Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 39963
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-21 11:14 [p.8818]
Madam Speaker, I am pleased to rise again to speak to Bill C‑206 today, as I did at second reading. Today, we have come full circle. I propose that we look at the bill by asking five basic questions, which we should ask more often in these cases: who, when, how, what and where. It is very simple.
I will start with who, in other words, those we are proposing this bill for. Unlike other political parties, we in the Bloc Québécois do not tend to give gifts to people who do not need it.
Farmers kept the agriculture sector going in a crisis, which is not easy. We know that farm owners had a very tough time on the labour front. This hurt food security, supply and, in some cases, animal health. Management of issues surrounding the arrival of foreign workers has been problematic, and, a few days ago, assistance from the government in support of quarantine was cut in half.
However, even before the crisis began, our farmers were already struggling. Climate change is causing even greater uncertainty around crops and harvests. Furthermore, it is getting harder and harder to find young farmers to take over, particularly because the price of land keeps going up year after year.
People who grew up on the land and worked with their parents will find it increasingly difficult to take over the farming operation. There are rare occasions when parents can afford to be generous and gift the farm to their children, instead of using the value of the farm business they have built up their entire lives to fund their retirement. In other cases, given the rising cost of land and quotas, it is hard to find young farmers to take over.
Why are we doing this, that is, why are we debating Bill C-206? We must remember that the bill would amend the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act, including section three, which lists the products that are not taxed, in particular those for farming purposes. Natural gas and propane were missing from the list of exempt products. Why does Bill C-206 seek to add them to section three?
A carbon tax discourages people from taking a certain action and encourages them to choose a behaviour over another. However, in order for that to happen, people must have options, and that is exactly the problem.
There was an example of this in my riding during the rail crisis. CN just stopped delivering propane for two weeks when farmers had to dry their crops, which was a critical time for them. The moisture level in crops was very high that year, and had farmers not been able to dry them, they would have rotted, which would have resulted in the loss of an entire year's income.
In this particular case, propane was the only option, since any alternatives are still in the pilot-project stage and are not a viable option for large-scale farming businesses. When I asked farmers, who were worried about not getting the propane they needed, they told me that there was no alternative to propane, but that they would like to have one.
The existing power grid would not even have the capacity to generate enough heat for drying grain. It is as though people expected to one day have electric hot air balloons—they are very popular back home—but this is not going to happen overnight. Technologies like biomass are still too new, and there is not enough incentive for us to expect quick changes in carbon pricing.
That brings me to my third point: When will it happen? This is the part I find unfortunate, because we are three days out from the end of the parliamentary session and the summer recess. This Parliament could end up being replaced with a new one, based on the election rumours we are hearing.
It is really unfortunate that we are debating a bill this important and necessary at the eleventh hour, knowing that it could end up dying on the Order Paper, just like Bill C‑216, the bill on supply management introduced by my colleague from Berthier—Maskinongé, or the bill on farm succession planning, which the Senate just started studying.
On this third point, I want to say how disappointed we are with the government's management of the legislative calendar, because we are currently debating a great bill that, unfortunately, may never see the light of day.
How is Bill C‑206 being dealt with?
This part is a bit nicer. As I was preparing for my speech on my drive in to work this morning from my riding of Saint-Jean, I listened again to what happened and what my other colleagues said, particularly those who are members of the Standing Committee on Agriculture and Agri-Food. I was very happy to hear how well people are working together on this committee. There is no excessive partisanship since everyone is serving the same cause, that of farmers and those who feed us. It is in that spirit of co-operation that a key amendment was proposed to improve Bill C‑206. This amendment is really worthwhile, because it addresses the concern that some might have about the fact that there is a gap in the bill, the ultimate purpose of which is to try to reduce greenhouse gas emissions.
The amendment sets an end date for the exemption for natural gas and propane. In other words, natural gas and propane will be exempt from taxation for 10 years in the hope that, a decade from now, there will be new technology that will enable us to stop using natural gas and propane. That is our hope, anyway, but the government needs to get cracking because farmers do not want to be passive witnesses to these changes. They want to be part of it, but they need help. Contrary to what some people think, farmers do not wake up in the morning thinking about how great it is that they can go out and pollute. They just want help finding alternatives that are commercially viable, because they operate in a global market and cannot pass costs on to their customers. They would no longer be able to compete internationally, so we have to give our farmers that support.
The final point is, where is that supposed to happen? People might think that it is obvious it should be done in the House of Commons and Parliament, because that is where bills are passed and amendments made. That seems obvious, but nowadays, very few things that should be obvious are.
I would like to take this opportunity to thank everyone who contributed to the parliamentary spirit that has characterized Parliament during the pandemic. I would like to take a few moments to pay tribute to the interpreters, the support staff and the tech support who made it possible for us to function relatively normally, despite COVID‑19.
I also want to express my hope that, despite everything, we will get back to normal quickly, so that we can have accountability, so that there is someone in the House who answers questions, and so that reporters can do their job and ask parliamentarians questions as they leave the House. I also hope that we can go back to normal sooner rather than later so we can get parliamentarians working co-operatively, apart from the occasional stormy question period.
When we parliamentarians are working together face to face, we are able to move files along more efficiently, understand one another better, and remember for whom, why, how, where and when we create bills. It is fundamental to remember that, and that is what we are reminded of when we sit in the House in person.
With that in mind, I want to acknowledge the work of the House, but I also want to take a moment to remember the farmers. I wish Bill C‑206 could have gone forward. I cannot help but think of all the people I have known since I was a little girl growing up in the country. As members can imagine, it has been quite a while since I was “little”.
My thoughts are with our farmers, in the hope that, if not this time, Bill C‑206 can come back sooner rather than later and eventually be passed by the House and the Senate.
Madame la Présidente, je suis contente de reprendre la parole sur le projet de loi C‑206 aujourd'hui puisque je l'avais fait en deuxième lecture. Aujourd'hui, on vient boucler la boucle. Je propose de le faire en analysant le projet de loi sous cinq questions de base qu'on devrait se poser plus souvent en pareil cas: qui, quand, comment, quoi et où. C'est tout simple.
Je vais commencer par qui, c'est-à-dire pour qui propose-t-on le projet de loi C‑206? Contrairement à certaines autres formations politiques, nous, le Bloc québécois, n'avons pas tendance à donner des cadeaux à des gens qui n'en ont pas besoin.
Les agriculteurs ont tenu à bout de bras toute l'agriculture dans un contexte de crise, ce qui n'est pas évident à faire. On sait que les entrepreneurs agricoles ont eu beaucoup de difficultés sur le plan de la main-d'œuvre. Cela a mis à mal la sécurité alimentaire, l'approvisionnement et, dans certains cas, la santé animale. Toute la gestion de l'arrivée des travailleurs étrangers a été problématique et, depuis quelques jours, l'aide du gouvernement en soutien à la quarantaine a été coupée de moitié.
Cependant, même en dehors de la crise, nos agriculteurs vivent des temps difficiles. Les changements climatiques font qu'il y a plus d'aléas sur le plan des récoltes et de la culture. Par ailleurs, il est de plus en plus difficile de trouver de la relève agricole, notamment parce que les prix des terres augmentent d'année en année.
Quelqu'un qui a grandi sur une terre et qui a travaillé avec ses parents aura donc de plus en plus de difficulté à faire l'acquisition de l'entreprise agricole. Il arrive exceptionnellement que les parents aient les reins assez solides pour se montrer généreux et faire un cadeau à leurs enfants en n'utilisant pas la valeur de l'entreprise agricole qu'ils ont bâtie toute leur vie comme équivalent de fonds de retraite. Dans les autres cas, étant donné le coût croissant des terres et des quotas, la relève est difficile à trouver.
Pour quoi le fait-on, c'est-à-dire pour quoi débat-on du projet de loi C‑206? Il faut rappeler qu'à la base, le projet de loi vise à modifier la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, dont l'article 3 indique les produits qui sont exemptés de taxes, notamment pour des fins agricoles. Parmi les produits exemptés manquaient deux choses: le gaz naturel et le propane. Pourquoi le projet de loi C‑206 vise-t-il à les ajouter à l'article 3?
Une taxe carbone sert à décourager les gens de poser un geste et à encourager un comportement plutôt qu'un autre. Pour que cela se fasse, par contre, il faut des solutions de rechange et c'est exactement là où le bât blesse.
Je l'ai vu dans ma circonscription au moment de la crise ferroviaire alors que le CN a carrément interrompu les livraisons de propane pendant deux semaines à un moment critique pour les agriculteurs, alors qu'ils devaient sécher leurs récoltes. Le taux d'humidité dans les récoltes avait été très élevé cette année-là, et, si les produits n'avaient pas pu être séchés, ils auraient moisi, ce qui aurait signifié la perte d'une année complète de revenus.
Dans ce cas précis, il n'y avait pas d'autre solution que le propane, car les autres possibilités tiennent plus du projet pilote que d'une option commercialisable dans le cas des cultures à grande échelle de grosses entreprises. Quand j'ai posé la question aux agriculteurs, paniqués de ne pas être approvisionnés en propane, ils m'ont répondu qu'il n'existait pas de solution de rechange au propane, mais qui'ils auraient aimé en avoir.
La capacité du réseau électrique actuel ne permettrait même pas de générer assez de chaleur pour le séchage du grain. C'est comme si on espérait un jour voir des montgolfières électriques — je viens d'un milieu où les montgolfières sont très populaires —, mais ce n'est pas demain la veille que cela va arriver. Pour leur part, les technologies comme la biomasse et autres sont encore trop embryonnaires et il manque d'incitatifs pour que l'on puisse espérer un changement rapide dans la tarification carbone.
J'en arrive à mon troisième point, quand le fait-on? C'est la partie que je trouve un peu dommage parce qu'on est à trois jours de la fin d'une session parlementaire avant l'ajournement estival. La législature actuelle risque de se terminer pour être remplacée par une nouvelle après l'élection que les rumeurs nous annoncent.
Je trouve donc dommage que l'on discute d'un projet de loi aussi important et crucial à minuit moins une, sachant qu'il risque de mourir au Feuilleton, tout comme le projet de loi C‑216 sur la gestion de l'offre, porté par mon collègue de Berthier—Maskinongé, ou encore le projet de loi sur la relève agricole dont le Sénat vient d'entreprendre l'étude.
Je me permets, dans ce troisième point, de soulever une espèce de déception quant à la gestion du calendrier législatif faite par le gouvernement, puisque nous sommes en train de débattre d'un beau projet de loi qui, malheureusement, risque de ne pas voir le jour.
Comment fait‑on ce projet de loi C‑206?
C'est la partie un peu plus sympathique pour me préparer à mon discours aujourd'hui. Lors de mon trajet en voiture ce matin depuis ma circonscription, Saint‑Jean, j'ai réécouté ce qui s'est passé et ce que mes autres collègues ont dit, notamment ceux qui siègent au Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire. J'étais charmée d'entendre à quel point les gens travaillent en collégialité à ce comité. Il n'y a pas de partisanerie à outrance, puisque tout le monde sert la même cause, à savoir celle des agriculteurs et de ceux qui nous nourrissent. C'est dans cette collégialité qu'un amendement principal e été proposé pour améliorer le projet de loi C‑206. Cet amendement est très intéressant parce qu'il vient colmater la petite inquiétude que certains pourraient avoir sur le fait qu'il s'agit d'une brèche dans un projet de loi qui, ultimement, tend à essayer de faire diminuer la production de gaz à effet de serre.
L'amendement est une clause de prise de fin à l'ajout du gaz naturel et du propane dans les produits exemptés. On se donne donc un horizon de 10 ans pour exclure de taxation le gaz naturel et le propane en espérant que, d'ici 10 ans, d'autres technologies auront permis qu'on sorte carrément de l'utilisation du gaz naturel et du propane. C'est ce qu'on peut espérer, mais encore faut‑il que le gouvernement mette aussi la main à la pâte, car les agriculteurs ne souhaitent pas être des témoins passifs de ces changements. Ils veulent participer, mais il faut qu'on les aide. Les agriculteurs, contrairement à ce que certains pensent, ne se lèvent pas le matin en étant heureux d'aller polluer. Ils souhaitent simplement qu'on puisse les aider à trouver des solutions de rechange qui sont commercialement rentables puisqu'ils font partie d'un marché international et ne peuvent pas refiler les coûts supplémentaires à leurs clients. Ils ne seraient plus compétitifs à l'international. Il faut donc soutenir nos agriculteurs de cette façon.
Concernant le dernier point, où fait‑on cela? Tout le monde dira que cela tombe sous le sens et que cela doit se faire à la Chambre des communes et au Parlement, puisque c'est là qu'on vote des projets de loi, des modifications et des amendements. Cela semble évident, mais, dans le contexte actuel, il n'y a plus vraiment d'évidence qui tienne.
J'en profiterais pour remercier tous ceux qui ont participé à la possibilité d'avoir cette communauté d'esprit de parlementaires qui forment le Parlement comme on l'a connu en temps de pandémie. J'aimerais prendre quelques secondes pour souligner le travail des interprètes, du personnel de soutien et des gens à la technologie qui a permis qu'on puisse, malgré tout, fonctionner relativement normalement dans le contexte.
J'en profite aussi pour dire que j'espère, malgré tout, qu'on puisse rapidement revenir à la normale, pour qu'il y ait de la responsabilité, pour qu'il y ait quelqu'un à la Chambre qui réponde aux questions, et pour que les journalistes puissent faire leur travail en interrogeant les parlementaires à la sortie de la Chambre. Je souhaite aussi qu'on puisse avoir ce retour à la normale plus tôt que tard pour permettre la collégialité du travail entre parlementaires, en dehors des périodes de questions orales un peu plus houleuses qu'on connaît à l'occasion.
Le travail des parlementaires, lorsqu'il se fait face à face, permet de mieux faire avancer les dossiers, de mieux se comprendre et de se rappeler aussi pour qui, pour quoi, comment, où et quand on fait ses projets de loi. Se souvenir de cela est fondamental, et c'est ce que la présence des parlementaires à la Chambre permet.
Dans ce cas‑ci, je me permets de souligner le travail de la Chambre, mais j'ai aussi une petite pensée pour les agriculteurs. J'aurais aimé que ce projet de loi C‑206 puisse aller de l'avant. Je pense à tous les visages que je connais depuis que je suis toute petite pour avoir grandi en campagne. Depuis que je suis toute « petite », on s'entend qu'il y a de l'eau qui a coulé sous les ponts depuis.
J'ai une pensée pour nos agriculteurs, en espérant que, si ce n'est pas cette fois‑ci, ce ne sera que partie remise le plus rapidement possible, et que ce projet de loi C‑206 pourra revenir et, finalement, être adopté par la Chambre et par le Sénat.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-21 12:04 [p.8825]
Madam Speaker, thank you for giving me the opportunity to continue the speech I started on Friday.
Does Bill C-30, budget implementation act, 2021, no. 1, provide adequate guarantees to protect workers, to protect the unemployed, to protect sick workers and to treat seniors and their care workers with dignity? As I was saying, the answer is maybe or no.
I would like to use the five minutes I have remaining to talk about sick workers, who were counting on the government to take action after 50 years to extend special EI sickness benefits from 15 weeks to 50 weeks once and for all.
There is no reason for the government to pass up this opportunity, to ignore the testimony and to abandon 150,000 people who benefit every day from sickness benefits, which expire after 15 weeks.
The government decided to take a half step by increasing the benefits to 26 weeks starting in 2022. In the short term, sick workers will have no more than 15 weeks of benefits. We are making a heartfelt plea for the bill to be passed. We heard the evidence; the House of Commons adopted a motion; the bill sponsored by my colleague from Salaberry—Suroît was adopted by a majority; the Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities, of which I am the deputy chair, did a clause-by-clause study of the bill on June 17. All that is needed is one last push. We must act, and the government can do so by seeking royal assent. It must do so now.
Unemployed workers had very high expectations. I remind members that, in 2015, the Liberal government promised to overhaul the EI system, which leaves behind 60% of workers. They cannot access it because it discriminates against women, part-time workers, and workers are are ineligible and abandoned by the system.
It took the pandemic to force the government to implement temporary measures. Once again, all the budget offers is a single, 420-hour eligibility requirement for a period of one year. This is urgent. Where is the government? This is not enough. Once again, the government has everything it needs.
The Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities conducted a big study on modernizing employment insurance. The committee's report was tabled in the House last week. The government has everything it needs, it has the solutions and has access to all of the analyses on the flaws of the program. However, according to Bill C‑30, there will be another two years of consultations.
I read an article from Radio-Canada in which the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion was saying that the computer system was in need of updates, that modernization could not happen all at once and that we might actually have to wait another seven years. That is preposterous.
It is unbelievable that the government is going to negate all of the efforts that have been made for so long and invest in consultations. The time for consultation is over. We need to sit down at the drawing board and take action. All of the solutions are in place. We need to do this for women, youth and self-employed workers.
Some might think that the crisis is over because there is a glimmer of hope. However, some sectors of the industry are still heavily impacted and still do not have any answers for their workers. They cannot provide any answers in the short term unless the government changes course and takes immediate action to undertake a reform.
We cannot wait any longer. I think that the government has everything it needs. Although some aspects might technically be more difficult because it is a complex system, the government needs to make them more politically desirable and implement a real employment insurance system. Workers are calling for it, as are groups representing unemployed workers and women.
We cannot continue with a system that discriminates against so many workers. I am thinking in particular about the many regions of Quebec and Canada that rely on seasonal industries. These workers experience gaps and become impoverished between their two employment periods. If we want to revitalize our regional economies, then we need to recognize the unique situation of seasonal economies and adapt the EI system accordingly so that workers in these industries are not penalized by default.
I would like to quote a witness who appeared before the Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities and send a message to the government. The witness said, “Just do it.” It is time to act.
From what columnists are saying, we have probably reached the end of this Parliament. The government could very well trigger an unnecessary election campaign. It will no doubt brag about everything it has done for workers, but we must not lose sight of the fact that the government has not taken any structured, concrete action, even though it has had the means to do so for quite some time now. It has made only empty promises, without any commitments.
Nothing will change as of tomorrow morning for workers who are sick. They will still be entitled to only 15 weeks of benefits, or possibly 26 weeks in 2022. We in the Bloc Québécois are calling on the government to increase sickness benefits to 50 weeks right now, but the government is still asking the unemployed to wait.
The government's Bill C‑30 has many other shortcomings, including the fact that it discriminates against seniors. We asked that a study be done and evidence provided to justify discriminating against seniors between the ages of 65 and 74. Very little information was forthcoming. It is ridiculous—
Madame la Présidente, je vous remercie de me donner l'occasion de poursuivre le discours que j'ai amorcé vendredi.
Le projet de loi C‑30, Loi no 1 d'exécution du budget de 2021, offre-t-il des garanties suffisantes pour protéger les travailleurs, pour protéger les chômeurs, pour protéger les travailleurs malades et pour agir dignement avec nos personnes aînées et les travailleurs qui leur donnent des soins? Comme je le disais, la réponse est peut-être ou non.
J'aimerais prendre les cinq minutes de parole qu'il me reste pour parler des travailleurs malades, qui comptaient sur le gouvernement pour agir afin que, après 50 ans, les prestations spéciales de maladie de l'assurance-emploi passent une fois pour toutes de 15 à 50 semaines.
Il n'y a aucune raison pour que le gouvernement laisse passer cette occasion, laisse passer ces témoignages et abandonne 150 000 personnes qui bénéficient chaque jour des prestations de maladie, établies à 15 semaines.
Le gouvernement a décidé de faire un demi-pas en faisant passer les prestations à 26 semaines en 2022. À court terme, les travailleurs malades ne peuvent donc même pas bénéficier de plus de 15 semaines de prestations. On lance un cri du cœur. Nous avons entendu des témoignages; la Chambre des communes a adopté une motion; le projet de loi de ma collègue de Salaberry—Suroît a été adopté à la majorité; le Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées, dont je suis la vice-présidente, a procédé à l'étude article par article le 17 juin dernier. Tout ce qu'il manque, c'est donner un coup de collier. Il faut agir, et le gouvernement peut le faire en demandant la sanction royale. C'est ce qu'il doit faire dès maintenant.
Les chômeurs et les chômeuses avaient des attentes énormes. Je rappelle que, en 2015, le gouvernement libéral s'était engagé à réformer en profondeur le régime de l'assurance-emploi, lequel laisse pour compte 60 % des travailleuses et des travailleurs. Ils n'y ont pas accès en raison de son caractère discriminatoire à l'égard des femmes, des travailleurs à temps partiel et des travailleurs qui n'y sont pas admissibles et qui sont abandonnés par le régime.
Il aura fallu la pandémie pour forcer le gouvernement à mettre en place des mesures temporaires. Encore une fois, ce qu'on nous propose dans le budget, c'est un critère unique d'admissibilité de 420 heures pour une durée d'une année. Il y a urgence d'agir. Où est le gouvernement? C'est insuffisant. Le gouvernement a, encore une fois, tout en main.
Le Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées a mené une grande étude sur la modernisation de l'assurance-emploi. Cette étude a été déposée à la Chambre la semaine dernière. Le gouvernement a tout ce dont il a besoin dans son coffre à outils, il a toutes les solutions et il a accès à toutes les analyses qui ont été faites pour témoigner des failles du régime. Or, selon le projet de loi C‑30, il y aura encore deux années de consultations.
J'ai lu un article de Radio-Canada dans lequel la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées disait que le système informatique était désuet et que la réforme ne pouvait pas se faire du jour au lendemain — en fait, on va peut-être devoir attendre pendant encore sept ans. Cela n'a aucun bon sens.
C'est incroyable de nier tous les efforts qui ont été fournis depuis longtemps et d'investir dans les consultations. L'heure n'est plus aux consultations, il faut se mettre à la table à dessin et il faut agir. Toutes les solutions sont en place. Il faut absolument le faire pour les femmes, pour les jeunes et pour les travailleurs autonomes.
Certains pourraient croire que la crise est terminée parce qu'il y a une embellie. Or, certains secteurs de l'industrie sont encore durement touchés et n'ont toujours pas de réponse pour ces travailleuses et ces travailleurs. Ils ne pourront offrir de réponse à court terme, à moins que le gouvernement change de cap et agisse dès maintenant pour entreprendre une réforme.
On ne peut plus attendre. Je pense que le gouvernement a tout en main. Si certains éléments sont techniquement plus difficiles, le régime étant complexe, il faut les rendre politiquement souhaitables et mettre en place un vrai régime d'assurance-emploi. Les travailleuses et les travailleurs le demandent, les mouvements de chômeurs le demandent et les groupes de femmes le demandent.
On ne peut plus laisser un régime discriminer autant de travailleuses et de travailleurs. Je pense particulièrement aux nombreuses régions du Québec et du Canada qui vivent notamment de l'industrie saisonnière. Ces travailleurs vivent des périodes de trous noirs et s'appauvrissent entre deux périodes d'emploi. La revitalisation de l'économie des régions a pour condition que nous prenions acte de la particularité des économies saisonnières et, par conséquent, que nous adaptions le régime d'assurance-emploi pour que les travailleurs de ces industries ne soient pas pénalisés par défaut.
J'aimerais reprendre les paroles d'un témoin que nous avons reçu au Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées et lancer un message au gouvernement. Ce témoin a dit: « Just do it ». C'est le temps d'agir.
D'après ce que disent les chroniqueurs, nous sommes probablement rendus à la fin d'une législature. En effet, le gouvernement va peut-être déclencher une inutile campagne électorale. Il ira sûrement se targuer de tout ce qu'il a fait pour les travailleuses et les travailleurs, mais ne perdons pas de vue que le gouvernement n'a pas agi de façon structurante et concrète alors qu'il en avait les moyens depuis longtemps. Il n'a fait que des promesses vides, sans aucun engagement.
Demain matin, il n'y aura aucun changement pour les travailleurs malades. Ils n'auront toujours droit qu'à 15 semaines de prestations, et peut-être à 26 semaines en 2022. Au Bloc québécois, nous demandons au gouvernement d'augmenter maintenant les prestations de maladie à 50 semaines, mais le gouvernement demande encore aux chômeurs et aux chômeuses d'attendre.
Le projet de loi C‑30 du gouvernement comporte bien d'autres lacunes, comme le fait de discriminer les personnes aînées. Nous avons demandé qu'une étude soit menée et que des données probantes soient fournies pour justifier le fait qu'on discrimine les personnes âgées de 65 ans à 74 ans. On nous en a fourni très peu. C'est ridicule...
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-21 12:12 [p.8826]
I am hopeful the government will rise in the House today to take concrete steps for all workers—
J'ai espoir que le gouvernement se lèvera à la Chambre aujourd'hui et agira de façon concrète pour l'ensemble des travailleuses...
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-21 12:13 [p.8826]
Madam Speaker, in terms of the length of debate on the bill, that is up to us.
With regard to all the measures, the Bloc Québécois said it would support Bill C‑30. Indeed, this bill does have measures that people need and that we need to implement.
However, I must remind the government that, whether it be the Canada emergency wage subsidy, the Canada emergency rent subsidy, EI, sickness benefits or measures for seniors, all these measures are temporary and will come to an end. The bill does not include any meaningful measures nor any vision.
We have been saying for a long time that, in order to find a way out of this crisis, we need a vision to help us look forward and propose real, concrete and meaningful measures that will be lasting, not just temporary.
Madame la Présidente, en ce qui concerne la durée des débats du projet de loi, cela nous appartient.
En ce qui concerne l'ensemble des mesures, le Bloc québécois a dit qu'il allait appuyer le projet de loi C‑30. Ce dernier comporte effectivement des mesures dont les gens ont besoin et que nous devons mettre en place.
Toutefois, je tiens à rappeler au gouvernement que toutes ces mesures, qu'il s'agisse de la Subvention salariale d'urgence du Canada, de la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer, de l'assurance-emploi, des prestations de maladie ou des mesures pour les aînés, sont temporaires et ont un terme. Le projet de loi ne comporte pas de mesures structurantes ni de vision.
Nous disons depuis le printemps que, pour effectuer une sortie de crise, il faut avoir une vision afin d'être capable de se projeter et de proposer de vraies mesures concrètes, réelles et structurantes, qui auront un caractère pérenne, pas juste temporaire.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-21 12:15 [p.8827]
Madam Speaker, I thank my colleague for the question, even though I cannot answer it entirely.
The entire election issue has us scratching our heads. Why make changes with respect to elections when everyone here is saying that there will not be an election during the pandemic and we are still in a pandemic?
I even wonder why there needs to be an election and why we should make changes. I hate the fact that we in the House are unable to reach a consensus on the conditions to put in place to hold an election. It is up to parliamentarians. This should not be done through a regulation in a bill.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question, même si je ne pourrai y répondre entièrement.
Toute la question des élections nous laisse perplexes. Pourquoi apporter des changements au contexte électoral alors que tout le monde affirme ici qu'il n'y aura pas d'élections en temps de pandémie et que nous sommes encore en temps de pandémie?
Je me demande déjà pourquoi il faudrait qu'il y ait des élections et pourquoi nous devrions faire des modifications. Je déplore le fait que nous ne soyons pas capables, à la Chambre, d'établir un consensus au sujet des conditions à mettre en place pour mener des élections. Cela appartient aux parlementaires et ne se fait pas par l'entremise d'un règlement dans un projet de loi.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-21 12:17 [p.8827]
Madam Speaker, I thank my colleague. A very brief answer would be that the government has abandoned the idea that these programs are part of the social safety net. The government views them as an insurance policy. The time has come for the government to reconsider—
Madame la Présidente, je remercie mon collègue. Une très brève réponse serait que le gouvernement a abandonné l'idée que ces programmes étaient des programmes de filet social. Le gouvernement les voit comme une police d'assurance. Or, il est temps que le gouvernement revienne...
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
View Julie Vignola Profile
2021-06-21 12:28 [p.8828]
Madam Speaker, like my colleague, I took the time to read and analyze the budget. When taking notes, I use a red pen to indicate interference in Quebec's and the provinces' jurisdictions. There was a lot of red ink.
What does my colleague think of this aspect of the budget and jurisdictional meddling?
Madame la Présidente, comme mon collègue, j'ai pris le temps de lire le budget et de l'analyser. Quand je prends des notes, j'écris en rouge lorsqu'il y a une intrusion dans les champs de compétence du Québec et des provinces canadiennes. Il y avait beaucoup de rouge.
Que pense mon collègue de cet aspect du budget et des intrusions dans les champs de compétence?
View Denis Trudel Profile
BQ (QC)
View Denis Trudel Profile
2021-06-21 12:46 [p.8831]
Madam Speaker, I thank my colleague for his remarks. He accurately pointed out which sectors of the economy have been hardest hit during the pandemic and discussed seniors, people with disabilities and the housing crisis. In Quebec alone, 40,000 people are waiting for social housing, for low-income housing, and 450,000 people have urgent housing needs. It is a big deal.
During the pandemic, the government rolled out its big Canada emergency wage subsidy to help people working for struggling businesses. The Conservative Party, the Liberal Party and the New Democratic Party all claimed the subsidy, which I find scandalous. The Liberals and the NDP have not said anything about reimbursing the money. We will be campaigning in two months, and the NDP is going to use government money, which was supposed to go to struggling workers, to pay for lawn signs. Is my colleague not the least bit embarrassed by that?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de ses propos. Il a effectivement énuméré avec justesse les secteurs de l'économie qui en ont vraiment arraché pendant la pandémie et parlé des aînés, des handicapés et de la crise du logement. Seulement au Québec, il y a 40 000 personnes en attente d'un logement social, un HLM, et 450 000 personnes qui ont un besoin impérieux de se loger: c'est énorme.
Pendant la pandémie, le gouvernement a lancé la fameuse Subvention salariale d'urgence du Canada pour aider les travailleurs des entreprises en difficulté. Le Parti conservateur, le Parti libéral et le Nouveau Parti démocratique ont touché cette Subvention, ce qui est à mon avis un scandale. Les libéraux et le NPD n'ont pas fait savoir qu'ils allaient la rembourser. On s'en va en campagne électorale dans deux mois, et le NPD va prendre l'argent du gouvernement, qui devait servir aux travailleurs en difficulté, pour payer ses pancartes électorales. Mon collègue ne se sent-il pas un petit peu gêné?
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-06-21 13:32 [p.8838]
Madam Speaker, I can assure members that the Bloc Québécois approached its committee work from a standpoint of wanting to improve the process and the bill. Unfortunately, only one of the Bloc Québécois's 33 amendments was agreed to.
Nevertheless, I would like to concentrate on plans to increase Canadian oil sands development, which is incompatible with three things: limiting global warming to 1.5 degrees, achieving net zero by 2050 and hitting the targets for the milestone years in the act. Those are Environment Canada's targets, not the Bloc Québécois's. Would the parliamentary secretary comment on that?
Madame la Présidente, je confirme que le Bloc québécois est arrivé au Comité en voulant améliorer le processus et le projet de loi. Malheureusement, sur 33 amendements, un seul du Bloc québécois a été accepté.
Je voudrais cependant me concentrer sur autre chose, soit la trajectoire prévue du Canada relativement à l'augmentation de l'exploitation des sables bitumineux, incompatible avec trois éléments: limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré, atteindre la carboneutralité d'ici 2050, et respecter les années jalons indiquées dans la Loi. Ce n'est pas le Bloc québécois qui le dit, mais le ministère de l'Environnement. Qu'en pense le secrétaire parlementaire?
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, at this very moment, seriously ill people are facing unacceptable financial worries. They are wondering whether they will be able to provide for their families while they are recovering. They are caught in this dilemma because employment insurance is failing them in the middle of their recovery, when what they need is 50 weeks of special sickness benefits.
Bill C‑265 received unanimous support from the members of the parliamentary committee. People who are sick need compassion and caring, not to be abandoned. That is why the House is calling for an increase in EI sickness benefits to 50 weeks.
The only thing missing is for the Liberal government to give the royal recommendation to the bill. The time has come to listen to the will of parliamentarians and give the royal recommendation to the Émilie Sansfaçon bill, to ensure that sick workers are never again abandoned.
Madame la Présidente, au moment où l'on se parle, des personnes gravement malades sont confrontées à des inquiétudes financières inacceptables. Elles se demandent si elles pourront subvenir aux besoins de leur famille pendant qu'elles guérissent. Elles sont plongées dans ce dilemme parce que l'assurance‑emploi les abandonne en pleine convalescence, alors qu'elles auraient besoin de 50 semaines de prestations spéciales de maladie.
Le projet de loi C‑265 a obtenu l'appui unanime des membres du comité parlementaire. Les personnes malades ont besoin de compassion et de bienveillance, pas d'être abandonnées. C'est pourquoi la Chambre réclame de faire passer à 50 semaines les prestations de maladie de l'assurance‑emploi.
Tout ce qu'il manque, c'est que le gouvernement libéral donne la recommandation royale au projet de loi. L'heure est venue d'écouter le souhait des parlementaires et d'accorder la recommandation royale au projet de loi Émilie Sansfaçon, afin de ne plus jamais abandonner les travailleurs malades.
View Sylvie Bérubé Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, today is National Indigenous Peoples Day, but commemorations are not enough, especially after what happened in Kamloops. This day must be one of action and must focus on respectful nation-to-nation collaboration, in spite of the gravity of residential schools. That is why the Bloc Québécois spoke to the different assemblies representing the first nations and the Inuit.
As a result of these discussions, we are calling on the government to contribute financial resources to identify the locations that may have been the site of the same horrors as in Kamloops. We are calling on the government to push the religious communities that participated in the residential school system to give access to their archives. Furthermore, we are demanding that a monument for residential schools be constructed in Ottawa, in collaboration with the Algonquin nation.
These actions will not erase the generations of violence, inhumanity and shame, but they do represent a step forward. This is what indigenous peoples are recommending and what we must do together.
Monsieur le Président, alors que nous soulignons la Journée nationale des peuples autochtones, nous ne pouvons pas nous contenter de commémorations aujourd'hui, surtout pas après les événements de Kamloops. Cette journée doit être sous le signe de l'action et de la collaboration respectueuse de nation à nation, malgré le poids des pensionnats autochtones. C'est pourquoi le Bloc Québécois a consulté les diverses assemblées représentant les Premières Nations et les Inuits.
Ces discussions nous amènent à demander aujourd'hui au gouvernement de fournir les ressources financières pour déterminer les sites où auraient pu se produire les mêmes horreurs qu'à Kamloops. Nous lui demandons d'obliger les communautés religieuses impliquées dans les pensionnats autochtones à divulguer leurs archives. De plus, nous exigeons qu'un monument sur les pensionnats autochtones soit érigé à Ottawa, en collaboration avec la nation algonquine.
Ces gestes n'effaceront pas des générations de violence, de manque d'humanité et de honte, mais c'est un pas vers l'avant. C'est ce qui nous est recommandé par les peuples autochtones et que nous devons faire ensemble.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-06-21 14:25 [p.8846]
Mr. Speaker, EI was one of the greatest failures of the pandemic. The program is so ineffective that the federal government had to invent the Canada emergency response benefit to keep millions of families from ending up on the streets. Particularly hard hit were arts and culture workers, many of them self-employed.
Last week, the Government of Quebec wrote to the federal government, urging it to ensure that the employment insurance reform takes into account the unique status of artists and cultural workers.
Will the government work with Quebec to reform EI so that it provides decent coverage to self-employed workers, especially those in arts and culture?
Monsieur le Président, l'assurance‑emploi est un des grands échecs de la pandémie. Le programme est tellement inefficace que le fédéral a été obligé d'inventer la Prestation canadienne d'urgence, sinon des millions de familles auraient été retrouvées dans la rue. C'est notamment le cas de travailleurs, généralement autonomes, de la culture.
La semaine dernière, le gouvernement du Québec a écrit pour demander que la réforme de l'assurance‑emploi tienne compte du « statut singulier des artistes et des travailleurs culturels ».
Le gouvernement va‑t‑il collaborer avec Québec pour réformer l'assurance‑emploi, afin qu'elle couvre décemment les travailleurs autonomes, notamment de la culture?
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-06-21 14:27 [p.8846]
Mr. Speaker, I am all for reopening, but we must not forget that the economic recovery will not help cultural sector workers this summer. They will not be able to sell out concert halls or tour festivals this summer. They were the first ones to be laid off and they will be among the last ones to return to work at the very end of the pandemic. They are falling through the cracks, and their situation is urgent.
Employment insurance has never been there for them and, today, despite the emergency measures, they will be cut off from the Canadian recovery benefit. This is an urgent matter.
Will the government help businesses in the cultural sector and their employees?
Monsieur le Président, j'aime l'ouverture, mais il ne faut pas oublier que la relance économique n'aidera pas les travailleurs du milieu culturel cet été. Ce n'est pas cet été qu'ils vont faire salle comble ou la tournée des festivals. Ils ont été les premiers mis à pied et ils seront parmi les derniers affectés jusqu'à la toute fin par la pandémie. Ils tombent entre les mailles du filet, et c'est urgent.
L'assurance‑emploi n'a jamais été là pour eux, et, aujourd'hui, malgré les mesures d'urgence, ils vont être privés de la Prestation canadienne de la relance économie. C'est urgent.
Le gouvernement va‑t‑il aider les entreprises du milieu culturel et les employés?
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-21 14:37 [p.8849]
Mr. Speaker, on Thursday, I asked the Minister of Official Languages why she was opposed to the Charter of the French Language applying to all Quebeckers.
Her answer speaks volumes, and I want to quote her directly. “For the first time ever, the federal government is stepping up and protecting the French language.” That is a pretty big admission.
I have a suggestion for the minister. Why would the federal government not, for the first time in history, let Quebec choose its own language regime?
Monsieur le Président, jeudi dernier, j'ai demandé à la ministre des Langues officielles pourquoi elle ne voulait pas que la Charte de la langue française s'applique à tous les Québécois et à toutes les Québécoises.
Sa réponse en dit long et je vais me permettre de la citer mot pour mot: « pour la première fois de l'histoire, le gouvernement fédéral prend ses responsabilités et protège la langue française ». Cela n'est pas juste une petite admission.
J'ai une suggestion pour la ministre: pourquoi le gouvernement fédéral ne laisserait-il pas, pour la première fois de l'histoire, le Québec déterminer son propre régime linguistique?
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-21 14:38 [p.8849]
Mr. Speaker, what the government could do for the first time in history is respect the Charter of the French Language. For the first time in history, the government could recognize that Quebec should be in charge of deciding matters related to the French language in Quebec. For the first time in history, the federal government could fulfill its responsibilities and protect French by allowing Quebec to fulfill its responsibilities and protect French.
Will the Minister of Official Languages respect the will of Quebec for the first time in history?
Monsieur le Président, pour la première fois de l'histoire, le gouvernement fédéral peut respecter la Charte de la langue française. Pour la première fois de l'histoire, le gouvernement fédéral peut reconnaître que, pour ce qui est de la langue française au Québec, c'est au Québec que cela doit se décider. Pour la première fois de l'histoire, le gouvernement fédéral peut prendre ses responsabilités et protéger le français en laissant Québec prendre ses responsabilités et protéger le français.
La ministre des Langues officielles va-t-elle respecter la volonté du Québec pour la première fois de l'histoire?
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-21 14:40 [p.8849]
Mr. Speaker, contrary to what the minister would have us believe, it is not true that the bill she introduced does more to protect French in Quebec. It is full of grandfather clauses and exceptions. It does, however, contain some good things for francophone minority communities, which I applaud her for, because that was needed.
However, for Quebec, this bill is clearly not equivalent to Bill 101. The minister says that she really wants to protect French in Quebec. If that is true, can she justify why her party is the only one that is refusing to support our bill to subject federally regulated businesses to the Charter of the French Language?
Monsieur le Président, contrairement à ce que la ministre essaie de nous faire croire, il n’est pas vrai que le projet de loi qu'elle présente protège mieux le français au Québec. Il est rempli de droits acquis et d'exceptions. Il contient quand même de bonnes choses pour les communautés minoritaires francophones et je lui dis bravo, car c'était nécessaire.
Cependant, pour le Québec, ce n'est manifestement pas l'équivalent de la loi 101. La ministre dit qu'elle veut vraiment protéger le français au Québec. Peut-elle alors justifier pourquoi son parti est le seul à refuser d'appuyer notre projet de loi qui vise à assujettir les entreprises de compétence fédérale à la Charte de la langue française?
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2021-06-21 14:55 [p.8852]
Mr. Speaker, when it comes to dealing with cases of sexual misconduct, the military justice system is a sad farce. Former Supreme Court justice Morris Fish says that the system allows high-ranking officers to interfere in the process. The former justice spoke about recommendations that were apparently rejected on the basis of arguments such as “it would hurt his career” or “we should give him another chance”. In short, the system protects abusers.
Justice Fish made 107 recommendations. Unfortunately, they will have to be implemented by the current Minister of Defence.
Is there anyone left in the House who believes that this will happen?
Monsieur le Président, le processus de justice militaire en matière d'inconduite sexuelle est une triste farce. L'ex-juge de la Cour suprême Morris Fish nous dit qu'il y a un système dans lequel les hauts gradés s'ingèrent pour contrôler le processus. L'ex-juge parle de recommandations qui auraient été rejetées sur la base d'arguments comme « cela nuirait à sa carrière » ou « donnons-lui une autre chance ». Bref, c'est un système qui protège les agresseurs.
Le juge Fish a émis 107 recommandations, mais, malheureusement, c'est l'actuel ministre de la Défense qui devra les appliquer.
Reste-t-il quelqu'un à la Chambre qui ait confiance que cela puisse arriver?
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2021-06-21 14:56 [p.8852]
Mr. Speaker, if the government is that determined to change the culture of sexual misconduct in the military, it is going to have to explain itself.
For the past month, the Liberals have been filibustering at the Standing Committee on National Defence to avoid having to release the committee's report on sexual misconduct to the House. Right now, we do not even know if there will be a report in the end.
My question is for the Liberal member who chairs the Standing Committee on National Defence.
When will she stop allowing the committee to keep victims of sexual misconduct from getting the accountability they are waiting for?
Monsieur le Président, si le gouvernement est si déterminé que cela à changer la culture d'inconduite sexuelle dans l'armée, il va falloir qu'il s'explique.
Depuis un mois, les libéraux font de l'obstruction au Comité permanent de la défense nationale, afin d'éviter d'avoir à dévoiler à la Chambre le rapport du Comité sur les inconduites sexuelles. Au moment où nous nous parlons, nous ne savons même pas s'il y aura finalement un rapport.
Ma question s'adresse à la députée libérale qui préside le Comité permanent de la défense nationale.
Quand va-t-elle cesser de permettre au Comité de bloquer la reddition de compte à laquelle s'attendent les victimes d'inconduite sexuelle?
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I am at the Maison amérindienne in Mont‑Saint‑Hilaire. There have been discussions among the parties and if you seek it, I think you will find unanimous consent for the following motion:
That the House, recognizing the importance of historical truth in the process of healing grieving families and nations, insist that the government deploy, for the benefit—
Monsieur le Président, je suis à la Maison amérindienne de Mont‑Saint‑Hilaire. Il y a eu consultations entre les partis et je pense que, si vous le demandez, vous obtiendrez le consentement unanime de la Chambre à l'égard de la motion suivante:
Que cette Chambre, reconnaissant l'importance de la vérité historique dans le processus de guérison des familles et des nations éplorées, exige que le gouvernement déploie au bénéfice...
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I am not sure about the nature of the request because I cannot simultaneously interpret—
Monsieur le Président, je ne suis pas convaincu de la nature de la demande parce que je ne peux pas traduire simultanément...
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, please give me 30 seconds to change headsets.
Monsieur le Président, veuillez me donner 30 secondes pour changer d'équipement.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I am at at the Maison amérindienne de Mont‑Saint‑Hilaire. There have been discussions among the parties and if you seek it I believe you will find unanimous consent for the following motion:
That the House, recognizing the importance of historical truth in the process of healing grieving families and nations, insist that the government deploy, for the benefit of indigenous communities, the financial resources necessary to carry out every call to action in the Truth and Reconciliation Commission in order for indigenous communities to have the technical and scientific means and the project management necessary for the identification of sites and the establishment of registers, as well as for historical research and the commemoration of the victims;
That the House ask the government, in consultation with affected indigenous communities, to place the new information that would be collected for the purpose of finding all the missing children under the aegis of the National Centre for Truth and Reconciliation, all under the authority of the indigenous people;
That the House recognize that Ottawa is located on the traditional territory of the Algonquin people and, acting accordingly, affirm that it is urgent that call to action number 82 of the Truth and Reconciliation Commission, providing for the construction of a national monument to residential schools, be erected in Ottawa and reiterate that it is essential that all recognized national indigenous organizations be involved in the process, as they should; and finally,
That the House ask the federal government to push all religious communities that participated in the residential school system to give access to the relevant archives to researchers, to indigenous communities, and to survivors and their families.
Monsieur le Président, je suis à la Maison amérindienne de Mont‑Saint‑Hilaire. Il y a eu consultations entre les partis et je pense que, si vous le demandez, vous obtiendrez le consentement unanime de la Chambre à l'égard de la motion suivante:
Que cette Chambre, reconnaissant l'importance de la vérité historique dans le processus de guérison des familles et des nations éplorées, exige que le gouvernement déploie au bénéfice des communautés autochtones les ressources financières nécessaires à la réalisation de tous les appels de la Commission de Vérité et Réconciliation afin que les communautés autochtones puissent disposer des moyens techniques et scientifiques et de la maîtrise d'œuvre nécessaires à l'identification des sites, à la mise en place des registres, ainsi qu'à la recherche historique et à la commémoration des victimes;
Que cette Chambre demande au gouvernement, en consultation avec les communautés autochtones affectées, qu'il place les informations nouvelles qui seront recueillies dans le but de retrouver tous les enfants disparus sous l'égide du Centre national de Vérité et Réconciliation, le tout sous l'autorité des peuples autochtones;
Que cette Chambre, reconnaissant qu'Ottawa est située sur le territoire traditionnel du peuple Algonquin et agissant en conséquence, affirme qu'il est urgent que l'appel à l'action numéro 82 de la Commission de Vérité et Réconciliation prévoyant la construction d'un monument national sur les pensionnats soit érigé à Ottawa et réitère qu'il est essentiel que les organisations nationales autochtones reconnues soient parties prenantes du processus comme il se doit et enfin;
Que cette Chambre demande au gouvernement fédéral qu'il oblige toutes les communautés religieuses qui ont participé au système des pensionnats à donner accès à leurs archives pertinentes aux chercheurs, aux communautés autochtones et aux survivants et à leurs familles.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, there has been consultation between the parties, and I think you will find unanimous consent for the following motion.
I move:
That the House, recognizing the importance of historical truth in the process of healing grieving families and nations, insist that the government deploy, for the benefit of indigenous communities, the financial resources necessary to carry out every call to action in the truth and reconciliation Commission in order for indigenous communities to have the technical and scientific means and the project management necessary for the identification of sites and the establishment of registers, as well as for historical research and the commemoration of the victims;
That the House ask the government, in consultation with affected indigenous communities, to place the new information that would be collected for the purpose of finding all the missing children under the aegis of the National Centre for Truth and Reconciliation, all under the authority of the indigenous people;
That the House recognize that Ottawa is located on the traditional territory of the Algonquin people and, acting accordingly, affirm that it is urgent that call to action number 82 of the Truth and Reconciliation Commission, providing for the construction of a national monument to residential schools, be erected in Ottawa and reiterate that it is essential that all recognized national indigenous organizations be involved in the process, as they should; and finally,
That the House ask the federal government to push all religious communities that participated in the residential school system to give access to the relevant archives to researchers, to indigenous communities, and to survivors and their families.
Monsieur le Président, il y a eu consultations entre les partis et vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante.
Je propose:
Que la Chambre, reconnaissant l’importance de la vérité historique dans le processus de guérison des familles et des nations éplorées, exige que le gouvernement déploie au bénéfice des communautés autochtones les ressources financières nécessaires à la réalisation de tous les appels de la Commission de Vérité et Réconciliation afin que les communautés autochtones puissent disposer des moyens techniques et scientifiques et de la maîtrise d’œuvre nécessaires à l’identification des sites, à la mise en place des registres ainsi qu’à la recherche historique et à la commémoration des victimes;
que la Chambre demande au gouvernement, en consultation avec les communautés autochtones affectées, qu’il place les informations nouvelles qui seront recueillies dans le but de retrouver tous les enfants disparus sous l’égide du Centre national de vérité et réconciliation, le tout sous l’autorité des peuples autochtones;
que la Chambre, reconnaissant qu’Ottawa est située sur le territoire traditionnel du peuple Algonquin et agissant en conséquence, affirme qu’il est urgent que l’appel à l’action numéro 82 de la Commission de vérité et réconciliation prévoyant la construction d’un monument national sur les pensionnats soit érigé à Ottawa et réitère qu’il est essentiel que les organisations nationales autochtones reconnues soient parties prenantes du processus comme il se doit; et, enfin,
que la Chambre demande au gouvernement qu’il oblige toutes les communautés religieuses qui ont participé au système des pensionnats à donner accès à leurs archives pertinentes aux chercheurs, aux communautés autochtones et aux survivants et à leurs familles.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-06-21 16:20 [p.8865]
Mr. Speaker, on behalf of the Bloc Québécois, I would like to reserve the right of our party to respond to the question of privilege raised by my hon. colleague from Louis-Saint-Laurent at a later date.
Monsieur le Président, au nom du Bloc québécois, je voudrais nous réserver le droit de réagir ultérieurement à la question de privilège de mon honorable collègue le député de Louis-Saint-Laurent.
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, accidents keep happening at the intersection of Chemin du Grand-Rang and Highway 116 in Sainte‑Marie‑Madeleine. Several of them have been, are and will be fatal. This intersection is dangerous due to the alignment of the railway, which is a federal responsibility.
Unfortunately, Transport Canada and Canadian National have wilfully ignored calls for help. Those in charge of these two institutions have to answer the call. Every day that passes, lives are at risk, and the people driving on that road are terrified.
Today, my thoughts are with the victims and their families and loved ones. It is on their behalf that I present this petition, signed by 1,200 concerned citizens who are asserting their right to safe roads.
Madame la Présidente, l'intersection du chemin du Grand Rang et de la route 116 à Sainte-Marie-Madeleine ne cesse de causer des accidents, dont plusieurs ont été, sont et seront mortels. Cette intersection est dangereuse à cause de la configuration du chemin de fer, de compétence fédérale.
Transports Canada et le Canadien National ont, malheureusement, sciemment ignoré les différents appels à l'aide. Les responsables de ces deux institutions doivent répondre à l'appel. Chaque jour qui passe, des vies sont en jeu et un climat de peur règne pour ceux et celles qui empruntent cette route.
Aujourd'hui, je pense avec émotion aux victimes, à leurs familles et à leurs proches. C'est en leur nom que je dépose cette pétition signée par 1 200 citoyennes et citoyens inquiets et épris de leur droit à la sécurité routière.
View Marie-Hélène Gaudreau Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I am pleased to hear my colleague say that we are opposed to requiring conversion therapy without the individual's consent. That is exactly what Bill C-6 is about. I invite my colleague to watch Boy Erased to understand this important nuance. This is reassuring, and I think we will soon be ready to vote.
Madame la Présidente, je suis heureuse d'entendre mon collègue dire que nous nous opposons à l'obligation d'une thérapie de conversion sans le consentement de l'individu. C'est précisément ce que le projet de loi C‑6 vise. J'invite mon collègue à visionner le film Boy Erased pour comprendre cette nuance importante. Cela me rassure et je pense que nous serons bientôt prêts à voter.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-06-21 18:50 [p.8888]
Madam Speaker, time allocation is rarely acceptable. The Bloc Québécois defends the interests of Quebeckers. We have been saying so since we first got here, and we have never deviated from that guiding principle.
Bill C‑10 has unanimous support in Quebec. Quebeckers agree. Quebec's artistic and cultural community, the very essence of our own identity, is waiting. It has supported the bill for a long time now. The Bloc Québécois will support this time allocation motion to make web giants pay their fair share to our creators, who have often been taken advantage of by these giants.
I would like to ask the minister a very simple question: Do you think waiting is costly for our Quebec creators?
Madame la Présidente, l'attribution de temps est rarement acceptable. Le Bloc québécois veille aux intérêts des Québécois. Nous le disons depuis notre arrivée ici et nous n'avons jamais dérogé de cette ligne directrice.
Le projet de loi C‑10 fait l'unanimité au Québec. Les Québécois sont d'accord. Le monde artistique, le milieu de la culture au Québec, le poumon de notre identité propre est en attente. Il est d'accord depuis longtemps sur ce projet de loi. Le Bloc québécois va appuyer cette motion d'attribution de temps pour, justement, que les géants du Web apportent leur juste contribution à nos créateurs qui se sont souvent fait spolier par ces géants.
J'aimerais poser une question très simple au ministre. Est-ce que vous considérez que l'attente coûte cher à nos créateurs du Québec?
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-21 21:17 [p.8898]
moved:
That Bill C-10, in Clause 23, be amended by adding after line 33 on page 32 the following:
“(a.1) increasing the administrative monetary penalty amounts set out in subsection 34.5(1);”
propose:
Que le projet de loi C-10, à l'article 23, soit modifié par adjonction, après la ligne 35, page 32, de ce qui suit:
« a.1) prévoyant l’augmentation des montants des pénalités prévues au paragraphe 34.5(1); »
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-21 21:23 [p.8898]
moved:
That Bill C-10 be amended by adding after line 17 on page 43 the following new clause:
“Review
46.1 (1)During the fifth year after this section comes into force, and every five years after that, a comprehensive review of the provisions and operation of this Act must be undertaken by the committee of the Senate, of the House of Commons or of both Houses of Parliament, that is designated or established for that purpose.
(2)The committee must, within one year after the review is undertaken — or within any further period that the Senate, the House of Commons or both Houses of Parliament, as the case may be, authorizes — submit a report on the review to the appropriate House or, in the case of a committee of both Houses, to each House, that includes a statement of any changes that the committee recommends.”
propose:
Que le projet de loi C-10 soit modifié par adjonction, après la ligne 16, page 43, du nouvel article suivant:
« Examen
46.1 (1) Au cours de la cinquième année qui suit l’entrée en vigueur du présent article et tous les cinq ans par la suite, un examen approfondi des dispositions et de l’application de la présente loi est fait par le comité soit du Sénat, soit de la Chambre des communes, soit mixte, désigné ou constitué à cette fin.
(2) Dans un délai d’un an suivant le début de l’examen ou tout délai plus long autorisé par le Sénat, la Chambre des communes ou les deux chambres, selon le cas, le comité remet à la chambre concernée ou, s’il s’agit d’un comité mixte, aux deux chambres son rapport, lequel comprend un énoncé des modifications qu’il recommande. »
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-21 22:09 [p.8905]
Madam Speaker, the Bloc Québécois did not get its turn to rise in this debate. I think there must have been some mistake.
Madame la Présidente, le Bloc québécois n'a pas eu droit à son tour de parole dans ce débat. À mon avis, il y a eu une erreur quelque part.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-21 22:15 [p.8905]
Madam Speaker, I request a recorded division.
Madame la Présidente, je demande un vote par appel nominal.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-21 22:16 [p.8906]
Madam Speaker, I request a recorded division.
Madame la Présidente, je demande un vote par appel nominal.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-21 23:02 [p.8907]
Mr. Speaker, the Bloc Québécois agrees to apply the vote and will vote against.
Monsieur le Président, le Bloc québécois est d'accord pour appliquer les résultats du vote et votera contre.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-21 23:07 [p.8909]
Mr. Speaker, the Bloc Québécois agrees to apply the vote and will vote in favour of the motion.
Monsieur le Président, le Bloc québécois est d'accord pour appliquer le résultat du vote précédent et votera en faveur de la motion.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-21 23:12 [p.8910]
Mr. Speaker, the Bloc Québécois agrees to apply the vote and will vote in favour of the motion.
Monsieur le Président, le Bloc québécois est d'accord pour appliquer le résultat du vote précédent et va voter en faveur de la motion.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-21 23:16 [p.8912]
Mr. Speaker, the Bloc Québécois agrees to apply the vote and will be voting in favour of the motion.
Monsieur le Président, le Bloc québécois est d'accord pour appliquer les résultats du vote et votera en faveur de la motion.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-21 23:21 [p.8913]
Mr. Speaker, the Bloc Québécois agrees to apply the vote and will be voting in favour of the motion.
Monsieur le Président, le Bloc québécois est aussi d'accord pour appliquer le résultat du vote et votera en faveur de la motion.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-21 23:25 [p.8915]
Mr. Speaker, the Bloc Québécois agrees to apply the vote and will be voting in favour of the motion.
Monsieur le Président, le Bloc québécois est d'accord pour appliquer le résultat du vote précédent et votera en faveur de la motion.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-21 23:27 [p.8916]
Mr. Speaker, the Bloc Québécois agrees to apply the results of the vote, and we will vote in favour.
Monsieur le Président, le Bloc québécois est d'accord pour appliquer le résultat du vote précédent et nous allons voter en faveur de la motion.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-21 23:29 [p.8918]
Mr. Speaker, the Bloc Québécois agrees to apply the results of the vote, and we will indubitably vote in favour.
Monsieur le Président, le Bloc québécois est d'accord pour appliquer le résultat du vote précédent, et nous allons indubitablement voter en faveur de la motion.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-22 0:14 [p.8925]
Mr. Speaker, I listened to my colleague's speech, and I must say that it was shockingly chock full of fearmongering. I have seldom heard anything like that. On top of that, these words are from a former journalist. He himself said that he had been a journalist for 30 years.
I remind my colleagues that facts are important in journalism. They have clearly chosen party lines over the facts in this debate.
My colleague mentioned a few times that he was interested in Bill C‑10 and that he was fairly familiar with it. My colleague from Edmonton Strathcona said that there are numerous places in Bill C‑10 and in the act where freedom of expression is explicitly protected.
Could my colleague explain exactly which clauses in Bill C‑10 could potentially undermine freedom of expression? What are the specific sections he is referring to?
Monsieur le Président, j'ai écouté le discours de mon collègue. Je dois avouer que c'était un épouvantable discours de peur. J'ai rarement entendu de telles choses. Qui plus est, elles viennent d'un ancien journaliste. Comme il le disait lui-même, il a fait carrière en journalisme pendant trois décennies.
Je rappellerai à mes collègues que, en journalisme, on se base sur des faits. Visiblement, on a basé ce discours sur une ligne de parti plutôt que sur des faits.
Mon collègue a mentionné à quelques reprises qu'il s'était intéressé au projet de loi C‑10 et qu'il le connaissait un peu. Ma collègue d'Edmonton Strathcona a quant à elle mentionné que plusieurs dispositions du projet de loi C‑10 et de la loi actuelle protègent nommément et spécifiquement la liberté d'expression.
J'aimerais que mon collègue m'explique exactement quels sont les articles du projet de loi C‑10 qui lui font craindre une possible atteinte à la liberté d'expression. Quels sont précisément les passages auxquels il fait référence?
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-22 0:16 [p.8925]
Mr. Speaker, we have finally reached the end of this bill on which many people have worked very hard in the past few months. I commend the members of the Standing Committee on Canadian Heritage who have been working hard since Bill C‑10 was introduced.
As we have said many times, this bill was not perfect when it was introduced. I used a metaphor, comparing this bill to a brand new paint by numbers. We had a lot of work to do.
The way it works is that we all vote in favour of a bill and agree to send it to committee. The House of Commons speaks and democracy does its job. At that point, it is our responsibility to work on improving the bills that are introduced and that must be studied in committee, and we made the decision to work on this bill, even though the task was, quite frankly, monumental.
We decided to do this work even if the task was altogether daunting. We committed to do it and we did. It was going relatively well until the withdrawal of clause 4.1 gave the Conservatives the opportunity they had been waiting for. It was the perfect opportunity to speak out against a possible attack on freedom of expression.
The support of various experts who already did not have a very high opinion of this bill, which obviously had an impact on web giants, was all it took for the Conservatives to come down on Bill C‑10 like a ton of bricks by pointing out all of the problems with the bill and demonizing it as much as possible.
I am rather pleased that we are in the final stages of this bill, particularly because we have pretty much covered all of the arguments and the list of witnesses and experts on which the Conservatives based their fearmongering.
My colleagues have said this repeatedly, and I will reiterate that the Broadcasting Act and Bill C‑10 contain several provisions that specifically exempt social media users, regular people like us and the people we care about, from the Broadcasting Act regulations.
The provisions in Bill C‑10 apply only to broadcasting undertakings. However, if entities that use social media sites like YouTube also engage in broadcasting, we have to regulate those broadcasting activities.
That excludes the activities of users who share content and little videos with each other or who have somewhat more organized channels that might even earn them an income. This does not apply to those people, as specifically stated in Bill C‑10.
The campaign of fear has run its course. It has slowed the progress of this extremely important bill since April, with what is commonly known as organized filibustering. Who will pay for that? The artists, creators, culture and the cultural community in Quebec, but also in Canada. The only ones to profit from it are the Conservatives, who oppose the bill, despite the fact that the other parties of the House are working hard to improve it and move it forward. I remind members that this bill was imperfect, but certainly not as bad as what the Conservatives have been saying for weeks and weeks.
There is another principle that I would like to revisit. I am reminded of the mother who watches a military parade go by and notices that one soldier is walking in the opposite direction, against the parade. Upon realizing that the soldier in question is her son, she wonders why everyone else is marching in the wrong direction. That is kind of what this reminds me of.
Sooner or later, when someone realizes that they are the only one who thinks something and nobody else thinks what they think, they might consider a little open-mindedness. They might accept that they have expressed their point of view, that others disagree, that we are all working in a democratic system and that the majority is supposed to rule. They can tell themselves that they fought hard and that, even though they tried hard to defend their point of view, they now have to be a good sport and stop trying to sabotage things.
That is not what happened, however. This attitude prevailed to the very end. We saw the filibustering, at times very disgraceful, and we have reached a point where Bill C‑10 may be in jeopardy. We will have to keep our fingers crossed. I intend to stay hopeful until the end, but I think this could have gone better. We could have done much more and been more noble in what we needed to accomplish. Again, it is our artists and culture that are at stake.
The web giants are earning billions of dollars on the backs of our creators. It is only fair to subject them to the same rules as broadcasters operating in Canada and Quebec.
How many times have the Bloc Québécois been criticized for throwing up their hands and supporting closure with the Liberals? It is awful. I must say that we had to swallow our pride since we are against the use of closure motions. Nonetheless, it is a parliamentary tool that exists. It is not perfect and it is certainly not noble, but neither is systematic filibustering.
Sometimes, the only way to respond to a questionable tactic is to employ another tactic that may also be considered questionable. It definitely is frustrating to come up against a gag order. We have been there as well. However, a bill for artists, for culture and for the industry deserves the right tools. If someone is standing in the way, we will use the procedural moves at our disposal.
The Conservatives will probably take the heat for a long time for scuttling the bill, if it were to fail. Quebec's motto, on all of its licence plates, is “Je me souviens”, or “I remember”. Quebec artists and those who have a lot of influence in the cultural sector will remember.
Culture does not cost anything. In an interview with a local paper in her riding, the member for Lethbridge said that Quebec artists were outdated, that they were stuck in the 1990s and that they were reliant on grants because they produce things people do not want. That is not true. Canada's cultural industry generates billions of dollars in economic spinoffs every year. The industry costs nothing; it brings in money. The industry is valuable, and not just in terms of money. We are talking about our identity here.
I will end my speech on a positive note. Just now, we voted for something positive.
Bill C‑10 was not perfect, and the Bloc Québécois believed that it was important not to wait another 30 years to amend the Broadcasting Act.
This evening, we voted to include a sunset clause in the bill, which ensures that the act must be reviewed every five years. We live in a world that is evolving at an incredible pace. Where will technology be in five years? We have no idea.
It is very important to set a limit and to give ourselves shorter deadlines for a mandatory review of the Broadcasting Act. It should be reviewed more frequently than every 30 years. In my opinion, it is one of the best ideas that we have had. We will have the opportunity to review the bill every five years and to correct whatever flaws may remain in the legislation, if it is passed.
Monsieur le Président, cela se termine. Nous sommes enfin en train de voir le bout de ce projet de loi sur lequel plusieurs personnes ont travaillé très fort au cours des derniers mois. Je salue les membres du Comité permanent du patrimoine canadien qui ont travaillé fort depuis le dépôt du projet de loi C‑10.
Comme nous l'avons répété, ce projet de loi était très imparfait lorsqu'il nous a été présenté. J'avais fait une métaphore en disant que ce projet de loi était un peu comme une peinture à numéros, mais sans peinture dans la boîte. Nous avions donc beaucoup de travail à faire.
Nous votons un jour en faveur d'un projet de loi tous ensemble et acceptons de l'envoyer en comité. La Chambre des communes se prononce et la démocratie fait son travail. À partir de ce moment, nous avons la responsabilité de travailler pour améliorer les projets de loi qui nous sont présentés et au sujet desquels nous devons faire des études en comité.
Nous avons décidé de faire ce travail même si la tâche était, ma foi, impressionnante. Nous nous sommes engagés à le faire et nous l'avons fait. Cela allait relativement bien jusqu'à ce qu'arrive cet épisode où, tel un prétexte idéal, le retrait de l'article 4.1 a permis aux conservateurs de sauter sur une occasion en or. Il s'agissait d'un filon parfait pour décrier une possible atteinte à la liberté d'expression.
Appuyés par différents experts qui, déjà, ne voyaient pas d'un bon œil ce projet de loi qui avait évidemment des conséquences sur les géants du Web, il n'en fallait pas plus pour qu'on se jette à bras raccourcis sur le projet de loi C‑10 en l'accusant de tous les maux et en le démonisant au maximum.
Je suis assez content que nous arrivions au bout de ce projet de loi, en particulier parce que nous commencions à avoir fait le tour des arguments, des listes des témoins et des experts sur lesquels les conservateurs se basaient pour appuyer leur discours un peu alarmiste.
Je le répète, et mes collègues l'ont répété à maintes reprises: il y a dans la Loi sur la radiodiffusion et dans le projet de loi C‑10 plusieurs dispositions qui exemptent spécifiquement les utilisateurs des médias sociaux, soit M. et Mme Tout‑le‑Monde, des gens comme nous et comme nos proches, des réglementations de la Loi sur la radiodiffusion.
Les dispositions du projet de loi C‑10 ne s'adressent qu'aux entreprises de radiodiffusion. Toutefois, si les entreprises qui exploitent également un service de média social, comme YouTube, ont des activités de radiodiffusion, nous devons réglementer ces activités de radiodiffusion.
Cela exclut les activités des utilisateurs qui se partagent du contenu et de petites vidéos ou ceux qui ont des chaînes un peu plus organisées et qui en tirent même des revenus. Ces gens-là ne sont pas touchés et cela est spécifiquement inscrit dans le projet de loi C‑10.
La campagne de peur a fait son temps. Elle a ralenti le processus de ce projet de loi extrêmement important depuis la fin avril avec ce qu'il est convenu d'appeler de l'obstruction organisée. Qui paiera pour cela? Ce sont les artistes, les créateurs, notre culture et notre milieu culturel, au Québec, mais également au Canada. Les seuls qui en auront tiré profit, ce sont les conservateurs, qui se sont opposés au projet de loi, malgré le fait que les autres partis de la Chambre travaillaient fort pour le faire avancer et pour l'améliorer. Ce projet de loi était imparfait, je le rappelle, mais certainement pas aussi néfaste que ce que les conservateurs se sont plu à dire pendant des semaines et des semaines.
Il y a un autre principe sur lequel j'aime bien revenir. C'est un peu l'image de la mère qui regarde le défilé militaire. Un soldat marche à l'envers des autres et la mère remarque que c'est son fils. Elle regarde le défilé et se demande ce qu'ils ont tous à marcher à l'envers alors que son fils marche dans le bon sens. Cela me fait un peu penser à cela.
À un moment donné, quand on est seul à penser d'une manière et que tous les autres ne pensent pas comme soi, il faudrait peut-être qu'on s'ouvre un peu l'esprit. On peut se dire qu'on a fait prévaloir son point de vue, que les autres ne sont pas d'accord, qu'on est dans un système démocratique et que la majorité doit normalement l'emporter. On peut se dire qu'on s'est bien battu et qu'on a bien tenté de faire prévaloir son point de vue, mais que, maintenant, il faut être bon joueur et cesser de mettre des bâtons dans les roues.
Or, ce n'est pas cela qui s'est passé. Cela a été jusqu'à la toute fin. On a vu des manœuvres d'obstruction, dont certaines très disgracieuses, et on arrive à un moment où le projet de loi C‑10 se retrouve peut-être en péril. Nous allons devoir accrocher nos chapelets à la corde à linge. J'ai bien l'intention de garder espoir jusqu'à la fin, mais je pense qu'il y aurait eu moyen de faire mieux. Il y aurait eu moyen d'être plus grand, plus noble dans la tâche que nous avions à accomplir. Je rappelle que ce sont nos artistes et notre culture qui sont en jeu.
Les géants de l'Internet gagnent des milliards de dollars sur le dos de nos créateurs. Ce n'est que justice et équité de les assujettir à la même réglementation que les radiodiffuseurs qui opèrent au Canada et au Québec.
Combien de fois a-t-on reproché au Bloc québécois, les bras en l'air ou les « gueguettes » en l'air — comme le disait ma tante Cécile — , d'avoir appuyé le bâillon avec les libéraux? On trouvait cela terrible. Je dois dire que nous avons dû piler sur notre orgueil et notre fierté, puisque nous ne sommes pas en faveur des bâillons. Néanmoins, c'est un outil parlementaire qui existe; il n'est pas parfait et n'est certainement pas noble, mais ce ne l'est ni plus ni moins que l'obstruction systématique.
Devant une manœuvre discutable, vient un moment où l'on n'a d'autre choix que d'opposer une autre manœuvre qui peut aussi être jugée discutable. C'est sûrement frustrant de se faire imposer un bâillon; on nous a en déjà imposé à nous aussi. Cependant, quand on décide de faire un projet de loi pour les artistes, pour la culture et pour l'industrie, il faut se donner les bons outils. Si l'on nous met des bâtons dans les roues, nous allons utiliser les manœuvres qui sont à notre disposition.
Les conservateurs vont probablement porter longtemps l'odieux d'avoir fait échouer le projet de loi, si le projet de loi devait échouer. La devise du Québec, qui se trouve sur toutes les plaques d'immatriculation, est « Je me souviens ». Les artistes québécois et le milieu culturel du Québec, qui ont une grande influence, vont s'en souvenir.
La culture, ce n'est pas quelque chose qui coûte de l'argent. Dans une entrevue avec un journal local de sa circonscription, la députée de Lethbridge a dit que les artistes québécois sont dépassés, qu'ils vivent dans les années 1990 et qu'ils dépendent des subventions, car personne ne veut de leur art. Or ce n'est pas vrai. L'industrie culturelle canadienne génère chaque année des milliards de dollars en retombées. Ce n’est pas une industrie qui coûte de l'argent, c'est une industrie qui en rapporte. C'est une industrie payante, et pas seulement sur le plan financier. C'est notre identité qui est en jeu.
Je vais terminer mon allocution sur une note positive: tout à l'heure, nous avons voté quelque chose de bien.
Le projet de loi C-10 était imparfait, et le Bloc québécois pensait que c'était important de faire en sorte qu'on n'attende plus 30 ans pour réviser la Loi sur la radiodiffusion.
Ce soir, nous avons voté pour inclure dans la Loi une clause de temporisation, qui fait que la Loi doit être révisée tous les cinq ans. Nous sommes dans un univers qui évolue à une vitesse effroyable. Où sera la technologie dans cinq ans? Nous n'en avons aucune idée.
C'est très important que l'on fixe une limite et qu'on se donne des échéanciers rapprochés pour s'obliger à réviser la Loi sur la radiodiffusion plus régulièrement que tous les 30 ans. À mon avis, c'est l'une des meilleures idées que nous avons eues. On aura l'occasion de le faire tous les cinq ans et de corriger des imperfections qui se trouveront encore dans le projet de loi, si celui-ci est adopté.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-22 0:26 [p.8926]
Mr. Speaker, I thank my colleague from Sherwood Park—Fort Saskatchewan for his question, and I want to say how much I appreciate his work on human rights. I am delighted that he is asking a question that elevates the debate somewhat, and I very much appreciate it.
The issue of algorithms is tricky, actually. There has been a lot of talk about it, and we learned a great deal from this study, but we are not asking to control the algorithms. What is really needed are ways to ensure that the regulations put in place by the CRTC are respected. If algorithms are part of that approach, such as programming, there must be a way to access the algorithms. However, there is absolutely no question of controlling them, and there never was.
I think there is indeed a way to protect arts and culture, and to ensure the discoverability of Canadian and Quebec content. If algorithms are a verification tool, I think they need to be accessible.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Sherwood Park—Fort Saskatchewan de sa question, et je tiens à dire que j'apprécie particulièrement son travail en matière de droits de la personne. Je suis enchanté qu'il pose une question qui relève un peu le débat et je l'apprécie beaucoup.
La question des algorithmes est délicate, en fait. On en a beaucoup parlé et cette étude nous en a beaucoup appris, mais on ne demande pas de contrôler les algorithmes. On aurait plutôt besoin de moyens par lesquels s'assurer que la réglementation mise en place par le CRTC est respectée. Si les algorithmes font partie de ces moyens, comme les moyens de programmation, il faudrait pouvoir y avoir accès. Cependant, il n'est absolument pas question de les contrôler et il n'a jamais été question de cela.
Je pense qu'il y a effectivement moyen de protéger les arts et la culture et de s'assurer de la découvrabilité du contenu canadien et québécois. Si les algorithmes sont un outil de vérification, je pense qu'il serait nécessaire qu'on puisse y avoir accès.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-22 0:27 [p.8926]
Mr. Speaker, I just want to say what amazing progress my colleague from Kitchener—Conestoga has made in learning French, and I would like to take a moment to applaud his hard work. He is a member of the Standing Committee on Canadian Heritage, and every time we do a sound check, which is mandatory before committee meetings, he does his in French, which is his way of sharing what he has been learning. Bloc Québécois members really appreciate that kind of thing, and I really appreciate the fact that he asked his whole question in French. I congratulate my esteemed colleague.
The answer to his question is very simple. Bill C‑10 is necessary because new players, digital players, which are colossal multinationals with massive resources, have to be subject to the Broadcasting Act, they have to contribute to Canada's broadcasting system, and they have to enable our artists, who are helping them get rich, to succeed on their platforms. That is why this bill is extremely important to our artists.
Monsieur le Président, je tiens à souligner la fantastique amélioration de mon collègue de Kitchener—Conestoga en français et je tiens à prendre quelques instants pour saluer les efforts qu'il fait. Il est membre du Comité permanent du patrimoine canadien et, à chaque test de son — obligatoire avant les réunions des comités —, il le fait en français et partage donc avec nous l'évolution de ses leçons. C'est une chose que nous apprécions beaucoup au Bloc québécois, et cela me touche beaucoup de l'avoir entendu poser toute sa question en français. Je dis bravo à mon cher collègue.
La réponse à sa question est fort simple. Le projet de loi C‑10 est nécessaire, car on a besoin que les nouveaux joueurs, ceux du numérique, qui sont d'immenses ou d'énormes compagnies internationales avec des moyens gigantesques, soient eux aussi assujettis à la Loi sur la radiodiffusion, qu'ils contribuent également au système de radiodiffusion canadien et permettent à nos artistes — dont ils profitent évidemment des retombées — puissent rayonner aussi sur leur plateforme. Ce projet de loi est donc extrêmement important pour nos artistes.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-22 0:29 [p.8927]
Mr. Speaker, I thank my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie, and I want to return the compliment because I know how committed he is to culture. I think we have worked collaboratively and effectively together over the past few months.
I think we are past the point of throwing rocks and tomatoes and pointing fingers at one another. In the case of Bill C‑10, the government probably had some difficulty in managing communications and perhaps also made some questionable decisions around managing priorities. There were several things along the way that we would have liked to see done very quickly, and many times we would have chosen different priorities. At this point, however, I think we should cross our fingers and hope that the bill goes through and sees the light of day. If not, we will have to roll up our sleeves, spit in our hands, as someone else has said, and start over.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Rosemont—La Petite‑Patrie, à qui je retourne le compliment, car je connais aussi son engagement pour la culture. Je pense que nous avons travaillé de manière collaborative et efficace pendant les derniers mois.
Je pense qu'on a passé l'étape de se lancer des roches, des tomates et des reproches. Dans le cas du projet de loi C‑10, il y a fort probablement eu une gestion des communications peut-être un peu difficile, et peut-être également une gestion des priorités discutable de la part du gouvernement. Il y a plusieurs choses en cours de route que l'on aurait aimé voir se faire beaucoup rapidement et, bien souvent, on aurait préféré un autre ordre de priorité. Cependant, à ce stade-ci, je pense qu'on doit continuer de se croiser les doigts et d'espérer que le projet de loi suivra son chemin et verra le jour. S'il en est autrement, on devra se retrousser les manches, se cracher dans les mains, comme disait l'autre, et recommencer.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, as I was saying, the facts show that Quebeckers cannot count on the federal government to take action against tax havens. There is nothing in budget 2021 to do away with them.
Unfortunately, there are provisions in Bill C‑30 that make it even easier to use tax havens. The federal government is therefore still complicit in tax avoidance schemes, which makes Canada part of the problem and not part of the solution in the fight against tax havens.
In budget 2021, which serves as a springboard for the post-COVID‑19 economic recovery, the federal government offers little or nothing to help small farms get better access to credit. This inability to access credit was one of the most serious problems that farmers encountered during the health crisis. That is unacceptable.
Agriculture is obviously not a priority for the Liberal government, but it is a priority for Quebec and an integral part of our culture. The Liberal government has never been interested in supporting a bill to better protect supply management, which is essential to the survival of the agricultural model. Protecting supply management has always enjoyed broad support within Quebec's agricultural sector, but it is also acknowledged by producers in the other provinces as well as in the United States, which says something.
Why did the Liberal government recently do everything it could to prevent Bill C‑216 being passed in committee? Well, it did pass, and we hope the accelerating pace of the coming days will bring this bill along for the ride. Quebec's agricultural sector is counting on us.
In the Bloc Québécois's view, parliamentary proceedings and debates too often take too long, things do not move fast enough, and people talk even though they have nothing to say. For years, and again this week, members have spoken at length in the House of Commons about various aspects of the housing problem.
Still, there remains a desperate need for housing in Abitibi—Témiscamingue as well as in several other regions of Quebec, and that need is only being made more acute by the communities' sustained efforts to attract workers.
What of the federal government's solutions to this problem? There are none. The federal government has not proposed any. I would, however, like to highlight a local initiative undertaken by the Fondation Martin-Bradley. They organized a radiothon and raised $301,000 to, among other things, build housing for people who are struggling, especially people living with mental health problems.
The Fondation Martin-Bradley got things done. I am thinking especially of Ghislain Beaulieu, and of Jean-Yves Morneau and his son, Jean-François, who organized a fundraiser among the region's entrepreneurs and businesspeople. The amount raised, $301,000, is huge, and I want to salute them. Among other things, the funds will go to finance projects, like for farm outreach workers in Abitibi—Témiscamingue's farming community, for whom psychological support is so essential. I have to say it again: All this stems from the fact that the federal budget does nothing to address the situation.
Legitimate transfer payments to Quebec to encourage housing initiatives are both slow to come and hugely insufficient. Not enough construction is happening, which is having a direct impact on the economic and social development of our regions and Quebec as a whole.
Out of respect for Quebec's jurisdictions, more substantial amounts need to be transferred, especially considering the current context, which includes the significantly higher cost of materials and labour. At the same time, tax incentives for developers would be a way to support and stimulate infrastructure initiatives that offer exciting opportunities for the recovery by building on what has been achieved in our communities, not to mention community-based housing projects that would provide a sustainable solution to this problem.
Finally, why will Ottawa not allocate funding for the regions, with no strings attached, to be administered by Quebec and people on the ground? This would encourage development projects based on specific parameters and priorities linked to specific needs. More than ever, labour shortages are hindering the economic recovery of my region, Abitibi—Témiscamingue. More than ever, the federal government needs to come up with solutions, because we are feeling abandoned right now.
I believe that the particular status of a region like Abitibi—Témiscamingue, which borders Ontario, places it in a certain situation. People back home are moving to the riding of the member for Algoma—Manitoulin—Kapuskasing because immigration cases are processed in 12 months in Ontario, whereas in my riding it takes up to 27 months, or even 30 months in certain cases. That is ridiculous.
As I was saying, in Abitibi—Témiscamingue there is a housing shortage coupled with a labour shortage, and therefore it is important to stimulate housing construction. How can we attract and keep skilled workers in Abitibi—Témiscamingue when they are unable to find a home for their families? The federal government must act quickly.
Bill C‑30 also attacks Quebec once more and its securities regulator. That is unacceptable.
How can we ignore one of the federal government's most blatant centralizing moves in recent years, its attempt to bring the financial sector under federal control by making it responsible for insurance, securities, derivatives, deposit taking institutions except for banks and the distribution of financial products and services?
The objective of this Canada-wide securities regulator is another example of the centralization of financial markets by the federal government. It wants Toronto to become a single Canada-wide regulator, which would be contrary to the independent economic development of all the other provinces. This is not just a jurisdictional dispute or a squabble between the federal and provincial governments, it is a battle between Bay Street and Quebec.
I remind members that the Bloc Québécois and Quebec are strongly opposed to this. Four times now, the National Assembly of Quebec has unanimously called on the federal government to abandon that idea. It is no exaggeration to say that everyone in Quebec is against it. Seldom have we seen Quebec's business community come together as one to oppose this very bad idea of the federal government, which just wants to cater to Bay Street.
Let the federal government and Bay Street take note: The Bloc Québécois will always stand in the way of creating a single Canada-wide securities regulator.
Having a financial markets authority is essential to Quebec's development. This is nothing short of an attack on our ability to keep our head offices. Preserving Quebec's distinct economic pillars is essential to our development. We will not let the federal government get away with this.
Madame la Présidente, j'en étais rendu à dire que les faits démontrent que les Québécois ne peuvent pas compter sur le gouvernement fédéral pour lutter contre les paradis fiscaux. Il n'y a toujours rien dans le budget de 2021 pour y mettre fin.
Malheureusement, il y a des dispositions au sein du projet de loi C‑30 pour faciliter davantage l'utilisation des paradis fiscaux. Le gouvernement fédéral se fait donc toujours complice des stratagèmes d'évitement fiscal, qui font que le Canada fait partie du problème et non de la solution concernant la lutte aux paradis fiscaux.
Dans le budget de 2021, celui qui sert de tremplin pour la relance économique de l'après-COVID‑19, le gouvernement fédéral n'offre que très peu, pour ne pas dire rien, pour aider les petites entreprises agricoles à avoir un meilleur accès au crédit. Cette inaccessibilité au crédit fut l'un des problèmes les plus sérieux que les entrepreneurs agricoles ont vécu durant la crise sanitaire. C'est inadmissible.
De toute évidence, l'agriculture n'est pas une priorité pour le gouvernement libéral. Pour le Québec, c'en est une, et cela fait partie intégrante de notre culture. Le gouvernement libéral a longtemps rejeté le projet de loi pour faire mieux protéger la gestion de l'offre, qui est essentielle à la survie du modèle agricole. Pourtant, la protection de la gestion de l'offre a toujours eu un appui très large dans le secteur agricole québécois. Elle est même saluée par les agriculteurs des autres provinces, y compris aux États‑Unis, ce qui n'est pas peu dire.
Or, comment expliquer que, encore récemment, le gouvernement libéral a tout fait pour empêcher l'adoption du projet de loi C‑216 en comité parlementaire? Il a été adopté depuis, et nous espérons pouvoir profiter des éléments accélérateurs qui s'en viennent dans les prochains jours pour inclure ce projet de loi. Le milieu agricole québécois nous regarde.
Le Bloc québécois prétend que trop souvent les démarches parlementaires et les débats sont trop longs, que rien ne bouge assez rapidement et qu'on parle pour ne rien dire. Depuis nombre d'années, et encore cette semaine, les députés ont largement parlé de la problématique du logement sous différents angles, ici à la Chambre des communes.
Pourtant, l'accès au logement est encore aujourd'hui un besoin criant chez nous, en Abitibi—Témiscamingue, comme dans plusieurs autres régions du Québec, encore plus dans un contexte où les communautés travaillent d'arrache-pied afin d'attirer des travailleurs dans les régions.
Qu'en est-il des solutions qu'offre le gouvernement fédéral à cette problématique? Il n'y a rien. Le fédéral n'en propose pas. J'aimerais d'ailleurs souligner une initiative de chez nous, celle de la Fondation Martin‑Bradley. On a fait un radiothon, et 301 000 $ ont été amassés, notamment pour la construction de logements pour des gens qui sont en difficulté, notamment des gens qui vivent des problèmes de santé mentale.
La Fondation Martin‑Bradley s'est mobilisée, et je pense notamment à Ghislain Beaulieu et à Jean‑Yves Moreau et son fils Jean‑François qui ont pu mettre en place une collecte de fonds auprès des entrepreneurs et des gens d'affaires de la région. Le somme de 301 000 $ est un montant énorme, et j'aimerais les saluer. Cela va notamment permettre de financer des projets, comme des travailleurs de rang en Abitibi—Témiscamingue dans le milieu agricole; il est essentiel d'apporter du soutien psychologique de ce côté. Je dois encore une fois le dire: tout cela vient du fait que le budget fédéral n'y répond pas.
En plus d'avoir tardé, les transferts légitimes des sommes au Québec pour encourager les initiatives de construction de logements sont largement insuffisants. Le manque de construction a un impact direct sur le développement économique et social de nos régions et du Québec dans son ensemble.
Il est nécessaire, en respect des compétences propres au Québec, de transférer des montants plus substantiels et adaptés au contexte actuel, qui comporte une augmentation importante des coûts des matériaux et de la main d'œuvre. Par ailleurs, des incitatifs fiscaux aux promoteurs représenteraient une manière de palier et de stimuler les initiatives en infrastructure qui sont prometteuses pour la relance en laissant des acquis au sein de nos communautés; sans oublier des projets de logements issus du milieu qui représenteraient une avenue durable à ce problème.
Enfin, pourquoi ne pas prévoir un financement sans condition par le fédéral d'un fonds pour les régions, administré par Québec et les gens du milieu, qui permettrait de mettre de l'avant et d'encourager des projets en développement selon les propriétés et les priorités particulières arrimées à des besoins particuliers? Plus que jamais, la pénurie de la main d'œuvre est un frein à la relance économique de la région de l'Abitibi—Témiscamingue. Plus que jamais, le fédéral doit être en mode solution parce qu'en ce moment, nous nous sentons abandonnés.
Je pense que le statut particulier d'une région comme l'Abitibi—Témiscamingue, qui a une frontière limitrophe avec l'Ontario, fait qu'on se retrouve dans un certain contexte. Des gens de chez nous partent vers la circonscription de la députée d'Algoma—Manitoulin—Kapuskasing, parce que les cas d'immigration sont traités en 12 mois en Ontario tandis que dans ma circonscription, cela peut prendre jusqu'à 27, voire 30 mois dans certains cas. C'est une aberration.
En Abitibi—Témiscamingue, comme je disais, la pénurie de logements rime aussi avec la pénurie de main-d'œuvre, d'où l'importance de stimuler la construction de logements. Comment attirer et maintenir des travailleurs qualifiés sur le territoire de l'Abitibi—Témiscamingue quand le travailleur est incapable de trouver un toit pour sa famille? Le fédéral doit agir rapidement.
Le projet de loi C‑30 s'attaque aussi une fois de plus au Québec et à son autorité des marchés financiers. Cela est inacceptable.
Comment fermer les yeux devant une volonté de centralisation du gouvernement fédéral des plus grossières des dernières années, celle de fédéraliser le secteur des finances en encadrant les domaines de l'assurance, des valeurs mobilières, des instruments dérivés, des institutions de dépôt, à l'exception des banques et de la distribution de produits et services financiers?
L'objectif de ce régime canadien des valeurs mobilières est un autre exemple de la centralisation des marchés financiers effectuée par le gouvernement fédéral, qui veut faire de Toronto une autorité unique pancanadienne qui irait à l'encontre du développement économique de toutes les provinces. Ce n'est pas qu'un conflit de compétence ou une chicane fédérale et provinciale, c'est un conflit entre Bay Street et le Québec.
J'aimerais rappeler que le Bloc québécois et le Québec s'y opposent fermement. À quatre reprises, l'Assemblée nationale du Québec a été unanime pour demander au fédéral d'y renoncer. Ce n'est pas exagéré de dire que tout le monde est contre, au Québec. Rarement a‑t‑on vu des milieux d'affaires du Québec se mobiliser d'une seule voix pour s'opposer à cette très mauvaise idée du gouvernement fédéral, qui veut faire plaisir à Bay Street.
Que le gouvernement et Bay Street en prennent bonne note: la création de cette autorité unique pancanadienne en matière de valeurs mobilières retrouvera toujours sur son chemin le Bloc québécois.
Une autorité des marchés financiers est essentielle au développement du Québec. Il s'agit donc de rien de moins qu'une attaque contre le maintien de nos sièges sociaux. La préservation des piliers économiques distincts du Québec est essentielle à notre développement. Nous ne laisserons pas le fédéral agir en ce sens.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, it is plain to see that the parliamentary secretary did not listen to the first part of my speech. I can forgive him to some extent because I gave it at 12:48 a.m. two days ago.
I would say that one of the problems is that it took three years to get these agreements in place. The federal government really dragged its feet on transferring the money to Quebec. Why did the other provinces get their money quickly but not Quebec?
Furthermore, in Abitibi—Témiscamingue, now that housing construction can start, the cost of materials is skyrocketing and these amounts are largely insufficient. I understand that the government did not anticipate COVID‑19, but it has a responsibility to take action on housing.
Madame la Présidente, on peut voir de façon claire que le secrétaire parlementaire n'a pas écouté le début de mon discours. Je l'excuse un peu, puisque cela a eu lieu à 0 h 48 il y a deux jours.
Je dirais que l'un des problèmes est que ces ententes ont pris trois ans avant d'être mises en place. Il y a vraiment eu du taponnage de la part du gouvernement fédéral concernant le transfert des sommes à Québec. Pourquoi cela s'est‑il fait rapidement dans d'autres provinces, mais pas au Québec?
De plus, en Abitibi—Témiscamingue, on constate que, au moment où cette construction de logements peut commencer, il y a une explosion des coûts et ces montants deviennent largement insuffisants. Je comprends que le gouvernement n'a pas prévu la COVID‑19, mais il a une responsabilité d'agir en ce qui concerne le logement.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague from Hamilton Centre for his excellent question.
That is indeed the crux of the matter, and that is why the Bloc Québécois voted against the budget. We are in the midst of a pandemic and the federal government has a responsibility to respect the agreements it has made in the past.
Under normal circumstances, the costs associated with health care spending should be shared 50-50. We are barely receiving 20%. The provinces and the Quebec National Assembly are unanimous in their request to increase this percentage to 35%.
When we see the federal government rack up more than $1 trillion in debt, money becomes very relative. That really worries me, and I think that one of the solutions would have been to give the people who are managing the pandemic the necessary means to achieve their objectives, instead of trying to impose national standards, as in the case of long-term care facilities.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Hamilton‑Centre de son excellente question.
C'est effectivement le gros drame et c'est pour cela que le Bloc québécois a voté contre le budget. Nous sommes dans un contexte de pandémie et le gouvernement fédéral a la responsabilité de respecter les ententes qu'il a prises, historiquement.
Normalement, les coûts de dépenses en santé devraient être partagés 50‑50. Or, on est à peine à 20 %. La demande unanime des provinces et de l'Assemblée nationale est d'augmenter ce pourcentage à 35 %.
Quand on voit le gouvernement fédéral accumuler une dette de plus de 1 000 milliards de dollars, l'argent devient quelque chose de très relatif. Cela me préoccupe et je pense qu'une des réponses aurait effectivement été de donner à ceux qui gèrent la pandémie les moyens nécessaires de répondre à leurs ambitions, et non de chercher à imposer des normes nationales, comme dans les CHSLD.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-18 10:13 [p.8757]
Madam Speaker, interestingly enough, the first speaker asked a question about housing and said that the federal government had invested enough, while the second speaker spoke about health transfers.
I just had a discussion with Marguerite Blais, Quebec's minister responsible for seniors and caregivers. She spoke about two things.
First, she spoke about how the federal government did not want to increase health transfers to 35%, even though that is Quebec's main demand to help our health care system. Second, she spoke about housing, about how we need to help workers—and therefore businesses—back home, in the riding of Shefford, who are struggling to find housing. She also spoke about how we must help seniors, who need safe, affordable housing.
There is not enough funding; we need more. On top of that, the agreements have been dragging on.
I would like to hear my colleague's thoughts on this.
Madame la Présidente, c'est drôle. Le premier interlocuteur a posé une question sur le logement et a dit que le fédéral avait suffisamment investi, tandis que le second a parlé des transferts en santé.
Je viens d'avoir une discussion avec la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants au Québec, Marguerite Blais. Elle m'a parlé de deux choses.
Premièrement, elle m'a parlé du fait que le fédéral ne voulait pas augmenter les transferts jusqu'à 35 %, alors que c'est la demande principale du Québec pour aider notamment notre système de santé. Deuxièmement, elle m'a parlé de logement, que ce soit pour aider les travailleurs de chez nous, dans la circonscription de Shefford, qui ont de la misère à se loger, et ce, afin d'aider les entreprises, ou que ce soit pour aider les aînés qui ont besoin de logements abordables et sûrs.
Il faut davantage d'investissements, car il n'y en a pas suffisamment. De plus, les choses traînent trop longtemps en ce qui concerne les ententes.
J'aimerais entendre les commentaires de mon collègue à ce sujet.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I would like to commend the member for Shefford for her commitment to seniors. One of the key things missing from this budget is help for seniors aged 65 to 74. It is fascinating that the government wants to create two classes of seniors. I just cannot understand it.
How did the government determine that the needs of seniors aged 65 to 74 are not the same as those aged 75 and up? I am thinking here of prescription drug assistance and rent relief, or even the increase in the cost of Internet services and electricity. Only this government would think that people should have to wait until they are 75 to live with dignity.
Housing is a top priority in indigenous communities, as well as in our cities and towns. It is a matter of dignity. Housing is a tool for economic development, but it is also essential to every individual's psychological and mental health. Every Canadian should have a decent roof over their heads, and that should be the priority of this government and future governments in the years to come.
Madame la Présidente, j'aimerais saluer l'engagement de la députée de Shefford sur toute la question des aînés. Un des grands absents de ce budget est l'aide aux aînés de 65 à 74 ans. En fait, il est fascinant que le gouvernement veuille créer deux classes d'aînés, ce que je ne m'explique pas.
Comment fait-on pour déterminer que les besoins des aînés de 65 à 74 ans ne sont pas les mêmes que ceux des personnes de 75 ans et plus? Je pense ici à l'aide aux médicaments, à l'aide au loyer, ou encore à l'augmentation des coûts d'Internet et d'électricité. La dignité n'attend pas 75 ans, sauf pour ce gouvernement.
Le logement est une priorité absolue dans les communautés autochtones, ainsi que dans nos villes et nos villages. C'est une question de dignité et un levier de développement économique. Le logement est également essentiel à la santé psychologique et mentale de chaque individu. On doit être capable de donner un toit décent à tout le monde au Canada et cela devrait être la priorité du gouvernement actuel et des prochains gouvernements pour les années à venir.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-18 10:23 [p.8758]
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech. I would like him to comment, in detail, if possible, on the creation of two classes of seniors.
This measure would have cost around $4 billion if the government had included seniors aged 65 to 75. Once taxes are paid, that figure drops to a little over $2 billion.
This is not money that we would lose to tax havens. This money would be reinvested in the economy, so the final cost is relatively low. Would he agree that not only would this have been a good measure to help with the economic recovery, but it would also have kept seniors from falling through the cracks?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours. J'aimerais entendre ses commentaires sur la création des deux classes d'aînés et, si possible, de façon détaillée.
Cette mesure aurait coûté environ 4 milliards de dollars si on avait inclus les personnes âgées de 65 ans à 75 ans. Une fois l'impôt payé, cela nous mène à un peu plus de 2 milliards de dollars.
Comme il ne s'agit pas d'argent qui disparaîtrait pour se retrouver dans les paradis fiscaux, mais d'argent qui serait réinvesti dans l'économie, le coût final est donc assez peu élevé. N'aurait-ce pas été, même sur le plan économique, une bonne mesure pour la relance économique en plus de ne laisser aucun aîné pour compte?
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-18 11:13 [p.8766]
Madam Speaker, it is with a heavy heart filled with love for her family and loved ones that I rise today to pay tribute to one of the greats of the north shore. Wanda Beaudoin died suddenly on June 13.
Wanda was the first woman to serve as mayor of the fabled Blanc‑Sablon. A coaster at heart and proud north shore denizen, she firmly believed that women's contribution to politics is both necessary and invaluable. She put her sharp mind and gut instinct to work for her constituents.
Less than a month ago, I was working with Wanda on a case riddled with injustice. It hit close to home for her, and she was completely outraged about it. However, her voice was so filled with determination that no one would ever have guessed she was living with cancer.
Wanda, you were a smart and caring woman, a woman in politics, a woman from the north, and by showing the House your strength and determination and your love for our lower north shore, I hope I have made it clear that the north shore will remember you always.
Farewell, Madam Mayor.
Madame la Présidente, c'est avec le cœur serré, mais tournée vers sa famille et ses proches que je prends la parole aujourd'hui pour saluer une grande Nord‑Côtière qui nous a subitement quittés le 13 juin dernier, Wanda Beaudoin.
Wanda, première femme mairesse de la mythique Blanc‑Sablon, coaster de cœur, Nord‑Côtière fière, qui croyait fermement à l'apport aussi nécessaire qu'inestimable des femmes à la politique, a représenté les siens avec sa tête et ses trippes.
Il y a moins d'un mois, je travaillais avec Wanda dans un dossier pétri d'injustices qui venait la chercher intimement et qui la révoltait. Pourtant, dans la volonté que portait sa voix, personne n'aurait pu se douter un seul instant qu'un cancer l'habitait à ce moment-là.
Wanda, femme, femme politique, femme de cœur, femme de tête, femme du Nord, en montrant à la Chambre ta force, ta détermination et ton amour pour notre Basse‑Côte‑Nord, je souhaite témoigner du souvenir de toi que la Côte‑Nord gardera à jamais.
Au revoir, madame la mairesse.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-18 11:23 [p.8768]
Madam Speaker, three days ago, the government introduced a bill to protect the French language.
Three days, just three short days later, we are learning that Ottawa wants to appoint a unilingual anglophone as CEO of the Canadian Museum of History. This sends a very clear message. The federal government is appointing a unilingual anglophone to be in charge of how history is told in Canada.
The worst part is that this appointment is not at a museum in Toronto or a museum in Calgary. It is at a museum in Gatineau. Is the minister aware of the message he is sending, and will he back down?
Madame la Présidente, il y a trois jours, le gouvernement déposait un projet de loi censé protéger le français.
Trois jours, trois petits jours plus tard, on apprend qu'Ottawa veut nommer un PDG unilingue anglophone au Musée canadien de l'histoire. Le symbole est assez fort: le fédéral nomme un unilingue anglophone responsable de comment on raconte l'histoire au Canada.
Le pire, c'est que cette nomination n'est pas pour un musée à Toronto, ce n'est pas pour un musée à Calgary, c'est pour un musée à Gatineau. Le ministre réalise-t-il le message qu'il envoie, et va-t-il reculer?
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-18 11:24 [p.8768]
Madam Speaker, three days after the federal government's big show about protecting French, nothing has changed on the ground.
CBC/Radio-Canada revealed that, in its job posting, the federal government said that fluency in both official languages would be preferable. For a museum in Quebec that serves a large population of Franco-Ontarians and that is supposed to hire employees who speak French, fluency in French is not preferable; it is essential.
After all of the debates we have had this year about the decline of French, how can the federal government still be so negligent?
Madame la Présidente, trois jours après le grand spectacle du fédéral sur la protection du français, rien n'a changé sur le terrain.
Radio-Canada révèle que, dans l'offre d'emploi, on pouvait lire que la maîtrise des deux langues officielles serait préférable. Dans un musée au Québec qui dessert une forte population de Franco-Ontariens et qui est censé engager des employés qui parlent français, la maîtrise du français n'est pas préférable, elle est incontournable.
Après tous les débats qu'on a tenus cette année au sujet du déclin du français, comment le fédéral peut-il encore être aussi négligent?
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-06-18 11:36 [p.8771]
Madam Speaker, do my colleagues remember Gary Kobinger, a Université Laval researcher? He is the expert who became famous for his discovery of the Ebola vaccine, and he is also the expert who, at the start of the pandemic, developed a COVID‑19 vaccine candidate. Unfortunately, Ottawa denied him funding for clinical trials.
Canada still does not have a made-in-Canada vaccine or a modern pharmaceutical industry, and now it no longer has Dr. Kobinger either. The University of Texas put him in charge of one of the most prestigious biomedical research labs in the world.
Why did the government not do everything in its power to develop a local vaccine—
Madame la Présidente, est-ce que mes collègues se rappellent le chercheur Gary Kobinger, de l'Université Laval? C'est l'expert qui était célèbre pour sa découverte du vaccin contre l'Ebola et c'est également l'expert qui, au début de la pandémie, a développé un candidat vaccin contre la COVID‑19. Malheureusement, Ottawa lui avait refusé le financement pour des essais cliniques.
Aujourd'hui, le Canada n'a toujours pas de vaccin local, toujours pas de pôle pharmaceutique moderne et voilà qu'il n'a plus le docteur Kobinger. En effet, l'Université du Texas lui a confié un des plus importants laboratoires de recherche biomédicale au monde.
Pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas tout mis en œuvre pour développer un vaccin local...
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-06-18 11:37 [p.8771]
Madam Speaker, that is nonsense. Quebec will receive 600,000 fewer doses of the Pfizer vaccine this week, but will receive more doses of Moderna. The reason we are still talking about weekly deliveries is that Canada is still, to this day, 100% dependent on foreign suppliers for our vaccines.
While Canada still does not have the high-tech industry needed, at least it had the expertise. Now we learn that Canada is losing one of its most eminent scientists, because Ottawa was too cheap to fund his research. Why is the government pinching pennies rather than funding our own scientists, forcing us to depend on foreign pharmaceutical companies to whom we pay billions of dollars?
Madame la Présidente, c'est n'importe quoi. Le Québec recevra 600 000 doses de moins du vaccin de Pfizer cette semaine, mais recevra plus de doses de Moderna. Si on doit encore parler de livraisons hebdomadaires, c'est parce que, encore aujourd'hui, le Canada est 100 % dépendant des étrangers pour nos vaccins.
Si le Canada n'a toujours pas d'industrie de pointe requise, il avait au moins l'expertise. Or, on apprend qu'il perd un de nos plus éminents scientifiques parce qu'il est trop radin pour financer ses recherches. Comment le gouvernement peut‑il compter ses rouleaux de trente-sous avant de financer nos scientifiques, alors qu'on dépend d'entreprises pharmaceutiques étrangères à qui on paie des milliards de dollars?
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-06-18 11:52 [p.8774]
Madam Speaker, on Wednesday, the federal assistance that farmers are receiving to cover the costs of quarantine for their temporary foreign workers was cut in half.
Ottawa was giving farmers a reimbursement of up to $1,500 to apologize for forcing them to cover the costs of quarantine. Now, the federal government has cut that amount to $750, but farmers still need to bring in workers, and quarantine is still mandatory. The health measures have not changed. The costs have not changed either. The only thing that has changed is that Ottawa is no longer doing its part.
Will the Minister of Immigration, Refugees and Citizenship immediately reverse those cuts?
Madame la Présidente, mercredi, les producteurs agricoles se sont fait couper de moitié l'aide qu'ils reçoivent du fédéral pour les quarantaines de leurs travailleurs étrangers temporaires.
Ottawa les indemnisait à hauteur de 1 500 $ pour s'excuser de leur avoir pelleté la responsabilité des quarantaines. Aujourd'hui, le fédéral coupe cela à 750 $, mais les agriculteurs continuent d'accueillir les travailleurs et les quarantaines continuent d'être obligatoires. Les mesures sanitaires n'ont pas changé. Les coûts n'ont pas changé non plus. Tout ce qui change, c'est qu'Ottawa ne fait plus sa part.
Est-ce que la ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté va immédiatement renverser cette coupe?
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-06-18 11:54 [p.8774]
Madam Speaker, when the minister announced $1,500 to help cover the cost of worker quarantines, she gave farmers her word. She said, “This program will be available as long as the Quarantine Act is in force”. Quarantine is still mandatory. There is no logical reason for her to cut this financial assistance in half.
Will the minister keep her promise to farmers and put an end to the cuts as long as quarantining is mandatory?
Madame la Présidente, lorsque la ministre a annoncé une aide de 1 500 $ pour les quarantaines des travailleurs, elle a donné sa parole aux agriculteurs. Elle a dit: «  Ce programme sera offert aussi longtemps que la Loi sur la mise en quarantaine sera en vigueur [...] ». Les quarantaines sont encore en vigueur. Aucune raison logique ne justifie qu'elle coupe de moitié leur aide financière.
Est-ce qu'elle va respecter sa promesse envers les producteurs agricoles et mettre fin aux coupes tant qu'il y aura des quarantaines obligatoires?
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-18 13:12 [p.8788]
Mr. Speaker, I would simply like to reserve the right for the Bloc Québécois to reply to the question of privilege that was just raised.
Monsieur le Président, j'aimerais simplement réserver le droit du Bloc québécois à une réplique sur la question de privilège qui vient d'être énoncée.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, we are supposed to be debating Bill S‑204. From what I understand, the Liberals do not want this bill to pass quickly.
It is very nice and all to want to thank everyone, but the member's comments have nothing to do with the subject at hand.
Monsieur le Président, le sujet dont nous devons débattre est le projet de loi S‑204. Je crois comprendre que les libéraux ne veulent pas qu'il soit adopté rapidement.
C'est bien gentil et bien beau d'en profiter pour remercier tout un chacun, mais ce que dit la députée présentement n'a rien à voir avec le sujet.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, Bill S‑204 would make it a criminal offence for a person to go abroad to receive an organ harvested without consent. This bill combats the horrible practice of forced organ harvesting and trafficking in human organs. I will not get into the bill because everyone agrees that it should be passed.
This bill has already been unanimously passed twice by the Senate and once by the House. Initially it was a Liberal bill introduced by Borys Wrzesnewskyj and Irwin Cotler. The issue today is not about the bill.
The issue is whether the government is committed to doing what it knows is the right thing and will allow the bill to pass or whether it will decide otherwise. If this bill is passed right away then the House could resume debate of the government's budget. The government can either agree to this or spend an hour talking about it, delaying both this bill and its own budget.
Accordingly, I would like to seek the unanimous consent of the House to move the following motion: That, notwithstanding any standing order, special order or usual practice of the House, at the conclusion of today's debate on Bill S‑204, the bill be deemed to have been read a second time and referred to a committee of the whole, deemed considered in a committee of the whole, deemed reported without amendment, deemed concurred in at report stage and deemed read a third time and passed.
Madame la Présidente, le projet de loi S‑204 criminaliserait le fait d'aller à l'étranger pour y recevoir un organe prélevé sans le consentement de la personne sur qui l'organe est prélevé. Ce projet de loi vise à lutter contre les pratiques horribles que sont les prélèvements forcés d'organes et le trafic d'organes. Je ne parlerai pas beaucoup du projet de loi parce que tout le monde s'entend déjà pour dire qu'il devrait être adopté.
Ce projet de loi a déjà a été adopté deux fois par le Sénat et une fois par la Chambre, à l'unanimité. Au départ, c'était un projet de loi libéral présenté par Borys Wrzesnewskyj et Irwin Cotler. La question aujourd'hui ne porte donc pas sur le projet de loi.
Il s'agit plutôt de savoir si le gouvernement s'engage à faire ce qu'il sait être la bonne chose et à laisser ce projet de loi être adopté, ou s'il en décidera autrement. Si ce projet de loi est adopté maintenant, la Chambre pourra reprendre immédiatement l'examen du budget du gouvernement. Le gouvernement peut donc soit accepter que cela se produise ou consacrer l'heure à discuter, retardant à la fois ce projet de loi et son propre budget.
Par conséquent, j'aimerais demander le consentement unanime de la Chambre pour déposer la motion suivante: Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou pratique habituelle de la Chambre, lorsque le débat sur le projet de loi S‑204 prendra fin aujourd'hui, le projet de loi soit réputé lu une deuxième fois et renvoyé à un comité plénier, soit réputé avoir été étudié en comité plénier, soit réputé avoir fait l'objet d'un rapport sans amendement et soit réputé adopté à l'étape du rapport, lu une troisième fois et adopté.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, unfortunately, I believe it is quite obvious what the Liberals are doing. Afterwards, they will tell us that the opposition was being partisan and playing politics. Quite frankly, that is disappointing today.
Madame la Présidente, je pense que ce que les libéraux sont en train de faire est assez clair, malheureusement. Ensuite, ils viendront nous dire que l'opposition fait de la partisanerie et de la petite politique. C'est franchement ordinaire aujourd'hui.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-06-18 14:53 [p.8802]
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech and for speaking at length about agriculture. I understand that he wants us to turn our attention to what comes after COVID-19, but I would like him to speak to what happened during the pandemic.
In question period today, I asked why support for mandatory quarantines was cut in half a few days ago when the war on COVID-19 is not over and our farmers need support.
I would like to hear what my colleague has to say about the general support provided to the agriculture and agri-food community during the COVID-19 pandemic, in particular the inadequacy of the emergency processing fund.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours et du fait qu'il a beaucoup parlé d'agriculture. Je comprends qu'il veut qu'on se tourne vers l'après COVID‑19, mais j'aimerais qu'il se penche sur ce qui s'est passé pendant la pandémie.
À la période des questions orales aujourd'hui, j'ai demandé pourquoi le soutien aux quarantaines obligatoires avait été coupé de moitié depuis quelques jours alors que la guerre contre la COVID‑19 n'est pas terminée et que nos agriculteurs ont encore besoin de soutien.
J'aimerais entendre les commentaires de mon collègue sur le soutien général qu'a reçu le monde agricole et agroalimentaire pendant la pandémie de la COVID‑19, entre autres sur l'insuffisance du Fonds d’urgence pour la transformation.
View Louise Charbonneau Profile
BQ (QC)
View Louise Charbonneau Profile
2021-06-18 15:09 [p.8804]
Madam Speaker, I thank my colleague from Hamilton Centre for his speech. He spoke a lot about the Canada emergency wage benefit. I would like to hear his thoughts on the political parties that received the wage subsidy.
What does he think about that?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Hamilton-Centre de sa présentation. Il a beaucoup parlé du programme de Subvention salariale d'urgence du Canada. Je voulais l'entendre sur les partis politiques qui ont reçu la subvention salariale.
Qu'en pense-t-il?
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, today we are debating Bill C‑30, but that does not mean much to the average person. This is a budget implementation bill.
It is interesting that we are talking about the budget and the budget implementation bill. It is 2021, and the government was elected in 2019, which means that the government took two years and a bit to finally present a budget. That is a problem. The COVID‑19 crisis started at the beginning of 2020, and it is still not over. It seems like the government took advantage of the crisis to avoid tabling a budget. This is a minority government, and it would normally have been held to account. Normally, the government would have had to try to work with the other parties, especially since it got even fewer votes than another opposition party.
A result like that on the heels of an election should be a wake-up call. The government should have understood that it might be a good idea to face the facts and that it would have to think carefully about its next moves and reach out to others. Unfortunately, it seems that [Technical difficulty—Editor].
Madam Speaker, I just realized that I had some technical issues.
Madame la Présidente, le sujet du débat d'aujourd'hui est le projet de loi C‑30, mais pour le commun des mortels cela ne veut pas dire grand-chose, parce qu'il s'agit d'un projet de loi de mise en œuvre du budget.
C'est intéressant que nous parlions de budget et de projet de loi de mise en œuvre de budget. Nous sommes en 2021, et le gouvernement a été élu en 2019, ce qui veut dire que le gouvernement a pris deux ans, voire un peu plus avant de déposer finalement un budget. C'est tout de même problématique. Depuis le début de l'année 2020, on a vécu la crise de la COVID‑19, qui n'est d'ailleurs pas tout à fait finie. On a l'impression que le gouvernement a profité de cette situation pour ne pas déposer de budget. En tant que gouvernement minoritaire, il aurait normalement dû rendre davantage des comptes. Normalement, le gouvernement aurait dû essayer de travailler avec les autres partis, surtout qu'il a obtenu même moins de votes qu'un autre parti de l'opposition.
Au lendemain d'une élection, un tel résultat donne une claque. Cela aurait dû lui montrer qu'il valait mieux qu'il se remette les yeux dans les trous, qu'il allait devoir faire attention à ce qu'il allait faire, réfléchir et tendre la main aux autres. Malheureusement, il faut croire que [difficultés techniques].
Madame la Présidente, je viens de m'apercevoir que j'ai eu un problème technique.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I seem to have gotten cut off for a moment. I think a member had their microphone on, and a meeting host put everyone on mute to turn the member's sound off. I think that probably put me and the Chair on mute. I could be wrong. I am not a tech expert, but that would be my guess.
What I was saying was that we would have expected the government, upon winning a minority, to make an effort to negotiate with the parties, to present a budget and to make concessions. Instead, it dragged things out and took advantage of the pandemic to avoid presenting a budget, to avoid being held accountable and to do whatever it wanted. Once the pandemic arrived, the government came to us with piecemeal legislation that we always had to vote on quickly. We then noticed all of the holes and all of the problems these programs had.
It is now June 2021 and we are hearing all kinds of rumours about a possible election. Meanwhile, we are still on this government's first budget. That speaks volumes. We agree that that is not much of a record, that it is not very impressive.
Let us also talk a little bit about the way this crisis was managed, the way we experienced it as parliamentarians and the way the population saw it. I am not sure that the Liberals were the great champions they sometimes claim to be.
In fact, when looking at the situation, we see that they took advantage of the crisis to try to give contracts to their friends. They arranged for a nice wage subsidy and included a special stipulation saying that political parties would be eligible. That is about it. They arranged things and no one seemed to be aware of it. However, at a certain point, we realized what was happening. We wondered how the Liberals could take advantage of the wage subsidy when their coffers were already full. It was the same for the other parties. The Bloc Québécois is the only party that refused to take advantage of the wage subsidy.
The Liberal Party and the Conservative Party, two political parties that are far from lacking in funds, took advantage of the pandemic to get rich and fill their coffers, at the expense of people who were in need and who needed the support of the government.
We will not stop reminding the House of this, even though the government may not like to hear it. We are going to repeat it because we know that the public is eventually going to have to vote and pass judgment.
We also saw a company being incorporated and, practically the very next day, magically receiving government contracts at prices that were frankly pretty high. First of all, the company did not manufacture equipment or respirators. Second, the people linked to this company were former Liberals.
We saw the WE Charity program brought in, again in a rush. The government claimed it did not have the expertise or staff to run a program. In the end, we realized that this charity had dubious practices. For example, it might get four or five different donors to fund the same project and just change the name on the plaque out front. We discovered that some people in the organization were particularly close to the Liberals and that the government was going to put the group in charge of distributing about $1 billion in grants for “paid volunteer work” without a competition and without consulting anyone. It is a weird story, and I think that many people had a hard time following the government's reasoning, the Liberals' reasoning. It is so hard to explain. We still have a hard time explaining it. The whole thing was called off when the parliamentary committees started looking into this infamous program, which seemed tailor-made for a group that had ties to the Liberals.
There were other problems that may not have bothered people in the rest of Canada very much, but that certainly bothered people in Quebec. In the middle of the health crisis, when people were a bit worried and stressed out, we sometimes wondered if we would be able to get all the products we needed. Some products on the shelves were dangerous and came with no instructions. Some products had no information on them.
In times of crisis, governments show their true colours, and we certainly saw the Canadian government's true colours. As it turns out, French is a frill for the Canadian government. It is a cute little language that the government likes to trot out from time to time to placate francophones whenever we make a fuss, but when the rubber hits the road, French gets tossed aside. That is exactly what happened with product labelling during the crisis.
We also found out how the federal government was managing its medical equipment. When the emergency supply warehouses were opened up, it turned out that the masks were past their expiry date, and lots of the gear in the federal stockpile was no longer usable. Panic ensued, and the government scrambled to bring in equipment from all over the world.
A similar fate befell our vaccine production capacity. We realized it had become all but impossible to make vaccines here. It is possible, but our capacity is greatly diminished. Why? Because Canada has chosen to outsource everything over the years, often at the expense of our local industries.
As I mentioned earlier, some programs had some deficiencies, like the CERB, which created disincentives to work. Many people decided to stay at home instead of going to work, even though there was a need on the ground.
The government decided not to close the borders, even though it was well known that the virus was entering from other countries. It did not come from within Canada. Some people were getting cheques to quarantine after going on holiday, while others had no access to any assistance.
The government felt sorry for the airlines. Yes, they needed help, but ordinary people were not getting refunds for their plane tickets. Their rights were completely violated.
On top of that, the government has taken to lecturing Quebec on how it has handled the crisis. After everything I just pointed out, in my opinion, that is the worst. There is nothing worse than a government that comes along and tells Quebec what to do in its areas of jurisdiction, that gives lessons on how Quebec should manage its health care system when it is incapable of managing its own jurisdictions.
I will conclude there.
Madame la Présidente, je semble avoir été interrompu pendant un moment. Je crois qu'un député avait son microphone ouvert et qu'un gestionnaire de la conférence a mis tout le monde en sourdine pour couper le son provenant du député. Cela a probablement eu pour effet de mettre la présidence et moi-même en sourdine. Je peux me tromper, puisque je ne suis pas un expert en la matière, mais c'est l'explication que je donnerai. C'est mon hypothèse, du moins.
Ce que j'étais en train de dire, c'est que nous imaginions que le gouvernement, après avoir été élu minoritaire, s'empresserait de négocier avec les partis, de déposer un budget et de faire des concessions. Il a plutôt étiré la sauce et profité d'une pandémie pour ne pas déposer de budget, pour ne pas rendre de comptes et pour faire comme s'il avait carte blanche. Une fois qu'est arrivée la pandémie, il nous est arrivé avec des règlements à la pièce, que nous devions toujours voter de façon urgente. Par la suite, nous constations tous les trous et tous les problèmes qu'ils renfermaient.
Nous sommes maintenant en juin 2021 et nous entendons partout des rumeurs selon lesquelles des élections pourraient être déclenchées. Pourtant, nous en sommes encore au premier budget de ce gouvernement. C'est dire! Nous nous entendrons pour affirmer que ce n'est pas un gros bilan, que ce n'est pas trop impressionnant.
Parlons un peu également de la façon dont s'est déroulée la gestion de cette crise, de la manière dont nous l'avons vécue en tant que parlementaires et de la façon dont la population l'a perçue. Je ne suis pas certain que les libéraux auront été les grands champions qu'ils prétendent parfois être.
En fait, en regardant la situation, nous voyons qu'ils ont plutôt profité de la crise pour notamment essayer de donner des contrats à leurs petits amis. Ils se sont arrangé une belle subvention salariale et y ont inclus une petite ligne spéciale pour dire qu'ils pouvaient, grâce à celle-ci, financer les partis politiques. C'est à peu près cela. Ils ont arrangé les affaires et personne ne semblait être au courant. Or, à un moment donné, nous nous en sommes rendu compte. Nous nous sommes demandé comment les libéraux pouvaient profiter de la subvention salariale alors qu'ils avaient un coffre plein. Ce fut la même chose pour les autres partis, d'ailleurs. Le Bloc québécois est le seul parti à avoir refusé d'en profiter.
Le Parti libéral et le Parti conservateur, des partis politiques qui sont très loin de manquer de sous, ont profité de la pandémie pour s'enrichir et remplir leurs coffres, aux dépens des gens qui étaient dans le besoin et qui avaient besoin de soutien de la part du gouvernement.
Nous n'avons pas fini de le rappeler à la Chambre, même si le gouvernement n'aime peut-être pas l'entendre. Nous allons le répéter parce que nous savons que les gens vont devoir voter et que, à un moment donné, ils vont devoir porter un jugement.
Nous avons aussi vu une compagnie s'incorporer et, presque le lendemain de son incorporation, recevoir magiquement des contrats du gouvernement à des prix, disons-le, assez élevés. D'abord, la compagnie ne fabriquait pas d'équipement ni de ventilateurs. Ensuite, les fameuses personnes liées à cette entreprise étaient d'anciens libéraux.
Nous avons vu le programme de l'organisme UNIS être mis en place à la va-vite, encore une fois. On prétendait alors ne pas avoir l'expertise ni les fonctionnaires pour gérer un programme. Finalement, nous nous sommes rendu compte que ce groupe de bienfaisance avait des pratiques douteuses. Par exemple, il pouvait faire financer les mêmes réalisations quatre ou cinq fois, par des personnes différentes, simplement en changeant la pancarte devant. Nous nous sommes aperçus que des gens de cette organisation étaient particulièrement proches des libéraux, que le gouvernement allait accorder au groupe la gestion de quelque 1 milliard de dollars, sans appel d'offres, sans consulter personne, et ce, pour gérer des bourses de « bénévolat payé ». C'est une drôle d'histoire et je pense que bien des gens ont eu de la misère à suivre le raisonnement du gouvernement, des libéraux. C'est tellement difficile à expliquer que nous en sommes encore incapables aujourd'hui. Les choses ont été annulées quand les comités parlementaires se sont mis le nez dans ce fameux programme qui semblait avoir été fabriqué sur mesure pour venir en aide à un groupe proche des libéraux.
Pensons aussi à d'autres ratés qui préoccupent peut-être moins de personnes dans le reste du Canada, mais qui, au Québec, ont préoccupé un certain nombre de personnes. En pleine période de crise sanitaire, alors que les gens sont un peu inquiets et stressés, nous nous sommes parfois demandé si nous serions capables d'obtenir tout ce dont nous avions besoin. Certains produits sur les tablettes étaient dangereux et n'étaient accompagnés d'aucune instruction. Sur certains produits, aucune donnée n'était fournie.
C'est généralement en temps de crise que l'on voit la vraie nature des régimes et on a pu voir celle du régime canadien. Finalement, le français est optionnel dans le régime canadien. C'est une belle langue toute mignonne que l'on parsème ici et là pour contenter les francophones quand ils chialent. Quand c'est important et que cela compte, le français prend le bord. C'est ce que nous avons bien vu avec l'étiquetage des produits dans cette crise.
Nous avons aussi constaté comment le gouvernement fédéral gérait ses équipements médicaux. Quand on a ouvert les entrepôts pour les équipements d'urgence en cas de crise, on s'est rendu compte que les masques étaient périmés et qu'un paquet d'équipements n'étaient plus utilisables dans la réserve fédérale. Finalement on s'est retrouvé en panique, et on a dû parcourir la planète pour trouver de l'équipement.
C'était la même histoire concernant notre capacité de production de vaccins. On s'est rendu compte qu'il était rendu presque impossible d'en fabriquer ici. Cette possibilité existe toujours, mais disons qu'elle est extrêmement réduite. Pourquoi? C'est à cause de cette espèce de vision de désindustrialisation et de laisser-aller qui s'est imposée au fil des années, souvent au détriment de nos industries locales.
Comme je l'ai mentionné un peu plus tôt, certains programmes avaient des trous, comme la PCU qui était une désincitation à l'emploi. Plein de gens ont décidé de rester à la maison au lieu d'aller travailler, alors que les besoins existaient sur le terrain.
Le gouvernement a décidé de ne pas fermer les frontières alors qu'on savait bien que le virus arrivait de l'étranger. Ce n'est pas ici qu'il est apparu. On donnait des chèques aux gens qui partaient en voyage pour qu'ils fassent leur quarantaine alors que d'autres personnes n'avaient même pas accès à l'aide.
Le gouvernement a eu pitié des compagnies aériennes. Elles avaient certes besoin d'aide, mais les gens ordinaires, eux, n'ont pas été remboursés pour leur billet d'avion; on n’a pas du tout respecté leur droit.
Surtout, le gouvernement s'est permis de donner des leçons au Québec sur sa gestion de la crise. Après tout ce que je viens de souligner, selon moi, cela est le pire. Il n'y a rien de pire qu'un gouvernement qui vient dire au Québec quoi faire dans ces champs de compétence, qui donne des leçons sur la manière dont le Québec gère son système de santé alors qu'il est lui-même incapable de se gérer
C'est là-dessus que je vais terminer.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, my colleague asked an excellent question.
The phone calls, emails and Facebook messages have been pouring in non-stop. For years, when I have been out speaking to people, both young and older retirees have been telling me that a 50¢ increase in their pension is ridiculous. They feel like they are being made fun of.
Seniors are very frustrated at being disrespected and mistreated by this federal government when they have contributed to society all their lives. It is insulting to receive a 50¢ increase as a result of indexing. That is a joke. What will 50¢ buy in 2021?
Every senior needs support, and the government should listen to them.
Madame la Présidente, la question de mon collègue est excellente.
J'ai reçu une tonne d'appels au bureau, de courriels et de messages Facebook; cela ne dérougit pas. Cela fait des années que les gens m'en parlent quand je vais sur le terrain, que ce soit les jeunes retraités ou même les plus vieux qui disent que cela n'a aucun sens de recevoir une augmentation de la pension de 50 ¢. Ils ont l'impression qu'on rit d'eux.
Les personnes âgées ressentent une profonde frustration de ne pas se faire respecter et d'être carrément mal traitées par ce gouvernement fédéral, alors qu'elles ont contribué toute leur vie à la société. Il est insultant de recevoir une augmentation de 50 ¢ d'indexation; ce n'est pas sérieux. Qu'est-ce qu'on peut se payer avec 50 ¢ en 2021?
Effectivement, ce sont tous les aînés qui ont besoin de soutien et le gouvernement devra les entendre.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-18 15:24 [p.8807]
Madam Speaker, I thank my colleague for his very interesting speech.
He showed us the many differences between Quebec and the Canadian provinces.
I know that my colleague has taken a great interest in agriculture, in particular the next generation of farmers. There are very few supports in this budget for the agriculture sector, which is so important. In particular, there is nothing for the Quebec model, which is different from the other provinces' models.
Can my colleague make some suggestions about how the budget could have better supported our farmers?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours très intéressant.
Il a démontré les nombreuses différences entre le Québec et les provinces à l'intérieur de ce Canada.
Je sais que mon collègue s'est beaucoup intéressé à la question de l'agriculture, notamment à la relève agricole. On a offert très peu de soutien dans ce budget pour le monde agricole, qui est si important. Surtout, on ne retrouve rien pour le modèle québécois qui est différent des modèles des autres provinces.
Mon collègue peut-il nous faire des suggestions sur des façons dont le budget aurait pu aider davantage nos producteurs agricoles?
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for her question. She was not very specific, so I do not quite know how to answer. Unfortunately, it is difficult for me to answer at this point.
However, with regard to the agricultural model, I can say that, in the past, we were very disappointed to see the federal government sacrificing Quebec at every opportunity in matters involving international trade.
Quebec has an agricultural model that works. The COVID-19 crisis strengthened Quebec's resolve to promote local agriculture and family farms and to take another look at our vision of agriculture so that we can eat high-quality, locally produced food.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question. Il aurait fallu qu'elle soit un peu plus spécifique pour que je sache vraiment quoi répondre. Malheureusement, il m'est difficile de lui répondre à ce stade-ci.
Toutefois, par rapport au modèle agricole, je peux dire que, par le passé, on a été particulièrement déçu de voir un gouvernement fédéral, chaque fois qu'il en avait l'occasion, sacrifier le Québec dans les échanges internationaux.
Le Québec a un modèle agricole performant. La crise de la COVID‑19 a renforcé la volonté de valoriser l'agriculture locale et les fermes familiales, et de revoir un peu la vision qu'on a de l'agriculture pour manger de la nourriture de qualité faite par le monde de chez nous.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his rather technical question. If I can provide him with a more general answer, I would say that some provinces are very frustrated and have a lot of demands related to the equalization problem, or equalization program, rather. Pardon my mistake.
These provinces would probably have fewer problems if they could raise taxes high enough to meet their financial needs. Often the problem results from the fact that a government makes tax cuts before realizing that it can no longer afford to pay for services. That might be the answer.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question assez technique. Si je peux lui répondre de façon plus générale, je dirais que certaines provinces ont beaucoup de frustrations et de revendications en lien avec le problème, ou plutôt le programme de péréquation, si on me pardonne ce lapsus.
Ces provinces auraient probablement moins de problèmes si elles pouvaient lever des impôts à la hauteur de leurs besoins financiers. Souvent, le problème découle du fait qu'on coupe les impôts, avant de se rendre compte qu'on ne peut plus payer les services. La réponse est peut-être là.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-06-18 15:52 [p.8810]
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech. We do not often agree, but it is a pleasure to work with him, especially in committee.
I really like the part of the Conservatives' discourse on effective spending and the need to target the right people. My colleague spoke of big companies that sought out financial aid, while small businesses, especially travel agencies, did not receive adequate support.
I would like to know my colleague's opinion on the Canada emergency wage subsidy. What does he think about the fact that political parties benefited from this support, while the small businesses it was originally intended for could not benefit from it? What does he think of the amounts his party received from the wage subsidy, and does he think that money should be paid back?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours. Nous ne sommes pas souvent d'accord, mais il est agréable de travailler avec lui, particulièrement en comité.
J'aime bien une partie du discours conservateur, sur l'efficacité des dépenses et le besoin de viser les bonnes personnes. Mon collègue a parlé des grandes entreprises qui sont allées chercher une aide financière, alors que de petites entreprises, notamment des agences de voyages, ont manqué de soutien.
J'aimerais avoir l'avis de mon collègue sur la Subvention salariale d'urgence du Canada. Que pense-t-il du fait que des partis politiques ont bénéficié de cette aide, votée à l'origine pour les petites entreprises, mais que des petites entreprises n'aient pas pu en bénéficier? Que pense‑t‑il des sommes que son parti a reçues en vertu de la Subvention, et considère‑t‑il que ces sommes devraient être remboursées?
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-18 16:11 [p.8813]
Madam Speaker, I thank my colleague from Mégantic—L'Érable. Both of our ridings cover part of the Eastern Townships.
My colleague began his speech by talking about natural resources. Is he aware of the new Goldboro project that would cut through part of the Eastern Townships?
Does he believe that we should be building a new pipeline now, in 2021, or should we be looking for green alternatives for a green recovery? Does he think this project is a good idea?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Mégantic—L'Érable, avec qui je partage notamment la région de l'Estrie.
Mon collègue a commencé son discours en parlant des ressources naturelles. Est-il au courant du nouveau projet Goldboro, qui traverserait une partie du territoire estrien?
Croit-il à un nouveau gazoduc, en 2021, alors qu'on devrait plutôt chercher des moyens verts pour une relance verte? Pense-t-il que ce projet est une bonne idée?
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-18 16:27 [p.8815]
Madam Speaker, I am honoured to have these two minutes and 30 seconds to close out this week's debates in the House.
To speak to Bill C-30 would take several hours. In the short time I have today, I will focus on the implementation of the budget. Will this budget meet the needs of individuals, people who are sick, seniors and workers? Will it meet the needs of our most vulnerable? Unfortunately, I have to say no.
The Bloc Québécois opposed the budget from the moment it was presented. There were two elements that we saw as essential in a budget that we had been waiting for for two years and that followed a health crisis and major pandemic. If there was one response that Quebec and the provinces needed, it was to be given the necessary resources to properly care for people, by increasing federal health transfers to 35% of total health spending.
As spokesperson for workers, I must tell the government that, by not doing what was expected, it is abandoning the workers who supported the health care system and treated people. What health care workers need is the knowledge that the federal government is not ignoring them and that it will stop politicizing the issue of health care at their expense.
Madame la Présidente, j'ai honneur de clôturer cette semaine de débats à la Chambre avec mes 2 minutes 30 secondes d'allocution.
Intervenir sur le projet de loi C‑30 prendrait plusieurs heures. Dans le peu de temps dont je dispose aujourd'hui, je m'interroge sur la mise en œuvre du budget. Ce budget va‑t‑il répondre aux besoins des personnes, des malades, des aînés, des travailleuses et des travailleurs? Va-t-il répondre à ceux qui en ont le plus besoin? Je dois malheureusement répondre par la négative.
Dès que le budget a été déposé, le Bloc québécois s'y est opposé. Deux conditions nous semblaient essentielles dans un budget attendu depuis deux ans et qui suivait la crise sanitaire d'une grande pandémie. S'il y avait bien une réponse à donner à Québec et aux provinces, c'était de leur accorder les leviers nécessaires pour soigner les gens, en faisant passer à 35 % des coûts totaux les transferts fédéraux en matière de santé.
Comme porte-parole des travailleuses et des travailleurs, je dois dire au gouvernement qu'en ne posant pas ce geste attendu, il abandonne les travailleuses et les travailleurs qui ont tenu à bout de bras le régime et qui ont soigné des gens. Ce dont les travailleurs de la santé ont besoin, c'est de savoir que le gouvernement fédéral ne les ignore pas et qu'il arrête de politiser l'enjeu de la santé sur leur dos.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I also ask for unanimous consent to give a supplementary opinion to the report of the Standing Committee on Public Safety and National Security that was just tabled.
Monsieur le Président, je demande également le consentement unanime pour donner une opinion complémentaire au rapport du Comité permanent de la sécurité publique et nationale qui vient d'être déposé.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, the Bloc Québécois would like to thank all the witnesses and groups who participated in this important study on discrimination by police forces. It is important to us that significant action be taken so that everyone can live in a society where they feel safe.
We believe that Canada’s treatment of first nations and the Inuit is the epitome of a racist system that discriminates against first nations. Despite the progress society has made over time to address discrimination and racism, a number of recent tragedies remind us that we still have a long way to go before all people can live in a society free from discrimination based on race, gender, language or ethnicity. This report by the Standing Committee on Public Safety is one small step toward that goal.
Monsieur le Président, le Bloc québécois souhaite remercier tous les témoins et tous les groupes ayant participé à cette importante étude sur la discrimination perpétrée par les forces policières. Il est important pour nous que des actions décisives soient prises afin que tous puissent vivre dans une société où ils se sentent en sécurité.
Nous croyons que le traitement des Premières Nations et des Inuits par le Canada est l'illustration même d'un système raciste et discriminant envers les Autochtones. Malgré les progrès accomplis par la société au fil du temps pour lutter contre la discrimination et le racisme, plusieurs tragédies récentes nous rappellent qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour que tous puissent vivre dans une société exempte de discrimination fondée sur la race, le sexe, la langue ou l'origine ethnique. Ce rapport du Comité permanent de la sécurité publique et nationale est un petit pas vers l'atteinte de cet objectif.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-17 10:17 [p.8633]
Mr. Speaker, I would like to ask for unanimous consent of the House to give a short speech about the report that was just introduced.
Monsieur le Président, j'aimerais demander le consentement unanime de la Chambre afin de faire une courte intervention sur le rapport qui vient de nous être présenté.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-06-17 10:49 [p.8638]
Mr. Speaker, first, I would like to acknowledge the farewell speech you gave on Tuesday and to tell you that I hope I will still have the chance to work with you on the all-party caucus on the environment until 2023.
That being said, the minister is being criticized for a lot of things, but with regard to the allegations of sexual misconduct against General Vance, he said that the nature of the accusations was not really important and what mattered was the action that was being taken.
However, in 2015, the Deschamps report did recommend actions but when Ms. Deschamps testified in 2021, she said that very little had been done.
In my colleague's view, did the Liberals not deliberately turn a blind eye in this file on allegations of sexual misconduct?
Monsieur le Président, permettez-moi, dans un premier temps, de saluer le discours de départ que vous avez tenu mardi et de vous dire que j'espère quand même travailler avec vous au sein du caucus multipartite sur l'environnement jusqu'en 2023.
Cela dit, on reproche beaucoup de choses au ministre, mais il a dit, au sujet des accusations de nature sexuelle contre le général Vance, que la nature des accusations avait peu d'importance et que ce qui comptait, c'était les actions.
Or, en 2015, il y a eu le rapport Deschamps, qui recommandait des actions, et lorsque Mme Deschamps est venue témoigner en 2021, elle a dit que peu de choses avaient été faites.
D'après mon collègue, les libéraux n'ont-ils pas fait de l'aveuglement volontaire dans ce dossier des allégations de nature sexuelle?
View Michel Boudrias Profile
BQ (QC)
View Michel Boudrias Profile
2021-06-17 11:02 [p.8640]
Mr. Speaker, having also served our country, I too want to thank my colleague for his service in the Canadian Armed Forces, and the minister. We are more or less on the same wavelength when it comes to understanding the issues raised in today's motion.
I would like to ask my colleague about Vice-Admiral Norman, who, as we all know, was tasked by the Conservative government, specifically Minister MacKay, at the time, to manage the Davie project. That matter was the subject of an investigation. The mandate was given in 2015, and the Norman affair blew up in 2017. It took the Conservatives about two years to react because they themselves knew that they had given him a legitimate mandate through Parliament, where we now sit. I would like to know the reason behind the two years of silence on the matter.
Regarding sexual misconduct, the Deschamps report was tabled in 2015, and various committees, including the Standing Committee on National Defence, studied it.
Why did the government not institute mechanisms to bring about positive change and transformation, instead of imputing motives?
That could have fixed the problem.
The other issue was the withdrawal of the CF-18s. The Canadian Armed Forced succeeded in liberating Mosul anyway. I knew that, and so did the Conservatives, so which is it? A success or a failure?
Monsieur le Président, je remercie également mon collègue pour son service dans les Forces armées canadiennes, ainsi que le ministre, ayant moi-même servi notre pays. Nous sommes à peu près sur la même longueur d'onde quant à la compréhension des sujets abordés par la motion d'aujourd'hui.
J'aimerais interroger mon collègue au sujet du vice-amiral Norman. On sait très bien que celui-ci avait été mandaté par le gouvernement conservateur, notamment le ministre MacKay, à l'époque, pour gérer le projet de la Davie, et ce sujet a fait l'objet d'une enquête. Le mandat a été donné en 2015, et en 2017, l'affaire Norman a éclaté. Cela a pris à peu près deux ans aux conservateurs pour réagir, parce qu'ils étaient eux-mêmes au courant qu'ils avaient mandaté cet homme, de façon légitime, par l'entremise du Parlement, où nous siégeons actuellement. J'aimerais qu'on explique ces deux ans de silence sur cette affaire.
Concernant les inconduites sexuelles, le rapport Deschamps a été déposé en 2015 et il y a des comités qui se penchent là-dessus, notamment le Comité permanent de la défense nationale.
Pourquoi n'a-t-on pas instauré des mécanismes de changement positif et de transformation, plutôt que d'entrer dans des procès d'intention sur l'un et sur l'autre?
Cela aurait pu corriger le problème.
L'autre élément concerne le retrait des CF‑18. Les Forces armées canadiennes ont tout de même réussi à libérer Mossoul. Je le savais et les conservateurs le savaient, alors qu'en est-il? Est-ce un succès ou un insuccès?
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-06-17 11:24 [p.8643]
Mr. Speaker, I have been listening to the minister, and I will get right to the point. I understand that he might be feeling bitter about being the subject of a Conservative motion, since the Conservatives are the ones who made all kinds of cuts to defence and veterans affairs.
However, the point of today's motion does not seem to be a partisan one. The point seems to be to restore trust in the institution. A minister's job is to lead an institution, and although I am well aware that it is a thankless job, that means the minister must be beyond reproach. This is not the first time that there have been doubts about the minister's actions and words.
I understand that the government is trying to remain in power and trigger an election to snuff out the scandal, just like it did last summer when it prorogued Parliament.
However, with all due respect, does the minister not think that the best solution right now would be to step down from his position to restore trust in the institution? When there are too many doubts, they start to get in the way.
Monsieur le Président, j'écoute parler le ministre et j'irai droit au but. Je comprends que le fait d'être visé par une motion des conservateurs puisse lui faire éprouver de l'amertume, puisque ces derniers ont quand même été les champions des compressions relativement à la Défense et aux anciens combattants.
Par contre, le but de cette motion ne me semble pas être aujourd'hui de la partisanerie, mais bien un rétablissement de la confiance dans l'institution. Quand on est dirigeant d'une institution, puisque c'est de cela qu’il est question lorsqu'on parle de responsabilité ministérielle et je suis bien conscient que c'est ingrat, on se doit d'être irréprochable. Nous n'en sommes pas à notre premier doute quant aux gestes du ministre et à ses paroles.
Dans la situation actuelle, je peux comprendre que l'on essaie de se maintenir en place et que l'on soit tenté de se rendre aux élections pour étouffer le scandale, tout comme le gouvernement a étouffé un scandale l'été dernier en prorogeant le Parlement.
Toutefois, le ministre ne considère‑t‑il pas que la meilleure solution, présentement, avec tout le respect que j'ai pour lui, serait de se retirer de son poste pour rétablir la confiance dans l'institution? À un moment donné, quand il y a trop de soupçons, cela ne fonctionne plus.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-17 11:34 [p.8645]
Mr. Speaker, I want to say that I will be sharing my time with the hon. member for Pierre‑Boucher—Les Patriotes—Verchères.
It is with great frustration that I rise today to speak to the motion that was introduced on this Conservative Party opposition day:
That, given that the Minister of National Defence has clearly lost the respect of members of the Canadian Armed Forces, including those at the highest ranks, for, amongst other things, (i) misleading Canadians on the withdrawal of fighter jets in the fight against ISIS, (ii) misleading Canadians about his service record, (iii) presiding over the wrongful accusation and dismissal of Vice-Admiral Norman, (iv) engaging in a cover-up of sexual misconduct allegations in the Canadian Armed Forces, the House formally censure the Minister of National Defence to express the disappointment of the House of Commons in his conduct.
It is no secret that the Bloc Québécois will vote in favour of the motion. The Bloc Québécois has already asked for the resignation of the Minister of National Defence because of his ongoing failure to address sexual misconduct in the Canadian Armed Forces. I was with our leader, the member for Beloeil—Chambly, and my colleague from Rivière‑du‑Nord at the press conference where we asked for his resignation.
The censure proposed by the motion does not get rid of this minister, who did not take sexual misconduct allegations in the Canadian Armed Forces seriously. As set out in the motion, the minister committed a number of mistakes, although the most serious is protecting General Vance and attempting to cover up his bungling, including failing to implement the recommendations of the 2015 Deschamps report.
As the critic for status of women and gender equality, I will start by addressing these issues in my speech. I am very sensitive to these issues, and I will speak with due respect for the victims who testified at the Standing Committee on National Defence and the Standing Committee on the Status of Women. I will then address a few other scandals that have rocked the Canadian Armed Forces. I will close with some suggestions to help improve trust in the armed forces.
First, while the Minister of National Defence was supposed to implement the 2015 Deschamps report, it appears that he has done nothing and that he even tried to bury General Vance’s file. I cannot believe that I am still here going over the entire unfortunate story.
Former justice Marie Deschamps released a scathing report on March 27, 2015, concerning what she considered widespread sexual misconduct in the armed forces and the sexist culture that turned a blind eye to such misconduct. The report had been commissioned in the wake of accusations against Warrant Officer André Gagnon, who sexually assaulted a subordinate, Corporal Stéphanie Raymond, in December 2011. Corporal Raymond appeared before the committee, testifying to the harm she has suffered.
Corporal Raymond filed a complaint against Warrant Officer Gagnon in 2012, but her chain of command turned against her, and she was eventually dismissed for misconduct in 2013. Warrant Officer Gagnon was acquitted in 2014, but, in 2021, after Corporal Raymond appealed the ruling, he finally pleaded guilty.
Corporal Raymond’s situation, and the accusations she brought against the armed forces, led to former justice Marie Deschamps’ report. The report contained 10 recommendations, the most important of which was to make the complaint reporting system independent of the armed forces and of the Department of National Defence. That was in 2015, and, although we are now in 2021, nothing has been done.
When she testified before the Standing Committee on National Defence in February 2021, Marie Deschamps said that very little had been done since the release of her report in 2015 and that little had really changed. She repeated these statements before the Standing Committee on the Status of Women last March.
I will nevertheless take the time to point out that these allegations are not new, and that they began under the Conservative government, since it was in April 2015 that Jonathan Vance was named as the future chief of the defence staff. Allegations of sexual misconduct had been raised against him shortly before his appointment. A few months later, in July 2015, the former minister of veterans affairs and current leader of the opposition asked his chief of staff to talk to Ray Novak about another allegation against General Vance. This allegation involved an inappropriate relationship.
General Vance denied all misconduct, and the investigations went nowhere, since there was no evidence. The military police apparently also investigated the case. On July 17, 2015, General Vance was appointed chief of the defence staff, and one of his first policies was to roll out Operation Honour, which sought to put an end to sexual misconduct. That takes guts.
How is it possible that General Vance, who was the subject of very serious allegations, was appointed, given his role and his mandate as chief of the defence staff, as the person in charge of doing something against sexual misconduct?
In fact, the very same day that General Vance become chief of the defence staff, the military police decided to drop the investigation against the man who had now become their boss. That is quite the coincidence.
The operation, which was abandoned by the current chief of defence staff, had moderate impact, but it obviously had no effect on the senior officers who were above all that. In short, the Conservatives decided to appoint someone against whom accusations had been made when he was the boss of the Canadian Armed Forces, when they knew that his mandate would be to address sexual misconduct in the forces.
Now let us look at some of the allegations under the Liberal government.
On March 1, 2018, then ombudsman Gary Walbourne met privately with the Minister of National Defence. Walbourne attempted to discuss a case of sexual misconduct involving Vance. The victim did not want to go any further in the process because she was afraid of reprisals, preventing the ombudsman from going forward. However, the ombudsman, who had credible evidence against Vance, wanted to show it to the minister, who categorically refused to even look at it.
The ombudsman wanted the minister to intervene to protect the victim, since she was Vance's subordinate and he could wipe out her career with the snap of a finger. The minister was unreceptive and hostile. Apparently, he categorically refused to look at Walbourne's evidence and left the meeting abruptly. The minister then referred the case to the Privy Council Office. After that, Walbourne tried to talk to the minister 12 times, but the minister refused to meet with him, and Walbourne retired a few months later.
The Prime Minister's Office and the Privy Council Office exchanged emails about the situation. After that, the situation deteriorated and other facts came to light. The scandal was made public in February 2021, when Global News reported accusations of misconduct against Vance, including his relationship with a subordinate and obscene emails exchanged in 2012 with a much younger servicewoman. The woman who had been in a relationship with Vance publicly stated that she had been threatened by Vance on several occasions. Vance believed himself to be untouchable. He said that he controlled the Canadian Forces National Investigation Service.
The standing committee on national defence decided to investigate the allegations against Vance. The Minister of Defence appeared before the committee a few times and contradicted himself. Moreover, the Liberals did not hesitate to obstruct the investigation to prevent Liberal employees Zita Astravas and Elder Marques from being called to testify. I was personally there when I was a substitute member of the committee. It was a sad time.
From Elder Marques' testimony, we know that everyone around the Prime Minister was aware of the situation, but the Prime Minister himself continues to deny any knowledge of it. When other employees were called by the House, the Liberals sent the Minister of Defence instead. They said that they did not want their employees to testify.
The Liberals willingly turned a blind eye to the allegations. The Liberals decided to ignore the issue, while the minister flatly refused to meet with the former ombudsman 12 times and would not even look at the evidence, claiming he did not want to interfere in the investigation.
The Prime Minister's entourage knew that there had been allegations against Vance, even if the Prime Minister himself did not have all the details. Everyone around him suspected that these allegations involved sexual misconduct. There were actually emails that mentioned sexual misconduct directly. The Minister of Defence even said that the nature of the accusations against Vance did not matter and what mattered was to take action. Well, the Liberals did absolutely nothing. They did not even implement Justice Deschamps’s main recommendation, namely to make the complaint process completely independent of the military to receive all complaints of sexual misconduct.
The facts speak for themselves. As of today, four generals have had complaints of misconduct brought against them. In 2021, six years after Justice Deschamps’s report was released, the Liberals decided to appoint former justice Louise Arbour to conduct another investigation into how to improve the system. That should have been done in 2015, not in 2021. The minister never took the situation seriously. Only when he had his back to the wall did he decide to do something, but only to save his own skin, after pressure from the opposition parties in the House and the committee investigations.
To add insult to injury, the second-in-command of the Canadian Armed Forces, Lieutenant-General Mike Rouleau, decided to play golf with former general Vance, despite the fact that Vance is under investigation by the military police and the military police is under Lieutenant-General Rouleau’s command. This incident led to Rouleau’s resignation and brought to light the federal government’s failure to implement an independent system to handle cases of sexual misconduct. The Liberals have done nothing since 2015 and that inaction has consequences, as this incident shows.
Since my time is running out, I will not have time to talk about everything I would have liked to address in my speech. I have been studying this case in the Standing Committee on the Status of Women and the Standing Committee on National Defence for months now. There is so much going on.
In closing, the Liberals claim that they are unaware of the nature of the allegations against Vance, with the Minister of Defence even saying that the nature of the allegations does not matter. All these events have further eroded the public’s and women’s confidence and harmed diversity, in particular. We must consider the victims. The Liberals and their Minister of Defence failed to act to restore confidence in the armed forces.
One last thing: We may think none of this really touches us, but the father of a former military member recently admitted to me that his daughter had to resign when she became pregnant. Her superior officer, with whom she had had a relationship, asked her to have an abortion to keep the matter quiet. She refused, and was asked to resign. This is still happening in 2021. We must act for the sake of the victims.
Monsieur le Président, je tiens à préciser que je partagerai mon temps de parole avec l'honorable député de Pierre‑Boucher—Les Patriotes—Verchères.
C'est avec beaucoup d'agacement que je prends la parole aujourd'hui concernant la motion présentée dans le cadre de cette journée de l'opposition du Parti conservateur:
Que, étant donné que le ministre de la Défense nationale a manifestement perdu le respect des membres des Forces armées canadiennes, y compris parmi les plus hauts gradés, pour avoir, entre autres, (i) induit les Canadiens en erreur relativement au retrait des avions de combat dans la lutte contre Daech, (ii) induit les Canadiens en erreur relativement à ses états de service, (iii) présidé à la mise en accusation injustifiée et au congédiement abusif du vice-amiral Norman, (iv) participé à la dissimulation d'allégations d'inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes, la Chambre blâme officiellement le ministre de la Défense nationale pour exprimer la déception de la Chambre des communes à l'égard de sa conduite.
C'est un secret de polichinelle que le Bloc Québécois votera en faveur de la motion. Le Bloc Québécois a déjà demandé au ministre de la Défense nationale de démissionner à cause de ses échecs répétés pour lutter contre l'inconduite sexuelle dans les Forces armées. J'étais présente aux côtés de notre chef, le député de Beloeil—Chambly, et de mon collègue de Rivière-du-Nord lors de la conférence de presse où nous avons fait cette demande.
Un blâme, tel que proposé par la motion, n'écarte toutefois pas ce ministre, qui n'a pas pris au sérieux les allégations d'inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes. Tel qu'expliqué dans le contexte de la motion, le ministre a commis une série de bévues, bien que la plus grave soit celle d'avoir protégé le général Vance et d'avoir tenté de camoufler sa mauvaise gestion, y compris le fait de n'avoir rien fait pour mettre en œuvre les recommandations du rapport Deschamps de 2015.
En tant que porte-parole en matière de condition féminine et d'égalité des genres, j'aborderai mon discours sous cet angle dans un premier temps. Je suis très sensible à cette cause et je le ferai avec tout le respect que j'ai pour les victimes qui sont venues témoigner au Comité permanent de la défense nationale et au Comité permanent de la condition féminine. Je parlerai ensuite de quelques autres scandales qui ont éclaboussé les Forces armées canadiennes. Je terminerai par quelques souhaits pour tenter d'améliorer la confiance dans les Forces armées.
Premièrement, alors que le ministre de la Défense nationale devait mettre en œuvre le rapport Deschamps de 2015, tout indique qu'il n'a rien fait et qu'il a même tenté d'étouffer le dossier du général Vance. Je ne peux pas croire que je sois encore ici à rappeler l'historique de toute cette saga lamentable.
Comme élément marquant, l'ex-juge Marie Deschamps a publié le 27 mars 2015 un rapport dévastateur sur l'inconduite sexuelle, jugeant que l'inconduite sexuelle était généralisée dans les Forces armées et qu'il y régnait une culture sexiste qui fermait les yeux sur les cas d'inconduite. Le rapport a été commandé dans la foulée des accusations contre l'adjudant André Gagnon, qui a agressé sexuellement une subordonnée, la caporale Stéphanie Raymond, en décembre 2011. Cette dernière est venue témoigner en comité de tous les préjudices qu'elle a subis.
La caporale Raymond avait porté plainte contre l'adjudant Gagnon en 2012, mais sa chaîne de commandement s'était tournée contre elle, la poussant à se faire congédier pour inconduite en 2013. L'adjudant Gagnon avait été acquitté en 2014, mais, en 2021, après que la caporale Raymond ait réussi à faire porter en appel le jugement, il a finalement plaidé coupable.
La situation de la caporale Raymond, ainsi que les accusations qu'elle a formulées contre les Forces armées, a mené au rapport de l'ex-juge Marie Deschamps. Ce rapport contenait 10 recommandations, dont la principale était de rendre le système de signalement des plaintes indépendant des Forces armées et du ministère de la Défense nationale. C'était en 2015, et, même si nous sommes rendus en 2021, rien n'a toujours été fait.
Lorsqu'elle a témoigné au Comité permanent de la défense nationale en février 2021, Marie Deschamps jugeait que très peu avait été fait depuis la publication de son rapport en 2015 et que peu de choses avaient réellement changé, ce qu'elle a réitéré au Comité permanent de la condition féminine en mars dernier.
Je vais tout de même prendre le temps de souligner que les allégations ne datent pas d'hier et qu'elles avaient même débuté sous le gouvernement conservateur, puisque c'est en avril 2015 que Jonathan Vance a été désigné comme futur chef d'état‑major de la Défense. Peu avant sa désignation, des allégations d'inconduite sexuelle avaient été soulevées contre lui. Quelques mois plus tard, en juillet 2015, l'ancien ministre des Anciens Combattants et actuel chef de l’opposition a demandé à son chef de cabinet de parler avec Ray Novak à propos d'une autre allégation contre le général Vance. Cette allégation était en lien avec une relation inappropriée.
Le général Vance niait toute inconduite, et les enquêtes ne menaient nulle part, faute de preuves. La police militaire aurait également enquêté sur son cas. Le 17 juillet 2015, le général Vance a été nommé chef d'état‑major et l'une de ses premières politiques a été de mettre en œuvre l'Opération Honneur, qui visait à mettre fin à l'inconduite sexuelle. Il faut le faire.
Comment est-ce donc possible que le général Vance, pourtant visé par des allégations très graves, ait été désigné, considérant son rôle et son mandat à titre de chef d'état‑major, comme responsable pour donner un coup de barre contre l'inconduite sexuelle?
En effet, la journée même où le général Vance est devenu le chef d'état‑major, la police militaire a décidé d'abandonner l'enquête contre celui qui était alors devenu leur patron. C'est tout un hasard et toute une coïncidence.
L'opération qui a été abandonnée par l'actuel chef d'état-major a eu un impact mitigé, mais elle n'a visiblement eu aucun effet sur les hauts gradés qui était au-dessus de tout. Bref, les conservateurs ont quand même décidé de nommer quelqu'un qui faisait l'objet d'accusations comme patron des Forces armées canadiennes, alors qu'ils savaient que le mandat de celui-ci consistait à s'attaquer à la conduite sexiste des forces.
Rappelons maintenant quelques allégations sous le gouvernement libéral.
Le 1er mars 2018, l'ombudsman Gary Walbourne a eu une rencontre privée avec le ministre de la Défense nationale. Walbourne tente de soulever un cas d'inconduite sexuelle impliquant Vance. La victime ne voulait pas aller plus loin dans le processus, puisqu'elle avait peur des représailles, ce qui liait les mains de l'ombudsman. Toutefois, l'ombudsman, qui avait entre les mains des preuves crédibles contre Vance, voulait les montrer au ministre qui a carrément refusé de les voir.
L'ombudsman souhaitait qu'il intervienne pour protéger la victime, car elle était subordonnée à Vance qui pouvait facilement détruire sa carrière en un claquement de doigts. Le ministre était fermé et hostile. Il aurait carrément refusé de regarder les preuves qu'avait Walbourne et a brusquement quitté la réunion. Le ministre a plutôt transmis le cas au Bureau du Conseil privé. Walbourne a tenté de parler au ministre à 12 reprises par la suite, mais ce dernier a toujours refusé de le rencontrer jusqu'à ce que Walbourne prenne sa retraite quelques mois plus tard.
Le Bureau du premier ministre et le Bureau du Conseil privé ont échangé des courriels pour parler de la situation. Par la suite, la situation n'a fait que dégénérer et d'autres faits sont maintenant connus. Le scandale a été rendu public en février 2021 où Global News rapportait des cas d'inconduite contre Vance, y compris sa relation avec une subordonnée et des courriels obscènes échangés en 2012 avec une militaire beaucoup plus jeune. La femme qui était en relation avec lui s'était fait menacer par Vance à plusieurs reprises, selon ce qu'elle a déclaré publiquement. Vance s'estimait intouchable. Il a affirmé qu'il contrôlait le Service national des enquêtes des Forces armées.
Le Comité permanent de la défense a donc choisi d'entreprendre une étude sur les allégations contre Vance. Le ministre de la Défense y est allé à quelques reprises et s'est contredit. En plus, les libéraux n'ont pas hésité à faire de l'obstruction pour éviter que des employés libéraux, Zita Astravas et Elder Marques notamment, soient convoqués au Comité. J'y ai même personnellement assisté, lorsque j'ai siégé à ce comité en tant que remplaçante. C'était un moment triste.
Avec le témoignage d'Elder Marques, nous comprenons que tout le monde autour du premier ministre était au courant, mais ce dernier continue de le nier. Lorsque d'autres employés ont été convoqués par la Chambre, les libéraux ont choisi d'envoyer plutôt le ministre de la Défense. Ils ont dit qu'ils empêchaient leurs employés de témoigner.
Les libéraux ont fait de l'aveuglement volontaire dans ce dossier. Les libéraux ont choisi de ne rien voir dans ce dossier, avec le ministre qui a carrément refusé de rencontrer l'ancien ombudsman à 12 reprises, qui a refusé de regarder les preuves, prétextant de ne pas vouloir s'ingérer dans l'enquête.
L'entourage du premier ministre savait qu'il y avait des allégations contre Vance, même si le premier ministre n'avait pas tous les détails. Tout le monde autour de lui se doutait que ces allégations concernaient des cas d'inconduite sexuelle. Il y a même des courriels échangés qui parlaient directement d'inconduite sexuelle. Le ministre de la Défense a même déclaré que la nature des accusations contre Vance n'avait pas d'importance et que, ce qui comptait, c'était les actions. Justement, les libéraux n'ont absolument rien fait dans ce dossier. Ils n'ont même pas mis en œuvre les principales recommandations de la juge Deschamps, notamment sur un processus de plainte complètement indépendant de la défense pour toutes les plaintes d'inconduite sexuelle.
Les faits parlent d'eux-mêmes. Nous sommes aujourd'hui rendus à quatre généraux qui ont des plaintes d'inconduite contre eux. En 2021, six ans après le dépôt du rapport Deschamps, les libéraux ont décidé de nommer l'ex-juge Louise Arbour pour mener une autre enquête sur la façon d'améliorer le système. Ces travaux auraient dû commencer en 2015, pas en 2021. Le ministre n'a jamais pris la situation au sérieux. C'est lorsqu'il a été acculé au mur qu'il a décidé de commencer à agir, uniquement pour sauver sa peau à la suite des pressions des partis de l'opposition à la Chambre et des travaux aux deux comités.
Pour en rajouter, le numéro deux des Forces armées canadiennes, le lieutenant-général Mike Rouleau, était allé jouer au golf avec l'ancien général Vance. Bien que Vance fasse l'objet d'une enquête à la police militaire et que le numéro deux des Forces soit supérieur à la police militaire. Cet incident a mené à la démission de Rouleau, en plus de mettre en avant l'échec du gouvernement fédéral à instaurer un système indépendant pour traiter les dossiers d'inconduite sexuelle. Les libéraux n'ont rien fait depuis 2015. Il y a des conséquences comme en témoigne cet événement.
Comme le temps file, je n'aurai pas le temps d'aborder tout ce dont j'aurais voulu parler dans mon discours, c'est vraiment un dossier que j'ai étudié au Comité permanent de la condition féminine et au Comité permanent de la défense depuis des mois. Il y a tellement de choses.
En terminant, les libéraux prétendent qu'ils ne connaissent pas la nature des allégations contre Vance, le ministre de la Défense allant même jusqu'à dire que la nature des allégations n'a pas d'importance. Tous ces événements ont contribué à éroder davantage la confiance du public et des femmes et de la diversité plus particulièrement. Il faut se soucier du sort des victimes. Les libéraux et leur ministre de la Défense ont donc échoué à agir pour redonner confiance envers les Forces armées.
Une dernière chose, on pense que c'est loin de nous, mais le père d'une ex-militaire m'a récemment avoué que sa fille avait dû démissionner à la suite d'une grossesse. Son supérieur, avec qui elle avait eu une relation, lui avait demandé de se faire avorter pour ne pas révéler l'histoire. Elle a refusé, et on lui a demandé de démissionner. On en est encore là, en 2021. Par respect pour les victimes, nous devons agir.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-17 11:46 [p.8647]
Mr. Speaker, I am shocked to hear that 90% of the time the Liberals acted out of respect for the victims in committee. Where have they been over the past six years? We are being asked to take action. We are being schooled in confidentiality.
If the Liberals had simply reread Justice Deschamps’s report, we would not be where we are today, and we would not be discussing something that was debated yet again in the Standing Committee on the Status of Women and the Standing Committee on National Defence in 2021.
I invite my colleague to reread the report, since it contains concrete suggestions.
Monsieur le Président, je suis sous le choc d'entendre que, 90 % du temps, les libéraux ont agi par respect pour les victimes lors des travaux en comité. Où étaient‑ils pendant les six dernières années? On nous demande d'agir. On parle de confidentialité.
Si les libéraux avaient simplement relu le rapport de la juge Deschamps, nous n’en serions pas là aujourd'hui et nous n'en serions pas venus à quelque chose qui a été débattu, encore une fois, au Comité permanent de la condition féminine et au Comité permanent de la Défense nationale en 2021.
J'invite mon collègue à relire ce rapport, car il va y trouver des propositions concrètes.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-06-17 11:47 [p.8647]
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague from Shefford for her excellent speech. I always learn something when she speaks in the House.
Does she not get the feeling that the Liberals and the Conservatives are very alike in that they do not care about what happens to the victims? The Conservatives did the same thing in the case of General Vance: They denied that there had been any allegations of a sexual nature.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de Shefford de son excellent discours. J'en apprends toujours lorsqu'elle prend la parole à la Chambre.
N'a‑t‑elle pas l'impression que les libéraux et les conservateurs sont dans le même sac et qu'ils ne se soucient pas du sort des victimes? Les conservateurs ont fait la même chose dans le cas du général Vance: ils ont nié qu'il y avait eu des allégations de nature sexuelle.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-17 11:47 [p.8647]
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague from Repentigny for her comments.
That is what we heard from the victims. I am thinking in particular about Ms. Raymond, who testified before the Standing Committee on the Status of Women. She still does not understand why she had to fight to have her case dealt with outside the Canadian Armed Forces. She managed to win because she was heard before an external tribunal.
The recommendation was made in 2015. Ms. Raymond is well aware that the Deschamps report led to the story covered by L'actualité and various Quebec journalists.
The victims are asking for concrete measures, and they are well aware of what was in the Deschamps report.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de Repentigny de son intervention.
C'est ce que nous avons entendu de la part des victimes. Je pense notamment à Mme Raymond, qui a témoigné devant le Comité permanent de la condition féminine. Elle ne comprend toujours pas pourquoi elle a dû se battre pour que son dossier soit traité en dehors des Forces armées canadiennes. Elle a réussi à gagner sa cause lorsqu'elle s'est adressée à un tribunal externe.
La recommandation date de 2015. Mme Raymond est bien consciente que le rapport Deschamps a mené à toute cette histoire conduite par le magazine L'actualité et par d'autres journalistes du Québec.
Les victimes demandent des mesures concrètes, et elles sont bien au courant de ce qui figurait dans le rapport Deschamps.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-06-17 11:48 [p.8647]
Mr. Speaker, I would like to congratulate my colleague from Shefford on her speech.
I would like her to tell me what she thinks about the fact that the minister is holding on to his position. What message does that send to women who want to pursue a career in the Canadian Armed Forces?
Personally, I feel that the message being sent is that women who want to pursue a military career must be willing to take risks with their safety, given all the incidents of sexual misconduct. It makes no sense. I would like to hear what my colleague has to say about this.
Monsieur le Président, je félicite ma collègue de Shefford de son discours.
J'aimerais qu'elle me dise ce qu'elle pense du fait que le ministre s'accroche présentement à son poste. Quel message est-ce que cela envoie aux femmes qui désirent faire carrière dans les Forces armées canadiennes?
Personnellement, j'ai l'impression que le message que cela envoie est le suivant: si les femmes veulent faire une carrière militaire, elles doivent accepter de prendre un risque en lien avec leur sécurité, vu les cas d'inconduite sexuelle. Cela n'a pas de sens. J'aimerais l'entendre là‑dessus.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-17 11:49 [p.8647]
Mr. Speaker, I thank my colleague from Berthier—Maskinongé for his question.
I cannot for the life of me understand why the Minister of National Defence still has his job. I did not even have enough time in my speech to talk about all the other reasons nobody can possibly have confidence in him anymore.
During my studies, I had a chance to interview military personnel. I went to Jonquière and I talked to people at CFB Bagotville, which is an important institution. If we want to see more women and more diversity in the armed forces, we absolutely have to send a strong message.
The government calls itself feminist. How can it possibly allow a defence minister who tolerated such allegations to keep his job? That is unacceptable, there is no excuse for it, and it is high time the minister resigned. That is what my colleagues on the Standing Committee on National Defence and I demanded a few weeks ago.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Berthier—Maskinongé de sa question.
Je ne comprends toujours pas pourquoi le ministre de la Défense nationale est toujours en poste. Lors de mon intervention, je n'ai même pas eu le temps de parler de tous les autres éléments qui font qu'on ne peut qu'avoir perdu confiance en lui.
Dans mes études, j'ai eu l'occasion d'interroger des militaires. Je suis allée à Jonquière et j'ai parlé avec des gens de la base de Bagotville, une importante institution. Pour qu'il y ait plus de femmes et de diversité au sein des forces armées, il faut absolument envoyer un message fort.
Le gouvernement se dit féministe. Comment se fait‑il qu'il maintienne en poste un ministre de la Défense qui a toléré de telles allégations? C'est inacceptable, cela ne se justifie pas et il est plus que temps que le ministre démissionne. C'est d'ailleurs ce que mes collègues du Comité permanent de la Défense nationale et moi avons demandé il y a plusieurs semaines.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, first, I would like to take this opportunity to thank my colleague from Shefford for her excellent speech and for agreeing to split her time with me.
Today, we are discussing a motion moved by the Conservative Party, which reads as follows:
That, given that the Minister of National Defence has clearly lost the respect of members of the Canadian Armed Forces, including those at the highest ranks, for, amongst other things,
(i) misleading Canadians on the withdrawal of fighter jets in the fight against ISIS,
(ii) misleading Canadians about his service record,
(iii) presiding over the wrongful accusation and dismissal of Vice-Admiral Norman,
(iv) engaging in a cover-up of sexual misconduct allegations in the Canadian Armed Forces,
the House formally censure the Minister of National Defence to express the disappointment of the House of Commons in his conduct.
I do not think anyone in the House will be surprised to learn that we will vote in favour of this motion, in light of its troubling elements. The facts have accumulated over time, which has led to a loss of confidence. That is why the Bloc Québécois is calling for the resignation of the Minister of National Defence.
We look at all these things that have happened, but the last straw was the whole issue of sexual misconduct in the Canadian Armed Forces. The situation has completely deteriorated and the minister has mismanaged it from the start.
As we know, General Vance was forced to retire and it was not until after he retired that we finally learned about the allegations of sexual misconduct that were made against him, which triggered an investigation by the Standing Committee on National Defence, as well as a study by the Standing Committee on the Status of Women. When two committees look into an issue at the same time, it is obviously a big deal.
Shortly thereafter we also learned that General Vance's replacement, Admiral McDonald, also had to step down, also because of allegations of sexual misconduct.
This has been going on at the upper echelons of the military for some time and it is troubling since the current Minister of National Defence was notified of the problem by Gary Walbourne, who was national defence and armed forces ombudsman at the time, but has since retired. He went to the minister to advise him of a major complaint against the chief of the defence staff, General Vance. It was serious.
The minister told him he did not want to know about it, that he did not want anyone to talk to him about it, that he did not want to see the evidence and that the ombudsman should instead go talk to the appropriate authorities. In fact, the minister refused to look at what the ombudsman wanted to show him and then refused to meet with him again thereafter. The minister adopted this culture of wilful ignorance, choosing to turn a blind eye and act like nothing happened.
Unfortunately, even though some people on his staff appear to have passed the information along, it is hard to know who was aware of what and when. There are different, contradictory versions of events. When asked, the minister initially said that he was not aware. That is completely untrue, however, because we have now learned that he was aware. He met with the ombudsman, who wanted to talk to him about the situation.
Then, the minister started saying that he was not aware of the nature of the complaint in question. However, once again, Mr. Walbourne said that he very clearly told the minister about the nature of the complaint. Furthermore, media reports revealed that the public servants had emailed each other, proving that the minister was aware of the nature of the complaint, in spite of what he had been claiming. Worse yet, the minister then claimed that the nature of the complaint was not ultimately an important factor.
That is how he chose to handle it. Rather than apologizing and telling us that he did not give us the right information and that he tried to hide the fact that he did not take the action he should have, he decided to minimize the situation and tried to convince us that, ultimately, it was not that important.
It is especially disappointing to see a minister behave like that, particularly because of the message that it sends to the Canadian Armed Forces. The message is that this is not serious, not important. The government is going to close its eyes to complaints. The government is going to say that it does not want anything to do with this sort of thing and that it does not want to get involved because politicians should not interfere with investigations. That is the minister's position.
Nevertheless, we asked the former ombudsman if it would have constituted interference to meet with him to look at the evidence. At that time, there was not even an investigation under way. He said that it would not. The ombudsman that replaced him and who is in office today told us that it would not be interfering at all and that is exactly what he would have done.
We asked the Canadian Forces National Investigation Service or CFNIS if it would have constituted interference for the minister to do his job by simply looking at the evidence and agreeing to meet with the ombudsman. He said no, not at all. We also asked the CFNIS whether it would have constituted interference for the minister to request an investigation. Once again, the CFNIS said no and added that that would only be the case if the minister sought to undermine the investigation. However, it must be said that the minister did basically undermine the investigation by not asking the CFNIS to investigate and by refusing to obtain the information. However, there was no investigation. It was easier that way.
We then learned that the information did make the rounds. The Privy Council Office was informed of the situation. One of the Prime Minister's advisers, Elder Marques, was apparently informed of the situation and was asked to investigate, at least to some extent. The Prime Minister's chief of staff was also informed of the situation. However, one after the other, they all claimed at the beginning, when speaking with the Prime Minister, that they did not know and his staff did not know. We were getting different versions all the time, and information was coming out in dribs and drabs. Unfortunately, we are up against a government and a party that are trying to undermine the work of the Standing Committee on National Defence.
I have been a member of that committee for months, and our work has been stalled for months now. Every time a witness is called or a witness expresses a desire to appear, the government and Liberal members filibuster. As a result, nothing is moving forward and nothing is getting done. The filibustering is only getting worse. It has been about three or four weeks since we have been able to have a single meeting where we have intelligent discussions and actually do any work. We are just wasting time. This is especially frustrating because this government prides itself on being a democratic government when, really, it is just undermining the committee's work.
Why did he decide to hinder the work of the committee? That is the question. Why does he absolutely not want us to know what happened? Since the witnesses kept contradicting each other, after we heard the last one, we decided to invite more. We asked for the Minister of National Defence's chief of staff so that he could give us his version of the facts, but that was blocked. We cannot speak to him. On one occasion, the minister even showed up in place of his chief of staff to tell us what he would have said. That is something. He knew what the other guy was going to say. Why are the Liberals so scared of what he might tell us?
For now, what we have observed is that the Minister of National Defence was not up to the task. He did not do his job, and, because of that, to protect itself and to prevent things from going smoothly, the Liberal Party has been systematically obstructing the investigation. The Liberal members of the committee are preventing us from doing our job. If I were a citizen and I saw that, I would be really angry and frustrated. In addition, what message does this send to people who work in the Canadian Armed Forces?
What message does this send to women? The message is that, when things like this happen, when a minister is not up to the task and when there are unacceptable situations in the Canadian Armed Forces, the Standing Committee on National Defence will be prevented from doing its job because the government wants to protect its friends, and because it wants to protect those who did not do what they should have done. That is what is really going on.
We have a minister who is not up to the task. Rather than do his job, when he could have implemented the recommendations of the 2015 Deschamps report, the minister decided to go back to square one instead. I do not even know if he read the Deschamps report, which contained good recommendations and indicated that the situation in the armed forces was hard to believe. He decided to go back to square one and commission another report that they also may not look at in order to stall.
For example, he allowed Mr. Vance to take charge of Operation Honour, when, in the end, he was setting the wolf loose on the sheep. He gave him a raise. Worse than that, we found out that, in the meantime, the second in command of the armed forces, Lieutenant-General Mike Rouleau, who is also vice chief of the defence staff and head of the military police, went to play golf with the retired General Vance.
All this shows just how much the minister's inaction created a climate of impunity in the armed forces, and that is totally unacceptable.
Monsieur le Président, je voudrais d'abord prendre le temps de remercier ma collègue de Shefford de son excellent discours, ainsi que d'avoir accepté de partager son temps de parole avec moi.
Nous discutons aujourd'hui de la motion qui a été déposée par le Parti conservateur et qui se lit comme suit:
Que, étant donné que le ministre de la Défense nationale a manifestement perdu le respect des membres des Forces armées canadiennes, y compris parmi les plus hauts gradés, pour avoir, entre autres,
(i) induit les Canadiens en erreur relativement au retrait des avions de combat dans la lutte contre Daech,
(ii) induit les Canadiens en erreur relativement à ses états de service,
(iii) présidé à la mise en accusation injustifiée et au congédiement abusif du vice-amiral Norman,
(iv) participé à la dissimulation d’allégations d’inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes,
la Chambre blâme officiellement le ministre de la Défense nationale pour exprimer la déception de la Chambre des communes à l’égard de sa conduite.
Je ne pense pas que cela surprendra quiconque à la Chambre d'apprendre que nous allons voter en faveur de cette motion, dont les éléments sont préoccupants. Les faits se sont additionnés avec le temps, ce qui a fini par mener à une perte de confiance. C'est pour cela que le Bloc québécois demande la démission du ministre de la Défense.
Cependant, au-delà de cette accumulation de faits, la goutte qui a fait déborder le vase est toute la question d'inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes. Cette situation a complètement dégénéré et le ministre l'a mal gérée de A à Z.
Comme on le sait, le général Vance a dû prendre sa retraite et ce n'est qu'après sa retraite qu'on a fini par apprendre l'existence d'allégations d'inconduite sexuelle de sa part, lesquelles ont mené au déclenchement d'une enquête du Comité permanent de la défense nationale, ainsi que d'une étude du Comité permanent de la condition féminine. Lorsque deux comités se penchent sur cette question en même temps, cela veut dire que c'est sérieux.
Peu de temps après, on a aussi appris que le remplaçant du général Vance, l'amiral McDonald, a dû lui aussi quitter ses fonctions, étant également ciblé par des allégations d'inconduite sexuelle.
On voit donc que cette situation perdure aux plus hauts échelons de l'armée et devient préoccupante, puisque le ministre actuel de la Défense nationale a été avisé du problème par Gary Walbourne, qui était à l'époque ombudsman de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, mais qui a pris sa retraite depuis. Ce dernier est allé rencontrer le ministre pour l'aviser d'une plainte importante visant le chef d'état-major de la Défense, le général Vance. C'était grave.
Le ministre lui a répondu qu'il ne voulait rien savoir de cela, qu'il ne voulait pas qu'on lui en parle, qu'il ne voulait pas voir les preuves et d'aller plutôt en parler aux autorités appropriées. En fait, le ministre a refusé de regarder ce que l'ombudsman voulait lui montrer et il a par la suite refusé toute nouvelle rencontre avec ce dernier. C'est donc dans cette culture de l'ignorance volontaire que s'est embarqué le ministre, qui a préféré fermer les yeux et faire comme si de rien n'était.
Malheureusement, même s'il y a des gens dans son bureau qui semblent avoir fait suivre l'information, il est difficile de savoir qui était au courant de quoi et comment. En effet, les diverses versions des événements se contredisent. Au début, quand on a demandé au ministre s'il était au courant, il a répondu que non. Pourtant, c'est complètement faux, car on a fini par apprendre qu'il était au courant, puisqu'il avait rencontré l'ombudsman, qui voulait lui en parler.
Ensuite, le ministre s'est mis à dire qu'il n'était pas au courant de la nature de la plainte en question. Pourtant, encore une fois, M. Walbourne a dit qu'il lui avait très clairement fait part de la nature de cette plainte. De plus, les médias ont révélé qu'il y avait eu des échanges de courriels entre les fonctionnaires, prouvant que le ministre était au courant de la nature de cette plainte malgré ce qu'il en disait. Pire encore, le ministre a par la suite prétendu que, de toute façon, la nature de la plainte n'était pas un facteur important.
Il s'en est débarrassé comme cela. Plutôt que de présenter des excuses et de nous dire qu'il ne nous avait pas donné la bonne information et qu'il avait essayé de nous cacher qu'il n'avait pas posé les gestes qu'il aurait dû poser, il a décidé de minimiser cela et de nous faire croire que ce n'était pas un dossier important, en fin de compte.
C'est particulièrement décevant de voir un ministre agir comme cela, surtout à cause du message que cela envoie aux Forces armées canadiennes. Le message, c'est que ce n'est pas grave, ce n'est pas important. On va fermer les yeux quand il y aura des plaintes. On va dire qu'on ne veut pas toucher à cela et qu'on ne veut pas se mêler des enquêtes parce que les politiciens ne doivent pas se mêler des enquêtes. C'est la position du ministre.
Pourtant, on a demandé à l'ancien ombudsman si cela aurait constitué de l'ingérence que de le rencontrer pour prendre connaissance des preuves. En fait, il n'y avait pas encore d'enquête. Il nous a répondu non. L'ombudsman qui l'a remplacé et qui est en poste aujourd'hui nous a répondu que ce ne serait pas du tout de l'ingérence et que c'est exactement ce qu'il aurait fait.
On a demandé au Service national des enquêtes des Forces canadiennes si cela aurait constitué de l'ingérence que le ministre fasse son travail, c'est-à-dire qu'il regarde tout simplement les preuves et qu'il accepte de rencontrer l'ombudsman. Il nous a dit non, pas du tout. On a aussi demandé au Service si cela aurait été de l'ingérence que le ministre demande une enquête. Encore une fois, le Service national des enquêtes a dit non, en ajoutant que ce ne serait le cas que si le ministre avait voulu nuire à l'enquête. Or il faut dire qu'il a quasiment nui à l'enquête en ne leur demandant pas de faire une enquête et en refusant d'obtenir l'information. Toutefois, il n'y avait pas d'enquête. C'est plus facile comme cela.
Ensuite, on a aussi appris que l'information avait circulé un peu. Le Bureau du Conseil privé aurait été informé de la situation. Un conseiller du premier ministre, en la personne d'Elder Marques, aurait été informé de la situation et aurait été chargé d'investiguer, du moins dans une certaine mesure. La cheffe de cabinet du premier ministre aurait été aussi informée de la situation. Pourtant, ils ont tous prétendu, l'un après l'autre, au début, quand on parlait au premier ministre, qu'ils n'étaient pas au courant et que son personnel n'était pas au courant. Les versions changeaient donc tout le temps et l'information sortait au compte-gouttes. Malheureusement, on se bute à un gouvernement et à un parti qui essaient de nuire au travail du Comité permanent de la défense nationale.
Cela fait des mois que je siège à ce comité, et cela fait des mois que le travail n'avance pas. Chaque fois qu'un témoin est convoqué ou qu'un témoin exprime sa volonté de comparaître, il y a de l'obstruction systématique de la part du gouvernement et des députés libéraux. Cela fait en sorte que rien n'avance et rien ne se fait. Cette obstruction systématique ne fait qu'empirer. Cela doit bien faire trois ou quatre semaines que nous sommes incapables d'avoir une seule rencontre où nous avons des discussions intelligentes et où nous travaillons. Nous ne faisons que perdre du temps. C'est d'autant plus frustrant que ce gouvernement se gargarise d'être un gouvernement démocrate, alors que, finalement, il ne fait que nuire aux travaux du Comité.
Pourquoi décide-t-il de nuire aux travaux qui se font au Comité? C'est cela, la question qui se pose. Pourquoi ne veut-il absolument pas qu'on sache ce qui s'est passé? Étant donné que les témoins se contredisent les uns les autres, lorsque nous avons entendu le dernier témoin, nous nous sommes dit que nous allions devoir inviter plus de témoins. Nous avons demandé d'inviter le chef de cabinet du ministre de la Défense nationale pour qu'il nous donne lui aussi sa version des faits, mais cela a été complètement bloqué. Il est impossible de lui parler. Une fois, le ministre s'est même présenté à la place de son chef de cabinet pour nous dire ce que celui-ci nous aurait dit. Il faut le faire, quand même! Lui, il sait ce que l'autre nous aurait dit. Pourquoi les libéraux ont-ils si peur de ce qu'il pourrait nous dire?
Pour l'instant, ce que nous avons constaté, c'est que le ministre de la Défense nationale n'a pas été à la hauteur. Il n'a pas fait son travail, et à cause de cela, pour le protéger et pour empêcher les choses de fonctionner, le Parti libéral fait de l'obstruction systématique. Les représentants du Parti libéral au Comité empêchent les travaux de se faire. Si j'étais un citoyen et que je voyais cela, je serais vraiment fâché et frustré. De plus, quel message aussi cela envoie-t-il aux gens qui travaillent dans les Forces armées canadiennes?
Quel est le message que cela envoie aux femmes? C'est qu'en somme, quand il y a des actes comme cela, quand un ministre n'est pas à la hauteur et quand il y a des situations inacceptables dans les Forces armées canadiennes, on va empêcher le Comité permanent de la défense nationale de faire son travail parce qu'on veut protéger ses petits amis, parce qu'on veut protéger ceux qui n'ont pas fait le travail qu'ils auraient dû faire. Voilà la réalité et voilà la situation.
On a un ministre qui n'est pas à la hauteur. Plutôt que de faire son travail, alors qu'il aurait pu mettre en place les recommandations du rapport Deschamps en 2015, le ministre plutôt décidé de recommencer à zéro. Je ne sais même pas s'il a lu le rapport Deschamps qui pourtant renfermait de bonnes recommandations et qui indiquait que la situation était incroyable dans les forces armées. Or, il propose plutôt de recommencer à zéro, faire un autre rapport qu'on va peut-être tabletter encore une fois pour gagner du temps.
Par exemple, il a laissé M. Vance être responsable de l'opération Honneur alors que, finalement, on s'est rendu compte qu'on mettait le loup dans la bergerie. Il lui a donné une augmentation de salaire. Pire que cela, on a découvert que, pendant ce temps, le numéro deux des forces armées, le lieutenant-général Mike Rouleau, qui est aussi vice-chef d'état-major et chef de la police militaire à travers tout cela, est allé jouer au golf avec le général Vance à la retraite.
Tout cela montre à quel point l'inaction du ministre crée ce climat d'impunité dans les forces armées et c'est profondément inacceptable.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I think my colleague has asked a very good question. As he pointed out, the Conservatives initially appointed General Vance. However, the Liberals are the ones who failed to act when allegations about him surfaced.
Nevertheless, if there was a need to delve further, if the Conservatives failed to act, I think that the same steps should be taken, that is, that their conduct should be investigated as long as there would not be filibustering at committee to prevent light being shed on these matters.
However, at this time, we are dealing with the current government. Who is in power now? Who has the means to change things at this time? It is the Liberals, and they are the ones preventing change from happening.
Madame la Présidente, je pense que mon collègue a posé une très bonne question. Comme il l'a souligné, ce sont les conservateurs qui, au départ, ont nommé le général Vance. Par contre, ce sont les libéraux qui n'ont pas agi quand il y a eu les allégations à son égard.
Néanmoins, on doit en comprendre que s'il fallait aller plus loin, si des choses étaient décevantes dans l'action des conservateurs, je pense que cela mériterait tout à fait que le même genre de traitement soit fait, c'est-à-dire qu'on enquête sur cela, à condition qu'il n'y ait pas d'obstruction extrême en comité pour empêcher qu'on fasse la lumière sur ces affaires.
Néanmoins, en ce moment, il est question du gouvernement qui est en place. Qui est au pouvoir en ce moment? Qui a les moyens de changer les choses en ce moment? Ce sont les libéraux et ce sont eux qui empêchent les choses de changer.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his question. I think it is a good question.
In my opinion, in the circumstances, there comes a point where the minister should realize that he is not up to the task. He should realize that he is not fit for the office he holds. He should realize that, ultimately, his very presence undermines public confidence in the institution.
In my opinion, if he does not have the good judgment to resign, the Prime Minister should help him step aside.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question. Je pense que c'est une bonne question.
À mon avis, dans une telle situation, à un moment donné, le ministre devrait se rendre compte lui-même qu'il n'est pas à la hauteur de la situation. Il devrait se rendre compte qu'il n'est pas digne des fonctions qu'il représente. Il devrait se rendre compte que finalement sa présence même fait que les gens ont de moins en moins confiance en l'institution.
À mon avis, si lui-même n'a pas le jugement nécessaire pour se retirer de ses fonctions, le premier ministre devrait l'aider à faire en sorte qu'il laisse la place.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his question.
We saw a prime example of that late last week when the military's second-in-command, who also oversees the military police, played golf with the man who is currently under investigation. That right there is telling. There is a culture of impunity in the armed forces, at least among senior officers, who think that they are above the law.
Because a minister did not do his job and is not up to the task, the members of the armed forces feel like nothing will change. The minister must be replaced.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
L'exemple le plus éloquent, que nous avons pu voir la fin de semaine dernière, est celui-ci: le no 2 des Forces armées, qui est aussi le patron de la police militaire, est allé jouer au golf avec la personne qui fait l'objet d'une enquête en ce moment. Je pense que cela montre bien la situation. Il existe un climat d'impunité dans les Forces armées, du moins à la haute direction, où on se pense au-dessus des lois.
On voit aussi que, parce qu'un ministre ne fait pas son travail et qu'il n'est pas à la hauteur, les gens qui servent dans les Forces armées ont l'impression que rien ne va changer. Le ministre devrait donc être remplacé.
View Caroline Desbiens Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for her insightful speech.
We have a number of urgent and important matters to take care of right now, so I want to ask my colleague how she feels about the fact that we are still debating something that seems obvious to everyone. Everyone has read and heard all the arguments.
What does my colleague think about the government's slow pace and indifference to this matter, which needs to be dealt with once and for all so that we can move on?
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa pertinente allocution.
Alors que nous sommes dans un contexte d'urgence et que plusieurs dossiers importants doivent être traités, j'ai envie de demander à ma collègue comment elle se sent quant au fait que nous sommes encore en train de débattre de quelque chose qui semble une évidence pour tout le monde. Tout le monde a lu et entendu les plaidoyers de chacun.
Que pense ma collègue de la lenteur et de la nonchalance du gouvernement dans ce dossier alors qu'il faudrait le traiter définitivement et passer à une autre étape?
View Caroline Desbiens Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I would like to thank my colleague from Rosemont—La Petite‑Patrie for his speech and his reference to philosophical texts that help us reflect on Parliament's ultimate goal, which is to serve our population and our citizens, as well as the members of our armed forces, who are crucial to Canada's safety and peace.
Does my colleague have a quick solution to suggest to the current government, other than the resignation of the Minister of National Defence, which we all want? We need a quick solution to reassure women who want to make a career in the armed forces. What would my colleague suggest?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Rosemont—La Petite‑Patrie de son allocution et de sa référence à des textes philosophiques qui nous aident à réfléchir parfois à l'objectif ultime de ce Parlement, celui de servir notre population et nos citoyens, ainsi que les membres de notre armée qui sont un élément fondamental de notre sécurité et de notre paix.
Mon collègue a‑t‑il une solution rapide à proposer au gouvernement actuel, outre la démission — que nous souhaitons tous — du ministre de la Défense nationale? Il faudrait une solution rapide afin de rassurer les femmes qui veulent faire carrière dans l'armée. Quelle solution proposerait mon collègue?
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, many of my colleagues have spoken to this issue so far, and the Bloc Québécois will definitely be voting in favour of this motion.
However, instead of censuring the Minister of National Defence, why not demand his resignation?
Does my colleague think the Minister of National Defence should resign immediately?
Madame la Présidente, plusieurs de mes collègues ont pris la parole depuis le début de cette affaire, et le Bloc québécois votera certainement en faveur de cette motion.
Toutefois, au-delà d'adresser un blâme, comment se fait-il qu'on ne demande pas la démission du ministre de la Défense nationale?
Selon ma collègue, le ministre de la Défense nationale doit-il démissionner immédiatement?
View Louise Charbonneau Profile
BQ (QC)
View Louise Charbonneau Profile
2021-06-17 13:30 [p.8660]
Madam Speaker, I thank the parliamentary secretary for his presentation. He said he was disappointed to see the Bloc and the Conservatives joining forces in calling for the defence minister's head, shall we say.
Does he not think that victims of harassment are the ones paying the price for these machinations to keep the minister on?
This looks to me like an old boys' club trying to protect one of its own. Does the parliamentary secretary agree that victims are being forgotten in all this?
Madame la Présidente, je veux remercier le secrétaire parlementaire de sa présentation. Il se dit déçu de voir s'allier les bloquistes et les conservateurs pour, disons, avoir la tête du ministre de la Défense.
Ne croit-il pas que ce sont les victimes de harcèlement qui paient le prix de cette façon de garder un homme en poste?
J'ai l'impression de me trouver devant un boys club qui veut protéger un de ses membres. Le secrétaire parlementaire ne croit-il pas que, dans tout ce processus, on oublie les victimes?
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, this afternoon in Montreal, people gathered at the urging of Amnesty International to once again demand the release of Raïf Badawi. I say “once again” because Mr. Badawi has been imprisoned in Saudi Arabia for nine years now, without having committed a single crime. For nine years now, his wife Ensaf and his three children have been hoping that the Canadian government would take action to reunite their family, but nothing is being done.
We actually thought that the process would speed up in January, when the House unanimously demanded that the federal government grant Raïf Badawi Canadian citizenship. However, the Minister of Immigration, Refugees and Citizenship has done nothing. If this continues, Mr. Badawi will serve his entire unjust sentence before Ottawa takes the slightest measure to facilitate his release.
Enough is enough. There are four days left in the session. The House has been asking the minister to grant Raïf Badawi citizenship for five months. His wife and family have been waiting for him for nine years. The minister must do his job.
Madame la Présidente, cet après-midi, à Montréal, la population se rassemblait à l'invitation d'Amnistie internationale pour exiger encore une fois la libération de Raïf Badawi. Je dis encore une fois, parce que cela fait neuf ans que M. Badawi est emprisonné en Arabie saoudite sans avoir commis le moindre crime. Cela fait neuf ans que sa femme Ensaf et ses trois enfants espèrent que le gouvernement canadien s'active pour réunir leur famille et il n'y a rien qui bouge.
Enfin, nous avions l'impression que le processus allait s'accélérer en janvier dernier quand la Chambre a exigé à l'unanimité que le fédéral octroie à Raïf Badawi sa citoyenneté canadienne. Cependant, le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté n'a rien fait. Si la tendance se maintient, M. Badawi purgera l'entièreté de sa peine illégitime avant qu'Ottawa pose le moindre geste pour faciliter sa libération.
Cela va faire. Il reste quatre jours avant la fin de la session. La Chambre demande au ministre d'octroyer la citoyenneté à Raïf Badawi depuis cinq mois. Sa femme et sa famille attendent depuis neuf ans. Que le ministre fasse sa job.
View Sylvie Bérubé Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, on May 15, the Institut national de la recherche scientifique awarded an honorary doctorate to Édith Cloutier. This is her second honorary doctorate, after the one she was awarded by Concordia University in 2018.
Ms. Cloutier has been the executive director of the Val-d'Or Native Friendship Centre for more than 32 years and also served as chair of the board of directors of Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. She was the first indigenous woman to hold this position at a Quebec university.
She is credited with implementing practical projects for the urban indigenous community such as the Minowé Clinic, a model of indigenous health care services in Quebec. Ms. Cloutier has received many accolades from governments, community organizations and universities, including the Ordre national du Québec in 2006 and the Order of Canada in 2013.
I congratulate Ms. Cloutier, and I thank her for all her work on behalf of members of first nations and indigenous peoples.
Monsieur le Président, le 15 mai dernier, l'Institut national de la recherche scientifique a remis un doctorat honoris causa à Mme Édith Cloutier, son deuxième doctorat honorifique puisqu'elle en a reçu un de l'Université Concordia en 2018.
Directrice du Centre d'amitié autochtone de Val‑d'Or depuis plus de 32 ans, Mme Cloutier a été présidente du conseil d'administration de l'Université du Québec en Abitibi—Témiscamingue. C'était la première femme autochtone à occuper cette fonction dans un établissement universitaire au Québec.
On lui doit la réalisation de projets tangibles pour la communauté autochtone urbaine, tels que la clinique Minowé, un modèle de services en santé autochtone au Québec. Mme Cloutier a reçu plusieurs reconnaissances d'instances gouvernementales, communautaires et universitaires, dont l'Ordre national du Québec en 2006 et l'Ordre du Canada en 2013.
Je félicite Mme Cloutier, et je la remercie de tout son travail auprès des membres des Premières Nations et des peuples autochtones.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-17 14:25 [p.8670]
Mr. Speaker, yesterday, the House of Commons acknowledged the fact that Quebec constitutes a nation and that French is its only common and official language. It stands to reason, then, that the House of Commons also voted in favour of applying the Charter of the French Language to federally regulated businesses. Indeed, Quebec's demand to be the master of its language policy is consistent with its unique reality as a French-speaking nation.
Yesterday, the House of Commons requested that Bill 101 be applied. Why does the Liberal Party continue to oppose that? It is alone in doing so.
Monsieur le Président, hier, la Chambre des communes a pris acte du fait que le Québec forme une nation et que le français est sa seule langue commune et officielle. En toute logique, la Chambre des communes a aussi voté en faveur de l'application de la Charte de la langue française pour les entreprises sous compétence fédérale. En effet, l'exigence du Québec d'être le maître d'œuvre de sa politique linguistique est conséquente avec sa réalité unique de nation de langue française.
Hier, l'application de la loi 101 est devenue une demande de la Chambre des communes. Pourquoi le Parti libéral continue‑t‑il de s'y opposer? Il est le seul à le faire.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-17 14:26 [p.8670]
Mr. Speaker, note that yesterday, when the House almost unanimously agreed that Quebec is a French-speaking nation, 10 Liberals from the greater Montreal area abstained from voting and refused to acknowledge that Quebec considers itself a nation whose official language is French.
I would also point out that, yesterday, the Liberals were the only ones to vote against Quebec applying its Charter of the French Language to federally regulated businesses.
Are the Liberals obstructing the clear solution that seeks to promote French at work in order to please some of their own, for whom, these—
Monsieur le Président, soulignons que, hier, alors que la Chambre a été quasi unanime à convenir que le Québec se définit comme une nation de langue française, 10 libéraux du Grand Montréal se sont abstenus et ont refusé de constater que le Québec se considère comme une nation et que sa langue officielle est le français.
Soulignons également que, hier, seuls les libéraux se sont opposés à ce que le Québec applique sa Charte de la langue française aux entreprises sous compétence fédérale.
Les libéraux font‑ils obstacle à la solution évidente visant à promouvoir le français au travail afin de contenter certains des leurs, pour qui, ces...
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-17 14:37 [p.8672]
Mr. Speaker, the Minister of Official Languages keeps repeating that the Charter of the French Language and her bill do the same thing. She says that someone protected by Bill C‑32 has the same rights as someone covered by the Charter of the French Language.
However, when minister Jolin-Barrette says that the Quebec law must apply to everyone, the minister digs in her heels. When the House voted for Quebec's federally regulated businesses to be subject to the Charter of the French Language, she voted against it.
My question is simple: Why did she vote against it if it is the same thing?
Monsieur le Président, la ministre des Langues officielles n’arrête pas de nous répéter que la Charte de la langue française et son projet de loi font la même chose. Elle nous dit qu'une personne protégée par le projet de loi C‑32 a les mêmes droits qu'une personne couverte par la Charte de la langue française.
Toutefois, quand le ministre Jolin‑Barrette dit que la loi québécoise doit s'appliquer à tous, là, la ministre se braque et s'obstine. Quand la Chambre vote pour que les entreprises québécoises de compétence fédérale soient soumises à la Charte de la langue française, elle vote contre cela.
Ma question est simple: pourquoi voter contre cela, si c'est la même chose?
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-17 14:38 [p.8673]
Mr. Speaker, our bill says that the Charter of the French Language applies to federally regulated businesses in Quebec. The minister recognizes that Quebeckers form a nation, that Quebec has a single official language and that French is the common language of the Quebec nation. She should therefore be able to understand that, as a francophone nation, Quebec must have a single language regime.
Why is the minister opposed to the Charter of the French Language applying to all Quebeckers?
Monsieur le Président, notre projet de loi dit que les entreprises québécoises de compétence fédérale sont soumises à la Charte de la langue française. La ministre, qui reconnaît que les Québécois et les Québécoises forment une nation, que le Québec a une seule langue officielle et que le français est la langue commune de la nation québécoise, doit bien pouvoir comprendre qu'il est essentiel pour le Québec, nation francophone, d'avoir un seul régime linguistique.
Pourquoi la ministre refuse-t-elle que la Charte de la langue française s'applique à toutes les Québécoises et à tous les Québécois?
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-17 14:39 [p.8673]
Mr. Speaker, I am trying to understand where the minister stands on the language issue.
There are two systems: One is for the very large majority of Quebeckers, who are protected under the Charter of the French Language. The other is for about 200,000 workers in federally regulated businesses. These are the people Bill C-32 seeks to help.
My question is simple: Between Bill C‑32 and the Charter of the French Language, which one is more effective in protecting the right to work in French?
Monsieur le Président, j'essaie de comprendre où se situe la ministre sur la question linguistique.
Il y a deux régimes: il y en a un pour la très large majorité des Québécois, qui sont protégés par la Charte de la langue française, et il y en a un autre pour à peu près 200 000 travailleurs à l'emploi d'entreprises de compétence fédérale. Ce sont ces derniers que le projet de loi C‑32 vise.
Ma question est simple: entre le projet de loi C‑32 et la Charte de la langue française, qu'est-ce qui protège le mieux le droit de travailler en français?
Results: 1 - 100 of 39963 | Page: 1 of 400

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data