Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 66722
View Jean-Yves Duclos Profile
Lib. (QC)
View Jean-Yves Duclos Profile
2021-06-17 23:13 [p.8739]
moved that the bill be read the second time and referred to the committee of the whole.
propose que le projet de loi soit lu pour la deuxième fois et renvoyé au comité plénier.
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2021-06-17 23:13 [p.8739]
Mr. Speaker, I seek unanimous consent to apply the results of the previous vote to the current vote.
Monsieur le Président, je demande le consentement unanime pour que le résultat du vote précédent s'applique à ce vote-ci.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I would request a recorded division.
Monsieur le Président, je demande un vote par appel nominal.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-17 23:26 [p.8740]
I declare the motion carried. Accordingly, the bill stands referred to a committee of the whole.
The House will now go into committee of the whole.
Je déclare la motion adoptée. Par conséquent, le projet de loi est renvoyé au comité plénier.
La Chambre se forme maintenant en comité plénier.
View Jean-Yves Duclos Profile
Lib. (QC)
View Jean-Yves Duclos Profile
2021-06-18 0:09 [p.8745]
moved that Bill C-34, An Act for granting to Her Majesty certain sums of money for the federal public administration for the fiscal year ending March 31, 2022, be read the second time and referred to a committee of the whole.
propose que le projet de loi C-34, Loi portant octroi à Sa Majesté de crédits pour l'administration publique fédérale pendant l'exercice se terminant le 31 mars 2022, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé au comité plénier.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-18 0:22 [p.8747]
I declare the motion carried.
I do now leave the chair for the House to resolve itself into committee of the whole.
Je déclare la motion adoptée.
Je quitte maintenant le fauteuil afin que la Chambre se forme en comité plénier.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I declare the motion carried. Accordingly, the bill stands referred to the Standing Committee on Official Languages.
Je déclare la motion adoptée. Par conséquent, le projet de loi est renvoyé au Comité permanent des langues officielles.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2021-06-16 17:31 [p.8558]
Mr. Speaker, I am very proud to rise tonight to speak to Bill C-269, an act to amend the Fisheries Act regarding the prohibition of the deposit of raw sewage. It is a bill from the member for Regina—Qu'Appelle, who also has been Speaker. I probably have not agreed with many of the things the member for Regina—Qu'Appelle has said over the years, however the issue of raw sewage in our water system is a very important thing to be discussing and I am glad we have an opportunity here to do so.
We know an element of this is under provincial jurisdiction, but people should be able to know we have a top quality environmental system in this country to keep people safe. It should be an issue we are all deeply concerned with. My hon. colleagues can probably speak of many municipalities that have issues with raw sewage being pumped into waters and rivers.
However, one of the things I am not really seeing in the bill is the effect in areas under direct federal jurisdiction, which are of course first nations reserves. It is really important for Canadians to understand that across Canada there is a two-tiered system of infrastructure, a two-tiered system of health, a two-tiered system of education and a two-tiered system of rights.
Those are the rights that exist for citizens of this country under provincial or territorial governments, and the rights of those citizens living on the reserves of our nation and who are under the mandate of the Department of Indigenous Services, the old Indian Affairs and the ultimate colonial system. For them, there is chronic underfunding for basic infrastructure.
When the Liberals ran in 2015 on getting rid of the water crisis and told everyone they would have the mission accomplished by the beginning of 2021, it inspired and galvanized Canadians. Canadians asked themselves how it was possible that in a nation as rich as Canada, in a country with the greatest water resources on the planet, so many people could not turn on their taps and drink safely. Dirty water is also tied to sewage and broken sewage systems.
When the Prime Minister was elected on that promise, people believed he would follow through. What would be an easier thing for the incoming Liberal government to do than to ensure we have proper water? What the Liberal government did not promise to do was deal with the water systems, which include sewage. Why is it important to understand that distinction? It is because the government decided it was going to do it on the cheap.
I remember the terrible Kashechewan water crisis, and Kashechewan is in a terrible crisis right now with COVID. The Minister of Indigenous Services sat on his hands and did nothing until the COVID crisis blew up out of proportion. It took me back to when I was first elected in 2005 and there was an E. coli outbreak in Kashechewan. We saw the same lack of action then.
At that time, the sewage system in Kashechewan was built near the water treatment plant because it was done cheap. When the rain came and the sewage treatment settling ponds overflowed, they flowed into the water system. Kashechewan did not even have a proper backup system so that if something came into the outtake it would actually stop the incoming sewage. The government did not bother to put that in because it was done on the cheap. We need to think about it in that perspective, because the water crisis that caused E. coli in that community and led to the mass evacuation of the entire community was the result of the failed sewage system.
When the Prime Minister failed on his latest promise on water, people asked how it was possible. The Prime Minister's number one promise was supposed to be that he was going to deliver clean water. If we look at community after community and at the Indigenous Services list of communities with safe water, the Liberals are always focused on the press release and not actually assessing the real problems.
They spend a lot of time saying they have gotten rid of this boil water advisory and that boil water advisory. I have been in communities that were told they got rid of six boil water advisories. That is because at the very edge of town there was a building that had a well and now that well was clean, but the rest of the community was not safe. That is not a comprehensive solution.
I asked the Parliamentary Budget Officer to cost out the Prime Minister's promises, and he was very clear that the government was deliberately underfunding the training that is needed to run a water treatment plant. The government was deliberately underfunding maintenance. Only the Department of Indigenous Services could cut a ribbon at a plant, walk away and think that there was never going to be a need for maintenance. Any municipality would say that things break.
There are isolated communities like Marten Falls' Ogoki Post, where the sewage lifts are hit by lightning and the boards “kack out”. Residents call and tell the department their sewage lifts are not working anymore and the feds say that it is not their issue. How is a community of 300 going to fix the fried-out sewage lifts? What happens? The sewage gets into the water, the water treatment plant starts to go down and then the feds say they are not going to fix that because it is not in their capital budget, but they will spend upwards of $2 million a year on bottled water. That bottled water money is not new money. It comes from another community where infrastructure was supposed to be built. They are taking money from an infrastructure project in one community that desperately needs it and they are buying bottled water for another community because they refuse to fix the issue.
When Liberals look at fixing the water situation, they look at what is cheapest, what is easiest and how to get out of it without having any more costs. I will give the example of the community of Attawapiskat. The water supply is a stagnant pool. It does not matter how many chemicals are pumped into that water: It will never be good, clean, safe water. The more chemicals that are pumped into the water, the more caustic it becomes and the more damage it does to children's skin. It is really something to see children living in Canada with open wounds all over their bodies. Anyone can go to any northern first nation and see the effects on these children.
Every now and then the media will pay attention and the government will say it does not understand the mysterious cause of these illnesses and rashes. It is obvious. It is because a stagnant pool of water gets chlorine dumped into it to make it drinkable and when the children are bathed in it, it damages their skin. Their skin starts to open and that is when the infections get in. This has happened in so many communities. I have had to medevac children out because of these conditions.
Another example is Neskantaga, which has gone 26 years without water. The Minister of Indigenous Services keeps scratching his head. He cannot figure out why he cannot get clean water to Neskantaga. It is because Liberals are willing to build a plant, but not willing to build all the infrastructure that supports the plant. A municipality needs a proper water plant, a proper source of water and proper pipes. It needs an entire system in order to get water to the community. Someone from Neskantaga said what the Liberals are offering to do is put a new engine in a rotted-out Ford vehicle, thinking we can drive it down the road. It cannot be done without the proper infrastructure. There needs to be proper piping, a proper water source and a plant that is actually built for the needs of the community. This is something the Department of Indigenous Services will never do.
We also see the same companies getting hired over and over again. In any other municipality, if a company built a water plant and the plant failed, there would be an investigation. Does anyone think that company would get the contract the next time? Not a chance. However, when a water plant fails, the Department of Indigenous Services says, “Oh well, whatever. It is just another day at the office.” The bonuses still go out to the senior bureaucrats and things do not change. These are the fundamental inequities that people are facing. There are communities like Maniwaki, just 100-and-some kilometres up the road from Ottawa. The Kitigan Zibi reserve cannot get clean water, but beside it the municipality of Maniwaki has clean water.
Why is that? One is under a provincial system and under that provincial jurisdiction, there are clear standards. There are obligations. There are rules in place. They have to deliver clean water to their community. However, the neighbouring reserve is under the federal government, so there is no obligation or standards. The feds do not want to put the standards in place because they do not want to spend the money.
That is what systemic discrimination looks like. It is in the water. It is in the sewage. It is in the school systems. It is in the failed health.
I am very interested in this bill and I am very glad that I had a chance to speak. I will be here all week taking questions.
Monsieur le Président, je suis très fier de prendre la parole ce soir au sujet du projet de loi C-269, Loi modifiant la Loi sur les pêches concernant l’interdiction du dépôt d’eaux d’égout brutes. Il s’agit d’un projet de loi du député de Regina—Qu'Appelle, qui a également été Président. Je n’ai probablement pas été d’accord avec nombre de déclarations qu'il a faites au fil des ans, mais la question des eaux d’égout brutes dans notre système d’eau est une chose très importante à discuter et je suis heureux que nous ayons l’occasion de le faire ici.
Nous savons qu’un élément de cette question relève de la compétence provinciale, mais les gens devraient savoir que nous avons un système environnemental de première qualité dans ce pays pour assurer leur sécurité. Ce devrait être une question qui nous préoccupe tous profondément. Mes collègues peuvent probablement parler de nombreuses municipalités qui ont des problèmes avec les eaux d’égout brutes qui sont pompées dans les eaux et les rivières.
Cependant, l’une des choses que je ne vois pas vraiment dans le projet de loi, c’est l’effet dans les zones relevant directement de la compétence fédérale, qui sont bien sûr les réserves des Premières Nations. Il est vraiment important que les Canadiens comprennent qu’il existe, à l’échelle du pays, un système d’infrastructure à deux vitesses, un système de santé à deux vitesses, un système d’éducation à deux vitesses et un système de droits à deux vitesses.
Ce sont les droits qui existent pour les citoyens de ce pays sous les gouvernements provinciaux ou territoriaux, et les droits des citoyens qui vivent dans les réserves de notre nation et qui relèvent du mandat de Services aux Autochtones, l’ancien ministère des Affaires indiennes et l’ultime système colonial. Pour eux, il y a un sous-financement chronique des infrastructures de base.
Quand les libéraux ont fait campagne en 2015 sur le thème de l’élimination de la crise de l’eau et ont dit à tout le monde qu’ils auraient accompli la mission au début de 2021, cela a inspiré et galvanisé le pays. Les Canadiens se sont demandé comment il était possible que dans une nation aussi riche que le Canada, dans un pays disposant des plus grandes ressources en eau de la planète, tant de gens ne puissent pas ouvrir leur robinet et boire en toute sécurité. L’eau sale est également liée aux eaux usées et aux systèmes d’égouts défectueux.
Quand le premier ministre a été élu sur cette promesse, les gens ont cru qu’il tiendrait parole. Qu’est-ce qui serait plus facile à faire pour le nouveau gouvernement libéral que de s’assurer que nous avons de l’eau potable? Ce que le gouvernement libéral n’a pas promis de faire, c’est de s’occuper des systèmes d’eau, qui comprennent les eaux usées. Pourquoi est-il important de comprendre cette distinction? C’est parce que le gouvernement a décidé de le faire au rabais.
Je me souviens de la terrible crise de l’eau à Kashechewan, qui vit actuellement une terrible crise avec la COVID. Le ministre de Services aux Autochtones s’est croisé les bras et n’a rien fait jusqu’à ce que la crise de la COVID prenne des proportions démesurées. Cela m’a ramené à l’époque où j’ai été élu pour la première fois en 2005 et où il y a eu une épidémie d’E. coli à Kashechewan. Nous avions alors constaté le même manque d’action.
À l’époque, le réseau d’égouts de Kashechewan avait été construit près de l’usine de traitement de l’eau parce que c’était bon marché. Quand la pluie tombait et que les bassins de décantation des eaux usées débordaient, ils se déversaient dans le système d’eau. Kashechewan n’avait même pas de système de secours adéquat pour que, si quelque chose entrait dans la prise d’eau, cela puisse arrêter l’arrivée des eaux usées. Le gouvernement n’a pas pris la peine d’installer ce système parce qu’il a été fait au rabais. Il faut voir les choses sous cet angle, car la crise de l’eau qui a provoqué la contamination à l’E. coli dans cette collectivité et qui a entraîné l’évacuation massive de toute la communauté était le résultat de la défaillance du système d’égouts.
Quand le premier ministre n’a pas tenu sa dernière promesse sur l’eau, les gens se sont demandé comment cela était possible. La promesse numéro un du premier ministre était censée être de fournir de l’eau potable. Si nous regardons communauté après communauté et la liste des collectivités ayant de l’eau potable de Services aux Autochtones, les libéraux se concentrent toujours sur les communiqués de presse et n’évaluent pas les vrais problèmes.
Ils passent beaucoup de temps à dire qu’ils se sont débarrassés de tel ou tel avis d’ébullition de l’eau. Je me suis rendu dans des collectivités à qui on avait dit qu’on s’était débarrassé de six avis d’ébullition de l’eau. C’est parce qu’à l’extrémité de la ville, il y avait un bâtiment qui avait un puits et maintenant ce puits était propre, mais le reste de la communauté n’était pas en sécurité. Ce n’est pas une solution globale.
J’ai demandé au directeur parlementaire du budget de chiffrer les promesses du premier ministre, et il a été très clair sur le fait que le gouvernement sous-finançait délibérément la formation nécessaire au fonctionnement d’une usine de traitement de l’eau. Le gouvernement a délibérément sous-financé l’entretien. Seul le ministère des Services aux Autochtones pouvait couper le ruban devant une usine, s’en aller et penser qu’il n’y aurait jamais besoin d’entretien. N’importe quelle municipalité dirait que les choses se brisent.
Dans certaines communautés isolées, comme Ogoki Post à Marten Falls, les stations de pompage des eaux usées sont frappées par la foudre et on y met des panneaux affichant « En panne ». Les résidents appellent pour dire au ministère que ça ne fonctionne plus et les gens du fédéral déclarent que ce n'est pas leur problème. Comment une communauté de 300 personnes va-t-elle réparer des stations de pompage d’eaux usées en panne? Que se passe-t-il? Les eaux usées se retrouvent dans l'eau, la station d'épuration commence à tomber en panne et le gouvernement fédéral dit qu'il ne va pas régler le problème parce que ce n'est pas prévu dans son budget d'investissement, mais il va dépenser plus de 2 millions de dollars par an en eau embouteillée. Cet argent pour l'eau en bouteille n'est pas de l'argent frais. Il vient d'une autre communauté dans laquelle une infrastructure devait être construite. Ils prennent l'argent d'un projet d'infrastructure prévu dans une communauté qui en a désespérément besoin et ils achètent de l'eau embouteillée pour une autre communauté parce qu'ils refusent de régler le problème.
Lorsque les libéraux envisagent de régler le problème de l'eau, ils cherchent ce qui est le moins cher et le plus facile et comment s’en sortir sans que cela ne coûte plus d’argent. Je vais citer l'exemple de la communauté d'Attawapiskat. L'approvisionnement en eau provient d’un bassin d’eau stagnante. Peu importe la quantité de produits chimiques pompés dans cette eau, ce ne sera jamais une bonne eau, propre et sûre. Plus on pompe de produits chimiques dans l'eau, plus elle devient caustique et plus elle endommage la peau des enfants. C'est vraiment incroyable de voir des enfants qui vivent au Canada avec des plaies ouvertes sur tout le corps. Quiconque peut aller dans n'importe quelle Première nation du Nord et constater ces effets sur les enfants.
De temps à autre, les médias s'intéressent au problème et le gouvernement dit ne pas comprendre la cause mystérieuse de ces maladies et éruptions cutanées. La cause est pourtant évidente: c'est parce qu'on déverse du chlore dans un bassin d'eau stagnante pour la rendre potable et que lorsque les enfants s'y baignent, cela endommage leur peau. Leur peau commence à s'ouvrir et les infections s'installent. Cela s'est produit dans de nombreuses communautés. J'ai dû procéder à l'évacuation médicale d'enfants à cause de ces affections.
Un autre exemple est celui de Neskantaga, qui n’a pas d’accès à l’eau potable depuis 26 ans. Le ministre des Services aux Autochtones n’arrête pas de se gratter la tête: il ne parvient pas à comprendre pourquoi il ne peut pas fournir de l'eau potable à Neskantaga. C'est parce que les libéraux sont prêts à construire une usine, mais non toute l'infrastructure qui soutient l'usine. Une municipalité a besoin d'une bonne usine de traitement de l'eau, d'une bonne source d'eau et de bonnes canalisations. Elle a besoin d'un réseau complet pour acheminer l'eau à la communauté. Quelqu'un de Neskantaga a dit que ce que les libéraux proposent de faire, c'est de mettre un nouveau moteur dans une voiture Ford pourrie, en pensant pouvoir la conduire. Cela ne peut pas se faire sans infrastructure adéquate. Il faut de bonnes canalisations, une bonne source d'eau et une usine qui soit vraiment construite pour répondre aux besoins de la communauté. C'est quelque chose que le ministère des Services aux Autochtones ne fera jamais.
Ce sont aussi toujours les mêmes entreprises qui obtiennent les contrats. Dans n’importe quelle autre municipalité, si une entreprise construit une station d’épuration des eaux qui ne fonctionne pas, il y aura une enquête. Qui croit que cette entreprise devrait obtenir le prochain contrat? Personne. Pourtant, quand une station d’épuration des eaux ne fonctionne pas, le ministère des Services aux Autochtones dit: « Eh bien, ce n’est rien d’inhabituel. » Les primes sont quand même versées aux hauts fonctionnaires, et rien ne change. Voilà les injustices fondamentales auxquelles les gens sont confrontés. On parle de communautés comme Maniwaki, à environ 100 kilomètres d’Ottawa. La réserve de Kitigan Zibi ne peut avoir accès à de l’eau potable, mais la municipalité voisine de Maniwaki, oui.
Pourquoi? Une est régie par un système provincial où des normes claires ont été établies. Il y a des obligations. Il y a des règles. Il est obligatoire que leur communauté ait accès à de l’eau potable. Par ailleurs, la réserve voisine relève du gouvernement fédéral; il n’y a donc pas d’obligations ni de normes. Le gouvernement fédéral ne veut pas instituer de normes, car il ne veut pas dépenser d’argent.
Voilà où se manifeste la discrimination systémique: dans l'approvisionnement en eau potable, le traitement des eaux usées, les systèmes scolaires et les soins de santé défaillants.
Je trouve ce projet de loi très intéressant et je suis heureux d’avoir pu en parler. Je serai ici toute la semaine pour répondre aux questions.
View Nelly Shin Profile
CPC (BC)
View Nelly Shin Profile
2021-06-16 17:42 [p.8559]
Mr. Speaker, it is my privilege to rise today to speak to Bill C-269, , an act to amend the Fisheries Act (prohibition—deposit of raw sewage), which was tabled by my colleague, the hon. member for Regina—Qu'Appelle.
As the Fisheries Act currently stands, there is no definition of raw sewage. Bill C-269 would amend the act by adding raw sewage to denote the following:
raw sewage means sewage that has not yet been processed or treated to separate and remove contaminants, and includes
(a) used water from sanitary appliances that contains human fecal matter or human urine,
(b) used water, other than the type of water described in paragraph (a), from sanitary appliances or from other appliances in a kitchen or laundry, and
(c) surface runoff and stormwater that is mixed with the type of water described in paragraph (a);
The bill inserts a statement in section 34 of the act that would not allow raw sewage to be eligible for an exemption permit from the minister.
Bill C-269 amends section 36 of the Fisheries Act by adding, “No person shall deposit or permit the deposit of raw sewage in water frequented by fish.”
The bill also states non-application for Canadian fisheries waters located in the Northwest Territories, in Nunavut or north of the 54th parallel in Quebec or Newfoundland and Labrador.
The bill also indicates that anyone dumping raw sewage in water frequented by fish is guilty of an offence and liable.
The act would come into force five years after the day on which it receives royal assent.
Bill C-269 is simple and straightforward. It calls for accountability and urgency of action. For me, personally, it triggers a vision for improved environmental protection and infrastructure.
In 2015, when the member for Ottawa Centre was the minister of environment, she allowed the City of Montreal to dump eight billion litres of raw sewage into the St. Lawrence River. Regardless of any justification, that is an unfathomable amount of toxic matter that was dumped into the water. I cannot even imagine what the repercussions of that were.
According to Environment Canada, from 2013 to 2017, more than one trillion litres of untreated waste water is known to have leaked or been purposely dumped across Canada. The City of Victoria and surrounding municipalities finally became one of the last major communities to stop dumping sewage into water in 2020. According to Mark Mattson, president of non-profit water protection organization Swim Drink Fish, Canada still has ongoing sewage pollution problems.
Bill C-269 is necessary to protect our waters from contamination and for wildlife species in water to be able to survive and thrive. It is time there was no more ambiguity on this. Being the member of Parliament for Port Moody—Coquitlam, Anmore and Belcarra, I have the privilege of being an advocate and steward for many environmentally sensitive places within my riding. This privilege brings responsibility. Today, I would like to highlight a very special and globally significant creek, which is Stoney Creek, which some of the rivers in my riding feed into.
Stoney Creek is the environmental lifeline for countless wildlife, as well as an urban oasis for both my riding and the neighbouring riding, Burnaby North—Seymour, and the greater region. Countless hours and decades of work by stream keepers from the Stoney Creek Environmental Committee, as well as local residents, has resulted in the return of salmon to Stoney Creek.
Today, Stoney Creek is the most successful Vancouver area urban creek for returning salmon. Stoney Creek is the spawning grounds for chum and coho salmon, as well as steelhead and trout. It is also significant on a global basis as it is home to the endangered Nooksack Dace. Approximately 10,000 Nooksack Dace remain.
It is very moving to watch the salmon on their spawning journey. I see their long, upstream and painful journey of perseverance ending in sacrifice for the next generation. It is very emotional to watch. I was shocked to learn that after torrential rainfalls, sometimes raw sewage overflows from Coquitlam sewers and makes its way to the celebrated Stoney Creek where the endangered Nooksack Dace have made their home and the coho and chum salmon come to spawn.
It is troubling for me that sewage overflow coming from my riding in Coquitlam is contaminating the aqua ecosystem in the riding of Burnaby North—Seymour in Stoney Creek. Upon discovery, I officially offered my assistance to the mayors of Coquitlam and Port Moody to seek federal infrastructure funding for their sewer systems when they seek upgrades.
However, I am perplexed as to why the member for Burnaby North—Seymour, who is the Parliamentary Secretary to the Minister of Fisheries and Oceans, who has been in office longer than I have, has not taken any action on this troublesome issue or championed funding for sewage infrastructure when the harm is being done to wildlife in his own riding and reports of sewage being dispensed into Stoney Creek have been happening under his watch for years.
According to obtained records, since 2014 at least nine documented discharges of sewage have occurred in the Stoney Creek watershed. Raw sewage has spewed from manholes in my riding and flowed into the creek, and some experts believe that raw sewage is also escaping through exfiltrating from the Metro Vancouver Stoney Creek trunk line and flowing into the groundwater and ultimately into Stoney Creek.
The Metro Vancouver Stoney Creek trunk line was constructed in 1959. Over time, concrete piping and gaskets will tend to deteriorate, increasing the likelihood of both infiltration of groundwater into the pipe and inflow from surface water entering collectively inflow and infiltration, or I and I, as well as exfiltration of sewage into the groundwater and creek.
Records obtained via freedom of information requests show the following levels of E. coli in Stoney Creek. On September 18, 2020, there were 8,664 colony-forming units per 100 millilitres of water. In August there were 7,701, and in October there were 4,611. Samples exceeded 1,000 colony-forming units per 100 millilitres on six days. Ultimately, to solve the problem, new sewage infrastructure needs to be built. From obtained records, it is apparent that Metro Vancouver trunk line is over capacity, a very common phenomenon.
Meanwhile, the catchment's population is projected to increase 15,000 to 50,000. Constituents and other nearby residents are concerned that not expanding the sewage infrastructure promptly will result in increased contamination of Stoney Creek as well as situations where new home purchasers will not be able to move into their new homes due to lack of sewage capacity. Something similar recently happened in Campbell River, another B.C. community.
The topic of sewage is not a glamourous one, but waste elimination is a basic health and safety issue that needs to be dealt with. As we have seen, a microscopic virus like coronavirus has done much damage in our lives and to our establishments. Development of residential homes is a natural part of urban sprawl. Building more affordable housing is necessary to allow young families and first-time homebuyers to break into the housing market and have a home, but development without proper infrastructure is dangerous for the community and surrounding ecosystems.
Bill C-269 is a good place to start to trigger more accountability and action to upgrade all the infrastructure needed. Development is inevitable, but without the proper infrastructure, we could see a host of problems, of which the impact could be the contamination of our waters and harm to endangered species and salmon. It requires a concerted effort among all tiers of government to solve this problem effectively of aging sewage infrastructure and innovating new systems to meet the demands created by growing development in urban and suburban centres like my riding, and extreme weather events from climate change. If done with efficacy, a simple bill, like Bill C-269, could instigate the unfolding of a larger vision to yield greater protection of vulnerable fish, species and water habitats and improve public health and safety and job creation to help reopen our economy.
This is a problem across our country, and municipalities are aware of it, but they are stuck. They have so many other pressing matters they have to get to that without the funding, it gets shuffled under the pile. With Bill C-269, accountability would be placed. We can keep talking about the environment with trumpet blasts, but without deadlines and rules and a plan to accomplish these goals, it is still talk and no action. We know, as humans, we all need a deadline and some rules to get anything done. I see this bill as one that has great potential to help us literally clean up our act.
One thing I did discuss with the member for Regina—Qu'Appelle was the five-year term clause. In discussing it with him, it is something that should be debated and discussed with fulsome conversation so that we are helping the municipalities set themselves up for success and not failure. It should not be punitive. It should be something to help them get things done efficiently.
In closing, I feel that this is an issue that has been around for a long time and everyone is aware of it, but it is one of those things that nobody wants to tackle because the money is not there. We know that with the Canada Infrastructure Bank, the minister promised $35 billion, but how much of that is used for things like this?
Moving forward, as we discuss Bill C-269, I hope that we can come to the table, bring our different ideas, and use this as a starting point to break that cycle of all this aging infrastructure not being dealt with, so that we can protect the environment, so that we can move forward with positive, prudent development that does not create other problems, and so that municipalities do not feel like they are alone but that they have the support of other tiers of government.
Monsieur le Président, c'est un privilège d'intervenir dans le débat sur le projet de loi C‑269, qui vise à modifier la Loi sur les pêches pour interdire l'immersion ou le rejet des eaux usées non traitées, qui a été présenté par mon collègue le député de Regina—Qu'Appelle.
Dans la version actuelle de la Loi sur les pêches, il n'y a pas de définition du terme « eaux usées non traitées ». Le projet de loi C‑269 modifie la loi pour désigner ainsi les eaux usées non traitées:
 Eaux usées qui n’ont pas été transformées ni traitées pour en séparer et en extraire les contaminants, notamment:
a) les eaux souillées provenant d’appareils sanitaires et contenant des matières fécales ou de l’urine d’origine humaine;
b) les eaux souillées, autres que celles visées à l’alinéa a), provenant d’appareils sanitaires ou d’autres appareils utilisés dans une cuisine ou une buanderie;
c) les eaux de ruissellement et les eaux pluviales lorsqu’elles sont mélangées aux eaux souillées visées à l’alinéa a).‍ 
Le projet de loi insère un énoncé à l’article 34 de la loi qui interdirait que les eaux usées non traitées soient admissibles à un permis d’exemption du ministre.
Le projet de loi C-269 modifie l’article 36 de la Loi sur les pêches en ajoutant: « Il est interdit d’immerger ou de rejeter des eaux usées non traitées — ou d’en permettre l’immersion ou le rejet — dans des eaux où vivent des poissons. »
Le projet de loi indique aussi qu’il ne s’applique pas aux eaux de pêche canadiennes situées dans les Territoires du Nord‑Ouest, au Nunavut ou au nord du 54e parallèle au Québec ou à Terre‑Neuve‑et‑Labrador.
Le projet de loi indique également que toute personne qui déverse des eaux usées non traitées dans des eaux fréquentées par des poissons commet une infraction et est passible d’une peine.
La loi entrerait en vigueur cinq ans après la date de sa sanction royale.
Le projet de loi C-269 est simple et direct. Il appelle à la responsabilité et à l’urgence d’agir. Pour moi, personnellement, il représente une vision d’amélioration de la protection de l’environnement et des infrastructures.
En 2015, quand la députée d’Ottawa-Centre était ministre de l’Environnement, elle a permis à la Ville de Montréal de déverser 8 milliards de litres d’eaux usées non traitées dans le fleuve Saint‑Laurent. Quelle que soit la justification, c’est une quantité incommensurable de matières toxiques qui a été déversée dans l’eau. Je ne peux même pas imaginer quelles ont été les répercussions de cette décision.
Selon Environnement Canada, de 2013 à 2017, on sait que plus de 1 billion de litres d’eaux usées non traitées ont fui ou ont été délibérément déversés au Canada. La Ville de Victoria et les municipalités environnantes sont finalement devenues l’une des dernières grandes agglomérations à cesser de déverser des eaux usées dans l’eau en 2020. Selon Mark Mattson, président de l’organisme sans but lucratif de protection de l’eau Swim Drink Fish, le Canada connaît toujours des problèmes de pollution par les eaux usées.
Le projet de loi C-269 est nécessaire pour protéger nos eaux de la contamination et pour que les espèces sauvages vivant dans l’eau puissent survivre et s’épanouir. Il est temps qu’il n’y ait plus d’ambiguïté à ce sujet. En tant que députée de Port Moody—Coquitlam, Anmore et Belcarra, j’ai le privilège d’être la gardienne et l’intendante de nombreux endroits écologiquement sensibles dans ma circonscription. Ce privilège entraîne des responsabilités. Aujourd’hui, j’aimerais parler d'un ruisseau très spécial et d’importance mondiale, le ruisseau Stoney, dans lequel se jettent certaines des rivières de ma circonscription.
Le ruisseau Stoney est le milieu de vie d'une multitude d’espèces sauvages, ainsi qu’une oasis urbaine pour ma circonscription, la circonscription voisine, Burnaby-Nord—Seymour, et la région métropolitaine. D’innombrables heures et des décennies de travail par les gardiens de cours d’eau du comité environnemental du ruisseau Stoney, ainsi que par les résidants locaux, ont permis le retour du saumon dans le ruisseau Stoney.
Aujourd’hui, Stoney est le ruisseau urbain dans la région de Vancouver où le taux de réussite du retour du saumon est le plus élevé. C'est une aire de frai pour le saumon kéta et le saumon coho, ainsi que le saumon arc-en-ciel et la truite. Il revêt également une importance considérable à l’échelle mondiale, car il sert d’habitat pour le naseux de la Nooksack en voie de disparition. Il ne reste qu’environ 10 000 naseux de la Nooksack.
Le périple du saumon pendant son frai est émouvant. J’observe leur long parcours douloureux en amont caractérisé par la persévérance qui se termine par un sacrifice pour la prochaine génération. C’est émouvant de regarder cela. J’ai été stupéfaite d’apprendre qu’après des pluies torrentielles, il arrive parfois que des eaux d’égout brutes débordent des égouts de Coquitlam et soient déversées dans le ruisseau Stoney si célébré, où le naseux de Nooksack en voie de disparition se trouve, et où le saumon coho et le saumon kéta fraient.
Je trouve troublant que des eaux d’égout qui débordent dans ma circonscription de Coquitlam contaminent l’écosystème aquatique du ruisseau Stoney, se trouvant dans la circonscription de Burnaby North—Seymour. Lorsque j’en ai pris connaissance, j’ai officiellement offert mon aide aux maires de Coquitlam et de Port Moody, afin qu’ils présentent une demande de financement fédéral pour les infrastructures, ce qui leur permettrait de mettre à niveau leurs réseaux d’égout.
Cependant, le fait que le député de Burnaby North—Seymour, qui est secrétaire parlementaire du ministre des Pêches et des Océans, en poste depuis plus longtemps que moi, n’a pas pris de mesures en ce qui concerne cette question troublante ou n’a pas demandé de financement pour des infrastructures d’assainissement, me laisse perplexe, surtout lorsque cela nuit à la faune dans sa propre circonscription et que des rapports sur des déversements d’égouts dans le ruisseau Stoney sont produits depuis des années, alors qu’il est en poste.
Selon les documents obtenus, depuis 2014, au moins neuf rejets documentés d’eaux usées se sont produits dans le bassin versant du ruisseau Stoney. Des eaux usées non traitées ont jailli de trous d’homme dans ma circonscription et se sont écoulées dans le ruisseau, et certains experts pensent que des eaux usées non traitées s’échappent également en s’exfiltrant de la conduite principale de Stoney Creek dans le Grand Vancouver et en s’écoulant dans les eaux souterraines et finalement dans le ruisseau Stoney.
La conduite principale de Stoney Creek, dans le Grand Vancouver, a été construite en 1959. Avec le temps, les canalisations en béton et les joints ont tendance à se détériorer, ce qui augmente la probabilité d’infiltration d’eaux souterraines et d’afflux d’eau de surface dans la canalisation, ainsi que d’exfiltration d’eaux usées dans les eaux souterraines et le ruisseau.
Les dossiers obtenus à la suite de demandes d’accès à l’information montrent les niveaux suivants d’E. coli dans le ruisseau Stoney. Le 18 septembre 2020, il y avait 8 664 unités formant des colonies par 100 millilitres d’eau. En août, il y en avait 7 701, et en octobre, 4 611. Les échantillons ont dépassé les 1 000 unités formant des colonies par 100 millilitres pendant six jours. En définitive, pour résoudre le problème, il faut construire de nouvelles infrastructures d’assainissement. D’après les dossiers obtenus, il apparaît que la canalisation principale du Grand Vancouver est en surcapacité, un phénomène très courant.
Entretemps, on s’attend à ce que la population du bassin versant augmente de 15 000 à 50 000 personnes. Les résidants de la circonscription et des environs craignent que le fait de ne pas agrandir rapidement l’infrastructure d’égouts n’entraîne une contamination accrue du ruisseau Stoney, ainsi que des situations où les acheteurs de nouvelles maisons ne pourront pas emménager dans leur nouvelle demeure en raison du manque de capacité d’égouts. Une situation similaire s’est produite récemment à Campbell River, une autre collectivité de la Colombie‑Britannique.
Le sujet des eaux usées n’est pas très attrayant, mais l’élimination des déchets est une question de santé et de sécurité fondamentale qui doit être abordée. Comme nous l’avons vu, un virus microscopique comme le coronavirus a fait beaucoup de dégâts dans nos vies et dans nos établissements. La construction de logements fait partie intégrante de l’étalement urbain. La construction d’un plus grand nombre de logements abordables est nécessaire pour permettre aux jeunes familles et aux acheteurs d’une première maison de pénétrer le marché immobilier et d’avoir une maison, mais le développement sans infrastructure appropriée est dangereux pour la communauté et les écosystèmes environnants.
Le projet de loi C-269 est un bon point de départ pour commencer à faire preuve de responsabilisation et à prendre plus de mesures quand vient le temps de mettre à niveau toutes les infrastructures nécessaires. Le développement est inévitable. Cependant, sans les infrastructures appropriées, nous pourrions observer un ensemble de problèmes qui pourraient, notamment, contaminer nos eaux et nuire aux espèces en voie de disparition et au saumon. Tous les ordres du gouvernement doivent déployer des efforts concertés pour résoudre le problème du vieillissement de l’infrastructure d’assainissement et adopter de nouveaux systèmes novateurs qui pourront satisfaire la demande découlant d’un développement croissant dans les centres urbains et suburbains, comme ma circonscription, et des phénomènes météorologiques extrêmes. S’il est rédigé de manière efficace, un projet de loi simple, comme le projet de loi C-269, pourrait permettre la concrétisation d’une vision élargie, afin de mieux protéger les poissons, les espèces et les habitats aquatiques vulnérables, et d’améliorer la santé publique, la sécurité et la création d’emplois pour relancer notre économie.
Le problème se pose à la grandeur du pays, et les municipalités en sont conscientes, mais elles sont coincées. Elles ont tellement d’autres problèmes urgents à régler que, sans financement, le problème glisse sous la pile. Avec le projet de loi C-269, il y aurait des comptes à rendre. Nous pouvons continuer à pousser les hauts cris à la défense de l’environnement, mais sans échéance, sans règle et sans plan pour réaliser ces objectifs, ce ne sont que des paroles, qui restent lettre morte. En tant qu’êtres humains, nous savons que nous avons tous besoin d’une date limite et de certaines règles pour accomplir quoi que ce soit. J’estime que ce projet de loi a de grandes chances de nous aider à faire littéralement le ménage dans nos affaires.
J’ai discuté avec le député de Regina—Qu'Appelle de la disposition prévoyant un mandat de cinq ans. Nous avons convenu que la question devrait faire l’objet d’un débat et d’une discussion approfondie afin que nous aidions les municipalités à se préparer à réussir et non à échouer. La mesure ne devrait pas être punitive. Elle devrait les aider à bien faire les choses.
En conclusion, j’ai l’impression que c’est un problème qui existe depuis longtemps et dont tout le monde est conscient, mais c’est l’une de ces choses auxquelles personne ne veut s’attaquer parce qu’il n’y a pas d’argent. Nous savons qu’avec la Banque de l’infrastructure du Canada, le ministre a promis 35 milliards de dollars, mais quelle partie de cette somme sert à des choses comme celle-ci?
À l’avenir, dans notre discussion du projet de loi C-269, j’espère que nous pourrons nous asseoir à la table, présenter nos différentes idées et en faire un point de départ pour rompre le cycle de toutes ces infrastructures vieillissantes laissées à l’abandon, pour que nous puissions protéger l’environnement, pour que nous puissions aller de l’avant avec un développement positif et prudent qui n’engendre pas d’autres problèmes, et pour que les municipalités n’aient pas l’impression de faire cavalier seul, mais qu’elles aient l’appui des autres ordres de gouvernement.
View Terry Duguid Profile
Lib. (MB)
View Terry Duguid Profile
2021-06-16 17:53 [p.8561]
Mr. Speaker, I rise today to speak to Bill C-269, an act to amend the Fisheries Act (prohibition—deposit of raw sewage), and to reiterate the key issues with this bill.
The government opposes Bill C-269 for multiple reasons. It would reduce environmental protections. It would negatively impact current federal, provincial and territorial collaboration on waste water. It would impose significant financial and practical challenges on all levels of government. It would be redundant and could weaken existing federal pollution prevention powers.
As the member for Regina—Qu'Appelle knows, the Fisheries Act is the federal government's most effective tool to prevent and set strong controls for the management of waste-water releases. The tools created through the Fisheries Act combined with our government's historic investments of $2 billion in support of over 1,700 water and waste-water projects across the country have made significant progress in protecting the water quality of our lakes, rivers and oceans.
The Fisheries Act already prohibits the release of deleterious substances, pollution into water unless the release is specifically managed under federal regulations. The Fisheries Act also contains strong regulatory controls requiring notification of pollution releases and that every effort is taken to prevent a release or to mitigate potential adverse impacts, if one is unavoidable.
We all want to end releases of raw sewage. That is why our government has invested nearly two and a half times the amount of federal funding for waste-water projects compared to the previous Conservative government over the same period, the same Conservative government that in 2012 gutted the Fisheries Act's most powerful pollution prevention tools and severely underfunded investments in water and waste-water infrastructure.
I would also point out that, as the former leader of the Conservative Party, the member for Regina—Qu'Appelle proposed cuts to billions in public infrastructure funding, the same funding that helps support critical water and waste-water projects in communities across the country.
Prohibiting raw sewage, as this bill prescribes, would not prevent all untreated waste-water releases from occurring. Due to years of chronic underfunding in public infrastructure under the previous Conservative government, our government has had to step up and invest in critical waste-water treatment to minimize the occurrence of such releases.
Let me be clear. There is already an effective and responsible approach in place to address this problem. Releases of raw sewage are already managed under the federal regulations for waste water, or they are prohibited under the Fisheries Act. Our government has been clear in its commitment to protect Canadian waters. That is why in 2019, we strengthened protections in the Fisheries Act by restoring lost protections and incorporating comprehensive and modern safeguards.
If enacted, this bill would mean taking several steps back. The bill does not introduce any new protections, enhanced monitoring or regulatory controls to address waste water beyond the strong measures that already exist within the act. This bill would not increase, but would reduce, environmental protections, and would have significant and harmful impacts on the ability to prevent and manage pollution under the Fisheries Act.
If enacted, this bill would take raw sewage out of the definition of deleterious substances, thereby removing raw sewage from all other critical protections and requirements that the Fisheries Act currently provides. In addition, by removing raw sewage from the existing prohibition of deleterious substances in the Fisheries Act and excluding northern waters from the proposed bill's scope, this would create a gap where raw sewage could legally be released in the north. This is unacceptable.
While our government's current national strategy effectively targets the most significant sources of pollution, this bill would impose enormous fiscal and practical challenges to all levels of government for a minimal environmental benefit. Eliminating raw sewage within five years would mean replacing the underground plumbing networks in over 700 cities across Canada at a cost of over $200 billion.
Aside from the unprecedented cost, it is simply not possible to design, plan and build new or upgraded waste-water treatment facilities in over 700 cities across Canada in under five years. A typical planning and construction cycle for waste-water infrastructure would usually take 10 to 20 years.
We need to acknowledge that many communities are already making investments to reduce the environmental impacts associated with waste-water infrastructure. This includes projects to advance waste-water treatment, green infrastructure and converting waste to energy. These projects are a much more cost-effective way to achieve environmental outcomes than spending hundreds of billions of dollars on a small percentage of reductions.
The government cannot support such a poorly thought-out bill. It does not add value to the existing strategy to address waste water in Canada. Instead, it actively threatens it. Furthermore, our government already has a robust national strategy in place that establishes achievable and predictable timelines for communities to complete the necessary treatment system installations and upgrades. While upon first glance this bill would appear to offer environmental benefits, a closer look reveals that its proposed legislative changes would create considerable negative environmental and economic consequences.
To wrap up, our government is making historic investments in critical waste-water infrastructure to support our comprehensive national waste-water strategy, which combined will keep Canadian waters safe and healthy.
Monsieur le Président, j’interviens pour parler du projet de loi C-269, la Loi modifiant la Loi sur les pêches (interdiction — immersion ou rejet des eaux usées non traitées), et pour en réitérer les principaux points.
Le gouvernement s’oppose au projet de loi C-269 pour plusieurs raisons. Il réduirait les protections environnementales. Il nuirait à la collaboration fédérale, provinciale et territoriale en matière d’eaux usées. Il imposerait des fardeaux financiers et pratiques considérables à tous les ordres de gouvernement. Il serait redondant et risquerait d’affaiblir les pouvoirs fédéraux en matière de prévention de la pollution.
Comme le député de Regina—Qu'Appelle le sait, la Loi sur les pêches est l’outil le plus efficace dont dispose le gouvernement fédéral pour prévenir les rejets d’eaux usées et imposer des contrôles rigoureux à leur gestion. Les outils créés par la Loi sur les pêches, conjugués aux investissements historiques de 2 milliards de dollars de notre gouvernement à l’appui de plus de 1 700 projets relatifs à l’eau et aux eaux usées dans tout le pays, ont permis d’accomplir des progrès importants dans la protection de la qualité de l’eau de nos lacs, rivières et océans.
La Loi sur les pêches interdit déjà le rejet de substances nocives ou polluantes dans l’eau, à moins que ce rejet ne soit explicitement géré en vertu des règlements fédéraux. La Loi sur les pêches prévoit également de solides contrôles réglementaires exigeant la notification des rejets de pollution et que tout soit fait pour empêcher un rejet ou pour en atténuer les répercussions négatives potentielles, si un rejet est inévitable.
Nous voulons tous mettre fin aux rejets d’eaux usées brutes. C’est pourquoi le gouvernement a investi près de deux fois et demie le montant du financement fédéral pour les projets des eaux usées par rapport au gouvernement conservateur précédent au cours de la même période, le même gouvernement conservateur qui, en 2012, a vidé de leur substance les outils de prévention de la pollution les plus puissants de la Loi sur les pêches et a gravement sous-financé les investissements dans les infrastructures d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées.
J’aimerais également souligner qu’en tant qu’ancien chef du Parti conservateur, le député de Regina—Qu'Appelle a proposé des compressions dans des milliards de dollars de financement d’infrastructures publiques, le même financement qui aide à soutenir des projets essentiels d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées dans toutes les collectivités du pays.
Interdire les eaux d’égout brutes, comme le prescrit ce projet de loi, n’empêcherait pas tous les rejets d’eaux usées non traitées de se produire. En raison d’années de sous-financement chronique des infrastructures publiques sous le précédent gouvernement conservateur, notre gouvernement a dû prendre les devants et investir dans le traitement crucial des eaux usées afin de minimiser l’occurrence de tels rejets.
Permettez-moi d’être clair. Il existe déjà une approche efficace et responsable pour résoudre ce problème. Les rejets d’eaux usées brutes sont déjà gérés en vertu du règlement fédéral sur les eaux usées, ou ils sont interdits en vertu de la Loi sur les pêches. Notre gouvernement a été clair dans son engagement à protéger les eaux canadiennes. C’est pourquoi en 2019, nous avons renforcé les protections de la Loi sur les pêches en rétablissant les protections perdues et en intégrant des mesures de protection exhaustives et modernes.
S’il était adopté, ce projet de loi reviendrait à faire plusieurs pas en arrière. Le projet de loi n’introduit pas de nouvelles protections, une surveillance accrue ou des contrôles réglementaires pour lutter contre les eaux usées au-delà des mesures solides qui existent déjà dans la loi. Ce projet de loi n’augmenterait pas, mais réduirait, les protections environnementales, et aurait des répercussions importantes et néfastes sur la capacité de prévenir et de gérer la pollution en vertu de la Loi sur les pêches.
S’il était adopté, ce projet de loi retirerait les eaux d’égout brutes de la définition des substances nocives, les soustrayant ainsi à toutes les autres protections et exigences essentielles que prévoit actuellement la Loi sur les pêches. De plus, en retirant les eaux d’égout brutes de l’interdiction actuelle des substances nocives dans la Loi sur les pêches et en excluant les eaux du Nord de la portée du projet de loi proposé, cela créerait un vide où les eaux d’égout brutes pourraient être légalement rejetées dans le Nord. Cette situation est inacceptable.
Alors que la stratégie nationale actuelle du gouvernement cible efficacement les sources de pollution les plus importantes, ce projet de loi imposerait d’énormes défis fiscaux et pratiques à tous les échelons de gouvernement pour un avantage environnemental minime. Pour éliminer les eaux d’égout brutes d’ici cinq ans, il faudrait remplacer les réseaux de plomberie souterrains dans plus de 700 villes du Canada, ce qui coûterait plus de 200 milliards de dollars.
Outre ce coût sans précédent, il est tout simplement impossible de concevoir, de planifier et de construire des installations de traitement des eaux usées nouvelles ou modernisées dans plus de 700 villes canadiennes en moins de cinq ans. Un cycle typique de planification et de construction d’une infrastructure de traitement des eaux usées s’étend normalement sur 10 à 20 ans.
Nous devons reconnaître que de nombreuses collectivités investissent déjà pour réduire les impacts environnementaux liés aux infrastructures d’eaux usées. Il s’agit notamment de projets visant à faire progresser le traitement des eaux usées, les infrastructures vertes et la conversion des déchets en énergie. Ces projets constituent un moyen beaucoup plus rentable d’obtenir des résultats environnementaux que de dépenser des centaines de milliards de dollars pour un petit pourcentage de réduction.
Le gouvernement ne peut pas soutenir un projet de loi aussi mal conçu. Il n’apporte aucune valeur ajoutée à la stratégie existante pour traiter les eaux usées au Canada. Au contraire, il la menace activement. De plus, notre gouvernement a déjà mis en place une stratégie nationale solide qui établit des échéanciers réalisables et prévisibles pour que les collectivités puissent procéder à l’installation et à la mise à niveau nécessaires des systèmes de traitement. Bien qu’à première vue ce projet de loi semble offrir des avantages environnementaux, un examen plus approfondi révèle que les changements législatifs proposés auraient des conséquences négatives considérables sur l’environnement et l’économie.
En conclusion, notre gouvernement fait des investissements historiques dans l’infrastructure cruciale des eaux usées pour soutenir notre stratégie nationale globale en matière d’eaux usées, qui, ensemble, permettront de faire en sorte que les eaux canadiennes demeurent sûres et saines.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, first of all, I must say that the Bloc Québécois welcomes the Conservatives' desire to engage in a debate on water quality and the pollution of our rivers.
At first glance, it might be surprising to see the Conservatives interested in the issue of water pollution. Let us not forget that, during the last campaign, they promised to take action on the dumping of waste water in waterways.
It must be said that the Conservatives happily rode the wave of Montreal's “flushgate”, when the city was forced, in 2015, to dump eight billion litres of waste water into the St. Lawrence.
It was probably to fulfill this promise that the former Conservative leader, the member for Regina—Qu'Appelle, introduced Bill C‑269. Again, we welcome the Conservatives' willingness to look at ways to reduce water pollution.
It is true that the debate on Bill C‑269 is an opportunity to draw attention to an important environmental issue: the problem of sewage being discharged into our waterways. This is not the first time the Conservatives have focused on this issue.
I would like to return briefly to the promises around sewage treatment and, in turn, federal inaction on this issue.
In fact, in July 2012, Stephen Harper's government enacted the wastewater systems effluent regulations. This was the first Canadian standard for sewage treatment.
At the time, the federal government estimated that 75% of existing waste water facilities met the new standard. For the remaining 25%, the government promised to provide funding to help them comply, and it established three categories of facilities.
The first category includes the highest risk facilities, which must comply with the new standard by 2020. The second and third categories are those facilities that pose less of a risk and have until 2030, as is the case for Montreal, or 2040 to comply with the new standard.
The then minister of transport, infrastructure and communities, Denis Lebel, promised that Ottawa would invest for the long term and would work in partnership with the provinces. For its part, the Union des municipalités du Québec estimated that it would take $9 billion to upgrade municipal facilities in order to bring them into compliance with the new federal regulations. That was in 2012.
According to a recent Réseau Environnement report, it will actually cost at least $17 billion just to upgrade the existing treatment facilities, which are beginning to show their age.
This amount does not include waste-water treatment plants that do not comply with federal regulations, nor does it include the investments required to build treatment plants in municipalities that do not have any. In March, Le Devoir reported that 80 Quebec municipalities still do not have waste-water treatment plants.
Ten municipalities in the Lower St. Lawrence and Gaspé region, the region I represent, still do not have treatment plants at the outlet of their sewer systems. It is 2021. That is unbelievable. This is a serious, ongoing problem, but the federal government is slow to get involved financially.
Sewage spills happen frequently in Quebec, I am sad to say. The Fondation Rivières counted more than 60,000 spills in 2019, which added up to a total of over 470,000 hours of sewage flow into Quebec rivers and streams. The water pollution problems do not stop there.
The most recent research has brought to light the adverse health effects of endocrine disruptors in water. When these chemicals are present in the environment, they can enter the bodies of animals and humans, interact with their hormones and affect all systems in the body.
This is often harmful for both animals and humans. Even small quantities of these substances in the environment can have a significant impact. The adverse effects of endocrine disruptors have been observed in fish and mollusks in the St. Lawrence River, as well as in amphibians in rivers in southern Quebec.
Many scientists agree that endocrine disruptors are a contributing factor in certain cancers and can cause reproductive issues in humans, though few studies have been conducted in this area.
Research is currently focusing on the endocrine disruptive potential of several chemicals, such as parabens, polychlorinated biphenyls and pesticides.
The presence of microplastics is another problem that demonstrates the importance of addressing waste-water discharge into our rivers and streams.
Scientists at McGill University published a study in 2020 in the well-respected journal Environmental Pollution that found that microplastic pollution in the St. Lawrence River is of the same order of magnitude as that measured in waterways near densely populated cities in China. The researchers found, on average, 832 particles of plastic per kilogram dry weight of sediment. That is four times higher than the levels found by another team in the Ottawa River a few years ago. This finding places the St. Lawrence among the worst waterways analyzed to date. One of the problems is that microplastics linger in the environment for a long time. Since they remain in the sediment, many organisms are at risk of ingesting them and passing them up the food chain.
In short, all of this data about endocrine disruptors and the presence of microplastics shows that there is a a significant and disturbing amount of pollution in our waterways as a result of sewage spills, and we must do something about it.
Let us get back to Bill C‑269. Unfortunately, this bill does not contain a solution to the problem of sewage spills. Why not? Because it is inconsistent. It will still allow certain hazardous materials to be discharged. In short, Bill C‑269 is not as good as it looks.
It is true that, to reduce water pollution, we need effective regulations to stop sewage from being released into the environment. However, this bill allows the discharge of certain “authorized” substances, including petroleum products such as oil, gasoline, diesel and grease, chemicals, pesticides, heavy metals, fertilizer runoff and more.
Consequently, even if it were passed, Bill C‑269 would allow industry to discharge waste water contaminated with petroleum products from their facilities into our rivers, provided that the discharge complies with the Wastewater Systems Effluent Regulations. This means that waste water contaminated with chemicals like the ones I mentioned earlier would be allowed, but effluent from municipal waste-water systems would not. What will municipalities do then?
Montreal has been talking about building an ozonation plant to treat waste water for the past 15 years. The project was first announced by the Gérald Tremblay administration with a completion date in 2012, which was later pushed back to 2018. In 2019, Radio-Canada revealed that it should finally be completed in 2023 at a cost of half a billion dollars.
In February 2020, Valérie Plante's administration published a notice of interest for the construction of the plant. So far, however, there have been no developments. It is safe to say that the 2023 target may once again be postponed, but the City of Montreal has until 2030 to comply with existing federal regulations.
It is all well and good to draft regulations, but if a municipality is unable to build a water treatment plant because it simply cannot not afford it, what will the federal government do?
The solution for keeping sewage from polluting our waterways, including the St. Lawrence River, does not lie in arbitrary, unenforceable obligations or prohibitions. It lies in meaningful investments to help municipalities fulfill their waste-water treatment responsibilities.
The Bloc Québécois believes that, if we want to solve this problem together, we must demand that the federal government invest in waste-water treatment infrastructure through targeted, substantial, multi-year funding. Otherwise, neither municipalities nor Quebec will be able to fix the problem.
In conclusion, I will reiterate that the Bloc Québécois is in favour of having a debate on water quality and pollution in our rivers. We must admit that the debates on Bill C‑269 are drawing attention to this important environmental issue. However, for all of the reasons I mentioned, the Bloc Québécois will be voting against the bill.
Again, this bill does not contain a solution to the problem of sewage spills. The health of our waterways requires financial commitments that are not included in Bill C‑269. It requires a solid, long-term commitment on the part of the federal government. The government must invest heavily in municipal waste-water treatment infrastructure by means of appropriate transfers to Quebec and the provinces.
Monsieur le Président, d'emblée, je dois dire que le Bloc québécois salue la volonté des conservateurs de susciter un débat sur la qualité de l'eau et la pollution de nos fleuves et de nos rivières.
De prime abord, on pourrait s'étonner de voir les conservateurs s'intéresser à la notion de la pollution de l'eau. Rappelons-nous que, lors de la dernière campagne électorale, ils s'étaient engagés à agir pour contrer les déversements d'eaux usées dans les cours d'eau.
Il faut dire que les troupes conservatrices surfaient allègrement sur la vague du « flushgate » montréalais, au cours duquel la Ville s'est vue contrainte, en 2015, de déverser 8 milliards de litres d'eaux usées dans les effluents du Saint‑Laurent.
C'est probablement pour remplir cette promesse que l'ancien chef conservateur, le député de Regina—Qu’Appelle, a déposé le projet de loi C‑269. Je répète que nous saluons la volonté des conservateurs de s'intéresser aux façons de réduire la pollution de l'eau.
C'est vrai que le débat sur le projet de loi C‑269 permet d'attirer l'attention sur une importante question en matière environnementale, soit le problème du déversement des eaux usées dans nos cours d'eau. Ce n'est pas nouveau que les conservateurs s'y attardent.
J'aimerais faire un bref retour en arrière pour parler des promesses entourant le traitement des eaux usées et, par ricochet, de l'inaction du fédéral en la matière.
En fait, en juillet 2012, le gouvernement de Stephen Harper édictait le Règlement sur les effluents des systèmes d'assainissement des eaux usées. Il s'agissait d'une première norme canadienne en matière de traitement des eaux d'égout.
À l'époque, le gouvernement fédéral estimait que 75 % des installations d'assainissement des eaux usées existantes respectaient la nouvelle norme. Pour ce qui est des 25 % restant, le gouvernement s'était engagé à accorder du financement pour les aider à se conformer, et il avait établi trois catégories d'installations.
La première catégorie regroupe les installations qui posent le plus de risque; elles doivent se conformer à la nouvelle norme avant 2020. Les deuxième et troisième catégories regroupent les installations qui posent moins de risque; elles ont jusqu'en 2030 — c'est le cas pour Montréal —, et jusqu'en 2040 pour se conformer à la nouvelle norme.
Le ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités de l'époque, Denis Lebel, avait promis qu'Ottawa investirait à long terme et ferait les choses en partenariat avec les provinces. De son côté, l'Union des municipalités du Québec avait estimé à 9 milliards de dollars le montant requis pour mettre à jour les installations municipales, afin d'assurer leur conformité à la nouvelle réglementation fédérale. C'était en 2012.
Selon un récent rapport du Réseau Environnement, il faudrait plutôt investir au moins 17 milliards de dollars, simplement pour mettre à niveau les infrastructures de traitement existantes qui subissent les contrecoups du vieillissement.
Ce montant ne tient pas compte des stations d'épuration qui ne sont pas conformes au règlement fédéral, pas plus qu'il ne tient compte des investissements nécessaires à la construction d'usines d'épuration pour les municipalités qui n'en ont pas. En mars dernier, Le Devoir rapportait que, à ce jour, 80 municipalités québécoises n'ont toujours pas d'usine d'épuration des eaux usées.
Dix municipalités du Bas‑Saint‑Laurent et de la Gaspésie, la région que je représente, ne disposent toujours pas de station d'épuration à la sortie de leur réseau d'égouts. Nous sommes en 2021. C'est à peine croyable. Il s'agit d'un problème grave, qui perdure, mais le fédéral tarde à s'impliquer sur le plan financier.
Au Québec, les déversements d'eaux usées sont légion, malheureusement. La Fondation Rivières a recensé plus de 60 000 déversements en 2019, pour un total de plus de 470 000 heures de déversements d'eaux usées dans les cours d'eau québécois. Or les problèmes de pollution de l'eau ne s'arrêtent pas là.
Les recherches les plus récentes ont mis en lumière les conséquences sur la santé de la présence dans l'eau des perturbateurs endocriniens. Lorsque ces substances chimiques se retrouvent dans l'environnement, elles peuvent entrer dans le corps des animaux ou des humains et interagir avec leurs hormones. Elles peuvent donc affecter tous les systèmes du corps.
Il s'agit d'un phénomène souvent néfaste pour les animaux et pour les humains. Même de faibles quantités de ces produits dans l'environnement peuvent avoir des effets importants. Des effets négatifs des perturbateurs endocriniens ont été observés chez des poissons et des mollusques du fleuve Saint‑Laurent, mais aussi chez des amphibiens dans des cours d'eau du sud du Québec.
Plusieurs scientifiques s'entendent pour considérer le problème des perturbateurs endocriniens comme un des facteurs de certains cancers ou comme la cause de certains problèmes de reproduction chez l'humain, même si les études sur le sujet sont encore peu nombreuses.
L'on se penche présentement sur le potentiel effet perturbateur de plusieurs substances chimiques sur le système endocrinien — je pense entre autres aux parabènes, aux polychlorobiphényles et aux pesticides.
Un autre problème démontre l'importance de s'attarder aux rejets des eaux usées dans nos cours d'eau: la présence de particules de microplastique.
Une étude menée par des scientifiques de l'Université McGill, publiée en 2020 dans la réputée revue Environmental Pollution, révèle que, dans le fleuve Saint‑Laurent, la pollution par les microplastiques s'apparente à celle des cours d'eau des plus grandes villes chinoises. Les chercheurs ont trouvé, en moyenne, 832 morceaux de plastique par kilogramme de sédiments secs. C'est quatre fois plus que ce qui avait été trouvé, par une autre équipe, dans la rivière des Outaouais, il y a quelques années. Ce résultat place le Saint‑Laurent parmi les pires cours d'eau analysés à ce jour. Un des problèmes est que les microplastiques perdurent longtemps dans l'environnement. Puisqu'ils demeurent dans les sédiments, de nombreux organismes risquent de les ingérer et de les transmettre dans la chaîne alimentaire.
En résumé, toutes ces données sur les perturbateurs endocriniens et la présence de microplastiques démontrent que la pollution des cours d'eau, liée aux déversements des eaux usées, est importante et inquiétante, et que l'on doit s'y attaquer.
Revenons au projet de loi C‑269. Ce projet de loi n'offre malheureusement aucune solution pour régler la question du déversement des eaux usées. Pourquoi? C'est parce qu'il est incohérent. Il permettrait toujours le déversement de certaines matières dangereuses. En somme, le projet de loi C‑269 est une fausse bonne idée.
Pour réduire la pollution de l'eau, il est vrai qu'il faut une réglementation efficace contre le déversement dans l'environnement des eaux usées non traitées. Toutefois, ce projet de loi permet le rejet dans l'eau de certaines substances nocives dites « autorisées », comme les produits pétroliers tels que l'huile, l'essence, le diesel et la graisse, les produits chimiques, les pesticides, les métaux lourds, l'écoulement des engrais, et j'en passe.
Ainsi, même s'il était adopté, le projet de loi C‑269 permettrait à des industriels de déverser, dans nos rivières, des eaux souillées avec des produits pétroliers provenant de leurs installations, pourvu que le déversement respecte le Règlement sur les effluents des systèmes d'assainissement des eaux usées. Cela signifie qu'on permettrait des eaux souillées avec des substances chimiques comme celles énumérées plus tôt, mais non les effluents des systèmes d'eaux usées des villes. Que feront alors les villes?
À Montréal, cela fait 15 ans qu'on parle d'un projet de construction d'une usine d'ozonation des eaux usées. Ce projet, qui avait été annoncé sous l'administration de Gérald Tremblay, devait être complété en 2012, puis en 2018. Radio-Canada révélait en 2019 que sa construction devait finalement être complétée en 2023 et coûter un demi-milliard de dollars.
En février 2020, l'administration de Valérie Plante avait publié un avis d'intérêt pour sa construction. Cependant, aux dernières nouvelles, il n'y a pas eu de développement dans ce dossier. On peut affirmer sans trop se tromper que la cible de 2023 risque encore une fois d'être repoussée, mais la Ville de Montréal a jusqu'en 2030 pour se conformer aux réglementations fédérales existantes.
C'est bien beau de mettre des réglementations en place, mais, si une municipalité n'a pas réussi à construire son usine d'épuration parce qu'elle n'en a tout simplement pas les moyens, que fera alors le fédéral?
La solution à la pollution de nos cours d'eau, comme le fleuve Saint‑Laurent, par le déversement d'eaux usées ne réside pas dans des obligations ou des interdictions arbitraires et inapplicables. Elle réside dans des investissements structurants pour soutenir les municipalités à s'acquitter de leur responsabilité en matière de traitement des eaux usées.
Selon le Bloc québécois, si nous voulons collectivement régler ce problème, nous devons exiger que le gouvernement fédéral investisse dans les infrastructures de traitement de ces eaux usées au moyen d'enveloppes ciblées, considérables et planifiées sur plusieurs années, sans quoi ni les municipalités ni Québec n'y arriveront.
En terminant, je réitère que le Bloc québécois salue la volonté de créer un débat sur la qualité de l'eau et sur la pollution de nos rivières. En effet, nous devons admettre que les débats entourant le projet de loi C‑269 permettent d'attirer l'attention sur cette question importante en matière d'environnement. Cependant, pour toutes les raisons que j'ai mentionnées précédemment, le Bloc québécois votera contre ce projet de loi.
Je le répète: il s'agit d'un projet de loi qui n'offre aucune solution pour régler la question du déversement des eaux usées. La santé de nos cours d'eau nécessite des engagements financiers qui ne figurent pas dans le projet de loi C‑269. Elle nécessite un engagement ferme et à long terme du fédéral. Ce dernier doit investir de façon importante dans les infrastructures pour le traitement des eaux usées des municipalités au moyen de transferts appropriés au Québec et aux provinces.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, I must admit that during my time in this place, I have always found great value in private members' business. It is our opportunity as members of this place to bring forward legislation that we believe will ultimately better serve this great country. Yes, there is a lottery system in place, but there is also nothing to stop the government of the day from taking a great idea in a private member's bill and incorporating it into government legislation. Indeed, we have witnessed this practice before.
Another aspect of private members' business is that often members in this place will vote more freely than on government bills. That can add a very interesting dynamic, particularly during a minority government.
Given my passion for private members' business, I must state in advance that I am speaking in support of the bill before us, as it is important to me.
The bill proposes to exclude raw sewage from the definition of “deleterious substance” so as to entirely prohibit its deposit in water, which is a critically important environmental protection we can pass in this place. Indeed, I suspect that if we asked Canadians, most would believe that this is already a banned practice in Canada. However, as we know, the minister can sign off and essentially provide an exemption to it, just as a former environment minister of the Liberal government has done previously, and that should concern us all.
Increasingly, what we see with the Liberal government is that environmental policy is being applied in a discriminatory manner. While I could provide a number of different examples, I would much rather not. Politicizing this issue is ultimately not helpful in this debate. I would like to think that if there is one thing we can all agree on in this place, it is that it is never a good thing to dump raw sewage into fish habitat. I hope that we would all agree on that point. It should be a basic guiding principle of environmental stewardship that we do not contaminate fish habitat.
While I believe there is much we can agree on in principle with the bill, I also recognize that there are criticisms.
Critics have raised the cost to municipalities as one of the criticisms. It is a fair point. However, it also acknowledges that some municipalities are currently adding to the problem, and that a lack of revenue to fix the problem is the primary reason.
On that note, I will point out that the bill proposes that it will not come into force until five years after the day on which it receives royal assent. That is five years to take action, five years to ensure that this becomes a bigger priority for the federal government and five years to work out the details with local governments. Yes, I realize that there are many challenges and many reasons why some can argue this cannot be done in five years. However, to those people I would ask a very simple question: Does anyone want to argue that this should not be done? On that point, I would like to think we can all agree.
I am hopeful about it. If we can agree that it should be done, let us ask ourselves how. If we do not start taking steps in that direction, it would be fair to say that this bill is not perfect, but few ever are.
Having said that, we need to send the message that fish habitat protection is a priority. Critics raise valid points: It might be difficult and it does involve costs. On the issue of costs, it is important to say that we must also consider the cost of inaction.
In my former riding, the water supply for a small rural community was contaminated with fecal matter, which made the drinking water supply unsafe.
To secure the drinking water supply, the source of the contamination had to be found. The process is not as simple as it sounds. They changed the source of the water supply. Costly, unpleasant and heavy chlorination in the water treatment system was to blame.
Back-flow valves were installed. All of that cost a lot of money. Finally, a proper sewage treatment plant was installed. That occurred under a former Conservative government, but that is not the point. The point is that today that community water system is no longer contaminated and, more importantly, the groundwater is not contaminated.
This all matters because the Okanagan River system passes through this unincorporated community, where currently local indigenous communities have been working in partnership, and very successfully I might add, to restore lost salmon habitat. It is an incredible success story. Obviously, it also speaks to the importance of not dumping raw sewage into fish habitat.
To those who raise the valid concerns of cost to local government, I point out that there are many costs of inaction that can result from the situation. More importantly, critics aside, I come back to one simple point: While some have raised concerns over getting this done, I have yet to hear anyone suggest that it cannot be done or that it should not be done. I have only heard that it could be challenging.
Current government members, in 2015, told Canadians, hand on their hearts, that better was always possible. I submit that Bill C-269 proposes better protection for our fish habitat than is currently available. This bill is an important next step in moving forward to better protect our environment.
Before I wrap up, I would like to thank the member who sponsored this bill, the member for Regina—Qu'Appelle, for his ongoing leadership and commitment to seeing this gap in our governance addressed. This gap, whether it was intentional or not, exists. We cannot let this go by saying there is a cost. We need to count the current costs to the environment. There are challenges here, but it is because of members like the member for Regina—Qu'Appelle that we are debating this important subject, adding a spotlight to an issue that has haunted this country for too long.
As I said before, I hope we can all agree in this place that dumping raw sewage into fish habitat is wrong and that we need to do our part, in partnership with communities, local government, the provinces and indigenous communities, to make this problem go away so that we all can have clean water and feel proud of the contributions we have made to this issue.
I thank the member for Regina—Qu'Appelle for helping to elevate this argument and for this debate. I hope that all members will put aside partisanship and say yes to his proposal.
Monsieur le Président, je dois admettre que, depuis que je siège à la Chambre, j’ai toujours trouvé les initiatives parlementaires très utiles. En tant que députés, nous avons l’occasion de présenter des mesures législatives qui, selon nous, serviront mieux notre grand pays. Oui, il y a un système de loterie en place, mais rien n’empêche non plus le gouvernement du jour de prendre une excellente idée dans un projet de loi d’initiative parlementaire et de l’incorporer dans une loi gouvernementale. En effet, nous avons déjà été témoins d’une telle pratique.
Un autre aspect des projets de loi d’initiative parlementaire est que, souvent, les députés votent plus librement que sur les projets de loi du gouvernement. Cela peut ajouter une dynamique très intéressante, surtout dans le contexte d’un gouvernement minoritaire.
Étant donné ma passion pour les affaires émanant des députés, je dois préciser à l’avance que je prends la parole pour appuyer le projet de loi dont nous sommes saisis, car il est important pour moi.
Le projet de loi propose d’exclure les eaux d’égout brutes de la définition de « substance nocive » afin d’interdire entièrement leur déversement dans l’eau, ce qui constitue une protection environnementale d’une importance primordiale que nous pouvons adopter dans cet endroit. En effet, je soupçonne que si l'on posait la question aux Canadiens, la plupart d’entre eux croiraient que cette pratique est déjà interdite au Canada. Cependant, comme nous le savons, le ministre peut signer et essentiellement fournir une exemption à cette pratique, tout comme un ancien ministre de l’Environnement du gouvernement libéral l’a fait auparavant, et cela devrait tous nous préoccuper.
Nous constatons de plus en plus que la politique environnementale du gouvernement libéral est appliquée de manière discriminatoire. Je pourrais citer un certain nombre d’exemples, mais je préférerais m’en abstenir. La politisation de cette question n’est finalement pas utile dans ce débat. J’aimerais penser que, s’il y a une chose sur laquelle nous pouvons tous nous mettre d’accord dans cette enceinte, c’est qu’il n’est jamais bon de déverser des eaux usées brutes dans l’habitat du poisson. J’espère que nous conviendrons tous de ce point. S’abstenir de contaminer l’habitat du poisson devrait être un principe fondamental de gestion de l’environnement.
Je crois certes que nous pouvons nous entendre en principe sur beaucoup d’aspects du projet de loi, mais je reconnais aussi qu’il y a des critiques.
Les détracteurs du projet de loi lui reprochent notamment le coût pour les municipalités. C’est un bon argument. Cependant, il reconnaît aussi que certaines municipalités aggravent le problème, principalement par manque de revenus pour y remédier.
À ce sujet, je ferai remarquer que le projet de loi propose une entrée en vigueur cinq ans après que la loi aura reçu la sanction royale. Cinq années pour prendre des mesures, pour faire en sorte que ce dossier devienne une plus grande priorité pour le gouvernement fédéral et pour régler les détails avec les administrations locales. Oui, je sais que les difficultés sont nombreuses, tout comme les raisons pour lesquelles certains diront que cela ne peut pas être accompli en cinq ans. Toutefois, je leur poserai une question très simple: quelqu’un prétendra-t-il que ce ne doit pas être fait? J’ose espérer que nous pouvons tous nous entendre sur ce point.
J'ai bon espoir à cet égard. Si nous pouvons convenir que cela devrait être fait, demandons-nous comment. Si nous ne commençons pas à prendre des mesures en ce sens, il serait juste de prétendre que ce projet de loi n'est pas un projet de loi parfait; d'ailleurs, peu le sont.
Cependant, nous devons envoyer le message que la protection de l'habitat des poissons est une priorité. En effet, les critiques soulèvent des points valables: cela pourrait être difficile et cela entraîne effectivement des coûts. Au sujet des coûts, c'est important de mentionner que nous devons également considérer le coût de l'inaction.
Dans mon ancienne circonscription, les sources d'approvisionnement en eau d'une petite collectivité rurale étaient contaminées par des matières fécales, ce qui rendait l'approvisionnement en eau potable dangereux.
Afin de sécuriser l'approvisionnement en eau potable, il fallait trouver la source de la contamination. Ce processus n'est pas aussi simple qu'il paraît. La source d'approvisionnement en eau a été modifiée. Une chloration lourde, coûteuse et désagréable était en cause dans le système de traitement de l'eau.
Des clapets de retenue ont été posés. Tout cela coûte très cher. Finalement, une vraie station de traitement des eaux usées a été installée. C’est arrivé sous l’ancien gouvernement conservateur, mais là n’est pas l’essentiel. L’essentiel est qu’aujourd’hui, le réseau d’aqueduc de cette collectivité n’est plus contaminé et surtout que la nappe phréatique n’est pas contaminée.
Tout cela est important parce que le bassin hydrographique de la rivière Okanagan irrigue cette collectivité non constituée en personne morale et que des collectivités autochtones locales y travaillent en partenariat, et avec beaucoup de succès, ajouterai-je, pour restaurer l’habitat perdu du saumon. C’est une incroyable réussite. Manifestement, elle montre aussi combien il est important de ne pas rejeter d’eaux usées brutes dans l’habitat du poisson.
À celles et ceux qui soulèvent la question légitime du coût pour l’administration locale, je ferai remarquer que l’inaction dans pareille situation peut coûter très cher. Surtout, sans parler des détracteurs, je reviens à un simple rappel: certains ont émis des doutes sur la mise en œuvre de ce projet de loi, mais personne, à ma connaissance, ne dit que ces mesures ne peuvent pas être prises ou qu’elles ne devraient pas l’être. J’ai seulement entendu dire que ce serait difficile.
En 2015, les actuels députés gouvernementaux disaient aux Canadiens, la main sur le cœur, qu’il était toujours possible de faire mieux. Je soutiens que le projet de loi C-269 propose une meilleure protection de l’habitat du poisson que celle en place actuellement. Ce projet de loi marque une étape importante vers une meilleure protection de l’environnement.
Avant de conclure, je souhaite remercier l’auteur de ce projet de loi, le député de Regina—Qu'Appelle, de son leadership et de sa détermination sans faille à voir combler cette lacune dans notre gouvernance. Car cette lacune, intentionnelle ou pas, existe. Nous ne pouvons pas prétexter qu’il y a un coût pour ne rien faire. Nous devons prendre en compte les coûts actuels pour l’environnement. Il y a des difficultés, mais c’est grâce à des députés comme le député de Regina—Qu'Appelle que nous débattons de ce sujet important et que nous attirons l’attention sur un problème qui hante ce pays depuis trop longtemps.
Comme je l’ai déjà dit, j’espère que nous pouvons tous convenir qu’il est inacceptable qu’on rejette des eaux usées brutes dans l’habitat du poisson et que nous devons faire notre part, en partenariat avec les collectivités, les administrations locales, les provinces et les collectivités autochtones, pour venir à bout de ce problème afin que nous puissions tous avoir de l’eau potable et que nous puissions nous sentir fiers d’avoir contribué à régler ce problème.
Je remercie le député de Regina—Qu'Appelle d’avoir permis ce débat. J’espère que tous les députés mettront de côté la partisanerie et qu’ils appuieront sa proposition.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-16 18:18 [p.8565]
Mr. Speaker, I am pleased to be speaking today about Bill C‑269, an act to amend the Fisheries Act, which I can summarize very quickly as being a good idea only at first glance. My colleague from Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia agrees with me completely.
There have been at least 10 sewage spills in Quebec in recent years. Consider the spill of millions of litres of waste water in the Richelieu River in Saint‑Jean this past March. It was the fourth such spill in three years. The same thing happened in Longueuil in 2018, when 150 million tonnes of polluted water spilled directly into the St. Lawrence River for eight straight days. It is also impossible to forget “flushgate” in Montreal in 2015, when no less than eight billion litres of waste water was dumped into the St. Lawrence.
These examples are only some of the many similar incidents that have occurred, since sewage spills are unfortunately not a rare occurrence. In Quebec alone, Fondation Rivières counted 60,660 spills in 2019, adding up to a total of 471,300 hours of overflow. That is a lot.
Considering all of the data and the pollution in our waterways, we might have expected a far more ambitious bill. That is why I called it a good idea only at first glance earlier.
It is true that Bill C‑269 has given the House the opportunity to talk about the environment and the protection of our waterways. The Bloc Québécois is certainly not going to complain about that. However, Bill C‑269 does not offer any real solutions to the complex problem of sewage spills.
Unfortunately, it does not cover all waste water or all the harmful substances that could be discharged into the environment. It does not contain any real solutions for municipalities that are forced to release their sewage into our rivers, including the St. Lawrence, because they do not have adequate treatment systems.
The first fundamental problem with Bill C‑269 is that it contains only half measures. The first clause of Bill C‑269 excludes raw sewage from the definition of “deleterious substance” in the Fisheries Act. That is the problem.
Bill C‑269 prohibits the deposit of raw sewage, which could prevent another “flushgate” in Montreal. However, it permits the deposit of several other substances that are just as deleterious, meaning the Conservatives' bill opens the door to discharges of all kinds in our waterways. Allow me to list a few substances that the Conservatives forgot: petroleum products, chemicals, pesticides, heavy metals, industrial effluent, paint, and cleaning products like bleach.
If we want to truly protect our waterways, we need to go much further. Prohibiting the discharge of waste water is one thing, but allowing the deposit of all sorts of other equally dangerous substances is quite another. If the Conservatives want to prove that they care about protecting our waterways, they should revise their bill to avoid creating two categories of pollutants.
I would like to mention another problem with Bill C‑269. How do the Conservatives plan to prohibit the discharge of waste water if the municipalities do not have adequate water treatment facilities to stop doing it?
Let us consider the facts. Le Devoir recently reported that 80 Quebec municipalities do not have waste-water treatment plants. The article also mentioned a report by the Réseau Environnement that estimated we will have to invest at least $17 billion just to upgrade existing treatment facilities, which are beginning to show their age. Even with $17 billion, we will not achieve the miracle solution the Conservatives think they are proposing.
For the Bloc Québécois, until effective regulations against waste-water discharge are implemented, the problem will never be fully resolved. The real solution is clear, but it does not appear in the bill. It is so simple: The federal government must make substantial, regular investments, with dedicated, multi-year funding, to help the municipalities, which should not have to cut corners when it comes to protecting our waterways.
The federal government must invest in order to allow municipalities to build adequate waste-water treatment infrastructure.
In conclusion, if the Conservatives want to look good and burnish their green credentials by showing concern for the health of our waterways, including the St. Lawrence River, they must be bolder and propose real solutions, none of which appear in Bill C‑269.
If the Conservatives really want to solve the problem of sewage spills, they must think about including all harmful substances, and the federal government must help municipalities build adequate treatment systems, or the problem will resurface and will never be totally resolved.
For these reasons, the Bloc Québécois will vote against Bill C‑269.
Monsieur le Président, c'est avec plaisir que je prends la parole aujourd'hui pour parler du projet de loi C‑269, Loi modifiant la Loi sur les pêches, que je pourrais résumer très rapidement comme étant une fausse bonne idée. Ma collègue d'Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia est absolument d'accord avec moi.
Des déversements d'eaux usées, il s'en est produit une bonne dizaine au Québec au cours des dernières années. On peut penser notamment au déversement dans la rivière Richelieu, à Saint‑Jean, au mois de mars de cette année. C'était le quatrième déversement de millions de litres d'eaux usées en trois ans. La même chose s'est produite à Longueuil en 2018, où 150 millions de tonnes d'eaux polluées se sont déversées pendant huit jours en continu, directement dans le Saint‑Laurent. Il est aussi impossible d'oublier le « flushgate » à Montréal en 2015, où pas moins de huit milliards de litres d'eaux usées ont été rejetés dans le fleuve.
Bref, on comprend que les exemples que j'ai cités font partie d'une multitude d'autres cas de figure absolument similaires, car les déversements d'eaux usées ne sont malheureusement pas rares. Au Québec seulement, la Fondation Rivières a fait état en 2019 de 60 660 déversements pour un total de 471 300 heures d'écoulement. C'est considérable.
En prenant connaissance de toutes ces données et de la pollution de nos cours d'eau qui s'en est suivie, on se serait attendu à un projet de loi bien plus ambitieux. C'est pourquoi je l'ai qualifié de fausse bonne idée plus tôt.
C'est vrai, le projet de loi C‑269 donne l'occasion à la Chambre de parler d'environnement et de protection de nos cours d'eau. Le Bloc québécois ne s'en plaindra certainement pas. Toutefois, le projet de loi C‑269 n'offre pas de réelles solutions pour lutter contre le problème complexe des déversements.
Malheureusement, il n'inclut pas toutes les eaux usées ni toutes les substances nocives qui pourraient être déversées dans l'environnement. Il n'offre pas de solutions véritables aux municipalités qui, faute de systèmes d'épuration adéquats, sont contraintes de déverser leurs eaux usées dans nos rivières et dans notre fleuve.
Le premier problème fondamental du projet de loi C‑269 est qu'il fait le travail à moitié. Si on s'attarde au premier article du projet de loi C‑269, on peut voir qu'il exclut les eaux usées non traitées de la définition de « substances nocives » qui apparaît dans la Loi sur les pêches. C'est là que c'est problématique.
Le projet de loi C‑269 interdit les déversements d'eaux usées, ce qui pourrait empêcher une répétition du « flushgate » de Montréal. Par contre, il permet le déversement de multiples autres substances qui sont pourtant tout aussi nocives. Ainsi, le projet de loi des conservateurs ouvre la porte en contrepartie aux déversements en tous genres dans nos cours d'eau. Je me permets d'énumérer quelques substances que les conservateurs ont oubliées: les produits pétroliers et chimiques, les pesticides, les métaux lourds, les effluents industriels, la peinture, les produits nettoyants comme l'eau de Javel, etc.
Si on veut être conséquent dans la protection de nos cours d'eau, il faut aller beaucoup plus loin. Interdire les déversements d'eaux usées est une chose, mais permettre d'un autre côté le rejet de toutes sortes d'autres substances aussi dangereuses en est une autre. Si les conservateurs veulent démontrer clairement qu'ils se soucient de la protection de nos cours d'eau, ils devraient revoir leur projet de loi pour éviter d'établir deux catégories de polluants.
J'aimerais soulever un autre problème qui mine le projet de loi C‑269. Comment les conservateurs comptent-ils interdire les déversements d'eaux usées si les municipalités n'ont pas les infrastructures d'épuration d'eau adéquates pour ne plus les pratiquer?
Regardons les faits. Dans un récent article publié par le quotidien Le Devoir, on apprenait que, à ce jour, 80 municipalités du Québec ne disposent pas d'usine d'épuration d'eaux usées. L'article dans Le Devoir faisait aussi mention d'un rapport du Réseau Environnement selon lequel il faudrait investir au moins 17 milliards de dollars seulement pour mettre à niveau les infrastructures d'épuration déjà existantes, qui subissent les contrecoups des années qui passent. Avec 17 milliards de dollars, on est loin de la solution miracle que les conservateurs pensent proposer.
Pour le Bloc québécois, si une réglementation efficace contre le déversement des eaux usées n'est pas mise en place, le problème ne sera jamais réglé entièrement. La vraie solution est claire et elle n'apparaît pas dans le projet de loi. Pourtant, c'est simple: il faut que le gouvernement fédéral investisse de façon significative et prévisible, avec des enveloppes dédiées et planifiées sur plusieurs années, pour venir en aide aux municipalités qui ne doivent pas couper les coins ronds quand il est question de protéger nos cours d'eau.
Le fédéral doit investir pour permettre aux municipalités de s'équiper adéquatement en infrastructures pour traiter les eaux usées.
Pour terminer, si les conservateurs veulent se montrer vertueux et montrer qu'ils ont pris un virage vert en se souciant de la santé de nos cours d'eau et de notre fleuve, ils doivent être plus ambitieux et proposer de vraies solutions, lesquelles ne sont pas visibles dans le projet de loi C‑269.
Si les conservateurs veulent vraiment régler le problème de déversement des eaux usées, il faut penser inclure toutes les substances nocives et il faut que le fédéral tende la main aux municipalités pour qu'elles puissent se munir de systèmes d'épuration adéquats, sans quoi le problème reviendra et ne sera jamais résolu durablement.
Ainsi, le Bloc québécois votera contre le projet de loi C‑269.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I certainly appreciate all the members of Parliament who spoke in favour of this bill. Out of respect for the House's time, I will not repeat the points that I made in my original speech, but I would like to just take a few moments to address some of the misinformation that I heard throughout the debate from members who are opposing this bill.
First of all, and we hear this argument all the time from them, the Liberals are making the false allegation that Conservatives were not going to make the same commitments to infrastructure spending as they did. This is completely false. In the last campaign, our platform committed the same amount of money to be partnered with the provinces and municipalities in order to rehabilitate our cities, towns and municipalities.
It is the current Liberal government that has allowed billions of dollars in infrastructure spending to be lapsed, so there is no doubt that cities and towns are feeling the burden, the weight of the lack of action and the extra burden that follows when the federal government does not partner with those dollars. When it allows those dollars to be lapsed, it means that there is further pressure on cities and towns and further pressure on property tax payers.
Another bogus argument I heard was that somehow this bill would weaken protections. Only to a Liberal would banning something lead to weaker regulations. Right now, the minister is able to grant these types of permits, and as was already referenced this evening, did just that when the government allowed the City of Montreal to dump billions of litres of untreated raw sewage into the St. Lawrence River. This is clearly just a case of the Liberals projecting onto another party what they themselves are guilty of.
The Liberal member for Lac-Saint-Louis asked in debate about why the Conservatives did not include it in their platform if this idea was such a good idea. That is an easy one to address. We did include it. We made a campaign announcement, and it is on page 27 of the previous campaign platform our party ran on. This is a long-standing commitment that our party has been in support of.
Another member this evening talked about how this bill would permit the dumping of raw sewage in northern communities. They have that completely backwards. This bill would ban the dumping of raw sewage, but it leaves an exemption for northern communities, recognizing the additional burdens that they face in terms of meeting the needs of their infrastructure requirements.
That means that this bill would not immediately apply to them, but they would be covered under existing regulations. Those existing regulations that are already out there, as was mentioned, would not disappear with the passage of this bill. These are complementary pieces of legislation, and this is no excuse not to support this bill.
I heard, just a few moments ago, from the Bloc member who was wondering why there were not other types of harmful substances covered in the bill. Again, that is not a reason to vote against this bill. If we can all agree that raw sewage should not be dumped into our rivers, lakes and oceans, then surely we can pass this bill.
If there are other substances that members would like to see added to the list of things that would be banned from being dumped, Conservatives are all ears for that. However, members would know that, in a private member's bill, there is a need for much greater focus. Focusing on something that is achievable and practical, something that we can certainly all immediately agree to, is necessary in terms of a private member's bill. Private members do not have the same ability or the same tools as government ministers have.
If the government were saying it was not going to pass this bill because it is coming with a comprehensive list of harmful substances that should not be dumped into rivers, lakes and oceans, then I would be happy to participate and coordinate on that, and I would be happy to support that type of initiative, but it is not. There is nothing on the Order Paper coming down the pipe. Therefore, why would we not take this easy step to ban the dumping of raw sewage?
I know members have talked about the cost. There is no doubt that this would add a significant cost on municipalities, and here is where Conservatives have the answer. The Liberals are talking about the fact that they do not have the funds available to do that. They have no problem costing our economy billions of dollars, attacking our energy sector or cancelling pipelines, even though there is no evidence that those measures have a positive effect on the environment, as we shut down production here in Canada only to see emissions go up in other countries. However, we have a simple, tangible, practical, achievable proposal, and suddenly the Liberals are pretending they are worried about the cost. That is where we know where we can find the money.
The Liberals have put $35 billion into the Infrastructure Bank, an institution that has completed zero projects in four years, so there is plenty of existing funding that Conservatives would make available to municipalities so they can comply with this new law.
As my colleague from British Columbia mentioned, there is a five-year term clause coming into force, so the government has time, and a future Conservative government has the time, to partner with these municipalities to ensure they have the investments they need to upgrade the systems, so once and for all, we can stop dumping raw sewage into our waterways.
It is 2021, and Canada is a developed nation. There is no excuse for this practice to continue. That is why I am so pleased to present this bill to the House.
Monsieur le Président, je suis certainement reconnaissant à tous les députés qui ont exprimé leur appui à ce projet de loi. Par respect pour le temps de la Chambre, je ne répéterai pas les points que j’ai soulevés dans ma première intervention, mais j’aimerais prendre quelques instants pour réagir à certains renseignements erronés que j’ai entendus tout au long du débat de la part des députés qui s’y opposent.
Tout d’abord, et nous entendons tout le temps cet argument de la part des libéraux, ils allèguent à tort que les conservateurs n’allaient pas prendre les mêmes engagements qu’eux en matière de dépenses d’infrastructure. C’est tout à fait faux. Au cours de la dernière campagne, notre programme électoral prévoyait le même montant en partenariat avec les provinces et les municipalités afin de remettre en état nos villes et nos municipalités.
C’est le gouvernement libéral actuel qui a permis aux milliards de dollars de dépenses d’infrastructure d’être inutilisés, et il ne fait donc aucun doute que les villes et les municipalités en ressentent le fardeau, le poids de l’inaction et le fardeau supplémentaire qui s’ensuit lorsque le gouvernement fédéral ne s’associe pas à ces fonds. Lorsqu’il permet l’inutilisation de ces fonds, une pression supplémentaire s’exerce sur les villes et les municipalités ainsi que sur les contribuables.
J’ai entendu un autre argument bidon, soit que ce projet de loi affaiblirait les protections d’une certaine façon. Il n’y a qu’un libéral pour penser qu’interdire une chose affaiblirait la réglementation. Le ministre peut délivrer ce genre de permis et, comme on l’a déjà évoqué ce soir, il l’a fait lorsque le gouvernement a autorisé la ville de Montréal à déverser des milliards de litres d’eaux usées brutes non traitées dans le fleuve Saint-Laurent. Il s’agit manifestement d’un cas où les libéraux projettent sur un autre parti ce dont ils sont eux-mêmes coupables.
Le député libéral de Lac-Saint-Louis a demandé au cours du débat pourquoi les conservateurs ne l’ont pas inclus dans leur programme si cette idée était si bonne. Il est facile de répondre à cette question: nous l’avons inclus. Nous avons fait une annonce pendant la campagne, et elle figure à la page 27 du programme électoral précédent de notre parti. C’est un engagement de longue date que notre parti appuie.
Une autre députée a dit ce soir que ce projet de loi permettrait le déversement d’eaux d’égout brutes dans les collectivités du Nord. C’est tout à fait l’inverse. Ce projet de loi interdirait le déversement des eaux d’égout brutes, mais il prévoit une exemption pour les collectivités du Nord, reconnaissant ainsi le fardeau supplémentaire qu’elles doivent supporter pour répondre à leurs besoins en matière d’infrastructure.
Cela signifie que ce projet de loi ne s’appliquerait pas immédiatement à elles, mais qu’elles seraient couvertes par les règlements existants. Ces règlements existants, comme on l’a mentionné, ne disparaîtraient pas avec l’adoption de ce projet de loi. Ce sont des textes de loi complémentaires, et ce n’est pas une excuse pour ne pas appuyer ce projet de loi.
J’ai entendu, il y a quelques instants, la députée du Bloc qui se demandait pourquoi d’autres types de substances nocives n’étaient pas couverts par le projet de loi. Encore une fois, ce n’est pas une raison pour voter contre ce projet de loi. Si nous pouvons tous convenir que les eaux d’égout brutes ne devraient pas être déversées dans nos rivières, nos lacs et nos océans, alors nous pouvons certainement adopter ce projet de loi.
Si les députés souhaitent que d’autres substances soient ajoutées à la liste des éléments dont le déversement est interdit, les conservateurs sont tout à fait disposés à le faire. Toutefois, les députés savent que, dans un projet de loi d’initiative parlementaire, il faut être beaucoup plus précis. Il faut se concentrer sur quelque chose de réalisable et de pratique, quelque chose dont nous pouvons certainement tous convenir immédiatement, dans le cadre d’un projet de loi d’initiative parlementaire. Les députés n’ont pas la même capacité ni les mêmes outils que les ministres du gouvernement.
Si le gouvernement disait qu’il n’allait pas adopter ce projet de loi parce qu’il est assorti d’une liste exhaustive de substances nocives qui ne devraient pas être déversées dans les rivières, les lacs et les océans, alors je serais heureux de participer et de coordonner cette initiative, et je serais heureux d’appuyer ce type d’initiative, mais ce n’est pas le cas. Rien n’est inscrit au Feuilleton. Par conséquent, pourquoi ne prendrions-nous pas cette mesure facile pour interdire le déversement d’eaux usées brutes?
Je sais que les députés ont parlé du coût. Il ne fait aucun doute que cela entraînerait des coûts importants pour les municipalités, et c’est là que les conservateurs ont la réponse. Les libéraux parlent du fait qu’ils n’ont pas les fonds disponibles pour le faire. Ils n’ont aucun problème à faire perdre des milliards de dollars à notre économie, à s’attaquer à notre secteur de l’énergie ou à annuler des pipelines, même si rien ne prouve que ces mesures aient un effet positif sur l’environnement, puisque nous arrêtons la production ici au Canada pour voir les émissions augmenter dans d’autres pays. Cependant, nous avons une proposition simple, tangible, pratique, réalisable, et soudain les libéraux prétendent qu’ils s’inquiètent du coût. C’est là que nous savons où trouver l’argent.
Les libéraux ont versé 35 milliards de dollars dans la Banque de l'infrastructure, une institution qui n'a pas réalisé un seul projet en quatre ans. Il y a donc beaucoup de fonds que les conservateurs mettraient à la disposition des municipalités pour qu'elles puissent se conformer à cette nouvelle loi.
Comme l'a indiqué ma collègue de la Colombie-Britannique, il y a dans la mesure législative une disposition prévoyant un délai de cinq ans pour l'entrée en vigueur. Ainsi, le gouvernement aura le temps, et le prochain gouvernement conservateur aura le temps, de collaborer avec les municipalités pour qu'elles obtiennent les investissements dont elles ont besoin pour moderniser les systèmes afin que nous puissions mettre un terme au déversement d'eaux usées brutes dans les cours d'eau une fois pour toutes.
Nous sommes en 2021. Le Canada est un pays développé. Plus rien ne justifie cette pratique. C'est pour cette raison que je suis aussi ravi de présenter ce projet de loi à la Chambre.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-16 18:31 [p.8567]
Accordingly, pursuant to order made on Monday, January 25, the recorded division stands deferred until Wednesday, June 23, at the expiry of the time provided for Oral Questions.
The hon. member for Louis‑Saint‑Laurent is rising on a question of privilege.
Par conséquent, conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier, le vote par appel nominal est différé jusqu'au mercredi 23 juin, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
L'honorable député de Louis‑Saint‑Laurent soulève une question de privilège.
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-06-14 11:06 [p.8309]
moved that Bill C-273, An Act to establish a national strategy for a guaranteed basic income, be read the second time and referred to a committee.
She said: Mr. Speaker, I am absolutely honoured to rise in the House today to speak to my private member's bill, Bill C-273, an act to establish a national strategy for a guaranteed basic income. I give my thanks to the member for Malpeque, who seconded the bill and is a champion for a guaranteed basic income pilot in his home province of P.E.I., and to the member for Beaches—East York, a true progressive who traded his spot so I could stand in the House today to begin second reading of Bill C-273. I feel blessed to call him a colleague and friend.
Basic income is not a new idea. It is one that has been circulating in Canada for decades. This bill is being introduced after the many years of advocacy, research and work of many leaders, including Professor Evelyn Forget; former minister, MP and senator, the Hon. Hugh Segal; Ron Hikel, who directed the MINCOME program in Manitoba; Sheila Regehr, chair of the Basic Income Canada Network; Floyd Marinescu, executive director of UBI Works; the Hon. Art Eggleton, former senator, MP and minister; and Senator Kim Pate, among many other current senators. I stand on all of their shoulders. Their work is the reason this bill exists.
Even though a motion on basic income was presented in the House by the member for Winnipeg Centre, Bill C-273 represents the first time a bill on basic income has been introduced in the House of Commons, and it is a true honour for me to speak at the second reading of this bill.
We are slowly coming out of a once-in-a-generation pandemic, and we are all wondering what kind of world we want to come back to. We are all asking ourselves questions about how we want to live, inquiring about some of the models and systems that are currently in place. We are looking with new eyes at the economic model that has been the foundation of global growth. We have a much better understanding of the human impacts on our planet, which are accelerating climate change, and are asking ourselves how we can change the way we live. We see more clearly the disproportionate impact of the pandemic and other global disruptors on the most vulnerable and are asking what our obligations are to those who are less fortunate than us.
In building back better, what is the world we want to live in? As we chart a course forward, I believe we need a 21st-century approach that provides stability and better supports for Canadians, tackles income inequality, enhances productivity and spurs economic growth and innovation.
Bill C-273 proposes to create a new model that would serve as the foundation of our social welfare system. The bill, at its core, is about enabling implementation pilots between the provinces and/or territories and the national government to test large-scale guaranteed basic income programs. This bill is not about testing whether basic income is a good idea. There is already strong and substantial data that supports the effectiveness of a guarantee basic income, but there is much less information on the best ways or models to implement and deliver basic income at scale.
Bill C-273 would enable us to frame, test and validate different models to get to those answers and the data. The results of these implementation pilots and data would ultimately be used to create a national guaranteed basic income model. The bill does not propose which basic income model to use, whether it is a negative income model, the Ontario model, the MINCOME model or any other model. It also does not articulate a price tag or propose to eliminate any existing government-assisted income or support programs.
Bill C-273, if passed, would have all these details worked out between the provinces and/or territories and the federal government. It would allow for interested provinces or territories to model and create a program that works best for their populations. This bill would also collect data in three key areas: the impacts to government, the impacts to the recipient and the impacts to recipient communities. It also proposes the creation of a framework of national standards.
Why am I proposing a bill on guaranteed basic income? Canada's current social welfare system, created in the 1940s and modernized in the 1970s, is still largely at the foundation of the system we have today. No matter how many times it is adjusted, too many Canadians are still falling through the cracks. There are literally hundreds of income and support programs for Canadians, delivered by dozens of departments and ministries. This complexity leads to our current service model missing many of the Canadians most in need, and focuses too often on applications and auditing Canadians and far less so on delivering the actual support they need. Meanwhile, even with these programs, income inequality continues to grow despite our deliberate efforts to tackle it.
I am so proud of the many ways our federal Liberal government has tried to directly address income inequality and reduce poverty over the last five years, such as raising taxes on the top 1%, reducing it on the middle class, introducing the Canada child benefit, increasing the Canada workers benefit and increasing the guaranteed income supplement for seniors, among many other things. We have greatly reduced poverty in Canada by over a million people, but income inequality continues to be an issue. That is why I believe it is time to review the foundation of our social welfare system and bring it into the 21st century. I believe that a new service model could be a guaranteed basic income program, one that may simplify our social programs while better delivering support.
Even before the pandemic, almost half of all Canadian families were $200 away from coming up short on their monthly bills. The jobs they rely on are not what they used to be. People used to turn to part-time and temporary work as a last resort during tough times, but now for many, multiple jobs are needed to pay the bills and meet responsibilities.
Indeed, the world of work is changing faster than ever before. More workers are shifting to the gig economic, there are more temporary and short-term jobs, and many jobs, whether blue collar or white collar, are being eliminated by automation and artificial intelligence. In addition, disruptions in our economy are happening at an accelerated rate, faster and more frequently, leaving more Canadians working harder, longer and feeling like it is more difficult to get ahead.
Throughout history, humans have had to adapt to major disruptions like the ones we are going through now, which include COVID and the move to digital economy, among many others, and we eventually do adapt. However, the period of change can be harsh, even ruthless, leaving countless workers behind, with many never recovering. Our social safety net is not well designed to help Canadians through transitions, so in my opinion we need a new model, one that provides stability to those who have been trapped in a cycle of poverty, to those who are in danger of falling into poverty and to the middle class threatened by disruption.
Workers cannot weather economic change without a strong financial floor under them that provides them with stability. Too many jobs no longer provide that floor. Low-wage work prevents people from moving on to better opportunities. People cannot take time to train for tomorrow's job market or turn an idea into a business that employs other people. People need financial freedom to move up the economic ladder and innovate.
Young people understand this volatile future because they are already living it. They know that the guarantees made to them no longer hold true. We promised them a middle-class lifestyle if they got an education and worked hard. Instead, they are inheriting an economy facing non-stop disruption. They are being forced into a gig economy and temporary jobs or facing threats from automation. We need a social welfare system that is more responsive, less complex, more flexible and better at managing labour changes, disruptions and transitions. A basic income program can offer that.
Finally, I see the guaranteed basic income as a cornerstone of Canada's innovation and economic growth strategy. Providing an equal opportunity for everyone to succeed is a fundamental value at the heart of Bill C-273. We need a system that removes all obstacles regarding access to opportunity and that allows people to be their best selves. Canada's economy and success will be dependent on our ability to innovate. The only way for Canada to achieve its economic potential is by allowing all Canadians to achieve their full personal potential.
It is vital to note that the operational design of a basic income program is critical to its success. Ron Hikel, director of the MINCOME Manitoba program, said there are three essential design features of a system that will provide sufficient income and address variability of income, greatly encouraging work, minimizing fraud and reducing public costs. The design of any basic income model or implementation pilot must be thoughtful, and guaranteed income implementation pilots should be monitored and adjusted as they unfold to ensure they are producing the impacts that are desired.
There are three common often repeated myths of basic income. One, it will encourage people to stay at home and not work; two, social programs that are helpful will be eliminated; and three, it will cost too much.
Basic income pilots have been tested all over the world. Beyond our borders, countries such as Japan, Finland, Iran and the United States have tested it. The verdict is that a basic income helps reduce poverty without reducing people's desire to work. Some people find that last part hard to believe, even though basic income recipients in pilots around the world show they continue to work. That is because most basic income models would not cover all costs, but would provide the stability needed to improve options. Recipients of basic income do not see it as a handout but a resource that they use to retrain, go back to school or search for full-time work, and when they do, they often find better work, earn more and stay in jobs longer.
As for the cost, some people believe that the price tag is too big. However, real life has shown us that the cost of doing nothing is bigger. What is the cost of not altering a system that we know is outdated? What is the cost of not better supporting Canadians to be their best and more productive selves? In the end, it may be cost-effective, if pilots generate more value than they cost.
Before the pandemic, our social safety net was already failing; the pandemic just pointed a spotlight at it. In the months ahead, pandemic supports will start winding down, and families will go back to hoping that their limited monthly savings are enough to get by on. My sense is that we know they will not be.
We are faced with some big questions as we come out of this pandemic, and as we tally up the costs and face the hard truths that have come to light over the last 16 months. The late Shimon Peres, former president and prime minister of Israel, at the World Economic Forum in Davos in 2014 said that the world is changing faster than ever before, but the opportunity before us is to shape the world that we want to live in. So, what is the world that we want to live in? In Canada, what kind of society do we want to create?
Mark Carney tells us that the crises facing the world today come from a focus on price and profitability at the expense of fairness and income equality. Recognizing that our current models have not resulted in a fair and more equitable world, what are the right values for Canada to pursue now?
Maybe we want to create a base set of principles that is at the root of our society: that all Canadians have access to food, a roof over their heads, health care, freedom from violence, greater choice and full access to opportunity. Maybe we want to balance, making policy decisions that look only at improving productivity, efficiency and creating jobs while also providing Canadians with stability, dignity and personal growth that will have greater success in achieving those goals. Maybe we want to create a new foundation for our social welfare system, one that provides stability, dignity and the right incentives for all Canadians to be supported so they can contribute as their best selves.
We have done this before. After the Depression and World War II, a compassionate Tommy Douglas imagined universal health care for all men and women, many of whom he was seeing in the streets. Many had served in the war but, when coming home, could not afford health care and had become destitute. Tommy Douglas had imagined free health care services for all, and starting in one province he showed that it could be done and how best to do it. We then expanded health care to the rest of Canada, and we are not poorer as a country; we are richer for it. We also did this with public pensions and old age security for seniors. Again, we are a better, richer and fairer country because of these programs.
In conclusion, the world is in transition now, and it is a moment when we need our governments to step up and create the world that we want to live in. This is that moment. Our aging social infrastructure is ill-suited to support the needs of Canadians today. Too many people no longer have a fair shot at opportunity. Creating a new model that provides stability can restore a fair shot for everyone and boost our innovation and economic potential. A guaranteed basic income, as would be enabled by Bill C-273, is the simplest, fastest and most effective way to get it done.
propose que le projet de loi C‑273, Loi concernant l’établissement d’une stratégie nationale sur le revenu de base garanti, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Monsieur le Président, je suis sincèrement honorée de prendre la parole à la Chambre au sujet de mon projet de loi d'initiative parlementaire, le projet de loi C‑273, Loi concernant l’établissement d’une stratégie nationale sur le revenu de base garanti. Je remercie le comotionnaire, le député de Malpeque, qui se fait le champion d'un projet pilote de revenu de base garanti dans sa province, l'Île‑du‑Prince‑Édouard. Je remercie également le député de Beaches—East York, un véritable progressiste qui m'a cédé sa place dans l'ordre de priorité des affaires émanant des députés pour que je puisse amorcer aujourd'hui le débat à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C‑273. Je me sens privilégiée de le compter parmi mes collègues et amis.
Le revenu de base n'est pas une idée nouvelle. Cette idée circule au Canada depuis des décennies. Le projet de loi est présenté après bien des années de militantisme, de recherche et de travail accomplis par de nombreux chefs de file, dont les suivants: la professeure Evelyn Forget; l'honorable Hugh Segal, ancien ministre, député et sénateur; Ron Hikel, qui a dirigé le Programme expérimental manitobain de revenu annuel de base; Sheila Regehr, présidente du Réseau canadien pour le revenu garanti; Floyd Marinescu, directeur général d'UBI Works; l'honorable Art Eggleton, ancien sénateur, député et ministre; la sénatrice Kim Pate, à l'instar de nombreux autres sénateurs actuels. Nous leur devons beaucoup. C'est grâce à leurs efforts que le projet de loi existe.
Même si une motion sur le revenu de base a été présentée à la Chambre par la députée de Winnipeg-Centre, le projet de loi C‑273 est la première mesure législative présentée sur cette question, à la Chambre des communes, et c'est un véritable honneur pour moi de prendre la parole à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi.
Nous sortons lentement d'une pandémie exceptionnelle et nous nous demandons tous quelle sorte de monde nous aimerions retrouver. Nous nous interrogeons sur notre mode de vie ainsi que sur les modèles et les systèmes actuels. Nous jetons un regard neuf sur le modèle économique qui sert de fondement à la croissance mondiale. Nous comprenons beaucoup mieux les répercussions des activités humaines sur la planète, c'est-à-dire l'accélération des changements climatiques. Nous demandons comment modifier notre mode de vie. Nous voyons mieux les conséquences disproportionnées de la pandémie et des autres facteurs de dérèglement sur les personnes les plus vulnérables. Nous nous questionnons sur nos obligations envers ceux qui ont moins de chance que nous.
Pour rebâtir en mieux, dans quel monde souhaitons-nous vivre? Alors que nous traçons une nouvelle voie vers l'avenir, je crois que nous devons adopter une approche du XXIe siècle, qui procure de la stabilité et de meilleures mesures d'aide aux Canadiens, qui s'attaque à l'inégalité des revenus, qui augmente la productivité et qui propulse la croissance économique et l'innovation.
Le projet de loi C‑273 propose de créer un nouveau modèle qui servirait de fondement au régime d'aide sociale. Le projet de loi consiste essentiellement à lancer des projets pilotes dans des provinces ou territoires afin de mettre à l'essai divers modèles de mise en œuvre d'un programme de revenu de base garanti qui se conformerait à des normes établies par le gouvernement national. Le but du projet de loi n'est pas de vérifier si un revenu de base est une bonne idée. Il existe déjà des données solides et substantielles qui montrent l'efficacité d'un revenu de base garanti, mais il existe beaucoup moins d'informations nous permettant de savoir quels seraient les meilleurs modèles de mise en oeuvre à grande échelle d'un système de revenu de base.
Le projet de loi C‑273 nous permettrait d'obtenir les réponses et les données nécessaires, et ce, par la conception, la mise à l'essai et l'évaluation de divers modèles. Les résultats de ces projets pilotes serviraient en fin de compte à la création d'un modèle national de revenu de base garanti. Le projet de loi n'indique pas quel modèle de revenu de base devrait être utilisé, qu'il s'agisse de l'impôt négatif sur le revenu, du modèle de l'Ontario ou du modèle MINCOME. Il n'indique pas non plus quels seraient les coûts et ne propose pas d'éliminer des programmes gouvernementaux de soutien ou d'aide au revenu.
Le projet de loi C‑273, s'il est adopté, permettrait de régler tous les détails entre le gouvernement fédéral et les provinces et territoires. Les provinces ou les territoires intéressés pourraient créer et mettre à l'essai un programme en choisissant celui qui convient le mieux à leur population. Ce projet de loi permettrait également de recueillir des données sur trois aspects principaux: l'effet sur l'administration publique, l'effet sur les bénéficiaires et les bienfaits pour le milieu de vie des bénéficiaires. Il propose aussi la création d'un cadre de normes nationales.
Pourquoi ai-je décidé de proposer un projet de loi sur l'établissement d'un revenu de base garanti? Le système d'aide sociale du Canada, qui a été créé dans les années 1940 et modernisé dans les années 1970, demeure la pierre d'assise du système d'aujourd'hui. Peu importe le nombre de modifications qui y sont apportées, trop de Canadiens continuent d'être laissés pour compte. Des centaines de programmes d'aide et de soutien du revenu sont offerts aux Canadiens par l'entremise de dizaines de services et de ministères. En raison de cette complexité, le modèle actuel ne vient pas en aide à beaucoup de Canadiens parmi ceux qui en ont le plus besoin. Il met trop souvent l'accent sur le traitement des demandes des Canadiens et leur vérification au lieu de leur fournir l'aide dont ils ont besoin. Les programmes existants n'empêchent pas l'inégalité des revenus de se creuser, malgré toute notre bonne volonté lorsque nous tentons d'y remédier.
Je suis si fière des nombreuses démarches entreprises ces cinq dernières années par le gouvernement fédéral libéral pour lutter directement contre l’inégalité des revenus et réduire la pauvreté, notamment l’augmentation des impôts du centile le plus riche de la population, la diminution des impôts de la classe moyenne, la mise en place de l’Allocation canadienne pour enfants, et l’augmentation de l’Allocation canadienne pour les travailleurs et du Supplément de revenu garanti pour les personnes âgées. Nous avons grandement réduit la pauvreté au Canada pour plus de 1 million de personnes, mais l’inégalité des revenus reste un problème. Voilà pourquoi j’estime qu’il est temps de repenser les bases de notre système d’aide sociale afin de l’adapter au XXIe siècle. Je suis convaincue que ce nouveau modèle de service pourrait prendre la forme d’un programme de revenu de base garanti, qui nous permettrait de simplifier nos prestations sociales tout en améliorer le soutien apporté à la population.
Même avant la pandémie, presque la moitié des familles canadiennes étaient à 200 $ près de ne pas pouvoir payer leurs factures mensuelles. Les gens comptent sur des emplois qui ne sont plus ce qu’ils étaient. Avant, ils se tournaient vers des emplois temporaires ou à temps partiel seulement en dernier recours, quand les temps étaient durs. Aujourd’hui, ils sont nombreux à avoir plusieurs emplois uniquement pour payer les factures et s’acquitter de leurs responsabilités.
Le monde du travail évolue plus rapidement que jamais. De plus en plus de travailleurs se tournent vers l'économie de petits boulots, il y a plus d'emplois temporaires et à court terme et l'automatisation et l'intelligence artificielle ont éliminé de nombreux emplois, que ce soit des emplois de cols bleus ou de cols blancs. De plus, l'économie est perturbée à un rythme accéléré, plus rapidement et plus fréquemment, ce qui fait que davantage de Canadiens travaillent plus fort et plus longtemps et ont l'impression qu'il est plus difficile d'améliorer leur sort.
Tout au long de l'histoire, l'être humain a dû s'adapter à des perturbations majeures comme celles que nous vivons actuellement, notamment la pandémie de COVID, la transition vers l'économie numérique et j'en passe, et nous finissons par nous adapter. Cependant, la période de changement peut être dure, voire impitoyable, et laisser pour compte d'innombrables travailleurs, dont beaucoup ne s'en remettront jamais. Notre filet de sécurité sociale n'est pas bien conçu pour aider les Canadiens à traverser des périodes de transition. À mon avis, nous avons donc besoin d'un nouveau modèle qui offre de la stabilité aux gens qui sont pris dans un cycle de pauvreté ou qui risquent de sombrer dans la pauvreté et à ceux de la classe moyenne qui sont menacés par les perturbations.
Les travailleurs ne peuvent pas surmonter les bouleversements économiques s'ils ne jouissent pas d'une stabilité financière. De trop nombreux emplois ne procurent plus cette stabilité. Les emplois peu rémunérés empêchent les gens d'améliorer leur situation, car ces derniers ne peuvent pas prendre le temps d'obtenir la formation nécessaire pour réussir sur le marché de l'emploi de demain ou pour transformer leurs idées en entreprise qui emploie d'autres personnes. Les gens ont besoin de liberté financière pour monter dans l'échelle économique et innover.
Les jeunes savent à quel point l'avenir est incertain, puisqu'ils sont déjà confrontés à cette incertitude. Ils savent que les garanties qui leur ont été faites se sont évaporées. On a promis aux Canadiens un niveau de vie de la classe moyenne s'ils faisaient des études et travaillaient fort, mais on leur lègue plutôt une économie qui subit constamment des perturbations. Ils sont obligés de se tourner vers les petits boulots ou les emplois temporaires, ou ils doivent faire concurrence à l'automatisation. Le système d'aide sociale du Canada doit être plus adapté aux besoins de la population, moins complexe et plus flexible, et il doit être mieux en mesure de gérer les changements, les perturbations et les transitions liées au travail. L'établissement d'un programme de revenu de base pourrait être la solution.
Enfin, selon moi, le revenu de base garanti constitue la pierre angulaire de la stratégie du Canada en matière d'innovation et de croissance économique. Offrir à tous les Canadiens les mêmes chances de réussir est l'une des valeurs fondamentales au cœur du projet de loi C‑273. Il nous faut un système qui élimine tous les obstacles liés à l'égalité des chances et qui permet aux gens de se réaliser pleinement. L'économie et la prospérité du Canada dépendent de notre capacité d'innover. C'est seulement en permettant à tous les Canadiens de réaliser leur plein potentiel que le Canada réalisera son plein potentiel économique.
Il est vraiment important de comprendre que la manière dont un programme de revenu de base garanti fonctionne est essentielle à son succès. Selon Ron Hikel, directeur du programme MINCOME, ou Manitoba Basic Annual Income Experiment, au Manitoba, un système doit posséder trois caractéristiques essentielles pour pouvoir fournir un revenu suffisant et prendre en compte la variabilité du revenu: il doit encourager fortement à travailler, réduire au minimum la fraude et réduire les coûts publics. La conception d'un modèle de revenu de base garanti ou d'un projet pilote de mise en oeuvre d'un revenu de base doit être réfléchie et adaptée au fil des projets pilotes pour garantir les résultats souhaités.
Il y a trois idées fausses communément répandues à propos du revenu de base. La première, c'est qu'il encourage les gens à rester chez eux et à ne pas travailler; la deuxième, c'est que les programmes sociaux qui sont utiles seront supprimés et la troisième, c'est qu'il coûtera trop cher.
Des projets pilotes d'instauration d'un revenu de base ont été menés dans le monde entier, au Japon, en Finlande, en Iran et aux États-Unis, par exemple. La conclusion, c'est qu'un revenu de base permet de réduire la pauvreté sans réduire le désir de travailler des gens. Certaines personnes ont du mal à croire à cela, même si on constate que les bénéficiaires du revenu de base dans les pays où les projets pilotes ont été menés continuent à travailler. Cela s'explique par le fait que la plupart des modèles de revenu de base ne couvrent pas tous les coûts, mais apportent la stabilité nécessaire aux bénéficiaires pour améliorer leurs choix. Les bénéficiaires d'un revenu de base ne considèrent pas cela comme une aumône, mais comme une ressource qu'ils utilisent pour se recycler, reprendre des études ou chercher un emploi à temps plein, et lorsqu'ils le font, ils trouvent souvent un meilleur emploi, gagnent plus et restent plus longtemps dans leur emploi.
Par ailleurs, certains croient que le coût d'une telle mesure est trop élevé. En réalité, l'inaction coûte plus cher. Quel est le coût de ne pas modifier un système désuet? Quel est le coût de ne pas aider les Canadiens à être productifs et à donner le meilleur d'eux‑mêmes? Au bout du compte, on pourrait conclure à la rentabilité de la mesure si la valeur générée par les projets pilotes est supérieure à leurs coûts.
Avant la pandémie, notre filet de sécurité sociale comportait déjà des lacunes. La pandémie n'a fait que les mettre en lumière. Au cours des mois à venir, les mesures de soutien liées à la pandémie prendront fin, et les familles devront recommencer à espérer que leurs économies mensuelles limitées seront suffisantes pour joindre les deux bouts. Nous savons que ce ne sera probablement pas le cas.
De grandes questions se posent alors que nous sortons de la pandémie, que nous comptabilisons les coûts et que nous sommes confrontés aux dures vérités que les 16 derniers mois ont exposées. Le regretté Shimon Peres, ancien président et premier ministre d'Israël, a déclaré en 2014, lors du Forum économique mondial de Davos, que le monde changeait plus vite que jamais, mais que l'occasion qui se présentait à nous était de façonner le monde dans lequel nous voulions vivre. Alors, quel est ce monde dans lequel nous voulons vivre? Au Canada, quel genre de société voulons-nous créer?
Mark Carney nous dit que les crises que connaît le monde aujourd'hui découlent de la priorité accordée aux prix et à la rentabilité, au détriment de l'équité et de l'égalité des revenus. Étant donné que les modèles actuels ne favorisent pas un monde plus juste et plus équitable, quelles sont les bonnes valeurs que le Canada doit poursuivre aujourd'hui?
Peut-être que nous voulons créer un ensemble de principes qui sont les fondements de notre société: que tous les Canadiens aient accès à de la nourriture, qu'ils aient un toit au-dessus de leur tête, qu'ils puissent se faire soigner, qu'ils soient à l'abri de la violence, qu'ils puissent faire de meilleurs choix et aient accès à toutes les possibilités. Peut-être que nous voulons trouver un équilibre entre les décisions de politique qui ont pour seul but d'augmenter la productivité, l'efficience et la création d'emplois et celles qui offrent aux Canadiens la stabilité, la dignité et la croissance personnelle qui favorisent l'atteinte de ces objectifs. Peut-être que nous voulons jeter de nouvelles bases pour le système d'aide sociale, afin qu'il offre aux Canadiens la stabilité, la dignité et les bons incitatifs pour les soutenir afin qu'ils puissent contribuer à la société au meilleur de leurs capacités.
Nous l'avons déjà fait. Après la dépression et après la Première Guerre mondiale, Tommy Douglas, un homme rempli de compassion, a imaginé le système de soins de santé pour tous, y compris les nombreuses personnes qui étaient à la rue. Bon nombre avaient servi pendant la guerre, mais, lorsqu'elles sont rentrées au pays, elles n'avaient pas les moyens de payer pour leurs soins de santé et elles étaient démunies. Tommy Douglas a imaginé un système de santé gratuit pour tous et il en a mis un sur pied, d'abord dans une seule province, pour montrer que c'était possible et montrer ce qu'il fallait faire pour y arriver correctement. Le système de santé a ensuite été étendu à l'ensemble du Canada et le pays ne s'en est pas appauvri; le pays est plus riche grâce à ce système. Nous avons fait la même chose dans le cas des pensions publiques et de la Sécurité de la vieillesse pour les aînés. Dans ces cas-là aussi, le pays s'est enrichi et est devenu meilleur et plus équitable grâce à ces programmes.
En conclusion, le monde est en transition, et le moment est venu pour les gouvernements d'intervenir pour créer le monde dans lequel nous souhaitons vivre. Ce moment est venu. Notre infrastructure sociale vieillissante est mal adaptée pour répondre aux besoins actuels des Canadiens. Trop de gens n'ont plus une chance réelle de s'en sortir. La création d'un nouveau modèle offrant de la stabilité peut rétablir un certain équilibre pour tous qui stimulerait l'innovation et le potentiel économique. Un revenu de base garanti comme le prévoit le projet de loi C‑273 est le moyen le plus simple, le plus rapide et le plus efficace d'y parvenir.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-14 11:20 [p.8312]
Madam Speaker, I listened to the member plead her case at length, but what she is talking about is a pilot project with the provinces, not a guaranteed minimum income.
I will not comment on the substance of the matter, because a guaranteed basic income, or minimum income, has potential advantages. However, I have to point out that it is up to each province to introduce it. The social assistance programs we are talking about, the income assistance programs, ultimately, and other social programs are a provincial jurisdiction.
Rather than reflecting on these conditions for the 21st century, there are two things the government could do right away. First, it could strengthen and reform the employment insurance system for workers. Second, it could stop discriminating against some seniors and increase old age security for all seniors aged 65 and over.
Could my colleague comment on that?
Madame la Présidente, j'ai entendu le long plaidoyer qui ne portait pas sur l'idée de base du revenu minimum garanti, mais sur l'idée d'un projet pilote avec les provinces.
Je ne me prononcerai pas sur le fond de la question, parce que le revenu de base garanti, le revenu minimum, peut être bénéfique. Cependant, j'ose dire qu'il appartient à chaque province de le faire. Les programmes d'aide sociale dont nous parlons, les programmes d'aide au revenu, en dernier recours, et les programmes sociaux relèvent des provinces.
Plutôt que de réfléchir à ces conditions pour le XXIe siècle, le gouvernement pourrait immédiatement prendre deux mesures. Premièrement, il pourrait renforcer et réformer le régime d'assurance-emploi pour les travailleurs et les travailleuses. Deuxièmement, afin de s'assurer de ne pas faire de discrimination envers les aînés, il pourrait augmenter la pension de la Sécurité de la vieillesse dès l'âge de 65 ans.
Qu'en pense ma collègue?
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-06-14 11:21 [p.8312]
Madam Speaker, there are two things that I want to address. The first is in terms of adjusting our current EI system. As I mentioned in my speech, it was a system that was created in another era, and it was meant to serve a population at a time with different challenges and opportunities. For me, it does not matter how many times we adjust the system. Still too many people cannot actually access the supports. Still too many people are falling into poverty. We do not have the agility and flexibility in the system that we need for the unpredictability of the work world that we see both today and in the future.
In terms of the participation of the provinces, support programs are actually offered both provincially and federally, and I think—
Madame la Présidente, ma réponse sera en deux volets, en commençant par la modification du régime actuel d'assurance-emploi. Comme je l'ai dit dans mon discours, il s'agit d'un régime qui a été créé à une autre époque et qui visait à répondre aux besoins d'une population aux prises avec d'autres défis et réalités. En ce qui me concerne, peu importe combien de fois nous rajusterons le système, au bout du compte, il restera toujours trop de gens qui ne pourront pas avoir accès aux mesures de soutien. Trop de gens tombent dans la pauvreté. Le régime actuel n'offre pas la souplesse et la flexibilité nécessaires pour répondre à l'imprévisibilité du monde du travail actuel et futur.
Pour ce qui est de la participation des provinces, il existe des programmes de soutien tant provinciaux que fédéraux, et je crois...
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2021-06-14 11:23 [p.8312]
Madam Speaker, I want to congratulate my colleague on her private member's bill and advancing the idea of basic income. However, as we know, leading basic income efforts have indicated that basic income is actually not a silver bullet and it must be in addition to current and future government services and supports.
My concern is with proposed subparagraph 3(3)(d)(i), which provides the option of “the potential of a guaranteed basic income program to reduce the complexity of or replace existing social programs”. My concern was amplified last week, on June 3, when the member for Davenport voted in support of reducing the CRB from $2,000 to $1,200 come July, in the FINA committee, which is a totally unlivable income.
Is the member willing to make amendments to her bill to ensure that cutting our social safety net is off the table?
Madame la Présidente, je félicite ma collègue d'avoir présenté un projet de loi d'initiative parlementaire pour promouvoir l'idée d'un revenu de base garanti. Cependant, comme on le sait, les initiatives pour faire avancer ce dossier indiquent que le revenu de base garanti n'est pas une solution miracle et qu'il doit être assorti de mesures de soutien et de services gouvernementaux.
En fait, je suis préoccupée du fait qu'au sous-alinéa 3(3)d)(i) du projet de loi, le législateur envisage « le potentiel d'un programme de revenu de base garanti pour ce qui est de réduire la complexité des programmes sociaux existants ou de les remplacer ». Cette préoccupation a été amplifiée la semaine dernière, le 3 juin, lorsque la députée de Davenport a voté, au comité des finances, pour abaisser dès juillet la Prestation canadienne de relance économique de 2 000 $ à 1 200 $, un montant insuffisant pour subvenir aux besoins de base.
La députée est-elle disposée à apporter des amendements à son projet de loi pour qu'il n'y soit pas question de retirer le filet de sécurité sociale?
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-06-14 11:24 [p.8312]
Madam Speaker, I thank the member for her leadership on this issue. There are two things I will address.
One is in terms of what support programs would be included in any type of basic income implementation pilot. The bill does not actually call for any programs to be reduced. I think it is just gathering the data as to what would be reduced if there are any programs that are flattened over time. It is really up to the provinces and territories to work with the federal government to come up with a pilot for their citizens. The principle should be that everyone is better off.
In terms of what the member referred to in the finance committee, there was a proposal to actually increase CRB, but it was ruled out of order because of a technical thing that does not allow motions to come before the finance committee that would increase the budget.
Madame la Présidente, je remercie la députée du leadership dont elle fait preuve dans ce dossier. Je me pencherai sur deux questions.
Tout d'abord, je parlerai des programmes de soutien qui seraient inclus dans un projet pilote de mise en œuvre du revenu de base garanti. Le projet de loi ne prévoit la réduction d'aucun programme. Je pense qu'il ne fait que recueillir des données sur ce qui serait éventuellement réduit advenant l'élimination graduelle de certains programmes. En pratique, il revient aux provinces et aux territoires d'élaborer avec le gouvernement fédéral un programme pilote pour leurs citoyens. L'objectif consiste à améliorer le sort de tout le monde.
Ensuite, quant à ce qui s'est passé au comité des finances, je précise qu'il y a plutôt été proposé d'augmenter la Prestation canadienne de relance économique, mais que cette proposition a été jugée irrecevable pour une raison technique, soit qu'il n'est pas permis de présenter au comité des finances une motion qui ferait augmenter les dépenses budgétaires.
View Mike Kelloway Profile
Lib. (NS)
View Mike Kelloway Profile
2021-06-14 11:25 [p.8312]
Madam Speaker, I thank the member for Davenport for her important work on Bill C-273. In my riding of Cape Breton—Canso, health care is top of mind for all constituents.
Can you tell us about the relationship between basic income and social determinants of health, and how basic income can reduce the strains on our health care system?
Madame la Présidente, je remercie la députée de Davenport pour ses efforts soutenus à l'égard du projet de loi C‑273. Ce sont les soins de santé qui importent le plus pour tous les habitants de Cape Breton—Canso.
Pouvez-vous nous dire, d'une part, quel est le lien entre le revenu de base et les facteurs sociaux comme la santé et, d'autre part, dans quelle mesure le revenu de base peut réduire la pression sur notre système de soins de santé?
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-06-14 11:25 [p.8312]
Madam Speaker, I want to thank the hon. member for his tremendous support and leadership. The reason we want to have these types of implementation pilots is that we want to test how we could better support our populations in an era that is changing faster than ever before. We know that the current costs of poverty and the current costs of not providing enough support to our population do have negative effects on health. I think that is the reason we want to be testing these implementation pilots moving forward.
Madame la Présidente, j'aimerais remercier le député du remarquable soutien et du leadership dont il fait preuve. La raison d'être de ces programmes pilotes de mise en œuvre est de déterminer comment nous pourrions mieux soutenir les citoyens dans un domaine qui évolue à un rythme sans précédent. Nous savons que les coûts actuels associés à la pauvreté et aux lacunes dans les mesures d'aide à la population entraînent des répercussions sur la santé. Je crois que c'est la raison pour laquelle nous voulons mettre à l'essai ces projets pilotes.
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2021-06-14 11:26 [p.8313]
Madam Speaker, it is very good to be back on the floor of the House of Commons. Like so many parliamentarians, I have been participating virtually for months, so it really feels great to be here today with you and everyone in the House.
I am pleased today to put some thoughts on the record concerning Bill C-273, an act to establish a national strategy for a guaranteed basic income.
What is a guaranteed basic income? There are many different policy iterations of it. On the whole, it would essentially be monthly cheques to every Canadian. Some of the policy iterations of this would provide basic cheques to children as well. The amount tends to vary depending on the plan, some having a few hundred dollars a month and others seeing it more as a means to cover all basic necessities, like CERB, which was of course $2,000 a month. In simple terms, a guaranteed basic income is like CERB, but for everyone, forever.
The Parliamentary Budget Officer has estimated that a national guaranteed basic income could cost $85 billion per year, rising to $93 billion per year in 2025-26. To pay for this at the federal level, Canadians could expect to see a tripling of the GST, which currently sits at 5%, or an increase of personal income taxes to 50%. Introducing a basic income following the costliest year in Canadian history, where federal government spending hit $650 billion in 2020 and is predicted to hit $510 billion in 2021, is cause for concern, especially since we have received no viable, tangible strategy of how the Liberals are going to raise enough revenue from taxpayers to responsibly pay back the $354 billion of deficits from 2020 or the $154 billion of deficits predicted for 2021. Just six short years ago, the federal budget was a mere $298 billion. The Liberals have doubled Canada's national spending during their time in office, and now want to talk about adding another $93-billion permanent spending program to the bottom line. I think Canadians are reasonably concerned about this.
The basic income proposal is about more than spending, of course. One of the main arguments is to address poverty, and policy proponents argue that the benefits to the country's social fabric will outweigh the costs. In 2019, Statistics Canada estimated that 3.7 million Canadians, or one in 10, live below the poverty line. A 529-page report, quite a lengthy report, by researchers and economists at three leading Canadian universities concluded after a three-year investigation that a basic income would not be the best way to address poverty. Rather, the report found that government should focus on improving existing programs that already target those who really need them, for example help with rental assist, youth aging out of the child welfare system or perhaps Canadians living with disabilities. Proponents of basic income argue that it will help those living at the extreme inequalities in Canada, those who are homeless, for example. We know that often those who suffer from homelessness also suffer from severe addictions, with the two often feeding into one another.
I have grave concerns about the impact of a basic income on Canadians suffering from addictions. We know that COVID‑19 has had severe, extreme and deadly outcomes in Canada since the pandemic began. In fact, overdoses have killed more young people, by far, than COVID‑19. In Toronto, fatal suspected opioid overdose calls to paramedics were up 90% in 2020. In Manitoba, 372 overdose deaths were recorded last year, which is a full 87% jump from the year prior. In British Columbia, the latest data tells us that an average of five people die every single day from illicit drug overdose, with 500 people having died in the first three months of 2021 alone. In fact, Canada-wide, in the six months following the implementation of the COVID‑19 lockdowns and restriction measures, there were 3,351 apparent opioid toxicity deaths, representing a 74% increase from the six months prior, a truly devastating statistic.
What happens if we send a monthly cheque of thousands of dollars to those who are severely addicted to drugs? When CERB was first introduced, a constituent of mine, a mother, called me in desperation, terrified that her adult son, who was unemployed and did not qualify for CERB, would apply for CERB, get it and have a severe and possibly deadly relapse. Frontline workers confirmed this fear, like those at Winnipeg's Main Street Project, who have said they believe that CERB has hiked drug use and contributed to opioid abuse and addiction. This is a real concern I have about a basic income, and I really have not heard a coherent solution to address it.
It is difficult to break out of the poverty cycle. We know this. The data tells us that once a person has been unemployed for more than a year, it can be extremely difficult to rejoin the labour market. It can create a dependency on social programs and a disincentive to work. In this sense, a basic income could create a permanent underclass in Canada.
Importantly, there is an inherent dignity in work. MPs are hearing from small businesses in our communities across Canada, particularly in the service industry and the construction field, that it is more difficult now than ever to hire workers and that prospective employees are opting to stay home on government emergency support programs rather than going to work.
Millions of Canadians are, of course, working and taking whatever work they can find, but some are not. We know working and earning an income provides both economic and social benefits. It is necessary for providing for oneself and one's family, and it also boosts confidence through the earned satisfaction of a paycheque. It provides purpose and builds personal responsibility, personal growth and perseverance. It provides daily structure and a reason to get out of bed in the morning. We know it contributes to our personal identity. Many people say “I'm a nurse”, I'm a truck driver”, “I'm a scientist”, or “I'm a small business owner”. It is part of who we are.
As Sean Speer said in the Financial Post a few years ago, “Work is one of those crucial activities and institutions that underpins the good life.”
Recently my grandfather passed away. He was 91, and he was born in the Prairies in the last pioneer generation in Canada. There were very few government support programs in his early days. CERB and public health care were unheard of at the time. People simply had to work very hard every day or they would not eat.
Now, we have developed a kinder, more compassionate society that takes care of people when they fall on hard times, and that is very good. My grandparents' generation built the strong prosperous country that allows for this type of public generosity in Canada. However, near the end of his life, my grandfather remarked that sometimes it seemed to him that young people feel a sense of entitlement to an easy life of comfort, free from struggle. As a young person, I do get that sense as well.
Last year, when CERB was first introduced and the Liberals were creating a student version of it, it happened to be at the same time that our country's food resources were at risk. Every year Canada brings in about 40,000 temporary foreign workers, generally from Central America, to work in our agriculture sector to produce the food that feeds Canadians and, in fact, feeds the world.
However, with the border closures, it was very difficult to get these workers in and our food supply chains were at risk. Now, with tens of thousands of service sector jobs in tourism, hospitality, and the restaurant and bar industry closed, many students who relied on that work for summer employment, and I use to be one of them, obviously did not have the same opportunities.
At the time, just over a year ago, the Conservatives suggested to have able-bodied young people, full of energy, work, as a temporary measure, in our agricultural sector. They could be picking fruit, working in the fields, living on farms for the summer, contributing to the COVID effort and really securing our food supply chains.
This proposal was met with quite a bit of apprehension, to say the least. In fact, when I consulted university student leaders during committee on this idea, one student, and I will never forget this, said that students go to university so they do not have to do those jobs. That is what she said. This was coming from a student who was at a committee meeting asking for government handouts for students.
The student benefit was important, and I am glad it was provided. However, I found these comments very discouraging, not just for the younger generation but also for what was implied, which was that a labour job or an entry-level job with limited requirements for complex skills or education was somehow not respectable, or that those jobs were beneath certain Canadians, notably some student university elites, apparently, who looked down their noses, perhaps, at an honest day's work in the sun.
What does that message send to those aspiring to break into the job market at the bottom of the ladder, or the millions of Canadians who have to work at minimum wage jobs. I was one of them. I worked in dozens of these types of jobs, in restaurants, retail and manual labour. I have done them all, and I am a better person for it. It taught me the value of hard work. It shaped my work ethic and character. I learned many valuable skills that really carry me today. I could go on about the value working part-time since I was 14, on and off, has added to my life.
We know there is no better way out of poverty than getting a job, even when someone has to start from the bottom. The experience, skills, and socialization are ultimately unmatched.
In conclusion, that is why the Conservatives and the Leader of the Opposition, the member for Durham, are focused on a jobs recovery plan from the economic destruction of the COVID-19 pandemic. Priority number one for a federal Conservative government would be to recover and create one million jobs, and get every industry in Canada firing on all cylinders and leaving no demographic or region of the country behind.
Meanwhile, the Liberals are here today to talk about basic income, which is more money for everyone forever. We know that is not a jobs plan. It is certainly not an economic recovery plan. Conservatives want to create an inclusive economic recovery that will build a stronger Canada with more opportunities for everyone, so they can succeed in the job market and not need to collect cheques from the government every month. That is our focus and will be our number one priority should we form government after the next election.
Madame la Présidente, je suis ravie d'être de retour dans l'enceinte de la Chambre des communes. Comme beaucoup de parlementaires, j'ai participé aux débats à distance pendant plusieurs mois. C'est donc un grand plaisir d'être ici aujourd'hui avec vous et tous ceux qui sont à la Chambre.
Je ferai quelques observations à propos du projet de loi C‑273, Loi concernant l'établissement d'une stratégie nationale sur le revenu de base garanti.
Qu'est-ce qu'un revenu de base garanti? Ce revenu peut prendre différentes formes, car différents scénarios de politique sont possibles. Il s'agirait essentiellement de chèques envoyés chaque mois à tous les Canadiens. Selon certains scénarios de politique, les paiements seraient aussi envoyés aux enfants. La somme versée varie selon les paramètres choisis: certains régimes prévoient quelques centaines de dollars par mois tandis que d'autres visent à couvrir tous les besoins de base, comme la Prestation canadienne d'urgence, qui était de 2 000 $ par mois, comme on le sait. Pour expliquer les choses simplement, on peut dire que le revenu de base garanti est semblable à la Prestation canadienne d'urgence, mais qu'il est versé à tout le monde et pour toujours.
Le directeur parlementaire du budget a estimé qu’un revenu de base garanti national pourrait coûter 85 milliards de dollars par an, pour atteindre 93 milliards de dollars en 2025-2026. Pour financer cette mesure au niveau fédéral, les Canadiens pourraient s’attendre à un triplement de la TPS, qui est actuellement de 5 %, ou à une augmentation de l’impôt sur le revenu des particuliers à 50 %. L’introduction d’un revenu de base après l’année la plus coûteuse de l’histoire du Canada, au cours de laquelle les dépenses du gouvernement fédéral ont atteint 650 milliards de dollars en 2020 et devraient atteindre 510 milliards de dollars en 2021, est d'autant plus inquiétante que nous n’avons reçu aucune stratégie viable et tangible sur la manière dont les libéraux vont percevoir suffisamment de revenus auprès des contribuables pour rembourser de manière responsable les 354 milliards de dollars de déficits de 2020 ou les 154 milliards de dollars de déficits prévus pour 2021. Il y a à peine six ans, le budget fédéral était de seulement 298 milliards de dollars. Depuis qu'ils sont au pouvoir, les libéraux ont doublé les dépenses nationales du Canada et parlent maintenant d’ajouter un autre programme de dépenses permanentes de 93 milliards de dollars au bilan. Les Canadiens ont le droit d'être inquiets à ce sujet.
La proposition de revenu de base ne concerne pas seulement les dépenses, bien sûr. L’un des principaux arguments est de s’attaquer à la pauvreté, et les partisans de la politique soutiennent que les avantages pour le tissu social du pays seront plus importants que les coûts. En 2019, Statistique Canada a estimé que 3,7 millions de Canadiens, soit un sur dix, vivent sous le seuil de pauvreté. Un rapport de 529 pages, assez long, rédigé par des chercheurs et des économistes de trois grandes universités canadiennes a conclu, après une enquête de trois ans, qu’un revenu de base ne serait pas le meilleur moyen de lutter contre la pauvreté. Le rapport a plutôt conclu que le gouvernement devrait se concentrer sur l’amélioration des programmes existants qui ciblent déjà ceux qui en ont vraiment besoin, par exemple l’aide au loyer, les jeunes qui sortent du système de protection de l’enfance ou peut-être les Canadiens vivant avec un handicap. Les partisans du revenu de base soutiennent qu’il aidera ceux qui vivent dans les inégalités extrêmes au Canada, les sans-abri, par exemple. Nous savons que, souvent, ceux qui sont aux prises avec l’itinérance souffrent également de graves dépendances, les deux s’alimentant souvent l’une l’autre.
Je suis très préoccupée par l’incidence d’un revenu de base sur les Canadiens souffrant de dépendances. Nous savons que la COVID-19 a eu des conséquences graves, extrêmes et mortelles au Canada depuis le début de la pandémie. En fait, les surdoses ont tué plus de jeunes, et de loin, que la COVID-19. À Toronto, les appels aux ambulanciers pour une surdose d’opioïdes mortelle présumée ont augmenté de 90 % en 2020. Au Manitoba, 372 décès par surdose ont été enregistrés l’an dernier, ce qui représente un bond de 87 % par rapport à l’année précédente. En Colombie-Britannique, les dernières données indiquent que cinq personnes en moyenne meurent chaque jour d’une surdose de drogues illicites, 500 personnes étant décédées au cours des trois premiers mois de 2021 seulement. En fait, à l’échelle du Canada, dans les six mois qui ont suivi la mise en œuvre des mesures de confinement et de restriction liées à la COVID-19, on a enregistré 3 351 décès qui seraient liés à une surdose d'opioïdes, soit une augmentation de 74 % par rapport aux six mois précédents, une statistique vraiment dévastatrice.
Que se passe-t-il si nous envoyons un chèque mensuel de plusieurs milliers de dollars à ceux qui ont une grave dépendance à la drogue? Quand la PCU a été introduite, une de mes électrices, une mère, m’a appelée désespérée et terrifiée à l’idée que son fils adulte, qui était sans emploi et n’était pas admissible à la PCU, en fasse la demande, l’obtienne et fasse une rechute grave, voire mortelle. Des travailleurs de première ligne ont confirmé cette crainte, comme ceux du projet Main Street de Winnipeg, qui estiment que la PCU a fait grimper la consommation de drogues et a contribué à l’abus d’opioïdes et à la dépendance. Le revenu de base m'inquiète énormément et je n’ai pas vraiment entendu de solution cohérente pour régler le problème qu'il entraîne.
Il est difficile de sortir du cycle de la pauvreté. Nous le savons. Les données nous indiquent qu’une fois qu’une personne a été au chômage pendant plus d’un an, il peut être extrêmement difficile pour elle de réintégrer le marché du travail. Cela peut créer une dépendance aux programmes sociaux et décourager les gens de travailler. En ce sens, un revenu de base pourrait créer une sous-classe permanente au Canada.
Il est important de noter qu’il y a une dignité inhérente au travail. Les députés entendent les petites et moyennes entreprises de nos collectivités partout au Canada, particulièrement dans l’industrie des services et dans le domaine de la construction, dire qu’il est plus difficile que jamais d’embaucher des travailleurs et que les employés éventuels choisissent de profiter des programmes gouvernementaux de soutien d’urgence et de rester à la maison plutôt que d’aller travailler.
Bien sûr, des millions de Canadiens travaillent et acceptent le travail qu’ils peuvent trouver, mais pas tous. Nous savons que travailler et gagner un revenu procure des avantages économiques et sociaux. C’est nécessaire pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille, et cela renforce également la confiance en soi grâce à la satisfaction que procure un chèque de paie. Cela donne un but et développe la responsabilité personnelle, la croissance personnelle et la persévérance. Cela donne une structure quotidienne et une raison de se lever le matin. Nous savons que cela contribue à notre identité personnelle. Beaucoup de gens disent: « Je suis infirmière », « Je suis chauffeur routier », « Je suis scientifique » ou « Je suis propriétaire d’une petite entreprise ». Cela fait partie de notre identité.
Comme le disait Sean Speer dans le Financial Post il y a quelques années, « Le travail est l’une de ces activités et institutions cruciales qui forment la base d’une bonne vie. »
Mon grand-père est décédé récemment. Il avait 91 ans et il était né dans les Prairies, dans la dernière génération de pionniers au Canada. Il y avait très peu de programmes de soutien gouvernementaux à ses débuts. La PCU et les soins de santé publics étaient inconnus à l’époque. Les gens devaient simplement travailler très fort chaque jour, sinon ils ne mangeaient pas.
Aujourd’hui, nous avons mis en place une société plus douce et plus compatissante qui prend soin des gens lorsqu’ils traversent des moments difficiles, et c’est très bien ainsi. La génération de mes grands-parents a construit le pays fort et prospère qui permet ce type de générosité publique au Canada. Cependant, vers la fin de sa vie, mon grand-père a fait remarquer qu’il lui semblait parfois que les jeunes avaient le sentiment d’avoir droit à une vie facile et confortable, sans avoir à se battre. En tant que jeune, j’ai aussi cette impression.
L’année dernière, quand la PCU a été présentée pour la première fois et que les libéraux ont créé une version étudiante de ce programme, il se trouve que c’était au moment où les ressources alimentaires de notre pays étaient menacées. Chaque année, le Canada fait venir environ 40 000 travailleurs étrangers temporaires, généralement d’Amérique centrale, pour travailler dans notre secteur agricole et produire les aliments qui nourrissent les Canadiens et, en fait, le monde entier.
Cependant, avec la fermeture des frontières, il était très difficile de faire entrer ces travailleurs et nos chaînes d’approvisionnement alimentaire étaient en danger. Maintenant, avec la disparition de dizaines de milliers d’emplois dans le secteur du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration et des bars, de nombreux étudiants qui dépendaient de ce travail pour leur emploi d’été — comme moi à une certaine époque — n’ont évidemment pas eu les mêmes possibilités.
À l’époque, il y a un peu plus d’un an, les conservateurs ont proposé, à titre de mesure temporaire, de faire travailler des jeunes robustes et pleins d’énergie dans notre secteur agricole. Ils pourraient cueillir des fruits, travailler dans les champs, vivre dans des fermes pendant l’été, contribuer à la lutte contre la COVID et protéger réellement nos chaînes d’approvisionnement alimentaire.
Cette proposition a été accueillie avec beaucoup d’appréhension, c’est le moins que l’on puisse dire. En fait, quand j’ai consulté des leaders étudiants sur cette idée pendant les travaux du comité, une étudiante, et je ne l’oublierai jamais, a dit que les étudiants vont à l’université pour ne pas avoir à faire ces travaux. C’est ce qu’elle a dit. Cela venait d’une étudiante qui, lors d’une réunion du comité, demandait que le gouvernement accorde des subventions aux étudiants.
La prestation pour étudiants était importante, et je suis heureuse qu’elle ait été offerte. Cependant, j’ai trouvé ces commentaires très décourageants, non seulement pour la jeune génération, mais aussi pour ce qui était sous-entendu, à savoir qu’un emploi de manœuvre ou un emploi de premier échelon exigeant peu de compétences ou d’études complexes n’était en quelque sorte pas respectable, ou que ces emplois étaient indignes de certains Canadiens, notamment, semble-t-il, de certaines élites universitaires qui méprisent peut-être une journée de travail honnête au soleil.
Quel message cela envoie-t-il à ceux qui aspirent à percer sur le marché du travail au bas de l’échelle, ou aux millions de Canadiens qui doivent travailler au salaire minimum? J’étais l’une d’entre eux. J’ai occupé des dizaines d’emplois de ce type, dans la restauration, la vente au détail et le travail manuel. Je les ai tous faits, et cela a fait de moi une meilleure personne. Cela m’a appris la valeur du travail acharné. Cela a façonné mon éthique de travail et mon caractère. J’ai acquis beaucoup de compétences précieuses qui me sont très utiles aujourd’hui. Je pourrais continuer à parler de la valeur que le travail à temps partiel a ajoutée à ma vie depuis l’âge de 14 ans.
Nous savons qu’il n’y a pas de meilleur moyen de sortir de la pauvreté que de trouver un emploi, même au bas de l'échelle. En fin de compte, rien ne vaut l’expérience, les compétences et la socialisation.
En conclusion, ce sont les raisons pour les conservateurs et le chef de l’opposition, le député de Durham, se concentrent sur un plan de relance de l’emploi après la destruction économique de la pandémie de COVID-19. La priorité numéro un d’un gouvernement conservateur fédéral serait de récupérer et de créer un million d’emplois, de faire en sorte que toutes les industries du Canada fonctionnent à plein régime et de ne laisser aucune région ou population du pays de côté.
Pendant ce temps, les libéraux sont ici pour parler du revenu de base, qui consiste à donner plus d’argent à tout le monde pour toujours. Nous savons que ce n’est pas un plan pour l’emploi. Ce n’est certainement pas un plan de relance économique. Les conservateurs veulent créer une reprise économique inclusive qui construira un Canada plus fort avec plus de possibilités pour tous, afin qu’ils puissent réussir sur le marché du travail et ne pas avoir besoin de recevoir des chèques du gouvernement tous les mois. C’est notre objectif et ce sera notre priorité numéro un si nous formons le gouvernement après les prochaines élections.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-06-14 11:36 [p.8314]
Madam Speaker, I would like to acknowledge the member for Davenport, who introduced Bill C‑273. Everyone on the Standing Committee on Finance very much appreciates her contribution.
I studied economics for years, and I remember that the great union leader Michel Chartrand published a book about citizen's income with Michel Bernard. I was immediately intrigued by the idea. I was also surprised to learn that right-wingers such as the father of neoliberalism, Milton Friedman, also supported the concept. My professors and classmates and I debated it during our classes.
Whether it goes by guaranteed minimum income, basic income, universal allowance or basic living stipend, citizen's income will feature prominently in political debates in the years to come in Quebec, in Canada and around the world. There are two reasons for this: one, the unprecedented accumulation of wealth by advanced societies, most of which is being hoarded by a handful of individuals and must be redistributed; and two, the unprecedented growth in precarious employment, with its attendant insecurity, poverty and misery.
In Canada, the wealthiest one per cent hold 10% of the wealth, while over one-third of the labour force hold non-standard jobs. The social safety net no longer protects these part-time, self-employed or temporary workers. That is what this pandemic has proven, since the employment insurance regime fell apart as soon as the crisis began and the crisis seems to have once more exacerbated inequalities.
The various social programs, especially employment insurance and social assistance, do not provide the minimum social safety net our fellow citizens are entitled to receive. It is not surprising that vulnerable workers raise their eyebrows when promises are made regarding the right to a citizen’s income that would be paid without the exclusions and bureaucratic nitpicking that come with existing programs.
However, this generous plan to redistribute wealth in our society runs contrary to another plan: that of the guaranteed livable income promoted by advocates of neo-liberalism, which would be just enough to enable people to eke out a living in exchange for the dismantling of the current social safety net. Once again, the benefits of such a policy depend on how it is done and to what extent. Once again, as the saying goes, the devil is in the details.
Support for individuals and families is the responsibility of Quebec and the provinces, not Ottawa. Let us look at an example and ask ourselves about the consequences of allowing a program to be run by Ottawa instead of Quebec.
In 1940, Quebec ceded its jurisdiction over employment insurance to Ottawa through a constitutional amendment. As reform after reform was made to the system, employment insurance eventually lost its primary purpose and practically its fundamental meaning. EI collapsed at the beginning of the crisis, even though its very purpose was to provide insurance in this type of extreme situation, but it was already failing to fulfill its role even before the pandemic hit. Barely four out of 10 unemployed workers were entitled to EI benefits. For women and youth, it was about one in three. This tracks with the increase in the total percentage of jobs that are not permanent full time, which is over 40%. What is more, the different governments in Ottawa changed EI from an insurance program into a hidden tax by pilfering $59 billion from the fund, money that was effectively taken from the unemployed. Quebec agreed to a constitutional amendment and Ottawa did not play its role. It betrayed us.
The majority of the programs in the social safety net, aside from employment insurance, fall under Quebec's jurisdiction. I am talking about welfare, the CSST, the QPP, child benefits, disability benefits, and so on.
A guaranteed minimum income in Quebec would require a major overhaul. Because so many programs have been adopted since the 1960s, it would be very complicated to dismantle the existing social safety net and bring in this universal policy. Dismantling these programs could end up making many people receiving government assistance worse off. I am not saying that we should not do this because it is complicated, but we need to be well aware of what we are doing. We would have to ensure that no one who might be affected by this kind of change would see any change to their well-being. I am thinking about seniors, single mothers and people living with a disability.
Furthermore, because of the way Canada's federation is structured, this kind of program would require the federal and provincial governments to work together closely, which is always a big challenge. In the best case scenario, Ottawa collaborates in the initial stages of a program, as appears to be the case with the new child care program. However, Ottawa has an unfortunate tendency to renege on its commitments and break its word. Health care and EI are examples of that. Just ask the first nations: This country has a history of failing to keep its word.
If Quebec wanted to establish a citizen's income, it would have to repatriate the employment insurance program. However, as constitutional scholar Henri Brun pointed out to the Commission nationale d’examen de l’assurance‑emploi, co-chaired by Gilles Duceppe and Rita Dionne-Marsolais, the federal government's exclusive jurisdiction over employment insurance “could not be transferred to the provinces, or Quebec in particular, without a constitutional amendment” that would have first obtained the agreement of seven provinces representing more than 50% of Canada's population. As they say, good luck, Charlie Brown.
In practical terms, establishing a citizen's income, or even a more modest guaranteed minimum income program, necessarily involves the collaboration of the two levels of government, because the income security system is a complex web of assistance and social assistance measures, not to mention there would be major implications for income tax rate structures.
If Ottawa were to embark on such an initiative, as suggested by Bill C-273, it would effectively be expanding, not to say intruding, into Quebec's constitutional areas of jurisdiction. The history of such intrusions calls for caution, to say the least.
Does the Liberal Party really want to reopen the Constitution? That is what should be done here with, I repeat, the agreement of the seven provinces that represent over 50% of the Canadian population.
Take health, for example. Although health falls under provincial jurisdiction, that did not prevent Ottawa from using the spending power it is granted under the Canadian Constitution to intervene. In 1957, the federal government passed the Hospital Insurance and Diagnostic Services Act by promising to cover 50% of the cost of the provincial and territorial plans that provide hospital insurance to all of their residents. In 1966, the federal government passed the Medical Care Act by promising to share the costs fifty-fifty.
What is happening today? Federal transfers may have covered 50% of health care costs in the 1970s, but today they barely cover one-fifth of Quebec's health care costs. What is more, this percentage will drop to about 18% in a few years because Ottawa unilaterally decided to use a new formula related to GDP growth, which will deprive Quebec of billions of dollars. We know that this government's approach involves throwing the provinces some crumbs if they meet certain conditions. The Liberal health minister from the previous Quebec government referred to this as predatory federalism.
The federal government also changed its rules for how it allocates budgetary funding among the provinces. The allocation is now done on a per capita basis, even though Quebec's population is older and seniors depend more on health services than younger people do. The Government of Quebec calculates that because of this new rule the province will lose $174 million a year and over $2 billion over the next ten years.
The Commission nationale d'examen de l'assurance-emploi showed that the federal system is not adapted to the specific needs of Quebec and its regions, any more than the federal health transfers are. There is every reason to believe that it would be the same story with the citizens' income.
To recap, if Ottawa wants to set up a guaranteed minimum income that would enable people to live with dignity, it would have to reopen the Constitution with the approval of seven provinces representing over 50% of the Canadian population. Canada, Quebec and the provinces would also have to agree to replace, in whole or in part, existing social programs, such as EI, supports for seniors like the GIS, social assistance, programs provided by Quebec's Commission des normes, de l'équité de la santé et de la sécurité du travail, Quebec pension plan payments, child benefits, disability benefits and so on. Governments would also have to ensure that nobody affected by the transition, such as seniors, single-parent families and people with disabilities, would end up worse off than before. Lastly, we would all have to trust Ottawa and hope it keeps its promise not to take a program everyone finally agreed on and slash it a few years later. That has never happened because Ottawa has never shown that it deserves anyone's trust when it comes to administering social measures.
The Bloc Québécois finds the idea of citizen's income to be worthy of consideration, but Ottawa cannot be the one in charge. Quebec absolutely has to be the one in charge because running it in the context of the Canadian federation would pretty much be mission impossible. In other words, and I mean this sincerely, a citizen's income that actually works is possible only if Quebec is independent.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à saluer la députée de Davenport qui porte le projet de loi C‑273. C'est une collègue des plus appréciées au Comité permanent des finances.
Durant mes années d'études en économie, je me souviens que le grand syndicaliste Michel Chartrand avait publié un livre sur le sujet du revenu de citoyenneté avec Michel Bernard. J'ai tout de suite trouvé l'idée très intéressante. J'ai été aussi étonné de constater que le concept était aussi défendu par la droite, ayant été porté par le père du néolibéralisme, Milton Friedman. Avec les professeurs et les camarades, nous avions débattu du concept dans le cadre de nos cours.
Quelle que soit son appellation, revenu minimum garanti, revenu de base, allocation universelle ou revenu d'existence, le revenu de citoyenneté sera à l'ordre du jour des débats politiques au cours des prochaines années, tant au Québec et au Canada qu'à l'échelle internationale. Deux phénomènes l'expliquent: d'une part, l'extraordinaire accumulation de richesses dans les sociétés avancées, accaparées par une poignée d'individus, qui appelle à sa répartition, et, d'autre part, l'augmentation extraordinaire de la précarité de l'emploi avec son cortège d'insécurité, de pauvreté et de misère.
Au Canada, le 1 % le plus riche engrange 10 % de la richesse, alors que plus d'un tiers de la main-d'œuvre occupe un emploi atypique. Le filet social ne protège plus ces travailleuses et travailleurs autonomes à temps partiel ou occupant des emplois temporaires. La présente pandémie l'a prouvé, l'assurance‑emploi s'étant effondrée dès le début de la crise et celle-ci semble encore une fois avoir augmenté les inégalités.
Les différents programmes sociaux, et plus particulièrement l'assurance‑emploi et l'aide sociale, n'assurent pas la protection sociale minimale que sont en droit de recevoir nos concitoyennes et nos concitoyens. C'est sans surprise que les travailleuses et les travailleurs à statut précaire ouvrent grands les yeux lorsqu'on leur fait miroiter le droit à un revenu de citoyenneté, qui leur serait versé sans les exclusions et les contrôles bureaucratiques tatillons des programmes existants.
Cependant, à cette conception généreuse de la redistribution de la richesse dans notre société s'oppose une autre conception: celle d'un revenu minimum garanti promu par les chantres du néolibéralisme et tout juste suffisant pour vivoter, en échange du démantèlement de la protection sociale actuelle. Encore une fois, le bénéfice d'une telle politique dépend du comment c'est fait et à quelle hauteur. Encore une fois, comme on le dit, le diable se cache dans les détails.
Le soutien aux personnes et aux familles relève des champs de compétence de Québec et des provinces, pas d'Ottawa. Prenons un exemple pour nous demander quelles sont les conséquences de laisser un programme être géré par Ottawa à la place de Québec.
En 1940, le Québec a cédé à Ottawa sa compétence sur l'assurance‑chômage à la faveur d'un amendement constitutionnel. Au fil de multiples réformes, l'assurance‑emploi a perdu son but premier et presque sa raison d'être. Si l'assurance s'est effondrée dès le début de la crise, alors que son fondement était justement de servir d'assurance dans ce genre de situation extrême, avant la pandémie, l'assurance ne jouait déjà plus son rôle non plus. C'était à peine 4 sans-emploi sur 10 qui avaient droit aux prestations. Chez les femmes et les jeunes, c'était à peine le tiers. Cela n'est pas étranger à l'augmentation de la proportion totale des emplois qui ne sont pas permanents à temps plein, soit plus de 40 %. De plus, les différents gouvernements à Ottawa ont transformé le régime asuranciel en taxe déguisée en pigeant 59 milliards de dollars dans sa caisse, privant d'autant les sans-emploi. Québec a accepté un amendement à la Constitution et Ottawa n'a pas joué son rôle. Il nous a trahis.
Sinon, la plupart des programmes relatifs au filet social, autres que l'assurance‑emploi, sont de nature québécoise — c'est dans les champs de compétence du Québec —: aide sociale, CSST, RRQ, prestations pour enfants, prestations pour personnes handicapées, et ainsi de suite.
Au Québec, l'implantation d'un revenu minimum garanti nécessiterait un chantier majeur. Étant donné qu'il existe tellement de programmes qui ont été adoptés depuis les années 1960, il serait très compliqué de démanteler le filet social actuel au profit de cette politique universelle. Une déconstruction pourrait désavantager plusieurs bénéficiaires de l'aide de l'État. Ce n'est pas parce que c'est complexe qu'il ne faut pas le faire, mais il faut être pleinement conscient de la tâche. Il faudrait s'assurer du maintien du bien-être de chaque personne qui serait touchée par un tel changement. Pensons notamment aux aînés, aux mères de famille monoparentale, aux personnes vivant avec un handicap.
De plus, étant donné la structure fédérale du Canada, une forte coopération fédérale-provinciale serait nécessaire, ce qui constitue toujours un énorme défi. On le sait, au mieux Ottawa collabore au début d'un programme — comme cela semble être le cas pour le nouveau programme de services de garde —, mais il a la fâcheuse tendance systématique à revenir sur ses engagements et à retirer sa parole donnée. Pensons encore une fois à la santé ou à l'assurance‑emploi. En fait, c'est en partie l'histoire de ce pays de ne pas tenir sa parole. Parlons-en aux Premières Nations.
Si le Québec voulait instaurer un revenu de citoyenneté, il devrait rapatrier le programme de l’assurance‑emploi. Cependant, comme l’avait souligné le constitutionnaliste Henri Brun devant la Commission nationale d’examen de l’assurance‑emploi, présidée par Gilles Duceppe et Rita Dionne‑Marsolais, la compétence exclusive du gouvernement fédéral en matière d’assurance‑emploi « ne pourrait être transférée aux provinces, ou au Québec en particulier, sans un amendement constitutionnel » qui aurait obtenu préalablement l’accord de sept provinces représentant plus de 50 % de la population canadienne. Comme on dit: « bonne chance, Charlie Brown! »
Dans les faits, la mise en place d’un revenu de citoyenneté, ou même d’un programme de revenu minimum garanti plus modeste, implique nécessairement la collaboration des deux niveaux de gouvernement, car le système de sécurité du revenu est un tissu complexe de mesures d’assistance et d’assurance sociale, sans oublier les implications majeures sur les barèmes d’impôt sur le revenu.
Dans le cas où une telle initiative viendrait d’Ottawa, comme le suggère le projet de loi C‑273, cela signifierait un élargissement, voire une intrusion, du fédéral dans les champs constitutionnels de compétence du Québec. L’histoire de tels envahissements appelle à la prudence, c’est le moins qu’on puisse dire.
Le Parti libéral désire‑t‑il vraiment rouvrir la Constitution? C'est ce qui devrait être fait ici, avec, je le répète, l’accord de sept provinces représentant plus de 50 % de la population canadienne.
Prenons cette fois‑ci l’exemple de la santé. Bien qu’elle soit de compétence provinciale, cela n’a pas empêché Ottawa d’intervenir en vertu du pouvoir de dépenser que lui reconnaît la Constitution canadienne. En 1957, le gouvernement fédéral adopte la Loi sur l’assurance hospitalisation et les services diagnostiques en promettant d’assumer 50 % des coûts des régimes provinciaux et territoriaux qui offrent une assurance hospitalisation à tous leurs résidents. En 1966, le gouvernement fédéral adopte la Loi sur les soins médicaux en s’engageant à en défrayer la moitié des coûts.
Quelle est la situation aujourd’hui? Si les transferts fédéraux représentaient 50 % du financement de ce secteur dans les années 1970, ils constituent aujourd’hui à peine le cinquième du financement de la santé au Québec. De plus, ce pourcentage baissera autour de 18 % d’ici quelques années parce qu’Ottawa a unilatéralement décidé d’utiliser une nouvelle méthode de calcul lié à la croissance du PIB, ce qui privera le Québec de milliards de dollars. On le sait, la méthode de ce gouvernement‑ci est de donner des miettes en échange de conditions. Ceci constitue du « fédéralisme prédateur », selon le ministre libéral de la Santé du précédent gouvernement à Québec.
Le gouvernement fédéral a aussi changé sa règle pour la répartition de l’enveloppe fiscale entre les provinces. Le partage se fait désormais au prorata de la population. Or, la population du Québec est plus âgée et les personnes âgées utilisent davantage les services de santé que les plus jeunes. Le gouvernement du Québec calcule que cette nouvelle règle le prive de 174 millions de dollars par année et de plus de 2 milliards de dollars pour les dix prochaines années.
La Commission nationale d’examen de l’assurance‑emploi a démontré que le régime fédéral n’était pas adapté aux besoins spécifiques du Québec et de ses régions, pas plus que ne le sont les transferts fédéraux en santé. Tout porte à croire qu’il en irait de même pour le revenu de citoyenneté.
Pour récapituler, pour qu’Ottawa mette en place un revenu minimum garanti qui permette aux gens de vivre dignement, il faudrait rouvrir la Constitution, avec l’accord de sept provinces représentant plus de 50 % de la population canadienne. Il faudrait aussi établir une collaboration Canada‑Québec‑provinces pour remplacer, en tout ou en partie, les programmes sociaux actuels, comme l’assurance‑emploi, les mesures de soutien aux aînés comme le Supplément de revenu garanti, l'aide sociale, les programmes de la Commission des normes, de l'équité de la santé et de la sécurité du travail du Québec, les prestations de la Régie des rentes du Québec, les prestations pour enfants, pour handicapés, etc. Il faudrait également s’assurer dans une telle transition que chaque personne touchée par un tel changement ne se retrouvera pas dans une situation pire qu’avant le changement, notamment les aînés, les familles monoparentales et les personnes qui vivent avec un handicap. Il faudrait enfin faire confiance à Ottawa et espérer qu'il tiendra sa promesse et ne mettra pas la hache après quelques années dans un programme finalement jugé acceptable. Or, ce n'est jamais arrivé, car jamais Ottawa ne s’est montré digne de confiance dans la gestion de ses mesures sociales.
Au Bloc québécois, nous trouvons l’idée d’un revenu de citoyenneté tout à fait intéressante, mais il ne doit pas être géré par Ottawa. Il devrait absolument être géré par Québec, car cela serait quasiment mission impossible de le gérer dans le contexte de la fédération canadienne. Dit autrement et en toute sincérité, un revenu de citoyenneté digne de ce nom n’est concevable que dans le cadre de l’indépendance du Québec.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2021-06-14 11:46 [p.8316]
Madam Speaker, I would like to start out by congratulating my hon. colleague, the member for Davenport, for her private member's bill, because we know what we have learned during the pandemic is that our social safety net is patchwork and it is insufficient.
This is not an accident. This capitalist economy of Canada leaves those behind who do not fit into its economic agenda. Who is being left behind? It is disabled persons, people with complex mental health and trauma, people who are unhoused and living rough, people who do unpaid work and care work, seniors, veterans, students and the the list goes on. I think it is important to note that we cannot understand the poverty that we are experiencing today outside of race, gender, racism, ableism, colonization and the violent dispossession of land from indigenous peoples. To do otherwise is a futile exercise of washing over the ongoing white supremacy of racism that supports inequalities and inequities in the present.
We know that when we provide people with an income guarantee, along with wraparound social supports, it is a cost-saving measure. It is good economics to look after people. What we found is that during COVID-19, with the creation of the Canada emergency response benefit, a basic income is both possible and feasible in this country. There is no reason for anyone to live in poverty in Canada, and it comes at a very high cost. In fact, the World Health Organization has declared poverty to be the single largest determinant of health, and there is a direct correlation between poverty and high rates of incarceration.
According to federal data, the John Howard Society has shown that the annual cost per prisoner in federal prisons is about $115,000 a year for one person. In the MMIWG final report, the commissioners found that about 80% of indigenous women who are incarcerated are incarcerated for reasons related to poverty-related crimes, and therefore it is not surprising that in the report they included a demand for a guaranteed livable basic income. The Parliamentary Budget Officer did a careful breakdown, between 2011 and 2012 and found that each Canadian pays $550 in taxes per year on criminal justice spending.
Do members not think that this money would be better invested in looking after people to make sure that people have what they need and to ensure that we can all live in dignity? Creating lasting and meaningful plans that use human rights frameworks to address poverty would be costly up front, but not nearly as expensive as doing nothing. So much research has already been done, study after study, to prove this. In fact, in 1970 in the Dauphin Mincome study, one of the most ambitious social science experiments ever in Canada, they saw a decrease in hospitalizations, improvements in mental health and a rise in the number of children completing high school.
The Ontario basic income pilot, the most recent study, found that participants of the Ontario basic income pilot project were happier, healthier and even continued working, which goes against all arguments that when we look after people it is a deterrent to working. There has been study after study and pilot after pilot, even though we know the results, as mentioned by my hon. colleague, the member for Davenport. Guaranteed income programs have great results.
Basic income is a way forward in lifting millions of Canadians out of poverty and empowering them to make their own choices.
Basic income would give workers leverage. No one would be desperate to take a job offered at any wage anymore as we saw with migrant workers and meat-packing plants across Canada during the pandemic. Companies operating without adequate safeguards despite warnings from health experts create breeding grounds for the COVID-19 virus.
A basic income would mean not having to put up with degrading work as people could be in a better place to refuse a job offer. This would put the power back in the hands of the workers giving them the power to walk away from abusive work situations.
Although basic income is not a silver bullet, it would save lives in many cases and it would heed the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls call for justice 4.5, which states:
We call upon all governments to establish a guaranteed annual livable income for all Canadians, including Indigenous Peoples, to meet all their social and economic needs. This income must take into account diverse needs, realities, and geographic locations.
However, after more than two years, the government has only recently released a national action plan with no implementation strategy. Not only has the government not acted on the calls for justice, but it was unfortunate listening to our Prime Minister Justin Trudeau that he said that he sees no path for a basic—
Madame la Présidente, je tiens d'abord à féliciter ma collègue la députée de Davenport de son projet de loi d'initiative parlementaire, car la pandémie nous a appris que notre filet de sécurité sociale est disparate et insuffisant.
Ce n'est pas un hasard. L'économie capitaliste du Canada laisse pour compte les gens qui ne cadrent pas avec son programme économique. Qui est laissé pour compte? Ce sont les personnes handicapées, les gens atteints de troubles mentaux complexes et de traumatismes, les itinérants, les travailleurs non rémunérés, les préposés aux soins, les aînés, les anciens combattants, les étudiants et j'en passe. Je pense qu'il est important de souligner que nous ne pouvons pas comprendre la pauvreté que nous connaissons aujourd'hui sans tenir compte de la race, du genre, du racisme, de la discrimination fondée sur les capacités, de la colonisation et de la dépossession violente des terres des peuples autochtones. Agir autrement serait un exercice futile visant à faire fi de la pérennité de la suprématie blanche du racisme qui soutient actuellement les inégalités et les injustices.
Nous savons que lorsque nous offrons aux gens une garantie de revenu et un soutien social global, c’est une mesure d’économie. Il est bon sur le plan économique de s’occuper des gens. Ce que nous avons constaté avec la création de la Prestation canadienne d’urgence en raison de la pandémie de COVID-19, c'est que le versement d’un revenu de base est à la fois possible et faisable dans notre pays. Il n’y a aucune raison pour que quiconque vive dans la pauvreté au Canada, cela comportant des coûts énormes. En fait, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que la pauvreté était le plus important déterminant de la santé, et il y a une corrélation directe entre la pauvreté et les taux élevés d’incarcération.
Selon les données fédérales, la Société John Howard a montré que le coût par détenu dans les prisons fédérales est d’environ 115 000 $ par année. Dans le rapport final de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, les commissaires ont constaté qu’environ 80 % des femmes autochtones incarcérées le sont pour des crimes liés à la pauvreté. Il n’est donc pas surprenant que le rapport comprenne une demande de revenu de base garanti. Le directeur parlementaire du budget a fait une ventilation minutieuse entre 2011 et 2012 et il a constaté que chaque Canadien paie 550 $ d’impôt par année au titre de la justice pénale.
Les députés ne pensent-ils pas que cet argent serait mieux investi pour s’occuper des gens, afin qu’ils aient ce dont ils ont besoin et pour que nous puissions tous vivre dans la dignité? La création de plans durables et significatifs qui reposent sur des cadres des droits de la personne pour lutter contre la pauvreté est coûteuse au départ, mais pas autant que l’inaction. Beaucoup de recherches ont déjà été faites, plusieurs études, qui prouvent cela. En fait, en 1970, dans le cadre du programme Mincome, l’une des expériences en sciences sociales les plus ambitieuses jamais menées au Canada, on a constaté une diminution des hospitalisations, une amélioration de la santé mentale et une augmentation du nombre d’enfants qui ont terminé leurs études secondaires.
Le projet pilote sur le revenu de base de l’Ontario, qui est le plus récent dans ce domaine, a montré que les participants étaient plus heureux, en meilleure santé et continuaient même de travailler, ce qui va à l’encontre de tous les arguments selon lesquels lorsqu’on prend les gens en charge, on les dissuade de travailler. Il y a eu étude après étude et projet pilote après projet pilote, mais les résultats sont déjà connus, comme l’a mentionné ma collègue, la députée de Davenport. Les programmes de revenu garanti donnent d’excellents résultats.
Le revenu de base est une façon de sortir des millions de Canadiens de la pauvreté et de leur donner les moyens de faire leurs propres choix.
L'établissement d'un revenu de base garanti donnerait plus de marge de manœuvre aux travailleurs. Plus personne ne serait assez désespéré pour accepter une offre d'emploi à n’importe quel salaire comme on l'a vu avec des travailleurs migrants et dans des abattoirs partout au Canada pendant la pandémie. Les entreprises qui ne prennent pas de mesures de précaution adéquates malgré les avertissements des spécialistes de la santé créent des environnements propices à la propagation du virus de la COVID‑19.
Si on établit un revenu de base, les gens n'auront plus à endurer des conditions de travail dégradantes, puisqu'ils seraient mieux placés pour refuser ce genre d'emploi. Cela redonnerait plus de pouvoir de négociation aux travailleurs, car ils seraient en mesure de refuser des conditions de travail abusives.
Même si le revenu de base n'est pas une panacée, cette mesure permettrait de sauver bien des vies, et elle répondrait par ailleurs à l'appel à la justice 4.5 du rapport de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, qui dit ceci:
Nous demandons à tous les gouvernements d'établir un programme de revenu annuel garanti pour tous les Canadiens, y compris les Autochtones, afin qu'ils puissent répondre à tous leurs besoins sociaux et économiques. Ce revenu doit tenir compte des divers besoins, réalités et emplacements géographiques.
Or, après plus de deux ans, ce n'est que récemment que le gouvernement a proposé un plan d'action national sans stratégie pour le mettre en œuvre. Non seulement le gouvernement n'a pas donné suite aux appels à la justice, mais le premier ministre Justin Trudeau a malheureusement dit ne pas envisager la possibilité de mettre en place un revenu de base...
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2021-06-14 11:53 [p.8317]
I am sorry, Madam Speaker.
—which goes directly against call for justice 4.5.
Unlike this bill, the motion that I put forward, Motion No. 46, which I introduced last summer was very clear that a permanent guaranteed livable income would not cut our social safety net, rather add to it as stated in paragraph 5 of my motion, “in addition to current and future government public services and income supports meant to meet special, exceptional and other distinct needs and goals...”.
It is not clear in Bill C-273 that the option to get our social safety net is not on the table. Of particular concern is proposed subparagraph 3(3)(d)(i), which states:
—the potential of a guaranteed basic income program to reduce the complexity of or replace existing social programs, to alleviate poverty and to support economic growth,
Leading experts on guaranteed livable income have been very clear that basic income programs are not a silver bullet and basic income must not replace our existing social safety net. Rather, it must be in addition to our current and future public services and income supports that are meant to meet special, exceptional and other distinct needs and goals rather than basic needs.
It needs to build on our current guaranteed income programs that are no longer livable like old age security, the child tax benefit and provincial income assistance and expand them out for those who are falling through the cracks. When we leave people without choices, we place people at risk. Poverty costs lives. Poverty kills.
There is no reason why anyone living in Canada should be destined for a life of poverty. This is especially the case given that we continue to witness billions of dollars gifted by the current Liberal government to subsidize corporations, including the $18 billion in the past year to big oil and gas.
The government has also failed to go after offshore tax havens and companies like Loblaws that have profiteered off people's suffering during the pandemic and have cut pandemic pay for frontline workers. The pandemic has only made the dire situation of poverty for individuals worse.
We must prioritize people and the collective well-being of our communities, families and individuals over corporate privilege. We must move forward toward a future where all people in Canada can live with dignity, security and human rights. This future is possible. It is simply a political choice.
I would like to congratulate the member on this historic step today. I am pleased to see her moving this conversation about basic income forward and I look forward to working with her to improve the bill.
Je suis désolée, madame la Présidente.
...ce qui va directement à l'encontre de l'appel à la justice 4.5.
Contrairement à ce projet de loi, la motion que j'ai présentée l'été dernier, soit la motion M‑46, énonce clairement au paragraphe 5 que le revenu minimum garanti permanent ne se substituerait pas à notre filet social, mais viendrait plutôt s'ajouter « aux mesures de soutien du revenu et aux services publics gouvernementaux, actuels et futurs, ciblant des besoins et des objectifs spéciaux, exceptionnels ou autrement distinctifs [...] »
Dans le projet de loi C‑273, l'option de soutenir notre filet social n'est pas là. Le sous-alinéa 3(3)d)i) proposé est particulièrement préoccupant puisqu'il précise entre autres ceci:
[...] le potentiel d’un programme de revenu de base garanti pour ce qui est de réduire la complexité des programmes sociaux existants ou de les remplacer, de faire reculer la pauvreté et de soutenir la croissance économique,
Les principaux spécialistes en matière de revenu minimum garanti affirment sans la moindre équivoque que les programmes de revenu de base ne sont pas une panacée et que le revenu de base ne doit pas remplacer le filet social existant. Il doit plutôt se greffer aux services publics actuels et futurs et aux mesures de soutien du revenu qui répondent à des besoins spéciaux, exceptionnels ou autrement distinctifs plutôt qu'à des besoins de base.
Il faut miser sur les programmes actuels de revenu garanti qui ne sont plus satisfaisants, comme la sécurité de la vieillesse, la prestation fiscale pour enfants et les programmes provinciaux d'aide au revenu, et en élargir la portée pour y inclure ceux qui passent entre les mailles du filet. Lorsque nous laissons les gens sans choix, nous les mettons en danger. La pauvreté coûte des vies. La pauvreté tue.
Il n'y a aucune raison pour qu'une personne vivant au Canada soit condamnée à vivre dans la pauvreté. Ce constat est d'autant plus vrai lorsque nous voyons les milliards de dollars que le gouvernement libéral actuel continue de donner aux entreprises en guise de subventions, notamment les 18 milliards de dollars versés l'année dernière aux grandes sociétés pétrolières et gazières.
Le gouvernement n'a pas non plus réussi à s'attaquer aux paradis fiscaux à l'étranger ni à sévir contre des entreprises comme Loblaws, qui ont profité de la souffrance des gens pendant la pandémie et qui ont supprimé les primes de risque liées à la pandémie pour les travailleurs de première ligne. La pandémie n'a fait qu'aggraver la situation précaire des personnes vivant dans la pauvreté.
Nous devons accorder la priorité aux gens et au bien-être collectif des communautés, des familles et des personnes plutôt qu'aux privilèges des entreprises. Nous devons tracer la voie vers un avenir où tous les Canadiens pourront vivre dans la dignité, la sécurité et le respect des droits de la personne. Cet avenir est possible. Il s'agit simplement de faire un choix politique.
Je tiens à féliciter la députée de franchir aujourd'hui cette étape historique. Je suis heureuse qu'elle fasse avancer la conversation sur le revenu de base, et j'ai hâte de travailler avec elle pour améliorer le projet de loi.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2021-06-14 11:56 [p.8317]
Madam Speaker, I am pleased to speak on private member's bill, Bill C-273, an act to establish a national strategy for a guaranteed basic income, sponsored by my colleague, the member for Davenport, who is also a colleague at the finance committee.
I congratulate the member for Davenport for putting into a legislative format what has been discussed for years. In fact, various concepts of a basic income guarantee have been attempted over many decades, but for one reason or another there is less than complete documentation on how those systems worked, if it was even completed.
There was a program that was mentioned by another speaker in Dauphin, Manitoba in the 1970s, which was a different time from now. The data is really not available in a substantive way. The most recent trial, at least in this country, was the Ontario basic income pilot, brought in as a pilot project by the previous Wynne government, which was then cancelled by the incoming Ford government before any results were known. I think there was a lot of hope in that project that it would give us a baseline of how a guaranteed annual income would work.
Bill C-273 does not preconceive what is the best or the perfect basic income approach, but the bill sets the stage to try different pilots, to attain data in real time and to monitor results. It basically pushes the federal government to provide leadership in this national strategy.
Bill C-273 would require the Minister of Finance to develop and table a strategy to assess implementation models for a guaranteed basic income program in Canada. What the bill is really saying is that there could be different models. The government would be responsible for assessing them, for attaining the data. The act would require development, in consultation with key stakeholders, including industry, indigenous communities and governments, as well as municipal, provincial and territorial governments.
I heard what some of the other speakers on this bill said, some in opposition to it. My good friend from Joliette, who is also a member at the finance committee, said that this would require a constitutional amendment. Not so. This concept could vary from province to province. What we really need is the data to assess whether it would really work as well as some people suggest it would. There would be all kinds of consultations and the federal government would be required to do that under this bill.
The act outlines specific measures that the strategy must contain, including pilot project, national standards and measures for the collection and analysis of relevant data. I think that is key. I talked to a friend on the weekend who said that a guaranteed annual income is just going to be like CERB was with people not wanting to work. I do not think that is necessarily the case. People may improve their education. They may go for better jobs. They may look for better-paying jobs. As a strong supporter of a guaranteed annual income approach, I am willing to put my beliefs on the line. I believe it would work. I believe people would still want to work. I believe it would address the poverty issues that we have in this country.
I am willing to say that we should do a pilot. Let us put our beliefs on the line. Those who oppose the bill, saying that it will be a waste of money, which people will spend on drugs or whatever, should put their beliefs on the line. Let us actually do a sincere pilot where we collect the data in real time and prove it one way or the other. That is where I think we should be going. The minister, at the end of the program, would also have to prepare a report on the results of implementation two years after the tabling of the strategy. I think that is really important.
Let me turn to subclause (3)(a) in the bill, which states “establish a pilot project in one or more provinces to test models of implementation of a guaranteed basic income program.”
I come from Prince Edward Island, a province that has shown a willingness at the provincial level for the province as a whole to be one of those pilot projects. The member for Charlottetown and I have met with countless groups on the guaranteed income approach, and this province would be absolutely ideal for a pilot project.
There is the province as a whole; then bigger communities, smaller communities, rural ones and urban ones; hospitals and schools; and only 158,000 people. We could have a pilot project over time in Prince Edward Island. There is the willingness on the provincial side, which passed a motion in the legislature, to work with the federal government to attempt one of those pilot projects. This is really what we need. It would provide the evidence to show whether the system works or does not work.
Subclause (3)(d) reads “collect and analyze data for the purpose of assessing, for each model tested.” That is where we need to be. We need to do the pilots. I would suggest to do three across the country. I know there is some interest in B.C. and maybe in a bigger urban area as well, but do the pilot projects, monitor the data and assess it.
Then we all as members of Parliament, regardless of what our position is, would have the concrete evidence in real-time based on data that has monitored how it impacts people, their health, their income, their community and how it impacts people in the workforce. We would have evidence on whether people are willing to go to work or increasing their education and looking for higher-paying jobs. That is the kind of information we need and that is what I really like about the member's bill. There are no preconceived notions, only that we should do the experimentation.
I want to close by mentioning former Senator Hugh Segal. He is quoted in an article by Jamie Swift in the Whig Standard, in which he talks about his book Bootstraps Need Boots: One Tory's Lonely Fight to End Poverty in Canada. Senator Segal has long been an advocate of a guaranteed annual income for dealing with the poverty issue in Canada. This is a way to find out if it really works.
Madame la Présidente, je suis heureux d’intervenir au sujet du projet de loi d’initiative parlementaire C‑273, Loi concernant l’établissement d’une stratégie nationale sur le revenu de base garanti, parrainé par ma collègue, la députée de Davenport, qui siège également au comité des finances.
Je félicite la députée de Davenport d’avoir présenté une mesure législative dont on discute depuis des années. En fait, divers concepts de revenu de base garanti ont été mis à l’essai sur de nombreuses décennies, mais pour une raison ou une autre, on dispose de peu de documentation sur la façon dont ces systèmes fonctionnaient, voire pas du tout.
Une autre députée a mentionné un programme mené à Dauphin, au Manitoba, dans les années 1970, une époque bien différente de la nôtre. On ne dispose pas vraiment de données à ce sujet. La plus récente tentative, du moins au Canada, a été le projet pilote sur le revenu de base de l’Ontario, mis en œuvre par le gouvernement Wynne précédent, qui a ensuite été annulé par le nouveau gouvernement Ford, avant que les résultats ne soient connus. Je pense qu’on fondait beaucoup d’espoir dans ce projet pour qu’il nous donne une base de référence sur la façon dont fonctionnerait un revenu annuel garanti.
Le projet de loi C‑273 ne préjuge pas de la meilleure approche ou de l’approche parfaite en matière de revenu de base, mais il prépare le terrain pour mener différents projets pilotes, pour obtenir des données en temps réel et pour surveiller les résultats. Il pousse essentiellement le gouvernement fédéral à faire preuve de leadership dans le cadre de cette stratégie nationale.
Le projet de loi C‑273 obligerait la ministre des Finances à élaborer et à déposer une stratégie pour évaluer les modèles de mise en œuvre d’un programme de revenu de base garanti au Canada. Ce que le projet de loi dit vraiment, c’est qu’il pourrait y avoir différents modèles. Le gouvernement serait responsable de les évaluer et d’obtenir des données. La loi exigerait que l’élaboration se fasse en consultation avec les principaux intervenants, y compris l’industrie, les collectivités et les gouvernements autochtones, ainsi que les administrations municipales, provinciales et territoriales.
J’ai entendu ce que d’autres intervenants ont dit au sujet de ce projet de loi, certains s’y opposant. Mon bon ami de Joliette, qui siège également au comité des finances, a dit que cela nécessiterait une modification constitutionnelle. Ce n’est pas le cas. Ce concept pourrait varier d’une province à l’autre. Ce dont nous avons vraiment besoin, ce sont des données pour évaluer si cela fonctionnerait vraiment aussi bien que certains le laissent entendre. Il y aurait toutes sortes de consultations, que le gouvernement fédéral serait tenu de mener aux termes du projet de loi.
La loi énonce des mesures précises que la stratégie doit contenir, y compris un projet pilote, des normes nationales et des mesures pour la collecte et l’analyse des données pertinentes. Je pense que c’est la clé. En fin de semaine, j’ai parlé à un ami qui m’a dit qu’un revenu annuel garanti aurait le même effet que la Prestation canadienne d’urgence et en dissuaderait certains de travailler. Je ne crois pas que ce soit nécessairement le cas. Les gens pourront parfaire leur éducation. Ils chercheront peut-être de meilleurs emplois ou des emplois mieux rémunérés. À titre de fervent partisan d’un revenu annuel garanti, je suis prêt à mettre mes convictions à l'épreuve. Je crois que cette mesure fonctionnerait. Je crois que les gens voudraient quand même travailler. Je crois que cette mesure réglerait nos problèmes de pauvreté au Canada.
Je suis prêt à dire que nous devrions faire un projet pilote. Mettons nos convictions à l'épreuve. Ceux qui s’opposent au projet de loi en disant que ce sera un gaspillage d’argent, que les gens dépenseront pour de la drogue ou autre chose, devraient aussi mettre leurs convictions à l'épreuve. Faisons un projet pilote de bonne foi dans le cadre duquel nous recueillerons les données en temps réel et démontrerons que nous avons raison, d’un côté ou de l’autre. À mon avis, c’est ce que nous devrions faire. Le ministre, à la fin du programme, devrait également préparer un rapport sur les résultats de la mise en œuvre deux ans après le dépôt de la stratégie. Je pense que c’est un aspect vraiment important.
Permettez-moi de passer à l’alinéa (3)a) du projet de loi, qui se lit comme suit: « à lancer un projet pilote dans une ou plusieurs provinces afin de mettre à l’essai divers modèles de mise en œuvre d’un programme de revenu de base garanti ».
Je viens de l’Île-du-Prince-Édouard, une province qui s’est montrée disposée à faire partie dans son ensemble de ces projets pilotes. Le député de Charlottetown et moi avons rencontré d’innombrables groupes au sujet de l’approche du revenu garanti, et cette province constituerait la plateforme idéale pour un projet pilote.
Il y a l’ensemble de la province, puis les grandes collectivités, les plus petites collectivités rurales et urbaines, les hôpitaux et les écoles, et seulement 158 000 personnes. Nous pourrions mener un projet pilote à l’Île-du-Prince-Édouard. La province, qui a adopté une motion à l’Assemblée législative, est prête à collaborer avec le gouvernement fédéral pour faire l’essai de l’un de ces projets pilotes. C’est vraiment ce dont nous avons besoin. Ce projet permettrait d’établir au moyen de données probantes si le système fonctionne ou non.
L’alinéa (3)d) se lit comme suit : « à recueillir et à analyser des données afin d’évaluer, pour chaque modèle mis à l’essai… ». C’est ce que nous devons faire. Nous devons mener des projets pilotes. Je propose d’en faire trois à l’échelle du pays. Je sais qu’il y a un certain intérêt en Colombie-Britannique et peut-être aussi dans une plus grande région urbaine, mais il faut mener des projets pilotes, recueillir les données et les évaluer.
Ensuite, comme députés, quel que soit notre point de vue, nous aurions tous des preuves concrètes en temps réel, fondées sur des données montrant les répercussions de cette mesure sur les gens, leur santé, leur revenu, leur collectivité et la population sur le marché du travail. Nous saurions si les gens sont prêts à travailler ou à faire des études plus poussées et à chercher des emplois mieux rémunérés. C’est le genre d’information dont nous avons besoin et c’est ce que j’aime vraiment dans le projet de loi de la députée. Il n’y a pas d’idée préconçue, seulement la certitude que nous devrions tenter l’expérience.
En terminant, je tiens à parler de l'ancien sénateur Hugh Segal. On le cite dans un article de Jamie Swift publié dans le Whig Standard, où il parle de son livre intitulé Bootstraps Need Boots: One Tory's Lonely Fight to End Poverty in Canada. Le sénateur Segal préconise depuis longtemps le revenu annuel garanti comme moyen pour lutter contre la pauvreté au Canada. Voici une façon de découvrir si cette mesure fonctionne vraiment.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
The time provided for the consideration of Private Members' Business has now expired and the order is dropped to the bottom of the order of precedence on the Order Paper.
La période prévue pour l'étude des affaires émanant des députés est maintenant expirée et l'affaire retombe au bas de l'ordre de priorité au Feuilleton.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, before I begin my speech, I want to take this opportunity to acknowledge and hold up the Muslim community across Canada. This past week has been an extremely painful one for all of the beautiful Muslim people in our communities, who are now afraid of what Canada has become. I pray that we are tireless in our work to make this country an even safer country. Everyone should feel safe to walk in their neighbourhoods in our country.
I am here to debate Bill C-271, an act to amend the Governor General’s Act. This proposed act would reduce the governor general's salary to one dollar a year, remove the right to retirement annuity and amend other acts in consequence.
When I read just the title of the proposed act, I was actually interested in having a meaningful review of and discussion about the next steps Canada has to take to look at this and the realities we have seen over the last while. Sadly, the content of the bill is not a serious attempt to reform how the governor general is selected, and it would, obviously, limit potential candidates to those who are independently wealthy. For me, having more wealthy people in seats of power is simply not a priority.
It is obvious that we need some changes. In the most recent situation with Julie Payette, there is no doubt that the Prime Minister failed to undertake basic due diligence in the vetting process. If this were a piece of legislation that spoke to creating clearer rules and guidelines around vetting, I would be very interested in the content.
While it is true that I personally feel that Ms. Payette does not merit the pension or perks because she really did fail in her duties, there should be a much better vetting process and a clearer pathway around consequences when a person does not serve this important role appropriately.
I believe the member and I agree that, instead of paying her for the rest of her life, the Prime Minister needs to send the message that Canada's public institutions will not be a safe haven for those who abuse their employees. I think that this is an important factor and needs meaningful action. However, this bill is not that.
Canadians know that the governor general plays a role in the constitutional arrangement of our democracy. Our democracy is not perfect, but it is something that I will always fight for. There is no doubt that Canadians want the Prime Minister to take responsibility for the flawed process of appointing Ms. Payette. This flawed process has left taxpayers holding the bag, and I am not okay with that. I also believe that, for this specific case, we want an independent investigation into the allegations of harassment at Rideau Hall. In the long term, there needs to be a better plan to keep all of our workplaces safe.
The Prime Minister has been heavily criticized for making key appointments, such as the governor general and other House officers, based on politics rather than merit. This is concerning for Canadians, and I have heard that from my constituents. When we look at key roles, I believe that Canadians want people who we can all have faith in. When politics and key roles of leadership in our country get mixed up, it makes it harder for Canadians to feel trust in these roles.
Now, because of a poor system, we are in a situation where the chief justice of the Supreme Court of Canada is currently assuming the duties of the governor general. Having the chief justice give royal assent on legislation that may one day come before the court does present a potential conflict, so this needs to be addressed. However, the solution offered in Bill C-271 does not provide the constructive criticism to get us to the next level, which obviously, this conversation needs to have.
Now, the Liberals have announced that they will have an advisory panel to help select the new governor general. This approach for appointing a governor general was used by the previous Conservative government but was dropped by the Liberals after they were elected in 2015. While the Conservative panel was non-partisan, the Liberals have decided to appoint Liberal co-chairs, and this is clearly partisan.
Again, how do Canadians trust in a process if it is not fair, if they are not taken out of the partisanship realm and placed, as they should be, in the non-partisan one? This is a lot of taxpayer money being spent and, quite frankly, Canadians deserve better.
Some constituents tell me that they do not want a governor general anymore and that ties with the Queen of England just do not fit what Canada has become. This is a very worthy and important debate to have. However, again, the bill does not provide any meaningful space for this dialogue.
It is time for the Prime Minister to show Canadians that there are consequences for employers who create toxic workplaces and abuse their employees. Our former governor general should be disqualified from receiving a gold-plated pension and a lifetime expense account.
I hope in the future we have bills that provide information to address these key factors. When we debate in the House, we have to talk about solutions that will be long term and will not undermine our democratic process.
Monsieur le Président, avant de commencer mon discours, je veux profiter de l'occasion pour rendre hommage à la communauté musulmane du Canada et la soutenir. La semaine dernière a été extrêmement douloureuse pour tous les extraordinaires musulmans qui vivent dans nos collectivités et qui ont maintenant peur de ce que le Canada est devenu. Nous allons travailler inlassablement, j'espère, pour faire du Canada un pays encore plus sûr. Dans notre pays, chacun devrait se sentir en sécurité lorsqu'il se promène dans son quartier.
Je suis ici pour débattre du projet de loi C-271, loi modifiant la Loi sur le gouverneur général. Ce projet de loi ferait en sorte de ramener le salaire du gouverneur général à un dollar par an, supprimerait son droit à la pension et modifierait d'autres lois en conséquence.
Quand j'ai lu le titre de la loi proposée, ce qui m'a intéressé, en fait, c'est de procéder à un examen et une discussion approfondis sur les prochaines étapes que le Canada doit envisager face aux réalités dont nous sommes témoins depuis quelque temps. Malheureusement, le projet de loi n'essaie pas vraiment de réformer le mode de sélection du gouverneur général, ce qui, de toute évidence, limite le choix des candidats potentiels aux personnes qui sont indépendantes de fortune. À mes yeux, ajouter d'autres riches dans les lieux de pouvoir n'est tout simplement pas une priorité.
Il est évident que nous avons besoin de changement. Dans l'affaire de Julie Payette, il est clair que le premier ministre n'a pas fait le nécessaire pendant l'examen des candidatures. Le projet de loi me paraîtrait intéressant s'il visait l'établissement de règles et de directives plus claires concernant l'examen des candidatures.
Bien que, selon moi, Mme Payette ne devrait pas avoir droit à sa pension ni aux avantages liés au fait d'avoir occupé ce poste, parce qu'elle a vraiment failli à la tâche, il reste que le processus d'examen des candidatures devrait être plus robuste et qu'il devrait y avoir des conséquences claires advenant que la personne choisie ne remplisse pas son rôle adéquatement.
Je crois que le député et moi sommes d'accord: plutôt que de verser une rente à vie à Mme Payette, le premier ministre devrait indiquer clairement que les institutions publiques canadiennes ne sont pas un refuge pour ceux qui maltraitent leurs employés. Je crois qu'il s'agit d'une question importante qui appelle des mesures fortes. Par contre, ce n'est pas l'objet du projet de loi à l'étude.
Les Canadiens savent que le gouverneur général joue un rôle dans notre régime de démocratie constitutionnelle. La démocratie canadienne est imparfaite, mais je me battrai toujours pour elle. Il ne fait aucun doute que les Canadiens veulent que le premier ministre assume sa responsabilité pour les failles dans le processus de nomination de Mme Payette. Ce sont les contribuables qui doivent payer les pots cassés, et je trouve cela inacceptable. Je crois aussi que, dans ce cas précis, il faudrait une enquête indépendante sur les allégations de harcèlement à Rideau Hall. À long terme, nous devons trouver un meilleur plan pour assurer la sécurité dans tous les milieux de travail.
On a fortement critiqué le premier ministre parce qu'il a nommé des personnes, par exemple la gouverneure générale et d'autres agents supérieurs de la Chambre, à des postes clés pour des raisons politiques, plutôt qu'en fonction de leur mérite. Cela inquiète les Canadiens, et je le tiens de la bouche même de mes concitoyens. Lorsqu'il est question de postes clés, je crois que les Canadiens veulent des gens en qui nous pouvons tous avoir confiance. Quand les nominations à des postes de leadership reposent sur des considérations politiques, il est plus difficile pour les Canadiens de faire confiance aux titulaires de ces postes.
À cause des déficiences du système, nous sommes actuellement dans une situation où le juge en chef de la Cour suprême du Canada assume les fonctions du gouverneur général. Que le juge en chef accorde la sanction royale à un projet de loi qui pourrait un jour se retrouver devant les tribunaux constitue un conflit potentiel, et il faut régler ce problème. Cependant, la solution offerte dans le projet de loi C‑271 ne suscite pas la critique constructive qui serait nécessaire pour élever le débat.
Les libéraux nous annoncent qu'un comité consultatif sera formé en vue de sélectionner le nouveau gouverneur général. Cette approche pour nommer le gouverneur général a été utilisée par le dernier gouvernement conservateur, mais elle a été abandonnée par les libéraux après leur arrivée au pouvoir en 2015. Alors que le comité formé par les conservateurs était non partisan, les libéraux ont décidé de nommer des coprésidents libéraux, une manœuvre partisane de toute évidence.
Encore une fois, comment les Canadiens peuvent-ils avoir confiance en un processus s'il est injuste, s'il n'est pas retiré du domaine de la partisanerie et placé, comme il se doit, dans le domaine non partisan? Il s'agit d'une énorme dépense de fonds publics, et, bien franchement, les Canadiens méritent mieux.
Certains résidants de ma circonscription m'ont dit souhaiter qu'il n'y ait plus de gouverneur général, et ils estiment que les liens avec la reine d'Angleterre ne correspondent pas à ce que le Canada est devenu. Voilà un débat qu'il vaudrait vraiment la peine de tenir. Cependant, le projet de loi ne prévoit pas un tel dialogue.
Il est temps que le premier ministre montre aux Canadiens que les employeurs qui créent un milieu de travail toxique et qui maltraitent leurs employés doivent en subir les conséquences. L'ancienne gouverneure générale ne devrait pas avoir droit à une pension en or et à une allocation de dépenses à vie.
J'espère qu'à l'avenir nous serons saisis de projets de loi qui permettront de nous attaquer à ces éléments clés. Les débats à la Chambre doivent porter sur des solutions à long terme et ne pas miner le processus démocratique.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-11 13:37 [p.8303]
Mr. Speaker, I will speak frankly. The Bloc Québécois proposes that the next Governor General of Canada be given a salary of $1. The reason for this is very simple: When one holds a position of symbolic value, it only makes sense that one should receive a salary of equally symbolic value.
Historically, as it was mentioned earlier, the role of the Governor General called for the incumbent to make several decisions about the future of Canada. The role has become ceremonial and symbolic; nevertheless, the Governor General's approval is at the heart of certain processes, despite what I would qualify as its redundant quality, and the absence of this approval could even keep government from functioning.
Let us run through the Governor General's duties: He is governor-in-chief of the army; he gives royal assent to bills adopted by the House of Commons and the Senate; he signs official documents; he reads the throne speech; he presides over the swearing in of the Prime Minister, the Chief Justice of Canada and the cabinet ministers; he appoints the lieutenant governors, who are the Queen's representatives in Quebec and the provinces; and the list goes on, of course.
Now let us look at the various forms of compensation. If there are any, they seem less significant. That is actually more or less the point of today's dispute. Under current Canadian legislation, the Governor General's compensation package includes, but is not limited to, an annual salary of more than $270,000, a generous expense account associated with the office and a lifetime pension of $150,000.
I will spare my colleagues the details of each case, but I could go on an on and break them down into all the associated expenses that are covered. I could talk about Julie Payette, for example. It may sound amusing to call it a party, but that is really what it was: a swearing-in party, a $650,000 swearing-in party at taxpayers' expense, because that is what was spent on the last governor general. That is to saying nothing of the plans for a $150,000 staircase that never came to fruition, or the millions paid by the National Capital Commission or even all the repairs and upgrades to redecorate Rideau Hall. Clearly, it can be a long list.
I could give other examples. I did not mention Michaëlle Jean, whose party cost $1.3 million. That is twice as much as Ms. Payette's.
It is quite simply outrageous for taxpayers to have to cover all of the expenses incurred by the Government of Canada to maintain a symbolic position of critical insignificance, to paraphrase constitutional expert Patrick Taillon, expenses that include this person's activities, personal expenses and a comfortable retirement.
Speaking of redundant symbolism, I would say that we have our share of that in the House. Since I arrived here, I have seen all kinds of things. Some that I expected to see and others I did not quite expect, but maybe I was naive. The monarchy and prayer are examples of that.
I cannot ignore the monarchy because it is closely connected to the role of governor general. I must say that, as a Quebecker, I find it is rather hard to constantly be hit over the head with this reminder that we were colonized and are still not free. It is beyond hard; it is unbearable, and is something that I quite simply refuse. It is just as outrageous as thanking and venerating a sovereign who, I should point out, is the head of the Church of England and the Anglican Church, and who lives on the other side of the ocean. That is outrageous to me.
Closer to home, we have the governor general. I mentioned that position, but I want to talk about it again. The logic is similar. I find it insulting to be paying for the monarchy, the Crown's representative or the Governor General. As I already pointed out, this is all a symbol of an outdated monarchy. That may even be an oxymoron.
I am a little emotional because it makes absolutely no sense. It is just beyond comprehension, especially in 2021. I represent people, I represent Quebeckers, I represent my riding. As members know, 75% of Quebeckers are in favour of abolishing the monarchy, but not the position of Governor General, which will happen afterwards.
Naturally, to some extent, figuratively speaking, I am also revolted. I see that we cannot manage to separate religion from state, which really concerns me. I am saying this in the House, but we need only think about this past week. This separation has not yet been achieved.
Holding on to symbols that are devoid of meaning and colonial relics prevents us from seeing elements that are symbolic, but on which a democracy is founded. I will humbly and very briefly pay tribute to the Patriotes. As I am a Quebecker, I will speak of the Patriotes in Quebec, but there were some on this side of the river as well. The Patriotes fought. We know the story of these people who fought so we could have more rights, freedoms, transparency, responsibilities and representation.
Preserving the spirit of freedom is a matter of honour, dignity and collective memory. That is what I humbly strive for as a parliamentarian. I would like to see us stand up and reject the link that still chains us to colonial times. The Patriotes dreamed of a representative democracy. They would turn over in their graves if they knew that we were still at the mercy of the British Crown. We often wonder what people learn from history. In this case, I do not think we have learned a thing.
I would humbly say that I do not need all that to be able to represent the ideals of democracy and liberty. I have no need for any superfluous symbols.
On another note, I spoke briefly about my history in the House, where I learned a lot of things. I would also like to talk about the prayer that we say before every sitting of the House. In the last Parliament, I moved a motion to consider doing away with that practice, which is absolutely archaic, in my opinion. Canada prides itself on its secularism, but it still prays to God, the Queen and the Governor General before every sitting of the House. That is another symbol. Sometimes I get the impression that these symbols are forcing us not to take our own responsibilities. I am a parliamentarian and, if I want to talk about democracy and freedom, then I do not need someone to remind me of that. I am capable of doing it myself. I am capable of being responsible and of thinking critically and rationally so that I can properly represent my constituents and Quebeckers. I do not need to pray to ask someone to save me or to tell me how to think in order to do my job properly.
As a parliamentarian and a legislator, I also believe that the role of governor general is a relic of the monarchy. As for the prayer, a gesture that is still current, I refuse to participate in this cheap symbolic practice. It goes without saying that I am against spending money to be represented by someone who in fact does not represent me at all.
In closing, I represent the people of my riding and Quebeckers. I would note that 75% of people are in favour of abolishing the monarchy and I am accountable to them. I am not a humble subject of Her Majesty. I am the member for Manicouagan and I am accountable to my constituents. I hope that Canada will divest itself of these archaic symbols. I hope it will turn to something tangible, based on stories that are more meaningful, freer—I can say freer since I was talking about patriots earlier—instead of relying on a Crown overseas.
The Bloc Québécois and I firmly believe that our vision of the future is the exact opposite of what the governor general exemplifies. Quebec and Quebeckers would like to be free and to be respected. We want to make our own decisions. Until the Quebec nation achieves independence, we wish to take a first step to detach ourselves from the monarchy and reduce the salary of the governor general to one dollar. As one of my economist friends, Jean-Denis Garon, says, this amount would not even be indexed to inflation, because a symbol should remain a symbol.
Monsieur le Président, je m'exprimerai de façon très directe. Le Bloc québécois propose d'offrir 1 $ au prochain gouverneur général du Canada. La raison en est fort simple: lorsqu'on occupe un poste à valeur symbolique, cela tombe sous le sens que la rétribution offerte pour l'occuper soit, elle aussi, tout aussi symbolique.
Historiquement, comme on l'a noté tout à l'heure, le rôle du gouverneur général lui imposait de prendre plusieurs décisions au sujet de l'avenir du Canada. Le rôle est devenu protocolaire et symbolique, mais il demeure que l'approbation du gouverneur général est au cœur de certains processus, malgré sa qualité que je qualifierais d'explétive, et que l'absence de cette approbation pourrait même empêcher le gouvernement de fonctionner.
On pourrait d'ailleurs passer en revue les fonctions du gouverneur général: il est le gouverneur en chef de l'armée; il accorde sa sanction royale aux projets de loi adoptés aux Communes ou au Sénat; il signe les documents officiels; il lit le discours du Trône; il préside à l'assermentation du premier ministre, du juge en chef du Canada et des ministres du Cabinet; il nomme les lieutenants-gouverneurs, qui sont les représentants de la Reine au Québec et dans les provinces; et j'en passe bien sûr quelques-uns.
Dressons maintenant la liste des rétributions. S'il y en a, elles semblent moins importantes. En fait, c'est un peu la question du litige d'aujourd'hui. En vertu de la loi canadienne actuelle, la liste des rétributions du gouverneur général est, mais ce n'est pas exclusif: un salaire annuel de plus de 270 000 $, un important compte de frais associé à sa fonction et une pension à vie de 150 000 $.
J'épargne à mes collègues les cas de figure. Je pourrais parler de plusieurs cas de figure et les décliner dans toutes les dépenses associées qui sont ajoutées. Je pourrais parler du cas de Julie Payette, par exemple. Je pense que, même si l'appellation peut paraître amusante, il demeure qu'un party d'assermentation ressemble un peu à cela: un party d'assermentation aux frais des contribuables de 650 000 $, ce n'est pas moins que ce qui a été dépensé pour la dernière gouverneure générale. Je ne parle pas non plus de plans pour faire des escaliers à 150 000 $, qui n'ont pas été réalisés, ou des millions que la Commission de la capitale nationale a donnés, ou même de tous les travaux de réfection pour que la résidence de la gouverneure générale soit à son goût. On le voit, la liste peut être longue.
Je pourrais donner d'autres exemples. Je n'ai pas parlé de Mme Michaëlle Jean, pour laquelle le party avait coûté 1,3 million de dollars. C'est quand même le double de celui de Mme Payette.
Bref, il est patent que toutes les dépenses engagées par le gouvernement canadien pour entretenir un poste symbolique d'une indispensable insignifiance — je paraphrase ici le constitutionnaliste Patrick Taillon — afin de soutenir ses activités, ses dépenses personnelles, en plus de lui permettre de prendre une retraite confortable, sont tout simplement scandaleuses pour les contribuables.
Parlant de symbolisme explétif, je dirais que la Chambre en regorge. Depuis mon arrivée ici, j'ai vu maintes choses; certaines auxquelles je m'attendais et d'autres peut-être un peu moins, mais peut-être étais-je candide à ce moment-là. La monarchie et la prière en sont des exemples.
Il est certain que je ne peux passer à côté de la question monarchique, parce qu'elle est intimement liée au rôle de gouverneur général. Je dois dire que, comme Québécoise, me faire rappeler volontairement et incessamment que nous avons été colonisés et que nous ne sommes toujours pas libres, c'est difficile. C'est plus que difficile, c'est intenable et c'est quelque chose que je refuse. Pour moi, c'est aussi absurde que de remercier et de vénérer une souveraine qui, je le dis au passage, est cheffe de l'Église d'Angleterre, cheffe de l'Église anglicane, et qui réside de l'autre côté de l'océan. Pour moi, cela relève de l'absurde.
Encore plus près de nous, il y a la gouverneure. J'en ai parlé, mais j'y reviens encore. C'est un peu la même logique. Qu'on parle de la monarchie, de la représentante de la Reine, du gouverneur général ou de la gouverneure générale, pour moi, payer pour cela est insultant. Comme je l'ai déjà mentionné, c'est un symbolisme de « monarchie désuète ». C'est peut-être même un pléonasme.
Je suis un peu émotive, parce que cela ne tombe pas sous le sens. C'est quelque chose qui dépasse l'entendement, surtout en 2021. Je représente des gens, je représente des Québécois, je représente ma circonscription. Comme on le sait, 75 % des Québécois sont en faveur de l'abolition de la monarchie, et non pas du poste de gouverneure générale — cela viendra par la suite.
Bien sûr, dans une certaine mesure, je suis, moi aussi, révoltée, symboliquement. Je constate que l'on n'arrive pas à séparer la religion de l'État, ce qui m'inquiète énormément. Je le dis à la Chambre, mais nous n'avons qu'à penser à la semaine que nous venons de vivre. Cette séparation n'a pas encore été consommée.
Tenir à des symboles vides de leur substance, à des reliques coloniales, nous empêche de voir des éléments qui sont symboliques, mais qui sont fondateurs d'une démocratie. Je fais un hommage très humble et très court aux Patriotes. Comme je suis Québécoise, je vais parler des Patriotes de chez nous, mais il y en avait de ce côté-ci de la rivière aussi. Les Patriotes se sont battus. On connaît l'histoire de ces gens qui se sont battus pour que nous obtenions plus de droits, de libertés, de transparence, de responsabilités et de représentativité.
Perpétuer l'esprit de liberté est une question d'honneur, de dignité, de mémoire. C'est ce que je souhaite humblement en tant que parlementaire. Je souhaite que l'on se tienne debout et qu'on refuse le lien qui nous lie et nous enchaîne toujours à l'époque coloniale. Les Patriotes rêvaient de démocratie représentative. Ils se retourneraient dans leur tombe s'ils savaient que nous sommes encore à la merci de la Couronne britannique. On se demande souvent ce que l'on apprend de l'histoire, mais je pense que, dans ce cas-ci, on n'a rien retenu.
Bien humblement, je dois dire que je n'ai pas besoin de tout cela pour être en mesure de représenter des idéaux de démocratie et de liberté. Je n'ai besoin d'aucun symbole superfétatoire.
Dans un autre ordre d'idées, j'ai parlé brièvement de mon histoire devant la Chambre, où j'ai appris de nombreuses choses. J'aimerais aussi parler de la prière que nous faisons avant chaque séance de la Chambre. À la dernière législature, j'ai déposé une motion pour que l'on considère la suppression d'une pratique qui, à mon avis, est absolument archaïque. Si le Canada se targue de la laïcité, il prie néanmoins le Bon Dieu, la reine et le gouverneur général avant chaque séance de la Chambre. C'est encore un symbole. Parfois, j'ai l'impression que les symboles nous forcent à ne pas prendre nos propres responsabilités. Je suis parlementaire et, si je veux parler de démocratie et de liberté, je n'ai pas besoin de quelqu'un pour me le rappeler. Je suis capable de le faire par moi-même. Je suis capable d'être responsable, je suis capable de réfléchir de façon éclairée, de façon rationnelle, de façon à représenter les gens de ma circonscription et les Québécois. Je n'ai pas besoin de prier pour demander que quelqu'un me sauve ou réussisse à penser à travers moi pour bien faire mon travail.
En tant que parlementaire et en tant que législatrice, je crois également que c'est un reliquat de la monarchie à laquelle est associé le rôle de gouverneur général. Pour ce qui est de la prière, un geste que l'on pose toujours, je refuse de m'astreindre à cette pratique symbolique qui, ma foi, ne coûte rien. Bien entendu, il va sans dire que je suis contre le fait de payer pour me faire représenter par quelqu'un qui, en fait, ne me représente pas du tout.
En conclusion, je représente les citoyens de ma circonscription et les Québécois. Je rappelle que 75 % des gens sont en faveur de l'abolition de la monarchie, et je leur suis redevable. Je ne suis pas un humble sujet de Sa Majesté. Je suis la députée de Manicouagan et je relève de mes concitoyens. Je souhaite au Canada de se départir de ces symboles archaïques. Je lui souhaite de voir ce qui est concret, de se baser sur des histoires plus parlantes, plus libres — je peux dire « plus libres », puisque j'ai parlé des patriotes, un peu plus tôt — plutôt que de s'en remettre à une Couronne d'outre-mer.
Pour moi-même et pour le Bloc, il est certain que notre projet d'avenir est totalement à l'opposé de cet exemple qu'est le gouveneur général. Le Québec et les Québécois voudraient être libres et respectés, et prendre leurs propres décisions. En attendant l'indépendance de la nation québécoise, nous souhaitons poser un premier geste pour nous détacher de la monarchie et réduire le salaire du gouverneur général à un dollar. Qui plus est, comme le dit un de mes amis économistes, Jean‑Denis Garon, ce montant ne serait même pas indexé à l'inflation, car un symbole doit demeurer un symbole.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I am pleased to rise today to discuss Bill C-271, concerning the office of the Governor General. I find some of the assumptions underlying this proposal to be perhaps well-intentioned, but definitely misinformed. I welcome the chance to set the record straight on a few critical points.
The bill proposes to limit the salary of the Governor General to $1 a year. This appears to be based on the notion that the office is purely symbolic in nature and therefore does not really do anything substantive. This implies that it could somehow be recast as part-time, voluntary or having no impact. Of course, nothing could be further from the truth. The job is, in fact, one of the busiest in Ottawa. It is a 24-7 commitment for the individual and their spouse. It is an incredible honour to serve in the office and is very rewarding, but members should make no mistake, it is all-consuming.
I think it is important to understand this when reflecting on the bill before us, so if the House will indulge me, I would like to take a moment to reflect on exactly what the Governor General does and how they spend their time.
It is perhaps easiest to look at the role from two different perspectives. There are the constitutional functions and the ceremonial functions. On one hand, we have the business of helping the government run smoothly and on the other we have an office whose role and purpose is to celebrate Canada, Canadians and the shared values that bind us together.
As parliamentarians, we are pretty familiar with the constitutional and administrative side of things. There are activities such as swearing in members of cabinet, reading speeches of the throne and proroguing or dissolving Parliament, but these are not the full picture. There is also a legislative component that can be very time-consuming. Governors General have to approve orders in council and other instruments, as well as legislation passed here in the House and in the Senate. In a typical year, those can be well over 1,000 individual instruments and, while it would be nice to say that governments are well-oiled machines and that those instruments only get signed during the workday, that is not the reality. I am sure that if we were to ask Mr. Johnston or Madam Clarkson, they could tell us about getting phone calls from Privy Council Office officials on weekends and evenings, asking them to review and sign urgent documents so that programs could start, money could flow or appointments could be made. That is the nature of the job, and Governors General are often called upon to be flexible and to rearrange their plans at a moment's notice.
Of course, the constitutional aspect is only a part of the equation, and I would suggest a comparatively small one when we divide up the actual workday. More time is generally spent on ceremonial aspects of the job, such as on representing and celebrating the country and the best of our citizens and our society, but the Governor General represents Canada. They do this at home and abroad. They receive visiting heads of state and they conduct state visits abroad, sometimes having to criss-cross the globe on trade missions or to attend funerals of foreign dignitaries. They accept the credentials as foreign diplomats.
Equally importantly, they encourage excellence and achievement. Many Canadians likely do not realize that Rideau Hall administers the Canadian Honours system. It is responsible for awards such as the Order of Canada, the Medal of Bravery and the Polar Medal. In a typical year, the Governor General would attend dozens of ceremonies and give out hundreds, if not thousands, of awards to worthy Canadians. It is always gratifying and humbling to see how many talented and caring Canadians there are in communities across the country. Part of the Governor General's job is to identify, highlight and celebrate these people and their accomplishments so that they serve as examples to everyone in Canada.
In a similar context, the Governor General is a patron to many charitable organizations, using their office and stature to draw attention to worthy causes. Another important role that the Governor General plays is that of commander-in-chief of the Canadian Armed Forces. In this capacity, they give out military honours and awards and visit Canadian forces personnel, their families and friends at home and abroad. Most importantly, they celebrate the accomplishments of our troops, and they are there to grieve with them and support them during times of tragedy.
What I have described is clearly not a symbolic job. This is not a job where the incumbent shows up occasionally and cuts a few ribbons here and there; the workload is significant. I am told that in a typical year, the incumbent would see over 500 events. An incumbent might be asked to give over 200 speeches in a year, visit dozens of communities and open the doors to Rideau Hall and his or her home to hundreds of thousands of guests every year. This is, by all objective criteria, a full-time commitment. Those people deserve to be fairly compensated when they agree to work such as this on behalf of a country.
This takes me to the second concern about the bill. For the sake of argument, let us say the member is right and the Governor General should only receive a dollar a year. What are the consequences of that? Where does that take us? The answer is nowhere good.
I would ask the member if he could afford to work for a dollar a year. The work we do here representing Canadians is critical to the functioning of our democracy. Would he be willing to do all of that on a volunteer basis? Would Canadians honestly say, even if they wanted to, that they would assume full-time employment but not be paid for it? Not many would. In fact, only a very small and very wealthy percentage of the population could ever entertain that proposition.
Our government is looking to ensure that public institutions reflect the diversity of our country. This means embracing diversity in appointments to Crown corporation boards. It means having a senior civil service drawn from Canadians from all parts of the country, with diverse backgrounds and experiences. I would argue the same should be true for the highest office in the land. To suggest that only the rich need apply closes the door to the vast majority of Canadians. That simply is not fair nor is just, and is bad public policy.
Finally, I have heard it suggested that limiting compensation would be a move to somehow take money away from the Queen and the monarchy, as if we cut a cheque for the Governor General directly to Buckingham Palace. Again, this is simply not reality. The Office of the Governor General is a uniquely Canadian institution. It is fundamental to our Canadian system of responsible government. For seven decades, it has been held by a Canadian who is supported by dedicated Canadian public servants. I believe in the importance of the institution. I know I am certainly not alone in the House when I say that.
While I firmly believe that institutions need to continually evolve and meet changing public expectations, what is being proposed simply is not positive or helpful toward this change.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C‑271, qui porte sur la fonction de gouverneur général. À mon avis, certaines des hypothèses qui sous-tendent la proposition sont peut-être bien intentionnées, mais elles sont assurément erronées. Je me réjouis de pouvoir rétablir les faits sur quelques points essentiels.
Le projet de loi propose de fixer à 1 $ le traitement annuel reçu par le gouverneur général. La mesure semble être fondée sur la notion selon laquelle la fonction est purement symbolique et n'inclut donc aucune tâche vraiment concrète. Cela laisse entendre qu'on pourrait en quelque sorte en faire une occupation à temps partiel, bénévole et sans véritable influence. Bien sûr, rien n'est plus faux. En fait, ce travail est l'un des plus exigeants à Ottawa. Le titulaire et son conjoint doivent être disponibles en tout temps. Être nommé à ce poste est un insigne honneur, et le travail est très gratifiant. Cela dit, les députés ne doivent pas s'y tromper: c'est extrêmement exigeant.
À mon avis, il est important de bien le comprendre dans le cadre de l'étude du projet de loi dont nous sommes saisis. Ainsi, si la Chambre me le permet, je voudrais prendre un moment pour parler des fonctions précises du gouverneur général et de son emploi du temps.
Il est peut-être plus facile de considérer que ce rôle comporte deux facettes différentes: un aspect constitutionnel et un aspect cérémoniel. Il s'agit, d'un côté, de faciliter le bon fonctionnement du gouvernement et, de l'autre, de célébrer le Canada, les Canadiens et nos valeurs communes.
En tant que parlementaires, nous connaissons relativement bien l'aspect constitutionnel et administratif de la tâche du gouverneur général. On pense à des activités comme l'assermentation des ministres, la lecture du discours du Trône, la prorogation ou la dissolution du Parlement, mais ce n'est là qu'un aperçu très partiel. Ce rôle comporte aussi des tâches législatives qui peuvent exiger beaucoup de temps. Le gouverneur général doit approuver les décrets et d'autres instruments, sans oublier les projets de loi adoptés à la Chambre et au Sénat. Au cours d'une année typique, il peut y avoir bien au-delà de 1 000 instruments à approuver. De plus, même si on souhaiterait pouvoir dire que les gouvernements sont des machines bien huilées et que toutes les signatures peuvent avoir lieu pendant les journées normales de travail, la réalité est tout autre. Je suis certain que si nous posions la question à M. Johnston ou à Mme Clarkson, ils nous parleraient des appels qu'ils ont reçus du Bureau du Conseil privé le soir ou la fin de semaine, alors qu'on leur demandait d'étudier des documents urgents et de les signer pour que des programmes puissent commencer, que des sommes d'argent puissent être versées ou que des nominations puissent être faites. C'est la nature du rôle. Le gouverneur général est souvent appelé à faire preuve de souplesse et à modifier son horaire sans préavis.
Bien sûr, l'aspect constitutionnel n'est qu'une partie de l'équation, et je dirais même une partie relativement faible si l'on considère la répartition de la journée de travail. On consacre généralement plus de temps aux aspects cérémoniels du travail, par exemple, lorsqu'il s'agit de mettre en valeur et de célébrer notre pays et les plus grandes réalisations de nos citoyens et de notre société, mais le gouverneur général a comme fonction de représenter le Canada. Il le fait au pays et à l'étranger. Il reçoit les chefs d'État en visite. Il effectue des visites d'État à l'étranger. Il doit parfois sillonner le monde dans le cadre de missions commerciales ou pour assister aux funérailles de dignitaires étrangers. Il accepte les lettres de créance des diplomates étrangers.
Un autre volet tout aussi important du travail du gouverneur général consiste à encourager l'excellence et la réussite. De nombreux Canadiens ne savent probablement pas que c'est Rideau Hall qui administre le régime canadien de distinctions honorifiques et qui est responsable de récompenses telles que l'Ordre du Canada, la Médaille de la bravoure et la Médaille polaire. Au cours d'une année normale, le gouverneur général assiste à des dizaines de cérémonies et remet des centaines, voire des milliers de distinctions à des Canadiens méritants. Il est toujours gratifiant et émouvant de constater que le pays renferme, un peu partout sur le territoire, beaucoup de Canadiens talentueux et bienveillants. Une partie du travail du gouverneur général consiste à trouver ces personnes, à souligner leurs réalisations et à leur rendre hommage afin qu'elles servent d'exemple à tous les Canadiens.
Dans le même ordre d'idées, le gouverneur général soutient de nombreuses organisations caritatives, utilisant sa fonction et sa stature pour attirer l'attention sur des causes louables. Un autre rôle important que joue le gouverneur général est celui de commandant en chef des Forces armées canadiennes. À ce titre, il décerne des honneurs et des récompenses militaires et rend visite aux membres des Forces canadiennes, à leur famille et à leurs amis, au pays et à l'étranger. Surtout, il célèbre les réalisations de nos troupes et partage leur chagrin et les soutient en période de tragédie.
La description de tâches que j'ai donnée n'est clairement pas celle d'un emploi symbolique. Il ne s'agit pas d'un emploi où le titulaire se présente occasionnellement et coupe quelques rubans ici et là; la charge de travail est considérable. On me dit que le titulaire doit assister à plus de 500 événements au cours d'une année normale. On pourrait lui demander de prononcer plus de 200 discours dans une année, de visiter des dizaines de collectivités et d'ouvrir les portes de Rideau Hall et de sa résidence à des centaines de milliers d'invités chaque année. Selon tous les critères objectifs, il s'agit d'un engagement à temps plein. Ces personnes méritent d'être rémunérées équitablement lorsqu'elles acceptent de faire un tel travail au nom d'un pays.
Cela m'amène à ma deuxième inquiétude au sujet du projet de loi. Aux fins de la discussion, disons que le député a raison et que le gouverneur général devrait recevoir seulement 1 $ par année. Quelles sont les conséquences d'une telle mesure? À quoi cela nous mène-t-il? La réponse est: à rien de bon.
Le député pourrait-il se permettre de travailler pour 1 $ par année? Le travail que nous accomplissons ici pour représenter les Canadiens est essentiel au fonctionnement de la démocratie. Le député serait-il prêt à faire tout ce travail bénévolement? Même s'ils le voulaient, les Canadiens diraient-ils en toute honnêteté qu'ils seraient prêts à occuper un emploi à temps plein non rémunéré? La plupart des gens ne le feraient pas. En fait, seulement un très faible pourcentage de la population, soit des gens très riches, pourraient envisager cette proposition.
Le gouvernement veut s'assurer que les institutions publiques reflètent la diversité du pays. Pour ce faire, il faut favoriser la diversité au sein des membres des conseils d'administration des sociétés d'État. Pour ce faire, les hauts fonctionnaires doivent être des Canadiens ayant des antécédents et des expériences variés qui proviennent de toutes les régions du pays. À mon avis, il devrait en être de même pour la plus haute fonction du pays. Laisser entendre que seulement les riches peuvent poser leur candidature ferme la porte à la grande majorité des Canadiens. Ce n'est ni juste ni équitable, et c'est une mauvaise politique publique.
Enfin, j'ai entendu que le fait de limiter le salaire du gouverneur général permettrait apparemment de ne plus verser d'argent à la Reine et à la monarchie, comme si nous remettions un chèque au gouverneur général qui était remis directement au palais de Buckingham. Ce n'est pas du tout la façon dont les choses fonctionnent. La fonction de gouverneur général est une institution typiquement canadienne. Elle est fondamentale au système canadien de gouvernement responsable. Depuis sept décennies, elle est occupée par un Canadien qui est épaulé par des fonctionnaires canadiens dévoués. Je crois en l'importance de cette institution. Je suis certain que je ne suis pas le seul à le penser à la Chambre.
Bien que je sois fermement convaincu que les institutions doivent continuellement évoluer et répondre aux attentes changeantes de la population, ce qui est proposé n'est tout simplement pas positif ou utile au changement.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, this is quite an interesting bill from the Bloc. I had a few different thoughts about it.
One is it shows a shifting view on the minimum wage. I wonder what precedent it would set for our minimum wage laws if we started paying a government employee one dollar a year.
Another thought was just to reflect on one of my favourite quotes from Winston Churchill. He said that the genius of a system of constitutional monarchy is that, when a nation wins a battle they say God save the Queen; and when they lose a battle they vote down the prime minister.
The third thought I had on this bill was that it really amounts to a throwing out of the baby with the bathwater. Let me explain the context around that a bit.
We had a fairly serious scandal over the last number of years involving the Governor General. It really started with a choice by the Prime Minister to not use the review and vetting process that had been put in place by the previous government. There had been some discussion about the appropriate mechanisms for review of a vice-regal appointment and the creation of a committee to assist with that work. The Governor General is an extremely important position in our political life. The appointment of that position is very consequential, so steps were taken under the previous Conservative government to strengthen the effectiveness and the independence of that appointment process.
The Prime Minister, whether just in a typical but ill-conceived desire to be different from his predecessor or for some other political reason, decided to ignore that process. There was an appointment in which clearly, as a result of some of the problems that happened after the appointment took place but also evident in other things that came to light, the Prime Minister had shown a real lack of wisdom in bringing this scandal about by simply not using the appointment structure that had been put in place previously. Had the Prime Minister simply chosen to consult and follow the processes that had been laid down, then we would not have had this problem.
Following that, with the scandal emerging and the resignation of the Governor General, there has justly been a public outcry around the significant post-office benefits that the Governor General receives when he or she leaves that position, in particular in the context of a Governor General who did not even complete the full term and had to leave as a result of scandal. I have certainly been hearing from many constituents who think, especially for somebody who does not complete their term of office, that these benefits are not appropriate.
There is a lot of work done, and I salute the work being done by my colleague, the member for Sarnia—Lambton, around trying to address this issue and identify the particular problem in the context of the scandal and a solution. There is a failure of the Prime Minister in this case, and we have seen a lot of scandals out of the current government. Any time there is a scandal, it raises questions about our public institutions because it can weaken faith in those institutions. Sometimes we have those within this Parliament who want to capitalize on that to run down the institution completely. This is what we see, frankly, with this Bloc bill that is taking a real issue following a real scandal as a result of the Prime Minister's failures to engage in proper vetting and use the process that was available. The Bloc is trying to take it to the other extreme and essentially degrade the office of Governor General by saying that we would pay the Governor General one dollar a year.
I have a couple of points specifically on that proposal. I am not entirely sure it is a serious proposal. Of course, given the number of ridings it runs people in, the Bloc will never form a national government, but hypothetically if it did, I do not think this is a policy it would even implement. It is obviously untenable for lots of reasons. However, it is interesting to just observe that in our parliamentary history, the history of our system, I do not think in this country but historically in the U.K., there was a time when parliamentarians were not compensated.
It was actually a big reform, the idea that members of Parliament should be paid for what they do. As much as we do not often hear clamouring from the public for higher salaries for functionaries or politicians, there was a reality to the need for that reform because at one time politics, because members of Parliament were not paid, was the exclusive proviso of the wealthy. If something is not paid, then only people who have other sources of revenue could do that activity. However, if a salary is introduced, even a modest one, for something, then it makes that position accessible to more people.
As much as we can debate the specific levels, the fact that we pay some salary to elected officials, to public servants, to people who hold important ceremonial offices, is necessary if we want those positions to be accessible to all Canadians.
The proposal from the Bloc, to the extent that it is a serious proposal, to effectively not pay the Governor General would mean that a person would have to be quite independently wealthy to be in this position, because they would likely be looking at five years, hopefully, if they serve out their term, of not receiving any compensation. They would have to be volunteering full time for that period.
If the Bloc wants to go down this road, we may see private members' bills for them to eliminate their own salaries and eliminate the salaries of other people who work in government. I do not anticipate we would see that. The reality is that we want important offices of state to be accessible to people based on their merits and based on the support they receive, not based on their ability to maintain themselves from other sources of revenue while they are in those positions.
I do think there is another issue, perhaps the substance behind what the Bloc is trying to do here, and that is to undermine the system of government, to challenge the idea of constitutional monarchy in general. I would just say that the structure of our system is time-tested and it has been effective, having a kind of locus of national loyalty that is independent of elected politicians.
In presidential systems, there is an elected person who also sort of represents the nation in a symbolic sense. I think the genuis of constitutional monarchy is that the decision-making power is in the hands of the people's representatives, but there is also a locus of national loyalty that is independent of elected politicians. This breeds what I would call a healthy disrespect for politicians. That is, we are not the people who are the ultimate locus of shared national focus.
We do not have a president who embodies these dual roles, political but also ceremonial. We have a separation between the ceremonial function of the person who represents the unity of the nation and elected politicians, who have important decision-making roles but who inevitably, by engaging in the process of making decisions and debate, become points of division. People can agree or disagree with what a particular politician is saying, but hopefully a monarch or a viceregal can become an expression of universally shared values.
That distinction is a better system. It is well embodied by that quote I shared from Winston Churchill at the beginning, that when a nation wins a battle, they sing God Save the Queen, and when they lose a battle, they vote down the prime minister. In great moments of national celebration, it is not all about the politicians. It is about the values that a nation shares and the ability of a monarch or a viceregal, independent of politics, to seek to embody those values.
The governor general is an important office. The failures of the Prime Minister that precipitated a scandal in the context of that office are unfortunate, and we need to do better going forward, but let us not accept this Bloc attempt to throw out the value of these institutions just because of this scandal. We can address the issues in this scandal while still recognizing the critically important role played by this office.
Monsieur le Président, nous étudions un projet de loi plutôt intéressant de la part du Bloc québécois. Trois choses me sont venues à l'esprit lorsque j'en ai pris connaissance.
Premièrement, le projet de loi montre une nouvelle position concernant le salaire minimum. Je me demande quel précédent cela créerait pour nos lois régissant le salaire minimum si nous commencions à payer un employé du gouvernement 1 $ par année.
Deuxièmement, cela me rappelle l'une de mes citations préférées de Winston Churchill. Ce dernier a dit que le génie d'un système de monarchie constitutionnelle est que, lorsque le pays gagne une bataille, il dit « Que Dieu protège la reine » et, lorsqu'il perd une bataille, il renverse le premier ministre.
Troisièmement, le projet de loi équivaut véritablement à jeter le bébé avec l'eau du bain. Je m'explique.
Il y a eu un scandale assez grave au cours des dernières années impliquant la gouverneure générale. Tout a commencé par la décision du premier ministre de mettre de côté le processus d'examen et de vérification des candidatures que le gouvernement précédent avait mis en place. Il y avait eu des discussions concernant le mécanisme approprié pour l'examen des candidats aux postes vice-royaux et la création d'un comité qui participerait à ce processus. La fonction de gouverneur général est très importante dans la politique canadienne. Le choix de la personne qui occupera cette fonction est lourd de conséquences, et c'est pourquoi le gouvernement conservateur précédent avait pris des mesures pour renforcer l'efficacité et l'indépendance du processus de nomination.
Le premier ministre, que ce soit parce qu'il a la mauvaise habitude de vouloir faire les choses différemment de ses prédécesseurs ou pour d'autres raisons politiques, a décidé de ne pas tenir compte de ce processus. Il y a eu une nomination qui a montré, par ce qui s'est passé après, mais aussi par certaines choses qui ont été révélées, que le premier ministre avait manqué de jugement et que le scandale lui est attribuable, parce qu’il n'a pas utilisé le processus de nomination qui existait déjà. Si le premier ministre s'était simplement servi du processus existant et qu'il l'avait suivi, ce problème ne serait pas survenu.
Ensuite, le scandale a éclaté et la gouverneure générale a démissionné. Les énormes avantages dont bénéficient les gouverneurs généraux après qu'ils ont terminé leur mandat ont déclenché un tollé, à juste titre, en particulier dans le contexte d'une gouverneure générale qui n'a même pas terminé son mandat et a dû partir à la suite d'un scandale. De nombreux habitants de ma circonscription pensent que ces avantages ne sont pas du tout justifiés, surtout dans un cas comme celui-là, la gouverneure n'ayant pas terminé son mandat.
Beaucoup a été fait, et je salue le travail accompli par ma collègue de Sarnia—Lambton, qui a essayé de cerner le problème et de trouver une solution. C'est le premier ministre qui a failli, dans le cas présent, et on a vu le gouvernement actuel impliqué dans bien des scandales. À chaque fois qu'il y a un scandale se pose la question de son incidence sur la confiance qu'ont les Canadiens en nos institutions publiques, qui peut faiblir. Il arrive que des gens, au sein du Parlement même, essaient de capitaliser là-dessus pour démolir complètement l'institution. C'est ce qu'on voit, très franchement, dans le cas présent: le Bloc, avec son projet de loi, se saisit d'un vrai problème, mis en évidence à la suite d'un vrai scandale, lequel s'explique par l'incapacité du premier ministre à suivre un processus de nomination adéquat, nommément celui qui lui était proposé. Le Bloc veut profiter de la situation au maximum et discréditer la fonction de gouverneur général en proposant de payer le gouverneur général un dollar par an.
J'aimerais soulever certains points concernant cette proposition. Je ne suis pas certain que celle-ci soit sérieuse. Bien entendu, étant donné le nombre de circonscriptions où il peut faire élire des députés, le Bloc québécois ne formera jamais un gouvernement national. Toutefois, s'il était au pouvoir, hypothétiquement, je ne pense même pas qu'il mettrait en œuvre une telle politique. Elle serait insoutenable pour différentes raisons. Cependant, il est intéressant de réaliser que, dans l'histoire du Parlement, de notre système parlementaire — pas dans notre pays, mais au Royaume‑Uni —, il fut une époque où les députés n'étaient pas rémunérés.
En fait, il s'agissait d'une grande réforme, cette idée que les députés devraient être payés pour leur travail. S'il est rare d'entendre le public réclamer à cor et à cri des salaires plus élevés pour les fonctionnaires ou les politiciens, la réforme était néanmoins réellement nécessaire, parce qu'à l'époque où les députés n'étaient pas payés, la politique était la chasse gardée des riches. Si on n'est pas payé pour une activité, seules les personnes qui ont d'autres sources de revenus peuvent la pratiquer. Toutefois, si un salaire, même modeste, est offert pour un poste donné, celui-ci devient accessible à un plus grand nombre de personnes.
Certes, il y a lieu de discuter des détails de la rémunération, mais il demeure nécessaire de payer un certain salaire aux élus, aux fonctionnaires, aux personnes qui occupent un poste à caractère cérémoniel si nous voulons que ces postes soient accessibles à tous les Canadiens.
La proposition du Bloc, dans la mesure où il s'agit d'une proposition sérieuse, qui consiste à ne pas verser de salaire au gouverneur général, implique qu'une personne devrait être assez indépendante de fortune pour occuper le poste, car elle serait privée de rétribution pendant cinq ans si elle devait terminer son mandat. La personne se trouverait donc à faire du bénévolat à temps plein durant cette période.
Si le Bloc québécois souhaite procéder en ce sens, nous verrons peut-être des projets de loi d'initiative parlementaire de leur part visant à éliminer leur propre salaire et celui d'autres personnes qui travaillent pour le gouvernement. Je doute que cela se produise. La réalité, c'est que nous voulons que les postes importants de l'État soient accessibles à tout le monde et attribués en fonction du mérite et de l'appui de la candidature, et non en fonction de la capacité d'une personne à se priver de toute source de revenu pendant qu'elle occupe ces fonctions.
Je crois qu'il y a un autre problème, soit l'idée maîtresse qui sous-tend cette démarche du Bloc québécois. En effet, je crois que le Bloc québécois cherche en fait à miner notre système de gouvernement, à contester le concept de monarchie constitutionnelle en général. Je dirai simplement que la structure de notre système a fait ses preuves au fil du temps et est efficace, puisqu'il a en son centre une fidélité au pays qui est indépendante des politiciens élus.
Dans un régime présidentiel, une personne est élue pour en quelque sorte représenter la nation de façon symbolique. Je pense que l’un des plus grands avantages de la monarchie constitutionnelle est que le pouvoir décisionnaire est entre les mains des représentants du peuple, et qu’elle a aussi en son centre une fidélité au pays qui est indépendante des politiciens élus. Cela entraîne ce que j’appellerais un irrespect sain à l’encontre des politiciens, en ce sens que nous, les parlementaires, ne sommes pas le point focal du sentiment de fierté nationale de la population.
Nous n’avons pas de président pour incarner ces deux rôles, le rôle politique et le rôle cérémoniel. Il y a d’un côté la fonction cérémonielle incarnée par la personne qui représente l’unité de la nation, et de l’autre les politiciens élus, qui ont un important rôle décisionnaire, mais qui deviennent inévitablement des vecteurs de division, étant donné qu’ils participent au processus décisionnaire et qu’ils débattent. Chacun peut être d’accord ou non avec les propos tenus par un politicien, mais un monarque ou un représentant royal incarne idéalement des valeurs communes universelles.
Cette séparation des rôles rend notre système meilleur. La supériorité de ce système est illustrée par la citation de Winston Churchill que j'ai lue au début de mon intervention, soit que lorsque le pays gagne une bataille, il chante Dieu protège la Reine, mais lorsqu'il en perd une, il renverse le premier ministre. Les grands moments de célébrations nationales transcendent les politiciens. Ils reflètent les valeurs que les citoyens d'un pays ont en partage ainsi que la capacité d'un monarque ou d'un représentant royal d'incarner ces valeurs, sans attache politique.
Le poste de gouverneur général est important. Le manque de jugement du premier ministre a provoqué un scandale qui a terni l'image de ce poste. C'est malheureux, et nous devons mieux faire les choses à l'avenir. Cependant, nous ne pouvons pas remettre en question la valeur de ces institutions, comme le souhaite le Bloc, uniquement à cause de ce scandale. Nous pouvons nous attaquer aux problèmes sous-jacents, sans perdre de vue pour autant l'importance cruciale de la fonction.
View Simon Marcil Profile
BQ (QC)
View Simon Marcil Profile
2021-06-11 14:07 [p.8307]
Mr. Speaker, five minutes is enough time for me to say everything I need to say about the position of governor general.
That position has been vacant since we started debating this bill. Does anyone really miss the governor general? Does anyone think not having one is unfortunate? Is anyone in a hurry to get a governor general? I do not hear anyone saying so, and I am pretty sure the atmosphere is much improved since the former governor general decamped.
To be perfectly frank, if I were the Prime Minister, I would take advantage of the fact that I was in England to tell the Queen that our country can survive without a governor general. My last sentence was a bit clumsy, but that is because the Prime Minister has two second languages, English and French, and one can never be too sure his words will make sense.
The Prime Minister will not do that though, because Canada needs that connection to the monarchy. The monarchy is an ever-present symbol, much like multiculturalism, bilingualism and even the prayer in the House. That prayer is utterly absurd, as my colleague from Manicouagan pointed out earlier, because the state is supposed to be secular. None of that stuff represents Quebec.
The events of recent months have clearly demonstrated that we do not need this type of outdated and truly offensive symbol of British imperialism. It is a nostalgic tribute to the great victory of the English over the French, and we are sickened by it.
That does not reflect who we are in Quebec. The solution is to do away with this position, but that will not happen. We see that our colleagues from Canada are not there yet. I understand that. They have also not made enough progress when it comes to labour law or family rights and they are not even able to provide adequate child care. That is not the first area where they lag behind Quebec.
For reasons of their own, they still want to keep in position the representative of a regime that fought against their country's democracy and independence, even though they often forget that. They still bow to the Queen and are still happy to have a governor general.
The Bloc Québécois has made many compromises. We are reasonable people. We are therefore proposing a measured solution: a symbolic salary for a symbolic position. We propose that the governor general's salary be just one dollar. It is simple and coherent and it is perfect because the position is useless in any case.
I remind members that the governor general is housed at taxpayer expense. He dines on the finest hors d'oeuvres and petit fours, all the fancy little tidbits that are served at high-society receptions. He drinks champagne and gets to go to all the parties he likes. I am certain that many people would gladly sit through a few boring ceremonies for free year-round room and board.
The governor general exists, but serves no purpose. In short, it is a symbolic position that deserves a symbolic salary. I urge my esteemed colleagues, who are not so esteemed as all that, to vote in favour of my bill. Unfortunately, they will not, because they like the monarchy.
A constitutional monarchy is irrelevant in a democratic Parliament. Instead of the governor general or the Queen, we ourselves can better represent the hard-working citizens who elect members to help them and represent them in Parliament. That is what democracy is all about. People are proud to be independent, and they are proud to be governed by the people and the will of the people as embodied by elected members. Members are proud to be here, no matter what their profession or surname may be, because they were chosen by the people.
Maybe Canada does not need a symbol that is fundamentally based on the notion that not everyone is born equal. This country prides itself on being a great democracy, but by constantly recognizing the monarchy and the governor general, it is saying that not everyone is born equal. That is a major problem. This position is undemocratic.
Canada is certainly not ready to take this step. My colleagues may have an epiphany and understand what we are trying to say, but until then, I will just say that one dollar is enough.
Monsieur le Président, cinq minutes sont suffisantes pour dire tout ce que je pense de la fonction de gouverneur général.
Depuis que nous avons commencé à débattre de ce projet de loi, personne n'occupe le poste de gouverneur général. Est-ce que cela manque vraiment à quelqu'un? Y a-t-il quelqu'un qui trouve cela regrettable et qui est pressé d'avoir un gouverneur général? Je n'entends personne le dire et je suis assez sûr que l'ambiance est meilleure depuis que l'ancienne gouverneure générale est partie.
En toute franchise, si j'étais à la place du premier ministre, je profiterais du fait d'être en Angleterre pour dire à la reine que notre pays est capable de survivre sans gouverneur général. Ma dernière phrase était un peu maladroite, mais c'est parce que le premier ministre a deux langues secondes, l'anglais et le français, et qu'on ne sait jamais comment il tournera ses phrases.
Pourtant, ce n'est pas ce que fera le premier ministre, parce que le lien avec la monarchie est essentiel pour le Canada. La monarchie est un symbole incontournable, au même titre que le multiculturalisme, le bilinguisme, et même la prière à la Chambre. Cette prière est une vraie aberration dont ma collègue de Manicouagan a parlé tantôt, puisque l'État devrait être laïque. Rien de tout cela ne ressemble au Québec.
Les derniers mois ont clairement établi que nous n'avions pas besoin de ce type de symbole passéiste et vraiment déplaisant de l'impérialisme britannique. C'est un monument nostalgique de la grande victoire des Anglais sur les Français, et cela nous écœure.
Au Québec, nous ne nous reconnaissons pas là-dedans. La solution est d'abolir ce poste, mais cela n'arrivera pas. Nous constatons que nos collègues du Canada ne sont pas rendus là. Je le comprends. Ils n'ont pas non plus suffisamment progressé sur le plan du droit du travail ni sur celui des droits pour les familles, et ils ne sont pas capables d'avoir des garderies. Ce n'est pas le premier domaine où ils sont à la remorque du Québec.
Pour des raisons qui leur appartiennent, ils tiennent encore à maintenir en poste le représentant d'un régime qui s'est battu contre leur démocratie et contre l'autonomie de leur pays, même s'ils l'oublient souvent. Ils se plient donc à la reine et sont bien contents du gouverneur général.
Au Bloc québécois, nous avons fait plusieurs compromis, nous sommes des gens raisonnables. Nous proposons donc une solution modérée: à poste symbolique, salaire symbolique. Que l'on offre un gros dollar. C'est simple et cohérent, et c'est parfait parce que, de toute façon, ce poste ne sert à rien.
Je rappelle que le gouverneur général est logé aux frais des contribuables. Il est nourri aux meilleurs canapés et aux petits fours, toutes ces petites bouchées qui sont servies lors de réceptions mondaines. Il est abreuvé au champagne et peut participer à toutes les soirées de son choix. Je suis persuadé que de nombreuses personnes accepteraient volontiers de participer à quelques cérémonies super ennuyantes si elles étaient nourries et logées gratuitement à longueur d'année.
Le gouverneur général est là et ne sert à rien. Bref, c'est un poste qui est symbolique et dont le salaire devrait être symbolique. J'invite mes estimés collègues — qui ne sont pas si estimés que cela — à voter en faveur de mon projet de loi. Malheureusement, ils ne le feront pas, parce qu'ils aiment la monarchie.
Il n'est pas pertinent dans un Parlement démocratique d'avoir une monarchie constitutionnelle. Au lieu du gouverneur général ou de la reine, on pourrait mieux représenter les citoyens qui travaillent fort, qui élisent un député qui les aidera et les représentera au Parlement. C'est cela, une démocratie. Les gens sont fiers d'être autonomes et ils sont fiers que ce soit le peuple et la volonté incarnée par les élus qui gouvernent. Ils sont fiers d'être ici, peu importe la carrière et leur nom de famille, parce qu'ils ont été choisis par les gens.
Le Canada n'a peut-être pas besoin d'un symbole dont le fondement même est la notion que les gens ne naissent pas égaux. Ce pays se targue toujours d'être une grande démocratie, sauf qu'en reconnaissant constamment la monarchie et le gouverneur général, il dit que les gens ne naissent pas égaux. C'est un gros problème. Ce poste est antidémocratique.
Le Canada n'est certainement pas prêt à franchir ce pas. Mes collègues auront peut-être un éclair de génie qui leur fera comprendre ce que nous voulons dire, mais, d'ici là, je dirai simplement qu'un dollar, c'est assez.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-11 14:12 [p.8308]
Pursuant to order made on Monday, January 25, the division stands deferred until Wednesday, June 16, at the expiry of the time provided for Oral Questions.
It being 2:13 p.m., the House stands adjourned until Monday at 11 a.m. pursuant to Standing Order 24(1).
(The House adjourned at 2:13 p.m.)
Conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier, le vote par appel nominal est différé jusqu'au mercredi 16 juin, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
Comme il est 14 h 13, la Chambre s'ajourne à lundi, à 11 heures, conformément à l'article 24(1) du Règlement.
(La séance est levée à 14 h 13.)
View Élisabeth Brière Profile
Lib. (QC)
View Élisabeth Brière Profile
2021-06-10 17:31 [p.8250]
Mr. Speaker, I want to start by reminding members of some important points we all agree on in this House. It is important to give Canadians the real facts and the real issues so that we can find common ground and common solutions.
First, we agree that French is a minority language in North America and that we need to do more to protect and promote it.
Second, we agree that Quebec deserves special attention within the Canadian francophonie, as the only majority francophone province in the country. The Prime Minister told the House that if we want to ensure a bilingual Canada, we must ensure that Quebec is first and foremost a francophone Quebec.
Third, we agree that the vitality of Canada's francophone communities from coast to coast to coast plays a key role in growing the Canadian francophonie, especially in terms of living and working every day in French.
Last, we agree that the Official Languages Act must be modernized to make it more responsive to the challenges of our time, and we also agree that federal and provincial jurisdictions must be respected in this process.
I would like to invite my colleagues to refocus our debate on the fundamental facts and issues behind Bill C-254. I agreed with my colleague from Beauport—Limoilou when she stated during the first debate that the recognition of the importance of promoting the use of French must come from all sides, including citizens, businesses and also all levels of government.
Since we are in agreement on these fundamental issues, then we just need to debate the most effective means of achieving our common objectives and propose reforms for Canada's language regime as a whole. We also agree that reforms that apply to all federal legislation, in both the economic and the cultural sectors, are more effective than a single provincial law.
I want to be very clear on that point. Some of our colleagues believe that language of work is strictly a provincial jurisdiction and that only the provinces should pass legislation in that regard. Our government disagrees. We firmly believe that if we are to ensure the vitality of Canada's francophonie, it is imperative that we have a strong Canada-wide language regime that protects French both within and outside Quebec.
As Canadians, we are deeply attached to our two official languages, which are an integral part of our collective identity. We also agree that, although the passage of the Official Languages Act in 1969 transformed the face of federal institutions, it did not put an end to the evolution of the Canadian linguistic landscape. We all know that, despite the great progress that has been made at the federal, provincial and territorial levels over the past 50 years, significant challenges remain.
That is exactly why our government initiated a far-reaching effort to modernize the Official Languages Act after much consultation with francophone and anglophone Canadians, communities, businesses, experts and partners in order to propose a modernized and strengthened act. This act will be effective at countering the decline of French, protecting our communities and guaranteeing the vested language rights set out in the Canadian Charter of Rights and Freedoms.
It is important to remember that the modernization of the Official Languages Act and its related instruments also applies to federally regulated private businesses, the same ones that are targeted by Bill C‑254. The modernization of the act affects these businesses both within and outside Quebec.
In this age of globalization and labour market integration, protecting French as a language of work needs to happen from the top down with a clear, strong, coherent Canada-wide language regime. That is our government's position.
In that regard, our position has been clearly and publicly articulated. We announced a suite of very concrete legislative and administrative proposals with one clear objective: to promote the equal status of the official languages in federally regulated private businesses and, most importantly, to protect the right to work in French in Quebec and in all regions of the country with a strong francophone presence.
In addition, with respect to language of service, the government is proposing to give consumers of goods and services the right to be informed and served in French in all federally regulated private businesses in Quebec and in regions with a strong francophone presence.
To ensure that the new language of work and service rights are meaningful and effective, they will be supported by recourse mechanisms. The government took the time to listen to the expert panel tasked with developing recommendations regarding possible recourse for workers and consumers, the criteria for recognition of regions with a strong francophone presence, and the implementation of the government's commitments and the relevant legislative instruments.
As a result of all these analyses, the government's proposals for Canada's next language regime clearly go much further and extend beyond the framework proposed by Bill C‑254. Specifically, with respect to federally regulated private businesses in Quebec and in regions with a strong francophone presence, we will give workers the right to carry out their activities in French. We will require employers to communicate with their employees in French and to publish job postings, collective agreements and arbitration decisions in French. We will prohibit discrimination against any employee solely because they do not speak French. We go even further. With respect to language of service to the public, the next Official Languages Act will ensure that consumers of goods and services of federally regulated private businesses will have the right to be informed and served in French, in Quebec and in regions designated as having a strong francophone presence.
To promote French in Canada, it is important that the federal government maintain its power and encourage private businesses under its jurisdiction to implement measures. In turn, these measures will have to increase the active use of French as the language of service and the language of work across the country.
I would like to reassure my colleague from Beauport—Limoilou that, when it comes to protecting French in Quebec, her objectives are also ours. She agrees with our government that this is not about taking away the rights of English-speaking Quebeckers, but about protecting and promoting French.
For that reason, I cordially invite her and our opposition colleagues to join us in our efforts to modernize the Official Languages Act and to support our bill, which will soon be introduced in the House. This means agreeing to abandon Bill C‑254 and its provincial limitations.
Monsieur le Président, d'entrée de jeu, j'aimerais rappeler quelques points essentiels sur lesquels nous sommes tous d'accord à la Chambre. Il est important de présenter aux Canadiens et aux Canadiennes les faits réels et les vrais enjeux et donc de souligner nos points communs et de chercher des solutions communes.
Premièrement, nous nous entendons sur le fait que le français est une langue minoritaire en Amérique du Nord et que nous devrons davantage le protéger et le promouvoir.
Deuxièmement, nous sommes d'accord que le Québec mérite une attention particulière dans la francophonie canadienne, en tant que seule province majoritairement francophone du pays. Le premier ministre a dit à la Chambre que, pour que le Canada soit bilingue, le Québec doit d'abord et avant tout être francophone.
Troisièmement, nous convenons que le rayonnement de la francophonie canadienne passe par la vitalité des communautés francophones du Canada, d'un océan à l'autre, surtout quand il s'agit de vivre et de travailler quotidiennement en français.
Enfin, nous sommes tous d'accord pour moderniser la Loi sur les langues officielles afin qu'elle réponde davantage aux défis de notre époque et, dans cet effort, nous sommes aussi d'accord que les champs de compétence fédérale et provinciale doivent être respectés.
Je voudrais inviter mes collègues à replacer au centre de notre débat ces faits et ces enjeux fondamentaux qui sont derrière le projet de loi C‑254. Je suis d'accord avec ma collègue de Beauport—Limoilou quand elle a affirmé, lors du premier débat, que la prise de conscience quant à l'importance de valoriser l'utilisation de la langue française doit venir de partout, c'est-à-dire des concitoyens, des entreprises, mais aussi de tous les ordres de gouvernement.
Si nous sommes d'accord sur ces enjeux fondamentaux, alors il nous faut débattre des moyens les plus efficaces pour atteindre nos objectifs communs et proposer des réformes qui touchent l'ensemble du régime linguistique canadien. En effet, nous sommes aussi d'accord que les réformes qui touchent l'ensemble de la législation fédérale, tant dans les secteurs économiques que culturels, sont plus efficaces qu'une seule loi provinciale.
À ce sujet, j'aimerais être très claire. Certains de nos collègues sont d'avis que la langue de travail est une compétence exclusivement provinciale et que seules les provinces devraient légiférer en la matière. Notre gouvernement est contre une telle approche. Nous croyons fermement que, pour assurer la vitalité de la francophonie canadienne, il est impératif d'avoir un régime linguistique pancanadien vigoureux et protecteur du français, tant au Québec qu'à l'extérieur du Québec.
En tant que Canadiennes et que Canadiens, nous sommes très attachés à nos deux langues officielles comme partie intégrante de notre identité collective. Or, nous sommes aussi d'accord que si l'adoption de la Loi sur les langues officielles en 1969 a transformé le visage des institutions fédérales, elle n'a pas mis un terme à l'évolution du paysage linguistique de notre pays. Nous savons tous que, malgré les nombreuses avancées réalisées depuis 50 ans à l'échelle fédérale, provinciale et territoriale, des enjeux importants persistent.
C'est précisément pour cette raison que notre gouvernement a ouvert un vaste chantier de modernisation de la Loi sur les langues officielles après une grande consultation des Canadiens francophones et anglophones, des communautés et des entreprises, des experts et des partenaires, afin de proposer une loi modernisée et renforcée. Cette loi sera efficace autant pour contrer le recul du français et protéger nos communautés que pour garantir les droits linguistiques acquis dans la Charte canadienne des droits et libertés.
Il faut rappeler que la modernisation de la Loi sur les langues officielles et de ses instruments connexes concerne également les entreprises privées de compétence fédérale, celles-là mêmes qui sont visées par le projet de loi C‑254. Ces entreprises sont concernées par la modernisation de la Loi aussi bien au Québec qu'à l'extérieur du Québec.
À l'ère de la mondialisation et dans le contexte de l'intégration des marchés du travail, la protection du français comme langue de travail doit se faire en amont, par un régime linguistique pancanadien lisible, fort et cohérent. Telle est la position de notre gouvernement.
Dans cette perspective, notre position a été rendue publique et clairement énoncée. Il s'agit d'un ensemble de propositions législatives et administratives très concrètes avec un objectif clair, qui est la promotion de l'égalité de statut des langues officielles au sein des entreprises privées de compétence fédérale, mais surtout, la protection du droit de travailler en français au Québec et dans toutes les régions du pays à forte présence francophone.
Également, en matière de langue de service, la proposition du gouvernement est d'accorder aux consommateurs de biens et de services le droit d'être informés et servis en français dans toutes les entreprises privées sous compétence fédérale au Québec, et dans les régions à forte présence francophone.
Pour que les nouveaux droits en matière de langue de travail et de service soient réels et efficaces, ils seront soutenus par des mécanismes de recours. Sur ce sujet, le gouvernement a pris le temps d'écouter le comité d'experts qui a eu le mandat de formuler des recommandations, tant sur les recours possibles pour les travailleurs et les consommateurs, les critères de reconnaissance des régions à forte présence francophone, que sur la mise en œuvre des engagements du gouvernement et les instruments législatifs appropriés.
À l'issue de toutes ces analyses, il va sans dire que les propositions du gouvernement pour le prochain régime linguistique canadien vont beaucoup plus loin et débordent largement le cadre proposé par le projet de loi C‑254. Très précisément, en ce qui concerne les entreprises privées de compétence fédérale au Québec et dans les régions à forte présence francophone, nous allons accorder aux travailleurs le droit d'exercer leurs activités en français. Nous allons obliger l'employeur à communiquer avec ses employés en français et à publier les offres d'emploi, les conventions collectives et les décisions arbitrales en français. Nous allons interdire la discrimination à l'égard de tout employé pour la seule raison qu'il ne parle pas le français. Nous allons encore plus loin. En matière de langue de service au public, la prochaine Loi sur les langues officielles fera en sorte d'accorder aux consommateurs de biens et de services des entreprises privées de compétence fédérale le droit d'être informés et servis en français, et ce, au Québec et dans les régions qui seront désignées à forte présence francophone.
Pour la promotion du français au Canada, il est important pour le gouvernement fédéral de maintenir son pouvoir et d'inciter les entreprises privées sous sa compétence à prendre des mesures. Ces mesures devront, à leur tour, augmenter l'utilisation active du français à titre de langue de service et de langue de travail partout au pays.
Je voudrais assurer à ma collègue de Beauport—Limoilou que, quand il s'agit de la protection du français au Québec, ses objectifs sont les nôtres. Elle est d'accord avec notre gouvernement qu'il ne s'agit pas de retirer des droits aux Québécois d'expression anglaise, mais de protéger et de promouvoir le français.
Pour cette raison, je voudrais cordialement l'inviter, elle et nos collègues de l'opposition, à se joindre à nos efforts de modernisation de la Loi sur les langues officielles et à appuyer notre projet de loi qui sera très bientôt présenté devant la Chambre. Cela implique d'accepter de renoncer au projet de loi C‑254 et à ses limitations provinciales.
View Steven Blaney Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I am pleased to rise as you preside over the work of the house. This is surely one of the last weeks before the summer break. I would therefore like to say hello to the people of Bellechasse—Les Etchemins—Lévis, and tell them that it is such a privilege to represent them.
Today we are debating a bill that the Conservative Party intends to support, as mentioned at first reading stage. It is Bill C-254, an act to amend the Canada Labour Code, the Official Languages Act and the Canada Business Corporations Act. In my opinion, there is cause for concern.
As we know, Canada is based on a vision of cultural diversity, but also of linguistic identity and duality, and this duality is threatened.
I have some news articles here with me.
An article from the Journal de Montréal entitled “The situation of French in Montreal: a catastrophe. Interview with Frédéric Lacroix” states, “We are in an unprecedented situation where the relative weight of francophones in Quebec is rapidly declining whereas that of anglophones is increasing.”
Charles Castonguay is a leading expert on this issue. He appeared before the Standing Committee on Official Languages. In his hard-hitting book, he bemoaned the fact that the use of French is declining rapidly in Quebec and that French itself is in an unprecedented free fall. Quebec is not the only place where this is happening.
I have here an article by Benjamin Vachet, an excellent journalist with ONFR+, entitled “Déclin du français au Québec: un danger pour tous les francophones?” He notes that only 20% of the country's population speaks French. I am a member of a committee that studied minority language post-secondary institutions, and I can say that all our institutions, be they in northern Ontario, in Saint‑Boniface, on the Campus Saint‑Jean, in Alberta or in Moncton, are experiencing financial pressure. It is time for a complete overhaul of the Official Languages Act, which we have been calling for for years. As we near the end of the session, and with Saint‑Jean‑Baptiste just around the corner, the Liberals are telling us they might introduce a bill. That is nice and all, but we will not be able to pass it.
French is in decline. Canada recognizes French and English as its official languages, but the two are not represented equally.
I am proud to belong to a party that is taking action for official languages and has done so all the way back to Brian Mulroney.
The Official Languages Act is just over 50 years old. Brian Mulroney's government was the one that really gave this legislation some teeth and enabled official language minority communities to become free and independent with the major reform of 1988. That reform entailed much more concrete action than the lip service of 1969.
We can also think about Mr. Harper. He gave Bernard Lord the mandate to come up with the roadmap. The Harper government invested $1 billion, which was then re-invested to support our communities. It also made it possible to recognize Quebec as the cradle of French, francophone culture and French-Canadian culture. Mr. Harper and the Conservative government recognized that Quebec forms a distinct nation within Canada.
I would like to use my time to correct a Liberal mistake.
The Liberals are always saying that the Conservatives did away with the court challenges program and that the Liberals reinstated it. They are forgetting a very important part of the truth: When Stephen Harper's government abolished the court challenges program, it established the language rights support program, which sought to support francophone communities.
Then, the Liberals took office. For 20 months, the communities no longer had an organization to turn to that would defend their rights. It is always important to distinguish between the narrative and the facts. The Conservatives are there to support francophone communities.
Bill C-254 seeks to support the large francophone minority in the English ocean that is North America, namely the Quebec nation. That is based on a choice that Quebec made, the much-talked-about Bill 101 or Charter of the French Language.
In my opinion, the Conservative Party was a little quicker off the mark. This is not the first time the Bloc has introduced this bill. Two months before the bill was introduced, our leader said that it was important that federally regulated institutions in Quebec be able to enforce the Charter of the French Language.
Why is this important? It is important because this linguistic duality is fragile. As I mentioned at the beginning of my speech, French is in decline in every respect across Canada. The federal government has a constitutional responsibility, and a quasi-constitutional responsibility under the Official Languages Act, to ensure that French has the support and structure it needs to continue to be a tool of vitality and development. In that regard, I can say that there are significant needs at the post-secondary level, even in Quebec. Some big decisions will have to be made.
When our leader met with the Quebec premier in September 2020, he announced his support for the full application of Bill 101 to federally regulated private businesses in Quebec. The bill we are debating was introduced in November 2020.
Our leader promised something that goes much further than the private member's bill we are debating today.
Our political party is committed to modernizing the content of the Official Languages Act and renewing the spirit of the act. The Liberals are telling us that that is what they want to do, but they have not introduced a bill that would do it. We feel it is important to create a new funding envelope for francophone universities in minority settings in the first 100 days of our term.
This is what my leader said about this subject:
As it stands, the act is based on the principle of reciprocity between the two official languages, but if we are being honest, that statement does not reflect reality.... The federal government must develop an asymmetrical approach that prioritizes protecting the French language.
We are seeing a paradigm shift. Not only does the Official Languages Act protect francophones in minority situations, that is francophones outside Quebec, but it also supports Quebec's anglophone minority, which certainly deserves to be supported. The bill we are debating today recognizes this.
However, it is also important to take positive measures to support French and the emancipation of French in Quebec and across the country. That is what fundamental change is all about. On that note, I should mention that the Standing Committee on Official Languages has embarked on this enormous task, and this is just the beginning. We are coming to the end of the session, but there is still a lot of work to be done.
I would also like to mention that the bill that is in front of us would amend the preamble, part VII and section 55 of the Official Languages Act, to have the federal government commit to “enhancing the vitality of the English and French linguistic minority communities in Canada and supporting and assisting their development” and “fostering the full recognition and use of both English and French in Canadian society.”
Essentially, that means that the federal government must not be given this additional responsibility to the detriment of Canada's minorities, whether they are anglophones or francophones. As the saying goes, we must not rob Peter to pay Paul.
Again, it is important to ensure that minorities are promoted in a proactive and asymmetrical way, including francophone minority communities, but it is also important to promote linguistic duality.
In closing, I would like to reach out to the Liberals. Currently, there is only an English version of the fundamental law of our land, the Constitution of 1867. The government is fighting a lawsuit demanding that our country's founding document be accessible in both of our country's official languages. I am calling on the Liberals to ensure that we have a legal French version of the 1867 Constitution. Instead of promising the sun and the moon, they should do something meaningful.
Monsieur le Président, cela me fait plaisir de prendre la parole alors que vous présidez les travaux de la Chambre. C'est sûrement l'une des dernières semaines avant la relâche estivale. J'aimerais donc saluer les gens de Bellechasse—Les Etchemins—Lévis, et leur dire à quel point c'est un privilège de les représenter.
Nous discutons aujourd'hui d'un projet de loi que le Parti conservateur a l'intention d'appuyer, comme cela a été mentionné à l'étape de la première lecture. Il s'agit du projet de loi C‑254, Loi modifiant le Code canadien du travail, la Loi sur les langues officielles et la Loi canadienne sur les sociétés par actions. À mon avis, il y a péril en la demeure.
Comme on le sait, le Canada repose sur une vision de diversité culturelle, mais également d'identité et de dualité linguistiques, et cette dualité est menacée.
J'ai en main quelques articles de presse.
Dans un article du Journal de Montréal intitulé « La situation du français à Montréal: une catastrophe. Entretien avec Frédéric Lacroix », on peut lire ce qui suit: « Nous sommes donc dans une situation totalement inédite où le poids relatif des francophones au Québec est en chute rapide tandis que celui des anglophones augmente ».
Charles Castonguay est un éminent spécialiste de la question; il a d'ailleurs témoigné devant le Comité permanent des langues officielles. Dans son livre-choc, il déplore que l'usage du français soit en chute libre au Québec et que le français dégringole à une vitesse jamais vue. Cependant, ce n'est pas seulement au Québec que cela se produit.
J'ai en main un article de Benjamin Vachet, un excellent journaliste d'ONFR+, intitulé « Déclin du français au Québec: un danger pour tous les francophones? » Il rappelle que seulement 20 % de la population du pays s'exprime en français. Je siège à un comité qui s'est penché sur la question des institutions postsecondaires de langue minoritaire, et je peux dire que toutes nos institutions, que ce soit dans le nord de l'Ontario, à Saint‑Boniface, au Campus Saint‑Jean, en Alberta ou à Moncton, vivent des pressions sur le plan financier. Il est temps de revoir complètement la Loi sur les langues officielles, ce que nous demandons depuis des années. En fin de session, à la veille de la Saint‑Jean‑Baptiste, les libéraux nous disent qu'ils vont peut-être déposer un projet de loi. C'est bien beau, mais nous ne pourrons pas l'adopter.
Le français est en déclin. Le Canada reconnaît le français et l'anglais à titre de langues officielles. Pourtant, ces deux langues ne sont pas représentées de façon équitable.
Je suis fier de faire partie d'une formation politique qui agit pour les langues officielles — on peut remonter à Brian Mulroney.
La Loi sur les langues officielles date d'un peu plus de 50 ans. Le gouvernement qui a réellement donné du mordant à la loi et qui a permis aux communautés de langue officielle en situation minoritaire de s'affranchir et de s'émanciper, c'est celui de Brian Mulroney, au moyen de la grande réforme de 1988. Au fond, cette réforme était beaucoup plus concrète que les vœux pieux faits en 1969.
On peut aussi penser à M. Harper. Il avait donné à Bernard Lord le mandat de faire la feuille de route. On avait investi 1 milliard de dollars, et cette somme a été réinvestie par la suite, afin de soutenir nos communautés. Cela a également permis de reconnaître que le berceau du français, de la culture francophone et de la culture canadienne-française au Québec, c'est le Québec. M. Harper et le gouvernement conservateur avaient d'ailleurs reconnu que le Québec formait une nation distincte au sein du Canada.
J'aimerais profiter de mon temps de parole pour corriger une lacune des libéraux.
Ils disent toujours que les conservateurs ont aboli le Programme de contestation judiciaire, mais que les libéraux l'ont rétabli. Ils oublient un grand pan de la vérité: au moment où le gouvernement conservateur de Stephen Harper a aboli le Programme de contestation judiciaire, il a mis sur pied le Programme d’appui aux droits linguistiques. Ce programme visait à soutenir les communautés francophones.
Puis, les libéraux sont arrivés au pouvoir. Pendant 20 mois, les communautés n'avaient plus aucun organisme vers lequel se tourner pour défendre leurs droits. Il faut toujours faire la différence entre le narratif et les faits, mais les conservateurs sont là pour soutenir les communautés francophones.
Le projet de loi C‑254 vise à soutenir la grande minorité francophone dans l'océan anglais nord-américain, c'est-à-dire la communauté québécoise. Cela repose sur un choix que le Québec a fait, soit la fameuse loi 101 ou la Charte de la langue française.
À mon avis, le Parti conservateur a été un peu plus vite sur ses patins. Ce n'est pas la première fois que les bloquistes déposent ce projet de loi. Deux mois avant le dépôt du projet de loi, notre chef a dit qu'il était important que, sur le territoire québécois, les institutions à charte fédérale puissent veiller à l'application de la Charte de la langue française.
Pourquoi est-ce important? C'est important parce que cette dualité linguistique est fragile. Comme je l'ai mentionné au début de mon allocution, au Canada, le français recule sur tous les plans. Le gouvernement fédéral a une responsabilité constitutionnelle, et il a la responsabilité quasi constitutionnelle, en vertu de la Loi sur les langues officielles, de s'assurer que le français bénéficie du soutien et de l'encadrement nécessaires pour demeurer un outil de vitalité et de développement. À ce sujet, je peux dire qu'il y a des besoins importants au niveau postsecondaire, même au Québec. On devra également faire des choix importants.
Lorsque mon chef a rencontré le premier ministre du Québec, en septembre 2020, il lui a annoncé son soutien à l'application intégrale de la loi 101 aux entreprises privées sous réglementation fédérale au Québec. Le projet de loi que nous débattons a été déposé en novembre 2020.
Notre chef a dit quelque chose qui va beaucoup plus loin que le projet de loi privé qui nous concerne aujourd'hui.
Notre formation politique s'engage à moderniser le contenu de la Loi sur les langues officielles, à renouveler son esprit. Les libéraux nous disent qu'ils veulent le faire, mais ils ne présentent pas de projet de loi à cet égard. C'est important de créer une nouvelle enveloppe budgétaire pour les universités francophones en milieu minoritaire, et ce, dans les 100 premiers jours d'un mandat.
Voici ce que mon chef a dit à ce sujet:
À l’heure actuelle, la loi est basée sur le principe de réciprocité entre nos deux langues officielles. Mais soyons honnêtes, cela ne correspond pas à la réalité sur le terrain. [...] le gouvernement fédéral doit maintenant établir une approche asymétrique qui protège le français en priorité.
On assiste à un changement de paradigme, si l'on me permet l'expression. Non seulement la Loi sur les langues officielles protège les francophones en situation minoritaire, c'est‑à‑dire à l'extérieur du Québec, mais elle soutient aussi la minorité anglophone du Québec, qui mérite bien sûr d'être appuyée. D'ailleurs, le projet de loi que nous débattons aujourd'hui le reconnaît.
Cependant, il est également important de prendre des mesures positives pour soutenir le français et l'émancipation du français au Québec et partout au pays. C'est cela, le changement fondamental. À ce sujet, je dois dire que les membres du Comité permanent des langues officielles ont commencé ce vaste chantier et ce n'est qu'un début. Nous sommes rendus à la fin de la session, mais il reste beaucoup de pain sur la planche.
J'ajoute que le projet de loi dont nous sommes saisis modifierait le préambule, la partie VII et l’article 55 de la Loi sur les langues officielles, afin que le gouvernement fédéral s’engage à « favoriser l’épanouissement des minorités francophones et anglophones du Canada et à appuyer leur développement, ainsi qu’à promouvoir la pleine reconnaissance et l’usage du français et de l’anglais dans la société canadienne ».
Essentiellement, cela veut dire que cette responsabilité additionnelle du gouvernement fédéral ne doit pas se faire au détriment des minorités du pays, qu'elles soient anglophones ou francophones. Comme on le dit, il ne faut pas déshabiller Pierre pour habiller Paul.
Je répète que c'est important de veiller à la promotion des minorités de façon proactive et asymétrique, entre autres les minorités francophones en situation minoritaire, mais également de promouvoir la dualité linguistique.
En terminant, j'aimerais tendre la main aux libéraux. Présentement, on n'a que la version anglaise de la loi fondamentale de notre pays, soit la Constitution de 1867. Le gouvernement libéral conteste actuellement, devant les tribunaux, le fait que le document fondateur de notre pays doit être accessible dans les deux langues officielles de notre pays. Je demande donc aux libéraux de s'assurer que l'on a une version française légale de la Constitution de 1867. Plutôt que promettre monts et merveilles, ils devraient agir.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I am pleased to rise today to say that we will support Bill C‑254. I personally support it, and my party does as well.
I would like to share some of my own personal journey, but before that, I would like to say that, under our leaders, from Jack Layton, Nycole Turmel and Thomas Mulcair to the current NDP leader, the member for Burnaby South, the NDP has always supported strengthening the French language. One of our members, Yvon Godin, whom I can name because he is unfortunately no longer in the House of Commons, was one of the most passionate champions of strengthening the French language.
It is clear that this is a common-sense bill that deserves our support. I will get back to that shortly, but it is clear that it makes perfect sense for a worker working in a francophone environment in Quebec to have the right to communicate and have a collective agreement in French, and that is precisely the goal of this bill.
Mr. Speaker, you are a francophile yourself. As you know, I grew up in British Columbia on the traditional territory of the Qayqayt First Nation in New Westminster, right next to Maillardville, home to one of British Columbia's biggest francophone communities. Since childhood, I have seen signs in businesses where everything was written in French. I was fascinated even though I had no way to learn French at the time. There was no immersion school. When I was young, there were French classes, but we all know that one French class a week is not enough to master the language of Molière.
Today, in British Columbia, just a few blocks from where I live, where I am speaking from right now, there is an immersion school, one of the hundreds in British Columbia. Parents often line up for an entire weekend to register their children to learn French and do all their schooling in French. Our passion for the French language is alive and well in British Columbia. With the network of immersion schools, it is clear how well British Columbians speak French, much better than I do, because they completed all their schooling in French, whereas I only started learning French when I was 24.
Also, thanks to a previous NDP government, we have an entire school system, including elementary schools, high schools and schools following the French curriculum, in other words, French-language schools for francophones. I must say that the status of the French language in British Columbia is much better than it was when I was young. I hope that it will be strengthened and that French will be even more present after all these years.
At 24, I finally decided to learn French. I decided to do it in the best possible place, so I went to Chicoutimi. I arrived on January 3 in the middle of a storm. We do not often get storms like that in British Columbia, especially in New Westminster, which is in the greater Vancouver area. I loved learning French and living in Chicoutimi, in the beautiful Saguenay—Lac-Saint-Jean region. Then I moved to the Eastern Townships, to Sherbrooke. After that, I went to Montreal, to the east end of the city, Laurier—Sainte-Marie, and finally to the Outaouais, in the riding of Hull—Aylmer. In each of those places, I saw the importance of the services that are always offered to the English-speaking community, everywhere, even in Saguenay—Lac-Saint-Jean. I had the choice between the two official languages, even with the Quebec government. I thought it was extremely important that these services be offered in the minority language.
However, I also learned that, right now, if a worker wants to work in French in a federally regulated business, that is left to the discretion of the business. So long as this bill is not in force, businesses have no obligation to provide collective agreements in French or ensure that employees can communicate in French with their employer. We need to address this. We need to provide a framework so that all workers can work in French. It is only natural, and that is why we must support this bill.
I loved the 12 years I spent in Quebec. I had the opportunity to travel all over the province. I learned about how important it is to strengthen the French language, not just in Quebec, but across the entire country.
This brings me to the important point I want to raise about the modernization of the Official Languages Act. This act was adopted 50 years ago, and things have certainly changed since then. We must all work on this issue and develop tools to modernize the language situation across the country.
In my professional life, before becoming a parliamentarian, I often had the opportunity to travel to Atlantic Canada, across Ontario, especially in the north, and through western Canada, in Manitoba, Saskatchewan and Alberta. There are many francophone communities throughout. You might think of Maillardville, or the Saint-Sacrement neighbourhood in Vancouver. There are many francophone neighbourhoods and towns across the country.
However, the Official Languages Act does not meet their needs the way it used to 50 years ago. We have to strengthen and support these communities no matter where they are. Whether in Saint Boniface, in Hearst, in the beautiful and extraordinary region of Acadie—Bathurst, in Shippagan-Lamèque-Miscou or in Edmundston, we can see there is a remarkable francophone presence there.
Modernizing the Official Languages Act will make it possible for these communities to not only to continue to exist, but also prosper and attract newcomers, new people who will also speak the language of the Molière.
As I mentioned, our late leader Jack Layton, our former leader Thomas Mulcair, our former MP Yvon Godin, our former acting leader Nycole Turmel and, of course, our current leader have all advocated for strengthening the French language.
The NDP believes that strengthening the French language is not something that is done solely at the federal level. NDP governments in British Columbia, Saskatchewan and Manitoba set up school systems that offer umbrella programs in French-language schools for francophone students and immersion programs so that people can learn French.
NDP members such as Léo Piquette, Elizabeth Weir and Alexa McDonough, when she was the leader in Nova Scotia, also strengthened francophone institutions. It was the former NDP government that did the most for francophone rights in Ontario. It is therefore not just federal NDP MPs who advocate for the need to strengthen the French language. It is the entire party and all of its members, at both the federal and provincial levels.
For all those reasons, I am pleased to support this bill, and I hope that the right to work in French in Quebec will be strengthened.
Monsieur le Président, aujourd'hui, j'ai le plaisir de me lever pour dire que nous allons appuyer le projet de loi C‑254. Personnellement, je l'appuie, et ma formation politique l'appuie aussi.
Je vais parler un peu de mon cheminement personnel, mais, d'abord et avant tout, je devrais dire que depuis Jack Layton, Nycole Turmel, Thomas Mulcair jusqu'à l'actuel chef du NPD, le député de Burnaby-Sud, le NPD a toujours appuyé un renforcement de la langue française. Un député comme Yvon Godin, que je peux mentionner parce qu'il n'est malheureusement plus à la Chambre des communes, a été un des plus ardents défenseurs du renforcement de la langue française.
C'est évident que ce projet de loi qui relève du gros bon sens est quelque chose que nous devrions appuyer. Je vais y revenir tout à l'heure, mais c'est évident que cela relève du gros bon sens qu'un travailleur ou une travailleuse qui travaille au Québec dans un milieu francophone devrait avoir le droit de communiquer et d'avoir une entente collective en français, et c'est justement le but de ce projet de loi.
Monsieur le Président, vous êtes francophile vous aussi. Comme vous le savez, j'ai grandi en Colombie-Britannique sur le territoire traditionnel de la Première Nation des Qayqayt, à New Westminster, juste à côté de Maillardville, un des coins où la communauté francophone est la plus importante en Colombie-Britannique. Depuis mon jeune âge, j'ai vu des pancartes dans des commerces où tout était affiché en français. Cela me fascinait, même si je n'étais pas capable d'apprendre le français à l'époque. Il n'y avait pas d'école d'immersion. Quand j'étais jeune, il y avait des cours de français, mais il faut dire qu'un cours de français, une fois par semaine, ce n'est pas suffisant pour maîtriser la langue de Molière.
Aujourd'hui, en Colombie-Britannique, à quelques coins de rue de chez moi, d'où je parle en ce moment, il y a une des centaines d'écoles d'immersion qui existent en Colombie-Britannique. Les parents font souvent la file pendant une fin de semaine complète afin d'inscrire leurs enfants pour que ceux-ci apprennent le français et fassent toute leur scolarité en français. La passion pour la langue française en Colombie-Britannique est très vivante et présente. Avec le réseau des écoles d'immersion, on voit comment les gens de la Colombie-Britannique maîtrisent bien le français, bien mieux que moi, parce qu'ils ont fait toute leur scolarité en français. Moi, j'ai commencé à apprendre le français à 24 ans.
Aussi, grâce à un ancien gouvernement néo-démocrate, nous avons tout un réseau scolaire: des écoles élémentaires, des écoles secondaires et des écoles du programme-cadre, c'est-à-dire des écoles en français pour les francophones. Il faut dire que la situation du français en Colombie-Britannique est nettement meilleure qu'elle l'était quand j'étais jeune. Je souhaite qu'on la renforce et que le français soit plus présent après toutes ces années.
À 24 ans, j'ai enfin décidé d'apprendre le français. J'ai décidé de le faire dans le meilleur endroit possible: je suis allé à Chicoutimi. Je suis arrivé un 3 janvier en plein milieu d'une tempête. En Colombie-Britannique, surtout à New Westminster dans la région du Grand Vancouver, on n'a pas souvent des tempêtes comme celle-là. J'ai adoré apprendre le français et vivre à Chicoutimi, dans la belle région du Saguenay—Lac-Saint-Jean. Ensuite, je suis passé en Estrie, à Sherbrooke. Après, je suis allé à Montréal, dans l'est de la ville, dans Laurier—Sainte-Marie, et enfin dans l'Outaouais, dans la circonscription de Hull—Aylmer. À tous ces endroits, j'ai vu l'importance des services qui sont toujours offerts à la communauté anglophone, partout, même au Saguenay—Lac-Saint-Jean. J'avais le choix entre les deux langues officielles, et ce, même avec le gouvernement du Québec. Je trouvais extrêmement important que ces services soient offerts dans la langue de la minorité.
Toutefois, j'ai aussi appris qu'un travailleur ou une travailleuse qui veut travailler en français dans une entreprise de compétence fédérale dépend à l'heure actuelle du bon vouloir de l'entreprise. Tant que ce projet de loi ne sera pas en vigueur, l'entreprise n'a aucune obligation de fournir une entente collective ni de s'assurer que les employés peuvent communiquer en français avec l'employeur. Il faut combler ce trou. Il faut agir afin de fournir un cadre permettant à tous les travailleurs et toutes les travailleuses de travailler en français. C'est normal et c’est pour cette raison qu'il faut appuyer ce projet de loi.
Par la suite, j'ai passé 12 ans au Québec et j'ai adoré ces années-là. J'ai eu la chance d'aller aux quatre coins du Québec. J'ai compris l'importance de toujours renforcer la langue française, pas seulement au Québec, mais partout au pays.
Cela m'amène au point important que je veux soulever en lien avec la modernisation de la Loi sur les langues officielles. Cette Loi a été adoptée il y a 50 ans et la situation a certainement bien changé depuis. Nous devons tous nous pencher sur cette question afin de mettre en place des outils pour moderniser notre situation linguistique partout au pays.
Dans ma vie professionnelle, avant même d'être parlementaire, j'ai souvent eu la chance de voyager au Canada atlantique, partout en Ontario — surtout dans le nord — et dans l'Ouest canadien, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. De nombreuses communautés francophones y sont présentes. On peut penser à Maillardville, ou au quartier Saint-Sacrement à Vancouver. Il existe de nombreux quartiers et de nombreuses villes francophones partout au pays.
Cependant, la Loi sur les langues officielles ne répond plus à leurs besoins comme elle le faisait il y a un demi-siècle. Il faut s'assurer de renforcer et d'appuyer ces communautés, peu importe où elles se trouvent. Que ce soit à Saint-Boniface, à Hearst, dans la belle et extraordinaire région d'Acadie—Bathurst, à Shippagan-Lamèque-Miscou ou à Edmundston, on retrouve une présence francophone remarquable.
La modernisation de la Loi sur les langues officielles permettra à ces communautés non seulement de continuer d'exister, mais de prospérer et d'attirer des nouveaux arrivants, de nouvelles personnes qui s'exprimeront elles aussi dans la belle langue de Molière.
Comme je l'ai mentionné, notre ancien et regretté chef Jack Layton, notre ancien chef Thomas Mulcair, notre ancien député Yvon Godin, notre ancienne cheffe intérimaire Nycole Turmel et, bien sûr, notre chef actuel, ont tous appuyé un renforcement de la langue française.
Or, pour les néo-démocrates, cela ne se fait pas seulement au niveau fédéral. En Colombie‑Britannique, en Saskatchewan et au Manitoba, les gouvernements néo-démocrates ont mis en place des réseaux scolaires qui offrent à la fois des programmes-cadres dans les écoles francophones aux élèves francophones et des programmes d'immersion pour que les gens puissent apprendre le français.
Des députés néo-démocrates comme Léo Piquette, Elizabeth Weir et Alexa McDonough à l'époque où elle était cheffe en Nouvelle‑Écosse, ont eux aussi renforcé les institutions francophones. En Ontario, c'est l'ancien gouvernement néo-démocrate qui en a fait le plus pour les droits des francophones. Ce ne sont donc pas que les députés fédéraux néo-démocrates qui préconisent la nécessité de renforcer la langue française, mais tout le parti et tous ses députés, tant au niveau provincial que fédéral.
C'est pour toutes ces raisons que j'appuie avec plaisir ce projet de loi et que je souhaite que l'on renforce le droit de travailler en français au Québec.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-10 17:59 [p.8254]
Mr. Speaker, even though I have not had the pleasure of knowing you for very long, I, too, would like to begin my speech by thanking you for your services and wishing you a very well-deserved retirement.
I am pleased to rise in the House today to speak to Bill C‑254. I would like to digress somewhat and even look back in time to explain. I apologize in advance if this feels like Groundhog Day for members, but I want to reread some excerpts from question period on November 18, 2020.
The leader of the official opposition asked the Prime Minister the following question through the Chair, obviously, and I quote:
Mr. Speaker, Chelsea Craig is the Quebec president of the Liberal Party of Canada. Ms. Craig recently called Bill 101 oppressive. The Liberals continue to flout Bill 101, 43 years after it was adopted. Why do Liberal leaders continue to undermine French in Quebec?
The Prime Minister answered, and I quote:
Mr. Speaker, I do not need any lectures from a party that still refuses to commit to appointing only bilingual justices to the Supreme Court. We have always done what is necessary to defend the French fact in Canada, including in Quebec, as we said in the throne speech. We know how important it is to promote the French language across the country and also to protect the French language in Quebec, in partnership with the Government of Quebec.
The leader of the official opposition asked the Prime Minister another related question. He said, and I quote:
Mr. Speaker, the member for Saint‑Laurent showed considerable contempt for francophones, but no Liberal members from Quebec have spoken out against that. These members are doing nothing to defend the French language. No action has been taken on official languages in five years. Will the Prime Minister introduce a bill on official languages before Christmas, yes or no?
The Prime Minister replied, and I quote:
Mr. Speaker, if the Leader of the Opposition wants to show his commitment to the French language, will he promise today to appoint only bilingual judges to the Supreme Court of Canada? That is something he did not want to do and we will see whether he agrees to do that. We will always be there to defend the French language and defend the French fact in Quebec and across Canada. That is why we deplore the comments made by the member for Saint‑Laurent and that is why we are pleased that she apologized for what she said.
I was so taken aback by that exchange that I felt compelled to post the following on Twitter: “Fascinating question period. The Liberals and Conservatives are arguing over who is the biggest defender of French.” I thought that was excellent proof of the need for a strong Bloc delegation in Ottawa. I would be willing to bet that if the Bloc did not have 32 members in the House, this debate on the issue of protecting the French language would not have happened, or at least certainly not in such a lively manner, hence the importance of having a strong delegation in what is, for us, a foreign parliament.
A little more recently, on the more specific issue of protecting French as language of work, I had the pleasure, if I can put it that way, of an exchange with the Minister of Official Languages as recently as May 25. Once again, I would like to go back in time and have a bit of a groundhog day by quoting that exchange directly:
I said the following:
Mr. Speaker, the purpose of Bill 96, an act to protect French, the official and common language of Quebec, is to ensure compliance with Bill 101. Clause 65 clearly states that any enterprise or employer carrying on its activities in Quebec is subject to the act, and that includes federally regulated enterprises. We know that the Minister of Official Languages is working on her own language reform. Will she clearly state that she has no intention of interfering in any way whatsoever with Quebec's intention to apply the Charter of the French Language to federally regulated enterprises?
To which the minister replied the following:
Mr. Speaker, I thank my esteemed colleague for her question, which gives me an opportunity to remind the House about the government's position on official languages and specifically the protection of the French fact in Quebec and Canada. I want to remind my colleague that we will of course protect the right to work in French and the right to be served in French, as well as francophones' right not to experience discrimination in federally regulated enterprises in Quebec and in regions with a strong francophone presence across the country. I would be happy to work with her to achieve that vision.
Once again, what is the government's vision for protecting the French language? The fact is, its vision protects institutional bilingualism. As I have said in the House, their vision is to do to federal institutions what they did to Air Canada.
The government's white paper provides for the protection of the right to work in French. However, Bill 96, which was enacted in Quebec, does not do that. Bill C‑254 embodies the principle of Bill 96, in other words the fact that the language of work in Quebec is French.
I asked the Minister of Official Languages countless times if she would interfere in what Quebec is doing. I never got a clear answer, hence the importance of Bill C‑254, which I hope will be put to a vote in the House. This vote will leave the government no choice but to clearly express its will, say whether it intends to interfere in what Quebec is doing and challenge its will to apply Bill 101 to federally regulated businesses.
The government will also have to clearly state whether it is for or against changing the Canada Labour Code to reflect that the federally regulated businesses operating in Quebec are subject to Bill 101. It will also have to indicate whether the preamble to the Official Languages Act will be amended to recognized that French is the official language of Quebec and the common language of Quebec. We will finally know whether the federal government agrees to commit in the Official Languages Act to not obstruct the application of the Charter of the French Language in Quebec. We will finally see whether it agrees to change the Canada Business Corporations Act to clarify that the name of a corporation that conducts business in Quebec must meet the requirements of the Charter of the French Language.
We have been talking non-stop in the House about reforming the Official Languages Act. This is something that the minister wants to do and that the official opposition is asking her to do, and these reforms are not inherently good or bad. It all depends on what that they look like. The devil is in the details, as they say. The role of the Bloc Québécois here is to ensure that the reform of the Official Languages Act does not end up consisting of platitudes that lead nowhere.
We must act quickly to reverse the trend that is taking hold in Quebec. The percentage of Quebeckers who speak French as a first language has dropped below 80% for the first time in more than a century, and the Office québécois de la langue française estimates that this figure could be in the area of 70% by 2036. The use of English among young francophones aged 25 to 44, on the other hand, has doubled in the past 15 years in the greater Montreal area. In Quebec, only 55% of allophones switch languages to French, but that figure needs to be 90% if we want to maintain the relative weight of French.
As the only French-speaking nation in North America, Quebec not only needs to be intransigent, but it also has a responsibility to keep its language alive and well. I want to share a quote from Pierre Bourgault, who said, “when we defend French here in Quebec, we are defending all the languages of the world against the hegemony of one.”
Bill C‑254, introduced by my colleague from Beauport—Limoilou, will not resolve the fate of the French language and its vitality all on its own, but it is a step in the right direction. It is a meaningful step that neither the House nor the French language can afford not to take. That is why I will be very pleased to vote in favour of this bill.
Monsieur le Président, moi non plus, je ne peux faire autrement que de commencer mon discours en vous remerciant de vos services, même si j'ai trouvé très bref le plaisir de vous connaître, et en vous souhaitant une retraite qui est, ma foi, bien plus que méritée.
Je suis contente de prendre la parole aujourd'hui à la Chambre au sujet du projet de loi C‑254. Je me permettrai de faire un assez long détour, et même de remonter dans le temps pour l'expliquer. Je présente mes plus plates excuses à l'avance si on trouve que cela ressemble au jour de la marmotte, mais je vais relire des extraits de la période des questions du 18 novembre 2020.
Le chef de l'opposition officielle demandait ceci au premier ministre, en s'adressant à la présidence, évidemment:
Monsieur le Président, Chelsea Craig est la directrice du Parti libéral du Canada au Québec. Récemment, Mme Craig a dit que la loi 101 était une loi d'oppression. Quarante-trois ans après son adoption, les libéraux continuent de ne pas respecter la loi 101. Pourquoi les dirigeants libéraux nuisent-ils encore au français au Québec?
Le premier ministre a répondu:
Monsieur le Président, je n'ai aucune leçon à recevoir d'un parti qui refuse toujours de s'engager à ne nommer que des juges bilingues à la Cour suprême. Nous avons toujours fait ce qu'il fallait pour défendre le fait français au Canada, y compris au Québec, comme nous l'avons dit dans le discours du Trône. Nous savons qu'il est essentiel de s'assurer de l'épanouissement de la langue française partout au pays, mais aussi de bien protéger le français au Québec en partenariat avec le gouvernement du Québec.
Le chef de l'opposition officielle a relancé le premier ministre en disant:
Monsieur le Président, la députée de Saint‑Laurent a été très méprisante envers les francophones. Pourtant, aucun député libéral du Québec ne l'a dénoncée. Ces députés ne font rien pour défendre le français. Il n'y a pas d'action sur nos langues officielles après cinq ans. Est-ce que le premier ministre va déposer un projet de loi sur les langues officielles avant Noël, oui ou non?
Le premier ministre a rétorqué:
Monsieur le Président, si le chef de l'opposition veut démontrer son engagement envers le français, est-ce qu'il s'engage aujourd'hui à ne nommer que des juges bilingues à la Cour suprême du Canada? C'est quelque chose qu'il ne voulait pas faire et on verra bien s'il va l'accepter. Nous allons toujours être là pour défendre la langue française et défendre le fait français au Québec et partout au Canada. C'est pour ça que nous regrettons les propos de la députée de Saint‑Laurent et que nous sommes contents qu'elle se soit excusée pour ses propos.
Cet échange m'a tellement renversée que je n'ai eu d'autre choix que de publier sur Twitter le gazouillis suivant: « Période de questions fascinante. Les Libéraux et les Conservateurs s’obstinent à savoir lequel des deux est le plus grand défenseur du français. » Je me suis dit que cela venait faire la preuve de la pertinence d'une délégation forte du Bloc à Ottawa. En effet, je suis prête à gager mon dîner que si nous n'avions pas été 32 bloquistes à la Chambre, ce débat sur la question de la protection du français n'aurait pas eu lieu ou, à tout le moins, n'aurait certainement pas eu lieu de façon aussi animée, d'où l'importance de la présence d'une délégation forte dans ce qui est, pour nous, un parlement étranger.
Un peu plus récemment, sur la question plus spécifique de la protection du français comme langue de travail, j'ai eu le plaisir, si je peux m'exprimer ainsi, d'avoir un échange avec la ministre des Langues officielles pas plus tard que le 25 mai dernier. Encore une fois, je me permets de remonter dans le temps et de faire un jour de la marmotte en citant textuellement cet échange.
J'ai dit:
Monsieur le Président, le projet de loi no 96, qui porte sur la protection du français, la seule langue officielle et commune du Québec, vise notamment à faire respecter la loi 101. Son article 65 précise clairement que toute entreprise ou tout employeur qui exerce ses activités au Québec y est soumis, ce qui implique les entreprises de compétence fédérale. On sait que la ministre des Langues officielles travaille sur sa propre réforme linguistique. S'engage-t-elle clairement à ne pas entraver de quelque manière que ce soit la volonté du Québec d'appliquer la Charte de la langue française aux entreprises sous juridiction fédérale?
La ministre a répondu ainsi:
Monsieur le Président, je remercie ma chère collègue de sa question. Cela me donne l'occasion de rappeler la position du gouvernement en matière de langues officielles, en particulier en ce qui a trait à la protection du fait français au Québec et au pays. Je tiens à rappeler à ma collègue que nous allons bien entendu protéger le droit de travailler en français et le droit d'être servi en français, mais également le fait de ne pas être discriminé parce qu'on est francophone dans les entreprises fédérales au Québec et partout au pays, dans les régions à forte présence francophone. Cela va me faire plaisir de travailler avec elle pour faire en sorte que l'on puisse mettre en œuvre cette vision.
Encore une fois, quelle est la vision du gouvernement en matière de protection de la langue française? En fait, c'est une vision qui vise à protéger le bilinguisme institutionnel. Comme je l'ai déjà dit à la Chambre, c'est une volonté d'« aircanadianiser » les institutions fédérales.
Le Livre blanc du gouvernement prévoit la protection du droit de travailler en français. Cependant, la loi 96 qui a été promulguée au Québec ne vise pas cela. Pour sa part, le projet de loi C‑254 consacre le principe de la loi 96, c'est-à-dire le fait que la langue du travail au Québec est le français.
J'ai eu beau demander maintes et maintes fois à la ministre des Langues officielles si elle entraverait ce que fait Québec, je n'ai jamais eu de réponse claire, d'où l'importance du projet de loi C‑254 dont j'espère qu'il finira par être soumis à un vote à la Chambre. Ce vote ne laissera pas d'autre choix au gouvernement que d'exprimer clairement sa volonté, de dire s'il a l'intention de se mêler de ce que fait Québec et de contester sa volonté d'imposer la loi 101 aux entreprises fédérales.
Le gouvernement devra aussi se prononcer clairement pour ou contre la modification du Code canadien du travail afin d'y préciser que les entreprises fédérales exploitées au Québec sont assujetties à la loi 101. Il devra aussi indiquer si, oui ou non, le préambule de la Loi sur les langues officielles sera modifié pour y reconnaître que le français est la langue officielle du Québec et la langue commune du Québec. On saura enfin si le gouvernement fédéral accepte de s'engager dans la Loi sur les langues officielles à ne pas entraver l'application de la Charte de la langue française au Québec. On verra enfin s'il accepte de modifier la Loi canadienne sur les sociétés par actions pour préciser que la dénomination sociale d'une société par actions qui exerce ses activités au Québec doit satisfaire aux exigences de la Charte de la langue française.
Une réforme de la Loi sur les langues officielles, dont on discute constamment à la Chambre, que la ministre veut faire et que l'opposition officielle lui demande de faire, n'est pas nécessairement et intrinsèquement une bonne ou une mauvaise chose: tout dépend de ce qu'il y a dedans, car le diable est dans les détails, comme on le dit. Le rôle du Bloc québécois ici est justement de s'assurer que cette réforme de la Loi sur les langues officielles ne sera pas une autre série de vœux pieux ne menant à rien.
Il y a urgence à agir pour renverser la tendance qui se dessine au Québec. La population de langue maternelle française y est passée sous la barre des 80 % pour la première fois depuis plus d'un siècle et risque de se situer autour de 70 % en 2036, selon les prévisions de l'Office québécois de la langue française. Pour sa part, l'anglicisation des jeunes francophones, âgés de 25 à 44 ans, a doublé dans les 15 dernières années dans la région métropolitaine de Montréal. Au Québec, seulement 55 % des allophones font un transfert linguistique vers le français, alors qu'il en faudrait 90 % si l'on veut maintenir le poids relatif du français.
À titre de seul État de langue française en Amérique du Nord, le Québec n'a pas que le devoir d'être irréductible, il a aussi la responsabilité de garder sa langue bien vivante. Je me permets de citer Pierre Bourgault, qui disait: « Quand nous défendons le français chez nous, ce sont toutes les langues du monde que nous défendons contre l'hégémonie d'une seule. »
Le projet de loi C‑254 de ma collègue de Beauport—Limoilou ne va pas régler à lui seul le sort et la vitalité de la langue française, mais il est un pas dans la bonne direction. Il est enfin une prise d'action concrète dont ni la Chambre ni le français n'ont le luxe de se priver. C'est pour cela que cela me fera plus que plaisir de voter en faveur de ce projet de loi.
View Marie-France Lalonde Profile
Lib. (ON)
View Marie-France Lalonde Profile
2021-06-10 18:08 [p.8255]
Mr. Speaker, today I would like to make some remarks about Bill C‑254, introduced by my colleague from Beauport—Limoilou. I am very pleased to see that the promotion of French is a priority for her, and I sincerely wish to continue working with her on this file.
This is a priority for our government. That is why, since 2018, it has been working hard to modernize and strengthen the Official Languages Act and its related instruments in order to protect the French language from coast to coast.
The reform document entitled “English and French: Towards a Substantive Equality of Official Languages in Canada” was tabled in the House last February by my hon. colleague the Minister of Economic Development and Official Languages and proposes concrete legislative and administrative solutions to protect French across Canada, including in Quebec.
We recognize that there has been a decline in French in this province and across the country. Our bill to modernize the Official Languages Act seeks to remedy this.
This reform document presents a modernized vision of bilingualism to ensure the future of Canada's linguistic duality. It attests to our government's ambitious vision for the protection and promotion of French, whose survival we care about deeply.
Six proposed guiding principles can be found in this document. First, we are committed to recognizing the linguistic dynamics in the provinces and territories, as well as existing rights regarding indigenous languages, to promote a respectful Canada that is committed to building on its diversity.
We are also asserting our willingness to provide more opportunities for learning both official languages, which will help support English-speaking parents who are enrolling their children in French immersion classes to bolster the presence of French across the country.
We will be supporting the institutions of official-language minority communities, including post-secondary establishments, so that they keep reflecting the strength and resilience of these communities.
We are committed to protecting and promoting the French language throughout Canada, including in Quebec, as we recognize its particular situation within the North American context. The modernized Official Languages Act will recognize this and provide increased protection and promotion of the French language, most notably in the Canadian public service and in federally regulated institutions.
We will promote awareness and appreciation of both official languages within the public service by appointing bilingual Supreme Court justices, by strengthening the Treasury Board Secretariat's oversight function and the powers of the Commissioner of Official Languages.
Finally, going forward, we propose reviewing the Official Languages Act at regular intervals to ensure it remains relevant to the rapidly changing Canadian society of the 21st century.
Among the proposed changes, the Government of Canada will adjust its interventions and take concrete measures to strengthen the place of the French language in private businesses under federal jurisdiction and in the fields of cultural and scientific research. This will be done while respecting provincial jurisdiction, as well as the existing rights of English-speaking minority communities in Quebec. Our government is committed to promoting linguistic duality. We will do so until Canadians no longer feel linguistic insecurity. This is a matter of respect and dignity for all Canadians, both English and French speakers alike.
I would also like to add that our most recent budgets outlined significant investment in the field of official languages, including $180.4 million over three years to support immersion programs to help increase the vitality of French in Canada. We are also putting forward $6.4 million over two years in order to proceed with the modernization of the Official Languages Act. Additionally, our budget includes a commitment to invest $121.3 million in minority-language post-secondary education, as well as $81.8 million over two years to support the expansion of educational and community space. This will help maintain the vitality of French across Canada.
Our reform document contains proposals that respond directly but are not limited to the concerns of the member for Beauport—Limoilou, since we intend to go even further. This document includes major proposals to protect and promote French in federally regulated private businesses both in Quebec and in regions across Canada with a high concentration of francophones.
What is more, a committee of experts, including members of the two linguistic communities, was implemented with the mandate to consider the subject and come up with options and recommendations for the government. We are listening carefully to that expert advisory committee's recommendations, and we are quickly approaching the time when this bill to modernize and strengthen the Official Languages Act will be introduced.
The Government of Canada believes federally regulated private businesses have an important role to play in the protection and promotion of the French language. That is why we have every intention to further regulate these businesses to promote and protect the use of French as a language of service in work.
That is also why our government established the aforementioned expert panel. Its work has helped our government create our vision for a modernized Official Languages Act further by including not only federally regulated private businesses in the province of Quebec, but also those within communities with a strong francophone presence established throughout Canada.
As the Government of Canada, we cannot in good conscience limit ourselves to Quebec. While I certainly support my hon. colleague's goal of protecting French in Quebec, our government firmly believes a Quebec-only approach does not work. We need to work with both linguistic communities across the country. In other words, while our goals are the same, we absolutely need to put forward a pan-Canadian approach.
We have repeatedly heard from Canadians that the modernization of the act is a priority in order to progress toward a quality of status and use between our two official languages, the ambition of a federal government aimed to do just that, supporting French in and outside of Quebec.
Our proposed measures to modernize the Official Languages Act includes the rights of workers in Quebec and in regions with a strong francophone presence to carry out their activities in French within federally regulated businesses. It would also prohibit discrimination against employees based on the sufficiency of their knowledge of a language other than French as well as the responsibility of employers to communicate with their employees in French in Quebec and in francophone designated regions. This would obviously benefit francophone Quebeckers but would not limit itself. It would also support all francophones across Canada.
Finally, as the member for the riding of Orléans, which has one of the biggest francophone populations in Ontario, I care a lot about protecting the French language.
The reform of the Official Languages Act will have a major positive impact on all francophones in Canada, whether they be in Quebec or in minority communities in other provinces.
As members can see, the modernization of the Official Languages Act is far reaching. The use of French in federally regulated businesses is certainly a part of that. The government believes it is important to take action to make these businesses promote and protect the use of French as a language of service and a language of work, both in Quebec and in regions across Canada with a high concentration of francophones.
Our government committed to introduce a bill to modernize the Official Languages Act in 2021, and we will keep our commitment. The measures set out in our reform document seek to do just that, and we would like to invite our colleagues in the House who have already spoken in favour of modernizing the Official Languages Act to work with us so that we can successfully reform Canada's linguistic framework.
Monsieur le Président, aujourd'hui, je souhaite faire quelques remarques en lien avec le projet de loi C‑254, déposé par ma collègue de Beauport—Limoilou. Je suis fort heureuse de constater que la promotion du français est une priorité pour elle et je désire sincèrement continuer à travailler avec elle sur ce dossier.
Il s'agit surtout d'une priorité pour notre gouvernement. C'est pourquoi, depuis 2018, ce dernier s'est engagé dans un effort soutenu pour moderniser et renforcer la Loi sur les langues officielles et ses instruments connexes, de façon à protéger le français d'un océan à l'autre.
Le document de réforme intitulé Français et anglais: Vers une égalité réelle des langues officielles au Canada, déposé à la Chambre par mon honorable collègue la ministre du Développement économique et des Langues officielles au mois de février dernier, propose des solutions législatives et administratives concrètes pour la protection du français partout au Canada, y compris au Québec.
Nous reconnaissons qu'il y a bel et bien un recul du français au sein de cette province et dans l'entièreté du Canada. Notre projet de modernisation de la Loi sur les langues officielles cherchera justement à y remédier.
Ce document de réforme présente une vision modernisée du bilinguisme afin d'assurer l'avenir de la dualité linguistique canadienne. Il témoigne de la vision ambitieuse de notre gouvernement en ce qui a trait à la protection et à la promotion du français, dont la pérennité nous tient à cœur.
On trouve six principes directeurs dans ce document. Premièrement, nous nous engageons à reconnaître la dynamique linguistique dans les provinces et les territoires, ainsi que les droits existants concernant les langues autochtones, afin de promouvoir un Canada respectueux qui s’engage à prendre appui sur sa diversité.
Nous affirmons également notre volonté d’offrir davantage de possibilités d’apprentissage des deux langues officielles, ce qui permettra de soutenir les parents anglophones qui inscrivent leurs enfants dans des classes d’immersion française afin de renforcer la présence du français dans tout le pays.
Nous appuierons les institutions des communautés de langue officielle en situation minoritaire, y compris les établissements postsecondaires, afin qu’elles continuent de refléter la force et la résilience de ces communautés.
Nous sommes déterminés à protéger et à promouvoir la langue française partout au Canada, y compris au Québec, car nous reconnaissons sa situation particulière dans le contexte nord-américain. La Loi sur les langues officielles modernisée le reconnaîtra et assurera une protection et une promotion accrues de la langue française, plus particulièrement dans la fonction publique canadienne et dans les institutions sous réglementation fédérale.
Nous favoriserons la sensibilisation et la valorisation des deux langues officielles au sein de la fonction publique en nommant des juges bilingues à la Cour suprême, en renforçant la fonction de surveillance du Secrétariat du Conseil du Trésor et les pouvoirs du Commissaire aux langues officielles.
Finalement, nous proposons d’examiner à l’avenir la Loi sur les langues officielles à intervalles réguliers pour l’arrimer à l’évolution rapide de la société canadienne du XXIe siècle.
Au nombre des changements proposés, le gouvernement fédéral adaptera ses interventions et prendra des mesures concrètes pour renforcer la place du français dans les entreprises privées assujetties à la réglementation fédérale ainsi que dans les milieux de la culture et de la recherche scientifique. Il agira dans le respect des compétences provinciales et des droits des collectivités anglophones minoritaires du Québec. Notre gouvernement a à cœur de favoriser la dualité linguistique. Nous interviendrons tant que les Canadiens craindront de ne pas pouvoir parler leur langue. C’est une question de respect et de dignité pour tous les Canadiens, anglophones et francophones.
J’aimerais ajouter que nos derniers budgets prévoyaient un investissement important dans le domaine des langues officielles, dont 180,4 millions de dollars en trois ans pour appuyer les programmes d’immersion destinés à accroître la vitalité du français au Canada. Nous accordons également 6,4 millions de dollars en deux ans pour moderniser la Loi sur les langues officielles. En outre, nous nous sommes engagés dans notre budget à investir 121,3 millions de dollars dans l’éducation post-secondaire en milieu minoritaire ainsi que 81,8 millions de dollars en deux ans pour appuyer des projets éducatifs et communautaires. Ces mesures aideront à garder le français bien vivant partout au Canada.
Notre document de réforme contient des propositions qui répondent directement aux préoccupations de la députée de Beauport—Limoilou sans par ailleurs s'y limiter, puisque nous visons plus loin. Ce document comporte des propositions majeures pour protéger et promouvoir le français au sein des entreprises privées de compétence fédérale, tant au Québec que dans les régions à forte concentration de francophones partout au Canada.
De plus, un comité d'experts incluant des membres des deux communautés linguistiques a été mis sur pied avec le mandat de se pencher sur le sujet et de développer des options et des recommandations pour le gouvernement. Nous écoutons attentivement les recommandations de ce comité consultatif d'experts et nous nous rapprochons à grands pas du dépôt de ce projet de loi visant à moderniser et à renforcer la Loi sur les langues officielles.
Le gouvernement du Canada estime que les entreprises privées assujetties à la réglementation fédérale ont un rôle important à jouer dans la protection et la promotion du français. Voilà pourquoi nous avons la ferme intention de prendre d’autres règlements pour amener ces entreprises à favoriser et à protéger l’usage du français au travail.
Voilà pourquoi également notre gouvernement a mis sur pied le comité d’experts que j'ai mentionné. Le travail de ce comité a aidé notre gouvernement à déterminer les mesures à prendre pour moderniser la Loi sur les langues officielles, en y incluant non seulement les entreprises privées assujetties à la réglementation fédérale au Québec, mais aussi celles établies partout au Canada dans des collectivités comptant une population francophone importante.
Le gouvernement du Canada ne peut pas, en toute conscience, se limiter au Québec. Même si, naturellement, j’appuie l’objectif de ma collègue qui veut protéger le français au Québec, notre gouvernement croit fermement qu’une approche axée uniquement sur le Québec ne peut pas fonctionner. Nous devons travailler avec les deux communautés linguistiques au Canada. Autrement dit, même si nos objectifs sont les mêmes, nous devons absolument mettre de l’avant une approche pancanadienne.
Nous avons entendu maintes fois des Canadiens affirmer que la modernisation de la loi est une priorité si on veut améliorer la situation et l’utilisation de nos deux langues officielles. C’est exactement ce que le gouvernement fédéral recherche protéger le français à l’intérieur et à l’extérieur du Québec.
Les mesures que nous proposons pour moderniser la Loi sur les langues officielles incluent le droit des travailleurs d’exécuter leurs tâches en français dans les entreprises assujetties à la réglementation fédérale au Québec et dans les régions où les francophones sont en nombre important. Les nouvelles mesures interdiraient également la discrimination contre les employés fondée sur la connaissance d’une langue autre que le français et établiraient la responsabilité des employeurs de communiquer avec leurs employés en français au Québec et dans les régions désignées francophones. Ces changements seraient évidemment bénéfiques pour les Québécois francophones, mais ils ne se limiteraient pas à ce groupe. En effet, ils permettraient d’appuyer également les francophones partout ailleurs au Canada.
Finalement, en tant que députée de la circonscription d'Orléans, laquelle a l'une des plus importantes populations francophones de l'Ontario, la protection de la langue française me tient à cœur.
La réforme de la Loi sur les langues officielles aura des répercussions positives d'envergure pour l'ensemble des francophones du Canada, qu'ils soient au Québec ou en situation minoritaire au sein des autres provinces.
Comme on peut le voir, le chantier de la modernisation de la Loi sur les langues officielles est vaste. La place du français dans les entreprises régies par le gouvernement fédéral en fait certainement partie. Le gouvernement estime qu'il est important d'agir pour contraindre ces entreprises à promouvoir et protéger l'utilisation du français en tant que langue de service et de travail, tant au Québec, que dans les régions à forte concentration de francophones partout au Canada.
Notre gouvernement s'est engagé à déposer un projet de loi pour une loi sur les langues officielles modernisée en 2021 et nous respecterons notre engagement. Les mesures présentes dans notre document de réforme visent précisément ce but et nous aimerions convier nos collègues de la Chambre, lesquels se sont déjà prononcés en faveur d'une modernisation de la Loi sur les langues officielles, à coopérer avec nous pour réussir la réforme de notre régime linguistique canadien.
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
View Julie Vignola Profile
2021-06-10 18:18 [p.8256]
Mr. Speaker, I listened to the speeches of every one of my colleagues.
To my colleague from Rosemont—La Petite‑Patrie, who suggested protecting French in Quebec by using the Canada Labour Code to give workers the right to file a complaint every time an employer did not comply with Bill 101, I would say that this idea is just a band-aid on a gaping wound. It is not a bad idea, but it will only tie up the union processes that he is quite familiar with, without really fixing the root problem since, despite the complaints, the employer would not feel obligated in the least to use the common and official language of Quebec, French, to communicate with its employees.
To my colleague from Richmond—Arthabaska, who is in favour of the bill, but surprised to be debating it in the House of Commons since it falls under the jurisdiction of Quebec and the provinces, I would say that the refusal by federally regulated businesses to comply with the Charter of the French Language, the argument being that federally regulated businesses do not need to follow Quebec laws, justifies in itself that we are forced to legislate in the House of Commons to ensure that businesses respect Quebec, their own employees and the French language.
To my colleague from Glengarry—Prescott—Russell, who does not see the point of the bill considering the white paper on official languages, I would say that protecting bilingualism will not allow federally regulated businesses to ignore the Charter of the French Language and the common language of Quebec. Even members of the government get around the requirement to offer information sessions and webinars in both official languages by sending invitations through from their parliamentary email account, which is their privilege, rather than using their ministerial email, which would require them to offer translation. Even in the House, asserting the same rights as anglophones can be complicated, and so can filing complaints.
Some would have me believe that Canada will successfully impose on companies located in Quebec what it does not impose on itself. The word that comes to mind is “nonsense”. You would have to be crazy not to understand that Canada wants francophones and Quebeckers to shut up and embrace bilingualism.
To my colleague from Sherbrooke, who says that provincial laws alone are not strong enough and federal laws are absolutely required, besides the fact that this is a paternalistic attitude that I do not like any more than first nations do, I could respond with various examples demonstrating that Quebec laws have more teeth than federal laws. For example, Quebec's environment, labour and consumer protection laws are much more stringent. If federal protections were so strong, a CN employee would not have been fighting in court since 2015 to have his right to work in French acknowledged. If federal protections were so strong, parents would not have had to go all the way to the Supreme Court to obtain equal rights to education in French. There are many examples. I have others. The Official Languages Commissioner says that the public service does not have an inclusive organizational structure in terms of the use of the official languages, and French often becomes the language of translation.
Protecting French here and elsewhere in Canada is important. Bill C-254 does not go against the official languages reform. It completes it and strengthens Quebec, which could be a beacon for all francophone communities.
Monsieur le Président, j'ai bien écouté les discours de chacun et chacune de mes collègues.
À mon collègue de Rosemont—La Petite‑Patrie, qui suggérait de protéger le français au Québec en donnant le droit aux travailleurs, au moyen du Code du travail, de porter plainte chaque fois qu'un employeur ne respectait pas la loi 101, je répondrai que cette idée est un pansement sur une plaie béante. Ce n'est pas mauvais, mais cela ne ferait qu'engorger les processus syndicaux qu'il connaît très bien, sans pour autant régler le problème à sa source, puisque, malgré les plaintes, l'employeur ne se sentirait aucunement dans l'obligation d'utiliser la langue commune et officielle du Québec, le français, pour communiquer avec ses employés.
À mon collègue de Richmond—Arthabaska, qui est en faveur du projet de loi, mais qui est surpris d'en débattre à la Chambre des communes, alors que c'est un sujet de compétence du Québec et des provinces canadiennes, je réponds que le refus des entreprises qui relèvent du fédéral de se conformer à la Charte de la langue française — un refus expliqué par l'argument selon lequel ces entreprises, étant de compétence fédérale, n'ont pas à se plier aux lois québécoises — justifie en lui-même que l'on soit forcé de légiférer à la Chambre des communes pour que ces entreprises respectent le Québec, leurs propres employés et la langue française.
À mon collègue de Glengarry—Prescott—Russell, qui ne voit pas l'utilité du projet de loi, eu égard au livre blanc sur les langues officielles, je réponds que protéger le bilinguisme ne permettra pas aux entreprises qui relèvent du fédéral de faire abstraction de la Charte de la langue française et de la langue commune du Québec. Même les membres du gouvernement contournent l'obligation d'offrir des séances d'information et des webinaires dans les deux langues officielles, en envoyant les invitations par leur courriel de député, ce qui est leur privilège, au lieu d'utiliser celui de ministre qui les obligerait à offrir la traduction. Même à la Chambre, recevoir les mêmes droits que les anglophones peut être compliqué — et porter plainte aussi.
On veut me faire croire que le Canada réussira à imposer aux entreprises sises sur le territoire québécois ce qu'il ne s'impose pas à lui-même. Un mot me vient en tête. Il commence par « fou » et se termine par « taise », comme dans « il faut être fou pour ne pas comprendre que le Canada veut que les francophones et les Québécois se taisent et adoptent le bilinguisme ».
À ma collègue de Sherbrooke, qui dit que les lois provinciales à elles seules ne sont pas assez fortes et qu'il faut absolument l'implication des lois fédérales, et au-delà du fait que cela revêt un paternalisme que je n'aime pas plus que les Premières Nations ne l'aiment, je réponds par différents exemples qui montrent que les lois du Québec ont beaucoup plus de mordant que les lois fédérales. Par exemple, en matière d'environnement, de droit du travail, de protection des consommateurs, le Québec est beaucoup plus sévère. La protection fédérale est tellement forte — on sentira bien le sarcasme — qu'un employé du CN est devant les tribunaux depuis 2015 pour faire reconnaître son droit de travailler en français. Cette protection fédérale est si forte que des parents ont dû aller jusqu'en Cour suprême pour avoir des droits équitables à l'éducation en français. Les exemples abondent. J'en ai d'autres ici. Le commissaire aux langues officielles dit que la fonction publique n'a pas une culture organisationnelle inclusive en ce qui a trait à l'utilisation des langues officielles, et très souvent le français devient une langue de traduction.
Protéger le français ici et ailleurs au Canada est important. Le projet de loi C‑254 ne va pas à l'encontre de la réforme des langues officielles. Il vient la compléter et donner une force au Québec, qui peut être une lumière pour l'ensemble des communautés francophones.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-10 18:24 [p.8257]
Pursuant to order made on Monday, January 25, the recorded division stands deferred until Wednesday, June 16, at the expiry of the time provided for Oral Questions.
Conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier, le vote par appel nominal est différé jusqu'au mercredi 16 juin, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
View Francis Scarpaleggia Profile
Lib. (QC)
View Francis Scarpaleggia Profile
2021-06-07 11:05 [p.7995]
Mr. Speaker, I rise today to address the private member's bill, Bill C-226, introduced by the member for Montcalm, whom I have always found to be an intelligent and respectful debater, even if we do not share the same vision for our Canadian federalism. He always makes his interventions about ideas, and that is fundamental to a healthy democracy.
Bill C-226 asks the House to support an amendment to the Canadian Multiculturalism Act that would make the act not applicable in Quebec. It is important to mention that official bilingualism and multiculturalism in this country share the same origins. That is the Royal Commission on Bilingualism and Biculturalism, which did its work between 1963 and 1969. The commissioners believed, in fact, that official bilingualism and multiculturalism could be mutually reinforcing, and they were so very right.
Through its multicultural policy adopted in 1971, the federal government recognized diversity as a fundamental characteristic of Canadian society and as a pillar of our value system. However, it was also made clear that the advancement of multiculturalism throughout Canada had to be made in harmony with the national commitment to the official languages of Canada. Built not only on the contributions of indigenous peoples and the two official language communities, French and English, the fabric of Canada owes much to the contributions of the many ethnocultural communities and new immigrants who have come to make a life in this country over the span of decades.
By way of background, the Canadian multiculturalism policy was enshrined in the Canadian Multiculturalism Act in 1988, and all provincial and territorial governments are subject to its application, including Quebec. The act, which is now 33 years old, provides the framework for federal responsibilities and activities designed to bring Canadians closer together and promote mutual respect and appreciation among Canadians of different backgrounds. The act has been central in creating harmonious relations among Canadians of different backgrounds, and it has helped strengthen the country's social fabric.
Quebec is the only province in Canada that promotes interculturalism as an approach to integration and cross-cultural understanding. Broadly speaking, Quebec's vision and policy of interculturalism propose a model of integration that aims to ensure the continuity of the francophone identity and culture, while still respecting minority cultures, that is, diversity, and the contributions they make to modern Quebec society.
In 1990, a policy statement on immigration and integration entitled “Let's Build Quebec Together” set the parameters of Quebec's policy of interculturalism. Developed by the Ministry of Immigration, Diversity and Inclusion of Quebec, the document reaffirms that interculturalism and adapting institutions to the values of diversity and reasonable accommodation are key parts of Quebec's approach to integration.
As the Prime Minister often says, “we are strong not in spite of our differences, but because of them.” As many scholars and academics have noted, linguistic duality is at the heart of our Canadian values of inclusiveness and diversity. Accommodating two languages has fostered greater openness in Canadian society toward other cultures. The Official Languages Act and the Canadian Multiculturalism Act go hand in hand in defining the values that Canada represents on the world stage.
In 2021, we are celebrating the 50th anniversary of Canada's multiculturalism policy, which was introduced in the House of Commons by former prime minister Pierre Elliott Trudeau. This will be an opportunity to remember who we are and what unites us.
It is important and, indeed, crucial to note that multiculturalism and interculturalism are not incompatible. They are not really opposites. One does not exclude the other. Both attach great importance to integrating and respecting common civic and democratic values, and both have been invaluable to Canada's social fabric since the 1970s.
I would add that Canada's federal multiculturalism policy is flexible enough to allow for the two concepts, multiculturalism and interculturalism, to coexist. It is very important for the Government of Canada that Canadians in all provinces and territories act in accordance with the country's core values, such as openness to diversity, inclusion and respect for others. In that regard, multiculturalism, like our official languages, is often perceived to be a fundamental social pillar that the government is committed to defending and promoting.
Bill C-226 reminds us that Quebeckers form a nation and therefore possess all the tools and power needed to define their identity and protect three common and essential values, namely, the protection of the French language, the separation of church and state and gender equality. For those reasons, the member for Montcalm is suggesting that the Canadian Multiculturalism Act should not apply to Quebec. However, if we analyze the federal legislation carefully, we see that those three principles hold a very important, and even fundamental, place in it.
First, the application of the act does not exclude the protection of the French language. Immigrant heritage languages cannot be enhanced, as suggested in the Canadian Multiculturalism Act, without strengthening the status and use of both official languages. What is more, the Canadian Charter of Rights and Freedoms, like the Canadian Multiculturalism Act, guarantees freedom of conscience and freedom of religion, while ensuring those freedoms are not endangered.
Second, because of this interpretation of pluralism, which is based on reasonable accommodation, the federal government has the ability to maintain the neutrality of the state, since it does not favour majority religious beliefs over minority ones.
The Multiculturalism Act repeatedly points to gender equality as a fundamental principle of Canadian society. Exempting Quebec from the Canadian Multiculturalism Act, as called for in Bill C-226, could have major consequences.
It would reduce access to the multiculturalism funding program by Quebec's ethnocultural and religious communities. Exempting Quebec from the Multiculturalism Act would also compromise the federal government's ability to promote a consistent shared set of national values and support the overall objectives of the act. Passage of this bill will most certainly lead to discussions about competing anti-multiculturalism ideologies across the country, which is hardly desirable.
This bill is also an attempt to undermine the application of the Canadian Charter of Rights and Freedoms in Quebec, given that section 17 of the charter officially refers to multiculturalism as a Canadian value. The bill is actually trying to do this without invoking the section 33 notwithstanding clause, which requires an official request by the province. I would note that the Government of Quebec has made no such request.
I will conclude by reminding the House that the position put forward by Bill C-226 is not supported by all Quebeckers and all Quebec governments. In 2017, the Quebec government published an official document that outlines its vision of itself within Canada. The document, entitled “Policy on Québec Affirmation and Canadian Relations”, remains current and has been endorsed by two successive governments. It states, “Québec has been able to grow and develop its national identity within the Canadian federal framework.” This clearly implies that the Canadian Multiculturalism Act is not impeding Quebec or its development in any way.
The Canadian Multiculturalism Act makes Canada a stronger, more united and more inclusive country, and it must be protected.
Whichever way we cut it, we are a country of minorities. This reality, and the awareness of this reality, is what gives us, as Canadians, our wise perspective, a perspective that in my view is the recipe for success in the postmodern world. It is what keeps us from the—
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi d'initiative parlementaire C-226, présenté par le député de Montcalm, que j'ai toujours considéré comme état un débatteur intelligent et respectueux, même si nous ne partageons pas la même vision du fédéralisme canadien. Il axe toujours ses interventions sur des idées, ce qui est fondamental pour une démocratie saine.
Le projet de loi C-226 demande à la Chambre d'appuyer la modification de la Loi sur le multiculturalisme canadien afin que celle-ci ne s'applique pas au Québec. Il est important de mentionner que le caractère officiel du bilinguisme et du multiculturalisme en ce pays a, dans les deux cas, la même origine, soit la Commission royale d'enquête sur le bilinguisme et de biculturalisme, dont les travaux se sont déroulés de 1963 à 1969 et à l'issue de laquelle les commissaires ont estimé que, en les rendant officiels, le bilinguisme et le multiculturalisme pourraient se renforcer mutuellement. Ils avaient tout à fait raison.
Avec la politique sur le multiculturalisme adoptée en 1971, le gouvernement fédéral a reconnu que la diversité était une caractéristique fondamentale de la société canadienne ainsi qu'un pilier de notre système de valeurs. Toutefois, il a aussi été bien établi que la promotion du multiculturalisme au pays devait se faire en harmonie avec les engagements nationaux pris à l'égard des deux langues officielles du Canada. Le tissu social du pays est le résultat des contributions non seulement des Autochtones et des deux communautés linguistiques officielles, les francophones et les anglophones, mais aussi des nombreuses communautés ethnoculturelles et des nombreux nouveaux immigrants qui sont venus faire leur vie au Canada au fil des décennies.
À titre d'information, la politique canadienne sur le multiculturalisme a été inscrite dans la Loi sur le multiculturalisme canadien en 1988, et tous les gouvernements provinciaux et territoriaux y sont assujettis, y compris celui du Québec. La Loi, qui a maintenant 33 ans, établit un cadre qui régit les responsabilités et les activités du gouvernement fédéral visant à rapprocher les Canadiens et à promouvoir le respect et l'estime mutuels entre les Canadiens de différentes origines. La Loi a été essentielle pour promouvoir des relations harmonieuses entre les Canadiens de différentes origines et elle a permis de renforcer le tissu social du Canada.
Le Québec est la seule province canadienne à promouvoir une vision interculturelle comme approche d'intégration et de compréhension entre les cultures. De façon générale, la vision et la politique interculturelle du Québec assurent la continuité de l'identité et de la culture francophones, tout en respectant les cultures minoritaires, c'est-à-dire la diversité, et les contributions qu'elles apportent à la société québécoise moderne.
En 1990, un énoncé de politique en matière d'immigration et d'intégration intitulé « Au Québec pour bâtir ensemble » a fixé les paramètres de la politique québécoise concernant la vision interculturelle du Québec. Élaboré par le ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion du Québec, ce document affirme une nouvelle fois que la vision interculturelle et l'adaptation des institutions aux valeurs de la diversité et de l'accommodement raisonnable sont des éléments clés de l'approche québécoise en matière d'intégration.
Comme le premier ministre le dit souvent, « nous sommes forts non pas en dépit de nos différences, mais bien grâce à elles ». Bon nombre de chercheurs et universitaires l'ont fait observer, la dualité linguistique est au cœur de nos valeurs canadiennes d'inclusion et de diversité. La prise en compte des deux langues a fait que la société canadienne est plus ouverte aux autres cultures. La Loi sur les langues officielles et la Loi sur le multiculturalisme canadien vont de pair pour définir les valeurs que le Canada représente sur la scène mondiale.
En 2021, nous célébrerons le 50e anniversaire de la politique canadienne du multiculturalisme qui fut présentée à la Chambre des communes par le premier ministre Pierre Elliott Trudeau. Ce sera donc l'occasion de se rappeler qui nous sommes et ce qui nous unit.
Un élément important, voire crucial à noter est que le multiculturalisme et l'interculturalisme ne s'opposent pas. Ce ne sont pas vraiment des contraires. L'un n'exclut pas l'autre. Les deux accordent une grande importance à l'intégration et au respect des valeurs civiques et démocratiques communes et ont été précieux pour le tissu social du Canada depuis les années 1970.
J'ajouterais que la politique fédérale du multiculturalisme canadien est suffisamment souple pour permettre la coexistence de ces deux concepts, soit le multiculturalisme et l'interculturalisme. Le gouvernement du Canada accorde une grande importance au fait que les Canadiens de toutes les provinces et territoires adhèrent aux valeurs fondamentales du pays, comme l'ouverture à la diversité, l'inclusion et le respect des autres. À cet égard, le multiculturalisme, comme les langues officielles, est souvent perçu comme un pilier sociétal fondamental que le gouvernement fédéral tient à défendre et à promouvoir.
Le projet de loi C-226 rappelle que les Québécois forment une nation et que, de ce fait, ils ont en main tous les outils et tous les leviers nécessaires à la définition de leur identité et à la protection de trois valeurs communes et essentielles, soit la protection de la langue française, la séparation de l'État et de la religion ainsi que l'égalité des genres. Pour ces raisons, le député de Montcalm suggère que la Loi sur le multiculturalisme ne devrait pas s'appliquer au Québec. Or si l'on analyse attentivement la loi fédérale, on constate que ces trois principes y occupent une place importante, voire fondamentale.
D'abord, l'application de la Loi n'exclut pas la protection de la langue française. La valorisation des langues patrimoniales issues de l'immigration, telle que suggérée dans la Loi sur le multiculturalisme, ne peut se faire sans l'affirmation des deux langues officielles et l'élargissement de leur usage. De plus, la Charte canadienne des droits et libertés, tout comme la Loi sur le multiculturalisme, garantit la liberté de conscience et la liberté de religion, tout en s'assurant qu'il n'y a aucun préjudice à ces libertés.
Ensuite, grâce à cet aménagement du pluralisme, qui repose sur l'accommodement raisonnable, le gouvernement fédéral a la capacité de préserver la neutralité de l'État, puisqu'il ne défavorise pas une croyance religieuse minoritaire au profit de la majorité.
Enfin, l'égalité des genres est soulignée à maintes reprises dans la Loi sur le multiculturalisme comme principe fondamental de la société canadienne. Soustraire la Loi sur le multiculturalisme canadien de son application au Québec, comme prescrit dans le projet de loi C-226, pourrait entraîner des conséquences importantes.
Cela conduirait à diminuer l'accès au programme de financement du multiculturalisme par les communautés ethnoculturelles et religieuses du Québec. Exempter le Québec de l'application de la Loi sur le multiculturalisme limiterait aussi la capacité du gouvernement fédéral de proposer, à l'échelle du pays et de manière uniforme, les valeurs communes et de soutenir les objectifs globaux de cette loi. L'adoption du projet de loi entraînerait à coup sûr des discussions, partout au pays, sur des idéologies concurrentes s'opposant au multiculturalisme. Cela n'est guère souhaitable.
On doit aussi voir dans ce projet de loi une tentative de limiter l'application de la Charte canadienne des droits et libertés au Québec, étant donné que l'article 27 de la Charte fait officiellement référence au multiculturalisme comme une valeur canadienne. De fait, le projet de loi cherche à faire ceci sans invoquer la disposition de dérogation de l'article 33 de la Charte, qui exigerait une demande officielle de la province. Il faut noter que le gouvernement du Québec n'a pas fait une telle demande.
J'aimerais terminer mon allocution en rappelant que la position véhiculée par le projet de loi C-226 n'est pas celle de tous les Québécois et de tous les gouvernements du Québec. Publiée en 2017, la Politique d'affirmation du Québec et de relations canadiennes trace les contours de la vision du gouvernement du Québec au sein du Canada. Il s'agit d'un document officiel toujours actuel et entériné par deux gouvernements successifs. Il précise notamment que « [...] dans le cadre fédéral canadien, le Québec a pu faire croître et développer son identité nationale ». Cela implique clairement que la Loi sur le multiculturalisme n'est pas du tout une entrave au Québec et à son épanouissement.
La Loi sur le multiculturalisme canadien fait du Canada un pays plus fort, plus uni et plus inclusif. Il doit être défendu.
Quoi qu'il en soit, notre pays est fait de minorités. Cette réalité et le fait que nous en soyons conscients, c'est ce qui nous donne, en tant que Canadiens, notre point de vue pondéré, qui est, à mon avis, la clé du succès dans le monde postmoderne. C'est ce qui nous empêche de...
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I would first like to say how much I appreciate Quebec, its culture and its people.
Quebec makes an enormous contribution to Canadian culture. I understand that some Bloc members doe not really like multiculturalism, but I personally believe that Canadian multiculturalism helps Quebeckers preserve their culture and share it with the rest of the country.
As a result of Canada's openness to different cultures, including French culture, we have French-language schools across the country, including in my riding of Sherwood Park—Fort Saskatchewan in Alberta.
My riding also has English-language, Christian and other educational institutions, which offer students a diverse range of educational options. Having other schools does not have a negative impact on our local French-language school, because all these schools coexist.
We can say the same thing about the global culture of Sherwood Park—Fort Saskatchewan. My riding has a diverse population with people of different backgrounds, but we stand united behind our Albertan and Canadian identity while maintaining personal cultural traditions. That is multiculturalism.
Multiculturalism is not new to Canada. There are hundreds of indigenous nations in Canada. The French and the British arrived later in this country, followed by other Europeans. We were already a multicultural people before Confederation, and when Canada was founded, people started to share their nationalities with others from different cultures and religions. It goes without saying that this process was not seamless, but we must accept that a multicultural society is not a utopia.
Nothing in this world is perfect, but I believe that the advantages of a multicultural society outweigh the disadvantages. I support the principle of pluralism, which is a political philosophy holding that people of different beliefs, backgrounds and lifestyles can coexist in the same society and participate equally in the political process. I believe that Canada is an example of a successful pluralism, in which people from all cultures, beliefs, faiths, races and sexual orientations are proud to call themselves Canadians.
As some may know, multiculturalism is something I am passionate about. Quite often I feel like we underestimate it both in terms of what it demands of us and the possibilities it represents. Multiculturalism can be challenging when it calls on us to live with and understand things that are unfamiliar to us, but it also provides us an enriching opportunity to have a deeper and intimate understanding of a much broader range of human experiences that we get through different cultures and traditions.
In a society with limited diversity, we would be ignorant without knowing it. In a more diverse society, ignorance can lead to moments of discomfort, but those moments of discomfort can give us the opportunity to learn and grow if they are associated with grace and humility.
When diversity leads to learning and growth we end up with a society where we all know much more about the world around us, one where we can not only savour all sorts of differences, but where our thoughts and conversations can be imbued with the wisdom of teachers and statesmen around the world.
The creation of this type of multicultural society that works has value and presents tremendous opportunities.
Multiculturalism and the knowledge that is gained from it can make us better artists and philosophers, better able to search for individual and collective happiness because we have access to more data, thanks to our personal relationships and conversations. Multiculturalism can help us resolve more problems by applying various problem-solving techniques, allowing us to become unique world leaders who use our cultural understanding to negotiate peace agreements that previously would have been unimaginable. Finally, multiculturalism is an opportunity to create wealth through our ability to engage in respectful trade with countries from all over the globe without being intimidated or manipulated.
There is a lot more we need to know to practise multiculturalism properly, but the knowledge that we gain about other cultures along the way will help us to do much more than simply avoid offence. When we do not understand a culture, it is easy to make erroneous snap judgments and engage in xenophobia. It is important to be open-minded when trying to understand people. If we do not, we will never have a successful, diverse society. That is why diversity of opinion is so critical. It enables members of an ethnically diverse society to co-exist and understand each other.
I would like to take a moment to talk about the Canadian Multiculturalism Act and explain why it is important that it apply to all of Canada, including Quebec.
The purpose of the act is to preserve and enhance Canada's cultural diversity. It was introduced in 1971 with the hope that it would guarantee the cultural freedom of all Canadians.
Freedom is a Canadian value. I am someone who values freedom, and that is one of the reasons why I am opposing this Bloc Québécois bill today.
I always oppose attacks on freedom. That is why I am also against Bill C-10. The government says that Bill C-10 seeks to advance diversity, but, in my opinion, freedom of expression is essential to do that.
Quite frankly, I am concerned about the repercussions on religious minorities if the Canadian Multiculturalism Act does not apply in Quebec.
Discrimination against religious and ethnic minorities is a problem in all regions of Canada. Conservatives understand the constitutional jurisdictions of each level of government, but we will always act within the federal jurisdiction to protect minority rights.
I do think it is important to recognize that the discourse on the issue of multiculturalism is a little different in Quebec than in other provinces. Given that Quebec francophones are a minority in Canada, I can understand why they want to protect their culture and especially their language.
Unlike some members, my Conservative Party colleagues and I recognize that the French language in Quebec is in decline, and this issue must be addressed. However, unlike some other members, I do not believe that assimilating minority communities or opposing multiculturalism are effective responses to this problem.
The fact is that many immigrants who settle in Quebec speak French, especially those from Haiti, Africa, Morocco and Algeria and from Middle Eastern countries such as Lebanon. All these cultures are proud of their French while maintaining their cultural and religious traditions.
Multiculturalism can be a major asset for Quebec when it comes to attracting new francophone immigrants and strengthening the presence of French in North America.
I would now like to briefly address the issue of religion in this debate because it appears in the preamble to the bill. I understand that when an individual or community has a negative experience with a religious organization, that causes pain and a desire to get as far away as possible from the source of that pain. However, hypothetically, repression in the name of secularism can happen too and can be just as harmful as repression in the name of a given religion.
I believe that the political community should focus on freedom, pluralism and freedom of religion. I do not think the state should impose a particular point of view on religious matters or practices. That is the real idea behind the separation of church and state. The idea is not about actively marginalizing people for practising their faith; it is about giving people the ability to decide what they believe in and how they interpret these beliefs.
Multiculturalism and pluralism are an expression of the universal human desire for freedom of choice and freedom to seek the truth on fundamental issues without interference from the state. Multiculturalism is important and must not be exercised at the expense of Quebec's rich culture. I think it can even improve Quebec culture, especially with respect to the French language and the fact that more immigrants speak French.
Although I am in favour of preserving Quebec's rich culture, I do not support a bill that could wind up leading to cultural assimilation. We need to work on improving multiculturalism—
Monsieur le Président, j'aimerais tout d'abord exprimer mon appréciation pour le Québec, sa culture et son peuple.
Le Québec contribue énormément à la culture canadienne. Je comprends que certains bloquistes n'aiment pas beaucoup le multiculturalisme, mais je pense personnellement que c'est grâce à notre multiculturalisme canadien que les Québécois peuvent maintenir et partager leur culture avec le reste du pays.
C'est grâce à l'ouverture du Canada aux différentes cultures, y compris la culture francophone, que nous avons des écoles de langue française partout au pays, y compris dans ma circonscription albertaine de Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
Ma circonscription compte également des écoles de langue anglaise, chrétiennes et d'autres établissements d'enseignement, qui offrent aux étudiants un choix diversifié pour leur éducation. Pourtant, le fait d'avoir d'autres écoles n'a pas de répercussions négatives sur notre école locale de langue française, car toutes ces écoles coexistent.
La même chose peut être dite à propos de la culture globale de Sherwood Park—Fort Saskatchewan. Ma circonscription possède une population diverse avec des personnes de différents horizons, mais nous nous unissons derrière notre identité albertaine et canadienne tout en maintenant des traditions culturelles personnelles. C'est cela, le multiculturalisme.
Le multiculturalisme au Canada ne date pas d'hier. Il y a des centaines de nations autochtones au Canada. Les Français et les Anglais sont ensuite venus dans ce pays, suivis par d'autres Européens. Avant la Confédération, nous étions déjà un peuple multiculturel et, lorsque le Canada a été fondé, les gens ont commencé à partager leur nationalité avec d'autres personnes de cultures et de religions différentes. Il va sans dire que cela ne s'est pas fait sans heurt, mais nous devons accepter le fait qu'une société multiculturelle n'est pas une utopie.
Il n'y a rien de parfait dans ce monde, mais je suis convaincu que les avantages d'une société multiculturelle l'emportent sur les inconvénients. Quant à moi, je suis un partisan du pluralisme: une philosophie politique selon laquelle des personnes ayant des croyances, des origines et des modes de vie différents peuvent coexister dans la même société et participer de façon égale au processus politique. Je crois que le Canada est l'exemple d'un pluralisme réussi, où des gens de toutes les cultures, croyances, confessions, races et orientations sexuelles sont fiers de se dire Canadiens.
Comme on le sait peut-être, le multiculturalisme est un aspect qui me passionne et, très souvent, il me semble que nous le sous-estimons, tant sur le plan de ce qu'il exige de nous que sur le plan des possibilités qu'il représente. Vivre le multiculturalisme peut être un défi lorsqu'il nous oblige à vivre et comprendre des choses qui ne nous sont pas familières, mais cela nous offre également l'enrichissante possibilité d'avoir une compréhension approfondie et intime d'une somme beaucoup plus vaste d'expériences humaines qui nous parviennent à travers différentes cultures et traditions.
Dans une société à la diversité limitée, nous serions plutôt ignorants, mais sans le savoir. Dans une société plus diversifiée, l'ignorance peut conduire à des moments d'inconfort, mais ces moments d'inconfort peuvent nous donner l'occasion d'apprendre et de grandir s'ils sont associés à la grâce et à l'humilité.
Le résultat d'une société dans laquelle la diversité conduit à l'apprentissage et à la croissance est une société dans laquelle nous en savons tous beaucoup plus sur le monde qui nous entoure et dans laquelle nous pouvons non seulement savourer toutes sortes d'éléments différents, mais où nos réflexions et nos conversations peuvent être imprégnées de la sagesse d'enseignants et d'hommes d'État du monde entier.
La création de ce type de société multiculturelle qui fonctionne vaut bien d'être entreprise et présente d'énormes avantages.
Le multiculturalisme et l'apprentissage qui y est associé peuvent faire de nous de meilleurs artistes et philosophes plus aptes à la recherche du bonheur individuel et collectif grâce à notre capacité à accéder à davantage de données par le biais de relations et de conversations personnelles. Le multiculturalisme peut nous permettre de résoudre davantage de problèmes en appliquant diverses technologies de résolution de problèmes et d'être des chefs de file uniques sur la scène internationale en utilisant notre compréhension culturelle pour négocier des accords de paix jusqu'alors inimaginables. Le multiculturalisme peut enfin nous permettre de devenir riches grâce à notre capacité à nous engager dans un commerce respectueux dans toutes les parties du monde sans être intimidés ou manipulés.
Pour bien pratiquer le multiculturalisme, nous devons savoir beaucoup plus de choses, mais les connaissances que nous acquerrons sur les autres cultures en cours de route nous permettront de faire bien plus que de simplement éviter de nous offenser. Lorsque nous ne comprenons pas une culture, il est facile de porter des jugements rapides et erronés et de faire preuve de xénophobie. Comprendre les gens avec un esprit ouvert est important. Sans cela, nous n'aurons jamais une société diversifiée réussie. C'est pourquoi la diversité d'opinions est si cruciale. C'est elle qui nous permet de coexister et de nous comprendre dans une société ethnique diversifiée.
J'aimerais prendre un peu de temps pour parler de la Loi sur le multiculturalisme canadien et expliquer pourquoi il est important qu'elle s'applique à l'ensemble du Canada, y compris au Québec.
La Loi a pour objet de préserver et de mettre en valeur la diversité culturelle du Canada. Elle a été introduite en 1971 avec l'espoir qu'elle garantisse les libertés culturelles de tous les Canadiens et toutes les Canadiennes.
La liberté est une valeur canadienne. Je suis quelqu'un qui valorise la liberté, et c'est l'une des raisons pour lesquelles je m'oppose aujourd'hui à ce projet de loi du Bloc québécois.
Je m'oppose toujours aux atteintes à la liberté. C'est pourquoi je suis également contre le projet de loi C-10. Le gouvernement dit que le projet de loi C-10 est pour l'avancement de la diversité, mais, à mon avis, la liberté d'expression est essentielle pour l'avancement de la diversité.
Pour être tout à fait franc, je m'inquiète des conséquences que pourrait avoir sur les minorités religieuses le fait que la Loi sur le multiculturalisme canadien ne s'applique pas au Québec.
Le problème de discrimination contre les minorités religieuses et ethniques existe dans toutes les régions du Canada. Les conservateurs comprennent les différentes compétences que la Constitution procure aux différents paliers de gouvernement, mais nous allons toujours agir selon la compétence fédérale de protéger les droits des minorités.
Maintenant, je pense qu'il est important de reconnaître que le discours sur la question du multiculturalisme est un peu différent au Québec que dans les autres provinces. Étant minoritaires au Canada, il est compréhensible que les Québécois francophones veuillent protéger leur culture et surtout leur langue.
Contrairement à certains députés, mes collègues du Parti conservateur et moi-même reconnaissons que la langue française au Québec est en déclin et qu'il faut s'en occuper. Cependant, contrairement à certains autres députés, je ne crois pas que l'assimilation des communautés minoritaires ou l'opposition à du multiculturalisme soient des réponses efficaces à ce problème.
En fait, de nombreux immigrants qui s'installent au Québec parlent français, notamment ceux d'Haïti, d'Afrique, du Maroc et de l'Algérie, ainsi que ceux des pays du Moyen-Orient, comme le Liban. Toutes ces cultures sont fières de leur français, tout en maintenant des traditions culturelles et religieuses.
Le multiculturalisme peut être un grand avantage pour le Québec afin d'attirer de nouveaux arrivants francophones et, ainsi, d'augmenter la présence francophone en Amérique du Nord.
Je voudrais maintenant aborder brièvement la question de la religion dans ce débat, car cette question est dans le préambule du projet de loi. Je comprends la douleur qui est causée lorsqu'un individu ou une communauté a une expérience négative avec une organisation religieuse et qu'il souhaite marcher aussi loin que possible dans la direction opposée. Toutefois, hypothétiquement, une situation répressive au nom de la laïcité est tout aussi possible et aussi nuisible qu'une situation répressive au nom d'une religion particulière.
À mon avis, la communauté politique devrait mettre l'accent sur la liberté, le pluralisme et le choix en matière de religion, et non sur l'imposition par l'État d'un point de vue particulier sur les questions religieuses ou l'approche des pratiques religieuses. C'est ce qui est vraiment exprimé dans le concept de séparation de l'Église et de l'État, non pas que l'État cherche activement à marginaliser les pratiques de la foi, mais que les gens sont capables de choisir eux-mêmes ce qu'ils croient et comment répondre à ces croyances.
Le multiculturalisme et le pluralisme expriment le désir humain universel d'avoir la liberté de faire ses propres choix et de rechercher la vérité sur les questions fondamentales sans être contrôlé dans ce processus par l'État. Le multiculturalisme est important et ne doit pas se faire au détriment de la riche culture du Québec. Je crois qu'il peut même l'améliorer, surtout en ce qui concerne la langue française et qu'évidemment plus d'immigrants parlent français.
Bien que je sois en faveur de la préservation de la riche culture québécoise, je ne suis pas en mesure d'appuyer un projet de loi qui pourrait mener à l'assimilation culturelle. Il faut travailler à améliorer le multiculturalisme...
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-06-07 11:27 [p.7998]
Mr. Speaker, I gather from my colleagues' speeches that they will not be supporting the bill. Many of them constantly repeat that they recognize Quebec's nationhood. Unfortunately, now that it is time to put their money where their mouth is, it is radio silence.
Before I begin, I would like to review the origins of multiculturalism. The scene is 1960s Quebec, at the dawn of the Quiet Revolution, as Jean Lesage makes an important statement: the Quebec state will be the driving force of our emancipation. By saying this, Lesage creates a specific political context in which Quebec now has not only a unique cultural identity, but a political vision as well.
This frightens the federal government. In 1963, Lester B. Pearson attempts to bring Quebeckers back on side by proposing the concept of two founding peoples. The Royal Commission on Bilingualism and Biculturalism, also known as the Laurendeau-Dunton commission, is convened with the mandate of recommending what steps should be taken to develop the Canadian Confederation on the basis of an equal partnership between the two founding races.
What happened to biculturalism and bilingualism after that? Biculturalism fell by the wayside, and Canada became a bilingual, multicultural country. Biculturalism disappeared because it offered recognition to Quebec and gave it the leverage to become a genuinely distinct society, a prospect that has always frightened federalists. For a federalist, there is only one identity possible, and that is the collective Canadian identity.
That does not work for us, not because we reject ethnocultural diversity, but because we have a different identity. This has been shown to be the case many times over the years, during two unsuccessful rounds of constitutional negotiations, as well as in the report of the Consultation Commission on Accommodation Practices Related to Cultural Differences, also known as the Bouchard-Taylor commission.
I do not know what is going on in the federalist camp, but it does not appear to hear us when we bring up such issues. The Laurendeau-Dunton commission was one of the first rebuffs that Quebec suffered, predating those of the constitutional negotiations. It was the first time Quebec was refused distinct status. Remember this, because I will come back to it later.
It is also essential to understand that multiculturalism has two components: an institutional policy, meaning the multiculturalism we see here, and a liberal theory. The Prime Minister once said that Canada is a postnational state, a phrase he borrowed from thinkers like Will Kymlicka and James Tully. I do not know if he understood what they were saying, but, for these thinkers, multiculturalism involves recognizing not only ethnocultural diversity, but national minorities as well.
Not once has Canadian multiculturalism as it is laid out in our legislation even come close to recognizing national minorities, such as the Quebec national minority and the indigenous national minorities. Over time, it has developed a system of integration that means that if every culture ends up being recognized, none of them really are.
Multiculturalism recognizes different cultures, but not to the point of giving them any real political power. Will Kymlicka, the leading theorist of multiculturalism, divides minorities into two types. Cultural minorities demand recognition, which they are entitled to receive, as they do in Quebec. National minorities demand political autonomy.
The federal government will never be willing to consider the issue. It would rather dismiss it out of hand, since it would mean Quebec would have distinct status and indigenous nations would have a separate government. The federal government has never been interested in moving in that direction.
In my opinion, it is simple: Quebeckers reject multiculturalism. That was proven by the Bouchard-Taylor commission. We are not opposed to diversity, but multiculturalism means denying our nationhood. It offers us no recognition or guarantees.
What really bothers me is that federalists do not understand the principle of duality. As Quebeckers and francophones, we exist as a minority in a sea of anglophones. We need policies to protect us in that specific context. The system of ethnocultural minority integration does not do that.
To add insult to injury, today we are being told that, because Quebecers reject multiculturalism, that must mean they are fundamentally against ethnocultural minorities. That is not true.
I mentioned the Laurendeau-Dunton commission earlier. Canada began recognizing diversity in 1963. I recommend that my colleagues in the House read a short book by Hubert Aquin entitled The Cultural Fatigue of French Canada. It was published in 1962, but the author was already writing that Quebec is a polyethnic society with a different culture. That was the foundation for what is still happening today: a pillar of integration in Quebec is that the integration is carried out in French.
Earlier, my colleague said that a secular state is one of the worst violations of individual freedoms. It is important that a state be secular. I do not think that the French are against ethnocultural minorities or that they are hostile to freedom, yet France is a strongly secular state. Secularism is another very important pillar of Quebec's identity.
I was forgetting language, which is essential. Integration in Quebec must be carried out in French. These three pillars can be found in Quebec's policy, which is an interculturalism policy. The House could do something bold and commendable by recognizing that Quebec is a minority nation in Canada, a nation that needs safeguards and protections and that may need its own model of integration.
According to Gérard Bouchard, a co-chair of the Bouchard-Taylor commission and professor emeritus at my alma mater, the Université du Québec à Chicoutimi, the interculturalist model of integration is probably the most appropriate system for Quebec's circumstances. Why? Because it recognizes duality and the arrival of ethnocultural minorities, but it also recognizes that there is a national minority and that, if this national minority wants to survive and move forward with its own political projects, it must have a form of integration that suits its identity.
Unfortunately, multiculturalism does not do that today. Not only does it not do that, but it is a constant reminder that, at a time when Canada could have recognized us, it rejected us instead. Canada preferred to adopt biculturalism, the idea that there are two founding peoples. It preferred to adopt this idea, only to eventually set it aside and turn to multiculturalism. This integration policy constantly reminds us that we are in some way second-class citizens in the Canadian federation.
I think that the best thing my colleagues could do is to right a historical wrong against us, recognize that multiculturalism should not apply in Quebec and agree that interculturalism is the right policy for Quebecers.
Monsieur le Président, je comprends de l'intervention de mes collègues qu'ils n'appuieront pas le projet de loi. Pourtant, ils sont nombreux à se gargariser du fait qu'ils reconnaissent que le Québec forme une nation. Cependant, quand vient le temps d'agir, c'est malheureusement silence radio.
Avant de commencer, j'aimerais revenir sur le contexte qui met en place le multiculturalisme. Nous sommes dans les années 1960 au Québec. À l'arrivée de Jean Lesage et de la Révolution tranquille, ce dernier va faire une déclaration assez importante: l'État québécois sera le moteur de notre émancipation. En disant cela, Jean Lesage crée un contexte politique particulier, où le Québec aura désormais non seulement une identité culturelle particulière, mais aussi un projet politique.
Cela va faire peur aux gens d'Ottawa, poussant Lester B. Pearson à se demander en 1963 comment rallier les Québécois et à proposer la notion des deux peuples fondateurs. Le mandat de la Commission royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, la Commission Laurendeau-Dunton, est de recommander les mesures à prendre pour que la Confédération canadienne se développe d'après le principe de l'égalité entre les deux peuples qui l'ont fondée.
Que va-t-il advenir du biculturalisme et du bilinguisme? Le biculturalisme finira à la poubelle et le Canada deviendra un pays bilingue et multiculturel. Le biculturalisme a disparu parce qu'il offrait une reconnaissance au Québec et lui donnait un levier, lui permettant ainsi de véritablement devenir une société distincte, ce qui a toujours fait peur aux fédéralistes. En effet, il n'y a qu'une seule identité qui existe dans la tête d'un fédéraliste: l'identité collective canadienne.
Pour nous, cela ne marche pas. Ce n'est pas parce que nous rejetons la diversité ethnoculturelle, c'est parce que nous avons une identité qui est différente. Cela a été démontré de long en large au fil des ans, lors de deux négociations constitutionnelles infructueuses, ainsi que dans le rapport de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles, la Commission Bouchard-Taylor.
Je ne sais pas ce qui se passe du côté du camp fédéraliste, mais il ne semble pas écouter lorsque l'on parle de ces questions. Le contexte a fait que la Commission Laurendeau-Dunton sera une des premières rebuffades pour le Québec, avant celles des négociations constitutionnelles. C'est la première fois que le Québec se fait dire non et qu'il n'obtient pas de statut particulier. Je voudrais que l'on garde cela en tête et j'y reviendrai tout à l'heure.
Il est également essentiel de saisir que le multiculturalisme est constitué de deux choses: une politique institutionnelle, c'est-à-dire le multiculturalisme que l'on voit ici, mais aussi une théorie libérale. Je me rappelle que le premier ministre avait déjà évoqué la notion que le Canada est un État postnational, qu'il avait empruntée à certains théoriciens comme Will Kymlicka et James Tully. Je ne sais pas s'il comprenait ce qu'ils disaient, mais, pour ces derniers, le multiculturalisme est non seulement la reconnaissance de la diversité ethnoculturelle, mais aussi celle des minorités nationales.
Jamais le multiculturalisme à la canadienne, comme il est inscrit dans nos lois, n’a offert la moindre reconnaissance que ce soit aux minorités nationales, qu'il s'agisse de la minorité nationale québécoise ou des minorités nationales autochtones. Chemin faisant, il s'est donc développé un système d'intégration revenant à dire que, si toutes les cultures finissent par être reconnues, aucune ne le sera.
Le multiculturalisme reconnaît les cultures différentes, mais pas au point de leur accorder un réel pouvoir politique. Will Kymlicka, le plus grand théoricien de ce qu'est le multiculturalisme, établit une distinction entre deux types de minorités. Une minorité culturelle demande à être reconnue, ce qui va de soi et doit arriver, comme cela se fait au Québec. Pour sa part, une minorité nationale demande une autonomie politique.
Or, jamais le gouvernement fédéral ne sera-t-il prêt à se poser la question, préférant constamment la balayer du revers de la main, car elle supposerait que le Québec ait un statut distinct et que les nations autochtones aient un ordre de gouvernement différent. Le gouvernement fédéral n'a jamais voulu prendre cette direction.
Pour moi, c'est assez simple: le multiculturalisme est rejeté par les Québécois. C'est ce que nous a prouvé la Commission Bouchard-Taylor. Ce n'est pas parce que nous sommes fermés à la diversité, c'est parce que le multiculturalisme représente le rejet de notre nation. Il ne nous offre aucune reconnaissance ni aucune garantie.
Ce qui m'embête fermement, c'est que les fédéralistes ne comprennent pas le principe de dualité. Nous, les Québécois et les francophones, sommes une minorité dans une mer anglophone. Nous avons donc besoin de certaines politiques qui viennent protéger ce fait particulier. Le système d'intégration des minorités ethnoculturelles qu'on nous propose ne fait pas cela.
Pour comble d'insulte, on nous dit aujourd'hui que, parce que les Québécois rejettent le multiculturalisme, ils sont foncièrement contre les minorités ethnoculturelles. C'est complètement faux.
Tout à l'heure, j'ai parlé de la commission Laurendeau-Dunton. On s'était lancé dans la reconnaissance de la diversité en 1963. Moi, je suggère aux députés de la Chambre de lire un court bouquin d'Hubert Aquin publié en 1962 et intitulé La fatigue culturelle du Canada français, dans lequel l'auteur disait déjà que le Québec était une société polyethnique, mais avec une culture différente. C'était la base de ce qu'on voit encore apparaître aujourd'hui: dans l'intégration, au Québec, il y a un socle, et ce socle suppose que, chez nous, cela se fait en français.
Tantôt, mon collègue a présenté la laïcité de l'État comme étant l'une des pires atteintes aux libertés individuelles. La laïcité de l'État, c'est important. Je ne pense pas que les Français soient réfractaires aux minorités ethnoculturelles et que la politique française soit liberticide. Pourtant, la laïcité de l'État est fortement affirmée en France. Cette laïcité est un autre socle assez important de l'identité québécoise.
J'allais oublier la langue, qui est essentielle. L'intégration au Québec doit se faire en français. On retrouve ces trois socles dans la politique qui est mise en place au Québec et qui est celle de l'interculturalisme. La Chambre pourrait poser un geste audacieux et intéressant en reconnaissant que le Québec est effectivement une nation minoritaire au Canada, une nation qui a besoin de mesures de sauvegarde et de protection, et qui devrait peut-être avoir son modèle d'intégration.
Selon Gérard Bouchard, de la Commission Bouchard-Taylor, professeur émérite de mon université, l'Université du Québec à Chicoutimi, le modèle d'intégration que l'on propose dans l'interculturalisme est probablement le système le mieux approprié à ce qu'est la réalité québécoise. Pourquoi? C'est parce que ce système reconnaît la dualité et le fait que des minorités ethnoculturelles arrivent, mais il reconnaît aussi qu'il y a une minorité nationale, et que, si cette minorité nationale veut perdurer dans le temps et avoir un avenir avec ses propres projets politiques, elle doit avoir une forme d'intégration qui sied à ce qu'elle est.
Malheureusement, le multiculturalisme ne fait pas cela aujourd'hui. Non seulement il ne le fait pas, mais il nous rappelle constamment que, au moment où le Canada pouvait nous reconnaître, il nous a rejetés. Le Canada a préféré prendre l'idée, la notion selon laquelle il y a deux peuples fondateurs, celle du biculturalisme. Il a préféré adopter cette notion, pour finalement la laisser de côté et se replier sur le multiculturalisme. Cette politique d'intégration nous remémore constamment que nous sommes un peu des citoyens de seconde zone dans la fédération canadienne.
J'ai l'impression que, la meilleure chose que mes collègues puissent faire, c'est de corriger un tort historique qui nous a été fait, de reconnaître que le multiculturalisme ne devrait pas s'appliquer au Québec et d'accepter que l'interculturalisme soit la politique qui convient pour les Québécois.
View Annie Koutrakis Profile
Lib. (QC)
View Annie Koutrakis Profile
2021-06-07 11:36 [p.7999]
Mr. Speaker, today I rise to speak to Bill C-226, which was introduced by the hon. member for Montcalm.
The bill seeks the support of the House for an amendment to the Canadian Multiculturalism Act to provide that it does not apply in Quebec. Bill C-226 states that Quebecers form a nation and therefore possess all the tools needed to define their identity and protect their common values, including as regards the protection of the French language, the separation of state and religion and gender equality. The bill also implies that observing Canada’s version of multiculturalism would now allow for compliance with these three basic principles, and that therefore this federal law should not apply in Quebec.
Since the Canada’s multiculturalism policy was introduced in 1971, many Quebec political scientists and then several premiers have asserted that the federal multiculturalism policy is unsuited to the majority francophone province and that there could be no dissociation between culture and language in Quebec. The enactment of the Charter of the French Language, or Bill 101, in 1977 crystallized the differences between the Canadian and Quebec models. According to some, Canada’s concept of citizenship, which is multicultural, bilingual and open to other heritage immigrant languages, conflicts with the protection of the French language in Quebec and interculturalism.
Clearly, Quebec’s vision of society involves the protection of the French language and culture. More than that, it recognizes that Quebec society constitutes a unique cultural and linguistic minority, often described as endangered in North America. For many francophones in Quebec, Bill 101 addressed the concern that the absence of a strong language law asserting the primacy of French would lead newcomers to choose to integrate into the more attractive anglophone community because of its demographic weight and to preserve their identity. Quebec nationalism owes much to this fear of decline. For many francophones in Quebec, the promotion of cultural equality proposed in multiculturalism would diminish the importance of French and English contributions to the Canadian Confederation and undermine the development of the francophonie in Quebec and elsewhere in Canada.
It must be said that Quebec nationalism was greatly strengthened by the statement made in the House by prime minister Pierre Elliott Trudeau in 1971 when he introduced the policy of multiculturalism, specifically giving immigrants the choice to learn either official language and fully integrate into Canadian society. For a majority of Quebeckers, this free choice was incompatible with the cultural and linguistic specificity of Quebec.
This situation was corrected in 1978 under the Cullen-Couture agreement, when the Government of Canada granted Quebec the responsibility of choosing its economic immigrants, giving the province an additional tool for integrating newcomers and protecting francophone culture. In 1981, with the large influx of immigrants, the Government of Quebec proposed a policy of cultural convergence entitled “Autant de façons d’être Québécois” or “Québécois – Each and Every One”. Its principal objective was to “ensure the maintenance and development of cultural communities and their specificities, make French-speaking Quebecers aware of the contribution of cultural communities to our common heritage and finally promote the integration of cultural communities in Quebec society and especially in sectors where they are particularly underrepresented”.
Several researchers and analysts pointed out that the Government of Quebec's program policies that have been developed since the 1980s to promote the development of the province's ethno-cultural communities are an awful lot like multiculturalism in a francophone context and therefore similar to what the federal government itself had proposed 10 years earlier in 1971.
In 1988, the preamble of the Multiculturalism Act reiterated the primacy of human rights and gender equality and the importance of fighting all forms of racial discrimination.
The act reasserts the country's official bilingualism, which has been governed by the Official Languages Act since 1969, by emphasizing the importance of expanding the use of official languages to ensure their development.
The Canadian Multiculturalism Act also reaffirms freedom of conscience and freedom of religion, freedoms that cannot be violated. This interpretation of religious pluralism has led many experts to conclude that this system de facto supported the separation of church and state.
In many ways, Bill C-226 and the Canadian Multiculturalism Act are based on similar parameters, which must be enhanced and promoted. That is also the view of the authors of the Bouchard-Taylor commission's 2007-08 final report on reasonable accommodation in Quebec. They said that this truncated version of multiculturalism was essentially a caricature and it may have led its critics in Quebec to conclude that Canada's multicultural model had not evolved in Canada since its adoption and that it was incompatible with the Quebec model.
The authors of the report state that in Quebec “multiculturalism is presented as though it solely takes into account recognition and affirmation of difference with no regard for integrating elements such as the teaching of national languages and intercultural exchange programs.”
Canadian multiculturalism is obviously not a model that is immutable and fixed in time. Its flexibility allows not only for the integration and enhancement of the common values and founding principles of Canadian society, such as official bilingualism, human rights and the principle of reasonable accommodation, but also for the development of programs and tools adapted to the new realities of Canadian society.
In the most recent Speech from the Throne, the government defined the Canada of today and tomorrow, and in articulated the main Canadian values of reconciliation, the fight against systemic racism, the protection of official languages, the welcoming of immigrants and the strategic positioning of Canada in the world. In that text, the government also recognized the particular situation of French in the country and its intention to protect and promote French, not only outside Quebec, but also in Quebec.
This is a strong commitment by the federal government. These overall values and objectives also find a prominent place in the Canadian Multiculturalism Act. A multicultural Canada is not incompatible with the future of a French-speaking Quebec and the flexibility of the laws that govern our country also allow Quebec to flourish.
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour discuter du projet de loi C-226 déposé par le député de Montcalm.
Il a pour but d'obtenir l'appui de la Chambre en vue d'apporter à la Loi sur le multiculturalisme canadien une modification qui la rendrait inapplicable au Québec. Le projet de loi C-226 insiste sur le fait que les Québécois forment une nation à part entière et que, de ce fait, ils sont capables de définir eux-mêmes leur identité et de protéger leurs valeurs communes, à savoir la protection de la langue française, la séparation de l'État et de la religion et l'égalité des genres. Le projet de loi sous-entend aussi que l'observance d'un multiculturalisme canadien ne permettrait pas de faire respecter ces trois principes fondamentaux, d'où la nécessité de se retirer de l'application de la loi fédérale.
Depuis l'introduction de la politique canadienne du multiculturalisme en 1971, bon nombre de politicologues québécois et à leur suite les premiers ministres du Québec ont affirmé que la politique fédérale du multiculturalisme ne pouvait convenir à la province majoritairement francophone et qu'une dissociation entre culture et langue ne pouvait pas être opérante au Québec. L'adoption de la Charte de la langue française en 1977, plus communément appelée la loi 101, a en quelque sorte cristallisé cette inadéquation entre les modèles canadien et québécois. Selon certains, le projet de citoyenneté canadienne multiculturelle, bilingue et ouverte aux autres langues patrimoniales issues de l'immigration s'opposerait en quelque sorte à la protection de la langue française au Québec et à l'interculturalisme.
Il faut bien admettre que le projet de société québécoise s'inscrit dans une logique de protection de la langue et de la culture française. Plus que cela, c'est aussi la reconnaissance que la société québécoise forme une minorité culturelle et linguistique singulière souvent décrite comme étant en péril en Amérique du Nord. Pour un grand nombre de francophones du Québec, la loi 101 répondait à la crainte que l'absence de la loi linguistique forte, affirmant la primauté du français, inciterait les nouveaux arrivants à choisir inévitablement de s'intégrer à la communauté anglophone plus attrayante en raison de son poids démographique et de conserver leur identité. Le nationalisme québécois doit beaucoup à cette appréhension du déclin. Pour un grand nombre de Québécois francophones, la promotion de l'égalité culturelle suggérée par le multiculturalisme diminuerait l'importance des contributions françaises et anglaises à la Confédération canadienne et fragiliserait le développement de la francophonie au Québec et ailleurs au Canada.
Il faut bien le dire: le nationalisme québécois s'est grandement nourri de la déclaration devant la Chambre des communes du premier ministre Pierre Elliott Trudeau lorsqu'il présenta en 1971 la politique du multiculturalisme, car elle précisait de laisser au choix des immigrants d'apprendre l'une ou l'autre des deux langues officielles et de s'intégrer entièrement dans la société canadienne. Pour une majorité des Québécois, ce libre choix était incompatible avec la spécificité culturelle et linguistique du Québec.
Cette situation a été corrigée en 1978 en vertu de l'entente Cullen-Couture lorsque le gouvernement du Canada confère au Québec la responsabilité de choisir ses immigrants économiques, accordant à la province un levier additionnel pour l'intégration des nouveaux arrivants et la protection de la culture francophone. Devant l'arrivée massive d'immigrants, le gouvernement du Québec suggère en 1981 une politique de convergence culturelle intitulée « Autant de façons d'être Québécois ». Cette nouvelle politique a alors comme objectif principal d'« assurer le maintien et le développement des communautés culturelles et de leurs spécificités; [de] sensibiliser les Québécois francophones à l'apport des communautés culturelles à notre patrimoine commun, et enfin [de] favoriser l'intégration des communautés culturelles dans la société québécoise et spécialement dans les secteurs où elles ont été sous-représentées [...] »
Plusieurs chercheurs et analystes ont souligné que les politiques de programmes du gouvernement du Québec qui ont été développées à partir des années 1980 au Québec favorisant le développement des communautés ethnoculturelles de la province se rapprochent étrangement d'un multiculturalisme en contexte francophone et s'apparentent donc à ce que le gouvernement fédéral a lui-même proposé 10 ans plus tôt, soit en 1971.
En 1988, le préambule de la Loi sur le multiculturalisme rappelait la primauté des droits de la personne, l'égalité des genres et l'importance de lutter contre toutes les formes de discrimination raciale.
La Loi réaffirme le bilinguisme officiel du pays, qui est régi par la Loi sur les langues officielles depuis 1969, en soulignant l'importance d'élargir l'usage des langues officielles pour en assurer leur développement.
La Loi sur le multiculturalisme canadien réaffirme aussi la liberté de conscience et la liberté de religion, libertés qui ne peuvent être brimées. Cet aménagement du pluralisme religieux a mené plusieurs spécialistes à conclure que ce régime entérinait de facto la séparation de l'Église et de l'État.
À plusieurs égards, le projet de loi C-226 et la Loi sur le multiculturalisme canadien reposent sur des paramètres similaires, et ceux-ci doivent être valorisés et mis en avant. C'est aussi ce que rappellent les auteurs du rapport final de la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables au Québec 2007-2008. Ils précisent que cette vision tronquée et caricaturale du multiculturalisme a pu mener ses détracteurs du Québec à conclure que le modèle multiculturel canadien n'avait pas évolué au Canada depuis son adoption et qu'il était incompatible avec la société québécoise.
Dans le rapport, ils précisent que le multiculturalisme est présenté au Québec comme s'il tenait seulement compte de la reconnaissance et de l'affirmation de la différence, sans se soucier d'éléments intégrateurs comme l'enseignement des langues nationales et les programmes d'échange interculturels.
Évidemment, le multiculturalisme canadien n'est pas un modèle immuable ou figé dans le temps. Sa souplesse permet non seulement l'intégration et l'enrichissement des valeurs communes et des principes fondamentaux de la société canadienne, comme le bilinguisme officiel, les droits de la personne et le concept de l'accommodement raisonnable, mais aussi l'élaboration de programmes et d'outils adaptés aux nouvelles réalités de la société canadienne.
Dans le plus récent discours du Trône, le gouvernement a défini le Canada d'aujourd’hui et de demain, où s'articulent les principales valeurs canadiennes que sont la réconciliation, la lutte contre le racisme systémique, la protection des langues officielles, l'accueil des immigrants et le positionnement stratégique du Canada dans le monde. Dans ce texte, le gouvernement a aussi reconnu la situation particulière du français au pays et son intention de le protéger et de le promouvoir, non seulement à l'extérieur du Québec, mais aussi au Québec.
Il s'agit d'un engagement ferme de la part du gouvernement fédéral. Ces valeurs et objectifs généraux occupent une place importante dans la Loi sur le multiculturalisme canadien. Un Canada multiculturel n'est pas incompatible avec l'avenir d'un Québec francophone. La souplesse des lois qui gouvernent notre pays permet également au Québec de s'épanouir.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2021-06-07 11:45 [p.8000]
Mr. Speaker, when I introduced this bill in the previous legislature, it elicited contempt. There were 10 Bloc Québécois members in the House at the time, but now there are 32. The contempt has turned into the following question:
Why should multiculturalism not apply in Quebec?
It is because Quebec constitutes a nation; a nation that is still French-speaking on American soil; a nation that I deeply love for its talents, creativity, and resourcefulness; a proud, welcoming, engaging nation; a close-knit and diverse nation. It is a nation open to difference because it is itself in search of recognition and respect for its own difference. It is a nation that has the right to say that it wants to base its way of living together in society and the harmonization of diversity on three fundamental principles: gender equality, the separation of state and religion, and French as the common language in the public space.
The federalist parties like to confuse cultural diversity with multiculturalism. Diversity is a fact of modern societies; Canadian multiculturalism is a political ideology that will slowly but surely lead to the assimilation of francophones. Although many federalist members of Parliament consider multiculturalism an incontestable virtue, it is more of a state dogma, a political ideology imposed on Quebec in the 1970s and enshrined in 1982 in the Charter of Rights and Freedoms and the Constitution, which we never signed. This federal dogma managed only to juxtapose a multitude of cultural solitudes and ghettoize difference. On this, Boucar Diouf writes the following:
It is impossible to live together without truly embodying the word “together”. Multiculturalism is much more like living side by side and harbouring frustrations with one another, with results that fall far short of the ideal presented by politicians.
I have just heard from the politicians.
The model might work for Canadians. In an anglophone country on an anglophone continent, new immigrants will naturally want to integrate in English. As my colleague from Joliette pointed out in a previous debate on this issue, even great English-Canadian thinkers like Kymlicka and Kallen agree that multiculturalism, while it might be good for English Canada, cannot work in Quebec, because natural integration is done by the majority, dominant society and not by a minority nation. Francophones are a minority in Canada, and represent only 2% of the population of a majority English-speaking continent. Why would newcomers want to integrate into a continental minority?
The truth is that multiculturalism rejects the idea of a common culture, encouraging the coexistence of multiple cultures side by side. It favours cohabitation based on indifference rather than on recognition and the respect of differences, which invariably leads to the ghettoization of cultures. That is why it is important that Quebec have as much leeway as possible to apply its own integration and citizenship policy.
Clearly, only independence will give us enough leeway to put an end to this confusion. After independence, a newcomer who chooses to come to Quebec will no longer be coming to a Canadian province, but to a francophone country. Until then, however, Quebec must be exempted from the Canadian Multiculturalism Act. Quebec must have all of the tools it needs to integrate newcomers and help them integrate into Quebec.
I invite all those who recognize the Quebec nation on more than a symbolic level, who cherish Quebec culture and the Quebec identity, to support this bill, which will allow Quebec to choose its own integration model. When it comes to interculturalism, cultural convergence or a common cultural core, it is up to Quebec to decide.
Monsieur le Président, quand j'ai déposé ce projet de loi dans la précédente législature, il a été accueilli avec mépris. Nous étions 10 députés du Bloc. Aujourd'hui, nous sommes 32. Le mépris s'est changé en une question:
Pourquoi donc rendre inapplicable le multiculturalisme au Québec?
C'est parce que le Québec forme une nation; une nation encore francophone en terre d'Amérique; une nation que j'aime profondément pour ses talents, sa créativité, ses patenteries; une nation fière, accueillante, travaillante, attachante; une nation tissée et métissée serrée. C'est une nation ouverte à la différence parce qu'elle est elle-même en quête de la reconnaissance et du respect de sa propre différence. C'est une nation qui a le droit de dire qu'elle veut que son vivre-ensemble et l'harmonisation des diversités se fondent sur trois principes incontournables: l'égalité des sexes, la séparation de l'État et de la religion, et le français comme langue commune de l'espace public.
Les partis fédéralistes aiment confondre la diversité culturelle avec le multiculturalisme. La diversité est un fait des sociétés modernes; le multiculturalisme canadien est une idéologie politique qui conduit lentement mais sûrement à l'assimilation des francophones. Même si plusieurs parlementaires fédéralistes considèrent le multiculturalisme comme une vertu incontestable, il est plutôt un dogme d'État, une idéologie politique imposée au Québec depuis les années 1970 et qui trouve sa consécration politique en 1982 avec la Charte canadienne des droits et libertés et la Constitution que nous n'avons jamais signée. Ce dogme de l'État fédéral n'a réussi qu'à juxtaposer une multitude de solitudes culturelles et à ghettoïser la différence. À cet égard, Boucar Diouf écrivait:
Aucun vivre-ensemble n’est possible si le mot ensemble n’est pas véritablement incarné. Et force est de constater que le multiculturalisme est beaucoup plus un vivre-côte à côte qui nourrit des frustrations croisées et donne des résultats qui sont bien loin de l’idéal que nous présentent et racontent les politiciens.
Ce sont les politiciens que je viens d'entendre.
Pour les Canadiens, c'est un modèle qui peut fonctionner. Dans un pays anglophone sur un continent anglophone, il est normal que les nouveaux arrivants veuillent s'intégrer en anglais. Comme le soulignait d'ailleurs mon collègue de Joliette dans un précédent débat à ce sujet, même les grands penseurs canadiens-anglais comme Kymlicka et Kallen s'accordent à dire que le multiculturalisme, s'il peut être une bonne politique pour le Canada anglais, ne peut être transposé au Québec, parce que l'intégration naturelle se fait par la société majoritaire dite dominante et non pas par une nation minoritaire. Or, les francophones sont minoritaires au Canada et ne sont que 2 % sur un continent majoritairement anglais. Pourquoi alors les nouveaux arrivants s'intègreraient-ils à une minorité continentale?
La vérité, c'est que le multiculturalisme rejette l'idée d'une culture commune en encourageant la coexistence parallèle de multiples cultures. Il préconise plutôt une cohabitation animée par l'indifférence plutôt que par la reconnaissance et le respect de la différence, ce qui, invariablement, mène à ghettoïsation des cultures. C'est pourquoi il importe pour le Québec de disposer de la plus grande marge de manœuvre possible pour appliquer sa propre politique d'intégration et de citoyenneté.
Évidemment, seule l'indépendance nous donnera entièrement les coudées franches et mettra fin à la confusion du message. Ainsi, un immigrant qui choisirait le Québec ne viendra plus dans une province du Canada, mais bien dans un pays francophone. D'ici là, cependant, il faut que le Québec soit soustrait de la portée de la Loi sur le multiculturalisme canadien. Le Québec doit avoir tous les outils nécessaires pour intégrer les nouveaux arrivants et leur permettre de s'intégrer au Québec.
J'invite tous ceux et celles qui reconnaissent plus que symboliquement la nation québécoise, chérissent la culture québécoise et l'identité québécoise à appuyer ce projet de loi qui permettra au Québec de décider seul de son modèle d'intégration. Lorsqu'il est question d'interculturalisme, de convergence culturelle ou d'un tronc commun, c'est au Québec de décider.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-07 11:50 [p.8001]
Pursuant to the order adopted on Monday, January 25, the recorded division stands deferred until Wednesday, June 9, at the expiry of the time provided for Oral Questions.
Conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier, le vote par appel nominal est différé jusqu'au mercredi 9 juin, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, it is an honour to rise today to talk about Bill C-234, another Conservative attempt at introducing a boutique tax credit. We know that Conservatives were extremely popular for doing that back in the day because, of course, Conservatives like to give tax credits to the rich at the expense of everybody else, and that is exactly what Bill C-234 is about.
The proposed legislation being considered today would amend the Income Tax Act to provide a non-refundable tax credit at a rate of 15% for up to $5,000 in eligible expenses incurred by the taxpayer for home security measures. Qualifying home security measures would include expenses for the purchase, installation, maintenance and monitoring of a security system installed in one's home.
In responding to the proposal, I would first note that our government is committed to a tax system that is fair and works for the middle class. Second, I would note that this proposal in the bill falls quite short of aligning with this objective. The benefits of a tax credit for home security expenses are expected to be skewed toward higher-income households, which are more likely to have the means to pay for such expenses. By disproportionately benefiting high-income Canadians, this bill would undermine the goal of sustaining a fair tax system.
As hon. members are well aware, the personal income tax system raises revenues based on the ability of individuals to pay. In this context, tax credits and other kinds of tax relief are mainly meant to recognize and offset the effects of factors such as income, family composition, age and health status on a person's ability to pay tax. The Canadian income tax system generally does not, as is proposed in Bill C-234, recognize personal and discretionary expenses of other individuals. A tax credit for home security expenses would, therefore, be subsidized by all taxpayers, including those who choose not to incur those expenses, those who cannot afford it, as well as those who are not able to claim the credit at all, such as renters.
Rather than asking Canadians to subsidize the spending of Canadians who can afford a home security system, our government has undertaken in the last few years to eliminate poorly targeted, unfair and inefficient tax exemptions and has committed to undertaking another tax expenditure review to ensure this process continues. The government has cut taxes for middle-class Canadians, raised them for the wealthiest 1% and increased benefits for families and low-income workers.
Our government has also improved tax fairness by closing loopholes, eliminating measures that disproportionately benefit the wealthy, and cracking down on tax evasion. We all need to pay our fair share, especially during a crisis. All Canadians deserve a fair and equitable tax system. The proposed tax credit for home security measures that would disproportionately benefit higher-income Canadians, which, as I indicated earlier, has always been a priority of the Conservative Party, would be at odds with the government's stance on these types of boutique tax measures.
Our government's approach has been to target support to the middle class and those working to be part of it. The government estimates that the annual federal cost of the proposed tax credit would be approximately $130 million. This aspect of the proposal should also be taken into consideration, especially at a time when the government is focused on helping Canadians through the challenges they face as a result of the COVID-19 pandemic. The government is also focused on tackling the work of recovery to create the conditions for new employment and new growth, now and in the years ahead.
As part of our COVID-19 economic response plan, we introduced the Canada emergency response benefit, which supported over eight million Canadians. Then, last August, the government transitioned the support to a suite of new temporary benefits: the Canada recovery benefit, the Canada recovery caregiving benefit and the Canada recovery sickness benefit. Each of these three latest programs will remain in place to deliver support to individuals who are directly affected by COVID-19 through to the fall of 2021. Last year, in the early days of this pandemic, we also introduced a special goods and services tax credit top-up payment for individuals and families with low and modest incomes, as well as a special Canada child benefit top-up payment for families with children.
Our government is providing additional support to low- and middle-income families with young children in 2021 by providing up to $1,200 through the Canada child benefit for children under the age of six. We are also making payments in recognition of the extraordinary expenses faced by persons with disabilities and seniors. With budget 2021, the government has a renewed pledge to do whatever it takes to support Canadians right through to the end of this pandemic.
As we continue to navigate through this pandemic, we will continue to assess the needs for additional support where it is needed. This enormous responsibility must be central to our considerations when looking at new proposals. I would also like to add that tax changes should ideally be undertaken through the budget process, which enables the government to fully consider trade-offs, balance priorities and undertake new fiscal commitments only to the extent that they are affordable. At a time when we are making unprecedented fiscal commitments to support Canadians through the challenges posed by COVID-19, this has never been more important.
With this in mind, and taking into account the concerns we have with this bill, it would be very difficult to support Bill C-234. I would add that we have seen boutique tax credits like this before from the previous Conservative government. We have seen time and time again that the Conservative Party is interested in only helping the wealthy. They have absolutely no consideration for what the impacts of this bill would be.
As I asked in my speech, how do they think we are going to pay for the efforts that are proposed in this bill? We would pay for them from the general tax revenue, which is essentially going to be affected by this measure. That includes everybody in the lowest part of the spectrum and in the middle. This bill is asking low-income Canadians to subsidize a boutique tax credit for people who have home security systems in their house. Who has home security systems in their house? It is people who can afford them. Home security is not something that is a need or a requirement, especially not in a country like ours.
Madame la Présidente, j'ai l'honneur de prendre la parole au sujet du projet de loi C-234, autre tentative des conservateurs d'introduire un crédit d'impôt ultraciblé. Nous savons qu'à l'époque où ils gouvernaient, les conservateurs étaient extrêmement populaires pour ce genre de mesure, car, bien entendu, ils aiment accorder des crédits d'impôt aux riches au détriment de tous les autres, et c'est exactement ce que vise le projet de loi C-234.
Le projet de loi à l'étude modifierait la Loi de l'impôt sur le revenu afin d'offrir un crédit d'impôt non remboursable au taux de 15 % pour un maximum de 5 000 $ de dépenses admissibles engagées par le contribuable pour des mesures de sécurité domiciliaire. Les mesures admissibles comprennent les dépenses liées à l'achat, à l'installation, à l'entretien et à la surveillance d'un système de sécurité.
En réponse à la proposition, je tiens d'abord à souligner que le gouvernement s'est engagé à mettre en place un système fiscal équitable et viable pour la classe moyenne. Deuxièmement, la proposition contenue dans le projet de loi est loin de correspondre à cet objectif. On s'attend à ce que les avantages d'un crédit d'impôt pour les dépenses de sécurité domiciliaire profitent aux ménages à revenu élevé, qui sont plus susceptibles d'avoir les moyens de se permettre de telles dépenses. En profitant de façon disproportionnée aux Canadiens à revenu élevé, ce projet de loi compromettrait l'objectif visant le maintien d'un régime fiscal équitable.
Comme les députés le savent bien, le régime d'impôt sur le revenu des particuliers génère des recettes en fonction de la capacité de paiement des personnes. Dans ce contexte, les crédits d'impôt et autres types d'allégements fiscaux visent principalement à reconnaître et à compenser les effets de certains facteurs comme le revenu, la composition de la famille, l'âge et l'état de santé sur la capacité d'une personne à payer ses impôts. Contrairement à ce qui est proposé dans le projet de loi C-234, le système fiscal canadien ne reconnaît généralement pas les dépenses personnelles et discrétionnaires d'autres particuliers. Un crédit d'impôt pour les dépenses de sécurité résidentielle serait donc subventionné par tous les contribuables, y compris ceux qui choisissent de ne pas engager de telles dépenses, ceux qui ne peuvent pas se le permettre et ceux qui ne peuvent absolument pas demander le crédit, comme les locataires.
Au lieu de demander aux Canadiens de subventionner les dépenses des Canadiens qui peuvent se permettre un système de sécurité résidentielle, le gouvernement a pris des mesures au cours des dernières années pour éliminer les exemptions fiscales mal ciblées, injustes et inefficaces et s'est engagé à effectuer un autre examen des dépenses fiscales afin que ce processus se poursuive. Le gouvernement a réduit les impôts des Canadiens de la classe moyenne, les a augmentés pour le 1 % le plus riche et a augmenté les prestations pour les familles et les travailleurs à faible revenu.
Le gouvernement a également amélioré l'équité fiscale en éliminant des échappatoires et des mesures favorisant de façon disproportionnée les riches et en luttant contre l'évasion fiscale. Tout le monde doit payer sa juste part, surtout au cours d'une crise. Tous les Canadiens méritent un système fiscal juste et équitable. Le crédit d’impôt pour la sécurité domiciliaire proposé, qui favoriserait de façon disproportionnée les Canadiens à revenu élevé, ce qui, comme je l'ai mentionné tout à l'heure, a toujours été une priorité du Parti conservateur, irait à l'encontre de la position du gouvernement sur ce genre de mesures fiscales très ciblées.
L'approche du gouvernement est d'adopter des mesures de soutien qui ciblent la classe moyenne et ceux qui aspirent à en faire partie. Le gouvernement estime que le crédit d'impôt proposé coûterait chaque année au fédéral environ 130 millions de dollars. Cet aspect du projet de loi devrait aussi être pris en considération, surtout à un moment où le gouvernement s'efforce d'aider les Canadiens à surmonter les difficultés qu'ils vivent à cause de la pandémie de COVID-19. Le gouvernement s'emploie aussi à relancer l'économie pour mettre en place les conditions nécessaires à la création d'emplois et à la croissance, aujourd'hui et dans les années à venir.
Dans le cadre de notre Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19, nous avons présenté la Prestation canadienne d'urgence, qui a permis d'aider plus de 8 millions de Canadiens. Ensuite, en août dernier, le gouvernement a remplacé la PCU par une série de nouvelles prestations temporaires: la Prestation canadienne de relance économique, la Prestation canadienne de relance économique pour les proches aidants et la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique. Ces trois programmes demeureront en vigueur jusqu'à l'automne 2021 pour aider les personnes touchées directement par la pandémie de COVID-19. L'année dernière, au début de la pandémie, nous avons aussi versé un paiement spécial unique par l'intermédiaire du crédit pour la taxe sur les produits et services pour les personnes et les familles à revenu faible ou modeste et nous avons haussé les montants de l'Allocation canadienne pour enfants pour les familles avec enfants.
En 2021, pour les familles à revenu faible ou moyen avec de jeunes enfants âgés de moins de 6 ans, le gouvernement offrira une aide supplémentaire allant jusqu'à 1 200 $ au titre de l'Allocation canadienne pour enfants. Nous allons aussi verser des paiements aux personnes handicapées et aux aînés pour compenser les dépenses exceptionnelles qu'ils doivent effectuer. Avec le budget de 2021, le gouvernement a renouvelé son engagement à prendre tous les moyens nécessaires pour aider les Canadiens à traverser cette pandémie.
Tout en composant avec cette pandémie, nous allons continuer d'évaluer la situation pour déterminer si une aide supplémentaire est nécessaire. Cette énorme responsabilité doit être au cœur de nos préoccupations lorsque nous étudions d'autres propositions. J'ajouterais que les modifications de nature fiscale devraient idéalement être examinées dans le cadre du processus budgétaire pour que le gouvernement puisse étudier tous les compromis possibles, assurer un équilibre entre les différentes priorités et ne prendre de nouveaux engagements financiers que si on en a les moyens. C'est plus que jamais nécessaire en cette période où nous prenons des engagements financiers sans précédent pour aider les Canadiens à composer avec les difficultés liées à la pandémie de COVID-19.
Dans cette optique, et en prenant en considération nos inquiétudes par rapport à ce projet de loi, il serait très difficile d'appuyer le projet de loi C-234. Je me permettrais d'ajouter que de tels crédits d'impôt ultraciblés ont déjà été proposés par le gouvernement conservateur précédent. On ne compte plus les fois où les conservateurs ont démontré qu'ils s'intéressent seulement aux mesures d'aide destinées aux riches. Ils ne tiennent absolument pas compte des répercussions éventuelles de ce projet de loi.
Comme je l'ai demandé dans mon discours, comment pensent-ils que les Canadiens vont pouvoir assumer le fardeau financier associé à ce projet de loi? L'argent proviendrait des recettes fiscales générales, qui devront être adaptées dans la foulée de cette mesure. Cela signifie que tous les contribuables les plus vulnérables et ceux de la classe moyenne seront touchés. Le projet de loi demande essentiellement aux Canadiens les plus démunis de subventionner un crédit d'impôt ultraciblé pour les gens dont la propriété est munie d'un système de sécurité. On parle d'une tranche de la population qui a les moyens financiers de se procurer ce luxe. La sécurité domiciliaire n'est pas un besoin essentiel ni une exigence, surtout pas dans un pays comme le nôtre.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, the members across the way yell, “Really?”. Yes. It is not a requirement. It is something that people get installed because they want to have it. Desperately wanting something does not make it a requirement, and that is what is so mind-boggling about Conservative logic. They think that just because someone really wants something, it suddenly becomes a need. It is not a need. We do not live in a country that needs home security systems.
Of course, there are a lot of people out there who want them. I have one in my house, but I do not think that it is a requirement, and therefore the federal government, through the taxpayers of this country, should not be subsidizing and effectively paying for it. What kind of country do we live in when we agree that the federal government needs to help people install and pay for home security systems in their houses? It is ridiculous. This bill should not pass.
I implore all members of this House not to vote in favour of this bill. It is not worthy of their vote. It is just a bill that advances hidden boutique tax credits, because that is where Conservatives have always liked to put the tax advantages: to the wealthy. They are doing it with this bill here.
Madame la Présidente, des députés d'en face ont hurlé « on croit rêver ». Non. Ce n'est pas une obligation. Les gens installent ces systèmes parce qu'ils le veulent. Vouloir désespérément quelque chose ne signifie pas que c'est une obligation d'avoir cette chose, et c'est ce qui est si incompréhensible dans la logique des conservateurs. Ils pensent que juste parce que quelqu'un veut vraiment quelque chose, cela devient soudainement une nécessité d'avoir cette chose. Ce n'est pas une nécessité. Nous ne vivons pas dans un pays où les systèmes de sécurité domiciliaire sont nécessaires.
Bien sûr, il y a beaucoup de gens qui veulent un système de sécurité. J'en ai un chez moi, mais je ne pense pas qu'il s'agisse d'une nécessité et, par conséquent, le gouvernement fédéral ne devrait pas les subventionner en ayant recours aux impôts des contribuables et les payer au bout du compte. Quel genre de pays est le nôtre si le gouvernement fédéral doit aider les gens à installer et à payer des systèmes de sécurité dans leur maison? C'est ridicule. Ce projet de loi ne devrait pas être adopté.
J'implore tous les députés de ne pas voter en faveur de ce projet de loi. Il ne mérite pas leur vote. Ce n'est qu'un projet de loi en faveur de crédits d'impôt ultraciblés cachés, car ce sont les riches que les conservateurs ont toujours voulu avantager d'un point de vue fiscal. C'est ce qu'ils font avec ce projet de loi.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-04 13:40 [p.7987]
Madam Speaker, I rise today to speak to Bill C-234. Since my colleague from Joliette already announced it in a previous speech, it will come as no surprise when I say that the Bloc Québécois will vote against Bill C-234. We have serious doubts about the effectiveness of such a bill and feel it would only push people to spend more on security systems that would not actually make them safer.
This bill seeks to amend the Income Tax Act to create a non-refundable tax credit for individuals who purchase a home security system. It would grant a credit of up to $5,000 for the total of all amounts spent on home security. This includes the acquisition, installation, maintenance and monitoring of a security system installed in an individual's home. The eligible home includes any structure that is separate from the house, such as a garage or even a barn. The credit could be used every year. However, in cases where more than one member of the household claims it, the maximum amount eligible would be $5,000.
In my speech, I will approach this bill from three angles. First I will explain why we believe this money could be put to much better use. I will then talk about the issue of rising crime, which we discussed at the Standing Committee on the Status of Women. Finally, I will propose some solutions to address this problem.
First of all, we oppose Bill C-234 because we believe that the money that would be spent to subsidize the purchase of such systems would be much better spent on provincial police, indigenous police and the RCMP. First nations police services are in dire need of resources, and the government needs to start by funding them properly to help remote communities. Just this week, actually, when I was filling in at the Standing Committee on Public Safety and National Security, we were discussing the problem of lack of resources at the RCMP.
Bill C-234, introduced by the member for Prince Albert, from the Conservative Party, says that rural crime is increasing at a higher rate than urban crime. It attributes this to the fact that rural areas are sometimes not as well served by law enforcement, which apparently leads some residents to install security systems, such as cameras or alarms. If the police already have a hard time responding, what is the point of investing in an alarm system?
Clearly, the police response would be too slow to prevent the crime anyway. I myself live in what would be considered a rural area, and I have sometimes come across this problem and this reality. The member even acknowledged that his bill will not fix the problem. The Bloc Québécois is not indifferent to this concern, of course, and neither am I, after hearing testimony at the Standing Committee on the Status of Women. However, why not invest more in the RCMP and in provincial police forces by transferring that money to Quebec, the provinces and the territories?
This type of tax credit encourages people to spend money on systems that are not likely to prevent crime. The preamble to Bill C-234 nevertheless tries to justify the relevance of this bill by stating:
Whereas the House of Commons Standing Committee on Public Safety and National Security, in its Thirty-third Report of the 42nd Parliament, recognized that crime in rural areas is of growing concern to rural residents across the country; Whereas the Committee heard that while crime in rural areas is more acute in western Canada, eastern provinces are also experiencing high crime rates in rural areas; And whereas the committee heard from witnesses of incidents related to property crimes, such as break-ins, thefts and, in some cases, violent assaults, including sexual violence and violence towards women;
I will repeat that Bill C-234 will merely push people to spend money on goods and services that will only give them a false sense of security.
Indigenous communities are sorely lacking in resources and are often poorly served by police forces. Money spent by this bill would be much better spent on security in first nations communities, which are asking that this become an essential service. According to Jerel Swamp, the vice-president of the First Nations Chiefs of Police Association, indigenous police services work with limited resources. What we did realize at the Standing Committee on the Status of Women is that indigenous women are often the most affected by security issues. It is difficult to understand why indigenous police services are the only ones in Canada that are not deemed an essential service.
I have another example from the Rama police service in Ontario, which does not have money to fund forensic and crime investigation units or to provide aid to victims. This is essential in cases of sexual assault.
In its throne speech, the federal government committed to accelerating the implementation of a legal framework to recognize first nations policing as an essential service. It promised to take action on this shortly after the 2019 election. These promises were renewed after indigenous protests against the Coastal GasLink pipeline in British Columbia. Those indigenous peoples are still waiting for royal assent.
Again according to Mr. Swamp, Public Safety Canada currently funds services through the first nations policing program, but the funding received is inadequate to provide the services the communities require.
The federal promise to make first nations policing services an essential service is a step in the right direction. Our departments, Public Safety, have said that passing legislation to make indigenous policing an essential service will require developing a better funding framework.
The first nations policing program was created in 1991 to provide funding for agreements between the federal government, the provincial or territorial governments, and first nations and Inuit communities to provide policing services to these communities. The federal government contributes 52% of the funding for the first nations policing program, with the remainder coming from the provincial and territorial governments. The program provides policing services to nearly 60% of first nations and Inuit communities.
In 2018-19, the Department of Public Safety spent more than $146 million through that program to support 1,322 police officer positions in over 450 first nations and Inuit communities. According to Mr. Swamp, however, the funding is inconsistent and always allocated for the short term. This makes planning difficult and creates a lack of predictability. Even so, the police chief believes that these services are effective in investigating violent crimes using their limited resources.
Second, as part of its study on women living in rural communities, the Standing Committee on the Status of Women addressed the issue of crime, not only in urban settings, but also in rural areas.
Some of the other potential solutions proposed by witnesses in committee include a suggestion that the government transfer operational funding, on an ongoing basis, to Quebec, the provinces and the territories for the community-based shelters and halfway houses that help women affected by violence. Another suggestion was that more money be sent to Quebec and the provinces to help survivors of violence.
Some recommended better training on the realities women face, in particular for the RCMP, to help stamp out bias and teach officers how to respond to the trauma these women may have experienced. Others said that we need to work on lifting women out of poverty by, for example, getting them better access to the job market by supporting universal child care services.
Speaking of universal child care, I want to point out that the government must give Quebec the right to opt out of the federal program, with full compensation, since Quebec already has its own program, which has been proven to lift many women out of poverty.
I am calling for the government to take a feminist and economic approach to this crisis that recognizes that the programs are often poorly suited to women entrepreneurs.
Third, we also need to work on prevention by enhancing social programs that improve our health care system, particularly in the area of mental health. There is no magic solution for that. It will take more resources, financial resources in particular. It is absolutely essential that the government increase health transfers significantly, permanently and unconditionally so that they cover up to 35% of health care system costs. That would enable us to take care of our people.
In closing, I believe, as does my colleague from Joliette, that the fight against crime begins with the fight against poverty. We need to work proactively to improve the situation and to ensure greater equality of opportunity. That is a value that is important for Quebeckers. The end justifies the means. If we help people stay out of a vulnerable position where they have no food and live in unsafe, inadequate housing conditions, then we will be helping to reduce opportunities for crime. We have a duty to act.
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-234. Tout comme mon collègue de Joliette l'a déjà exprimé dans un précédent discours, je ne surprendrai personne en affirmant que le Bloc québécois votera contre le projet de loi C-234. Nous doutons fortement de l'efficacité d'un tel projet de loi et jugeons qu'il ne ferait que pousser les gens à dépenser pour des systèmes de sécurité qui ne les protègeront pas davantage.
Ce projet de loi vise à modifier la Loi de l'impôt sur le revenu afin de créer un crédit d'impôt non remboursable pour l'achat d'un système de sécurité domiciliaire pour les particuliers. Il crédite un taux maximum de 5 000 $ et comprend le total des sommes dépensées pour la sécurité domiciliaire. Cela comprend l'acquisition, l'installation, l'entretien et la surveillance d'un système de sécurité installé au domicile d'un particulier. Le domicile admissible comprend les constructions séparées de la maison, comme un garage ou même une grange. Le crédit peut être utilisé chaque année. Toutefois, en cas de dépenses faites par plusieurs membres d'un même domicile, le montant total du crédit ne pourra dépasser 5 000 $.
J'aborderai ce discours sous trois angles, d'abord en expliquant pourquoi nous croyons que cet argent pourrait être beaucoup mieux utilisé. Je parlerai ensuite de la question de la hausse de la criminalité, dont nous avons notamment discuté au Comité permanent de la condition féminine. Finalement, je proposerai des pistes de solutions pour contrer ce problème.
Tout d'abord, si nous nous opposons au projet de loi C-234, c'est parce que nous croyons que l'argent dépensé pour subventionner l'achat de tels systèmes serait beaucoup mieux dépensé si on le transférait aux corps de police provinciaux, aux policiers autochtones et à la GRC. Les corps de police des Premières Nations manquent cruellement de ressources, et le gouvernement doit commencer par les financer adéquatement afin d'aider les communautés éloignées. J'ai aussi eu l'occasion de discuter du problème du manque de ressources à la GRC dans le cadre d'un remplacement que j'ai fait cette semaine même au Comité permanent de la sécurité publique et nationale.
Le projet de loi C-234, déposé par le député de Prince Albert, du Parti conservateur, dit que l'augmentation de la criminalité dans les zones rurales est plus prononcée que dans les régions urbaines. Il attribue ce fait aux régions parfois mal desservies par les forces de l'ordre. Les citoyens se tourneraient ainsi parfois vers des systèmes de sécurité, comme des caméras ou des systèmes d'alarme. Si la police a déjà de la difficulté à intervenir, à quoi bon investir dans un système d'alarme?
Il est évident que l'intervention policière serait trop lente pour prévenir le crime, de toute façon. Habitant moi-même en région dite rurale, je me suis parfois butée à ce type de problème et de réalité. Le député a d'ailleurs lui-même reconnu que son projet de loi ne résoudra pas le problème. Le Bloc québécois n'est évidemment pas insensible à cette préoccupation, et je ne le suis pas non plus, ayant entendu des témoignages au Comité permanent de la condition féminine. Toutefois, pourquoi ne pas investir davantage dans la GRC et dans les corps de police provinciaux en transférant ces montants au Québec, aux provinces et aux territoires?
En donnant un tel crédit d'impôt, on encourage plutôt les gens à dépenser pour des systèmes qui n'aideront probablement pas à prévenir les crimes. Le préambule du projet de loi C-234 tente pourtant de justifier la pertinence du projet de loi en mentionnant:
Attendu: que le Comité permanent de la sécurité publique et nationale de la Chambre des communes, dans son trente-troisième rapport de la quarante-deuxième législature, reconnaît que la criminalité en milieu rural est de plus en plus préoccupante pour les résidents des régions rurales de l'ensemble du pays; que le Comité a entendu que, même si la criminalité en milieu rural est un problème plus criant dans l'Ouest canadien, les provinces de l'Est sont également aux prises avec un taux de criminalité élevé en milieu rural; que des témoins ont rapporté au Comité des incidents liés aux crimes contre les biens, tels des introductions par effraction, des vols et, dans certains cas, des agressions avec violence, notamment de violence sexuelle et de violence envers les femmes, [...]
Je le répète, ce projet de loi C-234 ne fera que pousser les gens à dépenser pour des services et des produits qui ne donneront qu'un faux sentiment de sécurité.
Les communautés autochtones manquent cruellement de ressources et sont souvent mal desservies par les corps de police. L'argent dépensé par ce projet de loi serait beaucoup mieux investi s'il l'était dans la sécurité pour les communautés des Premières Nations, qui demandent que cela devienne un service essentiel. Selon le vice-président de l'Association des chefs de polices des Premières Nations, Jerel Swamp, « les ressources des services de police autochtones sont limitées ». Ce que nous avons pu constater au Comité permanent de la condition féminine, c'est que les femmes autochtones étaient souvent les plus touchées par les problèmes de sécurité. Il est difficile d'imaginer que ces services de police soient les seuls au Canada à ne pas être classés comme étant un service essentiel.
Je cite un autre exemple, celui du service de police de Rama, en Ontario, qui n'a pas d'argent pour financer une unité médicolégale ou criminelle ou pour procurer de l'aide aux victimes. Cela est pourtant essentiel, notamment dans les cas d'agressions sexuelles.
Le gouvernement fédéral s'était pourtant engagé dans son discours du Trône à accélérer la mise en place d'un cadre juridique pour reconnaître les services de police des Premières Nations comme un service essentiel. Il avait déjà promis de prendre des mesures à ce sujet peu après les élections de 2019. Ces engagements avaient été renouvelés après les manifestations autochtones contre le projet d'oléoduc de Coastal GasLink, en Colombie-Britannique. Or, les Autochtones attendent toujours la sanction royale.
Toujours selon M. Swamp, le ministère de la Sécurité publique finance les services par l'entremise du Programme des services de police des Premières Nations, mais le financement reçu est insuffisant pour fournir les services dont les communautés ont besoin.
La promesse fédérale de faire des services de police des Premières Nations un service essentiel est un pas dans la bonne direction. Nos ministères de la Sécurité publique ont dit que l'adoption d'une loi visant à faire de la police autochtone un service essentiel nécessitait la mise en place d'un meilleur cadre financier.
Le Programme des services de police des Premières Nations a été créé en 1991 pour financer des accords entre le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux ou territoriaux et les collectivités des Premières Nations ou inuites, afin de fournir des services de police à ces collectivités. Le gouvernement fédéral contribue 52 % du financement du Programme des services de police des Premières Nations, le reste étant assuré par les gouvernements provinciaux et territoriaux. Le Programme fournit des services de police à près de 60 % des collectivités des Premières Nations et inuites.
En 2018-2019, le ministère de la Sécurité publique a dépensé plus de 146 millions de dollars dans le cadre du Programme, pour soutenir 1 322 postes d'agent de police dans plus de 450 communautés des Premières Nations et inuites. Selon M. Swamp, ce financement ne serait cependant pas uniforme et ne s'applique qu'à court terme. Cela rend donc la planification difficile et entraîne un manque de prévisibilité. Malgré tout, le chef de police croit que ces services sont efficaces pour enquêter sur des crimes violents tout en ne disposant que de ressources limitées.
Deuxièmement, dans le cadre d'une étude sur les femmes en milieu rural, le Comité permanent de la condition féminine a abordé la problématique de la criminalité, non seulement dans les milieux urbains, mais aussi dans les régions rurales.
Parmi les autres pistes de solution proposées par des témoins ayant comparu devant le Comité, il a notamment été suggéré que le gouvernement transfère au Québec, aux provinces et aux territoires un financement d'exploitation durable pour les refuges et maisons de transition qui viennent en aide aux femmes touchées par la violence dans les collectivités. Il a aussi été proposé que plus d'investissements soient transférés au Québec et aux provinces pour aider les survivantes d'actes violents.
Certains ont recommandé, notamment pour la GRC, de la formation mieux adaptée aux réalités des femmes, dans le but de lutter contre les préjugés et de tenir compte du traumatisme qu'elles ont pu subir. Pour d'autres, il faut que l'on travaille à sortir les femmes de la pauvreté, notamment en leur permettant d'avoir un meilleur accès au marché du travail en bénéficiant de services de garde universels.
À ce sujet, il faut donner au Québec un droit de retrait du programme fédéral proposé, avec pleine compensation, étant donné que le Québec possède déjà un tel programme, lequel a fait ses preuves puisqu'il a permis à beaucoup de femmes de sortir de la pauvreté.
Je demanderais d'ailleurs ici une sortie de crise qui soit féministe et économique et qui tienne compte du fait que les programmes sont souvent mal adaptés aux femmes entrepreneures.
Troisièmement, il faut aussi travailler en prévention, notamment en bonifiant les programmes sociaux qui améliorent notre système de santé, particulièrement dans le domaine de la santé mentale. Pour cela, il n'y a pas de solution magique: cela va prendre plus de moyens, notamment financiers. Une hausse des transferts en santé est plus que nécessaire, et ce, d'une façon substantielle, permanente et prévisible, et qui couvre jusqu'à 35 % des coûts des systèmes de santé, ce qui nous permettra de prendre soin de notre monde.
En conclusion, je crois tout comme collègue de Joliette que la lutte contre la criminalité passe d'abord par la lutte contre la pauvreté. Il faut travailler en amont à améliorer la situation et à viser une plus grande égalité des chances. C'est une valeur qui est importante pour nous au Québec. La fin justifie les moyens: si nous évitons que des gens se retrouvent dans un état de vulnérabilité, sans nourriture et dans un logement insalubre et inadéquat, nous contribuons à réduire un terreau fertile à la criminalité. Nous avons donc le devoir d'agir.