Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 87 of 87
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-06-03 10:25 [p.7866]
moved:
That, given that,
(i) the discovery of the grave of 215 children at Kamloops Indian Residential School has led to an outpouring of grief and anger across Canada,
(ii) the vast majority of the Truth and Reconciliation Commission's calls to action remain uncompleted, despite the clear path to justice and reconciliation that the Commission provides,
(iii) survivors, families and nations are demanding concrete action to advance real reconciliation, as opposed to just more words and symbolic gestures,
the House call on the government to:
(a) cease its belligerent and litigious approach to justice for Indigenous children by immediately dropping its appeal before the Federal Court in file numbers T-1621-19 (compensation) and T-1559-20 (Jordan's Principle for non-status First Nations kids recognized by their nations) and to recognize the government's legal obligation to fully comply with Canadian Human Rights Tribunal orders in this regard;
(b) agree to sit down with the St. Anne's residential school survivors organization Peetabeck Keway Keykaywin Association to find a just solution to the fact that survivors’ access to justice has been denied as a consequence of the actions of government lawyers in suppressing evidence at the Independent Assessment Process;
(c) accelerate the implementation of the Truth and Reconciliation Commission’s calls to action, including by providing immediate funding for further investigation into the deaths and disappearances of children at residential schools in compliance with calls to action 71 to 76;
(d) provide survivors, their families, and their communities with appropriate resources to assist with the emotional, physical, spiritual, mental, and cultural trauma resulting from residential schools; and
(e) within 10 days, table a progress report on actions taken in compliance with paragraphs (a) through (d) of the present motion, and that this report be deemed to have been referred to the Standing Committee on Indigenous and Northern Affairs for consideration upon tabling.
He said: Mr. Speaker, I will be sharing my time with the hon. member for Timmins—James Bay.
I come to the House from the unceded territories of the Algonquin nation. I rise today to present our opposition day motion in this House to call on the Liberal government to do the work that it has delayed for so long.
The discovery at a former residential school in Kamloops was shocking and horrifying. It was a moment when Canadians, people across this country, came together and looked in horror at what Canada has done, and is continuing to do, to indigenous people. When 215 little kids, indigenous children, were found buried at that school, Canadians were shocked. They were shocked because this was clearly not a school. This was clearly not a place of education. This was an institution designed, clearly, to eliminate indigenous people.
In this moment, Canadians across the country have participated in memorials, placing children's shoes at various places, to reflect on what this means. What does it mean that 215 children were buried without letting their families know, that these children were stripped from their parents, stripped of their language, their identity, their sense of self, taken to an institution and then killed there? What does this leave in terms of a legacy? What does this mean about Canada? What does this mean about our country?
People are asking these questions. People are wondering how it is possible that this could happen to little kids, how this could happen to children. People are now demanding more than just condolences. The broad consensus among people is that it is not good enough for the Liberal government to just express sadness and grieving. This is an opportunity, a moment that demands action and justice. The only response to this horrific discovery is a commitment to justice today.
What I find incredibly hypocritical and, more important than me, what indigenous people and people across Canada find hypocritical is that on the one hand we have a Prime Minister who could stand in this House and at a press conference and say that he is sorry or express condolences about this horrific discovery, but in the very same breath be ordering lawyers to fight indigenous kids in court.
It is not just fighting these kids in court. These kids were the subject matter of a Canadian Human Rights Tribunal hearing, and that tribunal made very clear orders on the government, stating that they were clearly unjustly denied equal funding, and that there needs to be a remedy. The government is not just fighting indigenous kids in court; it is fighting a human rights tribunal decision that states that these kids deserve equal funding.
How hypocritical is it? How flagrant is this denial of justice, when on the one hand the Prime Minister and the Liberal government claim to care about indigenous kids who lost their lives in a residential school and in the same breath are fighting them in court? On top of that, this very same Prime Minister and the Liberal government are fighting residential school survivors in court.
People ask the questions, “What can we do? What can we do to move forward on reconciliation? What can we do to move forward to achieve justice for indigenous people?” One very concrete, clear step would be for the government to stop fighting indigenous people in court. That is a concrete step that it could take right now.
What has become very clear is that symbolic gestures are not good enough. We need concrete action.
I rise in the House to ask the Liberal government to do the work it has put off for far too long.
The discovery of 215 children buried at the site of the Kamloops residential school shocked the country. Families, indigenous communities and people all over the country are mourning the loss of these children.
This discovery is further proof of genocidal acts in Canada. Residential schools were designed to kill indigenous people, to kill the Indian in the child, and to take away their language, culture, traditions and, ultimately, their lives.
The survivors, families and nations demand that beyond the symbolic gestures, concrete measures be taken to move toward meaningful reconciliation.
What happened and what is happening to indigenous people can be described by no other word than one of the harshest: It is a genocide. It is clear. All of the elements of a genocide are present. The actions taken by the Canadian government have been designed to destroy a people, to eliminate a people.
In light of this discovery, in light of this clear decision by Canada to eliminate a people, the Truth and Reconciliation Commission lays out a path to justice, a real path to justice, a path that the Prime Minister committed to implementing entirely. Six years of Liberal government, six years of the Prime Minister being in power, and only a fraction of those 94 calls to action have been implemented. That is simply wrong.
We know that the government is delaying, because we see the difference in action, in priority, when the Liberals care about something. When they want something to happen, they move quickly. We saw the government move incredibly quickly, incredibly fast to deliver financial backing for banks at the beginning of this pandemic right away. There was no question, no hesitation. Massive sums of money were used to back up banks immediately without any hesitation. Where was that same commitment to indigenous people?
Commitments were made by the Prime Minister in 2015, and six years later, a fraction of those calls to action were implemented. On top of that, what people find very cynical is that while in 2019 a promise was made to ensure that any indigenous community that needed financial support for closure, to search for additional burial sites, would receive funding, two years later, nothing happened until this horrible discovery, and then the government decided to act. While it is important to act, it makes people feel very cynical about a government that makes a promise two years ago and does nothing until it is pressured by this horrific discovery.
I want to lay out, in my remaining minute and a half, what we are asking for. We are asking for the government to take concrete steps, not symbolic gestures, real steps: end the legal battles against children who are simply entitled to basic human rights and dignity, end the legal battles against survivors of residential schools, put in place an accelerated plan to deliver action on all 94 calls to action. We want to see priority given to those. We want to see supports for people who are survivors of residential schools and their communities. We want to see a progress report tabled within 10 days to see that the government is actually following up.
What we saw in Kamloops, which has shocked this entire country and left people reeling, is something that should be a moment for us to take action. It is not enough to lower the flags at half-mast. It is not enough to express condolences when the government has the power to act. In this case, action means justice for indigenous people. We have laid out the course for immediate action to walk that path.
propose:
Que, étant donné que,
(i) la découverte des restes de 215 enfants sur le site d’un pensionnant autochtone à Kamloops a provoqué un élan de chagrin et de colère dans tout le Canada,
(ii) la grande majorité des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation sont restés lettre morte, malgré la voie vers la justice et la réconciliation que la Commission a clairement tracée,
(iii) les survivants, les familles et les nations exigent qu’au-delà des mots et des gestes symboliques, des actions concrètes soient posées pour avancer vers une véritable réconciliation,
la Chambre demande au gouvernement:
a) de mettre fin à son approche belliqueuse et conflictuelle à l’égard de la justice pour les enfants autochtones en abandonnant immédiatement son appel devant la Cour fédérale dans les dossiers T-1621-19 (indemnisation) et T-1559-20 (principe de Jordan pour les enfants des Premières Nations non inscrits et reconnus par leurs nations) et de reconnaître que le gouvernement a l’obligation juridique de se conformer pleinement aux ordonnances du Tribunal canadien des droits de la personne en la matière;
b) d’accepter de rencontrer les représentants de l’Association Peetabeck Keway Keykaywin, qui regroupe des survivants du pensionnat indien de St. Anne, afin de trouver une solution équitable au fait que ces survivants n’ont pas eu accès à la justice en raison des actions des avocats du gouvernement, qui ont supprimé des preuves lors du Processus d’évaluation indépendant;
c) d’accélérer la mise en œuvre des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation, y compris en finançant immédiatement la réalisation d’enquêtes plus poussées sur les décès et les disparitions d’enfants survenus dans les pensionnats, comme le préconisent les appels à l’action 71 à 76;
d) de fournir aux survivants, à leurs familles et à leurs communautés les ressources appropriées pour les aider à surmonter les traumatismes émotionnels, physiques, spirituels, mentaux et culturels causés par les pensionnats;
e) de déposer, dans un délai de 10 jours, un rapport d'étape sur les mesures prises pour donner suite aux paragraphes a) à d) de la présente motion, et que le rapport soit réputé avoir été renvoyé au Comité permanent des affaires autochtones et du Nord pour examen au moment de son dépôt.
— Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Timmins—Baie James.
Je prends la parole à la Chambre depuis les territoires non cédés de la nation algonquine pour présenter à la Chambre notre motion de l'opposition visant à demander au gouvernement libéral de faire le travail qu'il reporte depuis très longtemps.
La découverte qui a été faite à un ancien pensionnat de Kamloops a été choquante et horrifiante. À cette occasion, les Canadiens d'un bout à l'autre du pays se sont unis et ont regardé avec horreur ce que le Canada a fait et continue de faire aux peuples autochtones. Lorsque les restes de 215 petits enfants autochtones ont été retrouvés enterrés à ce pensionnat, les Canadiens ont été choqués. Ils ont été choqués parce qu'il ne s'agissait clairement pas d'un pensionnat au sens scolaire du mot. Ce n'était clairement pas un lieu d'éducation. De toute évidence, c'était un établissement conçu pour éliminer les Autochtones.
Des Canadiens de partout au pays participent ces jours-ci à des cérémonies commémoratives et placent des chaussures d'enfants à divers endroits pour inciter les gens à réfléchir à ce que la situation signifie. Qu'est-ce que cela signifie que 215 enfants aient été enterrés sans que leur famille le sache, qu'ils aient été arrachés à leurs parents et privés de leur langue et de leur identité, qu'ils aient perdu toute estime d'eux-mêmes et qu'ils aient été puis emmenés dans un établissement où ils ont été tués? Quelle sorte de legs est-ce? Quelle conclusion faut-il en tirer à propos du Canada? Quel constat devons-nous faire concernant notre pays ?
Ce sont des questions que les gens se posent. Ils se demandent comment cela a pu arriver à des enfants. Aujourd’hui, ils veulent plus que de simples condoléances. Ils estiment que le gouvernement libéral a certes exprimé sa tristesse et sa douleur, mais que ce n’est pas suffisant. Une telle tragédie exige de l’action et de la justice. La seule réponse possible à cette horrible découverte est de s’engager pour que justice soit faite.
Ce que je trouve incroyablement hypocrite, non seulement moi, mais surtout les peuples autochtones du Canada, c’est que, d’un côté, le premier ministre est capable d’exprimer ses condoléances pour cette tragédie, dans cette Chambre et à une conférence de presse, et, en même temps, d’ordonner à ses avocats de poursuivre des jeunes Autochtones devant les tribunaux.
Et ce n’est pas seulement la question de poursuivre des jeunes devant les tribunaux, car il faut savoir que ces jeunes ont comparu devant le Tribunal canadien des droits de la personne, lequel a dit clairement au gouvernement qu’ils avaient été injustement privés d’un financement équivalent et qu’on leur devait un dédommagement. Autrement dit, le gouvernement ne se contente pas de poursuivre des jeunes Autochtones devant les tribunaux, il conteste également la décision d’un tribunal des droits de la personne qui reconnaît que ces jeunes ont droit à un financement équivalent.
Quelle hypocrisie! On assiste à un véritable déni de justice lorsque le premier ministre et le gouvernement libéral prétendent montrer de l’empathie pour des enfants qui sont morts dans un pensionnat alors que, dans le même temps, ils poursuivent d’autres jeunes Autochtones devant les tribunaux. Pour couronner le tout, le premier ministre et le gouvernement libéral poursuivent des survivants des pensionnats devant les tribunaux.
Les gens se posent des questions: « Que pouvons-nous faire? Que pouvons-nous faire pour faciliter la réconciliation? Que pouvons-nous faire pour que justice soit rendue aux peuples autochtones? » Une première mesure, très concrète, consisterait, pour le gouvernement, à mettre fin aux poursuites qu’il a intentées contre des Autochtones. Ce serait une mesure très concrète, qu’il peut prendre immédiatement.
Ce qui est parfaitement clair aujourd’hui, c’est que les gestes symboliques ne suffisent plus. Nous avons besoin d’actions concrètes.
Je me lève à la Chambre pour demander au gouvernement libéral de faire le travail qu'il repousse depuis trop longtemps.
La découverte de 215 enfants enterrés au pensionnat autochtone de Kamloops a bouleversé le pays. Les familles, les communautés autochtones et les gens de partout au pays pleurent la perte de ces enfants.
Cette découverte est une autre preuve des actes génocidaires du Canada. Les pensionnats autochtones étaient conçus pour tuer les peuples autochtones, pour tuer l'Indien dans l'enfant et pour leur enlever leur langue, leur culture, leurs traditions et leur vie.
Les survivants, les familles et les nations exigent que, au-delà des gestes symboliques, des gestes concrets soient faits en vue d'avancer vers une véritable réconciliation.
Ce qui s’est passé et qui continue de se passer n’est rien d’autre qu’un génocide, il faut appeler les choses par leur nom. Tous les éléments qui caractérisent un génocide sont réunis. Les mesures prises par le gouvernement canadien visaient à détruire un peuple, à l’éliminer.
À la lumière de cette découverte, à la lumière de la décision du Canada d’éliminer un peuple, la Commission de vérité et réconciliation a proposé des recommandations pour rendre justice à la communauté autochtone, recommandations que le premier ministre s’est engagé à appliquer dans leur intégralité. Depuis six ans que les libéraux et le premier ministre sont au pouvoir, seulement une fraction de ces 94 appels à l’action ont été mis en œuvre. C’est inadmissible.
Nous voyons bien que le gouvernement fait délibérément traîner les choses, car lorsqu’il veut mettre en place un programme auquel il tient, il le fait sans tarder. Par exemple, il est intervenu incroyablement vite pour octroyer une aide financière aux banques, au début de la pandémie. Il ne s’est pas posé de questions, il n’a pas hésité une seconde. Il a ainsi débloqué des sommes d’argent considérables pour renflouer les banques, il n’a pas hésité une seconde. Pourquoi n’affiche-t-il pas le même volontarisme à l’égard des Autochtones?
En 2015, le premier ministre a pris des engagements, mais, six ans plus tard, seulement une fraction des appels à l’action ont été mis en œuvre. De surcroît, ce que les gens trouvent particulièrement cynique, c’est qu’en 2019, il a promis une aide financière aux communautés autochtones pour rechercher d’autres lieux de sépulture et ainsi faire leur deuil, mais que, deux ans plus tard, rien n’avait été fait jusqu’à cette horrible découverte. Ce n’est qu’à ce moment-là que le gouvernement a décidé d’agir. Certes, il est important d’agir, mais les gens ne peuvent s’empêcher d’être cyniques lorsqu’ils voient qu’une promesse faite par le gouvernement il y a deux ans n’a été suivie d’aucun effet, jusqu’à cette horrible découverte, qui l’a poussé à agir.
Pendant la minute et demie qu’il me reste, je vais résumer ce que nous demandons dans cette motion. Nous demandons que le gouvernement prenne des mesures concrètes, et qu’il ne se contente pas de gestes symboliques, pour: mettre fin aux poursuites intentées contre des jeunes qui ont droit au respect de leurs droits fondamentaux et de leur dignité; mettre un terme aux poursuites intentées contre des survivants des pensionnats; et accélérer la mise en œuvre de la totalité des 94 appels à l’action. Ce sont là nos priorités. Nous voulons que des aides soient consenties aux survivants des pensionnats et à leurs communautés. Nous voulons qu’un rapport d’étape soit présenté dans les 10 jours, pour être sûrs que le gouvernement y donne suite.
Ce que nous venons de découvrir à Kamloops, qui a choqué toute la population de notre pays, devrait nous pousser à prendre des mesures. Il ne suffit pas de mettre les drapeaux en berne. Il ne suffit pas d’exprimer ses condoléances quand, en tant que gouvernement, on a le pouvoir d’intervenir. Dans ce cas, action signifie justice pour les Autochtones. Nous avons dit quelles mesures il fallait prendre immédiatement pour atteindre cet objectif.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, part (d) of the motion talks about providing survivors, their families and communities with appropriate resources to assist with emotional, physical, spiritual, mental and cultural trauma resulting from residential schools, and that part of the motion I completely agree with.
I am wondering if he could explain to the House his understand of spiritual trauma and why this support is important as we move forward.
Madame la Présidente, la partie d) de la motion parle de fournir aux survivants, à leurs familles et à leurs communautés les ressources appropriées pour les aider à surmonter les traumatismes émotionnels, physiques, spirituels, mentaux et culturels causés par les pensionnats, et je suis parfaitement d'accord.
Je me demande si le député pourrait expliquer à la Chambre sa conception des traumatismes spirituels et pourquoi il est important d'offrir un tel appui.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for her excellent question.
The vast system of residential schools and kidnappings constituted cultural genocide. The purpose was to separate these children from their world view and from their way of living in harmony with nature. The purpose was to destroy and eliminate indigenous spirituality in favour of a European world view and religious standard. These wounds take a long time to heal.
I think that we must all be capable of investing in and working with groups and communities to find the best way forward. We must, at the very least, provide the human and financial resources to help heal these wounds.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son excellente question.
La vaste opération des pensionnats autochtones et du kidnapping des enfants était justement un génocide culturel. On cherchait à les couper de leur vision du monde et de la façon dont ils cohabitaient avec la nature. On cherchait à détruire la spiritualité autochtone et à la faire disparaitre pour imposer une vision et une norme religieuse qui venaient d'Europe. Ces blessures mettent beaucoup plus de temps à guérir.
Je pense que nous devons être capables, collectivement, d'investir et de travailler avec les groupes et les communautés pour trouver la meilleure façon d'y arriver. Nous devons à tout le moins rendre disponibles des ressources humaines et financières pour tenter de panser ces blessures.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, today I will start my speech with a thank you. I want to thank and acknowledge my Granny Minnie who went to Lejac residential school for far too many years of her life. When I was growing up, she would say to me, “No complaining, Rachel. We are all still here. Get to work.”
It took me many years to fully understand that she understood that Canada had tried to kill her, had tried to kill her community and had succeeded in killing too many. She also recognized that, although she grew up indigenous in a country trying to kill indigenous people, they are still here. She built us strong, carrying a lot of multi-generational trauma, which my family continues to work through. We are strong and the preciousness of our children is powerful, even for the little two-year-old white girl they picked up along the way.
I want to also thank and acknowledge my husband, who is a survivor of a residential school. His love for all of his children and grandchildren is deeply tender and kind. He grapples bravely with the wounds he has, and he has succeeded in a commitment of making sure that not one of his children or grandchildren will ever see him under the influence of any drug or alcohol.
I also acknowledge how he has carried the tradition of his people, especially in his spirit baths. He has taken many people to bathe when they come into their maturity as young people and when they are grieving. This includes our two sons, Henry and Kai, who completed one full year of bathing daily in the river when their voices changed.
I want to thank the many elders who have guided me in my life. There are so many who are still with me, and some who are on the next step of their journey. I want to thank them for holding me up and setting me straight with a kindness and gentleness that I am still practising to emulate. I want to thank all the generations of indigenous children, and my children and grandchildren, who are so generous in their forgiveness for the wounds we are all trying to heal together. I am awed by their love and strength for what they must carry.
I also want to send a special moment of love to Rebecca, who lost her mother several years ago today. She was another victim of a colonial past that damaged her so badly and deeply that it was impossible for her to continue. I want to thank all indigenous parents, and my sister is one of them, who have had to tell their young children about residential schools sooner than they wanted to because of the public discovery of these 215 precious babies.
It is hard to know when to tell one's children that Canada has waged and continues to wage a war on them because of who they are and because they are indigenous. When is the time to tell one's children to be prepared for the racism in Canada because it is coming for them? At what age is it appropriate to tell one's children the one thought every indigenous parent must think about in this country?
I recently heard a non-indigenous person expressing their grief on the discovery of the 215 precious children. They spoke about the loss of innocence they were experiencing in Canada. An indigenous woman, much wiser than me, responded with such kindness, acknowledging that for this person and many Canadians, this revelation has been an awakening.
I hope all Canadians are having this awakening and that their perspective of Canada is fundamentally changing. This is what has happened and is happening in our country. We need to own that as Canadians because this is not a surprise or a shock for indigenous communities across this country. This is a confirmation.
Former senator and chair of the Truth and Reconciliation Commission, Murray Sinclair, said in an interview recently that survivors of residential schools called him and said, “I told you so.” I want to tell non-indigenous Canadians to stop trying to fix this and to help the nations carry it. They should carry with them this knowledge that generations of indigenous communities have had to carry by themselves. When they told, their voices were ignored and silenced.
Canadians should understand that this genocide happened and is happening in Canada. They should listen and amplify the voices of indigenous people and where there is injustice, they should help the fight. Many indigenous elders and leaders have told me that there can be no healing without justice and truth. It is hard to keep fighting when they are the ones who are wounded. What Canada needs now is for all Canadians to stand together and fight the injustice that is happening today and in the past.
Canadians can help by telling the Government of Canada, both historically and today, to stop putting the responsibility at the nation's doors and start looking for the truth.
I will give Canadians an example. Yesterday, the Minister of Crown-Indigenous Relations reannounced $27 million from the 2019 budget to help indigenous communities find their children who died in residential schools, to help bring them home. When the minister was asked why the money was only coming now, the minister said the communities were not ready before this time. I can promise members that there is not one indigenous community across this country that was not wanting their children to come home.
Today, in the indigenous and northern affairs committee, the chair of the governing circle of the National Centre for Truth and Reconciliation was very clear in response to the minister and said that this is simply not the case. She told the committee that survivors have been asking for funds for years, especially through the Truth and Reconciliation Commission, but those requests have been severely underfunded and often not responded to.
I believe the chair of the governing circle of the National Centre for Truth and Reconciliation. I believe the communities and the voices of indigenous leaders across this country, who have told us again and again that there are children buried. I have no doubt that all communities have always been looking for the children to be returned.
After hearing this, a chief asked me, “Are first nations now responsible for investigating their own genocide?” I agree. Whatever action that is taken should be done 100% with the lead of the nations every single time. However, the reality is that Canada is the perpetrator of this genocide. Canada has information that will guide them from the Truth and Reconciliation Commission.
In fact, former senator Murray Sinclair spoke to the work done to identify potential grave sites. This information is there, and I would suggest to the government that it is a very good place to start. All too often the government tells Canadians that indigenous communities have other priorities on one issue or another. I want to be very clear in this House that that is complete gaslighting. What is true is that, even with the work being done by the government, first nations children are still in court and a Canadian Human Rights Tribunal order is not being honoured.
I want to thank Cindy Blackstock for her amazing work on this, and I would say to the Government of Canada, it is time to let her put this burden down. It is time to make sure that no more first nations children lose their childhood. It is time to step up and do the right thing. It is time to get it done.
I also want to say that St. Anne residential school survivors are still being denied access to justice. They are survivors. They have a right to have a voice. For too long, the government has blindsided them with processes that continue to keep the agony alive.
The implementation of the TRC calls to action are not being honoured with the seriousness that they must. We are hearing that from indigenous communities. The people who are experienced in this are the experts. That is who we should be listening to.
It is time for there to be spaces for trauma healing centres across this country for indigenous communities. Former senator Murray Sinclair said it very well. He said it is time for us to have spaces where survivors and their families can come together and share this together. It is time for us to make space for that and honour that.
To all of the indigenous communities across this country, from this deep sadness, what I wish them all is joy. For so many generations, with every child that was taken and every child that is taken today, the joy has been stripped from the communities.
It is absolutely time for Canada to step up, recognize the basic human rights of indigenous communities and finally do the right thing, have justice and have truth, so these communities can finally have joy.
Monsieur le Président, aujourd’hui je vais commencer mon allocution par des remerciements. Je veux remercier ma grand-mère Minnie, qui est allée au pensionnat Lejac pendant beaucoup trop d’années. Dans mon enfance, elle me disait de ne pas me plaindre, que nous étions encore là et qu’il fallait travailler.
Il m’a fallu de nombreuses années pour me rendre compte pleinement qu’elle comprenait que le Canada avait essayé de la tuer elle et sa communauté et qu’il avait réussi dans beaucoup trop de cas. Elle reconnaissait aussi que, même si elle avait grandi comme Autochtone dans un pays qui essayait de tuer les Autochtones, ils étaient encore là. Elle nous a appris à être forts, à vivre avec un grand traumatisme multigénérationnel, auquel la famille continue de survivre. Nous sommes forts et nos enfants ont pour nous une valeur incommensurable, même dans le cas de la petite fille blanche de 2 ans qu’ils ont prise avec eux en cours de route.
Je veux également remercier mon mari, qui a connu le pensionnat. Il voue un amour profond à tous ses enfants et petits-enfants. Il compose courageusement avec les blessures de son passé. Il avait promis de ne jamais se montrer à ses enfants à ses petits-enfants sous l’influence d’une drogue ou de l’alcool, et il a tenu parole.
Je rends aussi hommage au fait qu’il a perpétué la tradition de son peuple, tout spécialement pour les bains spirituels. Il a amené de nombreux membres de la collectivité à se baigner au moment de l’accession à la maturité et dans les moments de deuil, y compris nos deux fils, Henry et Kai, qui se sont baignés tous les jours pendant un an dans la rivière lorsque leurs voix ont mué.
Je veux remercier les nombreux aînés qui m’ont guidée dans ma vie. Il y en a encore tant avec moi, et quelques autres sont à la prochaine étape de leur voyage. Je veux les remercier de m’avoir soutenue et de m’avoir appris la bonté et la gentillesse. J'essaie de me montre à la hauteur de leurs enseignements. Je veux remercier toutes les générations d’enfants autochtones ainsi que mes enfants et mes petits-enfants, qui pardonnent avec tant de générosité les blessures que nous essayons tous de guérir ensemble. Je suis en admiration devant l’amour et la force qu'ils ont malgré le traumatisme vécu.
Je veux aussi envoyer un message spécial d’amour à Rebecca. C’est l’anniversaire de la mort de sa mère aujourd’hui. Elle est morte il y a plusieurs années. C’était une autre victime d’un passé colonial qui l’a blessée si durement et si profondément qu’elle n’a pu poursuivre sa vie. Je veux remercier tous les parents autochtones, dont ma sœur, qui ont dû parler à leurs enfants des pensionnats plus tôt qu’ils l’auraient souhaité à cause de la découverte de ces 215 précieux bébés.
C’est difficile de savoir quand dire à ses enfants que le Canada a mené et continue de mener une guerre contre eux à cause de ce qu’ils sont, parce qu’ils sont autochtones. Quand faut-il dire à ses enfants de se préparer à faire face au racisme au Canada car ils n'y échapperont pas? Quand convient-il de dire à ses enfants la chose à laquelle tout parent autochtone doit penser dans ce pays?
J’ai récemment entendu une personne non autochtone exprimer son chagrin à l’occasion de la découverte des 215 précieux enfants. Elle a parlé de la perte d’innocence qu’elle vivait au Canada. Une Autochtone, beaucoup plus sage que moi, a répondu avec une telle gentillesse, reconnaissant que pour cette personne et de nombreux Canadiens, cette révélation a été un réveil.
J’espère que tous les Canadiens ont ce réveil et que leur vision du Canada est en train de se transformer fondamentalement. Voilà ce qui s’est passé et ce qui se passe dans notre pays. Nous devons l’assumer en tant que Canadiens, car ce n’est pas une surprise ni un choc pour les communautés autochtones de ce pays. C’est une confirmation.
L’ancien sénateur et président de la Commission de vérité et réconciliation, Murray Sinclair, a récemment déclaré dans une entrevue que des survivants des pensionnats autochtones l’avaient appelé pour lui dire: « Je vous l’avais dit ». Je veux dire aux Canadiens non autochtones d’arrêter d’essayer de réparer le problème et d’aider les nations à le porter. Ils devraient porter avec eux ce savoir que des générations de communautés autochtones ont dû porter seules. Lorsqu’elles l’ont raconté, leurs voix ont été ignorées et réduites au silence.
Les Canadiens doivent comprendre que ce génocide a eu lieu et a lieu encore au Canada. Ils devraient écouter et amplifier la voix des peuples autochtones et, en cas d’injustice, ils devraient contribuer à la combattre. De nombreux aînés et dirigeants autochtones m’ont dit qu’il ne peut y avoir de guérison sans justice et vérité. Il est difficile de continuer à se battre lorsque ce sont eux qui sont blessés. Ce dont le Canada a besoin maintenant, c’est que tous les Canadiens s’unissent pour combattre l’injustice qui se produit aujourd’hui et s’est produite par le passé.
Les Canadiens peuvent aider en disant au gouvernement du Canada, tant historiquement qu’aujourd’hui, d’arrêter de rejeter la responsabilité sur la nation et de commencer à chercher la vérité.
Je vais donner un exemple aux Canadiens. Hier, le ministre des Relations Couronne-Autochtones a annoncé de nouveau 27 millions de dollars, qui étaient prévus dans le budget 2019, pour aider les communautés autochtones à retrouver leurs enfants morts dans les pensionnats indiens pour qu'elles puissent les ramener chez eux. Lorsqu’on a demandé au ministre pourquoi l’argent n’arrivait que maintenant, il a répondu que les communautés n’étaient pas prêtes avant cette date. Je peux assurer aux députés qu’il n’y a pas une seule communauté autochtone au pays qui ne souhaitait pas le retour de ses enfants.
Aujourd’hui, devant le comité des affaires autochtones et du Nord, la présidente du cercle de direction du Centre national pour la vérité et la réconciliation a répondu très clairement au ministre et a déclaré que ce n’était tout simplement pas le cas. Elle a dit au comité que les survivants demandent des fonds depuis des années, surtout par l’entremise de la Commission de vérité et réconciliation, mais que ces demandes ont été gravement sous-financées et sont souvent restées sans réponse.
Je crois la présidente du cercle de direction du Centre national pour la vérité et la réconciliation. Je crois les communautés et les dirigeants autochtones de tout le pays, qui nous ont dit à maintes reprises que des enfants sont enterrés. Je n’ai pas l’ombre d’un doute que toutes les communautés ont toujours cherché à ce que les enfants leur soient rendus.
Après avoir entendu cela, un chef m’a demandé: « Les Premières Nations sont-elles maintenant responsables de l’enquête sur leur propre génocide? » Je suis d’accord. Quelle que soit l’action entreprise, elle doit être menée à 100 % sous la direction des nations, chaque fois. Cependant, la réalité est que le Canada est l’auteur de ce génocide. Le Canada dispose de renseignements qui le guideront grâce à la Commission de vérité et réconciliation.
En fait, l’ancien sénateur Murray Sinclair a parlé du travail effectué pour repérer les lieux de sépulture éventuels. Cette information existe, et je dirais au gouvernement que c’est un très bon point de départ. Trop souvent, le gouvernement dit aux Canadiens que les communautés autochtones ont d’autres priorités sur une question ou une autre. Je veux qu’il soit très clair dans cette Chambre que c’est de la poudre aux yeux. Ce qui est vrai, c’est que, malgré le travail accompli par le gouvernement, les enfants des Premières Nations sont toujours devant les tribunaux et une ordonnance du Tribunal canadien des droits de la personne n’est pas respectée.
Je tiens à remercier Cindy Blackstock pour son travail extraordinaire dans ce dossier et je dirais au gouvernement du Canada qu’il est temps de la laisser se débarrasser de ce fardeau. Il est temps de faire en sorte que plus aucun enfant des Premières Nations ne perde son enfance. Il est temps d’agir et de prendre les mesures qui s'imposent. Il est temps de passer à l’action.
Je tiens également à dire que les survivants du pensionnat St. Anne se voient toujours refuser l’accès à la justice. Ce sont des survivants. Ils ont le droit de faire entendre leur voix. Pendant trop longtemps, le gouvernement les a laissés dans l’ignorance avec des processus qui entretiennent l’agonie.
Les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation ne sont pas honorés avec tout le sérieux qu'ils méritent. C’est ce que nous disent les communautés autochtones. Les personnes qui ont l’expérience de ces questions sont les experts. C’est elles que nous devrions écouter.
Il est temps qu’il y ait des espaces pour des centres de guérison des traumatismes dans tout le pays pour les communautés autochtones. L’ancien sénateur Murray Sinclair l’a très bien dit. Il a dit qu’il est temps pour nous d’avoir des espaces où les survivants et leurs familles peuvent se réunir et partager cela ensemble. Il est temps pour nous de faire de la place pour cela et de l’honorer.
À toutes les communautés autochtones de ce pays, je souhaite que cette profonde tristesse soit suivie de joie. Depuis tant de générations, avec chaque enfant qui a été enlevé et chaque enfant qui est enlevé aujourd’hui, la joie a été enlevée aux communautés.
Il est absolument temps que le Canada s’engage, qu’il reconnaisse les droits fondamentaux des communautés autochtones et qu’il fasse enfin ce qui s’impose, qu’il rende justice et qu’il dise la vérité, afin que ces communautés puissent enfin connaître la joie.
View Kelly McCauley Profile
CPC (AB)
View Kelly McCauley Profile
2021-05-12 14:05 [p.7101]
Mr. Speaker, I am pleased to recognize the community work of Rosy Borkowski in my riding of Edmonton West. At the start of COVID, with the help of local volunteers she calls her angels, Rosy formed the Hamptons and surrounding areas COVID-19 support group.
Rosy and her angels support isolated and quarantined seniors and families in need with care packages of food, cleaning supplies, pet care and more. The angels have since expanded to the entire Edmonton region. Health and home care providers can even refer their clients to the angels for assistance.
To date, Rosy and her angels have helped over a thousand families and individuals with Christmas hampers, senior care bags, Easter meals, Mother's Day dinners and more. With the help of angels and local donors, such as COBS Bread West Granville, all care packages are provided 100% from donations.
To Rosy and her angels, I send my thanks.
Monsieur le Président, je suis heureux de souligner le travail communautaire de Rosy Borkowski dans ma circonscription, Edmonton-Ouest. Dès le début de la pandémie, Rosy a créé le groupe de soutien contre la COVID-19 pour les habitants d'Hamptons et des environs, avec l'aide de bénévoles locaux qu'elle appelle ses anges.
Rosy et ses anges viennent en aide aux personnes âgées et aux familles isolées et en quarantaine dans le besoin en leur apportant de la nourriture, des produits de nettoyage, des articles pour les animaux, etc. Les anges sont maintenant présents dans toute la région d'Edmonton. Les fournisseurs de soins de santé et à domicile peuvent même aiguiller leurs clients vers les anges pour obtenir de l'aide.
Jusqu'à maintenant, Rosy et ses anges ont aidé plus d'un millier de familles et de personnes en leur offrant des paniers de Noël, des trousses de soins pour personnes âgées, des repas de Pâques et de la fête des Mères, et bien plus encore. Grâce aux anges et aux donneurs de la région, comme COBS Bread West Granville, tous ces produits de réconfort sont offerts gratuitement.
Je remercie Rosy et ses anges de leur travail.
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
moved that Bill C-30, An Act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on April 19, 2021 and other measures, be read the second time and referred to a committee.
She said: Mr. Speaker, it is my sincere pleasure to join this debate on Bill C-30, an act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on April 19, 2021 and other measures.
Since the beginning of the pandemic, we have done everything necessary to protect Canadians’ health and safety, to help businesses weather the storm and to position our country for a strong recovery. After 14 months of uncertainty and hardship, Canadians continue to fight COVID-19 with determination and courage.
Right now we are being hit hard by the third wave, but we can see the light at the end of the tunnel. More and more Canadians are getting vaccinated. The recovery is around the corner. The bill before us today would implement our plan to finish the fight against COVID-19, create jobs, grow the economy and ensure a robust recovery from which all Canadians would benefit.
The budget I presented to the House on April 19 contains further details about the plan. The budget focuses on middle-class Canadians and seeks to help more Canadians join the middle class. It is also in line with the global shift to a green, clean economy.
This plan will help Canadians and Canadian businesses heal the wounds left by COVID-19 and come back stronger than ever.
This budget meets three fundamental challenges. First, we must conquer COVID. That means buying vaccines and supporting provincial and territorial health care systems. It means enforcing quarantine rules at the border and within the country. It means providing Canadians and Canadian businesses with the support they need to get through these final lockdowns.
Second, we must punch our way out of the COVID recession. That means ensuring that lost jobs are recovered as swiftly as possible and hard-hit businesses rebound quickly. It means providing support where COVID has hit hardest: to women, to young people, to racialized Canadians and low-wage workers, and to small and medium-sized businesses, especially in tourism and hospitality. When fully enacted, this budget will create, in total, nearly 500,000 new training and work opportunities for Canadians.
Third, the major challenge is to build a more resilient Canada: better, more fair, more prosperous and more innovative. That means investing in Canada's green transition and the green jobs that go with it, in Canada's digital transformation and in Canadian innovation, and it means building infrastructure for a dynamic, growing country. This budget invests in social infrastructure and in physical infrastructure. It invests in human capital and in physical capital. It invests in Canadians and it invests in Canada.
Vaccine campaigns are accelerating, and that is such a good thing, but we need to vaccinate even more Canadians even more quickly. Thanks to plentiful and growing vaccine supply, that is something team Canada can get done working together. This legislation proposes a one-time payment of $1 billion to provinces and territories to reinforce and roll out vaccination programs.
Canadians should take advantage of our increasing vaccine supply and, when it is their turn, go and get the first Health Canada-approved vaccine available to them. I was vaccinated with the AstraZeneca vaccine nine days ago at a Toronto pharmacy, and I am so grateful I was able to be vaccinated when it was my turn.
COVID-19 has placed extreme pressure on health care systems across the country. The pandemic is still with us and Canadians do need help urgently. That is why we propose to provide $4 billion through the Canada health transfer to help provinces and territories address immediate health care system pressures.
These funds are in addition to our unprecedented investments in the health care systems during the pandemic, including the $13.8 billion invested in health care under the safe restart agreement.
A full recovery from this pandemic requires new, long-term investments in social infrastructure, from early learning and child care to student grants to income top-ups, so that the middle class can flourish and so that more Canadians can join it.
COVID-19 has brutally exposed what women have long known: Without child care, parents, usually mothers, cannot work outside the home. A cornerstone of our jobs and growth plan is a historic investment of $30 billion over five years, reaching $9.2 billion annually in permanent investments when combined with previous commitments, to build a high-quality, affordable and accessible early learning and child care system across Canada.
Within five years, families everywhere in Canada should have access to high-quality child care for an average of $10 a day. This will help increase parents', and especially women's, participation in the workforce. It will create jobs for child care workers, more than 95% of whom are women. It will give every child in Canada the best possible start in life. Early learning and child care has long been a feminist issue. COVID has shown us that it is an urgent economic issue as well.
As we make this historic commitment, I would like to thank the visionary leaders in Quebec, and in particular Quebec feminists, who led the way for the rest of Canada. I am very grateful to these women.
Of course, the plan also includes additional resources for Quebec that could be used to provide further support for its early learning and child care system, a system that is already the envy of the rest of Canada and, indeed, much of the world.
We also recognize the continuing need to bridge Canadians and Canadian businesses through this tough third wave of the virus and into a full recovery. To date, the Canada emergency wage subsidy has helped more than 5.3 million Canadians keep their jobs. The Canada emergency rent subsidy and lockdown support have helped more than 175,000 organizations with rent, mortgage and other expenses.
The wage subsidy, rent subsidy and lockdown support were set to expire in June 2021. Bill C-30 extends these measures through to September 25, 2021, for a total of $12.1 billion in additional support. Extending the support will mean that millions of jobs will be protected, as they have been throughout this crisis.
To help people who still cannot work, we also propose maintaining flexible access to employment insurance benefits for another year, until fall 2022.
We also plan to extend the number of weeks for certain major income support measures, including the Canada recovery benefit and the Canada recovery caregiver benefit.
We are providing an extra 12 weeks of benefits to recipients of the Canada recovery benefit, which was created to help Canadians who are not eligible for employment insurance.
Bill C-30 also proposes extending the Canada recovery caregiver benefit by 4 weeks, up to a maximum of 42 weeks at $500 a week. This will help when the economy begins its safe reopening.
For caregivers who cannot find a solution, especially those who take care of children, the employment insurance sickness benefit will be extended from 15 to 26 weeks.
Canada's prosperity depends on every Canadian having a fair chance to join the middle class. Low-wage workers in Canada work harder than anyone else in the country and for less pay. In the past year, they have faced both significant infection risks and job losses. Many live below the poverty line, even though they work full time. We are Canadian, and this should not be acceptable to any of us.
Through Bill C-30, we propose to expand the Canada workers benefit to invest $8.9 billion over six years in additional support for low-wage workers. This will extend income top-ups to about a million more workers and will lift 100,000 Canadians out of poverty. This legislation will also introduce a $15-an-hour federal minimum wage.
Young people have made extraordinary sacrifices over this past year to keep us, their elders, safe. We must not and we will not allow them to become a lost generation. Bill C-30 would make college and university more accessible and affordable. This legislation will extend the waiver of interest on federal student and apprentice loans to March 2023. Waiving the interest on student loans will provide savings for the approximately 1.5 million Canadians repaying student loans.
In the past 14 months, no one has felt the devastating health effects of COVID-19 more than seniors. They deserve a safe, secure and dignified retirement. We therefore propose a one-time payment of $500 in August 2021 to old age security recipients who are or will be 75 or over in June 2022.
Bill C-30 also includes a permanent 10% increase in the old age security benefit for people aged 75 and over as of July 2022.
Small businesses are the cornerstone of our economy. Lockdowns, though necessary, have hit them hardest. To heal the wounds left by COVID, we have to put a small business rescue plan into action as well as a long-term plan to help them grow.
In addition to extending the Canada emergency wage subsidy, the Canada emergency rent subsidy and lockdown support, we also have to make sure that [Technical difficulty—Editor].
propose que le projet de loi C-30, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 avril 2021 et mettant en œuvre d’autres mesures, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Monsieur le Président, je suis très heureuse de participer au débat sur le projet de loi C-30, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 avril 2021 et mettant en œuvre d’autres mesures.
Depuis le début de la pandémie, nous avons fait tout ce qu'il faut pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens et des Canadiennes, pour aider les entreprises à traverser la tempête et pour positionner notre pays en vue d'une relance forte. Après 14 mois d'incertitude et de difficultés, les Canadiens et les Canadiennes poursuivent leur lutte contre la COVID-19 avec détermination et courage.
En ce moment, la troisième vague nous frappe durement, mais nous voyons la lumière au bout du tunnel. Les Canadiens et les Canadiennes se font vacciner de plus en plus. La relance est à nos portes. Le projet de loi dont nous discutons aujourd'hui mettrait en œuvre notre plan visant à terminer la lutte contre la COVID-19, à créer des emplois, à faire croître l'économie et à assurer une relance robuste dont tous les Canadiens bénéficieraient.
Le budget que j'ai présenté à la Chambre le 19 avril contient plus de détails au sujet du plan. Il s'agit d'un budget axé sur les Canadiens de la classe moyenne; il vise à faire que plus de Canadiens rejoignent la classe moyenne. Il s'agit aussi d'un budget en harmonie avec la période de transformation mondiale vers une économie verte et propre.
Il s'agit d'un plan qui va aider les Canadiens et les entreprises canadiennes à panser les blessures de la COVID-19 et à revenir en force.
Ce budget permet de relever à trois défis fondamentaux. Premièrement, nous devons vaincre la COVID. Cela signifie acheter des vaccins et appuyer les systèmes de soins de santé provinciaux et territoriaux. Cela signifie aussi qu’il faut appliquer les règles de quarantaine à la frontière et à l’intérieur du pays. Enfin, cela veut dire qu’il faut fournir aux Canadiens et aux entreprises canadiennes le soutien dont ils ont besoin pour traverser ces derniers confinements.
Deuxièmement, nous devons nous sortir de la récession causée par la COVID. Cela signifie qu’il faut s’assurer que les emplois perdus sont récupérés le plus rapidement possible et que les entreprises durement touchées rebondissent rapidement. Cela signifie aussi qu’il faut offrir du soutien aux personnes et aux secteurs que la COVID a le plus durement touché, c’est-à-dire aux femmes, aux jeunes, aux Canadiens racialisés et aux travailleurs à faible revenu, ainsi qu’aux petites et moyennes entreprises, surtout dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie. Une fois pleinement adopté, ce budget permettra de créer, au total, près de 500 000 nouvelles possibilités de formation et d’emploi pour les Canadiens.
Troisièmement, le principal défi consiste à bâtir un Canada plus résilient, meilleur, plus équitable, plus prospère et plus innovateur. Cela signifie qu’il faut investir dans la transition verte du Canada et les emplois verts qui l’accompagnent, dans la transformation numérique du Canada et dans l’innovation canadienne, et cela veut dire qu’il faut bâtir une infrastructure digne d’un pays dynamique et en croissance. Avec ce budget, le gouvernement investit dans les infrastructures sociales et matérielles. Il investit dans le capital humain et dans le capital physique. Il investit dans les Canadiens et dans le Canada.
Les campagnes de vaccination s’accélèrent, et c’est tant mieux, mais nous devons vacciner encore plus de Canadiens, et ce, encore plus rapidement. Grâce à un approvisionnement abondant et croissant de vaccins, c’est un objectif que l’Équipe Canada peut accomplir en travaillant ensemble. Le projet de loi propose un paiement unique de 1 milliard de dollars aux provinces et aux territoires pour renforcer et déployer les programmes de vaccination.
Les Canadiens devraient profiter de l’augmentation de l’approvisionnement en vaccins et, lorsque ce sera leur tour, obtenir le premier vaccin approuvé par Santé Canada qui leur est offert. J’ai reçu le vaccin d’AstraZeneca il y a neuf jours dans une pharmacie de Toronto, et je suis tellement reconnaissante d’avoir pu me faire vacciner quand ce fut mon tour.
La COVID-19 exerce des pressions extrêmes sur les systèmes de soins de santé partout au pays. La pandémie perdure et les Canadiens ont besoin d’aide de toute urgence. C’est pourquoi nous proposons de verser 4 milliards de dollars dans le cadre du Transfert canadien en matière de santé pour aider les provinces et les territoires à faire face aux pressions immédiates qui s’exercent sur le système de soins de santé.
Ces fonds s'ajoutent aux investissements sans précédent que nous avons réalisés dans les systèmes de santé pendant la pandémie. Je pense, par exemple, aux 13,8 milliards investis dans la santé dans le cadre de l'Accord sur la relance sécuritaire.
Pour se relever complètement de cette pandémie, il faut de nouveaux investissements à long terme dans l’infrastructure sociale, de l’apprentissage et la garde des jeunes enfants aux bourses d’études en passant par les suppléments de revenu, afin que la classe moyenne puisse prospérer et que plus de Canadiens puissent y accéder.
La COVID-19 a exposé brutalement ce que les femmes savent depuis longtemps, à savoir que sans services de garde, les parents, habituellement les mères, ne peuvent pas travailler à l’extérieur du foyer. L’une des pierres angulaires de notre plan de création d’emplois et de croissance est un investissement historique de 30 milliards de dollars sur cinq ans, qui atteint 9,2 milliards de dollars par année en investissements permanents combinés à des engagements antérieurs, afin de bâtir un système d’apprentissage et de garde des jeunes enfants de grande qualité, abordable et accessible partout au Canada.
D’ici cinq ans, les familles de partout au Canada devraient avoir accès à des services de garde de grande qualité pour une moyenne de 10 $ par jour. Cela contribuera à accroître la participation des parents, et surtout des femmes, au marché du travail. Cela créera des emplois pour les travailleurs en garderie, dont plus de 95 % sont des femmes. Cela donnera à tous les enfants du Canada le meilleur départ possible dans la vie. L’apprentissage et la garde des jeunes enfants est depuis longtemps un enjeu féministe. La COVID nous a appris qu’il s’agit en outre d’un enjeu économique urgent.
Alors que nous prenons cet engagement historique, je tiens à remercier les leaders visionnaires du Québec, en particulier les féministes du Québec, qui ont montré au reste du Canada la voie à suivre. Je remercie grandement ces dames.
Bien entendu, ce plan prévoit également des ressources supplémentaires pour le Québec, lesquelles pourraient servir à soutenir davantage son système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants, qui fait déjà l'envie du reste du Canada, et même d'une grande partie du monde.
Nous reconnaissons également qu’il continue d’être nécessaire d’aider les Canadiens et les entreprises canadiennes pendant cette troisième vague éprouvante, et de les appuyer jusqu’à la relance complète. Jusqu’à maintenant, la Subvention salariale d’urgence du Canada a aidé plus de 5,3 millions de Canadiens à conserver leur emploi. La Subvention d’urgence du Canada pour le loyer et les mesures de soutien en cas de confinement ont aidé plus de 175 000 entreprises à payer leur loyer, leur prêt hypothécaire et d’autres dépenses.
La subvention salariale, la subvention pour le loyer et le soutien en cas de confinement devaient prendre fin en juin 2021. Le projet de loi C-30 prolonge ces mesures jusqu’au 25 septembre 2021. Ce soutien additionnel coûtera 12,1 milliards de dollars. En prolongeant le soutien, le gouvernement protège des millions d’emplois, comme il l'a fait depuis le début de la crise.
Pour aider les personnes qui ne peuvent toujours pas travailler, nous proposons aussi de maintenir un accès souple aux prestations d'assurance-emploi pendant une année de plus, soit jusqu'à l'automne 2022.
Nous prévoyons aussi prolonger le nombre de semaines de certaines mesures importantes de soutien au revenu. Je pense notamment à la Prestation canadienne de la relance économique et à la Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants.
Pour ce qui est de la Prestation canadienne de la relance économique, qui a été créée pour aider les Canadiens qui n'étaient pas admissibles à l'assurance-emploi, nous offrons 12 semaines de prestations de plus aux bénéficiaires canadiens.
Le projet de loi C-30 propose également de prolonger de quatre semaines la Prestation canadienne de relance économique pour proches aidants, jusqu'à un maximum de 42 semaines à 500 $ par semaine. Cela sera utile alors que l'économie commencera à rouvrir de manière sûre.
Dans les cas où les gens ne trouveraient pas de solutions pour la prestation de soins, en particulier les personnes qui s'occupent d'enfants, la Prestation de maladie d'assurance-emploi sera prolongée de 15 à 26 semaines.
Pour assurer la prospérité du Canada, tous les Canadiens doivent avoir des chances égales de se joindre à la classe moyenne. Au Canada, les travailleurs à faible revenu travaillent avec plus d’acharnement que quiconque au pays, pour une rémunération moindre. Au cours de la dernière année, ils ont fait face à des risques d’infection et à des pertes d’emploi considérables. Ils sont nombreux à vivre sous le seuil de la pauvreté, même s’ils travaillent à temps plein. Nous sommes Canadiens. Nous ne devrions pas trouver cette situation acceptable.
Dans le projet de loi C-30, nous proposons d’élargir l’Allocation canadienne pour les travailleurs et d'investir 8,9 milliards de dollars sur six ans en soutien additionnel pour les travailleurs à faible revenu. Ce montant permettra d’offrir un complément de revenu à environ un million de travailleurs, en plus d’aider 100 000 Canadiens à sortir de la pauvreté. Ce projet de loi prévoit également un salaire minimum fédéral de 15 $ l’heure.
Au cours de la dernière année, les jeunes ont fait des sacrifices extraordinaires pour assurer la sécurité des personnes plus âgées, dont nous sommes. Nous ne devons pas permettre qu’ils fassent partie d’une génération perdue, et nous y veillerons. Le projet de loi C-30 rendrait les études collégiales et universitaires plus accessibles et abordables. Ce projet de loi prolongera la dispense d’intérêts sur les prêts étudiants et prêts aux apprentis fédéraux jusqu’en mars 2023. Cette dispense permettra aux 1,5 million de Canadiens remboursant des prêts étudiants de faire des économies.
Au cours des 14 derniers mois, personne n'a autant subi les effets dévastateurs de la COVID-19 sur la santé que les aînés. Ils méritent d'avoir une retraite sécuritaire, sûre et digne. Nous proposons donc un versement unique de 500 $, en août 2021, aux bénéficiaires de la Sécurité de la vieillesse qui seront âgés de 75 ans ou plus en date de juin 2022.
Le projet de loi C-30 prévoit aussi une augmentation de 10 %, sur une base permanente et à compter de juillet 2022, des prestations de la Sécurité de la vieillesse destinées aux personnes âgées de 75 ans et plus.
Les petites entreprises sont la pierre angulaire de notre économie. Elles ont été touchées d'une manière exceptionnelle par le confinement, aussi nécessaire fût-il. Pour panser les blessures laissées par la COVID-19, nous devons mettre en place un plan de sauvetage pour les petites entreprises ainsi qu'un plan à long terme pour leur croissance.
En plus de prolonger la Subvention salariale d'urgence du Canada, la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer et la mesure de soutien en cas de confinement, nous devons nous assurer que [difficultés techniques].
View Salma Zahid Profile
Lib. (ON)
View Salma Zahid Profile
2021-04-13 15:00 [p.5517]
Mr. Speaker, we know that the COVID-19 pandemic has worsened already existing challenges that seniors face around social isolation, which can be harmful both to physical and mental health.
Last year, with help from the new horizons for seniors program, organizations in my riding, such as Tesoc Multicultural Settlement and Community Services, were able to run programs to help with this. Tesoc's program, seniors together, brought together seniors and younger people for online activities, such as yoga classes and meditation as well as intergenerational discussions and art activities.
Could the Minister of Seniors tell us why it is so important to support the mental health of Canadian seniors during the pandemic and beyond, and about further actions the government is taking?
Monsieur le Président, nous savons que la pandémie de COVID-19 a aggravé les difficultés liées à l'isolement social pour les aînés, ce qui peut nuire à la santé physique et mentale.
L'année dernière, avec l'aide du programme Nouveaux Horizons pour les aînés, des organismes de ma circonscription, comme Tesoc Multicultural Settlement and Community Services, ont pu mettre en place des services pour contribuer à briser cet isolement. Le programme de Tesoc, Seniors Together, a réuni des aînés et des plus jeunes dans le cadre d'activités en ligne, comme des cours de yoga et de méditation ainsi que des discussions intergénérationnelles et des activités artistiques.
La ministre des Aînés peut-elle nous expliquer pourquoi il est très important de soutenir la santé mentale des aînés canadiens pendant la pandémie et après? Peut-elle nous parler des mesures supplémentaires que le gouvernement prend?
View Deb Schulte Profile
Lib. (ON)
View Deb Schulte Profile
2021-04-13 15:01 [p.5518]
Mr. Speaker, my hon. colleague from Scarborough Centre is right. As a result of the pandemic, seniors have experienced significant negative impacts. To help combat the isolation they have faced during the pandemic, we invested millions more into the new horizons for seniors program. In total, we have funded 5,000 community support projects across the country during the pandemic to help seniors stay connected and supported.
I want to thank the organizations, like those in my colleague's riding, that stepped up to serve seniors with projects during this extraordinarily challenging time. Together, we can make a difference in the lives of seniors. I look forward to the opposition supporting Bill C-14 to get it through to the other place as soon as possible.
Monsieur le Président, ma collègue de Scarborough-Centre a raison. La pandémie a eu d'importantes répercussions sur les aînés. Pour aider à lutter contre l'isolement qu'ils vivent en ces temps de pandémie, nous avons investi des millions de dollars supplémentaires dans le programme Nouveaux Horizons pour les aînés. Au total, nous avons financé 5 000 projets de soutien communautaire à l'échelle du pays pendant la pandémie pour aider les aînés à rester en contact et à obtenir un soutien.
Je tiens à remercier les organismes, comme ceux dans la circonscription de ma collègue, qui ont redoublé d'efforts pour mettre en place des projets pour les aînés en cette période exceptionnellement difficile. Ensemble, nous pouvons améliorer la qualité de vie des aînés. J'ai bon espoir que l'opposition appuiera le projet de loi C-14 pour le renvoyer au Sénat le plus tôt possible.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I will be sharing my time with my excellent and hard-working colleague from Calgary Midnapore.
Today, we are debating Bill C-24. I have a couple of quick observations about the context of this debate. This is another example where we can clearly see the willingness of the Conservatives to work constructively on areas where we share a perspective on the need to move forward with the government on a particular bill. We saw this earlier this week: As a result of a Conservative motion, we were able to debate quickly and pass Bill C-18. Today, we have worked with the government to create a framework to move forward on Bill C-24.
In the case of both of these bills, there is a relevant deadline the government has ignored up until this point. The leadership of our party has pushed the government to move forward with things that are supposed to be its legislative priorities but have clearly not been. We see how the Prime Minister has been trying to spin a narrative that Parliament is not working, as a way to justify his plans for an election in the middle of a pandemic.
There is no doubt that the Conservatives do not support some aspects of the government's legislative agenda, and some require further study and debate. However, in this Parliament in particular, the 43rd Parliament, the Conservatives have worked constructively to quickly advance legislation when there is a shared sense of essential urgency on matters.
Bill C-24, like Bill C-18 and other legislative measures we have seen in this Parliament, is in the category of measures that we are supporting and have worked with the government to move forward. I hope the government, members of the media and the public will take note of the instances of co-operation that have taken place, often led by the Conservatives, and will point out the flaws in the narrative the Prime Minister is trying to spin to justify his pandemic election plans.
Bill C-24 is an important bill that expands benefit programs in the context of the pandemic, and the Conservatives are supportive of it. At the same time, we have highlighted the need for the government to have a broader vision of where our country is going economically in the midst of the pandemic and what we hope will soon be the economic recovery coming out of it.
While other parties are talking only about spending and the benefits, the Conservatives recognize the need to have strong economic growth as the basis for providing strong benefits. We have legitimately pointed out the issues around the significant debt and deficit we are accruing during this period of time. Other parties in the House want to present a false choice: either we support benefit programs and have dramatic growth in our debt and deficit or we do not have the debt and deficit and leave people out in the cold. We view that as a false choice. We believe it is very possible and indeed important to support a strong social safety net, but that exists on the foundation of a strong economy. If we support the development of a strong economy, with a vision for jobs, growth, opportunity and investment in this country that gives people the opportunity to work, then we also increase our capacity to provide people with support when they find themselves in situations where they are not able to work.
Our vision for an economy of the future is one that involves a strong economy, a strong community and a strong social safety net. We believe those elements need to exist in tandem. A strong economy means repealing some measures the Liberals have put in place, like Bill C-48 and Bill C-69, which impede the development of our natural resource sector. It means working to strengthen our manufacturing sector. It means taking note of some problems, like the slave labour around the world that is producing cheap products that come into the Canadian marketplace. That is obviously terrible from a human rights and justice perspective, but it also impacts Canadian workers. It is an economic issue and a justice issue when human rights violations are linked to unfair trading practices.
We need to stand up for Canada's manufacturing sectors that may be impacted by those kinds of practices. We need to support the development of our natural resource sectors. We need to expand access to markets, especially in like-minded countries. That is why the Conservatives support working to expand trade and partnerships around the world with like-minded partners in the Asia-Pacific region. We are also looking to expand our economic engagement with Africa, building on some of the trade agreements we have signed previously, such as the Trans-Pacific Partnership and the Canada-EU free trade deal negotiated under the previous Conservative government.
We need to think about rationalizing regulations and approving projects that make sense so that Canada can once again be seen as an optimal destination for investment and growth. If that plan for investment, growth and jobs includes an appropriate respect for our natural resource and manufacturing sectors, we will be able to create the conditions that allow unemployed Canadians to get back to work.
That is the strong economy piece. Of course, a strong economy helps to generate the revenue for governments that allows governments to provide support to people without creating the kind of unmanageable deficits that we currently face. Having a strong economy is therefore very important.
I talked about a strong economy, strong communities and a strong social safety net. For many people who face challenges, whether they are unemployment challenges, health challenges or personal struggles of various kinds, the first line of support is the communities they are a part of. In recent decades, we have seen a decline in the strength of community ties, a greater social atomization. As a society, we need to think about how we can strengthen the forms of local community that are such a vital form of initial support. We should think of a big society, a strong society and strong community as being the first line of support and defence when people are confronted with various challenges in their lives.
Part of how the national government can be a part of supporting the idea of strengthening the community is to work constructively in partnership with community organizations and look for opportunities to learn from what communities are doing. These could be cultural associations, faith communities or service clubs. We should better partner with local organizations in the delivery of public services.
There are so many ways this applies. One thing that has been a great interest of mine is the model for the private sponsorship of refugees. Through it, the government works collaboratively with private organizations that are sponsoring refugees to come to Canada. We know that those who have community connections through private sponsorship generally have better outcomes than people who are publicly sponsored, because those who are publicly sponsored are not immediately brought into an existing community that knows them and wants to work with them. Across the board, whether it is combatting addictions, supporting families, addressing joblessness or addressing recidivism, the government needs to have a much better vision of the opportunity for partnership as a means of addressing challenges and building strong communities.
As I said, we need a strong economy, a strong community and then a strong social safety net. If we have the strong community and strong economy pieces in place, we will also be in a position collectively to put the full extent of our resources into supporting those who fall through the cracks with a strong social safety net.
The Conservatives are very supportive of that. We believe, though, that if we neglect the strong economy and the strong community pieces, it will become much more difficult to have a strong social safety net while preserving some degree of fiscal sanity. What we see with the government is a desire to push forward spending on the social safety net, but a lack of vision for the strong economy and strong community pieces.
The social safety net needs to be there for those who are not able to benefit from a strong economy or from strong community structures that are in place. However, if we only have the social safety net piece, and not the economy piece or the community piece, then the pressure that falls on that social safety net will be so significant that we will find ourselves in an unsustainable fiscal situation. That is the challenge we need—
Madame la Présidente, je compte partager mon temps avec l’excellente et vaillante députée de Calgary Midnapore.
Nous discutons aujourd’hui du projet de loi C-24. J’aimerais tout d’abord faire quelques remarques générales sur le contexte de ce débat. Nous avons aujourd’hui un nouvel exemple de la bonne volonté manifeste des conservateurs de collaborer de façon constructive avec le gouvernement pour faire avancer un projet de loi en particulier. C’est la deuxième fois cette semaine; il y a quelques jours, une motion des conservateurs a permis d’accélérer le débat et d’adopter le projet de loi C-18. Aujourd’hui, nous nous sommes entendus avec le gouvernement pour faire avancer le projet de loi C-24.
Pour ces deux projets de loi, il y a une date butoir que le gouvernement a décidé jusqu’à présent d’ignorer. Les dirigeants de notre parti ont insisté pour que le gouvernement fasse avancer ce qui était censé être ses priorités législatives, mais qui ne l’est manifestement pas. Aujourd’hui, nous voyons que le premier ministre essaie de faire croire que le Parlement ne fonctionne pas, pour justifier son intention de déclarer des élections en plein milieu d’une pandémie.
Il est évident que les conservateurs n’appuient pas certains aspects du programme législatif du gouvernement, et que d’autres discussions vont être nécessaires. Toutefois, pendant cette législature, la 43e, les conservateurs se sont efforcés de se montrer constructifs afin de faire avancer rapidement les projets de loi qui ont un caractère urgent.
À l’instar du projet de loi C-18 et d’autres textes législatifs qui ont été présentés au cours de cette législature, le projet de loi C-24 appartient à la catégorie des mesures que nous avons appuyées, en collaboration avec le gouvernement. J’espère que celui-ci, les médias et le public en général se souviendront de ces exemples de collaboration, qui se sont souvent produits à l’initiative des conservateurs et qui contredisent le discours que tient actuellement le premier ministre pour justifier ses projets électoraux en plein milieu de la pandémie.
Le projet de loi C-24 est un texte important qui élargit les programmes de prestations dans le contexte de la pandémie, et les conservateurs sont prêts à l’appuyer. Dans un même temps, nous estimons que le gouvernement doit présenter une vision plus large de notre situation économique, au milieu de cette pandémie, et des conditions de la relance qui, nous l’espérons, est pour bientôt.
Pendant que les autres partis se contentent de parler de dépenses et de prestations, les conservateurs estiment qu’il faut avoir une solide croissance économique pour garantir de meilleures prestations. Nous avons eu raison de parler de la dette et du déficit que nous sommes en train d’accumuler. Les autres partis se contentent de présenter une fausse alternative: soit on adopte les programmes de prestations et on augmente considérablement notre dette et notre déficit, soit on n’aggrave pas la dette et le déficit et on laisse les gens se débrouiller tout seuls. C’est une fausse alternative. Nous estimons qu’il est tout à fait possible et même important d’avoir un bon filet de sécurité sociale, mais que cela doit s’appuyer sur une économie robuste. Si nous encourageons le développement d’une économie robuste, avec à la clé des emplois, de la croissance et des investissements, les gens auront la possibilité de travailler et nous serons à ce moment-là mieux en mesure de fournir des aides financières à ceux qui ne trouvent pas d’emploi.
Notre vision de l’économie du futur est celle-ci : une économie prospère, des collectivités dynamiques et un solide filet de sécurité sociale. Tout cela va de pair. Une économie prospère signifie qu’il faut révoquer certaines mesures prises par les libéraux, comme le projet de loi C-48 et le projet de loi C-69, qui entravent le développement de notre secteur des ressources naturelles. Cela signifie aussi qu’il faut renforcer notre secteur de la fabrication et reconnaître l'existence de certains problèmes, comme le travail forcé qui permet à certains pays de déverser sur les marchés canadiens des produits bon marché. Cette pratique est non seulement ignoble du point de vue des droits de la personne et de la justice, mais elle a aussi un impact sur les travailleurs canadiens. Lorsque des violations des droits de la personne sont liées à des pratiques commerciales déloyales, l’enjeu est à la fois économique et juridique.
Nous devons défendre vigoureusement les industries canadiennes de la fabrication qui sont touchées par ce genre de pratique. Nous devons encourager le développement de nos industries des ressources naturelles. Nous devons élargir l'accès aux marchés étrangers, surtout dans les pays qui partagent les mêmes vues que nous. C’est la raison pour laquelle les conservateurs encouragent la promotion des échanges commerciaux et des partenariats avec des pays de la région de l'Asie-Pacifique aux vues similaires. Nous devons aussi renforcer nos liens économiques avec l’Afrique, à partir des accords commerciaux que nous avons déjà signés, comme le Partenariat transpacifique et l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne, qui ont été négociés par l’ancien gouvernement conservateur.
Nous devons par ailleurs simplifier nos règlements et approuver les projets qui permettront au Canada de redevenir une destination de choix pour les investisseurs. Grâce à un tel plan d’investissement, de croissance et de création d’emplois, qui protège nos ressources naturelles et nos secteurs de la fabrication, nous serons en mesure de créer les conditions qui permettront aux Canadiens actuellement au chômage de retrouver du travail.
Voilà pour l’économie prospère que je préconise. Bien sûr, elle permettra de générer des revenus pour les gouvernements qui, à leur tour, seront alors en mesure de venir en aide aux Canadiens sans pour autant accumuler des déficits ingérables comme c’est le cas aujourd’hui. Le plus important, c’est d’avoir au départ une économie robuste.
J’ai parlé d’une économie prospère, de collectivités dynamiques et d’un système de protection sociale solide. Généralement, c’est au sein de leur collectivité que les gens qui éprouvent des difficultés, que ce soit au niveau de l’emploi, de la santé ou de la famille, trouvent leurs premiers soutiens. Depuis plusieurs décennies, nous observons un certain relâchement des liens communautaires, un certain délitement social. Je pense que notre société doit repenser la façon dont elle peut renforcer ces liens qui sont si importants pour ceux qui ont besoin d’aide. À mon avis, la collectivité doit être suffisamment forte pour venir en aide à ceux qui en ont besoin.
Le gouvernement national peut notamment soutenir lui aussi l’idée du renforcement de la collectivité en travaillant de manière constructive en partenariat avec des organismes communautaires et en cherchant des occasions de tirer des enseignements de ce que font les collectivités. Il peut s’agir d’associations culturelles, de communautés confessionnelles ou de clubs philanthropiques. Nous devrions former de meilleurs partenariats avec des organisations locales dans la prestation des services publics.
Cela vaut à tellement d’égards. Ainsi, je m’intéresse beaucoup au parrainage privé des réfugiés. Dans ce modèle, le gouvernement travaille en collaboration avec des organismes privés qui parrainent des réfugiés afin de les faire venir au Canada. Nous savons que ceux qui ont des liens dans la collectivité grâce au parrainage privé s’en sortent généralement mieux que les personnes parrainées par l’État parce que ces dernières ne sont pas immédiatement intégrées dans une communauté existante qui les connaît et qui veut travailler avec elles. Dans tous les domaines, qu’il s’agisse de lutter contre la toxicomanie, d’aider les familles, de faire reculer le chômage ou de faire baisser le taux de récidive, le gouvernement doit avoir une bien meilleure vision des possibilités de partenariat pour relever les défis et bâtir des collectivités fortes.
Comme je l’ai dit, nous avons besoin d’une économie prospère, d’une collectivité dynamique et d’un système de protection sociale solide. Avec des collectivités dynamiques et une économie prospère, nous serons aussi en mesure, collectivement, d’utiliser toutes nos ressources pour mettre en place un système de protection sociale solide afin d'aider les gens qui en ont besoin.
Les conservateurs y sont très favorables. Nous croyons, toutefois, que si nous négligeons la prospérité économique et le dynamisme des collectivités, il deviendra beaucoup plus difficile d’avoir un système de protection sociale solide tout en préservant un certain équilibre financier. Selon nous, le gouvernement souhaite imposer des dépenses de protection sociale, mais il fait preuve d’absence de vision quant à la prospérité économique et au dynamisme des collectivités.
Le système de protection sociale est nécessaire pour ceux qui ne peuvent pas profiter d’une économie prospère ou des structures communautaires solides qui sont en place. Cependant, si nous n’avons que le système de protection sociale, mais pas la partie économie ou collectivités, le système de protection sociale sera tellement sollicité que nous nous retrouverons dans une situation financière intenable. Tel est le défi que nous devons…
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-02-04 17:32 [p.4035]
Mr. Speaker, it is a huge honour and privilege to rise on Bill C-220, sponsored by the member for Edmonton Riverbend, which would amend the Labour Code regarding compassionate care leave.
I want to thank the member for Edmonton Riverbend for his long-standing fight for bereavement leave in his home province of Alberta. I have worked with him on issues relating to men's mental health, and it is nice to be able to get up on issues that can be non-partisan to look after those who have been struggling the most. I also want to thank my colleague for Banff—Airdrie, with whom I shared the stage at the first-ever grief convention this year.
The context of the bill before us is really important, and I am speaking in support of it. The legislation would amend the Canada Labour Code to extend the period of an employee's compassionate care leave.
Why is this legislation so important? It is because it would allow employees to take time following the death of a family member to grieve and to make funeral preparations and family arrangements. It is important that Canadians be able to take care of their loved ones. Family is most important to all of us, and people need to be able to grieve and take care of their family affairs as needed without having to worry about losing their jobs.
We know that women still perform a lot of care work at home within families, and this disproportionately affects them to a higher degree. We also know that women tend to have lower earnings than men. The difference is even more pronounced in the case of racialized women. They are the ones who are most likely to need this leave and the least likely to be able to afford it. Making parallel changes to EI is even more important when it comes to this legislation.
I am glad to see that the bill seeks to extend the length of compassionate care leave to include time after the passing of a loved one. Right now, when a loved one passes away, their caregivers' leave ends and they are expected to return to work immediately, within a couple of days. We support the bill, but it would be nice to see the good work that it would do to extend leave for all families experiencing the loss of a loved one. As members know, death can occur suddenly or over an extended period of time, and grief is experienced in different ways for everyone.
While supporting the extended leave provisions, New Democrats would like to take the time to point out that there is a blind spot in the bill that the Conservatives have left out, and we propose that it be closed. It is that people have to be able to afford to take this time off, but the bill would not change EI benefits to reflect the additional leave provisions that we would like to see.
The Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities did a report on supporting a family after the sudden loss of a child, and I think that there are some important lessons we can learn there. They include following up on the recommendations in the report, including expanding job protection for parents on bereavement leave, creating a pan-Canadian resource centre to support grieving parents and individuals going through the loss of a loved one, and making sure that employees in the federal government help with things like EI applications for grieving parents with compassion and understanding. There is a lot of work that needs to surround this type of bill.
I want to take a few minutes to relate some information that was shared with me from Camp Kerry BC, which is one of the few not-for-profit organizations that provide bereavement services to hospices right across Canada. I think of the hospices in my riding in Comox Valley, Oceanside, Alberni Valley and the west coast of Vancouver Island. Their support is so important for families during their grieving period.
It is estimated that between five and seven people are impacted significantly for every death, and each person who is affected will likely experience some or all of the following lifelong symptoms as the effects of complicated and unresolved grief: anxiety, depression, post-traumatic stress disorder, addiction and other disorders, suicide, homelessness, the loss of education, the loss of work and more.
Many people who are homeless and many who are incarcerated suffer from unresolved and complicated grief, yet most institutions and counsellors in Canada are just not equipped or trained to screen and to provide trauma-informed bereavement counselling. Unlike other developed nations, such as the U.K., the U.S., Ireland, New Zealand and many others, Canada still does not even have a national bereavement strategy
We also fail to acknowledge grief as a natural response to loss. We do not have any legislation that adequately addresses that. The limited time off for bereavement leave is only five days, three paid, unless a child has disappeared or died as a result of a probable crime. There is virtually no funding specifically designated toward bereavement care or toward organizations that provide bereavement services. We have been advocating for better supports for those groups. We would like to see organizations like Camp Kerry and hospices get more federal funding, especially now that we are in a pandemic, which has had an incredible impact on the experience of death and loneliness of people here in Canada.
The need for extending bereavement leave, and for our government to designate funding specifically toward these organizations that have a proven record of providing grief services, is long overdue. The average overall number of deaths in Canada was predicted to increase substantially as a result of the pandemic. It has not, but the mental health implications associated with the distancing restrictions and funerals is overwhelming Canadians, and this will likely increase during the pandemic's duration, as well as the number of symptomatic cases that bereavement and mental health services will see in the future.
We know that it is very important. The pandemic has caused a dramatic increase in isolation, anxiety and mental health challenges in Canada and around the world. We know these unfortunate circumstances are creating the perfect storm for long-term complicated grief.
I want to read a quote from the Camp Kerry Society:
For those in our community who lost a loved one just before or during the pandemic, the impacts of increased physical and social isolation are even more significant. Imagine facing the challenges of learning to be a single parent in the midst of home schooling, losing your job or perhaps working more hours in a now dangerous job? Or consider what it would feel like to grieve the loss of your child without the hugs, help and shared tears of your extended family? These are the emotional, social and financial challenges of the children and families we are trying to reach this year through our services.
It is heartbreaking. We also know the impact is even more complex in indigenous communities, stemming from the depths of the multi-generational legacy of colonialism, forced impoverishment, violence, residential school trauma, the sixties scoop of indigenous children and the legacy of previous pandemics. This history compounds grief and increases the risk for negative outcomes such as suicide, homelessness, addiction, crime and victimization. A large portion of first nations communities across Canada feel overwhelmed and triggered by the current pandemic. I see, with the Nuu-chah-nulth people in the territories where I live, how this has impacted them culturally, especially around the grieving process when they have lost a loved one. We have lost many people in our communities since the pandemic started, and there are not enough supports for them. Right now we can see that. The Canada Labour Code gives employees the right to request changes to their work hours and whatnot, but right now people need more than that.
Provisions in the Employment Insurance Act allow up to 15 weeks of paid benefits to eligible applicants with a note signed by a medical practitioner. It currently states that one must request a note from an approved family practitioner in order to access medical leave that is payable for up to 15 weeks, but the issue with this arrangement is that the laws do not acknowledge or define bereavement as a natural response to death. Groups like Camp Kerry believe that bereavement leave ought to reflect just that. In fact, the current laws require people to get a DSM-5 diagnosis that indicates they have a disorder. It forces practitioners to inappropriately diagnose their patients, simply so they can take time off of work.
A lot of work needs to be done on this. There needs to be more funding and support for local hospices, for local groups like Camp Kerry, and for education and training for professionals. We also want to see those extended supports, and not just for people in the public service, but well beyond that. We would like to see that legislated. We would like to see it go farther, and we need a national bereavement strategy: one that is supported by the federal government.
Again, I want to thank my good friend and colleague from Edmonton Riverbend for his important work, and all of the members in the House who will hopefully support this bill.
Monsieur le Président, c'est pour moi un immense honneur et un grand privilège de pouvoir parler du projet de loi C-220, qui est parrainé par le député d'Edmonton Riverbend et qui modifierait les dispositions du Code du travail portant sur le congé de soignant.
Je tiens à remercier le député d'Edmonton Riverbend d'avoir défendu longtemps la création d'un congé de deuil dans sa province, l'Alberta. J'ai travaillé avec lui sur diverses questions relatives à la santé mentale des hommes, et c'est toujours plaisant de pouvoir discuter de dossiers apolitiques et d'aider les personnes qui en ont le plus besoin. Je remercie également mon collègue de Banff—Airdrie, avec qui j'ai partagé la scène lors de la toute première convention sur le deuil, qui a eu lieu l'année dernière.
Le contexte dans lequel s'inscrit le projet de loi à l'étude, que j'ai l'intention d'appuyer, est très important. Le texte modifierait le Code canadien du travail de manière à prolonger le congé de soignant qui est offert aux employés.
Pourquoi cette mesure législative est-elle importante? Parce qu'elle permettrait aux employés de prendre du temps, après la mort d'un membre de leur famille, pour vivre leur deuil, organiser les funérailles et voir aux affaires familiales. Les Canadiens doivent avoir la possibilité de prendre soin de leurs proches. La famille est ce qui compte le plus pour nous tous, et les gens doivent pouvoir vivre leur deuil en toute sérénité et voir aux affaires familiales sans craindre de perdre leur emploi.
Dans les familles, nous savons que ce sont encore en grande partie les femmes qui offrent des soins à la maison et que cette situation touche les femmes de façon démesurée et à un plus haut degré. Nous savons aussi que les femmes ont tendance à gagner moins d'argent que les hommes. La différence est encore plus prononcée dans le cas des femmes racialisées. Elles sont les plus susceptibles d'avoir besoin de ce congé et de ne pas avoir les moyens de le prendre. Il est donc d'autant plus important d'apporter des changements à l'assurance-emploi parallèlement aux mesures qui sont proposées dans ce projet de loi.
Je suis heureux de constater que le projet de loi vise à prolonger le congé de soignant de manière à inclure une période suivant le décès d'un proche. À l'heure actuelle, le congé du soignant prend fin dès le décès de son proche, et on s'attend aussitôt à ce que le soignant retourne au travail quelques jours plus tard. Nous appuyons le projet de loi, mais il serait bon d'étendre la portée de ces bonnes mesures en prolongeant le congé pour toutes les familles qui doivent vivre avec la perte d'un proche. Comme les députés le savent, la mort peut survenir subitement ou après un long déclin, et chacun vit le deuil différemment.
Bien que nous appuyions les dispositions relatives au congé prolongé, les néo-démocrates souhaitent faire remarquer que les conservateurs ont laissé une faille dans le projet de loi, et nous proposons de la combler. Il faut que les gens aient les moyens de prendre congé, mais le projet de loi ne propose pas de modifier les prestations d'assurance-emploi en fonction des dispositions additionnelles sur le congé qu'il préconise.
Le Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées a produit un rapport sur le soutien accordé aux familles après la perte subite d'un enfant, et je crois que l'on pourrait en tirer de bonnes leçons. Le rapport renferme plusieurs recommandations, notamment en ce qui concerne le renforcement de la protection de l'emploi des parents en congé de deuil, la création d'un centre de ressources pancanadien pour soutenir les parents et les personnes en deuil à la suite de la perte d'un être cher, et l'importance de veiller à que les employés du gouvernement fédéral aident les parents en deuil à faire leur demande d'assurance-emploi, entre autres, avec compassion et compréhension. Ce genre de projet de loi exige beaucoup de travail connexe.
Je vais prendre quelques minutes pour transmettre à la Chambre une partie de l'information que m'a donnée Camp Kerry BC, l'un des quelques organismes sans but lucratif qui offrent des services aux personnes endeuillées dans les centres de soins palliatifs à l'échelle du Canada. Je pense aux centres dans ma circonscription, dans la vallée de Comox, à Oceanside, dans la vallée Alberni et sur la côte ouest de l'île de Vancouver. Leur soutien est extrêmement important pour les familles qui traversent une période de deuil.
On estime qu'une mort bouleverse de cinq à sept personnes, et chaque personne qui est touchée éprouvera probablement une partie ou la totalité des symptômes suivants, de façon permanente, à la suite d'un deuil compliqué et non surmonté: l'anxiété, la dépression, le syndrome de stress post-traumatique, la toxicomanie et d'autres troubles, le suicide, l'itinérance, la perte de scolarisation, la perte d'emploi et plus encore.
Beaucoup de gens qui sont sans foyer ou qui sont incarcérés souffrent d'un deuil compliqué qui n'a pas été surmonté. Pourtant, la plupart des établissements et des conseillers au Canada n'ont tout simplement pas les outils ou la formation pour détecter ces cas et offrir un accompagnement des personnes en deuil qui tient compte des traumatismes vécus. Contrairement à d'autres pays développés, comme le Royaume-Uni, les États-Unis, l'Irlande, la Nouvelle-Zélande et beaucoup d'autres, le Canada n'a même pas encore de stratégie nationale en matière de deuil.
Nous ne reconnaissons pas non plus que le deuil fait partie du processus naturel lors de la perte d'un proche. Nous n'avons pas de mesure législative qui aborde adéquatement ce sujet. Le congé pour deuil est d'une durée de seulement cinq jours, dont trois payés, sauf si un enfant a disparu ou est mort probablement à la suite d'un crime. Il n'y a pratiquement aucun fonds dédié aux services aux personnes endeuillées ni aux organismes qui offrent ce genre de service. Nous préconisons plus d'aide pour ces groupes. Nous aimerions que des organismes comme Camp Kerry et les établissements de soins palliatifs reçoivent plus de fonds du gouvernement fédéral, en particulier en ces temps de pandémie, parce que celle-ci a eu une incidence incroyable sur la manière dont les gens vivent la mort et la solitude ici, au Canada.
Il est grand temps que le congé pour deuil soit prolongé et que le gouvernement accorde un financement particulier aux organisations qui ont fait leurs preuves dans le domaine des services aux personnes en deuil. On s'attendait à ce que le nombre moyen de décès au Canada augmente grandement à la suite de la pandémie, mais cela n'a pas été le cas. Néanmoins, le poids de la distanciation et des funérailles pèse très lourd sur le mental des Canadiens, et plus la pandémie dure, plus la situation risque d'empirer, comme le nombre de cas symptomatiques que les organismes et organisations offrant des services dans le domaine du deuil et de la santé mentale verront à l'avenir.
Nous savons qu'une telle mesure est très importante, car la pandémie a exacerbé les problèmes d'isolement, d'anxiété et de santé mentale au Canada et partout dans le monde. Nous savons que ces circonstances malheureuses créent les conditions idéales pour un deuil compliqué.
Je veux lire une citation de la Camp Kerry Society:
Les membres de notre collectivité ayant perdu un être cher juste avant ou durant la pandémie ressentent encore plus durement les effets du renforcement des mesures d'isolement physique et social. Imaginons ce que c'est que de devoir apprendre à élever seul des enfants alors qu'ils font l'école à la maison, de perdre son emploi ou peut-être d'effectuer des heures supplémentaires dans un emploi qui est maintenant à risque? Ou songeons à ce que l'on ressentirait si l'on devait pleurer la perte de son enfant sans les étreintes, l'aide ni la possibilité de verser des larmes avec les membres de sa famille élargie? Voilà les problèmes émotifs, sociaux et financiers qu'éprouvent les familles et les enfants que nous tentons d'aider cette année en leur offrant nos services.
C'est déchirant. Nous savons également que les conséquences sont encore plus complexes chez les collectivités autochtones, en raison de l'héritage profond et multigénérationnel laissé par le colonialisme, l'appauvrissement forcé, la violence, les traumatismes causés par les pensionnats, la rafle des années 1960 qui a arraché les enfants autochtones à leur famille et les pandémies précédentes. Ce passé aggrave le deuil et augmente le risque de conséquences négatives telles que le suicide, l'itinérance, la toxicomanie, la criminalité et la victimisation. Les collectivités des Premières Nations au Canada sont nombreuses à être dépassées et troublées par la pandémie. Dans les territoires où je vis, je constate les effets culturels sur le peuple nuu-chah-nulth, surtout en ce qui concerne le deuil des personnes qui ont perdu un être cher. Nous avons perdu beaucoup de gens dans nos collectivités depuis le début de la pandémie, et le soutien offert aux personnes en deuil est insuffisant. On l'observe en ce moment. Le Code canadien du travail donne aux employés le droit, notamment, de demander une modification de leur horaire de travail. Or, en ce moment, les gens ont besoin de plus que cela.
Les dispositions de la Loi sur l'assurance-emploi permettent aux demandeurs admissibles de recevoir des prestations pendant un maximum de 15 semaines s'ils présentent une note signée par un médecin. La loi stipule actuellement qu'il faut présenter une note d'un médecin de famille agréé pour avoir accès à un congé médical d'une durée pouvant aller jusqu'à 15 semaines. Toutefois, le problème que présente cette disposition est que les lois ne reconnaissent pas le deuil comme une conséquence naturelle d'un décès. Les organismes comme Camp Kerry estiment que les congés de deuil doivent tenir compte de cette réalité. D'ailleurs, la loi actuelle oblige les gens à recevoir un diagnostic d'une maladie qui figure dans le DSM-5 pour prouver leur état. Cela contraint les médecins à poser des diagnostics erronés, simplement pour que leurs patients puissent s'absenter du travail.
Il y a beaucoup de travail à faire dans ce dossier. Il doit y avoir davantage de soutien et de financement pour les centres de soins palliatifs et les organismes locaux comme Camp Kerry, ainsi que d'éducation et de formation pour les professionnels de la santé. Nous devons également prolonger les mesures de soutien, non seulement pour les fonctionnaires, mais aussi pour bien d'autres travailleurs. Nous aimerions que ces mesures soient intégrées à la loi. Nous aimerions que ces mesures soient élargies et nous avons besoin d'une stratégie nationale sur le deuil qui est soutenue par le gouvernement fédéral.
Encore une fois, je tiens à remercier le député d'Edmonton Riverbend de son important travail, ainsi que tous les députés à la Chambre qui, je l'espère, se prononceront en faveur du projet de loi.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, today I am pleased to speak to Bill C-7, An Act to amend the Criminal Code (medical assistance in dying), which I will refer to as MAID throughout the course of my speech.
This can be a difficult issue for many to address because it intersects several issues in society. First of all, there are taboos, and societal norms associated with those taboos, around discussing dying, religious beliefs, social supports, or the lack thereof, related to people who are in difficult or life-threatening situations, love and compassion for one another, and the agency that each of us has to direct our future.
I would like to explain what this bill would do, what I am hearing from my constituents on this issue, my approach to addressing this legislation and my decision on how I will be proceeding on their behalf.
As has been mentioned in many speeches, this bill builds on previous legislation that allowed for legal, medically assisted dying in Canada. This bill would amend legislation to remove the “natural death has become foreseeable” clause, meaning that reasonably foreseeable death would not be a criteria for accessing MAID. Of course, this comes after a decision in the Quebec Superior Court ruled that reasonably foreseeable provisions violated section 7 of Charter rights to life, liberty and security of the person. It eliminates MAID access to those who only have mental illness as an underlying condition. My understanding is that the Minister of Justice said this would be addressed in the parliamentary review of this legislation.
It would also create a second set of safeguards for people accessing MAID without a reasonably foreseeable death clause including that, for both those whose deaths are foreseeable and those whose are not, this bill would change the Criminal Code so that only one witness is needed to sign the MAID request, rather than the two currently needed. It would eliminate the 10-day waiting period for MAID and its administration for those with foreseeable deaths. For those without foreseeable deaths, Bill C-7 would create a 90-day waiting period request. There is a bit more technicality. It builds on legislation that has already been passed in this place.
I want to outline some of the things I have been hearing from my constituents on both sides of this issue. The response in my office has been pretty evenly split between people advocating for these changes and against them.
Those in support of this bill have been writing to my office on the need to exercise personal autonomy, which would be the agency issue that I mentioned. The constitutional right to make choices about end-of-life access to medicine and health care should be part of a health care option that is available to Canadians. There is a need to ensure that, in our country, we have the ability to die with dignity: to look at death as part of the life process, and to ensure that the continuum of care involves a death with dignity. Also, there is a need to normalize and end the stigma surrounding death, and to respect individuals' and families' desire to end unbearable suffering.
Those who have issues with this bill have mentioned consent by minors and those who have mental illnesses, and what the nature of consent is in those situations. There are concerns that it is not clearly defined. There are concerns about how this legislation would impact the nature of consent in jurisprudence, as well as religious concerns around life, and doctors' conscience rights. There are concerns around repealing the 10-day waiting period and also allowing medical professionals to shorten the 90-day waiting period if the capacity to consent would be lost. I have heard those concerns.
This is my approach to addressing this legislation. As a legislator, it is my duty to ensure that individuals have the ability to use their agency in their choice on medical decisions, regardless of my personal proclivities. I will be supporting this bill through to the committee stage. I understand that there may be amendments proposed.
At the same time, some of the concerns that constituents have raised in my community against this bill are valid. From my perspective, some concerns that I have are whether we have proper supports in place for people who might be considering MAID in a not-foreseeable-death situation. I am talking about social supports for those who are in situations of great disability: Do we have social supports for day-to-day living? What about poverty? Is it a determinant of mental health?
With respect to palliative care, I do not think our country has yet addressed that issue adequately. I would like to see complementary legislation on that issue so we can be assured as a society that, in proceeding with this legislation, people are in the position of exercising their agency: They are not making a decision based on desperation or on our failure as a society to provide them with adequate social supports.
Another question I would like to see the committee address is this. When a person has lost the capacity to give consent, who will decide what is intolerable suffering? We need to suss that out. There needs to be some path to that. Parliament needs to give some direction to that so it is not simply left to the courts in the future. I think Parliament has a role in this because, as I am bringing the concerns of my constituents, both for and against, this is the place to give direction to the courts on any future decisions, and I would like to see the committee address some of those issues.
Another concern is for those struggling with mental health issues, such as depression, when death is not reasonably foreseeable. How will this legislation impact them?
With respect to mature minors, determining their capacity to decide and voluntary choice, free from duress, are concerns that have been raised. I also have those concerns.
I want to re-emphasize that I do not feel many Canadians have appropriate access to palliative care across the country. This is not the fault of any medical association, but I feel as a society we often spend a lot of time focusing on getting to a diagnosis. We have spent a lot of time in this place talking about dying with dignity, but we do not talk about how to live with dignity, and the choice of a person to see their life through to its natural end. If we are talking about choice and agency, somebody who makes the choice to see their life through without medically assisted dying should have the right and capacity to make that choice knowing that we, as a society, are caring for them. We are not just offering this as an alternative: that the only way to end suffering is to provide this as an option.
I give this nuanced answer because my own views on this have changed over the course of my term as a legislator with two very personal experiences. One experience was with both of my grandmothers, whose lives ended naturally. They both suffered from severe dementia. I do not think either of them would have chosen to have medically assisted dying because of their religious beliefs, but that option was not available to them, so I take that into consideration.
I am also living a situation right now, and she allowed me to share this, where earlier this year my mother-in-law, Debbie Garner, was diagnosed with a severe form of aggressive breast cancer. She has been fighting so hard and I feel so robbed because I just met this incredible woman a few years ago. She is fighting and giving it her all, but she lives in a jurisdiction where she does not have this option available to her. As part of her fight, she does not have the ability to exercise her agency in the way we are talking about, so this is now adding stress on her. She is doing everything she can to try and beat this disease, but the reality is there is a 50% chance, and probably greater with the form of cancer she has, that this will spread to her brain and leave her in a state I know she does not want to be in as a person. As a family member, I want to ensure that people in the position of my grandmother, who I know would have chosen to see her life through her way, have their wishes respected as do people in my mother-in-law's situation, who is saying she does not have the ability to exercise that choice, so she could use that agency as appropriately as possible.
That is my approach to this legislation. I would like to see this go forward to committee. I would like to see our society ensure that people have agency in both situations: that they are fully supported through the choice to see their life to its natural end, or are fully supported in a choice to end it with dignity and in a way that recognizes their own beliefs, their own agency and their own right to determination in these matters.
I thank the House for its time and I am happy to answer questions.
Monsieur le Président, je suis ravie de prendre la parole au sujet du projet de loi C-7, Loi modifiant le Code criminel (aide médicale à mourir).
Le sujet est délicat, car il fait intervenir tout un éventail d'éléments sociaux. D'abord, il y a les tabous, et les normes sociétales associées à ces tabous, entourant le fait de discuter de la mort. Ensuite, il y a les croyances religieuses, les soutiens sociaux ou le manque de soutiens sociaux pour les personnes en situation difficile ou qui risquent de mourir, l'amour, la compassion et le droit de chacun de déterminer son avenir.
J'aimerais expliquer ce que ferait le projet de loi, ce que j'entends des citoyens de ma circonscription à ce sujet, mon approche à l'égard du projet deloi et ma décision quant à la position que j'entends adopter au nom des gens que je représente.
Comme il a été mentionné dans de nombreuses interventions, ce projet de loi s'appuie sur les mesures législatives précédentes qui autorisaient l'aide médicale à mourir au Canada. Le projet de loi modifie le Code criminel afin d'abroger la disposition concernant la mort naturelle devenue prévisible. Ainsi, une mort raisonnablement prévisible ne constituera plus un critère pour accéder à l'aide médicale à mourir. Bien entendu, cette modification découle de la décision de la Cour supérieure du Québec, qui a tranché que les dispositions sur la prévisibilité raisonnable violaient les droits à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne, garantis à l'article 7 de la Charte. Le projet de loi interdira en outre l'accès à l'aide médicale à mourir pour les personnes dont la maladie mentale est la seule condition médicale invoquée. Je crois comprendre que le ministre de la Justice a indiqué que cette question sera étudiée lorsque le projet de loi fera l'objet d'un examen parlementaire.
De plus, le projet de loi crée une deuxième série de mesures de sauvegarde pour les personnes souhaitant se prévaloir de l'aide médicale à mourir sans que leur mort soit raisonnablement prévisible. Par ailleurs, que la mort soit prévisible ou non, le projet de loi modifie le Code criminel de sorte qu'un seul témoin ait besoin de signer la demande d'aide médicale à mourir, au lieu des deux témoins exigés en ce moment. La période d'attente de 10 jours avant d'accéder à l'aide médicale à mourir est également éliminée pour les personnes dont la mort est prévisible. Pour celles dont la mort n'est pas prévisible, le projet de loi C-7 prévoit une période d'attente de 90 jours. On y trouve quelques autres points de détails. Le projet de loi s'inspire des mesures législatives qui ont déjà été adoptées dans cette enceinte.
Je voudrais parler de ce que j'ai entendu dans ma circonscription; j'ai des électeurs des deux camps. En effet, les avis sont partagés à peu près également, certains étant en faveur de ces changements, et d'autres s'y opposant.
Des personnes qui appuient ce projet de loi ont écrit à mon bureau pour souligner la nécessité de pouvoir exercer leur autonomie personnelle, soit le droit de chacun de déterminer son avenir dont j'ai parlé. Le droit constitutionnel d'effectuer des choix par rapport à l'accès aux médicaments et aux soins de santé de fin de vie devrait faire partie de la gamme d'options de soins de santé offerte aux Canadiens. Dans notre pays, il faut que nous ayons la possibilité de mourir dans la dignité, que nous considérions la mort comme faisant partie du processus de la vie, et que nous fassions en sorte que le continuum des soins proposés permette de mourir dans la dignité. Il est également nécessaire de normaliser la mort, de mettre fin aux préjugés qui l'entourent et de respecter le désir des personnes et des familles de mettre fin à des souffrances insupportables.
Les opposants à ce projet de loi ont parlé des personnes mineures et de celles qui souffrent de maladie mentale et se sont interrogés sur la nature du consentement dans ces cas. Certains craignent que le consentement ne soit pas clairement défini et se demandent quelle incidence cette mesure législative aurait sur le consentement dans la jurisprudence. D'autres ont parlé du respect de la vie pour des motifs religieux et du droit à la liberté de conscience des médecins. On se préoccupe également de l'élimination de la période d'attente de 10 jours et de la possibilité de permettre aux professionnels de la santé de raccourcir la période d'attente de 90 jours dans les cas où la capacité de consentir pourrait être perdue. Voilà des préoccupations que j'ai entendues.
Voici l'approche que j'ai adoptée à l'égard de cette mesure législative: en tant que membre du corps législatif, il m'incombe de veiller à ce que les Canadiens puissent utiliser leur droit de prendre des décisions en ce qui concerne leur situation médicale, peu importe mes préférences personnelles. J'appuie le renvoi de ce projet de loi au comité. Je comprends néanmoins que des amendements pourraient y être apportés.
Néanmoins, je note que certaines personnes de ma circonscription ont exprimé des réserves pertinentes à l'égard de ce projet de loi. Personnellement, je me demande entre autres si on a mis en place des mesures de soutien appropriées pour aider les gens susceptibles d'envisager le recours à l'aide médicale à mourir dans une situation où la mort n'est pas prévisible. Je parle de mesures de soutien social pour les personnes gravement handicapées. Y a-t-il des services de soutien social pour répondre aux besoins quotidiens? Qu'en est-il de la pauvreté? S'agit-il d'un déterminant de la santé mentale?
Quant aux soins palliatifs, je ne crois pas que notre pays en a fait suffisamment dans ce domaine. J'aimerais qu'on présente une mesure législative complémentaire à ce sujet afin que nous puissions être certains, en tant que société, que les gens sont en mesure d'exercer leur capacité d'agir, qu'ils ne prennent pas une décision parce qu'ils sont désespérés ou que, en tant que société, nous avons été incapables de leur procurer le soutien social adéquat.
J'aimerais aussi que le comité se penche sur le point suivant: lorsqu'une personne n'est plus capable de donner son consentement, qui décidera de ce qui constitue une souffrance intolérable? Nous devons tirer cette question au clair. Il doit y avoir des balises à ce sujet. Le Parlement doit établir une certaine orientation afin que les tribunaux n'aient pas à trancher la question un de ces jours. Comme je suis la porte-parole de mes électeurs, qu'ils soient pour ou contre cette mesure, je crois que le Parlement a un rôle à jouer, car il devrait fournir une certaine orientation aux tribunaux, et j'aimerais que le comité se penche sur certaines de ces questions.
Il y a aussi la question des personnes qui ont un problème de santé mentale, comme la dépression, et dont la mort n'est pas raisonnablement prévisible. Quelle incidence ce projet de loi aura-t-il sur elles?
Pour ce qui est des mineurs matures, la détermination de leur capacité à décider eux-mêmes, sans aucune contrainte, a suscité certaines préoccupations, que je partage.
J'insiste pour dire que peu de Canadiens ont accès à des soins palliatifs au pays. Ce n'est la faute d'aucune association médicale, mais j'ai le sentiment que, dans notre société, nous consacrons souvent beaucoup de temps à obtenir un diagnostic. Nous avons passé beaucoup de temps dans cette enceinte à discuter de la notion de mourir dans la dignité, mais nous ne parlons pas de la façon de vivre dans la dignité ni du choix d'une personne de mener sa vie jusqu'à son terme naturel. Toute personne devrait avoir le choix et la possibilité de continuer de vivre sans avoir recours à l'aide médicale à mourir, en sachant que notre société prendra soin d'elle. Nous proposons donc que l'aide médicale à mourir constitue une option pour chaque patient, mais qu'il puisse aussi choisir de continuer à vivre.
Je donne cette réponse toute en nuances parce que ma propre opinion sur ce sujet a évolué au cours de mon mandat de législatrice, en raison de deux expériences très personnelles. La première expérience se rapporte à mes deux grands-mères, dont la vie s'est terminée de façon naturelle. Elles souffraient toutes les deux de démence sévère. Je ne pense pas que mes grands-mères auraient opté pour l'aide médicale à mourir en raison de leurs croyances religieuses, mais de toute façon, cette option ne leur était pas offerte à l'époque, alors je prends cela en considération.
De plus, un peu plus tôt cette année, ma belle-mère, Debbie Garner, — et elle m'a autorisée à en parler — a appris qu'elle avait un grave cancer du sein, une forme agressive. Elle lutte de toutes ses forces. Moi qui ai fait la connaissance de cette femme formidable il n'y a que quelques années, j'ai l'impression qu'on veut m'en priver trop vite. Elle fait tout ce qu'elle peut et elle lutte, mais, là où elle habite, l'option de l'aide médicale à mourir ne lui est pas offerte. Elle n'a pas la possibilité de faire respecter sa volonté comme il en est question dans le présent débat, ce qui lui cause un stress en plus. Elle fait tout ce qu'elle peut pour essayer de vaincre cette maladie, mais il y a 50 % des chances, probablement davantage compte tenu de la forme de cancer dont elle est atteinte, que le cancer se propage jusqu'à son cerveau et la laisse dans un état où elle ne souhaite manifestement pas se retrouver. Je veux m'assurer qu'on respecte la volonté des membres de ma famille comme ma grand-mère, qui aurait choisi de vivre jusqu'au bout à sa façon, et comme ma belle-mère, qui est privée du droit de choisir qu'elle souhaiterait exercer de la manière la plus appropriée qui soit.
Telle est mon approche au sujet du projet de loi. J'aimerais qu'il soit renvoyé au comité. J'aimerais que notre société veille à ce que les gens puissent exercer leur libre arbitre dans les deux cas. Ils devraient être pleinement soutenus dans leur choix s'ils décident de vivre jusqu'à la fin de leur vie naturelle ou s'ils veulent mettre fin à leur vie avec dignité et d'une manière qui tient compte de leurs croyances, de leur liberté individuelle et leur droit à l'autodétermination.
Je remercie la Chambre de m'avoir écoutée et je serai heureuse de répondre à des questions.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2018-11-02 11:02 [p.23195]
Madam Speaker, on Sunday, November 4, a golden jubilee community celebration will be held in Parksville to mark the 50th anniversary of the Society of Organized Services. Known to residents and visitors as the SOS, this beloved agency provides vital social services to communities throughout the Oceanside region on Vancouver Island.
It provides after-school homework assistance for students, meals on wheels for seniors and a homeless prevention program, which has found housing for 44 people at immediate risk of homelessness and has provided one-time crisis housing support for another 10.
The next time members are at the SOS thrift store in Parksville, they should check out their 18,000 square feet of savings and say hello to some of the over 350 selfless individuals who volunteer their time to SOS each year. SOS continues to lead the way in assisting the most vulnerable in our communities and will continue to do so, I am sure, for another 50 years.
Madame la Présidente, ce dimanche 4 novembre se tiendra à Parksville une célébration communautaire à l'occasion du 50e anniversaire de la Society of Organized Services. Mieux connu des résidants et des visiteurs sous le nom de SOS, cet organisme fort apprécié offre des services sociaux essentiels à diverses collectivités de la région d'Oceanside, sur l'île de Vancouver.
SOS offre de l'aide aux devoirs après l'école, un service de popote roulante pour les aînés et un programme de prévention de l'itinérance. Dans le cadre de cette dernière initiative, SOS a trouvé un logement à 44 personnes qui risquaient de se retrouver sans abri du jour au lendemain et elle a aidé 10 autres personnes, en période de crise, à trouver un logement temporaire.
La prochaine fois que les députés passeront à Parksville, ils devraient venir au magasin d'aubaines de SOS. Ils pourraient faire des trouvailles dans cette grande surface de 18 000 pieds carrés et profiter de l'occasion pour saluer quelques-uns des généreux bénévoles qui y travaillent — ils sont plus de 350 chaque année. SOS continue de faire figure de chef de file pour ce qui est du soutien aux plus vulnérables de nos collectivités et je suis certain qu'il le fera pendant 50 ans encore.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I would first like to acknowledge that we are gathered here on the traditional unceded lands of the Algonquin people.
Let me start by thanking the Minister of Public Safety and his parliamentary secretary, the member for Ajax, for their diligence and hard work in bringing forward Bill C-71. This commitment was made during our election in 2015, and I am proud to be part of a government that is following through on much needed changes to our gun laws.
There are two ways of addressing the issue of gun violence, and for that matter, violence as a whole. The first is to address the root causes of violence. The roots of violence can be linked to many socio-economic conditions, and despite living in one of the most prosperous countries in the world, we know there is a lot of disparity between those who have and those who have not, and their outcomes in life. Be it education, health care, access to mental health support, we know that when young people find themselves in a conflict, they sometimes do not have the support to resolve issues in a peaceful way. Sometimes it is the local setting in individual communities that prevents them from moving forward.
We know our justice system has many issues. Most importantly, it has outcomes that are sometimes based on one's race. For example, young black men are more likely to end up in the justice system than their non-black counterparts. This is a result of racial profiling and anti-black racism that exists in all spectrums of the justice system.
As a government, we have to address these inequities, and to a large extent, we are doing that now. We are investing in much needed infrastructure, our Canada child benefit has lifted over 300,000 young people from poverty, and we are working hard to narrow social inequities. However, it is not enough. We have to address the real issue of guns in our communities.
The second issue I want to address is the guns themselves. The issue of gun violence is startling and the numbers really do speak for themselves. Over the past three years, Canada has seen a huge surge in gun violence. In 2016, there were 223 firearms-related murders in Canada, 44 more than the previous year. This represents a 23% increase in just one year. There were 2,465 criminal firearms in 2016, an increase of 30% since 2016. Looking at the issue with a gendered lens, from 2013 to 2016, the level of domestic violence against women where a gun was present increased dramatically from 447 incidents to 576.
The issue of gun violence is very personal to me. Over the past 20 years, I have been to way too many funerals of young people, mostly, of young racialized men who have died as a result of gun violence. My work against gun violence started in 1999 with an organization called CanTYD, the Canadian Tamil Youth Development Centre. CanTYD started off 20 years ago this past February with 17 young Tamil men and women who got together to respond to the many senseless deaths in our community. It was sparked by the murder of a young man called Kabilan Balachandran, a University of Waterloo student. He was murdered by a coward who picked up a gun and killed him.
CanTYD's work has been powerful and has led to an entire generation of young people moving away from violence to becoming productive citizens of our country. I had the privilege of being the coordinator of this organization from 2000 to 2002, and I cannot recount how many funerals I attended and how many young men I saw being buried. I would sometimes just sleep with my phone on Friday or Saturday night, waiting for a call. Oftentimes it would be from either Michelle Shephard from the Toronto Star or Dwight Drummond from CityTV, asking what was going on. These calls were punctuated with calls from young people who were either afraid, or just damn angry that yet another one of their friends was killed.
There were times when youth outreach workers and I would be at the Sunnybrook Hospital. We would see the headline in the Toronto Sun or the Toronto Star, that was when we would find out the person who was hospitalized as a result of a gunshot had actually died.
Working closely with many family members, siblings, schoolmates, and parents moved me a great deal. I witnessed families change overnight, mothers who would wait in front of their windows for their sons to return home one day, knowing full well they had buried their sons, but hoping it was a dream, parents who never really got over the loss of their child.
Let me just take this opportunity to thank all the volunteers, staff, board members, and the great many young people who have worked with and for CanTYD for the past 20 years. I want to thank the families who entrusted CanTYD with their children. It is because of the work of organizations like CanTYD that many young people have gone on the right path, including those who once picked up a gun. I wish CanTYD many more years of success in directing our young people.
Permit me to also thank all the great youth outreach workers and youth-serving organizations in Scarborough, many of whom I have had the pleasure of meeting and working with over the years.
Gun violence in the greater Toronto area continues to affect us all. My riding of Scarborough—Rouge Park has seen its fair share of gun violence in recent years, and shall I say, an unfair share of gun violence.
On July 16, 2012, the community at Danzig Road in Scarborough—Rouge Park got together for a celebration. Danzig is a vibrant community with a great deal of young people. In the early evening of that day, some young people came in a car and shot randomly at the crowd. Two people, 14-year-old Shyanne Charles and 23-year-old Joshua Yasay, died that day. Twenty-three people suffered injuries, making this the single largest mass shooting in the history of Toronto.
Sadly, this was not isolated. Just last year, during a weekend in July, three young men under the age of 35 were killed in Scarborough—Rouge Park by gun violence. Sadly, the spate of gun violence is expected to continue.
We have all seen recent accounts of young people in the United States, led by the young people of Parkland, Florida. It is not a right to own a gun in Canada. It is not a constitutional right to carry arms.
I have, sadly, been to way too many funerals of young people who died as a result of gun violence, and I cannot count the tears of these family members.
In the past year, I have met with members of the Zero Gun Violence Movement. The Zero Gun Violence Movement has been working since 2013 to bring awareness and advocacy to reduce gun violence in the city of Toronto and around the country. One of the disturbing trends that the founder, Louis March, consistently mentions each time we meet is that young people have clear access to guns. They know where to get them when they need them.
The Zero Gun Violence Movement, in recent years, has gathered the mothers who have lost their children to gun violence. I was inspired by the mothers who came to Ottawa recently. They spoke of their losses and hardships, and the anguish of burying sons, some of them fathers themselves. The entire family is crushed and is deeply affected by the personal loss of their child. The families are at a loss as to why governments have not moved forward in limiting access to guns. They have told me that in some places guns are easier to find than jobs. This is why we have to take ownership of this issue and find the right legislative tools to get guns off our streets.
Bill C-71 strikes a balance by respecting legitimate, law-abiding gun owners, and ensuring that minimum safeguards are extended to the public against the drastic growth of illegal guns.
I will summarize the five key elements of the legislation. First, the legislation will introduce enhanced background checks. Second, Bill C-71 will ensure that all individuals or businesses selling firearms verify that the buyer is legally able to buy a firearm before completing the transaction. Third, there is record-keeping and the tracing of firearms used in crimes. Fourth, the bill will reintroduce restrictions for transportation of prohibited firearms. Finally, fifth, it would remove the ability of cabinet to arbitrarily reclassify weapons.
Today we have the opportunity to take a path to limiting illegal guns and taking them off the streets, while ensuring that these laws do not affect law-abiding citizens. We cannot continue on the path of the U.S. where we see gun violence hold an entire nation hostage while the gun lobby refuses to regulate even the most dangerous of weapons.
As the member of Parliament of a riding where I have witnessed the deaths and destruction of young people and their families, I want to ask my colleagues of all parties to support this sensible legislation. I recognize that this alone will not solve the issue of gun violence, but I am confident that it goes far in taking guns off the street.
We must, however, continue to work to ensure that young people have the necessary supports to resolve conflict, seize opportunities, and move away from violence.
Monsieur le Président, j'aimerais d'abord souligner que nous sommes réunis ici sur les terres ancestrales non cédées du peuple algonquin.
D'entrée de jeu, je tiens à remercier le ministre de la Sécurité publique et son secrétaire parlementaire, le député d'Ajax, d'avoir fait preuve de diligence et d'avoir travaillé avec acharnement pour présenter le projet de loi C-71. Il s'agit d'un engagement que nous avons pris pendant la campagne électorale de 2015, et je suis fier de faire partie d'un gouvernement qui tient parole en proposant des modifications fort nécessaires aux dispositions législatives relatives aux armes à feu.
Il existe deux façons de lutter contre la violence liée aux armes à feu et, en fait, contre la violence dans son ensemble. Premièrement, il s'agit de s'attaquer aux causes profondes de la violence, qui peuvent être liées à de nombreuses conditions socioéconomiques. Même si le Canada est l'un des pays les plus prospères au monde, nous savons que l'écart est très grand entre les riches et les pauvres sur le plan de la qualité de vie. Nous savons aussi que, en cas de conflit, les jeunes n'ont parfois pas accès aux services de soutien nécessaires pour régler leurs problèmes de façon pacifique. Je pense ici aux services d'éducation, aux soins de santé et à l'accès aux services de soutien en santé mentale. C'est parfois leur milieu local qui les empêche de progresser dans la vie.
On sait que le système de justice a de nombreux problèmes. Qui plus est, il arrive parfois que des décisions judiciaires soient prises en fonction de la race d'une personne. Par exemple, les jeunes Noirs sont plus susceptibles d'avoir des démêlés avec le système de justice que leurs homologues non-Noirs. C'est le résultat du profilage racial et du racisme anti-Noirs qui existent dans toutes les sphères du système de justice.
En tant que gouvernement, nous devons corriger ces inégalités et, dans une large mesure, c'est ce que nous faisons actuellement. Nous investissons dans des infrastructures indispensables, l'Allocation canadienne pour enfants a sorti plus de 300 000 jeunes de la pauvreté et nous travaillons d'arrache-pied pour réduire les inégalités sociales. Toutefois, ce n'est pas suffisant. Nous devons régler le vrai problème des armes à feu dans les collectivités.
Le deuxième problème que je tiens à aborder porte sur les armes à feu en soi. Le problème de la violence liée aux armes à feu est alarmant, et les chiffres parlent vraiment d'eux-mêmes. Au cours des trois dernières années, il y a eu une forte augmentation de la violence liée aux armes à feu au Canada. En 2016, il y a eu 223 homicides par armes à feu au Canada, soit 44 de plus que l'année précédente. Cela représente une hausse de 23 % en une seule année. En 2016, il y a eu 2 465 infractions criminelles avec des armes à feu, soit une augmentation de 30 % par rapport à 2016. Si on examine le problème en tenant compte de la spécificité des sexes, de 2013 à 2016, le nombre de cas de violence conjugale envers les femmes impliquant une arme à feu a augmenté considérablement, passant de 447 à 576 incidents.
La question de la violence liée aux armes à feu me touche tout particulièrement. Depuis 20 ans, j'ai assisté aux funérailles de trop nombreux jeunes morts par balle, pour la plupart des jeunes hommes issus de minorités ethniques. J'ai commencé à faire la lutte aux armes à feu en 1999 avec le Centre de développement des jeunesses tamoules du Canada. Le Centre a vu le jour en février il y a 20 ans; 17 jeunes Tamouls — des garçons et des filles — ont alors décidé d'unir leurs forces pour mettre fin aux nombreuses morts insensées qui marquaient notre communauté. C'est toutefois le meurtre du jeune Kabilan Balachandran, qui étudiait à l'Université de Waterloo, qui aura été le principal élément déclencheur. Kabilan a été tué par un poltron qui s'est saisi d'une arme à feu et l'a tué.
Le Centre de développement des jeunesses tamoules a connu un vif succès, et grâce à lui, toute une génération de jeunes tourne maintenant le dos à la violence et choisit de contribuer de manière productive à la société. J'ai eu le privilège d'être le coordonnateur du Centre de 2000 à 2002, et je ne me rappelle plus à combien de funérailles j'ai assisté ni combien de jeunes hommes j'ai vu être portés en terre. Il m'arrivait parfois, le vendredi ou le samedi soir, de me coucher avec mon téléphone parce que je m'attendais à recevoir un appel. C'était souvent soit Michelle Shephard, du Toronto Star, soit Dwight Drummond, de CityTV, qui voulaient savoir ce qui se passait. Ces appels étaient ponctués de ceux de jeunes qui étaient terrifiés, ou tout simplement furieux qu'un de leurs amis se soit encore fait tuer.
Certaines fois, les intervenants jeunesse et moi attendions à l'hôpital Sunnybrook, et c'est en lisant les manchettes du Toronto Sun ou du Toronto Star que nous apprenions si la victime de la fusillade avait survécu ou non.
De côtoyer les proches, les frères et soeurs, les camarades de classe et les parents de ces jeunes m'a énormément touché. J'ai vu des familles chamboulées du tout au tout en l'espace d'une nuit, des mères qui restaient debout devant la fenêtre à espérer le retour du fils qu'elles avaient pourtant déjà enterré, mais qui voulaient croire que ce n'était qu'un rêve, ou encore des parents qui ne se remettaient jamais vraiment de la mort de leur enfant.
Je profite de l'occasion pour remercier tous les bénévoles, le personnel, les membres du conseil et les nombreux jeunes qui travaillent avec et pour CanTYD, le centre de développement des jeunesses tamoules du Canada, depuis 20 ans. Je remercie les familles qui ont confié leurs enfants à CanTYD. C'est grâce au travail d'organismes comme CanTYD que de nombreux jeunes se sont retrouvés sur le droit chemin, y compris ceux qui ont déjà utilisé un fusil. Je souhaite à CanTYD de pouvoir aussi bien aider des jeunes pendant de nombreuses années encore.
J'aimerais aussi remercier tous les excellents travailleurs de rue et les organismes au service des jeunes à Scarborough, parmi lesquels il y en a beaucoup que j'ai eu le plaisir de rencontrer et avec qui j'ai eu le plaisir de travailler au fil des ans.
La violence liée aux armes à feu dans la région du Grand Toronto continue de nous toucher tous. Ma circonscription, Scarborough—Rouge Park, a vu sa juste part, ou plutôt son injuste part, de violence liée aux armes à feu ces dernières années.
Le 16 juillet 2012, les habitants de la rue Danzig, dans Scarborough—Rouge Park, se sont rassemblés pour une fête. Danzig est une rue pleine de vie où il y a beaucoup de jeunes. En début de soirée, ce jour-là, quelques jeunes sont passés en voiture et ont tiré au hasard sur la foule. Deux personnes, Shyanne Charles, 14 ans, et Joshua Yasay, 23 ans, sont mortes le jour même et 23 personnes ont été blessées, faisant de cette attaque la pire fusillade de l'histoire de Toronto.
Malheureusement, ce n'est pas un cas isolé. Pas plus tard que l'année dernière, pendant un week-end de juillet, trois jeunes hommes de moins de 35 ans sont morts à cause de la violence liée aux armes à feu dans Scarborough—Rouge Park. Malheureusement, on s'attend à ce que la vague de violence liée aux armes à feu se poursuive.
Nous avons tous entendu parler de cas récents qui ont touché des jeunes aux États-Unis, en particulier les jeunes de Parkland, en Floride. Au Canada, posséder une arme à feu n'est pas un droit. Le port d'arme n'est pas un droit constitutionnel.
Malheureusement, j'ai trop souvent assisté à des funérailles de jeunes victimes de violence liée aux armes à feu dont les proches sont inconsolables.
Au cours de la dernière année, j'ai rencontré des membres du Zero Gun Violence Movement, qui, depuis 2013, milite et fait de la sensibilisation afin de contrer la violence liée aux armes à feu à Toronto et ailleurs au pays. Chaque fois que je rencontre le fondateur du mouvement, Louis March, il me parle d'une tendance fort troublante qu'il a observée, soit le fait que des jeunes ont, de toute évidence, accès à des armes à feu. Lorsqu'ils en veulent une, ils savent où se la procurer.
Au cours des dernières années, des mères qui ont perdu un enfant à cause de la violence avec les armes à feu se sont rassemblées au sein du Zero Gun Violence Movement. Les mères qui sont venues à Ottawa récemment m'ont inspiré. Elles ont parlé de la perte et de l'épreuve qu'elles ont vécues, de la grande douleur qu'elles ont éprouvée au moment d'enterrer leur fils, qui était aussi père de famille dans certains cas. La famille entière vit dans la peine et est profondément affectée par la disparition de leur être cher. Les familles ne comprennent pas pourquoi les gouvernements n'ont pas pris des mesures pour limiter l'accès aux armes à feu. Elles m'ont dit qu'à certains endroits, il est plus facile d'obtenir une arme à feu qu'un emploi. Voilà pourquoi nous devons nous approprier ce dossier et trouver les instruments législatifs qui nous permettront de faire disparaître les armes à feu des rues du pays.
Le projet de loi C-71 assure un juste équilibre entre, d'une part, les droits des personnes respectueuses des lois qui possèdent légitimement une arme à feu et, d'autre part, la protection du public contre l'augmentation en flèche du nombre d'armes à feu illégales.
Je résume les cinq éléments principaux du projet de loi. Premièrement, le projet de loi C-71 prévoit des vérifications plus approfondies des antécédents. Deuxièmement, il prévoit que le particulier ou le commerce qui vend une arme à feu devra vérifier au préalable si l'acheteur a légalement le droit de faire cet achat. Troisièmement, de l'information devra être consignée pour qu'on puisse déterminer la provenance d'une arme à feu utilisée pour commettre un crime. Quatrièmement, des dispositions limiteront le transport des armes à feu prohibées. Cinquièmement, le Cabinet ne pourra plus arbitrairement lever les restrictions concernant un modèle d'arme à feu.
Nous avons aujourd'hui l'occasion d'opter pour des mesures visant à réduire et éliminer la présence d'armes à feu illégales dans les rues du pays tout en nous assurant que ces mesures ne pénalisent pas les citoyens respectueux des lois. Nous ne pouvons pas continuer de faire comme les États-Unis, où la violence commise avec des armes à feu tient tout le pays en otage tandis que le lobby des armes à feu refuse d'accepter une réglementation plus stricte des armes à feu, même dans le cas des armes les plus dangereuses.
En tant que député représentant une circonscription où des jeunes gens ont été tués et où des familles ont été anéanties, je voudrais demander à mes collègues de tous les partis d'appuyer ce projet de loi raisonnable. Je sais qu'il ne suffira pas à résoudre le problème de la violence avec les armes à feu, mais je pense qu'il sera grandement efficace pour faire disparaître les armes à feu des rues du pays.
Nous devons toutefois poursuivre notre travail pour que les jeunes bénéficient de l'aide qui leur permettra de résoudre leurs conflits, de profiter des occasions qui s'offrent à eux et d'abandonner la violence.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, in my opinion, this is part of a broader set of issues that are required to support young people.
This particular legislation would get guns off the street, but it needs to be coupled with the Canada child benefit and other infrastructure support. This would allow young people to be able to focus on their life as opposed to getting involved in violence. I believe the government is already going in the right direction.
Monsieur le Président, à mon avis, cela fait partie d'un ensemble plus vaste de questions auxquelles il faut réfléchir afin d'appuyer les jeunes.
Cette mesure législative particulière ferait disparaître les armes à feu de nos rues, mais elle doit être conjuguée à l'Allocation canadienne pour enfants et à d'autres mesures de soutien en matière d'infrastructures. Cela permettrait aux jeunes de mettre l'accent sur leur vie plutôt que de participer à des actes de violence. Je crois que le gouvernement est déjà sur la bonne voie.
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2018-02-13 14:06 [p.17128]
Mr. Speaker, Black History Month provides members of Parliament with the opportunity to thank some of our most remarkable community leaders. They are people like Pat Moore.
Pat has been helping people in the Thorncliffe Park and Flemingdon Park communities for decades. People in my riding know Pat has been a tireless supporter of women, children, and youth services. She has been a staunch advocate for programming for women who have experienced physical and emotional abuse, and has been a leader in efforts to financially empower women.
Pat also remains a key leader in the co-operative housing movement in Toronto. She is vice-president of the Thorncliffe Park Tenants Association, advocating for residents. For more than 30 years, she has worked with TNO, the Thorncliffe Neighbourhood Office in Thorncliffe Park.
Of course, there are days that when I see her coming, I get a little nervous knowing she will have work for me to do. However, she always stands out as a figure whose commitment and dedication to our community are worthy of championing during Black History Month.
I thank Pat for all she has done, and all she continues to contribute to Don Valley West.
Monsieur le Président, pour les députés, le Mois de l'histoire des Noirs est l'occasion de remercier quelques-uns des leaders les plus remarquables de leur collectivité. Pat Moore en fait partie.
Pat est au service des gens de Thorncliffe Park et de Flemingdon Park depuis des décennies. Dans ma circonscription, Pat est reconnue comme une défenseure infatigable des services aux femmes, aux enfants et aux jeunes. Elle a défendu avec ardeur les programmes destinés aux femmes qui ont été victimes de violence physique ou psychologique, et elle a joué un rôle de premier plan dans les efforts d'autonomisation financière des femmes.
De plus, Pat continue de jouer un rôle clé au sein du mouvement des coopératives de logement à Toronto. Elle est vice-présidente de la Thorncliffe Park Tenants Association, un organisme de défense des droits des locataires. Elle a aussi travaillé pendant plus de 30 ans avec le Thorncliffe Neighbourhood Office, à Thorncliffe Park.
Évidemment, il y a des jours où je suis un peu nerveux lorsqu'elle vient me voir, parce que je sais qu'elle aura du travail à me confier. Cependant, le dévouement et la détermination remarquables dont elle fait preuve au sein de notre collectivité méritent d'être salués dans le cadre du Mois de l'histoire des Noirs.
Je remercie Pat de tout ce qu'elle a fait et de tout ce qu'elle continue de réaliser dans Don Valley-Ouest.
View Celina Caesar-Chavannes Profile
Ind. (ON)
View Celina Caesar-Chavannes Profile
2017-10-27 13:52 [p.14651]
Madam Speaker, it gives me great pleasure to stand in this place, in solidarity with my colleague from Dartmouth—Cole Harbour, to support S-211, an act respecting national sickle cell awareness day. I also want to acknowledge Senator Jane Cordy who brought the bill forward and was a real champion for the legislation.
I want to take some time at the outset of my speech to thank the member from Dartmouth—Cole Harbour. As he said in his speech, he did not know anything about sickle cell before. I alluded in my previous question that I live with sickle cell trait.
Last night was a very difficult evening with me. I was talking to my kids on the phone. I am an Ottawa mom and they are Whitby kids. I kept thinking how tough it was sometimes to be a mom when I was here.
I had the opportunity to start thinking about writing this speech. I thought where else in the world would someone from Dartmouth—Cole Harbour, who had no idea about this disease, meet up with someone who lived with the trait of this disease and be able to work together, along with every other member, to raise awareness, do some incredible work, and amplify the voice of Canadians who suffer day in and day out with this disease. I cannot thank the member and the senator enough for their diligent work in bringing this forward. I am so proud to be here to see this go across the finish line.
Other members in the House have spoken to the thanks we should give to our researchers and medical professionals. With this bill and this day, I urge them to continue to ring the alarm around this condition. Members have spoken to the tremendous pain individuals go through when they appear at the hospital, looking for help. Oftentimes very young children arrive at the hospital in excruciating pain, asking for pain medication. The automatic dial is set, that these people are addicts.
I urge health care professionals and researchers to continue to talk to their colleagues and use June 19 as the day to tell them to turn the dial the other way, to show compassion and humanity for individuals, knowing they may have a condition about which we might need a little more awareness.
As I mentioned, I live with sickle cell trait. I do not have any symptoms of the disease and go through my normal life pretty much fine. However, this disease affects individuals of the Mediterranean, Middle Eastern, South American, and South Asian communities, and it disproportionately affects members of the black community. Many different people are affected and impacted by this condition.
It is so important to have a day like this for a couple of reasons.
One is to create that awareness and to continue the advocacy for newborn screening. The fact that it has a patchwork across the country really does a disservice to Canadians. Again, we are talking about young people with this condition who suffer excruciating pain.
Second, we want to ensure that people who live with this condition are also able to talk about it. We have heard that they may undergo 10 to 20 blood transfusions per month. There are only 31 days in a month. They spend more than half their time in hospital getting blood transfusions.
At this point, I would like to take a page from both of the individuals who spoke to this, to give a massive shout-out to the Canadian Blood Services, and encourage people to donate blood. It really does save lives and makes quality of life for people a lot better, especially when we are talking about this disease.
I am going to go back to the individuals, their caregivers and families living with this condition. I encourage people to use this day and every day to advocate, to talk to friends and to neighbours.
My colleague, the member for Sarnia—Lambton, said that it was a conversation we had in the workplace, at school, and at the dinner table. That is such a profound statement because we do not want this to just be politicians, researchers, doctors, or people who do not have access to everyday individuals. People live with this condition. They feel it. People should use this day to feel empowered to go out, talk to and advocate for themselves and their children, and tell their neighbours. They might need someone to give them a casserole a couple of days a month because they are in hospital. I have never made a casserole, but I could make a macaroni pie or something.
It gives people an opportunity to get together with their neighbours and really do what we do best as Canadians, and that is help each other out. Use this day to speak about it. Do not continue to suffer in silence or suffer alone.
I want to also speak to the importance of individuals in the community speaking to each other. Imagine being in hospital 10 to 20 times a month to get a blood transfusion. What does that do? That decreases a person's ability to go to school every day. It decreases people's ability to get good, stable employment. That decreases people's quality of life. If that happens, I assume these individuals need support. They need a community. They need, as they say, a village to help them in their suffering, in the transition they have with their family and their loved ones who are going through the condition.
It might be that a friend from school is able to bring homework home. It might be that individuals are able to get a hot meal from someone who shares that. It might be the fact that individuals are able to just breath for five minutes, because they are taking care of a child who is in exceptional pain.
Again, this bill and this day, June 19 would allow parents and loved ones the reprieve and the respite to say that they need help, or that they have this condition, or their sons or daughters or love ones have this condition.
Before I close, I want to give special kudos and shout-outs to the organizations that were mentioned by many of us today: the Sickle Cell Disease Association of Canada, the Sickle Cell Disease Association of Nova Scotia, and in particular, the Sickle Cell Association of Ontario.
Before getting to this place, I volunteered with a young woman in her nineties by the name of Lillie Johnson. Lillie Johnson is a force to be reckoned with and a staunch advocate for sickle cell disease. She received the Order of Ontario in 2011, the Toronto Public Health Champion in 2009, and was the first black director of Public Health. This woman is a tour de force in her advocacy for people with sickle cell. I worked in a research consulting firm. She solicited me to help her get the resources to advocate for research.
For my colleague who mentioned it, we do need continued and exceptional research dollars and funding for genetic conditions. We do need to continue to be that voice, to amplify the voices of those in our community who need our help, to continue to advocate for the funding to ensure Canadians can live the best possible quality of life.
I am so happy to stand with my colleague today. I am even happier right now to give a shout-out to his wonderful daughter, Ava, who is totally cool. I will do that right now.
Madame la Présidente, je suis ravie de prendre la parole aujourd'hui à la Chambre, dans un esprit de solidarité avec mon collègue de Dartmouth—Cole Harbour, pour appuyer le projet de loi S-211, Loi instituant la Journée nationale de la sensibilisation à la drépanocytose. Je tiens à souligner le travail de la sénatrice Jane Cordy, qui a présenté le projet de loi et qui s'en est fait la vraie championne.
Je tiens à prendre un instant au début de mon discours pour remercier le député de Dartmouth—Cole Harbour. Comme il l'a dit dans son discours, il ne savait rien de la drépanocytose avant. J'ai fait allusion dans ma question précédente au fait que je suis porteuse du trait drépanocytaire.
J'ai eu une soirée difficile hier. J'ai parlé à mes enfants au téléphone. Je vis à Ottawa et eux vivent à Whitby. Je n'arrêtais pas de me dire que c'était vraiment difficile parfois d'être mère quand je suis ici.
J'ai eu l'occasion de commencer à penser à ce que j'allais dire dans ce discours. Je me suis demandé où il serait possible ailleurs dans le monde qu'une personne de Dartmouth—Cole Harbour qui ne connaît rien à la drépanocytose rencontre une personne porteuse du trait drépanocytaire et qu'ils puissent travailler ensemble, avec tous les députés, à sensibiliser la population, à faire un incroyable travail et à donner une plus grande voix aux Canadiens qui souffrent jour après jour de cette maladie. Je ne remercierai jamais assez le député et la sénatrice du travail diligent qu'ils ont fait pour arriver à présenter ce projet de loi. Je suis fière d'être ici pour voir le projet de loi franchir la ligne d'arrivée.
D'autres députés ont fait remarquer à la Chambre que nous devions remercier les chercheurs et les professionnels de la santé. Aujourd'hui, avec ce projet de loi, je les invite à continuer de sonner l'alarme au sujet de cette maladie. Les députés ont parlé de l'immense souffrance que vivent les gens qui vont à l'hôpital en quête d'aide. Souvent, de très jeunes enfants arrivent à l'hôpital accablés de douleurs atroces et demandent qu'on leur donne des médicaments contre la douleur. On pense automatiquement que ce sont des toxicomanes que l'on a devant soi.
J'exhorte les professionnels de la santé et les chercheurs à poursuivre le dialogue avec leurs collègues et à profiter de la journée du 19 juin pour leur dire d'oublier leurs idées préconçues et de faire preuve de compassion et d'humanité envers chaque personne parce qu'ils savent maintenant qu'elles peuvent être aux prises avec une maladie à laquelle nous devons tous être plus sensibilisés.
Comme je l'ai mentionné, je suis porteuse du trait drépanocytaire. Je n'ai pas de symptômes de cette maladie et je vis ma vie normalement. Toutefois, cette maladie touche principalement les personnes d'origine méditerranéenne, moyenne-orientale, sud-américaine et sud-asiatique, et touche de manière disproportionnée les membres de la communauté noire. De nombreuses personnes sont directement touchées par cette maladie.
Il est très important de désigner une journée comme celle-ci pour plusieurs raisons.
La première, c'est qu'il faut sensibiliser la population et continuer à faire la promotion du dépistage chez les nouveau-nés. Le fait que cette approche n'est pas uniforme dans l'ensemble du pays rend un bien mauvais service aux Canadiens. Encore une fois, nous parlons ici de jeunes personnes qui souffrent de douleurs atroces.
La deuxième, c'est que nous voulons veiller à ce que les personnes qui sont aux prises avec cette maladie puissent aussi en parler. Nous avons entendu que ces personnes peuvent recevoir de 10 à 20 transfusions sanguines par mois. Comme il n'y a que 31 jours dans un mois, elles passent donc plus de la moitié de leur temps dans un lit d'hôpital pour recevoir des transfusions sanguines.
J'aimerais maintenant m'inspirer des discours des deux députés qui ont pris la parole à ce sujet et saluer la Société canadienne du sang, et encourager tout le monde à faire un don de sang. Ces dons peuvent vraiment sauver des vies et améliorer grandement la qualité de vie des personnes qui sont aux prises avec cette maladie.
Je vais revenir sur les personnes atteintes, les gens qui prennent soin d'elles et leur famille. J'encourage les gens à profiter de cette journée, et de toute journée de l'année en fait, pour parler de la maladie à leurs amis et à leurs voisins.
Ma collègue de Sarnia—Lambton a dit qu'il fallait en parler dans le milieu de travail, dans les écoles et à la maison. Cette idée a une portée profonde. La sensibilisation n'est pas simplement l'affaire du milieu politique, des chercheurs, des médecins ou de gens qui n'ont pas de contacts avec des personnes touchées par la maladie. Il y a des gens qui vivent avec cette maladie, avec ses conséquences. Ils devraient profiter de cette journée pour en parler, pour défendre leurs droits et ceux de leurs enfants, pour le dire à leurs voisins. Ils ont peut-être besoin que quelqu'un leur prépare un ragoût de temps en temps pour leur donner un coup de main. Je n'ai jamais fait de ragoût, mais je pourrais faire des macaronis au four ou quelque chose d'autre.
Cette journée donnerait aux gens l'occasion de se rassembler entre voisins et de faire ce que les Canadiens savent si bien faire, c'est-à-dire s'entraider. Les personnes touchées doivent profiter de cette journée pour parler de leur situation. Elles doivent cesser de souffrir en silence ou toutes seules de leur côté.
Je veux également souligner l'importance de la communication entre les gens d'une collectivité. Que se passe-t-il lorsqu'il est nécessaire d'aller à l'hôpital de 10 à 20 fois par mois pour une transfusion de sang? On est plus souvent absent de l'école. Il est plus difficile de garder un bon emploi stable. La qualité de vie en souffre. Lorsqu'il en est ainsi, j'imagine que les personnes atteintes ont besoin de soutien et d'un entourage. Il faut tout un village, comme on dit, pour les aider dans leur souffrance et appuyer leurs proches qui doivent eux aussi s'adapter à la maladie.
Ce soutien peut provenir d'un camarade de classe qui apporte les devoirs à la maison. Il peut prendre la forme d'un repas chaud ou d'un répit de cinq minutes pour la personne qui s'occupe d'un enfant éprouvant des douleurs atroces.
Encore une fois, le projet de loi, qui désigne le 19 juin comme Journée nationale de la sensibilisation à la drépanocytose, donnerait aux parents et aux proches l'occasion d'appeler à l'aide, ou de parler de leur état ou de celui de leur enfant.
Avant de conclure, je tiens à féliciter plus particulièrement les organismes que beaucoup d'entre nous ont déjà mentionnés aujourd'hui: l'Association d'anémie falciforme du Canada, les associations d’anémie falciforme du Canada, de la Nouvelle-Écosse et, surtout, de l’Ontario.
Avant d'être députée, j'ai travaillé bénévolement auprès d'une jeune nonagénaire, Lillie Johnson. Lillie Johnson est une femme d'une force exceptionnelle qui défend avec ardeur la cause des personnes atteintes de drépanocytose. Elle a reçu l'Ordre de l'Ontario, en 2011, ainsi que le prix du champion de la santé publique de Toronto, en 2009, et elle a été la première personne de race noire à occuper le poste de directrice de la santé publique. Cette femme défend avec brio la cause des personnes atteintes de drépanocytose. Lorsque je travaillais pour une entreprise de consultation dans le domaine de la recherche, elle m'a demandé de l'aider à obtenir les ressources nécessaires pour promouvoir les efforts de recherche.
Comme mon collègue l'a souligné, il faut encore investir énormément d'argent dans la recherche sur les maladies génétiques. Nous devons continuer de servir de porte-parole à ceux de nos concitoyens qui ont besoin de notre aide, et de réclamer le financement nécessaire pour améliorer la plus possible la qualité de vie des Canadiens.
Je suis ravie de joindre ma voix à celle de mon collègue aujourd'hui. Je suis encore plus heureuse de pouvoir profiter de cette occasion pour saluer sa merveilleuse fille, Ava, qui est absolument formidable. Voilà qui est fait.
View Christine Moore Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I am pleased to rise in the House today.
We just decided to see the clock as 6:30 p.m. As a member of Parliament I always find it fascinating and somewhat magical to see how this place works.
That segues nicely into the bill before us. There are several parts to this bill, but one part seeks to remove outdated provisions from the Criminal Code, including a provision on magic. I find that especially interesting as a matter of discussion.
One example of an outdated section of the Criminal Code is the provision under which it is prohibited to fraudulently pretend to practise witchcraft. It is not hard to see that these measures are no longer of any real use. Over the past few years, only one case of fraudulent practice of witchcraft was prosecuted under section 375. When the person being prosecuted agreed to reimburse their clients, the charges were dropped.
Another example of an outdated measure that will be removed through this bill is the ban on challenging another person to a duel. It will therefore now be permissible to challenge someone to a duel.
As a former fencer, a sabre fighter, I find it particularly interesting to know that I could now challenge someone to a duel. That is interesting. All kidding aside, those types of provisions in the Criminal Code have not been used in a very long time and are no longer really relevant. It makes complete sense to remove them from the law and it is something that could have been done quite quickly.
Before we move on to private members' business, I just want to mention that the former Conservative justice minister proposed that the bill be divided so that we could study the different measures separately. This would have enabled us to get through these outdated Criminal Code provisions very quickly.
For the sake of the debate, I will list a few other sections that will be withdrawn. Many of us have probably done this without knowing it was against the law, but it is prohibited to offer a reward without questions for the return of a stolen item. We see this occasionally, especially for items with sentimental value. For example, it might be a camera containing all our vacation photos and the birth of our children, so photos that are very important and meaningful. It is the photos that give value to the device. Many people who really wanted their photos back often said that they would not ask questions if the camera was returned because all they wanted was to get their pictures. Most people did not know that under the Criminal Code it was illegal to do that. I think it is appropriate to remove those measures.
Possessing a crime comic is also a criminal offence. It was believed that reading a comic showing a crime could lead young people to criminal behaviour. We have moved well past that, in any case. Young people still read comics, but society has moved on to more advanced technologies like video.
It is a good thing to remove these outdated measures. Unfortunately, eliminating all these provisions from the Criminal Code will not solve the problem set out in Jordan, namely that our courts are bogged down and that proceedings must move more quickly if we want to provide better justice. Neither will it prevent the release of criminals due to overly long delays.
This situation will not be fixed because unused sections are being removed. Even if they are taken out of the Criminal Code, there will not be fewer cases before the courts, because these sections were not being used anyway.
The bill will ensure that, with respect to government bills, the Minister of Justice will table a notice of compliance with the charter of rights. That is fine, because it is important to have access to that information.
The rest of my speech will focus on one of the other provisions of the bill, a particularly interesting one. It will clarify the notion of consent with respect to sexual assault. This is particularly important, and I believe that when the bill is examined in committee it would be worthwhile to seriously think about further clarifying some of the other aspects.
As for sexual assault, the bill clarifies the fact that someone who is unconscious is unable to give consent. I know that this seems like common sense for most people, but this will be explicitly clarified. Consider what happened recently when a taxi driver was caught with his pants down with an unconscious victim in his taxi. Unfortunately, he managed to win in court because he said that when the act began, the individual was conscious and then lost unconsciousness afterward. By explicitly setting out that an unconscious individual is unable to give consent, this avoids having victims not being recognized as such, and it prevents perpetrators from getting away with assault through what, for goodness’ sake, is some offensive legal trickery. To any reasonable person, it is patently clear that someone who is unconscious cannot give consent and that, by extension, someone who becomes unconscious withdraws consent.
Therefore, the defence of mistaken belief will no longer be available. The bill clarifies that a person must have confirmation of consent and cannot simply say that they were certain of having obtained it; that line of defence will no longer be sufficient. That is also important, because it specifies that you cannot simply say that you are sure to have obtained consent, and that is it. The bill goes much further in the notion of consent. It says that you must be really sure and that you cannot simply rely on your own judgment to deem that a person is consenting.
That broadens the scope of the rape shield provisions. For instance, it prevents the use of communications of a sexual nature. The courts have already demonstrated that it is not possible to use a victim's sexual history to undermine her credibility. What is being added is the electronic version of all that. For instance, you cannot use text messages, messages sent by the victim to her Messenger contacts or by email to suggest that she is promiscuous. The prohibition on using a victim's prior sexual history is being updated with the addition of new technologies. That is a useful aspect.
Right now, I would like to talk about another concept, which is all too often ignored and truly deserves serious consideration. When we do the study in committee, I would very much like to see this concept corrected as well. Much like in the bill, this revolves around consent.
What I will be talking about also revolves around consent. I am talking about stealthing, the act of deliberately and secretly removing a condom during sex without consent from the other person. Often people do not realize that it is a crime, but it is. According to some articles I read, this practice is on the rise. It is important to state clearly in the bill that this is a criminal offence.
When someone consents to having protected sex with another person, then removing the condom without discussing it first amounts to withdrawing consent. It is sexual assault. Victims find that they are not taken seriously when they report this assault to the police. They are told that if they are not pregnant and did not catch an STD, then they have no reason to complain because they consented to the act in the first place. The victims feel extremely bad, dirty, and very misunderstood. They are often told that it is not a crime.
Police officers need to be better educated, but we also have to amend the bill in committee to clarify the concept of sexual consent. We must make it clear that when someone consents to having sexual relations under certain conditions, using a condom for example, and another person secretly removes the condom, that constitutes sexual assault. This would help make the victims feel better understood and would avoid minimizing what they went through. That clarifies consent.
Moreover, just because someone consents to sexual relations that does not mean they have consented to anything and everything. Partners have the right to set their limits. There are some things that people do not want to do. Just because someone consents to having sexual relations with another person that does not mean that they are agreeing to engage in sodomy. If a person does that against their will, even though they may have consented at the beginning to the sexual relations, any action that goes beyond that consent becomes sexual assault.
Unfortunately, this is poorly interpreted. When victims complain to the police, they are told that it is partly their fault because they consented at the outset, that nothing can be proven, and it will be their word against their partner's. Therefore, people do not complain and, since there are no complaints, there are no convictions. As a result, in people's minds, this may or may not be a criminal act.
On the subject of stealthing, in January, a French man was convicted of rape in Switzerland, because he had removed the condom during sex. I have not found any case law on the subject here, but this might apply to some cases.
For example, there is the case where the male partner intentionally put holes in the condoms so that his partner would become pregnant. He was afraid of a breakup and believed that his spouse would not leave him if he made her pregnant. The court eventually recognized that this was sexual assault, because she had not consented to unprotected or unsafe sex. She had consented to sexual relations with a condom.
With regard to consent, we must take the opportunity afforded to us by Bill C-51 to broaden the scope and add amendments to really clarify this concept. That way, there will no longer be any doubt when the courts have to interpret consent in sexual assault cases.
If all of the amendments are passed, the concept of sexual consent will eventually be clarified. I think it is a good idea to ensure that this information is passed on to police officers. We also need to ensure that the police have more training so that they have a better understanding of what constitutes sexual assault, because in some cases they may think that a person has not been sexually assaulted when in fact he or she has and they should be investigating. Crown prosecutors who analyze these cases and police investigations must also receive training, obviously.
Another important thing to point out about sexual consent and sexual assault is that, although legal measures can be taken to clarify these concepts, funding is also necessary to help victims. We need to ensure that they are properly represented and have the help they need to cope with this ordeal. We need to be logical about this. If we really want to help victims of sexual assault, we cannot just look at this issue from a legal perspective. We also need to look at it from a financial one. Victims need access to legal programs and support programs.
Sexual assault has an enormous impact on victims and their ability to contribute to society. I think we would be wise to invest in better support for them so they can recover more easily. Recently, there has been a lot of talk about post-traumatic stress disorder. However, we need to bear in mind that many people suffering from it are victims of sexual assault. Too often they stay silent or avoid talking about it much. We must be able to support victims and provide them with the necessary care. When looking at compensating victims of crime, we need to avoid subjecting them to a never-ending administrative process. They have already gone through enough psychological trauma. They do not have the energy to fight to be recognized as victims. For many of them, just saying that they are victims of rape or assault is very difficult.
We still have a lot of work to do. I sincerely hope that the committee will study this bill carefully. I also hope that we will accept amendments to explicitly clarify consent by including “stealthing” and by clearly explaining that consent can be withdrawn at any time during sex. Even during the act, a person can withdraw consent if things are not happening the way they should. If the individual withdraws consent but the partner does not respect this decision, this is sexual assault.
I hope we will do the work required for the sake of victims. The concept of consent must be clarified to avoid such cases in court. In some cases, if we had used common sense, we would have clearly seen that this did not make sense, that the individual could not have given consent. I believe that, if we clarify this concept, we will be able to avoid traumatizing victims going through the legal process and having them come out of it in worse shape than they were at the beginning.
I look forward to answering my colleague’s questions.
Madame la Présidente, je suis heureuse de me lever à la Chambre aujourd'hui.
On vient de décider qu'il est 18 h 30. Comme députée, j'ai toujours trouvé fascinant et un peu magique cette façon de faire à la Chambre des communes.
Je trouve en fait que cela a un lien avec le projet de loi devant nous. Il y a plusieurs parties dans ce projet de loi, mais une d'entre elles vise à retirer du Code criminel des mesures devenues désuètes. Il y en a justement une qui touche la magie. Je trouve donc particulièrement intéressant de discuter de cela.
Un des exemples d'articles un peu désuets du Code criminel concerne celui en vertu duquel il est interdit d'affecter frauduleusement de pratiquer la magie. On voit donc concrètement que ces mesures ne sont plus vraiment utilisées. Au cours des dernières années, on a eu un seul cas de poursuite en vertu de l'article 375, qui est d'affecter frauduleusement de pratiquer la magie. Lorsque la personne concernée par la poursuite a accepté de rembourser ses clients, les infractions ont été annulées.
Dans les exemples de mesures désuètes qu'on va retirer grâce au projet de loi, il y a notamment l'interdiction de défier une autre personne à se battre en duel. Il sera donc permis de défier quelqu'un à se battre en duel.
Pour ma part, en tant qu'ancienne escrimeuse — je me battais au sabre —, je trouve particulièrement intéressant de savoir que je pourrai dorénavant convoquer les gens en duel. C'est intéressant. Blague à part, les articles du Code criminel de ce genre n'ont pas été utilisés depuis très longtemps et ils ne sont plus vraiment pertinents. Il est tout à fait logique de retirer ces articles et on aurait même pu le faire très rapidement.
D'ailleurs, avant qu'on passe au débat sur les affaires émanant des députés, l'ancien ministre de la Justice conservateur a proposé de scinder le projet de loi pour étudier les différentes mesures, ce qui aurait pu nous permettre de passer très rapidement au travers les articles désuets du Code criminel.
Pour le bien du discours, je vais nommer quelques autres articles qui seront retirés. Plusieurs d'entre nous avons probablement posé ce geste sans savoir que c'était interdit. En effet, il est interdit d'offrir une récompense pour qu'on rapporte un article volé sans poser de question. De temps en temps, on voit cela, particulièrement pour des biens de grande valeur sentimentale. Ce pourrait être, par exemple, un appareil photo contenant toutes les photos de vacances et de la naissance d'enfants, donc des photos très importantes et significatives. Ces photos sont ce qui donnent de la valeur à l'appareil. Il est souvent arrivé que des gens, qui tenaient vraiment à leurs photos, ont dit qu'ils ne poseraient pas de question si on leur ramenait l'appareil photo, car tout ce qu'ils voulaient, c'était de les récupérer. La plupart des gens ne savaient pas qu'en vertu du Code criminel, c'était illégal de faire cela. Il est approprié de retirer de telles mesures.
Il est également interdit de posséder une histoire illustrée de crime. En effet, on croyait que lire une bande dessinée exposant un crime pouvait entraîner les jeunes vers la criminalité. De toute façon, on est rendus beaucoup plus loin. Il y a encore des jeunes qui lisent des bandes dessinées, mais on a accédé à des technologies beaucoup plus avancées, comme le vidéo.
C'est une bonne chose d'enlever toutes ces mesures désuètes. Toutefois, l'élimination de toutes ces mesures du Code criminel ne réglera malheureusement pas le problème exposé dans l'arrêt Jordan, soit que nos tribunaux sont embourbés et qu'on doit procéder plus rapidement si on veut offrir une meilleure justice. Cela ne fera pas en sorte non plus qu'on va cesser de libérer des criminels à cause de délais trop longs.
Cette situation ne sera pas réglée parce qu'on retire des articles qui ne sont pas utilisés. Même si on les retire du Code criminel, il n'y aura donc pas moins de cas devant nos tribunaux parce que ces articles n'étaient pas utilisés de toute façon.
Par ailleurs, le projet de loi fera en sorte que, pour ce qui est des projets de loi du gouvernement, la ministre de la Justice va déposer un avis de conformité avec la Charte des droits. C'est bien, car c'est important qu'on puisse avoir accès à cette information.
Le reste de mon discours portera sur une autre des mesures contenues dans le projet de loi, mesure particulièrement intéressante. On va clarifier la notion de consentement pour ce qui est des agressions sexuelles. C'est particulièrement important, et je crois que, lorsque viendra le temps de l'étude en comité, il y aura lieu de songer sérieusement à clarifier davantage certains autres aspects.
Pour ce qui est des agressions sexuelles, le projet de loi clarifie le fait qu'une personne inconsciente est incapable de donner son consentement. Je sais que, pour la plupart des gens, cela relève simplement du gros bon sens, mais on clarifie explicitement ce fait. Dans ce cas-là, on se réfère aussi à ce qui est arrivé dernièrement, alors qu'un chauffeur de taxi a été surpris les culottes baissées avec une victime inconsciente dans son taxi. Malheureusement, il a réussi à gagner sa cause parce qu'il a dit que, au moment où l'acte avait commencé, la personne était consciente, et qu'elle était devenue inconsciente par la suite. En formulant explicitement le fait qu'une personne inconsciente ne peut pas donner son consentement, on évite aux victimes de ne pas être reconnues comme telles, et on évite aussi que des agresseurs réussissent à s'en tirer par une entourloupette qui, ma foi, est de mauvais goût. Effectivement, pour toute personne raisonnable, il est clair et évident qu'une personne inconsciente ne peut pas donner son consentement et qu'une personne qui devient inconsciente, du fait même, retire son consentement.
On ne pourra donc plus utiliser le motif de la croyance erronée comme moyen de défense. Le projet de loi précise qu'une personne doit obtenir la confirmation du consentement et ne peut pas simplement dire qu'elle était certaine de l'avoir obtenu; ce moyen de défense ne sera plus suffisant. Cela aussi, c'est important, car cela vient préciser qu'on ne peut pas tout simplement dire qu'on était certain d'avoir obtenu un consentement, et puis c'est tout. Le projet de loi va beaucoup plus loin dans la notion de consentement. On dit qu'il faut vraiment être sûr et qu'on ne peut pas simplement se fier à son propre jugement pour considérer qu'une personne est consentante.
Cela élargit la portée de la protection des victimes de viol. Par exemple, cela empêche d'utiliser les communications de nature sexuelle. Les tribunaux ont déjà démontré qu'on ne pouvait pas se servir du passé sexuel d'une victime pour nuire à sa crédibilité. On ajoute donc la version électronique de tout cela. Par exemple, on ne peut pas produire des textos, utiliser des messages envoyés par une victime à ses contacts sur Messenger ou par courriel pour dire qu'elle a des moeurs un peu légères. On actualise donc l'interdiction d'utiliser le passé sexuel d'une victime en ajoutant les nouvelles technologies. Cet élément est intéressant.
À présent, j'aimerais parler d'une autre notion, qui est trop souvent ignorée et qui mérite vraiment qu'on y réfléchisse sérieusement. Lorsqu'on fera l'étude en comité, j'aimerais beaucoup qu'on décide de corriger aussi cette notion. Comme dans le projet de loi, cela tourne autour de la notion de consentement.
Ce dont je vais parler tourne aussi autour de cette notion. Il s'agit du stealthing, soit la pratique de retirer un préservatif pendant l'acte sexuel sans le consentement de l'autre personne et à son insu. Il arrive souvent que des gens ne sachent même pas que c'est un crime, mais c'en est un. J'ai lu certains articles et j'ai appris qu'il y avait une certaine recrudescence de cette pratique. Il serait donc important de mentionner clairement dans le projet de loi que c'est un acte criminel.
Lorsqu'une personne consent à une relation sexuelle protégée avec une autre personne, le fait de retirer le préservatif sans lui en parler équivaut à un retrait du consentement. On parle alors d'une agression sexuelle. Lorsque les victimes de cet acte le rapportent à la police, leur cas est tout simplement banalisé. On leur dit qu'elles ne sont pas enceintes et qu'elles n'ont pas attrapé de maladie et qu'elles n'ont donc aucune raison de se plaindre, puisqu'elles avaient consenti à l'acte au départ. Les victimes se sentent extrêmement mal, salies et très incomprises. On leur dit régulièrement que ce n'est pas un crime.
Il y a donc lieu de mieux éduquer les policiers, mais on devrait aussi apporter des amendements au projet de loi en comité pour clarifier la notion de consentement sexuel. On doit expliciter le fait que, lorsqu'on consent à une relation sexuelle sous certaines conditions — l'usage d'un préservatif, en l'occurence — et qu'une personne le retire à l'insu de sa partenaire, cela constitue une agression sexuelle. Cela permettrait aux victimes de cet acte de se sentir mieux comprises, et on éviterait que la situation qu'elles ont vécue soit banalisée. Cela clarifie la notion de consentement.
Par ailleurs, ce n'est pas parce qu'on a consenti à une relation sexuelle qu'on a consenti à n'importe quoi. Les partenaires ont le droit d'établir leurs limites. Il y a certains gestes que des personnes ne veulent pas poser. Ce n'est pas parce qu'on a consenti à une relation sexuelle avec une personne qu'on accepte de pratiquer la sodomie avec elle. Si la personne le fait contre son gré, bien qu'elle ait consenti au départ à la relation sexuelle, le geste qui dépasse le consentement devient une agression sexuelle.
Malheureusement, cela est mal interprété. Lorsque les victimes portent plainte à la police, on leur dit que c'est un peu de leur faute puisqu'elles ont donné leur consentement au départ, qu'on ne pourra rien prouver et que ce sera leur parole contre celle de leur partenaire. Ainsi, les gens ne portent pas plainte, et comme il n'y a pas de plaintes, il n'y a pas de condamnations. Ainsi, les gens savent plus ou moins que c'est un acte criminel.
Au sujet du stealthing, en janvier, un Français a été condamné pour viol, en Suisse, parce qu'il avait retiré son préservatif pendant un rapport sexuel. Ici, je n'ai pas trouvé de jurisprudence à ce sujet, mais il y a certains cas auxquels cela pourrait s'appliquer.
Par exemple, il y a le cas d'un couple où le partenaire masculin avait percé les préservatifs intentionnellement pour que sa compagne tombe enceinte. Il craignait une rupture et croyait que sa conjointe ne le quitterait pas si elle tombait enceinte de lui. La cour avait finalement reconnu que c'était une agression sexuelle, parce que la personne n'avait pas consenti à une relation non protégée ou à risque. Elle avait plutôt consenti à des relations avec un préservatif.
En matière de consentement, nous devrions saisir l'occasion que nous offre le projet de loi C-51 pour en élargir le spectre et ajouter des amendements afin de vraiment clarifier cette notion. Ainsi, il n'y aurait plus aucun doute au moment où les tribunaux doivent interpréter la notion de consentement dans les cas d'agression sexuelle.
Éventuellement, si toutes les modifications sont adoptées, cela clarifiera la notion de consentement sexuel. Je crois qu'il serait tout à fait pertinent de s'assurer que l'information sera transmise aux corps policiers. Il faut aussi s'assurer que les corps policiers auront davantage de formation, afin qu'ils comprennent bien que, dans certains cas, il s'agit bel et bien d'une agression sexuelle, alors qu'ils sont peut-être portés à penser que ce n'en est pas une, et qu'il y a matière à enquête. Par ailleurs, la formation doit aussi s'étendre aux procureurs de la Couronne qui analysent des dossiers et des enquêtes policières, évidemment.
Une autre chose est importante pour ce qui est du consentement sexuel et des agressions sexuelles. Bien que des mesures juridiques puissent être prises pour clarifier ces notions, le financement est aussi nécessaire pour aider les victimes, afin qu'elles soient bien représentées et qu'elles puissent traverser l'épreuve à laquelle elles sont confrontées. Je crois qu'il faut être logique. Si nous voulons vraiment aider les victimes d'agression sexuelle, nous devons aussi être conscients que la question ne se pose pas seulement sous un angle juridique, mais aussi sous un angle financier. Les victimes doivent avoir accès aux programmes juridiques et aux programmes d'aide.
Les agressions sexuelles ont un impact énorme sur les victimes et sur leur capacité à contribuer à la société. Je crois que nous aurions avantage à investir afin qu'elles soient mieux accompagnées et qu'elles s'en remettent plus facilement. Dernièrement, on a beaucoup parlé du syndrome de stress post-traumatique. Toutefois, il ne faut pas oublier qu'une grande partie des gens qui en souffrent sont les victimes d'agressions sexuelles. Trop souvent, on garde le silence ou on en parle plus ou moins. Nous devons être en mesure d'appuyer les victimes et de leur offrir le soutien nécessaire. Lorsqu'on entre dans les cas d'indemnisation des victimes d'actes criminels, il faut éviter de les faire passer par un processus administratif qui n'en finit plus. Elles sont déjà suffisamment traumatisées psychologiquement. Elles n'ont pas l'énergie de se battre afin qu'on reconnaisse qu'elles sont des victimes. Pour plusieurs d'entre elles, le seul fait de dire qu'elles ont été victimes d'un viol ou d'une agression est une étape très difficile.
Nous avons encore beaucoup de travail à faire. J'espère sincèrement que le comité étudiera attentivement ce projet de loi. J'espère aussi que nous accepterons les amendements, afin de clarifier la notion de consentement de manière explicite, en incluant le « stealthing », et en expliquant clairement que le consentement peut être retiré à tout moment pendant une relation sexuelle. Même pendant l'acte, une personne peut retirer son consentement si les choses ne se passent pas comme elles le devraient. Si la personne retire son consentement mais que son partenaire ne respecte pas cette décision, cela constitue une agression sexuelle.
J'espère que nous ferons le travail nécessaire pour le bien des victimes. Il faut clarifier la notion de consentement afin d'éviter de tels cas en cour. Dans certains cas, si nous avions utilisé le gros bon sens, nous aurions bien vu que cela n'avait pas de sens, que la personne ne pouvait pas avoir donné son consentement. Je crois que, si nous clarifions cette notion, nous pourrons éviter des traumatismes à des victimes qui traversent le processus juridique et qui en sortent encore plus amochées qu'elles ne l'étaient au départ.
Je suis impatiente de répondre aux questions de mes collègues.
View Earl Dreeshen Profile
CPC (AB)
Mr. Chair, unfortunately we cannot drive through Red Deer or central Alberta without seeing abandoned office buildings, commercial real estate signs, and many of those who are in business have cut their staff drastically.
We have situations where there are notable increases in suicide, substance abuse, domestic abuse. These are the people's stories that I think have to be brought out. As we have expanded and talked to all members in our community, these are the things we are hearing.
Could the member please expand upon some of the solutions that we think can be done to help those individuals, and other stories that he has heard in his travels?
Monsieur le président, hélas, on ne peut pas passer en voiture à Red Deer ou dans le centre de l'Alberta sans remarquer les bureaux abandonnés, les locaux commerciaux à vendre et les nombreuses entreprises qui ont dû réduire considérablement leurs effectifs.
À certains endroits, le nombre de cas de suicide, de toxicomanie et de violence familiale a grandement augmenté. Je pense que nous devons parler de l'expérience vécue par les gens. Voilà le genre d'histoires que nous racontent nos concitoyens lorsque nous discutons avec eux.
Le député pourrait-il parler un peu plus des solutions qui, selon nous, peuvent être adoptées pour aider ces personnes, ainsi que des histoires qu'il a entendues au cours de ses déplacements?
View Christine Moore Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, according to a 1998 survey on fetal alcohol disorder around the world, the prevalence of FASD is about 2 cases per 1,000 births.
However, in Canada, there are 9 cases per 1,000 births, which translates to about 3,000 infants a year. The prevalence is much higher in this country.
The prevalence may be higher here because the consumption of alcohol is legal in Canada and not frowned upon. For example, there are more cases here than in countries where alcohol is illegal, frowned upon, or much less available. I think that this is an important issue that we must consider. It may be specific to Canada, and our legal system should take it into account.
Some of the diagnostic guidelines are very specific. In particular, there can be prenatal or postnatal growth deficiency, which can be identified through weight-to-height ratios. There are also defects such as facial distortions, which are fairly technical, but are characteristic of the disorder. There will be evidence of deficiencies in three of the central nervous system domains such as cognition, brain structure, and communication. It is also evident in school performance, especially memory and executive functioning.
Some of these symptoms will be obvious at birth, while others may be more difficult to see at that time. These individuals must therefore be monitored to determine whether they actually do have fetal alcohol disorder. For example, a baby who has a high birth weight but then later fails to thrive may have fetal alcohol disorder.
Craniofacial deformities may not always be a sign of this disorder. If a delivery was particularly difficult and the doctor had to use forceps or vacuum extractor, the doctor will likely wait before providing a diagnosis. Obviously, cognitive problems are also difficult to assess in a newborn.
In my opinion, it is important to monitor these individuals. Since they are also at a higher risk of becoming involved in criminal activity, it is important that their disorder be taken into account by the corrections system at sentencing. However, it is also important that the condition be considered in determining what assistance that person can be given, from childhood through adolescence, to ensure that they receive the psychosocial support they need and that they are monitored by a social worker. That is why I think it is worth implementing this bill.
Since we know that there is a high incidence of fetal alcohol disorder in indigenous communities, it would be worthwhile to implement specific programs there to help people with this disorder. We need to ensure that these young people are carefully monitored because we know that they are at increased risk for delinquency.
It is important to take fetal alcohol disorder into account in the corrections system, in sentencing, and in the justice system. However, I think it is also important to take it into account in general, to help prevent these individuals from ending up in our prisons. We should incorporate that aspect into our discussion about the bill.
Monsieur le Président, selon un sondage fait en 1998 afin de connaître la situation du syndrome d'alcoolisation foetale dans le monde entier, la prévalence est d'environ 2 cas pour 1 000 enfants.
Toutefois, au Canada, il y a 9 cas pour 1 000 enfants, soit 3 000 bébés par an, grosso modo. La prévalence est beaucoup plus élevée ici.
On peut croire que la prévalence est plus élevée ici parce que la consommation d'alcool est légale au Canada et que l'alcool n'y est pas nécessairement mal vu. Par exemple, il y en a plus ici que dans des pays où il est tout simplement illégal, très mal vu ou beaucoup moins disponible. Je pense qu'il s'agit d'une question importante à prendre en compte, voire peut-être une particularité canadienne dont il faut tenir compte dans notre système de justice.
Lorsqu'on parle de critères de diagnostic, certains sont très précis. Il existe notamment des retards de croissance prénatale ou postnatale, qu'on voit à l'aide du ratio taille-poids. Il y a aussi des malformations telles que des anomalies faciales, qui sont assez techniques, mais elles ont leurs particularités. Il va y avoir des preuves de déficiences dans trois des domaines du système nerveux central, par exemple, sur le plan de la cognition, de la structure du cerveau ou de la communication. On peut le voir aussi dans le rendement scolaire, notamment sur la mémoire ou sur le fonctionnement exécutif.
Certains critères seront effectivement présents dès la naissance, alors que dans certains autres cas, il peut être plus difficile de les voir à la naissance. Il va donc falloir faire un suivi pour vraiment déterminer que l'alcool peut être en cause. Si on parle d'un bébé qui est très gros à la naissance, mais qui prend des retards de croissance après la naissance, on devra peut-être se poser des questions.
En ce qui a trait aux malformations crâno-faciales, dans le cas où l'accouchement a été particulièrement difficile et où on a dû utiliser des forceps ou des ventouses, on préférera peut-être attendre avant de poser un diagnostic. Pour ce qui est des troubles de cognition, ils sont certainement difficiles à évaluer sur un nouveau-né.
À mon avis, il sera important d'assurer un suivi de ces personnes. Comme elles sont aussi plus à risque de se tourner vers la criminalité, il sera important de tenir compte du syndrome d'alcoolisation foetale non seulement dans notre système carcéral au moment d'établir les peines, mais aussi dans l'aide qu'on peut leur apporter, de la petite enfance à l'adolescence, en vue de leur offrir un soutien psychosocial et de s'assurer qu'elles sont suivies par des travailleurs sociaux. C'est pourquoi je pense que cela vaut la peine d'être instauré.
Comme on sait qu'il y a plusieurs cas dans les communautés autochtones, cela vaudrait la peine de mettre en place des programmes particuliers pour ces communautés dans les cas de syndrome d'alcoolisation foetale. Il faut s'assurer que ces jeunes sont bien suivis, puisque qu'on sait qu'il y a un risque accru de délinquance..
Il est important d'en tenir compte dans le système carcéral, dans la détermination de la peine et dans le système de justice. Toutefois, je crois qu'il est également important d'en tenir compte de manière générale, afin d'éviter que les gens se retrouvent dans cette roue. Nous devrions ajouter cet aspect à la discussion que nous allons avoir en lien avec le projet de loi.
View Robert-Falcon Ouellette Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, I am proud to stand in the House of Commons for debate on Bill C-235, an act to amend the Criminal Code and the Corrections and Conditional Release Act.
It is an act that looks at fetal alcohol spectrum disorder in the criminal justice system. It would make it more responsive to the needs of our society.
It is incredible that today, in 2016, we still lock up people who suffer and take little to no account of the impact on their mental health or the long-term outcomes. In this case, we are talking about FASD. We are talking about outcomes in the criminal justice system and the hopeful rehabilitation of our fellow citizens.
In Winnipeg I have had the great privilege of meeting youth who have been impacted by FASD, youth who want to contribute to our society. FASD Life's Journey, an organization in Winnipeg Centre, helps by offering training and support to our fellow citizens so that they can navigate life more successfully.
FASD affects the central nervous system. Symptoms include learning difficulties, difficulty with social interactions, behaviour affected by impulses and passions, which has consequences, and memory issues.
I spoke with these youth about politics and what we do here in this House. It was just last month. I also had the opportunity to see them working with the drum, using traditional indigenous healing techniques to make their lives better. They did that drumming with such passion. They lived in the moment. It was as if there was no tomorrow. It was not in 10 minutes that we were going to be living but right now, today.
They sang Gitchi Manitou Makwa, which is a song called great bear spirit, and it was great. I was proud to participate with them.
I have had the opportunity of reading the annual report of the Office of the Correctional Investigator. In January 2016, it reported that the federal corrections system had a sad milestone: 25% of the inmate population in federal penitentiaries are indigenous people. They are 35% of the women's population in prison. Between 2005 and 2015, the federal inmate population grew by 10%. In the same period, the indigenous population grew by 50%.
We all know these stats here in the House. It was a decade of darkness. We have become ready in our society to lock up people who are suffering and throw away the keys. They are people like James, who I met at the John Howard Society. He has been in and out of prison most of his adult life. As an indigenous man, he has been given no support, except now, by the John Howard Society. He is a man who suffers from FASD. He is my relation. He is all of our relation. He is my brother. I believe that he, too, can become a productive member of our society.
This bill is the work of the hon. member for Yukon. I am very proud of what he has done. It has four recommendations, which come from the Canadian Bar Association. This association represents thousands of lawyers who deal with this affliction every day.
First, this bill would allow the courts to order an assessment to determine if a person charged with a crime had FASD. Second, if the assessment was positive, it would allow the judge to use it as a mitigating factor in sentencing in certain circumstances. Third, the bill directs that FASD would be added to the already prescribed list of special needs the correctional institution must be responsive to. Fourth, and most importantly, offenders with FASD would have an external support plan when they left prison so they would not immediately reoffend or miss a probation meeting, and as judges often say, use the revolving door of a broken system again and again and end up in my riding, clogging up, unfortunately, our justice system.
On December 18, 2015, the Truth and Reconciliation Commission issued its final report, “Honouring the Truth, Reconciling for the Future”. The Government of Canada has committed to implementing all of the recommendations. These goals are important, and they are also very ambitious.
The TRC's calls to action impact corrections as well. I am going to read those calls to action:
1. Eliminate the overrepresentation of Aboriginal people and youth in custody over the next decade.
2. Implement community sanctions that provide realistic alternatives to imprisonment for Aboriginal offenders and respond to the underlying causes of offending.
3. Eliminate barriers to the creation of additional Aboriginal healing lodges within the federal correctional system.
4. Enact statutory exemptions for mandatory minimum sentences or imprisonment for offenders affected by Fetal Alcohol Spectrum Disorder (FASD).
5. Reduce the rate of criminal victimization of Aboriginal people.
We promised that during the election. I promised that during the election. This bill goes a long way to making a difference. It will go a long way to making this system more responsive.
I have been told there are some provincial justice ministers who are concerned with the bill. However, they should remember what their title says. It says “justice minister”. As a justice minister they must offer justice to all Canadians. It is unjust when young people with FASD do not receive the community supports they need, when they end up in prison because of a series of poor choices they make throughout their life.
We should be focused on ensuring that our most vulnerable fellow citizens are not in prison due to a lack of resources, or time, or effort, or cost or perhaps just the plain laziness of bureaucracy and the inability of systems to be flexible.
I would hope our government would be able to support this legislation. I hope my fellow parliamentarians will hear the call from the hon. member for Yukon for the great work he has done, because it is important. It is one small step in realizing the Truth and Reconciliation Commission's 94 recommendations, and it is a path that we can make today. It is something we can start today.
Tapwe akwa khitwam.
Monsieur le Président, je suis fier de prendre la parole à la Chambre des communes pour débattre du projet de loi C-235, qui vise à modifier le Code criminel et la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition.
C'est un projet de loi qui porte sur la prise en compte de l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale, ou ETCAF, dans le système de justice pénale pour mieux répondre aux besoins de la société.
Il est incroyable qu'aujourd'hui, en 2016, nous enfermions encore des gens qui souffrent d'une maladie mentale et que nous ne tenions pratiquement pas compte des répercussions de leur incarcération sur leur état ou des résultats à long terme de cette pratique. Nous parlons plus précisément, dans le cas de ce projet de loi, de l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale, des résultats obtenus par le système de justice pénale et de la réadaptation souhaitable de nos concitoyens.
À Winnipeg, j'ai eu le grand privilège de rencontrer des jeunes qui sont affectés par l'ETCAF et qui veulent apporter quelque chose à la société. FASD Life's Journey, un organisme de Winnipeg-Centre, s'efforce de les aider en leur offrant de la formation et de l'aide pour qu'ils réussissent à éviter les écueils de la vie.
L'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale s'attaque au système nerveux central. Les symptômes comprennent des difficultés d'apprentissage, des difficultés dans les interactions sociales, des comportements impulsifs et débridés aux conséquences néfastes, ainsi que des problèmes de mémoire.
J'ai discuté avec ces jeunes de politique et de ce que nous faisons ici à la Chambre. C'était le mois dernier. J'ai également eu l'occasion de les voir travailler avec les tambours et utiliser des techniques traditionnelles autochtones de guérison afin d'améliorer leur vie. Ils jouaient du tambour avec une telle passion. Ils vivaient réellement dans le moment présent. C'est comme s'il n'y avait pas de lendemain. Ils ne pensaient pas aux prochains moments. Seul comptait le moment présent.
Ils ont chanté Gitchi Manitou Makwa, une chanson portant sur l'esprit du grand ours, et c'était magnifique. J'étais fier de chanter avec eux.
J'ai eu l'occasion de lire le rapport annuel du Bureau de l'enquêteur correctionnel. On y lit que janvier 2016 a marqué un triste jalon, puisque 25 % de la population carcérale dans les pénitenciers fédéraux était autochtone, et 35 % des femmes incarcérées étaient autochtones. De 2005 à 2015, la population carcérale fédérale a augmenté de 10 %. Pendant cette même période, la population carcérale autochtone a augmenté de 50 %.
Tous les députés sont au courant de ces statistiques. Cette décennie en a été une de noirceur. Nous avons commencé, dans notre société, à accepter le fait d'emprisonner des personnes qui souffrent et de les laisser en prison à tout jamais. Ce sont des personnes comme James, que j'ai rencontré à la Société John Howard. James a fait de nombreux séjours en prison au cours de sa vie adulte. En tant qu'homme autochtone, il n'avait jamais reçu aucun soutien, mais il en reçoit maintenant de la part de la Société John Howard. C'est un homme qui est atteint de l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale. Il fait partie de ma famille. Il fait partie de toutes nos familles. C'est mon frère. Je crois qu'il peut, lui aussi, devenir un membre productif de notre société.
Le projet de loi a été présenté par le député de Yukon. Je suis très fier du travail qu'il a accompli. Le projet de loi compte quatre recommandations, qui ont été formulées par l'Association du Barreau canadien. Cette association représente des milliers d'avocats qui traitent tous les jours avec des personnes atteintes de tels troubles.
Premièrement, le projet de loi permettrait aux tribunaux d'exiger par ordonnance qu'une évaluation soit faite afin de déterminer si la personne accusée d’un crime est atteinte de l'ETCAF. Deuxièmement, si l'ETCAF est avéré, le juge pourrait l'invoquer dans certains cas comme circonstance atténuante. Troisièmement, le projet de loi prévoit l'ajout de l'ETCAF à la liste des besoins spéciaux dont doivent tenir compte les établissements correctionnels. Quatrièmement, et c’est là le point le plus important, les délinquants atteints de l'ETCAF devraient suivre un plan de soutien externe lorsqu’ils quittent la prison, de façon à ce qu’ils ne récidivent pas immédiatement et ne manquent pas de rendez-vous avec l’agent de probation. Comme le disent souvent les juges, il faut éviter qu’ils se retrouvent dans la porte tournante d’un système défaillant et qu’ils finissent dans la circonscription que je représente, où ils engorgent malheureusement le système de justice.
Le 18 décembre 2015, la Commission de vérité et réconciliation a publié son rapport final intitulé « Honorer la vérité, réconcilier l’avenir ». Le gouvernement du Canada s’est engagé à mettre en oeuvre toutes les recommandations que contient ce rapport. Ce sont des objectifs importants, mais aussi très ambitieux.
Les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation touchent également le système correctionnel. Je me permets de les lire:
1. Élimination, au cours de la prochaine décennie, de la surreprésentation des Autochtones incarcérés et des jeunes Autochtones en détention.
2. Établissement de sanctions communautaires réalistes qui offriront des solutions de rechange à l’incarcération des délinquants autochtones et le ciblage des causes sous-jacentes du comportement délinquant.
3. Élimination des obstacles à la création de pavillons de ressourcement additionnels pour détenus autochtones au sein du système correctionnel fédéral.
4. Autorisation des dérogations aux peines minimales obligatoires d’emprisonnement pour les délinquants atteints du trouble du spectre de l’alcoolisation foetale (TSAF).
5. Réduction du taux de victimisation criminelle des Autochtones.
Voilà ce que nous avons promis pendant la campagne électorale. Voilà ce que j’ai promis pendant la campagne électorale. Le projet de loi permet de changer énormément les choses et fait beaucoup pour rendre le système mieux adapté aux besoins de ces personnes.
On m’a dit que le projet de loi inquiète certains ministres de la Justice provinciaux. Ceux-ci ne doivent pas oublier les termes de leur titre, soit « ministre de la Justice ». À ce titre, ils doivent rendre justice à tous les Canadiens. Il est injuste que des jeunes atteints de troubles causés par l'alcoolisation foetale ne reçoivent pas l’appui communautaire dont ils ont besoin lorsqu’ils finissent en prison à cause de tous les mauvais choix qu’ils ont faits pendant leur vie.
Nous devrions tout faire pour que les plus vulnérables de nos concitoyens n'aboutissent pas en prison faute de ressources, de temps, d'efforts ou d'argent ou encore à cause de l'incurie crasse de la bureaucratie et de la rigidité du système.
J'ose espérer que le gouvernement appuiera cette mesure législative. J'ose aussi espérer que mes collègues parlementaires entendront l'appel du député de Yukon et reconnaîtront son excellent travail, d'abord parce qu'il est important en soi, mais surtout parce qu'il nous rapproche un tant soit peu des 94 recommandations de la Commission de vérité et réconciliation et que ce chemin, nous pouvons l'emprunter dès aujourd'hui. Mettons-nous au travail sans plus tarder.
Tapwe akwa khitwam.
View Brigitte Sansoucy Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, today I am pleased to speak to Bill C-235, an act to amend the Criminal Code and the Corrections and Conditional Release Act (fetal alcohol disorder).
I want to begin by saying that my NDP colleagues and I will support this bill. The NDP would like all parties in the House to work together to adopt this positive and long-overdue reform, which the previous government neglected.
Fetal alcohol disorder can have a range of effects on affected individuals. Those effects may include difficulty reasoning, inability to remember things, and trouble learning from past experiences and not repeating mistakes.
Bill C-235 defines the neurodevelopmental disorders associated with prenatal alcohol exposure. The spectrum of these disorders is commonly known as “fetal alcohol spectrum disorder” or by the acronym FASD, which I will use. This bill would amend the Criminal Code to establish a procedure for assessing individuals who are involved in the criminal justice system and who may suffer from fetal alcohol disorder. It would also include FASD as a mitigating factor in sentencing.
The bill also recognizes FASD as a disability in the federal correctional system. It also requires the courts to order people who have FASD to follow an external support plan so that they receive the support they need for their reintegration into society. It finally makes a consequential amendment to the Corrections and Conditional Release Act.
Bill C-235 is actually is a reintroduction of two past bills to better address the needs of individuals suffering from fetal alcohol syndrome disorder who find themselves in our criminal justice system. In terms of the trial process, this latest version of the bill allows the courts to order an assessment over the objections of the defendant and at any stage of the proceedings. We have supported every past incarnation of this bill, which seeks to better address the needs and circumstances of offenders suffering from fetal alcohol spectrum disorder in the criminal justice system.
In accordance with its order of reference of Wednesday, November 26, 2014, the Standing Committee on Justice and Human Rights studied a previous version of this bill, Bill C-583. The report of that study was tabled in May 2015. The report indicates conclusively that people with fetal alcohol disorder are overrepresented in the penal justice system. According to a study conducted by the Fetal Alcohol Syndrome Society of Yukon, 76% of the target population affected by fetal alcohol disorder had contact with the justice system.
Currently, our justice system does not leave room to take the individual's situation into account or to address it. It is therefore very important to support this bill, which needs to be passed quickly if we are to take people and their particular condition into consideration when we seek justice. We sincerely lament the fact that for years, the Conservatives ignored evidence and used a one-size-fits-all approach to impose mandatory minimum sentences that are costly, ineffective, and even unconstitutional.
The NDP is in favour of a more effective approach that is more suited to the victims. We have a real problem when it comes to identifying this disorder in those who have it. Wenda Bradley, one of the witnesses who appeared before the Standing Committee on Justice and Human Rights, said that “there are many people within our society who are affected by FASD but who have not been recognized and who keep circling in and out of the justice system”.
The problem is that this disorder is somewhat invisible. Those who have it look like you and me. However, they have special needs and that is why we must provide them with the appropriate support throughout the entire penal process.
In fact, when he appeared before the same committee, Rodney Snow had this to say:
...criminal law assumes that individuals make informed choices, that they decide to commit crimes, and that they learn from their own behaviour and the behaviour of others. Fourth, these assumptions are often not valid for individuals with FASD, so our criminal justice system fails them and it fails us.
By considering this disorder as a mitigating factor in criminal proceedings, we could better adjust sentences for these individuals. Studies of young offenders indicated, for example, that the sentence alone does not reduce criminal recidivism. On the contrary, it could even encourage it.
The passage of this bill would allow the criminal justice system to adapt sentences for these individuals so that they are as effective as possible. Moreover, a system would have to be put in place to identify children with fetal alcohol syndrome as early as possible.
The data I have collected on children with fetal alcohol syndrome demonstrate the extent of the problem in Canada. In Quebec, one in 128 children are affected by this disorder. In Ontario, one in 156 are affected. In Saskatchewan, it is one in 40. In the Northwest Territories, it is one in 33.
We must not wait until these individuals wind up in court for committing a crime before they are diagnosed with this disorder. An ounce of prevention is worth a pound of cure. Yes, including FASD as a mitigating factor in sentencing is already a big step forward. However, this disorder also carries other consequences. A number of FASD symptoms, such as impulsiveness, make it hard for sufferers to hold down a job or live a stable life, which can lead to poverty and homelessness.
Having spent many years working in community-based organizations, including over 10 years as executive director of Auberge du coeur Le Baluchon, I knew a few young people who had FASD who, as a result of the disorder, had developmental delays and were constantly having problems at school. These young people endure one failure after another, and often they do not even understand why. They think that they are to blame for their problems and that they are inadequate. They often have very low self-esteem, which creates a whole slew of other problems. They will be penalized throughout their lives by the lack of appropriate care and support.
I think that it is critical that the government do more to support other levels of government in order to help people who have FASD and invest in prevention and awareness.
As an NDP member, I support this bill, and I urge all my colleagues in the House to do the same. Let us think of all the young people suffering from FASD and bring in measures that could help them.
Rod Snow, former president of the Canadian Bar Association, agrees that everyone should support this amendment to the Criminal Code and to our correctional system so that they are appropriate and effective when it comes to fighting crime. The old approach is simply not working.
Monsieur le Président, je suis heureuse de prendre la parole aujourd'hui sur le projet de loi C-235, Loi modifiant le Code criminel et la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition en lien avec les troubles causés par l’alcoolisation foetale.
Je dois commencer par dire que mes collègues néo-démocrates et moi-même appuierons ce projet de loi. Le NPD souhaite que tous les partis de la Chambre travaillent ensemble pour adopter cette réforme positive et longuement attendue, qui a été négligée par l'ancien gouvernement.
Le syndrome de l'alcoolisation foetale a des effets multiples chez les personnes touchées. Entre autres, on peut noter une difficulté de raisonnement, une incapacité à retenir certaines choses ou encore des difficultés à apprendre des expériences antérieures et à ne pas répéter les mêmes erreurs.
Le texte du projet de loi C-235 définit les troubles neurologiques du développement liés à l'exposition prénatale à l'alcool. Ces troubles sont souvent regroupés sous l'appellation « ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale », d'ou l'acronyme que j'utiliserai, l'ETCAF. Ce projet de loi modifie le Code criminel afin d'établir une procédure permettant l'évaluation des personnes confrontées au système de justice pénale qui pourraient être atteintes de troubles causés par l'alcoolisation foetale. De plus, il souhaiterait inclure l'ETCAF en tant que facteur atténuant dans la détermination de la peine.
Le projet de loi permet aussi de reconnaître l'ETCAF comme une déficience dans le système correctionnel fédéral. Il oblige également le tribunal à ordonner aux personnes atteintes de ces troubles de suivre un plan de soutien externe afin qu'elles reçoivent le soutien dont elles ont besoin pour leur réinsertion sociale. Il modifie enfin la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition en conséquence.
Le projet de loi C-235 est en fait la reprise de deux anciens projets de loi visant à mieux répondre aux besoins des personnes atteintes de troubles causés par l'alcoolisme foetal qui se retrouvent aux prises avec notre système de justice pénale. Sur le plan du processus judiciaire, la plus récente version du projet de loi permet aux tribunaux d'ordonner une évaluation malgré les objections du défendeur, et ce, à toutes les étapes du processus judiciaire. Nous avons appuyé toutes les versions antérieures de ce projet de loi, qui cherche à mieux répondre aux besoins et aux conditions des délinquants souffrant de troubles causés par l'alcoolisme foetal dans le système judiciaire pénal.
Conformément à son ordre de renvoi du mercredi 26 novembre 2014, le Comité permanent de la justice et des droits de la personne a étudié une version antécédente de ce projet de loi, soit le projet de loi C-583. Le rapport de cette étude est sorti en mai 2015. Dans ce rapport on peut lire qu'il ne fait aucun doute que les personnes atteintes d'un trouble lié à l'alcoolisation foetale sont surreprésentées dans le système de justice pénale. D'après une étude menée par la Fetal Alcohol Syndrome Society of Yukon, 76 % des personnes du groupe cible touchées par le syndrome d'alcoolisme foetal ont eu des contacts avec le système de justice.
Or notre système de justice actuel ne permet pas de prendre en compte la situation de ces personnes-là et d'y répondre. Il est donc primordial de soutenir ce projet de loi, qui doit être adopté rapidement pour prendre en considération les personnes, ainsi que leur état particulier, lorsque nous cherchons à obtenir justice. Nous déplorons sincèrement que, pendant des années, les conservateurs aient ignoré les preuves et utilisé un modèle unique pour imposer des peines minimales obligatoires coûteuses, inefficaces et même inconstitutionnelles.
Le NPD soutient une approche plus efficace et adaptée à ces personnes. Nous avons un vrai problème en matière d'identification de ce syndrome chez les personnes qui en sont victimes. Wenda Bradley, une des témoins qui ont comparu au Comité permanent de la justice et des droits de la personne, expliquait que « l'ETCAF n'a pas été diagnostiqué chez un bon nombre de ces personnes, qui vont et viennent sans cesse dans notre système de justice ».
Le problème est que ce syndrome est en quelque sorte invisible. Les personnes qui en sont atteintes « ont l'air de vous et moi. » Pourtant, elles n'ont pas les mêmes besoins et c'est pour cela que nous devons leur fournir un accompagnement adapté pendant tout le processus pénal.
En effet, lors de sa comparution au même comité, Rodney Snow a mentionné ceci:
[...] le droit pénal repose sur la présomption selon laquelle les gens prennent des décisions éclairées, décident de commettre des crimes et tirent des leçons de leur propre comportement et de celui des autres. Or, ces présomptions ne sont souvent pas valables pour les personnes atteintes de l'ETCAF. Ainsi, notre système de justice pénale ne répond pas à leurs besoins et à nos attentes.
En considérant ce syndrome comme une circonstance atténuante lors de la procédure pénale, nous serons à même d'ajuster au mieux les peines appliquées à ces personnes. Des études menées sur de jeunes contrevenants révèlent, par exemple, que la sanction pénale ne permet pas à elle seule de réduire la récidive criminelle. Au contraire, elle pourrait même la favoriser.
L'adoption de ce projet de loi permettrait donc au système pénal d'adapter les peines appliquées à ces personnes pour qu'elles soient le plus efficace possible. Qui plus est, il faudrait mettre en place un système nous permettant de détecter le plus tôt possible le syndrome de l'alcoolisme fœtal chez les enfants.
Les chiffres que j'ai pu recueillir sur les enfants atteints du syndrome d'alcoolisme foetal indiquent l'importance de ce problème dans notre pays. Au Québec, un enfant sur 128 souffre de ce syndrome. En Ontario, c'est un enfant sur 156. En Saskatchewan, c'est un enfant sur 40. Dans les Territoires du Nord-Ouest, c'est un enfant sur 33.
Il ne faut pas attendre de les retrouver au tribunal, après qu'ils aient commis un crime ou un délit, pour déceler ce syndrome chez eux. Il vaut mieux prévenir que guérir. Certes, c'est déjà une grande avancée que de prendre en compte l'ETCAF en tant que facteur atténuant la peine. Toutefois, ce syndrome a aussi d'autres conséquences. Un certain nombre de symptômes de l'ETCAF, comme l'impulsivité menant à une difficulté à conserver un emploi ou encore à mener une vie stable, peuvent mener à des situations de pauvreté et d'itinérance.
Ayant passé de nombreuses années dans le domaine communautaire, dont plus d'une dizaine d'années à titre de directrice générale de l'Auberge du coeur Le Baluchon, j'ai pu suivre certains de ces jeunes qui, à cause de l'ETCAF, rencontraient des retards mentaux et des troubles scolaires constants. Ce sont des jeunes qui vivent échec après échec et qui, souvent, ne comprennent pas pourquoi. Ils pensent que le problème vient d'eux et qu'ils ne sont pas adéquats. Ces jeunes ont souvent une très faible estime d'eux-mêmes, ce qui engendre une série d'autres problèmes. Le manque de suivi et d'accompagnement adaptés les pénalise dans leur vie future.
Il me semble donc d'une importance capitale que le gouvernement en fasse davantage pour soutenir les autres ordres de gouvernement en vue d'aider les personnes atteintes de l'ETCAF et d'investir dans la prévention et la sensibilisation.
En tant que néo-démocrate, je soutiens donc ce projet de loi, et j'invite tous mes collègues à la Chambre à faire de même. Ayons en tête tous ces jeunes qui souffrent de ce problème, afin de mettre en place les mesures qui pourront les aider.
Comme le disait Rod Snow, ancien président de l'Association du Barreau canadien, on doit appuyer la modification du Code criminel et de notre système correctionnel pour qu'ils soient adaptés et efficaces en matière de lutte contre la criminalité. L'ancienne approche ne fonctionne pas.
View Michael McLeod Profile
Lib. (NT)
View Michael McLeod Profile
2016-12-06 18:46 [p.7755]
Mr. Speaker, I am pleased to rise today to speak in support of Bill C-235, an act to amend the Criminal Code and the Corrections and Conditional Release Act (fetal alcohol disorder).
Alcohol is one of the most toxic substances we humans consume. Unfortunately, in pregnancy, it crosses the placenta and disrupts the fetal development. As a result, some children are born with fetal alcohol spectrum disorder, or FASD.
FASD was first identified a little more than 40 years ago when a similar pattern of malformations was discovered in children, but the disorder goes way beyond the physical. Individuals affected by FASD may have trouble with memory, attention, self-care, decision-making and social skills, and may also suffer from mental health disorders such as depression, addiction, and difficulty controlling their emotions. They may also have problems with organization and planning daily activities, controlling their emotions and completing tasks, which would allow them to lead productive lives.
Circumstances such as these often lead these individuals into trouble with the law and create further issues once they are incarcerated. The consequences associated with FASD are widespread. They may affect the child, the families, and the communities they reside in.
To give everyone a better picture of the prevalence of FASD in Canada, this disorder affects nearly one in 100 children. Some Canadian data indicates greater prevalence of FASD in children in rural communities, the foster care systems, the juvenile justice systems, and aboriginal populations.
This higher prevalence of FASD found in aboriginal children is often linked to historical and multi-generational trauma. Research and data on the consequences of FASD have grown in the past decades, and programs are being implemented to prevent the disorder and address the special circumstances and the difficulties people are suffering from FASD.
However, it is time to address FASD in the criminal justice system. In fact, in its calls to action, the Truth and Reconciliation Commission called upon the Government of Canada and the provincial and territorial governments to undertake reform of the criminal justice system to address the needs of offenders suffering from FASD.
That said, let us get to the reasons why the bill is important. As my colleague, the hon. member for Yukon, mentioned, the bill seeks to do a number of things. First, it seeks to define FASD. Second, the bill would give a court the right to order FASD assessments where it has reasonable grounds to believe an offender may be suffering from the disorder and that FASD could have had an impact on the offence committed. Third, the bill would give the court discretion to consider FASD as a mitigating factor when handing down a sentence. Fourth, when a person with FASD is released, they would have an external support plan.
It is important to understand that the goal of the bill is not to consider FASD as an excuse for bad behaviour. When a person breaks the law, it is important that this person be held to account. Why it is important to give the court the ability to order FASD assessments where it has reasonable grounds to believe an offender may be affected by the disorder is that not all cases of FASD are physically recognizable, and not all individuals affected by FASD are diagnosed early in life. They may only discover they have FASD once they enter the criminal justice system. It is essential that screening for FASD take place within the criminal justice system to better address the needs of those individuals affected by this disorder. The earlier we are able to identify offenders with FASD, the more we will be able to avoid more serious crimes being committed in the future, and the more we will be able to manage these individuals when they are incarcerated.
Then comes the question, why is it important to consider FASD as a mitigating factor in the sentencing process? When a person breaks the law, it is important that this person be held to account, but it is also important to consider the greater picture and to look at the explanation of the person's behaviour.
As I mentioned earlier, people with FASD may suffer from an array of symptoms, such as a lack of understanding of the consequences of their actions, making them more prone to trouble with the law.
We need to understand that these individuals are born with a development disorder due to exposure to alcohol before they were even born. We need to recognize that they are victims of a disorder. It therefore becomes all about creating a balance between recognizing the effects of this disorder on offenders and the need to hold people accountable for their actions. This bill would give the courts the power to do this.
Health Canada estimates that as many as nine in every 1,000 babies born in Canada have a disability on the FASD spectrum. The effects of this are a lifelong array of mental and physical disabilities, including difficulty understanding the consequence of their actions. As a result, many of the victims of FASD end up in Canada's justice system and prisons. Data suggests that between 10% and 23% of inmates in our prisons have FASD.
The Canadian Bar Association, the organization representing Canada's legal professionals, agrees that this is too many people and has indicated its support for Bill C-235. It feels that an unfair number of people with FASD are being prosecuted by the legal system. Here is a quote directly from a CBA letter, which all members should have received this week from the member for Yukon. It states:
We believe that Bill C-235 is an important step in addressing some of the shortcomings of the current framework....
Bill C-235 advances several changes, in line with previous suggestions made by CBA. The CBA supports the proposed amendment to define FASD in section 2 of the Criminal Code. The CBA also supports an amendment to allow a judge to order an assessment of someone they suspect has FASD. We believe this would assist courts in handing out more appropriate dispositions to people with FASD. The CBA supports amending the sentencing provisions in section 718.2 of the Criminal Code to allow a judge to consider evidence that an offender has FASD as a mitigating factor on sentencing. We also appreciate the section that would require judges to include, as a condition of probation, compliance with an external support plan established for the purpose of supporting and facilitating successful reintegration into society. Finally we commend the proposed amendment to the Corrections and Conditional Release Act to expressly require Correctional Services Canada to be responsive to special requirements or limitations of people with FASD. The problem of incarcerating people with FASD is pressing and can no longer be ignored.
This is a strong endorsement from the legal profession. We need to take action to assist those who have been incarcerated to help ensure they receive support to help them get back into society. That is why I urge all my hon. colleagues to consider voting in favour of this very important bill.
Monsieur le Président, j'ai le plaisir de donner aujourd'hui mon appui au projet de loi C-235, Loi modifiant le Code criminel et la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition (troubles causés par l’alcoolisation foetale).
L'alcool est l'une des substances les plus toxiques qu'un être humain peut consommer. Hélas, s'il est ingéré pendant la grossesse, il traverse les parois du placenta et compromet le développement du foetus. Certains enfants naissent alors avec l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale, ou ETCAF.
L'ETCAF a été diagnostiqué pour la première fois il y a un peu plus d'une quarantaine d'années, lorsque les spécialistes ont remarqué qu'un ensemble d'enfants étaient atteints de malformations comparables, mais les effets de ces troubles ne sont pas que physiques, loin de là. Les personnes atteintes de l'ETCAF peuvent avoir des problèmes de mémoire et d'attention; elles peuvent avoir tendance à ne pas prendre soin d'elles-mêmes, à avoir du mal à prendre des décisions ou à interagir avec les autres; elles peuvent aussi souffrir de divers problèmes de santé mentale, comme la dépression et la dépendance. Elles peuvent enfin avoir du mal à maîtriser leurs émotions, à organiser et planifier leurs activités quotidiennes ou à faire certaines tâches essentielles pour mener une vie productive.
En raison de ces déficiences, il leur arrive souvent d'avoir des démêlés avec la justice et de causer toutes sortes d'autres problèmes lorsqu'elles sont incarcérées. Les conséquences de l'ETCAF sont aussi vastes que nombreuses et elles peuvent toucher autant l'enfant lui-même que sa famille et son entourage.
L'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale, ou ETCAF, touche près d'un enfant sur 100 au Canada, ce qui donne une idée de sa prévalence. Selon certaines données recueillies au Canada, ces troubles sont plus fréquents dans les régions rurales, les systèmes de familles d'accueil, le système judiciaire pour les jeunes, et les populations autochtones.
Il existe souvent des liens entre la prévalence plus élevée de l'ETCAF parmi les enfants autochtones et les traumatismes historiques qui se perpétuent sur plusieurs générations. Les recherches et les données sur les conséquences de l'ETCAF se sont multipliées au cours des dernières décennies, et on a entrepris d'instaurer des programmes qui visent à prévenir l'ETCAF et à répondre aux besoins particuliers des personnes atteintes.
Le temps est venu d'examiner la situation de l'ETCAF dans le système de justice pénale. Dans ses appels à l'action, la Commission de vérité et réconciliation demande d'ailleurs au gouvernement du Canada et aux gouvernements provinciaux et territoriaux d'entreprendre des réformes du système de justice pénale afin de mieux répondre aux besoins des délinquants atteints de l'ETCAF.
Voyons maintenant pourquoi le projet de loi à l'étude est important. Comme l'a mentionné mon collègue, le député de Yukon, il poursuit plusieurs objectifs. Premièrement, il vise à définir l'ETCAF. Deuxièmement, il permettrait aux tribunaux d'ordonner des évaluations relatives à l'ETCAF lorsqu'ils ont des motifs raisonnables de croire que le délinquant pourrait être atteint de ces troubles et que ceux-ci auraient peut-être joué un rôle dans l'infraction commise. Troisièmement, le projet de loi permettrait aux tribunaux de considérer l'ETCAF comme une circonstance atténuante pour la détermination de la peine. Quatrièmement, on fournirait aux personnes atteintes de ces troubles un plan de soutien externe à leur libération.
Il est important de comprendre que le projet de loi ne vise pas à excuser les comportements répréhensibles par l'ETCAF. Une personne qui enfreint la loi doit répondre de ses actes. Comme les cas d'ETCAF ne présentent pas tous des signes physiques visibles et comme la personne atteinte n'a pas toujours reçu un diagnostic étant jeune, il importe que les tribunaux soient en mesure d'ordonner une évaluation lorsqu'il existe des motifs raisonnables de croire que la personne est atteinte. Une personne atteinte pourrait découvrir la cause de son état qu'à son entrée dans l'appareil de justice pénale. Afin d'aider les délinquants atteints, il est essentiel que le système de justice pénale fasse appliquer des mesures de dépistage de l'ETCAF. Plus il sera possible de repérer tôt les délinquants atteints, plus nous serons en mesure d'éviter qu'ils commettent des crimes plus graves et de gérer les difficultés qu'ils vivent en milieu carcéral.
Il s'agit maintenant de savoir pourquoi il importe de considérer l'ETCAF comme circonstance atténuante dans le processus de détermination de la peine. Lorsqu'une personne enfreint la loi, il faut la tenir responsable de ses gestes, certes, mais il importe aussi de garder une vue d'ensemble et de tenter comprendre les raisons à l'origine de ceux-ci.
Comme je l'ai dit plus tôt, les personnes atteintes de l'ETCAF peuvent souffrir d'une foule de symptômes qui peuvent notamment les amener à ne pas comprendre les conséquences de leurs actes, ce qui les rend plus susceptibles d'avoir des démêlés avec la justice.
Nous devons comprendre que ces personnes sont nées avec un trouble du développement parce qu'elles ont été exposées à l'alcool avant même de naître. Nous devons comprendre qu'elles sont victimes d'un trouble. Il faut donc trouver le juste équilibre entre la nécessité de tenir compte des effets de ce trouble sur les délinquants et celle de tenir ces personnes responsables de leur actes. Ce projet de loi permettrait aux tribunaux de le faire.
Selon Santé Canada, pas moins de 9 bébés sur 1 000 nés au Canada sont atteints de l'ETCAF. Les personnes atteintes souffrent d'une foule de déficiences physiques et mentales, y compris la difficulté à comprendre les conséquences de leurs gestes. Par conséquent, bon nombre des victimes de l'ETCAF aboutissent dans le système de justice et les prisons du Canada. Selon des données, l'ETCAF affecte de 10 % à 23 % des détenus au pays.
L'Association du Barreau canadien, l'organisme qui représente les professionnels du droit au Canada, convient que ce problème touche un trop grand nombre de personnes, et elle a exprimé son appui à l'égard du projet de loi C-235. L'association trouve injuste qu'un si grand nombre de personnes atteintes de l'ETCAF soient poursuivies par le système de justice. J'aimerais citer textuellement une lettre de l'ABC que le député de Yukon devrait avoir fait parvenir à tous les députés cette semaine. La lettre dit ceci:
Nous croyons que le projet de loi C-235 est une étape importante en vue de combler certaines des lacunes observées dans le cadre actuel [...]
Le projet de loi C-235 propose plusieurs changements qui sont conformes à des suggestions antérieures de l'ABC. L'ABC appuie la proposition de changement visant à définir l'ensemble des troubles causés par l’alcoolisation foetale à l'article 2 du Code criminel. L'ABC appuie aussi une modification visant à permettre à un juge d'ordonner l'évaluation d'une personne qu'il soupçonne être atteinte de troubles causés par l'alcoolisation foetale. Nous croyons que cette mesure permettrait aux tribunaux de rendre des décisions plus adaptées à la situation des personnes atteintes de ces troubles. L'ABC appuie la modification proposée aux dispositions relatives à la détermination de la peine figurant à l'article 718.2 du Code criminel afin de permettre à un juge de considérer comme circonstance atténuante, pour la détermination de la peine, le fait que le délinquant est atteint de troubles causés par l'alcoolisation foetale. Nous sommes aussi d'accord avec la disposition qui exigerait que les juges ajoutent aux conditions de l'ordonnance de probation du délinquant l'obligation de se conformer à un plan de soutien externe établi pour qu'il reçoive le soutien dont il a besoin pour favoriser la réussite de sa réinsertion sociale. Enfin, nous appuyons la modification proposée à la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition qui exige expressément que le Service correctionnel du Canada tienne compte des besoins particuliers ou des limitations des personnes atteintes de troubles causés par l'alcoolisation foetale. Le problème que constitue l'incarcération de ces personnes est pressant, et on ne peut plus en faire abstraction plus longtemps.
Il s'agit d'un solide appui de la part de la profession juridique. Nous devons agir pour aider les personnes incarcérées atteintes de troubles causés par l'alcoolisation foetale et pour veiller à ce qu'elles reçoivent le soutien dont elles ont besoin pour réintégrer la société. C'est pourquoi j'exhorte tous les députés à envisager de voter en faveur de ce projet de loi très important.
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2016-12-06 18:55 [p.7756]
Mr. Speaker, today I rise to contribute to the second reading debate on the matter of Bill C-235, An Act to amend the Criminal Code and the Corrections and Conditional Release Act, fetal alcohol disorder. I would like to begin by thanking most sincerely the member for Yukon for his advocacy on this very important issue. With this private member's bill and other initiatives, he is growing a greater awareness of a disorder that often goes unnoticed.
The private member's bill would amend both the Criminal Code and the Corrections and Conditional Release Act to provide special treatment for individuals with fetal alcohol spectrum disorder, FASD, who are involved in the criminal justice system. The bill proposes to do essentially four things: first, to define FASD in the Criminal Code; second, to permit judges to order FASD assessments for bail and sentencing; third, to require sentencing judges to consider FASD as a mitigating factor for the purposes of sentencing; and, finally, to require Correctional Service of Canada to provide FASD-specific programming for individuals who are serving prison sentences in federal facilities.
FASD is a diagnostic term used to describe the brain damage caused by prenatal exposure to alcohol as a result of maternal consumption of alcohol. In other words, if a pregnant woman consumes alcohol while she is pregnant, it may result in irreversible, lifelong brain damage to her baby. According to the Public Health Agency of Canada, FASD affects at least 1% of all babies born in Canada, and it is the leading cause of preventable congenital brain damage and developmental disability. However, due to the fact that there are usually no obvious external physical indicators, FASD is for all intents and purposes invisible. The invisible nature of this condition is one of the reasons it poses such a challenge to the criminal justice system and, indeed, to our greater society.
I want to emphasize at the outset that the government fully supports the very laudable objectives of the private member's bill. However, after careful consideration, we have concluded that the bill presents serious policy and legal challenges that cannot be substantially addressed through amendments; and therefore, for these reasons, the government is unable to support the specific proposals of this bill.
We come to these conclusions after reading the recently released report from a committee of federal-provincial-territorial experts on the exact proposals covered in this bill. This group of experts, the Federal-Provincial-Territorial Steering Committee on Fetal Alcohol Spectrum Disorder was struck at the request of federal-provincial-territorial ministers responsible for justice and public safety. Their mandate was to study the issue of FASD in the criminal justice system, and to consider how to improve access to justice for individuals with FASD and to make recommendations for action to ministers and deputy ministers responsible for justice and public safety.
The committee members considered several proposals for legislative reform to address FASD, including the specific ones that are proposed in Bill C-235. The FASD steering committee reported its findings and recommendations to the ministers of justice just this past October and their report was made publicly available. I would encourage each and every member who has not already done so to read this report, which is publicly available online at the Canadian Intergovernmental Conference Secretariat. I would also like to draw members' attention to one of the overarching themes in the report that speaks directly to the heart of the proposals that are before us today.
The committee concluded:
...legislative amendments which would single out one specific disability for special treatment to the exclusion of others was not supported. It was noted that the criminal law does not currently single out specific disabilities and no policy rationale for singling out FASD in this way was identified.
This is a very important point, and I would like to take a moment to reflect briefly on it. The Criminal Code does not currently define any specific mental disorders or disabilities. Instead, section 2 of the code defines mental disorder broadly as disease of the mind. This has been interpreted by the Supreme Court of Canada to embrace any illness, disorder, or abnormal condition which impairs the human mind and its functioning. FASD has been found on numerous occasions to be a mental disorder under this very broad definition. The bill's proposal to include a definition of only FASD would therefore likely raise questions about why the law does not also specifically identify any other disorder, and may lead to calls for their inclusion in the future.
While specifically identifying other disorders may seem like an obvious solution to this challenge, I invite members to consider that there are more than 300 separate and distinct mental disorders listed in the American Psychiatric Association's Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders.
One can only imagine what the Criminal Code would look like if each and every disorder was specifically defined and our courts were given instructions to treat each specific disorder diagnosis differently. Proceeding in the manner proposed by the bill before us could, unfortunately, create a potential discriminatory impact of establishing a regime that focuses exclusively on one particular disorder to the exclusion of others. This reflects one of the many possible unintended consequences of the bill.
The government also had similar concerns with respect to the proposed FASD assessment power. It would permit judges to order FASD-specific assessments for a number of enumerated reasons under the criminal law. The proposal to only permit a court to order an FASD assessment would mean that other disorders would not be diagnosed, potentially creating a hierarchy of medical conditions in the criminal law.
I would like to return for a moment to the report of the FASD steering committee. It also expressed concern with the issue of creating a specific FASD assessment power in the Criminal Code. However, it recognized that in the area of sentencing, the ability of the court to order a broader assessment of the mental condition of the accused was unclear, and therefore these assessments are not undertaken in a consistent way across the country.
The steering committee was of the view that clarifying the Criminal Code assessment power to permit a broader assessment of the mental condition of the accused for the purposes of sentencing would permit the court to gather relevant evidence about the accused, including information about the offender's capacities, limitations, and support needs. Such an approach would provide an opportunity to address many of the concerns underlying the proposal for specific FASD assessment and could have a positive impact for all offenders in the criminal justice system, not only for those with fetal alcohol spectrum disorder.
The government agrees with the conclusions of the steering committee that FASD should not be specifically singled out, but that there should be a study of a broader assessment power for the purposes of sentencing, and I would support that approach.
In conclusion, although the government cannot support the proposals as they are presented in the bill, I want to take a moment to reflect and to again thank the member for Yukon for bringing this very important issue before Parliament. His efforts and his passion have created a national discussion on this very important issue, and I would like to personally commend him for his leadership and his commitment.
Monsieur le Président, je prends la parole pour participer au débat à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-235, Loi modifiant le Code criminel et la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition (troubles causés par l’alcoolisation foetale) . Je commencerai par remercier bien sincèrement le député de Yukon de défendre cette question d'une très grande importance. Grâce à ce projet de loi et à d'autres initiatives, il contribue à sensibiliser la population à un trouble qui passe souvent inaperçu.
Le projet de loi d'initiative parlementaire modifierait le Code criminel et la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition afin que les personnes atteintes de l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale, ou ETCAF, qui ont des démêlés avec la justice pénale puissent recevoir un traitement spécial. Le projet de loi prévoit essentiellement quatre choses: premièrement, définir l'ETCAF dans le Code criminel; deuxièmement, permettre aux juges d'ordonner des évaluations relatives à l'ETCAF pour accepter une libération sous caution et déterminer une peine; troisièmement, obliger les juges à considérer l'ETCAF comme une circonstance atténuante pour la détermination de la peine; et quatrièmement, obliger le Service correctionnel du Canada à fournir des programmes adaptés aux besoins des personnes atteintes de l'ETCAF incarcérées dans un établissement fédéral.
L'ETCAF est un terme médical qui sert à décrire les lésions cérébrales causées par l'exposition prénatale à l'alcool en raison de la consommation de la mère. Autrement dit, lorsqu'une femme enceinte consomme de l'alcool pendant la grossesse, cela peut entraîner des lésions cérébrales irréversibles, permanentes, chez son bébé. Selon l'Agence de la santé publique du Canada, l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale touche au moins 1 % de tous les bébés nés au Canada et c'est la principale cause de lésions cérébrales et de troubles du développement congénitaux. Toutefois, comme il n'y a habituellement aucun signe physique extérieur évident, l'ETCAF est, pour ainsi dire, invisible. L'invisibilité de ces troubles est l'une des raisons pour lesquelles ils posent un tel défi dans le système de justice pénale et, en pour tout dire, dans la société dans son ensemble.
Je veux souligner, d'entrée de jeu, que le gouvernement appuie entièrement les objectifs louables de ce projet de loi d'initiative parlementaire. Toutefois, après un examen minutieux, nous avons conclu que le projet de loi présente de graves problèmes, sur le plan de la politique et sur le plan juridique, qui ne peuvent être corrigés, dans l'ensemble, au moyen d'amendements. Pour ces raisons, le gouvernement ne peut pas appuyer les mesures proposées dans ce projet de loi.
Nous en arrivons à ces conclusions après avoir lu le rapport publié récemment par un comité d'experts fédéral-provincial-territorial portant sur les mêmes mesures que celles proposées dans ce projet de loi. Ce comité, le Comité fédéral-provincial-territorial sur l’ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale, a été créé à la demande des ministres fédéraux, provinciaux et territoriaux responsables de la justice et de la sécurité publique. Il avait pour mandat d'étudier le problème de l'ETCAF dans le contexte du système de justice pénale, de trouver des façons d'améliorer l'accès à la justice pour les personnes atteintes de l'ETCAF et de faire des recommandations sur les mesures que pourraient prendre les ministres et les sous-ministres responsables de la justice et de la sécurité publique.
Les membres du comité se sont penchés sur plusieurs des modifications législatives proposées à l'égard de l'ETCAF, y compris dans le projet de loi C-235. Le comité sur l'ETCAF vient de faire part de ses conclusions et de ses recommandations aux ministres de la Justice, en octobre, et il a publié son rapport. J'encourage tous les députés qui ne l'ont pas déjà fait à lire ce rapport, accessible en ligne sur le site du Secrétariat des conférences intergouvernementales canadiennes. Je signale également aux députés que l'un des grands thèmes abordés par le rapport est directement lié aux propositions dont nous sommes saisis aujourd'hui.
Le comité a conclu ceci:
[...] l’établissement de modifications législatives qui cibleraient un trouble particulier afin de lui accorder un traitement spécial au détriment des autres troubles n’a reçu aucun appui. On a fait observer que le droit pénal ne cible pas actuellement de troubles particuliers et qu’il n’existe aucune raison de principe de distinguer [l'ETCAF] de cette manière.
C'est un point très important, et je voudrais prendre un instant pour l'aborder brièvement. Le Code criminel ne définit actuellement aucun trouble ou handicap mental. On retrouve plutôt, à l'article 2 de cette loi, une définition générale des maladies mentales. La Cour suprême en a donné une interprétation qui englobe les maladies, les troubles et les anomalies nuisant au fonctionnement du cerveau humain. Des décisions des tribunaux ont confirmé à maintes reprises que cette définition englobait l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale. En les traitant comme un cas à part de maladie mentale, comme le propose le projet de loi, nous amènerions les gens à se demander pourquoi la loi n'inclut pas les autres maladies mentales et à réclamer des modifications pour que ce soit le cas à l'avenir.
Bien que l'idée de définir tous les autres troubles puisse paraître comme une solution évidente au problème, j'invite les députés à tenir compte de l'existence de plus de 300 troubles distincts répertoriés dans le manuel intitulé Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, de l'association des psychiatres des États-Unis.
On ne peut qu'imaginer à quoi ressemblerait le Code criminel s'il définissait avec précision tous les troubles qui existent et si les tribunaux étaient chargés de traiter chaque trouble d'une façon différente. Procéder comme le prévoit le projet de loi dont nous sommes saisis pourrait, malheureusement, avoir un effet discriminatoire, en ce sens qu'il établirait un régime mettant exclusivement l'accent sur un trouble particulier, à l'exclusion de tout autre. Voilà l'une des nombreuses conséquences imprévues que pourrait avoir le projet de loi.
Le gouvernement avait des préoccupations semblables en ce qui a trait au pouvoir d’évaluation relatif à l’ETCAF, puisqu'il permettrait aux juges d’ordonner des évaluations visant explicitement l’ETCAF pour un certain nombre de raisons énumérées dans le droit pénal. Le fait d'autoriser un juge à ordonner uniquement une évaluation visant explicitement l'ETCAF signifie que d'autres troubles ne seraient pas diagnostiqués, et cela pourrait donner lieu à la création, dans le droit criminel, d'une hiérarchie des troubles médicaux.
J'aimerais revenir au rapport du comité directeur sur l'ETCAF. Ce comité s'est également dit préoccupé par le fait de créer dans le Code criminel un pouvoir d'évaluation visant explicitement l'ETCAF. Il a toutefois reconnu qu'en ce qui concerne la détermination des peines, la capacité d'un juge d'ordonner une évaluation plus vaste de l'état mental de l'accusé n'était pas claire et que les évaluations pourraient donc ne pas être effectuées de façon uniforme partout au pays.
Le comité directeur était d'avis que, si l'on fournissait des précisions sur le pouvoir d'évaluation prévu au Code criminel de façon à permettre une évaluation globale de l'état mental de l'accusé aux fins de la détermination de la peine, le tribunal pourrait alors recueillir des données pertinentes au sujet de l'accusé, y compris des données sur ses capacités, ses limites et le soutien dont il a besoin. Cette approche réglerait plusieurs des préoccupations qu'inspire l'idée d'une évaluation portant seulement sur l'ETCAF. Elle pourrait avoir des effets positifs sur tous les délinquants du système de justice pénale, au lieu d'aider seulement ceux qui souffrent de l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale.
Le gouvernement est d'accord avec les conclusions du comité directeur. Il considère, comme le comité, que l'ETCAF ne devrait pas être désigné de façon particulière, et qu'on devrait étudier la possibilité d'élargir le pouvoir d'évaluation aux fins de la détermination de la peine. J'appuierais cette façon de faire.
En conclusion, bien que le gouvernement ne puisse pas appuyer le projet de loi tel qu'il est présenté, je souhaite prendre un moment pour remercier le député de Yukon d'avoir attiré l'attention du Parlement sur cet enjeu crucial. Ses efforts et sa passion ont été le point de départ d'une discussion d'envergure nationale sur ces questions très importantes. Je tiens à le féliciter personnellement de son leadership et de son engagement.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2016-12-06 19:03 [p.7757]
Mr. Speaker, there we have it. We finally have before us a bill that reflects what the legal, medical, and psychological experts have been asking for years, a bill to make long overdue changes to the criminal justice system to more accurately effect the appropriate just treatment for thousands of victims of FASD and to save millions of dollars in courts and prison costs.
What do the legal experts say? The largest body of experts, the Canadian Bar Association, comprised of 36,000 prosecutors, defence lawyers, judges, etc., says the following:
People with FASD have a permanent organic brain injury caused by maternal alcohol consumption during pregnancy. That brain injury results in a wide range of symptoms of varying severity, but is characterized by symptoms that often go against underlying principles of criminal law. These normative assumptions of criminal law infer that individuals are responsible for their own actions, that they can control their behaviors in keeping with societal expectations and that they can learn from and be deterred by previous experience.
Characteristics of FASD directly challenge these assumptions. Individuals with FASD may exhibit a lack of impulse control, impaired judgment, and an inability to control or modify their behavior. They may be susceptible to pressure from others and lack the ability to learn from past experiences or to understand the consequences of their own actions. Poor executive functioning skills mean that they may make the same mistakes over and over.
For these and other reasons, many people with FASD are in frequent contact with the criminal justice system. Often, the characteristics that made them susceptible to coming before the system are the very same characteristics that will keep them unreasonably enmeshed in the system over time...In June 2015, this reality was recognized in the Calls to Action from the Truth and Reconciliation Commission.
The current criminal justice framework does not give individuals with FASD adequate support, which in turn increases both the suffering of those involved and increases the costs to the criminal justice system. We believe that Bill C-235 is an important step in addressing some of the shortcomings of the current framework....Trial judges must have discretion to deal humanely with people who have FASD....We urge Parliament to adopt Bill C-235...
We heard some minor concerns raised earlier, but those have all been addressed in the first hour of debate and in the information I sent everyone today.
I am going to close with an excerpt from a long letter I will send everyone. It is from the mother of an FASD victim. She says:
“Your vote can slash the suicide rate in certain populations, save innocent people from destructive criminal records which ruin employment prospects in an already vulnerable group which are the invisibly disabled ...Those with both diagnosed and undiagnosed FASD end up in segregation, because they are at the bottom of the food chain among convicts...Send a disabled innocent person to jail to get punished and treated badly, and then wonder why they either kill themselves or come out of jail unable to function, and refuse help from anyone who offers it. Why would they trust us?
You can save lots of taxpayer money...by voting for this slight adjustment to our justice system ... [FASD suffering] is not due to anything they've done to themselves, but was rather done to them before they were born. Have you thought about the real meaning of mens rea? The same way someone with a developmental delay cannot form criminal intent, someone with poor executive functioning due to [FASD] cannot plan a crime. It's about time we allow science to inform some outdated concepts which do nothing to protect society and do inflict a lot of harm. The punishment must fit the crime.
In many cases for the person with FASD, the punishment has nothing to do with fairness, and everything to do with our inability to look at the real person behind the crime and what brought them into contact with law enforcement.... When we overlook the large number of cases in which FASD is a factor, we miss a chance to address the trauma of living with FASD, and instead, add to that trauma. We send the message that our children are not worth the effort it would take tell this population that they belong in the world. Please vote for Bill C-235.”
One day this long-standing injustice will be rectified. It is inevitable. As members of the 42nd Parliament, we could be the pioneers that forge this great accomplishment by eliminating the suffering of thousands of innocent victims. The choice is ours.
Voilà, monsieur le Président. Nous sommes finalement saisis d’un projet de loi qui tient compte de ce que les experts — juristes, médecins et psychologues — demandent depuis des années, à savoir un projet de loi qui apporte les changements longtemps attendus au système de justice pénale afin d’offrir le traitement qui convient à des milliers de victimes de l'ETCAF et d’économiser ainsi des millions de dollars en frais de tribunaux et d’emprisonnement.
Que disent les experts? Le plus grand organisme d’experts, l’Association du Barreau canadien, qui est composé de 36 000 procureurs, avocats de la défense, juges, etc., affirme ce qui suit:
Les gens qui souffrent de l'ETCAF ont une lésion cérébrale permanente causée par la consommation d'alcool par la mère pendant la grossesse. Cette lésion se caractérise par des symptômes souvent incompatibles avec les principes fondamentaux du droit pénal, à savoir que les individus sont responsables de leurs actions, peuvent contrôler leur comportement et peuvent être dissuadés de leurs expériences précédentes.
En effet, les personnes atteintes de l'ETCAF manifestent souvent un manque de contrôle de leurs impulsions, un jugement affaibli et une incapacité à contrôler ou modifier leur comportement. Elles peuvent être très sensibles à la pression exercée par leur entourage et ne pas avoir la capacité d'apprendre de leurs expériences passées. Elles sont par conséquent susceptibles de faire les mêmes erreurs à répétition.
Pour ces motifs et bien d'autres encore, les personnes atteintes de l'ETCAF sont souvent en contact avec le système de justice pénale. Souvent, les caractéristiques à cause desquelles elles ont maille à partir avec la justice sont les mêmes qui font en sorte qu'elles demeurent dans le système beaucoup plus longtemps que ce qui serait raisonnable [...] En juin 2015, cette réalité a été mise en mots dans les Appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation.
Le cadre actuel de justice pénale ne soutient pas adéquatement les personnes atteintes de l'ETCAF, ce qui accroît leurs souffrances et finit par coûter cher au système de justice pénale. Selon nous, le projet de loi C-235 contribuera concrètement à corriger certaines des lacunes du cadre actuel [...] Les juges de première instance doivent avoir le pouvoir discrétionnaire de traiter humainement les personnes atteintes de l'ETCAF [...] Nous pressons le Parlement d'adopter le projet de loi C-235 [...]
Des préoccupations mineures ont été soulevées tout à l'heure. Les informations transmises durant la première heure de débat et celles que j'ai envoyées aujourd'hui à tous les députés y répondent.
Je vais conclure avec un passage d'une longue lettre dont je ferai parvenir une copie à tous. L'auteure de la lettre est mère d'un enfant atteint de l'ETCAF. Je la cite:
« Votre vote pourrait réduire radicalement le taux de suicide dans certaines populations, éviter qu'un casier judiciaire jette l'opprobre sur des personnes innocentes et vulnérables en raison de leur handicap invisible, et gâche leurs perspectives d'emploi [...] Les personnes atteintes de l'ETCAF, qu'elles aient reçu un diagnostic ou non, se retrouvent au bas de la hiérarchie sociale parmi les détenus et sont souvent mises en isolement. Envoyez un innocent handicapé se faire punir et maltraiter en prison et demandez-vous pourquoi il met fin à ses jours ou n'arrive, une fois remis en liberté, à fonctionner et à accepter l'aide de quiconque. Pourquoi nous ferait-il confiance?
« Il est possible d'économiser beaucoup d'argent public [...] en votant pour ajuster légèrement le système judiciaire [...] Les personnes atteintes de l'ETCAF ne sont pas responsables de la souffrance qu'elles endurent, car celle-ci est causée par ce qu'on leur a fait subir avant leur naissance. Avez-vous réfléchi au sens véritable du terme “mens rea”? Tout comme une personne avec un retard de développement ne peut former une intention criminelle, une personne dont les fonctions exécutives sont médiocres en raison de l'ETCAF ne peut pas planifier un crime. Il est temps de nous fier à la science pour nous débarrasser de concepts désuets qui causent beaucoup de tort et ne contribuent nullement à protéger la société. Le châtiment doit être à la mesure du crime.
« Pour les personnes atteintes de l'ETCAF, il arrive souvent que la peine ne tienne pas de l'équité, mais de notre incapacité à voir la nature véritable du contrevenant et les raisons derrière ses démêlés avec la justice [...] En ignorant le grand nombre de causes où l'ETCAF est un facteur, nous ratons une belle occasion de traiter le traumatisme que représente le fait de vivre dans cet état. Au contraire, nous amplifions ce traumatisme et nous indiquons que nos enfants ne valent pas l'effort nécessaire pour signaler à la population qu'ils ont leur place dans le monde. Je vous en prie, votez pour le projet de loi C-235. »
Un jour, cette injustice de longue date sera corrigée. C'est inévitable. En tant que députés de la 42e législature, nous pourrions être les artisans de cette grande réalisation en éliminant la souffrance de milliers de victimes innocentes. La décision nous appartient.
View Colin Fraser Profile
Lib. (NS)
View Colin Fraser Profile
2016-05-17 14:02 [p.3470]
Mr. Speaker, I rise today to congratulate Transport de Clare, Nova Scotia's first not-for-profit community-based transportation service, on celebrating its 20th anniversary. I had the honour of marking this amazing organization's milestone this past Saturday.
Since its inception in 1996, Transport de Clare has been helping seniors, people with reduced mobility, and the economically disadvantaged get to important appointments and actively participate in their communities.
I thank the dedicated staff and volunteers who make the lives of others better every day with this service. I wish its founder, Claredon Robicheau, all the best in his retirement after 20 years. It is because of his vision and hard work that Transport de Clare is truly a success story that makes the whole community proud.
Monsieur le Président, je tiens à féliciter le Transport de Clare, premier organisme communautaire à but non lucratif de la Nouvelle-Écosse à offrir des services de transport, pour son 20e anniversaire. Samedi dernier, j'ai eu l'honneur de participer aux festivités de l'organisme à l'occasion de cet événement marquant.
Depuis ses débuts en 1996, le Transport de Clare permet aux aînés, aux personnes à mobilité réduite ainsi qu'à ceux et celles qui sont désavantagés sur le plan économique de se rendre à des rendez-vous essentiels, en plus de permettre à ces individus de participer activement à la communauté qui les entoure.
Je remercie les employés et les bénévoles dévoués qui améliorent le quotidien des autres en offrant ce service. Je souhaite par ailleurs une excellente retraite à son fondateur, Claredon Robicheau. Son rêve et ses efforts assidus durant 20 ans ont fait de Transport de Clare une véritable réussite dont toute la collectivité peut être fière.
View Thomas Mulcair Profile
NDP (QC)
View Thomas Mulcair Profile
2016-05-11 14:08 [p.3188]
Mr. Speaker, 25 years ago, Reverend John Beach and a group of dedicated volunteers made a dream come true when they started a storefront community organization to help all marginalized people in Mile End.
Reverend Roslyn MacGregor took over the Mile-End Mission in 1995 and grew that seed into the community tree which it has become. Ros saw to it that half of the board of directors were members who use the mission's services. She understood that inclusiveness was the only way to build true community.
Today, Lou Hachey watches over the mission. It does much more than provide hot meals, bags of groceries, support, and professional legal advice. The Mile End Community Mission makes the community a better place.
Today, I want to say thanks, on behalf of the many people they help, to the folks of the Mile-End Mission and wish them many more years of service.
Monsieur le Président, il y a 25 ans, le révérend John Beach et un groupe de bénévoles dévoués ont concrétisé un rêve en ouvrant un organisme communautaire avec pignon sur rue pour venir en aide à toutes les personnes défavorisées du quartier Mile End.
La révérende Roslyn MacGregor a pris la relève à la Mission communautaire Mile-End et c'est grâce à elle que cette organisation est devenue ce qu'elle est aujourd'hui. Ros a veillé à ce que la moitié des membres du conseil d'administration soient des gens qui ont recours aux services de la mission. Elle a compris qu'il n'y a qu'une seule façon de bâtir une véritable collectivité, et c'est en favorisant l'inclusion de tous.
Aujourd'hui, Lou Hachey veille sur la destinée de la mission. La mission offre bien plus que des repas chauds, des sacs d'épicerie, du soutien et les conseils d'un avocat. La Mission communautaire Mile-End fait du bien à la communauté.
Aujourd'hui, je tiens à remercier les gens de la Mission communautaire Mile-End, qui ont aidé de nombreuses personnes. Je leur souhaite de pouvoir continuer de servir la population pendant de nombreuses années encore.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2016-04-15 11:00 [p.2295]
Mr. Speaker, in recognition of National Volunteer Week, tomorrow the town of lnnisfil is hosting their annual community volunteer appreciation BBQ. I have the honour of attending this wonderful event with Mayor Gord Wauchope, Deputy Mayor Lynn Dollin and members of lnnisfil Council.
This is the first year lnnisfil will be awarding a community volunteer award, and the recipient will be Pastor Howard Courtney on behalf of lnnisfil Community Church. Pastor Courtney's leadership on numerous programs, including the food bank, the clothing depot, seniors programming, youth mentoring, and adult life groups has been simply amazing.
Volunteers in Canada devote approximately two billion hours annually, which is equivalent to about one million full-time jobs. Volunteering has a direct impact on the lives of Canadians, whether it is mentoring children, providing health care, or supporting and giving companionship.
Pastor Courtney is well deserving of this tribute, and lnnisfil is incredibly lucky to have him in the community.
Monsieur le Président, demain, à l'occasion de la Semaine de l'action bénévole, la municipalité d'Innisfil organise son barbecue annuel pour remercier les bénévoles de la collectivité. J'aurai l'honneur d'assister à cette activité fantastique en compagnie du maire, Gord Wauchope, de la mairesse adjointe, Lynn Dollin, ainsi que des membres du conseil municipal d'lnnisfil.
Pour la toute première fois cette année, lnnisfil décernera un prix à un bénévole de la collectivité. C'est le pasteur Howard Courtney qui recevra le prix au nom de l'Église communautaire d'lnnisfil. Le pasteur Courtney a fait preuve d'un leadership extraordinaire à de nombreux égards, que ce soit en s'occupant de la banque alimentaire, du dépôt de vêtements, des programmes destinés aux aînés, du mentorat auprès des jeunes ou encore des groupes de partage biblique formés d'adultes.
Les bénévoles du Canada consacrent environ deux milliards d'heures chaque année aux activités de bénévolat, ce qui correspond à environ un million d'emplois à plein temps. Le bénévolat a une incidence directe sur la vie des Canadiens; il peut prendre la forme de mentorat auprès des enfants, de soins de santé ou encore de services de soutien et d'accompagnement.
Le pasteur Courtney mérite grandement cet honneur, et la collectivité d'Innisfil peut s'estimer extrêmement choyée de pouvoir compter sur lui.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, this is National Volunteer Week, a time to celebrate and thank Canada's nearly 13 million volunteers for the selfless work they do to help those around them.
Volunteers are the roots of our strong communities, which happens to be this year's theme. Volunteers do not always have the time, but they always have the heart.
Nothing is more incredible than to thank all of our incredible citizens who take time out of their day to do something for someone else. There are so many wonderful ways to help each other, and I thank each and every one of them for doing what they do. I am proud to be a volunteer, as should everyone.
In my own community, thousands of volunteers take part in activities for our hospital, food banks, teen centres, and many other charitable organizations and churches.
As we wrap up National Volunteer Week, I would like to thank volunteers for all they do:
If you want to touch the past, touch a rock. If you want to touch the present, touch a flower. If you want to touch the future, touch a life.
Monsieur le Président, c'est la Semaine de l'action bénévole. C'est le temps de célébrer et de remercier les quelque 13 millions de bénévoles du Canada pour leur dévouement envers les gens qui les entourent.
Les bénévoles sont les racines qui ancrent les collectivités, et c'est justement le thème de la semaine cette année. Les bénévoles manquent parfois de temps, mais ne manquent jamais de coeur.
Je suis heureuse de pouvoir remercier tous ces gens incroyables qui prennent le temps d'aider les autres. Il y a tant de façons de s'entraider et je remercie chacun d'entre eux pour ce qu'ils font. Je suis fière d'être bénévole, et ils devraient tous l'être.
Dans ma collectivité, des milliers de bénévoles prennent part aux activités des hôpitaux, des banques alimentaires, des centres jeunesse et de nombreux autres organismes de bienfaisance et églises.
Alors que la Semaine de l'action bénévole tire à sa fin, je tiens à remercier les bénévoles pour tout ce qu'ils font:
Le passé se grave dans la pierre, le présent s'épanouit dans les fleurs, l'avenir se construit par l'entraide.
View Robert Nault Profile
Lib. (ON)
View Robert Nault Profile
2016-04-14 10:14 [p.2206]
Mr. Speaker, it is a great pleasure and an honour to have the opportunity to speak today to the first budget of the new government. This is my opportunity to speak directly about the budget as it relates to northern Ontario and rural Canada. I want to start by saying that this is a historic budget, from the perspective of the investments that will be made in the north.
If we look at the Canada child benefit and the needs of northerners for child care, financial resources, aboriginal children, and communities that have a large segment of their population who are unemployed or on social assistance, this Canada child benefit will have a disproportionate way of improving the lives of northerners more than any other region in the country. There are thousands of families in the north who are living in poverty, who do not have jobs, who are on social assistance. They could have an opportunity to collect the child benefit, and it would make improvements to the lives of those families right off the bat. That $23 billion that will be moved as early as July 1 will have a significant impact in regions like northern Ontario.
I want to congratulate the government for understanding the importance of raising children, and also understanding that there have to be options. It is not all about child care spaces. It is about the importance of having enough financial resources to buy food and clothes. We have had debates in this House about aboriginal people in the last few days. I strongly recommend that people visit communities in the north that are isolated, where the cost of living is sometimes double that in the south. If people had an opportunity to visit these isolated communities, some 22 that I represent in northern Ontario, in the heart of North America, they will find that this will be a welcome and historic investment in the lives of these communities.
Because of the child benefit and the importance of it being tax-free and not clawed back, there will be an opportunity for people who are on social assistance and who fill out their income tax return to gain more opportunity to buy clothes, food, and other essentials for life. I want to ensure that members are aware of that.
Before I forget, Mr. Speaker, I want you to know that I am splitting my time with the member for Vaughan—Woodbridge.
The other major historic investment that could have a huge impact in northern Ontario is the investment in infrastructure. I have heard some comments across the way that it is not enough this year and that it is not what was expected. However, we all have to be very straight about how this will work.
It will be a historic investment of some $120 billion of federal funds. That does not include in the discussion the share of the provincial, municipal, and first nations governments in infrastructure. If we look at it from the perspective of even being divided in thirds, we could in essence be talking about $350 billion over 10 years, if all levels of government participate. That is a lot of money to be putting into the process of developing our country's infrastructure. This is where I want to talk more about the north than I normally do. In this place, there is a big difference in representing a large rural riding which is one-third of Ontario's land mass, with 13 municipalities, 42 first nations, and virtually no infrastructure. This is a great opportunity for us in this place to support the building of the north, for the first time in decades.
It is always interesting in this House to listen to members of Parliament, in particular from urban Canada, talk about the importance of transit in Toronto or Montreal or places like that. However, where I come from, there are no roads. When we talk about transit, we have to start from the basics.
If we are going to invest and build our nation, if we are going to improve the lives of first nation citizens who live in isolated communities, we are going to have to start from the very basics of putting the financial resources, the infrastructure dollars, into building all-weather roads and grids.
If we want first nations children to be successful, they have to start off with the same level playing field. These communities have to have the same infrastructure, the same abilities to see the progression of their lives in a positive way, as our children do. This infrastructure does not have to happen this year, because planning needs to take place.
Let us talk about all-weather roads and grids. I will use Pikangikum as an example, because I attended the funerals last week of the nine people passed away in a major fire there. There was a lot of conversation nationally about it. Pikangikum has a shovel-ready project to build a grid that would connect energy to the community and allow it to have sewer and water, an operational recreation facility, and housing that is connected to energy. All of this is ready to go. All we need is the green light from the Government of Canada and the participation of the provincial government. We could build an all-weather road and the grid next to it, starting this year.
That shovel-ready project has been sitting on the books now for a number of years. The previous government could have put that infrastructure in place for Pikangikum, but refused to do it. That is one of the reasons there are the kinds of tragic situations that we hear about on a regular basis.
My region, northern Ontario, does not have a twinned highway. It is the only region of the country, aside from the Northwest Territories and in some respects, obviously, the Yukon and Nunavut, that does not have that kind of infrastructure, from the Manitoba border into southern Ontario. When people talk about infrastructure, it is extremely important to realize that my region is coming from a long way back. If we want people to be successful, we have to start with the basic infrastructure that we all need and expect to have.
The other part of this budget that I think is extremely important for northerners is the section on social infrastructure. There is $3.4 billion in the budget over five years for social infrastructure. What is social infrastructure? Social infrastructure includes affordable housing, early learning and child care, cultural and recreational infrastructure, and community health care facilities in places like reserves. Those are the kinds of historic things in this budget.
The next historic part of this budget is the environment, the whole concept of understanding what we need to do not only as northerners but as Canadians and citizens of the globe. We have to take our environmental issues a lot more seriously than we have in the past.
I always tell people I am a lake person. Where I come from, there are thousands of lakes, in some cases lakes that people have never set foot on because they are so isolated. There seems to be more water than there is land. We have to not only cherish that but protect it, because that is the history and the future of my region; it is all going to be based on water.
This budget put in place $5.5 million for the watershed on Lake of the Woods, which is where I live, and it will have a huge impact in doing studies on the effects that climate change and pollution have on a lake as large as Lake of the Woods. It runs into Manitoba and the United States, as well as Ontario. It is a big lake with a lot of issues that need to be dealt with, and I commend the government for understanding what that means.
I stand here today to remind my colleagues in the House that making investments in infrastructure is not always political. It has to be done because it makes the most sense.
We will not get a lot of political bang for our buck for spending billions of dollars in northern Ontario for one seat, two seats, or three seats, but we do it because it builds the nation and it improves the lives of a lot of people, now and in the future.
On behalf of northerners, I am thankful for being given the time to talk about some of the issues in the budget. I am sure we will get a chance to talk about many more.
Monsieur le Président, c'est un honneur et un plaisir insigne de parler aujourd'hui du premier budget du nouveau gouvernement. Cela me donne l'occasion de présenter directement les mesures budgétaires concernant le Nord de l'Ontario et le Canada rural. Je tiens d'abord à dire qu'il s'agit d'un budget historique sur le plan des investissements qui seront faits dans le Nord.
L'Allocation canadienne pour enfants aidera les habitants du Nord qui ont besoin de services de garde et de ressources financières, les enfants autochtones, ainsi que les localités dont une grande partie des habitants sont au chômage ou reçoivent de l'aide sociale. Elle améliorera la vie des habitants de cette région plus que celle de tous les autres Canadiens. Il y a des milliers de familles dans le Nord qui vivent dans la pauvreté, qui n'ont pas d'emploi et qui sont prestataires de l'aide sociale. Elles pourraient toucher l'Allocation canadienne pour enfants, ce qui améliorerait immédiatement leur vie. Les 23 milliards de dollars qu'elles recevront au titre de cette allocation dès le 1er juillet auront des retombées majeures sur des régions comme le Nord de l'Ontario.
Je tiens à féliciter le gouvernement d'avoir compris l'importance d'élever des enfants, et aussi d'avoir compris qu'il doit y avoir des options. Les places en garderie, ce n'est pas tout. Il est important d'avoir suffisamment de ressources financières pour acheter de la nourriture et des vêtements. La Chambre a tenu des débats au sujet des Autochtones au cours des derniers jours. Je recommande fortement aux gens de visiter des collectivités éloignées du Nord, où le coût de la vie est parfois le double de ce qu'il est dans le Sud. Si les gens avaient l'occasion de visiter ces collectivités isolées, dont les 22 que je représente dans le Nord de l'Ontario, au coeur de l'Amérique du Nord, ils constateraient que cet investissement historique sera le bienvenu dans la vie de ces communautés.
Grâce à l'Allocation canadienne pour enfants et, il est important de le noter, au fait qu'elle sera libre d'impôt et non récupérée, les prestataires d'aide sociale qui remplissent leur déclaration de revenus seront davantage en mesure d'acheter des vêtements, de la nourriture et d'autres biens essentiels. Je veux m'assurer que les députés sont conscients de cela.
Avant d'oublier, monsieur le Président, je veux que vous sachiez que je vais partager mon temps de parole avec le député de Vaughan—Woodbridge.
L'autre investissement majeur et historique qui pourrait avoir d'énormes répercussions dans le Nord de l'Ontario, c'est l'investissement dans l'infrastructure. J'ai entendu des observations de députés d'en face selon lesquels les mesures prévues cette année ne sont pas suffisantes et qu'elles ne sont pas ce qui avait été prévu. J'aimerais remettre les pendules à l'heure quant à la façon dont les choses vont se dérouler.
Il s'agit d'un investissement historique de quelque 120 milliards de dollars de fonds fédéraux. Cela ne comprend pas la part des administrations provinciales et municipales ni celle des gouvernements des Premières Nations en matière d'infrastructure. Si on divisait les choses en trois, il serait question essentiellement d'une somme d'environ 350 milliards de dollars sur 10 ans, dans la mesure où tous les ordres de gouvernement participeraient. C'est beaucoup d'argent à investir dans le processus de développement de l'infrastructure du pays. C'est pourquoi j'aimerais parler davantage du Nord que je ne le fais habituellement. Dans cette enceinte, représenter une vaste circonscription rurale fait toute une différence, et la circonscription dont il est question correspond à un tiers du territoire de l'Ontario et comprend 13 municipalités, 42 communautés des Premières Nations et pratiquement aucune infrastructure. C'est une excellente occasion pour nous d'appuyer le développement du Nord, et c'est la première fois qu'un tel appui lui serait fourni depuis des décennies.
C'est toujours intéressant à la Chambre d'écouter les députés, tout particulièrement ceux provenant de régions urbaines du Canada, discuter de l'importance du transport en commun à Toronto, à Montréal ou dans d'autres grandes villes. Cependant, d'où je viens, il n'y a pas de routes. Il nous faut commencer par la base en matière de transport en commun.
Si nous comptons investir et bâtir notre pays, si nous comptons améliorer la vie des citoyens des Premières Nations qui habitent dans des collectivités isolées, nous devrons commencer par la base en investissant dans l'infrastructure pour construire des routes praticables en tout temps et des réseaux électriques.
Si nous voulons que les enfants des Premières Nations connaissent du succès, il faut leur permettre de commencer sur un pied d'égalité que les autres. Ces collectivités doivent jouir de la même infrastructure et de la même capacité d'entrevoir avec optimisme l'avenir, à l'instar de nos enfants. Cette infrastructure n'a pas besoin de se matérialiser cette année, parce qu'il faut d'abord de la planification.
J'aimerais parler des routes praticables en tout temps et des réseaux électriques. Je vais prendre l'exemple de Pikangikum, parce que j'ai assisté la semaine dernière aux funérailles des neuf personnes qui y ont perdu la vie lors d'un grave incendie. Il y a eu beaucoup de discussions sur la scène nationale à ce sujet. Pikangikum a un projet prêt à démarrer concernant la construction d'un réseau électrique qui alimenterait en électricité la collectivité et qui lui permettrait d'avoir un réseau d'égouts et d'aqueduc, un centre de loisirs opérationnel et des logements alimentés en électricité. Tout est prêt à être mis de l'avant; nous attendons seulement le feu vert du gouvernement du Canada et la participation du gouvernement provincial. Nous pourrions commercer à construire dès cette année une route praticable en tout temps et un réseau électrique le long de cette route.
Ce projet prêt à démarrer est inscrit au programme depuis maintenant plusieurs années. Le gouvernement précédent aurait pu mettre en place une telle infrastructure à Pikangikum, mais il a refusé de le faire. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous sommes régulièrement témoins de ce genre de situations tragiques.
Dans ma région, celle du Nord de l'Ontario, il n'y a pas de route à quatre voies. C'est la seule région du pays, mis à part les Territoires du Nord-Ouest et, à certains égards, le Yukon et le Nunavut, à ne pas avoir ce genre d'infrastructure, de la frontière du Manitoba jusqu'au Sud de l'Ontario. Quand on parle d'infrastructure, il est très important de comprendre que ma région part de loin. Si nous tenons à ce que les gens réussissent, nous devons commencer par l'infrastructure de base dont nous avons tous besoin et à laquelle nous nous attendons.
L'autre partie du budget que je juge extrêmement importante pour les gens du Nord est la section sur l'infrastructure sociale. En effet, le budget prévoit un investissement de 3,4 milliards de dollars sur cinq ans dans l'infrastructure sociale. En quoi consiste l'infrastructure sociale? On entend par là, entre autres, le logement abordable, l'apprentissage et la garde des jeunes enfants, l'infrastructure culturelle et récréative ainsi que les installations de soins de santé communautaires dans des endroits comme les réserves. Voilà le genre de mesures historiques que l'on trouve dans le budget.
L'environnement, c'est-à-dire la prise de conscience de ce que les gens du Nord, l'ensemble des Canadiens et tout le monde doit faire pour la planète, est un autre aspect marquant du budget. Il faut prendre les questions environnementales beaucoup plus au sérieux.
Je dis toujours aux gens que j'aime les lacs. Là d'où je viens, il y a des milliers de lacs. Dans certains cas, aucun être humain n'y a jamais mis les pieds parce qu'ils sont très difficiles d'accès. En fait, il semble y avoir plus d'eau que de terre. Il faut chérir la nature et protéger l'environnement parce que c'est le passé et l'avenir de ma région. Tout dépend de l'eau.
Le budget consacre 5,5 millions de dollars au bassin hydrographique du lac des Bois, où j'habite. Cette somme sera très utile, car elle permettra d'étudier les effets des bouleversements climatiques et de la pollution sur les lacs aussi vastes que le lac des Bois. Ce lac s'étend du Manitoba en Ontario jusqu'aux États-Unis. Il s'agit d'un énorme lac dont il faut s'occuper. Je félicite le gouvernement d'en avoir compris l'importance.
Je rappelle aux députés que les investissements dans les infrastructures n'ont pas toujours un côté politique. Les investissements doivent être faits là où les besoins sont le plus criants.
Nous ne dépensons pas des milliards de dollars dans le Nord de l'Ontario parce que c'est politiquement payant, puisqu'on parle ici d'une, deux ou trois circonscriptions. Nous le faisons plutôt pour bâtir le pays et pour améliorer, aujourd'hui et demain, la vie de beaucoup de gens.
Je suis reconnaissant, au nom des gens du Nord, qu'on m'ait accordé du temps pour parler de certaines questions qui sont abordées dans le budget. Nous aurons sans doute l'occasion de parler aussi de beaucoup d'autres sujets.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2016-04-12 18:39 [p.2115]
moved:
That the House do now adjourn.
He said: Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Desnethé—Missinippi—Churchill River.
I would like to begin by thanking my colleagues for participating in this very important emergency debate.
As parliamentarians, we are responsible for keeping indigenous youth in Canada and all Canadian youth safe. We are also responsible for working together to find a solution to this tragic crisis and working with communities, leaders, youth, and their families. Canada's Parliament must make the necessary resources available to support the communities and help them find long-term solutions.
I want to thank my colleagues for being here. At the beginning I would like to pause and particularly thank Chief Bruce Shisheesh, the council in Attawapiskat, the teachers, the front-line workers, the police, the leadership in the region from Grand Chief Jonathon Solomon, and our Nishnawbe Aski nation.
This is not just about Attawapiskat particularly. This is about who we are as Canadians and our whole nation.
I want to particularly thank the young people. We see the image of these helpless communities and these lost children, but if we travel in these communities and see their faces and see the potential, we see that the greatest tragedy in this nation is that we would waste a generation of children and squander their potential.
I think of Shannen Koostachin, the woman who inspired me more than anybody except my wife, who had to lead a national fight at age 13 just to get a school. I think of Chelsea Edwards, who took her fight to the United Nations when she was living in boarding houses far from her home.
I think of all the young people who leave home at 13 to live in boarding houses in Sioux Lookout and Timmins because they believe there is a better future, and we fail them, and it has to stop.
Tonight might be the beginning of a change in our country. That is what I am asking us all to come together to do.
What do we need in the short term? We have to end the Band-Aids, the emergency flights and the hand-wringing.
This is not new. A 1999 coroner's jury for Selena Sakanee in Neskantaga had 41 jury recommendations. What happened?
In 2008, after the horrific Kashechewan fire and inquest, there were 80 recommendations. What happened to them? They are still sitting on the shelf.
After the 2011 Pikangikum suicide crisis that was so devastating, the coroner's report had 100 recommendations. What happened to them? They are still sitting there.
Now it is up to us. It is no longer possible to say that we did not know or we do not know and we will find out. We know what the problem is. From a parliamentary point of view, we have to end the nickel-and-diming of services. When we say to a young person in crisis that we will medevac them out on a flight, that is an extreme. Most times they are left on their own. However, if we do medevac them out, we send them back two days later because nobody in government will pay for the treatment centre they need.
We have to end the culture of deniability whereby children and young people are denied mental health services on a routine basis, as a matter of course, by the federal government.
Cindy Blackstock points out that in this budget the children are being failed because of child welfare issues. We have to close that gap. That is an issue of political will that we could change tonight.
We have to ask where the health care dollars are, because we know this crisis has been happening, and there are no new augmented funds.
We have to work with our front-line workers. I talked to the incredible police officers at NAPS, the Nishnawbe-Aski Police Service, who suffer from PTSD because they are the ones who go in to deal with the children. We have to augment them and give them support so that we can keep drugs out of the communities and build communities at the grassroots.
What are our long-term solutions? The solutions come from the communities, from their culture, from their incredible relationship to the land, and most Canadians have no concept of how deep that goes. The solutions will not be from outsiders who come in. We need to put the resources there to help, because they know where the solutions are.
We need to get a mobile crisis unit in Mushkegowuk territory so that the communities can start to deal with this themselves.
We need healing centres and treatment centres. We actually have lots of them across the country, and they are just sitting empty, because governments built them but never put a dime in to fund the resources so that they could actually staff them. Among the ones that we have sitting empty, there is one in Attawapiskat. Where are the resources, the mental health dollars, to have those local healing and treatment centres for the young people when they need them?
We also have to talk to the youth. Maybe this is a moment to think outside the box. When the body of little Alan Kurdi was found on the shores, it shocked the world and it shamed Canadians. Canadians stood up and said that they would do whatever. All of civil society came together. Well, this is our moment.
I am thinking tonight of young Sarah Hookimaw who has left home to go to school in Timmins. She wrote me a message. She said, “I wish I could be there with the young back home, my cousins and my peers. I can't right now, but I am seeing the leaders standing up and I'm proud to be who I am, even though it is not easy. I want us to build a relationship with the government.”
This is the voice of the youth speaking.
Abagail Mattinas of Constance Lake First Nation wrote me a message tonight. She said, “I want to be part of the teams that will bring light in the dark time. Let me know how I can help so we can plan an assessment to end the suicides in our communities.”
Where is the will to take from the youth and start regional and national teams and empower youth to come to this Parliament and tell us what change should look like? The days of Indian Affairs and Health Canada dictating to them how their resources are going to be spent is a failed model, and it has to end.
I want to thank my colleagues in the House for their goodwill on this, because this is not a partisan issue. As parents, as adults, this is our primary responsibility. It is the fundamental responsibility, and we cannot use this in any cheap partisan manner.
There have been mistakes. There has been a 150-year system of systemic discrimination and racist denial, but by coming together, we can change that, and that is what I am asking for tonight. I want to see political will, because what I am hearing in the communities is that they do not want another declaration of emergency. We have lost count of the declarations of emergency that were lip service or were ignored or were denied. They are tired of that.
They want a nation-to-nation relationship, and it begins when we get past the talk. It begins when we get past the rhetoric and say that we will commit and put that money into the health services that have been regularly denied. We will stop fighting children when they need access to proper mental health services. We will deal with the crisis in education that still makes the children in my communities like Kashechewan go to school in rotten, broken-down portables.
We have to end that, because the greatest resource we have in this country is not the gold and it is not the oil; it is the children. The day we recognize that is the day that we will be the nation we were meant to be.
We will have this journey together for as long as the rivers run, as long as the grass grows, and as long as the sun shines. That is our commitment to each other, and I am asking everyone tonight to follow through and make it true.
propose:
Que la Chambre s'ajourne maintenant.
— Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Desnethé—Missinippi—Churchill River.
D'abord, je remercie mes collègues de leur participation à ce débat d'urgence très important.
En tant que parlementaires, nous avons l'obligation d'assurer la sécurité des jeunes autochtones du Canada et de tous les jeunes du Canada. Nous avons aussi l'obligation de travailler ensemble pour trouver une solution à cette crise tragique et de travailler avec les communautés, les leaders, les jeunes et leurs familles. Le Parlement du Canada doit absolument mettre en place les ressources nécessaires pour soutenir les communautés et les aider à trouver des solutions à long terme.
Je tiens à remercier mes collègues de leur présence. J'aimerais d'abord prendre un instant pour remercier en particulier le chef Bruce Shisheesh, le conseil d'Attawapiskat, les enseignants, les travailleurs de première ligne, les policiers, les chefs de la région, dont le grand chef Jonathon Solomon, et la nation nishnawbe-aski.
Le débat ne concerne pas seulement Attawapiskat. Il concerne ce que nous sommes en tant que Canadiens et en tant que pays.
Je tiens à remercier en particulier les jeunes. Nous avons l'image de collectivités démunies et d'enfants perdus, mais quiconque se rend là-bas et voit les visages et le potentiel comprend que la plus grande tragédie qui guette le pays, c'est que nous risquons de perdre une génération d'enfants et de gaspiller leur potentiel.
Je pense à Shannen Koostachin, la femme qui m'a le plus inspiré dans ma vie, outre ma femme. À 13 ans, elle a dû mener un combat national tout simplement pour avoir une école. Je pense à Chelsea Edwards, qui a porté son combat devant les Nations unies lorsqu'elle habitait dans des pensions de famille loin de chez elle.
Je pense à tous les jeunes qui quittent le foyer familial à 13 ans pour aller vivre dans des pensions de famille à Sioux Lookout ou à Timmins parce qu'ils croient en un avenir meilleur, mais nous les laissons tomber. Cela doit cesser.
Ce soir marquera peut-être le début d'un vent de changement au pays. Voilà ce que je nous demande à tous d'accomplir ensemble.
De quoi avons-nous besoin à court terme? Nous devons mettre fin aux expédients et aux vols d’urgence, et arrêter de nous tordre les mains de désespoir.
Cela n’a rien de neuf. En 1999, le jury d’une enquête du coroner a formulé 41 recommandations après le suicide de Selena Sakanee, à Neskantaga. Que s’est-il passé?
En 2008, après l’horrible incendie de Kashechewan et l’enquête qui a suivi, 80 recommandations ont été formulées. Que sont-elles devenues? Elles sont toujours sur les tablettes.
En 2011, après la crise des suicides à Pikangikum, qui a été tellement dévastatrice, le coroner a présenté un rapport contenant 100 recommandations. Qu’en est-il advenu? Elles attendent toujours une suite.
C’est maintenant à nous d’agir. Il n’est plus possible de prétendre que nous ne savions pas, que nous ne savons pas et que nous allons nous renseigner. Nous connaissons le problème. Sur le plan parlementaire, nous devons mettre un terme à la parcimonie dans les services. Lorsque nous disons à un jeune en crise que nous allons l’évacuer par avion pour le soigner, c’est une situation extrême. La plupart du temps, les gens sont laissés à eux-mêmes. Et si nous les évacuons pour des raisons médicales, nous les renvoyons chez eux deux jours plus tard parce que personne, au gouvernement, ne veut payer les traitements dont ils ont besoin.
Nous devons mettre un terme à cette culture de la dénégation qui fait que le gouvernement fédéral refuse régulièrement et machinalement à des enfants et à des jeunes les services de santé mentale dont ils ont besoin.
Cindy Blackstock signale que, dans le budget, les enfants sont laissés pour compte à cause de problèmes de protection de l’enfance. Il faut combler cette lacune. C’est une question de volonté politique, et cela pourrait changer ce soir.
Nous devons demander où se trouvent les fonds destinés aux soins de santé, car nous savons que cette crise existe depuis un moment, et les fonds n’ont pas été augmentés.
Nous devons collaborer avec les travailleurs de première ligne. J’ai discuté avec les incroyables policiers du service de police de Nishnawbe-Aski, qui souffrent du trouble de stress post-traumatique parce que ce sont eux qui doivent aller s’occuper des enfants. Nous devons accroître les effectifs et leur donner un soutien de façon qu’on puisse éliminer les drogues dans les collectivités et bâtir ces collectivités à partir de la base.
Quelles sont nos solutions à long terme? Les solutions viennent des collectivités, de leur culture, de leur incroyable relation avec le territoire, et la plupart des Canadiens n’ont pas la moindre idée de la profondeur de cette relation. Les solutions ne viendront pas de gens parachutés de l’extérieur. Nous devons apporter les ressources nécessaires pour aider, car les gens sur place connaissent les solutions.
Il nous faut une unité mobile de crise dans le territoire Mushkegowuk pour que les collectivités puissent commencer à s’attaquer elles-mêmes à ce problème.
Nous avons besoin de centres de guérison et de centres de traitement. En réalité, nous en avons beaucoup, un peu partout dans le pays, mais ils ne servent à rien parce que le gouvernement les a construits sans jamais prévoir des ressources pour les doter en personnel. Parmi ces centres inutiles, il y en a un à Attawapiskat. Où sont les ressources? Où sont les fonds pour la santé mentale qui permettraient à ces centres locaux de guérison et de traitement d’aider les jeunes qui en ont besoin?
Nous devons aussi parler aux jeunes. C’est peut-être un bon moment de quitter les sentiers battus. La découverte du corps du petit Alan Kurdi sur une plage turque avait choqué le monde et fait honte aux Canadiens. Ils avaient alors dit qu’ils étaient prêts à faire n’importe quoi. Toute la société civile s’était unie pour agir. Eh bien, agissons.
Je pense ce soir à la jeune Sarah Hookimaw qui était partie de chez elle pour aller à l’école à Timmins. Elle m’avait envoyé un message disant : « J’aurais voulu être là avec les jeunes de chez moi, avec mes cousins et mes pairs. Je ne peux pas le faire maintenant, mais je vois que les dirigeants prennent l’initiative. Je suis fière d’être qui je suis, même si ce n’est pas facile. Je veux que nous établissions des relations avec le gouvernement. »
C’est la voix des jeunes qui se fait entendre.
Abagail Mattinas, de la nation de Constance Lake, m’a envoyé un message ce soir. Elle dit: « Je veux faire partie des équipes qui apporteront la lumière dans cette période d’obscurité. Dites-moi comment je peux contribuer afin qu’il nous soit possible de faire une évaluation pour mettre fin à la vague de suicides dans nos collectivités. »
Où est notre volonté d’apprendre de ces jeunes, de mettre sur pied des équipes régionales et nationales et d’habiliter les jeunes à venir au Parlement pour nous dire comment changer les choses? L’époque où les Affaires indiennes et Santé Canada leur imposaient la façon d’utiliser leurs ressources est révolue. Il faut y mettre fin.
Je tiens à remercier mes collègues de la Chambre pour leur bonne volonté à cet égard parce que cette question n’a rien de partisan. Comme parents, comme adultes, c’est notre première responsabilité. C’est une responsabilité fondamentale qu’il nous est impossible d’exploiter à de minables fins partisanes.
Des erreurs ont été commises. Il y a eu 150 ans de discrimination systémique et de dénégations racistes, mais, ensemble, nous pouvons remédier à la situation. C’est ce que je demande ce soir. Je veux voir une volonté politique parce que j’ai entendu dire dans les collectivités qu’on ne veut pas d’autres déclarations d’état d’urgence. Nous avons perdu le compte de ces déclarations qui n’étaient pas utiles ou qui étaient rejetées ou niées. Les gens sont fatigués de tout cela.
Ils veulent des relations de nation à nation. Les choses ne commenceront à s’améliorer que lorsque nous aurons dépassé l’étape des mots et des grands discours pour prendre des engagements et pour affecter aux services de santé les ressources qui leur ont régulièrement été refusées. Nous cesserons de nous en prendre aux enfants qui ont besoin d’accéder à de bons services de santé mentale. Nous affronterons la crise de l’éducation qui fait que les enfants de collectivités telles que Kashechewan vont à l’école dans des salles de classe mobiles dans un état de décrépitude avancée.
Nous devons mettre fin à cela parce que notre plus grande ressource, au Canada, c’est non pas l’or et le pétrole, mais les enfants. Le jour où nous le reconnaîtrons, nous aurons le pays que nous souhaitons avoir.
Nous ferons ce périple ensemble tant que les rivières couleront dans leur lit, tant que l’herbe poussera et que le soleil brillera. C’est l’engagement que nous prenons les uns envers les autres. Je demande ce soir à chacune et à chacun de faire son possible pour le concrétiser.
View Robert-Falcon Ouellette Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, I would like to thank the member for Timmins—James Bay for his comments and for making this debate happen. This is extremely important.
I had the opportunity of going to Cross Lake just a few short weeks ago with a gentleman by the name of Robb Nash. Robb Nash is a gentleman who gives motivational speeches through rock and roll, trying to connect with youth in order to stop suicide.
At the end of his concert and motivational talk, nine students went up to him and presented him their suicide notes. It is an absolutely incredible thing to witness. We often just read about it in the newspapers, but for people to actually see it with our own eyes not only touches our hearts but really drives us to action. I know members feel the same way.
I know there are things we can be doing in this country to make a difference in the lives of our fellow citizens. I know there are many people who care about this issue very deeply. The House, even though this is a special debate, is relatively full, and I think that is a testimony to our commitment to ensure that all citizens have the opportunity to make sure they are not forgotten, that they are important, that they can have hope, and that their voices will be heard even though those voices might be in the wilderness of our country.
I am very thankful for this debate and I hope we can have it with great respect and try to understand some of the consequences of what is going on. Hopefully, somehow we will come to a conclusion so that we can move forward in some way.
I would ask the member of Parliament for Timmins—James Bay if there is a solution he sees that we could carry into the future, something concrete that will actually make a difference.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier le député de Timmins—Baie James de ses commentaires et de faire de ce débat une réalité. C'est extrêmement important.
Il y a à peine quelques semaines, je suis allé à Cross Lake en compagnie de Robb Nash. Cet homme est un conférencier motivateur qui, à l'aide de musique rock and roll, tente de tisser des liens avec les jeunes afin de prévenir le suicide.
À la fin du concert et du discours de motivation, neuf étudiants sont allés le voir et lui ont remis leurs notes de suicide. C'est quelque chose d'absolument incroyable à voir. Souvent, on lit des articles à ce sujet dans les journaux, mais, quand on est témoin d'une telle situation, on est profondément touché et vraiment prêt à passer à l'action. Je sais que les députés sont du même avis.
Je sais que, au Canada, nous pouvons prendre des mesures pour améliorer le sort de nos concitoyens. Je sais que beaucoup de gens se préoccupent énormément de cette question. Bien qu'il s'agisse d'un débat spécial, la Chambre est relativement pleine. Je pense que cela témoigne de notre engagement à faire en sorte que tous les citoyens aient la possibilité de dire qu'ils existent, qu'ils sont importants et qu'ils peuvent avoir des rêves et se faire entendre, même s'ils se trouvent dans des régions très éloignées.
Je suis très reconnaissant de participer à ce débat. J'espère que nous ferons preuve de respect et que nous tenterons de comprendre certaines des conséquences de la situation actuelle. J'espère que nous en arriverons à une conclusion qui nous permettra de passer à l'action.
J'aimerais demander au député de Timmins—Baie James s'il existe une solution que nous pourrions adopter à l'avenir, des mesures concrètes qui permettraient d'améliorer véritablement la situation.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2016-04-12 18:51 [p.2116]
Mr. Speaker, there are concrete steps that parliamentarians can take.
Number one, we have to close the gap on child welfare. As Cindy Blackstock said, kids cannot be left behind. Let us dedicate that money and let us do it now. We need to close the gaps in terms of health care dollars, the lack of services, and the culture that exists deep within the federal government of denying the basic needs of indigenous children.
My colleague mentioned a rock and roll tour. We need to be looking to all the departments of the federal government to play a role in a national youth vision. For example, I remember the days when the Debajehmujig Theatre Company used to go into the isolated communities. Those actors transformed lives. They had young people who felt hopeless who were learning to act and grow, but it costs money to tour. Fifteen or 20 actors cannot go into isolated communities. The government wanted them to do it on the cheap and they could not do it.
Where is the health care? Where is Indian and Northern Affairs? Where is the justice department? Where is arts and culture? If we talk about a national youth vision that we are going to commit to with a road map for it, they all have to be there.
We can start to do this now. Just talking is the beginning, but we can do this.
Monsieur le Président, les députés peuvent prendre des mesures concrètes.
Premièrement, nous devons combler l’écart au chapitre de la protection de l’enfance. Comme l’a indiqué Cindy Blackstock, il ne faut pas abandonner les enfants à leur sort. Allouons les fonds nécessaires, agissons sans retard. Nous devons combler les écarts pour ce qui est du budget de la santé, de l’absence de services et de cette culture qui perdure au gouvernement fédéral et qui consiste à refuser de répondre aux besoins élémentaires des enfants autochtones.
Mon collègue a mentionné une tournée de concerts de rock. Il nous faut demander à tous les ministères fédéraux de contribuer à une vision nationale pour la jeunesse. Par exemple, je me souviens d’une époque où la troupe théâtrale Debajehmujig visitait les collectivités isolées. Ces comédiens ont transformé des vies. Ils ont aidé des jeunes à retrouver l’espoir en apprenant à jouer et à s’épanouir, mais il faut de l’argent pour organiser des tournées. Une troupe de 15 ou 20 comédiens ne peut pas se rendre dans les collectivités isolées. Le gouvernement aurait voulu qu’ils le fassent pour presque rien, mais ce n’était pas possible.
Et où sont les services de santé? Que fait le ministère des Affaires autochtones et du Nord? Que fait le ministère de la Justice? Qui s’occupe des arts et de la culture? Si nous voulons définir une vision nationale pour la jeunesse et que nous avons l’intention de la concrétiser, il faut que tous ces ministères y contribuent.
Nous pouvons commencer dès maintenant. Le fait d’en parler constitue un début, mais nous pouvons y arriver.
View Georgina Jolibois Profile
NDP (SK)
Mr. Speaker, it is very important for me to stand up in the House today and take part in this debate, not only to speak for Attawapiskat, but also to highlight the challenges being met by the residents in my riding.
Before I begin, though, I want to share a personal story. Suicide has affected me and my family. My brother has had the challenge of losing three of his children to suicide in the past eight years.
Over the years, I have seen how both levels of government fail communities like La Loche by not providing services in mental health and other programs. This is a very touching, sensitive issue.
I have received many stories to share in this House and, before I begin, I want thank everyone who has shared their stories with me so that I could share them in the House of Commons. The personal stories are very sensitive, heartbreaking, and very sad. These stories also show the resilience and hope that exists in our communities and reserves across Canada.
The personal stories indicate that the first nations and Métis children, young people, and their families require immediate help and support. They need immediate help now and help in years to come. The personal stories indicate that first nations and Métis children across Canada are looking for us to give them hope. They are looking to the Canadian government for hope, and to industry, service providers, and all levels of government.
This first story comes from a health care provider in northern Saskatchewan. This health care provider had to travel 600 kilometres to Saskatoon from her community to seek help for her daughter, who had tried to kill herself in the previous few days. She could not find help in her own community because the existing health care services are inadequate and insufficient.
She, as a health care provider, struggled with getting a referral for a mental health specialist. I can just imagine how hard it is for people who do not have access to medical and other services. Not all families in northern Saskatchewan, Attawapiskat, and other communities have the resources to take their children to see specialists.
Reports from northern Saskatchewan, the far north, and other northern communities, indicate the lack of services and how poor these communities are.
Let me share another story, from a member of the Gitksan community in B.C. This person knows of over 100 suicide attempts in their community alone, and some were successful. The community was seeking to build a new arena so that the children could find a place to gather and play, without having to bargain with major companies to have it done.
This past weekend alone, I am very sad to say that there were more suicide attempts in La Loche. Since the shooting on January 22, 2016, I have stood before House of Commons parliamentarians requesting additional services from both levels of government. Unfortunately, help has not come from the many government levels.
Children and youth in La Loche and surrounding communities are showing signs of PTSD. They have no one to turn to and nowhere to go. The schools are doing what they can to provide services, sports, and recreational programs, but that is not enough. Families are left to fend for themselves and to try to take care of their problems, with no help from the health centre and no help from anywhere else.
Today another person wrote to me that the suicides and the attempted suicides across the country are a symptom of systemic failure, and I could not agree more.
Parents feel hopeless as they try to do their best to provide for their children. We live in Canada. We should not feel hopeless, and yet our first nations and Métis communities across Canada feel hopeless. We can speak to the issues of a lack of cultural and recreational facilities and programs, the high rate of unemployment and poverty, poor housing, poor infrastructure, the high cost of food, high cost of living, and no mental health supports or other services.
Communities like La Loche, Attawapiskat, Cross Lake, Gitksan, and others across Canada, require help, not band-aid solutions. It is nice to get visits, but that is not good enough. We need concrete help. We need more funding to assist our communities across Canada to make sure we are helping our young people and their families deal with the problems at hand.
Some examples by the residents who shared their stories include language immersion programs and retention programs, in Dene, Cree, Michif, and other first nation languages. Other suggestions are for more cultural and recreational facilities to keep young people and their families busy.
Cindy Blackstock has a dream for Canada's birthday: a country where first nations children no longer have to fight for equality. I share her dream, but we cannot wait until next year. We have to fight for them now. We cannot lose any more of our children to suicide in Attawapiskat, Le Loche, and beyond.
The government promised to implement the Truth and Reconciliation Commission's recommendations in its entirety. This is the time to act because it is 2015. Oh, I forgot; it is now 2016.
Monsieur le Président, il est très important, pour moi, de participer au présent débat pour parler d'abord d'Attawapiskat, mais aussi des difficultés que connaissent les gens de ma circonscription.
Avant de commencer, j'aimerais confier quelque chose aux députés. Ma famille et moi sommes directement touchés par le suicide. En huit ans, mon frère a perdu trois enfants à cause du suicide.
Au fil des ans, j'ai pu constater que les deux ordres de gouvernement manquent à leurs obligations envers les localités comme La Loche en ne leur fournissant pas de services d'aide psychologique et d'autres programmes. Il s'agit d'un sujet très sensible et délicat.
Beaucoup de gens m'ont raconté leur histoire pour que j'en fasse part à la Chambre. Avant de commencer, j'aimerais remercier tous ceux qui m'ont raconté ce qu'ils ont vécu pour que je puisse en informer la Chambre des communes. Ces histoires personnelles sont aussi tristes que déchirantes. Elles montrent aussi la résilience des gens et l'espoir qui subsiste dans les communautés et les réserves du Canada.
Les histoires personnelles montrent que les enfants et les jeunes autochtones et métis ainsi que leur famille ont besoin d'aide et de soutien tout de suite. Il leur faut de l'aide maintenant et il leur en faudra dans les années à venir. Les histoires personnelles révèlent que les enfants autochtones et métis comptent sur nous pour leur donner de l'espoir. Ils comptent sur le gouvernement du Canada, l'industrie, les fournisseurs de services et tous les ordres de gouvernement pour leur donner espoir.
La première histoire est celle d'une professionnelle de la santé du Nord de la Saskatchewan. Cette personne a dû parcourir 600 kilomètres pour se rendre à Saskatoon chercher de l'aide pour sa fille, qui avait tenté de s'enlever la vie quelques jours auparavant. Elle n'a pas pu trouver d'aide dans sa communauté parce que les services de soins de santé y sont inadéquats et insuffisants.
Si elle, une professionnelle de la santé, a dû se battre pour obtenir une consultation auprès d'un spécialiste de la santé mentale, je n'ose imaginer combien ce peut être difficile pour les gens qui n'ont pas accès à des services médicaux et à d'autres services. Les familles du Nord de la Saskatchewan, d'Attawapiskat et des autres communautés n'ont pas toutes les moyens d'amener leurs enfants chez des spécialistes.
Des rapports du Nord de la Saskatchewan, du Grand Nord et d'autres régions nordiques font état de l'absence de services dans les communautés et de la pauvreté qui y règne.
Je vais vous raconter une autre histoire, celle d'un membre de la communauté gitksane, en Colombie-Britannique. Cette personne est au fait de plus de 100 tentatives de suicide là-bas seulement, dont certaines ont réussi. La communauté cherchait à construire un nouvel aréna sans avoir à négocier avec de grosses entreprises afin que les enfants aient un endroit où se rassembler pour jouer.
Je suis très triste de dire qu'en fin de semaine, il y a eu d'autres tentatives de suicide à La Loche. Depuis la fusillade du 22 janvier 2016, je prends la parole devant les parlementaires de la Chambre des communes pour demander des services supplémentaires aux deux ordres de gouvernement. Malheureusement, aucun gouvernement n'a apporté d'aide.
Les enfants et les jeunes de La Loche et des environs montrent des signes de trouble de stress post-traumatique. Ils n'ont personne vers qui se tourner et nulle part où aller. Les écoles font ce qu'elles peuvent pour offrir des services, des activités sportives et des programmes récréatifs, mais ce n'est pas assez. Les familles sont laissées à elles-mêmes pour régler leurs problèmes, sans aide du centre de santé ou d'ailleurs.
Aujourd'hui, une autre personne m'a écrit que les suicides et les tentatives de suicide au pays sont symptomatiques d'un échec systémique, et j'abonde dans le même sens.
Les parents sont désespérés, mais ils essaient d'élever leurs enfants de leur mieux. Nous sommes au Canada. Nous ne devrions pas nous sentir désespérés, mais c'est bien le cas des Premières Nations et des communautés métisses, dans l'ensemble du pays. Nous pourrions parler de l'absence d'installations et de programmes culturels et récréatifs, du taux élevé de chômage et de pauvreté, de la situation désastreuse du logement, des infrastructures déficientes, du coût élevé des aliments, de la cherté de la vie et de l'absence de soutien en santé mentale et d'autres services.
Des collectivités comme celles de La Loche, d'Attawapiskat, de Cross Lake, de Gitksan et d'autres encore réparties dans l'ensemble du pays ont besoin d'aide, pas de solutions de fortune. Les visites sont bien gentilles, mais ce n'est pas suffisant. Nous avons besoin d'une aide concrète. Nous avons besoin de plus d'argent pour aider les communautés et pour veiller à aider les jeunes et leur famille à faire face aux problèmes qui se posent à eux.
Parmi les exemples dont nous ont fait part les résidants, il a été question de programmes d'immersion linguistique et de lutte contre le décrochage scolaire en déné, en cri, en michif et dans d'autres langues des Premières Nations. On a aussi suggéré de multiplier les installations culturelles et récréatives afin de garder les jeunes et leurs familles occupés.
Cindy Blackstock a un rêve pour l'anniversaire du Canada: un pays où les enfants des Premières Nations n'ont plus à se battre pour l'égalité. J'ai le même rêve qu'elle, mais nous ne pouvons pas attendre jusqu'à l'an prochain. Nous devons lutter pour eux dès maintenant. Les suicides dans les collectivités d'Attawapiskat, de La Loche et d'ailleurs doivent cesser: nous ne pouvons plus nous permettre de perdre d'autres enfants.
Le gouvernement a promis de mettre en oeuvre toutes les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation. C'est le temps de passer aux actes, car nous sommes en 2015. Oups, j'ai oublié: nous sommes maintenant en 2016.
View Michael McLeod Profile
Lib. (NT)
View Michael McLeod Profile
2016-04-12 19:01 [p.2118]
Mr. Speaker, I would like to thank the member for her attention to this very serious issue across Canada. I come from the Northwest Territories, and suicide is also a very big issue there.
The suicide rates in the Northwest Territories are double that of the national average, and they are not restricted only to aboriginal people. However, it is the leading cause of death among first nations, Métis, and Inuit people across Canada.
Suicide is the ninth-leading cause of mortality in all ages and genders. The government of the Northwest Territories did a study in 2014 and concluded that there were 121 suicides within a 15-year period. They were highest among the Inuit, three times the territorial rate. The non-aboriginal population made up 27% of the suicides.
Of the suicides, 79% were male and 21% were female. There are many risk factors that we can point to for this. Alcohol and drug use, depression, emotional stress, housing, poverty, education, and trauma are all issues that contribute to this issue.
We need to be able to prevent suicides. We need to have people connect to the families and the culture. We need clinical care for mental, physical, and substance abuse disorders.
There are many other things we can point to, but we have to conclude that people who are committing suicide usually feel overwhelmed, hopeless, helpless, desperate, and alone. We need programs and preventive strategies that target specific high-risk people.
I would like to ask the member how a nation-to-nation relationship would help on this issue.
Monsieur le Président, je tiens à remercier la députée de l'attention qu'elle porte à ce problème très sérieux au Canada. Je viens des Territoires du Nord-Ouest, où le suicide est également un problème très important.
Le taux de suicide dans les Territoires du Nord-Ouest est deux fois plus élevé que la moyenne nationale, et le problème ne touche pas seulement les Autochtones. Le suicide est cependant la principale cause de décès chez les Premières Nations, les Métis et les Inuits au Canada.
Le suicide est la neuvième cause de mortalité chez les hommes et les femmes de tous âges. En 2014, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a réalisé une étude qui a révélé que, sur une période de 15 ans, il y avait eu 121 suicides. Le taux de suicide était plus élevé chez les Inuits, soit trois fois plus élevé que le taux de l'ensemble du territoire. Les non-Autochtones comptaient pour 27 % des suicides.
Parmi toutes les personnes qui se sont suicidées, 79 % étaient des hommes, et 21 %, des femmes. Nous pouvons attirer l'attention sur de nombreux facteurs de risque. La consommation d'alcool et de drogue, la dépression, le stress émotionnel, le logement, la pauvreté, l'éducation et les traumatismes sont tous des facteurs qui contribuent au problème.
Nous devons pouvoir prévenir le suicide. Il faut que des gens établissent un lien avec les familles et comprennent la culture. Il nous faut des soins cliniques pour les personnes aux prises avec des troubles mentaux, physiques et de toxicomanie.
Il y a bien d'autres facteurs que nous pouvons identifier, mais nous devons en arriver à la conclusion que les personnes qui se suicident se sentent généralement dépassées, désespérées, impuissantes et seules. Il nous faut des programmes et des stratégies de prévention qui pourront cibler les personnes à risque.
J'aimerais que la députée nous dise comment une relation de nation à nation pourrait aider à régler ce problème.
View Georgina Jolibois Profile
NDP (SK)
Mr. Speaker, young people, children, and their families, when they are feeling the effects of PTSD, need to go to the health centre or the band office clinic and say that they need to speak to someone because they are feeling stressed and overwhelmed. They go in, and there is no one to talk to them. That is the immediate help needed in the area of mental health, counselling, and other areas.
I have heard, and I have read over and over again, how when young people, children, and their families have access to programs and services, they are kept busy and have other things to do in their lives. They feel important and valued. That is one area.
Another area for families, children, youth, moms and dads across Canada, is that we have heard in the House over and over again about the importance of employment. Yet, when we turn to statistics, unemployment is very high in northern Canada among first nations and reserves. To feel that important level of nation-to-nation, there must be opportunities in our communities for employment. It is not there. Therefore, a number of areas of help, from all levels of government, is required.
Monsieur le Président, lorsque les adolescents, les enfants et leurs parents souffrent du trouble de stress post-traumatique, ils doivent pouvoir se rendre au centre de santé, ou encore à la clinique du bureau du conseil de bande, et être en mesure de parler à quelqu'un parce qu'ils se sentent stressés et bouleversés. Malheureusement, lorsqu'ils se rendent sur place, ils ne trouvent personne à qui se confier. Voilà l'aide dont ils ont besoin dès maintenant dans le domaine de la santé mentale. Ils ont besoin de services de counseling et d'autres services également.
Comme il m'a été donné de l'entendre et de le lire à maintes reprises, lorsque les jeunes, les enfants et leurs parents ont accès à des programmes et des services, ils se tiennent occupés et ont autre chose à faire dans la vie. Ils se sentent importants et valorisés. Voilà un élément du problème.
Mais il y a aussi un autre élément qui est important pour les familles, c'est-à-dire pour les enfants, les adolescents ainsi que les mères et les pères de famille du Canada. Nous avons entendu parler à maintes reprises dans cette enceinte de l'importance de l'emploi. Toutefois, lorsqu'on jette un coup d'oeil aux statistiques, on constate que le taux de chômage est très élevé chez les membres des Premières Nations dans le Nord du Canada, qu'ils vivent dans des réserves ou pas. Pour que nous puissions entretenir les relations de nation à nation qui sont si importantes pour nous, les populations autochtones doivent avoir accès à des possibilités d'emploi. Mais elles n'en ont pas. Par conséquent, elles ont besoin d'aide sur plusieurs plans de la part de tous les pouvoirs publics.
View Carolyn Bennett Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I would first like to acknowledge that we are here on the traditional territory of the Algonquin people.
I particularly want to commend the member for Timmins—James Bay for his unwavering commitment to the health and well-being of northern Ontario indigenous communities, particularly the young people.
As I heard him speak, I was thinking of my trip to Attawapiskat and one of those terrible homes and seeing this 10-month-old baby on the bed and thinking that baby cannot pay for whatever else is going on around it. That baby deserves a chance.
We are deeply concerned about the number of suicide attempts recently in Attawapiskat and other first nation and Inuit communities all over Canada. I want to offer my condolences to the families and to the communities that are dealing with these tragedies.
We join these communities in their grief and healing, and we know it is not just Attawapiskat. While adequate health and mental health supports are essential to dealing with the current situation, as the member for Timmins—James Bay reminds us, these communities need hope.
The children need to know they are valued and have value, and that we as a larger community support them. Tonight as we speak, I hope that the member will convey that to the community. Everyone here, and we are hoping by tonight all Canadians, will let these children know they have value. They need to know there is hope for them and we will be with them on this journey.
The Minister of Health has explained how we have been working with the Province of Ontario and how Chief Shisheesh and Grand Chief Fiddler have been working together at this particular time.
Those who know me know that the difference between health and health care is very much part of what my job is as the minister of social determinants of health, but also as the minister of reconciliation. We actually know that suicide is not just a consequence of individual vulnerability. It is about the causes of the causes. It is the numerous historical, structural, and societal determinants impacting mental health. This is racism, colonialism, the legacy of residential schools, child abuse, inadequate child welfare, lack of educational opportunities, overcrowded and unsafe housing, lack of access to healthy food and clean water, and limited access to health care services.
It was my friend, Bill Mussell, from the Native Mental Health Association of Canada, who a long time ago taught me that resilience comes when young people are grounded by a secure personal and cultural identity, when they are proud of who they are, when self-esteem and a sense of control over their life provides them with hope and vision. That results in good health, education, and positive economic outcomes. These are hugely important aspects of the overall picture of healthy communities.
There is no single answer to addressing this. We have all been clear that it will take a whole-of-government approach, as the member for Timmins—James Bay pointed out. It must be collaborative and co-operative, spanning a wide range of policies and programs in order to deal with the root causes of what we see going on in Attawapiskat, and what I know I will see on Friday in Pikangikum when I go there with Grand Chief Fiddler.
It is also so important that respect for community autonomy and self-determination, respect and recognition for rights and self-government are there.
We know from the very important research of Chandler and Lalonde in British Columbia that when communities have their language, as the member for Desnethé—Missinippi—Churchill River spoke of, that is huge, as is control over their health care, education, doing their ceremonies. That is how suicide rates went down to zero in some of the communities that were studied.
In budget 2016, we committed to making historic investments.
We know that these investments have to be transformational for indigenous communities and that we will work nation to nation to actually set the goals for those communities and support indigenous-led initiatives.
I want to focus on two things. One is on education in kindergarten to grade 12 and what we are learning about what happens when a kid does not make the transition from learning to read to reading to learn. If kids in grade 3 cannot make that transition, they end up faking it for the next number of years, until grade 8 and grade 9. As Dr. Stan Kutcher says, they are not stupid; they know they are not going to be able to cope and it is because the education system let them down.
The other piece I want to talk about is the effect of a staggeringly horrible child welfare system. We have more children in care than we did at the height of residential schools. This actually has to stop. Children are taken from their families, their language and culture and they do not see their place or any pride in who they are.
That includes the effect that child abuse has in that high-risk situation. Eighty per cent of people with addictions and 80% of people in prison are victims of child abuse. We have to talk out loud about that now. We have to talk about Attawapiskat, where Ralph Rowe abused over 500 kids as an Anglican priest and a boy scout leader, the people that Grand Chief Fiddler is trying to help. There are 20 years of abuse in that region. It was not difficult to understand and make the links as we heard that testimony in the TRC of what happens when a child is abused and then ends up in trouble with drugs, alcohol, violence, and often incarceration.
That region has an amazing program called Feathers of Hope. I would hope that any member here would listen to the children who have been in care, to hear what happens when a child gets put in a home with people who do not respect the child's religion but expect the child to respect theirs, or a child who is brought to a farm, or pulled away from his or her sibling and the child runs away to try to find the sibling. This is just unacceptable.
We are very keen to work with all members to change this child welfare system with the provinces and territories and to get on with dealing with the kind of distinctions-based approach that means that we will deal with first nations, Inuit, and Métis differently. This cannot be a pan-aboriginal approach. As the Minister of Health said, in Inuit Nunangat, the Inuit homeland, the suicide rate is 10 times the rate for Canada as a whole. We need an evidence-based approach that is Inuit specific in nature, but globally informed.
Tonight is about ensuring hope and a brighter future in partnership with all indigenous communities. It is our shared responsibility. We know that doing it top-down will not work. We know we have to listen to the communities that know what they need and then help them get what they need.
I want to thank the member for Timmins—James Bay and all the members who are participating tonight. This is a night about getting all Canadians onside and turning this around.
Monsieur le Président, j’aimerais tout d’abord signaler que nous sommes ici sur le territoire traditionnel du peuple algonquin.
J’aimerais particulièrement saluer le député de Timmins—Baie James pour son engagement indéfectible à l’égard de la santé et du bien-être des communautés autochtones du Nord de l’Ontario, et particulièrement des jeunes.
En l’entendant parler, j’ai repensé à mon voyage à Attawapiskat et à ma visite de l’une de ces horribles maisons où un bébé de 10 mois était étendu sur un lit. Je me suis dit que ce bébé n’avait pas à payer pour ce qui se passait autour de lui. Ce bébé mérite une chance.
Nous sommes profondément préoccupés par le nombre de tentatives de suicide survenues récemment à Attawapiskat et dans d'autres collectivités des Premières Nations et Inuits partout au Canada. Je veux offrir mes condoléances aux familles, ainsi qu'aux communautés confrontées à ces événements tragiques.
Nous partageons le deuil de ces collectivités et nous leur offrons notre soutien dans la guérison. Nous savons qu’Attawapiskat n'est pas la seule touchée. Bien qu'un soutien adéquat en matière de santé physique et mentale soit essentiel pour composer avec la situation actuelle, comme l'a dit le député de Timmins—Baie James, ces collectivités ont besoin d'espoir.
Les enfants doivent savoir que nous les estimons, qu'ils ont une valeur et que notre grande communauté les soutient. J'espère que le député transmettra nos messages de ce soir à la collectivité. Tous les députés de la Chambre et, nous l'espérons, tous les Canadiens feront savoir à ces enfants qu'ils comptent. Ces derniers doivent savoir qu'il y a de l'espoir et que nous les accompagnerons dans leur cheminement.
La ministre de la Santé a expliqué en quoi consiste notre collaboration avec la province de l'Ontario et comment le chef Shisheesh et le grand chef Fiddler ont uni leurs efforts en cette période particulière.
Ceux qui me connaissent savent que la différence entre la santé et les soins de santé est très importante dans mon travail à titre de ministre responsable des déterminants sociaux de la santé, mais aussi à titre de ministre responsable de la réconciliation. Nous savons que le suicide n'est pas une simple conséquence de la vulnérabilité individuelle. Il est lié aux causes des causes, aux nombreux déterminants historiques, structuraux et sociaux qui ont une incidence sur la santé mentale. Je parle du racisme, du colonialisme, de l'héritage des pensionnats indiens, de la violence faite aux enfants, de l'aide inadéquate à l'enfance, du manque d'accès à l'éducation, des logements surpeuplés et non sécuritaires, du manque d'accès aux aliments sains et à l'eau potable, et de l'accès restreint aux services de soins de santé.
C'est mon ami, Bill Mussell, de l'Association autochtone de la santé mentale du Canada, qui m'a appris il y a longtemps que la résilience vient lorsque les jeunes ont une solide identité personnelle et culturelle, lorsqu'ils sont fiers de qui ils sont et lorsque leur estime de soi et un sentiment de contrôle sur leur vie leur permettent d'avoir de l'espoir et une vision. Cela se traduit par une bonne santé, une bonne éducation et des conditions économiques positives. Ce sont des éléments très importants du portrait global de collectivités en santé.
Il n'y a pas de solution unique. Nous avons dit clairement que nous prendrons une approche pangouvernementale, comme l'a mentionné le député de Timmins—Baie James. Il faut une approche de collaboration et de coopération qui englobe un large éventail de politiques et de programmes afin de remédier aux causes premières de ce qui se passe à Attawapiskat et de ce que je verrai assurément vendredi à Pikangikum, lorsque je me rendrai là-bas avec le grand chef Fiddler.
Il doit également y avoir le respect de l'autonomie et de l'autodétermination des communautés de même que le respect et la reconnaissance des droits et de l'autonomie gouvernementale.
Nous savons, de par l'étude très importante réalisée par Chandler et Lalonde en Colombie-Britannique, que, lorsque les communautés ont leur langue, comme en a parlé la députée de Desnethé—Missinippi—Churchill River, cela a une incidence positive énorme. Il en va de même pour le contrôle des soins de santé, l'éducation et la pratique des cérémonies. C'est ainsi que les taux de suicide ont été réduits à zéro dans certaines des communautés qui ont fait l'objet de l'étude.
Par l'entremise du budget de 2016, nous nous sommes engagés à faire des investissements historiques.
Nous savons que ces investissements devront changer la donne dans les communautés autochtones et que nous travaillerons de nation à nation pour établir des objectifs pour les communautés et soutenir les initiatives qu'elles pilotent.
J'aimerais mettre l'accent sur deux aspects. Le premier concerne l'éducation de la maternelle à la 12e année et ce que nous apprenons qui se passe lorsqu'un enfant ne réussit pas à faire la transition entre apprendre à lire et lire pour apprendre. Si un enfant n'arrive pas à faire cette transition en 3e année, il finit par faire semblant durant quelques années jusqu'à ce qu'il arrive en 8e ou en 9e année. Comme le Dr Stan Kutcher l'a dit, ces jeunes ne sont pas stupides. Ils savent qu'ils ne seront pas en mesure de s'en sortir, et c'est parce que le système d'éducation les a laissés tomber.
L'autre aspect dont j'aimerais parler, ce sont les répercussions d'un système d'aide à l'enfance carrément horrible. Plus d'enfants sont pris en charge que dans les pires années des pensionnats indiens. Il faut vraiment que cela cesse. Des enfants sont séparés de leur famille, de leur langue et de leur culture; ils ne comprennent pas leur place dans le monde et ne sont pas fiers de ce qu'ils sont.
Cela inclut les conséquences des mauvais traitements infligés aux enfants dans cette situation à risque élevé. Quatre-vingts pour cent des toxicomanes et des détenus ont été victimes de mauvais traitements pendant leur enfance. Il faut dénoncer cette situation maintenant. Nous devons parler d'Attawapiskat, une localité où Ralph Row, prêtre anglican et chef scout, a maltraité plus de 500 enfants. Ce sont les gens que le grand chef Fiddler tente d'aider. Dans cette région, les gens ont subi de mauvais traitements pendant 20 ans. Il n'est pas difficile de comprendre la situation et de faire des liens quand, au cours de la Commission de vérité et réconciliation, on a entendu les témoignages décrivant ce qui se passe lorsqu'un enfant est maltraité. Plus tard, il consomme de la drogue et de l'alcool, devient violent et se retrouve souvent en prison.
Feathers of Hope est un programme formidable offert dans cette région. J'aimerais que les députés puissent entendre les témoignages des enfants qui ont été pris en charge. Ils racontent ce qui se passe lorsqu'ils sont placés dans un foyer avec des gens qui ne respectent pas leur religion, mais qui s'attendent à ce que les enfants respectent la leur. Il s'agit aussi d'enfants qui sont envoyés dans des fermes ou qui sont séparés de leurs frères et soeurs et qui se sauvent dans l'espoir de les retrouver. C'est tout simplement inacceptable.
Nous désirons ardemment travailler avec tous les députés, les provinces et les territoires pour modifier le système de protection de la jeunesse. Il faut adopter une approche qui nous amène à traiter différemment les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Il ne peut pas y avoir d’approche universelle pour tous les Autochtones. Comme l’a affirmé la ministre de la Santé, à l’Inuit Nunangat, la patrie des Inuits, le taux de suicide est 10 fois plus élevé que dans le reste du Canada. Nous avons besoin d’une approche fondée sur des données probantes qui est à la fois axée spécifiquement sur les Inuits et éclairée par le monde entier.
Il s’agit pour nous ce soir d’offrir de l’espoir et un avenir meilleur en collaboration avec toutes les communautés autochtones. C’est une responsabilité partagée. Une approche du sommet vers le bas ne fonctionnera pas. Nous devons être à l’écoute des communautés qui savent ce dont elles ont besoin et les aider à l’obtenir.
Je tiens à remercier le député de Timmins—Baie James et tous les autres qui sont ici présents. C’est le moment de mobiliser tous les Canadiens et de renverser la vapeur.
View Carolyn Bennett Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I wish it were only two communities.
I think that the community the member comes from has been through a terrible time, and ended up with an abusing judge, with the youngest-ever serial killer, and a medical examiner that had to be fired because the answers were not forthcoming in an honest way. I think all of us know what it is like, and I think that we are going to put in place the kinds of things that will offer prevention.
The member representing La Loche had asked us to look into things like Project Venture, which can take 100 kids in the summer out on the land. If we could ramp that up to 250 kids, I would like to help her do it. We know that getting out on the land and being back in touch with one's history, culture, and skills can prevent this. I do not want to wait until those kids are having trouble with addictions or are in trouble with the law. I think that we can work on programs that communities know have worked for them. We have to work together to make that happen.
Monsieur le Président, si seulement ce n'était que deux communautés.
Je pense que la communauté d'où vient le député a vécu le pire avec un juge abusif, le tueur en série le plus jeune de l'histoire et un médecin légiste qu'il a fallu congédier parce qu'il ne fournissait pas de réponses honnêtes. Je pense que nous savons tous de quoi il en retourne et que nous allons mettre en place des mesures de prévention.
La députée qui représente La Loche nous a demandé d'examiner des possibilités comme Project Venture, qui permet à 100 enfants de vivre une expérience en plein air l'été. Si nous pouvions porter ce chiffre à 250 enfants, j'aimerais aider la députée dans cette tâche. Nous savons que de se retrouver dans la nature et de reprendre contact avec son histoire, sa culture et le savoir-faire ancestral peut prévenir les problèmes. Je ne veux pas attendre que les enfants aient des problèmes de toxicomanie ou des démêlés avec la justice. Je pense que nous pouvons travailler avec des programmes que les communautés savent être efficaces. Nous devons unir nos efforts si nous voulons réussir.
View Georgina Jolibois Profile
NDP (SK)
Mr. Speaker, I appreciate both ministers in the Liberal government for their understanding and the level of compassion that they have.
I thank the minister for bringing up Project Venture. I have a question around that which is coming from residents in my community.
In the budget, there was no mention of Project Venture or dollars to support it. Am I hearing correctly that, at least for my community, the Project Venture initiative will receive funding?
Monsieur le Président, je suis reconnaissante aux deux ministres du gouvernement libéral d'être aussi compréhensives et compatissantes.
Je remercie la ministre d'avoir mentionné Project Venture. J'ai une question à ce sujet qui a été posée par des résidents de ma localité.
Le budget ne fait aucune mention de Project Venture ou de fonds pour le financer. Ai-je bien entendu que l'initiative Project Venture recevra du financement, du moins dans ma circonscription?
View Carolyn Bennett Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, because it had been funded through crime prevention and the budget of the Minister of Public Safety, it is something that we are working on together in terms of reinstating that program.
I look forward to working with the member. I do not know the details of the minister's budget in the same way, but I hope that we can find the money.
Monsieur le Président, comme ce programme a été financé dans le cadre de la prévention du crime et à partir du budget du ministre de la Sécurité publique, nous nous efforçons, ensemble, de le rétablir.
Je serai heureuse de travailler avec la députée. Je ne connais pas aussi bien qu'elle les détails du budget du ministre, mais j’espère que nous trouverons le financement nécessaire.
View William Amos Profile
Lib. (QC)
View William Amos Profile
2016-04-12 21:28 [p.2137]
Mr. Speaker, I will admit that I was not made aware of that in my conversations today with the Algonquin leaders.
There are certainly projects being undertaken that can lead us in the right direction. One example of a project that is near to my heart, and that I know is near to the hearts of a number of members of the Anishinaabe community, is the friendship centre in Maniwaki. This is an idea that is gathering steam. It offers the potential for both on-reserve and off-reserve first nations to achieve better integration and find support where they need it, whether it is employment support, health care, or community and culture.
These are projects that are exciting, but I think one can recognize quite quickly that they are not going to solve the overall challenge.
Monsieur le Président, j'admets que ce n'est pas un sujet qui a été abordé dans le cadre des mes conversations aujourd'hui avec les chefs algonquins.
Il y a certainement des projets en cours qui peuvent nous mener dans la bonne direction. Le centre d'amitié à Maniwaki est un projet qui m'est cher et qui, je le sais, tient à coeur à bon nombre de membres de la communauté anishinaabe. C'est une idée qui prend de l'ampleur. Elle permet aux membres vivant dans les réserves et à l'extérieur de celles-ci de mieux s'intégrer et de trouver de l'aide là où ils en ont besoin, que ce soit sur le plan de la santé ou sur les plans professionnel, communautaire et culturel.
Ce sont là des projets intéressants, mais je pense que l'on peut reconnaître assez rapidement qu'ils ne pourront pas résoudre l'ensemble du problème.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2016-04-12 22:00 [p.2142]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the hon. member for Edmonton Centre.
Thank you for recognizing me and allowing me the opportunity to stand in the House today to discuss this heartbreaking and family-shattering issue.
Sadly, suicide is a word we all know only too well. Nowhere is the pain of self-inflicted death more prevalent and more poignant than in our indigenous communities.
My heart bleeds for the residents of Attawapiskat First Nation, and I thank my hon. colleague, the member for Timmins—James Bay, for asking for this emergency debate today.
As we previously heard, I hope that this is not a debate but a coming together of all of us in this chamber to truly begin to search for solutions.
In the north of our land and in the east, the west, and the centre, we all know the pain and anguish of losing someone close, but those of us of indigenous descent also know far too well the tragedy of suicide and the despair that caused it and that it left in its wake.
I have been personally affected by the suicide of family members and friends. Can members imagine telling their cousin's five-year-old son that his father is not coming back again? I had to do that. I had to cry with my aunt over the loss of her son, my cousin. I have had to talk to my teenage daughter, who lost one of her best friends to suicide.
Nunavut has one of the highest rates of suicide in the world. Almost every person in our territory, as well in Nunavik in the north of Quebec, has been personally touched by the suicide of a loved one. Rarely a week goes by that there is not a suicide in our territory. There have been roughly 500 suicides in Nunavut since it was created in 1999.
The rate of suicide of Inuit in Nunavut is about 10 times the national average. It happens far too often among Inuit boys between the ages of 15 and 19. In fact, it is 40 times higher than it is among their peers in the rest of Canada. This is unacceptable.
This rampant crisis has an impact on all aspects of life in Nunavut. It affects the well-being of the family. It affects students in schools who have lost a classmate or a friend. It has an impact on the spirit of the community and on society as a whole.
While the rate of suicide is staggering, these numbers do not even include those who have attempted to take their own lives and luckily have received help in time.
Many Nunavut Inuit work hard to prevent suicide despite the trauma, grief, and loss that overwhelm them. I have seen many parents who have lost their children to suicide in Nunavut take up the challenge and do what they can to help prevent this crisis that is affecting us. I know how hard it is for them to talk about it.
We are working in partnership with Nunavut Tunngavik Incorporated and the government of Nunavut to identify joint actions to improve mental wellness in our territory.
Last month, the government of Nunavut, Nunavut Tunngavik Incorporated, the RCMP, and the Embrace Life Council released Resiliency Within, a one-year suicide-prevention strategy action plan. The plan incorporates recommendations from a 2015 coroner's inquest and outlines a number of initiatives for community engagement, as well as training, programs, and support. This is a first step toward the development of a longer-term plan, and I will do what I can to support this initiative.
I know that Inuit Tapiriit Kanatami is also seized with this issue, and I want to recognize Natan Obed, the president of ITK, for his leadership on this issue. ITK is in the midst of drafting a national Inuit suicide-prevention strategy that will be released in August. It will help coordinate suicide-prevention efforts among the four Inuit regions: Nunavut, Nunavik, Nunatsiavut, and the Inuvialuit region. This is very valuable and important work.
While the responsibility for the provision of health services rests with the territorial government, Health Canada considers the high rate of suicide in Nunavut a big priority. Health Canada is investing $96.5 million over five years in the territory to support mental health services. This includes money specifically for suicide prevention. It is also providing $33.4 million over three years to the territorial health investment fund that is aimed at improving health services, including projects that help increase mental health services in Nunavut. Health Canada is also working to ensure nurses are prepared and trained to work in northern communities.
I could go on about the investments our federal government is making to try to reduce the number of suicides in Nunavut and elsewhere, and there are many. However, the fact is that in our territory, in Attawapiskat, in Nunavik, and in other indigenous communities across this great country there is a tragic, urgent situation where so many young people are ending or attempting to end their lives. This is a complex issue that requires a broad response. It is not and cannot be the sole responsibility of one level of government or one organization. It is the responsibility of all of us as a society to work together to find lasting solutions that will change the lives of people and make them feel that life is worth living. We need to deal with this crisis now, but we also need to look to the longer term and address some of the underlying causes. That means better access to housing, health care, and other social services, as well as education, training, and employment opportunities—in other words, a future.
It is not a partisan issue. It is one that we all need to make a priority, no matter where we live and no matter which party we represent.
Qujannamiik, merci, thank you.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec le député d'Edmonton-Centre.
Je remercie la Chambre de m'accorder la parole et de me permettre de discuter aujourd'hui de ce sujet à fendre le coeur et à briser les familles.
Le suicide est hélas un mot qu'on connaît trop bien. Nulle part, cependant, la douleur causée par la mort qu'une personne s'inflige à elle-même n'est plus poignante que dans les communautés autochtones.
Je suis de tout coeur avec les membres de la nation Attawapiskat, et je remercie mon collègue, le député de Timmins—Baie James, d'avoir demandé la tenue du débat d'urgence de ce soir.
Comme d'autres l'ont dit avant moi, j'ose espérer qu'il s'agira non pas d'un débat, mais d'une occasion pour tous les députés de s'unir et de commencer à chercher sincèrement des solutions.
Que nous habitions dans le Nord, dans l'Est, dans l'Ouest ou dans le Centre du pays, nous connaissons tous la douleur et la peine que cause la mort d'un être cher, mais ceux qui, comme moi, sont d'origine autochtone connaissent aussi de près, de trop près, la réalité du suicide, le détresse qui en est la cause et le désespoir qu'il laisse dans son sillage.
J'ai été personnellement touché par le suicide de certains amis et membres de ma famille. Les députés peuvent-ils imaginer comment ils se sentiraient s'ils devaient annoncer au fils de cinq ans de leur cousin que son père ne reviendra pas? C'est ce que j'ai dû faire. J'ai pleuré avec ma tante, qui avait perdu son fils, mon cousin. J'ai dû discuter avec ma fille adolescente lorsqu'elle a perdu l'un de ses meilleurs amis, qui s'est suicidé.
Le taux de suicide au Nunavut est l'un des plus élevés du monde. Presque toutes les personnes qui habitent sur notre territoire ainsi qu'au Nunavik, dans le Nord du Québec, ont été personnellement touchées par le suicide d'un proche. Il se passe rarement une semaine sans qu'il y ait un suicide sur notre territoire. Depuis la création du Nunavut, en 1999, il y a eu environ 500 suicides au sein de notre territoire.
Au Nunavut, le taux de suicide est environ 10 fois plus élevé que la moyenne nationale, et c'est beaucoup trop souvent de jeunes garçons inuits de 15 à 19 ans qui se suicident. En fait, le taux de suicide de ces derniers est 40 fois plus élevé que celui de leurs pairs ailleurs au Canada. C'est inacceptable.
Cette crise endémique a des répercussions sur tous les aspects de la vie au Nunavut. Elle a des répercussions sur le bien-être des familles, sur les élèves qui ont perdu un camarade ou un ami de leur école et sur le moral de la communauté et de la société en général.
Soulignons que ce taux de suicide effarant ne tient pas compte des gens qui ont tenté de s'enlever la vie et ont pu être sauvés.
De nombreux Inuits du Nunavut s'efforcent de prévenir les suicides malgré la souffrance, la tristesse et le sentiment de vide qui les habitent. J'ai vu beaucoup de parents du Nunavut qui, après le suicide de leur enfant, se dévouent à cette cause et font leur possible pour trouver des façons de juguler la crise que nous traversons. Je sais qu'ils trouvent très difficile d'en parler.
Nous travaillons en partenariat avec la Nunavut Tunngavik Incorporated et le gouvernement du Nunavut, dans le but de définir des mesures concertées qui favoriseront la santé mentale dans notre territoire.
Le mois dernier, le gouvernement du Nunavut, la Nunavut Tunngavik Incorporated, la GRC et l'organisme Embrace Life ont diffusé le plan d'action d'une stratégie de prévention du suicide d'une durée d'un an, intitulé Resiliency Within. Le plan comprend les recommandations formulées par un coroner en 2015, à la suite d'une enquête. Il décrit plusieurs initiatives en matière d'engagement social, de formation, de programme et de soutien. Il s'agit d'une première étape vers la création d'un plan à long terme. Je ferai mon possible pour soutenir cette initiative.
Je sais que l'organisme Inuit Tapiriit Kanatami s'occupe aussi de ce dossier. J'en profite pour souligner le leadership de son président, Natan Obed. ITK élabore actuellement une stratégie nationale de prévention du suicide chez les Inuits, qui sera lancée en août. Elle facilitera la coordination des démarches de prévention du suicide menées dans les quatre régions inuites: le Nunavut, le Nunavik, le Nunatsiavut et la région inuvialuite. C'est une initiative d'une grande importance.
Bien que la prestation des services de santé relève du gouvernement territorial, Santé Canada considère que le taux de suicide élevé au Nunavut est une grande priorité. Il investit donc 96,5 millions de dollars sur cinq ans dans le territoire afin de financer des services de santé mentale. Cela comprend de l'argent destiné spécialement à la prévention du suicide. Santé Canada prévoit aussi un versement de 33,4 millions de dollars sur trois ans dans le Fonds d'investissement-santé pour les territoires, qui vise à améliorer les services de santé, y compris des projets contribuant à augmenter le nombre de services de santé mentale offerts au Nunavut. De plus, Santé Canada cherche à s'assurer que le personnel infirmier est prêt à travailler dans les collectivités du Nord et qu'il a reçu la formation voulue.
Je pourrais continuer à parler des investissements faits par le gouvernement fédéral pour tenter de réduire le nombre de suicides au Nunavut et ailleurs, et il y en a beaucoup. Cependant, le fait est qu'à Attawapiskat, au Nunavik et dans d'autres communautés autochtones de ce grand pays, nous sommes aux prises avec une situation tragique et urgente: un très grand nombre de jeunes mettent fin à leurs jours ou tentent de le faire. Il s'agit d'un enjeu complexe qui nécessite une vaste intervention. Ce n'est pas — et ce ne peut pas être — la responsabilité d'un seul ordre de gouvernement ou d'un seul organisme. Il incombe à tous les membres de la société de travailler en concertation pour trouver des solutions durables qui changeront la vie des gens et les mèneront à croire qu'elle vaut la peine d'être vécue. Nous devons remédier à cette crise maintenant, mais nous devons aussi penser à long terme et nous attaquer à certaines des causes sous-jacentes. Cela signifie un meilleur accès au logement, aux soins de santé et à d'autres services sociaux, ainsi qu'à des possibilités d'éducation, de formation et d'emploi; en d'autres mots, un meilleur avenir.
Il ne s'agit pas d'une question partisane, mais d'une question à laquelle nous devons tous accorder la priorité, peu importe où nous vivons et quel parti nous représentons.
Qujannamiik, thank you, merci.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I am thankful for the opportunity to speak to this critical issue.
All of us know in the House that there is an urgent need for action. There are many challenging parts to this issue. There are no easy answers.
I think it is important that we do not wrap this particular issue exclusively in just the broader question of the challenges facing aboriginal communities. There are many challenges facing first nations communities. However, we also need to have a specific strategy to address suicide, because suicide is a challenge like no other.
We have all been moved by the tragedy in Attawapiskat, and the broader context in terms of suicide within aboriginal communities is horrifying. Suicide rates in aboriginal communities have been shockingly and persistently high. Not only are the numbers high, but while the overall Canadian suicide rate has declined, these rates have continued to rise in aboriginal communities.
Existing numbers may in fact under-report the levels of suicide in aboriginal communities. In many cases, suicides may appear as accidental death, and aboriginal communities have significantly higher rates of accidental death as well as suicide.
I spent some time today reading a report prepared for the Aboriginal Healing Foundation called “Suicide Among Aboriginal People in Canada”. I would certainly recommend the reading of this report to all members in this place.
There are a few points in particular from this report that I would like to highlight, because I think they may help us chart a way forward.
First of all, the report highlights the significant need for more study, specifically about suicide within aboriginal communities. There is a need to dig deeper into the specific dynamics, problems, and potential solutions that apply here in Canada.
I know my Conservative colleagues recently proposed a study at the aboriginal affairs committee specifically on the staggering rate of suicides among Canada's indigenous people. Our colleagues in other parties disagreed and preferred instead a study focused on general health issues. It is not to suggest that is not important, but I think we need to recognize suicide as a specific and distinct kind of challenge.
It was interesting for me to read in this report that there is significant variation across different aboriginal communities. This is important. It gives us an opportunity to study communities where things are working and to try to facilitate connections between communities with significant challenges and communities that may already have some solutions. Let us explore the possibility of facilitating partnerships between communities and also studying the significant variation between communities.
The report highlights how suicide can spread in small communities with close interconnections. The report reads as follows:
In small Aboriginal communities where many people are related, and where many people face similar histories of personal and collective adversity, the impact of suicide may be especially widespread and severe.
Later on, the report tells us this:
Early interventions with families and communities to support the healthy development of infants and children may reduce the prevalence of personality disorders and other mental health problems, which are more difficult to address in adolescents or adults.
Therefore, we know the importance of that early intervention.
The report highlights strategies that make a difference: restricting access to the means of suicide, providing education on coping skills, training youth as peer councillors, training those who come into regular contact with youth, mobilizing the creation of community-based suicide programs, and ensuring that mass media portrays suicide and other community problems appropriately.
Through all of this, I think we all recognize that there is a role for government but that government policy is not the central factor. The report I referred to highlights that we need to explore and support local solutions to strengthen individuals, families, and whole communities. Certainly I would again underline the emphasis on the need for further study.
There is one final and perhaps somewhat distinct point that I want to make about these tragic suicides. Very soon in this place, we are going to be debating legislation on physician-assisted suicide. I know that we will all have an opportunity to debate this latter point, but I do want members to think about that debate in light of this one and of this situation. The young people who took their lives I am sure felt that they faced serious and irremediable suffering. Indeed, anyone who commits suicide likely feels themselves to be experiencing serious and irremediable suffering.
Most systems of morality or law rely on absolute moral or legal rules. When morality or law is seen as situational, it becomes more fluid, more subject to individual situational justification. That is why moral rules like “thou shalt not kill” are important. Any time modifications are introduced to previously understood absolute moral rules, they may induce a relaxation in the social taboo beyond the parameters of the proposed modification.
For example, Oregon legalized assisted suicide in 1997 and the Centers for Disease Control and Prevention report showed suicides within men and women ages 35 to 64 increased by 49% in Oregon between 1999 and 2010, compared to a 28% U.S. national increase overall. It seems to be that when clear immutable behavioural standards are removed, behaviour changes.
Certainly, whatever we do on that issue we particularly need to make sure that we are listening to the voices and concerns raised by indigenous Canadians.
I want to quote at some length from comments that Dr. Alika Lafontaine, the president of the Indigenous Physicians Association of Canada, made before the special joint committee. He said:
In reviewing these hearings, I feel obliged to identify the absence of the major national indigenous organizations. I believe there has not been meaningful consultations with indigenous peoples, although meaningful mainstream Canadian consultations have been carried out by many other organizations that have presented here. You are all aware of the widening health disparities among indigenous peoples and the rest of Canada. When considering the overrepresentation of indigenous peoples in nearly every category who may qualify and pursue medically assisted dying, it should be strongly considered that you may be ignoring the largest proportional demographic that is eligible to pursue this service. I hope the apparent absence of indigenous consultation is remedied prior to any final decisions regarding indigenous patients and medically assisted dying.
He went on to say:
My personal experience with indigenous patients and their concerns regarding medically assisted dying are very different from my experience with mainstream Canadian patients. One reason is that medically assisted dying has existed in our communities for more than a century.
When residential schools exposed children to nutritional deprivation and medical experimentation, that was medically assisted dying.
When child and family services apprehend indigenous children at an alarmingly high rate—if not the highest rate of all demographics—with medical decisions made by the crown, and an inconsistent quality of standards that contribute to children dying in care or going missing, that is medically assisted dying. When the trauma of residential schools is perpetuated intergenerationally and we do nothing to stem the tide of abuse, addiction, and suicide that overwhelms our indigenous communities through insufficient mental health intervention, except in crisis, that is medically assisted dying.
When indigenous peoples have programs designed without their input, then are chastised for poor engagement in mainstream health care, that is medically assisted dying.
When there is no monitoring, tracking, or enforcement of standard practice that every other Canadian can expect when receiving medical care, that is medically assisted dying. If an indigenous person dies and no one tracks it, does anyone care?
What we are pleading for in indigenous communities is not medically assisted dying. That already exists in more ways than can be counted. What we are pleading for is medically assisted life.
Those are the remarks of Dr. Lafontaine. I think we need to listen to them. We need to take his concerns seriously. Going forward, let us leverage the collegiality we have seen tonight to build a better country for everyone.
Monsieur le Président, je suis reconnaissant de pouvoir intervenir sur ce grave problème.
Tous les députés savent qu'il est urgent d'agir. Le problème présente de nombreuses facettes et il n'y a pas de réponse simple.
Il est important, selon moi, de ne pas noyer le problème qui nous occupe dans l'ensemble des difficultés que vivent les communautés autochtones. S'il est vrai que ces difficultés sont nombreuses, il reste qu'une stratégie pour régler le problème particulier du suicide est nécessaire, car ce problème est sans pareil.
La tragédie d'Attawapiskat nous a tous émus. Le problème général du suicide dans les communautés autochtones nous horrifie. Le taux de suicide dans celles-ci demeure à des niveaux scandaleusement élevés. Non seulement les suicides sont nombreux, mais leur taux continue de croître dans les communautés autochtones tandis qu'il baisse dans l'ensemble de la population canadienne.
En fait, il est possible que les statistiques actuelles sous-estiment le nombre réel de suicides dans les communautés autochtones. Souvent, un suicide peut avoir les apparences d'une mort accidentelle. Or, le taux de morts accidentelles, tout comme celui des suicides, est beaucoup plus élevé chez les Autochtones.
J'ai lu aujourd'hui un rapport préparé pour la Fondation autochtone de guérison et intitulé « Le suicide chez les Autochtones au Canada », dont je recommande la lecture à tous les députés.
Il y a quelques éléments du rapport que j'aimerais souligner parce que je pense qu'ils pourraient nous aider à décider de la voie à suivre.
Premièrement, le rapport fait valoir la grande nécessité de mener plus d'études, surtout en ce qui concerne le suicide au sein des communautés autochtones. Il faut examiner de plus près la dynamique, les problèmes et les solutions possibles qui s'appliquent au Canada.
Je sais que mes collègues conservateurs ont récemment proposé au comité des affaires autochtones de se pencher sur les taux anormalement élevés de suicide parmi les Autochtones du pays. Nos collègues des autres partis ont refusé et ont préféré une étude sur les problèmes de santé généraux. Je n'insinue pas qu'il ne s'agit pas d'une question importante, mais je pense que nous devons reconnaître le suicide comme un problème particulier et distinct.
En lisant le rapport, j'ai appris avec intérêt qu'il existe des écarts considérables dans les différentes communautés autochtones. C'est important. Cela nous permet d'étudier des communautés qui vont bien et de tenter de faciliter l'établissement de liens entre les communautés aux prises avec des problèmes de taille et celles ayant peut-être déjà trouvé quelques solutions. Envisageons de favoriser les partenariats entre les communautés et d'étudier les écarts considérables qui existent entre elles.
Le rapport précise comment le suicide peut se propager dans les petites communautés où les membres entretiennent des liens étroits les uns avec les autres. On peut y lire ceci:
Dans de petites collectivités autochtones où beaucoup de gens sont parents et où bien des personnes sont confrontées à des histoires personnelles semblables et à de l’adversité collective, les répercussions d’un suicide peuvent prendre des dimensions considérables et très graves.
Plus loin dans le rapport, on peut lire:
[...] des interventions précoces auprès des familles et des collectivités qui visent à appuyer un développement sain des bambins et des enfants de tout âge peuvent diminuer la prévalence des troubles de la personnalité et d’autres problèmes de santé mentale, ce qui est plus difficile à contrer chez des adolescents ou des adultes.
Nous savons donc combien l'intervention précoce est importante.
Le rapport souligne les stratégies efficaces: limiter l'accès aux moyens de suicide, offrir de la formation en renforcement des capacités d'adaptation, former les jeunes comme conseillers auprès de leurs pairs, former ceux qui sont régulièrement en contact avec les jeunes, encourager la création de programmes communautaires de prévention du suicide et s'assurer que les médias de masse dépeignent correctement le suicide et autres problèmes communautaires.
Cela dit, je pense que tout le monde reconnaît que le gouvernement a un rôle a jouer, mais la politique gouvernementale n'est pas le principal facteur. Le rapport que j'ai cité souligne la nécessité d'envisager des solutions locales et d'encourager celles qui renforcent les particuliers, les familles et les collectivités au complet. J'aimerais également souligner à nouveau la nécessité de pousser encore davantage la recherche sur le sujet.
Il y a un dernier point que j'aimerais faire au sujet de ces suicides tragiques, bien qu'il soit quelque peu éloigné de la question. Très bientôt, la Chambre sera saisie d'un projet de loi sur le suicide assisté par un médecin. Je sais que nous aurons tous l'occasion de débattre de cette question, mais j'aimerais que les députés l'envisagent à la lumière de cette situation et du débat de ce soir. Je n'ai aucun doute que les jeunes personnes qui se sont enlevé la vie sentaient que leurs souffrances étaient graves et irrémédiables. Effectivement, quiconque se suicide croit probablement que ses souffrances sont graves et irrémédiables.
La plupart des systèmes de moralité ou de droit dépendent de règles morales ou légales absolues. Lorsque la moralité ou la loi est perçue comme étant situationnelle, elle devient plus fluide, plus sujette à la justification situationnelle individuelle. Voilà pourquoi des règles morales telles que « tu ne tueras point » sont importantes. Chaque fois que des modifications sont apportées à des règles morales absolues auparavant comprises, elles risquent de donner lieu à un relâchement du tabou social au-delà des paramètres de la modification proposée.
Par exemple, l'Oregon a légalisé l'aide médicale à mourir en 1997 et le rapport des Centers for Disease Control and Prevention montre que le suicide chez les hommes et les femmes âgés de 35 à 64 ans s'est accru de 49 % en Oregon entre 1999 et 2010, comparativement à une hausse nationale globale de 28 % aux États-Unis. Il semble que, lorsque des normes comportementales immuables claires sont retirées, le comportement change.
Certes, quoi que nous fassions dans ce dossier, nous devons particulièrement nous assurer d'écouter la voix des Canadiens autochtones ainsi que leurs préoccupations.
J'aimerais citer un passage assez long des observations formulées par le Dr Alika Lafontaine, président de l'Indigenous Physicians Association of Canada, devant le comité mixte spécial. Il a dit:
Après avoir passé en revue vos audiences, je me sens dans l’obligation de souligner l’absence des grandes organisations nationales autochtones. À mon avis, les Autochtones n’ont pas été consultés concrètement, même si des consultations générales ont été réalisées au Canada par de nombreux autres organismes qui sont venus témoigner devant votre comité. Vous êtes tous conscients de l’élargissement des disparités en matière de santé entre les Autochtones et le reste du Canada. Compte tenu de la surreprésentation des Autochtones dans la presque totalité des catégories de personnes pouvant être admissibles et avoir recours à l’aide médicale à mourir, nous pouvons sérieusement en conclure que vous faites peut-être abstraction de la population la plus importante sur le plan proportionnel pouvant être admissible et avoir recours à un tel service. J’espère que l’apparente absence de consultations des Autochtones sera corrigée avant de prendre des décisions définitives concernant les patients autochtones et l’aide médicale à mourir.
Il poursuit en disant:
Mon expérience personnelle avec les patients autochtones et leurs préoccupations concernant l’aide médicale à mourir est très différente de mon expérience avec les patients canadiens non autochtones, notamment parce que l’aide médicale à mourir est une réalité dans nos collectivités depuis plus d’un siècle.
Lorsque des enfants ont été victimes de malnutrition et d’expérimentations médicales dans les pensionnats indiens, c’était de l’aide médicale à mourir.
Lorsque les services à l'enfance et à la famille s'emparent d'enfants autochtones à un taux très alarmant — si ce n'est pas le plus haut taux tout groupe démographique confondu — en se fondant sur des décisions médicales prises par la couronne et qu'une qualité non uniforme des normes contribue à la mort ou à la disparition d'enfants qui reçoivent des soins, c'est de l'aide médicale à mourir. Lorsque les traumatismes des pensionnats indiens sont perpétués d'une génération à l'autre et que nous ne faisons rien pour freiner les mauvais traitements, les dépendances et les suicides qui sont omniprésents dans nos collectivités autochtones en raison du manque de services en santé mentale, sauf en situation de crise, c'est de l'aide médicale à mourir.
Lorsque les autorités conçoivent des programmes pour les Autochtones sans les consulter et qu'ensuite elles leur reprochent leur faible engagement à l'égard des soins de santé non autochtones, c'est de l'aide médicale à mourir.
Lorsqu'il n'y a aucune surveillance, aucun suivi et aucune observation des pratiques courantes, à savoir des éléments auxquels peuvent s'attendre tous les autres Canadiens qui reçoivent des soins de santé, c'est de l'aide médicale à mourir. Si un Autochtone meurt et que personne n'assure de suivi à cet égard, quelqu'un s'en soucie-t-il?
Ce que nous demandons dans les collectivités autochtones, ce n'est pas l'aide médicale à mourir. Cela existe déjà sous d'innombrables formes. Nous demandons l'aide médicale à vivre.
Voilà ce qu'a déclaré le Dr Fontaine. J'estime qu'il faut tenir compte de ses observations. Il faut les prendre au sérieux. Tirons parti de la collégialité dont nous avons été témoins ce soir pour bâtir un pays où tout le monde peut aspirer à une vie meilleure.
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2016-04-12 22:51 [p.2149]
Mr. Speaker, I would like to thank the hon. member and all hon. members for the debate tonight. Certainly, when I listen to this debate it is very easy to become overwhelmed by the challenges faced by our aboriginal youth, especially as symbolized by the crisis that we are facing in Attawapiskat.
However, my head, my heart, and my faith also convince me that the first nations indigenous communities and their youth, as challenging as the problems are, also have the resilience and the strength to deal with these problems if only we were to offer some form of co-operation with them.
Let me tell a story from my own riding of Hull—Aylmer, which is a place where a lot of first nations communities come. Parents come to study to improve themselves, to go to CEGEP or to go across the river to a college or a university, and oftentimes they bring their children. The children face a difficult transition of moving from school to school. Yet, let me mention one school in my riding, Pierre Elliott Trudeau Elementary School, where the kids got together and under the guidance of a first nations music producer, David Hodges, produced a fabulous video in which the elementary students themselves told their story. They wrote the song. They wrote the music. They produced the video. It really was a positive demonstration of what can happen when they come together. It was the first time that a lot of those students felt that they were paid attention to and they had that opportunity to express themselves.
There are many ways in which people in a community can take action themselves. I wonder if the hon. member would have a comment on that.
Monsieur le Président, je tiens à remercier le député et tous mes collègues qui participent au débat ce soir. Quand on écoute ce débat, il est très facile de se sentir dépassé par les défis auxquels doivent faire face les jeunes Autochtones canadiens, comme le montre la crise qui sévit à Attawapiskat.
Cependant, ma tête, mon coeur et ma foi me disent que les communautés des Premières Nations et leurs jeunes ont la résilience et la force nécessaires pour affronter ces problèmes très difficiles si nous sommes prêts à travailler en collaboration avec eux.
J'aimerais vous raconter une histoire qui s'est déroulée dans ma circonscription, Hull—Aylmer, où choisissent de s'installer de nombreux membres des Premières Nations. Dans le but de s'améliorer, des parents vont étudier au cégep ou traversent la rivière pour suivre un programme dans un collège ou une université. Ils arrivent parfois accompagnés de leurs enfants. Ceux-ci vivent une transition difficile, car ils doivent changer d'école. J'aimerais parler d'une école située dans ma circonscription, l'école primaire Pierre Elliott Trudeau. Sous la direction d'un producteur de musique des Premières Nations, David Hodges, les enfants ont produit une vidéo fabuleuse dans laquelle les élèves du primaire racontent leur histoire. Ils ont composé la chanson et la musique. Ils ont produit la vidéo. C'est vraiment un exemple positif de ce qu'ils peuvent faire lorsqu'ils travaillent ensemble. Dans bien des cas, c'était la première fois que ces élèves avaient l'impression que l'on faisait attention à eux et qu'ils avaient la possibilité de s'exprimer.
Les membres d'une communauté peuvent agir eux-mêmes de bien des façons. Je saurais gré au député de me dire ce qu'il en pense.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I think the point the member makes is right to suggest that really there is a lot of resilience and a lot of hope within aboriginal communities.
In my speech I talked about identifying aboriginal communities where things are going relatively better and looking at ways that we can help build those connections. Many of these solutions are not going to come from government. As the member alluded to, they are going to come from individual groups, communities, schools, and families. However, we can play a role as well in helping to facilitate those connections and those conversations.
Monsieur le Président, je pense que l'exemple présenté par le député montre bien qu'il y a réellement beaucoup d'espoir et de résilience au sein des communautés autochtones.
J'ai parlé dans mon allocution de repérer les communautés autochtones où les choses vont relativement mieux et de chercher des moyens de favoriser l'établissement de liens. Bon nombre de solutions ne viendront pas du gouvernement. Comme le député l'a laissé entendre, elles viendront de communautés, d'écoles, de familles et de groupes particuliers. Nous pouvons cependant jouer un rôle, nous aussi, en facilitant les liens et le dialogue.
View Robert-Falcon Ouellette Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, I will be sharing my time with my hon. colleague from Newfoundland and Labrador.
I am proud to stand here on the unceded land of the Algonquin people, the meeting place of the Métis Nation, the united first nations, the Inuit people, and the home of all Canadians.
I have a message for the people of Attawapiskat, for the people of Cross Lake with whom I have met, for every indigenous person, whether they live in Quebec City, on a reserve or in a city, in Newfoundland, in Winnipeg, or in Regina. Wherever they are in Canada, each and every one of them matters. Every life matters.
An elder said to me, “We need to fight hard to keep the spirit of suicide out.”
The pain those people feel is real. It is a pain that I have felt myself. They may feel powerless. They may feel despair. They may feel hopelessness. However, there are cracks in the world, and that is where the light can come in. If they can hold on through that pain and muster their strength to make it through another day, that pain can fade, and they are never alone. There are people across Canada who care about what happens to them. This is a demonstration here tonight of the people who care about them. They matter. They are important.
The only thing harder than losing someone is losing someone before his or her time. The pain he or she is feeling is a part of grieving. It is part of honouring a lost life. Grief is hard, but it is not evil. It is our spirit that is in pain because we have been split away from the one we loved. However, the loss of hope that we feel is something greater, more profound, and it is real.
The reality of the lives of the people in Cross Lake and Attawapiskat needs to be heard across the country and around the world. Life in first nation communities is hard, and it is harder than it needs to be. There are too many communities like Cross Lake and Attawapiskat, across Manitoba and across the country where too many people, young and old, are living without hope. There are many indigenous people living off reserve who struggle with poverty and racism in our great cities. We, as their brothers and sisters, as their fellow citizens, as their fellow human beings, have let them down.
There is a prophecy that was told to me by an elder, Winston Wuttunee, who comes from the west. The prophecy as told is that after contact with Europeans, the indigenous people will suffer greatly. However, upon the shoulders of the seventh generation will fall the task of lifting up the people. Starting in greater numbers, they will start to take pride in themselves, in their culture, in their religion, and in their families. They will realize that their culture and their ancestors are strong, and that their ancestors are standing behind them willing them on to success.
There is a second part to this prophecy, which is that the seventh generation will not do this by themselves. Rather, hand-in-hand with newcomers they will bring change to their common society, because we all know it has to change and the change must be deep and structural. We must embrace deep change for our communities. I believe that change is possible.
Despair can give way to hope, and fear can give way to joy, but it will take an awful lot of work. It will take work from every level of government, from the esteemed members of this chamber to every chief and band council across the country, to provide the deep change that is needed. It will also require the work of corporations and our fellow citizens. It will take the federal governments, provinces, cities, and first nations, the Métis nation and the Inuit people, because too often when we hear about a tragedy or a tragedy-on-tragedy in first nations communities, our very first thought is to separate ourselves from the problem and pronounce our own innocence. Too often we, as Canadians, say, “What are they doing? What is their leadership doing to solve their problems?” We do not ask what we are doing. We do not ask what our leadership is doing to solve our own collective problems. These are our collective problems.
Since before the first European set foot on Turtle Island, the territory we now call Canada has always been home to not one but many people. Today, Canada is home to many people from many nations, and first nations and all indigenous peoples are Canadians. We are still many people united as one. It starts with hope. Everything begins with hope. Making hope a reality takes work, effort, and resources.
I will urge them to do something more. Every single one of them is stronger than they know. Every single one of them is better than they know. When times are at their hardest, I urge them to use the spark of sacred energy within them to hold on to hope, to look to the light, to look within them to keep moving forward, even when hope seems lost. If they hold some guilt or shame within them or think of themselves as a bad person, they should know this: that they can change, they can grow, they can be forgiven, and they can forgive themselves. They are not born good, nor are they born bad. We become good by doing good deeds. We become generous by doing generous acts. We can inspire others to goodness so they can join with us. If they wake up in despair, they can say, “Today is a good day because I am alive and I matter.” The road ahead may not be easy.
Basil Johnston, an Anishinabe elder, wrote that each and every one of us has a life path, a potential, a destiny. We start with many possible paths, but we must choose one path. For some in our society, that path is steep and rocky. The young start climbing the hill. Some walk, some run, some crawl, and some stumble. Those who arrive at the top of the path and see the path continues, they move along that path getting older. Some youth will pick a different path, a path which will not lead to their full potential. They arrive at the top of a rocky hill. They look over to the other side and the road continues. Some will give up and not realize their full potential, but others will continue and conquer that mountain and see that promised land that we heard about over 50 years ago.
The elders are victors for they have walked many winding paths, yet they still stand at the top of the mountain and can look back and see the young, the youth, and the adults in the distance behind them and still look forward into the sun and see the grandfathers in the distance.
However, each of them have a road and a path they can follow out of the darkness and into the light.
I will carry them in my heart on my travels and I will remember them and think of them, and I will invite them to work with me, for themselves and for all of us to see the deep change we need.
However, we know that hope is not enough and words are fleeting, especially off in the highest chambers of our land.
Hope is a good breakfast, but a poor supper.
In the midst of darkness, we need to redouble our efforts and offer not just words but action. We must offer not just hope but opportunity.
We can build homes for the homeless. We can provide jobs for the jobless. We can provide better health care and education. It is our duty and our plan to do so, but we must do more.
We have an opportunity to move forward, not simply in reconciliation, as survivors waiting passively for the house of Canada to come to the rescue, but we must move forward in celebration of indigenous peoples as a founding people of this land in recognizing the covenant that we have together.
There are four directions in my indigenous tradition. There are four seasons in this land. There are four founding peoples. They are the indigenous peoples, the English, the French, and the newcomers who have come from around the world who now call this place, Canada, home. That is the true nature of our nation.
We did not make this broken world that we inherited, but we do not have to leave it to our children.
It is about recognizing dignity and freedom and care for all Canadians, about recognizing that each and every one of us is a human being, worthy of respect, that each and every one of us matters.
[Member spoke in Cree as follows:]
Tapwe akwa khitwam.
Monsieur le Président, je vais partager le temps qui m'est accordé avec ma collègue de Terre-Neuve-et-Labrador.
Je suis fier de pouvoir prendre la parole sur les terres jamais cédées du peuple algonquin, lieu de rencontre de la nation métisse, des Premières Nations unies et des Inuits, où tous les Canadiens sont chez eux.
J'ai un message pour les gens d'Attawapiskat, pour ceux de Cross Lake que j'ai rencontrés ainsi que pour tous les autres Autochtones du pays, qu'ils habitent à Québec, dans une réserve ou une ville, à Terre-Neuve, à Winnipeg ou à Regina. Quel que soit l'endroit où ils se trouvent au Canada, chacun d'entre eux compte. Chaque vie est importante.
Un aîné m'a dit: « Nous devons lutter avec énergie pour conjurer l'esprit du suicide. »
La douleur que ressentent ces gens est réelle. C'est une douleur que j'ai ressentie, moi aussi. Ils ont des sentiments d'impuissance, de désespoir ou d'abandon. Heureusement, les jours ne sont pas toujours aussi sombres les uns que les autres en ce bas monde. Lorsque ces gens s'accrochent malgré la douleur et qu'ils parviennent à rassembler leurs forces jusqu'à ce que vienne le lendemain, leur douleur peut se dissiper. Ils ne sont jamais seuls. Partout au Canada, des gens se préoccupent de ce qui leur arrive. Nous en sommes la preuve, ce soir, dans cette enceinte. Ils comptent pour nous. Ils sont importants.
La seule chose qui soit plus dure que perdre quelqu'un est perdre quelqu'un prématurément. La douleur ressentie fait partie du deuil. Cela témoigne de la perte subie. La douleur est dure à supporter, mais elle n'est pas néfaste. Notre esprit souffre parce que nous avons été séparés d'une personne qui nous était chère. Toutefois, le désespoir ressenti est plus grand, plus profond, et il est réel.
La réalité que vivent les gens de Cross Lake et d'Attawapiskat doit être entendue dans tout le pays et dans le monde entier. La vie dans les communautés des Premières Nations est difficile et elle plus difficile que nécessaire. Il y a trop de communautés comme celles de Cross Lake et d'Attawapiskat, au Manitoba et dans le pays, où trop de gens, jeunes et vieux, vivent sans espoir. De nombreux Autochtones vivant hors réserve sont aux prises avec la pauvreté et le racisme dans nos grandes villes. Nous, leurs frères et soeurs, leurs concitoyens, leurs prochains les avons laissé tomber.
Il y a une prophétie qui m'a été racontée par un aîné, Winston Wuttunee, qui vient de l'Ouest. La prophétie dit qu'après leur rencontre avec les Européens, les Autochtones souffriront beaucoup. Toutefois, c'est à la septième génération qu'incombera la tâche d'encourager les gens. Beaucoup commenceront à être plus fiers d'eux, de leur culture, de leur religion et de leur famille. Ils comprendront que leur culture et leurs ancêtres sont forts, que leurs ancêtres les appuient et qu'ils veulent leur réussite.
Cette prophétie comporte une deuxième partie: la septième génération n'accomplira pas cette tâche toute seule. Avec les nouveaux arrivants, elle apportera des changements à leur société commune, car nous savons tous que des changements profonds et structurels sont nécessaires. Nous devons nous ouvrir aux changements pour nos collectivités. Je crois que ces changements sont possibles.
Le désespoir peut faire place à l'espoir et la peur peut faire place à la joie, mais cela demandera énormément de travail. Il faudra beaucoup de travail de la part de tous les ordres de gouvernement, de tous les députés et de tous les chefs et les conseils de bande du pays pour apporter les changements profonds qui sont nécessaires. Cela nécessitera aussi la participation des sociétés et de nos concitoyens, ainsi que des gouvernements fédéral et provinciaux, des villes et des Premières Nations, des Métis et des Inuits, car bien souvent, quand nous entendons parler d'une tragédie ou d'une série de tragédies dans les collectivités des Premières Nations, notre premier réflexe est de nous dissocier du problème et de dire que nous n'avons rien à y voir. Trop souvent, nous disons: « Que font-ils? Que font leurs dirigeants pour résoudre leurs problèmes? » Nous ne nous demandons pas ce que nous faisons. Nous ne demandons pas ce que nos dirigeants font pour régler nos propres problèmes collectifs. Ce sont là nos problèmes collectifs.
Avant même que les premiers Européens débarquent sur l'île de la Tortue, le territoire que nous appelons maintenant le Canada a toujours été la patrie de nombreux peuples. Aujourd'hui, le Canada est la patrie de bien des gens provenant de diverses nations, et les Premières Nations, de même que tous les peuples autochtones du Canada, sont des Canadiens. Ensemble, nous formons encore un peuple uni. Cela commence par l'espoir. Tout commence par l'espoir. Pour concrétiser les espoirs, il faut du travail, des efforts et des ressources.
Je les invite à faire quelque chose de plus. Chacun d'entre eux est plus fort qu'il le croit. Chacun d'entre eux est meilleur qu'il le croit. Lorsque les temps sont difficiles, je les invite à miser sur l'énergie sacrée qu'ils portent en eux pour garder espoir, voir la lumière et trouver le courage de continuer, même quand l'espoir semble perdu. S'ils se sentent coupables ou ont honte, ou s'ils croient qu'ils sont une mauvaise personne, ils doivent savoir qu'ils peuvent changer, qu'ils peuvent grandir, que les gens peuvent leur pardonner et qu'ils peuvent se pardonner eux-mêmes. Ils ne sont pas nés foncièrement bons ou foncièrement méchants. Nous devenons bons en faisant de bonnes actions. Nous devenons généreux en faisant preuve de générosité. Nous pouvons inspirer les autres à faire preuve de bonté afin qu'ils puissent joindre leurs efforts aux nôtres. Si, en se levant le matin, ils se sentent désespérés, ils peuvent se dire qu'aujourd'hui est une belle journée, car ils sont en vie et sont importants. Cela dit, le chemin à parcourir ne sera peut-être pas facile.
D'après les écrits d'un aîné Anishinabe, Basil Johnston, chacun d'entre nous a un destin, un parcours de vie, un potentiel. Plusieurs chemins s'offrent à nous, mais il faut en choisir un. Certains membres de la société se retrouvent sur un sentier abrupt et rocailleux. Les jeunes commencent à gravir la pente. Certains marchent, d'autres courent; certains rampent, d'autres trébuchent. Ceux qui atteignent le sommet du sentier et voient qu'il se poursuit continuent leur route et deviennent plus vieux. Certains jeunes choisissent une voie dans laquelle ils ne pourront pas réaliser leur plein potentiel. Ils arrivent au sommet d'une colline rocailleuse, regardent l'autre versant et voient que la route continue. Certains abandonnent alors sans réaliser leur plein potentiel, tandis que d'autres continuent, vainquent la montagne et voient la terre promise dont nous avons entendu parler il y a plus de 50 ans.
Les aînés sont des vainqueurs: ils ont suivi de nombreux sentiers tortueux mais se trouvent toujours au sommet de la montagne. De là, ils peuvent à la fois regarder derrière eux et voir des jeunes et des adultes, et regarder devant eux, vers le soleil, et voir les grands-pères au loin.
Chacune de ces personnes dispose d'une route, d'un chemin qui peut la mener de la noirceur à la lumière.
Je les porterai dans mon coeur pendant mon périple. Ils resteront dans mes souvenirs et mes pensées, et je les inviterai à travailler avec moi, pour eux et pour nous tous, afin que nous puissions voir le profond changement dont nous avons besoin.
Cependant, nous savons que l'espoir ne suffit pas, et que les paroles sont éphémères, surtout dans les plus hautes chambres du pays.
L'espoir est un bon déjeuner, mais un mauvais dîner.
Au milieu des ténèbres, nous devons redoubler d'efforts et non seulement offrir des paroles, mais y joindre aussi des gestes. Il faut non seulement donner de l'espoir, mais aussi ouvrir des horizons.
Nous pouvons bâtir des logements pour ceux qui n'en ont pas. Nous pouvons créer des emplois pour ceux qui sont sans travail. Nous pouvons offrir de meilleurs services de santé et d'éducation. Cela fait partie de nos devoirs et de nos intentions, mais nous devons en faire davantage.
Nous avons l'occasion d'en faire davantage; de ne pas seulement attendre passivement, dans un esprit de réconciliation, que la Chambre du Canada vienne à la rescousse d'anciennes victimes, mais aussi de célébrer les Autochtones en tant que peuple fondateur de ce pays et d'honorer le pacte qui nous unit.
Il y a quatre directions dans ma tradition autochtone, quatre saisons dans ce pays, et quatre peuples fondateurs: les Autochtones, les Anglais, les Français et les nouveaux arrivants qui sont venus de toutes les régions du monde et qui sont maintenant chez eux au Canada. Voilà la véritable nature de notre nation.
Nous n'avons pas créé le monde troublé dont nous avons hérité, mais nous n'avons pas à le léguer à nos enfants.
Il faut promouvoir la dignité et la liberté, se soucier de tous les Canadiens, reconnaître que chacun d'entre nous est un être humain qui mérite le respect, que chacun d'entre nous est important.
[Le député s'exprime en cri:]
Tapwe akwa khitwam.
View Salma Zahid Profile
Lib. (ON)
View Salma Zahid Profile
2016-01-26 13:59 [p.434]
Mr. Speaker, I would like to draw the attention of the House to the great work being done in Scarborough Centre and across Toronto by Project Engagement. Project Engagement is a volunteer-based, not for profit organization founded in 2004 by a local city councillor, Michael Thompson, and businessman, Vincent Gasparro. Their goal was to create an organization that could provide food, clothing, and other household necessities to families in need in Scarborough and across Toronto.
I am pleased to say that they have succeeded in making a real difference. This past Christmas, I was pleased to join more than 600 community volunteers preparing food hampers to help ensure more than 400 families had a better Christmas, including a warm meal and toys for the children.
Project Engagement is making a real difference in the lives of families in need. We need more projects like this across Canada.
Monsieur le Président, je tiens à souligner l'excellent travail qu'accomplit Project Engagement dans la circonscription de Scarborough-Centre et dans la grande région de Toronto. Project Engagement est un organisme bénévole à but non lucratif créé en 2004. En fondant cet organisme, Michael Thompson, conseiller municipal de la région, et Vincent Gasparro, homme d'affaires, voulaient distribuer des denrées alimentaires, des vêtements et d'autres biens essentiels aux familles les plus démunies de Scarborough et de Toronto.
Je peux dire qu'ils ont réussi à améliorer le sort de ces familles. Pendant le temps des Fêtes, j'ai eu le plaisir de me joindre au groupe de plus de 600 bénévoles et de préparer avec eux des paniers de provisions qui ont permis à plus de 400 familles de passer un plus beau Noël. Ces familles ont pu ainsi manger un repas chaud et offrir des jouets aux enfants.
Project Engagement permet vraiment d'améliorer le sort des familles les plus démunies. Le Canada a besoin de plus de projets comme celui-ci.
View Megan Leslie Profile
NDP (NS)
View Megan Leslie Profile
2015-06-12 12:34 [p.15026]
Mr. Speaker, I am standing in the House to speak out firmly against this bill.
My intention was to discuss it through two lenses. The first is the lens of unintended consequences, because when we present legislation, we need to think about what the consequences will be. Sometimes there are unintended consequences, and there are a lot in this bill. The second lens I want to apply is what we would do if we actually wanted to stop forced marriages. What kind of legislation or policy could we bring forward if we were really serious about putting an end to underage marriages in Canada? I will talk about those two things, because the NDP is very serious about bringing forward legislation and policy that can put an end to underage marriage and put an end to forced marriages.
First though, I want to tackle the issue of the title. We heard a little bit of a back and forth between my colleague from Northwest Territories and the parliamentary secretary about the title.
The title of this bill is the zero tolerance for barbaric cultural practices act. I have a big problem with this title. The parliamentary secretary stood here, wrung her hands, implored us to think of the children, and asked if this was not a barbaric cultural practice. We all agree that these are terrible practices. However, when we have this kind of provocative title it is not about working together to eliminate this kind of behaviour or these practices. What this title does is fuel racist stereotypes. It creates xenophobia toward very particular groups in Canada. We are targeting particular groups with this title.
I think about the other barbaric cultural practices happening in this country. Why are the Conservatives not standing up against other barbaric cultural practices? I happen to think it is a barbaric cultural practice that a woman who is raped and becomes pregnant is forced to carry that baby to term because she cannot access abortion services in this country. I happen to think it is a barbaric cultural practice, yet I do not see the Conservatives standing up and fighting for that.
I happen to think it is a barbaric cultural practice to force a woman to bring a baby to term if she does not want to have that baby, but we do not see the Conservatives crusading to change the fact that only 16% of hospitals in Canada offer abortion services. They are not champions on the lack of access to abortion services in Canada.
I think it is a barbaric cultural act that we have created a culture that puts such shame on women. It shames them to the point that they will do anything to terminate a pregnancy without having to tell someone, like throwing themselves down the stairs, taking drugs to self-abort, and using coat hangers. I happen to think this is a barbaric cultural practice, yet I hear silence in the House about putting an end to that.
In Prince Edward Island, a woman took medication to induce an abortion and had a complication. She went to the ER. She was bleeding. She did not know if she was bleeding to death. She had no idea. She waited for five hours in the ER. When someone actually came in to talk to her about what was going on, the attending health care provider told her that he was not comfortable treating her and that she should go to Halifax. Halifax is not down the street. Halifax is 300 kilometres away. I happen to think it is a barbaric cultural practice to have left that woman in that ER for five hours, not knowing about the health or the state of her fetus, not knowing about her own health, and not knowing if she was going to bleed to death and then having the doctor say that he was not comfortable treating her.
I happen to think that was a barbaric cultural practice, yet I do not see the Conservatives standing up to enforce the Canada Health Act to ensure that we have equal access to health services across this country. Come to think of it, I do not see any of the Liberals standing up to talk about this either. It is a Liberal government in P.E.I. There are three Liberal MPs here in the House of Commons, and we have a whole lot of silence when it comes to standing up for women's rights and their ability to access abortion services.
Moving on, let us get back to unintended consequences.
If we are serious about putting an end to these practices, then let us look at how we do it. Let us draft some legislation and think about what the consequences are, both intended and unintended. Unfortunately, there are a lot of unintended consequences here.
We have heard several of my colleagues talk about these unintended consequences. I think they are really serious. I think they are so serious that we cannot support the bill.
There is something as simple as the definition of polygamy. There is no real definition of polygamy here. We might think we all know what polygamy is, so what is the big deal? Well, it is a big deal. We are playing with people's lives here. We need a definition.
We heard testimony at committee about what would happen if there was a legally sanctioned marriage and one that was not legally sanctioned. For example, a person is married, the partners split up, and the person gets into a common-law relationship. If that first relationship has not been legally terminated and that person is in a new common-law relationship, is that polygamy? We do not know. What may be perceived as a small detail could have serious consequences for all kinds of people in Canada who might not know that they are in a polygamous relationship.
However, this is a small detail that I can maybe even wrap my head around, but there are other unintended consequences that are beyond the pale.
If we are trying to help marginalized and disadvantaged women, then we cannot put them in situations where they are so fearful that they cannot come forward. We heard tons of expert testimony about this. It is actually shocking when we look at the transcripts from committee how passionate some of these witnesses were about the fact that this legislation would drive those women deeper underground. If we want to help these women and children, we cannot have them be fearful that they will be deported.
Imagine if this deportation happened. It would not be just for the big bad guy we are always talking about, the one who is forcing a little girl into marriage. I heard the minister talk about forced rape for the rest of her life. If that little girl does not know she can get protection from our government, why would she come forward? If there are laws that say that everyone involved in a polygamous marriage will be deported, that will include that little girl. How does it help that little girl to send her to another country where there are no protections, where there probably are not even opportunities for her to go to school?
How about we put an end to that kind of barbaric cultural practice? Imagine sending a little girl out of the country when all she wants is protection. That is an unintended consequence I cannot get past. The legislation before us is full of these unintended consequences.
I will skip to how we can work together. We had some really good testimony at committee about how we need to have institutional support for these victims. We can have that kind of support without alienating and harming the women who are involved in forced marriage and gender-based violence. We need to have those institutional supports for them.
UNICEF talks a lot about the fact that if we are going to protect children from human trafficking, we have to recognize the failures in the system that allow those women and children to be trafficked. We have to recognize that they often come from low-income families without access to community support, without access to settlement services, and without access to people in the community they can turn to about their situation to ask for help.
If we were serious, we could get together, sit down, scrap Bill S-7, and start over. We would come to the table and talk about what would help these women and children and what kinds of supports we could give them. I do not think deporting them is exactly what we had in mind when we thought we wanted to put an end polygamy, underage marriage, and forced marriage in this country. I do not think that is the right solution. I think if we took our partisan hats off for a minute, many of us would come to that conclusion.
Monsieur le Président, je prends la parole dans cette enceinte pour m'opposer fermement à ce projet de loi.
Mon intention est d'en parler sous deux angles. Le premier angle est celui des conséquences inattendues. Lorsque nous présentons un projet de loi, nous devons songer aux conséquences qu'il aura. Parfois, un projet de loi peut avoir des conséquences inattendues, et ce projet de loi en aurait beaucoup. Le deuxième angle est celui de ce que nous ferions si nous voulions vraiment mettre fin aux mariages forcés. Quel genre de projet de loi ou de politique pourrions-nous proposer si nous avions réellement l'intention de mettre fin aux mariages précoces au Canada? J'aborderai la question sous ces deux angles, car le NPD a très sérieusement l'intention de proposer un projet de loi et une politique pouvant mettre fin aux mariages précoces et aux mariages forcés.
Mais, pour commencer, je voudrais parler de la question du titre. Nous avons entendu quelques échanges à ce sujet entre mon collègue de Territoires du Nord-Ouest et la secrétaire parlementaire.
Le titre de ce projet de loi est la Loi sur la tolérance zéro face aux pratiques culturelles barbares, ce qui me semble très problématique. La secrétaire parlementaire nous supplie à genoux de songer aux enfants et nous demande pourquoi une telle pratique ne devrait pas être qualifiée de pratique culturelle barbare. Nous convenons tous que ce sont des pratiques épouvantables. Cependant, lorsqu'on affuble un projet de loi d'un titre aussi provocateur, ce n'est pas parce qu'on veut se montrer rassembleur en vue d'éliminer ce genre de comportement ou ces pratiques. Le titre du projet de loi ne fait que nourrir les stéréotypes racistes. Il suscite la xénophobie envers certains groupes particuliers au Canada. Nous visons des groupes particuliers avec ce titre.
J'ai à l'esprit d'autres pratiques culturelles barbares qui ont cours au Canada. Pourquoi les conservateurs ne s'élèvent-ils pas contre d'autres pratiques culturelles barbares? Selon moi, obliger une femme tombée enceinte à la suite d'un viol à porter l'enfant parce qu'elle ne peut pas avoir accès à des services d'avortement dans ce pays est bel et bien une pratique culturelle barbare. Pourquoi les conservateurs ne luttent-ils pas contre cette pratique culturelle, qui m'apparaît manifestement barbare?
Je pense qu'obliger une femme à mener une grossesse à terme si elle ne veut pas du bébé est une pratique culturelle barbare, mais, même si seulement 16 % des hôpitaux du Canada offrent l'avortement, les conservateurs ne se démènent pas pour changer les choses. Ils se taisent sur le manque d'accès à des services d'avortement chez nous.
Il est, à mon avis, barbare d'avoir créé une culture qui suscite la honte chez les femmes. Elles ont tellement honte qu'elles feront n'importe quoi pour interrompre une grossesse sans le dire à personne: elles se jetteront du haut d'un escalier, elles prendront des médicaments pour provoquer un avortement ou elles se serviront d'un cintre. Je trouve que c'est une pratique culturelle absolument barbare, mais la Chambre reste silencieuse sur la nécessité de mettre un terme à cela.
À l'Île-du-Prince-Édouard, une femme a pris des médicaments pour provoquer un avortement, mais il y a eu des complications. Elle s'est présentée à l'urgence. Elle était en hémorragie. Elle ne savait pas si elle allait en mourir. Elle n'en avait pas la moindre idée. Elle a attendu cinq heures à l'urgence. Quand il est finalement venu lui parler de ce qui se passait, le professionnel de la santé qui était de service lui a dit qu'il ne se sentait pas à l'aise de s'occuper de son cas et qu'elle devrait se rendre à Halifax. Halifax n'est pas tout près, c'est à 300 kilomètres. Je trouve que c'est une pratique culturelle barbare d'avoir laissé cette femme attendre cinq heures à l'urgence, sans rien savoir de la santé ou de l'état du foetus, sans rien savoir de son propre état de santé et sans savoir si elle allait mourir après avoir perdu tout son sang, pour ensuite se faire dire par le médecin qu'il ne se sentait pas à l'aise de la traiter.
J'estime qu'il s'agit d'une pratique culturelle barbare, pourtant les conservateurs ne se battent pas pour faire respecter la Loi canadienne sur la santé et garantir l'égalité d'accès aux soins de santé partout au pays. À y bien penser, aucun député libéral n'intervient pour parler de cela non plus. Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard est libéral et la province compte trois députés libéraux à la Chambre de communes. Pourtant, c'est le silence total quand vient le temps de défendre les droits des femmes et leur capacité d'accéder à des services d'avortement.
Passons à autre chose et revenons aux conséquences imprévues.
Si nous voulons vraiment mettre fin à ces pratiques, il faut prendre les moyens d'y arriver. Il faut rédiger une mesure législative en réfléchissant à ses conséquences, prévues et imprévues. Malheureusement, le projet de loi actuel comporte de nombreuses conséquences imprévues.
Plusieurs de mes collègues en ont parlé et je pense que ces conséquences sont très graves, à un point tel que nous ne pouvons pas appuyer le projet de loi.
Pensons à quelque chose d'aussi simple que la définition de la polygamie. Le projet de loi ne contient pas de véritable définition de ce terme. Nous pourrions nous dire que nous savons tous ce qu'est la polygamie, et que ce n'est donc pas bien grave. Eh bien, c'est un grave problème. Il est question de la vie des gens et il faut une définition.
Lors de l'étude en comité, des témoins nous ont parlé de ce qui arriverait dans le cas d'un mariage reconnu par la loi et d'un autre qui ne l'est pas. Par exemple, une personne est mariée, puis les conjoints se séparent et la personne s'engage dans une union de fait. Si on n'a pas mis fin légalement à la première relation et que la personne se trouve dans une nouvelle union de fait, s'agit-il de polygamie? On ne le sait pas. Ce qui peut sembler être un détail peut avoir de graves conséquences pour bien des Canadiens qui ignorent peut-être qu'ils sont engagés dans une relation polygame.
Cependant, il s'agit d'un petit détail que j'arriverais peut-être à comprendre, mais il y a d'autres conséquences imprévues qui sont inacceptables.
Si notre objectif est d'aider les femmes marginalisées et défavorisées, nous ne pouvons pas les placer dans des situations où elles ont tellement peur qu'elles n'oseront pas parler. Nous avons entendu une multitude de témoignages d'experts à ce sujet. En fait, c'est carrément étonnant, lorsqu'on examine les transcriptions du comité, l'ardeur avec laquelle se sont exprimés certains témoins lorsqu'ils ont déclaré que cette mesure législative conduirait les femmes encore plus loin dans la clandestinité. Si nous voulons aider les femmes et les enfants, ceux-ci ne doivent pas craindre d'être expulsés.
Imaginons que des personnes soient expulsées. Ce n'est pas seulement le méchant là-dedans, celui qui contraint une petite fille à se marier, qui serait expulsé. J'ai entendu le ministre mentionner le viol à répétition d'une fille pour le reste de sa vie. Si cette petite fille n'est pas certaine de pouvoir obtenir une protection auprès du gouvernement, pourquoi parlerait-elle? S'il y a des lois prévoyant que toutes les personnes impliquées dans un mariage polygame seront expulsées, alors la petite fille ferait partie de ce nombre. En quoi cela aide-t-il la petite fille de l'envoyer dans un autre pays où il n'y a aucune mesure de protection prévue et où elle n'aura probablement pas non plus l'occasion d'aller à l'école?
Pourquoi n'essaierions-nous pas plutôt de mettre fin à ces pratiques culturelles barbares? Pourquoi expulser du pays une petite fille qui ne demande qu'à être protégée? Voilà le genre de conséquence imprévue que je ne peux pas accepter. Or, le texte du projet de loi en est plein.
Passons maintenant aux solutions que nous pouvons mettre en oeuvre tous ensemble. De nombreux témoins ont très bien expliqué au comité que les victimes ont besoin du soutien des institutions et qu'il est possible de le leur fournir sans aliéner et causer du tort aux femmes qui sont forcées de se marier ou qui se font battre simplement parce qu'elles sont des femmes. Les institutions doivent être là pour les aider.
L'UNICEF insiste beaucoup sur le fait que, pour éviter la traite des enfants, il faut révéler au grand jour les failles du système qui permettent à des individus sans scrupules de s'adonner à la traite des femmes et des enfants. Il faut prendre conscience que les victimes proviennent souvent de familles à faible revenu qui sont coupées de toute forme de soutien public et qui n'ont pas accès aux services d'établissement ni aux ressources communautaires à qui elles pourraient s'adresser pour obtenir de l'aide.
Si nous voulions vraiment régler le problème, nous prendrions le temps de nous asseoir tout ensemble et nous repartirions de zéro, après avoir fait passer le projet de loi S-7 à la trappe. Nous discuterions des moyens permettant d'aider ces femmes et ces enfants et du soutien que nous pourrions leur apporter. Je doute fort que c'est à l'expulsion que pensent les Canadiens quand ils disent vouloir qu'on mette fin à la polygamie ainsi qu'aux mariages précoces et forcés. Je ne vois pas en quoi cette solution règle quoi que ce soit. À mon avis, c'est la conclusion à laquelle arriveraient la plupart des députés s'ils laissaient la partisanerie de côté ne serait-ce qu'une minute.
View Matthew Kellway Profile
NDP (ON)
View Matthew Kellway Profile
2014-12-08 14:09 [p.10292]