Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 7877
View Ken McDonald Profile
Lib. (NL)
View Ken McDonald Profile
2021-06-11 10:28 [p.8264]
Mr. Speaker, when I hear a Conservative stand up and speak about spending and the deficit, I recall how the finance critic, the member for Carleton, would stand up day after day and say we are spending too much and helping too much. I wonder if the member could answer in a truthful way which program that we brought in during this pandemic the Conservatives would cut or give less money to.
It is fine to talk about what happened in 2008, but the world has never seen the likes of the pandemic that hit the globe the way it did a year and a half ago. Which program would he not support? Which program would he eliminate, and what class of people would be hurt the most by doing this?
Monsieur le Président, lorsque j'entends un conservateur parler de dépenses et de déficit, je ne peux m'empêcher de penser au porte-parole en matière de finances, le député de Carleton, qui nous reproche jour après jour de trop dépenser et d'offrir une aide exagérée. Je me demande si le député pourrait dire, en toute honnêteté, lesquels des programmes que nous avons instaurés pendant la pandémie les conservateurs élimineraient ou desquels ils réduiraient le financement.
Parler de ce qui s'est produit en 2008, c'est bien beau, mais jamais le monde n'a connu de bouleversement tel que celui qu'a entraîné la pandémie il y a un an et demi. Lesquels de nos programmes le député n'approuve-t-il pas? Lesquels éliminerait-il? Quels groupes démographiques en souffriraient le plus?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-06-10 14:47 [p.8225]
Mr. Speaker, yesterday, the public safety committee heard that the continued use of solitary confinement in Canadian prisons amounts to torture under international law. Black and indigenous people are severely over-represented in Canadian prisons, as a result of more than a century of systemic racism, and are therefore more likely to be subject to this torture. Lack of transparency, oversight and direction have allowed it to continue. It must stop. Torture must stop. Systemic racism must stop.
When will the Liberal government end state-sponsored torture of Canadian citizens in our prisons?
Monsieur le Président, hier, le comité de la sécurité publique a entendu que le recours à l'isolement prolongé des détenus dans les pénitenciers canadiens relève de la torture selon le droit international. Les Noirs et les Autochtones sont surreprésentés dans les pénitenciers au Canada, en raison du racisme systémique qui sévit depuis plus d'un siècle. Par conséquent, ces groupes risquent davantage d'être victimes de torture. Le manque de transparence, de surveillance et de leadership a fait en sorte que cette problématique persiste. Cela doit cesser. La torture doit cesser. Le racisme systémique doit cesser.
Quand le gouvernement libéral mettra-t-il fin à cette torture financée par l'État à l'endroit de nos concitoyens canadiens incarcérés?
View Churence Rogers Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I have heard from many fish harvesters and industry stakeholders in my riding about the recent 3Ps codfish management plan for the 2021-22 season. While we know that the stock is facing challenges, it is a valuable resource for my riding and our many small rural communities and residents. Harvesters have expressed concerns with the scientific assessment model that is used for stock assessment and have called for a review of the science.
Can the Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard explain the steps the government is taking in advancing—
Monsieur le Président, de nombreux pêcheurs et intervenants de l'industrie dans ma circonscription m'ont parlé du récent plan de gestion de la morue dans la sous-division 3Ps pour la saison 2021-2022. Nous sommes conscients des difficultés liées au stock, mais il s'agit d'une ressource précieuse pour ma circonscription et pour nos nombreuses petites collectivités rurales et leurs habitants. Les pêcheurs ont exprimé des inquiétudes quant au modèle d'évaluation scientifique utilisé pour l'évaluation du stock et ont demandé que les données scientifiques soient revues.
La ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne peut-elle expliquer les mesures que prend le gouvernement pour faire avancer...
View Ken McDonald Profile
Lib. (NL)
View Ken McDonald Profile
2021-06-09 14:06 [p.8149]
Mr. Speaker, I rise today to pay tribute to the life of George Murphy, who passed away suddenly at the young age of 58 this past weekend. Every Newfoundlander and Labradorian knew George Murphy. He had a unique personality with a contagious smile and always a story to tell.
George was known in our province as the gas guru. With his expert knowledge, he would give us the inside scoop on the weekly price of gas, even in the middle of an election campaign or in the middle of a pandemic.
George was a well-known taxi driver and business manager for Jiffy Cabs. His personality and passion for our province brought him to the House of Assembly as the MHA for St. John's East from 2011 to 2015. In the recent provincial election he ran in his home district of Harbour Main for the Liberal Party of Newfoundland and Labrador.
George will be remembered as the loving husband to his wife, Joy, a wonderful father and grandfather. He was generous, a passionate man and above all else a gentle soul. George was taken from us way too soon. His legacy will live on.
“Rest easy, my friend.”
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour rendre hommage à George Murphy, qui est décédé subitement à l'âge de 58 ans la fin de semaine dernière. Tout le monde connaissait George Murphy à Terre-Neuve-et-Labrador. Doté d'une personnalité unique et d'un sourire contagieux, il avait toujours une histoire à raconter.
George était connu dans la province comme le spécialiste du prix de l'essence. Grâce à ses connaissances spécialisées, il annonçait avant tout le monde le prix de l'essence pour une semaine donnée, même en plein cœur d'une campagne électorale ou d'une pandémie.
George était un chauffeur de taxi et un gestionnaire de Jiffy Cabs bien connu. Sa personnalité et sa passion pour notre province l'ont mené jusqu'à la Chambre d'assemblée, où il a été député de St. John's East, de 2011 à 2015. Lors des récentes élections provinciales, il s'est présenté dans sa circonscription, Harbour Main, pour le Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador.
On se souviendra de George comme d'un mari aimant pour Joy et comme d'un merveilleux père et grand-père. C'était un homme généreux et passionné, mais d'abord et avant tout, une âme charitable. George nous a quittés beaucoup trop tôt. Il laisse derrière lui un héritage qui perdurera.
Repose en paix, mon ami.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-06-08 10:57 [p.8072]
Madam Speaker, on a point of order, I believe there is consent that I be given an opportunity to intervene on the question of privilege raised yesterday by the member for Louis-Saint-Laurent.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. Je crois qu'il y a consentement pour qu'on me donne l'occasion d'intervenir sur la question de privilège soulevée hier par le député de Louis-Saint-Laurent.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-06-08 10:57 [p.8072]
Madam Speaker, I rise today, virtually of course, to speak and intervene on the question of privilege raised yesterday by the member for Louis-Saint-Laurent, the opposition House leader, in reference to the order of this House that was issued on June 2, 2021, by a motion before the House. The matter has been referred back to the House, as it has not been complied with. It was raised yesterday by the member for Louis-Saint-Laurent, and the member for Jonquière spoke on behalf of the Bloc Québécois. I wish to add my remarks. I will not be long.
It was a lengthy intervention by the member for Louis-Saint-Laurent, who gave an extensive outline of the authorities. I want to underscore the importance of obeying House orders, in particular when it relates to the issue of sending for papers and records. The government ought to recognize the supremacy of Parliament in these matters.
This has been a long-standing issue before the House, and it is very clear that the power to send for persons, papers and records is part of the privileges, rights and immunities of the House of Commons, which it inherited when it was created. This is found in section 18 of the Constitution Act, 1867, and also in section 4 of the Parliament of Canada Act. This constitutional right is essential for Parliament as a legislative and deliberative body, so that it can deliberate, legislate and hold the government to account. This, of course, is outlined in House of Commons Procedure and Practice, third edition, at page 137.
As is very clear:
The Standing Orders do not delimit the power to order the production of papers and records. The result is a broad, absolute power that on the surface appears to be without restriction. There is no limit on the types of papers likely to be requested; the only prerequisite is that the papers exist in hard copy or electronic format, and that they are located in Canada.
No statute or practice diminishes the fullness of that power rooted in House privileges unless there is an explicit legal provision to that effect, or unless the House adopts a specific resolution limiting the power. The House has never set a limit on its power to order the production of papers and records.
This is also from House of Commons Procedure and Practice, third edition, at page 985.
A number of authorities have been mentioned by the member for Louis-Saint-Laurent in this discussion, and I will not repeat them all here. The principal one for the House is the decision of Speaker Milliken from April 27, 2010. As Bosc and Gagnon note, he ruled that “it was within the powers of the House to ask for the documents specified in the House Order, and that it did not transgress the separation of powers between the executive and legislative branches of Government.” That is the basis for the order and request, and the failure to fulfill it is, in my view, a prima facie breach of the privileges of the House, which the Speaker has been asked to find.
I support that request and will go on to say as well, as mentioned by the member for Louis-Saint-Laurent and the member for Jonquière, that the government's solution to the order is an excuse. It sees putting the documents in their unredacted form before the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians as a reference to a parliamentary committee. That is clearly inadequate and is, in fact, quite wrong in law and fact. The National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians is not a committee of Parliament and does not report to Parliament, except by way of filing documents that have been vetted by the prime minister. This is explicitly stated in its legislation. I will read it for the benefit of members. Subsection 4(3) of the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians Act states:
(3) The Committee is not a committee of either House of Parliament or of both Houses.
It is designed with a job and mandate, as specified in the legislation, to review:
(a) the legislative, regulatory, policy, administrative and financial framework for national security and intelligence
This is the power of the committee, under the aegis of the legislation. It reports to the Prime Minister, who can delete anything from its report, and is essentially not a function of the House. It is, rather, a separate body that provides some oversight of the national security issues of government. However, it is a governmental body, not a parliamentary body.
My party and I reject the notion that this is an adequate response to the request and the order of the House, and I wish to underscore and support the expectation that the Speaker will rule this a prima facie breach of the privileges of members of Parliament, and that we will have to consider the appropriate remedy as a House, in the exercise of its powers, to deal with this breach of a question of privilege.
Those are the remarks that I wish to make today in support of the notion that this be a breach of the privileges of the members of the House of Commons.
Madame la Présidente, je prends la parole — évidemment à distance — pour aborder la question de privilège qui a été soulevée hier par le député de Louis-Saint-Laurent, le leader à la Chambre de l'opposition officielle, en lien avec l'ordre de la Chambre qui a été publié le 2 juin 2021, par l'entremise d'une motion. La question a été renvoyée à la Chambre, car l'ordre n'a pas été respecté. Le député de Louis-Saint-Laurent en a fait mention à la Chambre hier, et le député de Jonquière a parlé au nom du Bloc québécois. J'aimerais ajouter mes observations. Je serai bref.
Le député de Louis-Saint-Laurent a parlé longuement et il a présenté en détail les décisions faisant autorité. J'aimerais attirer l'attention sur l'importance d'obéir aux ordres de la Chambre, surtout en ce qui concerne la production de documents et de dossiers. Le gouvernement doit reconnaître la suprématie du Parlement dans une telle situation.
Ce problème dure depuis longtemps à la Chambre. Il ne fait aucun doute que le privilège d'exiger la présence de personnes ou la production de documents et de dossiers relèvent des droits, des pouvoirs et de l'immunité de la Chambre des communes tels qu'ils lui ont été conférés lors de sa création. C'est bien indiqué à l'article 18 de la Loi constitutionnelle de 1867 de même qu'à l'article 4 de la Loi sur le Parlement du Canada. Ce droit constitutionnel est fondamental pour que le Parlement, qui est un organe législatif et une assemblée délibérante, puisse débattre, légiférer et exiger des comptes du gouvernement. Cette pratique est indiquée dans La procédure et les usages de la Chambre des communes, troisième édition, à la page 137.
Il est clairement indiqué ce qui suit:
Le libellé du Règlement ne circonscrit pas les contours du pouvoir d’exiger la production de documents et de dossiers. Il en résulte un pouvoir général et absolu qui ne comporte a priori aucune limitation. La nature des documents qui sont susceptibles d’être exigés est indéfinie, les seuls préalables étant qu’ils soient existants, peu importe qu’ils soient en format papier ou électronique, et qu’ils soient au Canada.
Aucune loi ou pratique ne vient diminuer la plénitude de ce pouvoir dérivé des privilèges de la Chambre, à moins que des dispositions légales le limitent explicitement ou que la Chambre ait restreint ce pouvoir par résolution expresse. Or, la Chambre n’a jamais fixé aucune limite à son pouvoir d’exiger le dépôt de documents et de dossiers.
Cet extrait provient lui aussi de La procédure et les usages de la Chambre des communes, troisième édition, à la page 985.
Dans son discours, le député de Louis-Saint-Laurent a cité un certain nombre d'autorités. Je n'y reviendrai donc pas. En ce qui concerne la Chambre, il cite principalement la décision du Président Milliken du 27 avril 2010. Comme Bosc et Gagnon le font remarquer, il a déterminé « qu’il relevait des pouvoirs de la Chambre de demander les documents précisés dans l’ordre, et que ce dernier ne contrevenait pas au principe de la séparation des pouvoirs entre l’organe exécutif et l’organe législatif ». Voilà ce sur quoi se fondent l'ordre et la demande, et, à mon point de vue, l'incapacité à remplir cette obligation constitue de prime abord une atteinte aux privilèges de la Chambre, ce que l'on demande à la présidence de déterminer.
J'appuie la demande et je dirai aussi, à l'instar des députés de Louis-Saint-Laurent et de Jonquière, que la solution du gouvernement à l'ordre lui sert de prétexte. Le gouvernement considère que la présentation des documents non caviardés au Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement constitue un renvoi à un comité parlementaire. C'est clairement inapproprié et, d'ailleurs, tout à fait erroné en droit et en fait. Le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement n'est pas un comité du Parlement et ne rend pas compte au Parlement, sauf en déposant des documents qui ont été approuvés par le premier ministre. C'est explicitement prévu dans la loi. Je vais la lire pour la gouverne des députés. Le paragraphe 4(3) de la Loi sur le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement dit ceci:
(3) Le Comité n’est ni un comité du Sénat ou de la Chambre des communes ni un comité mixte de ces deux chambres.
Comme le prévoit la loi, le comité a pour mandat:
a) d’examiner les cadres législatif, réglementaire, stratégique, financier et administratif de la sécurité nationale et du renseignement [...]
C'est le pouvoir que confère la loi au comité. Le comité fait rapport au premier ministre, qui peut supprimer n'importe quoi de son rapport, et ne relève essentiellement pas de la Chambre. Il constitue plutôt un organe distinct qui exerce une certaine surveillance des questions de sécurité nationale du gouvernement. Il s'agit toutefois d'un organe gouvernemental et non d'un organe parlementaire.
Mon parti et moi rejetons l'idée qu'il s'agit d'une réponse adéquate à la demande et à l'ordre de la Chambre. Je souhaite aussi souligner et appuyer le fait que nous nous attendons à ce que le Président juge qu'il y a, de prime abord, atteinte aux privilèges des députés et à ce que nous devions déterminer — en tant que Chambre et en application des pouvoirs qui lui sont conférés — le recours approprié pour remédier à cette question de privilège.
Voilà les observations que je souhaite faire aujourd'hui pour appuyer l'idée qu'il s'agit d'une atteinte aux privilèges des députés.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, last week I had a conversation with the Canadian Fuels Association, whose outlook on biofuels is very positive.
We invested $1.5 billion in a biofuels fund. Biofuels and forestry workers are key to a clean energy future and will get us to net zero.
Monsieur le Président, la semaine dernière, j'ai discuté avec l'Association canadienne des carburants qui a une vision très positive des biocarburants.
Nous avons investi 1,5 milliard de dollars dans un fonds pour soutenir les biocarburants. Les biocarburants et les travailleurs du secteur forestier favorisent un avenir d'énergie propre et vont nous conduire à la carboneutralité.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I am fully committed to the mandate letter given to me by the Prime Minister. We are looking at all our options to support workers as we build a low-emissions energy future, including legislation. No one gets left behind.
Energy workers built this country. They are the same people who will lower emissions and build up renewables. They are the same people who will help us meet our targets. We are investing in them through budget 2021 with $2 billion to retrain and retool for the jobs of tomorrow with investments in CCUS, low-carbon fuels and hydrogen.
Monsieur le Président, je suis fermement résolu à respecter la lettre de mandat que m'a remise le premier ministre. Nous examinons toutes nos options pour soutenir les travailleurs pendant la création d'un avenir axé sur les énergies à faibles émissions, y compris un projet de loi. Personne n'est laissé pour compte.
Les travailleurs du secteur de l'énergie ont bâti ce pays. Ce sont eux qui vont réduire les émissions et développer les énergies renouvelables. Ce sont eux qui nous aideront à atteindre nos objectifs. Dans le cadre du budget de 2021, nous investissons 2 milliards de dollars pour recycler ces travailleurs et les doter de nouveaux outils pour les emplois de demain au moyen d'investissements dans le captage, l'utilisation et le stockage de carbone, les carburants à faible teneur en carbone et l'hydrogène.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question.
There is no path to net-zero emissions that does not involve our forests. Last Friday, I announced that over 30 million trees would be planted by the end of the year. Some are already in the ground. We are building new, permanent forests, large enough to cover an area twice the size of Prince Edward Island. They are absorbing and storing carbon and creating thousands of jobs.
We are planting today for a better future.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
Il n'y a pas de voie vers la carboneutralité sans nos forêts. Vendredi dernier, j'ai annoncé que plus de 30 millions d'arbres seront plantés d'ici la fin de l'année. Des arbres sont déjà dans le sol. Nous construisons des forêts nouvelles et permanentes, assez pour couvrir une superficie de deux fois l'Île-du-Prince-Édouard, absorbant et stockant le carbone et créant des milliers d'emplois.
Nous semons aujourd'hui pour un avenir meilleur.
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Madam Speaker, I rise with great sadness today to honour Pastor Ralph Benson, who died tragically last month.
Pastor Benson faced many challenges as a young man, but through his relationship with our saviour he persevered to become a pillar in his church, his family and of all Newfoundland and Labrador. Known for his infectious energy and having a huge heart for people, he served Gander and the surrounding area in many ways. Pastor Benson was always there to support and love.
Serving with him through it all is Paulette his wife. They raised three wonderful children, Melissa, Adam and Melanie, and that brings us to perhaps his best role, as "Poppy". His love and pride for his grandchildren were limitless. Nick, Julia, Daniel, Gracie, Avery, Luke and Jesse will walk with his spirit for the rest of their lives.
The loss of Pastor Benson leaves a great hole in our lives and in our hearts. On behalf of all of us here in the House of Commons, I offer our condolences to the family. We will think of Pastor Benson often, until we see him again. God bless.
Madame la Présidente, c'est rempli d'une grande tristesse que j'interviens aujourd'hui pour rendre hommage au pasteur Ralph Benson, décédé tragiquement le mois dernier.
Le pasteur Benson a dû surmonter beaucoup de défis pendant sa jeunesse, mais sa relation avec notre Sauveur lui a permis de persévérer et de devenir un pilier de son église, de sa famille et de Terre-Neuve-et-Labrador. Avec son énergie contagieuse et son grand coeur, bien connus de tous, et il a été au service des gens de Gander et des environs de toutes sortes de façons. Il était toujours là pour offrir soutien et amour.
Son épouse Paulette a servi à ses côtés pendant des années. Ils ont élevé ensemble trois merveilleux enfants, Melissa, Adam et Melanie, ce qui m'amène à ce qui a peut-être été son rôle préféré, celui de « Poppy ». Il avait un amour et une fierté infinis pour ses petits-enfants. Son esprit accompagnera Nick, Julia, Daniel, Gracie, Avery, Luke et Jesse pendant toute leur vie.
Le décès du pasteur Benson laisse un grand vide dans nos vies et nos coeurs. J'offre mes condoléances à sa famille au nom de tous les députés. Nous penserons souvent au pasteur Benson en attendant de le revoir. Que Dieu le bénisse.
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Madam Speaker, I rise on a point of order. I want to apologize in the beginning, with your indulgence and that of the House.
I was informed by the IT ambassador that when I did my member's statement, my mike was not working. With the indulgence of the House, I was hoping to repeat my statement.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. Je tiens d'abord à présenter mes excuses, si la Chambre et la présidence me le permettent.
Le responsable des TI m'a informé que mon micro ne fonctionnait pas pendant ma déclaration. Avec l'indulgence de la Chambre, j'aimerais donc pouvoir la répéter.
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Madam Speaker, it is with great sadness that I rise today to honour Pastor Ralph Benson, who died tragically last month.
Pastor Benson faced many challenges as a young man, but through his relationship with our saviour he persevered to become a pillar of his church, his family and all of Newfoundland and Labrador. Known for having an infectious energy and huge heart for people, he served Gander and the surrounding area in many ways. Pastor Benson was always there to offer support and love.
Serving with him through it all was Paulette, his wife. They raised three wonderful children, Melissa, Adam and Melanie, and that brings us to perhaps best role: Poppy. His love for and pride in his grandchildren Nick, Julia, Daniel, Gracie, Avery, Luke and Jesse were limitless. They will walk with his spirit for the rest of their lives.
The loss of Pastor Benson leaves a great hole in our lives and in our hearts. On behalf of all of us here in the House of Commons, our condolences to the family. We will think of Pastor Benson often until we see him again. May God bless him.
Madame la Présidente, c'est rempli d'une grande tristesse que j'interviens aujourd'hui pour rendre hommage au pasteur Ralph Benson, décédé tragiquement le mois dernier.
Le pasteur Benson a dû surmonter beaucoup de défis pendant sa jeunesse, mais sa relation avec notre Sauveur lui a permis de persévérer et de devenir un pilier de son église, de sa famille et de Terre-Neuve-et-Labrador. Avec son énergie contagieuse et son grand cœur, bien connus de tous, il a été au service des gens de Gander et des environs de toutes sortes de façons. Il était toujours là pour offrir soutien et amour.
Son épouse Paulette a servi à ses côtés pendant des années. Ils ont élevé ensemble trois merveilleux enfants, Melissa, Adam et Melanie, ce qui m'amène à ce qui a peut-être été son rôle préféré, celui de « Poppy ». Il avait un amour et une fierté infinis pour ses petits-enfants, Nick, Julia, Daniel, Gracie, Avery, Luke et Jesse. Son esprit les accompagnera pendant toute leur vie.
Le décès du pasteur Benson laisse un grand vide dans nos vies et nos cœurs. J'offre mes condoléances à sa famille au nom de tous les députés. Nous penserons souvent au pasteur Benson en attendant de le revoir. Que Dieu le bénisse.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-06-03 15:34 [p.7913]
Mr. Speaker, I believe congratulations are in order from the sounds of things.
I really appreciate the opportunity to speak today and to say to all members of the House ulaakut. I speak today in representing the indigenous people of Labrador, all Labradorians who live in the lands of the Innu and the Inuit of the region.
Like many before me today, we acknowledge our Parliament is located on the traditional and unceded territory of the Algonquin Anishinabe people. I, like many Canadians, am thankful for the freedom we have to speak and for the opportunity to speak to what has been a sad legacy and a dark chapter of residential schools in Canada.
I will be sharing my time today with my colleague, the member for Winnipeg North.
The residential school system is a national tragedy. It was born of colonialism and it was propelled by systemic racism. We can all agree on that. I think all of us are still very shocked and profoundly upset with the news we heard coming out of Kamloops in the last week. Unfortunately, the first nations of Kamloops are alone and, once again, this is evidence of the pain experienced by generations from the legacy of residential schools and the system in which they were entrapped.
Many continue to experience that pain today. I know this very well, because I know my riding and the people I serve. Many of them are victims of residential schools. The pain and hurt of that experience follows them to this day and unfortunately will follow them and their families for generations to come.
Our government is the first in Canadian history to step up and talk openly about reconciliation with indigenous people. We are the first government to establish that reconciliation with indigenous people is a priority for us and for Canada, and Canadians support and embrace this.
I also want to outline that as a government we are deeply committed to advancing reconciliation, the healing of Indian residential school survivors and their families, and providing supports, depending on the wishes of those communities. More specifically, we are deeply committed to supporting survivors, families and communities, and helping to locate and memorialize through ceremony the children who died and went missing.
The first residential schools were open toward the end of the 19th century and never ceased operation until nearly the close of the 20th century, in 1996. That is only about 25 years ago, so it is not ancient history and it is not without its impacts being felt as deeply as they are today.
The darkness and the pain that came with learning the news is not going to cease today, tomorrow or in the days and years ahead. However, I hope someday in our country we will have achieved reconciliation and healing for all those who were deeply harmed and hurt.
The legacy of residential schools continues to this day with indigenous people, as I said, and it is felt in many ways, through poverty, food insecurity, mental illness, physical health and, more commonly and most known, through death by suicide. This is the sad outcome and the legacy that follow residential schools.
For first nations, Inuit and Métis, while they live with this legacy, they also live with the post-traumatic stress and the intergenerational trauma that accompanies it.
What I do know is this. In the riding I represent in Labrador, despite consistent lobbying and advocating, despite good investments that we have made and continue to make, there still needs to be more focus on mental health and on healing. There are still far too many people who are asking for help that they are not getting. There are still far too many people who are reaching out in words and actions to a dead end. We need to focus on that.
If we are really to help in this healing process, it has to start with mental health services. It has to start with providing the supports that people need to function in everyday life. It has to start with ending poverty and closing the gap that exists between indigenous and non-indigenous Canadians. It has to ensure that there is food security, that there is heat security and that opportunities are equal to all kids.
As we talk about the dark chapters and the sad legacy of residential schools, I also fear for the future yet of many indigenous kids in our country, only because I see what transpires before our eyes each and every day still. Far too many kids are still being removed from their communities, cultures, language and the people who love them. While they may be removed to be safe, we need to find ways to keep indigenous kids safe without having them lose everything else that provides value in their lives.
I deal with issues almost on a daily basis in my riding of children who are being sent hundreds and, in some cases, thousands of kilometres away to be fostered in families and homes, which I am sure, in many cases, are loving and supportive. However, I know these children are losing things that are very valuable to them. They are losing the opportunity to grow up in their own culture and to learn their own language. They are losing the opportunity to visit with those they have learned to love and know.
We need to find a better way, and we can only do that when we work with leadership within first nations, Inuit and Métis governments. This has to be a priority for everyone. Indigenous children have to be a priority for everyone. While it is a priority in terms of when we speak and give that commitment, we need to ensure that it translates into real, substantial change on the ground that will ensure the safety of these children, of their mental and physical health, and the overall well-being of these children as well.
When we talk about the legacy of residential schools, we feel each and every day, as we walk with those we know and love, the serious consequences that it has left behind. I know many people have asked that history be erased in some way, but we should never erase history. When it is so bad, so sad, so horrifying, we should never repeat it. For that to happen, we need to fully understand it.
If we are to move toward meaningful reconciliation for indigenous people and non-indigenous people, together moving forward, then we need to have that level of respect. We need to have transparency. We need to have accountability, but we also need to have understanding, a full understanding—
Monsieur le Président, je crois que les félicitations sont tout à fait justifiées.
Je suis heureuse de pouvoir prendre la parole aujourd’hui et de dire à tous les députés ulaakut. Je m’adresse à la Chambre au nom de tous les peuples autochtones du Labrador et de tous ceux qui habitent au Labrador, sur les terres des Innus et des Inuits.
À l’instar d’un grand nombre de députés qui m’ont précédée, je reconnais que notre Parlement est situé sur le territoire traditionnel et non cédé du peuple algonquin anishinabe. Comme beaucoup de Canadiens, je me réjouis de la liberté de parole qui m’est accordée et de l’occasion qui m’est donnée de parler du triste chapitre de l’histoire canadienne qu’est celui des pensionnats autochtones.
Je compte partager mon temps avec le député de Winnipeg-Nord.
Le système des pensionnats est une tragédie nationale. Produit du colonialisme, il a été alimenté par le racisme systémique. Nous sommes tous d’accord là-dessus. Je pense que nous sommes encore tous bouleversés par ce qui a été découvert à Kamloops, la semaine dernière. Malheureusement, les Premières Nations de Kamloops sont seules, et encore une fois, elles souffrent de ce qu’ont connu les générations précédentes avec les pensionnats et le système qui les a pris au piège.
Elles sont nombreuses à en souffrir encore aujourd’hui. Je suis bien placée pour le savoir, car je connais bien ma circonscription et les gens qui y habitent. Bon nombre d’entre eux sont des victimes des pensionnats. Ce qu’ils ont vécu est une souffrance encore aujourd’hui, qui perdurera malheureusement pendant des générations.
Le gouvernement actuel est le premier dans toute l’histoire du pays à avoir parlé ouvertement de réconciliation avec les Autochtones. Nous sommes le premier gouvernement à avoir affirmé que la réconciliation avec les Autochtones était une priorité pour nous et pour le Canada, ce que les Canadiens approuvent.
Je voudrais également rappeler que le gouvernement actuel s’est fermement engagé à faire avancer la réconciliation, à faciliter la guérison des survivants des pensionnats et de leurs familles, et à fournir les aides nécessaires, selon les désirs des communautés. Plus précisément, nous nous sommes profondément engagés à aider les survivants, les familles et les communautés à localiser les lieux d’inhumation des enfants décédés et à en célébrer la mémoire.
Les premiers pensionnats ont ouvert leurs portes à la fin du XIXe siècle et le dernier n’a fermé qu’en 1996, soit il y a à peine 25 ans. Ce n’est donc pas de l’histoire ancienne et cela explique que leur impact soit encore aussi présent dans les esprits.
La douleur et le désespoir qu’ils ont ressentis en apprenant ce qui s’est passé ne vont pas disparaître aujourd’hui, ni demain, ni dans les prochaines années. J’espère toutefois que nous réussirons à parvenir à la réconciliation pour tous ceux qui ont été durement touchés.
Comme je l’ai dit, les Autochtones continuent de ressentir les effets des pensionnats, et ce, de toutes sortes de façons, que ce soit la pauvreté, l’insécurité alimentaire, les troubles mentaux ou physiques ou, trop souvent, le suicide. C’est là le triste héritage des pensionnats.
Les Premières Nations, les Inuits et les Métis qui doivent vivre avec ce triste héritage doivent aussi vivre avec le stress post-traumatique et le traumatisme intergénérationnel qui l’accompagne.
Ce que je sais, c’est que dans la circonscription de Labrador, que je représente, malgré le lobbying, le démarchage et les bons investissements qui ont été faits et que nous continuons de faire, il y a encore des choses à faire en ce qui concerne la santé mentale et la guérison. Il y a encore trop de gens qui ont besoin d’aide et qui ne l’obtiennent pas. Il y a encore trop de gens qui se heurtent à un mur. C’est de cela que nous devons nous préoccuper.
Si nous voulons vraiment faciliter le processus de guérison, nous devons commencer par les services de santé mentale. Nous devons commencer par fournir les aides dont les gens ont besoin pour fonctionner au quotidien. Nous devons éradiquer la pauvreté et supprimer le fossé qui existe entre les Canadiens autochtones et les autres. Nous devons assurer la sécurité alimentaire et des chances égales pour tous les enfants.
Quand je parle du sombre chapitre des pensionnats, je m’inquiète aussi pour l’avenir d’un grand nombre d’enfants autochtones du Canada, simplement parce que je vois ce à quoi nous assistons encore chaque jour. Beaucoup trop d’enfants sont retirés à leur communauté, à leur culture, à leur langue et à ceux qui les aiment. On le fait peut-être pour assurer leur sécurité, mais on devrait pouvoir le faire sans leur retirer tout ce qui les rattache à leur communauté.
Presque chaque jour, on me rapporte le cas d’un enfant qui a été envoyé à des centaines, voire des milliers de kilomètres de sa famille pour être pris en charge par une autre famille qui, dans la plupart des cas, est, je n’en doute pas, affectueuse et stimulante. Mais le fait est que ces enfants n’ont pas la possibilité de grandir dans leur propre culture et d’apprendre leur propre langue. Ils perdent ainsi la possibilité de garder des contacts avec ceux qu’ils ont appris à connaître et à aimer.
Il faut trouver une meilleure solution, et le seul moyen d'y arriver est de collaborer avec les gouvernements des Premières Nations, inuits et métis. Cela doit constituer une priorité pour tout le monde. Les enfants autochtones doivent être la priorité de tous. Cette priorité doit se refléter dans nos discours et nos engagements, mais également se traduire en un changement réel et considérable sur le terrain de manière à assurer la sécurité de ces enfants, leur santé physique et mentale et leur bien-être global.
Les pensionnats ont laissé un douloureux héritage et nous voyons chaque jour les graves séquelles qu'ils ont laissées chez les gens que nous connaissons et aimons. Je sais que de nombreuses personnes voudraient que l'on efface le passé. Or, il ne faut jamais effacer le passé, même lorsqu'il est sombre, triste et horrible. Il faut le comprendre pleinement, de manière à ne jamais répéter les erreurs du passé.
Si nous voulons parvenir à une véritable réconciliation entre les Autochtones et les non-Autochtones, nous devons faire preuve de respect, de transparence, de reddition de comptes et de compréhension. Nous devons comprendre pleinement...
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-06-03 15:46 [p.7915]
Mr. Speaker, I thank my colleague for her work on this issue and other issues related to indigenous children in Canada.
First of all, she is well aware that we are committed to implementing the calls to action within the Truth and Reconciliation Commission report and we are continuing the process of truth-telling, as we have already seen, which is a part of the healing for indigenous people that has been laid out by the commission.
Also, I want to reiterate the investments that we are making, and we are moving forward with these investments. There are many cases of unmarked graves across the country as well. We have started the work toward locating them. Unfortunately, what we are discussing today is very tragically not an isolated case in this country. It is one glimpse of the dark reality, the grim reality of residential schools.
We have committed funding in previous budgets that is still being rolled out. I am sure there are many who wish it could be moving much more quickly, but we also have a—
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son travail sur cette question et sur d'autres questions relatives aux enfants autochtones au Canada.
D'abord, elle sait très bien que nous sommes déterminés à mettre en œuvre les appels à l'action du rapport de la Commission de vérité et réconciliation et que nous poursuivons le processus de recherche de la vérité, comme nous l'avons déjà vu, qui fait partie des démarches associées à la guérison des peuples autochtones, comme le recommandait la Commission.
N'oublions pas non plus les investissements que nous faisons. Nous allons de l'avant avec ces investissements. Il y a de nombreuses tombes anonymes partout au pays. Nous avons commencé à essayer de les localiser. L'affaire dont nous parlons aujourd'hui, même si elle est profondément tragique, n'est pas un cas exceptionnel, hélas. C'est un voile levé sur la sombre réalité des pensionnats autochtones.
Nous avons prévu des fonds dans des budgets précédents qui sont toujours en cours d'attribution. Je suis sûre qu'il y a beaucoup de gens qui souhaiteraient que les choses aillent beaucoup plus vite, mais nous avons aussi un...
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-06-03 15:48 [p.7915]
Mr. Speaker, I have shared with the member on committee many different important topics related to indigenous people in Canada, including this one.
Decolonizing the process that has impacted people in this country for many generations is not going as quickly as any of us would like, such as removing the Indian Act, ensuring the protection and safety of children, and closing the gaps we currently have between indigenous and non-indigenous children in the country. Denouncing the colonial systems is a part of that. Reconciling historical wrongdoings is a part of that, but rebuilding our relationship with indigenous people is also a critical piece to all of this.
In order for us to move forward, to do the investments that we currently have on the table and are prepared to invest to help support survivors, families and children, we can only do that in partnership with all of the indigenous governments and organizations that are there. Do we want to fix this? Do we want to make sure that people have the healing and supports they need? Absolutely.
I look at people every single day in my job, because it is my job to represent them. I see the hurt and pain of the experiences of residential schools. I would like nothing more than to take that away, just like every other member in this House, but it is a process. We have to work with them to make sure that we do the right things: investing in mental health, investing in closing the gaps, investing in indigenous children and their families. This is the right thing to do. I hope all governments, not just the government today, not just members in the House today, but all governments in this country in the future will see that as well—
Monsieur le Président, au comité, j'ai discuté avec la députée de nombreux sujets importants liés aux Autochtones au Canada, notamment celui-ci.
La décolonisation du processus qui a touché bien des gens au pays pendant de nombreuses générations ne se fait pas aussi rapidement que nous le souhaiterions. Je pense notamment à l'abrogation de la Loi sur les Indiens, au fait d'assurer la protection et la sécurité des enfants et de combler le fossé qui existe entre les enfants autochtones et les enfants non autochtones au pays. Dénoncer les systèmes coloniaux fait partie du processus. Réparer les torts historiques fait partie du processus, mais rétablir la relation avec les peuples autochtones est aussi un élément essentiel de ce dernier.
Ce n'est qu'en travaillant en partenariat avec l'ensemble des gouvernements et des organismes autochtones que nous arriverons à aller de l'avant et à faire les investissements que nous envisageons et que nous sommes prêts à faire actuellement pour soutenir les survivants, les familles et les enfants. Voulons-nous régler le problème? Voulons-nous faire en sorte que les gens disposent des outils et des mesures de soutien dont ils ont besoin pour cheminer vers la guérison? Absolument.
J'observe les gens chaque jour dans le cadre de mon travail, parce que c'est mon travail de les représenter. Je vois les souffrances et la douleur que les pensionnats ont causées. Rien ne me satisferait plus que de pouvoir chasser ces souffrances, comme tous les autres députés, mais ce processus doit suivre son cours. Nous devons travailler avec ces personnes pour nous assurer de faire ce qu'il faut: investir dans la santé mentale, investir pour combler le fossé et investir pour les enfants autochtones et leur famille. C'est la bonne chose à faire. J'espère que tous les gouvernements — pas seulement le gouvernement et les députés actuels, mais tous les gouvernements futurs de ce pays — y verront aussi...
View Churence Rogers Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, today I want to pay tribute to a constituent of mine, Mr. Dave Brenton, of Marystown.
Dave was a strong community leader and always strived to make things better. He was a mentor to many and an advocate for all. He was a high school teacher and principal. He formed local sports teams. He was a lifetime member of the Kinsmen Club of Canada and a member of the Marystown town council for years. As a member of his local health care foundation, he helped raise millions of dollars through radiothons and other initiatives to better the health care system on the Burin Peninsula.
I would need much more time to go into a full list of Dave's accomplishments. His loss leaves a large void among his community and all who knew him. Please join me in sending sincere sympathies to his wife Anne, their three children and grandchildren and to everyone in Marystown and the surrounding region who were so positively affected by his hard work and goodwill.
May he rest in peace.
Monsieur le Président, je veux rendre hommage aujourd'hui à un habitant de ma circonscription, M. Dave Brenton de Marystown.
Véritable figure de proue dans sa collectivité, Dave s'efforçait toujours de la rendre meilleure. Il était un mentor pour plusieurs et le défenseur de tous. Dave a été enseignant et directeur d'école au niveau secondaire, et il a aussi mis sur pied des équipes sportives locales. Il était membre à vie du club Kinsmen du Canada et a siégé au conseil municipal de Marystown pendant des années. En tant que membre de la fondation locale pour les soins de santé, il a contribué à la collecte de millions de dollars, au moyen de radiothons et d'autres projets, afin d'améliorer le système de soins de santé dans la péninsule de Burin.
Il me faudrait beaucoup plus de temps pour énumérer tous les accomplissements de Dave. Son départ crée un grand vide pour sa collectivité et tous ceux qui le connaissaient. J'invite la Chambre à se joindre à moi pour offrir ses sincères condoléances à son épouse Anne, leurs trois enfants et leurs petits-enfants ainsi qu'à tous les habitants de Marystown et des environs, qui ont bénéficié des efforts et de la bonne volonté de Dave.
Qu'il repose en paix.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam Speaker, I first want to thank the hon. member for Wellington—Halton Hills for his motion. It comes from a unanimous decision of our Canada-China committee, which I fully support, and our party will be supporting it today. I would also like to say that I am particularly pleased to see that it comes from the Conservative member.
I know the member was present and part of the government at the time, in 2009 and 2010, when Speaker Milliken made a ruling about the powers of Parliament to have access to documents that were in the control of the executive. The member's government opposed that. Am I able to conclude that his party has changed its views on the powers of Parliament and parliamentarians to have access to documents of this nature?
Madame la Présidente, je tiens d'abord à remercier le député de Wellington—Halton Hills pour sa motion. Elle émane d'une décision unanime du comité Canada-Chine, que j'appuie totalement, et notre parti votera en faveur de cette motion aujourd'hui. J'aimerais ajouter que je suis particulièrement ravi que cette motion soit présentée par un député conservateur.
Je sais que le député siégeait dans cette enceinte et au sein du gouvernement quand, en 2009 et 2010, lorsque le Président Milliken a rendu une décision au sujet des pouvoirs du Parlement d'avoir accès à des documents soumis au contrôle de l'exécutif. Le gouvernement du député s'y était opposé. Dois-je en conclure que son parti a changé d'opinion concernant les pouvoirs du Parlement et des parlementaires d'avoir accès à des documents de cette nature?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam Speaker, I listened while the member used her time to talk about the pandemic, viruses and vaccinations, in particular, but I did not hear her address the question of the special committee carrying out its duty and due diligence, and looking at the goings-on at the National Microbiology Laboratory in Winnipeg.
Does the member believe that this committee has the obligation and the power to require these papers to carry out its duty under the Constitution and under the rulings of previous speakers of the House?
Madame la Présidente, pendant son intervention, la députée a discuté en particulier de la pandémie, des virus et de la vaccination, mais je ne l'ai pas entendue dire que le comité spécial a fait preuve de diligence raisonnable en s'acquittant de sa tâche qui consiste à examiner ce qui s'est passé au Laboratoire national de microbiologie à Winnipeg.
La députée croit-elle que, pour s'acquitter de la tâche qui lui incombe en vertu de la Constitution et des décisions rendues par d'anciens Présidents de la Chambre, le comité a l'obligation et le pouvoir d'exiger ces documents?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam Speaker, it is my pleasure to join in this debate today. I think it is an extremely important debate, having to do, principally, with the powers of the members of Parliament to do their duty to hold the government to account and to be, as has been determined, the ultimate arbiter of democracy in this country, once having been elected. I say this after listening to some very fulsome speeches, particularly by senior, experienced members of Parliament like the member for Wellington—Halton Hills and the member for Montarville discussing these important matters.
I share with the member for Montarville a question, I suppose, as to why we are doing this as an opposition day motion, as there was not an order of reference to the House from the parliamentary committee, the Special Committee on Canada-China Relations. I think it could have been dealt with that way. Perhaps it has something to do with why the government seems to have politicized this, as opposed to treating it as a serious motion with respect to the duties of parliamentarians, which is how I wish to treat it. I think this is something that should be treated that way by the House.
After all, we are dealing with the result of a unanimous decision of the Canada-China committee, after much deliberation, consideration and various amendments to the motion to ensure that it would be unanimous. We were unanimously of the view that the committee needed and was entitled to the documents in their unredacted form, so that we could carry out the committee's duty of due diligence with respect to whether the government, through PHAC, was withholding documents that we needed in order to do our job.
We have to put it into the context of the Special Committee on Canada-China Relations. The committee was formed for a very good reason, given the circumstances we were facing in the fall of 2019 with the situation with China. A number of things had come up that were of great concern, particularly the detention of Michael Kovrig and Michael Spavor, as well as relationships of concern and matters that had been raised. For example, there were concerns about the co-operation between the People's Liberation Army and the Canadian Armed Forces for a training exercise, which was subsequently cancelled due to security concerns being raised by some of our allies.
We heard testimony at the Canada-China committee regarding foreign influence within Canada and intimidation of Canadians, Chinese students and other Chinese nationals in Canada, which raised concerns. We had concerns about whether this had been dealt with properly by government agencies, police forces and others. We had concerns regarding the influence of China, through its agencies and other efforts, on research and intellectual property capture at our universities and other institutions.
This matter came up with respect to the Public Health Agency of Canada. The committee was concerned about the level of collaboration with Chinese researchers, in particular with the Wuhan Institute of Virology in China, and then the indications of co-operation with researchers who were associated with the People's Liberation Army, as well, and its other lab in China, which is engaged in research with a military point of view.
These concerns were serious. They were legitimate. They were relevant to the relationship between Canada and China, what measures Canada was taking to protect itself and whether it was doing a proper job doing so. These are matters of great concern, and the committee, under its obligation to carry out this task assigned to it by Parliament, was doing this work. As it happened, we all know what the Public Health Agency of Canada decided when we asked for documentation behind the notorious incident, in the sense of being well known and concerning, of the two individuals, researchers, being escorted out of the laboratory in Winnipeg and the subsequent termination of their services by the Public Health Agency of Canada.
This was something we were looking into in good faith to attempt to discover the factual basis and to see whether the concerns that were raised were dealt with appropriately and whether there were other concerns Canada might have with respect to this matter that were not being properly looked after. In fact, as was pointed out by the member for Wellington—Halton Hills, our job, in part, is to ensure that if there is something wrong, and there clearly was something wrong, this kind of activity would not occur again.
This is a normal carrying out of the function of Parliament that is supported by law, by our Constitution and by our rules of procedure. As has been pointed out, it is very well established, but it was not very well established for a long time. It was established by Parliament in the classic and seminal ruling of Speaker Peter Milliken in April 2010, on a case involving the necessity of a parliamentary committee, another special committee, seeking documentation in support of an inquiry into Canada's activities in Afghanistan in relation to its obligations toward prisoners of war under the Geneva Convention.
This was of a much higher level of concern and evaluation, and the refusal of the government of the day to make those documents available to the special committee on Afghanistan ultimately resulted in orders of the House and subsequent activities, which I will not go into in detail. However, the importance of the ruling of Speaker Milliken was that, under the Constitution, particularly section 18 of the Constitution, under the Parliament of Canada Act and under the rules and procedures of our House, this was something that very clearly needed to be delineated and was delineated by the Speaker.
This information, of course, was available to our committee and the rulings of our committee. When we made the inquiries that have been outlined by the member for Montarville and the member for Wellington—Halton Hills, we did not receive the documents, and the reasons we were given had to do with statutes such as the Privacy Act and some reference to the context of national security. Well, that does not necessarily give rise to concerns about national security, but we were deprived of these documents.
In the ordinary course of the law, the decisions that were made by the Public Health Agency in refusing to make these documents available were, in fact, already determined by parliamentary procedure and by our own procedural rules: that the Privacy Act does not, in fact, relate to a reason for members of Parliament not having access to these documents.
In its report “Access to Information Requests and Parliamentary Privilege”, the Standing Committee on Procedure and House Affairs reported, back in 1991, as early as then, that “[s]ince parliamentary privileges form part of the Constitution, laws must be interpreted and applied in a manner consistent with them, and where there is a conflict between privileges and statutory provisions, the statutory provisions are 'of no force and effect'”. Therefore, assertions by the Public Health Agency of Canada, and by Mr. Stewart on its behalf, that it could not make documents available to members of Parliament on a parliamentary committee have already, in fact, been overruled, ruled to be of no force or effect.
The specific ruling set out in our Constitution Act, 1982, in section 52, says, “The Constitution of Canada is the supreme law of Canada, and any law that is inconsistent with the provisions of the Constitution is, to the extent of that inconsistency, of no force or effect”. What was being presented to our committee by the Public Health Agency of Canada, on behalf of the Government of Canada, was that it was bound by the Privacy Act not to make available documents to us, as members of Parliament, yet our own Constitution clearly says that such laws are of no force or effect.
That is what we were faced with as a committee, which is why it is not a surprise that the members of the Special Committee on Canada-China Relations, including, as has been pointed out by me, experienced members such as the member for Wellington—Halton Hills, the member for Montarville and of course the Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs, who was on the committee as well, another senior member of Parliament, and the other members of Parliament unanimously supported a motion to not accept the rationale and reasons given by the Public Health Agency of Canada to refuse to make available documents in a non-redacted form.
We do not often see such definitive statements about legal matters, but it is pretty clear that the ruling of Speaker Milliken, a very seminal ruling that probably stands ahead of all others in the annals of parliamentary democracies under the Westminster model, is important. In the quotations provided to us in the rulings given by Speaker Milliken and other authorities, there are no limits on the powers of committees to require the production of papers by private bodies or individuals, provided the papers are relevant to the work of the committee as defined by reference. When select committees ordered papers to be produced by national industry, private solicitors all provided and produced papers related to a client. Statutory regulators have been ordered to produce papers whose release was otherwise subject to a statutory restriction.
It is clear that Parliament is not bound by this legislation and, as has been ruled, there are no limits on the powers of Parliament to get access to documents. Precautions need to be taken, and I think our committee, in making its motion, and the motion before us today, provide for some provision to ensure that documents will not be made public unless the committee, having had the opportunity to review the documents, is satisfied that they can be made public.
It is clear the motion before the House today indicates that the committee, although it may have the power to make documents public, does not have to do so in order to make recommendations or findings. That would sufficiently protect any national security issue of revealing details of an ongoing investigation. In lieu of making any information public, the committee may still rely on it for the purpose of making findings and recommendations in any subsequent report to the House. I think that is there for a purpose. It is there to ensure the committee can carry out its due diligence under its duty to do so and also hold government to account, and that if this measure needs to be brought to the attention of the House, it can do so without making any information public that should not be made public.
I think we have made it very clear that, under the committee's jurisdiction and under the powers that are granted to it by the constitution, our rulings of Speaker Milliken and the privileges of Parliament, this is within our purview as members of Parliament to carry out this function.
There are some who may not agree with that. I think we have seen arguments made in the past about that, but it is up to the House itself or members of the House to determine the appropriate way to safeguard the national interests in these questions. We have a situation where the Special Committee on Canada-China Relations has the means to do that through the experience of senior members of this House, as well as the advice of the parliamentary law clerk, who is Parliament's lawyer.
The Law Clerk and Parliamentary Counsel is giving legal advice to members of Parliament. Members of Parliament in this circumstance, represented by four parties in the House that have party status, are all present and have made a unanimous motion calling for these papers to be available to them in fulfilment of their parliamentary duty. It seems to me this is a matter of constitutional and parliamentary concern, as well as an important matter in dealing with Canada's relationship with China. The committee ought to be able to carry out its work and do so in a proper manner.
I regret that certain members of the Liberal Party who have spoken, in particular the Parliamentary Secretary to the Minister of Health, have sought to turn it into a partisan issue. That is regrettable. We have to recognize there are serious moments in this House when we have to look at the privileges of members of Parliament, take them seriously and put aside partisan differences in the pursuit of ensuring that we have a Parliament that can operate under the rules based on precedents and recognize that in our parliamentary system, Parliament is supreme. It is Parliament that has the ultimate power and control over whether a government is in office or not. This is not a motion of confidence obviously, but it is a question of whether the House ought to support the motion of a committee asking for documents to be made available to it in the ordinary course of conducting its business.
It is clearly a matter properly before the committee. It is one that is of great importance and important enough for a unanimous decision of the committee to pursue this question by having access to the proper documentation that is necessary for it to conduct its study.
Madame la Présidente, je suis heureux de participer à ce débat aujourd’hui. Je crois qu’il s’agit d’un débat extrêmement important, qui porte principalement sur le pouvoir qu’ont les députés de s’acquitter de leur obligation de demander des comptes au gouvernement et d’être, comme on l’a déterminé, les protecteurs ultimes de la démocratie dans ce pays, une fois qu’ils ont été élus. Je dis cela après avoir écouté des discours très complets, notamment de la part de députés chevronnés comme le député de Wellington—Halton Hills et le député de Montarville, qui ont parlé de ces questions importantes.
Je fais écho à la question du député de Montarville, je suppose, à savoir pourquoi cette motion est le sujet d'une journée de l’opposition, puisqu’il n’y a pas eu d’ordre de renvoi à la Chambre de la part du comité parlementaire, le Comité spécial sur les relations sino-canadiennes. Je pense que la question aurait pu être traitée de cette façon. Cela découle peut-être de la raison pour laquelle le gouvernement semble avoir politisé cette question au lieu de la traiter comme une motion sérieuse concernant le devoir des parlementaires, ce qui est la façon dont je souhaite la traiter. Je pense que c’est une question que la Chambre devrait traiter ainsi.
Après tout, nous sommes en présence du résultat d’une décision unanime du Comité des relations sino-canadiennes, le résultat de nombreuses délibérations, d’un examen approfondi et de divers amendements apportés à la motion afin qu'elle obtienne un appui unanime. Nous étions unanimement d’avis que le comité avait besoin et avait le droit d’obtenir les documents dans leur forme non expurgée, afin de pouvoir s’acquitter de son devoir de diligence raisonnable qui consiste à déterminer si le gouvernement, par l’intermédiaire de l’Agence de la santé publique du Canada, retenait des documents dont nous avions besoin pour faire notre travail.
Nous devons replacer cette affaire dans le contexte du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes. Ce comité a été formé pour une très bonne raison, compte tenu des circonstances dans lesquelles nous nous trouvions à l’automne 2019 avec la situation avec la Chine. Un certain nombre de choses fort inquiétantes se passaient, notamment la détention de Michael Kovrig et Michael Spavor, ainsi que des relations préoccupantes et des questions qui avaient été soulevées. Par exemple, on s’est inquiété de la coopération entre l’Armée populaire de libération de la Chine et les Forces armées canadiennes pour un exercice d'entraînement, qui a été annulé par la suite en raison des préoccupations en matière de sécurité soulevées par certains de nos alliés.
Nous avons entendu des témoignages au comité sur les relations sino-canadiennes concernant l’influence étrangère au Canada et l’intimidation de Canadiens, d’étudiants chinois et d’autres ressortissants chinois au Canada, ce qui a suscité des inquiétudes. Nous nous sommes demandé si les organismes gouvernementaux, les forces policières et d’autres organismes avaient pris des mesures appropriées à cet égard. Nous étions inquiets de l’influence exercée par la Chine, par le biais de ses agences et d’autres moyens, sur la recherche et la saisie de la propriété intellectuelle dans nos universités et autres institutions.
Cette question a été soulevée en ce qui concerne l’Agence de la santé publique du Canada. Le comité était préoccupé par le niveau de collaboration avec les chercheurs chinois, en particulier avec l’Institut de virologie de Wuhan, en Chine, puis par les indications de coopération avec des chercheurs associés à l’Armée populaire de libération, ainsi qu’avec son autre laboratoire en Chine, qui effectue des recherches à des fins militaires.
Ces préoccupations étaient sérieuses. Elles étaient légitimes. Elles concernaient la relation entre le Canada et la Chine, les mesures que le Canada prenait pour se protéger et la question de savoir s’il le faisait correctement. Ce sont des questions très préoccupantes, et le comité, dans le cadre de son obligation de s’acquitter de la tâche que le Parlement lui a confiée, a fait ce travail. En fait, nous savons tous ce que l’Agence de la santé publique du Canada a décidé lorsque nous lui avons demandé des documents sur l’incident préoccupant que l'on sait qui concerne les deux chercheurs qui ont été escortés hors du laboratoire de Winnipeg et que l’Agence de la santé publique du Canada a ensuite renvoyés.
C’est une affaire que nous avons examinée de bonne foi pour tenter de découvrir les faits et d’établir si les préoccupations soulevées ont été traitées de façon appropriée et si d’autres préoccupations que le Canada pourrait avoir à l’égard de cette affaire n’ont pas été prises en compte comme il se doit. En fait, comme l’a souligné le député de Wellington—Halton Hills, notre travail consiste, en partie, à veiller à ce que, si quelque chose ne va pas — et c’était clairement le cas —, ce genre d’activité ne se reproduise pas.
Il s’agit d’un exercice normal de la fonction parlementaire qui est soutenu par la loi, par notre Constitution et par nos règles de procédure. Comme cela a été souligné, cette fonction est très bien établie, mais elle ne l’a pas été pendant longtemps. Elle a été établie par le Parlement dans la décision classique et séminale du Président Peter Milliken en avril 2010, dans une affaire où il fallait qu’un comité parlementaire, un autre comité spécial, puisse obtenir des documents dans le cadre d’une enquête sur les activités du Canada en Afghanistan par rapport à ses obligations envers les prisonniers de guerre en vertu de la Convention de Genève.
Il s’agissait d’un degré de préoccupation et d’évaluation beaucoup plus élevé, et le refus du gouvernement de l’époque de mettre ces documents à la disposition du comité spécial sur l’Afghanistan a finalement donné lieu à des ordres de la Chambre et à des mesures subséquentes, que je n’aborderai pas en détail ici. Cependant, l’importance de la décision du Président Milliken est que, en vertu de la Constitution, en particulier de l’article 18, de la Loi sur le Parlement du Canada et des règles et procédure de la Chambre, il s’agissait d’une question qui devait très clairement être délimitée et que le Président a délimitée.
Bien sûr, notre comité avait accès à cette information pour ses décisions. Lorsque nous avons fait les demandes de renseignements décrites par le député de Montarville et le député de Wellington—Halton Hills, nous n’avons pas reçu les documents, et les raisons qui nous ont été données avaient trait à des lois, comme la Loi sur la protection des renseignements personnels, et à l’argument de la sécurité nationale. Eh bien, cela ne donne pas nécessairement lieu à des préoccupations en matière de sécurité nationale, mais nous avons été privés de ces documents.
Dans l’application courante de la loi, les décisions prises par l’Agence de la santé publique, qui refuse de divulguer ces documents, étaient, en réalité, déjà déterminées par la procédure parlementaire et par nos propres règles de procédure: soit que la Loi sur la protection des renseignements personnels n’est pas, en fait, une raison de refuser à des députés l’accès à ces documents.
Dans son rapport sur les demandes d’accès à l’information et le privilège parlementaire, le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre déclarait déjà en 1991, que « [p]uisque les privilèges parlementaires font partie de la Constitution, les lois doivent être interprétées et appliquées en conformité avec eux, et si des dispositions législatives sont incompatibles, elles deviennent “inopérantes” [...] ». Par conséquent, les affirmations de l’Agence de la santé publique du Canada, et de M. Stewart en son nom, selon lesquelles elle ne pouvait pas mettre des documents à la disposition des députés siégeant à un comité parlementaire ont déjà, en fait, été rejetées et invalidées.
La règle précise énoncée dans la Loi constitutionnelle de 1982, à l’article 52, stipule que « [l]a Constitution du Canada est la loi suprême du Canada; elle rend inopérantes les dispositions incompatibles de toute autre règle de droit ». Ce que l’Agence de la santé publique du Canada a fait valoir à notre comité, pour le compte du gouvernement du Canada, c’est qu’elle était tenue par la Loi sur la protection des renseignements personnels de ne pas mettre ces documents à notre disposition, en tant que députés, alors que notre Constitution dit clairement que des lois de cette nature sont inopérantes.
Voilà à quoi nous avons été confrontés en tant que comité, et voilà pourquoi il n’est pas étonnant que les membres du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes, y compris, comme je l’ai souligné, des députés chevronnés comme le député de Wellington—Halton Hills, le député de Montarville et, bien sûr, le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, qui siégeait lui aussi au comité, un autre député chevronné, et les autres députés ont appuyé à l’unanimité une motion visant à rejeter la justification et les raisons évoquées par l’Agence de la santé publique du Canada pour refuser de divulguer les documents sous une forme non caviardée.
Il n’est pas fréquent de voir des déclarations aussi arrêtées sur des points de droit, mais il est assez évident que la décision du président Milliken, décision majeure qui a probablement préséance sur toutes les autres dans les annales des démocraties parlementaires selon le modèle de Westminster, est importante. Dans les citations qui nous ont été fournies dans les décisions du président Milliken et d’autres faisant autorité, il n’y a aucune limite aux pouvoirs des comités d’exiger la production de documents par des organismes privés ou des particuliers, à condition que les documents soient pertinents pour leurs travaux tels qu’ils sont définis par renvoi. Lorsque des comités parlementaires ont ordonné la production de documents par l’industrie nationale, les avocats privés ont tous fourni et produit des documents se rapportant à leurs clients. Des organismes de réglementation établis sous le régime d’une loi ont reçu l’ordre de produire des documents dont la divulgation était par ailleurs assujettie à des restrictions législatives.
Il est clair que le Parlement n’est pas lié par ces dispositions législatives et, comme des décisions antérieures en font foi, il n’y a pas de limite au pouvoir du Parlement d’obtenir l’accès à des documents. Des précautions devraient être prises et je pense que notre comité a prévu dans la motion dont nous sommes saisis des dispositions pour garantir que les documents ne seront pas rendus publics à moins que le Comité, ayant eu l’occasion de les examiner, ne soit convaincu qu’ils peuvent l'être.
Il est évident que la motion dont la Chambre est saisie précise que le Comité, même s’il a le pouvoir de rendre publics des documents, n’est pas tenu de le faire pour formuler des recommandations ou des conclusions. Cela assurerait une protection suffisante par rapport à toute question de sécurité nationale liée à la révélation de détails d’une enquête en cours. Au lieu de rendre les renseignements publics, le Comité peut toujours s’en servir pour formuler des conclusions et des recommandations dans tout rapport ultérieur à la Chambre. Je pense que cette disposition a sa raison d’être. Il s’agit de veiller à ce que le Comité puisse faire preuve de diligence raisonnable en s’acquittant de ses obligations et de demander des comptes au gouvernement. Il pourra porter la mesure à l’attention de la Chambre, au besoin, sans rendre publics des renseignements qui ne devraient pas l’être.
Je pense que nous avons indiqué très clairement que, dans le cadre de compétence du Comité et des pouvoirs qui lui sont conférés par la Constitution, par la décision du président Milliken et les privilèges du Parlement, il est de notre ressort, en tant que députés, de remplir cette fonction.
D'aucuns pourraient ne pas souscrire à cette position. Je pense que nous avons déjà entendu des arguments à ce propos, mais il revient à la Chambre elle-même ou aux membres de la Chambre de déterminer la façon judicieuse de sauvegarder les intérêts nationaux par rapport à ces questions. Nous sommes dans une situation où le Comité spécial sur les relations sino-canadiennes a la possibilité de le faire grâce à l’expérience de membres chevronnés de cette Chambre ainsi qu’aux conseils du légiste et conseiller parlementaire, qui est l’avocat du Parlement.
Le légiste et le conseiller parlementaire donnent des avis juridiques aux députés. En l’occurrence, les députés, représentés par quatre partis à la Chambre qui ont le statut de parti, sont tous présents et ont présenté une motion unanime demandant que ces documents soient mis à leur disposition dans l’exercice de leurs fonctions parlementaires. Il me semble qu’il s’agit d’une question constitutionnelle et parlementaire, ainsi que d’une question importante par rapport aux relations du Canada avec la Chine. Le comité devrait être en mesure de faire son travail et de le faire correctement.
Je regrette que certains députés du Parti libéral qui se sont exprimés, notamment la secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé, cherchent à en faire une question partisane. C’est regrettable. Nous devons reconnaître qu’il y a des moments graves en cette Chambre où nous devons regarder les privilèges des députés, les prendre au sérieux et mettre de côté les querelles partisanes pour faire en sorte que le Parlement fonctionne dans le respect des règles fondées sur des précédents et pour reconnaître que dans notre régime parlementaire, le Parlement est l’instance suprême. C’est le Parlement qui a le pouvoir et le contrôle ultime pour ce qui est de décider si un gouvernement exerce le pouvoir ou pas. Il ne s’agit manifestement pas d’une motion de confiance, mais la question est de savoir si la Chambre doit appuyer la motion d’un comité qui demande que des documents soient mis à sa disposition dans la conduite normale de ses activités.
Il s’agit de toute évidence d’une question dont le comité est saisi en bonne et due forme. La question très importante, en fait, suffisamment importante pour que le comité décide à l’unanimité de continuer de demander à avoir accès à la documentation dont il a besoin pour mener son étude.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Mr. Speaker, my colleague from Wellington—Halton Hills, who is also my colleague on the Canada-China committee, does make a distinction.
At that time, there was a clear opportunity, because of the wording of that motion, for the historic ruling of Speaker Milliken to be made after considerable debate and deliberation. That motion was in December, as the member noted, and the decision of Speaker Milliken was made on April 27 of the next year after a number of manoeuvres, motions and actions, as well as considerable debate on the issue, which resulted in a ruling that did in fact say that the House had full power to have these documents made available. He offered an opportunity for the parties to consider the way in which those documents—
Monsieur le Président, mon collègue de la circonscription de Wellington—Halton Hills, qui siège aussi avec moi au comité Canada-Chine, fait à juste titre la distinction entre les deux cas de figure.
À ce moment-là, cette motion — grâce à la façon dont elle était formulée — représentait clairement une occasion de rendre la décision historique du Président Milliken après un important débat et de longues délibérations. Cette motion avait été déposée en décembre et la décision du Président Milliken a été rendue le 27 avril de l’année suivante après une série de manœuvres, de motions et de mesures, et beaucoup de discussions à ce sujet. Tout ceci a débouché sur une décision qui annonçait effectivement que la Chambre avait les pleins pouvoirs pour accéder à ces documents. Il a laissé la possibilité aux partis de décider comment ils voulaient rendre ces documents...
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Mr. Speaker, I did not actually hear the intervention to which he objects. If his reporting is correct, I would certainly agree with him that is probably unparliamentary and certainly uncalled for in this House and in this debate.
As to the question of whether it is the minister's office or bureaucrats we are talking about, I do not think it matters terribly. It was determined by the committee that the advice given to the Public Health Agency was not in keeping with the rules and parliamentary procedure and that the committee was entitled and in fact it was within its power to request them and it needed them for its work.
Monsieur le Président, je n’ai pas entendu l’intervention qu’il déplore. Si ce qu’il dit est vrai, je suis entièrement d’accord avec lui que ces propos sont probablement indignes d'un parlementaire et tout à fait déplacés à la Chambre et dans ce débat.
Quant à savoir si nous parlons du cabinet de la ministre ou des fonctionnaires, je ne crois pas que ce soit si important. Le comité a établi que les conseils donnés à l’Agence de la santé publique n’étaient pas conformes aux règles et à la procédure parlementaire et que le comité avait le droit de demander ces documents dont il avait besoin pour ses travaux et, en fait, qu’il en avait le pouvoir.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Mr. Speaker, I suspect the reason it has come to this is because the government itself was well aware of this debate going on in our committee, and instead of the government giving instructions to the Public Health Agency to co-operate on the basis of precedence, the government decided to stand by and let the matter fall the way it does. Why it has to come to an opposition day motion is a question perhaps the Conservatives can better answer. There are various other ways of doing it; I think they just decided this was most expedient.
Monsieur le Président, je soupçonne que nous en sommes là parce que le gouvernement lui-même était tout à fait au courant de ce débat au comité et qu’au lieu de donner pour instruction à l’Agence de la santé publique de coopérer pour des raisons de préséance, il a décidé de rester les bras croisés et de laisser l’affaire suivre son cours. Les conservateurs sont peut-être mieux placés pour expliquer pourquoi il faut en arriver à une motion de l’opposition. Il y a différentes façons de procéder. Je crois qu’ils ont simplement conclu que cette voie était la plus expéditive.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Mr. Speaker, for starters, it is very unfortunate. We are talking about a constitutional proposition here. In fact, I am a little surprised by the resistance we are seeing today, especially given that the members of the committee were unanimous in their support for this motion and action, led by the Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs.
It is a little surprising, and I do not know why they are resisting the way they are. It should be a matter of course. Knowing that the protections were there, the concern of the committee was to ensure there would be no reason to be concerned about national security before releasing any documents.
Monsieur le Président, pour commencer, c’est très regrettable. Nous parlons d’une proposition constitutionnelle. En fait, je suis un peu surpris de la résistance que nous voyons aujourd’hui, d’autant que les membres du comité ont appuyé la motion et la mesure à l’unanimité, secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères en tête.
C’est un peu surprenant, et je ne sais pas pourquoi ils résistent ainsi. Une telle mesure devrait aller de soi. Sachant que les protections étaient en place, le souci du comité était de s'assurer qu’il n’y ait pas de raison d’être inquiet pour la sécurité nationale avant la publication de tout document.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Mr. Speaker, there does seem to be a bit of a habit forming circumstance with the government, not wishing to share information and documents that are within the purview of members of Parliament.
The government talks the talk on a lot of things, but it does not walk the walk. This is another example of that by the Liberal government.
Monsieur le Président, le gouvernement semble prendre l'habitude de ne pas communiquer aux députés l'information et les documents auxquels ils devraient avoir accès, vu leur compétence.
Le gouvernement libéral est un grand parleur et un petit faiseur. En voilà un autre exemple.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-06-01 21:03 [p.7800]
Madam Chair, I think we all agree that the residential school system was a piece of a larger colonial policy that existed in this country for a very long time. My fear, like many others', is that indigenous children are still not recognized, treated and held to the same standard as all other children in society. That is a big and very sad statement.
What would the member's commitment be to Canadians, to indigenous children and to their families? What does he see as the next steps forward that we have to take as a country?
Madame la présidente, je crois que nous convenons tous que le système des pensionnats autochtones faisait partie d'une politique colonialiste plus vaste qui a très longtemps existé au pays. Comme beaucoup d'autres, je crains que les enfants autochtones ne soient toujours pas reconnus et traités selon les normes qui s'appliquent à tous les autres enfants de la société. Cette affirmation en dit long et elle est très triste.
Quel engagement le député prendrait-il envers les Canadiens, les enfants autochtones et leur famille? Selon lui, quelles mesures le pays devrait-il prendre?
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-06-01 21:44 [p.7807]
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for his remarks this evening. Like most who have spoken tonight, we are all experiencing the real hurt and pain of the incident that has been unfolding in this country, and especially in British Columbia.
We also know that today indigenous Canadians are still affected by the legacy of what has happened. We know that intergenerational trauma continues for so many families in this country that have been affected.
Recently we introduced UNDRIP: the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. It is something indigenous people have asked for for 40 years in this country. How can you say today that you are working towards reconciliation? How can you say that we are on a journey of healing, and how can you say that we are moving forward with indigenous people in this country and not support UNDRIP?
Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue pour ses interventions ce soir. Comme la majorité des députés qui ont pris la parole l'ont déclaré, nous partageons tous la peine liée à cette découverte en Colombie-Britannique et nous compatissons avec la souffrance profonde ravivée d'un bout à l'autre du pays.
Nous savons tous que les Autochtones canadiens sont encore aujourd'hui très affectés par l'héritage de ce qui est arrivé dans le passé. Nous savons que les traumatismes intergénérationnels persistent au sein de nombreuses familles qui ont été touchées partout au pays.
Nous avons récemment présenté la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Voilà près de 40 ans que les Autochtones en faisaient la demande pour le Canada. Comment pouvez-vous proclamer que vous déployez des efforts pour favoriser la réconciliation, dire que vous avancez sur la voie de la guérison et soutenir que vous collaborez avec les Autochtones de ce pays si vous n'appuyez pas la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones?
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-06-01 22:16 [p.7811]
Mr. Speaker, I rise on the same point of order. I am not sure if my name is on the list, but when I was looking to speak earlier in the evening, the slots had all been filled. If we are going to add time, I would like the opportunity to speak to the motion.
Monsieur le Président, j'invoque moi aussi le Règlement pour la même raison. Je ne suis pas certaine si mon nom figure sur la liste. Cependant, quand j'ai voulu parler plus tôt ce soir, j'ai constaté que toutes les plages étaient prises. Si nous allons prolonger le débat, j'aimerais pouvoir me prononcer sur la motion.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-06-01 22:26 [p.7812]
Mr. Speaker, I thank all my colleagues in the House of Commons this evening for the opportunity to speak to this motion.
As a proud Inuk woman of Labrador, the daughter of a mother of residential school, when we hear these stories through generations, we are always reminded, each and every day, of the trauma that they have endured and of the legacy that it has left behind.
What we are dealing with today is a horrible reality. It is a horrible reality of our past that has been uncovered. It has been revealed and unearthed that in Kamloops, 215 innocent children lie in a mass grave. This is not only devastating; it is heartbreaking. It is an act against humanity. On that, I think we all agree. It is an act against children who had no voice. They were alone. They were scared. They were silenced. They were isolated. They were robbed of life, and they were buried with the same horror that they endured in society.
Yesterday, I stood in my riding next to two very strong moms, Jodie Ashini and Thea Penashue of the Sheshatshiu Innu First Nation, along with Chief Eugene Hart, surrounded by so many children, so many moms and so many dads. I stood surrounded by survivors and victims of residential schools, surrounded by love and affection for each other, and surrounded by tears, so many tears.
On behalf of all of them, on behalf of all the people of Labrador, I want to extend our love and support to those many families who are suffering this evening in this country, those many indigenous families who are feeling the loss, the void and the heartache of what has happened.
I think we can all agree on several things, and that is there is much work to do in advancing not just the rights of indigenous people in this country, but also upholding the rights of innocent indigenous children as well. We have talked so much about the harm that has been caused by the legacies of residential schools and the trauma that comes with it. However, we also know that, as we sit here this evening and we speak, indigenous people still face racism. We still face unacceptable injustices, which are happening in many of our communities across the country.
I know that, one by one, we have pledged our support to make a difference. We have pledged to ensure that we can restore the language and culture, that we can restore, once again, the proud legacy of indigenous people. It is a long road, and one that has to be shaped and led by indigenous people themselves.
Like every ill act, there has to be accountability. I am sure that many share my belief that more accountability needs to come to bear. I really believe that the Catholic Church has yet to redeem itself, in any way, in recognizing what has happened at the hands of their institutions. That is unacceptable.
While we pledge our support that, as the Government of Canada, we will continue to move forward to bridge that gap for indigenous people in this country, we need to do it with the support of all parliamentarians of all provinces and all territories. That means that when we have legislation such as UNDRIP, we have to be able to stand up and support it. That is part of reconciliation in this country. That is part of bridging that gap with indigenous people.
Every day I wake up not knowing what I am going to hear next. I woke up today in a very small populated riding to find out two very young beautiful people died by suicide last night, in my riding. One was first nations and one was Inuit. This has to stop. The healing is not happening in the way it should be. It is happening, but it is slow. How do we get it to move faster? How do we bridge that gap more?
How do we ensure that every child has the opportunity to wake up in a warm home with a full belly? That is where we need to focus. It is as basic as those things in many cases.
Reconciliation with indigenous people and recognizing that every child does matter is not difficult. It really is not, but we need to do it faster. We need to move at a more rapid rate than we have.
That includes us as a government, but it includes indigenous leadership as well. It includes all of us working together to make sure these things happen. These are times of critical advancement for indigenous people. Let us not lose this. Let us not bury this so we have to wait 10 more years for this to become a priority in the country.
I am so proud of what our government has done to help indigenous people. I have seen more indigenous children get support in my riding in the last five years than I have seen in the 15 years before. I have seen more houses built in communities across my riding for indigenous families than I have seen in 15 years before.
I have seen more investments into food banks, into social support. We have revamped the social welfare system and the child welfare system in this country to support indigenous communities and indigenous people, but there is still a lot more to do—
Monsieur le Président, je remercie tous mes collègues de la Chambre des communes de me donner cette occasion de prendre la parole au sujet de cette motion.
En tant que fière Inuite du Labrador, fille d'une ancienne élève de pensionnat autochtone, lorsque de telles histoires sont révélées de génération en génération, c'est le souvenir quotidien des traumatismes que nous avons vécus et du legs de cette époque qui remonte.
L'affaire dont nous parlons aujourd'hui est horrible. Elle découle de notre horrible passé qui est révélé. À Kamloops, les restes de 215 enfants innocents ont été découverts dans une fosse commune. Cette affaire est accablante et elle nous brise le cœur. Il s'agit d'un crime contre l'humanité. Je crois que tous en conviendront. Il s'agit d'un crime commis contre des enfants qui n'avaient aucun droit de parole. Ils étaient seuls. Ils étaient effrayés. Ils étaient réduits au silence. Ils étaient isolés. On leur a volé leur existence et on les a enterrés d'une façon aussi horrible qu'a été leur passage dans la société.
Hier, dans ma circonscription, j'ai rejoint Jodie Ashini et Thea Penashue, deux mères très fortes de la Première Nation innue de Sheshatshiu, ainsi que le chef Eugene Hart, en compagnie de nombreux enfants, de mères et de pères. J'étais entourée de survivants et de victimes des pensionnats autochtones, unis dans l'amour et l'affection qu'ils ont les uns pour les autres et j'étais submergée par les pleurs.
Au nom de toutes ces personnes, au nom des habitants de Labrador, je souhaite exprimer notre amour et notre soutien aux nombreuses familles qui souffrent ce soir au pays, aux nombreuses familles autochtones qui ressentent la perte, le vide et la douleur de ce qui s'est passé.
Je pense que nous sommes d'accord sur plusieurs points et sur le fait qu'il y a beaucoup de travail à accomplir pour promouvoir les droits des Autochtones au pays, mais aussi pour faire respecter les droits des enfants autochtones innocents. Nous avons beaucoup parlé des dommages causés par l'héritage des pensionnats indiens et les traumatismes connexes. Cependant, nous savons également qu'encore aujourd'hui, les Autochtones sont victimes de racisme. Nous subissons toujours des injustices inacceptables dans de nombreuses communautés d'un bout à l'autre du pays.
L'un après l'autre, les députés se sont engagés à améliorer la situation. Nous nous sommes engagés à restaurer la langue et la culture, à restaurer le fier héritage des Autochtones. Le chemin sera long et ce sont les Autochtones qui devront le tracer et être devant.
Tout acte néfaste engage une responsabilité. Je suis certaine que beaucoup de gens pensent, comme moi, qu'il faut une plus grande reddition de comptes. Je crois fermement que l'Église catholique ne s'est pas encore rachetée et n'a pas encore reconnu ce qui s'est produit dans ses institutions. C'est inacceptable.
Tandis que nous nous engageons, à titre de gouvernement du Canada, à continuer d'aller de l'avant pour combler l'écart qui persiste pour les Autochtones du pays, nous devons le faire avec l'appui des parlementaires des divers territoires et provinces. C'est donc dire que, lorsque nous traitons un projet de loi comme celui qui porte sur la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, nous devons être en mesure de le défendre et de l'appuyer. Cela fait partie du travail de réconciliation et des façons de combler le fossé qui nous sépare des Autochtones.
Je me réveille chaque jour en me demandant quelles seront les mauvaises nouvelles. Quand je me suis réveillée aujourd'hui dans une circonscription peu peuplée, j'ai découvert que deux magnifiques personnes, très jeunes, s'étaient suicidées hier soir, dans ma circonscription. L'une était membre des Premières Nations, l'autre était inuite. Cela a assez duré. La guérison ne progresse pas comme elle le devrait. Elle est plus lente que prévu. Comment pourrions-nous l'accélérer? Comment pourrions-nous combler encore mieux les écarts?
Comment garantir que tous les enfants puissent se réveiller dans une maison bien chauffée et manger à leur faim? Voilà où nous devons porter notre attention. C'est aussi rudimentaire que cela dans de nombreux cas.
La réconciliation avec les peuples autochtones et la reconnaissance que chaque enfant compte ne sont pas compliquées, mais nous devons agir plus vite. Nous devons avancer plus rapidement que nous ne l'avons fait.
Cela nous concerne comme gouvernement, mais cela concerne aussi les dirigeants autochtones. Cela nous concerne tous pour que nous travaillions ensemble, afin de faire avancer les choses. En cette période, l'évolution est essentielle pour les peuples autochtones. Ne ratons pas l'occasion qui nous est offerte. Ne dissimulons pas cette question sous le tapis pour ensuite devoir attendre 10 ans avant d'en faire une priorité au pays.
Je suis très fière de ce que le gouvernement a fait pour aider les peuples autochtones. J'ai vu plus d'enfants autochtones obtenir de l'aide dans ma circonscription au cours des 5 dernières années que j'en ai vus durant les 15 années précédentes. J'ai vu plus de maisons être construites dans des communautés de ma circonscription pour des familles autochtones que j'en ai vues durant les 15 années précédentes.
J'ai vu plus d'investissements dans les banques alimentaires et dans les mesures d'aide sociale. Le système d'aide sociale et le système d'aide à l'enfance ont été ravivés au pays pour soutenir les communautés et les peuples autochtones, mais il reste encore beaucoup à faire...
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, we are definitely disappointed by the recent announcement of the United States' administrative review on softwood lumber. The duties are unjustified, they are unwarranted, they hurt our forestry workers and businesses and they hurt American forestry workers and businesses too.
Canada continues to press for a negotiated settlement as that is in the best interests of both our countries, and we will vigorously defend Canada's interests, particularly interests of workers in our softwood lumber industry.
Monsieur le Président, nous sommes certainement déçus des résultats de l'examen administratif concernant le bois d'œuvre annoncés récemment par les États-Unis. Les droits sont injustifiés et indus. Ils nuisent aux travailleurs et aux entreprises du secteur forestier du Canada et nuisent aux travailleurs et aux entreprises du secteur forestier des États-Unis.
Le Canada continue de faire pression pour réclamer la négociation d'un règlement dans l'intérêt des deux pays. Nous défendrons vigoureusement l'intérêt du Canada, en particulier l'intérêt des travailleurs de notre industrie du bois d'œuvre.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, that is hardly the case. Our workers are not an afterthought on softwood lumber, nor are they are an afterthought on oil and gas.
I can tell the House, particularly on Line 5, with the Government of Canada filing that amicus brief in the United States federal court, that we did so with the support of provinces, industry and labour. We are working together on a team Canada approach because we know that Canadians will not be left out in the cold. On Line 5, while that court process unfolds, we will keep working at the political and diplomatic levels to make sure that Canada's energy workers and our energy security are the top priorities.
Monsieur le Président, cette affirmation est loin de refléter la réalité. Nous nous soucions des travailleurs du secteur du bois d'œuvre, tout comme nous nous soucions des travailleurs du secteur pétrolier et gazier.
Je peux dire à la Chambre, particulièrement en ce qui concerne la canalisation 5, que le gouvernement du Canada a déposé un mémoire d'amicus curiae devant la cour fédérale des États-Unis, et que nous l'avons fait avec l'appui des provinces, de l'industrie et des syndicats. Nous collaborons dans le cadre d'une approche de type Équipe Canada, car il n'est pas question que les Canadiens soient laissés pour compte. Pendant que le processus judiciaire suit son cours au sujet de la canalisation 5, nous continuerons à déployer des efforts aux niveaux politique et diplomatique pour que les travailleurs de l'énergie et la sécurité énergétique du Canada soient des priorités absolues.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, as I said, in softwood lumber, the duties are unjustified. They are unwarranted. They hurt our forestry workers. They hurt our businesses, but they hurt American forestry workers and businesses too and that is why we continue to press for a negotiated settlement. We know that that is in the best interests of both of our countries.
We will vigorously defend Canadian interests, the interests of our workers and the interests of our softwood lumber industry.
Monsieur le Président, comme je l'ai dit, les droits imposés sur le bois d'œuvre sont injustifiés. Ils n'ont pas de raison d'être. S'il est vrai qu'ils pénalisent les travailleurs forestiers et les entreprises du Canada, il en va de même des travailleurs forestiers et des entreprises américaines. Voilà pourquoi nous continuons d'insister pour en arriver à une entente négociée. Nous savons qu'une telle formule servirait l'intérêt supérieur de nos deux pays.
Nous défendrons vigoureusement les intérêts du Canada, notamment de nos travailleurs et de notre industrie du bois d'œuvre.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:48 [p.7673]
Madam Chair, I would like to ask some questions to the Minister of Foreign Affairs on some significant matters, starting with what has arisen in the Middle East with Israel and Palestine in the last number of weeks, where there has been serious escalation. The government put out a statement saying that Canada will always stand ready to support efforts for a two-state solution.
Does the minister not agree Canada needs to do more than just stand by and we need to actually take action and have an active approach to provide pressure and build the foundations for peace between Israel and Palestine?
Madame la présidente, j'aimerais poser quelques questions au ministre des Affaires étrangères concernant certains dossiers importants, à commencer par la situation au Moyen-Orient, où le conflit entre Israël et la Palestine a gravement dégénéré ces dernières semaines. Le gouvernement a publié une déclaration disant que le Canada sera toujours prêt à soutenir les efforts pour une solution à deux États.
Le ministre ne convient-il pas que le Canada doit faire plus que rester les bras croisés, qu'il doit intervenir et adopter une approche active pour faire pression et bâtir les fondements de la paix entre Israël et la Palestine?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:49 [p.7674]
Madam Chair, it offers some encouragement the minister is actively involved, but he does see, I presume, that by standing by until there is an agreement really just supports the status quo and incentivizes the Government of Israel to pursue policies of annexation, of occupation, and further diminishes the rights and increasingly marginalizes the Palestinian people. Would he not agree with that?
Madame la présidente, il est quelque peu encourageant de savoir que le ministre s'occupe activement du dossier. Cela dit, je présume qu'il comprend que rester les bras croisés jusqu'à ce qu'une entente soit conclue revient en fait à appuyer le statu quo et incite le gouvernement d'Israël à mettre à exécution des politiques d'annexion et d'occupation, et diminue davantage les droits du peuple palestinien tout en le marginalisant de plus en plus. N'en convient-il pas?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:50 [p.7674]
Madam Chair, Liberal governments previous to this one have long supported resolutions in the United Nations holding that the continued occupation of Palestinian territory is contrary to international law.
Do this minister and his government actually agree the occupation of Palestinian territories is illegal under international law?
Madame la présidente, les gouvernements libéraux précédents ont toujours appuyé les résolutions des Nations Unies selon lesquelles l'occupation permanente du territoire palestinien est contraire au droit international.
Le ministre et son gouvernement sont-ils d'accord pour dire que l'occupation des territoires palestiniens est illégale, selon le droit international?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:51 [p.7674]
Madam Chair, Canada has objected to the jurisdiction of the International Criminal Court in its investigation into alleged war crimes by both sides during the 2014 escalation between Israel and Palestine despite the fact Palestine is listed as a state party to the ICC on the government's website.
How does objecting to an independent investigation support Canada's stated commitment to a just and lasting peace between Israel and Palestine?
Madame la présidente, le Canada a contesté la compétence de la Cour pénale internationale lors de son enquête sur les crimes de guerre présumés commis par les deux côtés, lors de l'escalade de la violence entre Israël et la Palestine en 2014, en dépit du fait que la Palestine figure sur la liste des États parties à la CPI, sur le site Web du gouvernement.
Comment peut-on s'opposer à une enquête indépendante et, en même temps, s'engager à oeuvrer en faveur d'une paix juste et durable entre Israël et la Palestine?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:52 [p.7674]
Madam Chair, recently we have seen a dramatic rise in anti-Semitism and anti-Semitic acts in Canada, including in the wake of recent events, which we condemn strongly. What will the government do to address this rise in anti-Semitism in Canada and ensure that members of the Jewish community are protected from this evil?
Madame la présidente, nous avons récemment observé une hausse marquée de l'antisémitisme et du nombre d'actes antisémites au Canada, notamment à la suite de récents événements, que nous condamnons vivement. Que fera le gouvernement pour contrer cette montée de l'antisémitisme au Canada et protéger les membres de la communauté juive contre ce fléau?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:54 [p.7674]
Madam Chair, I want to turn now to arms exports. Thanks to our efforts in the foreign affairs committee, we recently received and made public documents that show that Canada has not been doing its due diligence on arms exports.
Will the minister commit to enhance Canada's arms export regime to ensure that end-user adherence takes place by recipients of all Canadian military exports?
Madame la présidente, je souhaite maintenant parler des exportations d'armes. Grâce à nos efforts au sein du comité des affaires étrangères, nous avons récemment reçu et rendu publics des documents qui montrent que le Canada n'a pas fait preuve de la diligence raisonnable requise en matière d'exportation d'armes.
Le ministre s'engagera-t-il à améliorer le régime d'exportation d'armes du Canada de sorte que les destinataires de toutes les exportations militaires canadiennes respectent les modalités d'utilisation finale?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:55 [p.7674]
Madam Chair, one has to wonder how Canadian WESCAM sensors ended up in Nagorno-Karabakh during last fall's conflict there.
We also have an allegedly strong human rights interest internationally, yet Saudi Arabia's human rights violations are appalling and Canada continues to sell it arms, $3 billion worth in 2019 alone. How can the minister continue to say that we are committed to international human rights when we continue to sell arms to a country that is fuelling the war in Yemen and has been called out by the United Nations Security Council on this issue?
Madame la présidente, on peut se demander comment des capteurs WESCAM canadiens se sont retrouvés au Nagorno-Karabakh pendant le conflit qui s'y est déroulé l'automne dernier.
Par ailleurs, nous sommes censés vouloir défendre avec vigueur les droits de la personne à l'échelle internationale. Or, même si l'Arabie saoudite commet d'horribles violations des droits de la personne, le Canada continue de lui vendre des armes, et il lui en a vendu pour une valeur de 3 milliards de dollars en 2019 seulement. Comment le ministre peut-il encore affirmer que le Canada est déterminé à défendre les droits internationaux de la personne quand il continue de vendre des armes à un pays qui alimente la guerre au Yémen et qui a été dénoncé par le Conseil de sécurité des Nations unies à ce sujet?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:56 [p.7675]
Madam Chair, I would like to turn to nuclear disarmament, which is of great concern to Canadians, 80% of whom want to see Canada work toward the elimination of nuclear weapons. Three out of four Canadians want Canada to join in the United Nations Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons.
Why does Canada continue to refuse to do so?
Madame la présidente, j'aimerais parler de désarmement nucléaire, qui préoccupe beaucoup les Canadiens, dont 80 % souhaitent que le Canada cherche à éliminer les armes nucléaires. Trois Canadiens sur quatre veulent que le Canada ratifie le traité des Nations unies sur l'interdiction des armes nucléaires.
Pourquoi le Canada persiste-t-il à refuser de le faire?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:57 [p.7675]
Madam Chair, we need to bring about the end of nuclear weapons in the world. This particular treaty is one aspect. Canada has long had a reputation or fostered a reputation for being at the forefront of this issue. What are we doing now, in addition to this treaty that the minister just mentioned?
Madame la présidente, nous devons mettre un terme aux armes nucléaires dans le monde. Ce traité en constitue un aspect. Le Canada a longtemps eu la réputation — ou entretenu cette réputation — d'être un chef de file dans ce dossier. Que fait-il maintenant, hormis ce traité dont le ministre vient de parler?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:58 [p.7675]
Madam Chair, the situation in China has deteriorated quite rapidly over the last several years. In Hong Kong, it has rapidly eroded over the last year, and even the last few weeks, with Jimmy Lai recently being sentenced to another term in jail for participating in a demonstration. However, Canada has still not imposed any targeted sanctions in respect of these matters.
Will the minister make a commitment to apply sanctions to put pressure on key individuals within the Chinese and Hong Kong governments in relation to what is going on in Hong Kong?
Madame la présidente, la situation en Chine s'est détériorée assez rapidement au cours des dernières années. À Hong Kong, elle s'est dégradée rapidement l'an dernier et même au cours des dernières semaines. En effet, Jimmy Lai a été condamné récemment à une autre peine d'emprisonnement pour avoir participé à une manifestation. Pourtant, le Canada n'a toujours pas imposé de sanctions ciblées relativement à ces affaires.
Le ministre s'engagera-t-il à imposer des sanctions, afin d'exercer des pressions à l'endroit de joueurs clés au sein des gouvernements de la Chine et de Hong Kong, relativement aux événements qui se déroulent à Hong Kong?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 20:00 [p.7675]
Madam Chair, pro-democracy activists in Canada have been targeted for speaking out against the Chinese government. In fact, we had two individuals before the Canada-China committee tonight, one Canadian who is of Tibetan ancestry and a Uighur, who had been targeted with impunity by the People's Republic of China and their agents in Canada, with no recourse for them or anybody else in the same circumstance. However, we have not really seen a concerted effort from the Liberal government to combat this foreign interference and pressure. Activists are pretty isolated and vulnerable and do not think we are acting fast enough.
What is the minister and his government doing to communicate to China that this is completely unacceptable? What measures are being taken to protect Canadians in these circumstances?
Madame la présidente, des militants pro-démocratie au Canada ont été ciblés parce qu'ils ont exprimé des opinions défavorables au gouvernement chinois. D'ailleurs, deux personnes qui ont témoigné devant le comité sur les relations sino-canadiennes ce soir, une Canadienne d'origine tibétaine et une Ouïghoure, ont été ciblées en toute impunité par la République populaire de Chine et leurs agents au Canada. Or, ces témoins et les autres personnes qui se retrouvent dans une situation semblable n'ont aucun recours. Nous n'avons pas vraiment vu d'efforts de la part du gouvernement libéral pour combattre cette ingérence et ces pressions étrangères. Les militants sont très isolés et vulnérables et ils estiment que nous n'agissons pas assez vite.
Que font le ministre et le gouvernement pour faire savoir à la Chine que cette situation est complètement inacceptable? Quelles sont les mesures prises pour protéger les Canadiens contre ceci?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 20:02 [p.7675]
Madam Chair, in the situation with foreign interference and the treatment of the Uighurs, which was just mentioned, Canada has not yet resolved the cases of Michael Spavor, Michael Kovrig and other Canadians in prison in China, including Huseyin Celil.
What can the minister tell us about what Canada is doing to ensure that these Canadians will be returned home soon?
Madame la présidente, en ce qui concerne l'ingérence étrangère et le traitement des Ouïghours, qu'on vient de mentionner, le Canada n'a toujours pas réglé le cas de Michael Spavor, de Michael Kovrig et des autres Canadiens emprisonnés en Chine, dont Huseyin Celil.
Le ministre pourrait-il nous dire ce que fait le Canada pour que ces Canadiens puissent rentrer chez eux dans les plus brefs délais?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 20:03 [p.7675]
Madam Chair, I will now talk about Ethiopia and the Tigray situation. The last statement from the government was April 8, yet there has been widespread rape by soldiers, and the Ethiopian and Eritrean military have cut off humanitarian access to most of the region's four and a half million people.
Will the government call for a ceasefire to put pressure on the Ethiopian government?
Madame la présidente, je parlerai maintenant de l'Éthiopie et de la situation qui prévaut au Tigré. La dernière déclaration du gouvernement remonte au 8 avril. Pourtant, les viols commis par les soldats se multiplient, et les forces militaires de l'Éthiopie et de l'Érythrée empêchent les secours humanitaires d'avoir accès à la plupart des 4,5 millions de personnes de la région.
Le gouvernement demandera-t-il un cessez-le-feu pour faire pression sur le gouvernement éthiopien?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-27 11:29 [p.7469]
Madam Speaker, like the member for South Surrey—White Rock, we support a number of things in this budget, including the $15 minimum wage.
However, we are concerned about young people, who have been dramatically affected by this pandemic, particularly students. We have called for the elimination of federal student debt of up to $20,000 and a moratorium on and elimination of interest on student loan debt. Do the member and her party support such measures to make it more possible for young people not to be affected for their whole lives by the consequence of this pandemic on their futures?
Madame la Présidente, tout comme la députée de South Surrey—White Rock, nous appuyons un certain nombre de mesures prévues dans le budget, notamment le salaire minimum de 15 $.
Toutefois, nous nous inquiétons du sort des jeunes, qui ont été durement touchés par cette pandémie, surtout dans le cas des étudiants. Nous avons réclamé l'élimination de la partie fédérale de la dette des étudiants, jusqu'à concurrence de 20 000 $, ainsi qu'un moratoire et une annulation des intérêts sur les dettes d'études. La députée et son parti appuient-ils de telles mesures afin de permettre aux jeunes de ne pas avoir à subir, toute leur vie durant, les conséquences de cette pandémie?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-27 12:37 [p.7480]
Mr. Speaker, we all know that one in five Canadians does not take the medications they have been prescribed because they cannot afford them, yet the Conservatives voted to continue protecting the profits of big pharma and not go ahead with a pharmacare plan. We have had a promise from the Liberals for 23 years for this.
Can the member explain why the bill before us ignores the needs for pharmacare? Will the Conservative Party come around to supporting a plan so all Canadians can have access to pharmacare?
Monsieur le Président, nous savons tous qu'un Canadien sur cinq ne prend pas les médicaments qui lui sont prescrits parce qu'il n'en a pas les moyens. Pourtant, les conservateurs votent de manière à continuer de protéger les grandes pharmaceutiques et à empêcher la mise sur pied d'un régime d'assurance-médicaments, chose que les libéraux nous promettent depuis 23 ans.
Le député peut-il expliquer pourquoi le projet de loi à l'étude fait fi des besoins en matière d'assurance-médicaments? Le Parti conservateur se ravisera-t-il afin d'appuyer un plan grâce auquel tous les Canadiens auront accès à l'assurance-médicaments?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, Canadians want to save money, and we are giving Canadians up to $5,000 to make their homes more energy efficient. This will lower their energy bills, and it will also lower greenhouse gas emissions, so climate action can start at home.
Retrofitting homes also creates jobs for energy advisers and local trades workers, as well as manufacturers of energy-efficient windows and doors, solar panels and heat pumps. The Canada greener homes grant is good for Canadians' wallets. It is good for our economy and good for our planet. Canadians will lead the way by taking part in net-zero solutions right from the comfort of their own homes.
Monsieur le Président, les Canadiens veulent économiser de l'argent et nous leur donnons jusqu'à 5 000 $ pour rendre leur maison plus écoénergétique. La mesure réduira leurs factures d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre, de sorte que la lutte contre les changements climatiques peut commencer à la maison.
La rénovation domiciliaire crée également des emplois pour les conseillers en énergie et les gens de métier locaux, ainsi que pour les fabricants de portes et fenêtres, de panneaux solaires et de thermopompes à haut rendement énergétique. La Subvention canadienne pour des maisons plus vertes est bonne pour le portefeuille des Canadiens, pour l'économie et pour la planète. Les Canadiens montreront la voie en prenant part à des solutions pour atteindre la carboneutralité depuis le confort de leur maison.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I would never shy away from defending the record of this government on Newfoundland and Labrador's offshore, but I think it is an important opportunity to also speak to the member's province of Alberta.
Since 2010, Alberta has doubled its wind capacity. It is on track to double it again by 2023. Just last week, BluEarth Renewables in Calgary announced the Hand Hills wind farm project, which is part of four solar and wind projects backed by $500 million of investment in Alberta.
Oil and gas workers built this country. I agree with the hon. member on that. They are the same people who will help build renewables and lower emissions. We support them and we are building that future with them.
Monsieur le Président, je n'hésiterai jamais à défendre le bilan du gouvernement en ce qui concerne l'industrie extracôtière de Terre-Neuve-et-Labrador, mais je pense que c'est une occasion importante de parler aussi de la province du député, l'Alberta.
Depuis 2010, l'Alberta a doublé sa capacité éolienne. Elle est en voie de la doubler à nouveau d'ici 2023. La semaine dernière, BluEarth Renewables, une entreprise de Calgary, a annoncé le projet de parc éolien Hand Hills, qui fait partie de quatre projets solaires et éoliens appuyés par un investissement de 500 millions de dollars en Alberta.
Je suis d'accord avec le député, les travailleurs du secteur pétrolier et gazier ont construit ce pays. Ce sont eux qui contribueront à la mise en place d'énergies renouvelables et à la réduction des émissions. Nous les soutenons et nous bâtissons cet avenir avec eux.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
moved that the bill be read the third time and passed.
He said: Mr. Speaker, I rise today from my home on the island of Newfoundland, which is the ancestral homeland of the Mi'kmaq and Beothuk peoples.
It is also one of Canada's three proud oil-producing provinces.
Before getting into my remarks on the legislation before us today, let me start with this. We just came out of a vote and question period and when we debate in this place, they are debates of great importance. They are issues that matter to us, who have the privilege to sit in this hallowed chamber, and to Canadians across the country. There is a lot of passion around these issues, particularly around issues of energy, oil and gas, climate change, the economy. We are at a particular moment in time, a defining moment, one where globally we are charting pathways now to net zero.
Over the past couple of weeks, there have been several significant developments. The International Energy Agency issued a report on pathways to net zero, the first analysis that is compliant with limiting a rise in global temperature to 1.5°C. Canada called on the IEA to conduct the report, because the world needs to know what it will take to get to net zero.
In my province of Newfoundland and Labrador, Dame Moya Greene issued a report on our future. It is an unflinching look at a dire situation. There is no sense beating around the bush there. There is a lot of hard work ahead of us and a lot of tough decisions.
Just yesterday, a landmark decision by a court in the Netherlands ordered Royal Dutch Shell to cut emissions by 45% by 2030. Shareholders of another major oil producer, Chevron, backed a proposal to cut emissions generated by the use of the company's products. ExxonMobil shareholders voted just yesterday to install two new independent directors in a rebuke of the company's efforts to address climate change to date. Some have called May 26 “big oil's day of reckoning”.
What all these events demonstrate is that the world is calling for increased climate ambition. The market is demanding it. Investors, we learned yesterday, are demanding it. Governments are taking action and companies are taking action. Suncor has committed now to net zero in a clear sign of Canadian leadership. There is a clear direction in which the world is heading. We know where the puck is heading. It is heading toward net zero, and we will have many important debate and conversations on Canada's pathway to net-zero emissions by 2050, how that will change our energy mix in the future, the economic opportunities that it presents, particularly for oil and gas workers who will lead the effort to lower emissions. They are already doing it.
There will be tough conversations, difficult and passionate debates, but the debate before us today on this legislation is one that we can all agree is of the utmost importance and cannot be derailed by the broader conversations about our energy future. This is about the people at the heart of the country, about our workers and protecting them. That fact is what needs to guide our debate here today.
This issue is important to me. It is personal. It is about an industry that has brought so many benefits to my province. It impacts the workers here, my neighbours and friends who work in the offshore.
I remember vividly the industry's nascent days. I was a young fellow working for Brian Tobin, when he was premier some 20-odd years ago, when the first platform, Hybernia, was under construction. Hopes were sky-high after so much despair over the cod fishery collapse. It was a bleak time. Families were split because so many young people had to go west to make a living.
Today, it is a proud and mature industry. It is one that has accounted over the years for 30% of our economy and one out of every 10 jobs, 10% employment over the years. It has provided the provincial government here with more than $20 billion in royalties between 1997 and 2019, funding key public services, from health and education to highways and hockey rinks.
The offshore industry in the Atlantic has also created jobs and wealth for Nova Scotians prior to and during the recent decomissioning of its two gas projects: $8.5 billion in capital spending over 20 years, producing $1.9 billion in royalty payments between 2000 and 2017. It was a long road to get to that point, to realize the economic benefits of this industry, and there were many doubters along the way.
For starters, low world oil prices made the whole notion seem like a fantasy prior to the energy crises of the 1970s, but we also had to deal with monumental challenges posed by safely extracting oil in a treacherous and unforgiving North Atlantic. We owe it to these workers to protect them and to do so with the best occupational health and safety regime in the world. We must protect these workers.
How best do we do that? By adopting a world-class safety regime. I believe that and I support that. Bill S-3 will help.
Let us be frank about what we are debating today. This is a three-clause bill. It extends health and safety regulations for workers in the offshore, for workers who work in a high-risk environment.
I know my colleague across the way, the member for St. John's East, understands, very well, the risks that these workers face. In fact, I remember the CEO of ExxonMobil Canada telling me that the Newfoundland offshore is the harshest environment in which his company operates in the world.
Bill S-3 would give Canada, Newfoundland and Labrador and Nova Scotia an additional year, to December 31, 2021, to finalize the numerous health and safety regulations that stem from the 2014 legislation, regulations to make our workers safer. Should Bill S-3 become law, the transitional regulations from 2014 will apply retroactively to January 1, 2021.
As I said, it is a three-clause bill. We all agree that no worker in any workplace should go unprotected. Therefore, I would hope that this bill would pass easily. It should pass quickly and today. It should be the last day that it is debated in this House.
In fact, my office has reached out to my opposition critics and colleagues across the way so that we could do just that every step of the way. To the member for Calgary Centre, the member for South Okanagan—West Kootenay, the member for Jonquière and the member for St. John's East, I am happy to report that these were constructive conversations and that we had a constructive relationship between us on this. I urged them to work with the government, in the spirit of protecting Canada's workers, to send the bill to the standing committee and urged the standing committee to study it at its earliest opportunity. I appeared before the standing committee alongside departmental officials. Before Bill S-3 was introduced in this House, it went through a similar process in the other place and I appeared in front of our hon. colleagues from the other place, who held committee hearings on this bill, to explain why we are where we are today.
The extent to which this three-clause bill continues to be debated is not because of the substance of the bill. As I mentioned, I think there would be unanimity across all parties in this House to support the passage of the legislation. If they read a Hansard of the second-reading debate on this bill, they would be forgiven for thinking that the debate was circular.
Nearly every speech by every member of every party in this House agreed on the importance of the bill and the importance of passing it quickly. Nearly every speech by every member of every party in this House referenced the 1982 Ocean Ranger tragedy that left 84 dead and the royal commission of inquiry that led to many safety improvements. Nearly every speech by every member of every party in this House referenced the fatal crash of Cougar Flight 491 in 2009 and the ensuing commission of inquiry that Mr. Justice Robert Wells conducted, which led to the sweeping reforms contained in the Offshore Health and Safety Act passed in 2014. These were raised in nearly every speech by every member of every party in this House.
There is no daylight between us in terms of protecting our workers, and there should not be, so why are we still debating this? Why does a three-clause bill merit hours of additional debate, when there is unanimity on the importance of protecting workers here, while Canadians expect their Parliament to get on with the business of building back better and recovering from COVID-19? Simply put, there is a load of politics afoot, let me say that. There is a concerted desire to delay debate on anything and everything, regardless of the issue; and, in this case, ironically, to further delay the very thing that the opposition members are lambasting this government for delaying.
Many speeches referenced that it has taken far too long to put in place permanent regulations, that a further delay of 24 months would be far too long, and we listened and we agreed. We accepted the amendments from the other place to drop it to 12 months. We heard that the delay in having a permanent occupational health and safety regime for protecting offshore workers is unconscionable. To the members across the way today, I say, “look, fair game, I agree”; I say “yes, it has taken far too long”. It is frustrating. I am frustrated. I said it during the committee hearings in the other place, I said it before the standing committee, and I will repeat it today: This has taken far too long.
Now, I could list the reasons why the complex work of drafting regulations in partnership with two provincial governments and two offshore boards, respecting our joint management frameworks and the jurisdiction of provinces, all takes time. I could speak about the 15,000 pages of documents that they have to go through to align with and incorporate by reference the over 173 domestic and international health and safety standards. I could speak to the time that we lost by needing to fix the initial interim regulations because the industry told us it did not work for them, that it burdened them; I could speak about how that fix set us back. I could also speak to how this very pandemic that we are in has set us back; how the sudden, abrupt shutdown of workplaces forced us to adapt to working from home, how adapting took time. Mr. Speaker, just think of how long it took this House to adapt and put in place measures to safely continue with our work. Those are all very legitimate and contributing factors as to why we are where we are today, but those reasons do not make workers safer, they do not support workers and they do not advance this legislation.
We need to pass this bill. We need to get on with the business of finalizing these permanent regulations with the Government of Newfoundland and Labrador, the Government of Nova Scotia, the Canada-Newfoundland and Labrador Offshore Petroleum Board, the Canada-Nova Scotia Offshore Petroleum Board and with industry.
Despite these challenges, our officials and their counterparts in Newfoundland and Labrador, and in Nova Scotia have passed many milestones. We are close. I instructed my officials to get this work done by the new proposed deadline. I am confident we will. I know we will.
However, we need to pass Bill S-3 today, without further delay. If the opposition members really want to protect workers, they now have the opportunity to do so by putting partisan politics aside, doing what needs to be done and passing this bill.
As a son of Newfoundland and Labrador, I am proud of what we have achieved in this industry since it began to take root in the 1960s. The offshore industry has made life better for Newfoundlanders and Labradorians. It has kept families from separating in order to find work on the mainland. It also gave some of them the expertise so that they could find good work on the mainland.
I am also proud of the reality that not since the time of Brian Mulroney and John Crosbie has there been a federal government that has done more for the offshore. It was this government that gave $2.5 billion to Newfoundland and Labrador as a part of the renewed Atlantic Accord in 2019. It was this government that supported workers in the offshore during a pandemic with close to $400 million to maintain jobs and lower emissions. It was this government that reduced the time for exploratory drilling assessments from over 900 days to 90, without losing an ounce of environmental integrity.
I recently announced 16 projects funded through the offshore component of the emissions reduction fund with an eye to the future; projects that use carbon capture, wind and other renewable sources of energy to power the industry's operations; projects that will lower emissions; real projects that are creating real jobs for the workers who are building our low-emissions energy future right now.
As I conclude my remarks, let me plainly state that the only thing that matters during debate on this bill is the people involved, the workers: protecting them, supporting them and believing in them. The workers on those platforms in the North Atlantic, the workers who service them, the workers who are at the heart of this industry that made our province what it is and the workers who are building our prosperous and cleaner future need to be protected. We need to protect them with a safety regime that is world class. They deserve absolutely nothing less.
Bill S-3 will help us get there. Let us do our jobs. Let us pass Bill S-3.
propose que le projet de loi soit lu pour la troisième fois et adopté.
— Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui à partir de chez moi, sur l'île de Terre-Neuve, qui est le territoire ancestral des Micmacs et des Béothuks.
C’est aussi l’une des trois provinces du Canada fières productrices de pétrole.
Avant d’aborder mes observations sur le projet de loi dont nous sommes saisis aujourd’hui, je vais dire ceci. Nous sortons d’un vote et d’une période de questions et lorsque nous débattons à la Chambre, ce sont des débats de grande importance. Ce sont des questions qui comptent pour nous, qui avons le privilège de siéger dans cette salle sacrée, et pour les Canadiens de tout le pays. Ces questions suscitent beaucoup de passion, en particulier celles qui concernent l’énergie, le pétrole et le gaz, les changements climatiques et l’économie. Nous sommes à un moment particulier, un moment décisif, un moment où, à l’échelle mondiale, nous traçons maintenant la voie vers la carboneutralité.
Au cours des deux dernières semaines, plusieurs choses importantes ont eu lieu. L’Agence internationale de l’énergie a publié un rapport sur les voies vers la carboneutralité, la première analyse qui soit conforme avec une limitation de l’augmentation de la température mondiale à 1,5°C. Le Canada a demandé à l’Agence de produire ce rapport, car le monde doit savoir ce qu’il faudra faire pour atteindre la carboneutralité.
Dans ma province, Terre-Neuve-et-Labrador, Dame Moya Greene a publié un rapport sur notre avenir. Il s’agit d’un regard sans complaisance sur une situation désastreuse. Il est inutile de tourner autour du pot. Il y a beaucoup de travail à faire et beaucoup de décisions difficiles à prendre.
Hier encore, un tribunal des Pays-Bas a rendu une décision historique en ordonnant à la Royal Dutch Shell de réduire ses émissions de 45 % d’ici 2030. Les actionnaires d’un autre grand producteur de pétrole, Chevron, ont soutenu une proposition visant la réduction des émissions générées par l’utilisation des produits de la société. Hier encore, les actionnaires d’ExxonMobil ont voté pour mettre en place deux nouveaux administrateurs indépendants, en réaction aux efforts de la société pour lutter contre les changements climatiques. Certains ont parlé du 26 mai comme du « jour du jugement pour les grandes pétrolières ».
Ce que ces événements démontrent, c’est que le monde entier réclame des objectifs plus ambitieux en matière de climat. Le marché l’exige. Les investisseurs, nous l’avons appris hier, l’exigent. Les gouvernements prennent des mesures et les entreprises agissent. Suncor s’est maintenant engagée à atteindre la carboneutralité, ce qui est un signe manifeste du leadership canadien. Le monde s'oriente clairement dans une direction. Nous savons où va la rondelle. Elle se dirige vers la carboneutralité, et nous aurons de nombreux et importants débats et discussions sur la voie que doit suivre le Canada pour atteindre la carboneutralité d’ici 2050, sur la façon dont cela changera nos sources énergétiques dans l’avenir et sur les possibilités économiques que cela présente, en particulier pour les travailleurs du secteur pétrolier et gazier qui mèneront l’effort de réduction des émissions. Ils le font déjà.
Il y aura des conversations sérieuses, des débats difficiles et passionnés, mais le débat d’aujourd’hui sur ce projet de loi est un débat de la plus haute importance et qui peut être retardé par des conversations plus générales sur notre avenir énergétique. Nous pouvons tous en convenir. Il s’agit de personnes qui sont au cœur du pays, de nos travailleurs et de leur protection. C’est ce qui doit guider notre débat aujourd’hui.
Cette question est importante pour moi. Elle est personnelle. Il s’agit d’une industrie qui représente beaucoup de retombées pour ma province. Elle a des conséquences pour les travailleurs ici, pour mes voisins et amis qui travaillent dans le secteur extracôtier.
Je me souviens très bien des premiers jours de l’industrie. J’étais un jeune homme qui travaillait pour Brian Tobin, alors premier ministre de la province, il y a une vingtaine d’années, quand la première plateforme, Hybernia, a été construite. Les espoirs étaient démesurés après tant de désespoir à l’effondrement de la pêche à la morue. Les temps étaient durs. Les familles étaient séparées parce que tellement de jeunes devaient partir dans l’Ouest gagner leur vie.
Aujourd’hui, il s’agit d’une industrie fière et arrivée à maturité. Elle a représenté au fil des ans 30 % de notre économie et un emploi sur dix, soit 10 % de l’emploi durant des années. Elle a rapporté au gouvernement provincial plus de 20 milliards de dollars de redevances entre 1997 et 2019, ce qui a permis de financer des services publics essentiels, de la santé à l’éducation, en passant par les routes et les patinoires.
Dans la région atlantique, l’industrie extracôtière a également créé des emplois et de la richesse pour les Néo-Écossais avant et pendant la mise hors service de ses deux installations gazières qui ont représenté 8,5 milliards de dollars de dépenses d’investissement sur 20 ans et qui ont produit 1,9 milliard de dollars de redevances entre 2000 et 2017. Il a fallu du temps pour en arriver là, pour réaliser les retombées économiques de cette industrie, et beaucoup ont douté en chemin.
Pour commencer, la faiblesse des cours mondiaux du pétrole donnait à penser que le projet était fantaisiste avant les crises de l’énergie des années 1970, mais nous avons aussi dû relever des défis monumentaux pour réussir à extraire le pétrole en toute sécurité dans le milieu hostile et dangereux de l’Atlantique Nord. Nous avons le devoir de protéger ces travailleurs et de le faire en mettant en place le meilleur régime de santé et de sécurité au travail au monde. Nous devons protéger ces travailleurs.
Comment le faire au mieux? En adoptant un régime de sécurité de tout premier ordre. J’en suis convaincu et j’y suis favorable. Le projet de loi S-3 aidera dans ce sens.
Ne nous leurrons pas au sujet du débat d’aujourd’hui. Le projet de loi comprend trois articles. Il rétablit des règlements sur la santé et la sécurité pour les travailleurs de la zone extracôtière, pour des travailleurs qui travaillent dans un environnement à haut risque.
Je sais que mon collègue d’en face, le député de St. John’s-Est, comprend très bien les risques auxquels ces travailleurs sont exposés. En fait, je me souviens que le PDG d’ExxonMobil Canada m’avait dit que la zone extracôtière de Terre-Neuve est l’environnement opérationnel le plus hostile au monde pour son entreprise.
Le projet de loi S-3 donnerait au Canada, à Terre-Neuve-et-Labrador et à la Nouvelle-Écosse une année de plus, jusqu’au 31 décembre 2021, pour mettre la dernière main aux règlements sur la santé et la sécurité qui découlent de la loi de 2014, des règlements visant à améliorer la sécurité de nos travailleurs. Si le projet de loi S-3 devient loi, les règlements transitoires de 2014 s’appliqueront rétroactivement au 1er janvier 2021.
Comme je l’ai dit, le projet de loi comporte trois articles. Nous sommes tous d’accord pour dire qu’aucun travailleur, peu importe où il travaille, ne devrait être sans protection. Par conséquent, j’espère que ce projet de loi sera adopté facilement. Il devrait être adopté rapidement et aujourd’hui même. Ce devrait être le dernier jour de débat pour ce projet de loi à la Chambre.
En fait, mon bureau a communiqué avec les porte-parole de l’opposition et mes collègues d’en face pour que nous puissions faire exactement cela à chaque étape du processus. Je suis heureux de dire aux députés de Calgary Centre, d'Okanagan-Sud-Kootenay-Ouest, de Jonquière et de St. John’s-Est que ces conversations ont été constructives et que nous avons eu une relation constructive entre nous à ce sujet. Je les ai exhortés à collaborer avec le gouvernement, dans l’optique de protéger les travailleurs canadiens, afin de saisir le comité permanent du projet de loi, et j’ai exhorté le comité permanent à l’étudier dès que possible. J’ai comparu devant le comité permanent aux côtés de représentants du ministère. Avant d’être présenté à la Chambre, le projet de loi S-3 est passé par un processus similaire à l'autre endroit et j’ai comparu devant nos honorables collègues du Sénat, qui ont tenu des audiences en comité sur ce projet de loi, pour expliquer pourquoi nous en sommes là aujourd’hui.
Si ce projet de loi à trois articles continue d’être débattu, ce n’est pas en raison de son contenu. Comme je l’ai dit, je pense que tous les partis de la Chambre appuieraient à l’unanimité l’adoption de cette mesure législative. Si on lisait le hansard du débat sur ce projet de loi à l'étape de la deuxième lecture, on nous pardonnerait de penser que le débat tourne en rond.
Presque tous les députés de tous les partis à la Chambre ont reconnu dans leurs discours que le projet de loi était important et qu'il fallait l'adopter rapidement. Presque tous les députés de tous les partis à la Chambre ont mentionné la tragédie du Ocean Ranger en 1982, qui a fait 84 morts, et la commission royale d’enquête qui a ensuite permis d’améliorer la sécurité à plusieurs égards. Presque tous les députés de tous les partis à la Chambre ont mentionné l’écrasement mortel du vol Cougar 491 en 2009 et la commission d’enquête que le juge Robert Wells a menée par la suite, qui a mené aux réformes radicales contenues dans la Loi sur la santé et la sécurité dans la zone extracôtière, adoptée en 2014. Ces points ont été soulevés par presque tous les députés de tous les partis à la Chambre.
Il n’y a pas l’ombre d’un écart entre nous sur la question de la protection de nos travailleurs, et il ne devrait pas y en avoir, alors pourquoi sommes-nous encore en train de débattre de cette question? Pourquoi un projet de loi comportant trois articles mérite-t-il des heures encore de débat, alors qu’il y a unanimité sur l’importance de protéger les travailleurs, tandis que les Canadiens attendent de leur Parlement qu’il s’occupe de reconstruire en mieux et de travailler au rétablissement à la suite de la COVID-19? Pour dire les choses simplement, c'est de la basse politique. Il y a un désir concerté de retarder le débat sur tout et n’importe quoi, quel que soit l’enjeu, et dans le cas présent, ironiquement, de retarder encore plus la chose même que les députés de l’opposition reprochent au gouvernement de retarder.
De nombreux députés ont mentionné qu’il a fallu beaucoup trop de temps pour instituer des règlements permanents, qu’un nouveau délai de 24 mois serait beaucoup trop long, et nous les avons écoutés et nous avons été d'accord. Nous avons accepté les amendements de l’autre endroit visant à ramener le délai à 12 mois. Nous avons entendu que le retard dans la mise en place d’un régime permanent de santé et de sécurité au travail pour protéger les travailleurs extracôtiers est inadmissible. Aux députés d’en face aujourd’hui, je dis « écoutez, c’est de bonne guerre, je suis d’accord »; je dis « oui, cela a pris beaucoup trop de temps ». C’est frustrant. Je me sens frustré. Je l’ai dit lors des audiences du comité à l’autre endroit, je l’ai dit devant le comité permanent, et je le répète aujourd’hui: cela a pris beaucoup trop de temps.
Maintenant, je pourrais énumérer les raisons pour lesquelles le travail complexe de rédaction de règlements en partenariat avec deux gouvernements provinciaux et deux offices extracôtiers, en respectant nos cadres de gestion conjointe et la compétence des provinces, prend du temps. Je pourrais parler des 15 000 pages de documents qu’ils doivent examiner pour s’aligner sur les 173 normes nationales et internationales en matière de santé et de sécurité et les incorporer par renvoi. Je pourrais parler du temps que nous avons perdu à devoir corriger la réglementation provisoire initiale parce que l’industrie nous a dit qu’elle ne fonctionnait pas pour elle, qu’elle était un fardeau; je pourrais parler de la façon dont cette correction nous a fait reculer. Je pourrais aussi parler de la façon dont la pandémie dans laquelle nous nous trouvons nous a fait reculer; comment la fermeture soudaine et brutale des lieux de travail nous a obligés à nous adapter au travail à domicile, et comment l’adaptation a pris du temps. Monsieur le Président, pensez simplement au temps qu’il a fallu à cette Chambre pour s’adapter et mettre en place des mesures permettant de poursuivre notre travail en toute sécurité. Ce sont tous des facteurs très légitimes qui expliquent pourquoi nous en sommes là aujourd’hui, mais ces raisons n’augmentent en rien la sécurité des travailleurs, elles ne soutiennent pas les travailleurs et elles ne font pas avancer cette loi.
Nous devons adopter ce projet de loi. Nous devons nous atteler à la finalisation de ces règlements permanents avec le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse, l’Office Canada–Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers, l’Office Canada–Nouvelle-Écosse des hydrocarbures extracôtiers et l’industrie.
Malgré ces défis, nos fonctionnaires et leurs homologues de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse ont franchi de nombreux jalons. Nous sommes proches du but. J’ai demandé à mes fonctionnaires de terminer ce travail avant la nouvelle échéance proposée. Je suis convaincu que nous y parviendrons. Je sais que nous le ferons.
Cependant, nous devons faire passer le projet de loi S-3 aujourd'hui, sans plus attendre. Si les députés de l'opposition veulent vraiment protéger les travailleurs, ils ont maintenant l'occasion de le faire, d'adopter ce projet de loi, de mettre la politique partisane de côté et de faire ce qu'il faut.
En tant que fils de Terre-Neuve-et-Labrador, je suis fier de ce que nous avons accompli dans cette industrie depuis qu’elle a commencé à prendre racine dans les années 1960. L’industrie extracôtière a amélioré la vie des Terre-Neuviens et des Labradoriens. Elle a empêché les familles d’avoir à se séparer pour aller trouver du travail sur le continent. Elle a également permis à certains d’entre eux d’acquérir des compétences qui les ont aidés à trouver un bon travail sur le continent.
Je suis également fier du fait que, depuis l’époque de Brian Mulroney et de John Crosbie, aucun gouvernement fédéral n’a fait plus que le nôtre pour la zone extracôtière. C’est le gouvernement actuel qui a donné 2,5 milliards de dollars à Terre-Neuve-et-Labrador dans le cadre de l’Accord atlantique qui a été renouvelé en 2019. C’est le gouvernement actuel qui a soutenu les travailleurs du secteur extracôtier pendant la pandémie en leur accordant près de 400 millions de dollars pour maintenir les emplois et réduire les émissions. C’est le gouvernement actuel qui a réduit le délai d’évaluation des forages exploratoires de plus de 900 jours à 90 jours, sans perdre un gramme d’intégrité environnementale.
J’ai récemment annoncé 16 projets axés sur l’avenir financés par le volet extracôtier du Fonds de réduction des émissions; des projets qui utilisent le captage du carbone, l’énergie éolienne et d’autres sources d’énergie renouvelable pour alimenter les activités de l’industrie, qui réduiront les émissions, et qui créeront de vrais emplois pour les travailleurs qui construisent notre avenir énergétique à faibles émissions, et ce, dès maintenant.
En terminant mon intervention, je me permets d’affirmer que la seule chose qui compte dans le débat sur ce projet de loi, ce sont les personnes concernées, les travailleurs: il faut les protéger et les soutenir et croire en eux. Nous devons protéger les travailleurs sur cette plateforme de l’Atlantique Nord, les travailleurs qui les entretiennent, ceux qui sont au cœur de cette industrie qui a fait de notre province ce qu’elle est et les travailleurs qui bâtissent notre avenir prospère et plus propre. Nous devons les protéger au moyen d’un régime de sécurité de calibre mondial. Ils ne méritent absolument rien de moins.
Le projet de loi S-3 nous aidera à le faire. Faisons notre travail. Adoptons le projet de loi S-3.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, these regulations are very complex. In total they are nearly 300 pages. We did not want to take shortcuts, as I have told the hon. member at committee. We owe it to our workers. We owe them to keep them safe. We had to consider 173 domestic and international standards, which amounts to over 15,000 pages in total. They are developed to be consistent with the joint management framework that characterizes the Atlantic offshore.
Regulations must be vetted and agreed upon by Canada, by the Government of Newfoundland and Labrador, and by the Government of Nova Scotia. It is three governments. It is not something that happens with the snap of someone's fingers. It is complex. It takes time and that is precisely why the original bill in 2014 included a five-year period to get it done.
There has been extensive engagement of stakeholders, particularly through 2016 to 2018. In fact, there was an amendment of the transitional regulations in 2017 to address a number of administrative irritants. That fix set us back some time.
Then there is COVID. No one can ignore the impacts of that, which we are confronting. It has forced us to change everything that we do. For institutional processes like regulation drafting, adapting to virtual working was challenging. It took time, but I am confident that the work that remains can be completed with the time that this bill will provide, if passed.
I am grateful for the thorough going-over that it has received at committee and I thank the hon. member for his work.
Monsieur le Président, ce règlement est très complexe. En tout, il compte près de 300 pages. Nous n’avons pas voulu prendre de raccourcis, comme je l’ai dit au député en comité. Nous le devons à nos travailleurs. Nous leur devons d’assurer leur sécurité. Nous avons dû prendre en compte 173 normes nationales et internationales, ce qui représente plus de 15 000 pages en tout. Le règlement a été élaboré de manière à être conforme au cadre de gestion commun qui caractérise la zone extracôtière de l’Atlantique.
Le règlement doit être validé et approuvé par le Canada, le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador et celui de Nouvelle-Écosse, donc par trois gouvernements. Cela ne se fait pas en claquant des doigts. C’est complexe. Cela prend du temps et c’est précisément la raison pour laquelle le projet de loi initial de 2014 prévoyait une période de cinq ans pour le faire.
Les intervenants ont été largement consultés, plus particulièrement entre 2016 et 2018. En fait, une modification a été apportée au règlement transitoire en 2017 pour corriger un certain nombre d’irritants administratifs. Ce correctif nous a retardés un certain temps.
Ensuite, il y a la COVID. Personne ne peut ignorer les répercussions de cette pandémie, à laquelle nous sommes confrontés. Elle nous a forcés à modifier tout ce que nous faisons. Pour des processus institutionnels comme l’élaboration de règlements, l’adaptation au travail virtuel a été un défi. Cela a pris du temps, mais je suis convaincu que le travail qui reste à faire peut être achevé dans le délai que ce projet de loi nous donnera, s’il est adopté.
Je suis reconnaissant de l’examen approfondi qu’il a reçu en comité et je remercie le député pour son travail.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-27 15:46 [p.7510]
Mr. Speaker, I, too, am very surprised by the minister talking about the delay of the passage of this legislation.
First of all, the fact is we are almost into June and the regulations expired in December. Is he suggesting that nothing has been done in the last four or five months? Has everything stopped? The only thing that stopped was the government actually ensuring there was no gap and there was no gap in the regulations.
Offshore workers have been waiting since 1992, when offshore health and safety was passed over to the C-NLOPB for permanent enforceable regulations in the offshore. This minister and his government have been responsible for six years of that, and he is blaming it on a failure to pass the bill? This will pass today, as the previous speaker pointed out. Is the minister saying the delay is the fault of this House?
Monsieur le Président, je suis moi aussi très surpris que le ministre parle du retard dans l’adoption de cette loi.
Tout d’abord, le fait est que nous sommes presque en juin et que le règlement a expiré en décembre. Est-il en train de dire que rien n’a été fait au cours des quatre ou cinq derniers mois? Est-ce que tout s'est arrêté? La seule chose qui s’est arrêtée, c’est la volonté du gouvernement de veiller à ce qu'il n'y ait pas de vide entre les règlements.
Les travailleurs en zone extracôtière attendent depuis 1992, l'année où la santé et la sécurité en zone extracôtière ont été confiées à l’Office Canada—Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers, qu'un règlement permanent et exécutoire concernant la zone extracôtière entre en vigueur. Le ministre et son gouvernement sont responsables de six de ces années d’attente, et il prétend que c'est parce que ce projet de loi n'a pas été adopté? Celui-ci sera adopté aujourd’hui, comme l’a souligné l’intervenant précédent. Le ministre est-il en train de dire que le retard est la faute de la Chambre?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, as I have stated before, and not only am I opening comments now, but as I also stated in committee, I have been frustrated with the delays involved. I accepted the amendment as suggested by the other place, and accepted that it should be 12 months and not 24 more months.
There cannot be any shortcuts when it comes to the health and safety of workers in our offshore. We can take no shortcuts when it comes to keeping them safe. While the bill may only have three clauses, I think we can all agree the regulations that they address are far more substantial.
We have a detailed implementation schedule in place with the Department of Justice and with our provincial partners in Nova Scotia, and Newfoundland and Labrador. As I have noted, there is a number of statutory requirements, as well as stakeholder engagement and provincial coordination that has to happen. Particularly in the current pandemic environment, this is not something that we can take shortcuts on.
We need to get these regulations right. That is what the workers in our offshore deserve, nothing less.
Monsieur le Président, comme je l’ai déjà dit au comité et comme je l'ai répété dans mon allocution d'aujourd'hui, j’ai été frustré par les délais. J’ai accepté l’amendement proposé par l’autre endroit, et j’ai accepté que le délai soit de 12 mois et non de 24 mois supplémentaires.
Il ne peut y avoir de raccourcis lorsqu’il s’agit de la santé et de la sécurité des travailleurs dans nos zones extracôtières. Nous ne pouvons emprunter aucun raccourci lorsqu’il s’agit d’assurer leur sécurité. Même si le projet de loi ne comporte que trois articles, je pense que nous sommes tous d’accord pour dire que le règlement qu’il concerne est beaucoup plus important.
Nous avons mis en place un calendrier de mise en œuvre détaillé avec le ministère de la Justice et nos partenaires provinciaux en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador. Comme je l’ai mentionné, tout ce processus comporte un certain nombre d’exigences statutaires et exige l’engagement des intervenants et la coordination entre les provinces. Nous ne pouvons pas prendre de raccourcis, surtout avec la pandémie.
Il est primordial que ce règlement soit bien conçu. C’est ce que les travailleurs de nos zones extracôtières méritent, rien de moins.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I would not want to misjudge or mischaracterize the amount of work that has gone on outside of this chamber. All parties and both chambers of Parliament have worked expeditiously on this bill, doing their due diligence. In a minority Parliament, there has been co-operation, collaboration and regular communication. I am grateful for that.
When it became clear in the fall of 2020 that the final regs would not be completed by December 31, the governments of Canada, Newfoundland and Labrador, and Nova Scotia each took legislative steps to extend the transition period so that workers would be protected under the existing occupational health and safety framework.
For the federal government to signal our intent, this bill was introduced in the Senate on December 1. The bill was amended, and it was passed by the Senate in mid-February. It was then introduced in the House. In a similar time frame, it has now passed through committee.
This is something that we understand to be very serious. Once again, I am grateful for the amount of work on all sides of this House, behind the scenes, to make sure that we are in the place where we are today.
Monsieur le Président, je m’en voudrais de mal juger ou de mal décrire la somme de travail qui a été accomplie à l’extérieur de cette enceinte. Tous les partis et les deux Chambres du Parlement ont travaillé rapidement sur ce projet de loi, en faisant preuve de diligence raisonnable. En situation de gouvernement minoritaire, il y a eu de la coopération, de la collaboration et une communication régulière. Je leur en suis reconnaissant.
Lorsqu’il est devenu évident, à l’automne 2020, que la version définitive du règlement ne serait pas prête avant le 31 décembre, les gouvernements du Canada, de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse ont chacun pris des mesures législatives pour prolonger la période de transition afin que les travailleurs soient protégés par le cadre de santé et de sécurité au travail en vigueur.
Pour que le gouvernement fédéral signale son intention, ce projet de loi a été déposé au Sénat le 1er décembre. Il a été amendé, puis adopté par le Sénat à la mi-février. Il a été ensuite présenté à la Chambre. Il a été adopté par le comité dans un laps de temps similaire.
Nous comprenons que l’enjeu est très sérieux. Une fois de plus, je suis reconnaissant de la somme de travail accompli de tous les côtés de la Chambre, dans les coulisses, pour que nous puissions en arriver là où nous en sommes aujourd’hui.
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I want to congratulate the minister, first on all, on his work on this particular issue.
I want to ask him about all the work that has been done vis-à-vis the institution known as the C-NLOPB. This is a unique situation that we have within the province of Newfoundland and Labrador, as well as in Nova Scotia and their board as well. I would like the minister to illustrate all the work that has been done by them in light of the dual jurisdiction that they have. Could the minister explain the C-NLOPB's important input into this process?
Monsieur le Président, je tiens à féliciter le ministre, tout d’abord, pour son travail dans ce dossier précis.
Je veux l’interroger sur tout le travail qui a été fait par rapport à l’institution connue sous le nom d’Office Canada—Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers. Il s’agit d’une situation singulière que nous avons dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador, de même qu’en Nouvelle-Écosse, qui a aussi son office. J’aimerais que le ministre illustre tout le travail qu’ils ont accompli compte tenu de la double compétence qu’ils ont. Le ministre pourrait il expliquer l’importante contribution de l’Office à ce processus?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, as the hon. member knows very well, the C-NLOPB and the C-NSOPB are true examples of shared jurisdiction and co-operation between provinces and the federal government. I am extremely familiar with the C-NLOPB. What we have managed to do is create one of the finest regulatory regimes for offshore oil in the world, in an area of shared jurisdiction.
It does mean, of course, that we have to be very careful and make sure major changes like this are done in concert and done together. This government has always respected the jurisdiction of the C-NLOPB, and it is seen in Newfoundland and Labrador as a significant accomplishment. We have not only respected the C-NLOPB, but we have strengthened it. In terms of what we have done for the offshore, no federal government since the time of Brian Mulroney and John Crosbie has done more here in Newfoundland. I do not make this statement loosely. I make it sincerely and truthfully.
There was $2.5 billion given through the renewal of the Atlantic Accord in 2019. Another $320 million went to the province to support workers and increase environmental performance of the offshore, and on top of that we put $75 million for the emissions reduction—
Monsieur le Président, comme le député sait très bien, cet Office et son homologue pour la Nouvelle-Écosse sont de véritables exemples de compétence partagée et de coopération entre les provinces et le gouvernement fédéral. Je connais très bien l’Office Canada—Terre-Neuve-et-Labrador. Nous avons réussi à créer l’un des meilleurs régimes de réglementation des hydrocarbures extracôtiers au monde, dans un domaine de compétence partagée.
Bien sûr, cela signifie que nous devons être très prudents et nous assurer que les changements majeurs comme celui-ci sont faits de concert. Le présent gouvernement a toujours respecté la compétence de l’Office et cela est perçu à Terre-Neuve-et-Labrador comme une réalisation majeure. Non seulement nous avons respecté l’Office, mais nous l’avons renforcé. En ce qui concerne ce que nous avons fait pour les zones extracôtières, aucun gouvernement fédéral depuis l’époque de Brian Mulroney et de John Crosbie n’a fait plus ici à Terre-Neuve. Je ne fais pas cette affirmation à la légère. Je la fais sincèrement et honnêtement.
Un montant de 2,5 milliards de dollars a été accordé dans le cadre du renouvellement de l’Accord atlantique en 2019, puis la province a obtenu 320 millions de dollars de plus pour soutenir les travailleurs et améliorer la performance environnementale de l’industrie extracôtière. De plus, nous avons accordé 75 millions de dollars pour la réduction des émissions…
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, certainly we have worked hand in glove with unions and have consulted with them vigorously. It is important that I make the point that we have consulted with them. I know at committee they have spoken about such consultations, and it is important also to remember that they remain protected. The North Atlantic is a harsh environment to operate in, but it is not the wild west out there. The legal framework continues to be in place: It has been since 2014, and workers in the offshore are protected under the best health and safety regulatory regimes in the world. As I mentioned, we need to continue to improve the C-NLOPB. That is why it is the best: because we are continually working at it to make sure it works for our workers.
Monsieur le Président, nous travaillons certainement main dans la main avec les syndicats et les avons intensément consultés. Il est important de souligner que nous les avons consultés. Je sais que ces consultations ont été soulevées au comité. Il est important de se rappeler également que les travailleurs demeurent protégés. L'Atlantique Nord est un environnement difficile où travailler, mais ce n'est pas le Far West. Le cadre juridique demeure en place: il y est depuis 2014, et les travailleurs extracôtiers sont protégés par les meilleurs régimes de santé et de sécurité au monde. Comme je l'ai mentionné, nous devons continuer d'améliorer l'Office Canada—Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers. Voilà pourquoi ces régimes sont les meilleurs: parce que nous travaillons continuellement à faire en sorte qu'ils fonctionnent pour nos travailleurs.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-27 16:07 [p.7513]
Mr. Speaker, I thank the hon. member for his excellent speech on the importance of the industry to Newfoundland and Labrador and Canada. I join him in his praise of Justice Wells, who I knew well. He was an excellent jurist and a fine man to boot. He recommended in his report on the Cougar helicopter crash and safety inquiry on the offshore that there be an independent board to deal with safety on the offshore just as exists in Norway, Australia and the U.K. He said that it was his most important recommendation.
Why did the Conservative government, in 2014, refuse to follow that recommendation and left us with a board that is responsible not only for safety, but also for the environment, production goals and promoting the offshore? Could he tell us that?
Monsieur le Président, je remercie le député de son excellent discours sur l'importance de cette industrie pour Terre-Neuve-et-Labrador et pour le Canada. Je joins ma voix à la sienne pour faire l'éloge du juge Wells, que je connaissais très bien. C'était un brillant juriste en plus d'être une excellente personne. Dans son rapport sur l'écrasement de l'hélicoptère Cougar et la sécurité des plateformes extracôtières, il a recommandé la création d'une agence indépendante chargée de veiller à la sécurité des activités extracôtières, comme celles qui existent en Norvège, en Australie et au Royaume-Uni. Il a dit que c'était là sa recommandation la plus importante.
Pourquoi le gouvernement conservateur, en 2014, a-t-il refusé de suivre cette recommandation et a-t-il choisi de s'en tenir à un office responsable non seulement de la sécurité, mais aussi de l'environnement, des objectifs de production et de la promotion de l'exploitation des ressources extracôtières? Peut-il nous expliquer cela?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-27 16:15 [p.7515]
Mr. Speaker, I want to say I am happy to be able to speak today to Bill S-3 at third reading, which would extend the transitional offshore occupational health and safety regulations for one more year to allow the finalization of the permanent regulations.
That is to say I am happy to speak to it, because I hope it will pass today. We certainly want to see it pass today because we have been waiting a very long time to see the governments, both federal and provincial, come up with permanent occupational health and safety regulations in the Newfoundland and Labrador offshore. We have been waiting for this since the early nineties. There is a long and sad history of an attitude toward offshore health and safety, which does not in any way compare to the kind of health and safety regulations that have been available to onshore workers in this country for many years.
We have heard all sorts of excuses about the delay. We have to pass this legislation, and I am happy to pass this legislation, but I would have been very happy if we did not need this legislation. In fact, we would not have needed this legislation if the government had been more diligent in pursuing the object of the legislation that was passed in 2014, which itself was very late.
The minister talks about the delay and all the complications and consultations that have to take place. He lamented on several occasions that there were 300 pages of regulations. I wonder what page they are on. I really do. They have been working on 300 pages of regulations since 2014. That is six years at 50 pages a year. What page are they on now?
I do not mean to be flippant about it, but I think to use that excuse entirely misses the point that there does not seem to have been a serious effort to actually put in place permanent regulations. They are very necessary, and there is a reason for it.
I am afraid the reason is that the companies thought the regulations were too burdensome. That debate has been going on since the early 1990s, when occupational health and safety was taken away from the federal labour department and the provincial labour department and given to the C-NLOPB. It has already been pointed out that they have divided obligations to ensure they are looking after offshore health and safety, environmental protection, production schedules, and the promotion and development of the industry.
As has been pointed out by the member for Saanich—Gulf Islands and others, there is an inherent conflict there and, at the very least, a lack of focus on the important things. There are good examples of why that is a problem, and I will come to a specific one that illustrates that problem and also the problem of the lapse in the regulations. This lapse has been allowed to happen by the failure of the government to bring in this legislation before the regulations expired, which they did on December 31 of last year.
We have no enforceable regulations now in the offshore. They have been given instructions to follow them, and the companies have agreed to follow them, but it is very clear that they are not enforceable. No one can be charged or convicted of an offence under regulations that are not in force.
Starting way back in 1992, they had draft regulations, and the draft regulations were used as a guideline. It was believed at the time that the companies, and the companies had convinced the governments, knew best about how to manage safety in the offshore. They understood the industry, and they understood how it works. They would have used them as guidelines, but there was no right to refuse unsafe work, no enforceable obligations for occupational health and safety tests, and no ability of inspectors to lay charges in case something went wrong.
The excuse was always that we could take away their permits and stop them from operating, but that never happened. That did not happen in the offshore because that was too big a step to take. There were no inspectors regularly inspecting offshore, looking for infractions, dealing with them or even performing investigations after incidents had taken place. It was basically left up to the companies.
We have experienced, and we have seen, great disasters. The minister mentioned them. Everyone in Newfoundland and Labrador who was around at the time can remember vividly the sinking of the Ocean Ranger in 1982 and the loss of 84 lives.
It was a great and horrendous tragedy in Newfoundland and Labrador, and it, as was pointed out, led to an inquiry. The inquiry found the causes of the disaster. As always, there were multiple causes, most of which involved a lack of proper safety and a lack of proper planning for safety in the event of something occurring.
The same thing happened in 2009 with the Cougar Helicopters crash, flight 491, where 17 individuals lost their lives. That was the result of the failure to adequately ensure the helicopter was operated properly, even though there had been a crash in a similar helicopter a couple of years prior in Australia, and the cause of that crash was known.
This is something that we see happening in the offshore. Unfortunately, we see very serious incidents, but luckily, not many more disasters have taken place. The offshore companies have placed an emphasis on safety. I will not take that away from them. They continuously talk about it, but they also want to be in charge of it. They do not really want anyone else telling them how they should be behaving or making sure they are doing things right.
When it came to the helicopter inquiry by Justice Wells, who was a fine jurist and very fine man, he made a series of recommendations with respect to the offshore. The most important one, he said, was that there ought to be an independent regulator that would only have responsibility for looking after offshore health and safety.
An independent regulator would be able to focus on that, and it would not be subject to regulatory capture. This is a well-known term for when the companies have control over the process with ongoing consultation. They ensure that their voices are the loudest and heard by all who have a say. They also delay things, if necessary, to see if they can have a better opportunity to get the regime they want.
I very much believe that this is part of the delay that has led to where we are today. In the case of the government, I think it is shameful to have a lack of diligence in ensuring that there would not be a lapse in the regulations during which they cease to be enforceable, which has happened.
Yes, they are revived retroactively, but that does not do anything to provide enforcement to take place if something happens in the interim. In fact, the legislation that is before us today, which will pass, has a very specific reference to that issue. There is a clause in the bill that specifically says:
No person shall be convicted of an offence under a provision of a regulation revived under subsection (1) if the offence was committed during the period beginning on January 1, 2021 and ending on the day before the day on which this section comes into force.
This means that this section would not come into force until it is passed by the Governor General. Therefore, we have a lapse which specifically makes it impossible to charge anyone for something that may happen in the interim. This may be a technicality, but nevertheless, that is the reality of leaving that gap in place.
I will illustrate this point with an incident that was made known to the public on May 17 of this year by the Hibernia Management and Development Company, HMDC, the operator of the Hibernia platform. It reported that on May 13, 2021, two workers were engaged in the lift of a container when part of the crane rig assembly was dropped. There were no injuries, but there was a 10-metre drop, which could have been fatal.
The incident had the potential for a fatality, based on the dropped object prevention scheme calculator, which is an industry standard. This resulted, of course, in the ceasing of operations and an investigation to be carried out.
I will read from the last two paragraphs of HMDC's report, which says, “HMDC ceased all crane operations and has initiated an investigation into the root cause of the incident”, and rightly so. However, the next line reads, “The C-NLOPB is monitoring HMDC's investigation of the incident.”
Is it not interesting that the investigation into a safety incident that was a potential fatality was done by the company? Is it not the role of the body responsible for health and safety on the offshore to conduct an investigation and determine what the cause is? Is it not its role to find out from an independent objective body, responsible for health and safety investigations and ensuring that adequate systems are in place, if there was a violation of a regulation so it could potentially lay a charge?
No, it was being conducted by the company itself. That situation exists now under the current regulations, which were put in place in 2014. They are the ones we are discussing as to whether they should be made permanent or what the permanent regulations should be. To me it is illustrative of the whole history of the ongoing regime of offshore health and safety in the offshore in Newfoundland and Labrador, and in Nova Scotia as well.
This has been complained about in legislatures. When I was in the legislature in Newfoundland and Labrador as a member of that House of Assembly, I complained many times about the inadequacy of offshore health and safety regulations. The same thing was happening in Nova Scotia. It was under the same regime.
Only after the results of the Wells inquiry into offshore safety was it was decided that there ought to be enforceable regulations. These transitional regulations, which are there now, were brought in. It was decided there would be a consultation to make permanent regulations, but we still do not have permanent regulations six years after that legislation was passed.
As has been pointed out, not only did a delay take place, and we can list all the reasons why, though I will not rehash them, as the minister did a great job listing all the reasons why 300 pages of regulations could not be dealt with in six years, but it was to the point that it was not until the first week of December, with the regulations about to expire on December 31, that the government acted to extend these regulations for another year to allow it to complete the process.
That is obviously a failure of diligence, priorities and taking seriously the need for what we have been calling for for more than 25 years, which is that workers be protected by an effective, enforceable offshore health and safety regime. That is just not good enough. It shows a terrific disrespect for the importance of the health and safety of Newfoundland and Labrador workers and workers from all over the country who work offshore. We need to make sure that proper regulations are in place.
I say with some regret that we have not seen the proper respect for the recommendations that were made by Justice Wells. We have not seen a proper respect for the need for employer-employee involvement. There were advisory boards that were part of the legislation in 2014. This is 2021, and we do not have an offshore health and safety advisory board in place in Newfoundland and Labrador because the governments have failed to appoint them.
Only recently did the federal government appoint anyone on their side. The province has not done so yet. What is going on? Why is it that the workers in the offshore of Newfoundland and Labrador do not get the respect they deserve from government? Why are they not treated the same as workers would be on land?
Health and safety advisory committees are standard fare. There is supposed to be consultation. The Newfoundland and Labrador Federation of Labour, the union representing two of the rigs offshore, has told me it has not been consulted on who the appointment should be representing workers. It is written into the legislation, but it has not been consulted.
What is going on? This is a serious case of neglect of the importance of this issue. It is a serious case of undervaluing the need for a regime, which has been recommended by Justice Wells. As I pointed out, he was a very thorough, considerate, judicial personage who, with a tremendous amount of experience and respect, made these recommendations and said they ought to be in place, they ought to be enforceable and they ought to be done by an independent board. This would ensure there is no opportunity for regulatory capture and ensure there is a focus, specifically in this case, on the health and safety of workers. We have tried everything else, so let us follow the example of Norway, Australia and the United Kingdom. They suffered in some cases from very serious disasters in their offshore and understood that it was necessary to have an independent body, which they now have.
I have a few minutes left, but I do not intend to use all of my time. We are agreeing, of course, to pass this legislation speedily today. We have been consulted on this for quite some time and have indicated our intention to support the bill, with speedy passage. However, we do want take the time to ensure that people know that this is, in fact, a very black mark on the Government of Canada, both this one and the previous one, since it failed to take up the proper recommendations and follow through. Indeed, there is a mark on the Government of Newfoundland and Labrador as well for not appointing people to the offshore health and safety advisory board and insisting that the government play a role as well.
There are partners in this process and they all have their obligations to fulfill. In the case of the Government of Canada, it is the lead on this. It is the one with the experts and expertise. It has been putting its shoulder to the wheel, but it has not been putting its shoulder to the wheel very quickly, and the delays are unconscionable.
I would like to see this passed today, but I hope that despite whatever has happened between December and today with the passage of the bill, the people who are working on these 300 pages have gone through a few more pages. I certainly hope they were not waiting until we passed this legislation to get down to brass tacks and finish the job. We are prepared to finish the job today with respect to the legislation, but I wanted to point out the failings of the government in not getting the job done earlier and leaving the gap in place.
In the case of the incident that I referred to, if there was a reason for a violation of the regulations that existed, although I am not suggesting that there was at all, no charges could be laid because the bill we are passing today says specifically that we cannot do that. This points out and illustrates the difficult problems, as well as the the government's failure in not properly bringing this legislation before the House in a timely fashion.
Monsieur le Président, je tiens à dire que je suis heureux de pouvoir parler aujourd’hui du projet de loi S-3 à l’étape de la troisième lecture. Ce projet de loi prolongerait d’un an le règlement transitoire sur la santé et la sécurité au travail dans les zones extracôtières afin de permettre la mise au point du règlement permanent.
En d’autres termes, je suis heureux de parler de ce projet de loi, car j’espère qu’il sera adopté aujourd’hui. Nous voulons certainement qu’il soit adopté aujourd’hui parce que nous attendons depuis très longtemps que les gouvernements, tant fédéral que provincial, adoptent des règlements permanents en matière de santé et de sécurité au travail dans la zone extracôtière de Terre-Neuve-et-Labrador. Nous attendons cela depuis le début des années 1990. Il y a une longue et triste histoire en ce qui concerne l'attitude envers la santé et la sécurité en zone extracôtière, où la réglementation en matière de santé et de sécurité n’est en rien comparable à celle dont disposent les autres travailleurs du Canada depuis de nombreuses années.
Nous avons entendu toutes sortes d’excuses pour justifier ce retard. Nous devons adopter cette mesure législative, et je suis heureux de l’appuyer, mais j’aurais été encore plus heureux si nous n’en avions pas eu besoin de ce projet de loi. En fait, nous n’aurions pas eu besoin de celui-ci si le gouvernement avait été plus diligent dans la poursuite de l’objet de la loi qui a été adoptée en 2014, qui elle-même était très tardive.
Le ministre parle du retard et de toutes les complications et consultations qui doivent avoir lieu. Il a déploré à plusieurs reprises qu’il y ait 300 pages de règlements. Je me demande à quelle page ils se trouvent actuellement. Je me le demande vraiment. Ils travaillent sur 300 pages de règlements depuis 2014. Cela fait six ans à raison de 50 pages par an. À quelle page sont-ils rendus?
Je ne veux pas être désinvolte à ce sujet, mais je pense que le fait d’utiliser cette excuse passe complètement à côté du fait qu’il ne semble pas y avoir eu d’effort sérieux pour réellement mettre en place des règlements permanents. De tels règlements sont indispensables, et pour cause.
J’ai bien peur que la raison de tout ceci soit que les entreprises ont estimé que la réglementation était trop lourde. Ce débat se poursuit depuis le début des années 1990, moment auquel la responsabilité de la santé et de la sécurité au travail a été retirée au ministère fédéral du Travail et au ministère provincial du Travail pour être confiée à l’Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers. Il a déjà été souligné que les obligations sont partagées pour veiller à la santé et à la sécurité, à la protection de l’environnement, aux calendriers de production, ainsi qu’à la promotion et au développement de l’industrie dans les zones extracôtières.
Comme l’ont souligné la députée de Saanich-Gulf Islands et d’autres, il y a là un conflit inhérent et, à tout le moins, un manque d’attention sur les choses importantes. Il y a de bons exemples qui expliquent pourquoi c’est un problème, et je vais en citer un en particulier qui illustre ce problème et aussi le problème de la péremption des règlements. Cette péremption a été rendue possible par le fait que le gouvernement n’a pas présenté ce projet de loi avant l’expiration des règlements, ce qu’il a fait le 31 décembre de l’année dernière.
Nous n’avons pas de règlements applicables à l’étranger. Les compagnies ont reçu des instructions pour les suivre, et les compagnies ont accepté de les suivre, mais il est très clair qu’ils ne sont pas applicables. Personne ne peut être accusé ou condamné pour une infraction au titre de règlements qui ne sont pas en vigueur.
Dès 1992, il y avait une ébauche de règlement, qui était utilisée comme ligne directrice. On pensait à l’époque, et les entreprises avaient convaincu les gouvernements, que les entreprises savaient mieux que quiconque comment gérer la sécurité dans les zones extracôtières. Elles comprenaient l’industrie, et elles comprenaient comment elle fonctionnait. Elles les auraient utilisées comme lignes directrices, mais il n’y avait pas le droit de refuser un travail dangereux, pas d’obligation exécutoire pour les tests de santé et de sécurité au travail, et pas de possibilité pour les inspecteurs de porter des accusations en cas de problème.
L’excuse était toujours que nous pouvions leur retirer leur permis et les empêcher de fonctionner, mais cela n’est jamais arrivé. Cela ne s’est pas produit dans le secteur extracôtier parce que c’était un pas trop important à franchir. Il n’y avait pas d’inspecteurs qui inspectaient régulièrement les zones extracôtières, recherchaient les infractions, les traitaient ou même menaient des enquêtes après des incidents. Tout était laissé à la discrétion des entreprises.
Nous avons été témoins de grandes catastrophes. Le ministre les a mentionnées. Tous les habitants de Terre Neuve et Labrador qui étaient là à l’époque se souviennent très bien du naufrage de la plate-forme Ocean Ranger en 1982, qui a coûté la vie à 84 personnes.
C'était une tragédie horrible à Terre-Neuve-et-Labrador, et comme il a été mentionné, elle a fait l'objet d'une enquête pour en déterminer les causes. Comme c'est toujours le cas, les causes étaient multiples. La plupart relevaient de l'absence de mesures de sécurité adéquates et de l'absence d'un plan de sécurité adéquat en cas de problème.
La même chose s'est produite en 2009 lors de l'écrasement du vol 491 de Cougar Helicopters, qui a entraîné la mort de 17 personnes. Cet accident s'est produit parce qu'on ne s'est pas assuré que l'hélicoptère fonctionnait adéquatement, même si un appareil semblable s'était écrasé quelques années plus tôt en Australie et que la cause de cet écrasement était connue.
C'est une réalité du domaine extracôtier. Malheureusement, de graves accidents se produisent. Toutefois, heureusement, peu d'autres catastrophes sont survenues. Les sociétés d'exploitation pétrolière extracôtière mettent l'accent sur la sécurité. Je l'accorde. Elles en parlent continuellement. Cependant, elles souhaitent également en être responsables. Elles ne veulent pas vraiment que quelqu'un d'autre leur dise comment elles devraient se comporter ou vérifie qu'elles font bien les choses.
Lors de l'enquête sur l'accident d'hélicoptère, le juge Wells, qui était un excellent juriste et un homme de grande qualité, a formulé une série de recommandations concernant la zone extracôtière. La plus importante, disait-il, était qu'il devrait y avoir un organisme de réglementation indépendant qui serait uniquement chargé de veiller à la santé et à la sécurité dans la zone extracôtière.
Un organisme de réglementation indépendant serait en mesure de se concentrer sur ce point et il ne serait pas exposé à la capture réglementaire. C'est un terme bien connu pour désigner le cas où les entreprises ont le contrôle du processus avec une consultation continue. Elles s'assurent que leur voix est la plus forte et qu'elle est entendue par tous ceux qui ont une influence. Elles retardent également les choses, au besoin, pour tenter d'avoir une meilleure chance d'obtenir le régime qu'elles souhaitent.
Je suis persuadé que cela a contribué au retard qui a mené à la situation actuelle. Pour ce qui est du gouvernement, je trouve honteux qu'il n'ait pas exercé la diligence nécessaire pour éviter que les règlements viennent à échéance et ne soient plus exécutoires, comme cela s'est produit.
Oui, ils seront rétablis de façon rétroactive, mais il n'y a aucun moyen de faire respecter les règles s'il se produit quelque chose entretemps. Un article du projet de loi à l'étude, qui sera adopté, porte d'ailleurs spécifiquement sur cet enjeu. Voici ce qu'il dit:
Nul ne peut être condamné pour une infraction prévue par l’une des dispositions d’un règlement rétabli en vertu du paragraphe (1) si l’infraction a été commise pendant la période commençant le 1er janvier 2021 et se terminant le jour avant la date de l’entrée en vigueur du présent article.
C'est donc dire que cet article n'entrera pas en vigueur avant la sanction du gouverneur général. Résultat: il sera impossible de porter des accusations contre une personne pour des événements qui surviendraient alors que la réglementation est échue. Il s'agit d'une subtilité technique, certes, mais c'est la conséquence possible du vide que laisse le projet de loi.
À titre d'exemple, je vais parler d'un incident qui a été révélé au public le 17 mai dernier par la Société d'exploitation et de développement d'Hibernia, ou SEDH, qui exploite la plateforme Hibernia. Elle a déclaré que, le 13 mai 2021, deux travailleurs prenaient part aux opérations nécessaires pour soulever un conteneur quand une partie de l'appareil de grutage a chuté. Personne n'a été blessé, mais il y a eu une chute de 10 mètres qui aurait pu être fatale.
Selon les résultats des calculs exigés par les normes de l'industrie pour prévenir la chute d'objets, l'incident aurait pu être fatal. Cet incident a évidemment entraîné un arrêt des opérations, et une enquête a été menée.
Je vais lire ce qui se trouve dans les deux derniers paragraphes du rapport de la SEDH: « La SEDH a mis fin à toutes les opérations de grutage et a lancé une enquête sur la principale cause de l'incident. » C'était justifié. Cependant, la ligne suivante se lit ainsi: « L'Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers assure le suivi de l'enquête de la SEDH sur l'incident. »
N’est-il pas intéressant que l’enquête concernant un incident de sécurité qui aurait pu s’avérer mortel ait été menée par la compagnie? Une telle enquête ne devrait-elle pas être menée par I'organisme responsable de la santé et de la sécurité en zone extracôtière pour déterminer la cause de l’incident? N’est-ce pas le rôle de l’organisme chargé de mener des enquêtes sur la santé et la sécurité, en toute indépendance et objectivité, de s’assurer que les mesures adéquates sont en place et de déterminer s’il y a eu infraction au règlement pour savoir si la compagnie doit être inculpée?
La réponse à ces questions est non, car c’est la compagnie elle-même qui menait l’enquête. Ce cas de figure est désormais possible en vertu du règlement qui est entré en vigueur en 2014, celui-là même qui fait l’objet des discussions pour savoir s’il doit devenir permanent ou si on doit le changer. D’après moi, cela illustre bien toute l’histoire du système régissant la santé et la sécurité en zone extracôtière, notamment au large des côtes de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse.
Des assemblées législatives se sont plaintes de cette situation. Lorsque j'étais député à la Chambre d'assemblée de Terre-Neuve-et-Labrador, j'ai soulevé à maintes reprises les lacunes dans la réglementation en matière de santé et sécurité dans les zones extracôtières. La Nouvelle-Écosse se trouvait dans la même situation. Le même régime s'appliquait.
Ce n'est qu'après l'enquête Wells sur la sécurité extracôtière qu'il a été décidé qu'il fallait adopter des règlements exécutoires. C'est alors que les règlements transitoires, qui s'appliquent en ce moment, ont été présentés. Il a été décidé que des consultations seraient menées pour établir des règlements permanents, mais nous n'en avons toujours pas six ans après l'adoption de la loi.
Il a été question des délais, et nous pourrions parler de toutes les raisons qui les justifient. Je ne vais toutefois pas les répéter comme le ministre les a énumérées en expliquant pourquoi 300 pages de règlements ne pouvaient pas être étudiées en six ans. Cela dit, le gouvernement n'a pas agi avant la première semaine de décembre alors que les règlements étaient sur le point d'être abrogés le 31 décembre. C'est seulement à ce moment-là qu'il a pris des mesures pour repousser l'abrogation d'un an afin de compléter le processus.
C'est évidemment un manque de diligence et une mauvaise gestion des priorités. Le gouvernement n'a pas pris au sérieux ce que nous demandons depuis plus de 25 ans, soit que les travailleurs soient protégés par un régime de santé et de sécurité dans les zones extracôtières qui soit efficace et exécutoire. C'est tout simplement insuffisant. Le gouvernement fait preuve d'un manque total de respect pour l'importance de la santé et de la sécurité des travailleurs dans les zones extracôtières, à Terre-Neuve-et-Labrador et partout au pays. Il faut mettre en place des règlements adéquats.
C'est donc avec un certain regret que je constate que les recommandations formulées par le juge Wells n'ont pas reçu le respect qu'elles méritaient. On n'a pas non plus tenu compte de la nécessité de faire participer les employeurs et les employés. La mesure législative de 2014 prévoyait la mise en place de conseils consultatifs. Nous sommes en 2021, mais il n'y a pas de conseil consultatif sur la santé et la sécurité dans la zone extracôtière à Terre-Neuve-et-Labrador parce que les gouvernements n'ont nommé personne.
Ce n'est que récemment que le gouvernement fédéral a nommé quelqu'un dans ses rangs. La province, elle, n'a encore nommé personne. Que se passe-t-il? Pourquoi les travailleurs dans la zone extracôtière de Terre-Neuve-et-Labrador n'obtiennent-ils pas le respect qu'ils méritent de la part du gouvernement? Pourquoi ne sont-ils pas traités de la même façon que les travailleurs sur la terre ferme?
Les conseils consultatifs sur la santé et la sécurité sont courants. Il est censé y avoir des consultations. La Fédération du travail de Terre-Neuve-et-Labrador, le syndicat qui représente deux des plateformes extracôtières, m'a indiqué qu'elle n'a pas été consultée pour déterminer qui devrait être nommé pour représenter les travailleurs. C'est écrit dans la mesure législative qu'on devrait la consulter, mais on ne l'a pas fait.
Que se passe-t-il? Le gouvernement a gravement négligé l'importance de cette question. Il a gravement sous-estimé la nécessité d'établir un régime, conformément à la recommandation du juge Wells. Comme je l'ai souligné, ces recommandations ont été formulées par un homme de droit très minutieux et prévenant qui a beaucoup d'expérience et de respect et il a indiqué qu'elles devraient être mises en place, avoir force exécutoire et être appliquées par un conseil indépendant. Il n'y aurait ainsi aucune possibilité de détournement de la réglementation et l'accent serait mis, notamment dans le cas qui nous occupe, sur la santé et la sécurité des travailleurs. Nous avons essayé toutes les autres options, alors suivons l'exemple de la Norvège, de l'Australie et du Royaume-Uni. Certaines de leur industrie extracôtière ont connu de très graves catastrophes et ces pays ont compris qu'il était nécessaire d'avoir un organisme indépendant, ce qu'ils ont maintenant.
Il me reste quelques minutes, mais je n’ai pas l’intention d’utiliser tout mon temps. Nous sommes d’accord, naturellement, pour adopter ce projet de loi rapidement aujourd’hui. Nous avons été consultés à ce sujet il y a un certain temps et nous avons fait part de notre intention d’approuver le projet de loi, pour une adoption rapide. Toutefois, nous voulons prendre le temps de faire savoir aux Canadiens que c’est, en fait, une page sombre pour le gouvernement du Canada, celui-ci et le précédent, parce qu’il n’a pas tenu compte des bonnes recommandations. En fait, c’est également une page sombre pour le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, qui n’a pas nommé de représentants au comité consultatif de la santé et la sécurité dans la zone extracôtière et qui n’a pas non plus insisté pour que le gouvernement joue un rôle important.
Il y a des partenaires dans le processus qui ont tous des obligations à remplir. Le gouvernement du Canada, lui, doit assumer la direction des opérations. C’est lui qui a les experts et l’expertise. Il a mis la main à la pâte, mais il ne l’a pas fait très rapidement et les retards sont inacceptables.
J’aimerais que le projet de loi soit adopté aujourd’hui, mais j’espère que, malgré tout ce qui est arrivé entre décembre et aujourd’hui pour l’adoption du projet de loi, les gens qui travaillent à ces 300 pages ont pu en parcourir un peu plus. J’espère vraiment qu’ils n’ont pas attendu que nous adoptions le projet de loi pour passer aux choses sérieuses et finir le travail. Nous sommes prêts à adopter le projet de loi aujourd’hui, mais je voulais souligner les manquements du gouvernement, qui n’a pas fait le travail plus tôt et qui est responsable de la lacune qui existe.
Dans le cas de l’incident dont j’ai parlé plus tôt, s’il y avait une raison pour enfreindre le règlement, bien que je ne prétende pas que ce soit le cas, aucune accusation ne pourrait être portée parce que le projet de loi que nous adoptons aujourd’hui l’interdit précisément. Voilà qui montre bien les problèmes difficiles qui se posent et l’incapacité du gouvernement, qui n’a pas présenté le projet de loi à temps à la Chambre.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-27 16:35 [p.7517]
Mr. Speaker, I have been involved for many years and I know some of the players involved. I knew people who were victims of the Ocean Ranger tragedy. One was a classmate of mine from grammar school. In the case of the Cougar helicopter crash, a cousin of mine was one of the victims.
Most people in Newfoundland and Labrador have some connection to someone who died in one of those incidents, such as a member of their extended family. It is a well-known and excruciating reality that this is important to our province, yet we have seen a failure since 2014 to even appoint a board and do what Nova Scotia did. Its board was delayed, but it was appointed in 2019 and has been meeting twice a year since.
Why there is a failure in Newfoundland I cannot explain. It is up to the Government of Newfoundland and Labrador to do so. The failure to consult with workers shows disrespect for the process. It does not say that the board must be appointed by them, but they have to be consulted. I do not think they were even consulted in this place.
Monsieur le Président, je suis associé au secteur depuis de nombreuses années et je connais certains des acteurs concernés. J'ai perdu des connaissances dans la tragédie de la plateforme de forage Ocean Ranger, dont un condisciple du secondaire. Dans le cas de l'écrasement de l'hélicoptère Cougar, un de mes cousins figurait parmi les victimes.
La majorité des résidants de Terre-Neuve-et-Labrador ont perdu un proche ou une connaissance dans ces accidents, un membre de leur famille élargie, par exemple. L'importance de ce dossier pour notre province est une réalité bien connue et insoutenable. Pourtant, depuis 2014, on n'a même pas nommé de conseil ni emboîté le pas à la Nouvelle-Écosse. La création de son conseil a été retardée, mais il a été nommé en 2019 et, depuis, se réunit deux fois l'an.
Je ne saurais dire pourquoi il n'est pas possible de faire de même à Terre-Neuve. C'est au gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador d'agir. L'absence de toute consultation des travailleurs dénote un mépris pour le processus. Il n'est pas précisé que le conseil doit être nommé par les travailleurs, mais ils doivent être consultés. Je ne crois pas qu'ils aient même été consultés ici.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-27 16:37 [p.7518]
Mr. Speaker, I think there is a serious disconnect between what is said and what is done when it comes to the Liberal government. Essentially, the kind of work we are talking about here is the work of government. It needs to make sure we are doing the work in the background and that what is happening is supposed to be happening. It is important in this case to the workers in Newfoundland and Labrador. We need to keep our eye on the obligations to ensure that we do not have a lapse in regulations, as we saw here starting on January 1.
I am shocked to see this, and I think the member put it well: We see lots of pretty talk about what the government stands for and what it believes in, but when it comes to following through, often we do not see anything.
Monsieur le Président, quand il s'agit du gouvernement libéral, je trouve qu'il y a tout un fossé entre ce qui est dit et ce qui est fait. Il s'agit essentiellement ici du travail du gouvernement, qui doit s'assurer que le travail en arrière-plan est fait et que les choses arrivent comme prévu. Dans ce cas-ci, c'est important pour les travailleurs de Terre-Neuve-et-Labrador. Nous devons garder un œil sur les obligations pour nous assurer que le règlement n'expire pas comme cela s'est produit le 1er janvier.
Ce que je vois me choque, et je crois que le député l'a bien exprimé quand il a dit qu'on entendait beaucoup de belles paroles sur les positions du gouvernement, mais quand vient le temps d'y donner suite, on ne voit pas grand-chose.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-27 16:40 [p.7518]
Mr. Speaker, I appreciate that a lot of legislation needs to be passed, but my concern here is different. The member talked about the the forceful Atlantic caucus. How did this end up falling through the cracks? This could have been put in place in the fall. The co-operation the government is getting now would have been readily available in the fall because no one wants to see these regulations lapse.
There was no need for this kind of debate, frankly, and for accusing the government of falling asleep at the switch, failing to take seriously the rights of offshore workers and allowing legislation to lapse that was enforcing offshore regulations. That seems to be the problem I am concerned about.
Monsieur le Président, je reconnais qu'un grand nombre de mesures législatives doivent être adoptées, mais ce n'est pas ce qui me préoccupe dans le cas présent. Le député a parlé du caucus de l'Atlantique qui est très vigoureux. Comment se fait-il alors que les travailleurs ont été laissés pour compte? Ces mesures auraient pu être mises en place à l'automne. Le gouvernement aurait très bien pu obtenir à l'automne la collaboration qu'il a maintenant, car personne ne veut que ces règlements deviennent caducs.
Franchement, il n'était pas nécessaire de tenir ce genre de débat et d'accuser le gouvernement de dormir au gaz, de ne pas avoir pris au sérieux les droits des travailleurs extracôtiers et d'avoir laissé la loi qui permet d'appliquer des règlements dans la zone extracôtière devenir caduque. C'est ce qui me préoccupe.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-05-27 16:41 [p.7518]
Mr. Speaker, it is a pleasure to speak to Bill S-3, which is before Parliament today. As a member of Parliament from Newfoundland and Labrador, this issue is obviously important not only to me as a parliamentarian, but to many across Newfoundland and Labrador.
Let me start by saying that, unfortunately, there are many tragic events that shape the history, culture and strength of Newfoundlanders and Labradorians. Most of them have happened in the offshore industry or are somehow linked to the ocean, as ours is an ocean province of Canada.
One of them is definitely the Ocean Ranger disaster. That itself was a catalyst for safety in the offshore oil and gas industry. On February 15, 1982, the drilling and exploration of the industry off the Grand Banks of Newfoundland and Labrador resulted in a tragedy like none other we had seen in our history. Just 267 kilometres from St. John's, 84 crew members tragically lost their lives. There were no survivors.
On March 13, 1985, we had the Universal helicopter crash in Placentia Bay, Newfoundland and Labrador, which killed six people. It is another tragic, sad and unfortunate event in our history.
That brings us to March 12, 2009, just 12 years ago, when Cougar flight 491 crashed, killing 17 people en route from St. John's, Newfoundland, to the oil fields off our coastline. It is another sad, historic and tragic event that has shaped the province that we are proud of and call our home.
Those of us who live in Newfoundland and Labrador and work in occupations in the offshore oil industry, the offshore fishery or the many other industry sectors know that we work in a climate that is rugged. We work in an environment that is often harsh. We also know that in our history there has been tragic loss. We would like to think that in some cases we can do more to prevent tragic loss in the future.
In 2009, when the accident with the Cougar helicopter happened, I was the leader of the opposition for the Liberal Party in Newfoundland and Labrador. I remember that day very well and remember the days that followed. A regulatory body was appointed to look at safety in the offshore industry. I watched as many families crumbled in the midst of the tragedy and as they mourned their loss and the province mourned its loss. They were difficult days, and it was difficult to look into what needed to be done to create more safety and more protection for workers in that industry.
It has been a long and difficult road. I was an opposition leader at the time. I have served as much of my career politically in opposition as I have served in government. It is always easy to point a finger and ask, “Why was this not done?” or “Why could that not have been avoided?” Realistically, we live in a world where, unfortunately, we have come to learn from tragedy and to do better. That is what we are trying to do today in this country. We are trying to do better. We are trying to ensure that the safety, welfare and protection of people in the offshore oil and gas industry, whether in Newfoundland and Labrador or anywhere else in this country, are considered and that the safety regulations are upheld.
Earlier, one of my colleagues, who I work with at the natural resources committee, spoke about the work of Chief Justice Wells, as did my colleague for St. John's East, who was in the Newfoundland and Labrador legislature with me. Hansard can be checked, but I think between the two of us, not a day was missed to raise the issues of health and safety in the offshore industry.
Chief Justice Wells was appointed to do a job, which, in my opinion, he did well. He had a team of individuals who really worked hard to ensure that the recommendations and regulations around this industry would be sufficient, at least a starting point, to where we needed to go. The regulations came into force to a certain degree and, as the member for St. John's East outlined, some of them we still work toward. Just recently, the federal government made the first appointments to the health and safety board, and I am assured the province is falling in line and this board will be active in short order.
There are several things I want to highlight today.
This bill came to the natural resources committee, on which I sit as a member. We had an opportunity to question the minister, to evaluate the bill and study it on its merits. It absolutely got dealt with in short order and was supported by the entire committee, which is made up of all parties. I want to extend thanks to my colleagues on the natural resources committee for doing just that. They understood the importance of this and the task at hand for us. Therefore, we moved ahead.
For those who are not sure what this debate is about today, Bill S-3 would extend the application of six transitional occupational health and safety regulations under the Canada-Newfoundland and Labrador Atlantic Accord Implementation Act and the Canada-Nova Scotia Offshore Petroleum Resources Accord Implementation Act. The transitional regulations were implemented in 2014 under the Occupational Health and Safety Act, along with a five-year automatic repeal date to allow for the development of permanent regulations, which is where we are today. The repeal date was subsequently extended by one year via the Budget implementation Act, 2018, No. 2.
I want to assure members today that we are very committed to ensuring that the highest priority of health and safety and environmental protection in all aspects of our natural resources industries, most definitely in the sectors we are debating today, is held up and given the priority and interest that it deserves. I have heard different people in this debate ask why the bill has not moved forward more quickly and why it was not done a year ago. There is some legitimacy in the question and I accept that, but this bill is one that cannot be taken lightly.
The transitional occupation health and safety regulations under that act, as we know, were extended. We also know that these regulations are very complex and are to be looked at in tremendous detail and implemented in a course of action that reaches, protects and secures those who work in the industry to the greatest extent of our ability.
We launch many pieces of legislation in the House of Commons that we wish we could do in record time. A lot of times we set deadlines that cannot always be met, but no one should ever doubt our commitment to the safety, welfare and health of the offshore workers in every industry sector in Canada, in this case, the offshore workers in Newfoundland and Labrador. We know that occupational health and safety regulations are important to all employees in all industries and workplace settings in Canada, including those in the offshore, and we need to do what we have a responsibility to do as a government to ensure they are enacted and followed.
In 2014, when the government amended the accord's act to clarify the legal framework for offshore occupational health and safety and to establish the transitional regulations, that was a highlight for us. Since that time, we have worked diligently with the government and industry in Newfoundland and Labrador and in Nova Scotia to develop permanent regulations that are tailored to the offshore, one of the most remote and dangerous places to work in our country today.
Will I be offended by those who feel we should have done it much more quickly than we have? I will not be, because these permanent regulations are there to protect lives. It is not a political gain and no one is playing games here. This is very serious business. Protecting the lives of those who work in a dangerous industry like we have in offshore oil and gas in Newfoundland and Labrador needs to be done cautiously and to the greatest extent possible to ensure that lives are protected in all aspects.
I am very proud of our record as a government when it comes to responding to the oil and gas industry in Newfoundland and Labrador.
I was around in the days when the C-NLOPB was created, the Canada-Newfoundland and Labrador Offshore Petroleum Board. It is a world-class regime. We have grown to be proud of it in Newfoundland Labrador because we built it. It is ours, and it is working for people in our industry and for our industry as a whole. Can we improve upon it? Of course, we can. There is always room to improve.
When we look at the oil industry in this province, we have some of the lowest emissions per barrel in the world. It is sweet light crude. It is oil that will be a part of the mix for a very long time. When we are looking at future dependency on the oil industry itself, we are looking to sweet light crude. We are looking to places like Newfoundland and Labrador where we can produce low-emissions oil, where we can contribute to a world that is carbon conscious. That is so important for us in this industry, in this province.
I would like to mention the Atlantic accord, which we renewed. We all know that the Atlantic accord has been one of the most positive negotiations to have occurred between Ottawa and Newfoundland and Labrador since our Confederation. I will always compliment those who had a hand in it doing so, just like I am proud of our government for renewing the Atlantic accord for Newfoundland and Labrador, a $2.5 billion renewed accord.
We invested $400 million for workers and in lowering emissions in the oil and gas industry. When we were going through a pandemic, we did not walk away from workers in the oil and gas industry. We held on for them. They were not always easy days or easy negotiations, but through a lot of support and tremendous leadership of groups like the C-NLOPB, the Newfoundland and Labrador Oil and Gas Industries Association and many others, we were able to work with them on the industry recovery assistance fund and make other investments in the offshore oil industry for Newfoundlanders and Labradorians. Therefore, we did invest $400 million for workers in this province and to help lower emissions in the industry.
We helped move the environmental assessment for exploratory wells from 900 days, as it was, to 90 days. That in itself was a tremendous shift for the industry, allowing it to monopolize time and to invest money in different ways and to protect workers in this province.
We are proud of these things. As the members all know, this past year, since March, 2020, we have been living in a different environment and a different climate. Whether it is in governance, investment, oil development or environmental protection, we have all been living through a different time. Yes, maybe we would have liked to move things around the regulations a lot sooner, but we are moving them, and we are moving them in the right direction.
When people live in a province like I do, that has had to succumb to so much tragedy and challenge in industry sectors, they will understand how very important it is to ensure that the health and safety of workers in the offshore industry and the oil industry in Newfoundland and Labrador are protected. When people work in an industry like this, they know it is built on pride but they also know it is an industry that can suffer tremendous loss, and that is the unfortunate thing about it.
I have a few more points to share.
I want to commend the minister, the member for St. John's South—Mount Pearl, for the work he has done in leading this industry for us in Newfoundland and Labrador and in Canada and for the contributions he has made both in investment and in changing environmental legislation and, in this case, in providing the regulations for the protection of workers in the offshore industry. I appreciate the work he has done and his leadership on this issue. I also appreciate the work of all MPs in Newfoundland and Labrador and for their support on this, raising their voices over many years to ensure the protection of safety for workers in the industry.
I also want to commend the private sector, and I speak of Cougar Helicopters. I know that in the aftermath of what happened in 2009, it did a tremendous amount of work and made investments to ensure the health and safety of all its workers who travel with it and are affiliated with the company and the offshore industry. I have met with them many times. I am confident when I say the company has some of the best search and rescue capabilities today that exist anywhere in the country and probably anywhere in the world. It has not only emerged as a company that protects the rights, health, well-being and safety of workers in Canada, but it has brought those lessons and precedents for good, safe operations to many other jurisdictions around the world. I want to recognize it for what it continues to do day in and day out in this province.
Last, I want to recognize the work of Noia and Charlene Johnson, who I have dealt with on a number of occasions when dealing with the oil industry and listening to the messages of workers and industry stakeholders within the province. We have certainly respected their voices. We respect the tremendous amount of knowledge and the depth of experience their organization brings to issues like this and to the Government of Newfoundland and Labrador and for always being aware that we work in an industry that is tragic, an industry that is relentless on most days.
Newfoundlanders and Labradorians have a history, from the early days of going to the ice in the seal hunt to today going to the offshore oil rigs. We have had a history of working in difficult and challenging environments. We have had a history of working in some of the most weatherbeaten areas of the world.
When one walks the shores of Newfoundland and Labrador, one recognizes that. One only has to look at the geology that encompasses this land we call home to see the ancient rock, to see the wear and tear of our shorelines over many years and see how rugged the ocean can be and how difficult and harsh the environment is that we often work in as Newfoundlanders and Labradorians.
I thank my colleagues, the Government of Newfoundland and Labrador, the Government of Canada, the Senate, everyone who has had a role to play in this, including the Standing Committee on Natural Resources, and I hope we can see the passage of these amendments and this bill today so we can move on with doing the important work that needs to be done in protecting the health and safety of offshore workers in Newfoundland and Labrador's oil industry.
I am happy to take some questions.
Monsieur le Président, c'est un plaisir de parler du projet de loi S-3 dont le Parlement est saisi aujourd'hui. La question est évidemment importante non seulement pour moi, en tant que députée de Terre-Neuve-et-Labrador, mais aussi pour de nombreuses personnes partout dans la province.
Pour commencer, je dirai que, malheureusement, de nombreux événements tragiques ont façonné l'histoire, la culture et la force de la population de Terre-Neuve-et-Labrador. La plupart d'entre eux se sont produits dans l'industrie extracôtière ou sont liés d'une manière ou d'une autre à l'océan, puisque la province est une province canadienne bordée par l'océan.
L'un des événements tragiques est certainement la catastrophe de l'Ocean Ranger. Celle-ci a elle-même été un catalyseur des améliorations à la sécurité dans l'industrie pétrolière et gazière dans la zone extracôtière. Le 15 février 1982, le forage et l'exploration au large des Grands Bancs de Terre-Neuve-et-Labrador ont engendré une tragédie sans précédent. À seulement 267 kilomètres de St. John's, 84 membres de l'équipage ont tragiquement perdu la vie. Il n'y a eu aucun survivant.
Le 13 mars 1985, nous avons eu l'écrasement de l'hélicoptère Universal dans la baie Placentia, à Terre-Neuve-et-Labrador, où six personnes ont perdu la vie. C'est un autre événement tragique, triste et malheureux de l'histoire de la province.
Cela nous amène au 12 mars 2009, il y a seulement 12 ans, lorsque l'hélicoptère Cougar qui assurait le vol 491 s'est écrasé, tuant 17 personnes qui se rendaient sur les champs pétrolifères au large de nos côtes à partir de St. John's, à Terre-Neuve. Il s'agit d'un autre événement tragique historique, qui a façonné la province que nous sommes fiers d'habiter.
Ceux d'entre nous qui habitent à Terre-Neuve-et-Labrador et qui occupent un emploi dans l'industrie pétrolière extracôtière, le secteur de la pêche hauturière ou les nombreux autres secteurs industriels savent que nous travaillons dans un climat rigoureux. Nous travaillons souvent dans des conditions difficiles. Nous savons aussi que, au cours de notre histoire, il y a eu des pertes tragiques. Nous aimerions croire que, dans certains cas, nous pouvons en faire davantage pour prévenir les pertes tragiques à l'avenir.
En 2009, quand l'accident de l'hélicoptère Cougar s'est produit, j'étais cheffe de l'opposition pour le Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador. Je me souviens très bien de cette journée et des jours qui ont suivi. Un organisme de réglementation a été chargé d'examiner la sûreté de l'industrie extracôtière. J'ai vu de nombreuses familles s'effondrer à la suite de cette tragédie et pleurer la mort de leurs proches. Toute la province pleurait leurs pertes. Les jours qui ont suivi ont été difficiles, et il fallait trouver ce que nous devions faire pour accroître la sécurité et la protection des travailleurs de cette industrie.
La route a été longue et ardue. J'étais cheffe de l'opposition à l'époque. J'ai passé une bonne partie de ma carrière politique dans l'opposition, et j'ai aussi fait partie du gouvernement. Il est toujours facile de pointer un doigt accusateur et de demander pourquoi ceci n'a pas été fait ou cela n'a pas pu être évité. En réalité, toutefois, nous sommes malheureusement venus dans ce monde pour tirer des leçons des tragédies et pour faire mieux. C'est ce que nous tentons de faire actuellement au Canada. Nous tentons de faire mieux. Nous tentons de voir à ce que la sécurité, le bien-être et la protection des travailleurs de l'industrie pétrolière et gazière extracôtière — que ce soit à Terre-Neuve-et-Labrador ou ailleurs au pays — soient pris en compte et que les règles de sécurité soient respectées.
Un peu plus tôt, un député avec lequel je siège au comité des ressources naturelles a parlé du travail du juge en chef Wells, tout comme le député de St. John's-Est, qui était à l'Assemblée législative de Terre-Neuve-et-Labrador en même temps que moi. On pourra vérifier dans le hansard, mais je crois qu'il ne s'est pas passé une seule journée sans que lui ou moi ne parlions des enjeux de santé et de sécurité dans l'industrie extracôtière.
Le juge en chef Wells a été nommé pour s'acquitter d'un mandat, et, à mon avis, il a bien fait son travail. Il était entouré d'une équipe qui a travaillé très fort pour faire en sorte que les recommandations et les règles entourant cette industrie soient suffisantes, ou du moins qu'elles constituent un point de départ en vue d'atteindre le niveau voulu. Les règles sont entrées en vigueur jusqu'à un certain point, et, comme l'a fait remarquer le député de St. John's-Est, certaines se font toujours attendre. Récemment, le gouvernement fédéral a procédé aux premières nominations à la commission de santé et sécurité, et on m'assure que la province emboîte le pas pour que cette commission se mette en branle rapidement.
Je veux souligner divers éléments aujourd'hui.
Ce projet de loi a été renvoyé au comité des ressources naturelles, dont je fais partie. Nous avons eu l'occasion de questionner le ministre pour évaluer le projet de loi et l'étudier afin d'en établir le mérite. L'étude s'est déroulée rondement et le projet de loi a été appuyé à l'unanimité par le comité, dont les membres sont issus de tous les partis. Je veux d'ailleurs remercier mes collègues du comité des ressources naturelles d'y avoir souscrit. Ils ont bien saisi l'importance de la question, ainsi que la tâche qui nous incombait. Le comité a donc appuyé cette mesure.
Pour ceux qui ne savent pas au juste quel est l'objet du débat, je signale que le projet de loi S-3 élargit l'application de six règlements transitoires sur la santé et la sécurité au travail de la Loi de mise en œuvre de l’Accord atlantique Canada-Terre-Neuve-et-Labrador et de la Loi de mise en œuvre de l’Accord Canada-Nouvelle-Écosse sur les hydrocarbures extracôtiers. Les règlements transitoires sont entrés en vigueur en 2014, en vertu de la loi sur la santé et sécurité au travail, et comportaient une date d'abrogation automatique, ce qui donnait cinq ans pour l'élaboration de règlements permanents. Voilà où nous en sommes. Subséquemment, la Loi no 2 d'exécution du budget de 2018 a reporté d'un an la date d'abrogation.
Je tiens à donner l'assurance aux députés que nous sommes résolus à accorder la priorité absolue à la santé, à la sécurité et aux protections environnementales dans tous les aspects des industries des ressources naturelles — et assurément dans les secteurs dont nous débattons aujourd'hui — et à faire en sorte qu'on leur accorde l'importance et l'intérêt qu'ils méritent. Durant le débat, j'ai entendu divers intervenants demander pourquoi le projet de loi n'a pas avancé plus rapidement et pourquoi il n'a pas été adopté l'an dernier. Cette question est légitime, et je l'accepte, mais il s'agit d'un projet de loi qu'il ne faut pas prendre à la légère.
Comme on le sait, la période d'application des règlements transitoires sur la santé et la sécurité au travail a été prolongée. Nous savons également que ces règlements sont très complexes. Ils doivent être étudiés très attentivement et mis en œuvre dans le cadre d'une démarche permettant d'atteindre et de protéger le mieux possible les travailleurs de l'industrie.
La Chambre des communes étudie de nombreux projets de loi que nous aimerions pouvoir adopter le plus rapidement possible. Nous établissons souvent des échéances qui ne peuvent pas toujours être respectées, mais personne ne devrait jamais douter de notre volonté d'assurer la sécurité, le bien-être et la santé des travailleurs extracôtiers dans tous les secteurs de l'industrie au Canada, y compris, en l'occurrence, ceux de Terre-Neuve-et-Labrador. Nous savons que la réglementation sur la santé et la sécurité au travail est importante pour les employés de tous les lieux de travail et de toutes les industries du pays, y compris les travailleurs extracôtiers, et le gouvernement doit assumer ses responsabilités en veillant à ce que des mesures soient adoptées et appliquées à cet égard.
En 2014, lorsque le gouvernement a modifié la loi de mise en œuvre de l'accord afin de clarifier le cadre législatif en matière de santé et de sécurité au travail pour les travailleurs extracôtiers et d'établir des règlements transitoires, c'était une étape déterminante pour nous. Depuis ce temps, nous avons travaillé avec diligence en collaboration avec les gouvernements et les industries de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse afin de concevoir des règlements permanents qui soient adaptés aux travailleurs extracôtiers, qui travaillent actuellement dans des endroits parmi les plus éloignés et les plus dangereux du pays.
Suis-je offensée par ceux qui croient que nous aurions dû le faire plus rapidement? Non, car ces règlements permanents visent à protéger des vies. On ne peut pas manigancer et se servir de ce dossier à des fins politiques. C'est un dossier très sérieux. Protéger la vie de ceux qui travaillent dans une industrie dangereuse comme l'exploitation du pétrole et du gaz extracôtiers à Terre-Neuve-et-Labrador doit se faire avec prudence et de manière à prendre tous les moyens possibles pour protéger des vies.
Je suis très fière du bilan du gouvernement en ce qui concerne les mesures prises pour l'industrie pétrolière et gazière à Terre-Neuve-et-Labrador.
J'étais là à l'époque où l'Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers a été créé. C'est un régime de calibre mondial. À Terre-Neuve-et-Labrador, nous en tirons une certaine fierté parce que nous l'avons construit. C'est le nôtre. Il fonctionne pour notre industrie en général et pour les gens qui y travaillent. Pouvons-nous l'améliorer? Bien sûr que oui. Il est toujours possible de faire mieux.
En ce qui concerne l'industrie pétrolière de cette province, ses émissions par baril sont parmi les plus faibles au monde. Elle produit du pétrole léger non sulfuré. C'est un type de pétrole qui fera partie du paysage pendant encore longtemps. Lorsque nous réfléchissons aux futurs besoins qui seront comblés par l'industrie pétrolière, nous pensons au pétrole léger non sulfuré. Nous cherchons des endroits comme Terre-Neuve-et-Labrador pour produire du pétrole à faibles émissions et pour contribuer à un monde soucieux de son empreinte carbonique. C'est extrêmement important pour nous, au sein de cette industrie, dans cette province.
J'aimerais parler de l'Accord atlantique, que nous avons renouvelé. Nous savons tous que l'Accord atlantique est le résultat de négociations parmi les plus positives à avoir eu lieu entre Ottawa et Terre-Neuve-et-Labrador depuis la Confédération. Je serai toujours reconnaissante envers ceux qui y ont contribué, tout comme je suis fière du gouvernement d'avoir renouvelé l'Accord atlantique pour Terre-Neuve-et-Labrador, un accord renouvelé d'une valeur de 2,5 milliards de dollars.
Nous avons investi 400 millions de dollars pour les travailleurs et pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans l'industrie pétrolière et gazière. Pendant la pandémie, nous n'avons pas laissé tomber les travailleurs de cette industrie. Nous avons tenu bon pour eux. Ce n'a pas été toujours facile et les négociations n'ont pas toujours été faciles, mais grâce au fort support et à l'extraordinaire leadership de groupes comme le Canada-Newfoundland & Labrador Offshore Petroleum Board, la Newfoundland and Labrador Oil and Gas Industries Association et bien d'autres, nous avons été en mesure de travailler avec ces industries sur le NL Offshore Oil and Gas Industry Recovery Assistance Fund et de faire d'autres investissements dans l'industrie pétrolière extracôtière pour les Terre-Neuviens et Labradoriens. Nous avons donc investi 400 millions de dollars pour les travailleurs de cette province et pour réduire les émissions dans cette industrie.
Nous avons réussi à faire passer le nombre de jours consacrés aux évaluations environnementales des puits d'exploration de 900 à 90. Cela a marqué un tournant considérable pour l'industrie, lui permettant d'utiliser son temps et d'investir son argent différemment et de protéger les travailleurs de la province.
Ce sont des choses dont nous sommes fiers. Comme tous les députés le savent, depuis mars 2020, nous vivons dans un environnement et dans un climat différents. La situation a changé pour nous tous, que ce soit dans les domaines de la gouvernance, des investissements, de l'exploitation pétrolière ou de la protection de l'environnement. Oui, nous aurions peut-être aimé agir beaucoup plus rapidement en ce qui a trait à ces règlements, mais nous agissons maintenant et nous nous dirigeons dans la bonne direction.
Si les gens vivaient dans une province comme la mienne, où les secteurs industriels ont dû surmonter tant de tragédies et de défis, ils comprendraient combien il est crucial de protéger la santé et la sécurité des travailleurs dans l'industrie extracôtière et l'industrie pétrolière de Terre-Neuve-et-Labrador. Les travailleurs de ces industries savent qu'elles se nourrissent de fierté, mais qu'elles peuvent aussi, malheureusement, subir d'énormes pertes.
J'aimerais souligner quelques autres points.
Je félicite le ministre et député de St. John’s-Sud—Mount Pearl du travail qu'il a accompli pour indiquer la voie à suivre à cette industrie au nom des habitants de Terre-Neuve-et-Labrador et des Canadiens. Je le remercie également de sa contribution, autant en termes d'investissements que de modifications des lois environnementales. Dans le cas de l'industrie extracôtière, je luis sais gré d'avoir pris un règlement pour protéger les travailleurs. Je lui exprime ma reconnaissance pour son travail et son leadership dans ce dossier. Par surcroît, je remercie aussi tous les députés de Terre-Neuve-et-Labrador de leur soutien dans ce dossier. Ils ont fait entendre leur voix pendant des années pour réclamer la sécurité des travailleurs de cette industrie.
Je veux également féliciter le secteur privé, notamment l'entreprise Cougar Helicopters. Je sais qu'après ce qui s'est passé en 2009, l'entreprise a redoublé d'efforts et a investi pour assurer la santé et la sécurité de tous les travailleurs qui montent à bord de ses appareils et qui sont rattachés à l'entreprise et à l'industrie extracôtière. J'ai rencontré les représentants de l'entreprise à plusieurs reprises et je peux dire que la capacité de cette dernière en matière de recherche et de sauvetage se classe parmi les meilleures au pays et possiblement au monde. Non seulement l'entreprise s'est révélée être une défenseure des droits, de la santé, du bien-être et de la sécurité des travailleurs au Canada, mais elle a aussi servi d'exemple partout sur la planète en raison des leçons apprises et des précédents établis quant à la façon d'assurer la bonne marche d'activités sécuritaires. Je veux souligner l'apport soutenu de cette entreprise à la prospérité de la province.
En terminant, je tiens à souligner le travail de Noia et de Charlene Johnson, avec qui j'ai souvent travaillé auprès de l'industrie du pétrole, notamment pour obtenir l'avis des travailleurs et des intervenants de l'industrie dans la province. Nous en avons évidemment tenu compte. Nous respectons les immenses connaissances et la vaste expérience que possèdent leurs organisations et dont le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador peut tirer profit. Ces organisations sont conscientes qu'il s'agit d'une industrie où surviennent des tragédies, d'une industrie souvent impitoyable.
Depuis les premiers temps où l'on s'aventurait sur la glace pour chasser le phoque jusqu'à aujourd'hui, où l'on se rend aux plateformes de forage en mer, travailler dans un environnement difficile et dans des endroits où les éléments se déchaînent plus que n'importe où ailleurs sur terre, fait partie de l'histoire des Terre-Neuviens et des Labradoriens.
Cela se voit quand on marche le long du littoral de Terre-Neuve-et-Labrador. Il suffit d'examiner la géologie de ce territoire où nous vivons. Les rochers anciens le long des côtes ont été usés et façonnés par l'océan, qui, à ses heures, peut être féroce. On constate alors à quel point l'environnement dans lequel travaillent les Terre-Neuviens et les Labradoriens peut être difficile et inhospitalier.
Je remercie mes collègues, le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, le gouvernement du Canada, le Sénat, de même que tous ceux qui ont participé à cet effort, y compris le Comité permanent des ressources naturelles, et j'espère que ces modifications et ce projet de loi seront adoptés aujourd'hui, de sorte que nous puissions entreprendre l'important travail qui s'impose pour protéger la santé et la sécurité des travailleurs extracôtiers de l'industrie pétrolière de Terre-Neuve-et-Labrador.
Je répondrai volontiers aux questions de mes collègues.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-05-27 17:03 [p.7521]
Mr. Speaker, I thank my colleague for the support the NDP is giving us toward this bill. Obviously, the committee is now being appointed to look at health and safety within the offshore board. We also know that the C-NLOPB is made up of representatives from across the province with different backgrounds and different skill sets who are able to represent the industry and the interests of workers as well. I really believe there is always room to make improvements, but I also believe that the people who make up these boards and those who are being proposed for appointment are people who have tremendous knowledge and skills and are able to make valuable contributions toward the interests and the protection of safety of workers.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue néo-démocrate du soutien de son parti à ce projet de loi. Le processus de nomination du comité qui se penchera sur les questions de santé et de sécurité au sein de l'office extracôtier est en cours. Nous savons aussi que l'Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers regroupe des représentants de partout dans la province, venant d'horizons et de domaines variés, qui sont capables de représenter l'industrie ainsi que les intérêts des travailleurs. Je suis convaincue qu'il est toujours possible de s'améliorer, mais je crois aussi que les personnes œuvrant dans ces offices, de même que celles qu'on propose de nommer sont des personnes très compétentes, qui connaissent leur sujet à fond et qui sont en mesure d'apporter une précieuse contribution à la protection de la sécurité des travailleurs et de leurs intérêts.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-05-27 17:06 [p.7521]
Mr. Speaker, I want to thank my colleague from Saanich—Gulf Islands for her always insightful comments into debate.
Obviously, in the oil and gas industry in Newfoundland and Labrador, when we look at the C-NLOPB, we look at it as something that was built in Newfoundland and Labrador. Very seldom in our history have we had autonomy or control over any resource development sector within our backyard. The C-NLOPB was the world-class regime that was created to do that. Is it perfect? Absolutely not. Can it be improved? We all recognize that it can be improved, even going back to the recommendations of the regulatory review that was done. We are looking to try to make those transitions and to look at those improvements.
When it comes to the environmental protections, we did complete overhauls with regard to environmental regulations and legislation as it relates to Canada's resource development sector. That is governed by legislation. While many may feel that this process is too lenient, there are others who feel it is not lenient enough. There is always a crossover in terms of whether there is a happy medium here or not.
I think the only thing that really makes concrete sense is ensuring that we have environmental regulations that are well-thought-out, that look to the protection of the marine environment and the natural environment itself, and that ensure there is cohesion between resource development and the environment. Any time those targets are not being met, I think there is always room for re-evaluation and for further discussion.
We need to ensure that parties are always open to that and that these things are not done to the detriment of other interests.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier la députée de Saanich—Gulf Islands pour ses commentaires toujours perspicaces.
Bien évidemment, dans l'industrie pétrolière et gazière de Terre-Neuve-et-Labrador, on considère l'Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers comme un pur produit de Terre-Neuve-et-Labrador. Nous avons rarement eu, dans notre histoire, la mainmise sur le secteur du développement des ressources chez nous. L'Office, un régulateur de classe mondiale, a été mis sur pied pour parvenir à faire cela. Est-il parfait? Absolument pas. Peut-on l'améliorer? Nous sommes tous d'accord pour dire que oui. On n'a qu'à penser aux recommandations formulées lors de l'examen réglementaire qui a été fait. Nous essayons de faire ces changements et de réfléchir à ces améliorations.
En ce qui concerne la protection de l'environnement, nous avons procédé à une refonte complète de la réglementation et des lois environnementales en ce qui concerne le secteur de l'exploitation des ressources du Canada. Ce secteur est régi par les lois. Si beaucoup pensent que ce processus n'est pas assez rigoureux, d'autres estiment qu'il l'est trop. On ne s'entend jamais là-dessus.
La seule chose qui puisse avoir du sens, concrètement, c'est de faire en sorte d'avoir des règles environnementales bien réfléchies, qui visent à protéger le milieu marin et le milieu naturel, et de voir à ce qu'il existe une cohésion entre l'environnement et le développement des ressources. Lorsqu'on n'atteint pas l'un de ces objectifs, il est toujours possible de réévaluer la situation et de discuter davantage.
Nous devons voir à ce que les parties soient toujours ouvertes à ces possibilités et à ce que cela ne se fasse pas au détriment d'autres intérêts.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-05-27 17:09 [p.7521]
Mr. Speaker, what we are doing today is basically an amendment around a time process to establish the transitional regulations as was introduced previously. We have been working very diligently as a government with Newfoundland and Labrador, and with Nova Scotia, to develop permanent regulations, regulations tailored directly to the offshore industry in those particular regions.
As I have said, we are dealing with some of the most remote and dangerous places in the country to work, and the workers there deserve to have the amount of time, interest and knowledge invested into ensuring that these regulations are not only tailored to the dangerous and remote working conditions that they find themselves in, but they are also there to ensure that they are safe.
We know these are complex regulations. It is our hope that it will be completed in the timetable outlined. We are not foreseeing, at this stage, that there could be further delays.
Monsieur le Président, ce que nous faisons aujourd'hui, c'est essentiellement proposer une modification, à l'intérieur d'un échéancier, afin de rétablir les règlements transitoires dans leur version antérieure. Le gouvernement travaille assidûment avec Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse pour élaborer des règlements permanents, qui sont particulièrement adaptés à l'industrie extracôtière dans les régions en question.
Comme je l'ai dit, il s'agit de lieux de travail parmi les plus éloignés et les plus dangereux du pays, et les travailleurs là-bas méritent qu'on leur consacre autant de temps, d'intérêt et de connaissances pour s'assurer que cette réglementation est non seulement adaptée aux conditions de travail dangereuses et aux régions éloignées où ils se trouvent, mais qu'elle permet également de garantir leur sécurité.
Nous savons que ces règlements sont complexes. Nous espérons que le tout sera achevé dans les délais prévus. À ce stade-ci, nous ne prévoyons pas d'autres retards.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-05-27 17:12 [p.7522]
Mr. Speaker, I will point out once again to the member that these are complex regulations and, as I said, they are being tailored to a very unique industry in the offshore in Newfoundland and Labrador. The accord also acts to establish a joint management framework where Canada, Newfoundland and Labrador, and Nova Scotia are equal partners. All three governments must have the opportunity to vet the regulations through their approval processes, not just the Government of Canada.
There have been unanticipated events. The global pandemic had an impact on the delay, let us not kid ourselves. It has had an impact on everything we have been doing as citizens in this country and around the world. There are sometimes going to be unanticipated events like this pandemic. The timing of the bill reflects the recent delays that we have seen as part of COVID. I think the member knows and understands that.
These amendments would provide continuity in the regulatory framework for the transitional regulations that were automatically repealed on December 31, 2020. As the member will see, clause 3 of the bill ensures that the regulations will be revived and retroactive to January 1, 2021 and—
Monsieur le Président, je signale encore une fois au député qu'il s'agit de règlements complexes et, comme je l'ai dit, ils sont adaptés à une industrie très unique dans la zone extracôtière à Terre-Neuve-et-Labrador. L'accord vise également à établir un cadre de gestion conjointe à l'intérieur duquel le Canada, Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse sont des partenaires égaux. Les trois gouvernements — et pas seulement le gouvernement du Canada — doivent avoir la possibilité d'examiner de près les règlements par l'entremise de leurs processus d'approbation.
Des événements imprévus se sont produits. La pandémie mondiale a contribué au retard, ne nous leurrons pas. Elle a eu des répercussions sur tout ce que nous faisons en tant que citoyens, ici comme ailleurs dans le monde. Il faut parfois composer avec des événements imprévus comme cette pandémie. Le moment choisi pour présenter le projet de loi s'explique par les retards que nous avons récemment encourus à cause de la COVID. Je pense que le député le sait et le comprend.
Ces modifications assureraient la continuité du cadre applicable aux règlements transitoires qui ont été automatiquement abrogés le 31 décembre 2020. Comme le député le constatera, l'article 3 du projet de loi garantit que les règlements seront rétablis, avec effet rétroactif au 1er janvier 2021 et...
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-27 17:34 [p.7524]
Madam Speaker, I have two quick questions for the member for Battle River—Crowfoot.
First, has anything happened from December 31 of last year, when the regulations for offshore lapsed, to today that would give even one hour of delay to the government in producing the permanent regulations in the offshore that it has talked about it being important to pass this legislation for?
Second, I know the member is a new member of Parliament. Did he ever think that he would see a government allow regulations that provide for occupational health and safety, that provide for enforceable regulations for inspections and charges, if necessary, to lapse and no longer be in effect?
Madame la Présidente, j’ai deux courtes questions pour le député de Battle River—Crowfoot.
Tout d’abord, est-ce qu’il s’est passé quelque chose entre le 31 décembre de l’année passée, c'est-à-dire le moment où le règlement sur la zone extracôtière est arrivé à expiration, et aujourd’hui, pour que le gouvernement ne retarde ne serait-ce que d’une heure la mise en place d’un nouveau règlement permanent sur la zone extracôtière, règlement qu’il était soi-disant si urgent de mettre en œuvre?
Deuxièmement, je sais que le député est nouveau au Parlement. Pensait-il voir un gouvernement permettre qu'un règlement exécutoire encadrant la santé et la sécurité au travail ainsi que les inspections et les poursuites éventuelles arrive à expiration et ne soit pas remplacé?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-25 12:38 [p.7300]
Madam Speaker, I listened with interest to the hon. member. I know he understands that young people have been affected by this pandemic, particularly students with ongoing student debt.
Does the member support our proposal to eliminate up to $20,000 of student debt and stop interest on student debt, or does he think it is a good idea for Canada to continue to collect interest and make money on the tuition and debt obligations of students?
Madame la Présidente, j'ai écouté le député avec intérêt. Je sais qu'il est conscient que les jeunes ont été touchés par la pandémie, surtout les étudiants qui ont actuellement des dettes d'études.
Le député appuie-t-il notre proposition d'éliminer jusqu'à 20 000 $ de dettes d'études et d'abolir les intérêts sur les prêts étudiants, ou croit-il que c'est une bonne idée pour le Canada de continuer à percevoir des intérêts et à faire de l'argent à l'aide des frais de scolarité et des créances des étudiants?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-25 13:39 [p.7310]
Madam Speaker, one in five people in Canada do not take the medication they have been prescribed, because they cannot afford it. However, the Conservatives voted to continue protecting the profits of big pharma.
The Liberals have been promising a pharmacare program for 23 years. Can the member for Carlton Trail—Eagle Creek explain why this bill continues to put pharmaceutical profits ahead of the needs of Canadian families, and why her party continues to vote against a pharmacare program?
Madame la Présidente, un Canadien sur cinq ne prend pas les médicaments qui lui ont été prescrits, car il n’a pas les moyens de se les acheter. Pourtant, les votes des conservateurs continuent de protéger les intérêts des grandes sociétés pharmaceutiques.
Cela fait 23 ans que les libéraux nous promettent la mise en place d’un régime d’assurance-médicaments. La députée de Sentier Carlton—Eagle Creek peut-elle expliquer pourquoi ce projet de loi continue de favoriser les profits de l’industrie pharmaceutique au détriment des besoins des familles canadiennes, et pourquoi son parti continue de rejeter le régime d’assurance-médicaments?
View Gudie Hutchings Profile
Lib. (NL)
View Gudie Hutchings Profile
2021-05-25 14:03 [p.7313]
Madam Speaker, from Rose Blanche to L’Anse aux Meadows, Hampden to Cox’s Cove, Burgeo to Port aux Choix and so many places in between, my riding of the Long Range Mountains in Newfoundland and Labrador is an incredible tourism destination.
It is Tourism Week in Canada. It is a chance to celebrate our amazing tourism operators. However, like so many other places in Canada, our tourism industry has been one of the hardest hit by the COVID-19 pandemic.
However, there is hope and there are bright lights shining through. For example, right now in Norris Point in the heart of Gros Morne National Park, the Trails Tales Tunes Festival is hosting its 15th annual festival, and thanks to the incredible work by its team, it is able to do it safely and in person following provincial regulations.
As we build back better all across the country, I hope everyone in the House will join me in pledging that when it is safe to do so, we will travel, explore and be a tourist within Canada and within our own provinces, taking in all the wonders that make us love our country so much.
Happy Tourism Week everyone.
Madame la Présidente, de Rose Blanche à L’Anse aux Meadows, de Hampden à Cox’s Cove, de Burgeo à Port aux Choix, ainsi qu'à tant d'autres endroits, ma circonscription de Terre-Neuve-et-Labrador, Long Range Mountains, constitue une incroyable destination touristique.
C'est la Semaine du tourisme au Canada. C'est l'occasion de célébrer nos fantastiques exploitants d'entreprises touristiques. Malheureusement, comme à bien d'autres endroits au Canada, notre industrie du tourisme est l'une des plus durement touchées par la pandémie de COVID-19.
Cependant, il y a de l'espoir et certaines entreprises brillent de mille feux. Par exemple, à l'heure actuelle, à Norris Point, au cœur du parc national du Gros-Morne, la 15e édition annuelle du festival Trails Tales Tunes bat son plein et, grâce à l'incroyable travail de l'équipe d'organisateurs, les gens peuvent y assister en personne, en toute sécurité, dans le respect de la réglementation provinciale.
Tandis que nous rebâtissons en mieux partout au pays, j'espère que tous mes collègues de la Chambre se joindront à moi pour promettre que, dès que nous pourrons le faire en toute sécurité, nous voyagerons, explorerons et ferons du tourisme au Canada et à l'intérieur de notre propre province pour y découvrir toutes les merveilles qui nous font tant aimer ce pays.
Joyeuse Semaine du tourisme à tous!
View Gudie Hutchings Profile
Lib. (NL)
View Gudie Hutchings Profile
2021-05-14 12:16 [p.7246]
Madam Speaker, everyone has a right to live free of violence and our hearts go out to everyone who has been impacted by this. Our government is fully behind the address to end and support a national action plan to end gender-based violence. Our investments alone support over 1,500 organizations that deliver essential services to end gender-based violence.
We will work tirelessly to end gender-based violence.
Madame la Présidente, tout le monde a le droit de vivre sans violence, et nous sommes de tout cœur avec les personnes qui sont touchées par ce problème. Le gouvernement appuie sans réserve le plan d'action national pour mettre fin à la violence fondée sur le genre. À eux seuls, nos investissements permettent de soutenir plus de 1 500 organismes qui fournissent des services essentiels visant à mettre fin à la violence fondée sur le genre.
Nous travaillerons sans relâche pour mettre fin à la violence fondée sur le genre.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-13 10:54 [p.7156]
Madam Speaker, of course we totally agree that, if an election were to be called now, that would be irresponsible and unsafe. We have all been elected with a mandate, and New Democrats are dedicated to making Parliament work, which has resulted in a far superior pandemic response than a Liberal majority would have delivered.
We saw what happened in Newfoundland and Labrador when an election was called for February 13. Ultimately it was not finished until March 25, after 90% of the election workers refused to work on election day because of fear of the pandemic outbreak taking place. I guess that was a precursor to the third wave happening across the country now with the new variants.
Why would the Bloc member not want to ensure that, if the Prime Minister was irresponsible enough to call an election for his own political purposes, it would be a safe election?
Madame la Présidente, bien sûr, nous sommes tout à fait d'accord pour dire que, si des élections étaient déclenchées maintenant, ce serait irresponsable et dangereux. Nous avons tous été élus avec un mandat, et les néo-démocrates sont déterminés à faire fonctionner le Parlement, ce qui a permis une bien meilleure réponse à la pandémie que celle qui aurait été fournie par une majorité libérale.
Nous avons vu ce qui s'est passé à Terre-Neuve-et-Labrador lorsque les électeurs ont été appelés aux urnes le 13 février dernier. En fin de compte, la date limite pour voter a été repoussée au 25 mars, après que 90 % des travailleurs des élections aient refusé de travailler le jour des élections de peur qu'il y ait une éclosion. Je suppose que c'était un précurseur de la troisième vague qui sévit actuellement dans tout le pays avec les nouveaux variants.
Pourquoi la députée du Bloc ne voudrait-elle pas s'assurer que, si le premier ministre était assez irresponsable pour déclencher des élections dans son propre intérêt politique, il s'agirait d'élections sécuritaires?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-13 13:44 [p.7180]
Mr. Speaker, I read carefully the Bloc opposition day motion, and I do not find any tricks in it. It seems to be pretty straightforward in suggesting that there not be an election during the pandemic.
Would the member agree that the Bloc is inviting the government to vote in support of the motion and that it in fact be a commitment not to call an election during the pandemic unless there is, of course, a loss of confidence in the House? Would he agree that would be the case and that the failure of the Liberals to support the motion would indicate otherwise?
Monsieur le Président, j’ai beau lire attentivement la motion du Bloc, je n’y vois aucun stratagème. Elle me paraît tout à fait claire puisqu’elle demande qu’il n’y ait pas d’élections pendant la pandémie.
Le député ne voit-il pas que le Bloc invite tout simplement le gouvernement à approuver la motion et à s’engager ainsi à ne pas déclencher des élections pendant la pandémie, à moins d’avoir perdu la confiance de la Chambre? Le député est-il prêt à reconnaître que, faute d’approuver la motion, les libéraux signifieraient par là qu’ils ne veulent pas prendre cet engagement?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, Line 5 is a critical energy and economic link between Canada and the U.S. Because of our efforts, it continues to operate today. On Tuesday, the Government of Canada filed an amicus brief in the U.S. District Court for the Western District of Michigan, sending a clear signal as to where Canada stands on this issue.
I want to thank my counterparts, Minister Savage in Alberta, Minister Eyre in Saskatchewan, Minister Rickford in Ontario and Minister Julien in Quebec, for their collaboration and their unity on this issue. This is a full-court press by team Canada, with the support of industry and labour.
Monsieur le Président, la canalisation 5 est un lien énergétique et économique crucial entre le Canada et les États-Unis. C'est grâce à nos efforts si ce pipeline est encore en fonction aujourd'hui. Mardi, le gouvernement du Canada a déposé un mémoire d'amicus curiae devant la cour de district du Western District du Michigan pour envoyer un message clair quant à la position du Canada dans ce dossier.
Pour leur collaboration et la solidarité dont ils font preuve dans ce dossier, j'aimerais remercier mes homologues: la ministre Savage, de l'Alberta; la ministre Eyre, de la Saskatchewan; le ministre Rickford, de l'Ontario; et le ministre Julien, du Québec. Ils forment l'artillerie lourde d'Équipe Canada, avec l'appui des ministères de l'Industrie et du Travail.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I take exception to the hon. member's comments. First of all, we are taking the exact approach that the Canada-U.S. special committee asked us to, the same approach that the provinces of Alberta, Saskatchewan, Quebec and Ontario urged us to take.
Canada has filed an amicus brief in the U.S. District Court for the Western District of Michigan. It sends a clear signal as to where Canada stands on this issue. We are encouraged that Enbridge and the State of Michigan continue to participate in the court-ordered mediation process. We are confident it will yield a local solution.
Monsieur le Président, je m'inscris en faux contre les observations du député. Premièrement, nous suivons exactement l'approche recommandée par le comité spécial Canada-États-Unis et l'approche réclamée par l'Alberta, la Saskatchewan, le Québec et l'Ontario.
Le Canada a présenté à la cour de district du Western District du Michigan un mémoire d'amicus curiae qui établit clairement la position du Canada dans ce dossier. Nous trouvons encourageant qu'Enbridge et l'État du Michigan continuent de participer au processus de médiation ordonné par la cour. Nous sommes convaincus qu'il permettra de trouver une solution à l'échelle locale.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-11 14:13 [p.7055]
Mr. Speaker, Newfoundland and Labrador's fiscal situation is not sustainable. A bad situation has been made worse by the pandemic, and major changes are recommended. There are revenue, debt and other issues to be addressed by the province, but the Government of Canada has a role to play, too.
We support four measures proposed by the Greene report that can help greater federal-provincial fairness. Significant improvements need to be made to the fiscal stabilization program, including removal of the per capita tax. Health transfers must increase. Health care costs now dominate provincial budgets, and Ottawa pays only 22% instead of the 50% at the outset of medicare. We need to fix the equalization formula to remove non-renewable natural resource revenue, and provinces need access to Canada's credit standing and borrowing rates through a new bond program. The federal government has a vital role in helping ensure there is a sustainable financial path forward for Newfoundland and Labrador.
So far, the Liberal government has simply not done enough to hold up its side of the bargain.
Monsieur le Président, la situation financière de Terre-Neuve-et-Labrador n'est pas viable. Elle était déjà mauvaise et elle s'est aggravée à cause de la pandémie, et des changements importants sont recommandés. La province doit régler des problèmes liés aux recettes et à la dette, entre autres, mais le gouvernement du Canada a aussi un rôle à jouer.
Nous appuyons quatre mesures proposées dans le rapport Greene, qui peuvent contribuer à assurer une meilleure équité fédérale-provinciale. Des améliorations importantes doivent être apportées au Programme de stabilisation fiscale, notamment l'élimination du paiement maximal par habitant. Les transferts en santé doivent augmenter. Les coûts des soins de santé dominent maintenant les budgets provinciaux, et Ottawa verse seulement 22 % en transferts au lieu des 50 % qui avaient été fixés au départ. Il faut corriger la formule de péréquation en excluant de celle-ci les recettes provenant des ressources naturelles non renouvelables, et les provinces doivent avoir accès à la cote de crédit et au taux d'emprunt du Canada par l'entremise d'un nouveau programme d'obligations. Le gouvernement fédéral a un rôle essentiel à jouer pour assurer à Terre-Neuve-et-Labrador un avenir financier durable.
Jusqu'à maintenant, le gouvernement libéral n'en a tout simplement pas fait assez pour respecter sa partie de l'entente.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, Line 5 is a critical piece of energy infrastructure, vital to North American energy security. We are working on the diplomatic level, we are working on the political level and we are working on the legal level to defend it.
Last week, the House had an emergency debate; there was no daylight between parties. The members for Banff—Airdrie and Sarnia—Lambton suggested that the Leader of the Opposition actually spoke with the Governor of Michigan on this issue. In the spirit of a team Canada approach to this, and this is important, will the hon. member perhaps share with this House what the governor said?
Monsieur le Président, la canalisation 5 est un élément crucial de l'infrastructure énergétique et elle est vitale pour la sécurité énergétique de l'Amérique du Nord. Nous déployons des efforts sur les fronts diplomatique, politique et juridique pour la défendre.
La semaine dernière, la Chambre a tenu un débat d'urgence sur la question et il est évident que les partis abondent dans le même sens. Les députés de Banff—Airdrie et de Sarnia—Lambton ont laissé entendre que le chef de l'opposition s'était entretenu avec la gouverneure du Michigan sur la question. Dans un esprit de collaboration à la canadienne dans ce dossier — ce qui est important —, le député peut-il faire part à la Chambre de ce que la gouverneure a dit?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I will take that as a non-answer.
At a time when producers and workers in western Canada are concerned about getting their products to market, when consumers are worried about the price of gas and how that will affect the heat in their homes, what have the Conservatives been doing? They have been fundraising off threats to shut down Line 5, fundraising for their election campaign. It is insulting to oil and gas workers and insulting to Canadians who just want to heat their homes.
While Conservatives are focused on improving their bank account, we are standing up for Line 5 with a full team Canada.
Monsieur le Président, je considère que le député n'a pas répondu à la question.
Alors que les producteurs et les travailleurs de l'Ouest du Canada se préoccupent de faire acheminer leurs produits jusqu'aux marchés et que les consommateurs s'inquiètent d'une hausse possible du prix de l'essence et du mazout et des répercussions que cela pourrait avoir sur la facture de chauffage de leur maison, que font les conservateurs? Ils se servent des menaces de fermeture de la canalisation 5 afin de recueillir des fonds pour leur campagne électorale. Une telle attitude constitue une insulte pour les travailleurs de l'industrie pétrolière et gazière et pour les Canadiens qui souhaitent simplement chauffer leur maison.
Alors que les conservateurs s'emploient à faire grossir leur compte de banque, nous défendons la canalisation 5 avec toute l'Équipe Canada.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, Line 5 is not just an issue for producers in Alberta or consumers in Ontario. It supports the entire country. Thousands of jobs depend on it, and thousands of homes depend on it for heating.
We are working closely with Minister Savage in Alberta, with whom I was just on the phone, and with Minister Eyre in Saskatchewan as well. We have been talking with Minister Rickford in Ontario, with Sarnia mayor Mike Bradley, and I have been speaking with Minister Julien in Quebec. This is a full-court press by team Canada.
While the Conservatives are more focused on using this to fundraise, we are standing up for oil and gas workers and defending Line 5.
Monsieur le Président, la canalisation 5 n'est pas seulement utile aux producteurs de l'Alberta ou aux consommateurs de l'Ontario. Non, elle sert à approvisionner le pays tout entier. Des milliers d'emplois en dépendent, et des milliers de ménages ont besoin du pétrole qu'elle transporte pour chauffer leur demeure.
Nous collaborons de près avec la ministre Savage, de l'Alberta — que je viens d'ailleurs d'avoir au téléphone — et avec la ministre Eyre, de la Saskatchewan. Nous sommes également en contact avec le ministre Rickford, de l'Ontario, le maire de Sarnia, Mike Bradley, et le ministre Julien, du Québec — l'Équipe Canada au grand complet, quoi.
Pendant que les conservateurs se servent de ce dossier pour recueillir des fonds, nous préférons défendre les travailleurs du secteur pétrolier et gazier et la canalisation 5.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I can assure the House that we are looking at all our options. We will leave no stone unturned in defending Canada's energy security. We will work at the political level, at the diplomatic level and at the legal level. We are ready to intervene at precisely the right moment.
We are standing up for energy workers, we are standing up for energy consumers and we are standing up for energy security. People will not left be left out in the cold.
Monsieur le Président, je peux assurer à la Chambre que nous examinons toutes les options. Nous ne ménagerons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique du Canada. Nous travaillons sur tous les fronts: politique, diplomatique et juridique. Nous sommes prêts à intervenir au moment opportun.
Nous défendons les travailleurs du secteur de l'énergie, les consommateurs d'énergie, et la sécurité énergétique. Les gens ne seront pas laissés pour compte.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I can assure the House and the hon. member we are looking at all our options. We will leave no stone unturned in defending Canada's energy security. We are working at the political level, we are working at the diplomatic level, we are working at the legal level and we will be ready to intervene at precisely the right moment. We will stand up for energy workers and for energy consumers in the country. We are standing up for Canada's energy security. People will not be left out in the cold.
Monsieur le Président, je peux assurer à la Chambre et à la députée que nous examinons toutes les options. Nous ne ménagerons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique du Canada. Nous travaillons sur tous les fronts: politique, diplomatique et juridique. De plus, nous serons prêts à intervenir au moment opportun. Nous défendrons les travailleurs du secteur de l'énergie et les consommateurs d'énergie au Canada. Nous défendons la sécurité énergétique du Canada. Les gens ne seront pas laissés pour compte.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, last night in this House we held an emergency debate. It was a debate in which all parties participated. It was a debate in which we made our intentions and the purpose of the mission of this government on pipelines very clear.
TMX, when we look back, is something that we approved and we are building. More than 7,000 jobs were created. We approved Line 3 and another 7,000 jobs were created. These are pipelines that will take us into the future.
When we look at existing pipelines that are essential to our energy security nationally, we will leave no stone unturned in making sure we are there for Canadian workers, that we are there for—
Monsieur le Président, hier soir, la Chambre a tenu un débat d'urgence. Tous les partis y ont pris part. Pendant ce débat, nous avons exposé clairement les intentions et l'objectif de la mission du gouvernement au sujet des oléoducs.
Prenons du recul; nous avons approuvé le projet TMX et nous sommes à le construire. Plus de 7 000 emplois ont été créés. Nous avons approuvé la canalisation 3 et 7 000 autres emplois ont été créés. Ces oléoducs constituent des solutions d'avenir.
En ce qui concerne les oléoducs existants qui sont essentiels pour assurer la sécurité énergétique nationale, nous ne ménagerons aucun effort pour défendre les travailleurs canadiens et pour défendre...
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, last night in this House during the emergency debate, there was no daylight between the parties. Line 5 is a critical piece of energy infrastructure. It is vital to North American energy security. I will repeat what I said to the House last night. People will not be left out in the cold. The heating of Canadian homes, the flying of Canadian jets and the operation of Canadian refineries are non-negotiable.
Line 5 is not just vital to Canada, it is also vital to the United States and therefore it is vital to all of North America. That is the case we are making. Line 5 is essential to North American energy security.
Monsieur le Président, hier soir, à la Chambre, pendant le débat d'urgence, les partis s'entendaient parfaitement à ce sujet. La canalisation 5 constitue une pièce d'infrastructure énergétique cruciale. Elle est vitale pour la sécurité énergétique de l'Amérique du Nord. Je répète ce que j'ai dit à la Chambre hier soir. Personne ne sera abandonné à son sort. Qu'il s'agisse du chauffage dans les foyers canadiens, du carburant qui garde nos avions dans les airs ou de l'exploitation de nos raffineries, rien de cela n'est négociable.
Non seulement la canalisation 5 est vitale pour le Canada, mais elle l'est aussi pour les États-Unis. Donc, elle est vitale pour toute l'Amérique du Nord. C'est ce que nous faisons valoir. La canalisation 5 est essentielle à la sécurité énergétique nord-américaine.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I thank the hon. member for her advocacy for her constituents. I can assure this House we are looking at all our options. We will leave no stone unturned in defending Canada's energy security.
We are working at the political level, we are working at the diplomatic level, we are working at the legal level and we are ready to intervene at precisely the right moment. We are standing up for energy workers, for energy consumers and for Canada's energy security. People will not be left out in the cold.
Monsieur le Président, je remercie la députée de défendre les intérêts des gens de sa circonscription. Je peux donner l'assurance à la Chambre que nous examinons toutes les options s'offrant à nous. Nous ne ménagerons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique du Canada.
Notre travail se fait sur le plan politique, diplomatique et judiciaire. Nous sommes prêts à intervenir au moment opportun. Nous défendons les travailleurs du secteur de l'énergie, les consommateurs d'énergie et la sécurité énergétique du Canada. Les gens ne seront pas abandonnés à leur sort.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, as we have said, Line 5 is the most efficient way to deliver the products that Michigan needs to heat its homes, to fly its jets and to power its economy. We do not need more trucks on the road jamming up the 401 or jamming up our already congested border crossings, and those idling trucks would be releasing emissions in Governor Whitmer's backyard, in Michigan, while they wait to cross the border. Line 5 is safe. It has been for 65 years. It will continue to be so. It is safer and better for the environment than the alternatives, and that is the case we are making in defending Canada's energy security.
Monsieur le Président, comme nous l'avons dit, la canalisation 5 est le moyen le plus efficace de transporter les produits dont les gens du Michigan ont besoin pour se chauffer, pour que les avions puissent voler et pour que l'économie puisse tourner. Il ne serait pas du tout souhaitable que nos routes soient encombrées de camions sur la 401 ou aux passages transfrontaliers déjà congestionnés. Les moteurs des camions qui seraient obligés de faire la queue à la frontière produiraient des émissions au Michigan, chez la gouverneure Whitmer. La canalisation 5 ne présente pas de risque. Elle est utilisée depuis 65 ans et continuera de l'être. Elle est plus sûre et meilleure pour l'environnement que les solutions de rechange, et c'est l'argument que nous faisons valoir dans notre défense de la sécurité énergétique du Canada.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-07 12:20 [p.6907]
Mr. Speaker, I have the honour today to present a petition on behalf of a number of inmates of federal institutions, who are concerned about the fact that when a prisoner accuses medical staff of misconduct, it could have serious repercussions for the medical staff, and when the medical staff accuse prisoners of misconduct, there could be serious repercussions for the prisoner who is involved.
The petitioners are calling upon the Government of Canada to require the health care staff who interact with prisoners in federal custody to wear body cameras that record audio and video of interactions with prisoners, with the exception of medical examinations, which would be recorded in audio only, and for Correctional Service Canada to retain these recordings, so as to promote better accountability and professionalism in federal correctional facilities.
Monsieur le Président, j'ai aujourd'hui l'honneur de présenter une pétition au nom de détenus de pénitenciers fédéraux qui s'inquiètent du fait que lorsqu'un détenu accuse le personnel médical d'inconduite, cela pourrait avoir de graves répercussions sur le personnel, et que lorsque le personnel médical accuse un prisonnier d'inconduite, cela pourrait avoir de graves répercussions sur le prisonnier visé.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada d'exiger que les membres du personnel de la santé qui interagissent avec des détenus dans des établissements fédéraux portent une caméra portative faisant un enregistrement audio et vidéo des interactions. Seul un enregistrement audio serait fait dans le cas des examens médicaux. Service correctionnel Canada conserverait ces enregistrements afin de favoriser une meilleure reddition de comptes et un plus grand professionnalisme dans les pénitenciers fédéraux.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-06 10:59 [p.6765]
Mr. Speaker, during the budget speech, the Liberals announced a symbolic luxury tax with a small tax on the purchase of a yacht costing over $250,000 or a private plane costing more than $100,000, which might gain 1¢ on the dollar of the revenue that would come from a tax of 1% on the wealth of Canadians with over $20 million. They did not even include it in the budget implementation bill we are now debating.
I wonder if the member for Scarborough Centre can tell us what credibility the Liberal government could possibly have on any notion of tax fairness when we have seen billionaires increase their wealth by $78 billion during this pandemic alone.
Monsieur le Président, pendant le discours sur le budget, les libéraux ont annoncé un impôt sur la fortune tout à fait symbolique en proposant une mini taxe sur l’achat d’un yacht de plus de 250 000 $ ou d’un avion privé de plus de 100 000 $, ce qui va rapporter 1 % de ce qu’aurait rapporté une taxe de 1 % sur les fortunes de 20 millions de dollars et plus. Il n’en est même pas question dans le projet de loi dont nous discutons aujourd’hui.
La députée de Scarborough-Centre pense-t-elle que le gouvernement libéral a encore de la crédibilité en matière d’équité fiscale quand on voit que des milliardaires ont accru leur fortune de 78 milliards de dollars rien que pendant la pandémie?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-06 12:14 [p.6776]
Madam Speaker, one thing that has come to everyone's attention during the pandemic is the significant inequality that remains in Canada. We have seen a greater impact from the disease itself and from its economic impact on seniors, young people and working people on front lines and in factories. However, we are not seeing the Liberals respond to calls for greater fairness going forward, such as with a dental care plan to help seven million Canadians get access to oral health care they cannot afford, for a fraction of 1% of current health care costs. As well, they refuse to tax the super wealthy, even while billionaires in Canada have increased their wealth by $78 billion during this pandemic. The token luxury tax we have seen on airplanes and yachts is not even in the budget implementation act.
Why are the Liberals doing nothing to ensure that those who have done so well by Canada's economy are paying their fair share?
Madame la Présidente, il y a une chose qui a sauté aux yeux de tous au cours de la pandémie. Il s’agit de l’importante inégalité qui persiste au Canada. La pandémie en soi et ses répercussions économiques ont eu des répercussions plus importantes sur les aînés, les jeunes et les travailleurs de première ligne et ceux des usines. Toutefois, nous ne voyons pas les libéraux répondre aux demandes d’une plus grande équité à l’avenir, comme la mise en place d’un régime de soins dentaires pour aider 7 millions de Canadiens à avoir accès à des soins de santé buccodentaire qu’ils n’ont pas les moyens de se payer, et ce, pour une fraction de 1 % des coûts actuels des soins de santé. De plus, ils refusent d’imposer les super riches, même si la richesse des milliardaires du Canada a augmenté de 78 milliards de dollars pendant la pandémie actuelle. La taxe symbolique sur les avions et les yachts ne figure même pas dans le projet de loi d’exécution du budget.
Pourquoi les libéraux ne font-ils rien pour veiller à ce que ceux qui ont si bien profité de l’économie canadienne paient leur juste part?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-06 13:29 [p.6787]
Madam Speaker, this budget implementation act is winding down the wage subsidy program and reducing then eliminating the supports to individuals through the Canada recovery benefit, CRB, which is the successor to the CERB.
Does the member agree with the NDP that this move is premature and that there are plenty of small businesses across the country, including in the restaurant business and the tourism sector, that will need continued support to recover from the consequences and the economic consequences of this pandemic?
Madame la Présidente, cette loi d’exécution du budget met fin au programme de subvention salariale et réduit, avant de l’éliminer, l’aide qui était versée aux particuliers par l’entremise de la Prestation canadienne de la relance économique, la PCRE, qui a succédé à la PCU.
Le député est-il d’accord avec le NPD pour dire que cette mesure est prématurée et que beaucoup de petites entreprises à la grandeur du pays, y compris dans le secteur de la restauration et du tourisme, auront besoin d’un soutien continu pour se remettre des conséquences financières de cette pandémie?
View Gudie Hutchings Profile
Lib. (NL)
View Gudie Hutchings Profile
2021-05-06 14:07 [p.6793]
Mr. Speaker, it is something we have always known, but the past year has really brought it into the spotlight: Health care professionals in this country are incredible, strong and brave people who keep our families and communities safe.
Next week is National Nursing Week, a chance for us all to thank the amazing nurses in our towns who provide truly compassionate care. There is a good chance the first person we see if we have an issue is a nurse.
Just a few days ago, a second team of health care heroes from Newfoundland and Labrador voluntarily headed to Ontario to help its overstressed health care system fight back against the third wave of COVID-19. That team of seven people included two registered nurses from my riding of Long Range Mountains, Rory and Alice. I thank Rory and Alice and every nurse across the country, who help keep us all safe.
If anyone sees a nurse or knows a nurse, please thank them for the work they do. If people truly want to show their appreciation and help make a nurse's difficult job a little easier, they should put up their arms and get their COVID-19 vaccine when it is their turn to do so.
Monsieur le Président, c'est quelque chose que nous avons toujours su, mais c'est devenu une évidence au cours de la dernière année: les professionnels de la santé de notre pays sont des personnes incroyables, fortes et courageuses qui assurent la sécurité de nos familles et de nos collectivités.
La semaine prochaine, nous célébrerons la Semaine nationale des soins infirmiers, une occasion pour nous tous de remercier les formidables infirmières et infirmiers, de partout au pays, qui prodiguent des soins empreints de compassion. D'ailleurs, il y a de fortes chances que la première personne que nous consultons en cas de problème soit un membre du personnel infirmier.
Il y a quelques jours à peine, une deuxième équipe de héros du secteur de la santé de Terre-Neuve-et-Labrador s'est rendue volontairement en Ontario pour aider le système ontarien de soins de santé, qui est déjà surchargé, à lutter contre la troisième vague de COVID-19. Au sein de cette équipe de sept personnes figurent Rory et Alice, deux infirmiers autorisés de ma circonscription, Long Range Mountains. Je remercie Rory et Alice, ainsi que tous leurs collègues dans l'ensemble du pays, qui contribuent à notre sécurité à tous.
Remercions donc les membres du personnel infirmier que nous croisons ou que nous connaissons pour le travail qu'ils accomplissent. Il y a une façon bien concrète de leur montrer notre appréciation et de faciliter un peu leur tâche difficile: retrousser nos manches et aller nous faire vacciner contre la COVID-19 quand viendra notre tour.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, people will not be left out in the cold. The heating of Canadian homes or the flying of Canadian jets or the operation of Canadian refineries are non-negotiable.
Line 5 is not just vital to Canada, it is also vital to the United States. Therefore, it is vital to all of North America. Shutting it down would have profound consequences. There are 5,000 direct jobs in Sarnia, 23,000 indirect jobs in the region, thousands of jobs at refineries in Montreal and Lévis, but also in Ohio, Pennsylvania and Michigan, and that is the case we are making. Line 5 is essential for North American energy security.
Monsieur le Président, personne ne sera abandonné à son sort. Qu'il s'agisse du chauffage dans les foyers canadiens, du carburant qui garde nos avions dans les airs ou de l'exploitation de nos raffineries, rien de cela n'est négociable.
Non seulement la canalisation 5 est vitale pour le Canada, mais elle l'est aussi pour les États-Unis. Donc, elle est vitale pour toute l'Amérique du Nord. Sa fermeture aurait des conséquences catastrophiques. Quelque 5 000 emplois directs à Sarnia, 23 000 emplois directs dans la région, des milliers d'emplois dans les raffineries de Montréal et de Lévis, mais aussi en Ohio, en Pennsylvanie et au Michigan sont en jeu, et c'est ce que nous faisons valoir. La canalisation 5 est essentielle à la sécurité énergétique nord-américaine.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I am addressing this House from my home on the island of Newfoundland, which is the ancestral homeland of the Mi'kmaq and Beothuk peoples, and it is also one of Canada's three proud oil-producing provinces.
The importance of our oil and gas industry is not lost on me. The hard-working men and women who work in it are not lost on me. Every day I can see supply ships heading right out from the harbour here in St. John's, right through the narrows and out to the rigs over 300 kilometres from shore. Indeed, my province relies more on oil revenue than even Alberta or Saskatchewan.
I know that this debate is very important. It is about energy security; Canada's energy security, the United States' energy security and North America's energy security. That is precisely what Line 5 is and the Government of Canada takes this issue very seriously. I take this issue very seriously.
The opposition have claimed in the media and again in this House, and they will continue to say, that we have done nothing on this issue. That we sat on our hands, that we do not take this issue seriously, but that could not be further from the truth. It is misleading, it is irresponsible and it is politically self-serving. Leave it to the members of the official opposition to play partisan politics and seek to score some cheap political points on the backs of working Canadians, of Canadian oil and gas workers, and of Canadians who just want to heat their homes.
We cannot solve this issue with false bravado by beating our chests while simultaneously sticking our heads in the sand, like the members opposite so often do, by calling people who disagree with them brain-dead. That bombastic approach does a great disservice for our oil and gas workers and it does nothing to advance their cause. We are better than that and we owe it to the workers in the industry to be better than that.
These workers built this country. We are the fourth-largest producer of oil and gas in the world. We have the third largest reserves. We do not get there without the people behind it. This is our number one export, one of our biggest industries.
Tonight's emergency debate allows us to focus on something very important, something we do not see enough in Canadian politics. I am talking about the “Team Canada” spirit that unites the political parties, government and the private sector, in support of a critical piece of North American energy infrastructure, specifically a relatively small section of Enbridge Line 5. This section extends 7.2 kilometres across the Straits of Mackinac, a waterway between Lake Huron and Lake Michigan.
I will say to this House what I have said to members of the committee: Shutting down Line 5 would have profound consequences for Canada and the United States. It is a critical energy and economic link. The heating of Canadian homes, the flying of Canadian jets, the operation of Canadian refineries in Sarnia, in Montreal, in Lévis, are non-negotiable. The jobs of those workers are non-negotiable: the 5,000 direct jobs and the 23,000 indirect jobs in the Sarnia region and the thousands of jobs in Quebec.
We have been clear from the start. We would leave no stone unturned in defending Canada's energy security. We have been looking at all of our options. We are working at the political level. We are working at the diplomatic level. We are working at the legal level. It is a full-court press.
We raised Line 5 directly with the President of the United States and members of his cabinet during the virtual Canada-U.S. summit in February. The Prime Minister also raised the critical importance of North American energy security in conversation with Vice President Harris.
I raised the issue with U.S. Energy Secretary Jennifer Granholm in our very first call. I was frank and unequivocal in expressing how significant this issue was for Canada. The Minister of Transport raised Line 5 with his counterpart, Transport Secretary Buttigieg, whose department oversees the Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration, the U.S. federal regulator for pipelines, which has consistently stated that Line 5 is safe. The Minister of Foreign Affairs raised this issue with his counterpart, Secretary of State Blinken. Ambassador Hillman has been making the case directly to Governor Whitmer. Meanwhile, in Detroit and in Lansing, Consul General Joe Comartin has been making the case to state lawmakers and members of the Whitmer administration.
Let me take this opportunity to thank Governor Whitmer, Consul General Joe Comartin in Detroit, the team at the Canadian embassy in Washington and all of our diplomats who have been engaging on this issue in Washington, Detroit and Lansing who defend Canada's interests there every day.
I have been speaking continually with Enbridge, as has my office. We are doing what we can to support them. I have also been speaking with labour, with the Canada's Building Trades Unions, the International Union of Operating Engineers and the Canadian Labour Congress. Every day, we are working hard on this issue.
I have spoken with the member for Sarnia—Lambton, with Sarnia Mayor Mike Bradley, given the criticality of this issue for the Sarnia region. Just before this debate tonight, I spoke with my counterparts in Quebec, Saskatchewan and Alberta, Ministers Julien, Eyre and Savage, as well as Alberta's special representative in D.C., a former member of this House, James Rajotte. I will be speaking with Ontario Minister Rickford soon as well.
We have been in constant communication on this issue since the fall. We have set up an officials-level working group to make sure we stay aligned and that we work together. It has been, and it will continue to be, a team Canada approach. Line 5 does not just affect one province, it supports this entire country. In the face of external challenges to our energy security, Canadians expect, rightfully, that their governments, federal and provincial, politicians of all stripes, act as one, to be united, and united we are.
MPs and senators in the Canada-United States Inter-Parliamentary Group held 23 virtual meetings with U.S. congressional lawmakers during a blitz of advocacy in March, raising Line 5 in every one of those meetings.
Look no further than to the special committee on the economic relationship between Canada and the United States that this House unanimously voted to create. I appeared before the committee, as did some of my colleagues. I would like to take a moment to thank the members of that committee for their efforts. I suspect we will be hearing more from them tonight.
There was no daylight between parties on the issue. The committee unanimously agreed that Line 5 is a significant aspect of Canada's economic relationship with the United States. The committee unanimously agreed, as their first recommendation, that the government should encourage Enbridge and the State of Michigan to resolve the dispute through a mediated settlement.
We know full well the economic impacts that a shutdown would have in this country. I have already mentioned the jobs, but it bears repeating. It is 5,000 direct jobs in Sarnia, 23,000 indirect jobs in the region, thousands more in Montreal and Lévis, 53% of Ontario's crude oil supply, four refineries depend on Line 5, all of the jet fuel for Pearson International Airport, 66% of Quebec's crude oil supply via Line 9, Suncor's refinery in Montreal and Valero's refinery in Lévis.
The United States depends on Line 5 as much as we do. No two other countries in the world have their energy sectors as closely intertwined as we do, 70 pipelines, nearly three dozen transmission lines, right across the border. A shutdown would have negative impacts on Michigan and the Great Lakes Region, to put it mildly. Sixty-five percent of the propane needs of Michigan's upper peninsula come from Line 5; 55% of state-wide propane needs come from Line 5. Michiganders heat their homes with the product that it delivers. In fact, when we saw extreme cold weather events wreak havoc on power grids in Texas, Michigan was protected from the same circumstances because of Line 5.
There are thousands of jobs at refineries in Ohio, Pennsylvania and Michigan that are at risk should Line 5 shut down. It supplies Marathon's refinery in Detroit. It supplies PBF Energy and bp-Husky refinery in Toledo, Ohio, refineries that have said they have very limited alternatives and would need to close down. Thousands of direct and contracted skilled trades jobs are at risk, and a loss of $5.4 billion in annual economic output. Line 5 powers Detroit's auto industry. It flies jets from Detroit Metro Airport.
Its impact cannot be overstated. It would cause a combined shortage of 14.7 million gallons a day in the region. Michigan, alone, would face a 756,000-gallon a day propane shortage.
We are hopeful that the court-ordered mediation process unfolding between Enbridge and the State of Michigan will yield a local solution. To the opponents of Line 5, I ask, “What is the alternative?”
The reality is that those energy molecules will still get to market, people will not be left out in the cold. As I have said, that is non-negotiable. The demand for the 540,000 barrels a day of oil that Line 5 transports will not go away.
We can either use a pipeline that is demonstrably safe, is efficient, is economical and, as a piece of critical infrastructure, is itself low-emitting, or be forced to put oil on trains, on trucks and on marine transport. It would take 800 rail cars and 2,000 trucks a day just in Canada. In the United States, the number of extra trucks needed could be up to 15,000 a day. That is unquestionably less safe and would increase emissions.
We do not need more trucks on the road jamming up the 401 and 403 in the GTA or the 40 in Montreal, or jamming up our already congested border crossings. Those idling trucks would be releasing their emissions in Governor Whitmer's back yard, in Michigan, while they waited to cross the border.
Let me be crystal clear. The protection of the environment of the Great Lakes is of vital importance. I do not think anybody in the House disagrees with that. The reality of the situation is that Line 5 is safe. It has been safe for 65 years, operating in the Straits of Mackinac without incident.
Enbridge is committed to making a safe line even safer. It has proposed the Great Lakes tunnel project, which would take the pipeline off the lake-bed floor and house it in a cement tunnel underneath the lake-bed, protecting it from anchor strikes and protecting the Great Lakes.
This is exactly what Michigan was looking for, and Michigan continues to issue permits to allow the project to proceed. As I said, we are looking at all our options. We are ready to intervene at precisely the right moment.
The 1977 Transit Pipeline Treaty remains in effect and we have other legal tools we can avail ourselves of should the situation require it, but let me reiterate we are encouraged by the mediation process that is unfolding and we encourage Enbridge and the State of Michigan to reach a local solution that maintains the integrity of North American energy security.
We are taking the same approach members of the Special Committee on the Economic Relationship Between Canada and the United States have asked us to, and the same approach Alberta, Saskatchewan, Quebec and Ontario have urged us to. It is an approach that says diplomacy first. It is an approach that says team Canada, with collaboration at the forefront with provincial governments and stakeholders.
Make no mistake about it, this is an irritant in the Canada-U.S. relationship, just as President Biden's decision on Keystone XL was deeply disappointing and hurt our workers, and just as the countervailing and anti-dumping duties on softwood lumber are unfair, unjustified, unwarranted and hurt our forestry workers. However, we cannot lose sight of the great opportunities and possibilities of the Canada-U.S. relationship.
There are opportunities to make this relationship even stronger, and it is a relationship that is bigger than one project or one piece of energy infrastructure. This new administration is more aligned with the goals of the Government of Canada than ever before, and not just with our goals. It is more aligned now with the goals of the governments of Alberta and Saskatchewan than ever before. It is aligned on leaving no worker behind and putting workers at the forefront of building a low-emissions energy future. It is aligned on tackling the greatest challenge of our generation, which is the reality of climate change. It is aligned on securing North American energy security through the protection of critical energy infrastructure and resilient supply chains free of geopolitics.
The U.S. wants to work with us on critical minerals because we have 13 of the 35 minerals it deems essential, and we want to ensure resilient supply chains that prevent Chinese dominance. It wants to work closely with us on CCUS, speaking with a unified voice and seeing it as an opportunity to have oil and gas workers lead decarbonization efforts.
The Prime Minister and President Biden agreed in their February summit to work together to build our economies back better as we confront the climate crisis. North American energy security is a big part of this, and this was spelled out in their joint “Roadmap for a Renewed U.S.-Canada Partnership”. This formal document recognized the important economic and energy security benefits of the bilateral energy relationship and its highly integrated infrastructure.
The “Roadmap for a Renewed U.S.-Canada Partnership” presents us with a plan to protect our highly integrated energy infrastructure, such as Line 5, to maintain the security and resilience of supply chains like that of Canadian crude heading south.
It is a plan to renew and strengthen existing bilateral agreements on critical minerals, advance nature-based climate solutions, harmonize standards and regulations to increase competitiveness and provide an even playing field for our companies.
It is about people. It is about workers and ensuring that no worker is left behind, making sure that energy-producing regions or provinces such as mine are not left behind. We need the ingenuity, the determination and the hard work of our energy workers in our energy-producing provinces to build up our low-emissions energy future.
Let me conclude with where I began. This is an issue that impacts all of Canada. This government takes the issue of Line 5 and Canada's energy security very seriously. We have put forward a team Canada approach, working with the provinces, with Enbridge, with the unions and with the House. We are leaving no stone unturned in defending Canada's energy security and the workers who built this country.
Monsieur le Président, je prends la parole à la Chambre à partir de chez moi, sur l'île de Terre-Neuve, qui est le territoire ancestral des Micmacs et des Béothuks, ainsi que l'une des trois fières provinces canadiennes productrices de pétrole.
L'importance de l'industrie des hydrocarbures ne m'échappe pas. Les vaillants travailleurs de cette industrie ne m'échappent pas non plus. Chaque jour, je peux voir des navires de soutien sortir du port de St. John's, passer par le détroit et naviguer vers les plateformes situées à plus de 300 kilomètres de la côte. Ma province dépend effectivement plus des recettes du pétrole que l'Alberta ou la Saskatchewan.
Je sais que le présent débat est très important. Il est question de sécurité énergétique, de la sécurité énergétique du Canada, des États-Unis et de l'Amérique du Nord. C'est précisément la raison d'être de la canalisation 5, et le gouvernement du Canada prend cette question très au sérieux. Je prends moi aussi cette question très au sérieux.
L'opposition a affirmé dans les médias et de nouveau à la Chambre — et elle continuera à le répéter — que nous n'avons rien fait dans ce dossier, que nous nous sommes croisé les bras, que nous ne prenons pas cette question au sérieux. Or, rien ne saurait être plus loin de la vérité. Ce sont des déclarations trompeuses, irresponsables et politiquement motivées. Laissons aux députés de l'opposition officielle le soin de faire de la politique partisane et de chercher à marquer des points politiques faciles sur le dos des travailleurs canadiens, notamment du secteur pétrolier et gazier, et des Canadiens qui veulent simplement chauffer leur maison.
Nous ne pouvons pas résoudre ce problème par une fausse bravade, en bombant le torse tout en faisant l'autruche, comme le font si souvent les députés d'en face, lorsqu'ils traitent de décérébrés ceux qui ne sont pas d'accord avec eux. Cette approche grandiloquente rend un bien mauvais service aux travailleurs du secteur pétrolier et gazier et ne contribue en rien à faire avancer leur cause. Nous valons mieux que cela et nous devons aux travailleurs de l'industrie de faire mieux.
Ces travailleurs ont bâti ce pays. Le Canada est le quatrième producteur d'hydrocarbures au monde. Ses réserves sont les troisièmes en importance. Nous ne pouvons pas obtenir de tels résultats sans les gens qui y contribuent. C'est notre principale exportation, l'une de nos plus grandes industries.
Le débat d'urgence de ce soir nous permet de mettre l'accent sur quelque chose de très important. C'est quelque chose que l'on ne voit pas assez dans la politique canadienne. Je parle de l'esprit « Équipe Canada » qui unit les partis politiques, le gouvernement et le secteur privé, à l'appui d'un élément essentiel à l'infrastructure énergétique nord-américaine, plus précisément à une portion relativement courte de la canalisation 5 d'Enbridge. Cette portion, qui s'étend sur 7,2 kilomètres le long du lac dans le détroit de Mackinac. Il s'agit d'une voie navigable entre le lac Huron et le lac Michigan.
Je répète ce soir ce que j'ai dit au comité: la fermeture de la canalisation 5 aurait de graves conséquences pour le Canada et pour les États-Unis. Il s'agit d'un lien économique et énergétique de premier plan. Le pétrole qu'il achemine sert à chauffer nos chaumières, à faire voler nos avions et à faire tourner les raffineries de Sarnia, de Montréal et de Lévis, toutes des choses qui sont non négociables. Les emplois qui y sont associés ne le sont pas non plus, car on parle ici de 5 000 emplois directs et de 23 000, indirects, seulement dans la région de Sarnia, et de plusieurs milliers d'autres au Québec.
Nous avons fait connaître notre position dès le départ: nous ne ménagerons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique des Canadiens. Toutes les options sont sur la table. Nous poursuivons autant la voie politique, que diplomatique ou juridique. Nous avons sorti l'artillerie lourde, quoi.
Nous avons abordé le dossier de la canalisation 5 directement avec le président des États-Unis et les membres de son cabinet lors du sommet canado-américain qui s'est tenu en mode virtuel, en février dernier. Le premier ministre a aussi évoqué l'importance de la sécurité énergétique sur le territoire nord-américain dans ses conversations avec la vice-présidente Harris.
Moi-même, j'ai abordé la question avec la secrétaire à l'Énergie des États-Unis, Jennifer Granholm, lors de notre toute première conversation téléphonique. J'ai été franc avec elle et je lui ai expliqué sans détour à quel point ce dossier est important pour le Canada. Le ministre des Transports a parlé de la canalisation 5 à son homologue, le secrétaire aux Transports Buttigieg, dont relève l'organisme fédéral américain qui régit les pipelines, la Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration. Or, cet organisme a toujours affirmé que la canalisation 5 ne présente aucun danger. Le ministre des Affaires étrangères a évoqué ce dossier avec son homologue, le secrétaire d'État Blinken. L'ambassadrice Hillman a abordé la question de front avec la gouverneure Whitmer. Pendant ce temps, à Detroit et à Lansing, le consul général Joe Comartin a multiplié les contacts avec les législateurs du Michigan et les membres du gouvernement Whitmer.
J'en profite d'ailleurs pour remercier la gouverneure Whitmer, le consul général à Detroit, Joe Comartin, l'équipe de l'ambassade du Canada à Washington et tous les diplomates canadiens qui ont soulevé la question, que ce soit à Washington, à Detroit ou à Lansing, et qui saisissent toutes les occasions de défendre les intérêts du Canada.
J'ai été en communication continue avec Enbridge, tout comme mon bureau. Nous faisons ce que nous pouvons pour soutenir cette société. J'ai également discuté avec des syndicats, soit les Syndicats des métiers de la construction du Canada, l'Union internationale des opérateurs de machines lourdes et le Congrès du travail du Canada. Chaque jour, nous travaillons fort sur le dossier.
Étant donné le caractère critique de la question pour la région de Sarnia, j'ai parlé avec la députée de Sarnia—Lambton et le maire de Sarnia, Mike Bradley. Juste avant le débat de ce soir, j'ai parlé avec mes homologues du Québec, de la Saskatchewan et de l'Alberta, les ministres Julien, Eyre et Savage, ainsi qu'avec le représentant spécial de l'Alberta à Washington, un ancien député de la Chambre, James Rajotte. Je vais aussi m'entretenir bientôt avec le ministre Rickford de l'Ontario.
Nous sommes en communication continue concernant le dossier depuis l'automne dernier. Nous avons mis sur pied un groupe de travail composé de fonctionnaires pour travailler ensemble sur un objectif commun. Nous avons une approche Équipe Canada et nous allons continuer dans cette voie. La canalisation 5 ne concerne pas seulement une province, elle concerne tout le pays. Face aux difficultés externes qui menacent la sécurité énergétique nationale, les Canadiens s'attendent, à juste titre, à ce que les gouvernements, fédéral et provinciaux, ainsi que les politiciens de toutes allégeances, travaillent ensemble et qu'ils fassent front commun, et c'est ce que nous faisons.
Les députés et les sénateurs qui siègent au Groupe interparlementaire Canada-États-Unis ont organisé 23 rencontres virtuelles avec les législateurs du Congrès des États-Unis dans le cadre d'une campagne éclair de défense des intérêts, au mois de mars. La canalisation 5 a été soulevée dans chacune de ces rencontres.
Que l'on prenne aussi l'exemple du comité spécial proposé sur la relation économique entre le Canada et les États-Unis qui a été créé à la suite d'un vote dans cette enceinte. Moi-même ainsi que d'autres collègues avons témoigné devant ce comité. J'aimerais prendre le temps de remercier les membres de ce comité pour leur valeureux travail. Je ne serai pas surpris d'entendre certains membres du comité ce soir.
Toutes les parties se sont entendues sur la question. Le comité a décidé à l'unanimité que la canalisation 5 est un aspect considérable de la relation économique entre le Canada et les États-Unis. Les membres du comité ont décidé à l'unanimité que la première recommandation est d'encourager Enbridge et l'État du Michigan à résoudre le conflit au moyen d'une entente à l'aide d'un médiateur.
Nous savons pertinemment quel sera l'impact pour l'économie canadienne si la canalisation 5 était fermée. J'ai déjà parlé des emplois, mais cela vaut la peine de le répéter. On parle de 5 000 emplois directs à Sarnia, de 23 000 emplois indirects dans la région, et de milliers d'autres emplois à Montréal et à Lévis. La canalisation 5 fournit 53 % du pétrole brut de l'Ontario, et quatre raffineries en dépendent, de même que tout le carburéacteur pour l'aéroport international Pearson, 66 % du pétrole brut pour le Québec via la canalisation 9, et les raffineries Suncor à Montréal et Valero à Lévis.
Les États-Unis dépendent de la canalisation 5 autant que nous. Il n'y a pas deux pays au monde dont les secteurs énergétiques sont aussi étroitement liés que les nôtres. En effet, 70 pipelines et près de trois douzaines de lignes de transmission traversent notre frontière. Une fermeture aurait des effets négatifs sur la région du Michigan et des Grands Lacs, c'est le moins qu'on puisse dire. La canalisation 5 répond à 65 % des besoins en propane de la péninsule supérieure du Michigan et à 55 % des besoins en propane de tout l'État. Les gens du Michigan chauffent leur maison avec les produits qu'elle transporte. En fait, lorsque les réseaux électriques du Texas ont été ravagés par les périodes de grand froid, le Michigan a évité le même sort grâce à la canalisation 5.
La fermeture de la canalisation mettrait en péril des milliers d'emplois dans les raffineries de l'Ohio, de la Pennsylvanie et du Michigan. Elle alimente la raffinerie Marathon de Detroit. Elle approvisionne les raffineries de PBF Energy et bp-Husky à Toledo, en Ohio, des raffineries qui disent avoir très peu d'options et qu'elles seraient obligées de fermer. Des milliers d'emplois directs et de sous-traitants dans les métiers spécialisés sont menacés et on prévoit une perte annuelle de production économique se chiffrant à 5,4 milliards de dollars. La canalisation 5 alimente l'industrie automobile de Detroit et fait voler les aéronefs de l'aéroport du Grand Detroit.
On ne saurait surestimer son impact. Elle causerait un manque combiné de 14,7 millions de gallons par jour dans la région. Au Michigan seulement, on ferait face à un manque de 756 000 gallons de propane par jour.
Nous avons bon espoir que le processus de médiation ordonné par le tribunal, processus auquel participent actuellement Enbridge et l'État du Michigan, mène à une solution locale. Quant aux opposants de la canalisation 5, je leur demanderais ceci: « Quelle est la solution de rechange? »
En réalité, ces molécules d'énergie continueront de se rendre jusqu'aux marchés. Les gens ne seront pas laissés pour compte. Comme je l'ai dit, c'est non négociable. Les 540 000 barils de pétrole que la canalisation 5 achemine chaque jour répondent à une demande, et cette demande ne disparaîtra pas.
Nous pouvons soit utiliser un pipeline que nous savons être une infrastructure essentielle, sécuritaire, efficace et économique, soit être forcés de transporter le pétrole par train, par camion ou par bateau. Il faudrait 800 wagons et 2 000 camions par jour seulement au Canada. Aux États-Unis, jusqu'à 15 000 camions supplémentaires pourraient être requis chaque jour. Ce serait décidément un mode de transport moins sécuritaire, qui augmenterait les émissions.
Nous ne voulons pas que d'autres camions viennent alourdir la circulation sur la 401 et la 403 dans le Grand Toronto ou sur l'autoroute 40 à Montréal, ou congestionner les postes frontaliers déjà débordés. En tournant au ralenti pendant leur attente au poste frontalier, ces camions produiraient des émissions de gaz à effet de serre qui iraient dans la cour de la gouverneure Whitmer, au Michigan.
Je tiens à être absolument clair. La protection de l'environnement des Grands Lacs est d'une importance cruciale. Aucun député ne dirait le contraire, je crois. Le fait est que la canalisation 5 est sécuritaire. Elle fonctionne de façon sécuritaire depuis 65 ans, sans le moindre incident dans le détroit de Mackinac.
Enbridge est déterminée à rendre une canalisation sûre encore plus sûre. Elle a proposé le projet de tunnel des Grands Lacs, qui permettrait d'enlever la canalisation qui repose sur le lit du lac pour l'encastrer dans un tunnel en béton enfoui au fond du lac. Ce projet protégerait la canalisation contre les coups d'ancres et protégerait les Grands Lacs.
C'est exactement le type de solution que le Michigan cherchait, et l'État continue à délivrer des permis pour permettre l'avancement du projet. Comme je l'ai dit, nous examinons toutes nos options. Nous sommes prêts à intervenir au moment opportun.
Le Traité sur les pipe-lines de transit de 1977 est toujours en vigueur, et nous pouvons avoir recours à d'autres outils juridiques si la situation l'exige. J'insiste toutefois sur le fait que nous sommes encouragés par le processus de médiation qui a cours. Nous incitons Enbridge et l'État du Michigan à arriver à une solution locale qui maintiendra l'intégrité de la sécurité énergétique de l'Amérique du Nord.
Nous adoptons l'approche que le Comité spécial sur la relation économique entre le Canada et les États-Unis nous a demandé de suivre. L'Alberta, la Saskatchewan, le Québec et l'Ontario nous ont exhortés à adopter cette même approche. Il s'agit de d'abord faire appel à la diplomatie. C'est une approche Équipe Canada, qui place la collaboration avec les gouvernements provinciaux et les intervenants à l'avant-plan.
Il ne faut pas s'y méprendre, c'est un point de friction dans la relation entre le Canada et les États-Unis, tout comme la décision du président Biden à l'égard du projet de pipeline Keystone XL, qui est extrêmement décevante et nuisible aux travailleurs canadiens, ainsi que les droits compensateurs et les droits antidumping injustes et injustifiés à l'égard du bois d'œuvre, qui nuisent à travailleurs forestiers canadiens. Cependant, nous ne devons pas perdre de vue les possibilités exceptionnelles que nous offre la relation entre le Canada et les États-Unis.
Nous avons des occasions de renforcer davantage cette relation qui va bien au-delà d'un seul projet ou d'un élément d'infrastructure énergétique. Les objectifs de cette nouvelle administration sont plus que jamais compatibles avec ceux du gouvernement du Canada, mais aussi avec ceux des gouvernements de l'Alberta et de la Saskatchewan. Nous avons en commun de ne pas vouloir abandonner les travailleurs et de vouloir les placer au cœur des efforts pour créer un avenir axé sur les énergies à faibles émissions. Nous avons en commun de vouloir relever le plus grand défi de notre génération, c'est-à-dire la lutte contre les changements climatiques. Nous avons en commun de vouloir assurer la sécurité énergétique de l'Amérique du Nord en protégeant les infrastructures énergétiques essentielles et d'établir des chaînes d'approvisionnement résilientes qui ne soient pas soumises aux aléas de la géopolitique.
Les États-Unis veulent collaborer avec nous dans le domaine des minéraux critiques parce que nous avons 13 des 35 minéraux qu'ils jugent essentiels, et nous voulons assurer la résilience des chaînes d'approvisionnement pour empêcher la domination chinoise. Ils souhaitent collaborer étroitement avec nous en ce qui concerne le captage, l'utilisation et le stockage de carbone et parler d'une seule voix sur cette question. Ils voient cela comme l'occasion pour les travailleurs du secteur pétrolier et gazier de diriger les efforts de décarbonisation.
Lors de leur sommet en février, le premier ministre et le président Biden ont convenu de travailler ensemble pour rebâtir en mieux nos économies tandis que nous luttons contre la crise climatique. La sécurité énergétique de l'Amérique du Nord joue un rôle déterminant à cet égard, ce qui a été expliqué bien clairement dans la Feuille de route pour un partenariat renouvelé États-Unis–Canada. Ce document officiel reconnaît les avantages considérables que revêtent pour l'économie et la sécurité énergétique ces relations énergétiques bilatérales et notre infrastructure hautement intégrée.
La Feuille de route pour un partenariat renouvelé États-Unis–Canada présente un plan pour protéger notre infrastructure énergétique hautement intégrée, y compris la canalisation 5, afin de préserver la sécurité et la résilience des chaînes d'approvisionnement, comme celle du pétrole brut canadien destiné aux États-Unis.
C'est un plan pour renouveler et renforcer les accords bilatéraux existants sur les minéraux critiques, promouvoir les solutions climatiques naturelles, harmoniser les normes et les règlements afin d'accroître la compétitivité et avoir des règles du jeu équitables pour nos entreprises.
C'est un plan qui porte sur les gens. Il porte sur les travailleurs. Il vise à faire en sorte qu'aucun d'eux ne soit laissé pour compte, en veillant à ce que les régions productrices d'énergie ou les provinces comme la mienne ne soient pas laissées pour compte. Nous avons besoin de l'ingéniosité, de la détermination et du travail acharné de nos travailleurs de l'énergie dans nos provinces productrices d'énergie pour nous bâtir un avenir basé sur des énergies à faibles émissions.
Permettez-moi de conclure là où j'ai commencé. C'est un enjeu qui a une incidence partout au Canada. Le gouvernement prend la question de la canalisation 5 et de la sécurité énergétique du Canada très au sérieux. Nous avons mis en place une approche Équipe Canada, en travaillant avec les provinces, avec Enbridge, avec les syndicats et avec la Chambre. Nous ne ménageons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique du Canada et les travailleurs qui ont bâti le pays.