Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 503
View Gagan Sikand Profile
Lib. (ON)
View Gagan Sikand Profile
2020-02-07 10:09 [p.1074]
Madam Speaker, I am pleased to add to the debate of BillC-3 today.
An independent review and complaints mechanism for the Canada Border Services Agency would fill an important gap for our national security agencies. This is not a new issue for parliamentarians. Members will recall that similar legislation was introduced and debated in the last session, as BillC-98. That bill received unanimous consent just eight months ago, and since that time our government has had the benefit of considering comments made on previous legislation. With its introduction as a new bill, it is reflective of many of the comments and recommendations previously made.
CBSA oversight is not a new idea. In fact, BillS-205, introduced by former Senator Moore in the other place a few years ago, proposed a CBSA review body. That was, in part, in response to a previous call by senators to create an oversight body through the 2015 report of the Standing Senate Committee on National Security and Defence. Many parliamentarians, academics, experts and stakeholders have made similar calls over the years. That is largely because Canada is the only country among our closest allies not to have a dedicated review body for complaints regarding its border agency. Furthermore, the CBSA is the only organization within the public safety portfolio without such a body. BillC-3 would change this environment.
Canadians need to be confident that their complaints are handled and addressed appropriately and independently. They deserve enhanced reporting on how border services operate, which the bill also proposes. To expand on that, under BillC-3, the new body would be able to not only report on its finding but also make recommendations as it sees fit. Those reports would include the PCRC's findings and recommendations on everything from the CBSA's policies and procedures to its compliance with the law to the reasonableness of the use of its powers.
This is about accountability and transparency. To parse why this is so important, we must take a look at the rapidly-changing context of the CBSA.
On a daily basis, CBSA officers interact with thousands of Canadians and visitors to Canada at airports, land borders, crossing ports and other locations. To put that in numbers, that is 96 million interactions per year with travellers and $32 billion per year in duties and taxes, according to the 2017-18 statistics. That is 27.3 million cars, 34.5 million air passengers and 21.4 million commercial releases. All of that happens at 13 international airports, 117 land border crossings, 27 rail sites and beyond. This will only increase. That is why the government introduced a federal budget last year proposing investments of $1.25 billion for the CBSA to help modernize some of our ports of entry and our border operations. After all, we know that business at the border never stops and is growing year after year.
As hon. members know, ensuring that business continues while protecting Canadians requires CBSA officers to have the power to arrest, detain, search and seize, and the authority to use reasonable force when required. We know that Canada's over 14,000 CBSA officers are truly world class, providing consistent and fair treatment to travellers and traders.
However, as business grows along with demands for accountability, the CBSA cannot reasonably be expected to handle all the complaints on its own, nor should Canadians expect it would. Currently, complaints about conduct and the service provided by CBSA officers are handled internally. If an individual is dissatisfied with the results of an internal CBSA investigation, there is currently no mechanism for the public to request an independent review of these complaints. BillC-3 would neatly remedy all of this. For example, such an individual would be able to ask the PCRC to review his or her complaint. At the conclusion of a PCRC investigation, the review body would be able to report on its findings and make recommendations as it sees fit. The president of the CBSA would be required to respond in writing to the PCRC's findings and recommendations.
The PCRC would also accept complaints about the conduct and service provided by CBSA employees from detainees held in CBSA facilities. These could include complaints related to treatment and conditions in detention.
On the rare occasion that there be a serious incident involving CBSA personnel, BillC-3 would legislate a framework to not only handle and track such incidents, but also to publicly report on them. It would in fact create an obligation for the CBSA to notify local police and the PCRC of any serious incident involving the CBSA officers or employees. As I have noted, the legislation would also allow for the PCRC to review, on its own initiative or at least at the request of the minister, any non-national security activity of the CBSA.
National security activities would be reviewed by the new national security intelligence review committee, which is the National Security Intelligence Review Agency, or NSIRA. As colleagues know, the NSIRA is responsible for complaints and reviews relating to national security, including those relating to the RCMP and the CBSA. Members will see provisions in BillC-3 that would facilitate information sharing and co-operation between the PCRC and NSIRA.
I would point out that the PCRC would not have the authority to review, uphold, amend or overturn enforcement, trade or national security decisions made with the CBSA, nor would it consider complaints that could be dealt with by other organizations, such as the Canadian Human Rights Commission, the Office of the Commissioner of Official Languages or the Office of the Privacy Commission. What it would do is provide a reasonable, long-sought-after framework to build accountability in our public safety agencies and trust among Canadians.
As I close, I would like to point out that this is the latest in a line of recent measures to enhance accountability in our national security apparatus. The former BillC-22 led to the creation of the now operational National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians, which has a broad mandate to review national security and intelligence organizations.
The former Bill C-59 led to the creation of the NSIRA. NSIRA now has the authority to review any activity carried out by CSIS or the Communications Security Establishment and any national security or intelligence-related activity carried out by federal departments and agencies.
All of this amounts to unprecedented enhancements in our national security accountability, on top of the government's creation of a national security transparency commitment, which is all about integrating Canada's democratic values into our national security activities.
These measures build on the government's broad national security consultations in 2016, which sought to engage Canadians, stakeholders and subject matter experts on issues related to national security and the protection of rights and freedoms. In those consultations, four-fifths, or 81%, of online responses called for independent review mechanisms for departments and agencies that have national security responsibilities, including the CBSA.
This outline should provide some rationale for bipartisan support for BillC-3 by parliamentarians, academics, experts and stakeholders alike and other Canadians. Our security and intelligence communities must keep pace with evolving threats to the safety and security of Canadians and with a rapidly changing border environment. They must do so in a way that safeguards our rights and freedoms, and the people's trust in how the government works. That is why I ask the House to join me in supporting BillC-3 today.
Madame la Présidente, je suis heureux de participer au débat sur le projet de loi C-3 aujourd'hui.
La création d'un mécanisme indépendant d'examen des plaintes relatives à l'Agence des services frontaliers du Canada comblerait une importante lacune concernant les organismes de sécurité nationale. Ce n'est pas la première fois que les parlementaires se penchent sur ce genre de problème. Les députés se rappelleront qu'un projet de loi semblable, le projet de loi C-98, a été présenté et débattu pendant la dernière législature. Ce projet de loi a été appuyé à l'unanimité il y a seulement huit mois. Depuis ce temps, le gouvernement a eu la chance de prendre en considération les observations sur le projet de loi précédent. Nous avons donc présenté un nouveau projet de loi qui tient compte de bon nombre des observations et des recommandations qui ont été soumises précédemment.
L'idée de créer un mécanisme de surveillance pour l'ASFC n'est pas nouvelle. D'ailleurs, le projet de loi S-205, que l'ancien sénateur Moore a présenté à l'autre endroit, il y a quelques années, visait à mettre en place un organisme d'examen pour l'ASFC. Cette initiative répondait notamment à une recommandation d'un rapport présenté en 2015 par le Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense, qui demandait la création d'un organisme d'examen. Nombre de parlementaires, d'universitaires, d'experts et d'intervenants ont fait des recommandations similaires au fil des années. Cela s'explique en grande partie par le fait que le Canada est le seul pays parmi ses plus proches alliés qui ne s'est pas doté d'un organisme voué à l'examen des plaintes relatives à son agence frontalière. De plus, l'ASFC est le seul organisme relevant du portefeuille de la sécurité publique à ne pas être surveillé par un tel organisme. Le projet de loi C-3 permettrait de remédier à cette situation.
Les Canadiens doivent avoir l'assurance que leurs plaintes sont traitées de façon efficace et indépendante. Ils méritent un meilleur mécanisme de reddition de comptes en ce qui concerne le fonctionnement des services frontaliers, ce que prévoit aussi le projet de loi. Qui plus est, au titre du projet de loi C-3, le nouvel organisme pourra non seulement faire rapport de ses conclusions, mais aussi formuler des recommandations à sa guise. Les rapports comprendront les conclusions et les recommandations de la Commission d’examen et de traitement des plaintes du public sur toutes sortes de sujets, des politiques et des procédures de l'Agence des services frontaliers du Canada au respect qu'elle accorde aux lois, en passant par le bien-fondé de son utilisation de ses pouvoirs.
Il est question de reddition de comptes et de transparence. Pour comprendre pourquoi c'est si important, il faut examiner le contexte en pleine mutation dans lequel évolue l'Agence des services frontaliers du Canada.
Chaque jour, les agents des services frontaliers interagissent avec des milliers de Canadiens et de visiteurs dans les aéroports, les postes frontaliers terrestres, les ports et d'autres lieux. Selon les statistiques de 2017-2018, il s'agit de 96 millions d'interactions par année avec des voyageurs et de 32 milliards de dollars par année en droits de douane et en taxes. Il s'agit de 27,3 millions de voitures, de 34,5 millions de passagers aériens et de 21,4 millions de mainlevées des expéditions commerciales. Tous ces échanges se produisent dans 13 aéroports internationaux, 117 postes frontaliers terrestres, 27 gares ferroviaires ainsi qu'à d'autres endroits. Ces chiffres ne feront qu'augmenter. C'est pourquoi, l'année dernière, le gouvernement a présenté un budget fédéral qui proposait un investissement de 1,25 milliard de dollars dans l'Agence des services frontaliers du Canada pour moderniser certaines des activités aux points d'entrée et à la frontière. Après tout, nous savons que les activités à la frontière n'arrêtent jamais et qu'elles augmentent d'année en année.
Comme les députés le savent, pour garantir la poursuite des activités tout en protégeant les Canadiens, il faut que les agents des services frontaliers aient le pouvoir d'arrêter et de détenir des personnes, de procéder à des fouilles et à des saisies et d'utiliser une force raisonnable lorsque cela est nécessaire. Nous savons que les plus de 14 000 agents de l'Agence des services frontaliers du Canada traitent les voyageurs et les gens d'affaires de manière uniforme et équitable. Ils offrent des services de premier ordre.
Or, qui dit croissance des activités dit aussi hausse des responsabilités, et on ne peut pas — on ne devrait pas — s'attendre à ce que l'Agence des services frontaliers du Canada traite toutes les plaintes toute seule. À l'heure où on se parle, les plaintes portant sur les services offerts par l'Agence et sur la conduite de ses agents sont traitées à l'interne. Si une personne est insatisfaite des résultats de l'enquête menée par l'Agence, elle n'a présentement aucun recours et ne peut réclamer un examen indépendant de sa plainte. Le projet de loi C-3 y verrait. S'il est adopté, cette même personne pourra en effet demander à la future commission d'examen et de traitement des plaintes du public de s'en mêler. Une fois son enquête terminée, la commission fera rapport de ses constatations et de ses recommandations de la manière qu'elle jugera la plus appropriée. Le président de l'Agence des services frontaliers devra quant à lui réagir par écrit aux constatations et aux recommandations de la commission.
La nouvelle commission pourra également entendre les plaintes portant sur la conduite des employés de l'Agence et sur les services qu'ils offrent aux personnes détenues par l'Agence elle-même. On pense par exemple aux gens qui voudraient se plaindre de la manière dont ils sont traités ou de leurs conditions de détention.
Pour les rares cas où un employé de l'Agence serait en cause dans un événement grave, le projet de loi C-3 définit également la marche à suivre pour donner suite à l'incident et il précise que le rapport qui suivra devra être rendu public. Il obligera également l'Agence à informer les policiers et la future commission d'examen de tout événement grave impliquant ses agents ou ses employés. Enfin, comme je le disais plus tôt, le projet de loi autorisera aussi la commission à s'intéresser de son propre chef, ou du moins à la demande du ministre, à toute activité réalisée par l'Agence des services frontaliers qui ne touche pas à la sécurité nationale.
En effet, les activités touchant à la sécurité nationale seront plutôt du ressort d'un nouveau comité, l'office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement. Comme son nom l'indique, l'office sera responsable des enquêtes et des examens se rapportant à la sécurité nationale, y compris lorsque la GRC et l'Agence des services frontaliers sont visées. Le projet de loi C-3 contient également des dispositions qui faciliteront l'échange de renseignements et la collaboration entre la commission et l'office.
J'aimerais souligner que la commission d'examen et de traitement des plaintes n'aurait pas le pouvoir d'examiner, de confirmer, de modifier ou d'infirmer les décisions prises par l'Agence en matière d'application de la loi, de commerce ou de sécurité nationale, pas plus qu'elle ne pourrait se pencher sur des plaintes relevant d'autres entités telles que la Commission canadienne des droits de la personne, le Commissariat aux langues officielles ou le Commissariat à la protection de la vie privée. Elle offrirait plutôt un cadre raisonnable qu'on réclame depuis longtemps pour assurer la reddition de comptes des organismes de sécurité publique canadiens et renforcer la confiance des Canadiens.
Pour terminer, j'aimerais mentionner qu'il s'agit ici de la dernière d'une série de mesures adoptées récemment pour accroître la reddition de compte de l'appareil de sécurité nationale canadien. L'ancien projet de loi C-22 a permis la mise sur pied du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, maintenant opérationnel, qui a un mandat vaste afin d'examiner les organisations de sécurité nationale et du renseignement du Canada.
L'ancien projet de loi  C-59 a mené à la création de l'Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement. Cet office a maintenant le pouvoir d'examiner toutes les activités du Service canadien du renseignement de sécurité et du Centre de la sécurité des télécommunications, de même que toutes les activités liées à la sécurité nationale et au renseignement menées par les ministères et organismes fédéraux.
Toutes ces mesures apportent des améliorations sans précédent à la reddition de comptes dans le domaine de la sécurité nationale, améliorations qui s'ajoutent à l'engagement de transparence en matière de sécurité nationale adopté par le gouvernement, dont le but est d'intégrer les valeurs démocratiques du Canada à ses activités de sécurité nationale.
Ces mesures s'appuient sur les vastes consultations sur la sécurité nationale menées par le gouvernement en 2016, qui visaient à faire participer les Canadiens, les parties prenantes et les experts en la matière aux questions liées à la sécurité nationale et à la protection des droits et des libertés. Lors de ces consultations, les quatre cinquièmes, soit 81 %, des réponses en ligne réclamaient des mécanismes d'examen indépendants pour les ministères et les organismes qui ont des responsabilités en matière de sécurité nationale, y compris l'Agence des services frontaliers.
Ce résumé devrait justifier le soutien bipartite apporté au projet de loi C-3 par les parlementaires, les universitaires, les experts et les parties prenantes, ainsi que par d'autres Canadiens. Les milieux de la sécurité et du renseignement doivent suivre l'évolution des menaces et s'adapter à un environnement frontalier en mutation rapide. Ils doivent le faire de manière à protéger nos droits et nos libertés, et à préserver la confiance de la population dans le fonctionnement du gouvernement. C'est pourquoi je demande aux députés de se joindre à moi pour soutenir le projet de loi C-3.
View Patricia Lattanzio Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I appreciate this opportunity to add my voice to the debate of BillC-3 at second reading. This important piece of legislation would amend the Canada Border Services Agency Act and the Royal Canadian Mounted Police Act to establish a new public complaints and review commission for both organizations. This would give the CBSA its own independent review body for the first time.
Transparency and accountability are extremely important in any context. That certainly includes the public safety and national security sphere. Canadians need to have trust and confidence in the people and agencies that work so hard to protect them. Right now, among the family of organizations that make up the public safety portfolio, only the CBSA lacks a full-fledged independent review body dedicated to it.
The RCMP has had such a body since 1988, the Civilian Review and Complaints Commission for the RCMP. The CRCC reviews complaints from the public about conduct of RCMP members and conducts reviews when complainants are not satisfied with the RCMP's handling of their complaints. This process ensures public complaints are examined fairly and impartially.
Canada also has an office of the correctional investigator, which provides independent oversight of Correctional Service Canada. The correctional investigator essentially serves as an ombudsman for federal offenders. The main responsibility of the office is to investigate and try to resolve offender complaints. The office is also responsible for reviewing and making recommendations on CSC policies and procedures related to those complaints, the goal being to ensure areas of concern are identified and appropriately addressed.
The CBSA really stands out in this context.
Before I go any further, it is important to point out that a fair number of CBSA's activities are already subject to independent oversight through existing bodies. Customs-related matters, for example, are handled by the Canadian International Trade Tribunal. With the passage of Bill C-59, the CBSA's national security-related activities are now being overseen by Canada's new National Security and Intelligence Review Agency. This agency is an independent, external body that can report on any national security or intelligence-related activity carried out by federal departments and agencies. It has the legal mandate and expertise to review national security activities and serves an important accountability function in our democracy.
However, a major piece is missing in the architecture of public safety and national security oversight and accountability. There is currently no mechanism for public complaints about the CBSA to be heard and considered. That is a significant oversight, given the scope of the agency's mandate and the sheer volume of its interactions with the public.
CBSA employees deal with thousands of people each day and tens of millions each year. They do so at approximately 1,200 service points across Canada and at 39 international airports and locations. In the last fiscal year alone, border officers interacted with 96 million travellers, both Canadians and foreign nationals, and that is just one aspect of its business. It is a massive, complex and impressive operation. We can all be proud of having such a professional, world-class border services agency.
In the vast majority of cases, the CBSA's interactions with the public happen without incident. Our employees work with the utmost professionalism in delivering border services to those entering the country. However, on rare occasions, and for whatever reason, things go less than smoothly. That is not unusual. People are human and we cannot expect everything they do will be perfect all the time. However, that does not mean there should not be a fair and appropriate way for people to air their grievances. If people are unhappy with the way they were treated at the border, or the level of service they received, they need to know that someone will hear their complaint in an independent manner. Needless to say, that is currently not the case.
The way things currently work is that if a member of the public makes a complaint about the CBSA, it is handled internally. In other words, the CBSA investigates itself. In recent years, a number of parliamentarians, commentators and observers have raised concerns about this problematic accountability gap. To rectify the situation, they have called for an independent review body specific to the CBSA. BillC-3 would answer that call.
Under BillC-3, the existing Civilian Review and Complaints Commission for the RCMP would be given new powers and remain the public complaints and review commission, or PCRC. The newly established PCRC would consider complaints related to conduct or service issues involving either CBSA or RCMP employees. Those who believe they have had a negative interaction with a CBSA employee would have the option of turning to the PCRC for remedy and would have one year to do so.
The same would continue to be the case with respect to the RCMP. This would apply to Canadian citizens, permanent residents and foreign nationals. That includes people detained in CBSA's immigration holding centres, who would be able to submit complaints related to their conditions of detention or treatment while in detention.
The complaints function is just one part of the proposed new PCRC. The commission would also have an important review function. It would conduct reviews related to non-national security activities involving CBSA and the RCMP, since national security, as I noted earlier, is now in the purview of the National Security and Intelligence Review Agency. The findings and recommendations of the PCRC would be non-binding. However, the CBSA would be required to provide a response to those findings and recommendations for all the complaints. I believe that combining these functions into one agency is the best way forward.
The existing CRCC already performs these functions for the RCMP, and the proposals in the bill would build on the success and expertise it has developed. Combining efforts may also generate efficiencies of scale and allow for resources to be allocated to priority areas. On that note, I certainly recognize that additional resources would be required for the PCRC, given its proposed new responsibilities and what that would mean in terms of workload.
That is why I am pleased that budget 2019 included nearly $25 million over five years, starting this fiscal year, and an additional $6.83 million per year ongoing to expand the mandate of the CRCC. That funding commitment has also been positively received by stakeholders. With BillC-3, the government is taking a major step toward enhancing CBSA independent review and accountability in a big way.
I was encouraged to see an apparent consensus of support for this bill in our debate so far. As we know, just eight months ago, the previous form of this bill, BillC-98, received all-party support during third reading in the House during the last Parliament. In reintroducing this bill, we have taken into consideration points that were previously raised by the opposition parties, and we hope to rely on their continued support.
The changes proposed in BillC-3 are appropriate and long overdue. They would give Canadians greater confidence in the border agencies that serve them and they would bring Canada in line with international norms in democratic countries. That includes the systems already in place with some of our closest allies, such the U.K., Australia and New Zealand.
I am proud to be supporting this important piece of legislation. I will be voting in favour of this bill at second reading and I urge all of my hon. colleagues to do the same when the time comes.
Madame la Présidente, je suis heureuse d'avoir l'occasion d'ajouter ma voix à celles des députés qui débattent le projet de loi C-3 à l'étape de la deuxième lecture. Cette importante mesure législative modifiera la Loi sur l'Agence des services frontaliers du Canada et la Loi sur la Gendarmerie royale du Canada afin d'établir une nouvelle commission d'examen et de traitement des plaintes du public pour les deux organismes. Grâce à ce changement, l'ASFC aura pour la première fois son propre organisme d'examen indépendant.
La transparence et la responsabilité sont extrêmement importantes dans tous les contextes et certainement dans le contexte de la sécurité publique et de la sécurité nationale. Les Canadiens doivent avoir confiance dans les gens et les organismes qui travaillent d'arrache-pied pour les protéger. À l'heure actuelle, parmi tous les organismes qui font partie du portefeuille de la sécurité publique, seule l'ASFC n'a pas de véritable organisme d'examen indépendant qui lui soit consacré.
La GRC a d'un tel organisme depuis 1988: la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC. La Commission traite les plaintes du public concernant la conduite d'agents de la GRC et revoit les dossiers dans les cas où le plaignant n'est pas satisfait de la manière dont la GRC a traité sa plainte. Ce processus permet un examen juste et impartial des plaintes du public.
Le Canada dispose également d'un bureau de l'enquêteur correctionnel, qui assure une surveillance indépendante du Service correctionnel du Canada. L'enquêteur correctionnel sert essentiellement d'ombudsman pour les délinquants sous responsabilité fédérale. La principale responsabilité de ce bureau est de mener des enquêtes et d'essayer de résoudre les plaintes des délinquants. Le bureau est également chargé d'examiner les politiques et les procédures du Service correctionnel du Canada qui sont visées par ces plaintes et de formuler des recommandations à ce sujet. L'objectif est de cerner les sujets de préoccupation et de s'en occuper de manière appropriée.
L'Agence des services frontaliers du Canada se distingue vraiment dans ce contexte.
Avant d'aller plus loin, il est important de souligner qu'un bon nombre d'activités de l'Agence sont déjà soumises à une surveillance indépendante par l'entremise d'organismes qui existent déjà. Les questions liées aux douanes, par exemple, sont traitées par le Tribunal canadien du commerce extérieur. Avec l'adoption du projet de loi  C-59, les activités de l'Agence liées à la sécurité nationale sont désormais surveillées par le nouvel Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement. Cet office est un organisme indépendant et externe pouvant rendre compte de toute activité liée à la sécurité nationale ou au renseignement menée par les ministères et organismes fédéraux. Il a le mandat légal et l'expertise nécessaire pour mener un examen des activités liées à la sécurité nationale et il remplit une fonction importante de reddition de comptes dans notre régime démocratique.
Cependant, il manque un élément majeur à l'architecture de la surveillance et de la reddition de comptes en matière de sécurité publique et nationale. En effet, il n'existe actuellement aucun mécanisme permettant d'entendre et d'étudier les plaintes du public concernant l'Agence des services frontaliers du Canada. Il s'agit là d'un oubli considérable compte tenu de la portée du mandat de l'Agence et du volume élevé de ses interactions avec le public.
Les employés de l'Agence des services frontaliers du Canada interagissent avec des milliers de personnes chaque jour — des dizaines de millions de personnes chaque année. Ils le font dans environ 1 200 points de service au Canada et à 39 aéroports et emplacements internationaux. Au cours de la dernière année financière seulement, les agents frontaliers ont interagi avec 96 millions de voyageurs — des Canadiens comme des étrangers —, et ce n'est qu'un aspect de leurs tâches. L'Agence est une entité massive, complexe et impressionnante. Nous pouvons être fiers d'avoir une agence des services frontaliers de calibre mondial aussi professionnelle.
Dans la grande majorité des cas, les interactions des agents avec le public se passent sans incident. Les employés font preuve d'un très grand professionnalisme lorsqu'ils fournissent des services frontaliers à ceux qui entrent au Canada. Cependant, en de rares occasions, pour une raison quelconque, les choses se passent moins bien. Ce n'est pas inhabituel. Les personnes sont des êtres humains. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu'ils se comportent toujours parfaitement. Cependant, cela implique qu'il devrait y avoir un moyen équitable et approprié pour les gens de présenter leurs doléances. Si les gens sont insatisfaits du traitement qu'ils reçoivent à la frontière, ou du niveau de service qu'ils ont reçu, ils doivent savoir que quelqu'un écoutera leur plainte, de façon indépendante. Il va sans dire que ce n'est pas le cas actuellement.
Actuellement, si un membre du public porte plainte contre l'Agence des services frontaliers du Canada, la plainte est traitée à l'interne. En d'autres termes, l'Agence enquête sur elle-même. Ces dernières années, un certain nombre de parlementaires, de commentateurs et d'observateurs ont soulevé des préoccupations concernant ce manque problématique de reddition de comptes. Pour corriger la situation, ils ont demandé d'avoir un organisme d'examen indépendant propre à l'Agence. Le projet de loi C-3 répondra à cet appel.
Le projet de loi C-3 prévoit que l'actuelle Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC se verrait attribuer de nouveaux pouvoirs et qu'elle serait désormais connue sous le nom de commission d'examen et de traitement des plaintes du public. La nouvelle commission examinerait les plaintes liées à la conduite et au service des employés de l'ASFC et de la GRC. Les personnes qui pensent avoir eu un échange négatif avec un employé de l'ASFC pourraient se tourner vers la commission; elles auraient un an pour le faire.
Pour ce qui est de la GRC, le processus demeurerait le même. Les citoyens canadiens, les résidents permanents et les ressortissants étrangers pourront se prévaloir d'un tel recours, notamment les personnes détenues dans des centres de surveillance de l'Immigration de l'ASFC. Pendant leur détention, elles pourront déposer des plaintes liées à leurs conditions de détention ou au traitement qu'elles reçoivent pendant la détention.
La fonction relative aux plaintes n'est qu'un élément de la nouvelle commission, qui aurait également une importante fonction d'examen. Elle procéderait à l'examen des activités de l'ASFC et de la GRC qui ne sont pas liées à la sécurité nationale, car comme je l'ai dit plus tôt, c'est un aspect qui est maintenant du ressort de l'Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement. Les conclusions et les recommandations de la commission concernant les plaintes ne seraient pas exécutoires, mais l'ASFC serait tenue d'y répondre. Je pense que le fait de combiner ces fonctions en un seul organisme est la meilleure façon d'aller de l'avant.
La Commission civile d’examen et de traitement des plaintes actuelle remplit déjà ces fonctions au sein de la GRC, et les mesures proposées dans le projet de loi mettraient à profit les succès et l'expérience de celle-ci. Combiner les efforts pourrait peut-être aussi générer des économies d'échelle et débloquer des ressources pour qu'elles soient allouées à des dossiers prioritaires. À ce sujet, je suis tout à fait consciente que la Commission aura besoin de ressources supplémentaires vu les nouvelles responsabilités — et donc, la nouvelle charge de travail — qui sont proposées la concernant.
C'est pourquoi je suis contente que le budget 2019 prévoie une enveloppe de près de 25 millions de dollars sur cinq ans, à partir de l'exercice actuel, et 6,83 millions de dollars supplémentaires par an ensuite pour élargir le mandat de la Commission. Cette promesse de financement a aussi été accueillie favorablement par les parties prenantes. Le projet de loi C-3 permet au gouvernement de se doter de moyens essentiels pour perfectionner l'examen indépendant et la responsabilisation au sein de l'Agence des services frontaliers du Canada d'une manière importante.
Cela m'a encouragée de voir que tous les partis semblent vouloir, jusqu'à présent, appuyer ce projet de loi. Nous le savons, la version antérieure de ce projet de loi, le projet de loi C-98, a reçu, il y a juste huit mois, le soutien de tous les partis à l'étape de la troisième lecture à la Chambre, pendant la dernière législature. Dans la nouvelle mouture que nous avons proposée, nous avons pris en compte les points soulevés précédemment par les partis de l'opposition, et nous espérons pouvoir continuer à compter sur leur appui.
Cela fait longtemps que les changements proposés dans le projet de loi C-3, qui sont tout à fait appropriés, auraient dû être faits. Ils donneraient aux Canadiens une confiance accrue dans les agences frontalières qui les servent et contribueraient à aligner le Canada avec des systèmes respectant les normes internationales déjà en place dans les pays démocratiques, notamment chez certains de nos plus proches alliés comme le Royaume-Uni, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.
C'est avec fierté que j'appuie cet important projet de loi. Je voterai en faveur de ce projet de loi à l'étape de la deuxième lecture et j'invite tous mes collègues à faire de même le moment venu.
View Majid Jowhari Profile
Lib. (ON)
View Majid Jowhari Profile
2020-02-06 15:51 [p.1046]
Mr. Speaker, I would like to inform you that I will be splitting my time with the hon. member for Mississauga—Erin Mills.
As it is my first time rising in the 43rd Parliament, I would like to extend my heartfelt thanks to the constituents of Richmond Hill, who bestowed on me the honour of representing them in the House. I thank my campaign manager, my riding association executive and the over 100 volunteers and friends who worked so hard to help me get re-elected.
I would especially like to acknowledge and thank my wife Homeira; my daughter Nickta and my son Meilaud, who have supported me in my political life over the past five years.
I am pleased to have this opportunity to rise at second reading of BillC-3. The bill proposes to create an independent review and complaint mechanism for the Canada Border Services Agency, the CBSA. I would like to highlight five significant components of the bill.
First, it would provide for civilian oversight.
Second, it would strengthen the accountability and transparency of the CBSA.
Third, it would ensure consistent, fair and equal treatment to all when receiving services.
Fourth, it would complement and align with other measures being taken by our government to create independent review functions for national security agencies.
Fifth, it would close a significant gap with the other Five Eyes international border agencies.
Such mechanisms help to promote public confidence by strengthening accountability. They ensure that complaints regarding employee conduct and service are dealt with transparently. CSIS, the RCMP and the Correctional Service of Canada are already subject to that kind of accountability.
Among the organizations that make up Canada's public safety portfolio, only the CBSA does not currently have a review body to handle public complaints. BillC-3 would fill that glaring gap and build on recent accountability and transparency reforms introduced by the Government of Canada.
One of those reforms is the newly created National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians. This new body addresses a long-standing need for parliamentarians to review the government's national security and intelligence activities and operations, including those involving the CBSA. Its members have unprecedented access to classified information.
As the Prime Minister has said, it “will help us ensure that our national security agencies continue to keep Canadians safe in a way that also safeguards our values, rights, and freedoms.”
The government has also brought into force a new expert review body, thanks to the passage of Bill C-59, called the National Security and Intelligence Review Agency.
This new agency will greatly enhance how Canada's national security agencies are held to account. It will establish a single, independent agency authorized to conduct reviews on national security and intelligence activities carried out by departments and agencies across the Government of Canada, including the CBSA.
The legislation before us today would go one step further by establishing an independent review and complaints function for the CBSA's other activities. Those activities play a critical role in our country's security and economic prosperity. They facilitate the efficient flow of people and goods across our border to support our economy, while protecting the health and safety of Canadians.
In keeping with its sweeping mandate, the scale of the CBSA's operations and the number of people and goods it deals with are enormous. CBSA employees deliver a wide range of services at more than 1,000 locations, including 117 land border crossings, 13 international airports and 39 international offices.
The agency's employees are diligent and hard-working. In 2018-19, they interacted with more than 96 million travellers and processed more than 19 million commercial shipments and 54 million courier shipments.
The vast majority of the CBSA's interactions and transactions go off without a hitch. However, when dealing with more than a quarter of a million people each day, and nearly 100 million each year, the occasional complaint is inevitable. Each year the CBSA recourse directorate receives approximately 2,500 complaints concerning employee conduct and services.
Last summer, as I was knocking on doors in my riding of Richmond Hill, I talked to many residents, Canadian citizens and permanent residents alike, who regularly crossed the borders to and from the U.S. They shared their challenges with wait times, extensive and intrusive repeated questioning and the feeling of inferiority that it left them with. Repeatedly, they raised their concern about their inability to get answers about the way they were treated and their frustration with the lack of an independent body to raise their concerns.
However, as I noted earlier, there is currently no independent review body that people can turn to when they are unsatisfied with the level of service or the conduct of an officer at the border. That accountability gap has generated considerable public interest and been regularly raised by parliamentarians.
On that note, I would like to recognize and thank the now-retired Wilfred Moore for his advocacy on this issue with the introduction of BillS-205 in the other place.
There have also been numerous calls by stakeholders and NGOs to improve CBSA accountability and transparency. The Canadian Civil Liberties Association said that it considered “such a gap as being incompatible with democratic values and with a need for public trust in such an important agency.”
According to the late Professor Ron Atkey of York University, the lack of CBSA oversight presented “a problem in the makeup of the current security intelligence review mechanism”. He added that the creation of the committee of parliamentarians should not be considered as a substitute for independent expert review bodies, which he suggested should be extended to cover CBSA.
That is exactly what BillC-3 would do. It proposes to establish an independent review mechanism for the CBSA by expanding and strengthening the existing Civilian Review and Complaints Commission, or CRCC. The CRCC is currently the review agency for the RCMP.
To reflect its proposed new responsibilities under BillC-3, it will be renamed the public complaints and review commission, or PCRC. The proposed new PCRC will be responsible for handling reviews and complaints for both the CBSA and the RCMP. The PCRC will be accessible to anyone who interacts with CBSA employees and has complaints about the conduct of CBSA officers and the quality of services.
The PCRC will also have the ability to conduct reviews of the CBSA on its own initiative or at the request of the Minister of Public Safety. Those reviews could focus on any activity conducted by the CBSA, with the exception of national security matters.
With the passage of Bill C-59, the National Security and Intelligence Review Agency will be responsible for complaints and reviews relating to national security, including those involving the RCMP and CBSA. The PCRC will work in a complementary manner with the proposed new National Security and Intelligence Review Agency. Provisions in BillC-3 will facilitate information sharing and co-operation between the two bodies. If the PCRC were to receive those types of complaints, it would refer the complainants to the appropriate body.
By providing an independent arms-length mechanism for people to be heard, BillC-3 would make them more comfortable to come forward with a complaint. That, in turn, would help ensure that Canadians would remain confident in the system of accountability for the agencies that work so hard to keep them safe.
That is why I urge hon. members of the House to join me in supporting this important legislation at second reading.
Monsieur le Président, je vous informe que je partagerai mon temps de parole avec la députée de Mississauga—Erin Mills.
Comme c’est la première fois que j’interviens au cours de la 43e législature, je tiens à remercier sincèrement les électeurs de Richmond Hill qui m’ont fait l’honneur de les représenter à la Chambre. Je remercie mon directeur de campagne, l’exécutif de mon association de circonscription et la centaine de bénévoles et amis qui ont travaillé si fort pour m’aider à me faire réélire.
Je tiens tout particulièrement à remercier ma femme Homeira, ma fille Nickta et mon fils Meilaud, qui m’ont appuyé dans ma vie politique au cours des cinq dernières années.
Je suis heureux d’avoir l’occasion de prendre la parole à l’étape de la deuxième lecture du projet de loi C-3. Le projet de loi propose de créer une fonction d’examen indépendant et de traitement des plaintes pour l’Agence des services frontaliers du Canada, l’ASFC. J’aimerais souligner cinq éléments importants qu’il contient.
Premièrement, il prévoit une surveillance civile.
Deuxièmement, il renforce la reddition de comptes et la transparence au sein de l’ASFC.
Troisièmement, il garantit un traitement uniforme, équitable et égal à tous lorsqu’ils reçoivent des services.
Quatrièmement, il complète les autres mesures prises par le gouvernement pour créer des fonctions d’examen indépendant pour les organismes de sécurité nationale et s’harmonise avec ces mesures.
Cinquièmement, il comble un écart important avec les autres agences frontalières internationales du Groupe des cinq.
Ces mécanismes contribuent à promouvoir la confiance du public en renforçant la reddition de comptes. Ils permettent de veiller à ce que les plaintes concernant la conduite des employés et les services offerts soient traitées de façon transparente. Le SCRS, la GRC et le Service correctionnel du Canada sont déjà assujettis à des modalités de reddition de comptes de ce genre.
Parmi les organisations qui composent le portefeuille de la sécurité publique du Canada, seule l’ASFC n’a actuellement pas d’organisme d’examen pour traiter les plaintes du public. Le projet de loi C-3 comblerait cette lacune flagrante et s’appuierait sur les réformes apportées récemment par le gouvernement du Canada en matière de reddition de comptes et de transparence.
Parmi ces réformes figure la création du nouveau Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement. Ce nouvel organisme répond à un besoin de longue date des parlementaires d’examiner les activités et les opérations du gouvernement en matière de sécurité nationale et de renseignement, y compris celles de l’ASFC. Ses membres ont un accès sans précédent aux renseignements classifiés.
Comme l’a dit le premier ministre, cela « nous aidera à veiller à ce que les organismes chargés de notre sécurité nationale assurent la sécurité des Canadiens, tout en protégeant nos valeurs, nos droits et nos libertés ».
Le gouvernement a également mis en place un nouvel organisme d’examen composé d’experts, par suite de l’adoption du projet de loi  C-59 sur l’Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement.
Ce nouvel office améliorera grandement la façon dont les organismes de sécurité nationale du Canada sont tenus de rendre des comptes. Il s’agit d’une entité unique et indépendante autorisée à effectuer des examens concernant les activités de sécurité nationale et de renseignement menées par les ministères et organismes du gouvernement du Canada, y compris l’ASFC.
Le projet de loi dont nous sommes saisis aujourd’hui va encore plus loin en établissant une fonction indépendante d’examen et de traitement des plaintes pour les autres activités de l’Agence des services frontaliers du Canada, l’ASFC. Ces activités jouent un rôle essentiel dans la sécurité et la prospérité économique de notre pays. Elles facilitent la circulation efficace des personnes et des marchandises à la frontière afin de soutenir notre économie, tout en protégeant la santé et la sécurité des Canadiens.
L’ampleur des opérations de l’ASFC, le nombre de personnes avec lesquelles elle interagit et le volume de marchandises qu’elle traite sont énormes, conformément à son vaste mandat. Les employés de l’ASFC offrent un large éventail de services à plus de 1 000 endroits, dont 117 postes frontaliers terrestres, 13 aéroports internationaux et 39 bureaux internationaux.
Les employés de l’Agence travaillent avec diligence et acharnement. En 2018-2019, ils ont interagi avec plus de 96 millions de voyageurs et traité plus de 19 millions d’expéditions commerciales et 54 millions d’expéditions par messagerie.
La grande majorité des interactions et des opérations de l’ASFC se déroulent sans accroc. Cependant, lorsqu'on traite avec plus d’un quart de million de personnes chaque jour et avec près de 100 millions de personnes par année, les plaintes occasionnelles sont inévitables. Chaque année, la Direction des recours de l’ASFC reçoit environ 2 500 plaintes concernant les services et la conduite des employés.
L’été dernier, alors que je faisais du porte-à-porte dans ma circonscription de Richmond Hill, j’ai parlé à de nombreux résidants, citoyens canadiens et résidents permanents, qui traversent régulièrement les frontières en provenance et à destination des États-Unis. Ils m’ont fait part de leurs difficultés en ce qui concerne les temps d’attente, les interrogatoires approfondis et intrusifs qui se répètent et le sentiment d’infériorité qu’ils ressentent lors de ces interactions. À maintes reprises, ils ont exprimé leur inquiétude quant à leur incapacité d’obtenir des réponses au sujet de la façon dont ils ont été traités et leur frustration face à l’absence d’un organisme indépendant qui se pencherait sur leurs préoccupations.
En effet, comme je l’ai dit plus tôt, il n’existe actuellement aucun organisme d’examen indépendant auquel les gens peuvent s’adresser lorsqu’ils sont insatisfaits du niveau de service ou de la conduite d’un agent à la frontière. Cette lacune en matière de reddition de comptes a suscité beaucoup d’intérêt dans la population et elle a été soulevée à maintes reprises par les parlementaires.
Sur ce, je tiens à féliciter et à remercier Wilfred Moore, qui est maintenant à la retraite, d’avoir soulevé ce problème en présentant le projet de loi S-205 à l’autre endroit.
Des intervenants et des ONG ont également demandé à maintes reprises que l’on améliore la responsabilisation et la transparence de l’ASFC. L’Association canadienne des libertés civiles a déclaré qu’elle considérait que « ce manque [était] incompatible avec les valeurs démocratiques et avec le besoin pour un organisme de cette importance d’avoir la confiance du public ».
Selon le regretté professeur Ron Atkey, de l’Université York, l’absence de supervision de l’ASFC « pose problème dans la constitution du mécanisme actuel d'examen du renseignement de sécurité au gouvernement du Canada ». Il a ajouté que la création du comité de parlementaires ne devrait pas se substituer à des organismes d’examen constitués d’experts indépendants, qui devraient selon lui superviser l’ASFC.
C’est exactement ce qui résultera du projet de loi C-3. On y propose d’établir un mécanisme d’examen indépendant pour l’ASFC en élargissant et en renforçant le mandat de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes, la CCETP. La CCETP est actuellement l’organisme d’examen de la GRC.
Pour refléter ses nouvelles responsabilités proposées dans le projet de loi C-3, la Commission sera rebaptisée Commission d’examen et de traitement des plaintes du public, ou CETPP. La nouvelle CETPP proposée sera responsable de l’examen et du traitement des plaintes relatives à l’ASFC et à la GRC. Toute personne qui interagit avec des employés de l’ASFC et qui a des plaintes à formuler au sujet de la conduite de ses agents et de la qualité de ses services pourra s’adresser à la nouvelle CETPP.
La CETPP pourra également effectuer des examens de l’ASFC de sa propre initiative ou à la demande du ministre de la Sécurité publique. Ces examens pourraient porter sur toute activité menée par l’ASFC, à l’exception des questions de sécurité nationale.
Avec l’adoption du projet de loi C-59, l’Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement sera responsable des examens et du traitement des plaintes relatifs à la sécurité nationale, y compris ceux qui concernent la GRC et l’ASFC. La CETPP travaillera en complémentarité avec le nouvel Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement que l’on propose de mettre sur pied. Les dispositions du projet de loi C-3 faciliteront l’échange d’information et la collaboration entre les deux organismes. Si la CETPP reçoit ce genre de plaintes, elle renverra les plaignants à l’organisme compétent.
Grâce au mécanisme indépendant qui est prévu dans le projet de loi C-3, les gens hésiteront moins à porter plainte et ils auront tendance à se fier davantage aux systèmes de reddition de compte des organismes qui ne ménagent aucun effort pour assurer leur sécurité.
Voilà pourquoi j’exhorte les députés à appuyer avec moi cette importante mesure législative à l’étape de la deuxième lecture.
View Élisabeth Brière Profile
Lib. (QC)
View Élisabeth Brière Profile
2020-02-06 17:51 [p.1063]
Madam Speaker, if we want Canadians to trust their government, we need a government that trusts Canadians. I would add that this position has been repeated many times in the House, and not just when Bill C-98 was introduced.
On that note, I would also like to thank the senator who introduced Bill S-205 in 2015. That bill set out a number of the recommendations that we are proposing today.
Beyond the CBSA, our government's desire to improve the transparency and accountability of all our security agencies is clear.
For example, in 2013, a member proposed the creation of a national security committee of parliamentarians, but unfortunately the House rejected that proposal. The following year, a member introduced a bill that would have amended the National Defence Act in order to improve the transparency and accountability of the Communications Security Establishment.
Obviously, parliamentarians and Canadians want our intelligence and security agencies to be as accountable and transparent as possible. When our government took office in 2015, we knew we had to take action. During the government consultations on national security, experts and members of the public told us that we risked losing the trust of the public if our security agencies did not become more transparent and accountable.
After all, these measures create an effective and efficient government.
They help us oversee the exercise of authority and deliver results for Canadians.
The bill established the National Security and Intelligence Review Agency, which is the heart of Bill  C-59 and represents a historic change for Canada.
The creation of this agency resulted in an integrated and comprehensive review of all national security and intelligence activities, including broader access to information across the government.
The government also created the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians, a group tasked with reviewing Canada's national security and intelligence organizations.
As members know, this committee now has extraordinary access to classified information so that it can scrutinize security and intelligence activities.
The creation of this committee filled a significant gap and allowed us achieve two objectives: guaranteeing that our security agencies are working effectively, and protecting the rights and freedoms of Canadians.
The government also adopted a national security transparency commitment across government to give Canadians better access to information. All of these measures will help build public confidence in our security agencies. The RCMP, CSIS and Correctional Service Canada are already subject to solid accountability measures.
We know that similar steps have to be taken for our border agency.
We need a transparent system to ensure that complaints regarding the conduct and quality of services of CBSA employees are handled appropriately.
This is what BillC-3 aims to do.
This bill would build on all of the government reforms I mentioned earlier and would increase the accountability of our national security apparatus.
Canadians can rest assured that an independent review body would be handling complaints relating to the conduct of border officers.
BillC-3 would expand and strengthen the Civilian Review and Complaints Commission, the CRCC, which is the RCMP's review agency. This commission would become the public complaints and review commission. The new commission would be responsible for handling complaints and reviews for the Canada Border Services Agency and for the Royal Canadian Mounted Police. Anyone interacting with CBSA employees who wishes to file a complaint about the employee's conduct or quality of services would be able to go through this enhanced commission.
The Civilian Review and Complaints Commission could also conduct reviews of the Canada Border Services Agency of its own initiative or at the request of the Minister of Public Safety. However, matters of national security would be addressed by the National Security and Intelligence Review Agency with help from the CRCC.
Departments and agencies within Canada's public safety community are very familiar with this new transparency and accountability model. I know that they understand that their ability to respect this model has a direct impact on public trust, their credibility and their day-to-day activities.
The government knows that with the creation of the independent mechanism proposed in BillC-3, Canadians will be much more comfortable filing a complaint. We will thereby greatly improve the accountability of our public safety apparatus' oversight mechanism.
I encourage all members of the House to join me and support BillC-3 at second reading.
Madame la Présidente, si nous voulons que les Canadiens et les Canadiennes fassent confiance au gouvernement, le gouvernement doit faire confiance aux Canadiens. J'ajouterai que cette position a été répétée plusieurs fois à la Chambre, et pas seulement lors de la présentation du projet de loi C-98.
Sur ce, je tiens également à remercier le sénateur qui a déposé le projet de loi S-205 en 2015. Celui-ci formulait plusieurs des recommandations que nous proposons aujourd'hui.
Il est clair que le gouvernement désire améliorer la transparence et la responsabilité de tous ses organismes de sécurité, pas seulement de l'Agence des services frontaliers du Canada.
En 2013, par exemple, un député a proposé la création d'un comité des parlementaires sur la sécurité nationale, une proposition malheureusement rejetée par la Chambre. L'année suivante, un député a déposé un projet de loi qui aurait modifié la Loi sur la défense nationale afin d'améliorer la transparence et la reddition de comptes des activités du Centre de la sécurité des télécommunications du Canada.
Évidemment, les parlementaires et les Canadiens veulent que nos agences de sécurité et des renseignements soient aussi responsables et transparentes que possible. Lorsque notre gouvernement est arrivé au pouvoir en 2015, nous savions qu'il fallait agir. Lors des consultations gouvernementales sur la sécurité nationale, des experts et des membres du public nous ont informés du risque de perdre la confiance du public si nos agences de sécurité n'étaient pas plus transparentes et responsables.
Après tout, ces mesures contribuent à l'efficacité et à l'efficience du gouvernement.
Elles aident à surveiller l'exercice du pouvoir et contribuent à produire des résultats pour les Canadiennes et les Canadiens.
Le projet de loi a créé l'Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement, l'élément au cœur du projet de loi  C-59 est un changement historique pour le Canada.
La création de cet office s'est traduite par un examen intégré et complet de toutes les activités liées à la sécurité nationale et au renseignement, y compris un accès élargi aux renseignements dans l'ensemble du gouvernement.
Le gouvernement a également créé le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, un groupe ayant le mandat d'examiner les organisations de sécurité et de renseignement au Canada.
Comme les députés le savent, le comité a désormais un accès exceptionnel aux renseignements classifiés, de sorte qu'il peut examiner de près les activités en matière de sécurité et de renseignement.
La création de ce comité a comblé une lacune importante, ce qui nous a permis d'atteindre deux objectifs: garantir que nos agences de sécurité travaillent efficacement et protéger les droits et les libertés des Canadiens et des Canadiennes.
Le gouvernement a également adopté un engagement de transparence en matière de sécurité nationale s'appliquant à l'ensemble du gouvernement, afin de donner aux Canadiens un meilleur accès à l'information. Toutes ces mesures aideront à bâtir la confiance du public envers nos agences de sécurité. La GRC, le SCRS et les Services correctionnels du Canada sont déjà assujettis à des mesures de reddition de comptes solides.
Nous savons que des mesures semblables doivent être prises à l'endroit de l'agence des services frontaliers.
Un système transparent est nécessaire pour assurer que les plaintes concernant le comportement et la qualité du service des employés de l'ASFC sont traitées de façon adéquate.
Voilà ce que le projet de loi C-3 prévoit faire.
Ce projet de loi s'ajouterait à toutes les réformes gouvernementales que j'ai mentionnées plus tôt et renforcerait la responsabilité de notre appareil de sécurité nationale.
Les Canadiens et les Canadiennes peuvent être rassurés: un organe indépendant d'examen serait en place pour traiter les plaintes liées au comportement des agents frontaliers.
Le projet de loi C-3 élargirait et renforcerait la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes, la CCETP, qui est l'agence d'examen pour la GRC. Cette commission deviendrait donc la commission publique d'examen et de traitement des plaintes. La nouvelle commission serait responsable de traiter les examens et les plaintes pour l'Agence des services frontaliers du Canada et pour la Gendarmerie royale du Canada. Ainsi, les personnes qui interagissent avec les employés de l'ASFC et qui veulent déposer une plainte concernant leur comportement ou la qualité de leurs services pourraient se présenter à cette commission renforcée.
J'aimerais également souligner que la Commission publique d'examen et de traitement des plaintes pourrait aussi mener des examens de l'Agence des services frontaliers du Canada, et ce, de sa propre initiative ou à la demande du ministre de la Sécurité publique. Cependant, les questions liées à la sécurité nationale seraient traitées par l'Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement avec l'aide accessoire de la CCETP.
Les ministères et les agences qui forment la communauté de la sécurité publique du Canada connaissent bien ce nouveau modèle de transparence et de responsabilité. Je sais qu'ils comprennent que la confiance du public, leur crédibilité et leur travail quotidien dépendent de leur capacité à respecter ce modèle.
Le gouvernement sait qu'avec la création du mécanisme indépendant proposé dans le projet de loi C-3, les Canadiens seront beaucoup plus à l'aise de déposer une plainte. Ainsi, nous améliorerons grandement notre reddition de comptes quant à l'encadrement de la sécurité publique.
J'encourage tous les députés à se joindre à moi et à appuyer le projet de loi C-3 à l'étape de la deuxième lecture.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2019-06-21 14:54 [p.29473]
I have the honour to inform the House that when this House did attend Her Excellency this day in the Senate chamber, Her Excellency the Governor General was pleased to give, in Her Majesty's name, the royal assent to the following bills:
C-71, An Act to amend certain Acts and Regulations in relation to firearms—Chapter 9.
C-81, An Act to ensure a barrier-free Canada—Chapter 10.
S-203, An Act to amend the Criminal Code and other Acts (ending the captivity of whales and dolphins)—Chapter 11.
C-82, An Act to implement a multilateral convention to implement tax treaty related measures to prevent base erosion and profit shifting—Chapter 12.
C-59, An Act respecting national security matters—Chapter 13.
C-68, An Act to amend the Fisheries Act and other Acts in consequence—Chapter 14.
C-77, An Act to amend the National Defence Act and to make related and consequential amendments to other Acts—Chapter 15.
C-78, An Act to amend the Divorce Act, the Family Orders and Agreements Enforcement Assistance Act and the Garnishment, Attachment and Pension Diversion Act and to make consequential amendments to another Act—Chapter 16.
C-84, An Act to amend the Criminal Code (bestiality and animal fighting)—Chapter 17.
C-58, An Act to amend the Access to Information Act and the Privacy Act and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 18.
C-88, An Act to amend the Mackenzie Valley Resource Management Act and the Canada Petroleum Resources Act and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 19.
C-93, An Act to provide no-cost, expedited record suspensions for simple possession of cannabis—Chapter 20.
C-102, An Act for granting to Her Majesty certain sums of money for the federal public administration for the fiscal year ending March 31, 2020—Chapter 21.
C-101, An Act to amend the Customs Tariff and the Canadian International Trade Tribunal Act—Chapter 22.
C-91, An Act respecting Indigenous languages—Chapter 23.
C-92, An Act respecting First Nations, Inuit and Métis children, youth and families—Chapter 24.
C-75, An Act to amend the Criminal Code, the Youth Criminal Justice Act and other Acts and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 25.
C-48, An Act respecting the regulation of vessels that transport crude oil or persistent oil to or from ports or marine installations located along British Columbia's north coast—Chapter 26.
C-83, An Act to amend the Corrections and Conditional Release Act and another Act—Chapter 27.
C-69, An Act to enact the Impact Assessment Act and the Canadian Energy Regulator Act, to amend the Navigation Protection Act and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 28.
C-97, An Act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on March 19, 2019 and other measures—Chapter 29.
It being 2:55 p.m., the House stands adjourned until Monday, September 16, 2019, at 11 a.m., pursuant to Standing Orders 28(2) and 24(1).
(The House adjourned at 2:55 p.m.)
The 42nd Parliament was dissolved by Royal Proclamation on September 11, 2019.
J'ai l'honneur de faire savoir à la Chambre que, lorsqu'elle s'est rendue auprès de Son Excellence la gouverneure générale dans la Chambre du Sénat, Son Excellence a bien voulu donner, au nom de Sa Majesté, la sanction royale aux projets de loi suivants:
C-71, Loi modifiant certaines lois et un règlement relatifs aux armes à feu — Chapitre 9.
C-81, Loi visant à faire du Canada un pays exempt d'obstacles — Chapitre 10.
S-203, Loi modifiant le Code criminel et d’autres lois (fin de la captivité des baleines et des dauphins) — Chapitre 11.
C-82, Loi mettant en œuvre une convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures relatives aux conventions fiscales pour prévenir l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices — Chapitre 12.
C-59, Loi concernant des questions de sécurité nationale — Chapitre 13.
C-68, Loi modifiant la Loi sur les pêches et d’autres lois en conséquence — Chapitre 14.
C-77, Loi modifiant la Loi sur la défense nationale et apportant des modifications connexes et corrélatives à d'autres lois — Chapitre 15.
C-78, Loi modifiant la Loi sur le divorce, la Loi d'aide à l'exécution des ordonnances et des ententes familiales et la Loi sur la saisie-arrêt et la distraction de pensions et apportant des modifications corrélatives à une autre loi — Chapitre 16.
C-84, Loi modifiant le Code criminel (bestialité et combats d'animaux) — Chapitre 17.
C-58, Loi modifiant la Loi sur l'accès à l'information, la Loi sur la protection des renseignements personnels et d'autres lois en conséquence — Chapitre 18.
C-88, Loi modifiant la Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie et la Loi fédérale sur les hydrocarbures et apportant des modifications corrélatives à d'autres lois — Chapitre 19.
C-93, Loi prévoyant une procédure accélérée et sans frais de suspension de casier judiciaire pour la possession simple de cannabis — Chapitre 20.
C-102, Loi portant octroi à Sa Majesté de crédits pour l'administration publique fédérale pendant l'exercice se terminant le 31 mars 2020 — Chapitre 21.
C-101, Loi modifiant le Tarif des douanes et la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur — Chapitre 22.
C-91, Loi concernant les langues autochtones — Chapitre 23.
C-92, Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis — Chapitre 24.
C-75, Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et d'autres lois et apportant des modifications corrélatives à certaines lois — Chapitre 25.
C-48, Loi concernant la réglementation des bâtiments transportant du pétrole brut ou des hydrocarbures persistants à destination ou en provenance des ports ou des installations maritimes situés le long de la côte nord de la Colombie-Britannique — Chapitre 26.
C-83, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition et une autre loi — Chapitre 27.
C-69, Loi édictant la Loi sur l’évaluation d’impact et la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie, modifiant la Loi sur la protection de la navigation et apportant des modifications corrélatives à d’autres lois — Chapitre 28.
C-97, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 mars 2019 et mettant en œuvre d'autres mesures — Chapitre 29.
Comme il est 14 h 55, la Chambre s'ajourne au lundi 16 septembre 2019, à 11 heures, conformément aux articles 28(2) et 24(1) du Règlement.
(La séance est levée à 14 h 55.)
La 42e législature a été dissoute par proclamation royale le 11 septembre 2019.
Aboriginal languagesAboriginal peoplesAccess for disabled peopleAccess to informationAdjournmentAgriculture, environment and natural res ...British ColumbiaBudget 2019 (March 19, 2019)C-101, An Act to amend the Customs Tarif ...C-102, An Act for granting to Her Majest ...C-48, An Act respecting the regulation o ...
...Show all topics
View Bardish Chagger Profile
Lib. (ON)
View Bardish Chagger Profile
2019-06-11 18:31 [p.28952]
Mr. Speaker, I am rising on a point of order.
In relation to the consideration of the Senate amendments to Bill C-59, An Act respecting national security matters, I move:
That the debate be not further adjourned.
The Conservatives will do whatever they can to ensure that the government does not advance legislation, so we will use our tools.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement.
Relativement à l'étude des amendements apportée par le Sénat au projet de loi  C-59, Loi concernant des questions de sécurité nationale, je propose:
Que le débat ne soit plus ajourné.
Les conservateurs feront tout en leur pouvoir pour empêcher ce projet de loi de franchir les étapes, alors nous utilisons les outils qui sont à notre disposition.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2019-06-11 18:32 [p.28952]
Pursuant to Standing Order 67(1), there will now be a 30-minute question period. Members are familiar with what we ask now. Those who are interested and wishing to participate in the 30-minute question period will rise. We will then ask members to keep their interventions to approximately one minute. That will allow all the members who have expressed an interest to have an opportunity to do so. I remind members also that in the course of these 30-minute question times, preference is given to members of the opposition. However, that is not to the exclusion of members from the government as well. We will now proceed with questions.
The hon. member for Medicine Hat—Cardston—Warner.
Conformément au paragraphe 67(1) du Règlement, il y aura une période de questions de 30 minutes. Les députés savent ce que nous leur demandons maintenant. Ceux qui souhaitent participer à la période des questions de 30 minutes se lèvent. Ensuite, nous demandons aux députés de limiter leurs interventions à environ une minute pour permettre à tous les députés qui ont exprimé un intérêt de s'exprimer. Je rappelle aussi aux députés que, lors de ces périodes de questions de 30 minutes, la priorité est donnée aux députés de l'opposition. Toutefois, les députés ministériels ne sont pas exclus. Nous passons maintenant aux questions.
Le député de Medicine Hat—Cardston—Warner a la parole.
View Glen Motz Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, Bill C-59 is the government's version of a supposedly improved national security framework. However, I am confused by what we heard from witnesses at committee and what the government continues to push forward. Therefore, I would be interested to hear from the minister why the government rejected an amendment to allow public servants across all federal governments to report information that they believe is connected or related to a national security threat. Why is the government blocking public servants from sharing information regarding threats with security forces or oversight committees? How does that improve national security?
Monsieur le Président, le projet de loi  C-59 est la version du gouvernement de ce qu'il suppose être un cadre amélioré pour la sécurité nationale. Toutefois, je suis perplexe en raison de ce que nous avons entendu de la part des témoins au comité et de ce que le gouvernement continue de promouvoir. Par conséquent, j'aimerais que le ministre nous dise pourquoi le gouvernement a rejeté un amendement qui aurait permis aux fonctionnaires de tout le gouvernement fédéral de communiquer de l'information qu'ils jugent liée à une menace à la sécurité nationale. Pourquoi le gouvernement empêche-t-il les fonctionnaires de communiquer de l'information concernant des menaces aux forces de sécurité ou aux comités de surveillance? En quoi cela améliore-t-il la sécurité nationale?
View Ralph Goodale Profile
Lib. (SK)
View Ralph Goodale Profile
2019-06-11 18:34 [p.28953]
Mr. Speaker, this legislation has been before Parliament for almost two years exactly. It has had the most thorough consultation of any national security law in Canadian history. It has been the subject of extensive debate, many amendments and the most thorough examination of the law this Parliament has ever had. It is a complicated piece of legislation. However, I can say that it enjoys the very strong support of the national security agencies of the Government of Canada, those agencies that are charged with the responsibility of keeping Canadians safe, including the Canadian Security Intelligence Service, the Communications Security Establishment, the RCMP and the CBSA. It also has the very strong support of some pre-eminent academics, such as Professors Forcese and Carvin. Together, they are very anxious to see this legislation become law at long last.
Monsieur le Président, voilà presque exactement deux ans que le Parlement est saisi du projet de loi. Aucune autre mesure de sécurité nationale n'a fait l'objet d'autant de consultations dans l'histoire du Canada. Elle a fait l'objet de débats approfondis, de nombreux amendements et de l'examen législatif le plus rigoureux que le Parlement ait jamais accompli. C'est une mesure très complexe, mais il faut toutefois avouer que les organismes de sécurité nationale du gouvernement du Canada lui sont très favorables — ces mêmes organismes à qui l'on confie la responsabilité d'assurer la sécurité des Canadiens, comme par exemple le Service canadien du renseignement de sécurité, le Centre de la sécurité des télécommunications, la GRC et l'ASFC. Qui plus est, certaines sommités du milieu universitaire, comme les professeurs Forcese et Carvin, appuient elles aussi vivement la mesure, et elles attendent avec impatience son adoption.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2019-06-11 18:36 [p.28953]
Mr. Speaker, prior to the 2015 election, we saw the Liberals decrying what they quite rightfully saw as the usurping of parliamentary rights and privileges. It was not just the omnibus character of the legislation the Stephen Harper government passed. It was also the fact that closure was invoked regularly by the Stephen Harper government. At the time, the Liberals and the Prime Minister, quite rightly, promised to do away with that. Instead, they have doubled down. We now have this extreme closure motion that has just been moved in the House by the Liberals, which permits 20 minutes of debate on this particular bill. This is the kind of extremism, in terms of cutting down parliamentary debate and scrutiny, that most Canadians reject.
We have an omnibus bill. People have raised concerns about the bill, such as the fact that sensitive data on Canadians, totally innocent Canadians, could be collected as a result of the passage of this bill. Is that not the real reason the government is doubling down with extremist closure motions that only give a scant few minutes of debate, when there are so many concerns raised about this legislation?
Monsieur le Président, avant les élections de 2015, les libéraux condamnaient ce qu'ils considéraient, à raison, comme une usurpation des droits et privilèges parlementaires. Non seulement le gouvernement de Stephen Harper avait l'habitude de présenter des projets de loi omnibus, mais en plus, il avait régulièrement recours à la clôture. À l'époque, les libéraux et le premier ministre ont eu la bonne idée de promettre de mettre un terme à ces pratiques, mais aujourd'hui ils s'y livrent, et de plus belle encore. Nous voilà saisis d'une motion de clôture extrême, présentée il y a quelques instants à peine à la Chambre par les libéraux, qui limite le débat sur le projet de loi à seulement 20 minutes. C'est le genre de recours excessif aux mesures limitant le débat et l'examen parlementaires que rejettent la plupart des Canadiens.
Nous sommes saisis d'un projet de loi omnibus à propos duquel certains ont soulevé des réserves, comme le fait que les données sensibles des Canadiens, même totalement innocents, pourraient être recueillies aux termes du projet de loi. N'est-ce pas justement la réelle raison pour laquelle le gouvernement tient tellement à imposer une motion de clôture extrême accordant quelques minables minutes de débat à un projet de loi qui suscite autant d'inquiétudes?
View Ralph Goodale Profile
Lib. (SK)
View Ralph Goodale Profile
2019-06-11 18:37 [p.28953]
Mr. Speaker, I have to point out that this legislation has been before the Parliament of Canada for two years. This is not a precipitous debate or motion. The fact of the matter is that there were two years of public consultation, followed by two years of parliamentary debate, that has brought the legislation to the point where it is today.
Obviously, it is the function of Parliament to provide detailed scrutiny with respect to this legislation, which this Parliament has done to a great extent. The kind of inquiry this Parliament has made with respect to this law is absolutely unprecedented. However, it is also important for Parliament to actually decide and take a vote, and that time has arrived.
Monsieur le Président, je dois souligner le fait que le Parlement du Canada examine cette mesure législative depuis deux ans. Ce n'est pas une motion précipitée ou un débat rapide. Le fait est qu'il y a eu deux ans de consultations publiques et deux ans de débat parlementaire, ce qui a mené au projet de loi dont nous sommes saisis aujourd'hui.
Bien évidemment, il incombe au Parlement de mener un examen minutieux de la mesure législative, ce qu'il a fait avec une grande rigueur. Le type d'analyse que le Parlement a faite en ce qui concerne cette loi est absolument sans précédent. Cependant, il est également important que le Parlement finisse par prendre une décision et qu'il passe au vote, et ce moment est arrivé.
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2019-06-11 18:38 [p.28953]
Mr. Speaker, it is great that I get to speak to the closure motion, but I wish I could have spoken to the bill when we were debating it. I would have talked about a lot of the national security issues that are facing this country, particularly the grave threat of China, which has been building a cyber-army that has been taking on a lot of the things coming into Canada.
The other interesting thing about the bill is that it seems to be undoing a lot of the good work the previous Conservative government put in place, which is why my Conservative colleagues and I are not excited about the bill.
I was wondering what the minister's perspective is on whether we are going to allow Huawei onto the 5G network.
Monsieur le Président, il est formidable que je puisse parler de la motion de clôture, mais j'aurais aimé avoir eu l'occasion de participer au débat sur le projet de loi. J'aurais parlé des nombreux enjeux de sécurité nationale qui existent au pays. Je pense notamment à la grande menace que représente la Chine, qui développe une cyberarmée en empruntant beaucoup de choses qui viennent du Canada.
Un autre aspect intéressant du projet de loi est qu'il semble anéantir une grande partie du bon travail que le gouvernement conservateur précédent avait fait. C'est pourquoi il ne suscite aucun enthousiasme chez mes collègues conservateurs et moi.
Je me demande si le ministre pourrait nous dire s'il croit que nous allons permettre à Huawei d'accéder au réseau 5G du Canada.
View Ralph Goodale Profile
Lib. (SK)
View Ralph Goodale Profile
2019-06-11 18:39 [p.28953]
Mr. Speaker, that particular question does not relate to this particular legislation.
I will advise the member that there is an ongoing review process with respect to 5G technology. In examining the whole spectrum of that technology, it is designed, from a scientific point of view and a security point of view, not only to make sure that Canadians get all of the advantages but also that public safety and national security are absolutely and thoroughly protected. That review is ongoing, and the appropriate decision will be made at the appropriate time.
If the hon. gentleman is concerned about having limited time to debate today, I would remind him that this legislation has been before Parliament for two years and there has been ample opportunity for everyone to be involved.
With respect to the cyber aspect, this legislation is critical, because it presents the new legal framework for dealing with cybersecurity, including for the first time the authority to allow active cyber-operations when those are deemed appropriate to protect the Canadian national interest.
Monsieur le Président, la question n'a aucun rapport avec le projet de loi à l'étude.
Je signale au député que l'examen de la technologie 5G est en cours. Si l'on tient compte de l'ensemble des éléments de cette technologie, il semble qu'elle aurait été conçue, tant sur le plan scientifique que du point de vue de la sécurité, de manière non seulement à permettre aux Canadiens de bénéficier de tous les avantages qu'elle a à offrir, mais aussi à veiller à l'entière protection de la sécurité publique et nationale. L'examen est en cours, et la bonne décision sera prise au bon moment.
Je ferais remarquer au député qui éprouve des réserves quant à la durée limitée du débat d'aujourd'hui que cela fait maintenant plus de deux ans que le Parlement est saisi de la mesure et que tout le monde a eu amplement la chance de participer.
En réponse à l'autre volet de la question du député, le projet de loi propose des dispositions essentielles qui établiraient le nouveau cadre juridique en matière de sécurité; en outre, elles autoriseraient pour la première fois la tenue de cyberactivités lorsqu'il est déterminé qu'elles permettraient de protéger l'intérêt national canadien.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2019-06-11 18:40 [p.28953]
Mr. Speaker, I very much appreciate the efforts of the minister and his staff in bringing forward what I believe is a substantial piece of legislation. It provides a sense of security for Canadians and at the same time provides rights that can be traced right back to our charter.
In the last federal election, we made some serious commitments to Canadians about making changes to BillC-51. Bill C-59, in part, deals with Bill C-51. I look at the legislation before us as another way the government has delivered some of the tangible things it said it would.
Could the member comment regarding that aspect of the legislation, which I know is important to all Canadians? As a personal thought, it is nice to see the legislation going through this final process.
Monsieur le président, je remercie vivement le ministre et son personnel des efforts qu'ils ont déployés pour présenter cette mesure, que je considère très importante. J'estime qu'elle permettra aux Canadiens de se sentir en sécurité tout en respectant certains droits qui nous sont directement conférés par la Charte.
Durant la précédente campagne électorale, nous avons pris de sérieux engagements à l'égard des Canadiens quant aux changements apportés au projet de loi C-51. Le projet de loi  C-59 porte en partie sur le projet de loi C-51. Je considère que les dispositions en question font partie des mesures concrètes que le gouvernement a dit qu'il présenterait.
Le député pourrait-il nous parler de cet aspect-là du projet de loi, qui est important pour l'ensemble des Canadiens? Personnellement, je suis heureux qu'il en vienne à franchir la dernière étape du processus.
View Ralph Goodale Profile
Lib. (SK)
View Ralph Goodale Profile
2019-06-11 18:41 [p.28953]
Mr. Speaker, in the last election we were very specific about the things we found inappropriate, deficient or headed in the wrong direction that had been enacted by the previous government. We enumerated those things in our platform document. Bill C-59, together with other pieces of legislation before this Parliament, has dealt very effectively with the agenda of things that needed to be corrected.
For example, we said there needed to be a committee of parliamentarians to deal with national security and intelligence issues. We created that through BillC-22. We said we needed to protect the right to civil protest and dissent to make sure those civil rights were never impinged upon. That is dealt with in Bill C-59. We said we needed to make clear that threat reduction measures would not violate the Canadian Charter of Rights and Freedoms. That too is dealt with in Bill C-59.
If we went through each one of the items that were enumerated during the course of the election campaign, we would find that in Bill C-59 and in other pieces of legislation that have already been adopted by the House, commitments made in 2015 have, in fact, been satisfied by legislation.
Monsieur le Président, au cours de la dernière campagne électorale, nous avons indiqué très clairement les mesures législatives adoptées par le gouvernement précédent qui, à notre avis, étaient inappropriées, déficientes, ou allaient dans la mauvaise direction. Nous les avons énumérées dans notre programme électoral. Le projet de loi  C-59, comme d'autres dont la Chambre a été saisie au cours de la présente législature, a permis de régler très efficacement les problèmes qui devaient l'être.
Par exemple, nous avons dit que le Parlement avait besoin de créer un Comité des parlementaires pour se pencher sur les questions de sécurité nationale et de renseignement. Grâce au projet de loi C-22, ce comité a été créé. Nous avons dit qu'il fallait protéger le droit de manifestation civile et de dissidence afin de faire en sorte que ces droits civiques ne soient jamais bafoués. Le projet de loi  C-59 a traité de cela. Nous avons dit qu'il fallait préciser que les mesures de réduction de la menace n'enfreindraient pas la Charte canadienne des droits et libertés. Le projet de loi  C-59 a aussi traité de cela.
Si nous nous penchions sur tous les engagements pris pendant la campagne électorale de 2015, nous constaterions que grâce au projet de loi  C-59 et à d'autres qui ont déjà été adoptés par la Chambre, ces engagements ont été respectés.
Results: 1 - 15 of 503 | Page: 1 of 34

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data