Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 45 of 45
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, on September 26, 2001, in order to protect our migratory bird populations, I introduced in this House a motion to replace sinkers and lures containing lead with non-toxic ones. At that time, because of the archaic procedure for private members' business, my motion unfortunately died on the order paper.
Most unexpectedly, almost two and one-half years later, my initiative seems to have finally raised people's awareness sufficiently for the government to finally decide to take action. Better later than never. Last Tuesday, the Minister of the Environment announced that he will be taking steps to gradually phase out this environmentally harmful fishing equipment.
I can therefore conclude that my initiative was not completely wasted. So, in these tumultuous times in which praise is a rare commodity, I must congratulate the Minister of the Environment on this excellent decision.
Monsieur le Président, le 26 septembre 2001, afin de protéger les oiseaux migrateurs, je déposais en cette Chambre une motion visant à substituer les pesées et les turluttes contenant du plomb par toute autre matière non toxique. À cette époque, en vertu de la procédure archaïque qui régissait les affaires émanant des députés, ma motion est malheureusement morte au Feuilleton.
Contre toute attente, presque deux ans et demi plus tard, mon initiative semble avoir finalement sensibilisé suffisamment de gens pour que le gouvernement décide enfin de bouger. Puisque mieux vaut tard que jamais, mardi dernier, le ministre de l'Environnement a annoncé qu'il prendra des mesures pour éliminer progressivement ces articles de pêche nocifs à l'environnement.
J'en arrive donc à la conclusion que mon initiative n'était pas un coup d'épée dans l'eau. Or, en cette période de tumulte où les hommages se font rares, je tiens à féliciter le ministre de l'Environnement pour cette heureuse décision.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, my question is for the Solicitor General. Last June, shortly after the Jean Charest Liberals came into power, the RCMP dropped an investigation into a case of political interference involving the Canada Lands Company, at the time when Alfonso Gagliano was the Minister of Public Works and Government Services. Robert Charest, the Quebec premier's brother, was under RCMP scrutiny.
Since, for obvious reasons, it seems like this was a botched investigation, will the Solicitor General tell us why the RCMP dropped this investigation twice?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au solliciteur général. En juin dernier, peu de temps après l'élection d'un gouvernement libéral mené par Jean Charest, la GRC laissait tomber une enquête sur une affaire d'ingérence politique à la Société immobilière du Canada, à l'époque où Alfonso Gagliano était ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux. Robert Charest, le frère du premier ministre du Québec, était alors dans la mire de la GRC.
Puisque, pour des raisons, évidentes tout porte à croire que cette enquête fut bâclée, le solliciteur général peut-il nous expliquer pourquoi la GRC a abandonné cette enquête à deux reprises?
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, my question is for the Minister of National Revenue.
After the theft of computers from the Canada Customs and Revenue Agency's Laval premises on September 4, application was made to the Quebec Superior Court by the Union des consommateurs and a private citizen from Beauport to initiate a group action against the federal government.
Can the minister tell us whether she plans to compensate the 120,000 taxpayers who were victims of this theft, or does she plan instead to deny any responsibility for this situation?
Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre du Revenu national.
À la suite du vol d'ordinateurs perpétré le 4 septembre dernier à Laval, dans les bureaux de l'Agence des douanes et du revenu du Canada, l'Union des consommateurs et un citoyen de Beauport ont demandé à la Cour supérieure du Québec l'autorisation d'intenter un recours collectif contre le gouvernement fédéral.
La ministre peut-elle nous dire si elle compte indemniser les 120 000 contribuables victimes de ce vol ou, au contraire, entend-elle nier toute responsabilité dans ce dossier?
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I will be voting against the motion.
Monsieur le Président, je vote contre cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I vote against this motion.
Monsieur le Président, je vote contre cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I vote no on this motion.
Monsieur le Président, je vote contre cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I vote no on this motion.
Monsieur le Président, je vote non à cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I am voting against this motion.
Monsieur le Président, je vote contre cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I will vote in favour of this motion.
Monsieur le Président, je vote en faveur de la motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I will vote against this motion.
Monsieur le Président, je vote contre cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I am pleased to conclude this debate on Motion M-387. First, I want to thank all the hon. members who took part in this debate because they did so in a non-partisan way. The Canadian Alliance, the NDP, the Bloc Quebecois, the Progressive Conservative Party, everyone took part in a truly non-partisan manner, setting aside a number of convictions.
As we know, gun control does not have unanimous support. I think that a vast majority of members still believe in it. That is why I agreed to the amendment of the hon. member for Châteauguay. Since some people were concerned that a possible suspension of the program might jeopardize its survival, I agreed to amend my motion to prevent this possibility.
The relevancy of the Canadian Firearms Program was not at issue here, but rather its mismanagement. It is obviously useful to remember that, instead of costing $119 million as initially budgeted, the program's development and implementation costs will probably exceed $1 billion by 2004-05.
For a long time I have been worrying that the management style of federal officials would lead directly to huge cost overruns. The only reason my fears were not confirmed until last fall was because the federal government's secrecy prevented us from finding out the true extent of the problem.
The Auditor General was particularly scathing in her report last December, when she said:
The Department of Justice did not provide Parliament with sufficient information to allow it to effectively scrutinize the Canadian Firearms Program and ensure accountability. It provided little financial information and insufficient explanations for the dramatic increase in the cost of the Program.
Transferring this program to the Solicitor General was completely pointless and again raises serious problems in terms of accountability and transparency. Indeed the Minister of Justice said that his plan would reinforce the program's accountability and transparency. It has done the opposite.
The rule that prevents us from questioning a former minister about his previous responsibilities simply allows the justice minister to avoid any questions about this scandal. That means that the period between December 1995 and April 2003 will continue to be a big black hole. No questions, no answers, and no one to take responsibility.
As for the Solicitor General, he can feign ignorance, because when things went wrong, he was not the one responsible for the program. So we are far from attaining the accountability and transparency the minister promised when unveiling the action plan.
What is more, the government's wonderful plan had barely been unveiled when it started going off the rails. The transfer slated for April 1 finally happened two weeks later, on the 14th, and as if that were not enough, the government got mired in explanations, each of which was more incoherent than the last. In short, the program was not transferred for reasons of jurisdiction or good management. Had that been the case, Treasury Board would not have had to inject another $10 million into it, as was done just yesterday, in order to again make up for this cost overrun.
There could also be some other reservations expressed that would be totally legitimate. A culture of cover-up does not change overnight.
Since time is of the essence, I will simply sum up by saying that there is no question of our approving such a huge cost overrun. I invite all members to set partisan politics aside and vote in favour of my motion and the amendment. We must get to the bottom of this scandal. A solution that respects both the objectives of public safety and the principles of proper financial management must be found, once Parliament is fully informed and gives its approval.
Monsieur le Président, j'ai le plaisir de conclure ce débat sur la motion M-387. Tout d'abord je tiens à dire merci à tous les députés qui ont participé à ce débat parce qu'ils l'ont fait d'une façon non partisane. L'Alliance canadienne, le NPD, le Bloc québécois, le Parti progressiste-conservateur, tout le monde y a participé et vraiment, d'une façon non partisane et en mettant de côté bien des convictions.
En effet, comme on le sait, le contrôle des armes à feu ne fait pas l'unanimité. Je crois par exemple, qu'une grande majorité de députés y croient encore. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai accepté l'amendement du député de Châteauguay. Comme certains étaient inquiets du fait que l'éventuelle suspension du programme puisse mettre en péril sa survie, j'ai donc accepté d'amender ma motion afin d'écarter cette possibilité.
Cependant l'objet de ce débat ne reposait pas sur la pertinence du Programme canadien de contrôle des armes à feu, mais plutôt sur sa mauvaise gestion. Il est sûrement utile de rappeler qu'au lieu de 119 millions de dollars initialement prévus, comme on l'a déjà mentionné, les coûts d'élaboration et de mise en oeuvre du programme dépasseront vraisemblablement le milliard de dollars d'ici 2004-2005.
Il y a longtemps que je soupçonnais que le style de gestion des fonctionnaires fédéraux entraînerait directement le programme dans un gouffre sans fond. Or, si mes appréhensions ne m'ont été confirmées que l'automne dernier, c'est uniquement en raison des cachotteries du gouvernement fédéral qui nous a empêchés de connaître l'étendue exacte des dommages.
D'ailleurs, la vérificatrice générale fut particulièrement cinglante dans son rapport de décembre dernier où elle affirmait que:
Le ministère de la Justice n'a pas fourni au Parlement suffisamment d'informations pour lui permettre de porter un jugement éclairé sur le Programme canadien des armes à feu et garantir le respect des principes de responsabilité. Il a produit trop peu d'informations financières et d'explications pour justifier la hausse spectaculaire du coût du programme.
D'autre part, le transfert de ce dossier au solliciteur général était complètement futile et soulève encore une fois de sérieux problèmes en matière d'imputabilité et de transparence. En effet, le ministre de la Justice affirmait que son plan renforcerait l'imputabilité et la transparence du programme. Au contraire, il y a affaiblissement.
En vertu de la règle qui nous empêche d'interroger un ancien ministre sur ses responsabilités antérieures, cette manoeuvre permettra tout simplement au ministre de la Justice d'éluder toutes les questions relatives à ce scandale. Cela veut dire que la période entre décembre 1995 et avril 2003 restera un grand trou noir. Pas de question, pas de réponse, pas de responsable!
De son côté, le solliciteur général peut feindre l'ignorance puisqu'au moment du dérapage ce dossier n'était pas sous sa responsabilité. Nous sommes donc bien loin de l'imputabilité et de la transparence que nous promettait le ministre lors du dévoilement de son plan d'action.
De plus, à peine dévoilé, le fameux plan du gouvernement connaissait déjà des ratés. Le transfert qui devait avoir lieu le 1er avril a finalement été effectué deux semaines plus tard, soit le 14 et, comme cela n'était pas suffisant, le gouvernement s'est empêtré dans des explications aussi incohérentes les unes que les autres. Bref, ce n'est certainement pas pour des raisons de compétence ou de saine gestion que l'on a effectué ce transfert. Si tel avait été le cas, le Conseil du Trésor n'aurait pas eu à injecter une somme supplémentaire de 10 millions de dollars dans le programme, comme il vient tout juste de le faire hier, pour essayer encore une fois de combler ce gouffre sans fond.
On pourrait également émettre plusieurs autres réserves qui seraient des plus légitimes. On ne change pas une culture de camouflage du jour au lendemain.
Somme toute, puisque je manque de temps, je vais simplement vous dire qu'il ne saurait être question de cautionner un tel gouffre financier. J'invite tous les députés à laisser de côté les considérations partisanes en votant en faveur de ma motion et de son amendement. Toute la lumière doit être faite sur ce scandale et une solution respectant à la fois les objectifs de sécurité publique et les principes de saine gestion doit être mise de l'avant, une fois que le Parlement, en toute connaissance de cause, lui aura accordé son approbation.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I will vote against this motion.
Monsieur le Président, je vote contre cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, Canadian diplomacy has been severely tested lately. The Sampson and Kazemi cases have shown how insignificant Canada has become on the international scene.
After Mr. Sampson was sentenced to death by beheading on the strength of confessions that were obtained by torture, the Canadian government let him rot in a Saudi prison for 31 months.
Ms. Kazemi died on July 10, in Iran, after receiving a blow to the head during an interrogation and the Canadian government was not even able to repatriate her remains.
We have reason to be concerned about the safety that comes with our nice little Canadian passport and its no-smile photo. Clearly our diplomats have no influence and it is certainly not by entrusting diplomacy to disgraced ex-ministers that Canada will regain its much envied status of the 1950s.
Monsieur le Président, la diplomatie canadienne a été durement mise à l'épreuve dernièrement. Les affaires Sampson et Kazemi nous ont permis de constater à quel point le Canada est devenu un pays insignifiant sur l'échiquier international.
En ce qui concerne M. Sampson, après avoir été condamné à mort par décapitation grâce à des aveux obtenus sous la torture, le gouvernement canadien l'a laissé croupir pendant trente et un mois dans une prison en Arabie saoudite.
Pour ce qui est de Mme Kazemi, qui est décédée le 10 juillet dernier en Iran après avoir reçu un coup à la tête lors d'un interrogatoire, le gouvernement canadien n'a même pas été en mesure de rapatrier sa dépouille.
Nous avons raison d'être inquiets quant à la sécurité que nous procure notre beau passeport canadien avec une photo sans sourire. Il est évident que nos diplomates n'ont aucune influence, et ce n'est certainement pas en confiant la diplomatie à des ex-ministres déchus que le Canada reprendra son statut tant envié des années 1950.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, my question is for the government House leader and is along the same line as the previous one.
As a result of the latest reform of the Elections Act, only those parties which meet the 50 candidate rule qualify for an allowance of $1.75 per vote obtained. In the spirit of the decision mentioned by the previous speaker, it is clear that such an advantage is contrary to the charter.
In light of the upcoming election in the next few months, how does the government intend to amend its legislation to comply with the Supreme Court decision?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au leader du gouvernement à la Chambre et va dans le même sens que la question précédente.
Selon la dernière réforme de la Loi électorale, seuls les partis qui respectent le critère des cinquante candidatures auront droit au versement d'une allocation de 1,75 $ par vote obtenu. Selon l'esprit du jugement qui a été mentionné par mon prédécesseur, il est évident que cet avantage contrevient à la Charte.
Sachant que nous serons en élections dans les prochains mois, comment le gouvernement entend-il modifier sa loi afin de se conformer à la décision de la Cour suprême?
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, my question is for the Leader of the Government in the House of Commons.
If Bill C-24 had been in effect in 2001, the annual allowance of $1.75 per vote obtained would have allowed the five official parties in the House of Commons to pocket staggering profits.
Since the Leader of the Government knows full well that all the parties would fill their pockets with this disguised cash advance, can the minister explain why he rejects the idea of only reimbursing actual expenses?
Monsieur le président, ma question s'adresse au leader du gouvernement à la Chambre.
Si le projet de loi C-24 avait été en vigueur en 2001, le versement d'une allocation annuelle de 1,75 $ par vote obtenu aurait permis aux cinq partis reconnus à la Chambre des communes d'empocher des profits faramineux.
Puisque le leader du gouvernement sait pertinemment que tous les partis s'en mettront plein les poches grâce à cette avance de fonds déguisée, le ministre peut-il nous expliquer pourquoi il refuse que l'argent soit versé uniquement pour rembourser des dépenses réelles?
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I vote against this motion.
Monsieur le Président, je vote contre cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I vote yes on this motion.
Monsieur le Président, je vote oui sur cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I vote against this motion.
Monsieur le Président, je vote contre cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I vote against this motion.
Monsieur le Président, je vote contre cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, my question is for the Leader of the Government in the House. Bill C-24 calls for the automatic payment of a quarterly allowance to established parties, which will guarantee their financial survival and enable them to amass campaign funds paid for out of the public purse.
Can the government leader explain to us why his bill does not contain any provisions to ensure that these allowances are paid solely for the purpose of reimbursing actually incurred expenses, as the Quebec electoral legislation does?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au leader du gouvernement à la Chambre. Le projet de loi C-24 prévoit le versement automatique d'une allocation trimestrielle aux partis déjà bien établis, ce qui leur permettra de garantir leur pérennité financière et de mettre sur pied des caisses électorales à même les deniers publics.
Le leader du gouvernement peut-il nous expliquer pourquoi son projet de loi ne comporte pas de dispositions à l'effet que les allocations soient versées uniquement pour rembourser des dépenses réellement encourues, comme le prévoit la Loi électorale québécoise?
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, on January 29, the government introduced a bill on political financing that provides for the payment of a quarterly allowance to registered political parties
This is really just a bonus given to the established parties, so that they can build their election war chests with public money. This measure will hinder the emergence of new parties which, like independent members, will not receive any public funding but will be subject to the constraints in the new law.
Instead of worrying about keeping the existing parties in good financial health, the government should have followed the lead of Quebec and made provisions such that the allowance given to the parties would be contingent on producing accounts, in order to reimburse the real expenses incurred.
The government seems very timid when it comes to integrity, because it could have gone a lot farther, making it more difficult to get around the spirit of the law by such subterfuges as the “in and out” method which was favoured by a certain political party in the last general election, and which will no doubt be used once again.
Monsieur le Président, le 29 janvier dernier, le gouvernement a déposé un projet de loi sur le financement politique qui prévoit, entre autres, le versement d'une allocation trimestrielle aux partis politiques enregistrés.
Ce sera ni plus ni moins qu'un boni qui permettra aux formations existantes de mettre sur pied des caisses électorales à même les fonds publics. Cette mesure empêchera l'émergence de nouveaux partis qui, tout comme les députés indépendants, ne recevront aucun sou de l'État mais seront soumis aux contraintes imposées par la nouvelle loi.
Au lieu de se soucier de la pérennité financière des partis existants, le gouvernement aurait dû, comme c'est le cas au Québec, prévoir des dispositions faisant en sorte que l'allocation versée aux partis le soit sur production d'un état de compte afin de rembourser les dépenses réellement encourues.
Le gouvernement semble très frileux en matière d'intégrité car il aurait pu aller beaucoup plus loin en prévoyant des dispositions empêchant de contourner l'esprit de la loi par des subterfuges tels que la méthode «in and out» pratiquée par une certaine formation lors des dernières élections générales et qui le sera sans doute encore une fois.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Transport.
For two years, the Minister of Transport has been dragging his feet so much with regard to the transfer of Saint-Hubert airport to the City of Longueuil that we are beginning to wonder if the government still intends to transfer the property.
How can the Minister of Transport explain the fact that, two years after talks began, we are still no further ahead and Saint-Hubert airport has still not been transferred to the City of Longueuil?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre des Transports.
Depuis deux ans, le ministre des Transports se traîne tellement les pieds dans le dossier du transfert de l'aéroport de Saint-Hubert à la ville de Longueuil que l'on commence même à se demander si le gouvernement a toujours l'intention d'en transférer la propriété.
Comment le ministre des Transports peut-il expliquer que, deux ans après le début des pourparlers, on en est toujours au même point et que l'aéroport de Saint-Hubert n'a pas encore été transféré à la ville de Longueuil?
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
moved:
That, in the opinion of this House, the government should immediately suspend application of the Canadian Firearms Program in order to hold a public inquiry into the reasons for the Program’s extraordinary cost overruns, and to submit a structured and detailed strategic plan that would have to be approved in advance by this House.
She said: Mr. Speaker, I am very happy to begin this first hour of debate on Motion M-387 moved in my name, regarding the Canadian firearms control program. In addition to the fact that we are going to debate my motion, I must say how happy I am to take part in my first debate as a independent Bloc Quebecois member.
On February 17, during members' statements, I promised my constituents that I would seize every available opportunity to hound this government. Today's debate is therefore a wonderful opportunity to proudly honour, without hindrance, the promise I made. I am also pleased because this debate is being held in a new context that respects and recognizes, finally, the role of members of Parliament as well as the importance of their initiatives, thanks to the implementation of a new provisional standing order that makes all items of private members' business votable.
On countless occasions I denounced the unfairness of the former procedural rules that discouraged any initiative and frustrated members. This did not further democracy and only hindered Parliament. Accordingly, I hope this new standing order will become permanent.
That said, let me return to today's subject, which is gun control. Incidentally, I have been involved in this issue since the very beginning, that is, since 1989, the year of the massacre at École polytechnique de Montréal, which led to legislation introduced by Kim Campbell, Minister of Justice at the time.
The purpose of that bill was to prohibit automatic weapons converted to semi-automatic weapons, to establish new controls that would apply to military and paramilitary firearms and to introduce greater scrutiny of those applying for authorization to acquire firearms.
Fourteen years later I am moving this motion because the issue is still important and it concerns me on three levels. First, as a parliamentarian and citizen who is interested in public safety; second as a firearm owner and big game hunter; and finally, as a taxpayer who cannot accept the government wasting our money as shamefully as it has.
First, let us be clear. In 1995, when Parliament passed the Firearms Act, and I am still very much in favour of gun control, I had to force my colleagues in the Bloc Quebecois to support gun control. This was very divisive for our caucus, because many members, mainly from rural ridings, opposed gun control.
I then believed, maybe because I was too confident or optimistic, that the federal government would be able to effectively manage this program, which is under its constitutional jurisdiction.
Incidentally, before infringing upon areas of provincial jurisdiction, the federal government should make sure that it is able to effectively manage programs under its own jurisdiction.
Note that gun control is not an exception in terms of mismanagement of public funds. We only have to think about the sponsorship scandal which resurfaced only a few weeks ago, after a report from the Standing Committee on Public Accounts came to the conclusion that there had been negligence, misconduct and mismanagement of public funds by Public Works Canada. I know someone who must be very happy to be in Denmark right now.
But let us come back to the topic, because if we were to list all cases of mismanagement of federal programs and government cover-ups, it would be hours before we got anywhere near gun control.
Therefore, the purpose of my motion is not to cancel the gun control program but rather to suspend it in order to identify clearly what went wrong and what caused it to go wrong. It is sometimes necessary to take stock and then draw the necessary conclusions.
In the case of gun control, that time has come and the only conclusion we can draw is that this program was a monumental financial failure. It is no use hiding one's head in the sand. It is a tough pronouncement, but a realistic one. The figures say it all.
Unfortunately, it has become obvious that the way the government operates has nothing to do with the rigour and rationality which underlie sound management.
Is it because it is easier to spend other people's money? Is it because of a systemic lack of transparency throughout the government machine? Or is it because of the lack of accountability of senior bureaucrats?
To all three questions, there is only one answer: yes. This shows how deep the malaise is and that it is not exclusive to the firearms program. It is a problem common to the public service as a whole.
As a matter of fact when she published her most-recent report on the quality of financial information, the auditor general said and I quote:
--the systems, policies, and practises for reporting full cost information are not adequate.
Moreover, she stated the obvious when she said:
Being able to associate costs with results makes for more informed choices; but without knowing the full costs of delivering program, the government cannot fully assess the results of these programs.
This is exactly what happened with the firearms program. However, the government insists on keeping everybody in the dark and investing millions of dollars in this program without knowing where and when this waste will stop.
Apart from the officials at the Department of Justice, a few members threatened with expulsion by their leader and some afraid of a snap election, no manager with the least bit of common sense would have accepted to keep on putting money into such a financial disaster without first reassessing the business plan.
In this case, however, there is no business plan. Since its inception, the program has been an comedy of errors replete with improvisation and administrative blunders. As a result, when, on March 25 the government asked us to vote a further $59 million for the management of this program, it wanted nothing less than another blank cheque while the House was still in the dark as to the reasons for this huge money pit.
Therefore, it is to prevent the government from periodically asking for more money that will only be used to fill in new money pits, or older ones that might reappear, that I am moving this motion today .
There is also another type of confusion going on. Some people confuse the objectives of the gun control program with its management. The gun control program should not be considered a bad program because of the fact that it will have cost us one billion dollars. On the contrary, it is a good program, way too expensive of course, but that is because it was mismanaged.
Of course, by itself, the program will not eliminate crime. However, combined with other measures, it will make an essential contribution to the reduction of the crime rate. The very existence of this program should therefore not be jeopardized.
Besides, apart from the billion dollar cost predicted by the Auditor General, the program has been relatively successful and we have to admit that it is still useful. As of March 8 of this year, 6,100,000 firearms had been registered by 1,446,065 owners. According to some figures, that represents almost 90% of owners.
Moreover, on December 1, 1998, the Canadian firearms registry on-line had received 2,328,360 information requests from police officers or other law enforcement representatives. In fact, last March 25, the Canadian Police Association lobbying day, all the police officers I met reiterated their support for the program, saying how useful it was for them in their work.
On another note, as far as accountability and transparency are concerned, the government has a lot of work to do and this is mainly where we have a problem. Since 1995, after the adoption of the Firearms Act, we have had three justice ministers and seen one Auditor General's report, two private reports, one action plan and eventually one billion dollars down the drain. And we still do not know whom to blame.
We are talking about millions of dollars magically disappearing. Worst still, in spite of this scandal that nobody seems to be responsible for, some senior public officials have also been given performance bonuses.
It is really incredible and quite disgusting. There are some very serious weaknesses in the bureaucracy. Obviously, some fundamental management principles are not known or ignored. The time might have come to seriously reassess the capabilities and knowledge of the people in charge of managing the millions of dollars we pay in taxes.
And please do not tell me that we are on the right track with the government action plan that was announced jointly by the justice minister and the solicitor general on February 21. I have never heard such a lot of empty rhetoric and meaningless clichés. In the press release he issued at the time, the justice minister stated, and I quote:
The plan I am announcing today will deliver a gun control program that provides significant public safety benefits, while setting the program on a path to lower costs. The plan will streamline management, improve service to legitimate users of firearms, seek stakeholder, parliamentarian, and public input, and strengthen accountability and transparency to Parliament and Canadians.
First, to say that it will set “the program on a path to lower costs” is totally unwarranted since the government has recently approved an additional $59 million for this program.
Moreover, we already know that the management of this program for the next fiscal year will cost $13 million more than last year, that is $113 million instead of $100 million. So where are the savings? If anybody understands this, I would appreciate it if they could explain it to me because I am convinced that I am not the only one who has difficulty understanding what the minister meant when he talked about “lower costs”.
Also, according to the minister, the plan is supposed to streamline management of the program. In this regard, here is the gibberish used by the minister to explain this streamlining. This is also a quote from the press release issued by the Department of Justice on February 21. It said, and I quote:
—to align enforcement operations; streamlining headquarter functions and consolidating processing sites; creating a continuous improvement plan to generate ongoing program efficiencies; establishing national work performance measurements and cost standards; and limiting computer system changes to projects that improve the efficiency of the program.
I want to know if there is a translator in the House. Management will be improved through better management. This is incredible. To me, it means absolutely nothing.
What we should have been told about are the gains and savings that will result from this so-called action plan. I doubt very much that it is by transferring people to other offices or by replacing one bunch of bureaucrats with another one that the government will improve the management of the program.
Considering the scale of the fiasco, we were entitled to expect something structured, dramatic and innovative from the minister, such as turning gun registration over to the private sector. However, it would be out of the question to replace 140 bureaucrats from the Canadian Firearms Centre, located in Miramichi, with 140 employees under contract. This would be like changing four quarters for a dollar.
What I would support instead is placing the management of the registration procedure in the hands of people who have knowledge in this field, that is gunsmiths and firearms dealers. Naturally they would be compensated for their services, as is the case when game is registered.
In short, the last action plan is a perfect illustration of the improvised management that is so typical of the federal government.
For all these reasons, it is essential and even urgent that the government suspend application of the Canadian firearms program, in order to devise a strategy that, for once, will demonstrate a long-term vision. This would be a change from what we are used to seeing from the government these past years.
Consequently, the process must start with a public inquiry into the reasons for the program's extraordinary cost overruns, to ensure that the same mistakes are not repeated. Later on, we will able to devise a strategic plan that will respect all the criteria on quality of financial information, as defined in the last Auditor General's report. Of course, to be implemented, this new plan will have to be approved by the House.
In conclusion, I urge all members who believe in the principles of transparency, accountability and sound management to participate constructively in this debate.
propose:
Que, de l'avis de la Chambre, le gouvernement devrait immédiatement suspendre l'application du Programme canadien de contrôle des armes à feu, afin d'effectuer une enquête publique visant à connaître les raisons qui ont provoqué un tel gouffre financier et soumettre un plan stratégique structuré et détaillé dont l'application devra préalablement être approuvée par la Chambre.
--Monsieur le Président, c'est avec plaisir que j'ouvre cette première heure de débat réservée à la motion M-387 inscrite à mon nom, qui concerne le Programme canadien de contrôle des armes à feu. Hormis le fait que nous allons débattre de ma motion, je ne saurais passer sous silence ma satisfaction de participer à un premier débat en tant que députée du Bloc Québécois indépendante.
Le 17 février dernier, à l'occasion des déclarations de députés, je promettais à mes électeurs de profiter de toutes les occasions mises à ma disposition afin de talonner le gouvernement. Le débat d'aujourd'hui constitue donc une merveilleuse occasion de continuer d'honorer fièrement et en toute liberté ma promesse. D'autre part, ma satisfaction repose également sur le fait que ce débat se tiendra dans un tout nouveau contexte qui respecte et reconnaît enfin le rôle des députés, ainsi que l'importance de leurs initiatives, grâce à la mise en oeuvre d'un nouveau règlement provisoire faisant en sorte que toutes les affaires émanant des députés fassent désormais l'objet d'un vote.
À maintes reprises, j'ai dénoncé les injustices de l'ancienne procédure qui décourageait l'initiative et frustrait les députés, ce qui n'aidait pas la démocratie et dévalorisait le parlementarisme. J'espère donc que ce nouveau règlement deviendra permanent.
Cela dit, revenons au sujet qui nous préoccupe aujourd'hui, c'est-à-dire le contrôle des armes à feu. Soit dit en passant, je me suis impliquée dans ce dossier depuis le tout début, c'est-à-dire depuis 1989, année du massacre survenu à l'École polytechnique de Montréal qui a par la suite mené au dépôt d'un projet de loi, alors que Kim Campbell était ministre de la Justice.
Ce projet de loi visait l'interdiction des armes automatiques transformées en armes semi-automatiques, la mise en place de nouveaux contrôles applicables aux armes à feu militaires et paramilitaires, ainsi que la mise en place de vérifications plus poussées sur les demandeurs d'autorisation d'acquisition d'armes à feu.
Quatorze années plus tard, je présente une telle motion parce que ce dossier est toujours d'actualité et qu'il me préoccupe principalement à trois niveaux: premièrement, en tant que parlementaire et citoyenne soucieuse de la sécurité publique; ensuite, en tant que propriétaire d'armes à feu et chasseuse de gros gibier; puis finalement, en tant que contribuable qui ne peut accepter que le gouvernement gaspille de manière aussi éhontée notre argent.
Tout d'abord, mettons immédiatement les choses au clair. En 1995, au moment où le Parlement a adopté la Loi sur les armes à feu, et je suis toujours une ardente partisane du contrôle des armes à feu, j'ai dû, à l'époque, forcer la main de mes collègues du Bloc québécois pour qu'ils prennent position en faveur du contrôle des armes à feu, ce qui a créé un très gros malaise au sein du caucus, puisqu'une bonne partie des députés étaient opposés au contrôle, surtout ceux des circonscriptions rurales.
En ce temps-là, peut-être était-ce par excès de confiance ou d'optimisme, je croyais que le gouvernement fédéral serait en mesure de gérer efficacement ce programme qui, sur le plan constitutionnel, relevait de sa compétence.
Ce qui m'amène à dire, en aparté, qu'avant d'envahir les champs de compétences provinciaux, le gouvernement fédéral devrait d'abord s'assurer de la saine gestion des programmes qui relèvent de son autorité.
Remarquez que le contrôle des armes à feu n'est pas un cas d'exception en matière de mauvaise gestion des deniers publics. On n'a qu'à penser au scandale du programme des commandites qui alimentait encore l'actualité il y a quelques semaines, puisqu'un rapport du Comité permanent des comptes publics concluait qu'il y a eu incurie, inconduite et mauvaise gestion des fonds publics de la part des fonctionnaires de Travaux publics Canada. Il y en a un qui doit être très content d'être au Danemark actuellement!
Toutefois, revenons à nos moutons, car s'il fallait faire l'anthologie de la mauvaise gestion des programmes fédéraux et des camouflages gouvernementaux, on pourrait passer des heures à discuter avant même d'effleurer le dossier des armes à feu.
Ma motion n'a donc aucunement comme objectif de supprimer le Programme de contrôle des armes à feu. Elle propose plutôt de le suspendre afin d'identifier clairement ce qui n'a pas fonctionné et quelles sont les raisons qui ont provoqué ce dérapage. Dans certaines circonstances, il vient un temps où il faut nécessairement faire un bilan et en tirer les conclusions qui s'imposent.
Dans le cas du contrôle des armes à feu, nous en sommes rendus à ce moment et la seule conclusion à laquelle nous pouvons arriver est qu'il s'agit d'un échec financier retentissant. Rien ne sert de jouer à l'autruche. Le constat est sévère, mais réaliste. Les chiffres parlent d'eux-mêmes.
Il est malheureusement devenu évident que la gestion gouvernementale n'a rien à voir avec la rigueur et la rationalité sous-jacentes à une saine gestion.
Serait-ce parce qu'il est plus facile de dépenser l'argent qui ne nous appartient pas? Serait-ce à cause d'un manque de transparence institutionnalisé dans l'ensemble de l'appareil gouvernemental? Ou serait-ce dû à l'absence de toute forme d'imputabilité de la part des hauts fonctionnaires?
À ces trois questions, une seule réponse s'impose, et c'est oui. Cela démontre à quel point le malaise est profond et qu'il n'est pas exclusif au Programme de contrôle des armes à feu. Il s'agit d'une problématique répandue dans l'ensemble de l'administration publique.
D'ailleurs, lors du dépôt de son plus récent rapport en ce qui concerne la qualité de l'information financière, la vérificatrice générale affirmait que, et je cite:
[...] les systèmes, les politiques et les pratiques en matière de communication d'information sur les coûts entiers ne sont pas adéquats.
De plus, elle posait ce qui m'apparaît être une évidence en déclarant que:
Le fait d'être en mesure d'associer des coûts à des résultats permet des choix éclairés. S'il ne connaît pas le coût entier des programmes, le gouvernement ne peut évaluer pleinement les résultats de ces programmes.
C'est exactement ce qui s'est produit avec le Programme de contrôle des armes à feu. Pourtant, le gouvernement persiste à vouloir continuer dans la voie de l'obscurité en dépensant encore à coup de millions de dollars dans ce programme, sans trop savoir où et quand cette dilapidation s'arrêtera.
Mis à part les fonctionnaires du ministère de la Justice, quelques députés menacés d'expulsion par leur chef et d'autres ayant peur de se retrouver prématurément en campagne électorale, aucun gestionnaire le moindrement sensé n'aurait accepté de continuer à dépenser de l'argent dans un tel désastre financier sans, au préalable, réévaluer son plan d'affaires.
Quoique dans le cas qui nous occupe, encore eut-il fallu qu'un tel plan existe. Car depuis le tout début, le programme n'a été qu'un vaudeville improvisé truffé de bourdes administratives. Conséquemment, le 25 mars dernier, en nous demandant de voter en faveur de l'octroi d'une somme supplémentaire de 59 millions de dollars destinés à l'administration du programme, le gouvernement ne voulait rien de moins qu'on lui accorde un autre chèque en blanc alors que la Chambre est toujours dans la plus grande noirceur quant aux raisons qui ont provoqué un tel gouffre financier.
C'est donc dans le but d'éviter que le gouvernement revienne périodiquement solliciter l'octroi de fonds supplémentaires qui ne serviront qu'à colmater de nouvelles brèches, ou d'anciennes qui pourraient réapparaître, que je présente aujourd'hui cette motion.
D'autre part, il y a également un autre phénomène que j'appellerai la confusion des genres. C'est-à-dire que certains confondent l'objectif du Programme de contrôle des armes à feu et sa gestion. Le contrôle des armes à feu n'est pas un mauvais programme en soi parce qu'il nous aura coûté un milliard de dollars. Bien au contraire, il s'agit plutôt d'un bon programme, beaucoup trop onéreux certes, mais parce qu'il a été mal administré.
Bien entendu, à lui seul, le programme n'éliminera pas la criminalité. Cependant, conjugué à d'autres mesures, il apportera une contribution essentielle à la baisse du taux de criminalité. Il n'est donc aucunement question de remettre en cause l'existence même du programme.
D'ailleurs, abstraction faite du coût d'un milliard de dollars que nous prédit la vérificatrice générale, le programme a jusqu'à présent connu un relatif succès et il est indéniable qu'il conserve son utilité. En effet, en date du 8 mars dernier, 6 100 000 armes à feu ont été enregistrées par 1 446 065 propriétaires. Ce qui, selon certaines estimations, représenterait environ 90 p. 100 des propriétaires.
De plus, le 1er décembre 1998, le Registre canadien des armes à feu en direct a reçu 2 328 360 demandes de renseignements provenant des policiers ou d'autres représentants d'organismes d'application de la loi. D'ailleurs, à l'occasion de la journée de lobbying de l'Association canadienne des policiers et policières, le 25 mars dernier, les policiers que j'ai eu l'occasion de rencontrer m'ont réitéré leur soutien au programme en soulignant à quel point il s'avérait nécessaire dans l'exercice de leurs fonctions.
Dans un tout autre ordre d'idée, en matière d'imputabilité et de transparence, le gouvernement a du chemin à faire et c'est principalement là que le bât blesse. Depuis 1995, soit après l'entrée en vigueur de la Loi sur les armes à feu, nous avons eu trois ministres de la Justice, un rapport de la vérificatrice générale, deux rapports privés, un plan d'action et, éventuellement, un milliard de dollars gaspillés et aucun responsable n'a encore été identifié.
Ce sont des centaines de millions de dollars qui se sont envolées comme par enchantement. Pire encore, malgré ce scandale dont personne ne semble être imputable, certains hauts fonctionnaires ont en plus obtenu des primes au rendement, c'est-à-dire des bonis.
C'est assez incroyable et complètement indécent. Il y a décidément de sérieuses lacunes dans l'appareil gouvernemental. De toute évidence, certains grands principes de gestion sont inconnus ou ignorés. Il serait peut-être temps d'envisager une sérieuse évaluation des compétences et des connaissance des gens responsables de l'administration des millions de dollars qui proviennent de notre étranglement fiscal.
Et qu'on ne vienne surtout pas me dire que c'est avec le plan d'action du gouvernement, dévoilé conjointement par le ministre de la Justice et le solliciteur général le 21 février dernier, que nous sommes dans la bonne voie. En matière de voeux pieux et de clichés vides de sens, ils pouvaient difficilement faire mieux. Dans le communiqué, émis à cette occasion par le ministère de la Justice, le ministre déclarait, et je cite:
Le Plan que j'annonce aujourd'hui donnera un programme de contrôle des armes à feu qui offre des avantages importants au chapitre de la sécurité publique, tout en mettant le programme sur la bonne voie, à moindre coût. Le plan simplifiera la gestion du programme, améliorera le service aux utilisateurs légitimes d'armes à feu, sollicitera les points de vue des intervenants, des parlementaires et du public, et renforcera l'imputabilité et la transparence du programme devant le Parlement et la population canadienne.
Tout d'abord, «mettre le programme sur la bonne voie, à moindre coût» est un énoncé tout à fait gratuit, puisque le gouvernement s'est récemment autorisé à dépenser une somme supplémentaire de 59 millions de dollars dans ce dossier.
En plus, nous savons d'ores et déjà que la gestion du programme, pour le prochain exercice financier, coûtera 13 millions de dollars de plus que l'année dernière, c'est-à-dire 113 millions de dollars au lieu de 100 millions de dollars. Alors, où se situe l'économie? S'il y a quelqu'un qui comprend, j'apprécierais que l'on m'explique, car je suis convaincue de ne pas être la seule à avoir de la difficulté à saisir ce que le ministre de la Justice a voulu dire lorsqu'il parlait de gérer «à moindre coût».
Ensuite, toujours selon le ministre, il est question de simplifier la gestion du programme. D'ailleurs, à ce sujet, voici le charabia utilisé par le ministre pour exprimer cette simplification. Il s'agit d'un autre extrait du communiqué émis par le ministère de la Justice, le 21 février. Il était question de, et je cite:
[...] aligner les opérations d'application de la loi; en rationalisant les fonctions de l'administration centrale et en consolidant les sites de traitement; en créant un plan d'amélioration continue en vue de générer des efficiences régulières du programme; en établissant des mesures de rendement et des normes de coûts à l'échelle nationale; et en limitant les changements au système informatique aux projets qui améliorent l'efficacité du programme.
Je vous demanderais s'il y a un traducteur dans cette Chambre. La gestion sera améliorée grâce à une meilleure gestion. Il fallait le faire, quand même. Pour ma part, il s'agit d'une lapalissade.
Ce qu'il aurait fallu nous dire, ce sont les gains et les économies qui résulteront de ce prétendu plan d'action. Je doute fortement que ce soit en changeant les gens de locaux ou en remplaçant une bande de fonctionnaires par une autre que l'on réussira à améliorer la gestion du programme.
Considérant l'ampleur du fiasco, on était en droit de s'attendre à quelque chose de structuré, de radical et d'innovateur de la part du ministre, comme par exemple confier l'enregistrement des armes à feu au secteur privé. Cependant, il ne saurait être question de remplacer 140 fonctionnaires du Centre canadien des armes à feu, situé à Miramichi, par 140 employés en sous-traitance. Ce serait changer quatre vingt-cinq sous pour une piastre.
Ce que je préconise plutôt, c'est de confier l'administration de la procédure d'enregistrement à des personnes qui connaissent ce domaine, c'est-à-dire les armuriers et les vendeurs d'armes à feu. Ils percevraient certainement une somme pour compenser leurs services rendus, comme c'est d'ailleurs le cas quand on procède à l'enregistrement du gibier.
En somme, le dernier plan d'action reflète à merveille la gestion improvisée qui caractérise si bien l'administration fédérale.
Pour l'ensemble de ces raisons, il est essentiel, voire urgent que le gouvernement suspende l'application du Programme canadien de contrôle des armes à feu, afin d'élaborer une stratégie qui, pour une fois, fera preuve d'une vision à long terme. Cela ferait changement de ce à quoi le gouvernement nous a habitués au cours des dernières années.
Il faut donc que le processus débute par une enquête publique pour connaître les raisons qui ont provoqué un tel gouffre financier afin de ne pas commettre à nouveau les mêmes erreurs. Par la suite, nous pourrons élaborer un plan stratégique qui respectera tous les critères relatifs à la qualité de l'information financière, tels que définis dans le dernier rapport de la vérificatrice générale. Évidemment, pour être mis en application, ce nouveau plan devra recevoir l'approbation de la Chambre.
En terminant, j'invite tous les députés qui ont à coeur les principes de transparence, d'imputabilité et de saine gestion à participer de manière constructive à ce débat.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, it has been obvious, right from the start, that police officers are asking for gun control to help them in their duties.
As I said earlier, the officers I met when they came to visit and lobby told us clearly that it helped them a lot, that they often made requests to the firearms control information office to get ideas about the people they could go and see following a request for an investigation, and so on, in that area. It has done them a great service.
Yes, I think that in this way it is excellent. I think, and I will say it again, that expenses absolutely must be cut; there absolutely must be a public inquiry so that we can find out where the money has gone and manage this properly in the future.
Yes, I agree, and I have always said so, with gun control, which, like the health services we have mentioned, can sometimes be a way to prevent suicides. Additionally, since gun control began, many applications for firearms acquisition permits have been turned down.
If they were turned down, it was because of the criteria that have been established. Here, too, there has been a lot of screening. That is also due to the registry. Thus, it is very important for it to exist, but the costs must be controlled.
Monsieur le Président, il est bien évident que depuis le tout début, les policiers et les policières demandent ce contrôle des armes à feu, pour les aider dans leur tâche.
Comme je le mentionnais tout à l'heure, ceux que j'ai rencontrés lors de leur visite et de leur lobbying nous ont bien mentionné que cela les aidait grandement, qu'ils faisaient souvent des demandes aux services de renseignement sur le contrôle des armes à feu afin d'avoir des indications concernant les personnes qu'ils peuvent aller voir à la suite d'une demande d'enquête, et ainsi de suite, dans ce domaine. Cela leur rendait donc un énorme service.
Je pense que oui, dans ce sens, c'est excellent. Je pense—et je le redis—qu'il faut absolument couper les dépenses, qu'il faut absolument qu'il y ait une enquête publique pour que nous sachions où est allé cet argent pour pouvoir gérer ce dossier correctement par la suite.
Oui, je suis en accord, et je l'ai toujours dit, avec un contrôle des armes à feu qui peut également, dans certaines occasions, comme les services de santé nous l'ont aussi mentionné, servir à éviter des suicides. Également, depuis qu'existe ce controle des armes à feu, beaucoup de demandes d'acquisition d'armes à feu ont été refusées.
Si elles ont été refusées, c'est en vertu des critères qui ont été établis. Encore là, une filtration importante a été faite. C'est encore dû à ce registre. Il est donc très important en effet qu'il existe, mais on doit en contrôler le coût.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Yes, Mr. Speaker, I have already been consulted on this, and I fully support the amendment.
Oui, monsieur le Président, on m'a déjà consultée à cet effet et je suis entièrement d'accord avec l'amendement.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I vote yes on this motion.
Monsieur le Président, je vote oui sur cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, commenting on the Spanish Prime Minister's decision to support the United States and Great Britain in their offensive against Iraq, a former Spanish member of Parliament said that Prime Minister José Maria Aznar had clearly seen where their interests lay. Here, the Liberal government appears to have forgotten where our interests lie.
The United States are our largest trading partners, receiving some 85% of our exports. As a result, any boycott of our goods in reprisal could prove disastrous to our economy. The government must not delay any longer in preparing an action plan to counter the antiCanadian movement that is beginning to build south of the border.
As President Bush has said so many times, “You are either with us or against us”. Forced to choose between the values preached by Iraqi dictator Saddam Hussein and western freedoms and democracy, I have no hesitation whatsoever in siding with the coalition led by the United States.
Monsieur le Président, commentant la décision du premier ministre d'Espagne de soutenir les États-Unis et la Grande-Bretagne dans leur offensive en Irak, un ancien député espagnol affirmait que le premier ministre José Maria Aznar avait vu avec clarté où étaient leurs intérêts. Ici, le gouvernement libéral semble avoir oublié où se situent nos intérêts.
Les États-Unis sont nos plus importants partenaires commerciaux, soit environ 85 p. 100 de nos exportations. Conséquemment, un boycottage de nos produits en guise de représailles pourrait s'avérer catastrophique pour notre économie. Sans plus attendre, le gouvernement doit élaborer un plan d'action afin de désamorcer le mouvement anticanadien qui commence à s'animer au sud de la frontière.
Le président Bush l'a répété à maintes reprises: «You are either with us or against us.» Or, s'il faut choisir entre les valeurs irakiennes prônées par la dictature de Saddam Hussein et les libertés et la démocratie occidentale, je n'ai alors aucune hésitation à me prononcer en faveur de la coalition menée par les États-Unis.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Justice.
The government's recently unveiled action plan for the gun control program is already failing. In fact, moving the program to the Solicitor General, which was supposed to be a major shift and which was supposed to happen today, has been put off indefinitely.
Instead of getting bogged down in this all but vaudevillian improvisation, what is the minister waiting for to suspend the gun control program in order to get to the bottom of this waste of public money?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de la Justice.
À peine dévoilé, le plan d'action du gouvernement concernant le Programme canadien de contrôle des armes à feu connaît déjà des ratés. En effet, le transfert du programme au solliciteur général, qui était censé être un changement de cap important et qui commençait aujourd'hui, a été reporté aux calendes grecques.
Au lieu de s'empêtrer dans une improvisation qui ressemble à un vaudeville, qu'attend le ministre pour suspendre l'application du Programme canadien de contrôle des armes à feu, le temps que toute la lumière soit faite dans ce gaspillage de fonds publics?
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I am voting in favour of this motion.
Monsieur le Président, je vote oui sur cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I am voting in favour of this motion.
Monsieur le Président, je vote oui sur cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, my question is for the Minister of National Defence.
Given the decrepit condition of the Canadian Forces' equipment and the lack of financial resources needed for any major military action, does the minister not believe that the time has come to redefine the role of the Canadian Forces and the Department of National Defence's strategy, to focus solely on peace missions, which better suit its means, from now on?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de la Défense nationale.
Étant donné la vétusté des équipements des Forces canadiennes et le manque de ressources financières appropriées à une action militaire de taille, le ministre ne croit-il pas que le moment est venu de redéfinir le rôle des Forces canadiennes et la stratégie de la Défense nationale afin de se consacrer, dorénavant, uniquement à des missions de paix qui correspondraient davantage à ses moyens?
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I will be voting against this motion.
Monsieur le Président, je vote contre cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I will be voting against these motions.
Monsieur le Président, je vote contre ces motions.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I vote no on the motion.
Monsieur le Président, je vote non à cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, since the beginning, the application and management of the firearms program has been nothing but a comedy of errors and administrative blunders. The negligence of the Minister of Justice and the officials who report to him could only have led straight to the financial disaster that was revealed last fall by the Auditor General.
Instead of trying to make changes to the program, changes that are cosmetic, the government should instead suspend it immediately in order to thoroughly clean up the mess and finally put an end to this waste of public money.
I therefore invite all members, government and opposition alike, to vote against granting an additional $59 million to the Canadian firearms program tomorrow.
Monsieur le Président, depuis le début, l'application et la gestion du Programme canadien de contrôle des armes à feu n'est qu'une comédie d'erreurs et de bourdes administratives. L'incurie du ministre de la Justice et des fonctionnaires sous sa responsabilité ne pouvait avoir d'autre conséquence que de nous mener tout droit vers le désastre financier mis à jour, l'automne dernier, par la vérificatrice générale.
Au lieu de perdre son temps à remanier ce programme en y apportant quelques changements d'ordre cosmétique, le gouvernement devrait plutôt suspendre immédiatement son application afin de faire un grand ménage dans ce fouillis pour que cesse enfin cette dilapidation des fonds publics.
Conséquemment, à l'occasion du vote qui aura lieu demain, j'invite tous les députés, tant du côté du gouvernement que du côté de l'opposition, à voter contre l'octroi d'une somme additionnelle de 59 millions de dollars destinée au Programme canadien de contrôle des armes à feu.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Justice.
On February 21, after the financial fiasco of the gun control program, the government unveiled its plan of action. Among the measures that will be implemented, the Department of Justice will try to combine the processing sites located in Montreal and Miramichi.
Instead of creating another administrative structure, which will surely be as ineffective as the last one, what is the minister waiting for to suspend firearms registration and take the time to overhaul the current ineffective system?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de la Justice.
Le 21 février dernier, après le fiasco financier du programme de contrôle des armes à feu, le gouvernement dévoilait son plan d'action. Parmi les mesures qui seront mises de l'avant, le ministère de la Justice tentera de réunir les sites de traitement situés à Montréal et Miramichi.
Au lieu de créer une autre structure administrative, qui sera certainement tout aussi inefficace que la précédente, qu'attend le ministre pour suspendre l'enregistrement des armes à feu et prendre ainsi le temps de réviser entièrement le système inefficace actuel?
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Justice. Last Friday, the government unveiled its action plan to correct what is wrong with the firearms registry. Among the measures announced is the transfer of responsibility for the Canadian Firearms Registration Program from Justice to the Solicitor General.
Can the minister explain what makes the Solicitor General more competent than he to administer this program, or is this more a way of ducking questions about a scandal that might hurt his campaign for the leadership of the Liberal Party of Canada?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de la Justice. Vendredi dernier, le gouvernement dévoilait son plan d'action visant à corriger le tir dans le dossier de l'enregistrement des armes à feu. Parmi les mesures qui seront prises et mises de l'avant, le ministère de la Justice transférera la responsabilité du Programme canadien des armes à feu au solliciteur général.
Le ministre peut-il expliquer en quoi le solliciteur général est plus compétent que lui pour administrer ce programme, et n'est-ce pas plutôt une façon d'éluder les questions sur un scandale qui pourrait nuire à sa campagne au leadership du Parti libéral du Canada?
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I vote yes on this motion.
Monsieur le Président, je vote oui sur cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I vote no on this motion.
Monsieur le Président, je vote non sur cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I also vote no on this motion.
Monsieur le Président, je vote également non sur cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I vote no to this motion.
Monsieur le Président, je vote non sur cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I will be voting no to this motion.
Monsieur le Président, je vote non sur cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, I too vote no to this motion.
Monsieur le Président, je vote également non sur cette motion.
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, my question is for the Minister of Transport.
Last Friday, Longueuil mayor Jacques Olivier indicated to me that the economic development of the new city was stagnating because businesses will not move there or investment further in the area until the uncertainty surrounding the extension of highway 30 has been cleared up.
Could the Minister of Transport tell us what the timeframe is for the extension of highway 30?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre des Transports.
Vendredi dernier, le maire de Longueuil, M. Jacques Olivier, m'affirmait que le développement économique de la nouvelle ville stagnait, car les entreprises ne veulent pas s'y installer ou y investir davantage tant et aussi longtemps que l'incertitude entourant le prolongement de l'autoroute 30 ne sera pas dissipée.
Le ministre des Transports peut-il nous dire quel échéancier il a établi afin de procéder au prolongement de l'autoroute 30?
View Pierrette Venne Profile
Ind. BQ (QC)
Mr. Speaker, it is a pleasure for me to speak for the first time as an independent member of the Bloc Quebecois because, during the past year, I had very little opportunity to speak in the House. I must confess that getting assigned a new seat is a bit like getting a promotion because it has put me closer to the Chair.
I would also like to take this opportunity to reassure the constituents of Saint-Bruno—Saint-Hubert about my new status. I want to tell them that there is no cause for concern, that I am no less conscientious and determined than I have ever been in representing them over the past 14 years.
I intend to take every available opportunity the Chair grants me to keep after the government on issues that are important to me, such as extending highway 30 and transferring the Saint-Hubert airport to Longueuil.
I hope, Mr. Speaker, that you will enjoy listening to me as much as I will enjoy making my views known.
Monsieur le Président, il me fait plaisir de prendre la parole, pour la première fois sous ma nouvelle désignation de députée du Bloc québécois indépendante, car durant la dernière année, les occasions de m'exprimer à la Chambre ont plutôt été rares. D'ailleurs, je dois avouer que l'attribution d'un nouveau siège constitue presque une promotion, puisqu'elle me permet de me rapprocher de la présidence.
Je profite donc de cette occasion pour rassurer les électeurs de la circonscription de Saint-Bruno—Saint-Hubert quant à mon nouveau statut. Je tiens à leur dire qu'ils n'ont aucune raison de s'inquiéter, car la rigueur et la détermination qui m'ont permis d'obtenir leur confiance, au cours des 14 dernières années, demeurent les mêmes.
J'entends profiter de toutes les occasions que la présidence mettra à ma disposition afin de talonner le gouvernement sur les dossiers qui me tiennent à coeur, tels que le prolongement de l'autoroute 30 ainsi que le transfert de l'aéroport de Saint-Hubert à la ville de Longueuil.
J'espère donc, monsieur le Président, que vous aurez autant de plaisir à m'entendre que j'en aurai à m'exprimer.
Results: 1 - 45 of 45

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data