Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 1254
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-06-07 14:46 [p.8021]
Mr. Speaker, the Prime Minister, the head of Canada, likes to use buzzwords like “reconciliation” to look good on the world stage without actually fulfilling basic human rights on Canadian soil. The Government of Canada destroyed records on residential schools, erasing vital information. The Catholic church holds the remaining records on these institutions.
If indigenous lives are so important, as the Prime Minister likes to portray, why would he not do everything in his power instead of taking knees and making apologies? Why will the government not force the church to provide information that is rightfully ours?
Monsieur le Président, le premier ministre, dirigeant du Canada, aime utiliser les mots à la mode comme « réconciliation » pour faire bonne figure sur la scène internationale sans vraiment veiller au respect des droits fondamentaux de la personne en terre canadienne. Le gouvernement fédéral a détruit des dossiers sur les pensionnats autochtones, éliminant du coup des renseignements cruciaux. L'Église catholique détient le reste des dossiers sur ces établissements.
Si les vies autochtones sont aussi importantes qu'aime le dire le premier ministre, pourquoi ne fait-il pas tout en son pouvoir pour elles plutôt que de simplement s'agenouiller et présenter des excuses? Pourquoi le gouvernement ne force-t-il pas l'Église à fournir des renseignements qui nous reviennent de droit?
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-06-03 14:13 [p.7899]
Mr. Speaker, the Prime Minister said that the remains of 215 children are from a dark and shameful chapter of our country's history, but indigenous peoples know that colonization is not just in the past. It is an ongoing reality.
More than 50% of children in foster care are indigenous, but account for less than 8% of the child population. More than 30% of inmates in prison are indigenous and Inuit in Nunavut die by suicide at nine times the rate of non-indigenous Canadians.
Colonization is not a dark chapter in Canadian history. It is a book that the federal institution continues to write. We are tired of living in someone else's story and refuse to continue to have it written for us. We have written and will continue to write new chapters and will not ask for permission to live lives full of dignity and respect. We will demand it.
Monsieur le Président, le premier ministre a dit que la découverte des restes de 215 enfants relève d'un chapitre sombre et honteux de l'histoire de notre pays, mais les peuples autochtones savent que la colonisation n'appartient pas qu'au passé. Elle se fait sentir encore aujourd'hui.
Les enfants autochtones représentent plus de 50 % des enfants placés en famille d'accueil, mais moins de 8 % de l'ensemble des enfants. Plus de 30 % des détenus sont autochtones, et le taux de suicide des Inuits du Nunavut est neuf fois plus élevé que celui des Canadiens non autochtones.
La colonisation n'est pas un chapitre sombre de l'histoire canadienne. C'est un livre auquel l'institution fédérale continue d'ajouter des pages. Nous en avons assez de vivre l'histoire de quelqu'un d'autre et nous refusons qu'elle soit écrite pour nous. Nous avons écrit de nouveaux chapitres et nous continuerons de le faire. Nous ne demanderons pas la permission de vivre dans la dignité et le respect. Nous l'exigerons.
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-06-03 17:26 [p.7929]
Mr. Speaker, matna. For much of Canada, the 215 children found on the Kamloops residential school grounds was a shocking discovery, but for indigenous peoples this was not a discovery. This was a confirmation of the reality of genocide we have known all along.
I am glad to hear members finally waking up to what indigenous peoples already knew, but many in this chamber clearly have more to discover about the reality of the ongoing colonization of indigenous peoples across Canada. I see this every day in my riding, and I need my colleagues, Canadians and the world to listen.
Recently I spoke with a friend of mine, Nikki Komaksiutiksak. Nikki is originally from Nunavut, but moved to Winnipeg at a very young age with her mother to live with her aunt. Both her mom and her aunt are residential school survivors.
After arriving in her new home, Nikki experienced severe amounts of abuse. Eventually she ran away from home to escape the violence, but police found her and took back to her house. They thought her resistance to going home was because she was a defiant kid, so they pushed her to the front door. Nikki was so terrified of what was on the other side that she tore her clothes off to show the police her injuries. They stared at Nikki, a 13-year-old, with hundreds of whip marks and stab marks all over her body.
The police took her to the hospital, where she stayed for 24 hours, and immediately afterward she was taken to her first group home. She felt incredibly alone. Nikki was never asked what she wanted, how she felt or how she needed help. Because of this, she felt it was better to run away to be with her friends, but again she was caught by the police and put back into the system.
In just two years, Nikki was in 15 group homes. She was always running away, trying to find a sense of normalcy and feeling more and more alone. She went into foster care with her cousin, who was so close to her that they considered one another sisters. Her cousin was murdered in Winnipeg at the age of 17, and still no one has taken responsibility for her death.
Imagine even before graduating high school being tossed from home to home, not often shown love in the way a child needs and not having stability or consistency in day-to-day life.
Nikki attempted to die by suicide many times and eventually was put into a treatment centre. There, she received counselling and therapy for the first time ever. She started to learn new ways of coping and was given tools to start working toward breaking cycles of trauma. From therapy, she was eventually put into a foster home with parents who cared for her and loved her.
While in the foster system, Nikki had three babies of her own and fought to make sure they were never taken away from her. This was not easy, but she fought and she won. She eventually finished grade 12, went to university and got an amazing job where she fights to support Inuit every day at Tunngasugit. She now fosters high-risk teenage girls herself.
The story of Nikki is the story of thousands of Inuit and indigenous children across Canada. Nikki’s strength and resilience mean her children have a bright future. That strength came from her, and from her will to become better.
Colonization is not over: it has a new name. Children are still being separated from their communities. Foster care is the new residential school system. The suicide epidemic is the new form of indigenous genocide.
I come from a community with one of the highest rates of suicide. Throughout my life, I have seen periods of extreme hopelessness in Baker Lake, where there are sometimes three or four suicides in less than two months. These were my friends, teammates and classmates.
I often wondered growing up if things were changing or just getting worse, but the intergenerational trauma of the recent past has created a terrible cycle where death has become normal. For Inuit, suicide is an epidemic. We know in Nunavut that things often are not recorded or investigated correctly. Many families do not get answers. Questionable information is withheld. Questions go unanswered and ignored. Families do not have support in any way, shape or form. Often families are left to clean up the remains of their loved ones.
I have heard stories of people with no heads, of the colours they turn when they hang themselves from the ceiling and of the way it smells when someone passes away. There are often times when children and youth see much of this. However, after all of these traumatic incidents, there are not many mental health resources, let alone culturally relevant mental health resources, available to these children and these families.
Just like suicide and death, losing children to foster care is becoming the norm for Inuit families. This is a direct outcome—
Monsieur le Président, matna. La découverte des restes de 215 enfants sur le site du pensionnat de Kamloops a étonné de nombreux Canadiens, mais pas les Autochtones. Pour nous, cette découverte confirme ce que nous savions depuis le début: un génocide a été commis.
Je suis contente d'entendre que des députés réalisent enfin ce que les Autochtones savaient déjà. Toutefois, il est évident que beaucoup en cet endroit en ont encore long à apprendre sur la réalité de la colonisation des Autochtones qui se poursuit toujours au Canada. Je le constate tous les jours dans ma circonscription, et j'ai besoin que mes collègues, les Canadiens et le monde écoutent.
Récemment, je me suis entretenue avec une de mes amies, Nikki Komaksiutiksak. Nikki est originaire du Nunavut, mais elle a déménagé à Winnipeg à un très jeune âge avec sa mère pour y vivre avec sa tante. Sa mère et sa tante sont toutes deux des survivantes des pensionnats.
Après son arrivée dans sa nouvelle ville, Nikki a subi une multitude de mauvais traitements. Elle a fini par fuir sa maison pour échapper à la violence, mais la police l'a trouvée et l'a ramenée chez elle. Les policiers attribuaient son refus de rentrer à son caractère rebelle. Ils l'ont donc forcée à rentrer. Nikki était si terrifiée de ce qui l'attendait de l'autre côté qu'elle a arraché ses vêtements pour montrer ses blessures aux policiers. Ils ont fixé Nikki du regard, une enfant de 13 ans, portant des centaines de marques de fouet et de poignard partout sur son corps.
Les policiers l'ont emmenée à l'hôpital, où elle est restée pendant 24 heures, après quoi on l'a conduite à son premier foyer de groupe. Elle s'y est sentie incroyablement seule. On n'a jamais demandé à Nikki ce qu'elle voulait, comment elle se sentait ou de quel genre d'aide elle avait besoin. C'est pourquoi elle s'est dit qu'il valait mieux s'enfuir pour aller rejoindre ses amis, mais les policiers l'ont encore une fois rattrapée pour la ramener dans le système.
En deux ans à peine, Nikki avait séjourné dans 15 foyers de groupe. Elle s'enfuyait sans cesse, à la recherche de normalité, se sentant de plus en plus seule. Elle est allée dans une famille d'accueil avec sa cousine, dont elle était si proche qu'elles se considéraient mutuellement comme des sœurs. Sa cousine a été assassinée à Winnipeg à l'âge de 17 ans, et personne n'a encore assumé la responsabilité de sa mort.
Avant même d'avoir terminé l'école secondaire, imaginez d'être trimballé de foyer en foyer, de ne recevoir que très peu d'amour — celui qu'on accorde normalement à un enfant — et de ne pas avoir de stabilité ni de régularité dans sa vie quotidienne.
Nikki a tenté de se suicider de nombreuses fois, et on a fini par l'envoyer dans un centre de traitement. C'est là qu'elle a bénéficié de counseling et de thérapie pour la première fois de sa vie. Elle a commencé à apprendre de nouveaux moyens de gérer les situations, et on lui a donné des outils pour rompre les cycles de traumatismes. Après la thérapie, on lui a trouvé une famille d'accueil avec des parents aimants.
Durant les années où elle était en foyer d'accueil, Nikki a eu trois enfants et elle s'est battue pour qu'on ne les lui enlève jamais. Cela n'a pas été facile, mais elle s'est battue et elle a gagné. Elle a éventuellement terminé ses études secondaires, est allée à l'université et a déniché un emploi extraordinaire où elle se bat pour soutenir les Inuits tous les jours au centre Tunngasugit. C'est maintenant elle qui héberge de jeunes adolescentes à risque.
L'histoire de Nikki est celle de milliers de jeunes inuits et autochtones partout au Canada. La force et la résilience dont elle a fait preuve assureront un avenir radieux à ses enfants. Cette force, elle l'a trouvée en elle et dans sa volonté de s'améliorer.
La colonisation n'est pas terminée: elle a changé de nom. On sépare encore les enfants de leur communauté. Le système des familles d'accueil a remplacé les pensionnats. L'épidémie de suicides a remplacé le génocide des Autochtones.
Je viens d'une communauté qui présente l'un des taux de suicide les plus élevés. Toute ma vie, j'ai vu des personnes sombrer dans un profond désespoir à Baker Lake, où l'on compte parfois trois ou quatre suicides en moins de deux mois. Ceux qui se sont enlevé la vie étaient mes amis, mes coéquipiers, mes camarades de classe.
En grandissant, je me suis souvent demandé si les choses s'amélioraient ou si elles empiraient, mais le traumatisme intergénérationnel du passé récent a créé un cycle terrible où les décès sont devenus normaux. Les Inuits sont aux prises avec une véritable épidémie de suicides. Au Nunavut, nous savons que souvent, les cas ne sont pas recensés et les enquêtes ne sont pas menées de manière rigoureuse. De nombreuses familles demeurent sans réponse. Des informations controversées ne sont pas divulguées. Les questions restent sans réponse et sont ignorées. Les familles ne reçoivent aucun soutien. Souvent, elles doivent elles-mêmes nettoyer les restes de leurs proches.
J'ai entendu toutes sortes d'histoires au sujet de corps découverts sans tête, de la couleur que prend le corps lorsqu'une personne se pend ou de l'odeur qui se dégage lorsqu'une personne décède. Il arrive souvent que les enfants et les jeunes soient témoins de tout cela. Malheureusement, malgré toutes ces expériences traumatisantes, il y a très peu de ressources en santé mentale, et encore moins de ressources en santé mentale adaptées à la culture, à la disposition des enfants et des familles.
Tout comme le suicide et la mort, le départ d'un enfant confié à une famille d'accueil devient la norme pour les familles inuites. C'est un résultat direct...
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-06-03 17:32 [p.7930]
Matna, Mr. Speaker, for letting me continue.
Just like suicide and death, losing children to foster care is becoming the norm for Inuit families. This is a direct outcome of basic human rights being violated. Put that on top of injustices from history.
Before the 1950s, Inuit lived the way we have lived for thousands of years: no housing crisis, no suicide epidemic. Then, the Canadian government increased its presence in the north, not to support Inuit but because Canada wanted to develop natural resources and, most importantly, demonstrate its sovereignty in the region. It wanted the land; it did not care for the people in it.
What happened? Inuit were forced into settlements and lived in what they called matchbox houses. Clearly, from this time onward Inuit have never had adequate or safe housing. Inuit sled dogs, or qimmiq, were slaughtered by the RCMP as a means to keep Inuit in the settlements and prevent them from traditional hunting to feed themselves. This meant that Inuit were forced to rely on the government, much as we continue to see today.
Inuit were ripped from the settlements and sent on boats to southern Canada to be treated for tuberculosis. Often there were helicopters that scouted the area to take away Inuit who were in hiding and did not want to go. At hospitals and sanatoriums in the south there were a wide variety of things that happened. Inuit were forbidden from speaking Inuktitut. They were beaten, sexually assaulted and belittled, and many children never made it home. We have also heard about experiments being done on people in these sanatoriums.
Along with this, Canada had residential schools in the north. Inuit children were forced to go to church-sponsored school for months or years at a time to be assimilated. Their hair was cut and their clothes were changed, and they were forced to do hard labour. Their language was beaten out of them often.
Of course, people today are stressed, depressed and anxious. This is not ancient history. Children who went through this horror now have children my age. We are barely surviving. Privileged Inuit like me are those who are not fighting for basic human rights every single day and who see how unfair this all is. We stand up for other Inuit.
This is why I am here. I am here in an institution that has tried to eliminate my people for the last 70 years, standing up to say that the federal government is responsible for the ongoing colonization that is happening. The residential schools and genocide waged against us have evolved into the foster care system and the suicide epidemic we see today.
Residential schools and indigenous genocide are a 21st-century problem. Acting is in the hands of the government. The Liberals can choose to support efforts toward real change, like the motion we proposed today, or they can join governments of the past in perpetuating violence against indigenous peoples. Do not tell me they cannot afford to honour the promises made during colonization about housing. Provide all Nunavummiut with decent homes. Canadian billionaires added $78 billion to their wealth in just the last year and we are not taxing them. This is about priorities. Do not tell me the government cannot afford to provide safe spaces for Inuit.
The inaction of successive Liberal and Conservative governments is a direct reason for Nunavut's deaths, violence and turmoil. I demand that the government treat us like human beings, fulfill its promises and give us basic human rights.
Matna, je vous remercie de me laisser continuer, monsieur le Président.
Pour les familles inuites, le départ d'un enfant confié à une famille d'accueil devient une chose normale, comme le suicide et la mort. C'est le résultat direct de violations des droits de la personne fondamentaux, qui s'ajoutent aux injustices historiques.
Avant les années 1950, les Inuits vivaient comme ils avaient vécu pendant des milliers d'années. Il n'y avait ni crise du logement, ni épidémie de suicides. C'est alors que le gouvernement du Canada a intensifié sa présence dans le Nord, non pas pour soutenir les Inuits, mais parce que le Canada souhaitait exploiter les ressources naturelles et, plus important encore, afficher sa souveraineté dans la région. Il voulait le territoire, mais il ne se souciait aucunement des gens qui y habitaient.
Que s'est-il passé alors? Les Inuits ont été forcés de s'installer dans des colonies et de vivre dans des « boîtes d'allumettes », comme ils appelaient ces maisons. À partir de ce moment-là, les Inuits n'ont jamais eu de logements adéquats ni sécuritaires, de toute évidence. La GRC a massacré les chiens de traîneau, ou qimmiq, pour forcer les Inuits à rester dans les colonies et les empêcher de s'adonner à leurs activités de chasse traditionnelles pour se nourrir. Résultat: les Inuits ont été forcés de dépendre du gouvernement, une situation qui n'a pas vraiment changé depuis.
Des Inuits atteints de tuberculose ont été forcés de quitter leur terre et de monter à bord d'un bateau pour être soignés dans le Sud du pays. Souvent, des hélicoptères partaient en reconnaissance dans la région pour chercher tous les Inuits qui se cachaient parce qu'ils ne voulaient pas quitter leur chez-soi. Beaucoup de choses se sont déroulées dans les hôpitaux et les sanatoriums du Sud du Canada. Les Inuits n'avaient pas le droit de parler la langue inuktitute. Ils étaient battus, agressés sexuellement et rabaissés. De plus, de nombreux enfants n'ont jamais pu retourner chez eux. Nous avons aussi entendu dire que des expériences étaient menées sur les gens dans ces sanatoriums.
Dans le Nord du Canada, il y avait des pensionnats. Les enfants inuits étaient forcés de fréquenter des écoles parrainées par l'Église pendant des mois, voire des années, afin d'être assimilés. On leur coupait les cheveux, et on changeait leurs vêtements, en plus de les soumettre à des travaux forcés. On les a obligés à abandonner leur langue.
Bien sûr, les gens aujourd'hui sont stressés, déprimés et anxieux. Ce n'est pas de l'histoire ancienne. Les enfants qui ont vécu cette horreur ont maintenant des enfants de mon âge. Nous survivons à peine. Les Inuits privilégiés, dont je fais partie, sont ceux qui ne luttent pas au quotidien pour faire respecter leurs droits fondamentaux et qui voient à quel point tout cela est injuste. Nous nous portons à la défense d'autres Inuits.
C'est pourquoi je suis ici. Je suis ici, dans une institution qui essaie d'éliminer mon peuple depuis 70 ans, pour dénoncer le fait que le gouvernement fédéral est responsable de la colonisation qui est en cours. Les pensionnats autochtones et les actes de génocide dont nous avons été victimes sont devenus le système de placement en famille d'accueil et l'épidémie de suicides que nous voyons aujourd'hui.
Les pensionnats et le génocide autochtone sont des problèmes du XXIe siècle. Il revient au gouvernement d'agir. Les libéraux peuvent choisir de soutenir les efforts vers un véritable changement, comme la motion que nous proposons aujourd'hui, ou ils peuvent se joindre aux gouvernements du passé en perpétuant la violence contre les peuples autochtones. Qu'on ne vienne pas me dire qu'ils n'ont pas les moyens de respecter les promesses faites pendant la colonisation à propos du logement. Ils doivent fournir à tous les Nunavummiuts des logements décents. Les milliardaires canadiens ont empoché 78 milliards de dollars l'an dernier seulement, et nous ne les imposons pas. C'est une question de priorité. Qu'on ne vienne pas me dire que le gouvernement n'a pas les moyens de fournir des espaces sécuritaires aux Inuits.
L'inaction des gouvernements libéraux et conservateurs qui se sont succédé est directement responsable des morts, de la violence et des troubles au Nunavut. J'exige que le gouvernement nous traite comme des êtres humains, tienne ses promesses et respecte nos droits fondamentaux.
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-06-01 19:42 [p.7789]
Madam Chair, I rise on a point of order. My hand was up but I was never called.
Madame la présidente, j'invoque le Règlement. Ma main était levée, mais on ne m'a jamais accordé la parole.
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-06-01 19:42 [p.7789]
Madam Chair, you did not go to anyone, though.
Pourtant, madame la présidente, vous n'avez pas donné la parole à qui que ce soit d'autre.
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-06-01 19:44 [p.7790]
Madam Chair, when listening to hon. members, we are all thinking heavily about what they are talking about. We are talking about 215 children and babies, but we are also talking about 215 parents. We are talking about communities. We are talking about generations that have been affected.
Who knows how many more children's bodies would be found if we searched every single site. This is not a discovery, but confirmation. Indigenous people have been talking about bodies buried at these school sites for decades, not just at these known sites either but other sites that are not considered residential schools and clearly should be. This is asked for explicitly in the TRC calls to action.
At the pace the government is going, roughly two calls to action per year, we will not be finished until 2062. The Prime Minister will be 91 by then.
Could the member speak to the lethargic pace of the action on the TRC calls to action and what it means to have these actions delayed for indigenous peoples and indigenous communities across the country?
Madame la présidente, en écoutant les députés, nous prenons tous la mesure de ce dont il est question. On parle ici de 215 enfants et bébés, mais aussi de 215 parents. On parle de communautés. On parle de plusieurs générations qui ont été touchées.
Qui sait combien d'autres dépouilles d'enfants seraient retrouvées si nous fouillions chaque site. Il ne s'agit pas d'une découverte, mais bien d'une confirmation. Les Autochtones affirment depuis des décennies que des corps sont enterrés sur les sites de ces écoles, et pas seulement sur les sites connus, mais aussi à d'autres emplacements qui ne sont pas considérés comme des pensionnats et qui devraient clairement l'être. C'est d'ailleurs ce que réclame explicitement la Commission de vérité et réconciliation dans ses appels à l'action.
Au rythme où va le gouvernement, soit environ deux appels à l'action par an, nous n'aurons pas terminé avant 2062. Le premier ministre aura alors 91 ans.
Le député pourrait-il parler du rythme léthargique auquel avance la mise en œuvre des appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation et de ce que ces retards signifient pour les peuples et les communautés autochtones partout au pays?
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-06-01 20:33 [p.7796]
Madam Chair, as the member was speaking, although he did say some nice words, I could not help but reconcile words and action. The irony, the complete irony of hearing heartfelt speeches from Conservatives—
Madame la présidente, tandis que le député parlait, et bien qu'il prononçait de belles paroles, je ne pouvais m'empêcher de comparer les mots aux gestes. C'est le comble de l'ironie que d'entendre les discours poignants des conservateurs...
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-06-01 21:15 [p.7802]
Madam Chair, as the member was speaking, and he said some nice things, I could not help but try to reconcile the words and actions. The irony of hearing heartfelt speeches from the Conservatives is their own proven track record of providing less than the basics for indigenous peoples across Canada.
Indigenous peoples do not want their shame, guilt or even, to an extent, the thoughts and prayers of non-indigeneous peoples. What indigenous peoples are calling for throughout the country is action and for this to be treated for what it is. It is a crime. What we are seeing is history. It is one of the biggest crimes to happen in Canada.
That member and his party recently voted in the House against the UN declaration. That is a party that deepens the cuts to indigenous services and has for the programs that have been so desperately needed in past years.
Does the member, and, more broadly, the Conservatives, believe that we should implement each and every single TRC call to action and if so, how does he suggest we go about doing that before I am 69 years old?
Madame la présidente, pendant l'intervention du député, qui a dit de belles choses, je n'ai pas pu m'empêcher de comparer les paroles aux gestes. Il est paradoxal d'entendre des discours émouvants de la part des conservateurs quand on sait qu'ils n'ont pas su répondre entièrement aux besoins fondamentaux des peuples autochtones du Canada.
Les peuples autochtones n'ont que faire de la honte, du sentiment de culpabilité ou même, dans une certaine mesure, des pensées et des prières des peuples non autochtones. Ce que les peuples autochtones veulent partout au pays, ce sont des gestes concrets, et ils veulent que cette réalité soit considérée comme ce qu'elle est vraiment: un crime. Nous sommes témoins d'une réalité historique. C'est l'un des pires crimes de l'histoire du Canada.
Ce député et son parti ont récemment voté contre la déclaration des Nations unies à la Chambre. Nous sommes en présence d'un parti qui a fait plus de compressions dans les services aux Autochtones et les programmes dont ils avaient désespérément besoin dans les dernières années.
Le député et les conservateurs en général croient-ils que nous devrions mettre en œuvre tous les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation, et si c'est le cas, comment croit-il que nous devrions nous y prendre pour qu'on y arrive avant que j'atteigne l'âge de 69 ans?
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-05-31 14:46 [p.7624]
Mr. Speaker, the federal government and churches ripped children away from their homes, put them into residential schools and kept their bodies. The Truth and Reconciliation Commission lays out a clear path to doing the right thing, yet the current federal government has stayed at a standstill.
There were three-year-old babies in the ground. How many more are there? When will the federal government implement calls to action 71 through 76? Our children's bodies deserve to come home.
Monsieur le Président, le gouvernement fédéral et les églises ont retiré les enfants de leur famille pour les placer dans des pensionnats autochtones. Les dépouilles n'ont jamais été rendues aux familles. La Commission de vérité et réconciliation du Canada a clairement tracé la voie à suivre pour faire ce qui doit être fait. Pourtant, le gouvernement fédéral est resté les bras croisés.
Des bambins de trois ans sont parmi ces enfants enterrés. Combien d'autres enfants y aura-t-il? Quand le gouvernement fédéral mettra-t-il en œuvre les appels à l'action nos 71 à 76? Les dépouilles de nos enfants méritent de revenir auprès des leurs.
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-05-13 14:15 [p.7186]
Mr. Speaker, the fight against COVID-19 must include real investments in northern housing.
In Nunavut, we have had COVID cases in three isolated communities, Iqaluit, Rankin Inlet and Kinngait, in just the past month. While families in Ottawa and Toronto are told to stay home, wash their hands and stay physically distanced, Nunavummiut are packed inside overcrowded and mouldy homes that are falling apart.
Nunavut has the highest rate of overcrowded housing in Canada, and we have six times the national average of housing in need of major repairs. Twenty-five million dollars in the budget is laughable, to say the least. How can they stay in their homes, when their houses are full of mould, they live with 14 other people in a four-bedroom and their house is full of broken pipes?
Addressing the chronic housing crisis in Nunavut is a matter of public health, indigenous rights and basic human dignity. We live in one of the richest countries in the world. We can do better; we must do better.
Monsieur le Président, la lutte contre la COVID-19 doit inclure des investissements concrets dans le logement dans le Nord.
Au cours du dernier mois seulement, des cas de COVID ont été signalés dans trois collectivités isolées du Nunavut, soit Iqaluit, Rankin Inlet et Kinngait. Alors qu'on dit aux familles d'Ottawa et de Toronto de rester à la maison, de se laver les mains et de garder une distance physique, les Nunavummiuts sont serrés comme des sardines dans des maisons surpeuplées et moisies qui tombent en ruine.
Le Nunavut a le taux le plus élevé de logements surpeuplés au Canada et le pourcentage de logements dans le territoire qui ont besoin de réparations majeures est six fois plus élevé que la moyenne nationale. Le moins qu'on puisse dire, c'est que le financement de 25 millions de dollars prévu dans le budget est risible. Comment les gens peuvent-ils rester chez eux lorsque leur maison est pleine de moisissure et de tuyaux brisés et qu'ils partagent un logement de quatre chambres à coucher avec 14 autres personnes?
La lutte contre la crise chronique du logement au Nunavut est une question de santé publique et aussi une question de respect des droits des Autochtones et de la dignité humaine fondamentale. Nous vivons dans l'un des pays les plus riches du monde. Nous pouvons faire mieux; nous devons faire mieux.
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-04-16 11:41 [p.5746]
Madam Speaker, Baffinland Iron Mines Corporation sent a letter to the Minister of Northern Affairs asking him to ensure a swift conclusion to the NIRB 's environmental and social assessment of the mine's proposed expansion. The minister has refused to meet with the Nuluujaat Land Guardians after multiple requests.
Reconciliation requires meaningful interaction with Inuit. Instead, the Liberals are ignoring requests to provide transparency and fulfill their obligations. Has the minister or his staff met with the Baffinland Iron Mines Corporation in the last six months?
Madame la Présidente, la société minière Baffinland Iron Mines Corporation a fait parvenir une lettre au ministre des Affaires du Nord pour lui demander une conclusion rapide à l'évaluation environnementale et sociale de la Commission du Nunavut chargée de l'examen des répercussions à l'égard de l'agrandissement proposé de sa mine. En dépit de nombreuses tentatives, le ministre a refusé de rencontrer les manifestants du groupe des Nuluujaat Land Guardians.
Pour arriver à la réconciliation, il faut établir de bonnes relations avec les Inuits. Au lieu de cela, les libéraux font fi des demandes de transparence et de respect de leurs obligations. Le ministre ou son personnel ont-ils rencontré les représentants de cette société au cours des six derniers mois?
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-03-23 14:15 [p.5124]
Mr. Speaker, the Baffinland mining corporation is looking to double the size of the Mary River Mine. Last month, Land Guardians braved temperatures as low as -36°C for days to have their voices heard to defend Nunavut from environmental and cultural harm.
Since the mine’s construction, we have heard an overwhelming amount of community concern. One hunter reminded us of something really important. He said, “This is our land—our home—being destroyed and we have to think about our future—our children.” I want to make my position clear. This expansion is a threat to my people, to indigenous sovereignty and to our environment. The government has been largely silent on this dangerous project. Because of this, I will be hosting a telephone town hall tomorrow night at 7 p.m. EST.
When the people of Nunavummiut get phone calls to invite them to the town hall, please join me to raise your concerns and let us fight for our rights.
Matna.
Monsieur le Président, la société minière Baffinland cherche à doubler la taille de la mine Mary River. Le mois dernier, les Land Guardians ont bravé des températures allant jusqu'à -36 degrés Celsius pendant plusieurs jours afin de se faire entendre et de protéger le Nunavut contre les dommages environnementaux et culturels que causerait cette expansion de la mine.
Depuis la construction de la mine, les habitants du territoire ont exprimé un très grand nombre de préoccupations. Par exemple, un chasseur nous a rappelé une réalité particulièrement importante. Il a dit: « C'est notre territoire, notre terre natale, qui se fait ravager, et nous devons penser à notre avenir et à celui de nos enfants. ». Qu'on me comprenne bien. L'expansion de cette mine représente une menace pour mon peuple, pour la souveraineté des peuples autochtones, ainsi que pour notre environnement. Le gouvernement a brillé par son absence en ce qui concerne ce projet dangereux, et c'est pourquoi je vais tenir une assemblée publique téléphonique dès demain en soirée, à 19 heures, heure de l'Est.
J'espère que les Nunavummiuts qui recevront un appel téléphonique les invitant à l'assemblée publique se joindront à moi pour soulever leurs préoccupations et défendre nos droits.
Matna.
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-01-29 12:06 [p.3776]
Mr. Speaker, Baffinland, a mining company in my riding, is planning an expansion at Mary River. This week, consultations continued concerning the fact that it wanted to build a railway in primary breeding grounds for narwhal. The local hunters and trappers association along with groups closest are clearly opposed to this rapid expansion, which provides uncertainty for food supply and the future of Inuit.
Why is this project being allowed to go ahead when there is clear opposition from Inuit in the communities? When will the federal government stop valuing natural resource extraction over Inuit and wildlife survival?
Monsieur le Président, Baffinland, une société minière de ma circonscription, prévoit une expansion de sa mine à Mary River. Cette semaine, les consultations se sont poursuivies à propos de la voie ferrée que la société veut construire dans les principales zones de reproduction du narval. L'association locale de chasseurs et de trappeurs ainsi que des groupes d'habitants de la région sont clairement opposés à cette expansion rapide, qui est source d'incertitude pour l'approvisionnement en nourriture et l'avenir des Inuits.
Pourquoi ce projet est‑il autorisé alors que les Inuits dans les communautés y sont manifestement opposés? Quand le gouvernement fédéral cessera‑t‑il de privilégier l'extraction des ressources naturelles au détriment des Inuits et de la survie de la faune?
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2020-10-02 11:03 [p.476]
Mr. Speaker, housing in Nunavut and across the North is in a crisis state.
I recently did a housing tour in the Kivalliq and Kitikmeot regions, and what I saw was was inhumane. Lack of adequate housing and safe spaces result in death. Inuit are dying. I saw homes where babies and young children were living that were overcrowded and mould-ridden, and that had not been renovated in years.
The Nunavut Housing Corporation is severely underfunded by the federal government. The federal government has a responsibility to fund housing in an adequate way, with appropriate materials for the North. Adequate housing is the least this government can do after years of neglect, oppression and colonization.
I will be presenting a report on what I saw in the coming weeks, and I expect the federal government to act on it now. Inuit and Nunavummiut cannot wait any longer.
Monsieur le Président, le logement au Nunavut et dans l'ensemble des territoires nordiques est en état de crise.
Dernièrement, j'ai visité plusieurs logements du Kivalliq et du Kitikmeot et ce que j'ai vu est un affront à la dignité humaine. C'est la mort qui attend les personnes qui n'ont pas un logis adéquat ou un espace sûr où se réfugier. Il y a des Inuits qui meurent. J'ai vu des endroits surpeuplés qui n'avaient pas été rénovés depuis des années et qui étaient plein de moisissures et où vivaient pourtant des bébés et de jeunes enfants.
La Société d'habitation du Nunavut est gravement sous-financée par le gouvernement fédéral. Celui-ci a la responsabilité de financer adéquatement la construction et l'entretien des logements, c'est-à-dire avec des matériaux adaptés au climat nordique. Après des années de négligence, d'oppression et de colonisation, le moins que le gouvernement puisse faire serait bien de fournir un logement adéquat aux habitants du Nord.
Dans les semaines qui viennent, je présenterai un rapport faisant état de ce que j'ai vu pendant ma tournée et je m'attends à ce que le gouvernement fédéral y donne suite sans tarder. Les Inuits et les Nunavummiuts n'ont plus les moyens d'attendre.
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2020-09-23 17:02 [p.17]
Mr. Speaker, the federal government failed Inuit before COVID-19 and continues to do so. Since the Liberal government has been in power, it talked about a distinctive indigenous housing strategy in 2017 and in 2019 about investing in more housing. We have yet to see these two items come into full action.
Last month I travelled to seven Nunavut communities, visiting over 100 homes. All homes I went to had mould and most of them were overcrowded. I also heard of parents losing their children to the foster care system because their homes were deemed unfit. I heard stories of parents finding their children hanging from the ceiling. I heard stories of elders forced to live with people who abused them.
The lack of basic human rights for indigenous peoples results in death. Inuit are dying, and were dying before this pandemic.
I did not have expectations of this throne speech. Since the day I was born, Inuit have heard promises of a good life, of positivity, of being able to contribute to society in a healthy way, of having basic human rights and we continue to have those promises broken.
I will start to have faith in the federal government once I see Inuit have the opportunity to live a life filled with dignity and respect. I will start to have faith in this institution once I see indigenous people have the right to self-determination.
When will the federal government stand up for Inuit and provide basic human rights, at least basic housing?
Monsieur le Président, le gouvernement fédéral laissait tomber les Inuits avant l'arrivée de la COVID-19 et il continue de le faire. Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement libéral a évoqué la mise en œuvre d'une stratégie sur le logement particulière pour les Autochtones, en 2017, et le financement d'un nombre accru de logements, en 2019. Pourtant, nous n'avons toujours pas vu ces deux mesures se concrétiser.
Le mois dernier, je me suis rendue dans sept collectivités du Nunavut, où j'ai visité plus de 100 foyers. Il y avait de la moisissure dans toutes les maisons que j'ai visitées, et la plupart d'entre elles étaient surpeuplées. On m'a également dit que des enfants avaient été retirés à leurs parents et placés en foyer d'accueil parce que leur résidence avait été jugée insalubre. On m'a informée que des parents avaient trouvé leurs enfants pendus au plafond. On m'a fait part de cas d'aînés forcés de vivre avec des personnes qui les maltraitaient.
L'absence de droits fondamentaux de la personne pour les Autochtones entraîne des décès. Des Inuits meurent, comme c'était déjà le cas avant la pandémie.
Je n'avais pas d'attentes relativement au discours du Trône. Depuis ma naissance, les Inuits se font promettre qu'ils vivront une bonne vie, que des changements positifs seront apportés, qu'ils pourront apporter leur pierre à la société de manière saine et qu'ils jouiront de leurs droits fondamentaux de la personne, mais ces promesses continuent d'être brisées.
Je commencerai à faire confiance au gouvernement fédéral lorsque les Inuits auront l'occasion de vivre une vie empreinte de dignité et de respect. Je commencerai à faire confiance au Parlement lorsque les peuples autochtones auront le droit à l'autodétermination.
Quand le gouvernement fédéral défendra-t-il les Inuits et assurera-t-il le respect de leurs droits fondamentaux de la personne, à tout le moins en répondant à leurs besoins de base en matière de logement?
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2020-02-21 11:40 [p.1383]
Mr. Speaker, meeting with the Wet'suwet'en chiefs would be a step in the right direction for reconciliation, but what we are seeing again is the Prime Minister failing. His broken promises to the people in my riding are seen every day, with a lack of and poor health care, mental health care, housing, education and transportation.
The Liberals supported our motion on suicide prevention, but when it comes to action, we see broken promises.
Why are the Liberals so committed to denying basic human rights for indigenous peoples?
Monsieur le Président, une rencontre avec les chefs des Wet'suwet'en serait un pas dans la bonne direction pour faire avancer la réconciliation. Or, encore une fois, le premier ministre faillit à la tâche. Il n'a pas respecté les promesses faites aux gens de ma circonscription, et la réalité quotidienne nous le montre bien: les lacunes en matière de soins de santé, physique et mentale, de logement, d'éducation et de transport sont évidentes.
Les libéraux ont appuyé notre motion sur la prévention du suicide, mais quand vient le temps d'agir, ils abandonnent leurs promesses.
Pourquoi les libéraux tiennent-ils tant à refuser aux peuples autochtones leurs droits fondamentaux?
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2020-02-18 14:13 [p.1154]
Mr. Speaker, what we are seeing across this country is not just about one resource project. This is about generations of underfunding, broken promises and broken treaties. The federal government has backed indigenous peoples into a corner. Food, water, safe housing and infrastructure are fundamental human rights that the federal government has promised us and continues to deny us.
The anger around Wet'suwet'en territories is about the failed policies that have let indigenous peoples down. The federal government has ignored or threatened our well-being and our very existence as indigenous peoples. How can we talk about reconciliation when the federal government has stolen our lands, slaughtered our sled dogs, refused us our rights and continues to give us impossible choices?
The situation is complex, but here is a simple start: The RCMP needs to stand down and the Prime Minister needs to get involved and meet with hereditary chiefs.
Monsieur le Président, la situation qui sévit au Canada n'est pas uniquement attribuable à un projet d'exploitation des ressources. Il est question ici de sous-financement systémique, de promesses non tenues et de traités rompus. Le gouvernement fédéral a acculé les peuples autochtones au pied du mur. Il a promis de nous accorder des droits fondamentaux de la personne, comme de la nourriture et de l'eau et des logements et des installations sécuritaires, mais il nous prive toujours de ces droits.
Les membres de la Première Nation Wet'suwet'en sont en colère parce que les politiques sont inefficaces et laissent tomber les peuples autochtones. Le gouvernement fédéral a ignoré ou a menacé notre bien-être et notre existence en tant que peuples autochtones. Comment pouvons-nous parler de réconciliation alors que le gouvernement vole nos terres, assassine nos chiens de traîneau, refuse de reconnaître nos droits et continue de nous forcer à faire des choix impossibles?
La situation est compliquée, mais on pourrait simplement commencer par ordonner à la GRC de faire marche arrière et demander au premier ministre de rencontrer les chefs héréditaires.
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2020-02-18 15:06 [p.1163]
Mr. Speaker, in the summer of 2019, the minister came to Nunavut and apologized for the federal government's failure to provide “proper housing, adequate medical care, education, economic viability and jobs.”
Apologies without action mean nothing. How do Liberals think they can move forward, along with indigenous peoples, on situations like we are seeing in the Wet'suwet'en territories if they refuse to back up their words with concrete action?
Monsieur le Président, à l'été 2019, la ministre s'est rendue au Nunavut pour s'excuser au nom du gouvernement fédéral de n'avoir pas réussi à fournir « un logement convenable, des soins médicaux adéquats, une éducation, une viabilité économique et des emplois. »
Les excuses n'ont aucune valeur si on n'y donne pas suite. S'ils refusent de joindre le geste à la parole et de prendre des mesures concrètes, comment les libéraux pensent-ils pouvoir collaborer avec les peuples autochtones dans des situations comme celle qui touche actuellement le territoire des Wet'suwet'en?
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2020-02-18 22:51
Mr. Speaker, when I spoke in the House of Commons in Centre Block in 2017, I talked about how these foreign systems do not work for indigenous peoples. When we are talking about these protests and blockades and people not being able to make it to work and such, may I suggest that is a glimpse of what it is like to live a life like mine, to look like me and have to walk through the world as I do?
In saying that, indigenous peoples have been backed into a corner, and the federal government has constantly backed indigenous peoples into a corner. Often it is a decision between whether this is a project I am going to support to be able to feed my family or pay rent, or do I say no to it? We constantly see indigenous groups being given one very horrible option.
We have heard numbers, we have heard figures and we have heard contributions to economic development, but I am on the ground and I know it is failing. It is not working for indigenous peoples or groups. We could be talking about climate, jobs and economic development, supporting search and rescue, supporting hunters and fisheries, investing in the arts industry, but instead we are giving indigenous peoples a very difficult position.
If there is such concern around jobs and economic development, why are indigenous peoples not given multiple opportunities instead of one difficult choice?
Monsieur le Président, quand j'ai pris la parole à la Chambre des communes, dans l'édifice du Centre, en 2017, j'ai parlé du fait que les systèmes étrangers ne fonctionnent pas pour les peuples autochtones. Quand on parle de ces manifestations et de ces barrages et du fait qu'on empêche les gens de se rendre au travail et ainsi de suite, j'aimerais dire que c'est là un aperçu de ce à quoi ressemble ma vie, du genre de vie qu'on a quand on me ressemble et quand on évolue dans le monde comme moi.
Les peuples autochtones ont été acculés au pied du mur. Le gouvernement fédéral les accule constamment au pied du mur. Souvent, c'est un choix entre appuyer un projet pour pouvoir nourrir sa famille ou payer le loyer ou dire non. Les groupes autochtones se retrouvent constamment dans ce genre de situation intenable.
On nous a parlé de chiffres et de contribution au développement économique, mais je suis sur le terrain et je sais que cela ne fonctionne pas. Cela ne fonctionne pas pour les peuples ou les groupes autochtones. Nous pourrions parler de climat, d'emploi et de développement économique, d'aide aux opérations de recherche et sauvetage, d'aide pour la chasse et la pêche, d'investissement dans les arts. Au lieu de cela, on place les peuples autochtones dans une position très difficile.
Si on se préoccupe tant des emplois et du développement économique, pourquoi ne donne-t-on pas différentes possibilités aux peuples autochtones plutôt qu'un seul choix difficile?
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2020-01-29 14:53 [p.632]
Mr. Speaker, we know that seven out of 10 children in Nunavut go to school hungry. How shameful is that in a country like Canada?
Since nutrition north started, food security has actually gotten worse in Nunavut. People in need struggle to get quality food and necessities. Nunavut is the only fly-in, fly-out territory, so in my riding it is even worse.
When will the government step up to make the program transparent and accountable to those in the north and start feeding our children?
Monsieur le Président, nous savons que, au Nunavut, 7 enfants sur 10 vont à l'école le ventre vide. N'est-ce pas une véritable honte pour un pays comme le Canada?
Depuis le lancement du programme Nutrition Nord, la sécurité alimentaire s'est en fait détériorée au Nunavut. Des gens dans le besoin peinent à se procurer des produits essentiels et de la nourriture de qualité. Le Nunavut est le seul territoire accessible par avion seulement. La situation est donc pire encore dans ma circonscription.
Quand le gouvernement prendra-t-il les moyens afin de rendre le programme transparent pour les habitants du Nord? Quand commencera-t-il à nourrir les enfants de la région?
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2019-12-06 11:49 [p.45]
Mr. Speaker, I would first like to say congratulations to you and all other members for being trusted by Canadians in their roles here in the House. I am honoured to be representing my territory, Nunavut.
We know that climate change is a crisis. It threatens the lives and abilities of our hunters to provide for families and communities. We need to treat it just as it is, a crisis. In Nunavut we continue to fight for basic human rights: to have a safe place to live, to afford to feed ourselves and to have clean drinking water.
The Prime Minister gives billions to oil and gas companies and has delayed climate action for 20 years. The target now is 2050. These companies are being put ahead of people, our people, our Canadians. When will the government work for people?
Monsieur le Président, j'aimerais d'abord vous féliciter, vous ainsi que tous les autres députés, pour la confiance que les Canadiens ont placée en vous, ici, à la Chambre. C'est un honneur pour moi de représenter mon territoire, le Nunavut.
Nous savons que les changements climatiques constituent une crise. Ils mettent en péril la vie des chasseurs et menacent leur capacité à subvenir aux besoins de leur famille et de leur communauté. Nous devons gérer la situation en fonction de ce qu'elle est: une crise. Au Nunavut, nous continuons à nous battre pour que nos droits fondamentaux soient reconnus, à savoir avoir un endroit sûr où vivre, avoir les moyens de nous nourrir et avoir accès à l'eau potable.
Le premier ministre fait cadeau de milliards de dollars aux entreprises pétrolières et gazières et il a fait prendre 20 ans de retard aux actions contre les changements climatiques. L'objectif visé maintenant est 2050. Le gouvernement fait passer ces entreprises avant la population, nos concitoyens, les Canadiens. Quand le gouvernement travaillera-t-il pour les gens?
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2019-12-06 14:14 [p.65]
Mr. Speaker, in 2017, I stood in Centre Block and I talked about suicide in my territory. I also called on leaders with power and the ability to make change. I got tired of waiting, so here I am.
My territory has held the very unfortunate title of having the highest suicide rate in the country for years. We are looking at basic human rights. When I am talking to my constituents, that is the first conversation that comes up.
How do we talk about opportunity and having the option to thrive and strive, as we should as Canadians, when we do not have basic human rights? When will the government step up and provide housing for my constituents to be able to live and feel safe? When will the government step up and eliminate our boil-water advisories? When will the government step up and lower living costs so that people can afford to feed themselves and their families?
This is a conversation that has been going on for decades. I hope that by the end of this term we can talk about post-secondary opportunities and child care spaces.
The government needs to step up. These are our Canadians. These are our constituents. This is my riding. These are my people. These are our people. We need to step up and treat them as Canadians, which we all know. We are so proud to be Canadian, but where are our basic human rights?
Monsieur le Président, en 2017, je suis venue à l'édifice du Centre pour parler du suicide dans mon territoire. J'en ai profité pour lancer un appel aux dirigeants qui ont le pouvoir et la capacité d'améliorer les choses. Je me suis lassée d'attendre, alors me voilà ici.
Mon territoire affiche depuis des années le plus haut taux de suicide au pays, un record peu enviable. C'est une question de droits fondamentaux de la personne. Lorsque je m'entretiens avec les citoyens de ma circonscription, c'est le premier sujet abordé.
Comment peut-on parler de « belle occasion » et de la possibilité de prospérer et d'accomplir des choses, comme tout Canadien devrait pouvoir le faire, alors que nous ne jouissons même pas de certains droits fondamentaux de la personne? Quand le gouvernement fera-t-il ce qui s'impose en fournissant aux citoyens de ma circonscription un logement où habiter et se sentir en sécurité? Quand le gouvernement prendra-t-il les mesures voulues pour éliminer les avis d'ébullition de l'eau? Quand fera-t-il le nécessaire pour réduire le coût de la vie afin que les gens aient les moyens de se nourrir et de nourrir leur famille?
Ce dialogue dure depuis des décennies. J'espère que, d'ici la fin du mandat actuel, nous pourrons parler d'études postsecondaires et de places en garderie.
Le gouvernement doit faire ce qui s'impose. Ces gens sont des Canadiens. Ce sont nos concitoyens. Ce sont les résidants de ma circonscription. C'est mon monde. C'est notre monde. Nous devons faire ce qui s'impose et les traiter comme des Canadiens, car nous savons tous qu'ils le sont. Nous sommes si fiers d'être Canadiens, mais qu'en est-il du respect de nos droits fondamentaux de la personne?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-06-17 15:08 [p.29188]
Mr. Speaker, my question is for the Prime Minister. It was one of the proudest moments of my life when I was elected to the first Legislative Assembly of Nunavut. There was such hope and promise.
However, fast-forward 20 years, and life is not better for Nunavummiut. For many, it is worse. Nunavut only works if we can build a sustainable economy, and we can only do that with the support that was promised by the federal government. It will take massive investments in infrastructure, housing, roads, ports and connectivity.
Will the Prime Minister finally work with the Government of Nunavut and fulfill the commitment Canada made 20 years ago, or do we have to wait another 20?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre. Je n'ai jamais été aussi fier que le jour où j'ai été élu à la première Assemblée législative du Nunavut. Il y avait tant d'espoir, et les promesses fleurissaient.
Seulement voilà: 20 ans plus tard, la vie ne s'est pas améliorée pour les Nunavummiuts. Pour bon nombre d'entre eux, elle a empiré. Le Nunavut ne peut exister que si nous pouvons développer une économie durable, et nous ne pouvons y parvenir qu'avec l'aide que le gouvernement fédéral nous avait promise. Il faudra investir massivement dans les infrastructures, le logement, les routes, les ports et l'accès à Internet.
Le premier ministre va-t-il enfin travailler avec le gouvernement du Nunavut et respecter l'engagement pris par le Canada il y a 20 ans, ou devrons-nous attendre encore 20 ans ?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-06-12 14:05 [p.28983]
Mr. Speaker, yesterday the minister brushed off my call for an inquiry into nutrition north Canada. It seems she does not understand the serious effect the failure of this program has on northern communities. In Nunavut, over 50% of the households are affected by food insecurity. In case she does not understand that, it means they do not have reliable access to affordable, nutritious food.
In the eight years since its launch, successive governments have spent over half a billion dollars on nutrition north and all they have achieved in Nunavut is a 20% hike in the number of households affected by food insecurity. Yesterday, I was not joking when I said we should call it the “Phoenix” food program.
The government cannot continue to hide its head in the sand. Nunavummiut need help and they want answers. Why has this program failed so spectacularly? An inquiry would tell us that and help us find new ways forward to ensure food security for our communities. I call on the Government of Canada to immediately open an inquiry into nutrition north.
Monsieur le Président, hier, la ministre a rejeté du revers de la main ma proposition de tenir une enquête sur le programme Nutrition Nord. Elle ne semble pas comprendre les graves conséquences qu'a l'échec de ce programme sur les collectivités du Nord. Au Nunavut, plus de 50 % des ménages sont touchés par l'insécurité alimentaire. Au cas où la ministre ne comprendrait pas cette statistique, cela veut dire que ces ménages ne bénéficient pas d'un accès fiable à des aliments nutritifs à un prix abordable.
Au cours des huit années qui ont suivi la mise en place de Nutrition Nord, les gouvernements qui se sont succédé ont dépensé plus d'un demi-milliard de dollars dans ce programme. Résultat: le nombre de ménages aux prises avec l'insécurité alimentaire a augmenté de 20 % au Nunavut. Hier, je ne blaguais pas quand j'ai dit qu'on devrait parler du programme alimentaire « Phénix ».
Le gouvernement ne peut plus continuer de faire l'autruche. Les Nunavummiuts ont besoin d'aide et exigent des réponses. Pourquoi ce programme est-il un échec aussi monumental? Une enquête répondrait à cette question et nous aiderait à trouver de nouvelles façons d'assurer la sécurité alimentaire dans les collectivités du Nord. Je demande donc au gouvernement du Canada de lancer immédiatement une enquête sur le programme Nutrition Nord.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-06-11 15:12 [p.28925]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs.
Since it launched in 2011, successive governments have spent over half a billion dollars on the nutrition north program. In that time, the number of households in Nunavut affected by food insecurity has risen from 33% to over 50%. With results that bad, we should call it the Phoenix food program.
Nunavummiut wants answers. Will you open an inquiry into nutrition north so we can understand why it has failed so spectacularly and find a way to ensure food security for our communities?
Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord.
Depuis le lancement du programme Nutrition Nord, en 2011, les gouvernements qui se sont succédé y ont consacré plus d'un demi-milliard de dollars. Au cours de cette période, le nombre de ménages du Nunavut qui sont aux prises avec l'insécurité alimentaire est passé de 33 % à plus de 50 %. Avec des résultats aussi terribles, on devrait parler du programme alimentaire Phénix.
Les Nunavummiuts veulent des réponses. Allez-vous lancer une enquête sur le programme Nutrition Nord pour qu'on puisse comprendre pourquoi c'est un échec aussi monumental et trouver un moyen d'assurer notre sécurité alimentaire, à nous Canadiens du Nord?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-06-03 15:19 [p.28416]
Mr. Speaker, I am always happy to agree to apply, and I will be voting no.
Monsieur le Président, j'accepte avec plaisir que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai non.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-05-31 12:08 [p.28355]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Indigenous Services. I have been proud to fight for the funding announced last fall for an addictions and trauma treatment centre for Nunavut. However, there are no youth-specific facilities in Nunavut. Our youth face long delays and often have to leave the territory for mental health treatment, if they are lucky.
“Our Minds Matter”, a report issued by Nunavut's children and youth representative, states that our youth have rightly judged the current system to be inadequate and failing to meet their needs.
Will the minister listen to the voices of our youth and give them access to the mental health services and supports they need and have a right to in their own territory?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre des Services aux Autochtones. Je suis fier d'avoir contribué aux efforts pour l'obtention du financement annoncé l'automne dernier pour un centre de traumatologie et de désintoxication pour le Nunavut. Toutefois, il n'y a pas d'établissement réservé aux jeunes au Nunavut. Nos jeunes doivent attendre longtemps et, souvent, doivent aller à l'extérieur du territoire pour recevoir des traitements en santé mentale et encore, s'ils ont la chance de pouvoir le faire.
Selon un rapport intitulé « Our Minds Matter », produit par le représentant de l'enfance et de la jeunesse, les jeunes estiment, à juste titre, que le système actuel est inadéquat et ne répond pas à leurs besoins.
Le ministre écoutera-t-il nos jeunes et leur permettra-t-il d'obtenir les services et l'aide en santé mentale dont ils ont besoin et auxquels ils ont droit sur leur propre territoire?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-05-16 15:10 [p.27955]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Infrastructure and Communities.
Yesterday in the House, the minister said that he would work with Quebec and the provinces to ensure that projects were approved in time for this construction season. Nunavut has a housing crisis that is contributing to high rates of poverty, suicide and tuberculosis. The territory does not have reliable access to the Internet. We need connectivity to educate our children and move our economy forward.
Will the minister extend the same courtesy to the Government of Nunavut and approve housing and connectivity projects in time for the summer construction season?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de l'Infrastructure et des Collectivités.
Hier, à la Chambre, le ministre a dit qu'il travaillerait avec le Québec et les provinces pour s'assurer que les projets seraient approuvés à temps pour le début de la saison de construction qui s'en vient. Le Nunavut connaît une crise du logement qui contribue aux taux élevés de pauvreté, de suicide et de tuberculose. Le territoire n'a pas d'accès fiable à Internet. Nous avons besoin d'être connectés à Internet pour éduquer nos enfants et faire progresser notre économie.
Le ministre fera-t-il preuve de la même courtoisie envers le gouvernement du Nunavut et approuvera-t-il les projets liés au logement et à Internet à temps pour la saison estivale de construction?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-05-10 12:06 [p.27637]
Madam Speaker, my question is for the Minister of Indigenous Services.
When it comes to health care, Nunavummiut do not get the same level of support from the federal government as other Canadians. The national average for federal support is 20%. Nunavut receives less than 10%. As a consequence, the Government of Nunavut is forced to pick up the tab for programs for which the federal government is responsible. The GN spends in excess of $50 million a year above what it is funded to administer the non-insured health benefits program.
Does the Minister of Indigenous Services think this fair and will he work with the Government of Nunavut to fully fund the administration of this program?
Madame la Présidente, ma question s'adresse au ministre des Services aux Autochtones.
En matière de soins de santé, les Nunavummiuts ne bénéficient pas du même niveau de soutien de la part du gouvernement fédéral que les autres Canadiens. La moyenne nationale de soutien fédéral est de 20 %. Au Nunavut, la moyenne est de moins de 10 %. Résultat: le gouvernement du Nunavut est forcé d'assumer le coût de programmes qui relèvent du gouvernement fédéral. Le gouvernement du Nunavut dépense chaque année au-delà de 50 millions de dollars de plus que le financement qu'il reçoit du fédéral pour administrer le Programme des services de santé non assurés.
Le ministre des Services aux Autochtones estime-t-il que c'est juste? Collaborera-t-il avec le gouvernement du Nunavut afin de financer entièrement l'administration de ce programme?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-05-09 11:08 [p.27557]
Mr. Speaker, I would like to thank the government and the Government House Leader for allowing me some time to speak to this legislation even though they know I am not speaking in support of it. I do appreciate the opportunity.
I think it is important that my voice be heard. I am the only Inuk in the House who can speak freely and vote with my conscience. I cannot in all good conscience support this legislation, because it excludes the Inuit language.
When I voted against Bill C-91 at second reading, I said I would bring forward an amendment, and I did. The minister said in the House that he was open to amendments and was hoping to find one that would work. I spoke with him personally about the intent of my amendment, and he seemed disposed to it.
It was a pretty innocuous amendment. ITK, which has spoken out and come out strongly against this legislation, would not have supported my amendment. Its members felt that the legislation did not go far enough, that it was not strong enough. They worked with my colleagues in the NDP to bring forward other amendments at committee.
In my discussions with the minister, he indicated to me that part of the problem with the amendments and what ITK was looking for with the legislation was that it did not fit the mandate and the scope of the legislation. I was very careful to draft my amendment to make sure that it fit within the scope and the mandate of the legislation.
Having sat on the other side, I understand that we are limited as to what we can and cannot do by the mandate that we have. I was very cognizant of that in bringing forward that amendment. My amendment simply left the door open for the minister to have the ability to work with Inuit for the inclusion of our language.
We have often heard the Prime Minister and ministers in the House claim that when it comes to committees, members are independent. We hear that they are not told how to vote at committee. I now know that is not the case. At this committee, we have the same old same old. All the Liberal members voted my amendment down, as they were told. In fact, they voted down every single opposition amendment.
I may be a little naive, but I am of the belief that committees of the House are supposed to be where all members, regardless of party affiliation, can work together to make improvements to legislation. Believe me, this legislation needs improving.
To vote down amendments without regard or consideration, simply because one is a Liberal and others are not, is childish politics. It has no place in our democracy.
In Nunavut, we govern by consensus. We have no political divisions. All members work together for the good of the people. We could use more of that in this place. Bill C-91 would be a better piece of legislation for it.
Last week, I asked the Prime Minister why, in the budget, he was funding ITK directly and bypassing the Government of Nunavut to deal with our housing and health care crises, even though the Government of Nunavut is the service provider. He got pretty hot under the collar. He was very agitated when he said, “I will make no apologies for a distinctions-based approach”.
That is exactly the approach that ITK thought was being used when developing this legislation. However, it has become very clear that the government never had any intention of using it, and this is one of the major problems that ITK has with it.
In those comments, the Prime Minister seemed to be saying that for the budget he was taking a nation-to-nation approach with Inuit. Well, he cannot have it both ways, nation building with Inuit in one bill and excluding us on another.
This is very important legislation and long overdue. The preservation of languages is important to all cultures. Now, for the first time, we are recognizing indigenous languages, ensuring they are protected from extinction, just not all of them.
For that reason, because Inuit languages are not included in the legislation, I cannot support it. I look forward to any comments or questions from members.
Monsieur le Président, je tiens à remercier le gouvernement et la leader du gouvernement à la Chambre de m’accorder un certain temps pour parler de ce projet de loi, même s’ils savent que ce n'est pas pour l'appuyer. Je leur suis reconnaissant de cette possibilité.
J’estime qu’il est important que ma voix soit entendue. Je suis le seul Inuk à la Chambre qui peut parler librement et voter selon sa conscience. Je ne peux pas, en toute conscience, appuyer cette loi parce qu’elle exclut la langue inuite.
Quand j’ai voté contre le projet de loi C-91 à l'étape de la deuxième lecture, j’ai dit que je proposerais un amendement et je l’ai fait. Le ministre a dit à la Chambre qu’il était ouvert aux amendements, et j’espérais en trouver un qui conviendrait. Je lui ai parlé personnellement de l’intention qui sous-tendait mon amendement, et il semblait être bien disposé à son égard.
C’était un amendement plutôt anodin. L’Inuit Tapiriit Kanatami, qui s’est prononcé fortement contre cette mesure législative, n’aurait pas appuyé mon amendement. Ses membres estimaient que le projet de loi n’allait pas assez loin, qu'il n’était pas assez ferme. Ce groupe a collaboré avec mes collègues du NPD pour présenter d’autres propositions d'amendement au comité.
Lorsque j’en ai discuté avec le ministre, celui-ci m’a dit que le problème était que les amendements, d’une part, et les recommandations de l'Inuit Tapiriit Kanatami, d’autre part, débordaient du cadre du projet de loi. J’ai pourtant fait très attention de rédiger mon amendement de façon à ce qu’il ne déborde pas du cadre du projet de loi.
Ayant déjà fait partie d’un gouvernement, je sais que nous sommes limités par notre mandat et que nous ne pouvons pas faire tout ce que nous voulons. J’en étais très conscient lorsque j’ai rédigé mon amendement, qui laisse simplement la porte ouverte au ministre pour qu’il puisse négocier avec les Inuits l’inclusion de notre langue.
Le premier ministre et les ministres n’hésitent pas à dire dans cette enceinte qu’au sein des comités, les députés sont indépendants. Qu’on ne leur dit pas comment ils doivent voter en comité. Je sais maintenant que ce n’est pas le cas. Dans notre comité, c'est du pareil au même. Tous les députés libéraux ont rejeté mon amendement, comme on leur avait dit de le faire, et ils ont rejeté la totalité des amendements de l’opposition.
Je suis peut-être naïf, mais je suis de ceux qui pensent que les comités de la Chambre des communes sont le lieu où tous les députés, quelle que soit leur allégeance politique, peuvent travailler ensemble pour améliorer un projet de loi. Et croyez-moi, ce projet de loi a besoin d’être amélioré.
Rejeter des amendements sans même les avoir examinés, simplement parce qu’ils ne sont pas libéraux, c’est faire de la politique primaire. Ce n’est pas de la démocratie.
Au Nunavut, nous gouvernons par consensus. Nous n’avons pas de divisions politiques. Tous nos députés travaillent ensemble pour le bien du peuple. On pourrait s’en inspirer ici. Le projet de loi C-91 ne s’en porterait que mieux.
La semaine dernière, j’ai demandé au premier ministre pourquoi, dans le budget, il finançait directement l'Inuit Tapiriit Kanatami, court-circuitant ainsi le gouvernement du Nunavut, pour remédier à la crise du logement et aux problèmes du système de santé que nous avons chez nous. Pourtant, c’est le gouvernement du Nunavut qui est responsable de ces deux dossiers. Le premier ministre s’est énervé en disant qu’il ne présenterait pas d’excuses « pour l’approche [qu'il a] adoptée en matière de réconciliation ».
C’est exactement l’approche que l’ITK pensait qu’il utilisait pour l’élaboration de ce projet de loi. Mais il est maintenant évident que le gouvernement n’a jamais eu l’intention de l’utiliser, et c’est ce que l’ITK reproche notamment au projet de loi.
En disant cela, le premier ministre a laissé entendre que, pour le budget, il a utilisé l’approche de nation à nation avec les Inuits. Or, il ne peut pas jouer sur les deux tableaux, traiter de nation à nation avec les Inuits dans un projet de loi et les écarter dans un autre.
C’est un projet de loi qui est très important et qu’on attend depuis longtemps. La préservation des langues est importante pour toutes les cultures. Aujourd’hui, pour la première fois, nous reconnaissons le statut des langues autochtones et prenons des mesures pour empêcher leur extinction, mais malheureusement, ce n’est pas le cas de toutes les langues.
Pour cette raison précise que les langues inuites ne sont pas incluses dans le projet de loi, je ne peux pas l'appuyer. Je suis prêt à répondre à toute observation ou question des députés.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-05-09 11:15 [p.27558]
Mr. Speaker, I cannot speak for the government as to the timing of the legislation, but I have heard it was trying to bring forward other pieces of legislation that were derailed. The Liberals felt they needed to bring something forward, so this was brought forward. ITK and NTI feel that this was rushed and that more time could have been taken to ensure it was done appropriately and better.
Monsieur le Président, je ne peux pas parler au nom du gouvernement pour ce qui est de la date à laquelle le projet de loi été déposé, mais j’ai entendu dire qu’il essayait de présenter d’autres projets de loi qui avaient déraillé. Les libéraux estimaient qu'il leur fallait présenter quelque chose, alors ils ont présenté ce projet de loi. De l’avis de l’Inuit Tapiriit Kanatami et de la Nunavut Tunngavik Inc., le gouvernement a précipité les choses alors qu’il aurait dû prendre le temps de bien les faire.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-05-09 11:17 [p.27558]
Mr. Speaker, as I said before, I agree with the principle of the legislation. The member is saying that we need to work together to continually improve things. I provided the Liberals an opportunity to do that and they chose to defeat the amendment.
I spoke with the minister. I was very cognizant to bring forward an amendment that fit within the scope and the mandate of what he had to work with. It would have given him the ability to open that door to work with Inuit. The Liberals chose to defeat that.
It was a lost opportunity. I wish the Liberals would have taken that opportunity. Bill C-91 would have been better for it.
Monsieur le Président, comme je l’ai déjà dit, j'approuve le principe qui sous-tend ce projet de loi. La députée dit que nous avons besoin de travailler ensemble pour continuer d’améliorer les choses. J’ai offert aux libéraux la possibilité de le faire, mais ils ont choisi de rejeter mon amendement.
J’ai parlé au ministre. J’ai pris soin de rédiger un amendement qui ne déborde pas du cadre du projet de loi et du mandat que nous avions. Mon amendement lui aurait donné la possibilité de travailler avec les Inuits. Les libéraux ont choisi de rejeter mon amendement.
C’était une occasion manquée. J’espérais que les libéraux la saisiraient au vol. Le projet de loi C-91 ne s’en porterait que mieux.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-05-09 11:20 [p.27558]
Mr. Speaker, to my recollection, that is the case. However, as the government House leader pointed out, some amendments were accepted. I would have to go back and check. When I was in attendance, all the ones that were brought forward by opposition at committee were defeated. However, I am not 100% sure if that is the exhaustive list of them.
Monsieur le Président, à mon souvenir, c’est le cas. Cependant, comme la leader du gouvernement à la Chambre l’a souligné, certains amendements ont été acceptés. Il faudrait que je vérifie. Quand j’étais présent, tous ceux qui ont été proposés par l’opposition au comité ont été rejetés. Cependant, je ne suis pas tout à fait certain que ce soit le cas de toute la liste.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-05-09 11:22 [p.27559]
Mr. Speaker, as I pointed out, all the amendments that were brought forward when I was at committee were defeated. However, I did take the minister's word that he was looking for a solution and he would come up with an amendment that would keep everybody happy. It would be a compromise. It did not seem to be the case with my amendment.
The member has said that we are dealing with an amended bill, but none of the amendments deal with any of the issues that were raised by ITK or NTI. They stated publicly that the legislation was in no way co-developed with Inuit. As the member for Nunavut representing the largest population of Inuit in Canada, I cannot support the legislation because of the concerns they have raised, which were apparently ignored by the government.
Monsieur le Président, comme je l’ai fait remarquer, tous les amendements proposés quand j’étais présent au comité ont été rejetés. Cependant, je crois le ministre sur parole quand il dit rechercher une solution pour formuler un amendement qui satisfasse tout le monde. Ce serait un compromis. Ce ne semblait pas être le cas de mon amendement.
Le député dit que nous étudions un projet de loi modifié, mais aucun des amendements ne concerne les questions soulevées par l’Inuit Tapiriit Kanatami ou la Nunavut Tunngavik Inc., qui ont déclaré publiquement que le projet de loi n’a en rien été préparé conjointement avec les Inuits. En tant que député de Nunavut représentant la plus grande population d’Inuits au Canada, je ne peux pas appuyer le projet de loi à cause des préoccupations soulevées, que le gouvernement a apparemment ignorées.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-05-09 11:24 [p.27559]
Mr. Speaker, as I pointed out, the president of ITK and the president of NTI spoke publicly against the legislation because of that exclusion. As I mentioned at the onset of the development of Bill C-91, they were led to believe it would be a distinctions-based approach to developing the legislation. It seems that now that we have it, it is not.
One of the things I tried to bring forward with my amendment, which was a soft amendment and it would have been a very friendly, easy amendment to accept, would have allowed the minister to have the door open to work with Inuit, if he chose to do so. It was not a “shall”, and it was not a “must”; it was a “may”.
I am kind of baffled as to why that amendment was defeated. It in no way committed a government, the current government or any government in the future, to any type of direction or commitment, which is something that cannot be done. I was very careful to put forward that amendment in a way that allowed the government to move forward and have the ability to recognize the wishes of Inuit in the legislation.
Monsieur le Président, comme je l’ai souligné, le président de l’Inuit Tapiriit Kanatami et la présidente de la Nunavut Tunngavik Inc. se sont prononcés publiquement contre le projet de loi à cause de cette exclusion. Comme je l’ai mentionné, au début de l’élaboration du projet de loi C-91, on leur a fait croire que le projet de loi serait préparé en suivant une approche fondée sur les distinctions. Maintenant que nous voyons le résultat, il semble que ce n’ait pas été le cas.
Une des choses que j’ai essayé de proposer avec mon amendement, qui n’avait rien de radical et qui aurait été un amendement très amical et facile à accepter, aurait permis au ministre de garder la porte ouverte pour travailler avec les Inuits, s’il le souhaitait. Il n’y avait rien d’impératif; c’était une possibilité.
Je ne comprends pas que cet amendement ait été rejeté. Il n’engageait en rien un gouvernement, que ce soit le gouvernement actuel ou tout gouvernement futur, à suivre une direction ou à prendre un engagement particulier, ce qui ne peut se faire. J’ai bien pris soin de présenter cet amendement d’une manière qui permettrait au gouvernement d’avancer et d’avoir la possibilité de tenir compte des souhaits des Inuits dans le projet de loi.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-05-09 16:39 [p.27604]
Mr. Speaker, when it comes to voting on this piece of legislation, would the member join me and maybe three other people to stand and force a recorded vote?
Monsieur le Président, au moment de mettre aux voix ce projet de loi, la députée se joindra-t-elle à moi, ainsi qu'à trois autres députés, peut-être, afin d'imposer la tenue d'un vote par appel nominal?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-05-09 16:43 [p.27605]
Mr. Speaker, I would like to thank the member for Saanich—Gulf Islands for committing to stand with me.
We have heard from the government how important this piece of legislation is, and members from the opposition are saying the same thing. If the legislation is so important, Canadians deserve to see how their representatives stand through a recorded vote, rather than just seeing it agreed to on division.
Monsieur le Président, je tiens à remercier la députée de Saanich—Gulf Islands de s'être engagée à m'appuyer.
Le gouvernement a indiqué à quel point cette mesure législative est importante, et les députés de l'opposition disent la même chose. Si le projet de loi est si important, les Canadiens méritent de voir comment leurs représentants votent au cours d'un vote par appel nominal au lieu de se contenter d'un projet de loi adopté avec dissidence.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-05-01 14:05 [p.27225]
Mr. Speaker, when Nunavut was created, Inuit opted for a public government, full of hope that they would have the support of the federal government to build a place where we could live and prosper.
Fast forward 20 years, and the Government of Nunavut remains chronically underfunded, starved from the resources it needs to cope with issues and create a sustainable economy.
In many ways, life for Inuit is worse. Severely overcrowded housing has led to an alarming increase in TB, youth suicide rates are the highest in Canada and Inuit continue to live in third world conditions.
Canada is bypassing the Government of Nunavut in favour of side deals with ITK, funding it to come up with strategies to deal with these crises. ITK is a third party in all of this. It does not deliver programs and services to Inuit in Nunavut; the Government of Nunavut does.
To recap, Inuit in Nunavut are living in third world conditions, Canada is funding a third party to deal with the situation, and the Government of Nunavut, struggling to deliver programs and services, is sidelined.
What is wrong with this picture?
Monsieur le Président, lorsque le Nunavut a été créé, les Inuits ont opté pour un gouvernement public, espérant obtenir l'appui du gouvernement fédéral afin de construire un endroit où vivre et prospérer.
Vingt ans plus tard, le gouvernement du Nunavut, toujours aux prises avec un sous-financement chronique, manque des ressources nécessaires pour faire face aux problèmes et construire une économie viable.
À bien des égards, la vie des Inuits a empiré. En effet, le surpeuplement sévère des logements a entraîné une hausse alarmante des cas de tuberculose, le taux de suicide chez les jeunes est le plus élevé au Canada et les Inuits vivent dans des conditions de vie comparables à celles du tiers monde.
Le Canada contourne le gouvernement du Nunavut pour conclure des accords parallèles avec l'Inuit Tapiriit Kanatami, ou ITK, et finance celui-ci afin qu'il propose des solutions à ces crises. Or, l'ITK est un tiers. Ce n'est pas à lui, mais au gouvernement du Nunavut qu'il revient d'offrir des programmes et des services aux Inuits du Nunavut.
Bref, les Inuits vivent dans des conditions comparables à celles du tiers monde, le Canada finance une tierce partie pour régler la situation tandis que, de son côté, le gouvernement du Nunavut, qui peine à offrir des programmes et des services, est tenu à l'écart.
Qu'est-ce qui cloche?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-05-01 15:14 [p.27238]
Mr. Speaker, my question is for the Prime Minister.
Recently, the government generously funded ITK to tackle critical issues facing the Inuit in Canada, like housing and health care. The problem is the majority of Canada's Inuit live in Nunavut. The Government of Nunavut has been cut out of the strategic planning and cut off from the funding. The Government of Nunavut is responsible for the delivery of programs and services, not ITK. Therefore, this makes no sense whatsoever.
Why has the Prime Minister failed to deal directly with the Government of Nunavut to ensure it has the resources to tackle these issues?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre.
L'organisation ITK a bénéficié, récemment, d'un financement généreux du gouvernement afin de s'attaquer aux problèmes cruciaux auxquels sont confrontés les Inuits au Canada, comme le logement et les soins de santé. Le problème, c'est que la majorité des Inuits du Canada vivent au Nunavut. Le gouvernement du Nunavut a été exclu de la planification stratégique et du financement. C'est le gouvernement du Nunavut qui est responsable de la prestation des programmes et des services, et non l'ITK. Cela n'a donc vraiment aucun sens.
Pourquoi le premier ministre ne s'est-il pas adressé directement au gouvernement du Nunavut afin qu'il ait les ressources pour régler ces problèmes?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-03-19 15:12 [p.26152]
Mr. Speaker, my question is for the Prime Minister.
His apology for abuse suffered 70 years ago by Inuit TB patients was appreciated.
Today the rate of TB among Inuit is 290 times that of non-indigenous Canadians, and we know why. A severe shortage of housing creates overcrowding and that is a major cause of TB in Nunavut.
Previously announced funding, although sounding good, does not even provide for two houses per community per year. Will he commit to action today and provide adequate funding to alleviate this severe housing crisis and make a real difference?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre.
Ses excuses pour la maltraitance subie il y a 70 ans par les patients inuits tuberculeux ont été bien reçues.
Aujourd'hui, la prévalence de la tuberculose chez les Inuits est 290 fois plus élevée que chez les Canadiens non autochtones et nous savons pourquoi. La grave pénurie de logements qui sévit crée une surpopulation, une des principales causes de la présence de la tuberculose au Nunavut.
Le financement annoncé précédemment, même s'il paraît bien, ne permet même pas de construire deux habitations par communauté par année. Le premier ministre peut-il s'engager dès aujourd'hui à agir et à prévoir un financement adéquat pour répondre à cette grave crise du logement et changer les choses?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-02-28 14:00 [p.25917]
Mr. Speaker, this week the Government of Canada announced $1.6 million in funding to support the Kivalliq hydro-fibre link. This project will significantly reduce Nunavut's dependency on fossil fuels and for the first time bring reliable Internet connectivity to communities in the Kivalliq region. This represents a big step toward building a sustainable economy for Nunavut, and I was proud to be a part of that effort.
However, a sustainable economy also requires the kind of social service supports most Canadians take for granted. In Nunavut there is not one mental health and addictions treatment facility, despite the fact that we have the highest suicide rate in Canada.
Addictions are causing untold damage to families and communities, tearing at the very fabric of our society. It took Canada decades to get on board with the hydro-fibre link project. I can only hope they will recognize this urgent need and work with the Government of Nunavut to make a mental health and addictions treatment facility a reality.
Monsieur le Président, cette semaine, le gouvernement du Canada a annoncé un financement de 1,6 million de dollars pour appuyer le projet de ligne d'électricité et de liaison par fibre optique de Kivalliq. Ce projet réduira considérablement la dépendance du Nunavut aux carburants fossiles et permettra d'offrir, pour la première fois, une connectivité Internet fiable aux communautés de la région de Kivalliq. Il s'agit d'un énorme pas en avant pour l'instauration d'une économie durable au Nunavut, et je suis fier d'y participer.
Toutefois, une économie durable nécessite également la prestation de services sociaux que la plupart des Canadiens tiennent pour acquis. Or, au Nunavut, il n'y a aucun centre de santé mentale ou de traitement des dépendances, en dépit du fait que le territoire affiche le plus haut taux de suicide au Canada.
Les dépendances causent des dommages incalculables aux familles et aux communautés et détruisent littéralement le tissu social. Il a fallu au Canada des décennies pour s'engager dans le projet de ligne d'électricité et de liaison par fibre optique. J'ose espérer que le gouvernement fédéral reconnaîtra l'urgence de la situation et collaborera avec le gouvernement du Nunavut pour créer un centre de santé mentale et de traitement des dépendances.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-02-28 15:08 [p.25931]
[Member spoke in Inuktitut and provided the following text:]
[Member provided the following translation:]
Mr. Speaker,
[English]
the Minister of Indigenous Services will be aware that in my riding of Nunavut, there is not one mental health and addictions treatment facility. The need for such a facility has been well documented and is exemplified by the highest rates of suicide in the nation and alcohol and drug addiction. The Government of Nunavut has recognized this need and has identified it as a priority.
The previous minister stated in the House that she had heard the call for a treatment centre and looked forward to moving forward with this work. Will the minister commit to funding this much-needed centre?
[Le député s'exprime en inuktitut et fournit le text suivant:]
[Le député fournit la traduction suivante:]
Monsieur le Président,
[Traduction]
je signale au ministre des Services aux Autochtones que la circonscription de Nunavut ne compte aucun établissement offrant des soins de santé mentale ou de lutte contre la toxicomanie. Les besoins, qui sont pourtant criants, ont été bien documentés. Il suffit d'ailleurs pour s'en convaincre de se rappeler que c'est là que les taux de suicide et de dépendance à l'alcool et à la drogue sont les plus élevés du pays. Le gouvernement du Nunavut estime lui aussi qu'un tel établissement est nécessaire et il en a fait une priorité.
La prédécesseure du ministre a déjà dit qu'elle avait entendu l'appel des Nunavutois et qu'elle entendait y donner suite sans tarder. Le ministre s'engagera-t-il lui aussi à financer ce centre tant attendu?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-02-20 17:57 [p.25577]
Madam Speaker, I thank everyone who spoke to this and I want to make it very clear that I support the concept and the idea behind the legislation. However, in its current form, I do not believe I can support it. I know the president of ITK, Natan Obed, said that the office of the commissioner of indigenous languages outlined under the legislation was little more than a new title for an existing aboriginal languages initiative program, a federal office that had largely failed so far to halt the decline of indigenous languages despite having a mission to improve it.
He said that unlike provincial and territorial languages commissioners, this national indigenous language commissioner would basically be a powerless advocacy group controlled by the federal government and that there was no obligation under the legislation on the part of the federal government to fund indigenous languages. He also said that in no way was the bill co-developed with Inuit.
I am an Inuk and I have lost my language. I have lost what I am very proud to see in Nunavut right now. People are showing an interest in learning and regaining their languages. In fact, in 2008, we passed our own Nunavut indigenous languages protection act and pieces of the education act that would force the government to offer bilingual education in Inuktitut. Sadly—
Madame la Présidente, je remercie tous les députés qui se sont exprimés sur cette question. Je tiens à dire très clairement que j'appuie le concept et l'idée qui sous-tendent le projet de loi. Cependant, je ne pense pas pouvoir l'appuyer dans sa forme actuelle. Je sais que le président de l'Inuit Tapiriit Kanatami, Natan Obed, a déclaré que le Bureau du commissaire aux langues autochtones décrit dans le projet de loi n'est rien de plus que le nouveau titre d'un programme existant concernant les langues autochtones, une initiative fédérale qui, jusqu'ici, a très peu fait pour stopper le déclin des langues autochtones, même si sa mission consiste à améliorer la situation.
M. Obed a déclaré que, contrairement aux commissaires provinciaux et territoriaux aux langues autochtones, le Bureau national du commissaire aux langues autochtones représenterait essentiellement un groupe de revendication dénué de pouvoir et contrôlé par le gouvernement fédéral. Aux termes du projet de loi, rien n'obligerait le gouvernement fédéral à financer les langues autochtones. Il a aussi dit que le projet de loi n'avait pas du tout été élaboré en collaboration avec les Inuits.
Je suis un Inuk et j'ai perdu ma langue maternelle. Toutefois, je suis très fier de voir ce qui se passe en ce moment au Nunavut. Les gens souhaitent apprendre et se réapproprier leur langue. En fait, en 2008, le Nunavut a adopté sa propre loi visant à protéger les langues autochtones et des éléments de la loi sur l'éducation qui obligeront le gouvernement à offrir une éducation dans deux langues, dont l'inuktitut. Hélas...
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-02-20 18:00 [p.25578]
Madam Speaker, I thank my colleague. I will continue with what I was saying. Unfortunately during this current sitting of the Nunavut legislature, it is looking at repealing pieces of that legislation because it does not have the resources to provide bilingual education.
Legislation like this should look at providing the territorial government, which has the responsibility for delivering education, with resources and funding so it can develop and deliver a bilingual education. This could be looked at with this legislation.
As I said, I was very proud to pass those pieces of legislation in 2008. I have heard a number of times, and even the minister has said earlier, that the government is open to amendments. I look forward to working with him and with ITK to bring amendments forward. Hopefully in a different version at third reading, after committee, I will be able to support it.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue. Je reprends où j'en étais. Malheureusement, l'Assemblée législative du Nunavut, dans le cadre de la session actuelle, envisage d'abroger des dispositions de cette loi parce qu'elle ne dispose pas des ressources nécessaires pour offrir une éducation bilingue.
Les mesures de ce type devraient prévoir la possibilité de fournir au gouvernement territorial, qui est responsable de l'éducation, les ressources et le financement nécessaires pour mettre en place et offrir un enseignement bilingue. Cette question pourrait être réglée dans le projet de loi dont nous sommes saisis.
Comme je l'ai dit, c'est avec beaucoup de fierté que j'ai appuyé ces mesures législatives en 2008. J'ai entendu à plusieurs reprises — y compris de la part du ministre plus tôt aujourd'hui — que le gouvernement est disposé à examiner des amendements. Je me réjouis à la perspective de travailler avec lui et l'organisme ITK pour présenter des amendements. J'espère que, après l'étude du comité, je pourrai appuyer la version proposée à l'étape de la troisième lecture.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-02-19 15:01 [p.25518]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Intergovernmental and Northern Affairs and Internal Trade.
It was recently announced that the long-awaited Arctic and northern policy framework may finally be ready for release in June. Past actions by the government affecting indigenous people, like the Indigenous Languages Act and the draft indigenous child welfare act, have been more showpiece than substance, more buzzwords than actual impact.
Will the minister assure the House that this new policy framework will actually have the teeth to effect meaningful change?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur.
On a annoncé récemment que le cadre stratégique tant attendu pour l'Arctique et le Nord pourrait enfin être publié en juin. Les mesures prises par le gouvernement pour les peuples autochtones, comme la Loi sur les langues autochtones et le projet de loi sur le bien-être des enfants autochtones, ont été plus tape-à-l'oeil que consistantes. Il s'agit de slogans vides sans effet concret.
Le ministre peut-il assurer à la Chambre que le cadre stratégique aura le mordant nécessaire pour véritablement changer les choses?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-02-05 15:07 [p.25286]
Mr. Speaker, the Minister of Intergovernmental and Northern Affairs and Internal Trade will know that the Kivalliq Inuit Association has been working very hard to advance clean energy solutions that will create economic development opportunities in the region. This work is fully supported by the Government of Nunavut.
Investments to support projects like the Kivalliq hydro fibre link are fundamental to creating a sustainable economy for Nunavut. Can the minister assure us that advancing critical projects like this to grow and modernize badly needed investments in Nunavut communities will be a priority in the coming budget?
Monsieur le Président, le ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur sait que la Kivalliq Inuit Association travaille très fort afin de proposer des solutions énergétiques propres pour créer des possibilités de développement économique dans la région. Le gouvernement du Nunavut appuie pleinement leurs efforts.
Les investissements dans les projets comme celui de la ligne d'électricité et de liaison par fibre optique de Kivalliq sont nécessaires pour créer une économie durable au Nunavut. Le ministre peut-il confirmer que le financement de grands projets comme celui-ci, qui servent à améliorer et à moderniser des infrastructures dont les collectivités du Nunavut ont grandement besoin, sera une priorité dans le prochain budget?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-02-01 12:08 [p.25159]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Indigenous Services.
There are $700 million missing. That is what was identified by a media analysis of the spending of the current government's infrastructure program. That reporting gap was directly attributed to an ongoing failure by your department and Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs to report details of its spending.
Nunavut has a huge infrastructure gap, particularly social infrastructure. Therefore, where is the missing $700 million and why has it not been invested in these desperately needed projects?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre des Services aux Autochtones.
Il manque 700 millions de dollars. C'est ce qu'a révélé une analyse menée par les médias au sujet des dépenses liées au programme d'infrastructures du gouvernement actuel. Cet écart dans les dépenses rapportées a été attribué à l'incapacité de votre ministère et du ministère des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord de faire rapport de la ventilation de leurs dépenses.
Le Nunavut connaît de graves lacunes d'infrastructure, particulièrement en ce qui concerne les infrastructures sociales. Alors où sont les 700 millions de dollars manquants et pourquoi n'ont-ils pas été investis dans les projets dont nous avons urgemment besoin?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-12-11 15:12 [p.24730]
[Member spoke in Inuktitut and provided the following text:]
[Member provided the following translation of the Inuktitut:]
Mr. Speaker,
[English]
my question is for the Minister of Intergovernmental and Northern Affairs.
Yesterday, Canada finally announced changes to the nutrition north program. The additional funding and other changes are welcome. However, the government has failed to fix the biggest problem with the program: its transparency and accountability. For example, the department has admitted the program subsidy received by some retailers is higher than the freight rate they are paying, which is why Nunavummiut believes some retailers are unjustly profiting from the subsidy.
Will the minister commit to finally fixing this problem before the spring budget?
[Le député s'exprime en inuktitut et fournit le text suivant:]
[Le député fournit la traduction suivante:]
Monsieur le Président,
[Traduction]
ma question s'adresse au ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur.
Hier, le Canada a enfin annoncé des changements au programme Nutrition Nord. Le financement additionnel et d'autres changements sont les bienvenus. Toutefois, le gouvernement ne règle pas le principal problème entourant le programme: la transparence et la reddition de comptes. Par exemple, le ministère admet que la subvention touchée par certains détaillants par l'entremise du programme est plus élevée que le tarif-marchandises qu'ils paient, ce pourquoi les Nunavummiuts estiment que certains détaillants profitent injustement de la subvention.
Le ministre s'engagera-t-il à enfin régler ce problème avant le budget du printemps?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-12-06 15:10 [p.24519]
Mr. Speaker, yesterday I pointed out in my statement that last week the Prime Minister was wrong in his justification for barring the Government of Nunavut from becoming a party to the two Dene treaties. Every modern land claims agreement in Canada's northern territories has involved three parties: the indigenous group, Canada and the government of the territory where the agreement is to operate. For numerous legal and constitutional reasons, these treaties cannot be implemented without the consent of the Government of Nunavut. When will Canada stop playing the colonial master, do the right thing and invite it to the table as a party and signatory to these treaties?
Monsieur le Président, hier, dans ma déclaration, j'ai souligné que l'explication que le premier ministre avait donnée la semaine dernière pour se justifier d'avoir interdit au gouvernement du Nunavut d'être partie aux traités avec les Dénés n'était pas valable. Chaque accord sur des revendications territoriales conclu à l'ère moderne relativement aux territoires du Nord a nécessité la participation de trois parties: le groupe autochtone, le Canada et le gouvernement du territoire concerné par l'accord. Pour de nombreuses raisons juridiques et constitutionnelles, ces traités ne peuvent pas être mis en oeuvre sans le consentement du gouvernement du Nunavut. Quand le Canada cessera-t-il de jouer le rôle de maître colonialiste pour enfin faire ce qui s'impose en invitant le gouvernement du Nunavut à la table des négociations en tant que partie prenante et signataire de ces traités?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-12-05 14:04 [p.24439]
[Member spoke in Inuktitut]
[Member provided the following translation of the Inuktitut]
Mr. Speaker,
[English]
last week, in response to my question, the Prime Minister said that all parties that are supposed to be at the table for the two Dene treaties are at the table. He was wrong.
Since 1975, every modern land claims agreement in Canada has involved the province or territory where the lands in question are located. Further, every modern land claims agreement in Canada's northern territories has involved three parties: the indigenous group, Canada and the government of the territory where the agreement is to operate.
The two Dene treaties affect jurisdictional authority and will result in financial obligations to the Government of Nunavut and will also require amendments to the Nunavut Land Claims Agreement. They cannot be implemented without the consent of the Government of Nunavut.
Given the legal precedents and subsequent jurisprudence, I call on the Government of Canada to do the right thing and immediately invite the Government of Nunavut to the table as a full participant and signatory, where they should be. The treaties will be stronger for it.
[Le député s’exprime en inuktitut ainsi qu’il suit:]
[Le député fournit la traduction suivante:]
Monsieur le Président,
[Traduction]
la semaine dernière, en réponse à ma question, le premier ministre a affirmé que toutes les parties censées être à la table des négociations pour les deux traités avec les Dénés étaient bel et bien présentes. Il avait tort.
Depuis 1975, tous les accords modernes sur des revendications territoriales ont nécessité la participation de la province ou du territoire sur lequel se situent les terres en question. De plus, chaque accord moderne sur des revendications territoriales conclu dans les territoires du Nord canadien a nécessité la participation de trois parties: le groupe autochtone, le Canada et le gouvernement du territoire concerné par l’accord.
Les deux traités avec les Dénés sont liés aux champs de compétence et vont donner lieu à des obligations financières envers le gouvernement du Nunavut, en plus d’exiger la modification de l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut. Leur entrée en vigueur nécessite donc l’autorisation du gouvernement du Nunavut.
Compte tenu des précédents juridiques et de la jurisprudence, je demande au gouvernement du Canada de faire ce qui s’impose et d’inviter le gouvernement du Nunavut à la table des négociations en tant que signataire et membre à part entière. C’est la place qui lui revient et cela ne peut que renforcer les traités.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-12-05 15:33 [p.24454]
Mr. Speaker, I am always pleased to apply and will be voting yes.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai pour.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-12-05 15:39 [p.24456]
Mr. Speaker, I am always extremely pleased to apply and will be voting yes.
Monsieur le Président, je suis toujours d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique, et je voterai oui.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-12-05 15:41 [p.24458]
Mr. Speaker, I agree to apply and will be voting yes.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique, et je voterai oui.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-11-28 15:08 [p.24097]
Mr. Speaker,
[Member spoke in Inuktitut]
[English]
My question is for the Prime Minister.
His government has refused to include the Government of Nunavut as a signatory to two Dene treaties. These treaties will infringe on and limit the territorial government's legislative authority. Observer status just does not cut it. The Government of Nunavut has to be a full participant. As the premier has said, the Government of Canada cannot simply shove this agreement down Nunavummiut's throat. This is unprecedented.
Will the Prime Minister tell this House why his government has excluded the Government of Nunavut as a signatory to these important treaties?
Monsieur le Président,
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Ma question s'adresse au premier ministre.
Le gouvernement qu'il dirige a refusé d'autoriser le gouvernement du Nunavut à devenir signataire de deux traités avec les Dénés. Ces traités empiéteront sur le pouvoir législatif du gouvernement territorial et le limiteront. Un statut d'observateur ne suffit pas. Le gouvernement du Nunavut doit être un participant à part entière de ces traités. Comme le premier ministre du territoire l'a dit, le gouvernement du Canada ne peut tout simplement pas imposer ces traités aux Nunavummiuts. C'est du jamais vu.
Le premier ministre expliquera-t-il à la Chambre pourquoi le gouvernement libéral a empêché le gouvernement du Nunavut d'être signataire de ces traités cruciaux?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-11-27 18:30 [p.24062]
Mr. Speaker, I agree to apply and will be voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai contre.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-11-27 18:31 [p.24063]
Mr. Speaker, I completely agree to apply and will vote no.
Monsieur le Président, je suis tout à fait d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai contre.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-11-27 18:33 [p.24064]
Mr. Speaker, I am pleased to apply and will vote no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai non.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-11-27 18:35 [p.24065]
Mr. Speaker, I agree to apply and will be voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai non.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-11-27 18:36 [p.24067]
Mr. Speaker, I agree to apply and will be voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai non.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-11-27 18:54 [p.24070]
Mr. Speaker, I agree to apply and will be voting yes.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai pour.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-11-23 12:05 [p.23785]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Families, Children and Social Development.
Campaign 2000's 2018 report card, released this week, shows that Nunavut's child poverty rate remains the highest in Canada: 34.8% for children under 18, and a staggering 42.5% for children under the age six. It cites systemic underfunding of programs and services for indigenous children as an underlying cause of this extreme poverty.
Will the minister work with the Government of Nunavut and provide funding based on actual needs, as the government has for first nations children?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social.
Le rapport 2018 de Campagne 2000, rendu public cette semaine, indique que le taux de pauvreté chez les enfants du Nunavut demeure le plus élevé au Canada; 34,8 % des enfants âgés de moins de 18 ans vivent dans la pauvreté, alors que c'est le cas chez 42,5 % — c'est renversant — des enfants de moins de 6 ans. Le rapport montre que le sous-financement chronique des programmes et des services offerts aux enfants autochtones est entre autres à l'origine de cette pauvreté extrême.
Le ministre a-t-il l'intention de collaborer avec le gouvernement du Nunavut et de fournir des fonds en fonction des besoins réels, comme il l'a déjà fait à l'égard des enfants des Premières Nations?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-11-07 14:04 [p.23377]
Mr. Speaker,
[Member spoke in Inuktitut]
[English]
I want to recognize a great Canadian, and, full disclosure, he is my cousin.
Jordin Tootoo learned to play hockey in our home community of Rankin Inlet. He played four seasons with the Brandon Wheat Kings before joining the Nashville Predators in 2003, becoming the first Inuk to play in the NHL. After 13 seasons, Jordin has announced his retirement from professional hockey.
Jordin has faced struggles in his life. He lost his older brother to suicide. He conquered an alcohol addiction that threatened to end his playing career. He has turned those experiences into opportunities to promote mental wellness and suicide prevention. He has always given back to Inuit and indigenous communities and now will have more time to focus on his work with indigenous youth.
Jordin is an inspiration to all indigenous people, and indeed, to all Canadians. He has shown us that one can find success in life, even in the face of tough challenges, and how to help others find their way.
Jordin's Inuk name, Kudluk, means “thunder” in Inuktitut. Long may he roar.
Monsieur le Président,
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Je tiens à rendre hommage à un grand Canadien. Par souci de transparence, je dois dire que c'est mon cousin.
Jordin Tootoo a appris les rudiments du hockey à Rankin Inlet, qui est aussi ma localité d'origine. Il a joué pendant quatre saisons avec les Wheat Kings de Brandon avant de se joindre aux Predators de Nashville en 2003, devenant ainsi le premier Inuk à jouer dans la LNH. Après 13 saisons, Jordin a annoncé sa retraite du monde du hockey professionnel.
Jordin a connu des difficultés au cours de sa vie. Son frère aîné s'est suicidé. Jordin a réussi à surmonter sa dépendance à l'alcool, qui a failli mettre un terme à sa carrière de hockeyeur. Il s'est inspiré de son expérience personnelle pour promouvoir la santé mentale et la prévention du suicide. Il a toujours redonné aux communautés inuites et autochtones et il pourra maintenant consacrer plus de temps à son travail auprès des jeunes Autochtones.
Jordin est une source d'inspiration pour tous les Autochtones et tous les Canadiens. Il a prouvé qu'il est possible de connaître du succès dans la vie malgré les difficultés et il nous a montré comment on peut aider les autres à trouver leur voie.
Le nom inuit de Jordin, Kudluk, signifie « tonnerre » en inuktitut. Je souhaite qu'il gronde encore longtemps.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-11-05 15:04 [p.23263]
Mr. Speaker,
[Member spoke in Inuktitut]
My question is for the Minister of Families, Children and Social Development. This is in follow-up to my question last week. I do not believe that the minister grasped the severity of Nunavut's housing shortage.
Yes, $240 million has been allocated. It sounds like a lot, but it is over 10 years. That is 48 new houses per year for the entire territory, which is less than two per community. This is a crisis. Overcrowding is contributing to high rates of youth suicide and tuberculosis. No Canadian should live like this.
I ask again, will the minister take immediate action to work with the Government of Nunavut to solve this crisis?
Monsieur le Président,
[Le député s'exprime en inuktitut.]
Ma question s'adresse au ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social. Elle se rapporte à une question que j'ai posée la semaine dernière. Je ne crois pas que le ministre ait saisi la gravité de la pénurie de logements au Nunavut.
Oui, 240 millions de dollars ont été octroyés. Cela peut sembler beaucoup, mais il s'agit d'une allocation sur 10 ans. Cette somme représente la construction de 48 maisons par année pour l'ensemble du territoire, soit moins de 2 maisons par communauté. La situation est critique. Les logements surpeuplés contribuent au taux de suicide élevé chez les jeunes et à la prévalence de la tuberculose. Aucun Canadien ne devrait vivre dans de telles conditions.
Je vais le demander de nouveau: le ministre peut-il agir immédiatement afin de collaborer avec le gouvernement du Nunavut pour régler cette crise?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-11-01 15:07 [p.23153]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Families, Children and Social Development.
Canadians would be horrified and embarrassed to see the third world conditions that many people in Nunavut are living in. Our housing shortage has reached a crisis point. Overcrowding is contributing to high rates of youth suicide and tuberculosis. The housing allocation in the last budget does not even begin to address the current crisis or meet the annual labour force growth.
Will the minister immediately increase funding to alleviate this crisis and work with the Government of Nunavut on an appropriate allocation for the 2019 budget?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social.
Si les Canadiens voyaient dans quelles conditions vivent plusieurs résidants du Nunavut, ils en seraient horrifiés et embarrassés. La pénurie de logements a atteint les proportions d'une véritable crise. Les logements surpeuplés sont l'une des causes des taux élevés de suicides et de tuberculose. La somme prévue pour le logement dans le dernier budget est loin d'être suffisante pour calmer la crise ou même pour suivre la croissance annuelle de la main-d'oeuvre.
Le ministre augmentera-t-il immédiatement le financement afin de remédier à cette crise, et collaborera-t-il avec le gouvernement du Nunavut afin d'inclure une allocation appropriée dans le budget de 2019?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-10-29 19:13 [p.22969]
Mr. Speaker, I agree to apply the vote, and will be voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai contre.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-10-29 19:24 [p.22972]
Mr. Speaker, I agree to apply and I am voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai contre la motion.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-10-29 19:34 [p.22974]
Mr. Speaker, I agree to apply and will be voting yes.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai oui.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-10-29 19:53 [p.22978]
Mr. Speaker, I agree to apply, with this member voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai contre la motion.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-10-16 15:05 [p.22458]
Mr. Speaker, my question is for the President of the Treasury Board.
In 1993, Canada signed the Nunavut Land Claims Agreement. Article 24.3.1 required Canada to develop and implement procurement policies to support Inuit-owned businesses. Not supporting these businesses is a barrier to building a sustainable economy for Nunavut.
A court settlement in May 2015 required Canada to have these policies in place by July 31, 2016, yet it has not. Why has the government not honoured its legal obligation, and when will it do so?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au président du Conseil du Trésor.
En 1993, le Canada a signé l'Accord sur les revendications territoriales du Nunavut. Selon l'article 24.3.1, le gouvernement du Canada doit élaborer et mettre en oeuvre des politiques visant la passation des marchés nécessaires au soutien des entreprises inuites. En n'appuyant pas ces entreprises, on s'oppose au développement d'une économie durable au Nunavut.
Par suite d'une décision du tribunal en mai 2015, le Canada devait mettre ces politiques en place avant le 31 juillet 2016, mais cela n'a pas été fait. Pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas honoré son obligation légale, et quand le fera-t-il?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-10-03 14:04 [p.22143]
Mr. Speaker, in Nunavut we share a vision that we can build a sustainable economy that will support our community, create job growth, reduce our dependency on Ottawa and put our standard of living on par with Canadians in the south. To do this requires substantial investment from the federal government to address urgent needs in four critical areas: food security, community infrastructure, housing, and skills and employment training. Only once these needs are addressed can we truly begin to build a sustainable economy.
The government is taking steps in the right direction. Since I was elected, over $1.25 billion in funding has been announced, and it is nice to see a renewed interest in improving our quality of life. However, the funding is slow in finding its way into our communities and is often spread out over a number of years, minimizing the impact.
In this session of Parliament, I will be focusing on these areas. I look forward to consulting and working with my colleagues on finding solutions for a brighter future for Nunavut.
Monsieur le Président, les Nunavutois partagent la même vision et sont convaincus qu'il leur est possible de se doter d'une économie durable qui saura répondre aux besoins de la population, créer des emplois, réduire leur dépendance envers Ottawa et leur permettre de jouir du même niveau de vie que les Canadiens du Sud. Pour ce faire, le gouvernement fédéral doit investir des sommes substantielles afin de répondre aux besoins les plus criants dans quatre domaines essentiels, à savoir la sécurité alimentaire, les infrastructures communautaires, le logement ainsi que les compétences et la formation professionnelle. Ce n'est que lorsque ces besoins seront comblés que nous pourrons véritablement aspirer à une économie durable.
Le gouvernement est déjà dans la bonne voie. Depuis que j'ai été élu, il a en effet annoncé des investissements de plus de 1,25 milliard de dollars, et disons qu'il est bon de voir qu'on se soucie à nouveau de notre qualité de vie. Cela dit, l'argent annoncé prend du temps à se rendre jusqu'à ses destinataires, sans compter qu'il est souvent réparti sur plusieurs années, ce qui en réduit l'impact.
C'est là-dessus que je concentrerai mes efforts pour le reste de la session parlementaire. Je suis impatient d'entendre ce que mes collègues auront à dire et je sais que je pourrai compter sur eux pour trouver des solutions d'avenir prometteuses pour le Nunavut.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-10-02 15:03 [p.22118]
Mr. Speaker,
[Member spoke in Inuktitut].
[English]
My question is for the Minister of Intergovernmental and Northern Affairs. The minister is aware of the request to fund a feasibility study for the Kivalliq hydro fibre link. It is my understanding that a portion of this funding has or will be approved shortly.
This Inuit-to-Crown project is critical and supported by all mayors of the Kivalliq region. It will provide the region with a green source of energy and help Nunavummiut in its quest to build a sustainable economy.
Will the minister commit, as he did to stakeholders, to finding the remaining funding for this important study, which would lead to transformative change for Nunavut?
Monsieur le Président,
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Ma question s'adresse au ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord. Le ministre sait qu'un financement a été demandé pour réaliser une étude de faisabilité pour le projet visant à établir une route qui permettra d’acheminer l’électricité et la fibre optique du Manitoba à la région de Kivalliq. Si je comprends bien, une partie de ce financement a déjà été approuvée, ou le sera sous peu.
Ce projet, qui s'inscrit dans le cadre de l'approche du gouvernement à l'égard de la relation entre la Couronne et les Inuits, est essentiel et a reçu l'appui de tous les maires de la région de Kivalliq. Il dotera la région d'une source d'énergie verte et appuiera les Nunavummiuts dans leurs efforts pour bâtir une économie durable.
Le ministre s'engagera-t-il à trouver le reste des fonds nécessaires à la réalisation de cette importante étude, qui entraînerait des changements fondamentaux pour le Nunavut, comme il l'a promis aux intervenants?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-09-24 15:08 [p.21718]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Environment and Climate Change.
The Government of Nunavut has asked for exemptions from the carbon tax in three areas: transportation fuel, home heating fuel and fuel for power generation. Last spring, the minister recognized the unique circumstances of life in Nunavut and granted an exemption for aviation fuel, and I thank her for that. However, my constituents are double taxed on the others, once at source and again at point of sale.
Will the minister now do the right thing and grant exemptions on fuel for home heating and power generation in Nunavut?
Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre de l'Environnement et du Changement climatique.
Le gouvernement du Nunavut a demandé des exemptions à la taxe sur la carbone dans les trois secteurs suivants: carburant pour le transport, combustible pour le chauffage des maisons et combustible pour la production d'énergie. Au printemps dernier, la ministre a reconnu les circonstances uniques liées à la vie au Nunavut et elle a accordé une exemption sur le carburant d'aviation; je l'en remercie. Cependant, les gens de ma circonscription paient deux fois la taxe dans les autres secteurs — une première fois à la source et ensuite au point de vente.
La ministre fera-t-elle ce qui s'impose dès maintenant et accordera-t-elle des exemptions sur le combustible pour le chauffage des maisons et sur le combustible pour la production d'énergie au Nunavut?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-09-17 15:10 [p.21399]
Mr. Speaker,
[Member spoke in Inuktitut]
[English]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Intergovernmental and Northern Affairs and Internal Trade.
It is over a year now since the nutrition north report was issued and we are still waiting for action. On his recent visit to Iqaluit, the new minister discovered that this was an urgent issue. Five times I have raised this in the House, and the answer is always, “We're taking our time to get it right.” I just have to wonder how long it takes the current government to get something right.
The Prime Minister has given the minister a specific mandate to fix and expand the program. Will he share what his timeline is to do that?
Monsieur le Président,
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Monsieur le Président, ma question s’adresse au ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur.
Voilà plus d’un an que le rapport Nutrition Nord a été publié et nous attendons toujours des mesures de suivi. Lors de sa dernière visite à Iqaluit, le nouveau ministre s’est rendu compte de l’urgence de la question. J’en ai parlé cinq fois à la Chambre et la réponse est toujours la même: « Nous prenons le temps de bien faire les choses ». Combien faut-il de temps au gouvernement pour bien faire les choses?
Le premier ministre a confié au ministre un mandat bien précis pour régler le problème et élargir le programme. Va-t-il nous faire part du calendrier qu’il a prévu à cette fin?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-20 15:34 [p.21344]
Mr. Speaker, I agree to apply and will be voting in favour.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai pour.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-20 15:46 [p.21347]
Mr. Speaker, I agree to apply, and I will be voting yes. I look forward to going to some cooler weather.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai pour. Je suis impatient de retrouver des températures un peu plus fraîches.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-18 15:05 [p.21150]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Environment and Climate Change.
The Minister of Agriculture indicated recently that farmers had received carbon pricing exemptions for on-farm use of diesel fuel and gasoline, no doubt because the government recognized the undue hardship this would cause.
The minister is aware of Nunavut's negligible carbon footprint and unique circumstances, and has seen first-hand the hardship Nunavummiut face. The Government of Nunavut has requested carbon pricing exemptions for transportation, power generation, and home heating fuel. Will the minister grant these exemptions?
Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre de l'Environnement et du Changement climatique.
Le ministre de l'Agriculture a indiqué dernièrement que l'essence et le diésel à usage agricole seront exemptés de la tarification du carbone, sans doute parce que le gouvernement reconnaît que cette tarification poserait un préjudice indu aux agriculteurs.
La ministre sait que l'empreinte carbone du Nunavut est minime et elle est aussi consciente des difficultés auxquelles sont confrontés les Nunavummiuts. Le gouvernement du Nunavut a demandé des exemptions relatives à la tarification du carbone pour le transport, la production d'électricité et le combustible de chauffage. La ministre accordera-t-elle ces exemptions?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-12 13:58 [p.20726]
Madam Speaker, qujannamiik uqaqti.
Education and health care are two important priorities in my riding of Nunavut. With respect to education, Nunavut has the lowest graduation rate in the country, an unfortunate reality that has been influenced by many factors, including the deeply ingrained mistrust of the system due to the residential school legacy. Regarding health care, Nunavummiut need access to quality health care. They want to receive treatment in Nunavut from people who are sensitive and understanding of their culture.
I am happy to say that youth in Nunavut are doing their part to address these priorities. Tomorrow I will be travelling to my riding to congratulate those who have recently graduated from education and nursing programs at Nunavut Arctic College. These programs have provided students with a culturally relevant education, one that will help shape education and health care policies for generations to come. I am truly honoured to be asked to speak at the ceremony, and I am very proud of these graduates and their accomplishments.
Madame la Présidente, qujannamiik uqaqti.
L’éducation et les soins de santé sont deux grandes priorités dans ma circonscription, Nunavut. Pour ce qui est de la première, le Nunavut a le taux de diplomation le plus bas du pays, fâcheuse réalité causée par bien des facteurs dont une profonde méfiance du système que nous ont laissé les pensionnats. Pour ce qui est de la seconde, les Nunavummiuts ont besoin d’avoir accès à des soins de santé de qualité. Ils veulent être soignés au Nunavut par des gens sensibles à leur culture.
Je suis heureux de dire que les jeunes du Nunavut font leur part pour s’occuper de ces priorités. Demain, je me rendrai dans ma circonscription pour féliciter les derniers diplômés des programmes d'enseignement et de soins infirmiers au Nunavut Arctic College. Ces programmes fournissent aux étudiants une éducation culturellement pertinente qui leur permettra de façonner les politiques d’enseignement et de soins de santé pendant des générations. Ce sera pour moi un grand honneur que de prendre la parole à la cérémonie et je suis très fier de ces diplômés et de leurs réalisations.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-11 15:08 [p.20607]
Mr. Speaker, qujannamiik uqaqti. My question is for the Minister of Indigenous Services.
Last week, I asked the Prime Minister a question regarding the recent declaration of crisis by two communities in my riding, declarations that stem from a lack of mental health services and an increase in suicide attempts.
Although I appreciate the answer provided, the funding mentioned is not solely intended for mental health support. Like other existing funding, it fails to address the need. These crises demonstrate that.
Will the minister commit to funding the mental health service and support needed by Nunavummiut?
Monsieur le Président, qujannamiik uqaqti. Ma question s'adresse à la ministre des Services aux Autochtones.
La semaine dernière, j'ai posé une question au premier ministre au sujet de la situation de crise que deux communautés de ma circonscription ont récemment déclarée, à cause du manque de services en santé mentale et de l'augmentation des tentatives de suicide.
Je remercie le premier ministre de sa réponse, mais le financement dont il a fait état ne servira pas uniquement à soutenir les services en santé mentale. À l'instar d'autres subventions déjà consenties, ce financement ne suffira pas à répondre aux besoins, comme le démontrent clairement les crises auxquelles nous sommes confrontés.
La ministre s'engagera-t-elle à financer les services en santé mentale et à fournir aux Nunavummiuts le soutien dont ils ont besoin?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-11 15:23 [p.20610]
Mr. Speaker, I agree to apply the vote and I will be voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai non.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-11 15:35 [p.20612]
Mr. Speaker, I agree to apply and I will be voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique, et je voterai non.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-11 15:37 [p.20613]
Mr. Speaker, I agree to apply and will be voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour appliquer le résultat du vote précédent et je voterai non.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-11 15:39 [p.20615]
Mr. Speaker, I agree to apply and will be voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai contre la motion.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-11 15:50 [p.20617]
Mr. Speaker, I agree to apply and vote no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai non.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-11 16:03 [p.20620]
Mr. Speaker, I agree to apply and vote no.
Monsieur le Président, je suis d’accord pour que le résultat du vote précédent s’applique à ce vote-ci, et je vote non.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-11 16:06 [p.20621]
Mr. Speaker, I agree to apply and vote no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s’applique à ce vote-ci, et je vote non.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-11 16:18 [p.20624]
Mr. Speaker, I agree to apply, and will be voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s’applique, et je voterai non.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-06-06 15:14 [p.20356]
[Member spoke in Inuktitut]
[English]
Mr. Speaker, my question is for the Prime Minister. Two communities in my riding have recently declared that they are in crisis. These declarations stem from the fact that there are too few mental health supports and an increased number of suicide attempts. Of the recent $118 million announced for first nations and Inuit mental health, Nunavut receives only $500,000 annually, despite the fact that the suicide rate is 10 times the national average. The current government has sent additional support to first nations communities in crisis. Will the government do the same for Inuit communities?
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre. Deux communautés de ma circonscription ont récemment déclaré qu'elles sont en situation de crise. Elles ont trop peu de services de soutien en santé mentale et le nombre de tentatives de suicide ne cesse de grimper. Bien qu'un financement de 118 millions de dollars pour la santé mentale des Premières Nations et des Inuits ait été annoncé, le Nunavut ne reçoit que 500 000 dollars par année malgré le fait que le taux de suicide y est 10 fois plus élevé que la moyenne nationale. Le gouvernement a donné un soutien supplémentaire aux communautés des Premières Nations en crise. En fera-t-il autant pour les communautés inuites?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-05-29 18:10 [p.19838]
[Member spoke in Inuktitut]
[English]
Mr. Speaker, to preface, I do not plan to take up too much time. I want to speak briefly to the great importance of this bill for Canada and for its indigenous people.
I would like to start by thanking the member for Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou for bringing the bill forward, and I am truly honoured to have the opportunity to speak to it.
As an indigenous member of the House and this Parliament, the bill is truly special to me.
I think we all know that indigenous people of the country have historically suffered far too many traumas and injustices as a direct result of colonization. Over the past 150 years, Canada's indigenous people have lost much of their identity and culture, a loss that has left many struggling to find their place within the country. As a result, we see a huge disparity between indigenous and non-indigenous people, in particular, poverty, incarceration, health care, housing, access to clean water, and in their overall quality of life. Sadly, this is just the start of a long list of others.
I believe that the adoption of the bill would be a strong first step in helping to right these wrongs, to close this gap going forward.
The bill would fulfill one of the very important calls to action of the Truth and Reconciliation Commission. It calls on the federal government to use the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples as a framework for reconciliation. In doing so, the federal government is required to exercise a more contemporary approach when engaging with indigenous people, an approach that is rooted in respect for indigenous rights and equality. This is exactly what indigenous people of the country need.
I have stated many times in the House that Nunavummiut experience third world living conditions in a first world country. Sadly, this is a fact, and the statistics to support this statement are there. Nunavut has the highest rate of food insecurity in the country, with nearly 70% of homes being food insecure. There is currently a housing crisis where nearly 40% of Nunavummiut are in need of suitable safe housing. This is not to mention the highest rate of suicide and the lowest graduation rates in the country. Something needs to change.
Therefore, yes, I agree that we do need a new approach on how the Government of Canada engages with indigenous people and this bill represents a good step toward reconciliation in addressing the current disparity.
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Monsieur le Président, je n'interviendrai pas trop longuement. Je veux parler brièvement de la grande importance de ce projet de loi pour le Canada et les peuples autochtones du pays.
Je voudrais remercier le député d'Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou d'avoir présenté ce projet de loi. C'est vraiment un honneur pour moi d'avoir l'occasion de prendre la parole à ce sujet.
À titre de député autochtone au Parlement, le projet de loi me tient beaucoup à coeur.
Je crois que nous savons tous que, à travers l'histoire, les peuples autochtones du Canada ont vécu beaucoup trop de traumatismes et d'injustices des suites de la colonisation. Au cours des 150 dernières années, les Autochtones ont perdu une grande part de leur identité et de leur culture, une perte qui en a mené plusieurs à peiner pour trouver leur place au pays. C'est ce qui fait qu'il y a un énorme fossé entre les Autochtones et les non-Autochtones, notamment en matière de pauvreté, d'incarcération, de soins de santé, de logement, d'accès à l'eau potable et de qualité de vie en général. Malheureusement, cette liste est beaucoup plus longue.
Je crois que l'adoption de ce projet de loi représenterait un grand pas dans la bonne direction pour redresser ces torts et combler ce fossé dans les années à venir.
Le projet de loi donnera suite à l'un des importants appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation, qui demande au gouvernement fédéral d'utiliser la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones en tant que cadre de réconciliation. Ce faisant, le gouvernement fédéral est tenu d'adopter une approche plus moderne lorsqu'il consulte les Autochtones, une approche fondée sur le respect des droits des Autochtones et sur l'égalité. C'est exactement ce dont les Autochtones du pays ont besoin.
J'ai dit à maintes reprises à la Chambre que les Nunavummiuts vivent dans des conditions dignes du tiers-monde, alors qu'ils vivent dans un pays industrialisé. Malheureusement, c'est la réalité, et les statistiques le prouvent. Le Nunavut affiche le plus haut taux d'insécurité alimentaire au pays, avec près de 70 % des ménages qui en souffrent. Il y a actuellement une crise du logement; près de 40 % des Nunavummiuts ont besoin d'un logement convenable et sûr. C'est sans compter que cette région connaît le taux de suicide le plus élevé et le taux de diplomation le plus faible du pays. Il faut que la situation change.
Par conséquent, oui, je conviens que nous devons adopter une nouvelle approche quant à la façon dont le gouvernement du Canada consulte les Autochtones, et ce projet de loi constitue un bon pas vers la réconciliation afin de combler le fossé actuel.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-05-28 13:58 [p.19731]
Madam Speaker, in the past, the Government of Canada has used a one-size-fits-all approach to decision-making, seemingly believing that what works in the south will work in the north. In fact, this is not the case. The north, in particular my riding, Nunavut, has its own unique challenges, which require a different approach.
Carbon pricing and flight duty time regulations are two examples where this uniqueness must be considered.
For carbon pricing, it is no secret that Nunavut already has the highest cost of living, unemployment, and poverty in the country. Without exemptions, the financial burden would only increase and the struggles continue.
The proposed changes to flight duty time regulations may not be a big issue for large airlines operating in the south. However, these changes, if implemented, would threaten the very survival of the small airlines that service the people of my riding.
The government has repeatedly indicated that Nunavut's unique nature would be taken into account when making decisions. Now is the time to act on this commitment.
Madame la Présidente, dans le passé, le gouvernement du Canada a employé une approche universelle pour la prise de toutes ses décisions, croyant, semble-t-il, que ce qui fonctionne dans le Sud fonctionnera dans le Nord. En réalité, c'est loin d'être le cas. Le Nord, surtout ma circonscription, Nunavut, possède des défis qui lui sont propres et qui exigent une approche différente.
La tarification du carbone et les règlements sur les heures de travail du personnel de bord sont deux exemples où le caractère unique du Nord doit être pris en compte.
Pour ce qui est de la tarification du carbone, ce n'est pas un secret que le coût de la vie, le taux de chômage et le taux de pauvreté au Nunavut sont les plus élevés au Canada. Si le gouvernement n'accorde pas d'exemptions au Nunavut, le fardeau financier augmentera et les difficultés persisteront.
Les changements proposés aux règlements sur les heures de travail du personnel de bord ne posent peut-être pas grand problème aux grandes compagnies aériennes du Sud. Cependant, ces changements, s'ils sont mis en oeuvre, menaceraient la survie même des petites compagnies aériennes qui desservent les résidants de ma circonscription.
Le gouvernement a maintes fois indiqué que le caractère unique du Nunavut sera pris en compte lors de la prise de décisions. Le moment est maintenant venu de respecter cette promesse.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-05-28 15:04 [p.19744]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Transport.
The changes Transport Canada is proposing to flight crew work hours and rest periods threaten the very survival of small airlines that serve communities in my riding. For all of these communities, air is the only link. Given the unique reliance of these communities on air service, a one-size-fits-all approach will not work.
Will the minister engage in further consultations, as requested by the Coalition of Canadian Airlines, and work with them to achieve a mutually acceptable solution that works for everyone?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre des Transports.
Les changements proposés par Transports Canada aux heures de travail et aux périodes de repos de l'équipage menacent l'existence même des petites compagnies aériennes qui desservent les collectivités de ma circonscription. Pour toutes ces collectivités, le transport aérien est leur seul lien vers l'extérieur. Étant donné la dépendance exceptionnelle de ces collectivités envers le service aérien, une approche universelle ne fonctionnera pas.
Le ministre tiendra-t-il d'autres consultations, comme le demande la Coalition canadienne de compagnies aériennes, et collaborera-t-il avec elle pour trouver une solution mutuellement acceptable qui convient à tout le monde?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-05-25 12:04 [p.19691]
[Member spoke in Inuktitut]
[English]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs.
The Nunavut Planning Commission is audited annually, yet over the past three years it has been subjected to two additional audits at the direction of the implementation branch, all of which consumes valuable time and resources. It has been reported that the most recent audit again gave the commission a clean bill of health, and concluded that it was underfunded.
Given this conclusion, will the minister instruct her bureaucrats to stop wasting resources, increase the funding, and let the commission get on with its very important work?
[Le député s'exprime en Inuktitut]
[Traduction]
Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord.
La Commission d'aménagement du Nunavut fait l'objet d'une vérification chaque année. Or, au cours des trois dernières années, elle a été visée par deux vérifications supplémentaires à la demande de la Direction générale de la mise en oeuvre, ce qui demande du temps et des ressources. Il a été rapporté que la dernière vérification avait, encore une fois, confirmé que la Commission se porte bien, mais qu'elle est sous-financée.
Compte tenu de ces conclusions, la ministre peut-elle demander aux fonctionnaires d'arrêter de gaspiller des ressources, d'augmenter le financement et de laisser la Commission accomplir son important travail?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-05-07 15:06 [p.19174]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Indigenous Services. Last year, an INAN committee report, titled “Breaking Point: The Suicide Crisis in Indigenous Communities”, made several recommendations. One recommendation was that the government increase infrastructure funding to address mental health and substance abuse issues.
Tragically, my riding has the highest suicide rate in Canada, yet there is not one federally funded addictions and mental health facility in the entire territory. Will the minister help alleviate this crisis and commit funding for mental health and addictions facilities in Nunavut?
Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre des Services aux Autochtones. L'année dernière, le comité des affaires indiennes et du Nord a produit un rapport intitulé « Point de rupture: La crise de suicides dans les communautés autochtones » qui contenait plusieurs recommandations. L'une d'entre elles demandait au gouvernement d'accroître le financement des infrastructures nécessaires pour lutter contre les problèmes de santé mentale et de toxicomanie.
Ma circonscription affiche tragiquement le taux de suicide le plus élevé au Canada, et pourtant on ne trouve, dans ce territoire, aucun établissement financé par l'État fédéral pour le traitement de la toxicomanie et les problèmes de santé mentale. La ministre contribuera-t-elle à atténuer cette crise et financera-t-elle l'aménagement d'établissements consacrés à la santé mentale et aux traitements contre la toxicomanie au Nunavut?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-05-01 18:08 [p.19019]
Mr. Speaker, I am happy to apply and will be voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique à ce vote-ci, et je voterai non.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-05-01 18:10 [p.19021]
Mr. Speaker, again, I am very happy to apply and will be voting yes.
Monsieur le Président, je suis une fois de plus d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique à ce vote-ci, et je voterai oui.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-04-30 15:06 [p.18917]
[Member spoke in Inuktitut].
[English]
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Environment and Climate Change.
My constituents continue to express concern about carbon pricing and how it may increase their cost of living, already the highest in the country. The minister has publicly acknowledged the unique nature of Nunavut, and has committed to designing a solution that takes us into account.
It is my understanding that the Government of Nunavut has made specific exemption requests. Given that Nunavut accounts for only one-tenth of one per cent of Canada's total emissions, will the minister grant these exemptions?
[Le député s'exprime en inuktitut].
[Traduction]
Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre de l'Environnement et du Changement climatique.
Les résidants de ma circonscription continuent à exprimer des inquiétudes au sujet de la tarification du carbone et du fait que celle-ci puisse faire augmenter le coût de la vie dans la région, alors que celui-ci est déjà le plus élevé au pays. La ministre a déjà reconnu publiquement la nature particulière du Nunavut et s'est engagée à trouver une solution qui prend en compte les habitants du Nunavut.
Je crois comprendre que le gouvernement du Nunavut a présenté des demandes d'exemption précises. Comme le Nunavut est responsable de seulement un dixième de un pour cent des émissions totales du Canada, la ministre accordera-t-elle ces exemptions?
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-04-26 17:06 [p.18826]
Mr. Speaker,
[member spoke in Inuktitut]
[English]
I appreciate the opportunity to speak to this motion on behalf of Nunavummiut and all survivors.
I would like to thank the member for Timmins—James Bay for bringing this motion to the House. I would also like to thank the New Democratic Party for sharing time with me and allowing me to have an opportunity to speak.
I can say, without a single shred of doubt, that a papal apology for the church's role in the implementation of, and its participation in, the Canadian residential school system is completely justified, and frankly, an apology is the very least the Pope could do for the indigenous people of this country.
As a result of residential schools, a generation of indigenous children were robbed of their childhood, raised not by their parents in loving homes but instead raised in a culture of violence, a culture of psychological and sexual abuse. It was this foreign and twisted culture that has since spawned a legacy of mental illness, drug addiction, and suicide among indigenous people in communities all across Canada. I know this, because I attended a residential school. I know this, because I myself have been affected. I personally know people who have been affected, family and friends I have watched struggle with this past.
There is not one family in my riding that has not been affected in one way or another by this awful legacy. Sadly, the devastating effect of residential schools has reached beyond the generation that experienced these horrors and has impacted today's generation of young people.
The Canadian Conference of Catholic Bishops is attempting to explain its responsibility away with weak technical arguments. For example, it was suggested that many different dioceses of the church were responsible for the residential schools. Also stated was that a visit by the Pope to Canada to deliver an apology presents a potential financial burden for the church. Really. These arguments are appalling to me.
What is worse is that I read this morning that there is a hesitation to apologize because there are political factors at play that could affect the relationship between the government and the Church, factors such as the new federal summer jobs funding requirement and the Church's reluctance to respond to a direct request from the government.
An archbishop was quoted as saying, “That puts the church in a challenging place.” I am sorry. In response to this quote, I would like to ask the Church to consider the challenging place indigenous people have been put in as a direct result of residential schools. I can assure the archbishop that whatever challenging place the Church may be put in, indigenous people have lived and experienced much worse as a result of residential schools.
The Pope, as the head of the Catholic Church, must take responsibility for its actions and the profound effect those actions have had on generations of indigenous people. He must apologize on behalf of his church and join in the spirit of reconciliation, as has been recommended by the Truth and Reconciliation Commission. An apology is not only the right thing to do but is the Christian thing to do. Although an apology will not undo the horrors of the past, it will go a long way in helping survivors heal.
Monsieur le Président,
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Je suis heureux de pouvoir parler de cette motion au nom des Nunavummiuts et de tous les survivants.
Je souhaite remercier le député de Timmins—Baie James d'avoir présenté cette motion à la Chambre. Je souhaite aussi remercier le Nouveau Parti démocratique de partager son temps de parole avec moi et de me permettre de m'exprimer.
Je peux dire sans l'ombre d'un doute que des excuses papales pour le rôle qu'a joué l'Église dans la mise en oeuvre des pensionnats autochtones au Canada, et sa participation, sont totalement justifiées, et honnêtement, que le pape présente des excuses aux Autochtones du pays est la moindre des choses.
À cause des pensionnats autochtones, une génération d'enfants autochtones a été privée de son enfance, élevée non pas par des parents dans un foyer aimant, mais plutôt dans une culture de violence, une culture d'abus psychologique et sexuel. C'est cette culture étrangère et tordue qui a depuis engendré des problèmes de santé mentale, de dépendance aux drogues, et de suicides parmi les Autochtones des collectivités d'un bout à l'autre du Canada. Je le sais, car j'ai vécu l'expérience des pensionnats. Je le sais, car j'en ai moi-même conservé des séquelles. Je connais personnellement des personnes qui en souffrent encore aujourd'hui, des membres de ma famille et des amis qui vivent avec les démons de ce passé.
Dans ma circonscription, pas une seule famille n’a été épargnée par cet horrible héritage. Malheureusement, l’effet dévastateur des pensionnats ne s’est pas fait sentir seulement sur la génération qui en a vécu les horreurs, mais il touche encore les jeunes d’aujourd’hui.
La Conférence des évêques catholiques du Canada cherche à se défiler de ses responsabilités en invoquant des arguments d’ordre technique bien faibles. On laisse entendre, par exemple, que de très nombreux diocèses se sont partagé la responsabilité des pensionnats. On dit que des excuses prononcées par le pape à l’occasion d’une visite au Canada pourraient entraîner un fardeau financier pour l’Église. Vraiment! Ces arguments me renversent.
Pire encore, je lis ce matin qu’on hésite à présenter des excuses à cause de facteurs politiques susceptibles d’influer sur les liens entre le gouvernement et l’Église. On fait par exemple allusion au nouveau critère de financement du programme Emplois d’été Canada et de l’hésitation de l’Église à répondre à une demande directe du gouvernement.
Un archevêque aurait dit: « Cela place l’Église dans une position délicate. » Eh bien. J’aimerais que l’Église pense à la situation délicate dans laquelle s’est trouvée la population autochtone à cause des pensionnats. Je peux assurer l’archevêque que, quelle que soit la position délicate dans laquelle l’Église pourrait se trouver, les Autochtones ont vécu des choses bien pires à cause des pensionnats.
En tant que chef de l’Église catholique, le pape doit prendre la responsabilité de ses actes et des effets profonds qu'ils ont eus sur des générations d’Autochtones. Il doit présenter des excuses au nom de son Église et s’associer à l’esprit de réconciliation, comme l’a recommandé la Commission de vérité et réconciliation. S’excuser n’est pas seulement juste, c’est aussi un geste chrétien. Même si les excuses n’effacent pas les horreurs du passé, elles feront beaucoup pour la guérison des survivants.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-04-26 17:12 [p.18827]
Mr. Speaker, it is important in ways that will help people heal. As I said, it is not going to undo the horrors of the past, but acknowledging those horrors, taking responsibility, and apologizing for them will help people heal.
The member talked about suicide rates. In my riding of Nunavut, our suicide rates are 10 times the national average, yet we have not one facility in the north to help people deal with mental health and trauma-related issues. In most northern, isolated jurisdictions in Canada, those services are not adequately available, and that is where they are needed the most.
Monsieur le Président, c'est important parce qu'elles permettront aux gens de guérir. Comme je l'ai mentionné, rien ne permettra d'effacer les horreurs du passé, mais le fait de les reconnaître, d'en assumer la responsabilité et de s'en excuser aidera les gens à guérir.
Le député a parlé des taux de suicide. Dans Nunavut, les taux de suicide sont 10 fois plus élevés que la moyenne nationale, mais, pourtant, il n'y a aucune installation dans le Nord pour aider les gens à composer avec les problèmes de santé mentale et les traumatismes. Au Canada, dans la plupart des régions isolées du Nord, ces services ne sont pas facilement accessibles, alors que c'est là où l'on en a le plus besoin.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-04-26 17:14 [p.18827]
Mr. Speaker, I would like to thank the member for Labrador for her advocacy on this issue. I have had many discussions with her on this.
We need to put our money where our mouth is. We need to provide the programs and services for mental health, addictions, and help people deal with trauma. If we cannot provide those services in the north and in the isolated jurisdictions of the country, which are available in the south, we will never be able to move forward and end the cycle. Efforts need to be made to ensure we are putting our money where our mouth is and we are investing in those programs and services in order to help people heal.
Monsieur le Président, je tiens à remercier la députée de Labrador de ses efforts dans ce dossier. J'ai eu de nombreuses discussions avec elle à ce sujet.
Nous devons joindre le geste à la parole. Nous devons offrir les programmes et les services en matière de santé mentale et de toxicomanie et aider les gens à composer avec les traumatismes. Si nous n'arrivons pas à offrir ces services dans le Nord et dans les administrations isolées du pays, alors qu'ils sont offerts dans le Sud, nous n'arriverons jamais à aller de l'avant et à enrayer la spirale. Il faut faire davantage d'efforts pour joindre le geste à la parole et investir dans ces programmes et ces services afin d'aider les gens à guérir.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2018-04-26 17:16 [p.18827]
Mr. Speaker, the member put it very clearly how people heal differently. For some people, it may not be helpful; for some, it will. The spirit and the intent of just hearing those words from someone whose organization was responsible for so much damage over so many generations will help the healing process for a lot of those people, and that is important.
Monsieur le Président, comme le député l'a très clairement indiqué, les gens guérissent de différentes manières. Des excuses ne seront pas utiles pour certains Autochtones, mais elles le seront pour d'autres. L'esprit et l'intention dans lesquels elles sont prononcées et le simple fait qu'elles proviennent d'un représentant d'une organisation qui a causé tellement de torts, des générations durant, contribueront au processus de guérison de beaucoup de personnes, ce qui est important.
Results: 1 - 100 of 1254 | Page: 1 of 13

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data