Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 1041
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, is this not a strange set of circumstances? When the government House leader said that we would be debating Bill C-12 last week, I foolishly assumed he meant the actual bill. Multiple times last week it looked like maybe Bill C-12 would be debated, but no. The Liberals say that we Conservatives are delaying. Unfortunately, instead of debating the bill today, we are debating a motion to shut down debate on the bill because the government cannot seem to manage the House agenda at all. To say this bill is urgent after not calling it for months, and indeed after proroguing the House and delaying everything, is the height of hypocrisy. Therefore, here we are.
This is not the first disaster of management on this legislation by the current government. Indeed, it is just the most recent in a long list of failures relating to the bill. I would like to go through some of those here.
When the bill was first introduced, I stood in the House and said I would support the bill. That is true and on the record. However, at that time, I made the mistake of taking the minister at his word: that he was willing to work in good faith with opposition parties. Very quickly I was disabused of this notion.
The first domino was when the government pre-empted the bill entirely. It ignored its own promises and appointed the advisory body. The minister had committed to working with us and with the oil and gas industry to develop the advisory group. In fact, the Minister of Natural Resources said, “We're not reaching net-zero without our oil and gas sector in this country. We're not reaching it.” I agree with this minister and expected direct representation from this critical industry on the group advising government. Unfortunately, instead, the minister appointed a body with no direct oil and gas representation. It was full of people devoted to the death of that industry and the jobs and prosperity it brings.
There were some choice quotes and statements from various members of the advisory committee. One tweet thanked Greta Thunberg for calling on the Prime Minister to stop all oil and gas projects. Another rejected that fossil fuels could co-exist with climate action, rejecting the industry and its workers entirely. Another advocated for stopping all fossil fuel exports and another said, “Tomorrow, I'll join thousands gathering around Canada to call on premiers to act on climate and reject pipelines.”
Members may think that I am done, but I am just getting started because all those were from one person: Catherine Abreu of the Climate Action Network.
Another board member, Kluane Adamek, again quoted Greta, advocating abandoning the fossil fuel economy. Simon Donner from UBC, another board member, called to halt all new oil sands projects and asked if we should cap production entirely.
To be clear, I am not saying that these people are not entitled to their own opinions and beliefs. We are a free country with free speech, until Bill C-10 passes I guess. However, the minister chose these people who are actively anti-oil and gas and put them on this group to tell him what to do in regard to policies relating to oil and gas.
We wanted to work with him on this advisory group and felt it could represent expertise in which Canadian industry excels. Instead, the minister would much rather reject industry entirely, so I for one have no interest in supporting his crusade or his legislation. It has become clear that the minister is completely focused on destroying Canada's oil and gas sector and all the people it employs.
Even knowing all that, we went into the committee process in good faith. I met with many groups from across the ideological spectrum, did a lot of research and worked to create productive and relevant amendments that would improve the bill. What did we find at committee? As many more people watch the House and committees, despite being wonderful entertainment, I will let those at home know what exactly occurred.
Initially, when the bill came to us at committee, all parties worked together to create a timeline for consideration that would have allowed enough time to hear witnesses, receive briefs and review the bill. However, when the committee next met, the Liberal members dropped a surprise motion to reverse all that had been agreed to in order to fast-track the bill and get it through as fast as possible. At the time, Conservatives warned that this schedule would make it difficult to properly conduct our important work, and how right we were.
The Liberals, with their NDP allies, were able to speed things up, so we started the study immediately. Witnesses were due the next day, so everyone had to scramble to do their best. Witness testimony was essentially limited to two days. We did hear some particularly good testimony from a variety of witnesses, yet on something clearly this important to the Liberals, why would they not want more evidence? It would become clear soon enough.
Many people do not know that when committees study a bill, there is a deadline to submit witnesses and amendments. As well, drafting amendments takes a couple of days. The incredibly hard-working staff, who assist in drafting these, are amazing to work with, but writing law takes time. The deadline for amendments in this sped-up Liberal-designed process was immediately after we heard the last witness testimony, so there was not much time to formulate ideas and get them ready. Even worse was how it affected the written submissions. This is what really gets me.
As soon as the bill got to committee, we put out a call for written briefs. These are quite common: Generally experts or interested Canadians send in their opinions on a piece of legislation. They are an essential aspect in ensuring that Canadians can feel included in the process and feel heard. I spoke to witnesses who, when invited to the committee, were told the deadline for submitting a brief was the day they were invited. These briefs are often technical and professionally researched articles. How is an expert supposed to write a submission with literally zero days' notice? The answer is they cannot.
Additionally, as we are a bilingual nation, all of the submissions had to be collected and translated before being sent to members of the public. All of this led to the farce that we saw at the environment committee on the study of Bill C-12. When amendments were due on a Friday before we started clause-by-clause review, only a small number of briefs were available to members. The next week, there were dozens of briefs. Over 70 were posted and then made available. That means that due to the Liberals' single-minded focus on passing the bill as fast as they could and limiting the witness testimony as much as they could, the vast majority of public opinion on the bill was not available until after amendments were due. This is a completely disrespectful act conducted by the Liberals and their allies in the NDP to ignore public opinion.
Ontario Power Generation, Fertilizer Canada, the Canadian Union of Postal Workers, the Canadian Nuclear Association and the Canadian Electricity Association all sent briefs after amendments were due. Even environmental groups were hurt by this. The briefs from Ecojustice, Citizens' Climate Lobby, Leadnow, the David Suzuki Foundation and the previously mentioned Climate Action Network all were not available until after amendments were due.
Perhaps the most egregious impact of the Liberals' behaviour on this bill is that no indigenous witnesses were heard from during the study. As par for the course, the brief from the Assembly of First Nations, as I am sure everyone has guessed, was available only after amendments were due.
Additionally, there were a great many briefs from individual Canadians who worked hard to have their voices heard. Thanks to the Liberals, they feel ignored. I heard from one Canadian who said she worked hard on her brief and was excited to have her voice heard, yet when she learned that amendments were due before her brief could even be read, she was totally disenchanted with the process. Our responsibility as elected officials is to ensure that Canadians feel heard, feel included and feel a part of something. What the Liberals and their NDP allies did during this process is disgraceful, and it is a terrible mark on the history of this place.
Now I will get to the clause-by-clause study itself. Despite all I said, we still went in with productive amendments and hoped for the best. Indeed, the minister said he was willing to work with all parties to make the bill better. Again, that turned out not to be true. It became clear very quickly that, instead of there being a willingness to debate or even engage on good ideas, the fix was in. The Liberals and the NDP made a deal to approve their own amendments and reject everyone else's, no matter how reasoned or reasonable.
Before I get to our proposed amendments, I just want to share an example that shows how ridiculous the whole process was. At one point during the study, the Green Party proposed an amendment that was identical to a government amendment. The Green Party's amendment came up first, and the Liberal and NDP members opposed it even though it was exactly the same as their own amendment.
It is clear that their strategy was to reject literally every other suggestion, regardless of what it was. For context, the amendment in question would have required emissions targets to be set 10 years in advance.
People who are familiar with the workings of Parliament and committees can probably guess what happened next. If an amendment is rejected, any subsequent amendment that says the same thing is automatically removed from the list because the committee has already expressed its will on the matter. The Liberals and New Democrats are so staunchly opposed to any amendment other than their own that they ended up killing one of their own amendments.
What followed was an absurd exchange during which the member for Skeena—Bulkley Valley proposed a new amendment that would require targets to be set 9 years and 366 days beforehand, instead of 10 years. I am not giving this example to poke fun at the Liberals and the New Democrats, even if it was funny, but because it shows to what extent they were reluctant to consider changes that were not theirs.
What were some of the reasonable changes we proposed? I think Canadians would like to know.
First, we think that solving the very real problem of climate change must be done through a whole-of-government approach. The federal government is famous for operating in silos. One group or department that is responsible for a problem or a particular issue does not usually work with others, or does not coordinate with them. I am sure anyone who has worked in Ottawa or for the federal government has many stories about this. That cannot happen when it comes to tackling climate change. Everyone must work together.
Of course, Environment and Climate Change Canada is the key department, but it also needs to coordinate with the departments of industry, finance, natural resources, employment, crown-indigenous relations and many others. We therefore proposed a series of straightforward amendments to remove the powers to set targets, create plans and approve reports from the Minister of Environment alone and include the entire cabinet. The Minister of Environment would recommend policy to cabinet, but cabinet would ultimately decide how to move forward. This is not exactly reinventing the wheel.
That is generally how policy is made in government: Silos are broken down as much as possible and other departments are included.
Perhaps the Minister of Environment did not consider the impact on industry, jobs and indigenous peoples. Bringing together cabinet to make decisions about these objectives and plans is the right thing to do. Unfortunately, the Liberals and the NDP even refused to debate, and they rejected every amendment we proposed for that purpose.
In their dream world, the Minister of Environment and Climate Change is an omnipotent figure who dictates every policy by decree. That is not how the Conservatives want to manage things. We believe in collaboration and the importance of working together, especially on the issue of climate change.
Another set of amendments that we proposed would have added that, when objectives were set or plans formulated, the minister would be required to balance social and economic factors, including the impact on employment and national unity. Climate change is real, and we absolutely need everyone to work hard to address it.
We cannot accomplish this by blowing the top off Canadian industry and the well-paying jobs that support Canadian families. We need to look at the big picture and make decisions that will improve the lives of all Canadians. That includes Canadians in the regions that will be most affected by these policies. Our country is stronger together, and we must do all we can to keep it that way. A government that is bent on destroying a region's main industry is not a government that knows how to build a nation. Therefore, it seems to me that examining how these policies will impact these factors would be a good idea.
However, the Liberals and the New Democrats refused to so much as debate the subject and rejected all the amendments, which, frankly, surprised me. The government loves to talk about how the green economy will create so many jobs. If that were true, our amendment would allow the government to brag about it, would it not? Instead, they rejected it. Why? Because it came from the Conservatives.
We then suggested that the progress report include the greenhouse gas emissions and sequestration from non-anthropogenic or non-human factors. This would include the amounts sequestered by our vast unmanaged forests and prairies and emissions from such things as forest fires and methane releases from melting permafrost. I personally feel that we cannot make a plan unless we have the full picture. Canadians often ask me what impact our forests have on emissions. Although this information is available in some places, it would be much easier for Canadians to have access to it in the main reports. Again, this seems like an obvious thing to include, but the Liberals and the NDP voted against it without debate.
After that, we proposed another great addition. As people know, Canada is a federation, and the provincial governments control many of the policy levers that are needed to achieve our climate goals. They manage the resource sector, the electrical grid and the building code.
We wanted the assessment reports to include a summary of the measures taken by the provincial governments to achieve the national greenhouse gas emissions targets.
Again—
Madame la Présidente, n’est-ce pas un étrange concours de circonstances? Lorsque le leader du gouvernement à la Chambre a dit que nous allions débattre du projet de loi C‑12 la semaine dernière, j’ai sottement supposé qu’il parlait du projet de loi lui-même. À plusieurs reprises la semaine dernière, il semblait que le projet de loi C‑12 serait peut-être débattu, mais non. Les libéraux disent que les conservateurs retardent les choses. Malheureusement, au lieu de débattre du projet de loi aujourd’hui, nous débattons d’une motion visant à mettre fin au débat sur le projet de loi parce que le gouvernement ne semble pas du tout capable de gérer le programme législatif de la Chambre. Dire que ce projet de loi est urgent après ne pas en avoir été saisi pendant des mois, et même après avoir prorogé la Chambre et tout retardé, est le comble de l’hypocrisie. Par conséquent, nous en sommes là.
Ce n’est pas le premier désastre de la gestion de cette mesure législative par le gouvernement actuel. En effet, ce n’est que le plus récent d’une longue liste d’échecs relatifs à ce projet de loi. J’aimerais en passer quelques-unes en revue ici.
Lorsque le projet de loi a été présenté pour la première fois, j’ai déclaré à la Chambre que je l’appuierais. C’est vrai et cela figure au compte rendu. Toutefois, à l’époque, j’ai fait l’erreur de croire le ministre sur parole, à savoir qu’il était prêt à travailler de bonne foi avec les partis d’opposition. Très rapidement, je suis revenu sur cette idée.
Tout d'abord, le gouvernement s'est approprié complètement le projet de loi. Il a fait fi de ses propres promesses et a nommé l'organisme consultatif. Le ministre s’était engagé à travailler avec nous et avec l’industrie pétrolière et gazière pour mettre sur pied le groupe consultatif. En fait, le ministre des Ressources naturelles a déclaré que nous n’atteindrions pas la carboneutralité sans notre secteur pétrolier et gazier. Je suis d’accord avec le ministre et je m’attendais à une représentation directe de cette industrie essentielle au sein du groupe qui conseillera le gouvernement. Malheureusement, au lieu de cela, le ministre a nommé un conseil dans lequel le secteur pétrolier et gazier n’a pas de représentation directe. Il ne compte que des personnes déterminées à mettre fin à cette industrie, ainsi qu'aux emplois et à la prospérité qu’elle apporte.
Il y a eu quelques citations et déclarations bien choisies de divers membres du comité consultatif. Un gazouillis a remercié Greta Thunberg d’avoir demandé au premier ministre d’arrêter tous les projets pétroliers et gaziers. Un autre a rejeté l’idée que les combustibles fossiles puissent coexister avec l’action climatique, rejetant entièrement l’industrie et ses travailleurs. Un autre a plaidé pour l’arrêt de toutes les exportations de combustibles fossiles et un autre a déclaré: « Demain, je me joindrai aux milliers de personnes qui se rassembleront dans tout le Canada pour demander aux premiers ministres d’agir pour le climat et contre les pipelines ».
Les députés peuvent penser que j’ai terminé, mais je ne fais que commencer, car tous ces messages proviennent d’une seule personne: Catherine Abreu du Réseau Action Climat.
Une autre membre du conseil, Kluane Adamek, a de nouveau cité Greta, préconisant l’abandon de l’économie des combustibles fossiles. Simon Donner de l'Université de la Colombie-Britannique, un autre membre du conseil, a demandé l’arrêt de tous les nouveaux projets de sables bitumineux et a demandé si nous devrions plafonner entièrement la production.
Pour être clair, je ne dis pas que ces personnes n’ont pas droit à leurs propres opinions et croyances. Nous sommes un pays libre avec la liberté d’expression, tant que le projet de loi C-10 ne sera pas adopté, je suppose. Cependant, le ministre a choisi des personnes qui sont activement contre le pétrole et le gaz et les a placées dans le groupe qui va lui dire quoi faire en ce qui concerne les politiques relatives au pétrole et au gaz.
Nous voulions travailler avec lui au sein de ce groupe consultatif et nous pensions qu’il pourrait représenter une expertise dans laquelle l’industrie canadienne excelle. Au lieu de cela, le ministre préfère rejeter entièrement l’industrie. Pour ma part, je n’ai aucun intérêt à soutenir sa croisade ou sa loi. Il est devenu clair que le ministre ne vise que la perte du secteur pétrolier et gazier du Canada et de toutes les personnes qu’il emploie.
Même en sachant tout cela, nous nous sommes engagés de bonne foi dans le travail du comité. J’ai rencontré de nombreux groupes de tout le spectre idéologique, j’ai fait beaucoup de recherches et j’ai travaillé pour élaborer des amendements constructifs et pertinents qui amélioreraient le projet de loi. Qu’avons-nous trouvé au comité? Comme de plus en plus de gens regardent la Chambre et les comités, bien que ce soit un merveilleux divertissement, je vais dire à ceux qui sont à la maison ce qui s’est passé exactement.
Au départ, lorsque le projet de loi a été renvoyé au comité, tous les partis ont travaillé ensemble pour créer un calendrier d’examen qui aurait laissé suffisamment de temps pour entendre les témoins, recevoir les mémoires et examiner le projet de loi. Toutefois, lors de la réunion suivante du comité, les députés libéraux ont déposé une motion surprise visant à annuler tout ce qui avait été convenu afin d’accélérer l’étude du projet de loi et de le faire adopter le plus rapidement possible. À l’époque, les conservateurs avaient prévenu que ce calendrier rendrait difficile la réalisation de notre important travail. Manifestement, nous avions raison.
Les libéraux, avec leurs alliés du NPD, ont réussi à accélérer les choses, si bien que nous avons commencé l’étude immédiatement. Les témoins devaient être entendus le lendemain, alors tout le monde a dû se démener pour faire de son mieux. Les témoignages ont été essentiellement limités à deux jours. Nous avons entendu des témoignages particulièrement intéressants de la part de divers témoins, mais si cette question est aussi importante pour les libéraux, pourquoi ne veulent-ils pas entendre davantage de témoignages? Cela deviendra évident bien assez tôt.
Beaucoup de gens ne savent pas que, lorsque les comités étudient un projet de loi, il y a une date limite pour la présentation des témoins et des amendements. De plus, la rédaction des amendements prend quelques jours. Il est très agréable de travailler avec le personnel incroyablement dévoué qui participe à la rédaction des amendements, mais il faut du temps pour rédiger une loi. La date limite pour les amendements dans ce processus accéléré conçu par les libéraux était immédiatement après que nous avons entendu le dernier témoignage. Il n’y avait donc pas beaucoup de temps pour formuler des idées et les préparer. La façon dont cela a nui aux soumissions écrites est encore pire. C’est ce qui m’énerve le plus.
Dès que le projet de loi a été soumis au comité, nous avons lancé un appel de mémoires écrits. Ces mémoires sont assez courants: généralement, des experts ou des Canadiens intéressés envoient leur opinion sur un projet de loi. Ils constituent un aspect essentiel pour que les Canadiens puissent se sentir inclus dans le processus et se sentir entendus. J’ai parlé à des témoins qui, lorsqu’ils ont été invités au comité, ont appris que la date limite pour soumettre un mémoire était le jour même où ils étaient invités. Ces mémoires sont souvent des articles techniques et documentés par des professionnels. Comment un expert est-il censé rédiger un mémoire avec littéralement zéro jour de préavis? Il ne le peut pas.
De plus, comme nous sommes une nation bilingue, toutes les soumissions ont dû être rassemblées et traduites avant d’être envoyées aux membres du public. Tout cela a mené à la farce à laquelle nous avons assisté au comité de l’environnement lors de l’étude du projet de loi C-12. Lorsque les amendements devaient être déposés un vendredi avant le début de l’étude article par article, seul un petit nombre de mémoires était disponible pour les membres. La semaine suivante, il y avait des dizaines de mémoires. Plus de 70 ont été déposés, puis mis à disposition. Cela signifie qu’en raison de la volonté des libéraux d’adopter le projet de loi le plus rapidement possible et de limiter autant que possible les témoignages, la grande majorité de l’opinion publique sur le projet de loi n’a été disponible qu’après la limite de présentation des amendements. C’est un acte totalement irrespectueux de la part des libéraux et de leurs alliés du NPD que de faire fi de l’opinion publique.
Ontario Power Generation, Fertilisants Canada, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes, l’Association nucléaire canadienne et l’Association canadienne de l’électricité ont tous envoyé des mémoires après la date limite de présentation des amendements. Même les groupes environnementaux en ont souffert. Les mémoires d’Ecojustice, du Citizens’ Climate Lobby, de Leadnow, de la Fondation David Suzuki et du Réseau Action Climat, déjà mentionné, n’ont été disponibles qu’après la limite de présentation des amendements.
L’impact le plus flagrant du comportement des libéraux à propos de ce projet de loi est peut-être le fait qu’aucun témoin autochtone n’a été entendu au cours de l’étude. Le mémoire de l’Assemblée des Premières Nations, comme tout le monde s'y attendait, n’a été disponible qu’après la présentation des amendements.
De plus, un grand nombre de mémoires ont été déposés par des Canadiens qui ont travaillé fort pour faire entendre leur voix. Grâce aux libéraux, ils se sentent ignorés. Une Canadienne m’a dit qu’elle avait travaillé dur sur son mémoire et qu’elle était enthousiaste à l’idée de faire entendre sa voix, mais que lorsqu’elle a appris que les amendements devaient être déposés avant même que son mémoire puisse être lu, elle s’est déclarée totalement désenchantée par le processus. Notre responsabilité en tant qu’élus est de veiller à ce que les Canadiens se sentent entendus, inclus et qu’ils aient le sentiment de faire partie de quelque chose. Ce que les libéraux et leurs alliés du NPD ont fait au cours de ce processus est honteux, et c’est une tache dans l’histoire de cette Chambre.
Je vais maintenant parler de l'étude article par article. Malgré tout ce que j'ai dit, nous avons quand même proposé des amendements utiles, en espérant qu'ils soient acceptés. Après tout, le ministre avait affirmé qu'il était prêt à collaborer avec tous les partis pour améliorer le projet de loi. Encore une fois, ce n'était pas la vérité. Il est devenu évident très rapidement que, même si le ministre prétendait être disposé à débattre ou même à accepter de bonnes idées, ce n'était que de la frime. En effet, les libéraux et les néo‑démocrates s'étaient entendus pour approuver leurs amendements et rejeter tous les autres, même s'ils étaient motivés ou raisonnables.
Avant d'en venir à nos propres modifications suggérées, je voudrais donner un exemple du ridicule de cet exercice. À un moment de l'étude, le Parti vert avait proposé un amendement qui était identique à un amendement du gouvernement. Celui du Parti vert est arrivé en premier, et les députés libéraux et néo-démocrates s'y sont opposés, bien que ce soit exactement la même chose que leur propre changement.
Il est clair que leur stratégie consistait à rejeter littéralement toutes les autres suggestions, peu importe ce qu'elles étaient. Pour le contexte, l'amendement visait à exiger que les objectifs des émissions soient fixés 10 ans à l'avance.
Maintenant, les observateurs de longue date du Parlement et des comités peuvent supposer ce qui s'est passé ensuite. Si un amendement est supprimé, tout amendement ultérieur qui fait la même chose est exclu de l'ordre, parce que le comité a déjà précisé sa volonté sur ce point. Le dévouement des libéraux et des néo-démocrates à ne jamais envisager d'autres amendements que les leurs a effectivement tué l'un de leurs propres amendements.
Il s'en est suivi un échange absurde au cours duquel le député de Skeena—Bulkley Valley a proposé un nouvel amendement qui exigerait que les objectifs soient fixés 9 ans et 366 jours à l'avance au lieu de 10 ans. Je donne cet exemple non pas pour me moquer des libéraux et des néo-démocrates, même si c'était très drôle, mais parce que cela montre à quel point ils étaient réticents à envisager des changements qui n'étaient pas les leurs.
Quels étaient certains de nos changements raisonnables suggérés? Je pense que les Canadiens aimeraient le savoir.
Premièrement, nous pensons que la résolution des problèmes très réels des changements climatiques doit être une approche pangouvernementale. Le gouvernement fédéral est célèbre pour ses silos. Un groupe ou un ministère qui est responsable d'un problème ou d'un sujet ne travaille généralement pas avec d'autres ou ne se coordonne pas. Quiconque a travaillé à Ottawa ou pour le gouvernement fédéral, j'en suis sûr, a de nombreuses histoires au sujet de cette situation. Cela ne peut pas être le cas, lorsqu'il s'agit de faire face aux changements climatiques. Tout le monde doit travailler ensemble.
Bien sûr, Environnement et Changement climatique Canada est le ministère clé, mais nous avons besoin d'une coordination avec ceux de l'Industrie, des Finances, des Ressources naturelles, de l'Emploi, des Relations Couronne-Autochtones et bien d'autres. Nous avons donc proposé une série d'amendements très simples qui vise à retirer les pouvoirs de fixer des objectifs, de créer des plans et d'approuver des rapports au seul ministre de l'Environnement et d'inclure tout le Cabinet. Le ministre de l'Environnement recommanderait les politiques au Cabinet, mais, en fin de compte, le Cabinet déciderait de la marche à suivre. Il ne s'agit pas exactement de réinventer le processus de la roue.
C'est ainsi que la politique est généralement décidée au sein du gouvernement: briser les silos du mieux qu'on le peut et inclure d'autres ministères.
Peut-être que le ministre de l'Environnement n'avait pas pris en compte les répercussions sur l'industrie, sur les emplois ou sur les peuples autochtones. Rassembler tout le Cabinet pour décider de ces objectifs et de ces plans est la bonne chose à faire. Malheureusement, les libéraux et les néo-démocrates ont même refusé de débattre, et ils ont rejeté chaque amendement que nous avions proposé à cette fin.
Dans leur monde de rêve, le ministre de l'Environnement et du Changement climatique est une figure toute puissante qui dicte toute politique par décret. Ce n'est pas ainsi que les conservateurs veulent gérer les choses. Nous croyons en la collaboration et en l'importance de travailler ensemble, en particulier au sujet de la question du changement climatique.
Une autre série d'amendements que nous avons proposés aurait ajouté que, au moment de fixer des objectifs ou de formuler des plans, le ministre soit tenu d'équilibrer les facteurs environnementaux avec les facteurs sociaux et économiques, y compris les répercussions sur l'emploi et sur l'unité nationale. Le changement climatique est réel et nous avons absolument besoin de tous les efforts pour y faire face.
Or, nous ne pouvons pas le faire en faisant exploser l'industrie canadienne et les emplois bien rémunérés qui soutiennent les familles canadiennes. Nous devons avoir une vue d'ensemble et prendre des décisions qui amélioreront la vie de tous les Canadiens. Cela comprend les Canadiens de régions qui seront particulièrement touchées par ces politiques. Notre nation est plus forte ensemble et nous devons faire tout notre possible pour qu'il en soit ainsi. Un gouvernement déterminé à détruire la principale industrie d'une région n'est pas un gouvernement qui sait comment construire une nation. Ainsi, regarder de quelle façon ces politiques auraient des répercussions sur ces facteurs me semble être une bonne idée.
Pourtant, les libéraux et les néo-démocrates ont même refusé d'en débattre et ont rejeté tous les amendements, ce qui m'a franchement surpris. Le gouvernement adore parler de la façon dont l'économie verte créera tant d'emplois. Si cela était vrai, notre amendement permettrait au gouvernement de s'en vanter, n'est-ce pas? Au lieu de cela, ils l'ont rejeté. Pourquoi? C'est parce qu'il vient des conservateurs.
Ensuite, nous avons proposé que le rapport d'étape inclue les émissions de gaz à effet de serre et la séquestration provenant des facteurs non anthropiques ou non humains. Cela inclurait la séquestration effectuée par nos vastes forêts et prairies non gérées et les émissions provenant de choses comme les incendies de forêt et la libération de méthane de la fonte du pergélisol. Pour ma part, je pense que nous ne pouvons pas faire de plan si nous ne connaissons pas l'ensemble du tableau. Les Canadiens me demandent souvent quelles sont les répercussions de nos terres forestières sur les émissions. Bien que cette information soit disponible à certains endroits, il serait beaucoup plus facile pour les Canadiens d'avoir accès à cette information dans les principaux rapports. Encore une fois, cela me semble une inclusion évidente. Or les libéraux et les néo-démocrates ont voté contre, sans débat.
Après cela, nous avons proposé une autre merveilleuse inclusion. Comme les gens le savent, le Canada est une fédération et les gouvernements provinciaux détiennent bon nombre des leviers politiques nécessaires pour atteindre nos objectifs climatiques. Ils gèrent le secteur des ressources, les systèmes électriques et le code du bâtiment.
Nous voulions inclure dans les rapports d'évaluation un résumé des mesures prises par les gouvernements provinciaux pour atteindre les cibles nationales d'émissions de gaz à effet de serre.
Encore une fois...
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2021-06-21 14:35 [p.8848]
Mr. Speaker, can my colleague tell me when the Conservatives will stop blocking the budget? Can he tell me when they will stop blocking Bill C‑10 so we can get the web giants to start contributing? When will they stop blocking Bill C‑12 so that we can continue working for the future of our children and grandchildren? When will they stop blocking Bill C‑6, on a process that harms our youth and the LGBTQ+ community?
When will they stop blocking these progressive bills, and when will the Bloc Québécois and the NDP stop supporting the Conservatives' antics and start helping us and all Canadians?
Monsieur le Président, mon collègue, lui, peut-il me dire quand les conservateurs vont arrêter de bloquer le budget? Peut-il me dire quand ils vont arrêter de bloquer le projet de loi C‑10 pour que les gens du Web puissent contribuer? Quand est-ce qu'ils vont arrêter de bloquer le projet de loi C‑12 pour qu'on puisse travailler pour le futur de nos enfants et de nos petits-enfants? Quand est-ce qu'ils vont arrêter de bloquer le projet de loi C‑6, sur un processus qui fait mal à nos jeunes et à la communauté LGBTQ+?
Quand est-ce qu'ils vont arrêter de bloquer ces projets progressistes et quand est-ce que le Bloc québécois et le NPD vont arrêter d'appuyer les conservateurs dans ce processus afin de nous aider et d'aider l'ensemble des Canadiens?
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, the third petition I am presenting is from Canadians who are very concerned about Bill C-10: the government's supposed reform of the Broadcasting Act, which would in reality give the government significant powers to control and limit speech online.
Petitioners note that Liberal members of the committee voted in favour of amendments that would include social media platforms within the jurisdiction of this regulation. Petitioners call on the Government of Canada to respect Canadians' fundamental right to freedom of expression, to prevent Internet censorship in Canada and not to continue with Bill C-10 as currently written.
Madame la Présidente, la troisième pétition que je souhaite présenter est signée par des Canadiens qui sont très préoccupés par le projet de loi C‑10, soit le projet de loi du gouvernement qui est censé réformer la Loi sur la radiodiffusion, mais qui, en réalité, confère au gouvernement des pouvoirs considérables pour contrôler et limiter la liberté d'expression en ligne.
Les pétitionnaires indiquent que le comité a voté pour des amendements qui assujettiraient les plateformes de médias sociaux à la réglementation du CRTC. Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada: de respecter le droit fondamental des Canadiens à la liberté d’expression; d’empêcher la censure dans Internet au Canada; de ne pas aller de l'avant avec la version actuelle du projet de loi C‑10.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-06-21 18:47 [p.8888]
Madam Speaker, here we are again to talk about the infamous Bill C‑10. We know that this bill has a direct impact on freedom of speech.
We were surprised to see that the bill originally contained a fundamental provision, clause 4.1, which clearly defined the terms of freedom of speech and clearly indicated that this bill would not affect those working on social media when it came time to produce and post music or cultural activities.
Unfortunately, the government withdrew that amendment. Members will recall that the second opposition party asked for that clause to be reinstated three times. When we proposed that amendment, the government and the second opposition party opposed it.
How can the government introduce a bill that does not protect freedom of expression as it should, particularly since that protection used to be set out in the bill in black and white?
Madame la Présidente, nous revoici pour parler du fameux projet de loi C‑10. Nous comprenons que ce projet de loi touche directement à la liberté de parole.
On se surprend de voir que la motion initiale de ce projet de loi contenait un article fondamental, l'article 4.1, qui définissait très clairement le cadre de la liberté d'expression et qui définissait clairement que ce projet de loi ne touchait pas les gens qui œuvrent sur les réseaux sociaux quand vient le temps de produire et d'émettre de la musique ou des activités culturelles.
Malheureusement, le gouvernement a fait en sorte que cet amendement soit retiré. On se rappelle que, à trois reprises, le deuxième groupe de l'opposition avait souhaité qu'il soit remis en place. Quand nous avons proposé cet amendement, le gouvernement et le deuxième groupe de l'opposition s'y sont opposés.
Comment le gouvernement peut-il présenter un projet de loi qui ne protège pas la liberté d'expression comme il se doit, d'autant plus qu'il l'avait écrit noir sur blanc avant?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I thank my hon. colleague for his comments. I would like to remind him of certain facts.
First, several members of his political party asked us to go even further with Bill C‑10. We heard the same thing from an impressive number of stakeholders from across Canada, who told us that now that a company like YouTube has become the biggest distributor of music in Canada, it has to be included in Bill C‑10. We did that.
The Department of Justice's highly independent and competent officials testified before the Standing Committee on Canadian Heritage. They carried out an analysis that demonstrated there are no issues with freedom of expression and Bill C‑10. In the bill, there are elements that provide for freedom of expression, freedom of creation and freedom of the press. My colleague opposite is also very aware of that.
Furthermore, the CRTC is not above Canadian law. The CRTC must also comply with Canada's many laws, including the Canadian Charter of Rights and Freedoms.
Madame la Présidente, je remercie mon honorable collègue de son commentaire. Je tiens à lui rappeler un certain nombre de faits.
D'abord, plusieurs membres de sa formation politique nous ont demandé d'aller plus loin dans le projet de loi C‑10. C'est ce que nous ont également demandé un nombre impressionnant d'intervenants d'un bout à l'autre du pays en nous disant que, maintenant qu'une entreprise comme YouTube est devenue le plus grand distributeur de musique au Canada, il fallait l'inclure dans le projet de loi C‑10. C'est ce que nous avons fait.
Les fonctionnaires très indépendants et très compétents du ministère de la Justice ont témoigné devant le Comité permanent du patrimoine canadien. Ils ont fait une analyse qui démontre qu'il n'y a aucun problème quant à la liberté d'expression et le projet de loi C‑10. D'ailleurs, dans le projet de loi, des éléments prévoient la liberté de parole, la liberté de création, la liberté journalistique. Mon collègue d'en face le sait également très bien.
De plus, le CRTC n'est pas au-dessus des lois canadiennes. Le CRTC doit également se conformer aux nombreuses lois canadiennes, y compris la Charte canadienne des droits et libertés.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, through you, I want to thank my hon. colleague across the aisle for his question and for his party's support for Bill C‑10.
He is quite right. This bill has the unanimous support of the Quebec National Assembly and the vast majority of artists. In fact, several thousand artists and organizations representing hundreds of thousands of artists in Quebec, of course, but also across the country, signed a petition in support of Bill C‑10.
My colleague is right about the wait. Every month that goes by deprives artists of $70 million. Some say that even if Bill C‑10 were to pass, it would not come into force immediately. I agree, but every month that the implementation of Bill C‑10 is delayed means $70 million less for our artists and arts organizations.
Madame la Présidente, par votre entremise, je remercie mon honorable collègue d'en face de sa question et de l'appui de son parti au projet de loi C‑10.
Il a tout à fait raison. C'est un projet de loi qui a été appuyé unanimement par l'Assemblée nationale du Québec et par la très grande majorité des artistes. D'ailleurs, une pétition signée par plusieurs milliers d'artistes et d'organisations représentant des centaines de milliers d'artistes au Québec, bien sûr, mais aussi partout au pays appuie le projet de loi C‑10.
Mon collègue a raison: chaque mois qui passe prive les artistes de 70 millions de dollars. Certains disent que, même si le projet de loi C‑10 était adopté, il n'entrerait pas en vigueur tout de suite. Je suis d'accord, mais, chaque mois que l'on empêche le projet de loi C‑10 d'être mis en œuvre, ce sont nos artistes et nos organisations artistiques que l'on prive de 70 millions de dollars.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, what I find shocking and what the artistic community cannot understand is that the NDP refuses to support Bill C‑10 and that it has sided with the Conservative Party.
I do not think anyone is surprised to see the Conservative Party do this, but I must admit that it is a surprise and a major disappointment to see the NDP follow suit.
Madame la Présidente, ce que je trouve abasourdissant et ce que la communauté artistique ne s'explique pas, c'est la position du NPD, qui a refusé d'appuyer l'avancement du projet de loi C‑10 et qui s'est associé au Parti conservateur.
Que le Parti conservateur fasse cela, je pense que personne n'est vraiment surpris. Cependant, que le NPD fasse cela en a surpris et déçu plus d'un, je dois l'avouer.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, the hon. member and I have had numerous exchanges about Bill C-10, and I know he is very passionate about this. Again, I would remind the hon. member that the very credible, very competent and very independent civil servants of the Ministry of Justice have looked into this issue and provided analysis and testimonies to accompany them to the heritage committee, and that confirmed that there is no issue regarding Bill C-10 and freedom of expression or freedom of creation.
Madame la Présidente, le député et moi avons eu de nombreux échanges au sujet du projet de loi C‑10. Je sais que c’est un sujet qui lui tient beaucoup à cœur. Encore une fois, je rappelle au député que les fonctionnaires très fiables, très compétents et très indépendants du ministère de la Justice se sont penchés sur la question et ont fourni des analyses, ainsi que des témoignages pour les accompagner, au comité du patrimoine, ce qui a confirmé que le projet de loi C‑10 ne soulève aucune préoccupation en matière de liberté d’expression ou de liberté de création.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-21 18:58 [p.8889]
Madam Speaker, ever since the minister introduced Bill C-10 in November, everyone has been trying to improve it, despite its flaws. It did not address copyrights or CBC/Radio-Canada's mandate, and it was missing a lot of things to protect Canadian businesses and domestic French-language and Canadian productions.
Everyone tried to compromise to find a solution and improve the bill up until one Friday afternoon when the minister withdrew clause 4.1, which was supposed to be added to the Broadcasting Act, going after the content of social media users.
My question for the minister and the Liberals is quite simple. Despite the gag order that the government imposed on us in committee and the fact that the Chair called the government to order by ruling many amendments out of order at committee stage—amendments that we will be voting on this evening—will the government agree to vote in favour of reinserting clause 4.1 into the legislation to protect the content of social media users, whatever it might be?
Madame la Présidente, depuis le dépôt du projet de loi C‑10 par le ministre au mois de novembre, tout le monde a tenté de l'améliorer malgré toutes ses lacunes. En effet, il ne traitait ni des droits d'auteur ni du mandat de Radio‑Canada, et il y manquait plusieurs éléments pour protéger les entreprises canadiennes, mais aussi les productions francophones et canadiennes à l'intérieur.
Tout le monde a essayé de mettre de l'eau dans son vin pour trouver une solution et améliorer le projet de loi, jusqu'au moment où, un vendredi après-midi, le ministre a retiré l'article 4.1 qui devait s'ajouter à la Loi sur la radiodiffusion et s'est attaqué au contenu des utilisateurs des réseaux sociaux.
Ma question au ministre et aux libéraux est assez simple: malgré le bâillon que le gouvernement nous a rentré dans la gorge au Comité et le fait que le Président l'ait remis à l'ordre en déclarant plusieurs amendements irrecevables à l'étape du Comité — sur lesquels nous voterons ce soir —, le gouvernement va-t-il accepter de voter en faveur de la réinsertion de l'article 4.1 pour protéger le contenu des utilisateurs des réseaux sociaux, quel qu'il soit?
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-06-21 19:00 [p.8890]
Mr. Speaker, it seems that the minister may be quite confused. He keeps saying that he does not quite understand the NDP position in not voting with his government to push this through Parliament. The New Democrats have been clear. We are very supportive of getting help to our artists and we are supportive of Bill C-10. However, perhaps what the minister does not understand is the role Parliament plays in our parliamentary system, similar to the way the minister did not seem to really understand how broadcasting worked or, in fact, how his own bill worked before he tabled it.
We can be supportive of legislation and also find it very problematic to watch the way the minister has managed this file and is now trying to shove it through Parliament without giving parliamentarians time to get this bill right. I have offered time and again to work through the summer, to do whatever we need to do to get this bill through, and the minister just keeps asking why we will not support the Liberal time allocation. How is that respecting Parliament?
Monsieur le Président, le ministre semble assez confus. Il répète qu’il ne comprend pas la décision du NPD de ne pas voter du côté de son gouvernement pour faire adopter ce projet de loi rapidement au Parlement. Les néo-démocrates ont été clairs. Nous appuyons sans réserve l’aide aux artistes et le projet de loi C‑10. Malheureusement, ce que le ministre ne comprend peut-être pas, c’est le rôle du Parlement dans notre régime parlementaire. Il ne semble pas vraiment comprendre non plus comment fonctionne la diffusion ou, plutôt, comment fonctionnait son propre projet de loi avant son dépôt.
Il est possible à la fois d’appuyer un projet de loi et de trouver très problématique sa gestion par le ministre et sa tentative de l’imposer au Parlement sans donner aux parlementaires le temps pour aboutir à un projet de loi convenable. J’ai offert de mon temps et proposé d’y travailler durant l’été afin de faire tout le nécessaire pour que le projet de loi soit adopté, mais le ministre continue de demander pourquoi nous n’appuyons pas l'attribution de temps imposée par les libéraux. En quoi respecte-t-il le Parlement?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, there are two things I would like to answer for the hon. colleague. The first is that I was with the leader of the Bloc Québécois and the leader of the NDP on Tout le monde en parle, during which all three of us committed to work together to ensure Bill C-10 would be adopted. Right after that, the NDP changed its mind, after committing in front of millions of Quebeckers and Canadians that the NDP would work with us to ensure that Bill C-10 would be adopted. Was that a lie to the Canadian public and to the viewers of this show, I do not know.
Monsieur le Président, ma réponse à mon collègue sera en deux volets. Tout d’abord, j’étais avec les chefs du Bloc québécois et du NPD sur le plateau de Tout le monde en parle quand nous avons promis de collaborer pour nous assurer de faire adopter le projet de loi C‑10. Le NPD a ensuite changé d’idée, après avoir promis devant des millions de Québécois et de Canadiens qu’il travaillerait avec nous pour s’assurer de faire adopter le projet de loi C‑10. Était-ce un mensonge à la population canadienne ou aux téléspectateurs de cette émission? Je ne sais pas.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, the vast majority of artists support Bill C-10 and want it to be adopted. In fact, thousands of artists have signed a petition in favour of the bill. What the NDP is telling them and the chamber is that the NDP knows best, that artists do not know or understand. We have chosen to listen to artists, not the other way around.
Monsieur le Président, la grande majorité des artistes appuient le projet de loi C‑10 et souhaitent qu’il soit adopté. Des milliers d’artistes ont d'ailleurs signé une pétition en sa faveur. Or, le NPD leur dit, à eux comme à la Chambre, qu’il sait mieux que quiconque ce qui est bon, et que les artistes ne savent ou ne comprennent rien. Nous avons choisi d’écouter les artistes, et non l’inverse.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, first, the Conservative Party's position was that the bill did not go far enough, that we needed to do more and include, according to some of the member's colleagues, companies like YouTube. Then it decided to move the needle and said that it was about freedom of speech. Then when the justice department said that there was no issue with freedom of speech, the Conservatives moved the needle again and said that it was about net neutrality. When it was explained what net neutrality was and the fact that Bill C-10 had nothing to do with net neutrality, they moved the dial again and said that it was these secret amendments.
Every time we have spoken about the bill, the Conservatives have been against it. They have clearly decided that they are siding with Google, Facebook and some of the wealthiest companies in the world. We have seen the contempt, which are not my words but the words of many artists, that the Conservative Party has shown to artists and our cultural sector.
Monsieur le Président, la position du Parti conservateur a d'abord été que le projet de loi n'allait pas assez loin, que nous devions en faire plus afin d'inclure des sociétés comme YouTube — selon certains collègues du député. Puis, les conservateurs ont décidé de changer la donne et d'invoquer la liberté d'expression. Ensuite, quand le ministère de la Justice a dit qu'il n'y avait aucun problème avec la liberté d'expression, les conservateurs ont encore une fois changé leur angle d'approche en alléguant que c'est une question de neutralité du Net. Quand on a expliqué ce qu'est la neutralité du Net et confirmé que le projet de loi C‑10 n'avait rien à voir avec la neutralité du Net, ils ont décidé de centre leur attention sur les amendements secrets.
Chaque fois que nous avons parlé de ce projet de loi, les conservateurs lui ont été défavorables. Ils ont clairement choisi de se rallier à Google, à Facebook et à certaines des sociétés les plus riches de la planète. Nous avons été témoins du manque de respect — ce ne sont pas mes propos, mais ceux de nombreux artistes — du Parti conservateur envers les artistes et notre secteur culturel.
View Kerry Diotte Profile
CPC (AB)
View Kerry Diotte Profile
2021-06-21 19:07 [p.8891]
Mr. Speaker, what is interesting is that in the minister's reality, this is all about artists, but to the real world, the non-Liberal world perhaps, to everybody I talk to about Bill C-10, it is about censorship, it is about what people can post on the Internet. It is the fear of government interference. We have seen big tech already clamping down on free speech. People are terrified of what Bill C-10 will bring.
I was giving a talk to a grade six class, and those children are worried about it. It seems like the whole world knows that this is all about censorship, but the minister thinks it is all about artists. We love artists, but this has nothing really to do about artists. The fear is censorship.
What would the minister say to these grade six children who are worried about their free speech because of the bill?
Monsieur le Président, ce qui est intéressant, c'est que, dans le monde du ministre, il s'agit avant tout d'aider les artistes, mais dans le vrai monde, le monde non libéral, en quelque sorte, tous les gens auxquels je parle considèrent le projet de loi C‑10 comme un projet de loi sur la censure qui vise à dicter ce que les gens peuvent publier dans Internet. On craint l'ingérence du gouvernement. Nous avons vu que les grandes entreprises technologiques imposent déjà des limites à la liberté d'expression. Les gens sont terrifiés par ce qui arrivera avec l'adoption du projet de loi C‑10.
J'ai parlé devant une classe de sixième année, et ces enfants sont préoccupés par ce projet de loi. On dirait que tout le monde est au courant que c'est un projet de loi sur la censure, mais que le ministre pense quand même que c'est un projet de loi pour les artistes. Nous aimons les artistes, mais ce projet de loi n'a rien à voir avec eux. On craint la censure.
Que dirait le ministre à ces élèves de sixième année qui craignent les effets de ce projet de loi sur la liberté d'expression?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I would like to thank my hon. colleague for his advocacy as a member of the heritage committee and also as an artist himself for many years.
The member is absolutely right. There is this idea that the only people concerned with free speech in the country are the Conservatives. Artists have for decades, if not centuries, defended freedom of speech. The idea that they would all of a sudden forget about this just because they are in favour of Bill C-10 makes absolutely no sense. There are a number of safeguards in Bill C-10, and we have heard from Department of Justice, as well as in the body of the laws and regulations we have in Canada. The CRTC is not above the law.
Bill C-10 would not apply to individuals, and it says that very clearly in the bill right now.
Monsieur le Président, je voudrais remercier mon collègue de son travail au comité du patrimoine, et de sa défense des artistes, dont il fait lui-même partie depuis de nombreuses années.
Le député a tout à fait raison. Les conservateurs croient être les seuls à se soucier de la liberté d'expression au pays. Voilà des décennies, voire des siècles que les artistes défendent la liberté d'expression. La présomption qu'ils oublieraient soudainement tout cela parce qu'ils sont en faveur du projet de loi C‑10 n'a absolument aucun sens. Le projet de loi C‑10 contient des mesures de protection, ce que confirme le ministère de la Justice, de même que le libellé des lois et des règlements canadiens. Le CRTC n'est pas affranchi du respect des lois.
Le projet de loi C‑10 ne s'appliquerait pas au public, ce que le libellé indique très clairement.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I would simply remind my hon. colleague that the organizations he mentioned, on top of the independent producers, have all come out in support of Bill C-10 and are all calling for its rapid adoption.
Bill C-10 will not solve everything. There are other issues we have to address when it comes to broadcasting and creation, and we will. However, Bill C-10 is a first step in that direction. It is not everything under the sun, but it is a first and very important step in the right direction.
Monsieur le Président, je voudrais simplement rappeler à mon collègue que les organismes qu’il a nommés, de même que les producteurs indépendants, se sont tous prononcés en faveur du projet de loi C-10, dont ils réclament l’adoption rapide.
Le projet de loi C-10 ne réglera pas tout. Il y a d’autres problèmes que nous devons régler en matière de diffusion et de création, et nous le ferons. Cela dit, le projet de loi C-10 est un premier pas dans cette direction. Ce n’est pas une panacée, mais c’est un premier pas très important dans la bonne direction.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-06-21 19:13 [p.8891]
Mr. Speaker, it is good to be able to ask the minister a couple of very important questions. First, I would ask him to correct the record because it has been made very clear that not all artists support Bill C-10. In fact, I have heard from many, and I know that other colleagues have, including those who have reached out to the minister directly, that they do not support Bill C-10, so that is misleading and incorrect rhetoric that he is speaking to.
Further, I would suggest that the minister should be careful how he references things because we saw time and again how he might say one thing on Sunday afternoon television and then his office would have to clarify and correct the record the next day. He would say one thing in question period and another thing at committee. I am curious which minister is actually speaking to us today, because there seems to be a lot of confusion from his office or from himself regarding Bill C-10.
There is one question I would really like to get an answer to. He talked about the example of Kim's Convenience being an epitome for Canadian success, whereas a recent report suggested that anti-Asian stereotypes were perpetrated through the production and what was in part government funding of that sitcom on Canadian television.
Does the minister support that sort of stereotypes being a part of Canadian culture and in his approach to legislating culture in this country?
Monsieur le Président, je suis heureux de pouvoir poser au ministre quelques questions très importantes. Tout d'abord, j'aimerais qu'il rectifie les faits, car, de toute évidence, ce ne sont pas tous les artistes qui appuient le projet de loi C‑10. En fait, beaucoup d'entre eux nous ont dit, à moi et à d'autres collègues, y compris au ministre lui-même, qu'ils n'appuyaient pas le projet de loi C‑10. Il s'agit donc de propos trompeurs et incorrects de sa part.
De plus, je dirais que le ministre devrait faire attention à ce qu'il dit, car nous avons vu à maintes reprises qu'il pouvait dire une chose à la télévision un dimanche après-midi et que son bureau devait ensuite clarifier et rectifier les faits le lendemain. Il arrive que le ministre dise une chose pendant la période des questions et une autre devant le comité. Je suis curieux de savoir à quel ministre nous avons affaire aujourd'hui, car le projet de loi C‑10 semble avoir semé beaucoup de confusion chez lui ou chez le personnel de son bureau.
Il y a toutefois une question à laquelle j'aimerais vraiment obtenir une réponse. Le ministre a parlé de l'exemple de Kim's Convenience, qu'il considère comme un modèle de réussite canadienne. Or, selon un récent rapport, des stéréotypes anti-asiatiques ont été véhiculés dans cette télésérie canadienne, dont la production a été financée, en partie, par le gouvernement.
Le ministre accepte‑t‑il que ce genre de stéréotypes fassent partie de la culture canadienne et de l'approche qu'il adopte pour légiférer en la matière?
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, I asked the minister a question again in the House on the topic of Bill C-10, unfortunately not dealing with the subject of Bill C-10, but dealing with the issue of ramming it through the House.
Recently, we saw the government guilty of trying to ram through a bunch of amendments, much to the surprise of many of us here who respect the process, respect committee work and yet again, we see the government time after time simply trying to sidestep the parliamentary process. We saw that example today again in the House, where the health officer who was supposed to produce documents as requested by the House still refused to do it, on the advice of the government.
With such an important bill as Bill C-10, why does the minister feel he needs to ram it through the House?
Monsieur le Président, j'ai une fois de plus posé une question au ministre sur le projet de loi C‑10 à la Chambre. Malheureusement, cette question n'avait pas trait au contenu du projet de loi C‑10, mais plutôt à son adoption précipitée à la Chambre.
Dernièrement, le gouvernement a honteusement tenté d'imposer très rapidement une kyrielle d'amendements, à la grande surprise de beaucoup des députés qui, eux, sont respectueux du processus, respectueux des travaux des comités. Une fois de plus, le gouvernement tente de contourner le processus parlementaire. Nous l'avons encore vu aujourd'hui à la Chambre, quand le président de l'Agence de la santé publique, sur les conseils du gouvernement, a une fois de plus refusé de remettre les documents exigés par la Chambre, alors qu'il était censé le faire.
Vu toute l'importance du projet de loi C‑10, pourquoi le ministre sent-il le besoin de l'adopter à toute vitesse?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, the committee has had months and months to study Bill C-10 and in fact, before the Conservative Party started filibustering the work of the committee, things were going pretty well, but at one point the Conservatives decided that they would prefer to side with Google and Facebook instead of supporting Canadian artists, and then it was impossible to move the bill along. We could have had six more months of committee work and we would not have been able to get through Bill C-10 at the committee.
As I reminded members earlier, every month that passes deprives our artists and cultural sector of $70 million that is kept in the pockets of some of the wealthiest and most powerful companies in the world.
Monsieur le Président, le comité a eu des mois pour étudier le projet de loi C‑10. En fait, avant que le Parti conservateur commence à faire de l'obstruction au comité, les choses se déroulaient plutôt bien. Cependant, à un moment donné, les conservateurs ont décidé qu'ils préféraient prendre le parti de Google et de Facebook au lieu des artistes canadiens, et il est devenu impossible de faire avancer le projet de loi. Même avec six mois supplémentaires, le projet de loi C‑10 aurait été bloqué au comité.
Comme je l'ai rappelé aux députés plus tôt, chaque mois qui passe prive nos artistes et le secteur culturel de 70 millions de dollars qui sont dans les coffres de certaines des entreprises les plus riches et puissantes au monde.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I am baffled by the question from the member. She refuses to support us and help us move Bill C-10 along, but when we do, she says, oh my goodness, why are we waiting until the last minute? We have been trying for many, many weeks to move the bill along, and if the NDP had helped us, maybe we would not be in this situation to start with.
Monsieur le Président, je suis consterné par la question de la députée. Elle refuse de nous soutenir pour faire avancer le projet de loi C-10, et quand nous y sommes, elle s’écrie: « Grands dieux, pourquoi avons-nous attendu le dernier moment? » Nous essayons de faire avancer l’étude du projet de loi depuis des semaines et des semaines, et si le NPD nous avait aidé, peut-être n’en serions-nous pas là aujourd’hui.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
There are 23 motions in amendment standing on the Notice Paper for the report stage of Bill C-10.
Motions Nos. 1 to 23 will be grouped for debate and voted upon according to the voting pattern available at the table.
Vingt-trois motions d'amendement figurent au Feuilleton des avis pour l'étude à l'étape du rapport du projet de loi C‑10.
Les motions nos 1 à 23 seront groupées pour les fins du débat et mises aux voix selon les modalités que l'on peut consulter au Bureau.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-21 21:23 [p.8899]
Madam Speaker, I want to thank you for giving me the opportunity to rise after you presented the long list of amendments to all parliamentarians and the people who are watching at home. Canadians are interested in Bill C-10 and the whole saga surrounding it since its introduction.
I will not go back over all of the amendments that you just read, but I would like to talk about the key amendment, which seeks to reinstate protection for the freedom of expression of social media users. The government tried to attack freedom of expression, as many law professors and legal experts across the country have pointed out.
Before I talk about this key amendment, it is important to explain to people how we got to where we are today and why members will spend so much time this evening voting on many amendments.
The story began last November, when the Minister of Canadian Heritage introduced a bad bill in the House. Members of the House all wanted to pass legislation that would strike a balance between Canada's digital and conventional broadcasters.
Everyone put a little water in their wine. We found ways to allow all members who had concerns to have their say. This allowed us to get information from the various groups involved around the country. Some people may not know this, but the Standing Committee on Canadian Heritage even unanimously agreed to form a pre-committee so as not to slow down the process at the beginning.
There was a willingness to find ways to improve this bad bill because it did not take into account the role of CBC/Radio-Canada nor the issue of copyright. There were several flaws and Canadian companies had no protection. We wanted to ensure that francophone and Canadian content was protected by certain safeguards, standards or basic criteria. There was nothing. If I remember correctly, the parties proposed more than 120 amendments, not counting the ones they added later.
Although the Leader of the Government in the House of Commons kept telling us that committees were independent, the minister, who is not supposed to interfere in committee business, suddenly decided on a Friday afternoon without warning to withdraw clause 3 entirely, which included proposed section 4.1. That removed the protection with respect to user content, including of small companies that use social media.
There is a lot of talk about YouTube, since that is something people understand. However, according to a memo from senior officials, this bill will affect all social networking platforms. Older people, and I would include myself in that group, since I have a few grey hairs, know about YouTube and TikTok, even though these networks are for younger people. However, this bill affects all of the other platforms young people use that we do not know about, such as social media games or all of the social networking tools that are not mentioned anywhere in the bill.
The real problem is that the government targeted freedom of expression. The minister and his Liberal members on the committee did everything they could to stop the Minister of Canadian Heritage and the Minister of Justice from testifying in committee and explaining why they wanted to withdraw clause 4.1. Work at the committee was stalled for two or three weeks as a result of members filibustering to force the government to explain itself and give us proof that freedom of expression was not in any jeopardy.
After three weeks, the Liberals on the committee ended up agreeing to have the ministers testify. Unfortunately, all we got was an explanatory document, not the legal opinion the motion had requested. That was yet another way the Liberals failed to honour the committee's wishes.
I think that the NDP members tried different ways of protecting freedom of expression, even if they did support Bill C-10. One NDP member, whom I am not allowed to name, but I forget the name of her riding, even suggested we work during the summer to improve this bad bill.
However, we suffered another serious blow when the government, with the support of the Bloc Québécois, which is important to point out, decided to impose time allocation for a bill whose core element was freedom of expression. Worse still, the time allocation imposed on the committee, which is supposed to be independent, was not even properly applied. The committee members, apart from those belonging to the Conservative Party, decided to reverse the decision of the committee chair, who was only reporting what the Speaker of the House had said, that members would have to vote in favour of the bill without even reading the 40-some amendments that were missing.
Therefore, we voted on the amendments one by one, without even reading them. The people who were interested in this controversial bill heard members say “yes” and “no” without even knowing what they were voting on. What a crazy story. This was completely contrary to what the Speaker and the House had decided.
In a dramatic turn of events, when the report was tabled in the House, we informed the Speaker that the committee had voted to overturn the Chair's ruling. The Chair agreed with us and overturned the 40 amendments we had voted on.
This means that we now have a bill in which some 40 amendments that attempted to correct its shortcomings were struck down after the vote. We are 48 hours away from the end of the session, and the government is trying to cram 20 or so amendments from several parties down our throats in just one hour of debate.
How will this play out? This bill will move on to the Senate. For the people who are listening to us, the Senate will not stand for this, as it is supposed to be independent. The Senate will therefore begin to study the whole matter from the beginning to make sure it was done right, because the government did not do its homework, because the government waited six years to introduce a bill, because the government did not listen to the recommendations of the various groups, because the government played partisan politics and suggested there was a war between the cultural community and freedom of expression and made the Conservatives look like the bad guys. Even members of the Green Party and the NDP spoke out against some of these tactics by the government, which, as we all know, with an election coming up in the fall, wants to play tough.
What is happening right now is really sad. We are being forced to rush votes on more than 20 amendments, some of which had already been rejected, and on the reinsertion of clause 4.1, which is the most important part. I hope my House of Commons colleagues will agree to vote in favour of that amendment at least. It will protect content created by social media users, which is what a number of former senior CRTC executives pushed for.
Law professors from several universities across the country condemned this bill. I hope people will listen to them, because we are headed for disaster. This will get hung up in the Senate, it will never get to a vote, and the legislative process will never be completed because of the fall election. The Liberals are setting us up for failure, and this will be challenged before artists can even get the help they have been asking for for so long.
Madame la Présidente, je vous remercie de me permettre de prendre la parole après que vous avez présenté à l'ensemble des parlementaires et aux gens qui nous écoutent la longue liste des amendements. Ces derniers sont intéressés par le projet de loi C‑10 et, surtout, par toute la saga qui l'entoure depuis sa présentation.
Je ne renommerai pas tous les amendements que vous avez présentés, mais je parlerai de l'amendement principal, qui vise à rétablir la protection de la liberté d'expression des utilisateurs des réseaux sociaux. Le gouvernement a tenté de s'attaquer à la liberté d'expression, comme cela a été souligné par plusieurs professeurs en droit et experts d'un peu partout au pays.
Avant de parler de cet amendement principal, il est important d'expliquer aux gens comment nous en sommes arrivés là aujourd'hui et pourquoi les députés vont passer autant de temps, ce soir, à voter sur plusieurs amendements.
L'histoire a débuté en novembre dernier, lorsque le ministre du Patrimoine canadien a présenté à la Chambre un mauvais projet de loi. Les députés de la Chambre avaient tous une certaine volonté de légiférer, afin de trouver une équité entre les radiodiffuseurs numériques et les radiodiffuseurs conventionnels du pays.
Tout le monde a mis de l'eau dans son vin. Nous avons trouvé des façons de permettre à tous les députés qui avaient des préoccupations de s'exprimer. Cela nous a permis d'aller chercher de l'information des différents groupes concernés un peu partout au pays. Pour les gens qui ne le savent pas, le Comité permanent du patrimoine canadien a même accepté à l'unanimité de faire un précomité pour ne pas ralentir le processus au début.
Il y avait une volonté de trouver des façons d'améliorer ce mauvais projet de loi, parce qu'il ne tenait pas compte du rôle de CBC/Radio-Canada ni de la question des droits d'auteur. Il y avait plusieurs lacunes et les entreprises canadiennes n'avaient aucune protection. Nous voulions nous assurer que l'on encadre le contenu francophone et canadien au pays par certaines balises, normes ou critères de base. Il n'y avait rien de tout cela. Si je me souviens bien, tous les partis ont déposé plus de 120 amendements, sans compter ceux qui ont été rajoutés par la suite.
Alors que le leader du gouvernement à la Chambre des communes nous a toujours dit que les comités étaient indépendants, du jour au lendemain, le ministre, qui n'est pas censé s'ingérer dans un comité, a décidé, un vendredi après-midi, sans aucun avertissement, de retirer l'article 3 au complet, qui comporte l'article 4.1. Cela enlevait la protection quant au contenu des utilisateurs ou des petites compagnies qui utilisaient les différents réseaux sociaux.
On parle beaucoup de YouTube, parce que cela frappe l'imaginaire. Or, selon une note de service des hauts fonctionnaires, ce projet de loi s'attaque à toutes les plateformes de réseaux sociaux. Les personnes plus âgées — je m'inclus dans ce groupe, puisque j'ai quelques cheveux gris — pensent facilement à YouTube ou à TikTok, même si c'est pour les jeunes, mais il s'agit de toutes les autres plateformes que nous ne connaissons pas et que les jeunes utilisent, comme les jeux de médias sociaux ou tous les outils qu'on utilise dans les réseaux sociaux et qui ne sont nommés nulle part dans le projet de loi.
Là où le bât blesse, c'est lorsqu'on s'est attaqué à la liberté d'expression. Le ministre et ses députés libéraux en comité ont tout fait pour empêcher le ministre du Patrimoine canadien et le ministre de la Justice de venir témoigner au Comité pour expliquer la raison pour laquelle ils voulaient retirer l'article 4.1. Pendant deux ou trois semaines, les travaux du Comité ont ralenti parce qu'il y a eu de l'obstruction visant à forcer le gouvernement à venir s'expliquer et à nous donner une preuve que la liberté d'expression n'était en aucun cas attaquée.
Après trois semaines, les députés libéraux du Comité ont fini par accepter que les ministres viennent témoigner. Malheureusement, nous n'avons eu qu'une note explicative, et non un avis juridique, comme cela avait été demandé dans la motion. C'était encore une autre façon de la part des libéraux de ne pas respecter les volontés du Comité.
Je pense que les membres du NPD ont tenté par différentes façons de protéger la liberté d'expression, même s'ils étaient en faveur du projet de loi C‑10. Une députée du NPD — que je n'ai pas le droit de nommer, mais je n'ai pas le nom de sa circonscription — a même offert qu'on travaille pendant l'été pour améliorer ce mauvais projet de loi.
Cependant, est arrivé un autre gros coup: le gouvernement, appuyé par le Bloc québécois — c'est important de le dire —, a décidé d'imposer un bâillon dans l'étude d'un projet de loi dont l'élément central était la liberté d'expression. Pire que cela, ce bâillon imposé au Comité, lequel est pourtant censé être indépendant, n'a même pas été bien appliqué. Les membres du Comité, à l'exclusion de ceux du Parti conservateur, ont décidé d’infirmer la décision du président du Comité, qui ne faisait que rapporter les propos du Président de la Chambre, disant qu'il faudrait voter en faveur du projet de loi sans même lire la quarantaine d'amendements qui manquaient.
Nous avons donc voté les amendements un par un, et ce, sans même les lire. Les gens intéressés par ce projet de loi si controversé ont entendu des députés dire « oui » et « non » sans même savoir sur quoi ils votaient. C'est fou, ce que je raconte. C'est allé à l'encontre de la décision du Président et de la Chambre.
Coup de théâtre: lorsque le rapport est présenté à la Chambre, nous informons le Président que le Comité a dérogé à son pouvoir en changeant la décision du Président. Ce dernier nous a donné raison et a invalidé les 40 amendements au sujet desquels nous avions voté.
Cela veut dire qu'on en arrive aujourd'hui à un projet de loi dont une quarantaine d'amendements qui tentaient de corriger ses lacunes ont été invalidés après le vote. Nous sommes à 48 heures de la fin de la session et le gouvernement essaie de nous rentrer dans la gorge une vingtaine d'amendements qui proviennent de plusieurs partis, en une heure de débat seulement.
À quoi cela mènera-t-il? Le Sénat sera le prochain à étudier le projet deloi. Pour les gens qui nous écoutent, le Sénat ne laissera pas faire cela, il est censé être indépendant. Le Sénat va donc recommencer toute l'étude pour s'assurer que les choses ont été bien faites, parce que le gouvernement n'a pas fait ses devoirs, parce que le gouvernement a attendu six ans avant de déposer un projet de loi, parce que le gouvernement n'a pas entendu les recommandations des différents groupes, parce que le gouvernement a fait de la partisanerie en laissant croire que c'était une guerre entre le milieu culturel et la liberté d'expression et en essayant de mettre les conservateurs du mauvais côté de la barrière. Pourtant, même des députés du Parti vert et du NPD ont dénoncé certaines de ces façons de faire du gouvernement, lequel, à l'approche d'une élection prévue à l'automne, on le sait tous, a voulu jouer les gros bras.
C'est malheureux, ce qui se passe en ce moment. Nous sommes obligés de voter en catastrophe sur plus d'une vingtaine d'amendements, dont certains avaient été invalidés, ainsi que sur la réinsertion de l'article 4.1, le plus essentiel. J'espère que mes confrères et consœurs de la Chambre des communes vont accepter de voter en faveur au moins de cet amendement. Il protégera le contenu des utilisateurs des réseaux sociaux, comme l'ont demandé plusieurs anciens hauts dirigeants du CRTC.
Plusieurs professeurs en droit de plusieurs universités de partout au pays ont dénoncé ce projet de loi. J'espère que les gens vont les écouter, parce qu'on s'en va dans un mur. Cela va bloquer au Sénat, ce ne sera pas voté et on n'arrivera pas à la fin du processus législatif à cause des élections de cet automne. Les libéraux nous emmènent directement dans un mur et cela sera contesté avant même que les artistes puissent avoir l'aide qu'ils demandent depuis si longtemps.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-21 21:34 [p.8900]
Madam Speaker, I thank my colleague who sits with me on the Standing Committee on Canadian Heritage and who works very hard, as we all do. To answer her question, unfortunately I do not at all agree with her.
At first, we agreed on the principle of Bill C‑10. The bill had several flaws and we were in a hurry to find common ground, but sadly, the government amended it along the way. I believe that is where the problem lies. The government, without notice and despite a pretense of collaboration, was paving the way so that social media could become official broadcasters with all the consequences that could have.
Even worse, the government's willingness to play partisan politics, by framing the issue as being between freedom of expression and the artists themselves, offended many people. Under no circumstance could we let the Liberals get away with that. We will always work to protect freedom of expression.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue qui siège avec moi au Comité permanent du patrimoine canadien et qui travaille très fort, comme nous tous. Pour répondre à sa question, je ne suis malheureusement pas du tout d'accord avec elle.
Au départ, nous étions d'accord sur le principe du projet de loi C‑10. Le projet de loi comportait plusieurs lacunes et nous étions pressés de trouver des terrains d'entente, mais le gouvernement l'a malheureusement modifié en cours de route. Je pense que c'est là où le bât blesse: le gouvernement, sans préavis et malgré une image de collaboration, préparait le terrain pour faire en sorte que les réseaux sociaux deviennent des radiodiffuseurs officiels avec toutes les conséquences que cela peut avoir.
Il y a pire. La volonté du gouvernement de faire de la politique partisane en essayant de mettre d'un côté la liberté d'expression et, de l'autre côté, les artistes, a blessé plusieurs personnes. En aucun cas, nous ne pouvions laisser passer une telle tentative des libéraux. Nous allons continuer à toujours travailler pour protéger la liberté d'expression.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-21 21:39 [p.8901]
Madam Speaker, it is a shame that I only get 10 minutes to speak to this legislation, with all those amendments. I will try to be as concise as I can and provide some thoughts in regard to the last speech and, in particular, that last amazing question from the Conservative member.
It is important to recognize at the beginning that the very core of Bill C-10, from my perspective and I believer the way my caucus colleagues look at it, is to promote Canadian music, storytelling and creative works. The bill is about fairness and getting American web giants to pay their fair share and contribute to our cultural sector. That is absolutely necessary.
Before I expand on that, it is a bit much to hear the Conservatives refer the legislative agenda and say that it has been mismanaged. It is somewhat ridiculous that the Conservative members would even suggest such a thing when they are at the core of the problem. The Conservatives will say that they do not have enough time to debate and will ask why the government is bringing in different forms of time allocation, yet it is the Conservative Party that consistently wastes time on the floor of the House of Commons. Last Thursday, we were just getting under way and the Conservatives tried to adjourn debate for the day, they wanted to stop debate. They did not want to work anymore, and we were only on a Thursday morning.
What about the motions for concurrence the Conservative Party continuously raise? What about the raising of privileges and points of order as a mechanism to filibuster on the floor of the House of Commons? Government business, unlike Private Members' Business or opposition days, has a process that makes it very vulnerable to opposition parties. Whenever there are 12 or more members, it makes it very difficult for government to pass legislation if one of those opposition parties wants to make it difficult.
The Conservative Party of Canada members in the House of Commons have made it their mission to prevent the government from passing anything. We have seen that destructive force in the House of Commons. I do not think they have a case whatsoever to complain about debate times on pieces of legislation. We tried on numerous occasions to bring certain bills up or to extend hours to facilitate their needs, but the Conservatives have said that if they cannot get what they want, they will waste time. The government then has to bring in some form of closure or time allocation or nothing will ever get passed. We have seen that, and Bill C-10 is one example. They need to wake up.
The minister has done a fantastic job of bringing forward to the House legislation that would modernize an act that has not been modernized for three decades. Is it absolutely perfect? There was some need to make some modifications. Some of those modifications have, in fact, occurred. However, the spin that the Conservatives put on this is that it is terrible legislation that should never, ever see the light of day. We know the legislation would never be able to pass if it did not get the support from at least one opposition party.
It is not the Government of Canada ramming the legislation through. Often it feels as if it is the Government of Canada pleading and begging opposition to recognize the value and try to drum up support within the House. Fortunately, once again, at least one political party is prepared to see this legislation advance. I truly do appreciate it.
Bill C-10, as I said, is, at the core, promoting Canadian music, storytelling and creative work. The Conservatives argue against it, that somehow it limits freedom of speech, and they cite a number of examples. However, the Department of Justice has done an analysis of the legislation and has clearly indicated that it is consistent with the charter guarantee of freedom of speech, and that is coming from civil servants.
I wish the Conservatives would recognize that the bill would ensure that the act would not apply to users of social media services or to social media services themselves for content posted by their users. However, to listen to what the Conservatives are saying, one would not think that, because it does not fit their narrative.
The bill aims to update some critical elements of the broadcasting policy for Canada. For example, it would ensure that the creation of Canadian content is reflective of Canadian society and accessible to all Canadians. The bill would also amend the act to ensure that there is a greater account for things such as indigenous cultures and languages. It would also recognize that Canada's broadcasting system should serve the needs and interests of all Canadians, including racialized communities and our very diverse ethnocultural backgrounds, socioeconomic status, abilities, disabilities, sexual orientations, gender identities and expressions of age.
I can tell my Conservative friends, in particular, that things have changed since the act was really updated. The Internet was in its infancy. When I first got the chance to speak to the legislation, I made reference to the fact that when I was first elected 30-plus years ago as a Manitoba parliamentarian, the Internet was accessed by dialing up through the telephone, and I think it was on a 256-kilobytes Compaq computer. Actually, I started off with a small Apple computer that I put floppy disks into. Contrast that to what the Internet is today and how advanced technology continues to push us. We, at least on the government benches, recognize that this is change that needs to take place.
Unlike the Conservative Party, we recognize the true, intrinsic value of culture and heritage, and Canada's diversity continues to grow on a daily basis. We need to modernize the legislation. It is there for all Canadians, which is the reason this government is bringing forward this legislation, as well as other important legislation, whether it is Bill C-6 or Bill C-12.
This is solid, progressive legislation that is going to make a tangible difference, and this is why it is so sad at times when we see the unholy alliance of opposition parties trying to frustrate the government in getting through a legislative agenda that we can all be proud of before the summer break, which is something that is done all the time in June when government gives that final push before the summer break.
I would ask members to get behind this legislation and do what I and my Liberal caucus colleagues are doing: support it, and let us move on to more legislation.
Madame la Présidente, il est dommage que je ne dispose que de 10 minutes pour parler du projet de loi et de tous les amendements. J'essaierai d'être aussi concis que possible et de partager quelques réflexions sur la dernière intervention, et surtout sur la dernière question étonnante du député conservateur.
Il est important de reconnaître dès le départ que le cœur même du projet de loi C‑10 consiste, selon moi et selon, je crois, mes collègues du caucus, à promouvoir la musique, les récits et les œuvres créatives canadiennes. Le projet de loi porte sur l'équité et vise à ce que les géants du Web américains paient leur juste part et contribuent à notre secteur culturel. C'est absolument nécessaire.
Avant d'aller plus loin sur ce point, j’aimerais dire que les conservateurs y vont un peu fort quand ils évoquent un stratagème législatif et nous accusent de mauvaise gestion. C’est quand même un peu grotesque, car les conservateurs sont à l’origine du problème. Ils vont dire qu’ils n’ont pas eu le temps de débattre et demanderont pourquoi le gouvernement impose diverses formes d’attribution de temps, alors que les conservateurs ne cessent de nous faire perdre notre temps à la Chambre des Communes. Jeudi dernier, alors que les choses commençaient à avancer, les conservateurs ont tenté d’ajourner le débat pour la journée, ils voulaient simplement arrêter de débattre. Ils ne voulaient plus travailler et nous n’étions que jeudi matin.
Que dire des motions d’adoption que les conservateurs présentent sans discontinuer? Que dire des questions de privilèges et des rappels au Règlement comme tactique d’obstruction à la Chambre? Le processus des ordres émanant du gouvernement, contrairement à ceux des affaires émanant des députés ou des journées de l’opposition, est bien plus tributaire de l’attitude des partis de l’opposition. Chaque fois qu’il y a 12 députés ou plus, il est très compliqué pour le gouvernement d’adopter des lois si un des partis de l’opposition veut compliquer les choses.
Les députés du Parti conservateur du Canada se sont donné pour mission d’empêcher le gouvernement d’adopter quoi que ce soit. Nous avons vu cette force destructrice à l’œuvre à la Chambre des communes. Je ne pense pas qu’ils aient la moindre raison de se plaindre du temps alloué aux débats sur les projets de loi. Nous avons essayé à de nombreuses reprises de débattre de certains projets de loi ou de prolonger les heures de séance pour répondre à leurs besoins; or, les conservateurs ont fait savoir que, s’ils ne peuvent obtenir ce qu’ils souhaitent, ils nous feront perdre du temps. Le gouvernement doit alors recourir à une certaine forme de clôture ou d’attribution de temps, sinon rien ne sera jamais adopté. Nous avons pu le constater auparavant, et le projet de loi C‑10 n’en est qu’un exemple. Il faut qu’ils se réveillent.
Le ministre a fait un travail fantastique en présentant à la Chambre un projet de loi qui actualiserait une loi qui n’a pas été modernisée depuis 30 ans. Est-il parfait en tous points? Il était nécessaire d’y faire quelques modifications, dont certaines ont d’ailleurs déjà été apportées. Cependant, les conservateurs prétendent qu’il s’agit d’un projet de loi terrible qui ne devrait jamais, au grand jamais, voir le jour. Nous savions que le projet de loi ne pourrait jamais être adopté s’il n’obtenait pas l’appui d’au moins un parti de l’opposition.
Il ne faut pas croire que le gouvernement du Canada fait adopter le projet de loi à toute vapeur. Souvent, on a l’impression que le gouvernement du Canada supplie l’opposition de reconnaître la valeur d’un projet de loi et essaie d’obtenir son appui à la Chambre. Heureusement, une fois de plus, au moins un parti politique est prêt à faire adopter le projet de loi. Je lui en suis sincèrement reconnaissant.
Comme je l'ai dit, la promotion de la musique, des récits et des œuvres créatives canadiennes est au cœur du projet de loi C‑10. Les conservateurs sont contre, prétextant qu'il vient de quelque façon limiter la liberté d'expression, et ils fournissent différents exemples. Toutefois, le ministère de la Justice a analysé le texte législatif et a clairement montré qu'il est conforme aux droits garantis par la Charte, dont la liberté d'expression. Ce sont les fonctionnaires qui l'affirment.
J'aimerais que les conservateurs comprennent que, grâce à ce projet de loi, la loi ne s'appliquera pas aux utilisateurs des médias sociaux ni aux plateformes comme telles quand il s'agit du contenu partagé par les utilisateurs. Toutefois, à en croire les conservateurs, ce n'est pas plausible, parce que cela ne correspond pas à leur trame narrative.
Le projet de loi vise à mettre à jour des éléments essentiels de la politique en matière de radiodiffusion au Canada. Par exemple, il assurerait la création d'un contenu canadien qui soit le reflet de la société canadienne et accessible à tous au pays. Le projet de loi permettrait aussi de modifier la loi de manière à mieux tenir compte des cultures et des langues autochtones, notamment. Il établirait également que le système canadien de radiodiffusion doit répondre aux besoins et aux intérêts de l’ensemble des Canadiens, notamment des Canadiens qui sont issus des communautés racisées ou qui représentent la diversité de par leurs antécédents ethnoculturels, leur statut socio-économique, leurs capacités et handicaps, leur orientation sexuelle, leur identité ou expression de genre et leur âge.
Je peux dire à mes amis conservateurs, en particulier, que les choses ont changé depuis que la loi a été véritablement mise à jour. Internet en était à ses débuts. Lorsque j'ai eu l'occasion de parler pour la première fois de cette mesure législative, j'ai expliqué que, lors de ma première élection il y a plus de 30 ans comme parlementaire du Manitoba, on accédait à Internet par téléphone, et je crois que c'était sur un ordinateur Compaq de 256 kilobits. En fait, j'avais commencé avec un petit ordinateur Apple dans lequel j'insérais des disquettes. Comparons cela à ce qu'est devenu Internet aujourd'hui et à la façon dont la technologie évolue sans cesse. Nous, du côté ministériel à tout le moins, reconnaissons que c'est un changement qui s'impose.
Contrairement au Parti conservateur, nous reconnaissons la valeur réelle et intrinsèque de la culture et du patrimoine, et la diversité du Canada continue de croître de jour en jour. Nous devons moderniser la loi. Elle est là pour tous les Canadiens, et c'est la raison pour laquelle le gouvernement présente cette mesure législative, ainsi que d'autres projets de loi importants, qu'il s'agisse des projets de loi C‑6 ou C‑12.
Ce projet de loi est solide et progressiste. Il changera concrètement les choses, et c’est pourquoi il est si triste de constater parfois des alliances contre nature dans les partis de l’opposition qui tentent de bloquer des projets de loi que nous pourrions être fiers d’avoir adoptés avant l’été, ce qui se fait tout le temps en juin quand le gouvernement fait un dernier effort avant les vacances d’été.
Je demande aux députés d’appuyer ce projet de loi et de faire comme moi et mes collègues du caucus libéral: appuyer ce projet pour pouvoir passer au suivant.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-21 21:50 [p.8902]
Madam Speaker, there are a number of amendments on the table. I understand there was somewhat of a filibuster, but a great discussion that occurred at the standing committee. I do not want to say that I know all of the details per se, but what I do know is that, all in all, this is good, solid legislation. At the end of the day, it is legislation that is needed, and the vast majority of Canadians would support it. We have seen examples, from the Quebec National Assembly to not only the government of the day, but also at least one and possibly even two opposition parties. Once again, the Conservatives seem to be on the outside. They are trying to frustrate the government from being able to pass any type of legislation, especially Bill C-10.
Madame la Présidente, un certain nombre d'amendements ont été proposés. Je crois comprendre que, malgré les quelques tentatives d'obstruction, il y a eu d'excellentes discussions au sein du comité permanent. Je ne prétends pas connaître tous les détails, mais ce que je sais, c'est que, dans l'ensemble, nous avons entre les mains un projet de loi judicieux et solide. Au bout du compte, c'est une mesure législative qui s'impose, et la grande majorité des Canadiens y seraient favorables. Nous en avons vu des exemples à l'Assemblée nationale du Québec où il récolte des appuis non seulement auprès du parti au pouvoir, mais aussi auprès d'un et peut-être même deux partis de l'opposition. Encore une fois, les conservateurs semblent se tenir à l'écart. Ils essaient d'empêcher le gouvernement d'adopter toute mesure législative, en particulier le projet de loi C-10.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I have an article in front of me entitled “Heritage minister ignored his own officials over controversial Bill C-10, documents reveal”. It says:
Months before the Liberal government removed a section of Bill C-10 in a controversial amendment [the] Heritage Minister...was told by officials within his own department that it was an “important limitation” on regulatory powers.
What does the member say to all the critics of Bill C-10? It is not just the Conservatives, not just people on this side of the House who are criticizing this bill. What does he say to those people?
Madame la Présidente, j'ai en main un article publié récemment dont le titre est: « Le ministre du Patrimoine n'a pas écouté l'avis de ses hauts fonctionnaires au sujet du controversé projet de loi C‑10, selon des documents ». L'article se lit comme suit:
Des mois avant que le gouvernement libéral ne supprime une section du projet de loi C‑10 au moyen d'un amendement controversé, [le] ministre du Patrimoine […] a été avisé par ses hauts fonctionnaires qu'il s'agissait d'une « restriction importante » des pouvoirs de réglementation.
Que dit le député à tous les porte-paroles du projet de loi C‑10? Ce ne sont pas seulement les conservateurs, pas seulement les gens de ce côté-ci de la Chambre qui critiquent le projet de loi. Qu'a-t-il à dire à tous ces gens?
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-21 21:55 [p.8902]
Madam Speaker, it is an honour to rise to speak today to Bill C-10 on behalf of the constituents of Nanaimo—Ladysmith and the Green Party supporters across Canada.
It has been 29 years since the Broadcasting Act was updated, so this legislation is long overdue. I have decades of experience in music, film and the television industry, so I have a keen interest in seeing this update done correctly. However, Bill C-10 was critically flawed from the beginning.
More than 120 amendments were put forward to fix this bill, including 18 from the government itself. I submitted 29 amendments to Bill C-10. Two of these amendments passed, and another two passed with subamendments. The focus of my amendments was to ensure that industry stakeholders outside of the big media conglomerates are properly represented in the act. This included non-profit community broadcasters; independent producers who work outside of the traditional broadcasting system; small, independent production companies that create much of the content that we watch on the big networks; and independent networks, like APTN, which are not part of the media conglomerates like Bell, Rogers or Shaw.
Some of the key amendments I put forward ensured that the community element is recognized under the Broadcasting Act. The community element consists of hundreds of non-profit community TV and community radio stations across Canada. In Nanaimo, we have CHLY radio, which is a community-based campus radio station with a non-profit mandate that supports local, commercial-free programming.
When I started out in the broadcasting industry, there was a large network of community TV stations across the country, which were originally tied to the local community cable companies. As those small cable companies were swallowed up by Bell, Rogers and Shaw, the community broadcasting element was slowly pushed out. As the cable giants became more vertically integrated, buying up channels and production companies and expanding service into cellular, they started to use their community stations as a way to promote their own products.
Community media plays an important role in a free and democratic society. These stations are not owned and controlled by commercial interests, and their mandate is to provide a platform to community voices that would otherwise be squeezed out of commercial radio and television. It is important to have the community element recognized as the third major element of broadcasting in Canada. I was glad to have some of my amendments regarding the community element pass, although it was disappointing to see the term “non-profit” removed from the definition, because that is precisely what the community element is, a non-profit element of our broadcasting system.
There has been a lot of talk by the government about the objective of this bill being to level the playing field and protect Canadian cultural producers in their relationship to large Internet giants. According to the Yale report, which was presented in committee, the playing field also needs to be levelled in the contractual agreements between independent production companies and large broadcasting or streaming services.
Much of what we watch is created by small, independent productions companies that bring their program ideas to the big companies. There is a power imbalance in the system that needs to be corrected. Two amendments I put forward were recommended by the Coalition for the Diversity of Cultural Expressions, the Alliance des producteurs francophones du Canada, and the Canadian Media Producers Association. Had they passed, those amendments would have created market-based solutions to a market-based power imbalance.
The U.K and France both have similar systems in place, which are working quite well. After the British Parliament passed legislation, the U.K. regulatory agency required negotiations of codes of practice between independent producers and the public service broadcasters. Every code of practice agreement was worked out by the players themselves, rather than dictated by the regulator. The result was a tripling of the size of the domestic production industry in under a decade. France implemented similar measures, with the effect being that the volume of independently produced productions has continually increased, including those commissioned by web giants like Netflix and Amazon.
In Canada, the CRTC has never attempted to directly regulate the commercial relationship between producers and broadcasters. It has always taken the position that codes of practice should be negotiated by the market actors concerned. It is essential, however, that the CRTC be given explicit authority in this area so that it can require players to negotiate codes of practice between themselves. Unfortunately, those amendments, which would have provided more protection to small producers, were opposed by both the Liberals and the Conservatives and did not pass.
There is no doubt that the Broadcasting Act needs to be modernized and we need to level the playing field to ensure that digital giants pay their fair share. For decades now we have had a system in which the broadcasting industry supports the creation of Canadian content, and this should extend to the Internet giants.
Currently, the streaming and social media giants get away with not paying their fair share of taxes in this country. They also contribute nothing to the creation of content except that which they choose to produce.
The Conservatives have been busy sowing a great deal of confusion about what is and what is not Canadian content and how that is determined. Our Canadian content rules are very straightforward. For music to be deemed Canadian content, there is the MAPL system.
To qualify as Canadian content, a musical selection must generally fulfill at least two of the following conditions: M, or music, means that the music is composed entirely by a Canadian; A, or the artist, is for when the music or the lyrics are performed principally by a Canadian; P, or performance, is when the music selection consists of a live performance that is recorded wholly in Canada or performed wholly in Canada and broadcast live in Canada; and L, is when the lyrics are written entirely by a Canadian.
If we fulfill two out of those four categories, we have Canadian content. It is pretty straightforward. Canadian content rules have made stars out of some great Canadian bands such as The Tragically Hip, a band whose lyrics are distinctly Canadian. Tragically, The Hip never made it big in the U.S.A., but it is great that they have become such Canadian icons, thanks to Canadian content regulations that led to the production of films that were later picked up by Canadian broadcasters and went through the procedure of having the film certified as Canadian content.
It is an attestation-based process where one makes a declaration, and it may or may not be audited in the future. There is a point system where people have must score six out of a possible 10 points. They get two points for a director, two points for the screenwriter, first and second lead performers at one point each, and points are awarded for production design, art design, the director of photograph, camera chief, camera operator, musical composer, etc.
The Conservatives spent a lot of time filibustering at committee asking how anyone could figure out if a production is Canadian or not. In question period, the member for Lethbridge wanted to know if Canadian Bacon was a Canadian film based on the name and one of the lead actors, John Candy, being Canadian. However, Canadian Bacon was produced and directed by Michael Moore, an American, and it was produced mostly with an American crew.
Yes, John Candy was one of the stars, and there was another lesser known but also great Canadian actor Adrian Hough in the film, but other than that, there was a long list of American stars like Alan Alda. According to the formula, Canadian Bacon was not a Canadian film, but it is a very straightforward system.
Social media users are exempt from Bill C-10 and the Broadcasting Act, but the content they upload to social media platforms would be covered under the act. It should be noted that under current CRTC rules, productions under five minutes or less do not require certification as Canadian content. TikTok videos and Instagram videos, which are all less than five minutes, would not fall under the current regulations for discoverability as Canadian content.
Can regulations under the act change? Yes, they can. Does the CRTC think it is a good idea to regulate TikTok and Instagram videos for Canadian content discoverability? I really doubt it. There is an ongoing debate about whether freedom of expression is protected under the Broadcasting Act. In the 1991 Broadcasting Act under part 1, the general interpretation, it states, “This Act shall be construed and applied in a manner that is consistent with the freedom of expression and journalistic, creative and programming independence enjoyed by broadcasting undertakings.”
This part of the act still stands. The CRTC is going to have to respect our constitutional right to freedom of expression under the act. That is just a fact. If it does not, then there will be grounds for a legal challenge to the bill, and it seems pretty clear that freedom of expression will be respected.
In conclusion, Bill C-10 is still flawed and there could be a lot more in the bill to protect small, independent producers and production companies, and to ensure that independent networks such as APTN get their products on those streaming services, so we need to do more to protect Canadian producers and defend them in their relationship to the big companies, and not just the big Internet companies, but also the big Canadian broadcasters.
Madame la Présidente, c'est pour moi un honneur de prendre la parole au sujet du projet de loi C‑10 au nom de mes concitoyens de Nanaimo—Ladysmith et des partisans du Parti vert partout au pays.
Vingt-neuf années se sont écoulées depuis la dernière mise à jour de la Loi sur la radiodiffusion; c'est donc dire que ce projet de loi s'impose depuis longtemps. Comme j'ai des décennies d'expérience dans l'industrie de la musique, du cinéma et de la télévision, j'aimerais beaucoup que cette mise à jour soit adéquate. Malheureusement, le projet de loi C‑10 comportait de graves lacunes dès le début.
Plus de 120 amendements ont été présentés afin de corriger le projet de loi, dont 18 provenant du gouvernement lui-même. J'ai présenté 29 amendements au projet de loi C‑10. Deux d'entre eux ont été adoptés, et deux autres l'ont été avec des sous-amendements. Mes amendements visaient à ce que les intervenants de l'industrie qui ne font pas partie des grands conglomérats médiatiques soient adéquatement représentés dans le projet de loi. Cela inclut les radiodiffuseurs communautaires sans but lucratif, les producteurs indépendants qui mènent leurs activités en dehors du système de radiodiffusion traditionnel, les petites entreprises de production indépendantes qui créent une bonne partie du contenu que nous regardons sur les grands réseaux, et les réseaux indépendants, comme APTN, qui ne font pas partie de ces conglomérats médiatiques que sont Bell, Rogers et Shaw.
Certains des principaux amendements que j'ai présentés visaient à s'assurer que la Loi sur la radiodiffusion tient compte de la radiodiffusion communautaire. Il y a des centaines de diffuseurs communautaires comme des stations de télévision et de radio communautaires sans but lucratif partout au Canada. À Nanaimo, il y a CHLY, une station radiophonique étudiante communautaire sans but lucratif qui diffuse des émissions locales sans publicité.
Lorsque je me suis lancé dans l'industrie de la radiodiffusion, il y avait un grand réseau de chaînes de télévision communautaires partout au pays qui, à l'origine, étaient liées aux entreprises de câblodistribution locales. Étant donné que ces entreprises ont été absorbées par Bell, Rogers et Shaw, la radiodiffusion communautaire a lentement été exclue. Les géants de la câblodistribution ont procédé à des intégrations verticales, acheté des chaînes et des entreprises de production et étendu leurs services pour inclure la téléphonie cellulaire et ils ont commencé à se servir des stations communautaires pour promouvoir leurs propres produits.
Les médias communautaires jouent un rôle important dans une société libre et démocratique. Ces stations ne sont pas détenues ni contrôlées par des intérêts commerciaux, et leur mandat consiste à offrir une plateforme aux voix communautaires, qui seraient autrement exclues de la radio et de la télévision commerciales. Il est important de faire reconnaître l'élément communautaire comme le troisième pilier de la radiodiffusion au Canada. J'ai été heureux que certains de mes amendements concernant l'élément communautaire aient été adoptés, même si j'ai été déçu de voir que les mots « sans but lucratif » ont été supprimés de la définition, car c'est précisément ce en quoi consiste l'élément communautaire: il s'agit d'un élément sans but lucratif de notre système de radiodiffusion.
Le gouvernement a beaucoup parlé de l'objectif du projet de loi, qui est d'uniformiser les règles du jeu et de protéger les producteurs culturels canadiens dans leurs relations avec les géants du Web. Selon le rapport Yale, qui a été présenté au comité, il faut également uniformiser les règles du jeu dans les accords contractuels entre les entreprises indépendantes de production et les grands services de radiodiffusion ou de diffusion en continu.
Une grande partie des œuvres que nous regardons sont créées par de petits producteurs indépendants qui présentent leurs idées aux grandes sociétés. Il y a un déséquilibre du pouvoir dans le système qui doit être corrigé. Deux amendements que j'ai proposés étaient recommandés par la Coalition pour la diversité des expressions culturelles, l'Alliance des producteurs francophones du Canada et l'Association canadienne des producteurs médiatiques. S'ils avaient été adoptés, ces amendements auraient créé des solutions venant du marché pour régler un déséquilibre du pouvoir dans ce marché.
Le Royaume‑Uni et la France ont tous les deux mis en place des systèmes similaires qui fonctionnent très bien. Une fois que le Parlement britannique a adopté la mesure législative, l'organisme de réglementation du Royaume‑Uni a exigé que des codes de pratique soient négociés entre les producteurs indépendants et les radiodiffuseurs publics. Chaque entente a été conclue par les acteurs du milieu eux-mêmes au lieu d'être dictée par l'organisme de réglementation. Cette approche a eu comme résultat de tripler la taille de l'industrie de la production nationale en moins de 10 ans. La France a mis en œuvre des mesures semblables, et le volume des productions indépendantes n'a cessé d'augmenter, y compris celles qui sont commandées par les géants du Web comme Netflix et Amazon.
Au Canada, le CRTC n'a jamais tenté d'encadrer directement les relations commerciales entre les producteurs et les diffuseurs. Il a toujours fait valoir que les codes de pratique devraient être négociés par les acteurs du marché concernés. Il est essentiel, cependant, qu'on accorde au CRTC un pouvoir explicite dans ce domaine afin qu'il puisse obliger les joueurs à négocier ces codes entre eux. Malheureusement, les libéraux et les conservateurs se sont opposés à ces amendements qui auraient mieux protégé les petits producteurs. Ils ont donc été rejetés.
Il est certain que la Loi sur la radiodiffusion doit être modernisée et que nous devons égaliser les chances et faire en sorte que les géants du numérique paient leur juste part d’impôts. Depuis des dizaines d’années, nous avons mis en place un système où le secteur de la radiodiffusion soutient la création de contenu canadien, et cela devrait s’appliquer aussi aux géants du Web.
À l’heure actuelle, les géants de la diffusion en continu et des réseaux sociaux s’en tirent à bon compte, car ils ne paient pas leur juste part dans notre pays. En outre, ils ne contribuent aucunement à la création de contenu, sauf celui qu’ils choisissent de produire.
Les conservateurs se sont efforcés de semer la confusion sur ce qui était du contenu canadien ou non, et comment on le déterminait. Nos règles sur le contenu canadien sont très claires. Pour la musique, il y a les critères du système MAPL.
Pour qu’un contenu soit défini comme canadien, le morceau sélectionné doit remplir au moins deux des conditions suivantes: M, pour musique, signifie que la musique doit être composée entièrement par un Canadien; A, pour artiste interprète, signifie que la musique ou les paroles sont interprétées principalement par un Canadien; P, pour production, signifie que la pièce musicale est une prestation en direct qui est soit enregistrée en entier au Canada, soit interprétée en entier au Canada et diffusée en direct au Canada; et L, pour paroles lyriques, signifie que les paroles sont écrites entièrement par un Canadien.
Si deux des quatre catégories établies sont respectées, il s'agit de contenu canadien. C'est fort simple. Les règles relatives au contenu canadien ont permis à d'excellents groupes d'accéder à la célébrité, comme les Tragically Hip, dont les chansons sont on ne peut plus canadiennes. Malheureusement, le groupe n'a jamais connu la gloire aux États‑Unis. La réglementation sur le contenu canadien en a toutefois fait une véritable référence nationale, ce qui est super. C'est cette réglementation qui a mené à la production de films éventuellement offerts par des diffuseurs canadiens et certifiés comme ayant un contenu canadien d'après la procédure établie.
Il s'agit d'un processus fondé sur l'attestation où une personne fait une déclaration et peut éventuellement faire l'objet d'une vérification. Il y a un système de points où il faut en obtenir au moins six sur un maximum de dix. On obtient deux points pour un réalisateur, deux points pour un scénariste, un point pour un acteur principal et un point pour un acteur secondaire. Des points sont aussi accordés pour les décors, le graphisme, le directeur de la photographie, le cadreur principal, le cadreur, le compositeur, etc.
Les conservateurs ont passé beaucoup de temps à faire de l'obstruction au comité en demandant comment on peut déterminer s'il s'agit d'une production canadienne ou non. Pendant la période des questions, la députée de Lethbridge a voulu savoir si Canadian Bacon était un film canadien en raison de son titre et du fait que l'un des acteurs principaux, John Candy, était canadien. Toutefois, Canadian Bacon a été produit et réalisé par Michael Moore, un Américain, et l'équipe de tournage était également composée, en grande partie, d'Américains.
Oui, John Candy était l'une des vedettes, et on y trouvait un autre acteur canadien moins connu, mais tout aussi formidable, Adrian Hough, mais à part cela, il y avait une longue liste de vedettes américaines, comme Alan Alda. Selon la formule, Canadian Bacon n'est donc pas un film canadien, mais il s'agit d'un système très simple.
Les utilisateurs des médias sociaux ne sont pas visés par le projet de loi C‑10 ni par la Loi sur la radiodiffusion, mais le contenu qu'ils téléversent sur les plateformes de médias sociaux serait assujetti à la loi. Il convient de noter que, selon les règles actuelles du CRTC, les productions de cinq minutes ou moins n'ont pas besoin d'être certifiées comme ayant un contenu canadien. Les vidéos sur TikTok et Instagram, qui durent moins de cinq minutes, ne seraient pas visées par la réglementation actuelle pour la découvrabilité du contenu canadien.
Les règlements d’application de la loi peuvent-ils changer? Oui, c’est possible. Le CRTC est-il d’avis que c’est une bonne idée de réglementer les vidéos sur TikTok et Instagram pour favoriser la découverte de contenu canadien? J’en doute vraiment. Il y a un débat en cours pour déterminer si la Loi sur la radiodiffusion protège la liberté d’expression. La partie 1 de la Loi sur la radiodiffusion de 1991, qui contient les dispositions générales d’interprétation, prévoit que « [l]’interprétation et l’application de la présente loi doivent se faire de manière compatible avec la liberté d’expression et l’indépendance, en matière de journalisme, de création et de programmation, dont jouissent les entreprises de radiodiffusion ».
Cette partie de la loi est toujours en vigueur. Le CRTC devra respecter notre droit constitutionnel à la liberté d’expression prévu par la loi. C’est un fait. Sinon, le projet de loi pourra faire l’objet d’une contestation judiciaire. Bref, il semble assez clair que la liberté d’expression sera respectée.
En conclusion, le projet de loi C‑10 comporte encore des lacunes et pourrait en faire beaucoup plus pour protéger les petits producteurs et sociétés de production indépendants, et pour garantir que le contenu des réseaux indépendants comme APTN se retrouve dans ces services de diffusion en continu. Nous devons donc en faire davantage pour protéger les producteurs canadiens et défendre leurs intérêts face aux grandes entreprises, c’est-à-dire non seulement les géants du Web, mais aussi les grands diffuseurs canadiens.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-06-21 22:04 [p.8904]
Madam Speaker, it was a pleasure to work with the member on Bill C-10. He obviously cares about the Broadcasting Act, the broadcasting landscape, our creative producers in Canada, our artists, our writers and our community broadcasting stations. That was something that I was fighting for at committee, so we were often working hand in hand on some of that work.
However, that was not the case with all members of our committee. In early spring, we saw the Conservatives begin to filibuster, and I believe that was as a result of the minister's mishandling and inability to defend his own legislation. Does the member think that the Conservatives actually found an opportunity to fundraise off this? Does the member think that is why they in fact stopped being productive and stopped trying to fix the legislation and just obstructed the legislation?
Madame la Présidente, ce fut agréable de travailler avec le député sur le projet de loi C‑10. De toute évidence, il se soucie de la Loi sur la radiodiffusion, du milieu de la radiodiffusion, des producteurs de créations du Canada, des artistes, des écrivains et des stations communautaires. Voilà ce que je défendais au comité. Nous avons donc souvent travaillé de concert sur ces questions.
Cependant, ce ne fut pas la même chose pour tous les députés du comité. Au début du printemps, les conservateurs ont commencé à faire de l'obstruction, et je crois que cela est attribuable au fait que le ministre n'a pas bien géré son projet de loi et qu'il s'est montré incapable de le défendre. Le député croit-il que les conservateurs y ont vu une occasion de recueillir des fonds? Le député croit-il que c'est ce qui explique que les conservateurs ont cessé d'être productifs, qu'ils ont cessé d'essayer d'améliorer le projet de loi et qu'ils se sont contentés de faire de l'obstruction?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
moved:
That Bill C-10, an act to amend the Broadcasting Act and to make related and consequential amendments to other acts, as amended, be concurred in at report stage with further amendments.
propose:
Que le projet de loi C‑10, Loi modifiant la Loi sur la radiodiffusion et apportant des modifications connexes et corrélatives à d'autres lois, modifié, soit agréé à l'étape du rapport avec d'autres amendements.
View Julie Dabrusin Profile
Lib. (ON)
View Julie Dabrusin Profile
2021-06-21 23:45 [p.8921]
Mr. Speaker, I rise today on the third reading of Bill C-10, a bill that would modernize the Broadcasting Act. This bill fulfills our government's promise to artists and creators, and will make Canada's broadcasting system more inclusive, accessible and equitable for all Canadians.
The Broadcasting Act has not been updated for 30 years. During that time, foreign web giants have stepped into the void. They have made money in Canada without contributing to our cultural creative industries. Bill C-10 seeks to modernize our broadcasting system and to level the playing field between our traditional broadcasters and these foreign web giants.
A modernized Broadcasting Act is urgently needed. It puts in place the right framework to support Canadian creators, producers and broadcasters to maintain the vitality of Canadian content creation and diversity of voices in the creative industry at large. It ensures that foreign web giants and streaming services contribute fairly to the Canadian broadcasting system, like our domestic broadcasters have for decades, and strives for fairness in the new digital world.
Even before tabling the bill, we heard from people who worked across the entire spectrum of the broadcasting sector about the importance of modernization. In June 2018, our government appointed a panel to review the broadcasting and telecommunications legislative framework. We received over 2,000 written submissions and heard directly from many people through conferences across the country. The Yale Report was released in January 2020, making recommendations based on this intensive study that created the framework for Bill C-10 and the modernization of the Broadcasting Act.
I want to underline this point. The consultations leading to this bill includes the work done by that esteemed panel that produced this report. Even before second reading, the heritage committee agreed to a pre-study and it ultimately took on the study of this bill. There were suggestions that we heard from people working in the industry as to how the bill could be improved. We have listened to these concerns and we took action.
Government and opposition parties proposed amendments. In many cases, more than one party proposed pretty much the same amendments, which were moments when there was better collaboration as we worked through them. In other moments, we had very heated debate and ultimately a Conservative filibuster, which kept members from being able to discuss improvements that could be made. Ultimately, the parties were able to work through the stack of amendments we had before us and to present an amended bill to the House.
Bill C-10 would level the playing field, supporting community broadcasting, inclusion and diversity and providing the CRTC with the proper tools to fulfill this modernization. The modernization includes bringing social media companies, and not their users, into the framework. This is because social media companies, for example, Youtube, have become major distributors for music in our country.
Users uploading content to social media are specifically excluded and the CRTC powers over social media companies themselves are restricted to only the following: first, request information from social media companies about the revenues they earn in Canada; second, require that they contribute a percentage of those revenues to cultural production funds; and third, make our Canadian creators discoverable on their platforms. I will break that down.
The first is to request information from social media companies about the revenues that they earn in Canada. Right now, we do not even know how much revenue these platforms such as Youtube generate in Canada. This seems like a reasonable step to take. I cannot see why the opposition parties, such as the Conservatives, want to let foreign platforms continue to operate in Canada without having to disclose this information. This is money made by foreign companies right in Canada.
The second requires that social media companies contribute a percentage of their revenues made in Canada to our cultural production funds. This goes to the core of supporting our artists. Broadcasters and radio pay into FACTOR or Musicaction to support our artists under the traditional system. It is time for these web giants, which have been getting richer during the pandemic, to pay into these funds as well.
The third is to make our Canadian creators more discoverable on their platforms. I would like to clarify on this point that the discoverability requirement is not the same as the one that applies to traditional TV and radio broadcasters. Social media companies do not need to show or play a proportion of Canadian shows or music. The discoverability requirement for social media companies is only to make our creators discoverable. This simply means to include them as suggestions in playlists, for example, or something of that type.
I would like to make one more point on the CRTC's restricted powers regarding social media companies. The CRTC will not have any powers relating to broadcasting standards that could be imposed on social media. Its only powers for social media companies are the three I have listed.
In debate at committee and in this place, there has been much that was raised about freedom of expression, and I want to address this point. The Broadcasting Act includes a specific clause that it must be interpreted in a way that respects freedom of expression and journalistic and creative independence. That has been there for the past 30 years.
At committee, we added a further clause that repeats this protection specifically for social media companies. The charter statement and amendment analysis from justice confirms that Bill C-10 does not impinge on freedom of expression. Bill C-10 levels the playing field and requires web giants to contribute to Canadian shows and music. It does not infringe freedom of expression.
Today, we are discussing a bill that will improve the representation of all Canadians in the programs that they watch. When most of the programming available to Canadians does not reflect their actual lived experiences, something needs to change.
That is why Bill C-10 makes advances to ensure that the Broadcasting Act promotes greater diversity. Programming that represents indigenous people, ethnocultural minorities, racialized communities, and francophones and anglophones, including those who belong to official language minority communities, the LGBTQ+ community and people with disabilities will no longer only be provided as resources become available. The offer and availability of such programming is essential for self-actualization.
The policies set out in the Broadcasting Act will ensure that our broadcasting system reflects Canadian society and that diverse and inclusive programming is available to everyone. That is essential so that the Canadian broadcasting system can help broaden people's perspectives, spur empathy and compassion for others and celebrate our differences, while strengthening the common bonds that unite our unique Canadian society.
Many of these aspects of broadcasting that have been simply migrated online have happened, and we need to bring them into the Canadian fold. It does not cover the whole of the Internet, as some might say. Bill C-10 includes clear authority for the CRTC to exempt certain classes of undertakings from regulation and to avoid regulation where such an imposition would not contribute in a material manner to the implementation of the broadcasting policy objectives.
Much debate has occurred about social media. Social media has clearly become an important tool for self-expression for Canadians. The bill would not interfere with the lawful use of this medium to express one's self.
The Conservatives stated that they would oppose this modernization of the Broadcasting Act even before changes were made at committee. While they raised issues about freedom of expression, which I addressed earlier, it seems like the objection from the start, and to this time, was about something else. A member of the Conservative caucus called artists who received support “niche groups”, that all of them must be stuck in the early 1990s because they had not managed to be competitive on new platforms and were producing material that Canadians just did not want.
I wonder if the member for the Conservative opposition was referring to shows from Alberta, such as Heartland, or Little Mosque on the Prairie, or maybe successful Canadian shows like Murdoch Mysteries, Kim's Convenience, Corner Gas, or Canadian musicians like Jessie Reyez, Gord Downie and the Arkells, all of whom received support through our cultural production funds.
Our government has crafted a carefully considered bill, and Bill C-10 would ensure our distinctively Canadian stories continue into the future.
Monsieur le Président, je prends aujourd'hui la parole à l'étape de la troisième lecture du projet de loi C‑10, une mesure législative destinée à moderniser la Loi sur la radiodiffusion. Ce projet de loi concrétise une promesse du gouvernement faite aux artistes et créateurs, et rendra le système canadien de radiodiffusion plus inclusif, accessible et équitable pour tous les Canadiens.
La Loi sur la radiodiffusion n'a pas été mise à jour depuis 30 ans. Entretemps, les géants étrangers du Web ont profité de ce vide juridique et ont fait de l'argent au Canada sans contribuer à nos industries culturelles de la création. Le projet de loi C‑10 vise à moderniser notre système de radiodiffusion et à uniformiser les règles du jeu entre nos radiodiffuseurs traditionnels et ces géants du Web étrangers.
Il est urgent de moderniser la Loi sur la radiodiffusion et de mettre ainsi en place un cadre adéquat pour soutenir les créateurs, producteurs et diffuseurs canadiens afin d'assurer une création de contenu canadien dynamique de même que la diversité des voix au sein de l'industrie de la création en général. Le projet de loi veille à ce que les géants étrangers du Web et les services de diffusion en continu paient leur juste part et contribuent au système canadien de radiodiffusion, comme nos diffuseurs nationaux le font depuis des décennies, et vise à rendre le nouvel univers numérique plus équitable.
Même avant de déposer le projet de loi, nous avons entendu des travailleurs de l'ensemble du secteur de la radiodiffusion parler de l'importance de la modernisation. En juin 2018, le gouvernement a mis sur pied un groupe pour examiner le cadre législatif en matière de radiodiffusion et de télécommunications. Nous avons reçu plus de 2 000 mémoires et communiqué directement avec de nombreuses personnes lors de conférences partout au pays. En janvier 2020, on a publié le rapport Yale, qui a formulé des recommandations en fonction de cette étude intensive à l'origine du cadre pour le projet de loi C‑10 et de la modernisation de la Loi sur la radiodiffusion.
Je tiens à souligner ce point. Les consultations ayant mené au projet de loi englobent le travail effectué par l'éminent groupe qui a produit ce rapport. Même avant la deuxième lecture, le comité du patrimoine avait accepté de mener une étude préalable, et il a fini par étudier le projet de loi. Des représentants de l'industrie nous ont suggéré des améliorations à apporter au projet de loi. Nous avons écouté leurs suggestions, et nous y avons donné suite.
Le gouvernement et les partis de l'opposition ont proposé des amendements. Dans bien des cas, plus d'un parti a proposé des amendements fort semblables, ce qui sont les moments où nous avons le mieux collaboré parce que nous avons travaillé sur ces amendements. À d'autres occasions, les débats étaient très houleux, ce qui a mené à de l'obstruction par les conservateurs, empêchant les membres de discuter d'améliorations à apporter. Finalement, les partis ont réussi à passer à travers la pile d'amendements proposés et à présenter un projet de loi amendé à la Chambre.
Le projet de loi C‑10 uniformisera les règles du jeu en soutenant la radiodiffusion communautaire, l'inclusion et la diversité et en fournissant au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes les outils appropriés pour réaliser la modernisation. Celle-ci consistera notamment à intégrer au cadre les entreprises de médias sociaux, et non leurs utilisateurs. Les entreprises de médias sociaux, YouTube par exemple, sont désormais des distributeurs majeurs de musique au pays.
Les utilisateurs qui téléversent du contenu sur les médias sociaux sont tout particulièrement exclus et les pouvoirs du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes sur les entreprises de médias sociaux elles-mêmes se limitent à ce qui suit: premièrement, demander aux entreprises de médias sociaux des renseignements sur les revenus qu'elles gagnent au Canada; deuxièmement, exiger qu'elles versent un pourcentage des revenus à des fonds de production culturelle; et troisièmement, donner de la visibilité aux créateurs canadiens sur leurs plateformes. Je vais expliquer chacun plus en détail.
Le premier consiste à demander aux entreprises de médias sociaux des informations sur les revenus qu'elles génèrent au Canada. En ce moment, nous ne savons même pas combien de revenus les plateformes comme YouTube génèrent au Canada. Cela semble être une mesure raisonnable à prendre. Je ne vois pas pourquoi les partis de l'opposition comme les conservateurs veulent laisser les plateformes étrangères continuer à faire des affaires au Canada sans avoir à divulguer ces informations. L'argent est généré par des entreprises étrangères au Canada...
Deuxièmement, le projet de loi oblige les entreprises de médias sociaux à investir un pourcentage des recettes qu'elles engrangent au Canada dans nos fonds de production culturelle. Cette mesure est essentielle pour appuyer nos artistes. Dans le système traditionnel, les télédiffuseurs et les radiodiffuseurs cotisent à la Foundation Assisting Canadian Talent on Recordings ou à Musicaction pour appuyer nos artistes. Il est temps que les géants du Web, qui se sont enrichis au cours de la pandémie, cotisent aussi à ces fonds.
Troisièmement, le projet de loi vise à rendre les créateurs canadiens plus découvrables sur les plateformes des géants du Web. Je tiens à préciser que l'exigence sur la découvrabilité n'est pas la même que celle qui s'applique aux télédiffuseurs et aux radiodiffuseurs traditionnels. Les entreprises de médias sociaux n'ont pas à diffuser un pourcentage d'émissions ou de musique canadiennes. L'exigence sur la découvrabilité pour les entreprises de médias sociaux vise seulement à rendre nos créateurs découvrables. Cela signifie simplement qu'il faut les inclure comme une suggestion dans une liste de lecture, notamment, ou quelque chose de ce genre.
J'aimerais soulever un autre point au sujet des pouvoirs restreints du CRTC concernant les entreprises de médias sociaux. Le CRTC n'aura aucun pouvoir lié aux normes de diffusion qui pourraient être imposées aux médias sociaux. Ses seuls pouvoirs en matière de médias sociaux sont les trois dont j'ai parlé.
Dans les délibérations au comité et dans cette enceinte, on a beaucoup parlé de la liberté d'expression, et je veux aborder ce sujet. La Loi sur la radiodiffusion comprend une disposition indiquant qu'elle doit être interprétée de manière compatible avec la liberté d'expression et l'indépendance en matière de journalisme et de création. Cette disposition existe depuis 30 ans.
Au comité, nous avons ajouté une autre disposition qui répète cette protection spécifiquement pour les entreprises de médias sociaux. L'énoncé concernant la Charte et l'analyse des amendements effectuée par le ministère de la Justice confirment que le projet de loi C‑10 ne porte pas atteinte à la liberté d'expression. Le projet de loi C‑10 uniformise les règles du jeu et oblige les géants du Web à contribuer aux spectacles et à la musique canadiens. Il ne viole pas la liberté d'expression.
Aujourd'hui, nous discutons d'un projet de loi qui améliorera la représentation de tous les Canadiens dans les émissions qu'ils consomment. Lorsque la majorité des émissions mises à la disposition des Canadiens ne reflètent pas les expériences réelles vécues de la population, quelque chose doit changer.
C'est pourquoi le projet de loi C‑10 fait des progrès pour veiller à ce que la Loi sur la radiodiffusion favorise une plus grande diversité. Une programmation représentative des peuples autochtones, des minorités ethnoculturelles, des communautés racisées, des francophones et des anglophones, y compris ceux qui appartiennent aux communautés de langue officielle en situation minoritaire, de la communauté LGBTQ+ et des personnes en situation de handicap ne serait plus fournie au fur et à mesure de la disponibilité des moyens. L'offre et la disponibilité de cette programmation sont essentielles à la réalisation de soi.
Les objectifs de politique énoncés dans la Loi sur la radiodiffusion feront que notre système de radiodiffusion reflète la société canadienne et qu'une programmation diversifiée et inclusive soit accessible pour tous. Cela est essentiel pour que le système canadien de radiodiffusion puisse contribuer à l'élargissement des perspectives, à susciter l'empathie et la compassion parmi ses citoyens, et à célébrer nos différences tout en renforçant les liens communs de notre société si typiquement canadienne.
Nombre des aspects de la radiodiffusion qui ont simplement migré en ligne se sont concrétisés, et nous devons maintenant les intégrer dans le giron canadien. Certains diront que cela ne couvre pas l'ensemble d'Internet. Le projet de loi C‑10 confère des pouvoirs clairs au CRTC d'exempter certaines classes d'entreprises de la réglementation, et d'éviter les dispositions législatives où une telle exemption n'apporterait aucune contribution à la mise en œuvre des objectifs de la stratégie sur la radiodiffusion.
Les médias sociaux font l'objet de grandes discussions, et ils sont véritablement devenus un outil d'expression pour les Canadiens. Le projet de loi n'entravera pas l'utilisation légale d'Internet pour s'exprimer.
Les conservateurs ont déclaré qu'ils s'opposeraient à la modernisation de la Loi sur la radiodiffusion bien avant que des changements soient apportés au comité. Bien qu'au départ ils aient exprimé des réserves au sujet de la liberté d'expression — auxquelles j'ai répondu précédemment — tout porte à croire qu'ils ont depuis le début et encore aujourd'hui une autre raison de ne pas voter en faveur du projet de loi. Un député du caucus conservateur a qualifié les artistes qui reçoivent du soutien de « groupes niche », ajoutant que ces derniers doivent tous être pris au début des années 1990 parce qu'ils n'ont pas migré vers les nouvelles plates-formes et qu'ils produisent du contenu dont les Canadiens ne veulent pas, ce qui les rend moins compétitifs.
Je me demande si le député de l'opposition conservatrice faisait allusion à des émissions de l'Alberta comme Heartland et Little Mosque on the Prairie, à des émissions canadiennes à succès comme Murdoch Mysteries, Kim's Convenience et Corner Gas, ou encore à des musiciens canadiens comme Jessie Reyez, Gord Downie et The Arkells, qui ont tous bénéficié d'une aide au titre de nos fonds de production culturelle.
Le gouvernement a conçu un projet de loi bien réfléchi, et le projet de loi C‑10 nous permettrait de continuer de produire des émissions typiquement canadiennes.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-06-21 23:55 [p.8922]
Madam Speaker, I find it troubling that we are being forced into closure, once again, on a debate that many have raised the concerns of censorship. It seems that the government is more worried about Conservative opposition to this than actually fixing what is deeply flawed legislation.
The minister has said that all artists support the legislation, and that is patently false. I have heard from some in my constituency and others across the country as well as those who I know have reached out to the minister directly, saying that they have concerns.
I am wondering if the member is willing to correct the record and acknowledge that there is not universal agreement from artistic communities on Bill C-10.
Madame la Présidente, je suis troublé qu'on nous impose encore la clôture dans le cadre d'un débat sur un projet de loi qui a soulevé chez bien des gens des craintes par rapport à la censure. Le gouvernement semble se soucier davantage de l'opposition conservatrice que des façons de corriger ce projet de loi qui comporte de graves lacunes.
Le ministre a dit que tous les artistes appuient le projet de loi, ce qui est complètement faux. J'ai entendu certains artistes de ma circonscription et d'ailleurs au pays qui ont soulevé des préoccupations, et je sais que certains en ont fait part directement au ministre.
Je me demande si la députée est prête à rétablir les faits et à reconnaître qu'il n'y a pas de consensus au sein des communautés artistiques à l'égard du projet de loi C‑10.
View Kerry Diotte Profile
CPC (AB)
View Kerry Diotte Profile
2021-06-22 0:01 [p.8923]
Mr. Speaker, Toronto's CN Tower is a Canadian landmark that is known worldwide. When it was completed in 1976, it was the highest free-standing structure in the world. It is 553 metres tall, or about 1,800 old-fashioned feet high. That is the length of five and a half football fields. It has actually been named a wonder of the modern world, right up there with the Golden Gate Bridge and the Empire State Building. The CN Tower gets a lot of attention, and tons of people visit it: two million a year.
Some of those visitors got more than they bargained for on July 16, 2001. On that day, two radical activists decided to do a dangerous illegal stunt. The two men scaled the outside of the tower and unfurled a banner. That banner bashed the Liberal government and the U.S. government for allegedly being killers of the planet. Not doing enough to fight climate change was the charge. The men had to be rescued by firefighters, and they were later charged and convicted for their dangerous stunt. The court heard that the whole ordeal cost CN $50,000, but the two men only had to pay $3,000 in fines in total. I guess the punishment did not quite fit the crime.
Who were those two men who created such havoc and made headlines worldwide? They were both Greenpeace activists. One was a British guy, Chris Holden. The other fella has really climbed to new heights. He is now a Liberal cabinet minister, the heritage minister. Two decades after his last dangerous stunt, this radical guy is pulling another one. In some ways, it is even more dangerous than his first stunt. He wants to censor our online free speech.
By now many Canadians have heard of Bill C-10. It is actually interesting that hundreds of bills are discussed in the House and most people do not pay attention. If we mentioned a random bill, the average Canadian likely would not know what it is about and probably would not care. We realize that a bill is controversial when regular folks know about it and know it by name and number. I did a virtual meeting with students from a grade 6 class a couple of weeks back and they knew about Bill C-10. They were very concerned about it. They should be.
I have a special interest myself in Bill C-10. I worked as a journalist for three decades in radio, TV, newspapers and news magazines, so free speech is in my DNA. For many years I was an opinion columnist for the Toronto Sun chain. Opinion columnists at Sun Media were the lifeblood of that organization. Every survey we did showed that many people bought the newspapers, and sometimes just to read one of the regular columnists.
I am not going to bore anybody by dissecting the intricate legalese of Bill C-10. Lots of lawyers and legal experts have argued the finer points in detail. I know the government will tout this bill as being all about supporting Canadian content. It has already done that. It claims it is not out to stop free speech in any real way, but I do not believe it. Most Canadians do not either. It is no wonder that we do not believe it. The government has earned a reputation, and it is not a good reputation. It cannot be trusted. I do not trust it and Canadians do not trust it.
The Prime Minister and his Liberals have a long string of botched files, ethics violations, broken promises and cover-ups. They failed to quickly close our borders when COVID hit. Then they failed on quickly getting Canadians vaccines. They tried to do a deal with the communist Chinese regime to get vaccines. Of course that failed miserably.
The Liberals have failed on many, many fronts: the SNC-Lavalin affair, the WE scandal, cash for access, cancelled energy projects, disgraced cabinet ministers and MPs, blackface, the trip to the Aga Khan's private island, no serious plan to open our international border and cover-ups galore. Ler us consider a recent one. It is about the Winnipeg National Microbiology Lab and a refusal to provide vital documents to a key parliamentary committee. Look for that to be in the headlines for a long time.
Is it any wonder that Canadians do not trust the Liberals? Is it any wonder they cannot be trusted with something so sacred as free speech? Is it any wonder that people do not trust the minister proposing Bill C-10, a guy with a radical past, a guy who got hauled off in handcuffs and was convicted by a court of law?
We have already seen censorship raise its ugly head on the Internet. It is already happening at an alarming rate. I bet every Canadian with a computer knows someone who has had a social media post flagged or deleted by big tech. It could have been for something as simple as a personal opinion about COVID rules. I bet many of us know people whose social media accounts have been suspended or even shut down by big tech. It is ridiculous that some self-appointed 20-something is a judge at a big tech firm like Twitter, Facebook or YouTube.
It also seems like conservative voices are the ones often targeted by these censors. It is strange how that works. Can members imagine what kind of censorship will happen if the Liberal government controls our online speech? I shudder to think of it.
Some people might say that since I am a member of the official opposition, of course I will slam any Liberal bill. Well, it is not just the official opposition. There are a lot of people against this Big Brother bill. Every constituent I talk to wants me to fight against the bill. I cannot recall one person coming to me to say, “Hey, Kerry, you have to support Bill C-10.” In fact, I have heard so much opposition to the bill that I decided to start an online petition against it. I was inundated with people signing it. I told them that I would send a letter of protest directly to the Prime Minister on their behalf, and that is exactly what I did.
Speaking of opposition to Bill C-10, members should check out what Tim Denton said. He is a former national CRTC commissioner, and he is also the current chair of the Internet Society Canada Chapter. Mr. Denton had this to say:
C-10 is clearly intended to allow speech control at the government’s discretion. Ignore the turn signals, look at where the wheels are pointed. They are pointed at your right to communicate freely by means of the internet.
This is scary stuff. Who would members trust to pass judgment on this bill, our heritage minister, with his radical past, or Mr. Denton? I know who I would trust.
How about the comment from Peter Menzies? He is a long-time journalist and former CRTC vice-chair. I worked in journalism with Peter. He is a good guy, a smart guy. He has summed up the Liberal bill really well. He said that Bill C-10 “will place the internet under the control of the...CRTC. Its nine unelected, unaccountable commissioners will decide if your Facebook post or Youtube video is appropriate internet content.” My former colleague goes on to point out that the heritage minister “has promised more legislation to establish another regulatory panel to oversee what sort of things people may say on social media. All of this constitutes an outrageous abuse of government authority”.
We can see where this legislation could go. Maybe a person does not like a government program or a policy or a politician and speaks out. Maybe they will get blocked or cancelled. There is a lot of cancel culture out there to go around, and the legislation before us would only make things worse.
The bottom line is that the Liberal government cannot be trusted with our free speech. The minister, with his radical, checkered past, cannot be trusted with our free speech. Our free speech is too sacred to be imperiled by this terrible, dangerous legislation. Canadians are saying that loud and clear. Bill C-10 must be defeated. Our very democracy in Canada is at stake.
Monsieur le Président, la Tour CN de Toronto est un haut lieu d'intérêt reconnu dans le monde entier. À la fin de sa construction en 1976, elle était la structure autoportante la plus haute du monde. Sa hauteur est de 553 mètres, ou d'environ 1 800 pieds. Cette distance équivaut à cinq terrains de football et demi. On l'a classée parmi les merveilles du monde moderne, au même titre que le pont Golden Gate et l'Empire State Building. La Tour CN attire beaucoup l'attention et des tas de gens la visitent, au rythme de 2 millions par année.
Certains visiteurs en ont eu plus que pour leur argent le 16 juillet 2001. Ce jour-là, deux militants radicaux ont décidé de faire une cascade illégale. Les deux hommes ont escaladé la tour pour y déployer une banderole dénigrant le gouvernement libéral et le gouvernement américain en les taxant de tuer la planète. En fait, on les accusait de ne pas en faire suffisamment pour lutter contre les changements climatiques. Ces hommes ont dû être secourus par les pompiers et ils ont par la suite été jugés coupables pour leur cascade. Au tribunal, on a affirmé que cette contrariété avait coûté 50 000 $ au CN, mais les deux hommes n'ont payé que 3 000 $ d'amendes au total. Je suppose que la peine n'était pas proportionnelle au crime.
Qui étaient ces deux hommes qui avaient semé cette pagaille et fait les gros titres dans le monde entier? Tous les deux étaient des militants de Greenpeace. L'un était un Britannique appelé Chris Holden. L’autre a vraiment atteint de nouveaux sommets. Il est maintenant ministre libéral: c’est le ministre du Patrimoine canadien. Vingt ans après ce dangereux coup d'éclat, cet extrémiste repousse une fois de plus les limites. D’une certaine manière, sa deuxième acrobatie est encore plus dangereuse que la première. Il veut censurer notre liberté d’expression en ligne.
À l’heure qu’il est, de nombreux Canadiens ont entendu parler du projet de loi C-10. Il est intéressant de voir que parmi les centaines de projets de loi qui ont été discutés à la Chambre, la plupart restent inconnus du grand public, par désintérêt. Si je mentionne un projet de loi au hasard, M. et Mme Tout-le-Monde ne sauront pas de quoi il traite et ne s’en soucieront pas. Nous comprenons qu’un projet de loi est controversé lorsque les gens ordinaires le connaissent, y compris son nom et son numéro. J’ai eu une rencontre à distance avec des élèves de sixième année il y a quelques semaines et ils connaissaient le projet de loi C-10. Ils se sont dits très préoccupés par cette question, et en effet, ils devraient l’être.
Je porte moi-même un intérêt particulier au projet de loi C‑10. J'ai été pendant trois décennies journaliste à la radio et à la télévision, de même que pour des journaux et des magazines d'actualité. La libre expression fait donc partie de mon ADN. Pendant de nombreuses années, j'ai rédigé des articles d'opinion pour la suite de publications du Toronto Sun. Les éditorialistes étaient l'élément vital de Sun Media. Chaque sondage que nous réalisions révélait que beaucoup de gens achetaient le journal, ne serait-ce, parfois, que pour lire les articles des éditorialistes.
Je n'ennuierai personne en décortiquant le jargon juridique complexe du projet de loi C‑10. Bien des avocats et bien des juristes en ont débattu les subtilités en détail. Je sais que le gouvernement vantera ce projet de loi en disant qu'il soutient le contenu canadien. Il le fait déjà. Il prétend n'avoir aucune intention de porter atteinte à la liberté d'expression, mais je ne le crois pas. La plupart des Canadiens non plus. Cela n'a rien d'étonnant. Le gouvernement a acquis une certaine réputation, et elle est peu reluisante. On ne peut pas lui faire confiance. Je ne lui fais pas confiance et les Canadiens non plus.
Le premier ministre et les libéraux ont une longue série de dossiers bâclés, de manquements aux règles d'éthique, de promesses non tenues et de manœuvres de camouflage. Ils n'ont pas su fermer rapidement nos frontières lorsque la COVID a frappé. Ensuite, ils n'ont pas réussi à faire vacciner rapidement les Canadiens. Ils ont essayé de conclure un accord avec le régime communiste chinois pour obtenir des vaccins. Bien entendu, ce fut un échec lamentable.
Les libéraux ont échoué à bien des égards: l'affaire SNC-Lavalin, le scandale UNIS, les activités de financement donnant un accès privilégié, l'annulation de projets énergétiques, des ministres et des députés tombés en disgrâce, l'épisode du « blackface », le voyage sur l'île privée de l'Aga Khan, l'absence d'un plan sérieux pour ouvrir notre frontière internationale et les innombrables camouflages. Examinons un cas récent. Il s'agit du Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg et du refus de fournir des documents essentiels à un important comité parlementaire. Il y a de fortes chances que cette affaire fasse les gros titres pendant encore longtemps.
Faut‑il s'étonner que les Canadiens ne fassent pas confiance aux libéraux? Faut‑il s'étonner qu'ils ne puissent pas leur faire confiance pour un droit aussi sacré que la liberté d'expression? Faut‑il s'étonner que les gens ne fassent pas confiance au ministre qui propose le projet de loi C-10, un homme qui a un passé de radical, qui a été emmené, menottes aux poignets, et qui a été reconnu coupable par un tribunal?
La censure a déjà commencé à frapper Internet et elle se multiplie à un rythme alarmant. Je parie que tous les Canadiens avec un ordinateur connaissent quelqu'un qui a vu l'une de ses publications sur les médias sociaux être signalée ou supprimée par les géants du Web. C'était peut-être pour quelque chose d'aussi simple qu'une opinion au sujet des règles liées à la COVID‑19. Je parie que nous sommes nombreux à connaître quelqu'un qui a vu son compte de médias sociaux être suspendu, voire fermé par les géants du Web. Il est ridicule qu'une personne dans la vingtaine se proclame juge dans une grande entreprise de technologie comme Twitter, Facebook ou YouTube.
On dirait aussi que les voix conservatrices sont celles qui sont souvent ciblées par les censeurs. C'est curieux de constater comment cela fonctionne. Les députés peuvent-ils imaginer le genre de censure qui sera exercée si c'est le gouvernement libéral qui contrôle le contenu en ligne? Je frémis juste d'y penser.
Certains prétendront peut-être que, puisque je suis un député de l'opposition officielle, il est évident que je critiquerai n'importe quel projet de loi des libéraux. Eh bien, il n'y a pas que l'opposition officielle. Beaucoup de gens s'opposent à ce projet de loi orwellien. Tous les gens de ma circonscription à qui j'ai parlé veulent que je m'y oppose. Personne n'est venu me dire: « Kerry, tu dois appuyer le projet de loi C‑10. » D'ailleurs, tellement de gens m'ont dit être contre ce projet de loi que j'ai décidé de lancer une pétition électronique. Les gens se sont rués pour la signer. Je leur ai dit que j'écrirais directement au premier ministre en leur nom et c'est ce que j'ai fait.
Toujours au sujet des opposants au projet de loi C‑10, les députés devraient lire ce que Tim Denton a dit. Ancien commissaire national du CRTC et président en poste du chapitre canadien de l'Internet Society, M. Denton a affirmé ceci:
Le projet de loi C‑10 vise manifestement à permettre au gouvernement de contrôler le discours à son gré. Ne tenez aucun compte des clignotants, voyez dans quelle direction les roues sont braquées. Vers la droite pour une communication libre par l'Internet.
Cela fait peur. À qui les députés devraient-ils faire confiance au sujet de ce projet de loi? Au ministre du Patrimoine, qui a un passé de radical, ou à M. Denton? Moi, mon choix est fait.
Qu'en est-il du commentaire de Peter Menzies? C'est un journaliste de longue date et un ancien vice-président du CRTC. J'ai travaillé avec Peter lorsque j'étais journaliste. C'est un bon gars, un gars intelligent. Il a très bien résumé le projet de loi libéral. Il a dit que le projet de loi C‑10« placera Internet sous le contrôle du […] CRTC. Ses neuf commissaires non élus qui n'ont aucun compte à rendre décideront si votre article sur Facebook ou votre vidéo sur YouTube représente un contenu Internet approprié ». Mon ancien collègue poursuit en soulignant que le ministre du Patrimoine « a promis de présenter d'autres projets de loi pour établir un autre groupe de réglementation afin de surveiller le type de propos que tiennent les gens sur les médias sociaux. Tout cela constitue un abus d'autorité scandaleux de la part du gouvernement ».
On peut voir les conséquences que pourrait avoir le projet de loi. Il se peut qu'une personne n'aime pas un programme gouvernemental, une politique ou un politicien et le dénonce. Sa communication sera peut-être bloquée ou annulée. La culture de la censure est très présente dans le monde, ce n'est pas ce qui manque, et le projet de loi dont nous sommes saisis ne ferait qu'empirer les choses.
Bref, nous ne pouvons pas faire confiance au gouvernement libéral pour respecter notre liberté d'expression. Compte tenu de son passé radical et douteux, nous ne pouvons pas faire confiance au ministre pour respecter notre liberté d'expression. Notre liberté d'expression est trop sacrée pour être mise en péril par ce projet de loi terrible et dangereux. Les Canadiens le disent haut et fort. Le projet de loi C‑10 doit être rejeté. La démocratie même au Canada est en jeu.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
Mr. Speaker, I did notice the member spoke almost not at all about the bill, which is interesting because that is why we are here. Since I am sure he has read the bill and has read the act, he knows there are numerous places in both the act and the bill where freedom of expression is explicitly protected.
While the Liberals may not be trustworthy, members will recall that the Bloc, the Green Party and the NDP also support this legislation. New Democrats have always stood up for freedom of expression. They have a long history of that, and they have always stood up for net neutrality. The only party that is against this legislation is the Conservative Party.
I have heard from one Conservative MP that he has raised over $3,000 by fearmongering abound Bill C-10 in his riding. Would the member share how much money he has raised in his riding by fearmongering on Bill C-10?
Monsieur le Président, j'ai remarqué que le député n'a presque pas parlé du projet de loi, ce qui est intéressant, car c'est pour cela que nous sommes ici. Comme je suis sûre qu'il a lu le projet de loi et la loi, il sait qu'il y a de nombreux endroits dans la loi et le projet de loi où la liberté d'expression est explicitement protégée.
Même si les libéraux ne sont peut-être pas dignes de confiance, les députés se souviendront que le Bloc, le Parti vert et le NPD appuient également le projet de loi. Les néo-démocrates ont toujours défendu la liberté d'expression. Ils le font depuis longtemps et ils ont toujours défendu la neutralité du Net. Le seul parti qui s'oppose au projet de loi est le Parti conservateur.
Un député conservateur a dit qu'il avait recueilli plus de 3 000 $ en faisant peur aux électeurs de sa circonscription au sujet du projet de loi C‑10. Le député peut-il nous dire combien d'argent il a recueilli dans sa circonscription en tenant des propos alarmistes sur le projet de loi C‑10?
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-22 0:14 [p.8925]
Mr. Speaker, I listened to my colleague's speech, and I must say that it was shockingly chock full of fearmongering. I have seldom heard anything like that. On top of that, these words are from a former journalist. He himself said that he had been a journalist for 30 years.
I remind my colleagues that facts are important in journalism. They have clearly chosen party lines over the facts in this debate.
My colleague mentioned a few times that he was interested in Bill C‑10 and that he was fairly familiar with it. My colleague from Edmonton Strathcona said that there are numerous places in Bill C‑10 and in the act where freedom of expression is explicitly protected.
Could my colleague explain exactly which clauses in Bill C‑10 could potentially undermine freedom of expression? What are the specific sections he is referring to?
Monsieur le Président, j'ai écouté le discours de mon collègue. Je dois avouer que c'était un épouvantable discours de peur. J'ai rarement entendu de telles choses. Qui plus est, elles viennent d'un ancien journaliste. Comme il le disait lui-même, il a fait carrière en journalisme pendant trois décennies.
Je rappellerai à mes collègues que, en journalisme, on se base sur des faits. Visiblement, on a basé ce discours sur une ligne de parti plutôt que sur des faits.
Mon collègue a mentionné à quelques reprises qu'il s'était intéressé au projet de loi C‑10 et qu'il le connaissait un peu. Ma collègue d'Edmonton Strathcona a quant à elle mentionné que plusieurs dispositions du projet de loi C‑10 et de la loi actuelle protègent nommément et spécifiquement la liberté d'expression.
J'aimerais que mon collègue m'explique exactement quels sont les articles du projet de loi C‑10 qui lui font craindre une possible atteinte à la liberté d'expression. Quels sont précisément les passages auxquels il fait référence?
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-22 0:16 [p.8925]
Mr. Speaker, we have finally reached the end of this bill on which many people have worked very hard in the past few months. I commend the members of the Standing Committee on Canadian Heritage who have been working hard since Bill C‑10 was introduced.
As we have said many times, this bill was not perfect when it was introduced. I used a metaphor, comparing this bill to a brand new paint by numbers. We had a lot of work to do.
The way it works is that we all vote in favour of a bill and agree to send it to committee. The House of Commons speaks and democracy does its job. At that point, it is our responsibility to work on improving the bills that are introduced and that must be studied in committee, and we made the decision to work on this bill, even though the task was, quite frankly, monumental.
We decided to do this work even if the task was altogether daunting. We committed to do it and we did. It was going relatively well until the withdrawal of clause 4.1 gave the Conservatives the opportunity they had been waiting for. It was the perfect opportunity to speak out against a possible attack on freedom of expression.
The support of various experts who already did not have a very high opinion of this bill, which obviously had an impact on web giants, was all it took for the Conservatives to come down on Bill C‑10 like a ton of bricks by pointing out all of the problems with the bill and demonizing it as much as possible.
I am rather pleased that we are in the final stages of this bill, particularly because we have pretty much covered all of the arguments and the list of witnesses and experts on which the Conservatives based their fearmongering.
My colleagues have said this repeatedly, and I will reiterate that the Broadcasting Act and Bill C‑10 contain several provisions that specifically exempt social media users, regular people like us and the people we care about, from the Broadcasting Act regulations.
The provisions in Bill C‑10 apply only to broadcasting undertakings. However, if entities that use social media sites like YouTube also engage in broadcasting, we have to regulate those broadcasting activities.
That excludes the activities of users who share content and little videos with each other or who have somewhat more organized channels that might even earn them an income. This does not apply to those people, as specifically stated in Bill C‑10.
The campaign of fear has run its course. It has slowed the progress of this extremely important bill since April, with what is commonly known as organized filibustering. Who will pay for that? The artists, creators, culture and the cultural community in Quebec, but also in Canada. The only ones to profit from it are the Conservatives, who oppose the bill, despite the fact that the other parties of the House are working hard to improve it and move it forward. I remind members that this bill was imperfect, but certainly not as bad as what the Conservatives have been saying for weeks and weeks.
There is another principle that I would like to revisit. I am reminded of the mother who watches a military parade go by and notices that one soldier is walking in the opposite direction, against the parade. Upon realizing that the soldier in question is her son, she wonders why everyone else is marching in the wrong direction. That is kind of what this reminds me of.
Sooner or later, when someone realizes that they are the only one who thinks something and nobody else thinks what they think, they might consider a little open-mindedness. They might accept that they have expressed their point of view, that others disagree, that we are all working in a democratic system and that the majority is supposed to rule. They can tell themselves that they fought hard and that, even though they tried hard to defend their point of view, they now have to be a good sport and stop trying to sabotage things.
That is not what happened, however. This attitude prevailed to the very end. We saw the filibustering, at times very disgraceful, and we have reached a point where Bill C‑10 may be in jeopardy. We will have to keep our fingers crossed. I intend to stay hopeful until the end, but I think this could have gone better. We could have done much more and been more noble in what we needed to accomplish. Again, it is our artists and culture that are at stake.
The web giants are earning billions of dollars on the backs of our creators. It is only fair to subject them to the same rules as broadcasters operating in Canada and Quebec.
How many times have the Bloc Québécois been criticized for throwing up their hands and supporting closure with the Liberals? It is awful. I must say that we had to swallow our pride since we are against the use of closure motions. Nonetheless, it is a parliamentary tool that exists. It is not perfect and it is certainly not noble, but neither is systematic filibustering.
Sometimes, the only way to respond to a questionable tactic is to employ another tactic that may also be considered questionable. It definitely is frustrating to come up against a gag order. We have been there as well. However, a bill for artists, for culture and for the industry deserves the right tools. If someone is standing in the way, we will use the procedural moves at our disposal.
The Conservatives will probably take the heat for a long time for scuttling the bill, if it were to fail. Quebec's motto, on all of its licence plates, is “Je me souviens”, or “I remember”. Quebec artists and those who have a lot of influence in the cultural sector will remember.
Culture does not cost anything. In an interview with a local paper in her riding, the member for Lethbridge said that Quebec artists were outdated, that they were stuck in the 1990s and that they were reliant on grants because they produce things people do not want. That is not true. Canada's cultural industry generates billions of dollars in economic spinoffs every year. The industry costs nothing; it brings in money. The industry is valuable, and not just in terms of money. We are talking about our identity here.
I will end my speech on a positive note. Just now, we voted for something positive.
Bill C‑10 was not perfect, and the Bloc Québécois believed that it was important not to wait another 30 years to amend the Broadcasting Act.
This evening, we voted to include a sunset clause in the bill, which ensures that the act must be reviewed every five years. We live in a world that is evolving at an incredible pace. Where will technology be in five years? We have no idea.
It is very important to set a limit and to give ourselves shorter deadlines for a mandatory review of the Broadcasting Act. It should be reviewed more frequently than every 30 years. In my opinion, it is one of the best ideas that we have had. We will have the opportunity to review the bill every five years and to correct whatever flaws may remain in the legislation, if it is passed.
Monsieur le Président, cela se termine. Nous sommes enfin en train de voir le bout de ce projet de loi sur lequel plusieurs personnes ont travaillé très fort au cours des derniers mois. Je salue les membres du Comité permanent du patrimoine canadien qui ont travaillé fort depuis le dépôt du projet de loi C‑10.
Comme nous l'avons répété, ce projet de loi était très imparfait lorsqu'il nous a été présenté. J'avais fait une métaphore en disant que ce projet de loi était un peu comme une peinture à numéros, mais sans peinture dans la boîte. Nous avions donc beaucoup de travail à faire.
Nous votons un jour en faveur d'un projet de loi tous ensemble et acceptons de l'envoyer en comité. La Chambre des communes se prononce et la démocratie fait son travail. À partir de ce moment, nous avons la responsabilité de travailler pour améliorer les projets de loi qui nous sont présentés et au sujet desquels nous devons faire des études en comité.
Nous avons décidé de faire ce travail même si la tâche était, ma foi, impressionnante. Nous nous sommes engagés à le faire et nous l'avons fait. Cela allait relativement bien jusqu'à ce qu'arrive cet épisode où, tel un prétexte idéal, le retrait de l'article 4.1 a permis aux conservateurs de sauter sur une occasion en or. Il s'agissait d'un filon parfait pour décrier une possible atteinte à la liberté d'expression.
Appuyés par différents experts qui, déjà, ne voyaient pas d'un bon œil ce projet de loi qui avait évidemment des conséquences sur les géants du Web, il n'en fallait pas plus pour qu'on se jette à bras raccourcis sur le projet de loi C‑10 en l'accusant de tous les maux et en le démonisant au maximum.
Je suis assez content que nous arrivions au bout de ce projet de loi, en particulier parce que nous commencions à avoir fait le tour des arguments, des listes des témoins et des experts sur lesquels les conservateurs se basaient pour appuyer leur discours un peu alarmiste.
Je le répète, et mes collègues l'ont répété à maintes reprises: il y a dans la Loi sur la radiodiffusion et dans le projet de loi C‑10 plusieurs dispositions qui exemptent spécifiquement les utilisateurs des médias sociaux, soit M. et Mme Tout‑le‑Monde, des gens comme nous et comme nos proches, des réglementations de la Loi sur la radiodiffusion.
Les dispositions du projet de loi C‑10 ne s'adressent qu'aux entreprises de radiodiffusion. Toutefois, si les entreprises qui exploitent également un service de média social, comme YouTube, ont des activités de radiodiffusion, nous devons réglementer ces activités de radiodiffusion.
Cela exclut les activités des utilisateurs qui se partagent du contenu et de petites vidéos ou ceux qui ont des chaînes un peu plus organisées et qui en tirent même des revenus. Ces gens-là ne sont pas touchés et cela est spécifiquement inscrit dans le projet de loi C‑10.
La campagne de peur a fait son temps. Elle a ralenti le processus de ce projet de loi extrêmement important depuis la fin avril avec ce qu'il est convenu d'appeler de l'obstruction organisée. Qui paiera pour cela? Ce sont les artistes, les créateurs, notre culture et notre milieu culturel, au Québec, mais également au Canada. Les seuls qui en auront tiré profit, ce sont les conservateurs, qui se sont opposés au projet de loi, malgré le fait que les autres partis de la Chambre travaillaient fort pour le faire avancer et pour l'améliorer. Ce projet de loi était imparfait, je le rappelle, mais certainement pas aussi néfaste que ce que les conservateurs se sont plu à dire pendant des semaines et des semaines.
Il y a un autre principe sur lequel j'aime bien revenir. C'est un peu l'image de la mère qui regarde le défilé militaire. Un soldat marche à l'envers des autres et la mère remarque que c'est son fils. Elle regarde le défilé et se demande ce qu'ils ont tous à marcher à l'envers alors que son fils marche dans le bon sens. Cela me fait un peu penser à cela.
À un moment donné, quand on est seul à penser d'une manière et que tous les autres ne pensent pas comme soi, il faudrait peut-être qu'on s'ouvre un peu l'esprit. On peut se dire qu'on a fait prévaloir son point de vue, que les autres ne sont pas d'accord, qu'on est dans un système démocratique et que la majorité doit normalement l'emporter. On peut se dire qu'on s'est bien battu et qu'on a bien tenté de faire prévaloir son point de vue, mais que, maintenant, il faut être bon joueur et cesser de mettre des bâtons dans les roues.
Or, ce n'est pas cela qui s'est passé. Cela a été jusqu'à la toute fin. On a vu des manœuvres d'obstruction, dont certaines très disgracieuses, et on arrive à un moment où le projet de loi C‑10 se retrouve peut-être en péril. Nous allons devoir accrocher nos chapelets à la corde à linge. J'ai bien l'intention de garder espoir jusqu'à la fin, mais je pense qu'il y aurait eu moyen de faire mieux. Il y aurait eu moyen d'être plus grand, plus noble dans la tâche que nous avions à accomplir. Je rappelle que ce sont nos artistes et notre culture qui sont en jeu.
Les géants de l'Internet gagnent des milliards de dollars sur le dos de nos créateurs. Ce n'est que justice et équité de les assujettir à la même réglementation que les radiodiffuseurs qui opèrent au Canada et au Québec.
Combien de fois a-t-on reproché au Bloc québécois, les bras en l'air ou les « gueguettes » en l'air — comme le disait ma tante Cécile — , d'avoir appuyé le bâillon avec les libéraux? On trouvait cela terrible. Je dois dire que nous avons dû piler sur notre orgueil et notre fierté, puisque nous ne sommes pas en faveur des bâillons. Néanmoins, c'est un outil parlementaire qui existe; il n'est pas parfait et n'est certainement pas noble, mais ce ne l'est ni plus ni moins que l'obstruction systématique.
Devant une manœuvre discutable, vient un moment où l'on n'a d'autre choix que d'opposer une autre manœuvre qui peut aussi être jugée discutable. C'est sûrement frustrant de se faire imposer un bâillon; on nous a en déjà imposé à nous aussi. Cependant, quand on décide de faire un projet de loi pour les artistes, pour la culture et pour l'industrie, il faut se donner les bons outils. Si l'on nous met des bâtons dans les roues, nous allons utiliser les manœuvres qui sont à notre disposition.
Les conservateurs vont probablement porter longtemps l'odieux d'avoir fait échouer le projet de loi, si le projet de loi devait échouer. La devise du Québec, qui se trouve sur toutes les plaques d'immatriculation, est « Je me souviens ». Les artistes québécois et le milieu culturel du Québec, qui ont une grande influence, vont s'en souvenir.
La culture, ce n'est pas quelque chose qui coûte de l'argent. Dans une entrevue avec un journal local de sa circonscription, la députée de Lethbridge a dit que les artistes québécois sont dépassés, qu'ils vivent dans les années 1990 et qu'ils dépendent des subventions, car personne ne veut de leur art. Or ce n'est pas vrai. L'industrie culturelle canadienne génère chaque année des milliards de dollars en retombées. Ce n’est pas une industrie qui coûte de l'argent, c'est une industrie qui en rapporte. C'est une industrie payante, et pas seulement sur le plan financier. C'est notre identité qui est en jeu.
Je vais terminer mon allocution sur une note positive: tout à l'heure, nous avons voté quelque chose de bien.
Le projet de loi C-10 était imparfait, et le Bloc québécois pensait que c'était important de faire en sorte qu'on n'attende plus 30 ans pour réviser la Loi sur la radiodiffusion.
Ce soir, nous avons voté pour inclure dans la Loi une clause de temporisation, qui fait que la Loi doit être révisée tous les cinq ans. Nous sommes dans un univers qui évolue à une vitesse effroyable. Où sera la technologie dans cinq ans? Nous n'en avons aucune idée.
C'est très important que l'on fixe une limite et qu'on se donne des échéanciers rapprochés pour s'obliger à réviser la Loi sur la radiodiffusion plus régulièrement que tous les 30 ans. À mon avis, c'est l'une des meilleures idées que nous avons eues. On aura l'occasion de le faire tous les cinq ans et de corriger des imperfections qui se trouveront encore dans le projet de loi, si celui-ci est adopté.
View Tim Louis Profile
Lib. (ON)
View Tim Louis Profile
2021-06-22 0:27 [p.8926]
Mr. Speaker, I am learning to speak French. It is important to me.
I know just how important Quebec culture is to Canada. How will Bill C‑10 support artists and culture in Quebec and Canada?
Monsieur le Président, j'apprends à parler français: c'est important pour moi.
Je sais à quel point notre culture québécoise est importante pour le Canada. Comment le projet de loi C‑10 appuierait-il nos artistes et notre culture québécoise et canadienne?
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I am pleased to take part in the debate this evening on such an important issue.
I just complimented my colleague from Drummond, and I also have some kind words for my colleague from Edmonton Strathcona. She did a masterful job on Bill C‑10 at the Standing Committee on Canadian Heritage. Her assistant, Laveza Khan, also worked very hard on it, and my assistant Samuel Fortin-Pouliot worked very hard too. I commend everyone. They truly put in the work, as they say.
I agree that we absolutely needed to amend the Broadcasting Act. It has been 30 years since that act was passed. It had become completely archaic and obsolete, and it still is. It does not fit with today's reality and the current context with the new digital broadcasters. I think we need to keep that in mind when we debate this bill.
That is why the NDP has always worked and remained in touch with various actors and stakeholders in Quebec's cultural sector, in particular the Coalition for the Diversity of Cultural Expressions and also ACTRA, Unifor and Music Canada. They have always counted on us. We worked with them to try to improve this very important bill.
Since the Yale report was released a few years ago, we have come to understand how necessary it is to update the Broadcasting Act and bring it into the 21st century. As progressives and New Democrats, we agreed with the broad strokes of the Yale report. It is so important, because it is a matter of cultural sovereignty. What we need to do is ensure that major new digital broadcasters participate, invest and contribute to the production of original Canadian and Quebec content. That is not what is happening.
It is vital to understand the ecosystem that we have been dealing with and continue to deal with, in the hope that it can change, and why the principle of this bill is so important in the first place. We have a system based on conventional broadcasters and cable companies that contribute to a fund to ensure we can invest in telling our stories on television, in film and other media.
However, big players, new players who are no longer quite so new today, had not contributed at all. It is great to be able to bring them to the table and force them to contribute to the growth and development of Quebec, Canadian and indigenous culture in general, just like conventional broadcasters.
Unfortunately, the bill that was presented to us was botched from the beginning. The NDP was prepared to collaborate. We have always been prepared to collaborate, to make amendments and improvements, to resolve the problems with the bill so that it best meets the needs of the cultural industry and our artists, artisans and technicians. We also want to make sure it best meets the needs of the public, because we need cultural content that brings us together and that we have some control over so that we can tell our stories, which our fellow citizens in Quebec and Canada love to hear. Think of all of the big television, movie and music success stories that we know of.
Unfortunately, we had to deal with very bad communication from the Minister of Canadian Heritage, who on numerous occasions could not for the life of him explain his own bill.
He was attacked under various pretexts by the Conservative Party and was unable to reassure the public and to continue in a constructive and positive direction for this bill.
Obviously, there has been a lot of talk about freedom of expression. It is an important issue, and we are not going to sweep it under the rug and say we do not care about it. As members of the NDP, as New Democrats and progressives, if there were a bill on the table that called into question the freedom of expression of people, of Canadians, we would obviously be very concerned.
The NDP has a strong track record when it comes to protecting freedom of expression and the rights of Canadians. This is not something we take lightly. We did our work in committee, as well as in the media, in the public sphere and in the House, to raise these issues and to take the time needed to get legal opinions, to hear from experts and to get the notices of compliance with the Canadian Charter of Rights and Freedoms from the Department of Justice. Those notices actually came twice, before and after the removal of clause 4.1.
We have always been in favour of the principle of the bill. We hope it will pass because our cultural sector will benefit when Internet giants contribute to and help fund the production of original works that tell Canadian and Quebec stories.
We did our work. We were open to arguments because we wanted to be absolutely sure we were protecting freedom of expression. That is what we did, and the NDP is committed to supporting the cultural sector and our artists, artisans and technicians. At the same time, we wanted to be absolutely sure everything was charter compliant and would in no way interfere with individuals' right to keep expressing their opinions and posting whatever videos they wanted on social media. Doing that work was very important, and we did it in a reasonable and responsible way. Unfortunately, there were some closure motions that prevented debate in some cases and violated our rights as parliamentarians.
The way the Liberals have been managing this bill strikes me as rather strange. They imposed closure on a committee, which has only ever happened three times. Despite this gag order, they had to resort to a supermotion. The Liberal government treated this bill as if we had neglected it and taken it lightly, while it was too important for equity in our Canadian programming ecosystem and for the defence of programming and content in French, as well as in indigenous languages.
We want our television, film and musical artists to have the chance to pursue their activities and be properly paid for the work they do, especially musicians on YouTube, and we want them to continue to tell our stories. It is a question of jobs and a very important economic sector. The cultural sector accounts for tens of thousands of jobs across the country.
What is more, culture is what defines us. It says who we are, what our vision of society is, how we approach the issues, social discussions and debates. It also gives us a chance to change our perspective and world view, and a chance to change the world.
I find it sad that on June 21, we still have to talk about this. The Liberals should have managed their agenda better.
However, I think that this bill does ultimately achieve the objectives that matter to our cultural sector, our artists and our artisans. The NDP will always be there to defend them.
Monsieur le Président, je suis heureux de participer au débat ce soir au sujet de cette question si importante.
Comme je viens d'avoir de bons mots pour mon collègue de Drummond, je voudrais également avoir de bons mots pour ma collègue d'Edmonton Strathcona. Elle a fait un travail magistral et formidable au Comité permanent du patrimoine canadien sur le projet de loi C‑10, son adjointe, Mme Laveza Khan, a également travaillé extrêmement fort là-dessus, ainsi que mon adjoint Samuel Fortin-Pouliot qui, lui aussi, a travaillé très fort. Je félicite tout le monde, ils ont vraiment fait le travail, comme on dit.
Je suis d'accord sur le fait qu'il fallait absolument réviser la Loi sur la radiodiffusion. Cela fait 30 ans que cette loi a été adoptée. Elle était rendue complètement, et elle est encore en ce moment, archaïque et obsolète. Elle ne répond pas à la réalité et au contexte actuel avec les nouveaux diffuseurs numériques. Je pense qu'il faut toujours avoir cela en tête quand on débat de ce projet de loi.
C'est pourquoi, au NPD, nous avons toujours été en relation et en contact avec les différents acteurs et intervenants du milieu culturel québécois, notamment la Coalition pour la diversité des expressions culturelles, la Coalition pour la culture et les médias, mais également avec ACTRA, Unifor ou Music Canada. Ils nous ont toujours interpellés. Nous avons travaillé avec eux pour essayer d'améliorer ce projet de loi qui est tellement important.
Depuis le rapport Yale, qui date de quelques années, on a compris à quel point il fallait absolument mettre à l'ordre du jour et ramener au XXIe siècle la Loi sur la radiodiffusion. Nous étions d'accord sur les grandes orientations du rapport Yale, en tant que progressistes et néo-démocrates. C'est tellement important, parce qu'il est question ici de notre souveraineté culturelle. Il est question ici de faire en sorte que les grands nouveaux diffuseurs numériques participent, investissent et contribuent à la production de contenu original canadien et québécois. Ce n'est pas le cas.
Il faut bien comprendre dans quel écosystème nous naviguions et nous naviguons encore, en espérant que cela puisse changer et pourquoi ce projet de loi, en principe, au départ, est si important. Nous avons un système qui est basé sur les télédiffuseurs classiques et les câblodistributeurs qui contribuent à un fonds pour être capables d'investir afin de raconter nos histoires à la télévision, au cinéma et ainsi de suite.
Or, des grands joueurs, des nouveaux joueurs, qui, aujourd'hui, ne sont plus si nouveaux que cela, n'avaient pas contribué pour un sou. C'est une très bonne chose de pouvoir les amener autour de la table et de les forcer comme les autres télédiffuseurs traditionnels à contribuer à l'essor, à l'épanouissement de la culture québécoise, canadienne et autochtone, dans son ensemble.
Malheureusement, le projet de loi qui nous a été soumis, dès le départ, a été bâclé. Nous, au NPD, étions prêts à collaborer. Nous avons toujours été prêts à collaborer, à amener des amendements et des bonifications, à régler des problèmes dans le projet de loi afin qu'il réponde au mieux aux besoins du secteur culturel, de nos artistes, artisans et techniciens, mais également aux besoins de la population pour avoir un contenu culturel qui nous ressemble et qui nous rassemble et sur lequel nous sommes capables d'avoir une prise afin de raconter nos histoires qui sont tellement appréciées par nos concitoyens, au Québec ou au Canada. Pensons à tous les exemples de grands succès télévisuels, cinématographiques ou musicaux que nous connaissons.
Malheureusement, nous avons dû faire face à une très mauvaise communication du ministre du Patrimoine canadien qui a été, ma foi, incapable d'expliquer son projet de loi à moult reprises.
Il s'est fait attaquer, sous certains prétextes, par le Parti conservateur et il a été incapable de rassurer les gens et de continuer dans une direction constructive et positive pour ce projet de loi.
Évidemment, il a beaucoup été question de la liberté d'expression. C'est un enjeu important et nous n'allons pas le pousser sous le tapis et dire que nous ne nous en préoccupons pas. Comme député du NPD, comme néo‑démocrates et progressistes, s'il y avait un projet de loi qui était sur la table et qui remettait en question la liberté d'expression des gens, des citoyens et des citoyennes, cela nous inquièterait évidemment grandement.
Le NPD a une feuille de route importante sur la protection de la liberté d'expression et les droits des citoyens et des citoyennes. Ce n'est pas quelque chose qu'on a pris à la légère. Nous avons fait notre travail en comité et également dans les médias, sur la place publique et à la Chambre pour soulever ces questions et prendre le temps nécessaire pour avoir les avis juridiques, entendre les experts et avoir les avis de conformité à la Charte canadienne des droits et libertés avec le ministère de la Justice. Ces avis sont d'ailleurs arrivés à deux reprises avant et après le retrait de l'article 4.1.
Nous avons toujours été en faveur du principe du projet de loi. Nous espérons que nous pourrons y parvenir, car c'est une bonne chose pour le milieu culturel que d'impliquer les géants du Web à contribuer et à financer en partie notre production culturelle originale canadienne et québécoise.
Nous avons fait notre travail et nous étions prêts à entendre les arguments pour être sûrs et certains de protéger la liberté d'expression. C'est ce que nous avons fait et c'est la ligne directrice du NPD, à savoir soutenir le secteur culturel, nos artistes, artisans et techniciens. En même temps, nous voulions être absolument certains que tout était fait en conformité avec la Charte et avec les droits des citoyens et citoyennes de pouvoir continuer à exprimer leurs opinions ou à envoyer les vidéos qu'ils veulent sur certains médias sociaux. C'était vraiment important que nous fassions ce travail-là et nous l'avons de façon responsable et raisonnable. Malheureusement, nous avons dû subir quelques bâillons qui ont empêché certains débats et nos droits, en tant que parlementaires.
Je trouve assez bizarre la façon dont les libéraux ont géré ce projet de loi. Ils ont imposé un bâillon à un comité, ce qui est arrivé seulement trois fois dans l'histoire. Malgré ce bâillon, ils ont dû recourir à une super motion. Le gouvernement libéral a traité ce projet de loi comme si on l'avait laissé aller et qu'on l'avait pris à la légère, alors que c'était trop important pour l'équité dans notre écosystème pour la programmation canadienne et pour la défense de la programmation et du contenu en français, ainsi que dans les langues autochtones.
Que ce soit pour nos artistes de la télévision, du cinéma ou de la musique, nous voulons qu'ils aient la chance de poursuivre leurs activités et d'être rémunérés à bon escient pour le travail qu'ils font, notamment pour les musiciens sur YouTube, et qu'ils puissent continuer de raconter nos histoires. C'est une question d'emplois et c'est un secteur économique très important. Le secteur culturel représente des dizaines de milliers d'emplois dans tout le pays.
Plus que cela, la culture, c'est ce qui nous définit, qui dit qui nous sommes, quelle est notre vision de la société, comment nous abordons les sujets, les discussions sociales et les débats. C'est aussi la possibilité de changer nos points de vue et notre vision du monde, et la possibilité de changer le monde.
Je trouve triste que, le 21 juin, nous soyons encore obligés de parler de cela. Les libéraux auraient dû mieux gérer leur programme.
Cependant, je pense que ce projet de loi, en somme, atteint des objectifs qui sont importants pour notre secteur culturel, nos artistes et nos artisans. Le NPD va toujours être là pour les défendre.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
Mr. Speaker, I have watched my colleague in meetings with stakeholders. I have watched him in the House. I have watched him in the media, and he really is a friend who is fighting hard for the cultural sector in Canada. The work that he has done to stand up for our artists and our writers and folks who are in the creative sector is outstanding. While I am disappointed by the Conservatives' attempts to derail this legislation, I am not surprised. We know that they have never been friends of the cultural sector. That has been very clear all the way along. I am surprised by how badly the Liberals have managed this.
Could the member speak a little more about what he would have done to make sure this legislation was treated with the urgency and the importance that I know he thinks Bill C-10 has?
Monsieur le Président, j'ai observé mon collègue durant des réunions avec divers intervenants. Je l'ai aussi observé à la Chambre et dans les médias. Il s'est montré un véritable allié qui lutte avec acharnement pour le secteur culturel canadien. Le travail qu'il a fait pour défendre les artistes, les écrivains et les créateurs est remarquable. Bien que je sois déçue par les tentatives des conservateurs de faire dérailler ce projet de loi, cela ne m'étonne pas. Nous savons qu'ils n'ont jamais fait bon ménage avec le secteur culturel. Ils se sont montrés très clairs dès le début. Je m'étonne cependant de la piètre gestion de ceci par les libéraux.
Le député peut-il nous parler davantage de ce qu'il aurait fait pour s'assurer que cette mesure législative soit traitée avec toute l'urgence et toute l'importance que je sais qu'il accorde au projet de loi C‑10?
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-22 0:46 [p.8929]
Mr. Speaker, it is an honour and privilege to rise again tonight to speak to Bill C-10. It is always an honour to speak from the unceded traditional territory of the Snuneymuxw First Nation, and to serve the community of Nanaimo—Ladysmith within the traditional territory of the Snaw-naw-as, Snuneymuxw, Stz'uminus and Lyackson First Nations. Hych'ka Siem. It is National Aboriginal Peoples Day today, a day to celebrate the rich cultural heritage, the languages, the governance structure and the traditions of the indigenous people of Canada.
I spoke to many organizations about this bill. As an independent party called the Greens, we do not have the same ability to question witnesses in committee, so I held my own meetings and asked my own questions. One of the meetings I had was with APTN and indigenous producers. I want to talk tonight about the importance of indigenous voices in our broadcasting system. If we left this content up to the United States, our views of indigenous people would continue to be the Disneyfied view seen in Pocahontas and spaghetti westerns. It is really important that indigenous voices are heard.
In the early 1990s, my father found a letter written by a woman in 1898 named Elizabeth Shaw. She wrote a scathing 18-page letter about the residential school system and the abuses that were happening at the Port Simpson school. We made a documentary film about her and a number of indigenous people were involved with it.
Afterward, indigenous people told me about some of the other experiences they had and they wanted to make films as well. I said that it was not really for me to tell their story. That is what they should be doing and I helped facilitate it. I worked with a lot of indigenous producers, young people and older people. These people were interested in getting into media production, and I facilitated training and mentorship so they could tell their stories.
What came out of that? I worked with a young guy, Don Claxton. I worked with his sister Dana Claxton as well, who is an indigenous artist, and played music with their sister, Kim Soo Goodtrack. They had an idea for a show. That was in the late 1990s and, lo and behold, APTN, the Aboriginal Peoples Television Network, was born. We produced a pilot for the first preschool show on APTN. I worked with them, a whole bunch of first nations and an indigenous technical crew, who we trained, to create 64 episodes of a show called Wakanheja.
The idea behind CanCon is to hear these important indigenous voices. We need to make sure that the independent producers creating Canadian content have access to the Canada Media Fund when they are producing for social media streamers like Netflix and others, rather than just for the Canadian broadcasters, because that is where a lot of this production is going.
I heard a lot of discussion about freedom of expression and that some YouTubers have to go down because Canadian content goes up, that somebody has to go down because somebody is going up. I do not know how many times I heard that at committee during filibusters. A Conservative member gave a great example of somebody they know who does coupon clipping and gives how-tos, and that is great. I looked at the top 100 Canadian YouTube producers and there were people doing nails, gaming commentators and spoof videos. There was lots of content that could be produced anywhere. People knew it was Canadian because they would drop an “eh”, say “get 'er done” or say “about” wrong, but that is not what the idea behind CanCon is all about.
This commercial content drives advertising dollars, and that is what the commercial Internet giants are all about: selling advertising. That is what the algorithms are designed to do. What is important in CanCon is indigenous voices, stories from Canada's north, Canadian documentaries, stories of new Canadians and emerging Canadian musicians. These are the programs that need to be discoverable, and that is what discoverability is about. It is about learning about each other and about Canadian stories, not being inundated by American culture or the dominant culture.
I missed my late show tonight. I want to talk about a Canadian story that needs to be shared and understood. In recent decades, Canadians have learned more and more about our former government's attempt to commit cultural genocide, to commit genocide, to wipe out indigenous cultures through the residential school system. The Truth and Reconciliation Commission has reported extensively and provided a path forward with 94 calls to action.
What most Canadians are unaware of is a parallel set of institutions, the racially segregated Indian hospital system operated by the federal government between the 1940s and 1970s, and those hospitals have their own horror stories. I first heard about the Nanaimo Indian Hospital about 15 years ago, and many people in my community have no idea it ever existed.
In 2013, I was commissioned to produce a film for the Hul'qumi'num Health Hub about cultural safety in the health care system within the Hul'qumi'num speaking areas. Part of that film was to give health professionals an understanding of the history of institutional racism in health care and why indigenous people did not seek help when they needed medical attention.
I interviewed elders who spoke about the trauma they experienced in the Nanaimo Indian Hospital. I heard about painful treatments and I heard about people going into the hospital who were never heard from again. As part of the research for the film, I spoke with researcher Laurie Meijer Drees, who is the co-chair of the First Nations Studies Department at Vancouver Island University. She has documented the oral stories of people who have been in these hospitals, and wrote a book entitled Healing Histories: Stories from Canada's Indian Hospitals.
Of course, not all these stories were bad. Some people went to the hospital sick, were given antibiotics and returned home feeling better, but the horrific legacy of the Indian hospitals was based on treating all indigenous people as wards of the state. Consent for medical treatment only came into being for the general public in the 1960s. However, as wards of the state, indigenous people were not asked to consent for their hospitalization or treatment. The system patronizingly viewed them as lacking the capacity to give consent.
An indigenous person could be arrested by the RCMP for not going to the hospital if instructed to do so by a doctor. That twisted, racist mentality facilitated and led to women being sterilized without giving consent and patients being subject to experiments with medication without their prior knowledge.
These hospitals were underfunded and understaffed. Family members and communities were not updated on loved ones in the hospital. People died, children were shipped off to residential school or adopted out and family members were never informed. Some children were taken to hospital and years later no longer knew who they were, what their real names were or where they came from.
Most of what is known about this dark history comes from oral accounts told to researchers and shared through the Truth and Reconciliation Commission, but the medical files are locked and researchers have not been granted permission to access them. Apparently the reason given is that those records contain personal information. It is important to protect personal information, however, we do not need to expose personal information to get to the bottom of what happened.
To heal from those past traumas, we need to know the truth. The truth is sealed in those medical records, and it is incumbent upon the government to give researchers and independent adjudicators appropriate clearance, access and analysis of this data to conduct a full independent inquiry. I am looking forward to a first nations producer, an indigenous producer, creating a documentary about this and having members of this place finding this through discoverability on YouTube. These are stories we need to hear. These are the truths we need to hear. We also need to hear about the rich cultural heritage of indigenous people.
Let us talk about censorship. We are worried about censorship. The real concern about censorship is these large corporations. On May 5, red dress day, the National Day of Awareness for Missing and Murdered Indigenous Women and Girls, family, friends and loved ones were posting about their missing loved ones. Thousands of those posts disappeared.
Right here in my community, I know Lisa Marie Young went missing years ago. What happened to all these posts? They were all pulled by Instagram. This is happening with other things like Black Lives Matter, Israel and Palestine, Sheikh Jarrah and SOS Colombia. I heard one of the Conservatives say that their posts were missing, right-wing posts, but this is clearly not Conservative posts.
Freedom of speech is important to me and we need to uphold it, and this bill would do that.
Monsieur le Président, c'est un honneur et un privilège de prendre la parole encore ce soir à propos du projet de loi C‑10. Je suis toujours honoré de m'adresser à la Chambre à partir du territoire traditionnel non cédé de la nation snuneymuxw, et de représenter la communauté de Nanaimo—Ladysmith, qui se trouve sur le territoire traditionnel des nations snaw-naw-as, snuneymuxw, de Stz'uminus et de Lyackson. Hych'ka Siem. Aujourd'hui, c'est la Journée nationale des peuples autochtones, qui nous donne l'occasion de célébrer le riche patrimoine culturel, les langues, la structure de gouvernance et les traditions des peuples autochtones du Canada.
J'ai discuté de ce projet de loi avec de nombreux organismes. En tant que parti indépendant qu'on appelle les verts, nous n'avons pas la même possibilité que les autres de poser des questions aux témoins au comité. J'ai donc organisé mes propres réunions pour y poser mes questions. J'ai tenu l'une de ces réunions avec des représentants du Réseau de télévision des peuples autochtones et avec des producteurs autochtones. Ce soir, je veux parler de l'importance des voix autochtones dans notre système de radiodiffusion. Si nous laissions les Américains s'en occuper, notre vision des peuples autochtones continuerait à ressembler à celle des films de Disney, c'est-à-dire Pocahontas et les westerns spaghettis. Il est vraiment important que les voix autochtones se fassent entendre.
Au début des années 1990, mon père a trouvé une lettre écrite en 1898 par une femme appelée Elizabeth Shaw. C'était une lettre cinglante de 18 pages sur le système des pensionnats autochtones et sur les mauvais traitements qui avaient lieu au pensionnat de Port Simpson. Nous avons tourné un documentaire sur elle, et un certain nombre d'Autochtones ont participé au projet.
Par la suite, des Autochtones m'ont parlé d'autres expériences qu'ils avaient vécues et ils voulaient aussi en faire des films. Je leur ai dit qu'il ne me revenait pas vraiment de raconter leur histoire. Ils devraient le faire eux-mêmes, et je les ai aidés à y arriver. J'ai travaillé avec beaucoup de producteurs autochtones, des jeunes et des moins jeunes. Ces personnes voulaient produire du contenu, et je leur ai offert de la formation et du mentorat pour qu'elles puissent raconter leurs histoires.
Quels ont été les résultats? J'ai travaillé avec un jeune homme, Don Claxton, et sa sœur Dana Claxton, qui est une artiste autochtone. J'ai aussi joué de la musique avec leur sœur Kim Soo Goodtrack. Ils avaient une idée d'émission. Nous étions au début des années 1990, et c'est alors que le Réseau de télévision des peuples autochtones est né. Nous avons produit un pilote pour la première émission pour enfants d'âge préscolaire à être diffusée sur ce réseau. J'ai travaillé avec eux, de nombreuses Premières Nations et une équipe technique autochtone, que nous avons formée, pour réaliser 64 épisodes d'une émission appelée Wakanheja.
La règle exigeant un pourcentage de contenu canadien vise à nous permettre d'entendre ces importantes voix autochtones. Nous devons nous assurer que le Fonds des médias du Canada n'est pas seulement accessible aux radiodiffuseurs canadiens, mais également aux créateurs indépendants de contenu canadien lorsqu'ils produisent du contenu pour les médias de diffusion en continu sur Internet tels que Netflix et d'autres, car c'est là qu'une grande partie de la production est destinée.
J'ai entendu beaucoup de discussions au sujet de la liberté d'expression, certains soutenant que la diffusion accrue de contenu canadien nuira nécessairement à certains youtubeurs. Je ne sais plus combien de fois j'ai entendu cet argument pendant qu'on l'on faisait obstruction aux travaux du comité. Un député conservateur a donné un excellent exemple d'une personne qu'il connaît et qui diffuse des vidéos instructives sur les bons de réduction, ce qui est merveilleux. J'ai regardé le palmarès des 100 plus gros producteurs YouTube du Canada et on y trouve des personnes qui se spécialisent dans les manucures, qui commentent des jeux vidéos ou qui font des parodies. Une grande partie du contenu pourrait être produite n'importe où. On sait que c'est canadien parce qu'on reconnaît le parler typiquement canadien, mais ce n'est pas pour cette raison qu'on veut appliquer une règle exigeant un pourcentage de contenu canadien.
Ce contenu commercial génère des revenus publicitaires, et la vente d'espaces publicitaires est le gagne-pain des géants commerciaux d'Internet. C'est à cette fin que sont conçus les algorithmes. L'important dans le contenu canadien, ce sont les voix autochtones, les histoires du Nord du Canada, les documentaires canadiens, les histoires de néo-Canadiens et les nouveaux musiciens canadiens. Voilà la programmation dont il faut faciliter la découverte afin que nous puissions nous instruire sur nos compatriotes et en apprendre davantage sur les histoires canadiennes, sans être inondés par la culture américaine ou dominante.
Je n'ai pas pu participer au débat d'ajournement ce soir. Je veux parler d'un pan de l'histoire canadienne qui a besoin d'être raconté et compris. Ces dernières décennies, les Canadiens ont appris de plus en plus de choses sur la tentative de génocide culturel commis par des gouvernements d'autrefois, qui ont tenté de supprimer les cultures autochtones avec le système des pensionnats autochtones. La Commission de la vérité et réconciliation a publié un rapport complet et offert une feuille de route, avec 94 appels à l'action.
La plupart des Canadiens ne sont pas conscients qu'il existait un autre genre d'établissements, le système d'hôpitaux autochtones ségrégués, exploités par le gouvernement fédéral des années 1940 aux années 1970. Ces hôpitaux ont leurs propres histoires d'horreur. J'ai entendu parler de l'hôpital pour Autochtones de Nanaimo pour la première fois il y a environ 15 ans et beaucoup de gens dans ma collectivité ignorent totalement qu'il ait déjà existé.
En 2013, le centre de santé hul'qumi'num m'a confié la réalisation d'un film sur la sécurité culturelle et le système de santé, dans les régions où l'on parle le hul'qumi'num. Le film visait en partie à faire comprendre aux professionnels de la santé l'histoire du racisme institutionnel dans le domaine de la santé et les raisons pour lesquelles les Autochtones ne demandaient pas d'aide lorsqu'ils avaient besoin de soins médicaux.
J'ai discuté avec des aînés qui m'ont parlé du traumatisme qu'ils ont vécu à l'hôpital autochtone de Nanaimo. Ils m'ont raconté les traitements douloureux qu'on leur a fait subir et m'ont parlé des gens qui sont allés dans ces hôpitaux et qui n'ont jamais été revus par la suite. Dans le cadre de la préparation en vue du film, j'ai parlé avec la chercheuse Laurie Meijer Drees, codirectrice du département des études autochtones de l'Université de l'île de Vancouver. Elle a documenté les récits oraux de gens qui ont été dans ces hôpitaux et elle a écrit un livre sur la question intitulé Healing Histories: Stories from Canada's Indian Hospitals.
Évidemment, il n'y avait pas que des histoires d'horreur dans ces hôpitaux. Certaines personnes étaient malades et elles y ont reçu des antibiotiques qui les ont guéries, mais les effets dévastateurs des hôpitaux autochtones viennent du fait qu'ils partaient du principe qu'il fallait traiter tous les Autochtones comme des pupilles de l'État. L'idée du consentement médical n'est arrivée que dans les années 1960 pour la population générale. Par contre, en tant que pupilles de l'État, le consentement des Autochtones n'était pas requis pour les hospitaliser ou pour leur imposer un traitement. Dans sa condescendance, le système considérait qu'ils n'étaient pas en mesure de donner leur consentement.
Un Autochtone pouvait être arrêté par la GRC s'il refusait d'aller à l'hôpital après qu'un médecin le lui ait prescrit. Cette mentalité tordue et raciste a mené à la stérilisation forcée des femmes et à des expériences pharmacologiques menées sans le consentement des patients.
Les hôpitaux étaient sous-financés et ils manquaient de personnel. Les membres de la famille et les communautés n'étaient pas informés de l'évolution de l'état de santé de leurs proches hospitalisés. Des gens mouraient, des enfants étaient envoyés dans des pensionnats ou adoptés et les membres de la famille n'étaient jamais informés. Certains enfants ont été emmenés à l'hôpital et, des années plus tard, ils avaient oublié qui ils étaient, leur vrai nom ou d'où ils venaient.
L'essentiel de ce que l'on sait de cette sombre histoire provient de récits oraux racontés aux chercheurs et rendus publics par la Commission de vérité et réconciliation, mais les dossiers médicaux sont inaccessibles et les chercheurs n'ont pas été autorisés à y accéder. Apparemment, la raison invoquée est que les dossiers contiennent des informations personnelles. Il est important de protéger les informations personnelles, mais nous n'avons pas besoin d'exposer des informations personnelles pour faire la lumière sur ce qui s'est passé.
Pour soigner ces traumatismes du passé, il faut connaître la vérité. La vérité est scellée dans ces dossiers médicaux, et il incombe au gouvernement de donner aux chercheurs et aux arbitres indépendants les autorisations requises pour qu'ils aient accès aux données afin de les analyser et de mener une enquête indépendante complète. J'ai hâte qu'un producteur des Premières Nations, un producteur autochtone, produise un documentaire à ce sujet et que les députés le trouvent sur YouTube grâce à la découvrabilité. Il s'agit d'histoires que nous devons entendre. Ce sont les vérités que nous devons entendre. Nous devons aussi entendre parler du riche patrimoine culturel des peuples autochtones.
Parlons de censure. Nous sommes préoccupés par la censure. La vraie préoccupation concernant la censure provient des grandes entreprises. Le 5 mai dernier, soit la Journée de la robe rouge ou la Journée nationale de la sensibilisation sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, des membres de la famille, des amis et des proches de victimes ont fait des publications au sujet de leurs proches disparues. Des milliers de ces publications ont disparu.
Dans ma circonscription, je sais que Lisa Marie Young a disparu il y a des années. Qu'est-il arrivé à toutes ces publications? Instagram les a toutes supprimées. Ce phénomène se produit aussi dans d'autres cas, comme Black Lives Matter, la situation en Israël et en Palestine, Cheikh Jarrah et SOS Colombia. J'ai entendu l'un des conservateurs dire que leurs publications disparaissaient, des publications de droite, mais il ne s'agit clairement pas de publications conservatives.
La liberté d'expression est importante pour moi, et nous devons la faire respecter. C'est ce que le projet de loi ferait.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, that is fascinating.
When we supported the Liberals on Bill C‑10, the Conservatives said we sounded just like the Liberals. Now that we are supporting this Conservative motion, the Liberals say we sound just like the Conservatives. When I said they were partisan, this is exactly what I was talking about.
The speech I just gave was made up of known facts that are documented and have been reported in the media, and yet, I am still being told that I did not quote any facts, which is absurd.
The Bloc Québécois does not take position based on where people sit in the House. If something is good for Quebec, we vote for it; if it is not good for Quebec, we vote against it. When we consider a motion that speaks to our conscience, we vote according to our conscience.
Madame la Présidente, c'est fascinant.
Quand nous avons appuyé les libéraux relativement au projet de loi C‑10, les conservateurs disaient que nous avions le même discours que les libéraux. Maintenant que nous appuyons cette motion des conservateurs, les libéraux disent que nous tenons le même discours que les conservateurs. Quand j'ai dit qu'ils étaient partisans, c'est exactement ce que je voulais dire.
Le discours que je viens de livrer est simplement composé de faits connus qui se sont retrouvés dans les médias et qui sont comptabilisés. C'est franchement insignifiant de me faire dire que je n'ai pas utilisé des faits.
Le Bloc québécois ne se positionne pas en fonction de l'endroit où les gens sont assis à la Chambre. Si une chose est bonne pour le Québec, nous votons en faveur; si elle est contre le Québec, nous votons contre. Lorsque nous nous retrouvons devant une motion qui interpelle notre conscience, nous votons selon notre conscience.
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
View Stephanie Kusie Profile
2021-06-17 20:55 [p.8726]
Mr. Speaker, I thank my colleague for her speech.
The Liberal government is incapable of accepting responsibility. I am so tired of receiving the response that Nav Canada is an arm's-length organization. The government has to take responsibility for the decisions of Nav Canada.
However, we have seen this consistently. We see this with the documents from the Winnipeg lab. We saw this with Bill C-10. We saw this with General Vance. We saw this with the WE scandal. We saw this with SNC-Lavalin.
Here is the solution to where we find the $7 million: We go to the executives and ask for it back. It is as simple as that.
When will the government take responsibility for something?
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son discours.
Le gouvernement libéral est incapable de prendre ses responsabilités. J'en ai vraiment assez qu'on me réponde que Nav Canada est un organisme indépendant. Le gouvernement doit prendre la responsabilité des décisions de Nav Canada.
Nous voyons le même genre de problème se reproduire constamment. On peut penser, par exemple, aux documents du laboratoire de Winnipeg, au projet de loi C‑10, au général Vance, au scandale de l'organisme UNIS, ou à SNC-Lavalin.
Voici comment on peut récupérer les 7 millions de dollars: il suffit d'aller voir les hauts dirigeants et de leur demander de rendre cet argent, c'est tout.
Quand le gouvernement acceptera-t-il la responsabilité de quelque chose?
View Dave Epp Profile
CPC (ON)
View Dave Epp Profile
2021-06-16 16:20 [p.8539]
Mr. Speaker, it is my honour to rise today to present e-petition 3393 on behalf of many Canadians, particularly those from my riding of Chatham-Kent—Leamington.
The petitioners are extremely concerned that Bill C-10 unjustly infringes on citizens’ right to freedom of expression outlined in section 2(b) of the Charter of Rights and Freedoms, particularly that the speech Canadians engage in on digital platforms is crucial to their conveying of their basic individual expressions. Bill C-10 would provide the CRTC with the authority to control and regulate user-generated content on digital platforms that Canadians use every day and censor what Canadians post and see on social media and the Internet, providing it with sweeping powers over how Canadians communicate and express themselves online.
These Canadians want their rights upheld and due process followed. I commend you, Mr. Speaker, for so ruling yesterday.
Monsieur le Président, c'est un honneur pour moi de présenter la pétition e‑3393 au nom de nombreux Canadiens, en particulier ceux de ma circonscription, Chatham-Kent—Leamington.
Les pétitionnaires sont très inquiets de voir que le projet de loi C‑10 porte injustement atteinte au droit des citoyens à la liberté d'expression prévu à l'alinéa 2b) de la Charte des droits et libertés, notamment parce que les plateformes numériques sont pour les Canadiens un mode d'expression personnelle fondamentale. Le projet de loi C‑10 conférerait au CRTC le pouvoir de contrôler et de réglementer le contenu produit par les utilisateurs sur les plateformes numériques que les Canadiens utilisent tous les jours, et de censurer ce que les Canadiens publient et voient sur les médias sociaux et Internet, et lui procurerait de vastes pouvoirs sur la manière dont les Canadiens communiquent et s'expriment en ligne.
Ces Canadiens veulent que leurs droits soient respectés et que les règles soient équitables. Je vous félicite, monsieur le Président, d'avoir statué en ce sens hier.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, once again I was interrupted, a second time, because the Conservatives do not believe in climate change. I can understand why this is something that is tough for them to swallow, but the truth hurts sometimes and they are going to have to listen to it. This is what happens when 54% of Conservatives, in their party, say they do not believe in climate change. Members could go back and review the records from their most recent annual convention.
The Conservatives want to obstruct the passing of Bill C-10 which would update our Broadcasting Act to support our cultural sector. They continue to distort and hijack the issue by helping the web giants. The reality is those web giants are taking more of the share of how we listen to our music, watch TV and watch movies. Unless they are brought into the Canadian regulatory framework, then we will lose our cultural sovereignty.
That is precisely why Bill C-10 was brought forward and why we need to ensure that it is adopted. The Conservatives also want—
Madame la Présidente, j’ai encore une fois été interrompu parce que les conservateurs ne croient pas au changement climatique. Je comprends que ce soit quelque chose qu’ils ont du mal à assimiler, mais la vérité est parfois dure à entendre, et il va bien falloir qu’ils s’y fassent. C’est ce qui arrive quand 54 % des membres de leur parti disent qu’ils ne croient pas au changement climatique. Il suffit, pour en avoir la preuve, de voir ce qui s'est passé à leur dernier congrès annuel.
Les conservateurs veulent entraver l’adoption du projet de loi C-10, qui permettrait d’actualiser notre Loi sur la radiodiffusion dans le but de venir en aide à notre secteur culturel. Ils n’ont de cesse de détourner les enjeux pour aider les géants du Web. Or, les géants du Web prennent une part de plus en plus importante dans la musique que nous écoutons, dans la télévision que nous regardons et dans les films que nous visionnons. Si nous ne parvenons pas à les assujettir à notre système de réglementation canadien, nous perdrons de notre souveraineté culturelle.
C’est exactement ce que le projet de loi C-10 propose et c’est la raison pour laquelle nous devons l’adopter. Les conservateurs veulent aussi...
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam Speaker, there is clearly a pattern that has emerged over the last number of months. At the same time that the Liberals are complaining that business is being held up, they have been holding up the business of committees by filibustering one after another, sometimes for days at a time, making it difficult for the committees to do their work.
Yes, this is a pattern. It is a pattern of the Liberals saying one thing and doing another. Essentially they are saying that they want to move business through the House; we want to move business through the House too. There are lots of bills that are important to be passed. We want to see Bill C-12 pass. We want to see Bill C-6 pass. We want to see Bill C-10 pass. There is legislation that needs to be passed because there is an urgent need for it. However, instead of doing that, the Liberals are prolonging this debate, and in committees they are filibustering in unnecessary ways when there is business to be done.
Madame la Présidente, il est clair qu’une tendance s’est dessinée au cours des derniers mois. Les libéraux se plaignent que les travaux sont retardés, mais ils ont eux mêmes retardé les travaux des comités en faisant de l’obstruction les uns après les autres, parfois durant des jours, ce qui a grandement compliqué les travaux des comités.
Oui, une tendance s’est installée. Les libéraux ont tendance à dire une chose et à en faire une autre. Ils disent vouloir faire avancer les travaux de la Chambre, et c’est ce que nous voulons faire nous aussi. Nous avons de nombreux projets de loi importants à adopter. Nous voulons que le projet de loi C-12 soit adopté. Nous voulons que le projet de loi C-6 soit adopté. Et que le projet de loi C-10 le soit également. Ces mesures législatives doivent être adoptées parce qu’elles sont urgentes. Au lieu de cela, les libéraux prolongent ce débat et ne cessent d’entraver inutilement les travaux des comités, alors que nous avons du travail à faire.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, it is an honour for me to participate in this important debate. Although I am rarely speechless, I must say it is a little intimidating to follow the member for Wellington—Halton Hills, with such powerful and historic words about the state of our institutions. I would encourage all members to reflect on those words. They go beyond any party. They go beyond any particular issue of the day. However, they do speak to particular problems that we see right now in our national life, particular problems that reflect actions and decisions of the government.
Prior to getting elected, the Prime Minister was asked which other regime or political system around the world he admired most. He said that he actually had some degree of admiration for China's basic dictatorship. This is what we are talking about. We are talking tonight about the fact that the Prime Minister has a problem with understanding democratic values, their importance, how they operate and how they constrain a Prime Minister. We are also dealing with the fact that as a result of his admiration for the Chinese regime, the Prime Minister has allowed our country to form dangerous associations, which threaten our values and our security, and which threaten global security.
I am going to talk about those two issues. I am going to talk about the rule of law and democratic values, and then I am going to talk about the particular issues raised by the associations that we have seen, in terms of Chinese military-affiliated scientists working at Canadian labs, and the fact that the health minister does not seem to see any problem with this.
On the issue of the rule of law, we are seeing, make no mistake, regular assaults on the rule of law by the Liberal government. Last year, at the beginning of the pandemic, under the pressure of very challenging circumstances, the government tried to pass a law that would have effectively given it unlimited law-making power for more than a year and a half. Conservatives stood up to that. We put a stop to that, thankfully.
It should never be forgotten that the government thought this was the appropriate thing to try to do in the face of a pandemic, that it wanted to seize on the very real fear and concern that Canadians were feeling to try to pass a law that would have given it unlimited law-making power for over a year and a half without Parliament.
We have a Prime Minister who has repeatedly been found in violation of ethics laws, multiple reports, multiple violations, according to the Ethics Commissioner. It has become clear that the Prime Minister who said he admired China's basic dictatorship simply does not feel that the laws apply to him. We are seeing that again tonight.
In the last week, we have had back-to-back rulings from the Speaker calling out the government for failing to respect the rules of Parliament and for failing to abide by them. The first ruling was on Bill C-10. After the government shut down committee debate, the committee then proceeded to vote on amendments without debate, without those amendments even being read. Thankfully, our Speaker recognized that that was a clear violation of the rules of this place.
Today we have a very clear ruling, a ruling that, while giving full credit to the Speaker for making, I think we should acknowledge came as no surprise to anyone. It was clearly aligned with all the past precedent, the well-established powers of Parliament to send for documents.
Why does Parliament, as the voice of the people, as the democratic representative of this country, have the right to send for documents in every case? It is because if we are to hold the executive accountable, if we are to do our job on behalf of the people who sent us, if we are to exercise our industry and our judgment, as Burke said, then we have to have the information available to us to consider what is going on and to consider the steps that need to be taken.
Speakers, since the beginning of Parliament, have recognized powers and privileges that must accord to Parliament in its role. Once again, the Speaker recognized that those precedents recognized those rights, and affirmed that Parliament has the right to request these documents and that the government has to hand them over.
Continuing this debate today, in spite of the Speaker's ruling, the government is not at all chastened, it seems. We have members like the member for Kingston and the Islands simply reverting back to the same old talking points that have been clearly rejected by the Speaker.
I do not think that NSICOP is the appropriate forum. I think the Canada-China committee had a right to look at these documents, but frankly, it does not matter whether or not one thinks that NSICOP should be the one looking at this. The point is that the Speaker, the lawful authority in this case, has ruled clearly based on the precedent, and the government must follow the law. Again, we have a Prime Minister who simply does not think the rules and the law apply to him and his consistent behaviour, since taking office, of breaking ethics laws, ignoring Parliament and, in back-to-back cases in the last week, being chastened by the Speaker. The Prime Minister is trying to behave as if the law does not apply to him.
I want, again, to go through the events at the Canada-China committee, where I have the honour of serving as vice-chair, to illustrate how this came about. The government had many, many opportunities, and we put in place very clear and reasonable checks. Because of the reasoned process through which we proceeded, there was substantial support throughout the committee to proceed in this fashion, but the government thinks it is in its political interest to try to make this all about the Conservatives: the Conservatives this, the Conservatives that. This is not about the Conservatives. This is about the fact that a parliamentary committee unanimously asked for those documents.
This process started when the president of the Public Health Agency, Iain Stewart, was before the committee and members started asking very simple questions about these two scientists who transferred deadly viruses to Wuhan and then were expelled. We were asking some very basic questions about what happened. The president of the Public Health Agency refused to answer. These questions were asked by Conservative, Bloc and NDP members consecutively.
We asked some very general questions as well: Has there ever been a case where somebody has been expelled for a policy breach? How many of these cases have taken place? Identifying numbers of cases in which there has been an expulsion for policy breaches certainly does not hurt anybody's privacy, as was claimed at the time. There was a complete refusal to answer these questions.
At that initial meeting, the committee agreed unanimously to give the president of the Public Health Agency until that Friday to provide additional information. No additional information was provided, so we used Standing Order 106(4) to summon the committee for a special meeting on March 31. That initial Standing Order 106(4) letter was signed by members of multiple parties already.
Then we had a motion adopted at that meeting to send for the unredacted documents. We did so in a collaborative way, involving the whole committee in the discussion. We compromised on the number of days. The Liberals at the committee agreed that we had the right to request the documents. They said we needed to give the Public Health Agency more time. We agreed to give the Public Health Agency more time, and it still refused to comply. As a result of its failure to comply, the consequence was that Iain Stewart, the president of the Public Health Agency of Canada, came back to the committee for further discussion in a three-hour meeting.
There are a few things that are very important about that subsequent meeting that happened on May 10. One of them is that the justice department shared that its legal advice to PHAC had been that PHAC did not have to provide these documents. The Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs directly told them, “You need a second opinion. Your legal advice is wrong.” Actually, the Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs, obviously a Liberal MP, went further than that. He said that the Department of Justice is often wrong. He cited a number of precedents of cases where he felt the justice department had given bad legal advice.
When I questioned the justice department lawyer, I said, “Look, we have the ruling from Speaker Milliken that says you have to hand over documents and that Parliament has an unfettered right of access. You are saying Parliament does not have an unfettered right of access, so that means you disagree with the Speaker's ruling.” The justice department essentially said that, yes, it was hard to square the two. It was hard to square its position with the position of the Milliken ruling.
Then I asked if they thought that Speaker Milliken had the lawful authority to make the ruling, and there was acknowledgement that yes, Speaker Milliken had the lawful authority to make that ruling. He was the authority accountable for making this ruling. He made the ruling, and the ruling is different from the justice department's opinion.
Do members know what happens when we have a different opinion from the lawful authority about what the law should be? We have to comply with the lawful authority. That is how the rule of law works. In a rule of law society, there is an authority that is empowered to make determinations about law. We might disagree with that authority. We might disagree with the Speaker. We might disagree with the judge. We might disagree with the police officer on a given day. However, we have to adhere to that lawful authority and, where available, seek appeal. We cannot just say that our legal opinion is different from the lawful authority that made that decision, so we are just not going to listen.
That was the really strange testimony we heard from the justice department at the May 10 meeting. It was testimony that was directly called out by the Liberal Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs. In the end, another Liberal member, the member for Cumberland—Colchester, moved a motion to order the unredacted documents again. That was the second motion to order the unredacted documents. It was not only supported by the Liberals, but it was actually moved in the first instance by a Liberal member, the member for Cumberland—Colchester. That motion was adopted unanimously, ordering the production of the documents. We compromised again with the Liberals on the timeline. We wanted seven days; they wanted 10 days, and we said okay. Then the report was tabled.
We have two separate orders, very much driven by a collaborative process at the committee, one motion proposed by myself, one motion proposed by the member for Cumberland—Colchester, and unanimous support. Then we have an opposition motion that says the government has to comply with this order and provide this information. Again, the government refuses. We have three consecutive orders, two by committee and one by the House, and the government refuses to comply. We have lawful authorities telling the government to follow the law, and the government is saying, effectively, that the rules do not apply to it.
On Monday, we had the Minister of Health before the committee. I was precise in asking her whether the decision not to provide the documents was made by Iain Stewart alone, or whether she was consulted on that decision. That was about the only question she responded to directly, but she told the committee that she met with Iain Stewart, they discussed it and she agreed that they should not hand over the documents.
This is not just a decision being made by public servants. Public servants need to be accountable for their decisions in terms of following the law. However, we see how the Minister of Health, in her position by the Prime Minister, does not feel that they have to follow the law.
What are the Liberals saying about these issues? Right now, they are saying this should be a matter for NSICOP. On the issue of NSICOP, I was very interested in the speech by the chair of NSICOP, the member for Ottawa South. Notably, the member for Ottawa South, who is the chair of NSICOP, did not discuss whether the committee had received the documents.
He did not discuss whether his committee was studying the documents, because he cannot talk about what the committee is working on. He can only share information with respect to the committee that the Prime Minister allows him to release. He made the argument that the Prime Minister's discretion in terms of limiting the release of information is constrained by law, but we have seen how the Prime Minister reacts when he is constrained by law. He does not believe himself to be constrained by law.
It was evident in the speech from the member for Ottawa South why NSICOP is not the appropriate body, because he, himself, was not able to address very basic questions. He could not even answer how he was voting on the motion. He cannot actually, because of his role in NSICOP, speak at all about this issue in a serious way in the House, because to do so might give some indication as to whether his committee is studying it.
We know that NSICOP is not a parliamentary committee, but the point is that the Speaker has ruled. These questions about NSICOP have been answered definitively by the Speaker in his ruling, the Speaker being the lawful authority to make these determinations.
We hear the government making arguments about national security issues. The reason these efforts to get documents got so much support throughout the committee, including from Liberal members, including the motion being proposed by the member for Cumberland—Colchester, is that we put in place those protections for national security.
Yes, Parliament should use its powers in a responsible way. Yes, with great power comes great responsibility. That is why we established a process by which the documents would be given to the law clerk and the parliamentary counsel and redactions would be made at that level, but we wanted an employee of Parliament, not of the executive, to make those determinations. That was a reasonable process that respected national security and, at the end of the day, it was our right as a parliamentary committee, it was our right as a collective Parliament in the context of the opposition motion to make these decisions.
The fundamental point is that in every case, the authorities with the constitutionally given powers to make these decisions made decisions. In every case, in three consecutive instances dealing with this issue alone, and in many others, as we have discussed, the government said that the rules did not apply to it.
We know now why the Prime Minister believes it would be so much better to have a basic dictatorship. We see how the Prime Minister treats our institutions as if we live in a basic dictatorship. Truly respecting the values of a parliamentary democracy means we do things as an executive that we might not want to do because we are accountable to the people's representatives. We do not get to do exactly what we want. We are bound by law.
At the Canada-China committee, we have discussed the distinction between rule of law and rule by law: rule of law characterizing our system where leaders are bound by law; and rule by law whereby leaders use law to their advantage to get the kinds of outcomes they want. The Prime Minister is behaving as if he thinks this is a rule-by-law system instead of a rule-of-law system. The Prime Minister needs to know the rules apply to him.
On the issue of research co-operation with the Chinese military, we have a case where two scientists were involved in transferring deadly viruses to the Wuhan Institute of Virology. The head of the lab at the time, Matthew Gilmour, raised concerns about this. He raised the fact there was no materials transfer agreement in place. He raised other concerns about the credibility of what was to happen. His concerns were ignored and a few years later he resigned suddenly and left the country.
After these deadly viruses were transferred, even in a context, by the way, where security concerns had already been raised about the Wuhan lab, people were expelled who were involved in this transfer, but no explanation was given as to why they were expelled or what the context of the investigation was. We found out since that another person, Feihu Yan, was affiliated with the People's Liberation Army's Academy of Military Medical Sciences while working at the Winnipeg lab.
Some of these issues are complex but some of these issues are fairly simple. When we hear that somebody from the Academy of Military Medical Sciences is working and gathering information at a Canadian lab, it should not be difficult to identify that is a problem. The government of China is currently, as we speak, committing genocide. It is running concentration camps for Uighurs and other Turkic Muslims.
We know the government of China is deploying all of its most up-to-date technology in its suppression of minority communities like Uighurs. We know it is always trying to access new technology, the most sophisticated surveillance, to control and repress minority populations and indeed to inflict this ongoing genocide.
When we are engaged in research co-operation around virology with the military of a country that is involved in genocide, that should just horrify the basic moral sensibilities of Canadians. There are all these questions around what kinds of co-operation were happening between the Winnipeg lab and the Wuhan Institute for Virology. There are very serious questions that need to be investigated about the lab leak theory potentially being a cause of COVID-19. There are security questions. There are obviously intellectual property questions. There are human rights questions.
I posed these questions to the Minister of Health at committee on Monday. She just piled this in layers of complexity, saying that it was complicated, that the world worked together, that we needed to have this research co-operation, that this was the way the research system worked and everybody was working together on research co-operation.
I am in favour of research co-operation with like-minded countries, but I do not want us engaged in research co-operation when there is a very serious risk that research done in Canada contributes to repression of minorities, contributes to genocide and contributes to threats to our own security. These are questions of our fundamental values.
The government, in addition to talking about a basic dictatorship, is just so naive to the risks to our values. This privilege motion is critically important. We need to stand up for Canada, stand up for our values and hold the government to account.
Madame la Présidente, c’est un honneur pour moi de participer à cet important débat. Bien que je sois rarement à court de mots, je suis un peu intimidé de parler après le député de Wellington—Halton Hills qui a prononcé des paroles puissantes et historiques sur l’état de nos institutions. J’invite tous les députés à y réfléchir. Ce sont des paroles qui transcendent les divergences entre les partis. Elles transcendent n’importe quelle question du jour. Elles portent sur des problèmes qui se posent actuellement dans notre vie nationale, des problèmes qui reflètent les actions et les décisions du gouvernement.
Avant l’élection, on a demandé au premier ministre quel autre régime ou système politique il admirait le plus. Il a indiqué qu'il avait une certaine admiration pour la dictature chinoise. Voilà de quoi il est question. Nous parlons ce soir du problème qu’a le premier ministre à comprendre les valeurs démocratiques, leur importance, leur fonctionnement et les contraintes qu'elles impliquent pour un premier ministre. Nous constatons qu'en raison de son admiration pour le régime chinois, le premier ministre a permis à notre pays de former des associations dangereuses qui menacent nos valeurs et notre sécurité, de même que la sécurité dans le monde.
Je vais aborder ces deux problèmes. Je vais parler de la primauté du droit et des valeurs démocratiques et j’aborderai les questions que soulèvent certaines associations dont nous avons entendu parler, c'est-à-dire la présence de scientifiques affiliés à l’armée chinoise qui travaillent dans des laboratoires canadiens. Que la ministre de la Santé ne semble pas y voir de problème mérite qu'on s'interroge.
Nous assistons, ne vous y trompez pas, à des assauts réguliers du gouvernement libéral contre la primauté du droit. L’année dernière, au début de la pandémie, vu la pression issue des circonstances très difficiles, le gouvernement a tenté de faire adopter une loi qui lui aurait donné un pouvoir législatif illimité pendant plus d’un an et demi. Les conservateurs s’y sont opposés. Heureusement que nous avons empêché cela.
Il ne faudra jamais oublier que le gouvernement a cru que c’était la chose à faire face à une pandémie. Il a voulu profiter de la peur et des craintes bien réelles des Canadiens pour tenter de faire adopter une loi qui lui aurait donné un pouvoir législatif illimité pendant plus d’un an et demi, sans le Parlement.
Nous avons un premier ministre qui a été reconnu à maintes reprises coupable d’avoir enfreint les lois en matière d’éthique, qui a fait l’objet de multiples rapports et qui a commis de multiples violations selon le commissaire à l’éthique. Il est devenu évident que le premier ministre, qui a dit qu’il admirait la dictature chinoise, n’a tout simplement pas l’impression que les lois s’appliquent à lui. Nous le constatons à nouveau ce soir.
Au cours de la dernière semaine, le Président a rendu plusieurs décisions dans lesquelles il a reproché au gouvernement de ne pas respecter les règles du Parlement et de ne pas s’y conformer. La première portait sur le projet de loi C-10. Après que le gouvernement a mis fin au débat au comité, le comité a mis aux voix des amendements sans débat, sans même en faire lecture. Heureusement, notre Président a reconnu qu’il s’agissait clairement d’une violation du Règlement de la Chambre.
Aujourd’hui, nous avons une décision très claire, une décision qui, tout en reconnaissant tout le mérite qui revient au Président, n’a surpris personne. Elle était clairement alignée sur tous les précédents, les pouvoirs bien établis du Parlement de demander des documents.
Pourquoi le Parlement, en tant que voix du peuple, en tant que représentant démocratique de ce pays, a-t-il le droit d’exiger des documents chaque fois que la question se pose? C’est parce que si nous voulons tenir l’exécutif responsable, si nous voulons faire notre travail au nom des gens que nous représentons, si nous voulons nous acquitter de notre tâche et exercer notre jugement, comme Burke l’a dit, nous devons disposer de l’information nécessaire pour examiner ce qui se passe et les mesures à prendre.
Depuis que le Parlement existe, les Présidents reconnaissent que des pouvoirs et des privilèges qui doivent correspondre au rôle qu'il a à jouer. Encore une fois, le Président a reconnu que ces précédents confirmaient ces droits et a affirmé que le Parlement a le droit de demander ces documents et que le gouvernement doit les remettre.
En poursuivant ce débat aujourd’hui, malgré la décision du Président, il semble que le gouvernement ne soit pas du tout réprimandé. Il y a des députés comme le député de Kingston et les Îles qui reviennent tout simplement aux mêmes vieux arguments qui ont été clairement rejetés par le Président.
Je ne crois pas que le CPSNR soit la tribune appropriée. Je pense que le comité sur les relations sino-canadiennes avait le droit d’examiner ces documents, mais franchement, il importe peu que l’on pense ou non que c'est au CPSNR de pencher sur la question. Le fait est que le Président, l’autorité légitime dans ce cas, a rendu une décision clairement fondée sur les précédents, et le gouvernement doit respecter la loi. Encore une fois, nous avons un premier ministre qui ne croit tout simplement pas que les règles et la loi s’appliquent à lui, et qui continue, depuis son arrivée au pouvoir, à enfreindre les lois en matière d’éthique, à ignorer le Parlement et, à plusieurs reprises, la semaine dernière, à être réprimandé par le Président. Le premier ministre ne cesse de se comporter comme si la loi ne s’appliquait pas à lui.
Permettez-moi, à nouveau, de récapituler ce qui s’est passé au comité Canada-Chine, dont j’ai l’honneur d’être le vice-président. Nous avons proposé toutes sortes d’options au gouvernement, avec des mesures de sécurité très précises. Étant donné que nous étions restés très raisonnables dans nos demandes, nous avions un soutien substantiel de la part du comité pour procéder de cette façon. Mais le gouvernement pense que c’est dans son intérêt politique de rejeter constamment le blâme sur les conservateurs. Or, le fait est que c’est à l’unanimité qu’un comité parlementaire a demandé la production de ces documents.
Tout a commencé lorsque le président de l’Agence de la santé publique du Canada, Iain Stewart, a comparu devant le comité et que des députés lui ont posé des questions toutes simples au sujet des deux chercheurs qui avaient transféré des virus mortels au laboratoire de Wuhan avant d’être expulsés. Les questions étaient très simples et portaient sur ces événements. Le président de l’Agence de la santé publique du Canada a refusé d’y répondre. Les questions avaient été posées par des députés conservateurs, bloquistes et néo-démocrates, successivement.
Nous avons également posé des questions très générales : est-il déjà arrivé que quelqu’un soit expulsé pour une violation des politiques en vigueur ? Combien de fois ? Le fait d’indiquer combien de personnes ont été expulsées pour raison de violation des politiques en vigueur ne porte atteinte à la vie privée de personne, comme on l’a alors fait remarqué. Mais le témoin a catégoriquement refusé de répondre à ces questions.
À cette première réunion, le comité a décidé, à l’unanimité, de donner au président de l’Agence de la santé publique du Canada jusqu’au vendredi suivant pour fournir des informations supplémentaires. Aucune information supplémentaire ne nous ayant été transmise, nous avons invoqué le Règlement 106(4) pour convoquer le comité à une réunion spéciale le 31 mars. La lettre envoyée en vertu de ce règlement a été signée par des députés de tous les partis.
À cette réunion spéciale, nous avons adopté une motion pour exiger la production de documents non caviardés. Nous l’avons fait dans un esprit de collaboration, tous les partis ayant participé à la discussion. Nous avons fait un compromis sur le délai. Les députés libéraux du comité ont reconnu que nous avions le droit d’exiger la production de ces documents, mais ils voulaient que nous donnions plus de temps à l’agence pour nous les faire parvenir. Nous avons accepté, mais l’agence a continué de refuser d’obtempérer. En conséquence, nous avons convoqué une deuxième fois le président de l’Agence de la santé publique du Canada, Iain Stewart, devant notre comité, pour une discussion qui a duré trois heures.
Il y a quelques éléments très importants sur la réunion ultérieure qui a eu lieu le 10 mai. L’un d’eux est que le ministère de la Justice a indiqué qu’il a conseillé à l’ASPC de ne pas fournir ces documents. Lesecrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères leur a directement dit: « Vous avez besoin d’une deuxième opinion. Votre conseil juridique est erroné. » En fait, le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, bien entendu un député libéral, est allé encore plus loin. Il a dit que le ministère de la Justice a souvent tort. Il a donné en exemple des précédents où il estimait que le conseil du ministère de la Justice était erroné.
Quand j’ai interrogé l’avocat du ministère de la Justice, je lui ai dit: « Écoutez, nous avons la décision du Président Milliken indiquant que vous devez remettre les documents et que le Parlement a un droit d’accès sans entrave. Vous dites que le Parlement n’a pas de droit d’accès sans entrave. Vous êtes donc en désaccord avec la décision du Président. » Le ministère de la Justice a essentiellement répondu que oui, il était difficile de concilier les deux. Il était difficile de concilier sa position avec la décision du Président Milliken.
J’ai ensuite demandé si le ministère estimait que le Président Milliken avait l’autorité légitime pour rendre cette décision. Le ministère a répondu par l’affirmative. Il était l’autorité responsable de rendre cette décision, sauf que sa décision était différente de l’opinion du ministère de la Justice.
Est-ce que les députés savent ce qui se produit quand nous avons une opinion différente d’une autorité légitime sur une loi? Nous devons nous conformer à la décision de l’autorité légitime. C’est comme ça que fonctionne la primauté du droit. Dans une société où règne la primauté du droit, une autorité est désignée pour rendre des décisions sur la loi. Nous pouvons être en désaccord avec cette autorité. Nous pouvons être en désaccord avec le Président. Nous pouvons être en désaccord avec le juge. Nous pouvons être en désaccord avec un policier un certain jour. En revanche, nous devons respecter les décisions de l’autorité légitime et, au besoin, interjeter appel. Nous ne pouvons pas simplement dire que notre opinion juridique est différente de celle de l’autorité légitime et que nous ne respecterons pas la décision rendue.
C’est ce témoignage pour le moins surprenant que nous avons entendu de la part du ministère de la Justice lors de la réunion du 10 mai. C’est ce témoignage qui a été dénoncé directement par le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères du Parti libéral. Au bout du compte, une autre députée libérale, la députée de Cumberland—Colchester, a présenté une fois de plus une motion pour demander les documents non caviardés. Il s’agissait de la deuxième motion exigeant la présentation de documents non caviardés. Non seulement cette motion était appuyée par les libéraux, mais elle avait été présentée en premier lieu par un membre du Parti libéral, la députée de Cumberland—Colchester. Cette motion a été adoptée à l’unanimité, pour ordonner la production des documents. Nous avons ensuite fait un nouveau compromis avec les libéraux. Nous demandions sept jours, ils en demandaient dix, nous avons dit d’accord. Puis, le rapport a été déposé.
Nous avons deux ordres distincts, issus d’un processus hautement collaboratif au comité, provenant d’une motion que j’ai présentée et d’une motion présentée par la députée de Cumberland—Colchester, et nous avons un consentement unanime. Puis, nous avons une motion de l’opposition expliquant que le gouvernement doit se conformer à l’ordre et fournir les documents. Une fois de plus, le gouvernement refuse. Nous avons trois ordres consécutifs, deux produits par le comité et un par la Chambre, et le gouvernement refuse d’obtempérer. Nous avons des autorités légitimes qui signifient au gouvernement de respecter la loi, et le gouvernement répond que, concrètement, il n’a pas à suivre ces règles.
Lundi, nous avons reçu la ministre de la Santé au comité. Je lui ai demandé précisément si la décision de ne pas fournir les documents avait été prise par Iain Stewart, à lui seul, ou si elle avait été consultée à ce sujet. C'est à peu près la seule question à laquelle elle a répondu directement, mais elle a dit au comité qu'elle avait rencontré Iain Stewart, qu'ils en avaient discuté et qu'elle avait convenu qu'il ne fallait pas remettre les documents.
Il ne s'agit pas d'une décision prise uniquement par des fonctionnaires. Les fonctionnaires doivent rendre compte de leurs décisions en ce qui a trait au respect de la loi. Toutefois, nous voyons comment la ministre de la Santé, dans l'exercice des fonctions auxquelles elle a été nommée par le premier ministre, estime qu'ils ne sont pas tenus de respecter la loi.
Que disent les libéraux sur ces questions? Pour l'instant, ils affirment que cette affaire devrait relever du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement. À ce propos, j'ai écouté avec beaucoup d'intérêt le discours du député d'Ottawa-Sud, qui préside le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement. Il est à noter que le député d'Ottawa-Sud n'a pas dit si le comité avait reçu les documents.
Il n'a pas précisé si le comité étudiait les documents parce qu'il ne peut pas parler des travaux qui y sont menés. En ce qui concerne le comité, il ne peut rien révéler sans l'autorisation du premier ministre. Il a fait valoir que le pouvoir discrétionnaire du premier ministre lui permettant de limiter la divulgation des renseignements est encadré par la loi. Nous avons toutefois vu comment le premier ministre réagit lorsqu'il doit respecter la loi. Il ne pense pas que ce concept s'applique à lui.
Le discours du député d'Ottawa-Sud a montré clairement que le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement n'est pas la plateforme appropriée. En effet, il ne pouvait pas répondre à des questions très simples. Il ne pouvait même pas dire comment il allait voter sur la motion. En raison de son rôle au sein du comité, il lui est carrément impossible de parler de cette question à la Chambre d'une façon satisfaisante. S'il le faisait, il risquerait de révéler si le comité étudie cette affaire ou non.
Nous savons que le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement n'est pas un comité parlementaire, mais ce qui importe, c'est que le Président a rendu sa décision. La décision de la présidence a donné des réponses définitives à ces questions sur le comité. Le Président a le pouvoir légitime de prendre de telles décisions.
Le gouvernement fait valoir que des questions de sécurité nationale doivent être prises en compte. Si les efforts pour obtenir les documents ont récolté autant d'appuis au sein du comité, y compris des députés libéraux — sans oublier la motion proposée par la députée de Cumberland—Colchester —, c'est que nous avons prévu des mesures pour protéger la sécurité nationale.
Oui, le Parlement doit utiliser ses pouvoirs d'une manière responsable. Oui, de grands pouvoirs s'accompagnent de grandes responsabilités. C'est pourquoi nous avons instauré une procédure dans le cadre de laquelle les documents seraient remis au légiste et conseiller parlementaire qui s'occuperait du caviardage, mais nous voulions que ce soit un employé du Parlement, et non un membre de l'exécutif, qui prenne les décisions à ce sujet. C'était une procédure raisonnable qui respectait la sécurité nationale et, au bout du compte, c'était notre droit en tant que comité parlementaire, c'était notre droit en tant qu'assemblée parlementaire, dans le contexte de la motion de l'opposition, de prendre ces décisions.
L'élément fondamental est que dans chaque cas, les autorités qui ont les pouvoirs constitutionnels de prendre ces décisions ont pris des décisions. Dans chaque cas, dans trois situations consécutives portant sur cette question uniquement, et dans nombre d'autres, comme nous en avons discuté, le gouvernement a dit que les règles ne s'appliquaient pas.
Nous savons maintenant pourquoi le premier ministre croit qu'il serait tellement préférable d'avoir une dictature. Nous voyons que le premier ministre traite nos institutions comme si nous vivions dans une dictature. Vraiment respecter les valeurs d'une démocratie parlementaire, cela veut dire faire des choses comme pouvoir exécutif que nous n'aurions sans doute pas voulu faire parce que nous sommes redevables aux représentants du peuple. Nous ne pouvons pas faire exactement ce que nous voulons. Nous sommes tenus de respecter la loi.
Au comité sur les relations sino-canadiennes, nous avons discuté de la distinction entre la primauté du droit et l'autorité par la loi. La primauté du droit décrit notre système, où les dirigeants doivent respecter la loi, tandis que, dans les systèmes fondés sur l'autorité par la loi, les dirigeants utilisent la loi à leur avantage pour obtenir les résultats qu'ils veulent. Le premier ministre se comporte comme s'il croyait que notre système était fondé sur l'autorité par la loi plutôt que la primauté du droit. Le premier ministre doit savoir que les règles s'appliquent à lui.
En ce qui concerne la coopération en matière de recherche avec l'armée chinoise, il y a un cas où deux scientifiques ont été impliqués dans le transfert de virus mortels à l'Institut de virologie de Wuhan. Matthew Gilmour, le chef du laboratoire à l'époque, avait soulevé des inquiétudes à ce sujet. Il avait signalé qu'aucun accord de transfert de matériel n'avait été conclu avec l'institut. Il avait soulevé d'autres préoccupations au sujet de la crédibilité de ce qui allait se passer. On a fait fi de ses préoccupations, puis, quelques années plus tard, il a démissionné soudainement et a quitté le pays.
Après le transfert de ces virus mortels, même dans un contexte où, soit dit en passant, on avait déjà soulevé des préoccupations de sécurité au sujet du laboratoire de Wuhan, les personnes impliquées dans le transfert ont été expulsées du laboratoire, mais on n'a pas expliqué les raisons de cette expulsion ni le contexte entourant l'enquête. Nous avons découvert depuis qu'une autre personne, soit Feihu Yan, entretenait des liens avec l'Académie des sciences médicales militaires de l'Armée populaire de libération alors qu'elle travaillait au laboratoire de Winnipeg.
Certains de ces problèmes sont complexes, mais d'autres sont relativement simples. Quand on apprend qu'un employé de l'académie chinoise des sciences médicales militaires a été embauché dans un laboratoire canadien afin de recueillir des renseignements, ce ne devrait pas être si difficile de reconnaître qu'il y a un problème. Le gouvernement chinois commet, à ce moment même, un génocide. Il a mis sur pied des camps de concentration pour les Ouïghours et autres musulmans d'origine turque.
Nous savons que le gouvernement chinois utilise ses technologies de pointe pour éliminer les communautés minoritaires, comme les Ouïghours. Nous savons que la Chine essaie constamment d'avoir accès à de nouvelles technologies et de recourir aux méthodes de surveillance les plus sophistiquées afin de contrôler et de réprimer les populations minoritaires et de perpétrer ce génocide.
Quand nous participons à des travaux de recherche sur la virologie en collaboration avec l'armée d'un pays qui participe à un génocide, cela ne peut que scandaliser le sens moral des Canadiens. Les Canadiens ont de nombreuses questions sur les modalités de la coopération entre le laboratoire de Winnipeg et l'institut de virologie de Wuhan. Une enquête doit être menée pour répondre aux questions très sérieuses sur la théorie de la fuite du laboratoire qui serait potentiellement à l'origine de la pandémie de COVID‑19. Ce sont des questions qui touchent la sécurité. De toute évidence, il y a aussi des questions relatives à la propriété intellectuelle et aux droits de la personne.
J'ai posé ces questions à la ministre de la Santé lundi, pendant la séance du comité. En réponse, elle a parlé d'un monde de complexité: elle a dit que c'était compliqué, qu'il y avait de la collaboration dans le monde, que nous avions besoin de cette coopération en matière de recherche, que c'était la façon de faire dans le système de recherche, et que tout le monde travaillait ensemble dans un contexte de coopération en matière de recherche.
Je suis favorable à une coopération avec des pays qui partagent les mêmes vues que le Canada, mais la coopération n'a pas sa place quand il y a un risque très sérieux que la recherche faite au Canada serve à la répression de minorités et à un génocide et qu'elle mette notre propre sécurité en péril. Ce sont nos valeurs fondamentales qui sont en jeu.
En plus de parler de ce qui est essentiellement une dictature, le gouvernement est trop naïf pour voir que nos valeurs sont menacées. La motion de privilège est donc d'une importance capitale. Nous devons protéger le Canada, protéger nos valeur et demander des comptes au gouvernement.
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I thank the member for his prolonged service and many words in the House.
Clearly this is not mischief and I would take great offence to that. This is national security. There is nothing more important than protecting the citizens of this great land. To call that mischief is just ridiculous.
On top of that, it was the member's government that prorogued Parliament. We could have passed Bill C-10 and other bills already passed if the Liberals were not so busy trying to avoid the WE scandal by proroguing Parliament.
Monsieur le Président, je remercie le député pour ses longues années de service et ses nombreuses interventions à la Chambre.
Il n'est manifestement pas question de malveillance ici, ce qui serait très choquant. Il est question de sécurité nationale. Il n'y a rien de plus important que de protéger les habitants de ce fabuleux pays. Qualifier cela de malveillance est tout simplement ridicule.
En plus, c'est son gouvernement qui a prorogé le Parlement. Nous aurions pu adopter le projet de loi C‑10 et d'autres encore si les libéraux n'avaient pas tenté avec tant d'ardeur d'étouffer le scandale UNIS en prorogeant le Parlement.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I would like to thank the member for Banff—Airdrie for his point of order raised yesterday regarding admissibility of amendments made to clauses 8 to 47 of Bill C-10, An Act to amend the Broadcasting Act and to make related and consequential amendments to other Acts, by the Standing Committee on Canadian Heritage, and contained in its fifth report.
The member argued that by putting the question on amendments after the expiry of the time provided for in the time allocation order of the House, the committee went beyond the provisions of the order. Accordingly, he asked the Chair to strike out from the report the amendments adopted to clauses 8 to 47 of the bill. In addition, he asked the Chair to rule out of order the amendment introducing new clause 13.1 because it was outside the scope of the bill.
Several principles come into play when considering the first issue of this point of order.
Time allocation allows for specific periods of time to be fixed for the consideration of one or more stages of a public bill. Its main effect is to determine a set amount of time for debate.
As was recently pointed out, we have few examples of time allocation motions applied to committee consideration of bills. Until last week, we had no example of such a motion being adopted since February 2001, when the House made important Standing Order modifications in regard to committee consideration of bills and the selection of report stage motions. There are few precedents involving the imposition of such an order on a committee.
The Chair is generally reluctant to involve itself in committee matters unless something extraordinary has occurred. This reluctance is even greater when the committee has not provided any insight through a substantive report to the House. While it is also generally understood that committees are masters of their own proceedings, this principle is not unlimited.
We know for instance that the Speaker may be asked to intervene when committees exceed their mandate when considering legislation. This is usually with respect to the procedural admissibility of amendments.
The member for Banff—Airdrie referred to page 779 of House of Commons Procedure and Practice, third edition, in his intervention. Were the principle and scope of the bill respected? Was an amendment infringing on the royal recommendation, or was it relevant? These are matters of interest for the Chair.
On June 7, the House adopted a time allocation motion concerning Bill C‑10 so that no more than five additional hours of debate be allotted to the Standing Committee on Canadian Heritage. At the expiry of the limit, after which the proceedings were to be interrupted, and I quote, “every question necessary for the disposal of the said stage of the bill shall be put forthwith and successively, without further debate or amendment.”
There is no question that the House, by adopting a time allocation motion, has decided to limit the study of the bill in committee. The committee continued its study of the bill, and committee members debated and proposed amendments until the end of the time allocated.
When the committee reached the five-hour mark, it had to interpret the House order and reconcile it with the decisions previously taken in regard to the amendments put forward by both independent members and committee members, as well as context surrounding its consideration of the bill.
The House order is silent about the amendments submitted by independent members deemed moved in the committee and about amendments for which committee members had given notice and that had already been distributed to members but not yet proposed.
Ultimately, the committee decided that all amendments received prior to its five-hour deadline would be put to a vote, but that no further amendments or subamendments would be considered.
It is clear that the committee considers all the clauses of the bill and that amendments submitted by representatives of all the recognized parties, as well as by a member belonging to a party that is not recognized, were proposed for the vast majority of them after the five-hour deadline had passed. The Chair is not empowered to pronounce itself on the circumstances surrounding the study of these amendments, it can simply note the result.
As mentioned earlier, the precedents in regard to the interpretation by a committee of a time allocation motion are very few. That said, in the view of the Chair, the terms of the House order were clear and stated that, at the expiry of the five hours, no further debate ought to take place nor amendments moved or adopted.
I therefore rule that the committee exceeded its authority by putting the question on amendments after the five-hour mark. However, in the list of amendments made to clauses 8 to 47, the Chair notes that the amendment made to clause 23, which added text to line 7 on page 20 and replaced line 8 on page 24 of the bill with new text, was the consequential result of an amendment previously adopted by the committee to clause 7 of the bill. Accordingly, this amendment will stand.
All other amendments made to clauses 8 to 47 are declared null and void, and will no longer form part of the bill as reported to the House. In addition, I am ordering that a reprint of the bill be published with all possible haste for use by the House at report stage to replace the reprint ordered by the committee.
Finally, with respect to the amendment that created new clause 13.1, I would agree with the member that this modifies a section of the Broadcasting Act that was not covered by Bill C-10. As such, it is a violation of the “parent Act” rule and it goes beyond the scope of the bill. Consequently, it is also declared null and void and will not form part of the bill. Report stage, the next step in the legislative process for this bill, will accord an opportunity for amendments to the bill to be made.
I thank the House for its attention.
Je tiens à remercier le député de Banff—Airdrie du rappel au Règlement qu’il a soulevé hier concernant la recevabilité des amendements apportés aux articles 8 à 47 du projet de loi C‑10, Loi modifiant la Loi sur la radiodiffusion et apportant des modifications connexes et corrélatives à d'autres lois, par le Comité permanent du patrimoine canadien et qui se trouvent dans le cinquième rapport de celui-ci.
Le député a fait valoir qu’en procédant aux votes sur les amendements après l’expiration du temps prévu dans l’ordre d’attribution de temps de la Chambre, le comité a outrepassé les dispositions de l’ordre. Par conséquent, il a demandé à la présidence de retirer du rapport les amendements adoptés aux articles 8 à 47 du projet de loi. En outre, il a demandé à la présidence de déclarer irrecevable un amendement présentant le nouvel article 13.1, car il dépassait la portée du projet de loi.
Différents principes entrent en jeu dans l’examen du premier point de ce rappel au Règlement.
L'attribution de temps prévoit que des périodes de temps précises soient accordées pour l'étude d'une ou de plusieurs étapes d'un projet de loi d'intérêt public. Elle a pour principal effet de déterminer une période de temps fixe pour le débat.
Comme il a été signalé dernièrement, il existe peu d'exemples de motions d'attribution de temps appliquées à l'étape de l'étude des projets de loi en comité. Jusqu'à la semaine dernière, nous n'avions aucun exemple de l'adoption d'une telle motion depuis février 2001, lorsque la Chambre a apporté d'importantes modifications au Règlement concernant l'étude des projets de loi en comité et le choix des motions à l'étape du rapport. Il y a peu de précédents concernant l'imposition d'un tel ordre à un comité.
La présidence hésite généralement à intervenir dans les affaires des comités, sauf en cas de circonstances extraordinaires. Cette hésitation est encore plus grande lorsque le comité ne s’est pas prononcé dans un rapport de fond présenté à la Chambre. Bien qu’il soit généralement admis que les comités sont maîtres de leurs délibérations, ce principe n’est pas illimité.
Nous savons par exemple que la présidence peut être appelée à intervenir lorsque les comités dépassent leur mandat dans l’examen d’un projet de loi. Cela concerne habituellement la recevabilité des amendements sur le plan de la procédure.
Le député de Banff—Airdrie a fait référence à la page 779 de la troisième édition de La procédure et les usages de la Chambre des communes dans son intervention. Le principe et la portée du projet de loi sont-ils respectés? Un amendement empiète-t-il sur la recommandation royale ou est-il pertinent? Voilà des questions qui intéressent la présidence.
Le 7 juin, la Chambre a adopté une motion d'attribution de temps concernant le projet de loi C‑10 afin qu'au plus cinq autres heures de débat soient accordées au Comité permanent du patrimoine canadien. À l'expiration du temps attribué, les délibérations devaient être interrompues, et il était prévu que « toute question nécessaire pour disposer de cette étape du projet de loi soit mise aux voix immédiatement et successivement, sans plus ample débat ni amendement ».
En adoptant une motion d'attribution de temps, la présidence ne peut que constater que la Chambre a décidé de limiter l'étude du projet de loi en comité. Le comité a poursuivi son étude du projet de loi et les membres du comité ont débattu et proposé des amendements jusqu'à la fin du délai imparti.
Lorsque le Comité a atteint la limite des cinq heures, il a dû interpréter l’ordre de la Chambre et la concilier avec les décisions qui avaient déjà été prises relativement aux amendements, tant ceux des députés indépendants que des membres du comité, et en ce qui a trait au contexte entourant l’étude du projet de loi.
L’ordre de la Chambre ne dit rien au sujet des amendements soumis par des députés indépendants qui sont réputés avoir été proposés en comité, ni au sujet des amendements qui avaient fait l’objet d’un préavis et qui avaient déjà été distribués aux membres, sans toutefois avoir été proposés.
Ultimement, le comité a décidé que tous les amendements reçus avant l’expiration du délai de cinq heures seraient mis aux voix, et qu’aucun autre amendement ou sous-amendement ne serait pris en compte.
Force est de constater que le Comité a étudié tous les articles du projet de loi et que des amendements soumis par des représentants de tous les partis reconnus, ainsi que par un député appartenant à un parti non reconnu, ont été proposés sur la vaste majorité d'entre eux, une fois tombé le couperet de cinq heures. La présidence n'est pas habileté à se prononcer ici sur les circonstances ayant entouré l'étude de ces amendements, elle ne fait que constater le résultat.
Comme nous l'avons vu, il y a très peu de précédents en ce qui concerne l'interprétation d'une motion d'attribution de temps par un comité. Cela dit, de l'avis de la présidence, les termes de l'ordre de la Chambre étaient clairs: à l'expiration des cinq heures, le débat devait cesser et plus aucun amendement ne devait être proposé ou adopté.
Par conséquent, je conclus que le comité a outrepassé ses pouvoirs lorsqu’il a mis aux voix des amendements après l’expiration du délai de cinq heures. Toutefois, parmi les amendements aux articles 8 à 47, la présidence constate que celui qui visait l’article 23 et qui consistait à ajouter un passage après la ligne 7, à la page 20, et à remplacer la ligne 8 à la page 24 du projet de loi était le résultat corrélatif d’un amendement à l’article 7 qui avait déjà été adopté par le comité. Par conséquent, cet amendement est maintenu.
Tous les autres amendements aux articles 8 à 47 sont annulés et ne feront plus partie de la version du projet de loi dont il a été fait rapport à la Chambre. J’ordonne également que le projet de loi soit réimprimé et publié le plus rapidement possible pour que la Chambre puisse l’utiliser à l’étape du rapport à la place de la version réimprimée par le comité.
Enfin, en ce qui concerne l’amendement qui créait le nouvel article 13.1, je conviens avec le député qu’il modifie un article de la Loi sur la radiodiffusion qui n’est pas visé par le projet de loi C‑10. L’amendement n’est donc pas conforme à la règle de la loi existante et outrepasse la portée du projet de loi. Par conséquent, je le déclare lui aussi annulé, et il ne fera pas non plus partie du projet de loi. Au cours de l’étape du rapport, la prochaine étape du processus législatif que devra franchir le projet de loi, il sera à nouveau possible d’amender le projet de loi.
Je remercie les députés de leur attention.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-06-15 14:34 [p.8465]
Mr. Speaker, yesterday, the finance minister decided to delay her own budget by punting debate on that budget in order to ram through Bill C-10, this at a time when our unemployment is higher than the U.K., the U.S., Japan, Germany, the G7 and OECD, and there are half a million missing jobs. That same budget said that all the pre-COVID jobs would be recovered by this month.
Will the finance minister keep her word and guarantee that every single pre-COVID job will be recovered by this month when the numbers come out early next month?
Monsieur le Président, hier, la ministre des Finances a décidé de retarder l'étude de son budget en remettant le débat à plus tard pour pouvoir faire adopter le projet de loi C‑10 à toute vapeur, et ce, alors que le taux de chômage du Canada est plus élevé que celui du Royaume‑Uni, des États‑Unis, du Japon, de l'Allemagne, du G7 et de l'OCDE, et qu'il manque plus d'un demi-million d'emplois. Selon ce même budget, tous les emplois perdus à cause de la COVID‑19 allaient être récupérés ce mois-ci.
La ministre des Finances va-t-elle tenir parole et garantir que tous les emplois perdus à cause de la COVID‑19 auront été récupérés ce mois-ci, lorsque les chiffres seront publiés au début du mois prochain?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I was saying that I want to take this opportunity to talk about how our government is supporting Quebec's unique and vibrant cultural sector.
I think all members will agree that, owing to its excellence and diversity, this sector plays a key role in promoting the French language both in Quebec and across Canada, and even beyond our borders.
It is no secret. Thanks to globalization and technology, our artists are finding audiences in every country around the globe. In fact, our government eagerly promotes Quebec culture internationally, in addition to making it part of our diplomacy.
We are also making sure that we do not drown in the ocean of U.S. culture, and our Bill C‑10 is helping us with that. A big part of the mandate that the Prime Minister has given me as Minister of Canadian Heritage covers areas of shared jurisdiction with the provinces and territories.
Hand in hand with Quebec, we have developed many of our cultural flagships. Together, we can continue to showcase our culture, while also ensuring that Quebeckers and all Canadians have an arts scene that reflects them and their stories in their language.
Our partnership advances our shared interests in different ways using a variety of collaborative mechanisms. All our levels of government are currently involved in extensive discussions, and we have very productive relationships. We already work together closely in many areas, such as cultural infrastructure, audiovisual production funding and arts funding in general. Our collaboration includes Canadian Heritage and the agencies and Crown corporations I am responsible for, such as the Canada Council for the Arts, Telefilm Canada, the National Film Board of Canada and a number of national museums.
The COVID‑19 pandemic hit our cultural sector hard, harder than almost any other economic sector. Many stakeholders and residents of my riding expressed their support and appreciation for the initiatives rolled out to support the sector during this public health crisis. We worked hand in hand with our provincial and territorial partners to do this essential work, each partner's actions complementing the other's to ensure the survival of organizations and directly support artists and workers in the cultural sector.
Since people had to stay at home for many months, musicians, singers, actors, stage technicians and other industry professionals found themselves out of a job. Our museums, art galleries and theatres had to close their doors.
Over the past year and a half, my team, the public servants at Canadian Heritage and I kept in regular contact with our provincial and territorial colleagues through frequent intergovernmental and bilateral meetings, telephone calls, video conferences and written correspondence.
Our federal, provincial and territorial forum on COVID-19 gave us an opportunity to work together so we could share best practices, discuss what we had heard from our respective stakeholders, and do our best to ensure that no one slipped through the cracks, cracks that we all worked hard to fill along the way so that no one would be left behind.
For decades, the Government of Canada has been supporting Quebec's cultural industry through significant, ongoing investments. Combined with the action taken by the provincial government, these investments led to impressive, undeniable results. This solid tradition of support continued during the pandemic when both Ottawa and Quebec City stepped up to help our cultural industry.
In June 2020, the Government of Quebec announced its $400‑million economic recovery plan for the cultural sector, from film and television production to music and festivals. There have been many announcements of additional support since.
For our part, our government has offered unprecedented targeted support. On May 8, 2020, I announced new emergency funding for cultural, heritage and sports organizations. This $500‑million emergency funding has helped maintain jobs and support business continuity for organizations whose very viability was in jeopardy because of the pandemic, allowing them to survive this crisis.
Of this $500 million, $412 million went to the culture and heritage sector, with $114 million, or more than 30%, going to Quebec.
That proportion reflects the historical strength of Quebec's cultural sector and the support it receives from the federal government, thereby ensuring the survival of the French language. More specifically, Quebec stakeholders received nearly a third of the emergency funding allocated by the Canada Council for the Arts, the Canada Arts Presentation Fund and the Canada Arts Training Fund. In the same vein, Quebec stakeholders received over 55% of the emergency funding allocated by the Canada Book Fund, as well as 25% to 35% of the funding available for the subsectors of magazine publishing, new media, television and radio.
Our government committed to supporting the arts throughout the recovery period. It is developing a strong recovery plan for everyone. Back in the fall of 2020, we created a $50‑million compensation fund for Canadian film and television production to stimulate the recovery of this sector, which supports tens of thousands of jobs across the country, many of them in Quebec. Since then, this fund has been doubled to allow for even more filming in the months to come.
Subsequently, the 2020 fall economic statement provided an additional $181.5 million for the performing arts sector. This investment will help artists begin to create works that can be presented once the restrictions are lifted, cover additional expenses for the presentation of shows that comply with health guidelines, and allow our creators to develop their digital offerings, in addition to stabilizing the theatre, dance, festival and music sectors.
The last budget went a step further with an historic $1.5‑billion investment to assist the cultural sector's recovery. In addition to these targeted investments, various universal programs have also played a critical role in the survival of organizations and direct support for artists, creators and other cultural workers.
We already had the Canada emergency wage subsidy, the Canada emergency rent subsidy and the Canada emergency response benefit, and now we have the Canada recovery benefit. Without these measures that our government has deployed, far too many would simply not have made it through the past 18 months.
Thanks to the vaccine rollout currently taking place at a steady pace across the country, we can look forward to the coming months with some optimism. The coming months will offer us opportunities to share our culture, both with Canada and with the world.
One example is the Frankfurt Book Fair this fall, at which Canada will be the guest of honour. By participating in the book fair, we can generate more international interest in our authors by showcasing creative content from Quebec and Canada to the rest of the world.
As I said earlier, the Department of Canadian Heritage has a long tradition of supporting Quebec's cultural sector, dating back well before the pandemic. For the 2019-20 fiscal year, Heritage Canada paid a total of $240 million in grants and contributions to Quebec-based organizations, including $101 million for culture, $73 million for official languages, $21 million for heritage and celebrations, $17 million for sports, and $9 million for diversity and inclusion.
Agencies connected to the department, such as the Canada Council for the Arts, Telefilm Canada and the Canada Media Fund, made financial contributions as well. Quebeckers identify strongly with many of these agencies, which have become veritable cultural institutions in their own right.
Just look at Radio‑Canada and the National Film Board, which have played and continue to play a very important role in the development and success of Quebec's cultural sector and Quebec society as a whole. These federal agencies help create jobs for thousands of people in Quebec and across the country. They are essential to the vitality of Quebec's film and television industry.
Funding for cultural projects and initiatives has also been provided. One such example is the Diamant theatre project. Two federal programs contributed funds to help a talented and world-renowned creator fulfill his dream in the heart of beautiful Quebec City. The investing in Canada infrastructure program contributed $10 million, and the—
Monsieur le président, j'aimerais donc profiter de cette occasion pour aborder la façon dont notre gouvernement soutient le secteur culturel unique et dynamique du Québec.
Je pense que tous les députés de la Chambre peuvent s'entendre sur le fait que ce secteur, par son excellence et sa diversité, joue un rôle essentiel dans l'avancement de la langue française tant au Québec que partout au Canada, et même par-delà nos frontières.
Ce n'est un secret pour personne. La mondialisation et les technologies font en sorte que nos artistes trouvent des audiences dans tous les pays du globe. Notre gouvernement prend d'ailleurs à cœur de faire rayonner cette culture à l'international, en plus d'en faire un élément de notre diplomatie.
Nous nous assurons aussi de ne pas être noyés dans l'océan culturel américain par l'entremise, entre autres, de notre projet de loi C‑10. Une grande partie du mandat que le premier ministre m'a confié, en tant que ministre du Patrimoine canadien, couvre des domaines de compétence partagés avec les provinces et les territoires.
C'est donc en agissant main dans la main avec le Québec que nous avons développé plusieurs de nos fleurons culturels. C'est ensemble que nous pourrons continuer de faire rayonner notre culture et que nous pourrons assurer aux Québécoises et aux Québécois, ainsi qu'à toutes les Canadiennes et tous les Canadiens, un milieu artistique qui les représente dans leur langue comme dans leurs histoires.
Ce partenariat se traduit par diverses formes et divers mécanismes de collaboration qui existent pour faire progresser nos intérêts communs. Les relations et les discussions en cours entre nos différents paliers de gouvernement sont ainsi abondantes et très productives. Une collaboration étroite dans de nombreux domaines existe déjà, notamment en ce qui concerne les infrastructures culturelles, le financement de l'audiovisuel et, plus généralement, le financement des arts. Cette collaboration implique à la fois le ministère du Patrimoine canadien et les agences et sociétés d'État dont je suis responsable, tels que le Conseil des arts du Canada, Téléfilm Canada, l'Office national du film du Canada, ainsi que plusieurs musées nationaux.
Notre secteur culturel fut frappé de plein fouet par la pandémie de la COVID‑19, davantage que pratiquement tous les autres secteurs de l'économie. J'ai entendu, de la part de plusieurs intervenants et citoyens de ma circonscription, leur appui et leur appréciation quant aux initiatives mises en place pour soutenir ce secteur durant cette crise de santé publique. Nous avons eu une étroite et essentielle collaboration avec nos partenaires provinciaux et territoriaux, l'action des uns et des autres se complétant et assurant la survie des organisations, de même qu'un soutien direct aux artistes et aux travailleurs du milieu culturel.
En effet, si le public a dû demeurer à la maison durant de longs mois, les musiciens et les musiciennes, les chanteurs et les chanteuses, les comédiens et les comédiennes, les techniciens de scène et autres professionnels du secteur se sont trouvés sans emploi. Nos musées, galeries d'art et théâtres ont dû fermer leurs portes.
Au cours de la dernière année et demie, mon équipe, les fonctionnaires de Patrimoine canadien et moi-même, avons maintenu des contacts réguliers avec nos collègues provinciaux et territoriaux par le truchement de fréquentes réunions intergouvernementales et bilatérales, d'appels téléphoniques, de vidéoconférences et de correspondance écrite.
Notre forum fédéral, provincial et territorial sur la COVID‑19 a été un espace au moyen duquel nous avons collaboré pour nous assurer de partager les meilleures pratiques, de discuter de ce que nous avions entendu de nos parties prenantes respectives et de faire de notre mieux pour assurer que personne ne tombe entre les mailles du filet, un filet que nous nous sommes efforcés tous et toutes ensemble de renforcer en cours de route afin de ne laisser personne pour compte.
Le gouvernement du Canada soutient depuis des décennies le secteur culturel du Québec par des investissements continus et importants. Combinés à l'action du gouvernement provincial, ces investissements ont mené à des résultats impressionnants et indéniables. Cette solide tradition de soutien s'est poursuivie au cours de la pandémie alors que tant Ottawa que Québec ont répondu présent pour notre secteur culturel.
Ainsi, en juin 2020, le gouvernement du Québec a annoncé son plan de relance économique pour le milieu culturel, à hauteur de 400 millions de dollars, allant de la production cinématographique et télévisuelle à la musique et aux festivals. Depuis lors, il y a eu de nombreuses annonces de soutien supplémentaire.
Pour notre part, notre gouvernement a offert un appui ciblé sans précédent. Le 8 mai 2020, j'ai annoncé un nouveau fonds d'urgence pour les organisations culturelles, patrimoniales et sportives. Ce fonds d'urgence de 500 millions de dollars a aidé à maintenir des emplois et à soutenir la continuité des activités d'organisations dont la viabilité même était remise en cause par la pandémie, leur permettant de survivre à cette crise.
De ces 500 millions de dollars, 412 millions de dollars sont allés au secteur de la culture et du patrimoine, dont 114 millions de dollars ou plus de 30 % au Québec.
Cette proportion reflète la force historique du secteur culturel québécois et le soutien que le gouvernement fédéral lui apporte, assurant par le fait même la pérennité du français. De façon plus spécifique, les intervenants québécois ont pu bénéficier de près du tiers des fonds d'urgence distribués par le Conseil des arts du Canada, du Fonds du Canada pour la présentation des arts et du Fonds du Canada pour la formation dans le secteur des arts. Toujours dans la même veine, les intervenants québécois ont reçu plus de 55 % des fonds d'urgence versés par le Fonds du livre du Canada et entre 25 et 35 % des fonds disponibles pour les sous-secteurs des périodiques, des nouveaux médias, de la télévision et de la radio.
Notre gouvernement s'est engagé à soutenir les arts tout au long de la période de réouverture et il élabore un plan de relance fort et pour toutes et tous. Dès l'automne 2020, nous avons mis en place un fonds d'indemnisation de 50 millions de dollars pour les tournages d'émissions de télévision et de films canadiens, ce qui a permis la relance de ce secteur qui soutient des dizaines de milliers d'emplois partout au pays, dont une forte proportion au Québec. Ce fonds a depuis été doublé afin de permettre encore plus de tournages au cours des prochains mois.
Par la suite, l'Énoncé économique de l'automne de 2020 prévoyait un montant additionnel de 181,5 millions de dollars pour le secteur des arts vivants. Ces sommes nous permettent de financer la création d'œuvres qui pourront être présentées une fois les restrictions levées, de couvrir les dépenses additionnelles pour la présentation de spectacles qui répondent aux normes sanitaires et de permettre à nos créateurs de développer leur offre numérique, en plus de stabiliser les secteurs du théâtre, de la danse, des festivals et de la musique.
Un pas de plus a été franchi dans le dernier budget grâce à un investissement historique de 1,5 milliard de dollars pour la relance du secteur culturel. À tous ces investissements ciblés s'ajoutent les différents programmes universels qui auront eux aussi joué un rôle critique dans la survie d'organisations et le soutien direct aux artistes, créateurs et autres travailleurs culturels.
Je pense entre autres à la Subvention salariale d'urgence du Canada, à la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer, à la Prestation canadienne d'urgence et maintenant à la Prestation canadienne de la relance économique. Sans ces mesures que notre gouvernement a déployées, beaucoup trop n'auraient tout simplement pas surmonté les 18 derniers mois.
La vaccination qui se déploie à un rythme soutenu partout au pays nous permet désormais d'envisager les prochains mois avec un certain optimisme. Ainsi, les mois à venir nous offriront des occasions de partager notre culture, ici et avec le monde.
Je pense ainsi à la Foire du livre de Francfort cet automne, où le Canada sera l'invité d'honneur. Cette participation nous aidera entre autres à développer davantage l'intérêt pour nos auteurs à l'étranger en faisant rayonner le contenu créatif québécois et canadien hors de nos frontières.
Tel que je le disais plus tôt, le ministère du Patrimoine canadien a une longue tradition de soutien au secteur culturel québécois, et ce, bien avant que la pandémie ne frappe. Pour l'exercice financier 2019-2020, Patrimoine canadien a ainsi versé une somme totale de 240 millions de dollars en subventions et contributions à des organisations basées au Québec, dont 101 millions de dollars pour la culture, 73 millions de dollars pour les langues officielles, 21 millions de dollars pour le patrimoine et les célébrations, 17 millions de dollars pour le sport et 9 millions de dollars pour la diversité et l'inclusion.
S'ajoute à ces montants le financement versé par les organismes rattachés au ministère, comme le Conseil des arts du Canada, Téléfilm Canada et le Fonds des médias du Canada. Les Québécoises et les Québécois s'identifient d'ailleurs fortement à plusieurs de ces organismes, qui sont devenus de véritables institutions culturelles à part entière.
On n'a qu'à penser à Radio-Canada et à l'Office national du film, lesquels ont joué et continuent de jouer un rôle très important dans le développement et le succès du secteur culturel québécois et de la société québécoise plus généralement. Ces organismes fédéraux contribuent à la création de milliers d'emplois au Québec, comme ailleurs au pays. Ils sont également essentiels à la vitalité de l'industrie québécoise de la production cinématographique et télévisuelle.
Les financements de projets et d'initiatives culturelles sont aussi bien visibles. Prenons, par exemple, le projet du théâtre Le Diamant. Ce rêve d'un créateur possédant un talent reconnu de par le monde a pu se concrétiser en plein cœur de la belle ville de Québec grâce à des contributions financières de deux programmes fédéraux, à savoir 10 millions de dollars du Programme d'infrastructure Investir dans le Canada et de...
View Ken Hardie Profile
Lib. (BC)
View Ken Hardie Profile
2021-06-15 15:24 [p.8474]
Mr. Speaker, a number of years ago a good friend gave me a really lovely collection of Canadian folk songs. In it are forgotten tunes from Quebec, which are absolutely delightful. It made me think that perhaps one of the best and most positive aspects of Bill C-10 was the notion that more of this Canadian content would be made discoverable to Canadians outside of Quebec, which would be an enriching experience right across the country.
Monsieur le Président, il y a quelques années, un bon ami à moi m'a offert une merveilleuse collection de chansons folkloriques canadiennes, y compris des chansons méconnues du répertoire québécois qui sont absolument formidables. Cela m'a amené à penser que l'un des aspects les meilleurs et les plus positifs du projet de loi C‑10, c'est probablement l'idée que les Canadiens de l'extérieur du Québec puissent découvrir d'autres œuvres canadiennes comme celles dont j'ai parlé, ce qui serait une expérience enrichissante partout au pays.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, this is one of the elements at the heart of Bill C-10, the discoverability of Canadian artists; francophone artists by anglophones in Canada, anglophone artists by francophones in Quebec or elsewhere in the country; the discoverability of indigenous artists, which are starting to emerge in different fields, whether it be music, dance, contemporary art; and so many other elements of our vibrant artistic scene.
That is why it is so important we adopt Bill C-10. That is why APTN and other indigenous organizations across the country have asked for the adoption of Bill C-10 as have quite a number of artistic and cultural organizations.
Monsieur le Président, c'est l'un des éléments au cœur du projet de loi C‑10, la découvrabilité des artistes canadiens, qu'il s'agisse de la découverte d'artistes francophones par des anglophones du Canada, de la découverte d'artistes anglophones par des francophones du Québec ou d'ailleurs au pays, ou encore de la découvrabilité des artistes autochtones qui commencent à émerger dans différentes disciplines comme la musique, la danse et l'art contemporain, ou de la découvrabilité d'une foule d'autres éléments de notre scène artistique dynamique.
Voilà pourquoi il est si important que nous adoptions le projet de loi C‑10. Voilà pourquoi APTN et d'autres organismes autochtones de l'ensemble du pays ont demandé à ce que le projet de loi C‑10 soit adopté, tout comme de nombreux organismes artistiques et culturels.
View David Yurdiga Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, energy security should be a concern for all Canadians. Distribution of Canadian energy through networks of pipelines is paramount to withstand shocks from a wide range of sources, like natural disasters, geopolitical conflicts and other merging threats. Energy distribution like Line 5 potentially being shutting down will initiate shortages, causing astronomical increases in the cost of everything.
The Liberal government's lack of understanding of the importance of ensuring reliable and cost-effective energy has put Canada at a huge disadvantage compared to other nations. As the Liberal government continues to spin the narrative of our economic standing globally, it is only countered with the facts.
Thanks to the pending Bill C-10, the Liberals will be able to shut down what we can hear and see, just like North Korea. Canada was once a nation that embraced freedom of speech, but I guess that will be a footnote in history if not censored by Bill C-10.
Madame la Présidente, la sécurité énergétique devrait préoccuper tous les Canadiens. Notre résilience face à un large éventail de circonstances, y compris les catastrophes naturelles, les conflits géopolitiques et d'autres menaces émergentes, dépend des réseaux de pipelines qui acheminent l'énergie canadienne. La fermeture de voies de distribution, comme la canalisation 5, entraînera des pénuries en plus de provoquer la hausse astronomique de tous les prix.
L'incapacité du gouvernement libéral de comprendre l'importance d'un approvisionnement fiable et rentable en énergie désavantage grandement le Canada par rapport aux autres nations. Bien qu'il continue de vanter notre situation économique par rapport au reste du monde, le gouvernement libéral est contredit par les faits.
Grâce au projet de loi C‑10 proposé, les libéraux pourront décider de ce que nous écoutons et regardons, à l'image de la Corée du Nord. Le Canada a déjà été une nation qui souscrivait à la liberté d'expression, mais je présume que ce ne sera qu'une anecdote dans notre histoire, si elle n'est pas censurée en vertu des dispositions prévues dans le projet de loi C‑10.
View Rob Moore Profile
CPC (NB)
View Rob Moore Profile
2021-06-14 14:11 [p.8330]
Mr. Speaker, the priority for Conservatives is getting Canada’s economy reopened and back on track. The Liberal government’s priority is ramming through Bill C-10, its Internet censorship bill.
I have heard from constituents across my riding who want to see this bill scrapped. New Brunswickers in Liberal-held ridings are frustrated by their MPs' failure to commit to opposing this bill, a bill that fundamentally would alter how the Internet would operate in Canada. Canadians are even more bewildered by how the government is so focused on Bill C-10 rather than pressing issues that impact their health and the economy.
I will not support Bill C-10, a bill that puts freedom of expression in peril. The government should listen to Canadians who are telling it to abandon this poorly thought-out bill that is focused on political power rather than protecting the freedom of speech that Canadians so rightly enjoy.
Monsieur le Président, la priorité des conservateurs est de faire redémarrer l'économie du Canada et de la ramener sur la voie de la croissance. La priorité du gouvernement libéral est de faire adopter à toute vapeur le projet de loi C‑10, son projet de loi de censure sur Internet.
Des habitants de tous les coins de ma circonscription m'ont dit vouloir que ce projet de loi soit abandonné. Les Néo-Brunswickois des circonscriptions libérales sont contrariés que leur député ne se soit pas engagé à s'opposer à ce projet de loi, dont l'objectif principal est de modifier le fonctionnement d'Internet au Canada. Les Canadiens sont encore plus perplexes devant l'empressement du gouvernement de s'occuper du projet de loi C‑10 au lieu des enjeux urgents qui touchent leur santé et l'économie du pays.
Je voterai contre le projet de loi C‑10, car il met en péril la liberté d'expression. Le gouvernement devrait écouter les Canadiens qui lui demandent d'abandonner ce projet de loi irréfléchi, qui est axé sur le pouvoir politique plutôt que sur la protection de la liberté d'expression si chère aux Canadiens.
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I would like to present, in both official languages, the fifth report of the Standing Committee on Canadian Heritage in relation to Bill C-10, an act to amend the Broadcasting Act and to make related and consequential amendments to other acts. The committee has studied the bill and has decided to report it back to the House with amendments.
Monsieur le Président, je présente, dans les deux langues officielles, le cinquième rapport du Comité permanent du patrimoine canadien, qui porte sur le projet de loi C-10, Loi modifiant la Loi sur la radiodiffusion et apportant des modifications connexes et corrélatives à d'autres lois. Le comité a étudié le projet de loi et a décidé d'en faire rapport à la Chambre avec des propositions d'amendement.
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2021-06-14 15:59 [p.8346]
Mr. Speaker, I am rising on a point of order.
The point of order concerns the report that was just tabled: the fifth report of the Standing Committee on Canadian Heritage respecting Bill C-10. I would respectfully submit that several of the amendments contained in that fifth report must be struck out because the committee exceeded its authority.
Last Monday, June 7, the House adopted a time allocation motion limiting committee deliberations to only five further hours. The part of the House's order that is relevant to this point of order says, at pages 104.3 and 104.4 of the Journals:
That, at the expiry of the time provided in this order for the committee stage, any proceedings before the Standing Committee on Canadian Heritage on the said bill shall be interrupted, if required for the purpose of this order, and, in turn, every question necessary for the disposal of the said stage of the bill shall be put forthwith and successively, without further debate or amendment.
At the committee's second meeting, on Thursday, June 10, those five hours had expired and the Canadian heritage committee proceeded to the disposal of the committee stage of the bill, in accordance with the House's order.
The chair of the committee, the hon. member for Coast of Bays—Central—Notre Dame, informed the committee that, by the terms of the House's order, the amendments that had been placed on notice could not be moved and therefore could not be voted upon by the committee. The Liberal-Bloc-NDP majority on the committee, however, then overturned the chair's ruling, thereby forcing the committee to consider these amendments without any debate, without any opportunity to question expert witnesses from the department of Canadian Heritage and without any opportunity to hear the wording of the amendment read aloud.
Those events are recorded in the relevant minutes of proceedings for the committee's second meeting on June 10. The amendments subsequently considered by the committee are recorded in those minutes of proceedings, as well, for the committee's meeting on Friday, June 11. Both sets of minutes, as noted in the comment in the fifth report immediately preceding the chair's signature, have been laid upon the table, among others.
House of Commons Procedure and Practice, Third Edition says, at page 779:
Since a committee may appeal the decision of its Chair and reverse that decision, it may happen that a committee will report a bill with amendments that were initially ruled out of order by the Chair. The admissibility of those amendments, and of any other amendments made by a committee, may therefore be challenged on procedural grounds when the House resumes its consideration of the bill at report stage. The admissibility of the amendments is then determined by the Speaker of the House, whether in response to a point of order or on his or her own initiative.
That is why I am rising today on this point of order. In overturning the committee chair's ruling and forcing amendments that had not been properly moved to be voted upon, I respectfully submit that the committee exceeded its authority by contradicting the House's order, which required that “every question necessary for the disposal of the said stage of the bill shall be put forthwith and successively, without further debate or amendment.”
To be clear, the questions necessary to dispose of the clause by clause consideration of the bill are questions on the clauses themselves, not amendments that have simply been placed on notice.
The Chair has previously considered a similar case, from which I believe in the current circumstances a distinction may be drawn.
On November 29, 2012, Mr. Speaker, one of your predecessors, the hon. member for Regina—Qu'Appelle, made a ruling at page 12,609 of the Debates, concerning the proceedings of the Standing Committee on Finance respecting Bill C-45, the Jobs and Growth Act, 2012. In that case, the committee had adopted a time-tabling motion concerning its study of the bil. It contained language that was similar to that which the House adopted last week in its time allocation motion concerning Bill C-10.
In the case of the finance committee, the chair made a similar ruling to the one made by the hon. member for Coast of Bays—Central—Notre Dame and, again, the committee had overturned that ruling.
Following a point of order in the House concerning the finance committee's report on the former Bill C-45, the former Speaker did not set aside the committee's report on the bill. The distinction between these two cases, I would argue, is that the finance committee was interpreting a motion that the committee itself had adopted. In the current case, seven members of the Canadian heritage committee substituted their own judgment for how an order of this House, voted upon by the entire House, should be interpreted.
We often refer to committees as masters of their own proceedings, but Bosc and Gagnon put that in a very important context at pages 1057 and 1058, which state:
The concept refers to the freedom committees normally have to organize their work as they see fit and the option they have of defining, on their own, certain rules of procedure that facilitate their proceedings.
These freedoms are not, however, total or absolute. First, it is useful to bear in mind that committees are creatures of the House. This means that they have no independent existence and are not permitted to take action unless they have been authorized or empowered to do so by the House.
While the case of former Bill C-45 was of a committee majority preferring its own interpretation of a committee motion, the current case of Bill C-10 is of a committee majority seeking to override the House's instruction. It was, to borrow the words of Bosc and Gagnon, taking an action that it was authorized or empowered by the House to do. Therefore, I would respectfully submit that the amendments made to clauses 8 through 47 of Bill C-10 must be ruled out of order and therefore struck from the fifth report.
I would further ask that the committee's consideration of amendments after the proceedings had been interrupted under the provisions of the time allocation order be disregarded by the Chair for the purposes of applying the note attached to Standing Order 76(1)(5) respecting the criteria considered by the Chair in the selection of motions at the report stage.
I do not make this point of order lightly. In fact, one of those amendments that I refer to was sponsored by my own party and several others were voted for by my colleagues, but that is beside the point. Our rules must be followed. Parliamentary procedure is not a body of play pretend rules that can just be set aside at the first moment of inconvenience. It does not matter whether these flawed decisions were taken by majority vote or even with unanimity because the rules of the House must be followed.
The hon. member for Regina—Qu'Appelle, in a different ruling on May 1, 2014, at page 4787 of the Debates, concerning Bill C-30, the Fair Rail for Grain Farmers Act, found that amendments that were adopted by the Standing Committee on Agriculture and Agri-Food, without procedural objection and without dissent, had to be struck from the bill because the committee had acted outside of its authority in adopting them, commenting:
The Chair has no difficulty agreeing with the parliamentary secretary that the amendment is relevant to the subject matter of the bill. Indeed, as a fellow Saskatchewan MP who represents a large number of grain producers, I can certainly agree on the importance of this issue. As Speaker, however, not only can I not simply act according to my personal beliefs, I must respect House of Commons precedents which, in the case before us, are only too clear.
The correct place to put forward the amendments to clauses 8 through 47 of Bill C-10, in light of the proper application of a time allocation order, is at the report stage here on the floor of the House.
Additionally, and in the alternative to the matter I have already raised, I would also draw your attention, Mr. Speaker, to the amendment known as amendment LIB-9.1 that was made by the Canadian heritage committee to clause 23. The Chair ruled the particular amendment out of order for exceeding the scope of the bill and that it breached the so-called “parent act” rule, which is explained by Bosc and Gagnon at page 771, by proposing to amend a section of the Broadcasting Act which was not touched by the provisions of Bill C-10. The committee, however, voted to overturn the Chair's ruling in that regard as well.
In that particular case, the Chair may simply have to regard the fifth report and note that the amendment on its face does something which the committee was not permitted to do and therefore should be ruled out of order and struck from the fifth report.
The solution for the government here is, like the case of the former Bill C-30, to propose an amendment at third reading to recommit Bill C-10 to the Canadian heritage committee so it may, once properly instructed and empowered, make Liberal-9.1 amendment in the proper manner.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement.
Mon recours au Règlement concerne le rapport qui vient d'être déposé: le cinquième rapport du Comité permanent du patrimoine canadien concernant le projet de loi C‑10. J'estime que bon nombre des amendements proposés dans le cinquième rapport doivent être invalidés, parce que le comité a outrepassé ses pouvoirs.
Lundi dernier, le 7 juin, la Chambre a adopté une motion concernant l'attribution de temps en vue de limiter les délibérations du comité à seulement 5 heures de plus. La partie de l'ordre adopté par la Chambre qui est visée par le présent recours au Règlement se trouve aux pages 1043 et 1044 des Journaux:
Qu'à l'expiration du temps attribué à l'étape du comité, tel qu'indiqué dans cette motion, toute délibération devant le Comité permanent du patrimoine canadien sur ce projet de loi soit interrompue, s'il y a lieu, aux fins de cet ordre, et, par la suite, toute question nécessaire pour disposer de cette étape du projet de loi soit mise aux voix immédiatement et successivement, sans plus ample débat ni amendement.
Lors de la deuxième réunion du comité, tenue le jeudi 10 juin, les 5 heures sont arrivées à expiration et le comité du patrimoine a disposé de l'étape de l'étude en comité du projet de loi, comme le demande l'ordre de la Chambre.
Le président du comité, le député de Coast of Bays—Central—Notre Dame, a informé le comité que, aux termes de l'ordre adopté par la Chambre, les amendements inscrits au Feuilleton ne pouvaient pas être présentés et que, par conséquent, ils ne pouvaient pas être mis aux voix au comité. Toutefois, la majorité libérale-bloquiste-néo-démocrate au comité a ensuite renversé la décision du président, ce qui a obligé le comité à examiner les amendements sans en débattre ni pouvoir questionner de témoins experts du ministère du Patrimoine canadien ni entendre le libellé de l'amendement être lu à voix haute.
Ces événements sont consignés dans le procès-verbal pertinent de la deuxième réunion du comité, qui a eu lieu le 10 juin. Les amendements examinés subséquemment par le comité sont aussi consignés dans le procès-verbal de la réunion du comité du vendredi 11 juin. Comme le mentionne le cinquième rapport juste avant la signature du président, les deux procès-verbaux, entre autres, ont été déposés sur le Bureau.
À la page 779 de la troisième édition de La procédure et les usages de la Chambre des communes, on indique ceci:
Étant donné qu'un comité peut faire appel de la décision de son président et l'annuler, il se peut qu'un comité fasse rapport d'un projet de loi auquel ont été apportés des amendements déclarés initialement irrecevables par la présidence. L'admissibilité de ces amendements, ainsi que de tout autre amendement apporté par un comité, peut donc faire l'objet d'une contestation sur le plan de la procédure au moment où la Chambre reprend l'étude du projet de loi à l'étape du rapport. La recevabilité des amendements est alors déterminée par le Président de la Chambre, qu'il soit invité à le faire à la suite d'un rappel au Règlement ou qu'il le fasse de sa propre initiative.
Voilà pourquoi je présente ce rappel au Règlement. En invalidant la décision du président du comité et en forçant l'adoption d'amendements qui n'avaient pas fait l'objet d'une présentationen bonne et due forme, je prétends respectueusement que le comité a outrepassé son autorité en enfreignant l'ordre de la Chambre, selon lequel « toute question nécessaire pour disposer de cette étape soit mise aux voix immédiatement et successivement, sans plus ample débat ni amendement. »
Autrement dit, les questions nécessaires pour disposer de l'étude article par article du projet de loi sont des questions concernant les articles eux-mêmes, et non des amendements qui sont simplement inscrits au Feuilleton.
La présidence a déjà examiné un cas semblable qui, à mon avis, pourrait s'appliquer dans les circonstances mais qui comporte une distinction.
Monsieur le Président, le 29 novembre 2012, l’un de vos prédécesseurs, le député de Regina—Qu'Appelle, a rendu une décision, à la page 12609 des Débats, au sujet des délibérations du Comité permanent des finances concernant le projet de loi C‑45, Loi de 2012 sur l'emploi et la croissance. Dans ce cas, le Comité avait adopté une motion établissant le calendrier de son étude du projet de loi. Elle renfermait des dispositions semblables à celles que la Chambre des communes a adoptées la semaine dernière lors de sa motion d’attribution de temps dans le cadre du projet de loi C‑10.
Le président du comité des finances avait rendu une décision semblable à celle prise par le député de Coast of Bays—Central—Notre Dame. Cette fois aussi, le comité avait rejeté la décision.
À la suite d’un rappel au Règlement à la Chambre au sujet du rapport du comité des finances sur l’ancien projet de loi C‑45, le Président de l’époque n’avait pas mis de côté le rapport du comité sur le projet de loi. Selon moi, il existe une distinction entre ces deux cas, à savoir que le comité des finances interprétait une motion qu’il avait lui-même adoptée. Dans le cas présent, sept membres du comité du patrimoine canadien ont substitué leur jugement quant à l’interprétation d’un ordre de la Chambre qui avait été voté par l’ensemble de la Chambre.
Nous disons souvent que les comités sont maîtres de leurs délibérations, mais les pages 1057 et 1058 de l'ouvrage de Bosc et Gagnon mettent cette réalité dans un contexte très important. On y lit ceci:
Cette notion renvoie, d’une part, à la liberté dont disposent habituellement les comités pour organiser leurs travaux comme ils l’entendent et, d’autre part, à la possibilité qu’ils ont de définir eux-mêmes certaines règles de procédure utiles au bon déroulement de leurs délibérations.
Ces libertés ne sont toutefois pas totales ou absolues. D’abord, il est utile de rappeler que les comités sont une émanation, une création de la Chambre des communes. Cela signifie que les comités n’ont pas d’existence indépendante qui les autoriserait à faire usage de leur autorité à n’importe quelle fin et de n’importe quelle façon.
Dans le cas de l'ancien projet de loi C‑45, la majorité des membres du comité ont préféré leur propre interprétation d'une motion de comité. Cependant, dans le cas du projet de loi C‑10 dont nous sommes saisis, la majorité des membres du comité cherchent à passer outre aux directives de la Chambre. Cela signifie, pour reprendre les termes de Bosc et Gagnon, que le comité a fait usage de son autorité à une fin et d'une façon autorisées par la Chambre. Par conséquent, je soutiens respectueusement que les amendements apportés aux articles 8 à 47 du projet de loi C‑10 doivent être jugés irrecevables et donc rayés du cinquième rapport.
Je demanderais au Président d’ignorer l’étude des modifications en comité, après l’interruption des délibérations en fonction des dispositions de l’attribution de temps, afin d’appliquer la note jointe à l’article 76(1)(5) sur les critères pris en considération par le président lors de la sélection des motions à l’étape du rapport.
Je ne fais pas ce rappel au Règlement de gaieté de cœur. En fait, l’un des amendements auxquels je fais référence a été parrainé par mon propre parti. Plusieurs autres ont reçu le soutien de mes collègues. Mais là n’est pas la question. Il faut respecter nos règles. La procédure parlementaire n’est pas un ensemble de règles fictives qu’on peut ignorer dès qu’elles dérangent. Peu importe si de mauvaises décisions ont été prises à la suite d’un vote majoritaire ou même unanime; il faut respecter les règles de la Chambre.
Dans le cadre d’une autre décision rendue le 1er mai 2014 au sujet du projet de loi C‑30, la Loi sur le transport ferroviaire équitable pour les producteurs de grain , on peut lire à la page 4787 des Débats que le député de Regina—Qu'Appelle a indiqué que les amendements apportés par le Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire, apportés sans objection sur le plan de la procédure et adoptés à l’unanimité, devaient être supprimés du projet de loi, car le Comité avait outrepassé ses pouvoirs pour les adopter. Il a ajouté ceci:
La présidence convient sans difficulté avec le secrétaire parlementaire que l'amendement est en rapport avec l'objet du projet de loi. D'ailleurs, étant moi-même un député de la Saskatchewan qui représente de nombreux producteurs de grain, je suis certainement d'accord sur l'importance de cette question. Cependant, en ma qualité de Président, je ne puis agir simplement selon mes croyances personnelles, et je dois également respecter les précédents de la Chambre des communes. Or, ceux-ci ne laissent aucune place au doute en l'espèce.
À la lumière de l'application appropriée d'une motion d'attribution de temps, c'est donc à la Chambre, à l'étape du rapport, qu'il convient de présenter les amendements aux articles 8 à 47 du projet de loi C‑10.
En outre, et comme solution de rechange à la question que j'ai déjà soulevée, j'aimerais également attirer votre attention, monsieur le Président, sur l'amendement appelé LIB‑9.1 qui a été apporté à l'article 23 par le comité du patrimoine canadien. Le président du comité a jugé cet amendement irrecevable parce qu'il dépassait la portée du projet de loi et qu'il enfreignait ce qu'on appelle la règle de la loi existante, qui est expliquée à la page 771 du Bosc et Gagnon. Cet amendement proposait de modifier un article de la Loi sur la radiodiffusion qui n'était pas visé par les dispositions du projet de loi C‑10. Toutefois, là encore, le comité a voté pour annuler la décision du président à cet égard.
Dans ce cas particulier, le président pourrait simplement prendre acte du cinquième rapport et signaler que l'amendement, à première vue, fait quelque chose que le comité n'était pas autorisé à faire et qu'il devrait donc être jugé irrecevable et retiré du cinquième rapport.
Comme dans le cas de l'ancien projet de loi C‑30, la solution pour le gouvernement consiste à proposer un amendement à l'étape de la troisième lecture pour renvoyer le projet de loi C‑10 au comité du patrimoine canadien afin qu'il puisse, une fois qu'il aura reçu les instructions et les pouvoirs nécessaires, apporter l'amendement 9.1 des libéraux en bonne et due forme.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I thank the hon. member for his point of order. I will be returning quickly with a decision prior to the report stage of that report.
Je remercie le député de faire ce recours au Règlement. Je ferai part de ma décision le plus rapidement possible sur ce rapport avant l'étape du rapport.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, the eighth petition is about Bill C-10. It notes that the CRTC already has sweeping regulatory powers over traditional forms of media. The original mandate of Bill C-10 was to expand those regulatory powers to include online platforms, but Liberal members have since used their position on the heritage committee to amend Bill C-10 to include social media platforms and other Internet platforms. This would amount to a significant attack on freedom of speech.
The petitioners want to see the government reverse its position on this and defend the freedom of speech of all Canadians. This petition calls on the government to respect Canadians' fundamental right to freedom of expression and to prevent Internet censorship.
Madame la Présidente, la huitième pétition porte sur le projet de loi C-10. Elle indique que le CRTC jouit déjà de vastes pouvoirs réglementaires sur les médias traditionnels. Le mandat original du projet de loi C-10 était d’accroître les pouvoirs réglementaires du CRTC de façon à y inclure les plateformes en ligne, mais les députés libéraux siégeant au comité du patrimoine ont voté en faveur d'un amendement au projet de loi C-10 pour inclure les plateformes de médias sociaux et autres plateformes Internet, ce qui constitue une sérieuse atteinte à la liberté d'expression.
Les signataires veulent que le gouvernement revienne sur sa position au nom de la liberté d’expression de tous les Canadiens. Cette pétition prie le gouvernement de respecter le droit fondamental des Canadiens à la liberté d’expression et d’empêcher la censure sur Internet.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
moved:
That, notwithstanding any standing order, special order or usual practice of the House, Bill C‑10, An Act to amend the Broadcasting Act and to make related and consequential amendments to other Acts, shall be disposed of as follows:
(a) the bill may be taken up at report stage immediately after the adoption of this order;
(b) not more than one hour shall be allotted to the consideration of the bill at report stage and, at the conclusion of the time provided at report stage, any proceedings before the House shall be interrupted, if required for the purpose of this order, and in turn every question necessary for the disposal of the said stage of the bill shall be put forthwith and successively, without further debate or amendment, provided that, if a recorded division is requested on any motion, it shall not be deferred, except pursuant to Standing Order 76.1(8);
(c) a motion for third reading may be made immediately after the bill has been concurred in at report stage;
(d) when the bill is taken up at the third reading stage, a member of each recognized party and a member of the Green Party each be allowed to speak for not more than 10 minutes followed by five minutes for questions and comments and, at the conclusion of the time provided for debate or when no member rises to speak, whichever is earlier, all questions necessary for the disposal of the third reading stage of the bill shall be put forthwith and successively, without further debate or amendment provided that, if a recorded division is requested on any motion, it shall not be deferred; and
(e) the House shall not adjourn until the proceedings on the bill have been completed, except pursuant to a motion proposed by a minister of the Crown, provided that once proceedings have been completed, the House may then proceed to consider other business or, if it has already passed the ordinary hour of daily adjournment, the House shall adjourn to the next sitting day.
propose:
Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou usage habituel de la Chambre, il soit disposé de la manière suivante du projet de loi C‑10, Loi modifiant la Loi sur la radiodiffusion et apportant des modifications connexes et corrélatives à d'autres lois:
a) le projet de loi puisse être étudié à l'étape du rapport immédiatement après l'adoption de cet ordre;
b) au plus une heure soit accordée aux délibérations à l'étape du rapport et, à la fin de la période prévue pour l'étape du rapport, toute délibération devant la Chambre soit interrompue, s'il y a lieu, aux fins de cet ordre et, par la suite, toute motion nécessaire pour disposer de cette étape du projet de loi sera mise aux voix immédiatement et successivement, sans autre débat ni amendement, pourvu que, si un vote par appel nominal est demandé sur une quelconque motion, il ne sera pas différé, sauf conformément à l'article 76.1(8) du Règlement;
c) une motion portant troisième lecture puisse être proposée immédiatement après l'adoption du projet de loi à l'étape du rapport;
d) lorsque le projet de loi est étudié à l'étape de la troisième lecture, un député de chaque parti reconnu et un député du Parti vert puissent chacun prendre la parole pendant au plus 10 minutes, suivies de cinq minutes de questions et d'observations et, à la fin de la période prévue pour le débat ou lorsqu'aucun député ne se lève pour prendre la parole, selon la première éventualité, toute question nécessaire pour disposer de l'étape de la troisième lecture du projet de loi soit mise aux voix immédiatement et successivement, sans plus ample débat ni amendement, pourvu que, si un vote par appel nominal est demandé sur une quelconque motion, il ne soit pas différé;
e) la Chambre ne soit pas ajournée avant que les délibérations sur le projet de loi ne soient terminées, sauf conformément à une motion présentée par un ministre de la Couronne, pourvu qu'une fois les délibérations terminées, la Chambre puisse aborder d'autres affaires ou, si l'heure de l'ajournement quotidien est dépassée, la Chambre s'ajourne jusqu'au prochain jour de séance.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, if we really want to understand where we are, we have to look at where we started.
Bill C‑10 came out of the work of the Yale commission, which worked on this for nearly a year and a half. The commission was created by my predecessors. It travelled across the country gathering input from experts and stakeholders, including groups representing people in music, visual arts, television and film.
The Yale commission received close to 2,000 briefs and submitted its report in early 2020. We took that input from the consultations and feedback from a group of leading Canadian experts, including the former director general of the CRTC, Ms. Yale, and started working on Bill C‑10. We worked hard to do what the previous overhaul of the Broadcasting Act in the early 1990s did when the Conservatives modernized it. The act was created to protect Canadian artists, organizations and businesses from the American cultural invasion.
We all know that the American cultural invasion is powerful and that it can steamroll any culture on the planet. I have discussed these issues with ministers in Europe, Asia, Africa and Latin America. Many countries worldwide are currently dealing with the issue of cultural sovereignty.
This is the spirit in which we tabled Bill C‑10. At the time, I was the first one to say that the bill could be enhanced, improved and amended. I would remind members that the last time the Broadcasting Act was amended, the government of the day overlooked one very important issue: the ownership of Canadian broadcasting companies. The act was amended in the early 1990s, and the Governor in Council issued an order in council a few years later, in 1997, to protect the ownership of Canadian broadcasting companies, because this had been overlooked.
All of this is to say that, when we propose a bill, we do our best to make sure that it represents the best of our intentions. I would like to remind all of the members in the House that Bill C‑10 was praised by cultural organizations across the country. According to many, its passage was a historic event.
Not only was the tabling of the bill saluted from coast to coast to coast, but the National Assembly of Quebec voted unanimously in favour of Bill C-10. It said that we need Bill C-10 and that it is a good piece of legislation. Among other things, it would help the French language, French producers, French artists and French composers to better perform in this environment. Another feature of Bill C-10 is that it would also further help and support indigenous creators, indigenous artists and indigenous producers in ways the previous incarnation of the bill unfortunately did not do.
This bill is not about content moderation. The CRTC, in its decades of existence, has never said to Shaw, CBC or TVA that they can do one program but cannot do another program. The CRTC has never had that power.
I heard one member talking about the sweeping powers of the CRTC. The CRTC is not above Canadian laws. It must comply with our bodies of laws and regulations, and it is a regulator. We have many regulators in different sectors, and the CRTC, from that point of view, is no different than existing regulators. What Bill C-10 wants to do is to ensure web giants pay their fair share.
As I have said many times in this House, as well as at the heritage committee, the independent, professional civil servants at Canadian Heritage estimate that, by asking web giants to pay their fair share, we would be adding revenues in excess of $800 million a year for our creators, artists, independent producers and musicians. That figure is an estimate, not an exact figure, as we would have to adopt the bill and implement the regulations to know exactly how much it would be.
I want to point out that, initially, when the heritage committee started working on the bill, things were going really well. The committee was able to go through roughly 20 amendments at every committee meeting. What has been really challenging to understand is the Conservative Party.
By and large, we have four parties in this House that recognize the need to modernize the Broadcasting Act and agree on the goals. We do not agree on everything, but between the Greens, the NDP, the Bloc and us Liberals, I think there is vast agreement on what needs to be done.
Frankly, I am trying to understand the position of the Conservative Party on this, as it has been a moving target. Initially, the Conservatives criticized the bill for not going far enough because we were not going after YouTube or integrating these really important companies in the bill, so we changed it. Then, all of a sudden, they changed their minds. It was not good enough. Not only was it not good enough, but they disagreed with their initial position.
Then they started talking about this idea that somehow the bill would lead to censorship, which was proven wrong by the independent professional civil service of the justice ministry. The deputy minister came to testify at the heritage committee to that effect and produced analyses that showed Bill C-10 did not go against the Canadian Charter of Rights and Freedoms. In fact, there are elements within Bill C-10 and the CRTC's own laws that state that the CRTC has to abide by the Charter of Rights.
Because of that, the Conservatives claimed that it was an infringement on net neutrality. We tried to explain what net neutrality is and what it is not. Basically, net neutrality is about telecommunications. It is about the hardware and the ability of people to have access to networks. Bill C-10 does not do that. It is not about telecommunications at all.
I think we are now faced with the fact that, because of the Conservative Party, we have lost months of work on Bill C-10. For every month that passes, artists, creators, musicians and technicians in this country lose roughly $70 million per month, so we must proceed with the adoption of Bill C-10. Artists, musicians and organizations across the country are asking us to do so.
Madame la Présidente, pour bien comprendre là où nous en sommes, il faut voir d'où nous sommes partis.
Le projet de loi C‑10 est le fruit du travail de la commission Yale, qui a travaillé pendant près d'une année et demie. Cette commission avait été mise en place par mes prédécesseurs. Elle a traversé tout le pays afin de recueillir les avis des experts et des groupes intéressés par ces questions, notamment les groupes artistiques de la musique, des arts visuels, de la télévision et du cinéma.
La commission Yale a reçu près de 2 000 mémoires et son rapport a été présenté au début de 2020. Forts de cet exercice de consultations et de réflexions d'un groupe d'éminents experts canadiens, dont l'ancienne directrice générale du CRTC, Mme Yale, nous avons commencé à travailler sur le projet de loi C‑10. Nous y avons travaillé avec assiduité afin de faire ce que la dernière modification de la Loi sur la radiodiffusion, au début des années 1990, avait fait. C'était une loi qui avait été modernisée par le gouvernement conservateur. Cette loi avait été créée pour protéger les artistes, les organisations et les entreprises canadiennes de l'invasion culturelle américaine.
Nous savons toutes et tous que l'invasion culturelle américaine est un rouleau compresseur très puissant, qui fait pression sur l'ensemble des cultures de la planète. J'ai eu des conversations sur ces questions avec des ministres en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique latine. L'enjeu de la souveraineté culturelle est un enjeu auquel un très grand nombre de pays de la planète sont confrontés.
C'est donc dans cet esprit que nous avons déposé le projet de loi C‑10. À l'époque, j'étais le premier à dire que ce projet de loi pouvait être perfectible, amélioré et amendé. Je rappelle que, lors de la dernière modification de la Loi sur la radiodiffusion, le gouvernement de l'époque avait oublié une question très importante, soit celle de la propriété des entreprises de radiodiffusion canadiennes. La Loi a été modifiée au début des années 1990 et le gouverneur en conseil est revenu avec un décret en 1997, quelques années plus tard, pour protéger la propriété des entreprises de radiodiffusion canadiennes, parce que cela avait été un oubli.
Tout cela pour dire que lorsque l'on propose un projet de loi, on fait de son mieux pour que le projet de loi représente le meilleur de ce que l'on pense. Je tiens à rappeler à tous les députés de la Chambre que le dépôt du projet de loi C‑10 a été salué par les organisations culturelles d'un bout à l'autre du pays. Selon plusieurs personnes, l'adoption de ce projet de loi représentait une journée historique.
Non seulement le dépôt du projet de loi C‑10 a‑t‑il été salué d’un océan à l’autre, mais l’Assemblée nationale du Québec s’est prononcée à l’unanimité en sa faveur. Elle a dit que nous avions besoin de ce projet de loi et que c’était une bonne mesure législative, notamment parce qu’il favoriserait la langue française et aiderait les producteurs, les artistes et les compositeurs francophones à mieux se distinguer dans leur propre environnement. Un autre avantage du projet de loi C‑10 est le fait qu’il aiderait et soutiendrait davantage les créateurs, les artistes et les producteurs autochtones de diverses manières, contrairement à la version précédente.
Ce projet de loi ne porte pas sur la modération du contenu. Au cours de ses décennies d’existence, le CRTC n’a jamais dit à Shaw, à CBC/Radio-Canada ou à TVA qu’ils pouvaient produire telle émission, mais pas telle autre. Le CRTC n’a jamais eu ce pouvoir.
J’ai entendu un député parler des vastes pouvoirs du CRTC. Le CRTC n’est pas au-dessus des lois. Il doit se conformer à nos lois et à nos règlements. C’est un organisme de réglementation. Nous avons de nombreux organismes de réglementation dans différents secteurs, et le CRTC, de ce point de vue, n’est pas différent des autres. Ce que le projet de loi C‑10 cherche à faire, c’est de s’assurer que les géants du Web paient leur juste part.
Comme je l’ai dit à maintes reprises à la Chambre ainsi qu’au comité du patrimoine canadien, les fonctionnaires indépendants et professionnels du ministère du Patrimoine canadien prévoient qu’en demandant aux géants du Web de payer leur juste part, nous ajouterions des revenus de plus de 800 millions de dollars par années aux sommes destinées à nos créateurs, nos artistes, nos producteurs indépendants et nos musiciens. Il s’agit d’un chiffre estimatif seulement et non exact, car il faudrait adopter le projet de loi et mettre en œuvre le règlement pour savoir à combien il s’élèverait exactement.
Je tiens à souligner qu’au moment où le comité du patrimoine canadien a entrepris ses travaux sur le projet de loi, les choses se passaient très bien. Le comité a pu examiner une vingtaine d’amendements à chacune de ses réunions. Le gros défi a été de comprendre le Parti conservateur.
En gros, quatre partis à la Chambre reconnaissent la nécessité de moderniser la Loi sur la radiodiffusion et s’entendent sur les objectifs. Nous ne sommes pas d’accord sur tout, mais au sein des verts, des néo-démocrates, des bloquistes et des libéraux, je pense qu’il existe un large consensus sur ce qu’il faut faire.
J’essaie honnêtement de comprendre la position du Parti conservateur à ce sujet, parce qu’il n’a cessé de changer d’idée. Au début, les conservateurs ont dit que le projet de loi n’allait pas assez loin parce que nous ne nous en prenions pas à YouTube ou que nous n'intégrions pas ces grosses entreprises dans le projet de loi. Nous l’avons donc modifié. Puis, ils ont encore changé d’idée soudainement. Le projet de loi n’était plus assez bon. Non seulement il n’était pas assez bon, mais les conservateurs ne souscrivaient plus à leur position initiale.
Ensuite, ils ont commencé à lancer l’idée que le projet de loi mènerait à la censure, ce que les fonctionnaires indépendants et professionnels du ministère de la Justice ont nié avec preuves à l’appui. La sous-ministre est venue témoigner au Comité du patrimoine à ce sujet et a produit des analyses qui démontraient que le projet de loi C‑10 ne contrevenait pas à la Charte canadienne des droits et libertés. En fait, certains éléments du projet de loi C‑10 et des lois du CRTC même stipulent que le CRTC doit respecter la Charte des droits et libertés.
Les conservateurs ont donc alors prétendu qu’il s’agissait d’une atteinte à la neutralité du Net. Nous avons essayé d’expliquer en quoi consiste la neutralité du Net et ce qu’elle n’est pas. Essentiellement, la neutralité du Net concerne les télécommunications. Il s’agit du matériel électronique et de la capacité qu’ont les gens d’accéder aux réseaux. Le projet de loi C‑10 ne vise pas cela. Il ne porte pas du tout sur les télécommunications.
Je pense que nous devons maintenant faire face au fait qu’à cause du Parti conservateur, nous avons perdu des mois de travail sur le projet de loi C‑10. Pour chaque mois qui passe, les artistes, les créateurs, les musiciens et les techniciens du pays perdent environ 70 millions de dollars par mois. Nous devons donc adopter le projet de loi C‑10. Des artistes, des musiciens et des organismes de partout au pays nous le demandent.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I thank the minister for his intervention today and for trying to set the record straight with respect to what is happening with this bill. The reality of the situation is that, unfortunately, the Conservatives have attempted to hijack this bill in an effort to convince Canadians that the government is trying to limit free speech, but nothing could be further from the truth. This bill is about ensuring that Canadian content continues into the future.
I think of artists such as the musicians in The Tragically Hip, who came from my riding of Kingston and the Islands. It is quite possible that, in those early days, they may not have had the exposure they had without the requirements for Canadian content. This is really about helping to ensure that Canadian content and Canadian artists continue to have that level of exposure right from the infancy stages, before they are popular, when they really need it.
I am wondering if the minister could comment on how he sees this helping future artists as those in The Tragically Hip were helped.
Madame la Présidente, je remercie le ministre de son intervention d’aujourd’hui. Je le remercie d’essayer de rétablir les faits au sujet de ce projet de loi. Il est bien malheureux que les conservateurs aient tenté de détourner le débat sur ce projet de loi afin de convaincre les Canadiens que le gouvernement tente de limiter la liberté d’expression, alors que rien n’est plus faux. Ce projet de loi vise à assurer la pérennité du contenu canadien.
Je pense à des artistes comme les musiciens de The Tragically Hip, qui viennent de ma circonscription, Kingston et les Îles. Il est tout à fait possible qu’au début de leur carrière, ils n’auraient pas eu la même visibilité sans les exigences en matière de contenu canadien. Il s’agit vraiment de faire en sorte que le contenu canadien et les artistes canadiens continuent d’avoir ce niveau de visibilité dès le début, quand ils en ont vraiment besoin, avant de devenir populaires.
Je me demande si le ministre pourrait nous dire comment, à son avis, ces mesures aideraient les futurs artistes de la même façon que les musiciens de The Tragically Hip ont été aidés par le passé.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, the member for Kingston and the Islands is absolutely right. That is exactly what Bill C-10 is about and exactly what it aims to do.
As we know, web giants are taking more and more of the share of how we listen to music, watch TV and watch movies. Unless they are brought into the Canadian regulatory framework, then the very reason why we created those modifications in the early nineties will disappear, and we will lose our cultural sovereignty. That is precisely why Bill C-10 was brought forward and why we want it to be adopted as quickly as possible.
Madame la Présidente, le député de Kingston et les Îles a tout à fait raison. C’est exactement l’objectif du projet de loi C‑10.
Comme nous le savons, les géants du Web contrôlent de plus en plus la façon dont nous écoutons de la musique et regardons la télévision ou des films. S’ils ne sont pas intégrés au cadre réglementaire canadien, la raison même pour laquelle nous avons apporté ces modifications au début des années 1990 disparaîtra, et nous perdrons notre souveraineté culturelle. C’est précisément pour cette raison que le projet de loi C‑10 a été présenté et que nous voulons qu’il soit adopté le plus rapidement possible.
View Kevin Waugh Profile
CPC (SK)
View Kevin Waugh Profile
2021-06-14 16:47 [p.8356]
Madam Speaker, the Minister of Canadian Heritage was right when he admitted this bill could be improved.
The last two days in committee, we rammed through everything. There were no amendments and no discussion. There was nothing. Forty per cent of this bill was never talked about in the heritage committee, yet now we have another gag order thanks to the Bloc's support of the government.
How can the minister of heritage stand here today and say that this bill is good for Canadians when over 40% of the bill was never even debated in committee?
Madame la Présidente, le ministre du Patrimoine canadien avait raison lorsqu’il a admis que le projet de loi pourrait être amélioré.
Au cours des deux derniers jours, les choses sont allées tambour battant au comité. Il n’y a pas eu ni amendement ni discussion, rien. Le comité du patrimoine a laissé de côté 40 % de ce projet de loi, mais voilà qu’on nous impose un autre bâillon grâce à l’appui du Bloc québécois au gouvernement.
Comment le ministre du Patrimoine peut-il affirmer aujourd’hui que ce projet de loi est bon pour les Canadiens alors que plus de 40 % de son contenu n’ont même pas été débattus en comité?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, it is ironic that the Conservative Party would ask my colleague, of all its MPs, to ask me a question because he was one of the MPs who initially criticized the bill for not going far enough, saying that this bill needed to include companies like YouTube. When we did this, all of a sudden the Conservative Party changed its stance.
The Conservatives did not really want one of the wealthiest companies in the world to pay its fair share. YouTube is part of Google. It is one of the largest, one of the wealthiest, one of the most powerful companies in the world. I just cannot figure out what happened to the Conservative Party, which, instead of standing for our artists and our Canadian creators, decided to stand with Google and YouTube. Frankly, I just cannot understand it.
Madame la Présidente, il est ironique que, parmi tous ses députés, le Parti conservateur demande à mon collègue de me poser une question, alors qu’il a été l’un des premiers à critiquer le projet de loi parce qu’il n’allait pas assez loin. Selon lui, ce projet de loi devait inclure des entreprises comme YouTube. Lorsque nous avons donné suite à sa demande, le Parti conservateur a tout à coup changé d’avis.
Les conservateurs ne voulaient pas vraiment que l’une des entreprises les plus riches au monde paie sa juste part. YouTube fait partie de Google. C’est l’une des plus grandes, l’une des plus riches et l’une des plus puissantes sociétés au monde. Je n’arrive pas à comprendre ce qui est arrivé au Parti conservateur qui, au lieu de défendre nos artistes et nos créateurs canadiens, a décidé d’appuyer Google et YouTube. Franchement, cela me dépasse.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-06-14 16:49 [p.8357]
Madam Speaker, earlier the minister used a generic statement when he said that if we really want to understand where we are, we have to look at where we started.
I like this kind of statement. It reminds me that it took six years for us to even get Bill C‑10. It also took 120 amendments. My Conservative colleague alluded to this, but it seems as though we have the Bloc Québécois to thank for this. The Liberals did not seem very enthusiastic about working on Bill C‑10 until we intervened.
My question for the minister is the following: What inspired the Liberals' enthusiasm for working on Bill C‑10?
Madame la Présidente, tout à l'heure, j'ai entendu une phrase du ministre, une phrase un peu fourre-tout. Il a dit: si on veut savoir où on est, il faut savoir d'où on est parti.
J'aime bien ce type de phrase. Cela me rappelle qu'il a fallu six ans avant qu'on puisse voir l'aboutissement du projet de loi C‑10. Il a aussi fallu 120 amendements. J'ai l'impression, comme l'a laissé entendre mon collègue conservateur, qu'il faut dire merci au Bloc québécois. Sans notre intervention, on ne sentait pas beaucoup d'enthousiasme, du côté des libéraux, pour faire avancer le projet de loi C‑10.
Je poserai donc la question suivante au ministre: qu'est-ce qui motive cette absence d'enthousiasme, chez les libéraux, à travailler sur le projet de loi C‑10?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I think that my colleague, unlike some of his colleagues in the Bloc Québécois, has not followed the evolution of Bill C-10. I would like to remind him that Bill C-10 is based on a consultation and the ensuing report, which was released in early 2020.
If we do the calculations, 2020 to 2021 is not six years. It is a year and a few months. We acted promptly, swiftly and decisively.
I defended Bill C-10 on every forum, as did our government. I would remind my esteemed colleague that the Quebec National Assembly adopted a unanimous resolution supporting Bill C-10. In addition, several thousand artists, including Yvon Deschamps, Lise Dion and Claude Legault, signed a petition in support of Bill C-10. I think that our work is recognized and appreciated by the artistic community.
I will conclude by saying that I appreciate the Bloc Québécois’s support, as well as the work done by the Bloc and other members on the committee. Unfortunately, I do not appreciate the work of the Conservative Party.
Madame la Présidente, je pense que mon collègue, contrairement à certains de ses collègues du Bloc québécois, n'a hélas pas suivi l'évolution du projet de loi C‑10. Je lui rappelle que le projet de loi C‑10 repose sur une consultation dont le rapport a été publié au début de 2020.
Si on fait le calcul, de 2020 à 2021, cela ne fait pas six ans. Cela fait fait un an et quelques mois. Nous avons agi avec célérité, avec rapidité et avec détermination.
J'ai défendu sur toutes les tribunes le projet de loi C‑10, comme notre gouvernement l'a fait d'ailleurs. Je rappelle à mon illustre collègue que l'Assemblée nationale a adopté une résolution unanime en faveur du projet de loi C‑10. De plus, une pétition a été signée par plusieurs milliers d'artistes, y compris Yvon Deschamps, Lise Dion et Claude Legault, qui appuient tous le projet de loi C-10. Je pense que notre travail a été souligné et apprécié par la communauté artistique.
Je terminerai en disant que j'apprécie effectivement l'appui du Bloc québécois, ainsi que le travail fait par le Bloc québécois et par d'autres députés siégeant au comité. Hélas, je n'apprécie pas le travail du Parti conservateur.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I would like to thank the minister for his remarks.
Obviously, we have often discussed the fact that we need to support the cultural sector, that the Broadcasting Act is outdated and archaic and that digital platforms need to be included. We agree on the principle that web giants should be co-operating to help protect our artists.
However, this afternoon, we are talking about this type of supermotion. What makes me uncomfortable is the Liberal government’s management of its legislative agenda. The minister is telling us that the government acted swiftly, but now here we are in a mad rush at the end of the session. We get the feeling that this was not a priority, and now we are under a five-hour closure. We did not even get 10 hours.
Then we were asked to add committee meetings. We agreed to hold five meetings instead of two in one week to try to move things along a little. Now, even with the closure and the extra committee meetings, the minister is back with another fast-track procedure. Why did he not plan the work schedule better?
Madame la Présidente, je remercie le ministre de son intervention.
Nous nous sommes évidemment souvent parlé du fait qu'il fallait soutenir le secteur culturel, que la Loi sur la radiodiffusion était désuète et archaïque et qu'il fallait intégrer les plateformes numériques. Nous nous entendons sur le principe selon lequel les gens du Web doivent collaborer pour nos artistes et nos artisans.
Toutefois, cet après-midi, nous parlons de ce genre de super motion. Là où je ressens un certain malaise, c'est à l'égard de la gestion du calendrier législatif du gouvernement libéral. Le ministre nous dit que le gouvernement a agi avec rapidité, mais voilà qu'on se bouscule à la fin des travaux parlementaires. Nous avons l'impression que ce n'était pas une priorité, et voilà qu'on impose maintenant un bâillon non pas de dix heures, mais de cinq heures.
Ensuite, on nous demande d'ajouter des réunions de comité. Nous acceptons et tenons cinq réunions au lieu de deux en une semaine pour essayer d'accélérer les choses un peu. Or, même avec le bâillon et l'ajout de séances en comité, le ministre arrive encore avec une autre procédure accélérée. Comment se fait-il qu'il n'ait pas mieux planifié l'horaire des travaux?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his question. I do not know if he has had the opportunity to speak with representatives of the cultural and arts sector in Quebec or elsewhere in Canada in recent weeks. All those I spoke to said that they wanted Bill C-10 to pass as soon as possible. That is what I was told by the Coalition for the Diversity of Cultural Expressions, ADISQ, the Union des artistes and many others. Had it not been for the Conservatives’ filibustering, I do not think we would be where we are now.
However, I must admit that I am somewhat surprised that the NDP is not prepared to support artists, and that it let them down because they are afraid of the Conservative Party. I do not understand the NDP’s position. On the one hand, they say they are in favour of Bill C-10 and forcing web giants to contribute their fair share, but, on the other hand, when the time comes to support artists and take action, they run and hide. I am truly shocked.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question. Je ne sais pas s'il a eu au cours des dernières semaines l'occasion de parler à des représentants du secteur culturel et artistique du Québec ou d'ailleurs au Canada. Pour ma part, tous ceux et toutes celles à qui j'ai parlé m'ont dit qu'ils voulaient que le projet de loi C‑10 soit adopté le plus rapidement possible. C'est ce que m'ont dit la Coalition pour la diversité des expressions culturelles, l'ADISQ, l'Union des artistes et j'en passe. N'eût été de l'obstruction systématique des conservateurs, je pense qu'on n'en serait pas là.
Cependant, je dois avouer que je suis un peu sidéré de voir que le NPD n'est pas prêt à appuyer les artistes et qu'il les a laissés tomber par peur du Parti conservateur. Je ne comprends pas la position du NPD qui, d'un côté, dit qu'il est en faveur du projet de loi C‑10 et d'obliger les géants du Web à contribuer leur juste part, mais de l'autre, quand vient le temps d'appuyer et d'agir, va se cacher. Sincèrement, j'en suis bouche bée.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-06-14 16:53 [p.8357]
Madam Speaker, I find it funny for the minister to be asking what happened to the Conservatives. We always have stood up and always will stand up for free speech. We believe that citizens across the country should not be censored on what they put on social media, like Facebook and YouTube. We believe people have a right to their own personal thoughts and opinions, unlike three-quarters of the front benches of the Liberal Party who want a basic dictatorship. Conservatives will always stand up for free speech and Bill C-10 curtails that. We will stand with all Canadians and their right to have their own opinions and own independent thought process.
Madame la Présidente, je trouve drôle que le ministre demande ce qui s’est passé avec les conservateurs. Nous avons toujours défendu la liberté d’expression, et nous continuerons de le faire. Selon nous, les publications des citoyens de partout au pays sur les médias sociaux, comme Facebook et YouTube, ne devraient pas faire l’objet de censure. Contrairement aux trois quarts des députés du Parti libéral assis aux premières rangées, qui souhaitent la mise en place des fondements d’une dictature, nous croyons que les gens ont le droit d’exprimer leurs pensées et opinions personnelles. Les conservateurs défendront toujours la liberté d’expression. Le projet de loi C‑10 la restreint. Nous allons défendre tous les Canadiens et leur droit d’exprimer leurs opinions et leur propre processus de réflexion indépendant.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I am not sure there was a question in there, but I will give it a shot. I would be curious to hear the hon. member on his party's stance regarding free speech when they were in power under the Harper government. At the time, I used to work for not-for-profit organizations. Organizations like mine, and so many others in this country working on environmental issues, women's rights issues and international development issues, were the target of the government because we did not agree with it. That is word for word. People can look it up.
I had a huge argument with the spokesperson for the Prime Minister's Office at the time when it was prime minister Stephen Harper, at the Copenhagen Climate Change Conference. He said the reason they were doing this was because they wanted to shut us up because we disagreed with the government.
Where was their priority and eagerness to defend freedom of speech when they were using all of the state's resources to go after non-governmental organizations and try to take away our funding because we disagreed with them? Where was their concern for freedom of speech two weeks ago when 81 members of this party voted—
Madame la Présidente, je ne pense pas que le député posait une question. Cependant, je vais tenter de répondre. Je serais curieux d'entendre ce que le député a à dire sur la position de son parti concernant la liberté d’expression lorsque le gouvernement de Harper était au pouvoir. À l’époque, je travaillais pour des organismes à but non lucratif. Des organismes comme le mien, et plusieurs autres organismes au pays qui s'occupaient d'enjeux relatifs à l'environnement, aux droits des femmes et au développement international étaient la cible du gouvernement parce qu’ils n’étaient pas d’accord au sujet de sa position. Je cite mot pour mot. Les gens peuvent faire une recherche.
J’ai eu une énorme dispute avec le porte-parole du Cabinet du premier ministre de l’époque, Stephen Harper, lors de la conférence de Copenhague sur les changements climatiques. Il avait dit que la raison pour laquelle le gouvernement faisait cela, c'est qu’il voulait nous faire taire, car nous n’étions pas d’accord avec lui.
Les conservateurs accordaient-ils la priorité à la liberté d’expression et la défendaient-ils lorsqu’ils utilisaient toutes les ressources du pays pour s’en prendre à des organisations non gouvernementales et leur retirer leur financement, parce qu’elles étaient en désaccord avec eux? Se préoccupaient-ils de la liberté d’expression il y a deux semaines, lorsque 81 députés du parti ont voté...
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-14 16:55 [p.8358]
Madam Speaker, I am very pleased to be speaking today. Earlier, I listened to the Minister of Heritage talk about Bill C‑10, which he tabled, and I almost choked several times.
He began by pointing out that it was important to look back at the past to understand where we are now. I will give another version of the facts for everyone out there watching, and I would invite everyone to fact-check me by consulting the unedited transcriptions, the “blues”, of the various discussions at the Standing Committee on Canadian Heritage. People will be able to check if what I am saying is accurate and well informed and if it reflects everything we have gone through during the saga of Bill C‑10 leading up to the present day.
The minister was right to say that he had all the resources he needed to table Bill C‑10 for more than a year and a half and garner a unanimous response from the outset. The minister is confusing things, talking about web giants and insinuating how he will handle them and make them pay their fair share. The ultimate goal was to produce an act that ensures a level playing field between digital broadcasters such as Disney Plus, Spotify and Netflix, and conventional broadcasters such as TVA, CBC/Radio-Canada, Global and CTV.
The minister even chose to ignore the important elements that everyone wanted to see, including copyright issues and CBC/Radio-Canada's mandate, explaining that he divided these challenges into three parts and was only introducing one in the House of Commons so that the Standing Committee on Canadian Heritage could work on it.
When he introduced the bill, the committee worked diligently and co-operatively to improve it. This bill was clearly imperfect even though the minister had had a lot of time to draft it with his experts. More than 120 amendments were proposed by all parties. Surprisingly, these amendments were moved not just by the Conservative Party, but also by the Green Party, which had been given authorization to move them, the Bloc Québécois, the NDP, Liberal members of the committee and even the government. In fact, the government and the Liberal Party moved almost 30 amendments, not to mention all the amendments to the amendments along the way, to try to address all the shortcomings of this bill.
As the minister pointed out, the committe's study of the bill was moving along relatively well, which I can vigorously and honestly confirm. We even worked with the minister and his staff, who were telling anyone who would listen that the Conservatives were slowing down the process. That was completely false. All the committee members even agreed to do a preliminary study and use that evidence in the committee's official study, to avoid holding up the work.
At no point in the legislative process was the bill delayed, despite what the minister and his aides implied. I am saying so in all honesty, and I challenge everyone to take the time to read all the speeches and everything leading up to that infamous Friday when the minister, surreptitiously and without warning, withdrew clause 4.1 that he was proposing to add to the Broadcasting Act. This made the bill altogether different by including social networks, which had originally been excluded.
Why do I say that? It is because, when we did our job in good faith as Parliamentarians, each party had the opportunity to call witnesses to testify about various aspects of Bill C‑10. That gave us the opportunity to obtain as much information as possible to do the best we could, based on the knowledge of every member and staffer, to formulate proper opinions during our study of the bill in order to improve it. That is our job as legislators, of which I am extremely proud.
The problem is that the Minister of Canadian Heritage left social media out of the original version of Bill C‑10. Furthermore, despite the minister's assertion from the get-go that it is a historic bill, to my knowledge, only one organization has said that. The other organizations highlighted the bill's good parts and said that it was indeed time to modernize the act and to align the way we deal with digital with the way we deal with what we call conventional broadcasters. However, I met with all the organizations the minister mentioned, and every one of them pointed out several frightening provisions in Bill C‑10.
The Minister of Canadian Heritage said that the Conservatives delayed and filibustered. I am sorry, but it was not the Conservatives who did that. The Conservatives have merely given a voice to a number of organizations, individuals and experts who wanted to point out the flaws in Bill C-10. The minister can go ahead and play his partisan games in the run-up to an election to try to scare everyone into believing that the Conservatives do not support the cultural community. However, it is all complete and utter nonsense, pure theatrics, a show worthy of our Prime Minister, who is a great stage actor.
The heritage minister should stop with the games, because nobody is against culture. On the contrary, we are against censorship, against this attack and the way the minister undermined freedom of expression one Friday by removing section 4.1, which was supposed to be added to the Broadcasting Act.
That is when we began what could indeed be described as filibustering or slowing down the committee's work. We are talking about a maximum of three weeks during the six-plus years the Liberal government has been in power. Those three weeks have allegedly been catastrophic, but the Liberals are filibustering in many other committees with regard to the corruption scandals they were involved in, whether we are talking about the former justice minister, SNC-Lavalin, the WE Charity or the Standing Committee on Health, where we have been requesting access to the vaccine procurement reports. The Liberals have definitely done their share of filibustering.
Why have we been filibustering for approximately three weeks? The heritage minister was right. Let us give some background on all of this. It is important to understand it, so that people know how we got to where we are today, muzzled by the Liberals with the support of the Bloc Québécois.
By amending the bill one Friday afternoon, the heritage minister set off alarm bells all over the place. During the weekend, law experts and university professors sounded the alarm, telling us to look out because the government was doing something that would undermine freedom of expression.
What did the Conservatives do? We just asked to hear from the heritage minister again and get a legal opinion from the Minister of Justice stating that the rights guaranteed in the Canadian Charter of Rights and Freedoms were not violated by the removal of clause 4.1.
In response, the Liberals objected incessantly for more than two weeks until the member for Mount Royal moved a new version of the motion asking for exactly the same thing we had proposed, which was to have the justice and heritage ministers come explain the situation and answer our questions, as well as an opportunity to hear the other side of the story from experts who had concerns about Bill C‑10.
They ended up appearing, and we were finally able to put an end to the committee's three-week-long standstill. That is the truth about the delay that has the minister up in arms.
I have to wonder whether the minister really wants to pass Bill C-10, because the reality is that the work of the House will be over in just 10 days' time. When the bill is passed by the House at third reading, it will have to go to the Senate. The Senate will have to examine the bill, although 40% of the amendments will not even have been discussed by the Standing Committee on Canadian Heritage. It is pretty preposterous to hear the minister lecturing us, given his behaviour.
Earlier, the minister said that some 30-odd organizations from across the country had highlighted the importance of the bill for the cultural community. They are right, it is an important bill for the cultural community, but that does not release us from the obligation to make sure we protect freedom of expression. I can already picture the minister pointing out that the Minister of Justice tabled his report with his experts. I am sorry, but what he tabled was an explanatory document, which was not in the motion we had presented.
We did not get any answers to our questions, and people started to wake up. The committee heard from former CRTC officials including Timothy Denton, CRTC commissioner from 2009 to 2013, Konrad von Finckenstein, CRTC president from 2007 to 2012, Peter Menzies, the CRTC's vice-president of telecommunications from 2013 to 2018, Michel Morin, the CRTC's national commissioner from 2008 to 2012, and Philip Palmer, legal counsel at the Department of Justice and senior counsel at the Department of Communications from 1987 to 1994. The heritage minister never names them, but all those individuals said that what the minister was doing made no sense.
Peter Menzies went as far as to say that this was a full-blown assault on freedom of expression and the foundations of democracy. He said it is difficult to understand the level of hubris or incompetence, or both, that would lead someone to believe that such an encroachment on rights can be justified.
When the minister attacks the Conservatives, he is also attacking all those individuals, not to mention the thousands of Canadians who support us and have said they want us to keep up the pressure on the minister about his bill and his encroachment on their rights.
These are facts, and I have not even mentioned Michael Geist, who is very often referred to as a professor emeritus of law at the University of Ottawa. His expertise is so sought after that even the Liberal government supports his research in this field. He was one of the strongest critics of the Liberal government's attitude, and the Bloc Québécois's as well since it supported the Liberals' gag order. Imagine: a gag order that has not been used in 20 years, that the Conservative Party never used during its 10 years in power, a House of Commons gag order that the government imposed on a committee when the House leaders keep telling us that committees are independent every time we question them.
Given what the Liberals just did to the Standing Committee on Canadian Heritage, they can never again say that a committee is independent. This is something unique. Even when people used this measure in the past, they granted a minimum of 10 hours to work on the document in question. All we were given was five hours.
This law professor, Michael Geist, is not alone. There are others from other universities. I do not have the documents with me, but I have quoted them several times. People can go and check.
I therefore want to reiterate that, when the minister attacks the Conservatives, he is attacking all those who spoke out via social media, press releases, written correspondence, speeches and interviews with the media and who said that what the minister was doing did not make sense.
Does this mean we are against culture? No, absolutely not.
Does it mean that the minister made a mistake with his bill? The answer is yes.
If the work had been done properly to begin with, we would not be where we are today. It is because of all the delays that we are dealing with this mess, which will certainly not ensure a level playing field between digital broadcasters and conventional broadcasters.
My NDP colleague's question to the minister was entirely justified. That is what happened. Those are the facts.
Back when we started studying this bill, the government made a big show of saying that this was to be a partnership, so it is pretty funny that the opposition parties did not get so much as a phone call to let them know that clause 4.1 was being removed from the bill. That was the event that triggered this crisis.
No other conversations about collaboration raised problems when they were in the Liberal government's interest. I cannot talk about them because they happened in private, but I was involved in those conversations several times.
It is sad that things have come to this. It is sad that the minister is now stooping to partisan behaviour and attacking Conservatives over this file. As I said, we are just speaking on behalf of all these industry stakeholders, the ones who wanted to protect net neutrality and freedom of expression and avoid these flaws that will almost certainly be challenged in court.
The Canadian Radio-television and Telecommunications Commission now has more powers, even though former CRTC commissioners and chairs say that giving the CRTC that kind of power is not a good idea. I am not kidding.
At the beginning of his speech the minister talked about $70 million a month, which was an approximate amount, with the calculations planned for later. People deserve to be told the truth. The CRTC now has nine months to tell us on what percentage it will base the calculations, because no one knows. The only response from the minister is that if the CRTC uses the same calculations as conventional broadcasters, the amounts will be somewhere between $800 million and $1.1 billion, which leaves a margin of $300 million. We do not know anything about it, however, and neither do we know whether the CRTC is going to use the same rules. Once the bill passes we will no longer have any control over this.
That is the current reality of this bill. Time allocation was imposed, and over the past week we have been forced to hold many votes on amendments without those watching us having access to the text of nearly 40% of them. Imagine that scenario, where the only thing the audience heard was the number of the amendment, preceded by the abbreviation of the party proposing it and followed by the question on whether members of the committee were for or against it. What transparency. The Liberals said that the people would have access to the text at the end, when it was all over. It will be too late by then and we will not be able to move forward.
The minister says that we delayed the process, but I would have him know that the committee agreed to hold as many meetings as the chair wanted. We even held meetings every day of the break week, when we were meant to be working in our ridings. Some meetings were extended to four or five hours, on barely an hour's notice. That is the truth, but the minister never mentions that when he talks about his bill.
That really stings, because these kinds of politics hurt us all. The session is ending in a few days. We know full well that the Liberals will call an election before the House comes back. All the minister is trying to do here is play politics. He wants his bill to make it into the election platform, since he knows perfectly well that he will not get it passed in time.
The Bloc Québécois helped the Liberals out of some hot water. I do not recall ever seeing an opposition party support a government gag order. The Bloc members are proud of it. They are boasting about supporting a gag order. It is crazy to think about it.
At times, I found myself wondering what was going on. The minister was weaving a story that did not make sense and that was looking like a horror story for a while there. We have tried our best to do our jobs as legislators, but it has unfortunately been extremely difficult.
The minister, through his work, has attacked net neutrality. He has created a breach. It may not be a big breach, but it is a breach nonetheless. It will be challenged, that much is clear. On top of that, the CRTC is also being given increased powers. That is the reality.
If people listening right now think that my story is not true and that I lied, if they think, as the Prime Minister has implied in the House, that I misled people, I invite them to go back and look at the record, because it is all there.
People know that that is how it happened. They know that everyone started out in good faith, until that Friday when the Minister of Canadian Heritage removed clause 4.1 without any warning. Everyone knows what happens when something is done on a Friday. It means they want to slip it through quietly. After all the theatrics to try to make people believe we do not support the arts community, which is not the case, because it is censorship that we oppose, here is what the Liberal government did instead: It censored us by imposing time allocation.
Madame la Présidente, je suis vraiment content de prendre la parole aujourd'hui. Tantôt, j'écoutais le ministre du Patrimoine s'exprimer sur le projet de loi C‑10, qu'il a déposé, et j'ai failli m'étouffer à plusieurs reprises.
Il a souligné dès le départ qu'il était important de faire l'historique de tout ce qui s'était passé pour bien comprendre où on en est aujourd'hui. Je vais donner une autre version des faits pour toutes les personnes qui nous écoutent, que j'invite tout le monde à valider en consultant les comptes rendus non révisés, les « bleus », des différentes discussions qu'il y a eu au Comité permanent du patrimoine canadien. Les gens pourront voir si mes propos sont justes et éclairés et s'ils reflètent la réalité de ce qu'on a vécu tout au long de cette saga du projet de loi C-10 jusqu'à aujourd'hui.
Le ministre a bien fait de le souligner: cela faisait plus d'un an et demi qu'il avait en mains toutes les ressources nécessaires pour proposer son projet de loi C-10 et faire l'unanimité dès le début. Le ministre fait des amalgames en parlant des géants du Web et en laissant sous-entendre comment il va gérer cela et leur faire payer leur juste part. L'objectif ultime était d'en arriver à une législation qui assure une compétition égale et un fonctionnement équitable entre les radiodiffuseurs numériques comme Disney Plus, Spotify et Netflix et les radiodiffuseurs conventionnels comme TVA, Radio-Canada/CBC, Global ou CTV.
Le ministre a même fait le choix de laisser de côté des éléments importants que tout le monde demandait à voir, dont les droits d'auteur et le mandat de Radio-Canada/CBC, expliquant qu'il avait scindé ses défis en trois parties et qu'il n'en déposait qu'une à la Chambre des communes pour que le Comité permanent du patrimoine canadien puisse y travailler.
Lorsqu'il a déposé le projet de loi, le Comité a travaillé rondement et avec collégialité pour l'améliorer. En effet, ce projet de loi était manifestement imparfait malgré tout le temps que le ministre avait eu pour le préparer avec ses experts. Plus de 120 amendements ont été proposés par tous les partis. À la grande surprise, ces amendements ne provenaient pas que du Parti conservateur, mais aussi du Parti vert — qui avait reçu l'autorisation d'en proposer —, du Bloc québécois, du NPD, des députés libéraux du Comité, et même du gouvernement. En effet, même le gouvernement et le Parti libéral ont présenté près de 30 amendements, sans compter tous les sous-amendements soumis en cours de route, pour tenter de colmater toutes les brèches qu'il y avait dans ce projet de loi.
Comme le ministre l'a souligné, l'étude du projet de loi allait relativement rondement en comité, ce que je confirme avec toute mon énergie et avec honnêteté. Nous avions même travaillé avec le ministre et son personnel, qui disaient à qui voulait entendre que les conservateurs ralentissaient le processus, ce qui était totalement faux. Tous les membres du Comité s'étaient même entendus pour effectuer une étude préliminaire et en utiliser les témoignages lors de l'étude officielle du Comité, afin d'éviter de retarder le travail.
En aucun cas dans le processus législatif le projet de loi n'a-t-il été retardé, malgré ce que le ministre et son personnel politique ont laissé sous-entendre. Je le dis avec toute honnêteté et je mets quiconque au défi de prendre le temps d'aller consulter tous les discours et tout ce qui s'est passé jusqu'à ce fameux vendredi où le ministre, en catimini et sans aucun avertissement, a retiré du projet de loi l'article 4.1 qu'il proposait de rajouter à la Loi sur la radiodiffusion. Ce faisant, il a fait de ce projet de loi un tout autre projet de loi, intégrant les réseaux sociaux qui en étaient absents au départ.
Pourquoi dis-je cela? Je dis cela parce que lorsque nous avons fait notre travail de parlementaires en toute bonne foi, chacun des partis a eu la possibilité de convoquer des témoins pour venir nous parler de divers aspects du projet de loi C‑10. Ceci nous a permis d'obtenir le maximum d'information pour faire du mieux que nous pouvions avec nos connaissances respectives et notre personnel, pour nous donner un bon point de vue dans notre étude de ce projet de loi afin de tenter de l'améliorer. C'est notre travail de législateurs et j'en suis extrêmement fier.
Le problème est que le ministre du Patrimoine canadien avait exclu les réseaux sociaux de la version initiale du projet de loi C‑10. De plus, contrairement à ce que dit le ministre depuis le début, comme quoi il s'agit supposément d'un projet de loi historique, un seul organisme l'a dit, à ma connaissance. Les autres organismes ont souligné des bons coups du projet de loi et ont dit qu'il était effectivement temps de moderniser la Loi et d'harmoniser le traitement du numérique avec celui des radiodiffuseurs dits conventionnels. Par contre, tout le monde — parce que j'ai rencontré tous les organismes dont le ministre a parlé — nous a fait part de plusieurs éléments du projet de loi C‑10 qui font peur.
Le ministre du Patrimoine canadien a dit que les conservateurs avaient retardé les choses et fait de l'obstruction parlementaire. Je le prie de m'excuser, mais ce ne sont pas les conservateurs qui l'ont fait. Les conservateurs n'ont été que les porte-voix d'un ensemble d'organismes, d'individus et d'experts qui ont mis en évidence des lacunes dans le projet de loi C‑10. Le ministre peut bien faire son partisan à l'approche d'une élection pour essayer de faire peur à tout le monde et en essayant de faire croire que les conservateurs sont contre le milieu culturel. Cependant, c'est du grand n'importe quoi, de la mise en scène, au même niveau que notre premier ministre, qui est un grand acteur de théâtre.
Le ministre du Patrimoine devrait arrêter de jouer ce petit jeu parce que personne n'est contre la culture. Au contraire, nous sommes contre la censure, contre cette attaque et la brèche que le ministre a ouverte dans la liberté d'expression en retirant un vendredi l'article 4.1 que le projet de loi voulait ajouter à la Loi sur la radiodiffusion.
C'est à ce moment-là qu'a commencé ce qu'on pourrait effectivement qualifier d'obstruction parlementaire ou de ralentissement des travaux du Comité. On parle d'un maximum de trois semaines sur plus de six ans de gouvernement libéral. Ces trois semaines sont supposément une catastrophe, mais les libéraux font de l'obstruction dans plusieurs autres comités au sujet des scandales de corruption qui les ont visés, qu'il s'agisse de l'ancienne ministre de la Justice, de SNC‑Lavalin, de l'organisme UNIS ou du Comité permanent de la santé où nous demandons accès aux rapports d'approvisionnement en vaccins. Nous avons donc eu droit à pas mal d'obstruction de la part des libéraux.
Pourquoi y a-t-il eu de l'obstruction parlementaire pendant environ trois semaines? Le ministre du Patrimoine avait raison: faisons l'historique de tout cela. Il est important de bien comprendre afin que les gens sachent pourquoi nous en sommes là aujourd'hui, bâillonnés par les libéraux avec l'appui du Bloc québécois.
En ayant modifié le projet de loi un vendredi après-midi, le ministre du Patrimoine a déclenché des sonnettes d'alarme un peu partout. Pendant la fin de semaine, des experts en droit et des professeurs d'université ont allumé des signaux d'alarme en disant de faire attention, car on était en train de faire quelque chose qui ouvrait une brèche dans la liberté d'expression.
Qu'ont fait les conservateurs? Nous avons tout simplement demandé à réentendre le ministre du Patrimoine et à obtenir un avis juridique du ministre de la Justice nous confirmant que les droits garantis par la Charte canadienne des droits et libertés n'avaient pas été brimés par la suppression de l'article 4.1.
En réaction, les libéraux se sont objectés sans arrêt pendant plus de deux semaines, jusqu'à ce que le député de Mont‑Royal dépose une nouvelle mouture de motion pour demander exactement ce que nous avions proposé, c'est-à-dire que les ministres de la Justice et du Patrimoine viennent nous expliquer la situation et répondre à nos questions, et que nous puissions entendre l'autre côté de la médaille, c'est-à-dire le point de vue des experts qui avaient des inquiétudes en lien avec le projet de loi C‑10.
Ils ont fini par venir. Là, on a pu mettre fin au blocage de trois semaines qui faisait qu'on était dans un cul-de-sac au Comité. Voilà la réalité en ce qui concerne le blocage, au sujet duquel le ministre déchire sa chemise sur la place publique.
On se demande vraiment si le ministre veut faire adopter le projet de loi C‑10, parce que la réalité, c'est que les travaux de la Chambre se termineront dans à peine 10 jours. Lorsqu'il sera adopté par la Chambre en troisième lecture, le projet de loi va devoir aller au Sénat. Le Sénat devra examiner le projet, dont 40 % des amendements n'auront même pas été discutés au Comité permanent du patrimoine canadien. Je trouve cela assez rocambolesque quand j'entends le ministre nous faire la leçon compte tenu de son comportement.
Tantôt, le ministre a dit qu'une trentaine d'organismes au pays ont souligné l'importance de ce projet de loi pour le milieu culturel. Ils ont raison, c'est un projet qui est important pour le milieu culturel, mais cela ne veut pas dire qu'on n'a pas une obligation de s'assurer de protéger la liberté d'expression. Je vois déjà le ministre me dire que oui, mais que le ministre de la Justice a déposé son rapport avec ses experts. Je suis désolé, mais il a déposé un document explicatif, ce qui n'était pas dans la motion que nous avions présentée à ce moment-là.
Donc, nous n'avons pas eu de réponses à nos questions et les gens ont commencé à s'ouvrir. Le Comité a reçu d'anciens commissaires du CRTC: Timothy Denton, ancien commissaire du CRTC de 2009 à 2013; Konrad von Finckenstein, ancien président du CRTC de 2007 à 2012; Peter Menzies, vice-président des télécommunications du CRTC de 2013 à 2018; Michel Morin, commissaire national du CRTC de 2008 à 2012; Philip Palmer, conseiller juridique au ministère de la Justice et chef du contentieux au ministère des Communications de 1987 à 1994. Le ministre du Patrimoine ne les nomme jamais. Or, tous ces gens ont dit que ce que le ministre faisait n'avait aucun bon sens.
Je vais citer Peter Menzies qui a été aussi loin que de dire qu'il s'agissait d'une attaque à part entière contre la liberté d'expression et les fondements de la démocratie. Selon lui, il est difficile de comprendre le niveau d'orgueil ou d'incompétence, ou les deux, qui peut mener quelqu'un à croire qu'un tel empiètement sur les droits est justifiable.
Quand le ministre attaque les conservateurs, il attaque aussi tous ces individus. Je ne nomme pas les milliers de Canadiens et de Canadiennes qui nous ont fait part de leur soutien pour que nous continuions à questionner le ministre au sujet de son projet de loi et son empiètement sur cette partie-là.
Ce sont des faits, et je ne parle pas de Michael Geist, nommé très souvent professeur émérite en droit à l'Université d'Ottawa. Il est même soutenu par le gouvernement libéral pour ses travaux de recherche dans le domaine, tellement son expertise est recherchée. Il a été l'un des grands porte-parole au pays pour dénoncer l'attitude du gouvernement libéral dans ce projet, et par ricochet celle du Bloc québécois qui a appuyé les libéraux dans sa démarche pour imposer un bâillon. Imaginons: un bâillon, qu'on n'a jamais vu en 20 ans, que jamais le Parti conservateur pendant 10 ans au pouvoir n'a utilisé, un bâillon de la Chambre des communes du gouvernement sur un comité alors que les leaders de la Chambre s'époumonent à dire que les comités sont indépendants chaque fois qu'on les remet en question.
Plus jamais les libéraux ne pourront dire qu'un comité est indépendant avec ce qu'ils viennent de faire au Comité permanent du patrimoine canadien. C'est quelque chose d'unique. Même lorsque des gens ont utilisé cette mesure dans le passé, ils accordaient un minimum de 10 heures pour travailler sur le document; là, nous avons eu droit à cinq heures.
Donc, ce professeur de droit, Michael Geist, n'est pas seul. Il y en a d'autres en provenance d'autres universités. Je n'ai pas les documents avec moi, mais je les ai cités à plusieurs reprises. Les gens peuvent aller vérifier.
Je répète donc que, quand le ministre attaque les conservateurs, il attaque toutes ces personnes qui parlaient via les réseaux sociaux, via des communiqués de presse, via des correspondances écrites, via certains discours, via des entrevues dans les médias et qui disaient que ce que le ministre faisait n'avait pas de bon sens.
Est-ce que cela veut dire que nous sommes contre la culture? Non, absolument pas.
Est-ce que cela veut dire que le ministre a gaffé dans son projet? La réponse est oui.
Si le travail avait été bien fait dès le départ, nous n'en serions pas là aujourd'hui. C'est à cause de tout le retard qu'on se retrouve devant ce gâchis qui fait qu'on n'arrivera sûrement pas à assurer une certaine équité entre les radiodiffuseurs numériques et les radiodiffuseurs conventionnels.
La question posée par mon confrère du NPD au ministre était donc tout à fait justifiée. C'est ce qui s'est produit et c'est la réalité.
Au début du processus entourant l'étude du projet de loi, le gouvernement nous avait offert un grand partenariat. Il est donc drôle que les partis d'opposition n'aient jamais reçu d'appel téléphonique pour les avertir que l'article 4.1 serait retiré du projet de loi, devenant l'élément névralgique qui allait déclencher cette crise.
Toutes les autres discussions visant à travailler en partenariat n'ont jamais soulevé de problème lorsqu'elles étaient dans l'intérêt du gouvernement libéral. Je ne peux pas en parler puisqu'elles se sont déroulées en privé, mais j'y ai effectivement pris part à plusieurs reprises.
Il est malheureux de voir où nous sommes rendus. Il est malheureux que le ministre fasse preuve maintenant de partisanerie dans ce dossier et qu'il lance des attaques aux conservateurs. Je répète que nous sommes que les porte-parole de tous ces acteurs du milieu, qui ont voulu travailler à protéger la neutralité du Web, à protéger la liberté d'expression et à éviter ces failles qui vont sûrement finir par être contestées devant les tribunaux.
Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes a maintenant de plus grands pouvoirs et d'anciens commissaires et présidents qui y ont déjà travaillé disent que donner de tels pouvoirs au CRTC n'a pas de bon sens: ce n'est pas des blagues!
Le ministre a parlé en début d'allocution de 70 millions de dollars par mois, un montant approximatif dont les calculs vont se faire plus tard. Or, il faut dire la vérité aux gens. Le CRTC a maintenant neuf mois pour nous dire sur quel pourcentage il va se baser pour faire les calculs, car personne ne le sait. En effet, la seule réponse obtenue du ministre est que, si le CRTC utilise les mêmes calculs que dans le cas des radiodiffuseurs conventionnels, les montants vont se situer entre 800 millions de dollars et 1,1 milliard de dollars, ce qui laisse une marge de 300 millions. Nous n'en savons rien, cependant, et nous ignorons si le CRTC va utiliser les mêmes règles. Une fois le projet de loi adopté, nous n'aurons plus de contrôle là-dessus.
Voilà la réalité actuelle de ce projet de loi. Un bâillon nous a été imposé et, au courant de la dernière semaine, nous avons été obligés de tenir beaucoup de votes sur des amendements, sans que les gens qui nous écoutaient en séance publique aient accès au texte de près de 40 % d'entre eux. Imaginons ce scénario, alors que tout ce que les gens entendaient était le numéro de l'amendement, préfixé par l'abréviation du parti qui le proposait, et suivi de la question demandant si les membres du Comité étaient pour ou contre. Quelle transparence! Les libéraux ont répondu que les gens allaient avoir accès au texte à la fin, quand tout serait fini. Or, ce sera trop tard et nous ne pourrons plus avancer.
Quand le ministre dit que nous avons retardé le processus, j'aimerais lui répondre que le Comité a accepté de tenir autant de rencontres que le président le souhaitait. Nous avons même tenu des rencontres tous les jours de la semaine de relâche où nous aurions dû travailler dans nos circonscriptions. Certaines rencontres ont été prolongées jusqu'à quatre ou cinq heures, avec à peine une heure de préavis. C'est la réalité, mais le ministre n'en parle jamais lorsqu'il parle de son projet de loi.
Au fond de moi, cela me blesse parce que c'est toute la classe politique qui est entachée par cette façon de faire de la politique. Nous sommes à quelques jours de la fin de la session. Nous savons très bien que les libéraux vont déclencher des élections avant que nous revenions en Chambre. Le seul objectif du ministre est de faire de la politique. Il veut que son projet de loi figure dans sa plateforme électorale parce qu'il sait très bien qu'il ne réussira pas à le mener à terme.
Le Bloc québécois a aidé les libéraux à se sortir un peu du trouble. Je pense qu'on n'a jamais vu un parti d'opposition soutenir le gouvernement dans l'imposition d'un bâillon. Les députés du Bloc en sont fiers et se pètent les bretelles à dire qu'ils ont soutenu un bâillon. C'est fou quand on y pense.
Par moments, je me suis demandé dans quelle histoire nous nous trouvions. Nous étions dans l'histoire que le ministre nous a montée, une histoire qui ne se tient pas et qui a eu l'air d'une histoire d'horreur pendant un bon moment. Nous avons tenté de notre mieux de faire notre travail de législateur. Malheureusement, cela a été extrêmement difficile.
Le ministre, par son travail, s'est attaqué à la neutralité du Web. Il a ouvert une brèche. Ce n'est peut-être pas une grande brèche, mais une brèche a été ouverte. Cela va être contesté, c'est évident. En plus, on vient de donner des pouvoirs accrus au CRTC. Voilà la réalité.
Si les personnes qui m'écoutent pensent que mon histoire n'est pas vraie et que j'ai menti, si elles pensent, comme le premier ministre l'a sous-entendu à la Chambre, que j'ai induit les gens en erreur, je les invite à aller voir l'historique, puisque tout est écrit.
Les gens savent que les choses se sont passées de cette façon. Ils savent que, au départ, tout le monde était de bonne foi, jusqu'à ce vendredi du retrait de l'article 4.1 par le ministre du Patrimoine canadien sans aucun avertissement. On sait très bien comment les choses se passent quand cela se fait le vendredi: cela signifie que l'on veut que cela passe en douce. Après toute la mise en scène pour essayer de faire croire que nous étions contre le milieu artistique, ce qui est faux, car c'est à la censure que nous nous opposons, voilà ce que le gouvernement libéral a réussi à faire: nous censurer en nous bâillonnant.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, let us start at the beginning. On November 18, 2020, Bill C-10 had just been introduced when the member for Richmond—Arthabaska said this during oral question period: “There is nothing in it that would regulate social media or platforms like YouTube.” That seems pretty clear to me. The member himself was criticizing the government, saying that Bill C‑10 did not go far enough.
I am somewhat surprised, not to mention amazed, to hear an experienced parliamentarian like the member opposite say that the minister did such and such a thing in committee. I would remind my colleague that the Minister of Canadian Heritage does not sit on the Standing Committee on Canadian Heritage. I was invited to testify on several occasions, and I went every time.
The member says that there were 120 amendments and that that means the bill is a mess. That is a great way to try to mislead people, because it is perfectly normal to have many amendments. I could cite Bill C-69, another bill the Conservative Party opposed.
Finally, the member says that he is speaking on behalf of many people. I would like him to say on whose behalf the Conservative Party was speaking when the member for Lethbridge said that artists were a bunch of outdated people living off government handouts. Her comments were widely panned. On whose behalf—
Madame la Présidente, partons du début. Le 18 novembre 2020, alors que le projet de loi C‑10 venait d'être déposé, voici ce que le député de Richmond—Arthabaska a dit à la période des questions orales: « Rien ne permet de réglementer les réseaux sociaux ni les plateformes comme YouTube. » Il me semble que c'est assez clair. Le député lui‑même critiquait le gouvernement en disant que le projet de loi C‑10 n'allait pas assez loin.
Je suis un peu surpris, pour ne pas dire sidéré, d'entendre un parlementaire d'expérience comme le député d'en face dire que le ministre a fait ceci ou cela en comité. Je rappellerai à mon collègue que le ministre du Patrimoine canadien ne siège pas au Comité permanent du patrimoine canadien. J'ai été invité à témoigner à plusieurs reprises et j'y suis allé chaque fois.
Le député affirme qu'il y a eu 120 amendements et que cela veut dire que c'est tout croche. C'est une belle façon d'essayer d'induire les gens en erreur, puisque c'est tout à fait normal qu'il y ait de nombreux amendements. Je pourrais citer le projet de loi C‑69, un autre projet de loi auquel le Parti conservateur s'est opposé.
Pour terminer, le député dit qu'il parle au nom de beaucoup de gens. J'aimerais que le député nous dise au nom de qui le Parti conservateur parlait quand la députée de Lethbridge a dit que les artistes étaient un groupe de gens dépassés qui vivaient aux crochets de l'État. Cela a été dénoncé par tout le monde. Au nom de qui...
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-14 17:19 [p.8361]
Madam Speaker, I do not know what to say to the minister, who is being particularly partisan with respect to Bill C-10. It is always the same thing, and there are always attacks. The few times that he tried to defend his Bill C‑10, the media had a field day. This only exacerbated the lack of confidence and cynicism towards this bill.
I will repeat that he alone is to blame if we find ourselves in this situation with this bill. The minister missed the mark. He tried to change the bill. When quoting something I said in the House of Commons, he took it out of context. I was pointing out that he was suggesting to people that social networks would be subject to legislation, which was false. I never said that I agreed with what he was doing. I was quoting him because he was suggesting in his arguments that that was the case, when it was not. He is trying to say that is what I was saying, when instead I was correcting him.
I hear that, and it is always the same thing. He quoted the member, who later apologized, just like several members apologized for statements they made. This is all petty politics and we are tired of it.
Bill C-10 is a disaster, and he is going to move it forward by ramming closure down our throats—
Madame la Présidente, je ne sais pas quoi répondre au ministre tant il fait preuve de partisanerie avec ce projet de loi C‑10. C'est toujours la même chose, ce sont toujours des attaques. Les quelques fois où il a essayé de défendre son projet de loi C‑10, ce fut une catastrophe dans les médias. Cela a nourri encore plus le manque de confiance et le cynisme que l'on avait envers son projet de loi.
Je le répète: il n'a que lui à blâmer si l'on se retrouve dans cette situation avec ce projet de loi. Le ministre a raté son coup. Il a tenté de changer le projet de loi. Lorsqu'il cite une déclaration que j'ai faite à la Chambre des communes, il la met hors contexte. Je soulignais le fait qu'il laissait croire aux gens que les réseaux sociaux allaient être légiférés, ce qui était faux. Je n'ai jamais dit que j'étais d'accord sur ce qu'il faisait. Je le citais, parce que lui laissait croire, dans ses explications, que c'était le cas, alors que c'était faux. Il essaie de me faire porter le fond de mes propos, alors que cela a plutôt été dit pour le remettre à l'ordre.
J'entends cela, et c'est toujours la même chose. Il cite la députée, qui s'est excusée par la suite, tout comme plusieurs députés se sont excusés à la suite de déclarations qu'ils ont faites. Nous sommes encore dans la petite politique et nous sommes tannés.
Ce projet de loi C‑10 a été une catastrophe, et il va finir par le faire avancer à coup de bâillons dans la gorge...
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-14 17:20 [p.8361]
Madam Speaker, I would like to thank my colleague from Richmond—Arthabaska. I know that he has been very emotionally involved in the issue of freedom of expression on the Standing Committee on Canadian Heritage in recent weeks.
After clause 4.1 was removed on that fateful Friday in late April, we were interrupted by the Conservatives, who saw a potential violation of freedom of expression, the important principle that all of us here respect and cherish. At the request of my Conservative colleagues, we invited experts to speak. The Conservatives called their own experts, and we heard from attorneys. The other parties called other experts with a completely different opinion. Some credible voices said that Bill C‑10 did not infringe on freedom of expression and that it contained provisions protecting it.
My question to the hon. member for Richmond—Arthabaska is this: If this is not an ideological matter, what would the experts have had to say to finally convince the Conservatives that Bill C‑10 does not infringe on the freedom of expression of Quebeckers and Canadians?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Richmond—Arthabaska. Je sais qu'il a été très impliqué émotivement sur la question de la liberté d'expression au sein du Comité permanent du patrimoine canadien au cours des dernières semaines.
Après le retrait de l'article 4.1, ce fameux vendredi à la fin du mois d'avril, nous avons été interrompus par les conservateurs, qui voyaient là une possible brèche à cet important principe que nous respectons et chérissons tous ici, celui de la liberté d'expression. À la demande de mes collègues conservateurs, nous avons donc reçu des experts. Les conservateurs ont pu présenter leurs experts, et des avocats sont venus. Les autres partis ont pu présenter d'autres experts, qui avaient une opinion complètement différente. Certaines voix crédibles se sont prononcées pour dire qu'il n'y avait aucune atteinte à la liberté d'expression et qu'il y avait même des protections pour cette dernière dans le projet de loi C‑10.
Ma question au député de Richmond—Arthabaska est la suivante: si ce n'est pas une question idéologique, qu'est-ce que cela aurait pris comme experts pour convaincre les conservateurs que finalement, dans ce projet de loi, il n'y a pas d'atteinte à la liberté d'expression pour les Québécois et les Canadiens?
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-14 17:21 [p.8361]
Madam Speaker, I would like to thank my colleague from my neighbouring riding of Drummond for his question. I appreciate him as a colleague, as he is well aware.
What he said is entirely true. Following the testimony of the Minister of Canadian Heritage and the Minister of Justice, we heard from experts with diametrically opposed opinions. I agree with him. It is true, and it is healthy in a democracy.
Among the experts who agreed with the Conservatives were law professors. I think that these people also deserve a voice in Canada's Parliament because of their vision, their advice and their warnings. It is appalling to see the minister attack these opinions. It is obvious that, if you do not think like a Liberal, you are not worth anything. That is not true, we are worth something. Our constituents are full-fledged citizens. These people deserve a voice, and it is thanks to these divergent voices that we can exchange ideas and improve bills.
The problem is when the minority government across the way operates in a dictatorial fashion and pays no mind to what is going on, which means that it can only get its bills passed under a gag order. Instead, it should try to understand these voices and see how it can improve its legislation.
I will say it again: If clause 4.1 had not been removed, we would not be in this situation today. We would not be engaged in these never-ending arguments that we have been having for some time—
Madame la Présidente, je remercie de sa question mon collègue de Drummond et voisin de circonscription. Je l'apprécie beaucoup, il le sait.
Ce qu'il a affirmé est tout à fait vrai. Suite aux témoignages du ministre du Patrimoine canadien et du ministre de la Justice, nous avons entendu des avis d'experts, qui avaient des opinions diamétralement opposées. Je suis d'accord avec lui. C'est vrai. De plus, c'est sain dans une démocratie.
Dans le cas des experts qui avaient des opinions allant dans le sens de ce que les conservateurs défendaient, il y avait des professeurs de droit. Je considère que ces gens ont aussi le droit d'avoir une voix au Parlement canadien pour leur vision, pour leurs conseils et pour les avertissements qu'ils lancent. Il est déplorable de voir le ministre s'attaquer à ces opinions. On constate que, quand on ne pense pas comme un libéral, on n’est rien. C'est faux, nous ne sommes pas rien. Nous représentons des citoyens et des citoyennes à part entière. Ces gens ont le droit d'avoir une voix, et c'est grâce à ces voix divergentes que nous sommes capables de confronter les idées et d'améliorer les projets de loi.
Le problème, c'est quand le gouvernement minoritaire d'en face se comporte en dictateur et n'écoute pas ce qui se passe. Il est donc obligé de faire adopter ses projets de loi à coups de bâillon au lieu de tenter de comprendre ces voix et de voir comment améliorer ses projets de loi.
Je le répète: si, à la base, l'article 4.1 n'avait pas été retiré, nous n'en serions pas là aujourd'hui. Nous ne serions pas aux prises avec ces chicanes perpétuelles que nous avons depuis quelque temps...
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-06-14 17:23 [p.8361]
Madam Speaker, I have so many concerns with what happened in our committee. He was a member of the committee, as was I.
The Conservatives brought up concerns about freedom of expression. Does the member realize that the act itself has three cases in which it specifically names freedom of expression being protected? The bill itself already has a protection in it, and we approved at least four amendments, including a Conservative amendment, that would all have protected freedom of expression.
When the member says that freedom of expression is an issue and that he would like to continue to work for it, I ask the member this: Why did he vote against my motion to sit during the summer? We could have continued to work on this bill and could have continued to get it right.
Madame la Présidente, je suis très préoccupée par ce qui s'est passé au comité. Le député y siégeait, tout comme moi.
Les conservateurs ont exprimé des préoccupations au sujet de la liberté d'expression. Le député se rend-il compte que, dans le projet de loi, il est clairement fait état à trois reprises de la protection de la liberté d'expression? Cette mesure comporte des dispositions de protection et, lors de l'étude en comité, nous avons approuvé au moins quatre amendements, notamment un amendement proposé par les conservateurs, qui visent tous à protéger la liberté d'expression.
Comme le député affirme que la liberté d'expression est menacée et qu'il souhaiterait continuer à la défendre, je lui pose la question que voici. Pourquoi a-t-il voté contre la motion qui proposait de siéger pendant l'été? Nous aurions pu poursuivre l'étude de ce projet de loi pour l'améliorer autant que possible.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-14 17:24 [p.8361]
Madam Speaker, I do not know exactly which motion the hon. member is talking about; there have been so many. I apologize for not being able to answer her question directly.
However, I can confirm that the NDP and the Bloc Québécois were themselves at some point surprised by the removal of clause 4.1. Both parties supported our efforts to hear what the Minister of Justice and the Minister of Canadian Heritage had to say about the concerns about freedom of expression.
I presume that, when the hon. member mentions elements of the bill that supposedly protect freedom of expression, she is referring to clause 2.1, which addresses individuals. However, the issue we are debating, the issue that was raised by the legal experts, is content.
I myself asked the Minister of Justice if the Canadian Charter of Rights and Freedoms protects individuals as well as content. He has always refused to answer that question—
Madame la Présidente, je ne sais pas exactement de quelle motion parle la députée; il y en a tellement eu. Je m'excuse donc de ne pas pouvoir répondre directement à sa question.
Cependant, je peux affirmer que le NPD et le Bloc québécois ont été eux aussi, à un certain moment, sidérés par le retrait de l'article 4.1. Ces deux partis avaient même appuyé notre démarche pour entendre le ministre de la Justice et le ministre du Patrimoine canadien au sujet des préoccupations relatives à la liberté d'expression.
J'imagine que, quand la députée fait mention d'éléments du projet de loi qui protégeraient supposément la liberté d'expression, elle fait référence à l'article 2.1, qui parle des individus. Toutefois, la question dont nous débattons, qui a été soulevée par des experts en droit, est celle du contenu.
J'ai moi-même demandé au ministre de la Justice si la Charte canadienne des droits et libertés protégeait autant les individus que le contenu. Il a toujours refusé de répondre à cette question...
View Terry Dowdall Profile
CPC (ON)
View Terry Dowdall Profile
2021-06-14 17:25 [p.8362]
Madam Speaker, I was listening to the conversation, and what made me want to stand and ask a question is the partisanship of this bill. I can say quite definitely that, in my riding, this is probably the one bill that I got the most emails about, not necessarily even from my Conservative supporters. When I talk about the other parties here, these are real concerns. I am just wondering why the government, once again, is ramming through a bill that has this many concerns from this many parties.
What is the goal? Why would the government have that as its goal right now, near the end of the session?
Madame la Présidente, j'ai suivi l'échange et j'interviens pour poser une question parce que je suis frappé par le caractère partisan de cette mesure. Je peux affirmer avec assurance que, dans ma circonscription, ce projet de loi est probablement celui au sujet duquel j'ai reçu le plus de courriels, et pas nécessairement de partisans conservateurs. Je souligne que les autres partis font état de préoccupations bien réelles. Je me demande simplement pourquoi le gouvernement fait encore une fois adopter à toute vapeur un projet de loi qui suscite tant de préoccupations auprès de nombreux partis.
Quel est l'objectif visé? Pourquoi le gouvernement souhaite-t-il faire adopter cette mesure maintenant, à la fin de la session parlementaire?
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-14 17:26 [p.8362]
Madam Speaker, I would like to thank my hon. colleague for his question.
He is perfectly correct, many Canadians criticized this bill and had concerns about it. I am deeply convinced that even Liberal, New Democrat and Bloc members can confirm that many of their constituents have approached them about this.
That is why I am even more surprised at the minister’s reaction. He is attacking us and trying to criticize the Conservatives when thousands of Canadians and Quebecers have expressed their dissatisfaction with the way he has approached and presented the bill. Yes, there are several concerns, because freedom of expression is a value near and dear to the hearts of all Canadians. Unfortunately, the minister decided to turn it into a partisan game on the eve of an election. That is unfortunate, because we should all stand up for the Canadian Charter of Rights and Freedoms.
Madame la Présidente, je remercie mon honorable collègue de sa question.
Il a tout à fait raison: plusieurs Canadiens se sont levés contre ce projet de loi et avaient des préoccupations en lien avec celui-ci. Je suis profondément convaincu que même les députés libéraux, néo-démocrates et bloquistes pourraient confirmer qu'ils ont été interpellés par plusieurs de leurs concitoyens par rapport à cela.
Je suis donc encore plus surpris par la réaction du ministre. Il nous attaque et essaie de condamner les conservateurs, alors que des milliers de Canadiens et de Québécois ont exprimé leur insatisfaction quant à sa façon d'aborder le projet de loi et de le présenter. Oui, il y a plusieurs préoccupations, parce que la liberté d'expression est une valeur chère à tous les Canadiens et les Canadiennes. Malheureusement, le ministre a décidé d'en faire une joute partisane, à l'approche d'une élection. C'est malheureux, parce que nous devrions tous défendre la Charte canadienne des droits et libertés.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-14 17:27 [p.8362]
Madam Speaker, allow me to go back in time a bit.
In 2019, when the Bloc Québécois was campaigning across Quebec, the 32 Bloc Québécois candidates running for election to the House and all of the others who ran in other ridings committed to—
Madame la Présidente, je vais faire un bref retour en arrière.
En 2019, quand le Bloc québécois faisait campagne dans toutes les régions du Québec, les 32 candidats du Bloc québécois à la Chambre ainsi que tous les autres qui se sont présentés dans d'autres circonscriptions ont pris l'engagement...
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-14 17:28 [p.8362]
Madam Speaker, I will now get back to the premise of my speech, the 2019 campaign in which every Bloc Québécois candidate made a serious promise to voters, a commitment made solemnly and with conviction: Whenever we are in the House, we will make decisions, take a position and support bills and motions that defend Quebeckers’ interests and values.
Even today, it is still the question we ask ourselves when it comes time to choose which direction to take, either here or in committee. A time allocation motion, closure, a gag order, whatever we may call it, there really is no good word for it and we find it chilling, because freedom of speech, parliamentary privilege, is fundamental. It is something we deeply respect and will defend at all costs, like we did with this morning's motion, which just squeaked by.
The Bloc Québécois has fervently defended this idea since its inception, 30 years ago tomorrow. I think that we supported a time allocation motion more often in the past two weeks than in all the 30 years of my party’s existence.
Sometimes, situations force us to step on people’s toes to defend our values, and sometimes that is justifiable.
The parliamentary toolkit contains another tool that is just as questionable, in my opinion, and many of my colleagues probably agree with me. It is the filibustering of debates, either here in the House or in committee. The filibuster consists in droning on endlessly, taking up debate time to prevent a vote or to prevent something that is against our convictions from happening. At that point, the other move that is just as questionable, time allocation, becomes equally justifiable.
In recent months, we have supported time allocation for Bill C‑6 and for medical assistance in dying, an extremely sensitive issue on which Quebec has reached a consensus. People were waiting for the bill. They were waiting for a decision from the House of Commons. They were enduring unbearable suffering and they wanted the freedom to decide when they could end it.
At that point, we asked ourselves the same question. We asked ourselves whether we were going to accept closure if it reflected the will, the values and the interests of Quebeckers. Since it was a simple question, and the answer was yes, we believed we were duty bound to do whatever was necessary to have these bills and motions adopted.
Bill C‑30 is also important for businesses. It is important for the economic recovery, since it will allow entrepreneurs in our regions to get back on their feet after the pandemic. Obviously, we would have preferred that the democratic process take its normal course but, when it is clear that someone is trying to delay the process by every means possible for reasons that are often purely ideological, in order to please their base or collect funds by plucking at the heartstrings of certain groups of Canadians, we believe that it is our duty to counter these manoeuvres using another parliamentary tool. We believe that, in those circumstances, it is reasonable.
That was the case with Bill C‑10. How did we get here? My colleague from Richmond—Arthabaska talked about that earlier. It is true that, at first, when the bill was tabled, we found a lot of holes in it. There were more holes in it than there are in Swiss cheese, like in a brand new paint by numbers. It took six years' preparation to come up with a bill and there was still an enormous amount of work to do.
I do not want to lay blame on anyone, but I think that, from the moment the bill was introduces, the opposition parties were unanimous in thinking that there were too many things missing for it to be acceptable. The industry was happy because a bill was finally being introduced to amend the Broadcasting Act, which had already been obsolete for several years and which was enacted in 1991, at a time when we were recording songs broadcast over the radio on four-track cassettes.
Since we were considerably behind, it was not surprising that the industry applauded the tabling of a bill to review the Broadcasting Act. It should have been reviewed 20 years ago, it should have been reviewed 10 years ago; it should be reviewed on a regular basis.
We soon realized how much work there was to be done. In a way, when a member of the House decides to vote in favour of a bill so that it can be studied in committee, that member is making a commitment to say that certain elements of the bill are not very good and need to be worked on. That work falls to us. It is unfortunate, but we have to do it. We have to improve Bill C‑10 because the cultural industry, our media and the field of broadcasting in Canada have drastically changed. Today's broadcasting industry is nothing like what it was in 1991, when the last version of the Broadcasting Act was passed. I was working in radio at the time. When I walk into a radio studio these days, in 2021, I am completely lost and I have to be shown around because I do not know what anything is. Everything is different today, except for the mike, which has not changed much.