Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 126371
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-11 10:13 [p.8262]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his speech.
I understand that it is important for the Conservatives to cut spending. However, some of that spending is still vital. I am thinking, for example, of the support offered to farmers. The $1,500 they receive when foreign workers arrive will be reduced to $750 in the coming days.
I would like to hear what my colleague thinks about this. Should we maintain this support a while longer, since the crisis is not yet over, quarantines are still in effect and farmers must still pay the costs for their workers to come in?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours.
Je comprends l'importance, pour les conservateurs, de diminuer les dépenses. Toutefois, certaines dépenses demeurent toujours essentielles. Je pense notamment au soutien offert aux agriculteurs, à la somme de 1 500 $ qui leur est accordée lors de l'arrivée des travailleurs étrangers et qui sera réduite à 750 $ dans les prochains jours.
J'aimerais entendre un commentaire de la part de mon collègue. Devrait-on maintenir plus longtemps cette partie du soutien puisque la crise n'est pas résorbée, qu'il y a encore des quarantaines et que les agriculteurs doivent encore assumer des frais liés à la venue des travailleurs?
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-06-11 10:30 [p.8265]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his speech. The question has been asked before, but we did not get a clear answer.
Of course, some spending is hardly useful, but there is other spending that is fundamental and very important and that must be maintained, like the support for farmers who have to pay the quarantine costs of their temporary foreign workers.
Currently, Ontario's vegetable producers and the people of Quebec are asking the minister to maintain this support past June 16, without reducing the amount. Now is not to time to abandon producers, while the war on COVID‑19 is not over and quarantines are still essential. Where do the Conservatives stand on this matter?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours. La question a été posée précédemment, mais nous n'avons pas eu de réponse claire.
Bien sûr, certaines dépenses sont peu pertinentes, mais certaines sont fondamentales et très importantes et il faut les maintenir, comme le soutien aux agriculteurs pour les quarantaines des travailleurs étrangers temporaires.
À l'heure actuelle, les producteurs maraîchers de l'Ontario et les gens du Québec demandent à la ministre de poursuivre le soutien au‑delà du 16 juin et de ne pas réduire les sommes. Ce n'est pas le temps d'abandonner les producteurs, alors que la guerre contre la COVID‑19 n'est pas terminée et que les quarantaines sont toujours essentielles. Quelle est la position des conservateurs à ce sujet?
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-11 10:44 [p.8267]
Mr. Speaker, I thank my colleague from Barrie—Springwater—Oro-Medonte for his speech, in which he talked about the reckless spending that could lead to uncertainty.
I would ask my colleague to think about this. Would it actually not be the lack of predictability for our businesses, particularly in terms of the income stabilization programs, that would lead to this uncertainty? Certain sectors are worried. Some sectors, like sugar shacks, have been forgotten altogether and others, like tourism, will be affected for a longer period of time.
Would he have wanted the government to extend the Canada emergency wage subsidy or the Canada emergency rent subsidy for as long as necessary, or does he prefer austerity? He talked about health. Is he prepared to make cuts? Does he realize that what we really need is a 35% increase in health transfers, rather than a national framework for mental health?
I would like to hear my colleague's thoughts on the importance of helping certain economic sectors for as long as possible and on the need to protect other sectors.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Barrie—Springwater—Oro‑Medonte de son discours dans lequel il a notamment parlé de dépenses débridées qui mèneraient à une certaine incertitude.
J'invite mon collègue à réfléchir. Cette incertitude ne viendrait-elle pas plutôt d'un certain manque de prévisibilité pour nos entreprises, notamment avec les mesures de stabilisation de revenus? Certains secteurs sont inquiets. Certains secteurs sont oubliés, comme les cabanes à sucre, ou vont être touchés plus longuement, comme le tourisme.
Aurait-il souhaité prolonger aussi longtemps que nécessaire la Subvention salariale d'urgence du Canada ou la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer, ou aurait-il souhaité de l'austérité? Il a parlé de la santé. Est-il prêt à faire des coupes? Est-il conscient que ce n'est pas un cadre national en santé mentale dont nous avons besoin, mais plutôt d'une augmentation des transferts en santé à hauteur de 35 %?
J'aimerais entendre mon collègue sur l'importance d'aider le plus longtemps possible certains secteurs économiques et sur le fait que d'autres secteurs doivent être absolument protégés.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-06-11 10:49 [p.8268]
Mr. Speaker, before I begin my speech, I would like to publicly congratulate you. You have fulfilled the duties of your position with brilliance and dignity for 10 years, and you have done a wonderful job of promoting the language of Molière, which is dear to my heart. I therefore want to congratulate you, thank you for everything you have done and wish you all the best in the future.
I am very pleased that we are at report stage. We spent a lot of time on this bill in committee, and it is finally back in the House. Only two amendments were proposed at report stage, and they were proposed by the government.
The first amendment is ridiculous. It would make the wage subsidy off-limits for political parties but only as of this summer, well after all the parties would have happily put their hands in the cookie jar. I want to point out that all the parties have done that, except the Bloc Québécois.
As members know, all the political parties have raised record amounts during the pandemic, but that is not enough. The government twisted the spirit of the program, which was designed to help the workers and businesses affected by the pandemic. This program was paid for by our tax dollars and ran up the collective debt.
Political parties were never mentioned in the bill, but the agency nevertheless decided to include them. This made it possible for the Liberal Party to receive $1 million, even though it raised $15 million in 2020 alone. That is outrageous. What is worse is that after refusing to exclude political parties from receiving the subsidy, which allowed the Liberal Party to keep its $1 million, the government is proposing to offer this subsidy in July even though no other party is using it. That is textbook Liberal hypocrisy.
If the first amendment is ridiculous, the second is downright dangerous. The government's second amendment is very serious and threatens the very lifeblood of Quebec's economy. It seeks to undo what was voted in committee, which will harm Quebec and the other provinces and make Bay Street even happier.
The government wants the House to restore funding for the Canadian Securities Transition Office in Toronto. The government is so fixated on dealing Quebec's economy a devastating blow that it is asking the House to backtrack on what was passed in committee. We know that Bay Street matters more to the government than all of Quebec. We know that centralizing securities regulation is an infringement on the jurisdiction of Quebec and the provinces. Ottawa wants to wipe out Quebec's financial sector. This Liberal amendment would renew and considerably increase the budget of the Canadian Securities Transition Office to expedite its work. It would authorize the government to make payments of up to $119.5 million or even more if Parliament voted to do so in an appropriation act.
The transition office was set up in July 2009 to create a single Canada-wide securities regulator in Toronto. Basically, securities are financial assets, such as stocks, bonds and other instruments. In Quebec, securities are overseen by the Autorité des marchés financiers, the AMF.
The Supreme Court of Canada has dealt Ottawa a number of setbacks, deeming that securities do not fall under federal jurisdiction. However, in 2018 Ottawa finally got the green light to intervene in this area, provided that it did not act unilaterally and agreed to co-operate with the provinces. That is the agreement on paper, but we all know that, ultimately, this will centralize everything and strip Quebec of its financial hub.
Again, Ottawa is trampling on provincial jurisdiction and wants to centralize everything. Paternalistic Ottawa no longer wants a federation, it wants everything. Everything needs Ottawa's blessing. It is the alpha and the omega. It is too bad for Quebec, its nation and the rights of the provinces.
This is a harmful plan. The federal government's plan to establish a Canada-wide securities regulator in Toronto would inevitably translate into a creep of regulatory activities outside Quebec. This plan is just bad and must never see the light of day.
This is more than just a dispute over jurisdictions or mere squabbling between the federal level and the provinces. This is a battle between Bay Street and Quebec. Without a complete financial ecosystem, it is unrealistic to think that we will be able to hang on to our head offices. In our eyes, economic nationalism would become just an empty slogan.
That is why everyone in Quebec is against it. Every political party, the business community, the financial sector and labour-sponsored funds oppose this plan. For example, the Quebec National Assembly has adopted four unanimous motions denouncing the plan. Seldom have we seen Quebec's business community come together as one to oppose a government initiative.
In addition to the Government of Quebec and the four unanimous motions from the National Assembly, this plan faces vehement opposition in economic circles, including from the Fédération des chambres de commerce du Québec, the Chamber of Commerce of Metropolitan Montreal, Finance Montréal, the International Financial Centre corporation, the Desjardins Group, and the Fonds de solidarité FTQ, as well as most Quebec businesses, like Air Transat, Transcontinental, Canam, Québecor, Metro, La Capitale, Cogeco, Molson, and the list goes on.
A strong Quebec AMF means a strong talent pool to regulate the finance sector, which is a prerequisite for the sector's development. When the Toronto Stock Exchange bought the Bourse de Montréal, the Commission des valeurs mobilières, a precursor to the AMF, made it a condition of the sale that Montreal retain a stock exchange. We know that it specializes in derivatives, including the carbon market.
In Quebec, the financial sector represents 150,000 jobs and contributes more than $20 billion, or the equivalent of 6.3% of the GDP. That is what the government is going after with its extremely dangerous and harmful amendment.
Close to 100,000 of these jobs are in Montreal, which ranks 13th among the world's financial centres according to the Global Financial Centres Index.
This is an attack on our ability to keep our head offices and preserve our businesses. The Task Force on the Protection of Québec Businesses estimates that the 578 head offices in Quebec represent 50,000 jobs with a salary that is twice as high as the Quebec average, in addition to 20,000 other jobs at specialized service providers such as accounting, legal, financial or computer services.
Quebec companies tend to favour Quebec suppliers, while foreign companies in Quebec rely more on globalized supply chains, with all the impact that can have on our network of SMEs, in the regions in particular. We saw with the pandemic that globalized supply chains are fragile and make us entirely dependent on foreign supply.
The bottom line is that this amendment is an attack on Quebec's entire economy. It is a direct affront. This is important, and we must vote against this amendment.
Lastly, companies tend to concentrate their strategic planning, particularly their scientific research and development, where their head office is. A subsidiary economy is a less innovative one, and we do not want to lose our innovative economy in Quebec.
A strong financial hub is vital to the functioning of our head offices and the preservation of our businesses. Keeping the sector's regulator in Quebec ensures that decision-makers are nearby, which in turn enables access to capital markets for businesses, which is essential to support business investment and growth across Quebec.
That is what the government's harmful amendment is all about. This amendment would not help interprovincial trade, contrary to what the government might say. The passport system, the fight against money laundering and fraud, and the collaboration and co-operation among the various securities regulators are working quite well. Centralization will not do anything to improve that, contrary to the fallacious arguments put forward by the government.
The Standing Committee on Finance chose to nip that idea in the bud by deleting that clause of Bill C‑30. That basically cut the funding for the plan to centralize the financial sector in Toronto. I urge all my colleagues in the House to stand behind the committee's decision and to vote in favour of the economy of Quebec, vote against this gift to Bay Street and reject this amendment like we did in committee.
Monsieur le Président, avant de commencer mon allocution, je tiens à vous féliciter publiquement: depuis 10 ans, vous occupez votre poste avec brio et dignité et vous savez bien faire rayonner la langue de Molière, que je chéris grandement. Je vous présente donc mes félicitations, je vous remercie pour tout ce que vous faites et je vous souhaite une bonne continuation.
Je suis bien content que nous soyons rendus à l'étape du rapport. Nous y avons passé beaucoup de temps en comité et le projet de loi est enfin de retour à la Chambre. À l'étape du rapport, seulement deux amendements ont été proposés, et ils ont été proposés par le gouvernement.
Le premier amendement est risible. Il vient interdire la subvention salariale aux partis politiques, mais seulement à partir de cet été, soit bien après que tous les partis ont allégrement pigé dans le plat de bonbons. Précisons que tous les partis l'ont fait, sauf le Bloc québécois.
On le sait, tous les partis politiques ont connu un financement record durant la pandémie. Or ce n'est pas suffisant; le gouvernement a détourné l'esprit du programme, un programme qui venait en aide aux travailleuses et aux travailleurs ainsi qu'aux entreprises touchées par la pandémie. Ce programme était financé par les taxes, l'impôt et l'endettement collectif.
Jamais les partis politiques n'étaient nommés dans le projet de loi, mais l'Agence a quand même choisi de les inclure. Cela a permis au Parti libéral de toucher 1 million de dollars, alors qu'il avait amassé 15 millions de dollars juste pour l'année 2020. C'est odieux. Le comble, c'est que, après avoir refusé d'exclure les partis politiques de la subvention, ce qui lui permet de garder son million de dollars, il propose cela pour le mois de juillet prochain, alors que plus aucun parti ne l'utilise. C'est cela, l'hypocrisie libérale.
Si le premier amendement est ridicule, le second est carrément dangereux. Le second amendement du gouvernement est très grave et menace le cœur même de l'économie du Québec. Il vise à défaire ce qui a été voté en comité, de façon à nuire au Québec et aux autres provinces et à mieux plaire à Bay Street.
Le gouvernement demande à la Chambre de rétablir le financement du Bureau de transition canadien en valeurs mobilières, à Toronto. Dans son entêtement à nuire à l'économie du Québec, le gouvernement demande à la Chambre de défaire ce qui a été adopté en comité. Nous savons que, pour le gouvernement, Bay Street pèse plus lourd que le Québec au complet. Nous le savons bien: la centralisation des valeurs mobilières vient bafouer la compétence du Québec et des provinces. Le but d'Ottawa est de dépouiller le Québec de son secteur financier. Cet amendement libéral veut reconduire et augmenter considérablement le budget du Bureau de transition canadien en valeurs mobilières pour en accélérer les travaux. Il autorise le gouvernement à y verser jusqu'à 119,5 millions de dollars, ou même davantage si le Parlement votait en ce sens dans une loi de crédit.
Mis sur pied en juillet 2009, ce Bureau vise à établir à Toronto une autorité unique pancanadienne en matière de valeurs mobilières. Grosso modo, les valeurs mobilières représentent les actifs financiers, comme les actions, les obligations et les autres options. Au Québec, c'est supervisé par l'AMF, soit l'Autorité des marchés financiers.
Après plusieurs revers devant la Cour suprême du Canada, qui jugeait que les valeurs mobilières ne relevaient pas du fédéral, Ottawa a finalement obtenu le feu vert, en 2018, pour s'ingérer dans le domaine, pourvu qu'il n'agisse pas unilatéralement et qu'il accepte de coopérer avec les provinces. Cette entente est sur papier, mais nous savons tous que, finalement, cela vient tout centraliser et dépouiller le Québec de sa place financière.
Encore une fois, papa Ottawa bafoue les compétences des provinces et veut tout centraliser. Papa Ottawa ne veut plus d'une fédération; il veut être tout. Tout doit passer par lui urbi et orbi. C'est l'alpha et l'oméga; on se dit que c'est tant pis pour le Québec, pour sa nation et pour le droit des provinces.
Il s'agit d'un projet néfaste. Le projet fédéral d'établir à Toronto un organisme pancanadien de réglementation des valeurs mobilières se traduirait inévitablement par un glissement des activités de réglementation à l'extérieur du Québec. Ce projet est néfaste et ne doit pas voir le jour.
Ce n'est pas qu'une querelle de compétences ou une chicane entre le fédéral et les provinces, c'est un combat entre Bay Street et le Québec. Sans un écosystème financier complet, il est illusoire de penser garder nos sièges sociaux. Le nationalisme économique deviendrait, à nos yeux, un slogan vide.
C'est pourquoi, au Québec, tout le monde est contre. Tous les partis politiques, les milieux d'affaires, le secteur financier et les fonds de travailleurs s'opposent à ce projet. À titre d'exemple, l'Assemblée nationale du Québec a adopté quatre motions unanimes dénonçant ce projet. Rarement a-t-on vu les milieux d'affaires québécois se mobiliser d'une seule voix pour s'opposer à une initiative gouvernementale.
En plus du gouvernement du Québec et de l'Assemblée nationale, unanime à quatre reprises, les milieux économiques s'y opposent farouchement: la Fédération des chambres de commerce du Québec, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Finance Montréal, la corporation du Centre financier international, le Mouvement Desjardins, le Fonds de solidarité FTQ, ainsi que la plupart des entreprises québécoises comme Air Transat, Transcontinental, Canam, Québecor, Metro, La Capitale, Cogeco, Molson et j'en passe.
Une Autorité des marchés financiers québécoise forte, c'est un bassin de compétences dans l'encadrement juridique de la finance, condition essentielle au développement et au soutien de ce secteur. Lorsque la Bourse de Toronto a acheté la Bourse de Montréal, la Commission des valeurs mobilières, ancêtre de l'Autorité des marchés financiers, a exigé avant d'autoriser la vente que Montréal conserve une place boursière. On sait qu'elle s'est spécialisée dans les marchés dérivés, notamment la Bourse du carbone.
Au Québec, le secteur financier représente 150 000 emplois et une contribution de plus de 20 milliards de dollars, soit l'équivalent de 6,3 % du PIB. C'est à cela que ce gouvernement s'attaque par le biais de cet amendement extrêmement dangereux et pernicieux.
Selon le classement du Global Financial Centres Index, Montréal occupe le 13e rang des places financières de la planète, avec presque 100 000 emplois.
C'est une attaque contre le maintien de nos sièges sociaux et la préservation de nos entreprises. Le Groupe de travail sur la protection des entreprises québécoises évalue que les 578 sièges sociaux qui se trouvent au Québec représentent 50 000 emplois avec un salaire deux fois plus élevé que la moyenne québécoise, en plus de 20 000 autres emplois chez des fournisseurs de services spécialisés, comme les services comptables, juridiques, financiers ou informatiques.
De plus, les entreprises québécoises tendent à favoriser les fournisseurs québécois, alors que les entreprises étrangères présentes au Québec s'appuient davantage sur des chaînes d'approvisionnement mondialisées, avec tout l'impact qu'on devine sur notre réseau de PME, en particulier en région. On l'a vu avec la pandémie: les chaînes d'approvisionnement mondialisées sont fragiles et nous rendent entièrement dépendants de l'étranger.
Au bout du compte, c'est un amendement qui s'attaque à l'ensemble de l'économie québécoise. C'est un affront direct. C'est important et il faut voter contre cet amendement.
Finalement, les entreprises tendent à concentrer leurs activités stratégiques, en particulier leurs activités de recherche et développement, là où se trouve le siège social. De plus, une économie de filiale est une économie moins innovante, et on ne veut pas perdre notre économie innovante au Québec.
Une place financière forte est indispensable au fonctionnement de nos sièges sociaux et à la préservation de nos entreprises. Le maintien au Québec de la réglementation du secteur assure une proximité des décideurs qui permet l'accès au marché des capitaux pour les entreprises, condition essentielle pour soutenir l'investissement et la croissance des entreprises partout au Québec.
C'est de cela qu'il est question dans cet amendement néfaste du gouvernement. Cet amendement n'aidera pas le commerce interprovincial, contrairement à ce qu'a pu dire le gouvernement. Le système de passeports, la lutte au blanchiment d'argent et à la fraude, la collaboration et la coopération entre les différentes agences de réglementation des valeurs mobilières fonctionnent très bien. La centralisation n'améliorerait rien à tout cela, contrairement aux arguments fallacieux avancés par le gouvernement.
Le Comité permanent des finances a choisi de tuer cela dans l'œuf en supprimant cet article du projet de loi C‑30, ce qui revient à couper les vivres au projet de centralisation du secteur financier à Toronto. J'invite ici tous mes collègues de cette Chambre à se montrer solidaires de la décision du Comité. J'invite tous mes collègues à voter en faveur de l'économie du Québec et contre ce cadeau à Bay Street, et à rejeter cet amendement comme nous l'avons fait en comité.
View Peter Schiefke Profile
Lib. (QC)
View Peter Schiefke Profile
2021-06-11 10:58 [p.8269]
Mr. Speaker, I rise today because I want to thank my constituency team here in Vaudreuil—Soulanges. Over the past year, whenever seniors, parents, workers or students were affected by the COVID‑19 pandemic, my team got busy. They worked tirelessly for months, including on weekends. One of them even came out of retirement to lend a hand. They did everything they could to make sure that people in the community of Vaudreuil—Soulanges were informed about federal support programs and kept up to date about vaccine procurement and administration.
As we begin to come out of this pandemic, I am grateful to have the chance to record their names in Hansard: Jennifer Frezza, Ramy Khoriaty, Sarah Lezmy, Tamara Salembier, Emily Krispis, Veronika Brand, Patricia Dota, Malia Chenaoui, Michael Ruscitti and Nicholas Guilbeault. I want to thank them.
I could not ask for a better team to provide the level of support and service that all citizens of Vaudreuil—Soulanges depend on and deserve.
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour remercier mon équipe de circonscription dans ma communauté de Vaudreuil—Soulanges. Tout au long de la dernière année, alors que des personnes âgées, des parents, des travailleurs et des étudiants étaient touchés par la pandémie de la COVID‑19, mon équipe s'est mobilisée. Ses membres ont travaillé d'arrache‑pied pendant des mois et des fins de semaine. L'une d'entre eux est même sortie de sa retraite pour donner un coup de main. Ils ont tout fait pour s'assurer que les membres de notre communauté de Vaudreuil—Soulanges restent informés des programmes de soutien fédéraux et des progrès réalisés pour obtenir et administrer les vaccins.
Tandis que nous commençons à sortir de la pandémie, je suis reconnaissant de pouvoir faire consigner dans le Hansard le nom des membres de mon équipe. Tous mes remerciements à Jennifer Frezza, Ramy Khoriaty, Sarah Lezmy, Tamara Salembier, Emily Krispis, Veronika Brand, Patricia Dota, Malia Chenaoui, Michael Ruscitti et Nicholas Guilbeault.
Je ne pourrais pas trouver meilleure équipe pour fournir la qualité de soutien et de service dont tous les habitants de Vaudreuil-Soulanges dépendent, et qu'ils méritent.
View Sherry Romanado Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, yesterday, I was deeply shaken and saddened to learn of the tragic death of Lisette Corbeil, the director of strategic projects at the south shore chamber of commerce and industry.
Just a month ago, Ms. Corbeil worked with my team to organize a special activity for the chamber. She was warm, competent and incredibly kind.
Ms. Corbeil was found dead in her home in Contrecoeur on Wednesday. Authorities believe she died at the hands of her estranged spouse.
This femicide is the 12th in Quebec since the beginning of the year, which is a tragic and heartbreaking statistic. We all need to denounce acts of violence like this one and come up with solutions to make sure it never happens again.
I extend my deepest condolences to Ms. Corbeil's family and loved ones, as well as her colleagues at the south shore chamber of commerce and industry.
Monsieur le Président, hier, j'ai été profondément ébranlée et attristée d'apprendre le décès tragique de Mme Lisette Corbeil, directrice des projets stratégiques à la Chambre de commerce et d'industrie de la Rive‑Sud.
Il y a à peine un mois, Mme Corbeil a travaillé avec mon équipe à l'organisation d'une activité spéciale de la Chambre. Elle était compétente, chaleureuse et d'une extrême gentillesse.
Mercredi dernier, Mme Corbeil a été retrouvée sans vie dans sa résidence de Contrecoeur. Selon les autorités, elle aurait perdu la vie aux mains de son ex-conjoint.
Ce féminicide serait le 12e survenu au Québec depuis le début de l'année, une situation tragique et désolante. Nous devons tous dénoncer des actes de violence comme celui-ci et trouver des solutions pour que cela ne se produise plus jamais.
J'offre mes plus sincères condoléances à la famille de Mme Corbeil, à ses proches et à ses collègues de la Chambre de commerce et d'industrie de la Rive‑Sud.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-06-11 11:12 [p.8272]
Mr. Speaker, the government's management of the temporary foreign workers file is a disaster, and the pandemic has just made things worse.
After making farmers responsible for ensuring that their workers quarantine, the government ended up offering them $1,500 in compensation, but that amount will be slashed in half as of June 16.
Our farmers, who are still bringing in workers, will get half of the assistance they need. On top of that, the workers are coming in late after being stuck in quarantine because of the federal government and the incompetence of Switch Health.
The minister made a promise when she announced the program; she said, “This program will be available as long as the Quarantine Act is in force”.
She gave her word and needs to get her act together. Farmers never asked to take over responsibility for quarantines from the federal government. The federal government needs to do its part and see this through.
Monsieur le Président, la gestion du dossier des travailleurs étrangers temporaires par le fédéral est une catastrophe, et c'est encore pire avec la pandémie.
Après avoir complètement pelleté aux agriculteurs la responsabilité d'assurer la quarantaine de leur main-d'œuvre, le gouvernement a fini par offrir 1 500 $ pour les indemniser, mais, à partir du 16 juin, ce montant sera coupé de moitié.
Donc, nos producteurs agricoles, qui continuent d'accueillir des travailleurs, vont recevoir la moitié de l'aide dont ils ont besoin, alors que les travailleurs arrivent en retard à cause du fédéral et qu'on a dû subir des quarantaines plus longues à cause de l'incompétence de Switch Health.
Lors de l'annonce du programme, la ministre a fait la promesse suivante: « Ce programme sera offert aussi longtemps que la Loi sur la mise en quarantaine sera en vigueur [...] ».
Elle a donné sa parole et elle doit se ressaisir. Les agriculteurs n'ont jamais demandé de s'occuper des quarantaines à la place du fédéral. Que le fédéral apporte sa contribution jusqu'au bout.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-06-11 11:16 [p.8273]
Mr. Speaker, the Liberal government says that diversity is a driver in the judicial selection process.
Yesterday, the Parliamentary Secretary to the Minister of Justice provided statistics to prove that there is diversity among the appointed judges.
Diversity is important, but the “Liberalist” system does not help with political diversity. Why are the Liberals using diversity to hide their lies?
Monsieur le Président, le gouvernement libéral dit qu'il se base sur la diversité dans son processus de sélection des juges.
Hier, le secrétaire parlementaire du ministre de la Justice a donné des statistiques pour prouver à quel point les juges nommés étaient diversifiés.
La diversité est importante, mais le système « Libéraliste » n'aide pas à la diversité politique. Pourquoi les libéraux utilisent-ils la diversité pour cacher leurs mensonges?
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague for the question, but the premise is all wrong.
When our government was elected in 2015, we created a more rigorous, open and accountable system that better reflects Canada's diversity when appointing top-notch judges to our institutions. Our appointments are always based on merit. They are also based on the needs of the various benches, the expertise of the various candidates and the recommendations of the independent judicial advisory committees. We are proud of what we have put in place. The candidates come from—
Monsieur le Président, je remercie mon honorable collègue de sa question, mais ses présomptions de base sont complètement fausses.
Lorsque notre gouvernement a été élu en 2015, nous avons mis en place un système plus rigoureux, ouvert et responsable, qui reflète mieux la diversité du Canada pour nommer des juges de haut calibre dans nos institutions. Nos nominations sont toujours fondées sur le mérite. Elles sont également fondées sur les besoins des divers bancs, sur l'expertise des divers candidats et sur les recommandations des comités consultatifs indépendants de la magistrature. Nous sommes fiers de ce que nous avons mis en place. Les candidats viennent de...
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-06-11 11:17 [p.8273]
Mr. Speaker, the government is constantly using words such as “inclusive” and “transparent” to describe its judicial selection process.
Those are nice words and all, but they in no way relate to this government. Judges are appointed solely on the basis of their contributions to the Liberal Party. Making changes to the selection process only after problems were brought to light is not transparency.
When will the government start deserving the words it uses to describe itself?
Monsieur le Président, le gouvernement utilise sans cesse des mots comme « inclusif » et « transparent » pour décrire son processus de sélection des juges.
Bien que ces mots semblent agréables à dire, ils n'ont aucun fondement dans ce gouvernement. Les juges sont nommés uniquement parce qu'ils soutiennent le Parti libéral. Ce n'est pas transparent d'apporter des changements au processus de sélection seulement après que ces failles ont été exposées.
Quand le gouvernement commencera-t-il à mériter les mots qu'il utilise pour se décrire?
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, my hon. colleague's premise is false.
In 2015, we implemented an independent merit-based system. Advisory committees operate neutrally and in a non-partisan way. The committees work hard to select candidates who will advance through the process. Our appointments are merit-based.
We have nothing to learn from the Conservative Party, which is actually the reason we had to make changes to the system starting in 2015—
Monsieur le Président, les présomptions de base de mon honorable collègue sont fausses.
Depuis 2015, nous avons mis en place un système indépendant basé sur le mérite. Les comités consultatifs travaillent d'une façon neutre. Ils ne sont pas partisans. Les comités font du bon boulot pour choisir les candidats qui avanceront dans le processus. Nos nominations sont basées sur le mérite.
Nous ne recevrons pas de leçon du Parti conservateur, qui a effectivement causé les changements que nous avons apportés depuis 2015 au système....
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-06-11 11:18 [p.8273]
Mr. Speaker, the Minister of Justice and the Prime Minister have defended their judicial appointment process for quite some time.
However, the Minister of Justice himself said that the process did not take any partisan considerations into account. We now know that is not true. The “Liberalist” system added a filter that made the whole process biased and partisan.
How can Canadians be expected to place their trust in a justice minister who does not himself follow the rules?
Monsieur le Président, le ministre de la Justice et le premier ministre ont défendu leur processus de nomination des juges pendant un bon bout de temps.
Cependant, le ministre de la Justice a dit lui-même que le processus ne tenait compte d'aucune considération partisane. Nous savons aujourd'hui que c'est faux. Le système « Libéraliste » a ajouté un filtre qui a rendu l'ensemble biaisé et partisan.
Comment les Canadiens sont-ils censés placer leur confiance dans un ministre de la Justice qui ne respecte pas lui-même les règles?
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, as we have just said many times, the advisory committees work independently. They base their decisions on merit. Merit and diversity are the two criteria we look at in choosing quality judges right across Canada.
Since 2015, we have appointed over 450 people to the bench. They are exceptional judges, from all walks of life and all political stripes. We will continue to do so.
Monsieur le Président, comme nous venons de le dire à plusieurs reprises, les comités consultatifs travaillent d'une façon indépendante. Ils basent leur décision sur le mérite. Le mérite et la diversité sont les deux critères que nous regardons pour choisir des juges de qualité d'un bout à l'autre du Canada.
Depuis 2015, nous avons nommé plus de 450 personnes à la magistrature. Ce sont des juristes exceptionnels, de tous les horizons et de toutes les affiliations politiques. Nous allons continuer de le faire.
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, the assumptions made by the hon. member are completely false and I stand by what I said in previous responses. We have put into place a process that is independent, clear and transparent. The judicial appointment committees work in a way that is completely non-partisan. I make my appointments based only on merit and diversity, and not in a partisan fashion. We will continue with the high-quality appointments that we have made. We certainly will not take lessons from the Conservative Party. It is the reason we put this system into place in the—
Monsieur le Président, la députée fait complètement fausse route et je soutiens ce que j'ai toujours répondu. Nous avons mis en place un processus indépendant, clair et transparent. Les comités de nomination de juges font leur travail de façon tout à fait non partisane. Les nominations que je fais sont entièrement fondées sur le mérite et la diversité, sans considération partisane. Nous allons continuer de nommer des candidats hautement qualifiés. Ce n'est certainement pas le Parti conservateur qui va nous faire la leçon. C'est sa façon de faire qui nous a menés à mettre en place ce système...
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, again, the presumptions made by the hon. member are completely false and I disagree with them. There was a mistake made in a tweet. That was corrected by the department and persons were contacted with respect to the mistake that was made. Again, I apologize for that mistake being made on behalf of the Ministry of Justice.
We appoint quality candidates from all political backgrounds, all backgrounds, diverse backgrounds, through a process that is independent, through a process that focuses on quality, on talent and on diversity, and—
Monsieur le Président, encore une fois, les suppositions de la députée sont complètement fausses et je les réfute totalement. Une erreur a été commise dans un gazouillis. Le ministère l'a corrigée et a pris contact avec les personnes concernées au sujet de cette erreur. Encore une fois, je m'excuse pour cette erreur commise au nom du ministère de la Justice.
Nous nommons des candidats de qualité, de toutes les allégeances politiques, de tous les horizons, de tous les milieux par l'intermédiaire d'un processus indépendant axé sur la qualité, le talent et la diversité, et...
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-11 11:22 [p.8274]
Mr. Speaker, yesterday, the Liberals rejected a Bloc Québécois motion condemning the conflation of the horrific attack in London with a Quebec law.
The member for Mississauga—Erin Mills defended the rejection of the motion by conflating yet another issue. She said that Canada is a multicultural society where everyone should feel welcome, and that laws like that of Quebec do not help to create this kind of climate.
Obviously, the member feels that there is a connection between the attack in London and the Quebec law. Is that the government's position or will the member be admonished for that?
Monsieur le Président, hier, les libéraux ont rejeté une motion du Bloc québécois dénonçant les amalgames entre l'horrible attentat de London et une loi québécoise.
La députée de Mississauga—Erin Mills a justifié ce refus en y allant d'un nouvel amalgame de son cru, et je cite: le Canada est une société multiculturelle où tout le monde doit se sentir bienvenu, et des lois comme celle du Québec ne contribuent pas à instaurer un tel climat.
Il y a manifestement pour la députée un lien entre l'attentat de London et la loi du Québec. Est-ce la position du gouvernement ou va-t-il rabrouer la députée?
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, Quebeckers are well aware, they are defending their rights through the Constitution and we are going to continue to follow that process from close. Obviously, I express my condolences to the Muslim community in London and across Canada for this tragic and horrific act, and we will continue to move forward in that direction.
Monsieur le Président, les Québécois en sont bien conscients, ils défendent leurs droits en vertu de la Constitution et nous allons continuer à suivre ce processus de près. Évidemment, j'exprime mes condoléances à la communauté musulmane de London et de tout le Canada pour cet acte tragique et horrible, et nous allons continuer à avancer dans cette direction.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-11 11:24 [p.8274]
Mr. Speaker, the motion that the Liberals rejected had three objectives.
It reiterated our condolences to the victims' families and friends and to the entire community of London because they are the ones we should be talking about today, not political parties and especially not Quebec.
The motion reiterated that everyone must denounce hatred and violence, and that misguided conflation must be avoided at all costs because this tragedy must not be used to play partisan or ideological politics.
How can the House possibly not be able to agree on that?
Monsieur le Président, la motion que les libéraux ont rejetée avait trois objets.
Elle réitérait nos condoléances aux proches et à la famille des victimes, ainsi qu'à toute la communauté de London, parce que c'est d'eux qu'on devrait parler aujourd'hui, pas des partis politiques et encore moins du Québec.
La motion réitérait que la violence et la haine doivent être dénoncées, et dénoncées par tous. Elle réitérait qu'il faut à tout prix éviter de faire des amalgames mal avisés parce que cette tragédie ne doit pas servir de scène à la politique partisane ou idéologique.
Comment est-il possible que la Chambre ne soit pas capable de s'entendre là-dessus?
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I cannot speak to why the House is not unanimous on this issue.
From the start, we have expressed our condolences to the victims' family and friends and to Muslim communities across Canada, particularly those in London, Ontario.
We are trying to combat Islamophobia. We will continue to do that because that is what we need to do to have an inclusive and, might I add, fair country.
Monsieur le Président, je ne peux pas me prononcer sur l'unanimité de la Chambre.
Dès le début, nous avons exprimé nos condoléances à la famille, aux proches et aux communautés musulmanes de partout au Canada, mais surtout de London en Ontario.
Nous sommes en train de combattre l'islamophobie. Nous allons continuer de le faire parce que c'est que nous devons faire pour avoir un pays inclusif et, je dois le dire, juste.
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, we have been very clear with respect to the treatment of the Uighurs in China and are gravely preoccupied with all of the very credible reports that have come out of China with respect to their treatment. That is why we have been calling for an open, unfettered, impartial investigation of the situation in Xinjiang and will continue to press for that with our international partners.
Monsieur le Président, nous avons été très clairs au sujet du traitement des Ouïghours en Chine et nous sommes profondément inquiets des rapports très crédibles à ce sujet en provenance de Chine. C'est pourquoi nous avons demandé une enquête ouverte et impartiale menée sans entrave sur la situation au Xinjiang, et nous continuerons à la réclamer en collaboration avec nos partenaires internationaux.
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, we have been clear in recent months that co-operation with other countries, including China, that may involve a risk with respect to intellectual property, are to be taken into consideration when funding partnerships are proposed in our universities and other institutions. That is something that we are very conscience of and the Minister of Innovation, Science and Industry has spoken about recently.
Monsieur le Président, nous avons été clairs ces derniers mois que lorsque des partenariats de financement sont proposés dans les universités et d'autres institutions, il est important de tenir compte des risques pour la propriété intellectuelle que la coopération avec d'autres pays, y compris la Chine, peut potentiellement occasionner. C'est une chose dont nous sommes très conscients et dont le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie a parlé récemment.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-06-11 11:31 [p.8275]
Mr. Speaker, every day for weeks now we have been asking the government about the unfortunate events at the National Microbiology Laboratory in Winnipeg.
The government's response is always the same. Unfortunately, the Liberals call us racist, and yesterday they accused us of being conspiracy theorists. This only confirms that insult is the weapon of the weak.
On CBC yesterday, two experts acknowledged that some very relevant questions need to be asked about these events, even talking about espionage.
Why does the government refuse to get to the bottom of this deplorable situation?
Monsieur le Président, depuis des semaines, tous les jours, nous questionnons le gouvernement sur les événements malheureux survenus au Laboratoire national de microbiologie à Winnipeg.
La réponse du gouvernement a toujours été la même. Malheureusement, ils nous traitent de racistes et, hier, il nous a traités de complotistes, confirmant ainsi que l'insulte sera toujours l'arme des plus faibles.
Voilà qu'hier, à CBC, deux experts ont reconnu qu'il y avait des questions pertinentes à poser au sujet de ces événements, parlant même d'espionnage.
Pourquoi le gouvernement refuse-t-il d'aller au fond des choses dans cette triste affaire?
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-06-11 11:33 [p.8276]
Mr. Speaker, the fact is that this Liberal government committee is a secret committee where no one can say anything. More than anyone, the Prime Minister seems to have the final say. It is not a parliamentary committee, it is a committee of parliamentarians created by the Liberal government. We actually voted against it when it was first created, precisely because it lacks transparency.
The best way to get to the bottom of things and respond to the concerns of the experts we heard on CBC yesterday would be to table those documents so they can be properly studied by a real parliamentary committee.
Why is the government getting in the way of that?
Monsieur le Président, dans les faits, ce comité du gouvernement libéral est un comité secret où personne ne peut rien dire. C'est surtout le premier ministre qui, à la fin, a le dernier mot. Ce n'est pas un comité parlementaire, c'est un comité de parlementaires créé par le gouvernement libéral. D'ailleurs, nous avions voté contre quand cette affaire-là a été créée, parce que, justement, il n'y a pas de transparence.
Par contre, la meilleure façon d'aller au fond des choses et de répondre aux inquiétudes des experts qu'on a entendus hier à CBC, c'est de permettre le dépôt des documents afin qu'ils soient étudiés correctement par un vrai comité parlementaire.
Pourquoi le gouvernement ne permet-il pas cela?
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-06-11 11:34 [p.8276]
Mr. Speaker, these are the facts. What happened in Winnipeg?
First, two researchers were removed and escorted by the RCMP. Security clearance was given to a researcher with direct ties to the Chinese military. Two senior laboratory managers suddenly quit their jobs. In addition, two viruses were shipped from Winnipeg to Wuhan.
These are important issues and we need to get the whole truth not from a committee where the Prime Minister has the right to veto everything that will be released, but by a real committee of parliamentarians.
Why is the government hiding the truth from Canadians?
Monsieur le Président, voici les faits. Qu'est-ce qui s'est passé à Winnipeg?
Tout d'abord, deux chercheurs ont été expulsés, escortés par la GRC. Un code de sécurité a été accordé à un chercheur qui est en lien direct avec l'armée chinoise. Deux hauts dirigeants du laboratoire ont quitté leurs fonctions subitement. De plus, il y a eu un envoi de deux virus de Winnipeg à Wuhan.
Ce sont des questions importantes sur lesquelles toute la vérité doit être connue, pas par un comité où le premier ministre a le droit de véto sur tout ce qui va être publié, mais par un vrai comité de parlementaires.
Pourquoi le gouvernement cache-t-il la vérité aux Canadiens?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-06-11 11:35 [p.8276]
Mr. Speaker, this involves Quebec's business community.
In Bill C‑30, the Bloc Québécois cut funding to the office responsible for establishing a Canada-wide securities commission. It is a small victory, but a great relief for our economy as we have been fighting for 40 years to prevent the federal government from collapsing Montreal's financial sector for Toronto's benefit. We have not yet won. The Liberals are trying to reinstate funding for the office with an amendment to Bill C‑30.
Will they withdraw this amendment, or do they intend to start another war with Quebec over securities?
Monsieur le Président, j'attire l'attention des milieux d'affaires au Québec.
Dans le projet de loi C‑30, le Bloc québécois a coupé le financement du bureau chargé de mettre en place une commission pancanadienne des valeurs mobilières. C'est une petite victoire, mais un grand soulagement pour notre économie, alors qu'on se bat depuis 40 ans pour empêcher le fédéral de jeter à terre la finance montréalaise au profit de Toronto. Or, la partie n'est pas gagnée. Les libéraux essaient de ramener le financement du bureau par amendement dans le projet de loi C‑30.
Vont-ils retirer cet amendement ou est-ce qu'ils relancent une bataille sur les valeurs mobilières avec le Québec?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-06-11 11:36 [p.8276]
Mr. Speaker, I congratulate the parliamentary secretary on his French. Hats off to him. I do not congratulate him on his comments, however, because what he said is not good for Quebec's economy, and everyone agrees on that.
Everyone knows that the Liberals are looking at their election timetable and getting as excited as a kid in a candy store. I do not understand why they are reopening the securities regulator fight in Bill C‑30. I do not understand why they want to go to war with the Quebec business community at a time when our businesses want to focus on the economic recovery. I do not understand why they are prepared to fight for funding for an office that is pointless if the Liberals listen to what Quebec wants.
Are the Liberals that invested in wiping out Montreal's financial hub?
Monsieur le Président, je félicite le secrétaire parlementaire de son français, chapeau! mais pas de ses propos, parce que ce n'est pas une bonne chose pour l'économie du Québec, il y a unanimité là-dessus.
Tout le monde sait que les libéraux regardent leur calendrier électoral comme un enfant regarde le pot de biscuits. Alors, je ne comprends pas pourquoi ils relancent la bataille sur les valeurs mobilières dans le projet de loi C‑30. Je ne comprends pas pourquoi ils veulent partir en guerre avec les milieux d'affaires du Québec au moment où nos entreprises veulent se concentrer sur la relance économique. Je ne comprends pas pourquoi ils sont prêts à se battre pour le financement d'un bureau qui n'a aucune utilité si les libéraux respectent la volonté du Québec.
Les libéraux tiennent-ils à ce point-là à jeter par terre la place financière de Montréal?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, the position of the Liberal government is extremely clear on the question of the apartheid label. We reject it categorically. It is not part of our approach with respect to Israel or the Jewish community. We, of course, are completely against any anti-Semitism that would be displayed by any Canadian citizen.
Monsieur le Président, la position du gouvernement libéral à propos de l'étiquette « apartheid » est extrêmement claire: nous la rejetons catégoriquement; elle ne fait pas partie de notre approche en ce qui concerne Israël et la communauté juive. Nous sommes évidemment contre toute manifestation d'antisémitisme de la part d'un citoyen canadien, quel qu'il soit.
View Soraya Martinez Ferrada Profile
Lib. (QC)
View Soraya Martinez Ferrada Profile
2021-06-11 11:45 [p.8278]
Mr. Speaker, I thank my colleague for the question. As he knows, protecting the health and safety of Canadians will always be a top priority in our efforts to get through this pandemic.
We have taken measures for travellers, including testing before and after arrival. We have taken a progressive approach that we adjust to follow the latest public health advice.
We are working in close collaboration with our international partners on a coordinated approach to safely reopening travel.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question. Comme il le sait, la protection de la santé et de la sécurité des Canadiens va toujours être une priorité absolue pour vaincre cette pandémie.
Nous avons pris des mesures pour les voyageurs, y compris des tests avant et après l'arrivée. Nous avons pris une approche progressive, nécessaire pour ajuster les mesures au fur et à mesure que nous aurons des conseils fondés sur les conseils publics de la santé.
Nous travaillons en étroite collaboration avec les partenaires internationaux pour discuter d'une approche coordonnée en vue d'une reprise éventuelle des voyages, mais en toute sécurité.
View Bernard Généreux Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, regional airlines have been devastated by the COVID‑19 pandemic.
As if that were not bad enough, to add insult to injury, Transport Canada has told Aviation MH, a company in Rivière‑du‑Loup, which is in my riding, to pay $544 just to change its mailing address.
Is the Minister of Transport okay with his department exacting its pound of flesh from a hard-hit business just to reprint a certificate that probably costs next to nothing to produce?
Monsieur le Président, les compagnies aériennes régionales sont durement touchées par la pandémie de la COVID‑19.
Comme si cela n'allait pas assez mal, pour comble d'insulte, Transports Canada demande à Aviation MH, à Rivière‑du‑Loup, dans ma circonscription, de payer une somme de 544 $ pour un simple changement d'adresse postale.
Est-ce que le ministre des Transports trouve acceptable que son ministère se comporte en Picsou avec une entreprise durement touchée pour réimprimer un certificat qui ne coûterait pratiquement rien à produire?
View Soraya Martinez Ferrada Profile
Lib. (QC)
View Soraya Martinez Ferrada Profile
2021-06-11 11:49 [p.8279]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question, and I would like to reassure him that our government is committed to ensuring that all regions have sustainable, efficient and affordable air service. We want to make sure that everyone in every region is well served. I would be happy to work with my colleague to address the specific issue he raised today.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question et j'aimerais le rassurer. Notre gouvernement est résolu à ce que toutes les régions aient un service aérien qui est durable, efficace et abordable. Nous voulons nous assurer que toutes les personnes dans toutes les régions sont bien desservies. Cela me fera plaisir de travailler avec mon collègue sur la question précise dont il parle aujourd'hui.
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, obviously I do not agree with my colleague, because we have been there since the beginning of the pandemic to help our different regions, and in particular northern Ontario, to make sure that businesses have access to different measures to survive the pandemic, particularly our tourism operators. They have had access to the wage subsidy, the CEBA account, and support through FedNor.
We have been there to make sure they can continue to operate in these very difficult times, and we will continue to support them in the future, as we will be investing more than $1 billion to support them in the coming months.
Monsieur le Président, de toute évidence, je ne suis pas d'accord avec mon collègue parce que nous aidons les différentes régions depuis le début de la pandémie, particulièrement le Nord de l'Ontario, pour que les entreprises aient accès aux différentes mesures pour survivre à la pandémie, surtout les exploitants d'entreprises touristiques. Les entreprises ont eu accès à la subvention salariale, au Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes et aux mesures de soutien fournies par l'intermédiaire de FedNor.
Nous avons toujours été là pour qu'elles puissent continuer à mener leurs activités en cette période très difficile et nous continuerons à les appuyer. D'ailleurs, nous allons investir plus de 1 milliard de dollars pour les aider au cours des prochains mois.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-11 11:52 [p.8280]
Mr. Speaker, the fishing vessels in Grande‑Rivière in the Gaspé have been abandoned by the federal government. The Government of Quebec asked Ottawa to provide funding for the winter storage facility for those fishing vessels, but Ottawa refuses to broaden the scope of the Quebec fisheries fund, despite the fact that only $5 million of the $42 million provided for the fund have been disbursed over the past two years.
Grande‑Rivière and the RCM are taking action to help fishers. The Government of Quebec is taking action to help fishers. A total of 50% of landings occur in the Gaspé. The region's economic development is at stake. Where is the minister and member for Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine?
Monsieur le Président, les navires de pêche à Grande‑Rivière, en Gaspésie, sont abandonnés par le fédéral. Le gouvernement du Québec a demandé à Ottawa de financer le parc d'hivernage pour les navires de pêche, mais Ottawa refuse d'élargir la portée du Fonds des pêches du Québec, malgré le fait que seulement 5 millions des 42 millions de dollars prévus du Fonds aient été déboursés depuis deux ans.
Grande‑Rivière et la MRC se mobilisent pour les pêcheurs. Le gouvernement du Québec se mobilise pour les pêcheurs. D'ailleurs, 50 % des débarquements se font en Gaspésie. Le développement économique de la région est en jeu. Où est la ministre et députée de Gaspésie—Les Îles‑de‑la‑Madeleine?
View Diane Lebouthillier Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, if we want to talk about leadership, I will certainly take no lessons from the Bloc Québécois, which completely drained the lifeblood of the Gaspé for 15 long years. What is the Bloc Québécois able to do in the region? It cannot do anything at all except complain. The Gaspé needs doers, not whiners.
Monsieur le Président, si on veut parler de leadership, je n'ai certainement aucune leçon à recevoir du Bloc québécois, qui a complètement dévitalisé la Gaspésie pendant 15 longues années. De quoi est capable le Bloc québécois en région? Il n'est capable de rien du tout, sauf de chialer. En Gaspésie, on a besoin de « faiseux », pas de « chiâleux ».
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-11 11:53 [p.8280]
Mr. Speaker, I hope the people of Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine will hear what the minister said.
Today, in Grande-Rivière, in the Gaspé, the federal government is abandoning fishers and hurting the economy. This spring—and we do not even know what will happen next year—port facilities are being abandoned in Cap-aux-Meules, in the Magdalen Islands, putting fishing seasons at risk.
The federal government is abdicating its responsibilities everywhere throughout the region, and that makes no sense whatsoever. If the federal government is not there to support fisheries in eastern Quebec, where is it? Is the member for Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine doing anything at all? How is it that she has been incapable of understanding and saying to her fellow ministers that the fisheries—
Monsieur le Président, j'espère que les gens de Gaspésie—Les Îles‑de‑la‑Madeleine entendront ce qu'a dit la ministre.
Aujourd'hui, c'est à Grande‑Rivière, en Gaspésie, que le fédéral laisse tomber les pêcheurs et nuit à l'économie. Ce printemps, et on ne sait même pas pour l'année prochaine, c'est à Cap‑aux‑Meules, aux Îles‑de‑la‑Madeleine, que l'on abandonne les installations portuaires et que l'on met encore en péril les saisons de pêche.
Finalement, partout dans la région, le fédéral abdique ses responsabilités et cela n'a aucun sens. Si le fédéral n'est pas là pour soutenir la pêche dans l'est du Québec, où est-il? La députée de Gaspésie—Les Îles‑de‑la‑Madeleine fait‑elle quelque chose? Comment est‑il possible qu'elle soit incapable de comprendre et de dire à ses collègues ministres que la pêche...
View Diane Lebouthillier Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, while the Bloc Québécois is playing armchair critic, on this side of the House, we are producing tangible results for Quebeckers. The Bloc Québécois prides itself on speaking on behalf of the people of Gaspé, but what have they accomplished for the economy? How many jobs have they created in the Gaspé? I can tell you that with friends like that, the people of Gaspé don't need enemies.
Monsieur le Président, pendant que le Bloc québécois joue les gérants d'estrade, nous, de ce côté de la Chambre, produisons des résultats concrets pour les Québécois. Le Bloc québécois se targue de parler au nom des Gaspésiens, mais où est le bilan économique du Bloc québécois? Combien d'emplois a‑t‑il créés en Gaspésie? Je peux vous dire qu'en Gaspésie, avec des amis comme ça, on n'a plus besoin d'ennemis.
View Emmanuella Lambropoulos Profile
Lib. (QC)
View Emmanuella Lambropoulos Profile
2021-06-11 11:58 [p.8281]
Mr. Speaker, we said it a few months ago, and we keep saying it. There is a vaccination plan, and that plan is working.
We told Canadians that we would be there for them and that we would get through this pandemic together, and that is what we have done. Although some people chose to spread fear and uncertainty, there is no doubt that the plan is working. Quebeckers are already booking appointments for their second dose of the vaccine.
Can the minister give us more information on how the vaccine procurement is going and how it is shaping up for the future?
Monsieur le Président, nous l'avons dit il y a plusieurs mois et nous l'avons répété à maintes reprises: il existe un plan de vaccination, et ce plan fonctionne.
Nous avons dit aux Canadiens que nous serions là pour eux et que nous ferions face à la pandémie ensemble; c'est ce que nous avons fait. Malgré que certains aient choisi de semer la peur et l'incertitude, il ne peut y avoir aucun doute. Les Québécois sont déjà en train de prendre rendez-vous pour recevoir la deuxième dose du vaccin.
La ministre peut-elle nous donner de plus amples renseignements sur le déroulement de l'approvisionnement en vaccin et sur l'avenir de celui-ci?
View Joël Lightbound Profile
Lib. (QC)
View Joël Lightbound Profile
2021-06-11 12:03 [p.8282]
Mr. Speaker, I would first like to thank the hon. member for Saint John—Rothesay for all he has done over the years in advocating for pardon reform. The presence of a criminal record has led to indigenous, Black and other racialized communities being disproportionately represented in our criminal justice system. These records create barriers to accessing a job, housing and education, which can, in turn, perpetuate the cycle of crime.
Yesterday we introduced legislation to reduce barriers in accessing a pardon and allow law-abiding citizens to safely reintegrate into their communities. This is a smart approach to crime, and we thank the public safety committee for its essential work in bringing this about.
Monsieur le Président, d'abord, je remercie le député de Saint John—Rothesay de tous les efforts qu'il déploie depuis des années afin de faire valoir la réforme du système de pardon. Le fait d'avoir un casier judiciaire entraîne la surreprésentation des communautés autochtones, noires et d'autres communautés racialisées au sein de notre système de justice pénale. Ces casiers judiciaires créent un obstacle à l'emploi, au logement et à l'éducation, ce qui perpétue par conséquent le cycle de la criminalité.
Hier, nous avons présenté un projet de loi visant à réduire les obstacles à l'obtention du pardon et à permettre aux citoyens respectueux des lois de réintégrer leur collectivité en toute sécurité. Il s'agit d'une approche intelligente à l'égard de la criminalité et nous remercions le comité de la sécurité publique de son travail, qui a contribué de manière essentielle à l'élaboration de ce projet de loi.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, Jatinder Singh is an Indian truck driver who lives in Park Extension. He is an essential worker who provided a valuable service during the pandemic. He is being deported on June 15, five days from now.
Because of his political activities, he fears for his safety if he is sent back to India, not to mention the fact that the COVID-19 outbreak raging in India right now would put his health at risk.
The Canada Border Services Agency promised that essential workers would not be deported. Where is the Liberals' compassion? Have they no heart?
Will the minister take action on this file, yes or no?
Monsieur le Président, Jatinder Singh est un camionneur indien qui habite à Parc-Extension, un travailleur essentiel qui a rendu de précieux services pendant la pandémie. Il sera déporté le 15 juin, soit dans cinq jours.
S'il est renvoyé en Inde, il craint pour sa sécurité, à cause de son engagement politique. En plus, l'Inde connaît une résurgence de la COVID‑19 sans contrôle. Sa santé serait donc menacée.
L'Agence des services frontaliers du Canada avait pourtant promis que les travailleurs essentiels ne seraient pas sujets à la déportation. Où est la compassion des libéraux? Sont-ils sans cœur?
Le ministre s'engage-t-il à intervenir dans ce dossier, oui ou non?
View Peter Schiefke Profile
Lib. (QC)
View Peter Schiefke Profile
2021-06-11 12:05 [p.8282]
Mr. Speaker, we realize that decisions on immigration cases can have a profound effect on the health, safety and lives of individuals.
Every case must be assessed on its merits, fairly and in accordance with Canada's laws. Every case is unique and is evaluated according to the individual circumstances. I cannot discuss the details of a specific case due to privacy laws.
Monsieur le Président, nous comprenons que les décisions sur les cas d'immigration peuvent avoir un impact profond sur la santé, la sécurité et la vie des individus.
Chaque cas est évalué en fonction de son bien-fondé, de manière équitable et conformément aux lois du Canada. Chaque cas est unique et est évalué selon des circonstances qui lui sont propres. Je ne peux pas discuter des détails d'un cas en particulier, en raison des lois sur la protection de la vie privée.
View Joël Lightbound Profile
Lib. (QC)
View Joël Lightbound Profile
2021-06-11 12:06 [p.8282]
Mr. Speaker, first and foremost, our thoughts are with the family and friends of Chantel Moore through these difficult times.
Following the tragic passing of Ms. Moore after an interaction with the Edmundston Police Force, the minister has spoken with the New Brunswick regional chief and the president of the Nuu-Chah-Nulth Tribal Council to discuss wellness checks and the different roles of police in our communities.
In situations such as these, it is essential that there be a timely, transparent and independent investigation in order to provide answers to the many difficult, but important, questions people have. While questions about the investigation and the findings should be directed to the province, we continue to do our important work of modernizing police structures, updating standards regarding the use of force and establishing increased oversight of law enforcement.
Monsieur le Président, d'abord et avant tout, nos pensées accompagnent la famille et les amis de Chantel Moore en cette période difficile.
À la suite du décès tragique de Mme Moore, qui impliquait les services de police municipaux d'Edmundston, le ministre a parlé avec le chef régional du Nouveau-Brunswick et la présidente du Conseil tribal des Nuu-chah-nulth pour discuter des vérifications de l'état de santé et des différents rôles des policiers dans nos communautés.
Dans de telles situations, il est essentiel de mener une enquête rapide, transparente et indépendante afin de fournir les réponses aux nombreuses questions difficiles, mais importantes que les gens se posent. Même si les questions à propos de l'enquête et de ses conclusions doivent être adressées à la province, nous continuons notre important travail, c'est-à-dire moderniser les structures policières, mettre à jour les normes en matière de recours à la force et établir une surveillance accrue des forces de l'ordre.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-06-11 12:08 [p.8283]
Mr. Speaker, I rise on a point of order.
During question period, the government misled the House by suggesting that Quebec's finance minister, Mr. Girard, supports the Minister of Finance's harmful plan to centralize securities regulation.
That is absolutely false. Quebec's finance minister has never supported this bill that would be devastating for Quebec. No minister, elected representative or government official from any party has supported it. I am asking the parliamentary secretary to withdraw his remarks.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement.
Durant la période des questions, le gouvernement a induit la Chambre en erreur en laissant entendre que le ministre des Finances à Québec, M. Girard, appuie la ministre des Finances dans son projet néfaste de centralisation des valeurs mobilières.
C'est archi faux. Jamais le ministre des Finances du Québec n'a soutenu un tel projet néfaste pour le Québec. Aucun ministre, ni élu ni gouvernement, peu importe le parti, n'a fait cela. Je demande au secrétaire parlementaire de retirer ses propos.
View Francis Scarpaleggia Profile
Lib. (QC)
View Francis Scarpaleggia Profile
2021-06-11 12:10 [p.8283]
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the sixth report of the Standing Committee on Environment and Sustainable Development in relation to Bill C-12, an act respecting transparency and accountability in Canada's efforts to achieve net-zero greenhouse gas emissions by the year 2050. The committee has studied the bill and has decided to report the bill back to the House with amendments.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le sixième rapport du Comité permanent de l'environnement et du développement durable, qui porte sur le projet de loi C-12, Loi concernant la transparence et la responsabilité du Canada dans le cadre de ses efforts pour atteindre la carboneutralité en 2050. Le comité a étudié le projet de loi et convenu d'en faire rapport à la Chambre avec des propositions d'amendement.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-11 12:30 [p.8293]
Mr. Speaker, I thank my colleague from Joliette for his speech.
He spoke in particular about the Canada emergency wage subsidy, which was used a lot in my riding to help businesses like those in the Granby industrial park get through the crisis.
I would like to come back to a somewhat troubling statement made by a Liberal colleague. He said that a political party can be compared to a business that is struggling during the crisis. He was attempting to justify the fact that political parties got to put their hands in the cookie jar as if they were no different from businesses that were going through a difficult crisis and that needed the subsidy to survive.
I would like to hear what my colleague has to say about this very troubling statement by the Liberal Party.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Joliette de son discours.
Il a notamment parlé de la Subvention salariale d'urgence du Canada, qui a été beaucoup utilisée chez nous pour permettre aux entreprises, notamment dans le parc industriel de Granby, de traverser la crise.
J'aimerais revenir à une déclaration un peu inquiétante d'un collègue libéral. Il a dit qu'on pouvait comparer un parti politique à une entreprise en difficulté pendant la crise, tentant ainsi de justifier le fait que les partis politiques ont pu se servir dans le plat de bonbons au même titre que des entreprises qui traversaient une crise difficile et qui ont eu besoin de cette subvention pour survivre.
J'aimerais entendre les commentaires de mon collègue au sujet de cette déclaration très inquiétante de la part du Parti libéral.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-06-11 12:31 [p.8293]
Mr. Speaker, I thank my colleague and friend, the member for Shefford.
What the political parties in the House did, with the exception of Bloc Québécois, was despicable and inexcusable.
In a time of crisis, the government decided to implement a program to support workers and businesses that might not be able to make it through the crisis. That money will have to be paid back through taxes and the collective debt.
The Liberal Party and the other political parties are distorting the spirit of the bill by claiming that political parties are like non-profit organizations. The Prime Minister ordered the agency administering this program to cast the net wide. He got what he wanted. The Liberal Party made $1 million from it, when it already had a record fundraising year. That is unacceptable, and the amendment that the government is proposing to Bill C-30 is despicable. As of this summer, the political parties will no longer be eligible for the Canada emergency wage subsidy, but they have already emptied the cookie jar. That is shameful and inexcusable. I would be ashamed to—
Monsieur le Président, je remercie ma collègue et amie la députée de Shefford.
En effet, ce que les partis politiques de la Chambre, à l'exception du Bloc québécois, ont fait est inexcusable et odieux.
Le gouvernement a décidé, en temps de crise, de mettre en place un programme pour soutenir les travailleuses, les travailleurs et les entreprises qui risquent de ne pas traverser cette crise. On va devoir rembourser cela au moyen des taxes, de l'impôt et de l'endettement collectif.
Le Parti libéral et les autres partis politiques détournent l'esprit du projet de loi en prétendant que les partis politiques sont comme des organismes à but non lucratif. Le premier ministre a donné l'ordre à l'agence qui gère ce programme de ratisser large. Il a obtenu ce qu'il voulait. Le Parti libéral s'est fait 1 million de dollars avec cela, alors qu'il avait connu une année record sur le plan du financement. C'est inacceptable et l'amendement que l'on propose au projet de loi C‑30 est odieux. À partir de cet été, les partis politiques ne seront plus admissibles à la Subvention salariale d'urgence du Canada alors qu'ils ont vidé le plat de bonbons. C'est inexcusable et honteux. J'aurais honte de...
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague from Joliette for his speech. His passion for securities is remarkable. That was very interesting.
I would like to raise a more long-term issue.
Although there are some good things in this budget, there is a lot missing. I will get into that later during my speech.
I think this budget is short-sighted. We are emerging from a pandemic, but I do not see any long-term planning in this budget for the next health or economic crisis. There will be more viruses. There will be more pandemics.
Did the government learn anything from COVID‑19 about our social safety net or our health care system? Will it make the same mistakes next time? A more aggressive, deadlier virus could strike and make our lives even more difficult.
Does my colleague from Joliette think the government is making that transition?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Joliette de son discours. Je dois souligner sa passion pour la question des valeurs mobilières. C'était très intéressant.
J'aimerais plutôt aborder une question qui s'inscrit dans une perspective à long terme.
Bien que le budget comprenne certains éléments assez intéressants, il comporte énormément de lacunes. J'aurai l'occasion d'en parler bientôt, lorsque je ferai mon discours.
Selon moi, le budget a le nez sur le mur. Alors que nous sortons d'une pandémie, j'ai l'impression qu'aucune planification à long terme n’a été élaborée dans ce budget pour la prochaine crise sanitaire ou économique. Il y aura d'autres virus et d'autres pandémies.
A-t-on appris des leçons de la COVID‑19, sur le plan de notre filet de sécurité sociale ou de notre système de santé? Va-t-on répéter les mêmes erreurs la prochaine fois que cela va arriver? Un virus plus virulent et plus mortel pourrait sévir et nous rendre la vie encore plus difficile.
Selon mon collègue de Joliette, est-on en train de faire cette transition?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-06-11 12:33 [p.8293]
Mr. Speaker, my regards to my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie, and I thank him for his intervention. I look forward to listening to his speech because his remarks are always very constructive.
I completely agree with him, and I will give an example. The Standing Committee on Finance heard testimony from the Conseil national des chômeurs et chômeuses. The organization's spokesperson, Pierre Céré, told us to be careful because, as of September, employment insurance will once again have two blind spots that have been around since the 1990s and that need to be fixed, because no one has done it yet.
We tried to change that in committee, with the member's colleague from Burnaby South, but our request was not deemed receivable. The government does not want to fix the problem. We are therefore stuck with an EI program that has to be changed. The crisis revealed that it does not work, but we are back to the Axworthy reforms of the 1990s, with all the problems that entails. It is a somewhat short-sighted budget.
Monsieur le Président, je salue mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie et je le remercie de son intervention. J'ai bien hâte d'écouter son discours, car son propos est toujours très constructif.
Je suis tout à fait d'accord avec lui et je vais donner un exemple. Le Comité permanent des finances a reçu le Conseil national des chômeurs et chômeuses. Son porte-parole, M. Pierre Céré, est venu nous dire de faire attention, car, à partir de septembre, l'assurance-emploi revient avec deux angles morts en place depuis les années 1990 et qu'il faut changer, car cela n'a pas encore été fait.
Nous avons essayé de faire changer cela en comité avec son collègue de Burnaby-Sud, mais notre demande a été jugée irrecevable. Le gouvernement ne veut pas changer cela. On se retrouve donc avec un programme de l'assurance-emploi qu'il faut changer. La crise a révélé qu'il ne fonctionne pas, mais on en revient à la réforme Axworthy avec tous ses problèmes des années 1990. C'est un budget qui fait preuve d'une certaine myopie.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-06-11 12:35 [p.8294]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question and comments.
I would like to note one thing that concerns me in Bill C‑30: the reduction of the Canada emergency wage subsidy, including for the hardest-hit sectors like the cultural industry and the tourism sector.
The minister has the power to increase the percentage of this subsidy and even extend it to November. With no predictability being offered to these hard-hit sectors, we have little guarantee that they will get the support they need. I would like a commitment from the Minister of Finance on that.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question et de son commentaire.
J'aimerais souligner un élément qui m'inquiète dans le projet de loi C‑30: la diminution de la Subvention salariale d'urgence du Canada, y compris pour les secteurs qui sont plus durement touchés, notamment l'industrie culturelle ou le secteur touristique.
La ministre a le pouvoir d'augmenter le pourcentage de cette subvention, voire de prolonger sa période d'application jusqu'au mois de novembre. En l'absence de prévisibilité pour ces secteurs qui sont durablement touchés, nous avons peu de garanties qu'ils seront soutenus comme il le faut. J'aimerais avoir un engagement de la ministre des Finances à cet effet.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, meegwetch to the member for his testimony.
In the context of the budget debate, one very alarming thing that we do not talk about enough in the House is the importance of affordable housing, social housing and housing full stop. We talked about it briefly this week. The need for housing for first nations is absolutely critical.
Should this budget not have made more room for housing, including first nations housing? This is a matter of dignity, quality of life and respect.
Monsieur le Président, je dis meegwetch au député pour son témoignage.
Dans le contexte d'un débat sur le budget, un élément très alarmant dont on ne parle pas assez à la Chambre est l'importance du logement abordable, du logement social et du logement tout court. Nous en avons brièvement parlé cette semaine. Un enjeu tout à fait criant chez les Premières Nations, c'est celui du logement.
Le dernier budget n'aurait-il pas dû faire plus de place à l'enjeu du logement, notamment auprès des Premières Nations? Il s'agit d'un enjeu relatif à la dignité, à la qualité de vie et au respect.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I thank my Conservative colleague for his moving and heartfelt speech. It will be hard for me to follow that, and I will not be able to convey such a deep respect for human dignity in light of the horrific events that occurred all over the country and throughout its history. I thank my colleague for his speech and I will do my best to speak to Bill C‑30, the budget implementation bill.
There are some good things in this budget, but there are also things missing from it. I will obviously get back to this, since that is part of my job as an opposition member. What worries me most about this budget is that the government still seems to be putting a band-aid on a cancer and scrambling to fill in the potholes. This budget lacks vision. It is as though the government cannot see the forest for the trees.
We have not yet emerged from the crisis we have been dealing with for the past year and a half. However, the vaccination numbers, especially in Quebec and Ontario, are reassuring. We are on track for 75% of people to get their second dose by the end of the summer. Canada is behind many other countries, but I think we are getting through this together. This crisis was a huge tragedy. Tens of thousands of our fellow citizens got sick and will get sick in the coming years. Many others died.
Over the past 18 months, we have also realized how poorly prepared we were, and I am worried that future events could catch us just as unprepared. We want to believe that we learn from our mistakes and that things will be different next time, yet we have been through SARS and other epidemics before. Each time, we were not prepared and were caught unawares.
Both our social safety net and our health care systems had flaws and weaknesses. However, instead of fixing them, at times we made them worse, including by making cuts to health transfers to the provinces, something that was started by the Conservatives and carried on by the Liberals. Outside of some one-time measures, it does not seem like the government is really enhancing our capabilities and our public services to provide high-quality services and care with the right equipment to get through a pandemic like this one.
Make no mistake, this pandemic will not be the last. Pandemics happened several times in the 20th century, they have already happened a few times in the 21st century, and they will continue to happen. Will we be prepared next time?
Will our health care system and professionals be treated well? Will we provide our orderlies and nurses with better working conditions and decent shifts? Will we collaborate to ensure that we do not let down seniors in long-term care? The death toll at the beginning of the pandemic, especially at the Herron long-term care home in Dorval, on Montreal's West Island, was appalling.
Will we change the way we work? In terms of workplace relations, will we continue to work from home, or will we go back to the office? What will we do to prepare for next time? Will we have enough medical equipment for everyone?
Will Canada have the industrial capacity to do vaccine research, but also to design, create and manufacture vaccines as well? Over the past few years, our country has lost its entire domestic vaccine production capacity, and we saw how unprepared we were for the pandemic as a result and how dependent we were on our neighbours to manufacture vaccines, medical equipment, respirators and ventilators.
Will we have enough oxygen cylinders next time? If the next virus is more aggressive, more contagious and more deadly, will we be able to overcome it and ensure that our social safety net can protect everyone and leave no one behind?
I believe that this budget addresses some but not all of the short-term needs, but unfortunately, we are not planning for the post-pandemic reality and the new society that we could collectively create if we had the resources. We could create a society that is fairer, more prosperous, more equitable, greener, and also better prepared to face these kinds of challenges, because this will not be the last time that we have to.
This will also not be the last time that climate crises could worsen because of global warming. That is another subject, but it is still related because of the public health problems it can cause, whether it be respiratory problems or the spread of certain viruses, or simply disasters that will be extremely costly to both the agricultural sector specifically and societies in general.
This budget and this budget implementation bill have flaws. The pandemic demonstrated that we had societies that were very inequitable, and these inequalities have widened considerably over the past 18 months. I have seen statistics showing that the wealth of the richest families and individuals in Canada grew by about $78 billion during the pandemic. We are talking about less than 1% of the population. While most people were suffering, losing their jobs, watching their small businesses struggle to survive or even close down, the ultrarich were lining their pockets.
The Liberal government has not included any concrete measures in this budget to attack this excessive, outrageous and indecent increase in wealth, except for a special tax on the purchase of certain boats, luxury vehicles or private planes. A super-rich person who pocketed tens of millions of dollars in profit just has to avoid buying a private plane, and this measure will change absolutely nothing in their life.
As Oxfam Canada revealed a few months ago, as a result of this rise in inequality, people from big companies, like Amazon's Jeff Bezos, made truly gargantuan profits during this pandemic. Jeff Bezos has approximately 600,000 employees around the world, which is quite a lot. If Mr. Bezos took out his cheque book and wrote 600,000 cheques for $110,000, one for each of his employees, he would still be just as rich as he was before the pandemic. Needless to say, he was already far from poor before the pandemic.
What are the Liberals presenting in this budget to reduce inequality and make the super-rich, multi-millionaires and billionaires pay their share? Not much, as I said. The budget talks about boats and planes, but that is about it.
The government could have imposed a tax on wealth. It could have imposed an additional tax of 1% on people with a fortune of over $20 million. That does not seem excessive to me. It would free up a considerable amount of revenue so we could have social programs that would take care of people and a truly public health care system that could meet the needs of the population. Why is there no tax on wealth?
I mentioned Amazon and Jeff Bezos. Why is there no special tax on excessive profits during a pandemic? In the riding of Rosemont—La Petite‑Patrie and pretty much all over Montreal, small businesses have suffered and have had a hard time making ends meet. Many of them have gone out of business even as giant Internet corporations like Amazon and its ilk have raked in the cash. Not only are web giants not yet being taxed by the Liberal government on what they earn in Canada and Quebec, but they have also been reaping obscene profits during the pandemic. The Liberal government does not have the courage to do anything about this.
Why has the government not altered its approach to tax havens? Every serious assessment of the situation, including those by the Department of Finance and the Conference Board of Canada, tells us that we are losing tens of billions of dollars every year because the super-rich can squirrel their money away in the Cayman Islands or Barbados so they do not have to pay a penny in taxes in Canada or, if they do, it is a pittance. This has been going on for years, with neither Conservatives nor Liberals doing anything about it. Most of these tax havens were created by Canadian banks, which were able to make rules that suited them so they could enable their clients and KPMG clients to avoid paying tax here by using financial schemes that no federal government has made any real effort to take down.
As professor Alain Deneault has explained, if you are injured and you have to wait in an emergency room for 10 or 20 hours to see a doctor, it is because of tax havens. When you are waiting for a bus on a street corner in the rain and the bus does not come because it is broken down, there is no one to fix it and public transit is deficient, that is because of tax havens. If our communities do not have sufficient social housing and co-operative housing, it is because the rich are not paying their fair share. It is because of tax havens.
I wish we had a government that had the courage to tackle these issues. An NDP government will do just that one day.
Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue du Parti conservateur de son discours émouvant et bien senti. Il ne me sera pas facile de le suivre et je ne pourrai pas parler avec une telle profondeur du respect de la dignité humaine depuis les événements historiques absolument dramatiques qui se sont produits partout sur notre territoire. Je remercie donc mon collègue de son discours et je vais essayer de faire de mon mieux pour parler du projet de loi C‑30 sur la mise en œuvre du budget.
Dans ce budget, il y a de bonnes choses, mais il y a aussi des choses qui manquent. Je vais évidemment y revenir, car c'est mon rôle de député de l'opposition. Ce qui me préoccupe le plus dans ce budget, c'est que j'ai encore l'impression qu'on est en train de mettre des pansements sur un cancer et d'essayer de combler des nids-de-poule. C'est un budget qui me semble manquer de vision, un peu comme si on avait le nez collé sur un arbre et qu'on ne voyait pas la forêt derrière.
Nous ne sommes pas encore sortis de la crise que nous vivons depuis un an et demi. Cependant, les statistiques de vaccination, surtout au Québec et en Ontario, sont rassurantes et sur la bonne voie, puisque 75 % des gens vont avoir reçu leurs deux doses d'ici la fin de l'été. Le Canada est en retard par rapport à beaucoup d'autres pays, mais je pense quand même que nous sommes en train de nous en sortir collectivement. Cette crise a été une immense tragédie. En effet, des dizaines de milliers de nos concitoyens ont été malades et vont continuer de l'être dans les prochaines années. Plusieurs autres en sont décédés.
Au cours des 18 derniers mois, nous avons aussi appris à quel point nous étions mal préparés et je suis inquiet que cet état d'impréparation se reproduise à l'avenir. Nous avons toujours l'impression d'apprendre de nos leçons d'une fois à l'autre, en nous disant que, la prochaine fois, ce ne sera pas pareil. Pourtant, nous avons vécu le SRAS et d'autres épidémies auparavant, mais, à chaque fois, nous n'étions pas prêts et nous nous sommes fait prendre.
Tant notre filet de sécurité sociale que nos systèmes de santé comportaient des lacunes et des faiblesses. Cependant, au lieu de les combler, nous les avons parfois aggravées, notamment à cause des coupes dans les transferts aux provinces en matière de santé, initiées par les conservateurs et poursuivies par les libéraux. Hormis des mesures ponctuelles, nous n'avons pas l'impression de vraiment être en train de renforcer nos capacités et nos services publics pour offrir des services et des soins de qualité au moyen de l'équipement nécessaire pour faire face à une pandémie comme celle-ci.
Il ne faut pas se leurrer, ce ne sera pas la dernière fois que cela va se produire. C'est arrivé plusieurs fois au cours du XXe siècle, c'est survenu déjà à quelques reprises au cours du XXIe siècle, et cela va se reproduire par la suite. Serons-nous prêts la prochaine fois?
Notre système de santé et nos professionnels vont-ils être bien traités? Accorderons-nous de bonnes conditions de travail et des horaires décents à nos préposés aux bénéficiaires, à nos infirmiers et à nos infirmières? Allons-nous collaborer pour ne pas laisser tomber nos aînés en CHSLD? Il s'y est produit une hécatombe épouvantable au début de la pandémie, notamment au CHSLD Herron, situé à Dorval dans l'ouest de l'île de Montréal.
Allons-nous devoir changer nos façons de travailler? Pour nos relations de travail, allons-nous continuer de télétravailler à domicile ou retourner dans nos bureaux? Comment réussirons-nous à être prêts pour la prochaine fois? Aurons-nous le matériel médical nécessaire pour chacun?
Le Canada aura-t-il la capacité industrielle de faire de la recherche sur les vaccins, mais aussi d'en imaginer, d'en créer de nouveaux, d'en fabriquer? Au cours des dernières années, notre pays a perdu toute capacité nationale de fabrication de vaccins et nous avons pu constater à quel point nous n'étions pas prêts à affronter la pandémie et nous dépendions de voisins pour la fabrication de vaccins, de matériel médical, de respirateurs et de ventilateurs.
Aurons-nous assez de bouteilles d'oxygène la prochaine fois? Si le virus est plus virulent, plus contagieux et plus mortel, serons-nous capables de nous en sortir la prochaine fois et de nous assurer que notre filet de sécurité sociale pourra protéger tout le monde et ne laisser personne pour compte?
J'ai malheureusement l'impression que ce budget répond à certains besoins — pas tous — à court terme, mais que nous ne planifions pas l'après-pandémie ni la nouvelle société que nous pourrions créer collectivement si nous nous en donnions les moyens. Nous pourrions créer une société plus juste, plus prospère, plus équitable, plus verte, mais aussi plus prête à affronter ce genre de défis, parce que ce ne sera pas la dernière fois que nous aurons à le faire.
Ce ne sera pas non plus la dernière fois que l'on risque d'avoir une aggravation des crises climatiques à cause du réchauffement de la planète. C'est un autre sujet, mais il y est tout de même lié à cause des problèmes de santé publique que cela peut engendrer, qu'il s'agisse de problèmes respiratoires ou de propagation de certains virus, ou alors tout simplement de catastrophes qui vont coûter extrêmement cher tant au monde agricole qu'aux sociétés en général.
Ce budget et ce projet de loi de mise en œuvre du budget comportent des lacunes. On a vu, notamment avec la pandémie, que l'on avait des sociétés fortement inégalitaires, où les inégalités ont considérablement augmenté au cours des 18 derniers mois. J'ai vu des données montrant que les familles et les individus les plus riches du Canada se sont enrichis, pendant la pandémie, d'à peu près 78 milliards de dollars. On parle de moins de 1 % de la population. Pendant que la plupart des gens souffraient, perdaient leur emploi, voyaient leur petite entreprise avoir de la difficulté à survivre ou même carrément fermer, ces ultras riches s'en mettaient plein les poches.
Il n'y a dans ce budget aucune mesure concrète de la part du gouvernement libéral pour s'attaquer à cet enrichissement excessif, indigne et indécent, à part celle de mettre une taxe spéciale sur l'achat de certains bateaux, voitures de luxe ou avions privés. Une personne super riche, qui a empoché des dizaines de millions de dollars de profit, n'a qu'à ne pas s'acheter d'avion privé, et cette mesure ne changera absolument rien dans sa vie.
Comme Oxfam Canada le relevait il y a quelques mois, ces augmentations d'inégalités ont fait que des gens de grandes compagnies, comme Amazon avec Jeff Bezos, ont fait des profits vraiment gargantuesques pendant cette pandémie. Jeff Bezos a environ 600 000 employés partout dans le monde, ce qui n'est pas rien. Si M. Bezos prenait son chéquier et faisait 600 000 chèques de 110 000 $ à chacun de ses employés, il serait encore aussi riche qu'il l'était avant la pandémie. Nul besoin d'ajouter qu'il était déjà loin d'être pauvre avant la pandémie.
Que nous présentent donc les libéraux, dans ce budget, pour réduire les inégalités et faire payer leur part aux super riches, aux multimillionnaires et aux milliardaires? Ils ne nous présentent pas grand-chose, comme je l'ai dit. On parle de bateaux et d'avions, mais c'est à peu près tout.
Pourtant, on aurait pu avoir un impôt sur la fortune. On aurait pu imposer une taxe supplémentaire de 1 % aux gens qui ont une fortune de plus de 20 millions de dollars. Cela ne me paraît pas excessif. Cela dégagerait des revenus considérables qui nous permettraient, par la suite, d'avoir des programmes sociaux pour s'occuper de notre monde et d'avoir un vrai système de santé publique capable de répondre aux besoins de la population. Comment se fait‑il que l'on n’ait pas d'impôt sur la fortune?
Je parlais d'Amazon et de Jeff Bezos. Comment se fait‑il que l'on n’ait pas d'impôt spécial sur les profits excessifs en temps de pandémie? Dans la circonscription de Rosemont—La Petite‑Patrie, de même qu'un peu partout à Montréal, de petites entreprises ont souffert et eu de la misère à joindre les deux bouts. Elles ont bien souvent fermé leurs portes, alors que de grandes compagnies, comme les géants du Web, les GAFAM, s'en sont mis plein les poches. Non seulement les géants du Web ne sont pas encore imposés par le gouvernement libéral pour ce qu'ils font au Canada et au Québec, mais, en plus, ils ont fait énormément de profits en temps de pandémie. Le gouvernement libéral n'a pas eu le courage de s'attaquer à cela.
Comment se fait‑il que l'on n'ait pas de réforme des paradis fiscaux? Toutes les évaluations sérieuses, que ce soit celles du ministère des Finances ou du Conference Board du Canada, nous disent que nous perdons des dizaines de milliards de dollars chaque année, parce que des super riches sont capables de mettre leur argent aux îles Caïmans ou à la Barbade et qu'ils ne paient pas une cenne d'impôt au Canada, ou alors des miettes absolument dérisoires. Cela existe depuis des années et cela a continué de produire sous les conservateurs et les libéraux sans que l'on fasse quoi que ce soit. La plupart de ces paradis fiscaux sont des créations de banques canadiennes, qui ont fait en sorte de faire les règles qu'elles voulaient pour être capables de donner à leurs clients et à ceux de KPMG les possibilités de ne pas payer d'impôt ici, et ce, par le truchement de stratagèmes financiers qui n'ont été attaqués sérieusement par aucun gouvernement fédéral.
Comme le disait le professeur Alain Deneault, quand on attend dans une salle d'attente à l'urgence pendant 10 ou 20 heures, parce qu'on est blessé, et qu'on n'est pas capable de rencontrer un médecin, c'est à cause des paradis fiscaux. Quand on attend l'autobus au coin de la rue, sous la pluie, et que l'autobus n'arrive pas parce qu'il est en panne, qu'il n'y a personne pour le réparer et que le service de transports en commun est déficient, c'est à cause des paradis fiscaux. Si on n'est pas capable d'avoir de logement social et de coopérative d'habitation, c'est parce que les riches ne paient pas leur part. C'est à cause des paradis fiscaux.
J'aurais aimé avoir un gouvernement capable de s'attaquer avec courage à ces questions. Un jour, un gouvernement néo‑démocrate pourra le faire.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, we do need to be careful. We do not want to wind up with inflation that prompts extremely excessive interest rates for our economy.
However, we also need to put things in perspective. Every country in the world has increased its debt during the pandemic. We are not alone in that. The same thing happened in Europe, Japan and the United States. In this context, our debt-to-GDP ratio is still competitive compared to most other OECD countries.
I would say that it is still more important to target the wealthy and the web giants who are not paying their fair share. We must not only look at expenditures, but also look at government revenues, which the Conservatives and Liberals unfortunately do not generally do.
Some investments provide excellent returns. If we give some households access to social housing, it frees up money for these people to participate in economic activity, join in activities in their neighbourhood, village or city and contribute to economic growth. It lifts them out of poverty, and that is good for everyone. Furthermore, providing more low-cost housing, such as social housing, reduces pressure on the market and prevents house prices from rising as quickly as they are at present.
Monsieur le Président, en effet, il faut faire attention. On ne voudrait pas se retrouver avec une inflation qui provoquerait des taux d'intérêt vraiment exagérés pour notre système économique.
Par contre, il faut aussi mettre les choses en perspective. Tous les pays du monde ont vu leur dette augmenter pendant la pandémie. Nous ne sommes pas les seuls. Il s'est passé la même chose avec l'Europe, le Japon et les États-Unis. Dans ce contexte, notre rapport dette-PIB est encore assez avantageux par rapport à la plupart des pays de l'OCDE.
Je dirais qu'il est encore plus important de s'attaquer aux plus riches et aux géants du Web qui ne paient pas leur part. Ne regardons pas seulement les dépenses, mais considérons aussi les revenus de l'État, ce que les conservateurs et les libéraux ne font malheureusement pas la plupart du temps.
Par ailleurs, certains investissements sont extrêmement payants. Si on permet à des ménages d'avoir accès à un logement social, cela dégage des fonds pour que ces gens puissent participer à l'activité économique, puissent avoir des activités dans leur quartier, dans leur village ou dans leur ville et contribuent à la croissance économique. Cela les sort de la pauvreté et c'est bon pour tout le monde. De plus, en offrant plus de logements à bas prix comme les logements sociaux, cela réduit la pression sur le marché et empêche le prix des maisons d'augmenter aussi vite qu'il le fait en ce moment.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-11 13:04 [p.8298]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his speech.
The Minister of National Revenue boasts about having injected $1 billion into the fight against tax evasion. Had this been done properly, perhaps she would have had more money for her fishing wharfs, which are not getting enough funding. There is one approach that would cost absolutely nothing, and that is making regulatory amendments to eliminate some tax havens.
In this context, can we agree that the government's measures to combat tax evasion and avoidance are more smoke and mirrors than anything else?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours.
La ministre du Revenu se gargarise d'avoir injecté 1 milliard de dollars dans la lutte contre l'évasion fiscale. Si cela avait été bien fait, peut-être qu'elle aurait eu plus d'argent pour ses quais de pêche qui sont sous-financés. Or, il existe une mesure qui ne coûterait strictement rien, soit des modifications réglementaires qui permettraient d'éliminer certains paradis fiscaux.
Dans ce contexte, est-ce qu'on peut s'entendre pour dire que les mesures du gouvernement contre l'évasion et l'évitement fiscaux sont plus de la poudre aux yeux qu'autre chose?
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I thank the member for Saint‑Jean for her question, and I completely agree with her.
There are aspects of Canadian tax law that the government could change, namely a regulation or two, without even having to introduce a bill. This would eliminate all kinds of excessive tax avoidance and even tax evasion. However, the government is not doing that because its hands are tied by the people on Bay Street, for whom these arrangements are quite advantageous, because their super-rich, multi-millionaire friends profit from them.
The government said that it is going to give the Canada Revenue Agency more inspectors and more resources. The problem is that many of these schemes are legal. There is no point in setting more police officers to guard the bank if bank robbery is legal. The government needs to change the regulations and the laws because, otherwise, nothing will change. These people will continue to laugh in our faces, they will continue to use their little schemes and we, collectively, are the ones who will pay the price. It is the middle class that ends up paying for our infrastructure and public services, while the super-rich do not contribute.
Monsieur le Président, je remercie la députée de Saint-Jean de sa question et je suis tout à fait d'accord.
Il y a des éléments de la législation canadienne sur la fiscalité qu'on pourrait changer, notamment un règlement ou deux, sans même avoir besoin de passer par un projet de loi. Cela éliminerait un paquet d'évitements fiscaux abusifs, voire de l'évasion fiscale. Or, le gouvernement ne le fait pas, parce qu'il a les mains liées par les gens de Bay Street, pour qui ces affaires sont bien avantageuses, puisque ses petits amis super riches et multimillionnaires en profitent.
Le gouvernement dit qu'il va donner plus d'inspecteurs et de ressources à l'Agence du revenu du Canada. Cependant, le problème est que bon nombre de ces stratagèmes sont légaux. Il ne sert à rien de mettre plus de policiers devant la banque s'il est légal de voler la banque. Il faut donc modifier la réglementation et les lois, parce que, sinon, cela ne changera absolument rien. Ces gens nous riront encore en pleine face, ils continueront d'appliquer leurs petits stratagèmes et c'est nous, collectivement, qui en paierons le prix. C'est la classe moyenne qui finit par payer pour nos infrastructures et nos services publics, tandis que les super riches ne collaborent pas.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for her excellent question. Indeed, we cannot understand why the Liberals are creating two classes of seniors in this country.
People aged 65 and over used to be able to count on certain rights and services. They had access to certain programs, like OAS.
Now the Liberal government says that people aged 75 and older will receive a 10% increase, and tough luck for people aged 65 to 75. Meanwhile, the circumstances of seniors who live in poverty have not really improved during the pandemic. They have even been quite catastrophic.
I agree with my colleague from Hamilton Mountain when he says that this is discrimination against our seniors, and the NDP will fight against that. I also want to commend him on the work he has accomplished over the course of his career to protect our workers' pensions and retirement plans.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son excellente question. Nous ne comprenons effectivement pas pourquoi les libéraux sont en train de créer deux catégories de personnes âgées au pays.
Avant, les gens de 65 ans et plus avaient certains droits et certains services. Ils avaient accès à certains programmes, comme la Sécurité de la vieillesse.
Le gouvernement libéral dit maintenant que les gens âgés de 75 ans et plus auront une augmentation de 10 % et tant pis pour ceux qui sont âgés entre 65 ans et 75 ans. Pourtant, la situation des aînés vivant dans la pauvreté ne s'est vraiment pas améliorée pendant la pandémie. Ce fut même assez catastrophique.
Je suis d'accord avec mon collègue de Hamilton Mountain lorsqu'il dit qu'il s'agit de discrimination envers nos aînés, et le NPD va se battre contre cela. Je le salue également pour tout le travail accompli au cours de sa carrière pour la protection des régimes de retraite et des pensions de nos travailleurs et de nos travailleuses.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-11 13:37 [p.8303]
Mr. Speaker, I will speak frankly. The Bloc Québécois proposes that the next Governor General of Canada be given a salary of $1. The reason for this is very simple: When one holds a position of symbolic value, it only makes sense that one should receive a salary of equally symbolic value.
Historically, as it was mentioned earlier, the role of the Governor General called for the incumbent to make several decisions about the future of Canada. The role has become ceremonial and symbolic; nevertheless, the Governor General's approval is at the heart of certain processes, despite what I would qualify as its redundant quality, and the absence of this approval could even keep government from functioning.
Let us run through the Governor General's duties: He is governor-in-chief of the army; he gives royal assent to bills adopted by the House of Commons and the Senate; he signs official documents; he reads the throne speech; he presides over the swearing in of the Prime Minister, the Chief Justice of Canada and the cabinet ministers; he appoints the lieutenant governors, who are the Queen's representatives in Quebec and the provinces; and the list goes on, of course.
Now let us look at the various forms of compensation. If there are any, they seem less significant. That is actually more or less the point of today's dispute. Under current Canadian legislation, the Governor General's compensation package includes, but is not limited to, an annual salary of more than $270,000, a generous expense account associated with the office and a lifetime pension of $150,000.
I will spare my colleagues the details of each case, but I could go on an on and break them down into all the associated expenses that are covered. I could talk about Julie Payette, for example. It may sound amusing to call it a party, but that is really what it was: a swearing-in party, a $650,000 swearing-in party at taxpayers' expense, because that is what was spent on the last governor general. That is to saying nothing of the plans for a $150,000 staircase that never came to fruition, or the millions paid by the National Capital Commission or even all the repairs and upgrades to redecorate Rideau Hall. Clearly, it can be a long list.
I could give other examples. I did not mention Michaëlle Jean, whose party cost $1.3 million. That is twice as much as Ms. Payette's.
It is quite simply outrageous for taxpayers to have to cover all of the expenses incurred by the Government of Canada to maintain a symbolic position of critical insignificance, to paraphrase constitutional expert Patrick Taillon, expenses that include this person's activities, personal expenses and a comfortable retirement.
Speaking of redundant symbolism, I would say that we have our share of that in the House. Since I arrived here, I have seen all kinds of things. Some that I expected to see and others I did not quite expect, but maybe I was naive. The monarchy and prayer are examples of that.
I cannot ignore the monarchy because it is closely connected to the role of governor general. I must say that, as a Quebecker, I find it is rather hard to constantly be hit over the head with this reminder that we were colonized and are still not free. It is beyond hard; it is unbearable, and is something that I quite simply refuse. It is just as outrageous as thanking and venerating a sovereign who, I should point out, is the head of the Church of England and the Anglican Church, and who lives on the other side of the ocean. That is outrageous to me.
Closer to home, we have the governor general. I mentioned that position, but I want to talk about it again. The logic is similar. I find it insulting to be paying for the monarchy, the Crown's representative or the Governor General. As I already pointed out, this is all a symbol of an outdated monarchy. That may even be an oxymoron.
I am a little emotional because it makes absolutely no sense. It is just beyond comprehension, especially in 2021. I represent people, I represent Quebeckers, I represent my riding. As members know, 75% of Quebeckers are in favour of abolishing the monarchy, but not the position of Governor General, which will happen afterwards.
Naturally, to some extent, figuratively speaking, I am also revolted. I see that we cannot manage to separate religion from state, which really concerns me. I am saying this in the House, but we need only think about this past week. This separation has not yet been achieved.
Holding on to symbols that are devoid of meaning and colonial relics prevents us from seeing elements that are symbolic, but on which a democracy is founded. I will humbly and very briefly pay tribute to the Patriotes. As I am a Quebecker, I will speak of the Patriotes in Quebec, but there were some on this side of the river as well. The Patriotes fought. We know the story of these people who fought so we could have more rights, freedoms, transparency, responsibilities and representation.
Preserving the spirit of freedom is a matter of honour, dignity and collective memory. That is what I humbly strive for as a parliamentarian. I would like to see us stand up and reject the link that still chains us to colonial times. The Patriotes dreamed of a representative democracy. They would turn over in their graves if they knew that we were still at the mercy of the British Crown. We often wonder what people learn from history. In this case, I do not think we have learned a thing.
I would humbly say that I do not need all that to be able to represent the ideals of democracy and liberty. I have no need for any superfluous symbols.
On another note, I spoke briefly about my history in the House, where I learned a lot of things. I would also like to talk about the prayer that we say before every sitting of the House. In the last Parliament, I moved a motion to consider doing away with that practice, which is absolutely archaic, in my opinion. Canada prides itself on its secularism, but it still prays to God, the Queen and the Governor General before every sitting of the House. That is another symbol. Sometimes I get the impression that these symbols are forcing us not to take our own responsibilities. I am a parliamentarian and, if I want to talk about democracy and freedom, then I do not need someone to remind me of that. I am capable of doing it myself. I am capable of being responsible and of thinking critically and rationally so that I can properly represent my constituents and Quebeckers. I do not need to pray to ask someone to save me or to tell me how to think in order to do my job properly.
As a parliamentarian and a legislator, I also believe that the role of governor general is a relic of the monarchy. As for the prayer, a gesture that is still current, I refuse to participate in this cheap symbolic practice. It goes without saying that I am against spending money to be represented by someone who in fact does not represent me at all.
In closing, I represent the people of my riding and Quebeckers. I would note that 75% of people are in favour of abolishing the monarchy and I am accountable to them. I am not a humble subject of Her Majesty. I am the member for Manicouagan and I am accountable to my constituents. I hope that Canada will divest itself of these archaic symbols. I hope it will turn to something tangible, based on stories that are more meaningful, freer—I can say freer since I was talking about patriots earlier—instead of relying on a Crown overseas.
The Bloc Québécois and I firmly believe that our vision of the future is the exact opposite of what the governor general exemplifies. Quebec and Quebeckers would like to be free and to be respected. We want to make our own decisions. Until the Quebec nation achieves independence, we wish to take a first step to detach ourselves from the monarchy and reduce the salary of the governor general to one dollar. As one of my economist friends, Jean-Denis Garon, says, this amount would not even be indexed to inflation, because a symbol should remain a symbol.
Monsieur le Président, je m'exprimerai de façon très directe. Le Bloc québécois propose d'offrir 1 $ au prochain gouverneur général du Canada. La raison en est fort simple: lorsqu'on occupe un poste à valeur symbolique, cela tombe sous le sens que la rétribution offerte pour l'occuper soit, elle aussi, tout aussi symbolique.
Historiquement, comme on l'a noté tout à l'heure, le rôle du gouverneur général lui imposait de prendre plusieurs décisions au sujet de l'avenir du Canada. Le rôle est devenu protocolaire et symbolique, mais il demeure que l'approbation du gouverneur général est au cœur de certains processus, malgré sa qualité que je qualifierais d'explétive, et que l'absence de cette approbation pourrait même empêcher le gouvernement de fonctionner.
On pourrait d'ailleurs passer en revue les fonctions du gouverneur général: il est le gouverneur en chef de l'armée; il accorde sa sanction royale aux projets de loi adoptés aux Communes ou au Sénat; il signe les documents officiels; il lit le discours du Trône; il préside à l'assermentation du premier ministre, du juge en chef du Canada et des ministres du Cabinet; il nomme les lieutenants-gouverneurs, qui sont les représentants de la Reine au Québec et dans les provinces; et j'en passe bien sûr quelques-uns.
Dressons maintenant la liste des rétributions. S'il y en a, elles semblent moins importantes. En fait, c'est un peu la question du litige d'aujourd'hui. En vertu de la loi canadienne actuelle, la liste des rétributions du gouverneur général est, mais ce n'est pas exclusif: un salaire annuel de plus de 270 000 $, un important compte de frais associé à sa fonction et une pension à vie de 150 000 $.
J'épargne à mes collègues les cas de figure. Je pourrais parler de plusieurs cas de figure et les décliner dans toutes les dépenses associées qui sont ajoutées. Je pourrais parler du cas de Julie Payette, par exemple. Je pense que, même si l'appellation peut paraître amusante, il demeure qu'un party d'assermentation ressemble un peu à cela: un party d'assermentation aux frais des contribuables de 650 000 $, ce n'est pas moins que ce qui a été dépensé pour la dernière gouverneure générale. Je ne parle pas non plus de plans pour faire des escaliers à 150 000 $, qui n'ont pas été réalisés, ou des millions que la Commission de la capitale nationale a donnés, ou même de tous les travaux de réfection pour que la résidence de la gouverneure générale soit à son goût. On le voit, la liste peut être longue.
Je pourrais donner d'autres exemples. Je n'ai pas parlé de Mme Michaëlle Jean, pour laquelle le party avait coûté 1,3 million de dollars. C'est quand même le double de celui de Mme Payette.
Bref, il est patent que toutes les dépenses engagées par le gouvernement canadien pour entretenir un poste symbolique d'une indispensable insignifiance — je paraphrase ici le constitutionnaliste Patrick Taillon — afin de soutenir ses activités, ses dépenses personnelles, en plus de lui permettre de prendre une retraite confortable, sont tout simplement scandaleuses pour les contribuables.
Parlant de symbolisme explétif, je dirais que la Chambre en regorge. Depuis mon arrivée ici, j'ai vu maintes choses; certaines auxquelles je m'attendais et d'autres peut-être un peu moins, mais peut-être étais-je candide à ce moment-là. La monarchie et la prière en sont des exemples.
Il est certain que je ne peux passer à côté de la question monarchique, parce qu'elle est intimement liée au rôle de gouverneur général. Je dois dire que, comme Québécoise, me faire rappeler volontairement et incessamment que nous avons été colonisés et que nous ne sommes toujours pas libres, c'est difficile. C'est plus que difficile, c'est intenable et c'est quelque chose que je refuse. Pour moi, c'est aussi absurde que de remercier et de vénérer une souveraine qui, je le dis au passage, est cheffe de l'Église d'Angleterre, cheffe de l'Église anglicane, et qui réside de l'autre côté de l'océan. Pour moi, cela relève de l'absurde.
Encore plus près de nous, il y a la gouverneure. J'en ai parlé, mais j'y reviens encore. C'est un peu la même logique. Qu'on parle de la monarchie, de la représentante de la Reine, du gouverneur général ou de la gouverneure générale, pour moi, payer pour cela est insultant. Comme je l'ai déjà mentionné, c'est un symbolisme de « monarchie désuète ». C'est peut-être même un pléonasme.
Je suis un peu émotive, parce que cela ne tombe pas sous le sens. C'est quelque chose qui dépasse l'entendement, surtout en 2021. Je représente des gens, je représente des Québécois, je représente ma circonscription. Comme on le sait, 75 % des Québécois sont en faveur de l'abolition de la monarchie, et non pas du poste de gouverneure générale — cela viendra par la suite.
Bien sûr, dans une certaine mesure, je suis, moi aussi, révoltée, symboliquement. Je constate que l'on n'arrive pas à séparer la religion de l'État, ce qui m'inquiète énormément. Je le dis à la Chambre, mais nous n'avons qu'à penser à la semaine que nous venons de vivre. Cette séparation n'a pas encore été consommée.
Tenir à des symboles vides de leur substance, à des reliques coloniales, nous empêche de voir des éléments qui sont symboliques, mais qui sont fondateurs d'une démocratie. Je fais un hommage très humble et très court aux Patriotes. Comme je suis Québécoise, je vais parler des Patriotes de chez nous, mais il y en avait de ce côté-ci de la rivière aussi. Les Patriotes se sont battus. On connaît l'histoire de ces gens qui se sont battus pour que nous obtenions plus de droits, de libertés, de transparence, de responsabilités et de représentativité.
Perpétuer l'esprit de liberté est une question d'honneur, de dignité, de mémoire. C'est ce que je souhaite humblement en tant que parlementaire. Je souhaite que l'on se tienne debout et qu'on refuse le lien qui nous lie et nous enchaîne toujours à l'époque coloniale. Les Patriotes rêvaient de démocratie représentative. Ils se retourneraient dans leur tombe s'ils savaient que nous sommes encore à la merci de la Couronne britannique. On se demande souvent ce que l'on apprend de l'histoire, mais je pense que, dans ce cas-ci, on n'a rien retenu.
Bien humblement, je dois dire que je n'ai pas besoin de tout cela pour être en mesure de représenter des idéaux de démocratie et de liberté. Je n'ai besoin d'aucun symbole superfétatoire.
Dans un autre ordre d'idées, j'ai parlé brièvement de mon histoire devant la Chambre, où j'ai appris de nombreuses choses. J'aimerais aussi parler de la prière que nous faisons avant chaque séance de la Chambre. À la dernière législature, j'ai déposé une motion pour que l'on considère la suppression d'une pratique qui, à mon avis, est absolument archaïque. Si le Canada se targue de la laïcité, il prie néanmoins le Bon Dieu, la reine et le gouverneur général avant chaque séance de la Chambre. C'est encore un symbole. Parfois, j'ai l'impression que les symboles nous forcent à ne pas prendre nos propres responsabilités. Je suis parlementaire et, si je veux parler de démocratie et de liberté, je n'ai pas besoin de quelqu'un pour me le rappeler. Je suis capable de le faire par moi-même. Je suis capable d'être responsable, je suis capable de réfléchir de façon éclairée, de façon rationnelle, de façon à représenter les gens de ma circonscription et les Québécois. Je n'ai pas besoin de prier pour demander que quelqu'un me sauve ou réussisse à penser à travers moi pour bien faire mon travail.
En tant que parlementaire et en tant que législatrice, je crois également que c'est un reliquat de la monarchie à laquelle est associé le rôle de gouverneur général. Pour ce qui est de la prière, un geste que l'on pose toujours, je refuse de m'astreindre à cette pratique symbolique qui, ma foi, ne coûte rien. Bien entendu, il va sans dire que je suis contre le fait de payer pour me faire représenter par quelqu'un qui, en fait, ne me représente pas du tout.
En conclusion, je représente les citoyens de ma circonscription et les Québécois. Je rappelle que 75 % des gens sont en faveur de l'abolition de la monarchie, et je leur suis redevable. Je ne suis pas un humble sujet de Sa Majesté. Je suis la députée de Manicouagan et je relève de mes concitoyens. Je souhaite au Canada de se départir de ces symboles archaïques. Je lui souhaite de voir ce qui est concret, de se baser sur des histoires plus parlantes, plus libres — je peux dire « plus libres », puisque j'ai parlé des patriotes, un peu plus tôt — plutôt que de s'en remettre à une Couronne d'outre-mer.
Pour moi-même et pour le Bloc, il est certain que notre projet d'avenir est totalement à l'opposé de cet exemple qu'est le gouveneur général. Le Québec et les Québécois voudraient être libres et respectés, et prendre leurs propres décisions. En attendant l'indépendance de la nation québécoise, nous souhaitons poser un premier geste pour nous détacher de la monarchie et réduire le salaire du gouverneur général à un dollar. Qui plus est, comme le dit un de mes amis économistes, Jean‑Denis Garon, ce montant ne serait même pas indexé à l'inflation, car un symbole doit demeurer un symbole.
View Simon Marcil Profile
BQ (QC)
View Simon Marcil Profile
2021-06-11 14:07 [p.8307]
Mr. Speaker, five minutes is enough time for me to say everything I need to say about the position of governor general.
That position has been vacant since we started debating this bill. Does anyone really miss the governor general? Does anyone think not having one is unfortunate? Is anyone in a hurry to get a governor general? I do not hear anyone saying so, and I am pretty sure the atmosphere is much improved since the former governor general decamped.
To be perfectly frank, if I were the Prime Minister, I would take advantage of the fact that I was in England to tell the Queen that our country can survive without a governor general. My last sentence was a bit clumsy, but that is because the Prime Minister has two second languages, English and French, and one can never be too sure his words will make sense.
The Prime Minister will not do that though, because Canada needs that connection to the monarchy. The monarchy is an ever-present symbol, much like multiculturalism, bilingualism and even the prayer in the House. That prayer is utterly absurd, as my colleague from Manicouagan pointed out earlier, because the state is supposed to be secular. None of that stuff represents Quebec.
The events of recent months have clearly demonstrated that we do not need this type of outdated and truly offensive symbol of British imperialism. It is a nostalgic tribute to the great victory of the English over the French, and we are sickened by it.
That does not reflect who we are in Quebec. The solution is to do away with this position, but that will not happen. We see that our colleagues from Canada are not there yet. I understand that. They have also not made enough progress when it comes to labour law or family rights and they are not even able to provide adequate child care. That is not the first area where they lag behind Quebec.
For reasons of their own, they still want to keep in position the representative of a regime that fought against their country's democracy and independence, even though they often forget that. They still bow to the Queen and are still happy to have a governor general.
The Bloc Québécois has made many compromises. We are reasonable people. We are therefore proposing a measured solution: a symbolic salary for a symbolic position. We propose that the governor general's salary be just one dollar. It is simple and coherent and it is perfect because the position is useless in any case.
I remind members that the governor general is housed at taxpayer expense. He dines on the finest hors d'oeuvres and petit fours, all the fancy little tidbits that are served at high-society receptions. He drinks champagne and gets to go to all the parties he likes. I am certain that many people would gladly sit through a few boring ceremonies for free year-round room and board.
The governor general exists, but serves no purpose. In short, it is a symbolic position that deserves a symbolic salary. I urge my esteemed colleagues, who are not so esteemed as all that, to vote in favour of my bill. Unfortunately, they will not, because they like the monarchy.
A constitutional monarchy is irrelevant in a democratic Parliament. Instead of the governor general or the Queen, we ourselves can better represent the hard-working citizens who elect members to help them and represent them in Parliament. That is what democracy is all about. People are proud to be independent, and they are proud to be governed by the people and the will of the people as embodied by elected members. Members are proud to be here, no matter what their profession or surname may be, because they were chosen by the people.
Maybe Canada does not need a symbol that is fundamentally based on the notion that not everyone is born equal. This country prides itself on being a great democracy, but by constantly recognizing the monarchy and the governor general, it is saying that not everyone is born equal. That is a major problem. This position is undemocratic.
Canada is certainly not ready to take this step. My colleagues may have an epiphany and understand what we are trying to say, but until then, I will just say that one dollar is enough.
Monsieur le Président, cinq minutes sont suffisantes pour dire tout ce que je pense de la fonction de gouverneur général.
Depuis que nous avons commencé à débattre de ce projet de loi, personne n'occupe le poste de gouverneur général. Est-ce que cela manque vraiment à quelqu'un? Y a-t-il quelqu'un qui trouve cela regrettable et qui est pressé d'avoir un gouverneur général? Je n'entends personne le dire et je suis assez sûr que l'ambiance est meilleure depuis que l'ancienne gouverneure générale est partie.
En toute franchise, si j'étais à la place du premier ministre, je profiterais du fait d'être en Angleterre pour dire à la reine que notre pays est capable de survivre sans gouverneur général. Ma dernière phrase était un peu maladroite, mais c'est parce que le premier ministre a deux langues secondes, l'anglais et le français, et qu'on ne sait jamais comment il tournera ses phrases.
Pourtant, ce n'est pas ce que fera le premier ministre, parce que le lien avec la monarchie est essentiel pour le Canada. La monarchie est un symbole incontournable, au même titre que le multiculturalisme, le bilinguisme, et même la prière à la Chambre. Cette prière est une vraie aberration dont ma collègue de Manicouagan a parlé tantôt, puisque l'État devrait être laïque. Rien de tout cela ne ressemble au Québec.
Les derniers mois ont clairement établi que nous n'avions pas besoin de ce type de symbole passéiste et vraiment déplaisant de l'impérialisme britannique. C'est un monument nostalgique de la grande victoire des Anglais sur les Français, et cela nous écœure.
Au Québec, nous ne nous reconnaissons pas là-dedans. La solution est d'abolir ce poste, mais cela n'arrivera pas. Nous constatons que nos collègues du Canada ne sont pas rendus là. Je le comprends. Ils n'ont pas non plus suffisamment progressé sur le plan du droit du travail ni sur celui des droits pour les familles, et ils ne sont pas capables d'avoir des garderies. Ce n'est pas le premier domaine où ils sont à la remorque du Québec.
Pour des raisons qui leur appartiennent, ils tiennent encore à maintenir en poste le représentant d'un régime qui s'est battu contre leur démocratie et contre l'autonomie de leur pays, même s'ils l'oublient souvent. Ils se plient donc à la reine et sont bien contents du gouverneur général.
Au Bloc québécois, nous avons fait plusieurs compromis, nous sommes des gens raisonnables. Nous proposons donc une solution modérée: à poste symbolique, salaire symbolique. Que l'on offre un gros dollar. C'est simple et cohérent, et c'est parfait parce que, de toute façon, ce poste ne sert à rien.
Je rappelle que le gouverneur général est logé aux frais des contribuables. Il est nourri aux meilleurs canapés et aux petits fours, toutes ces petites bouchées qui sont servies lors de réceptions mondaines. Il est abreuvé au champagne et peut participer à toutes les soirées de son choix. Je suis persuadé que de nombreuses personnes accepteraient volontiers de participer à quelques cérémonies super ennuyantes si elles étaient nourries et logées gratuitement à longueur d'année.
Le gouverneur général est là et ne sert à rien. Bref, c'est un poste qui est symbolique et dont le salaire devrait être symbolique. J'invite mes estimés collègues — qui ne sont pas si estimés que cela — à voter en faveur de mon projet de loi. Malheureusement, ils ne le feront pas, parce qu'ils aiment la monarchie.
Il n'est pas pertinent dans un Parlement démocratique d'avoir une monarchie constitutionnelle. Au lieu du gouverneur général ou de la reine, on pourrait mieux représenter les citoyens qui travaillent fort, qui élisent un député qui les aidera et les représentera au Parlement. C'est cela, une démocratie. Les gens sont fiers d'être autonomes et ils sont fiers que ce soit le peuple et la volonté incarnée par les élus qui gouvernent. Ils sont fiers d'être ici, peu importe la carrière et leur nom de famille, parce qu'ils ont été choisis par les gens.
Le Canada n'a peut-être pas besoin d'un symbole dont le fondement même est la notion que les gens ne naissent pas égaux. Ce pays se targue toujours d'être une grande démocratie, sauf qu'en reconnaissant constamment la monarchie et le gouverneur général, il dit que les gens ne naissent pas égaux. C'est un gros problème. Ce poste est antidémocratique.
Le Canada n'est certainement pas prêt à franchir ce pas. Mes collègues auront peut-être un éclair de génie qui leur fera comprendre ce que nous voulons dire, mais, d'ici là, je dirai simplement qu'un dollar, c'est assez.
View Simon Marcil Profile
BQ (QC)
View Simon Marcil Profile
2021-06-11 14:12 [p.8308]
Mr. Speaker, I request a recorded division so we can see exactly who supports the monarchy and who is against it.
Monsieur le Président, je demande un vote par appel nominal afin de voir tous ceux qui sont pour la monarchie, et tous ceux qui sont contre.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I am going to listen to advice and will be back in a few moments.
The hon. member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes.
Je vais écouter les avis et je serai de retour dans quelques instants.
Le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes a la parole.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I get the hon. member's point. I will get back to the House.
On advice, I would like to remind the hon. member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes that:
A Member recognized on a question of privilege is expected to be brief and concise in explaining the event which has given rise to the question of privilege and the reasons that consideration of the event complained of should be given precedence over other House business.
I will give the hon. member a few more minutes to make his point. This is just a reminder to be concise in explaining his reasons.
Je comprends l'argument du député. Je reviendrai à la Chambre avec ma réponse.
En guise de conseil, j'aimerais rappeler au député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes que:
Un député qui est autorisé à soulever une question de privilège doit exposer brièvement les faits qui sont à l’origine de sa question de privilège et les motifs pour lesquels la Chambre devrait examiner sa plainte en priorité sur tous les autres travaux de la Chambre.
Je vais laisser quelques minutes de plus au député pour donner son argumentaire. Je lui rappelle simplement qu'il doit être concis dans ses explications.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I have been trying to be quite open to the hon. member's position in that the hon. member is presenting multiple points of privilege, but notice was given of one point of privilege.
We have allowed for 45 minutes of presentation and argument. I would invite the member to try to sum it up in the next five minutes or so. We usually allow for the argument on a question of privilege once the Speaker has made a ruling on it.
J’ai essayé de faire preuve de souplesse avec le député, car il présente plusieurs questions de privilège, mais un seul avis de question de privilège a été donné.
Nous avons autorisé 45 minutes d’exposé et d’argument. J’invite le député à essayer de conclure dans les cinq prochaines minutes. Nous autorisons habituellement l’argument sur une question de privilège une fois que le président a rendu une décision à son sujet.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I will quote the hon. member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes's letter, which was received this morning. It does say, “'In the interest of bringing clarity to this procedure from now on, the Chair will not accept notices of questions of privilege based on committee reports until after the reports are tabled'”, quoting a ruling of Milliken, and which we did. The hon. member goes onto say, “I will argue that the report makes out no fewer than seven breaches of privilege in relation to failures” and it goes on.
The letter refers to one presentation. It says, “Should you find a prima facie case of privilege, I intend to move a motion which I have attached in draft”. This is, as I explained earlier, the normal procedure. When we receive notices of questions of privilege, we get a summary of what the question of privilege is. The Speaker then makes a ruling on the order of the question, and then the hon. member will have the opportunity to present the full case.
The hon. member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes.
Je citerai la lettre du député de Leeds-Grenville-Thousand Islands et Rideau Lakes, reçue ce matin. Elle dit bien ceci, citant une décision de M. Milliken: « Dans le but de clarifier cette procédure, à partir de maintenant, la présidence n’acceptera les avis de questions de privilège fondées sur des rapports de comités qu’après le dépôt de ces rapports », et c’est ce que nous avons fait. Le député dit ensuite: « Je ferai valoir que le rapport contient pas moins de sept atteintes au privilège au sujet des manquements », et ainsi de suite.
La lettre mentionne un exposé. Elle dit ceci: « Si la question de privilège vous paraît fondée à première vue, j’entends présenter une motion dont vous trouverez ci-joint une version préliminaire. » Il s’agit, comme je l’expliquais plus tôt, de la procédure normale. Quand nous recevons des avis de question de privilège, nous obtenons un résumé de cette question. Le Président décide ensuite si la question est recevable, puis le député a l’occasion de présenter tout l’argument.
Le député de Leeds-Grenville-Thousand Islands et Rideau Lakes.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The hon. member for South Surrey—White Rock is rising on a point of order.
La députée de Surrey-Sud—White Rock invoque le Règlement.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I thank the member for her contribution.
I will answer the point made by the member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes. We have allowed for 45 minutes of presentation of arguments so far. Whereas the member claims there are seven different points, they are very similar, as are the arguments the member has brought forth.
I will allow for another few minutes of this, but when I am satisfied I have heard enough to go to the consideration of the prima facie case, I will then resume the proceedings.
The hon. member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes has the floor.
Je remercie la députée pour son intervention.
Je vais répondre au point soulevé par le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes. Nous avons prévu 45 minutes pour la présentation des arguments jusqu'à présent. Alors que le député prétend qu'il a soulevé sept points différents, il appert qu'ils sont, en fait, très similaires, tout comme les arguments qu'il a présentés.
Je vais accorder encore quelques minutes au député là-dessus, mais quand je serai convaincue d'en avoir entendu assez pour passer à l'examen de la présomption d'atteinte aux privilèges, je reviendrai aux délibérations.
Le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes a la parole.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I call the hon. member to order. I think I have heard the gist of the question of privilege and we will proceed to orders of the day. I have made the decision.
The hon. member for Cowichan—Malahat—Langford.
Je rappelle le député à l'ordre. Je pense avoir entendu l'essentiel de la question de privilège et nous allons passer à l'ordre du jour. J'ai pris la décision.
Le député de Cowichan—Malahat—Langford a la parole.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The hon. member is duly noted.
The hon. member for Manicouagan.
Je prends bonne note de l'observation du député.
L'honorable députée de Manicouagan a la parole.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-10 13:30 [p.8212]
Madam Speaker, same for the Bloc Québécois. We reserve the right to respond to a later time.
Madame la Présidente, c'est la même chose pour le Bloc québécois. Nous nous réservons le droit de répondre à un moment ultérieur.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The hon. member will submit the whole document.
Resuming debate, the hon. member for La Prairie.
Le député soumettra le document en entier.
Nous reprenons le débat. Le député de La Prairie a la parole.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-06-10 13:32 [p.8212]
Madam Speaker, I am pleased to be here today to discuss the motion moved by the Liberal Party that seeks to give us more time at the end of the session so we can continue to work on bills and extend our sitting hours. This will apply to three weekdays. On Monday and Wednesday, the House will sit until midnight, and on Friday, until 4:30 p.m.
That was not what was originally proposed. This is never usually a problem, because members here, especially Bloc Québécois members, are hard workers. When we are asked to sit longer, we almost always gladly say yes. We still have many bills to get through, and this will allow us to move them forward. At the same time, this year is different, which has made the debate a little more challenging, to say the least. After listening to the Conservatives for the past two days, it is fair to say that the debate has been a little more challenging.
This process normally runs like clockwork, so why is it more difficult this year?
It is because of the pandemic. We are working in a hybrid Parliament, and that complicates things. Because of the hybrid Parliament, we are currently having trouble keeping the committees operating as they should. We need to make choices because resources are limited and our incredible interpreters are overworked. We need to consider that the more time we spend in the House, the less time we will be able to spend in committee. That is a basic economic concept called “opportunity cost”. The gain from choosing one alternative means taking a loss somewhere else.
That is why the debate was a bit more acrimonious. I say that with all due respect. That is also why we discussed this issue with the government. The initial proposal would have eliminated eight committee meetings a week, which is huge. As we know, the work that committees do is extremely important. Eliminating eight committee meetings a week for the benefit of the House is all well and good, but it would have made the committee work more difficult. That is why time allocation was imposed.
Madame la Présidente, je suis heureux d'être ici pour discuter de la motion déposée par le Parti libéral et visant à donner plus de temps en fin de session, pour que nous puissions travailler les projets de loi davantage et siéger un plus grand nombre d'heures. Trois jours seront touchés. Le lundi et le mercredi, la Chambre siégerait jusqu'à minuit, et le vendredi, jusqu'à 16 h 30.
Ce n'était pas ce qui était proposé au départ. Habituellement, cela ne cause jamais de problème, parce que les députés, notamment ceux du Bloc québécois, sont travaillants. Quand on nous demande de siéger plus d'heures, nous répondons souvent et presque toujours: volontiers. Il y a plein de projets sur la table et cela nous permet de les faire avancer. Par contre, cette année est particulière, ce qui fait que le débat a été un peu plus difficile, c'est le moins qu'on puisse dire. Quand on entend les conservateurs depuis deux jours, on peut dire que le débat est un peu plus difficile.
Pourquoi ce qui passe habituellement comme une lettre à la poste est-il plus difficile?
C'est à cause de la pandémie. Nous travaillons dans un contexte de Parlement hybride et cela entraîne des complications. À cause du Parlement hybride, on a actuellement des difficultés à faire rouler les comités comme on le devrait. Il faut faire des choix, parce que les ressources sont limitées et nos interprètes qui font un travail extraordinaire sont surchargés. Nous devons prendre en considération que plus nous allons passer de temps à la Chambre, moins nous pourrons passer de temps en comité. C'est une notion économique fondamentale, on appelle cela un « coût d'opportunité ». Quand on gagne plus d'un côté, on est obligé de renoncer à autre chose ailleurs.
C'est pour cela que le débat a été un peu plus acrimonieux. Je le dis en tout respect. C'est pour cela aussi que la discussion a eu lieu avec le gouvernement. Au départ, ce qui a été proposé avait pour effet d'éliminer huit comités par semaine, ce qui était énorme. Comme on le sait, le travail des comités est extrêmement important. Supprimer huit comités par semaine au profit du travail à la Chambre, c'est bien, sauf que le travail en comité aurait été plus difficile. C'est pour cela qu'on est arrivé avec une attribution de temps.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I see the hon. member for Jonquière is rising on a point of order.
Je vois l'honorable député de Jonquière qui se lève pour un rappel au Règlement.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-06-10 13:35 [p.8213]
Madam Speaker, did I hear my colleague from La Prairie say that he would be sharing his time with me?
Madame la Présidente, ai-je entendu mon collègue de La Prairie dire qu'il partageait son temps de parole avec moi?
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-06-10 13:35 [p.8213]
Madam Speaker, I am very sorry. My hon. colleague from Jonquière is absolutely right. I mentioned it, but I used my inner voice. I was unable to speak because my lips were zipped. It happens sometimes and I am very sorry.
You are very kind, Madam Speaker, to give us a chance to share our time. You will not regret it because the member for Jonquière is a great orator. You will be impressed by what he has to say.
Now, for the matter at hand. That reduced the amount of time we would have liked to have in the House. Of course, we must understand that these are extraordinary circumstances. In addition to the pandemic, which is complicating the work that we do in the House and in committee because of limited resources, there is something else going on. I will give my colleagues the scoop. They will be impressed by what I know. We are in a minority Parliament. No one seems surprised to hear that, I see.
This means that an election can happen at any time. Some may expect, and I say so with due regard, that elections may perhaps be called in August, September or October. Over the weekend, the Prime Minister appeared on different television stations. It is as though the Liberals are getting ready. It is as though he had put on his running shoes. It may not mean that he is going to call an election, but it might be about that. Now, we are going to prepare for an election.
There are lots of irons in the fire. A lot of documents are on the table and they just need a little push to be passed. In some cases, it represents the fruit of almost one year's labour. Some bills have been waiting for a long time, and we must try to pass them so we can say that our efforts bore fruit. That is always rewarding.
The Liberals recently told us that they have priorities, including Bill C‑6, an act to amend the Criminal Code with regard to conversion therapy, Bill C‑10, an act to amend the Broadcasting Act and to make related and consequential amendments to other acts, Bill C‑12, Canadian net-zero emissions accountability act, Bill C‑19, an act to amend the Canada Elections Act with regard to the COVID‑19 response, and Bill C‑30, budget implementation act, 2021, no. 1. Those are the government's absolute priorities.
The Liberals also have two other priorities that they would like to refer to committee. I will not speak at length about them, but I am talking about Bills C‑21 and C‑22. We need to move these bills along.
For reasons it has already given, the Bloc Québécois absolutely wants Bill C‑10 to be passed by Parliament and the Senate, because that is what the cultural sector wants.
Madam Speaker, you know Quebec as well as anyone. You are the member for Brossard—Saint-Lambert, and there are surely artists in your riding who have called and asked you to help get this bill passed because Quebec's cultural vitality depends on it.
Quebec's culture is very important; it is the soul of a nation. This bill must be passed. Quebeckers are calling for it, the Quebec National Assembly has unanimously called for it, and my colleagues know that Quebec's cultural sector is waiting for this bill. We want to be able to accomplish this goal we have been working so hard on.
Unfortunately, we must face the fact that the Liberal Party is in power. I have been in Parliament for a year and a half. I was expecting to be impressed. I thought it would be impressive to see 338 members of Parliament capably and efficiently managing a huge country. As I watched the Liberals manage their legislative agenda I was disappointed on more than one occasion, and even very disappointed at times. They did not seem to want to get anything done. It never seemed as though they were taking things seriously.
For example, the Standing Committee on Procedure and House Affairs worked very hard on Bill C-19, an act to amend the Canada Elections Act regarding the COVID-19 response. We held 11 meetings and heard from 20 experts at all levels, and we finished drafting the report after the Liberals had introduced the bill.
If I were a sensitive guy, I might have thought I had done all that work for nothing. It might have hurt my feelings. Think of how much work went into coming up with solutions to help the government draft a smart bill. Instead, the government chose to introduce its bill before the committee had even completed its study, without even looking at what we had to say. To top it off, the government waited another three months to bring it up for debate, and that debate lasted just four hours.
Then it decided to move time allocation because the matter was suddenly so urgent despite the fact that the government spent just four hours on it over the course of five months, choosing instead to engage in three months' worth of obstruction at the Standing Committee on Procedure and House Affairs, which wanted to move the bill forward but was working on prorogation and had asked the Prime Minister to appear.
Once the obstruction was over, we asked if we could carry on with our work, but the government accused us of delaying the committee's work when it was actually the Liberals who stalled things. Once again, the Standing Committee on Procedure and House Affairs had to get to work on Bill C‑19 at the last minute.
That is how the government is managing its legislative agenda, and I could go on about that for hours. On Bill C‑10, the committee wanted the ministers to appear but the government stalled, forcing the committee to wait and obstructing the committee's work. When we were finally able to begin, we were like excited puppies waiting for visitors, but the government said we were too late. However, it is the government that has created the problem we are facing today. We are being squeezed like lemons, and the government thinks that if the committee members are not studying an issue, there is something wrong with them. This is what happens when the legislative agenda is not managed properly.
Nevertheless, the Bloc Québécois will support this motion because we want to move things forward for Quebec.
Madame la Présidente, je suis vraiment désolé. Mon honorable collègue de Jonquière a absolument raison. Je l'ai mentionné, mais c'était une voix intérieure qui parlait, et je n'ai pas pu m'exprimer parce que mes babines étaient au neutre. Cela m'arrive parfois, et j'en suis vraiment désolé.
Vous êtes très gentille, madame la Présidente, de nous donner la chance de partager notre temps de parole et vous ne le regretterez pas, parce que le député de Jonquière est un grand orateur. Vous serez impressionnée par ses propos.
Je reviens au sujet. Cela a fait en sorte de diminuer un peu le temps que nous aurions préféré avoir à la Chambre. Or, il faut comprendre que c'est un peu spécial comme situation. En effet, en plus d'avoir la pandémie qui rend plus compliqué le travail que nous faisons à la Chambre et en comité à cause des ressources limitées, il se passe aussi autre chose. Je l'apprends en primeur à mes collègues, qui seront impressionnés par la justesse de mes propos: nous sommes en situation de Parlement minoritaire. Je constate que personne n'a l'air étonné.
Cela fait que des élections peuvent avoir lieu n'importe quand. Certains s'attendront, et je le dis avec délicatesse, à ce que des élections soient peut-être déclenchées en août, en septembre ou en octobre. Cette fin de semaine, on a entendu le premier ministre parler à différentes chaînes de télévision. C'est comme si on se préparait un peu. C'est comme s'il avait mis ses chaussures de sport. Ce n'est peut-être pas pour déclencher des élections, mais c'est peut-être aussi pour cela. Maintenant, nous nous y préparons.
Il y a plein de marrons au feu. Plein de documents sont sur la table et demandent une petite poussée pour pouvoir être adoptés. Dans certains cas, c'est le fruit d'un labeur considérable depuis près d'un an. Certains projets de loi sont là en attente depuis longtemps, et on doit essayer de les faire adopter afin de pouvoir se dire qu'on a fait un effort qui a porté ses fruits. C'est toujours intéressant.
Les libéraux nous ont récemment dit qu'ils avaient des priorités. On parle du projet de loi C‑6, Loi modifiant le Code criminel (thérapie de conversion), du projet de loi C‑10, Loi modifiant la Loi sur la radiodiffusion et apportant des modifications connexes et corrélatives à d'autres lois, du projet de loi C‑12, Loi canadienne sur la responsabilité en matière de carboneutralité, du projet de loi C‑19, Loi modifiant la Loi électorale du Canada (réponse à la COVID-19) et du projet de loi C‑30, Loi no 1 d'exécution du budget de 2021. Voilà les priorités absolues du gouvernement.
Les libéraux ont aussi deux autres priorités, qu'ils voudraient apporter en comité. Je n'en parlerai pas longtemps. Il s'agit des projets de loi C‑21 et C‑22. On doit faire cheminer ces projets de loi.
Nous, au Bloc québécois, pour des raisons que nous avons déjà exprimées, voulons absolument que le projet de loi C‑10 soit adopté par le Parlement et par le Sénat, parce que le milieu culturel le demande.
S'il y a quelqu'un, ici, qui connaît le Québec, c'est vous, madame la Présidente. Vous êtes députée de Brossard—Saint‑Lambert, et il y a sûrement des artistes, chez vous, qui vous ont téléphoné en vous demandant de faire quelque chose pour que ce projet de loi soit adopté, parce que la vitalité culturelle du Québec en dépend.
La culture du Québec, c'est crucial pour un pays. C'est l'âme d'un pays. Il faut que ce projet de loi soit adopté. Les Québécois le disent, l'Assemblée nationale a voté une motion unanime, et mes collègues savent que la culture attend cette loi au Québec. C'est ce que nous voulons, et c'est pour que nous puissions réaliser cet objectif que le Bloc québécois travaille très fort.
Ce qu'il faut comprendre aussi, malheureusement, c'est que c'est le Parti libéral qui est au pouvoir. Cela fait un an et demi que je suis au Parlement. Je m'attendais à être impressionné. Je m'étais dit que ce serait impressionnant de voir 338 députés gérer un pays qui est tout de même immense, que cela devait être drôlement efficace. Je regardais les libéraux gérer le programme législatif et, à plus d'une reprise, j'ai été déçu, voire très déçu. Ils ne semblaient pas vouloir aboutir. On n'arrivait pas à penser que c'était tout le temps sérieux, leur affaire.
Par exemple, au sujet du projet de loi C‑19, Loi modifiant la Loi électorale du Canada (réponse à la COVID-19), le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre a travaillé très fort. Nous avons tenu 11 réunions et rencontré 20 experts de tous niveaux, et nous avons terminé la rédaction du rapport après que les libéraux eurent déposé le projet de loi.
Si j'avais été une âme sensible, je me serais dit que j'avais travaillé pour rien et j'aurais eu de la peine. Pensons à tous ces efforts pour proposer des solutions au gouvernement afin qu'il puisse préparer un projet de loi intelligent. Au lieu de cela, le gouvernement a choisi de déposer son projet de loi avant même que le comité n'ait fini son étude, sans regarder ce qu'on avait à lui dire. Par ailleurs, il a attendu trois mois de plus avant de lancer le débat, lequel n'a duré que quatre heures.
Plus tard, il a décidé d'imposer un bâillon sous prétexte que le dossier pressait. Pourtant, le gouvernement ne s'y est penché que pendant quatre heures en cinq mois, choisissant plutôt de faire obstruction pendant trois mois au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre qui voulait faire avancer le projet de loi, mais qui travaillait sur la prorogation et avait demandé la présence du premier ministre.
Une fois l'obstruction terminée, nous avons demandé à continuer notre travail, mais le gouvernement nous a accusés d'avoir retardé les travaux du Comité, alors que ce sont les libéraux qui les ont obstrués. Encore une fois, le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre a dû s'y prendre à la dernière minute pour travailler sur le projet de loi C‑19.
C'est la façon dont le gouvernement gère son calendrier législatif et je pourrais en parler des heures. Pour le projet de loi C‑10, le Comité a attendu la présence des ministres, mais le gouvernement a bretté, forçant le Comité à attendre et bloquant le déroulement de ses travaux. Lorsque nous avons enfin pu commencer, nous étions excités comme des caniches qui attendent des visiteurs, mais le gouvernement nous a accusés d'être en retard. Or, c'est le gouvernement qui est l'artisan du problème qui nous frappe aujourd'hui. Nous sommes pressés comme un citron, et le gouvernement se dit que si les membres du Comité n'étudient pas quelque chose, ils ne sont pas fins. Voilà le résultat d'une mauvaise gestion du programme législatif.
Malgré tout, le Bloc québécois va appuyer cette motion parce qu'il veut faire avancer les choses pour le Québec.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-06-10 13:43 [p.8214]
Madam Speaker, I thank the member for his comments. Yes, of course we would have preferred to discuss Bill C‑30, among other things. However, we cannot say the Liberals are entirely blameless in this situation. I watched in committee as members of the Liberal Party filibustered non-stop for three months. As the saying goes, sometimes people see the speck of sawdust in their brother's eye but fail to see the plank—or even the whole sawmill—in their own.
Madame la Présidente, je remercie le député de ses propos. Oui, il est sûr que nous aurions préféré discuter, entre autres, du projet de loi C‑30. Par contre, on ne peut pas dire que les libéraux sont innocents lorsqu'on en vient à de telles situations. J'ai vu en comité les députés du Parti libéral faire de l'obstruction en rafale pendant trois mois. Souvent, à regarder la brindille dans l'œil de son voisin, on en oublie la poutre — et la scierie au complet — qu'on a dans le sien.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-06-10 13:45 [p.8214]
Madam Speaker, I salute the member for Glengarry—Prescott—Russell.
The Bloc Québécois does indeed speak a lot in the House and in committee, and we often make some very intelligent points, I must say.
We speak a lot because we have a lot to say. One thing I can promise is that we will never prorogue the Parliament of Canada.
When the Liberals prorogued Parliament, they made the House and the committees lose out on five weeks. That Bloc Québécois will never do that.
Madame la Présidente, je salue bien bas le député de Glengarry—Prescott—Russell.
C'est vrai que le Bloc québécois parle beaucoup à la Chambre et en comité. Ce sont souvent des propos très intelligents d'ailleurs.
Nous parlons beaucoup, parce que nous avons beaucoup de choses à dire. Or une chose que nous ne ferons jamais, et je peux le jurer, c'est de proroger le Parlement du Canada.
En prorogeant le Parlement, les libéraux ont récemment privé la Chambre et les comités de cinq semaines. Le Bloc québécois ne fera jamais cela.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-06-10 13:47 [p.8214]
Madam Speaker, I commend the minister and thank him for his question. He raised a good point.
I am the House leader of the Bloc Québécois. At these leaders' meetings, as I mentioned, we expect the legislative agenda to move forward at a quick pace.
We unfortunately never really managed to understand this government's plan for its different bills or which bills were most important. We had no idea.
This government's management of the legislative agenda is extremely problematic and inefficient.
Madame la Présidente, je dois saluer le ministre et le remercier de sa question. Il soulève un bon point.
Je suis leader du Bloc québécois à la Chambre. Lors des rencontres entre leaders, comme je l'ai mentionné, on s'attend à ce que le programme législatif avance rapidement.
Nous n'avons malheureusement jamais vraiment saisi quelle était la vision de ce gouvernement quant à ses différents projets de loi ni quels projets de loi étaient les plus importants pour lui. Nous ne notions pas cela.
Effectivement, la gestion du programme législatif de ce gouvernement est extrêmement problématique et inefficace.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-06-10 13:47 [p.8215]
Madam Speaker, as my charming colleague from La Prairie said earlier, we will support the motion because we like to be constructive.
I completely agree with everything my colleague said. This is like a bad relationship, and I am wondering how we ended up here. I am not here to blame anyone, but I do want to talk about the attitude we are seeing from my Liberal and Conservative colleagues.
The Liberals may have made our Conservative colleagues angry by refusing to provide all of the information required to Parliament. This anger has been evident in recent weeks, and it does not contribute to a productive and harmonious atmosphere here. As we have seen today, our Conservative colleagues have been misusing our time here in the House.
Furthermore, Madam Speaker, you may have missed this, but while our Conservative colleagues were requesting votes on some matters of questionable relevance, the charming member for Beauport—Côte‑de‑Beaupré—Île d'Orléans—Charlevoix was singing Qu'il est difficile d'aimer. That about sums up the day we have had.
In the context of the pandemic, the government and the Conservative Party often tell us that we have to take a team Canada approach, even if being part of the team makes it hard to love them at times. I think my colleague's song choice was quite apt because they give us little reason to love them. It is complicated. In the past few weeks between the Conservatives systematically obstructing our work and the Liberals withholding information, it is hard to identify with team Canada.
However, there were some very interesting things on the legislative agenda that were important to me, such as Bill C‑12 on climate. The federal government announced a recovery plan that was meant to be green, but there is no clear direction. It talks about the electrification of transportation and makes an announcement, that I found distressing, on grey hydrogen, which is an oil-based product. I fail to see how that can be considered green. We would be better off with more robust environmental legislation. We are not sure if we will get to the end of the study on Bill C‑12 in parliamentary committee because we are running out of time.
The same goes for Bill C‑10, the culture bill. I know that, in Quebec, the divide between our position and the Conservatives' position on that issue is deep and wide. We believe we should support our cultural sector, but the Conservatives see Bill C‑10 as an attack on freedom of expression. That does not justify bringing Parliament to a standstill by raising points of order that can be a bit silly, in my opinion. We could have made a lot more progress on this bill.
There is also Bill C‑6, the conversion therapy bill, which has aroused what I consider to be the epitome of bad faith. I heard some things last week, some absolutely outrageous things, that made what is left of my hair stand on end. To draw a parallel between sexual orientation and therapies widely justified by certain pathologies is, in my humble opinion, a demonstration of bad faith.
In my introduction, I asked myself how we got to this point. I get the sense that some members of the Liberal Party and the Conservative Party cling very tightly to their ideology. Instead of placing public welfare and the public good above all else, they favour private and partisan interests, which is the worst possible thing in politics. As a result, we have hit the limit of what we can do in a hybrid Parliament. We have to acknowledge the fact that dealing with the pandemic is slowing us down too.
The interpreters do an outstanding job. They are essential for us francophones. Everyone knows that there are two official languages in Canada: English and translated English. Without the interpreters, we cannot participate in democratic life. When we do more work in Parliament, they are the ones who end up exhausted. I do not think we take that into account enough.
The interpreters do an excellent job in committee and in the House. Many members of the House sometimes do not use the right equipment. They are not aware of the impact that can have on people's health. This shows the limits of technology in the context of a virtual Parliament but also the appreciation—I do not want to use the word compassion—that we should have for these people.
We need to commend the interpreters. In fact, I would like to take a moment to thank them. They are essential for us. I would also like to thank the members of the technical team. Some of the older members of the House have trouble using new technologies. Finally, I would like to thank the committee clerks. This is not an easy situation since we are going to increase their hours of work. I get the impression that they already have a very heavy workload.
One of the government's responsibilities is also to ensure that the necessary human resources are in place and that they do not burn out. I think maybe the government needs to become a little more aware of that.
In closing, I am not trying to brag, but my party has showed that we were prepared to co-operate. The expression “team Canada” does not really reflect who we are, but we showed that we were prepared to co-operate. I am sure that, if everyone works together, we will be able to finish the work on the important bills, Bills C-12, C-10 and C-6, in the next week.
Madame la Présidente, comme l'a dit tout à l'heure mon charmant collègue de La Prairie, nous allons soutenir la motion parce que nous sommes des gens constructifs.
J'écoutais mon collègue et je souscris à l'ensemble de ses commentaires. Comme dans une relation de couple qui fonctionne mal, je me demande comment on en est arrivé là. Sans jeter le blâme sur les uns ou les autres, je voudrais revenir sur l'attitude de mes collègues libéraux et de mes collègues conservateurs.
En ne voulant pas fournir toute l'information requise au Parlement, les libéraux ont peut-être suscité une certaine colère chez nos collègues conservateurs. On a pu le constater ces dernières semaines, ce qui ne contribue en rien à une ambiance productive et agréable au Parlement. De leur côté, nos collègues conservateurs ont peut-être abusé du temps à la Chambre, comme nous avons pu le voir aujourd'hui.
D'ailleurs, madame la Présidente, vous avez peut-être raté cela, mais, pendant que nos collègues conservateurs demandaient des votes sur des questions dont la pertinence était discutable, la charmante députée de Beauport—Côte‑de‑Beaupré—Île d’Orléans—Charlevoix chantait Qu'il est difficile d'aimer. Cela résume peut-être la journée qu'on a présentement.
Dans le contexte de la pandémie, le gouvernement et le Parti conservateur nous disent souvent qu'il faut faire partie d'Équipe Canada, même si en faire partie rend parfois difficile de les aimer. Je trouve donc que la chanson de ma collègue s'applique bien, puisqu'ils nous donnent peu de raisons de les aimer et que je trouve cela un peu complexe. Dans les dernières semaines, entre l'obstruction systématique par les conservateurs et la rétention d'information par les libéraux, il est difficile de s'identifier à Équipe Canada.
Pourtant, au menu législatif, il y avait des choses qui étaient fort intéressantes et qui me tenaient personnellement à cœur, comme le projet de loi C‑12 sur le climat. Le gouvernement fédéral a annoncé un plan de relance censé être vert, mais dont nous ne voyons pas la direction exacte. On parle d'électrification des transports et une annonce m'a catastrophé, sur l'hydrogène gris, c'est-à-dire produit à partir de pétrole: je ne vois pas en quoi cela est vert. On aurait donc tout avantage à avoir une législation costaude sur la question environnementale. Pourtant, nous ne savons pas si nous verrons la fin de l'étude du projet de loi C‑12 en comité parlementaire, parce que le temps va effectivement nous manquer.
Il en va de même avec le projet de loi C‑10 sur la culture. Au Québec, je sais qu'il y a une distinction profonde et marquée entre notre position et celle des conservateurs à ce sujet. Nous pensons que nous devons soutenir notre milieu culturel, mais les conservateurs voient le projet de loi C‑10 comme une atteinte à la liberté d'expression. Ce n'est pourtant pas une raison de paralyser l'ensemble du Parlement en soulevant des rappels au Règlement qui sont parfois farfelus, à mon avis. Nous aurions pu faire avancer ce projet de loi d'une façon beaucoup plus intéressante.
Il y a aussi le projet de loi C‑6 sur les thérapies de conversion, qui a suscité ce qui est à mon avis la quintessence de la mauvaise foi. J'ai entendu des choses la semaine dernière, des non-sens complets qui m'ont fait dresser ce qu'il me reste de cheveux sur la tête. Établir un parallèle entre l'orientation sexuelle et des thérapies généralement justifiées par certaines pathologies relevait de la mauvaise foi, à mon sincère avis.
Je me demandais donc en introduction comment on en est arrivé là. J'ai l'impression que, dans le Parti libéral et le Parti conservateur, il y a des gens qui sont fortement campés sur leur idéologie. Au lieu de faire primer le bien-être et l'intérêt général, ils privilégient des intérêts particuliers et partisans, ce qui est la pire chose qui peut se produire en politique. Les conséquences en sont que nous avons atteint les limites des possibilités d'un parlement hybride. En effet, il faut rester conscient du fait que le besoin de conjuguer avec la pandémie nous ralentit aussi.
Les interprètes font un travail exceptionnel et fantastique. Pour nous, les francophones, ils sont essentiels. Tout le monde sait qu'il existe deux langues officielles au Canada: l'anglais et l'anglais traduit. Sans les interprètes, nous ne pouvons pas participer à la vie démocratique. En poussant parfois les procédures parlementaires, ce sont les interprètes que l'on vient essouffler. Je trouve qu'on ne prend pas suffisamment cela en considération.
En comités parlementaires et à la Chambre, les interprètes font un travail exceptionnel. Parfois, plusieurs députés de la Chambre ne prennent pas soin d'avoir le bon matériel. Ils ne sont pas conscients des répercussions que cela peut occasionner sur la santé de ces personnes. Cela démontre les limites de la technologie dans le contexte d'un Parlement virtuel, mais aussi la nécessaire reconnaissance— je n'ai pas envie d'utiliser le mot compassion — que nous devons avoir envers ces personnes.
Il faut féliciter les interprètes. D'ailleurs, j'aimerais prendre une moment pour les remercier; ils sont essentiels pour nous. J'aimerais aussi remercier les gens de l'équipe technique. Certains collègues un peu plus âgés ont de la difficulté à utiliser les nouvelles technologies. Enfin, j'aimerais remercier les greffiers et les greffières des comités. Ce n'est pas une situation facile, puisque l'on va augmenter leurs heures de travail. J'ai l'impression qu'ils ont déjà une énorme charge de travail.
Une des responsabilités du gouvernement est aussi de s'assurer que les ressources humaines sont en place et qu'elles ne s'essoufflent pas. Le gouvernement aurait peut-être une petite sensibilité à développer à ce sujet.
Pour terminer, je ne veux pas nous lancer des fleurs, mais ma formation politique a fait la démonstration que nous étions prêts à collaborer. L'expression « Équipe Canada » ne seyait pas très bien à qui nous sommes, mais nous avons démontré que nous étions prêts à collaborer. Je suis sûr et certain que si chacun y met du sien, les importants projets de loi C‑12, C‑10 et C‑6 pourront être menés à terme dans la prochaine semaine.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-06-10 13:56 [p.8216]
Madam Speaker, I may not have as much parliamentary experience as my colleague, but I am sure that Bill C-10 would have progressed much faster if the government had not prorogued the House.
Madame la Présidente, je n'ai peut-être pas toute la culture parlementaire dont dispose mon collègue, mais je suis convaincu que le projet de loi C‑10 aurait avancé beaucoup plus rapidement si le gouvernement n'avait pas prorogé la Chambre.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-06-10 13:57 [p.8216]
Madam Speaker, I agree with part of his analysis.
Indeed, if we thought we would be returning to the House in September, there might not be this sense of urgency. However, I am pretty sure that we will have bigger fish to fry come September and we will be debating and hoping to come back to the House, so yes, I agree with his analysis.
Madame la Présidente, je suis partiellement d'accord sur son analyse.
Effectivement, si l'on était convaincu de revenir à la Chambre en septembre, l'urgence ne serait peut-être pas aussi manifeste. Cependant, je suis pas mal convaincu que, en septembre, nous aurons d'autres chats à fouetter et que nous débattrons en espérant revenir à la Chambre. Oui, je suis d'accord sur son analyse.
View Caroline Desbiens Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I appreciate my esteemed colleague's comments, and I am especially fond of his region.
I heard him talking about Bill C-10 earlier. I saw a leading public health scientist on television recently explaining to some journalists who were in front of her that some of the money allocated to public health should go towards culture, too, and not just to psychiatrists and psychologists. She believes that the remedy, the best antidote for the post-pandemic situation, will be culture and entertainment. That is why it is so important that Bill C-10 pass quickly, since that is the vaccine we need the most right now.
I would like to hear my colleague's thoughts on that.
Madame la Présidente, je salue le propos de mon distingué collègue, dont j'affectionne particulièrement la région.
Tantôt, je l'entendais parler du projet de loi C‑10. Dernièrement, j'ai vu à la télévision une éminente scientifique de la santé publique qui expliquait à certains journalistes qui étaient devant elle que, des sommes qui sont attribuées à la santé publique, il devrait y avoir une part non pas pour les psychiatres ou les psychologues, mais bien pour la culture. En effet, elle considère que le remède, l'antidote no 1 de la situation après la pandémie sera la culture et le divertissement. D'où l'importance d'adopter le projet de loi C‑10 de toute urgence puisque c'est le vaccin de l'heure qu'il faut mettre en branle.
J'aimerais entendre mon collègue à ce propos.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-06-10 13:59 [p.8216]
Madam Speaker, I love my colleague's question, and I encourage her to pass along the clip she saw to that Conservative member, whose name I do not remember, but who said that Quebec culture was outdated, that it relied on grants and that it was stuck in the 1990s.
I thought that all of those comments she was making were about oil, but I digress.
Madame la Présidente, j'adore la question de ma collègue et je l'invite même à faire suivre le reportage qu'elle a vu à l'une des députées conservatrices dont je ne me rappelle pas le nom qui disait que la culture québécoise était dépassée, qu'elle vivait de subventions et que c'était quelque chose issu des années 1990 qui était passé de mode.
Personnellement, quand elle a dit cela, je croyais qu'elle parlait du pétrole, mais, bon, c'est autre chose.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I have to give the hon. member 10 seconds for an answer.
The hon. member for Jonquière.
Je dois donner 10 secondes au député pour une réponse.
Le député de Jonquière a la parole.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-06-10 14:00 [p.8216]
Madam Speaker, there is probably a connection between what I just said and the femicides.
I could perhaps make a connection with our debate on Bill C-6, an act to amend the Criminal Code regarding conversion therapy, an extremely important bill that could be passed quickly if our Conservative colleagues had one ounce of compassion regarding gender diversity.
That is the only answer I have for my colleague.
Madame la Présidente, le lien entre les féminicides et ce que je viens de dire, il existe probablement.
Je peux peut-être faire un lien avec le débat que nous avons sur le projet de loi C-6, Loi modifiant le Code criminel relativement à la thérapie de conversion, un élément essentiel qui pourrait être adopté rapidement si nos collègues conservateurs développaient une petite sensibilité vis-à-vis la diversité de genre.
C'est ce que je peux offrir à ma collègue en guise de réponse.
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2021-06-10 14:05 [p.8217]
Mr. Speaker, the city of Saint‑Basile‑le‑Grand is celebrating its 150th anniversary this year. Saint‑Basile‑le‑Grand is one of four communities that make up the riding of Montarville, which it is my honour and pleasure to represent in the House.
Back in the 19th century, local inhabitants, led by a man named Basile Daigneault, requested their own parish, and their request was granted in 1870. One year later, the municipality was founded. Both the parish and the municipality were named Saint‑Basile‑le‑Grand after the illustrious doctor and father of the Catholic church, but also as a nod to the man who had played such an important role in the community's development and would become its first mayor.
Now home to a great community, Saint‑Basile‑le‑Grand will be celebrating its 150-year history. A full slate of events, designed with the public health situation in mind, will soon be announced. I am sure the people of Saint‑Basile‑le‑Grand will be in the mood to celebrate after months of lockdown. I wish them a fantastic 150th anniversary.
Monsieur le Président, la ville de Saint‑Basile-le-Grand, qui est l'une des quatre localités qui composent la circonscription de Montarville que j'ai le plaisir et l'honneur de représenter à la Chambre, célèbre cette année le 150e anniversaire de sa fondation.
En effet, au XIXe siècle, des habitants du territoire, dirigés par un dénommé Basile Daigneault, entreprirent des démarches afin d'obtenir leur propre paroisse, ce qui advint en 1870. Un an plus tard, la municipalité fut fondée et adopta le nom de cet éminent docteur et fondateur de l'Église catholique pour identifier à la fois la paroisse et la municipalité de Saint‑Basile-le-Grand, évoquant au passage le prénom de cet homme qui avait joué un rôle si important dans son développement et qui allait devenir le premier maire de la nouvelle localité.
C'est donc « riche de sa communauté » que Saint‑Basile-le-Grand célèbrera ses 150 ans d'histoire. Une programmation étoffée et tenant compte de la situation sanitaire sera bientôt lancée. Gageons que les Grandbasiloises et les Grandbasilois auront le cœur à la fête après ces mois de confinement. Je leur souhaite donc un excellent 150e anniversaire.
View Angelo Iacono Profile
Lib. (QC)
View Angelo Iacono Profile
2021-06-10 14:06 [p.8217]
Mr. Speaker, since 2015, our federal government has chosen to invest in infrastructure across Canada. These investments ensure that our communities grow.
Laval and my riding, Alfred‑Pellan, have greatly benefited from a $1‑million investment for a natural gas refuelling station, $1 million for the Parc de la Rivière-des-Mille-Îles Exploration Centre, $8 million for Collège Montmorency, $45 million for the Société de transport de Laval, $85 million for the Pie-IX Bridge and $260 million for Highway 19.
Through these investments, our federal government is reiterating its commitment to support projects that build our community in Laval in partnership with the City of Laval. We are and will remain a partner for the riding of Alfred‑Pellan and for all the people of Laval.
Monsieur le Président, depuis 2015, notre gouvernement fédéral a fait le choix d'investir dans les infrastructures partout au Canada. Ces investissements garantissent le développement de nos communautés.
Laval et ma circonscription, Alfred‑Pellan, en ont d'ailleurs grandement bénéficié avec 1 million de dollars pour une station de ravitaillement de gaz naturel, 1 million de dollars pour le Centre d’exploration du Parc de la Rivière‑des‑Mille‑Îles, 8 millions de dollars pour le Collège Montmorency, 45 millions de dollars pour la Société de transport de Laval, 85 millions de dollars pour le pont Pie‑IX et 260 millions de dollars pour l'autoroute 19.
Grâce à ces investissements, notre gouvernement fédéral réitère son engagement à soutenir des projets qui bâtissent notre communauté lavalloise, en partenariat avec la Ville de Laval. Nous sommes et nous resterons un partenaire pour la circonscription d'Alfred‑Pellan, mais surtout un partenaire pour tous les Lavallois.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, Jacques Parizeau is a monumental figure in Quebec's history, one of the main architects of the Quiet Revolution. He played a key role in the nationalization of hydroelectricity and the creation of the Quebec pension plan, the Société générale de financement and the Caisse de dépôt et placement du Québec.
Then, after being perhaps the greatest finance minister in the history of Quebec, Jacques Parizeau, as leader of the Parti Québécois, became the premier of Quebec in 1994. He was just a few thousand votes shy of finally giving Quebec its independence. He was referred to as “Monsieur”. He was a great man, a statesman, a public servant, a monumental figure.
That is why the Foundation of Greater Montréal's Jacques Parizeau Fund plans to erect a monument in his honour, to be installed in the gardens of the National Assembly alongside those of other great former premiers who shaped our history. I invite all Quebeckers to visit the Foundation of Greater Montréal's website and donate to the Jacques Parizeau Fund so that “Monsieur” is given a tribute that reflects how much he is appreciated in his country, Quebec.
Monsieur le Président, Jacques Parizeau est un monument de l'histoire du Québec, un des principaux artisans de la Révolution tranquille. Il a joué un rôle central dans la nationalisation de l'électricité et dans la création de la Régie des rentes du Québec, de la Société générale de financement et de la Caisse de dépôt et placement du Québec.
Puis, après avoir peut-être été le plus grand ministre des Finances de l'histoire du Québec, Jacques Parizeau devient en 1994, à la tête du Parti québécois, premier ministre du Québec et passe à quelques milliers de voix près de donner enfin aux Québécois un pays. On l'appelait « monsieur ». C'était un grand monsieur, un homme d'État, un homme de service public, un monument.
C'est justement ce que le Fonds Jacques Parizeau de la Fondation du Grand Montréal veut lui offrir: un monument dans les jardins de l'Assemblée nationale avec d'autres grands premiers ministres qui ont marqué notre histoire. J'invite donc les Québécoises et les Québécois à aller sur le site de la Fondation du Grand Montréal et à contribuer au Fonds Jacques Parizeau, afin que monsieur reçoive un hommage digne de la reconnaissance de son pays, le Québec.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, today, people of Portuguese origin everywhere are celebrating Portugal Day, the day of Camões and Portuguese communities.
Portugal Day is first and foremost a time to celebrate everything that has shaped Portuguese culture over the centuries, rather than just a military deed, a conquest or even the Portuguese discoveries. It is a time to celebrate everything that arose from all of those facets of Portuguese history, from the cartography to the azulejos, from our symbiotic relationship with the ocean to the oh-so-delicious use of its resources.
Lusitanity is well represented not only by the pastéis de nata, our custard tarts, but also by the great and renowned literary works of Camões, Fernando Pessoa, Eça de Queirós and José Saramago; by fado, which embraces and charms us from cradle to grave; and by our simple but delicious gastronomy, enhanced by spices discovered in the 16th century and the skilful use of sea salt.
Finally, being Lusitanian, whether in Portugal or elsewhere in the world, means living with this rich heritage in our hearts without feeling too much saudade.
Monsieur le Président, aujourd'hui, partout où se trouvent des personnes d'origine portugaise, on célèbre le Jour du Portugal, de Camões et des communautés portugaises.
Ce que l'on célèbre en cette Journée est d'abord et avant tout ce qui a façonné la culture portugaise au fil des siècles, pas un fait militaire, pas une conquête, même pas les découvertes. On célèbre ce qui est issu de tous ces éléments de l'histoire portugaise, de la cartographie aux azulejos, d'une relation symbiotique avec l'océan à l'utilisation combien savoureuse de ses trésors.
La « lusitanité », tout en étant fort bien représentée par les natas, est aussi une littérature fertile et reconnue, de Camões à Fernando Pessoa, de Eça de Queirós à José Saramago; le fado, qui nous emballe du berceau au cercueil; une gastronomie simple, mais combien délicieuse, rehaussée par les épices découvertes au XVIe siècle, autant que par l'utilisation si judicieuse du sel marin.
Finalement, être Lusitain, au Portugal ou dans le monde, c'est vivre toutes ces facettes sans trop se languir de saudade.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-06-10 14:26 [p.8221]
Mr. Speaker, Quebec needs to pay attention to Bill C-30.
The federal government is using it to bring back the Canada-wide securities commission. If that happens, the commission would wipe out Montreal's financial sector to the benefit of Toronto. That is why Quebec has been opposing this commission for 40 years and the Quebec National Assembly has voted four times in favour of motions against this project.
The Bloc Québécois managed to get the funding for the office mandated to create this commission cut from Bill C-30, but the Liberals are doing everything they can to bring it back with an amendment. The vote could be held on Monday.
Will the Liberals respect the unanimous will of Quebec and withdraw their amendment?
Monsieur le Président, le Québec doit faire attention au projet de loi C‑30.
Le fédéral en profite pour relancer la commission pancanadienne des valeurs mobilières. Si elle était mise en place, cette commission anéantirait le secteur financier montréalais au profit de Toronto. C'est pour cela que le Québec s'y oppose depuis 40 ans et que l'Assemblée nationale du Québec a voté quatre fois en faveur de motions contre ce projet.
Dans le projet de loi C‑30, le Bloc québécois a réussi à couper le financement du bureau mandaté pour créer cette commission, mais les libéraux essaient à tout prix de le ramener par amendement. Le vote pourrait être lundi.
Les libéraux vont-ils respecter la volonté unanime du Québec et retirer leur amendement?
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-06-10 14:27 [p.8221]
Mr. Speaker, Quebec's economic nationalism is at stake with Bill C-30.
We need a strong markets authority in Quebec to protect our head offices in order to ensure that our companies are growing and that they are doing so in French. We are the 13th largest financial centre in the world. That is something. That is what the federal government wants to destroy by centralizing activities in Toronto.
The Bloc Québécois managed to remove the funding for the office mandated to create this Canada-wide securities commission, but the Liberals are doing everything they can to reinstate it with an amendment to Bill C-30.
Will they withdraw that amendment? Quebec's business community is watching.
Monsieur le Président, c'est le nationalisme économique du Québec qui est en jeu avec le projet de loi C‑30.
Nous avons besoin d'une autorité québécoise des marchés forte pour protéger nos sièges sociaux, pour faire en sorte que nos entreprises soient en croissance et que tout cela se passe en français. Nous sommes la 13e place financière au monde. Ce n'est pas rien. C'est ce que le fédéral veut abattre en centralisant les activités à Toronto.
Le Bloc québécois a réussi à couper le financement du bureau chargé de créer cette commission pancanadienne des valeurs mobilières. Les libéraux tentent à tout prix de le rétablir dans un amendement au projet de loi C‑30.
Vont-ils retirer cet amendement? Les milieux d'affaires du Québec nous regarde.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, when it comes to the WE Charity scandal, we now know what to do with the Liberals. We need to hold their hand and tell them, no, it is not okay to think only of the interests of their filthy rich cronies, and no, it is not okay to give WE Charity privileged access to the finance minister's office.
They really are like little kids and have to be told everything. If they are not told what to do, they will do the same stupid things again.
All kidding aside, will the Liberals commit to implementing all the recommendations in the report from the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics released this morning, yes or no?
Monsieur le Président, avec le scandale de WE Charity, on sait maintenant ce qu'on doit faire avec les libéraux: les tenir par la main et leur dire que non, ce n'est pas correct de juste penser aux intérêts de leurs petits amis super riches, que non, ce n'est pas correct que WE Charity ait un accès privilégié au bureau du ministre des Finances.
Ce sont de vrais enfants. Il faut tout leur dire. Si on ne leur dit pas quoi faire, ils vont recommencer avec les mêmes bêtises.
Blague à part, les libéraux s'engagent-ils à mettre en œuvre toutes les recommandations du rapport du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements et de l'éthique publié ce matin, oui ou non?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2021-06-10 14:31 [p.8222]
Mr. Speaker, the commissioner investigated the matter and his report cleared the Prime Minister of all allegations.
Let me quote directly from the report, at page 3, which states the Prime Minister “did not contravene subsection 6(1), section 7 or section 21 of the Act.” Further on page 3, the commissioner writes, “there is no evidence of impropriety in relation to [the Prime Minister's] decision making in relation to [this matter]". The commissioner continues on page 40 with, “I cannot conclude that a contravention has occurred.” That is it.
Monsieur le Président, le commissaire a examiné l'affaire en question et, dans son rapport, il a blanchi le premier ministre de toutes les allégations.
Permettez-moi de citer directement le commissaire qui dit, à la page 3 de son rapport, que le premier ministre « n'a pas contrevenu au paragraphe 6(1) ni aux articles 7 et 21 de la Loi. » Plus haut, toujours à la page 3, le commissaire indique « aucun élément de preuve n'indique que les décisions [du premier ministre] concernant [cette affaire] ont été prises de façon irrégulière ». Le commissaire ajoute à la page 40 « [...] je ne peux conclure à une contravention. » C'est tout.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-06-10 14:31 [p.8222]
Mr. Speaker, our justice system and its processes must be impartial, unbiased and, above all, non-partisan.
However, the use of the “Liberalist” partisan tool in the appointment process is seriously troubling. According to the CBC, a former Liberal political aide said himself in 2019 that there was the potential for a scandal. For once, it seems that a Liberal was right.
How can Canadians continue to have any confidence in our justice system?
Monsieur le Président, notre système et notre processus judiciaires doivent être impartiaux, non biaisés et, surtout, non partisans.
Cependant, l'utilisation de la plateforme libérale « Libéraliste » dans le processus de nomination est une grande source d'inquiétude. Selon Radio‑Canada, en 2019, un ancien adjoint politique libéral a dit, lui‑même, qu'il y avait matière à scandale. Pour une fois, il semble qu'un libéral avait raison.
Comment les Canadiens peuvent‑ils maintenir leur confiance dans notre système judiciaire?
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-06-10 14:32 [p.8223]
Mr. Speaker, again, the Liberals only fix their mistakes once they have been exposed. With their partisan “Liberalist” tool, the government could promote judicial candidates who support the Liberal Party.
The Minister of Justice said that he was the only one who made recommendations. We know that the Prime Minister's Office helped screen the candidates before they were presented to cabinet.
Why did the minister insist on the fact that he was the only one making recommendations when that is just not true?
Monsieur le Président, encore une fois, le gouvernement libéral répare ses erreurs seulement après qu'elles ont été exposées. Avec l'outil partisan « Libéraliste », le gouvernement pouvait favoriser les candidats au poste de juge qui soutiennent le Parti libéral.
Le ministre de la Justice a dit qu'il était le seul à faire des recommandations. Nous savons que le cabinet du premier ministre a participé au filtrage avant que les candidats parviennent au Cabinet.
Pourquoi le ministre a‑t‑il insisté sur le fait que les recommandations venaient uniquement de lui, alors que cela n'était pas vrai?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2021-06-10 14:37 [p.8223]
Mr. Speaker, we respect the work of committees. We also respect the role of the independent officers of Parliament, who do their work independently and free from partisan political consideration.
While the Conservatives remain focused on the WE Charity, our focus remains on delivering important bills for Canadians, including those bills we were to discuss today. However, what did the Conservatives try to do? They tried to shut down Parliament. They said that it was over. They did not want to work anymore. If they do not want to work, they should get out of here and let us work for Canadians.
Monsieur le Président, nous respectons le travail des comités. Nous respectons également le rôle des agents indépendants du Parlement, qui font leur travail en toute indépendance et sans considération politique partisane.
Alors que les conservateurs continuent de se concentrer sur l'organisme UNIS, notre objectif demeure de présenter des projets de loi importants pour les Canadiens, y compris les projets de loi dont nous devions discuter aujourd'hui. Qu'est-ce que les conservateurs ont toutefois essayé de faire? Ils ont essayé de fermer le Parlement. Ils ont dit que la session était terminée. Ils ne voulaient plus travailler. S'ils ne veulent pas travailler, ils devraient s'en aller et nous laisser travailler pour les Canadiens.
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2021-06-10 14:38 [p.8224]
Mr. Speaker, that is a bit rich coming from a member who does not respect the work of Parliament. We are meeting here today to discuss a very important bill, and what did this member and his friends on the other side do? They tried to shut down Parliament.
They said they were finished working for the day and were going home. That is unacceptable. We need to keep Parliament open to debate important bills such as Bill C-6, Bill C-12 and Bill C-30. We have to do that for Canadians.
Monsieur le Président, c'est un peu fort de la part d'un député qui ne respecte pas les travaux du Parlement. Nous sommes ici aujourd'hui pour discuter d'un projet de loi très important, et que font le député et ses amis? Ils tentent de fermer le Parlement.
Ils ont affirmé avoir terminé leur travail de la journée et qu'ils rentraient chez eux. C'est inacceptable. Il faut que le Parlement reste ouvert pour débattre de projets de loi importants, comme le projet de loi C‑6, le projet de loi C‑12 et le projet de loi C‑30. C'est ce que nous devons faire pour les Canadiens.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-10 14:39 [p.8224]
Mr. Speaker, when the leader of the Bloc Québécois spoke about the tragic events in London, he called for an end to the hate and violence. He called for more solidarity, love and friendship.
By contrast, the Prime Minister seems to want to sow division. He made a vile connection between intolerance, Islamophobia and Quebec's secularism law, comments that were particularly shameful in light of recent events. Will the Prime Minister retract his comments, which do more to divide us than to bring us together?
Monsieur le Président, lorsque, à la suite des événements tragiques de London, le chef du Bloc québécois a pris la parole, cela a été pour en appeler à la fin de la haine et de la violence. Notre chef en a appelé à plus de solidarité, d'amour et de fraternité.
De son côté, le premier ministre semble vouloir diviser et fait un rapprochement mesquin, particulièrement ignoble dans le contexte actuel, entre l'intolérance, l'islamophobie et la loi québécoise sur la laïcité de l'État. Le premier ministre va-t-il retirer ses paroles, qui divisent bien davantage qu'elles ne rapprochent?
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-10 14:40 [p.8224]
Mr. Speaker, yesterday, in response to a question from the member for Lac-Saint-Jean, the Prime Minister said, “I urge the Bloc Québécois to listen to members of the Muslim community, who have expressed concerns about what they are experiencing right now in Quebec.”
In a context where we must all pull together, this comes alarmingly close to conflating these issues. There is no connection between Bill 21 and the London tragedy, and to try to make one is irresponsible. Will the Prime Minister retract his comments?
Monsieur le Président, hier, le premier ministre, en réponse à une question du député de Lac-Saint‑Jean, a déclaré: « [...] j'encourage fortement les députés du Bloc québécois à écouter la communauté musulmane, qui exprime certaines préoccupations relativement à ce qu'elle est en train de vivre au Québec. »
Dans le contexte où nous devons tous nous serrer les coudes, cela commence dangereusement à ressembler à un amalgame. Il n'y a aucun lien entre la loi 21 et la tragédie de London. En faire un est irresponsable. Le premier ministre va-t-il retirer ses paroles?
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-10 14:41 [p.8224]
Mr. Speaker, we are not the only ones to have noted this conflation.
This morning, the Quebec National Assembly unanimously passed a motion that the National Assembly strongly condemn all forms of hate and violent crimes, and that it condemn the fact that certain politicians and media outside Quebec are conflating the tragedy in London, Ontario, and a Quebec law.
Speaking of intolerance and Islamophobia in the same breath as Bill 21, in this context, is conflating the issues.
Will the Prime Minister retract his comments?
Monsieur le Président, cet amalgame, il n'y a pas que nous qui l'avons compris.
L'Assemblée nationale du Québec, ce matin, a voté unanimement une motion voulant que l'Assemblée nationale dénonce fortement toutes les formes de haine et de crimes violents et qu'elle dénonce les amalgames faits par certains politiciens et médias du reste du Canada entre la tragédie de London en Ontario et une loi québécoise.
Parler d'intolérance et d'islamophobie en parlant de la loi 21, dans le contexte actuel, c'est faire un amalgame.
Le premier ministre va-t-il retirer ses paroles?
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, three years ago, the government turned a blind eye to a complaint alleging that some members of the Iraqi forces, trained by Canadian troops, had committed war crimes. The Iraqi soldiers allegedly raped women, tortured and executed prisoners, and proudly showed videos of their victims to Canadian soldiers.
Lieutenant-General Michael Rouleau, the former commander of the Canadian Joint Operations Command informed General Vance about this on two occasions, but the matter was never resolved. The Minister of National Defence must have been informed of this. Can he confirm that?
Monsieur le Président, il y a trois ans, le gouvernement a fermé les yeux sur une plainte selon laquelle certains membres des forces irakiennes, entraînées par les troupes canadiennes, avaient commis des crimes de guerre. Les soldats irakiens auraient violé des femmes, torturé et exécuté des prisonniers et auraient fièrement montré les vidéos de leurs victimes aux soldats canadiens.
Le lieutenant-général Michael Rouleau, l'ex-commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada, en a informé le général Vance, et ce, à deux reprises, mais la question n'a jamais été réglée. Le ministre de la Défense nationale a sûrement dû être mis au courant. Peut-il le confirmer?
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2021-06-10 14:55 [p.8227]
Mr. Speaker, the CBC informed us this morning that the Liberal government has stopped using its Liberalist for judicial appointments. The Bloc Québécois has been asking for this for years. Naturally, I thank the minister for accepting our arguments.
However, not everything has been resolved. The appointment process is still not impartial because all ministers, including the Prime Minister, have a say in the selections. The Liberals have stopped using the Liberalist, and that is a good thing. Now they must stop choosing judges who are Liberals. When will the minister establish an impartial appointment process?
Monsieur le Président, Radio-Canada nous apprend ce matin que le gouvernement libéral a cessé d'utiliser sa Libéraliste pour la nomination des juges. Ça fait des années qu'au Bloc québécois, on demande cela. Bien évidemment, je remercie le ministre de s'être rendu à nos arguments.
Tout n'est pas pour autant réglé. Le processus de nomination n'est toujours pas impartial, parce que tous les ministres, y compris le premier ministre, ont leur mot à dire dans les sélections. Les libéraux cessent d'utiliser la Libéraliste, tant mieux. Maintenant, il faut qu'ils cessent de se choisir des juges entre libéraux. Quand le ministre compte-t-il instaurer un processus de nomination impartial?
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2021-06-10 14:56 [p.8227]
Mr. Speaker, the judges' competence is not in question here; the partisan appointment process is.
The Bloc Québécois is savouring its victory over the Liberalist, but that is just the first step. So long as the party in power is able to interfere in the process and put their buddies in senior positions, the credibility of the judicial system is compromised.
The Liberals appoint Liberals, the Conservatives appoint Conservatives, and justice takes a back seat. This needs to stop.
Will the minister accept my offer to create a committee to recommend an impartial judicial appointment process?
Monsieur le Président, l'enjeu n'est pas la compétence des juges, c'est le système de nomination partisane.
Le Bloc québécois savoure sa victoire sur la « Libéraliste », mais cela ne peut être qu'un premier pas. Tant que le parti au pouvoir va s'ingérer dans le processus pour que ses proches accèdent à des hautes fonctions, c'est la crédibilité du système judiciaire qui est compromise.
Les libéraux nomment des libéraux, les conservateurs nomment des conservateurs et on fait peu de cas de la justice. Il faut que cela cesse.
Est-ce que le ministre va accepter mon offre de créer un comité pour recommander un processus pour la nomination impartiale des juges?
Results: 1 - 100 of 126371 | Page: 1 of 1264

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data