dollars à un énorme montant de 354 milliards de dollars. Après toutes les promesses de dépenses de ce gouvernement, notre dette nationale va atteindre 1,5 billion de dollars, un chiffre que nous allons de plus en plus utiliser à la Chambre, un chiffre que nous n'avons jamais utilisé avant, mais qui reviendra régulièrement dans notre vocabulaire.
Les Canadiens et les Canadiennes, mes enfants, les enfants de mes enfants, les enfants des enfants de mes enfants vont payer cette dette pendant des générations. Le risque de l'augmentation du taux d'inflation pèse sur les épaules des gens actuellement, puisque les taux d'intérêt vont augmenter. Cela signifie que ce budget représentera un réel problème pour toutes les générations de Canadiens.
Avant de terminer, je tiens à souligner que ce budget comporte deux éléments complètement inacceptables.
Le premier est la volonté de ce gouvernement de diviser les aînés en deux catégories: les jeunes aînés, de 65 à 74 ans, et les vieux aînés, de 75 ans et plus. Les jeunes aînés ont été complètement oubliés par le budget. Par contre, les vieux aînés vont recevoir un chèque de 500 $ quelques semaines avant le possible déclenchement d'une élection générale à l'automne, à condition qu'ils aient 75 ans avant le mois de juillet de l'année prochaine.
Il faut quand même que le gouvernement ait du front tout le tour de la tête pour accepter une situation pareille, pour donner des sous à une partie des aînés tout en ignorant complètement les autres aînés qui, eux, vont quand même, à cause de l'inflation, devoir payer des frais plus élevés pour l'essence, la nourriture et tout ce que j'ai mentionné plus tôt. Ce gouvernement accepte de faire cela tout en se prétendant le défenseur des aînés. On voit bien que c'est de la foutaise.
Le deuxième élément que je voulais souligner est la prolongation des prestations de maladie de l'assurance emploi de 15 semaines à 26 semaines. La Chambre souhaitait que ces prestations soient portées à un minimum de 50 semaines. Notre parti demande pour sa part 52 semaines. Cependant, le gouvernement n'écoute pas et ne va augmenter la période des prestations que jusqu'à 26 semaines, et seulement l'année prochaine.
Que fait-on de tous les cas de cancer qui vont se déclarer d'ici là? Que fait-on de toutes les personnes qui vont tomber malades avant la date du changement et qui ne pourront pas recevoir de prestations parce que ce gouvernement a décidé que le changement n'entrerait en vigueur que l'année prochaine?
C'est insensé. Le gouvernement est complètement déconnecté. Je lui demande de remettre les deux pieds sur terre. Il ne sera donc pas surprenant que je vote contre un budget pareil, qui divise et qui va endetter des générations et des générations de Canadiens tout en ne faisant absolument rien pour protéger notre avenir ou créer des emplois.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2021-06-18 16:07 [p.8812]
Madam Speaker, I want to thank my hon. colleague, who I have great respect for, for his speech today. One of the things that has not come up with Bill C-30 is the fact that it is an omnibus bill and it makes consequential changes to other acts including the Judges Act, the Elections Act and many other changes as well. This is coming from a government that ran in 2015, on the premise and the promise to Canadians that the Liberals were not going to impose omnibus bills.
Could the member comment on that and the other pattern of deceit on the part of the government?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue, pour qui j'ai beaucoup de respect, de son discours d'aujourd'hui. Un des points qui n'ont pas été soulevés au sujet du projet de loi C‑30 est le fait qu'il s'agit d'un projet de loi omnibus et qu'il apporte des modifications corrélatives à d'autres lois, y compris la Loi sur les juges et la Loi électorale, ainsi que bien d'autres modifications. Ce projet de loi a été présenté par un gouvernement qui a fait campagne en 2015 en affirmant qu'il n'imposerait pas de projets de loi omnibus; c'est la promesse que les libéraux ont faite aux Canadiens.
Le député pourrait-il nous dire ce qu'il pense de cette promesse non tenue et de la tendance du gouvernement à se servir de la tromperie?
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2021-06-18 16:08 [p.8812]
Madam Speaker, my colleague is absolutely right. This is not the first time that the government has deceived us. Saying something and not following through seems to be their governing style now.
I was first elected in 2015, and I have a vivid memory of the Prime Minister telling us that interest rates were low and that they were going to run teeny-tiny deficits. The $10 billion was supposed to decrease until the budget was balanced.
It did not take long to go from teeny-tiny deficits in one budget to massive ones in the next, and this was even before the pandemic. The deficits are even bigger now, as our national debt is going to hit $1.5 trillion.
No, I do not believe a single word this government has to say about projections and budgets.
Madame la Présidente, mon collègue a tout à fait raison. Ce n'est pas la première fois que ce gouvernement ne tient pas parole. Dire une chose et ne pas la faire semble être devenu sa façon de gouverner.
J'ai été élu pour la première fois en 2015 et je me rappelle très bien avoir entendu le premier ministre nous dire que les taux d'intérêt étaient bas et qu'on allait faire de petits, petits, petits déficits. Les 10 milliards de dollars étaient censés diminuer jusqu'au retour à l'équilibre budgétaire.
Il n'aura pas fallu beaucoup de temps pour que, d'un budget à l'autre, nous nous retrouvions non pas avec de petits, petits déficits, mais avec d'énormes déficits, et ce, avant même le début de la pandémie. Ils sont encore plus énormes maintenant, puisque la dette nationale atteindra 1,5 billion de dollars.
Non, je ne crois plus un mot de ce que dit ce gouvernement quand il est question de prévisions et de budget.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2021-06-18 16:09 [p.8812]
Madam Speaker, you are doing an excellent job as always.
The member always speaks very well. I have to correct the last intervention though. The budget implementation act is an exception. It is always an omnibus bill because it always deals with a whole bunch of departments.
It was interesting how parts of the member's speech asked for all sorts of expenditures and then the other half complained about all the expenditures. I wonder if he could tell us what significant amounts of money to reduce the debt he is talking about and the expenditures he is complaining about.
The second item I would like to ask him is about the recovery benefit, the wage benefit and the rent subsidy all running out in 12 days. A lot of businesses in Quebec are going to be hurt. Will he vote for the budget to support them?
Madame la Présidente, vous faites un excellent travail, comme toujours.
Le député s'exprime toujours très bien. Je dois toutefois rectifier ce qu'il a dit dans sa dernière intervention. La loi d'exécution du budget est une exception. C'est toujours un projet de loi omnibus parce qu'un grand nombre de ministères sont concernés.
C'est drôle que dans son discours, le député demande toutes sortes de dépenses d'une part, puis se plaigne de toutes les dépenses d'autre part. Le député peut-il nous dire quelles sont les sommes importantes pour réduire la dette dont il parle et les dépenses dont il se plaint?
J'aimerais également lui poser une question au sujet de la prestation de la relance économique, de la subvention salariale et de la subvention pour le loyer, qui prendront toutes fin dans 12 jours. Beaucoup d'entreprises au Québec vont être touchées. Votera-t-il pour le budget afin de les soutenir?
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2021-06-18 16:10 [p.8813]
Madam Speaker, we have asked this government repeatedly to take action for small businesses in the tourism industry and others that have been completely overlooked. It has not done so. This government is now claiming that we are opposing measures that should have been implemented a long time ago.
The Liberals are in charge of their own legislative calendar, yet almost two years after the election, here we are at the eleventh hour, being asked to pass this government's first budget since the election. It is totally unacceptable. The Liberals are incapable of managing finances, and they are incapable of managing the House.
Madame la Présidente, à plusieurs reprises, nous avons demandé à ce gouvernement d'agir pour les petites entreprises de l'industrie touristique et pour celles qui avaient été complètement oubliées. Il ne l'a pas fait. Ce gouvernement prétend maintenant que nous nous opposons à des mesures qui auraient dû être mises en place bien avant.
Les libéraux contrôlent leur propre calendrier législatif. Pourtant, presque deux ans après les élections, nous nous retrouvons à la toute dernière minute pour adopter le premier budget de ce gouvernement depuis les élections. C'est totalement inacceptable. Les libéraux sont incapables de gérer les finances et sont incapables de gérer la Chambre.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-18 16:11 [p.8813]
Madam Speaker, I thank my colleague from Mégantic—L'Érable. Both of our ridings cover part of the Eastern Townships.
My colleague began his speech by talking about natural resources. Is he aware of the new Goldboro project that would cut through part of the Eastern Townships?
Does he believe that we should be building a new pipeline now, in 2021, or should we be looking for green alternatives for a green recovery? Does he think this project is a good idea?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Mégantic—L'Érable, avec qui je partage notamment la région de l'Estrie.
Mon collègue a commencé son discours en parlant des ressources naturelles. Est-il au courant du nouveau projet Goldboro, qui traverserait une partie du territoire estrien?
Croit-il à un nouveau gazoduc, en 2021, alors qu'on devrait plutôt chercher des moyens verts pour une relance verte? Pense-t-il que ce projet est une bonne idée?
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2021-06-18 16:11 [p.8813]
Madam Speaker, I thank my colleague from Shefford.
I would like to remind her that she is directing a question like that to the member who represents the people of Lac‑Mégantic, who witnessed a terrible tragedy in their community resulting from the transportation of heavy oil by rail, costing the lives of 47 people.
In response to the question about whether we should use safer alternatives to transport hazardous materials and oil, I would say yes. What is more, I will support any initiative that phases out the transportation of oil and hazardous materials by rail and uses pipelines instead.
Madame la Présidente, je salue ma collègue de Shefford.
J'aimerais lui rappeler que c'est au député qui représente la population de Lac‑Mégantic, qui a vu sur son territoire une tragédie découlant du transport de pétrole lourd par train coûter la vie à 47 personnes, qu'elle pose une telle question.
À la question visant à savoir si on doit utiliser d'autres moyens plus sécuritaires pour transporter les matières dangereuses et le pétrole, je répondrai oui. De plus, je vais appuyer toutes les initiatives qui vont faire en sorte qu'on transporte de moins en moins de pétrole et de matières dangereuses par rail et qu'on utilise les gazoducs et les pipelines.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-06-18 16:12 [p.8813]
Madam Speaker, if people are tired of working hard and getting nowhere, while watching others who contribute next to nothing get fabulously wealthy, then they should stop whatever they are doing. I am about to tell them five easy tricks that will allow them to get fabulously rich in today's Liberal economy, while contributing less than everyone else.
I know people are skeptical. In today's modern, progressive, altruistic, state-controlled era there is no such thing as greed and profit anymore. Let me quote Liberal luminary Mark Carney, who recently said:
The state embodies collective ideals such as equality of opportunity, liberty, fairness, solidarity and sustainability.
In this collective state, of course, there is no greed and, of course, no one wants to get rich and no one can, except for using these five tricks, so tune in and listen carefully.
Quick trick number one: Apply for a grant claiming it will be used to pay workers, when in fact it will be used to fund CEO bonuses, dividends and share buybacks. Air Canada, for example, used this trick to pay $10 million to its executives.
I can quote The Globe and Mail about the wage subsidy. Remember how the wage subsidy was supposed to be for companies that were so poor they could not pay their workers' wages? Here is what The Globe and Mail said about that:
In some cases, companies have yet to lay off workers, increase shareholder dividends and distribute bonuses despite collecting hundreds of millions of dollars in government money. In the wealth management industry, The Globe found that at least 80 asset managers, including some of the top performing hedge funds of 2020, received the grant.
The rich are always very good at getting money. In fact, remember all of those cash payments that were supposed to be for families in need? The top fifth of households got, on average, $6,700. The poorest households got $4,000, so the rich got almost two-thirds more than the poor, even though the poor are the ones who lost their jobs. People should be rich and apply for government money, then use their connections, consultants and accountants to maximize their take. That is trick number one.
Trick number two: Offer the Prime Minister's cabinet and family fees, expenses and luxurious trips. For example, the Kielburger brothers gave vacations, expenses and fees to the Prime Minister's team worth about half a million dollars. For that they got a half-a-billion dollar grant. Then the Aga Khan gave the Prime Minister a quarter-of-a-million dollar vacation, and he got a $15 million grant. These kinds of returns on investment would make Warren Buffett blush. A pro tip: People must have connections in the RCMP because, of course, much of this is illegal and even criminal, and they might get charged without having friends in law enforcement.
Get-rich-quick trick number three: When central banks are throwing money out the window, stand next to the window. That is what the financial institutions have been doing. The Bank of Canada has created $3 billion and has used it to buy government debt. This is debt that the government sells to the banks on a Monday, and the Bank of Canada buys it back on a Tuesday, only at a higher price and at a profit to the financial institution. The trick here is also to own a mansion, gold, land, stocks or bonds, all of which will be inflated in value, increasing people's net worth. This trick worked for Canada's 20 wealthiest Canadians who, in the first six months of this money-printing scheme saw their net worth rise by a staggering 32%, while our waitresses, airline stewardesses and small businesses got clobbered and $100 billion vanished from our economy. Somehow, the very rich with all of their assets managed to get richer still. The lesson is the next time the government is printing money, start off by being rich, because then people can be richer still. When the Bank of Canada is printing money and throwing it out the window, stand next to the window.
Get-rich-quick trick number four: Get into one of the fastest-growing industries in Canada. Yes, the economy is collapsing, but there are two industries that are on fire. The first is to become a consultant for the government. Since this Prime Minister took office, the federal government consulting budget has grown from $8 billion to $16 billion. For those Liberals over there who are missing their calculators, that is a 100% increase. People can get in on some of that cash.
These are the kinds of jobs people can do these days, working from their living room, in their pyjamas, on Zoom: consulting; writing, for example, presentations that nobody ever sees; making up buzzwords that nobody even understands; doing PowerPoint presentations that no one will ever look at. It is 100% growth, and they can get in on some of that $16 billion too.
Get-rich-quick trick number five is the fastest-growing industry in Canada, in fact, faster than the consultants. This industry is lobbying. Under the previous Harper government, there were 9,300 lobbying interactions in 2015. Last year, there were 28,000, a 200% increase in paid lobbying interactions.
What is a lobbyist? People have heard of stockbrokers, real estate brokers and insurance brokers. A lobbyist is a power broker. For the most part, it is someone whom people can hire. They can pay them and turn their money into power and that power into even more money. If people want a loan, a grant, a handout, a regulatory protection or some other political favour to get rich, they hire a lobbyist.
This industry is on fire for a very specific reason. Why? Because it is a product of government. The bigger a government gets, the more lobbyists it needs. Therefore, as government has almost doubled in size over the last five years, so too has the lobbying industry grown. Why? Because businesses want a return on investment. If there is money in software, they invest in technology; money in copper, they invest in mining; money in government, they invest in lobbying. The correlation between lobbying and government spending is almost a perfect match, not just here but also in the United States. As the government in Washington grosses a share of the GDP, so too does the amount corporations spend on lobbying that government.
They go where the money is, and you should too, Madam Speaker. That is why I am letting you in on these five secret tricks. I am not asking for anything in return, except from time to time you might let me speak a bit more than otherwise would be allow. That is a small price to pay for the kind of big money you are going to be making with these five easy tricks that I am sharing here and now.
How does any of this make sense? We were told by Mark Carney that greed would be gone. We just needed to replace that nasty free market economy, which is motivated only by self-interest, with the altruistic power of the state. What, in fact, is the state? The state is just legalized force. It is the only entity that can apply force. Would they not think that someone who is greedy and self-interested would be less greedy and self-interested if they were acting through a creature that operates by power and force? It means that socialists have been trying to teach us for all these years that if we expand the power of the state, all of a sudden we will bring out altruism, that the weak and the poor will be advantaged. In what relationship of force have the weak and poor ever been advantaged? Of course, the weak and poor are disadvantaged and the powerful and strong get ahead when force is applied.
We know that the same base instincts will exist when the state gets big. As Macaulay wrote:
Where'er ye shed the honey, the buzzing flies will crowd; Where'er ye fling the carrion, the raven's croak is loud; Where'er down Tiber garbage floats, the greedy pike ye see; And wheresoe'er such lord is found, such client still will be.
I notice how he used flies and honey, not bees and honey. Why? Because flies do not make honey. They consume it without producing it. They are the same parasitical creatures that those who get rich off the state are. They do not produce anything. They do not contribute anything. They take without making. If they were bees, they would be contributing. A free market economy is sort of like bees. They cross-pollinate, an aspect of trade and exchange that we see between a customer and a small business, between a worker and an employer, between an investor and an entrepreneur.
That voluntary exchange is coming back, and that is why my five tricks are a limited-time offer. Soon, this state-run economy will be eliminated and replaced with a free enterprise system where everyone will go back to getting ahead by helping others and by improving their country by engaging the voluntary exchange of work for wages, product for payment and investment for interest, a system that makes everybody better off; a system where people have to be truly empathetic because, as entrepreneurs, they cannot improve their own lot unless they sell something to somebody that they want to buy, in other words, unless they make someone else's life better off.
That is the way people will get rich in the future, but for the time being, they have my five quick tricks for getting rich.
Madame la Présidente, si les Canadiens n'en peuvent plus de travailler dur sans aller nulle part, alors qu'ils en voient d'autres qui ne font presque rien devenir riches comme Crésus, ils n'ont qu'à tout arrêter. Je vais leur expliquer cinq façons simples de devenir extrêmement riches dans le contexte économique créé par les libéraux, tout en travaillant moins que quiconque.
Je sais que les gens sont sceptiques. Dans notre ère moderne, progressiste, altruiste et contrôlée par l'État, la cupidité et le profit n'existent plus. Voici ce que Mark Carney, l'étoile libérale, a dit récemment:
L'État incarne les idéaux collectifs, comme l'égalité des chances, la liberté, l'équité, la solidarité et la pérennité.
Bien entendu, dans cet État collectif, il n'y a pas de cupidité. Personne ne veut devenir riche et personne ne le peux, sauf avec les cinq façons simples que je vais vous expliquer. Alors, écoutez attentivement.
Premièrement, faites une demande de prêt en affirmant que vous utiliserez l'argent pour payer des travailleurs, alors qu'en fait, vous l'utiliserez pour verser des primes à des PDG, pour payer des dividendes et pour racheter des actions. Par exemple, c'est ce qu'Air Canada a fait pour verser 10 millions de dollars à ses dirigeants.
Je peux citer le Globe and Mail à propos de la subvention salariale. Vous souvenez-vous que la subvention salariale devait être versée aux entreprises qui n'arrivaient pas à payer le salaire de leurs employés? Voici ce que le Globe and Mail dit à ce sujet:
Certaines entreprises qui avaient reçu des millions de dollars de fonds publics ont tout de même mis des employés à pied, et elles ont versé des dividendes plus élevés aux actionnaires et distribué des primes. Le Globe a découvert que, dans le secteur de la gestion du patrimoine, au moins 80 gestionnaires d'actif, dont certains des fonds d'investissement spéculatif les plus performants de 2020, avaient reçu la subvention.
Les gens riches se débrouillent toujours très bien pour obtenir plus d'argent. Pensons par exemple aux versements en argent qui étaient censés aller aux familles dans le besoin: les foyers faisant partie de la tranche de 20 % la plus riche ont reçu, en moyenne, 6 700 $, alors que les foyers les plus pauvres ont reçu 4 000 $. Les riches ont donc reçu près de 66 % de plus que les pauvres, alors que ce sont les pauvres qui avaient perdu leur emploi. Il faut être riche et demander de l'argent au gouvernement, puis se servir de ses contacts, de consultants et de comptables pour recevoir le plus d'argent possible. Voilà un premier truc pour s'enrichir.
Deuxièmement, il faut offrir au Cabinet et à la famille du premier ministre des honoraires, des dépenses payées et de luxueux voyages. À titre d'exemple, les frères Kielburger ont offert à l'équipe du premier ministre des vacances, des dépenses payées et des honoraires d'une valeur totale d'environ un demi-million de dollars. En contrepartie, ils ont reçu une subvention d'un demi-milliard de dollars. L'Aga Khan, qui avait offert au premier ministre des vacances d'un quart de million de dollars, a reçu une subvention de 15 milllions de dollars. Il s'agit de rendements exceptionnels sur les investissements, de quoi faire rougir Warren Buffett. Conseil de professionnel: il faut évidemment avoir des contacts dans la GRC, puisqu'une bonne partie de ces tactiques sont illégales et même criminelles; on risque donc d'être mis en accusation si on n'a pas de copains dans les forces de l'ordre.
Troisièmement, quand les banques centrales lancent des billets par la fenêtre, restez près de la fenêtre. C'est ce que les institutions financières ont fait. La Banque du Canada a créé 3 milliards de dollars qu'elle a utilisés pour acheter la dette du gouvernement. On parle d'une dette que le gouvernement vend aux banques le lundi et que la Banque du Canada rachète le mardi, mais à un prix plus élevé. Ainsi, les banques font un profit. Le truc est de posséder aussi un manoir, de l'or, des terres, des actions et des obligations, car ils prendront tous de la valeur avec l'inflation. Ainsi, la valeur nette des gens augmente. Ce truc a bien marché pour les 20 Canadiens les plus riches qui, au cours des six premiers mois de cette période où des billets étaient imprimés, ont vu leur valeur nette croître de 32 %, un chiffre ahurissant. Pendant ce temps, les serveuses, les agentes de bord et les petites entreprises de notre pays ont été frappées de plein fouet et 100 milliards de dollars sont sortis de notre économie. Pour une raison quelconque, les ultrariches, avec tous leurs avoirs, ont réussi à s'enrichir encore plus. La leçon à retenir est la suivante: la prochaine fois que le gouvernement imprimera de l'argent, assurez-vous d'être riche, parce que ce sont les riches qui s'enrichiront. Quand la Banque du Canada imprime des billets et les lance par la fenêtre, tenez-vous près de la fenêtre.
Quatrièmement, il faut aller travailler dans l'une des industries qui croît le plus rapidement au Canada. Oui, l'économie est en train de s'effondrer, mais deux industries sont déchaînées. La première option est de devenir consultant pour le gouvernement. Depuis que le premier ministre est arrivé au pouvoir, le budget des services de consultation du gouvernement fédéral est passé de 8 milliards de dollars à 16 milliards de dollars. Pour les libéraux qui n'ont pas leur calculatrice, il s'agit d'une augmentation de 100 %. Les gens peuvent mettre la main sur une partie de cet argent.
Être consultant est le genre d'emploi que l'on peut faire aujourd'hui sur Zoom à partir de son salon vêtu d'un pyjama. Par exemple, on peut écrire des présentations que personne ne verra, inventer des mots à la mode que personne ne comprend et faire des présentations PowerPoint que personne ne regardera. On parle d'une augmentation de 100 %. Les gens peuvent mettre la main sur une partie de ces 16 milliards de dollars aussi.
Cinquièmement, il s'agit de l'industrie qui connaît la croissance la plus rapide au Canada, encore plus rapide que celle de la consultation. Je parle de l'industrie du lobbying. En 2015, sous le gouvernement Harper précédent, on a recensé 9 300 interactions de lobbying. L'année dernière, il y en a eu 28 000, soit une augmentation de 200 % des interactions de lobbying payées.
Qu'est-ce qu'un lobbyiste? Les gens ont entendu parler des courtiers, des courtiers immobiliers et des courtiers d'assurance. Un lobbyiste est un courtier de pouvoir. Il s'agit essentiellement d'une personne que l'on peut engager. On peut payer un lobbyiste, qui transformera notre argent en pouvoir, puis ce pouvoir en plus d'argent. Si une personne veut un prêt, une subvention, une aide financière, une protection réglementaire ou toute autre faveur politique pour devenir riche, elle embauche un lobbyiste.
Cette industrie connaît un essor monstre. Pourquoi? Parce que c'est un sous-produit du gouvernement. Plus le gouvernement grossit, plus il faut de lobbyistes. Par conséquent, comme le gouvernement a presque doublé sa taille au cours des cinq dernières années, l'industrie du lobbying a, elle aussi, explosé. Pourquoi? Parce que les entreprises veulent obtenir du rendement. Si le secteur des logiciels peut rapporter, elles investissent dans la technologie. Si c'est le cuivre qui peut être rentable, elles investissent dans les mines. S'il y a de l'argent au gouvernement, elles investissent dans le lobbying. Le lien entre le lobbying et les dépenses gouvernementales est presque directement proportionnel. C'est vrai ici, mais ce l'est également aux États‑Unis. Si la taille du gouvernement à Washington par rapport au PIB augmente, les sommes consacrées par les sociétés au lobbying augmentent aussi.
Les entreprises vont là où l'argent se trouve et vous devriez faire de même, madame la Présidente. C'est pourquoi je vous ai présenté ces cinq astuces. Je ne demande rien en retour, à part peut-être que vous me laissiez parler un peu plus longtemps que ce qui est prévu de temps à autre. C'est une excellente affaire si on pense à tout l'argent que vous pourrez gagner grâce aux cinq astuces bien simples que je viens de vous donner.
En quoi est-ce logique? Mark Carney nous a dit que l'époque de la cupidité serait révolue. Il suffisait de remplacer cette horrible économie de marché, qui n'est motivée que par les intérêts privés, par le pouvoir altruiste de l'État. Or, qu'est-ce que l'État? Ce n'est qu'une forme de pouvoir légalisée. C'est la seule entité qui peut recourir à la force. Ne devrait-on pas s'attendre à ce qu'une personne cupide et motivée par ses propres intérêts le soit moins en agissant par l'entremise d'une entité puissante qui peut employer la force? Les socialistes veulent nous faire croire depuis des années qu'élargir les pouvoirs de l'État fera soudainement jaillir l'altruisme, ce qui avantagera les plus pauvres et les plus faibles. Ce rapport de force a-t-il déjà avantagé les plus pauvres et les plus faibles? Bien entendu, les plus pauvres et les plus faibles ont plutôt été désavantagés, et lorsqu'on emploie la force, ce sont les plus puissants et les plus forts qui en bénéficient.
Nous savons que ces mêmes instincts primaires se manifestent lorsque l'État prend de l'ampleur. Comme Macaulay l'a écrit:
Là où coule le miel, les mouches bourdonnent;Là où pourrit la charogne, le chant du corbeau résonne;Là où le Tibre porte les rebuts, le brochet vorace en fait son repaire;Et où que l'on trouve tel maître, on trouvera tel bénéficiaire.
J'ai remarqué qu'il est question de mouches et de miel, et non d'abeilles et de miel. Pourquoi? C'est parce que les mouches ne produisent pas de miel. Elles le consomment sans le produire. Elles appartiennent à la même catégorie de parasites que les gens qui s'enrichissent sur le dos de l'État. Ces gens ne produisent rien. Ils ne contribuent à rien. Ils prennent sans produire. S'ils étaient des abeilles, ils contribueraient. Une économie de libre marché ressemble un peu à la société des abeilles. Les abeilles font de la pollinisation croisée, ce qui est aussi un aspect du commerce et de l'échange que nous observons entre un client et une petite entreprise, entre un travailleur et un employeur et entre un investisseur et un entrepreneur.
Cet échange volontaire est en voie de revenir, et c'est pourquoi mes cinq façons simples sont une offre d'une durée limitée. Bientôt, le dirigisme économique actuel sera éliminé et remplacé par un système de libre entreprise qui permettra à tout le monde recommencer à améliorer son sort en aidant les autres et en améliorant son pays par l'échange volontaire de travail contre un salaire, de produits contre un paiement et d'investissement contre des intérêts. Il s'agit d'un système qui améliore la situation de tout le monde et dont les adhérents doivent vraiment faire preuve d'empathie, car les entrepreneurs peuvent seulement améliorer leur sort s'ils vendent un produit ou un service à quelqu'un qui veut l'acheter ou, autrement dit, s'ils améliorent la vie de quelqu'un d'autre.
C'est ainsi que les gens deviendront riches à l'avenir, mais, d'ici là, ils disposent de mes cinq façons simples de devenir riches.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2021-06-18 16:22 [p.8815]
Madam Speaker, it is absolutely shameful that the member would accuse the RCMP of partaking in criminal activities. The member should apologize right now to the RCMP.
Madame la Présidente, il est absolument honteux, de la part du député, d'accuser la GRC d'actes criminels. Le député devrait s'excuser séance tenante auprès de la GRC.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-06-18 16:23 [p.8815]
Madam Speaker, I did not accuse the RCMP of criminal activity; I accused the Prime Minister of criminal activity. It is a criminal offence to accept a gift or benefit from any person with whom one is doing government business. It is right there in the Criminal Code.
In fact, we complained to the RCMP about this, and the RCMP did not say that the Prime Minister was innocent of the crime; it said that it could not “productively pursue” the investigation. We still do not know what that means, but at some point perhaps the commissioner of the RCMP will explain why it is that she could not “productively pursue” an investigation into the Prime Minister for taking a quarter-million-dollar vacation from someone who was seeking and was given a federal government grant.
Madame la Présidente, je n'ai pas accusé la GRC d'actes criminels; j'ai accusé le premier ministre d'actes criminels. C'est une infraction criminelle d'accepter un cadeau ou un bénéfice d'une personne qui fait des affaires avec le gouvernement. C'est inscrit dans le Code criminel.
En fait, nous nous sommes plaints à la GRC à ce sujet, et la GRC n'a pas dit que le premier ministre était innocent. Elle a dit qu'il ne serait pas « productif de mener » une enquête. Nous ne savons toujours pas ce que cela signifie, mais à un moment donné, la commissaire de la GRC expliquera peut-être pourquoi, selon elle, « il ne serait pas productif de mener une enquête » sur le premier ministre pour avoir accepté des vacances d'un quart de millions de dollars de la part de quelqu'un qui demandait et a obtenu une subvention du gouvernement fédéral.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-06-18 16:23 [p.8815]
Madam Speaker, the member heard my colleague for Windsor West speak earlier today about a proposal for an inclusive, safe border task force to find solutions and to give stakeholders and the public confidence to open up the border, but we heard the government today extend that closure until July 21.
Now, many businesses that cater to international tourism, especially indigenous businesses in the north, have been asking for the wage subsidy and the rent assistance program to be extended into next spring. However, we have not heard the Conservatives call for this support, which is critical to the tourism sector and the hospitality industry.
Do the Conservatives support those small businesses that are going to have another summer go by when they are not going to have international visitors and will end up closing up their doors permanently if they do not get these critical supports extended? Do the Conservatives support extending those programs and providing them the support they need to get through the next year?
Madame la Présidente, le député a entendu mon collègue de Windsor‑Ouest parler plus tôt d'une proposition concernant la création d'un groupe de travail inclusif sur la sécurité à la frontière pour trouver des solutions et redonner confiance aux intervenants et au public, mais nous avons entendu le gouvernement aujourd'hui prolonger la fermeture jusqu'au 21 juillet.
De nombreuses entreprises qui vivent en partie du tourisme international, notamment des entreprises autochtones du Nord, ont demandé que la subvention salariale et le programme d'aide au loyer soient prolongés jusqu'au printemps prochain. Cependant, nous n'avons pas entendu les conservateurs réclamer ce soutien, qui est essentiel pour le secteur du tourisme et l'industrie hôtelière.
Les conservateurs soutiennent-ils ces petites entreprises, qui auront un autre été sans touristes étrangers et qui finiront par fermer définitivement leurs portes si les mesures de soutien essentielles ne sont pas prolongées? Les conservateurs sont-ils en faveur de la prolongation de ces programmes et du soutien dont les petites entreprises ont besoin pour survivre pendant la prochaine année?
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-06-18 16:24 [p.8815]
Madam Speaker, of course we support small business. We have fought for small business from the very beginning of this crisis, and we will continue to fight for small business, but I would add that the solution is to accelerate the safe reopening of our economy so that those businesses can get their customers back. What they want is customer sales, not permanent dependence on government. They know the government cannot pay the bills forever. What they need is their customers back, and for that to happen, we need to safely reopen the economy as quickly as possible.
Madame la Présidente, bien sûr que nous appuyons les petites entreprises. Nous défendons les intérêts des petites entreprises depuis le début de la crise actuelle, et nous allons continuer de nous battre pour les petites entreprises. J'aimerais toutefois ajouter que la solution est d'accélérer la relance sécuritaire de notre économie afin que les petites entreprises puissent retrouver leur clientèle. Les petites entreprises veulent générer des ventes auprès de leur clientèle et non pas dépendre du gouvernement indéfiniment. Elles savent que le gouvernement ne paiera pas leurs factures pour toujours. Ce dont elles ont besoin, c'est de rouvrir leurs portes pour retrouver leurs clients. Pour y arriver, nous devons accélérer la relance sécuritaire de notre économie sans tarder.
View Colin Carrie Profile
CPC (ON)
View Colin Carrie Profile
2021-06-18 16:25 [p.8815]
Madam Speaker, I want to thank my colleague from Carleton for all his optimism and his five points.
I come from Oshawa, which has a big manufacturing background, and I have been hearing about the Liberals shutting down our manufacturing sector, our softwood lumber sector, our mining sector, and the member knows, of course, that Mr. Carney wants to promote Russian pipelines and block Canadian pipelines.
Could the member please explain to Canadian youth who are looking for a good future how modern monetary theory is going to help them get those jobs of the future and how, by 2030, when they own nothing, they will be really happy?
Madame la Présidente, je remercie le député de Carleton pour son grand optimisme et pour les cinq points qu'il a présentés.
Je viens d'Oshawa, une ville aux solides racines manufacturières. J'entends les gens dire que les libéraux sont en train de fermer le secteur manufacturier, le secteur du bois d'œuvre et le secteur minier. De plus, comme le sait le député, M. Carney souhaite promouvoir les pipelines russes et bloquer les pipelines canadiens.
Le député pourrait-il expliquer aux jeunes Canadiens qui souhaitent avoir un bel avenir comment la politique monétaire moderne leur permettra d'obtenir l'un de ces emplois de l'avenir et leur dire à quel point, même s'ils ne sont propriétaires de rien en 2030, ils seront vraiment heureux?
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-06-18 16:25 [p.8815]
Madam Speaker, this is a great question.
First of all, MMT, as they call modern monetary theory, can also stand for “more money today” or “magic money tree”. It is this new theory where governments will simply print cash. The central bank creates the cash, sends it over in a Brink's truck every day to the Prime Minister's Office, and he just starts throwing the money around.
What we have now is a little bit different. To start with, we do not have a direct sale of debt to the bank. It first gets funnelled through the financial sector in Canada so that it can take a cut and get even richer before that newly printed cash trickles down to the people at the bottom. However, the bottom line is that what we have today is very similar to MMT. It is printing mass sums of cash, which inflates the assets of the rich and raises the consumer prices of the poor. It is a massive new inflation tax that will only help big government, big business and the super-rich at the expense of the working class. That is why we are speaking out against it.
As for Mr. Carney, the member is right. He is part of the World Economic Forum, which the finance minister joins, which says that in 2030, only nine years from now, we will own nothing and we will love it. That is the agenda of these people. Maybe that is why, over the last year, they have done everything in their power to make housing completely unaffordable so that nobody can afford it except them, a small group of landed aristocrats, while the common people are out in the field doing the work. We on this side want to democratize property ownership and make it available to everybody.
Madame la Présidente, c'est une excellente question.
La politique monétaire moderne est une nouvelle théorie qui permet essentiellement aux gouvernements d'imprimer, dans les plus brefs délais, le plus d'argent possible. La banque centrale crée l'argent, l'achemine tous les jours dans un camion de la Brink's vers le Cabinet du premier ministre, qui le dépense sans compter.
La politique actuelle est un peu différente. Premièrement, on ne vend pas directement la dette à la banque. L'argent nouvellement imprimé passe d'abord par le secteur financier canadien pour qu'il puisse prendre sa part et s'enrichir encore plus, avant que les plus démunis puissent en bénéficier. Or, au bout du compte, la politique actuelle est très semblable à la politique monétaire moderne. Nous imprimons des sommes d'argent massives, ce qui gonfle les actifs des riches et augmente les prix à la consommation payés par les pauvres. Il s'agit d'une taxe d'inflation massive qui permettra uniquement de rendre le gouvernement plus puissant et d'aider les grandes entreprises et les super‑riches, au détriment de la classe ouvrière. C'est pourquoi nous nous y opposons.
En ce qui concerne M. Carney, le député a raison. Il fait partie du Forum économique mondial, auquel s'est jointe la ministre des Finances, et selon lequel, d'ici 2030, donc dans neuf ans seulement, on ne possédera plus rien, et ce sera formidable. Voilà l'objectif de ces gens. C'est peut-être pour cela que, dans la dernière année, ils ont fait tout en leur pouvoir pour rendre les logements complètement inabordables, de sorte que personne ne puisse les acheter, sauf ce petit groupe d'aristocrates et propriétaires fonciers, pendant que les gens ordinaires font tout le travail sur le terrain. De ce côté-ci de la Chambre, nous voulons démocratiser la propriété et la rendre accessible à tous.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-18 16:27 [p.8815]
Madam Speaker, I am honoured to have these two minutes and 30 seconds to close out this week's debates in the House.
To speak to Bill C-30 would take several hours. In the short time I have today, I will focus on the implementation of the budget. Will this budget meet the needs of individuals, people who are sick, seniors and workers? Will it meet the needs of our most vulnerable? Unfortunately, I have to say no.
The Bloc Québécois opposed the budget from the moment it was presented. There were two elements that we saw as essential in a budget that we had been waiting for for two years and that followed a health crisis and major pandemic. If there was one response that Quebec and the provinces needed, it was to be given the necessary resources to properly care for people, by increasing federal health transfers to 35% of total health spending.
As spokesperson for workers, I must tell the government that, by not doing what was expected, it is abandoning the workers who supported the health care system and treated people. What health care workers need is the knowledge that the federal government is not ignoring them and that it will stop politicizing the issue of health care at their expense.
Madame la Présidente, j'ai honneur de clôturer cette semaine de débats à la Chambre avec mes 2 minutes 30 secondes d'allocution.
Intervenir sur le projet de loi C‑30 prendrait plusieurs heures. Dans le peu de temps dont je dispose aujourd'hui, je m'interroge sur la mise en œuvre du budget. Ce budget va‑t‑il répondre aux besoins des personnes, des malades, des aînés, des travailleuses et des travailleurs? Va-t-il répondre à ceux qui en ont le plus besoin? Je dois malheureusement répondre par la négative.
Dès que le budget a été déposé, le Bloc québécois s'y est opposé. Deux conditions nous semblaient essentielles dans un budget attendu depuis deux ans et qui suivait la crise sanitaire d'une grande pandémie. S'il y avait bien une réponse à donner à Québec et aux provinces, c'était de leur accorder les leviers nécessaires pour soigner les gens, en faisant passer à 35 % des coûts totaux les transferts fédéraux en matière de santé.
Comme porte-parole des travailleuses et des travailleurs, je dois dire au gouvernement qu'en ne posant pas ce geste attendu, il abandonne les travailleuses et les travailleurs qui ont tenu à bout de bras le régime et qui ont soigné des gens. Ce dont les travailleurs de la santé ont besoin, c'est de savoir que le gouvernement fédéral ne les ignore pas et qu'il arrête de politiser l'enjeu de la santé sur leur dos.
View Tony Baldinelli Profile
CPC (ON)
View Tony Baldinelli Profile
2021-06-16 14:12 [p.8521]
Mr. Speaker, the Prime Minister's pledge of a one-shot summer and his recent attendance at the G7 summit simply proves that Liberals have one set of rules for themselves and another for hard-working Canadians who are abiding by health guidelines and who simply want this pandemic to be over.
Every day I hear from my constituents who have been separated from their families and loved ones by the lengthy and extended border closure with the United States. This border closure has also had a devastating impact on our local and national tourism economy. Niagara is the number one leisure tourism destination in Canada employing some 40,000 tourism workers and generating over $2.4 billion in tourism receipts. Budget 2021 only commits $1 billion in tourism funding, which completely misses the mark when we consider that Canada's tourism industry generated over $105 billion annually before COVID. Severely underfunding indigenous tourism only adds to my disappointment in budget 2021.
The Liberal government has failed families, border communities, and Canada's travel and tourism industry, and it continues to fail the people of Niagara.
Monsieur le Président, le premier ministre avait promis un été où tous les Canadiens recevraient leur première dose de vaccin, mais sa récente participation au sommet du G7 n'a fait que prouver que les libéraux suivent leurs propres règles, qui ne sont pas les mêmes pour tous les Canadiens qui travaillent fort et qui respectent les consignes de la santé publique en espérant que cette pandémie se termine le plus rapidement possible.
Chaque jour, j'entends parler des habitants de ma circonscription qui sont séparés de leur famille et de leurs êtres chers en raison de la fermeture prolongée de la frontière avec les États‑Unis alors qu'aucune date de réouverture n'a été annoncée. Cette fermeture de la frontière a des répercussions dévastatrices sur notre industrie touristique locale et nationale. Niagara est la destination touristique la plus populaire au Canada. Le secteur du tourisme emploie environ 40 000 personnes dans la région de Niagara et génère des recettes de plus de 2,4 milliards de dollars. Le budget de 2021 prévoit seulement 1 milliard de dollars pour soutenir l'industrie touristique, ce qui est totalement insuffisant si l'on considère que le tourisme générait plus de 105 milliards de dollars annuellement avant la pandémie de COVID‑19. En outre, je suis très déçu du manque de soutien au tourisme autochtone dans le cadre du budget de 2021.
Le gouvernement libéral a laissé tomber les familles, les communautés situées le long de la frontière et l'industrie canadienne du voyage et du tourisme. Le gouvernement libéral continue de laisser à eux-mêmes les habitants de Niagara.
View Brenda Shanahan Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, women entrepreneurs across Canada have been disproportionately affected by COVID-19.
Women have had to leave the workforce in order to care for their children because of the pandemic. It has taken them longer to re-enter the workforce. Budget 2021 makes a generational investment in the early learning and child care system so that women can return to work.
Can the minister tell us about other measures in budget 2021 to support women entrepreneurship?
Monsieur le Président, les entrepreneures de partout au Canada ont été touchées de façon disproportionnée par la COVID‑19.
Des femmes ont été obligées de quitter la population active pour s'occuper de leurs enfants, à cause de la pandémie. Elles ont pris plus de temps à réintégrer le marché du travail. Le budget de 2021 prévoit un investissement générationnel dans le système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants qui rendra possible le retour des femmes au travail.
Est-ce que la ministre peut nous parler des autres mesures que le budget de 2021 propose pour appuyer les femmes en entrepreneuriat?
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2021-06-16 15:01 [p.8530]
Mr. Speaker, I would like to thank my hon. colleague for her very important question.
We know that the pandemic has exposed serious flaws in our social safety net, including the challenges faced by women entrepreneurs. That is why our government has proposed a transformational investment in early learning and child care. Not only will this help these women entrepreneurs get back to work, but it will also help build a stronger, more resilient economy.
It is also important to mention the proposed investment to strengthen the women’s entrepreneurship strategy, which will provide women entrepreneurs with greater access to financing, mentoring and training.
As a woman who has owned a small business—
Monsieur le Président, j'aimerais remercier mon honorable collègue de sa question très importante.
Nous savons que la pandémie a mis en évidence des lacunes importantes de notre filet de sécurité sociale, notamment les défis que doivent relever les femmes entrepreneures. C'est pour cette raison que notre gouvernement a mis en avant une mesure transformatrice d'investissement dans l'apprentissage et la garde d'enfants. Non seulement cela aidera ces femmes entrepreneures à retourner au travail, mais cela nous aidera aussi à bâtir une économie plus forte et résiliente
Il faut également souligner l'investissement proposé pour renforcer la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat qui offrira aux femmes entrepreneures un meilleur accès au financement, au mentorat et à la formation.
En tant que femme ayant eu une petite entreprise...
View Yvan Baker Profile
Lib. (ON)
View Yvan Baker Profile
2021-06-16 15:06 [p.8531]
Mr. Speaker, climate change is the existential issue of our time, and Canadians across this country want to see their governments take action to address it. More than ever, the environment and the economy have to go hand in hand to offer our children and grandchildren a healthy environment and one in which they can thrive. Could the Minister of Middle Class Prosperity and Associate Minister of Finance please update this House on the investments we are making to grow the economy and protect the environment?
Monsieur le Président, les changements climatiques sont un enjeu existentiel pour notre époque, et les Canadiens d'un bout à l'autre du pays veulent voir leurs gouvernements prendre des mesures à cet égard. L'environnement et l'économie doivent, aujourd'hui plus que jamais, se conjuguer pour offrir à nos enfants et à nos petits-enfants un environnement sain où ils pourront s'épanouir. La ministre de la Prospérité de la classe moyenne et ministre associée des Finances pourrait-elle dire à la Chambre où en sont les investissements du gouvernement pour faire croître l'économie et protéger l'environnement?
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2021-06-16 15:07 [p.8531]
Mr. Speaker, we are taking action to fight climate change and grow our economy. Our investments in budget 2021 are a critical step forward because, on this side of the House, we know that climate change is real. Budget 2021 represents $7.6 billion that would help build a cleaner and more sustainable future, which builds on $50 billion from our strengthened climate plan and also another $15-billion investment in public transit.
This includes help to restore wetlands and rehabilitate stormwater systems, and also interest-free loans of up to $40,000 for home retrofits. We are—
Monsieur le Président, nous prenons des mesures pour lutter contre les changements climatiques et faire croître l'économie. Les investissements que nous faisons dans le budget 2021 sont un pas crucial vers l'avant, car, de ce côté-ci de la Chambre, nous savons que les changements climatiques sont réels. Ce budget comprend des investissements de 7,6 milliards de dollars pour bâtir un avenir sain et durable, qui viennent s'ajouter aux investissements de 50 milliards de dollars dans notre plan climatique renforcé et aux investissements de 15 milliards de dollars dans le transport en commun.
Ces montants serviront aussi à la restauration de milieux humides, à la réfection de systèmes d'eaux pluviales et à l'octroi de prêts sans intérêt pouvant atteindre 40 000 $ pour la rénovation domiciliaire. Nous sommes...
View Dean Allison Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, it is great to rise virtually in the House today to speak to such an important topic, a topic that is of interest to all Canadians: jobs and the economy.
First, I would like to point out that here we go again with another omnibus bill by the Liberals. Let me remind the Liberals what their leader, the Prime Minister, said about omnibus legislation: “I wouldn't use them, period.” It is not surprising they are breaking yet another one of their promises. After all, that is the rule for the Liberal government, not the exception. Canadians are tired of their broken promises and poor performance, especially when it comes to creating jobs and growing our economy. Their tenure in the past six years has been a massive economic letdown.
They will try to respond with well-crafted talking points after I am done with my speech, I am sure of that. I must admit that they are pretty good at the rhetoric. In fact, they are probably the best at it. Unfortunately for them, Canadians see what Conservatives see: The Liberals' rhetoric is just that, words, rarely any actions. The same is also true of their record on the economy. The government's philosophy of growing the economy and creating jobs is by doing everything it can to get in the way.
Unemployed Canadians were hoping that the government would put forward a plan to create new jobs and economic opportunities. These families are going to feel let down by this budget. Workers who have had their wages cut and hours slashed, hoping to see a plan to reopen the economy, are also going to feel let down. Families that cannot afford more taxes and are struggling to save more money for their children's education or to buy a home are going to feel let down by this legislation.
Speaking of buying a home, it is becoming more and more out of reach for far too many Canadians. The cost of housing continues to rise, making it nearly impossible for first-time homebuyers to enter the market. That is why last week Conservatives demanded that the Prime Minister take immediate action to address the housing crisis in Canada. It does not seem like the Liberals are taking it seriously, however. In fact, they voted against addressing the growing housing affordability crisis.
On a larger scale, the Parliamentary Budget Officer has noted that a significant amount of Liberal spending in the budget will not stimulate jobs or create economic growth, as is always the case with that side of the House. It is very clear that the Prime Minister's stimulus fund was more about spending on Liberal partisan priorities than anything else. The Prime Minister will add more to our national debt than all previous prime ministers combined.
What has the Prime Minister achieved with all this spending? For one, Canada has consistently had one of the highest unemployment rates in the G7 and a record economic decline. In fact, the Liberal government has spent more and delivered less than any other G7 country. This bears repeating, considering the Liberals come up with all sorts of talking points on excuses for their failures. The government and the Prime Minister have spent unprecedented amounts of money, more than all previous Canadian governments combined. The Edmonton Sun writes, “Canadian babies born on federal budget day 2021 had more than $28,000 of debt the moment they open their eyes.” That is each Canadian's share of the federal government's $1-trillion debt, and it is only going to go up.
The Liberal government has delivered less than any other G7 country and is responsible for one of the highest unemployment rates in the G7, along with a record economic decline. Last week, Statistics Canada reported that Canada's unemployment rate climbed to 8.2%. It also reported that 68,000 jobs were lost in the month of May alone. We lost 68,000 jobs while our American cousins added 559,000 jobs. What is more, businesses in the U.S. are hiring at such speed that they cannot find enough workers to fill vacant positions.
Yes, it is also important to keep things in perspective. I cannot say this enough. We support getting help to those who have been hit hard by the pandemic, and to the government's credit, programs rolled out and have helped many people. Conservatives were there with the government, working together to extend emergency support programs during the crisis. We have worked tirelessly to make these programs more effective, and I think my hon. colleagues across the aisle would agree.
We are also fully aware that the jobs lost in May were, in large part, due to provincial restrictions put in place as a result of the third wave of the pandemic. That is a fact, but why did the third wave come with such ferocity, forcing provincial governments to implement yet another lockdown? Why did Sean, a small business owner in my riding, in business for the past 30 years, have to take on $160,000 in additional debt just to stay afloat, and that is after he spent his life savings?
The answer is the government's delays in procuring vaccines, the government's delays in closing the border and the government's ineffective rapid-testing strategy. Why did the travel and tourism industry and so many other sectors have to suffer so badly and for so long? By the way, many of those businesses are not coming back. The answer, once again, is the government's delays in procuring vaccines, its delays in closing the border and its ineffective rapid-testing strategy.
I do not think I am exaggerating when I say that the travel and tourism industry has been nearly crushed. It is terrible, what has happened to those businesses. I have heard many of the sector's concerns in the tourism recovery caucus, headed by my colleagues from Niagara Falls and Banff—Airdrie. My two colleagues have done an incredible job staying connected to stakeholders, listening to industry challenges and taking action where they can. These are two great members of Parliament, and I commend them on their efforts, as we all try to deal with the fallout of this pandemic in its hardest-hit areas.
Back to my question, why are so many small businesses hurting to this extent at this time? The answer is simple. For the most part, they were not allowed to stay open, because of the government's and the Prime Minister's failures to act on vaccines, the border and rapid testing. Furthermore, this is what the National Post had to say about the Liberal government's pandemic response: “The Liberals' most galling pandemic failure—they couldn't even master basic inventory control”. That is a pretty accurate statement.
Last year, the Prime Minister was denied vaccines by the Chinese communist regime, and, most importantly, he did not sign contracts with other companies until it was too late. That is a classic example of putting all eggs in one basket. In this situation, the Prime Minister relied on a Chinese-based company, which basically means that he relied on the Chinese communist regime. What could possibly go wrong? In doing so, he neglected other companies working on the vaccine, which delayed procuring vaccines from them.
This failure to act is why we are seeing many countries, including our neighbours to the south, ahead of us by at least three months in their vaccination efforts and reopening plans. I think we have all seen the packed sports events on TV in many U.S. cities, but here in Canada we are still on lockdowns.
It is important to mention that Conservatives were first to call for strong and clear border measures at the start of the COVID-19 pandemic. Unfortunately, the Liberals dragged their heels, going as far as to say that border control measures do not work, while calling us racist for suggesting that border measures are necessary to prevent the spread of the COVID-19 virus.
We also fought hard to get Canadians better tools to stop the spread of COVID-19, like vaccines, therapeutics, rapid tests and better data. Those tools now exist; however, the government has not come up with a comprehensive and effective plan to use them to safely lift the restrictions. The government loves to blame provincial premiers, but let us face it, the Liberals do not provide the necessary tools for the premiers to defend their provinces properly against the virus. They left premiers scrambling. Without the responses, the resources or proper action by the federal government, the premiers implemented the only tool they thought would work: lockdowns.
At this time, as we hopefully see the last of this pandemic, the government needs to start thinking of ways to secure the future of Canadians. This could be done by creating jobs, introducing policies that result in better wages, and introducing policies that help small businesses, especially now when so many are struggling, to get back on their feet.
In conclusion, this is not a growth budget. It fails to put forward a plan to encourage Canada's long-term prosperity and leaves millions of Canadians behind. We were very clear that we wanted to see a plan to return to normal that would safely reopen the economy and get Canadians back to work, and that is not what this legislation would do. We were also looking for a plan to create jobs and boost economic growth. Once again, that is not what this legislation would do. For those reasons, I cannot support it.
I would also like to say, to those watching at home, that Canada's Conservatives got us out of the last recession. We can, and we will, do it again. We are ready, we have a plan and we will get it done.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole à distance à la Chambre aujourd'hui au sujet d'une question aussi importante, qui intéresse tous les Canadiens, soit l'emploi et l'économie.
Je tiens d'abord à souligner que nous sommes encore saisis d'un projet de loi omnibus des libéraux. Je rappelle aux libéraux ce que leur chef, le premier ministre, a dit au sujet des projets de loi omnibus: « Je ne les utiliserai pas, point final. » Il n'est pas surprenant que les libéraux brisent une autre de leurs promesses. Après tout, c'est la règle et non l'exception pour le gouvernement libéral. Les Canadiens en ont assez des promesses brisées et des mauvais résultats des libéraux, surtout en ce qui concerne la création d'emplois et la croissance économique. Leur mandat des six dernières années s'est soldé par un ralentissement économique important.
Quand j'aurai terminé mon discours, je suis sûr que les libéraux tenteront de répondre avec des notes d'allocutions bien rédigées. Je dois admettre qu'ils sont très bons pour tenir de beaux discours. En fait, ce sont probablement les meilleurs à cet égard. Malheureusement pour eux, les Canadiens voient ce que les conservateurs voient: les beaux discours des libéraux ne sont rien d'autre que cela, des paroles, ils prennent rarement des mesures concrètes. Il en va de même pour leur bilan en matière d'économie. La philosophie du gouvernement pour stimuler l'économie et créer des emplois est de faire tout ce qu'il peut pour s'interposer.
Oui, il est aussi important de faire la part des choses. Je ne le dirai jamais assez. Nous souhaitons nous aussi aider les personnes qui sont gravement touchées par la pandémie. Et, c'est tout à l'honneur du gouvernement, des programmes ont été mis en œuvre et ont permis d'aider beaucoup de personnes. Les conservateurs étaient là, œuvrant de pair avec le gouvernement pour prolonger les programmes de soutien d'urgence pendant la crise. Nous avons travaillé sans relâche pour rendre ces programmes plus efficaces, comme peuvent en témoigner mes collègues d'en face.
Nous sommes également bien conscients que les pertes d'emplois enregistrées en mai étaient en grande partie dues aux restrictions adoptées par les provinces dans la foulée de la troisième vague de la pandémie. C'est un fait. Mais pourquoi la troisième vague a-t-elle été si violente, ce qui a forcé les gouvernements provinciaux a recourir de nouveau au confinement? Pourquoi Sean, propriétaire d'une petite entreprise dans ma circonscription depuis 30 ans, doit-il contracter une dette supplémentaire de 160 000 $ simplement pour garder la tête hors de l'eau après avoir épuisé toutes ses économies?
Maintenant que la pandémie tire à sa fin, espérons-le, le moment est venu pour le gouvernement de commencer à penser aux manières d'assurer l'avenir des Canadiens, que ce soit en créant des emplois ou en instaurant des politiques qui amélioreront les salaires et qui contribueront au rétablissement des petites entreprises, car celles-ci sont nombreuses à en arracher.
En conclusion, je dirai que le budget ne favorise pas la croissance. Il ne présente pas un plan qui encourage la prospérité à long terme du pays et il laisse tomber des millions de Canadiens. Nous avons très clairement demandé un plan pour le retour à la normale, afin de rouvrir l'économie de manière sécuritaire et redonner du travail aux Canadiens. Or, ce n'est pas ce que ferait le projet de loi à l'étude. Nous voulons également un plan qui créera des emplois et stimulera la croissance économique. Encore une fois, ce n'est pas ce qu'accomplirait le projet de loi. Pour ces raisons, je ne peux pas l'appuyer.
J'aimerais dire à ceux qui suivent le débat à la maison que les conservateurs du Canada nous ont sortis de la dernière récession. Nous pouvons et allons le refaire. Nous sommes prêts, nous avons un plan et nous mènerons la tâche à bien.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
Mr. Speaker, I have not had a chance to say it yet, but I congratulate you on your retirement as a tremendous Speaker of the House. I do not think people know about the tremendous work you are also doing for the downtrodden people of Myanmar. You have been a wonderful MP and representative, and we all have great respect for you.
I would like to thank the hon. member for his speech and remind him that all budget implementation bills are omnibus bills, because every budget deals with a number of federal departments. I am glad he wanted a plan and support for tourism, because there is over $1 billion, a record amount, for tourism in the budget, for festivals, cultural events, heritage celebrations and local museums. On top of that, there is $700 million more for small business, green, inclusive, enhancing competitiveness and creating jobs.
There is an over 700-page plan that deals with indigenous and women entrepreneurs, an A1 strategy, the Canadian Institute for Advanced Research, a quantum strategy, the Canadian Photonics Fabrication Centre, business R and D, Mitacs, CanCode, net-zero accelerator, clean growth hub, the Canadian Institute for Advanced Research, the strategic innovation fund, IRAP expansion, Elevate IP, innovation superclusters—
View Dean Allison Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, the member talks about the tourism industry. I come from Niagara. My riding is Niagara West. I am a couple of ridings over from Niagara Falls.
The tourism industry has been devastated, absolutely devastated, in this country, because of a failure of the government to get things we need, like vaccines and rapid testing. There was a perfectly decent program happening in Calgary with rapid tests as people returned to the country.
What did the Liberal government do? It implemented a worse plan that took more time. It failed to use rapid testing.
Our tourism industry continues to be crushed. It is unbelievable, the amount of negligence the government shows when it comes to tourism and small business. Small businesses are in lockdown after lockdown because of the government's failure to act. We need a plan to reopen the economy.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I always appreciate hearing from my colleague and friend from Niagara West. He knows I have a lot of respect for him.
I have two questions that I think are very relevant. The member spoke of the tourism industry. We know that the pandemic continues to have economic impacts, yet the Liberal government is cutting the CRB within a matter of weeks, from $500 a week to $300 a week, which is far below the poverty line.
What does the member think the impact of that will be, when people are trying to put food on the table and have almost 50% less to do it with, even though they still cannot get back to their jobs because of the ongoing impacts of the pandemic?
Also, many profitable companies used the wage subsidies for dividends and for big executive bonuses. Does the member believe that those profitable companies should be paying back the wage subsidy? In that way, we could afford to make sure that the CRB continues at the rate of $500 a week.
View Dean Allison Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I have had the pleasure of working with the member over the years, on trade in particular. We have not always agreed, but the member is a huge champion for his constituents, and I have always appreciated that.
Originally, how fast the programs came out was a good thing. There was a lot of discussion amongst all opposition parties about how things and people had fallen through the cracks. People are still falling through the cracks, as the member mentioned.
It is important for the government to listen and realize that small businesses and people who are dependent on some of these programs still need them when the only option is lockdown and these people cannot actually go to work, through no fault of their own.
I believe we need to constantly push the government to do better when they are rolling out programs. I know there has been lots of great input from all opposition parties here in the House.
Monsieur le Président, j'ai eu le plaisir de travailler avec le député au fil des ans, surtout sur la question du commerce. Nous ne sommes pas toujours d'accord, mais le député est un fier défenseur des résidants de sa circonscription, et j'ai toujours admiré cette qualité chez lui.
Au départ, la rapidité de déploiement des nouveaux programmes était positive. On a beaucoup discuté au sein des partis d'opposition des situations et des personnes qui sont passées entre les mailles du filet. Encore aujourd'hui, comme l'a dit le député, des personnes passent entre les mailles du filet.
Il est important que le gouvernement soit à l'écoute et constate que, quand la seule option possible est le confinement, les petites entreprises et les particuliers qui dépendent de certains de ces programmes en ont encore besoin, car les employés ne peuvent pas se rendre au travail pour des raisons indépendantes de leur volonté.
J'estime que nous devons constamment pousser le gouvernement à s'améliorer quand il met en œuvre des programmes. Je sais que tous les partis d'opposition à la Chambre lui fournissent beaucoup d'excellente rétroaction.
View Francesco Sorbara Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, if I could add to the glowing comments on your forthcoming retirement, it has been a pleasure to get to know you these last several years in the House of Commons. You have always been kind. It has always been a pleasure to chat and I wish you the best. I am sure your family will be very happy to have you home on a much more full-time basis.
Good evening to all my colleagues and to all Canadians who are watching, including the wonderful residents I have the privilege to represent here in Vaughan—Woodbridge.
This evening's debate on Bill C-30 is not only to ensure that Canadians who remain impacted by the pandemic are supported but also to put in place a number of measures that grow our economy and ensure that the economy is inclusive and lifts all individuals. Prior to the pandemic, we knew Canada's unemployment rate was at a multi-decade low and that literally hundreds of thousands of Canadians had been lifted out of poverty. We were, and we are, going in the right direction.
I would like to take a moment to thank the residents of Vaughan—Woodbridge and all residents of York Region for their desire to get vaccinated and allow us to safely return to normalcy. As of today, 76.8% of York Region residents above age 18 have received a single dose of a vaccine and over 22.7% a second dose, including me. I am happy to report that this afternoon I received my second dose of vaccine from Moderna. Millions of vaccines are arriving, and Canadians can rest assured that our government is laser focused on protecting them and their families and on ensuring a strong economic recovery.
I am pleased to rise tonight to participate in the continuing debate on Bill C-30, the government's budget implementation act. Budget 2021 is a historic investment to address the specific wounds of the COVID-19 recession and to grow the middle class. The bill is therefore an important one. It would enact the government's plan to finish the fight against COVID-19, create jobs, grow the economy and ensure a robust economic recovery that brings all Canadians along. We truly want an economy that works for all Canadians and that is inclusive.
Among other important measures, the bill would enable funding to establish a Canada-wide early learning and child care system. It would extend the Canada emergency wage subsidy, the Canada emergency rent subsidy and lockdown support for businesses until September 25, which would keep an important lifeline available. It would extend important income support for individuals, such as the Canada recovery benefit and the Canada recovery caregiving benefit, and it would enhance employment insurance sickness benefits from 15 weeks to 26 weeks.
The bill also proposes to establish a $15 federal minimum wage and to increase old age security for seniors aged 75 and older to provide them with better financial security. It would significantly expand the Canada workers benefit and invest $8.9 billion over six years in additional support for low-wage workers, extending top-ups to about a million more Canadians and lifting nearly an additional 100,000 Canadians out of poverty.
I have been a great proponent of the Canada workers benefit since day one, when I arrived on Parliament Hill in 2015. I am seeing it expanded for the third time since we have been in office. It is great to see we are ensuring more Canadians are lifted out of poverty while incentivizing Canadians to remain in the labour force and increase their number of hours of work.
Bill C-30 would also provide an emergency top-up of $5 billion for provinces and territories. Specifically, $4 billion would go to the Canada health transfer to help provinces and territories address immediate health care system pressures, and $1 billion would support vaccine rollout campaigns across the country. As well, the bill proposes to provide $2.2 billion to address short-term infrastructure priorities in municipalities and first nations communities. The funds would flow through the federal gas tax fund, which is proposed to be renamed the Canada community building fund.
There is one aspect of Bill C-30 I would like to discuss in particular. It is a clause that would amend the Canadian Securities Regulation Regime Transition Office Act. This clause would authorize the government to provide an additional $12 million to fund the continuation of the Canadian Securities Transition Office, or CSTO, for a further two years. For those who may not be familiar with this body, the CSTO is a small federal office that was established in July 2009.
Since 2013, the CSTO has supported federal efforts to establish the co-operative capital markets regulatory system. Today, the principal focus of this office is to support the government with analysis and advice on preparing for the successful administration of the proposed federal capital market stability act in a collaborative manner that respects provincial jurisdiction.
A well-functioning and resilient financial system that instills confidence in domestic and international businesses, in addition to individual Canadians, is paramount to growing Canada's economy. Canada's financial system demonstrated resilience in weathering both the shocks of the global financial crisis more than a decade ago and, most recently, the considerable economic impact of the COVID-19 pandemic.
Importantly underpinning this resilient financial system is a regulatory framework with legislative mandates and authorities, world-class leadership and years of preparation, planning and experience. While the regulatory authorities work in a coordinated system, the federal financial stability oversight framework does not include management of systemic risk across Canadian capital markets. This is a critical gap given the current global risk environment and is an area that the Supreme Court has opined is a federal responsibility. Some steps have been taken in this field by provincial securities regulators. However, no Canadian authority has the ability to monitor capital markets' systemic risks across the Canadian financial system, nor to act on a national basis to address them.
This is what the federal government wants to strengthen in collaboration with provinces. The federal government is also committed to strengthening authorities to combat capital markets crime and protect Canadians' hard-earned savings and investments from fraud. These are targeted areas that CSTO is assessing and providing advice on. Before moving forward, more work is required by federal officials, including identifying opportunities and developing processes for administering a systemic risk oversight regime in collaboration with provincial securities regulators. This work would be undertaken in consultation with the provinces.
The additional funding contained in Bill C-30 is needed for the CSTO to continue its important work on systemic risk in criminal enforcement in Canada's capital markets. The CSTO has already made excellent progress. It should receive the funding to continue this important work. I encourage all my colleagues from all sides of the aisle to pass Bill C-30 not only to support Canadians during this pandemic, but also to strengthen our CSTO and move forward in growing our economy once again.