Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 508
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-09 17:42 [p.8172]
Madam Speaker, I am very glad that we were able to get to this point. I am concerned and disappointed, even in the last half-hour. I think we need to realize that, although members of the Conservative Party will say they want more debate time, in reality nothing could be further from the truth. I would argue that ultimately the Conservatives have been very much a destructive force on the floor of the House of Commons. I would like to explain why it is so important that we pass the motion that the minister of procurement has just presented.
The pandemic really challenged all of us. We needed to find new ways to get the job done, the job that Canadians have been very much relying on us to do. We gradually brought in a hybrid Parliament to ensure that MPs could do their job from wherever they are in the country. This was so it would be inclusive, whether they are up north, the west coast, the east coast or in central Canada, like me here in Winnipeg. We found ways for the House to debate and pass legislation that would ultimately help Canadians during the pandemic. Many bills were passed to ensure that millions of Canadians had the funds that they needed to put food on their table, pay the rent, cover mortgages and so on.
We have a number of pieces of legislation before the House in one form or another. I would like to give some examples of the legislation that are in limbo because the Conservatives are more interested in playing political games than they are in serving the best interests of Canadians. I would like to highlight a few of those pieces of legislation and then make a point as to why this particular motion is necessary.
We have seen motions of this nature previously. I have been a parliamentarian for 30 years now, and I have seen it at the provincial level and at the national level. Political parties of all stripes have recognized that there is a time in which we need to be able to bring in extended hours. In the most part it is meant to contribute to additional debate and to allow the government to pass important legislation. That is really what this motion is all about.
Looking at the last vote we just participated in, it would appear as though Bloc members, New Democrats and Greens are in agreement with the members of the Liberal caucus that we need to sit extra hours. My appeal is to the Conservatives to stop playing their political, partisan games and start getting to work.
There is nothing wrong with sitting until midnight two to four times between now and mid-June. Stephen Harper did it. He had no qualms moving motions of this nature. Yes, we will also sit a little extra time on Friday afternoons. I believe Canadians expect nothing less from all members of the House.
When Canadians decided to return the government in a minority format, it was expected that not only we as the governing party would receive a message, but also that all members of the House would receive a message. The Conservative opposition has a role to play that goes beyond what they have been playing and what we have been witnessing since November or December of last year. I would cross the line to say that it is not being a responsible official opposition.
I spent well over 20 years in opposition. The Conservative Party, with its destructive force, is preventing the government of the day and other members, not only government members, from moving the legislation forward. I appeal to the official opposition to not only recognize there is a genuine need to move this legislation forward, but also recognize that, at the end of the day, we extend hours to accommodate additional debate.
My concern is that the Conservatives will continue the political, partisan games, at great expense to Canadians. I will give an example. Bill C-30 is at report stage and third reading. We were supposed to debate that bill today. Chances are that we will not get to that bill today. We have not been able to get to other legislation because of the tactics of the official opposition, the reform Conservative Party, as I often refer to it.
The last budget legislation was Bill C-14. The first female Minister of Finance of Canada presented an economic update to the House back in late November, and the legislation was introduced in December. For days, the Conservatives would not allow it to pass. This was legislation that helped businesses and Canadians in many ways, yet the Conservatives saw fit to filibuster it. Bill C-30 will pass. It is budget legislation. It is not an option for the government.
Bill C-12 is the net-zero emissions legislation. If members canvass their constituents, they will find out that it does not matter where they live in Canada, our constituents are concerned about the environment and are telling all members of the House that we need to do more. Bill C-12, the net-zero emissions bill, is very important legislation. It answers, in good part, the call from Canadians from coast to coast to coast.
To a certain degree, we have seen a change in attitude by some Conservatives with their new leadership. Some in their caucus do not support it, but the leadership agrees that there is a need for a price on pollution. They seem to be coming around, even though they are five, six or seven years late. Surely to goodness, they would recognize the value of the legislation. Bill C-12 is stuck in committee.
What about Bill C-10? Bill C-10 would update very important legislation that has not been updated for 30 years, since 1990 or 1991. Let us think of what the Internet was like back in 1990. I can recall sitting in the Manitoba legislature, hearing the ring, the buzzing and then a dial tone. We can remember how slow it was.
I will tell my Conservative friends that things have changed. Now all sorts of things take place on the Internet. This is important legislation. The NDP, the Greens and the Bloc support the legislation. The Conservatives come up with a false argument, dig their feet in and then say they are not being given enough time, yet they have no problem squandering time.
Thankfully, because of the Bloc, we were able to put some limits on the committee, so we could get it though committee. If the Bloc did not agree with the government and with that concurrence, it would never pass the committee stage. There is absolutely no indication that the Conservatives have any intent of seeing Bill C-10 pass through committee stage.
If members have been listening to the chamber's debates in regard to Bill C-6, they have heard the Conservatives disagree with another piece of legislation. They say they do not support mandatory conversion therapy, and they are using the definition as a scapegoat to justify their behaviour on the legislation. Once again they are the only political entity inside the House of Commons that is preventing this legislation or putting it in jeopardy. The leadership of the Conservative Party might think one thing, but the reality is that the behaviour of the Conservative Party has put Bill C-6 in limbo.
I could talk about Bill C-21, the firearms legislation. Members know that the Conservatives have been using firearms as a tool for many years. Even when I was an MLA in the mid-nineties, I can remember the Conservative Party using firearms as a tool, and nothing has really changed. The bill is still in second reading. There is no indication at all that the Conservatives are willing to see that piece of legislation pass. Members can check with some of the communities and stakeholders that are asking and begging not only the government, but also opposition parties, to let this legislation pass.
That is not to mention Bill C-22, which is about criminal justice reform. That is another piece of legislation that, again, the Conservative Party has given no indication it intends to let see the light of day or go to committee.
Another piece of legislation that is important not only to me, but should be to all members of the House, is Bill C-19. I understand this important piece of legislation is going to committee tomorrow, but if we apply what we have seen at second reading to the committee stage, it is going to be a huge concern. This bill would give Elections Canada additional powers to administer an election in a safer, healthier way for voters and for Elections Canada workers. It is a good piece of legislation. I am somewhat familiar with it because of my role as parliamentary secretary to the minister, who I know has worked very hard on bringing this legislation forward and wants to see it passed. It is a piece of legislation on which the Conservatives have said we should have more debate.
The government attempted to bring this legislation in a long time ago. It tried to get it to committee a long time ago. One day I was ready and primed to address Bill C-19, and the Conservatives' game at that time was to bring in a concurrence motion, because if they did that they could prevent debate on Bill C-19. That is what they did, and it was not the first time. The Conservative Party does not even recognize the value of it. It is a minority situation. We do not know when there is going to be an election. It seems to me that the responsible thing to do is to get Bill C-19 passed. As I say, it is at the committee stage today. I hope that the Conservative Party will see the merits of passing that bill out of the committee stage.
At the beginning of the pandemic, there seemed to be a greater sense of co-operation. From the very beginning, the Prime Minister has been very clear: He and the Government of Canada have had as their first priority minimizing the negative impacts of the COVID-19 pandemic, and being there in a real and tangible way for Canadians. That is for another speech in which I can expand on the particular argument the Prime Minister put forward.
We can do other things. We have seen that in some of the legislative initiatives that we have taken. As I say, at the very beginning there was a high sense of co-operation and the team Canada approach applied within the House of Commons. The Conservatives started falling off the track last June. One year later, there is no sign that the Conservative Party recognizes the value of working together.
I would remind my Conservative friends that, as we in government realize, it is a minority government. If someone gives me 12 graduates from Sisler High School, or any high school in the north end of Winnipeg, whether it is Maples Collegiate, Children of the Earth High School, R.B. Russell Vocational High School or St. John's High School, I can prevent the government from being able to pass legislation. It does not take a genius to do that.
We need co-operation from the opposition, and the Conservative Party has been found wanting in that. It has not been co-operative in the last number of months. I find that shameful. Obviously, the Conservatives are not listening to what Canadians expect of them. In fact, what we have seen is delay and more delay, to the point that it becomes obstruction.
Conservatives have obstructed the work of the House as it has debated Bill C-14. If I were to draw comparisons, I would compare Bill C-14 and Bill C-3. Bill C-14 is vitally important to all of us. Canadians needed Bill C-14 passed, but look at the amount of debate and filibustering we had from the official opposition.
On the other hand, Bill C-3 was also a very important piece of legislation. All parties supported it. In fact, the initial idea came from the former leader of the Conservative Party, Rona Ambrose. Everyone supported it. We spent many hours and days debating that piece of legislation, when we could have been debating other legislation. Not that the other legislation was not important, but we all know there is no time process outside of time allocation to get government legislation through. That is in a normal situation, when we have an opposition party that recognizes the value of actual debate of government agenda items that they should pass through, but they did not. Instead, they would rather debate it.
We have moved motions to have extended sittings in the past to accommodate additional debate. I say, in particular to my Conservative friends, that if they are going to behave in this fashion they should not criticize the government for not affording time to debate bills. What a bunch of garbage. They cannot have it both ways. I appeal to the Conservative Party to recognize true value. They should work for Canadians and let us see if we can make a more positive contribution and start working together for the betterment of all.
Madame la Présidente, je suis ravi que nous ayons pu nous rendre à ce point-ci. Je suis préoccupé et déçu, même en tenant compte de la dernière demi-heure. Nous devons nous rendre compte que même si les conservateurs disent vouloir allonger la période des débats, rien ne pourrait être plus loin de la vérité. Je soutiens, que ces derniers temps, les conservateurs mettent vraiment des bâtons dans les roues à la Chambre des communes. J'aimerais expliquer pourquoi il est si important d'adopter la motion présentée à l'instant par la ministre de l’Approvisionnement.
La pandémie a créé toutes sortes de défis pour nous tous. Nous avons dû trouver de nouvelles façons de procéder pour accomplir le travail que les Canadiens attendent, plus que jamais, de nous. Nous avons graduellement instauré des séances hybrides pour que tous les députés puissent participer au débat peu importe où ils se trouvent au Canada. Nous tenions à avoir une approche inclusive qui conviendrait à tous les députés, qu'ils soient dans le Nord du pays, sur la côte Ouest, sur la côte Est ou au centre du pays, comme moi qui suis à Winnipeg. Nous avons trouvé des façons de faire qui ont permis à la Chambre de débattre et d'adopter des lois qui allaient aider les Canadiens pendant la pandémie. La Chambre a adopté beaucoup de projets de loi parce qu'elle tenait à ce que des millions de Canadiens aient assez d'argent pour faire l'épicerie, payer le loyer, payer l'hypothèque et ainsi de suite.
La Chambre est actuellement saisie de plusieurs projets de loi dont certains qui sont en suspens parce que les conservateurs trouvent plus important de se livrer à de petits jeux politiques que de servir les intérêts des Canadiens. Je nommerai quelques-uns de ces projets de loi, à titre d'exemple, puis j'expliquerai pourquoi la motion à l'étude est nécessaire.
Nous avons déjà vu des motions de cet ordre. Cela fait maintenant 30 ans que je suis parlementaire et j'ai vu de telles motions au niveau provincial comme au niveau national. Tous les partis politiques reconnaissent qu'il est parfois nécessaire de prolonger les heures de séance. Un des principaux objectifs est de permettre plus d'heures de débat et de permettre l'adoption de projets de loi importants. Voilà le but premier de la motion.
Si je me fie aux résultats du vote qui vient d'avoir lieu, il semble que les députés bloquistes, néo-démocrates et verts sont d'accord avec les membres du caucus libéral pour dire qu'il faut prolonger les séances. J'implore les conservateurs de cesser leurs petits jeux partisans et de se mettre au travail.
Il n'y a rien de mal à siéger jusqu'à minuit deux à quatre fois d'ici la mi-juin. Stephen Harper l'a fait. Il ne se gênait aucunement pour proposer de telles motions. Oui, nous siégerons également un peu plus longtemps le vendredi après-midi. J'estime que les Canadiens ne s'attendent à rien de moins de la part des députés.
Lorsque les Canadiens ont décidé de confier un nouveau mandat, quoique minoritaire, au gouvernement, ils ont transmis un message clair au parti au pouvoir et à l'ensemble des députés. L'opposition conservatrice a un rôle à jouer qui va au-delà de ce dont nous sommes témoins depuis novembre ou décembre derniers. J'irais même jusqu'à dire qu'il ne s'agit pas d'une opposition officielle responsable.
J'ai passé bien plus de 20 ans dans l'opposition. Avec son attitude nuisible, le Parti conservateur empêche le gouvernement actuel et d'autres députés que les ministériels de faire avancer l'étude de projets de loi. J'exhorte l'opposition officielle à reconnaître qu'il faut vraiment aller de l'avant avec ces projets de loi, mais aussi que, au bout du compte, nous voulons prolonger les heures de séance pour débattre davantage.
Ce que je crains, c'est que les conservateurs continuent de s'adonner à des manœuvres politiques partisanes qui coûteront très cher aux Canadiens. Par exemple, en ce qui concerne l'étude du projet de loi C-30, il reste à franchir l'étape du rapport et l'étape de la troisième lecture. Nous étions censés débattre de ce projet de loi aujourd'hui, mais nous risquons de ne pas pouvoir le faire. Nous n'avons pas pu étudier d'autres projets de loi à cause des tactiques de l'opposition officielle, ou du Parti réformiste-conservateur, comme je l'appelle souvent.
Le dernier projet de loi d'exécution du budget était le projet de loi C-14. La première femme à occuper le poste de ministre des Finances du Canada a présenté une mise à jour économique en novembre, et le projet de loi a été présenté en décembre. Pendant des jours, les conservateurs nous ont empêchés de l'adopter. Ce projet de loi visait à aider les Canadiens d'une foule de façons, mais les conservateurs ont cru bon de faire de l'obstruction systématique. Le projet de loi C-30 sera adopté. C'est le projet de loi d'exécution du budget. C'est indispensable pour le gouvernement.
Le projet de loi C-12 concerne la carboneutralité. Si les députés sondent les résidants de leur circonscription, ils se rendront compte que peu importe où ils vivent au Canada, ceux-ci se préoccupent de l'environnement et ils souhaitent que tous les députés en fassent davantage à ce sujet. Le projet de loi C-12 sur la carboneutralité est très important. Il répond en grande partie aux demandes des Canadiens d'un océan à l'autre.
Jusqu'à un certain point, on a constaté un changement dans l'attitude de certains conservateurs depuis l'arrivée de leur nouveau chef. Certains membres de leur caucus ne sont pas d'accord, mais le chef convient qu'il faut une tarification de la pollution. Ils semblent se rallier à cette idée, même s'ils ont cinq, six ou sept ans de retard. Ils reconnaissent sûrement la valeur du projet de loi C-12, qui est bloqué au comité.
Qu'en est-il du projet de loi C-10? Ce projet de loi mettrait à jour une loi qui ne l'a pas été depuis 30 ans, soit depuis 1990 ou 1991. Pensons à ce qu'était Internet en 1990. Je me revois à l'Assemblée législative du Manitoba en train d'entendre la sonnerie, le bourdonnement, puis la tonalité. C'était vraiment lent.
Je dirai aux députés conservateurs que les choses ont changé. Il se passe maintenant toutes sortes de choses sur Internet. Ce projet de loi est important. Le NPD, le Parti vert et le Bloc l'appuient. Quant à eux, les conservateurs invoquent un faux argument, ils se braquent, puis ils disent qu'on ne leur accorde pas assez de temps. Pourtant, ils n'hésitent pas à gaspiller le temps dont ils disposent.
Heureusement, grâce au Bloc, nous avons pu imposer certaines limites au comité afin que le projet de loi puisse franchir cette étape. Si le Bloc n'était pas d'accord avec le gouvernement et n'accordait pas son consentement, il ne franchirait jamais l'étape de l'étude en comité. Rien ne laisse croire que les conservateurs ont l'intention de voir le projet de loi C-10 adopté à l'étape du comité.
Si les députés ont écouté les débats de la Chambre sur le projet de loi C-6, ils auront compris que c'est une autre mesure législative à laquelle les conservateurs s'opposent. Ils disent qu'ils ne sont pas en faveur des thérapies de conversion obligatoires, et ils utilisent la définition pour justifier leur position vis-à-vis de la mesure législative. Une fois de plus, ils sont le seul groupe politique à la Chambre des communes qui la bloque ou la met en péril. Il se peut que le chef du Parti conservateur pense autre chose, mais le fait est que le positionnement du Parti conservateur laisse le sort du projet de loi C-6 en suspens.
Je pourrais parler du projet de loi C-21, le projet de loi sur les armes à feu. Les députés savent que les conservateurs se servent des armes à feu comme outil depuis de nombreuses années. Même lorsque j'étais député provincial au milieu des années 1990, le Parti conservateur utilisait les armes à feu comme outil, et rien n'a vraiment changé. Le projet de loi en est toujours à l'étape de la deuxième lecture. Rien n'indique que les conservateurs sont prêts à voir cette mesure législative adoptée. Il n'y a qu'à aller voir ce que pensent les collectivités et les parties prenantes qui demandent et supplient non seulement le gouvernement, mais aussi les partis d'opposition, d'adopter cette loi.
C'est sans parler du projet de loi C-22, sur la réforme de la justice pénale. C'est une autre mesure législative que le Parti conservateur, encore une fois, n'a pas l'air de vouloir laisser aller où que ce soit.
Une autre mesure législative qui est importante non seulement pour moi, mais qui devrait l'être pour tous les députés, c'est le projet de loi C-19. Je crois comprendre que le comité en sera saisi demain, mais si la situation dont nous avons été témoins à l'étape de la deuxième lecture se répète à l'étape de l'étude en comité, nous ne sommes pas au bout de nos peines. Le projet de loi en question donnerait à Élections Canada des pouvoirs supplémentaires pour lui permettre d'organiser des élections en assurant la santé et la sécurité des électeurs et de ses travailleurs. Il s'agit d'un bon projet de loi. Si je suis un peu au courant, c'est en raison de mon rôle de secrétaire parlementaire auprès du ministre, qui, je le sais, a travaillé très fort pour pouvoir présenter le projet de loi et qui souhaite son adoption. D'ailleurs, les conservateurs ont dit que nous devrions en débattre davantage.
Le gouvernement a tenté de faire adopter cette mesure législative il y a longtemps. Il a essayé de la renvoyer au comité il y a un bon bout de temps. Un jour, j'étais tout à fait prêt à parler du projet de loi C-19, mais la tactique des conservateurs à ce moment-là a été de présenter une motion d'adoption, parce qu'ils pouvaient ainsi empêcher le débat sur le projet de loi C-19. C'est ce qu'ils ont fait, et ce n'était pas la première fois. Le Parti conservateur ne reconnaît même pas la valeur du projet de loi. Nous sommes dans un contexte de gouvernement minoritaire. Nous ne savons pas quand les prochaines élections seront déclenchées. La chose responsable à faire, me semble-t-il, c'est d'adopter le projet de loi C-19. Comme je l'ai dit, cette mesure législative se trouve aujourd'hui à l'étape de l'étude en comité. J'espère que le Parti conservateur verra l'utilité de l'adopter après l'étape de l'étude en comité.
Au début de la pandémie, l'esprit de collaboration semblait plus fort. Dès le départ, le premier ministre a été très clair: la grande priorité pour lui et le gouvernement était de minimiser les répercussions de la pandémie de COVID-19 et d'être là de façon concrète pour les Canadiens. Il y aurait là matière à un autre discours où je parlerais en détail de cet argument soulevé par le premier ministre.
Nous pouvons faire avancer d'autres dossiers. Nous l'avons vu pour certaines des mesures législatives que nous avons prises. Comme je l'ai dit, au début, il y avait un fort esprit de collaboration, et la Chambre des communes avait adopté l'approche Équipe Canada. Les conservateurs ont commencé à déraper en juin dernier. Un an plus tard, rien n'indique que le Parti conservateur reconnaît la valeur de la collaboration.
Je rappelle à mes amis conservateurs que nous avons un gouvernement minoritaire, ce dont les députés ministériels sont bien conscients. Avec l'aide de 12 diplômés de l'école secondaire Sisler ou de tout autre établissement du Nord de Winnipeg, que ce soit le Maples Collegiate, l'école secondaire Children of the Earth, l'école secondaire de formation professionnelle R.B. Russell ou l'école secondaire St. John's, je pourrais empêcher le gouvernement d'adopter un projet de loi. Nul besoin d'être un génie pour y arriver.
Nous avons besoin que l’opposition coopère, et le Parti conservateur se montre réticent. Il n’a pas voulu collaborer ces derniers mois et je trouve cela déplorable. Il est évident que les conservateurs n’écoutent pas ce que leur disent les Canadiens. En réalité, ils ne font que créer des retards successifs, à tel point que cela devient de l’obstruction.
Les conservateurs ont fait obstruction au travail de la Chambre lors du débat sur le projet de loi C-14. Je pourrais comparer le projet de loi C-14 et le projet de loi C-3. Le projet de loi C-14 est vital pour nous tous. Les Canadiens avaient besoin que ce projet de loi soit adopté, mais nous ne pouvons que regretter les nombreuses discussions et l’obstruction provoquées par l’opposition officielle.
En revanche, le projet de loi C-3 était aussi une mesure législative très importante. Tous les partis l'ont appuyé. En fait, c'est Rona Ambrose, ancienne cheffe du Parti conservateur, qui en a eu l'idée au départ. Tout le monde a appuyé le projet de loi. Nous avons passé de nombreuses heures à débattre de la mesure législative, alors que nous aurions pu débattre d'autres mesures législatives. Je ne dis pas que les autres mesures législatives n'étaient pas importantes, mais nous savons tous qu'il n'existe pas d'autre processus que l'attribution de temps pour faire adopter les projets de loi du gouvernement. Cela s'applique dans une situation normale, où le parti de l'opposition reconnaît l'importance de débattre des éléments du programme du gouvernement, qu'il devrait adopter, mais il ne l'a pas fait. Les conservateurs préfèrent plutôt débattre de la présente motion.
Nous avons présenté des motions visant à prolonger les séances par le passé pour tenir des débats supplémentaires. Je dois dire, surtout à mes collègues conservateurs, que s'ils se comportent de cette façon, ils ne devraient pas reprocher au gouvernement de ne pas avoir accordé suffisamment de temps pour débattre des projets de loi. Ce sont des balivernes. Les conservateurs ne peuvent pas jouer sur les deux tableaux. J'exhorte le Parti conservateur à se concentrer sur ce qui est important. Les conservateurs devraient travailler pour les Canadiens. Voyons voir si nous pouvons apporter une contribution plus positive et commençons à collaborer dans l'intérêt de tous.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-06-09 18:13 [p.8176]
Madam Speaker, I would like to inform the House that I will be sharing my time with the chief whip of the official opposition in the House of Commons.
Let us be clear from the start. We have no problem with extending work hours at this time of the year, as in fact our standing orders provide.
However, we are extremely concerned about the motion introduced by the government and voted on a few moments ago, because we know that facilities are limited, given the current pandemic situation. A lot of technical efforts are being made and government officials have made generous offers to co-operate with us, and we greatly appreciate that. However, when we get to this time of year, there is a kind of bottleneck. That is why we have to strike a very fair and reasonable balance between extending the work hours in the House of Commons and keeping parliamentary committees running. That is where there is a disconnect with the motion put forward by the government.
I would remind members that the House of Commons is part of Parliament, and as its very name suggests, Parliament is a place for parley, in other words, for discussion. We in the official opposition discuss things with our counterparts on the government side and with the other opposition parties. I would never, ever go into the details of those discussions. However, one thing is certain and indisputable, that is, that we had honest, good-faith discussions with our counterparts and could not come to an agreement. That is the point.
As we saw, when my colleague, the chief whip of the official opposition, asked the Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons a very specific question, that good man, whom I like and respect a great deal, was unable to give anything even remotely resembling the merest hint of an answer. As parliamentarians, we cannot give carte blanche in terms of which committees will survive this proposal and which will not.
It should be immediately obvious why we have some very serious concerns about the lack of clarity on the parliamentary committees. We need only look at this government's track record over the past few months in terms of parliamentary work.
However, it was funny to hear my Liberal colleague for Winnipeg North talk about everything being in limbo because of Conservative opposition members, that their tactic on a daily basis is to delay, delay, delay, and that there is a filibuster each and every step of the way on each and every bill. This is anything but true.
When we talk about filibustering, I think that the king of filibustering is the Liberal Party of Canada, especially in this session, and there is a record of that. I do not think that the member for Winnipeg North and his colleagues would be very proud of what they have done in committee.
Let us look at what the Liberals have been doing in parliamentary committees over the past few months. They were the ones who accused us earlier of filibustering, as in talking for hours and hours in order to waste time rather than get to the bottom of things.
We can look at the Standing Committee of Procedure and House Affairs where the Liberals had filibustered for 73 hours.
The Liberals filibustered for 73 hours, preventing the committee from doing its work. Why?
It is because we wanted to get to the bottom of things and allow witnesses to appear and explain why the government prorogued Parliament. The Liberals filibustered for 73 hours to prevent witnesses from testifying. Now they are the ones accusing us of being the bad guys holding up the works. It is ludicrous.
However, it does not end there.
We can look at the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics where the Liberals filibustered for 43 hours. Why? It was to block getting to the truth about the WE Charity scandal.
There is a common thread in all this, however. When we want to get accurate information on Liberal scandals, they filibuster. They are very unhappy about that and accuse us of wanting to delay parliamentary work, when we are just doing our job.
These are concrete examples, but it does not end there. At the Standing Committee on Finance, the Liberals filibustered for 35 hours, once again to prevent parliamentarians from getting to the bottom of the WE Charity scandal.
At the Standing Committee on National Defence, the Liberals filibustered for over 16 hours. The committee chair, who is a member of the government party, unilaterally suspended the meetings 23 times.
This is starting to really add up: 63 hours at one committee, 43 hours at another, 35 hours at a third, 16 hours at a fourth. I have not even mentioned the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development, where the Liberals filibustered for 10 hours, between February and April, on the study we wanted to conduct on the COVAX facility, which was created by rich countries to provide poor countries with access to vaccines. Sadly, members will recall that Canada, a rich country, helped itself to the supply for poor countries because it did not have the vaccines that the Prime Minister had announced at his December dog and pony show. That is the reality.
I hear government members accusing us of being the bad guys and filibustering, when they are the ones who filibustered for 63 hours at one committee, 43 hours at another, 35 hours at the Standing Committee on Finance, 16 hours at the Standing Committee on National Defence, and 10 hours at the Standing Committee on Foreign Affairs.
In light of the Liberals' dismal parliamentary record, we feel it is perfectly valid to want to be sure of what is planned for the committees before we give the government carte blanche to extend the committee and House sittings. However, the government refuses to tell us its plans and instead demands a free hand. We think this is unacceptable.
I heard my colleague from Winnipeg North explaining the status of some bills, so we will take a look at that assessment.
He talked about Bill C-3, regarding judges, which is modelled on a bill originally introduced by the Hon. Rona Ambrose. We are very proud of that legislation, but the Liberal government used the strongest weapon in its arsenal to delay its passage or concurrence, namely prorogation.
Let us not forget that last summer, when the Liberal government was in a real jam over the WE scandal, the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics met day after day in July and again in August. The official opposition members strenuously challenged the government's moral authority, because it had adopted a despicable strategy for dealing with this scandal.
What did the government do when it was in trouble? It prorogued Parliament. This was the worst thing it could do to slow down the work of parliamentarians. Once Parliament is prorogued, everything goes back to square one. That is what happened with Bill C-3.
What about Bill C-11? I heard the member for Winnipeg North say how important this legislation is, and he is absolutely right. I even remember the member and Minister of Innovation, Science and Industry calling out the Conservatives on Twitter in February, accusing us of delaying Bill C-11 and saying that it was awful.
I quite like the member for Saint-Maurice—Champlain, who is the minister responsible. I have a lot of respect and regard for him, but when I saw that on Twitter, I found myself thinking that I had not seen Bill C-11 in a long time. When I checked, I saw that the last time the government had brought Bill C-11 forward in the House was on November 24, 2020. The bill then sat around for three months, through November, December, January and February, before the government brought it forward again. However, the government went after us in February, claiming that we were delaying it. That is completely absurd.
The member also mentioned Bill C-14, on the economic statement, since there was no budget. The government accused us and is still accusing us of filibustering it, when two-thirds of the official opposition members did not even speak on it.
I am proud to be the House Leader of the Official Opposition. Our caucus has 120 members who duly represent eight Canadian provinces and regions in the House of Commons. We are the only truly national party. I am very proud of the calibre of people I work with, and that is why, when they ask to speak, I am happy to add them to the political debate. However, it is utterly ludicrous to accuse us of filibustering when two-thirds of our caucus did not even speak.
That is why the motion, as currently presented, is unacceptable to us. We are ready and willing to work longer hours as long as the parliamentary work in the House of Commons can be done without compromising the work of the committees, but that is absolutely not the case with this motion.
Madame la Présidente, j'aimerais informer la Chambre que je partagerai mon temps de parole avec le whip en chef de l'opposition officielle à la Chambre des communes.
Soyons bien clairs tout de suite. Nous n'avons aucun problème avec le fait d'augmenter le temps de travail à ce temps-ci de l'année, tel que le prévoit d'ailleurs notre Règlement.
Par contre, la proposition déposée par le gouvernement et soumise au vote il y a quelques instants nous préoccupe énormément, parce que nous savons qu'en raison de la situation actuelle de la pandémie, les installations sont limitées. Beaucoup d'efforts techniques sont faits et beaucoup de collaboration nous est offerte par les fonctionnaires, et nous l'apprécions grandement. Toutefois, quand nous arrivons à cette période-ci de l'année, il se crée un genre d'embouteillage. Il faut donc qu'il y ait un équilibre tout à fait juste et correct entre le prolongement des heures de travail à la Chambre des communes et le maintien des comités parlementaires. C'est là où, avec la proposition qui a été faite par le gouvernement, il y a une brisure.
Je rappelle que la Chambre des communes est dans le Parlement et que, dans un Parlement, comme le mot l'indique, nous parlons. Nous, les parlementaires de l'opposition officielle, discutons avec nos vis-à-vis ministériels et ceux d'autres partis de l'opposition. Je n'entrerai jamais, ni en aucune façon, dans le détail de ces conversations. Toutefois, une chose est sûre et personne ne pourra le contester: nous avons eu des discussions honnêtes et de bonne foi avec nos vis-à-vis et nous n'en sommes pas venus à une entente. Il est là, le point.
Nous constatons que, lorsque mon collègue et whip en chef de l'opposition officielle a posé la question très précise au secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, ce brave homme que j'aime beaucoup et que je respecte énormément n'a pas été en mesure de donner le début du commencement de quelque chose qui devait ressembler à l'ombre d'une réponse, et, en tant que parlementaires, nous ne pouvons pas donner une espèce de chèque en blanc sur les comités qui survivront et ceux qui ne survivront pas à la proposition qui est faite actuellement.
L'on comprendra très vite pourquoi nous avons de très graves préoccupations quant à l'absence de précision sur les comités parlementaires. On n'a qu'à regarder le bilan de ce gouvernement au cours des derniers mois en matière de travail parlementaire.
Toutefois, il est drôle d'entendre le député libéral de Winnipeg-Nord affirmer que tout est dans une impasse en raison des députés de l'opposition conservatrice, que leur tactique consiste à tout retarder et qu'ils font de l'obstruction à toutes les étapes du processus, et ce, pour chaque projet de loi. On ne saurait être plus loin de la vérité.
Je crois que les maîtres en matière d'obstruction, ce sont les députés du Parti libéral du Canada, en particulier durant la présente session. Le compte-rendu en fait foi. Je ne crois pas que le député de Winnipeg-Nord et ses collègues soient très fiers de ce qu'ils ont fait en comité.
Regardons ce que les libéraux ont fait en comités parlementaires au cours des derniers mois. Pourtant, ce sont eux qui nous accusaient tantôt de faire de l'obstruction, c'est-à-dire de parler pendant des heures et des heures pour occuper le temps plutôt que d'aller au fond des choses.
Pensons au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, où les libéraux ont fait de l'obstruction pendant 73 heures.
Pendant 73 heures, les libéraux ont fait de l'obstruction, empêchant le comité en question de faire son travail. Pourquoi?
C'est parce que nous voulions aller au fond des choses et permettre à des témoins de venir raconter pourquoi le gouvernement avait prorogé le Parlement. Pendant 73 heures, les libéraux ont fait de l'obstruction pour empêcher les témoins de témoigner. Aujourd'hui, ce sont eux qui disent que nous sommes les gros méchants qui retardent les travaux. C'est burlesque.
Or, cela ne s'arrête pas là.
Pensons au Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique, où les libéraux ont fait de l'obstruction pendant 43 heures. Pourquoi? Parce qu'ils voulaient nous empêcher de faire la lumière sur le scandale de l'organisme UNIS.
Il y a quand même un tronc commun dans tout cela. Quand nous voulons chercher l'information précise sur des scandales libéraux, voilà qu'ils font de l'obstruction. Ils sont très malheureux là-dedans et nous accusent de vouloir retarder le travail parlementaire, alors que nous ne faisons que notre travail.
Voilà des exemples concrets, mais cela ne s'arrête pas là. Au Comité permanent des finances, les libéraux ont fait de l'obstruction pendant 35 heures pour empêcher encore une fois les parlementaires d'aller au fond des choses sur le scandale de l'organisme UNIS.
Concernant le Comité permanent de la défense nationale, les libéraux ont fait de l'obstruction pendant plus de 16 heures. Le président du Comité, qui est un membre du parti ministériel, a unilatéralement suspendu les rencontres, et ce, 23 fois.
Cela commence à en faire beaucoup: 63 heures dans un comité, 43 heures dans un autre, 35 heures dans un troisième, 16 heures dans un quatrième. Je ne parle même pas du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, où les libéraux ont fait de l'obstruction parlementaire pendant 10 heures — de février à avril — sur l'enquête que nous voulions faire sur le mécanisme COVAX, créé par les pays riches pour permettre aux plus pauvres d'avoir accès à des vaccins. De triste mémoire, on se souviendra que le Canada, pays riche, est allé piger dans le sac des pays pauvres parce qu'il n'avait pas les vaccins que le premier ministre avait annoncés dans son show de boucane au mois de décembre. Voilà la réalité.
J'entends les membres du parti ministériel nous accuser, nous, les gros pas fins, de faire de l'obstruction parlementaire, alors que ce sont eux qui ont fait 63 heures d'obstruction dans un comité, 43 heures dans un autre, 35 heures au Comité permanent des finances, 16 heures au Comité permanent de la défense nationale et 10 heures au Comité permanent des affaires étrangères.
Devant ce bilan parlementaire pitoyable des libéraux, nous jugeons tout à fait légitime de vouloir nous assurer de ce qui est prévu dans les comités avant de donner au gouvernement un chèque en blanc pour la prolongation des séances aux comités et à la Chambre. Cependant, le gouvernement refuse de nous le dire et exige un chèque en blanc. Pour nous, c'est inacceptable.
J'entendais mon collègue de Winnipeg-Nord nous dresser l'état de certains projets de loi et nous allons faire le bilan de ce bilan.
Il a évoqué le projet de loi C-3, concernant les juges, dont la version initiale avait été déposée par l'honorable Rona Ambrose. Nous sommes bien fiers de ce projet de loi, mais le gouvernement libéral a utilisé pour celui-ci l'arme la plus sévère qui soit pour retarder son approbation ou son accord: la prorogation.
Il faut se souvenir que l'été dernier, alors que le gouvernement libéral était dans le trouble — pas à peu près — à cause du scandale UNIS, le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique s'est réuni jour après jour en juillet, puis en août. Les députés de l'opposition officielle, flamboyants, attaquaient l'autorité morale du gouvernement parce qu'il avait complètement versé dans une approche odieuse en lien avec ce scandale.
Qu'a fait le gouvernement alors qu'il était dans le trouble? Il a prorogé le Parlement, la pire attaque qui soit pour ralentir les travaux parlementaires. En effet, une fois le Parlement prorogé, il faut tout reprendre à partir de zéro. C'est ce qui s'est passé avec le projet de loi C-3.
Que dire maintenant du projet de loi C-11? J'entendais le député de Winnipeg-Nord dire à quel point ce texte législatif est important et il a parfaitement raison. Je me souviens même du député et ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie qui, sur Twitter, avait interpelé les conservateurs en février dernier, nous accusant de retarder le projet de loi C-11 et que cela n'avait pas de bon sens.
J'aime bien le député de Saint-Maurice—Champlain, qui est le ministre responsable. J'ai beaucoup de respect et d'estime pour lui, mais quand j'ai vu cela sur Twitter, je me suis dit que cela faisait longtemps que j'avais vu ce projet de loi C-11. Après vérification, j'ai vu que, la dernière fois que le gouvernement avait soumis le projet de loi C-11 à l'étude de la Chambre était précisément le 24 novembre 2020. Il s'est donc écoulé novembre, décembre, janvier et février, soit trois mois, avant que son gouvernement ne soumette le projet de loi C-11 à la Chambre, mais il nous a attaqués en février en disant que c'était nous qui le retardions. C'est tout à fait burlesque.
On a également parlé du projet de loi C-14 sur l'état des finances d'alors, puisqu'il n'y avait pas eu de budget. On nous a accusés et on nous accuse encore d'avoir fait de l'obstruction parlementaire, alors que les deux tiers des députés de l'opposition officielle n'ont même pas pris la parole.
Je suis très fier d'être le leader parlementaire de l'opposition officielle. Notre caucus compte 120 députés qui représentent dûment et bien huit provinces et régions du Canada à la Chambre des communes. Nous sommes le seul parti vraiment national. Je suis très fier de la qualité des gens avec qui je travaille et c'est pour cela que, lorsqu'ils demandent la parole, cela me fait plaisir de les inscrire dans le débat politique. Cependant, quand les deux tiers de notre caucus ne prennent pas la parole et qu'on nous accuse d'obstruction parlementaire, c'est tout à fait burlesque.
C'est pourquoi la motion, telle que présentée actuellement, ne nous est pas acceptable. Nous voulons et nous sommes effectivement prêts à travailler plus que les heures prévues, dans la mesure où le travail parlementaire peut se faire à la Chambre des communes et correctement dans les comités, ce qui n'est pas du tout le cas avec cette motion.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, May is Sexual Assault Awareness Month. Sexual violence continues to be under recognized within the criminal justice system and has increased significantly during the pandemic. May is a month for us to bring awareness to the realities of sexual violence within our communities and to recognize that certain communities are disproportionately impacted by sexual violence, in particular indigenous women.
I would like to thank SAVIS of Halton for educating our community on the realities of sexual violence while providing direct support and resources to survivors in Halton.
Last week, I was pleased to see Bill C-3 receive royal assent, which will ensure education is provided for judges on sexual assault and social context. I would like to give special thanks to Conor Lewis from my office, who worked on this bill since 2017.
Today and everyday, I send my support to all survivors, as we continue to advocate for the end of sexual violence in all forms.
Monsieur le Président, mai est le Mois de la sensibilisation aux agressions sexuelles. La violence sexuelle continue d'être sous-estimée dans le système de justice pénale et s'est accrue considérablement pendant la pandémie. Mai est un mois pendant lequel nous devons sensibiliser nos communautés aux réalités de la violence sexuelle et prendre conscience que certains groupes sont plus touchés que d'autres, notamment les femmes autochtones.
J'aimerais remercier l'organisme SAVIS d’Halton de sensibiliser les membres de notre communauté aux réalités de la violence sexuelle et de fournir du soutien et des ressources aux survivants de cette violence à Halton.
J'ai été heureuse de voir le projet de loi C-3 recevoir la sanction royale la semaine dernière afin de faire en sorte que les juges reçoivent de la formation sur les agressions sexuelles et le contexte social les entourant. J'aimerais remercier tout spécialement Conor Lewis de mon bureau qui travaillait sur ce projet de loi depuis 2017.
Aujourd'hui, comme tous les jours, je veux offrir mon soutien à tous les survivants et leur dire que nous continuons de lutter pour mettre un terme à la violence sexuelle sous toutes ses formes.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-05-06 18:20 [p.6832]
I have the honour to inform the House that a message has been received from the Senate informing this House that the Senate has passed Bill C-3, an act to amend the Judges Act and the Criminal Code.
J'ai l'honneur d'annoncer à la Chambre que le Sénat lui a adressé un message pour l'informer qu'il a adopté le projet de loi C-3, Loi modifiant la Loi sur les juges et le Code criminel.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-05-06 19:21 [p.6841]
Order. I have the honour to inform the House that a communication has been received as follows:
May 6, 2021
Mr. Speaker,
I have the honour to inform you that the Right Honourable Richard Wagner, Administrator of the Government of Canada, signified royal assent by written declaration to the bills listed in the Schedule to this letter on the 6th day of May, 2021, at 6:27 p.m.
Yours sincerely,
Ian McCowan
Secretary to the Governor General
The schedule indicates the bills assented to were Bill C-14, An Act to implement certain provisions of the economic statement tabled in Parliament on November 30, 2020 and other measures, and Bill C-3, An Act to amend the Judges Act and the Criminal Code.
À l'ordre, s'il vous plaît. Avant de passer aux questions et aux observations, j'ai l'honneur d'informer la Chambre que j'ai reçu le message suivant:
Le 6 mai 2021
Monsieur le Président,
J'ai l'honneur de vous aviser que le très honorable Richard Wagner, administrateur du gouvernement du Canada, a octroyé la sanction royale par déclaration écrite aux projets de loi mentionnés à l'annexe de la présente lettre le 6 mai 2021 à 18 h 27.
Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de ma haute considération.
Ian McCowan
Le secrétaire du gouverneur général
L'annexe précise que la sanction royale a été donnée au projet de loi C-14, Loi portant exécution de certaines dispositions de l'énoncé économique déposé au Parlement le 30 novembre 2020 et mettant en œuvre d'autres mesures et au projet de loi C-3, Loi modifiant la Loi sur les juges et le Code criminel.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-03-08 16:40 [p.4681]
Madam Speaker, it is always an honour to speak in the House of Commons. The magnitude of this reality is not lost on me, especially today on International Women's Day, a day when we celebrate and advocate for women's rights around the world. I wish I could simply deliver pleasantries, highlight the work of some incredible women and wish all present a happy International Women's Day, but based on the real experiences of women across the country and around the globe that would not be enough.
I would like to begin by exploring some of the history of the women's rights movement. It is rooted in struggle and conflict, intertwined with colonialism and racism. Before the suffragettes, colonists arrived in North America and deliberately tore apart the fabric of the matriarchal leadership of the first peoples of this land. The intergenerational trauma of these acts continues to ripple through indigenous communities today.
International Women's Day can be traced back to 1908, when thousands of working women in New York City marched to protest their working conditions. These women worked at low wages with no protection and regularly experienced sexual harassment and abuse. This uprising continued for more than a year, leading to National Woman's Day in the U.S. in 1909.
At an international conference of working women in 1910, the idea for an international movement advocating universal suffrage was born. The day took on a truly revolutionary form in Russia in 1917, in a country exhausted by war, widespread food shortages and escalating popular protests. Russian women demanded and gained the right to vote in 1917 as a direct consequence of the March protest.
Suffragettes in the U.K., and their counterparts in the U.S. and Canada, looked to Russia as an example. White women in Canada were enfranchised in 1918, but this right would not be extended to women of colour or indigenous women until decades later.
We have yet to fully embrace the layers of intersectionality in feminism and tear down the many ways women continue to be oppressed. The pandemic has plainly demonstrated how race, gender, class, disability and immigration status intersect and compound risk, resulting in worse health outcomes, increased rates of domestic violence and greater economic struggle.
International Women's Day remains steeped in the fight for all women's rights. I think about the women facing violence in their homes. I addressed the House regarding gender-based violence on February 25. That same day, a woman from my home province was murdered by her intimate partner. In Quebec, five women were killed by their partners in just one month.
The government has put money into supporting shelters and services for women fleeing domestic violence, but it is not enough. I think about the survivors of sexual assault being retraumatized and stigmatized, again and again, by a court system that was designed to protect property. Bill C-3 will finally require judges to receive sensitivity training on sexual assault, which is a step forward, but our judicial system is so deeply flawed that this is not enough.
I think of Chantel Moore and of Joyce Echaquan. These women's final moments on earth were spent facing down racism and misogyny. Our policing and health systems let them down. We let them down.
The government has initiated an anti-racism secretariat, but it seems to be operating quietly behind closed doors. This is not enough. I am discouraged by the failings of our systems, reinforced by almost every statistic and by almost every headline. I am discouraged that I hold a seat of power, yet I often feel powerless to right what remains so very wrong.
I look to what brings me hope. I think of my sisters, my friends and the women I work with. Through their trauma, I see their strength. I see their resilience. This year they have given birth without their loved ones present. They have loved and supported family members in mental health crises. They have taken in their adult children who could no longer support themselves financially. They have bravely served, overrepresented on the front lines of this pandemic. They have left abusive jobs, they have left abusive relationships and they stand strong but not unscathed. What I need from the government is leadership that sees their resilience and meets it with equal force.
International Women's Day has always been as much about struggle and solidarity as it is about celebration. Today, for women across the country, the struggle is real. With some direct action perhaps next year we will have more to celebrate.
Madame la Présidente, c'est toujours un honneur de prendre la parole à la Chambre des communes. L'énormité de cette réalité ne m'échappe pas, surtout aujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale des femmes, une journée où nous célébrons et défendons les droits des femmes partout dans le monde. J'aimerais pouvoir me contenter de faire de belles déclarations, de souligner le travail de quelques femmes incroyables et de souhaiter à toutes celles présentes aujourd'hui une joyeuse Journée internationale des femmes. Or, compte tenu des expériences vécues par les femmes à l'échelle du pays et de la planète, ce ne serait pas suffisant.
Je désire commencer en explorant une partie de l'histoire du mouvement de défense des droits des femmes. Ce mouvement tire ses racines dans les luttes et les conflits, et il est étroitement lié au colonialisme et au racisme. Avant les suffragettes, les colons sont arrivés en Amérique du Nord et ont délibérément détruit l'essence même du leadership matriarcal des premiers peuples de notre pays. Le traumatisme intergénérationnel de ces actes continue d'être ressenti par les communautés autochtones de nos jours.
La Journée internationale des femmes remonte à 1908, quand des milliers de travailleuses dans la ville de New York ont manifesté pour dénoncer leurs conditions de travail. Ces femmes occupaient des emplois à faible salaire, ne bénéficiaient d'aucune protection et étaient régulièrement victimes de harcèlement sexuel et d'agressions sexuelles. Ce soulèvement s'est poursuivi pendant plus d'un an et a mené à la « journée nationale de la femme » aux États-Unis en 1909.
L'idée d'un mouvement international faisant valoir le suffrage universel est née en 1910, lors d'une conférence internationale des femmes ouvrières. La journée a pris une forme véritablement révolutionnaire en 1917 en Russie, un pays alors épuisé par la guerre, les pénuries alimentaires et l'intensification des manifestations populaires. En effet, en 1917, en conséquence directe de la manifestation de mars, les femmes russes ont exigé et obtenu le droit de vote.
Les suffragettes du Royaume-Uni et leurs homologues des États-Unis et du Canada ont suivi l'exemple de la Russie. Au Canada, les femmes blanches ont obtenu le droit de vote en 1918, mais ce droit ne sera étendu aux femmes de couleur ou autochtones que des décennies plus tard.
Nous n'avons toujours pas embrassé pleinement toutes les couches d'intersectionnalité du féminisme ni éradiqué les nombreuses façons dont les femmes continuent d'être opprimées. La pandémie montre clairement à quel point la race, le genre, la classe sociale, le handicap et le statut d'immigrant s'entrecroisent et aggravent le risque, entraînant des résultats inférieurs en matière de santé, un taux supérieur de violence familiale et de plus grandes difficultés financières.
La Journée internationale des femmes demeure imprégnée de la lutte pour les droits de toutes les femmes. Je pense aux femmes qui subissent de la violence à la maison. Le 25 février, j'ai parlé à la Chambre de la violence fondée sur le sexe. Ce jour-là, une femme de ma province a été tuée par son partenaire intime. Au Québec, en un seul mois, cinq femmes ont été tuées par leur partenaire.
Le gouvernement a investi de l'argent dans les refuges et les services destinés aux femmes fuyant la violence familiale, mais ce n'est pas suffisant. Je pense aux survivantes d'agressions sexuelles qu'un système judiciaire conçu pour protéger les biens traumatise et stigmatise encore et encore. Grâce au projet de loi C-3, enfin, les juges recevront une formation visant à les sensibiliser aux agressions sexuelles, ce qui est un pas en avant, mais notre système judiciaire est si profondément déficient que ce n'est pas suffisant.
Je pense à Chantel Moore et à Joyce Echaquan. Elles ont dû faire face au racisme et à la misogynie pendant leurs derniers instants sur terre. Notre police et notre système de santé les ont laissées tomber. Nous les avons laissées tomber.
Le gouvernement a mis sur pied un secrétariat pour lutter contre le racisme, mais il semble fonctionner discrètement, derrière des portes closes. Ce n'est pas suffisant. Je suis découragée par les défaillances de nos systèmes, aggravées par presque toutes les statistiques et presque toutes les manchettes qui sortent. Je suis découragée parce que je siège au coeur du pouvoir et pourtant, je me sens souvent impuissante à réparer des torts qui continuent à être aussi flagrants.
Je me tourne vers ce qui me donne de l'espoir. Je pense à mes sœurs, à mes amis et aux femmes avec lesquelles je travaille. À travers leurs traumatismes, je vois leur force. Je vois leur résilience. Cette année, elles ont accouché sans la présence de leurs proches. Elles ont aimé et soutenu des membres de leur famille souffrant de problèmes de santé mentale. Elles ont accueilli leurs enfants adultes qui ne pouvaient plus assurer leur subsistance financièrement parlant. Elles ont courageusement servi la population sur la ligne de front de cette pandémie, en nette surreprésentation par rapport aux hommes. Elles ont quitté des emplois où elles étaient maltraitées. Elles ont laissé derrière elles des relations violentes et elles se tiennent debout, mais pas indemnes. Mon gouvernement doit être un gouvernement qui voit leur résilience et y répond avec une force égale.
Quand on parle de la Journée internationale de la femme, on parle autant de luttes et de solidarité que de festivités. Aujourd'hui, pour les femmes partout au pays, la lutte est réelle. Si nous prenons des mesures concrètes, nous aurons peut-être d'autres raisons de nous réjouir l'année prochaine.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-12-03 10:31 [p.2882]
Madam Speaker, I thank my hon. colleagues for allowing me to speak today.
The first words I spoke in the House were on December 6, 2019, in remembrance of the massacre at École Polytechnique. Today I think of the victims and the families of those lost, and indeed I think about Canada and what this day means for us as a nation.
I reflected then, as I do now, on the frame of mind of the individual who carried out the heinous act, and what could have possibly motivated a person to tear down the pillars of a community and snuff out bright lights.
Then, and now, I will say it was anti-feminism and misogyny. Violence against women and 2SLGBTQiA+ peoples continues to steal from us as a society. We lose aunties, sisters, friends, teachers and students. These words we share are important, our remembrance is essential and our actions must be immediate.
Since last December, the COVID-19 pandemic has exposed and exacerbated the realities for women at risk, particularly marginalized women including trans women, girls, femme-identified and non-binary people, racialized women and women of colour, indigenous women and immigrant women.
We see article after article about record numbers of calls to women's shelters for those fleeing violence. We see survey after survey describing the increasing severity and frequency of the violence and torment women are facing in their own homes during lockdowns. We see the oozing growth of online vitriol and hatred.
In April, we saw another terrible massacre in Nova Scotia that began with intimate-partner violence. That day 22 people lost their lives, 13 of them women. I am also haunted by Chantel Moore's story. This young indigenous woman was shot in her home, alone, by municipal police in my home province in June, without an explanation.
Two weeks ago, the final report on the implementation of the Merlo Davidson settlement agreement shocked many of us, with revelations of systemic and horrific misogyny and violence within the ranks of the Royal Canadian Mounted Police. The Hon. Michel Bastarache, independent assessor, describes Canada's national police force as having a toxic culture, and recommends nothing short of an independent external review to reform policing in Canada. We absolutely must undertake this work immediately.
When indigenous women disappear from their communities, their families cannot trust that their lives will be valued. As long as our policing institutions are fraught with misogyny and racism, police cannot possibly hold citizens accountable for their gender-based hate and violence.
Today we remember the women whose lives were taken on December 6, 1989, at École Polytechnique by a man who hated the women who dared to study. We must also remember Chantel Moore and those lost in Nova Scotia.
As each week passes we lose more. In 2018, there were nearly 100,000 victims of intimate-partner violence. Four out of every five were women. That year, 87 people were murdered by their intimate partners.
Amid this pandemic, we have come together in the name of health. The year 2020 has proved that when we are united with a common goal, and when we tackle a societal crisis with intensity, albeit desperation, we can move mountains. We know change is hard, but we have seen progress. Bill C-3 is a testament to moving the needle by legislating training on sexual assault for judges.
I challenge my colleagues in the House and I challenge Canadians. What will it take for us to come together and to recognize gender-based violence as the crisis it is? We need to move this mountain. May we always remember this day.
Madame la Présidente, je remercie mes collègues de me permettre de prendre la parole aujourd'hui.
J'ai prononcé mon premier discours à la Chambre le 6 décembre 2019, en souvenir du massacre de l'École polytechnique. Aujourd'hui, je pense aux victimes et à leur famille, et je pense aussi au Canada et à ce que ce jour représente pour notre pays.
Comme aujourd'hui, j'ai réfléchi à l'époque à l'état d'esprit de l'homme ayant commis cet acte odieux et à ce qui aurait pu le motiver à abattre des piliers d'une communauté, à faire disparaître des esprits brillants.
Je crois, comme je le croyais alors, que c'est l'antiféminisme et la misogynie qui l'ont motivé. La violence faite aux femmes et aux membres de la communauté 2SLGBTQiA+ continue de dérober des membres à notre société. Nous perdons des tantes, des soeurs, des amis, des enseignants et des étudiants. Les paroles que nous prononçons sont importantes. Nous avons un devoir de mémoire indispensable, et nous devons agir immédiatement.
Depuis décembre dernier, la pandémie de COVID-19 a révélé et aggravé la situation des femmes à risque, en particulier les femmes marginalisées comme les femmes trans, les jeunes filles, les personnes s'identifiant comme des femmes, les personnes non binaires, les femmes racialisées, les femmes de couleur, les femmes autochtones et les immigrantes.
Les articles sur le nombre record d'appels aux refuges pour femmes qui fuient la violence se multiplient. Une accumulation d'enquêtes décrit la gravité accrue et l'augmentation de la fréquence des actes de violence et des tourments auxquels les femmes sont confrontées dans leur foyer pendant les périodes d'isolement. Les propos haineux et les charges vitrioliques explosent en ligne.
En avril dernier, la Nouvelle-Écosse a été le théâtre d'un autre terrible massacre qui a d'abord pris la forme d'un cas de violence contre un partenaire intime. Cette journée-là, 22 personnes ont perdu la vie, et 13 d'entre elles étaient des femmes. Je suis toujours hantée par l'histoire de Chantel Moore. Cette jeune Autochtone a été abattue par un policier municipal alors qu'elle était chez elle, seule. C'est arrivé dans ma province en juin dernier, et aucune explication n'a été fournie.
Il y a deux semaines, le Rapport final sur la mise en œuvre de l'accord de règlement de Merlo Davidson a choqué beaucoup d'entre nous. Il a révélé que la violence et la misogynie ont pris une ampleur horrible et systémique au sein de la Gendarmerie royale du Canada. L'honorable Michel Bastarache, à titre d'évaluateur indépendant, décrit la culture toxique qui règne au sein du service de police national du Canada et ne recommande rien de moins qu'un examen externe indépendant pour en arriver à une réforme des forces policières au pays. Il faut absolument lancer ces travaux immédiatement.
Lorsque des femmes autochtones disparaissent de leur collectivité, les familles ne peuvent pas être certaines que leur vie est considérée comme importante. Tant et aussi longtemps que les corps policiers du Canada seront un terreau fertile pour la misogynie et le racisme, les policiers seront bien mal placés pour tenir les citoyens responsables de leurs crimes haineux ou violents fondés sur le sexe.
Aujourd'hui, nous nous souvenons des femmes dont la vie a été fauchée le 6 décembre 1989, à l'École Polytechnique, par un homme empreint d'une profonde haine envers celles qui osaient poursuivre des études supérieures. Ayons également une pensée pour Chantel Moore et pour les victimes de la Nouvelle-Écosse.
Chaque semaine, le nombre de victimes augmente. En 2018, on a dénombré près de 100 000 victimes de violence contre un partenaire intime, dont quatre sur cinq étaient des femmes. Cette même année, 87 personnes ont été assassinées par leur partenaire intime.
Durant la pandémie, nous avons uni nos efforts pour préserver la santé de tous. L'année 2020 s'avère la preuve que lorsque nous nous mobilisons pour atteindre un objectif commun, quand nous utilisons toutes nos forces pour traverser une crise de société, malgré le désarroi, nous pouvons soulever des montagnes. Nul doute que le changement vient avec son lot de difficultés, mais nous pouvons constater des progrès. Le projet de loi C-3 prouve qu'il est possible de faire bouger les choses en légiférant pour que les juges suivent une formation en matière d'agressions sexuelles.
Je mets au défi mes collègues à la Chambre et les Canadiens. Qu'attendons-nous pour nous mobiliser et reconnaître que la violence fondée sur le sexe est une véritable crise? Nous devons soulever cette montagne. Que ce jour ne soit jamais oublié.
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-11-20 10:06 [p.2171]
Madam Speaker, I am rising in this House to speak to Bill C-3, a piece of legislation that is absolutely vital. It is vital not only for today, but for the future on so many fronts.
Before I do that, I would really like to make a huge recognition of a life lost yesterday on Manitoulin Island, of an OPP officer for 28 years in the Little Current dispatch. He responded to a call only to not be able to go home and see his family.
I have first cousins who serve on the OPP. One of them, in fact, ironically, is the captain of the Chris D. Lewis OPP boat in my riding. I get asked a lot if I named that boat. The truth of the matter is that I did not; I am Chris B. Lewis.
We thank Constable Marc Hovingh for his service, not only to Ontario but to Canada.
I got a text from my mother last night. She is in Silver Water with my father. I know I am not speaking to Bill C-3, but this is very important. She sent me a text asking what was going on in Gore Bay. I told her I did not know what she was talking about. This is where our family cottage of 23 years is. To find out when such hurt happens on the largest freshwater island in the world and the smallest community, quite frankly, it is astonishing and it is sad.
My heart goes out to the family of Constable Hovingh and to all the residents of Manitoulin Island. I know he will be dearly missed, and I thank him very much for his service.
I would ask this House to please join me, just for 20 seconds of thought for the constable. This is absolutely astonishing. I will take 20 seconds of my time to remember him.
[A moment of silence observed]
Madame la Présidente, je prends la parole au sujet du projet de loi C-3, qui est absolument essentiel. Il est essentiel non seulement pour aujourd'hui, mais également pour l'avenir, et ce, à bien des égards.
Avant de commencer, je tiens à souligner la perte tragique d'une vie hier sur l'île Manitoulin, celle d'un agent de la Police provinciale de l'Ontario comptant 28 ans d'expérience, plus précisément au poste de Little Current. Après avoir répondu à un appel, il n'a jamais pu rentrer à la maison pour retrouver sa famille.
J'ai des cousins germains au service de la Police provinciale de l'Ontario. En fait, un d'entre eux est, comme par hasard, le capitaine du bateau Chris D. Lewis dans ma circonscription. On me demande souvent si j'ai décidé du nom de ce bateau. À vrai dire, je ne l'ai pas fait: je m'appelle Chris B. Lewis.
Nous remercions l'agent Marc Hovingh de son service, non seulement pour l'Ontario, mais également pour le Canada.
J'ai reçu un message texte de ma mère hier soir. Elle se trouve à Silver Water avec mon père. Je suis conscient que je ne parle pas du projet de loi C-3, mais ceci est très important. Dans son message, ma mère m'a demandé ce qui se passait à Gore Bay. Je lui ai répondu que je n'en savais rien. Notre famille a un chalet à cet endroit depuis 23 ans. Pour être franc, il est triste et bouleversant d'apprendre qu'une chose aussi terrible s'est produite sur la plus grande île en eau douce du monde et dans une si petite collectivité.
Mes pensées accompagnent la famille de l'agent Hovingh et tous les résidants de l'île Manitoulin. Son départ est une grande perte et je le remercie de tout coeur de son service.
J'invite la Chambre à se recueillir 20 secondes en l'honneur de l'agent. C'est absolument consternant. Je dédie 20 secondes de mon temps de parole à sa mémoire.
[La Chambre observe un moment de silence.]
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-11-20 10:09 [p.2171]
Madam Speaker, I appreciate that very much as well and again, our hearts are with you and all the members of Manitoulin.
I have been reflecting on Bill C-3 and what an honour it is to stand in the House in this place. At the same time, I look at it from a different angle and l say why do I have the right to stand in the House and speak to Bill C-3. It is not because I sit on the justice committee. It is not because my office overlooks the Supreme Court of Canada, it is because I was duly elected to come to this place to represent all of my constituents.
I am a bit of a political geek. Along my path of trying to become a politician, I used to go on the various parties' websites and look at each individual MP and always be in absolute awe and dive into what they were doing and saying. Rona Ambrose was one person who resonated with me. For some reason, she really stuck with me and it took until last night for me to really understand why that was. Unfortunately, I have not had an opportunity yet to meet Ms. Ambrose and I hope at some point I do. I would love to talk to her at some point in time and what better platform to use than the House.
She was so far ahead of her time on this legislation. Unfortunately, as we all know, it has been introduced twice. It has failed twice and now it is being introduced for the third time. I believe it will get unanimous consent in the House and I do not want to speak for anyone, but I believe that to be the case. We have to celebrate the groundbreaking achievements that she made with this legislation. I want to thank Ms. Ambrose for her leadership on this legislation and I could never be prouder than to stand here in this place and speak to that.
I have 20 minutes, but I could probably talk for two hours or more.
First and foremost, there are four females in my life who have been incredibly influential to me along the way on my path to where I stand here today, proud and excited to be a Canadian.
First and foremost is my mother. My mother allowed me opportunity. She allowed me the gift of being myself. She allowed me the gift of openness, truthfulness, not being pushed into a corner. She allowed me to smile. She allowed me to make my own decisions without fault and for that I will always be grateful.
The second person I admire, and this is a slippery slope, is my lovely wife Allison. It always goes my mother and then my wife, because my mom is the one who is going to send me a text afterward.
Madame la Présidente, je vous remercie de ces paroles. Nous sommes de tout cœur avec vous et tous les gens de Manitoulin.
En réfléchissant au projet de loi C-3 je me dis que c'est véritablement un grand honneur de prendre la parole à la Chambre. En même temps, je me demande pourquoi j'ai le droit de m'exprimer à la Chambre au sujet de ce projet de loi. Ce n'est pas parce que je suis membre du comité de la justice. Ce n'est pas parce que mon bureau donne sur la Cour suprême du Canada. C'est parce que j'ai été dûment élu pour représenter les citoyens de ma circonscription en cet endroit.
Je suis un peu maniaque de la politique. Lorsque j'aspirais à devenir politicien, je consultais le site Web des divers partis et je suivais avec grand intérêt et beaucoup d'admiration ce que faisait et disait chaque député. Rona Ambrose a retenu mon attention. Elle m'a vraiment interpellé et ce n'est qu'hier soir que j'ai vraiment compris pourquoi. Malheureusement, je n'ai jamais eu la chance de rencontrer Mme Ambrose, mais j'espère que l'occasion se présentera. J'adorerais m'entretenir avec elle. Il n'y a pas meilleure tribune que la Chambre pour faire passer le message.
Elle s'est montrée très en avance sur son temps, dans cette mesure législative. Malheureusement, comme nous le savons tous, ce projet de loi a été présenté deux fois. Il est mort au Feuilleton deux fois et il est maintenant présenté une troisième fois. Je pense qu'il obtiendra l'appui unanime de la Chambre — je ne veux parler pour personne —, mais je le crois. Nous devons nous réjouir des avancées extraordinaires que Mme Ambrose a accomplies grâce à cette mesure législative. Je voudrais la remercier pour le leadership dont elle a fait preuve dans ce dossier. Rien ne pourrait me faire sentir plus fier que d'intervenir dans cette enceinte pour en parler.
Je dispose de 20 minutes, mais je pourrais probablement parler pendant deux ou trois heures.
Je dois dire, avant toute chose, que quatre femmes ont eu une influence incroyable sur mon cheminement personnel jusqu'à ce que je sois élu au poste que j'occupe aujourd'hui, fier et heureux d'être canadien.
Avant tout, il y a ma mère. Elle a ouvert pour moi la porte des possibles. Elle m'a permis d'être moi-même. Elle m'a fait don d'ouverture d'esprit, de sincérité, de détermination afin de réussir dans la vie. Elle m'a donné le don du sourire. Elle m'a toujours laissé prendre mes propres décisions et je lui en serai éternellement reconnaissant.
La deuxième personne pour qui j'ai de l'admiration — et c'est un terrain glissant —, c'est ma charmante épouse Allison. Je cite toujours d'abord ma mère puis mon épouse parce que c'est ma mère qui va m'envoyer un texto après.
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-11-20 10:16
The second one is my wife Allison, coming up on 22 years, a woman who, again, allows me to do what she knows I believe is right, is right for Canada and is right for this world. She gives me the freedom. She gives me the longest dog leash ever to let me come to Ottawa and do what is right, absolutely without any question.
The third woman, who is why I am so passionate about Bill C-3 today, is my daughter Faith. Faith is 17 years old. She is going to graduate, likely with honours, this year from grade 12. Her ambition in life, all she wants to do, is to be a veterinarian. Notwithstanding the fact that it is tougher to get into the school to become a veterinarian in Canada than to become a general practitioner, the very fact is I do not care what she wants to do, but I am awfully proud of her.
Regarding the fourth person, about a year and a half ago when I was running to become a member of Parliament, I went to a school in the town of Essex, in my riding, and I spoke to a grade 5 class. When I got there with my handler, so to speak, we had to go to the principal's office. Who greeted me, other than this amazing young woman?
La deuxième personne, donc, est Allison, mon épouse depuis près de 22 ans. Grâce à elle, je peux accomplir ce que je crois être juste, pour le Canada et pour le monde. Elle m'en donne la liberté. Elle me donne la plus longue laisse jamais vue et me laisse venir à Ottawa pour faire ce qu'il faut, sans jamais me remettre en question.
La troisième femme d'importance dans ma vie est ma fille Faith, qui est la raison pour laquelle le projet de loi C-3 me tient tant à cœur. Faith a 17 ans. Elle obtiendra son diplôme d'études secondaires cette année, probablement avec distinction. Son ambition dans la vie, tout ce qui l'intéresse, c'est de devenir vétérinaire. Indépendamment du fait qu'il est plus difficile au Canada d'être accepté à l'école vétérinaire qu'en médecine générale, le fait est que, peu importe ce qu'elle souhaite faire, je suis extrêmement fier d'elle.
La quatrième personne, je l'ai rencontrée il y a environ un an et demi, pendant ma campagne électorale. Je m'étais rendu dans une école d'Essex, dans ma circonscription, pour donner une allocution dans une classe de cinquième année. À mon arrivée, mon stratège, si je peux dire, et moi devions nous rendre au bureau du directeur. Qui était là pour m'accueillir? Nulle autre que cette jeune fille remarquable.
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-11-20 10:16
Her name is Jade. She is about yea tall, and has the most bubbly, energetic, fantastic, positive attitude one could ever imagine. I am telling members that they have never met anybody like this. By the way, I am happy that she is as young as she is, because she could run for my spot and probably beat me. She is just fantastic, and there are no rules with her. Yesterday, because I have not had a chance to talk to Jade as of late, I asked her teacher from last year if we could please set up a Zoom call, and we did. Not only did I get to speak to Jade for about 20 minutes, I also got to speak to the rest of the class.
Why am I saying this? Every day that we wake up we can learn something new, and I have to tell the House that if I did not say this, it would be an injustice to Jade. I asked Jade to tell me something exciting and what she wants to do. I was thinking she wanted to be the Prime Minister of Canada. I did not know what she wanted to do. Members have to understand that this beautiful young lady is just fantastic and full of passion for life. She said she wants to work in a museum.
I said, “In a museum? That is neat. Tell me something that I do not know.”
She said, “I know,” and she had her hand up.
I love it. She said, “I bet you don't know what a pangolin is.”
I said, “A penguin?”
She replied, “A pangolin.”
I said, “I have never heard of a pangolin in my life.”
She said, “Well, it's just an aardvark with a whole bunch of scales on it, and they're really pointy, so nothing can get at it.”
I said, “Wow.”
Her teacher from last year, Mrs. Armstrong, was an enormous role model for that young woman, and I thank Mrs. Armstrong enormously for what she has done. I am telling members that Jade is the reason I stand in the House so proudly, and I know we have to fight going forward.
Why do I bring up these stories? Why do I bring up the women? It is because it is absolutely vital that we protect them. Let us just suggest, for a moment, that my mother, my wife, my daughter or Jade, along that path, had been assaulted. I do not believe any of them have ever been assaulted, but in the event that they had been, how would that have impacted my life? How would it have steered the ship of my life if they had not received due justice? Because of that, I am incredibly proud to stand here and celebrate my mentors. I am sure the members of the House have many mentors as well.
I had a Zoom meeting on October 27 with an amazing woman: Marion Overholt. We discussed the training for judges on sexual assault cases. I am going to read through a few of her points. First and foremost, I was a firefighter for seven and a half years, and we responded to all types of calls, whether a fire or a heart attack, but we responded, at some times, to assault victims, when the ambulance could not get there quickly enough. I remember one very dearly that I will not give details of. I recall it like it was yesterday, but I did not realize the people who were behind this. As a firefighter, I would go and put a fire out and go home to my family, but it continues on. I did not realize that until after this discussion with Ms. Overholt.
She has actually appeared before the justice committee in the past. She has 37 years of practice. She is a community legal aid worker, and works out of the local OPP detachment. She said, “In the past, victims have shied away from pressing charges, because they do not think that they would be believed.” That is an incredibly powerful statement. If those four main ladies in my life did not believe that they would be believed, it would be an absolute injustice.
Ms. Overholt went on to say that sexual assault often happens in private, intimate settings involving no witnesses and often without clear evidence. The narrow focus then becomes about credibility. Often, the victim will not testify but the complainant will, potentially widening the gap.
What does that mean? To me it means this, and I am going to go back to the basics.
Next year, hopefully, I will proudly see my daughter off to university somewhere, be it in Calgary, Guelph or the U.S. if COVID ever gets under control there. I believe that she needs the right, the confidence and the belief that if something happens to her, she can come forward and have a voice and not feel victimized, but will know that the courts and the justice will do their due diligence for her.
Getting back to my meeting on October 27th, Ms. Overholt went on to say that Crown prosecutors don't actually represent the victim. They represent the Crown, whereas the defence lawyer is there for the defendant.
That was an interesting conversation. The next time I am told that I am guilty or that I am a victim, I would certainly think that the Crown would go the other way and reach out to the victim, especially when the victim does not necessarily have a voice.
She went on to say that the burden of proof is high: Guilty beyond a reasonable doubt. Victims often describe the trial as being worse than the assault.
What does that mean? We had some great discussion about this.
It takes so long to get to court. If somebody is victimized tomorrow, blessed that they are not, it can take years to get to court. By the time it gets to court, the healing process of the victim has begun to, I would suggest rudely, at least put a scab on it. The moment that it goes back to the court, the victim has to look the defendant in the eye, listen to the testimony, and the band-aid with the scab comes off, and they have to again live through what they already went through years prior. It is deplorable, and it is wrong.
I will speak quickly about training.
As I mentioned, I was in the fire department, and I trained for CPR, WHMIS and high-angle rescue ropes. In my personal business, I had to train for confined space. There were all kinds of training. This upcoming week, as a member of Parliament, I am taking harassment training. My point is that nobody is above the law, and should not be. If members of Parliament are good enough to do training, surely our judges are fine to do training. Why do I say that? Well, nobody is perfect. I do not really call it “training” so much as “tools in the tool chest.” Let us have an open discussion, and if there is a case in Ontario then let us see what is happening in B.C. If there is a case in B.C., let us see what is happening in Newfoundland, and let those judges integrate and talk about this, because, quite frankly, this is a much larger discussion.
To conclude, I really want to thank Ms. Ambrose for bringing this legislation forward. I will be very proud and honoured to vote in favour of Bill C-3.
Elle s'appelle Jade et elle est à peu près haute comme ça. Elle est pétillante, énergique, fantastique et positive au possible. C'est vraiment quelque chose. Soit dit en passant, heureusement qu'elle est encore jeune, car elle pourrait probablement me ravir mon siège si elle décidait d'être candidate. Elle est vraiment formidable; elle casse le moule. Hier, comme je n'avais pas eu l'occasion de parler à Jade dernièrement, j'ai demandé à son professeur de l'an dernier si on pouvait organiser un appel avec Zoom, ce que nous avons fait. En plus de pouvoir parler à Jade pendant à peu près 20 minutes, j'ai également pu parler aux autres élèves de sa classe.
Pourquoi je parle de cela? Parce qu'on peut apprendre quelque chose de nouveau chaque jour. Si je n'en parlais pas, ce serait une injustice envers Jade. Je lui ai demandé de me raconter quelque chose d'emballant et de me dire ce qu'elle veut faire plus tard. Je pensais qu'elle voudrait être première ministre du Canada. Je ne savais pas ce qu'elle voulait faire. Il faut comprendre que cette magnifique jeune fille est formidable et pleine de vie. Elle a répondu qu'elle voulait travailler dans un musée.
J'ai répondu: « Dans un musée? C'est intéressant. Apprends-moi quelque chose. »
Elle a levé la main et a dit: « Je sais. »
C'était adorable. Elle a dit: « Je parie que vous ne savez pas ce qu'est un pangolin. »
J'ai dit: « Un pingouin? »
Elle a répondu: « Un pangolin. »
J'ai dit: « Je n'ai jamais entendu parler des pangolins de ma vie. »
Elle a répondu: « Eh bien, c'est seulement un oryctérope recouvert d'écailles très pointues, qui le protègent contre toutes les formes d'attaques. »
J'ai répondu: « Wow. »
Mme Armstrong, son enseignante de l'année dernière, a été un modèle inspirant pour cette jeune femme, et je la remercie énormément pour ce qu'elle a fait. Je tiens à ce que les députés sachent que Jade est la raison pour laquelle je prends la parole à la Chambre avec tant de fierté, et je sais que nous devons continuer à nous battre.
Pourquoi est-ce que je raconte ces histoires? Pourquoi est-ce que je parle des femmes? C'est parce qu'il est absolument crucial de les protéger. Imaginons seulement un instant que, au cours de leur vie, ma mère, ma femme, ma fille ou Jade ait été agressée. À mon avis, elles ne l'ont probablement jamais été, mais, si elles l'avaient été, quelle incidence cet événement aurait-il eue sur ma vie? Si on n'avait pas rendu justice à ces femmes, comment cet événement aurait-il guidé ma vie? C'est pourquoi je suis extrêmement fier de prendre la parole à la Chambre pour rendre hommage à mes mentors. Je suis sûr que les autres députés ont également de nombreux mentors.
Le 27 octobre, j'ai participé à une réunion Zoom avec une femme extraordinaire: Marion Overholt. Nous avons parlé de la formation destinée aux juges concernant les cas d'agressions sexuelles. J'aimerais vous faire part de certains points qu'elle a soulevés. Je tiens d'abord à dire que j'ai été pompier pendant sept ans et demi. Dans l'exercice de nos fonctions, nous devions répondre à toutes sortes d'appels comme des incendies ou des crises cardiaques. Parfois, quand les ambulanciers ne pouvaient arriver assez vite, nous répondions à des cas d'agressions sexuelles. Je me souviens très bien d'un cas en particulier, dont je vous épargnerai les détails. Je m'en souviens comme si c'était hier, mais je n'avais pas réalisé à l'époque que de nombreuses personnes allaient être affectées par ce crime. En tant que pompier, mon rôle consistait à me rendre sur les lieux d'un incendie et à l'éteindre, ensuite, je rentrais chez moi, mais le traumatisme continuait. Je n'avais pas pris conscience de cette réalité avant de m'entretenir avec Mme Overholt.
Elle a déjà témoigné devant le comité de la justice. Elle compte 37 ans de pratique en tant qu'auxiliaire de l'aide juridique communautaire et elle est assignée à un détachement de la police provinciale de l'Ontario. Elle m'a dit: « Dans le passé, les victimes hésitaient à porter plainte parce qu'elles doutaient qu'on les croie. » C'est une déclaration extrêmement puissante. Si les quatre femmes qui influencent ma vie doutaient qu'on les croie, ce serait une grave injustice.
Mme Overholt a ajouté que les agressions sexuelles se produisent souvent dans un cadre privé et intime, sans témoins et souvent sans preuve évidente. L'accent est alors mis sur la crédibilité. Contrairement au plaignant, il arrive souvent que la victime ne témoigne pas, ce qui risque de creuser l'écart.
Qu'est-ce que cela signifie? À mon avis, cela signifie ce qui suit, et je vais revenir à l'essentiel.
L'année prochaine, j'espère que je regarderai fièrement ma fille partir à l'université quelque part, que ce soit à Calgary, à Guelph ou aux États-Unis, si jamais ils parviennent à prendre en main la pandémie de COVID. Je crois qu'elle a besoin d'avoir le droit, la confiance et la conviction de pouvoir se manifester et se faire entendre sans se sentir victimisée si quelque chose lui arrive et de savoir que les tribunaux et le système de justice feront preuve de la diligence requise à son égard.
Pour en revenir à ma réunion du 27 octobre, Mme Overholt a poursuivi en disant que les procureurs de la Couronne ne représentent pas réellement la victime. Ils représentent la Couronne, tandis que l'avocat de la défense est là pour le défendeur.
Ce fut une conversation intéressante. Je suis certainement porté à croire que, la prochaine fois qu'on me dira que je suis coupable ou victime de quelque chose, la Couronne ira dans l'autre sens et tendra la main à la victime, surtout quand la victime n'a pas nécessairement voix au chapitre.
Mme Overholt a ajouté que le fardeau de la preuve est élevé: coupable hors de tout doute raisonnable. Les victimes affirment souvent que le procès est pire que l'agression.
Qu'est-ce que cela veut dire? Nous avons eu d'excellentes discussions à ce sujet.
Il faut beaucoup de temps avant qu'une cause arrive au tribunal. Si une personne est agressée demain — on souhaite bien sûr qu'elle ne le soit pas —, il faudra peut-être des années avant que la cause soit entendue par le tribunal. La blessure de la victime a donc le temps de commencer à se cicatriser, ne serait-ce que grossièrement. Lorsque l'affaire arrive enfin au tribunal, la victime doit regarder l'accusé dans les yeux et écouter les témoignages, sa cicatrice s'ouvre de nouveau, et elle doit revivre les événements survenus des années plus tôt. C'est une situation déplorable et inacceptable.
Maintenant, parlons un peu de formation.
Comme je l'ai déjà mentionné, j'ai travaillé au service des incendies. J'ai reçu des formations sur la réanimation cardiorespiratoire, le Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail, et le sauvetage en hauteur avec cordage. Dans le cadre de mon entreprise, j'ai dû suivre une formation axée sur les espaces clos. Il y avait des formations de toutes sortes. La semaine prochaine, je suivrai, à titre de député, une formation sur le harcèlement. Tout cela pour dire que personne n'est et ne devrait être au-dessus de la loi. S'il est bon pour les députés de suivre des formations, cela vaut sûrement aussi pour les juges. Pourquoi suis-je de cet avis? C'est parce que personne n'est parfait. Pour moi, ce ne sont pas tant des formations que des outils de plus dans ma boîte à outils. Ayons des discussions ouvertes. S'il y a un cas en Ontario, regardons ce qui se passe en Colombie-Britannique. S'il y a un cas en Colombie-Britannique, regardons ce qui se passe à Terre-Neuve, et laissons les juges rassembler ces informations et en parler, puisqu'il s'agit, en fait, d'une discussion bien plus vaste.
Pour terminer, je tiens à remercier Mme Ambrose d'avoir présenté ce projet de loi. Je serai très fier et honoré de voter en faveur du projet de loi C-3.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-11-20 10:26 [p.2173]
Madam Speaker, Bill C-3 is about training judges related to sexual assaults, and is applicable to federally appointed judges.
The member made reference to being proud of his daughter. Yesterday, my daughter, who happens to be an MLA in the province of Manitoba, introduced the province's Bill 215, which is known as the provincial court amendment act. In essence, it does the same thing that Bill C-3 does for federally appointed judges. For us as a society to be able to move further on this issue, we need provincial and territorial legislatures to adopt similar legislation, so as he is proud of his daughter, I too am proud of my daughter.
I would encourage the Manitoba legislature to do what the House of Commons has done, and recognize a good idea that was brought forward by a Conservative interim leader. It will be supported unanimously here. Would the member recommend that the Manitoba legislature do likewise?
Madame la Présidente, le projet de loi C-3 vise à faire suivre une formation sur les agressions sexuelles aux juges nommés par les autorités fédérales.
Le député nous a dit qu'il est extrêmement fier de sa fille. Hier, ma fille à moi, qui est députée au Manitoba, a saisi l'Assemblée législative de sa province du projet de loi no 215, Loi modifiant les tribunaux provinciaux. Cette mesure législative ferait essentiellement la même chose que fera le projet de loi C-3 pour les juges nommés par les instances fédérales. Pour que la société progresse, il faut que les provinces et les territoires adoptent aussi ce type de loi. Alors il n'y a pas que le député qui a de quoi être fier de sa fille, moi aussi je suis fier de la mienne.
J'invite l'Assemblée législative du Manitoba à imiter la Chambre des communes et à faire sienne la bonne idée de l'ex-chef conservatrice par intérim. Je suis convaincu qu'elle fera l'unanimité là aussi. Qu'en pense le député? Recommande-t-il lui aussi au Manitoba d'aller dans ce sens?
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-11-20 10:28 [p.2173]
Madam Speaker, I am unable to recommend it because I am not part of the Manitoba legislature, but this is absolutely vital.
I can appreciate how proud the hon. member is of his daughter and, rightly so.
I think we have to look at this on a national scale. I think it is absolutely vital that in each region and each province, we continue to push this forward to protect the most vulnerable, and make sure that the most vulnerable are the ones who have a voice at the table when it goes to the courts.
Madame la Présidente, ce n'est pas à moi de faire une telle recommandation, puisque je ne suis pas membre de l'Assemblée législative du Manitoba, mais je n'en estime pas moins qu'il s'agit d'une mesure absolument essentielle.
Je comprends le député d'être aussi fier de sa fille; je le serais moi aussi.
Je crois qu'il faut adopter une perspective nationale. Chaque région, chaque province doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les plus vulnérables d'entre nous afin que les tribunaux écoutent ce qu'ils ont à dire.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I honestly do not think that we hear enough feminist speeches like the one the member for Essex just gave in the House. We need more speeches like that.
I think that there should be more focus on these issues and that equality will be achieved when more men speak out on issues affecting women, and so I thank the member for his speech.
I listened with interest to the member's speech. I expected him to talk about what should be included in the training for judges. If the member for Essex were teaching it, what issues would he like to make judges aware of, for which we could propose possible measures?
Madame la Présidente, honnêtement, je trouve que, à la Chambre, il manque souvent d'interventions féministes comme celle que vient de faire le député d'Essex. En fait, cela prendrait plus d'interventions comme celle-là.
Je crois que ces enjeux pourront être davantage mis en avant et qu'on pourra atteindre l'égalité lorsque plus d'hommes prendront la parole sur des enjeux qui touchent les femmes. Je remercie donc le député de son témoignage.
J'ai écouté ce discours avec intérêt. Je m'attendais à ce que le député mentionne des éléments de la formation des juges. Si le député d'Essex était formateur, quels sont les éléments auxquels il aimerait sensibiliser les juges et pour lesquels on pourrait proposer des pistes de mesures?
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-11-20 10:29 [p.2173]
Madam Speaker, specific to the training, and wrapping up my final point, I think the biggest thing is that we need the training to not only dive into the details, but to make sure that we have open communication across the country. Again, Ontario justices may not know what happens in B.C. We do not have to reinvent the wheel. Rather, that open line of dialogue needs to happen.
It is absolutely vital, and will always be vital, for victims to have a true voice at the table, for them to be heard and to bring their issues forward without feeling like their voices are being left out.
Madame la Présidente, en ce qui concerne la formation, et pour conclure mon dernier point, je pense que le plus important est que les juges auront besoin d'une formation non seulement pour entrer dans les détails de chaque cas, mais aussi afin de faire circuler l'information dans l'ensemble du pays. Par exemple, les juges de l'Ontario ne sont peut-être pas au courant des façons de procéder en Colombie-Britannique. Plutôt que de réinventer la roue, tâchons d'avoir recours au dialogue ouvert.
Il est absolument essentiel, pour maintenant et pour l'avenir, que les victimes puissent vraiment avoir leur mot à dire. Elles doivent être en mesure de faire valoir leur point de vue au lieu d'avoir le sentiment d'être ignorées.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2020-11-20 10:30 [p.2174]
Madam Speaker, I know that my hon. colleague acknowledged the revictimization of women who have experienced sexual assaults when they seek justice.
I wonder if the member also agrees that issues where women have experienced injustice are further compounded for indigenous and BIPOC women, who often experience a dual revictimization based not just on their gender, but also on their identity.
Madame la Présidente, comme le député l'a bien dit, les femmes qui ont été victimes d'une agression sexuelle doivent subir un nouveau traumatisme lorsqu'elles s'efforcent d'obtenir justice.
Je me demande si le député est également d'accord pour dire que les problèmes des femmes ayant subi des injustices sont encore plus graves parmi les femmes autochtones, noires et de couleur, car celles-ci sont souvent doublement victimes. Elles le sont non seulement en raison de leur sexe, mais aussi en raison de leur identité.
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-11-20 10:31 [p.2174]
Madam Speaker, I never thought I would be able to speak for 20 minutes and not even get to some of my other points.
In days past, I flew into two indigenous reserves in Manitoba. One of the elder's homes that I went to actually had a victim present. I have been speaking about this by way of Bill C-7, specific to people with disabilities and indigenous peoples.
I would strongly suggest that this should not stop in the House, but should be for all people across Canada, be they indigenous or people of colour.
Madame la Présidente, jamais je n'aurais pensé parler pendant 20 minutes sans aborder certains autres points.
Il y a quelque temps, je me suis rendu en avion dans deux réserves autochtones au Manitoba. Une victime se trouvait chez un aîné que j'ai visité. J'ai soulevé la question dans le cadre du projet de loi C-7, qui concerne les personnes handicapées et les Autoctones.
Je suggère fortement que la discussion ne se limite pas à la Chambre, mais qu'y participe tout le monde au Canada, y compris les Autochtones et les gens de couleur.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, this is about young women and girls and ensuring that as generations grow, people understand that women are not objects. I appreciated the member's words and I know he will always defend women's rights when it comes to their safety and security.
I wonder if the member could continue on with some of his thoughts on how we can do more than just teach our judges. What can we possibly do in the education system to help young boys and girls understand their own sexuality as well as respecting others?
Madame la Présidente, il est question de jeunes femmes et de jeunes filles. Il faut que les jeunes et les générations à venir comprennent que les femmes ne sont pas des objets. Je remercie le député de son intervention, et je sais qu'il défendra toujours les droits des femmes et leur sécurité.
Le député peut-il nous faire part de ses suggestions pour que nous fassions davantage que de former les juges? Que pouvons-nous faire dans le système éducatif pour aider les jeunes à découvrir leur sexualité tout en respectant les autres?
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-11-20 10:33 [p.2174]
Madam Speaker, long before it gets to training judges, it needs to happen in our schools. To some extent, the discussion has already started, but I have to question if it has gone far enough. A young women going from grade 8 to grade 9 is one thing. However, when they come out of grade 12, go off to university and something happens there, which is much more likely, have we told them it is okay to stand up for themselves? Have we told them, both women and men, that it is okay to tell their stories, that they will be trusted and believed by our court system?
Therefore, yes, a lot more needs to be done within our school system for sure, and to some extent it has started. I can say that because I have a 21 year old, a 19 year old and a 17 year old at home. I have watched them go through the school system and I know some discussion happens, but much more needs to be done.
Madame la Présidente, bien avant la formation des juges, il doit y avoir des changements dans les écoles. Cette discussion a déjà été lancée jusqu'à un certain point, mais je ne suis pas certain qu'elle aille assez loin. Pour une jeune femme, passer de 8e à la 9e année est une chose, mais passer de la 12e année à l'université en est une autre. Si quelque chose lui arrive une fois rendue à l'université, ce qui est beaucoup plus probable, lui aura-t-on enseigné qu'elle pouvait se défendre? Aura-t-on enseigné aux femmes et aux hommes qu'ils peuvent aller raconter ce qui leur est arrivé, qu'on les croira au sein de l'appareil judiciaire?
C'est pourquoi, effectivement, il reste beaucoup à faire dans les écoles, même si nous avons commencé à faire des progrès. Je sais de quoi je parle, j'ai des jeunes de 17, 19 et 21 ans à la maison. J'ai vu en quoi consistait leur parcours scolaire et je sais qu'ils ont discuté un peu de ces questions, mais il reste vraiment beaucoup à faire.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2020-11-20 10:35 [p.2174]
Madam Speaker, I have listened to the speeches throughout the week. There have been very heartfelt stories from all sides of the House. Just as we talk about the stigma associated with mental health, mental illness and mental injury, I cannot help but think Bill C-3 would help break the stigma and allow people to come forward more.
My colleague, the member Brampton North, is the chair of the Standing Committee on Procedure and House Affairs. She gave very impactful testimony about three sisters from my riding, the Pooni sisters, who came forward and gave their testimony about a long-standing issue of abuse.
Could my hon. colleague expand on how the bill would help break the stigma, obviously not everything, and critical barrier for those coming forward?
Madame la Présidente, j'ai écouté les discours toute la semaine. Nous avons entendu des témoignages touchants des députés de tous les partis. Alors que nous discutons des préjugés associés à la santé mentale, à la maladie mentale et aux blessures psychologiques, je ne peux faire autrement que penser que le projet de loi C-3 contribuerait à vaincre ces préjugés et à inciter davantage de gens à sortir de l'ombre.
Ma collègue la députée de Brampton-Nord est présidente du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Elle a raconté l'histoire poignante de trois sœurs de ma circonscription, les sœurs Pooni, qui ont dénoncé les agressions qu'elles ont subies pendant des années.
Mon collègue pourrait-il expliquer ce que ferait le projet de loi — évidemment, pas tout ce que le projet de loi ferait — pour s'attaquer aux préjugés et aux principaux obstacles qui empêchent les gens de dénoncer ce qu'ils subissent?
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-11-20 10:36 [p.2174]
Madam Speaker, I want to thank my hon. colleague for the incredible work he has done on the mental health file. He is an absolute ambassador for it and has personally reached out to me.
To his point, absolutely, much more needs to be done. Collectively, because everyone in the House agrees this is a vital issue, we will make this right.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de l'excellent travail qu'il a fait dans le dossier de la santé mentale. Il est un ardent défenseur de ce dossier et il a collaboré directement avec moi à cet égard.
Il a absolument raison de dire que nous devons en faire davantage collectivement, car tout le monde à la Chambre convient qu'il s'agit là d'un domaine où il est essentiel de faire les choses comme il faut.
View Scott Aitchison Profile
CPC (ON)
View Scott Aitchison Profile
2020-11-20 10:37 [p.2174]
Madam Speaker, I will be sharing my time with the member for Saanich—Gulf Islands.
As I prepared to talk today about Bill C-3, I could not help, like many of us I am sure, to think back to what we had experienced and learned over the course of our lives. I am firmly ensconced in white guy middle age, in old white guy zone.
However, I started out in public life as quite a young guy. I was 21 when I was first elected to Huntsville town council and the Muskoka regional council, and I did not know anything. I was fairly clueless and needed to learn an awful lot. Among the first things I learned about were the needs that existed in my community.
There is a perception of Muskoka as the playground of the rich and the famous and that everything is rainbows and sunshine. However, the reality in a place like Muskoka, and certainly the entire part of my riding, Parry Sound and Muskoka, is that the people who live and work in these communities year-round have a median income about 20% lower than the provincial average. There are struggles, there is a housing crisis and there are a lot of social problems, which I, as a kid, tended to think only existed in places like big cities.
I was in the home of a good friend of mine, Claude Doughty from Huntsville. He was the mayor at that time. He was a dentist in town and left his practice to become a developer, and he has built lots of wonderful things. His wife Kim Doughty is one of the most dynamic women I have ever known. They live in a beautiful home overlooking Fairy Lake, a gorgeous, absolutely stunning place. We were sipping on a Heineken and thinking about how this was all wonderful and we had great things going on in our town.
Claude's wife Kim came home and she was clearly upset. She had a difficult day. I knew she worked with Muskoka victim services. I asked her what had happened that day. She proceeded to tell me some of the most tragic and heart-wrenching stories I had ever heard. What struck me more than anything was that the situations she described, these traumas, these fears, these anxieties that existed, were literally blocks away from this home in the lap of luxury overlooking Fairy Lake.
Claude and I were both quite distraught by what we heard and decided we needed to do something, so we got to work. I immediately spoke with the executive director of Muskoka Women's Advocacy Group, which ran a shelter for women, called Interval House, in Bracebridge. We recognized that we needed to do more for north Muskoka and certainly into the Parry Sound area.
Claude, with his building expertise, donated a piece of land. We started a campaign that consumed the community. We were able to build a six-room shelter and 10-unit transitional housing facility for women escaping violence in their homes. As that project started, I came to know an awful lot more people in the social service industry and business in our area.
One of the other amazing people I met through the process of starting this was a woman by the name of Carolyn Bray. Carolyn was the executive director of the YWCA of Muskoka. People called it the Y without walls. It was not about gyms; it was about programs and supporting women and girls. I learned a lot from Carolyn about the issue of sexual violence and how, yes, they were most certainly victims. However, she recognized the importance of not just supporting women and girls, but helping little boys who may have grown up in a circumstance where they saw domestic violence, saw the way their father treated their mothers and because of their own lack of understanding, fears, anxieties and mental health, modelled the same behaviour when they became intimate partners.
Section 7 of the Charter of Rights and Freedoms says that everyone has the right to life, liberty and security of the person. Security means without care and without anxiety. Sadly, we know not all Canadians experience security.
Sexual assault is the only violent crime in Canada that is not declining, and 67% of Canadians know a woman who has experienced sexual violence. Roughly 6,000 women and children sleep in shelters on any given night in our country. Despite these numbers, only 5% of sexual assaults were reported to police in 2014.
We know it is because of the fear. We have heard people talk about how women are afraid to approach the justice system for fear of being revictimized or reliving the pain of the experience.
I have had the privilege of learning throughout my life and growing up into this role. As shocking as what I heard many years ago in the lovely home of Mr. Doughty, it is dismaying that we are still here talking about these things, that we have not solved these problems.
Bill C-3 is an important next step. It is really a minor next step. We have much more work to do. I am honoured that I have the opportunity to speak in favour of the bill. As a new member of Parliament. who oftentimes sees how dysfunctional this place can be and how it takes forever to get anything done, I am thrilled that everybody gets the importance of the bill, of supporting women and ensuring that all women feel the same security and liberty I feel.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec la députée de Saanich—Gulf Islands.
En me préparant à prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-3, je n'ai pas pu faire autrement — comme bien d'autres, j'en suis sûr — que de réfléchir aux choses que nous vivons et que nous apprenons au fil de notre vie. Je suis un homme blanc d'âge mûr profondément enraciné dans ses habitudes de vieil homme blanc.
Cependant, j'étais très jeune quand j'ai amorcé ma vie publique. J'avais 21 ans quand j'ai été élu pour la première fois au conseil municipal de Huntsville et au conseil régional de Muskoka, et je ne connaissais rien du tout. J'étais plutôt ignorant et j'ai dû apprendre bien des choses. J'ai dû commencer par apprendre notamment quels étaient les besoins de ma collectivité.
Les gens perçoivent Muskoka comme le terrain de jeu des gens riches et célèbres, un endroit où tout est fabuleux. Or, la réalité, c'est que dans un endroit comme Muskoka — et c'est aussi vrai dans toute ma circonscription, qui comprend Muskoka et Parry Sound —, les gens qui vivent et travaillent dans ces collectivités à longueur d'année touchent un revenu médian environ 20 % inférieur à la moyenne provinciale. Il y a des gens en difficulté, il y a une crise du logement et il y a beaucoup de problèmes sociaux que je croyais, dans ma jeunesse, limités à des endroits comme les grandes villes.
Un jour, j'étais chez un de mes bons amis, Claude Doughty, de Huntsville. Il était le maire de la ville à l'époque. Il avait été dentiste, mais avait cessé d'exercer cette profession pour devenir promoteur immobilier. Il a d'ailleurs réalisé beaucoup de projets merveilleux. Sa femme, Kim Doughty, est l'une des femmes les plus dynamiques que j'aie jamais connues. Claude et Kim habitent une belle maison qui donne sur Fairy Lake, le lac des fées. C'est un endroit d'une grande beauté, tout à fait stupéfiant. Nous sirotions des Heineken en nous disant à quel point tout cela était merveilleux et en parlant des grands projets en cours dans notre ville.
C'est alors que Kim, la femme de Claude, est rentrée. Elle était manifestement bouleversée. De toute évidence, elle avait eu une journée très difficile. Je savais qu'elle travaillait aux services aux victimes de Muskoka. Je lui ai demandé ce qui s'était passé, ce jour-là. C'est alors qu'elle a entrepris de me raconter les histoires les plus tragiques et les plus déchirantes que j'aie jamais entendues. Ce qui m'a frappé le plus, ce sont les situations qu'elle décrivait: les traumatismes, les craintes, l'anxiété qui existaient littéralement à quelques coins de rue de cette belle maison de luxe aux bords du lac des fées.
Claude et moi étions tous les deux très ébranlés par ce que nous venions d'entendre et nous nous sommes dit qu'il fallait faire quelque chose, alors nous nous sommes mis au travail. Je me suis immédiatement entretenu avec le directeur général du groupe de défense des femmes de Muskoka, organisme qui dirige un refuge pour les femmes appelé Interval House, à Bracebridge. Nous nous sommes rendus à l'évidence qu'il fallait en faire davantage pour les habitants du nord de Muskoka, et certainement pour les habitants de la région de Parry Sound.
Claude, qui avait de grandes connaissances en construction, a fait don d'un terrain à la cause. Nous avons ensuite entamé une campagne qui a suscité l'intérêt de toute la collectivité.Nous avons été en mesure de construire un refuge de six chambres et un établissement de transition de 10 logements pour les femmes qui fuient la violence familiale. Grâce à ce projet, j'ai appris à connaître beaucoup plus de personnes œuvrant dans le domaine des services sociaux dans ma région.
Carolyn Bray est une autre personne fantastique que j'ai rencontrée dans le cadre de ce projet. Mme Bray était directrice générale du YMCA de Muskoka. Les gens appelaient ce centre le « Y sans murs ». Elle ne mettait pas l'accent sur le conditionnement physique, mais bien sur le soutien offert aux femmes et aux filles. J'ai énormément appris de Mme Bray au sujet de la violence sexuelle et j'ai compris que les personnes qui la subissent sont certainement des victimes. Elle reconnaissait toutefois l'importance de ne pas soutenir uniquement les femmes et les filles, mais aussi les petits garçons qui ont peut-être été témoins de violence familiale à la maison, qui ont vu leur père maltraiter leur mère et qui répètent le même genre de comportements dans leurs relations intimes parce qu'ils manquent de compréhension, ont peur ou souffrent d'anxiété et de problèmes de santé mentale.
L'article 7 de la Charte des droits et libertés précise que chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne. Pour qu'une personne puisse se sentir en sécurité, elle ne doit éprouver aucune inquiétude et anxiété. Nous savons que ce n'est malheureusement pas le cas de tous les Canadiens.
L'agression sexuelle est le seul crime violent au Canada qui ne diminue pas, et 67 % des Canadiens connaissent une femme qui en a été victime. Approximativement 6 000 femmes et enfants dorment dans des refuges chaque nuit au Canada. Malgré ces statistiques, seulement 5 % des agressions sexuelles ont été signalées à la police en 2014.
Nous savons que c'est parce que les victimes ont peur. Nous avons entendu des gens dire que les femmes ont peur de se tourner vers le système de justice par crainte d'être à nouveau victimisées ou de revivre une expérience douloureuse.
J'ai eu le privilège d'avoir toute une vie d'apprentissage et de grandir dans ce rôle. J'ai été choqué par ce que j'ai entendu il y a de nombreuses années dans la jolie maison de M. Doughty. Il est consternant que, après tout ce temps, nous parlions encore de ces problèmes parce qu'ils n'ont toujours pas été réglés.
Le projet de loi C-3 constitue une prochaine étape importante, bien que mineure. En effet, nous avons encore beaucoup de travail à faire. C'est un honneur pour moi d'exprimer mon appui au projet de loi. À titre de nouveau député, qui se rend compte souvent à quel point cet endroit peut être dysfonctionnel et comment il faut une éternité pour y accomplir quoi que ce soit, je suis ravi que tout le monde ici soit conscient de l'importance d'adopter ce projet de loi, de soutenir les femmes et de s'assurer qu'elles se sentent aussi en sécurité et aussi libres que moi.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I listened attentively when the member talked about Interval House and the work he and his community had done to set that up.
Back in the early 1990s, my mother worked for Interval House in Kingston for quite a while. We really got to see some of the hardships women who were coming from abusive relationships were facing. I saw the work that Interval House could do to significantly change lives.
I know the member talked about creating an Interval House. Could he talk about the results he saw having Interval House in his community?
Madame la Présidente, j'ai écouté attentivement quand le député a parlé du refuge Interval House et du travail que lui-même et sa communauté avaient fait pour bâtir ce projet.
Au début des années 1990, ma mère a travaillé pour Kingston Interval House pendant un bon bout de temps. Nous avons pu constater de près certaines difficultés que vivent les femmes issues de relations de violence. J'ai vu le travail que ce refuge pouvait faire pour changer considérablement des vies.
Je sais que le député a pris part à la création d'un tel refuge. Pourrait-il nous parler des résultats obtenus dans sa circonscription grâce à ce refuge?
View Scott Aitchison Profile
CPC (ON)
View Scott Aitchison Profile
2020-11-20 10:45 [p.2175]
Madam Speaker, it has had a tremendous impact on my community.
I want to share a quick story that was in the newspaper about a woman who lived in a 17-year abusive situation with her ex-husband. When she left, she wound up in another abusive relationship in North Bay. When she left that one, she made it to Chrysalis house in Huntsville, which is the facility we built. She did not have bruises, it was not a recent event, yet she made it to Chrysalis house. She was scared. She did not know if it would accept her. She was offered a place to stay that was warm, safe and without judgment. She said that it was a feeling she had not known in 22 years. Imagine that.
She is doing really well. She stayed at the shelter and was able to move into the transitional apartment units next door, where there was support. She could get her life back together and get a job. She is doing really well. I am really proud of the role I played to get that place built.
Madame la Présidente, l'impact a été majeur dans ma communauté.
J'aimerais faire part à la Chambre d'une histoire parue dans un journal à propos d'une femme qui a vécu pendant 17 ans une situation de violence avec son ex-mari. Quand elle l'a quitté, elle s'est retrouvée dans une autre relation de violence à North Bay. Quand elle a quitté cet autre conjoint, elle s'est rendue à la maison Chrysalis à Huntsville, soit l'établissement que nous avons bâti. Elle ne portait pas d'ecchymoses, parce que les événements n'étaient pas récents, mais elle s'est tout de même rendue à la maison Chrysalis. Elle était effrayée. Elle ne savait pas si on allait l'accepter. On lui a offert un refuge à la fois chaleureux, sûr et sans jugement. Elle a affirmé ne pas s'être sentie de la sorte depuis 22 ans. Incroyable, non?
Cette femme se porte maintenant très bien. Elle est restée au refuge pendant quelque temps, puis elle a emménagé dans un appartement de transition voisin, où elle a obtenu du soutien. Elle a réussi à remettre de l'ordre dans sa vie et à se trouver un emploi. Elle se porte très bien. Je suis très fier du rôle que j'ai joué dans la création de cette maison.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2020-11-20 10:46 [p.2175]
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech.
I think that all of my colleagues will agree that this bill is critically important for protecting victims and improving our justice system.
I would like my colleague to reassure members and the public regarding some of the criticism of this bill. Some are saying that the bill could make the justice system less independent, whereas I believe that the more training there is, the better. Training can help break down myths and taboos. I would like to hear my colleague speak to that.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours.
Je pense que l'ensemble de mes collègues seront d'accord pour dire que ce projet de loi est d'une importance capitale pour la protection des victimes et l'amélioration de notre système de justice.
J'aimerais que mon collègue rassure les députés et la population quant à certaines critiques concernant ce projet de loi. Certains disent que cela pourrait rendre le système judiciaire moins indépendant, alors qu'au contraire, selon moi, plus il y a de formation, mieux c'est. Cela peut défaire certains mythes et tabous. J'aimerais entendre mon collègue là-dessus.
View Scott Aitchison Profile
CPC (ON)
View Scott Aitchison Profile
2020-11-20 10:47 [p.2176]
Madam Speaker, I think an important point to make is that one cannot have too much education. There is no question that there are biases, myths and misunderstandings. As a society, we evolve. It is important for all of us to evolve along with it, so I would simply say that a little more education is always a good thing.
Madame la Présidente, je pense qu'il est important de souligner qu'on ne peut jamais avoir trop de formation. On ne peut nier l'existence de préjugés, de mythes et de malentendus. La société évolue tout le temps. Nous devons tous évoluer avec elle. Par conséquent, à mon avis, une formation plus poussée est toujours une bonne chose.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2020-11-20 10:48 [p.2176]
Madam Speaker, my hon. colleague spoke a lot about domestic violence, but we know that many women who experience violence are not necessarily in a domestic dispute. In fact, if we look at the findings of the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls, many women experience violence as a result of, for example, not having proper housing or a safe place to stay.
I really am thankful for the work he has done to find safe spaces for women. I wonder if, in addition to training on the issues women face in courts, he also thinks it is important to include training on issues of systemic racism and poverty, and the impact they have on women seeking justice who have experienced sexual violence.
Madame la Présidente, mon collègue a beaucoup parlé de la violence familiale. Or, nous savons que bien des femmes qui sont victimes de violence ne le sont pas nécessairement dans un contexte familial. D'ailleurs, quand on regarde les constatations issues de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, on voit qu'un grand nombre de femmes sont victimes de violence parce qu'elles ne sont pas logées adéquatement ou n'ont pas un lieu d'hébergement sûr, par exemple.
Je remercie vraiment mon collègue de tout le travail qu'il a fait pour voir à ce que les femmes aient des lieux sûrs où aller. J'aimerais savoir si, en plus d'une formation sur les problèmes auxquels se heurtent les femmes devant les tribunaux, il pense également qu'il est important de donner de la formation sur les questions du racisme systémique et de la pauvreté, ainsi que leurs répercussions pour les femmes victimes de violence sexuelle qui essaient d'obtenir justice.
View Scott Aitchison Profile
CPC (ON)
View Scott Aitchison Profile
2020-11-20 10:49 [p.2176]
Madam Speaker, that is a completely important and accurate point. It is why I am pleased that one of the amendments made at committee was to include training related to systemic racism and the bias that exists in our society. I am glad that is in there.
We can talk about housing for many more hours. One of the reasons I came here was to talk about housing, so I appreciate my colleague's question.
Madame la Présidente, c'est un point tout à fait important et précis. C'est pourquoi je suis ravi que l'un des amendements apportés en comité ait été d'inclure une formation relative au racisme systémique et aux préjugés qui existent dans notre société. Je suis heureux que cela soit prévu.
Nous pouvons parler pendant des heures de la question du logement. L'une des raisons pour lesquelles je suis venu ici était de discuter de cet enjeu, et j'apprécie ainsi la question de la députée.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-11-20 10:49 [p.2176]
Madam Speaker, I want to start by acknowledging that I am speaking today from the traditional territory of WSÁNEC peoples. I raise my hands to them. Hych'ka Siem. All honour to my colleagues gathered here.
I want to specifically thank the hon. member for Parry Sound—Muskoka and the Conservative caucus for organizing this morning's speeches so as to allow me an opportunity to speak to the bill. It highlights what I think will be a theme for what I want to say about Bill C-3in that, right from the beginning, this bill started from a vantage point of non-partisanship. It was generous of the official opposition to grant me a speaking slot this morning as we are coming together to support good legislation.
We, of course, have referenced many times, that the origin of this legislation is entirely non-partisan in that, as we all know, it was put forward by Rona Ambrose. It is an extremely important piece of legislation. She put it forward when she was interim leader of the Conservative Party. It did pass Parliament. As we all know, it got bogged down in the Senate.
To see it come back here now as a Liberal government piece of legislation is extremely heartening. It is important legislation. I want to emphasize a couple of things in today's presentation to let the Canadian public know the ways in which the bill has been improved from when it was first tabled, and improved again in a spirit of non-partisanship.
The essence of the bill, of course, is found in many decisions that enraged citizens of Canada. Men, women and non-binary people looked at this issue and asked, “What on earth?” How can we have judges make pronunciations from the bench, and I have already spoken to this in the House, such as that of the judge who famously asked why the victim did not keep her knees together?
Judges make assumptions against the interests of victims, assumptions that a woman who had been sexually assaulted would not have responded in a certain way, or that she would do the following things. Judges without any training imagine what they might do in similar circumstances, and then they hold that as evidence against the veracity of a victim's claims. These things are what gave rise to this bill.
However, I can say now, and the hon. member for Winnipeg Centre just made this point, that much of what is in this legislation could have been taken from a report that was not yet written when Rona Ambrose presented this bill as a private member's bill. It was not written yet, because the missing and murdered indigenous women and girls inquiry had not been reported.
I would point out to members themes 16, 17 and18, and part 3 of the report of the inquiry into missing and murdered indigenous women and girls, which point to these very factors that judges and the judicial system do not understand and do not recognize. They do not take the sexual assault and high levels of violence against indigenous women seriously. They do not take it seriously, and they do not understand that they need to learn more. That is spoken to in this bill.
At the point the bill came forward, we have been very occupied as a society with questions of violence against racialized people, now the acronym BIPOC for Black, indigenous, people of colour. They are more at risk of violence and more at risk, in disproportionate numbers, of being jailed for crimes.
Again, this is a non-partisan observation, but the bill is improved through the work that was done in committee. Whereas I initially, and I apologize to the people who I took by surprise, thought that we all agreed on this bill and that it should move along a little faster, the time in committee was well spent.
The existence of a Black parliamentary caucus is relatively new, and it was formed as the world responded to the horrors racism and violence by police. That response was crystallized with the murder of George Floyd. There is now a Black parliamentary caucus.
That caucus is multi-party, and it took it upon itself to say that while the bill is to train judges to understand how women experience sexual violence, as well as how evidence should be received and how women are re-traumatized by that experience, could we not also use this training opportunity to broaden what judges learn.
For Canadians watching this, the bill now includes language that the continuing education for judges on matters related to sexual assault and social context now include the specific language “which includes systemic racism and systemic discrimination”. Again, it was a multi-party response and a way to improve the legislation.
I am particularly so proud of the work of the hon. member for Fredericton, who is a member of the Green caucus. Her amendment was accepted. Many Canadians would not know that as a party with fewer than 12 members of Parliament, Green Party MPs are not allowed to sit on committees. However, we do have a process, which is new since Stephen Harper. We can look at this new process as an opportunity, or we can look at it as being compelled to be at clause-by-clause in committee, but it is quite worthwhile when an amendment gets passed.
In this case, for her work, the hon. member for Fredericton is responsible for the amendment in the law, which, in reference to the group of people who advise on the content of the training judges are to receive, now includes the language, “Indigenous leaders and representatives of Indigenous communities”. That is a quote from the legislation with the new amendment thanks to the hon. member for Fredericton.
This legislation shows what we can do when we rise to our best selves, decide that an issue is not partisan, and embrace what my mother raised me to believe, which is that we can accomplish anything we want if we do not care who gets the credit. In this process, credit goes to everyone involved.
I thank again the Hon. Rona Ambrose for bringing this forward. I thank the hon. Minister of Justice and the current government for bringing it back to us as government legislation. I send thanks to everyone who laid a single hand. There are many fingerprints on this legislation, and they are all helpful. They are healing; they are feminist; they are racialized. However, we understand that we must do better.
This legislation is a first step. We must do more to ensure proper services for women who have been victims of sexual violence. For members who are looking for a model for their own community, in Victoria, B.C., the Victoria Sexual Assault Centre and Clinic is an absolute model for how to aid victims of sexual assault and violence. We must do more in our communities, and we must do more as parliamentarians.
I appreciate the time allowed this morning to speak to the bill. I look forward to its passage. I hope it will be unanimous.
Madame la Présidente, je souhaite d'abord préciser que je m'adresse aujourd'hui à la Chambre depuis le territoire traditionnel du peuple WSÁNEC, que je salue d'ailleurs. Hych'ka Siem. Je tiens également à saluer l'ensemble de mes collègues.
Je tiens à remercier tout particulièrement le député de Parry Sound—Muskoka et le caucus conservateur d'avoir organisé les interventions en matinée, de façon à me donner l'occasion de discuter du projet de loi C-3. Mon intervention a permis de mettre en lumière un thème dont je veux parler à propos du projet de loi, qui devait d'emblée exclure la partisanerie. L'opposition officielle a eu la générosité de m'accorder plus de temps pour prendre la parole ce matin, alors que nous nous réunissions pour appuyer un projet de loi très prometteur.
Bien entendu, nous avons souligné à maintes reprises l'origine tout à fait non partisane de l'initiative qui, comme nous le savons tous, a été proposée par Rona Ambrose. Il s'agit d'un texte législatif extrêmement important. Elle l'a présenté lorsqu'elle était chef intérimaire du Parti conservateur, puis il a été adopté par le Parlement. Hélas, comme on le sait, le projet de loi a été bloqué au Sénat.
Le fait que cette mesure législative revienne en tant que projet de loi du gouvernement libéral est extrêmement encourageant. C'est un important projet de loi. Aujourd'hui, je vais me concentrer sur certains aspects pour expliquer aux Canadiens les améliorations qui ont été apportées, d'abord à la mesure initiale, puis une deuxième fois dans un esprit non partisan.
Bien sûr, le projet de loi est né de nombreuses décisions qui ont suscité la colère chez les citoyens canadiens. Les hommes, les femmes et les personnes non binaires se sont tous demandé: « Pour l'amour du ciel, comment est-ce possible? » Comment des juges peuvent-ils dire des énormités au tribunal — et j'en ai déjà parlé à la Chambre —, comme dans le cas tristement célèbre du juge qui a demandé pourquoi la victime n'avait pas serré les genoux?
Les juges entretiennent des préjugés au détriment des victimes, des préjugés selon lesquels une femme ayant subi une agression sexuelle ne réagirait pas d'une certaine façon ou qu'elle ferait telle ou telle chose. Des juges sans aucune formation sur le sujet s'imaginent comment ils réagiraient dans des circonstances semblables, puis utilisent ces hypothèses pour remettre en question la véracité des affirmations de la victime. C'est ce type de comportement qui est à l'origine du projet de loi.
Quoi qu'il en soit, je peux dire maintenant — la députée de Winnipeg-Centre vient juste de le faire remarquer —, que bien des mesures contenues dans ce projet de loi auraient pu être tirées d'un rapport qui n'avait pas encore été écrit quand Rona Ambrose a présenté ce projet de loi en tant que projet de loi d'initiative parlementaire. Il n'avait pas encore été écrit parce que l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées n'avait pas fait l'objet d'un rapport.
Je voudrais attirer l'attention des députés sur les recommandations 16, 17 et 18 et sur la partie 3 du rapport de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, qui mettent en évidence ces mêmes facteurs que les juges et le système judiciaire ne comprennent pas et ne prennent pas en compte. Ils ne prennent pas au sérieux les agressions sexuelles et les niveaux élevés de violence auxquels les femmes autochtones sont soumises. Ils ne prennent pas cela au sérieux et ne comprennent pas qu'ils doivent en apprendre davantage. C'est ce dont parle ce projet de loi.
Au moment où le projet de loi a été présenté, nous étions très occupés, en tant que société, à parler de la violence contre les personnes racialisées, les Noirs, les Autochtones, les personnes de couleur, qui sont plus exposés à la violence et plus à risque — de manière disproportionnée — d'être incarcérés.
Je tiens encore à répéter l'observation non partisane que ce projet de loi a été amélioré grâce au travail qui a été réalisé en comité. Au début, je croyais que la mesure législative jouissait de l'appui de tous les députés et j'ai suggéré que nous devions l'adopter le plus rapidement possible. Je suis désolée si j'ai pris des gens par surprise. Je constate maintenant que les réunions en comité n'ont pas été du temps perdu.
Le Caucus des parlementaires noirs est relativement nouveau et il a été mis sur pied en réponse aux actes horribles de racisme et de violence commis récemment par des policiers, une situation qui a secoué le monde entier. Le décès de George Floyd est la goutte qui a fait déborder le vase et c'est à ce moment que le Caucus des parlementaires noirs a été créé.
Il s'agit d'un caucus multipartite qui a pris l'initiative de lancer l'idée que, bien que le projet de loi ait pour objectif de faire en sorte que les juges obtiennent de la formation sur la manière dont les femmes vivent la violence sexuelle et sur la façon dont les témoignages devraient être reçus et de les amener à comprendre que les femmes vivent à nouveau un traumatisme à cause de ce processus, nous pourrions peut-être profiter de l'occasion pour élargir encore davantage la formation donnée aux juges.
Pour les Canadiens qui nous regardent, je tiens à dire que le projet de loi comprend maintenant des dispositions qui précisent que la formation continue portant sur des questions liées aux agressions sexuelles et au contexte social que doivent suivre les juges doit aussi tenir compte du racisme et de la discrimination systémiques. Encore une fois, il s'agit d'une décision qui a été prise par plusieurs partis et qui vise à améliorer le projet de loi.
Je suis particulièrement fière du travail de la députée de Fredericton, qui est membre du caucus du Parti vert. Son amendement a été accepté. De nombreux Canadiens ignorent peut-être que, étant donné que le Parti vert compte moins de 12 députés, ses députés ne sont pas autorisés à siéger aux comités. Néanmoins, depuis l'époque de Stephen Harper, il existe un nouveau processus. Nous pouvons voir ce nouveau processus comme une occasion ou comme une contrainte qui nous oblige à être présents au cours de l'étude article par article au comité, mais il vaut vraiment la peine quand un amendement est adopté.
Dans ce cas-ci, grâce au travail de la députée de Fredericton, le projet de loi a été amendé pour que le libellé concernant les groupes de gens qui donnent des conseils sur le contenu de la formation des juges comprenne « les dirigeants autochtones et les représentants des communautés autochtones ». Il s'agit d'une citation tirée de la mesure législative qui comprend le nouvel amendement grâce à la députée de Fredericton.
Le projet de loi montre ce que nous pouvons accomplir quand nous donnons le meilleur de nous-mêmes, que nous décidons qu'une question est non partisane et que nous adhérons au principe que ma mère m'a inculqué, soit que nous pouvons accomplir tout ce nous voulons si nous ne nous soucions pas de savoir qui recevra le mérite. Dans le cadre du présent processus, le mérite revient à tous les participants.
Je remercie encore une fois Rona Ambrose d'avoir proposé cette mesure législative. Je remercie le ministre de la Justice et le gouvernement actuel de nous ramener cette mesure sous la forme d'un projet de loi émanant du gouvernement. Je remercie tous ceux qui ont participé à ce projet de loi, qui est passé entre plusieurs mains, toutes utiles. Elles sont en guérison, elles sont féministes, elles sont racialisées. Nous comprenons tout de même qu'il faille faire mieux.
Ce projet de loi constitue un premier pas. Nous devons en faire davantage pour assurer des services adéquats aux femmes qui ont été victimes de violence sexuelle. Les députés qui cherchent un modèle pour leur communauté peuvent se tourner du côté de la Colombie-Britannique, où le centre des victimes d'agression sexuelle de Victoria constitue un parfait exemple de la façon d'aider les victimes d'agression et de violence sexuelles. Nous devons en faire davantage dans nos communautés et nous devons en faire davantage en tant que parlementaires.
Je suis heureuse d'avoir pu me prononcer ce matin sur le projet de loi. J'espère qu'il sera adopté à l'unanimité.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-11-20 10:57 [p.2177]
Madam Speaker, it is amazing what we can do on the floor of the House of Commons. Last week, we passed legislation relatively quickly when all parties, including Greens, New Democrats, Conservatives and Liberals, came together. We passed wage subsidy legislation and rent assistance. It went on to the Senate and it has received royal assent.
Now we have yet another piece of legislation that appears to have the support again of Greens, New Democrats, Conservatives and Liberals. Hopefully, it will go to the Senate later today. I wonder if the former leader of the Green Party could provide her thoughts on how constructive we can be on the floor of the House of Commons when we collaborate and work together.
Madame la Présidente, c'est incroyable ce que la Chambre des communes peut faire. La semaine dernière, tous les partis se sont mobilisés, les verts, les néo-démocrates, les conservateurs et les libéraux, pour adopter relativement rapidement le projet de loi sur la subvention salariale et l'aide au loyer, et depuis, ce projet de loi a franchi les étapes au Sénat et reçu la sanction royale.
Nous étudions maintenant un autre projet de loi qui semble jouir lui aussi de l'appui des verts, des néo-démocrates, des conservateurs et des libéraux. Espérons qu'il sera renvoyé au Sénat plus tard aujourd'hui. C'est incroyable à quel point la Chambre des communes peut être constructive lorsque nous collaborons et travaillons ensemble. Qu'en pense l'ancienne chef du Parti vert?
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-11-20 10:58 [p.2177]
Madam Speaker, this is not something that will surprise anyone who knows me in this place. I know that we accomplish our very best when we are able to set partisanship aside. When we are together in a common cause, the Parliament of Canada represents the best of Canada. When we allow ourselves to devolve into sucker punch ideas that go over really well in question period, that is when Canadians are disappointed in us.
If we can see ourselves, first and foremost, as parliamentarians and somewhere down the list as politicians, we will make Canadians proud of us. The words of our current Speaker, when he accepted the election as Speaker, were that we should conduct ourselves in ways that would make our children proud if they happened to tune in. Today is one of those days.
Madame la Présidente, quiconque me connaît ne sera pas surpris de m'entendre dire que, selon moi, nous produisons nos meilleurs résultats lorsque nous mettons de côté la partisanerie. Lorsque nous nous rallions tous à une cause commune, le Parlement du Canada représente le meilleur du Canada. Lorsque les échanges de coups bas deviennent monnaie courante à la période des questions, cela déçoit les Canadiens.
Si nous nous considérions d'abord et avant tout comme des parlementaires et réprimions le politicien en nous, les Canadiens seraient fiers de nous. Lorsqu'il a été élu au fauteuil, le Président nous a invités à nous comporter d'une manière dont nos enfants, s'ils s'adonnaient à nous regarder, seraient fiers. Aujourd'hui est un bel exemple de ce dont nous sommes capables.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2020-11-20 12:24 [p.2196]
Madam Speaker, I thank my colleague from Saanich—Gulf Islands for her speech.
This bill would require prospective judges to take training, but it does not apply to judges who are already on the bench and cannot be removed.
Does my colleague hope that this requirement for new judges will encourage incumbent judges to take the training as well? We hope that incumbent judges who are already hearing cases, especially sexual assault cases, will also get up to speed on current knowledge, especially with respect to consent.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de Saanich—Gulf Islands de son discours.
Le projet de loi vise à faire de la formation une condition à l'accès à la magistrature, mais il ne s'applique pas aux juges qui sont déjà en poste et qui sont d'ailleurs inamovibles.
J'aimerais savoir si ma collègue espère que cette obligation imposée aux nouveaux juges incitera les juges déjà en poste à suivre la formation eux aussi. En effet, il est à souhaiter que les juges déjà en poste et qui entendent déjà des causes, notamment en matière d'agressions sexuelles, puissent eux aussi se mettre à niveau sur les connaissances que nous avons maintenant, notamment en lien avec le consentement.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-11-20 12:24 [p.2196]
Madam Speaker, I thank my colleague for her question.
I think she is right. It is clear that judges who are already on the bench also need training to learn about the circumstances of women who are victims of sexual assault. I hope that this bill will also make this training available to judges who are already on the bench.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question.
Je pense qu'elle a raison. Il est clair que les juges qui sont déjà en poste ont eux aussi besoin de formation pour être sensibilisés à la situation des femmes victimes d'agressions sexuelles. J'espère donc que ce projet de loi prévoira aussi d'offrir une formation aux juges qui sont déjà en poste.
View Jenny Kwan Profile
NDP (BC)
View Jenny Kwan Profile
2020-11-20 12:25 [p.2196]
Madam Speaker, if this kind of training were in place long ago, does she think the situation we have with respect to the missing and murdered women could be impacted?
Madame la Présidente, si ce genre de formation avait été offerte il y a longtemps, la députée pense-t-elle que cela aurait réduit le nombre de femmes assassinées et portées disparues?
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-11-20 12:26 [p.2196]
Madam Speaker, there is so much about systemic racism that is part of the cultural genocide identified by the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls. Certainly, the relationship with law enforcement must be taken into account.
The fear that marginalized women have is going to someone who is there by his or her job description to protect them but may in fact represent a threat. Yes, training for judges would certainly have helped, but I do not think it would be sufficient to avoid the ongoing scandal of the way missing and murdered indigenous women and girls are treated and our societal response.
Madame la Présidente, le racisme systémique joue un rôle énorme dans le génocide culturel dont il est fait mention dans l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. Il faut certes prendre en considération la relation avec les forces de l'ordre.
Les femmes marginalisées craignent de s'adresser à une personne qui, dans le cadre de ses fonctions, est censée les protéger, mais qui pourrait, au contraire, représenter une menace pour elles. Il est vrai qu'offrir une formation aux juges aurait certainement aidé la situation, mais je ne crois pas que cela aurait été suffisant pour éviter le scandale provoqué par la mauvaise gestion des cas des femmes autochtones assassinées ou portées disparues et la façon dont la population canadienne a réagi à cette situation.
View Jag Sahota Profile
CPC (AB)
View Jag Sahota Profile
2020-11-20 12:26 [p.2197]
Madam Speaker, I will be splitting my time with the member for Cumberland—Colchester.
I am pleased to rise today to speak to Bill C-3, an act to amend the Judges Act and the Criminal Code. This bill is very important to me as a lawyer, as a woman, but also as the shadow minister for women and gender quality. As such, I am pleased to stand in this place and debate the bill.
However, I am disappointed that because of the Prime Minister's continual lapse in ethical judgment, instead of facing scrutiny for his decisions, he chose to prorogue Parliament and the casualty was having to reintroduce the bill, meaning victims of sexual assaults still cannot get due justice. It is shameful.
Bill C-3 would add new eligibilities for lawyers seeking appointment to the judiciary to require the completion of a recent and comprehensive education in sexual assault law as well as social context education. It would require the Canadian Judicial Council to submit an annual report to Parliament regarding the details on seminars offered on matters relating to sexual assault law and the number of judges attending. It would do this while still maintaining the balance between judiciary independence and a fair criminal justice system, which is very important to me and to all Canadians.
The rational for the need for the bill is all too familiar, given the recent spotlight on the treatment of sexual assault victims during trial. Sadly, this certainly is not something that is new.
Let us explore the current state as it stands now.
There is piecemeal training and education available in certain jurisdictions but it is not mandatory. In 2016, a judge was found to have relied on myths about the expected behaviour of a victim of sexual abuse. That case was overturned on appeal for obvious reasons.
We have heard instances of judges using insensitive language. For example, in 2014, Justice Camp made a comment to a sexual assault victim in my home city of Calgary, asking her why she could not keep her knees closed together. Comments like Justice Camp's are all too familiar and further lead to the stigma that the courts are not there to protect the victims.
In 2019, nearly a dozen cases were going through Canada's court system that shed light on how some judges continued to rely on myths and stereotypes when informing their decisions on sexual assault cases.
We are still hearing similar misinformation about the experience of sexual assault victims or victims of abuse, which can lead to poor decisions and, as we have seen, possible miscarriages of justice sometimes resulting in new trials. Retrials can be incredibly painful for complainants, potentially further revictimizing them as they have to relive the trauma by constantly retelling lawyers and judges their horrific experiences, in some cases, preventing them from being able to mentally heal.
The way victims are treated during their court proceedings as well as in the public eye is a major hindrance to reporting the crime in the first place, particularly if the person who committed the assault is someone in a position of authority or if it is someone they know, such as a father, brother or uncle.
Other victims witness how other sexual assault victims are treated in the justice system and are terrified that if they come forward, they will be treated the same way. It is well-documented that sexual assault cases are one of the most under-reported crimes in Canada. Of reported cases, only 12% result in a criminal conviction within six years compared to 23% of physical assaults, as reported by Statistics Canada.
We know the reasons for under-reporting include shame, guilt and stigma of sexual victimization. Because of this, many victims do not believe they will see a positive outcome in the justice system, which is why they do not come forward. This simply cannot stand.
What can we do? The best way to prevent this type of sentiment is through education and training. The path forward that this legislation sets out would allow for more confidence in the criminal justice system by ensuring lawyers who are appointed to the bench are trained and educated in this very specific type of case.
The hope is that once this bill passed, and with education and training, the future state will be that the stories we once heard of victims being made to feel less than will not be repeated. This legislation is intended to help reduce the stigma of coming forward to report the crime and to see justice prevail for the victims.
The hope is that with education and training, victims of sexual assault will be treated with respect to avoid at all costs revictimizing them, which can be incredibly traumatizing for the individual. This will let other victims know they can be confident in our justice system and feel safe in coming forward.
Ms. Ambrose, as she provided her testimony before the status of women committee, said, “Really, to be honest, for me it's about building confidence. Women do not have confidence in our justice system when it comes to sexual assault law.”
This has to change if we are ever going to see an increase in sexual assault being reported and convicted. This piece of legislation will bring us one step closer to eliminating barriers and giving victims of sexual assault more confidence to come forward.
I hope this bill passes quickly as this will only move us forward as a society and help grow confidence in our justice system.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Cumberland—Colchester.
Je suis heureuse d'intervenir aujourd'hui au sujet du projet de loi C-3, Loi modifiant la Loi sur les juges et le Code criminel. Ce projet de loi revêt une importance capitale pour moi en tant qu'avocate, en tant que femme et aussi en tant que ministre du cabinet fantôme chargée du dossier des femmes et de l'égalité des genres. Je suis donc ravie de prendre la parole dans cette enceinte et de débattre du projet de loi.
Cela dit, je suis déçue que le premier ministre commette constamment des erreurs de jugement sur le plan éthique et que, au lieu de rendre des comptes pour les décisions qu'il prend, il choisisse de faire des choses comme proroger le Parlement. Cela a eu pour effet de nous obliger à présenter le projet de loi de nouveau, ce qui veut dire que les victimes d'agressions sexuelles ne peuvent toujours pas obtenir la justice qu'elles méritent. C'est honteux.
Le projet de loi C-3 ajoute un critère d'admissibilité auquel doivent répondre les avocats désireux d'être nommés à la magistrature. Il s'agit d'un programme de formation récent et complet sur le droit relatif aux agressions sexuelles et sur le contexte social qui l'entoure. Il oblige le Conseil canadien de la magistrature à faire rapport chaque année des colloques offerts portant sur des questions liées au droit relatif aux agressions sexuelles et du nombre de juges qui y ont assisté. Le projet de loi apporte ces modifications tout en conservant un équilibre entre l'indépendance judiciaire et un système de justice pénale juste, ce qui est très important pour moi et pour tous les Canadiens.
On ne connaît que trop bien les raisons qui rendent ce projet de loi nécessaire, étant donné le traitement qu'ont subi des victimes d'agressions sexuelles au cours de procès récents. Malheureusement, le problème existe depuis longtemps.
Voyons l'état des choses à l'heure actuelle.
Des programmes de formation et de sensibilisation fragmentaires sont offerts dans certaines juridictions, mais ils ne sont pas obligatoires. En 2016, un juge s'est fondé sur des mythes concernant le comportement attendu d'une victime d'agression sexuelle. Sa décision a été infirmée en appel pour des raisons évidentes.
Nous avons entendu des juges tenir des propos insensibles à propos des victimes. Par exemple, en 2014, dans la ville que j'habite, Calgary, le juge Camp a demandé à une victime d'agression sexuelle pourquoi elle n'avait pas pu serrer les genoux lors de l'agression. Les commentaires comme ceux du juge Camp sont trop fréquents et contribuent à alimenter les préjugés selon lesquels les tribunaux ne sont pas là pour protéger les victimes.
En 2019, les tribunaux canadiens ont été saisis de près d'une dizaine de causes qui ont permis de faire la lumière sur la manière dont les juges continuent de s'appuyer sur des mythes et des stéréotypes pour orienter leurs décisions dans les cas d'agression sexuelle.
Voici que nous continuons à voir la même désinformation concernant l'expérience des victimes d'agression sexuelle ou d'abus, désinformation qui peut mener à de mauvaises décisions rendues et, comme nous l'avons constaté, à d'éventuelles erreurs judiciaires qui aboutissent parfois à de nouveaux procès. Un second procès peut être extrêmement douloureux pour les plaignantes et pourrait les léser une fois de plus, car elles sont appelées à raconter encore et encore l'expérience traumatisante qu'elles ont vécue aux avocats et aux juges, ce qui parfois les empêche de se rétablir mentalement.
Nous savons très bien que la façon dont les victimes sont traitées pendant les procédures judiciaires et leur image aux yeux du public constituent un obstacle majeur au signalement d'un crime, surtout si l'agresseur était une personne occupant une position d'autorité ou une personne qu'elle connaissait, comme un père, un frère ou un oncle.
Les victimes voient comment le système judiciaire traite d'autres victimes d'agression sexuelle et elles sont terrifiées à l'idée d'être traitées de façon semblable si elles décident de porter plainte. Nous savons que l'agression sexuelle est l'un des crimes les moins signalés au Canada. Selon Statistique Canada, parmi les cas signalés, seulement 12 % entraînent une condamnation au criminel dans les six ans, comparativement à 23 % pour les cas d'agression physique.
Nous savons que les raisons qui expliquent le faible taux de signalements incluent la honte, la culpabilité et les préjugés sur les victimes d'agression sexuelle. De nombreuses victimes ne croient pas pouvoir parvenir à un dénouement positif dans le système judiciaire. Elles préfèrent donc ne pas signaler l'agression. Cela ne peut tout simplement pas continuer.
Que peut-on faire? La sensibilisation et la formation représentent la meilleure façon de prévenir ce genre d'impression. L'approche prévue dans le projet de loi permettrait d'accroître la confiance dans le système de justice criminelle en veillant à ce que les avocats qui sont nommés juges soient sensibilisés à ce type d'affaires très précis et reçoivent une formation sur le sujet.
On espère que, une fois le projet de loi adopté, et grâce aux programmes de sensibilisation et de formation, nous n'entendrons plus parler de victimes qui se sont senties dénigrées. Le projet de loi vise à réduire les préjudices que subissent les personnes qui signalent les crimes, afin que la justice triomphe pour les victimes.
On espère que, après avoir été sensibilisés et formés, les juges traiteront les victimes d'agression sexuelle avec respect et éviteront à tout prix qu'elles subissent une nouvelle épreuve, ce qui peut être extrêmement traumatisant pour elles. Les autres victimes auront plus confiance dans le système de justice et ne craindront pas de faire une dénonciation.
Mme Ambrose, lors de son témoignage devant le comité de la condition féminine, a dit: « En fait, honnêtement, pour moi c'est une question d'accroître la confiance dans le système. Les femmes ne font pas confiance à notre système de justice lorsqu'il est question du droit relatif aux agressions sexuelles. »
La situation doit changer si nous voulons augmenter le nombre de signalements d'agressions sexuelles et de condamnations pour ce crime. Cette mesure législative contribuera à l'élimination des obstacles et donnera aux victimes d'agression sexuelle plus de confiance pour se manifester.
J'espère que le projet de loi sera adopté rapidement, car il contribuera à l'avancement de la société et renforcera la confiance envers le système de justice.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2020-11-20 12:33 [p.2198]
Madam Speaker, I thank my colleague from Calgary Skyview for her speech. I am fortunate to serve with her on the Standing Committee on the Status of Women, which has actually already studied this bill, but that was some time ago, and we know that the pandemic has exacerbated the problem of violence against women.
I am actually just about to present a petition signed by one of my constituents. Her blog, Les Mots de Myra, or Myra's words, shares powerful testimonials from women who face prejudice when they try to speak out about their sexual assault cases. I would like to hear the member's thoughts on that. December is coming up, and so is violence against women awareness week.
Is it not time for all of us here in the House to come together to pass this important bill, which is a big step forward for victims and survivors of sexual assault?
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de Calgary Skyview de son discours. J'ai la chance de siéger avec elle au Comité permanent de la condition féminine, qui a d'ailleurs déjà étudié ce projet de loi, mais cela fait un certain temps, et nous savons que la pandémie a exacerbé les problèmes de violence envers les femmes.
D'ailleurs, je m'apprête à déposer une pétition signée par une de mes concitoyennes. Son blogue, Les Mots de Myra, reçoit des témoignages percutants de femmes qui sont victimes de préjugés lorsqu'elles veulent parler de leur cas d'agression sexuelle. J'aimerais donc entendre la députée à ce sujet. Décembre arrive, ainsi que la Semaine de sensibilisation aux violences faites aux femmes.
N'est-il pas temps que nous nous entendions tous, ici, à la Chambre, pour faire adopter cet important projet de loi, qui est un pas important pour les victimes et les survivantes d'agression sexuelle?
View Jag Sahota Profile
CPC (AB)
View Jag Sahota Profile
2020-11-20 12:34 [p.2198]
Madam Speaker, I sit on the committee with the member, and I enjoy our conversations. It is time to start talking about women. The pandemic has highlighted what, to some extent, we already knew. It has brought all the problems to the surface.
This legislation is a step in the right direction in that women will feel more comfortable coming forward and talking about their experiences without having the feeling of revictimization. That is the whole purpose. I am very thankful that the bill is here before Parliament. All the parties seem to be supporting it, and I cannot wait for it to pass.
Madame la Présidente, je siège au comité avec la députée et j'aime les conversations que nous avons. Il est temps de commencer à parler des femmes. La pandémie a mis en lumière ce que nous savions déjà dans une certaine mesure. Elle a mis au grand jour tous les problèmes.
Le projet de loi est un pas dans la bonne direction dans la mesure où les femmes seront plus à l'aise de porter plainte et de parler de leur expérience et pourront le faire sans être contraintes de revivre leur traumatisme. C'est la raison d'être de la mesure législative. Je suis très heureuse que le Parlement soit saisi du projet de loi. Tous les partis semblent l'appuyer, et j'ai hâte qu'il soit adopté.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-11-20 12:35 [p.2198]
Madam Speaker, to pick up on the member's comment, we also cannot wait for the bill to pass.
It is encouraging that last week we had all-party support from the Greens, New Democrats, Conservatives and Liberals for the wage subsidy legislation and the rent subsidy assistance program. The legislation received royal assent just yesterday. It goes to show just how effective the House can be.
We now have another piece of legislation before us, and once again, it is receiving all-party support. Could the member provide her thoughts on how good it is to see all parties getting behind legislation in the hopes that it also receives royal assent soon?
Madame la Présidente, pour reprendre les propos de la députée, nous avons également hâte que le projet de loi soit adopté.
Je trouve encourageant que, la semaine dernière, le projet de loi sur la subvention salariale et le programme de subvention pour le loyer ait joui de l'appui de tous les partis, soit les verts, les néo-démocrates, les conservateurs et les libéraux. La mesure législative a reçu la sanction royale hier. C'est donc dire à quel point la Chambre peut être efficace.
Nous sommes maintenant saisis d'une autre mesure législative, et elle jouit une fois de plus de l'appui de tous les partis. La députée peut-elle nous dire à quel point c'est un plaisir de voir tous les partis appuyer un projet de loi dans l'espoir qu'il reçoive également la sanction royale bientôt?
View Jag Sahota Profile
CPC (AB)
View Jag Sahota Profile
2020-11-20 12:36 [p.2198]
Madam Speaker, the member's question is different than the usual one of venting on how previous governments screwed up.
The Conservative Party was there for Canadians. When the Liberals brought in a bill that addressed the concerns and helped Canadians, Conservatives were there for them, co-operating with the Liberal government in passing those bills to make sure that the help gets to Canadians as fast as possible.
In certain instances we also pointed out deficiencies that were highlighted by our constituents who could not meet the criteria for these programs. Yes, definitely in terms of helping Canadians, the Conservative Party has been there, and there has been acknowledgement from the other side as well that Conservatives have supported Canadians. We will continue to do that.
Madame la Présidente, la question du député diffère de ses remontrances habituelles à l'égard de ce que les gouvernements précédents ont fait de mal.
Le Parti conservateur est là pour les Canadiens. Lorsque les libéraux ont présenté un projet de loi pour remédier aux préoccupations et soutenir les Canadiens, les conservateurs étaient là pour ces derniers, coopérant avec le gouvernement libéral pour adopter ces mesures afin que l'aide parvienne aux Canadiens le plus rapidement possible.
Dans certains cas, nous avons signalé les lacunes mises en évidence par les citoyens de nos circonscriptions qui ne répondent pas aux critères d'admissibilité de ces programmes. Oui, sans contredit, lorsqu'il s'agit d'aider les Canadiens, le Parti conservateur est là. Même les ministériels avouent que les conservateurs soutiennent les Canadiens. Nous continuerons de le faire.
View Laurel Collins Profile
NDP (BC)
View Laurel Collins Profile
2020-11-20 12:37 [p.2198]
Madam Speaker, I have spoken to a number of people in my riding about this bill.
I have also spoken to sex workers who are disproportionately impacted by the stereotypes and prejudices in our justice system. What they said to me was that this kind of bill is very important, but they also want parliamentarians and politicians to start listening to sex workers, and to acknowledge that sex work is work.
I am wondering what the member's comments on that would be.
Madame la Présidente, j'ai parlé de ce projet de loi avec des gens de ma circonscription.
J'ai également parlé à des travailleurs du sexe, sur qui les stéréotypes et les préjudices au sein du système de justice ont une incidence disproportionnée. Ils m'ont dit que ce genre de projet de loi est très important, mais qu'ils souhaitent que les parlementaires et les politiciens commencent à les écouter et à reconnaître que le travail du sexe, c'est du travail.
Qu'en pense la députée?
View Jag Sahota Profile
CPC (AB)
View Jag Sahota Profile
2020-11-20 12:38 [p.2198]
Madam Speaker, the bill is here before Parliament and is about to get passed. It addresses the concerns that women have and women face when accessing the justice system. I am going to leave it at that.
This is a step forward in the right direction.
Madame la Présidente, le projet de loi est sur le point d'être adopté. Il remédie aux préoccupations qu'ont les femmes à l'égard du système de justice et aux problèmes qu'elles vivent dans le système de justice. Je vais m'en tenir à cela.
Ce projet de loi est un pas dans la bonne direction.
View Lenore Zann Profile
Lib. (NS)
View Lenore Zann Profile
2020-11-20 12:38 [p.2198]
Madam Speaker, it is my pleasure today to speak to Bill C-3, an act to amend the Judges Act and the Criminal Code, at third reading. Bill C-3 should receive all-party support since it is a vital step forward in achieving justice and equity for women and girls who are still too often affected by rape and sexual assault in our society today. It is still very much misunderstood, and it is an affront to all women.
Bill C-3 would amend the Judges Act to require candidates seeking an appointment to a provincial superior court to commit to participating in training related to sexual assault law and social context. This is a critical piece of legislation that is necessary to ensure that judges understand the context in which offending occurs. Thanks to amendments made by the Standing Committee on Justice and Human Rights, candidates must also commit to participate in training on systemic racism and systemic discrimination. This is an idea, and a bill, whose time has come.
The bill would also require the Canadian Judicial Council to ensure that those knowledgeable in the field, potentially including sexual assault survivor organizations, are consulted in the development of this new training.
The bill would also assist in assuring transparency in judicial decision-making by amending the Criminal Code's sexual assault provisions to include a requirement that judges provide reasons for their decisions either in writing or in the record of the proceedings. This requirement complements existing legal requirements for reasons, including specific obligations for judges to provide reasons in sexual history evidence. These amendments are critical to a fair and effective response to sexual assault, which we know disproportionately impacts women and girls.
Canada has come a long way in this regard. We have one of the most robust sexual assault legal frameworks in the world, but we must not forget the misogynistic myths and stereotypes to which Canada's existing legal and, I would say, largely patriarchal regime responds, nor the fact that those very same misogynistic myths and stereotypes persist to this day.
For example, pre-1983, sexual offending laws were repealed and replaced with the affirmative consent model that we now have in place. The previous laws accepted as fact, first of all, that a complainant who fails to resist is in fact consenting and, second, that a complainant who consented to sexual activity with the accused before an alleged sexual assault likely also consented to any subsequent sexual activity. We now know that these are false. They are misogynistic myths and stereotypes that distort the court's ability to seek the truth.
We also now know that they have a detrimental impact on victims who, as I have said, are overwhelmingly women and girls. Their impact is compounded when they intersect with other discriminatory stereotypes. In particular, they deter women and girls from coming forward to denounce their assailants, which means that those assailants cannot be held accountable.
While I was in the legislature in Nova Scotia for 10 years as an MLA, a bill came before us. I rose in the House as the status of women critic to discuss these issues and the fact that too many women and girls were part of the #MeToo movement because we have been sexually assaulted or raped in our lives, if not once, possibly twice. We never know. Sadly, this is a major crime and should be considered a major crime in Canada. We need help to make sure that assailants are taken to task and that this does not continue to happen.
In Nova Scotia, there was a case where a young woman was raped in a taxi and the reason given in court was that she was drunk and, therefore, the judge said even drunk people can consent. She was passed out. I do not think a woman who is passed out in the back of a taxi, expecting to be driven home after she has given her address, should be held accountable for the male driver stopping the taxi and raping her in the back seat.
As a staunch feminist, and as somebody who has been sexually assaulted and raped in her lifetime, I can say that these kinds of laws need to be changed and amended. Otherwise, more women and girls will not be able to come forward, just as I did not 30 years ago.
When a law is misapplied, appeals follow. Perhaps even a new trial will be ordered. This can significantly lengthen the criminal justice process and continue to harm victims.
Victims tell us that their interactions with the criminal justice system are often experienced as revictimization. It is therefore critically important that sexual assault matters be resolved as quickly, efficiently, effectively and compassionately as possible. Otherwise, victims will not want to come forward to denounce their assailants. They will not have confidence in the system that is supposedly there to protect them.
What can we do about this problem? How can we help our criminal justice system function fairly when addressing one of the most complex and, I would say, abhorrent human behaviours, a behaviour that is based on dominance, aggression, violence and power? It is not a sexual act in the sense of what some people may call sexy. It is violence and it is about power. It must be stopped, with zero tolerance.
I believe that all members of the House should support Bill C-3, which would assist in ensuring that judges have the education they need to understand sexual assault law, what misogyny is and systemic racism and to make the right decisions so that the right decision is made in each case. The people who are most impacted by the sexual offending and the social context in which the sexual offending occurs need to have justice and need to believe in our legal system.
With that, I will add that in Cumberland—Colchester we have many incredible feminists who are fighting for justice for women and girls. I would like to mention Linda MacDonald and Jeanne Sarson in particular, who have been very vocal and very active with regard to laws about non-state torture and human trafficking and about our need to crack down on the awful actions of the people who are profiting from human trafficking and sex trafficking. It is our intent to bring Canada into the 21st century so that we have people who understand what feminism is really all about and its importance. It is important to understand where the woman is coming from in these cases.
As an actor, I did a scene where I was being raped at knifepoint. The director and producer, on the spur of the moment, wanted me to show my breasts. They wanted to show a knife cutting into my shirt to show my breasts, and I said I was not going to do that. I was a young actor but I stood up for myself. They said, “Well, what are we going to do, then?” They wanted the scene to be impactful. I said they could just pan up to my face and show how I feel, how the victim feels, instead of trying to titillate an audience with this act of violence and aggression. That is, in fact, what we did.
That is the kind of thinking that Canada needs, and more creative people need as well, so that we can stamp out this awful behaviour.
Madame la Présidente, c'est un plaisir de prendre la parole au sujet du projet de loi C-3, Loi modifiant la Loi sur les juges et le Code criminel, à l'étape de la troisième lecture. Le projet de loi C-3 devrait avoir l'appui de tous les partis, puisqu'il s'agit d'une étape cruciale vers l'atteinte de la justice et de l'égalité pour les femmes et les filles qui sont encore trop souvent victimes de viol et d'agression sexuelle dans la société. Cette réalité est encore très mal comprise et elle constitue un affront à toutes les femmes.
Le projet de loi C-3 modifierait la Loi sur les juges afin d'exiger des candidats à la magistrature dans les cours supérieures des provinces qu'ils s'engagent à suivre une formation sur le droit relatif aux agressions sexuelles et le contexte social. Il s'agit d'une mesure législative essentielle pour que les juges comprennent le contexte dans lequel les crimes sont commis. Grâce aux amendements apportés par le Comité permanent de la justice et des droits de la personne, les candidats doivent également s'engager à participer à une formation sur le racisme et la discrimination systémiques. Il est grand temps de mettre en œuvre ces idées et ce projet de loi.
Le projet de loi obligerait en outre le Conseil canadien de la magistrature à veiller à ce que des personnes qui connaissent bien le domaine, notamment peut-être des organismes qui viennent en aide aux personnes ayant survécu à une agression sexuelle, soient consultées dans l'élaboration de cette nouvelle formation.
Le projet de loi rendrait également les décisions des juges plus transparentes, puisque la modification qui sera apportée aux dispositions du Code criminel sur les agressions sexuelles obligera ces derniers à expliquer les motifs de leurs décisions, que ce soit par écrit ou dans le procès-verbal. Il s'agira d'un nouveau cas où la loi exige des juges qu'ils motivent leurs décisions. Ils doivent effectivement donner leurs motifs lorsque des éléments de preuve liés aux antécédents sexuels sont admis. Ces modifications sont essentielles si l'on veut que les accusations d'agression sexuelle — dont les victimes sont surtout des femmes et des filles — soient traitées de manière juste et efficace.
Le Canada a d'ailleurs fait un bon bout de chemin en ce sens. Les balises juridiques qui encadrent les cas d'agression sexuelle figurent parmi les plus strictes du monde. Malheureusement, il faut aussi tenir compte des mythes et des stéréotypes misogynes contre lesquels il faut se battre et qui existent encore aujourd'hui dans un système judiciaire canadien grandement patriarcal, à mon avis.
Par exemple, les dispositions législatives touchant les infractions de nature sexuelles d'avant 1983 ont été abrogées et remplacées par le modèle du consentement explicite que nous avons aujourd'hui. Auparavant, le droit partait du principe, d'abord, que les victimes qui étaient incapables de résister à leur agresseur étaient en fait consentantes et, ensuite, que celles qui avaient déjà consenti à des relations sexuelles avec l'accusé avant l'infraction y avaient probablement consenti également les fois suivantes. Aujourd'hui, nous savons que c'est faux. Ce sont des mythes et des stéréotypes misogynes qui déforment la quête de vérité de la cour.
Nous savons également que ces mythes et stéréotypes ont un effet néfaste sur les victimes qui, comme je l'ai mentionné, sont surtout des femmes et des filles. Cet effet néfaste est d'autant plus grave que d'autres stéréotypes discriminatoires sont en jeu. Ils ont notamment pour effet de décourager les femmes et les filles de dénoncer leur agresseur, ce qui signifie que cet agresseur n'aura pas à répondre de ses actes.
Je me souviens d'un projet de loi dont a été saisie l'Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse, où j'ai été députée pendant 10 ans. Je suis alors intervenue en tant que porte-parole en matière de condition féminine pour discuter de ces enjeux et du fait que trop de femmes et de jeunes filles adhèrent au mouvement #Moiaussi parce qu'elles ont été agressées sexuellement ou violées au moins une fois, parfois même deux fois dans leur vie. On ne sait jamais. Il s'agit malheureusement d'un crime grave qui devrait être considéré comme tel au Canada. Nous avons besoin d'aide pour faire en sorte que les agresseurs soient accusés et que cela cesse de se produire.
En Nouvelle-Écosse, une jeune femme a été violée dans un taxi. On a fait valoir en cour qu'elle était en état d'ébriété, et le juge a déclaré qu'il est possible de donner son consentement même en état d'ébriété. La victime était inconsciente. Je ne crois pas qu'une femme qui s'attend à être conduite à la maison après avoir donné son adresse et qui tombe inconsciente sur la banquette arrière d'un taxi devrait être tenue responsable du fait que le chauffeur a arrêté le véhicule et qu'il l'a violée sur la banquette arrière.
En tant que féministe convaincue et en tant que femme ayant déjà été victime d'agression sexuelle et de viol, je peux dire que ce genre de dispositions législatives doivent être modifiées. Sinon, d'autres filles et femmes ne seront pas en mesure de dénoncer ces gestes, comme moi il y a à peine 30 ans.
Lorsqu'une loi est mal appliquée, on interjette appel par la suite. Il se peut même qu'on ordonne la tenue d'un nouveau procès. Cela peut prolonger considérablement les procédures de justice pénale et causer d'autres préjudices aux victimes.
Les victimes nous disent que leurs interactions avec le système de justice pénale font souvent en sorte qu'elles se sentent de nouveau comme des victimes. Il est donc extrêmement important que les causes d'agression sexuelle soient jugées avec le plus de rapidité, d'efficacité et de compassion possible. Sinon, les victimes ne voudront pas dénoncer leurs agresseurs. Elles ne feront pas suffisamment confiance au système qui est censé les protéger.
Que pouvons-nous faire pour résoudre ce problème? Comment pouvons-nous aider le système de justice pénale à fonctionner de manière équitable lorsqu'il se penche sur l'un des comportements humains les plus complexes et à mon sens les plus abjects, un comportement basé sur la domination, l'agression, la violence et le pouvoir? Ce n'est pas le genre de comportement sexuel que les gens pourraient trouver sexy. C'est un acte de violence basé sur le pouvoir. Il faut mettre un terme à ce comportement et il ne faut plus du tout le tolérer.
Je crois que tous les députés devraient appuyer le projet de loi C-3, qui permettrait de s'assurer que les juges reçoivent la formation nécessaire pour bien comprendre les dispositions législatives concernant les agressions sexuelles et en quoi consiste la misogynie et le racisme systémique, afin qu'ils puissent prendre la bonne décision à l'égard de chacune des causes. Les personnes les plus touchées par les infractions sexuelles et le contexte social dans lequel elles se produisent doivent obtenir justice et avoir foi dans le système de justice canadien.
Sur ce point, j'ajouterai qu'à Cumberland—Colchester, il y a de nombreuses féministes incroyables qui luttent pour la justice pour les femmes et les filles. Je tiens à saluer tout particulièrement Linda MacDonald et Jeanne Sarson, qui ont dénoncé vigoureusement les lois sur la traite des personnes et la torture aux mains d'acteurs non étatiques et qui ont signalé avec force la nécessité de sévir contre les gens qui profitent de la traite des personnes, y compris à des fins d'exploitation sexuelle. Nous avons l'intention de faire entrer le Canada dans le XXIe siècle et de mieux faire connaître le féminisme aux gens pour qu'ils sachent de quoi il retourne vraiment et qu'ils réalisent son importance. Il est essentiel de comprendre la motivation de ces femmes.
Lorsque j'étais actrice, j'ai joué une scène où on me violait à la pointe du couteau. Le réalisateur et le producteur, sur l'impulsion du moment, ont voulu que je découvre ma poitrine. Ils voulaient montrer un couteau tranchant ma chemise pour dévoiler mes seins. J'ai refusé net. J'étais une jeune actrice, mais je me suis défendue. Ils ont dit: « Eh bien, qu'est-ce qu'on va faire, alors? » Ils voulaient que la scène soit percutante. Je leur ai proposé de balayer la caméra vers mon visage et de filmer ce que jeressentais, ce que la victime ressentait, plutôt que de tenter d'exciter le public avec cet acte de violence et d'agression. C'est finalement ce que nous avons fait.
C'est ce genre de réflexion dont le Canada a besoin et qui devrait inspirer davantage de créateurs, pour que nous puissions éradiquer ce comportement odieux.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I thank the member for sharing her story. It was so impactful. When a woman can stand in the House of Commons to share her story, we know we are doing our jobs.
One of the concerns I have right now relates to the discussions on COVID delays. This has to do with women as well. With COVID delays, is there a concern that some of these cases may be thrown out? I am not just looking at Bill C-3. What will happen if some people are outside of the normal time frame of 18 months? What does the member think the government can do, and what should we all be doing, to make sure that women find justice?
Madame la Présidente, je remercie la députée d'avoir raconté son histoire. Elle était très percutante. Quand une femme peut prendre la parole à la Chambre des communes pour raconter son histoire, nous savons que nous faisons notre travail.
Je me préoccupe actuellement des discussions à propos des retards causés par la COVID. Cela concerne aussi les femmes. Les retards pourraient-ils faire en sorte que certains cas soient rejetés? Je ne pense pas seulement au projet de loi C-3. Qu'arrivera-t-il si certaines personnes dépassent le délai normal de 18 mois? Selon la députée, qu'est-ce que le gouvernement peut faire et que devrions-nous tous faire pour assurer aux femmes un accès à la justice?
View Lenore Zann Profile
Lib. (NS)
View Lenore Zann Profile
2020-11-20 12:49 [p.2200]
Madam Speaker, I too am concerned about this. As a woman who has gone through it, I know 30 years is a long time to have no justice and to be looking back and saying I would have, should have, could have. I believe anybody who has been assaulted sexually or in any other way needs to have justice done.
In Nova Scotia, we passed laws whereby a person could go back 20 years. I believe something like this should also be considered in this particular case. It is an emergency situation and women should not suffer because of that.
Madame la Présidente, cela me préoccupe aussi. En tant que femme qui a traversé cette épreuve, je sais que 30 années, c'est long pour rester sans justice et pour se dire qu'on aurait pu ou qu'on aurait dû. Je crois que toute personne qui a été victime d'une agression sexuelle ou d'une autre forme d'agression doit voir à ce que justice soit faite.
En Nouvelle-Écosse, on a adopté des lois qui permettent aux citoyens de retourner 20 ans en arrière. Je pense qu'une mesure comme celle-là devrait aussi être envisagée dans le cas qui nous intéresse. Nous vivons une situation d'urgence et les femmes ne devraient pas avoir à en souffrir.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2020-11-20 12:50 [p.2200]
Madam Speaker, I thank my colleague from Cumberland—Colchester, Nova Scotia, for her very moving speech and for sharing her experience with us.
She also talked about films. I recently had the chance to see the film Woman by Yann Arthus-Bertrand, a portrait of the female experience around the world. She also talked about the importance of Canada joining the 21st century. I had the opportunity to talk to representatives from the Australian embassy about the importance of training judges to set prejudice aside when they hear sexual assault cases.
This bill does not solve every problem, but it can help us ensure that women in Quebec and Canada can have judges who are a little more sensitive to their case. I would like my colleague's thoughts on that.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de Cumberland—Colchester, en Nouvelle-Écosse, de son discours très émotif et de son témoignage concernant l'expérience qu'elle a vécue.
Elle a aussi parlé de films. Récemment, j'ai eu la chance de voir le film Femme(s) de Yann Arthus-Bertrand, qui est une véritable fresque féministe mondiale. Elle a parlé également de l'importance que le Canada arrive au XXIe siècle. J'ai eu l'occasion d'échanger avec des représentants de l'ambassade d'Australie sur l'importance de former les juges qui traitent les cas d'agression sexuelle pour laisser tomber les préjugés.
Ce projet de loi ne règle pas tout, mais il peut nous permettre de faire en sorte que les femmes, au Québec et au Canada, puissent dorénavant avoir des juges un peu plus sensibles à leur cause. J'aimerais entendre ma collègue là-dessus.
View Lenore Zann Profile
Lib. (NS)
View Lenore Zann Profile
2020-11-20 12:50 [p.2200]
Madam Speaker, I want to thank my hon. colleague for her words.
I come from Australia and am well aware of Australian film, which is very strong. Part of the reason I moved to Canada when I was a kid was that my mom and dad felt Australia was very sexist and racist at the time. Canada was a beacon. We came over with 2,000 Australian teachers on a boat in 1968 because Pierre Elliott Trudeau had asked for teachers to come to Canada, as there was a lack of teachers.
Any step forward is a good one. Obviously most feminists would like things to be rapid-fire, and there are many other things we can and should do. I would therefore be very happy to work with the member and talk about what other things we can do and introduce here, for all parties. I put that out to her. Let us get together and talk about what else we can do. I am very interested in talking with her to come up with some conclusions.
Madame la Présidente, je tiens à remercier la députée de ses paroles.
Je viens de l'Australie et je connais bien le cinéma australien, qui est doué d'une grande vitalité. Si je suis venue au Canada quand j'étais enfant, c'est en partie parce que mes parents trouvaient que l'Australie était très sexiste et raciste, à l'époque. Le Canada était un modèle. Nous sommes arrivés en bateau en 1968 avec 2 000 enseignants australiens, car Pierre Trudeau avait demandé aux enseignants de venir au Canada pour y pallier une pénurie dans leur profession.
Tout progrès est bénéfique. Évidemment, la plupart des féministes aimeraient que les choses progressent rapidement, et il y a beaucoup d'autres choses que nous pouvons et que nous devons faire. Je serais donc ravie de collaborer avec la députée et de parler des autres mesures que nous, c'est-à-dire tous les partis, pouvons prendre à la Chambre. Voilà ce que je lui propose. Réunissons-nous pour discuter des autres mesures possibles. Je souhaite beaucoup dialoguer avec elle pour trouver des solutions.
View Jenny Kwan Profile
NDP (BC)
View Jenny Kwan Profile
2020-11-20 12:52 [p.2200]
Madam Speaker, I thank the member for sharing her lived experiences with all of us.
While the bill is important, and I hope it will pass through the House, another issue that weighs heavily on me is the 231 calls for action with respect to missing and murdered indigenous women and girls. The government promised that on the anniversary of the release of those calls to action, a national action plan led by indigenous women would be available. However, we do not have such a plan.
I would like the member's comments on that. What can be done to get the government to put forward that plan and not use COVID as an excuse?
Madame la Présidente, je remercie la députée de nous avoir parlé des expériences qu'elle a vécues.
Même si le projet de loi est important et même si j'espère qu'il sera adopté à la Chambre, une autre question pèse lourd dans mon esprit. Il s'agit des 231 appels à l'action concernant les femmes et les filles autochtones assassinées ou portées disparues. Le gouvernement a promis de mettre en œuvre un plan d'action national sous la direction des femmes autochtones, le jour de l'anniversaire de la publication de ces appels à l'action. Cependant, aucun plan de la sorte n'existe encore.
J'aimerais savoir ce que la députée pense de cela. Que peut-on faire pour encourager le gouvernement à mettre en œuvre un plan et éviter qu'il se serve de la COVID-19 comme excuse?
View Lenore Zann Profile
Lib. (NS)
View Lenore Zann Profile
2020-11-20 12:52 [p.2200]
Madam Speaker, as a matter of fact, I am a member of the Standing Committee on Indigenous and Northern Affairs, and yesterday the Minister of Crown-Indigenous Relations came to our committee and answered that question. She said that it is coming out very shortly. We will have a national strategy, and I do believe her. I have enjoyed working with her.
I know we are all very frustrated with the delay. There is a wonderful first nations community within my riding, Millbrook First Nation, and I work very closely with the Nova Scotia Native Women's Association. I will give a shout-out to Karen Pictou.
We need to move forward on this. The time has come. Women demand it and we deserve it. I will work with the member to make sure this happens in a very timely fashion.
Madame la Présidente, en fait, je siège au Comité permanent des affaires autochtones et du Nord et, hier, la ministre des Relations Couronne-Autochtones a comparu devant le comité et a répondu à cette question. Elle a dit que le plan sera présenté sous peu. Nous aurons une stratégie nationale, et je la crois. J'ai aimé travailler avec elle.
Je sais que nous sommes tous très frustrés par le retard. Il y a une merveilleuse communauté des Premières Nations dans ma circonscription, la Première Nation de Millbrook, et je travaille en étroite collaboration avec la Nova Scotia Native Women's Association. J'en profite pour féliciter Karen Pictou.
Nous devons faire avancer ce dossier. Le moment est venu. Les femmes l'exigent et nous le méritons. Je travaillerai avec la députée pour faire en sorte que cela se fasse en temps opportun.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
Is the House ready for the question?
Some hon. members: Question.
Assistant Deputy Speaker (Mrs. Carol Hughes): The question is on the motion.
If a member of a recognized party present in the House wants to request a recorded vote or request that the motion be passed on division, I invite them to rise and so indicate to the Chair.
La Chambre est-elle prête à se prononcer?
Des voix: Le vote.
La vice-présidente adjointe (Mme Carol Hughes): Le vote porte sur la motion.
Si un député d'un parti reconnu présent à la Chambre désire demander un vote par appel nominal ou que la motion soit adoptée avec dissidence, je l'invite à se lever et à l'indiquer à la présidence.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
Therefore, pursuant to order made on Wednesday, September 23, 2020, the division stands deferred until Monday, November 23, 2020, at the expiry of the time provided for Oral Questions.
En conséquence, conformément à l'ordre adopté le mercredi 23 septembre 2020, le vote par appel nominal est reporté au lundi 23 novembre 2020, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-11-16 12:04 [p.1884]
Madam Speaker, there have been some discussions among the parties, and if you seek it, I think you will find the unanimous consent for the following motion:
That, notwithstanding any standing order, special order or usual practice of the House, report stage motions nos. 1 and 2 in amendment to Bill C-3, An Act to amend the Judges Act and the Criminal Code, standing on the Notice Paper in the name of the Minister of Justice, be deemed adopted and that the House proceed immediately to the putting of the question on the motion for concurrence at report stage, provided that if a recorded division is requested, it shall not be deferred and the bill may be debated at third reading stage during the same sitting.
Madame la Présidente, il y a eu consultations entre les partis et je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante. Je propose donc:
Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou usage habituel de la Chambre, les motions à l’étape du rapport 1 et 2 du projet de loi C-3, Loi modifiant la Loi sur les juges et le Code criminel, inscrites au Feuilleton des avis au nom du ministre de la Justice, soient réputés adoptés et que la Chambre procède immédiatement à la mise aux voix sur la motion portant adoption du projet de loi à l’étape du rapport, pourvu que si un vote par appel nominal est demandé, il ne soit pas différé et le projet de loi puisse être débattu à l’étape de la troisième lecture à la même séance.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
This being a hybrid sitting of the House, for the sake of clarity, I will only ask those who are opposed to the request to express their disagreement.
Accordingly, all those opposed to the hon. member's motion will please say nay.
There being no dissenting voices, I declare Motion No. 1 and Motion No. 2 adopted.
Pursuant to order made earlier today, the House will now proceed, without debate, to the putting of the question of the motion to concur in the bill at report stage.
Puisqu'il s'agit d'une séance hybride de la Chambre, par souci de clarté, je demanderais seulement à ceux qui s'opposent à la demande d'exprimer leur désaccord.
Par conséquent, que tous ceux qui s'opposent à la motion du député veuillent bien dire non.
Puisqu'il n'y a pas de voix dissidente, je déclare la motion no 1 et la motion no 2 adoptées.
Conformément à l'ordre adopté plus tôt aujourd'hui, la Chambre procédera maintenant sans débat à la mise aux voix de la motion d'adoption à l'étape du rapport.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
moved that the bill be read the third time and passed.
propose que le projet de loi soit lu pour la troisième fois et adopté.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-16 12:08 [p.1885]
Madam Speaker, I am very pleased to speak today as the Parliamentary Secretary to the Minister of Justice in support of moving Bill C-3 to the next stage of review.
I wanted to start by recognizing the work of my colleagues on the Standing Committee on Justice and Human Rights in conducting the clause-by-clause study of Bill C-3 in an expeditious and efficient manner so this important bill can continue to move forward. The version we have before the House today reflects a number of amendments that were adopted by the justice committee, and I will speak to those amendments in due course.
At the outset, I would like to acknowledge the important work that was done on a previous iteration of this bill during the 42nd Parliament by Ms. Rona Ambrose, the then interim leader of the Conservative Party of Canada. She presented this bill as a private member's bill, which gathered support of all members of Parliament and proceeded expeditiously through the House of Commons at that time.
It is unfortunate that it was not able to be passed in the 42nd Parliament and, as a result, has ended up before this current Parliament. In light of our belief in and support of this bill, we committed to tabling this legislation as government legislation, which is what we have done. We have seen it through now to this third reading debate.
The end goal of Bill C-3 is to bolster public confidence, particularly among survivors of sexual assault, that our criminal justice system will treat all individuals fairly. This fundamental objective was unanimously agreed to at second reading by the members, with a number of them speaking about painful personal experiences or their work with survivors of sexual assault.
These important statements bear witness to the fact that the sexual assault of women remains a scourge that is an affront to our society's reputation. It is a thorny and pervasive problem that every member of society must take seriously and that requires us to commit to making changes.
The bill, importantly, is not a panacea to this complex problem. However, Bill C-3 represents a small but important step toward transforming our justice system into one in which survivors of sexual assault are treated with dignity and respect at all stages of the justice system process.
I strongly believe that as parliamentarians it behooves us to take whatever steps we can to move toward a fairer, more just and more accessible criminal justice system. If passed, the bill will enhance public confidence. It will demonstrate to survivors of sexual assault and to all Canadians Parliament's commitment to ensure they are treated fairly and with dignity and respect, and that the proceeding will be decided in accordance with the legal framework provided by Parliament, not influenced by misguided or outdated myths or stereotypes.
To this end, Bill C-3 proposes three key measures relating to judicial education and one relating to the Criminal Code of Canada. Let me outline these provisions.
First, the Judges Act would be amended to require that to be eligible to be appointed to a provincial superior court, candidates must commit to participate, following their appointment, in education on matters relating to sexual assault law and social context. It is important, and I want to open a parenthesis here, that we are dealing as a federal Parliament with judges that are within federal jurisdiction. The bill does not purport to direct, indicate or outline aspects of judges who are nominated by provincial attorneys general and provincial governments in provincial courts.
This remains an important point. The notion of sexual assault law and awareness of social context is important for all judges. However, we are committed to leading by example on this important legislation and also continuing to work at federal, provincial and territorial tables to ensure the concept of the importance of this kind of sensitization is imparted upon judges at all levels within Canada and by all provinces.
The second point is that Bill C-3 would amend the Judges Act to provide that sexual assault and social context training established by the Canadian Judicial Council be developed after consultation with survivors, the groups that support them or with other groups and individuals who the council considers appropriate.
The third key element in Bill C-3, touching on judicial education, is the provision that would seek to have the Canadian Judicial Council provide an annual report to the Minister of Justice, for tabling in Parliament, containing details relating to the judicial education offered. This is intended to enhance accountability in the education of sitting judges on these matters and act as an incentive to encourage their participation.
The final element in Bill C-3 is an amendment to the Criminal Code of Canada that would require judges to provide reasons in writing or on the record of proceedings for their decision in sexual assault matters. This provision would help to prevent the misapplication of sexual assault law. It would also help to improve the transparency of sexual assault decisions, because recorded and written decisions can be reviewed. We heard about this extensively during the course of the two iterations of the bill and in the various committee studies. Not only must justice be done but it must be seen to be done, and a record of the proceedings and reasons provided help ensure this critical objective is obtained.
Taken together, these amendments would increase the confidence of the public and survivors in our criminal justice system's ability to handle sexual assault matters in a fair and respectful manner, by treating the victims with dignity and, above all, by respecting the law that has been carefully designed to that end.
Just as importantly, the bill will send Canadians, especially survivors of sexual assault, the message that Parliament is committed and ready to take action so that all Canadians, especially the most vulnerable, can have confidence in our justice system.
With this outline in mind, I would like to now turn to the amendments adopted at committee, which I am very happy to say our government is pleased to support.
The first key amendment made by the committee was to include the terms “systemic racism” and “systemic discrimination” within the idea of social context. Colleagues will recall that in 2017, in its consideration of Bill C-337, the private member's bill by Ms. Rona Ambrose which I mentioned at the outset, our government proposed an amendment in the House of Commons to include social context education within the scope of that bill in the 42nd Parliament. That amendment ended up being passed unanimously by the House of Commons.
Adding social context to the judicial education provisions of the old Bill C-337 was considered essential to ensuring that important institutions like the judiciary be able to respond to the realities, needs and concerns of all Canadians. This was intended as explicit recognition that knowledge of substantive law was insufficient on its own. Individuals aspiring to appointment to Canada's superior courts must also be willing to undergo continued education following their appointment to ensure they are sensitive to and informed about the evolving nature of Canadian society, particularly marginalized and vulnerable groups. The language that was chosen was very deliberately drafted to be as encompassing as possible without going down a path of enumerating certain concepts, classes, groups or demographics, which could open up parliamentarians to the possibility of having unwittingly or, indeed, inadvertently excluded some persons or groups.
This is not an idle concern. As I noted earlier, it is imperative that all Canadians see themselves in the institutions that are created to serve them and support our democracy. It is our role as parliamentarians to ensure this when considering legislation. I also fully expect that this issue will receive careful consideration in the Senate. I look forward to hearing the views of all Canadians and stakeholders to ensure we meet the expectations of Canadians and get this accurate.
It is important to outline for the members of the House that Canada's superior court judiciary was one of the first in the world to insist on the importance of integrating awareness of social context into all its substantive programming. Going back to 2018, the Canadian Judicial Council explicitly mandated that the professional development of judges include awareness of the social context in which they performed their functions.
I will quote from the Canadian Judicial Council's professional development policies and guidelines, which can be found on the council's website. The document states:
Judges must ensure that personal or societal biases, myths and stereotypes do not influence judicial decision-making. This requires awareness and knowledge of the realities of individuals who appear in court, including an understanding of circumstances related to gender, race, ethnicity, religion, culture, sexual orientation, differing mental or physical abilities, age, socio-economic background, children and family violence.
This being said, the bill is a nuanced bill and an important one. We need to be careful in our approach. I say this because judicial independence is constitutionally protected. If I am allowed to digress a moment, this is an area in which I spent a large amount of my practice litigating in the 15 years I spent as a constitutional lawyer prior to entering Parliament.
Judicial independence is sacrosanct in any westernized democracy. It contains tenets that are obvious but often go unstated. We cannot influence the financial security of members of the bench. We cannot influence their tenure or seek to remove them of their tenure as a way of exercising influence. We also cannot, as a third hallmark of judicial independence, affect their administrative independence. A tangible example would be the government inserting itself in electing which judges hear what types of cases. That would clearly be offside our notion of democracy, but also offside the charter and the Constitution Act, 1867.
The administrative component of judicial independence requires judicial control over the training and education of judges. This ensures that judges in our country are not, and are not perceived to be, subject to arbitrary interference or influence in their decision-making. This is a critical concept, and that is why it is entrenched in the Constitution.
Bill C-3 and its predecessor, Bill C-5, were carefully drafted to ensure ultimate judicial control over judicial education.
I will turn to the amendment that was proposed, expressing Parliament's view that systemic racism and systemic discrimination are included within the idea of social context does not upset this very careful balance. The judiciary would still retain the direction and delivery of judicial education in a manner that fully respects judicial independence. At the same time, Parliament is able to fulfill Canadians' expectations that it has a role in addressing issues of pressing public importance. The issues of systemic racism and systemic discrimination are long standing, particularly with respect to our justice system. However, it goes without saying that public awareness of these concepts has clearly come to the fore during this pandemic.
I want to outline two specific instances and thank two specific members who participated in those committee proceedings: the member for Hull—Aylmer and the member for Sydney—Victoria. They talked eloquently about the pernicious aspects of systemic racism and systemic discrimination vis-à-vis Black people and indigenous people in Canada. I salute them for their work in with respect to the Black caucus and the indigenous caucus, but also for their contributions at the committee by suggesting amendments that are very targeted but very necessary in expanding out the idea of what social context includes.
I will now turn to the next set of amendments that were proposed by members of the third party, the Bloc Québécois. Members will note that some of the provisions have been slightly altered. For example, the word “shall” has been changed to “should” in certain contexts. Minor changes have also been made in relation to other provisions. These amendments were intended to address the possible perception that Parliament, in potentially enacting Bill C-3, could be purporting to direct the judiciary in respect of judicial education. While this perception, in my view, is improbable, our government is prepared to support these amendments out of an abundance of caution.
At this point, I want to briefly bring the attention of members to the government motion to amend Bill C-3 at the report stage to correct an unintended inconsistency between the English and the French versions of the amendments proposed by the Bloc members. These amendments are clearly necessary and uncontroversial, and I would expect all hon. members to vote to support them to ensure the amendments intended by the committee are reflected in both our official languages.
Again, the principle of judicial independence cannot be overstated. As I have emphasized, Parliament's efforts to bolster public confidence in our justice system cannot at the same time undermine this constitutionally protected principle. I fully expect that our esteemed colleagues in the Senate will likewise give this issue their careful attention, and I look forward to that for two reasons: first, because a vigorous public debate is essential to a healthy democracy; and, second, because in this instance such a debate will, in and of itself, serve to reassure the public of the strength of judicial independence in the country and the regard that our Parliament has for this important constitutional principle.
We are very fortunate in Canada to have one of the most, if not the most, robustly independent and highly regarded judiciaries in the world. This is in no small part due to the availability of the excellent publicly funded but judicially controlled continuing education to which the superior court judiciary has access.
Members heard me refer to some of the contours of what that education looked like as of 2018. This is a step in the same vein and direction to ensuring that education continues to be robust and indeed among the best standards, literally on the planet, for the judiciary in a westernized democracy.
I also applaud those parliamentarians before us who had the foresight to embed the availability of funding for judicial education in the Judges Act, and the Canadian Judicial Council for its leadership in recognizing that professional development and lifelong learning are critical to ensuring a judiciary that is well educated, professional and, indeed critically, independent.
The commitment of the Canadian Judicial Council to excellent continuing education is manifested in its professional development policies and guidelines, which I know explicitly recognize that the public rightfully expects judges to be competent and knowledgeable in the law. Bill C-3 seeks only to support and build on this notion and thereby move toward a better, more humane and more inclusive justice system.
I am going to conclude my remarks where I started: by acknowledging the challenges faced by survivors of sexual assault. Those challenges go well beyond the scope of the bill. We must recognize that in order to effect meaningful and substantial changes to the manner in which survivors of sexual assault are treated in our criminal justice system, every actor in the justice system, and every level of government, must take responsibility. That is what I referred to regarding the passage of the bill in the context of working with federal, provincial and territorial partners, and ensuring that the actions we may take through the bill, with respect to judges appointed to Superior Courts, are replicated in actions we may see, and hope to see, in provincial appointments to the bench.
It also goes without saying that the bill would not have had its genesis without the leadership of Ms. Rona Ambrose. It is important to note that when a member of the official opposition presents a bill that the government gets behind, it truly demonstrates the nonpartisan nature of what we are speaking about when we speak about sexual assault law, the importance of ensuring public confidence in our judiciary, social context, and confronting systemic racism and systemic discrimination. These concepts should never be partisan. I am thankful that in the context of the bill in its current iteration, partisanship has not entered into the discussion. This is representative of how important these concepts are for all of us as parliamentarians. I would urge all members to take the small but important next step to vote to move the bill into the next phase so that it can be addressed by the Senate. On that note, I conclude my remarks.
Madame la Présidente, je suis très heureux d'intervenir aujourd'hui à titre de secrétaire parlementaire du ministre de la Justice pour appuyer le passage du projet de loi C-3 à la prochaine étape de son examen.
J'aimerais commencer par saluer l'étude article par article du projet de loi C-3 que mes collègues du Comité permanent de la justice et des droits de la personne ont mené rapidement et efficacement afin que cet important projet de loi puisse poursuivre son cheminement. La version dont la Chambre est saisie aujourd'hui prend en compte un certain nombre d'amendements adoptés par le comité de la justice. J'en parlerai en temps voulu.
Je tiens à souligner d'emblée l'important travail qui a été accompli sur une mouture précédente de ce projet de loi par Mme Rona Ambrose, alors chef par intérim du Parti conservateur du Canada, pendant la 42e législature. À l'époque, elle l'avait présenté à titre de projet de loi d'initiative parlementaire et il avait obtenu l'appui de l'ensemble des députés et rapidement franchi toutes les étapes du processus législatif à la Chambre des communes.
Malheureusement, il n'a pas pu être adopté avant la fin de la 42e législature et c'est la raison pour laquelle la législature actuelle en est maintenant saisie. Comme nous avions totalement foi en ce projet de loi, nous nous étions engagés à le déposer à titre de projet de loi du gouvernement, ce que nous avons fait, et il en est maintenant à l'étape de la troisième lecture.
Le projet de loi C-3 a pour objectif ultime de renforcer la confiance du public, et plus particulièrement la confiance des survivants d'agressions sexuelles, dans le fait que le système de justice criminel traitera chaque personne équitablement. Cet objectif fondamentalement important a été accepté à l'unanimité en deuxième lecture par les députés, dont un certain nombre ont évoqué des expériences personnelles pénibles ou ont parlé de leur travail auprès des survivants d'agressions sexuelles.
Ces déclarations importantes témoignent du fait que l'agression sexuelle des femmes demeure un fléau qui est un affront à la réputation de notre société. Il s'agit d'un problème épineux et omniprésent que chaque membre de notre société doit prendre au sérieux et pour lequel il faut s'engager à apporter des changements.
Il est important de souligner que le projet de loi n'est pas une panacée face à ce problème complexe. Cependant, le projet de loi C-3 représente un pas, petit mais important, vers la transformation du système de justice canadien en un système au sein duquel les victimes d'agression sexuelle sont traitées avec dignité et respect à toutes les étapes des procédures judiciaires.
J'ai la ferme conviction que, à titre de parlementaires, nous avons le devoir de prendre toutes les mesures possibles pour rendre le système de justice pénale plus équitable, plus juste et plus accessible. S'il est adopté, ce projet de loi aura un effet positif sur la confiance du public. Il montrera aux victimes d'agression sexuelle et à l'ensemble des Canadiens l'engagement du Parlement à s'assurer qu'ils sont traités de façon équitable, avec dignité et respect, et que le processus judiciaire se déroule selon le cadre légal établi par le Parlement et qu'il n'est pas influencé par des mythes et des stéréotypes d'une autre époque.
À cet égard, le projet de loi C-3 propose trois mesures clés concernant la formation des juges et une autre mesure concernant le Code criminel du Canada. Je vais parler de ces dispositions.
Premièrement, la Loi sur les juges serait modifiée de façon à exiger que, pour pouvoir être nommés à une cour supérieure provinciale, les candidats doivent s'engager à suivre une formation sur des questions liées au droit relatif aux agressions sexuelles et au contexte social après leur nomination. Je veux ouvrir une parenthèse, car il est important de souligner que, en tant que Parlement fédéral, nous avons affaire aux juges qui relèvent de la compétence fédérale. Le projet de loi ne prétend pas imposer quelque critère que ce soit aux juges qui sont nommés par les procureurs généraux des provinces et les gouvernements provinciaux aux tribunaux provinciaux.
Cela reste un point important. La notion du droit relatif aux agressions sexuelles et de la sensibilisation au contexte social est importante pour tous les juges. Toutefois, nous sommes résolus à donner l'exemple en ce qui concerne cette mesure législative importante et à continuer à travailler à l'échelle fédérale, provinciale et territoriale pour faire comprendre aux juges de toutes les juridictions au Canada et dans toutes les provinces l'importance de ce type de sensibilisation.
Deuxièmement, le projet de loi C-3 modifierait la Loi sur les juges afin d'exiger que le Conseil canadien de la magistrature élabore la formation sur le droit relatif aux agressions sexuelles et au contexte social en consultation avec des personnes ayant survécu à une agression sexuelle, les groupes qui les appuient et d'autres groupes et personnes que le Conseil estime indiqués.
Le troisième élément clé du projet de loi C-3, à propos de la participation des juges à des séances de formation, est l'obligation pour le Conseil canadien de la magistrature de fournir au ministre de la Justice, pour qu'il le dépose au Parlement, un rapport annuel donnant des précisions sur la formation suivie par les juges. Cette obligation vise à mieux rendre compte de la sensibilisation des juges en exercice à ces questions et à encourager leur participation.
Enfin, le dernier élément clé du projet de loi C-3 est une modification au Code criminel du Canada afin d'obliger les juges à motiver leurs décisions lors des procès pour agressions sexuelles, que ce soit par écrit ou dans le compte rendu des délibérations. Cette modification contribuerait à prévenir une mauvaise application des dispositions juridiques liées aux agressions sexuelles. Elle rendrait en outre plus transparentes les décisions dans les affaires d'agression sexuelle, car il est toujours plus facile de passer une chose en revue quand elle a été écrite et consignée. Nous l'avons entendu en long et en large lors des débats sur les deux versions précédentes du projet de loi et lors des diverses études en comité. Il ne faut pas seulement qu'il y ait justice, mais aussi qu'il y ait apparence de justice, et le fait de consigner les justifications des décisions par écrit ou dans le compte rendu des délibérations contribuerait à réaliser cet objectif primordial.
Ensemble, ces modifications viseraient à accroître la confiance du public et des survivants en la capacité de notre système de justice pénale d'instruire les affaires d'agression sexuelle de manière équitable et respectueuse, en traitant les victimes avec dignité et, surtout, en respectant la loi qui a été soigneusement élaborée à cette fin.
De manière tout aussi importante, le projet de loi enverra à tous les Canadiens, et particulièrement aux personnes ayant survécu à une agression sexuelle, le message selon lequel le Parlement est déterminé et prêt à agir pour que l'ensemble de la population canadienne, surtout les personnes les plus vulnérables, puisse avoir confiance en notre système de justice.
Ceci étant dit, j'aimerais maintenant aborder les amendements qui ont été adoptés par le comité, et qui, je suis très heureux de le dire, sont appuyés par le gouvernement.
Le premier amendement clé que le comité a apporté est d'inclure les termes « racisme systémique » et « discrimination systémique » dans le concept du contexte social. La Chambre se rappellera sûrement qu'en 2017, lors des débats sur le projet de loi C-337, c'est-à-dire le projet de loi émanant de la députée Rona Ambrose, comme je l'ai indiqué d'entrée de jeu, le gouvernement avait proposé un amendement pour inclure la sensibilisation au contexte social dans la portée du projet de loi à l'étude durant la 42e législature. Cet amendement avait finalement été adopté à l'unanimité par la Chambre.
L'inclusion du contexte social dans les dispositions sur la formation des juges de l'ancien projet de loi C-337 était jugée essentielle pour garantir que des institutions importantes comme la magistrature sont en mesure de répondre aux réalités, aux besoins et aux inquiétudes de tous les Canadiens. Cette initiative visait à reconnaître explicitement que la connaissance du droit substantiel est insuffisante en soi. En effet, les candidats potentiels aux cours supérieures doivent être prêts à suivre une formation continue après leur nomination afin de s'assurer qu'ils sont conscients et informés de la nature évolutive de la société canadienne, plus particulièrement des groupes marginalisés et vulnérables. On a très délibérément choisi un libellé qui est le plus inclusif possible, sans pour autant énumérer des concepts, des catégories et des groupes, notamment des groupes démographiques, éliminant ainsi le risque que les parlementaires excluent involontairement ou par inadvertance certaines personnes ou certains groupes.
Il ne s'agit pas là d'une préoccupation sans fondement. Comme je l'ai mentionné plus tôt, il est impératif que tous les Canadiens se retrouvent dans les institutions créées pour les servir et appuyer notre démocratie. Les parlementaires doivent veiller à ce que ce soit le cas quand ils examinent des mesures législatives. Par ailleurs, je m'attends pleinement à ce que cette question soit étudiée attentivement par le Sénat. Je suis impatient d'entendre les opinions de tous les Canadiens et intervenants pour faire en sorte de répondre aux attentes des Canadiens et de bien faire les choses.
Il convient de souligner pour la gouverne des députés que la magistrature des cours supérieures du Canada est l'une des premières au monde à insister sur l'importance d'intégrer la sensibilisation au contexte social à tous ses programmes de formation pour les juges. En 2018, le Conseil canadien de la magistrature a explicitement ordonné que le perfectionnement professionnel des juges comprenne la sensibilisation au contexte social dans lequel ils exercent leurs fonctions.
J'aimerais citer un passage des politiques et lignes directrices sur le perfectionnement professionnel du Conseil canadien de la magistrature, qui peuvent être consultées sur le site Web du Conseil. Le document dit ceci:
Les juges doivent veiller à ce que les préjugés personnels ou sociétaux, les mythes et les stéréotypes n’influencent pas la prise de décisions judiciaires. Pour cela, il est nécessaire de connaître les réalités des personnes qui comparaissent devant le tribunal et d’y être sensibilisé, notamment de comprendre les circonstances liées au genre, à la race, à l’origine ethnique, à la religion, à la culture, à l’orientation sexuelle, aux capacités mentales ou physiques différentes, à l’âge, aux antécédents socioéconomiques, aux enfants et à la violence familiale.
Cela dit, l'important projet de loi dont il est question comprend des nuances. Nous devons nous y prendre comme il faut. Je dis cela parce que l'indépendance judiciaire est protégée par la Constitution. Si je peux me permettre une petite parenthèse, avant d'être élu au Parlement, j'ai passé une grande partie de mes 15 ans de pratique en tant qu'avocat de droit constitutionnel à plaider dans ce domaine.
L'indépendance des juges est sacrée dans toutes les démocraties occidentales. Elle repose sur des principes évidents, mais qu'on passe souvent sous silence. On ne peut influencer la sécurité financière des membres de la magistrature. On ne peut influencer leur mandat ou chercher à les faire démettre de leurs fonctions dans le but d'exercer une forme d'influence. Enfin, on ne peut toucher à l'indépendance administrative des juges. Par exemple, le gouvernement ne peut s'ingérer dans le processus qui consiste à déterminer quel juge entend quel type d'affaires. Cela contreviendrait clairement à la notion que nous avons de la démocratie, sans parler de la Charte et de la Loi constitutionnelle de 1867.
Le volet administratif de l'indépendance des juges prévoit que c'est l'appareil judiciaire qui contrôle la formation et l'éducation des juges. Cela permet de s'assurer que le processus décisionnel des juges de notre pays n'est pas — et n'est pas considéré être — l'objet d'ingérence ou d'influence arbitraires. Il s'agit là d'un concept fondamental, et c'est pourquoi il est inscrit dans la Constitution.
Le projet de loi C-3 et son prédécesseur, le projet de loi C-5, ont été soigneusement rédigés afin que, au bout du compte, ce soit l'appareil judiciaire qui contrôle la formation des juges.
Je vais parler maintenant de l'amendement proposé. Il reflète l'avis du Parlement selon lequel le racisme et la discrimination systémiques devraient être compris dans la notion de contexte social, sans toutefois perturber le délicat équilibre qui doit être maintenu. L'appareil judiciaire s'occuperait quand même de concevoir et d'offrir la formation d'une manière qui respecte pleinement l'indépendance de la magistrature. Le Parlement peut cependant répondre aux attentes des Canadiens en s'efforçant de résoudre des problèmes urgents d'intérêt public. Les problèmes de racisme et de discrimination systémiques subsistent depuis longtemps, notamment au sein du système de justice. Cependant, il va sans dire que la sensibilisation du public à ces concepts est une question qui a été particulièrement mise en évidence pendant cette pandémie.
Je tiens à souligner deux exemples particuliers et à remercier deux députés qui ont participé aux délibérations du comité, soit le député de Hull—Aylmer et le député de Sydney—Victoria. Ils ont parlé avec éloquence des aspects pernicieux du racisme et de la discrimination systémiques envers les Noirs et les Autochtones du Canada. Je les félicite du travail qu'ils ont réalisé dans le cadre du caucus des parlementaires noirs et du caucus des parlementaires autochtones, mais aussi d'avoir contribué à l'étude du comité en proposant des amendements très ciblés mais absolument nécessaires afin de préciser la notion de contexte social.
Je passe maintenant à une autre série d'amendements proposés par les députés du troisième parti, le Bloc québécois. Les députés remarqueront des changements mineurs, par exemple le remplacement du mot « doit » par « devrait » dans certains contextes. On a aussi apporté de légères modifications à d'autres dispositions. Ces amendements visent à éviter une interprétation selon laquelle en adoptant le projet de loi C-3, le Parlement donnerait des ordres au pouvoir judiciaire au sujet de la formation des juges. Bien qu'une telle perception me semble improbable, le gouvernement est prêt à accepter ces amendements par souci de prudence.
Je souhaite aussi attirer l'attention des députés sur la motion du gouvernement qui vise à amender le projet de loi C-3 à l'étape du rapport afin de corriger des différences entre les versions anglaise et française des amendements proposés par les députés du Bloc. De toute évidence, ces amendements sont nécessaires et ne prêtent pas à controverse. J'espère donc que tous les députés les appuieront afin que les amendements souhaités par le comité soient faits dans les deux langues officielles.
Encore une fois, on ne saurait trop insister sur l'importance du principe de l'indépendance judiciaire. Comme je l'ai souligné, les efforts du Parlement pour renforcer la confiance du public dans le système de justice ne doivent pas en même temps miner ce principe qui est protégé par la Constitution. Je suis certain que nos estimés collègues du Sénat accorderont à cette question toute l'attention qu'elle mérite, ce que j'attends avec impatience, pour deux raisons: premièrement, parce qu'un vigoureux débat public est essentiel à une démocratie saine; deuxièmement, parce que dans ce cas-ci, le débat en soi servira à rassurer le public quant à la force de l'indépendance judiciaire au Canada et à la considération du Parlement pour cet important principe constitutionnel.
Nous sommes très chanceux au Canada d'avoir l'un des systèmes judiciaires les plus vigoureusement indépendants et les plus respectés au monde, sinon le plus indépendant et le plus respecté, et ce, en grande partie grâce à l'accès, pour la magistrature des cours supérieures, à une excellente formation continue financée par l'État, mais relevant du judiciaire.
Les députés m'ont entendu parler de certains aspects de cette formation continue depuis 2018. Il s'agit d'un autre pas dans la même direction, pour veiller à ce que la formation continue d'être rigoureuse et de répondre aux meilleures normes dans le monde pour la magistrature d'une démocratie occidentalisée.
J’applaudis également les parlementaires qui ont eu la prévoyance d’inscrire dans la Loi sur les juges la disponibilité de fonds pour la formation des juges, et le Conseil canadien de la magistrature pour le leadership dont il a fait preuve en reconnaissant que le perfectionnement professionnel et l’éducation permanente sont essentiels pour assurer une magistrature bien formée, professionnelle et, bien entendu, indépendante.
L’engagement du Conseil canadien de la magistrature en faveur d’une excellente formation continue s’exprime dans ses politiques et lignes directrices en matière de perfectionnement professionnel, qui, je le sais, reconnaissent explicitement que le public s’attend à juste titre à ce que les juges soient compétents et qu'ils connaissent bien la loi. Le projet de loi C-3 ne vise qu’à appuyer et consolider cette notion et à progresser ainsi vers un meilleur système de justice, plus humain et plus inclusif.
Je vais conclure mes propos de la même façon que j’ai commencé, en reconnaissant les défis que doivent relever les personnes ayant survécu à une agression sexuelle. Ces défis vont bien au-delà de la portée du projet de loi. Nous devons reconnaître que pour apporter des changements significatifs et profonds au traitement réservé à ces personnes dans notre système de justice pénale, chaque acteur du système de justice et chaque ordre de gouvernement doit assumer ses responsabilités. C’est ce à quoi j’ai fait allusion concernant l’adoption du projet de loi, la collaboration avec les partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux, pour veiller à ce que les mesures que nous pourrions prendre par l’entremise du projet de loi en ce qui concerne les juges nommés aux cours supérieures soient reproduites dans les mesures que nous pouvons et espérons voir dans les nominations provinciales à la magistrature.
Il va également de soi que le projet de loi n’aurait pas vu le jour sans le leadership de Mme Rona Ambrose. Chaque fois qu’un député de l’opposition officielle présente un projet de loi appuyé par le gouvernement, nous pouvons prendre conscience de la nature non partisane de nos discussions sur le droit relatif aux agressions sexuelles, l’importance de maintenir la confiance du public envers notre système judiciaire, le contexte social et la lutte contre le racisme et la discrimination systémiques. Ces concepts ne devraient jamais tomber dans la partisanerie. Je suis reconnaissant que, dans le contexte de la version actuelle du projet de loi, la discussion ne soit pas tombée dans la partisanerie. Cela montre bien l’importance de ces concepts pour nous tous à titre de parlementaires. J’invite tous les députés à passer à l’étape suivante, petite mais importante, en votant pour faire passer le projet de loi à la prochaine étape: l’examen par le Sénat. C’est donc sur cette note que je termine mon exposé.
View Denis Trudel Profile
BQ (QC)
View Denis Trudel Profile
2020-11-16 12:25 [p.1887]
Madam Speaker, I thank my hon. colleague for his comprehensive presentation on the bill before the House. We in the Bloc Québécois have already taken a position on this, but I would still like to ask my colleague a question.
Yes, it is a good bill, and I think it sends a clear message that we need to make the justice system less intimidating for victims. In Canada, 5% of female sexual assault victims will file a report, and only three out of every 1,000 reported cases will result in charges being laid. Clearly, the justice system is intimidating.
I want to ask my hon. colleague about what comes after this bill. For now, this is a first step, and it sends the right message, but what is the next step for ensuring that women feel supported by the justice system?
Madame la Présidente, je remercie mon honorable collègue de sa présentation exhaustive du projet de loi qui est devant nous. Au Bloc québécois, nous avons déjà pris position concernant celui-ci, mais j'aimerais quand même poser une question à mon collègue.
Oui, c'est un bon projet de loi, et je pense qu'il envoie un message clair: il faut faire en sorte que le système de justice soit plus accueillant pour les victimes. Au Canada, 5 % des femmes victimes d'agression sexuelle vont porter plainte, et seulement 3 plaintes sur 1 000 vont se solder par une accusation. De toute évidence, le système de justice est intimidant.
J'aimerais demander à mon honorable collègue ce qui viendra après ce projet de loi. Pour l'instant, c'est un premier pas, et cela envoie un bon message, mais quelle sera la prochaine étape pour faire en sorte que les femmes se sentent bien accueillies par le système de justice?
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-16 12:26 [p.1887]
Madam Speaker, I thank my colleague for his question. He raised a very important point. Looking at training for judges is just the first step towards the broader objective of making the justice system more responsive to women who are victims of sexual assault.
Efforts must be made on an ongoing basis and at various stages. For instance, women's associations must be supported, including financially. We need to set aside funding for education and better training for other justice system stakeholders, such as police officers and Crown attorneys.
I would like to point out that in his mandate letters to the Minister of Justice and the Minister of Public Safety, the Prime Minister included education and better training for police officers. The justice minister added that Crown attorneys working for the Justice Department would also get more training.
The member asked a good question. It shows that a lot more effort is needed beyond what is in this bill.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question. Il a soulevé une situation très importante. Se pencher sur la formation des juges n'est que la première étape vers le grand objectif, qui est de sensibiliser le système de la justice à l'égard des femmes victimes d'agression sexuelle.
Nous devons faire des efforts à plusieurs reprises et à plusieurs étapes. Il faut appuyer et financer les associations de femmes, par exemple. Il faut aussi prévoir des fonds pour l'éducation et l'amélioration de la formation des autres acteurs du système judiciaire, comme les policiers et les avocats de la Couronne.
Je veux souligner que, dans les lettres de mandat du ministre de la Justice et du ministre de la Sécurité publique, le premier ministre leur a donné le mandat d'éduquer les policiers et d'améliorer leur formation. Le ministre de la Justice a ajouté qu'il y aura aussi une plus grande formation des avocats de la Couronne qui travaillent au ministère de la Justice.
Le député a posé une bonne question. Cela démontre qu'il faut faire beaucoup d'efforts au-delà de ce projet de loi.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, as the member noted in his speech, Conservatives are supportive of this legislation. I want to ask him a specific question about some of the egregious cases of really terrible comments that have been made to women in a court setting.
Do we know if those judges and others who made comments like this to women went through any kind of training? It would be interesting to know whether those people had no training, or received training but did not respond to it in some way.
Does the member have any thoughts on the additional steps that could be taken in cases where individuals may have received training yet still make problematic comments in spite of having been through a training course?
Madame la Présidente, comme le député l'a mentionné dans son allocution, les conservateurs appuient ce projet de loi. J'aimerais lui poser une question en particulier à propos de certains cas flagrants où des propos inacceptables ont été adressés à des femmes dans le cadre d'un procès.
Savons-nous si les juges ou les autres personnes qui ont adressé de tels commentaires à des femmes ont suivi une quelconque formation? Il serait intéressant de savoir si ces personnes n'avaient reçu aucune formation ou qu'elles en avaient reçu une sans nécessairement en respecter les enseignements.
Que pense le député des mesures additionnelles qui pourraient être prises dans les cas où des personnes ayant reçu une formation émettent tout de même des commentaires inappropriés?
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-16 12:29 [p.1888]
Madam Speaker, that question really does drive at the heart of the accountability piece that informs people's confidence in the administration of justice, and whether it is in repute or disrepute.
What I can say very specifically is that it is a sensitive matter but not one we are not aware of, in terms of being able to determine who has received training.
The bill purports to indicate, in the annual report that would be provided to the minister and then tabled in Parliament, that training was provided in certain areas of the law, and the number of judges who were provided with it. For example, it would say 250 out of 300 judges in the superior court around the country received the training. Enumerating the specific names of the judges who received it is not a part of this bill. I think parliamentarians should be aware of that. Also, the bill is prospective in the main: Prospectively, people who put forward their names as applicants for a judicial appointment must undertake to take this training. It is only recommended for those who are currently on the bench. That is out of regard for the very important notion of judicial independence.
We have a lot of confidence, however, that given the step that Parliament would take in enacting this bill, given the importance of societal awareness, and given the public clamouring for this kind of accountability, that most if not all judges would participate in the training. As to whether it is ultimately efficacious in rendering judgments—
Madame la Présidente, cette question touche au coeur de l'élément de responsabilité qui infléchit la confiance des gens envers l'administration de la justice et qui détermine si celle-ci a bonne ou mauvaise réputation.
Je peux affirmer très clairement que le fait d'être en mesure de savoir qui a reçu la formation constitue une question délicate, mais dont nous sommes conscients.
Dans le projet de loi, il est prévu qu'un rapport annuel soit remis au ministre et ensuite déposé à la Chambre des communes, indiquant qu'une formation sur certaines questions de droit a été offerte et le nombre de juges qui l'ont suivie. Par exemple, le rapport indiquerait que 250 des 300 juges des cours supérieures du pays ont suivi la formation. Le projet de loi n'exige pas que l'on fasse la liste des juges qui ont suivi la formation. Je crois que les députés doivent en être conscients. En outre, le projet de loi est orienté vers l'avenir, c'est-à-dire que les gens qui présentent leur candidature pour une nomination à la magistrature doivent s'engager à suivre la formation. Pour les juges déjà en poste, la formation est recommandée seulement, par égard pour l'indépendance judiciaire, une notion très importante.
Toutefois, étant donné que le Parlement prend la peine d'adopter un tel projet de loi, que la société est consciente du problème et que le public réclame haut et fort ce type de responsabilité, nous sommes persuadés que la plupart des juges, sinon tous, participeront à la formation. Quant à savoir si la formation aura effectivement une incidence sur la manière de rendre des jugements...
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I enjoyed working with the parliamentary secretary at the justice committee. The bill that we see before us today is a testament to the great work that was done at committee. It appropriately follows the many recommendations we heard from witnesses.
I would say that this bill is an example of parliamentary leadership. Parliamentarians from all stripes have come together, and I believe we have a good bill.
The question I want to ask the parliamentary secretary is specifically regarding his comments about our provincial colleagues. How confident is he that when we establish this bill we may see provincial jurisdictions follow suit?
Does he feel confident that various provinces may in fact put in place their own statutory requirements for judicial training, given that so many cases of this nature are in fact heard by provincial judges under provincial jurisdiction?
Madame la Présidente, j'ai aimé travailler avec le secrétaire parlementaire au comité de la justice. Le projet de loi dont nous sommes saisis aujourd'hui témoigne de l'excellent travail accompli au comité. Il tient adéquatement compte des nombreuses recommandations formulées par les témoins.
Selon moi, le projet de loi est un exemple de leadership parlementaire et témoigne des efforts concertés des parlementaires de toutes allégeances. Je crois que nous avons un bon projet de loi.
La question que je tiens à poser au secrétaire parlementaire porte expressément sur ses observations au sujet de nos collègues provinciaux. Dans quelle mesure croit-il que les provinces emboîteront le pas quand nous adopterons le projet de loi?
Étant donné que bien des cas de cette nature sont entendus par des juges provinciaux, le secrétaire parlementaire croit-il que certaines provinces mettront en place leurs propres obligations légales relatives à la formation des juges?
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-16 12:31 [p.1888]
Madam Speaker, I thank the member for Cowichan—Malahat—Langford for his contributions in this go-around and also in the last Parliament. I would also highlight the contributions of the member for Oakville North—Burlington, a Liberal member who did the same thing, participating in the last Parliament and again in this study, showing tangible commitment to the bill.
I would say to the member that I am somewhat confident, in terms of provincial leadership. I was trying to consult my notes, and we have had indications. I believe at least one province has put in place this kind of training. It may be P.E.I., if memory serves. I also have confidence that other members, in their commitment to this legislation, will be encouraging their provincial counterparts around the country to really be thinking about this and how it could be implemented on a provincial level.
I think the sensitization to this issue, social context, systemic racism, systemic discrimination and, above all else, sexual assault law and the importance of understanding it and getting the application of the law right, is something that is not lost in any area or region of the country.
I am confident that this can be advanced going forward.
Madame la Présidente, je remercie le député de Cowichan—Malahat—Langford de ses contributions, tant cette fois-ci qu'à la législature précédente. Je souligne également les contributions de la députée d'Oakville-Nord—Burlington, une députée libérale qui elle aussi a participé à l'étude du projet de loi actuel et de la version antérieure à la législature précédente et qui s'implique véritablement dans ce dossier.
En réponse à la question du député, je dirais que j'ai assez bon espoir que les provinces feront preuve de leadership. J'essayais de consulter mes notes, car certaines ont déjà laissé entendre qu'elles nous emboîteraient le pas. Je crois qu'au moins une province a déjà mis en place ce genre de formation. Je crois que c'est l'Île-du-Prince-Édouard, si ma mémoire est bonne. Je suis convaincu que d'autres députés qui ont à cœur ce projet de loi encourageront leurs homologues provinciaux partout au pays à réfléchir à fond à cette question et à la façon d'adopter notre démarche à l'échelle provinciale.
Selon moi, toutes les régions du pays gagneraient à accroître la sensibilisation à ce problème, au contexte social, au racisme systémique, à la discrimination systémique et, surtout, au droit relatif aux agressions sexuelles et à l'importance de le comprendre et de bien appliquer les lois.
J'ai bon espoir que nous pourrons progresser à ce chapitre.
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
View Julie Vignola Profile
2020-11-16 12:33 [p.1888]
Madam Speaker, I have a simple question.
How can we ensure that this training does not become a convention where a bunch of pals get together once a year? How can we ensure that the training has a tangible, visible impact on both the Crown and the judge, so that we never again hear questions like, “What were you wearing that evening?” or “Did you look his way?” or “Did you approach him?” or “Did you scream?”
What will we do to ensure that this training has a real impact?
Madame la Présidente, ma question est assez simple.
Comment allons-nous nous assurer que ces formations ne se transformeront pas en congrès où une bande de copains se rejoignent une fois par année, et que leurs effets seront tangibles et visibles auprès tant de la Couronne que du juge, afin que nous n'entendions plus jamais des questions telles que « Que portiez-vous ce soir-là? » « L'avez-vous regardé? » « Vous êtes-vous approchée? » « Avez-vous crié votre désespoir? »
Que ferons-nous pour que ces formations aient un effet réel?
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-16 12:33 [p.1888]
Madam Speaker, I understand the passion of the hon. member across the way. She is asking a very good question. I thank her.
The text of Bill C-3 mentions the importance of fighting myths and stereotypes. It also includes directions for judges, a recommendation to consult with women and organizations that work with women on sexual assault matters regarding how to establish and run these courses.
The curriculum itself would be designed, ideally, in consultation with those women's groups that spend their entire mandate ensuring they confront the very myths and stereotypes that the member for Beauport—Limoilou just mentioned.
Madame la Présidente, je comprends la passion de la députée de l'autre côté de la Chambre. Elle pose une très bonne question, dont je la remercie.
Dans le texte du projet de loi C-3, on retrouve l'importance de lutter contre les mythes et les stéréotypes. On y retrouve également une direction pour les juges, une recommandation de consulter les femmes et les organismes qui travaillent avec elles en matière d'agressions sexuelles, sur la manière d'établir et de gérer ces cours.
Idéalement, le programme lui-même sera conçu en consultation avec les groupes de femmes qui se dévouent à lutter contre les mythes et les stéréotypes dont la députée de Beauport—Limoilou vient de parler.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-11-16 12:34 [p.1889]
Madam Speaker, I wonder if my colleague could provide his thoughts in terms of the manner in which the bill originated and the co-operation it took among the different parties to get it to the point it is today.
Madame la Présidente, je me demande si mon collègue pourrait nous parler de l'origine du projet de loi et de la coopération entre les partis qui a été nécessaire pour le faire progresser jusqu'à l'étape où nous en sommes aujourd'hui.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-16 12:34 [p.1889]
Madam Speaker, the spirit of co-operation has been quite astounding. In my five years in Parliament, I have rarely seen such unanimous support for a bill. It has been useful, and it has been encouraging.
Obviously, what happens in the House is different from what happens in the Senate. I will note, with a bit of disappointment, what transpired in the Senate in the last Parliament, but we are confident that this will have a fair review and a good, rigorous analysis. We are hoping that this piece of legislation will see the light of day, because so many parliamentarians of all stripes, including independents, are behind the bill. That is a good sign for women and for all those who are concerned with having confidence in the justice system.
Madame la Présidente, l'esprit de collaboration a été absolument incroyable. Depuis mon arrivée au Parlement il y a cinq ans, j'ai rarement vu un tel appui unanime pour un projet de loi, ce qui a été utile et encourageant.
De toute évidence, le déroulement est différent à la Chambre et au Sénat. Je suis quelque peu déçu des résultats obtenus au Sénat à la dernière législature, mais nous sommes convaincus que le projet de loi aura droit à un examen équitable et à une bonne analyse rigoureuse. Nous espérons que cette mesure législative verra le jour parce que de nombreux parlementaires de toutes les allégeances, y compris des indépendants, l'appuient. C'est bon signe pour les femmes et tous ceux qui ont du mal à faire confiance au système judiciaire.
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
View Stephanie Kusie Profile
2020-11-16 12:35 [p.1889]
Madam Speaker, today is my third attempt to speak to Bill C-3 in the House. The first time, there was not enough time and I was interrupted. The second time, there was a technical problem, unfortunately. This time, I finally have enough time.
On our side of the House, we have certainly made a good effort to indicate the challenges females face when they are in positions of power and the judgments they face on a daily basis in terms of what they wear, their makeup and how they express themselves.
This is something my colleagues in the House are not unfamiliar with. They are very aware of it, and my colleagues on this side of the House have done a very good job of expressing that and noting the challenges they have faced throughout their political careers as they have attempted to express who they are and represent their constituents in the most authentic way possible.
Sometimes I get comments on Facebook or Twitter. People say that my eyelashes are too big or my makeup is too dark. It does not bother me, because inside I know who I am. I know my family loves me and my friends love me.
One of those special friends is a woman by the name of Rona Ambrose. I first met her at the Conservative Party convention in 2005 in Montreal. It was really something to meet her. I thought, “Oh my goodness, I am meeting Rona Ambrose.” Fortunately, I have a friend who is a family relative of hers, so I would see her from time to time in Ottawa during my time at Global Affairs. I would run into her on a street corner downtown and it was always lovely to see her.
Throughout my nomination she was incredibly supportive, as she was during the election campaign, and I have one special memory of her. My campaign office was set up, and all the media were there because she was visiting. I recall that right before we walked into the office together, she took a moment and said, “Stop". She said she had to think about what she was going to say and needed to collect her thoughts. For me, that was such an incredible lesson: We should be clear and concise in the words being communicated in the House of Commons as official representatives of the people.
I will never forget this time she came to my campaign office. That moment really sticks with me. We were in the back of a strip mall and she just said, “Stop". It was such a pivotal moment in my political career.
My other dear memory of Rona is when I won the by-election and she walked me into the House of Commons. That is a moment I will never forget. I remember being in the antechamber waiting. My husband and son were there, and there were other federal cabinet ministers ready to walk us in. She turned to me and said, “Put on the biggest smile you possibly can because this is a moment that will go down in your history. This is the single moment that will be seen over and over again.” She was absolutely correct. When I look at all of my videos from the three and a half years since being elected to the House, that video stands out.
There are many special things about Rona, and I would like to think she and I are similar. We both speak more than two languages, we both have a master's degree and we both display a class and decorum that the House deserves. However, what I think is most special about her is that she recognized something in me and encouraged me in seeing that something special.
This is something Rona Ambrose has now dedicated her life to: She is mentoring, encouraging and promoting women all around the world. It is therefore no surprise to me that she introduced this significant piece of legislation.
I was very fortunate to attend an event in Calgary last year with SOS Children's Villages Canada, at which she was the guest speaker. She had incredible stories about her time in the House.
She talked about one time when, as minister of the environment, she was meeting her U.S. counterpart. She was in a room waiting for her U.S. counterpart to arrive and a secret security agent told her, “Listen here little lady; you have to clear this room. There are important people who are about to meet here, two ministers.” She said, “I am one of the ministers.” It is astounding that in this day and age, a conversation like that would happen, but it did.
What is so special about her and this legislation is that it would allow people to tell their stories. Is that not really what justice and truth are about? It is about the opportunity for people to share their stories.
I want give a special shout-out to all of the participants at the Results Canada conference this weekend. Yesterday morning I woke up at nine o'clock and looked at my calendar. I turned to my husband and said, “Oh, my goodness, I'm scheduled to be a keynote speaker for Results Canada in half an hour.” I wondered why I put myself through this at 9:30 on a Sunday morning, and it became very apparent to me that I do it for myself because it is so inspiring to share stories and motivate young people. That is really what Rona Ambrose is about. She allows people to tell their stories.
Last March, right before the pandemic hit and before the shutdown, I was very fortunate to attend an incredible event that happens every year in Calgary, where people have an opportunity to tell their stories. This past year it was about women telling their stories. It is called the YWHISPER Gala, and it is put on by the local YWCA.
I want to give a special shout-out to the CEO, Sue Tomney, who does an incredible job. I also want to give a shout-out to Nesreen, who has always been incredibly instrumental in my relationship with that organization, and its incredible board of directors, including wonderful women such as Shannon Young. In my previous portfolio, I was shadow minister for families, children and social development, and I hope the minister sticks to his commitments to the YWCA.
Last year, the YWHISPER Gala had incredible guests Jodi Kantor and Megan Twohey, two women who won the Pulitzer Prize for breaking the sexual harassment story that helped ignite the movement. If ever anyone has an opportunity to read their book, She Said, it is filled with incredible stories that I believe are relevant to this piece of legislation today.
It notes what they went through to get the stories from women. The most telling story for me was about the first house they went to. They knocked on the door of a woman they were hoping to get insight and perspective from. She answered and said she had waited 25 years for them to knock on her door. She waited 25 years to tell her story. That is another reason this piece of legislation is so incredible. It speaks to Rona's foresight to allow people the opportunity to tell their stories.
These are not always bad, horrible, terrible stories, the kind we might hear in courtrooms or at the YWCA about horrific situations that women are escaping from. There are also good stories.
When I was preparing for this speech, the United States was looking to confirm the appointment of Amy Coney Barrett. There was so much light being shed on this potential justice, yet we do not focus on the incredible women within our own judicial system. I therefore want to take a moment to highlight the incredible women of our Supreme Court. Of course, to get into their entire resumés would take hours, so here is an overview.
There is the Honourable Rosalie Silberman Abella. She is the first Jewish woman appointed to the Supreme Court. Previous to her appointment, she did significant work on equality, discrimination and disabilities.
There is the Honourable Andromache Karakatsanis. She served as Ontario's secretary of the cabinet and as clerk of the executive council from July 2000 to November 2002. As the province's senior public servant, she provided leadership to the Ontario public service and the deputy ministers. She was also involved in a lot of issues related to education, which is what the bill is about as well, so it is incredible to recognize her.
There is also the Honourable Suzanne Côté. She was a partner at Osler, Hoskin & Harcourt LLP, where she was head of the Montreal office's litigation group. Before that she was at Stikeman Elliott, where she was head of the litigation group as well. She is another incredible woman on our Supreme Court.
Finally, there is the Honourable Sheilah Martin, who, prior to being a Supreme Court justice, fought for equal justice for all. Of course, very dear to me is the fact that Justice Martin worked as a researcher and law professor at the University of Calgary from 1982 to 1986. She is another incredible woman that I want to shine a light on as we talk about Bill C-3, which would no doubt have significant implications for our justice system.
I will now go back to Rona Ambrose, who is another incredible individual. She had the vision and foresight for this legislation as a result of all the work she has done, and continues to do, with women and girls. I am sure members are aware that very recently she published her first book on girls, entitled The International Day of the Girl: Celebrating Girls Around the World, which is very special.
I remind members that Rona Ambrose is a Conservative woman and that Conservative women have really led the way here in the House of Commons. Since we are talking about stories of survivors and victims, who are often women, I will run through some of the incredible accomplishments of Conservative women in the House of Commons.
We had Ellen Fairclough, who was the first female cabinet minister and the first acting prime minister. That is no small feat.
Of course there is Flora MacDonald, who is very dear to my heart. She was the first female foreign affairs minister. As I was at Global Affairs for a significant period of time prior to being in the House of Commons, she really means a lot to me and touches my heart. I am not sure if I have shared this with the House, but oddly enough, on my first diplomatic trip to Washington, I was on the same flight as the Right Hon. Joe Clark, which I thought was significant.
Moving back to the incredible women from the Conservative movement, who can forget Deb Grey? I would like to think we have Deb Grey reincarnated in the member for Lakeland, another woman who shows that fire and passion for her constituents, for her party and for Canada. Deb Grey was the first woman to lead the official opposition, so another significant Conservative woman there. Of course, I would mention the first female Prime Minister of Canada, Kim Campbell.
I genuinely believe that the Liberals often feel that they own compassion, that they own the rights to people's stories. I am saying here today that they do not. This piece of legislation was brought forward by a prominent Conservative woman and former minister. I am very glad that the government took this legislation and moved forward with it from Minister Ambrose. I want to point out it really was upon former minister Ambrose to come up with this legislation and to say what we are hearing at this special time in history, which is “I see you and I believe you”. That is what Rona was thinking of when she came up with the idea for this piece of legislation.
Believing people's story is what this legislation is about. All that the bill is asking us to do is listen to people's stories and believe them, no matter what they are. I made this point to the Results Canada group yesterday, to be open-minded to the thoughts of Conservative women and to all young women and to see themselves as Conservative women. I was very happy to have that conversation. We are not told in our party what to think or what to believe. When I say “I see you, I believe you”, I see everyone and we believe everyone. These are the messages we are giving.
If any young women are thinking of putting their name forward for Conservative nominations, they will not get a phone call from the local party representative saying sorry, there will not be a nomination race, the position is being filled by another individual who is being appointed. This is because we believe in fair and democratic processes, but we also believe in women. We believe that women have it within them to run, to compete and to win. That is another thing that Rona Ambrose taught me.
As I said, the Liberals like to believe that they own compassion. They do not. They like to believe that they own the rights to people's stories. That is not true. I know this. Rona Ambrose knew this. That is the reason that she brought forth this legislation and that is all the bill is asking for, that those who have been entrusted with the greatest responsibility in our society be open to all of these stories, listen to all of these stories. That is really what this training is about: “I see you and I believe you”. I am grateful that Rona Ambrose put forward this legislation.
Madame la Présidente, c'est aujourd'hui ma troisième tentative de discours sur le projet de loi C-3 à la Chambre. La première fois, il ne restait plus assez de temps et j'ai été interrompue. La deuxième fois, il y a malheureusement eu un problème de technologie. Cette fois-ci, je dispose enfin d'assez de temps.
De ce côté-ci de la Chambre, nous avons tâché de faire ressortir tous les défis que doivent affronter les femmes qui occupent un poste de pouvoir, de même que les jugements qu'elles subissent au quotidien en ce qui a trait à leurs vêtements, à leur maquillage et à leur manière de s'exprimer.
Mes collègues à la Chambre le savent bien. Elles en sont très conscientes. Mes collègues de ce côté-ci de la Chambre se sont exprimées clairement à propos des défis auxquels elles ont dû faire face durant leur carrière politique, alors qu'elles tentaient d'exprimer leur identité et de représenter les résidants de leur circonscription le plus sincèrement possible.
Il m'arrive de recevoir des commentaires sur Facebook ou sur Twitter. On me dit que mes cils sont trop longs ou que mon maquillage est trop foncé. Ces commentaires ne m'atteignent pas, parce qu'au fond de moi, je sais qui je suis. Je sais que ma famille m'aime et que mes amis m'aiment aussi.
Parmi ces amis, il y en a une qui occupe une place toute particulière, et c'est Rona Ambrose. J'ai fait sa connaissance au congrès du Parti conservateur, en 2005, à Montréal. J'étais tout excitée à l'idée de la rencontrer. « Bon sang, je vais rencontrer Rona Ambrose », que je me disais. Heureusement, une de mes amies fait partie de sa parenté, alors je l'ai revue à quelques occasions à l'époque où je travaillais à Affaires mondiales. Il m'arrivait aussi de tomber sur elle dans la rue, au centre-ville, et c'était toujours un plaisir.
Tout le temps que j'ai été là, elle a toujours été d'un grand soutien. Elle l'a aussi été pendant la campagne électorale. J'en garde d'ailleurs un souvenir plutôt spécial. Tous les médias s'étaient massés dans mon bureau de campagne parce que Mme Ambrose devait être présente. Juste avant que nous fassions notre entrée, je me rappelle que tout à coup, elle m'a demandé de nous arrêter. « Stop », a-t-elle dit. Elle m'a expliqué qu'elle devait rassembler ses idées et penser à ce qu'elle allait dire. Elle venait de m'enseigner une leçon extraordinaire: quand nous nous adressons à la Chambre des communes, nous devons exprimer notre pensée de manière aussi claire que concise, car nous sommes les représentants officiels du peuple.
Je n'oublierai jamais la visite de Mme Ambrose à mon bureau de campagne. Ce souvenir est gravé à jamais dans ma mémoire. Nous étions là, à l'un des bouts du centre commercial, et elle m'a juste dit: « Stop ». Ce jour-là, ma carrière a franchi un tournant.
Un autre souvenir bien spécial que j'ai de Rona est le moment où elle m'a accompagnée dans la Chambre des communes lorsque j'ai remporté l'élection partielle. Je ne l'oublierai jamais. Je me souviens, j'attendais dans l'antichambre. Mon mari et mon fils étaient là et il y avait d'autres ministres qui se tenaient prêts à nous accompagner. Elle s'est tournée vers moi et m'a dit: « Affiche ton plus beau sourire, car c'est un moment marquant. C'est un moment que l'on reverra encore et encore. » Elle avait tout à fait raison. Quand je pense à toutes mes vidéos des trois années et demie depuis que j'ai été élue à la Chambre, c'est cette vidéo qui ressort du lot.
Rona est une personne spéciale à plusieurs égards et j'aime à penser que nous sommes semblables. Nous parlons toutes les deux plus de deux langues, nous détenons toutes les deux une maîtrise, nous nous comportons avec la distinction nécessaire à la Chambre et nous respectons le décorum qui s'impose dans cette enceinte. Cela dit, ce que j'apprécie plus particulièrement est le fait qu'elle a su reconnaître quelque chose de spécial en moi et m'a encouragée à le voir aussi.
Rona Ambrose consacre maintenant sa vie à faire du mentorat auprès des femmes, à les encourager et à les promouvoir, et ce, partout dans le monde. Je ne suis donc pas surprise qu'elle ait présenté cette importante mesure législative.
L'an dernier, à Calgary, j'ai eu la très grande chance de participer à un événement concernant SOS Villages d'enfants où elle était la conférencière invitée. Elle a raconté des anecdotes incroyables au sujet du temps où elle était à la Chambre.
Il y a notamment eu cette fois où, alors qu'elle était ministre de l'Environnement, elle devait rencontrer son homologue étatsunien. Elle était dans une pièce à l'attendre lorsqu'un agent des services secrets est entré et lui a dit: « Écoutez, ma petite madame, vous devez quitter cette pièce, car des gens importants, deux ministres, doivent s'y rencontrer. » Elle lui a répondu: « Je suis une de ces deux ministres. » Il est incroyable qu'encore aujourd'hui une telle conversation puisse se produire, mais c'est le cas.
Qu'y a-t-il de si spécial au sujet de Rona Ambrose et de cette mesure législative? Cette mesure permettrait aux gens de raconter leur histoire. N'est-ce pas là le fondement même de la justice et de la vérité? C'est donner la possibilité aux gens de parler de ce qu'ils ont vécu.
Je tiens à saluer tous les participants à la conférence de Résultats Canada ce week-end. Hier matin, je me suis réveillée à 9 heures et j’ai regardé mon calendrier. Je me suis tournée vers mon mari et lui ai dit: « Oh, mon Dieu, je dois être la conférencière principale de Résultats Canada dans une demi-heure. » Je me suis demandé pourquoi j’avais accepté de participer à cette conférence à 9 h 30 un dimanche matin et la réponse m’est apparue très clairement: je le fais pour moi, car il est si inspirant de partager des histoires et de motiver les jeunes. Voilà ce que fait vraiment Rona Ambrose. Elle permet aux gens de raconter leur histoire.
En mars dernier, juste avant l’arrivée de la pandémie et le confinement, j’ai eu la chance d’assister à un événement exceptionnel qui se tient chaque année à Calgary, un événement où les gens ont l’occasion de raconter leur histoire. L’année dernière, des femmes y ont raconté leur histoire. Il s’agit du gala YWHISPER organisé par le YWCA local.
Je tiens à saluer tout particulièrement la PDG, Sue Tomney, qui accomplit un travail extraordinaire. Je veux aussi saluer Nesreen, qui a toujours joué un rôle clé dans ma relation avec cette organisation et son incroyable conseil d’administration composé de femmes merveilleuses comme Shannon Young. Dans mon précédent portefeuille, j’étais ministre du cabinet fantôme pour la famille, les enfants et le développement social, et j’espère que le ministre respectera ses engagements envers le YWCA.
L’an dernier, le gala YWHISPER a accueilli Jodi Kantor et Megan Twohey, deux femmes exceptionnelles qui ont remporté le prix Pulitzer pour avoir révélé l’histoire de harcèlement sexuel qui a contribué à lancer le mouvement. Si jamais vous avez la chance de lire leur livre intitulé She said, il est rempli d’histoires incroyables qui, selon moi, sont pertinentes pour notre projet de loi d’aujourd’hui.
On peut y lire ce qu’elles ont vécu pour obtenir les témoignages des femmes. Pour moi, le plus révélateur est celui de la première maison où elles se sont rendues. Elles ont frappé à la porte d’une femme dont elles espéraient obtenir l’opinion. Elle leur a répondu que ça faisait 25 ans qu’elle attendait qu’elles frappent à sa porte. Elle a donc attendu 25 ans pour raconter son histoire. Voilà une autre raison pour laquelle ce projet de loi est si important. Il témoigne de la clairvoyance de Rona, qui a voulu donner aux gens la chance de raconter leur histoire.
Les histoires ne sont pas toutes mauvaises, horribles ou terribles, du genre de celles que l’on peut entendre dans les tribunaux ou au YWCA au sujet des situations horribles que ces femmes ont vécues. Il y a aussi de belles histoires.
Lorsque je préparais mon discours, les États-Unis étudiaient la candidature d'Amy Coney Barrett. La nomination potentielle de cette juge attirait tous les projecteurs, alors qu'on ne parle que très rarement des incroyables femmes qui travaillent au sein du système de justice pénale canadien. Je veux donc profiter de l'occasion pour parler des femmes formidables à la Cour suprême du Canada. Évidemment, il faudrait des heures pour dresser la liste de tous leurs accomplissements, alors je ne ferai qu'un bref portrait.
Il y a l'honorable Rosalie Silberman Abella. Elle est la première femme juive nommée à la Cour suprême. Avant sa nomination, elle s'était démarquée dans des dossiers concernant l'égalité, la discrimination et les personnes handicapées.
Il y a l'honorable Andromache Karakatsanis. Elle a été secrétaire du Cabinet en Ontario et greffière du Conseil exécutif de juillet 2000 à novembre 2002. À titre de plus haute fonctionnaire de la province, elle a dirigé la fonction publique ontarienne, ainsi que l'ensemble des sous-ministres. Elle a également beaucoup travaillé sur les questions liées à l'éducation, un des enjeux abordés par le projet de loi, alors il convient de souligner son travail.
Il y a aussi l'honorable Suzanne Côté. Elle était associée chez Osler, Hoskin & Harcourt S.E.N.C.R.L./s.r.l., où elle a dirigé le groupe du litige du bureau de Montréal. Auparavant, elle était chez Stikeman Elliott, où elle a également dirigé le groupe du litige. C'est une autre des incroyables femmes au sein de la Cour suprême du Canada.
Enfin, mentionnons l'honorable Sheilah Martin, qui, avant de devenir juge à la Cour suprême, a lutté pour faire valoir l'égalité de tous devant la loi. Bien entendu, je suis particulièrement fière que la juge Martin ait travaillé comme chercheure et professeure de droit à l'Université de Calgary de 1982 à 1986. Il s'agit d'une autre femme incroyable que je voulais mettre en lumière alors que nous discutons du projet de loi C-3, une mesure qui aurait sans doute d'importantes implications pour notre système de justice.
Je reviens maintenant à Rona Ambrose, une autre personne remarquable. C'est grâce à sa vision et à sa clairvoyance que ce projet de loi est né. Il est l'aboutissement de tout le travail qu'elle a fait et qu'elle continue de faire auprès des femmes et des filles. Les députés ne sont sans doute pas sans savoir qu'elle a récemment publié son premier livre sur les filles, intitulé The International Day of the Girl: Celebrating Girls Around the World. C'est un livre bien spécial.
Je rappelle aux députés que Rona Ambrose est une femme conservatrice et que les femmes conservatrices sont de véritables pionnières à la Chambre des communes. Puisque nous parlons d'histoires de survivants et de victimes et que ces personnes sont, le plus souvent, des femmes, je vais énumérer quelques-unes des incroyables réalisations des femmes conservatrices à la Chambre des communes.
Ellen Fairclough a été la première femme nommée à un poste de ministre fédéral et la première femme à assumer les fonctions de premier ministre par intérim. C'est tout un exploit!
C'est sans oublier Flora MacDonald, que j'affectionne tout particulièrement, car elle a été la première femme à occuper les fonctions de ministre des Affaires étrangères. Comme j'ai moi-même travaillé à Affaires mondiales assez longtemps avant d'arriver ici, elle occupe une place très spéciale dans mon cœur. Je ne sais pas si je l'ai déjà dit à la Chambre, mais étonnamment, c'est à Washington que j'ai fait mon premier voyage diplomatique, et j'étais dans le même avion que le très honorable Joe Clark. J'y ai vu un signe.
Revenons plutôt aux grandes conservatrices de ce monde et à l'extraordinaire Deb Grey. J'ai parfois l'impression que la députée de Lakeland, qui sait aussi défendre son pays, son parti et ses concitoyens avec fougue et détermination, est la réincarnation de Deb Grey. Comme elle a été la première femme chef de l'opposition officielle, on peut dire qu'il s'agit d'une autre conservatrice d'exception. Je m'en voudrais évidemment de passer sous silence la première femme première ministre du Canada, Kim Campbell.
Je crois sincèrement que les libéraux estiment être les seuls à faire preuve de compassion et à pouvoir faire part de ce que les gens ont vécu. Eh bien, je leur annonce aujourd'hui que c'est loin d'être le cas. La mesure législative à l'étude a été présentée par une grande conservatrice et une ministre exceptionnelle. Je suis très contente que le gouvernement l'ait reprise à son compte et qu'il ait repris le flambeau des mains de l'ex-ministre Ambrose. C'est elle, après tout, qui a pris l'initiative de présenter un tel projet de loi et qui a été la première à dire cette phrase qui est aujourd'hui sur toutes les lèvres: « Je te vois et je te crois. » Voilà à quoi pensait Rona quand elle imaginait son projet de loi.
Le projet de loi vise à ce que les gens soient crus. Tout ce que le projet de loi nous demande, c'est d'écouter les histoires des gens et de les croire, quelles qu'elles soient. Hier, lors de mon entretien avec le groupe de Résultats Canada, j'ai demandé aux participants de considérer sans préjugés les idées des femmes conservatrices et de toutes les jeunes femmes et de se mettre à leur place. J'ai été ravie d'avoir cette conversation. Dans notre parti, on ne nous dit pas ce qu'il faut penser ni ce qu'il faut croire. Lorsque je dis « je vous vois, je vous crois », je vois tout le monde et je crois tout le monde. Voilà le genre de message que nous transmettons.
Les jeunes femmes qui songent à devenir candidates à l'investiture conservatrice ne recevront pas un appel du représentant local de parti leur disant qu'il n'y aura malheureusement pas de course à l'investiture parce que le poste sera pourvu par une autre personne grâce à une nomination. C'est parce que nous croyons en des processus équitables et démocratiques, et nous croyons aux femmes. Selon nous, les femmes ont tout ce qu'il faut pour se présenter en politique, pour affronter la concurrence et pour remporter la victoire. Voilà une autre chose que Rona Ambrose m'a apprise.
Comme je l'ai dit, les libéraux se plaisent à croire qu'ils sont les seuls à faire preuve de compassion et à pouvoir faire part de ce que les gens ont vécu, ce qui est faux. Je le sais, et Rona Ambrose le savait aussi. C'est pour cette raison qu'elle a présenté ce projet de loi, qui vise seulement à faire en sorte que les personnes qui se voient confier la plus grande des responsabilités dans notre société soient sensibles à toutes ces expériences et en tiennent compte. Cette formation vise en fait à dire aux gens: « Je te vois et je te crois. » Je suis reconnaissante que Rona Ambrose ait présenté ce projet de loi.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-16 12:55 [p.1891]
Madam Speaker, the member for Calgary Midnapore spent some time outlining the achievements of Conservative women, most notably, those of Ms. Ambrose, to which she will find no objection on this side of the House. There is no doubt her leadership is strong with respect to the bill.
I wonder if the member opposite might comment on Conservative men. Ms. Ambrose was quite public in her criticism of Conservative men who form part of the Conservative caucus in the Senate not expeditiously pursuing the passage of the bill in the last Parliament. Further to that, could she comment on Conservative men who are premiers in other parts of this country, including the province that my colleague represents, Alberta, and about this notion of getting provincial training replicated at the provincial level including by the government of Premier Kenney?
Madame la Présidente, la députée de Calgary Midnapore a passé un certain temps à souligner les réalisations de femmes conservatrices, notamment celles de Mme Ambrose. Les députés de ce côté-ci de la Chambre n'y voient aucun inconvénient. Il ne fait aucun doute qu'elle a fait preuve d'un grand leadership en ce qui concerne le projet de loi.
Je me demande si la députée d'en face pourrait parler des hommes conservateurs. Mme Ambrose a critiqué très ouvertement les hommes du caucus conservateur du Sénat pour ne pas avoir permis l'adoption rapide du projet de loi lors de la dernière législature. Par ailleurs, la députée pourrait-elle parler des hommes conservateurs qui sont premiers ministres dans d'autres régions du pays, y compris le premier ministre de la province qu'elle représente, l'Alberta? Pourrait-elle parler de l'idée que les gouvernements provinciaux, dont celui du premier ministre Kenney, puissent également mettre en place ce genre de formation à l'échelle provinciale?
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
View Stephanie Kusie Profile
2020-11-16 12:56 [p.1891]
Madam Speaker, I think Ms. Ambrose would very much be in support of men contributing to the process. Men were implicated in allowing her to become a member of Parliament, minister and interim leader. The parliamentary secretary's point goes right back to my point with respect to this. The wonderful thing about being a Conservative is we are allowed to disagree with our colleagues. We are allowed to hold other views. This is not permitted in the current governing party, so I think it is something important to hold out. Conservatives have open discussions all the time within our caucus. We absolutely challenge each other's ideas and viewpoints in a way that I think is unprecedented in the Liberal caucus. Therefore, I would say she very much appreciates and is open to the ideas of all elected officials and parliamentarians. The wonderful thing about our party is that it allows for this wonderful scale of views.
Madame la Présidente, je crois que Mme Ambrose dirait qu'elle est très favorable à la participation des hommes au processus. En effet, des hommes ont contribué à ce qu'elle devienne députée, ministre et chef intérimaire. L'argument du secrétaire parlementaire rejoint le mien à cet égard. Ce qui est merveilleux chez les conservateurs, c'est que nous avons le droit d'être en désaccord avec les autres membres de notre parti. Nous avons le droit d'avoir d'autres opinions, ce qui n'est pas permis au sein du parti qui est actuellement au pouvoir. Je crois donc que c'est important de tenir son bout. Au sein du caucus conservateur, nous avons toujours des discussions franches. Nous remettons certainement en question les idées et les opinions de nos collègues d'une manière qui, d'après moi, n'a jamais été vue au sein du caucus libéral. Donc, je dirais que Mme Ambrose est ouverte aux idées de tous les représentants élus et de tous les parlementaires, et qu'elle serait disposée à les écouter. Ce qui est merveilleux chez les conservateurs, c'est que tous les points de vue sont les bienvenus.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I too would like to echo the part of the speech by the member for Calgary Midnapore that acknowledged the leadership of Rona Ambrose.
I would also like to take this opportunity to thank Ms. Ambrose for her leadership in bringing this bill forward. The fact we are still debating it today I think speaks to that.
I want to ask the member this. There was some specific debate at the justice committee on how to broaden the term “social context”, and there was debate over the term “systemic”, so we now have in this bill reference to systemic racism and systemic discrimination. I would like to hear not only the member's comments on why it is important that this federal statute now acknowledge systemic racism and systemic discrimination in the justice system, but also her thoughts on what we need to do beyond legislation to ensure that everyone, no matter their background, who goes through the justice system feels accepted, that their experience is going to be valued and that they will get the justice they deserve.
Madame la Présidente, je voudrais moi aussi me faire l'écho de la partie du discours de la députée de Calgary Midnapore sur le leadership de Rona Ambrose.
J'aimerais également profiter de l'occasion pour remercier Mme Ambrose pour le leadership dont elle a fait preuve en présentant ce projet de loi. Le fait que nous débattions encore de cette mesure législative aujourd'hui en dit beaucoup là-dessus, je crois.
J'aimerais poser la question suivante à la députée. Il y a eu un débat au Comité de la justice sur la manière d'élargir la définition de l'expression «  contexte social », et il y a eu un débat sur le terme « systémique ». Aussi, aujourd'hui, on parle, dans ce projet de loi, de racisme systémique et de discrimination systémique. J'aimerais que la députée nous dise non seulement pourquoi il est important que cette loi fédérale reconnaisse maintenant l'existence de racisme systémique et de discrimination systémique au sein de l'appareil judiciaire, mais aussi qu'elle nous donne une idée sur ce que nous devons faire, outre les mesures législatives, pour que tous ceux qui passent par le système judiciaire, quel que soit leur passé, se sentent acceptés, sachent que leur expérience sera prise en compte et qu'ils obtiendront la justice qu'ils méritent.
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
View Stephanie Kusie Profile
2020-11-16 12:59 [p.1891]
Madam Speaker, I go back to what I believe is the fundamental beauty of this bill, which is to provide all Canadians and all individuals within the justice system the opportunity to share their stories no matter what those stories are.
The hon. member is correct. I did focus mostly on women and Rona's commitment and contributions to women and girls. This is an incredible time in history of recognizing ourselves as individuals, as free thinkers, as being authentically who we are. That is fundamentally a conservative principle to me, recognizing the individual, believing in oneself and expressing who one is, so I would say that applies to all Canadians.
Madame la Présidente, je reviens à ce que je crois être l'aspect fondamental de ce projet de loi, à savoir qu'il donne à tous les Canadiens dans le système de justice la possibilité de raconter leur histoire, quelle qu'elle soit.
Le député a raison. Je me suis concentrée principalement sur les contributions des femmes et notamment de Rona à la cause des femmes et des filles. Nous sommes à un moment marquant de l'histoire de notre pays: nous nous reconnaissons enfin comme personnes à part entière, maîtresses de nos pensées, présentant au monde notre vrai moi. Pour moi, c'est un principe fondamentalement conservateur, de reconnaître le caractère unique d'une personne et de reconnaître qu'elle a le droit de croire en elle-même et de dire qui elle est. Je pense que cela s'applique à tous les Canadiens.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-11-16 13:00 [p.1892]
Madam Speaker, the degree to which political parties have been put to the side as we deal with this very important issue is encouraging. The role the provinces play was raised by one of my colleagues. It is important. My daughter, an MLA, is dealing with this very issue. I am anticipating that sometime before Christmas there will be an act to try to move forward with it. Would my colleague be prepared to share her thoughts with the premier of Manitoba on giving support to any potential legislation of this nature?
Madame la Présidente, je trouve encourageant de voir la collaboration qui unit tous les partis par rapport à cet enjeu crucial. L'un de nos collègues a rappelé le rôle des provinces, un facteur important. Ma fille, qui est députée provinciale, travaille elle aussi sur cet enjeu, et je m'attends à ce qu'une loi soit présentée d'ici Noël. La députée serait-elle prête à encourager le premier ministre du Manitoba à appuyer un projet de loi de ce genre?
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
View Stephanie Kusie Profile
2020-11-16 13:01 [p.1892]
Madam Speaker, I will always have love and respect for Manitoba. My husband is from Winnipeg.
Certainly, as a federal member of Parliament, I am not in the business of providing direction to my provincial colleagues, no matter what their station or position. I just speak to the appreciation I have for this bill and, more importantly, its creator today.
Madame la Présidente, le Manitoba aura toujours mon respect et mon amour, puisque mon mari vient de Winnipeg.
À titre de députée fédérale, il n'est décidément pas de mon ressort de donner des directives à nos homologues provinciaux, quel que soit leur poste. Je me contente d'exprimer, aujourd'hui, toute mon appréciation pour ce projet de loi et, plus important encore, pour celle qui l'a élaboré.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-11-16 13:02 [p.1892]
Madam Speaker, I want to salute the member for Calgary Midnapore, because I know that she played a role in Equal Voice in Calgary and has done a lot for women in politics. In light of that and, again, celebrating the many wonderful women judges of the Supreme Court of Canada, including the former chief justice Beverley McLachlin, our first woman justice Bertha Wilson and current members of the court, I do feel that non-partisanship is important. It is important to recognize that Rona Ambrose did a lot of non-partisan things in the House, including supporting my bill for lyme disease action.
Please forgive me, but with deep respect for someone who as well as being my personal hero became a dear friend, the late Flora MacDonald would never have wanted to be associated with the current version of the Conservative Party. She was unable to join it once it ceased to be the Progressive Conservative Party. My wish for members on that side of the House is that they strive to be the kind of party that the Right Hon. Joe Clark would join again.
Madame la Présidente, je veux souligner le travail remarquable de la députée de Calgary Midnapore, parce que je sais à quel point elle a aidé l'organisme À voix égales dans la ville de Calgary et fait avancer la cause des femmes en politique. Dans ce même ordre d'idée, en soulignant encore une fois le travail remarquable de nombreuses femmes exceptionnelles qui ont occupé les fonctions de juge à la Cour suprême du Canada, y compris l'ancienne juge en chef, Beverley McLachlin, notre première femme juge, Bertha Wilson, et les titulaires actuelles au sein de la magistrature, je considère que l'impartialité est importante. Il est également important de reconnaître que Rona Ambrose a souvent agi de manière non partisane à la Chambre, notamment quand elle a appuyé mon projet de loi sur la stratégie nationale relative à la maladie de Lyme.
Veuillez m'excuser, mais avec tout le respect que j'éprouve pour une personne qui était pour moi une véritable héroïne et amie, la regrettée Flora MacDonald, cette dernière n'aurait jamais voulu être associée à la version actuelle du Parti conservateur. Elle n'a pas pu continuer d'être membre quand le parti a cessé d'être le Parti progressiste-conservateur. Mon souhait pour les députés de ce côté-là de la Chambre est qu'ils aspirent à être le parti dont le très honorable Joe Clark voudrait encore être membre.
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
View Stephanie Kusie Profile
2020-11-16 13:03 [p.1892]
Madam Speaker, my thanks to the member for Saanich—Gulf Islands for the compliment, although it was, as always, a little double-sided and a little backhanded. Apparently, she has an ability to speak to the dead. If she could teach me how to do that, I would be interested.
Madame la Présidente, je remercie la députée de Saanich—Gulf Islands du compliment, même si, comme toujours, il était un peu ironique. Apparemment, elle est capable de parler aux morts. J'aimerais qu'elle m'enseigne comment faire.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, we see many substantial contributions by Conservative women in various countries throughout the world. It is striking to me that in some corners of the commentary, those contributions are often not recognized. There is legitimate celebration around the achievements of women on the left side of the spectrum, and yet, some of the great heroes of the Conservative movement who are women are ignored.
Does the member have thoughts on that and the steps we can take to better celebrate and recognize the immense contributions of Conservative women?
Madame la Présidente, beaucoup de femmes conservatrices ont apporté de nombreuses contributions significatives dans divers pays du monde. Je trouve étonnant que ces contributions ne soient pas souvent reconnues dans certains milieux. On célèbre à juste titre les réalisations des femmes de la gauche, et pourtant, on ignore certaines des grandes héroïnes du mouvement conservateur.
Qu'en pense la députée et quelles mesures devrions-nous prendre pour célébrer davantage et pour mieux reconnaître les énormes contributions des femmes conservatrices?
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
View Stephanie Kusie Profile
2020-11-16 13:05 [p.1892]
Madam Speaker, my colleague from Sherwood Park has incredible knowledge and is very much implicated in world affairs. I would not know where to begin in terms of the incredible world leaders who are women beyond our borders, but I am very grateful to have worked with former minister Ambrose and to still call her a friend. I will save my recognition for another speech.
Madame la Présidente, mon collègue de Sherwood Park est un puits de science pour ce qui est des affaires mondiales. Pour ma part, je ne saurais pas par où commencer en ce qui concerne les incroyables dirigeantes mondiales au-delà de nos frontières, mais je suis très heureuse d'avoir travaillé avec l'ancienne ministre Ambrose et de la compter encore parmi mes amis. Je réserve mes hommages pour un autre discours.
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2020-11-16 13:05 [p.1892]
Madam Speaker, I will be sharing my time with my colleague, the member for Salaberry—Suroît.
As far as we are concerned—
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec ma collègue la députée de Salaberry—Suroît.
En ce qui nous concerne...
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2020-11-16 13:06 [p.1892]
Madam Speaker, the Bloc Québécois will support this bill with enthusiasm, just as we supported all its previous iterations.
We believe that victims of sexual assault must be well supported. The judicial process must be followed and, in our opinion, the only way to ensure that victims come forward and that there is due process, as our justice system requires, is to support the victims. We must ensure that judges who hear these cases do so with an open mind in order to be able to recognize the credibility of the victims and to examine the facts objectively and carefully.
In the past, there have been too many examples of situations where victims refused to come forward out of fear or a lack of trust in the judicial process. I believe that it is one of our main duties as legislators to ensure that victims of crime, no matter the crimes or the victims, trust the justice system enough to come forward and present their case.
That said, I would be remiss if I did not mention that the Bloc Québécois finds it very unfortunate that the government is using victims of sexual assault to introduce notions into this bill that were not in the previous versions and that have nothing to do with the purpose of the legislation. I am talking about the notions of systemic racism and discrimination.
Let me be clear: I am not saying that racism and discrimination do not exist in Quebec and Canada. They exist, and we agree on that. We do not agree, however, on whether racism and discrimination are systemic or institutional.
These issues are not clear-cut and they are currently a topic of debate in Quebec. They are not clear-cut and no one can agree on the meaning of these words. When we held hearings in committee on the previous version of Bill C-3, we heard from a number of witnesses. However, we did not ask any of those witnesses questions about systemic racism, systemic discrimination or all of the other notions the government has put into in Bill C-3.
Parliament is voting today on a bill that started out as a pious hope on the part of Rona Ambrose. Members will recall that the Bloc Québécois enthusiastically supported that bill. At the time, I even moved a motion in the House to send the bill directly to the Senate and for the Senate to quickly pass it before the end of the Parliament. However, we know that the bill died on the Order Paper when an election was called. Since the bill was not passed, we are starting over again today.
Until now, this was not about systemic racism or discrimination. However, we are making a decision here as legislators and saying that our judges must take training on systemic racism and discrimination even though we have not heard from experts on that subject and we have not put any thought into it. We are doing that through the simple but detrimental process of making last-minute amendments during the clause-by-clause examination of the bill.
We are changing the situation by introducing abstract notions, notions on which there is no consensus and on which we have not heard from any experts, into a laudable bill that everyone agreed on and that sought to give judges training around sexual assault. I think that is unfortunate and I would ask my colleagues to refrain from taking this approach.
If we want to bake an apple pie, then we need apples, not grapes. What we are doing here is adding grapes to our apple pie. In the end, we will have an apple-grape pie, which is rather unfortunate. I do not know what the Senate will do with this iteration of Bill C-3. We will see.
Once again, the Bloc Québécois has always been there to support all victims of crime, no matter who they are, particularly victims of sexual assault. We have been there from the start and we will always be there. We will support this bill, but we are not happy that it now includes concepts that do not belong in it.
Lastly, I want to say that we must not stop here. Yes, making sure our judges get sexual assault training is good, but we need to keep working on this. Victims of sexual assault need support throughout the legal process. It is traumatizing for victims to testify about a crime, and it is all the more traumatizing when that crime is as intimate as sexual assault. Often, that testimony is given years after the crime was committed, and victims who must testify are forced to relive the crime.
Yes, they need a judge who is open, who listens to them objectively, who understands their state of mind during their testimony and who is capable of evaluating the evidence objectively and effectively. However, the system also needs to support these victims in myriad other ways, and Bill C-3 does not enable that. Things will have to be done differently.
I remind members that the provinces are responsible for administering justice. We will always be committed to ensuring that Quebec can manage the entire judicial process. However, in order to truly support victims of sexual assault all through the process, the federal government should make significant investments. Bill C-3 does not include any such investments, but they are worth mentioning.
Let's not delude ourselves into thinking that training for judges will be a cure-all and that it will eliminate every problem. This is a very important issue that we still all agree on, but it goes beyond that. We will have to continue to work with victims and be cautious when dealing with a topic as important as victims of sexual assault. There is no consensus in Quebec or Canada on the notions of systemic racism and discrimination, and we have not heard from experts to advise us on how to legislate these major issues. The government must not introduce unclear notions into a bill, as it has done and as it will be tempted to do with other bills.
I reiterate our concern, but the Bloc Québécois will support this bill.
Madame la Présidente, le Bloc québécois appuiera ce projet de loi avec enthousiasme, comme nous l'avons fait pour toutes ses versions antérieures.
Nous pensons effectivement que les victimes d'agression sexuelle se doivent d'être bien soutenues. Le processus judiciaire doit être suivi et, à notre avis, la seule façon de s'assurer que les victimes portent plainte et qu'il y a un procès en bonne et due forme — comme l'exige notre système judiciaire — est de soutenir ces victimes. Nous devons nous assurer que les juges qui entendent ces causes le font avec toute l'ouverture d'esprit nécessaire pour reconnaître la crédibilité des victimes et pour étudier les faits avec objectivité et attention.
Dans le passé, il y a eu trop d'exemples de situations où des victimes ont refusé de porter plainte parce qu'elles avaient peur ou qu'elles n'avaient pas confiance dans le processus judiciaire. Je pense que c'est une de nos principales tâches comme législateur de nous assurer que les victimes de crimes, quels que soient les crimes et quelles que soient les victimes, ont confiance dans le système judiciaire et viennent déposer leur plainte et défendre leur cause.
Cela dit, je ne peux m'empêcher de dire que le Bloc québécois déplore grandement l'instrumentalisation que l'on fait des victimes d'agression sexuelle pour introduire dans cette mouture du projet de loi des notions qui n'y étaient pas dans les versions antérieures et qui n'ont rien à voir avec l'objet du projet de loi. J'entends par là les notions de racisme et de discrimination systémiques.
Qu'on me comprenne bien: je ne suis pas en train de dire qu'il n'y a pas de racisme et qu'il n'y a pas de discrimination au Québec ou au Canada. Il y en a, on s'entend là-dessus. Là où l'on ne s'entend pas, par contre, c'est sur la question de savoir si c'est systémique ou pas, institutionnel ou non.
Ces questions ne sont pas claires et elles font actuellement l'objet d'un débat au Québec. Ce n'est pas clair et personne ne s'entend sur le sens de ces mots. Par ailleurs, lorsque nous avons tenu des audiences en comité sur la version antérieure du projet de loi C-3, nous avons entendu toute une série de témoins. Or, nous n'avons posé à aucun d'entre eux de question sur le racisme systémique, la discrimination systémique et toutes ces autres notions que l'on souhaite introduire dans le projet de loi C-3.
Le Parlement se trouve donc aujourd'hui à voter sur un projet de loi qui partait à l'origine d'un vœu pieux de Rona Ambrose. On se souviendra que le Bloc québécois avait appuyé ce projet de loi avec enthousiasme. J'avais même à l'époque proposé une motion à la Chambre pour envoyer ce projet de loi directement au Sénat et pour que le Sénat l'adopte rapidement, avant la fin de la législature. Or, on le sait, le projet de loi est mort au Feuilleton lorsque l'élection générale a été déclenchée. Ce projet de loi n'ayant pas été adopté, on recommence aujourd'hui.
Jusqu'ici, il n'avait en aucun temps été question de racisme ou de discrimination systémique. Pourtant, nous nous prononçons ici comme législateur en disant que nos juges doivent suivre une formation sur le racisme et la discrimination systémiques, mais sans que nous ayons entendu d'experts sur ce sujet et sans y avoir réfléchi, par un simple processus pernicieux d'amendement de dernière minute, alors que nous en sommes à faire l'étude de chacun des articles du projet de loi.
Ainsi, on vient changer la donne en introduisant des notions abstraites — sur lesquelles il n'y a pas de consensus et aucun expert ne s'est prononcé — dans un projet de loi vertueux sur lequel tout le monde s'entendait et visant à offrir aux magistrats une formation sur les questions d'agression sexuelle. Je le déplore et j'invite mes collègues à faire preuve d'un peu de retenue sur cette façon de procéder.
Si l'on veut faire une tarte aux pommes, ce sont des pommes que ça prend, pas des raisins. Là, on introduit des raisins dans la tarte aux pommes. Au bout du compte, on aura une tarte aux pommes et aux raisins, ce qui est un peu déplorable. Je ne sais pas ce que le Sénat va faire avec cette mouture du projet de loi C-3. On verra.
Encore une fois, le Bloc québécois a toujours été là pour appuyer toutes les victimes d'actes criminels, quels qu'ils soient, particulièrement les victimes d'agression sexuelle. Nous avons été là depuis le début et nous allons continuer de l'être. Nous allons appuyer ce projet de loi, mais ce sera avec la déception de voir y être introduites des notions qui ne devraient pas y être.
Finalement, je dirai qu'il ne faut pas s'arrêter là. Oui, ce sera une bonne chose que nos magistrats aient une formation sur les agressions sexuelles, mais il va falloir aussi que l’on continue à travailler. Les victimes d'agression sexuelle ont besoin d'être accompagnées dans l'ensemble du processus judiciaire. C'est traumatisant d'aller témoigner d'un crime dont on a été victime, et ce l'est encore plus quand il s'agit d'un crime aussi intime qu'une agression sexuelle. Ce sont souvent des témoignages qui sont rendus de nombreuses années après la commission du crime, et on faitrevivre ces crimes aux victimes en les faisant témoigner.
Alors, oui, elles ont besoin d'un juge qui est ouvert, qu les entend avec objectivité, qui comprend leur état d'esprit au moment où elles témoignent et qui est en mesure d'évaluer la preuve avec objectivité et efficacité. Toutefois, on a aussi besoin d'accompagner ces victimes de toutes sortes d'autres façons, et le projet de loi C-3 ne nous emmène pas là. Il va falloir que ce soit fait différemment.
On se rappellera d'ailleurs que l'administration de la justice relève des provinces. Quant à nous, nous serons toujours soucieux de veiller à ce que le Québec puisse gérer l'ensemble du processus judiciaire. Toutefois, l'accompagnement des victimes peut être fait grâce à des investissements importants, qui devraient venir du fédéral, dans l'ensemble du processus d'aide aux victimes d'agression sexuelle. Ce n'est pas inclus dans le projet de loi C-3, mais je le mentionne, parce qu'il ne faut pas l'oublier.
Il ne faut pas s'imaginer qu'une formation des juges est une panacée et qu'il n'y aura plus de problème. C'est un élément essentiel et nous sommes toujours d'accord là-dessus, mais ce n'est pas tout. Il va falloir que l’on continue de travailler avec les victimes et qu'on s'impose une certaine réserve quand on traite d'un sujet aussi important que celui des victimes d'agression sexuelle. Il faut éviter d'introduire dans ce projet de loi, comme on l'a fait dans le cas d'autres projets de loi et comme on serait tenté de le faire, des notions imprécises sur lesquelles il n'y a consensus ni au Québec ni au Canada et sur lesquelles on n'a jamais entendu d'experts pour nous éclairer sur la façon de légiférer sur ces importantes questions que sont le racisme et la discrimination systémique.
Alors, je réitère cette réserve, mais le Bloc québécois va appuyerce projet de loi.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-16 13:15 [p.1893]
Madam Speaker, I want to start by thanking the member opposite for his contributions at the justice committee. I will confess that my recollection of the witness testimony during the study was that witnesses did talk about systemic racism and systemic discrimination.
I will say to the member, point blank, that when we are talking about a bill that deals with the interaction of women who have experienced sexual assault and sexual violence, given the missing and murdered indigenous women and girls inquiry, I think systemic racism and systemic discrimination need to be front and centre in any training of judges being sensitized to these important issues.
Would the member agree with that simple concept, given the increased awareness of these issues vis-à-vis systemic concerns in Quebec in light of what happened to Joyce Echaquan in the health care setting? The health care setting is very similar in that regard to the justice setting.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à remercier le député d'en face de sa contribution au comité de la justice. Je dois toutefois avouer me souvenir qu'au cours des audiences du comité, les témoins ont bel et bien parlé de racisme et de discrimination systémiques.
Je dirai sans ambages au député que, à mon avis, lors de l'étude d'un projet de loi qui porte sur les interactions avec les femmes victimes d'agressions et de violence sexuelles, surtout compte tenu des conclusions de l'enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, il est essentiel de placer le racisme et la discrimination systémiques au cœur de toute formation qui vise à sensibiliser les juges à ces questions importantes.
Le député convient-il de ce principe fort simple, étant donné la prise de conscience accrue de ces enjeux au Québec, où l'on s'inquiète de leur caractère systémique dans le milieu de la santé à la suite du décès de Joyce Echaquan? Le milieu de la santé s'apparente grandement au milieu judiciaire à cet égard.
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2020-11-16 13:16 [p.1894]
Madam Speaker, I would first like to apologize for forgetting to wear my headset during my speech. That was my mistake.
I thank my colleague for his question. Yes, some witnesses said that they were the victims of racism in a judicial process. That is clear, particularly for indigenous people. We have seen that happen many times in many court cases where the court was not sufficiently aware of these issues. I agree. Again, I am not saying that racism does not occur. What I am saying is that we did not hear from experts on how systemic racism should be defined, for example, but yet we are still introducing that notion into the bill. We are using words like “systemic racism” in the bill when we do not all agree on what they mean. That is currently the topic of a major discussion in Quebec.
I am still not sure how I would define “systemic racism”, and since I am still unsure, I am even more hesitant and disappointed about it being introduced into this bill. That is what I was saying.
Madame la Présidente, je veux d'abord vous présenter mes excuses pour avoir oublié de mettre mon casque d'écoute lors de mon discours. C'est mon erreur.
Je remercie mon collègue de sa question. Oui, des témoins on dit qu'ils avaient été victimes de racisme dans le cadre d'un processus judiciaire. Cela va de soi, particulièrement pour les Autochtones. On l'a vu à de nombreuses reprises dans de nombreux procès où les tribunaux n'étaient pas suffisamment ouverts à ces questions. J'en conviens. Je ne suis pas en train de dire qu'il n'y a pas de racisme, encore une fois. Ce que je dis, c'est qu'on n'a pas entendu d'experts sur ce que devrait être, par exemple, la définition du racisme systémique. Or on introduit cette notion dans le projet de loi. Ce sont les mots utilisés, « racisme systémique », alors qu'o ne s'entend pas là-dessus. Au Québec, il y a un contentieux important sur cette question.
Pour ma part, je ne suis pas encore convaincu de ce que je donnerais comme interprétation à l'expression « racisme systémique ». Comme je n'en suis pas encore convaincu, je suis d'autant plus hésitant et déçu de voir qu'on l'introduit dans ce projet de loi. C'était le sens de mon intervention.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I enjoyed working with my colleague on the justice committee. I will have to disagree with him on the point of systemic racism and systemic discrimination. It is borne out by numerical data, by policies and practices and by organizational culture.
What does my colleague say when even the Quebec human rights commission makes reference to these terms? What does he think his stance says to Blacks, indigenous people and persons of colour within Quebec who have a very different view than he has on the terms “systemic discrimination” and “systemic racism”, especially when they are going through the justice system?
Madame la Présidente, j'ai bien aimé collaborer avec le député au sein du comité de la justice. Par contre, je ne suis pas d'accord avec lui sur la question du racisme et de la discrimination systémiques. Ces deux phénomènes ont été corroborés par des données numériques, et ont été observés au sein de politiques, de pratiques et de certaines cultures organisationnelles.
Que pense le député du fait que même la Commission des droits de la personne du Québec fait référence à ces termes? Que pense-t-il que sa position suggère aux Noirs, aux Autochtones et aux personnes de couleur qui habitent au Québec, et qui ont un point de vue très différent du sien à propos des termes « discrimination systémique » et « racisme systémique », surtout lorsqu'ils ont affaire au système judiciaire?
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2020-11-16 13:18 [p.1894]
Madam Speaker, I thank my colleague for the question.
Yes, there are people in Quebec who are victims of racism and discrimination of all kinds, such as discrimination against women or ageism. There are all sorts of discrimination and there is racism. We have seen it. We deplored recent tragic events. I am thinking about the indigenous woman in Joliette who was hospitalized. We deplore that incident and we are working to address it.
The Government of Quebec is working on these issues. We are aware of that. However, once again, there is no consensus on this topic. The Government of Quebec did not acknowledge the expression “systemic racism” as something that pervades Quebec institutions. While some talk about institutionalized racism and others of individual racism, no one talks about the racism of the institution.
Who is wrong, who is right, I cannot say. I am not saying that it does not exist. I am saying that there is no consensus. I understand that the Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse has an opinion on this. The party in power in Quebec has an opinion and the opposition parties have other opinions.
It is the same thing here in Ottawa. The parties do not agree on this. Some parties have a different opinion and some individuals within the parties may not agree with the majority opinion of their party.
Before introducing such a complex notion into legislation, we must hear from expert witnesses and ensure that we are all saying the same thing and that we all understand the expression the same way.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Oui, il y a des gens au Québec qui sont victimes de racisme et de discriminations de toutes sortes, telles que la discrimination envers les femmes ou l'âgisme. Il y a toutes sortes de discrimination et il y a du racisme, on l'a vu. On a déploré des événements tragiques encore récemment. Je pense entre autres à cette Autochtone de Joliette qui avait été hospitalisée. On le déplore et on y travaille.
Le gouvernement du Québec travaille à ces questions. Nous sommes sensibles à cela. Par contre, encore une fois, il n'y a pas de consensus à ce sujet. Le gouvernement du Québec n'a pas reconnu l'expression « racisme systémique » comme étant à l'intérieur des institutions québécoises. Certains parlent de « racisme institutionnalisé », d'autres parlent de « racisme d'individus », mais aucunement du racisme de l'institution.
Qui a tort, qui a raison, je ne suis pas en mesure de le dire. Je ne suis pas en train de dire que cela n'existe pas. Je dis qu'il n'y a pas de consensus sur ce sujet. Je comprends que la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a une opinion là-dessus. Le parti au pouvoir à Québec a une opinion et les partis de l'opposition ont d'autres opinions.
C'est la même chose ici, à Ottawa. Les partis ne s'entendent pas là-dessus. Certains partis ont une opinion différente, et certains individus à l'intérieur des partis ont une opinion qui peut différer de l'opinion majoritaire du parti.
Avant d'introduire une notion aussi complexe dans une loi, nous devons entendre des témoins experts et nous assurer que nous disons tous la même chose et que nous comprenons tous l'expression de la même façon.
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, this is my first opportunity to speak to Bill C-3, an act to amend the Judges Act and the Criminal Code.
Given that many of my colleagues have risen on this subject—I want to thank my colleague from Rivière-du-Nord for all his work on this issue—it will come as no surprise to anyone that the Bloc Québécois feels that passing this bill is in the best interest of the public and, more specifically, victims of sexual assault.
The Bloc Québécois supports this initiative because it is a step in the right direction. This will enable victims of sexual assault to trust the legal system and to feel understood and supported. We often get the sense that people are wary of these institutions, that victims lack trust and do not think it is worth turning to the justice system. That lack of trust is dangerous, but parliamentarians can find solutions because confidence in our institutions is essential, especially in such sensitive cases.
Requiring judges to be educated about the experience of victims of sexual assault, whom I prefer to call survivors, will not fix everything, obviously. However, it is an essential first step toward making sure our courts improve the way they handle this type of situation.
I want to take this opportunity to commend the thorough and rigorous work done by our counterparts in the National Assembly. Through serious work and in the spirit of sincere co-operation, elected officials, and women in particular, are committed to turning this growing distrust of institutions into trust. They are doing this through concrete and intelligent actions. These elected women in Quebec have mobilized many relevant experts and are sharing ideas to bring about profound change in the way survivors are supported in the justice system, and this is a great example.
These elected representatives from the four parties in the National Assembly have managed to rise above the fray and set partisan politics aside in order to study different paths. Does this call for a separate court specializing in sexual offences, for example? In other words, should there be a court specifically dealing with these issues, with lawyers who specialize in these matters, where sexual offence cases could be dealt with in a very specific way?
Do we need special shelters for victims, like the ones in South Africa, where psychosocial services and legal advice could be provided? For some survivors at least, such a place would have the advantage of being more suited to their needs than a police station.
They are also considering the issue of access to services that are already available but not well known and underutilized, such as shelters for women who are victims of domestic violence.
Although their report and detailed recommendations have not yet been tabled in the National Assembly, their work has resulted in the passage of Bill No. 55, which has now eliminated in Quebec the time constraints on civil proceedings against an alleged assailant. This is major progress and, once again, a step in the right direction that will ensure public confidence in the judicial system, no matter the case.
I am proud of this type of constructive action. This important progress reaffirms my belief that politics can lead to concrete, important and results that speak of compassion and that we can look after our fellow citizens. I invite all elected members in this House to undertake this type of constructive work.
At the end of the day, Bill C-3 will ensure that all judges hearing the evidence will have had training. In other words, these judges will have had to reflect on the stereotypes and myths surrounding sexual assault, as well as on the thought process of survivors. These are examples. We hope that every judge will be fully informed when dealing with sexual assault cases. Judges will therefore be in a position to do what they do best and get justice for victims.
The Bloc Québécois is in favour of this bill, because it has been debated many times in the House and has widespread support.
We are surprised to see that we are still debating this issue here today, since it is so important.
Let us not forget that the idea of providing judges with proper training on sexual assault law has been on the agenda here since 2017. The bill died on the Order Paper during the previous Parliament while being examined by the Senate.
Just one short month ago, I heard colleagues from all political parties clearly and unreservedly support the swift passage of Bill C-3. That rarely occurs in the House. That is why this bill should be passed quickly.
Bill C-3 is necessary because we have lost count of the number of reports of judges who have made inappropriate comments during sexual assault trials or who have rendered decisions that do not take into account the realities of victims.
I spoke earlier about myths and stereotypes. I will now give a few examples.
In one unfortunate case that has now become well-known in Quebec, a judge implied in court that the victim was flattered that an older man was interested in her. We are talking here about a 49-year-old man who licked his victim's face and groped her. She was a minor. That is one example.
Another example is the judge who questioned the credibility of a young survivor's testimony. The judge said that the girl had failed to describe the sexual acts in question accurately enough. He wanted a young girl to use grown-up words to describe the despicable acts she had been subjected to. A young woman cannot be expected to know all the words to describe what happened to her or to have noticed certain details about those sexual acts. That attitude is inappropriate and has no place in either a schoolyard or a courtroom.
As the mother of three girls, just talking about these two cases disgusts me.
In conclusion, I want to take a moment to honour the brave women who are making the effort to go to court, put together a case, be thorough, patient and courageous, and discuss and speak out publicly against these problems. The Bloc Québécois and I stand with them. Together, we will ensure, once and for all, that institutions actually listen to them and that justice is served.
Madame la Présidente, j'ai l'occasion aujourd'hui de me lever pour parler pour la première fois du projet de loi C-3, Loi modifiant la Loi sur les juges et le Code criminel.
Après les nombreuses interventions de mes collègues — je remercie mon collègue de Rivière-du-Nord pour tout son travail en ce sens —, personne ne sera surpris que le Bloc québécois considère que l'adoption de ce projet de loi est dans l'intérêt de la population et, plus particulièrement, des victimes d'agression sexuelle.
Le Bloc québécois appuie cette initiative, d'abord parce qu'elle permettra de faire un pas dans la bonne direction, afin de permettre aux victimes d'agression sexuelle de se tourner vers l'appareil judiciaire et de s'y sentir comprises et accueillies. On sent régulièrement que la confiance à l'égard des institutions est fragile. On sent que les victimes doutent et qu'elles ne pensent pas qu'il vaille la peine de recourir au système judiciaire. C'est une perte de confiance dangereuse à laquelle les parlementaires peuvent trouver des solutions, parce que cette confiance envers nos institutions est essentielle, particulièrement dans des cas aussi sensibles.
La formation obligatoire des juges sur la réalité des victimes d'agression sexuelle, que je préfère appeler les survivantes, ne réglera pas tout, évidemment. Toutefois, c'est un premier pas essentiel afin de mieux traiter ce genre de situation dans nos palais de justice.
Je profite de cette occasion pour souligner le travail sérieux et rigoureux effectué par nos homologues à l'Assemblée nationale. Dans un travail de profondeur et dans un esprit de franche collaboration, des élues, des femmes par ailleurs, se sont engagées à faire passer cette méfiance grandissante envers les institutions par la confiance. Elles s'y prennent par des gestes concrets et intelligents. Ces élues québécoises, qui ont mobilisé de nombreux experts pertinents, échangent des idées afin de mettre en place de profonds changements dans l'accompagnement des survivantes au sein du système judiciaire, et c'est là un bel exemple.
Ces élues des quatre formations politiques à l'Assemblée nationale se sont placées au-dessus de la mêlée et se sont dressées au-delà de la petite partisanerie afin d'étudier différentes avenues. Est-ce que cela prend un tribunal spécialisé dans les crimes sexuels, par exemple? Autrement dit, il s'agirait d'un tribunal qui serait saisi expressément de ces questions, avec des juristes spécialisés dans ces questions, où l'on pourrait traiter d'une façon bien précise les cas de crimes sexuels.
Est-ce que l'on doit mettre en place des centres d'accueil pour les victimes, comme on en voit en Afrique du Sud, où des services psychosociaux et des conseils juridiques seront fournis? Ce lieu aurait, pour certaines survivantes, en tout cas, l'avantage d'être plus adapté à leurs besoins qu'un poste de police.
Elles réfléchissent aussi à toute la question de l'accès aux services qui sont déjà disponibles, mais méconnus et trop peu utilisés. Je pense aux centres d'hébergement pour les femmes victimes de violences conjugales.
Bien que leur rapport et leurs recommandations détaillées ne soient pas encore déposés à l'Assemblée nationale, leur travail a débouché sur l'adoption du projet de loi no 55, grâce auquel, aujourd'hui, au Québec, il n'y a plus de délai de prescription fixé pour pouvoir intenter une poursuite civile contre un agresseur présumé. C'est une avancée majeure et, encore une fois, un pas dans la bonne direction pour faire en sorte que la population ait confiance en son système judiciaire, et ce, peu importe la cause en question.
Quand je vois ce genre de travail constructif, j'en suis fière. Quand je vois ce genre d'avancée significative, cela me conforte dans mon idée que la politique peut mener à des résultats concrets, importants et pleins de compassion, et que l'on peut prendre soin de nos concitoyens. C'est ce genre de travail constructif auquel j'invite tous les élus présents à la Chambre.
En fin de compte, avec le projet de loi C-3 qui est devant nous, le juge qui sera saisi des éléments de preuve aura suivi une formation. Autrement dit, il se sera questionné sur les stéréotypes et les mythes qui entourent les agressions sexuelles, ainsi que sur le parcours cognitif d'une survivante. Ce sont des exemples. Le juge pourra — on le souhaite — traiter les causes d'agression sexuelle en toute connaissance de cause. Le juge sera, conséquemment, plus à même de faire ce qu'il fait de mieux: rendre justice aux victimes.
Ensuite, le Bloc québécois appuie ce projet de loi puisqu'il a été maintes fois débattu à la Chambre et qu'il a fait l'objet d'un large consensus.
On est tout de même surpris de voir que l'on est encore en train d'en débattre ici, aujourd'hui, puisqu'il est si important.
C'est depuis 2017, il faut se le rappeler, que l'idée de former adéquatement la magistrature sur le droit relatif aux agressions sexuelles est à notre programme. Lors de la dernière législature, le projet de loi est mort au Feuilleton, comme on le dit, alors qu'il était étudié au Sénat.
Il y a à peine un mois, j'ai entendu des collègues de toutes les formations politiques militer, sans ambiguïté et sans réserve, pour l'adoption rapide du projet de loi C-3. C'est plutôt rare à la Chambre. C'est pourquoi ce projet de loi doit être adopté rapidement.
Le projet de loi C-3 est nécessaire puisque l'on ne compte plus les nombreux cas rapportés de juges qui ont fait des commentaires inappropriés lors de procès pour agressions sexuelles ou qui rendent des jugements ne tenant pas compte de la réalité des victimes.
Je parlais plus tôt des mythes et des stéréotypes. Je vais maintenant en donner quelques exemples.
Dans un cas, malheureusement célèbre au Québec, un juge avait sous-entendu, en pleine cour de justice, que la victime était flattée qu'un homme plus âgé s'intéresse à elle, un homme de 49 ans qui avait léché le visage et touché la poitrine de sa victime mineure. C'est un exemple.
On pourrait aussi se souvenir d'un juge qui remettait la crédibilité du témoignage d'une jeune survivante. Cette fillette ne décrivait pas assez justement, à son sens, les actes sexuels en question. On demandait donc à une jeune fille de décrire avec des mots d'adulte les énormités dont elle avait été victime. Il est normal qu'une jeune femme n'ait pas tous les mots pour décrire ce qu'elle a subi et qu'elle n'ait pas remarqué certaines choses liées aux actes sexuels. Cette attitude n'est pas digne et n'a pas sa place, ni dans une cour d'école ni dans une cour de justice.
Simplement en relatant ces deux histoires, je suis révoltée, moi qui suis mère de trois jeunes filles.
Pour conclure mon discours, je me dois d'avoir une pensée bien particulière pour ces femmes courageuses qui font l'effort de se rendre devant les tribunaux, de préparer leur dossier, d'être rigoureuses, patientes et courageuses, de parler et de dénoncer publiquement ces choses. Bref, je leur offre toute ma solidarité, ainsi que celle du Bloc québécois, afin de faire en sorte que les institutions une fois pour toutes les entendent adéquatement et que justice soit faite.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I want to ask about the parliamentary secretary's comments earlier. The parliamentary secretary said that although the bill recommended judges who were currently on the bench do this training and asked judges who were being appointed to make a commitment, there would not be a way of publishing who had or had not participated in this training.
We understand the importance of respecting judicial independence, but I am curious to hear my colleague's thoughts on whether this would constitute a limitation and how we might respond if it came out that many people did not do the training.
Madame la Présidente, je voudrais poser une question sur ce que le secrétaire parlementaire a dit tout à l'heure. Il a indiqué que, bien que le projet de loi recommande que les juges en fonction suivent cette formation et demande aux juges dont la nomination est en cours de s'engager à la suivre, il n'y aurait pas moyen de publier le nom des juges qui ont suivi la formation et de ceux qui ne l'ont pas fait.
Nous comprenons l'importance de respecter l'indépendance de la magistrature, mais je suis curieux de savoir si ma collègue estime que cela constitue une limite et quelles mesures elle pense que nous pourrions prendre si de nombreux juges décidaient de ne pas suivre la formation.
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his question.
I know some members of the Quebec bar are worried about that issue. I have confidence in the independence of the judiciary. Judges must commit to taking this training. Quite frankly, I hope new judges will take this training willingly and enthusiastically, because it is crucial. They need to get with the program, and I encourage them to do so. I think public opinion and society will encourage them to take this training and keep pace with our society's culture and values, which include protecting women against sexual assault.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Je sais que ce sujet préoccupe certains membres du Barreau. Je fais confiance à l'indépendance de la magistrature. Elle doit s'engager à faire cette formation. En toute franchise, j'espère que les nouveaux juges vont suivre cette formation de bon gré et de bon cœur, parce qu'elle est nécessaire. Ils doivent se mettre à la page et je les y encourage. Je pense que l'opinion publique et la société vont les encourager à suivre cette formation et à évoluer avec la culture et les valeurs de notre société qu'est la protection des femmes contre les agresseurs sexuels.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-16 13:29 [p.1895]
Madam Speaker, I thank the member for her comments. I have a question for her regarding what will happen with judges at the provincial level.
The topic has already come up in this debate. It has been noted that Prince Edward Island is the only province that has already moved in this direction in terms of training for judges.
Is the member in a position to ask our provincial counterparts and Premier Legault's government if the same kind of training could be brought in at the provincial level in Quebec to combat sexual assault and help victims in these difficult situations?
Madame la Présidente, je remercie la députée de ses commentaires. J'aimerais lui poser une question au sujet de ce qu'on va faire du côté des juges au niveau provincial.
On a déjà discuté de ce sujet pendant ce débat. On a mentionné que seule la province de l'Île-du-Prince-Édouard avait déjà pris la même direction en ce qui concerne la formation des juges.
La députée est-elle en mesure de demander à nos homologues provinciaux et au gouvernement du premier ministre Legault s'il est possible de mettre en place au niveau provincial, au Québec, le même type de formation pour lutter contre les agressions sexuelles et pour aider les victimes dans ces situations délicates?
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for the question.
Obviously we are not going to ask Premier Legault to make a law. Every province is master of its own legislation. However, this issue is of great concern to Quebec's National Assembly. Members of the National Assembly have worked on this important subject.
Every province has to debate this subject and get its own legislature to agree on laws and rules that will promote better defences and protections for women who are victims of violence or sexual assault.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Évidemment, nous ne demanderons pas au premier ministre Legault de faire son propre projet de loi. Chaque province est maîtresse de ses projets de loi. Cependant, cette question préoccupe beaucoup les élus du Québec. Des élus de l'Assemblée nationale ont travaillé à cet important sujet.
Toutes les provinces doivent débattre de ce sujet et convenir, dans leur propre assemblée nationale, des lois et des règles qui encourageront de meilleures défenses et protections des femmes victimes de violence ou d'agression sexuelle.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-11-16 13:31 [p.1896]
Madam Speaker, could my friend provide her thoughts on the importance of seeing the federal legislation moving forward and how provinces across the country could look at ways in which they could incorporate it into provincial jurisdiction, which would go a long way in further advancing this cause?
Madame la Présidente, la députée peut-elle nous dire ce qu'elle pense de l'importance d'adopter le projet de loi fédéral, et comment les provinces du pays pourraient-elles prendre le même genre de mesures, ce qui contribuerait grandement à améliorer la situation?
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, the question from my colleague across the way is very similar to the question I just got.
All the provinces are watching the debates in the House of Commons. It is up to them to make these choices and decide to debate these issues in their own legislatures to provide women with protections and defences through better training for judges.
It is up to them to decide, and I believe they are capable of making the right decisions.
Madame la Présidente, la question de mon collègue d'en face ressemble beaucoup à la question que je viens de recevoir.
L'ensemble des provinces observent les débats de la Chambre des communes. Il leur appartient de faire ces choix et de décider d'en débattre dans leur propre assemblée nationale afin d'offrir aux femmes une protection et une défense grâce à une meilleure formation des juges.
La décision leur appartient et je les crois capables de prendre de bonnes décisions en ce sens.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)