Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 18 of 18
View Ruby Sahota Profile
Lib. (ON)
View Ruby Sahota Profile
2021-05-12 14:10 [p.7102]
Mr. Speaker, today I would like to wish every mother across Canada a happy belated Mother’s Day. We know women, specifically caregivers and mothers, have been hard hit by this pandemic. We must make sure that Canada’s economic recovery pulls women up.
Canada’s competitive edge depends on women being able to participate fully and equally in the economy. That is why budget 2021 prioritizes investing an additional $146 million to expand the women entrepreneurship strategy, a commitment to strengthen gender and racial diversity in corporate governance. It also prioritizes announcing a historic investment in child care. Our plan will reduce the cost of child care to $10 a day by 2026, providing every child the best start in life, and every parent an opportunity to excel in the workforce and realize their full potential.
I know investments like these will make a real and lasting difference in the lives of women in Brampton North.
Monsieur le Président, j'aimerais souhaiter une joyeuse fête des Mères en retard à toutes les mères du Canada. Nous savons que les femmes, en particulier les aidantes naturelles et les mères, ont été durement touchées par la pandémie. Nous devons nous assurer que la reprise économique du Canada permette aux femmes de s'en tirer.
L'avantage concurrentiel du Canada dépend de la capacité des femmes à participer pleinement et de façon égale à l'économie. Voilà pourquoi le budget de 2021 prévoit un investissement de 146 millions de dollars supplémentaires pour élargir la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat. Cette stratégie s'inscrit dans le cadre de notre engagement à renforcer la diversité sexuelle et raciale dans la gouvernance des entreprises. Le budget met l'accent sur un investissement historique en matière de services de garde d'enfants. Le plan du gouvernement vise à réduire le coût des services de garde à 10 $ par jour d'ici 2026, offrant ainsi à chaque enfant le meilleur départ possible dans la vie et à chaque parent la possibilité d'exceller sur le marché du travail et de réaliser tout son potentiel.
Je sais que des investissements comme ceux-ci amélioreront de manière réelle et durable la vie des femmes de Brampton-Nord.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, women entrepreneurs are crucial to Canada’s economic success, and supporting their innovation is key to ensuring a strong, inclusive recovery from the COVID-19 pandemic.
Last month, our government provided $235,500 in top-up funding for Haltech Regional Innovation Centre in Burlington, which to support women entrepreneurs across Halton in navigating this crisis and to continue to grow their businesses. This funding is in addition to the Women entrepreneurship strategy funding previously provided to Haltech, for a total of $543,300.
Haltech provides important support to help a diverse group of women entrepreneurs to start-up, scale-up and reach global markets. Activities include training sessions through cohort-based programming and mentorship opportunities.
I am proud of the hard-working women supported by Haltech, led by Shann McGrail. These women entrepreneurs play an important role in stabilizing and growing our local and national economy.
Madame la Présidente, les femmes entrepreneures sont essentielles à la réussite économique du Canada. Il est primordial de soutenir leur innovation pour assurer une relance forte et inclusive après la pandémie de COVID-19.
Le mois dernier, le gouvernement a accordé un financement complémentaire de 235 500 $ au Haltech Regional Innovation Centre de Burlington, afin d'aider les femmes entrepreneures de la région d'Halton à traverser la crise et à continuer de faire croître leur entreprise. Ces fonds s'ajoutent au financement de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat déjà accordé à Haltech, pour un total de 543 300 $.
Haltech offre des services importants qui permettent d'aider un groupe diversifié de femmes entrepreneures à démarrer leur entreprise, à lui faire prendre de l'expansion et à se tailler une place sur les marchés mondiaux. Les activités proposées comprennent notamment des séances de formation, des programmes par cohorte et des occasions de mentorat.
Je suis fière des femmes travaillantes qu'appuient Haltech et sa directrice, Shann McGrail. Ces femmes entrepreneures jouent un rôle important pour la stabilisation et la croissance de l'économie locale et nationale.
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
View Iqra Khalid Profile
2021-04-22 10:27 [p.6000]
Madam Speaker, I will start by sharing the story of Sandy, a constituent of mine. She has a really good education, but her struggles are those of many Canadians around the world. She gave up her career to start a family, and she continued to stay away from her career because child care in Ontario was too expensive and the waiting list was too long. Now, as her children are age five and seven, she finds herself living in a shelter, because she does not have housing as she tries to flee from an abusive marriage. She is now working part time while staying at this transitional house for women just like her. She is looking for housing and a stable job, but because of COVID, the situation of schools, and everything becoming so precarious, it is so hard for her to get into that workforce. The jobs that she does find are precarious, part-time and minimum-wage.
Women, in particular low-income women, have been hit the hardest by the COVID-19 crisis. They have faced steep job losses and shouldered the burden of unpaid care work at home. All the while, many have bravely served on the front lines of this crisis in our communities. There is no doubt that we remain firmly in a “she-cession” as lockdowns continue to impact our communities and many Canadians stay at home to stem the spread of an even more aggressive third wave.
I have heard from businesses in my riding about what would ensure the health of the economy of a city like Mississauga, a province like Ontario and, indeed, a country like Canada. For example, the Mississauga Board of Trade in my city has been quite clear: We need to have increased labour force participation. We need to have an empowered labour force of people who are willing, able and eager to contribute to our economy, to empower themselves and those around them, and to bring financial stability and economic prosperity, not just for themselves and their families but for all Canadians. Based on that feedback, our government has a plan through budget 2021 to emerge from the pandemic with a stronger and more inclusive society. Increasing opportunities for women's participation in our economy is at the forefront of our growth and recovery plan.
As I mentioned, the closure of schools and child care centres due to COVID-19 has really exacerbated work-life balance challenges for parents, and especially for women. It has made it more difficult for some women to work full time or, in some cases, such as Sandy, at all. More than 16,000 women have dropped out of the labour force completely, while the male labour force has grown by about 91,000. Child care is an essential social infrastructure and without it, parents, particularly women, cannot fully participate in our economy. Parents have told me this. Businesses have told me this. Single mothers have told me this.
This is an economic issue as much as it is a social issue. TD Economics has pointed to a range of studies that have shown that for every dollar spent on early childhood education, the broader economy receives between $1.50 and $2.80 in return. It is a sound investment. We can simply look at the impact of Quebec's early learning and child care system, where women in the province with children under the age of three have some of the highest employment rates in the world. Further, a study shows that child care alone has raised Quebec's GDP by 1.7%.
It is clear: Now is the time for the rest of Canada to learn from Quebec's example, and this is exactly what our government is proposing to do through budget 2021. We are making generational investments of up to $30 billion over five years to work with provincial, territorial and indigenous partners to build a Canada-wide, community-based system of quality child care, bringing the federal government to a fifty-fifty share of child care costs with provincial and territorial governments and meeting the needs of indigenous families.
Our government's plan includes a strategy for unprecedented expansion in child care across the country. This proposed investment would also be a critical part of reconciliation.
Early learning and child care programs designed by and with indigenous families and communities give indigenous children the best start in life. That is why this generational investment includes $2.5 billion over five years toward an early learning and child care system that meets the needs of indigenous families.
By 2025-26, new investments in child care will reach a minimum of $8.3 billion per year ongoing, including indigenous early learning and child care.
Our vision is to bring fees down to $10 per day on average by 2025-26 everywhere in Canada outside of Quebec. This would start with a 50% reduction in average fees for preschool care by 2022. Simply put, this investment will drive jobs and growth. It is a smart economic policy and it is the right policy for Canadians at this juncture.
However, it is not the only way that we are supporting women through budget 2021.
Budget 2021 also lays out an expansive jobs and growth plan that is very much a feminist plan. It seeks to build a recovery that gives all women in Canada the ability to fully participate in our economy.
For example, Canadian women entrepreneurs still face unique and systemic barriers to starting and growing a business. In light of this pandemic, that has become even more challenging.
To address these challenges, budget 2021 proposes to provide up to $146.9 million to strengthen the women entrepreneurship strategy, which will help provide greater access to financing, and support mentorship and training activities. Ensuring women have opportunities to work and grow in their businesses is absolutely crucial, but, of course, protecting the health and safety of women is also a priority.
Our government is also moving forward on developing a national action plan to end gender-based violence through new proposed investments of over $600 million, which will provide support for action against gender-based violence, for indigenous women and for 2SLGBTQQIA+ organizations, for the design and delivery of interventions that promote healthy relations and prevent violence and for increased access to information and support. This is in addition to reallocating $250 million in existing funding to support housing and shelter spaces for women and children fleeing violence.
We are accelerating work on a national action plan in response to the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls’ calls for justice and the implementation of the Truth and Reconciliation Commission’s calls to action. To support this work, budget 2021 proposes to invest an additional $2.2 billion over five years, and $160.9 million ongoing, to help build a safer, stronger and more inclusive society.
Finally, budget 2021 proposes to invest $236.2 million over five years, starting in 2021-22, and $33.5 million per year ongoing to expand work to eliminate sexual misconduct and gender-based violence in the military and support survivors. This investment will reinforce the systemic efforts to change the culture and working conditions in the Canadian Armed Forces. Ultimately, these measures support the objective of increasing representation of women in the Canadian Armed Forces from 15% to 25% by 2026, which, if achieved, will further positively reinforce culture change.
It is absolutely absurd to think that, in 2021, we are talking about the need for some of these measures instead of simply living in a society where women and men are on equal footing, with the same opportunities to succeed in a truly inclusive society.
Our government will continue to build a feminist intersectional action plan for women in the economy that will work to push past systemic barriers and inequalities for good. The—
Madame la Présidente, je commencerai par parler du cas de Sandy, une résidante de ma circonscription. Cette jeune femme possède un très bon niveau d'éducation, mais elle est confrontée aux mêmes défis que de nombreuses Canadiennes et d'autres femmes dans le monde. Elle a mis sa carrière en veilleuse pour avoir des enfants et n'a pas repris ses activités professionnelles parce que, en Ontario, les services de garde d'enfants sont très chers et les listes d'attente interminables. Aujourd'hui, alors que ses enfants ont 5 et 7 ans respectivement, elle se retrouve dans un refuge parce qu'elle a dû quitter son domicile pour fuir un conjoint violent. Elle travaille maintenant à temps partiel et habite dans une maison de transition pour des femmes qui vivent une situation semblable à la sienne. Sandy cherche un logement et un emploi stable mais, à cause de la COVID, de la situation dans les écoles et de l'instabilité omniprésente, il lui est vraiment difficile d'intégrer le marché du travail. Elle ne trouve que des emplois précaires, à temps partiel et au salaire minimum.
Les femmes, particulièrement celles qui ont un faible revenu, constituent le segment de la population le plus durement frappé par la crise de la COVID-19. De nombreuses femmes ont perdu leur emploi et ont assumé la charge des soins non rémunérés. Pourtant, nombre d'entre elles sont bravement allées travailler sur la ligne de front pour lutter contre la crise dans nos collectivités. Il ne fait aucun doute que le Canada demeure confronté à une « récession au féminin » alors que les mesures de confinement continuent à avoir des répercussions sur les collectivités et que de nombreux Canadiens restent à la maison pour freiner la propagation d'une troisième vague plus virulente que les précédentes.
Des entrepreneurs de ma circonscription m'ont parlé de ce qui pourrait assurer la santé économique d'une ville telle que Mississauga, d'une province telle que l'Ontario et d'un pays tel que le Canada. À la chambre de commerce de Mississauga, par exemple, on a été très clair: il faut accroître la participation au marché du travail. Il faut une main-d'œuvre autonome composée de personnes qui sont disposées à travailler, qui sont capables de le faire et qui sont impatientes de contribuer à notre économie, des gens qui veulent se donner les moyens ainsi qu'à leur entourage, et qui souhaitent parvenir à une stabilité financière et économique, non seulement pour eux et leur famille, mais aussi pour tous les Canadiens. En se fondant sur ces commentaires, le gouvernement a élaboré, dans le cadre du budget de 2021, un plan visant à ce que notre société sorte de la pandémie plus forte et plus inclusive. Augmenter les possibilités, pour les femmes, de participer à notre économie est à l'avant-plan de notre plan de croissance et de reprise.
Comme je l'ai indiqué plus tôt, la fermeture des écoles et des garderies en raison de la COVID-19 a vraiment exacerbé les problèmes de conciliation travail-famille pour les parents, et surtout pour les femmes. La pandémie a fait en sorte que les femmes ont davantage de difficulté à travailler à temps plein ou, dans certains cas — comme celui de Sandy —, à travailler, point. Plus de 16 000 femmes ont complètement quitté le marché du travail, tandis que la main-d'œuvre masculine a augmenté d'environ 91 000 personnes. Les services de garde d'enfants constituent une infrastructure sociale essentielle sans laquelle les parents, et plus particulièrement les femmes, ne peuvent participer pleinement à notre économie. C'est ce que des parents m'ont dit. C'est ce que des entreprises m'ont dit. C'est ce que des mères seules m'ont dit.
C'est autant une question économique qu'une question sociale. Les Services économiques TD soulignent que différentes études ont montré que, pour chaque dollar investi dans l'éducation des jeunes enfants, ce sont entre 1,50 $ et 2,80 $ qui sont injectés dans l'économie en général. Il s'agit d'un investissement judicieux. Il suffit de regarder les résultats obtenus grâce au système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants au Québec, où le taux d'emploi des femmes qui ont des enfants de moins de 3 ans est l'un des plus élevés au monde. En outre, une étude a montré que, à lui seul, le régime de garderies au Québec a fait croître le PIB de la province de 1,7 %.
C'est évident, il faut maintenant que le reste du Canada tire des leçons du Québec et c'est ce que le gouvernement propose dans le cadre du budget de 2021. Nous réalisons des investissements historiques atteignant jusqu'à 30 milliards de dollars sur cinq ans afin de collaborer avec nos partenaires provinciaux, territoriaux et autochtones en vue d'établir un système pancanadien et communautaire de services de garde d'enfants de grande qualité, de façon à ce que le gouvernement fédéral assume la moitié du coût des services de garde des provinces et des territoires et à ce qu'on réponde aux besoins des familles autochtones.
Le plan du gouvernement comprend une stratégie pour une croissance sans précédent des places en garderie dans l'ensemble du pays. L'investissement proposé constituera également un élément essentiel de la réconciliation.
Les programmes d'apprentissage et de garde des jeunes enfants conçus par et avec les communautés et les familles autochtones donnent aux enfants autochtones le meilleur départ possible dans la vie. C'est pourquoi cet investissement de longue durée réservera une tranche de 2,5 milliards de dollars sur cinq ans pour la mise en place d'un système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants qui répond aux besoins des familles autochtones.
D'ici 2025-2026, les nouveaux investissements dans les services de garde d'enfants seront fixés au minimum à 8,3 milliards de dollars par année de façon continue, et cela comprendra l'apprentissage et la garde des jeunes enfants autochtones.
Notre but est de réduire le coût de ces services à 10 $ par jour, en moyenne, d'ici 2025-2026 partout au Canada, à l'extérieur du Québec. Le premier pas dans cette direction sera de réduire de moitié le coût moyen des services de prématernelle d'ici 2022. Autrement dit, cet investissement stimulera la création d'emplois et la croissance économique. Il s'agit d'une politique économique intelligente, et c'est la bonne stratégie pour les Canadiens dans le contexte actuel.
En ce qui concerne les femmes, le gouvernement ne s'est pas arrêté à cette seule mesure d'aide dans le budget de 2021.
Le budget de 2021 présente aussi un vaste plan de croissance et d'emploi qui est fondamentalement féministe. Il cherche à mettre en place une reprise qui donne à toutes les Canadiennes la possibilité de participer pleinement à l’économie du pays.
À titre d'exemple, les femmes entrepreneures demeurent aux prises avec des obstacles uniques et systémiques au moment de démarrer et de faire croître une entreprise. Les défis sont encore plus grands dans le contexte de la pandémie.
Afin de contrer ces obstacles, le budget de 2021 propose de fournir jusqu’à concurrence de 146,9 millions de dollars afin de renforcer la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, qui permettra d'améliorer l'accès des femmes au financement, au mentorat et à la formation. S'il est absolument crucial de veiller à ce que les femmes aient la possibilité de travailler et de s'épanouir dans leur entreprise, il est tout aussi crucial de protéger leur santé et leur sécurité.
Ainsi, le gouvernement libéral fera progresser la mise en œuvre d'un plan d'action national pour mettre fin à la violence fondée sur le genre, au moyen de nouveaux investissements dépassant les 600 millions de dollars. Ces sommes seront consacrées à la lutte contre la violence fondée sur le genre, à des organismes voués aux femmes autochtones et aux personnes 2SLGBTQQIA+, à la conception et à l'exécution d'interventions qui favorisent des relations sécuritaires et préviennent la violence, et elles serviront à rendre l'information et le soutien plus accessibles. Signalons aussi qu'un financement existant de 250 millions de dollars a été réaffecté au soutien de logements et de places en refuge pour les femmes et les enfants fuyant la violence.
Nous accélérons les efforts visant à créer un plan d'action national en réponse aux appels à la justice formulés dans l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et à la mise en œuvre des appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation. Pour appuyer ces efforts, le gouvernement propose, dans le budget de 2021, d'investir un montant additionnel de 2,2 milliards de dollars sur cinq ans et de 160,9 millions de dollars par la suite pour aider à bâtir une société plus sûre, plus forte et plus inclusive.
Enfin, le budget de 2021 prévoit un investissement de 236,2 millions de dollars sur cinq ans à compter de 2021-2022 et de 33,5 millions de dollars par année par la suite pour élargir les efforts visant à éliminer l'inconduite sexuelle et la violence fondée sur le genre dans les forces armées et à soutenir les survivants. Cet investissement renforcera les efforts systémiques visant à changer la culture et les conditions de travail dans les Forces armées canadiennes. Au bout du compte, ces mesures appuient l'objectif de faire passer la représentation des femmes dans les Forces armées canadiennes de 15 % à 25 % d'ici 2026 et, s'il est atteint, cela renforcera encore plus favorablement le changement de culture.
Il est tout à fait absurde de penser que, en 2021, nous parlons de la nécessité de mettre en œuvre certaines de ces mesures au lieu de simplement vivre dans une société où les femmes et les hommes sont sur un pied d'égalité et ont les mêmes chances de réussir dans une société véritablement inclusive.
Le gouvernement continuera à élaborer un plan d'action féministe intersectionnel pour les femmes dans l'économie qui visera à éliminer pour de bon les obstacles et les inégalités systémiques. Le...
View Kelly McCauley Profile
CPC (AB)
View Kelly McCauley Profile
2021-04-22 11:38 [p.6010]
Madam Speaker, my colleague from Vegreville had commented earlier today about the Liberals' propensity for announcements instead of actual action, and I want her to reference this.
She talked about the need to promote entrepreneurship among women. I will note that three or four years ago the operations committee tabled in the House a report on helping women entrepreneurs with government procurement. Now, three years later, the government has not acted on a single one of over two dozen recommendations.
She also talks about the need to promote French language in Quebec, which I understand and I support. I will note that the Treasury Board, in providing a billion-dollar, sole-sourced grant to its friends at WE, violated Treasury Board rules and did not do the official languages impact analysis. The President of the Treasury Board from Quebec City violated his own rules. Why the hypocrisy?
Madame la Présidente, la députée de Vegreville a parlé tout à l’heure de la propension qu’ont les libéraux à faire des beaux discours plutôt qu'à passer à l’acte, et j’aimerais lui en donner un autre exemple.
Elle a parlé de la nécessité de promouvoir l’entrepreneuriat chez les femmes. J’observe qu’il y a trois ou quatre ans, le comité des opérations a présenté un rapport à la Chambre sur la façon d’aider les femmes entrepreneures à obtenir des contrats du gouvernement. Trois ans plus tard, j’observe que le gouvernement n’a donné suite à aucune recommandation, parmi la trentaine que proposait le rapport.
Elle a aussi parlé de la nécessité de promouvoir la langue française au Québec, ce que je comprends et que j’approuve tout à fait. J’observe que le Conseil du Trésor, en accordant un contrat à fournisseur unique d’un milliard de dollars à ses copains de l’organisme UNIS, a violé ses propres règles en ne procédant pas à une analyse linguistique avant de l’autoriser. Le président du Conseil du Trésor, qui vient de la ville de Québec, a violé ses propres règles. Quelle hypocrisie!
View Soraya Martinez Ferrada Profile
Lib. (QC)
View Soraya Martinez Ferrada Profile
2021-04-22 11:40 [p.6011]
Madam Speaker, I thank my colleague for his question.
I think that we basically share the same concerns, particularly that of ensuring that women are able to return to the labour market, and that is exactly what our budget proposes.
I would also like to remind my colleague that our government is the first federal government to recognize the decline of French and the need to protect the French language to ensure its vitality and demographic weight in North America.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Je pense que nous partageons, à la base, les mêmes préoccupations, notamment celle de s'assurer que les femmes pourront retourner sur le marché du travail, et c'est exactement ce que propose le budget que nous avons présenté.
J'aimerais aussi rappeler à mon collègue que notre gouvernement est le premier gouvernement fédéral à reconnaître le déclin du français, ainsi que la nécessité de protéger la langue française pour assurer sa vitalité et son poids démographique en Amérique du Nord.
View Maninder Sidhu Profile
Lib. (ON)
View Maninder Sidhu Profile
2021-04-22 15:46 [p.6050]
Mr. Speaker, I would like to start by thanking the hon. member for Surrey—Newton for his kind words. I am thankful for the chance to address the House and all Canadians during this time of extreme difficulty for our country, particularly for my province of Ontario.
As we encourage residents to stay at home and practise extra vigilance, our federal government will always have Canadians' backs. We exceeded our original quarter one commitments for the total of 9.5 million doses received. With over 13 million now delivered to provinces and territories, we are currently third among G20 countries for people receiving their vaccines and we are well on track to provide a vaccine to every adult who would like one by September.
As we look to our new budget, I want to reflect on how our government has continued to support and invest in Canadians throughout this pandemic. The Canada recovery benefit has now helped more than 1.8 million Canadians put food on the table and pay their bills, including $14.5 billion in direct support.
Last month, we increased the number of weeks for the program availability to families and workers. The wage subsidy has provided $73 billion to workers with over three million approved applications to date. There have been 669,000 approved applications for the rent subsidy, totalling over $2 billion in support. These are crucial supports that support Canadian families, workers and businesses.
On Monday, my two proud daughters watched our first female Deputy Prime Minister and Minister of Finance table a historic budget. As she put it herself, this budget is about completing our fight against COVID-19, alleviating the damage left by the recession it created, and building up to create more opportunities for Canadians to thrive in years to come.
We have not seen such a steep and fast economic contraction in recent times. As many members know first-hand, those disproportionately affected include low-wage workers, young people, women and racialized Canadians. Some businesses have found innovative ways to prosper and even grow and others, due to circumstances outside their control, have had to fight just to survive.
I am thrilled to be able to speak on a budget that is delivering on our government's commitment to creating jobs, growing the middle class, helping businesses get on track for long-term growth, and ensuring that Canadians' future will be healthier, more equitable, greener and more prosperous. Our top priority remains protecting Canadians' health and safety, particularly during this third aggressive wave.
Budget 2021 invests in Canada's biomanufacturing and life sciences sector to rebuild domestic vaccine manufacturing capacity. Our government is proposing a $3-billion investment to support provinces and territories and ensuring standards for long-term care are applied and permanent changes are established.
We will also provide $90 million to launch an “age well at home” initiative. This would assist community-based organizations to provide practical support to help low-income and otherwise vulnerable seniors to age in place, such as matching seniors with volunteers who can help with meal preparation, home maintenance, daily errands, yard work and transportation.
Our government is also proposing to increase the old age security for seniors age 75 and over beginning in 2022, including a one-time top-up payment of $500 this August, as we want to make sure we are there for our seniors who have built our country.
Ontario will see an investment of $466 million to support health care system capacity in responding to surges in COVID-19 cases, as well as heightened demand for those experiencing challenges related to mental health, substance abuse and homelessness.
The pandemic has created new barriers for those needing access to mental health services and the stresses associated with the pandemic, whether job, health or isolation related. Budget 2021 represents a $1.2-billion investment nationwide to help mitigate this challenge.
For our economy to reach its full potential, we must ensure we have the highest participation rate possible in our workforce. To do so, our government is proposing a transformative investment to build a Canada-wide early learning and child care system. This unprecedented plan will drive economic growth, increase women's participation in the workforce and ensure each child has the best start in life. We will aim to reduce fees for regulated child care by 50% on average by 2022, with the goal of reaching $10 per day on average by 2026. We will provide almost $30 billion over the next five years and provide permanent, ongoing funding.
We are committed to supporting women entrepreneurs as we aim to build back stronger and more inclusively. Our budget proposes allocating $146 million to strengthen the women entrepreneurship strategy. Women entrepreneurs will have greater access to financing, mentorship and training. We will work with financial institutions to develop a voluntary code to support the inclusion of women and other under-represented entrepreneurs as clients in the financial sector.
To support low-wage workers, our budget proposes to expand the Canada workers benefit to support about one million additional Canadians, helping them return to work and increasing benefits for those most vulnerable. The government will raise the income level at which the benefit starts being reduced to $22,944 for single individuals without children and to $26,177 for families.
Investing in youth has never been more important than at this moment. Many young people, recent graduates and students are struggling to find valuable job experience and growth opportunities due to the barriers caused by the pandemic.
Our budget is proposing to waive interest accrual on Canada student loans and Canada apprenticeship loans until March 31, 2023. We are proposing to double student grants for an additional two years, effectively covering 90% of the average undergraduate tuition in Canada for low-income students during the pandemic.
Further supports for youth include $118 million in after-school programming and $239 million in student work placement programs to support 50,000 work integrative learning opportunities for post-secondary students, up 20,000 from last year.
We will invest $80 million to help kids learn to code, and $109 million to create 7,000 more jobs through the youth employment and skills strategy to better meet the needs of vulnerable youth facing various and often multiple barriers to employment. An additional 94,000 job placements will be made available through Canada summer jobs funding.
To further our progress in prioritizing job creation in small business, our budget will extend business and income support measures through to the fall. We will support almost 500,000 new training and work opportunities, including 215,000 opportunities for youth.
Budget 2021 is a plan that puts the government on track to meet its commitment to create one million jobs. Our budget proposes $700 million over three years for the regional development agencies to support business financing. This would position local economies for long-term growth by transitioning to a green economy and enhancing competitiveness.
We also propose to launch the Canada digital adoption program to assist over 160,000 businesses with the cost of new technology. This will provide businesses with the advice they need to get the most out of new technology, while employing 28,000 young Canadians who will be trained to work with them. In addition, we also propose to allow small businesses to fully expense up to $1.5 million in capital investments and assets, including digital technology and intellectual property. This constitutes an additional $2.2 billion investment in the growth of entrepreneurial companies.
Fighting climate change has been and will always be one of our government's biggest priorities. Budget 2021 includes a plan to allow 200,000 Canadians to make their homes greener. Our investments are aimed at reducing the pollution from fuels used in the transportation and production of goods by increasing Canada's production of low carbon fuels, including biofuels. They are aimed at encouraging the developing of innovative new technologies to reduce pollution in heavy industry, and conserving up to one million square kilometres more land and inland waters to help achieve our 25% protected area by 2025 targets.
This plan puts Canada on track to exceed its Paris targets and reduce greenhouse gas emissions by 36% by 2030. This also puts us on a path to reach net zero emissions by 2050.
As part of our green recovery plan, we are proposing $5 billion to the net zero accelerator. This would allow the government to provide up to $8 billion in support for projects that will help reduce domestic greenhouse gas emissions across the economy.
We are proposing to reduce general, corporate and small business income tax for businesses that manufacture zero emission technologies. More investments in this plan include $56 million to develop and implement a set of codes and standards for retail ZEV charging and fuelling stations. We will provide $98 million to support our commitment to power federal buildings with 100% clean energy by 2022, and $104 million to strengthen greenhouse gas emission regulations for light and heavy-duty vehicles and off-road residential equipment.
Canada entered the pandemic in a strong fiscal position. This allowed our government to take quick actions, supporting people and businesses, and to make historic investments in the recovery. To respond to the pandemic, $8 out of $10 spent in Canada has come from the federal government. I am incredibly proud that our government stepped up to support Canadians through an unprecedented year.
I would like to end today by talking about a conversation I had with a constituent who was filled with emotion just talking about the historic child care announcement and what it meant for her. It meant she would no longer have to choose between staying home to care for her child or going to work only to see a majority of her paycheque go toward paying for costly child care. It would mean giving her child the opportunity to learn and grow in a professional setting, providing this constituent the opportunity to focus on her career and feeling proud that she would be able to contribute to the Canadian economy.
This is why we are here, to make real, positive impacts in the lives of so many. I am proud to stand behind such a historic budget that will support all Canadians from coast to coast to coast.
Monsieur le Président, j'aimerais d'abord remercier le député de Surrey—Newton de ses bons mots. Je suis heureux d'avoir la chance de m'adresser à la Chambre et à l'ensemble des Canadiens en cette période extrêmement difficile pour notre pays, et plus particulièrement pour ma province, l'Ontario.
Tout en encourageant les gens à rester à la maison et à demeurer très vigilants, le gouvernement fédéral sera toujours là pour aider les Canadiens. Nous avons reçu 9,5 millions de doses de vaccin, ce qui dépasse le nombre que nous avions prévu pour le premier trimestre. Les provinces et les territoires ont reçu plus de 13 millions de doses, le Canada se classe actuellement au troisième rang parmi les pays du G20 au chapitre du nombre de vaccinations, et nous sommes en bonne voie de pouvoir vacciner tous les adultes qui le désirent d'ici septembre.
Puisque nous étudions le nouveau budget, je tiens à faire des observations sur les mesures que le gouvernement a prises pour continuer d'aider les Canadiens pendant cette pandémie. La Prestation canadienne de la relance économique, qui comprend une aide directe de 14,5 milliards de dollars, a aidé jusqu'à présent plus de 1,8 million de Canadiens à se nourrir et à payer leurs factures.
Le mois dernier, nous avons augmenté le nombre de semaines d'admissibilité au programme pour les familles et les travailleurs. La subvention salariale a fourni 73 milliards de dollars aux travailleurs; à ce jour, plus de trois millions de demandes ont été approuvées. En ce qui a trait à la subvention pour le loyer, 669 000 demandes ont été approuvées, pour un soutien total de plus de 2 milliards de dollars. Il s'agit de mesures essentielles pour soutenir les entreprises, les familles et les travailleurs canadiens.
Lundi, mes deux filles ont regardé fièrement la première femme vice-première ministre et ministre des Finances présenter un budget historique. Comme elle l'a dit elle-même, le budget cherche à vaincre la COVID-19, à remédier aux dommages causés par la récession qu'a créée la pandémie et à renforcer l'économie afin de créer plus d'occasions pour favoriser la réussite des Canadiens dans les années à venir.
Cela fait longtemps que nous n'avons pas vu une contraction économique aussi forte et aussi rapide. Comme beaucoup de députés le savent d'expérience, les travailleurs à faible revenu, les jeunes, les femmes et les Canadiens racialisés en sont touchés de façon disproportionnée. Certaines entreprises ont trouvé des façons novatrices de prospérer et même de croître. D'autres, pour des raisons qui leur échappent, ont dû se battre simplement pour survivre.
Je suis ravi de pouvoir prendre la parole sur un budget qui respecte l'engagement qu'a pris le gouvernement de créer des emplois, faire croître la classe moyenne, remettre les entreprises sur les rails en vue d'une croissance à long terme et garantir aux Canadiens un avenir plus sain, plus équitable, plus vert et plus prospère. Notre priorité absolue est toujours de protéger la santé et la sécurité des Canadiens, surtout pendant cette troisième vague agressive.
Le budget de 2021 investit dans le secteur canadien de la biofabrication et des sciences de la vie pour rebâtir la capacité nationale de fabrication de vaccins. Le gouvernement propose un investissement de 3 milliards de dollars pour soutenir les provinces et les territoires et assurer l'instauration de normes pour les soins de longue durée et l'établissement de changements permanents.
Nous fournirons également 90 millions de dollars pour lancer une initiative pour vieillir dans la dignité à la maison. Cette initiative aiderait des organismes communautaires à apporter du soutien pratique pour aider les aînés à faible revenu et autrement vulnérables à vieillir chez eux, y compris par le jumelage d’aînés avec des bénévoles qui les aideront à préparer les repas, à faire l’entretien ménager, les courses, et les menus travaux, et à se déplacer.
Le gouvernement propose également de bonifier les prestations de la Sécurité de la vieillesse pour les aînés âgés de 75 ans et plus à compter de 2022 et de leur verser un paiement unique de 500 $ en août 2021, car nous voulons être là pour les aînés qui ont bâti le Canada.
L'Ontario bénéficiera d'un investissement de 466 millions de dollars pour renforcer la capacité des systèmes de santé à réagir aux flambées de cas de COVID-19 et à la demande accrue de services pour les personnes ayant des problèmes de santé mentale, de toxicomanie et d'itinérance.
La pandémie a dressé de nouveaux obstacles pour les personnes qui ont besoin de services de santé mentale et a exacerbé le stress que vivent les Canadiens, qu'il soit lié au travail, à la santé ou à l'isolement. Le budget de 2021 représente un investissement de 1,2 milliard de dollars à l'échelle nationale pour aider à atténuer ce problème.
Pour que notre économie atteigne son plein potentiel, nous devons veiller à ce que le taux de participation à la population active soit le plus élevé possible. Pour ce faire, le gouvernement propose un investissement transformateur en vue de créer un système pancanadien d'apprentissage et de garde des jeunes enfants. Ce plan sans précédent favorisera la croissance économique, augmentera la participation des femmes à la population active et fera en sorte que chaque enfant jouisse du meilleur départ possible dans la vie. Nous viserons une réduction de 50 % des frais moyens des services réglementés de garde d'enfants d'ici 2022, l'objectif étant d'atteindre une moyenne de 10 $ par jour d'ici 2026. Nous y consacrerons près de 30 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années et fournirons un financement permanent continu.
Alors que nous cherchons à rebâtir une économie plus forte et plus inclusive, nous sommes résolus à soutenir les femmes entrepreneures. Le budget propose de consacrer 146 millions de dollars au renforcement de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat. Ainsi, les femmes entrepreneures auront un meilleur accès au financement, au mentorat et à la formation. Nous collaborerons avec les institutions financières afin d'élaborer un code volontaire qui contribuera à soutenir l'inclusion des femmes et d'autres entrepreneurs sous-représentés en tant que clients dans le secteur financier.
Pour soutenir les travailleurs à faible salaire, le budget propose de bonifier l'Allocation canadienne pour les travailleurs afin d'appuyer environ 1 million de Canadiens supplémentaires, ce qui les aidera à retourner au travail tout en augmentant les prestations pour les personnes les plus vulnérables. En outre, le gouvernement fera passer à 22 944 $, dans le cas des personnes seules sans enfant, et à 26 177 $, dans le cas des familles, le niveau de revenu à partir duquel la prestation commence à être réduite.
Il n'a jamais été aussi important d'investir dans la jeunesse. De nombreux jeunes, récents diplômés et étudiants ont du mal à trouver des occasions d'acquérir une expérience de travail ou de croissance, à cause des obstacles imposés par la pandémie.
Le budget propose d'éliminer l'intérêt sur les prêts canadiens aux étudiants et aux apprentis jusqu'au 31 mars 2023. Il propose aussi de doubler les bourses d'études pendant deux années de plus, afin de couvrir durant la pandémie 90 % des droits moyens de scolarité des programmes de premier cycle au Canada pour les étudiants à faible revenu.
Parmi les autres mesures d'aide offertes aux jeunes, on retrouve 118 millions de dollars pour les programmes parascolaires et 239 millions de dollars pour les programmes de stages pratiques pour étudiants, afin de soutenir 50 000 occasions d'apprentissage en milieu de travail pour les étudiants au niveau postsecondaire, soit une hausse de 20 000 par rapport à l'année dernière.
Nous investirons 80 millions de dollars pour aider les enfants à s'initier à la programmation et 109 millions de dollars pour créer 7 000 nouveaux emplois dans le cadre de la Stratégie emploi et compétences jeunesse, afin de mieux répondre aux besoins des jeunes vulnérables, qui se heurtent à divers et souvent multiples obstacles à l'emploi. De plus, 94 000 nouvelles occasions de placement seront offertes grâce au financement d'Emplois d'été Canada.
Afin de prioriser encore davantage la création d'emplois dans les petites entreprises, le budget prolongera les mesures d'aide aux entreprises et de soutien du revenu jusqu'à l'automne. Nous financerons près de 500 000 nouvelles occasions de formation et d'emploi, dont 215 000 pour les jeunes.
Le budget de 2021 est un plan qui permettra au gouvernement de tenir sa promesse de créer un million d'emplois. Le budget propose d'allouer 700 millions de dollars sur trois ans aux agences de développement régional pour qu'elles offrent un soutien financier aux entreprises. Cette mesure permettrait aux économies régionales de faire la transition vers une économie verte et d'améliorer leur compétitivité, ce qui les placerait en bonne position pour poursuivre leur croissance à long terme.
Nous proposons aussi de lancer le Programme canadien d'adoption du numérique pour aider plus 160 000 entreprises à assumer le coût des nouvelles technologies. Dans le cadre de ce programme, les entreprises recevront les conseils dont elles ont besoin pour tirer le meilleur parti possible des nouvelles technologies, tout en donnant du travail à 28 000 jeunes Canadiens qui seront formés pour travailler avec elles. En outre, nous proposons de permettre aux petites entreprises la passation en charges immédiate d'un montant maximal de 1,5 million de dollars en actifs et en investissement en capital, y compris les technologies numériques et la propriété intellectuelle. Il s'agit d'un investissement additionnel de 2,2 milliards de dollars dans la croissance des entreprises.
La lutte contre les changements climatiques a toujours été et demeure une des plus grandes priorités du gouvernement. Le budget de 2021 comporte un plan pour permettre à 200 000 Canadiens de rendre leur maison plus écologique. Nos investissements visent à réduire la pollution provenant des carburants servant au transport et à la production des biens en accroissant la production canadienne de carburants à faible teneur en carbone, y compris les biocarburants. Ils visent à encourager le développement de nouvelles technologies novatrices pour réduire la pollution de l'industrie lourde ainsi qu'à préserver jusqu'à un million de kilomètres carrés de terres et d'eaux intérieures de plus pour atteindre l'objectif de 25 % d'aires protégées d'ici 2025.
Ainsi, le budget place le Canada en bonne position pour atteindre les cibles fixées dans l'Accord de Paris et réduire les émissions de gaz à effet de serre de 36 % d'ici 2030, en plus de nous aider à atteindre la carboneutralité d'ici 2050.
Dans le cadre de notre plan pour une relance verte, nous proposons d'investir 5 milliards de dollars dans le fonds accélérateur net zéro. Ainsi, le gouvernement pourra investir jusqu'à 8 milliards de dollars dans des projets qui visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre au Canada, tous les secteurs économiques confondus.
Nous proposons aussi de réduire les taux d'imposition générale des sociétés et des petites entreprises qui fabriquent des technologies à zéro émission. Parmi les autres investissements prévus au budget, on compte une enveloppe de 56 millions de dollars pour élaborer et mettre en œuvre une série de codes et de normes pour les bornes de recharge et les stations de ravitaillement de véhicules zéro émission de détail. En outre, nous allons fournir 98 millions de dollars pour respecter notre engagement de convertir entièrement les édifices fédéraux à l'énergie propre d'ici 2022, et 104 millions de dollars pour renforcer la réglementation concernant les émissions de gaz à effet de serre pour les véhicules légers et lourds et pour l'équipement résidentiel hors route.
Le Canada se trouvait dans une excellente position financière quand la pandémie est survenue. Cela a permis au gouvernement de mettre rapidement en place des mesures pour aider les Canadiens et les entreprises et faire des investissements records pour relancer l'économie. En ce qui concerne les sommes investies en réponse à la pandémie, huit des dix dollars investis au Canada provenaient du gouvernement fédéral. Je suis très fier que le gouvernement n'ait pas hésité à aider les Canadiens durant cette année sans précédent.
Je voudrais conclure en parlant de la conversation que j'ai eue avec une personne de ma circonscription qui m'a parlé avec émotion de l'annonce inouïe que nous avons faite concernant la garde d'enfants et de ce que cela signifiait pour elle. Pour cette femme, cela signifie qu'elle n'aura plus à choisir entre rester à la maison pour prendre soin de son enfant ou aller travailler et voir la majeure partie de sa paie s'envoler en frais de garde coûteux. Cela signifie que son enfant pourra apprendre et s'épanouir grâce aux services professionnels qu'il recevra et qu'elle pourra se concentrer sur sa carrière et être fière de contribuer à l'économie canadienne.
C'est pour cette raison que nous sommes ici, pour faire une différence concrète et positive dans la vie de plein de gens. Je suis fier de soutenir ce budget sans précédent qui appuiera tous les Canadiens d'un bout à l'autre du pays.
View Francis Drouin Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, a number of measures to support our small and medium businesses have been announced over the past few months. From the Canada emergency wage subsidy to the regional relief and recovery fund to provide more support for our businesses, our government has answered the call.
The Prescott-Russell Community Development Corporation helped finance 64 businesses owned by women. Can the minister tell the House about other measures the government has taken to support female entrepreneurs across Canada?
Madame la Présidente, plusieurs mesures afin d'appuyer nos PME pendant la pandémie ont été annoncées au cours des derniers mois. Qu'il s'agisse de la Subvention salariale d'urgence du Canada ou du Fonds d'aide et de relance régionale pour fournir du soutien à nos entreprises, notre gouvernement a répondu à l'appel.
La Société de développement communautaire de Prescott-Russell a aidé à financer 64 entreprises appartenant à des femmes. La ministre pourrait-elle expliquer à la Chambre les autres mesures prises afin d'appuyer nos femmes entrepreneures d'un bout à l'autre du Canada?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2020-11-20 12:03 [p.2190]
Madam Speaker, COVID-19 is affecting all Canadians and is having a significant impact on female entrepreneurs. To address that reality, we are committed to advancing women's economic independence.
We provided an additional $15 million to support women through the women entrepreneurship strategy. The independence of female entrepreneurs is a priority, and we know that when women succeed, everyone succeeds.
Madame la Présidente, la COVID-19 touche tous les Canadiens et a des conséquences importantes sur les femmes entrepreneures. Pour faire face à ces réalités, nous nous engageons à faire progresser l'indépendance économique des femmes.
Nous avons fourni 15 millions de dollars supplémentaires pour soutenir les femmes par le truchement de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat. L'indépendance des femmes entrepreneures est une priorité, et nous savons que quand les femmes réussissent, tout le monde réussit.
View Annie Koutrakis Profile
Lib. (QC)
View Annie Koutrakis Profile
2020-11-02 15:01 [p.1538]
Mr. Speaker, we have all seen the disproportionate economic impact that COVID-19 has had on women and their businesses. We quite simply cannot allow the wealth gap between men and women to grow during this pandemic.
What measures is the federal government taking to ensure that Canadian women will not bear the economic burden of this pandemic?
Monsieur le Président, nous avons tous été témoin de l'impact économique disproportionné que la COVID-19 a eu sur les femmes et leurs entreprises. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de laisser l'écart de richesse entre les hommes et les femmes s'agrandir pendant cette pandémie.
Quelles mesures le gouvernement fédéral a-t-il prises pour s'assurer que les femmes canadiennes ne portent pas le fardeau économique de cette pandémie?
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2020-11-02 15:02 [p.1538]
Mr. Speaker, I thank my colleague from Vimy for her work on behalf of businesswomen in her community.
Our government has taken concrete action to support businesswomen. We recently invested an additional $15 million to help businesswomen get through the pandemic. I am referring to the women entrepreneurship strategy, which is a $5-billion investment.
Supporting businesswomen in Quebec and across Canada is a priority for our government.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de Vimy de son travail auprès des femmes en affaires dans sa communauté.
Notre gouvernement a pris des mesures concrètes pour soutenir les femmes entrepreneures. Tout récemment, nous avons investi 15 millions de dollars supplémentaires pour soutenir les femmes entrepreneures, afin qu'elles puissent traverser la pandémie. Cela a été fait par le truchement de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, une stratégie qui représente 5 milliards de dollars.
Soutenir les femmes entrepreneures au Québec et partout au Canada est une priorité de notre gouvernement.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I also have Terry Fox behind me in photographs and I hope the hon. member does not think those are props as well.
Since March, we have been fighting the pandemic. On yesterday's throne speech, the Prime Minister said that now was “not the time for austerity” and that the government “will have your back, whatever it takes” to keep people safe.
Yesterday's Speech from the Throne laid out four broad pillars.
The first is “Protecting Canadians from COVID-19”. We recently invested $19 billion in the safe restart agreement as well as $2 billion in a safe return to class fund. We will support provinces to increase their testing capacity. Our government has a vaccine strategy because we know the best way to end this pandemic is with a safe and effective vaccine.
The second pillar is “Helping Canadians through the pandemic”. I have talked about some of the measures we took during the first wave of the pandemic. We must continue to support those Canadians who lost their jobs, so we will be reforming the EI system to bring it into the 21st century.
The pandemic has been called a “she-cession” because of the disproportionate impact on women. That is why we cannot let the decades-long gains that have been made be rolled back because of the virus.
In the last session of Parliament, as vice-chair of the status of women committee, we tabled a report on the economic security of women. The lack of access to high-quality, affordable child care was identified as the number one barrier to women's economic security. Women bear a disproportionate responsibility for the unpaid care of children. If we are to support women coming out of the pandemic, we must recognize the need for a national accessible, affordable, inclusive and high-quality child care system. We will be expanding the women's entrepreneurs strategy.
We will extend the Canadian emergency wage subsidy to next summer. Certain industries, like travel, hospitality and cultural industries have been devastated and we will be introducing further supports for these hard-hit sectors of the economy.
The third pillar is “Building back better”. The pandemic has brought to the forefront gaps in our social systems. We must never again be in a situation where the army needs to care for our seniors.
Some time ago, I wrote to the Minister of Seniors, calling for national standards for long-term care, and was pleased to see this commitment in the throne speech. While long-term care falls under provincial jurisdiction, we must take whatever action we can to support seniors. They deserve no less.
Canadians living with disability have also been hit hard during the pandemic. We will bring forward a disability inclusion plan, which will include a new Canadian disability benefit and a robust employment strategy.
We are fortunate in Canada to have a robust health care system. The missing piece in that system has always been pharmacare. As former parliamentary secretary to the Minister of Health, I was proud to work on this issue. We remain, as a government, committed to a universal national pharmacare program.
Kids are still being diagnosed with cancer and I will continue to work with people like Sick Kids' Dr. David Malkin and survivor Helena Kirk to ensure $30 million is directed to children's cancer research, as promised in our platform.
I have heard loud and clear from Oakville North—Burlington residents that they support taking greater action on firearms. We have already banned military-style assault rifles and we will continue to implement our commitment to protect Canadians with red flag laws and strengthening measures to control the flow of illegal guns. I am hopeful that we can treat death by firearms as a public health issue.
During the pandemic, Halton Women's Place, SAVIS of Halton and Thrive Counselling stepped up to provide a safety net for those facing gender-based violence. We cannot build back better if all Canadians are not safe. We will accelerate investments in shelters and transitional housing and advance our national action plan on gender-based violence.
We will be investing in a vast array of infrastructure, including public transit, energy efficient retrofits and affordable housing.
We cannot lose focus on the other crisis we face: the climate crisis. Climate action will be at the cornerstone of our plan to support and create a million jobs across the country. Business owners and investors know that climate action is the key to future success.
We will make zero-emission vehicles more affordable. The news coming out of Unifor recently about EV production at Ford Canada in Oakville would indeed be great news for our community. This is an ideal opportunity to also invest in e-assist bikes as we look to support the move to electric vehicles.
We will ban single-use plastics next year and we will legislate Canada's goal of net-zero emissions by 2050 and immediately bring forward a plan to exceed our 2030 climate goal.
The fourth pillar is to stand up for who we are as Canadians.
I have been incredibly fortunate to work with the Minister of Indigenous Services and his team to support indigenous communities during the pandemic. Our historic investment in urban indigenous organizations like the Toronto Aboriginal Support Services Council is something of which I am particularly proud. We have remained committed to walk the shared path to reconciliation by accelerating work on the National Action Plan in response to the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls' calls for justice, making a number of new investments and implementing the Truth and Reconciliation Commission's calls to action, including introducing legislation to implement the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples by the end of the year.
During the pandemic, another issue came to the forefront. The violence inflicted on Chief Allan Adam and the deaths of Regis Korchinski-Paquet and Ejaz Choudry motivated many Canadians to demand police reform and an end to systemic racism in Canada.
We are at a moment when we can take concrete steps to end systemic racism that indigenous people, Black and racialized Canadians have lived with for too long. We will introduce legislation and make investments in the criminal justice system, from diversion and sentencing to rehabilitation and records.
Prior to prorogation, as a member of the public safety committee, we were studying systemic racism and policing and we heard that enhanced civilian oversight of our law enforcement agencies, including the RCMP, was required. This, along with standards around the use of force and a shift to community-led policing, as well as declaring first nations policing an essential service, are all things we are committing to in the throne speech.
The throne speech sets out an ambitious plan for unprecedented times. Together, we can achieve these goals and I look forward to working with my colleagues in the House to deliver on this plan.
Monsieur le Président, j'ai aussi des photos de Terry Fox derrière moi, et j'espère que le député ne pense pas que ce sont également des accessoires.
Nous luttons contre la pandémie depuis le mois de mars. En ce qui concerne le discours du Trône prononcé hier, le premier ministre a dit que l'heure n'était pas à l'austérité, et que le gouvernement continuera de soutenir les gens et de faire tout ce qu'il faut pour les protéger.
Le discours du Trône prononcé hier a établi quatre grands piliers.
Le premier pilier consiste à protéger les Canadiens de la COVID-19. Nous avons récemment investi 19 milliards de dollars dans l'Accord sur la relance sécuritaire ainsi que 2 milliards de dollars dans le Fonds pour une rentrée scolaire sécuritaire. Nous allons aider les provinces à accroître leur capacité de dépistage. Le gouvernement a adopté une stratégie de vaccination, car il sait que le meilleur moyen de mettre fin à cette pandémie est d'offrir un vaccin sûr et efficace.
Le deuxième pilier consiste à aider les Canadiens durant la pandémie. J'ai parlé de certaines mesures que nous avons prises pendant la première vague de la pandémie. Nous devons continuer d'aider les Canadiens qui ont perdu leur emploi. Nous allons donc réformer le système d'assurance-emploi afin de l'adapter au XXIe siècle.
La pandémie a été décrite comme une « récession au féminin » parce qu'elle a eu des répercussions disproportionnées sur les femmes. Nous ne pouvons donc pas laisser le virus nous faire perdre les acquis qui ont été accumulés au fil des décennies.
À la dernière session parlementaire, le comité de la condition féminine, où j'étais vice-présidente, a publié un rapport sur la sécurité économique des femmes. Les témoins ont indiqué que l'impossibilité d'obtenir des services de garde abordables et de grande qualité constitue le principal obstacle à la sécurité financière des femmes parce qu'elles assument la plus grande part de la responsabilité de la garde non rémunérée des enfants. Pour soutenir les femmes pendant la reprise, au sortir de la pandémie, nous devons reconnaître la nécessité d'un régime national de services de garde d'enfants accessibles, abordables, inclusifs et de grande qualité. De plus, nous étendrons la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat.
Nous allons prolonger la Subvention salariale d'urgence du Canada jusqu'à l'été prochain. Pour certains secteurs, comme l'industrie du voyage et du tourisme, l'industrie de l'accueil et les industries culturelles, les effets de la pandémie ont été dévastateurs. Nous mettrons donc en place d'autres mesures d'aide pour ces secteurs les plus durement touchés de l'économie.
Passons au troisième pilier: « rebâtir en mieux ». La pandémie a mis en évidence les lacunes dans nos systèmes sociaux. Nous ne devons plus jamais nous retrouver dans une situation où l'armée doit prendre soin de nos personnes âgées.
Il y a quelque temps, j'ai écrit à la ministre des Aînés en vue de réclamer l'établissement de normes nationales pour les soins de longue durée, et j'ai été heureuse de voir cet engagement dans le discours du Trône. Même si les soins de longue durée relèvent de la compétence provinciale, nous devons prendre toutes les mesures nécessaires pour appuyer les aînés. Ils ne méritent rien de moins.
Les Canadiens handicapés ont aussi été durement touchés durant la pandémie. Nous présenterons un plan pour l’inclusion des personnes handicapées, qui comprendra une nouvelle prestation canadienne pour les personnes en situation de handicap et une stratégie d'emploi robuste.
Au Canada, nous avons la chance d'avoir un bon système de santé. Or, il y a toujours eu un élément manquant dans ce système: un régime d'assurance-médicaments. En tant qu'ancienne secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé, j'étais fière de travailler sur ce dossier. Le gouvernement demeure résolu à mettre en place un régime national d'assurance-médicaments universel.
Des enfants continuent de recevoir des diagnostics de cancer. Je continuerai donc de travailler avec des gens comme le Dr David Malkin, de l'hôpital Sick Kids, et Helena Kirk, une survivante du cancer, pour m'assurer qu'une somme de 30 millions de dollars sera affectée à la recherche contre le cancer chez les enfants, comme nous l'avons promis dans notre plateforme.
Les résidants d'Oakville North-Burlington ont demandé haut et fort que de plus amples mesures soient prises dans le dossier des armes à feu. Le gouvernement a déjà interdit les armes d'assaut de type militaire et il continuera de respecter sa promesse de protéger les Canadiens à l'aide de lois permettant aux forces de l'ordre de confisquer des armes à feu et de mesures robustes qui contrôlent la circulation des armes à feu illégales. J'ai espoir qu'un jour les décès par armes à feu seront considérés comme un problème de santé publique.
Pendant la pandémie, le refuge Halton Women's Place, l'organisme SAVIS of Halton et l'organisme Thrive Counselling ont multiplié leurs efforts pour offrir une protection aux victimes de violence fondée sur le sexe. Nous ne pouvons pas rebâtir en mieux si tous les Canadiens ne sont pas en sécurité. Nous accélérerons les investissements prévus dans les refuges et les logements de transition et nous continuerons de faire progresser le plan d'action national sur la violence fondée sur le sexe.
Nous financerons un large éventail de projets d'infrastructure, notamment dans le transport en commun, les rénovations écoénergétiques et les logements abordables.
Il ne faut pas perdre de vue l'autre crise à laquelle nous sommes confrontés: celle des changements climatiques. La lutte contre les changements climatiques constituera la pierre angulaire de notre plan visant à créer et à soutenir un million d'emplois dans l'ensemble du pays. Les propriétaires d'entreprises et les investisseurs savent que leur prospérité future repose sur les initiatives de lutte contre les changements climatiques.
Nous rendrons plus abordables les véhicules sans émissions. La récente nouvelle d'Unifor au sujet de la production de voitures électriques par Ford Canada, à Oakville, aurait effectivement des retombées positives pour notre collectivité. Alors que nous cherchons à favoriser la transition vers les véhicules électriques, il s'agit d'une occasion idéale de réaliser des investissements dans les bicyclettes à assistance électrique.
L'an prochain, nous interdirons les plastiques à usage unique, nous inscrirons dans la loi la cible de zéro émission nette d'ici 2050 et nous présenterons immédiatement un plan en vue de dépasser les objectifs de réduction des émissions que le Canada s'était fixés pour 2030.
Le quatrième pilier consiste à être fidèle à qui nous sommes en tant que Canadiens.
J'ai eu le grand privilège de travailler avec le ministre des Services aux Autochtones et son équipe en vue de soutenir les collectivités autochtones pendant la pandémie. Je suis particulièrement fière de notre investissement historique dans les organisations autochtones urbaines telles que le Toronto Aboriginal Support Services Council. Nous demeurons résolus à faire notre bout de chemin sur la route commune de la réconciliation en accélérant le travail à l'égard du plan d'action national en réponse aux appels à la justice issus de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, en effectuant de nouveaux investissements et en donnant suite aux appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation, ce qui comprend la présentation, d'ici la fin de l'année, d'un projet de loi de mise en œuvre de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.
D'autres dossiers ont retenu l'attention pendant la pandémie. La violence infligée au chef Allan Adam et la mort de Regis Korchinski-Paquet et d'Ejaz Choudry ont motivé de nombreux Canadiens à exiger une réforme des forces de l'ordre et l'élimination du racisme systémique au Canada.
Nous sommes à un moment où nous pouvons prendre des mesures concrètes pour mettre fin au racisme systémique auxquels sont confrontés depuis trop longtemps les Autochtones, les Noirs et les Canadiens racisés. Nous présenterons des projets de loi sur le système de justice pénale et investirons dans ce domaine, de la déjudiciarisation à l'établissement des peines en passant par la réadaptation et les casiers judiciaires.
Avant la prorogation, nous étudiions, au sein du comité sur la sécurité publique dont je suis membre, le racisme systémique et les services policiers. On nous a dit qu'il fallait renforcer la surveillance civile de nos organismes d'application de la loi, dont la GRC. Dans le discours du Trône, nous nous sommes engagés à prendre ces mesures, comme celles relatives aux normes en matière de recours à la force, à la reconnaissance de la prépondérance de la police communautaire et à la reconnaissance des services de police des Premières Nations en tant que services essentiels.
Le discours du Trône présente un plan ambitieux pour une période sans précédent. Ensemble, nous pouvons atteindre ces objectifs, et je me réjouis de travailler avec mes collègues de la Chambre pour concrétiser ce plan.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Honourable Senators,
Members of the House of Commons,
Ladies and Gentlemen,
Every day on our shared planet, millions face hardships that test the human spirit. Extreme weather, wildfires, poverty, conflicts, discrimination and inequalities. Rarely though, has all of humanity faced a single common insidious enemy. An invisible enemy that respects no borders, thrives anywhere, hits anyone.
To overcome a pandemic requires the work and resolve of every order of government, every community, and every one of us.
We don’t decide when hardship comes, but here in Canada, we have decided how we wanted to address it. We have adapted in remarkable ways.
We Canadians did our part. We changed our habits, postponed our plans, switched to teleworking or had to completely reinvent our work, all this, while caring for one another.
We owe an immense debt to those who served and still serve on the frontlines, to health care personnel and essential workers, women and men in uniform, volunteers and leaders, everywhere in the country.
There has been a lot of suffering and we all mourn those who have passed.
We trust science to lead the fight until a safe and effective vaccine becomes available. But until then, we must keep our guard up, using the tools that are available to us now – such as testing, treatments and physical distancing measures.
Like a reed in high winds, we might sway but we will not break. Because our roots are firmly in place, our goals clear, and because we have hope – the hope that lifts the soul on dark days and keeps us focused on the future.
Canadians have lived through uncertain times before and have always prevailed because determination, concern for others, courage, and common sense define our nation.
We must bring all those qualities to bear once again and continue to work for the common good, and for a better, safer and more just society.
This is who we are and what will see us through to brighter days.
Opening
For over 150 years, Parliamentarians have worked together to chart Canada’s path forward.
Your predecessors met when Confederation was only a few months old, setting the course for a young country. They stood united through Canada’s toughest days, leading the nation through wars and depression. And as they did, each Parliamentarian was called to meet their times.
Today, Canadians expect you to do the same. They expect you to work together on their behalf and meet this crucial moment.
Less than a year ago, we gathered here for a Throne Speech to open the 43rd Parliament. Since then, our realities have changed. And so must our approach.
This pandemic is the most serious public health crisis Canada has ever faced.
Over 9,000 Canadians have died in six months. For our neighbours in the United States, this figure is over 200,000. Globally, it’s nearly a million.
But these aren’t just numbers. These are friends and family. Neighbours and colleagues.
The pandemic is the story of parents who have died alone, without loved ones to hold their hand.
It is the story of kids who have gone months without seeing friends.
Of workers who have lost their jobs.
The last six months have laid bare fundamental gaps in our society, and in societies around the world. This pandemic has been hard for everyone. But for those who were already struggling, the burden has been even heavier.
For parents – and especially moms – who are facing impossible choices between kids and career.
For racialized Canadians and Indigenous Peoples who are confronted by systemic barriers.
For young people who are worried about what their future will hold.
For seniors who are isolated, frightened, and most at risk.
And for workers who, while earning the lowest wages in the most precarious sectors, have been on the frontlines of the pandemic.
We must address these challenges of today. But we also cannot forget about the tests of the future.
The world came into this pandemic facing the risks and consequences of climate change. A lesson that COVID-19 has taught us, is that we need to match challenges with decisiveness and determination.
On all of these fronts – health and the economy, equality and the environment – we must take bold action.
The Government will meet these challenges.
The Government’s approach will have four foundations.
The first foundation of this plan is to fight the pandemic and save lives.
The second foundation of the Government’s plan is supporting people and businesses through this crisis as long as it lasts, whatever it takes. Effectively dealing with the health crisis is the best thing we can do for the economy. Government action has already helped Canadians stay safe, and buffered the worst economic impacts.
The third foundation is to build back better to create a stronger, more resilient Canada. To do this, we must keep strengthening the middle class and helping people working hard to join it, and continue creating jobs and building long-term competitiveness with clean growth. We must also keep building safer communities for everyone.
The fourth and final foundation of this plan is to stand up for who we are as Canadians. We cannot forget what has made us a country that is welcoming. A country that celebrates two official languages. That achieves progress on gender equality, walks the road of reconciliation, and fights discrimination of every kind.
This is our generation’s crossroads.
Do we move Canada forward, or let people be left behind? Do we come out of this stronger, or paper over the cracks that the crisis has exposed?
This is the time to remember who we are as Canadians.
This is the opportunity to contain the global crisis and build back better, together.
Protecting Canadians from COVID-19
The first foundation of the Government’s approach is protecting Canadians from COVID-19.
This is priority number one.
It is the job of the federal government to look out for all Canadians and especially our most vulnerable. We need to work together. Beating this virus is a Team Canada effort.
Over the last six months, Canadians have stood united and strong. Their actions embody what has always been the purpose of the federal government: bringing Canadians together to achieve common goals.
Personal protective equipment has been shipped across the country. Members of the Canadian Forces were there in long-term care homes.
Close to 9 million Canadians were helped with the Canada Emergency Response Benefit and over 3.5 million jobs were supported by the wage subsidy.
The Government will continue to have people’s backs just like Canadians have each other’s backs.
Through the first wave, contact tracing and testing ramped up across the country. The surge this fall further reinforces what we already know – that we must do even more.
The federal government will be there to help the provinces increase their testing capacity. Canadians should not be waiting in line for hours to get a test.
At the same time, the Government is pursuing every technology and every option for faster tests for Canadians from coast to coast to coast. As soon as tests are approved for safe use in Canada, the Government will do everything it can to see them deployed. The Government will also create a federal Testing Assistance Response Team to quickly meet surge testing needs, including in remote and isolated communities.
Local public health authorities are the backbone of our nation’s efforts to stop outbreaks before they start. As members of the communities they protect, they know the devastating economic impact a lockdown order can have.
To prevent small clusters from becoming major outbreaks, communities may need to enact short-term closure orders. To make that decision easier for the public health authorities, and to help ease the impact that science- and evidence-based decisions can have on local businesses in the short term, the Government will work to target additional financial support directly to businesses which have to temporarily shut down as a result of a local public health decision.
This will ensure that decisions are made with the health of Canadians as the first priority.
The Government will also continue to work on what communities need more broadly.
The Government has already invested over $19 billion for a Safe Restart Agreement with provinces and territories, to support everything from the capacity of health care systems to securing PPE.
To address the challenges faced by provinces and territories as they reopen classrooms, the federal government invested $2 billion in the Safe Return to Class Fund, along with new funding for First Nations communities. This is money to keep kids – and staff – safe in the classroom, whether that’s by helping schools buy cleaning supplies or upgrade ventilation.
These commitments build on federal investments to support people who are most at risk and those who care for them, including with the federal wage top-up for personal support workers. People on the frontlines who have been looking after seniors do vital work and the Government will continue to have their backs.
At the same time, the Government will continue to support Canadians as they take action to keep each other safe.
Already, people are doing their part by wearing masks. That’s important, and we can build on that commitment. Working with private sector partners, the federal government created the COVID Alert app. Canadians living in Ontario, Newfoundland and Labrador, New Brunswick, and Saskatchewan now have an extra tool to keep themselves and others safe. The Government hopes all the others will sign on so that people in all parts of the country can both do their part and be better protected.
The Government will also continue to work on getting Canadians the PPE they need.
This spring, the Government issued a call, and thousands of Canadian businesses and manufacturers responded. From shop floors to companies big and small, Canada’s dynamic businesses met the challenge as their workers stepped up.
And in less than six months, Canadians are now manufacturing almost all types of PPE. The Government will continue building that domestic capacity, while securing supply chains to keep Canadians safe and create jobs.
Canadians are pulling together, whether that’s with PPE manufacturing, through the COVID Alert app, or by wearing a mask. In the same way, Canadian researchers and scientists are pitching in to the Team Canada effort with their knowledge and expertise.
Vaccine efforts
In the long run, the best way to end this pandemic is with a safe and effective vaccine.
Canada’s vaccine strategy is all about ensuring that Canadians will be able to get a vaccine once it is ready.
There are many types of potential candidates. Canada is exploring the full range of options. The Government has already secured access to vaccine candidates and therapeutics, while investing in manufacturing here at home. And to get the vaccines out to Canadians once they’re ready, the Government has made further investments in our capacity for vaccine distribution.
From the Vaccine Task Force that provides the best advice on vaccine purchasing and roll-out, to the Immunity Task Force looking at how COVID-19 is affecting vulnerable populations, Canada’s top scientific minds are guiding the Government every step of the way.
Helping Canadians through the pandemic
The medical and scientific fight against this virus is crucial. And so are the livelihoods of every single Canadian, worker, and family.
So the second foundation of the Government’s approach is supporting Canadians through this crisis.
The economic impact of COVID-19 on Canadians has already been worse than the 2008 financial crisis. These consequences will not be short-lived.
This is not the time for austerity. Canada entered this crisis in the best fiscal position of its peers. And the Government is using that fiscal firepower, on things like the Canada Emergency Response Benefit and the Canada Emergency Wage Subsidy, so that Canadians, businesses, and our entire economy have the support needed to weather the storm.
Canadians should not have to choose between health and their job, just like Canadians should not have to take on debt that their government can better shoulder.
Creating jobs
People losing their jobs is perhaps the clearest consequence of the global economic shock that Canadians – like those in other countries – have faced.
The CERB helped people stay healthy at home while being able to keep food on the table.
The CEWS helped people keep their jobs, or be rehired if they had been laid off.
But there is still more to be done.
Unemployment is in the double digits, and underemployment is high.
Women, racialized Canadians, and young people have borne the brunt of job losses.
Canadians need good jobs they can rely on.
To help make that happen, the Government will launch a campaign to create over one million jobs, restoring employment to previous levels. This will be done by using a range of tools, including direct investments in the social sector and infrastructure, immediate training to quickly skill up workers, and incentives for employers to hire and retain workers.
One way the Government will create these jobs is by extending the Canada Emergency Wage Subsidy right through to next summer. The Government will work with businesses and labour to ensure the program meets the needs of the health and economic situation as it evolves.
Another example of how the Government will create jobs is by significantly scaling up the Youth Employment and Skills Strategy, to provide more paid work experiences next year for young Canadians.
Now, more than ever, Canadians must work together – including by eliminating remaining barriers between provinces to full, free internal trade – to get the economy back up and running and Canadians back to work.
Supporting workers and their families
With the job losses that Canadians have faced, it became clear early on that many people would need help until they could find work once again. But existing income support systems were not designed to handle this unprecedented situation. That’s why the Government moved quickly to create the Canada Emergency Response Benefit as a temporary program to help millions of Canadians get through a very difficult time.
With the economic restart now well underway, CERB recipients should instead be supported by the Employment Insurance system. For people who would not traditionally qualify for EI, the Government will create the transitional Canada Recovery Benefit.
Over the coming months, the EI system will become the sole delivery mechanism for employment benefits, including for Canadians who did not qualify for EI before the pandemic. This pandemic has shown that Canada needs an EI system for the 21st century, including for the self-employed and those in the gig economy.
Women in the Economy
Women – and in particular low-income women – have been hit hardest by COVID-19. This crisis has been described as a She-cession.
Many women have bravely served on the frontlines of this crisis, in our communities or by shouldering the burden of unpaid care work at home.
We must not let the legacy of the pandemic be one of rolling back the clock on women’s participation in the workforce, nor one of backtracking on the social and political gains women and allies have fought so hard to secure.
The Government will create an Action Plan for Women in the Economy to help more women get back into the workforce and to ensure a feminist, intersectional response to this pandemic and recovery. This Plan will be guided by a task force of experts whose diverse voices will power a whole of government approach.
It has been nearly 50 years since the Royal Commission on the Status of Women outlined the necessity of child care services for women’s social and economic equality. We have long understood that Canada cannot succeed if half of the population is held back. Canadians need more accessible, affordable, inclusive, and high quality childcare.
Recognizing the urgency of this challenge, the Government will make a significant, long-term, sustained investment to create a Canada-wide early learning and childcare system.
The Government will build on previous investments, learn from the model that already exists in Quebec, and work with all provinces and territories to ensure that high-quality care is accessible to all.
There is broad consensus from all parts of society, including business and labour leaders, that the time is now.
The Government also remains committed to subsidizing before- and after-school program costs. With the way that this pandemic has affected parents and families, flexible care options for primary school children are more important than ever.
The Government will also accelerate the Women’s Entrepreneurship Strategy, which has already helped women across Canada grow their businesses.
Supporting businesses
As the Government invests in people, it will continue to support job-creating businesses.
Small businesses are the lifeblood of communities and the backbone of the economy. The Government introduced a range of supports for Canadian businesses, from help with payroll through the Canada Emergency Wage Subsidy to assistance with expenses through interest-free loans.
COVID-19 has caused businesses across the country, both large and small, to rethink their approaches. Entrepreneurs and owners are looking at more digital options, more creative solutions, and more climate-friendly investments.
The Government will help businesses adapt for the future and thrive.
This fall, in addition to extending the wage subsidy, the Government will take further steps to bridge vulnerable businesses to the other side of the pandemic by:
Expanding the Canada Emergency Business Account to help businesses with fixed costs;
Improving the Business Credit Availability Program;
And introducing further support for industries that have been the hardest hit, including travel and tourism, hospitality, and cultural industries like the performing arts.
Fiscal sustainability
This COVID-19 emergency has had huge costs. But Canada would have had a deeper recession and a bigger long-term deficit if the Government had done less.
With interest rates so low, central banks can only do so much to help. There is a global consensus that governments must do more. Government can do so while also locking in the low cost of borrowing for decades to come. This Government will preserve Canada’s fiscal advantage and continue to be guided by values of sustainability and prudence.
There are two distinct needs.
The first is to help Canadians in the short term, to do whatever it takes, using whatever fiscal firepower is needed to support people and businesses during the pandemic. The best way to keep the economy strong is to keep Canadians healthy.
The second need is to build back better, with a sustainable approach for future generations. As the Government builds a plan for stimulus and recovery, this must be done responsibly.
In the longer term, the Government will focus on targeted investments to strengthen the middle class, build resiliency, and generate growth. The Government will also identify additional ways to tax extreme wealth inequality, including by concluding work to limit the stock option deduction for wealthy individuals at large, established corporations, and addressing corporate tax avoidance by digital giants.
Web giants are taking Canadians’ money while imposing their own priorities. Things must change, and will change. The Government will act to ensure their revenue is shared more fairly with our creators and media, and will also require them to contribute to the creation, production, and distribution of our stories, on screen, in lyrics, in music, and in writing.
This fall, the Government will release an update to Canada’s COVID-19 Economic Response Plan. This will outline the Government’s economic and fiscal position, provide fiscal projections, and set out new measures to implement this Throne Speech.
This update will make clear that the strength of the middle class, and the wellbeing of all Canadians, remain Canada’s key measures of success.
Building back better – a resiliency agenda for the middle class
As we fight for every Canadian and defend everyone’s ability to succeed, we also need to focus on the future, and on building back better. This forms the third foundation of the Government’s approach.
Around the world, advanced economies are realizing that things should not go back to business as usual. COVID-19 has exposed the vulnerabilities in our societies.
The Government will create a resiliency agenda for the middle class and people working hard to join it.
This will include addressing the gaps in our social systems, investing in health care, and creating jobs. It will also include fighting climate change, and maintaining a commitment to fiscal sustainability and economic growth as the foundation of a strong and vibrant society.
Addressing gaps in our social systems
Central to this is recognizing that one of the greatest tragedies of this pandemic is the lives lost in long-term care homes. Elders deserve to be safe, respected, and live in dignity.
Although long-term care falls under provincial and territorial jurisdiction, the federal government will take any action it can to support seniors while working alongside the provinces and territories.
The Government will work with Parliament on Criminal Code amendments to explicitly penalize those who neglect seniors under their care, putting them in danger.
The Government will also:
Work with the provinces and territories to set new, national standards for long-term care so that seniors get the best support possible;
And take additional action to help people stay in their homes longer.
The Government remains committed to increasing Old Age Security once a senior turns 75, and boosting the Canada Pension Plan survivor’s benefit.
The Government will look at further targeted measures for personal support workers, who do an essential service helping the most vulnerable in our communities. Canada must better value their work and their contributions to our society.
COVID-19 has disproportionately affected Canadians with disabilities, and highlighted long-standing challenges. The Government will bring forward a Disability Inclusion Plan, which will have:
A new Canadian Disability Benefit modelled after the Guaranteed Income Supplement for seniors;
A robust employment strategy for Canadians with disabilities;
And a better process to determine eligibility for Government disability programs and benefits.
Over the last six months, it has become clearer than ever why Canadians need a resilient health care system.
The Government will ensure that everyone – including in rural and remote areas – has access to a family doctor or primary care team. COVID-19 has also shown that our system needs to be more flexible and able to reach people at home. The Government will continue to expand capacity to deliver virtual health care.
The Government will also continue to address the opioid epidemic tearing through communities, which is an ongoing and worsening public health crisis. Additionally, the Government will further increase access to mental health resources. All Canadians should have the care they need, when they need it. We will all be stronger for it.
The same goes for access to the medicine that keeps people healthy. Many Canadians who had drug plans through work lost this coverage when they were laid off because of the pandemic. So this is exactly the right moment to ramp up efforts to address that.
The Government remains committed to a national, universal pharmacare program and will accelerate steps to achieve this system including:
Through a rare-disease strategy to help Canadian families save money on high-cost drugs;
Establishing a national formulary to keep drug prices low;
And working with provinces and territories willing to move forward without delay.
In addition to good health infrastructure, Canadians also need strong, safe communities to call home.
The Government has banned assault-style firearms. The Government will also continue implementing firearms policy commitments, including:
Giving municipalities the ability to further restrict or ban handguns;
And strengthening measures to control the flow of illegal guns into Canada.
Women’s safety must be the foundation on which all progress is built. The Government will accelerate investments in shelters and transition housing, and continue to advance with a National Action Plan on Gender-Based Violence.
To keep building strong communities, over the next two years the Government will also invest in all types of infrastructure, including public transit, energy efficient retrofits, clean energy, rural broadband, and affordable housing, particularly for Indigenous Peoples and northern communities.
In the last six months, many more people have worked from home, done classes from the kitchen table, shopped online, and accessed government services remotely. So it has become more important than ever that all Canadians have access to the internet.
The Government will accelerate the connectivity timelines and ambitions of the Universal Broadband Fund to ensure that all Canadians, no matter where they live, have access to high-speed internet.
And to further link our communities together, the Government will work with partners to support regional routes for airlines. It is essential that Canadians have access to reliable and affordable regional air services. This is an issue of equity, of jobs, and of economic development. The Government will work to support this.
Strong communities are places where everyone has a safe, affordable home.
No one should be without a place to stay during a pandemic, or for that matter, a Canadian winter.
This week, the Government invested more than $1 billion for people experiencing homelessness, including for this fall.
In 2017, the Government announced that it would reduce chronic homelessness by 50 percent. The Government has already helped more than a million people get a safe and affordable place to call home. Given the progress that has been made, and our commitment to do more, the Government is now focused on entirely eliminating chronic homelessness in Canada.
At the same time, the Government will also make substantial investments in housing for Canadians.
The Government will add to the historic National Housing Strategy announced in 2017 by increasing investments to rapid housing in the short term, and partnering with not-for-profits and co-ops in the mid- to long-term. For the middle class, the Government will also move forward with enhancements to the First-Time Home Buyer Incentive, including in Canada’s largest cities, so families can afford to buy their first home.
Housing is something everyone deserves, and it’s also a key driver of the economy. Construction projects create jobs, and having a home is critical so people can contribute to their communities.
Just like everyone deserves a home, everyone deserves to be able to put nutritious food on the table.
The pandemic has made that harder for Canadians. The Government will continue to work with partners – including directly with First Nations, Inuit, and Métis Nation partners – to address food insecurity in Canada. The Government will also strengthen local food supply chains here in Canada.
The Canadian and migrant workers who produce, harvest, and process our food – from people picking fruit to packing seafood – have done an outstanding job getting good food on people’s plates. They deserve the Government’s full support and protection.
The Government will also ensure that those in Canada’s supply managed sectors receive full and fair compensation for recent trade agreements. Farmers keep our families fed, and we will continue to help them succeed and grow.
A stronger workforce
This pandemic has revealed gaps in health, housing, and food supply. And it has also laid bare inequalities Canadians face in the workforce.
We have an opportunity to not just support Canadians, but grow their potential. Working with the provinces and territories, the Government will make the largest investment in Canadian history in training for workers. This will include by:
Supporting Canadians as they build new skills in growing sectors;
Helping workers receive education and accreditation;
And strengthening workers’ futures, by connecting them to employers and good jobs, in order to grow and strengthen the middle class.
From researchers developing vaccines, to entrepreneurs building online stores, this pandemic has reminded us of the power of the knowledge economy, and how vital it is for our future.
Canadians are leading, and they should have government services that keep up.
The Government will make generational investments in updating outdated IT systems to modernize the way that Government serves Canadians, from the elderly to the young, from people looking for work to those living with a disability. The Government will also work to introduce free, automatic tax filing for simple returns to ensure citizens receive the benefits they need.
Government must remain agile, and ready for what lies ahead.
Taking action on extreme risks from climate change
Climate action will be a cornerstone of our plan to support and create a million jobs across the country.
This is where the world is going. Global consumers and investors are demanding and rewarding climate action.
Canadians have the determination and ingenuity to rise to this challenge and global market opportunity.
We can create good jobs today and a globally competitive economy not just next year, but in 2030, 2040, and beyond.
Canadians also know climate change threatens our health, way of life, and planet. They want climate action now, and that is what the Government will continue to deliver.
The Government will immediately bring forward a plan to exceed Canada’s 2030 climate goal. The Government will also legislate Canada’s goal of net-zero emissions by 2050.
As part of its plan, the Government will:
Create thousands of jobs retrofitting homes and buildings, cutting energy costs for Canadian families and businesses;
Invest in reducing the impact of climate-related disasters, like floods and wildfires, to make communities safer and more resilient;
Help deliver more transit and active transit options;
And make zero-emissions vehicles more affordable while investing in more charging stations across the country.
A good example of adapting to a carbon-neutral future is building zero-emissions vehicles and batteries. Canada has the resources – from nickel to copper – needed for these clean technologies. This – combined with Canadian expertise – is Canada’s competitive edge.
The Government will launch a new fund to attract investments in making zero-emissions products and cut the corporate tax rate in half for these companies to create jobs and make Canada a world leader in clean technology. The Government will ensure Canada is the most competitive jurisdiction in the world for clean technology companies.
Additionally, the Government will:
Transform how we power our economy and communities by moving forward with the Clean Power Fund, including with projects like the Atlantic Loop that will connect surplus clean power to regions transitioning away from coal;
And support investments in renewable energy and next-generation clean energy and technology solutions.
Canada cannot reach net zero without the know-how of the energy sector, and the innovative ideas of all Canadians, including people in places like British Columbia, Alberta, Saskatchewan, and Newfoundland and Labrador.
The Government will:
Support manufacturing, natural resource, and energy sectors as they work to transform to meet a net zero future, creating good-paying and long-lasting jobs;
And recognize farmers, foresters, and ranchers as key partners in the fight against climate change, supporting their efforts to reduce emissions and build resilience.
The Government will continue its policy of putting a price on pollution, while putting that money back in the pockets of Canadians. It cannot be free to pollute.
This pandemic has reminded Canadians of the importance of nature. The Government will work with municipalities as part of a new commitment to expand urban parks, so that everyone has access to green space. This will be done while protecting a quarter of Canada’s land and a quarter of Canada’s oceans in five years, and using nature-based solutions to fight climate change, including by planting two billion trees.
The Government will ban harmful single-use plastics next year and ensure more plastic is recycled. And the Government will also modernize Canada’s Environmental Protection Act.
When the Prairie Farm Rehabilitation Administration was closed by a previous government, Canada lost an important tool to manage its waters. The Government will create a new Canada Water Agency to keep our water safe, clean, and well-managed. The Government will also identify opportunities to build more resilient water and irrigation infrastructure.
At the same time, the Government will look at continuing to grow Canada’s ocean economy to create opportunities for fishers and coastal communities, while advancing reconciliation and conservation objectives. Investing in the Blue Economy will help Canada prosper.
The Canada we’re fighting for
This is a fight for Canadians today and Canada tomorrow. So we must never forget the values that make us who we are. The fourth and final foundation of the Government’s approach is defending Canadian values and ensuring they are lived experiences for everyone.
Canada is a place where we take care of each other. This has helped Canada weather the pandemic better than many other countries.
Canada must continue to stand up for the values that define this country, whether that’s welcoming newcomers, celebrating with pride the contributions of LGBTQ2 communities, or embracing two official languages. There is work still to be done, including on the road of reconciliation, and in addressing systemic racism.
Reconciliation
Throughout the pandemic, the Government has made it a priority to support Indigenous communities, which has helped contain the spread of COVID-19 and kept people safe. That is something the Government will continue to do.
The Government will walk the shared path of reconciliation with Indigenous Peoples, and remain focused on implementing the commitments made in 2019. However, the pandemic has shown that we need to keep moving forward even faster on a number of fronts including by:
Expediting work to co-develop distinctions-based Indigenous health legislation with First Nations, Inuit, and the Métis Nation, and a distinctions-based mental health and wellness strategy;
Accelerating work on the National Action Plan in response to the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls’ Calls for Justice, as well as implementation of the Truth and Reconciliation Commission’s Calls to Action;
And continuing to close the infrastructure gap in Indigenous communities, working on a distinctions-basis with First Nations, Inuit, and the Métis Nation to accelerate the government’s 10-year commitment.
The Government will also:
Make additional resiliency investments to meet the clean drinking water commitment in First Nations communities;
And support additional capacity-building for First Nations, Inuit, and the Métis Nation.
The Government will move forward to introduce legislation to implement the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples before the end of this year.
Addressing systemic racism
For too many Canadians, systemic racism is a lived reality. We know that racism did not take a pause during the pandemic. On the contrary, COVID-19 has hit racialized Canadians especially hard.
Many people – especially Indigenous people, and Black and racialized Canadians – have raised their voices and stood up to demand change.
They are telling us we must do more. The Government agrees.
The Government pledged to address systemic racism, and committed to do so in a way informed by the lived experiences of racialized communities and Indigenous Peoples.
The Government has invested in economic empowerment through the Black Entrepreneurship Program, while working to close the gaps in services for Indigenous communities. Important steps were taken with the release of Canada’s Anti-Racism Strategy for 2019-2022, the creation of an anti-racism secretariat, and the appointment of the first-ever Minister focused specifically on diversity and inclusion. This is all good, but much more needs to be done for permanent, transformative change to take shape.
The Government will redouble its efforts by:
Taking action on online hate;
Going further on economic empowerment for specific communities, and increasing diversity on procurement;
Building a whole-of-federal-government approach around better collection of disaggregated data;
Implementing an action plan to increase representation in hiring and appointments, and leadership development within the Public Service;
And taking new steps to support the artistic and economic contributions of Black Canadian culture and heritage.
Progress must also be made throughout the policing and justice systems. All Canadians must have the confidence that the justice system is there to protect them, not to harm them. Black Canadians and Indigenous Peoples are overrepresented in the criminal justice system. That has to change.
The Government will take steps to ensure that the strong hand of criminal justice is used where it is needed to keep people safe, but not where it would be discriminatory or counterproductive.
The Government will:
Introduce legislation and make investments that take action to address the systemic inequities in all phases of the criminal justice system, from diversion to sentencing, from rehabilitation to records;
Move forward on enhanced civilian oversight of our law enforcement agencies, including the RCMP;
Modernize training for police and law enforcement, including addressing standards around the use of force;
Move forward on RCMP reforms, with a shift toward community-led policing;
And accelerate work to co-develop a legislative framework for First Nations policing as an essential service.
Protecting two official languages
Our two official languages are woven into the fabric of our country.
The defence of the rights of Francophones outside Quebec, and the defence of the rights of the Anglophone minority within Quebec, is a priority for the Government.
The Government of Canada must also recognize that the situation of French is unique. There are almost 8 million Francophones in Canada within a region of over 360 million inhabitants who are almost exclusively Anglophone. The Government therefore has the responsibility to protect and promote French not only outside of Quebec, but also within Quebec.
In this vein, 51 years after the passage of the Official Languages Act, the Government is committed to strengthening this legislation among other things, taking into consideration the unique reality of French.
A welcoming Canada
Immigration remains a driver of Canada’s economic growth.
With other countries rejecting global talent that could help their economy, Canada has an opportunity as we recover to become the world’s top destination for talent, capital, and jobs. When people choose Canada, help build Canada, and make sacrifices in support of Canada, we should make it easier for them to formally become Canadian.
Earlier this year, the Government announced measures to grant permanent residency to people who, although not Canadian citizens, had cared for the most vulnerable in long-term care homes and other medical facilities.
The Government will continue to bring in newcomers and support family reunification. We know that there is an economic and human advantage to having families together.
As part of both the short-term economic recovery and a long-term plan for growth, the Government will leverage the advantage we have on immigration to keep Canada competitive on the world stage.
Canada in the world
We must take action on all of these priorities at home. But we must also address the world in which we live.
COVID-19 has accelerated the existing trends toward a more fragmented global order. It remains in Canada’s interest to create and maintain bilateral and multilateral relationships to advance peace and economic prosperity.
The Government will invest more in international development while supporting developing countries on their economic recoveries and resilience. Canada will also support work to ensure that people around the world have access to a vaccine. We cannot eliminate this pandemic in Canada unless we end it everywhere.
The Government will also continue to stand up for human rights and the rule of law. It is unacceptable that any citizen be arbitrarily detained. Michael Kovrig and Michael Spavor must be brought home. This is something for which all Canadians stand united.
The Government will continue to fight for free trade, including by leading the Ottawa Group to reform the World Trade Organization.
Our likeminded allies and partners are investing to make sure their societies emerge stronger. This Government’s plan does that as well.
Conclusion
Taken together, this is an ambitious plan for an unprecedented reality. The course of events will determine what needs to be done when.
But throughout, protecting and supporting Canadians will stay the top priority.
And the core values that have driven the Government since day one remain the same.
In 2015, Canadians asked their government to deliver real change on everything from middle class jobs to climate change. In 2019, the people chose a Parliament that would keep moving forward on these shared goals. And in 2020, Canadians expect nothing less.
It is no small task to build a stronger, more resilient country.
It will take hard work. It will require a commitment to finding common ground.
Parliamentarians, Canadians have placed a trust in you to guide this country forward. They have placed their faith in you to work together to meet whatever challenges we face.
Remember that we are here today because of the generations of Canadians who came before us. We are here because of the women and men – our parents, grandparents, and great-grandparents – who had the courage to reach for a better future.
Today, it is our turn. Our moment to build a stronger and more resilient Canada for everyone.
Members of the House of Commons, you will be asked to appropriate the funds to carry out the services and expenditures authorized by Parliament.
Members of the Senate and Members of the House of Commons, may you be equal to the profound trust bestowed on you by Canadians, and may Divine Providence guide you in all your duties.
Honorables Sénateurs et Sénatrices,
Députés de la Chambre des communes,
Mesdames et Messieurs,
Chaque jour, des millions de gens sur la planète font face à des fléaux qui mettent l’âme humaine à l’épreuve. Conditions météo extrêmes. Incendies ravageurs. Pauvreté. Conflits. Discrimination et inégalités. Rarement, toutefois, l’humanité a-t-elle fait face à un ennemi aussi insidieux, un ennemi invisible qui ne respecte aucune frontière, se répand partout et peut frapper n’importe qui.
Pour vaincre une pandémie, il faut le travail et la détermination de tous les ordres de gouvernement, de chaque communauté et de chacun d’entre nous.
On ne choisit pas quand les épreuves s’abattent sur nous, mais ici, au Canada, nous avons choisi la manière de les surmonter. Nous nous sommes adaptés d’une façon remarquable.
Nous, les Canadiens, avons fait notre part. Nous avons changé nos habitudes, reporté nos projets, nous sommes passés au télétravail ou avons dû complètement réinventer notre travail, tout cela en prenant soin les uns des autres.
Nous sommes immensément redevables à ceux qui ont servi et qui servent encore en première ligne, au personnel de la santé et aux travailleurs essentiels, aux femmes et aux hommes en uniforme, aux bénévoles et aux dirigeants, partout au pays.
Les souffrances ont été nombreuses et nous pleurons ceux qui sont décédés.
Nous faisons confiance à la science pour mener le combat jusqu’à ce qu’un vaccin efficace et sécuritaire soit disponible. Mais d’ici là, nous devons rester vigilants, et utiliser les outils disponibles – tels que le dépistage, les traitements et les mesures de distanciation physique.
Comme un roseau par grands vents, nous serons secoués, mais nous ne céderons pas. Parce que nos racines sont fermement en place, nos objectifs sont clairs, et parce que nous avons l’espoir – un espoir qui illumine notre âme lors des jours sombres et qui nous permet de demeurer tournés vers l’avenir.
Les Canadiens ont déjà vécu des temps incertains et ont toujours démontré que la détermination, le souci des autres, le courage et le bon sens définissent notre nation.
Nous devons puiser dans ces principes encore une fois et continuer à œuvrer pour le bien commun et à travailler pour une société meilleure, plus sûre et plus juste.
C’est ce que nous sommes et c’est ce qui nous permettra de passer à travers et d’atteindre des jours meilleurs.
Allocution d’ouverture
Depuis plus de 150 ans, les parlementaires travaillent ensemble pour définir la voie que doit suivre le Canada.
Vos prédécesseurs se sont réunis au moment où la Confédération n’avait que quelques mois d’existence, élaborant ainsi l’orientation d’un jeune pays. Ils sont restés unis pendant les jours les plus sombres du Canada, et ont dirigé le pays pendant les guerres et la Grande Crise. Ce faisant, chaque parlementaire a été appelé à se montrer à la hauteur de son époque.
Aujourd’hui, les Canadiens s’attendent à ce que vous agissiez comme eux. Ils s’attendent à vous voir travailler ensemble en leur nom et affronter ce moment crucial.
Il y a moins d’un an, nous nous sommes réunis ici lors d’un discours du Trône afin d’ouvrir la 43e législature. Depuis, notre réalité a changé. Cela veut dire que notre approche doit changer, elle aussi.
Cette pandémie constitue la plus grave crise de santé publique que le Canada ait connue.
Plus de 9 000 Canadiens sont décédés en l’espace de six mois. Chez nos voisins, les États-Unis, ce nombre s’élève à plus de 200 000. Dans le monde, c’est près d’un million.
Mais ce ne sont pas que des chiffres. Ce sont nos amis et des membres de nos familles. Nos voisins et nos collègues.
La pandémie est l’histoire de parents qui sont morts seuls, sans leurs proches pour leur tenir la main.
C’est l’histoire d’enfants qui n’ont pas vu leurs amis durant des mois.
L’histoire de travailleurs qui ont perdu leur emploi.
Les six derniers mois ont dévoilé les lacunes fondamentales de notre société, et celles des sociétés du monde entier. Cette pandémie a été difficile pour tout le monde. Mais pour ceux dont la situation était déjà difficile, le fardeau a été encore plus lourd à porter.
Pour les parents, et en particulier pour les mères, qui ont été confrontés à des dilemmes impossibles entre leurs enfants et leur carrière.
Pour les Canadiens racisés et les peuples autochtones qui se heurtent à des obstacles systémiques.
Pour les jeunes qui s’inquiètent de ce que l’avenir leur réserve.
Pour les personnes âgées qui sont isolées, effrayées et les plus exposées au risque.
Et pour les travailleurs qui, tout en gagnant les salaires les plus bas dans les secteurs les plus précaires, ont été aux premières lignes durant la pandémie.
Nous devons nous attaquer à ces problèmes d’aujourd’hui sans toutefois oublier ceux qui nous attendent demain.
Le monde est entré dans cette pandémie en faisant face aux risques et aux conséquences des changements climatiques. Une leçon que la COVID-19 nous a enseignée, c’est que nous devons relever les défis avec détermination.
Sur tous ces fronts – la santé et l’économie, l’égalité et l’environnement – nous devons agir en faisant preuve d’audace.
Le gouvernement affrontera ces défis.
L’approche du gouvernement reposera sur quatre piliers.
Le premier pilier de ce plan consiste à lutter contre la pandémie et à sauver des vies.
Le deuxième pilier du plan gouvernemental consiste à soutenir les gens et les entreprises aussi longtemps que la crise durera, en prenant les mesures qui s’imposeront. La meilleure chose à faire pour l’économie est de gérer la crise sanitaire de manière efficace. Les mesures du gouvernement ont déjà contribué à protéger les Canadiens et à amortir les pires conséquences économiques de cette crise.
Le troisième pilier consiste à rebâtir en mieux afin de créer un Canada plus fort et plus résilient. Pour ce faire, nous devons continuer à renforcer la classe moyenne et aider les personnes qui travaillent fort pour en faire partie, et continuer à créer des emplois et à mettre en place une compétitivité à long terme fondée sur une croissance propre. Nous devons également bâtir des communautés plus sécuritaires pour tout le monde.
Le quatrième et dernier pilier de ce plan consiste à être fidèle à qui nous sommes en tant que Canadiens. Nous ne pouvons pas oublier ce qui a fait de nous un pays accueillant. Un pays qui célèbre deux langues officielles, qui fait des progrès sur le plan de l’égalité des sexes, qui œuvre à la réconciliation et qui lutte contre la discrimination sous toutes ses formes.
Notre génération est à la croisée des chemins.
Allons-nous faire progresser le Canada ou laisser les gens pour compte? Allons-nous sortir plus forts de cette crise ou simplement balayer sous le tapis ce qu’elle a dévoilé?
C’est maintenant que nous devons nous rappeler qui nous sommes en tant que Canadiens.
C’est maintenant que nous devons saisir l’occasion de contenir la crise mondiale et de rebâtir en mieux, ensemble.
Protéger les Canadiens de la COVID-19
Le premier pilier de l’approche du gouvernement consiste à protéger les Canadiens de la COVID-19.
C’est la priorité absolue.
Le gouvernement fédéral a pour mission de veiller sur tous les Canadiens, et en particulier les plus vulnérables. Nous devons travailler ensemble. La victoire contre le virus se fait en équipe, d’un bout à l’autre du Canada.
Depuis les six derniers mois, les Canadiens se montrent unis et forts. Leurs gestes incarnent la raison d’être même du gouvernement fédéral: mobiliser les Canadiens autour d’objectifs communs.
De l’équipement de protection individuelle a été livré partout au pays. Les membres des Forces canadiennes étaient présents dans les centres de soins de longue durée.
Près de 9 millions de Canadiens ont bénéficié de la Prestation canadienne d’urgence, et la Subvention salariale a soutenu plus de 3,5 millions d’emplois.
Le gouvernement continuera d’être là pour les Canadiens, tout comme les Canadiens sont là les uns pour les autres.
Durant la première vague, nous avons accéléré le dépistage et la recherche de contacts dans tout le pays. La poussée de cet automne confirme ce que nous savions déjà: il faut en faire encore plus.
Le gouvernement fédéral sera là pour aider les provinces à accroître leur capacité de dépistage. Les Canadiens ne devraient pas avoir à faire la queue pendant des heures pour se faire tester.
Du même coup, le gouvernement examine toutes les technologies et toutes les options permettant d’offrir des tests plus rapides afin d’aider les Canadiens d’un océan à l’autre. Dès que les tests seront approuvés pour une utilisation sûre au Canada, le gouvernement mettra tout en œuvre pour les rendre accessibles. Le gouvernement mettra également sur pied une équipe d’intervention en matière de dépistage pour répondre rapidement aux besoins urgents à cet égard, notamment dans les communautés éloignées et isolées.
Les autorités locales de santé publique sont la base des efforts déployés par notre pays pour enrayer les éclosions avant qu’elles se propagent. Comme elles font partie des communautés qu’elles protègent, ces autorités connaissent les effets économiques dévastateurs d’un ordre de confinement.
Pour éviter que de petits foyers d’éclosion ne se propagent encore plus, les communautés pourraient devoir imposer des ordres de fermeture à court terme. Pour faciliter la tâche des autorités de santé publique et atténuer l’impact que les décisions fondées sur la science et les données probantes peuvent avoir à court terme sur les entreprises locales, le gouvernement s’efforcera de fournir une aide financière supplémentaire directement aux entreprises qui doivent fermer temporairement leurs portes par suite d’une décision de santé publique locale.
Cette mesure permettra de prendre des décisions en gardant la santé des Canadiens au haut de la liste des priorités.
Le gouvernement continuera également de s’efforcer de répondre aux différents besoins des communautés de manière générale.
À cette fin, le gouvernement a déjà investi plus de 19 milliards de dollars dans le cadre de l’Accord sur la relance sécuritaire avec les provinces et les territoires afin de contribuer à tous les efforts, du renforcement des capacités des réseaux de soins de santé jusqu’à la fourniture d’équipement de protection individuelle.
Pour remédier aux difficultés rencontrées par les provinces et les territoires pendant la rentrée scolaire, le gouvernement fédéral a investi 2 milliards de dollars dans le Fonds pour une rentrée scolaire sécuritaire ainsi que de nouveaux fonds destinés aux communautés des Premières Nations. Ces fonds serviront à assurer la sécurité des enfants – et du personnel – dans les salles de classe, que ce soit en aidant les écoles à acheter des produits de nettoyage ou à mettre à niveau leurs systèmes de ventilation.
Ces engagements s’ajoutent aux investissements fédéraux visant à soutenir les personnes les plus à risque ainsi que ceux qui s’occupent d’elles, notamment par le biais du complément de salaire fédéral accordé aux préposés aux bénéficiaires. Les intervenants de première ligne qui s’occupent des personnes âgées font un travail essentiel, et le gouvernement continuera de les soutenir.
En parallèle, le gouvernement continuera d’appuyer les Canadiens alors qu’ils agissent pour se protéger les uns les autres.
Les gens font déjà leur part en portant un masque. C’est une mesure importante, et nous pouvons donner suite à cet effort. En collaboration avec des partenaires du secteur privé, le gouvernement fédéral a conçu l’application Alerte COVID. Les habitants de l’Ontario, de Terre-Neuve-et-Labrador, du Nouveau-Brunswick et de la Saskatchewan disposent désormais d’un outil de plus pour assurer leur propre sécurité et celle des autres. Le gouvernement espère que les autres vont aussi l’adopter, pour que les gens d’un bout à l’autre du pays puissent à la fois faire leur part et être mieux protégés.
Le gouvernement continuera également de s’efforcer de fournir aux Canadiens l’équipement de protection individuelle dont ils ont besoin.
Le printemps dernier, le gouvernement a lancé un appel auquel des milliers d’entreprises et de fabricants canadiens ont répondu. Dans les ateliers et les usines des grandes et petites entreprises, les travailleurs se sont mobilisés et les entreprises canadiennes ont relevé le défi grâce à leur dynamisme.
Et en moins de six mois, le Canada s’est mis à fabriquer presque tous les types d’équipement de protection individuelle. Le gouvernement continuera de renforcer cette capacité nationale, tout en sécurisant les chaînes d’approvisionnement pour protéger les Canadiens et créer des emplois.
Les Canadiens se mobilisent, que ce soit en fabriquant de l’équipement de protection individuelle, en utilisant l’application Alerte COVID ou en portant un masque. De la même façon, les chercheurs et les scientifiques canadiens mettent leurs connaissances et leur expertise au service des efforts pancanadiens.
Efforts en matière de vaccins
À long terme, la meilleure façon de mettre fin à cette pandémie est de disposer d’un vaccin sûr et efficace.
La stratégie du Canada en matière de vaccins vise à garantir que les Canadiens pourront se faire vacciner dès que le vaccin sera au point.
Il existe plusieurs types de candidats-vaccins. Le Canada explore une diversité d’options. Le gouvernement s’est déjà assuré un accès à des candidats-vaccins et à des produits thérapeutiques, tout en finançant leur mise au point ici, au pays. Et pour pouvoir distribuer les vaccins aux Canadiens une fois qu’ils seront prêts, le gouvernement a fait des investissements supplémentaires dans sa capacité de distribution.
Que ce soit le Groupe de travail sur les vaccins, qui offre les meilleurs conseils sur l’achat et le déploiement des vaccins, ou le Groupe de travail sur l’immunité, qui se penche sur l’effet de la COVID-19 sur les populations vulnérables, les plus grands esprits scientifiques du Canada guident le gouvernement à chaque étape.
Aider les Canadiens durant la pandémie
La lutte médicale et scientifique contre ce virus est cruciale. Tout comme le gagne pain de chacun des Canadiens, des travailleurs et des familles.
Par conséquent, le deuxième pilier de l’approche du gouvernement consiste à soutenir les Canadiens durant cette crise.
Les répercussions économiques de la COVID-19 sur les Canadiens sont déjà pires que celles de la crise financière de 2008. Et elles ne seront pas de courte durée.
L’heure n’est pas à l’austérité. Le Canada est entré dans cette crise en meilleure position financière que ses pairs. Et le gouvernement met à profit sa capacité financière pour investir dans des initiatives comme la Prestation canadienne d’urgence et la Subvention salariale d’urgence du Canada et ainsi apporter aux Canadiens, aux entreprises et à l’ensemble de notre économie le soutien nécessaire pour traverser la tempête.
Les Canadiens ne devraient pas avoir à choisir entre leur santé et leur travail, tout comme ils ne devraient pas avoir à s’endetter alors que leur gouvernement peut mieux les soutenir.
Créer des emplois
Les pertes d’emploi sont peut-être la conséquence la plus évidente du choc économique mondial qu’ont subi tant les Canadiens que les populations des autres pays.
La Prestation canadienne d’urgence a aidé les gens à rester en santé à la maison et à pouvoir continuer à nourrir leur famille.
La Subvention salariale d’urgence a aidé les gens à conserver leur emploi ou à être réembauchés s’ils avaient été mis à pied.
Mais la tâche n’est pas terminée.
Le taux de chômage atteint les deux chiffres et le niveau de sous emploi est élevé.
Les femmes, les Canadiens racisés et les jeunes ont subi le plus lourdement les pertes d’emploi.
Les Canadiens ont besoin de bons emplois sur lesquels ils peuvent compter.
À cette fin, le gouvernement lancera une campagne visant à créer plus d’un million d’emplois, ce qui nous ramènera aux mêmes niveaux qu’auparavant. Pour ce faire, il utilisera une série d’outils. Il compte notamment faire des investissements directs dans le secteur social et les infrastructures, offrir une formation immédiate pour permettre aux travailleurs d’acquérir rapidement des compétences, et mettre en place des mesures incitant les employeurs à embaucher et à conserver leurs travailleurs.
L’une des façons qui permettront au gouvernement de créer ces emplois sera de prolonger la Subvention salariale d’urgence du Canada jusqu’à l’été prochain. Le gouvernement travaillera de concert avec les entreprises et les travailleurs afin de s’assurer que le programme tient compte à la fois de la situation sanitaire et économique, au fur et à mesure de son évolution.
Une autre façon pour le gouvernement de créer des emplois consistera à renforcer considérablement la Stratégie emploi et compétences jeunesse, pour offrir plus d’expériences professionnelles rémunérées aux jeunes Canadiens l’an prochain.
Aujourd’hui plus que jamais, les Canadiens doivent travailler ensemble, notamment en éliminant les derniers obstacles à un libre-échange complet entre les provinces, afin de relancer l’économie et de remettre les Canadiens au travail.
Soutenir les travailleurs et leur famille
Avec les pertes d’emploi que les Canadiens ont subies, il est très vite devenu évident que beaucoup d’entre eux auraient besoin d’aide jusqu’à ce qu’ils puissent retrouver du travail. Mais les systèmes de soutien au revenu existants n’ont pas été conçus pour faire face à une telle situation sans précédent. Voilà pourquoi le gouvernement a rapidement créé la Prestation canadienne d’urgence, un programme temporaire destiné à aider des millions de Canadiens à traverser une période très difficile.
La relance économique étant maintenant bien engagée, les prestataires de la PCU devraient désormais passer au régime d’assurance-emploi. Pour ceux qui n’auraient pas droit à l’assurance-emploi en temps normal, le gouvernement a créé temporairement la Prestation canadienne de la relance économique.
Au cours des prochains mois, le régime d’assurance-emploi deviendra le seul mécanisme de distribution des prestations d’emploi, y compris pour les Canadiens qui n’y avaient pas droit avant la pandémie. Cette pandémie a montré que le Canada a besoin d’un régime d’assurance-emploi adapté au XXIe siècle, y compris pour les travailleurs autonomes et les personnes qui travaillent dans l’économie à la demande.
Les femmes dans l’économie
Les femmes – en particulier celles avec de faibles revenus – ont été les plus touchées par la COVID-19. Les effets de cette crise ont été décrits comme une « récession au féminin ».
Nombreuses sont les femmes qui ont servi en première ligne dans nos communautés ou chez elles, en assumant la charge des soins non rémunérés.
Nous ne pouvons pas laisser la pandémie nous faire reculer dans le temps quant à la participation des femmes au marché du travail, ni perdre les gains sociaux et politiques pour lesquels les femmes et leurs alliés se sont battus si fort.
Le gouvernement va établir le Plan d’action pour les femmes dans l’économie pour aider plus de femmes à retourner sur le marché du travail et veiller à gérer la pandémie et la reprise d’un point de vue féministe et intersectionnel. Ce plan sera orienté par un groupe de travail composé d’experts dont la diversité des voix viendra stimuler l’approche pangouvernementale mise de l’avant.
Cela fait près de 50 ans que la Commission royale d’enquête sur la condition de la femme a souligné la nécessité de services de garde d’enfants pour favoriser l’égalité sociale et économique des femmes. Nous avons compris depuis longtemps que le Canada ne peut pas réussir si la moitié de la population est ignorée. Les Canadiens ont besoin de services de garde d’enfants plus accessibles, plus abordables, plus inclusifs et de meilleure qualité.
Conscient de l’urgence de cet enjeu, le gouvernement réalisera un investissement important, soutenu et à long terme dans la mise en place d’un système d’apprentissage et de garde des jeunes enfants à l’échelle du Canada.
Le gouvernement tablera sur des investissements antérieurs, apprendra du modèle mis en place au Québec et travaillera de concert avec les provinces et les territoires pour que des services de garde de haute qualité soient accessibles à tous.
Toutes les sphères de la société, y compris les dirigeants du monde des affaires et les dirigeants syndicaux, s’entendent pour dire que c’est le moment d’agir.
Le gouvernement reste déterminé à subventionner les coûts des programmes avant et après les classes. Compte tenu de la façon dont cette pandémie a touché les parents et les familles, il est plus important que jamais de disposer de possibilités de garde souples pendant l’école primaire.
Le gouvernement va également accélérer la mise en œuvre de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, qui a déjà aidé des femmes de tout le Canada à faire prospérer leurs entreprises.
Soutenir les entreprises
Tout en investissant dans les gens, le gouvernement continuera de soutenir les entreprises qui créent des emplois.
Les petites entreprises sont le moteur des communautés et l’épine dorsale de l’économie. Le gouvernement a adopté une série de mesures pour soutenir les entreprises canadiennes, allant de l’aide à la masse salariale par l’intermédiaire de la Subvention salariale d’urgence du Canada à l’aide aux dépenses par le biais de prêts sans intérêt.
La COVID-19 a poussé les entreprises de tout le pays, grandes comme petites, à repenser leurs façons de faire. Les entrepreneurs et les propriétaires se tournent davantage vers les solutions numériques, les solutions créatives et les investissements respectueux du climat.
Le gouvernement aidera les entreprises à s’adapter à l’avenir et à y prospérer.
Cet automne, en plus de prolonger la subvention salariale, le gouvernement mettra en place d’autres mesures pour aider les entreprises à traverser la pandémie:
il étendra le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes pour aider les entreprises à assumer leurs coûts fixes;
il améliorera le Programme de crédit aux entreprises;
et il mettra en place d’autres mesures d’aide pour les industries les plus durement touchées, notamment l’industrie du voyage et du tourisme, l’industrie de l’accueil et les industries culturelles comme les arts de la scène.
Viabilité financière
L’urgence de la COVID-19 a entraîné d’énormes coûts. Cependant, si le gouvernement n’en avait pas fait autant, le Canada aurait subi une récession plus profonde et un déficit beaucoup plus élevé à long terme.
Étant donné les faibles taux d’intérêt, les banques centrales ne peuvent pas en faire davantage pour aider. Il existe un consensus mondial sur le fait que les gouvernements doivent en faire plus. Les gouvernements peuvent y arriver en conservant le faible coût des emprunts pour les décennies à venir. Ce gouvernement préservera les avantages fiscaux du Canada et restera guidé par les valeurs de la viabilité et de la prudence.
À l’heure actuelle, il existe deux nécessités distinctes.
La première consiste à aider les Canadiens à court terme et à faire tout ce qu’il faut, en utilisant l’arsenal budgétaire nécessaire pour soutenir la population et les entreprises pendant la pandémie. La meilleure façon de maintenir la vigueur de l’économie est de garder les Canadiens en bonne santé.
La deuxième nécessité est celle de rebâtir en mieux, en adoptant une approche durable pour les prochaines générations. Le gouvernement élabore un plan de stimulation et de relance, et il doit le faire de manière responsable.
À plus long terme, le gouvernement se concentrera sur des investissements ciblés pour renforcer la classe moyenne, accroître la résilience et générer de la croissance. Le gouvernement déterminera également de nouveaux moyens de taxer les inégalités extrêmes sur le plan de la richesse, notamment en terminant le travail consistant à limiter les déductions pour option d’achat d’actions des gens riches des grandes entreprises établies et en s’attaquant à l’évitement de l’impôt sur les sociétés par les géants du numérique.
Un constat s’impose: les géants du Web empochent l’argent des Canadiens et imposent leurs propres priorités. Les choses doivent changer et elles vont changer. Le gouvernement agira afin d’assurer un partage plus équitable de leurs revenus avec nos créateurs et médias, en plus d’exiger qu’ils contribuent à la création, à la production et à la diffusion de nos histoires, à l’écran, en parole, en musique et à l’écrit.
Cet automne, le gouvernement rendra publique une mise à jour du Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19. Il exposera la situation économique et financière du gouvernement, fournira des projections financières et présentera de nouvelles mesures visant à mettre en œuvre le présent discours du Trône.
Cette mise à jour établira clairement que la force de la classe moyenne et le bien-être de tous les Canadiens demeurent les principaux indicateurs de réussite du Canada.
Rebâtir en mieux – une stratégie pour améliorer la résilience de la classe moyenne
Pendant que nous nous battons pour tous les Canadiens et défendons leur capacité de réussir, nous devons également nous concentrer sur l’avenir et rebâtir en mieux. C’est le troisième pilier de l’approche du gouvernement.
Partout dans le monde, les économies avancées prennent conscience que les choses ne devraient pas revenir à ce qu’elles étaient avant. La COVID-19 a mis en évidence les vulnérabilités de nos sociétés.
Le gouvernement créera une stratégie pour améliorer la résilience de la classe moyenne et des personnes qui travaillent fort pour en faire partie.
Nous allons notamment réduire les écarts dans nos systèmes sociaux, investir dans les soins de santé et créer des emplois. Nous allons lutter contre les changements climatiques et poursuivre notre engagement à l’égard de la viabilité financière et de la croissance économique en tant que fondements d’une société forte et dynamique.
Réduire les écarts dans nos systèmes sociaux
Nous devons a priori reconnaître que l’un des plus grands drames de cette pandémie est la perte de vies humaines dans les centres de soins de longue durée. Tous les aînés méritent de vivre en sécurité, dans le respect et la dignité.
Même si les soins de longue durée sont de compétence provinciale et territoriale, le gouvernement fédéral fera tout en son pouvoir pour soutenir les personnes âgées en collaboration avec les provinces et les territoires.
Le gouvernement travaillera avec le Parlement pour apporter des modifications au Code criminel afin de sanctionner de manière claire les personnes qui négligent et mettent en danger les aînés dont ils prennent soin.
En outre, le gouvernement:
collaborera avec les provinces et les territoires en vue d’établir de nouvelles normes nationales pour les soins de longue durée afin que les personnes âgées bénéficient du meilleur soutien possible;
prendra des mesures supplémentaires pour aider les gens à vivre chez eux plus longtemps.
Le gouvernement reste déterminé à augmenter la pension de la Sécurité de la vieillesse lorsqu’une personne âgée atteint 75 ans et à augmenter la prestation de survivant du Régime de pensions du Canada.
Le gouvernement étudiera également d’autres mesures visant expressément les préposés aux services de soutien à la personne, qui offrent un service essentiel aux gens les plus vulnérables de nos communautés. Le Canada doit mieux valoriser leur travail et leur contribution à notre société.
La COVID-19 touche de façon démesurée les Canadiens en situation de handicap et a mis en lumière des problèmes qui durent depuis longtemps. Le gouvernement présentera son plan pour l’inclusion des personnes handicapées, lequel prévoit:
une nouvelle prestation canadienne pour les personnes en situation de handicap qui sera inspirée du Supplément de revenu garanti destiné aux aînés;
une stratégie d’emploi robuste qui ciblera les Canadiens en situation de handicap;
un meilleur processus pour déterminer l’admissibilité aux programmes et aux prestations du gouvernement qui visent les personnes en situation de handicap.
Depuis les six derniers mois, nous comprenons mieux que jamais pourquoi les Canadiens ont besoin d’un système de santé résilient.
Le gouvernement veillera à ce que tout le monde – y compris dans les zones rurales et éloignées – ait accès à un médecin de famille ou à une équipe de soins primaires. La COVID-19 a également révélé que notre système doit être plus souple et permettre de joindre les personnes à leur domicile. Le gouvernement continuera d’améliorer l’accessibilité des soins de santé virtuels.
Le gouvernement poursuivra sa lutte contre l’épidémie des opioïdes, une crise sanitaire qui déchire des communautés et ne cesse d’empirer chaque jour. De plus, le gouvernement offrira un meilleur accès aux ressources en santé mentale. Tous les Canadiens devraient recevoir les soins dont ils ont besoin, lorsqu’ils en ont besoin. Nous en sortirons tous plus forts.
Il en va de même pour l’accès aux médicaments qui aident les gens à rester en santé. Bien des Canadiens qui avaient un régime d’assurance-médicaments à leur travail ont perdu cette assurance lorsqu’ils ont été mis à pied en raison de la pandémie. Par conséquent, le moment est bien choisi pour redoubler d’efforts dans ce dossier.
Le gouvernement continue de croire en un régime national universel d’assurance-médicaments, et accélérera les étapes pour le mettre en place au moyen des mesures suivantes:
lancer une stratégie concernant les maladies rares pour aider les familles à réaliser des économies sur les médicaments coûteux;
établir une liste de médicaments admissibles pour que le prix des médicaments demeure bas;
travailler de concert avec les provinces et les territoires qui souhaitent aller de l’avant rapidement.
En plus d’une bonne infrastructure de santé, les Canadiens doivent pouvoir s’épanouir dans des communautés fortes et sécuritaires.
Le gouvernement a interdit les armes à feu de style arme d’assaut. Le gouvernement continuera aussi de mettre en œuvre ses engagements qui ont trait aux politiques sur les armes à feu. Il prendra notamment les mesures suivantes:
donner aux municipalités la capacité de restreindre davantage ou d’interdire les armes de poing;
renforcer les mesures de contrôle du flux d’armes illégales qui entrent au Canada.
La sécurité des femmes doit être le fondement sur lequel tout progrès est édifié. Le gouvernement accélérera les investissements dans les refuges et les logements de transition, et poursuivra la mise en œuvre d’un plan d’action national contre la violence sexiste.
Pour renforcer les communautés encore davantage, le gouvernement investira dans tous les types d’infrastructure au cours des deux prochaines années. Il investira dans le transport en commun, les rénovations écoénergétiques, l’énergie propre, le service à large bande en milieu rural et le logement abordable, en particulier pour les peuples autochtones et les communautés du Nord.
Ces six derniers mois, bien des gens ont commencé à travailler de la maison, à suivre leurs cours depuis leur table de cuisine, à magasiner en ligne et à accéder aux services du gouvernement à distance. Il est donc plus important que jamais que tous les Canadiens aient accès à Internet.
Le gouvernement accélérera le calendrier de mise en œuvre de la connectivité et reverra à la hausse les ambitions du Fonds pour la large bande universelle afin que les Canadiens de toutes les régions aient accès à Internet haute vitesse.
Et pour resserrer les liens entre nos communautés, le gouvernement travaillera avec des partenaires pour assurer les liaisons régionales des compagnies aériennes. Il est essentiel que les Canadiens vivant en région aient accès à un service aérien régional fiable et abordable. C’est une question d’équité, d’emplois et de développement économique. Le gouvernement travaillera en ce sens.
Pour des communautés fortes, tout le monde doit pouvoir vivre dans un endroit sûr et abordable.
Tout le monde devrait avoir un toit au-dessus de la tête pendant la pandémie, mais aussi pour traverser l’hiver canadien.
Cette semaine, le gouvernement a investi plus de 1 milliard de dollars pour les personnes en situation d’itinérance, notamment pour l’automne.
En 2017, le gouvernement a annoncé qu’il réduirait de 50 % l’itinérance chronique au Canada. À ce jour, le gouvernement a déjà aidé plus d’un million de personnes à se trouver un toit sûr et abordable. Compte tenu des progrès réalisés et de notre engagement à en faire davantage, le gouvernement entend désormais éliminer entièrement l’itinérance chronique au pays.
En même temps, le gouvernement réalisera des investissements importants dans le logement, pour l’ensemble des Canadiens.
Le gouvernement bonifiera la Stratégie nationale sur le logement, une initiative sans précédent annoncée en 2017. Pour ce faire, il augmentera les investissements destinés aux placements rapides en logement à court terme et il travaillera en partenariat avec des organisations sans but lucratif et des coopératives à moyen et à long terme. Pour aider la classe moyenne, le gouvernement apportera des améliorations à l’Incitatif à l’achat d’une première propriété, notamment dans les grandes villes canadiennes, pour permettre aux familles de s’acheter leur première maison.
Tout le monde mérite d’avoir un toit au-dessus de la tête, et le logement est aussi un moteur essentiel de l’économie. Les projets de construction créent de l’emploi, et lorsque les gens ont un chez-soi, ils sont mieux à même de contribuer à leur communauté.
Tout comme chaque personne mérite un foyer, chacun mérite de pouvoir offrir des repas nutritifs à sa famille.
En raison de la pandémie, cela a été plus difficile pour les Canadiens. Le gouvernement continuera de travailler avec des partenaires, y compris directement avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis, pour combattre l’insécurité alimentaire au Canada. Le gouvernement renforcera aussi les chaînes d’approvisionnement alimentaire locales du pays.
Les travailleurs canadiens et migrants qui produisent, récoltent et transforment nos aliments – des cueilleurs de fruits jusqu’aux gens qui emballent nos fruits de mer – ont fait un travail remarquable pour mettre de la bonne nourriture dans l’assiette des gens. Ils méritent tout le soutien et la protection du gouvernement.
Le gouvernement veillera également à ce que les travailleurs des secteurs soumis à la gestion de l’offre au Canada reçoivent un dédommagement plein et équitable par suite des accords commerciaux conclus récemment. Nos familles peuvent se nourrir grâce aux agriculteurs, et nous allons continuer de les aider à réussir et à faire croître leurs entreprises.
Une main-d’œuvre plus forte
Cette pandémie a révélé des lacunes dans les secteurs de la santé, du logement et de l’approvisionnement alimentaire. Elle a aussi mis en lumière les inégalités auxquelles les Canadiens font face sur le marché du travail.
Nous avons l’occasion de non seulement soutenir les Canadiens, mais aussi d’accroître leur potentiel. En collaboration avec les provinces et les territoires, le gouvernement fera le plus grand investissement de l’histoire canadienne en formation des travailleurs. Cet investissement a pour objectif de:
soutenir les Canadiens qui acquièrent de nouvelles compétences dans des secteurs en croissance;
aider les travailleurs à suivre des formations et à obtenir des accréditations;
renforcer les futurs travailleurs, en les mettant en contact avec des employeurs et de bons emplois, dans l’objectif de faire croître et de renforcer la classe moyenne.
Que ce soit à travers les chercheurs qui mettent au point des vaccins ou les entrepreneurs qui créent des boutiques en ligne, cette pandémie nous a rappelé la puissance de l’économie du savoir, et à quel point elle est cruciale pour notre avenir.
Les Canadiens sont des chefs de file, et ils doivent disposer de services publics qui suivent la cadence.
Le gouvernement fera des investissements de longue durée afin de mettre à niveau les systèmes de TI désuets. Il pourra ainsi moderniser ses services aux Canadiens – les jeunes et moins jeunes, ceux qui se cherchent un emploi ou ceux qui vivent avec un handicap. Le gouvernement travaillera également à la mise en place d’un système gratuit de production automatisée des déclarations d’impôt pour les déclarations simples afin que les citoyens reçoivent les prestations dont ils ont besoin.
Le gouvernement doit rester agile et être prêt pour ce qui l’attend.
Agir contre les risques extrêmes découlant des changements climatiques
Les mesures en faveur du climat formeront la pierre angulaire de notre plan visant à soutenir et à créer un million d’emplois dans tout le pays.
Le monde s’en va dans cette direction. Les consommateurs et les investisseurs du monde entier exigent et saluent les mesures en faveur du climat.
Les Canadiens ont la détermination et l’ingéniosité nécessaires pour relever ce défi et saisir les débouchés mondiaux.
Nous pouvons créer de bons emplois aujourd’hui et développer une économie compétitive à l’échelle mondiale non seulement pour l’année prochaine, mais aussi pour 2030, 2040 et au-delà.
Les Canadiens sont conscients que les changements climatiques menacent leur santé, leur mode de vie et leur planète. Ils veulent une action climatique dès maintenant, et c’est ce que le gouvernement continuera de faire.
Le gouvernement mettra immédiatement en place un plan qui permettra de surpasser les objectifs climatiques du Canada pour 2030. Le gouvernement légiférera également sur l’objectif canadien de zéro émission nette d’ici 2050.
Dans le cadre de son plan, le Canada prévoit les mesures suivantes:
créer des milliers d’emplois dans la rénovation de maisons et d’immeubles, ce qui permettra de réduire la facture énergétique des familles et des entreprises canadiennes;
investir dans la réduction des effets des catastrophes climatiques, comme les inondations et les feux de forêt, pour rendre les communautés plus sûres et résilientes;
favoriser la mise en place d’un plus grand nombre de solutions de transports en commun et de transport actif;
rendre les véhicules zéro émission plus abordables et plus accessibles et investir dans l’élargissement de l’infrastructure de recharge à l’échelle du pays.
Un bon exemple d’adaptation vers un avenir neutre en carbone réside dans la construction de véhicules et de batteries zéro émission. Du nickel au cuivre, le Canada dispose des ressources nécessaires à ces technologies propres. Ces ressources, jumelées à l’expertise canadienne, représentent l’avantage concurrentiel du Canada.
Le gouvernement lancera un nouveau fonds pour attirer les investissements dans la fabrication de produits zéro émission et réduira de moitié le taux d’imposition des sociétés pour ces entreprises afin de créer des emplois et de faire du Canada un leader mondial dans le domaine des technologies propres. Le gouvernement cherchera à faire du Canada la destination la plus compétitive du monde pour les entreprises de technologies propres.
Le gouvernement prendra aussi ces mesures:
transformer la façon dont nous propulsons notre économie et nos communautés en allant de l’avant avec le Fonds pour l’énergie propre, notamment avec des projets comme la boucle de l’Atlantique, qui permettra de fournir les surplus énergétiques à des communautés qui délaissent le charbon;
appuyer les investissements dans les énergies renouvelables et dans les solutions et technologies d’énergie propre de prochaine génération.
Le Canada ne peut atteindre la cible zéro émission nette sans le savoir-faire du secteur de l’énergie et les idées novatrices de tous les Canadiens, notamment les gens de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de la Saskatchewan et de Terre-Neuve-et-Labrador.
Le gouvernement prendra ces mesures:
soutenir les secteurs de la fabrication, des ressources naturelles et de l’énergie dans leurs efforts de transition vers un avenir zéro émission, en créant des emplois bien rémunérés et durables;
reconnaître les agriculteurs, les forestiers et les éleveurs comme des partenaires clés dans la lutte contre les changements climatiques, en soutenant leurs efforts pour réduire les émissions et renforcer leur résilience.
Le gouvernement maintiendra sa politique de tarification de la pollution et continuera de redonner cet argent aux Canadiens. Il ne devrait pas être permis de polluer gratuitement.
La pandémie a rappelé aux Canadiens à quel point la nature leur est précieuse. Le gouvernement travaillera en collaboration avec les municipalités dans le cadre d’un nouvel engagement visant à accroître le nombre de parcs en milieu urbain, pour que tout le monde ait accès à un espace vert. Nous ferons cela tout en protégeant le quart des terres et des océans du pays dans cinq ans. Pour lutter contre les changements climatiques, nous allons en outre nous tourner vers des solutions naturelles, comme la plantation de 2 milliards d’arbres.
Le gouvernement interdira les plastiques à usage unique nocifs l’an prochain et veillera à ce que davantage de plastique soit recyclé. De plus, il modernisera la Loi sur la protection de l’environnement du Canada.
Lors de la fermeture de l’Administration du rétablissement agricole des Prairies par un gouvernement précédent, le Canada a perdu un outil important pour gérer ses eaux. Le gouvernement va créer une nouvelle agence canadienne de l’eau pour assurer la sécurité, la propreté et la bonne gestion de nos eaux. Le gouvernement cherchera également des moyens de construire des infrastructures hydrauliques et d’irrigation plus résilientes.
Parallèlement, le gouvernement continuera de faire croître l’économie océanique du Canada afin de créer des débouchés pour les pêcheurs et les communautés côtières, tout en faisant progresser les objectifs de réconciliation et de conservation. Ces investissements dans l’économie bleue contribueront à la prospérité du pays.
Le pays pour lequel nous menons ce combat
Nous menons ce combat pour les Canadiens d’aujourd’hui et le Canada de demain. Nous ne devons donc jamais oublier les valeurs qui nous définissent. Le quatrième et dernier pilier de l’approche du gouvernement consiste à défendre les valeurs canadiennes et à faire en sorte que tous en bénéficient.
Au Canada, nous prenons soin les uns des autres. C’est ce qui a aidé le pays à traverser la pandémie mieux que bien d’autres pays.
Le Canada doit continuer de défendre les valeurs qui le définissent, que ce soit d’accueillir de nouveaux arrivants, de souligner avec fierté l’apport des communautés LGBTQ2 ou de célébrer ses deux langues officielles. Il reste encore du travail à faire, notamment sur le chemin de la réconciliation et dans la lutte contre le racisme systémique.
Réconciliation
Tout au long de la pandémie, le gouvernement s’est fixé comme priorité de soutenir les communautés autochtones, ce qui a permis de contenir la propagation de la COVID-19 et de garantir la sécurité des gens. Le gouvernement poursuivra ses efforts en ce sens.
Le gouvernement continuera d’avancer sur la voie commune de la réconciliation et gardera le cap sur la mise en œuvre des engagements pris en 2019. Toutefois, la pandémie a révélé que nous devons progresser encore plus rapidement sur certains fronts. C’est pourquoi nous prendrons les mesures suivantes:
accélérer les travaux visant à élaborer conjointement avec les Premières Nations, les Inuits et la Nation métisse une loi sur la santé des Autochtones fondée sur les distinctions, ainsi qu’une stratégie de santé mentale et de bien-être fondée sur les distinctions;
accélérer les travaux réalisés dans le cadre du Plan d’action national pour donner suite aux appels à la justice énoncés dans le rapport de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et mettre en œuvre les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation;
poursuivre les travaux visant à combler les lacunes en matière d’infrastructure dans les communautés autochtones et collaborer avec les Premières Nations, les Inuits et la Nation métisse dans le cadre d’une approche fondée sur les distinctions pour accélérer la réalisation de l’engagement sur 10 ans du gouvernement.
Le gouvernement va également:
effectuer des investissements supplémentaires dans la résilience pour respecter son engagement en matière d’eau potable dans les communautés des Premières Nations;
appuyer des projets de renforcement des capacités supplémentaires à l’intention des Premières Nations, des Inuits et de la Nation métisse.
Le gouvernement présentera un projet de loi visant à mettre en œuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones d’ici la fin de l’année.
Lutte contre le racisme systémique
Pour trop de Canadiens, le racisme systémique est une réalité bien présente. Nous savons que le racisme n’a pas pris de pause pendant la pandémie. Au contraire, la COVID-19 a frappé de plein fouet les Canadiens racisés.
De nombreuses personnes – en particulier les Autochtones, les Noirs et les Canadiens racisés – ont demandé haut et fort à ce que les choses changent.
Ils nous disent que nous devons en faire plus. Le gouvernement est d’accord.
Le gouvernement a promis de s’attaquer au racisme systémique et s’est engagé à le faire en tenant compte des expériences concrètes des communautés racisées et des peuples autochtones.
Le gouvernement a investi dans l’autonomisation économique au moyen du Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires, tout en s’efforçant de combler les lacunes dans les services destinés aux communautés autochtones. Des étapes importantes ont été franchies avec la parution de la Stratégie canadienne de lutte contre le racisme 2019-2022, la création d’un secrétariat de lutte contre le racisme et la nomination, pour la première fois, d’un ministre attitré exclusivement à la diversité et à l’inclusion. Ce sont de bonnes mesures, mais il reste encore beaucoup à faire pour qu’un changement permanent et transformateur prenne forme.
Le gouvernement redoublera d’efforts pour:
lutter contre la haine en ligne;
renforcer les efforts d’autonomisation économique visant des communautés ciblées et accroître la diversité dans les marchés publics;
mettre en place une approche pangouvernementale fondée sur une meilleure collecte de données désagrégées;
mettre en œuvre un plan d’action visant à accroître la représentation dans les recrutements et les nominations ainsi que le développement du leadership au sein de la fonction publique;
prendre de nouvelles mesures pour soutenir les contributions artistiques et économiques de la culture et de l’héritage des communautés noires canadiennes.
Des progrès doivent également être réalisés dans l’ensemble des systèmes de police et de justice. Tous les Canadiens doivent avoir la certitude que le système judiciaire est là pour les protéger et non pour leur nuire. Les Canadiens noirs et les Autochtones sont surreprésentés dans le système de justice pénale. Il faut que ça change.
Le gouvernement prendra des mesures pour garantir que la justice pénale est administrée dans toute sa rigueur là où elle est nécessaire pour assurer la sécurité des gens et non pas de façon discriminatoire ou contreproductive.
Le gouvernement prendra les mesures suivantes:
adopter des mesures législatives et réaliser des investissements pour lutter contre les inégalités systémiques dans toutes les phases du système de justice pénale, de la déjudiciarisation à l’établissement des peines, de la réinsertion au casier judiciaire;
faire avancer le renforcement de la surveillance civile de nos organismes d’application de la loi, y compris la GRC;
moderniser la formation à l’intention des policiers et des agents responsables de l’application de la loi, notamment en ce qui concerne les normes pour le recours à la force;
faire progresser les réformes de la GRC, en privilégiant une approche de police communautaire;
accélérer le travail d’élaboration conjointe d’un cadre législatif pour les services de police des Premières Nations en tant que services essentiels.
Protection des deux langues officielles
Nos deux langues officielles sont indissociables du patrimoine de notre pays.
La défense des droits des minorités francophones à l’extérieur du Québec et la défense des droits de la minorité anglophone au Québec sont une priorité pour le gouvernement.
Mais le gouvernement du Canada doit également reconnaître que la situation du français est particulière. Il y a près de 8 millions de francophones au Canada dans un océan de plus de 360 millions d’habitants principalement anglophones. Le gouvernement a donc la responsabilité de protéger et de promouvoir le français non seulement à l’extérieur du Québec, mais également au Québec.
En ce sens, 51 ans après l’adoption de la Loi sur les langues officielles, le gouvernement s’engage notamment à renforcer cette loi en tenant compte de la réalité particulière du français.
Un Canada accueillant
L’immigration est toujours un moteur de la croissance économique du Canada.
Alors que d’autres pays ferment leurs portes aux talents mondiaux susceptibles d’aider leur économie, le Canada a la possibilité, dans le cadre de sa relance, de devenir la première destination mondiale pour les talents, les capitaux et les emplois. Lorsque les gens choisissent le Canada, contribuent à bâtir le Canada et font des sacrifices pour soutenir le Canada, nous devrions leur permettre de devenir officiellement des Canadiens.
Plus tôt cette année, le gouvernement a annoncé des mesures pour accorder la résidence permanente aux gens qui, même s’ils n’étaient pas des citoyens canadiens, ont pris soin des gens les plus vulnérables dans des centres de soins de longue durée et d’autres établissements de santé.
Le gouvernement continuera d’accueillir les nouveaux arrivants et de favoriser la réunification des familles. Nous savons qu’il y a un avantage économique et humain à ce que les familles soient ensemble.
Dans le cadre de son plan de relance économique à court terme et de son plan de croissance à long terme, le gouvernement mettra à profit les retombées de l’immigration pour maintenir la compétitivité du Canada sur la scène mondiale.
Le Canada dans le monde
Nous devons donner suite à toutes ces priorités au pays. Mais nous devons aussi reconnaître le monde dans lequel nous vivons.
La COVID-19 a accéléré les tendances actuelles vers un ordre mondial plus fragmenté. Il demeure dans l’intérêt du Canada de forger et de maintenir des relations bilatérales et multilatérales pour faire progresser la paix et la prospérité économique.
Le gouvernement investira davantage dans le développement international et aidera les pays en développement à mener à bien leur reprise économique et à accroître leur résilience. Le Canada soutiendra également les efforts visant à garantir l’accès des populations du monde entier à un vaccin. Nous ne pourrons pas éliminer cette pandémie au Canada si nous ne parvenons pas à l’enrayer partout dans le monde.
Le gouvernement continuera également de défendre les droits de la personne et la primauté du droit. Il est inacceptable que des citoyens soient détenus de manière arbitraire. Michael Kovrig et Michael Spavor doivent revenir au pays. Tous les Canadiens sont solidaires de leur situation.
Le gouvernement continuera de se battre pour le libre-échange, notamment en chapeautant le Groupe d’Ottawa sur la réforme de l’Organisation mondiale du commerce.
Nos alliés et partenaires aux vues similaires investissent pour s’assurer que leurs sociétés en sortent plus fortes. C’est aussi l’objectif du plan que se donne le gouvernement.
Conclusion
Ensemble, ces mesures forment un plan ambitieux qui nous permettra de composer avec une réalité sans précédent. Le cours des événements déterminera le moment où le travail à accomplir devra se faire.
Tout au long du processus, notre priorité est de protéger et de soutenir les Canadiens.
Et les valeurs fondamentales qui ont guidé le gouvernement depuis le premier jour restent les mêmes.
En 2015, les Canadiens ont demandé à leur gouvernement d’apporter de véritables changements dans tous les domaines, des emplois de la classe moyenne aux changements climatiques. En 2019, les citoyens ont élu un Parlement qui continuerait à faire avancer ces objectifs communs. Et, en 2020, les Canadiens n’attendent rien de moins.
Ce n’est pas une tâche facile que de bâtir un pays plus fort et plus résilient.
Il faudra travailler fort. Il faudra s’engager à trouver un terrain d’entente.
Mesdames et Messieurs les parlementaires, les Canadiens comptent sur vous pour faire progresser ce pays. Ils s’attendent à ce que vous travailliez ensemble afin de relever les défis auxquels nous sommes confrontés.
Souvenez-vous que nous sommes ici aujourd’hui grâce aux générations de Canadiens qui nous ont précédés. Nous sommes ici grâce aux femmes et aux hommes – nos parents, nos grands-parents et nos arrière-grands-parents – qui ont eu le courage d’aspirer à un avenir meilleur.
Aujourd’hui, c’est à notre tour. Nous avons l’occasion de bâtir un Canada plus fort et plus résilient pour tous.
Mesdames et Messieurs les députés, vous serez appelés à voter les crédits nécessaires pour financer les services et les dépenses approuvés par le Parlement.
Sénatrices et Sénateurs, Mesdames et Messieurs les députés, puissiez-vous être dignes de la confiance placée en vous par les Canadiens et puisse la Divine Providence vous guider dans l’exercice de vos fonctions.
Adult education and trainingAirlinesApplication processApplication softwareArts, recreation and travelBanks and bankingBlack CanadiansBlack Entrepreneurship ProgramBroadband FundBroadband Internet servicesBudgetary policy ...Show all topics
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2020-07-20 12:23 [p.2584]
moved that Bill C-20, An Act respecting further COVID-19 measures, be read the second time and referred to a committee.
She said: Mr. Speaker, it is my honour today to introduce in the House Bill C-20, an act respecting further COVID-19 measures.
COVID-19 has been a profound shock to our economy and has profoundly changed the way we go about our daily lives. Canadians have come together to flatten the curve, and economies are now gradually and safely reopening. It is a crisis that has called for quick, decisive leadership to stabilize the economy, to protect jobs, to ensure that workers and families can put food on the table and to prevent long-term damage to our economy. Our government has worked tirelessly to answer this call.
Protecting Canadian jobs has been a priority for us since the beginning of the pandemic. Our government recognizes the importance of protecting the link between workers and their employers. Businesses thrive when owners and employees work as a team. We know that for businesses to stay ready to bounce back, it is vitally important that they maintain that link with the employees they have trained, employees who have earned the trust of customers and whom they have been working with for years.
We launched the Canada emergency wage subsidy to give businesses, non-profits and charitable organizations support so that they could keep and rehire workers. To date, this program has helped around three million workers keep their jobs. That means millions of families have had paycheques to rely on throughout this.
This program has been available to employers of all sizes across Canada and across sectors. It is here to make sure that even as this crisis causes unprecedented uncertainty, employers have the certainty that they can pay their workers.
The CEWS has been an important part of our economic response plan and is providing support to a broad base of businesses. It has had a significant impact: In May, one in four private sector employees was covered by the wage subsidy.
This pandemic is unprecedented in nature, and the situation continues to evolve. We are ensuring that our programs are also evolving.
Today, we are introducing a bill that will make the wage subsidy more effective, flexible and responsive. These changes will give businesses a longer runway to recovery, expand program eligibility to include a larger number of workplaces, provide more targeted support to the hardest-hit businesses and, by so doing, protect a greater number of Canadian jobs.
In the spring we began consulting with businesses and labour representatives on what adjustments we could make to the program, so that we could help more Canadians get hired back and help businesses grow. During the consultations we heard from many employers that the CEWS was invaluable in keeping workers on the payroll and helping to bring workers back. However, employers understand, like all Canadians do, that our economic recovery will be gradual.
Many people we spoke with shared the view that the subsidy should be extended past the initial 12-week extension. They also shared many ideas on how the adjustment to CEWS could support businesses and employees as the economy restarts and businesses recover and grow. One thing they were worried about was the current program design's cliff effect, which is that even if a business picked up slowly, once it grew past the 30% revenue decline threshold it would not have the support it was relying on in order to pay workers.
No business should feel it has to choose between reopening, growing and hiring or getting the support it needs.
Many of the people we have talked to have also said that businesses want the government to dial back the wage subsidy as revenue goes up to ensure stable support during recovery.
Canadians know that recovery will be a gradual process because we want to do it safely. We do not think businesses should be penalized for doing the right thing and taking the necessary precautions to protect their community.
Whether it is a restaurant that is not at full capacity so that it can keep a safe distance between diners, or a front-line non-profit organization that is making sure all of its workers have proper PPE and training before going back on the job, or a store that has adjusted its hours to make sure it is properly cleaned, we see organizations working hard to figure out how to operate safely as we all adjust to living with COVID-19.
Other Canadians told us that the current 30% revenue decline test kept many of Canada's affected businesses from getting this much-needed support. They brought up the idea of tiered support to help businesses that are struggling as they face the challenges of this pandemic, but have not seen a full 30% reduction in revenue.
Overall, businesses have a strong sense that the road to recovery will be gradual and uncertain. Employers want to know that they will have support past this summer in order to stay strong through the challenges we face.
Information gleaned on the ground about how well our programs are working and how we can make them even more useful is priceless. Given what we have learned, we are proposing changes to the wage subsidy that will encourage employers to resume operations and keep hiring Canadians as the economy opens up. Our bill will make those changes happen.
With Bill C-20 we are proposing to extend the CEWS until November 21, 2020, with the intent of providing further support through the CEWS until December 19, 2020.
This bill would also broaden eligibility, making this subsidy available to more employers and protecting more workers. The changes in this bill would also promote growth as the economy continues to recover from the shock of this pandemic.
Effective July 5, 2020, the CEWS would consist of two parts: a base subsidy available to all eligible employers experiencing a decline in revenues, with the subsidy amount varying depending on the scale of revenue decline, and a top-up subsidy of up to an additional 25% for employers most adversely affected by the COVID-19 crisis.
The maximum base subsidy rate would be provided to employers experiencing a revenue drop of 50% or more, with the rate gradually declining for employers experiencing a revenue drop between 49% and zero. This would extend access to the CEWS to a broader range of employers. Organizations that have been struggling but have had revenue declines of less than 30% would be able to access the wage subsidy for the first time. This would open the program to a whole new range of employers, providing the base subsidy rate support to active employees and helping protect more of the jobs Canadians rely on.
For employers who have been deeply affected, those who experienced a revenue drop of more than 50% over three months on average, we are offering a top-up subsidy for their workers of up to 25% of their pay. This measure will be particularly helpful for employees working in industries that are recovering more slowly. As I said, our plan consists in building a bridge to a safer place for Canadians during this emergency situation.
Lastly, we want to make sure this program provides no barriers to growth. By removing the 30% revenue decline threshold, employers already on the program will not have to worry that they will lose support they are still relying on as they grow. We will still be there to provide support as they work to recover and restore growth.
We know this new CEWS will be a welcome change, and that a lot of businesses have made plans based on the existing design for the next two periods of the CEWS from July 5 to August 29. We are creating a safe harbour where they can be confident they will still qualify, at a minimum, for the same level of support for those CEWS periods as under the previous design.
Thanks to this new more effective design, the emergency wage subsidy will help even more employers who are all at various stages of reopening. If they experienced a greater decline in revenue, they will receive a higher subsidy.
The gradual reduction in assistance given to businesses that are successfully reopening will ensure that they get stable and predictable support as their activities resume. These changes will make businesses more competitive and will help increase the number of employees returning to work thanks to the emergency wage subsidy.
This proposed design of the CEWS would ensure the program continues to address the immediate needs of businesses while also positioning them for a strong recovery.
Our government believes in the resilience of Canadians and the ability of our businesses to find innovative ways to keep going and to grow back stronger, but these are extraordinary times and businesses continue to need support to do this.
Our plan is to help Canadians stay strong throughout this storm. It will protect Canadians' health and ensure that we have the best tools and systems to monitor the virus. It will provide the financial support that Canadians with disabilities need. It will also help mothers and fathers feed their families, make it possible for youth to follow their dreams and ensure that no one is left behind.
It is also about keeping our communities strong, giving needed support to the shops and restaurants that define our neighbourhoods and making sure the outreach centres and community organizations that support our most vulnerable can keep being there for people.
COVID-19 has affected all aspects of Canadians' quality of life, from their health to their livelihoods. We created programs to support students, seniors, families and workers so they would not have to make impossible choices between paying their bills and keeping food on the table. It is now critically important that we pursue inclusive growth and continue to support our most vulnerable. That is why I am working on incorporating quality of life measurements into decision-making, including in the economic response plan.
In addition to the support provided by the Canada emergency wage subsidy, more than eight million Canadians have received the Canada emergency response benefit, which has helped them pay for groceries, rent and prescription medications. We have also provided financial support to millions of vulnerable Canadians through existing programs, such as the goods and services tax credit, the Canada child benefit, old age security and the guaranteed income supplement.
Canadians with disabilities are facing increased costs, too, and need support. This legislation would help an estimated 1.7 million Canadians living with disabilities qualify for a special payment of up to $600 so they can have access to the support they need.
We are also working to make sure businesses can get the liquidity support they need. From the Canada emergency business account and the business credit availability program to the large employer emergency financing facility, we are providing tailored support to workers and employers of every size across this country to make sure that no matter where people work, their employers have access to support.
We are making sure that no business is left behind. We have allocated $962 million to the regional relief and recovery fund, administered by the six regional development agencies across Canada, in order to support the affected companies that are essential to the regional and local economy, including in rural communities. These companies create good local jobs, and they support our families and the communities they serve.
We are also investing in indigenous businesses, providing almost $307 million in funding to help small and medium-sized indigenous businesses, and $133 million to support indigenous business through the recovery, including micro-businesses that are not eligible for other support programs.
We have also provided support for women entrepreneurs who are facing hardship during the pandemic, through $15 million in new funding from the women entrepreneurship strategy.
Canadians' collective actions have helped control the virus here at home. Canadians want to go back to work, but they need the confidence they can do it safely. Across Canada, economies are reopening and we are seeing our streets come back to life, but it is a bit different than before, and that is a good thing. We need to make sure we are staying safe.
COVID-19 has not disappeared. We need to take action to protect ourselves and our neighbours against another out-of-control outbreak. All employers are required to strictly follow the latest public health guidelines in order to protect their patrons, their workers and their communities.
We must always remember that our collective economic success is fundamentally linked to our public health outcomes. The $19-billion safe restart agreement our government reached with provinces and territories last week is helping Canadians stay safe and healthy and ensuring we are more resilient to possible future waves. This funding will enhance capacity for testing, contact tracing and data management.
Through this funding, we will be able to secure reliable sources of personal protective equipment, which will help protect our front-line workers and health care workers. It will also enable the provinces and territories to provide temporary income support, so that workers who are not entitled to paid sick leave can get 10 days of paid sick leave related to COVID-19.
The funding will help in many other ways, including by making sure there are enough safe child care spaces available so that parents can go back to work.
Our government will not stop working to help Canadians face the challenges of COVID-19. We stand ready to take additional actions, as needed, to stabilize the economy, protect Canadians and position them for a strong restart as we emerge from the crisis. By recognizing and addressing the challenges employers are facing and providing the support they need to restart, the enhancement to the Canada emergency wage subsidy proposed in Bill C-20 is another important step in our work to support the resilience of Canadians and help them bridge through to better times.
It is on all of us, as hon. members in the House, to make sure we remain focused on the ongoing crisis at hand and put the immediate needs of Canadians first. Canadians have demonstrated their ability to put old habits aside and come together for the greater good. I encourage the members of this House to do the same so that Canadians can get the support they deserve without further delay.
I urge all hon. members of the House to support the speedy passage of Bill C-20 so that we can protect jobs in this country and get Canadians back to work.
propose que le projet de loi C-20, Loi concernant des mesures supplémentaires liées à la COVID-19, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Monsieur le Président, j'ai l'honneur aujourd'hui de présenter à la Chambre le projet de loi C-20, Loi concernant des mesures supplémentaires liées à la COVID-19.
La COVID-19 a profondément secoué l'économie canadienne et elle a grandement changé nos habitudes quotidiennes. Les Canadiens ont uni leurs efforts pour aplatir la courbe. Les provinces commencent graduellement et de façon sécuritaire à rouvrir certains secteurs de leurs économies. Face à la crise de la COVID-19, le gouvernement a dû faire preuve de leadership et agir rapidement et de manière décisive pour stabiliser l'économie, protéger les emplois, veiller à ce que les travailleurs puissent nourrir leur famille et éviter des séquelles économiques à long terme. Il n'a ménagé aucun effort pour s'attaquer à la crise.
La protection des emplois canadiens constitue une priorité pour nous depuis le début de la pandémie. Notre gouvernement reconnaît l'importance de protéger le lien entre les travailleurs et leurs employeurs. Les entreprises prospèrent grâce au travail en équipe des propriétaires et des travailleurs. Nous savons que, pour permettre aux entreprises de demeurer prêtes à rebondir, il est d'une importance cruciale qu'elles maintiennent ce lien avec les travailleurs qu'ils ont formés, qui ont gagné la confiance des clients, et qu'ils côtoient au travail depuis des années.
Nous avons lancé la Subvention salariale d'urgence du Canada pour aider les entreprises, les organismes sans but lucratif et les organismes de bienfaisance à garder leurs employés ou à les réembaucher. Jusqu'à maintenant, le programme a contribué au maintien d'environ trois millions d'emplois. Des millions de familles ont donc pu compter sur des chèques de paie pendant cette période difficile.
Le programme est offert aux employeurs de toutes les tailles et de tous les secteurs à l'échelle du Canada. Grâce à lui et malgré l'incertitude sans précédent qu'engendre cette crise, les employeurs savent qu'ils peuvent payer leurs employés.
Le programme de subvention salariale est un élément important de notre plan d'intervention économique et il soutient un grand nombre d'entreprises. Il a eu des retombées considérables: en mai, un employé du secteur privé sur quatre profitait de la subvention salariale.
Cette pandémie est sans précédent par nature, et la situation continue d'évoluer. Nous nous assurons que nos programmes évoluent également.
Aujourd'hui, nous déposons un projet de loi qui rendra la subvention salariale plus efficace, plus souple et mieux adaptée. Ces changements permettront de donner aux entreprises une piste de décollage plus longue vers la reprise, d'élargir l'admissibilité du programme pour inclure un plus grand nombre de lieux de travail, d'offrir un soutien mieux ciblé aux entreprises les plus durement touchées et, par conséquent, de protéger un plus grand nombre d'emplois canadiens.
Au printemps, nous avons entamé des consultations auprès de représentants des travailleurs et des propriétaires pour déterminer les ajustements que nous pouvions apporter au programme afin d'aider plus de Canadiens à retrouver leur emploi et de favoriser la croissance des entreprises. Pendant ces consultations, bon nombre d'employeurs ont affirmé que la subvention salariale leur fournit une aide inestimable pour garder leurs employés et réintégrer ceux qui avaient été mis à pied. Cependant, les employeurs, comme tous les Canadiens, comprennent que la relance économique sera graduelle.
Parmi les personnes que nous avons consultées, beaucoup étaient d'avis que la subvention devait être reconduite au-delà de la prolongation initiale de 12 semaines. Elles s'entendaient aussi sur un bon nombre des ajustements à apporter au programme pour soutenir les employeurs et les employés au moment où l'activité économique reprend et où les entreprises remontent la pente. Elles s'inquiétaient notamment des répercussions que pourrait avoir sur le versement des salaires la coupure soudaine de la subvention que prévoit le programme lorsqu'une entreprise qui se relève lentement passe sous le seuil des pertes de revenus de 30 %.
Aucune entreprise ne devrait avoir l'impression d'avoir à choisir entre la reprise, la croissance, l'embauche ou l'obtention du soutien nécessaire.
Beaucoup de gens à qui nous avons parlé ont également affirmé que les entreprises souhaitaient une réduction progressive du taux de la subvention salariale à mesure que les revenus augmentent, afin de fournir un soutien stable durant la reprise.
Tous les Canadiens savent que la reprise sera un processus graduel, étant donné que nous l'effectuons de façon sécuritaire. À notre avis, les entreprises ne devraient pas être pénalisées pour avoir fait la bonne chose, pour avoir pris les précautions nécessaires en vue de protéger leur communauté.
Qu'il s'agisse de restaurants qui choisissent de ne pas fonctionner à plein rendement afin de conserver une distance sécuritaire entre leurs clients, ou d'organismes de bienfaisance offrant des services de première ligne qui veillent à ce que tous leurs employés aient l'équipement de protection individuelle et la formation nécessaires avant de reprendre le travail, ou encore de commerces qui ont modifié leurs heures d'ouverture pour procéder au nettoyage nécessaire, nous constatons que les entreprises ne ménagent aucun effort pour trouver un moyen de mener leurs opérations de façon sécuritaire alors que tout le pays s'adapte aux changements quotidiens entraînés par la COVID-19.
D'autres Canadiens nous ont dit que le critère actuel de baisse des revenus de 30 % empêchait de nombreuses entreprises canadiennes touchées par la pandémie d'obtenir le soutien dont elles ont grandement besoin. Ils proposent la mise en œuvre d'une aide à niveaux multiples pour soutenir les entreprises qui souffrent des conséquences de la pandémie, mais qui n'ont pas subi une réduction totale de 30 % de leurs revenus.
Dans l'ensemble, les entreprises sont convaincues que la reprise sera graduelle et incertaine. Les employeurs veulent avoir l'assurance qu'ils auront du soutien financier après l'été afin de pouvoir rester solides face aux défis à relever.
Ces renseignements obtenus sur le terrain, sur l'utilité des programmes et la façon de les rendre encore plus utiles, sont inestimables. Munis de cette information, nous proposons des changements à la subvention salariale qui serviront d'incitatifs afin que les employeurs reprennent leurs activités et continuent à embaucher les Canadiens à mesure que l'économie rouvre. Le projet de loi que nous proposons viendrait concrétiser ces changements.
Aux termes du projet de loi C-20, nous proposons de prolonger la Subvention salariale d'urgence du Canada jusqu'au 21 novembre 2020, ce qui nous permettra de fournir une aide supplémentaire jusqu'au 19 décembre 2020.
Le projet de loi contribuerait aussi à élargir les critères d'admissibilité, rendant ainsi la subvention accessible à un plus grand nombre d'employeurs et à protéger un plus grand nombre de travailleurs. Les modifications apportées par ce projet de loi favoriseraient également la croissance alors que l'économie se remet peu à peu du choc provoqué par la pandémie.
À compter du 5 juillet 2020, la Subvention salariale d'urgence du Canada serait composée de deux parties: d'une subvention de base accessible à tous les employeurs admissibles qui subissent une baisse de leurs revenus, le montant de cette subvention variant selon l'ampleur de la baisse, et d'une subvention complémentaire pouvant atteindre 25 % pour les employeurs les plus touchés par la crise de la COVID-19.
Le taux maximum de la subvention de base serait accordé aux employeurs subissant une baisse de revenus de 50 % ou plus, ce taux diminuant parallèlement à la baisse de ces revenus — de 49 à 0 % — chez les employeurs concernés. Cela permettrait d'étendre l'accès à la subvention à un plus grand nombre d'employeurs. Les organisations qui ont connu des difficultés, mais dont la baisse de revenus était inférieure à 30 % pourraient avoir accès à la subvention salariale pour la première fois. Le programme serait ainsi ouvert à un tout nouvel éventail d'employeurs, ce qui permettrait d'aider des employés en poste et de protéger un plus grand nombre d'emplois sur lesquels les Canadiens comptent.
Pour les employeurs qui ont été profondément touchés, ceux dont les revenus ont chuté de plus de 50 % sur trois mois en moyenne, nous offrirons une subvention complémentaire pour leurs travailleurs jusqu'à concurrence de 25 % de leur rémunération. Cette mesure sera particulièrement utile pour les employés qui travaillent dans des secteurs où la reprise a lieu plus lentement. Comme je l'ai déjà dit, notre plan consiste à bâtir un pont vers un lieu plus sûr pour les Canadiens durant cette situation d'urgence.
Enfin, nous voulons nous assurer que le programme n'entrave aucunement la croissance. En éliminant le critère de baisse des revenus de 30 %, les employeurs déjà inscrits au programme n'auront plus à craindre de perdre le soutien dont ils ont encore besoin pour assurer leur croissance. Nous continuerons à leur offrir de l'aide tandis que leur entreprise cherche à se redresser et à recommencer à croître.
Nous savons que la nouvelle Subvention salariale d’urgence du Canada sera la bienvenue. Nous savons aussi que de nombreuses entreprises ont fait des plans basés sur la subvention salariale actuelle pour les deux prochaines périodes d'admissibilité, qui s'étendent du 5 juillet au 29 août. Nous créons une règle d’exonération afin de garantir que pendant ces périodes, les entreprises auront droit au moins au même soutien qu'elles auraient reçu dans le cadre de la subvention salariale précédente.
Grâce à cette nouvelle conception plus efficace, la Subvention salariale d'urgence aidera un plus grand nombre d'employeurs qui sont tous à des stades différents de la reprise. S'ils ont subi une perte de revenus plus élevée, ils recevront une subvention plus élevée.
La réduction graduelle de l'aide accordée aux entreprises qui connaissent une bonne reprise leur assurera un taux stable et prévisible de soutien à mesure que les activités reprennent. Ces changements rendront les entreprises plus concurrentielles et permettront d'augmenter le nombre d'employés qui retournent au travail grâce à la Subvention salariale d'urgence.
Les modifications proposées garantiraient que le programme continue de répondre aux besoins immédiats des entreprises, tout en leur permettant de connaître une reprise vigoureuse.
Le gouvernement croit que les Canadiens sont résilients et que les entreprises du pays peuvent trouver des solutions novatrices pour survivre et sortir grandies de cette crise. Cependant, en ces temps extraordinaires, les entreprises ont encore besoin d'aide pour y parvenir.
Notre plan consiste à aider les Canadiens à demeurer forts tout au long de cette tempête. Il vise à assurer la protection de la santé des Canadiens et à faire en sorte que nous ayons les meilleurs outils et systèmes pour contrôler le virus. Il vise à assurer le soutien financier nécessaire aux Canadiens en situation de handicap. Il vise aussi à aider les mères et les pères à nourrir leur famille, à permettre aux jeunes de poursuivre leurs rêves et à faire que personne ne soit laissé pour compte.
L'idée est d'aider nos collectivités à demeurer fortes, d'offrir aux magasins et aux restaurants qui définissent nos quartiers le soutien dont ils ont besoin et de s'assurer que les centres de ressources et les organismes communautaires peuvent continuer de soutenir les membres les plus vulnérables de la société.
La COVID-19 a eu une incidence sur tous les aspects de la qualité de vie des Canadiens, depuis leur santé jusqu'à leur gagne-pain. Nous créons des programmes pour aider les étudiants, les aînés, les familles et les travailleurs afin que ceux-ci n'aient pas à choisir entre payer leurs factures et mettre de la nourriture sur la table. Il est maintenant crucial que nous visions une croissance inclusive et que nous continuions de soutenir les personnes vulnérables. Voilà pourquoi je travaille à incorporer l'indice de la qualité de vie dans notre prise de décisions, y compris dans nos décisions relatives au Plan d'intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19.
Outre le soutien offert par l'entremise de la Subvention salariale d'urgence, plus de huit millions de Canadiens ont reçu la Prestation canadienne d'urgence, ce qui leur a permis d'acheter de la nourriture et de payer le loyer ou des médicaments d'ordonnance. Nous avons aussi fourni un soutien financier à des millions de Canadiens vulnérables par l'intermédiaire de programmes existants, comme le crédit pour la taxe sur les produits et services, l'Allocation canadienne pour enfants, la Sécurité de la vieillesse ainsi que le Supplément de revenu garanti.
Les Canadiens ayant un handicap sont également aux prises avec une hausse de coûts et ont besoin d'aide. On estime que, grâce au présent projet de loi, 1,7 million de Canadiens vivant avec un handicap seraient admissibles à un paiement spécial pouvant atteindre 600 $ afin d'accéder à l'aide dont ils ont besoin.
En outre, nous travaillons à faire en sorte que les entreprises puissent obtenir les liquidités dont elles ont besoin. Depuis le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes jusqu'au Programme de crédit aux entreprises en passant par le Crédit d'urgence pour les grands employeurs, nous offrons aux employeurs de toutes les tailles ainsi qu'aux travailleurs partout au pays un soutien sur mesure de sorte que, quel que soit l'endroit où les gens travaillent, leur employeur ait accès à du soutien.
Nous veillons à ce qu'aucune entreprise ne soit laissée pour compte laissée pour compte. Le Fonds d'aide et de relance régionale du gouvernement prévoit 962 millions de dollars, administrés par les six agences de développement régional du Canada, afin de soutenir les entreprises touchées qui sont essentielles à l'économie régionale et locale, y compris dans les communautés rurales. Ces entreprises génèrent de bons emplois locaux et soutiennent les familles et les communautés qu'elles servent.
Nous investissons également dans les entreprises autochtones, en offrant près de 307 millions de dollars en financement aux PME autochtones et 133 millions de dollars pour appuyer les entreprises autochtones durant la reprise, notamment les microentreprises qui ne sont pas admissibles à d'autres programmes de soutien.
Nous offrons également de l'aide aux femmes entrepreneurs qui éprouvent des difficultés pendant la pandémie en fournissant 15 millions de dollars de nouveaux fonds à l'aide de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat.
Les mesures prises collectivement par les Canadiens aident à contrôler la propagation du virus au pays. Les Canadiens veulent retourner au travail, mais ont besoin de savoir qu'ils peuvent le faire en toute sécurité. Partout au Canada, l'activité économique reprend et les rues s'animent à nouveau. Toutefois, les choses ne sont pas tout à fait comme avant, ce qui est positif. Nous devons veiller avant tout à notre santé et à notre sécurité.
La COVID-19 est toujours parmi nous. Nous devons prendre des mesures pour nous protéger et pour protéger nos voisins contre une autre éclosion non maîtrisée. Tous les employeurs doivent s'assurer de suivre strictement les plus récentes directives de la santé publique, afin de protéger leurs clients, leurs travailleurs et leurs collectivités.
Il faut toujours se rappeler que la réussite économique collective est fondamentalement liée aux résultats en matière de santé publique. L'entente de relance sécuritaire de 19 milliards de dollars que le gouvernement fédéral a conclue la semaine dernière avec les provinces et les territoires contribue à assurer la sécurité et la santé des Canadiens et à faire en sorte qu'ils soient plus résilients advenant de nouvelles flambées de la maladie. Ce financement renforcera la capacité de dépistage, de retraçage des contacts et de gestion des données.
Ces fonds aideront à obtenir des sources fiables d'équipement de protection individuelle, ce qui aidera à protéger nos travailleurs de première ligne et de soins de santé. De plus, ils permettront aux provinces et aux territoires de mettre en place un soutien au revenu temporaire, de sorte que les travailleurs qui n'ont pas droit aux congés de maladie payés pourront bénéficier de 10 jours de congé payé lié à la COVID-19.
Le financement aidera de plusieurs autres manières, notamment afin qu'un nombre suffisant de places en garderies sécuritaires soit à la disposition des parents, de manière à ce que ces derniers puissent retourner au travail.
Le gouvernement continuera d'aider les Canadiens à relever les défis découlant de la COVID-19. Nous sommes prêts à prendre des mesures additionnelles, au besoin, pour stabiliser l'économie ainsi que pour protéger les Canadiens et les placer dans une position permettant une reprise vigoureuse une fois la crise terminée. En reconnaissant les enjeux auxquels sont confrontés les employeurs et en leur offrant le soutien dont ils ont besoin pour redémarrer, la bonification de la Subvention salariale d'urgence du Canada proposée dans le projet de loi C-20 constitue un autre élément important de notre plan pour accroître la résilience des Canadiens et les aider à sortir de la crise.
Il incombe à l'ensemble des députés qui siègent à la Chambre de s'assurer que nous continuons de nous concentrer sur la crise en cours et traitions en priorité les besoins des Canadiens. Nos concitoyens ont montré qu'ils sont capables de mettre de côté les vieilles habitudes et de faire preuve de solidarité pour le bien commun. J'invite les députés à faire de même pour que les Canadiens obtiennent sans délai l'appui qu'ils sont en droit de recevoir.
Je demande à tous les honorables députés de la Chambre de bien vouloir accorder leur soutien à l'adoption rapide du projet de loi C-20 afin que nous puissions protéger les emplois au pays et remettre les Canadiens au travail.
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2020-03-12 14:03 [p.2011]
Mr. Speaker, as parliamentary secretary, I meet so many women in business, whether in Montreal or across the country. I want to share with the House what we are doing to help women entrepreneurs. Our government launched the very first women's entrepreneurship strategy, and we have already put $2 billion on the table.
Export Development Canada just doubled the amount available to women-owned exporters. The Business Development Bank of Canada already has a fund devoted to women.
Whether it is through our trade commissioner service that helps hundreds of thousands of women export, or providing access to capital through the BDC, or our women entrepreneurship fund, we are committed to doubling the number of women-led businesses in this country, because a woman's place is at the head of the table.
Monsieur le Président, en tant que secrétaire parlementaire, je rencontre énormément de femmes qui sont dans les affaires tant à Montréal que partout au pays. Je tiens à faire part à la Chambre de ce que nous faisons afin d'aider les femmes entrepreneures. Notre gouvernement a lancé la toute première Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat et nous avons déjà mis 2 milliards de dollars sur la table.
Exportation et développement Canada vient de doubler le montant disponible pour les exportatrices. La Banque de développement du Canada a déjà un fonds dédié aux femmes.
Que ce soit par l'intermédiaire du Service des délégués commerciaux, qui offre un appui en matière d'exportations à des centaines de femmes, ou pour donner l'accès à du financement, par l'entremise de la BDC ou du fonds pour les femmes en entrepreneuriat, nous sommes déterminés à doubler le nombre d'entreprises dirigées par des femmes partout au pays, parce que les femmes devraient être au sommet.
View Lyne Bessette Profile
Lib. (QC)
View Lyne Bessette Profile
2019-12-12 15:06 [p.352]
Mr. Speaker, November 19 was Women's Entrepreneurship Day. It was an opportunity to reflect on the advancement of women entrepreneurs. We still have a lot of work to do, but the future is promising, as 39% of the new businesses created in 2018 are led by women.
Can the Minister of Small Business, Export Promotion and International Trade provide the House with an update on the women's entrepreneurship strategy?
Monsieur le Président, la Journée de l'entrepreneuriat féminin avait lieu le 19 novembre dernier. Ce fut l'occasion de réfléchir sur l'avancement de l'entrepreneuriat au féminin. Si nous avons encore beaucoup de travail à faire, le futur est prometteur, car 39 % des nouvelles entreprises créées en 2018 ont une femme à leur tête.
Est-ce que la ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international peut faire connaître à la Chambre l'avancement de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2019-12-12 15:07 [p.352]
Mr. Speaker, as this is my first time speaking in the House, I want to thank the people of Markham—Thornhill for their confidence in me to represent them here.
Our government is committed to the success of women entrepreneurs and women-led and owned businesses. It is why we invested $2 billion in the first ever women's entrepreneurship strategy. This investment is going to add up to $150 billion to the Canadian economy by 2026.
We are proud to double the number of female entrepreneurs, helping them export and create more good jobs for middle-class Canadians.
Monsieur le Président, comme c'est la première fois que je peux m'adresser à la Chambre, j'aimerais remercier les habitants de Markham—Thornhill de m'avoir fait suffisamment confiance pour les représenter ici.
Le gouvernement a à cœur le succès des entrepreneures et des entreprises dirigées par des femmes. Voilà pourquoi nous avons investi 2 milliards de dollars dans la toute première Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat. Cet investissement permettra d'ajouter jusqu'à 150 milliards de dollars à l'économie canadienne d'ici 2026. 
Nous sommes fiers de contribuer à doubler le nombre d'entrepreneures et de les aider à exporter leurs produits et à créer encore plus de bons emplois pour les Canadiens de la classe moyenne.
View Salma Zahid Profile
Lib. (ON)
View Salma Zahid Profile
2018-12-10 14:57 [p.24620]
Mr. Speaker, by failing to ensure economic equality for women, we are missing out not only as a society but as an economy. A McKinsey Global Institute report estimates that women's economic equality could add $150 billion to Canada's GDP by 2026 but women face barriers to full labour market participation, such as gender-based discrimination, patriarchal attitudes and lack of training.
Could the minister please explain how this government is actually helping women and how the women's entrepreneurship strategy is working to help women overcome these challenges?
Monsieur le Président, en n'assurant pas l'égalité économique entre les hommes et les femmes, nous ratons des occasions, non seulement pour la société, mais encore pour l'économie. Selon un rapport du McKinsey Global Institute, l'égalité économique des femmes permettrait d'augmenter le PIB du Canada de 150 milliards de dollars d'ici 2026, mais les femmes doivent surmonter divers obstacles tels que la discrimination fondée sur le sexe, les attitudes patriarcales et le manque de formation pour participer pleinement au marché du travail.
La ministre pourrait-elle expliquer par quels moyens le gouvernement aide les femmes et comment la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat permet aux femmes de relever ces défis?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2018-12-10 14:58 [p.24620]
Mr. Speaker, small businesses make up 99% of all businesses in Canada, yet only 16% are women-owned or women-led and they face unique barriers. This is why we recently invested $85 million in a women ecosystem fund to help support those women entrepreneurs and another $20 million to help those women grow their businesses. By advancing women's economic participation, we could add up to $150 billion in GDP to the Canadian economy by 2026.
Women's success is everyone's business.
Monsieur le Président, les petites entreprises représentent 99 % de toutes les entreprises au Canada; pourtant seulement 16 % d'entre elles sont détenues ou dirigées par des femmes et font face à des obstacles qui leur sont propres. Voilà pourquoi nous avons investi 85 millions de dollars dans le Fonds pour l'écosystème de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat afin d'aider les femmes entrepreneurs, plus 20 millions de dollars pour aider les femmes à développer leur entreprise. En élargissant la participation des femmes à l'économie, nous pourrions augmenter le PIB du Canada de 150 milliards de dollars d'ici 2026.
La réussite des femmes, c'est l'affaire de tous.
Results: 1 - 18 of 18

Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data