Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 663
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, I hope this is the final time I will have to address the House virtually. I look forward to being in Ottawa next week and hope very much that we will be back to normal sessions come the fall.
I will be splitting my time with the member for Charlesbourg—Haute-Saint-Charles.
I just have to say that this is a rare measure that we are requesting of all members of the House of Commons to censure the Minister of National Defence. The last time anyone was censured in the House was back in 2002, and it has come to this point, because the Minister of National Defence has refused to do the honourable thing and resign, and the Prime Minister has refused to do the right thing and fire the Minister of National Defence. Essentially, that leaves it up to us in the House of Commons to censure the minister going forward, until the voters of Vancouver South have an opportunity to express their displeasure in the upcoming federal election.
I also just want to say to the Speaker, who has stepped into the chair, knowing that he has announced that he will not be running in the next federal election, how much I have appreciated his strength in the chair and his friendship over the years as we served together. I wish him all the best in his future endeavours, enjoying more time with his family.
When we look at this motion, we have to look at the litany of misleading comments made by the Minister of National Defence over his tenure since 2015. I think all of us are all too familiar with the travesty of the wrongful accusations and the decision by the minister to go on a witch hunt to stop the procurement of the Asterix for the Royal Canadian Navy, and how he threw retired Vice-Admiral Mark Norman under the bus. We know that through 2017 and into 2018, this escalated to a ridiculous level and ended up in the courts. The case, of course, was thrown out by the judge, because there just was not any evidence for it. It was an unnecessary attack on the honourable service and great reputation of a strong military leader, Vice-Admiral Mark Norman.
However, we have to go back to the very beginning of the minister's tenure and look at what happened with his politically motivated withdrawal of our CF-18s from the fight against ISIS in Iraq and Syria. The minister was over there meeting with the Government of Iraq, as well as Kurdish officials in Erbil, and he told CBC on December 21, 2015, that he had not had one discussion about withdrawing our CF-18s from the fight. However, an access to information request on the record of a wire message in reference to the Minister of National Defence's meeting with the Iraqi minister of defence on December 20, 2015, just the day before he made that statement, says, “the Iraqi Minister of Defence was clearly focused on Canada's decision to withdraw its CF18 fighter jets from the coalition air strikes, asking [our Minister of National Defence] to reconsider this decision on numerous occasions”. That was the very first step in the minister's very misleading comments to the media and to Canadians.
We should not be surprised, because we also know that the minister, back in July 2015 when he was running to be a member of Parliament for the first time, claimed on a local B.C. program, Conversations That Matter, that he was the architect of Operation Medusa in Afghanistan. He reiterated that in April 2017, when he was at a conference in New Delhi on conflict prevention and peace keeping in a changing world. He again said that he was the architect of Operation Medusa.
Of course, he was a major back then and had numerous members in the command chain above him who were making the decisions, and there is no doubt that he provided great input and intelligence into how Operation Medusa was conducted, but to claim that he was more than the team is something that is not well regarded within the Canadian Armed Forces or by veterans across this country, and the minister had to apologize.
We also saw the minister take a shot at me back in 2017 over the cuts to tax-free allowances for forces members serving in Operation Impact while stationed in Kuwait at Camp Arifjan at that time. He claimed that it was the Conservative government that had taken away the tax-free allowance. I was able to get up on a question of privilege to point out that the initial assessments were made under the current Liberal government, and those cuts were made by this minister to hardship pay that was in effect back in 2014-15. Again, there was a finding that he misled the House.
Now, the most egregious of all of this, and the one that is really rocking our Canadian Armed Forces right now, is, of course, the crisis of sexual misconduct. I will point out and ask the question: What do the Somalia affair, the decade of darkness and the crisis of sexual misconduct within the Canadian Armed Forces today have in common? It all comes down to weak Liberal leadership.
We know that when the news broke that retired General Jonathan Vance, the former chief of the defence staff, had issues of sexual misconduct raised in March 2018, the Minister of National Defence said at committee on February 19 of this year that he was “as shocked as everyone else at the allegations that were made public two weeks ago”. He was surprised to learn about these allegations, but then at the defence committee on March 3, 2021, the former ombudsman for national defence and the Canadian Armed Forces, Gary Walbourne, said at committee that “I personally met with [the minister] to address an allegation of inappropriate sexual behaviour within the senior ranks of the Canadian Armed Forces, specifically, against the chief of the defence staff, and to discuss my concerns about this allegation. This meeting happened on March 1, 2018.” That was three years before the story became news, when the minister was briefed by Gary Walbourne.
Gary Walbourne went on to say at committee that:
I did tell the minister what the allegation was. I reached into my pocket to show him the evidence I was holding, and he pushed back from the table and said, “No.” I don't think we exchanged another word.
The minister refused the evidence, and we know that, at the defence committee on March 12, 2021, he then admitted that, “I did meet with Mr. Walbourne”. The ombudsman brought up the concerns, but “He did not give me any details”, is what the minister was claiming. Yet, if we look at all of the information that flowed between the minister's chief of staff, Zita Astravas at the time, up into the Prime Minister's Office and the Privy Council Office on March 2, 2018, it all talked about this being a matter of sexual misconduct, which they actually described as “sexual harassment”. Elder Marques, Michael Wernick and Katie Telford, the chief of staff to the Prime Minister, all knew that this was an issue of sexual misconduct.
Therefore, as the minister continues to dodge this and refuses to do the honourable thing and resign, and as long as the Prime Minister continues to back this inept behaviour by the Minister of National Defence and refuses to fire him, it falls upon us as the House of Commons to censure this minister since he has consistently and repeatedly misled the House.
I call upon all members of the House of Commons in all parties to censure this minister for his continued casual relationship with the truth.
Monsieur le Président, j’espère que c’est la dernière fois que je m’adresse à la Chambre à distance. Je me réjouis à la perspective d’être à Ottawa la semaine prochaine et j’espère fortement que les séances reprendront une tournure normale à l’automne.
Je partagerai mon temps de parole avec le député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles.
Je dois juste dire que nous posons aujourd’hui un geste rarissime en demandant à tous les députés de blâmer le ministre de la Défense nationale. Le dernier blâme rendu par la Chambre date de 2002. Si nous en sommes arrivés là, c'est que le ministre de la Défense nationale a refusé d’agir de façon honorable en démissionnant, et que le premier ministre a refusé de faire ce qui s’impose en le congédiant. En substance, il revient dorénavant à la Chambre de blâmer le ministre, jusqu’à ce que les électeurs de Vancouver-Sud aient la possibilité d’exprimer leur mécontentement lors des prochaines élections fédérales.
Par ailleurs, pendant qu'il est au fauteuil, et puisque je sais qu'il a annoncé qu'il ne serait pas candidat aux prochaines élections fédérales, je tiens à dire au Président à quel point je lui suis reconnaissant de la force dont il a fait preuve dans le cadre de ses fonctions et des rapports amicaux que nous avons entretenus pendant nos années de service. Je lui souhaite la meilleure des chances dans tout ce qu'il entreprendra et je lui souhaite de pouvoir passer plus de temps avec sa famille.
En ce qui concerne cette motion, je crois que nous devrions revenir sur les nombreuses affirmations trompeuses que le ministre de la Défense nationale a faites depuis le début de son mandat, en 2015. Je pense que tous les députés ne se souviennent que trop bien des accusations scandaleuses que le ministre a lancées, de sa décision de se livrer à une chasse aux sorcières afin de mettre fin au processus d'appel d'offres pour le navire Asterix de la Marine royale canadienne, et de la façon dont il s'est servi du vice-amiral à la retraite Mark Norman comme bouc émissaire. Nous savons que, en 2017 et 2018, cette affaire a pris une ampleur grotesque et a fini par se retrouver devant les tribunaux. La cause a évidemment été rejetée par la juge, puisqu'il n'y avait tout simplement aucun élément de preuve. On a attaqué inutilement l'excellente réputation du vice-amiral Mark Norman, un chef militaire exceptionnel qui nous a servis avec honneur.
Toutefois, il faut remonter à l'entrée en fonction du ministre et examiner ce qui s'est produit lors du retrait, pour des motifs politiques, de nos CF‑18 dans la lutte contre Daech en Irak et en Syrie. Le 21 décembre 2015, alors qu'il était sur place pour rencontrer le gouvernement d'Irak et les porte-parole kurdes à Erbil, le ministre a dit à la CBC qu'il n'avait aucunement discuté du retrait de nos CF‑18 de la lutte. Or, les documents obtenus à la suite d'une demande d'accès à l'information font état d'une dépêche concernant la rencontre du ministre de la Défense nationale avec le ministre irakien de la Défense le 20 décembre, la veille de cette déclaration, selon laquelle: « [...] le ministre iraquien de la Défense s’est montré clairement préoccupé par la décision du Canada d’ordonner le retrait de ses chasseurs CF 18 et de ne plus participer aux frappes aériennes de la coalition. Il a d’ailleurs demandé à plusieurs reprises [au ministre de la Défense du Canada] de reconsidérer cette décision. » C'était la première de nombreuses déclarations du ministre ayant induit les médias et les Canadiens en erreur.
Nous ne devrions pas être étonnés, puisque nous savons également qu'en juillet 2015, au cours de sa campagne en vue de devenir député pour la première fois, le ministre a prétendu, à l'émission Conversations That Matter d'un média local de Colombie‑Britannique, qu'il avait été l'architecte de l'opération Méduse en Afghanistan. Il a répété cette affirmation en avril 2017, alors qu'il participait à une conférence sur la prévention des conflits et le maintien de la paix dans un monde en évolution, à New Delhi, prétendant encore une fois avoir été l'architecte de l'opération Méduse.
Évidemment, il était major à l'époque et relevait donc de divers officiers qui prenaient les décisions. Il ne fait aucun doute que sa contribution et les renseignements qu'il a pu transmettre ont été utiles à la conduite de l'opération Méduse, mais prétendre qu'on est plus important que le reste de l'équipe n'est pas bien vu au sein des Forces armées canadiennes et les vétérans de partout au Canada n'ont pas apprécié, ce qui fait que le ministre a dû présenter des excuses.
Le ministre s'en est également pris à moi en 2017 dans le dossier des coupes concernant les indemnités non imposables des militaires qui ont participé à l'opération Impact lorsqu'ils étaient basés au camp Arifjan, au Koweït. Le ministre prétendait que c'était le gouvernement conservateur qui avait éliminé les indemnités non imposables. J'avais soulevé une question de privilège pour indiquer que les évaluations préliminaires avaient été faites sous l'actuel gouvernement libéral et que c'est le ministre qui avait mené les coupes en question aux indemnités de difficulté qui étaient en place depuis 2014‑2015. Encore une fois, le ministre avait induit la Chambre en erreur.
J'en viens maintenant à l'affaire la plus scandaleuse, et celle qui secoue en ce moment les Forces armées canadiennes: il s'agit, bien entendu, de la crise de l'inconduite sexuelle. J'insiste sur ce point, d'où ma question: qu'ont en commun l'affaire de la Somalie, la décennie de noirceur et l'actuelle crise de l'inconduite sexuelle au sein des Forces armées canadiennes? Le fil conducteur, c'est le manque de leadership du gouvernement libéral.
Nous savons que lorsque les médias ont révélé que le général à la retraite Jonathan Vance, l'ancien chef d'état-major de la Défense, avait fait l'objet d'allégations d'inconduite sexuelle soulevées en mars 2018, le ministre de la Défense nationale a déclaré au comité, le 19 février dernier, qu'il avait été « aussi choqué que tout le monde par les allégations rendues publiques il y a deux semaines ». Il avait été surpris d'apprendre ces allégations. Or, le 3 mars 2021, l'ancien ombudsman du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, Gary Walbourne, a affirmé au comité de la défense qu'il avait « [...] personnellement rencontré [le ministre] pour parler d'une allégation de comportement sexuel inapproprié dans les rangs supérieurs des Forces armées canadiennes, plus précisément contre le chef d'état-major de la défense, et pour discuter de [ses] préoccupations à ce sujet. Cette rencontre a eu lieu le 1er mars 2018. » Gary Walbourne avait donc informé le ministre de la situation trois ans avant que l'affaire ait fait les manchettes.
Lors du même témoignage devant le comité, Gary Walbourne a ajouté:
J'ai dit au ministre quelle était l'allégation. J'ai mis la main dans ma poche pour lui montrer la preuve que je détenais, puis il a reculé de la table et a dit « Non ». Je ne pense pas que nous ayons échangé d'autres paroles.
Le ministre a refusé de prendre connaissance de la preuve. Par surcroît, nous savons que le 12 mars 2021, lors de sa comparution devant le comité de la défense, il a déclaré « J'ai rencontré M. Walbourne ». Il a ensuite ajouté que l'ombudsman lui avait fait part de préoccupations mais « ne m'a pas donné de détails ». Voilà ce que le ministre a déclaré. Pourtant, si l'on examine tous les échanges entre la cheffe de cabinet du ministre à l'époque, Zita Astravas, notamment avec le Cabinet du premier ministre et le Bureau du Conseil privé, on constate que le 2 mars 2018, il est partout question d'inconduite sexuelle, qu'on qualifie plus précisément de harcèlement sexuel. Elder Marques, Michael Wernick et Katie Telford, la cheffe de cabinet du premier ministre, savaient tous qu'il s'agissait d'une affaire d'inconduite sexuelle.
Par conséquent, comme le ministre continue de se dérober et refuse de faire ce qui s'impose en démissionnant, et tant que le premier ministre continuera de soutenir le comportement lamentable du ministre de la Défense nationale et refusera de le remercier de ses services, il revient à la Chambre des communes de blâmer le ministre pour avoir systématiquement induit la Chambre en erreur.
Je demande à l'ensemble des députés qui siègent à la Chambre des communes, quelle que soit leur allégeance politique, de blâmer le ministre pour sa conception particulière de la vérité.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-06-17 10:49 [p.8638]
Mr. Speaker, first, I would like to acknowledge the farewell speech you gave on Tuesday and to tell you that I hope I will still have the chance to work with you on the all-party caucus on the environment until 2023.
That being said, the minister is being criticized for a lot of things, but with regard to the allegations of sexual misconduct against General Vance, he said that the nature of the accusations was not really important and what mattered was the action that was being taken.
However, in 2015, the Deschamps report did recommend actions but when Ms. Deschamps testified in 2021, she said that very little had been done.
In my colleague's view, did the Liberals not deliberately turn a blind eye in this file on allegations of sexual misconduct?
Monsieur le Président, permettez-moi, dans un premier temps, de saluer le discours de départ que vous avez tenu mardi et de vous dire que j'espère quand même travailler avec vous au sein du caucus multipartite sur l'environnement jusqu'en 2023.
Cela dit, on reproche beaucoup de choses au ministre, mais il a dit, au sujet des accusations de nature sexuelle contre le général Vance, que la nature des accusations avait peu d'importance et que ce qui comptait, c'était les actions.
Or, en 2015, il y a eu le rapport Deschamps, qui recommandait des actions, et lorsque Mme Deschamps est venue témoigner en 2021, elle a dit que peu de choses avaient été faites.
D'après mon collègue, les libéraux n'ont-ils pas fait de l'aveuglement volontaire dans ce dossier des allégations de nature sexuelle?
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, I agree with the member wholeheartedly. The most egregious thing that has happened under the leadership of this Minister of National Defence is that he has failed to move to protect the women and men who serve in uniform. Therefore, we have this crisis of sexual misconduct. The minister sat for six years on Justice Deschamps' report on how to stomp out sexual misconduct. The minister continues to kick the can down the road. He dithers and delays in making any future decisions on how we are to go about stomping out sexual misconduct.
That is why we Conservatives have said that we need to have an independent investigation now. We need to freeze all promotions and salary increases until we figure out a way forward and ensure that there is more representation by women and under-represented minorities within the leadership of the Canadian Armed Forces.
Monsieur le Président, je suis tout à fait d’accord avec la députée. La chose la plus flagrante qui s’est produite sous la direction de ce ministre de la Défense nationale, c’est qu’il n’a rien fait pour protéger les militaires. Par conséquent, nous nous retrouvons avec cette crise d’inconduite sexuelle. Le ministre a mis sur une tablette pendant six ans le rapport de la juge Deschamps sur la façon d’éradiquer l’inconduite sexuelle dans les forces armées. Le ministre continue de renvoyer le tout aux calendes grecques. Il tergiverse et tarde à prendre toute décision future sur ce qu’il faut faire pour éradiquer l’inconduite sexuelle.
C’est pourquoi nous, les conservateurs, avons dit qu’il faut mener une enquête indépendante tout de suite. Il faut geler toutes les promotions et les augmentations de salaire jusqu’à ce qu'une solution soit trouvée et veiller à ce que les femmes et les minorités sous-représentées soient davantage représentées au sein de la direction des Forces armées canadiennes.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I take no pleasure in rising in the House today. First, I must mention that the Minister of National Defence and I have something in common: We each served honourably in the Canadian Forces for over twenty years. We both rose to the rank of lieutenant colonel and commanded infantry units. These are the things we have in common. The minister served our country particularly well in the various missions he participated in around the world. I thank him for his service.
However, on October 19, 2015, in the federal election, we chose two different paths. I chose to run as a Conservative Party candidate, while the Minister of National Defence chose to run for the Liberal Party.
Let me remind members what the Liberal Party represents for the Canadian Forces. Let us recall the 10 years of darkness of the Chrétien era, marked by the purchase of used submarines and the cancellation of helicopter contracts, a time when our soldiers did not even have combat boots. That is the path and the party that the minister chose.
From that day on, he and I were no longer soldiers. We were now former military members who had become members of Parliament in the House of Commons, a political office. That is when the minister's problems began.
The first step was in 2015. During the election campaign, a tragedy struck hearts around the world. The body of a little boy washed up on a beach in Italy. He was a Syrian refugee trying to flee Syria, which was under the grip of ISIS. Many refugees were seeking asylum. The Liberals opened up many new spots, and we were all for that. We needed to do something to help those refugees.
However, our country was also engaged in combat. Our armed forces and our air force were in Iraq and Syria fighting the enemy, ISIS. What did this government decide to do when it took office? It pulled our CF-18s out of the bombing campaign against ISIS. It stopped fighting the enemy, the enemy that caused the little boy to wash up on the beach and the Syrian refugees to flee in search of asylum. We could never understand that.
When we say that the minister is hiding the truth or misleading Canadians, we are talking about decisions. When we questioned him at length about the reasons behind the decision to pull our CF-18s out, the minister said that Iraq had agreed to it. Later, in an interview with an Iraqi minister, we learned that that was not true. Iraq was very disappointed with Canada's decision.
The next step was a pivotal point in the career of a very talented military member, Vice-Admiral Norman, who was commander of the Royal Canadian Navy at the time. When he heard that the incoming Liberal government wanted to cancel the Asterix contract that had been awarded by the Conservative government, that was the last straw. Vice-Admiral Norman, a man who worked for his troops, the men and women of the Royal Canadian Navy, knew full well that the Conservative government decision to award the Asterix contract to Davie shipyard was the best solution to fix the problems in the navy.
We knew that the first decision of the Prime Minister and cabinet was to do everything in their power to cancel that contract. Vice-Admiral Norman did everything he could to prevent that from happening, and he paid the political price with his career. All he wanted to do was give the Royal Canadian Navy the tools it needed to do its job properly.
What did the Minister of National Defence do to ensure that the Canadian Armed Forces were operating effectively around the world? That is the duty of a defence minister. It is about ensuring that his troops have the necessary tools to do their job. Instead, the minister contributed to the problem. He helped ensure that Vice-Admiral Norman became persona non grata. He ended up facing serious charges and the RCMP landed on his doorstep. It is appalling.
This man was expected to be the next chief of the defence staff. He was going to be the commander of the Canadian Armed Forces. Instead, he was forced to retire. The government made sure of that by paying Vice-Admiral Norman's legal costs, which remain secret, so that he would just retire and stay quiet and so the whole thing would go away.
Is that the leadership we expect from a minister? Do we expect the minister to always say yes to the Prime Minister's nefarious decisions? A minister must be able to stand up and say that something will not work, that we cannot do that. However, the minister said nothing.
In 2018, the Canadian Armed Forces ombudsman went to the office of the Minister of National Defence to tell him that there was a problem with the chief of the defence staff, General Vance. What did the minister do? He told the ombudsman that he did not want to know about it. The ombudsman was completely taken aback.
The Canadian Armed Forces ombudsman told the minister that a victim had made allegations of sexual misconduct against the chief of the defence staff and that these allegations were not about 30-year-old incidents or incidents involving one too many beers, but were rather very serious allegations about recent incidents. What did the minister do? He did nothing. We learned about this three years later. We just learned about it.
In 2018, during his tenure, the minister chose to hide the information. It gets worse. When the Conservatives were in power, they commissioned a report from Justice Marie Deschamps. She presented her report in 2015, in which she described attitude problems and sexual misconduct within the Canadian Armed Forces. What did the Minister of National Defence do with that report? Absolutely nothing.
The full report contained 10 recommendations that the minister could have implemented. He had access to all of the resources and tools he needed to protect women in the Canadian Armed Forces. He could have instituted a process to streamline complaints. That was not done, and we do not know why. We are asking questions, but we will never know.
Why were Justice Deschamps' recommendations never implemented? Was it because, again, the report had been commissioned by the Conservatives? Was it because people did not want these recommendations to be implemented? Was it because people did not want anyone to know? We have no idea.
When all these problems are added together, the situation looks very serious. The Canadian Armed Forces are in turmoil. The head of the armed forces, the former chief of defence staff, is under investigation. The new chief of defence staff, who was in the position for one month, is under investigation. Generals are stepping down. Discipline and sound operations management within the Canadian Forces are evaporating. The soldiers and officers have no one to lead them. What is going on?
On top of that, there is the case of Major-General Dany Fortin, a man I have known for a long time, a great soldier. He was put in charge of Canada's vaccine rollout, and he did an outstanding job. However, a complaint was filed against him. We do not know when or where it came from. Major-General Fortin was not informed of it. The decision was made to push him aside. The story went public, and he ended up getting all sorts of negative attention from the media, the public and the government without knowing what was happening or why. Today, this man is being forced to take legal action against the government and the Prime Minister to defend his reputation. Is that any way to treat the best members of the Canadian Armed Forces?
Major-General Dany Fortin was brought in, in a public way, to help the country get out of the COVID-19 crisis, and how was he treated? He was not informed or even given a chance to explain a situation that may not even be true. We do not know. That is how the defence minister and this government operate, and that is why we can no longer trust the Minister of National Defence.
I would like to remind the House that this has nothing to do with the soldier that the minister used to be. He served his country with distinction. However, he became a member of Parliament and a minister on October 19, 2015, and it has been a catastrophe ever since.
Monsieur le Président, aujourd'hui, ce n'est pas de gaieté de cœur que je prends la parole à la Chambre. Je dois mentionner, premièrement, que le ministre de la Défense et moi avons un point en commun: nous avons tous les deux servi honorablement les Forces canadiennes, chacun durant une vingtaine d'années. Nous avons atteint le grade de lieutenant-colonel et nous avons chacun commandé des unités d'infanterie. Ce sont les points que nous avons en commun. Le ministre a particulièrement très bien servi notre pays dans le cadre des différentes missions auxquelles il a participé partout dans le monde. Je le remercie pour son service.
Par contre, le 19 octobre 2015, lors des élections fédérales, nos chemins ont pris des tangentes différentes: j'ai choisi de me présenter sous la bannière du Parti conservateur; le ministre de la Défense a choisi de se présenter sous celle du Parti libéral.
Rappelons-nous ce que représente le Parti libéral du Canada pour les Forces canadiennes. Rappelons-nous les 10 années de noirceur de l'époque Chrétien, l'époque de l'achat des sous-marins usagés, l'époque de l'annulation des contrats d'hélicoptères, l'époque où on n'avait même plus de bottes de combat pour nos soldats. C'est le chemin et le parti que le ministre a choisis.
À partir de cette date, lui et moi n'étions plus des militaires. Nous étions dorénavant d'anciens militaires devenus députés de la Chambre des communes, une fonction politique. C'est à ce moment-là que les problèmes ont commencé pour le ministre.
Le première étape, c'était en 2015. Lors de la campagne électorale, on a vécu un drame mondial. Un petit garçon a été retrouvé mort sur une plage en Italie. C'était un réfugié syrien qui essayait de quitter la Syrie, qui était sous l'emprise du groupe État islamique. Il y avait des réfugiés qui cherchaient une terre d'asile. Les libéraux ont offert plusieurs places, et nous ne nous sommes pas opposés à cela. Il fallait faire quelque chose pour les aider.
Toutefois, notre pays était aussi au combat. Nos forces armées et notre aviation étaient en Irak et en Syrie pour combattre l'ennemi, le groupe État islamique. Quelle décision ce gouvernement a-t-il prise à son arrivée au pouvoir? Il a retiré les CF‑18 de la campagne de bombardement contre le groupe État islamique. Il a arrêté de combattre l'ennemi, celui qui a provoqué la mort du petit garçon sur la plage et la fuite des réfugiés syriens qui se sauvaient pour trouver une terre d'asile. Nous n'avons jamais pu comprendre cela.
Lorsque nous disons que le ministre camoufle la vérité ou induit les Canadiens en erreur, nous parlons des décisions. Lorsque nous l'avons questionné abondamment sur les raisons derrière le retrait des CF‑18, le ministre nous a mentionné que l'Irak était d'accord. Par la suite, dans une entrevue avec un ministre irakien, on apprenait que c'était faux. L'Irak était très déçu de la décision du Canada.
La prochaine étape a été marquante pour la carrière d'un militaire de grand talent, le vice-amiral Mark Norman. À l'époque, il était le commandant de la Marine royale canadienne. Lorsqu'il a entendu que le gouvernement nouvellement arrivé, probablement libéral, voulait annuler le contrat du navire Asterix qui avait été octroyé par le gouvernement conservateur, c'était la goutte qui a fait déborder le vase. Le vice-amiral Norman, un homme qui travaillait pour ses troupes, les hommes et les femmes de la Marine royale canadienne, savait très bien que la décision du gouvernement conservateur d'octroyer le contrat de l'Asterix à la Davie était la meilleure solution pour régler les problèmes qu'on avait au sein de la Marine.
On a su que la première décision prise par le premier ministre et le Conseil des ministres a été de tout faire pour annuler ce contrat. Le vice-amiral Norman a tout fait pour que cela n'arrive pas, et il en a payé le prix politique, soit celui de sa carrière. Tout ce qu'il voulait faire, c'était donner les outils nécessaires à la Marine royale pour qu'elle puisse bien faire son travail.
Qu'a fait le ministre de la Défense qui était en place pour s'assurer que les Forces armées canadiennes opéraient de façon efficace partout dans le monde? C'est cela, le devoir d'un ministre de la Défense. Il s'agit de s'assurer que ses troupes ont les outils nécessaires pour faire leur travail. Au lieu de cela, le ministre a contribué au problème. Il a contribué à faire en sorte que le vice-amiral Norman devienne persona non grata. Celui-ci a fait face à des accusations et la GRC a débarqué chez lui. C'est épouvantable.
Cet homme était considéré comme le prochain chef d'état-major. On prévoyait qu'il assure le commandement des Forces armées canadiennes à l'avenir. Il s'est plutôt retrouvé à la retraite. Le gouvernement a bien arrangé les choses en payant les frais d'avocat — on ne sait combien, car c'est secret — pour que le vice-amiral Norman s'en aille finalement chez lui, qu'il se taise et que nous n'entendions plus parler de rien.
Est-ce ce à quoi nous nous attendons du leadership d'un ministre? Nous attendons-nous à ce que le ministre dise toujours oui aux décisions malveillantes du premier ministre? Un ministre doit être capable de se lever et de dire que cela ne fonctionne pas, qu'on ne peut faire cela. Pourtant, le ministre n'a rien dit.
En 2018, l'ombudsman des Forces armées canadiennes s'est présenté au bureau du ministre de la Défense nationale pour lui faire part du fait qu'on avait un problème avec le chef d'état‑major, le général Vance. Qu'a fait le ministre? Il lui a dit qu'il ne voulait pas le savoir. L'ombudsman était complètement démonté.
L'ombudsman des Forces canadiennes a dit au ministre qu'une victime avait porté des allégations d'inconduite sexuelle contre le chef d'état‑major, qu'il ne s'agissait pas d'allégations concernant des événements d'il y a 30 ans ou d'histoires découlant d'une petite bière de trop, mais d'événements très récents et donc d'allégations très graves, et qu'a fait le ministre? Il n'a rien fait. Nous l'avons appris trois ans plus tard. Nous venons de l'apprendre.
En 2018, pendant son mandat, le ministre a préféré cacher l'information. Il y a pire. À l'époque où ils étaient au pouvoir, les conservateurs avaient commandé un rapport à la juge Marie Deschamps. La juge, qui a vu qu'il y avait des problèmes d'attitude et d'inconduite sexuelle au sein des Forces armées canadiennes, a déposé son rapport en 2015. Qu'a fait le ministre de la Défense nationale avec le rapport? Il n'a rien fait.
Le rapport complet contenait 10 recommandations que le ministre aurait pu mettre en œuvre. Il avait à sa portée toutes les ressources et tout ce qu'il fallait pour que les femmes des Forces armées canadiennes soient protégées. Un système de plaintes aurait pu être mis en place pour que ce soit efficace. Cela n'a pas été fait, et pour quelles raisons? Nous ne le savons pas. Nous posons des questions, mais nous ne pouvons jamais savoir.
Pourquoi ne pas avoir mis en œuvre les recommandations de ce rapport? Est-ce encore une fois parce qu'il avait été commandé par les conservateurs? Est-ce parce que des gens ne voulaient pas que ces recommandations soient mises en œuvre? Est-ce parce que des gens préféraient que cela ne se sache pas? Nous ne le savons pas.
La somme de tous ces éléments fait que l'on se retrouve avec une situation très grave. Actuellement, les Forces canadiennes sont complètement déboussolées: la tête des Forces canadiennes, le chef d'état-major qui était en place, fait l'objet d'une enquête; le nouveau chef d'état-major, qui a été en poste pendant un mois, fait l'objet d'une enquête; des généraux donnent leur démission; des éléments des Forces canadiennes qui étaient en place pour la discipline et la bonne gestion des opérations des Forces canadiennes disparaissent; des troupes et des subalternes se retrouvent sans chef, sans leader. Que fait-on?
Pour en rajouter, il y a le cas du major‑général Dany Fortin, un homme que je connais depuis longtemps, un brillant soldat. Il avait été nommé responsable de la distribution des vaccins au Canada et il a fait un travail exceptionnel. Or, une plainte a été déposée. Nous ne savons pas quand ni d'où elle est arrivée. Le major-général n'en a pas été informé. On a décidé de le tasser. Il s'est retrouvé sur la place publique à subir les foudres des médias, celles de tout le monde et celles du gouvernement sans savoir ce qui se passait ni pourquoi. Aujourd'hui, cet homme est obligé d'exercer des recours contre le gouvernement et le premier ministre pour défendre sa réputation. Est-ce une façon d'agir avec les meilleurs éléments des Forces armées canadiennes?
Le major‑général Dany Fortin a été mis en place, de façon justement publique, pour aider le pays à se sortir de la crise de la COVID‑19. Or, que fait-on avec lui? On ne l'informe pas, on ne lui permet même pas de s'expliquer sur une situation dont on ne sait même pas, au fond, si elle est véridique. C'est la façon de faire du ministre de la Défense et de ce gouvernement, et c'est pour cela qu'on ne peut plus, aujourd'hui, faire confiance au ministre de la Défense.
Je rappelle que cela n'a rien à voir avec le militaire qu'il a jadis été. Il a servi brillamment son pays. Toutefois, à partir du 19 octobre 2015, il est devenu député et ministre, et, depuis, c'est une catastrophe.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-17 11:04 [p.8640]
Mr. Speaker, what I find a bit rich is the degree to which the Conservative opposition party is trying to make this issue about General Vance. In 2015, the current leader of the official opposition was made aware of the rumour. It was serious enough that he asked his staff to notify the Prime Minister's chief of staff, who then took the matter to the Privy Council Office for review.
Does the member not see any hypocrisy here? Why did the Conservative Party fail so many years ago on one of the same issues that it is trying to hold this government to account for? There seems to be a lot of hypocrisy there.
Monsieur le Président, ce que je trouve un peu fort, c’est la mesure dans laquelle le parti d’opposition conservateur essaie de faire de cette question une affaire concernant le général Vance. En 2015, l’actuel chef de l’opposition officielle a été mis au courant de la rumeur. Elle était suffisamment sérieuse pour qu’il demande à son personnel d’en informer le chef de cabinet du premier ministre, qui a ensuite porté l’affaire devant le Bureau du Conseil privé pour examen.
Le député ne voit-il pas l’hypocrisie ici? Pourquoi le Parti conservateur a-t-il échoué il y a tant d’années sur l’une des questions pour lesquelles il tente de demander des comptes au gouvernement aujourd’hui? Il semble y avoir beaucoup d’hypocrisie ici.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question.
The minister was appointed on November 4, 2015. He is the one who made all the wrong decisions or who covered up all the decisions that were made and that I mentioned in my speech. I think there are enough of them for members to understand that the minister no longer deserves to remain in cabinet. Had Vice-Admiral Norman not suffered the fate the government had in store for him, he might have taken over from General Vance in 2018, and there would not have been all these problems with sexual misconduct and all the other issues with this file, not to mention the lack of strength we are seeing in the Canadian Forces.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
Le ministre est en place depuis le 4 novembre 2015. C'est lui qui a pris toutes les mauvaises décisions ou qui a camouflé toutes les décisions qui ont été prises et que j'ai énumérées dans mon discours. Je pense qu'il y en a suffisamment pour comprendre que le ministre ne mérite plus de rester en place. Si le vice-amiral Norman n'avait pas subi le sort que ce gouvernement lui a réservé, il aurait pris la place du général Vance en 2018, et probablement qu'il n'y aurait pas eu tous ces problèmes d'inconduite sexuelle et tous les autres problèmes liés à ce dossier, sans parler du manque de force des Forces canadiennes qu'on voit actuellement.
View Jag Sahota Profile
CPC (AB)
View Jag Sahota Profile
2021-06-17 14:36 [p.8672]
Mr. Speaker, when Vice-Admiral Norman was under investigation, the minister immediately had him suspended. Meanwhile, when the minister became aware that the former chief of the defence staff was under investigation, he refused to even look at the evidence, left him in his role, and even gave him a pay raise.
Given that General Vance believes that he is above the law, and given the minister's refusal to act, does the minister also believe that General Vance is above the law?
Monsieur le Président, lorsque le vice-amiral Norman a été l’objet d’une enquête, le ministre l’a immédiatement suspendu. Parallèlement, lorsque le ministre a été informé que le chef d’état-major de la Défense était sous le coup d’une enquête, il n’a même pas envisagé de regarder les preuves, il l’a laissé en poste et lui a même accordé une augmentation de salaire.
Étant donné que le général Vance se pense au-dessus des lois et que le ministre a refusé de prendre des mesures, ce dernier pense-t-il aussi que le général est au-dessus des lois?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-06-17 14:36 [p.8672]
Mr. Speaker, I completely disagree with the assertions that the member has made. Any allegations that were ever brought to my attention were always taken to the immediate authority. No politician should ever get involved in an investigation. No politician should start an investigation, especially on the Canadian Armed Forces members, as the previous government used to do.
Monsieur le Président, je désapprouve complètement les propos de la députée. Toute allégation dont j’ai été informé a toujours été transmise à l’autorité voulue. Aucun politicien ne devrait se mêler d’une enquête. Aucun politicien ne devrait lancer une enquête, en particulier concernant les membres des Forces armées canadiennes, au contraire des pratiques du gouvernement précédent.
View James Cumming Profile
CPC (AB)
View James Cumming Profile
2021-06-17 17:30 [p.8697]
Madam Speaker, I will be sharing my time with the hon. member for Calgary Skyview.
I hold in great respect the opportunity to participate in today's debate. The topic of this debate is something I hold close to my heart, as both my brother and father served our country. I witnessed first-hand the honour, integrity and respect they both held for the roles and their time in service.
My father served as an officer in the Royal Canadian Navy during World War II on HMCS Stormont in the Battle of the Atlantic. In his recollection of his experience in the navy, he stated, “True leaders lead by their actions, not by the words.” It was a virtue that he carried out throughout his entire life and was the foundation of what made him a noble leader who many respected and looked up to, me included.
My brother, who served as a pilot from 1981 to 1996, was a captain at the National Defence headquarters and also a man who led with a high degree of integrity, righteousness, honesty and the type of honourableness that gains trust from fellow comrades, as well as from citizens for whom my family had the privilege of serving.
Lastly, the riding I represent, Edmonton Centre, was previously held by the Hon. Laurie Hawn, who also served in the Canadian military with distinction. I have enormous respect for him.
I share these personal stories because they make up only a few of the individuals who have been recognized as contributors to Canada's reputation of having a noble, virtuous, principled and ethical armed forces. It is these folks who we owe great respect to, as they have upheld our entire country to a standard of righteousness, rectitude and reverence.
It is because of these noble individuals that we have been able to effortlessly create trust between the armed forces and the public, the very cohesion to create unification, wholeness and a sense of togetherness in this country. It is a cohesion that has been eroded for six straight years, and the defence minister has placed all Canadians at risk of ever trusting our armed forces again by covering up sexual misconduct allegations. This is alarming, troublesome and unacceptable. More than that, it is offensive and completely dismissive of all the individuals who have come before the minister and those who are currently serving and doing so with a high regard for themselves, their actions and the Canadians they serve. As I stand here today, I cannot help but think about the women in my life and all the women residing in Canada who have witnessed the government shamefully continue to turn a blind eye to this and neglect the previous claim of being a feminist government that empowers women.
This is not about the minister's military service. We acknowledge that he served with incredible distinction. This is about what is happening today. It is about the impacts these actions and the lack of responsibility have on all Canadians today, and will have moving forward if appropriate measures are not taken. This is about ensuring that we as a country feel immense pride in our institution that continues to serve, that all men and women feel it is a safe place where sexual allegations are taken seriously and that any further incidents of sexual misconduct will be condemned and justice will be served. This is about creating certainty for the men and women currently serving and those who are contemplating joining our armed forces so that if they ever encounter this type of harassment, their government will not turn a blind eye, like this one has continued to do for many years.
This involves all of us. All of Canada's reputation is on the line. Anyone who genuinely and sincerely cares about the credibility, stature and honour of this country and our institutions would nobly resign and refuse to be selfish by remaining in a role that is no longer held in trust by the people it is meant to serve.
If the Prime Minister continues to make the choice not to act like a leader in this serious situation and leaves this to the defence minister, who has serious allegations against him, the result will be a continued erosion of the relationship between institutions, government and public. The lack of action speaks tremendous volumes about this Prime Minister's leadership and where he stands on equity for all persons.
This is not about partisanship and it is certainly not about politics. It is about ethics, morals and the willingness to do the right thing and protect the citizens who serve and the citizens who look to their government and their institutions for protection. How can we expect our honourable armed forces to keep us safe if CAF members themselves do not feel safe in the armed forces?
It is astounding that months after we called for action and years after sexual allegations were released, the Prime Minister decided to protect his own chief of staff rather than the thousands of men and women who serve this country. That is an insult to all of us. The Prime Minister has blatantly shown us where his true values lie, and it is certainly not with our armed forces and the people who graciously and righteously choose to be of service.
We will not back down from holding leaders and all persons in government to the highest standard of honesty and integrity. The minister and the Liberals refused to be accountable for their failure on the sexual misconduct allegations made against General Vance three years ago, but they have had the opportunity in the last couple of months and weeks to clean up their actions, recover their reputation and just ask the defence minister to step down. However, instead of the Liberals spending the past few weeks figuring out how they could make this situation better and lead with more dignity and integrity, we found out that the military's second in command, the vice chief of the defence staff, and the commander of the navy went golfing with Canada's former chief of the defence staff, the retired Jonathan Vance, who remains under military police investigation for the alleged inappropriate behaviour we speak of. This is problematic given that the vice chief has oversight of the police force investigating Vance.
It is blatantly obvious that the standard of conduct that is being held by the government is shameful and embarrassing, and the minister's leadership, or lack thereof, is downright deceitful. Over two months ago, Canada's Conservatives not only continued to speak out about the government's wrongful dismissal of the allegation, but also acknowledged that no amount of words would ever recovery a situation like this one involving the defence minister, as so much trust has been broken.
This is not something that can be combed over with an apology or long words on the history of the minister's miliary service, regardless of how distinguished it is. This requires taking action and responding to the current impacts that the lack of measures has had and will continue to have. Change and reinstatement of a noble government and a noble armed forces can only come through action, the very thing missing from the minister.
This is not a partisan issue. This is certainly not a personal issue against the Minister of National Defence. This is a countrywide issue affecting all of us. How could trust be instilled by the same person and persons who lost it and by the ones who are to blame for placing the collectiveness between government, the armed forces and the broader public in discord? The faith in a just and equitable government has diminished and will continue to do so until we see notable activity.
This is why the Conservatives have laid out an accountable, actionable plan that will be implemented to tackle the issue of sexual misconduct in the armed forces. The plan will recover the trust that has been broken and reinstate the integrity lost. This plan will include an inclusive service-wide independent investigation into the sexual misconduct in the military. It involves suspending all general and flag officer promotions and salary increases while an investigation into sexual misconduct of the military is taking place. Furthermore, it will involve the introduction of policies to ensure that future complaints are made to an external independent body outside the chain of command.
Canada's Conservatives will continue to stand up for women and men in uniform and demand the Liberals end their cover-up of sexual misconduct. We cannot allow our daughters, sisters and mothers to work in unsafe environments. No one should be subjected to sexual harassment when they show up to serve our country.
I stand here to ensure that any woman or man can serve their country with honour and without compromise. I stand here on behalf of my brother and father, who served and contributed to the uncorrupted and therefore reputable armed forces. I stand here for the thousands of Canadians who so selflessly served in our armed forces and continue to serve. I stand here on behalf of the Conservative Party, but also for every single Canadian who is questioning the character that makes up the government and the morals it leads with. If the government truly believed in leading with the highest degree of integrity, ethics and equity and believed in justice for all, then the decision to censure the minister would occur without hesitation.
I will conclude with my father's words, a man who served in the Royal Canadian Navy, from his recollection of his experience in the navy: “True leaders lead by their actions, not by their words.” I stand here and appallingly question the entire government's morals and lack of action and ask it this: If the government is so willing to let this terrible example of abuse of power slide, what else will it let slide?
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec la députée de Calgary Skyview.
Je considère comme un honneur l’occasion de participer au débat d’aujourd’hui. Le sujet de ce débat est un sujet qui me tient à cœur, car mon frère et mon père ont servi notre pays. J’ai pu observer de mes propres yeux l’honneur, l’intégrité et le respect qu’ils témoignaient à leurs rôles et au temps qu’ils ont passé à servir le pays.
Pendant la Deuxième Guerre mondiale, mon père a été officier dans la Marine royale canadienne. Il était à bord du NCSM Stormont lors de la bataille de l’Atlantique. Selon ses souvenirs de son expérience dans la Marine, il a déclaré qu'« on reconnaît les vrais leaders à leurs actions et non à leurs paroles ». C’est une vertu qu’il a mise en application tout au long de sa vie. Elle était à la base de ce qui a fait de lui un leader noble respecté et admiré par de nombreuses personnes, y compris moi.
Mon frère, qui a été pilote de 1981 à 1996, a été capitaine au Quartier général de la Défense nationale. C’est également un homme reconnu pour son degré élevé d’intégrité, de droiture, d’honnêteté, ainsi que le type d’honorabilité qui permet de gagner la confiance des camarades, ainsi que des citoyens que ma famille a eu le privilège de servir.
Enfin, dans le passé, Laurie Hawn a été élu dans la circonscription que je représente, Edmonton Centre. Il a servi dans les Forces canadiennes avec distinction. Je le respecte énormément.
Je raconte ces histoires personnelles parce qu’elles ne représentent que quelques-unes des personnes qui ont été reconnues comme ayant contribué à la réputation du Canada en tant que pays ayant des forces armées nobles, vertueuses, dotées de principes et d’un sens de l'éthique. C’est à ces personnes que nous devons un grand respect, car elles ont maintenu notre pays tout entier à un certain niveau de droiture, de rectitude et de révérence.
C’est grâce à ces nobles personnes que nous avons pu établir sans effort un lien de confiance entre les forces armées et le public, la cohésion même qui crée l’unification, la plénitude et un sentiment de solidarité dans ce pays. C’est une cohésion qui a été érodée pendant six ans, et le ministre de la Défense, en camouflant des allégations d’inconduite sexuelle, a fait en sorte que tous les Canadiens risquent de ne plus jamais faire confiance à nos forces armées. C’est alarmant, troublant et inacceptable. Plus que cela, c’est offensant et complètement méprisant pour toutes les personnes qui se sont présentées devant le ministre et celles qui servent actuellement et qui le font avec énormément d'estime pour elles-mêmes, leurs actions et les Canadiens qu’elles servent. En ce moment, je ne peux m’empêcher de penser aux femmes dans ma vie et à toutes les Canadiennes qui ont vu le gouvernement continuer honteusement à fermer les yeux sur cette affaire et à faire fi de ses grandes prétentions d’être un gouvernement féministe qui donne du pouvoir aux femmes.
Ce n'est pas le service militaire du ministre qui est en cause. Nous reconnaissons qu’il a servi avec grande distinction. Il s’agit de ce qui se passe aujourd’hui. Il s’agit des répercussions que ces actions et le manque de responsabilité ont et continueront d'avoir sur tous les Canadiens si des mesures appropriées ne sont pas prises. Il faut qu’en tant que pays nous ressentions une immense fierté pour une institution qui continue de nous servir et que tous les hommes et toutes les femmes sentent que c’est un endroit sûr où les allégations sexuelles sont prises au sérieux, que tout autre incident d’inconduite sexuelle sera condamné et que justice sera rendue. Il faut que les hommes et les femmes qui servent actuellement et ceux et celles qui envisagent de joindre nos forces armées aient la certitude que, si jamais ils sont confrontés à ce type de harcèlement, leur gouvernement ne fermera pas les yeux, comme le gouvernement actuel l'a fait pendant de nombreuses années.
Nous sommes tous concernés. La réputation du Canada tout entier est en jeu. Toute personne qui se soucie véritablement et sincèrement de la crédibilité, de la stature et de l’honneur de ce pays et de nos institutions démissionnerait noblement et refuserait d’être égoïste en continuant d'occuper un poste qui n'inspire plus confiance chez les gens qu’il est censé servir.
Si le premier ministre continue de choisir de ne pas agir comme un leader dans cette situation préoccupante et de laisser au ministre de la Défense le soin de s’en occuper, un ministre qui fait l’objet de graves allégations, l’érosion de la relation entre les institutions, le gouvernement et le public se poursuivra. Le fait que le premier ministre ne prenne aucune mesure en dit long sur son leadership et sur sa position en ce qui concerne l’équité pour tous.
Il ne s’agit pas d’une question de partisanerie, et il ne s’agit certainement pas d’une question de politique. Il est ici question d'éthique et de morale, ainsi que de la volonté de faire la bonne chose et de protéger les citoyens qui servent le pays et les citoyens qui se tournent vers leur gouvernement et ses institutions pour assurer leur protection. Comment peut-on s’attendre à ce que les honorables membres des Forces armées canadiennes assurent notre sécurité si eux-mêmes ne se sentent pas en sécurité au sein des forces?
Il est incroyable que le premier ministre ait décidé de protéger son propre chef d’état-major, plutôt que des milliers d’hommes et de femmes qui servent ce pays, alors que nous demandons la prise de mesures depuis des mois et qu’il se soit écoulé des années depuis la divulgation d’allégations d’ordre sexuel. C’est insultant pour nous tous. Le premier ministre nous a montré, de manière flagrante, ses véritables valeurs. Il ne soutient certainement pas nos forces armées et les gens qui ont choisi, avec gracieuseté et droiture, de servir notre pays.
Nous n’arrêterons pas d’exiger des leaders et de tous les membres du gouvernement qu’ils respectent les normes les plus élevées en matière d’honnêteté et d’intégrité. Le ministre et les libéraux ont refusé d’assumer la responsabilité en ce qui concerne leur incapacité à agir face aux allégations d’inconduite sexuelle visant le général Vance il y a trois ans. Cependant, au cours des derniers mois et des dernières semaines, ils ont eu l’occasion de se racheter, de rétablir leur réputation et de tout simplement demander au ministre de la Défense de démissionner. N'empêche que les libéraux auraient pu chercher à déterminer, au cours des dernières semaines, comment ils pourraient améliorer la situation et diriger en faisant preuve d’un degré de dignité et d’intégrité supérieur, mais nous avons découvert que le commandant adjoint des forces armées, le vice-chef d’état-major de la Défense, et le commandant de la Marine sont allés jouer au golf avec l’ancien chef d’état-major de la Défense du Canada à la retraite, Jonathan Vance, qui continue de faire l’objet d’une enquête de la police militaire pour le comportement inapproprié allégué dont nous parlons. C’est une situation problématique, car le vice-chef exerce un pouvoir de surveillance à l'égard de la police militaire chargée de l’enquête sur M. Vance.
Il est évident que la conduite adoptée par le gouvernement est honteuse et gênante. Le leadership du ministre, ou plutôt l’absence de leadership, est tout simplement malhonnête. Cela fait plus de deux mois que les conservateurs du Canada mettent en lumière le fait que le gouvernement a rejeté, de manière injustifiée, les allégations, et qu'ils reconnaissent qu'aucune parole ne permettra un rétablissement après une telle situation impliquant le ministre de la Défense, car le lien de confiance a été rompu.
Il ne s’agit pas d’une question qui peut être réglée avec des excuses ou une longue explication des états de service du ministre, aussi distingués qu'ils soient. C’est une question qui exige la prise de mesures et une réponse aux répercussions actuelles que l’absence de mesures a eues et continuera d’avoir. Seule la prise de mesure permettra que des changements soient apportés et qu’un gouvernement noble et que des forces armées nobles soient rétablis. C’est exactement ce que le ministre ne fait pas.
Il ne s’agit pas d’une question de partisanerie. Ce n’est certainement pas une attaque personnelle contre le ministre de la Défense nationale. C’est un problème national qui nous touche tous. Comment la même personne, les personnes ayant perdu la confiance, et les personnes qui sont responsables d’avoir fait en sorte qu’il y ait discorde en ce qui concerne l’action commune entre le gouvernement, les forces armées et le public peuvent-elles susciter la confiance? La confiance envers un gouvernement juste et équitable a diminué, et continuera de diminuer jusqu’à ce que nous observions des mesures remarquables.
C’est pourquoi les conservateurs ont préparé un plan responsable et réalisable qui pourra être mis en œuvre pour lutter contre le problème de l’inconduite sexuelle dans les forces armées. Ce plan permettra de restaurer la confiance qui a été brisée et de rétablir l’intégrité qui a été perdue. Ce plan comprendra une enquête indépendante qui sera menée dans tous les services de façon inclusive. Toutes les promotions et les augmentations des officiers généraux seront suspendues tant que sera menée une enquête sur des inconduites sexuelles dans l’armée. En outre, ce plan permettra de mettre en place des politiques pour s’assurer que les futures plaintes sont déposées auprès d’un organisme externe et indépendant, en dehors de la chaîne de commandement.
Les conservateurs du Canada continueront de défendre les femmes et les hommes en uniforme et ils exigent que les libéraux cessent leur opération de camouflage de l’inconduite sexuelle. Nous ne pouvons pas laisser nos filles, nos sœurs et nos mères travailler dans un milieu dangereux. Toute personne qui veut pour servir notre pays ne devrait jamais avoir à subir du harcèlement sexuel.
J'interviens aujourd'hui pour veiller à ce que toute femme, à ce que tout homme, puisse servir son pays avec honneur et sans compromis. Je prends la parole au nom de mon frère et de mon père, qui ont servi au sein des honorables forces armées et qui ont donc contribué à leur réputation, mais aussi au nom de milliers de Canadiens qui ont servi et continuent de servir au sein des forces armées avec un tel dévouement. J'interviens au nom du Parti conservateur, mais aussi au nom de chaque Canadien qui met en doute la moralité du gouvernement et les principes sur lesquels elle repose. Si le gouvernement était vraiment déterminé à faire preuve de la plus grande intégrité, éthique et équité qui soit, s'il croyait en la justice pour tous, alors blâmer le ministre serait une décision évidente.
Je vais conclure sur les paroles de mon père, un homme qui a servi dans la Marine royale canadienne. Voici comment il décrit son expérience: « On reconnaît les vrais leaders à leurs actions et non à leurs paroles. » J'interviens aujourd'hui pour remettre douloureusement en question la moralité de l'ensemble du gouvernement et son apathie, mais aussi pour poser la question suivante: si le gouvernement tient absolument à laisser un tel exemple d'abus de pouvoir impuni, sur quoi d'autre est-il prêt à fermer les yeux?
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
View Luc Desilets Profile
2021-06-17 17:42 [p.8699]
Madam Speaker, a few weeks ago, the Minister of National Defence stated that the nature of the allegations against General Vance was unimportant and that what mattered was the steps taken. We quite agree. As a friend of mine would say, “Go for it, big guy.” No steps were taken though. The minister had everything he needed right there in front of him, right in the Deschamps report, for six years. The report is smart and substantive, and it contains plenty of meaningful, detailed measures.
Can my colleague comment on that?
Madame la Présidente, il y a quelques semaines, le ministre de la Défense nationale a affirmé que la nature des allégations contre le général Vance n'avait pas d'importance et que ce qui comptait, ce sont les mesures prises. Nous sommes tous bien d'accord avec lui. Comme le dirait un de mes amis, « go, vas-y, bravo mon champion ». Des mesures, il n'y en a pas. Pourtant, le ministre avait tout entre les mains, depuis six ans, avec le rapport Deschamps. Il s'agit d'un rapport intelligent et concret, qui contient plusieurs mesures éclairées et détaillées.
Qu'est-ce que mon collègue peut ajouter à cela?
View James Cumming Profile
CPC (AB)
View James Cumming Profile
2021-06-17 17:43 [p.8699]
Madam Speaker, to add to my colleague's question, the last thing we need is more studies. We have a report, and we have suggestions on how we can fix the problems. It is time to execute on that, but it is not what we have seen from the Minister of National Defence. He has had ample opportunity to act on that report, but he has not done it. We should get on with it and get it done.
Madame la Présidente, pour ajouter à ce que vient de mentionner mon collègue, la dernière chose dont nous avons besoin, c'est d’études supplémentaires. Nous avons un rapport et nous avons des suggestions sur la manière dont nous pouvons régler les problèmes. Il est temps d’agir, mais ce n'est pas ce que nous avons vu de la part du ministre de la Défense nationale. Il a eu largement l'occasion de donner suite à ce rapport, mais il ne l'a pas fait. C'en est assez des tergiversations.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, what I think Canadians are most concerned about when they hear news of the Canadian Armed Forces these days are these allegations of sexual misconduct that just keep coming.
Over the last three years that I have been in the House, every time the Minister of National Defence has stood up, he has said that when he heard allegations, he reported them immediately to the Privy Council Office and the Prime Minister's Office. He did the right thing.
I am wondering if the Conservative motion today has been framed in the wrong way and that perhaps the defence minister is right that it is the Prime Minister's Office that is at fault here.
Madame la Présidente, je crois que ce qui préoccupe le plus les Canadiens lorsqu'ils entendent parler des Forces armées canadiennes ces jours-ci, ce sont les allégations d'inconduite sexuelle qui ne cessent de se multiplier.
Depuis trois ans que je suis à la Chambre, à chaque fois que le ministre de la Défense nationale a pris la parole, il a affirmé que, lorsqu'il a été mis au courant des allégations, il les a immédiatement signalées au Bureau du Conseil privé et au Cabinet du premier ministre. Il a fait ce qu'il fallait faire.
Je me demande si la motion des conservateurs aujourd'hui ne vise pas la mauvaise cible et si le ministre de la Défense n’a pas raison de dire que c'est le Cabinet du premier ministre qui est en faute ici.
View James Cumming Profile
CPC (AB)
View James Cumming Profile
2021-06-17 17:44 [p.8699]
Madam Speaker, leadership starts at the top, so who is responsible? Ultimately, in the government, it is the Prime Minister of Canada who is responsible. He should do the right thing and make sure the minister resigns.
Madame la Présidente, le leadership commence au sommet, alors qui est responsable? En fin de compte, au sein du gouvernement, c'est le premier ministre du Canada qui est responsable. Il doit faire ce qu'il faut et s'assurer que le ministre démissionne.
View Jag Sahota Profile
CPC (AB)
View Jag Sahota Profile
2021-06-17 17:45 [p.8699]
Madam Speaker, I am pleased to speak to this motion. For months, we have heard through the media allegations of sexual misconduct within the Canadian Armed Forces and the complicity of the Minister of National Defence. This prompted the Standing Committee on the Status of Women to launch a study into sexual misconduct in the Canadian Armed Forces, which we just concluded and the committee report was tabled today.
Many of the FEWO study witnesses spoke of the Canadian Armed Forces' challenges with repeated sexual misconduct incidents, with one witness noting, “I joined the Canadian Armed Forces in July of 2018. Since then, I feel like I've experienced a lifetime's worth of sexual assault and misconduct.”
Another witness who appeared before the committee gave a very interesting perspective on the double standard that the military justice system has toward women and men. The witness discussed how when they were deployed in Afghanistan an investigation had been conducted into a consensual relationship she had with a U.S. officer who was not in her unit but was of the same rank. She admitted that the relationship she had was against regulations and that she had pleaded guilty to the charges. She was fined, repatriated from theatre and posted out of her unit. She accepted this as her punishment.
However, as a result, she was called demeaning names and was told she was not worthy of leading soldiers. She said she was threatened with violence by commanding officers and would be repeatedly chastised by other officers. She was sent to work alone in an office managing a single Excel spreadsheet, and it quickly became clear to her that her career in the Canadian Armed Forces was over.
When she left the military, she had originally been given an offer to go into the reserves, but that was revoked upon her leaving, with the commanding officer telling her she was not the type of leader he wanted in his unit. She said that her biggest failure in life was how she was pushed out of the armoured corps, and that is something she continues to carry immense shame for.
However, this is precisely the type of leadership displayed by the former chief of the defence staff, who served as the longest-serving chief of the defence staff. This former CDS, General Vance, not only rolled out Operation Honour, but at the same time was having inappropriate relations with those under his command.
That included one woman who, when she appeared before FEWO, mentioned how she had asked questions about who would have the ability to investigate actions against the chief of the defence staff and whether the CFNIS would be the appropriate body. The response the general gave her was that he was “untouchable” because he owned the CFNIS. It was deeply concerning to hear that someone would actually believe he was above the law and would be willing to create an unsafe work environment and felt he could not be investigated. To this day, this woman believes she is not going to get justice for herself, but that it was important for her to come forward so the issue could be dealt with, with the aim that other women in the military would be able to get justice. It is not hard to see why this witness would believe that.
Over this past weekend, we heard that while under investigation, General Vance went golfing with Vice-Admiral Baines and Lieutenant-General Rouleau, who himself held oversight authority for the military police. The abuse of authority and the flagrant disregard for women in the Canadian Armed Forces are completely disgusting.
Shortly after a witness appeared before our committee, a Facebook group of military police were making comments such as “If you sleep with a senior rank you get good postings and promotion to support the bastards but no parenting and support from the senior rank”. Another said, “Giggity”, while another said, “Her story is about as clear as a PMQ orgy party on pay day.” It is no wonder women do not feel safe in our Canadian Armed Forces.
What makes this worse is that all of this occurred under the watch of this minister, who, to this day, has yet to take any responsibility for his role in allowing for this toxic culture to exist.
When the minister appeared before committee, my colleague said to him, “[Y]ou're not owning up to the reality that you're not taking action to create a shift in the culture.... [T]he longer you continue to dodge responsibility this way or that—it's not going to change.... If you keep repeating the same points—I'm just sensing you're still not owning up to this”. The minister just kept repeating the same points. He did not take any responsibility for the actions of the General Vance investigations.
As was pointed out to our committee:
...General Vance had to be protected because he was seen as a rising star during his career and therefore a good move for the military. It wasn't in the interest of the Forces to cast him aside or investigate him due to an allegation of sexual misconduct or assault. You don't want to tarnish the career or cause the loss of a valuable co-worker who is your right-hand man, for example. So General Vance's superiors or peers certainly had an interest in hiding these things, because they liked his work, operationally speaking.
Canadians expect our ministers to represent all Canadians, work to defend all Canadians and support all Canadians. However, all the minister has done is protect and excuse the inexcusable, and he has sent a message to all those serving in uniform that as long as one is a man, a friend and high enough in rank, one can sexually assault someone and the minister will turn a blind eye on it. This is not my Canada.
A fundamental change within the Canadian Forces with regard to its toxic culture and sexual misconduct issues is needed to ensure the safety and success of its members. Our brave service members deserve better. Conservatives are committed to ensuring that change occurs in the Canadian Armed Forces and will continue to hold the government to account on its shortcomings on this file, including and especially the need to take responsibility for the ongoing leadership crisis and the harm it has caused.
As a woman, it broke my heart to listen to the witnesses come forward and tell their stories, and how they continue to live with the trauma of sexual misconduct and sexual assault months, years and decades later. We constantly heard from witnesses about how tiring and disrespectful it is to continue to just talk about this issue. These are conversations we have had for decades.
All of the survivors spoke of the urgency to bring about cultural change, but they and military academics highlighted the requirement of having the most senior leadership, including the minister, involved directly in this change.
What we have seen from the minister is an abdication of his responsibilities in bringing about this change. He testified at committee that even prior to being appointed minister he was aware of this issue. If he truly was aware of this issue and the significance of it, then why has he sat silently on the sidelines while women have suffered significantly under his watch? Why did he turn a blind eye when his buddy, the former chief of the defence staff, was placed under investigation? Why does the minister continue to refuse to bring about true cultural change instead of yet another report?
I guess it is true what they say about Liberals. There is not a problem in the world they cannot solve by just having another report written. The time for reports is over. Women need action now, and we can start by getting rid of this inefficient minister, who places friendship over the security of individuals.
Madame la Présidente, je suis heureuse de parler de cette motion. Depuis des mois, les médias parlent d’allégations d’inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes et de la complicité du ministre de la Défense nationale. La situation a amené le Comité permanent de la condition féminine à lancer une étude sur les inconduites sexuelles dans les forces, que nous venons juste de terminer. Le rapport du comité a été déposé aujourd’hui.
De nombreuses personnes qui ont témoigné pendant l’étude ont parlé d’incidents répétés d’inconduite sexuelle dans les forces armées. L’une d’entre elles a même déclaré qu’elle a l’impression d’avoir subi l’équivalent d’agressions et d’inconduites sexuelles de toute une vie depuis qu’elle est entrée dans les forces en juillet 2018.
Une autre personne qui a témoigné devant le comité a présenté un point de vue très intéressant sur la différence de traitement entre les hommes et les femmes dans le système de justice militaire. Ce témoin a expliqué de quelle façon, pendant son déploiement en Afghanistan, elle a fait l'objet d'une enquête pour avoir eu une relation sexuelle consensuelle avec un officier américain qui n'était pas dans son unité, mais qui était du même grade. Elle a admis que la relation contrevenait à la réglementation et elle a plaidé coupable aux accusations contre elles. Elle a été mise à l'amende, rapatriée et affectée à l'extérieur de son unité. Elle estimait que ces mesures étaient justifiées.
Toutefois, dans la foulée de cet incident, on l'a traitée de noms tout à fait dégradants et on lui a dit qu'elle n'avait pas l'étoffe pour diriger des soldats. Un commandant l'a même menacée de violence, et elle a eu droit à des reproches incessants de la part d'autres officiers supérieurs. Elle a été isolée dans un bureau où elle gérait un chiffrier Excel, et il est rapidement devenu évident que sa carrière dans les Forces armées canadiennes était terminée.
Quand elle a été libérée, le poste qu'on lui avait d'abord offert dans une unité de réserve a été révoqué. Le commandant lui a en effet dit qu'elle n'était pas le genre de chef qu'il voulait dans son unité. Elle a déclaré que son plus grand échec est le comportement pour lequel elle a été expulsée du corps des blindés et pour lequel elle continue à se sentir très honteuse.
Cependant, c'est précisément le genre de leadership dont a fait preuve l'ancien chef d'état-major de la Défense, qui est la personne qui a occupé cette fonction le plus longtemps. En effet, le général Vance, qui a lancé l'opération Honour, a entretenu en même temps des relations inappropriées avec des personnes qui étaient sous son commandement.
L'une de ces personnes est une femme qui, lorsqu'elle a comparu devant le comité de la condition féminine, a dit qu'elle a posé des questions pour savoir qui serait en mesure de faire enquête sur des gestes posés par le chef d'état-major de la Défense et s'il était approprié de s'adresser au Service national des enquêtes des Forces canadiennes. Le général lui a dit qu'il était « intouchable » parce que le SNEFC était sous son contrôle. Il a été extrêmement troublant d'entendre parler d'un homme qui se croyait au-dessus des lois et qui était prêt à créer un environnement de travail dangereux en ayant la conviction qu'il ne pourrait pas faire l'objet d'une enquête. Encore aujourd'hui, cette femme croit qu'elle ne pourra pas obtenir justice, mais qu'il était important qu'elle dénonce la situation pour qu'on intervienne et que d'autres femmes au sein des forces armées puissent obtenir justice. Il n'est pas difficile de comprendre pourquoi ce témoin croyait cela.
Le week-end dernier, nous avons appris que, pendant qu'il faisait l'objet d'une enquête, le général Vance a joué au golf avec le vice-amiral Baines ainsi que le lieutenant-général Rouleau, qui exerçait lui-même un pouvoir de surveillance à l'égard de la police militaire. Les abus de pouvoir et le mépris flagrant envers les femmes au sein des Forces armées canadiennes sont absolument répugnants.
Peu après la comparution d'un témoin devant notre comité, les membres d'un groupe de policiers militaires sur Facebook ont fait des commentaires comme: « Si vous couchez avec un haut gradé, vous aurez de bonnes affectations et une promotion pour soutenir les bâtards, mais pas de soutien parental ni d'aide de la part du haut gradé. » Un autre a écrit « Giggity », et un autre: « Son témoignage est presque aussi cohérent qu'une orgie dans un logement familial pendant un jour de paie. » Il n'est guère étonnant que les femmes ne se sentent pas en sécurité dans les Forces armées canadiennes.
Le pire, c'est que tout cela s'est produit sous la direction de ce ministre qui, à ce jour, refuse d'assumer la moindre responsabilité par rapport à la culture toxique qu'il a permise.
Quand le ministre a comparu devant le comité, ma collègue lui a dit: « [V]ous refusez d'admettre la réalité, [...] vous ne prenez pas les mesures voulues pour créer un changement de culture. [...] plus vous continuez d'esquiver la responsabilité d'une façon ou d'une autre —, rien ne va changer. Si vous continuez de répéter les mêmes points — j'ai juste l'impression que vous refusez toujours de l'avouer [...] ». Le ministre ne faisait que répéter les mêmes points. Il n'a assumé aucune responsabilité pour les actions relatives aux enquêtes du général Vance.
Comme on l'a souligné à notre comité:
[L]e général Vance a dû être protégé parce qu'il était perçu comme une étoile montante durant sa carrière et donc un bon pion pour l'armée. Les Forces n'avaient pas intérêt à mettre cette personne de côté ni à enquêter sur elle en raison d'une allégation d'inconduite ou d'agression sexuelle. On ne veut pas ternir la carrière ni causer la perte d'un collègue de travail qui nous est utile et qui est notre bras droit, par exemple. Il est donc certain que les supérieurs ou les pairs du général Vance avaient intérêt à cacher ces choses-là, parce qu'ils aimaient son travail sur le plan opérationnel.
Les Canadiens s'attendent à ce que les ministres représentent, défendent et appuient tous les Canadiens. Or, tout ce que le ministre a fait, c'est protéger et excuser l'inexcusable, et voici le message qu'il a envoyé aux gens qui portent l'uniforme: tant qu'on est un homme, un ami et un haut gradé, on peut agresser sexuellement quelqu'un, et le ministre fermera les yeux. Ce n'est pas le Canada que je connais.
Il faut un changement fondamental au sein des Forces canadiennes en ce qui concerne leur culture toxique et les problèmes d'inconduite sexuelle pour assurer la sécurité et le succès de leurs membres. Nos courageux militaires méritent mieux. Les conservateurs sont déterminés à faire en sorte que ce changement s'opère au sein des Forces armées canadiennes, et ils continueront à demander des comptes au gouvernement sur ses manquements dans ce dossier, en insistant tout particulièrement sur la nécessité d'assumer la responsabilité de la crise actuelle de leadership et des préjudices qui en découlent.
En tant que femme, j'ai eu le coeur brisé en écoutant les témoins raconter leur histoire et expliquer comment le traumatisme de l'inconduite sexuelle et de l'agression sexuelle continue de les hanter des mois, des années et des décennies plus tard. Les témoins nous ont constamment dit à quel point il est fatigant et irrespectueux de continuer simplement à parler de cette question. Ce sont des conversations que nous avons depuis des décennies.
Tous les survivants ont parlé du besoin urgent d'apporter un changement culturel, mais ils ont souligné de concert avec les universitaires militaires qu'il est nécessaire que les plus hauts dirigeants, dont le ministre, participent directement à ce changement.
Nous avons pu constater que le ministre a abdiqué ses responsabilités dans la réalisation de ce changement. Il a témoigné devant le comité qu'il était au courant du problème même avant d'être nommé ministre. S'il était vraiment au courant du problème et de sa gravité, pourquoi est-il demeuré silencieux et resté les bras croisés tandis que des femmes souffraient grandement sous sa direction? Pourquoi a-t-il fermé les yeux lorsque son copain l'ancien chef d'état-major de la Défense a fait l'objet d'une enquête? Pourquoi le ministre continue-t-il à refuser d'apporter un véritable changement culturel au lieu de produire d'un énième rapport?
Je suppose que ce qu'on dit au sujet des libéraux est vrai. Il n'y a pas un seul problème au monde qu'ils ne peuvent pas résoudre en produisant un autre rapport. L'heure n'est plus aux rapports. Les femmes ont besoin que nous agissions maintenant et nous pouvons commencer par nous débarrasser de ce ministre inefficace, qui accorde plus d'importance à ses amitiés qu'à la sécurité des gens.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, listening to the member's intervention, I heard her talk about the need to protect somebody to advance his career because they thought he was a rising star. I was confused. Was she talking about Stephen Harper, because Stephen Harper is the one who actually appointed General Vance after hearing rumours about misconduct? Could the member indicate if she was actually talking about Stephen Harper when she made those comments?
Madame la Présidente, alors que j'écoutais l'intervention de la députée, elle a parlé de la nécessité de protéger un homme pour faire avancer sa carrière puisqu'il était considéré comme une étoile montante. J'étais confus. Parlait-elle de Stephen Harper, car c'est lui qui a nommé le général Vance après avoir entendu des rumeurs sur son inconduite? La députée pourrait-elle indiquer si elle parlait vraiment de Stephen Harper lorsqu'elle a fait ces commentaires?
View Jag Sahota Profile
CPC (AB)
View Jag Sahota Profile
2021-06-17 17:56 [p.8700]
Madam Speaker, what can I say? I am disappointed with the question the member has asked me. What I have heard throughout the day is how the Liberals want to just deflect and place responsibility on the previous government.
The Liberals had six years to fix this issue that they apparently knew about before they became the government. Maybe it is time for them to start looking at themselves internally and ask what they can do. They say big words, that they are going to protect women, to support women. Maybe it is time for action now. That is what Canadian women in the armed forces and in uniform are looking for.
Que puis-je dire, madame la Présidente? Je suis déçue de la question du député. Toute la journée, j'ai entendu les libéraux esquiver la question et blâmer le gouvernement précédent.
Les libéraux ont eu six ans pour régler le problème et, apparemment, ils étaient au courant de ce dernier avant même d'arriver au pouvoir. Il est peut-être temps pour eux de commencer à se livrer à une introspection et de se demander ce qu'ils peuvent faire. Ils utilisent de grands mots et disent qu'ils protégeront et appuieront les femmes. Il est peut-être temps d'agir maintenant. C'est ce que veulent les Canadiennes dans les forces armées.
View Bob Benzen Profile
CPC (AB)
View Bob Benzen Profile
2021-06-16 14:16 [p.8521]
Mr. Speaker, Parliament will rise this summer without receiving a report from the national defence committee into sexual misconduct allegations plaguing our military. Rather than facing tough questions on what transpired within the leadership of the armed forces on the current government’s watch, Liberal members of the defence committee, empowered by their partisan chairperson, have instead filibustered, delayed and repeatedly suspended the committee to prevent a report from coming forward. Our current meeting has been ongoing since mid-May.
To show how blatant and pathetic the Liberals' obstruction has become, they have lately been filibustering their own amendment to a motion: anything to avoid a vote they know they will lose, instead of giving answers to Canadians. Multiple defence reports are now casualties of the government’s partisan antics. The Liberal members continue to place their party above the people, and especially above victims of misconduct in our military.
Monsieur le Président, le Parlement ajournera pour l'été sans avoir reçu de rapport du comité de la défense nationale sur les allégations d'inconduite sexuelle qui affligent nos militaires. Plutôt que d'affronter des questions difficiles sur ce qui s'est passé au sein du haut commandement des forces armées sous le gouvernement actuel, les députés libéraux du comité de la défense, encouragés par sa présidente partisane, ont plutôt fait de l'obstruction et retardé et suspendu les réunions du comité à répétition, afin d'éviter qu'un rapport soit publié. La réunion actuelle s'éternise depuis la mi-mai.
Pour montrer à quel point l'obstruction est devenue évidente et désolante, je signale que les libéraux ont récemment fait de l'obstruction à l'amendement qu'ils ont eux-mêmes proposé à une motion. Ils sont prêts à tout pour éviter un vote perdu d'avance, au lieu de fournir des réponses aux Canadiens. De nombreux rapports sur la défense comptent maintenant parmi les victimes des manigances partisanes du gouvernement. Les députés libéraux continuent de faire passer leur parti avant la population, et surtout avant les victimes d'inconduite dans l'armée.
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2021-06-16 14:44 [p.8527]
Mr. Speaker, Canadians were shocked to learn that the man with control over the sexual misconduct investigation went golfing with the man accused of the sexual misconduct, General Vance. Clearly these men at the top of the Canadian military were not informed of the seriousness of this investigation and were not informed of the need for a culture change in our military.
The Liberal government and the defence minister have had six years to fix this, yet they resoundingly failed or this golfing scandal would have never happened.
How can the minister take these questions with a straight face? Has he no honour?
Monsieur le Président, les Canadiens ont été choqués d'apprendre que l'homme qui pilote l'enquête sur les inconduites sexuelles est allé jouer au golf avec l'homme qui est accusé d'inconduite sexuelle, le général Vance. Il ne fait aucun doute que ces hommes qui sont au sommet de l'armée canadienne n'ont pas été informés de la gravité de cette enquête et qu'ils n'ont pas été informés de la nécessité d'un changement de culture au sein de nos forces armées.
Le gouvernement libéral et le ministre de la Défense ont eu six ans pour régler ce problème, mais ils ont échoué de façon lamentable, car s'ils y étaient parvenus, ce scandale n'aurait jamais eu lieu.
Comment le ministre peut-il répondre à ces questions en gardant un visage impassible? N'a-t-il pas le moindre sens de l'honneur?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-06-16 14:45 [p.8527]
Mr. Speaker, as stated before, the acting chief of the defence staff is reviewing this matter very closely as it falls within his responsibility within the chain of command, and the acting chief of the defence staff has stated already that the vice chief of the defence staff is currently no longer in his role.
Our government has a lot more work to do when it comes to dealing with misconduct, and we will get done.
Monsieur le Président, comme je l'ai déjà dit, le chef d'état-major de la Défense par intérim examine cette question de très près, car elle relève de lui dans la chaîne de commandement. Le chef d'état-major de la Défense par intérim a du reste déjà fait savoir que le vice-chef d'état-major de la Défense n'occupe plus son poste.
Le gouvernement a encore beaucoup de travail à faire en ce qui a trait aux cas d'inconduite et il va en venir à bout.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-06-15 14:23 [p.8463]
Mr. Speaker, he says “an inclusive environment”. Three years ago a woman came forward with an allegation of sexual misconduct against the top general, a close friend of the minister. The ombudsman brought the report to the minister three years ago. The minister fired the ombudsman, covered it up and failed that woman serving her country.
The minister, if he respects the institution he once served, should do the honourable thing and resign. If not, the Prime Minister must hold the minister to account.
Monsieur le Président, il parle d'un « environnement inclusif ». Il y a trois ans, une femme a formulé des allégations d'inconduite sexuelle contre le général en chef, un ami proche du ministre. L'ombudsman a soumis le rapport au ministre il y a trois ans. Le ministre a congédié l'ombudsman, a camouflé l'affaire et a laissé tomber cette femme qui servait son pays.
Le ministre, s'il respecte l'institution au sein de laquelle il a déjà servi, devrait agir honorablement et démissionner. Autrement, le premier ministre doit exiger que le ministre rende des comptes.
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-06-15 14:24 [p.8463]
Mr. Speaker, as I said, I will take no lessons from the Leader of the Opposition when it comes to service to this country. We take all allegations very seriously, as I did, and immediately brought the information to the appropriate officials. No politician should ever start investigations.
Maybe the Leader of the Opposition could answer this question? Why did his previous government, when he was a minister in that government, appoint the previous chief of the defence staff when he knew information of the allegations?
Monsieur le Président, comme je l'ai dit, je n'ai aucune leçon à recevoir du chef de l’opposition pour ce qui est de servir notre pays. Nous prenons au sérieux toutes les allégations, comme je l'ai fait, et nous avons transmis sans délai l'information aux autorités compétentes. Aucun politicien ne devrait se mêler des enquêtes.
Le chef de l’opposition pourrait peut-être répondre à la question suivante. Pourquoi le gouvernement précédent, au moment où le chef de l'opposition était ministre, a-t-il nommé l'ancien chef d'état-major de la Défense à ce poste, alors qu'il était au courant des allégations?
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, the seventh vice-chief of the defence staff since 2015 resigned yesterday because he went golfing with one of the two chiefs of the defence staff who are under investigation for sexual misconduct. This tragic narrative is a direct reflection on the weak leadership of the defence minister. The minister wilfully turned a blind eye to evidence of sexual misconduct against General Vance and refused to implement the Deschamps report. This is a dereliction of duty to the victims of sexual misconduct. Instead of leading by example, the minister failed our troops and lost their respect.
Will the Minister of National Defence do the honourable thing and resign?
Monsieur le Président, hier, le septième vice-chef d'état-major de la Défense depuis 2015 a démissionné parce qu'il a joué au golf avec l'un des deux chefs d'état-major de la Défense qui font actuellement l'objet d'une enquête pour inconduite sexuelle. Cette situation déplorable reflète directement le manque de leadership du ministre de la Défense. Ce dernier a volontairement ignoré des preuves d'inconduite sexuelle concernant le général Vance et a refusé de mettre en œuvre les recommandations du rapport Deschamps. Il s'agit d'un manquement à son devoir à l'égard des victimes d'inconduite sexuelle. Au lieu de donner l'exemple, il a laissé tomber les militaires canadiens, dont il a perdu le respect.
Le ministre de la Défense nationale prendra-t-il la décision honorable qui s'impose et démissionnera-t-il?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-06-15 14:49 [p.8468]
Mr. Speaker, we will take no lessons from the member opposite when it comes to looking after the Canadian Armed Forces. When he was in government, the Conservatives cut from the Canadian Armed Forces.
Our government, with our defence policy, added 70% of additional money to the defence budget, putting our people first. We know we have a lot more work, and we will get it done.
Monsieur le Président, nous n'avons aucune leçon à recevoir du député d'en face sur la façon de s'occuper des Forces armées canadiennes. Lorsque les conservateurs étaient au pouvoir, ils ont imposé des compressions aux Forces armées canadiennes.
Grâce à la politique de défense du gouvernement actuel, nous avons accordé la priorité aux membres des forces en augmentant le budget de la Défense de 70 %. Nous savons qu'il y a encore beaucoup de travail à faire, mais nous y arriverons.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2021-06-14 14:25 [p.8333]
Mr. Speaker, Canadians will not believe this, but this weekend a top officer with direct connections to the Vance investigation was golfing with General Vance.
Not only does this show zero respect for Operation Honour and zero respect for victims, it shows there is zero respect for the defence minister among the top brass. The minister has refused to stand up for victims and continues to cover up bad behaviour of his buddies.
When will the defence minister admit the top ranks of the military are fast becoming a shambles, and it is a direct result of the minister's failures?
Monsieur le Président, les Canadiens n'en croiront pas leurs oreilles, mais, en fin de semaine, un officier supérieur ayant un lien direct avec l'enquête sur le général Vance a joué au golf avec celui-ci.
En agissant de la sorte, l'officier a affiché un mépris total à l'égard de l'opération Honour et des victimes. Ce comportement témoigne aussi du mépris qu'inspire le ministre de la Défense au sein des hauts gradés. Le ministre a refusé de défendre les victimes et il continue à camoufler les mauvais comportements de ses amis.
Quand le ministre de la Défense admettra-t-il que le désordre s'installe rapidement dans les échelons supérieurs de l'armée et que c'est directement attribuable à ses échecs?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-06-14 14:26 [p.8333]
Mr. Speaker, our members and employees deserve an institution in which they can have full confidence. We are working to deliver on the reforms that would bolster our members' confidence in the military justice system.
The acting chief of the defence staff has been reviewing this matter very closely, and it falls within his responsibility in the chain of command. The acting chief of the defence staff has informed me that the vice-chief of the defence staff is no longer in his role, effective immediately.
Our government is working towards a complete institutional culture change in the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces.
Monsieur le Président, nos membres et nos employés méritent une institution dans laquelle ils peuvent avoir pleinement confiance. Nous nous efforçons de mettre en œuvre les réformes qui permettront de renforcer la confiance de nos membres dans le système de justice militaire.
Le chef d’état-major de la Défense par intérim a examiné attentivement cette affaire, qui relève de sa responsabilité dans la chaîne de commandement. Il m'a informé que le vice-chef d'état-major de la Défense n'occupe plus son poste à compter de maintenant.
Le gouvernement s'efforce d'apporter un changement de culture institutionnel complet au sein du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes.
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2021-06-14 14:32 [p.8334]
Mr. Speaker, the old boys' club is at it again. While still under investigation, General Vance played a game of golf with the senior leaders involved in his investigation. Like Major Kellie Brennan said, Vance believes he is “untouchable” and owns the military police. The Liberals have had six years to make substantive changes to the toxic culture in the military. Resignations aside, that toxicity is still there. The government's response was another task force. How can women in the Canadian Armed Forces trust that their allegations will be taken seriously when their accuser is still treated like a VIP?
Monsieur le Président, le club des vieux copains fait encore des siennes. Alors qu'il fait toujours l'objet d'une enquête, le général Vance a joué une partie de golf avec de hauts dirigeants qui participent à son enquête. Comme la majore Kellie Brennan l'a déclaré, le général Vence pense qu'il est intouchable et qu'il possède la police militaire. Les libéraux ont eu six ans pour apporter d'importants changements à la culture toxique qui règne au sein des forces armées. Même s'il y a eu des démissions, la culture est toujours aussi toxique. La réponse du gouvernement a été de créer un autre groupe de travail sur la question. Comment les femmes des Forces armées canadiennes peuvent-elles avoir confiance que leurs allégations seront prises au sérieux lorsque les personnes qu'elles dénoncent obtiennent quand même un traitement royal?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-06-14 14:33 [p.8334]
Mr. Speaker, our members and employees deserve an institution they can have full confidence in and we are working to deliver reforms that will bolster the confidence of our members in the military justice system. Our government is working toward a complete institutional culture change in the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces. As I stated earlier, the acting chief of the defence staff has informed us that the vice-chief of the defence staff is no longer in this role, effective immediately.
Monsieur le Président, les membres et les employés des forces méritent d'œuvrer au sein d'une institution dans laquelle ils peuvent avoir pleinement confiance, et nous nous affairons à opérer des réformes qui amélioreront la confiance de nos membres dans le système de justice militaire. Le gouvernement s'efforce d'apporter un changement de culture institutionnel complet au sein du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes. Comme je l'ai dit, le chef d'état-major de la Défense par intérim m'a informé que le vice-chef d'état-major de la Défense n'occupe plus son poste à compter de maintenant.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, the minister will never get the findings because the committee must keep the information secret. Only the Prime Minister can know.
On another topic, we learned that Lieutenant-General Mike Rouleau played golf with former chief of defence staff Vance, even though Mr. Vance is under investigation for sexual misconduct. Mr. Rouleau has authority over the Canadian Forces Provost Marshal and is responsible for the Canadian Forces National Investigation Service, which is investigating Mr. Vance.
The findings of this inquiry are now tainted. The Minister of National Defence lacks leadership and has no control over his department or over the chain of command. Everyone is doing as they please. Once again, what message does this send to the women of the Canadian Armed Forces?
Monsieur le Président, la ministre n'aura jamais les résultats, parce que le Comité doit tenir l'information secrète. Il n'y a que le premier ministre qui peut savoir.
Sur un autre sujet, on a appris que le lieutenant-général Mike Rouleau est allé jouer au golf avec l'ancien chef d'état-major Vance, même si ce dernier est au centre d'une enquête pour inconduite sexuelle. Monsieur Rouleau a autorité sur le Grand Prévôt de l'armée et est responsable du Service national des enquêtes des Forces canadiennes, qui fait enquête sur M. Vance.
Le résultat de l'enquête est désormais entaché. Le manque de leadership du ministre de la Défense est tel qu'il n'a aucun contrôle sur son ministère et sur la chaîne de commandement et que tout le monde agit à sa guise. Encore une fois, quel message cela envoie-t-il aux femmes des Forces canadiennes?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-06-14 14:37 [p.8335]
Mr. Speaker, as the member very well knows, the acting chief of the defence staff has been reviewing this matter very closely as it falls within his responsibilities in the chain of command. The acting chief of the defence staff has informed me that the vice-chief of the defence staff is no longer in his role, effective immediately.
Our government is working towards a complete institutional culture change in the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces.
Monsieur le Président, comme le député le sait pertinemment, le chef d'état-major de la Défense par intérim examine ce dossier avec soin, car, selon la chaîne de commandement, il est sous sa responsabilité. Le chef d'état-major de la Défense par intérim m'a informé que le vice-chef d'état-major de la Défense n'occupe plus son poste à compter de maintenant.
Le gouvernement s'efforce de transformer complètement la culture institutionnelle du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, Canada's military is in crisis, and those at the highest levels know they are untouchable.
General Vance is under police investigation, but that did not stop the boys from enjoying a round of a golf. This brazen act by two of the military's most senior commanders is a public declaration that they are neither impartial nor think that the rules apply to them.
The problem starts at the top of the chain of command with this defence minister. When will he admit he has failed in his duties as minister?
Monsieur le Président, l'armée canadienne traverse une crise, et les plus hauts gradés savent qu'ils sont intouchables.
Le général Vance fait l'objet d'une enquête policière, mais cela n'a pas empêché les garçons d'aller jouer au golf ensemble. Ce geste effronté de la part de deux des plus hauts gradés de l'armée revient à déclarer publiquement qu'ils ne font preuve d'aucune impartialité et qu'ils n'estiment pas que les règles s'appliquent à eux.
Le problème se trouve tout au haut de la chaîne de commandement, avec le ministre de la Défense. Quand va-t-il admettre qu'il a failli à sa tâche de ministre?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-06-14 14:38 [p.8335]
Mr. Speaker, we are absolutely committed to making sure that we have that culture change to let everybody who joins the Canadian Armed Forces have a place to work free from harassment.
As I stated, the acting chief of the defence staff is currently reviewing this matter very closely as it falls within his responsibilities in the chain of command, and the acting chief of the defence staff has informed me that the vice-chief of the defence staff is no longer in his role, effective immediately.
Monsieur le Président, nous sommes absolument déterminés à veiller à ce qu'il y ait un changement de culture pour que toute personne qui joint les rangs des Forces armées canadiennes puisse travailler dans un milieu exempt de harcèlement.
Comme je l'ai indiqué, le chef d'état-major de la Défense par intérim examine actuellement de très près le dossier qui relève de sa compétence dans la chaîne de commandement, et il m'a informé que le vice-chef d'état-major de la Défense n'occupe plus ses fonctions à compter de maintenant.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, yet, despite months of devastating testimony and four generals under police investigation, the old boys' club is stronger than ever.
General Rouleau has the power to intervene in military police investigations, and golfing with Vance sends a clear message that the fix is in. Vance and the senior military brass are untouchable. By turning a blind eye, the defence minister ensures that the military's toxic culture can continue unchecked.
Will the minister admit that he is part of the problem and not part of the solution?
Monsieur le Président, en dépit des témoignages incriminants qui s'accumulent depuis des mois et du fait que quatre généraux sont actuellement visés par une enquête policière, le « club des vieux copains » est plus fort que jamais.
Le général Rouleau a le pouvoir d'intervenir dans les enquêtes de la police militaire, et le fait de jouer au golf avec le général Vance envoie clairement le message que les dés sont pipés. L'ex-général Vance et les membres du haut commandement militaire sont intouchables. En fermant les yeux sur la situation, le ministre de la Défense permet à la culture militaire toxique de perdurer impunément.
Le ministre admettra-t-il qu'il fait partie du problème et non de la solution?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-06-14 14:39 [p.8335]
Mr. Speaker, our members and employees deserve an institution that they can have full confidence in. I have been working from day one to make sure that we create the institutional culture change that is absolutely necessary. That is why, in a statement from the Canadian Forces Provost Marshal, he clarified, with regards to an ongoing military police investigation involving sexual misconduct, that he has complete independence from the chain of command in the conduct of policing duties. That said, and as I stated, the acting chief of the defence staff has informed me that the vice-chief of the defence staff has stepped down.
Monsieur le Président, les membres et les employés des Forces canadiennes méritent une institution en laquelle ils peuvent avoir pleinement confiance. Je m'emploie depuis le début de mon mandat à promouvoir le changement de culture institutionnelle qui s'impose. Voilà pourquoi le grand prévôt des Forces canadiennes a déclaré être totalement indépendant de la chaîne de commandement dans l'exercice de ses fonctions policières dans le cadre de l'enquête de la police militaire actuellement en cours sur les cas d'inconduite sexuelle. Cela dit, comme je l'ai indiqué, le chef d'état-major de la Défense par intérim m'a informé que le vice-chef d'état-major de la Défense a quitté ses fonctions.
View Jag Sahota Profile
CPC (AB)
View Jag Sahota Profile
2021-06-09 18:59 [p.8182]
Madam Speaker, I am pleased to speak today on Motion No. 58.
The member's motion mentions recruitment and retention targets for under-represented groups in the Canadian Armed Forces. The Conservatives completely support this.
As a matter of fact, the Standing Committee on the Status of Women has recently been studying our Canadian Armed Forces, and the issue of recruitment and retention has come up several times. However, what we have found is rather interesting. It explains why women have not been joining the Canadian Armed Forces, and why they are leaving so early.
For months, Canadians have been shocked by the revelations of sexual misconduct in our Canadian Armed Forces, and in the highest positions. Early this year, we learned that General Vance, the former chief of defence staff, had been under investigation since as early as 2018. He was being investigated for inappropriate relations he was having with women under his command, particularly one relation that had been ongoing for 30 years.
When that individual made an appearance before the committee, she mentioned how she had asked questions about who would have the ability to investigate the actions of the chief of defence staff and if the CFNIS would be the appropriate body. The response the general gave this witness was that he was untouchable because he owned the CFNIS.
It was deeply concerning to hear that someone would actually believe they were above the law, was willing to create an unsafe work environment and had considered that they could not be investigated. To this day, this woman believes that she is not going to get justice for herself. However, she also believes that it was important for her to come forward so the issue could be dealt with, and so other women in the military would be able to get justice. For that, I applaud her.
We heard from another witness who had reported an incident, and even with all of the redactions and personal information removed, there was still enough information left that it was easy for someone to identify her. The report on the incident was openly discussed among her peers and even with her superiors, so she had no confidence in the system.
So many witnesses, women in particular, came forward to our committee to express this lack of confidence and trust in our system. They did not feel that the military had their backs. We even had a witness who gave a very interesting perspective on the double standards that the military justice system has towards women and men.
This witness discussed how, when she was deployed in Afghanistan, an investigation had been conducted into a consensual relationship she had had with a U.S. officer, who was not in her unit but of the same rank. She admitted that the relationship was against the regulations, and she pleaded guilty to the charges. She was fined, repatriated from the theatre and posted out of her unit. She accepted this as her punishment.
However, as a result, she was called demeaning names and was told that she was not worthy of leading soldiers. She said that she was also threatened with violence by a commanding officer and was repeatedly chastised by other officers. She was sent to work alone in an office managing a single Excel spreadsheet, and it quickly became very clear to her that her career in the Canadian Armed Forces was over. When she left the military, she had originally been given an offer to go into the reserves, but that was revoked when the commanding officer told her that she was not the type of leader he wanted in his unit.
She said the biggest failure in her life were the actions for which she was pushed out of the armoured corps, and for that she continues to carry immense shame. However, this was precisely the type of leadership displayed by the former chief of defence staff, who was the longest serving chief of defence staff. This brings into question what kind of environment allows for this double standard, for sexual misconduct to be so prolific in the Canadian Armed Forces, and for women to be always treated as the wrongdoers, even when they are the victims.
The status of women committee was overwhelmed by the evidence and testimony that so many of these women came forward with, and the fact that the military had multiple reports on sexual misconduct in the Canadian Armed Forces, most recently in 2015 with the Deschamps report. However, we continue to see, time after time, the government talking about wanting to stand up for women and talking about how we need to get to the root cause of this, yet never implementing recommendations made in the Deschamps report. It is not listening to the previous status of women committee, which made recommendations on how to address the culture within the Canadian Armed Forces, and it is now launching another review into this very same topic, less than 10 years from the last one.
We do not need more reports to tell us what we already know. We can act on the things we already do know. For example, the Deschamps report talks about reviewing government policies and directives, and putting them through a gender-based lens. It was one of her recommendations.
This is not something new. As a matter fact, it is part of the Minister for Women and Gender Equality’s mandate letter that she work with her cabinet colleagues and ensure these things are done. It was mentioned in this report, and it wasn't until explosive revelations, two house committee studies and another report that the Minister for Women and Gender Equality and the Minister of National Defence made the decision that they were going to work together to address this.
In the report by Justice Deschamps, she talks about the directives that defined what sexual misconduct was in the military, and mentioned how out of step it was with Canadians' understanding of sexual misconduct and with the Criminal Code. However, it was not until November 2020, 5 years after her report came out, that the chief of the defence staff amended the order as to how sexual misconduct is defined. Just recently, in the latest Justice Fish report that was just tabled, we saw that even he says the new version does not even do this issue justice.
The motion we are debating today recognizes the fact that women are under-represented in our military, but doing a gender-based analysis is only one step in addressing this. I would even go as far as saying this motion does not even do enough, because there are no metrics attached to it. There is no measurable way for us to say whether this is being successful. There needs to be something we can measure; there needs to be a failure or success report on this. I am interested to see if the member opposite would be willing to add this to his motion. I know that on our side we would be very grateful to see that.
We need to do more for women to attract them and retain them in the military. We can do that by actually addressing the culture in the Canadian Armed Forces and actually dealing with the issue at hand, not doing another report. For every report that has no action to it, it is yet another year and another decade that women go mistreated, under-represented and treated as less than their male counterparts.
Canadians, and particularly Canadian women, who serve proudly in our Canadian Armed Forces deserve much more from the government than just its words. They deserve real action. I am proud of the fact that our committee members have worked really hard on the status of women committee.
I hope that the government is listening to the various reports and to the opposition members and Canadian women and men in uniform who are calling for these changes. I hope it does not treat this as just another partisan issue and will instead address it, because everybody has the right to feel respected and treated equally in the workforce. That includes those in our military, whether they are civilians or in uniform.
Madame la Présidente, je suis heureuse de prendre la parole au sujet de la motion M-58.
La motion du député mentionne les cibles de recrutement et de maintien en poste des groupes sous-représentés au sein des Forces armées canadiennes. Les conservateurs appuient entièrement ces cibles.
D'ailleurs, le Comité permanent de la condition féminine a récemment fait une étude sur les Forces armées canadiennes et la question du recrutement et du maintien en poste est revenue à plusieurs reprises. Par contre, ce que nous avons découvert était plutôt intéressant et explique pourquoi les femmes ne veulent pas s'enrôler dans les Forces armées canadiennes et pourquoi celles qui le font quittent les forces aussi rapidement.
Pendant des mois, les Canadiens ont été choqués par les révélations concernant des inconduites sexuelles au sein des Forces armées canadiennes commises par les plus hauts gradés. Plus tôt cette année, nous avons appris que le général Vance, l'ex-chef d'état-major de la Défense, était visé par une enquête depuis 2018. L'enquête concernait des relations inappropriées qu'il entretenait avec des subordonnées, dont une qui durait depuis 30 ans.
Lorsque cette femme est venue témoigner au comité, elle a affirmé avoir cherché à savoir qui pouvait faire enquête sur les agissements du chef d'état-major de la Défense et si le Service national des enquêtes des Forces canadiennes était la bonne entité à qui s'adresser. La réponse que le général avait donnée à cette femme est qu'il était inatteignable, parce que le Service national des enquêtes des Forces canadiennes était à sa botte.
Il est très inquiétant de constater qu’il se croyait à tel point au-dessus des lois, qu’il était enclin à créer un milieu de travail dangereux, et qu’il avait estimé ne pas pouvoir faire l’objet d’une enquête. Aujourd’hui encore, cette femme pense qu’elle n’obtiendra pas justice. Malgré cela, elle croit aussi qu’il était important pour elle de témoigner afin que ce problème soit connu et que d’autres femmes militaires obtiennent un jour gain de cause. Pour cette raison, je salue son courage.
Nous avons également entendu une autre témoin qui avait signalé un incident. En dépit des caviardages et de la suppression des renseignements personnels, il restait assez d’éléments dans le rapport pour l’identifier facilement. Le rapport sur l’incident a été discuté ouvertement par ses pairs et même ses supérieurs. Elle n’avait donc plus aucune confiance dans le système.
De si nombreux témoins, en particulier des femmes, sont venus exprimer devant notre comité leur manque total de confiance dans notre système. Ces témoins ne pensaient pas qu’ils pouvaient compter sur les forces armées pour les défendre. Une des témoins a même apporté une perspective très intéressante sur la différence de traitement entre les hommes et les femmes dans le système de justice militaire.
Ce témoin a expliqué de quelle façon, pendant son déploiement en Afghanistan, elle a fait l'objet d'une enquête pour avoir eu une relation sexuelle consensuelle avec un officier américain qui n'était pas dans son unité, mais qui était du même grade. Elle a admis que cette relation contrevenait à la réglementation et plaidé coupable aux accusations contre elle. Elle a été mise à l'amende, rapatriée et affectée à l'extérieur de son unité. Elle estimait que ces mesures étaient justifiées.
Toutefois, dans la foulée de cet incident, on l'a traitée de noms tout à fait dégradants et on lui a dit qu'elle n'avait pas l'étoffe pour diriger des soldats. Un commandant l'a même menacée de violence, et elle a eu droit à des reproches incessants de la part d'autres officiers supérieurs. Elle a été isolée dans un bureau où elle gérait un chiffrier Excel, et il est rapidement devenu évident que sa carrière dans les Forces armées canadiennes était terminée. Quand elle a été libérée, le poste qu'on lui avait d'abord offert dans une unité de réserve a été révoqué. Le commandant lui a en effet dit qu'elle n'était pas le genre de chef qu'il voulait dans son unité.
Elle a indiqué que le pire échec de sa vie était les actions pour lesquels elle a été expulsée du corps blindé et pour lesquels elle continue à éprouver une grande honte. Toutefois, c'est précisément le type de leadership exercé par l'ancien chef d'état-major de la Défense, qui est celui qui a occupé le plus longtemps ce poste. Force est de se demander quel genre de milieu permet à ce genre de politique des deux poids, deux mesures d'exister, pour que, dans les Forces armées canadiennes, les inconduites sexuelles soient très répandues et les femmes soient toujours traitées comme fautives, même si elles sont les victimes.
Le comité de la condition féminine a été renversé par les témoignages des nombreuses femmes qui se sont manifestées et par les nombreux signalements d'inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes, plus récemment dans le rapport Deschamps de 2015. Toutefois, le gouvernement continue inlassablement de dire qu'il tient à défendre les femmes et que nous devons nous attaquer à la cause profonde du problème, mais il ne met jamais en œuvre les recommandations formulées dans le rapport Deschamps. Il n'écoute pas le comité de la condition féminine précédent, qui avait formulé des recommandations sur la façon de changer la culture au sein des Forces armées canadiennes, et il lance maintenant un autre examen sur la même question, moins de 10 ans après le dernier.
Nous n'avons pas besoin de plus de rapports pour nous dire ce que nous savons déjà. Nous pouvons agir en fonction de ce que nous savons déjà. Par exemple, le rapport Deschamps parle de revoir les politiques et les directives du gouvernement et de les soumettre à une analyse comparative entre les sexes. C'était l'une des recommandations.
Ce n'est rien de nouveau. En fait, selon la lettre de mandat de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, celle-ci doit travailler avec ses collègues du Cabinet pour veiller à ce que ces mesures soient prises. Le rapport en fait également mention. Or, ce n'est qu'après des révélations fracassantes, deux études de comités de la Chambre et un autre rapport que la ministre des Femmes et de l'Égalité des genres et le ministre de la Défense nationale ont décidé de travailler ensemble pour s'occuper de cette question.
Dans son rapport, la juge Deschamps parle des directives qui définissent ce qu'est l'inconduite sexuelle dans l'armée et elle explique à quel point ces directives sont en décalage avec la compréhension qu'ont les Canadiens de l'inconduite sexuelle et avec le Code criminel. Toutefois, ce n'est qu'en novembre 2020, soit cinq ans après la publication du rapport Deschamps, que le chef d'état-major de la Défense a modifié l'ordonnance relative à la définition d'inconduite sexuelle. Tout récemment, nous avons vu que même le juge Fish affirme, dans son dernier rapport qui vient d'être déposé, que la nouvelle version est loin de rendre justice à cette question.
La motion dont nous débattons aujourd'hui reconnaît le fait que les femmes sont sous-représentées dans les forces armées et que procéder à une analyse comparative entre les sexes est l'un des moyens d'y remédier. J'irais même jusqu'à dire que la motion ne va pas assez loin, car elle n'inclut pas de paramètres. La motion n'est assortie d'aucun moyen pour mesurer les résultats. Il est nécessaire d'ajouter un élément de mesure. Il faut avoir accès à un rapport pour déterminer si l'analyse a été un succès ou un échec. Je serais curieuse de savoir si le député serait d'accord pour ajouter ces éléments à sa motion. Je sais que de ce côté-ci de la Chambre, ces ajouts seraient les bienvenus.
Nous devons en faire plus pour que les femmes aient envie de se joindre aux forces armées et veuillent y rester. Nous pouvons y arriver en améliorant la culture au sein des Forces armées canadiennes et en trouvant des solutions concrètes aux problèmes. Nous n'avons pas besoin d'un autre rapport. Chaque rapport qui ne mène à aucune action concrète se traduit par une autre année ou une autre décennie où les femmes sont mal traitées, sous-représentées et considérées comme inférieures à leurs homologues masculins.
Les Canadiens, et en particulier les Canadiennes, qui servent fièrement dans les forces armées méritent que le gouvernement joigne le geste à la parole. Ils méritent des mesures concrètes. Je suis fière que les membres du comité aient travaillé très fort au sein du comité de la condition féminine.
J'espère que le gouvernement est sensible aux divers rapports et aux déclarations des députés de l'opposition et des militaires qui réclament des changements. J'espère qu'il ne traitera pas la question comme une autre question partisane et qu'il s'y mettra, car tout le monde a le droit de se sentir respecté et traité de façon égale sur le marché du travail. Cela inclut les membres des forces armées, qu'ils soient civils ou en uniforme.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-09 19:16 [p.8184]
I understand, Madam Speaker.
The Liberal government continues to deny the facts. When other employees were summoned by the House, the Liberals chose instead to send the Minister of National Defence and said that they would prevent their employees from testifying.
Members should recall that the Conservatives had already caught wind of allegations against General Vance. However, they still appointed him as chief of the defence staff even though the Canadian Armed Forces had just been roundly criticized for their management of sexual misconduct cases and pervasive sexist culture.
In another report by the Standing Committee on the Status of Women dealing with women living in rural communities, we saw that the recommendation to apply GBA+ was already in the mandate letter of the Minister for Women and Gender Equality. However, not enough attention was given to the needs of women, especially those with special needs in rural, remote and northern communities.
The recommendation is not clear on whether there should be a comparative or feminist analysis or one based on the differences with respect to urban areas. In short, it is not clear whether this analysis can truly help fight the culture of toxic masculinity in the various federal institutions in our regions.
To conclude, given that it is now 2021, it is unacceptable that too many women and gender-diverse people continue to be victims of violence. Too many reports have been shelved for too long by different federal departments and agencies. To be able to take action and restore women's trust, and to reduce cases of assault, we must take action and that will take more than just applying GBA+ analysis.
C'est entendu, madame la Présidente.
Le gouvernement libéral continue donc de nier les faits. Lorsque d'autres employés ont été convoqués par la Chambre, les libéraux ont plutôt choisi d'envoyer le ministre de la Défense nationale et ont dit qu'ils empêcheraient leurs employés de témoigner.
Rappelons que les conservateurs avaient déjà eu vent d'allégations contre le général Vance, mais ils l'ont tout de même nommé chef d'état-major alors que les Forces armées canadiennes venaient d'être sévèrement critiquées pour la gestion des cas d'inconduite sexuelle et de la culture sexiste généralisée.
Dans un autre rapport du Comité permanent de la condition féminine en milieu rural, nous avons pu voir que cette recommandation de l'ACS+ figurait déjà dans la lettre de mandat de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, mais elle ne traitait pas suffisant des besoins des femmes, celles qui avaient des besoins particuliers dans les collectivités rurales éloignées et nordiques.
La recommandation n’est donc pas claire entre une analyse comparative, féministe ou basée sur des écarts par rapport à la situation urbaine. Bref, il n'est pas certain que cela peut vraiment aider à lutter contre la culture de masculinité toxique dans les différentes institutions fédérales dans nos régions.
Pour conclure, alors que nous sommes maintenant en 2021, il est inacceptable qu'encore trop de femmes ou de gens de la diversité soient victimes de violence. Trop de rapports attendent depuis trop longtemps sur les tablettes des différents ministères et organismes fédéraux. Pour pouvoir agir et redonner confiance aux femmes et pour pouvoir limiter les cas d'agression et d'attaque, il faut agir et cela va prendre plus que l'analyse ACS+.
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
View Stephanie Kusie Profile
2021-06-09 19:38 [p.8188]
Madam Speaker, I am pleased to be here to discuss Motion No. 58 before us today.
It is always a pleasure for me to rise in the House to speak to a motion when the objective is to support women. I am always so happy to see more women in the House and more women candidates, and it is just a pleasure when they get elected and join us here in the House.
The thing I struggle with regarding this piece of legislation is that it is coming from a government that says one thing, yet does another. We have seen this repeatedly, and in particular with the Liberals' GBA+ program. We have mostly heard here today about the testimony from the status of women committee. I am very fortunate to have been on that committee for a brief period. I did enjoy my time in that committee. However, the testimony that we have heard here today is very damning of the history of the current government and certainly of the representation of women and the rights of women within the Canadian Armed Forces.
Within the testimony we have heard regarding sexual misconduct in the Canadian Armed Forces, various things have included the rollout of Operation Honour. Even with the rollout of Operation Honour, which former chief of the defence staff General Vance was responsible for, members of the military were actually heard saying it was “hop on her”: a play on words indicating the toxic culture that existed at the time. We are hearing in testimony that it still exists to this day.
Another terrible story is that after one witness appeared before the committee to share her experience, the following day, on a private military police Facebook page of predominantly men, there were comments such as “sounds like PMQs,” private married quarters, “on payday”. Another said “giggity”, in reference to a character on the adult show Family Guy who is a sex addict and a womanizer. This is the type of activity that was going on in the Canadian Armed Forces.
In fact, the man in charge of developing Operation Honour was regularly committing this offence. One witness referred to Operation Honour as “sour milk”, and the quote is as follows:
[Operation] Honour certainly got the conversation going and improved resources and education available to [Canadian Armed Forces] members, but the leadership has been wilfully ignorant—
Madame la Présidente, je suis heureuse d'être ici et de discuter de la motion M-58 qui est devant nous aujourd'hui.
C'est toujours un plaisir pour moi de parler d'une motion lorsque l'objectif est de soutenir les femmes. Je suis toujours très heureuse de voir plus de femmes à la Chambre et plus de candidates, et c'est un plaisir lorsqu'elles sont élues et se joignent à nous ici à la Chambre.
Ce qui me dérange dans le projet de loi, c'est qu'il émane d'un gouvernement qui dit une chose, mais en fait une autre. Nous l'avons vu à maintes reprises, et en particulier avec l'Analyse comparative entre les sexes plus des libéraux. Nous avons surtout entendu aujourd'hui les témoignages du comité de la condition féminine. J'ai la chance d'avoir fait partie de ce comité pendant une brève période. J'ai bien aimé l'expérience. Cependant, les témoignages que nous avons entendus ici aujourd'hui sont très accablants pour l'histoire du gouvernement actuel et certainement pour la représentation des femmes et les droits des femmes au sein des Forces armées canadiennes.
Dans le cadre des témoignages que nous avons entendus à propos des inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes, il a été question de la mise en œuvre de l'opération Honour, dont l'ancien chef d'état-major de la Défense, le général Vance, était responsable. Nous avons appris que des membres des forces armées appelaient cette opération « hop on her », un jeu de mots à partir de l'expression anglaise « op Honour ». « Hop on her » signifie « saute sur elle », ce qui donne une bonne idée de la culture toxique qui existait à l'époque et qui existe encore, d'après les témoignages.
Voici une autre histoire épouvantable. Une femme a comparu devant le comité pour parler de son expérience. Le lendemain, sur une page Facebook privée de la police militaire, utilisée surtout par des hommes, certains ont laissé des commentaires comme « ça ressemble aux logements familiaux le jour de la paie » et « Giggity », une référence à un personnage sexomane et coureur de jupons de l'émission pour adultes Family Guy. Voilà le genre d'activité qui se passait dans les Forces armées canadiennes.
Rappelons que le responsable de la mise en œuvre de l'opération Honour commettait lui-même régulièrement les infractions en question. Un témoin a comparé l'opération Honour à du lait caillé dans l'extrait que voici:
L'opération Honour a bel et bien permis d'engager la conversation et d'améliorer les ressources et la formation offertes aux membres des [Forces armées canadiennes], mais les dirigeants ont délibérément ignoré le fait qu'elle...
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, Liberal members on the Standing Committee on National Defence have been shamefully obstructing our committee from completing the study into sexual misconduct allegations in the Canadian Armed Forces. The defence committee has been stuck in the same meeting since May 21 with Liberals speaking ad nauseam and the chair needlessly suspending the meeting.
Yesterday, the Liberals even went so far as to filibuster their own amendment. That is the level of desperation they are taking to block our report from ever seeing the light of day. While they filibuster with their long-winded speeches to ensure Canadians never see a final report into this Liberal cover-up, they are disrespectfully and unfairly quoting survivors of military sexual misconduct.
This is the height of hypocrisy. This cheap political grandstanding is disappointing and reflects just how little regard the Liberals have for our troops. The scornful obstructionism by the Liberals has to stop. Time is running out. If they truly care about the victims of military sexual trauma, the Liberals would immediately allow a vote on my motion that would speed up the passage of our report and recommendations. Anything less is an insult to our brave women and men in uniform.
Monsieur le Président, honte aux députés libéraux du Comité permanent de la défense nationale qui ont fait de l'obstruction pour empêcher le comité d'examiner les allégations d'inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes! Les travaux du comité piétinent depuis le 21 mai, étant donné que les libéraux parlent ad nauseam et que le président suspend inutilement la séance.
Hier, les libéraux sont même allés jusqu'à faire de l'obstruction à leur propre amendement. Voilà le genre de mesures désespérées qu'ils prennent pour empêcher le rapport du comité de voir le jour. Durant leurs discours interminables destinés à faire de l'obstruction pour que les Canadiens ne voient jamais de rapport final sur ce camouflage libéral, les députés libéraux citent irrévérencieusement et injustement des victimes d'inconduite sexuelle militaire.
C'est le summum de l'hypocrisie. Cette démagogie politique de bas étage est décevante et témoigne du peu de respect qu'ont les libéraux pour nos troupes. Cet obstructionnisme méprisant des libéraux doit cesser. Le temps presse. S'ils se soucient vraiment des victimes de traumatismes sexuels dans l'armée, les libéraux accepteront sans attendre un vote sur la motion que j'ai présentée, afin d'accélérer la publication du rapport et l'adoption des recommandations, faute de quoi leur comportement serait une insulte pour nos courageux militaires.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, Major-General Dany Fortin, the general in charge of Canada’s COVID-19 vaccine rollout, is under investigation and has been removed from his position. The Prime Minister and his defence minister say they knew about these serious allegations weeks before he was suspended.
Major-General Fortin served closely in Afghanistan alongside General Vance and the Minister of Defence. Did the Prime Minister leave Major-General Fortin in his position for weeks because he is another Afghanistan war buddy of the defence minister just like General Vance?
Monsieur le Président, le major-général Dany Fortin, à qui on a confié le déploiement des vaccins contre la COVID-19 au Canada, fait l'objet d'une enquête et a été démis de ses fonctions. Le premier ministre et le ministre de la Défense disent qu'ils étaient au courant d'allégations sérieuses des semaines avant que le major-général soit suspendu.
Le major-général Fortin a collaboré étroitement avec le général Vance et le ministre de la Défense en Afghanistan. Est-ce parce que le major-général Fortin a été, tout comme le général Vance, compagnons d'armes du ministre de la Défense en Afghanistan que le premier ministre l'a laissé en poste pendant des semaines?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-26 15:07 [p.7375]
Mr. Speaker, on this side of the House, we are committed to building a true culture of inclusion in our Canadian Armed Forces. We became aware of an ongoing CFNIS investigation involving Major-General Fortin. As it is an ongoing investigation, I am not able to comment further, but we remain focused on the vaccine rollout with millions more vaccines arriving every week.
Monsieur le Président, de ce côté-ci de la Chambre, nous sommes résolus à bâtir une véritable culture d'inclusion dans les Forces armées canadiennes. Nous avons été mis au courant de l'enquête du Service national des enquêtes des Forces canadiennes dont faisait l'objet le major-général Fortin. Comme l'enquête est en cours, je ne peux pas en dire davantage. Cependant, nous nous concentrons toujours sur le déploiement des vaccins, dont nous recevons des millions de doses chaque semaine.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, let us be clear. General Vance served alongside the defence minister in Afghanistan and the Prime Minister left him as chief of the defence staff for three years after the government was told of allegations of sexual misconduct. Major-General Fortin also worked closely with General Vance and the defence minister in Afghanistan and was left in charge of our vaccine rollout for weeks after the Prime Minister learned of the investigation into his misconduct.
However, Admiral Art McDonald who never served with the defence minister was shown the door within hours. Why is the Prime Minister helping the defence minister cover up sexual misconduct for his war buddies?
Monsieur le Président, comprenons-nous bien. Le général Vance a servi dans les forces armées aux côtés du ministre de la Défense nationale en Afghanistan, et le premier ministre l'a laissé dans son poste de chef d'état-major de la Défense pendant trois ans après que le gouvernement ait été informé des allégations d'inconduite sexuelle le concernant. Or, le major-général Fortin a aussi travaillé en étroite collaboration avec le général Vance et le ministre de la Défense en Afghanistan, et le premier ministre l'a laissé dans son poste de responsable du programme de vaccination pendant des semaines après avoir été informé de l'enquête sur les allégations de son inconduite.
Pourtant, on a montré la porte à l'amiral Art McDonald, qui n'a jamais servi aux côtés du ministre de la Défense, quelques heures à peine après la divulgation d'allégations semblables. Pourquoi le premier ministre a-t-il aidé le ministre de la Défense à cacher l'inconduite sexuelle de ses copains de guerre?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-26 15:08 [p.7375]
Mr. Speaker, we know that our institutions are not living up to the needs of those who have experienced misconduct. That includes the military justice system. That is why we have taken concrete actions to address this. We named Lieutenant-General Jennie Carignan as the chief of professional conduct and culture. We named Morris Fish to conduct the third independent review of the entire military justice system. We also recently appointed Louise Arbour to conduct an independent review of the treatment of sexual misconduct.
These are just the first steps. We know there is much more to do and we will do it to ensure that every woman and man who serves in the Armed Forces is properly supported.
Monsieur le Président, nous savons que nos institutions, y compris le système de justice militaire, ne répondent pas aux besoins des personnes qui sont victimes d'actes d'inconduite. Voilà pourquoi nous avons pris des mesures concrètes pour remédier à ce problème. Nous avons nommé la lieutenante-générale Jennie Carignan au poste de cheffe de la conduite professionnelle et de la culture. Nous avons chargé Morris Fish d'effectuer un troisième examen indépendant de l'ensemble du système de justice militaire. Nous avons aussi récemment nommé Louise Arbour pour mener un examen indépendant de la façon dont on traite les cas d'inconduite sexuelle.
Ce ne sont là que les premières étapes. Nous savons qu'il reste beaucoup de travail à faire et nous allons le faire afin que toutes les femmes et tous les hommes qui servent dans les Forces armées canadiennes reçoivent le soutien approprié.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Chair, by what date will the minister speak out on allegations that her cabinet colleague knew about harassment allegations against General Vance but did nothing?
Monsieur le président, à quelle date la ministre s'exprimera-t-elle sur les allégations selon lesquelles son cabinet était au courant des allégations de harcèlement sexuel contre le général Vance, mais n'y a pas donné suite?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Chair, let me be very clear. Every woman in Canada, very much, including the brave women who serve our country in uniform, has the right to work free of harassment and fear.
Monsieur le président, je serai très claire. Chaque femme au Canada, y compris les femmes courageuses qui portent l'uniforme pour défendre notre pays, a fondamentalement le droit de travailler dans un environnement exempt de harcèlement et de peur.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Chair, by what date will the minister speak out on allegations that her cabinet colleague knew about harassment allegations against General Vance but did nothing?
Monsieur le président, à quelle date la ministre s'exprimera-t-elle sur les allégations selon lesquelles son collègue du Cabinet était au courant que le général Vance était visé par des allégations de harcèlement sexuel, mais n'a rien fait pour y donner suite?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Chair, I have been very clear and our government has been very clear on the Canadian Armed Forces. All Canadian women, particularly perhaps Canadian women in uniform, deserve a workplace free of harassment.
Monsieur le président, j'ai été très claire et le gouvernement a été très clair au sujet des Forces armées canadiennes. Toutes les femmes canadiennes, surtout les femmes en uniforme, méritent de travailler dans un environnement sans harcèlement sexuel.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Chair, how does the minister feel about serving in a cabinet and knowing that a colleague knew about harassment allegations but did nothing?
Monsieur le président, comment la ministre se sent-elle à l'idée de faire partie d'un Cabinet où l'un de ses collègues était au courant d'allégations sexuelles, mais n'y a pas donné suite?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Chair, I am very proud to serve in this cabinet, and it is a tremendous privilege to be supporting Canadians in this once-in-a-generation national crisis.
Monsieur le président, je suis très fière de servir dans ce Cabinet. C'est un immense privilège d'aider les Canadiens pendant cette crise nationale qui marquera cette génération.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, the allegations of sexual misconduct against General Vance were properly handled. Who said that? It was the feminist Prime Minister of course, during an interview. He said with a straight face that far too many sexual assault survivors, both women and men, do not feel safe when it comes to testifying, and that is why we must make changes. What a joke. He has been Prime Minister for six years. He could have made these changes.
Why is the Prime Minister insulting Canadians' intelligence?
Madame la Présidente, concernant le traitement des allégations d'inconduite sexuelle contre le général Vance, tout a été fait de la bonne manière. Qui a dit cela? C'est le premier ministre féministe bien sûr, lors d'une entrevue. Il a confirmé sans broncher que beaucoup trop de femmes et d'hommes, survivants d'agression sexuelle, ne se sentent pas en sécurité lorsqu'ils veulent en témoigner. C'est pourquoi nous devons faire les changements. C'est une blague. Cela fait six ans que le premier ministre est en poste. Il aurait pu apporter ces changements.
Pourquoi le premier ministre se moque-t-il de l'intelligence des Canadiennes?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-14 11:40 [p.7240]
Madam Speaker, our government takes allegations of sexual misconduct extremely seriously, and no one should feel unsafe at work. That is why we passed Bill C-77, a declaration of victims rights that puts victims at the core of the military justice system, which reviews unfounded cases.
We also created a sexual misconduct response centre. We know that we have a lot more work to do, and we are going to get it done.
Madame la Présidente, le gouvernement prend les allégations d'inconduite sexuelle très au sérieux, et personne ne devrait se sentir en danger au travail. Voilà pourquoi nous avons adopté le projet de loi C-77, qui crée la Déclaration des droits des victimes et place ces dernières au centre du système de justice militaire, en plus de prévoir le réexamen des cas jugés non fondés.
Nous avons également mis sur pied le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle. Nous savons qu'il reste beaucoup de travail à faire, et nous le ferons.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, in the same interview, the Prime Minister was asked why he was keeping his Minister of National Defence on. He said that the Minister of National Defence had done an outstanding job. Those words came from someone who treated two of his ministers callously, behaved inappropriately towards a journalist, and did nothing in six years to fix the problem of sexual abuse in the Canadian Forces. The bar is so low, no wonder he has such warped reasoning.
Does the Prime Minister think that Canadian women are experiencing this fiasco differently?
Madame la Présidente, dans la même entrevue, on a demandé au premier ministre pourquoi il gardait en poste son ministre de la Défense nationale. Il a répondu que le ministre de la Défense nationale avait fait un travail extraordinaire. Ces mots viennent de quelqu'un qui a traité de façon cavalière deux de ses ministres, qui aurait eu des comportements inappropriés envers une journaliste et qui n'a rien fait en six ans pour régler le problème d'abus sexuels dans les Forces canadiennes. Comme la barre est fixée très basse, on comprend pourquoi son résonnement est aussi tordu.
Le premier ministre pense-t-il que les Canadiennes vivent différemment ce fiasco?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-14 11:42 [p.7240]
Madam Speaker, I will let the member opposite continue on with the partisan attack. We are going to stay focused on making sure that we have an inclusive environment inside the Canadian Armed Forces. That is why we have implemented the path to dignity and respect, a strategy for long-term culture change to eliminate sexual misconduct within the Canadian Armed Forces.
We know we have a lot more work to do. We also have a lot more work to do when it comes to systemic racism, which is why we have an independent panel working on that as well. We will get this done.
Madame la Présidente, je vais laisser le député d'en face poursuivre ses attaques partisanes. De notre côté, nous allons continuer de veiller à créer un environnement inclusif au sein des Forces armées canadiennes. Dans ce but, nous avons mis en œuvre la stratégie La voie vers la dignité et le respect, qui vise un changement de culture à long terme pour éliminer l'inconduite sexuelle au sein des Forces armées canadiennes.
Nous savons qu'il nous reste beaucoup de travail à accomplir. Nous avons aussi énormément à faire pour ce qui est du racisme systémique. C'est pourquoi un groupe d'experts indépendant se penche sur ce dossier. Nous ferons ce qu'il faut.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, it is not partisan to state the facts.
The fact is that the Deschamps report was filed in 2015, and it spelled out everything. The Prime Minister did not do anything, and neither did his Minister of National Defence. In 2018, everyone was aware that there were allegations against General Vance, but we are being asked to believe that the Prime Minister knew nothing.
Does he honestly take Canadian women for fools?
Madame la Présidente, on ne fait pas de la politique lorsqu'il s'agit de faits.
Les faits sont qu'en 2015, le rapport Deschamps a été déposé et tout y était. Le premier ministre n'a rien fait, et son ministre de la Défense nationale non plus. En 2018, tout le monde était au courant qu'il y avait des allégations contre le général Vance, mais il faudrait croire que le premier ministre ne savait rien.
Est-ce qu'il prend vraiment les Canadiennes pour des connes?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-14 11:43 [p.7240]
Madam Speaker, as we have stated, any time information was brought forward on any type of allegations, we always immediately forwarded it to the appropriate agencies for the appropriate action, which is something the member opposite and the former government also did when allegations were brought forward. However, the Conservatives still appointed General Vance when there was an investigation going on at that time.
We know that we have a lot more work to do. It is something that we, as a government, are absolutely committed to.
Madame la Présidente, comme nous l'avons indiqué, chaque fois que nous avons été informés d'allégations, de quelque type que ce soit, nous en avons immédiatement avisé les organismes compétents afin qu'ils prennent les mesures appropriées. C'est aussi ce qu'on fait le député d'en face et le gouvernement précédent lorsque des allégations ont été faites, mais les conservateurs ont tout de même procédé à la nomination du général Vance alors qu'il faisait l'objet d'une enquête.
Nous savons qu'il nous reste beaucoup de travail à faire, et nous sommes absolument déterminés à nous attaquer au problème.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-05-12 14:40 [p.7108]
Mr. Speaker, allegations of sexual misconduct against General Vance have been circulating since 2018. The Minister of National Defence was aware of the existence and the nature of those allegations since 2018.
However, General Vance was not subject to an investigation and suffered no consequences. Not only did he remain in his position with no questions asked for three years, but he was also even given a pay raise.
Will the Prime Minister confirm that the Minister of National Defence never saw fit to inform him of the existence of allegations against the highest-ranking officer in the military?
Monsieur le Président, depuis 2018, des allégations d'inconduite sexuelle circulent au sujet du général Vance. Le ministre de la Défense nationale était au courant de l'existence et de la nature de ces allégations depuis 2018.
Pourtant, le général Vance n'a subi aucune enquête ni aucune conséquence. Non seulement il a été maintenu en poste sans la moindre question durant trois ans, mais il a même obtenu une augmentation de salaire.
Est-ce que le premier ministre confirme que le ministre de la Défense nationale n'a jamais cru bon de l'informer de l'existence d'allégations contre le plus haut gradé de l'armée?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:41 [p.7108]
Mr. Speaker, the Standing Committee on National Defence heard multiple witnesses over three months, including non-partisan public servants, say that the details of the allegation were unknown. The record is clear.
During her testimony, the deputy secretary to the cabinet said, “I did not have information about the nature of the complaint or specifics that would have enabled further action.”
The former mediator testified at committee that he could not provide any details, saying that he took the investigation as far as he could with the complainant's permission.
This highlights why we need to create a system in which people feel supported to come forward.
Monsieur le Président, le Comité permanent de la défense nationale a entendu de multiples témoins pendant trois mois, y compris des fonctionnaires non partisans, dire que les détails de l'allégation étaient inconnus. Le dossier est clair.
La secrétaire adjointe du Cabinet a témoigné. Elle a dit: je ne disposais même pas d'informations sur la nature de la plainte ou des détails qui auraient permis de prendre des mesures supplémentaires.
L'ancien médiateur a dit devant le Comité qu'il ne pouvait fournir aucun détail. Il a déclaré qu'il avait mené l'enquête aussi loin que possible avec l'autorisation de la plaignante.
Cela souligne pourquoi nous devons créer un système dans lequel les gens se sentent soutenus pour se manifester.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-05-12 14:42 [p.7108]
Mr. Speaker, in 2015, 2019 and 2021, the Prime Minister asked the Minister of National Defence to work with the senior leaders of the Canadian Armed Forces to establish a workplace free from harassment. He asked three times.
Not only did the minister not do that, but he hid information from the Prime Minister regarding allegations of sexual misconduct involving Canada's top soldier. Not only did the minister not fulfill his mandate, he acted directly against it.
How can the Prime Minister still have confidence in his Minister of National Defence?
Monsieur le Président, en 2015, en 2019 et en 2021, le premier ministre a demandé au ministre de la Défense nationale de collaborer avec les hauts gradés des Forces armées canadiennes, afin d'établir un milieu de travail exempt de harcèlement. Il l'a fait trois fois.
Non seulement ce n'est pas ce que le ministre a fait, mais il a même caché au premier ministre l'existence d'allégations d'inconduite sexuelle contre le plus haut gradé de l'armée. Non seulement il n'a pas rempli son mandat, mais il est allé carrément à l'encontre de ce dernier.
Comment le premier ministre peut-il avoir encore confiance en son ministre de la Défense nationale?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:42 [p.7108]
Mr. Speaker, in budget 2021, we announced over $236 million to eliminate sexual misconduct and gender-based violence in the Canadian Armed Forces, including enhancing internal support services to survivors and implementing new external oversight mechanisms.
This builds on the work we were already doing, including creating a strategy for long-term culture change to eliminate sexual misconduct and implementing the declaration of victims rights.
We also recently appointed Louise Arbour to conduct an independent review into the handling of sexual misconduct, as well as Lieutenant-General Carignan to serve in the new role of chief of professional conduct and culture.
Monsieur le Président, dans le budget de 2021, nous avons annoncé plus de 236 millions de dollars pour éliminer l'inconduite sexuelle et la violence fondée sur le genre dans les Forces armées canadiennes, notamment pour améliorer les services de soutien interne aux survivants et aux survivantes et pour mettre en œuvre de nouveaux mécanismes de surveillance externe.
Cela s'appuie sur le travail qui nous faisions déjà pour une stratégie de changement culturel à long terme visant à éliminer l'inconduite sexuelle et pour la mise en œuvre de la Déclaration des droits des victimes.
Nous avons aussi récemment nommé Louise Arbour pour mener un examen indépendant du traitement de l'inconduite sexuelle, ainsi que la lieutenante-générale Carignan au nouveau poste de chef de la déontologie et de la culture.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I am now prepared to rule on the question of privilege raised on April 28, 2021 by the member for Portage—Lisgar concerning allegedly misleading statements made by the Prime Minister.
The member argued that the Prime Minister, by denying he knew of allegations of sexual misconduct against General Vance in 2018, intentionally misled the House during Oral Questions. In support of that allegation, she presented internal emails from the Privy Council Office and testimony given before the Standing Committee on National Defence. The member then reviewed the precedents in this matter. Following this, she intervened again to point out that, when there is some doubt on the matter, the Chair should let the House decide, while stressing the importance of clarity for the deliberations and the integrity of the information provided by the government.
The member for Esquimalt—Saanich—Sooke then argued that it would hinder members' work if they were misled in order to prevent them from holding the government accountable. In order to determine whether some officials were negligent, members must know whether the Prime Minister or staff within his office were aware of the allegations. He also urged the Chair to take note of the testimony given before the Standing Committee on National Defence.
In response, the Leader of the Government in the House of Commons stated that the Prime Minister had not misled the House and that his answers had remained consistent.
The House leader covered in detail the points raised by the member for Portage—Lisgar while citing the statements, emails and committee testimony. He argued that the facts had been twisted to raise doubt about the Prime Minister’s statements. He indicated that a simple doubt was not enough to establish a prima facie question of privilege and that, in this case, there was no possible doubt.
The member for Rivière-du-Nord added that there were differences between the Prime Minister’s statements and the testimony heard by the Standing Committee on National Defence. He also urged the Chair to take note of the testimony and asked that the matter be referred to the Standing Committee on Procedure and House Affairs for clarifications.
The question of privilege which the Chair has been asked to rule on is the following: Did the Prime Minister's responses during Oral Questions contain contradictions that would allow one to conclude that he intentionally misled the House?
To answer this question, three elements must be proven to convince the Chair that statements were deliberately misleading: First, the statement must effectively be misleading or manifestly contradictory; second, the author of the statement must know, in making the statement, that it is false; third, the member intended to mislead the House.
Before continuing, I would be remiss if I did not mention the unusual nature of the argument put forward by the members. A thorough review of precedents, including those to which the member for Portage—Lisgar referred, shows and reveals a common trait. The remarks under review were always those made by a single member. In this case, what is being proposed is a review not only of the Prime Minister’s responses, but also of the context in which they were made. The Chair is being asked, in fact, to conduct this review in light of the proceedings of a standing committee relating to a study currently under way. There is no precedent where the Chair has used testimony from a committee without there being a report on the subject.
This aspect of the matter is a concern for the Chair. It is not for the Speaker to untangle the committee evidence to determine who knew what and when. Such an initiative would trespass on the role of committee members and constitute a breach of my duty to act with impartiality. It is up to the committee to continue its own study and to inform the House of its conclusions, if it deems it appropriate, as has been the tradition.
In this respect, the scope of my mandate is thus limited. The question of privilege raised is tantamount to asking the Chair to, on the one hand, compare the responses given by the Prime Minister during question period and, on the other hand, rule on his intention when those responses were provided.
More broadly, as Speaker Milliken summed it up on April 21, 2005, at page 5412 of Debates:
In the present case, I must determine whether the minister's responses in any way impeded members in the performance of their parliamentary duties and whether the remarks were intentionally misleading.
When previous questions of privilege concerning misleading statements have been deemed to be prima facie questions of privilege, the three elements to be proven to convince the Chair that the statements were deliberately misleading were clearly satisfied. In the example cited by the member for Portage—Lisgar from February 1, 2002, at pages 8,581 and 8,582 of Debates, and in a similar case from March 3, 2014, at pages 3,430 and 3,431 of Debates, the members involved admitted that they had made false declarations. In both cases, given the indisputable evidence before the House, previous Speakers ruled on February 1, 2002 and March 3, 2014, at the aforementioned pages in Debates, that a prima facie case had been established. Given the contradictory statements made by the members in each case, my predecessors determined that there was no choice but to have the situation referred to the appropriate committee for further consideration.
With respect to the question of privilege before us, I have reviewed the responses to Oral Questions offered by the Prime Minister on March 10, 11 and 24, 2021, and on April 27, 2021. The Chair did not find contradictions in them or elements that would allow one to conclude that they are misleading statements. There is thus no reason to continue this analysis.
I acknowledge that some members think that the Prime Minister's responses are contradicted by the information presented in committee, while others maintain that the same information confirms the validity of his responses. These disagreements occur frequently in the House, and it is not the Chair's role to adjudicate them. In the event that members are clearly and deliberately misled by deceptive statements, the Chair may have a role to play to ensure that members can perform their duties. Based on the information I have, that is not the case here.
Thus, the Chair cannot conclude that the Prime Minister deliberately misled the House. I find that there is no prima facie question of privilege.
I thank the hon. members for their attention.
Je suis maintenant prêt à me prononcer sur la question de privilège soulevée le 28 avril 2021 par la députée de Portage-Lisgar concernant des déclarations trompeuses qu’aurait formulées le premier ministre.
La députée a en effet soutenu que le premier ministre, en niant avoir été au courant d’allégations d’inconduite sexuelle à l’encontre du général Vance en 2018, avait intentionnellement induit la Chambre en erreur lors de la période des questions orales. Pour appuyer cette allégation, elle a mis en lumière des courriels internes du Bureau du Conseil privé et des témoignages devant le Comité permanent de la défense nationale. La députée a enfin passé en revue des précédents en la matière. Par la suite, elle est intervenue de nouveau en rappelant qu’en cas de doute sur la question, le Président devrait laisser la Chambre trancher, en insistant sur l’importance de la clarté pour nos délibérations et de celle de l’intégrité des renseignements fournis par le gouvernement.
Le député d’Esquimalt-Saanich-Sooke a, quant à lui, souligné qu’il y aurait entrave au travail des députés si on les a induits en erreur pour les empêcher de demander des comptes au gouvernement. Afin de déterminer s’il y a eu négligence de la part de certains responsables, les députés doivent savoir si le premier ministre ou des membres du personnel de son bureau étaient au courant des allégations. Il a lui aussi invité la présidence à prendre connaissance des témoignages devant le Comité permanent de la défense nationale.
En réponse, le leader du gouvernement à la Chambre des communes a affirmé que le premier ministre n'a pas induit la Chambre en erreur et qu'il est demeuré cohérent dans ses réponses.
Le leader a abordé en détail les points soulevés par la députée de Portage—Lisgar en citant les déclarations, les courriels et les témoignages du Comité. Selon lui, les faits ont été déformés de manière à soulever un doute sur les déclarations du premier ministre. Il a soutenu qu'un simple doute n'était pas suffisant pour qu'une question de privilège soit fondée de prime abord et que, dans ce cas particulier, il n'y avait aucun doute possible.
Le député de Rivière-du-Norda ajouté qu'il y avait des différences entre les déclarations du premier ministre et les témoignages entendus au Comité permanent de la défense nationale. Il a également invité la présidence à prendre connaissance des témoignages et demandé de renvoyer l'affaire au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre afin d'obtenir des éclaircissements.
La question de privilège sur laquelle on demande à la présidence de se prononcer se résume à ce qui suit: déterminer si les réponses offertes par le premier ministre, dans le cadre des questions orales, contiennent des contradictions qui permettraient de conclure qu’il a sciemment induit la Chambre en erreur.
Pour répondre à cette question, trois éléments doivent être prouvés pour convaincre la présidence que des déclarations sont délibérément trompeuses: premièrement, la déclaration est effectivement trompeuse ou manifestement contradictoire; deuxièmement, l’auteur de la déclaration savait, au moment de faire la déclaration, que celle-ci était fausse; troisièmement, l’auteur avait l’intention d’induire la Chambre en erreur.
Avant de poursuivre, je m'en voudrais de ne pas relever le caractère inusité des arguments présentés par les députés. Un examen exhaustif des précédents, incluant ceux auxquels la députée de Portage—Lisgar s'est référée, permet de voir et de faire ressortir un trait commun. Les propos qui font l'objet d'un examen ont toujours été ceux d'un seul député. En l'espèce, on propose non seulement un examen des réponses du premier ministre, mais aussi le contexte dans lequel elles s'inscrivent. On demande en effet d'effectuer cet examen à la lumière des délibérations d'un comité permanent dans le cadre d'une étude en cours. Il n'existe aucun précédent où le Président a utilisé des témoignages provenant des comités sans qu'il y ait eu un rapport sur le sujet.
Cet aspect de la question préoccupe la présidence. Il n’est pas du ressort de la présidence de démêler les témoignages entendus devant un comité pour déterminer qui savait quoi et à quel moment. Il s’agirait d’une ingérence dans le rôle des membres du comité, ce qui constituerait un manquement à mon devoir d’impartialité. Il appartient plutôt au Comité de poursuivre son étude et de faire part de ses conclusions à la Chambre, s’il le juge approprié, comme le veut la tradition.
À cet égard, la portée de mon mandat est donc limitée. La question de privilège soulevée équivaut à demander à la présidence d'une part, de comparer les réponses données par le premier ministre pendant la période des questions orales et, d'autre part, de se prononcer sur l'intention de celui-ci lorsque ces réponses étaient fournies.
Plus globalement, comme le Président Milliken l'avait résumé le 21 avril 2005 à la page 5412 des Débats,
Dans le cas qui nous occupe, je dois décider si les réponses du ministre ont de quelque façon que ce soit empêché les députés d'exercer leurs fonctions parlementaires, et si les commentaires visaient à induire délibérément la Chambre en erreur.
Lorsque des questions de privilège concernant des déclarations trompeuses ont été jugées fondées de prime abord dans le passé, les trois éléments devant être prouvés pour convaincre la présidence que les déclarations étaient délibérément trompeuses ont été clairement respectés. Dans l’exemple du 1er février 2002 cité par la députée de Portage—Lisgar, aux pages 8581 et 8582 des Débats, et dans un cas semblable survenu le 3 mars 2014 aux pages 3430 et 3431 des Débats, les députés concernés avaient avoué qu’ils avaient fait de fausses déclarations. Dans les deux cas, étant donné les preuves incontestables présentées devant la Chambre, d’anciens Présidents ont conclu le 1er février 2002 et le 3 mars 2014, aux pages susmentionnées, que la question de privilège était fondée à première vue. Étant donné les déclarations contradictoires faites par les députés dans chaque cas, mes prédécesseurs ont conclu qu’il n’existait pas d’autre choix que de renvoyer l’affaire au comité compétent pour examen.
À l'égard de la question de privilège qui nous occupe, j'ai revu les réponses aux questions orales offertes par le premier ministre les 10, 11 et 24 mars 2021, ainsi que celles du 27 avril dernier. La présidence n'a pas trouvé en elles des contradictions ou des éléments qui permettent de conclure qu'elles constituent des déclarations trompeuses. Il n'y a donc pas lieu de poursuivre l'analyse.
Je comprends que certains députés pensent que les réponses du premier ministre sont contredites par des informations présentées en comité, alors que d’autres maintiennent que ces mêmes informations confirment la validité de ses réponses. Ces désaccords sont fréquents à la Chambre et il n’appartient pas à la présidence de trancher. Lorsque les députés sont clairement et délibérément induits en erreur par des déclarations trompeuses, la présidence peut avoir un rôle à jouer pour s’assurer que les députés puissent s’acquitter de leurs tâches. À partir des informations dont je dispose, ce n’est pas le cas en l’instance.
Par conséquent, la présidence ne peut conclure que le premier ministre a délibérément induit la Chambre en erreur. Je conclus qu’il n’y a pas, de prime abord, matière à question de privilège.
Je remercie les députés de leur attention.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-11 14:20 [p.7057]
Mr. Speaker, the Prime Minister's Office and the Privy Council Office used the term “sexual harassment” five times in emails regarding General Vance.
Why did the Prime Minister personally sign off on General Vance's pay raise while his office was investigating the allegations of sexual harassment?
Monsieur le Président, le Cabinet du premier ministre et le Bureau du Conseil privé ont utilisé le terme « harcèlement sexuel » à cinq reprises dans des courriels au sujet du général Vance.
Pourquoi le premier ministre a-t-il personnellement approuvé une augmentation de salaire pour le général Vance alors que son bureau examinait les allégations de harcèlement sexuel?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-11 14:21 [p.7057]
Mr. Speaker, as the Leader of the Opposition well knows, it was not my office that looked into these allegations because it would be inappropriate for a politician's office to follow up on and investigate allegations.
That is precisely why my office made sure that this file was handed over to the appropriate authorities for independent follow-up. Our government has always taken the responsibility of protecting the women and men who serve in the armed forces seriously, and we will always be there to support survivors.
Monsieur le Président, comme le chef de l'opposition le sait très bien, ce n'est pas mon bureau qui a examiné ces allégations, car il serait inapproprié pour un bureau de politicien de faire des suivis et des enquêtes sur des allégations.
C'est justement pour cette raison que mon bureau s'est assuré de remettre ce dossier aux autorités responsables afin qu'elles assurent un suivi indépendant. Notre gouvernement a toujours pris au sérieux la responsabilité de protéger les femmes et les hommes qui servent au sein des forces armées et nous serons toujours là pour appuyer les survivants.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-11 14:21 [p.7057]
Mr. Speaker, five different times the Prime Minister's Office, the Privy Council Office and the minister's office all used the phrase “sexual harassment” in emails regarding General Vance. A senior Liberal told the Toronto Star this weekend that the PMO and PCO both knew it was of a sexual nature.
Why did the Prime Minister personally sign off on General Vance's pay raise while his office was actively covering up allegations of sexual harassment?
Monsieur le Président, à cinq occasions, le Cabinet du premier ministre, le Bureau du Conseil privé et le cabinet du ministre ont employé les mots « harcèlement sexuel » dans des courriels pour parler du général Vance. Un libéral de haut rang a confirmé au Toronto Star en fin de semaine que le Cabinet du premier ministre et le Bureau du Conseil privé étaient tous les deux au courant de la nature sexuelle des allégations.
Pourquoi le premier ministre a-t-il personnellement autorisé l'augmentation de salaire du général Vance pendant que ses collaborateurs faisaient tout pour éviter que les allégations de harcèlement sexuel ne s'ébruitent?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-11 14:22 [p.7057]
Mr. Speaker, that is simply not the truth. When allegations were brought forward from the ombudsperson to the Minister of National Defence, he knew that it would be inappropriate for politicians to engage in such an investigation. That is why he forwarded it to the appropriate authorities at the PCO, so they could follow up on it. That, by the way, was exactly the same process followed when the leader of the opposition was in government and received allegations concerning General Vance.
We followed the right process on this and we know we have much more to do to ensure the protection of anyone who wants to come forward.
Monsieur le Président, c'est tout simplement faux. Quand l'ombudsman a informé le ministre de la Défense nationale des allégations en question, celui-ci savait qu'en tant que politicien, il ne devait pas se mêler d'une enquête de cette nature. Il s'est donc adressé aux autorités compétentes du Bureau du Conseil privé afin qu'elles y donnent suite. Je rappelle d'ailleurs que le chef de l'opposition a fait exactement la même chose quand il était du côté ministériel et qu'il a appris l'existence d'allégations concernant le général Vance.
Nous avons fait les choses dans les règles de l'art dans le cas qui nous occupe, mais nous savons qu'il y a encore beaucoup à faire pour bien protéger tous ceux et celles qui souhaitent dénoncer ce qu'ils ont vécu.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-11 14:22 [p.7057]
The right process, Mr. Speaker? The Prime Minister just contradicted his chief of staff. Katie Telford did investigate the nature of the allegations because she told committee that she knew the complaint was not “a safety issue”. If she knew it was not a safety issue, she would have had to know the underlying elements of the allegation made against General Vance.
It sounds like Ms. Telford was conducting an investigation and spoke to someone about the nature of the complaint. Who was it?
Le bon processus? Monsieur le Président, le premier ministre vient de contredire sa cheffe de cabinet. Katie Telford a bien fait enquête sur la nature des allégations parce qu'elle a dit au comité qu'elle savait que la plainte n'était pas liée à une question de sécurité. Si elle savait que ce n'était pas une question de sécurité, elle devait donc connaître les éléments sous-jacents aux allégations à l'égard du général Vance.
On dirait bien que Mme Telford a mené une enquête et a parlé à quelqu'un à propos de la nature de la plainte. De qui s'agit-il?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-11 14:23 [p.7057]
Mr. Speaker, as a government, from the very beginning we have taken extraordinarily seriously the responsibility of standing up for survivors, and of making sure that women and men who serve in our armed forces and in our institutions across this country have the right kinds of support and recourse. What is very clear is that, despite all the significant actions that we have taken as a government, all the significant progress that we have had, women and men who are survivors of sexual assault or harassment are still not getting the right support. That is why we are doing more. We will always take this seriously and put survivors' interests first.
Monsieur le Président, d'emblée, l'ensemble du gouvernement a pris avec le plus grand sérieux la responsabilité de parler au nom des survivants et de veiller à ce que les femmes et les hommes au sein de nos forces armées et de nos institutions partout au pays aient accès aux bons soutien et recours. Ce qui est évident, c'est que, malgré toutes les mesures importantes prises par le gouvernement, malgré tous les progrès majeurs réalisés, les femmes et les hommes qui ont survécu à une agression ou à du harcèlement sexuel n'obtiennent toujours pas le bon soutien. Voilà pourquoi nous faisons plus pour eux. Nous allons toujours prendre cette responsabilité au sérieux et prioriser les intérêts des survivants.
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2021-05-11 14:37 [p.7059]
Mr. Speaker, whenever we ask the government about the allegations of sexual misconduct against General Vance we are told that the government took immediate action.
However, the government did not dismiss General Vance. There was no investigation, no disciplinary action and no implementation of the recommendations in the 2015 Deschamps report. Nothing. The general was allowed to stay in his position for three years with a nice salary increase, while the government shelved the Deschamps report.
When the government says that it acted swiftly what is it talking about exactly?
Monsieur le Président, lorsqu'on questionne le gouvernement sur les allégations d'inconduite sexuelle du général Vance, on se fait répondre: nous avons agi immédiatement.
Pourtant, le gouvernement ne l'a pas congédié. Il n'a pas enquêté, il n'a pas entamé de démarches disciplinaires, et il n'a pas mis en vigueur les recommandations du rapport Deschamps en 2015. Non. Il a maintenu le général en poste pendant trois ans avec une belle augmentation de salaire, tout en tablettant le rapport Deschamps.
Quand le gouvernement nous répond qu'il a agi rapidement, de quoi parle-t-il au juste?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-11 14:38 [p.7060]
Mr. Speaker, when Mr. Walbourne brought the information forward, I reached out immediately to the Privy Council Office. Privy Council Office officials then reached out to Mr. Walbourne the very next day. That is immediate action.
However, we know that we have a lot more work to do. Our government takes allegations of sexual misconduct very seriously. No one should feel unsafe to work. Some of the work we have been doing includes passing Bill C-77, a declaration of victims rights, to put victims at the core of the military justice system. It also reviews unfounded cases. We have more work to do, and we will get it done.
Monsieur le Président, quand M. Walbourne a fourni l'information, j'ai immédiatement pris contact avec le Bureau du Conseil privé, dont les responsables ont communiqué avec lui dès le lendemain. C'est ce qui s'appelle agir immédiatement.
Nous savons cependant qu'il reste beaucoup de travail à faire. Le gouvernement prend très au sérieux les allégations d'inconduite sexuelle. Personne ne devrait se sentir menacé au travail. Parmi les mesures que nous avons prises, il y a l'adoption du projet de loi C-77, la Déclaration des droits des victimes, qui place les victimes au cœur du système de justice militaire. Il permet aussi le réexamen des cas jugés non fondés. Il reste du travail à faire et nous allons le faire..
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2021-05-11 14:38 [p.7060]
Mr. Speaker, it is really embarrassing that he is still the minister answering the questions on this.
After three years of inaction, he no longer has any credibility to act, unfortunately. After refusing to look at the allegations against General Vance, he no longer has credibility to advocate for victims. That is why the Bloc Québécois demanded that he be relieved of his duties. He no longer has any credibility.
Does the leader in the House realize that he is undermining the credibility of his own government every time he asks this parliamentarian to speak to sexual misconduct in the military?
Monsieur le Président, c'est très gênant que ce soit encore ce ministre qui répond aux questions de ce sujet.
Après trois ans d'inaction, il n'a malheureusement plus de crédibilité pour agir. Après avoir refusé de prendre connaissance des allégations contre le général Vance, il n'a plus de crédibilité pour intervenir à la défense des victimes. C'est pour cela que le Bloc québécois a exigé qu'il soit démis de ses fonctions. Il n'a plus de crédibilité.
Le leader à la Chambre réalise-t-il qu'il mine la crédibilité de son propre gouvernement chaque fois qu'il demande encore à ce parlementaire de prendre la parole sur les inconduites sexuelles dans l'armée?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-11 14:39 [p.7060]
Mr. Speaker, no politician should ever be involved in the investigation. We take swift action and swift action was taken. The information was brought forward, and it was immediately passed on to the Privy Council Office, which followed up with Mr. Walbourne the very next day.
As I stated, we have a lot more work to do, and we will get it done.
Monsieur le Président, aucun politicien ne devrait participer à l'enquête. Nous avons rapidement pris des mesures. L'information a été fournie et transmise immédiatement au Bureau du Conseil privé, qui a fait le suivi auprès de M. Walbourne dès le lendemain.
Comme je l'ai dit, il reste beaucoup de travail à faire et nous allons le faire.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, there can only be trust in our military when Canadians have confidence that their elected representatives will hold the military in check. An unelected and unaccountable member of the Prime Minister's staff decided to withhold critical information from the Prime Minister, breaking that trust.
Any allegation against Canada's top general is serious and could jeopardize the safety of the country and its citizens. Who told Katie Telford that the allegations against General Vance were not a safety issue: the defence minister, the Privy Council or General Vance?
Monsieur le Président, il ne peut y avoir de confiance dans les forces armées que si les Canadiens sont convaincus que leurs représentants élus auront les militaires à l'œil. Un membre du personnel du premier ministre, qui n'est pas élu et qui n'est pas tenu de rendre des comptes, a décidé de ne pas révéler des renseignements essentiels au premier ministre, brisant ainsi le lien de confiance.
Toutes les allégations contre le plus haut gradé au Canada sont graves et pourraient compromettre la sécurité du pays et de sa population. Qui a dit à Katie Telford que les allégations contre le général Vance n'étaient pas une question de sécurité: le ministre de la Défense, le Conseil privé ou le général Vance?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-11 14:49 [p.7062]
Mr. Speaker, we take allegations of sexual misconduct very seriously and immediate action was taken. We need to make sure that no politician is ever involved in any type of investigation. That is why the information was given to non-partisan public officials. It is also very important that the previous government followed that process.
We need to make sure that we listen to survivors and that we have a harassment-free workplace in the Canadian Armed Forces. This is something that we are absolutely committed to doing.
Monsieur le Président, nous prenons les allégations d'inconduite sexuelle très au sérieux, et des mesures immédiates ont été prises. Il faut s'assurer qu'aucun politicien n'intervient dans tout type d'enquête. C'est pourquoi l'information a été transmise à des fonctionnaires non partisans. Il est également très important que le gouvernement précédent ait suivi ce processus.
Nous devons tout faire pour écouter les survivants et avoir un milieu de travail exempt de harcèlement dans les Forces armées canadiennes. Nous sommes tout à fait déterminés à y parvenir.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, the defence minister and Katie Telford withheld critical information about Canada's top soldier from the Prime Minister. Tragically, the Prime Minister gave General Vance a performance bonus, a pay raise, and allowed him to continue in his position despite serious unresolved allegations of misconduct against him. This is reprehensible and should never have happened. Under the Prime Minister, no one is at fault. No one is held accountable.
Will the Prime Minister admit that he was wrong to reward General Vance while allegations of misconduct remained unresolved?
Monsieur le Président, le ministre de la Défense et Katie Telford ont caché au premier ministre des renseignements cruciaux au sujet du plus haut gradé canadien, ce qui a eu comme conséquence que le premier ministre a accordé au général Vance une prime de rendement et une hausse de salaire, et qu'il a reconduit son affectation malgré de graves allégations non résolues d'inconduite qui pesaient sur lui. C'est répréhensible et cela n'aurait jamais dû se produire. Sous la gouverne du premier ministre, personne n'est à blâmer. Personne n'est tenu responsable.
Le premier ministre va-t-il admettre qu'il a eu tort de récompenser le général Vance alors que les allégations d'inconduite qui pesaient sur lui n'étaient toujours pas résolues?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-11 14:51 [p.7062]
Mr. Speaker, our government takes allegations of sexual misconduct very seriously. No one should feel unsafe at work. That is why we created the sexual misconduct response centre, which provides confidential 24-7 support services to CAF members anywhere in the world. We also listened to survivors. We put in place a response and support coordination program for CAF members who have experienced sexual misconduct.
We have a lot more work to do and we will get it done.
Monsieur le Président, le gouvernement prend très au sérieux les allégations d'inconduite sexuelle. Personne ne devrait se sentir menacé au travail. Voilà pourquoi nous avons mis sur pied le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle, qui offre des services de soutien confidentiels jour et nuit aux membres des Forces armées canadiennes partout dans le monde. Nous avons aussi écouté les survivants. Nous avons mis en place un programme de coordination de l'intervention et du soutien pour les membres des Forces armées canadiennes qui sont victimes d'inconduite sexuelle.
Nous avons encore beaucoup de travail à faire, mais nous y parviendrons.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2021-05-10 14:18 [p.6953]
Mr. Speaker, “I think it's going too far to say we didn't know it was a MeToo complaint. Between PMO and PCO, we knew it was of a sexual nature.” That is what a Liberal senior government official told the Toronto Star this weekend. The Prime Minister's Office is telling Parliament something very different from what this person told the Toronto Star.
Why did Katie Telford mislead the committee about knowing whether she was dealing with a sexual misconduct complaint against General Vance?
Monsieur le Président, « Je crois qu'il serait exagéré de dire que nous ne savions pas qu'il s'agissait d'une plainte de type #MoiAussi. Au Cabinet du premier ministre et au Bureau du Conseil privé, on savait que la plainte était de nature sexuelle. » Voilà ce qu'a déclaré un haut fonctionnaire libéral au Toronto Star le week-end dernier. Le message que transmet le Cabinet du premier ministre au Parlement diffère beaucoup de ce que cette personne a dit au Toronto Star.
Pourquoi Katie Telford a-t-elle induit le comité en erreur en disant qu'elle n'était pas au courant qu'il s'agissait d'une plainte d'inconduite sexuelle portée contre le général Vance?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:19 [p.6953]
Mr. Speaker, I want to make it very clear that we did not know the nature of the specifics of the case when the information was brought forward, but we are absolutely committed to making sure that we create the culture change that is needed in the Canadian Armed Forces and making sure we have an absolutely inclusive work environment that is harassment free for all women in the Canadian Armed Forces. That is a goal we will continue to work toward.
Monsieur le Président, soyons très clairs: nous ne savions rien de la nature de la plainte au moment où l'information nous a été communiquée, mais nous sommes déterminés à instaurer le changement de culture nécessaire au sein des Forces armées canadiennes et à nous assurer d'offrir un milieu de travail tout à fait inclusif et exempt de harcèlement à toutes les femmes des Forces armées canadiennes. Nous travaillerons à l'atteinte de cet objectif.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2021-05-10 14:19 [p.6953]
Mr. Speaker, that is just not believable. For weeks, the Minister of National Defence has refused to answer about whether he knew the complaint was sexual misconduct. The former ombudsman has said repeatedly that he told the minister it was. The committee has correspondence from the minister's chief of staff saying it was sexual harassment and correspondence on which the minister is copied saying it was sexual harassment.
Can the minister stop this shameful denial and just admit that he knowingly sat on sexual misconduct complaints against General Vance for three years?
Monsieur le Président, ce n'est tout simplement pas croyable. Pendant des semaines, le ministre de la Défense nationale a refusé de dire s'il savait qu'il s'agissait d'une plainte pour inconduite sexuelle. L'ancien ombudsman a affirmé à maintes reprises qu'il avait dit au ministre que c'était le cas. Le comité a des courriels de la cheffe de cabinet du ministre, qui ont également été transmis au ministre, disant qu'il s'agissait de harcèlement sexuel.
Le ministre arrêtera-t-il de nier — quelle honte — qu'il a ignoré sciemment pendant trois ans des plaintes pour inconduite sexuelle contre le général Vance?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:20 [p.6954]
Mr. Speaker, I want to make it very clear that the nature of the specific details were not provided, but we acted immediately on this information. In fact, the very next day public officials, who are non-partisan, contacted Mr. Walbourne to take the appropriate action. We know that we have a lot more work to do, but we will get it done.
Monsieur le Président, je tiens à préciser que les détails ne nous ont pas été fournis, mais nous avons agi immédiatement dès que nous avons été informés de la chose. En fait, dès le lendemain, des fonctionnaires, qui sont non partisans, ont communiqué avec M. Walbourne pour qu'il prenne les mesures appropriées. Nous savons qu'il y a encore beaucoup de travail à faire, mais nous y arriverons.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2021-05-10 14:20 [p.6954]
Mr. Speaker, no one trusts that minister, and no one is trusting the government or believing a word it says. Telford told committee that the Prime Minister signed off on extending Vance's term and giving him a pay raise, yet she said she did not tell him about the allegations all that time. The defence minister knew, the chief of staff knew and the Clerk of the Privy Council knew, yet somehow Vance spent three more years as Canada's top soldier.
My question is actually for the Deputy Prime Minister. How did this so-called “feminist government” allow that to happen?
Monsieur le Président, personne ne fait confiance au ministre, et personne ne fait confiance au gouvernement ou à ce qu'il dit. Mme Telford a déclaré au comité que le premier ministre avait approuvé la prolongation du mandat de M. Vance ainsi que son augmentation de salaire, et pourtant, elle a dit que, pendant tout ce temps-là, elle ne lui a pas parlé des allégations. Le ministre de la Défense était au courant, la cheffe de cabinet était au courant et le greffier du Conseil privé était au courant, et pourtant, M. Vance, le plus haut gradé de l'armée canadienne, a pu rester en poste pendant trois années de plus.
Ma question s'adresse à la vice-première ministre. Comment un gouvernement soi-disant féministe a-t-il pu permettre que cela se produise?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:21 [p.6954]
Mr. Speaker, as we said, we have a lot more work to do, when it comes to supporting the women in the Canadian Armed Forces. There is work that we have done, when it comes to passing Bill C-77, and with the sexual misconduct response centre. We have been taking important steps, but clearly we have a lot more work to do to make sure we have an absolutely harassment-free workplace in the Canadian Armed Forces. That is the work Madam Arbour is doing. The work, when it comes to military justice reforms, will also be presented. We have a lot more work to do. We are going to get this done.
Monsieur le Président, comme nous l'avons mentionné, nous avons encore beaucoup de travail à faire pour appuyer les femmes dans les Forces armées canadiennes. Nous avons réalisé des progrès, notamment en adoptant le projet de loi C-77 et en créant le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle. Nous avons pris des mesures importantes, mais il reste clairement beaucoup de travail à faire pour garantir que les Forces armées canadiennes sont un milieu de travail absolument exempt de harcèlement. C'est le travail que Mme Arbour accomplit actuellement. Le travail concernant la réforme du système de justice militaire sera également présenté à la Chambre. Nous avons encore beaucoup de travail à faire. Nous mènerons ce dossier à bien.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-05-10 14:22 [p.6954]
Mr. Speaker, on Friday, the Prime Minister's chief of staff testified in committee. We expected her to provide compelling evidence. She did not. No one believes Katie Telford.
A source close to the government told the Toronto Star that it was going too far to say that they did not know that it was a #MeToo complaint. Someone close to the government told the Toronto Star this. In addition, I remind members that an email received on March 2, 2018, proves without a doubt that the chief of staff knew that the complaint was about sexual harassment.
How can the Deputy Prime Minister defend the indefensible?
Monsieur le Président, vendredi dernier, la cheffe de cabinet du premier ministre a témoigné en comité. On pouvait s'attendre à une preuve éclatante de sa part. On n'a rien eu du tout. Personne ne croit Katie Telford.
D'ailleurs, une source proche du gouvernement a affirmé au Toronto Star que l'on va trop loin en disant qu'on ne savait pas qu'il s'agissait d'une plainte en lien avec #MeToo. C'est quelqu'un qui est proche du gouvernement qui a dit cela au Toronto Star. De plus, je rappelle qu'un courriel reçu le 2 mars 2018 prouve noir sur blanc que la cheffe de cabinet savait qu'il était question de harcèlement sexuel.
Comment la vice-première ministre peut-elle défendre l'indéfendable?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:22 [p.6954]
Mr. Speaker, no specific details were provided, but we acted immediately on this information, and non-partisan public officials contacted Mr. Walbourne to take the appropriate action. We know that we have a lot more work to do in making sure we create the confidence for women to be able to come forward, and that is the work that is currently ongoing to get this done.
Monsieur le Président, aucun détail précis n'a été fourni, mais nous avons donné suite immédiatement à l'information reçue, et des fonctionnaires non partisans ont communiqué avec M. Walbourne pour que les mesures appropriées soient prises. Nous savons qu'il reste encore beaucoup de travail à faire afin que les femmes aient suffisamment confiance pour signaler des actes d'inconduite sexuelle. C'est ce que nous nous employons à faire.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-05-10 14:23 [p.6954]
Mr. Speaker, how can we believe the government? It changed its story three times.
On Friday, the chief of staff had a golden opportunity to tell Canadians the truth and provide tangible evidence. She was not able to do so. I will repeat my question to the Deputy Prime Minister of this self-proclaimed feminist government.
How can the Deputy Prime Minister of Canada defend the indefensible?
Monsieur le Président, comment peut-on croire le gouvernement? Il a changé sa version des faits trois fois.
Vendredi passé, c'était l'occasion en or pour la cheffe de cabinet de donner l'heure juste aux Canadiens, avec une preuve tangible. Elle en a été incapable. À nouveau, je pose la question à la vice-première ministre du gouvernement qui s'est autoproclamé féministe.
Comment la vice-première ministre du Canada peut-elle défendre l'indéfendable?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:23 [p.6954]
Mr. Speaker, as we stated before, no specific details were provided on this case, but action was immediately taken. A process was followed, the exact same process the former government had followed when information was brought to it. We know there is a lot more work to do. This is the reason we have appointed Madam Arbour to give us recommendations on the way forward, when it comes to the independence of the complaints process, so that women can feel confident to come forward. Harassment-free workplaces that have zero tolerance for any type of misconduct is our goal and something that we are committed to.
Monsieur le Président, comme nous l'avons déjà dit, aucun détail précis n'a été fourni sur cette affaire, mais nous avons agi immédiatement. Nous avons suivi exactement le même processus que l'ancien gouvernement suivait quand on lui soumettait de l'information. Nous savons qu'il y a encore beaucoup de travail à faire. C'est la raison pour laquelle nous avons nommé Mme Arbour pour nous donner des recommandations sur la voie à suivre en vue d'assurer l'indépendance du processus de plainte afin que les femmes puissent avoir suffisamment confiance pour dénoncer des situations inacceptables. Nous tenons à garantir un milieu de travail sans harcèlement, où aucune forme d'inconduite n'est tolérée.
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2021-05-10 14:39 [p.6957]
Mr. Speaker, the Prime Minister's Office has known since 2018 that allegations were circulating about the former chief of the defence staff, General Vance. As we know, these were allegations of sexual misconduct, but the Prime Minister's chief of staff claims that she did not know the nature of the accusations. With respect, I do not believe her.
Let us pretend for a moment that we do believe her. Assuming the Prime Minister's top advisor has known since 2018 that a major complaint of an unknown nature was circulating against the general, what did the Prime Minister do in those three years to shed light on this complaint?
Monsieur le Président, le bureau du premier ministre sait depuis 2018 que des allégations circulent au sujet de l'ancien chef d'état-major de l'armée, le général Vance. On sait qu'il s'agissait d'allégations d'inconduite sexuelle, mais la cheffe de cabinet du premier ministre prétend qu’elle ne connaissait pas la nature de ces accusations. En tout respect, je ne la crois pas.
Cependant, faisons semblant que oui. La première conseillère du premier ministre est donc au courant depuis 2018 qu'une plainte majeure de nature inconnue circule contre le général. Qu'est-ce que le premier ministre a fait durant ces trois années pour faire la lumière sur cette plainte?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:40 [p.6957]
Mr. Speaker, as I stated earlier, we did not know the nature of the specifics or the details of the information that was brought forward, but action was taken immediately and given to non-partisan public officials to take the appropriate action. No politician should ever be involved in an investigation.
We take incidents like this very seriously, and this is why we are working extremely hard to make culture changes not only inside the Canadian Armed Forces, but widely throughout government as well.
Monsieur le Président, comme je l'ai déjà dit, nous ne connaissions pas la nature ni les détails de la situation, mais nous avons agi immédiatement; nous avons transmis le cas à des fonctionnaires non partisans pour qu'ils s'en occupent de manière appropriée. Les politiciens ne devraient jamais se mêler des enquêtes.
Nous prenons les incidents de ce genre très au sérieux. C'est pourquoi nous déployons beaucoup d'efforts afin de changer la culture non seulement au sein des Forces armées canadiennes, mais aussi, plus largement, dans l'ensemble de l'administration publique.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, the Prime Minister's chief of staff said she treated the complaint with the utmost seriousness even though she did not know the nature of it.
Basically, she knew that there were serious allegations against General Vance, but she did not tell the Prime Minister and she did not tell the Minister of National Defence, even though this was not the first time there had been allegations of sexual misconduct against Mr. Vance and even in the midst of Operation Honour, meant to address misconduct of this nature.
In short, the chief of staff did nothing to protect the victims. She basically protected the Prime Minister and the Minister of Defence. Is that it?
Monsieur le Président, la cheffe de cabinet du premier ministre a dit qu'elle avait traité la plainte comme si elle était des plus graves, même si elle n'en connaissait pas la nature.
En bref, elle savait qu'il y avait des allégations graves contre le général Vance, mais elle n'en aurait pas parlé au premier ministre et n'en aurait pas parlé au ministre de la Défense nationale, même si ce n'était pas la première fois qu'il y avait des allégations d'inconduite sexuelle contre M. Vance et même en plein milieu de l'opération Honour visant des inconduites de ce genre.
En bref, la cheffe de cabinet n'a rien fait pour protéger les victimes. Dans le fond, elle a protégé le premier ministre et le ministre de la Défense. Est-ce bien cela?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:41 [p.6957]
Mr. Speaker, when it comes to any type of allegations that are brought forward, no politician or political staff should ever be involved in any investigation. The information was sent forward immediately to the Privy Council officials, who are non-partisan, to look at the complaint.
We know that we have a lot more work to do, and we are going to get it done.
Monsieur le Président, quel que soit le type d'allégation formulée, les politiciens et le personnel politique ne devraient pas se mêler de l'enquête. Les renseignements ont été transmis immédiatement aux fonctionnaires du Conseil privé, qui sont non partisans, pour qu'ils examinent la plainte.
Nous savons qu'il nous reste du travail à faire, et nous le mènerons à bien.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-05-10 14:42 [p.6957]
Mr. Speaker, the Prime Minister's Office was aware of serious allegations against the highest-ranking military officer and it ignored them.
What is worse, the Minister of National Defence knew, beyond a shadow of a doubt, that the allegations involved sexual misconduct. He also ignored these allegations, which is inexcusable.
Since the Prime Minister did not take the allegations seriously, claiming he was unaware of the nature of these allegations, will he take them seriously now and fire the Minister of National Defence?
Monsieur le Président, le Bureau du premier ministre savait qu'il y avait des allégations sérieuses contre le plus haut gradé de l'armée et il a fermé les yeux. C'est irresponsable et indigne de la fonction de premier ministre.
Ce qui est pire, cependant, c'est que le ministre de la Défense nationale, lui, savait hors de tout doute qu'il s'agissait d'inconduite sexuelle. Lui aussi a fermé les yeux et ça, c'est impardonnable.
À défaut d'avoir pris les allégations au sérieux lorsqu'il prétendait en ignorer la nature, le premier ministre va-t-il les prendre au sérieux aujourd'hui et congédier le ministre de la Défense?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:42 [p.6958]
Mr. Speaker, as I stated, the nature of the specifics and the details was not provided, but action was taken immediately. Advice was given to make sure that Mr. Walbourne was contacted by the Privy Council Office. In this case, the very next day we made sure that non-partisan public officials from the Privy Council Office contacted Mr. Walbourne. Action was taken immediately. Politicians, or political staff, should never be involved in any type of investigation.
We know we have a lot more work to do to rebuild the confidence with the survivors who are coming forward, and we will get it done.
Monsieur le Président, comme je l'ai dit, la nature de la plainte et les détails précis n'étaient pas spécifiés, mais nous avons agi immédiatement. Il a été recommandé de voir à ce que le Bureau du Conseil privé communique avec M. Walbourne. Le lendemain, nous nous sommes assurés que des fonctionnaires non partisans du Bureau du Conseil privé communiquent avec M. Walbourne. On a agi immédiatement. Les politiciens et le personnel politique ne devraient jamais se mêler des enquêtes, quelles qu'elles soient.
Nous savons qu'il reste beaucoup à faire pour regagner la confiance des victimes qui font des dénonciations, et nous ferons le nécessaire.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, to be clear, we know that there was never an investigation even started. Katie Telford was complicit in the Vance cover-up when she decided not to tell the Prime Minister about the serious allegations against the former chief of the defence staff. She confirmed at the defence committee that she allowed the Prime Minister to personally sign off on General Vance's pay bonuses and extended his contract without properly briefing him on the sexual misconduct allegations against the very man entrusted with Operation Honour. Katie Telford wilfully withheld critical information and by doing so, she failed to protect the women and men of the armed forces from sexual misconduct.
It is clear the Prime Minister can no longer trust her. Why has he not fired her?
Soyons clairs, monsieur le Président, nous savons qu'il n'y a jamais eu l'ombre du début d'une enquête. Katie Telford s'est fait complice de l'opération de camouflage concernant le général Vance lorsqu'elle a décidé de ne pas parler au premier ministre des graves allégations visant l'ancien chef d'état-major de la Défense. Elle a confirmé au comité de la défense qu'elle avait permis au premier ministre de signer lui-même les primes salariales du général Vance et de prolonger son contrat sans l'informer des allégations d'inconduite sexuelle à l'endroit de celui-là même qui dirigeait l'opération Honour. Katie Telford a volontairement caché des informations essentielles et, ce faisant, elle a négligé de protéger les femmes et les hommes des forces armées contre de l'inconduite sexuelle.
Il est clair que le premier ministre ne peut plus lui faire confiance. Pourquoi ne l'a-t-il pas congédiée?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:44 [p.6958]
Mr. Speaker, when information was brought forward, it was immediately acted upon. It was given to non-partisan public officials at the Privy Council to take appropriate action. No political staff or politician should ever be involved with an investigation. It is the exact same process that the member opposite's government also followed when allegations were brought forward.
We know that we have a lot more work to do. I ask the member opposite for us to be able to work together to find the right solutions so we can rebuild the confidence for our survivors. We have a lot more work to do. We know that by working together we can get this done.
Monsieur le Président, on a immédiatement donné suite à l'information dès qu'elle a été soumise. Elle a été transmise à des fonctionnaires non partisans du Bureau du Conseil privé afin qu'ils prennent les mesures appropriées. Aucun politicien ou membre de son personnel ne devrait participer à une telle enquête. Le gouvernement du député d'en face a suivi exactement la même procédure lorsque des allégations ont été soumises.
Nous savons qu'il reste beaucoup de travail à faire. Je demande au député d'en face de faire en sorte que nous puissions travailler ensemble afin de trouver les solutions appropriées et rebâtir la confiance des survivantes. Il reste encore beaucoup de travail à faire et nous savons qu'en travaillant ensemble nous pourrons y arriver.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, the fact is that we investigated, and they turned a blind eye.
On Friday, Katie Telford claimed she knew the Vance allegations did not pose a safety risk, while at the same time denying that she knew anything about the nature of the allegations. If she did not know the nature of the allegations, there is no way she could have been confident that there were no safety concerns. In fact, Gary Walbourne, the former military ombudsman, only told the Minister of National Defence that he had a complaint of inappropriate sexual behaviour against Vance.
Who assured Katie Telford not to worry about the safety of the complainant? Was it Michael Wernick, Janine Sherman or was it the Minister of National Defence himself?
Monsieur le Président, en vérité nous avons mené une enquête, mais les libéraux ont fermé les yeux.
Vendredi dernier, Katie Telford a déclaré qu'elle savait que les allégations contre M. Vance ne constituaient pas un risque sur le plan de la sécurité. Pourtant, elle a aussi nié savoir quoi que ce soit sur la nature des allégations. Si elle n'avait aucune idée de la nature des allégations, il est impossible qu'elle ait été convaincue que le gouvernement n'avait aucune raison de se préoccuper de la sécurité. En fait, Gary Walbourne, l'ancien ombudsman militaire, a clairement dit au ministre de la Défense nationale avoir reçu une plainte pour « comportement sexuel inapproprié » concernant M. Vance.
Qui a donné la certitude à Katie Telford qu'elle ne devait pas s'inquiéter de la sécurité de la plaignante? Était-ce Michael Wernick, Janine Sherman ou plutôt le ministre de la Défense nationale lui-même?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:45 [p.6958]
Mr. Speaker, the member opposite stated that they investigated, but they also still appointed General Vance at that time for chief of the defence staff.
When it came to the specifics of the case, we did not receive the details. We immediately forwarded it to non-partisan, public officials at the Privy Council Office to take the appropriate action. Action was taken, but clearly more work needs to happen.
We are currently working to regain the confidence of the survivors. We have been listening to the survivors. The work that Lieutenant-General Carignan will be doing will be absolutely instrumental in this case.
Monsieur le Président, le député d'en face a déclaré qu'ils avaient mené une enquête. Toutefois, à cette époque, ils ont quand même nommé le général Vance au poste de chef d'état-major de la Défense.
En ce qui concerne le dossier, nous n'avions pas été informés des détails de l'affaire. Nous avons immédiatement transmis le dossier à des fonctionnaires non partisans du Bureau du Conseil privé pour que les mesures appropriées soient prises. Des mesures ont été prises, mais, de toute évidence, il reste encore beaucoup de travail à faire.
Nous prenons les moyens nécessaires pour regagner la confiance des personnes touchées. Nous sommes à l'écoute de celles-ci. Les travaux de la lieutenante-générale Carignan joueront un rôle déterminant dans ce dossier.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, calling oneself a feminist has to mean something.
The Prime Minister told everyone that he is the greatest feminist in the world, but that is clearly not true. A feminist would take action when a woman in the Canadian Armed Forces files a complaint with the ombudsman.
The ombudsman went to the Minister of National Defence, who covered his eyes and plugged his ears so that he did not hear anything. The following day, an email from the Privy Council Office dated March 2, 2018, at 5:09 p.m. confirmed that the allegations in question involved sexual harassment.
What other details did the Prime Minister need to take action and be a true feminist?
Monsieur le Président, être féministe doit vouloir dire quelque chose.
Le premier ministre dit à tout le monde qu'il est le plus grand féministe au monde, mais l'on voit que cela est faux. Être féministe, cela veut dire agir lorsqu'une femme des Forces armées canadiennes dépose une plainte à l'ombudsman.
L'ombudsman se présente au ministre de la Défense nationale et celui-ci ferme les yeux et se bouche les oreilles pour ne pas l'entendre. Le lendemain, un courriel du Bureau du Conseil privé, daté du 2 mars 2018 à 17 h 9, confirme qu'il y avait du harcèlement sexuel dans ce dossier.
De quel autre détail le premier ministre avait-il besoin pour agir et être un vrai féministe?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:46 [p.6958]
Mr. Speaker, any time, if ever, information is brought forward, immediate action is taken.
As I stated before a number of times, when the information was brought forward, immediate action was taken. It was provided to the non-partisan, public officials at the Privy Council Office to take the appropriate action. No politician or political staff should ever be involved in any type of investigation. The previous government also followed the same process.
Nonetheless, we know that we have a lot more work to do. We can get this done. I look forward to hearing the recommendations from the NDDN committee on this matter. As parliamentarians, by working together, we can rebuild the confidence for the women in the Canadian Armed Forces.
Monsieur le Président, si des informations nous sont communiquées, nous y donnons immédiatement suite.
Comme je l'ai déjà dit un certain nombre de fois, lorsque des informations nous ont été communiquées, nous y avons immédiatement donné suite. Ces informations ont été transmises aux fonctionnaires non partisans du Bureau du Conseil privé afin que les mesures requises soient prises. Les politiciens et leur personnel ne devraient jamais mener d'enquête, peu importe le type d'enquête. Le gouvernement précédent avait suivi le même processus.
Malgré tout, nous savons qu'il reste beaucoup de travail à faire. Nous pouvons y arriver. J'attends les recommandations du comité de la défense nationale. En tant que parlementaires, si nous collaborons, nous pourrons rebâtir la confiance des femmes au sein des Forces armées canadiennes.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-05-07 11:32 [p.6898]
Mr. Speaker, the Liberal government's attitude towards the women who serve our country is, quite simply, shameful.
We saw it with the member for Vancouver Granville and the SNC-Lavalin scandal, and we can see it now with the cover-up over the allegations of sexual assault against General Vance. These are not isolated incidents. They show a pattern of behaviour and a culture that our so-called feminist Prime Minister allowed to fester.
What is his excuse for letting Canadian women down this time?
Monsieur le Président, l'attitude du gouvernement libéral envers les femmes qui servent notre pays est tout simplement honteuse.
Nous l'avons vu avec la députée de Vancouver Granville dans le scandale SNC-Lavalin, et nous le voyons maintenant avec les allégations d'agression sexuelle dissimulées contre le général Vance. Il ne s'agit pas d'incidents singuliers, mais d'un modèle de comportement et d'une culture que notre premier ministre soi-disant féministe a laissé prospérer.
Quelle excuse a-t-il pour laisser tomber nos Canadiennes, cette fois-ci?
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
View Anita Vandenbeld Profile
2021-05-07 11:33 [p.6898]
Mr. Speaker, Canadian Armed Forces members make enormous sacrifices to protect Canadians, and they have an undeniable right to serve with safety.
It is clear that we have not lived up to our responsibilities to protect members from misconduct. That is why we announced that Louise Arbour will lead an independent external comprehensive review into harassment and sexual misconduct. Plus, we have named Lieutenant-General Jennie Carignan as chief of professional conduct and culture.
Monsieur le Président, les membres des Forces armées canadiennes font d'énormes sacrifices pour protéger les Canadiens et ont le droit indéniable de servir en toute sécurité.
Il est clair que nous n'avons pas été à la hauteur de notre responsabilité de protéger les membres contre l'inconduite. C'est la raison pour laquelle nous avons annoncé que Mme Louise Arbour va réaliser un examen externe indépendant et approfondi sur le harcèlement et l'inconduite sexuelle. De plus, nous avons nommé la lieutenante-générale Jennie Carignan au poste de cheffe, Conduite professionnelle et culture.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-05-07 11:33 [p.6899]
Mr. Speaker, our Prime Minister clearly does not value the brave women who serve in our armed forces because he did not defend them. On the contrary, his government did nothing and allowed them to suffer.
These women make so many sacrifices for us, but he is not prepared to sacrifice his image to protect them. When will he apologize to them?
Monsieur le Président, notre premier ministre n'accorde manifestement pas de valeur aux braves femmes qui servent dans nos Forces armées, car il ne les a pas défendues. Au contraire, son gouvernement leur a permis de souffrir, sans rien faire.
Alors qu'elles font tant de sacrifices pour nous, il n'est pas prêt à sacrifier son image pour les protéger. Quand va-t-il leur présenter ses excuses?
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
View Anita Vandenbeld Profile
2021-05-07 11:34 [p.6899]
Mr. Speaker, eliminating all forms of misconduct and abuse of power and creating a safe work environment for everyone in the defence team have always been our top priority.
We know that the Canadian Armed Forces must work hard to eliminate the toxic masculinity that creates an unacceptable culture. We have announced that Louise Arbour will lead an independent external comprehensive review into harassment and sexual misconduct. We owe it to our members and to Canadians to get this right.
Monsieur le Président, éliminer toutes les formes d'inconduite, d'abus de pouvoir, et créer un environnement de travail sécuritaire pour tous les membres de l'équipe de la Défense a toujours été notre priorité absolue.
Nous savons que les Forces armées canadiennes doivent travailler fort pour éliminer la masculinité toxique qui crée une culture inacceptable. Nous avons annoncé que Mme Louise Arbour va réaliser un examen externe indépendant et approfondi sur le harcèlement et l'inconduite sexuelle. Nous devons à nos membres et aux Canadiens de bien faire les choses.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-05-07 11:35 [p.6899]
Mr. Speaker, the Prime Minister is supposed to be responsible for his cabinet. It is up to him to oversee what happens in government, and it is the job of ministers and the Prime Minister's Office to keep him informed of major events.
I find it hard to understand how something as despicable as allegations of sexual assault could be ignored on his watch.
Are we really supposed to believe that the Prime Minister knew nothing about this, when everyone around him did?
Monsieur le Président, le premier ministre est censé être responsable de son cabinet. C'est à lui de superviser ce qui se passe au sein du gouvernement, et c'est le travail des ministres et du bureau du premier ministre de le tenir au courant des événements majeurs.
J'ai du mal à comprendre comment quelque chose d'aussi méprisable que des allégations d'agression sexuelle a pu être ignoré sous sa surveillance.
Sommes-nous vraiment censés croire que le premier ministre ne savait rien de tout cela, alors que tout le monde autour de lui était au courant?
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
View Anita Vandenbeld Profile
2021-05-07 11:35 [p.6899]
Mr. Speaker, as the minister said in committee, he did not know the nature or specifics of the allegations.
Mr. Walbourne mentioned misconduct issues involving the former chief of the defence staff. He did not provide the minister with any details.
The minister has always ensured that all allegations brought to his attention are reported to the appropriate authorities for investigation.
Monsieur le Président, comme l'a dit le ministre en comité, il ne connaissait pas la nature ou les détails précis des allégations.
M. Walbourne a mentionné des problèmes d'inconduite impliquant l'ancien chef d'état-major de la Défense. Il n'a donné aucun détail au ministre.
Le ministre s'est toujours assuré que toutes les allégations portées à son attention étaient signalées aux autorités compétentes pour qu'elles puissent entamer des enquêtes.
Results: 1 - 100 of 663 | Page: 1 of 7

1
2
3
4
5
6
7
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data