Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 12685
View Chris Warkentin Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the second report of the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics, entitled “Questions of Conflict of Interest and Lobbying in Relation to Pandemic Spending”.
The committee wishes to highlight the fact that throughout this study it faced many challenges related to the appearance of witnesses and the procurement of documents. While appearances before committee are normally done through invitation, which witnesses normally voluntarily accept, some witnesses only appeared before this committee after the summons was issued, or the threat of summons, in this case.
In addition, the committee is of the view that some of the witnesses' responses to requests for documents or written answers to questions are incomplete. Despite all the documents and written responses received, the committee believes that there are still many questions to be answered.
We would like to take note of the non-appearance of ministerial staff before committee following the motion adopted in the House of Commons on March 25, 2021. Those staff included Rick Theis, the Prime Minister's director of policy and cabinet affairs; Amitpal Singh, the Deputy Prime Minister's policy adviser; and Ben Chin, the Prime Minister's senior adviser. We would also like to note that the Prime Minister refused the invitation to testify before the committee.
Pursuant to Standing Order 109, the committee requests that the government table a comprehensive response to this report.
I would also like to take this moment to thank the clerk and the analysts for their diligent work under frustrating circumstances.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le deuxième rapport du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique, intitulé: « Questions de conflits d'intérêts et de lobbying en relation avec les dépenses liées à la pandémie ».
Le Comité souhaite souligner le fait que tout au long de cette étude, il a été confronté à des défis liés à la comparution de témoins et à l'obtention de documents. Alors que les comparutions devant les comités se font normalement par le biais d'invitations, que les témoins acceptent volontairement, dans le cas présent, certains témoins ne se sont présentés devant le Comité qu'après que ce dernier ait menacé de les assigner à comparaître.
En outre, le Comité est d'avis que les réponses de certains témoins aux demandes de documents ou les réponses écrites aux questions posées étaient incomplètes. Malgré tous les documents et les réponses écrites qu'il a reçues, le Comité estime que de nombreuses questions restent sans réponse.
Nous voulons également prendre acte de la non-comparution de certains membres du personnel ministériel devant le Comité à la suite d'une motion adoptée à la Chambre des communes le 25 mars 2021, notamment Rick Theis, le directeur des politiques et des affaires du Cabinet du premier ministre; Amitpal Singh, le conseiller en politiques auprès de la vice-première ministre; et Ben Chin, le conseiller principal du premier ministre. Soulignons également que le premier ministre a refusé l'invitation à comparaître devant le Comité.
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport.
Je profite de l'occasion pour remercier la greffière et les analystes, qui ont travaillé avec diligence malgré des circonstances contrariantes.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, while I am pleased to have the opportunity to follow our committee chair, the member for Grande Prairie—Mackenzie, and present our supplementary opinion to the ethics committee report on conflicts of interest in the government's pandemic spending, what we saw through the study and the subsequent reports was that the Liberals' filibuster of 20 meetings of the committee after the government's shutdown of Parliament was clearly an attempt to cover up their corruption. The extent that they went to really saw no bounds.
As detailed in our supplementary report, Canadians deserve a government that is committed to good, ethical governance, one that does not lay out the red carpet for their friends and help them skip the queue and get to the inside track in Ottawa. Canadians deserve a government that is going to stand up for them. They deserve a government that is not going to go to any length by shutting down Parliament and filibustering at committees.
If that is what we are going to expect from the government, and we saw and heard that from the government House leader today when he put on a performance at a press conference, with all of that being said and with a view to not hearing any more from the corrupt government today, I move:
That this House do now adjourn.
Monsieur le Président, je suis heureux d'avoir l'occasion d'intervenir après le président du comité, le député de Grande Prairie—Mackenzie, et de présenter notre opinion complémentaire au rapport du comité de l'éthique sur les conflits d'intérêts en relation avec les dépenses du gouvernement liées à la pandémie. Or, ce que nous avons constaté lors de l'étude et dans les rapports subséquents, c'est que les libéraux ont de toute évidence tenté de camoufler leur corruption en faisant de l'obstruction lors des 20 réunions du comité qui ont eu lieu après que le gouvernement eut prorogé le Parlement. Les libéraux étaient prêts à tout pour y arriver.
Comme l'indique notre rapport complémentaire, les Canadiens méritent un gouvernement qui est déterminé à pratiquer une bonne gouvernance éthique, qui ne déroule pas le tapis rouge à ses amis, qui n'aide pas ceux-ci à passer devant tout le monde et qui ne leur donne pas un accès privilégié. Les Canadiens méritent un gouvernement qui défend leurs intérêts. Ils méritent un gouvernement qui ne fera pas n'importe quoi pour proroger le Parlement et faire de l'obstruction aux comités.
Cela dit, si c'est ce à quoi il faut s'attendre du gouvernement — et c'est ce que le leader du gouvernement à la Chambre nous a montré aujourd'hui en donnant un spectacle lors d'une conférence de presse —, et dans le but de ne plus rien entendre de la part de ce gouvernement corrompu aujourd'hui, je propose:
Que la Chambre s'ajourne maintenant.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I move that the third report of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development, presented on Friday, February 26, be concurred in.
Madame la Présidente, je propose que le troisième rapport du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, présenté le lundi 26 février, soit adopté.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
I will be sharing my time, Madam Speaker.
I appreciate the opportunity to address this important report of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development, which relates to international development and to the situation globally in light of vulnerabilities created in the context of the COVID-19 pandemic and the Canadian response to those events. This is a four-part study and the committee has decided to present interim reports on each part of the study.
Earlier this week, the second report was tabled, which is very interesting. It contains a joint supplementary report among all the opposition parties, the Conservatives, NDP and Bloc, highlighting, in particular, the plight of Canadian children who are detained in northern Syria. That is the second report as far as this COVID study.
The report I am requesting concurrence in is the third report of the committee.
The first report in this study deals with a different set of issues. It deals broadly with vulnerabilities created by the COVID-19 pandemic and Canada's response to it.
In the Conservative Party, we recognize and appreciate the important role that international development plays. First and foremost, our engagement with respect to international development is an expression of our belief in universal human dignity and of our commitment to the advancement of justice. It is a core principle for us, recognizing the importance of engagement in the area of international development and stemming from that basic motivation to seek the advancement of justice, especially for the world's poorest and most vulnerable.
We also recognize that strategic advantages come from international engagement, and a recognition of the strategic dimension should not supersede the commitment to justice that is involved. We recognize that in a world where hostile revisionist powers are increasingly using the language of aid to exert greater influence and to advance their autocratic objectives, our engagement in open-handed friendship with the peoples of the world in a way that expresses our commitment to justice, freedom, autonomy and human rights is the right thing to do. It also has strategic advantages for us.
Our party has also been very clear in articulating a commitment to not reduce aid levels and in articulating a commitment that emphasizes partnership in international development. For too long there has not been enough attention to the people who are struggling to develop and improve their circumstances, really as the heroes of the stories. The heroes of the stories are not those from developed countries giving resources. The heroes of these stories are the people themselves who have autonomy, who have choice, who seek the expansion of their own rights and abilities. We can support them in the effort to remove those barriers.
When I look at the particulars of the report in front of us, we heard from many excellent witnesses, and many important issues were raised as a part of that study. I want to focus on three issues that come out of this report. The first one I want to address are aid levels.
Recommendation 8 in the report calls for the government to effectively be more transparent and to articulate its intentions with respect to aid levels as a percentage of gross national income. Generally speaking, the international standard for measuring commitment to international development is how much countries can contribute as a percentage of gross national income. This metric is important because some people like to talk about their commitment to aid in terms of nominal dollar value. However, I think all members of the House understand, or should understand, that as a result of inflation, the value of a dollar gradually decreases over time and also that a country's capacity to contribute shifts as a result of gross national income.
This is why the general standard with respect to international development is to assess the commitment of countries, of governments, as a percentage of gross national income, not in raw dollar numbers. Even if somebody is over time contributing slightly more in terms of raw dollar numbers, in substance they may be contributing less.
When the government talks about international development, it says that it is increasing aid level amounts. While that may be true in nominal dollar terms, that is not true as a percentage of gross national income. Aid levels over the years, since the Prime Minister took office, have been cut in terms of a percentage of gross national income. The consistent levels under the last Conservative government, but also the government of Brian Mulroney, were higher than they were under Liberal governments, measured in the way these things are measured, as a percentage of gross national income. The Liberals like to talk about their commitment to international development, but, in fact, in real and meaningful terms, they have not really been where they need to be.
The other thing to note, though, about this measurement is that when there is a dramatic drop in gross national income, that can lead to the increase in apparent contribution in aid levels measured as a percentage of gross national income. Although we have been critical of the government for this cut in aid levels as a percentage of GNI, we do not want it to achieve this level by simply presiding over significant reductions in our gross national income. As a result of its failures on the economy, frankly, there is a risk of doing this, that instead of increasing our contribution to the world, we would be increasing the apparent contribution simply by seeing our gross national income go down, and that is not a particularly good thing either.
This report calls for the government to be transparent about what its plans and intentions are with respect to aid levels as a percentage of GNI. Unfortunately, we have not seen that transparency, and we did not see a commitment to that transparency in the government's response to this.
The second issue I want to talk about is direction and control. Direction and control is a structure by which charities are required to be in full direct and control of monies that they receive to maintain the qualification of those resources as part of their charitable status. Canadian requirements around direction and control are relatively unique in the world. Other countries emphasize that charities have to be accountable for the resources they spend. Being accountable for those resources does not mean they have to be in total control of how those dollars are spent.
Let me make this concrete. If a Canadian charity is working on a project in a village somewhere overseas, the gold standard in terms of development would be to give as much autonomy and control over that project to local people and have the international organization, the Canadian charity, come along as a partner and supporter, recognizing the need to build and support autonomy for the local community with respect to its delivery of this program.
The direction and control requirements that the CRA imposes are not only extremely expensive with respect to the requirements around compliance, they effectively take dollars away from international development by requiring charities to spend more money on tax lawyers. They also run counter to the values of local autonomy and partnership that are supposed to be part of what effective international development looks like.
The Conservatives have been consistent in calling for reforms to the direction and control system. I have asked the minister about this. I have also specifically raised the question of Bill S-222 from Senator Omidvar, a bill that seeks to reform the system.
I call on the government, again, to articulate its position, and there is a strong unanimous recommendation in this report for the government to, as quickly as possible, reform the direction and control system.
I wanted to talk a bit about COVAX, but maybe I can get to that in questions and comments.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole.
Je me réjouis de l'occasion qui m'est donnée de prendre la parole au sujet de cet important rapport du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international. Ce rapport porte sur le développement international et sur la situation mondiale à la lumière des vulnérabilités créées dans le contexte de la pandémie de COVID‑19 et de la réponse canadienne à ces événements. Il s'agit d'une étude en quatre volets et le Comité a décidé de présenter des rapports provisoires sur chaque volet de l'étude.
Plus tôt cette semaine, le deuxième rapport a été présenté, et il est très intéressant. Il contient un rapport complémentaire conjoint de tous les partis d'opposition, les conservateurs, le NPD et le Bloc, qui met notamment en lumière le sort des enfants canadiens détenus dans le Nord de la Syrie. C'est le deuxième rapport concernant l'étude sur la COVID‑19.
Le rapport pour lequel je demande l'adoption est le troisième rapport du Comité.
Le premier rapport de l'étude traite de questions différentes. Il traite de manière générale des vulnérabilités créées par la pandémie de COVID‑19 et de la réponse du Canada à celle-ci.
Au Parti conservateur, nous reconnaissons l'importance du développement international. D'abord et avant tout, notre engagement à l'égard du développement international représente bien l'importance que nous accordons à la dignité humaine pour tous et à la promotion de la justice. Il s'agit de l'un de nos principes fondamentaux: reconnaître l'importance de l'engagement dans le domaine du développement international et la motivation qui en découle de promouvoir la justice, surtout dans les régions les plus pauvres et les plus vulnérables du monde.
Nous reconnaissons aussi les avantages stratégiques que procure notre engagement sur la scène internationale, mais reconnaître cette dimension stratégique ne doit pas se faire au détriment de la justice. Par ailleurs, nous reconnaissons que dans un monde où les pouvoirs révisionnistes hostiles utilisent de plus en plus le prétexte de l'aide pour accroître leur influence et faire progresser leurs objectifs autocratiques, notre meilleure stratégie est de favoriser ouvertement les liens d'amitié avec les peuples du monde, tout en démontrant notre engagement envers la justice, la liberté, l'autonomie et les droits de la personne. Cette stratégie nous procure aussi des avantages.
Notre parti s'est clairement engagé à ne pas réduire les niveaux d'aide et à miser plutôt sur les partenariats en matière de développement international. Pendant trop longtemps, on n'a pas porté suffisamment attention aux gens qui se démènent pour améliorer leur sort. Ils doivent être reconnus comme les héros qu'ils sont. Les vrais héros ne sont pas les personnes des pays développés qui donnent des ressources. Les vrais héros sont les personnes qui ont l'autonomie, qui ont le choix et qui cherchent à améliorer leurs propres droits et leurs capacités. Nous pouvons les aider à éliminer les barrières.
En consultant les détails du rapport que nous avons entre les mains, je constate qu'il prend appui sur les témoignages de témoins exceptionnels et les nombreux enjeux qui ont été examinés dans le cadre de cette étude. J'aimerais soulever trois questions qui découlent de ce rapport. La première dont je vais vous parler porte sur les niveaux d'aide.
La recommandation 8 appelle le gouvernement du Canada à faire preuve de plus de transparence et à préciser s’il a l’intention d’augmenter l’aide publique au développement en pourcentage du revenu national brut. Selon la norme internationale reconnue, on établit l'engagement envers le développement international d'un pays au pourcentage de son revenu national brut correspondant à sa contribution. C'est un indicateur important, car certaines personnes vantent l'ampleur de leur contribution d'après sa valeur nominale. Pourtant, tous les députés de la Chambre comprennent sûrement, ou à tout le moins devraient comprendre que la valeur d'un dollar s'amenuise au fil du temps en raison de l'inflation, tout comme le revenu national brut d'un pays influe sur sa capacité à contribuer à l'aide au développement.
C'est pour cette raison que la norme générale en matière de développement international consiste à évaluer l'engagement des pays, c'est-à-dire des gouvernements, en fonction du revenu national brut plutôt qu'en dollars bruts. Même si un pays augmente légèrement sa contribution en dollars bruts au fil du temps, il pourrait essentiellement s'agir d'une réduction.
Quand le gouvernement parle de développement international, il affirme augmenter les sommes qui y sont consacrées. Même si leur valeur nominale peut nous en donner l'impression, ce n'est pas le cas quand on regarde le pourcentage du revenu national brut. Depuis l'arrivée au pouvoir du premier ministre, le pourcentage du revenu national brut correspondant à l'aide au développement a graduellement diminué. Quand on calcule l'aide sous forme de pourcentage du revenu national brut, on constate que, comparativement à celle accordée par les gouvernements libéraux, elle était constamment supérieure sous le dernier gouvernement conservateur, ainsi que sous celui de Brian Mulroney. Les libéraux se font une fierté de souligner leur engagement envers le développement international, mais, concrètement, ils sont loin du but.
L’autre chose à retenir à propos de cette mesure est que lorsqu’il y a une chute spectaculaire du revenu national brut, cela peut donner l’impression qu’il y a une augmentation des fonds consacrés à l’aide, s’ils sont présentés comme un pourcentage du revenu national brut. Même si nous avons critiqué le gouvernement pour cette réduction du niveau de l’aide en pourcentage du revenu national brut, nous ne voulons pas qu’il atteigne ce niveau simplement en orchestrant des réductions importantes de notre revenu national brut. Au vu des échecs du gouvernement en matière d’économie, ce risque est franchement bien réel. Au lieu d’augmenter véritablement notre contribution à l’aide internationale, nous ne donnerions que l’impression de le faire en voyant notre revenu national brut diminuer, et ce n’est pas vraiment souhaitable non plus.
Ce rapport demande au gouvernement d’être transparent quant à ses projets concernant le niveau d’aide en pourcentage du revenu national brut. Malheureusement, le gouvernement n’a pas été transparent sur ce point jusqu’ici et sa réponse montre qu’il n’a pas l’intention de l’être.
Le deuxième enjeu que je souhaite aborder concerne la direction et le contrôle. Selon ce principe, un organisme de bienfaisance qui reçoit de l'argent en raison de son statut doit conserver la direction et le contrôle de l'argent qu'il reçoit pour y demeurer admissible. Les exigences canadiennes en matière de direction et de contrôle n'ont pas vraiment d'équivalent ailleurs dans le monde. D'autres pays exigent plutôt que les organismes de bienfaisance rendent des comptes à propos de l'argent qu'ils dépensent. Ils ne sont toutefois pas tenus d'avoir le plein contrôle de la façon dont cet argent est dépensé.
Voyons un peu quelles sont les répercussions sur le terrain. Si un organisme de bienfaisance canadien travaille sur un projet dans un village situé quelque part outremer, la norme d'excellence en matière de développement serait de donner à la population locale le plus d'autonomie et de contrôle possible à propos du projet, tandis que l'organisation étrangère, en l'occurrence l'organisme canadien, agit comme partenaire et allié, sachant qu'il faut faire en sorte que la communauté locale puisse apprendre à fournir ce programme de manière autonome et à maintenir cette autonomie.
Il en coûte extrêmement cher aux organismes pour démontrer qu'ils se conforment aux exigences en matière de direction et de contrôle qu'impose l'Agence du revenu du Canada. Résultat: les sommes disponibles pour le développement international sont réduites, puisque les organismes de bienfaisance doivent dépenser davantage pour payer des avocats fiscalistes. Ces exigences vont aussi à l'encontre des valeurs que sont l'autonomie locale et le partenariat, qui sont censés faire partie intégrante d'un développement international efficace.
Les conservateurs demandent depuis déjà un certain temps une réforme des exigences de direction et de contrôle. J'ai posé des questions à la ministre à ce sujet. J'ai aussi parlé spécifiquement du projet de loi S‑222, présenté par la sénatrice Omidvar, qui vise à réformer ces exigences.
Je demande une fois de plus au gouvernement d'expliquer sa position et, si une recommandation ferme et unanime va en ce sens, de réformer les exigences de direction et de contrôle.
J'avais espéré parler un peu du programme COVAX, mais je pourrai peut-être aborder ce sujet pendant les questions et observations.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2021-06-10 11:10 [p.8199]
Madam Speaker, at the end of my hon. colleague's speech, he mentioned COVAX, which we know is an important program. Could I give him a couple of extra minutes to explain the importance of the COVAX program?
Madame la Présidente, à la fin de son discours, le député a parlé du mécanisme COVAX, qui, comme nous le savons, est un programme important. Pourrait-on lui accorder quelques minutes supplémentaires pour qu'il explique l'importance du programme COVAX?
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I thank my colleague for Cariboo—Prince George for the excellent work he does on so many issues.
Canada is the only G7 country to be drawing from the COVAX program, and this reflects what has been a real failure on the part of the Government of Canada to effectively make vaccines available to Canadians. The government likes to talk about how it is doing the first dose as well as this—
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Cariboo—Prince George de l'excellent travail qu'il fait dans de nombreux dossiers.
Le Canada est le seul pays du G7 à se servir du programme COVAX. Cela découle de l'échec retentissant du gouvernement du Canada à rendre des vaccins facilement disponibles pour les Canadiens. Le gouvernement aime se targuer de l'administration de la première dose et de ce...
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, Canada is the only G7 country that is drawing from the COVAX program, and that just reflects the fact that our government has not been effective in getting vaccinations to Canadians. It is now drawing from this program that was generally designed to provide equitable access to vaccines to support the needs of developing countries.
I know a source of disappointment for a lot people is the sort of general failure of the government in making vaccines available, but also that the result of that is not just affecting Canadians. This choice the government is making to draw from COVAX is also affecting people around the world.
Madame la Présidente, le Canada est le seul pays du G7 à se servir du programme COVAX. Cela découle de l'incapacité du gouvernement à se procurer efficacement des vaccins pour les Canadiens. Il puise maintenant à même ce programme, qui a été conçu dans son ensemble pour offrir un accès équitable aux vaccins, afin de répondre aux besoins des pays en développement.
Je sais que beaucoup de gens sont déçus de l'échec du gouvernement à assurer la disponibilité des vaccins, mais aussi que les conséquences de cet échec ne touchent pas seulement les Canadiens. Ce choix que le gouvernement fait de puiser dans le programme COVAX a des répercussions dans le monde entier.
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2021-06-10 11:14 [p.8199]
Madam Speaker, I note the member's concern about two things, and I want to ask him about the campaign pledge that was made during the last federal election by his party, which was to dramatically reduce foreign aid. He ran on that party platform to reduce foreign aid, yet today he seems to have had a complete change of heart, or a change of head, and I would like him to comment on that. I would also like him to comment on the government's response to recommendation 10, which is very positive, to understand that absolutely we support COVAX and will support vaccine distribution.
Does he have any response to the government's response on recommendation 10?
Madame la Présidente, je remarque deux choses qui préoccupent le député. Aux dernières élections fédérales, le député a fait campagne avec la plateforme de son parti, qui nous promettait de réduire considérablement l'aide internationale. Or, il semble qu'il ait maintenant complètement changé d'avis. J'aimerais qu'il nous parle de cette volte-face, de même que de la réponse très favorable du gouvernement à la recommandation 10, ce qui montre que nous adhérons tout à fait au mécanisme COVAX et que nous redistribuerons éventuellement les vaccins.
Que pense le député de la réponse du gouvernement à la recommandation 10?
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, it is very clear from the numbers what the Conservative record in government has been with respect to international development. Leadership was shown by the Mulroney government and the Harper government around maternal and child health. It is important to always be asking how we can increase our effectiveness. Part of increasing that effectiveness is supporting the world's most vulnerable, and part of that is removing red tape for charitable organizations, such as with the reforms to direction and control. I will say again that our leader has been very clear about not reducing aid levels.
In terms of the member's question about COVAX, the government has offered financial support to COVAX. However, the government has not, on its own, been able to secure supply necessary for Canadians and thus has gone to COVAX. The fact is that Canada is behind. People can see that, around the world, other countries are certainly ahead of us in being able to open up, and that reflects the failure of the government to make vaccines available. The point about COVAX is that failure does have consequences, not just for Canadians, but also for people in developing countries.
Madame la Présidente, les statistiques montrent clairement le bilan des conservateurs en matière d'aide au développement international lorsqu'ils étaient au pouvoir. Les gouvernements Mulroney et Harper ont fait preuve de leadership en matière de santé des mères et des enfants. Il est important que nous cherchions toujours à améliorer notre efficacité à ce chapitre, notamment en soutenant les personnes les plus vulnérables dans le monde et en réduisant les formalités administratives pour les organismes de bienfaisance, ce qui pourrait se faire, par exemple, en apportant des changements à la politique qui exige que ces organismes conservent la direction et le contrôle de leurs ressources et de leurs activités. Je répète que notre chef s'est clairement engagé à ne pas réduire les niveaux d'aide internationale.
Pour répondre à la question du député concernant le mécanisme COVAX, je lui dirais que le gouvernement a financé ce mécanisme. Toutefois, il n'a pas réussi, à obtenir le nombre de doses nécessaires pour vacciner les Canadiens, si bien qu'il fait maintenant appel au mécanisme COVAX. Le Canada accuse du retard. Les gens le constatent. D'autres pays dans le monde ont certainement une longueur d'avance sur nous, en ce sens qu'ils sont déjà en mesure de reprendre l'activité économique. La raison, c'est que le gouvernement n'a pas réussi à nous procurer les vaccins dont nous avons besoin. Cet échec, qui nous oblige à faire appel au mécanisme COVAX, a des conséquences non seulement pour les Canadiens, mais également pour les populations des pays en développement.
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
View Iqra Khalid Profile
2021-06-10 11:17 [p.8200]
Madam Speaker, I did not really understand what the member had to say, especially with the hon. parliamentary secretary's question about the Conservative campaign commitments with respect to decreasing foreign aid. With what the member is saying right now, there seems to be a kind of duplicity.
Can the member clarify for us if he believes that Canada needs to provide more aid or not, based on his party's platform?
Madame la Présidente, je ne comprends pas vraiment ce que dit le député, surtout en réponse à la question du secrétaire parlementaire sur l'engagement que les conservateurs ont pris durant leur campagne de réduire l'aide étrangère. Les propos que le député tient aujourd'hui semblent donc empreints d'une certaine duplicité.
Le député peut‑il nous indiquer s'il croit que le Canada doit fournir davantage d'aide ou non, d'après le programme de son parti?
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I think I was very clear that we effectively saw cuts, in terms of aid as a share of GNI, from the time of the Harper government to the current government. Going forward, Conservatives have committed to maintaining our aid levels and also to taking steps, such as the reform of direction and control, that would remove red tape and effectively deliver far more in terms of dollars to the front lines. If we remove that unnecessary red tape through processes like direction and control, we can do so much more good around the world.
Madame la Présidente, je pense qu'il est très clair qu'il y a effectivement eu une réduction du pourcentage de l'aide par rapport au revenu national brut, depuis que le gouvernement actuel a remplacé le gouvernement Harper à la tête du pays. Les conservateurs se sont engagés à maintenir nos niveaux d'aide et à prendre des mesures, par exemple, en changeant la politique sur la direction et le contrôle de manière à éliminer les formalités administratives et à verser bien plus d'argent aux intervenants de première ligne. Si nous éliminons les formalités administratives inutiles qui sont liées à la politique sur la direction et le contrôle, nous serons capables de faire le bien à plus grande échelle un peu partout dans le monde.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2021-06-10 11:18 [p.8200]
Madam Speaker, I want to thank our hon. colleague for Sherwood Park—Fort Saskatchewan for sharing his time with me to comment on the third report of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development, as well as the effects of the pandemic on some of our most marginalized countries.
To date, more than 112 million people around the world have been infected by the COVID‑19 virus and 2.5 million people have died. This pandemic rocked our world. As of March 11, 2020, it was designated a global pandemic and things are just now getting back to the new normal, whatever that looks like. I think this report is important to see how Canada can not only do its part helping those here at home, but do its part on the world stage, which is always important.
Out of the report came 10 recommendations. I have been part of committees in the past that have studied important issues such as the suicide epidemic in our first nations, sexual trauma within our military and the impacts of post-traumatic stress disorder on first responders and those who serve our country and communities. Another report we studied was on the impacts of changes to the Fisheries Act from the previous Harper government to the Liberal government in the previous session. These reports are important. We hear from witnesses who give us a different perspective from the ones we 338 members of Parliament, who have been elected to represent the electors in our fine country, bring to the House. It would not be in line with one of my speeches if I did not remind the House that it does not belong to us, to the Prime Minister, to the Speaker or to me: It belongs to the electors. This is the electors' House.
The report that we are tabling today talks about Canada's contributions on the world stage, and the impact of the COVID pandemic worldwide. The 10 recommendations that came out of this were for the government to play a lead role in the global response to COVID‑19 with the aim of:
ensuring a coordinated, timely and needs-based response to the vulnerabilities created and exacerbated by the pandemic in crisis- and conflict-affected areas.
We know that in developed countries such as our own, and to the south of us, the impact has been immeasurable, but for countries deeply affected by conflict and for some of our most marginalized countries that impact has been absolutely devastating. COVID has had an immeasurable impact on them. My colleague talked about the COVAX program that developed countries pay into to support the purchase and supply of vaccines for underdeveloped countries. Sadly, what we saw from the current government was that Canada shamefully had to apply to dip into it. It took vaccines that were destined for underdeveloped countries and administered them here within our own borders. This was because of the government's failure early on to take the pandemic seriously.
On January 27, 2020, I stood in the House and said to the Minister of Transport, as I was the then shadow minister for transportation, that Canada was the gateway to and from Asia and that we were the jumping-off spot for international travel. Many Europeans and people from all around the world enter our country through our ports and airports and then travel domestically.
I challenged the government at that time on what it was going to do to secure our borders. In response I was called a racist, and I was told I was fearmongering. I challenged the health minister the next week about what steps we were going to take at our airports and ports to ensure those frontline airline and aviation personnel, as well as those on our borders, had the PPE they needed to stay safe. Again, I was chastised for fearmongering.
At every step of the way, we have seen that the government has not heeded any of the early warnings. If it had, we would not be at the end of third wave. Hopefully, we will not get into a fourth wave. What stopped the third wave, or put the brakes on the third wave, was the fact that the government had to get into or apply to the COVAX program, an international program that was designed to supply underdeveloped countries with the vaccines necessary to weather the storm.
Our Prime Minister is with other world leaders as we speak, talking about how COVID has impacted the world and how it really changes our perspective. We talk about getting back to normal, but what does that normal look like? Then we talk about the new normal. This report has 10 recommendations that the government could hopefully heed. As I alluded to earlier, as a member of Parliament, I have been part of a number of different studies. Sadly, what I have seen is that the recommendations go unheeded, much as they did back in January 2020, at the very beginning of this pandemic.
If only the government had heeded our recommendations and questions at that time, I believe Canada would be in a far better state than we are today. Perhaps we would not be in a third wave. Perhaps things would be opening up. Perhaps Canadians would be able to see their relatives and loved ones, and hug them and be with them.
We are beginning to see the light at the end of the tunnel, which is great. However, this report details some things Canada could to to make sure that, if heaven forbid, another global pandemic were to take place, Canada would be right there, prepared to help not only here at home but also on the world stage. That is rightfully where we should be. That is our position. Canada should always be that beacon of hope. Canada should be there to lend that helping hand.
As I mentioned, there were 10 recommendations. I read out recommendation 1. The second recommendation is:
That, by allocating new funding, the Government of Canada increase its contributions to international humanitarian appeals in line with the growing demands on the humanitarian system, while ensuring that assistance reaches the most vulnerable people based on need, including in relation to food security, child protection, education and health care in emergency settings, psychosocial support, and gender-based violence prevention and response services.
Again, I hope our government heeds these recommendations. Our hon. colleague, in his intervention, mentioned three important recommendations. I want to go to the third one that I think is important:
That Canada lead and coordinate, with like-minded nations, an expansion of a feminist agenda specifically addressing domestic abuse and gender-based violence during COVID lockdowns....
That is a feminist agenda. We know that our government holds that dear to its heart. We know that the incidents of domestic violence, suicidal ideation and anxiety have been felt here at home, which is why we challenged the government to implement 988, a simple three-digit suicide prevention hotline.
Madame la Présidente, je veux remercier notre collègue de Sherwood Park—Fort Saskatchewan d'avoir partagé son temps de parole avec moi pour que je puisse faire mes observations sur le troisième rapport du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, ainsi que sur les effets de la pandémie dans certains pays figurant parmi les plus marginalisés.
À ce jour, plus de 112 millions de personnes dans le monde ont été infectées par le virus de la COVID-19 et près de 2,5 millions d’entre elles en seraient mortes. Cette pandémie a bouleversé notre univers. L'état de pandémie mondiale a été déclaré le 11 mars 2020, et nous amorçons juste maintenant la transition vers une nouvelle normalité, dont nous ne connaissons pas encore la forme. Je pense que ce rapport joue un rôle déterminant parce qu'il nous permet de voir comment le Canada peut aider non seulement sa population, mais aussi les citoyens d'autres pays, ce qui est toujours important.
Dix recommandations sont contenues dans le rapport. J'ai fait partie de comités qui se sont penchés sur des questions importantes, notamment l'épidémie de suicides dans les communautés des Premières Nations, les traumatismes sexuels dans les forces armées et les conséquences du syndrome de stress post-traumatique parmi les premiers intervenants et les personnes qui servent notre pays et nos collectivités. Un autre rapport ayant fait l'objet d'un examen portait sur l'incidence des changements apportés à la Loi sur les pêches par le gouvernement Harper précédent et par le gouvernement libéral au cours de la session précédente. Les rapports sont importants. Nous entendons les témoignages de personnes qui nous présentent des perspectives différentes de celles des 338 députés à la Chambre, qui ont été élus pour représenter les électeurs de notre grand pays. Il me semble tout à fait à propos de rappeler à la Chambre qu'elle n'appartient ni aux députés, ni au premier ministre, ni au Président. Elle appartient aux électeurs. C'est leur Chambre.
Dans le rapport que nous déposons aujourd'hui, il est question de la contribution du Canada à l'échelle mondiale et des répercussions de la pandémie de la COVID-19 dans le monde entier. Les 10 recommandations formulées dans le rapport veulent que le gouvernement du Canada joue un rôle de chef de file dans la lutte internationale contre la pandémie de COVID‑19 afin que:
[l'on] réponde aux vulnérabilités créées et exacerbées par la pandémie dans les régions touchées par des crises et des conflits de manière coordonnée, rapide et en fonction des besoins.
Nous savons que dans les pays développés, comme chez nous et chez notre voisin du Sud, les répercussions ont été énormes; mais dans les pays touchés par de sérieux conflits et dans les pays les plus marginalisés, les répercussions ont été absolument catastrophiques. Dans ces pays, les conséquences de la COVID‑19 sont incommensurables. Mon collègue a parlé du programme COVAX financé par les pays développés pour acheter des vaccins et les fournir aux pays sous-développés. Hélas, nous avons constaté avec honte que les actions du gouvernement ont fait que le Canada a dû présenter une demande à ce programme pour en profiter. Notre pays a pris des vaccins destinés aux pays sous-développés pour les administrer sur notre sol. Ce scandale résulte de l’incapacité du gouvernement à prendre la pandémie au sérieux dès le début.
Le 27 janvier 2020, j’ai pris la parole à la Chambre pour dire au ministre des Transports, puisque j'étais alors le ministre du cabinet fantôme pour les Transports, que le Canada était une plateforme de circulation depuis et vers l’Asie, ainsi qu’un point de départ pour des voyages internationaux. De nombreux Européens et des gens du monde entier entrent sur notre territoire par nos ports et nos aéroports avant de se déplacer à l’intérieur du Canada.
J'ai alors pressé le gouvernement de nous dire ce qu'il allait faire pour renforcer la sécurité à nos frontières. En guise de réponse, on m'a accusé d'être raciste et de tenir des propos alarmistes. La semaine suivante, j'ai demandé à la ministre de la Santé quelles mesures seraient prises dans les aéroports et les ports pour que les travailleurs de première ligne, dans le secteur du transport aérien et aux frontières, aient l'équipement de protection individuelle dont ils avaient besoin pour se protéger. On m'a encore une fois reproché de tenir des propos alarmistes.
À toutes les étapes, nous avons vu que le gouvernement n'a pas tenu compte des premiers avertissements. S'il l'avait fait, nous n'en serions pas à la fin de la troisième vague. Espérons que nous éviterons une quatrième vague. Ce qui a mis fin à la troisième vague, ou plutôt ce qui l'a freinée, c'est la décision que le gouvernement a dû prendre d'adhérer ou de faire appel au mécanisme COVAX, un programme international qui a été conçu pour envoyer aux pays sous-développés les vaccins nécessaires pour traverser la tempête.
En ce moment même, le premier ministre et d'autres chefs d'État discutent des répercussions de la COVID‑19 sur le monde et des changements de perspectives que la pandémie a entraînés. Nous parlons d'un retour à la normale, mais que voulons-nous dire exactement? Puis, nous parlons de la nouvelle normalité. Ce rapport comprend 10 recommandations auxquelles le gouvernement pourrait donner suite. Comme j'y ai fait allusion plus tôt, en tant que député, j'ai participé à différentes études. Malheureusement, j'ai constaté que les recommandations restent lettre morte, comme ce qui s'est passé en janvier 2020, au tout début de la pandémie.
Si seulement le gouvernement avait tenu compte de nos recommandations et de nos questions à ce moment-là, je pense que le Canada serait en bien meilleure position aujourd'hui. Nous n'aurions peut-être pas eu de troisième vague. Nous parlerions peut-être de réouverture. Les Canadiens auraient peut-être la possibilité de voir leurs proches et leurs êtres chers, de les serrer dans leurs bras et de les côtoyer.
Nous commençons à voir la lumière au bout du tunnel, ce qui est formidable. Cela dit, le rapport expose en détail certaines mesures que le Canada pourrait prendre pour s'assurer que si, par malheur, une autre pandémie mondiale devait survenir, le Canada serait là, prêt à intervenir non seulement ici, au pays, mais aussi sur la scène mondiale. Ce rôle nous appartient à juste titre. C'est notre position. Le Canada devrait toujours être un symbole d'espoir. Le Canada devrait être là pour prêter main-forte.
Comme je l'ai dit, il y a 10 recommandations. J'ai lu la première recommandation. Voici la deuxième:
Que le gouvernement du Canada, en affectant de nouveaux fonds, augmente ses contributions aux appels à l’aide humanitaire internationale en fonction des pressions accrues que subit le système humanitaire, en veillant à ce que l’aide se rende jusqu’aux populations les plus vulnérables en fonction des besoins, notamment en ce qui concerne la sécurité alimentaire, la protection de l’enfance, l’éducation et les soins de santé en situation d’urgence, le soutien psychosocial ainsi que les mesures de prévention et d’intervention liées à la violence fondée sur le sexe.
Encore une fois, j'espère que le gouvernement tiendra compte de ces recommandations. Notre collègue, dans son intervention, a mentionné trois recommandations importantes. J'aimerais passer à la troisième, qui me semble importante:
Que le Canada dirige et coordonne, de concert avec des pays aux vues similaires, l’élargissement d’un programme féministe, en abordant plus particulièrement la violence familiale et la violence sexiste pendant les confinements attribuables à la COVID‑19...
Il s'agit d'un programme féministe. Nous savons que le gouvernement y tient beaucoup. Nous savons que les effets des incidents de violence familiale, des idées suicidaires et de l'anxiété se sont fait sentir partout au pays, et c'est pourquoi nous avons sommé le gouvernement de mettre en place un simple numéro d'urgence à trois chiffres, le 988, pour la prévention du suicide.
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
View Iqra Khalid Profile
2021-06-10 11:29 [p.8201]
Madam Speaker, I really was paying attention to the member's speech, and he talked about how this House does not belong to us. He said that it belongs to the people who trusted us to come here, represent them and do the work that they require us to do to move this country forward.
Therefore, why is the member's party preventing legislation that would provide support to local businesses in Canada and to workers here in Canada? Why has his party been voting consistently against providing that support to Canadians?
Madame la Présidente, j'ai écouté bien attentivement le discours du député. Il a dit que cette Chambre ne nous appartient pas, que c'est la Chambre de la population qui nous a accordé sa confiance en nous élisant pour que nous la représentions et que nous fassions le travail qu'elle attend de nous pour faire avancer ce pays.
Dans ce cas, pourquoi le parti du député nous empêche-t-il d'adopter des mesures législatives qui aideraient des entreprises locales et des travailleurs au Canada? Pourquoi ce parti a-t-il constamment voté contre l'aide que nous voulons offrir aux Canadiens?
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2021-06-10 11:29 [p.8201]
Madam Speaker, the comments from my hon. colleague, for whom I have great respect, are simply misleading. Every step of the way, we have worked tirelessly on a team Canada approach. Sadly, what we have seen is a government that chooses to do whatever it wants to do. The Liberals are in power. They have their legislative agenda. Why are they dithering and delaying on the important pieces of legislation that they would like to see brought forward?
We have, in full honesty, worked diligently since the very beginning in offering a full team Canada approach. I am saddened by the comments from my hon. colleague. I know she is better than that.
Madame la Présidente, en tout respect pour ma collègue, j'estime que ses propos sont tout simplement trompeurs. Depuis le tout début, nous n'avons pas ménagé les efforts pour promouvoir une approche Équipe Canada. Malheureusement, nous sommes en présence d'un gouvernement qui choisit de faire tout ce qu'il veut. Les libéraux sont au pouvoir et ils ont leur propre programme législatif, alors pourquoi tergiverser et retarder l'adoption des mesures législatives qu'ils aimeraient mettre en place?
En toute franchise, nous avons travaillé avec diligence depuis le tout début pour promouvoir une véritable approche Équipe Canada. Je trouve malheureux que ma collègue tienne de tels propos. Je sais qu'elle peut faire mieux que cela.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-10 11:30 [p.8201]
Madam Speaker, everything that the member has said could have easily been said during what was supposed to be debated today, which is the budget bill.
The Conservative Party of Canada is playing a destructive force on the floor of the House of Commons. The Conservatives' intention is not to have a genuine debate on the issue. That is the reason why they moved adjournment. Their irresponsible behaviour is at a great cost to Canadians from coast to coast to coast.
When is the Conservative Party of Canada going to stop playing the political, partisan games that it has been playing for the last little while so the government can continue to work with willing opposition parties to serve Canadians well in the House of Commons, as opposed to the games being played by the Conservatives? We want to work. Why does the Conservative Party not want to work? Why does it want to play a destructive force?
Madame la Présidente, le député aurait aisément pu tenir les mêmes propos au cours du débat que nous étions censés tenir aujourd'hui sur le projet de loi d'exécution du budget.
Le Parti conservateur du Canada exerce actuellement une force destructrice sur le parquet de la Chambre des communes. Les conservateurs n'ont pas l'intention de tenir un véritable débat sur cette question. C'est pour cela qu'ils ont proposé l'ajournement. Or, leur comportement irresponsable nuit grandement aux Canadiens d'un océan à l'autre.
Quand le Parti conservateur du Canada renoncera-t-il aux manœuvres partisanes auxquelles il se livre depuis quelque temps et permettra-t-il que le gouvernement continue à collaborer avec les partis de l'opposition désireux de bien servir les Canadiens à la Chambre des communes? Nous voulons faire avancer les travaux. Pourquoi le Parti conservateur ne le veut-il pas? Pourquoi souhaite-t-il agir comme une force destructrice?
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2021-06-10 11:31 [p.8201]
Madam Speaker, that is simply not true. This is coming from a government that prorogued last summer right when Canadians were desperate for their relief programs, which were just about to end. Why did the Liberals prorogue? They prorogued to cover up another scandal by the government, by this Prime Minister.
It is absolutely false, and again there are more falsehoods coming from the other side. It is really disappointing when we have tried so hard to work in concert with the government, and at every step of the way, it has either prorogued Parliament or filibustered at committees. It is the most corrupt government that we have ever seen, and I am appalled by that question.
Madame la Présidente, ces affirmations sont tout simplement fausses. Elles viennent d'un gouvernement qui a prorogé le Parlement l'été dernier alors que les Canadiens comptaient désespérément sur les programmes d'aide qui étaient sur le point de se terminer. Pourquoi les libéraux ont-ils prorogé les travaux parlementaires? Tout simplement pour couvrir un autre scandale impliquant le gouvernement et le premier ministre.
Ce qu'avance le député est absolument faux. Encore une fois, le parti d'en face présente des faussetés. Quelle déception pour nous alors que nous avons vraiment tenté de collaborer avec le gouvernement. À différentes étapes, le gouvernement a soit prorogé le Parlement, soit fait de l'obstruction aux comités. L'actuel gouvernement est le plus corrompu qu'on ait jamais vu et je suis consterné de cette question.
View Dave Epp Profile
CPC (ON)
View Dave Epp Profile
2021-06-10 11:32 [p.8201]
Madam Speaker, I appreciate my colleague's speech, and the previous speaker's as well, regarding this report and their work on direction and control. The government stated that Canada would be back on the international stage, and yet the record does not show that. I wonder if my colleague could comment on that.
I understand from previous Conservative administrations that Canada's percentage of foreign aid was up to 0.55%, or fifty-five pennies out of a hundred dollars of gross net income, under the Mulroney government. It was up to 0.37% and 0.38% under the Harper government, yet in the last several years, it has hovered between 0.26% and 0.28%.
The Liberals say they are back, yet we continue to drop in our place in the world. I wonder if my colleague could comment.
Madame la Présidente, j'apprécie le discours du député et celui prononcé par un autre député avant lui au sujet du rapport et des travaux que tous deux ont menés concernant la direction et le contrôle. Le gouvernement a affirmé que le Canada serait de retour sur la scène internationale, mais ce n'est pas ce que l'on constate. Je me demande ce qu'en pense mon collègue.
Si l'on se fie aux données fournies par les administrations conservatrices précédentes, le pourcentage de l'aide étrangère du Canada avait atteint 0,55 %, soit 55 ¢ par 100 $, du revenu national brut à l'époque du gouvernement Mulroney. Pendant les années Harper, il est passé à 0,37 % et 0,38 %. Or, ces dernières années, il oscille entre 0,26 % et 0,28 %. 
Les libéraux disent que le pays est de retour; or il ne cesse de perdre du terrain. Je me demande ce qu'en pense mon collègue.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2021-06-10 11:33 [p.8202]
Madam Speaker, my hon. colleague is absolutely right. We have seen the government master very well the manipulation of the media in spinning the story about how Canada is back. What we have really seen is that the Liberals have taken first nations children to court, that they are a government plagued by scandal, and that they continue to only look after their Liberal friends and family. This is a shame. It is truly shocking.
Mon collègue a tout à fait raison, madame la Présidente. Nous avons vu que le gouvernement maîtrise parfaitement la manipulation des médias en leur faisant croire que le Canada est de retour. Or, ce que nous avons constaté, c'est que les libéraux n'ont pas hésité à traîner des enfants autochtones devant les tribunaux, qu'ils accumulent les scandales et que tout ce qui compte pour eux, ce sont les amis du parti et leur famille. C'est honteux. C'est tout à fait scandaleux.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I hope Canadians can see and understand what is going on here, which is that the Conservatives are being a destructive force in the House. They are intentionally doing everything they can to prevent legislation from getting through.
The previous member just said a few minutes ago that he wanted to work with the government, yet what they are trying to oppose right now, what they are trying to prevent from getting to a vote, is a motion to extend the hours of the House so we can continue to do that work on behalf of Canadians.
Canadians should also know and realize that it is only the Conservatives who are playing these games. The NDP and the Bloc are clearly demonstrating that they want to be part of putting forward legislation.
One has to ask oneself, what is it that the Conservatives do not want to see get put forward as legislation? What legislation are they so afraid of? I would argue that it is Bill C-6, a bill to ban conversion therapy. We saw the tactics that they were up to on Friday, intentionally delaying the House.
A member is heckling me right now. I do not think we have to go too far into her record to see how she feels about conversion therapy.
They are intentionally trying to prevent the House from moving forward on progressive legislation such as conversion therapy. We saw what they did on Friday. They held up the House so that we could not debate that. They are doing it again now. They do not want legislation that will protect Canadians, particularly members of our LGBTQ community, to pass in the House.
I am proud to stand with the Bloc Québécois and the NDP to make sure that legislation like Bill C-6 gets put into law as quickly as possible.
With that, I move:
That the House do now proceed to orders of the day.
Madame la Présidente, j'espère que les Canadiens réalisent ce qui se passe. Les conservateurs représentent une force destructrice à la Chambre. Ils font sciemment tout ce qu'ils peuvent pour empêcher l'adoption de lois.
Le député précédent a dit, il y a quelques instants, qu'il souhaitait travailler avec le gouvernement. Pourtant, en ce moment même, les conservateurs tentent d'empêcher un vote sur une motion visant à prolonger les heures de séance de la Chambre afin que nous puissions justement travailler au nom des Canadiens.
Les Canadiens devraient aussi savoir et réaliser que ce sont les conservateurs, et les conservateurs seulement, qui s'adonnent à ces petits jeux. Les néo-démocrates et les bloquistes ont clairement démontré qu'ils souhaitent faire avancer le programme législatif.
On est donc en droit de se demander pourquoi les conservateurs appliquent ainsi les freins. Quel projet de loi les effraie autant? À mon avis, il s'agit du projet de loi C‑6, qui vise à interdire les thérapies de conversion. Ils ont employé des tactiques semblables vendredi dernier en tentant intentionnellement de retarder les travaux de la Chambre.
Une députée me chahute en ce moment. Je ne pense pas qu'il faille remonter bien loin dans les procès-verbaux pour connaître son opinion au sujet des thérapies de conversion.
Les conservateurs s'efforcent d'empêcher la Chambre d'adopter une mesure progressiste sur les thérapies de conversion. Nous avons vu ce qu'ils ont fait vendredi dernier. Ils ont retardé les travaux de la Chambre pour qu'on ne puisse pas débattre de ce projet de loi. Les voilà qui recommencent. Ils ne veulent pas que la Chambre adopte cette mesure qui protégera les Canadiens, en particulier les membres de la communauté LGBTQ.
Je suis fier de faire front commun avec le Bloc québécois et le NPD afin que le projet de loi C‑6 soit promulgué le plus rapidement possible.
Sur ce, je propose:
Que la Chambre passe maintenant à l'ordre du jour.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I am rising on a question of privilege.
Today, the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics tabled its second report. Following the notice I gave you earlier today once that report was tabled, I would like to present you, Madam Speaker, with this question of privilege.
Madame la Présidente, je soulève une question de privilège.
Le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique a déposé aujourd'hui son deuxième rapport. Pour faire suite à l'avis que j'ai donné aujourd'hui après le dépôt du rapport, je voudrais présenter, madame la Présidente, cette question de privilège.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
The second report represents the culmination of the ethics committee’s study of the Liberal government’s ethical messes, created under the guise of helping Canadians during the COVID-19 pandemic, all amounting to a pattern of corrupt behaviour. I will set that aside for a moment.
It also presents the House with what I believe are several contempts and breaches of privilege. I should thank the Chair in advance for the indulgence in hearing my submission because regrettably the second report lays out no fewer than seven matters of privilege. Thankfully though, several of them can be grouped together under common themes, which should help us move through some of those points more efficiently.
For everyone's benefit, and in my view, there are three breaches concerning the failure of witnesses to appear before the ethics committee as ordered by this House on March 25. Then there are a further three breaches concerning the government's instruction to those witnesses to defy an order of the House. Finally, there is a matter of misleading or interfering with the evidence provided to committees by the Minister of Diversity and Inclusion and Youth.
Let me start with the witnesses' failure to appear. On March 25, the House of Commons ordered, as recorded at pages 699 and 700 of the Journals, the following:
That, with a view to support the authority of committees in their important inquiries of public interest:
(a) regarding the study on questions of conflict of interest and lobbying in relation to pandemic spending by the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics.
It continues:
(ii) Rick Theis, the Prime Minister's Director of Policy and Cabinet Affairs, be ordered to appear before the committee on Monday, March 29, 2021, at 2:00 p.m.,
(iii) Amitpal Singh, the Deputy Prime Minister's Policy Advisor, be ordered to appear before the committee on Wednesday, March 31, 2021, at 2:00 p.m.,
(iv) Ben Chin, the Prime Minister's Senior Advisor, be ordered to appear before the committee on Thursday, April 8, 2021, at 2:00 p.m.
Further down, it states:
(c) should the Prime Minister instead appear before the committees mentioned in paragraphs (a) and (b), at any of the dates and times mentioned, for at least three hours, the witness otherwise scheduled to appear, and any other witnesses scheduled to appear before the same committee at a later time, be relieved of their obligation to appear pursuant to this order.
This mode of proceeding whereby the House adopts an order in aid of committee proceedings might be unusual, it is not irregular. Australia's Odgers' Australian Senate Practice, 14th edition, for example, notes at page 51, “The Senate may order particular witnesses to appear before committees. The Senate may also order documents to be produced to committees.”
In any event, appendix A of the second report informs us that the committee agreed to report to the House through that appendix that each of the three witnesses were absent at the appointed times. Furthermore, appendix A confirms that the Prime Minister did not appear on behalf of the three witnesses as the House permitted in its order.
It is well known that a question of privilege must be raised at the earliest opportunity. Given that the March 25 decision of the House makes a hybrid creation of a House order an exclusive aid of a committee proceeding, it raises the question as to the correct venue for bringing forward a complaint concerning any breach.
Our procedural authorities suggest that when committees are involved, the matter must first come to the House through a committee report. Pages 152 and 153 of Marc Bosc and André Gagnon's House of Commons Procedure and Practice, third edition, confirms. It states, “Speakers have consistently ruled that, except in the most extreme situations, they will hear questions of privilege arising from committee proceedings only upon presentation of a report from the committee which deals directly with the matter and not as a question of privilege raised by an individual Member.”
On April 12, that is to say on the first day the House sat following the absence of the witnesses, the law clerk and parliamentary counsel was a witness at the ethics committee, and I asked him for his advice in this exchange.
At page 22 of the evidence, I asked:
In this specific case, sir, of an order of the House being issued for persons to appear at committee and documents to be presented or delivered to committee, what process needs to be followed? Does it first need to be referred by the committee chair to the House, or as it is an order of the House, can the issue simply be raised by a member to the Speaker directly?
The law clerk replied:
Normally, the Speakers have indicated in rulings that, if a matter relates to a committee and to information to be provided to a committee, it would generally be the practice to wait for the committee to first address it, giving the opportunity to the committee to determine it is satisfied.
On the basis of the advice I received, I awaited completion of the ethics committee's work before raising this matter on the floor of the House of Commons, as I am doing right now.
Before moving along, there is one further timing aspect I should speak to since I anticipate the Liberals may address it when they answer these arguments. The committee agreed to request a response pursuant to Standing Order 109 from the government to the report. While Standing Order 109 bars motions for concurrence in the report until the response is tabled or 120 days have elapsed, whichever comes first, I would respectfully submit that this constitutes no barrier to a question of privilege.
Bosc and Gagnon are, for example, silent on the matter. Moreover, Standing Order 48(1) clearly directs “Whenever any matter of privilege arises, it shall be taken into consideration immediately.”
Page 81 of Bosc and Gagnon describes breaches of privilege and contempts of Parliament. It states:
Any disregard of or attack on the rights, powers and immunities of the House and its Members, either by an outside person or body, or by a Member of the House, is referred to as a “breach of privilege” and is punishable by the House. There are, however, other affronts against the dignity and authority of Parliament which may not fall within one of the specifically defined privileges. Thus, the House also claims the right to punish, as a contempt, any action which, though not a breach of a specific privilege: tends to obstruct or impede the House in the performance of its functions; ...or is an offence against the authority or dignity of the House, such as disobedience of its legitimate commands...
Bosc and Gagnon, on the very next page, favourably refers to the 1999 report of the United Kingdom Joint Committee on Parliamentary Privilege that attempted to set out various categories of known contempt. The eighth item in that list is “without reasonable excuse, failing to attend before the House or a committee after being summoned to do so.” It is followed by the tenth item “without reasonable excuse, disobeying a lawful order of the House or a committee.”
The point is made even more succinctly at paragraph 15.5 of Erskine May's Treatise on The Law, Privileges, Proceedings and Usage of Parliament, 25th edition, which states “Witnesses who refuse to appear may commit a contempt.”
Paragraph 15.7 meanwhile states:
A particular rule which, if disobeyed, may give rise to proceedings for contempt is the refusal or neglect of a witness or other person to attend either House or a committee when summoned to do so.
These issues go to the heart of Parliament's privileges, a body of law which allows us to carry out duties and responsibilities on behalf of our constituents and whose origins are ancient and anchored in the Canadian Constitution.
Page 137 of Bosc and Gagnon observes the following:
By virtue of the preamble and section 18 of the Constitution Act, 1867, Parliament has the ability to institute its own inquiries, to require the attendance of witnesses and to order the production of documents, rights which are fundamental to its proper functioning. These rights are as old as Parliament itself...
Indeed, paragraph 234 of the 1999 U.K. report that I just mentioned notes, “At least since Elizabethan times committees have been examining matters where witnesses were required to appear.” To be clear, that is not referring to our present sovereign, but to Her Majesty's namesake who reigned as Queen of England from 1558 to 1603.
Derek Lee, a former Liberal member of the House, for his part, at page 6 of his 1999 book The Power of Parliamentary Houses to Send for Persons, Papers & Records, dates the origin of this power back to the reign of King Edward III, which spanned half of the 14th century.
Alpheus Todd, a former parliamentary librarian, wrote in his 1840 book The Practice and Privileges of the Two Houses of Parliament, at page 313, “It is an essential and undisputed privilege of both Houses of Parliament, which they possess in common with every other court, to summon Witnesses before them for examination upon any subject on which they may require information to guide them in their deliberations.”
The breadth of these powers rooted in our established role as grand inquest of the nation is described at page 190 of Joseph Maingot's Parliamentary Privilege in Canada, second edition, “The only limitations, which could only be self-imposed, would be that any inquiry should relate to a subject within the legislative competence of Parliament, particularly where witnesses and documents are required and the penal jurisdiction of Parliament is contemplated. This dovetails with the right of each House of Parliament to summon and compel the attendance of all persons within the limits of their jurisdictions.”
A moment ago, I referred to the principle that breaches of privilege at the committee level should first be reported from the committee. Bosc and Gagnon provides some examples of such reports, at page 153, which states:
Most matters which have been reported by committees have concerned the behaviour of Members, witnesses or the public, or the disregard of a committee order. Committees have reported to the House on the refusal of witnesses to appear when summoned; the refusal of witnesses to answer questions; the refusal of witnesses to provide papers or records; the refusal of individuals to obey orders of a committee; the divulging of events during an in camera meeting; the disclosure of draft reports; and witnesses lying to a committee. Committees could report on instances of contempt, such as behaviour showing disrespect for the authority or activities of a committee, the intimidation of members or witnesses, or witnesses refusing to be sworn in.
Maingot, at pages 239 and 240, outlines how Messrs. Theis, Singh and Chin's disregard of the March 25 order of the House amounts to contempt:
Disobedience to rules or orders represents an affront to the dignity of the House, and accordingly the House could take action, not simply for satisfaction but to ensure that the House of Commons is held in the respect necessary for its authority to be vindicated. Without proper respect, the House of Commons could not function. Thus, disobedience may well be considered contempt, bearing in mind that the House will, in mitigation of any punishment that may be imposed, be mindful of the surrounding circumstances.
Disobedience of rules or orders is an obvious contempt and would include refusing to attend at the Bar of the House after the House had so ordered, refusing to personally attend and to produce the documents requested by a committee (the formal contempt would only be recognized when the committee reported the incident to the House and the House took action)...
As I noted, the matter of a House order for a witness to attendance at a committee is not a common creature. Nonetheless, our House has experienced this disobedience to its orders for witnesses to appear in the House.
Pages 130 to 132 of Bosc and Gagnon recount some of these examples. The first two entries relevant to this question of privilege begin on page 130:
On March 31 and April 1, 1874, Louis Riel (Provencher) was ordered to attend in his place in the House for having fled from justice in the matter of the Red River Rebellion and the murder of Thomas Scott. He failed to attend and was later expelled from the House....
In 1891, the Public Accounts Committee reported that André Senécal, an employee of the Government Printing Bureau, had failed to appear when called as a witness. The House adopted a motion summoning him to appear at the Bar. When he failed to do so, the House ordered that he be taken into the custody of the Sergeant-at-Arms, who could not locate him. No further action was taken.
The latter case concerning Mr. Senécal, a public servant holding the office of superintendent of printing, begins in the House's records at page 454 of Journals on August 27, 1891, when the public accounts committee reported that Mr. Senécal failed to appear when summoned, though the sought-after witness claimed he was following medical advice and, furthermore, had offered his resignation from his government position.
While Bosc and Gagnon noted that no further action was taken concerning Mr. Senécal, it was not for a lack of trying. The acting sergeant-at-arms, Lieutenant-Colonel Henry Smith, informed the House, at column 4747 of the Debates for September 1, 1891:
Mr. Speaker, I have the honour to report that the witness Senécal left Ottawa on or about the 24th ultimo, and, although I have made careful enquiry, I have been unable to ascertain his present whereabouts. In consequence of his absence, the Order for him to attend at the Bar of the House this afternoon, was left with a member of his family at his Ottawa residence.
A further incident, this one involving a member of the House being investigated in a corruption scandal, is recounted by Bosc and Gagnon at page 136. It states:
In 1891, Thomas McGreevy (Quebec West) was accused by Israel Tarte (Montmorency) of corrupt practices concerning construction work in the harbour at Quebec City, and the matter was referred by the House to the Select Standing Committee on Privileges and Elections. Mr. McGreevy refused to answer questions put to him while appearing before the Committee. The Committee reported this to the House on August 12, 1891, and requested that the House take action. On August 13, Mr. McGreevy was ordered by the House to attend in his place on August 18. On that day, Mr. McGreevy was found not to be in attendance and the Sergeant-at-Arms was ordered to take the Member into custody.
The records of the House concerning Mr. McGreevy show that the orders of the House were not mere words printed on paper. When Mr. McGreevy did not appear at the appointed hour on August 18, 1891, column 4001 of the Debates shows that Mr. Speaker Peter White updated the House on the matter. He stated:
I am informed by the Clerk that a copy of the Order of the House of Thursday last, duly signed by himself, was forwarded by post on Friday last to Hon. Thomas McGreevy at Quebec, when it was learned that he was not at Ottawa, and a telegram communicating the Order was at the same time sent to him at Quebec. The manager of the North-Western Telegraph Company at Quebec has informed the Clerk that the telegram was duly delivered to Hon. Thomas McGreevy on Friday last at 2.45 p.m., in the office of the Richelieu and Ottawa Navigation Company.
When the House ordered Mr. McGreevy into custody, Lieutenant-Colonel Smith did not just keep a copy of the order in his pocket; he jumped on a train and he went in pursuit of the absconding MP. Page 422 of the Journals for August 20, 1891, reveals the following entry:
Mr. Speaker informed the House, that, in pursuance of the Order of the House of the 18th instant, he had issued his Warrant to the Acting Segeant-at-Arms for the taking into custody of the Honourable Thomas McGreevy, and that he had received the following report from that office: —
House of Commons
Ottawa, 20th August, 1891.
Sir, — I have the honour to report that I reached Quebec yesterday, at 3 o'Clock, p.m., and at once made diligent search for Mr. Thomas McGreevy at his residence, office and other places, but could not find him. Later I was informed, on what I considered good authority, that he had left Quebec by the Grand Trunk Railway, but I was unable to ascertain his destination. I have no doubt that he left Quebec several hours before I arrive in that city.
I have the honour to be, sir
Your obedient servant,
Henry R. Smith,
Acting Sergeant-at-Arms, House of Commons
In the end, the privileges committee, which had been investigating the corruption allegation against Mr. McGreevy, completed its work and reported back to the House. Bosc and Gagnon note the outcome at page 136:
On September 29, the House adopted a resolution finding Mr. McGreevy guilty of contempt of the authority of the House by not attending in his place when ordered, as well as being guilty of certain other offences. The House then adopted a second resolution expelling Mr. McGreevy.
This was based on the findings of the privileges committee.
Going back to Bosc and Gagnon's list, which I introduced earlier, at pages 131 and 132, the next relevant case is the following:
In 1894, two witnesses (Jean Baptiste Provost and Omer Edouard Larose) failed to appear when summoned as witnesses before the Privileges and Elections Committee. The Committee reported this and asked for “the action of the House”. A motion was adopted summoning the two witnesses to appear before the Bar. They failed to comply and the House ordered them to be taken into the custody of the Sergeant-at-Arms in order to be brought to the Bar of the House. They later appeared, answered questions and were discharged.
This 1894 case concerned two Quebec City grocers who failed to appear when summoned by a committee that was undertaking another corruption investigation respecting a member. They based their refusal on the fact they had not been advanced money for their travel expenses. The witnesses persisted in their refusal, even in the face of an order of the House of Commons but, as noted, the House ordered them into custody and the Sergeant-at-Arms saw to it.
Upon being called to the bar, Mr. Provost and Mr. Larose were each asked by Prime Minister Sir John Thompson the same two questions recorded at pages 299 and 300 of the Journals for June 13, 1894, which state:
1. Have you any explanation to offer of your disobedience to the summons of the Select Standing Committee on Privileges and Elections of this House requiring your attendance before the Committee, and of the Order of The House requiring your attendance at the Bar of The House?
2. Are you prepared to undertake to The House that you will, if relieved from custody, attend and testify before the Select Standing Committee on Privileges and Elections at the first meeting of the Committee and at each meeting thereafter until relieved from further attendance?
Following the two witnesses' positive answers to the latter question, the House discharged them from the custody of the Sergeant-at-Arms.
As for a witness defying an order to appear at committee, at page 548, Odgers comments that Australian Senate orders of this nature have had a different experience from our March 25 order. It states:
In all such cases the orders were complied with and witnesses duly appeared, or, in one case, required documents were produced. They were all public office-holders; this procedure has not been used in respect of private citizens.
The United Kingdom's House of Commons on the other hand, quite recently had an experience closer to our own. In 2018, that House's Digital Culture, Media and Sport Committee reported to the House that as part of its study into “fake news” it had invited, then ordered, Dominic Cummings, who had been the campaign director for the Vote Leave campaign in the 2016 Brexit referendum to appear for the purpose of giving evidence.
Mr. Cummings defied the order and on June 5, 2018, that committee reported to the House that his absence “constitutes a serious interference with the ability of this Committee to discharge the task assigned to it by the House.”
In response, on June 7, 2018, the U.K. House of Commons passed the following motions recorded at pages 1 and 2 of the Votes and Proceedings:
Resolved, That this House takes note of the Third Special Report of the Digital, Culture, Media and Sport Committee (HC 1115);
Ordered, That Mr Dominic Cummings give an undertaking to the Committee, no later than 6 pm on 11 June 2018, to appear before that Committee at a time on or before 20 June 2018.
Page 5 of the Votes and Proceedings for June 20, 2018, shows that the committee's chair reported to the House that Mr. Cummings failed to comply with the House's orders. Then on June 28, 2018, the House referred the matter to its committee on privileges. After the privileges committee reported back to the House of Commons—
Le deuxième rapport est le résultat de l'étude menée par le comité de l'éthique sur les dérapages éthiques du gouvernement libéral, créé sous le prétexte fallacieux d'aider les Canadiens pendant la pandémie de COVID‑19, et illustre une forte tendance à la corruption. Mais je laisse cela de côté pour l'instant.
Ce rapport communique également à la Chambre ce que j'estime être plusieurs outrages ou atteintes au privilège. Je remercie à l'avance la présidence pour son indulgence, car je dois souligner avec regret que le deuxième rapport expose pas moins de sept questions de privilège. Heureusement, plusieurs d'entre elles peuvent être regroupées sous un même thème, ce qui devrait nous aider à les aborder plus rapidement.
Dans l'intérêt de tous, et à mon avis, il y a trois atteintes au privilège liées au défaut de comparaître devant le comité de l'éthique sur ordre de la Chambre le 25 mars 2021. Ensuite, il y en a trois autres relatives à la directive du gouvernement de défier l'ordre de la Chambre. Enfin, il y a la question des propos trompeurs ou de l'ingérence de la ministre de la Diversité et de l'inclusion et de la Jeunesse par rapport aux preuves fournies aux comités.
Je commencerai par le défaut de comparaître des témoins. Comme l'indiquent les pages 699 et 700 des Journaux du 25 mars 2021, la Chambre a adopté un ordre qui se lit comme suit:
Que, eu égard au pouvoir des comités de mener leurs importantes enquêtes sur des questions d’intérêt public:
a) en ce qui concerne l’étude du Comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique sur les questions de conflits d’intérêts et de lobbying en relation avec les dépenses liées à la pandémie.
Puis:
(ii) Rick Theis, le directeur des politiques et des affaires du Cabinet du premier ministre, soit cité à comparaître devant le Comité le lundi 29 mars 2021, à 14 heures,
(iii) Amitpal Singh, le conseiller en politiques auprès de la vice-première ministre, soit cité à comparaître devant le Comité le mercredi 31 mars 2021, à 14 heures,
(iv) Ben Chin, le conseiller principal du premier ministre, soit cité à comparaître devant le Comité le jeudi 8 avril 2021, à 14 heures.
Et plus loin:
c) si le premier ministre devait comparaître devant les comités mentionnés aux paragraphes a) et b), à l’une ou l’autre des dates et heures mentionnées, durant au moins trois heures, à la place du témoin cité à comparaître et de tout autre témoin devant comparaître plus tard devant le même comité, ces témoins soient déchargés de leur obligation de comparaître conformément à cet ordre.
Cette façon de procéder, par laquelle la Chambre adopte un ordre pour appuyer les délibérations du comité, est peut-être inhabituelle, mais pas irrégulière. Par exemple, à la page 51 de la 14e édition de l'ouvrage Odgers' Australian Senate Practice, on souligne ceci: « Le Sénat peut ordonner à certains témoins de comparaître devant les comités [...] Le Sénat peut également ordonner que des documents soient produits pour les comités. »
De toute façon, l'annexe A du deuxième rapport nous informe que le comité a accepté de signaler à la Chambre, au moyen de cette annexe, que les trois témoins ne se sont pas présentés aux heures prévues. De plus, l'annexe A confirme que le premier ministre n'a pas comparu au nom des trois témoins comme la Chambre l'avait autorisé dans son ordre.
Il est bien connu qu'une question de privilège doit être soulevée à la première occasion. Étant donné que la décision de la Chambre du 25 mars fait en sorte que la création hybride d'un ordre de la Chambre appuie exclusivement les délibérations d'un comité, on se demande quelle est la bonne façon de présenter une plainte concernant toute violation.
Selon nos ouvrages de procédure, lorsque des comités sont concernés, la question doit d'abord être présentée à la Chambre au moyen d'un rapport de comité. Les pages 152 et 153 de la troisième édition de La procédure et les usages de la Chambre des communes de Marc Bosc et André Gagnon le confirment. On y lit: « La présidence a toujours eu pour politique, sauf dans des circonstances extrêmement graves, de n’accueillir des questions de privilège découlant de délibérations de comités que sur présentation, par le comité visé, d’un rapport traitant directement de la question et non lorsqu’elles étaient soulevées à la Chambre par un député ».
Le 12 avril, soit le premier jour de séance suivant celui où les témoins étaient absents, le légiste et conseiller parlementaire a comparu devant le comité de l'éthique, et je lui ai demandé son avis lors de cet échange.
À la page 22 du compte rendu, je lui ai posé la question suivante:
Monsieur Dufresne, dans ce cas précis, alors que la Chambre a ordonné la comparution de certaines personnes devant le Comité et la présentation ou la remise de documents au Comité, quelle est la marche à suivre? Le président du Comité doit-il d'abord en saisir la Chambre ou, étant donné qu'il s'agit d'un ordre de la Chambre, un député peut-il simplement soulever le problème directement auprès du Président de la Chambre des communes?
Le légiste a répondu:
Normalement, selon les décisions antérieures de Présidents de la Chambre, si une question concerne un comité et des renseignements devant lui être remis, il est généralement d'usage d'attendre que le comité ait d'abord examiné la question, ce qui lui donne l'occasion de déterminer s'il est satisfait.
Compte tenu de cet avis, j'ai attendu que le comité de l'éthique finisse son travail avant de soulever cette question à la Chambre des communes, comme je le fais maintenant.
Avant de passer à un autre sujet, il y a un autre aspect lié au moment choisi pour soulever la question dont je devrais parler, puisque je m'attends à ce que les libéraux en parlent lorsqu'ils répondront à ces arguments. Le comité a convenu de demander une réponse du gouvernement au rapport, au titre de l'article 109 du Règlement. Selon cette disposition, on ne peut pas proposer de motion portant adoption du rapport avant le dépôt de la réponse ou, le cas échéant, jusqu'à l'expiration de la période de 120 jours suivant la présentation du rapport.
L'ouvrage de Bosc et Gagnon, par exemple, est muet sur la question. Par ailleurs, l'article 48(1) du Règlement indique clairement l'obligation suivante: « Quand la question de privilège est posée, elle doit être immédiatement prise en considération. »
La page 80 de l'ouvrage de Bosc et Gagnon décrit l'atteinte aux privilèges et l'outrage au Parlement de la façon suivante:
Tout acte tenant du mépris ou constituant une attaque contre les droits, pouvoirs et immunités de la Chambre et de ses députés, soit par une personne ou un organisme de l'extérieur, soit par un de ses députés, est considéré comme une « atteinte aux privilèges » et est punissable par la Chambre. Il existe toutefois d'autres affronts contre la dignité et l'autorité du Parlement qui peuvent ne pas constituer une atteinte aux privilèges comme telle. Ainsi, la Chambre revendique le droit de punir au même titre que l'outrage tout acte qui, sans porter atteinte à un privilège précis, nuit ou fait obstacle à la Chambre [...] ou transgresse l'autorité ou la dignité de la Chambre, par exemple la désobéissance à ses ordres légitimes [...]
À la page suivante, le Bosc et Gagnon fait référence au rapport de 1999 du Joint Committee on Parliamentary Privilege du Royaume-Uni, qui a dressé une liste de certains types d’outrage. Le huitième point de la liste est « sans excuse valable, ne pas se présenter devant la Chambre ou un comité après avoir été cité à comparaître ». Il est suivi par le dixième point « sans excuse valable, désobéir à un ordre légal de la Chambre ou d’un comité ».
L'argument est présenté de façon encore plus succincte au paragraphe 15.5 du Treatise on The Law, Privileges, Proceedings and Usage of Parliament d'Erskine May, qui stipule que « des témoins qui refusent de comparaître peuvent être coupables d'outrage. »
Voici ce que dit le paragraphe 15.7:
Peut donner lieu à une accusation d'outrage la désobéissance à une règle précise, à savoir le refus ou la négligence d'un témoin ou d'une autre personne de se présenter devant l'une ou l'autre des Chambres ou un comité après avoir été cité à comparaître.
Ces questions sont au cœur des privilèges du Parlement, un ensemble de lois qui nous permettent de nous acquitter de nos devoirs et responsabilités au nom de nos concitoyens et dont les origines remontent loin et sont ancrées dans la Constitution canadienne.
À la page 137 de Bosc et Gagnon se trouve l'observation suivante:
Selon le préambule et l’article 18 de la Loi constitutionnelle de 1867, le Parlement jouit du droit de procéder à des enquêtes, d’exiger la comparution de témoins et d’ordonner la production de documents, des droits essentiels à son bon fonctionnement. Ces droits sont d’ailleurs aussi anciens que le Parlement lui-même [...]
Voici ce qu'on peut lire au paragraphe 234 du rapport britannique de 1999 que je viens de mentionner: « Depuis au moins l'époque élisabéthaine, les comités examinent des questions en faisant comparaître des témoins. » Je tiens à préciser qu'il ne s'agit pas ici de notre souveraine actuelle, mais de la reine d'Angleterre de 1558 à 1603, dont Sa Majesté porte le nom.
L'ancien député libéral Derek Lee, pour sa part, affirme à la page 6 de son ouvrage de 1999, intitulé The Power of Parliamentary Houses to Send for Persons, Papers & Records, que l'origine de ce pouvoir remonte au règne du roi Édouard III pendant la moitié du XIVe siècle.
Voici ce qu'écrit, en 1840, Alpheus Todd, ancien bibliothécaire parlementaire, à la page 313 de son ouvrage intitulé The Practice and Privileges of the Two Houses of Parliament: « Les deux Chambres du Parlement peuvent convoquer des témoins — privilège essentiel et incontesté qu'elles ont en commun avec tous les tribunaux — afin de les interroger sur tous les sujets sur lesquels elles peuvent avoir besoin d'information pour orienter leurs débats. »
La portée de ces pouvoirs qui prennent racine dans le rôle de grand enquêteur de la nation est décrite aux pages 198 et 199 de la deuxième édition de l'ouvrage Le privilège parlementaire au Canada, de Joseph Maingot: « La seule limitation que la Chambre pourrait elle-même s'imposer serait que l'enquête doive se rapporter à un sujet relevant de la compétence législative du Parlement, en particulier lorsque des témoins doivent être entendus et qu'on envisage de recourir à la compétence pénale du Parlement. Cette restriction est conforme au droit des Chambres du Parlement de convoquer une personne et de l'obliger à témoigner sur un sujet relevant de leur compétence respective. »
Il y a un instant, j'ai mentionné le principe selon lequel toute violation de privilège concernant les travaux des comités doit d'abord être rapportée par le comité. Le Bosc et Gagnon fournit des exemples de telles violations à la page 153:
La plupart des incidents signalés par les comités ont trait à la conduite de députés, de témoins ou du public ou encore au non-respect d’un ordre de comité. Les comités ont eu l’occasion de faire rapport à la Chambre du refus de témoins de comparaître lorsqu’on les y avait convoqués; du refus de témoins de répondre à des questions; du refus de témoins de fournir des documents ou des dossiers; du refus de certaines personnes d’obéir aux ordres d’un comité; de la divulgation de faits survenus durant une réunion à huis clos; de la divulgation de projets de rapports et de la présentation de faux témoignages devant un comité. Les comités peuvent également faire rapport de cas d’outrage, par exemple de comportement irrespectueux à l’endroit de l’autorité ou des activités d’un comité, d’intimidation de membres ou de témoins ou de refus de témoins de prêter serment.
Maingot, à la page 250, décrit comment le fait de désobéir à un ordre de la Chambre, comme l'ont fait MM. Theis, Singh et Chin par rapport à l'ordre du 25 mars, constitue un outrage:
La désobéissance aux règles ou aux ordres constitue un affront à la dignité de la Chambre, qui peut donc y donner suite, non seulement pour sa propre satisfaction, mais pour veiller à ce qu'on lui témoigne le respect nécessaire à la sauvegarde de son autorité et à défaut duquel la Chambre ne pourrait remplir sa mission. C'est pourquoi la désobéissance peut être considérée comme un outrage, mais la Chambre tient toujours compte des circonstances pour atténuer la sanction à imposer.
La désobéissance aux règles ou aux ordres est un outrage évident; il peut s'agir du refus de comparaître à la barre de la Chambre sur ordre de celle-ci, du refus de se présenter en personne et de produire les documents exigés par un comité (l'outrage n'est alors prononcé officiellement que lorsque le comité fait rapport de l'incident à la Chambre et que celle-ci y donne suite) [...]
Comme je l'ai indiqué, il est inhabituel de présenter un ordre de la Chambre pour qu'un témoin comparaisse en comité. Cela dit, il est déjà arrivé que l'on fasse fi d'ordres de comparaître à la Chambre.
Quelques exemples sont présentés aux pages 130 à 132 de Bosc et Gagnon. Les deux premiers exemples concernant la question de privilège dont nous sommes saisis se trouvent à la page 130:
Le 31 mars et le 1er  avril 1874, Louis Riel (Provencher) reçoit l’ordre de comparaître de son siège devant la Chambre pour s’être dérobé à la justice dans l’affaire de la rébellion de la rivière Rouge et du meurtre de Thomas Scott. Il fait fi de cet ordre et se fait par la suite expulser de la Chambre [...]
Toujours en 1891, le Comité des comptes publics mentionne dans son rapport qu’André Senécal, un employé du Bureau de l’imprimerie du gouvernement, a fait défaut de se soumettre à une citation à comparaître devant le Comité. La Chambre adopte une motion lui enjoignant de se présenter à la barre de la Chambre. Il omet de le faire et la Chambre ordonne qu’il soit mis sous la garde du sergent d’armes, qui ne parvient pas à le retrouver. Les choses en restent là.
Ce dernier cas — qui concerne M. Senécal, un fonctionnaire occupant le poste de surintendant de l'imprimerie — commence, dans le recueil des débats de la Chambre, à la page 454 des Journaux du 27 août 1891, lorsque le comité des comptes publics déclare que M. Senécal ne s'est pas présenté après avoir été appelé à comparaître. Ce témoin recherché aurait prétendu suivre les conseils du médecin et avoir, de plus, démissionné de son poste au sein de la fonction publique.
L'ouvrage de Bosc et Gagnon indique qu'aucune autre mesure n'a été prise à l'endroit de M. Senécal, mais certains efforts ont tout de même été faits en ce sens. Le sous-sergent-d'armes, le lieutenant-colonel Henry Smith, informe la Chambre de ce qui suit le 1er septembre 1891, comme on peut le lire à la colonne 4852 des Débats de la Chambre des communes:
M. l'Orateur, j'ai l'honneur de faire rapport que le témoin André Senécal a quitté Ottawa le ou vers le 24 du mois dernier et, bien que j'aie fait des recherches minutieuses, je n'ai pu découvrir le lieu de sa retraite. En conséquence, l'ordre lui enjoignant de comparaître à la barre de la chambre cette après-midi a été signifié à un membre de sa famille à sa résidence, à Ottawa.
Un autre incident, concernant un député qui faisait l'objet d'une enquête pour un scandale de corruption, est raconté dans l'ouvrage de Bosc et Gagnon à la page 136, en ces termes:
En 1891, Israël Tarte, de Montmorency, accuse Thomas McGreevy, de Québec-Ouest, de corruption relativement aux travaux d’amélioration au port de Québec. La Chambre renvoie l’affaire au Comité des privilèges et élections. Lors de sa comparution devant le Comité, M. McGreevy refuse de répondre aux questions qui lui sont posées. Le Comité fait rapport à la Chambre le 12 août 1891 et lui demande de prendre la décision qu’elle jugerait appropriée. Le 13 août, la Chambre ordonne à M. McGreevy d’être présent à son siège le 18 août. Constatant ce jour-là l’absence de M. McGreevy, la Chambre ordonne qu’il soit commis à la garde du sergent d’armes.
Les comptes rendus de la Chambre concernant cette affaire montrent que les ordres de la Chambre n'étaient pas que de vains mots imprimés sur papier. Comme on peut le lire à la colonne 4079 des Débats, lorsque M. McGreevy ne s'est pas présenté à l'heure convenue le 18 août 1891, monsieur le Président Peter White a fait le point devant la Chambre. Il a déclaré:
Le greffier m'a appris qu'une copie de l'ordre de la Chambre de jeudi dernier, dûment signée par lui, avait été expédiée par la poste vendredi dernier à l'honorable Thomas McGreevy, à Québec, lorsqu'on eut appris qu'il n'était pas à Ottawa, et qu'un télégramme lui faisant part de l'ordre lui avait en même temps été envoyé à Québec. Le gérant de la compagnie de télégraphe North-Western à Québec a informé le greffier que le télégramme avait été dûment remis à l'honorable Thomas McGreevy, vendredi dernier, à 2.45 heures p.m., au bureau de la compagnie de navigation Richelieu et Ontario.
Lorsque la Chambre a ordonné que M. McGreevy soit placé sous garde, le lieutenant-colonel Smith ne s'est pas contenté de mettre la copie de l'ordre dans sa poche. Il a sauté dans un train et s'est mis à la poursuite du député déserteur. À la page 422 des Journaux du 20 août 1891, on peut lire:
M. l'Orateur informe la Chambre que, conformément à l'ordre de la Chambre du 18 courant, il a adressé son mandat au sergent d'armes intérimaire lui ordonnant de prendre sous sa garde l'honorable Thomas McGreevy, et qu'il a reçu le rapport suivant de cet officier: —
Chambre des communes
Ottawa, 20 août 1891.
Monsieur, — J'ai l'honneur de faire rapport que je suis arrivé à Québec, hier, à 3 p.m., et que je me suis mis immédiatement à la recherche de M. Thomas McGreevy, à son domicile, à son bureau et ailleurs, mais que je n'ai pu le trouver. Plus tard, j'ai appris, de bonne source, autant que je sache, qu'il avait quitté Québec par le chemin de fer le Grand-Tronc, mais il m'a été impossible de savoir pour quelle destination. Je n'ai aucun doute qu'il a quitté Québec plusieurs heures avant mon arrivée en cette cité.
J'ai l'honneur d'être, monsieur,
Votre obéissant serviteur,
Henry R. Smith,
Sergent d'armes intérimaire, C. des C.
Finalement, le comité des privilèges, qui enquêtait sur les allégations de corruption portées contre M. McGreevy, a terminé ses travaux et en a fait rapport à la Chambre. On peut lire l'issue de l'affaire à la page 136 de Bosc et Gagnon:
Le 29 septembre, la Chambre adopte une résolution déclarant M. McGreevy coupable de mépris envers l'autorité de la Chambre pour avoir omis de se présenter à son siège comme on le lui avait ordonné, ainsi que de certaines autres infractions. La Chambre adopte ensuite une seconde résolution expulsant M. McGreevy.
Ces mesures ont été prises à la suite des conclusions du comité des privilèges.
Revenons à la liste de Bosc et Gagnon, que j'ai mentionnée plus tôt. Aux pages 131 et 132, on parle d'un autre cas pertinent. On y lit ceci:
En 1894, Jean Baptiste Provost et Omer Édouard Larose négligent de se soumettre à une citation à comparaître comme témoins devant le Comité des privilèges et élections. Le Comité en fait rapport à la Chambre et lui demande d’« agir en conséquence ». La Chambre adopte alors une motion enjoignant aux deux témoins de comparaître à la barre de la Chambre. Constatant leur absence, la Chambre ordonne au sergent d’armes de les mettre en état d’arrestation afin de les forcer à comparaître à la barre de la Chambre. Ils comparaissent finalement, répondent aux questions et sont libérés.
Cette affaire se rapporte à deux épiciers de Québec qui, en 1894, ne se sont pas soumis à une citation à comparaître devant un comité qui entreprenait une enquête sur des allégations de corruption contre un député. Ils ont expliqué leur refus en disant qu'on ne leur avait pas avancé de l'argent pour leurs frais de déplacement. Les témoins ont persisté dans leur refus, même lorsque la Chambre des communes a émis un ordre de comparaître. Cependant, comme je l'ai souligné, la Chambre a ordonné au sergent d’armes de les mettre en état d’arrestation, et il s'est exécuté.
Lorsqu'ils ont comparu à la barre, M. Provost et M. Larose ont tous les deux dû répondre aux deux mêmes questions de la part du premier ministre, sir John Thompson. Ces deux questions, qui figurent aux pages 299 et 300 des Journaux du 13 juin 1894, sont les suivantes:
1. Avez-vous quelque chose à dire pour expliquer pourquoi vous avez désobéi à la sommation du comité des Privilèges et Élections de cette Chambre de vous présenter devant le comité, et à l’ordre de la Chambre vous enjoignant de comparaître à la barre de la Chambre?
2. Êtes-vous prêt à promettre à la Chambre que si vous êtes mis en liberté, vous comparaîtrez devant le comité des privilèges et Élections à sa première séance, pour y donner votre témoignage, ainsi qu’à chaque séance subséquente, jusqu’à ce que vous soyiez dispensé de ce faire?
Après une réponse positive des deux témoins à la dernière question, la Chambre les a libérés de la garde du sergent d’armes.
En ce qui concerne un témoin qui refuserait de comparaître, à la page 548 de l’ouvrage d’Odgers, ce dernier indique que les ordres du Sénat australien de cette nature ont été traités différemment de celui du 25 mars. Je le cite:
Dans tous les cas de cette nature, les ordres ont été respectés et les témoins ont comparu, et dans un cas, les documents nécessaires ont été présentés. Les témoins étaient tous des titulaires de charge publique; cette procédure n’a pas été appliquée pour de simples citoyens.
En revanche, la Chambre des communes du Royaume-Uni s'est retrouvée, tout récemment, dans une situation qui rappelle beaucoup la nôtre. En 2018, le comité du numérique, de la culture, des médias et du sport de ladite Chambre a indiqué à la Chambre en question que, dans le cadre de son étude sur les fausses nouvelles, elle avait invité Dominic Cummings, qui avait été le directeur de la campagne en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, Vote Leave, lors du référendum sur le Brexit de 2016, à venir témoigner puis le lui avait ordonné.
M. Cummings a ignoré l'ordre qui lui avait été donné et, le 5 juin 2018, le comité a signalé à la Chambre que son absence « constituait une entrave grave au fonctionnement du présent comité en l'empêchant de s'acquitter de la tâche qui lui avait été assignée par la Chambre. »
En réponse, le 7 juin 2018, la Chambre des communes du Royaume-Uni a adopté les motions suivantes inscrites aux pages 1 et 2 des Procès-verbaux:
Il est résolu que la Chambre prenne note du troisième rapport spécial du comité du numérique, de la culture, des médias et du sport (HC 1115);
Il est ordonné que M. Dominic Cummings s'engage auprès du comité, au plus tard le 11 juin 2018 à 18 heures, à comparaître devant le comité au plus tard le 20 juin 2018.
La page 5 des Procès-verbaux du 20 juin 2018 montre que le président du comité a signalé à la Chambre que M. Cummings n'a pas respecté les ordres de la Chambre. Puis, le 28 juin 2018, la Chambre a renvoyé l'affaire à son comité des privilèges. Après que le comité des privilèges eut fait son rapport à la Chambre des communes...
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I rise on a point of order. The member is clearly using a question of privilege, which is a sacred tool to be used in the House under very important and exceptional circumstances, for the sole purpose of delaying a debate on the very important motion of extending the hours of the House. I would ask you to consider the clear objective and motive of what he is doing and perhaps encourage him to allow the House to get on with the business that Canadians rightfully deserve of us.
Madame la Présidente, j’invoque le Règlement. Le député soulève clairement une question de privilège, un outil sacré qui ne doit être utilisé à la Chambre que dans des circonstances très importantes et exceptionnelles, dans le seul but de retarder le débat sur la motion très importante visant à prolonger l’horaire de la Chambre. Je vous demande de prendre en compte l’objectif et le motif évidents de son intervention et peut-être de l’encourager à permettre à la Chambre de traiter des affaires que les Canadiens méritent à juste titre qu’elle traite.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Chair, on that point of order, I would encourage all members to stay and hear my response on points of order.
The issue I am raising is of tremendous importance to the House. The timing of this item being referred to the House is directly dictated by the government. First, the government sets the agenda of the House. Second, this was the first available opportunity that I had to rise following the tabling of the report by the committee chair, which contained the report back from him that these witnesses had failed to appear.
With respect to the importance of this versus the importance of the item the member wishes to debate, this item deals with an order of the House passed by a majority of members that ordered witnesses to appear. It was not complied with.
I will continue, with the Chair's permission, to make the case as to why it is an affront to parliamentary democracy when an order of the House is defied. I have not been repetitive in what I have offered. I have not deviated from the subject at hand. As I have said, I raised this at the first available opportunity and did notify you, Madam Speaker, at least one hour prior to my rising on this point. I appreciate your consideration.
Madame la Présidente, à propos de ce rappel au Règlement, j’encourage tous les députés à rester pour entendre ma réponse sur les rappels au Règlement.
La question que je soulève revêt une importance capitale pour la Chambre. Le moment du renvoi de cette question à la Chambre est directement dicté par le gouvernement. Premièrement, le gouvernement fixe l’ordre du jour de la Chambre. Deuxièmement, c’est la première fois que j’ai l’occasion d’intervenir après le dépôt du rapport du président du comité, dans lequel il indiquait que les témoins en question ne s’étaient pas présentés.
En ce qui concerne l’importance de ce point par rapport à l’importance du point dont le député souhaite débattre, le point que je soulève porte sur un ordre de la Chambre adopté par une majorité de députés qui ordonnait aux témoins de comparaître. Cet ordre n’a pas été respecté.
Avec la permission de la présidence, je continuerai à expliquer pourquoi le fait de ne pas se conformer à un ordre de la Chambre est un affront à la démocratie parlementaire. Je ne me suis pas répété dans ce que j’ai avancé. Je ne me suis pas écarté du sujet. Comme je l’ai dit, j’ai soulevé cette question à la première occasion qui s’est présentée et je vous en ai avisée, madame la Présidente, au moins une heure avant de prendre la parole sur ce point. Je vous remercie de votre considération.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, on a point of order. The member has been talking about Louis Riel and train robberies. That is literally what he has been talking about.
This is going to make a great video later on for showing how the Conservatives are filibustering the House. I am sure that the member does not want his constituents in his riding, which is less than 100 kilometres from here, to find out about the antics he has been up to.
However, there certainly has to be some form of relevance here when you, Madam Speaker, are considering this.
Madame la Présidente, j’invoque le Règlement. Le député parlait de Louis Riel et de vols de train. C’est littéralement ce dont il a parlé.
Cela fera une excellente vidéo plus tard pour illustrer comment les conservateurs font de l’obstruction à la Chambre. Je suis sûr que le député ne tient pas à ce que les citoyens de sa circonscription, qui se trouvent à moins de 100 kilomètres d’ici, aient vent de ses frasques.
Cependant, il doit certainement y avoir une quelconque pertinence lorsque vous, madame la Présidente, examinez la question.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, the relevance of the point that the member has mentioned is that it dealt with individuals who were found in contempt of this place. Individuals failing to follow an order of the House may be found by the House to be in contempt.
One of the issues at hand is that we had ministers of the crown interfere with an order of this House by instructing witnesses, who had been ordered by this place to appear at committee, not to appear. The comparison between what may be found in contempt, with the example given by the member of Louis Riel, and the potential for contempt by ministers of the crown to have openly and publicly stated in written form that they instructed individuals to defy an order of the House is certainly—
Madame la Présidente, en ce qui concerne la pertinence dont parle le député, c'est qu'il est question de personnes qui ont été reconnues coupables d'outrage au Parlement. Les personnes qui ne respectent pas un ordre de la Chambre peuvent être reconnues coupables par cette dernière d'outrage au Parlement.
Une des questions en jeu est que des ministres se sont ingérés dans l'application d'un ordre de la Chambre lorsqu'ils ont donné instruction à des personnes appelées à témoigner devant le comité aux termes de l'ordre en question de ne pas se présenter. La comparaison entre ce qui constitue un outrage, avec l'exemple de Louis Riel dont le député vient de parler, et l'outrage potentiellement commis par des ministres qui ont reconnu ouvertement et publiquement par écrit avoir donné instruction à des personnes de défier un ordre de la Chambre est certainement...
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, in spite of the outburst from the member for Kingston and the Islands, I would note that as a courtesy to the House, I have combined multiple questions of privilege into this one. If the Chair would prefer, I can rise in succession on each point, but this will certainly be more brief than if I were to do that. However, I am not just raising one question of privilege. I note in your ruling that this does take precedence over the orders of the day. It is important to the function of this place. I will continue.
While the member for Kingston and the Islands continues to interrupt and is very concerned about the constituents in my riding of Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes, I can assure him that Canadians are very disappointed that the government has found itself filibustering committees for 43 hours at ethics, 73 hours at Procedure and House Affairs and 35 hours at the Standing Committee on Finance. The Liberals shut down the study at the national defence committee by filibustering for more than 16 hours. I could go on with that list, so while the member for Kingston and the Islands continues to interrupt the proceedings of this place with his suggestions about how long this should take, I think that the precedents and the orders of this place have been quite clear and that for me to raise the multiple breaches of privilege of this place, which are older than any of us and are as old as this place itself, is tremendously important, so I will continue.
In response, the United Kingdom House of Commons on June 7, 2018, passed the following motion recorded at pages 1 and 2 of Votes and Proceedings:
Resolved, That this House takes note of the Third Special Report of the Digital, Culture, Media and Sport Committee (HC 1115);
Ordered, That Mr Dominic Cummings give an undertaking to the Committee, no later than 6 pm on 11 June 2018, to appear before that Committee at a time on or before 20 June 2018.
Page 5 of the Votes and Proceedings for June 20, 2018, shows that the committee's chair reported to the House that Mr. Cummings failed to comply with the order of the House.
Then on June 20, 2018, the House referred the matter to its Committee of Privileges. After the privileges committee reported back to the House of Commons, the House on April 2, 2019, adopted a motion on the committee's recommendation finding Mr. Cummings in contempt, and admonished him as recorded on page 1 of the Votes and Proceedings.
In opening this segment of my presentation, I referred to Bosc and Gagnon adding a caveat of “without reasonable excuse”. The present case, I would argue, can be dealt with very quickly considering that none of the three witnesses offered any excuse for their absence.
I acknowledge that two cabinet ministers wrote to the ethics committee chair to indicate that they would appear on behalf of the witnesses, but that does not constitute an excuse from the witnesses personally. In the alternative, I would say it does not amount to a reasonable excuse.
While I plan to address the government's position that staff are not compellable witnesses when I make my argument that the government's interference with the March 25 order of the House constitutes prima facie contempt in its own right, I have a few brief points at this juncture.
First, the government, through its House leader, advanced this position in debate in the House on March 25, yet the House still adopted the motion for this order.
Second, the House's order did actually permit someone to appear on a substituted basis in the name of ministerial responsibility: the Prime Minister. However, he did not appear as permitted by the order.
Third, the ethics committee did not accept the government's position. This can be seen from the comments in the second report as well as from the records of the meetings the witnesses were due to attend.
Fourth, should the Chair hold the view that it could still be weighed as a possible reasonable excuse, I would submit that the place to do that at this stage is through an amendment to any privilege motion that might arise from this proceeding on the basis the government can test the will of the House for its perspective on these matters.
In this case, it is quite clear. The House adopted an order, and the order was breached completely. There was no effort by the witnesses to meet it in any way, nor was any excuse advanced by them to be weighed by the House or for the committee to assess and report its findings. Therefore, with respect to the first three matters of privilege, the absence of Mr. Theis, Mr. Singh and Mr. Chin, I respectfully submit that you, Madam Speaker, should find prima facie contempt here.
On the next question of privilege, I wish to turn to the government's role in preventing Mr. Theis, Mr. Singh and Mr. Chin from appearing as witnesses at the committee. The government has freely admitted to this course of conduct, both in advance and at the time of the scheduled appearances.
In his remarks to the House on March 25, the government House leader said, at page 5,234 of Debates:
I say here today that ministers will instruct their staff not to appear when called before committees and that the government will send ministers instead to account for their actions.
Though I find such an openly defiant attitude to be contemptuous in and of itself, I will speak to the specific instances of interference concerning the three witnesses.
In advance of the March 29 ethics committee meeting, the government House leader sent a letter to the chair of the ethics committee, further to his statement to the House the week before, writing:
Accordingly, Mr Rick Theis, Director of Policy to the Prime Minister, has been instructed to not appear before the committee. In his place, I will attend the meeting on behalf of the government on Monday, March 29th.
We are not talking about train robberies anymore.
On May 3, at a meeting of the ethics committee originally convened on April 23, the committee adopted a motion, which can be found in appendix A of the second report, that says, at paragraph 5, that the committee noted that the government House leader appeared on Monday, March 29, 2021 instead of Rick Theis, “who followed the government instructions that staff are not to appear before committees which were outlined during the debate in the House on Thursday, March 25, 2021”.
I would like to add that the ethics committee did not accept the government House leader as a substitute witness in satisfaction of the order. Indeed, the committee, at the March 29 meeting, adopted a motion that states, “in relation to its study on questions of conflict of interest and lobbying in relation to pandemic spending, the committee invite [the minister] to appear.” He was treated as a separate witness, invited independently of and without any link to the March 25 order of the House.
When the government House leader appeared at the committee, he said, at page 13 of Evidence:
Based on the instructions I gave the other day, it was clear to Mr. Theis and other individuals that they wouldn't appear before committees and would be replaced by the appropriate ministers....
The minister even acknowledged, at page 8 of the evidence, that this was an unsatisfactory arrangement to the majority of the House, when he said:
I am aware that some of the members of this committee would rather be hearing from a staff member from the Prime Minister's Office, Mr. Rick Theis, but as I told the House last week and I want to make clear again, we fundamentally disagree with [that] decision....
At page 22, I asked whether Mr. Theis would have been fired had he ignored the government instruction and honoured the order of the House of Commons. The government House leader denied it, but defensively added, “Why are you asking that?”
Now, we turn to the other two witnesses: Mr. Singh and Mr. Chin.
In a letter addressed to the chair of the committee on March 30, the Associate Minister of Finance wrote:
Mr. Amitpal Singh has been instructed to not appear before the committee. In his place, I will attend the meeting on behalf of the government on Wednesday, 31 March 2021.
In another letter to the committee's chair, on April 7, the associate minister wrote:
Mr. Ben Chin has been instructed to not appear before the committee. In his place, I will attend the meeting on behalf of the government on Thursday, 8 April 2021.
The same motion adopted by the committee on May 3 and recorded in appendix A of the second report acknowledged, at paragraph 6, that the committee noted that the Associate Minister of Finance “also requested to appear on [Wednesday] March 31 and [Thursday] April 8, 2021 on behalf of witnesses Amitpal Singh and Ben Chin who followed the government instructions that staff are not to appear before committees which were outlined during the debate in the House on [Thursday] March 25, 2021”.
Earlier in my remarks, I cited page 81 of Bosc and Gagnon on a description of privilege, which is equally applicable in this separate question of privilege. From the list, which I had mentioned can be found at page 82, I would refer the Chair to the 11th and 13th items: “interfering with or obstructing a person who is carrying out a lawful order of the House or a committee” and “intimidating, preventing or hindering a witness from giving evidence or giving evidence in full to the House or a committee”.
Clearly, Mr. Theis, Mr. Singh and Mr. Chin were prevented from, and maybe even hindered in their ability of, carrying out a lawful order of the House of Commons, namely giving evidence to the ethics committee.
For his part, Maingot comments on page 240:
Obstructing, interfering with, or preventing execution or orders of the House or of a committee would be akin to aiding and abetting a person to commit an offence. Taking action to prevent an order of the House from being carried out could result in contempt because it also represents an affront to the authority of the House.
McGee's Parliamentary Practice in New Zealand, fourth edition, states at page 774:
Any attempt to intimidate, prevent or hinder a witness from giving evidence in full to the House or a committee may be held to be a contempt. Such intimidation or hindrance may be overt (for example, physically preventing a witness from attending and giving evidence) or less overt (for example, offering a bribe to give false testimony, or taking legal action to prevent a witness from giving evidence or from producing all the evidence in his or her possession).
Page 1080 of Bosc and Gagnon adds, “Tampering with a witness or in any way attempting to deter a witness from giving evidence may constitute a breach of parliamentary privilege.”
Erskine May, at paragraph 15.21, declares, “Any conduct calculated to deter prospective witnesses from giving evidence before either House or a committee is a contempt.” The same point is also made in paragraph 38.59. Erskine May expands upon the concept at paragraph 15.22:
A resolution setting out that to tamper with a witness in regard to the evidence to be given before either House or any committee of either House or to endeavour, directly or indirectly, to deter or hinder any person from appearing or giving evidence is a contempt, was formerly agreed to by the Commons at the beginning of every session. However, following a report from the Procedure Committee which concluded that the sessional passing of such resolutions, although they had some value as statements of intent, did not add anything to the House's powers to deal with contempts or (in the case of tampering with witnesses or the giving of false evidence on oath) the relevant statutory powers, the House agreed in 2004 to dispense with them.
There have been in the past numerous instances of punishment for offences of this kind. Corruption or intimidation, though a usual, is not an essential ingredient in this offence. It is equally a contempt to attempt by persuasion or solicitations of any kind to induce a witness not to attend, or to withhold evidence or to give false evidence.
This matter was considered in 1935 by a committee of the Commons which reported that, in its opinion, it was a breach of privilege to give any advice to a witness which took the form of pressure or of interference with their freedom to form and express their own opinions honestly in the light of all the facts known to them; and the House resolved that it agreed with the committee in its report.
The annual resolutions referred to in that passage can be traced as far back as February 21, 1700, when the English House of Commons adopted a resolution, at page 350 of Journal, which says:
That if it shall appear that any person hath been tampering with any Witness, in respect of his evidence to be given to this House, or any Committee thereof, or directly or indirectly hath endeavoured to deter or hinder any person from appearing or giving evidence, the same is declared to be a high crime and misdemeanour; and this House will proceed with the utmost severity against such offender.
Insight into just how severe, even in the case where contrition had been expressed, can be gleaned from Speaker Shaw-Lefevre's admonition of a witness at the bar of the United Kingdom's House of Commons on March 22, 1842, which is recorded at page 143 in Journal. It says:
John Ashworth, any interruption of the proceedings of this House, or of any committees of this House, can only be regarded as contempt of its authority, and your offence is much aggravated by the circumstances under which it took place. By improperly interfering with the testimony of a witness under examination, you did your utmost to obstruct the discovery of truth, and defeat the ends of justice. Such conduct cannot be allowed to pass entirely without censure; but that the House, always anxious to act with lenity, and taking into its consideration the contrition you have expressed, and believing that your offence was unpremeditated, has directed me to admonish you as to your future conduct; and I trust that this admonition will be a warning to others that this House will not deal so leniently with an offence of this description, if repeated by another individual. You are now discharged from further attendance upon this House.
Of course, in today's case, we have had defiance, not contrition, and coordinated planning, not unpremeditated actions.
Maingot, at pages 236 and 237, addresses the protection afforded to witnesses and others besides members and officers when they are engaged in parliamentary proceedings and committees. He says:
There do not appear to be any Canadian precedents of persons being so obstructed; yet, because the House of Commons need not be so constrained by lack of precedent, it may in its judgment find a person or persons in contempt after an examination of the facts in any particular case.
In Speaker Milliken's much-celebrated ruling on Afghan detainee documents on April 27, 2010, which we have heard about in recent days, he also made some less well-remembered comments on witness matters, including at page 2,041 of Debates, which says that “the procedural authorities are clear that interference with witnesses may constitute a contempt.”
Beyond the matter of the government's so-called “instructions”, at page 13 of the ethics committee March 29 evidence, the government House leader made the claim that “ministerial responsibility means that a minister can replace an employee who reports to the minister, not to Parliament.”
That is just not so. In fact, it is, in my view, a gross misstatement of several constitutional principles. Even if accepted, the government House leader's position is defeated by the facts. Two of the witnesses are employees of and answer to the Prime Minister, while the third is an employee of the Deputy Prime Minister. Neither of those two ministers offered to replace their employees. Of course, the House contemplated the very possibility of the Prime Minister attending on behalf of his employees, something he failed to do, either in accordance with the order of the House or with the policy articulated by the government House leader.
Ministerial staff enjoy no special status in law. Pages 981 to 983 of Bosc and Gagnon state quite clearly that:
The Standing Orders place no explicit limitation on this power. In theory, it applies to any person on Canadian soil.... In practice, certain limitations are recognized on the power to order individuals to appear. Because committee powers do not extend outside Canadian territory, a committee cannot summon a person who is in another country. The Sovereign (either in Canada or abroad), the Governor General and the provincial lieutenant governors are also exempt from such a summons.
This applies as well to parliamentarians belonging to other Canadian legislatures, because each of these assemblies, like the House of Commons, has the parliamentary privilege of controlling the attendance of its members and any matters affecting them. The same logic explains why a standing committee cannot order a Member of the House of Commons or a Senator to appear. At issue in all these examples is the power to order someone to appear; nothing prevents such individuals from appearing voluntarily before a committee following a simple invitation, apart from the obligation incumbent upon some of them to obtain leave from the House to which they belong....
Although they can send for certain persons, standing committees do not have the power to punish a failure to comply with their orders in this regard. Only the House of Commons has the disciplinary powers needed to deal with this type of offence. If a witness refuses to appear, or does not appear, as ordered, the committee’s recourse is to report the matter to the House. Once seized with the matter, the House takes the measures that it considers appropriate.
No where on those lists are ministerial staff exempt or political staff more generally. Moreover, there is no general authority for a minister to come as a substitute, though I would again observe that the House, in crafting its March 25 order, accommodated ministerial responsibility by permitting the Prime Minister to appear on behalf of his employees.
To contrast the government's selective approach to parliamentary accountability for those who work under them, let us look at the 1891 case of Mr. Senécal, the public servant whom I discussed earlier. In that case, Mr. Senécal's own minister sat on the committee to which he was ordered to attend, and according to the public accounts committee minutes of evidence for August 27, 1891, the minister did not claim some kind of higher principle of ministerial accountability to excuse the witness's absence. The minister stated:
In connection with the letter which has just been read from the Superintendent of Printing, I may say I have had no communication with Mr. Senécal, nor even with his family, and did not even know that such a letter would be sent to the Chairman of the Committee. In justice, however, to a man who is absent, and against whom I suppose it is necessary that the ordinary proceedings should be taken to force his attendance here....
I wish it to be well understood, as I stated before, I know nothing about the whereabouts of Mr. Senécal. I do not want to justify his action in writing a letter, or his leaving. I only think it is just for an absent man, to state what I know to be the case....
A former general legal counsel for this House Diane Davidson wrote in a 1994 paper provided to the Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations—
Madame la Présidente, malgré l'emportement du député de Kingston et les Îles, je signale que, par courtoisie pour la Chambre, je vais combiner de multiples questions de privilège en une seule intervention. Si la présidence le préfère, je peux soulever chaque question séparément, mais cela risque certainement de prendre plus de temps. Bref, j'ai plusieurs questions de privilège. Votre décision confirme que ceci a effectivement préséance sur l'ordre du jour. C'est important pour le fonctionnement de cet endroit. Je poursuis.
Tandis que le député de Kingston et les Îles continue de m'interrompre et se dit très préoccupé au sujet des citoyens de ma circonscription, Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes, je peux lui assurer que les Canadiens sont très déçus que le gouvernement ait fait de l'obstruction pendant 43 heures au comité de l'éthique, pendant 73 heures au comité de la procédure et des affaires de la Chambre et pendant 35 heures au Comité permanent des finances. Les libéraux ont également mis un terme à l'étude du comité de la défense nationale en faisant de l'obstruction pendant plus de 16 heures. Je pourrais poursuivre l'énumération. Ainsi, alors que le député de Kingston et les Îles continue d'interrompre les délibérations de la Chambre pour donner son opinion sur la durée de mon intervention, je crois que les décisions antérieures de la présidence et les ordres antérieurs de cet endroit sont plutôt clairs et qu'il est extrêmement important que je soulève les multiples atteintes au privilège de la Chambre, lesquelles remontent à une époque où nous n'étions pas encore nés, voire jusqu'à la Constitution. Je vais donc poursuivre.
En réponse, la Chambre des communes du Royaume-Uni a adopté, le 7 juin 2018, la motion suivante, consignée aux pages 1 et 2 des Procès-verbaux:
Il est résolu que la Chambre prenne note du troisième rapport spécial du comité du numérique, de la culture, des médias et du sport (HC 1115);
Il est ordonné que M. Dominic Cummings s'engage auprès du comité, au plus tard le 11 juin 2018 à 18 heures, à comparaître devant le comité au plus tard le 20 juin 2018.
À la page 5 des Procès-verbaux pour le 20 juin 2018, on peut lire que le président du comité a signalé à la Chambre que M. Cummings ne s’était pas conformé à l’ordre de celle-ci.
Puis, le 20 juin 2018, la Chambre a renvoyé la question à son comité des privilèges. Après que ce dernier eut fait rapport à la Chambre des communes, celle-ci a adopté, le 2 avril 2019, une motion sur la recommandation du comité déclarant M. Cummings coupable d’outrage et l’a réprimandé, comme le rapporte la page 1 des Procès-verbaux.
Au début de cette partie de mon intervention, j’ai fait référence à l’ouvrage de Bosc et Gagnon en ce qui a trait de la réserve de « sans excuse valable ». À mon avis, il est possible de traiter très rapidement le cas qui nous occupe puisqu’aucun des trois témoins n’a offert d’excuse, quelle qu'elle soit, pour son absence.
Je reconnais que deux ministres ont écrit au président du comité de l’éthique pour l’informer qu’ils comparaîtraient au nom des témoins, mais cela ne constitue pas une excuse de la part des témoins eux-mêmes. Je dirais donc que cela ne constitue pas une excuse valable.
Bien que j’aie l’intention d’aborder la position du gouvernement selon laquelle les membres du personnel ne sont pas des témoins contraignables lorsque je présenterai mon argument selon lequel l’ingérence du gouvernement dans l’ordre que la Chambre a donné le 25 mars constitue de prime abord un outrage, je souhaite à ce stade-ci souligner quelques points.
Premièrement, le gouvernement, par l’entremise de son leader parlementaire, a fait valoir sa position lors du débat à la Chambre le 25 mars et néanmoins, la Chambre a adopté la motion qui renfermait cet ordre.
Deuxièmement, l’ordre de la Chambre permettait effectivement à une personne de comparaître à titre de remplaçant au nom de la responsabilité ministérielle, c’est-à-dire le premier ministre. Cependant, celui-ci n’a pas comparu comme l’ordre le permettait.
Troisièmement, le comité de l’éthique n’a pas accepté la position du gouvernement. Cela ressort des commentaires consignés dans le deuxième rapport et dans le compte rendu des réunions auxquelles les témoins devaient assister.
Quatrièmement, si la présidence est d’avis que l’on peut encore considérer cette position comme une excuse valable, j’affirmerais que la meilleure façon de le faire à ce stade est de proposer un amendement à toute motion de privilège qui pourrait découler de ces délibérations, en partant du principe que le gouvernement peut mettre à l’épreuve la volonté de la Chambre pour obtenir son point de vue sur ces questions.
Dans ce cas-ci, c’est très clair. La Chambre a adopté un ordre et cet ordre a été complètement ignoré. Les témoins n’ont fait aucun effort pour s’y conformer de quelque façon que ce soit et n’ont présenté aucune excuse que la Chambre ou le comité aurait pu évaluer avant de présenter ses conclusions. Par conséquent, en ce qui concerne les trois premières questions de privilège, soit les absences de MM. Theis, Singh et Chin, je vous soumets respectueusement, madame la Présidente, que vous devriez conclure qu’il y a, de prime abord, un cas d’outrage.
En ce qui concerne la question de privilège suivante, je souhaite aborder le rôle qu'a joué le gouvernement pour empêcher MM. Theis, Singh et Chin de comparaître comme témoins devant le comité. Le gouvernement a volontairement reconnu avoir tenu cette ligne de conduite, tant au préalable qu’au moment des comparutions prévues.
Dans son intervention à la Chambre le 25 mars, le leader du gouvernement à la Chambre a déclaré, comme on peut le lire à la page 5 234 des Débats de la Chambre des communes:
[...] j’informe la Chambre que les ministres enjoindront désormais à leurs employés à ne pas témoigner lorsqu’ils seront convoqués par un comité. Le gouvernement enverra les ministres à leur place afin qu’ils rendent des comptes sur leur travail.
Bien que je trouve méprisante cette attitude de défi flagrante, je parlerai des cas précis d’ingérence en ce qui concerne les trois témoins.
Avant la réunion du comité de l’éthique du 29 mars, le leader du gouvernement à la Chambre a envoyé une lettre au président du comité de l’éthique, pour faire suite à sa déclaration à la Chambre la semaine précédente, et voici ce qu’il lui écrivait:
En conséquence, M. Rick Theis, directeur des politiques auprès du premier ministre, a reçu l'ordre de ne pas se présenter devant le comité. À sa place, j'assisterai à la réunion au nom du gouvernement le lundi 29 mars.
Nous ne parlons plus de vols de trains.
Le 3 mai, à une réunion du comité de l’éthique initialement prévue pour le 23 avril, le comité a adopté une motion qui se trouve à l’annexe A du deuxième rapport, qui dit, au paragraphe 5, que le comité a pris note que le leader du gouvernement à la Chambre a comparu devant lui le 29 mars 2021 à la place de Rick Theis, « qui s’est conformé aux instructions du gouvernement voulant que les membres du personnel ne comparaissent pas devant les comités, instructions dont il a été question pendant le débat en Chambre le 25 mars 2021 ».
J’aimerais ajouter que le comité de l’éthique n’a pas accepté que le leader du gouvernement à la Chambre remplace un témoin pour satisfaire à l’ordre. D’ailleurs, à la réunion du 29 mars, le comité a adopté une motion ainsi libellée: « […] dans le cadre de l’étude des questions de conflits d’intérêts et de lobbying en relation avec les dépenses liées à la pandémie, le Comité invite [le ministre] à comparaître. » Il a été traité comme un témoin séparé, invité indépendamment de l’ordre de la Chambre du 25 mars et sans aucun lien avec cet ordre.
Quand le leader du gouvernement à la Chambre s’est présenté devant le comité, il a déclaré, à la page 13 des Témoignages:
Selon la directive que j’ai donnée l’autre jour, il était clair pour M. Theis et pour d’autres personnes qu’ils ne se présenteraient pas aux réunions du Comité et qu’ils seraient remplacés par les ministres responsables...
Le ministre a même reconnu, à la page 8 des Témoignages, que cet arrangement n’était pas satisfaisant pour la majorité de la Chambre, lorsqu’il a déclaré:
Je suis conscient que certains membres du Comité auraient préféré entendre M. Rick Theis, un membre du personnel du Cabinet du premier ministre. Cependant, comme je l’ai déclaré à la Chambre des communes la semaine dernière, et je tiens à ce que ce soit bien clair, nous sommes profondément en désaccord avec la décision...
À la page 22, quand on lui demande si M. Theis aurait été renvoyé s’il avait passé outre à la directive du gouvernement et obéi à l’ordre de la Chambre des communes, le leader du gouvernement à la Chambre a répondu par la négative, mais il a ajouté sur la défensive, « Pourquoi me demandez-vous cela? »
À présent, nous passons aux deux autres témoins: M. Singh et M. Chin.
Dans une lettre adressée au président du comité le 30 mars, la sous-ministre associée des Finances a écrit:
En conséquence, M. Amitpal Singh a reçu l'ordre de ne pas se présenter devant le comité. À sa place, j'assisterai à la réunion au nom du gouvernement le mercredi 31 mars 2021.
Dans une autre lettre adressée au président du comité le 7 avril, la sous-ministre associée a écrit:
[...] M. Ben Chin a reçu l'ordre de ne pas se présenter devant le comité. À sa place, j'assisterai à la réunion au nom du gouvernement le jeudi 8 avril 2021.
La même motion adoptée par le Comité le 3 mai et consignée à l’annexe A du deuxième rapport reconnaît, au paragraphe 6, que le Comité a pris note que la ministre associée des Finances avait également demandé de comparaître le mercredi 31 mars et le jeudi avril 2021 au nom des témoins Amitpal Singh et Ben Chin qui ont suivi les consignes du gouvernement selon lesquelles le personnel ne devait pas comparaître devant les comités, consignes qui ont été exposées lors du débat à la Chambre le jeudi 25 mars 2021.
Plus tôt dans mon intervention, j’ai cité la page 81 de Bosc et Gagnon à propos d’une description du privilège, qui s’applique également à la question de privilège qui nous occupe. Dans la liste, dont j’ai parlé et qui se trouve à la page 82, je renvoie la présidente aux 11e et 13e points: « empêcher ou entraver une personne qui exécute un ordre légal de la Chambre ou d’un comité » et « empêcher ou retenir quelqu’un de témoigner ou de témoigner de façon exhaustive, devant la Chambre ou un comité, ou user d’intimidation en ce sens ».
Manifestement, M. Theis, M. Singh et M. Chin ont été empêchés, et peut-être même entravés dans leur capacité à se soumettre à un ordre légitime de la Chambre des communes, à savoir témoigner devant le comité d’éthique.
Pour sa part, Maingot fait remarquer à la page 277:
Le fait de s’opposer à l’exécution des ordres de la Chambre ou d’un comité, d’y faire obstacle ou de l’empêcher équivaut à aider ou à inciter un individu à commettre une infraction. Toute mesure visant à empêcher l’exécution d’un ordre de la Chambre peut constituer un outrage car elle représente également un affront à l’autorité de la Chambre.
Voici ce qu'on peut lire à la page 774 de la quatrième édition de l’ouvrage de McGee, intitulé Parliamentary Practice in New Zealand:
Toute tentative d’intimider, d’empêcher ou d’entraver un témoin de donner un témoignage complet à la Chambre ou à un comité peut être considéré comme un outrage. L’intimidation ou l’entrave en question peut être manifeste (par exemple empêcher physiquement un témoin de se présenter et de témoigner) ou moins manifeste (par exemple, soudoyer un témoin pour qu’il fasse un faux témoignage, ou intenter une action en justice pour empêcher un témoin de témoigner ou de produire toutes les preuves en sa possession).
À la page 1080, Bosc et Gagnon ajoutent: « Le fait de soudoyer un témoin ou de chercher de quelque manière que ce soit à le décourager de témoigner peut constituer une atteinte au privilège parlementaire ».
Voici ce qu'on peut lire au paragraphe 15.21 de l'ouvrage d'Erskine May: « Toute manœuvre visant à empêcher d'éventuels témoins de comparaître devant la Chambre ou un comité constitue un outrage. » On retrouve le même argument au paragraphe 38.59, et le concept est développé au paragraphe 15.22:
Au début de chaque session, la Chambre des communes avait pour habitude d'adopter une résolution voulant que la subornation de témoins devant comparaître devant une des deux Chambres ou un comité d'une des deux Chambres et toute tentative, directe ou indirecte, d'empêcher toute personne de comparaître ou de présenter un témoignage constitue un outrage. Toutefois, à la suite d'un rapport du Comité de la procédure qui avait conclu que même si elle avait une certaine valeur à titre de déclarations d'intention, l'adoption d'une telle résolution chaque session n'accordait à la Chambre aucun pouvoir supplémentaire pour régler les cas d'outrage ou (dans les cas de subornation de témoins ou de faux témoignages en étant sous serment) de pouvoirs législatifs particuliers, la Chambre a accepté d'abandonner cette pratique en 2004.
Il y a eu de nombreux cas de punitions pour de telles infractions dans le passé. La corruption et l'intimidation, bien qu'elles soient souvent présentes, ne sont pas des ingrédients essentiels de cette infraction. Toute tentative de persuader un témoin de ne pas se présenter, de dissimuler des preuves ou de falsifier son témoignage constitue également un cas d'outrage.
En 1935, un comité des Communes s'est penché sur la question. De l'avis de ce comité, donner des conseils à un témoin sous forme de pression ou d'entrave à sa liberté d'exprimer honnêtement ses propres opinions à la lumière de tous les faits connus de lui constituait un cas d'outrage. La Chambre a accepté le rapport du comité.
Les résolutions annuelles dont il est question dans ce passage remontent aussi loin qu'au 21 février 1700, lorsque la Chambre des communes du Royaume–Uni a adopté une résolution, consignée à la page 350 des Journaux, qui se lit comme suit:
S'il apparaît qu'une personne a soudoyé un témoin en rapport avec le témoignage qu'il devait rendre en cette Chambre ou dans l'un de ses comités, ou qu'elle a directement ou indirectement tenté de dissuader ou d'empêcher une personne de comparaître ou de témoigner, il s'agit d'un délit qualifié de crime grave et de méfait, et cette Chambre sévira avec la plus grande sévérité contre le contrevenant.
Les remontrances que le Président Shaw-Lefevre a servies à un témoin à la barre de la Chambre des communes du Royaume–Uni le 22 mars 1842 — qui sont consignées à la page 143 des Journaux — donnent une idée de la gravité d'un tel geste, même si le contrevenant a exprimé de la contrition. Le Président dit:
John Ashworth, l'interruption des délibérations de la Chambre, ou d'un comité de la Chambre, ne peut être considérée que comme un outrage à l'autorité du Parlement, et votre faute est considérablement aggravée par les circonstances dans lesquelles elle a été commise. En vous ingérant dans le témoignage d'une personne interrogée, vous avez fait tout en votre pouvoir pour empêcher que la vérité soit mise au jour et que justice soit rendue. Une telle inconduite doit nécessairement être dénoncée; mais la Chambre, toujours désireuse de faire preuve de clémence, et prenant en compte la contrition que vous avez exprimée, et estimant que votre faute n'était pas préméditée, m'a enjoint de vous réprimander et de vous mettre en garde pour l'avenir; j'ose espérer que ces réprimandes serviront d'avertissement pour que tous sachent que la Chambre ne sera pas aussi clémente si une autre personne commet une faute de cette nature. Vous êtes dorénavant exclu de toute participation à la Chambre.
Évidemment, dans le cas qui nous intéresse aujourd'hui, il y a eu mépris plutôt que contrition, et planification coordonnée plutôt que gestes non prémédités.
Maingot, à la page 247, traite de la protection accordée aux témoins et à d'autres personnes, mis à part les députés et les officiers de la Chambre, lorsqu'ils participent à des délibérations ou à des comités parlementaires. Il dit:
Il ne semble pas y avoir au Canada de précédents dans ce domaine. Cependant, la Chambre des communes n’est pas limitée par l’absence de précédents et après avoir examiné les faits particuliers à chaque cas, elle peut décider qu'une personne est coupable d'outrage.
Dans la décision très célèbre que le Président Milliken a rendue sur les documents relatifs aux détenus afghans le 27 avril 2010 et dont nous avons entendu parler ces derniers jours, il fait des commentaires moins connus sur des questions relatives aux témoins, notamment à la page 2 041 des Débats, où il déclare que « les ouvrages de procédure mentionnent clairement que l’ingérence exercée auprès des témoins peut constituer un outrage à la Chambre ».
Au delà de la question des soi-disant « consignes » données par le gouvernement, à la page 13 des Témoignages de la réunion du 29 mars du comité de l’éthique, le leader du gouvernement à la Chambre a affirmé que « sur la base de la responsabilité ministérielle, un ministre peut remplacer l’employé qui, lui, ne relève pas du Parlement, mais du ministre ».
Ce n’est tout simplement pas le cas. En réalité, à mon avis, il s’agit d’une déformation grossière de plusieurs principes constitutionnels. Même si elle était acceptée, la position du leader du gouvernement à la Chambre tombe devant les faits. Deux des témoins sont des employés du premier ministre et relèvent de lui, tandis que le troisième est un employé de la vice-première ministre. Aucun de ces deux ministres n’a proposé de remplacer ses employés. Bien sûr, la Chambre a même envisagé la possibilité que le premier ministre se présente au nom de ses employés, ce qu’il n’a pas fait, ni conformément à l’ordre de la Chambre ni conformément à la politique énoncée par le leader du gouvernement à la Chambre.
Le personnel ministériel ne jouit d’aucun statut spécial en droit. Aux pages 981 et 982, Bosc et Gagnon disent très clairement que:
Le Règlement ne prévoit pas de limitation explicite à ce pouvoir. En théorie, il peut s’appliquer à tout individu se trouvant au Canada […] Dans la pratique, on reconnaît quelques limitations au pouvoir d’ordonner la comparution d’individus. Puisque ses pouvoirs sont sans effet à l’extérieur du territoire canadien, un comité ne peut sommer à comparaître un individu qui se trouve à l’étranger. La reine, qu’elle soit au Canada ou à l’étranger, le gouverneur général et les lieutenants-gouverneurs des provinces ne peuvent pas non plus être sommés de comparaître.
Il en est de même pour les parlementaires d’autres chambres législatives au Canada puisque chacune de ces chambres, tout comme la Chambre des communes, possède le privilège parlementaire de contrôler la présence de ses membres et de toutes questions les touchant. Cette même logique explique également pourquoi un comité permanent ne peut ordonner la comparution d’un député de la Chambre des communes ou d’un sénateur. Ce qui est en cause dans tous ces exemples est le pouvoir d’ordonner la comparution; rien n’empêche ces individus de comparaître volontairement devant un comité suivant une simple invitation, si ce n’est l’obligation, pour certains d’entre eux, d’obtenir l’autorisation de comparaître de la part des chambres dont ils relèvent […]
Bien qu’ils puissent ordonner la comparution de certaines personnes, les comités permanents ne disposent pas de pouvoirs leur permettant de sanctionner l’irrespect des ordres qu’ils adoptent à cet égard. En effet, seule la Chambre des communes dispose de pouvoirs disciplinaires nécessaires pour punir ce genre d’offense. Le recours que les comités peuvent utiliser lorsqu’un témoin refuse d’obéir ou contrevient à un ordre de comparution est celui d’en faire dûment rapport à la Chambre. Une fois saisie de la question, la Chambre prend les mesures qu’elle juge appropriées.
Le personnel ministériel et, de façon plus générale, le personnel politique ne font pas partie de la liste des personnes exclues. De plus, un ministre ne dispose pas du pouvoir de se présenter à un comité à titre de remplaçant, mais je rappelle que la Chambre, en rédigeant l'ordre du 25 mars, a tenu compte de la responsabilité ministérielle en permettant au premier ministre de témoigner au nom de ses employés.
Pour faire ressortir l'approche sélective du gouvernement à l'égard de la responsabilité parlementaire de ceux qui travaillent pour lui, examinons le cas de M. Senécal, le fonctionnaire dont j'ai parlé tout à l'heure, qui remonte à 1891. Dans cette affaire, le ministre de M. Senécal a témoigné au comité où ce dernier avait été convoqué. Selon le procès-verbal et les témoignages du comité des comptes publics du 27 août 1891, le ministre n'a pas invoqué un quelconque principe supérieur de responsabilité ministériel pour justifier l'absence du témoin. Le ministre a indiqué ceci:
En rapport avec la lettre du surintendant de l'Imprimerie, qui vient d'être lue, je dois dire que je n'ai eu aucune communication avec M. Sénécal, ni avec sa famille, et que je ne savais même pas que cette lettre serait adressée au président du comité. Cependant, en justice pour un homme qui est absent, et contre lequel, je suppose, il faudrait faire les démarches nécessaires pour le forcer à comparaître ici [...]
Je désire qu'il soit bien compris, comme je l'ai déjà dit, que je ne sais pas où est M. Sénécal. Je ne veux pas le justifier d'avoir écrit cette lettre, ou d'être parti. Je pense seulement que c'est rendre justice à un homme absent, de déclarer ce que je sais être la vérité [...]
En 1994, Diane Davidson, une ancienne avocate générale de la Chambre, a écrit ceci dans un document présenté au Comité mixte permanent d'examen de la réglementation...
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I rise on a point of order. Twenty minutes ago you asked the member to be concise and encouraged him to wrap it up in a few minutes. I am wondering if those few minutes have expired so we can carry on with the business of the day.
Madame la Présidente, j’invoque le Règlement. Il y a 20 minutes, vous avez demandé au député d’être concis et vous l’avez encouragé à conclure en quelques minutes. Je me demande si ces quelques minutes ont expiré afin que nous puissions poursuivre les travaux de la journée.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, as I noted to you following your ruling, I have multiple questions of privilege. I have moved onto a different question of privilege, as I noted for all members of this House, including the member for Kingston and the Islands, who I know is paying very close attention to what is happening in this place and is not worried about what videos he is going to make about the opposition holding the government to account.
Madame la Présidente, comme je vous l’ai fait remarquer après votre décision, j’ai plusieurs questions de privilège. Je suis passé à une autre question de privilège, comme je l’ai indiqué à tous les députés, y compris le député de Kingston et les Îles. Je sais qu’il suit très attentivement ce qui se passe à la Chambre et qu’il ne se soucie pas des vidéos qu’il va faire au sujet de l’opposition qui exige des comptes du gouvernement.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Madam Speaker, I would like to point out that the member for Kingston and the Islands continues to challenge your authority as Chair, and I think that is despicable. It should not be allowed. I think you need to admonish that individual for continuing to challenge your role.
Madame la Présidente, j’aimerais souligner que le député de Kingston et les Îles continue de contester votre autorité, ce qui est, à mes yeux, déplorable. Cela ne devrait pas être permis. Vous devriez, selon moi, réprimander cette personne pour son attitude à votre égard.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, my notice to you, respectfully, indicated that I was raising seven questions of privilege. I would invite you, should you require it, to suspend, and I could furnish you with a copy of the letter that was provided to your office, as per the requirement of one hour's notice, or perhaps the table officers would have the opportunity to get that letter for you.
Madame la Présidente, je vous rappelle respectueusement que dans mon avis, j’indiquais que je soulevais sept questions de privilège. Je vous invite, si besoin est, à suspendre la séance pour que je puisse vous remettre une copie de la lettre fournie à votre bureau, avec au moins une heure de préavis, comme cela est exigé, ou peut-être que les greffiers pourraient aller vous chercher cette lettre.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, on the point of order mentioned by the member for Selkirk—Interlake—Eastman, I would hope that the member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes is not challenging the ruling that was just made.
Madame la Présidente, au sujet du rappel au Règlement mentionné par le député de Selkirk—Interlake—Eastman, j’espère que le député de Leeds-Grenville-Thousand Islands et Rideau Lakes ne conteste pas la décision qui vient d’être rendue.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, as I noted in the letter, there are seven separate questions of privilege, but it did say I would rise once. My indication to the Chair was that I would not rise seven separate times but one time for the efficiency of the House and so as to not waste the Speaker's time.
I would again appeal to that in your consideration of the amount of time afforded me to raise these multiple questions. If it is necessary that I furnish your office with additional letters following the conclusion of this question of privilege so I can raise the outstanding items, if that would lends itself to the efficiency of this place, I defer to your rulings.
Madame la Présidente, comme je l'ai mentionné dans la lettre, il y a sept questions de privilège, mais j'ai indiqué que je ne prendrai la parole qu'une seule fois. En effet, j'ai indiqué à la présidence que je ne prendrais pas la parole sept fois, mais une seule, afin de favoriser l'efficacité à la Chambre et de ne pas faire perdre son temps à la présidence.
Je demanderais encore une fois que vous en teniez compte pour décider du temps dont je dispose pour traiter de ces multiples questions. Si la présidence juge nécessaire que je lui présente des lettres supplémentaires à la fin de mon intervention sur la question de privilège, afin de soulever ces autres questions, pour favoriser l'efficacité à la Chambre, je m'en remets à sa décision.
View Kerry-Lynne Findlay Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I refer you to Speaker Milliken's ruling from October 18, 2006, where he defines the issue of concise. It has nothing to do with length.
Speaker Milliken stated:
It is apparent to me from the examples cited above that the interpretation of the term concise in Standing Order 39(2) has evolved since this rule was first adopted. It is no longer interpreted to mean short or brief but rather comprehensible.
I would argue this definition of concise should apply across the board to all proceedings and to this question of privilege. I have been listening, and the material being presented is relevant and comprehensible to the matters before the House. It is my submission that the member should be allowed to finish his submission.
Madame la Présidente, j'attire votre attention sur la décision du Président Milliken du 18 octobre 2006, qui traite de la définition du terme « concises ». Or, elle n'a rien à voir avec la durée.
Le Président Milliken a déclaré:
Compte tenu des exemples que je viens de mentionner, il m’apparaît que l’interprétation du terme « concises », utilisé au paragraphe 39(2) du Règlement, a évolué depuis l’adoption de cette règle. Il n’est plus compris comme voulant dire « court » ou « bref », mais plutôt comme ayant le sens de « compréhensible ».
Je dirais que cette définition du terme « concises » devrait s'appliquer à toutes les procédures, de même qu'à cette question de privilège. À l'écoute, il me semble que les documents présentés sont pertinents et compréhensibles pour les questions soumises à la Chambre. Je soutiens donc que le député devrait pouvoir terminer son intervention.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, a former general legal counsel for this House, Diane Davidson, wrote in a 1994 paper provided to the Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations:
As to the status of public servants and Ministers as a question of law only, I would subscribe to the conclusion of the Ontario Law Reform Commission in its 1981 Report on Witnesses Before Legislative Committees...that these witnesses are in the same position as any other witness—in theory they could be compelled to testify on any issue, answer any questions or produce any document. There is no legally guaranteed immunity from Parliament's broad power to call for information, and therefore no special status is conferred.
New Zealand's House of Representatives shares the perspective as McGee notes on page 494:
The power to summon witnesses and order the production of documents is not limited in its application to public servants, Government bodies, or other public agencies. It extends to ordering individuals, corporate and private bodies to appear before the House or a committee to give evidence....
In 2013, the Parliament of the United Kingdom's Joint Committee on Parliamentary Privilege considered a government green paper on parliamentary privilege that, among other things, asked whether Parliament's ability to compel MPs, civil servants and judges should be extinguished. The committee, at paragraph 87, spoke powerfully against the idea of exempting government employees from the power to send for persons:
Reducing Committees’ powers to call for civil servants would rebalance the relationship between the legislature and the Executive in the Executive’s favour. The Osmotherly rules, which guide officials in their dealings with Committees of the two Houses, are a creation of the Executive, not of Parliament. As a matter of principle, we see no reason why civil servants should be in a different position from other members of the public.
The law clerk advanced the point that there is no immunity for ministerial staff when he appeared before ethics committee on April 12, and the committee thought fit in appendix A of the second report to include a summary of his evidence on this very point:
Mr. Dufresne stated that political staff and public servants have no immunity, by virtue of their positions, from requests to testify before parliamentary committees. He also suggested that the topics of discussion and the different roles that ministers and political staff play have been factors for deciding which person is the more appropriate witness to testify on a given topic.
As to that point, the authorities tend to describe the tendency to show deference toward public servants because it is, in a system of responsible government, ministers who, quite rightly, ought to account to Parliament for policy choices and overall government administration.
In the present case, we are not looking to have Messrs. Theis, Singh and Chin account for the merits of helping young Canadians during a pandemic, nor are we looking to discuss the Canada student service grant concept in its broadest terms as the vehicle to deliver the support. They are, bluntly, fact witnesses who directly participated in a number of transactions that led to WE Charity's partnership with the Liberal government being conceived, developed and refined. They personally possess direct knowledge of various transactions and could assist the committee in connecting many of the dots which ministers and senior officials, evidence and documents have laid out.
Reverting back to appendix A, the ethics committee further noted:
Mr. Dufresne argued that because the House of Commons ordered the witnesses to appear, only the House of Commons has the power to absolve a witness from that order.
In debates this year, the government has sought to compare itself to its predecessor. This was also addressed with the law clerk during his April 12 ethics committee appearance, which is summarized at appendix A:
In response to members’ questions, Mr. Dufresne explained that a similar situation occurred in 2010, when a parliamentary committee ordered political staff to appear. At that time, ministers appeared instead of political staff, based on the argument that ministers were the appropriate witnesses to respond to the committee based on the principles of responsible government. However, he noted that that instance was based on an order from the committee and not from the House of Commons.
I would also go further and point out that the committee in question, also the ethics committee, deliberated on escalating the absence of three staff witnesses into a report to the House, but on October 7, 2010, by a five to three vote, negatived a motion to make that report.
In the circumstances, I would argue that the 2010 ethics committee had, by majority vote, accepted the substitution of ministers for the staff witnesses. Indeed, as the law clerk observed, the originator of the order, the committee in that case, judged compliance with it, and by voting against taking further action, it demonstrated it was satisfied.
In short, only the originator of an order can assess compliance or give relief from it. Certainly ministers or even Prime Ministers do not have the authority to waive orders of the House respecting witnesses as the government House leader may claim.
Harry Evans, former Clerk of the Senate of Australia, wrote in a January 29, 1993 memorandum to the chairman of the Senate select committee on the powers, functions and operation of the Australian Loan Council, which forms appendix 5 of that committee's March 1993 interim report:
You have sought advice on the hypothesis that...the Prime Minister may have improperly interfered with a potential witness before the Committee by directing or encouraging that person, namely the Treasurer, not to assist the Committee or to appear before it. The Prime Minister enjoys no special immunity from the provisions relating to interference with witnesses.... Evidence that a minister wished to assist a committee and was deterred from doing so by, for example, threats of dismissal from office, could generate proceedings for contempt....
Since then, the Australian Senate has built up a body of experience with respect to the matter of ordering the attendance of ministerial staff at committees. Pages 566 and 567 of Odgers' recounts:
The question has occasionally arisen as to whether Senate committees may summon ministerial staff and departmental liaison officers to appear before them and give evidence. Such persons have no immunity against being summoned to attend and give evidence, either under the rules of the Senate or as a matter of law. Departmental liaison officers are not in any different category from other departmental officers. From time to time it has been suggested that ministerial staff are in a special category and should not give evidence before parliamentary committees. Such staff have, however, appeared before Senate committees and given evidence, both voluntarily and under summons. In February 1995 the then Minister for Finance, Mr Beazley, declined to allow the Director of the National Media Liaison Service (NMLS) to appear before a Senate committee to give evidence about the activities of the NMLS on the ground that that person was a member of ministerial staff. The Senate passed a resolution directing that person to appear before the committee, and he subsequently appeared and gave evidence accordingly. The preamble to the Senate's resolution pointed out that the NMLS was provided with public funds, and it was stated in debate that the resolution did not set a precedent for summoning ministerial staff, but the passage of the resolution indicates—
Madame la Présidente, une ancienne avocate générale de la Chambre, Diane Davidson, a écrit, en 1994, dans un document qui a été transmis au Comité mixte permanent d'examen de la réglementation:
Quant au statut des fonctionnaires et des ministres en tant que question de droit stricte, je souscrirais à la conclusion à laquelle est parvenue la Commission de réforme du droit de l'Ontario dans un rapport datant de 1981 et intitulé « Report on Witnesses Before Legislative Committees » [...] selon laquelle ces témoins se trouvent dans la même position que tout autre témoin — c'est-à-dire qu'ils peuvent en théorie être forcés à témoigner lors de toute enquête, à répondre à toute question ou à produire tout document. Ils ne bénéficient d'aucune immunité légale vis-à-vis du vaste pouvoir du Parlement d'exiger la production d'informations et aucun statut légal ne leur est donc conféré.
La Chambre des représentants de la Nouvelle‑Zélande partage ce point de vue, comme le note M. McGee à la page 494:
Le pouvoir de convoquer des témoins et d'ordonner la production de documents n'est pas limité, dans son application, à des fonctionnaires, à des instances gouvernementales ou à d'autres administrations publiques. Il s'étend aux personnes physiques ou morales et aux organismes privés qui peuvent être convoqués devant la Chambre ou un comité pour témoigner [...]
En 2013, le comité mixte sur le privilège parlementaire du Parlement du Royaume‑Uni a examiné un livre vert du gouvernement sur le privilège parlementaire qui, entre autres, demandait s'il fallait mettre fin au pouvoir du Parlement de contraindre des députés, des fonctionnaires et des juges à témoigner. Le comité, au paragraphe 87, s'est prononcé avec force contre l'idée d'exempter les employés du gouvernement de l'obligation de répondre à des convocations:
Limiter le pouvoir des comités de convoquer des fonctionnaires causerait un déséquilibre dans la relation entre le législatif et l'exécutif, qui avantagerait l'exécutif. Les règles d'Osmotherly, qui guident la conduite des fonctionnaires dans leurs interactions avec les comités des deux Chambres, ont été édictées par l'exécutif, et non par le Parlement. En principe, rien ne justifie que les fonctionnaires soient traités différemment du reste de la population.
Le légiste et conseiller parlementaire a soutenu lors de son témoignage devant le comité de l'éthique, le 12 avril, que les membres du personnel des ministres n'ont droit à aucune immunité. Le comité a d'ailleurs considéré qu'il était approprié d'inclure un résumé de ce témoignage à l'annexe A de son deuxième rapport:
Néanmoins, M. Dufresne a précisé que les fonctions du personnel politique et des fonctionnaires ne leur confèrent aucune immunité contre les citations à comparaître devant les comités parlementaires. Les sujets de discussion et les différents rôles joués par les ministres et le personnel politique sont autant de facteurs qui permettent de déterminer quelle personne est la plus apte à témoigner sur un sujet donné.
À ce sujet, les ouvrages de référence parlent d'une certaine déférence à l'endroit des fonctionnaires, parce que, dans un régime de gouvernance responsable, ce sont les ministres qui, avec raison, doivent rendre des comptes au Parlement quant aux décisions politiques et à l'administration du gouvernement en général.
Dans la présente affaire, nous ne cherchons pas à ce que MM. Theis, Singh et Chin expliquent les mérites de l’aide aux jeunes Canadiens pendant une pandémie, et nous ne cherchons pas non plus à discuter du concept de la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant dans son application la plus générale comme véhicule de cette aide. Ils sont, sans ambages, des témoins de faits qui ont directement participé à un certain nombre de transactions qui ont conduit à la conception, au développement et à l'établissement du partenariat entre l’organisme UNIS et le gouvernement libéral. Ils sont personnellement au courant de diverses transactions et pourraient aider le comité à relier bon nombre des points que les ministres et les hauts fonctionnaires, les preuves et les documents ont exposés.
Revenant à l’annexe A, le comité de l’éthique a également noté:
M. Dufresne a fait valoir que, puisque la Chambre des communes a ordonné aux témoins de comparaître, elle seule a le pouvoir d’absoudre un témoin de cet ordre.
Dans les débats de cette année, le gouvernement a cherché à se comparer à son prédécesseur. Cette question a également été abordée avec le légiste lors de sa comparution devant le comité de l’éthique le 12 avril, dont le résumé figure à l’annexe A:
En réponse aux questions des membres, M. Dufresne a expliqué qu’une situation semblable s’est produite en 2010, lorsqu’un comité parlementaire a ordonné à du personnel politique de comparaître. À l’époque, les ministres ont comparu à la place du personnel politique, sous prétexte que les ministres étaient les témoins appropriés pour répondre au comité selon les principes du gouvernement responsable. Cependant, il a fait remarquer que cette situation reposait sur un ordre du comité et non de la Chambre des communes.
J’irais également plus loin et soulignerais que le comité en question, également le comité de l’éthique, a délibéré sur la possibilité de faire de l’absence de trois témoins du personnel l’objet d’un rapport à la Chambre, mais le 7 octobre 2010, par un vote de cinq contre trois, il a rejeté la motion visant la préparation d’un tel rapport.
Dans ces circonstances, je soutiens que, en 2010, le Comité de l’éthique a accepté, par un vote majoritaire, la substitution des ministres aux témoins internes. En effet, comme l’a fait remarquer le légiste, l’auteur de l’ordre, le comité saisi de cette affaire, a jugé qu’il était respecté et, en votant contre la prise de mesures subséquentes, il a démontré qu’il était satisfait.
En bref, seul l’auteur d’un ordre peut en évaluer la conformité ou y renoncer. Les ministres ou même les premiers ministres n’ont certainement pas le pouvoir de renoncer aux ordres de la Chambre concernant les témoins, comme peut le prétendre le leader parlementaire du gouvernement.
Harry Evans, ancien greffier du Sénat de l’Australie, a écrit ce qui suit dans une note de service datée du 29 janvier 1993 adressée au président du comité spécial du Sénat sur les pouvoirs, les fonctions et le fonctionnement du Conseil australien du prêt, qui constitue l’annexe 5 du rapport provisoire de mars 1993 de ce comité:
Vous avez demandé conseil sur l’hypothèse selon laquelle […] le premier ministre aurait pu exercer une ingérence à l’endroit d’un témoin éventuel devant le comité en ordonnant à cette personne, à savoir le Trésorier, de ne pas aider le comité ou de ne pas comparaître devant lui, ou en l’encourageant à ne pas le faire. Le premier ministre ne jouit d’aucune immunité particulière par rapport à l’ingérence exercée à l’endroit des témoins […] La preuve qu’un ministre souhaitait aider un comité et qu’il en a été dissuadé, par exemple, par des menaces de révocation, pourrait donner lieu à une accusation d’outrage […]
Depuis lors, le Sénat australien a acquis une certaine expérience en ce qui concerne les ordres de comparution du personnel ministériel devant les comités. Aux pages 566 et 567 du récit d’Odgers, on peut lire:
La question s'est parfois posée quant à savoir si les comités du Sénat peuvent sommer le personnel ministériel et les agents de liaison ministériels de comparaître devant eux et de témoigner. Ces personnes n'ont aucune immunité contre la sommation de comparaître et de témoigner, que ce soit en vertu du Règlement du Sénat ou de la loi. Les agents de liaison ministériels n'appartiennent pas à une catégorie différente de celle des autres agents ministériels. On a occasionnellement laissé entendre que le personnel ministériel fait partie d'une catégorie spéciale et ne devait pas témoigner devant les comités parlementaires. Cependant, des membres de ce personnel ont déjà comparu devant des comités sénatoriaux et témoigné, tant volontairement que sur convocation. En février 1995, le ministre des Finances de l'époque, M. Beazley, a refusé d'autoriser le directeur du National Media Liaison Service, ou NMLS, à comparaître devant un comité sénatorial pour témoigner des activités du NMLS sous prétexte qu'il était membre du personnel ministériel. Le Sénat a adopté une résolution ordonnant au directeur de comparaître devant le comité, et le directeur s'est ensuite présenté et a témoigné en conséquence. Le préambule de la résolution du Sénat soulignait que le NMLS était financé par des fonds publics et il a été déclaré lors du débat que la résolution ne créait pas de précédent pour la convocation du personnel ministériel, mais l'adoption de la résolution indique...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I call the hon. member to order. I think I have heard the gist of the question of privilege and we will proceed to orders of the day. I have made the decision.
The hon. member for Cowichan—Malahat—Langford.
Je rappelle le député à l'ordre. Je pense avoir entendu l'essentiel de la question de privilège et nous allons passer à l'ordre du jour. J'ai pris la décision.
Le député de Cowichan—Malahat—Langford a la parole.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I rise on a point of order. I wanted to let you know that the NDP reserves the right to be able to respond to this question of privilege.
Madame la Présidente, j’invoque le Règlement. Je voulais vous faire savoir que le NPD se réserve le droit de répondre à cette question de privilège.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-10 13:30 [p.8212]
Madam Speaker, same for the Bloc Québécois. We reserve the right to respond to a later time.
Madame la Présidente, c'est la même chose pour le Bloc québécois. Nous nous réservons le droit de répondre à un moment ultérieur.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, if you find it acceptable, I would like a future opportunity to perhaps furnish your office with some of my arguments in a written form. After having heard from other colleagues, I would also note that while the Chair has decided that the points were similar to this point, I would also offer respectfully that there is an issue dissimilar to those points in the matter of a minister of the Crown misleading a committee during testimony. I offer that for the Chair's consideration.
Madame la Présidente, si vous le jugez acceptable, j’aimerais avoir l’occasion de fournir à votre bureau certains de mes arguments par écrit. Après avoir entendu d’autres collègues, je voudrais également faire remarquer que, même si la présidence a décidé que les cas étaient semblables à celui-ci, je soutiens respectueusement qu'il y a une différence lorsqu’un ministre de la Couronne induit un comité en erreur pendant un témoignage. Je soumets cela à la considération de la présidence.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The hon. member will submit the whole document.
Resuming debate, the hon. member for La Prairie.
Le député soumettra le document en entier.
Nous reprenons le débat. Le député de La Prairie a la parole.
View Colin Carrie Profile
CPC (ON)
View Colin Carrie Profile
2021-06-10 14:14 [p.8219]
Mr. Speaker, the release today of the ethics committee's report into the WE scandal shows how comfortable the Liberals are with unethical and corrupt behaviour. It shows in detail how the Prime Minister gave a contract worth half a billion dollars to WE Charity.
This is an organization run by well-connected Liberals that paid over half a million dollars in fees and expenses to the Prime Minister’s family. It paid $20,000 to fly the Prime Minister’s wife abroad for its event and spent over $10,000 to produce and promote campaign-style advertising for the Prime Minister. The amount of financial and in-kind benefit that the Prime Minister and his family have received from WE is outrageous.
These facts and the appearance of a clear conflict of interest, on top of the billionaire island scandal, the SNC-Lavalin scandal and the illegal casino magnate scandal, among others, have been severely damaging to Canadians' confidence in their democratic institutions. Canadians deserve better and they can count on the Conservatives to secure accountability.
Monsieur le Président, le rapport du comité de l'éthique sur le scandale UNIS, qui vient d'être publié aujourd'hui, montre à quel point les libéraux se sentent à l'aise d'adopter des comportements contraires à l'éthique et de se livrer à la corruption. Le rapport explique en détail comment le premier ministre a accordé un contrat d'un demi-milliard de dollars à l'organisme UNIS.
Dirigé par des libéraux bien branchés, cet organisme a versé plus d'un demi-million de dollars en honoraires et dépenses à la famille du premier ministre. Ainsi, l'épouse du premier ministre a eu droit à une escapade à l'étranger, au coût de 20 000 $, pour assister à un événement organisé par l'organisme UNIS. À cela s'ajoutent des dépenses de plus de 10 000 $ pour la production et la promotion de publicités à saveur électorale mettant en vedette le premier ministre. Le montant des avantages financiers et en nature pour le premier ministre et sa famille est scandaleux.
Ces faits, et l'apparence d'un conflit d'intérêts évident — sans compter le scandale des vacances sur l'île d'un milliardaire, le scandale de SNC-Lavalin, le scandale du magnat qui tenait un casino illégal, et j'en passe —, minent considérablement la confiance des Canadiens envers leurs institutions démocratiques. Les Canadiens méritent mieux, et ils peuvent compter sur les conservateurs pour obtenir des comptes.
View Bardish Chagger Profile
Lib. (ON)
View Bardish Chagger Profile
2021-06-10 14:29 [p.8222]
Mr. Speaker, we respect our parliamentary institutions, including independent officers of Parliament, such as the Conflict of Interest and Ethics Commissioner. We also appreciate the work of committees.
The opposition seems to be focused on playing partisan politics during a pandemic, rather than focusing on the needs of Canadians. Today, we could have been debating the budget implementation bill to actually bring about measures that would waive interest on student loans and extend rent and wage subsidies, for example.
We appreciate their work. I look forward to reading the report and getting back to the matter at hand.
Monsieur le Président, nous respectons les institutions parlementaires, y compris les mandataires indépendants du Parlement, comme le commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique. Nous sommes également reconnaissants du travail qu'effectuent les comités.
L'opposition semble résolue à faire de la politique partisane en pleine pandémie au lieu de se concentrer sur les besoins des Canadiens. Aujourd'hui, nous aurions pu débattre du projet de loi d'exécution du budget et ainsi mettre en œuvre des mesures qui visent notamment la suppression des intérêts sur les prêts étudiants et la prolongation de la subvention pour le loyer et de la subvention salariale.
Nous sommes reconnaissants du travail des comités. Je suis impatiente de prendre connaissance du rapport et de revenir à la question qui nous occupe.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, 100% of them were put through the Liberals' partisan database and checked for how much they donated.
Today we see that, after months of filibustering, blocking of witness and sealing of documents, the ethics committee was finally able to table its report on the WE scandal. The report clearly outlines the depth of corruption and cronyism within the Liberal government. Liberal insiders have unfettered access to government, which will always help its friends jump the queue and get the inside track.
Canadians deserve a government that will serve them instead of the Liberal elite. Will this corrupt government start putting the interests of Canadians first and implement the recommendations outlined in that report?
Monsieur le Président, 100 % des candidats ont été soumis à une vérification dans la base de données partisane des libéraux pour déterminer combien ils ont versé en dons.
Après que le gouvernement ait fait de l'obstruction, ait empêcher des témoins de comparaître et ait scellé des documents pendant des mois, le comité de l'éthique a finalement pu présenter aujourd'hui son rapport sur le scandale UNIS. Le rapport décrit clairement l'ampleur de la corruption et du copinage au sein du gouvernement libéral. Les initiés libéraux ont un accès sans entrave au gouvernement, qui aidera toujours ses amis à passer devant les autres et à obtenir des informations privilégiées.
Les Canadiens méritent un gouvernement qui les servira eux plutôt que l'élite libérale. Le gouvernement corrompu commencera-t-il à faire passer les intérêts des Canadiens en premier et à mettre en œuvre les recommandations formulées dans ce rapport?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2021-06-10 14:37 [p.8223]
Mr. Speaker, we respect the work of committees. We also respect the role of the independent officers of Parliament, who do their work independently and free from partisan political consideration.
While the Conservatives remain focused on the WE Charity, our focus remains on delivering important bills for Canadians, including those bills we were to discuss today. However, what did the Conservatives try to do? They tried to shut down Parliament. They said that it was over. They did not want to work anymore. If they do not want to work, they should get out of here and let us work for Canadians.
Monsieur le Président, nous respectons le travail des comités. Nous respectons également le rôle des agents indépendants du Parlement, qui font leur travail en toute indépendance et sans considération politique partisane.
Alors que les conservateurs continuent de se concentrer sur l'organisme UNIS, notre objectif demeure de présenter des projets de loi importants pour les Canadiens, y compris les projets de loi dont nous devions discuter aujourd'hui. Qu'est-ce que les conservateurs ont toutefois essayé de faire? Ils ont essayé de fermer le Parlement. Ils ont dit que la session était terminée. Ils ne voulaient plus travailler. S'ils ne veulent pas travailler, ils devraient s'en aller et nous laisser travailler pour les Canadiens.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I would like to number all of the hours the minister's Liberals have filibustered at committee, including dozens of hours at the ethics committee.
This report shows widespread Liberal insider access and corruption. It is undeniable. The Liberals used the pandemic to line the pockets of Liberals and their well-connected friends. They tried to cover it up. They tried to block investigations. They tried to tamper with witnesses.
Corruption and these Liberals go hand in hand. What will it take for the government to stop the corruption and commit to good ethical governance? The minister said he respects the work of committees. Will he commit right now to implementing their recommendations?
Monsieur le Président, j'aimerais bien additionner toutes les heures que les libéraux ont fait perdre en faisant de l'obstruction au comité, notamment des dizaines d'heures au comité de l'éthique.
Le rapport indique un vaste accès privilégié aux libéraux, ainsi que de la corruption. C'est indéniable. Les libéraux se sont servis de la pandémie pour garnir les poches de certains libéraux et de leurs amis bien branchés. Ils ont tenté d'étouffer l'affaire, de bloquer des enquêtes et de manipuler des témoins.
La corruption est indissociable de ces libéraux. Que faudra-t-il pour que le gouvernement mette fin à la corruption et adopte une bonne gouvernance éthique? Le ministre a affirmé qu'il respectait le travail fait aux comités. S'engagera-t-il dès maintenant à mettre en œuvre leurs recommandations?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2021-06-10 14:38 [p.8224]
Mr. Speaker, that is a bit rich coming from a member who does not respect the work of Parliament. We are meeting here today to discuss a very important bill, and what did this member and his friends on the other side do? They tried to shut down Parliament.
They said they were finished working for the day and were going home. That is unacceptable. We need to keep Parliament open to debate important bills such as Bill C-6, Bill C-12 and Bill C-30. We have to do that for Canadians.
Monsieur le Président, c'est un peu fort de la part d'un député qui ne respecte pas les travaux du Parlement. Nous sommes ici aujourd'hui pour discuter d'un projet de loi très important, et que font le député et ses amis? Ils tentent de fermer le Parlement.
Ils ont affirmé avoir terminé leur travail de la journée et qu'ils rentraient chez eux. C'est inacceptable. Il faut que le Parlement reste ouvert pour débattre de projets de loi importants, comme le projet de loi C‑6, le projet de loi C‑12 et le projet de loi C‑30. C'est ce que nous devons faire pour les Canadiens.
View Tony Baldinelli Profile
CPC (ON)
View Tony Baldinelli Profile
2021-06-10 14:51 [p.8226]
Mr. Speaker, every day, I hear heartbreaking stories from my constituents who have been separated from their families and loved ones by the lengthy and extended border closure with the United States. Some have missed family funerals. Others cannot cross to look after their elderly parents or a sick family member. Grandparents are forfeiting precious time with their grandchildren. Nearly 15 months into this pandemic, no formal plans for the safe reopening of our border crossings have been announced.
Does the Liberal government not care about the human impacts it is having on my constituents by its inaction?
Monsieur le Président, j'entends chaque jour des histoires crève-cœur de la part de gens de ma circonscription qui sont séparés de leur famille et de leurs proches depuis la fermeture de la frontière canado-américaine, qui dure déjà depuis longtemps. Certains n'ont pas pu assister aux funérailles d'un membre de la famille. D'autres ne peuvent pas traverser la frontière pour aller prendre soin de leurs parents âgés ou d'un proche malade. Des grands-parents voient s'échapper un temps précieux qu'ils pourraient passer avec leurs petits-enfants. La pandémie a commencé il y a près de 15 mois, et le gouvernement n'a toujours pas annoncé de plan officiel pour la réouverture sécuritaire de nos frontières.
Le gouvernement libéral est-il indifférent aux répercussions de son inaction sur la vie des gens de ma circonscription?
View Jennifer O'Connell Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, of course we care. Our entire government has been working throughout this pandemic to care for Canadians, to keep them safe throughout a global pandemic, which many of us have never seen before. All of the measures that we have put in place have been done with the advice from scientists, experts and doctors, with the purpose of stopping the spread of COVID-19 and saving lives.
We made an important announcement yesterday in regard to lifting restrictions. We need Canadians to keep doing that hard work, keep getting vaccinated, and we will see life return to normal—
Monsieur le Président, bien sûr que nous nous soucions de la vie des gens. Depuis le début de la pandémie, tout le gouvernement s'emploie à prendre soin des gens et à les garder en sécurité malgré une pandémie qui touche l'ensemble de la planète, ce que la plupart d'entre nous n'avaient jamais vu. Les mesures que nous avons instaurées étaient toutes fondées sur les conseils de scientifiques, d'experts et de médecins, toujours dans le but de freiner la propagation de la COVID‑19 et de sauver des vies.
Nous avons fait une annonce importante hier à propos de l'assouplissement des restrictions. Les Canadiens doivent continuer de faire les efforts nécessaires et de se faire vacciner, et la vie reviendra à la normale...
View Sean Fraser Profile
Lib. (NS)
View Sean Fraser Profile
2021-06-10 15:56 [p.8236]
Madam Speaker, as always, it is a pleasure to rise in debate, but in particular on the occasion as we approach what I hope is the expeditious adoption of Bill C-30, the budget implementation act, which will put in place a number of important measures designed to help continue the fight against COVID-19, ensure that our economy has the strength to bust out of the pandemic recession and create serious economic growth, but also ensure that the growth we expect to see occurs in a way that is both sustainable and inclusive.
Before I begin my assessment of Bill C-30, which I am obviously in support of, having spoken in support of the bill in this House previously, I want to address some of the proceedings that have taken place today.
We have seen, over the course of this pandemic, in some ways some very optimistic co-operation from various opposition parties. I remember back in the early days of the pandemic when it seemed there was a real team Canada spirit to get the supports to workers, businesses and families across Canada that were at severe risk as a result of the changes that COVID-19 foisted upon our communities. It seems, from the proceedings earlier today in the House, that this spirit of co-operation, at least on the part of the Conservative Party of Canada, has evaporated completely.
When we were seeking to move forward with Bill C-30, I was struck by the incredible inconsistency when I saw the Conservatives' House leader host a press conference declaring their appetite to continue to co-operate to get benefits where they are needed. At the same time, one of the Conservative members had moved a motion in the House of Commons to shut down debate for the day on the very bill that is going to extend the benefits they purport to support.
Over the course of the several hours that followed, we saw an adjournment motion seeking to have House members go home before noon rather than get to work to pass these important measures, and we saw speeches given on points of privilege that included texts drawn from the records of Hansard from 1891, which I do not think demanded the attention of the House so much as the emergency benefits that are destined for Canadian families and workers. My sincere hope is that, moving forward, we will be able to rebuild that sense of co-operation in order to get benefits where they are needed.
I will address the three chapters I outlined in my introductory sentences. The first focus of budget 2021 is to continue and finish the fight against COVID-19. That is going to require our focus to be drawn on the issue of vaccines. I am pleased to share that Canada, out of any G20 country, has had more of its citizens receive at least one dose of the vaccine than any other comparator economy in that group. Some people will point to the need to achieve two doses before full vaccination is complete, but from a population health point of view, from a procurement point of view and certainly from a signal that we are going to have a significant portion of our population that is willing to become fully vaccinated, this positions Canada as perhaps the leading economy in the world when it comes to the social responsibility our citizens have exhibited, putting their hands up and saying they want to do their part to help protect their communities, their families and themselves.
Bill C-30 ropes in certain supports that are going to help provincial governments expedite the administration of their vaccines, $1 billion, in fact, for this purpose, but we also know that from a public health point of view, there is more to the fight against COVID-19 than vaccinations. We know that public health care systems have seen serious delays, with appointments being cancelled and surgeries being pushed back months and months. I would hazard a guess that every member of this House has friends or family members who have been impacted by that. That is why this bill includes $4 billion to help address some of the short-term pressures on provincial health care systems that have flowed from this pandemic.
In addition, it is essential we recognize that no epidemiologist in the world was seriously arguing that vaccines alone were going to help us get through the various waves of the COVID-19 pandemic. That is why we have put roughly $20 billion toward the safe restart agreements, to help provinces make sure that workers could get their hands on personal protective equipment and help businesses erect the kind of infrastructure within their premises that would keep people safe.
There have been various investments in my own community through some of these funds that help protect the mental health of vulnerable members of the community. I am thinking in particular of some of the work that the Antigonish Women's Resource Centre has moved forward with as a result of some of the investments. I am thinking of some of the money that we have put toward facilities like the R.K. MacDonald Nursing Home in Antigonish. I am thinking of some of the facilities in Pictou County, whether it is schools or long-term care facilities, or those on the eastern shore of Nova Scotia that are benefiting from things like improved ventilation.
These are good investments that were made in partnership with provincial governments to help combat some of the consequences that we have seen as a result of COVID-19.
Of course, there is more to the COVID-19 pandemic than a public health threat. This has been the greatest economic challenge we have seen at least since the Great Depression. What I have seen was remarkable. Our institutions have really proven their mettle as we were hit with a virus that had economic consequences that were beyond comprehension a year and a half ago. We have seen Parliament react quickly to help get programs like the Canada emergency wage subsidy to help keep workers on payroll. We have seen the Canada emergency rent subsidy to help businesses literally keep their doors open. We have seen programs like the Canada recovery benefit, which has helped workers keep food on the table.
I am pleased to see that these measures, along with relaxed criteria for employment insurance for affected workers, have been extended in Bill C-30 to provide additional relief for businesses as we transition from the public health emergency to the economic recovery. These benefits are staggered so that, as time goes on, although some of these emergency benefits will diminish, new benefits will come onboard to inspire businesses to hire more workers to help kick-start that recovery in an effective way.
When we talk about the recovery, it is important that we do not simply view it as the need to stabilize existing businesses, which has been one of the top priorities over the past year and a half. We have to look forward to the policies we can adopt that are actually going to kick-start economic growth, because growth is how we are going to help offset some of the immense costs that COVID-19 foisted upon our communities.
When I look at some of the policies that are included in Bill C-30, and indeed in budget 2021, I think of the announcement around Canada's first national child care and early learning strategy. There is over $30 billion dedicated toward this important social and economic policy. Of course, there is a social imperative with the need to level the playing field, particularly for young women who might be starting a family, who are disproportionately affected when they bring a new child into the household.
A policy like this is not just the right thing to do to create that economic equality across Canada. It is also one of the best things we can do to grow our economy, by having more workers who are willing and able to take part in the workforce because they can afford accessible child care. Within five years, it will be at $10 a day, and by next year at half the price it is offered at today. I expect we are going to see a serious boost to our GDP. The forecasts tied to this specific policy are beyond what almost every other policy that is in the playbook globally could offer in terms of the impact it will have on jobs and growth for Canada.
However, this is not a one-trick pony. This budget includes new programs for small business financing. I mentioned the hiring incentive, which will cover half of the increased costs of payroll for businesses that are trying to get out of this pandemic and put people to work who are looking for jobs today. There are major investments in infrastructure, including a renewal of the national trade corridors fund, which has helped advance important projects in my own community, like the twinning of Highway 104 between Pictou County and Antigonish, or the expansion of the Air Cargo Logistics Park at the Halifax Stanfield International Airport. These are important investments. We have more investments in our economic infrastructure through the small craft harbours program, which is going to see an additional $300 million poured into rural communities to help grow the fishery.
It is essential that we do not just focus on growth, but we focus on growth that is equitable, sustainable and inclusive. When I look at some of the investments we made to kick-start the green economic recovery, I look to the additional $5 billion put toward the net-zero accelerator that is included in budget 2021. I look to the recently expanded home energy retrofit program, which would provide up to $5,000 grants for homeowners who conduct a home energy audit, which is going to have the dual benefit of creating jobs in the community and fighting climate change, and of course I should add the tertiary benefit of saving homeowners money. There are benefits here for students, with one of the largest packages globally to support young people in our economy. There are benefits here to expand long-term care facilities so our seniors can retire with dignity.
I will conclude by saying that as we seek to emerge from this pandemic, we cannot forget the people and businesses that continue to hurt and we must extend support to them. We need to adopt these policies that are going to help kick-start our economic growth to punch out of this recession, and we need to ensure that we extend benefits to the vulnerable and benefits that will help kick-start a green economic recovery.
I am thankful for my time. I am so happy to take any questions, and I urge all members of the House to vote in favour of this important motion.
Comme toujours, madame la Présidente, c'est un plaisir de prendre la parole dans le cadre d'un débat en général, et en particulier en prévision de ce que j'espère être l'adoption rapide du projet de loi C-30, la loi d'exécution du budget. En effet, ce projet de loi mettra en place un certain nombre de mesures importantes pour continuer à lutter contre la COVID-19, pour aider notre économie à sortir de la récession liée à la pandémie et pour stimuler fortement la croissance économique, mais aussi pour que la croissance attendue soit durable et inclusive.
Avant de donner mon point de vue sur le projet de loi C-30, que j'appuie bien évidemment, puisque j'ai déjà pris la parole en sa faveur, j'aimerais parler de certaines choses qui se sont passées aujourd'hui.
Au cours de la pandémie, nous avons vu, à certains égards, une coopération très optimiste de la part de divers partis de l’opposition. Je me souviens qu’au début de la pandémie, il semblait y avoir un véritable esprit d’équipe pour offrir du soutien aux travailleurs, aux entreprises et aux familles du Canada qui étaient gravement menacées par les changements que la COVID‑19 a imposés à nos collectivités. Il semble, d’après les délibérations qui ont eu lieu aujourd’hui à la Chambre, que cet esprit de coopération, du moins de la part du Parti conservateur du Canada, s’est complètement évaporé.
Lorsque nous avons tenté de faire adopter le projet de loi C‑30, j’ai été frappé par l’incohérence incroyable du leader à la Chambre des conservateurs, qui affirmait, au cours d’une conférence de presse, que son parti souhaitait continuer à collaborer pour accorder toutes les prestations nécessaires, au moment même où un député conservateur présentait une motion à la Chambre des communes pour mettre fin au débat d’aujourd’hui sur le projet de loi qui vise justement à prolonger les prestations qu’il prétend appuyer.
Au cours des quelques heures qui ont suivi, nous avons vu une motion d’ajournement demandant que les députés rentrent chez eux avant midi au lieu de se mettre au travail pour adopter ces mesures importantes. Nous avons ensuite entendu des discours sur des questions de privilège accompagnés d'extraits du hansard de 1891. À mon avis, ces questions méritaient moins l’attention de la Chambre que les prestations d’urgence destinées aux familles et aux travailleurs canadiens. J’espère sincèrement qu’à l’avenir, nous retrouverons ce sentiment de coopération afin de pouvoir verser les prestations là où elles sont nécessaires.
Je vais parler des trois chapitres que j’ai mentionnés dans mon introduction. Le premier objectif du budget de 2021 est de poursuivre et de terminer la lutte contre la COVID‑19. Pour ce faire, nous devrons nous concentrer sur la question des vaccins. Je suis heureux d’annoncer que le Canada a donné au moins une dose du vaccin à un plus grand nombre de ses citoyens que toute autre économie comparable du G20. Certaines personnes souligneront la nécessité de donner deux doses avant la vaccination complète, mais du point de vue de la santé de la population, du point de vue de l’approvisionnement, et certainement du point de vue de l'indication qu’une partie importante de notre population sera prête à être entièrement vaccinée, cela place le Canada probablement au premier rang des économies du monde pour ce qui est de la responsabilité sociale dont nos citoyens ont fait preuve en affirmant qu’ils veulent faire leur part pour aider à protéger leur collectivité, leur famille et eux-mêmes.
Le projet de loi C-30 prévoit certaines mesures de soutien qui aideront les gouvernements provinciaux à accélérer l’administration de leurs vaccins. En fait, nous investissons 1 milliard de dollars à cette fin, mais nous savons aussi que, du point de vue de la santé publique, la lutte contre la COVID‑19 ne se limite pas à la vaccination. Nous savons que les systèmes publics de soins de santé sont aux prises avec de graves retards, avec l’annulation de rendez-vous et le report d’interventions chirurgicales sur plusieurs mois. Je suppose que tous mes collègues ont des amis ou des proches touchés par cela. C’est pourquoi le projet de loi prévoit 4 milliards de dollars pour aider à atténuer les pressions à court terme que subissent les systèmes de santé provinciaux en raison de la pandémie.
De plus, il est essentiel que nous reconnaissions qu’aucun épidémiologiste au monde ne soutenait sérieusement que les vaccins seuls nous permettraient de traverser les diverses vagues de la pandémie de COVID‑19. C’est pourquoi nous avons investi environ 20 milliards de dollars dans les Accords sur la relance sécuritaire afin que les provinces puissent mettre à la disposition des travailleurs de l’équipement de protection individuelle et aider les entreprises à installer dans leurs locaux des infrastructures qui assureront la sécurité des gens.
Différents investissements faits dans ma propre collectivité grâce à ces fonds aident à protéger la santé mentale de citoyens vulnérables. Je pense en particulier au travail que peut accomplir l’Antigonish Women's Resource Centre à la suite de certains de certains de ces investissements. Je pense aux sommes que nous avons investies dans des établissements comme le R.K. MacDonald Nursing Home à Antigonish. Je pense à certains établissements du comté de Pictou, qu’il s’agisse d’écoles ou d’établissements de soins de longue durée, et à ceux de la côte Est de la Nouvelle-Écosse dont la ventilation a pu être améliorée, par exemple.
Ce sont de bons investissements faits en partenariat avec les gouvernements provinciaux pour lutter contre certaines conséquences de la COVID‑19.
Évidemment, la pandémie de COVID‑19 n’est pas seulement une menace pour la santé publique. C’est le plus grand défi économique que nous ayons eu à relever au moins depuis la crise de 1929. Ce que j’ai vu était remarquable. Nos institutions ont vraiment montré de quoi elles étaient capables quand s’est abattu sur nous un virus qui a eu des conséquences économiques encore inimaginables il y a un an et demi. Le Parlement a réagi rapidement pour mettre sur pied des programmes comme la Subvention salariale d'urgence du Canada afin d’aider les travailleurs salariés ou la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer afin d’aider les entreprises à ne pas mettre la clé sous la porte ou encore des programmes comme la Prestation canadienne de relance économique, qui aide des travailleurs à nourrir leur famille.
Je suis heureux de voir que ces mesures, ainsi que les critères assouplis de l’assurance-emploi pour les travailleurs touchés, sont prolongées dans le projet de loi C-30 afin de soutenir davantage les entreprises, tandis que nous passons de l’urgence sanitaire à la reprise économique. Ces prestations sont échelonnées de sorte que, le temps passant, même si certaines prestations d’urgence diminuent, de nouvelles prestations prendront la relève pour inciter les entreprises à embaucher plus de travailleurs afin de donner un réel coup de fouet à cette reprise.
Quand nous parlons de la reprise, il est important de ne pas considérer qu’il s’agit seulement de stabiliser des entreprises existantes, ce qui faisait partie des priorités durant l’année et demie écoulée. Nous devons réfléchir aux politiques que nous pouvons adopter pour stimuler la croissance économique parce que c’est la croissance qui nous permettra de compenser en partie les coûts énormes que la COVID‑19 a imposés à nos collectivités.
Quand j'examine certaines des politiques incluses dans le projet de loi C-30 et, en fait, dans le Budget de 2021, je pense à l’annonce de la première stratégie nationale canadienne relative à la garde des enfants et à l'éducation préscolaire. Plus de 30 milliards de dollars sont consacrés à cette politique socio-économique importante. Bien entendu, il est impératif d’un point de vue social d’avoir des règles du jeu équitable, plus particulièrement pour les jeunes femmes qui fondent une famille et qui paient un prix disproportionné quand elles ont un enfant.
Une politique comme celle-ci n’est pas seulement la bonne chose à faire pour créer cette égalité économique partout au pays. C’est aussi l’une des meilleures choses que nous puissions faire pour aider notre économie à croître en ayant plus de travailleurs qui sont prêts et capables de participer au marché du travail parce qu’ils peuvent se payer des services de garderie accessibles. D’ici cinq ans, les services de garde seront offerts à 10 $ par jour, et l’an prochain, à la moitié du prix actuel. Je m’attends à ce que notre PIB s’en trouve sérieusement stimulé. Les prévisions liées à cette politique précise dépassent ce que presque toutes les autres politiques du monde pourraient offrir en retombées positives sur l’emploi et la croissance au Canada.
Cependant, ce n’est pas notre seule réalisation. Ce budget comprend de nouveaux programmes pour le financement des petites entreprises. J’ai mentionné l’incitation à l’embauche, qui couvrira la moitié des coûts accrus de la masse salariale pour les entreprises qui tentent de se sortir de cette pandémie et de mettre au travail les personnes qui cherchent un emploi aujourd’hui. Il y a des investissements majeurs dans l’infrastructure, y compris le renouvellement du Fonds national des corridors commerciaux, qui a permis de faire avancer d’importants projets dans ma propre collectivité, comme l’élargissement de la route 104 entre le comté de Pictou et Antigonish, ou l’expansion du parc logistique du fret aérien à l’aéroport international Stanfield de Halifax. Ce sont des investissements importants. Nous avons d’autres investissements dans notre infrastructure économique grâce au programme des ports pour petits bateaux, dans le cadre duquel 300 millions de dollars supplémentaires seront versés aux collectivités rurales pour favoriser la croissance de la pêche.
Il est essentiel que nous ne nous concentrions pas seulement sur la croissance, mais sur une croissance qui est équitable, durable et inclusive. Lorsque je regarde certains des investissements que nous avons faits pour donner un coup de fouet à la reprise économique verte, je pense aux 5 milliards de dollars supplémentaires consacrés à l'Accélérateur net zéro qui sont inclus dans le budget de 2021. Je pense au programme d’amélioration du rendement énergétique des maisons, qui a été récemment élargi et qui prévoit des subventions pouvant atteindre 5 000 $ pour les propriétaires qui font faire une vérification de l’efficacité énergétique de leur maison, ce qui aura le double avantage de créer des emplois dans la collectivité et de lutter contre les changements climatiques, sans oublier le troisième avantage de faire économiser de l’argent aux propriétaires. Il y a des avantages pour les étudiants, avec l’un des plus grands ensembles de mesures au monde pour soutenir les jeunes dans notre économie. Il y a aussi des avantages pour le développement des établissements de soins de longue durée afin que nos aînés puissent vivre dans la dignité à leur retraite.
Je termine en disant que, tandis que nous cherchons à sortir de cette pandémie, nous ne pouvons pas oublier les personnes et les entreprises qui continuent de souffrir et nous devons leur offrir notre soutien. Nous devons adopter ces politiques qui vont aider à relancer notre croissance économique pour sortir de cette récession, et nous devons nous assurer d’accorder des avantages aux personnes vulnérables et de mettre en place des mesures qui aideront à lancer une reprise économique verte.
Je vous remercie de m’avoir accordé ce temps de parole. Je serai heureux de répondre aux questions, et j’exhorte tous les députés à voter en faveur de cette importante motion.
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-06-10 16:12 [p.8238]
Madam Speaker, it is my pleasure to speak to Bill C-30 on behalf of my constituents in Kelowna—Lake Country. Like so many things with the Liberal government, this omnibus budget is unfocused, leaving many of the most affected by the economic crisis behind.
The budget outlines bold new ideas to build back better with new debt of $354.2 billion last year and $154.7 billion this year. This is a plan where every person in Canada would owe over $13,000, or over $52,000 for a family of four, in new debt in just two years. Not to mention the years of needless deficits leading up to this, which the Conservatives have been warning about since the government took office in 2015. However, I believe Canadians are smart enough to realize that the budget is nothing more than a thinly veiled attempt by the Liberals to buy their votes on the backs of their own borrowed money.
It was in this House, when the budget was first tabled, that a Liberal member alluded that this budget has something for everyone. This is not true if someone had just opened a new business. For a year now, the Conservatives have been bringing forth the issue that new businesses, which do not have any sales track record, are not eligible for many programs, and the Liberals have ignored this.
This is an election budget, not a budget focused on economic recovery. It is clear that what the Liberals claim is stimulus is more about their own partisan priorities, rather than about maintaining jobs, creating jobs, helping businesses the most affected by the pandemic, or growing the economy.
Despite billions in new spending, this budget still leaves people and small businesses behind. The budget lists the establishment of a $500-million tourism relief fund as well as $100 million for Destination Canada to market Canada. This amount is a drop in the bucket of a $157.4-billion budget and is an insult to the tourism industry. Tourism was the first affected, and it will be one of the last to recover, yet tourism only garnered one and a half pages in a 750-page omnibus budget document. In my riding, tourism small businesses are a backbone of our community.
Lou is owner of Cheers Okanagan Tours in Kelowna—Lake Country, a tour and shuttle company offering winery tours, ski shuttles, airport transportation and other tour options. They are ambassadors for our local attractions. It has seven vehicles it has had to continue to store and pay for. Lou told me that once her business is back to pre-pandemic levels, it will take three years for her to recover her small business.
Terri, owner of Vacanza Destinations in Kelowna—Lake Country, a boutique travel tourism company, has had no revenue in over a year. She has gone substantially into personal debt. In order to keep her business ready to turn back on, she has to retain all her licensing, liability insurance and many other expenses, costing thousands each month. Terri told me that once business is back to pre-pandemic levels, it will take up to five years for her to recover.
Terri and Lou are two women who have built up their small businesses with hard work. The Liberals say there is money in the budget for people to upgrade their transferable skills in order to work in different industries. Maybe some people, like Terri and Lou, like their jobs, the careers they have built and the relationships they built. It is not up to the Liberals to pick what jobs they like and which ones will survive the pandemic. Tourism is not a priority for the government, nor is it reflected in the budget.
The budget details how arts, entertainment and recreation are the largest affected sector for people losing work in February 2020 compared to 2021, yet there is just slightly over one page out of the 750-page budget referencing these sectors, which are sectors important to Kelowna—Lake Country. The budget outlines approximately $450 million in funding, but much is spread over three years. Musicians, and those involved performing arts, festivals, arts, culture and sports, are some of the hardest hit. This budget is a disappointment.
As I mentioned earlier, the Liberals say there is money in the budget for people to upgrade their transferable skills in order to work in different industries, but why should people not use their talents? Why should they be forced to not work in their field?
I will say it again, it is not up to the Liberals to pick what jobs they like and which ones survive the pandemic. The spending in this budget is unfocused and does not address the hardest hit industries, such as arts, culture and recreation, as priorities.
Aerospace is another major employer in my community of Kelowna—Lake Country. The budget states, “In 2019, aerospace contributed more than $28 billion to Canada's GDP, directly and indirectly supporting 234,500 jobs”. The budget also correctly notes, “Highly dependent on purchases from airlines hit hard by the pandemic, the sector is facing reduced demand and a longer path to recovery, relative to other sectors of the economy”.
The government seems to think an appropriate level of support for an industry it states has been hit hard by the pandemic is $250 million over three years across the entire country. Realizing how meagre this truly was, the Minister of Finance tried to spin this underwhelming investment by stating, “This is in addition to the $1.75 billion in the Strategic Innovation Fund”. However, that fund is over seven years. This is another example of an unfocused $154.7-billion omnibus budget.
There are a number of measures in this budget that I could support. However, in the 750-page omnibus budget of debt and election-style spending on the backs of future generations, it is not the real plan that Canada desperately needs. Extending the Canada emergency wage subsidy and the Canada emergency rent subsidy are both welcome ideas. This, in addition to a number of measures to continue helping individual Canadians and industries, I can absolutely get behind. However, this budget leaves out important sectors that have been the most hurt.
In this budget, the Prime Minister would add more to our national debt than all other previous prime ministers combined. The biggest source of federal funds this last year was not tax revenue or lenders, but central bank money printing. The $303.5 billion of new printed money in 2020 is not free. Devaluing the dollar risks increasing inflation, meaning everyone pays more for things such as housing, food and transportation.
Statistics Canada announced the cost of living went up 3.4% in April 2021 alone. This has been especially apparent in our housing market. Canadians faced a nationwide housing affordability crisis, and the budget completely ignores first-time homebuyers and the housing needs of young Canadians.
On May 26, the finance minister would not answer a simple question of how many units the rapid housing initiative has built. The housing problem is compounded by the recent government announcement of new mortgage qualification rules. Experts are saying this puts home ownership further away for many.
My colleague, the Conservative shadow minister of housing from Mission—Matsqui—Fraser Canyon, led an opposition day motion yesterday which had many common-sense solutions to address the growing housing and affordability crisis. Instead of embracing these ideas, which have been suggested by experts, the Liberals voted it down, doubling down on their failed strategies.
The budget also fails to meaningfully address the parts of our economy that allow for growth without the need for hands-on government intervention and billions of dollars in borrowed money. Our economic engines of natural resources and trade can create jobs and help pay off our massive debt. Canadian exports are responsible for one in five jobs and nearly a third of our GDP, yet trade is barely sprinkled around the budget.
For the Conservatives, not only does trade represent a guarantee of economic security for millions of workers, but it is also an important aspect of food security and, especially, our best way to combat debt.
The Liberal government is mismanaging the trade file, and the problems keep getting worse.
It is clear that the government has no real plan to secure our future through an economic recovery where all sectors and all regions are firing on all cylinders. I simply cannot support a budget that is unfocused, fails so many who have been the most affected, and burdens future generations with billions of dollars in crippling debt.
Madame la Présidente, j’ai le plaisir de parler du projet de loi C-30 au nom de mes électeurs de Kelowna—Lake Country. Comme tant d’autres choses avec le gouvernement libéral, ce budget omnibus est flou et laisse pour compte bon nombre des personnes les plus touchées par la crise économique.
Le budget présente de nouvelles idées audacieuses pour mieux reconstruire avec une nouvelle dette de 354,2 milliards de dollars l’année dernière et de 154,7 milliards cette année. Il s’agit d’un plan où chaque personne au Canada devra plus de 13 000 $, ou plus de 52 000 $ pour une famille de quatre, en nouvelle dette en seulement deux ans. Sans parler des années de déficits inutiles qui ont mené à cela, et sur lesquelles les conservateurs ont lancé des avertissements depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement en 2015. Cependant, je crois que les Canadiens sont assez intelligents pour se rendre compte que le budget n’est rien de plus qu’une tentative à peine voilée des libéraux d’acheter leurs votes sur le dos de l’argent qu’ils empruntent.
C’est dans cette Chambre, lorsque le budget a été déposé pour la première fois, qu’un député libéral a fait allusion au fait que ce budget avait quelque chose pour tout le monde. Ce n’est pas vrai pour les personnes qui viennent de lancer une nouvelle entreprise. Depuis un an, les conservateurs font valoir que les nouvelles entreprises, qui n’ont pas d’antécédents de ventes, ne sont pas admissibles à de nombreux programmes, et les libéraux n’en tiennent pas compte.
C’est un budget électoral, pas un budget axé sur la relance économique. Il est évident que les mesures que les libéraux qualifient de mesures de relance servent plus leurs priorités partisanes qu’elles ne visent à préserver les emplois, à en créer, à aider les entreprises les plus touchées par la pandémie ou à stimuler la croissance économique.
Malgré de nouvelles dépenses qui se chiffrent en milliards de dollars, ce budget laisse encore pour compte des citoyens et des petites entreprises. Il annonce la création d’un fonds d'aide au tourisme de 500 millions de dollars, ainsi qu’une enveloppe de 100 millions de dollars à Destination Canada pour financer des campagnes de promotion du Canada. Ce montant est dérisoire dans un budget de 157.4 milliards de dollars et c’est une insulte au secteur du tourisme. Ce secteur a été le premier touché et il sera le dernier à se relever, mais il n’a pourtant droit qu’à une page et demie sur les 750 que compte le document budgétaire. Dans ma circonscription, les petites entreprises du secteur du tourisme sont une des pierres angulaires de la collectivité.
Lou est propriétaire de Cheers Okanagan Tours à Kelowna-Lake Country, entreprise qui organise des visites de vignobles et assure des navettes avec les stations de ski et l’aéroport, en plus de proposer d’autres visites. Ce sont les ambassadeurs de nos attractions locales. L’entreprise a sept véhicules qu’il a fallu continuer d’entreposer et de payer. Lou m’a expliqué qu’une fois que son entreprise aura retrouvé son niveau d’activité d’avant la pandémie, il lui faudra trois ans pour se redresser.
Terri, propriétaire de Vacanza Destinations à Kelowna-Lake Country, entreprise spécialisée du secteur du tourisme, n’a eu aucun revenu depuis plus d’un an. Elle s’est beaucoup endettée à titre personnel. Pour que son entreprise soit prête à redémarrer, elle doit conserver toutes ses licences, son assurance responsabilité civile et continuer d’honorer de nombreuses autres dépenses, ce qui lui coûte des milliers de dollars par mois. Terri m’a dit qu’une fois que son entreprise aura retrouvé son niveau d’activité d’avant la pandémie, il lui faudra cinq ans pour assainir ses finances.
Terri et Lou sont deux femmes qui ont bâti leur petite entreprise à la force du poignet. Les libéraux disent qu’il y a de l’argent dans le budget pour les personnes qui veulent améliorer leurs compétences transférables afin de travailler dans d’autres industries. Peut-être que certaines personnes, comme Terri et Lou, aiment leur travail, la carrière qu’elles ont bâtie et les relations qu’elles ont nouées. Ce n’est pas aux libéraux de choisir les emplois qu’ils aiment et de décider de ceux qui survivront à la pandémie. Le tourisme n’est pas une priorité du gouvernement et cela paraît dans le budget.
Le budget décrit en détail combien le secteur des arts, du spectacle et des loisirs est le plus touché en nombre de personnes qui ont perdu leur emploi en février 2020 en comparaison de 2021. Pourtant, il n’a droit qu’à un peu plus d’une page sur les 750 du budget. Ce secteur est important pour Kelowna-Lake Country. Le budget prévoit environ 450 millions de dollars de financement, mais pour l’essentiel étalé sur trois ans. Les musiciens et les personnes qui travaillent dans les arts de la scène, les festivals, les arts, la culture et les sports sont parmi les plus durement touchées. Ce budget est décevant.
Comme je le mentionnais plus tôt, les libéraux disent qu’il y a de l’argent dans le budget pour les personnes qui veulent améliorer leurs compétences transférables afin de travailler dans d’autres industries, mais pourquoi des personnes ne devraient-elles pas utiliser leurs talents? Pourquoi ne devraient-elles pas travailler dans leur domaine?
Je le dirai encore, ce n’est pas aux libéraux de choisir les emplois qu’ils aiment et de décider de ceux qui survivront à la pandémie. Les dépenses dans ce budget ne sont pas ciblées et elles n’aident pas en priorité les secteurs d’activité les plus durement touchés, comme les arts, la culture et les loisirs.
L’aérospatiale est un autre employeur important dans ma communauté de Kelowna—Lake Country. Le budget indique: « En 2019, l’aérospatiale a contribué pour plus de 28 milliards de dollars au PIB du Canada, appuyant directement et indirectement 234 500 emplois ». Le budget note également, à juste titre: « Fortement dépendant des achats des compagnies aériennes durement touchées par la pandémie, le secteur est confronté à une demande réduite et a un plus long chemin à faire pour se rendre à la reprise que d’autres secteurs de l’économie ».
Le gouvernement semble penser qu’un niveau de soutien approprié pour une industrie qu’il déclare avoir été durement touchée par la pandémie est de 250 millions de dollars sur trois ans pour l’ensemble du pays. Se rendant compte de la modicité de cette somme, la ministre des Finances a tenté de présenter cet investissement dérisoire en déclarant: « Cela s’ajoute au montant de 1,75 milliard de dollars pour le Fonds stratégique pour l’innovation ». Or, ce fonds s’étend sur sept ans. Voilà un autre exemple d’un budget omnibus non ciblé de 154,7 milliards de dollars.
Il y a un certain nombre de mesures dans ce budget que je pourrais appuyer. Cependant, ce budget omnibus de quelque 860 pages, où l’on s’endette et où l’on dépense à des fins électorales sur le dos des générations futures, ne constitue pas le véritable plan dont le Canada a désespérément besoin. La prolongation de la Subvention salariale d’urgence du Canada et de la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer sont deux idées bienvenues. En plus d’un certain nombre de mesures visant à continuer d’aider les Canadiens et les industries, je peux absolument les appuyer. Cependant, ce budget laisse de côté des secteurs importants qui ont été les plus touchés.
Dans ce budget, le premier ministre augmenterait notre dette nationale plus que tous les autres premiers ministres précédents réunis. La plus grande source de fonds fédéraux au cours de la dernière année n’a pas été les recettes fiscales ou les prêteurs, mais l’impression d’argent par les banques centrales. Les 303,5 milliards de dollars de nouvelle monnaie imprimée en 2020 ne sont pas gratuits. La dévaluation du dollar risque d’accroître l’inflation, ce qui signifie que tout le monde paie davantage pour des choses comme le logement, la nourriture et le transport.
Statistique Canada a annoncé que le coût de la vie a augmenté de 3,4 % en avril 2021 seulement. Cela a été particulièrement évident dans notre marché du logement. Les Canadiens ont fait face à une crise d’accessibilité au logement à l’échelle nationale, et le budget ignore complètement les acheteurs d’une première maison et les besoins en logement des jeunes Canadiens.
Le 26 mai, la ministre des Finances n’a pas voulu répondre à une simple question sur le nombre d’unités construites dans le cadre de l’Initiative pour la création rapide de logements. Le problème du logement est aggravé par l’annonce récente par le gouvernement de nouvelles règles d’admissibilité aux prêts hypothécaires. Les experts disent que cela rend la propriété encore plus inaccessible pour beaucoup de gens.
Hier, mon collègue, le ministre conservateur du cabinet fantôme en matière de logement de Mission-Matsqui-Fraser Canyon, a présenté une motion d’opposition qui contenait de nombreuses solutions sensées pour résoudre la crise croissante du logement et de l’abordabilité. Au lieu d’adopter ces idées, qui ont été suggérées par des experts, les libéraux ont rejeté la motion, multipliant ainsi leurs stratégies ratées.
Le budget n’aborde pas non plus de façon significative les éléments de notre économie qui permettent la croissance sans qu’il soit nécessaire de recourir à l’intervention directe du gouvernement et à des milliards de dollars d’emprunts. Nos moteurs économiques que sont les ressources naturelles et le commerce peuvent créer des emplois et contribuer au remboursement de notre énorme dette. Les exportations canadiennes sont responsables d’un emploi sur cinq et de près d’un tiers de notre PIB, et pourtant le commerce est à peine saupoudré dans le budget.
Pour nous, les conservateurs, le commerce représente non seulement une garantie de sécurité économique pour des millions de travailleurs, mais aussi un élément important de la sécurité alimentaire et, surtout, notre meilleur allié contre la dette.
Le gouvernement libéral gère mal le secteur du commerce, et les problèmes ne cessent de s'aggraver.
Il est clair que le gouvernement n’a pas de véritable plan pour assurer notre avenir par une reprise économique où tous les secteurs et toutes les régions fonctionnent à plein régime. Je ne peux tout simplement pas appuyer un budget vague, qui laisse tomber tant des personnes qui ont été les plus touchées et qui impose aux générations futures une dette écrasante de plusieurs milliards de dollars.
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
View Luc Desilets Profile
2021-06-10 16:22 [p.8240]
Madam Speaker, the Liberals received $850,000 from the wage subsidy, the Conservatives received $716,000 and the NDP received $265,000. The current amendment will require that they stop dipping into the cookie jar by the end of August.
If this can continue until August, why not make it retroactive, since we are saying that, starting in August, this is no longer allowed? That is what I do not understand. What are my colleague's thoughts on that?
Madame la Présidente, les libéraux ont touché 850 000 $ provenant de la subvention salariale, les conservateurs en ont touché 716 000 $ et le NPD en a touché 265 000 $. L'actuel amendement fait qu'ils devront cesser de retirer des sous de ce plat à bonbons à la fin du mois d'août prochain.
Si cela fonctionne jusqu'au mois d'août, pourquoi ne devrait-ce pas être rétroactif, puisqu'on constate que ce n'est plus correct à partir du mois d'août? C'est ce que je ne comprends pas. Qu'en dit ma collègue?
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-06-10 16:22 [p.8240]
Madam Speaker, our leader has made comments on this already. When we originally approved a lot of the programs last year to help businesses, the major focus was to help small businesses and get the money out the door. We have now seen that a lot of those programs have not worked for a lot of small businesses, and our focus has absolutely been on making recommendations to the government on a number of those programs and amending them.
Madame la Présidente, notre chef a déjà fait des commentaires à ce sujet. Quand nous avons approuvé un grand nombre de programmes l’an dernier pour aider les entreprises, l’objectif principal était d’aider les petites entreprises et de donner l’argent rapidement. Nous avons maintenant constaté que bon nombre de ces programmes n’ont pas fonctionné pour beaucoup de petites entreprises, et nous nous sommes attachés à faire des recommandations au gouvernement sur certains d’entre eux et à les modifier.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I rise on a question of privilege.
With at least one hour's notice, I did file with your office information noting that I would be raising this question of privilege at this time.
First, I would like to turn to the misleading or prevaricating evidence given by the Minister of Diversity and Inclusion and Youth to committees, evidence that she gave to the Standing Committee on Finance on July 16, 2020, and to the ethics committee on August 11, 2020, the latter being under a solemn affirmation recorded in the minutes of proceedings and at page 17 of the evidence.
As a preliminary comment, I should acknowledge that the evidence the committee relies upon in its report spans the prorogation of Parliament last summer. I would also point out that the ethics committee, on November 16, adopted a motion that provided, among other things:
this committee undertake a study into issues of conflict of interest and the Lobbying Act in relation to pandemic spending;
that this study continue our work relating to the Canada Student Service Grant, including this committee’s work to review the safeguards to prevent conflicts of interest in federal government expenditures; government spending, WE Charity and the Canada Student Service Grant; and the administration of the Canada Student Service Grant and WE Charity;
The language of that motion clearly indicates that it would be a continuation of the committee's work begun during the first session of this Parliament, building upon the evidence received then. This is reiterated at paragraph 3 of the second report of the committee tabled in the House this morning:
Committee members agreed that this study would represent a continuation of the August 2020 study. As such, testimony heard in early August 2020 is included in this report. Where necessary for context, this report also includes references to public testimony or documents from other committees of the House of Commons that have conducted studies relating to the [contribution agreement granted to WE Charity].
The background to this matter of privilege can be found at paragraphs 76 to 81 of the second report under the heading “Minister of Diversity and Inclusion and Youth’s Relationship with WE Charity”. For the benefit of the Speaker and of the House, let me read key excerpts:
Her second interaction with WE Charity was during a call with Mr. Craig Kielburger and Ms. [Sofia] Marquez on 17 April 2020; both later stated that they discussed WE Charity’s proposal for a youth social entrepreneurship program. When asked whether anything other than the Kielburgers’ social entrepreneurship proposal was discussed, [the minister] stated that she asked how the youth WE Charity was working...during the pandemic.
Mr. Craig Kielburger later stated that during the 17 April 2020 call, [she] had suggested adding a volunteer stream to WE Charity’s initial proposal regarding youth entrepreneurship. Ms. Marquez stated that she did not recall [the minister] mentioning the CSSG at that time. Rather,...
Here the committee quotes Ms. Marquez at length:
within the mandate of [the minister's] office she was tasked with overseeing [...] the Canada Service Corps program, which has nothing to do with the [CSSG]... That program was something we were deeply interested in better understanding and supporting the federal government in scaling... I can't recall word for word what [the minister] said regarding the service piece, but I do remember it was focused mainly on the social entrepreneurship proposal that we had at hand.
I will now get back to the committee's words:
In addition, Ms. Marquez said she could not recall [the minister] “saying word for word that there was a specific service stream that we should have been building.” It was, rather, her and Mr. Craig Kielburger’s—
Madame la Présidente, je veux soulever une question de privilège.
À plus d'une heure de préavis, j'ai saisi votre cabinet de renseignements l'avisant que je soulèverais une question de privilège.
Premièrement, j'aimerais parler des témoignages truffés d'éléments trompeurs et de faux-fuyants qu'a livrés la ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse au comité permanent des finances, le 16 juillet 2020, et au comité de l'éthique, le 11 août 2020. Ce dernier a été livré sous déclaration solennelle, tel qu'indiqué dans le procès-verbal et à la page 17 des témoignages.
Pour commencer, je veux souligner que certains témoignages sur lesquels le comité s'appuie dans son rapport datent d'avant la prorogation du Parlement l'été dernier. En outre, je signale que, le 16 novembre, le comité de l'éthique adopté une motion qui prévoyait, entre autres, que:
ce Comité entreprenne une étude sur les questions liées aux conflits d’intérêts et à la Loi sur le lobbying relativement aux dépenses liées à la pandémie;
que cette étude poursuive nos travaux relatifs à la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant, y compris les travaux réalisés par ce Comité pour examiner les mesures de protection visant à prévenir les conflits d’intérêts dans les dépenses du gouvernement fédéral; les dépenses publiques, l’Organisme UNIS et la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant; l’administration de la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant et l’Organisme UNIS;
Le libellé de la motion indique clairement que cette étude se veut une continuation des travaux amorcés par le comité à la première session de la législature actuelle et s'appuie sur les témoignages reçus alors. Cela est confirmé au paragraphe 3 du deuxième rapport du comité, déposé à la Chambre ce matin:
[...] les membres du Comité ont décidé que cette étude serait la suite de celle entreprise en août 2020. De ce fait, le présent rapport tient compte des témoignages recueillis au début août 2020. Lorsque le contexte l’exige, ce rapport renvoie également à des témoignages publics ou à des documents d’autres comités de la Chambre des communes qui ont mené des études au sujet de [l'accord de contribution attribué à l'organisme UNIS].
Le contexte entourant la question de privilège qui a été soulevée se trouve aux paragraphes 76 à 81 du deuxième rapport, à la section intitulée « Relation de la ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse avec l’organisme UNIS ». Pour aider le Président de la Chambre, je vais en lire les passages clés:
La deuxième fois qu’elle a eu une interaction avec l’organisme UNIS, c’était lors d’une conversation téléphonique avec Craig Kielburger et Mme [Sofia] Marquez, le 17 avril 2020; les deux ont déclaré par la suite avoir discuté de la proposition d’UNIS d’un programme d’entrepreneuriat social pour les jeunes. Lorsqu’on lui a demandé s’il avait été question d’autre chose que de ce programme des Kielburger, la ministre [...] a répondu qu’elle avait demandé comment allaient les jeunes avec lesquels travaillait l’organisme UNIS pendant cette pandémie.
Craig Kielburger a déclaré par la suite que lors de l’entretien téléphonique du 17 avril 2020, la ministre [...] avait également proposé d’ajouter un volet concernant le bénévolat dans la proposition initiale de l’organisme UNIS concernant l’entrepreneuriat pour les jeunes. Mme Marquez a déclaré ne pas se rappeler que la ministre [...] ait évoqué la [Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant] à ce moment-là. Elle a dit qu’à son souvenir...
— le comité cite ici Mme Marquez —
[…] dans le cadre du mandat de son bureau, [la ministre] était responsable de veiller à ce que le programme Service jeunesse Canada, qui n’a rien à voir avec la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant […] Nous souhaitions mieux comprendre ce programme et nous voulions aider le gouvernement fédéral à en élargir la portée […] Je ne me souviens pas de chaque parole prononcée par la ministre [...] au sujet du volet [sur le bénévolat], mais je me souviens que cela concernait surtout la proposition relative à l’entrepreneuriat social que nous examinions.
Je reviens maintenant à ce que dit le comité:
De plus, Mme Marquez a dit qu’elle ne pouvait pas se rappeler « précisément ce [que la ministre] avait dit au sujet d’un éventuel volet, pour un service précis, que nous aurions dû préparer ». Elle a indiqué que c’était plutôt la conversation téléphonique qu’elle et Craig Kielburger ont eue...
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-10 16:30 [p.8241]
Madam Speaker, members of the House earlier today had a demonstration of another matter of privilege that went on for an excessive amount of time. The member is now standing up for yet another matter of privilege, and my concern, to get to the point of order, is that we might be witnessing the use of points of order to prevent members from being able to contribute to debate.
I am wondering if you could ask the member if he could give any indication of how long he is going to be. Members are supposed to be concise in their comments.
Madame la Présidente, les députés ont déjà assisté aujourd'hui à la présentation d'une autre question de privilège, qui a eu une durée excessive. Le député prend maintenant la parole au sujet d'une différente question de privilège et, pour en venir à mon rappel au Règlement, je crains que les questions de privilège soient utilisées pour empêcher les députés de contribuer aux débats.
Vous pourriez peut-être demander au député de donner une idée du temps dont il aura besoin. Les députés sont censés se montrer concis dans leurs observations.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, to continue, these are the committee's words from the report:
It was, rather, her and Mr. Craig Kielburger’s 19 April 2020 call with Ms. Wernick that prompted her team to build a proposal based on Ms. Wernick’s directives.
[The minister] did not recall any instances of the term “volunteer” being used during the 17 April 2020 call, but the term “service opportunities” was used. [The minister] told the Committee that at the time of that call she was unaware that the Prime Minister would make an announcement regarding youth programming five days later, on 22 April 2020.
[The minister] was provided a briefing note concerning the call, which has since been disclosed, but she did not take notes during the call. After that meeting she asked her team to follow up with other federal officials regarding WE Charity’s proposal. She later stated that she never considered the entrepreneurship proposal, but that it was important for other officials “to be aware of it and to make sure they look into it and consider its merits.” [She] explained that she did not mention her 17 April 2020 call with WE Charity to the Finance Committee because they did not discuss the CSSG during that call.
The ethics committee offers a damning conclusion about this evidence at paragraph 224:
The Committee notes that when [the minister] spoke at Finance committee she failed to disclose her 17 April 2020 meeting with Mr. Craig Kielburger. In follow-up testimony before this Committee, she failed to disclose that those discussions included discussions about giving the WE Group the heads up that a “separate service stream” was in consideration. [The minister] failed in her obligation to be accurate with a committee and potentially impeded our work.
It is important for me to give further context and to unpack that a bit. Obviously it is tremendously concerning.
The troubling exchange that I referenced at the finance committee of July 16, 2020, occurred when I asked the minister, at page 11 of the evidence, “Did you discuss the program with anyone at WE before discussing it at cabinet?” The minister answered, “I did not discuss this program, the CSSG program, with anyone at WE.” If I may, I would say that the cartoon stink line started coming off of that answer just a couple of hours after the minister left the committee, when Rachel Wernick, a senior assistant deputy minister with the Department of Employment and Social Development, made reference, at page 25 of the evidence, to approving a briefing note for the minister in connection with a meeting with WE Charity.
Days after this finance committee meeting, the Toronto Star confirmed that on July 20, 2020, the minister had indeed met with WE Charity's Craig Kielburger on April 17, 2020, just days prior to the Prime Minister's launch of the Canada student service grant. Then, when Marc and Craig Kielburger appeared before the finance committee on July 28, 2020, they confirmed under oath that there had been a mid-April 2020 telephone conversation with the minister.
We can see that the ethics committee's second report offers a reasonable summary of the evidence given. It speaks to the point that the minister misled two parliamentary committees. It does not, however, adequately convey the real flavour of the minister's conduct at the committee, which is to say, the prevarication she displayed. I will quote a couple of sample exchanges of the minister's August 11, 2020, appearance at the ethics committee in order to give the Chair and the House a better sense of how the testimony had to be extracted from her.
First, there is my exchange with the minister, at page 19 of the evidence. I asked the minister:
At the finance committee I had the opportunity to ask you some questions, Minister. There was a disparity between my question to you and your response. I asked if you had spoken with the WE organization about the CSSG, and you responded that no, you hadn't, but you had spoken to them, we later learned, in the time period in question. I believe the date was April 17.
In that call, what details did you discuss with this organization? Was it about anything that would later appear in the proposal for the CSSG?
The minister answered:
Madam Chair, just to make sure it is on the record, on December 10, I appeared at WE Day in Ottawa after I had become Minister of Youth. That was to talk to an auditorium full of youth at the National Arts Centre.
The second time I interacted with WE Charity, Craig Kielburger personally, was over the phone on April 17, 2020. I had a phone call with him as well as another member of his team at 11:00 in the morning. That phone call lasted just over 30 minutes. We spoke about an unsolicited program in regard to youth entrepreneurship, social entrepreneurship, and something that had been shared. As it was not something that I was not considering, I referred it to officials.
That phone call on April 17 was not in regard to the Canada student service grant at all. I did not comment on that.
This led my colleague, the member for Carleton, to try a different angle in getting the minister to give a full testimony to the committee. This exchange is at page 25 of the evidence. The member for Carleton asked, “Did the word 'volunteer' ever get spoken in your 30-minute meeting with Mr. Kielburger?” The minister answered, “Madam Chair, off the top of my head, it was more of a listening exercise than....” Here my colleague then prompted for an answer by saying, “Was it spoken, yes or no?” The minister then said, “Not that I'm aware of. I can't say that I said it.”
Later the member for Carleton asked, “Did someone else say it?” The minister replied, “Madam Chair, this is a lengthier answer, but I recall the conversation in regard to their advancing and sharing their unsolicited proposal. I listened to it.” The member for Carleton persisted by saying, “No, that's not my question. My question is about whether the word 'volunteer' was spoken. Was youth service mentioned?” Again, the minister dodged the question by answering, “Youth service is top of line for me.”
After the member for Carleton attempted to press the point, the Chair, the member for Lethbridge, intervened saying, “Minister, thank you. I do understand that, but the question that has been asked of you is quite simple. It is really a yes or no question. You need to respect the member who's asking you that question and answer accordingly. Thank you. Minister, yes or no?” The minister relented by replying, “I would say that 'service opportunities' was said, yes.”
From this point, the member for Carleton asked, “Of course, that grant wasn't mentioned because it wasn't created at the time of your meeting, but did you speak about anything at all other than the Kielburgers' social entrepreneurship...[program], anything at all, yes or no?” The minister answered, “I would have definitely asked how the youth that they were working with were doing in the face of the pandemic.”
In documents originally provided to the finance committee in which the Clerk of the Privy Council in his appearance before the ethics committee, also on August 11, 2020, undertook to provide to the committee and recorded at page 2 of the evidence saying “it transpired” that the following information would come to light.
In an undated memo, but obviously predating April 17, 2020, the deputy minister for diversity and inclusion and youth wrote to the minister entitled “Meeting with WE Charity founder Craig Kielburger”. This can be found at page 4,203 of the Department of Employment and Social Development's documents deposited with the committees. The summary, in a big, bold box at the top of the first page, is what is interesting here. I would like to quote that.
The document states:
On April 17, 2020 at 11 am, you are expected to engage in a conversation with WE Charity founder, Craig Kielburger, on their proposal (Annex A) which explores how the organization could support the Canada Service Corps (CSC) program as well as other youth programming efforts. Given the situation with COVID19, he may raise ways in which WE Charity can engage more actively in the short term to work with CSC.
Do not forget that this meeting did not just happen out of the blue. As we saw from other documents, testimony and the Ethics Commissioner's report, discussions were already well under way in other corners of government about a youth program and about contacting WE Charity. It is no wonder the minister wanted to hedge in her answers to committee.
The next document of special interest is from April 20, 2020. It is an email from Sofia Marquez at WE Charity to Ritu Banerjee, the executive director of the Canada Service Corps. It starts at page 430 of the Department of Employment and Social Development document. It states:
I wanted to give you a quick note following our meeting with [the Minister of Diversity, Inclusion and Youth] on Friday. Below the highlights:
...
[The Minister of Diversity, Inclusion and Youth] expressed interest in exploring ways to adapt the entrepreneurship proposal we submitted to [the Minister of Small Business, Export Promotion and International Trade] and include a service component to it. She suggested that we should consider opening a service-stream for youth who are currently not well supported through virtual mentorship are looking for microgrants to advance their project. That effect, Craig reassured the Minister that if given the right policy objectives we could amend the proposal.
...
[The Minister of Diversity, Inclusion and Youth] expressed her willingness, as next steps, to connect WE with her team and identify tangible ways to move this opportunity forward.
That sounds like a lot more engaged than a passive comment and the type that we heard from the minister when she said that she heard the term “service opportunities”.
There are three more documents I want to cite that all come from the morning of April 22, 2020, the Prime Minister's big launch of the Canada student service grant at Rideau Cottage.
First, we have Ms. Marquez' email to Alessia Avola, who was then the senior policy assistant to the small business minister at 9:02 a.m., found on page 2 of the documents deposited by the Department of Industry:
Allow me to share that we had the opportunity to connect with [the Minister of Diversity, Inclusion and Youth] and her team on Friday. I have the chance to discuss the social entrepreneurship program proposal and we're happy to share it was a productive conversation—she's very enthusiastic about the idea of supporting young Canadians during COVID-19.
One of the main points that came out of our call was the suggestion we should consider developing a second stream of programming focused on providing digital service opportunities.... Please note that Craig will be sending an email to Jason and the Minister today with the same update.
Here, she put at large smile emoticon.
There is, in my opinion, a large gulf between being “very enthusiastic”, including suggesting the second stream and what the minister told the member for Carleton, that she had some passing concern about how youth might be doing.
Then there is Craig Keilburger's 11:30 a.m. email to youth minister herself, found at page 50 of the Privy Council Office's documents—
Madame la Présidente, je poursuis avec ces propos du comité, tirés du rapport:
Elle a indiqué que c’était plutôt la conversation téléphonique qu’elle et Craig Kielburger ont eue le 19 avril 2020 avec Mme Wernick qui a incité son équipe à élaborer une proposition basée sur les directives de Mme Wernick.
[La ministre] a dit ne pas se souvenir que le mot « bénévolat » ait été prononcé durant l’entretien téléphonique du 17 avril 2020, mais qu’on avait évoqué des « occasions de bénévolat ». [La ministre] a dit au Comité qu’au moment de l’appel, elle ne savait pas que le premier ministre allait faire, cinq jours plus tard, soit le 22 avril 2020, une annonce concernant un programme pour les jeunes.
[La ministre] avait reçu une note d’information concernant l’appel, qui a depuis été divulguée, mais elle n’a pas pris de notes pendant la conversation. À la suite de l’appel, elle a demandé à son équipe de faire un suivi, avec d’autres fonctionnaires fédéraux, concernant la proposition de l’organisme UNIS. Elle a déclaré plus tard qu’elle n’avait jamais considéré la proposition d’entrepreneuriat, mais qu’il était important que d’autres fonctionnaires « en soient informés, et qu’ils l’examinent en vue d’en évaluer les mérites. » [Elle] a expliqué qu’elle n’avait pas fait mention de sa conversation téléphonique du 17 avril 2020 avec l’organisme UNIS au Comité des finances, parce qu’il n’avait pas été question de la BCBE durant cet appel.
Le comité de l'éthique présente une conclusion accablante à propos des preuves au paragraphe 224, comme suit:
Le Comité note que lorsque [la ministre] a pris la parole devant le Comité des finances, elle a omis de divulguer sa rencontre du 17 avril 2020 avec Craig Kielburger. Dans son témoignage devant le Comité, elle a omis de révéler que ces discussions portaient notamment sur la possibilité de prévenir l’organisme UNIS qu’un volet de service distinct était envisagé. [La ministre] a failli à son obligation de refléter les faits avec exactitude devant un comité et a potentiellement entravé notre travail.
Je tiens à fournir plus de contexte afin de bien exposer de quoi il s'agit, car c'est manifestement très inquiétant.
Je fais ici référence à un échange perturbant que j'ai eu le 16 juillet 2020 au comité des finances, où, comme on peut le lire à la page 11 des témoignages, j'ai posé la question suivante à la ministre: « Avez-vous discuté du projet avec quiconque à Mouvement UNIS avant d'en discuter au Cabinet? » Elle a répondu: « Je n'ai discuté de ce programme, le programme de Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant, avec personne à Mouvement UNIS. » J'aimerais préciser qu'il n'aura fallu que quelques heures après la comparution de la ministre pour que sa réponse sente le roussi. En effet, Rachel Wernick, une sous-ministre adjointe principale à Emploi et Développement social Canada, a déclaré avoir approuvé une note d'information destinée à la ministre à propos d'une rencontre avec UNIS, ce qui figure à la page 25 des témoignages.
Quelques jours après cette réunion du comité des finances, le Toronto Star a confirmé que le 20 juillet 2020, la ministre avait effectivement rencontré Craig Kielburger, de l'organisme UNIS, le 17 avril 2020 , soit à peine quelques jours avant le lancement, par le premier ministre, de la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant. Ensuite, lorsque Marc et Craig Kielburger ont comparu devant le comité des finances le 28 juillet 2020, ils ont confirmé sous serment qu'il y avait eu une conversation téléphonique avec la ministre à la mi‑avril 2020.
Nous pouvons constater que le deuxième rapport du comité d'éthique offre un sommaire raisonnable des témoignages reçus. Le rapport révèle que la ministre a induit en erreur deux comités parlementaires. Toutefois, il ne permet pas de bien discerner la véritable nature de la conduite de la ministre devant le comité, c'est‑à‑dire les faux-fuyants dont elle a usé. Je vais citer quelques exemples d'échanges lors de sa comparution devant le comité d'éthique, le 11 août 2020, afin de donner à la présidence et à la Chambre une meilleure idée de la façon dont il a fallu lui tirer les vers du nez.
Examinons d'abord mon échange avec la ministre, à la page 19 de la transcription des témoignages. J'ai posé à la ministre la question suivante:
Au Comité des finances, j'ai eu l'occasion de vous poser certaines questions, madame la ministre. J'ai constaté des disparités entre les questions que je vous ai posées et les réponses que vous m'avez fournies. Je vous avais demandé si vous aviez parlé avec le mouvement UNIS de la BCBE, et vous m'aviez répondu que non, vous n'en aviez pas parlé. Mais vous leur aviez parlé, comme nous l'avons appris par la suite, pendant la période en question. Je pense que la date de cette conversation était le 17 avril.
Au cours de cette conversation, quels aspects avez-vous abordés avec cet organisme? Est‑ce que cela avait quelque chose à voir avec ce qui s'est retrouvé ultérieurement dans la proposition relative à la BCBE?
Et la ministre de répondre:
Madame la présidente, pour le compte rendu, le 10 décembre, j'ai fait une apparition lors de l'événement WE Day, à Ottawa, après ma nomination à titre de ministre de la Jeunesse. Je me suis adressée à un auditoire de jeunes au Centre national des arts.
La deuxième fois que j'ai eu une interaction avec l'organisme UNIS, c'était lors d'une conversation téléphonique avec Craig Kielburger le 17 avril 2020. Je me suis entretenue avec lui ainsi qu'avec un membre de son équipe à 11 heures, dans la matinée. Cet appel a duré un peu plus de 30 minutes. Nous avons parlé d'un programme spontané en rapport avec l'entrepreneuriat chez les jeunes, l'entrepreneuriat social et quelque chose qui avait été communiqué. Comme il ne s'agissait pas de quelque chose que j'envisageais, j'ai demandé aux fonctionnaires de s'en occuper.
Cet appel du 17 avril ne concernait pas du tout la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant. Je n'ai pas fait de commentaires à ce sujet.
Cela a amené le député de Carleton à tenter une approche différente pour inciter la ministre à présenter un témoignage complet au comité. Cet échange se trouve à la page 25 du témoignage. Le député de Carleton a demandé: « Est-ce que vous avez seulement prononcé le mot “bénévole” pendant votre réunion de 30 minutes avec M. Kielburger? » La ministre a répondu: « Madame la présidente, si je me souviens bien, il s'est davantage agi d'écouter mon interlocuteur plutôt que... » Le député a alors demandé une réponse en disant: « Le mot a-t-il été prononcé, oui ou non? » La ministre a alors répondu: « Pas que je me souvienne. Je ne peux pas affirmer que je l'ai dit. »
Le député de Carleton a demandé par la suite: « Est-ce que quelqu'un d'autre a prononcé ce mot? » La ministre a répondu: « Madame la présidente, je pourrais répondre de façon plus détaillée. Je me souviens que la conversation portait sur la possibilité de faire avancer et connaître leur proposition spontanée. Je les ai écoutés. » Le député de Carleton a insisté et dit: «  Non, vous ne répondez pas à ma question. Je vous demande si le mot “bénévole” a été prononcé. Est-ce que Service jeunesse a été mentionné? » La ministre a éludé la question une fois de plus et répondu: « Service jeunesse est prioritaire en ce qui me concerne. »
Après les demandes répétées du député de Carleton, la présidente du comité, la députée de Lethbridge, est intervenue et a dit: « Madame la ministre, merci. Je comprends bien ce que vous dites, mais la question qui vous est posée est très simple. Il s'agit vraiment d'une question à laquelle vous pouvez répondre par oui ou par non. Vous devez faire preuve de respect envers le député qui vous pose la question et lui répondre en conséquence. Merci. Madame la ministre, oui ou non? » La ministre a alors finalement répondu: « Je dirais que l'expression “occasions de bénévolat” a été dite, en effet. »
Ensuite, le député de Carleton a demandé: « Bien entendu, cette bourse n'a pas été mentionnée puisqu'elle n'existait pas encore au moment de votre réunion, mais avez-vous parlé de quoi que ce soit d'autre à part la proposition d'entrepreneuriat social des Kielburger, peu importe ce que c'est, oui ou non? » Ce à quoi la ministre a répondu: «  J'ai certainement demandé comment les jeunes avec lesquels ils travaillent s'en sortaient pendant la pandémie. »
D'après des documents qui ont d'abord été soumis au comité des finances, et selon le témoignage du greffier du Conseil privé devant le comité de l'éthique, à la page 2 du compte rendu de la réunion du 11 août 2020, on s'est « aperçu » des faits suivants.
La sous-ministre de la Diversité, de l'Inclusion et de la Jeunesse a écrit à la ministre une note non datée, mais qui date évidemment d'avant le 17 avril 2020, qui s'intitule « Rencontre avec Craig Kielburger, fondateur de l'organisme UNIS ». Ce document se trouve à la page 4203 des documents du ministère de l'Emploi et du Développement social qui ont été soumis aux comités. L'information intéressante se trouve dans le résumé, qui est bien encadré dans le haut de la première page. J'aimerais citer ce document.
Il dit ceci:
Le 17 avril 2020, à 11 heures, vous prendrez part à une conversation avec M. Craig Kielburger, fondateur de l'organisme UNIS, afin de discuter de la proposition de l'organisme (voir l'annexe A) concernant la façon dont il pourrait appuyer le programme Service jeunesse Canada (SJC) ainsi que d'autres efforts de programmation jeunesse. Étant donné la situation entourant la COVID‑19, M. Kielburger pourrait suggérer des façons pour l'organisme UNIS de collaborer plus activement avec SJC à court terme.
Il ne faut pas oublier que cette réunion n’est pas arrivée comme par miracle. Comme nous l’avons vu dans d’autres documents et témoignages, ainsi que dans le rapport du commissaire à l’éthique, les discussions avaient déjà été bien entamées dans d’autres recoins du gouvernement à propos d’un programme pour les jeunes et il était question de contacter l’organisme UNIS. Il n’est pas étonnant que la ministre ait voulu cacher ses réponses au comité.
Le prochain document qui nous intéresse particulièrement date du 20 avril 2020. Il s’agit d’un courriel de Sofia Marquez de l’organisme UNIS adressé à Ritu Banerjee, la directrice générale du Service jeunesse Canada. Il commence à la page 430 du document du ministère de l’Emploi et du Développement social. Voilà ce que dit ce courriel:
Je voulais vous faire un petit compte rendu de notre rencontre avec [la ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse] qui a eu lieu vendredi. Voici ce qui en ressort:
[...]
[La ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse] a exprimé le désir d’étudier des façons d’adapter la proposition d’entrepreneuriat que nous avons présentée à [la ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international] et d’y inclure une composante sur le bénévolat. Elle a suggéré que nous ouvrions un volet sur le bénévolat pour les jeunes qui ne sont actuellement pas bien soutenus dans le cadre du mentorat virtuel et qui cherchent des microsubventions pour faire avancer leur projet. À cet égard, Craig a assuré à la ministre qu’avec de bons objectifs stratégiques, on pouvait modifier la proposition.
[...]
[La ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse] s’est dit disposée, pour passer à l’étape suivante, à mettre l’organisme UNIS en relation avec son équipe pour trouver des façons concrètes de faire avancer cette possibilité.
Ces paroles semblent bien plus engagées qu’un simple commentaire fait en passant ou le type de réponse que nous avons entendu de la bouche de la ministre quand elle a dit qu’elle avait entendu parler « d’occasions de bénévolat ».
Il y a trois autres documents que je veux citer et qui datent tous du 22 avril 2020 au matin, le jour du lancement en grande pompe de la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant par le premier ministre à Rideau Cottage.
D'abord, il y a le courriel envoyé à 9 h 2 par Mme Marquez à Alessia Avola, alors adjointe principale aux politiques de la ministre de la Petite Entreprise, qui se trouve à la page 2 des documents présentés par le ministère de l'Industrie:
Je veux ajouter que nous avons eu l'occasion de discuter avec [la ministre de la Diversité, de l'Inclusion et de la Jeunesse] et son équipe vendredi. J'ai pu discuter du projet d'entrepreneuriat social et je suis heureuse de pouvoir vous informer que ce fut une discussion constructive — la ministre est très enthousiaste à l'idée de soutenir les jeunes Canadiens pendant la pandémie de COVID‑19.
Un des principaux éléments qui est ressorti de notre appel est une proposition concernant la mise en place d'un second volet de programmes axé sur une offre de services numériques [...] Veuillez noter que Craig enverra un courriel à Jason et à la ministre aujourd'hui contenant les mêmes informations.
Elle ajoute une émoticône de grand sourire.
À mon avis, il y a un monde entre être « très enthousiaste » — et proposer la mise en place d'un second volet — et ce que la ministre a répondu au député de Carleton, c'est-à-dire qu'elle s'était brièvement inquiétée de ce que vivaient les jeunes.
Il y a ensuite le courriel envoyé par Craig Keilburger à 11 h 30 directement à la ministre de la Jeunesse, qu'on trouve à la page 50 des documents du Bureau du Conseil privé...
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I would ask you to consider relevance here. The member is literally reading, almost verbatim, committee blues into the record. Perhaps you could explore that.
Madame la Présidente, je vous demande d'évaluer la pertinence de l'intervention du député. Il est littéralement en train de lire, presque mot pour mot, les bleus du comité à la Chambre. Voilà qui mérite peut-être votre attention.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I rise on that point of order. With respect to relevance, I am presenting a question of privilege with respect to a minister of the Crown potentially having misled a committee of this House. The exchanges which speak to the veracity or not of the minister's statements are important.
With respect to the member opposite's assertion that I am reading the blues into the record, that is factually incorrect. In fact, I am quoting, for the benefit of the Chair, information that was deposited with committee by various ministries. I am not reading the blues into the record.
With respect to relevant quotes provided by the minister to give context to whether or not she gave answers that were misleading at committee, that is certainly relevant to my question of privilege on whether the minister made statements that were misleading to the committee.
On the question of relevance, I think you, Madam Speaker, would find that my comments are absolutely germane to the question of privilege that I am raising for your consideration.
Madame la Présidente, j'interviens sur ce rappel au Règlement. En ce qui concerne la pertinence, je présente une question de privilège à propos d'une éventuelle tentative, de la part d'une ministre de la Couronne, d'induire en erreur un comité de la Chambre. Les échanges qui portent sur la véracité ou non des déclarations de la ministre sont importants.
Quant à l'affirmation du député d'en face selon laquelle je ne fais que lire les bleus à la Chambre, c'est faux. En fait, je cite, à l'intention de la présidence, des renseignements qui ont été fournis au comité par divers ministères. Je ne suis pas en train de lire les bleus.
En ce qui a trait aux propos de la ministre que je cite pour mettre en contexte la question de savoir si elle a, oui ou non, donné des réponses trompeuses au comité, c'est certainement pertinent pour ma question de privilège, qui est justement de savoir si la ministre a fait des déclarations trompeuses au comité.
Pour ce qui est de la pertinence, je pense que vous constaterez, madame la Présidente, que mes observations se rapportent directement à la question de privilège que je souhaite porter à votre attention.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I appreciate that very much.
With respect to the passage you cited in Bosc and Gagnon, I would just ask, if possible, if you could ask one of the table officers if there has been precedent set on what the definition of “concise” is. I think Speaker Milliken did that, for context, with respect to how concise or what the definition of concise is—
Madame la Présidente, je vous en suis très reconnaissant.
En ce qui concerne le passage que vous avez cité dans l'ouvrage de Bosc et Gagnon, je voudrais simplement que vous demandiez, si possible, à l'un des greffiers au Bureau de vérifier s'il existe un précédent quant à la définition du mot « brièvement ». Je pense que le Président Milliken avait établi, en guise de contexte, le degré de concision et la définition de ce qu'on entend par là...
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I do hope to furnish the Chair with sufficient information that they do find a prima facie case of privilege in this case, and of course will await your ruling on once we have reached the threshold of exceeding concise.
I would like to reference an email from Craig Kielburger on the date that I was previously mentioning. It goes to the youth minister herself and it is found at page 50 of the Privy Council Office's documents that they deposited with the committee. It says:
Thank you again for your time Friday. We greatly appreciated you so kindly listening to our proposal of a 12-month social entrepreneurship training and support program reaching 8,000 young participants during the COVID-19 era and beyond. We appreciate your thoughtful offer to connect us with relevant members of your Ministry. Over the weekend our team has also been hard at work to adapt your suggestion of a second stream focused on a summer service opportunity.
With respect to her “thoughtful offer” and her “suggestion”, again, one would never have suspected such an active role of being a catalyst for WE's $900 million program, given the minister's oral testimony at committee. It is little wonder that she danced with her words.
Finally, there is Mr. Kielburger's 12:16 p.m. email to Christiane Fox at page 78 of the Privy Council Office records. Before quoting it, let me remind the House that Ms. Fox was, at the time, the deputy minister to the Deputy Prime Minister and she had, until shortly before, been the deputy minister for youth when the Prime Minister served as youth minister. Turning to the email, it states:
We are processing in our conversations to provide a national program to support youth employment, entrepreneurship, and service during COVID-19. Understanding you're aware of the program we've been developing alongside [the small business and youth ministers], allow me to humbly ask whether you'd be willing to share it with [the Deputy Prime Minister], [the then innovation minister, the member for Mississauga—Malton] and any colleagues you believe would be interested.
A co-development, the plot just keeps thickening. Far from the passive assertion made by the minister, it gets further and further away from the picture that the minister tried to paint for the two committees of this House last summer before the documents and before this evidence surfaced. It now falls to us to sort out what to do with this state of affairs.
As the Speaker ruled on May 11, 2021 at page 7,021 of the Debates in respect of a question of privilege concerning misleading statements in the context of committee evidence:
There is no precedent where the Chair has used testimony from a committee without there being a report on the subject.
This aspect of the matter is a concern for the Chair. It is not for the Speaker to untangle the committee evidence to determine who knew what and when. Such an initiative would trespass on the role of committee members and constitute a breach of my duty to act with impartiality. It is up to the committee to continue its own study and to inform the House of its conclusions, if it deems it appropriate, as has been the tradition.
I would submit that the ethics committee has done its work. It has untangled all of the evidence, it has informed the House of its conclusion that the Minister of Diversity and Inclusion and Youth obstructed two committees of this House through misleading evidence. As for the matter that the minister took the solemn affirmation at the ethics committee but not at the finance committee, Bosc and Gagnon point out, at page 1,081:
...refusal to answer questions or failure to reply truthfully may give rise to a charge of contempt of the House, whether the witness has been sworn in or not.
Madam Speaker, I sense that my time is drawing to a close and I will ask for your indulgence for a few more moments, but should my time expire I would just ask that any remaining information that I am unable to offer, I would like with your leave to be able to provide to you in written form for your consideration.
Bosc and Gagnon also comment at page 94 and 95:
...allegations that a witness has lied or misled a committee are taken seriously and may be pursued by the committee. If a committee determines that a witness has given untruthful testimony, it may report the matter to the House. The House alone is responsible for deciding if the witness has deliberately misled the committee and is in contempt of the House as well as for determining the appropriate punitive action. If the House determines that a witness has lied while testifying under oath and the House deems it appropriate, it may waive its privileges over the testimony and refer the matter to the Crown to determine whether there is sufficient evidence to charge the witness with perjury for deliberately lying to a parliamentary committee.
The House has, in the past 20 years, held two witnesses in contempt for misleading committees. I have examples from 2003 and 2008.
In 2003, the Standing Committee on Government Operations and Estimates concluded that the former privacy commissioner, George Radwanski, had deliberately misled the committee in his testimony and should be found in contempt of the House. However, given that Mr. Radwanski apologized to the House in writing in addition to having resigned as an officer of Parliament, no sanctions were applied beyond the contempt finding.
In 2008, the Standing Committee on Public Accounts determined that RCMP Deputy Commissioner Barbara George had knowingly misled the committee in her testimony before the committee and recommended that she be found in contempt of the House, but ordered no further actions on the recommendation of the committee, which said, “as this finding of contempt is, in and of itself, a very serious sanction.”
For an example concerning a minister in 2011, the sixth report of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development provided the House with extracts of evidence given by the then minister of international co-operation. This report led to Mr. Speaker Milliken's ruling on March 9, 2011, at page 8842 of the Debates. There was a prima facie case of privilege. The matter was referred to the procedure and House affairs committee, which heard from the minister and other witnesses, but it did not complete a report before Parliament was dissolved.
In my presentation on the government obstructing witnesses, I referred to an annual resolution of the United Kingdom House of Commons on witnesses. That was in a separate question of privilege that I raised with the House earlier today. That resolution contained a second paragraph relevant here. It states:
Resolved, That if it shall appear that any person has given false evidence in any case before this House, or any Committee thereof, this House will proceed with the utmost severity against such offender.
Erskine May puts it at paragraph 15.5 as follows, “In the past, witnesses who have...given false evidence, wilfully suppressed the truth, or persistently misled a committee have been considered guilty of contempt.”
McGee's Parliamentary Practice in New Zealand, fourth edition, comments in relation to witnesses' obligations to tell the truth at page 776, which states, “Even to prevaricate before a committee might invite questions.”
I do have remedies that I would like to propose to the Chair should you find a prima facie case of privilege. What I would like to do is, again, offer to deposit those with the Chair in written form so they would be included in consideration.
The Canadian Oxford Dictionary, second edition, defines the verb to prevaricate as “Speak or act evasively or misleadingly”.
In the United Kingdom's House of Commons, several committee witnesses in the 19th century faced the wrath of the House when giving this type of evidence, with findings of contempt and even committed to the custody of the Serjeant at Arms or at Her Majesty's Goal of Newgate.
For example, cases may be found at page 601 of the Journals for August 28, 1835, and page 258 of the Journals for February 24, 1848. I will include in my written submission some further examples.
I do hear encouragement from the government side of the House, but I am trying to be concise.
A cousin of prevarication is the willful suppression of the truth. On March 3, 1828, a committee of the whole of the U.K. House of Commons considering the East Retford Disfranchisement Bill had before it a witness, Jonathan Fox, who spent about 90 minutes answering most questions with some variation of “I cannot say”. The witness was asked to withdraw while the committee deliberated. These deliberations, beginning in column 936 of the parliamentary Debates, are insightful:
Mr. Alderman Waithman observed, that the committee could not suffer its dignity to be trifled with in this way. He would appeal to the committee whether this man's answers could be believed. Something ought to be done to support the dignity of the House, which ought not to be trifled with in this manner. He should move, that the witness had been guilty of gross prevarication.
Mr. Baring asked, how, if the inquisitorial power of the House was to be exercised, that power could ever be exercised if it was treated in this manner? One phrase was perpetually in this man's mouth...Here was a man...who had entertained the committee for an hour and a half, with the same answer. He had been guilty, in his opinion, of gross prevarication.
Mr. Peel thought it doubtful whether the witness had been guilty of prevarication; it seemed a wilful suppression of the truth.
The Attorney General agreed, that the conduct of the witness did not amount to gross prevarication, although it was evidently a wilful suppression of truth.
Mr. Wynn confessed that he did not know what prevarication was, if the witness had not been guilty of it.
In the end, the House adopted a resolution that Mr. Fox “has attempted to defeat the investigation of the committee, by wilfully suppressing the truth.”
In addition to misleading, prevaricating or wilfully suppressing the truth, the United Kingdom committee has even called out dissembling evidence from a member of Parliament as concerning. I do have a citation for that. It is December 1996 first report in the U.K. House of Commons from the former Committee on Standards and Privileges, at pages 37 and 38.
I will move past those quotations and move on to say that the Minister of Diversity and Inclusion and Youth was quite clearly dodging and weaving in her evidence at committee, desperate to avoid giving answers. She was, to borrow the Canadian Oxford Dictionary definition, speaking evasively.
Normally we are used to answers which split hairs and where words are chosen carefully that can be understood sometimes, but here we are confronted by a ministerial witness who thought she was in question period and could just give answers to whatever question she wished would have been asked.
In conclusion on this point, it is my respectful submission that the minister's evidence was, as reported by the ethics committee's second report, misleading or prevaricating and, therefore, constitutes a prima facie case of privilege.
Madame la Présidente, j’espère pouvoir donner à la présidence suffisamment de renseignements pour qu’elle puisse conclure qu’il y a, de prime abord, matière à question de privilège dans ce cas. Nous attendrons bien sûr votre décision, une fois que nous aurons atteint le seuil limite de concision.
J’aimerais soumettre un courriel de Craig Kielburger datant du jour que j’ai mentionné plus tôt. Il est adressé directement à la ministre de la Jeunesse, et on le trouve à la page 50 des documents que le Bureau du Conseil privé a déposés au comité. Voilà ce qu’il dit:
Je vous remercie de m’avoir accordé votre attention vendredi. Nous vous sommes très reconnaissants d’avoir bien voulu écouter notre proposition concernant un programme de soutien et de formation à l’entrepreneuriat social d’une durée de 12 mois, destiné à 8 000 jeunes participants, pendant la pandémie et après. Nous vous remercions de votre offre judicieuse de nous mettre en relation avec des interlocuteurs clés de votre ministère. Pendant le week-end, notre équipe a travaillé d’arrache-pied pour suivre votre suggestion d’ajouter un deuxième volet axé sur les occasions de bénévolat pour l’été.
Une fois de plus, les termes « offre judicieuse » et « suggestion » sont surprenants au vu du témoignage de la ministre devant le comité; on n'aurait jamais pu deviner qu'elle avait joué un rôle si actif de catalyseur du programme de 900 millions de dollars pour l’organisme UNIS. Il n'est donc pas étonnant qu’elle ait maquillé ses propos.
Enfin, il y a le courriel de M. Kielburger envoyé à Christiane Fox à 12 h 16, à la page 78 des dossiers du Bureau du Conseil privé. Avant de vous en dévoiler le contenu, je rappelle à la Chambre que Mme Fox était alors la sous-ministre de la vice-première ministre et qu'elle avait été juste avant cela sous-ministre de la Jeunesse, à l'époque où le premier ministre assumait aussi les responsabilités de ministre de la Jeunesse. Pour revenir au courriel, en voici un extrait:
Nous progressions dans nos discussions pour offrir un programme national qui favoriserait l'emploi, l'entrepreneuriat et le bénévolat chez les jeunes pendant la pandémie de COVID‑19. J'ai cru comprendre que vous êtes au fait du programme que nous concevons en collaboration avec les ministres de la Petite entreprise et de la Jeunesse. Je me permets donc de vous demander humblement si vous accepteriez d'en faire part à la vice-première ministre, au ministre de l'Innovation — qui était à l'époque le député de Mississauga—Malton —, ainsi qu'à tout autre collègue que cela pourrait intéresser.
Une élaboration conjointe, donc. L'affaire ne cesse de se corser. Loin de correspondre à l'affirmation passive de la ministre, la situation est à des lieues du tableau qu'elle a tenté de brosser devant les deux comités de la Chambre l'été dernier, avant l'obtention des documents et de cette preuve. Et c'est maintenant à la Chambre de décider des suites de cette affaire.
Comme l'indique la décision du Président du 11 mai 2021, à la page 7021 des Débats, sur la question de privilège relative à des propos trompeurs dans le contexte des témoignages entendus devant un comité:
Il n'existe aucun précédent où le Président a utilisé des témoignages provenant des comités sans qu'il y ait eu un rapport sur le sujet.
Cet aspect de la question préoccupe la présidence. Il n’est pas du ressort de la présidence de démêler les témoignages entendus devant un comité pour déterminer qui savait quoi et à quel moment. Il s’agirait d’une ingérence dans le rôle des membres du comité, ce qui constituerait un manquement à mon devoir d’impartialité. Il appartient plutôt au Comité de poursuivre son étude et de faire part de ses conclusions à la Chambre, s’il le juge approprié, comme le veut la tradition.
J'estime que le comité de l'éthique a fait son travail. Il a démêlé tous les témoignages et a informé la Chambre de sa conclusion, à savoir que la ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse a nui aux travaux de deux comités de la Chambre en livrant des témoignages qui induisent en erreur. En ce qui concerne le fait que la ministre a prêté serment au comité de l'éthique, mais pas au comité des finances, Bosc et Gagnon précisent, à la page 1 081:
[...] un témoin, assermenté ou non, qui refuse de répondre à des questions ou qui ne donne pas des réponses véridiques pourrait être accusé d’outrage à la Chambre.
Madame la Présidente, je sens que mon temps sera bientôt écoulé et je fais appel à votre indulgence pendant encore quelques instants. Toutefois, si je devais manquer de temps, je vous prie de m'autoriser à vous soumettre par écrit l'information que je ne pourrai pas donner, pour que vous puissiez l'examiner.
On peut également lire ceci aux pages 94 et 95 de l'ouvrage de Bosc et Gagnon:
[Les comités parlementaires] prennent au sérieux les allégations de mensonge ou de tromperie et peuvent y donner suite. Si un comité détermine qu'un témoin a présenté un témoignage mensonger, il peut en faire rapport à la Chambre. Seule la Chambre peut décider si le témoin a délibérément induit en erreur le comité et a commis un outrage à la Chambre et peut choisir la mesure punitive pertinente. Si la Chambre établit qu'un témoin a menti dans son témoignage sous serment et si elle le juge bon, elle peut renoncer à son privilège à l'égard du témoignage et renvoyer l'affaire à la Couronne, qui déterminera si elle a suffisamment d'éléments de preuve pour accuser le témoin de parjure en raison de déclarations mensongères faites délibérément devant un comité parlementaire.
Au cours des 20 dernières années, la Chambre a reconnu coupables d'outrage deux témoins qui ont induit en erreur des comités. J'ai des exemples qui datent de 2003 et de 2008.
En 2003, le Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires a conclu que George Radwanski, ex-commissaire à la protection de la vie privée, l'avait délibérément induit en erreur dans son témoignage et devrait donc être reconnu coupable d'outrage à la Chambre. Toutefois, comme M. Radwanski a présenté à la Chambre une lettre d'excuses en plus de démissionner de son poste, aucune sanction n'a été imposée outre la décision de le reconnaître coupable d'outrage.
En 2008, le Comité permanent des comptes publics a conclu que la sous-commissaire de la GRC, Barbara George, avait délibérément présenté un faux témoignage, puis a recommandé que la Chambre la déclare coupable d'outrage sans qu'aucune autre mesure ne soit prise, car, et je cite: « ce verdict d’outrage constitu[e] à lui seul une très lourde sanction ».
J'ai également un exemple où une ministre est en cause. En 2011, le sixième rapport du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international a fourni à la Chambre des extraits du témoignage de la ministre de la Coopération internationale de l'époque. Ce rapport à conduit à la décision rendue par le Président Milliken le 9 mars 2011, à la page 8842 des Débats. Il s'agissait d'une question fondée de prime abord. La question a été renvoyée au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, qui a entendu la ministre et d'autres témoins, mais qui n'a pas pu faire son rapport avant la dissolution du Parlement.
Dans mes observations sur l'obstruction des témoignages par le gouvernement, j'ai fait allusion à une résolution annuelle adoptée par la Chambre des communes du Royaume-Uni au sujet des témoins. C'était dans le cadre d'une autre question de privilège que j'ai soulevée devant la Chambre plus tôt aujourd'hui. Cette résolution comporte un deuxième paragraphe, qui est pertinent en l'occurrence. Le voici:
Il est résolu que, s'il apparaît qu'une personne a rendu un faux témoignage dans toute affaire devant cette Chambre, ou devant un de ses comités, cette Chambre sévira avec la plus grande sévérité contre le contrevenant.
Au paragraphe 15.5, Erskine May déclare ceci: « Dans le passé, ont été considérés comme coupables d'outrage les témoins qui ont [...] falsifié leur témoignage, supprimé délibérément la vérité ou systématiquement induit en erreur un comité. »
Dans la quatrième édition de l'ouvrage Parliamentary Practice in New Zealand de McGee se trouve un passage sur l'obligation des témoins de dire la vérité. À la page 776, il est écrit: « Même tergiverser devant un comité peut susciter des questions. »
J'aurais quelques solutions à proposer à la présidence, si la question de privilège vous paraît fondée à première vue. Là encore, je propose de les remettre à la présidence par écrit afin qu'elles soient prises en considération.
Le Petit Robert définit ainsi le verbe « tergiverser »: « user de détours, de faux-fuyants pour éviter de donner une réponse nette [...] ».
Au XIXe siècle, plusieurs témoins entendus par des comités parlementaires ont subi les foudres de la Chambre des communes du Royaume-Uni quand elle a reçu ce type de preuves. Ils ont été reconnus coupables d'outrage et même confiés à la garde du Sergent d’armes, voire incarcérés à la prison de Newgate.
Par exemple, des cas de ce genre sont répertoriés à la page 601 des Journaux du 28 août 1835, ainsi qu'à la page 258 des Journaux du 24 février 1848. Mon mémoire comprendra d'autres exemples également.
J'entends les encouragements des ministériels, mais j'essaie de m'en tenir à l'essentiel.
La suppression volontaire de la vérité est une proche parente de la tergiversation. Le 3 mars 1828, un comité plénier de la Chambre des communes du Royaume-Uni qui étudiait le projet de loi sur la privation des droits de représentation d'East Retford entendait un témoin, un dénommé Jonathan Fox, qui a passé une heure et demie à répondre à la majorité des questions par « Je ne saurais vous dire » et ses variantes. On a demandé au témoin de se retirer pendant les délibérations du comité. Ces délibérations, qui commencent à la colonne 936 des Débats parlementaires, sont fort avisées:
M. Alderman Waithman fait remarquer que le comité ne pourrait tolérer qu'on porte ainsi atteinte à sa dignité. Il demande au comité si les réponses de cet homme sont plausibles. Quelque chose doit être fait pour assurer la dignité de la Chambre, à laquelle il est inconcevable de pouvoir porter atteinte de la sorte. Il propose donc que le témoin soit reconnu coupable de tergiversation outrancière.
M. Baring demande comment la Chambre pourrait même envisager d'exercer son pouvoir inquisitoire s'il doit être traité ainsi. Cet homme répétait constamment la même phrase. Voilà un homme qui a fourni au comité la même réponse pendant une heure et demie. Selon lui, cet homme est coupable de tergiversation outrancière.
M. Peel estime douteux que le témoin soit coupable de tergiversation; il s'agit plutôt, semble‑t‑il, d'une suppression volontaire de la vérité.
Le procureur général convient que la conduite du témoin n'équivaut pas à une tergiversation grossière, bien qu'il s'agisse manifestement d'une suppression volontaire de la vérité.
M. Wynn avoue qu'il n'aurait pas su ce qu'était la tergiversation, si le témoin ne s'en était pas rendu coupable.
Au final, la Chambre a adopté une résolution selon laquelle M. Fox « a tenté de faire échouer l'enquête du comité, en supprimant volontairement la vérité ».
Outre les éléments trompeurs, la tergiversation et la suppression volontaire de la vérité, le comité du Royaume-Uni a aussi qualifié d'inquiétante la dissimulation d'éléments de preuve par un député. J'ai une citation à ce sujet. C'est aux pages 37 et 38 du premier rapport, publié en décembre 1996, de l'ancien comité des normes et des privilèges de la Chambre des communes du Royaume-Uni.
Je ne vais pas lire ces passages, mais j'ajouterai que la ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse a manifestement tergiversé lors de son témoignage devant le comité, cherchant désespérément à éviter de donner des réponses. Elle parlait, pour reprendre la définition donnée par le Petit Robert, en évitant de donner une réponse nette.
Normalement, nous sommes habitués à des réponses alambiquées et à des mots choisis avec soin que l'on peut parfois comprendre, mais dans ce cas‑ci, nous avons comme témoin une ministre qui pensait qu'elle participait à la période des questions et qu'elle pouvait simplement répondre aux questions qu'elle aurait voulu qu'on lui pose.
En conclusion, sur ce point, je soutiens respectueusement que le témoignage de la ministre était, comme l'indique le deuxième rapport du comité d'éthique, truffé d'éléments trompeurs et de faux-fuyants et, par conséquent, qu’il y a, de prime abord, matière à question de privilège.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
I greatly appreciate the contribution the hon. member made toward his question of privilege. As indicated earlier, with respect to the other information that was provided during the earlier question of privilege when he also put his point forward, we will take all under advisement. We will get back to the House to determine if this is a prima facie case. If so, the hon. member will be able to present more on that decision.
It is my duty pursuant to Standing Order 38 to inform the House that the questions to be raised tonight at the time of adjournment are as follows: the hon. member for Cowichan—Malahat—Langford, Transport; the hon. member for Peace River—Westlock, Justice.
Je remercie vivement le député de sa contribution au débat sur sa question de privilège. Comme je l’ai dit tout à l’heure, à propos des informations qu’il a fournies au sujet de la question de privilège précédente, nous prendrons tout cela en considération et ferons savoir à la Chambre si la question paraît fondée à première vue, auquel cas le député pourra présenter d’autres arguments.
Conformément à l'article 38 du Règlement, je dois faire connaître à la Chambre les questions qu’elle abordera à l’heure de l’ajournement ce soir, à savoir: le député de Cowichan—Malahat—Langford, Les transports; le député de Peace River—Westlock, La justice.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-10 17:00 [p.8246]
Madam Speaker, I rise on a point of order to inform the House that the NDP reserves the right to intervene on the current question of privilege at a later date.
Madame la Présidente, j’invoque le Règlement pour informer la Chambre que le NPD se réserve le droit d’intervenir plus tard sur cette question de privilège.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-10 17:00 [p.8246]
Madam Speaker, on a point of order, I am also interested in the possibility of responding to the question of privilege. I would like to go over what the member has said. A great deal has been said by the member throughout the day. I will do my best and try to get back to him no later than Thursday next week, if at all possible.
Madame la Présidente, j’invoque le Règlement pour dire que j'aimerais moi aussi répondre à la question de privilège. J’aimerais réfléchir à tout ce ce que le député a dit. Il a dit beaucoup de chose tout au long de la journée. Je ferai de mon mieux pour lui répondre d’ici jeudi prochain.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, sometimes we rise on a point of order to thank staff. I just want to thank the member's staff for the incredible work they put into preparing this. There were people behind the scenes doing that and I thank them.
Madame la Présidente, il nous arrive parfois d’invoquer le Règlement pour remercier nos collaborateurs, et c’est ce que je voudrais faire aujourd’hui à l’égard de tout ceux qui, dans les coulisses, ont fait un travail incroyable pour préparer tout cela.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech. He relayed how difficult it has been for SMEs and how the Canada emergency wage subsidy helped them out. It also helped other organizations, namely the political parties.
The government just proposed an amendment on that because it realized that it is inappropriate for political parties to use this program.
I would like to know what my colleague thinks. The government says that this practice will be inappropriate after August 2021. Why not sooner? Why not make the amendment retroactive, so that the political parties are retroactively not entitled to the emergency wage subsidy?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours. Il a relaté à quel point les PME avaient été en difficulté et que le programme de Subvention salariale d'urgence du Canada les avait aidés. Cela a aussi aidé d'autres organisations, à savoir les partis politiques.
Le gouvernement vient de déposer un amendement à ce sujet, parce qu'il s'est rendu compte que cela n'avait pas de bon sens que les partis politiques pigent là-dedans.
J'aimerais savoir ce qu'en pense mon collègue. Le gouvernement dit que cela n'a plus de bon sens de le faire à partir d'août 2021. Pourquoi alors ne pas l'avoir fait avant? Pourquoi ne pas s'assurer que ce soit rétroactif afin que les partis politiques n'aient pas droit à la Subvention salariale d'urgence?
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I believe my colleague and I are on the same wavelength on this and many other issues.
It goes without saying that this was an assistance program for struggling businesses and that the filthy rich major parties are not struggling businesses. This was inappropriate from the get-go. It would only make sense for this to be retroactive to cover the entire period.
Madame la Présidente, je crois que ma collègue et moi sommes sur la même longueur d'onde sur cette question, comme sur bien d'autres, par ailleurs.
Il va sans dire que c'était un programme d'aide pour les entreprises en difficulté et que les grands partis ultras riches ne sont pas des entreprises en difficulté. Cela n'avait aucun lieu d'être en premier lieu. Bien sûr, cela irait de soi s'il y avait rétroaction pour couvrir l'ensemble de la période.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-06-10 17:16 [p.8248]
Madam Speaker, it is a privilege and honour today to rise and speak to the bill.
As we know, we are dealing with four crises right now. We have a climate crisis, an opioid crisis, a homeless crisis and of course the COVID pandemic, which we have all been battling together for over a year. Many people have been living daily with the anxiety of losing their jobs. They are worried about their health and the health of their loved ones. In the meantime, the wealthiest Canadians have grown their wealth and Canada's largest corporations have benefited from this pandemic, and we have a Liberal government that has been resistant to having them pay their fair share and contribute to the cost of the pandemic. We know this is going to fall on the backs of everyday, middle-class Canadians and the most vulnerable, as services will be cut in future years because of the government's lack of courage to make those who should pay for the pandemic contribute more.
On the other side, the Conservatives are using delay tactics to get support to Canadians. In this budget there clearly are very important pandemic supports that small businesses need. As the federal NDP critic for small business and tourism, I know all too well from talking to entrepreneurs how important it is that they continue to get supports such as the wage subsidy and the emergency commercial rent assistance program. While we were glad to see the government extend those programs through the summer, the cuts to those programs as they are slowly and gradually phased out will impact those businesses, especially in the tourism industry.
Many businesses that rely on international tourism likely will not see international guests this season. Any tourists who planned on coming to Canada have cancelled their bookings, so these businesses have been asking for the wage subsidy and the rent program, which are lifelines for them. As members may recall, these are programs that the NDP fought to have increased. The wage subsidy was initially going to be 10%, and we pushed so the government would increase it to 75%. The commercial rent program is a program for which the government took our idea, but of course it rolled out a flawed program that was landlord-driven and forgot about the tenants.
We kicked and screamed to get these programs fixed. We got the wage subsidy up to 75% and the rent program to be tenant-driven. These benefits are absolutely essential to those tourism businesses and small businesses that are going to have to go through fall and into next spring. We heard from the Tourism Industry Association of Canada at committee, and other tourism industry organizations such as the Indigenous Tourism Association of Canada, that said they needed those programs to go to the spring.
While I am mentioning it, the Indigenous Tourism Association of Canada has seen a cut of 83% to its core budget. At the time when we needed it most, ITAC delivered over $15 million in loans to indigenous-led businesses, because it has that intimate relationship with its member businesses. It saved over 1,900 indigenous businesses with over 40,000 employees. These are going to be the most vulnerable businesses as we come out of the pandemic.
I am encouraging the government to come back and try to save these businesses. Time is running out. They need help.
In terms of the Canada emergency business account loan, we were glad to see the government finally fix the last increase of the CEBA loan during the second wave, but businesses are saying it is not enough. They have gone through a third wave. They need more funds. They need help and liquidity to get through the summer and beyond. The repayable timeline of next fiscal year is absolutely impossible for almost any small businesses to meet, in order for them to get the rebate of one third of that CEBA loan. We are asking the government to extend the terms of that repayment at least to the end of 2025, so that these businesses have a fighting chance to get back on their feet.
The government also keeps talking about credit card merchant fees. We know that the government is in bed with the big banks, but the reality is that small businesses are being constantly ground down by the banks. We just saw the banks increase their fees for consumers and small businesses again, during a time when they are having record profits. This is completely unacceptable to Canadians. In Europe, when it comes to merchant fees and interchange fees, they are paying 0.3%. Right now in Canada, 1.4% is the voluntary rate that credit card companies say they are paying.
I have met with Visa and Mastercard. They say that it is actually not their issue and that it is the big banks that are setting the rates on the interchange fees. We have seen the big banks having record profits. Why are they not stepping up to the plate and providing some relief to small businesses and consumers? We know that merchant fees are often put on the backs of small businesses.
As members know, I can speak for a long time about small business. The other piece is start-ups. The Liberals have completely abandoned start-ups, and those who started a business after March. They may have signed leases months and months, or even years, before. They have paid their employees and their rent through the pandemic. They have a record of receipts they have paid.
There are many different tools the government could use and industry standards it could look at. They have had leases and made these payable expenses. Liberals should set some criteria to save these businesses, or we are going to lose a generation of businesses. Throughout every riding in our country, we are hearing from people who have been abandoned by the government.
As members know, the other file I carry as the federal critic for the NDP is for fisheries, oceans and Coast Guard. We were happy to see the government finally listen to our call. Members heard me kicking and screaming in the House of Commons, calling on the minister to declare a wild salmon emergency and to make this a wild salmon recovery budget.
We are happy to see the Liberals put a significant allocation to wild salmon recovery, but we still have not seen the fine details. We have heard the broad framework of what they want to use to guide them in terms of delivering that funding, but we have not had the details of how they are going to spend that money, and time is of the essence.
Also, we have not had a commitment to reconciliation with the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, and we need a wild salmon secretariat that is government to government with the province, with indigenous leadership and communities, the nations on the coast and the federal government working together in co-management. We know what Liberals mean by “consultation”. They check a box, then they leave and abandon communities without listening and implementing what they have been told by those communities.
The other pieces we have not seen are the transition funding supports for those that were in the salmon farm industry. The government is hopefully following through with its commitment to move away from open-net salmon farming and to support those workers, their families and the communities in which those fish farms are in. The government made the right decision on Discovery Islands, but it did not come back with a plan to support the workers. This is something the NDP has been calling for. I have been calling for it. I tabled a bill about moving away from open-net salmon farming to closed containment, and the government abandoned it. I want to see the government do something significant around that.
Friday was the one-year anniversary of the death of Chantel Moore, a Tla-o-qui-aht member from my riding who was shot by a New Brunswick police officer. She was a Tla-o-qui-aht member, and she was killed on a wellness check. I think all of us can join together in offering the family of Chantel Moore our condolences, along with the nation and the Tla-o-qui-aht tribal council, especially as they seek justice. We need to work together to ensure that no one else suffers the same fate Chantel did during a wellness check. Canada needs comprehensive police reform.
In this budget, the Liberals put forward $100 million for mental health. That is not even close to enough. They put forward $108 million for first nations policing, which is not even close to what is needed. Police are supposed to be there to serve and protect people from our communities, but instead, the federal government has not acted to address the disproportionate amount of violence indigenous people are facing at the hands of police.
I will continue, and the NDP will continue, to advocate in Parliament for indigenous participation in investigations into police violence, ongoing mental health assessments of police officers, enhanced vetting of new recruits and cross-cultural training for police forces in all levels of Canadian society. There needs to be reforms to the police act.
I can speak in great detail about many other things. There is the opioid crisis, as I touched on earlier. There is the government's blue economy. The fact is that it is completely tainted and tilted toward industry, instead of doing the right thing, which is protecting our oceans. Our oceans are critical right now, especially as we are seeing a warming planet and a warming ocean.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole au sujet du projet de loi.
Comme nous le savons, nous sommes confrontés à quatre crises. La crise climatique, la crise des opioïdes, la crise des sans-abri et, bien sûr, la pandémie de la COVID-19, que nous combattons depuis plus d’un an. Un grand nombre de personnes vivent quotidiennement dans la peur de perdre leur emploi. Elles s'inquiètent de leur santé et de celle de leurs proches. Pendant ce temps, les Canadiens les plus fortunés se sont enrichis et les grandes sociétés ont augmenté leurs profits, mais le gouvernement libéral se montre toujours aussi réticent à leur faire payer leur juste part du coût de la pandémie. Nous savons que ce sont les Canadiens de la classe moyenne et les plus vulnérables qui en feront les frais. Le gouvernement finira par réduire les services parce qu’il n’aura pas eu le courage de faire payer leur juste part aux Canadiens les plus fortunés.
De leur côté, les conservateurs utilisent des tactiques dilatoires au sujet des aides consenties aux Canadiens. Dans ce budget, certains programmes mis en place pour les petites entreprises dans le cadre de la pandémie sont évidemment très importants. En tant que porte-parole du NPD pour les petites entreprises et le tourisme, je sais pertinemment, de par les contacts que j’ai avec eux, que les entrepreneurs ont encore besoin de la subvention salariale et de l’aide d’urgence pour le loyer commercial, entre autres. Nous nous réjouissons que le gouvernement prolonge ces programmes jusqu’à la fin de l’été, mais leur élimination progressive aura un impact sur ces entreprises, surtout celles du secteur du tourisme.
Un grand nombre d’entreprises qui dépendent du tourisme étranger ne verront probablement pas de touristes étrangers cette saison. Les touristes qui avaient l’intention de venir au Canada ont annulé leurs réservations, de sorte que ces entreprises voudraient pouvoir compter sur la subvention salariale et l’aide d’urgence pour le loyer commercial, qui sont pour elles une planche de salut. Les députés se souviendront que le NPD a beaucoup insisté pour que ces aides soient bonifiées. Au départ, la subvention salariale devait être de 10 % et nous avons fait pression sur le gouvernement pour qu’il la fasse passer à 75 %. L’aide urgence pour le loyer commercial était une idée du NPD, mais que le gouvernement l'a malheureusement transformée en programme axé sur les propriétaires bailleurs et moins sur les locataires.
Nous avons fait des pieds et des mains pour que ces programmes soient corrigés. Nous avions proposé de faire passer la subvention salariale à 75 % et nous voulions que le programme d'aide au loyer soit axé sur les locataires, ce que nous avons obtenu. Ces avantages sont absolument essentiels pour les entreprises touristiques et les petites entreprises qui devront traverser l’automne et le printemps prochain. Au comité, l’Association de l’industrie touristique du Canada et d’autres organisations de l’industrie touristique, comme l’Association touristique autochtone du Canada, nous ont dit qu’elles ont besoin de ces programmes si elles veulent survivre jusqu'au printemps.
Au fait, l’Association touristique autochtone du Canada a vu son budget de base réduit de 83 %. Au moment où nous en avions le plus besoin, l’Association a accordé plus de 15 millions de dollars de prêts à des entreprises dirigées par des autochtones, car elle entretient des relations étroites avec ses entreprises membres. Elle a sauvé plus de 1 900 entreprises autochtones employant plus de 40 000 personnes. Ce seront les entreprises les plus vulnérables au sortir de la pandémie.
J’encourage le gouvernement à repenser ses décisions et à essayer de sauver ces entreprises. Le temps presse. Elles ont besoin d’aide.
En ce qui concerne le prêt du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes, nous avons été heureux de voir le gouvernement majorer les prêts consentis au cours de la deuxième vague, mais les entreprises disent que ce n’est pas suffisant. Elles ont traversé une troisième vague. Elles ont besoin de plus de fonds. Elles ont besoin d’aide et de liquidités pour passer l’été et au-delà. Le délai de remboursement du solde du prêt — la fin du prochain exercice — est absolument impossible à respecter pour presque toutes les petites entreprises si elles veulent bénéficier d'une radiation du tiers de ce prêt. Nous demandons au gouvernement de prolonger le délai de remboursement au moins jusqu’à la fin de 2025, afin que ces entreprises aient une chance de se remettre sur pied.
Le gouvernement ne cesse également de parler des frais imposés aux marchands par les sociétés émettrices de cartes de crédit. Nous savons que le gouvernement est de mèche avec les grandes banques, mais la réalité est que les petites entreprises sont constamment écrasées par les banques. Nous venons de voir les banques augmenter à nouveau leurs frais pour les consommateurs et les petites entreprises, alors qu’elles réalisent des bénéfices records. C’est totalement inacceptable pour les Canadiens. En Europe, en ce qui concerne les frais des commerçants et les frais d’interchange, ils paient 0,3 %. Actuellement, au Canada, le taux volontaire que les sociétés de cartes de crédit disent payer est de 1,4 %.
J’ai rencontré des représentants de Visa et de MasterCard. Ils m’ont dit que ce n’était pas vraiment leur faute, que ce sont les grandes banques qui fixent les taux pour les frais d'interchange. Nous savons que les grandes banques ont enregistré des bénéfices record. Pourquoi n’assument-elles pas leurs responsabilités en accordant un répit aux petits petites entreprises et aux consommateurs? Car nous savons que les frais des commerçants sont souvent répercutés sur les petites entreprises.
Les députés savent que je pourrais parler pendant des heures des petites entreprises. Il y a aussi les entreprises en démarrage. Les libéraux les ont complètement abandonnées, notamment celles créées après le mois de mars. Certaines avaient signé des baux des mois voire des années plus tôt, et elles ont continué de payer leurs employés et leur loyer pendant la pandémie. Elles ont des reçus pour tout ce qu’elles ont payé.
Le gouvernement a beaucoup d’outils à sa disposition et il pourrait se pencher sur les normes industrielles. Ces entreprises ont des baux et des frais à assumer. Les libéraux devraient fixer certains critères pour qu’on puisse les sauver, sinon on risque de perdre toute une génération d’entreprises. Dans toutes les circonscriptions du pays, on entend parler de gens qui ont été abandonnés par le gouvernement.
Comme les députés le savent, je suis également le porte-parole du NPD pour les pêches, les océans et la Garde côtière. Nous nous réjouissons que le gouvernement nous ait finalement écoutés. Les députés m’ont entendu réclamer avec force à la Chambre des communes que la ministre déclare un état d’urgence pour le saumon sauvage et que le budget prévoie des mesures de reconstitution des stocks de saumon sauvage.
Nous nous réjouissons que les libéraux affectent des sommes importantes à la reconstitution des stocks de saumon sauvage, mais nous ne connaissons toujours pas les détails. Ils nous ont présenté un cadre général pour la distribution de ces fonds, mais nous ne savons pas exactement comment ils vont les dépenser, et pourtant, le temps presse.
De plus, les libéraux n’ont pas pris d’engagement vis-à-vis de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, et nous avons besoin d’un secrétariat pour le saumon sauvage, de gouvernement à gouvernement, avec la province, les chefs et les communautés autochtones, les nations de la côte et le gouvernement fédéral, pour la cogestion de ces ressources. Nous savons ce que les libéraux entendent par « consultation ». Ils font comme si, et ensuite ils abandonnent les communautés et ne tiennent absolument pas compte de ce qu’elles leur ont dit.
Le gouvernement ne nous a pas non plus proposé de mesures sur les aides à la transition pour ceux qui travaillaient dans l’industrie de la salmoniculture. Nous espérons qu’il va tenir sa promesse de ne plus encourager l’élevage du saumon dans des enclos en filet et d’aider les employés, leurs familles et les collectivités où se trouvent ces exploitations. Le gouvernement a pris la bonne décision au sujet des îles Discovery, mais il ne nous a pas présenté de plan pour venir en aide aux employés. C’est pourtant ce que réclame le NPD, et c’est ce que je réclame. J’ai déposé un projet de loi pour passer des enclos en filet à des parcs clos, mais le gouvernement l’a abandonné. Je veux que le gouvernement prenne des mesures concrètes en ce sens.
Vendredi, cela faisait un an que Chantel Moore, membre de la Première Nation des Tla-o-qui-aht de ma circonscription, a été tuée par un agent de police du Nouveau-Brunswick, lors d’une vérification de son état de santé. Je vous invite à vous joindre à moi pour présenter nos condoléances à la famille de Chantel Moore ainsi qu’à la nation et au conseil tribal des Tla-o-qui-aht, qui réclament justice. Tous ensemble, nous devons nous assurer que personne d’autre ne subira le même sort que Chantel Moore pendant ce genre de vérification. Le Canada doit complètement réformer ses services de police.
Dans ce budget, les libéraux prévoient 100 millions de dollars pour la santé mentale. C’est loin d’être suffisant. Ils proposent 108 millions de dollars pour les services de police autochtones, ce qui est très loin du montant requis. Les policiers sont censés être là pour servir et protéger les résidants de nos communautés, mais le gouvernement fédéral a décidé de ne pas agir pour s’attaquer à la violence policière disproportionnée à l’endroit des Autochtones.
Je vais continuer, à l'instar de mes collègues néo-démocrates, à préconiser au Parlement la participation des Autochtones aux enquêtes sur la violence policière, à l’évaluation constante de la santé mentale des agents de police, au renforcement des processus de vérification relativement aux nouvelles recrues et à la formation interculturelle des forces policières dans toutes les couches de la société. Il faut apporter des changements à la loi régissant les services de police.
Je pourrais parler longuement de bien d’autres problèmes; de la crise des opioïdes, par exemple, comme je l’ai mentionné tout à l’heure, ou de l’économie bleue du gouvernement. Le fait est que cette stratégie est complètement biaisée et favorise l’industrie au lieu de faire ce qui s’impose, c’est-à-dire protéger nos océans. Nos océans sont mal en point en ce moment, surtout au moment où l'on assiste au réchauffement de la planète et des océans.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, at a press conference yesterday, the Prime Minister made some comments that, in light of recent events, are quite disturbing and, in in fact, should be either corrected or clarified.
Can the Prime Minister explain, because it makes no sense to us, the connection between a face mask and secularism within the Quebec state?
Monsieur le Président, hier, en point de presse, le premier ministre a offert des réponses qui, dans le contexte, sont inquiétantes au point de justifier soit des corrections, soit des précisions.
D'abord, est-ce que le premier ministre peut nous expliquer — parce que cela n'a vraiment aucun sens — quel est le lien entre le masque sanitaire et la laïcité de l'État québécois?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:29 [p.8153]
Mr. Speaker, Quebeckers are currently standing up for their rights in court over Quebec's secularism law. We are naturally following this situation closely. My position and our government's position have always been clear on this.
Monsieur le Président, par rapport à la loi québécoise sur la laïcité de l'État, les Québécois défendent actuellement leurs droits devant les tribunaux. Nous continuons bien sûr à suivre la situation de près. Mes positions et la position de notre gouvernement ont toujours été très claires là-dessus.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, today the Prime Minister announced the indefinite continuation of the unsafe and unscientific hotel quarantine program. Even for fully vaccinated Canadians, no firm date was announced as to when they would be able to forgo staying at federal facilities where sexual assaults, worker abuses and COVID-19 outbreaks have occurred.
Will the Prime Minister listen to the advice of his expert scientific panel and give a firm date for when the hotel quarantine program will be scrapped?
Monsieur le Président, le premier ministre a annoncé aujourd'hui sa décision de maintenir indéfiniment le programme de quarantaine à l'hôtel, un programme non sécuritaire et sans fondement scientifique. Même dans le cas des Canadiens ayant reçu les deux doses de vaccin, aucune date fixe n'a été annoncée quant au moment où ces derniers pourront cesser de séjourner dans des installations fédérales où les droits des travailleurs ont été bafoués et où il y a eu des agressions sexuelles et des éclosions de COVID-19.
Le premier ministre va-t-il écouter les conseils de son groupe d'experts scientifiques et donner une date fixe pour l'élimination du programme de quarantaine à l'hôtel?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:44 [p.8156]
Mr. Speaker, every step of the way we have been informed by science, experts and data on how to keep Canadians safe through this pandemic. We recognize that people are eager to get things back to normal. We also know that as people get fully vaccinated it will be possible to remove many of the restrictions that are in place. We will be making announcements around that in the coming weeks. The reality is that every step of the way our top priority must be the safety and security of Canadians during what are hopefully the final months of this pandemic in Canada.
Monsieur le Président, depuis le début, les décisions que nous prenons pour assurer la sécurité des Canadiens durant cette pandémie sont fondées sur la science, les avis d'experts et les données. Nous reconnaissons que les gens ont hâte que les choses reviennent à la normale. Nous savons également qu'à mesure que les gens recevront les deux doses de vaccin, il nous sera possible de lever un grand nombre des restrictions en vigueur. Nous ferons des annonces à ce sujet dans les semaines à venir. La réalité, c'est qu'à chacune des étapes, notre priorité absolue doit être la sécurité des Canadiens, et ce, même pendant ce qui sera, espérons-le, les derniers mois de cette pandémie au Canada.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, while other Canadians are doing their part and avoiding travel, the Prime Minister is about to travel internationally to go on a cocktail-party-loaded photo op trip to London. Upon his return, he will not quarantine at the same facilities that every other Canadian has because he wants to personally avoid all the problems that Canadians have experienced. That is despicable. Worse, today he announced the indefinite extension of the hotel quarantine program.
Why will the Prime Minister not listen to the expert panel advice of scientists and give a firm date for when the program will be scrapped? Sometime soon is not a date.
Monsieur le Président, pendant que les autres Canadiens font des efforts et s'abstiennent de voyager, le premier ministre s'apprête à se rendre à l'étranger pour participer à des réceptions et à des séances de photos à Londres. À son retour, il ne passera pas sa quarantaine au même endroit que tous les autres Canadiens, parce qu'il veut s'éviter tous les problèmes qu'ils ont subis. C'est révoltant. Pire encore, aujourd'hui, il a annoncé qu'on allait prolonger pour une durée indéterminée le programme des quarantaines à l'hôtel.
Pourquoi le premier ministre ne veut-il pas écouter les scientifiques du groupe d'experts et indiquer la date précise où on mettra fin au programme? Dire qu'on le fera bientôt, ce n'est pas comme fournir une date.
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:45 [p.8156]
Mr. Speaker, like all Canadians returning home via air during the pandemic, the delegation and I will be staying in a government-approved airport hotel. These are the same strict protocols that every traveller must follow and we expect them to be applied to everyone.
At the same time, we recognize that being double vaccinated, as increasing numbers of Canadians are as millions of doses continue to arrive every week into Canada, gives one an extra level of protection, which is why we are talking about loosening the restrictions for fully vaccinated Canadians in the coming weeks.
Monsieur le Président, comme tous les Canadiens qui rentrent au pays par avion pendant la pandémie, les membres de la délégation et moi resterons dans un hôtel d'aéroport approuvé par le gouvernement. Nous nous plierons aux mêmes protocoles rigoureux que tous les voyageurs doivent suivre, et nous nous attendons à ce qu'ils s'appliquent à tout le monde.
Nous reconnaissons par ailleurs que les personnes qui ont reçu deux doses de vaccin sont protégées davantage, et comme elles sont de plus en plus nombreuses grâce aux millions de doses qui sont livrées chaque semaine au Canada, nous envisageons d'assouplir les restrictions pour les Canadiens entièrement vaccinés dans les prochaines semaines.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, the Prime Minister will not be staying at the same facility that every other Canadian is, and that is just ridiculous. This week, prominent Democratic and Republican congresspeople have been musing about how the United States may unilaterally open its side of the land border to Canadians. This comes as prominent Liberals such as Bob Rae have also been musing about the border. The Prime Minister has no plan for benchmarks for a safe reopening on federal restrictions.
Is the Prime Minister instead preparing for the chaos that will likely ensue if the Americans unilaterally open the border?
Monsieur le Président, le premier ministre ne séjournera pas au même hôtel que les autres Canadiens, ce qui est tout simplement ridicule. Cette semaine, d'éminents représentants démocrates et républicains au Congrès ont laissé entrevoir la possibilité que les États-Unis décident unilatéralement d'ouvrir leur frontière terrestre aux Canadiens. Cette idée a été lancée au moment même où de grands ténors libéraux, comme Bob Rae, ont aussi parlé de la frontière. Le premier ministre n'a pas de plan assorti d'indicateurs pour une levée sécuritaire des restrictions imposées par le gouvernement fédéral.
Le premier ministre se prépare-t-il plutôt à faire face au chaos qui surviendra vraisemblablement si les Américains décident unilatéralement d'ouvrir la frontière?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:46 [p.8157]
Mr. Speaker, since the beginning of this pandemic we have worked hand in hand with the United States to align our measures. Even with that, however, the measures have not been the same on both sides of the border. We brought in, early on, a mandatory two-week quarantine. We brought in initiatives such as pre-departure and on-arrival testing, which the Americans never had. There has also been asymmetry with respect to people wanting to fly south to the United States. That has been allowed, but equivalent tourists have not been able to fly up to Canada from the United States. We have always worked closely with them and will continue to, but we will make our decisions based on what is in Canadians' interests.
Monsieur le Président, depuis le début de la pandémie, nous travaillons de concert avec les États-Unis pour harmoniser nos approches. Cependant, en dépit de nos efforts, les mesures ne sont pas les mêmes de part et d'autre de la frontière. Au Canada, nous avons rapidement imposé une quarantaine obligatoire de deux semaines. Nous avons mis en place diverses initiatives comme les tests de dépistage avant le départ et après l'arrivée, ce que les Américains n'ont jamais fait. L'approche diffère également à l'égard des Canadiens désireux de se rendre aux États-Unis par avion. Ce genre de déplacement a été permis, mais les touristes en provenance des États-Unis n'ont pu venir au Canada de la même façon. Nous avons toujours travaillé en étroite collaboration avec les Américains et nous continuerons de le faire, mais nous prendrons nos décisions en fonction de l'intérêt des Canadiens.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, Joe Biden has not listened to the Prime Minister on KXL. Joe Biden has not listened to the Prime Minister on softwood lumber. Joe Biden did not listen to the Prime Minister on Line 5. There is no indication that Joe Biden has been given any reason by the current government to listen to the Prime Minister on the border. This is not a slight on the Americans: The Prime Minister's approach to foreign relations has been weak, incoherent and patronizing at best.
Given today's rambling, shambolic, incoherent press conference on federal border restrictions, how likely is it that the Americans are now going to unilaterally reopen the border?
Monsieur le Président, Joe Biden n'a pas écouté le premier ministre au sujet du pipeline Keystone XL. Joe Biden n'a pas écouté le premier ministre au sujet du bois d'œuvre. Joe Biden n'a pas écouté le premier ministre au sujet de la canalisation no 5. Rien n'indique que le gouvernement actuel a donné quelque raison que ce soit à Joe Biden d'écouter le premier ministre au sujet des frontières. Ce n'est pas parce que les Américains font preuve d'un manque d'égards, mais plutôt parce que l'approche du premier ministre en matière de relations étrangères est faible, incohérente et au mieux condescendante.
À la lumière de la conférence de presse décousue, chaotique et incohérente d'aujourd'hui sur les restrictions fédérales à la frontière, dans quelle mesure est-il probable que les Américains vont maintenant rouvrir unilatéralement leur frontière?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:47 [p.8157]
Mr. Speaker, you will understand if I take no lessons from the Conservative Party of Canada on managing Canada-U.S. relations.
Over the past very difficult four years, we were able to renegotiate NAFTA in a way that protected supply management, that strengthened our economy and that demonstrated a defence of our cultural industries. We stood up for steel producers, for steel workers and for aluminum workers. We managed to get the Americans to remove unfair tariffs. We have continued to stand up for Canadian interests and we will continue to, particularly with someone who is significantly more aligned with Canadians now in the White House.
Monsieur le Président, vous comprendrez que je n'ai aucune leçon à recevoir du Parti conservateur du Canada en matière de gestion des relations canado-américaines.
Au cours des quatre dernières années, qui ont été très difficiles, nous avons su renégocier l'ALENA de façon à protéger la gestion de l'offre, à renforcer notre économie et à défendre nos industries culturelles. Nous avons défendu les producteurs d'acier ainsi que les travailleurs des secteurs de l'acier et de l'aluminium. Nous avons obtenu des Américains qu'ils retirent des droits de douane injustes. Nous n'avons cessé de défendre les intérêts des Canadiens et nous ne cesserons pas de le faire, surtout maintenant que l'occupant de la Maison-Blanche est beaucoup plus sur la même longueur d'onde que nous.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, just in time for the Prime Minister's trip to the United Kingdom, he has decided to eliminate the hotel quarantine requirement for fully vaccinated travellers arriving in Canada beginning in July.
While the Conservative Party has been calling for this for months now, the Prime Minister is suddenly realizing how his bad decisions will affect him personally.
Will the Prime Minister admit that his hotel quarantine policy has done more harm than good?
Will he scrap it for everyone, effective immediately?
Monsieur le Président, juste avant de partir en voyage au Royaume-Uni, le premier ministre a décidé de supprimer l'obligation pour ceux qui ont reçu deux doses de vaccin de se mettre en quarantaine dans les hôtels en arrivant au Canada à partir du mois de juillet.
Alors que le Parti conservateur le demande depuis des mois, le premier ministre réalise maintenant, et ce, personnellement, l'impact de ses mauvaises décisions.
Le premier ministre va-t-il admettre que sa politique de quarantaine à l'hôtel a causé plus de tort qu'autre chose?
Va-t-il l'annuler pour tous, dès maintenant?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:53 [p.8158]
Mr. Speaker, we have always taken the necessary measures to keep Canadians safe. The requirement for incoming air travellers to have a negative COVID-19 test before leaving a government-approved hotel has worked, detecting cases and protecting Canadians from the importation of COVID-19 variants.
We know that our priority is to continue to protect Canadians from this COVID-19 pandemic, but we also recognize that people who are fully vaccinated should have more freedom.
Monsieur le Président, nous avons toujours pris les mesures nécessaires pour protéger les Canadiens. La mesure qui consiste à assurer que quelqu'un a un test négatif avant de quitter un hébergement approuvé par le gouvernement lors d'une arrivée par avion dans notre pays a fonctionné pour déceler des cas et pour protéger les Canadiens de l'importation de variants de la COVID-19.
Nous savons que notre priorité est de continuer à protéger les Canadiens de cette pandémie de la COVID-19, mais nous reconnaissons aussi que les gens qui sont complètement vaccinés devraient pouvoir avoir plus de libertés.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, the mandatory hotel quarantine has been a fiasco from day one. There have been stories of sexual assault, hotel room doors without locks and for some travellers the conditions were horrible. Many Canadians have suffered unnecessarily because the Prime Minister did not take action in a timely manner during this health crisis.
I will give him another chance. Will the Prime Minister admit that the hotel quarantine program is shoddy?
Monsieur le Président, la quarantaine obligatoire dans les hôtels est un fiasco, du commencement jusqu'à aujourd'hui. Il y a des agressions sexuelles, plusieurs chambres n'avaient pas de serrure aux portes et pour certains voyageurs, les conditions étaient horribles. Énormément de Canadiens ont souffert inutilement parce que le premier ministre n'a pas agi à temps durant cette crise sanitaire.
Je lui donne une autre chance de se reprendre. Va-t-il avouer que le programme de quarantaine à l'hôtel est bâclé?