Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 1492
View Scott Brison Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, I rise today with great pleasure to support my colleague from Sackville--Musquodoboit Valley--Eastern Shore in this very important initiative. We need to take every opportunity to renew the pride of Canadians in some of our institutions, in our citizenship and in our parliamentary processes. At the very core of this pride, we need to point to the tremendous contributions made by those men and women in past world conflicts in defending the principles of democracy and freedom that we now enjoy.
Increasingly Canadians are taking for granted the privileges we have of living in a democratic country, privileges for which there was a very high price. Some of those men and women paid the ultimate price of losing their lives overseas, many sustained permanent injury, both emotional and physical, and families lost members in conflict defending the principles of democratic freedom and liberty.
However today as we pull back from honouring, supporting and recognizing these contributions, we live in an age where we see declining voter participation in every election. What is most upsetting to see is that first time voter turnout has been reduced significantly in almost every election in recent years. Canadians have the sacred privilege of participating in the electoral process and electing individuals to represent their views in this hallowed place, the House of Commons. We have seen a decline in that level of participation.
This type of initiative would help strengthen the recognition across Canada of the contributions of these brave men and women, our veterans, and perhaps would help remind Canadians why it is important not just to be patriotic on November 11 but to vigilant every day of the year, and on election days for us to participate as informed and interested citizenry. This would help. I would argue further that we need to see provincially a greater focus across Canada on educating young Canadians on our history and on the importance of citizenry involvement and participation. This certainly would help.
In my view it is unacceptable that on Remembrance Day we have a hodgepodge of policies on a day when Canadians ought to be united on one thing, and that is the sacrifices made by our fore-parents in protecting our freedoms and that the benefits which have grown from those sacrifices are felt by every Canadian in every province of Canada. As such we need to see an approach that recognizes this sacrifice from coast to coast.
I would also argue that we need to do more on an ongoing basis to make Canadians aware of our history. In so many ways if Canadians are not more aware of our shared history, we have less to bind us together in moving forward. One thing which we need to take into account, particularly at a time now when Canadian men and women are again involved in conflict on foreign lands and in recognizing the contributions made by Canadian peacekeepers over the last 30 years particularly, is the respect earned by our peacekeepers around the world.
One thing we do very well as a country is help provide a greater level of stability in security and safety for people in other countries around the world in which there are not the great levels of freedom and liberty that we take for granted in Canada.
I would argue that if Canadians were more aware of how well our peacekeepers are regarded around the world, it would become a rallying cry from a unity perspective because clearly one of the casualties of a divided Canada would be our ability to participate as fully as we do now with our peacekeepers in distant lands.
Therefore it is not just Canadians who have a vested interest in a strong united Canada but it is people who live around the world. Whether it is in Cyprus, Afghanistan or the mid-east in general or in the former Yugoslavia, people in those distant lands depend as much as we do on a strong and united Canada to continue its vigilance and ensure that in this 21st century as we move forward that we will see a greater level of peace and harmony than we perhaps saw in the 20th century.
We have always punched above our weight as a country. Canadian participation in military efforts on behalf of freedom and liberty has always been disproportionate to our actual military resources and indeed our population.
I would hope that one result of strengthening our commitment to Remembrance Day would be to remind every Canadian why military funding is so important. I know this ought not to be a partisan issue, but I would be remiss not to mention the fact that under this government we have seen a dramatic reduction in the commitment to our Canadian military, both in terms of equipment and also in quality of life issues in terms of pay and housing.
Recognizing and strengthening our commitment to Remembrance Day could also have the benefit of strengthening the commitment of individual Canadians to hold the feet of the government to the fire by demanding that this government and future governments do more from a resource perspective to ensure that our men and women who so valiantly represent the values that we treasure as Canadians will have the resources required to do the job and that the military will not be asked constantly to do more with less. This increased level of pressure on the current government and future federal governments to do more to assist our military from a resources perspective would ensure that these proud Canadians could continue to represent Canadian values proudly and protect the rights and freedoms around the world which we take for granted here at home.
Monsieur le Président, je suis ravi d'intervenir aujourd'hui à l'appui de cette très importante initiative de mon collègue de Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore. Nous devons profiter de toutes les occasions possibles pour raviver la fierté des Canadiens à l'égard de certaines de nos institutions, de notre qualité de citoyens et de nos processus parlementaires. À cette fin, nous devons souligner les apports remarquables des hommes et des femmes qui, à l'occasion de conflits mondiaux antérieurs, ont participé à la défense des principes de démocratie et de liberté qui sont maintenant les nôtres.
Les Canadiens tiennent de plus en plus pour acquis les privilèges qu'ils ont de vivre dans un pays démocratique, privilèges pour lesquels certains ont versé un tribut très élevé. Bon nombre de ces hommes et de ces femmes ont payé le prix le plus élevé qui soit, ayant perdu la vie outre-mer; beaucoup en sont revenus avec des séquelles permanentes tant sur le plan émotionnel que physique, et des familles ont perdu des leurs à l'occasion de conflits où l'on défendait les principes de la démocratie et de la liberté.
Toutefois, alors que nous sommes moins enclins qu'auparavant à appuyer et à reconnaître ces contributions, nous assistons à une baisse de la participation des électeurs à chaque élection. L'aspect le plus perturbant, c'est que la participation des nouveaux électeurs a diminué de façon marquée à l'occasion de presque toutes les élections des dernières années. Les Canadiens ont le privilège sacré de participer au processus électoral et d'élire les personnes chargées de les représenter en ce lieu saint, la Chambre des communes. Nous avons assisté à une diminution du niveau de participation.
Ce genre d'initiative contribuerait à renforcer à l'échelle du Canada la reconnaissance de l'apport de ces braves hommes et femmes, nos anciens combattants, et rappellerait sans doute aux Canadiens pourquoi il est important de ne pas adopter une attitude patriotique uniquement le 11 novembre, de faire preuve de vigilance chaque jour de l'année, ainsi que de participer aux élections en qualité de citoyens éclairés et intéressés. Cela serait utile. J'ajouterais aussi que, dans toutes les provinces, on devrait insister davantage auprès des jeunes Canadiens sur notre histoire et sur l'importance de la participation des citoyens à la vie du pays. Cette mesure serait certainement utile.
Selon moi, il est inacceptable que le jour du Souvenir donne lieu à un fatras de politiques au moment où les Canadiens devraient être unis autour d'un même thème, soit le sacrifice consenti par nos prédécesseurs pour protéger nos libertés. Il faudrait que les avantages découlant de ces sacrifices soient ressentis par tous les Canadiens de toutes les provinces. À cet égard, une démarche reconnaissant ce sacrifice d'un océan à l'autre s'impose.
J'ajouterai que nous devons en faire toujours plus pour sensibiliser les Canadiens à leur histoire. Si les Canadiens ne connaissent pas notre histoire commune, ils seront moins portés à progresser collectivement. Une chose dont nous devons tenir compte, notamment à un moment où des Canadiens prennent part à des conflits à l'étranger et en reconnaissance de la contribution apportée par les gardiens de la paix du Canada depuis trente ans, c'est le respect dont jouissent nos soldats de la paix dans le monde.
Une chose que nous faisons fort bien en tant que pays, c'est contribuer à assurer un niveau de sécurité et de sûreté dans des pays dont les habitants ne profitent pas du même degré de liberté que nous considérons comme allant de soi au Canada.
Je suis d'avis que si les Canadiens étaient plus conscients du respect dont jouissent nos gardiens de la paix dans le monde, cela deviendrait un facteur d'unité, parce qu'il est clair que le premier élément à souffrir de l'éclatement du Canada serait notre capacité de participer pleinement, comme le font maintenant nos soldats de la paix dans des terres éloignées.
En conséquence, les Canadiens ne sont pas les seuls à profiter d'un Canada uni; les habitants d'autres pays y ont intérêt eux aussi. Que ce soit à Chypre, en Afghanistan ou au Moyen-Orient en général ou même dans l'ex-Yougoslavie, les habitants de ces contrées éloignées ont besoin tout autant que nous que le Canada reste fort et uni afin de pouvoir continuer à travailler à l'élargissement, par rapport au XXe siècle, de l'espace où règnent la paix et l'harmonie dans le monde au XXIe siècle.
Le Canada a toujours fait plus que sa part. La participation canadienne aux efforts militaires déployés au nom de la liberté a toujours été hors de proportion avec nos ressources militaires réelles et notre population.
J'espère que, entre autres choses, notre engagement plus ferme à l'égard du jour du Souvenir rappellera à tous les Canadiens pourquoi il est si important de financer l'appareil militaire. Je sais qu'il faut placer cette question au-dessus de tout sectarisme, mais je manquerais à mon devoir si je ne signalais pas que, sous le gouvernement actuel, il y a eu une réduction frappante de notre engagement envers l'armée canadienne tant du point de vue du matériel que de celui de la qualité de la vie, par exemple la rémunération et le logement.
Si nous reconnaissons et renforçons notre engagement à l'égard du jour du Souvenir, il se pourrait aussi que les Canadiens fassent preuve d'une plus grande détermination lorsqu'il s'agit de réclamer du gouvernement, celui-ci et ceux qui suivront, des ressources plus généreuses pour que les hommes et les femmes qui, vaillamment, incarnent les valeurs que nous chérissons, et qu'ils aient les moyens d'accomplir leur travail. Il ne faudrait pas demander constamment aux soldats de faire plus avec moins. Des pressions accrues auprès du gouvernement actuel et de ses successeurs pour qu'ils accordent des ressources plus généreuses à nos troupes permettront à ces fiers Canadiens de continuer à incarner nos valeurs et à protéger dans le monde entier les droits et libertés qui, chez nous, semblent aller de soi.
View Joe Clark Profile
PC (AB)
Mr. Speaker, I rise today to express the sincere condolences of members of our coalition to Her Majesty the Queen, Prince Philip, their children and grandchildren on the death of Queen Elizabeth, the Queen Mother.
We also celebrate her long and remarkable life and contribution. The Queen Mother's 101 years traversed the 20th century, times of turmoil and war, times of transformation and of extraordinary human and social progress. She moved with grace, with courage and with humour through them all.
The Queen Mother will always figure in our memories as a symbol of courage and deep devotion. Throughout her life she won the hearts of her people and of people around the world with her warm smile, extended hand, and words that came straight from the heart. At a time marked by crisis and controversy, she arrived like a breath of fresh air.
From the outset, during that critical time, her unswerving support for her husband, and the example she set herself defined new standards of leadership. As a result, she became closer to all of us than any of her predecessors. She lived a life dedicated to her duty, a model of dignity. She leaves us now, known as a grandmother to us all.
Canadians will always remember the joys of welcoming her here. During her numerous visits, many of us had the good fortune of seeing her and being touched by her warmth. She always maintained close, even informal ties with Canada. Canadians, in return, always welcomed her as a member of the family.
She was loved and admired beyond the borders of the United Kingdom and the Commonwealth for her grace, devotion, and great courage.
Her Majesty the Queen Mother will never be forgotten.
Her first memorable visit to Canada was in 1939. In total the Queen Mother came here 11 times and touched the lives of generations of Canadians. She served as Colonel-in-Chief for the Black Watch, with the Toronto Scottish Regiment and the Canadian Forces Medical Services. She was the Grand President of the Victorian Order of Nurses in Canada, an honorary member of the Law Society of Upper Canada and patron of many national organizations including the Canadian Red Cross Society and the Canadian Merchant Navy Prisoners of War Association.
Her Majesty's strength during the second world war helped stiffen the backbone of Great Britain during those dark days. The film footage we have watched over the past week of the King and the Queen walking through the rubble of bombed out London shows her devotion to her fellow citizens, her devotion to duty and her courage in the face of adversity. Beyond that royal and official role her impact as a sensitive and caring human being was palpable to all who met her and was unforgettable to those she touched directly.
If the House may allow one personal recollection, in May 1979 one of those rare and extraordinary events occurred in Canada. A general election actually changed the Government of Canada. The Queen Mother had an event in Halifax to which invitations had been issued well before election day. To say that the invitation list did not reflect the election result would be to understate the case.
My spouse, Maureen McTeer, attended the Queen Mother's reception and events on my behalf. That was a time when Maureen McTeer's own use of her own name was not universally approved. Several of the guests at the luncheon, coming from both another party and another time, delighted in referring to Maureen consistently as Mrs. Clark. Not the Queen Mother. As Maureen walked her to her car, the Queen Mother touched her arm and said “I always tell my grandchildren that they must be themselves and do what they believe is best in life. Just be yourself”. Then she said “Don't let them get you down, Ms. McTeer”.
The Queen Mother was a powerful and courageous symbol. She was a wonderful and sensitive person. We extend to the Royal Family our most sincere sympathies and our prayers during this time of sadness.
Monsieur le Président, j'offre les sincères condoléances des députés de notre coalition à Sa Majesté la Reine, au prince Philip, à leurs enfants et petits-enfants, à l'occasion du décès de la reine Elizabeth, la Reine-Mère.
Nous évoquons également sa longue et remarquable vie et sa contribution. Tout au long de ses 101 ans d'existence, qui ont couvert tout le XXe siècle, la Reine-Mère a vécu des bouleversements et des guerres, elle a connu des époques de transformation et d'extraordinaire progrès humain et social, et elle a traversé toutes ces années avec grâce, courage et humour.
La Reine-Mère demeurera à jamais dans nos souvenirs un symbole de courage et de profond dévouement. Tout au long de son chemin, elle a gagné les coeurs de son peuple et des peuples d'ailleurs avec ce sourire chaleureux, cette main tendue et ces mots venus tout droit du coeur. À un moment marqué par la crise et la controverse, elle nous est arrivée comme un souffle nouveau.
Dès le départ, pendant cette période critique, l'appui inébranlable qu'elle a accordé à son époux ainsi que son propre exemple ont défini de nouvelles normes de leadership. Ce faisant, elle est devenue plus près de nous tous et toutes que tout autre avant elle. Elle a vécu sa vie dévouée, un modèle de la dignité. Elle nous quitte maintenant, la grand-mère de tous et de toutes.
Jamais, Canadiennes et Canadiens, nous n'oublierons le bonheur de la recevoir chez nous. Au cours de ses nombreuses visites, plusieurs d'entre nous ont eu la bonne fortune de la croiser et d'être à jamais touchés par sa chaleur. Elle a toujours entretenu des liens particulièrement étroits, voire familiers, avec le Canada. Et les Canadiens et les Canadiennes, en retour, l'ont toujours reçue comme un membre de leur famille.
Sa grâce, son dévouement, sa bonté et son grand courage ont fait d'elle un être aimé et admiré bien au-delà des frontières du Royaume-Uni et du Commonwealth.
Le souvenir de Sa Majesté la Reine Mère demeurera à jamais gravé dans nos mémoires.
Sa première visite mémorable au Canada a eu lieu en 1939. En tout, la Reine-Mère a effectué 11 séjours chez nous et elle a touché les vies de générations de Canadiens. En plus d'être colonel en chef du régiment des Black Watch, elle était membre du Toronto Scottish Regiment et du Service de santé des Forces canadiennes. Elle était grande présidente des Infirmières de l'Ordre de Victoria du Canada, membre honoraire du Barreau du Haut-Canada et mécène de nombreuses organisations nationales, dont la Société canadienne de la Croix-Rouge et la Canadian Merchant Navy Prisoners of War Association.
La force dont Sa Majesté a su faire preuve durant la Seconde Guerre mondiale a grandement stimulé le moral de la Grande-Bretagne pendant ces jours sombres. Le film d'archives que nous avons pu voir la semaine dernière, montrant le roi et la reine marchant parmi les débris laissés par les bombardements sur Londres, témoigne de son dévouement pour ses concitoyens, de son sens du devoir et de son courage dans l'adversité. Outre la façon dont elle s'est acquittée de ses fonctions royales et officielles, la Reine-Mère laisse à toutes les personnes qui l'ont rencontrée ou sur qui elle a eu une influence directe le souvenir d'une personne sensible et soucieuse de ses semblables.
On me permettra d'évoquer ici un souvenir plus personnel. En mai 1979, un événement rare et extraordinaire s'est produit au Canada: le gouvernement a changé à la suite d'élections générales. Or, la Reine-Mère participait à Halifax à un événement pour lequel les invitations avaient été envoyées bien avant la tenue des élections. Le moins qu'on puisse dire, c'est que la liste des invitations ne reflétait pas le résultat des élections.
Mon épouse, Maureen McTeer, a assisté en mon nom à la réception et aux activités présidées par la Reine-Mère. À l'époque, tout le monde n'approuvait pas le fait que Maureen McTeer se fasse connaître sous son véritable nom. Plusieurs invités au déjeuner, qui venaient d'un autre parti et d'une autre époque, se sont fait un plaisir de désigner Maureen comme Mme Clark. La Reine-Mère, elle, n'en a rien fait. Au moment où Maureen l'accompagnait jusqu'à sa voiture, la Reine-Mère lui a touché le bras et lui a dit: «Je conseille toujours à mes petits-enfants d'être eux-mêmes et de faire ce qu'ils estiment être le mieux dans la vie. Je leur dis d'être eux-mêmes.» Puis elle a ajouté: «Ne vous laissez pas faire par eux, Mme McTeer.»
La Reine-Mère était un symbole puissant et l'image du courage. C'était une personne merveilleuse et sensible. Nous offrons nos plus sincères condoléances et nos prières à la famille royale en ces jours de tristesse.
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, I want to rise and with humility offer my support to the sentiments expressed in the motion currently before the House. I very much associate my remarks with the poignant and insightful sentiments expressed by previous speakers.
The people of Nova Scotia and of Pictou--Antigonish--Guysborough share with all Canadians and do indeed lament the death of Elizabeth the Queen Mother. Coming as it does so soon after the death of Princess Margaret, there is added reason to express our genuine and deep sorrow for the Queen.
As well, as the Queen herself has said, there is comfort to be taken from a long life lived to the full. That the Queen Mother continued to enjoy her life to the full until its end is also cause for celebration. That the Queen Mother set a shining example of public duty throughout her life is equally cause for celebration. That the Queen Mother chose to help us preserve our Scottish heritage is cause for celebration. That the Queen Mother kept faith with those who gave their lives in war is cause for celebration. Her unwavering support for British, Canadian and allied forces in times of war and peace is a testament to her resolve and regal human nature.
Eighty-five years ago today Canadian troops were engaged in a battle at Vimy Ridge. Eighty-five years ago Elizabeth Bowes-Lyon, having lost her bother in the bloodbath of Flanders, was caring for casualties of war in her home which had been turned into a hospital. As a young teenager born to a life of entitlement, she chose duty and responsibility. That is cause for celebration.
Above all, the Queen Mother and His late Majesty, King George, raised a daughter who reigned within our constitution and laws for half a century. This is cause for celebration.
It is for those reasons that we express our sorrow to our Queen and her family who have lost a mother, a grandmother and a great-grandmother. We lament the conclusion of this magnificent life.
Tomorrow, after the captains and the kings depart, when the crown that adorned her coffin is returned to the jewel house, there will remain a human ache in the heart of a daughter who has lost within a few weeks both a sister and a mother.
While some may not readily identify with the jewels and the pageantry, all of us have known or can anticipate the feeling of loss of a parent, and the poignant sight of a wreath of white roses inscribed “In loving memory, Lillibet”.
Her Majesty should know that here in the Queen's Canadian parliament there is great sympathy and great gratitude.
Monsieur le Président, je me lève pour offrir mon humble appui aux députés qui ont dit les sentiments que suscitent chez eux la motion dont la Chambre est actuellement saisie. Je partage tout à fait les pensées touchantes et perspicaces exprimées jusqu'à maintenant.
Comme tous leurs compatriotes, les habitants de la Nouvelle-Écosse et de Pictou--Antigonish--Guysborough pleurent la perte de la Reine-Mère Elizabeth. Le fait que ce décès suit de si près celui de la princesse Margaret est une raison de plus pour exprimer notre chagrin sincère et profond à la reine.
Comme la reine elle-même l'a dit, il faut se réconforter en pensant qu'une longue vie a été vécue intensément. On peut se consoler aussi à l'idée que la Reine-Mère a pu vivre aussi pleinement jusqu'à la fin. Que la Reine-Mère ait donné un exemple édifiant en remplissant ses devoirs publics pendant sa vie entière mérite également d'être souligné. Que la Reine-Mère ait choisi de nous aider à préserver notre héritage écossais mérite d'être souligné. Que la Reine-Mère ait eu une foi inébranlable dans ceux qui ont sacrifié leur vie à la guerre mérite d'être souligné. Son appui infaillible aux forces britanniques, canadiennes et alliées en temps de guerre et de paix restera le reflet de sa détermination et de sa nature humaine et royale.
Il y a 85 ans aujourd'hui, les troupes canadiennes étaient engagées dans une bataille à la crête de Vimy. Il y a 85 ans, Elizabeth Bowes-Lyon, qui avait perdu son frère lors d'un massacre dans les Flandres, soignait des blessés de guerre dans sa demeure transformée en hôpital. En tant qu'adolescente destinée à une vie d'agréments, elle avait choisi le devoir et la responsabilité. Cela mérite d'être souligné.
Il faut noter surtout que la Reine-Mère et le regretté roi George ont élevé une fille qui règne en vertu de notre Constitution et de nos lois depuis un demi-siècle. Cela mérite d'être souligné.
C'est pour toutes ces raisons que nous exprimons notre chagrin à notre reine et à ses proches qui ont perdu une mère, une grand-mère et une arrière-grand-mère. Nous pleurons la fin d'une vie magnifique.
Demain, après le départ des capitaines et des souverains, quand la couronne qui orne le cercueil retrouvera sa place dans la salle des joyaux, il restera une grande tristesse dans le coeur d'une femme qui, en l'espace de quelques semaines, a perdu sa soeur et sa mère.
Même si certains apprécient peu les parures et l'apparat, nous connaissons tous ou nous pouvons tous comprendre ce que représente la perte d'un proche et la vue poignante de cette couronne de roses blanches avec l'inscription «In loving memory, Lillibet».
Il faudrait que Sa Majesté sache qu'ici, au Parlement canadien de la reine, il y a beaucoup de sympathie et de gratitude.
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, I want to commend the previous speaker for his remarks.
In going through Bill C-15B, it is important to keep in context how the legislation came about. It originally was before the House in the form of what is called an omnibus bill. There were a number of very complex and unrelated subjects that found themselves in the bill which caused a great deal of consternation I think for many members of parliament. It is a usual tactic that the government has employed to have its way, that is to essentially include a number of issues with which most if not all members agree and couple them with other pieces of legislation that the government would like to slide in, putting members of parliament in the uncomfortable position of voting against things of which they actually are in favour.
The strategical tactics unfortunately have blurred much of the merit of this particular bill. However the former minister of justice did climb down from her lofty position and agreed to some extent to split off parts of the bill to allow members to vote more freely and more in line with the wishes of their constituents and their own comfort levels.
We have before us a bill with a number of important amendments, which I would hope the government would consider, that would improve and in fact very much ameliorate the ability of the legislation to address the principle issue, and that is: helping to eradicate and give our law enforcement officials greater ability to enforce laws which are meant to curtail cruelty to animals.
We in the coalition are very supportive of any initiative that will bring about legislation dealing with crimes against animals. This legislation very much puts forward the spirit that we need to punish those who intentionally abuse or neglect animals. Cruelty to animals is an issue that has received significant public attention of late. In recent years psychologists have drawn clear parallels between a child's cruelty to animals and subsequent cruelty toward human beings in his or her adult life as one element to take into consideration.
We support as well the government's decision to put forward an ability for judges to remove barriers, to heighten the sentences and heighten the degree of deterrence that should emerge from cases where there is clear-cut, proven on evidence cases of animal abuse.
We do not, I hasten to add, adhere to the government's position in the legislation that to achieve the deterrents and to achieve the heightened degree of accountability, the government must remove the criminal code provisions dealing with animals from the property section of the code.
The proprietary aspects of animal abuse have always been very important in the prosecution of animal cruelty cases. Moving the animal cruelty provisions out of part XI of the criminal code removes the protection of legitimate based businesses that relate to animals and animal husbandry. By virtue of taking that section out of section 429(2) of the criminal code, this important ability to protect oneself by virtue of the law is removed. Let us be very clear about that.
The current section in the property law allows for legal justification, or excuse or colour of right to be claimed by a person who might be charged. Therefore it affords legal protection for acts which have always been seen as legitimate and outside the gamut of animal cruelty and always based upon the evidence. It is inappropriate and misleading in a malicious way to suggest that somehow removing these sections will protect animals any further than it currently does.
It currently is illegal to perpetrate any sort of cruelty against animals. The problem has been in the prosecution of these offences and further in the ability of the police to lay charges. That also ties very much into the resource allocation currently available for police in the country. Removing the cruelty to animals provisions from this section is of particular concern to hunters, trappers, farmers and to researchers. There is an important element in the use of animals for genetic research. People like John and Jessie Davidson would be the first to say that genetic research is something that has to be given a higher priority by the Parliament of Canada and the people of Canada.
These legitimate individuals who work and depend on animals for their livelihood have expressed very clearly to the government their concerns. They came before a committee. There was extensive study of this issue. Everything the bill seeks to achieve could be achieved by bringing about the amendments but leaving the current sections in the property section of the criminal code. Everything that is sought to be accomplished could be done so in that fashion.
We share the concerns of many Canadians, though, who have spoken about the definition of an animal. Any animal that has the capacity to feel pain does encompass in a large way any sort of cruelty that might be perpetrated. Yet through this definition, the government is putting at risk many activities that currently occur. We have heard examples of those. A farmer who puts a noose around an animal's neck to lead it to pasture or to pull it out of danger could potentially be charged.
We have heard ludicrous examples, such as putting a worm on a hook or boiling a live lobster. Potentially, if taken to the extreme, these types of activities could result in prosecutions. The sad reality of that is that the cost that would be expended and the delay in following through with these types of prosecutions, whether they be brought about by the crown or private prosecutions which currently can occur, would bankrupt and put out of business a lot of individuals who currently rely on animals for their livelihood.
Even the intentional act of stepping on a spider was one example that was given as cruelty to an animal.
My comments are in no way an attempt to make light of a serious situation but to point out that this type of law is very dangerous and should not be proceeded with in this fashion. This law could place fishermen, farmers, hunters, trappers, furriers or any individual that associates with animals at risk of frivolous prosecution and those who espouse radical views about animal protection.
The ensuing lawsuits could paralyze and bankrupt some businesses. It is well intended and there are many individuals who are well intended in their efforts to protect animals, but the reality is the horrific cases of animal abuse are currently illegal. It is a matter of enabling our system further to resource and through attention and priorizing the prosecutions for these types of offences. We support strengthening the criminal code and provisions dealing with animals and many of the improvements that are envisioned by the bill. This punishment and resource question is where the problem lies.
The minister did at least realize the carelessness that occurred in the drafting of the original bill, Bill C-17, and she was careful to now inject the word “wilful” with respect to cruelty and unnecessary pain being perpetrated in the drafting of this new bill.
Regrettably, the former minister did not see the need to keep the animal cruelty sections within the property sections of the criminal code. Thus, this improved legislation would not provide the adequate protection with which the majority of animal business people would be concerned. For that reason, sadly we are unable to support the bill.
We believe the legislation is needed and that further legislation is needed to prevent needless animal pain and suffering. An example that comes to mind is the case that many of us were transfixed on a few years ago when we heard about a Rottweiler dog that was dragged on a chain behind a pick-up truck. There was a case very recently in Kingston that was reported in the Kingston Whig-Standard of horrible abuse to a cat named Solitaire that was bloodied and battered. These type of cases are extremely offensive to the sensibilities of most Canadians.
The traditional practices of hunting, fishing and farming do not fit into the category of mean spirited violence, yet they could very much be caught up by virtue of these changes.
It is imperative that animal cruelty legislation be clearly designated to target those who would engage in brutal, deliberate acts against animals. Just as the other parts of this legislation which deal with firearms legislation, it is fine to try to redefine what the legislation does, yet we know it has been a complete and utter failure. The cost is prohibitive. The intent is such that individuals will not voluntarily participate.
For those reasons, and for reasons which I would like to elaborate on but due to limitations of time I cannot, our coalition cannot support the bill. We would be hopeful that the government would be willing to accept the amendments which would take away those sections which very much undermine the spirit and intent of the bill.
Monsieur le Président, je veux féliciter pour ses observations le député qui m'a précédé.
Lorsqu'on étudie le projet de loi C-15B, il est important de se rappeler l'historique de cette mesure législative. La Chambre en a été saisie au départ sous la forme de ce qu'on appelle un projet de loi d'ensemble. Plusieurs sujets très complexes et sans aucun lien entre eux étaient réunis dans ce projet de loi, ce qui a vivement consterné de nombreux députés, à mon avis. C'est une tactique que le gouvernement utilise généralement pour parvenir à ses fins et qui essentiellement consiste à inclure un certain nombre de questions avec lesquelles tous les députés ou presque sont d'accord et à y ajouter d'autres mesures législatives que le gouvernement voudrait faire adopter en même temps, ce qui place les députés dans la situation inconfortable de devoir voter contre des choses avec lesquelles ils sont en faveur.
Les tactiques stratégiques ont malheureusement escamoté la plupart des avantages de ce projet de loi. Cependant, l'ancienne ministre de la Justice a accepté de revenir quelque peu sur sa position condescendante et de séparer dans une certaine mesure quelques parties du projet de loi pour permettre aux députés de voter plus librement, en respectant davantage les souhaits de leurs électeurs et leurs propres opinions.
Nous sommes saisis d'un projet de loi avec un certain nombre d'amendements importants que le gouvernement va examiner, je l'espère, et qui vont améliorer grandement la capacité du projet de loi de régler le principal problème, soit éliminer la cruauté envers les animaux et donner à nos agents d'application de la loi une plus grande capacité d'appliquer les lois visant à lutter contre la cruauté envers les animaux.
Au sein de la Coalition, nous sommes en faveur de toute initiative visant à adopter une mesure législative qui a pour objet de punir les crimes contre les animaux. Ce projet de loi défend tout à fait l'esprit nécessaire pour punir ceux qui maltraitent et négligent délibérément les animaux. La cruauté envers les animaux est une question qui a attiré beaucoup l'attention publique dernièrement. Depuis quelques années, des psychologues ont établi des parallèles clairs entre la cruauté d'un enfant à l'égard des animaux et sa cruauté à l'égard d'êtres humains durant sa vie adulte; ce serait un élément à considérer.
Nous appuyons également la décision du gouvernement de donner la capacité aux juges d'imposer des peines plus sévères afin d'accroître le niveau de dissuasion devant ressortir d'affaires où il est clairement prouvé qu'on a maltraité des animaux.
Je m'empresse d'ajouter que nous ne souscrivons pas à la position que le gouvernement défend dans le projet de loi et voulant que, pour dissuader les intéressés et accroître leur niveau de responsabilisation, le gouvernement doive retirer les dispositions touchant les animaux de l'article du Code criminel portant sur les biens.
Les aspects liés à la propriété concernant les mauvais traitements faits aux animaux ont toujours été très importants dans la poursuite des cas de cruauté envers les animaux. Enlever les dispositions concernant la cruauté envers les animaux de la partie XI du Code criminel supprime la protection fondée sur la légitimité de l'acte en ce qui concerne les animaux et l'élevage. En supprimant cette disposition du paragraphe 429(2) du Code criminel, on supprime cette capacité importante de se protéger en invoquant la loi. Que ce soit très clair.
Les dispositions actuelles du droit des biens permettent à une personne de réfuter des accusations si elle peut prouver qu'elle a agi avec une justification ou une excuse légale et avec apparence de droit. Par conséquent, elles offrent une protection légale concernant des actes qui ont toujours été considérés comme légitimes et qui n'ont aucun rapport avec la cruauté envers les animaux. Il est inexact, trompeur et malveillant de suggérer que la suppression du Code criminel de ces dispositions protégera davantage les animaux qu'à l'heure actuelle.
Il est actuellement illégal de commettre tout acte cruel envers les animaux. Le problème réside dans la poursuite de ces infractions et dans la capacité de la police de porter des accusations. Ce problème est intimement lié aux ressources actuellement allouées aux forces de police de notre pays. La suppression des dispositions concernant la cruauté envers les animaux de cet article inquiète particulièrement les chasseurs, les trappeurs, les agriculteurs et les chercheurs. Les animaux sont un élément important de la recherche génétique. Des gens comme John et Jessie Davidson seraient les premiers à dire que la recherche génétique est quelque chose qui devrait recevoir une priorité plus élevée de la part du Parlement et des Canadiens.
Ces personnes qui, en toute légitimité, se servent d'animaux dans leur travail et en dépendent pour gagner leur vie ont très clairement exprimé leurs inquiétudes au gouvernement. Elles ont comparu devant le comité. La question a été étudiée en profondeur. Tout ce que le projet de loi cherche à faire pourrait l'être en adoptant les amendements, mais en laissant telles quelles les dispositions du Code criminel concernant les biens. Tout ce que l'on cherche à accomplir pourrait l'être de cette façon.
Nous partageons toutefois les préoccupations de nombreux Canadiens concernant la définition de ce qu'est un animal. La définition selon laquelle un animal s'entend de tout animal pouvant ressentir la douleur englobe toutes sortes d'actes cruels qui pourraient être perpétrés. Avec cette définition, le gouvernement fait peser une menace sur de nombreuses activités qui ont lieu actuellement. On nous en a donné des exemples. Un agriculteur qui passe un licol au cou d'un animal pour l'emmener paître ou pour le sortir d'un danger pourrait être l'objet d'accusation.
Nous avons entendu des exemples ridicules tels qu'acrocher un ver à un hameçon ou ébouillanter un homard vivant. En fait, si l'on pousse les choses à l'extrême, de tels gestes pourraient faire l'objet de poursuites. La triste réalité est que les coûts occasionnés et les délais dans le traitement de ce type de poursuite, intentée par la Couronne ou par le privé, acculeraient à la faillite des entreprises et des personnes dont le gagne-pain dépend des animaux.
Même le geste intentionnel d'écraser une araignée a été donné comme exemple de cruauté à l'égard des animaux.
Je ne cherche pas du tout à tourner une situation grave à la légère, mais plutôt à montrer que ce type de mesure législative est très dangereux et qu'il convient de procéder autrement. Cette mesure pourrait comporter des risques de poursuite frivole pour les pêcheurs, les agriculteurs, les chasseurs, les trappeurs, les fourreurs et d'autres intervenants auprès des animaux de la part de personnes qui ont des points de vue radicaux sur la protection des animaux.
Les actions en justice qui s'ensuivraient pourraient paralyser certaines entreprises et les acculer à la faillite. Les intentions sont bonnes, et bien des gens sont bien intentionnés dans leurs efforts de protection des animaux, mais la réalité est que la cruauté à l'égard des animaux est actuellement illégale. Il s'agit de doter notre système de ressources aditionnelles et d'établir soigneusement un ordre de priorité pour les poursuites liées à ce type d'infraction. Nous sommes en faveur du raffermissement du Code criminel et des dispositions visant les animaux, de même que des améliorations prévues par le projet de loi. Le coeur du problème réside dans la question des sanctions et de l'allocation des ressources.
La ministre a au moins reconnu la négligence dont a fait l'objet l'ébauche du projet de loi initial, le projet de loi C-17, et elle a pris soin d'ajouter dans l'ébauche de ce nouveau projet de loi le mot «volontaire» en ce qui concerne la cruauté et la souffrance inutile causée.
Malheureusement, l'ancienne ministre ne voyait pas le besoin de conserver les dispositions visant la cruauté envers les animaux dans les articles du Code criminel portant sur la propriété. La mesure législative améliorée ne fournirait donc pas la protection adéquate à la majorité des personnes concernées par l'industrie animalière. Voilà pourquoi nous ne pouvons malheureusement pas appuyer le projet de loi.
Nous sommes d'avis qu'il faut légiférer pour empêcher que des animaux souffrent inutilement. Un exemple qui vient spontanément à l'esprit est celui qui nous a sidérés il y a quelques années, où un rottweiler avait été enchaîné derrière une camionnette et traîné. Un article du Whig-Standard de Kingston a fait état d'un autre cas dernièrement, où un chat appelé Solitaire avait été maltraité et battu. De tels cas sont jugés absolument révoltants par la plupart des Canadiens.
Les méthodes traditionnelles de chasse, de pêche et d'élevage ne traduisent pas une violence gratuite, mais elles pourraient être visées par les dispositions de ce projet de loi.
La loi sur la cruauté envers les animaux doit clairement viser ceux qui commettent délibérément des actes brutaux à leur endroit. Comme dans la partie du projet de loi traitant des armes à feu, on a beau essayer de redéfinir ce que fait la loi, il faut pourtant admettre que cette loi est un échec monumental. Le coût est prohibitif. L'intention est telle que les individus ne voudront pas collaborer de leur propre gré.
Pour ces raisons et pour d'autres que je voudrais exposer, mais que je dois taire faute de temps, notre coalition ne peut appuyer ce projet de loi. Nous espérions que le gouvernement accepte des amendements visant à supprimer les articles qui minent vraiment l'esprit et l'intention du projet de loi.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-04-08 14:06
Mr. Speaker, the government failed to reach a deal with the United States on softwood lumber. The U.S. will impose a 29% duty on Canadian lumber yet the government has no plan in place to assist the 30,000 workers in B.C. alone whose jobs have been threatened or already lost because of the government's failure to reach an agreement.
The government failed to protect Canada's scarce fish stocks and allowed a Russian trawler to head home with 49 tonnes of illegally caught cod, cod that Canadian fishermen have not been able to catch for years because of a moratorium. The same government failed to help western farmers. The country is in an agricultural crisis.
Instead, what is the government doing? It is paying $101 million to buy new Challenger jets for the Prime Minister when the government's own report has said that “fleet modernization or replacement is not warranted at this time”. This is at a time when our Canadian troops must hitchhike to battle and rely on 40 year old Sea Kings when they get there. Surely the government could do more.
Monsieur le Président, le gouvernement n'a pas réussi à conclure une entente avec les États-Unis au sujet du bois d'oeuvre. Les États-Unis imposeront des droits compensateurs de 29 p. 100 sur le bois d'oeuvre canadien. Pourtant, le gouvernement ne dispose d'aucun plan pour venir en aide aux 30 000 travailleurs dont le gagne-pain est menacé ou déjà perdu en Colombie-Britannique uniquement, à cause de l'incapacité du gouvernement de conclure une entente dans ce secteur.
Le gouvernement n'a pas réussi à protéger les stocks de poissons déjà peu abondants du Canada et a permis à un chalutier russe de retourner chez lui avec 49 tonnes de morue pêchée illégalement alors qu'un moratoire interdit, depuis plusieurs années, aux pêcheurs canadiens de pêcher la morue. C'est le même gouvernement qui ne vient pas à la rescousse des agriculteurs de l'Ouest canadien. Or, le Canada est aux prises avec une crise agricole.
Au lieu de cela, que fait le gouvernement? Il paie 101 millions de dollars pour acheter de nouveaux avions à réaction Challenger pour le premier ministre alors que, selon le propre rapport du gouvernement, la modernisation ou le remplacement de la flotte n'est pas justifié pour l'instant. Cette situation se produit précisément au moment où les troupes canadiennes doivent demander aux autres pays de les emmener au combat et se fier à des hélicoptères Sea King vieux de 40 ans, une fois sur les lieux des opérations. Le gouvernement pourrait certainement faire davantage.
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, the PC/DR coalition calls on the Minister of Justice to act today. The recent decision of the B.C. supreme court in the Robin Sharpe case has outraged Canadians and children's rights groups across the country.
According to child advocates and sexual abuse investigators this decision makes sexually explicit stories about children legal in Canada and will only encourage and protect sexual predators.
We live in an information age where pornographic material which is offensive and harmful to people in society is increasingly finding its way into the general public. It is incumbent upon parliament to assure the protection of children. The government must clearly define the strict legal parameters of child pornography. The Minister of Justice should begin hearings immediately.
I call on the government to implement an Internet safety education program for children, increase funding for training of frontline police officers in tracking pornography and revamp the anti-porn laws to protect our most valuable asset, our children.
Monsieur le Président, la Coalition PC/RD demande à la ministre de la Justice d'agir aujourd'hui. La décision récente de la Cour suprême de la Colombie-Britannique dans l'affaire Robin Sharpe a mis les Canadiens et les groupes de défense des droits des enfants en colère d'un bout à l'autre du pays.
Les défenseurs des droits des enfants et les enquêteurs sur la violence sexuelle estiment que cette décision légalise les écrits sexuellement explicites touchant des enfants au Canada et ne fera qu'encourager et protéger les prédateurs sexuels.
Nous vivons dans une ère électronique où le matériel pornographique offensant et blessant pour certaines personnes atteint de plus en plus le public en général. Il incombe au Parlement d'assurer la protection des enfants. Le gouvernement doit définir clairement les paramètres légaux stricts de la pornographie juvénile. La ministre de la Justice devrait commencer immédiatement à tenir des audiences.
Je presse le gouvernement de mettre en oeuvre un programme visant à montrer aux enfants comment naviguer de façon sécuritaire sur Internet, d'augmenter les ressources financières pour former des policiers de première ligne au dépistage de matériel pornographique et de réorganiser les lois antipornographie existantes de manière à protéger notre plus précieux atout, nos enfants.
View Joe Clark Profile
PC (AB)
Mr. Speaker, in the Middle East this is a time for solutions and not for blame. There is a deadly sense of siege among both Israelis and Palestinians. Yet at the same time both the Saudi plan and the UN resolution show that progress might be possible. The Americans are now taking a major initiative.
Will the foreign affairs minister assure the House that Canada will pursue every serious opportunity to move that region away from the mutual atmosphere of deadly siege and toward productive discussions? Would he tell us what specific initiatives Canada is pursuing now?
Monsieur le Président, il est temps de trouver des solutions au Proche-Orient, et non de jeter des blâmes. Israéliens et Palestiniens ont le cruel sentiment de vivre en état de siège. Pourtant, le plan proposé par l'Arabie saoudite et la résolution de l'ONU démontrent qu'il est possible de faire des progrès. Les Américains prennent maintenant une initiative majeure.
Le ministre des Affaires étrangères peut-il assurer la Chambre que le Canada fera de sérieux efforts pour libérer cette région de l'atmosphère de siège mortel qui y règne et la mener à des discussions productives? Peut-il nous dire les mesures précises que prend actuellement le Canada?
View Joe Clark Profile
PC (AB)
Mr. Speaker, my question is for the Deputy Prime Minister. It has now been over two weeks since Canada failed to stop crippling American duties in the Canadian softwood lumber industry. The Department of Human Resources Development has announced no special measures to help people in the community who are devastated by these duties.
Is there a special committee of cabinet co-ordinating a proposal to help people in communities and industries who are suffering so severely now? Will there be special federal programs to help these communities, industries and people? When will they be announced?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au vice-premier ministre. Cela fait maintenant plus de deux semaines que le Canada a échoué dans ses efforts pour empêcher les Américains d'imposer des droits écrasants sur l'industrie canadienne du bois d'oeuvre. Le ministère du Développement des ressources humaines n'a annoncé aucune mesure spéciale pour venir en aide aux travailleurs du secteur qui sont durement frappés par ces droits.
Y a-t-il un comité spécial du Cabinet chargé de coordonner une proposition visant à venir en aide aux gens des localités et aux industries qui sont actuellement durement touchés? Y aura-t-il des programmes fédéraux spéciaux pour venir en aide à ces localités, à ces industries et à ces gens? Quand les annoncera-t-on?
View Scott Brison Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, the Prime Minister has just authorized the $100 million purchase of two new jets for his personal travel, yet he tells the Canadian armed forces to rent aircraft to move equipment and troops. The commanding officer of the squadron that flies the Prime Minister has said that the existing jets are in “excellent” condition.
Will the government listen to the auditor general and cancel the purchase of the luxurious new aircraft for the Prime Minister and put the money toward new planes or helicopters for our troops who really need them?
Monsieur le Président, le premier ministre vient tout juste d'autoriser l'achat de deux nouveaux avions à réaction au coût de 100 millions de dollars pour ses déplacements personnels. Par ailleurs, il dit aux forces armées canadiennes de louer des aéronefs pour assurer le transport du matériel et des militaires. Le commandant de l'escadron chargé d'assurer les déplacements aériens du premier ministre a déclaré que les avions à réaction actuels sont en «excellent» état.
Le gouvernement écoutera-t-il la vérificatrice générale et annulera-t-il l'achat de nouveaux aéronefs luxueux pour le premier ministre, et consacrera-t-il l'argent à l'acquisition de nouveaux aéronefs ou hélicoptères pour nos soldats qui en ont vraiment besoin?
View Scott Brison Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, Canadians can watch as the decrepit old cabinet flies around in new jets while proud professional armed forces fly around in old helicopters.
The report to the chief of the defence staff stated specifically:
Given that there are no identifiable trends or problems with this fleet and given the high dispatch reliability of the Challenger, it is recommended that remedial action such as fleet modernization or replacement is not warranted at this time.
Why is the Prime Minister's desire for imperial style travel defeating the interest of the Canadian taxpayer and defeating the interest of the Canadian armed forces?
Monsieur le Président, les Canadiens voient les membres décrépits du Cabinet se déplacer dans de nouveaux avions à réaction pendant que les fiers professionnels des forces armées volent à bord de vieux hélicoptères.
Le rapport du chef d'état-major de la Défense précisait expressément que:
Étant donné que cette flotte ne présente pas de tendances ou de problèmes identifiables, et compte tenu de la régularité élevée des vols des Challenger, aucune mesure corrective comme la modernisation ou le remplacement de la flotte n'est recommandée à ce stade-ci.
Pourquoi le désir du premier ministre de se déplacer de façon impériale l'emporte-t-il sur les intérêts du contribuable canadien et des forces armées canadiennes?
View Bill Casey Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, the failure of the softwood lumber negotiations has resulted in plants closing and thousands of workers being laid off. Not only that, the companies involved are now being faced with millions of dollars of legal costs to fight the NAFTA and the WTO battles.
Has the government considered helping these companies pay the legal costs to fight the NAFTA and WTO battles?
Monsieur le Président, l'échec des négociations concernant le bois d'oeuvre a entraîné la fermeture d'usines et le licenciement de milliers de travailleurs. En outre, les entreprises touchées doivent aujourd'hui assumer des frais juridiques de l'ordre de millions de dollars pour mener les procès devant l'ALENA et l'OMC.
Le gouvernement envisage-t-il d'aider ces entreprises à payer les frais juridiques des procès devant l'ALENA et l'OMC?
View John Herron Profile
PC (NB)
Mr. Speaker, thank you for the opportunity to participate at long last in this evening's debate. In my view and the view of the Progressive Conservative Party of Canada Bill C-53 represents a lack of political will to bring forth the legislation we need to address the issue.
The framework legislation that currently manages pesticides was established in 1969. Over the past 30 years we have gained a more comprehensive knowledge of the effects of pesticides on human health and the environment. It is in good form for us to update legislation of that vintage.
I compliment the new minister who has been in the portfolio only a short time. The issue has been a thorn in the side of health care professionals, environmentalists and concerned Canadians from coast to coast for quite some time. Our hats are off to the minister for tabling this piece of legislation.
I am a bit concerned about the issue. A few weeks back I sent out a press release asking why the bill was being tabled at that time. Was it because of the myriad rumours we had heard in the House and in the hallways that the House could prorogue? It is reasonable to ask whether it is a disingenuous effort to table a bill that will never see the light of day in terms of royal assent. On the positive side, perhaps it gives the government a chance to test the legislation to see what benefits there should be.
I will refer to one aspect of the pesticide debate. Mr. Speaker, I am sure you read the Progressive Conservative Party's platform comprehensively throughout the election campaign of November 2000. I will bring to light a plank of our electoral platform. We called on the Government of Canada to bring in modernized pesticide management. There were two main points in the platform concerning pesticides. I will read them for the record:
A Progressive Conservative government would table new pesticide legislation that would modernize the existing 30 year-old legislation. Exposure levels and toxicity of pesticides will be evaluated with consideration on the effect on our most vulnerable populations.
This refers to the elderly, children and pregnant women. We would also establish a comprehensive reduced reliance program. The platform states:
A Progressive Conservative government would initiate educational initiatives to inform Canadians of the risks of pesticide use with a goal to reduce usage particularly for cosmetic purposes.
For the record, that is a goal the Progressive Conservative Party of Canada has had with respect to this debate.
I will illustrate how lax the government has been at tabling legislation. I asked the Minister of Health in December of 1999 when we could expect legislation given that Claire Franklin, chair of the Pest Management Regulatory Agency, had said draft legislation had been in place for three years and was coming soon. I asked again on November 22, 1999. The Minister of Health said legislation would be tabled shortly. I asked again on June 13, 2001, nine months ago. The government said it would soon table legislation that would reflect the recommendations and protect the health of Canadians.
We have been a little slow at this, so to make up for the government's lack of energy in getting the legislation tabled perhaps we can put our shoulders to the wheel and make some improvements.
I will speak to the bill itself. There are some solid aspects to Bill C-53 that deserve the appropriate accolades. One is Bill C-53 clearly places the burden of proof on the person who is trying to register the particular pesticide. The applicant must demonstrate to the minister that the health and environmental risks of that product are indeed acceptable to the Canadian public at large. We think that is a positive step.
It follows the report of the committee that was developed in May 2000 entitled “Pesticides: Making the Right Choice for the Protection of Health and the Environment”. That was a comprehensive study by the standing committee on the environment of which I had the privilege of being a member.
Accolades to the government for being inspired by the United States food quality protection act. The government has said that when it comes to establishing toxicity levels, testing will be done on vulnerable populations, children, the elderly and perhaps pregnant women, as we advocated in our last platform. The act also enables the application of a 10-fold safety margin on pesticide standards and extra protection for children.
I think the government was also inspired by the report of the standing committee which was tabled in 2000. That plank was recommended by all parties with the exception of the Reform Party at that time.
I also would like to provide some accolades on the issue that re-evaluations are required and special reviews are made possible. Most of the pesticides currently used in Canada were registered long ago. The act requires that the Government of Canada establish or initiate re-evaluations of registered pesticides at least every 15 years. Further, if a member country of the OECD, the Organization for Economic Co-operation Development, bans the use of an active ingredient, then the minister must conduct an immediate special review. That is a good thing.
I do not know if members particularly recall that the auditor general performed a comprehensive review of pesticide management in Canada. He pointed out that Canada was among the most lax of industrialized nations. As a testament to that, Canada and the Slovak Republic are the only two OECD countries that do not measure pesticide consumption. This is fundamentally important because further decisions would eventually include consideration of cumulative effects and aggregate exposures once the methods of doing so were confirmed.
That is the methodology the Government of Canada wants to follow, which follows the same train of thought that is in the U.S. food quality protection act. If that is so, then we need to ensure that we have a proper inventory of consumption of pesticides in the country. That makes a lot of sense.
If that re-evaluation will be a component of the act, then we need to ensure that Health Canada has the added financial capacity to conduct those reviews and do them in an extremely timely manner.
I would also like to touch on a few aspects that need some improvement. Some of those issues refer to the aspect that the law in its current form does not emphasize that it is necessary for us to reduce the reliance of the risk of pesticides. It is incumbent on the Government of Canada to educate the Canadian public at large, in particular on the cosmetic use of pesticides. There is indeed a cumulative effect and additional exposure and prolonged exposure does have a detrimental effect to human health and the environment
If that is true, then why does the federal government not initiate a public awareness campaign about the harmful and cumulative effects of pesticides, particularly in our urban areas, in the same stead that it does with anti-tobacco campaigns. In my view this is something that would at least ensure that Canadians think twice. That is one aspect for which we should find an innovative way of encompassing it in this legislation, perhaps in the preamble.
The Progressive Conservative Party of Canada believes that Bill C-53 fails to entrench the precautionary principle as a guiding principle or to effectively operationalize it. The bill needs to be amended to include the internationally acceptable precautionary principle in the preamble and purpose.
There is an accepted definition established at the United Nations for the precautionary principle. The all party committee called on the Government of Canada to utilize that form of definition. We reviewed the Canadian Environmental Protection Act. It was the intent of the committee when we tabled the review in May 2000 on pesticide management in Canada that it was a process that the Government of Canada absolutely needed to follow.
What is the precautionary principle? I would explain it as follows. If the weight of evidence and science says that there is an immense likelihood that a particular substance can have a detrimental effect on human health and the environment, perhaps potentially the loss of life, we do not have to wait for the absolute finality of information before the Government of Canada actually acts.
When it comes to public awareness the leadership on reducing the reliance on the cosmetic use of pesticides has not come from the federal government. I believe we should follow a public awareness campaign as we do for the use of tobacco by encouraging individuals to reduce their reliance on the cosmetic use of pesticides.
We have seen leadership from the provinces on some occasions but for the most part we have seen leadership at the municipal level. Cities, such as Halifax, and communities such as Hudson, Quebec were really the first municipalities to step up to this challenge.
We have public awareness advocates from coast to coast. Patty Donovan from Quispamsis in my riding of Fundy--Royal has been an ardent advocate for the reduction of pesticide use in Canada and particularly the cosmetic use. It is not some mission or crusade that she is on. For her it is the very vitality of her son Zack. If Zack were exposed in any kind of serious way to pesticides or pesticide residue it would have an immense effect on his human health immediately that may potentially cost him his life.
This is a clear indication that we need to manage pesticides in a responsible way and take into consideration where individuals could be at risk.
We see pesticide campaigns in the west as well. Jennifer Wright from Calgary has made a number of presentations to the municipality of Calgary encouraging it to reduce its reliance on pesticides.
Canadians and municipalities are way ahead of this and the Government of Canada should get with the program on that particular aspect as well.
Another good aspect of this proposed legislation which needs a bit of ratcheting deals with the pesticide management process. It must come out of the dark ages and recognize that public awareness and access to information is critical and that public consultation should be sought prior to registering any new substance. The Government of Canada has done a good thing on that particular aspect as well. It must ensure that we catch up with the rest of the industrialized world.
I have a document before me which was produced in September 2000. It is not even a comprehensive list. There is a list of 60 pesticides that are banned by other OECD nations but are still permissible here in Canada.
The problem is that the Government of Canada is not taking leadership in addressing this issue. Clearly, within the agricultural community pesticides are a responsible component to farming, but we need to ensure that access is available to lower risk substances. We should utilize substances that are already used in the OECD and which may be more cost effective. We have been denying our farming community access to these lower risk substances. We are putting the health of farmers at risk by leaving them with only products that are high risk to themselves, to human health in general and to the environment.
I must emphasize that any new pesticide legislation has to evaluate toxicity on the most vulnerable in our population: children, pregnant women and the elderly. The Government of Canada has moved in that direction. That is a step we should applaud.
When evaluating a pesticide, we need to ensure that we evaluate the formulants as well. Quite often the formulants in the pesticide can have a more detrimental effect as a toxin to human health and the environment than the active ingredient. As the legislation is shaped at the moment there is not the appropriate due process that challenges the proponent of a new pesticide, or an existing pesticide if it is at the re-evaluation stage, to ensure that all active ingredients are evaluated as well.
Our very learned health critic, the member for Richmond--Arthabaska, has recommended to me that the Progressive Conservative Party will support the legislation. It is long overdue. Sometimes that line seems extremely trite, but the existing act is 30 years old.
The Government of Canada spoke about this in its throne speech in 1999, three years ago. When something is in a throne speech it usually means that action will take place immediately and we are only seeing the legislation now. This is respectable framework legislation which we hope to have the capacity to improve at committee stage.
I am very pleased the Liberal Party of Canada has taken a page, page 25 to be exact, out of the election platform of the Progressive Conservative Party of Canada. It has followed our commitment to Canadians to provide pesticide legislation which includes evaluation for toxicity of formulants, evaluates the toxicity on the most vulnerable in our population and updates the current regime which is nearly 30 years old.
I look forward to the debate as the bill moves through the legislative process.
Monsieur le Président, je vous remercie de cette possibilité d'intervenir enfin dans le débat de ce soir. D'après moi et le Parti progressiste-conservateur du Canada, le projet de loi C-53 traduit l'absence de volonté politique pour présenter la mesure législative qu'il faut pour redresser la situation.
La loi-cadre qui régit actuellement les pesticides date de 1969. Depuis 30 ans, nous comprenons mieux les effets des pesticides sur la santé humaine et sur l'environnement. Une mise à jour de cette loi démodée est parfaitement justifiée.
Je félicite la nouvelle ministre qui n'est en poste que depuis peu. La question déchire les professionnels de la santé et les environnementalistes, et elle préoccupe tous les Canadiens depuis un certain temps déjà. Nous tirons notre chapeau à la ministre qui présente ce projet de loi.
Ce dossier me préoccupe un peu. Il y a quelques semaines, j'ai fait paraître un communiqué dans lequel je demandais pourquoi on déposait à ce moment le projet de loi. Était-ce à cause des multiples rumeurs de prorogation qui circulaient à la Chambre et dans les couloirs de la Chambre? Il est raisonnable de se demander si cela représente un effort fallacieux pour présenter un projet de loi sachant fort bien qu'il ne recevra jamais la sanction royale. Selon l'aspect positif, cela donne peut-être au gouvernement une chance de mettre le projet de loi à l'épreuve et de voir quels pourraient être ses avantages.
Je voudrais me reporter à un aspect du débat sur les pesticides. Monsieur le Président, vous avez certainement lu attentivement le programme que le Parti progressiste-conservateur préconisait tout au long de la campagne électorale de novembre 2000. Je vais en citer un article. Nous avons invité le gouvernement du Canada à moderniser la gestion des pesticides. Deux articles principaux de notre programme électoral portaient sur les pesticides. Aux fins du compte rendu, je vais lire ces articles:
Un gouvernement progressiste-conservateur déposerait une nouvelle loi sur les pesticides qui moderniserait la législation existant depuis une trentaine d’années. On évaluerait les niveaux d’exposition et la toxicité des pesticides en tenant compte de leurs effets sur nos populations les plus vulnérables.
Il est question ici des personnes âgées, des enfants et des femmes enceintes. Nous entendons aussi établir un programme exhaustif visant à réduire le recours aux pesticides. Conformément à notre programme:
Un gouvernement progressiste-conservateur prendrait des initiatives afin de sensibiliser les Canadiens et les Canadiennes aux risques que comporte l’utilisation depesticides dans le but, surtout, de réduire l’utilisation de pesticides à des fins esthétiques.
Aux fins du compte rendu, je signale que ce but visé par le Parti progressiste-conservateur se rapporte au débat en cours.
Je vais montrer que ce gouvernement a fait preuve de peu d'empressement à présenter le projet de loi. En décembre 1999, j'ai demandé au ministre de la Santé quand il présenterait son projet de loi étant donné que, selon Claire Franklin, présidente de l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire, le texte était prêt depuis trois ans et qu'il devait être présenté bientôt. Le 22 novembre 1999, j'ai reposé ma question. Le ministre de la Santé a répondu que ce serait bientôt. Selon le gouvernement, le projet de loi qu'il allait bientôt présenter refléterait les recommandations et protégerait la santé des Canadiens.
Comme les choses avancent un peu lentement, pour compenser le manque d'enthousiasme du gouvernement à présenter le projet de loi, nous pourrions peut-être mettre l'épaule à la roue et y apporter quelques améliorations.
Je parlerai du projet de loi en soi. Le projet de loi C-53 comporte de solides dispositions qui méritent les félicitations de circonstance. L'une de ces dispositions place clairement le fardeau de la preuve sur la personne qui souhaite enregistrer un pesticide donné. Le demandeur doit prouver au ministre que les risques sanitaires et environnementaux du produit sont acceptables pour l'ensemble de la population canadienne. Nous estimons qu'il s'agit là d'une mesure positive.
Cette mesure s'inscrit dans le droit fil du rapport intitulé «Les pesticides: un choix judicieux s'impose pour protéger la santé et l'environnement», que le comité a publié en mai 2000. Il s'agit d'une étude exhaustive du Comité permanent de l'environnement et du développement durable de la Chambre des communes, dont j'ai eu le privilège d'être membre.
Je félicite le gouvernement pour s'être inspiré de la loi américaine sur la protection de la qualité des aliments. Le gouvernement a dit que des tests seront faits sur les populations vulnérables, les enfants, les aînés et peut-être les femmes enceintes lorsque viendra le temps d'établir les niveaux de toxicité. C'est ce que nous avons préconisé dans notre dernier programme électoral. La mesure permet aussi l'application d'une marge de sécurité décuplée sur les normes s'appliquant aux pesticides et une protection supplémentaire pour les enfants.
Je pense que le gouvernement s'est aussi inspiré du rapport que le comité permanent a déposé en 2000. Ce cadre a été recommandé par tous les partis à l'exception du Parti réformiste de l'époque.
J'ai aussi des félicitations à faire en ce qui concerne l'obligation de réévaluation et la possibilité de révisions spéciales. La plupart des pesticides actuellement utilisés au Canada ont été enregistrés il y a longtemps. La mesure législative prévoit que le gouvernement du Canada détermine ou décide que les pesticides enregistrés doivent être réévalués à au moins tous les 15 ans. En outre, si un pays membre de l'OCDE, l'Organisation de coopération et de développement économique, interdit l'utilisation d'un ingrédient actif, le ministre doit procéder immédiatement à une révision spéciale. C'est une bonne chose.
Je ne sais pas si les députés se rappellent que le vérificateur général a effectué un examen approfondi de la gestion des pesticides au Canada. Il a souligné que le Canada était parmi les pays industrialisés les plus laxistes en la matière. À preuve, le Canada et la Slovaquie sont les deux seuls pays de l'OCDE qui ne mesurent pas la consommation de pesticides. Cela est fondamentalement important, car les décisions à venir devraient éventuellement prendre en compte les effets cumulatifs et l'exposition globale, une fois que les méthodes de mesure auront été déterminées.
C'est la méthode que le gouvernement du Canada souhaite suivre; elle s'inscrit dans le sens de la loi américaine sur la protection de la qualité des aliments. Dans ce cas, nous devons assurer que nous pouvons recenser adéquatement les consommateurs de pesticides au Canada. C'est une chose sensée.
Si cette réévaluation doit faire partie de la loi, alors nous devons nous assurer que Santé Canada a les ressources financières additionnelles nécessaires pour effectuer ces examens, et ce, en temps utile.
J'aimerais aussi aborder quelques aspects qui nécessitent des améliorations. Certaines de ces questions concernent le fait que la loi sous sa forme actuelle n'insiste pas sur la nécessité de réduire notre utilisation des pesticides. Il incombe au gouvernement du Canada de renseigner la population sur l'utilisation de pesticides à des fins esthétiques. Les effets sont cumulatifs, et l'exposition accrue et prolongée aux pesticides est nuisible pour la santé et pour l'environnement.
Si cela est vrai, pourquoi le gouvernement fédéral n'a-t-il pas entrepris une campagne de sensibilisation aux effets néfastes et cumulatifs des pesticides, particulièrement dans les zones urbaines, de la même façon qu'il fait des campagnes antitabac? À mon avis, c'est là quelque chose que inciterait vraiment les Canadiens à y penser deux fois. C'est un aspect que nous devrions trouver un moyen novateur d'inclure dans cette mesure législative, dans le préambule peut-être.
Le Parti progressiste-conservateur du Canada croit que le projet de loi C-53 ne fait pas du principe de précaution un principe directeur ou ne fait rien pour voir à ce qu'il soit mis en pratique. On doit modifier le projet de loi pour y inclure le principe de précaution accepté à l'échelle internationale dans le préambule et dans les objectifs.
Il existe une définition acceptée du principe de précaution qui a été établie par les Nations Unies. Le comité multipartite a demandé au gouvernement du Canada d'utiliser cette définition. Nous avons examiné la Loi canadienne sur la protection environnementale. Lorsque le comité a présenté son examen sur la gestion des pesticides au Canada en mai 2000, il jugeait que c'était un processus que le gouvernement du Canada devait absolument suivre.
Quel est le principe de précaution? Je l'expliquerais de la façon suivante. S'il existe suffisamment de preuves scientifiques indiquant qu'il est fort probable qu'une substance donnée puisse être nuisible pour la santé et pour l'environnement et puisse même peut-être causer la mort, nous n'avons pas à attendre que ces informations soient confirmées de façon absolue avant que le gouvernement du Canada ne passe à l'action.
Pour ce qui est de sensibiliser la population, ce n'est pas le gouvernement fédéral qui a pris l'initiative de décourager l'utilisation des pesticides à des fins esthétiques. Je crois qu'il faudrait lancer une campagne de sensibilisation du genre de celle sur le tabagisme et encourager les particuliers à mettre fin à leur utilisation des pesticides à des fins esthétiques.
Les provinces ont parfois fait preuve d'autorité, mais, dans l'ensemble, ce sont surtout les municipalités qui se sont signalées à cet égard. Des grands centres comme Halifax et des localités comme Hudson, au Québec, ont vraiment été les premières municipalités à relever le défi à cet égard.
Nous avons dans tout le Canada des partisans de la sensibilisation de la population. Patty Donovan, de Quispamsis, dans Fundy--Royal, ma circonscription, s'est faite une championne de la réduction de l'utilisation, surtout à des fins esthétiques, des pesticides au Canada. Elle n'est pas partie en mission ni en croisade. Ce qui compte pour elle, c'est la vitalité même de son fils, Zack. Si Zack était exposé de façon le moindrement importante à des pesticides ou à des résidus de pesticide, cela aurait immédiatement une telle incidence sur sa santé qu'il pourrait en mourir.
Cela montre clairement qu'il faut gérer l'utilisation des pesticides de façon responsable et tenir compte des risques qu'ils présentent pour des particuliers.
On voit aussi des campagnes contre l'usage des pesticides dans l'ouest du pays. Jennifer Wright, de Calgary, a fait un certain nombre de présentations à la municipalité de Calgary, encourageant celle-ci à réduire l'utilisation des pesticides.
Les Canadiens et les municipalités ont pris de l'avance dans ce domaine, et le gouvernement canadien devrait leur emboîter le pas.
Un autre aspect intéressant de ce projet de loi qui a besoin de quelques ajustements a trait au processus de gestion des pesticides. Ce dernier doit sortir de l'âge des ténèbres et reconnaître que la sensibilisation du public et l'accès à l'information sont deux choses essentielles et qu'on devrait sonder la population avant d'homologuer toute nouvelle substance. Le gouvernement du Canada a aussi fait une bonne chose sous ce rapport. Il doit s'assurer que l'on rattrape le reste du monde industrialisé.
J'ai devant moi un document datant de septembre 2000. Il ne s'agit même pas d'une liste exhaustive. Y sont énumérés 60 pesticides interdits par d'autres pays membres de l'OCDE, mais dont l'utilisation est encore permise au Canada.
Le problème est que le gouvernement du Canada ne prend pas l'initiative d'aborder cette question. Il est clair que les pesticides sont des produits utiles dans le secteur agricole, mais il faut s'assurer de pouvoir y avoir accès afin de réduire le nombre de substances à risques. On doit utiliser les substances déjà employées dans les pays membres de l'OCDE, qui pourraient s'avérer plus rentables. Nous avons refusé à nos agriculteurs l'accès à ces substances qui présentent un risque moins élevé. On met en danger la santé des agriculteurs en les forçant à n'utiliser que des produits dangereux pour eux, pour la santé des êtres humains en général et pour l'environnement.
J'insiste sur le fait que toute nouvelle mesure législative sur les produits antiparasitaires doit évaluer la toxicité de ces produits par rapport aux personnes les plus vulnérables de notre population: les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées. Le gouvernement du Canada a pris des mesures en ce sens. Nous devrions l'en féliciter.
Lorsqu'on évalue un produit antiparasitaire, on doit veiller à en évaluer aussi les adjuvants. Souvent, les adjuvants d'un produit antiparasitaire peuvent avoir un effet toxique plus nocif pour la santé humaine et l'environnement que l'ingrédient actif. Dans sa forme actuelle, le projet de loi ne prévoit aucun mécanisme adéquat obligeant celui qui propose un nouveau produit antiparasitaire, ou un produit existant s'il s'agit de l'étape de la réévaluation, à s'assurer que tous les ingrédients actifs sont évalués eux aussi.
Notre éminent porte-parole en matière de santé, le député de Richmond--Arthabaska, a recommandé que le Parti progressiste-conservateur appuie le projet de loi. Celui-ci était attendu depuis longtemps. Cette remarque peut sembler très banale, mais la loi actuelle date de 30 ans.
Le gouvernement du Canada a parlé de cette question dans son discours du Trône de 1999, il y a trois ans. Lorsqu'il est fait mention de quelque chose dans un discours du Trône, cela signifie généralement que des mesures seront prises à cet égard immédiatement; or, c'est seulement maintenant que nous sommes saisis d'une mesure législative à ce sujet. C'est un cadre législatif respectable que nous espérons pouvoir améliorer à l'étape du rapport.
Je suis très heureux que le Parti libéral du Canada se soit inspiré d'une page du programme électoral du Parti progressiste-conservateur du Canada, la page 25 pour être plus précis. Il s'est inspiré de notre engagement à fournir aux Canadiens un projet de loi sur les produits antiparasitaires prévoyant une évaluation de la toxicité des adjuvants ainsi que des effets de la toxicité sur les personnes les plus vulnérables dans notre population et modernisant le régime actuel vieux de près de 30 ans.
Je suis impatient de suivre les débats sur ce projet de loi tout au long du processus législatif.
View John Herron Profile
PC (NB)
Mr. Speaker, I thank the member for her question because it really follows a fundamental plank of the pesticide management regime that we presented in the election campaign of November 2000. I was the author of that section of our national platform. The approach I took, and I will cite the language if I may, is that a Progressive Conservative government would initiate educational initiatives to inform Canadians of the risk of pesticide use with a goal to reduce usage particularly for cosmetic purposes.
Why would we take that approach versus an all out ban? It is possible, and I cannot think of an instance at the moment, where one may want to consider utilizing pesticides for a quasi-cosmetic purpose if the intent were to prevent something worse from happening. However, the real reason we did not use the word ban is it was far too provocative.
We still need to move the Canadian population a long way on this issue that empowering the municipalities to ban, like the Government of Canada is saying the municipalities can do, is an option. However the federal government has a leadership role here as well. That is why I do not know if the national standards aspect would be the appropriate route I would advocate, which would reflect the remarks I made earlier, that the Government of Canada should recognize there is a cumulative effect of pesticides on our environment, especially if they are condensed in an urban setting.
There should be a massive public awareness campaign of the same ilk as that regarding the detrimental effects smoking and tobacco use has on our environment. We have learned a lot over the 25 years since biologist Rachel Carson wrote the book Silent Spring which really sparked the debate on how we use pesticides and how they actually harm the environment. We have learned a lot on this issue but Canadians need to be engaged far more.
We could hit the ground earlier and harder in that even without the bill the Government of Canada could have a pesticides campaign. I say to my friend and colleague from the province of New Brunswick who serves as the parliamentary secretary to the health minister that it is something the Government of Canada should seriously consider. It took up a very positive and aggressive anti-smoking and anti-tobacco campaign. The Government of Canada could consider a public awareness initiative of the same ilk on the cosmetic use of pesticides. He may wish to take that up with the Minister of Health.
I compliment the minister for tabling the legislation in short order after receiving her new portfolio.
Monsieur le Président, je remercie la députée de sa question, parce qu'elle correspond à un élément fondamental du régime de gestion des pesticides que nous avons présenté lors de la campagne électorale de novembre 2000. J'étais l'auteur de cette section de notre programme national. L'approche que j'avais prise, et je vais citer le programme si vous me le permettez, est qu'un gouvernement progressiste-conservateur prendrait desinitiatives afin de sensibiliser les Canadiens et les Canadiennes aux risques que comporte l’utilisation de pesticides dans le but, surtout, de réduire l’utilisation de pesticides à des fins esthétiques.
Pourquoi opter pour une telle approche plutôt que pour une interdiction complète? Il est possible, mais je ne peux citer aucun exemple pour le moment, que des citoyens envisagent l'utilisation de pesticides pour des raisons quasi esthétiques dans le but d'empêcher que se produise une situation pire. Toutefois, la véritable raison d'éviter le terme «interdiction» était son caractère vraiment trop provocateur.
Nous avons encore beaucoup à faire pour convaincre la population canadienne qu'on pourrait aussi accorder aux municipalités le pouvoir d'interdire les pesticides, comme le gouvernement du Canada soutient qu'elles peuvent le faire. Par ailleurs, il incombe au gouvernement fédéral d'assumer un certain leadership. Voilà pourquoi je ne sais pas si je recommanderais d'instaurer des normes nationales, ce qui refléterait ce que j'ai dit plus tôt, soit que le gouvernement du Canada devrait reconnaître l'effet cumulatif des pesticides sur notre environnement, surtout s'ils sont condensés dans un milieu urbain.
Il faudrait procéder à une campagne massive de sensibilisation de l'ordre de celle qui a été menée pour expliquer les effets nocifs de l'usage du tabac sur notre environnement. Nous avons beaucoup appris au cours des 25 années depuis la publication de l'ouvrage Le printemps silencieux de la biologiste Rachel Carson, qui avait lancé le débat sur notre façon d'utiliser les pesticides et leur effet nocif sur l'environnement. Nous avons beaucoup appris à ce sujet, mais nous devons interpeller les Canadiens bien davantage.
On pourrait agir plus rapidement et plus efficacement dans la mesure où, même sans l'adoption du projet de loi, le gouvernement du Canada pourrait lancer une campagne de sensibilisation en matière de pesticides. Je dis à mon ami et collègue du Nouveau-Brunswick, le secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé, que le gouvernement du Canada devrait sérieusement songer à prendre une telle mesure. Il a procédé à une campagne fort percutante et efficace contre le tabac et la cigarette. Le gouvernement du Canada pourrait certainement envisager une initiative de sensibilisation de même nature par rapport aux pesticides employés à des fins purement esthétiques. Le secrétaire parlementaire pourrait peut-être en discuter avec la ministre de la Santé.
Je félicite la ministre d'avoir déposé ce projet de loi alors qu'elle venait à peine de recevoir son nouveau portefeuille.
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, I commend and congratulate my colleague for the work he has done not only on this file but on a number of files involving the environment. It is fair to say Canadians recognize that he truly is a friend of the environment and a person who has brought forward both progressive and very proactive ideas on how we could improve the state of the environment not only in this country but internationally.
Perhaps he can tell us more about the bill, in particular how much consultation was undertaken. He has told us that this area of legislation has been 30 years in waiting. In looking at the situation and looking at the bill in particular, is he satisfied that industry, farmers, the agricultural industry and all other the stakeholders including the science, which obviously has to be taken into consideration when passing this type of bill, have been given sufficient opportunity to give input? What might their reaction be?
In the Annapolis Valley of Nova Scotia where both our mothers currently reside there is a real problem given the number of orchards and pesticides used in the control of certain insects that feed on various forms of vegetables and fruit there and throughout the country.
There is a very real need that we delve in this issue on the part of Canadians. Obviously the legislation starts in that direction, but does the member feel there has been sufficient opportunity for all stakeholders to get involved in the final process?
Monsieur le Président, je félicite le député du travail qu'il a accompli non seulement dans ce dossier, mais encore dans une foule d'autres concernant l'environnement. Il est juste de dire que les Canadiens reconnaissent qu'il est un ami de l'environnement, qu'il a présenté des idées progressistes et très proactives sur la façon dont nous pouvons améliorer l'état de l'environnement non seulement au Canada, mais partout dans le monde.
Il pourrait peut-être nous en dire plus au sujet du projet de loi, notamment en ce qui concerne l'étendue des consultations sur celui-ci. Il nous a dit qu'une telle mesure se fait attendre depuis 30 ans. Compte tenu de la situation et de la teneur du projet de loi, estime-t-il que l'industrie agricole, les agriculteurs et les autres intervenants, notamment les scientifiques, dont il faut de toute évidence tenir compte du point de vue quand il s'agit d'un tel projet de loi, ont eu amplement l'occasion de faire valoir leur point de vue? Quelle pourrait être leur réaction?
Dans la vallée de l'Annapolis, en Nouvelle-Écosse, où nos mères vivent actuellement, nous sommes aux prises avec un grave problème, compte tenu du nombre de vergers et de pesticides utilisés pour lutter contre certains insectes qui se nourrissent de divers fruits et légumes cultivés non seulement dans cette région, mais partout au Canada.
Il est vraiment important que nous nous penchions sur cette question au nom de tous les Canadiens. De toute évidence, le projet de loi pointe dans la bonne direction, mais le député croit-il que tous les intervenants ont pu participer suffisamment au processus final?
View John Herron Profile
PC (NB)
Mr. Speaker, as critic for the environment for the Progressive Conservative Party of Canada I want to be a friend to the environment. I said in my first speech after the last election that I wanted to be benchmarked on four issues: as a friend to the environment, a friend to farmers, a friend to students, and above all a friend to Fundy--Royal.
I should like to add another one. Of course I also want to be a friend to Maccha MacKay and Audrey Herron in the Annapolis Valley. They are well aware of having to live in an agricultural area that utilizes pesticides.
The comment upon consultation is that the Pest Management Advisory Council is the principal body which the Government of Canada uses for input on pest management in the country. That group essentially was satisfied well over three years ago that draft legislation should be tabled and the government should proceed with legislation. We have waited well over three years for it.
In fact the farming community for the most part has said it wants access to safer products and to lower risk products from the human health perspective. It was sending out some very strong signals only months ago. It was the farming community that actually precipitated the debate when it built a coalition with the environmental community and health professionals. It has been out in front of the government on this issue.
We know as a point of fact that pest management and herbicides are a component of a responsible, integrated pest management regime. We need to afford our farmers access to products so they can stay competitive, but we also need to afford them access to the most modern products utilized in the OECD so that they can remain competitive not only economically but from a human health perspective.
Monsieur le Président, à titre de porte-parole du Parti progressiste-conservateur du Canada en matière d'environnement, je tiens à être un ami de l'environnement. Lors de ma première intervention après les dernières élections, j'ai dit que je voulais qu'on m'apprécie selon quatre critères: en tant qu'ami de l'environnement, en tant qu'ami des agriculteurs, en tant qu'ami des étudiants et, par-dessus tout, en tant qu'ami de la circonscription de Fundy—Royal.
J'aimerais en ajouter un autre. Je veux bien sûr être un ami pour Maccha MacKay et Audrey Herron, de la vallée de l'Annapolis. Elles savent très bien qu'elles doivent vivre dans une région agricole où l'on utilise des produits antiparasitaires.
Ce que j'ai à dire à propos du Conseil consultatif sur la lutte antiparasitaire, c'est qu'il s'agit du principal organisme dont se sert le gouvernement du Canada pour obtenir de l'information sur la lutte antiparasitaire au Canada. Cet organisme était convaincu, il y a plus de trois ans, qu'un projet de loi devrait être déposé et que le gouvernement devrait tâcher de le faire adopter. Nous avons attendu plus de trois ans pour en être saisis.
En fait, la plupart des éléments du monde agricole ont fait savoir qu'ils voulaient avoir accès à des produits plus sûrs et présentant moins de risques pour la santé humaine. Le monde agricole adressait des messages très énergiques il y a quelques mois à peine. C'est le monde agricole qui a vraiment précipité le débat quand il a formé une coalition avec le monde environnementaliste et avec les professionnels de la santé. Il a clairement fait connaître sa volonté au gouvernement à cet égard.
Nous savons bien que la lutte antiparasitaire et les herbicides font partie d'un régime responsable et intégré de lutte antiparasitaire. Il nous faut donner à nos agriculteurs l'accès à des produits leur permettant de demeurer compétitifs, mais il nous faut également leur donner accès aux produits les plus modernes utilisés dans les pays membres de l'OCDE de sorte qu'ils puissent demeurer compétitifs non seulement sur le plan économique, mais aussi sur le plan de la santé humaine.
View Chuck Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, on Wednesday evening the new leader of the Canadian Alliance was chosen by its members. I congratulate Stephen Harper for the strength of his victory, for the clarity of his ideas and for the eagerness to tackle the Liberal government on the big issues of the day.
Most encouraging to me were early expressions of reaching out to others who are interested in building a principled conservative option. For the same reason, I also express my encouragement and my ongoing gratitude to the leader of the Progressive Conservatives, a man who is breaking new ground and taking new initiatives in an effort to build a democratic conservative alternative.
In the years leading up to the founding of our country, political coalitions sprung up and withered away with alarming consistency, mostly because their only purpose was to wrestle power into their own hands. However the great coalition, a coalition strong enough to usher into being a new and wonderful country, held together and was effective because it put the dreams and hopes of a nation at the top of its personal agenda.
Right now Canadians want a principled conservative option. Parliament desperately needs it and democracy demands it. I encourage both Stephen Harper and the leader of the Progressive Conservatives to put the hopes of the nation in first place and strive to put substance to the dreams of a better Canada.
Monsieur le Président, mercredi soir dernier, les alliancistes se sont choisi un nouveau chef pour leur parti. Je voudrais féliciter Stephen Harper pour l'ampleur de sa victoire, la clarté de ses idées et l'enthousiasme avec lequel il se propose d'entreprendre le gouvernement libéral sur les problèmes d'actualité.
J'ai trouvé particulièrement encourageant de le voir, dès le début, tendre la main à ceux qui souhaitent participer à l'élaboration d'une option conservatrice basée sur des principes. C'est précisément la raison pour laquelle je tiens aussi à exprimer mes encouragements et ma gratitude indéfectible au chef des progressistes-conservateurs, un homme qui fait oeuvre de pionnier et qui prend des initiatives nouvelles en vue de bâtir une alternative démocrate conservatrice.
Dans les années ayant précédé la création de notre pays, des coalitions politiques ont vu le jour, pour s'évanouir par la suite avec une régularité alarmante, du fait surtout qu'elles s'étaient donné pour seul objectif celui de s'emparer du pouvoir. Or la grande coalition a tenu, une coalition suffisamment forte pour concrétiser notre merveilleux pays, car elle avait décidé de faire passer les rêves et les espoirs de la nation avant ses propres aspirations.
Aujourd'hui, les Canadiens veulent d'une option conservatrice basée sur des principes. Le Parlement en a désespérément besoin et la démocratie l'exige. J'encourage et Stephen Harper et le chef du Parti progressiste-conservateur à faire passer les aspirations de la nation au premier plan de leurs préoccupations et à s'efforcer de concrétiser le rêve d'un Canada meilleur.
View Joe Clark Profile
PC (AB)
Mr. Speaker, my question is for the leader of the government in the House and relates to the breakdown of the softwood lumber negotiations last night. Crippling duties on Canadian lumber exports could be announced as early as this afternoon. Further mill closures will be announced today in British Columbia where there are thousands of Canadians out of work.
The government did not have a plan to deal with the expiry of the softwood agreement last year. Now negotiations have failed. It says it is working now on some second track. That leaves communities across the country, particularly in British Columbia, in a terrible situation. They cannot wait longer. What--
The Speaker: The hon. Minister for International Trade.
Monsieur le Président, ma question s'adresse au leader du gouvernement à la Chambre et a trait à la rupture des négociations concernant le bois d'oeuvre, hier soir. On pourrait annoncer dès cet après-midi l'imposition de droits ruineux sur les exportations de bois d'oeuvre canadien. De nouvelles fermetures d'usines seront annoncées aujourd'hui en Colombie-Britannique où des milliers de Canadiens sont au chômage.
Le gouvernement n'avait pas de plan pour faire face à l'expiration de l'accord sur le bois d'oeuvre l'an dernier. Les négociations ont maintenant échoué. Le gouvernement dit qu'il oeuvre désormais sur un deuxième front. Des collectivités de tout le pays, et en particulier de la Colombie-Britannique, se retrouvent dans une situation intenable. Elles ne peuvent plus attendre. Quel...
Le Président: L'honorable ministre du Commerce international a la parole.
View Bill Casey Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, the simple fact is that the Conservative government to which the minister referred successfully negotiated a deal to keep the factories open, to keep the softwood mills going and to keep the workers going. This government has failed. The Conservatives succeeded where the Liberals have failed.
In the House the minister promised to come up with a plan with the industry and the provinces to help the thousands of people that have been thrown out of work and the communities that will be devastated. When is that meeting to be held?
Monsieur le Président, la réalité toute crue, c'est que le gouvernement conservateur dont vient de parler le ministre a réussi à négocier une entente permettant de garder les usines ouvertes, d'assurer la poursuite des activités des usines de bois d'oeuvre et de maintenir les emplois des travailleurs. Ce gouvernement a échoué. Les conservateurs ont réussi là où les libéraux ont échoué.
À la Chambre, le ministre a promis d'établir en collaboration avec l'industrie et les provinces un plan pour aider les milliers de personnes qui ont été poussées au chômage et les collectivités qui seront ravagées par cette situation. Quand cette réunion aura-t-elle lieu?
View Loyola Hearn Profile
CPC (NL)
Mr. Speaker, the media in Newfoundland and Labrador requested information under the Access to Information Act from the Department of Fisheries and Oceans regarding the number of citations or warning tickets issued in the NAFO regulated region. Despite promises, no information was received. This week a promise was made to courier the information the next day. It was followed by a late night message left on the voice mail which said “Sorry, we will have to talk”.
What is the department trying to hide?
Monsieur le Président, les médias de Terre-Neuve et Labrador ont adressé, en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, une demande de renseignements au ministère des Pêches et des Océans au sujet de plusieurs citations à comparaître et de billets d'avertissements émis dans le secteur réglementé par l'OPANO. En dépit des promesses qui ont été faites, aucun renseignement n'a été fourni. Cette semaine, le ministère a promis de transmettre l'information par messager dès le lendemain. Cependant, cette promesse a été suivie d'un message tardif, laissé en soirée sur une boîte vocale, qui disait «Désolé, il faudra en discuter.»
Qu'est-ce que le ministère essaie de cacher?
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-03-22 11:48
Mr. Speaker, yesterday the minister of fisheries finally agreed to take a small step toward curtailing overfishing of Canadian stocks by foreign boats. Yet his leader has still not even acknowledged 8,000 letters that he received asking him to protect endangered Atlantic salmon in Nova Scotia's rivers.
The minister of fisheries gave his word in the House that he would find a solution. He could start by asking his boss to answer his mail. Or is this like his attempt at curtailing overfishing on the Grand Banks, simply a little--
Monsieur le Président, hier, le ministre des Pêches a finalement accepté de prendre une mesure mineure dans le but de freiner la surpêche des stocks canadiens pratiquée par les navires étrangers. Cependant, le chef de son parti n'a toujours pas accusé réception de 8 000 lettres lui demandant d'assurer la protection, dans les cours d'eau de la Nouvelle-Écosse, du saumon de l'Atlantique qui est menacé.
À la Chambre, le ministre des Pêches a donné sa parole qu'il trouverait une solution. Il pourrait commencer par demander à son patron de répondre à son courrier. Nous sommes tentés de croire que c'est comme sa tentative de freiner la surpêche dans le secteur du Grand Banc, simplement un petit...
View Greg Thompson Profile
CPC (NB)
Mr. Speaker, aside from the government's botched efforts to secure a softwood lumber agreement we have yet another crisis in the lumber industry. I am referring to the government's refusal to approve the wood preservative CDA. Without this approval we will see our pressure treated lumber mills out of business.
We have had vague promises in reference to a conclusion to this issue, in other words approval of the chemical CDA, but that will not cut it. We cannot live on vague promises. When will that chemical preservative be approved by the government?
Monsieur le Président, en plus des piètres efforts du gouvernement pour conclure un accord avec les États-Unis, notre industrie du bois d'oeuvre fait face à une autre crise. Je fais allusion au refus du gouvernement d'approuver l'ACC, qui est un produit de préservation du bois. Sans cette approbation, nos usines de bois traité devront fermer leurs portes.
On nous a vaguement promis que cette affaire serait réglée, en d'autres termes, que le produit chimique ACC serait approuvé, mais cela ne suffit pas. On ne vit pas de vagues promesses. Quand ce préservatif chimique sera-t-il approuvé par le gouvernement?
View Joe Clark Profile
PC (AB)
Mr. Speaker, I rise on a point of order. I would like to use the occasion of a point of order to indicate that the other opposition parties in the House are in agreement with the position of the official opposition on this issue.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. J'aimerais en profiter pour indiquer que les autres partis d'opposition à la Chambre sont d'accord avec la position de l'opposition officielle sur cette question.
View Rick Borotsik Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, I will be brief in my comments, but I think it is the responsibility of my party in particular, the Progressive Conservative Party now in co-operation with the DRC, to stand and speak about free trade. We are and have been the free traders of the House and were instrumental in the negotiations of the free trade agreement, the NAFTA, put into place by the previous government. At the time it was suggested that it would not be supported by this government. Once elected, even the Liberals in their exuberance recognized that the only way in which this country would grow and expand would be to expand our markets and base those markets on rules based trade. In saying that, we are supportive of the accession of the People's Republic of China to the WTO family.
I have a lot of respect for the previous speaker from the NDP party, the member for Palliser. Although we do agree on some issues, we will agree to disagree on these issues with respect to the accession of China into WTO, free trade and how it is dealt with nationally and globally. One cannot put one's head in the sand. One must look at the possibility of bringing China into the free trade age and certainly into the global family.
My hon. colleague suggests that China has some difficulties and I would agree with him. In the past it has been seen as having some human rights issues, workplace safety issues and certainly some issues with respect to organized labour. However, one does not turn one's back on China and simply hope that the problems go away. What one does is incorporate China into globalized trade, which we know and realize so well is necessary for countries to be involved in if they are to expand their own economies.
China is a marketplace that is absolutely phenomenal, well in excess of 1.1 billion people who have a huge demand for goods and services being produced throughout the world. Equally, the world has a huge demand for the goods and services that can be produced within the People's Republic of China. It is important for China to have the opportunity to develop that economy.
Recently I had the opportunity of meeting with some of the political lawmakers of China at the Asia-Pacific parliamentary forum. I can assure the member for Palliser that these individuals are very excited about joining the ranks of the WTO. They are very excited about becoming better as a nation. They are very excited about being able to expand their now narrow focus into a global focus. This makes me very proud that Canada was a partner to China's accession to the WTO.
I believe very strongly that given the proper guidance, the proper opportunities and the proper abilities, the People's Republic of China too will become a very good partner in this world of global trade.
Regardless of what the hon. member from the NDP says, we recognize there are those issues. We recognize that allowing China to come into global trade will hopefully help with those problems. The Progressive Conservative/DRC Party will be supporting Bill C-50. We welcome China and thank its people for the opportunity to open up their wonderful market to Canadian goods and services.
Monsieur le Président, je serai bref. Toutefois, je pense qu'il est particulièrement du devoir de mon parti, le Parti conservateur qui a formé une coalition avec le CRD, de faire certaines remarques au sujet du libre-échange. Nous avons toujours été les défenseurs du libre-échange à la Chambre. Nous avons participé à la négociation de l'ALENA, l'accord de libre-échange mis en place par le gouvernement précédent. À l'époque, certains disaient que ce gouvernement n'appuierait pas le libre-échange. Une fois élus, même les libéraux ont reconnu que le seul moyen pour notre pays de prospérer était d'étendre ses marchés et d'avoir des règles commerciales pour régir ces marchés. Cela dit, nous sommes en faveur de l'adhésion de la République populaire de Chine à la famille qu'est l'OMC.
J'ai beaucoup de respect pour le député néo-démocrate, le député de Palliser, qui a pris la parole avant moi. Nous sommes d'accord sur certaines questions. Toutefois, nous ne sommes pas d'accord sur les questions relatives à l'adhésion de la Chine à l'OMC, au libre-échange et à la façon de traiter cette question au niveau national et au niveau mondial. Inutile de jouer la politique de l'autruche. Nous devons envisager la possibilité de voir la Chine accéder au libre-échange et en tous cas d'adhérer à la famille mondiale.
Le député laisse entendre que la Chine éprouve certaines difficultés, et j'en conviens. Dans le passé, nous avons constaté qu'elle avait certains problèmes au chapitre des droits de la personne, de la sécurité en milieu de travail et du syndicalisme. Toutefois, il n'est pas possible de tourner le dos à la Chine et de se contenter d'espérer que les problèmes se dissiperont d'eux-mêmes. Par conséquent, il faut faire participer la Chine à la mondialisation du commerce, parce que nous savons pertinemment que la croissance de l'économie d'un pays quel qu'il soit en dépend.
La Chine offre un marché phénoménal, comptant bien au-delà de 1,1 milliard de personnes qui ont un énorme besoin de biens et de services provenant de partout dans le monde. De même, il y a une énorme demande, à l'échelle mondiale, pour les biens et les services produits par la République populaire de Chine. Par conséquent, il est important que cette dernière puisse développer son économie.
Récemment, j'ai eu l'occasion de rencontrer certains législateurs de la Chine au Forum parlementaire de l'Asie-Pacifique. J'assure le député de Palliser que ces parlementaires sont très enthousiastes à l'idée de joindre les rangs de l'OMC. Ils se réjouissent à la pensée que leur pays s'améliorera en tant que nation. En outre, ils sont emballés par la perspective d'une vision mondiale et de pouvoir sortir du cadre étroit auquel ils sont confinés. Je suis très fier que le Canada appuie l'adhésion de la Chine à l'OMC.
Je crois fermement qu'avec l'orientation adéquate, les occasions et les capacités appropriées, la République populaire de Chine deviendra un bien meilleur partenaire dans le contexte de la mondialisation.
Quoi qu'en dise le député du Nouveau Parti démocratique, nous reconnaissons l'existence de certains problèmes. Néanmoins, nous estimons que le fait de permettre à la Chine de participer au commerce mondial devrait vraisemblablement contribuer à régler ces problèmes. La coalition PC/RD entend appuyer le projet de loi C-50. Nous souhaitons la bienvenue à la Chine et remercions le peuple chinois de permettre aux biens et aux services canadiens d'entrer sur ce fantastique marché.
View Rick Borotsik Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, I rise to speak to Bill C-304 which unfortunately is a non-votable item. I always like to open my comments in private members' business by suggesting that the item should be votable regardless of whether I and my party agree or disagree with it. I strongly believe that all private members' business is important enough that it should be votable so we can stand up for our convictions as the member who put forward the bill has done.
This is a very controversial subject. It involves very complex, contradictory interests, values and issues. It is an issue that is at the heart of a lot of our own feelings about what is happening in Canada.
The bill attempts to deal with the most visible evidence of prostitution, that being street solicitation. It has become an acute problem in larger Canadian urban centres where prostitutes have transformed certain areas into unpleasant congested districts. Some argue that it also leads to other problems such as drug addiction and violent crime.
Residents and businesses have voiced concern over the noise and traffic. Children in residential areas where this occurs may be exposed not only to the sex and drug trades, but also to the litter left from the sex and drug trades.
A 1999 study by the Canadian Centre for Justice Statistics reported a sharp increase in the number of prostitution related incidents following two years of decline. However the increase could reflect changes in enforcement rather than in the volume of criminal activity. Most recent statistics show that there were 5,036 offences dealing specifically with prostitution in the year 2000.
The street is a dangerous place for people working in this trade. There is a relationship between violence against prostitutes, including assaults and homicides and the venue in which it occurs. Nearly all assaults and murders occur while the prostitute is working on the street.
When considering how to deal with legislation regarding prostitution under section 213, we should be cognizant of the fact that the potential for increased violence against prostitutes exists. Unfortunately, the bill does not do that.
The bill would amend section 213 of the criminal code so offences would now become either indictable or summary in nature. Presently, offences found under section 213 are summary, allowing for a maximum of six months of imprisonment and/or a maximum fine of $2,000. The amendment would give the sentencing judge the option of summary or indictable charges, essentially increasing the maximum from two years less a day up to 10 years.
We would be inclined to support a shift in sentencing if it pertained to those living off the avails of prostitution or those who engage in recruitment for prostitution.
Under section 212 of the criminal code, everyone who procures, attempts to procure or solicit a person to have illicit sex with another person is guilty of an indictable offence and liable to imprisonment for a term not exceeding 10 years. This section deals specifically with those who wish to live off the avails of prostitution and would seem to have a greater beneficial societal effect in terms of sentencing.
Rather than increasing the sentence from summary to indictable for those charged under section 213, charges under section 212 would potentially address the greater issue, that of those profiting from prostitution. An increase along the lines of those found in section 212(2), which increases the term of the offence from the maximum of 10 years to imprisonment for a term not exceeding 14 years for anyone who lives wholly or in part off the avails of prostitution of another person who is under the age of 18 years, could potentially serve as the model.
This amendment to section 213 would distort the system to deal with what some consider as much a societal problem as it is a legal problem. Those involved in the sex trade are often victimized disproportionately when compared to others. This is especially true in terms of youth involved in the practice. They are more at risk of being robbed, beaten and sexually assaulted at the hands of pimps or customers.
This is not the right approach. In fact, it takes a rather simplistic approach. Making the offence indictable does nothing to stop the problem or address the greater issue for those living off the avails of prostitution.
Section 213(1) is out to confine and keep prostitution out of the public view. It does this by making it an offence for anyone who tries to engage in prostitution or for those wishing to obtain the sexual services of a prostitute by making it an offence to: stop or attempt to stop any motor vehicle; impede the free flow of pedestrian vehicular traffic or going into or out of premises adjacent to that place; stop or attempt to stop any person or in any manner communicate or attempt to communicate with any person for the purpose of engaging in prostitution.
If there is to be a lasting beneficial effect, we need to address the heart of the problem. We need to engage in preventive measures such as early intervention, educational awareness strategies, development of education tools and resources, and earlier identification of those at risk. These comments were made by the presenter and speakers from the Alliance. I could not agree more that we have to address those particular issues, the societal problems.
By making it an indictable offence, the opinion was given that it would simply be an option available to the courts, that it could be a summary or an indictable offence. Making it an indictable offence and taking people off the streets and putting them in jail for up to 10 years does not solve the problem.
I congratulate the member for bringing the matter to the attention of the House and to the attention of a society that already knows there is an issue with respect to prostitution, particularly child prostitution as we have seen in the major centres. However, this legislation, even if it were votable, even if it did go forward and even if it were put into effect would not resolve the problems and issues we face now as a society with prostitution and particularly those under the age of 18.
Had the bill been votable, the PC/DR coalition would not have supported this legislation, not because we do not think it is a major issue. We simply feel it is not the right way to change a very serious problem.
Monsieur le Président, je parlerai du projet de loi C-304, qui ne fera malheureusement pas l'objet d'un vote. Je débute toujours mes interventions durant la période des initiatives parlementaires en disant que la mesure proposée devrait faire l'objet d'un vote, que mon parti ou moi l'appuyions ou non. Je crois fermement que toutes les initiatives parlementaires sont suffisamment importantes pour faire l'objet d'un vote et permettre à leurs auteurs d'exprimer leurs convictions, comme l'a fait l'auteur du projet de loi à l'étude.
Ce projet de loi porte sur un sujet très controversé, qui concerne des intérêts, des valeurs et des questions très complexes et contradictoires. Il rejoint l'essentiel de beaucoup de nos sentiments au sujet de ce qui se passe au Canada.
Le projet de loi vise la sollicitation de rue, qui est la manifestation la plus visible de la prostitution. Cette pratique soulève un grave problème dans les grands centres urbains canadiens, où des prostitués ont transformé certains endroits en secteurs congestionnés et désagréables. Selon certaines personnes, la sollicitation engendre d'autres problèmes, comme la toxicomanie et la criminalité violente.
Les résidents et les commerçants se sont dit incommodés par le bruit et la circulation. Des enfants vivant dans des secteurs résidentiels où ce genre de chose se produit peuvent être exposés non seulement au commerce de la sexualité et des drogues mais également aux rebuts provenant d'activités liées à la sexualité et au commerce de la drogue.
En 1999, une étude du Centre canadien de la statistique juridique révélait une augmentation marquée du nombre d'incidents reliés à la prostitution, après une diminution de ce genre d'incidents pendant les deux années précédentes. Ces données pourraient cependant être le résultat d'une modification dans l'application des règles plutôt que d'une augmentation du nombre d'actes criminels commis. Selon les statistiques les plus récentes, quelque 5 036 infractions reliées à la prostitution ont été commises en 2000.
La rue est un endroit dangereux pour les personnes qui pratiquent la prostitution. Il existe un lien entre la violence contre les prostitués, notamment les agressions et les homicides, et les lieux où se produit la prostitution. Presque tous les meurtres et les agressions commis contre des prostitués surviennent lorsqu'ils font le trottoir.
Tout projet de loi visant l'article 213, qui se rapporte à la prostitution, devrait tenir compte du fait qu'il existe un risque d'augmentation de la violence contre les prostitués. Malheureusement, ce n'est pas le cas du projet de loi à l'étude.
Ce projet de loi vise à modifier l'article 213 du Code criminel pour que les infractions se rattachant à la prostitution constituent dorénavant soit un acte criminel, soit une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire. À l'heure actuelle, les infractions visées à l'article 213 sont des infractions punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et leurs auteurs sont passibles d'une peine d'emprisonnement maximale de six mois et/ou d'une amende n'excédant pas 2 000 $. Le projet de loi permettrait au juge de traiter l'infraction comme un acte criminel ou comme une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, ce qui permettrait de porter la peine maximale d'emprisonnement de deux à dix ans.
Nous serions portés à appuyer une modification des peines si les personnes visées étaient ceux qui vivent des produits de la prostitution ou qui font du recrutement pour la prostitution.
L'article 212 du Code criminel dispose qu'est coupable d'un acte criminel et passible d'un emprisonnement maximal de dix ans quiconque induit, tente d'induire ou sollicite une personne à avoir des rapports sexuels illicites avec une autre personne. Cette disposition traite expressément de ceux qui veulent vivre des produits de la prostitution et semble présenter un plus grand avantage social, du point de vue des peines.
Au lieu d'alourdir les peines en passant de la procédure sommaire à l'acte criminel, pour les personnes inculpées en vertu de l'article 213, les inculpations aux termes de l'article 212 pourraient permettre de lutter contre le problème plus vaste de ceux qui tirent profit de la prostitution. On pourrait s'inspirer de ce qu'on trouve au paragraphe 212(2), qui fait passer la durée de la peine d'un maximum de 10 ans de prison à un maximum de 14 ans pour quiconque vit entièrement ou en partie des produits de la prostitution d'une personne de moins de 18 ans.
Cette modification à l'article 213 fausserait le système pour tenir compte de ce que certains considèrent autant comme un problème de société que comme un problème juridique. Les gens qui sont impliqués dans le commerce sexuel sont souvent beaucoup plus brimés que les autres. C'est tout particulièrement vrai pour ce qui est des jeunes. Ces derniers risquent davantage de se faire voler, d'être battus ou d'être agressés sexuellement par leur souteneur ou leurs clients.
Ce n'est pas la bonne façon de faire. En fait, ce qu'il faut, c'est une approche plutôt simpliste. Le fait de considérer cela comme un acte criminel ne fait rien pour enrayer le problème ou régler le problème plus vaste des gens qui vivent des fruits de la prostitution.
Le paragraphe 213(1) vise à restreindre la prostitution et à la garder hors de la vue du public. Il le fait en rendant coupable d'une infraction toute personne qui tente de se livrer à la prostitution ou de retenir les services sexuels d'une personne qui s'y livre et qui: soit arrête ou tente d'arrêter un véhicule à moteur; soit gêne la circulation des piétons ou des véhicules, ou l'entrée ou la sortie d'un lieu contigu à cet endroit;soit arrête ou tente d'arrêter une personne ou, de quelque manière que ce soit, communique ou tente de communiquer avec elle.
Pour qu'il y ait un effet bénéfique à long terme, nous devons nous attaquer au coeur du problème. Nous devons adopter des mesures de prévention, par exemple des dispositions d'intervention précoce, des stratégies de sensibilisation, des ressources et des outils d'éducation ainsi que le repérage précoce des personnes à risque. L'auteur du projet de loi et l'intervenante de l'Alliance ont fait des observations en ce sens. Je suis tout à fait d'accord pour dire que nous devons régler ces problèmes particuliers, les problèmes de nature sociétale.
Certains ont dit qu'en faisant de cette infraction un acte criminel, on laissait simplement aux tribunaux la possibilité d'en faire un acte criminel ou une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire. Le fait d'en faire ce genre d'infraction et de retirer les coupables de la rue afin de les envoyer en prison pour dix ans ne règle pas le problème.
Je félicite le député d'avoir porté cette question à l'attention de la Chambre et d'une société qui est déjà au courant de l'existence d'un problème de prostitution, de prostitution enfantine notamment, comme nous en sommes témoins dans les grands centres. Cependant, le projet de loi à l'étude, même s'il pouvait faire l'objet d'un vote, même s'il allait plus loin et qu'il entrait en vigueur, ne réglerait pas les problèmes auxquels notre société fait face à cause de la prostitution, notamment chez les jeunes de moins de 18 ans.
Si ce projet de loi avait fait l'objet d'un vote, les députés de la Coalition PC/RD ne l'auraient pas appuyé, non pas parce que nous ne jugeons pas ce problème important, mais tout simplement parce que nous estimons que ce n'est pas la bonne façon de régler un problème très grave.
View Loyola Hearn Profile
CPC (NL)
Mr. Speaker, recently in the House we have had emergency debates on softwood lumber and agricultural problems, both of which are extremely important. The issue I raise today is certainly of that magnitude, if not beyond, in relation to the effect foreign overfishing in our fishing grounds is having on Atlantic Canada. I raise it today because of a few incidents that have happened recently.
Mr. Speaker, if you had been with us during the past week as we visited Newfoundland and witnessed firsthand the effect of foreign overfishing on that province, as well as the rest of Atlantic Canada, I would not be making this argument for a debate.
The mayors of towns that have been devastated told us that they were praying for no snow because they could not afford to clear the roads and that they were looking to see which light they could remove to save $20. These are towns that have been devastated by a lack of resources.
Recently our Canadian delegation attended the NAFO meetings. I want to quote from its report. It states:
The Canadian assessment confirms: directed fishing/excessive by-catch of moratoria species; exceeding allocations/misreporting catch; directed fishing after closure; increased frequency of mesh size violations; increase in issuance of citations of apparent infringements; non-submission or late submission of observer reports.
Canada presented three major resolutions in relation to mesh size increase, depth restrictions and, of course, overfishing. They were disregarded and completely turned aside by other countries. We have had more infringements this past year than we have had during the past seven or eight years.
Recently we heard that Fishery Products International was threatening to lay off half of its workforce, 600 or 700 people in the Burin Peninsula, because of lack of resources. That would equate to about 15,000 layoffs in Ontario.
The 30,000 people who have been affected by the fishery in Newfoundland would equate to something like 600,000 people in Ontario. If 600,000 people in the auto industry in Ontario were laid off today we would certainly be having an emergency debate.
Yesterday a boat was detained in Canada for polluting our waters. It was pumping its bilge waters into the ocean. When the boat was brought into port it was discovered that it had in its hold an estimated 60 to 80 tonnes of mature, breeding cod, codfish that are under a moratorium. A sister ship, which was on its way to Newfoundland when it heard the news, changed course and went to Iceland.
Atlantic Canada is being wiped out because other nations are raping our resources and paying no attention to either Canada or the NAFO organization to which we belong. It is an issue that has to be addressed immediately. It is not something we have months, years, days or even minutes to work on. It is something that should have been worked on long ago. The government must take action immediately and we need to direct the government as to what to do.
I know I have the support of the members of the fishing committee in this request. We ask for a positive answer to the request for an emergency debate on this issue that affects all of Atlantic Canada and the economy of the country generally.
Monsieur le Président, nous avons tenu récemment à la Chambre des débats d'urgence sur le bois d'oeuvre et sur les problèmes agricoles, deux sujets extrêmement importants. Le problème que je soulève aujourd'hui est certainement aussi important, sinon davantage, et a trait à l'impact de la surpêche étrangère dans nos pêcheries pour la région de l'Atlantique. Je soulève la question aujourd'hui à cause de quelques incidents qui se sont produits récemment.
Monsieur le Président, si vous aviez été avec nous lorsque nous avons visité Terre-Neuve la semaine dernière et avons observé directement l'impact de la surpêche étrangère dans cette province ainsi que dans le reste de la région de l'Atlantique, je n'aurais pas besoin de plaider en faveur de la tenue d'un débat.
Les maires des localités qui ont été ruinées nous ont dit qu'ils priaient pour qu'il ne neige pas car ils n'auraient pas les moyens de faire déblayer les routes et qu'ils examinaient quel éclairage ils pourraient éliminer afin d'économiser 20 $. Il s'agit des localités ruinées par la pénurie de ressources.
Récemment, notre délégation canadienne a assisté aux réunions de l'OPANO. Je voudrais citer le passage suivant de son rapport:
L'évaluation canadienne confirme: prises excessives d’espèces visées par un moratoire dans le cadre d'une pêche dirigée; dépassement des quotas et déclaration incorrecte des prises; pêche dirigée après la fermeture; fréquence accrue des infractions relatives à la taille des mailles des filets; augmentation de la délivrance de certificats de violations apparentes; non-production ou production tardive des rapports d'observateurs.
Le Canada a présenté trois grandes résolutions relativement à la grosseur des mailles, aux restrictions concernant la profondeur et, bien sûr, à la surpêche. Ces résolutions sont restées complètement lettre morte auprès des autres pays. Jamais depuis sept ou huit ans, il n'y avait eu autant d'infractions que l'an dernier.
Récemment, nous avons entendu que la société Fishery Products International menaçait de licencier la moitié de sa main-d'oeuvre, soit 600 ou 700 travailleurs de la péninsule Burin, en raison du manque de ressources. Cela équivaudrait à quelque 15 000 mises à pied en Ontario.
Les 30 000 personnes qui ont été touchées par la crise de la pêche à Terre-Neuve équivaudraient à quelque chose comme 600 000 personnes en Ontario. Si 600 000 travailleurs de l'industrie de l'automobile en Ontario étaient licenciés aujourd'hui, nous aurions certainement un débat d'urgence.
Hier, un navire a été arraisonné au Canada pour avoir pollué nos eaux. Il vidait son eau de cale dans l'océan. Quand il a été amené au port, on a découvert entre 60 et 80 tonnes de morue en âge de se reproduire dans ses cales. Or, on sait que la morue de cet âge-là est sous le coup d'un moratoire. Un navire frère, qui faisait route vers Terre-Neuve quand il a appris la nouvelle, a changé de cap et s'est dirigé vers l'Islande.
Le Canada atlantique est en train de se faire piller ses ressources par d'autres pays qui ne prêtent attention ni au Canada ni à l'OPANO, dont ils sont membres. C'est une question sur laquelle nous devons nous pencher sans délai. Ce n'est pas un problème qui peut attendre. En fait, nous aurions dû nous y attaquer il y a longtemps. Le gouvernement doit prendre des mesures immédiates et nous devons lui dire quoi faire.
Je sais que je peux compter sur l'appui des membres du Comité permanent des pêches et des océans à cet égard. Nous demandons à la Chambre qu'elle donne son accord à la tenue d'un débat d'urgence sur cette question qui touche l'économie de l'ensemble du Canada atlantique ainsi que celle du pays tout entier.
View Loyola Hearn Profile
CPC (NL)
Madam Speaker, I would gladly give up some of my time to let the hon. gentleman finish, if the Chair agrees.
Madame la Présidente, je serai heureux de renoncer à une partie de mon temps de parole pour permettre au député de terminer son intervention si la présidence est d'accord.
View Loyola Hearn Profile
CPC (NL)
Madam Speaker, I am the member for St. John's West and I have not spoken to Group No. 3.
Madame la Présidente, je suis député de St. John's-Ouest et je ne suis pas intervenu dans le débat sur le troisième groupe d'amendements.
View Loyola Hearn Profile
CPC (NL)
Let me first express my concern about the fact that we were hearing a tremendous debate by the member who just spoke. All of us could have learned from it. He had a few other key elements left in his speech which all of us could have benefited from hearing. It is unfortunate it was his own party that refused to give unanimous consent for him to finish. That is a complete and utter shame. There are few people in the House for whom I have more respect than the hon. gentleman. His contribution to the debate will enrich the knowledge of every member in the House.
Having said that, let me also express concerns about the bill. Bill C-5 is supposed to protect endangered species within our country. One concern is that this bill has been scrutinized by people who are extremely concerned with this topic and it has come up wanting. The members of the committee, the species at risk working groups and groups and individuals throughout the country who have major concerns with this legislation have all pointed out that if amendments from the committee had been accepted, we could have had a great piece of legislation with which we could all be satisfied.
What happened? Government in its almighty knowledge refused to accept the amendments. Consequently, if this bill as it is presently constituted is passed, we will have a very bad piece of legislation.
Species at risk by its name alone dictates to us that most of what we discuss relates to rural Canada rather than the large urban areas. It is provinces like Alberta, Saskatchewan, Manitoba and Newfoundland and Labrador where most of these species will exist. It is ironic that the government concentrates very little on its own back yard, on the public domain in the country. It is wrong for the bill to have provisions allowing for federal interference on private and provincial lands without specifically containing mandatory protection of critical habitat on federal lands.
Many of the lands in rural Canada are privately owned. Many of the species that are considered to be endangered exist on those lands. What protection is there for the owners of the land, whether it is compensation for land that might be confiscated or whether it is a concern about charges for damages that might occur to endangered species by the owners of the land? In many cases the owners would have no knowledge that the species were endangered or would not know that the species existed on their land.
There are so many elements in the bill with which so many disagree. I read one statement recently which said that no one supports the bill. I suppose we have to say that is not true because apparently a number of government members support the bill or are being told to support the bill.
The Government of Canada has failed to do its homework. It has foolishly ignored the consensus of the species at risk working group. There is now further gutting to an already weak bill not supported by environmental groups, industry and the provinces. A broad coalition of major environmental groups together with the Mining Association of Canada and the Forest Products Association of Canada agrees that at the very least a scientific listing process and habitat protection in federal jurisdiction should be in the species at risk legislation.
We support the capacity to ensure there are complementary safety nets in place. We received statements indicating that while the provinces did not support Bill C-5 prior to it being tabled certain committee amendments do provide increased clarity. Amendments are made that would satisfy many of the concerns across the country but they are rejected. I sometimes wonder what the House is all about and why we have committees.
People who sit on committees are people who have a specific interest in a particular area. They are informed individuals who are in contact with agencies throughout the country concerned about any topic with which we might be dealing. Committee is a forum where these people can get into the nuts and bolts of legislation. It is a place where we hear the concerns, the feelings and recommendations of people from across the country. What happens when these recommendations are brought back to the government? They are rejected. It is hard to understand why something like that could happen.
Right in the middle of this discussion we saw one of the most experienced parliamentarians in the House, one of the most concerned individuals in the House with regard to our country and to species at risk, not get the courtesy he deserves from his own colleagues to finish his debate. I have never seen such a discourtesy given to an experienced individual in all my life.
When it comes to species at risk we should also pay a lot more attention to a number of other species. We should be concerned about Atlantic salmon which are close to being put on the species at risk list.
When I was a young individual, 5 or 10 years ago, I used to stand by the side of the road with many of my friends and count the number of salmon jumping in the harbour on their way up the river. We do not see them anymore. That is not just a story. It is a true fact in Renous and on the great southern shore of Newfoundland and Labrador. It is a true story in almost any part of Atlantic Canada. Atlantic salmon are going the way of the dodo bird.
One of the reasons is the same reason why our fish stocks are disappearing. It is because of the uncontrolled growth of another species, the seal. Some years ago Canada had a million seals and everybody became concerned about the size of the herd. We now realize that the seal herd has reached seven million. They are purported to eat 40 pounds of pollock a day. If they were to eat just one pound of pollock a day they would consume 2.55 billion pounds of pollock in the run of a year. As one of our former MPs from Newfoundland once said, they certainly do not eat turnips. They live on fish from the ocean. If we multiplied seven million by 40, 365 times, it would give us an idea of the magnitude of the volume of fish consumed by a growing seal herd that is out of control and which the government fails to regulate.
We have in our own hands in this honourable House the power to do something about species at risk, whether it be Atlantic salmon, birds, or whatever else throughout this country. We have the power to ensure that affected people such as landowners have protection in relation to species that might exist on their land.
We should have the power to develop legislation that all of us would say is good legislation and the only way people are affected is in a positive way. That is not the way we are headed. Unless the government wakes up we in the House will also become an endangered species because our contributions as politicians will become less and less effective.
J'aimerais tout d'abord souligner que mon prédécesseur tenait un discours des plus intéressants. Nous aurions tous pu en apprendre. Il lui restait quelques éléments clefs à présenter dont nous aurions certainement pu tirer profit. Il est malheureux que les députés de son propre parti aient refusé d'accorder le consentement unanime qui lui aurait permis de terminer. C'est vraiment très honteux. Il y a peu de députés à la Chambre pour lesquels j'ai plus de respect que pour lui. Son intervention dans le cadre du débat permettra d'enrichir les connaissances de tous les députés.
Cela dit, permettez-moi de vous faire part de mon opinion à ce sujet. Le projet de loi C-5 est censé protéger les espèces en péril au pays. L'une des choses qui m'inquiètent, c'est que ce document a été étudié de près par des gens qui se préoccupent de ce dossier au plus haut point et qui se sont dits d'avis qu'il y manquait quelque chose. Les membres du comité, les groupes de travail sur les espèces en péril ainsi que les autres groupes et les Canadiens qui se préoccupent de la question ont tous souligné que, si les amendements proposés par le comité avaient été acceptés, cette mesure législative aurait pu satisfaire tout le monde.
Que s'est-il passé? Dans sa grande sagesse, le gouvernement a refusé d'adopter les amendements. Par conséquent, si le projet de loi est adopté sous sa forme actuelle, cette mesure législative sera très mauvaise.
Il suffit d'entendre l'expression «espèces en péril» pour penser automatiquement que les mesures à l'étude concernent le Canada rural plutôt que les grandes villes. En effet, la plupart de ces espèces se trouvent dans des provinces comme l'Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba et Terre-Neuve-et-Labrador. Étrangement, le gouvernement se soucie fort peu de ce qui le touche de plus près, c'est-à-dire les terres domaniales. Il est inacceptable que le projet de loi autorise le gouvernement fédéral à s'ingérer dans les terres privées et provinciales, mais ne prévoie pas expressément une protection obligatoire pour les habitats essentiels sur les terres fédérales.
Dans le Canada rural, une bonne partie des terres appartiennent à des propriétaires privés, et on trouve sur ces terres beaucoup d'espèces considérées comme menacées. Quelle protection y a-t-il pour les propriétaires, qu'il s'agisse du versement d'indemnités si les terres sont confisquées ou des accusations qui pourraient être portées contre eux si du tort est causé à une espèce menacée? Dans bien des cas, les propriétaires ne savent même pas que l'espèce est menacée ni qu'elle se trouve sur leurs terres.
Il y a dans le projet tellement d'éléments que tellement de gens réprouvent. J'ai même lu récemment quelque part que personne n'appuie le projet de loi. C'est sans doute faux, car il semble qu'un certain nombre de députés ministériels s'apprêtent à l'appuyer. Ou du moins on leur dit de le faire.
Le gouvernement du Canada n'a pas fait son travail correctement. Sottement, il n'a pas tenu compte du consensus auquel était arrivé le Groupe de travail sur les espèces en péril. Il rend encore plus exsangue un projet de loi déjà faible, si bien que ni les groupes environnementaux, ni l'industrie, ni les provinces ne lui accordent leur appui. Une large coalition de grands groupes environnementaux s'allie à l'Association minière du Canada, et l'Association des produits forestiers du Canada convient qu'il faudrait tout au moins que la Loi sur les espèces en péril prévoie à la fois un processus scientifique pour inscrire des espèces sur la liste et une protection des habitats sur les terres de compétence fédérale.
Nous sommes d'accord qu'il faut voir à ce que d'autres filets de sécurité soient en place. On nous a déclaré que, même si les provinces s'opposaient au projet de loi C-5 avant son dépôt, certains amendements apportés au comité lui confèrent plus de clarté. Des amendements dissiperaient de nombreuses inquiétudes qui ont été exprimées d'un bout à l'autre du pays, mais ils sont rejetés. Je m'interroge parfois sur le rôle de la Chambre et la raison d'être des comités.
Les membres d'un comité sont des députés qui s'intéressent particulièrement au domaine dont le comité est chargé. Ce sont des gens renseignés qui sont en contact avec des organisations qui sont établies partout au Canada et qui s'intéressent au sujet étudié par le comité. Le comité est une tribune où tous ces gens peuvent se pencher sur les tenants et les aboutissants d'une mesure législative. C'est un endroit où tous les Canadiens peuvent faire valoir leurs inquiétudes, leurs opinions et leurs recommandations. Que se passe-t-il quand ces recommandations sont transmises au gouvernement? Elles sont rejetées. Il est difficile de comprendre pourquoi cela se produit.
Au beau milieu du débat en cours, on a vu l'un des députés les plus chevronnés, l'un des plus soucieux à l'égard du pays et des espèces en péril, se voir refuser par ses propres collègues la politesse—qu'il méritait—de terminer son intervention. De toute ma vie, je n'ai jamais été témoin d'un tel manque de courtoisie à l'égard d'une personne d'expérience.
En nous penchant sur les espèces en péril, nous devrions aussi accorder plus d'attention aux autres espèces, notamment au saumon atlantique, qui risque de figurer bientôt sur la liste des espèces en péril.
Quand j'étais jeune, il y a cinq ou dix ans, j'avais l'habitude de me tenir sur le bord de la route avec des amis pour compter le nombre de saumons qui sautaient en remontant la rivière dans le port. On ne les voit plus aujourd'hui. Ce n'est pas seulement une histoire, mais un fait réel qu'on peut constater à Renous et sur la magnifique côte de Terre-Neuve et du Labrador, ainsi qu'à peu près partout au Canada atlantique. Le saumon atlantique risque de disparaître comme les tourtes.
Une des raisons est la même raison qui fait que nos stocks de poisson disparaissent, soit la croissance non contrôlée d'une autre espèce, le phoque. Il y a quelques années, le Canada comptait un million de phoques, et tout le monde a commencé à s'inquiéter de la taille du troupeau. Nous savons maintenant que le troupeau de phoques a atteint sept millions. On dit qu'ils mangent chacun 40 livres de goberge par jour. S'ils ne mangeaient qu'une livre de goberge par jour, ils en consommeraient 2,55 milliards de livres par année. Comme un de nos anciens députés de Terre-Neuve l'a déjà fait remarquer, ils ne mangent certainement pas du navet. Ils se nourrissent des poissons de l'océan. Si nous multiplions sept millions par 40, puis par 365, cela nous donne une idée de l'ampleur de la quantité de poisson que consomme un troupeau sans cesse croissant de phoques à l'égard duquel le gouvernement n'établit aucune réglementation.
Nous, députés de la Chambre, avons le pouvoir de faire quelque chose pour aider les espèces en péril, que ce soit le saumon de l'Atlantique, les oiseaux ou toute autre espèce présente dans notre pays. Nous avons le pouvoir de faire en sorte que les personnes touchées, comme les propriétaires fonciers, jouissent d'une certaine protection à l'égard des espèces qui peuvent exister sur leurs terres.
Nous devrions avoir le pouvoir de mettre au point une mesure législative qui, de l'avis de tous, serait une bonne mesure législative n'ayant que des effets positifs sur les gens. Ce n'est pas vers cela que nous nous dirigeons. À moins que le gouvernement ne se réveille, nous, à la Chambre, deviendrons nous aussi une espèce en péril parce que nos contributions comme politiciens deviendront de moins en moins efficaces.
View Greg Thompson Profile
CPC (NB)
Mr. Speaker, yesterday was an example of the heavy handedness of the Prime Minister's Office when it went to the unprecedented length of instructing every one of its members to vote against a private member's motion in the House, a motion that would have provided documents to individual members of parliament to do their job. It would--
Monsieur le Président, hier nous avons eu un exemple de l'attitude autoritaire du cabinet du premier ministre qui, dans une initiative sans précédent, a donné, à tous les députés libéraux, la consigne de voter contre une motion d'initiative parlementaire à la Chambre. Pourtant, cette motion aurait permis aux députés d'obtenir des documents pour faire leur travail. Elle aurait...
View Greg Thompson Profile
CPC (NB)
Mr. Speaker, I will just shoot from the hip. Why would the Prime Minister enforce certain restrictions on his members of parliament? This has happened over and over again in the House when the Prime Minister has instructed his members of parliament to operate in a certain way.
In other words, we want to rejuvenate parliament and make it stronger so that individual members of parliament can do their job without being shut down by the powers of the Prime Minister's Office. That is the point. Let us renew this institution. Let us make it better. Let us make it stronger.
Monsieur le Président, je vais y aller de but en blanc. Pourquoi le premier ministre imposerait-il certaines restrictions à ses députés au Parlement? Il est arrivé à maintes reprises à la Chambre que le premier ministre dicte à ses députés la position à adopter.
En d'autres termes, nous voulons rajeunir le Parlement et le renforcer pour que tous les députés puissent faire leur travail sans être muselés par le cabinet du premier ministre, à cause de son pouvoir. Voilà la question. Il faut renouveler cette institution. Rendons-la meilleure. Rendons-la plus forte.
View Loyola Hearn Profile
CPC (NL)
Mr. Speaker, the Government of Canada has two choices. One is to invest in the education of the youth of our country and the other is to pay the social costs of an uneducated populace down the road.
Young, uneducated individuals draw from the economy. Educated individuals not only contribute to society from an economic point of view but also take less from the public purse. The well educated require less expenditure on health care and other social costs.
The choice should not be a difficult one. Why put off until tomorrow what we can do today, especially if the benefits are much greater this way?
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada a deux choix. Il peut soit investir dans l'éducation des jeunes Canadiens ou se préparer à devoir payer les coûts sociaux engendrés par une population sans éducation.
Les jeunes qui n'ont pas fait d'études sont à la remorque de l'économie. Par contre, non seulement les gens instruits contribuent à la société d'un point de vue économique, ils puisent également moins dans le Trésor public. Les personnes qui ont fait des études plus poussées coûtent également moins cher au chapitre des soins de santé et des autres programmes sociaux.
Le choix devrait donc être facile à faire. Pourquoi remettre à demain ce que nous pouvons faire aujourd'hui, particulièrement si les avantages sont de beaucoup supérieurs?
View André Bachand Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, yesterday we learned, big surprise, that, in addition to the two almost identical reports prepared by Groupaction in 1998 and 1999 for the department of public works, there was a third report. There is, no doubt, a fourth one on the horizon. This report lists many of the same events. There are three similar reports, three contracts and three payments of half a million dollars.
How many reports and how many millions will it take for the government to understand that Matane does indeed hold a shrimp festival? When may we expect a public inquiry?
Monsieur le Président, en plus des deux rapports quasi identiques préparés par Groupaction en 1998 et 1999 pour le ministère des Travaux publics, on apprenait hier, surprise, l'existence d'un troisième rapport. Il y en a un quatrième qui est sûrement en devenir. Ce rapport dresse la liste de plusieurs des mêmes événements. Il y a trois rapports similaires, trois contrats et trois paiements d'un demi-million.
Combien de rapports et combien de millions faut-il pour que le gouvernement comprenne que oui, à Matane, il y a un Festival de la crevette? À quand une enquête publique?
View André Bachand Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I will get a copy to him before he gets one to me.
That having been said, there is a taint of scandal, corruption, patronage and overpayment hanging over this government.
After one, two, and three reports, when can we expect a fourth and a fifth? When will there be a full public inquiry? Will the minister stop defending the indefensible patronage of this government?
Monsieur le Président, je lui en ferai une copie avant qu'il ne m'en donne une.
Cela étant dit, il y a des odeurs de scandale, de corruption, de patronage et de trop payé qui hantent ce gouvernement.
Après un, deux et trois rapports, à quand les quatrième et cinquième rapports? Quand y aura-t-il une enquête publique complète? Le ministre va-t-il arrêter de défendre ce qui est indéfendable, soit le patronage de ce gouvernement?
View Jim Pankiw Profile
Ind. (SK)
Mr. Speaker, the Liberal sponsorship program slush fund is so riddled with political interference that the auditor general is investigating the phantom report.
Incredibly, the Minister of Public Works and Government Services is refusing to conduct a parliamentary inquiry even though when he was in opposition, he tabled a motion demanding that a parliamentary committee “examine all aspects of government contracts including those relating to advertising”.
Surely such a radical flip-flop deserves an explanation from the minister of pork and patronage. Why is he ignoring his own advice?
Monsieur le Président, la caisse noire de parrainage des libéraux est tellement la cible d'ingérence politique que la vérificatrice générale enquête actuellement sur le rapport fantôme.
Aussi incroyable que cela puisse paraître, le ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux refuse d'ordonner la tenue d'une enquête parlementaire même si, lorsqu'il était dans l'opposition, il a présenté une motion exigeant qu'un comité parlementaire examine tous les aspects des marchés publics, y compris ceux liés à la publicité.
Pareille volte-face mérite une explication de la part du ministre du népotisme. Pourquoi fait-il fi de ses propres conseils?
View Jim Pankiw Profile
Ind. (SK)
Mr. Speaker, the minister is trying to sneakily avoid the question. He has flip-flopped on his own motion which reads “to examine all aspects of government contracts including those relating to advertising”. He tabled this motion in the House specifically demanding a parliamentary investigation into government contracts relating to advertising. Those are his words in his motion.
Will the minister guarantee that all sponsorship program slush fund contracts are examined by a parliamentary committee and that the government will adopt the auditor general's recommendations on this scandal?
Monsieur le Président, le ministre essaie sournoisement d'éluder la question. Il a fait volte-face par rapport à sa motion qui proposait qu'un comité examine tous les aspects des marchés publics, y compris ceux liés à la publicité. Il a déposé à la Chambre une motion demandant expressément une enquête parlementaire sur les marchés publics liés à la publicité. C'est ce qu'il a demandé dans sa motion.
Le ministre donnera-t-il à la Chambre l'assurance que tous les marchés liés à la caisse noire de parrainage seront examinés par un comité parlementaire et que le gouvernement donnera suite aux recommandations formulées par la vérificatrice générale, au sujet de ce scandale?
View Bill Casey Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, month after month, week after week, the Minister for International Trade stood in the House and assured us that he would accept nothing short of free trade in softwood lumber.
Why is he caving in at this 11th hour and changing the position he repeated to us so often?
Monsieur le Président, mois après mois, semaine après semaine, le ministre du Commerce international a donné à la Chambre l'assurance qu'il n'acceptera rien de moins que le libre-échange pour le bois d'oeuvre.
Pourquoi est-il en train de céder, alors que l'échéance approche, et de revenir sur la position qu'il a maintenue devant nous tant de fois?
View André Bachand Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I do not want to take too much time, but I want to give my support to the request made by the hon. member for Acadie—Bathurst.
The credibility of three major players must be preserved. I want to mention them, not necessarily in order of precedence. First, there is the committee's credibility. Committees are made up of opposition and government members who try to do credible work.
Second, there is the minister's credibility. As we know, the Minister of National Defence is in a difficult situation. While we must do our job as opposition parties, we must also preserve the defence minister's credibility, and ensure that the committee can work in a credible fashion.
Then there is the Chair's credibility. Mr. Speaker, you have issued very specific rulings, for example as regards oral question period and the issue relating to the Minister of National Defence. This House has co-operated with the Chair.
Today, the issue is a document that was released earlier than it should have been. While the committee's credibility is affected, the Minister of National Defence cannot, regardless of where we stand in the political spectrum, hope for a credible judgment from his peers if documents are released before they are completed. Similarly, Mr. Speaker, you want to make sure that the issue is dealt with in a credible manner when you issue a ruling.
Mr. Speaker, you, the Minister of National Defence, the committee and even this parliament all have a credibility problem. With all due respect, I hope that you will grant the request made by the hon. member for Acadie—Bathurst, so that we can get to the bottom of this issue as quickly as possible, in the interest of all.
Monsieur le Président, je ne veux pas prendre trop de temps, mais j'aimerais appuyer la requête du député de Acadie--Bathurst.
Il y a trois grandes crédibilités à préserver. Je veux les citer, et pas nécessairement par ordre d'importance. Premièrement, il y a la crédibilité du comité. Les comités sont composés de députés de l'opposition et du gouvernement qui tentent de faire un travail qui soit crédible.
En deuxième lieu, il y a la crédibilité du ministre. Le ministre de la Défense, on le sait, vit une situation délicate. On a beau faire notre travail comme partis d'opposition, mais on doit assurer une crédibilité au ministre de la Défense et on doit s'assurer que le comité puisse travailler de façon crédible.
Ensuite, il y a la crédibilité de la présidence. Vous avez rendu des décisions très pointues, par exemple en ce qui concerne la période des questions orales, concernant le sujet relié au ministre de la Défense. Cette Chambre a collaboré avec la présidence.
Aujourd'hui, on fait face à un document rendu public avant le temps, avant son terme. Autant le comité est atteint dans sa crédibilité, autant le ministre de la Défense, qu'importe où on se situe sur le plan politique, ne peut espérer un jugement crédible de ses pairs si les documents sont rendus publics avant terme. Autant vous, monsieur le Président, dans vos décisions, vous voulez vous assurer que le dossier soit traité de façon crédible.
Autant vous, monsieur le Président, que le ministre de la Défense, le comité et même ce Parlement, avez un problème de crédibilité. J'espère, avec tout le respect que je vous dois, que vous vous rendrez à la demande de notre collègue de Acadie--Bathurst pour assurer que toute la lumière soit faite dans ce dossier, qu'elle le soit le plus rapidement possible, dans l'intérêt de tous.
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, I am pleased as always to have an opportunity to rise and speak to private members' business.
I listened carefully to the parliamentary secretary and the Department of Justice line he trotted out, the gobbledegook in support of the government's position to reject statutory release as an amendment to the current Corrections and Conditional Release Act. He gave many of the same criticisms that we have heard in debate in the past in regard to changing the way in which we automatically release prisoners into society by virtue of the statutory release provisions of the Corrections and Conditional Release Act.
In many ways the hon. parliamentary secretary answered his own criticisms. He spoke of public protection being so engrained in the act, yet it is public protection that is very much at risk as a result. He trotted that out as is often the case when he is questioned.
Mr. Speaker, representing the riding of Kingston and the Islands, where we have one of our largest and most secure facilities in the country, the Kingston maximum security prison, you are well aware that by virtue of this legislation, subject to very few restrictions prisoners are automatically given the keys to their prison cell by virtue of just doing their time. Therefore, I would suggest, prisoners have no incentive to rehabilitate and reform themselves. They have no incentive to partake of prison programs. There is no incentive even to behave, which is what I think is most crucial. There is no encouragement to dissuade and deter prisoners while they are doing time. In instances where prisoners find themselves in the Kingston pen doing time for the most serious and heinous offences, such as sexual assault, murder, invasion of a person's property and person, by virtue of statutory release they simply do their time.
The sentiment and the purpose behind having mandatory supervision apply by virtue of the adoption of such a change to the legislation, in essence doing away with statutory or mandatory release and putting in place a system of earned release, which used to exist, let me be quick to add, tells federal inmates and society generally that when persons have been convicted, have availed themselves of due process and appeals and all legal avenues have been exhausted, and they are then incarcerated, they will be encouraged, nay, they will be required to behave and earn early release rather than simply pervert the judge's sentence which in essence says they will serve a set period of time. The parole board, the Corrections and Conditional Release Act, allows for that sentence to be undermined and, in many instances, watered down.
This very simple change to the Corrections and Conditional Release Act contemplated in the hon. member's bill, Bill C-252, this very subject matter, was the subject of a discussion that took place in a review at the justice committee. It was alluded to by the parliamentary secretary. I was part of that committee. Many Liberal members on committee at that time were prepared to support those changes. They were prepared to embrace the idea of earned release, earned remission, encouraging individuals to actively pursue programs which would demonstrate that they were rehabilitating themselves and ready to re-enter society instead of simply sitting in their prison cells and, I will be graphic, engaging in incredibly inappropriate activity involving guards, such as throwing feces at them, swearing at them, engaging in fighting and all sorts of other inappropriate activity with other prisoners, thereby posing a real threat to the brave men and women who serve in the correctional system and to other inmates. That is not the way we should be operating our prison system in Canada.
To suggest somehow that we have the most effective correction system, the envy of the world, as the hon. member opposite referred to it, that is not the case. We have a lot of problems to deal with, including the amounts of drugs and inappropriate activity that are still very prevalent in Canada's corrections system. Having a system of earned release would address that. It does not say that the person would not be released early. It does not contemplate that an individual would not be entitled to early release. It says that people have to play by the rules, that they have to behave appropriately and avail themselves of programming which demonstrates that not only are they mentally prepared to go back into society but they are actually taking part in their own rehabilitation.
Therefore this is not the type of legislation that would cause a major shift in the current numbers who would be released. What it would do is put clear restrictions in place for individuals who, while doing time, have demonstrated through their actions that they are not ready to be reintegrated, that they are not prepared to go back into society and behave in an appropriate way, a non-criminal way.
I would suggest that the hon. member, by bringing forward his private member's bill, is following the path of common sense and bringing forward a change to our current Corrections and Conditional Release Act that would do away with this perversion of the sentencing process. It would do away with making it automatic that we use some randomly determined, and in many cases inextricable, formula to decide who is and who is not released from our prisons.
Not only would the merit system proposed by this type of amendment benefit the offenders through engaging them in their own rehabilitation process, it would certainly benefit the guards, the frontline correctional services personnel. Most important, it would give society some indication that the parole board and Corrections and Conditional Release Act was being followed.
As it currently stands, the individual just simply has to show up, and he has to because he is in jail, but that individual has to do nothing. The judge says “ten years in jail” and a person is out in four. That is the way it works today. That is not the type of general and specific deterrence judges speak of every day in courts across the country, and yet that is a word that seems absolutely perverse. It seems that one never wants to hear that word uttered on the other side of the House. Liberal members do not like the philosophy of general deterrence. They do not want to hear about it. They think it should not be part of the system, even though it is there. It is omnipresent every day in courts across the country.
There would be a financial cost, some would suggest, if offenders did not or could not meet the new requirements of release, if they had to be held to a higher standard. Hon. members on the Liberal side would say it would cost too much. What is the cost when somebody is released early and goes out and shoots a police officer or strangles a child or sexually assaults someone? That is the human cost that is intangible, that we cannot even contemplate when prisoners are released prior to demonstrating that they are ready to be back on the street.
No, it is not a perfect system. No, there is no way to predict human behaviour in every instance, but one way to predict human behaviour is to study the previous behaviour that landed somebody in jail in the first place. Judges determine sentences based on the evidence, on the victim impact statements, often on psychiatric evidence, on what they hear in the courtroom, the circumstances and facts of the case. When a judge makes a decision and the correctional system and the parole board conspire to put that person back on the street, it is a very serious and damaging outcome for society.
This simple amendment would ensure that things are tightened up, that those currently in the system would ensure firsthand that individuals would not be back on the street before being ready. Surely this is the most prominent, relevant and important way to protect society. We hear about the protection of society all the time from the solicitor general, the commissioner of corrections and from the RCMP. Let us do something about it and actually make changes that would bring that sentiment to fruition.
Members of the Progressive Conservative Democratic Representative Coalition support this initiative. We thank the hon. member for the opportunity to bring this matter back to parliament. The recidivism criteria should always be taken into consideration for those eligible for accelerated parole. One of the most perverse things is that the current youth criminal justice system will bring statutory release, conditional sentences and some of the worst perversions of justice in the adult system to our youth system. That is what we will see happening instead of seeing things going in the opposite direction, the way this private member's bill would move our legislation.
Monsieur le Président, je suis heureux comme toujours d'avoir l'occasion d'intervenir dans le cadre des initiatives parlementaires.
J'ai écouté attentivement le secrétaire parlementaire défendre le point de vue du ministère de la Justice avec son charabia pour appuyer la position du gouvernement qui consiste à rejeter l'amendement proposé à la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition en ce qui a trait à la libération d'office. Nous avons eu droit à une bonne partie des mêmes critiques que nous avons entendues par le passé dans le cadre du débat sur la façon de modifier la façon dont nous libérons automatiquement les détenus aux termes des dispositions sur la libération d'office de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition.
À bien des égards, le secrétaire parlementaire a répondu à ses propres critiques. Il a dit que la protection de la population était prévue dans la loi, alors que c'est la protection du public qui est vraiment menacée. Il nous a débité ces raisons comme c'est souvent le cas lorsqu'il est interrogé.
Monsieur le Président, étant donné que vous représentez la circonscription de Kingston et les Îles où se trouve un des établissements carcéraux les plus gros et les plus sûrs du pays, l'établissement à sécurité maximale de Kingston, vous savez fort bien qu'aux termes de cette loi, sous réserve de quelques restrictions, les détenus retrouvent automatiquement leur liberté après avoir purgé leur peine. C'est pourquoi j'estime que les détenus ne sont pas encouragés à se réadapter et à changer. Ils ne sont pas incités à participer aux programmes de l'établissement. Rien ne les incite même à bien se comporter, ce qui est essentiel, selon moi. Il n'y a rien pour dissuader les détenus d'agir de telle ou telle façon pendant qu'ils purgent leur peine. Dans les cas où des détenus se retrouvent dans le pénitencier de Kingston pour des infractions les plus graves et les plus odieuses, comme les agressions sexuelles, les meurtres et les invasions à domicile, du fait qu'ils peuvent profiter d'une libération d'office, ils ne font que purger leur peine.
L'objectif de la surveillance obligatoire prévue dans la modification proposée qui supprime essentiellement la libération d'office pour la remplacer par une libération accordée au mérite, qui a déjà existé, c'est de dire aux détenus sous responsabilité fédérale et à la société en général que lorsque des personnes sont condamnées, ont pu compter sur l'application régulière de la loi et ont épuisé tous les recours et tous les appels et se retrouvent incarcérées, elles seront encouragées ou plutôt elles seront tenues de bien se comporter si elles veulent obtenir une libération anticipée au lieu qu'on dénature la peine imposée par le juge qui souhaitait que les intéressés passent une période donnée derrière les barreaux. La Commission des libérations conditionnelles et la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté permettent que cette peine soit minée et, dans bien des cas, allégée.
Cette simple modification à la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition envisagée dans le projet de loi du député, en l'occurrence le projet de loi C-252, a fait l'objet d'une discussion dans le cadre de l'examen effectué par le Comité de la justice. C'est ce qui a été suggéré au secrétaire parlementaire. Je faisais partie de ce comité. De nombreux députés libéraux qui siégeaient à ce comité à l'époque étaient disposés à appuyer ces modifications. Ils étaient prêts à accepter l'idée d'une libération accordée au mérite, d'une rémission de peine au mérite, pour encourager les délinquants à participer activement à des programmes de réadaptation pour montrer qu'ils désirent se réintégrer dans la société au lieu de croupir dans une cellule de prison et, je serai cru, de se livrer à des activités absolument inappropriées envers les gardiens, notamment lancer des excréments, entonner des litanies de jurons, se battre et participer à toutes sortes d'autres activités inappropriées avec d'autres détenus parce que cela constitue une véritable menace pour les braves citoyens, hommes et femmes, qui travaillent dans le système correctionnel de même que pour les autres prisonniers. Ce n'est pas ainsi que devrait fonctionner le système carcéral au Canada.
Il est irréaliste de prétendre que nous avons le système correctionnel le plus efficace et que ce système fait l'envie du monde entier, comme le député d'en face l'a indiqué. Il nous faut régler énormément de problèmes, notamment l'usage de drogues illégales et les activités inappropriées prévalant encore dans les établissements de détention du Canada. L'instauration d'un système de libération au mérite serait une solution. Cela ne signifie pas qu'un délinquant ne pourrait bénéficier d'une libération anticipée. Cela ne signifie pas qu'un délinquant n'aurait pas droit à une mise en liberté anticipée. Cette mesure législative prévoit que les détenus doivent respecter les règles établies, qu'ils doivent se comporter comme il se doit et qu'ils doivent participer à des programmes montrant qu'ils sont disposés mentalement à se réinsérer dans la société mais qu'ils participent effectivement à leur réadaptation.
Par conséquent, ce n'est pas le genre de mesure législative qui peut entraîner une grande variation dans la proportion de libérations. Néanmoins, elle prévoit des restrictions claires pour les délinquants qui, lorsqu'ils purgent leur peine, ont montré par leur comportement qu'ils ne sont pas prêts à se réinsérer dans la société et à se comporter de façon appropriée et non criminelle.
Je crois qu'en présentant ce projet de loi d'initiative parlementaire, le député s'est engagé sur la voie du bon sens. Il propose une modification à la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition qui permettrait d'échapper à la distorsion du régime de détermination de la peine. Elle permettrait également d'éviter que nous ayons automatiquement recours à une formule établie au hasard, parfois incompréhensible, pour décider qui peut ou non bénéficier d'une libération d'office.
Non seulement le système de libération accordée au mérite qui est proposé dans cette modification bénéficierait aux délinquants en les faisant participer à leur propre réadaptation, il bénéficierait également aux gardiens, les employés des Services correctionnels qui sont aux premières lignes. Ce qui est le plus important, c'est que la société saurait qu'on respecte les décisions de la Commission nationale des libérations conditionnelles et la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition.
Selon la loi actuelle, le détenu n'a qu'à se présenter, et il doit le faire parce qu'il est en prison, mais il n'a rien d'autre à faire. Le juge le condamne à dix ans de prison et il en sort après quatre ans. Voilà comment les choses se passent aujourd'hui. Ce n'est pas le genre de dissuasion générale et spécifique dont les juges parlent tous les jours dans les tribunaux du pays et, pourtant, ce mot semble absolument pervers. Il semble que personne, de l'autre côté de la Chambre, ne veuille l'entendre. Les députés libéraux n'aiment pas la notion de dissuasion générale. Ils ne veulent pas en entendre parler. Ils estiment qu'elle ne devrait pas faire partie du système, même si elle existe. Elle est omniprésente tous les jours dans les tribunaux d'un bout à l'autre du Canada.
Certains diront que, si les délinquants ne sont pas disposés ou pas prêts à satisfaire aux nouvelles exigences de libération, s'ils doivent respecter des normes plus élevées, cela entraînera des coûts. Les députés du côté libéral diraient que tout cela coûtera trop cher. Quel est le coût lorsqu'un prisonnier est libéré trop tôt et qu'il tue un policier, étrangle un enfant ou agresse quelqu'un sexuellement? Il y a un coût humain intangible qu'on ne peut même pas imaginer lorsque des prisonniers sont libérés avant d'avoir prouvé qu'ils sont prêts à retourner dans la société.
Non, le système n'est pas parfait. Il est impossible de prédire le comportement humain dans tous les cas, mais on peut tenter de le faire en étudiant le comportement antérieur qui a obligé la société à incarcérer la personne en question. Le juge détermine les sentences à partir des preuves, des déclarations des victimes, souvent aussi à partir de témoignages de psychiatres, de ce qu'il entend dans la salle d'audience, des circonstances et des faits de la cause. Lorsqu'un juge se prononce et que le système correctionnel et la commission des libérations conditionnelles se liguent pour libérer le prisonnier, le résultat est grave et préjudiciable pour la société.
Cette modification toute simple resserrerait les règles et veillerait à ce que les intervenants actuellement dans le système s'assurent eux-mêmes que les délinquants ne seront pas remis en liberté avant d'être prêts. C'est certainement la façon la plus évidente, la plus pertinente et la plus efficace de protéger la société. Nous entendons constamment le solliciteur général, le commissaire du Service correctionnel du Canada et la GRC parler de protéger la société. Agissons et mettons en oeuvre les modifications qui permettront de réaliser ce voeu.
Les députés de la Coalition Parti progressiste-conservateur/Caucus de la représentation démocratique appuient cette initiative. Nous remercions le député de nous donner l'occasion de présenter à nouveau cette question au Parlement. Il faudrait toujours tenir compte du récidivisme lorsqu'on songe à accorder une libération anticipée. Une des choses les plus iniques c'est que le système de justice pour les jeunes va bientôt emprunter certaines des pires déviations du système de justice pour adultes, notamment la libération d'office et les peines avec sursis. La loi ira dans cette direction au lieu de prendre la direction opposée que préconise le projet de loi d'initiative parlementaire que propose le député.
View Loyola Hearn Profile
CPC (NL)
moved:
That this House do now adjourn.
He said: Mr. Speaker, I thank the Chair for recognizing the importance of this issue and agreeing that it is worthy of an emergency debate. I also want to give a sincere word of thanks to the Standing Committee on Fisheries and Oceans.
Back in September when I became the fisheries critic for our party I gave notice at my first meeting that I would be pursuing this issue. Later in the fall I formally moved that the committee address the issue which it unanimously agreed to do. I then asked that committee travel to the province of Newfoundland and Labrador so members could experience firsthand the devastation caused by overfishing on the nose and tail of the Flemish cap.
Under the direction, guidance and co-operation of the Chair, the committee went to Newfoundland and, as members will hear tonight from a number of committee members, they learned a tremendous amount about the effect of overfishing on our province.
I will be sharing my time tonight with the member for South Shore because we would like to get as many people involved in this debate as possible.
Newfoundlanders and Labradorians have discussed this issue for years. It gets raised, it flutters, it dies and it is forgotten until some issue causes us to revive it. This time let me assure people that it will not die.
Thanks to the work of the committee and the interest generated not only in our province but across the country, all aspects of the industry and perhaps even society have come together. We heard from governments, oppositions, unions, harvesters, processors, plant workers and people from the affected towns. They all came together with the same concerns and, with small variations, made the same recommendations. I am sure all members of the committee feel as I do and, as I have said, we will hear from them all tonight.
The interest in this issue has to carry beyond Newfoundland and Labrador. It has to carry across Canada because it is a major national issue for two reasons. Even though the direct effect might be felt more in Newfoundland than anywhere else, it is also felt in Atlantic Canada. However the economic effect is felt right across the country. Most of the rules and regulations pertaining to the fishery are governed by this very forum in which we are now participating.
I also want to say a word of thanks to the new minister of fisheries. Last fall, before the member became the minister of fisheries, I made the remark in the House that I hoped he would become the minister of fisheries. Since being appointed to that position he has been extremely co-operative with the issues we have brought before him
I raised an issue yesterday that may have caught him by surprise. It concerned mature codfish being found on a boat that was simply detained for polluting Canadian waters. I should not use the word simply in the sense that it was a minor offence, because it certainly was not. The boat was detained for pumping out its bilge water and polluting Canadian waters.
When the boat was brought into Newfoundland, mature codfish, a species under moratorium, were found in its hold. I am sure the minister will talk a bit more about this tonight. This was the straw that broke the camels back, as the old saying goes, because today the minister announced that he had closed Canadian ports to the Faroe Islands.
The problem we have of course is that the Faroe Islands are governed by Denmark. Our man in Denmark is the former minister of public works who left here under a cloud, and as somebody said, it is the greatest tragedy to hit Denmark since Hamlet.
I am not sure how that will play out but I do not care. All I care about is that the minister had the intestinal fortitude today to quickly make the first move. It is only a minor move. We have to make many more.
During the night we will get all kinds of examples of what has been happening. I will read a few into the record.
In recent months we have seen directed fishing and excessive by-catch of moratorium species. In fact this past year enough species of fish under moratorium were caught by foreign nations to keep several plants in Atlantic Canada going. The amount of fish that they were allowed to catch but overcaught, or an excessive by-catch, would keep Canso, Burgeo, Fermeuse and Trepassey, all those plants, going.
When I say plants people think of a few weeks work a year. Until we closed down the fishery some years ago these plants operated 52 weeks a year and in some cases around the clock. We provided full time employment for people in the centres I mentioned and in many more.
What has happened now? Many of these places are like ghost towns simply because the resource is not there.
We just heard about Fishery Products threatening to lay off half its workforce, again because of a lack of resource. Six hundred jobs in Newfoundland is the same as 15,000 being laid off in Ontario. The 30,000 people affected in Newfoundland by the downturn in the fishery equates to 600,000 people being affected in Ontario. That gives the House an idea of the impact overfishing has had on our province.
Another major issue that we will not be dealing with tonight directly but plays an important part in this is the rapid growth of the seal herd that is probably doing more damage to the growth of our stocks than even foreign overfishing.
Another thing that is happening is directed fishing after closure, increased frequency of mesh size violations. That means countries participating in the fishery are using a mesh size, smaller than the average, which means they are catching fish that should not be caught. There is an increase in the issuance of citations. This past year alone I believe we have had 27 infringements. How many more take place that we know nothing about? This is about five times the total of the last five or six years.
Countries are not getting better in relation to conservation. They are blatantly thumbing their nose at us and doing whatever they want. There is non-submission or late submission of observer reports. The observer program is becoming a joke because observers are being put on the boats by the countries involved and they go back and tell them whatever they want to tell them. One observer on a boat cannot work 24 hours a day. The whole thing is a charade.
What is not a charade is the fact that a major Canadian resource is being caught by foreigners who have absolutely no regard for environmental standards for the preservation of our resources. They are looking after their own bottom line and we are paying the price.
At recent NAFO meetings Canada proposed a number of good solid recommendations but they were rejected by NAFO.
What can we do? I say to the minister that he has to get foreign affairs and international trade on the ball. We have to get NAFO working the way it should. We have to take over the custodial management of the nose and tail of the Flemish cap or we need to extend our jurisdiction and run the show ourselves. It should be our resource for our people and we should not be defending foreigners who are there to rape our resources for their benefit and we are paying the price.
propose:
Que la Chambre s'ajourne maintenant.
—Monsieur le Président, je remercie la présidence d'avoir reconnu l'importance de cette question et autorisé la tenue d'un débat d'urgence. J'aimerais également remercier très sincèrement le Comité permanent des pêches et des océans.
En septembre dernier, lorsque je suis devenu le porte-parole de mon parti en matière de pêche, j'ai fait savoir dès ma première rencontre que je suivrais cette question de près. Plus tard au cours de l'automne, j'ai officiellement proposé que le comité se penche sur la question, ce qu'il a unanimement accepté de faire. J'ai par la suite demandé au comité de se rendre dans la province de Terre-Neuve et du Labrador pour que les membres du comité puissent se rendre compte par eux-mêmes des ravages causés par la surpêche sur le nez et la queue du Bonnet flamand.
Dirigés, menés et conseillés par leur président, les membres du comité se sont rendus à Terre-Neuve et, comme nous les entendrons nous le raconter ici ce soir, ils ont beaucoup appris sur les conséquences de la surpêche pour notre province.
Je partagerai mon temps de parole ce soir avec le député de South Shore parce que nous voudrions permettre au plus grand nombre de députés possible de participer au débat.
Les habitants de Terre-Neuve et du Labrador discutent de cette question depuis des années. La question est soulevée de temps à autres; elle attire l'attention, puis elle s'éteint et tombe dans l'oubli jusqu'à ce qu'une autre juste cause la ravive. Cette fois-ci, je peux vous garantir qu'elle ne mourra pas.
Grâce aux travaux du comité et à l'intérêt suscité non seulement dans notre province, mais partout au Canada, tous les aspects de l'industrie, voire de la société, sont réunis. Nous avons entendu les représentants des gouvernements, des partis d'opposition, des syndicats, des exploitants pêcheurs, des transformateurs, des travailleurs d'usines et des citoyens des villes touchées. Ils sont tous venus exprimer les mêmes craintes et formuler, à quelques variantes près, les mêmes recommandations. Les membres du comité sont certainement du même avis que moi et, comme je l'ai dit, nous les entendrons tous ce soir.
L'intérêt de ce dossier doit aller au-delà de Terre-Neuve et du Labrador. Il doit se répandre d'un bout à l'autre du Canada, car il s'agit d'un problème majeur national pour deux raisons. Même si le problème affecte directement et davantage Terre-Neuve, il se fait sentir également au Canada atlantique. De plus, il y a des répercussions sur l'économie de tout le pays. La plupart des règles et des règlements ayant trait aux pêches sont élaborés dans l'enceinte même où nous nous trouvons actuellement.
Je voudrais aussi remercier brièvement le nouveau ministre des Pêches et des Océans. L'automne dernier, avant sa nomination, j'avais fait le souhait à la Chambre qu'il devienne ministre des Pêches et des Océans. Depuis qu'il est en poste, il s'est montré extrêmement coopératif à l'égard de toutes les questions que je lui ai posées.
Je l'ai peut-être pris de court hier, en parlant de morues adultes trouvées sur un navire qui était simplement arrêté pour avoir pollué les eaux canadiennes. Je ne devrais pas dire simplement, parce que ce n'était pas une infraction mineure, loin de là. Le navire a été arrêté parce qu'il pompait son eau de cale dans les eaux canadiennes.
Quand le navire a été conduit à Terre-Neuve, on a trouvé dans sa cale de la morue adulte d'une espèce visée par le moratoire. Je suis certain que le ministre fournira plus de détails sur cette affaire ce soir. C'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, comme on dit, parce qu'aujourd'hui, le ministre a annoncé qu'il avait fermé les ports canadiens aux îles Féroé.
Le problème auquel nous faisons face, c'est que les îles Féroé appartiennent au Danemark. Notre représentant au Danemark est l'ancien ministre des Travaux publics, qui est parti d'ici à un moment où il était en butte à des soupçons et, comme quelqu'un l'a dit, c'est la pire tragédie à frapper le Danemark depuis Hamlet.
Je ne sais pas comment les choses vont se passer, mais je ne m'en soucie guère. Tout ce qui compte, c'est que le ministre ait eu assez de coeur au ventre pour réagir promptement. Ce n'est qu'un premier pas, cependant, et la route est longue.
Au cours de la soirée, nous aurons des exemples de cas. J'en lirai quelques-uns.
Au cours des derniers mois, nous avons constaté que des espèces frappées d'un moratoire ont fait l'objet d'une pêche dirigée et de prises non intentionnelles excessives. En fait, au cours de la dernière année, des pays étrangers ont pêché assez d'espèces de poisson frappées d'un moratoire pour faire fonctionner plusieurs usines dans le Canada atlantique. La surpêche ou les prises accessoires excessives qu'ils ont faites auraient permis de faire fonctionner les usines de Canso, de Burgeo, de Fermeuse et de Trepassey.
Quand je parle des usines, les gens pensent qu'elles ne fonctionnent que quelques semaines par année. Avant l'effondrement des pêches il y a quelques années, ces usines fonctionnaient 52 semaines par année et, dans certains cas, 24 heures sur 24. Dans les centres que je viens de signaler, elles employaient des gens à temps plein.
Que se passe-t-il maintenant? La plupart de ces centres sont devenus des villages fantômes tout simplement parce que la ressource n'est plus disponible.
Nous venons d'apprendre que la société Fishery Products menace de mettre à pied la moitié de sa main-d'oeuvre, faute de ressource là encore. Six cents pertes d'emploi à Terre-Neuve équivalent à 15 000 en Ontario. Trente mille personnes touchées par le déclin de l'industrie de la pêche à Terre-Neuve équivalent à 600 000 en Ontario. Cela donne à la Chambre une idée de l'impact que la surpêche a eu dans notre province.
Un autre facteur crucial que nous n'aborderons pas directement ce soir, mais qui joue un rôle important, est l'accroissement rapide du troupeau de phoques qui nuit probablement plus encore à l'accroissement de nos stocks que la surpêche étrangère.
On constate également la pratique de pêches dirigées après l'annonce d'une interdiction ainsi que des infractions de plus en plus nombreuses en ce qui a trait au maillage. Cela veut dire que les pays qui participent à la pêche utilisent un maillage inférieur à la moyenne et que, partant, ils capturent des poissons qu'ils ne devraient pas prendre. On émet davantage de citations. L'an dernier seulement, je crois que nous avons relevé 27 infractions. Combien d'autres surviennent sans que nous n'en sachions rien? C'est à peu près cinq fois plus que le total des cinq ou six dernières années.
Les pays ne s'améliorent pas au chapitre de la conservation. Ils se moquent carrément de nous et font à leur guise. Les rapports d'observateurs ne sont pas soumis ou le sont tardivement. Le programme d'observateurs est en train de devenir une farce, parce que des observateurs sont placés à bord de bateaux par les pays en cause et qu'ils ne disent que ce qu'ils veulent bien dire à leur retour. Un observateur à bord d'un bateau ne peut pas travailler 24 heures par jour. Tout cela n'est qu'un cirque.
Ce qui n'est pas une blague, c'est le fait qu'une importante ressource canadienne est capturée par des étrangers qui ne se soucient absolument pas des normes environnementales visant la préservation de nos ressources. Ils cherchent seulement à réaliser des bénéfices, et nous sommes ceux qui en paient le prix.
À des rencontres récentes de l'OPANO, le Canada a présenté un certain nombre de recommandations valables, mais l'OPANO les a rejetées.
Que pouvons-nous faire? Le ministre doit demander à ses collègues des Affaires étrangères et du Commerce international d'intervenir. Nous devons faire en sorte que l'OPANO fonctionne comme elle le devrait. Nous devons nous occuper de la gestion du nez et de la queue du Bonnet flamand; ou bien nous faisons cela ou bien nous étendons notre secteur de compétence et nous prenons les choses en main. Ces ressources devraient être à nous, elles devraient être destinées aux habitants de notre pays et nous ne devrions pas défendre des étrangers qui sont là pour les décimer à leur avantage, alors que c'est nous qui en payons le prix.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-03-21 18:37
Mr. Speaker, I certainly appreciate the comments and expertise my colleague from St. John's brings to the fisheries portfolio. I thank him on behalf of all Canadians, especially Atlantic Canadians for recognizing the importance of asking for this debate, and having the debate granted through going to the Speaker's office. It is an extremely timely and important debate.
What the debate comes down to is very simple. It is about overfishing on the Grand Banks, outside the 200 mile limit and the question of what we are doing about it. Unfortunately, my belief is we are doing very little about it. I do not expect we would have been doing anything about it today, tomorrow or yesterday had my colleague not asked the question in the House.
Why is it that we picked up a foreign trawler on a polluting offence and suddenly found moratorium cod in hold? There is something wrong. We are not doing our job on the Grand Banks. We do not have enough fisheries officers, patrol vessels, aircraft or helicopters. We have ignored it and the government has been especially guilty of ignoring it.
Members of the government have tried to say that there has not been a serious problem of overfishing on the Grand Banks and outside the 200 mile limit since 1995. I am sorry but that is a joke and it is not a very funny joke. Obviously there have been violations of overfishing and a lot of them, and we just have not been checking.
We were not checking yesterday. We caught them by accident. We were looking for something else. Do not think that a month, six months or a year ago they did not have the same moratorium cod in their holds because they did. Now we are going to shut the Faroe Islands out of Canadian ports. Excuse me. Did nobody in this place hear tell of St. Pierre and Miquelon? It is not like they cannot go to port on the east coast of North America. They can.
St. Pierre may not have the same freezer capability that Newfoundland has but it certainly has the capability to supply the boats. We need an important directive to put the fisheries officers, the ships and the coast guard vessels on the high seas to board these ships and check on their holds to see if they have moratorium species onboard.
NAFO is comprised of 18 countries. It is not just the Faroe Islands. It is Bulgaria, Canada, Cuba, Denmark, Estonia, the European Union, France, Iceland, Japan, Korea, Latvia, Lithuania, Norway, Poland, Romania, Russia, Ukraine and the United States. There are a lot more ships to check than just the ships from the Faroe Islands.
Go back to Tobin who seemed to get a lot of publicity because he pulled one liner out of one Spanish trawler, the Estai, in 1995. The next day the Spaniards and Portuguese were overfishing and using liners and their nets on the Grand Banks. We ignored them and then we tried to buy them off with turbot. They would not go away and we got fined. That is not a plan. That is nothing. That is ridiculous.
At least he raised the issue and for that I give him credit. However, we cannot turn our backs on the issue for the next five years and say it is not going on. It is going on but we are not looking.
At the NAFO meeting in Denmark in January, we showed evidence of fishing infractions by Russia, Portugal and other European fleets. They included the use of small mesh nets, directed fishing of prohibited species like cod, excessive bycatch of species under moratorium, like cod, exceeding quota limits in groundfish and in the shrimp fisheries and the misreporting of catch information.
I would like to ask the Minister of Fisheries and Oceans what has been done about that. We know the infractions are occurring. What has been done? We are telling the Faroese that they cannot dock in Newfoundland or Nova Scotia. I am sure they will dock on St. Pierre and Miquelon or they will use freezer trawlers and they will freeze their species on the high seas. They can certainly take it back frozen.
We need a better plan than just simply reacting to circumstances. It is just not sufficient.
Hon. Wayne Easter: That is what you are doing. You are reacting to a good proposal by the minister.
Monsieur le Président, je félicite le député de St. John's pour ses observations et sa maîtrise du dossier des pêches. Au nom de l'ensemble des Canadiens, mais surtout des gens de l'Atlantique, je le remercie d'avoir compris à quel point il était important de présenter une demande de débat spécial et de la faire approuver par la présidence. Nous tenons ce soir un débat extrêmement important et pertinent.
Le sujet en est fort simple: le problème de la surpêche pratiquée dans les Grands bancs, à l'extérieur de la zone de 200 milles, et les mesures que nous prenons pour le régler. Malheureusement, j'ai l'impression que nous faisons très peu pour corriger la situation. À mon avis, rien n'aurait été fait hier, aujourd'hui ou demain si mon collègue n'avait pas soulevé la question à la Chambre.
Comment se fait-il que nous ayons arraisonné un navire étranger soupçonné de polluer les eaux canadiennes et que nous ayons soudainement découvert dans ses cales de la morue qui fait pourtant l'objet d'un moratoire? Il y a quelque chose qui cloche. Nous ne surveillons pas la situation dans la région des Grands bancs. Nous n'avons pas suffisamment d'agents des pêches, de navires de patrouille, d'aéronefs et d'hélicoptères. Nous n'avons pas tenu compte de ces lacunes, surtout le gouvernement.
Des ministériels ont prétendu qu'il n'y avait pas vraiment de problème de surpêche dans les Grands bancs et à l'extérieur de la zone de 200 milles depuis 1995. Je suis désolé, mais c'est une blague et une blague de mauvais goût. La surpêche se pratique énormément; le problème, c'est que nous ne surveillons pas la situation d'assez près.
Nous ne le faisions pas hier. Nous avons surpris ces pêcheurs par accident. Nous avons arraisonné le navire pour une tout autre raison. N'allez pas croire que, il y a un mois, six mois ou un an, ces pêcheurs n'avaient pas dans leurs cales de la morue faisant l'objet d'un moratoire, car ils en avaient. Voici que le Canada ferme ses ports aux bateaux de pêche des îles Féroé. Excusez-moi, mais les gens ici n'ont-ils jamais entendu parler de St-Pierre et Miquelon? Il ne faut pas penser que les navires étrangers ne peuvent faire escale dans un port de la côte est de l'Amérique du Nord. Ils le peuvent.
Les usines St-Pierre n'ont peut-être pas les mêmes installations de congélation que Terre-neuve, mais elles sont sûrement en mesure d'approvisionner les navires. Il nous faut adopter une consigne claire pour permettre à nos agents des pêches et à l'équipage de nos navires et aux membres de la Garde côtière de se rendre en haute mer et d'arraisonner les navires de pêche afin de vérifier s'ils ont dans leurs cales du poisson visé par le moratoire.
L'OPANO regroupe 18 pays. Il n'y a pas que les îles Féroé. Il y a la Bulgarie, le Canada, Cuba, le Danemark, l'Estonie, l'Union européenne, la France, l'Islande, le Japon, la Corée, la Lettonie, la Lituanie, la Norvège, la Pologne, la Roumanie, la Russie, l'Ukraine et les États-Unis. Il y a bien d'autres bateaux à surveiller que ceux des îles Féroé.
Revenons à Tobin, qui s'est fait beaucoup de publicité, semble-t-il, en confisquant un seul revêtement d'un seul chalutier espagnol, l'Estai, en 1995. Le lendemain, les Espagnols et les Portuguais faisaient de la surpêche au revêtement et au filet sur les Grands bancs. Nous n'en avons pas fait de cas, puis nous avons essayé de les acheter avec du turbot. Ils ne sont pas partis et nous avons payé l'amende. Ce n'est pas un plan. Ce n'est rien du tout. C'est ridicule.
Je lui accorde au moins le mérite d'avoir soulevé la question. Toutefois, nous ne pouvons pas oublier le problème pendant les cinq prochaines années et dire qu'il ne se pose plus. Il se pose encore, mais nous ne nous en occupons pas.
À la Conférence de l'OPANO, en janvier, au Danemark, nous avons présenté des preuves d'infractions de pêche commises par des flottes russes et portuguaises, notamment. Ces infractions comprenaient l'emploi de filets à petites mailles, la pêche délibérée d'espèces prohibées comme la morue, des prises accessoires excessives d'espèces visées par un moratoire comme la morue, le non-respect des contingents pour le poisson de fond et la crevette et des déclarations faussées des prises.
Je voudrais savoir du ministre des Pêches et des Océans ce qui a été fait à ce sujet. Nous savons qu'il se commet des infractions. Qu'a-t-on fait? Nous disons aux Féroïens qu'ils ne peuvent pas accoster à Terre-Neuve ni en Nouvelle-Écosse. Je suis persuadé qu'ils accosteront à St-Pierre et Miquelon ou qu'ils se serviront de chalutiers congélateurs pour congeler leurs prises en haute mer. Ils peuvent certes les rapporter congelées.
Nous ne pouvons pas nous contenter de réagir aux événements. Il nous faut un meilleur plan que cela. Cela ne suffit pas.
L'hon. Wayne Easter: C'est ce que vous faites. Vous réagissez à une bonne proposition du ministre.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-03-21 18:43
Mr. Speaker, the NAFO states continue to ignore our request for stricter enforcement. They have accepted an increase in Greenland halibut against opposition from Canada and against the scientific evidence from NAFO's own scientific council. Yet they increased the quota. The increase was supported by Japan, Russia, the Baltic states, Ukraine and Poland, among other nations.
If we look at the record, in the early nineties there were about 45 foreign fishing violations each year. At least in those days we had some observers and we had some ships in the area. After 1995 there were almost none, because we had turned our head. We caught one ship, the Estai. We had a great little photo op down at the United Nations with the then minister of fisheries. While the country thought that something was really being done, nothing was being done because we were ignoring the issue totally. We continued to ignore it until yesterday.
It is a big responsibility for the new minister. I give him credit for at least looking at the issue, but he has to do more than that. He has to come up with a concrete plan to not only stop overfishing on the high seas, but to extend Canada's control outside the 200 mile limit where we can be in a custodial role and board ships. If that takes an international tribunal and we need to have other NAFO members, so be it. We can bring them over here and put them on our coast guard boats. We have to spend money. We cannot do enforcement without spending some money.
Since the year 2000, they say the numbers of infractions are about 27 per year. There are some things out on the North Atlantic that are just the same as those 27 infractions a year. Those things are called icebergs. About 10% of an iceberg sticks out of the water. About 10% of the infractions are actually being caught. I would say it is probably less. It is probably 1% or 2% of the infractions that are being caught. It is going on daily.
I am sorry, it is not adequate to simply tell the Faroese they cannot come ashore. It is a start but it is not adequate. My suggestion to this problem is to bring the NAFO countries together and have an international team of fisheries officers boarding boats on a regular basis on the high seas to check on the holds. It would not just be Canada's initiative, it would be a NAFO initiative with Canadians, Faroese, Icelanders, Norwegians and EU people. We should bring in fisheries people from all those countries and work in a co-ordinated effort. Maybe we could do something about it.
Monsieur le Président, les pays membres de l'OPANO continuent de faire fi de notre demande en faveur d'une application plus rigoureuse des règles. Ils ont approuvé un accroissement des prises de flétan noir en dépit de l'opposition du Canada et des preuves scientifiques provenant du conseil scientifique de l'OPANO. Ils ont néanmoins accru le quota, avec l'appui du Japon, de la Russie, des États baltes, de l'Ukraine et de la Pologne, entre autres.
Au début des années 1990, on enregistrait chaque année environ 45 infractions commises par des bateaux de pêche étrangers. À l'époque, nous avions au moins quelques observateurs et quelques navires dans le secteur. Après 1995, nous n'en avions à peu près plus, parce que nous regardions ailleurs. Nous avons arraisonné un navire, l'Estai. Cet événement a permis au ministre des Pêches et des Océans de l'époque de participer à une séance de photos aux Nations Unies. Alors que les Canadiens croyaient que des mesures étaient prises, rien n'était fait parce que nous ne tenions aucun compte de la situation. Nous avons d'ailleurs continué d'agir ainsi jusqu'à hier.
Le nouveau ministre a une lourde responsabilité. Je le félicite d'ailleurs d'examiner la question, mais il doit faire plus. Il devra soumettre un plan d'action concret qui permettra non seulement de mettre un terme à la surpêche en haute mer, mais également d'étendre le contrôle du Canada à l'extérieur de la limite de 200 milles, pour que nous puissions y exercer une surveillance et aborder des navires. S'il nous faut pour cela avoir recours à un tribunal international et faire participer d'autres États membres de l'OPANO, soit. Des représentants de ces États pourront prendre place à bord des bateaux de notre garde côtière. Nous devrons cependant dégager des fonds pour appliquer ces mesures. Nous ne pourrons pas le faire sans dépenser d'argent.
Depuis 2000, on estime le nombre d'infractions à environ 27 par année. En fait, leur nombre fait penser aux icebergs qu'on trouve dans l'Atlantique-Nord, dont seulement 10 p. 100 de la masse est visible. Il en va de même des infractions: les contrevenants sont pris dans seulement un cas sur dix. Et peut-être même moins. Le pourcentage n'est peut-être que de 1 ou 2 p. 100, et des infractions sont commises tous les jours.
Il ne suffit pas simplement de dire aux habitants des îles Féroé qu'ils ne peuvent pas débarquer à terre. C'est un début, mais ce n'est pas suffisant. Je propose de regrouper les pays membres de l'OPANO et de constituer une équipe internationale d'agents des pêches, qui serait autorisée à aborder régulièrement les navires en haute mer pour vérifier leurs prises. Ces équipes ne seraient pas constituées uniquement par le Canada mais par les autres États membres de l'OPANO et comprendraient des Canadiens, des habitants des îles Féroé, des Islandais, des Norvégiens et des habitants de l'Union européenne. Nous devrions faire appel aux pêcheurs de tous ces pays et travailler avec eux de façon coordonnée. Il y a peut-être quelque chose à faire.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-03-21 18:55
Mr. Speaker, I rise on a point of order. I thank the minister of fisheries for engaging in debate, but I am wondering if we could have unanimous consent to have questions and comments because of the importance of the debate.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je remercie le ministre des Pêches de s'engager dans le débat, mais vu l'importance de ce débat, je demande le consentement unanime de la Chambre pour que nous passions aux questions et aux observations.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-03-21 18:56
Mr. Speaker, I would love to say 10 minutes. However that may not be appropriate. If we could not get 10 minutes I would settle for 5 minutes.
Monsieur le Président, j'aimerais bien dire 10 minutes, mais cela ne sera peut-être pas convenable. Si nous ne pouvons pas obtenir 10 minutes, je me contenterais de 5.
View Bill Casey Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, it has been an interesting evening. A lot of the members who are speaking are maritime members. It is interesting to hear the focus on Atlantic Canadian issues, especially from those members who are not from Atlantic Canada. They are now starting to get at least a little impression about what Atlantic Canada is like, what we are about and some of the things we face.
I also find it incredible that we are talking about overfishing. I remember in 1991 when that great Newfoundlander John Crosbie made the incredibly tough decision to put a moratorium on fishery. It was a heart wrenching decision. Those of us who were here will never forget the anguish that he went through, and many of his colleagues went through, to shut down the fishery in his own province. It was a courageous move. He took an awful lot of criticism and ridicule over it but it was the thing to do and he put the moratorium on. Here we are 11 years later talking about overfishing.
The only reason we are here tonight is because the hon. member for St. John's West brought it up after a Russian vessel was arrested for polluting Canadian waters and it was discovered that it had illegal fish in the hull.
Why are we faced with it? It is because the rules have not been enforced; the NAFO agreement is not working; and the NAFO countries are not abiding by the rules and not respecting the fishery.
Another thing that I find incredible is the convergence of issues that we have been talking about today. We talked about species at risk all day. Here we are talking about a fishery on which there is a moratorium because the species are at risk and there is no enforcement. Here we are still talking about overfishing even though the species at risk is what we talked about all day. It is an amazing coincidence.
Another coincidence is the census that just came out that said that government policy, it did not specifically say government policy, is driving people out of rural Canada into the major population centres. It even identified Newfoundland and Labrador as the worst victim of this out migration.
It is not only the fishery policy, it is the economic development policy that has been slack for rural Canada, Atlantic Canada and other parts of the country.
It is policies like moving the department of Indian affairs Atlantic regional office from a small town called Amherst to a major centre because the bureaucrats want to move. There are 140 families that work for the Atlantic regional office of Indian affairs but it does not matter about the 140 families. There are a couple of bureaucrats who want to live somewhere else so they are actually considering moving this regional office.
It is policies that affect Canso, a small town in the riding of the hon. member for Pictou--Antigonish--Guysborough, which is completely shut down because of overfishing and fishing policies that have been abused and mismanaged over and over.
It is ironic that we are talking about the Faroe Islands which is under management by Denmark. Today we talked about our new ambassador to Denmark, Mr. Gagliano, who will now go over there and speak on our behalf on these issues.
Tonight someone mentioned the debate we had on softwood lumber and how the Prime Minister was involved in that debate. However in less than three hours from now the Americans will probably be successful in putting a huge countervail charge or export tax, or whatever on this resource. This is another resource that is being battered around by foreigners in the same way our fishery is.
It is ironic and amazing how many things converge on these issues because of government policy, lack of action, lack of policy, lack of administration, lack of enforcement and management by dealing with a crisis only.
I believe that tonight we will make some headway on this issue. I believe it will get some attention. It might have just been a little announcement that a Russian ship was caught for pollution charges and found that there was fish in the hull. Thanks to the hon. member for St. John's West who brought our attention to it and who created so much focus on it and raised public awareness.
It is interesting to hear all the speakers from all over Atlantic Canada, Scarborough, British Columbia and everywhere else become involved in this. We are starting to the get the impression that maybe there is a little awareness about the situation that people in Atlantic Canada are facing over this fishery.
When it first happened, and for 10 years maybe, the attitude was that there is a problem down there, let us throw some money at it and maybe it will go away. However, that is not the case. Money is not going to fix this. This is a way of life and it is a heritage. It is a tradition that has not been protected and it has been abused.
Perhaps now the government will take action to take control one way or another over the nose and tail of the Grand Banks and the Flemish Cap and really protect our resource. There is no reason why foreigners should be able to fish that area dry, dump their bilge waters, abuse our waters and our fish, and our systems and environment with no enforcement or repercussions.
Hopefully this debate will generate some interest and some focus on it. We know there are not enough fisheries officers, patrol boats, or helicopters. We know there are not enough resources put into the fishery to protect it and enforce the rules. Because of that NAFO countries are running roughshod over our rules and our fishery.
This was a Russian ship under Icelandic control. How many other ships are out there from how many other countries doing this? How many are doing the same thing that we do not catch because they do not dump their bilge water? It is a crisis and hopefully we will get some action.
We need a real plan. There are some options and it is certainly encouraging to hear government members talking about this. I hope they speak tomorrow to their colleagues, to their minister, to their Prime Minister as we have been for a long time. It is healthy and encouraging to hear this.
We are talking about the health of our communities in Nova Scotia, Newfoundland and Labrador, New Brunswick, P.E.I., and Quebec as well. The accidental boarding of this ship was a stroke of luck. It was certainly a stroke of luck and good management. The hon. member for St. John's West ensured that it did not slip through the cracks and we got the attention on it.
With regard to Denmark, I picked up a report a few minutes ago from the Northwest Atlantic Fisheries Organization called “Canadian Assessment of Compliance in the NAFO Regulatory Area”. Lo and behold, the meeting was held in Helsingor, Denmark, which again is the parent country of the Faroe Islands which today was isolated from our ports. So a lot of different approaches are tied together. They all come together in this whole story but this is an incredible report which was given just two months ago in Denmark.
It says Canada is increasingly concerned about the unacceptable level of non-compliance fisheries and it goes on to detail the incredible circumstances. Observers reported one CP had 655 fishing days in shallow water and 40% of these days were clearly utilized for moratoria species. On these days a catch of moratoria species was five times that of legal fish. What happened to them? Was there any enforcement or protection? No, there was not. There was nothing done to protect our resources.
Legitimate shallow water fisheries do occur for skate and redfish. During the remaining 400 days that operator harvested at a daily rate of 18% of non-moratoria fish. This is incredible.
The Canadian assessment confirmed that directed fishing and excessive bycatch on moratoria species was rampant. Exceeding allocations and misreporting was frequent. Directed fishing after closure was always increasing, frequency of net size violations was everywhere. There were always non-submissions or late submissions of observer reports.
In 2001 one of the contractors exceeded its Greenland halibut allocation by 23%, that is 3,000 tonnes. In 2001 there was a significant misreporting of 3L shrimp and 3M shrimp, particularly in December. What happened? Nothing happened nor was there any enforcement or any repercussions.
In 2001 two contractors fished in excess of 100 days yet reported catches within the quota. In 2001 the requirement for each contractor to limit the number of vessels fishing shrimp in 3L at any one time to one vessel was ignored. It goes on and on. It is an incredible report and everybody should read it.
Another violation refers to mesh size. Vessels from one contractor continually used small mesh gear and liners in the 3O redfish fishery. Over a period of just 30 days Canadian and EU inspectors issued four citations for use of small mesh gear or liners to vessels from this contractor. Citations, but what happened? Nothing.
These are the reasons why our fisher people in Newfoundland and Labrador, Nova Scotia and Canso are all out of work. In 2000 three contractors did not submit any reports. In 2001 six have yet to submit a single observer report. This is the Canadian report just presented two months ago. In a total of 200 shrimp reports 80% of a total estimated requirement of 250 have not been submitted. As one of the members said it is one thing to have regulations but if we do not enforce them it is the same thing as not having them.
Non-compliance in the NAFO regulatory area was increasing. Non-compliance was increasing, not decreasing. The deterrence capacity of some contracting parties enforcement programs was questionable given the frequency and continuing nature of non-compliance. Nobody was even trying to stop it.
The report indicated that many contracting parties did not review observer reports or respond to clear incidents of non-compliance. It stated that the continued discrepancy between observer reports and dock side inspections had yet to be resolved. NAFO was not going to do anything about it. It just said it had to be resolved. It just goes on and on.
The report recommends that Fisheries Canada should consider and adopt specific management and conservation measures to stop significant incidents of non-compliance. That makes sense. Why does it not do it? It adds that this should include effective measures to stop directed fisheries for moratoria species and stop misreporting excessive catches.
It recommends the following next steps: verification and reconciliation of all dock side inspections and observer reports should be implemented; standardization of sanction regimes for mesh size; increasing interaction between inspectors and observers at sea; providing real time observer reports to NAFO and inspecting contractors to guide sea and dock side inspections.
This is not in the report but it was said tonight more than once. The people in the industry must be involved; they must have input. They must have some control over fisheries management. Time after time these are the people who have been proven correct. They have been proven knowledgeable and they have been proven right.
There are three options available. Canada must demand that NAFO takes action to enforce quota allocation. It must do that. It is only fair. Canada must claim custodial management over the Grand Banks and the Flemish Cap. We should extend unilateral jurisdiction over the entire continental shelf, nose and tail of the Grand Banks. Finally, the fishery inspection infrastructure and equipment must be brought up to snuff. It must be brought up to an adequate situation so it can handle enforcement and control of the fishery.
We have seen our fishery devastated. It is 11 years after the moratorium and we are still standing here talking about it. I hope John Crosbie is not hearing this discussion tonight.
Monsieur le Président, ce fut une soirée intéressante. Bon nombre des députés qui ont pris la parole sont des Maritimes. Je trouve intéressant, surtout chez les députés qui ne sont pas de cette région, de voir qu'on se concentre particulièrement sur les questions touchant le Canada Atlantique. Cela veut dire qu'on commence à avoir au moins une petite idée de ce qu'est le Canada Atlantique, de ce qui caractérise les gens qui y habitent et de certains des problèmes que nous connaissons.
Je trouve aussi incroyable que l'on parle de surpêche. Je me rappelle qu'en 1991, ce grand Terre-Neuvien qu'était John Crosbie avait pris la décision incroyablement difficile d'imposer un moratoire sur la pêche. Ce fut une décision déchirante. Ceux d'entre nous qui étaient ici à ce moment-là n'oublieront jamais l'angoisse qui les avait tenaillés, lui et ses collègues, au moment de l'interdiction des pêches dans sa propre province. Ce fut un geste courageux de sa part. Il a été beaucoup critiqué et tourné en dérision à ce sujet, mais c'était la chose à faire, et il l'a faite. Onze ans plus tard, nous sommes là à parler de surpêche.
La seule raison pour laquelle nous sommes ici ce soir, c'est parce que l'honorable député de St. John's-Ouest en a parlé après qu'on eût découvert du poisson illégal dans la cale d'un bateau russe intercepté pour avoir pollué les eaux canadiennes.
Pourquoi sommes-nous confrontés à ce problème? Parce que les règles n'ont pas été appliquées. La Convention sur la coopération multilatérale dans les pêches de l'Atlantique Nord-Ouest ne fonctionne pas, et les pays membres de l'OPANO ne respectent pas les règles ni les zones de pêche.
Je trouve également incroyable cette convergence des questions dont nous avons discuté aujourd'hui. Nous avons parlé toute la journée d'espèces en péril et nous parlons maintenant des pêches sur lesquelles il existe un moratoire parce que les espèces sont en péril et qu'on néglige de prendre des mesures répressives. Nous parlons aussi de surpêche, même après avoir débattu toute la journée de la question des espèces en péril. Quelle incroyable coïncidence!
Une autre coïncidence est le recensement qui vient de paraître et qui laisse entendre, sans le dire en toutes lettres, que la politique du gouvernement force les gens à quitter les régions rurales du Canada pour les grands centres. Il a même désigné Terre-Neuve-et-Labrador comme la principale victime de ce mouvement de population.
C'est non seulement la politique halieutique, mais aussi la politique de développement économique qui a laissé à désirer pour les régions rurales du Canada, le Canada atlantique et d'autres régions de notre pays.
Prenons comme exemple le déménagement du bureau du ministère des Affaires indiennes pour la région de l'Atlantique de la petite ville d'Amherst vers un grand centre, parce que certains fonctionnaires veulent déménager. Il y a 140 familles dont un membre travaille pour le bureau des Affaires indiennes de la région de l'Atlantique, mais ces 140 familles ne comptent pas. Parce que quelques fonctionnaires veulent vivre ailleurs, on envisage de déménager ce bureau régional.
On ne saurait non plus passer sous silence les politiques qui ont des répercussions sur Canso, une petite ville de la circonscription du député de Pictou--Antigonish--Guysborough, qui est complètement paralysée à cause de la surpêche, des politiques halieutiques qui n'ont pas été respectées et des nombreux cas de mauvaise gestion.
Il est paradoxal que nous parlions aujourd'hui des îles Féroé, ces îles relevant du Danemark. Aujourd'hui, nous avons parlé de notre nouvel ambassadeur au Danemark, M. Gagliano, qui ira maintenant là-bas discuter en notre nom de ces problèmes.
Ce soir, quelqu'un a parlé du débat que nous avons eu sur le bois d'oeuvre et de la participation du premier ministre à ce débat. Quoi qu'il en soit, dans moins de trois heures, les Américains vont probablement réussir à imposer un droit compensateur ou une taxe à l'exportation énorme ou quelque chose du genre sur le bois d'oeuvre. Voilà une autre ressource qui est malmenée par les étrangers tout comme nos ressources halieutiques.
Il est paradoxal et étonnant de constater le nombre de convergences qui existent entre ces dossiers du fait de la politique gouvernementale, de l'inertie du gouvernement, des lacunes en matière de stratégie, d''administration et d'application et de la gestion ponctuelle.
Je crois que, ce soir, nous allons progresser dans ce dossier. Je pense que ce problème retiendra un peu l'attention. L'annonce d'un bateau russe contre lequel des accusations de pollution sont portées et qui s'est fait prendre avec du poisson dans ses cales aurait pu passer inaperçue. Il en ira autrement, grâce au député de St. John's-Ouest, qui a porté cette question à notre attention, qui en a fait largement état et qui a sensibilisé la population au problème.
Il est intéressant d'entendre tous les intervenants de partout dans le Canada atlantique, de Scarborough, de la Colombie-Britannique et d'ailleurs participer au débat. On commence à avoir l'impression que peut-être il existe une légère prise de conscience de la situation dans laquelle se trouvent les gens dans le Canada atlantique du fait de l'effondrement des pêcheries.
Quand ça s'est produit, et pendant les 10 années qui ont suivi, l'attitude a été qu'il y avait un problème là-bas et que peut-être si on leur donnait un peu d'argent, il disparaîtrait. Toutefois, ce n'est pas le cas. L'argent ne va rien résoudre. C'est un mode de vie qui fait partie de notre patrimoine. C'est une tradition qui n'a pas été protégée et qui a été malmenée.
Le gouvernement va peut-être passer à l'action maintenant et prendre contrôle, d'une façon ou d'une autre, du nez et de la queue des Grands Bancs et du Bonnet Flamand et réellement protéger notre ressource. Il n'y a aucune raison pour que les étrangers puissent en toute impunité écumer cette région, déverser leurs eaux de cale, exploiter illégalement nos eaux et notre poisson, déjouer nos systèmes et porter atteinte à notre environnement.
Espérons que ce débat attirera l'attention sur le problème et générera quelque intérêt. Nous savons qu'il n'y a pas assez d'agents des pêches, de bateaux de patrouille ou d'hélicoptères. Nous savons que le ministère n'a pas les ressources nécessaires pour protéger la ressource et faire respecter les règles. De ce fait, les pays de l'OPANO passent outre à nos règles.
C'était un bateau russe battant pavillon islandais. Combien y a-t-il de bateaux étrangers, venant de combien de pays, qui font ça? Combien font la même chose et nous échappent parce qu'ils ne déversent pas leur eau de cale? C'est une crise et j'espère que nous allons faire quelque chose.
Nous avons besoin d'un véritable plan. Les options existent et il est certainement encourageant d'entendre les ministériels en parler. J'espère que demain ils parleront à leurs collègues, le ministre, et le premier ministre, comme nous le faisons nous-mêmes depuis longtemps. Il est sain et encourageant d'entendre ce que nous entendons.
Il s'agit de la survie des localités de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve et du Labrador, du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard et du Québec. L'arraisonnement de ce navire s'est fait par pure chance. Il est à la fois le fruit du hasard et d'une bonne gestion. Le député de St. John's-Ouest a fait en sorte que cet incident ne passe pas entre les mailles du filet et nous a permis de braquer les projecteurs dessus.
Pour ce qui concerne le Danemark, je viens de prendre connaissance d'un document publié par l'Organisation des pêches de l'Atlantique nord-ouest, intitulé «Canadian Assessment of Compliance in the NAFO Regulatory Area». Eh bien, la réunion a eu lieu à Helsingor, au Danemark, sous la tutelle duquel sont placées les Îles Féroé, auxquelles nous avons aujourd'hui fermé nos ports. Tout cela est lié. Cette affaire l'a révélé au grand jour; et ce rapport dont je vous parle, qui a été communiqué au Danemark il y a deux mois à peine, est incroyable.
Ce rapport indique, avec force détails hallucinants à l'appui, que le Canada est de plus en plus préoccupé par le niveau inadmissible de la non-observation des quotas de pêche dans ses eaux. Des observateurs ont rapporté qu'une des parties contractantes comptait 655 jours de pêche en eau peu profonde et que 40 p. 100 de ces journées avaient de toute évidence étaient consacrées à la pêche d'espèces visées par un moratoire. Pendant les journées en question, les prises de ces espèces étaient de cinq fois supérieures aux prises des espèces légalement autorisées. Qu'est-il advenu de ces bateaux? Les a-t-on sanctionnés? A-t-on pris des dispositions pour protéger les espèces sous moratoire? Non, rien de cela. Rien n'a été fait pour protéger nos ressources.
Il est légal de pêcher la raie et le sébaste en eau peu profonde. Pendant les 400 autres journées, les prises de cet exploitant, constituées d'espèces non assujetties à un moratoire, ont compté pour 18 p. 100 du volume total de sa pêche quotidienne. C'est choquant!
L'évaluation canadienne a confirmé les prises excessives d’espèces visées par un moratoire dans le cadre d'une pêche dirigée; le dépassement des quotas et la déclaration incorrecte des prises; la pêche dirigée après la fermeture; la fréquence accrue des infractions relatives à la taille des mailles des filets; et la non-production ou production tardive des rapports d'observateurs.
En 2001, l'un des exploitants a dépassé les quotas de flétan noir dans une proportion de 23 p. 100, c'est-à-dire qu'il a surpêché 3 000 tonnes. En 2001, il y a eu une importante déclaration incorrecte concernant les prises de crevettes dans les zones 3L et 3M, notamment en décembre. Qu'est-il arrivé? Rien, ni sanctions, ni répercussions.
En 2001, deux exploitants ont surpêché pendant 100 jours, mais n'ont déclaré que des volumes de prises correspondant aux quotas officiels. En 2001, l'obligation faite à chaque exploitant de limiter le nombre de ses crevettiers dans la zone 3L à un seul bateau en tout temps a été ignorée. Et ça continue encore et encore. Ce rapport est hallucinant. Tout le monde devrait en prendre connaissance.
Une autre infraction porte sur la dimension des maillages. Les navires d'un entrepreneur utilisaient toujours des engins et des lignes de petite dimension pour la pêche au sébaste dans la zone 3-0. En 30 jours seulement, les inspecteurs canadiens et américains ont émis quatre citations contre cet entrepreneur pour l'utilisation d'engins à petit maillage. Les citations ont été remises à qui de droit, mais que s'est-il passé ensuite? Rien.
Voilà pourquoi nos pêcheurs de Terre-Neuve et du Labrador, de la Nouvelle-Écosse et de Canso sont tous en chômage. En 2000, trois entrepreneurs n'ont pas présenté de rapport. Pour 2001, six n'ont pas encore remis un seul rapport d'observateur. Voici le rapport canadien remis il y a deux mois à peine. Environ 80 p. 100 des 200 à 250 rapports sur les crevettes qui devaient être présentés ne l'ont pas été. Comme l'a dit un député, il est bien d'avoir des règlements, mais si on ne les fait pas respecter, c'est comme s'ils n'existaient pas.
Les violations de la zone réglementaire de l'OPANO étaient à la hausse. Elles augmentaient au lieu de diminuer. La capacité de dissuasion de certains programmes de contrôle d'application des parties contractantes était douteuse compte tenu de la fréquence et du caractère répétitif des violations. Personne n'essayait même d'y mettre un terme.
Le rapport révèle que nombre de parties contractantes n'avaient ni examiné les rapports des observateurs ni même répondu pour éclaircir les incidents. Ce document signalait également que les divergences continuelles entre les rapports des observateurs et les inspections au quai n'avaient pas été éclaircies. L'OPANO ne comptait prendre aucune mesure à cet égard et s'était contentée de déclarer que le problème devait être réglé. Il perdure encore.
Le rapport recommande que Pêches Canada envisage et adopte des mesures précises au chapitre de la gestion et de la conservation de la ressource pour mettre un terme aux violations graves de la réglementation. C'est plein de bon sens. Pourquoi le ministre ne s'attelle-t-il pas à cette tâche? Il ajoute qu'il faudra également prévoir des mesures efficaces pour interdire la pêche dirigée d'espèces faisant l'objet d'un moratoire et pour faire cesser les fausses déclarations concernant la surpêche.
Le rapport recommande la prise de certaines mesures, notamment la vérification et le rapprochement des rapports d'inspection au quai et des rapports d'observateurs, la mise en oeuvre d'un régime de sanctions relatif au maillage des filets, l'accroissement de l'interaction entre les inspecteurs et les observateurs en mer, la communication à l'OPANO de rapports d'observateurs en temps réel et l'inspection des entrepreneurs pour guider les inspections en mer et au quai.
Un autre élément important ne figure pas dans ce rapport, mais a été mentionné à maintes reprises ce soir. Les gens de l'industrie doivent participer, ils doivent contribuer. En outre, ils doivent pouvoir exercer un certain contrôle sur la gestion des pêches. À de nombreuses reprises, il s'est avéré qu'ils avaient raison et qu'ils étaient bien informés.
Trois options sont possibles. Le Canada doit exiger que l'OPANO prenne des mesures pour faire respecter l'allocation des quotas de pêche. Le Canada doit insister là-dessus; ce n'est qu'équitable. Le Canada doit également réclamer la gestion de la garde du Grand Banc de Terre-Neuve et du Bonnet Flamand. Nous devons avoir un droit de regard unilatéral sur tout le plateau continental de même que sur le nez et la queue des Grand Banc. Enfin, l'infrastructure et l'équipement d'inspection des pêches doivent être mises à jour. Il faut réviser la situation pour qu'il soit possible de gérer l'exécution de la réglementation et le contrôle des pêches.
Nous avons assisté à la dévastation de notre industrie de la pêche. Cela fait 11 ans que le moratoire est en place et que nous nous contentons d'en parler sans intervenir. J'espère que John Crosbie n'écoute pas notre débat de ce soir.
View Greg Thompson Profile
CPC (NB)
Mr. Speaker, I thank you for not only being in the Chair tonight to listen to this important debate but for allowing it to take place. We all owe you a round of applause.
Some hon. members: Hear, hear.
Mr. Greg Thompson: Mr. Speaker, I know you do not like this type of notoriety but it is due. It is also due the other members taking part in the debate and the hon. member for St. John's West who started it.
One of the previous speakers, my hon. colleague from the Cumberland area of Nova Scotia, mentioned some of the ironic twists of the debate. Mr. Speaker, he reminded us that about 10 years ago you, myself, the hon. member for Cumberland--Colchester and others here tonight were members of the House when the minister of fisheries from St. John's West, Mr. Crosby, made the tough decision to shut down the cod fishery. We are here tonight in the House of Commons talking about the same thing: the overfishing and depletion of fish stocks.
I was taken with the hon. member for Burin--St. George's who talked about the devastation of fishing communities in Newfoundland including those he represents. One point he made was that thousands of jobs have been lost and more are at risk.
Another point that was made, and I am not sure if it was by him or the hon. member for St. John's West, was that the population of Newfoundland is down to 1963 levels. There has been an migration of people from Newfoundland because they have been robbed of their resource by outsiders. Other nations have taken away their ability to make a living. It has been a tremendous draw on their economy. Families have paid a tremendous price. The stability we would like to see in any family in any village has disappeared along with the fish.
I thought about something interesting while listening to the debate. If this happened in any other jurisdiction we would be outraged. Let us think in legal terms. What would happen if someone stole their neighbour's car or destroyed their property? As members well know, there would be consequences. However other nations can do it to us as Canadians. They can come over here and rape our fisheries as the hon. member for Burins--St. George's put it. Yet nothing happens. It has been happening for years yet we allow them to get away with it.
I will confess something to the House of Commons. When I was a young man the first time I ever voted I voted Liberal. I know I would normally get a round of applause from the government side of the House for that statement but I say it with pride. I voted Liberal because during the FLQ crisis Prime Minister Trudeau was asked by journalists how far he would go. They asked if he would bring in tanks or the army. Mr. Trudeau's response was “Just watch me”. We did watch him.
Some people thought it was the wrong thing to do but a lot of Canadians, myself included, thought it was the right thing. It was the right thing for the right reason: to protect Canada. What we know today as Canada is worth preserving. The fisheries in Newfoundland and the rest of Canada are worth preserving. We must do so.
We have to flex our muscles and be tough. Unfortunately a lot of fisheries policy is not determined by the Minister of Fisheries and Oceans. We all know that. It is determined by foreign affairs. It is the toughest department any minister must deal with because as Canadians we must be polite. If people steal our resources or step on our toes we excuse ourselves for being there.
We cannot afford to do that for ever and ever, amen. We must take strong action. It must be now and not later. We have had this debate in the House of Commons year in and year out regardless of who has sat in the Prime Minister's chair. It is time we took action.
Mr. Speaker, I thank you and my House leader, the member for Pictou--Antigonish--Guysborough, one more time for the other night. I had a private member's motion that was supposed to come to a vote Monday or Tuesday night. Mr. Speaker, you were successful in deferring the vote to yesterday afternoon following question period. This allowed me to be on an island in the Bay of Fundy called Grand Manan Island which has a rich and productive fishery.
The level of income on Grand Manan Island surpasses that of many parts of New Brunswick and Atlantic Canada because inhabitants of the little island manage their fishery very well. They take care of the stock. They are good custodians. They understand that the health of their community and the future of their villages demands that they take care of the resource. They are considered by all of us regardless of political stripe as professional fishermen and true custodians of the resource.
One advantage they have is that a lot of the resource such as scallops or lobster is in the immediate area. A debate that is not uncommon to the community concerns the traditional fishery versus aquaculture and the impact it has on their fishery. The island's inhabitants are protective of their fishery. They want to see strength in the aquaculture industry but not at the expense of their fishery. It is a healthy and active debate. They manage both fisheries well because they are capable of doing so on their own. They do not rely on government to manage the fishery for them because they know it is in their best interest to preserve the resource.
As members well know, the fisheries committee is one of the most non-partisan committees in the House. The House would be a better place if all committees worked in the same fashion as the fisheries committee. The committee recently returned from Newfoundland. I will read into the record some of what it heard from the province's fishermen and municipal leaders.
Union president Earle McCurdy called on Ottawa to take action to curb foreign overfishing. At the hearings in St. John's Burgeo Mayor Allister Hann was critical of NAFO. He advocated that Canada extend its jurisdiction over the nose and tail. Hann said it was “time the federal government put as much emphasis on fish as it did on the softwood lumber trade dispute with the United States...When was the last time anyone here heard the prime minister say he was going to bring up the matter of abusive foreign overfishing that is taking place on the Grand Banks?”
It is a good question. When was the last time? Hann said he did not expect to hear any of this in his lifetime. I am not sure how old he is but he is right. We seldom hear anything about what we must do to protect this valuable resource.
Jim Morgan, chairman of the Newfoundland and Labrador Rural Rights and Boat Owners Association, advocated closing Canada's ports to foreign vessels engaged in overfishing. He said “It is not good enough to keep talking about custodial management. NAFO has not been acting adequately for protection of our stocks. It is time to take some action and not talk, talk, talk”.
Newfoundland's fisheries minister Gerry Reid said Canada needed to control the fish stocks that straddle the 200 mile limit. He said “NAFO is toothless and I think we should move to the next stage”.
We should follow Mr. Trudeau's lead.
These types of comments go on and on. What some vessels have gotten away with amazes me. Hon. members have mentioned the events of the last couple of days with the Otto and the Olga. I remind the listening public that the Olga is a Russian fishing vessel. Fisheries officials reported that when the ship landed in port, which it likely did to free some of the shrimp it had caught offshore, they discovered 70 to 80 tonnes of mature breeding cod in its hold. The species is under moratorium. It should not be caught. The Russians are stealing not only our resource but the world's resource. If we take away the breeding stock of a species near extinction we will have absolutely nothing left.
What has the government done to this point? It has done nothing. The sister ship to the Olga, the Otto, was also headed to Newfoundland with shrimp aboard. Can members guess what? The Otto turned away in midstream and headed back home to the Russian port to get rid of its load. There is pretty convincing evidence it too had mature cod on board that should not have been caught. It again goes back to the toothlessness of NAFO.
Rogue nations that have no desire to comply with international law must be dealt with. We could call it terrorism on the high seas. Taking away the food chain and the ability of communities to make a living and feed their people is a high crime and should be punished. We need to go beyond just talking about it. How will the government approach the issue? Will it have the fortitude and the backing of the House to do something? Will the Prime Minister allow the fisheries minister to do something?
We do not want the same scenario that played out with Captain Canada, the former minister of fisheries by the name of Brian Tobin who put on a huge publicity stunt by taking on the Spanish over the lowly turbot. After the charade and the pictures of him with his head stuck through a life preserver on the New York shore nothing happened. The Spanish continued to overfish. European nations continued to overfish. Nothing has happened.
An hon. member: He gave them our turbot.
Mr. Greg Thompson: He gave them our turbot. He gave away the sovereign rights of Canada. We did not have the fortitude to go the distance and take on the nations that continue to overfish.
The day will come when we will not be talking about cod stocks in this place because they simply will not exist. We will not have to be concerned about the Russians coming into some of the areas just off the 200 mile limit to overfish our cod because there will simply be nothing there for them to fish. The problem is that serious.
We have to have the strength and fortitude to exercise our rights as international citizens. Canada is the laughing stock of these countries because they can get away with overfishing here.
This debate is timely. It is ironic in a way because we have gone through it before. It is reminiscent of the early 1990s.
I do not want to sit down until I take the Prime Minister to task on the softwood lumber dispute. There has been some comparison in that it is a renewable natural resource. The Americans again are making a laughing stock out of Canada. The Prime Minister made a mistake on this file by not accepting the fact that there are international trade rules and international tribunals that have consistently ruled on Canada's side in relation to the bogus charges brought on by the Americans in relation to the importation of softwood lumber into the United States. The Prime Minister is simply negotiating away our rights under NAFTA and the WTO. It does not make any sense.
Some Newfoundlanders compare the softwood lumber dispute to overfishing. There is somewhat of a comparison. The commonality between the two files is the weakness and lack of leadership on the part of the Government of Canada.
When we get into these disputes we have to depend on the leadership of the government and the office of the Prime Minister to do something. No longer can we be polite Canadians and simply ignore what is going on because of the possibility that we may fall into disfavour with certain nations around the world that are intent on destroying our resource. We have to do more.
The member for South Shore said yesterday in the House of Commons that we do not have enough fisheries officers and we do not have enough patrol vessels and we do not have enough aircraft.
If we are going to protect our resource, we have to put resources into protecting the very fish being exploited. We need the officers. We need the enforcement tools. We have to do something. We cannot procrastinate this problem away as the government often does. In other words, if we wait long enough the problem will disappear on its own. Sadly in this case that is probably what will happen, but the problem will not disappear, it will simply be the fish.
A few years back a minister of fisheries said that he was not the minister of fisheries, but he was the minister of fish. He said he was there to protect the resource. Unfortunately that minister did not protect the resource, but he was absolutely right in saying that if there are no fish, there are no fishermen.
It is time for the government to take action. It is time for it to do something. The time is now. The Prime Minister will have our support in terms of going into any negotiations that will put a stop to overfishing in Canada and offshore Canada. It is simply stealing jobs away from all Canadians. It is taking away our future as Canadians.
Monsieur le Président, je vous remercie non seulement d'occuper le fauteuil pour écouter cet important débat, mais aussi d'avoir permis qu'il ait lieu. Nous vous devons tous des applaudissements.
Des voix: Bravo!
M. Greg Thompson: Monsieur le Président, je sais que vous appréciez peu ce genre de notoriété, mais vous la méritez. Je tiens également à féliciter tous les députés qui interviennent dans le débat et le député de St. John's-Ouest qui l'a lancé.
Un des orateurs qui m'ont précédé, le député de Cumberland--Colchester, de la Nouvelle-Écosse, a fait allusion aux tournures ironiques du débat. Monsieur le Président, il m'a rappelé qu'il y a environ dix ans, vous, moi, le député de Cumberland--Colchester et d'autres députés qui sont présents ici ce soir étions à la Chambre, quand le ministre des Pêches et député de St. John's-Ouest, M. Crosbie, a pris la difficile décision de clore la pêche à la morue. Ce soir, à la Chambre des communes, nous traitons la même question, soit la surpêche et l'affaissement des stocks de poissons.
J'ai été fasciné d'entendre le député de Burin--St. George's parler de la dévastation des collectivités de pêcheurs à Terre-Neuve, y compris celles qu'il représente. Il a notamment fait remarquer que des milliers d'emplois avaient disparu et que d'autres étaient menacés.
Il a également souligné, quoique je ne suis pas certain si c'est lui ou le député de St. John's-Ouest, que la population de Terre-Neuve a chuté et correspond maintenant à ce qu'elle était en 1963. Les gens quittent la province parce qu'ils se font voler leurs ressources par des étrangers. D'autres pays leur empêchent de gagner leur vie. Les répercussions sont énormes sur leur économie. Les familles ont un prix énorme à payer. La stabilité que nous souhaitons à toute famille et à tout village a disparu avec le poisson.
Il m'est venu à l'esprit une idée intéressante tandis que je suivais le débat. Si un incident de cet ordre avait concerné une autre instance, nous en aurions été choqués. Prenons les choses sous un angle juridique. Que se passerait-il si une personne décidait de voler la voiture de son voisin ou de détruire son bien? Comme le savent les députés, cette personne devrait en subir les conséquences. Pourtant, les autres États peuvent nous prendre notre bien impunément. Ils peuvent commettre des infractions dans nos eaux, comme l'a fait observer le député de Burin--St. George's. Pourtant, on ne leur fait rien. Cela dure depuis des années et pourtant nous ne leur reprochons rien.
Je vais vous avouer quelque chose. Quand j'étais jeune, la première fois que j'ai exercé mon droit de vote, j'ai voté libéral. Je sais que, en temps normal, les ministériels m'applaudiraient, mais j'en suis fier. J'avais voté libéral car, lors de la crise du FLQ, aux journalistes qui lui avaient demandé jusqu'où il irait, s'il était prêt à faire venir les chars d'assaut, le premier ministre Trudeau avait répondu: «Vous n'avez qu'à me regarder aller!» Et c'est ce que nous avons fait.
Certains n'ont pas du tout apprécié la chose, mais beaucoup d'autres, dont moi, ont pensé que c'était ce qu'il fallait faire. C'était la chose à faire pour une seule et unique raison: protéger le Canada. Nous savons aujourd'hui que le Canada mérite d'être protégé. Les pêches à Terre-Neuve et ailleurs au Canada méritent aussi de l'être et nous devons les protéger.
Nous devons faire preuve d'autorité et de fermeté. Malheureusement, bien des politiques halieutiques ne sont pas déterminées par le ministre des Pêches et des Océans. Nous le savons tous. Elles sont déterminées par le ministère des Affaires étrangères. C'est là le ministère le plus difficile avec lequel tous les ministres doivent composer, parce que, à titre de Canadiens, nous devons être polis.
Si certains nous volent nos ressources ou nous marchent sur les pieds, nous nous excusons de nous trouver sur leur chemin. Nous ne pouvons pas nous permettre de faire cela éternellement. Nous devons prendre des mesures musclées. C'est maintenant qu'il faut le faire, pas plus tard. Au fil des ans, nous avons eu de nombreux débats de cette nature à la Chambre des communes, indépendamment de celui qui occupait le siège du premier ministre. Le moment est venu d'agir.
Monsieur le Président, je vous remercie encore une fois pour l'autre soir, de même que le leader parlementaire de mon parti, le député de Pictou--Antigonish--Guysborough. J'avais présenté une motion d'initiative parlementaire qui était censée faire l'objet d'un vote lundi ou mardi soir. Monsieur le Président, vous avez réussi à faire reporter le vote hier après-midi, après la période des questions. Cela m'a permis de me rendre sur une île de la baie de Fundy, l'île Grand Manan, qui a des activités de pêche prospères et productives.
Les revenus dans l'île Grand Manan dépassent ceux de nombreuses parties du Nouveau-Brunswick et du Canada atlantique, parce que les habitants de cette petite île gèrent très bien leurs pêches. Ils s'occupent de leurs stocks. Ils sont de bons gardiens. Ils comprennent qu'ils doivent prendre soin de leurs ressources pour garantir la prospérité de leur collectivité et l'avenir de leurs villages. Quelles que soient nos allégeances politiques, nous les considérons tous comme des pêcheurs professionnels et de véritables gardiens de la ressource.
Un des avantages dont ils bénéficient, c'est qu'une bonne partie des ressources comme les pétoncles ou les homards se trouvent dans la région immédiate. Les membres de cette collectivité discutent souvent de la pêche traditionnelle par opposition à l'aquaculture et des répercussions qui s'ensuivent sur leurs activités de pêche. Les habitants de l'île protègent leurs pêches. Ils veulent bien que l'industrie aquicole soit solide, mais pas au détriment de leurs pêches. Il s'agit d'un débat sain et dynamique. Les habitants de l'île gèrent bien la pêche de ces deux espèces parce qu'ils peuvent le faire eux-mêmes. Ils ne s'en remettent pas au gouvernement pour qu'il gère ces pêches en leur nom, car ils savent qu'il est dans leur intérêt de préserver les ressources.
Comme les députés le savent bien, le Comité permanent des pêches et des océans est un des moins sectaires à la Chambre. La Chambre serait un meilleur endroit si tous les comités travaillaient de la même manière que le Comité permanent des pêches et des océans. Le comité revient de Terre-Neuve. Je vais lire ce que les pêcheurs et les dirigeants municipaux lui ont dit, entre autres choses.
Le président du syndicat, Earle McCurdy, a demandé que le gouvernement fédéral prenne des mesures pour restreindre la surpêche étrangère. Aux audiences à St. John's, le maire de Burgeo, Allister Hann, a critiqué l'OPANO. Il a préconisé que le Canada étende sa compétence au-delà du nez et de la queue des Grands bancs. M. Hann a dit qu'il était «temps que le gouvernement fédéral insiste autant sur le poisson qu'il l'a fait pour le différend commercial avec les États-Unis au sujet du bois d'oeuvre [...]. Il y a combien de temps qu'un député a entendu le premier ministre dire qu'il allait soulever la question de la surpêche étrangère dans les Grands bancs?»
C'est une bonne question. Il y a combien de temps de cela? M. Hann a dit qu'il ne s'attendait pas à en entendre parler de son vivant. Je ne sais pas quel âge il a, mais il a raison. Nous entendons rarement parler des mesures que nous devons prendre pour protéger cette précieuse ressource.
Jim Morgan, président de la Newfoundland and Labrador Rural Rights and Boat Owners Association, a préconisé que le gouvernement fédéral interdise aux navires étrangers qui pratiquent la surpêche d'entrer dans les ports canadiens. Il a dit: «Il ne suffit pas de parler de gestion de garde. L'OPANO n'a pas fait ce qu'il fallait pour protéger nos stocks. Il est temps d'agir et de cesser de parler.»
Le ministre des Pêches de Terre-Neuve, Gerry Reid, a dit que le Canada devait contrôler les stocks de poisson qui chevauchent la limite de 200 milles. Il a dit: «Comme l'OPANO n'a aucun mordant, je crois que nous devrions passer à l'étape suivante.»
Nous devrions suivre l'exemple de M. Trudeau.
Les commentaires de ce genre sont innombrables. Je suis abasourdi de voir tout ce que certains navires ont pu faire. Les députés ont parlé des événements des derniers jours impliquant les navires Otto et Olga. Je rappelle à ceux qui nous écoutent que le Olga est un navire de pêche russe. Les fonctionnaires des pêches ont indiqué que, à son arrivée au port, où il est sans doute arrêté pour se débarrasser d'une partie des crevettes récoltées au large, ils ont découvert de 70 à 80 tonnes de morue de reproduction dans sa cale. Cette espèce est visée par un moratoire. Il est interdit de la pêcher. Les Russes ne volent pas uniquement notre ressource, ils volent la ressource du monde entier. Si nous récoltons le stock reproductif d'une espèce en voie de disparition, il ne restera absolument plus rien.
Qu'a fait le gouvernement jusqu'à maintenant? Rien. Le bâtiment frère du navire Olga, le Otto, se dirigeait aussi vers Terre-Neuve avec des crevettes à bord. Les députés ne devineront jamais ce qu'il a fait. Il a viré de bord en plein milieu du trajet et s'est dirigé vers un port russe pour y décharger sa cargaison. On a des preuves assez probantes à l'effet qu'il avait lui aussi à bord de la morue adulte qui ne devait pas être pêchée. Cela nous ramène à la parfaite impuissance de l'OPANO.
Il faut intervenir dans le cas des pays voyous qui ne veulent pas respecter le droit international. On pourrait dire qu'ils font du terrorisme en haute mer. Détruire la chaîne alimentaire et retirer à des collectivités leur gagne-pain sont des crimes qui devraient être punis. Nous devons faire autre chose que parler. Que fera le gouvernement? Aura-t-il le courage d'agir et sera-t-il appuyé par la Chambre? Le premier ministre permettra-t-il au ministre des Pêches et des Océans d'intervenir?
Nous ne voulons pas que se répète le scénario de Capitaine Canada, l'ancien ministre des Pêches Brian Tobin, qui a lancé une grande opération publicitaire en attaquant les Espagnols au sujet du simple turbot. Une fois terminée la mise en scène avec les photos du ministre la tête dans un anneau de sauvetage sur la côte de New York, rien ne s'est produit. Les Espagnols et les nations européennes ont continué de surpêcher impunément.
Une voix: Il leur a donné notre turbot.
Greg Thompson: Il leur a donné notre turbot. Il leur a cédé les droits souverains du Canada. Nous n'avons pas eu le courage de nous battre contre les nations qui continuent à pratiquer la surpêche.
Le jour viendra où nous ne parlerons plus des stocks de morue dans cet endroit car ils auront simplement disparu. Nous n'aurons pas à craindre que les Russes ne viennent pêcher dans les zones situées juste à l'extérieur de la limite des 200 milles pour pêcher la morue en quantités excessives car il n'y aura plus rien à pêcher. Le problème est à ce point sérieux.
Nous devons avoir la force et le courage d'exercer nos droits de citoyens internationaux. Le Canada est la risée de ces pays qui savent qu'ils peuvent pratiquer la surpêche impunément.
Ce débat tombe à point. Dans un sens, c'est ironique, car ce n'est pas la première fois que nous avons un débat à ce sujet. Cela rappelle le début des années 1990.
Je m'assiérai pas tant que je n'aurai pas pris le premier ministre à parti en ce qui concerne le conflit du bois d'oeuvre. Cette question est un peu comparable en ce sens qu'il s'agit d'une ressource naturelle renouvelable. Encore une fois, le Canada est la risée des Américains. Le premier ministre a fait une erreur dans ce dossier en n'acceptant pas le fait qu'il existe des règles internationales de commerce et des tribunaux internationaux qui ont toujours donné gain de cause au Canada dans les fausses accusations portées par les Américains au sujet de l'importation de bois d'oeuvre aux États-Unis. Le premier ministre est tout simplement en train de céder par la négociation les droits qui sont les nôtres en vertu de l'ALENA et de l'OMC.
Certains Terre-Neuviens comparent le différend sur le bois d'oeuvre à la surpêche. C'est une comparaison qui se tient. Les points communs entre les deux dossiers sont notamment la faiblesse et le manque de leadership de la part du gouvernement du Canada.
Lorsque nous faisons face à des différends de cette nature, nous devons pouvoir compter sur le leadership du gouvernement et avoir l'assurance que le cabinet du premier ministre peut intervenir. Nous ne pouvons plus nous contenter de jouer les bons Canadiens polis et faire fi de la situation parce que nous risquons de nous attirer les mauvaises grâces de certaines nations du monde qui ont l'intention d'épuiser notre ressource. Nous devons faire davantage.
Le député de South Shore a déclaré hier à la Chambre des communes qu'il n'y a pas suffisamment d'agents des pêches et pas assez de navires et d'aéronefs patrouilleurs.
Pour protéger la ressource, nous devons investir dans la protection du poisson actuellement exploité. Il faut davantage d'agents des pêches. Il faut également des outils pour le contrôle d'application. Nous devons réagir. Nous ne pouvons plus nous permettre de remettre le problème à plus tard comme le fait le gouvernement. En d'autres termes, si nous attendons suffisamment longtemps, le problème disparaîtra de lui-même. Malheureusement, dans le présent cas, ce qui risque de se produire, c'est que le problème ne s'évaporera pas mais que le poisson, lui, disparaîtra.
Il y a quelques années, un ministre des Pêches avait déclaré qu'il n'était pas responsable des pêches mais plutôt des poissons. Ce ministre avait affirmé que son rôle était de protéger la ressource. Malheureusement, ce ministre ne s'est pas acquitté de cette tâche. Néanmoins, il avait bien raison de dire que, s'il n'y a pas de poisson, il n'y aura pas de pêcheurs.
Il est grand temps que le gouvernement réagisse. Il doit intervenir. C'est maintenant qu'il doit agir. Le premier ministre aura notre appui pour ce qui est des négociations visant à mettre un terme à la surpêche au Canada et au large des côtes canadiennes. On vole purement et simplement le gagne-pain de tous les Canadiens. On s'attaque à l'avenir des Canadiens.
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, I appreciate the comments of the previous speaker and all speakers tonight on this most important issue.
One of the most important things that I heard from the hon. member who just sat down was that this is not a partisan issue. That sentiment has been echoed around the Chamber. Yet we have heard that this particular issue of overfishing and the plight of the east coast, and to a large extent the west coast of Canada, that our fishermen are currently experiencing has been with us for literally a generation.
The problem of overfishing has paralyzed and crippled many communities throughout the country. If we collectively in this Chamber were going to do something about it, now is the time to do so. Otherwise we are all just a bunch of fictitious Don Quixotes who are somehow tilting after windmills. We are talking and putting forward some great rhetoric and some great ideas but we must actually do something about it.
The person who is most capable and charged with doing something about it is the Minister of Fisheries and Oceans and I would say his second in command in this particular issue has to be the Minister for International Trade, the softwood lumber man. However, we heard a lot of discussion about how we do it and what we should be doing but to date the government has not been able to deliver.
The incident that brought us to this point today, much in part due to the efforts of the hon. member for St. John's West, was the issue with the Russian trawler, the Olga, polluting Canadian waters. That was the offence that led to its capture, yet we know now it was actually in the process of once again raping our natural resource and taking tonnes of mature breeding cod from Canadian waters. Now we can talk about putting the blocks to the Faroese and talk tough.
We have seen instances in the past where we did the same things. Mr. Tobin did a wonderful job exploiting his virtues as minister of fisheries. For what? Here we are five, six years later facing the same problem.
We know that there were 26 reported incidents in the past year. This is just the tangible figure of those who were apprehended. The reality is it is probably double that. While the Olga was arrested for pollution there was another ship that turned tail and ran. Suffice it to say that ship was engaging in the same activity.
It will be interesting to see what happens as a result. Is the Minister of Fisheries and Oceans and the government up to the task of actually doing something about it?
I, like previous speakers, commend the members of the fisheries committee who have undertaken a very indepth study of the issue. My colleague from Cumberland--Colchester mentioned this as well, that most importantly they have allowed the stakeholders to have a forum, to come forward and speak with knowledge, experience and tangible proof and evidence of what has been happening. The members of the committee are to be commended. Yet it will all be for naught unless something happens, unless the federal government is prepared to make a strong intervention.
What should that intervention be? One route to follow is obvious. It is the same route that we pursued with softwood lumber in previous disputes that we were engaged in. The potato wart was another incident where through neglect, inaction, and a lily-hearted response we waited at the peril of those who make a living from the land with potatoes. With respect to the fisheries we have waited at great cost to that industry.
One of the issues that was brought to my attention that is most interesting in a legal sense deals with illegal fishing on the continental shelf.
My colleagues, particularly from Newfoundland, would know that on the continental shelf there is jurisdiction that goes beyond the 200 mile limit, that extends to the seabed and what is found directly on the seabed. I am talking in particular about sedentary species such as clams, crabs, scallops and other species such as sea urchins.
If trawlers dragging steel doors and apparatus that rip, tear and take these species off the ocean floor are illegally fishing and if Canada has jurisdiction over that property, why can we not launch an action in international court? Why can we not go to the United Nations as we have in the past and make a legal challenge on what is taking place? Why can the Department of Foreign Affairs and International Trade not launch that particular aggressive action?
My friend from New Brunswick spoke of Canada's need to flex its muscles, exert its control over its proprietary interest and take them on at the UN. This is what has to happen. If we want enforcement we have to be prepared to act. If we want to see something some change, we have to be prepared to take a stance. We cannot continue this lily-livered approach with respect to overfishing. That is one area in which there is a need and a direct call. An alarm bell is going off for the government to respond.
I want to turn my attention to an issue that is of great concern to myself and many in Nova Scotia and many around the country. What is taking place in the historic fishing town of Canso is not a local issue. Canso is in peril. The scenario that is playing out now in the village of Canso is indicative and a perfect example of what has happened in Burgeo and Trepassey and many communities on the east coast.
It is a time for action but it is also a time for compassion from the government. It is a time for understanding for the human impact of what is happening in a town like Canso. There is a breakfast program to feed hungry children because their parents do not have work in the local plant. The only restaurant in town has closed like many businesses before it. If there is going to be a response that demonstrates that compassion, it will have to include other departments. It will not be solved simply by the Minister of Fisheries and Oceans allotting quota, be it quota for redfish, shrimp, crab, or opening seasons early or extending seasons. There has to be some action.
To date there has been little forthcoming even to give people something to which they can cling. There is a timeline that is looming. I would suggest there is a very real timeline when the school year ends. Parents will then have to make the decision as to whether they will relocate their families and look elsewhere for work. The sad reality of that scenario playing out is many of these families are already teetering on the brink of bankruptcy or beyond. They do not have the financial means even to relocate their families. They will be totally reliant on social welfare.
There is not, short of losing one's health, a more demeaning place to find oneself in this life, being totally reliant on the government and on the goodwill of taxpayers to survive. That is not where people in Atlantic Canada want to be. It is not where the people of Canso want to be. My friend from Musquodoboit Valley knows that.
There are people in Guysborough county who are in just as dire straits as the people of Newfoundland. Outport Newfoundland has the same scenario that has been playing out now for over a decade, a decade that has seen out migration of gigantic proportions that have left towns literally desolate with abandoned houses, schools closed and hospitals packed up.
This a very real emergency. I along with other members commend you, Mr. Speaker, and respect you for recognizing that and giving the nation an opportunity to rivet its attention upon this very real problem
There will have to be a compromise for towns like Canso that would involve programs under ACOA or programs under HRDC that would allow for an attempt to bring some other form of industry to the area, whether it be call centres or some other form of industrial development. However that should not be a compromise that involves one or the other. That is not to say that because of these other approaches, we should abandon attempts to revitalize the fishery.
That is not what the people of Canso want. This is a town that is coming up on its 400th anniversary of fishing from that location. To find a solution, these other departments may be part of that but this is not to say that we should abandon or in any way denigrate the efforts to revitalize the fishery.
In the town of Canso there is a very famous songwriter who has immortalized some of the plight of people in Atlantic Canada, not just Canso, because it is certainly not particular to only Canso. Stan Rogers immortalized in song much of the sentiment that people feel. One song in particular, Make and Break Harbour, and I am not going to sign a rendition of it, does in fact lament the trials and tribulations of people in Guysborough county. One line speaks about “foreign trawlers go by with long seeing eyes taking all where we seldom take any”.
That type of feeling has been there for a generation. It is not the long suffering people of Canso, or Mulgrave, or Trepassey or other Atlantic villages that are taking that quota and taking that resource from the sea to such an extent where plants are closing and where people are out of work. It is foreign trawlers.
The most recent example was the Russians or the Faroese. However the Spanish, the French, the Portuguese and other countries, Iceland and Greenland, are still coming into our waters and taking that resource. It is simply unacceptable. The knowledge is there. It is as if we have seen the crime and yet we have chosen not to react, not to lay a charge, not to go forward and bring these people to justice.
It absolutely flouts our sense of what is right and wrong. When something is happening and we choose to do nothing we are complicit. We are a part of the problem.
Here in this historic Chamber, in this debate, as in times previous, we have to go beyond the rhetoric. We have to go beyond simply talking about it. It will take a concerted effort on the part of many departments, but in particular the Department of Fisheries and Oceans and the Department of Foreign Affairs, to send that message.
One of the most telling statistics that we heard was that there were enough fish caught that were under moratorium, fish that were not to be taken from the ocean, to provide thousands of jobs to Atlantic Canada, enough to keep a plant like the Seafreez plant in Canso running seven days a week, 365 days a year. Instead we have seen that town slip to the point where its very existence is in question and is in peril.
The mayor of the town, Frank Fraser, is calling upon all political leaders in the province of Nova Scotia and federal departments to come to Canso to offer solutions and to take part in efforts to find some way to turn things around.
When it comes to looking for solutions, this where again sadly the minister of fisheries has let down the town of Canso. When Canso requested an opportunity to go into 30 for redfish and take quota from that zone, there were other options on the table and those were not assessed or certainly not responded to in the letter that it received.
They were left with this feeling of being completely blanked and completely ignored. At a town meeting just a week ago, the very able representative of the Canso Trawlermen's Association, Pat Fougere, addressed a crowd of over 300 in a small fire hall and he spoke of this problem. In specific reference to the financial value of the fishery in Atlantic Canada, he stated “People seem to forget that the seafood industry is worth more now than ever with respect to the Nova Scotia economy. Last year the value of exported seafood in our province was worth more than $1 billion”.
We can look to natural gas, we can look to the movie industry and all sorts of new and exciting ventures that are taking place in our province of Nova Scotia, but the fishery if managed properly, if controlled and if there was a concerted effort, we would ensure that we could continue to take our fair share from the ocean. We would ensure that those who are overfishing are rebutted and refuted in their efforts to continue to rape this natural resource. Because it is the overutilization of species by foreigners, not by Canadians, that has led to these dire straits, this moratorium and this risk of complete extinction of some species. It is not Canadian fishers.
My colleague opposite, the previous speaker, mentioned that Canadians have to partake actively in the preservation of the fishery. They have to take part in all efforts to ensure that overfishing is not continued, but it is not Canadian fishers who are doing this. We want to be able to create new Canadian exports from the available stocks. We want to ensure that there is an equal distribution of quota among provinces.
Sadly, one of the things that we have seen occur is that the poorest provinces in Canada are pitted against one another. We have Newfoundland and Labrador taking issue with quota being allocated to Nova Scotia or Prince Edward Island. We have New Brunswick fighting with Nova Scotia. This is what gets the government off the proverbial hook. By not having a concentrated effort, by not having all of the parties, the stakeholders and those interested in preserving the fishery ensuring its survival, the divide and conquer sentiment creeps in.
We are not always looking for an increase in quota, but rather a piece of the quota. Sometimes it is not harvested. What is the long term plan that is coming from the Department of Fisheries and Oceans? It does not seem to be clear. It does not seem to be clearly enunciated, that is for certain. Is it acceptable that foreign fleets are continually taking 80% or more of the total allowable catch of species like redfish? It is totally unacceptable. It is unacceptable that foreign trawlers are allowed to come into the waters and sail away with that fish, often to process it in other countries when it could be processed in our country.
There are other areas that the Department of Fisheries and Oceans could look to: developmental slope crab, for example, and looking at other species, experimental species that currently trawlermen and fishermen like those from the town of Canso are currently harvesting. Is there a long term plan? Is there an effort to ensure that the fishery will survive? There are many who are questioning that.
We have the northern shrimp quota. We know that there is a huge biomass and the total allowable catch will be greater than 110,000 metric tonnes. That is 242 million pounds of shrimp. Other provinces have been given an allocation of this northern shrimp. It is Canso's turn. It is fine for Nova Scotia to get their oar in the water.
The historic attachment of Canso and the fact that this fishery in which Canso has always played a part is being denied. Recognizing Canso's history, recognizing its historical attachment to that fishery, I would suggest that it is indicative. It is absolutely necessary that the Department of Fisheries and Oceans, led by a Nova Scotia minister for the first time in 80 years, step up and make strong decisions on the part of his community and his department.
It is foolhardy and shortsighted if we do not step up now. The reality is that this dispute has been setting in. We have seen tensions between native fishers and non-native fishers. We have seen instances where foreign trawlers may very well in some cases have come under attack.
It is an opportunity for us to act. I hope the minister has the message. I hope he realizes he has the support of all members. We will be waiting with bated breath to see what the outcome will be.
Monsieur le Président, je remercie le député et tous ceux qui l'ont précédé pour leurs observations sur cette question des plus importantes.
L'une des choses les plus importantes que j'aie entendues de la bouche du député qui vient de parler est que cette question n'est pas affaire de politique. Et tout le monde à la Chambre a abondé dans son sens. Pourtant, nous avons entendu dire que ce problème de surpêche et les difficultés actuelles de nos pêcheurs de la côte est, et de la côte ouest aussi, en bonne partie, durent en fait depuis pratiquement une génération entière.
Le problème de la surpêche a paralysé et handicapé de nombreuses localités canadiennes. Si, en notre qualité de députés fédéraux, nous comptons mener une action collective, c'est le moment ou jamais. Autrement, on pourra nous assimiler à de naïfs Don Quichotte se battant contre des moulins à vent. Nous avons bien discouru ce soir et nous avons mis de l'avant de fort bonnes idées, et maintenant nous devons y donner une suite concrète.
La personne la plus apte à le faire, et cela fait d'ailleurs partie de ses attributions, c'est le ministre des Pêches et des Océans, et je dirais aussi son second dans ce dossier particulier, le ministre de l'Industrie et du Commerce, l'homme chargé du bois d'oeuvre. De nombreuses solutions nous ont été proposées avec leur comment et leur pourquoi, mais à ce jour, le gouvernement n'a pas réussi à faire évoluer la situation.
L'incident qui nous a amenés à ce stade, en bonne partie grâce aux efforts du député de St. John's-Ouest, concerne le chalutier Olga battant pavillon russe, qui a pollué nos eaux. Il a été arraisonné pour avoir commis cette infraction, mais nous savons aujourd'hui qu'il était encore une fois en train de nous voler nos ressources naturelles en pêchant des tonnes de morue mature dans les eaux canadiennes. Et maintenant, nous pouvons envisager d'écarter les pêcheurs des îles Féroé et de jouer les durs.
Il est arrivé dans le passé que nous fassions la même chose. M. Tobin a fait du travail merveilleux en exploitant ses vertus en tant que ministre des Pêches. Avec quel résultat? Cinq, six ou sept plus tard, nous sommes aux prises avec le même problème.
Nous savons que 26 incidents ont été signalés depuis un an. Et ce ne sont que ceux qui ont été découverts. Il y en a peut-être le double en réalité. L'Olga a été arraisonné pour pollution, mais un autre bateau a changé de cap et s'est enfui. Qu'il suffise de dire que ce bateau était engagé dans la même activité.
Il sera intéressant de voir ce qui en résultera. Le ministre des Pêches et des Océans et le gouvernement auront-ils le courage de faire quelque chose?
À l'instar d'autres députés qui ont pris la parole avant moi, je voudrais féliciter les membres du Comité permanent des pêches et des océans, qui a réalisé une étude approfondie sur la question. Mon collègue de Cumberland--Colchester a dit lui aussi qu'ils avaient surtout permis aux intervenants de présenter leur point de vue, de mettre leurs connaissances et leur expérience au service du comité et de lui fournir des preuves tangibles de ce qui s'est passé. Les membres du comité doivent être félicités. Cependant, tout leur travail ne servira à rien si le gouvernement fédéral ne prend pas de mesures énergiques pour remédier à la situation.
Quel genre d'intervention faut-il? Une voie à suivre est évidente. C'est celle que nous avons choisi de suivre dans de précédents différends en matière de bois d'oeuvre. La galle verruqueuse de la pomme de terre est un autre incident où notre négligence, notre inaction et notre réaction trop timide ont failli causer la perte des producteurs de pommes de terre. Dans le secteur de la pêche, nous avons attendu bien trop longtemps, causant des torts considérables à cette industrie.
L'une des questions qui m'a été signalée et qui est des plus intéressantes sur le plan juridique concerne la surpêche sur le plateau continental.
Les députés, en particulier ceux de Terre-Neuve, savent que, sur le plateau continental, la compétence dépasse la limite de 200 milles et s'étend à la pêche jusque sur le fond de l'océan et au-dessous. Je fais allusion en particulier aux espèces sédentaires, notamment la palourde, le crabe et le pétoncle, ainsi qu'à d'autres espèces, dont l'oursin.
Si des chalutiers qui traînent des portes d'acier et des appareils qui grattent et déchirent le fond de l'océan pour pêcher ces espèces enfreignent la loi et si le Canada possède la compétence à ces endroits, pourquoi ne pouvons-nous pas intenter une action devant un tribunal international? Pourquoi ne pouvons-nous pas, comme nous l'avons fait dans le passé, porter la cause devant les Nations Unies et contester cette pêche illégale? Pourquoi les ministères des Affaires étrangères et du Commerce international ne prennent-ils pas cette mesure particulièrement énergique?
Le député du Nouveau-Brunswick a fait allusion à la nécessité pour le Canada de jouer du muscle, de veiller à ses intérêts de propriétaire et de contester ces pays devant l'ONU. Voilà ce qu'il faut faire. Quand on veut que les lois soient appliquées, on doit être prêt à agir. Quand on veut un changement, on doit être prêt à bouger. Il n'y a pas d'excuse à la couardise face à la surpêche. C'est un domaine où il y a un besoin et où il faut intervenir. L'alarme retentit et le gouvernement doit agir.
Je voudrais m'arrêter maintenant sur une question qui me préoccupe beaucoup, tout comme bien d'autres concitoyens de la Nouvelle-Écosse et d'ailleurs au Canada. Le problème qui afflige la localité historiquement centrée sur la pêche qu'est Canso n'a rien de local. Canso est en danger. Le scénario qui s'y déroule illustre clairement ce qui s'est passé à Burgeo et à Trepassey ainsi que dans de nombreuses localités de la côte est.
Il est temps d'agir, mais il est également temps que le gouvernement fasse preuve de compassion. Il est temps de comprendre les conséquences pour la population de ce qui se passe dans une ville comme Canso. Il existe un programme de petit-déjeuner pour les enfants qui ont faim parce que leurs parents ne peuvent plus travailler à l'usine locale. Le seul restaurant en ville a fermé ses portes, comme bien d'autres entreprises avant lui. S'il doit y avoir une intervention qui témoigne de cette compassion, il faudra que d'autres ministères y participent. Le problème ne sera pas réglé si le ministre des Pêches et des Océans ne fait qu'attribuer des quotas de pêche au sébaste, à la crevette ou au crabe, ou ne fait qu'ouvrir les saisons plus tôt ou les prolonger. Il faut agir.
Jusqu'ici, il s'est fait très peu de choses, ne serait-ce que pour donner à la population un peu d'espoir. L'échéance approche. Elle échéance arrivera à la fin de l'année scolaire. Les parents devront décider s'ils partiront avec leur famille pour trouver du travail ailleurs. La triste réalité, c'est que bon nombre de ces familles sont déjà au bord de la faillite, ou pire encore. Elles n'ont pas de ressources financières, ne serait-ce que pour s'établir ailleurs. Elles devront dépendre entièrement du programme d'aide sociale.
Il n'existe pas de situation plus humiliante, sauf la perte de la santé, que de devoir compter entièrement sur le gouvernement et sur la bonne volonté des contribuables pour survivre. Ce n'est pas ce que veulent les habitants du Canada atlantique. Ce n'est pas ce que veulent les habitants de Canso. Mon collègue de Musquodoboit Valley le sait.
Dans la circonscription de Guysborough, il y a des gens qui ont autant de difficultés que les Terre-Neuviens. Les petits villages isolés de Terre-Neuve connaissent la même situation depuis plus d'une décennie, une décennie de migration gigantesque, qui a laissé des villes désertes, des maisons abandonnées, des écoles et des hôpitaux fermés.
C'est une urgence très réelle. Moi-même et d'autres députés vous félicitons, monsieur le Président, et nous vous respectons pour avoir reconnu ce fait et avoir donné au pays une occasion de concentrer son attention sur ce problème très réel.
Dans le cas de villes comme Canso, il devra y avoir un compromis faisant intervenir des programmes de l'APECA ou de DRHC qui permettraient de tenter d'attirer d'autres genres d'industries dans la région, que ce soit des centres d'appel ou d'autres entreprises. Toutefois, ce ne devrait pas être un compromis obligeant de choisir l'une ou l'autre solution. Bref, ce n'est pas parce que l'on se penche sur ces démarches que l'on devrait abandonner les tentatives de revitalisation des pêches.
Ce n'est pas ce que veut la population de Canso. C'est une ville qui pêche depuis près de 400 ans à partir de cet endroit. Les autres ministères peuvent avoir leur mot à dire dans la recherche d'une solution, mais cela ne veut pas dire que nous devrions abandonner ou dénigrer de quelque façon que ce soit les efforts consentis pour revitaliser les pêches.
On trouve dans la ville de Canso un chansonnier très réputé ayant immortalisé une partie des graves problèmes que connaît la population du Canada atlantique, et non uniquement Canso, car cette situation n'est certainement pas propre à Canso. Stan Rogers a immortalisé en chanson une grande partie de ce que ressentent les gens. Une des chansons en particulier, intitulée Make and Break Harbour, et je ne vais pas vous la chanter, raconte effectivement les tribulations de la population du comté de Guysborough. Un des versets parle notamment des «chalutiers étrangers qui, au loin, prennent tout là où nous capturons rarement quelque chose».
Ce genre de sentiment existe depuis une génération. Ce ne sont pas les habitants de Canso, de Mulgrave, de Trepassey ou d'autres villages de l'Atlantique souffrant depuis longtemps qui bénéficient tant et plus de la pêche, au point où des usines ferment et où des gens sont au chômage. Ce sont les chalutiers étrangers.
Le plus récent exemple, ce sont les Russes ou les Féroïens. Toutefois, les Espagnols, les Français, les Portugais et les pêcheurs d'autres pays, que ce soit d'Islande ou du Groënland, viennent toujours dans nos eaux et en tirent cette ressource. C'est tout simplement inacceptable. Les connaissances nécessaires existent. C'est comme si nous étions témoins d'un crime et que nous choisissions de ne pas réagir, de ne pas porter d'accusation, de ne rien faire et de ne pas traduire ces gens devant les tribunaux.
Cela brouille complètement notre perception du bien et du mal. Lorsque quelque chose comme cela se produit et que nous choisissons de ne rien faire, nous jouons les complices. Nous sommes partie du problème.
Dans cette enceinte historique, au cours de ce débat comme à des occasions précédentes, nous devons aller au-delà de la rhétorique. Nous devons faire plus que simplement parler. Il faudra un effort concerté de la part de nombreux ministères, mais surtout de Pêches et Océans et des Affaires étrangères, pour transmettre ce message.
L'une des statistiques les plus révélatrices que nous ayons entendues est qu'il se prend assez de poissons visés par un moratoire, des poissons qui ne sont pas supposées être retirés de l'océan, pour fournir des milliers d'emplois aux habitants du Canada Atlantique, assez même pour faire fonctionner une usine comme celle de Seafreez, à Canso, sept jours par semaine, 365 jours par année. Au lieu de cela, nous avons laissé cette ville dépérir au point où son existence même est en péril.
Frank Fraser, le maire de la ville, invite tous les dirigeants politiques de Nouvelle-Écosse et les fonctionnaires des ministères fédéraux à venir à Canso pour proposer des solutions et prendre part aux efforts en vue de trouver un moyen de changer les choses.
Mais lorsqu'il s'agit de trouver des solutions, le ministre des Pêches s'efface malheureusement pour les habitants de Canso. Quand la municipalité de Canso lui a demandé l'autorisation d'exploiter la zone 30 pour la pêche au sébaste et de prendre son quota dans cette zone, il y avait d'autres solutions sur la table, mais il ne les a certainement pas prises en considération, ou à tout le moins il n'en a pas fait de cas dans la lettre qu'il a envoyée aux gens de Canso.
Ils ont eu le sentiment d'être parfaitement laissés pour compte et ignorés. Lors d'une réunion locale qui a eu lieu dans une petite caserne de pompiers il y a une semaine, le très compétent représentant de la Canso Trawlermen's Association, Pat Fougere, s'est adressé à un auditoire de plus de 300 personnes à ce sujet. Parlant de la valeur financière de cette industrie dans le Canada atlantique, il a dit: «Les gens semblent oublier que la valeur de l'industrie des poissons et fruits de mer n'a jamais été aussi élevée dans l'économie de la Nouvelle-Écosse. L'année dernière, dans notre province, la valeur des exportations de poissons et fruits de mer a dépassé un milliard de dollars».
Certes, il y a le gaz naturel, l'industrie du cinéma et toutes sortes d'entreprises nouvelles et stimulantes en Nouvelle-Écosse, mais il reste qu'une gestion et un contrôle adéquats du secteur des pêches de même que des efforts concertés dans ce sens assureraient notre capacité de continuer à prendre une part équitable de la ressource et décourageraient ceux qui pratiquent la surpêche d'exploiter abusivement cette ressource naturelle. C'est bel et bien la surpêche des espèces par des étrangers, et non par des Canadiens, qui a causé cette situation difficile, entraîné l'imposition de ce moratoire et qui menace la survie de certaines espèces. Les pêcheurs canadiens ne sont pas responsables de cela.
Mon collègue d'en face, l'intervenant précédent, a fait remarquer que les Canadiens devaient participer activement à la sauvegarde de la pêche. Ils doivent participer à tous les efforts visant à assurer que la surpêche cesse. Il reste que ce ne sont pas les pêcheurs canadiens qui pratiquent la surpêche. Nous souhaitons créer de nouvelles exportations canadiennes à partir des stocks accessibles. Nous voulons assurer que les quotas sont distribués équitablement entre les provinces.
Malheureusement, force est de constater que les provinces canadiennes les plus pauvres s'affrontent entre elles. Terre-Neuve et le Labrador sont frustrés en raison des quotas attribués à la Nouvelle-Écosse ou à l'Île-du-Prince-Édouard. Le Nouveau-Brunswick se dispute avec la Nouvelle-Écosse. Ce qui laisse le champ libre au gouvernement. Sans les efforts concertés et la coopération de tous les partis, intervenants et intéressés en vue de la survie de la pêche, la politique qui consiste à semer la division et à imposer ses idées trouve toujours sa place.
Nous ne demandons pas toujours une augmentation du contingent, mais plutôt une partie du contingent. Parfois, il n'est pas récolté. Quel est le plan à long terme du ministère des Pêches et des Océans? Il ne semble pas clair. Ce qui est certain, c'est qu'il n'est pas clairement énoncé. Est-il acceptable que des flottes étrangères prennent continuellement 80 p. 100 au moins du total autorisé des captures d'une espèce comme le sébaste? Absolument pas. Il est inacceptable que des chalutiers étrangers puissent venir pêcher ici ce poisson et aller le faire transformer dans d'autres pays alors qu'il pourrait être transformé au Canada.
Il y a d'autres choses que le ministère des Pêches et des Océans pourrait envisager, à savoir: exploiter le crabe du talus continental, par exemple, et exploiter d'autres espèces, des espèces expérimentales que les chalutiers et les pêcheurs de la ville de Canso récoltent à l'heure actuelle, par exemple. Y a-t-il un plan à long terme? Cherche-t-on à s'assurer de la survie des pêches? Beaucoup en doutent.
Nous avons le contingent de crevette nordique. Nous savons qu'il y a une biomasse énorme et que le total autorisé des captures excédera 110 000 tonnes métriques. Ce sont 242 millions de livres de crevette. D'autres provinces sont autorisées à pêcher la crevette nordique. C'est le tour de Canso. C'est bien que la Nouvelle-Écosse ait sa part.
Canso a un attachement historique pour cette pêche qu'on lui refuse. Il faut reconnaître l'histoire de Canso et son attachement historique à cette pêche. Il faut absolument que le ministère des Pêches et des Océans, qui est dirigé par un ministre de la Nouvelle-Écosse pour la première fois en 80 ans, s'impose et prenne de fermes décisions au nom de cette collectivité.
Il serait téméraire et peu perspicace de ne rien faire. Le fait est que ce conflit dure depuis trop longtemps. Des tensions se sont manifestées entre les pêcheurs autochtones et les pêcheurs non autochtones. Il est arrivé que des chalutiers étrangers soient attaqués.
Nous avons la possibilité d'agir. J'espère que le ministre a compris le message. J'espère qu'il comprend qu'il a l'appui de tous les députés. Nous retiendrons notre souffle jusqu'au dénouement de cette affaire.
View Grant McNally Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, I have news to report to the House. The debate has made the national news tonight because it is important. Hats off to my colleague from St. John's West because he raised the issue.
The hours may be growing late in Ottawa, but we are here to debate important issues in this place. If there were another more important issue affecting many people right now in Newfoundland and Labrador and Atlantic Canada, I would like to hear what it would be.
My colleagues in the PC/DR coalition have enunciated tonight the reason this is an important discussion. We have been here in numbers to talk about the issue because we care and because we have been sent here to represent our constituents on important issues.
Although I am a member from British Columbia, from the other coast, I understand the importance of the issue, how it impacts communities in Newfoundland and Labrador and Atlantic Canada, and how that in turn affects all of Canada.
If we do not stand together in this place on issues that are important we lose an opportunity to chart a course for the future of our country, our people and our communities regardless of what the issue might be. Foreign overfishing is a very important issue. We have seen this incident arise as a result of a trawler that was pulled aside and found to have thousands of tonnes of cod fish on it. As a result it has brought to our attention that this kind of thing is going on all the time.
As one of my colleagues mentioned earlier in the House it is like the tip of an iceberg. I do not think the government is completely aware of all the incidents that are going on because we do not have the vessels to patrol and we do not have the resources. The government has not put forward the resources to make sure that these kinds of things are not happening. That has a direct impact on the livelihoods of people in the communities of Newfoundland and Labrador and Atlantic Canada who depend on fishing. It is simply not acceptable that it occurs over and over again.
It is positive that we are having a debate here tonight. I commend the government. I commend the minister for speaking earlier. I commend my colleague for bringing the issue forward. However we simply cannot debate tonight and think we have done our job and the problem has gone away.
We will continue to raise such issues, but it is dependent upon the minister of fisheries to act on this issue. If he does not, he is accountable and responsible for the effect that inaction will have on the lives of people in Newfoundland and Labrador and Atlantic Canada and by extension the impact it will have on the entire country. When the government fails to address a glaring problem we all pay the price.
Although we are talking about foreign overfishing, it brings to light a particular issue in my own riding involving the department of fisheries. It might seem somewhat small in comparison to the ongoing overfishing issue off the coast of Newfoundland and Labrador and Atlantic Canada, but it is somewhat related in that there is inaction on the part of the minister of fisheries.
I asked him a question in the House not long ago in February on the whole issue of dredging the Fraser River, one of the largest rivers in British Columbia. The salmon fishing industry depends on the Fraser and its tributaries. There is a problem in that the Fraser riverbed is getting higher and higher because of gravel accumulation. The communities along the Fraser in my riding and in other ridings have been pleading with the minister and with the government to allow for gravel extraction on the Fraser so the fishery can survive and flooding can be avoided. If that happens it will cause billions of dollars of devastation in the area.
I raised this question with the minister and not a week later found out that the department had already decided not to allow for gravel extraction. As a result some communities will be at risk over and over again because of the government's inaction and its inability to deal with a simple matter.
It seems like a simple matter to take some gravel out of the Fraser River to lower the risk or prevent flooding. The communities in my riding have been asking for that for over five years. It has not happened. It is just another example of the inaction of the government on an important issue that affects communities. It simply will not solve the problem but will add to it by its inaction.
We stand together in this place tonight on this issue because it matters. I should like to read some letters into the record. I may belay that for the benefit of my colleagues. The mayor of two of the largest communities in my riding and the neighbouring riding have raised a local issue concerning the inaction by the Department of Fisheries.
Getting back to foreign overfishing we heard the minister give a speech in the House in this emergency debate. He mentioned that he was concerned about the issue. He has taken some action. We applaud the small action he has taken but it simply will not be enough.
My colleague from Pictou--Antigonish--Guysborough pointed out what is happening in Canso. My other colleagues have pointed out what is happening in other communities. I had the opportunity to be in Atlantic Canada this past summer so I had a chance to visit some of these communities. I know the Speaker has made several trips to Atlantic Canada and is aware of what is happening.
An hon. member: Visit Canso.
Mr. Grant McNally: My friend across the way is inviting me to Canso. I appreciate that. I will take him up on that offer. I have been to the riding. I did not spend as much time there as I would have liked to spend. I was in Cape Breton for a short period of time. I wish I would have had more time to be there; I would love to go back. I was in Malpeque as well this past summer. I also made a stop in Halifax.
An hon. member: Did you go to Fredericton?
Mr. Grant McNally: Yes. I went to New Brunswick as well.
The point of the matter is not where I have been. That is not the important part. The communities that base their livelihood on fishing are important. If the government does not move to shut down foreign overfishing it will have a devastating impact. It already has. It should move ahead quickly.
I believe the government would find agreement from members on this side who applaud and appreciate movement on this issue. At the same time members of the opposition would hold the government accountable. They would not simply say that because we had this debate the issue is gone and has been dealt with.
Too many times in this place we have had debates in which we have raised important issues but have not seen any resolution, whether it be the ongoing softwood lumber issue, native issues, helicopter procurement or shipbuilding which also affects Atlantic Canada. We have brought forward an unending list of issues to this place.
The words have been said but the action by the government has not been implemented fully, the type of action that will lead to meaningful intervention on issues such as foreign overfishing. I can just imagine how tough it must be for the communities that see these trawlers cruise by their communities scooping up their fish when there is an international moratorium on codfish. How could that happen? How could that possibly continue to go on?
It is as if the government is saying to the residents of the communities affected by this issue that they do not really matter. If the government were to show by its actions that it cares and that this issue matters, it would act. It would do more than just allow for a debate in the House of Commons. It would do more than just take one action when the issue is raised in the media, alerted to the story by my friend from St. John's West, I might add. Perhaps we should call in the ethics counsellor. We have seen that kind of thing going on and how that has not solved problems either.
There is just simply a disbelief on this side of the House. The government can talk a good talk, allow for people to speak on the issue and at the end of the day just go home and think the job has been done.
We have raised the issue. We are doing our job. We are calling on the government to solve this problem with concrete action. The government is aware of it. It knows this is happening, so now it is faced with a choice. It can ignore the problem, hope it goes away, hope it subsides, that people do not come and knock on its doors for awhile, and that maybe this is an adequate enough safety valve release for people to be able to vent about the issue so that it calms people down for awhile.
An hon. member: Wait it out.
Mr. Grant McNally: My colleague says “wait it out”. How many times have we seen that strategy employed by the government?
An hon. member: Wait for the weather to change.
Mr. Grant McNally: Exactly, wait for the weather to change. We are reminded of what happened on the whole immigration issue, with the former minister of immigration just waiting for the weather to change to solve a problem with immigration.
We are not able to wait for the weather to change to solve this problem of overfishing by foreign fleets in and around our waters. We need a strategy, not a photocopied report on this issue offered year after year by somebody. We need concrete action. If it is not forthcoming, as I said before, we will raise the issue again and again because it affects our constituents' livelihoods. Without concrete action on this, people's lives will continue to be affected in a way that we cannot even fully understand ourselves.
The members from the ridings who have spoken tonight have a better glimpse into what is going on. They are there on the ground. They are hearing the firsthand stories from individuals coming to talk to them about how this lack of action by the Liberal government has a direct impact on their lives. Without the problem being solved, those stories will continue.
It is more than just a story. It is more than just saying that is too bad. These are people's lives. This is the bedrock of communities: their ability to earn a livelihood and support their families, to thrive as flourishing communities. It is nothing to be taken lightly and this is not a problem that will go away overnight.
We hope that the minister will be true to his word. We hope he will follow through and shut down the overfishing by foreign fleets coming in and basically scooping fish when the residents of Newfoundland and Labrador and Atlantic Canada do not have access to that resource because there is an attempt to rebuild the fishery. What the government is doing on this is pathetic. Without this action it is condemning these communities to a slow, painful death that will have a devastating effect.
I will close by highlighting the issue going on in Dewdney--Alouette where the Department of Fisheries and Oceans has denied consent for gravel extraction. I, the mayors and the Liberal MLA have written letters on the issue.
I think the member who just came said something about fools. I do not know if he is impugning that this is a foolish topic. I heard his eloquent speech earlier tonight. It was passionate. He lives in a community that has been affected by this fishery issue. I do not think he would say that this is a topic not without merit. Perhaps I misunderstood what he said when he came in.
The point is that the Minister of Fisheries and Oceans and cabinet have the power to do things. We have seem their power. When they want to steamroll something it happens within 24 hours. That is the way it works. We hope the minister of fisheries will take this issue forward to cabinet and get this dealt with. It is his responsibility as well as his government's responsibility. It is on their shoulders. We will hold the government accountable. People are suffering in communities where overfishing is allowed to continue unabated.
I hope my colleagues are not making light of this matter. Many of them have given meaningful speeches here tonight. I hope they raise this issue in caucus after the break. In the intervening two weeks, I hope they talk to the minister on this issue. We need this problem solved and we need it solved now.
I commend my colleague for St. John's West for raising this issue. The minister acknowledged tonight that the member had the information before the minister.
Monsieur le Président, j'ai des nouvelles à annoncer à la Chambre. Il a été question du débat que nous tenons ce soir aux actualités nationales, parce que c'est un sujet capital. Chapeau à mon collègue, le député de St. John's-Ouest, d'avoir soulevé cette question.
Il se fait peut-être tard à Ottawa, mais nous sommes ici pour discuter de questions importantes. S'il y a actuellement un autre problème plus important qui touche les gens de Terre-Neuve et Labrador et du Canada atlantique, je voudrais bien qu'on me dise lequel.
Mes collègues de la Coalition PC/RD ont expliqué ce soir pourquoi il s'agit d'un débat capital. Nous avons été nombreux à discuter de ce sujet parce que la question nous tient à coeur et que nous avons été élus à cet endroit pour défendre les intérêts des électeurs de nos circonscriptions dans des dossiers cruciaux.
Même si je suis un député de la Colombie-Britannique, de la côte ouest, je comprends l'importance de cette question, ses répercussions sur les collectivités de Terre-Neuve et Labrador et du Canada atlantique et, partant, sur le Canada tout entier.
Si nous ne sommes pas solidaires à cet endroit sur des questions cruciales, nous perdons une occasion de prendre notre destin en main, celui de nos concitoyens et de nos collectivités, quelle que soit la nature de la question. La surpêche étrangère est un problème très grave. On a arraisonné un chalutier et on a découvert que ses cales contenaient des milliers de tonnes de morue. Cela nous a fait réaliser que ce genre d'incident se produit constamment.
Comme un de mes collègues l'a mentionné tout à l'heure à la Chambre, c'est comme la pointe de l'iceberg. Je ne crois pas que le gouvernement soit parfaitement conscient de tous les incidents qui se produisent parce que nous n'avons ni les ressources ni les bateaux nécessaires pour effectuer des patrouilles. Le gouvernement n'a pas engagé les ressources nécessaires pour s'assurer que pareille situation ne se produise pas. Cela a des répercussions directes sur le gagne-pain de ceux qui vivent dans des localités de Terre-Neuve et Labrador et du Canada atlantique tributaires de la pêche. Il est tout simplement inacceptable que ce genre d'incident se produise à répétition.
C'est une bonne chose que nous en parlions ce soir. J'en félicite le gouvernement. J'en félicite le ministre qui est intervenu un peu plus tôt. Je félicite mon collègue qui a soulevé le problème. Gardons-nous cependant de croire que, puisque nous en avons parlé ce soir, notre travail est terminé et que le problème est réglé.
Nous ne manquerons pas de soulever encore d'autres questions de ce genre, mais il incombe au ministre des Pêches et des Océans d'agir. S'il s'en abstient, il sera tenu responsable des préjudices que son inaction aura causés aux habitants de Terre-Neuve et du Labrador, aux provinces de l'Atlantique, et au Canada en général. Chaque fois que le gouvernement néglige de régler un problème flagrant, c'est tout le pays qui en pâtit.
Bien qu'il soit question ce soir d'une surpêche qui est le fait d'étrangers, cet incident évoque un autre problème qui, dans ma circonscription, concerne le ministère des Pêches et des Océans. Ce problème peut sembler relativement mineur en comparaison de cette surpêche qui continue au large de Terre-Neuve, du Labrador, et des provinces de l'Atlantique, mais il n'est pas sans rapport avec l'inaction du ministre concerné.
En février dernier, j'ai interrogé le ministre au sujet des travaux de dragage dans le Fraser, l'un des plus grands cours d'eau en Colombie-Britannique. L'industrie de la pêche au saumon dépend du Fraser et de ses affluents. Le problème tient au fait que le fleuve devient de moins en moins profond du fait d'une accumulation de graviers. Les localités riveraines du Fraser dans ma circonscription et d'autres avoisinantes ont supplié le ministre et son gouvernement de permettre qu'on retire immédiatement le gravier du lit du Fraser, pour assurer la survie de cette industrie et éviter les inondations. Car autrement, on risque de faire subir à la région des pertes se chiffrant en milliards de dollars.
J'ai abordé cette question avec le ministre et même pas une semaine plus tard, j'ai découvert que le ministère avait déjà décidé de ne pas autoriser l'extraction de gravier. Par conséquent, certaines collectivités seront menacées encore et encore à cause de l'inaction du gouvernement et de son incapacité à régler un problème simple.
Il ne semble pourtant pas compliqué de retirer une certaine quantité de gravier du fleuve Fraser pour diminuer les risques d'inondation ou les prévenir. Les collectivités de ma circonscription font cette requête depuis plus de cinq ans. Rien n'a été fait. Voilà encore un exemple de l'inaction du gouvernement à l'égard d'une question sérieuse qui affecte les collectivités. En plus de ne pas régler le problème, le gouvernement l'aggrave à cause de son inaction.
Ce soir, nous sommes solidaires sur cette question parce qu'elle est importante. J'aimerais lire certaines lettres aux fins du compte rendu. Je veux donner cette assurance à mes collègues. Les maires des deux plus grandes collectivités de ma circonscription ont signalé que l'inaction, à l'échelon local, du ministère des Pêches et des Océans constituait un sérieux problème.
Pour en revenir à la surpêche par les pays étrangers, nous avons entendu l'intervention que le ministre a faite à la Chambre à l'occasion du présent débat d'urgence. Il a mentionné que la situation le préoccupait. Il a pris certaines mesures. Nous le félicitons des mesures mineures qu'il a prises, mais lui signalons qu'elles ne suffisent tout simplement pas.
Le député de Pictou--Antigonish--Guysborough a fait état de ce qui se passe présentement à Canso. Un autre collègue a parlé de ce qui arrive dans d'autres collectivités. J'ai moi-même eu l'occasion d'aller dans les provinces atlantiques l'été dernier et j'ai visité certains de ces endroits. Je sais également que le président est allé à plusieurs reprises dans cette région et qu'il est au courant de ce qui s'y passe.
Une voix: Allez visiter Canso.
M. Grant McNally: Mon ami d'en face m'invite à Canso. J'apprécie son invitation. J'accepte son offre. Je suis allé dans cette circonscription. Je n'y suis pas resté aussi longtemps que j'aurais voulu. J'ai également fait une courte visite à Cap-Breton. J'aurais bien aimé y demeurer plus longtemps et je souhaite y retourner. Je suis aussi passé par Malpeque l'été dernier et j'ai fait un arrêt à Halifax.
Une voix: Êtes-vous allé à Fredericton?
M. Grant McNally: Oui. Je suis aussi allé au Nouveau-Brunswick.
Le point, ce n'est pas où je suis allé. Ce n'est pas ça qui est important. Ce qui est important, ce sont les collectivités qui dépendent de la pêche pour leur gagne-pain. Si le gouvernement ne fait rien pour mettre fin à la surpêche par les bateaux de pêche étranger, les conséquences vont être dévastatrices. Elles le sont déjà. Le gouvernement devrait agir vite.
Je crois que le gouvernement trouverait un appui de la part des députés de ce côté-ci qui apprécient toute avancée dans ce dossier. En même temps, les députés de l'opposition tiendrait le gouvernement responsable. Ils ne considéreraient pas la question réglée parce que nous avons eu ce débat.
Nous avons souvent eu à la Chambre des débats au cours desquels d'importantes questions ont été soulevées sans être jamais réglées, qu'il s'agisse de la question du bois d'oeuvre, des questions autochtones, de l'achat d'hélicoptères ou de la construction navale qui touche aussi le Canada atlantique. La liste des questions que nous avons examinées à la Chambre est interminable.
On a eu droit à de belles paroles mais à peu d'action de la part du gouvernement. Le gouvernement n'a pas vraiment pris le type de mesures nécessaires pour une intervention significative dans les dossiers comme la surpêche étrangère. Je peux m'imaginer combien il est dur pour les collectivités de voir ces chalutiers croiser à proximité et capturer leur poisson alors qu'un moratoire international a été placé sur la pêche à la morue. Comment est-ce possible? Comment pouvons-nous permettre que cela continue?
C'est comme si le gouvernement disait aux résidents des collectivités touchées par cette question, que cela n'a pas vraiment d'importance. Si le gouvernement s'intéressait vraiment à la question, si cette question lui importait vraiment, il agirait. Il ne se contenterait pas de permettre que cette question soit débattue à la Chambre. Il ne se contenterait pas de prendre une seule mesure au moment où la presse, alertée--ajouterai-je-- par mon collègue de St. John's-Ouest, s'empare de la question. Peut-être devrions-nous convoquer le conseiller en éthique. Ce n'est pas la première fois qu'un problème de ce genre se produit et qu'il n'est pas réglé.
Il y a simplement un sentiment d'incrédulité de ce côté-ci de la Chambre. Le gouvernement peut faire de beaux discours, permettre aux gens de s'exprimer sur la question et de rentrer chez eux pensant que leur mission a été accomplie.
Nous avons soulevé la question. Nous faisons notre travail. Nous demandons au gouvernement de régler le problème en prenant des mesures concrètes. Le gouvernement est au courant. Il sait ce qui se passe et il doit maintenant faire un choix. Il peut ne pas tenir compte du problème, espérer qu'il disparaîtra, espérer qu'il s'en ira, que, pendant un certain temps, les gens ne viendront pas frapper à sa porte et que peut-être c'est une soupape de sécurité suffisante pour que les gens puissent donner cours à leurs frustrations et se calment pour un certain temps.
Une voix: Il temporise.
M. Grant McNally: Mon collègue dit qu'il temporise. Combien de fois avons-nous vu le gouvernement employer cette stratégie?
Une voix: Il attend que le vent tourne.
M. Grant McNally: Exactement, il attend que le vent tourne. Cela nous rappelle ce qui s'est passé dans le dossier de l'immigration; l'ancienne ministre de l'Immigration attendait que le vent tourne pour régler un problème sous sa responsabilité.
Nous ne pouvons attendre que le vent tourne pour régler le problème de la surpêche étrangère dans nos eaux et à proximité de ces dernières. Il nous faut une stratégie, pas un rapport photocopié sur la question remis par un quidam année après année. Nous avons besoin de mesures concrètes, faute de quoi, comme je le disais, nous ramènerons la question sur le tapis car elle touche le gagne-pain de nos électeurs. En l'absence de mesures concrètes, la vie de nos concitoyens continuera à être touchée d'une manière que nous-mêmes ne pouvons entièrement comprendre.
Les députés de ces circonscriptions qui ont pris la parole ce soir ont une meilleure idée de ce qui se passe. Ils sont sur le terrain. Ils prennent connaissance en direct des histoires des personnes qui viennent leur parler des conséquences sur leur vie de ce manque d'action du gouvernement libéral. Si le problème n'est pas réglé, ces histoires continueront.
C'est plus qu'une simple histoire.On ne peut se contenter de dire que c'est dommage. C'est de la vie de ces gens qu'il s'agit. C'est le fondement de leurs communautés: leur capacité de gagner leur vie, de subvenir aux besoins de leurs familles, de s'épanouir dans des localités florissantes. Ce n'est pas quelque chose à prendre à la légère et ce n'est pas un problème qui disparaîtra du jour au lendemain.
Nous espérons que le ministre tiendra parole. Nous espérons qu'il prendra les mesures nécessaires et mettra un terme à la surpêche pratiquée par les flottilles de pêche étrangères qui viennent essentiellement ramasser le poisson auquel les résidents de Terre-Neuve-et-Labrador et du Canada atlantique n'ont pas accès, parce qu'on veut rebâtir les stocks de poissons. L'inaction du gouvernement dans ce dossier est pathétique. S'il néglige d'intervenir, il condamnera ces localités à une mort lente et douloureuse, qui aura un effet dévastateur.
Je terminerai en mettant en relief ce problème qui existe dans la circonscription de Dewdney—Alouette, où le ministère des Pêches et Océans a refusé d'autoriser l'extraction du gravier. Moi-même, les maires et le député libéral à l'assemblée législative provinciale avons envoyé des lettres à ce sujet.
Je pense que le député qui vient juste d'arriver a employé le mot « idiot ». Je ne sais pas s'il voulait insinuer qu'il s'agit d'un sujet idiot. J'ai écouté son éloquent discours plus tôt ce soir. Il y a mis beaucoup de passion. Le député vit dans une collectivité qui a été touchée par cette question des pêches. Je ne crois pas qu'il pense qu'il s'agit d'un sujet sans valeur. Peut-être ai-je mal compris ce qu'il a dit quand il est entré.
Le ministre des Pêches et des Océans et le Conseil des ministres ont le pouvoir de faire des choses. Nous avons constaté leur pouvoir. Lorsqu'ils veulent faire adopter quelque chose, ils le font dans les 24 heures. C'est comme cela qu'ils fonctionnent. Nous espérons que le ministre des Pêches et des Océans soulèvera ce problème au Conseil des ministres et qu'il convaincra celui-ci d'agir. C'est sa responsabilité ainsi que celle de son gouvernement. Tout repose sur leurs épaules. Nous tiendrons le gouvernement responsable. Les gens souffrent dans les collectivités où on laisse continuer la surpêche avec autant d'intensité.
J'espère que mes collèges ne prendront pas cette question à la légère. Beaucoup d'entre eux ont prononcé des discours inspirés ce soir. J'espère qu'ils soulèveront cette question en caucus après la pause de Pâques. Je souhaite qu'ils profitent des deux prochaines semaines pour parler au ministre. Il nous faut résoudre ce problème maintenant.
Je félicite mon collègue de St. John's-Ouest d'avoir soulevé la question. Le ministre a reconnu ce soir que le député avait eu l'information avant lui.
View Bill Casey Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, I rise on a point of order. I am trying to listen to this riveting speech but I am being distracted by the parliamentary secretary who is here in his pyjamas. I wonder if you could have him correct that.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. J'essaie d'écouter ce captivant discours, mais je suis distrait par le secrétaire parlementaire qui est ici en pyjamas. Je me demande si vous pouvez lui demander de faire quelque chose à cet égard.
View Grant McNally Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, I will simply summarize the point I made throughout my speech. Government inaction and heckling from the government side is not the solution here. If we need to stay here until midnight to get the point across, we should do that. Are we in a hurry to leave? We are doing our job raising an important issue in this place on overfishing and its effect on Newfoundland and Labrador and the whole of Atlantic Canada. We will certainly not shrink away from that. We will stay here as long as we need to raise awareness of the issue.
This is something that needs to be addressed and dealt with by the minister of fisheries and the Liberal government. The inaction on their part is what has led directly to this problem. They have known about it for a very long time but have allowed it to go on with a blind eye. They can stand and say whatever they like but we would like to see action taken on this issue. We want to see the problem solved to help people in communities who are being affected by overfishing. It is having a devastating effect on their lives and their communities. We hold this government accountable. We do not want to hear just words. We want to see action and we want to see this solved soon.
Monsieur le Président, je vais simplement résumer l'argument que j'ai fait valoir tout au long de mon discours. L'inaction du gouvernement et le chahut des gens d'en face ne régleront pas le problème. S'il le faut, nous resterons ici jusqu'à minuit pour nous faire comprendre. Sommes-nous pressés de partir? Nous faisons notre travail en soulevant à la Chambre le problème de taille que représentent la surpêche et ses répercussions sur Terre-Neuve et Labrador et tout le Canada atlantique. Nous ne reculerons pas là-dessus. Nous allons rester ici le temps qu'il faudra pour accroître la sensibilisation à ce problème.
C'est une question que doivent absolument régler et le ministre des Pêches et des Océans et le gouvernement libéral. C'est leur inaction qui a abouti directement à ce problème. Ils le savent depuis très longtemps, mais ils ont fermé les yeux. Peu importe ce qu'ils peuvent dire, nous exigeons que des mesures soient prises pour régler le problème. Nous réclamons une solution, afin d'aider les habitants des collectivités touchées par la surpêche. Cette surpêche a un effet dévastateur sur la vie de ces Canadiens et sur leurs collectivités. Nous tenons le gouvernement responsable. Les paroles ne suffisent pas. Nous voulons de l'action et une solution sans tarder.
View Elsie Wayne Profile
CPC (NB)
View Elsie Wayne Profile
2002-03-20 14:19
Mr. Speaker, I rise today in the House to pay tribute to the late Dalton Camp.
When I think of Dalton Camp I am reminded of the book about John F. Kennedy entitled The Pleasure of His Company, for Dalton's company was always pleasurable.
He was intelligent, articulate, curious, pleasant and always interested in what people had to say, which is probably why he was such a great communicator. He attracted people to him and gained their lifelong loyalty. He was a proud Canadian and a proud New Brunswicker who took delight in having people come to New Brunswick to seek him out. He spoke countless times in New Brunswick and would not charge a fee. In fact the weekend he was stricken he was to speak at a student conference at the UNB.
A gentleman, a player and a politician turned journalist, Dalton Camp leaves an indelible impression of reasoned debate, a commitment to compassion and humanity for our Canadian society, and a treasury of intelligent, thought provoking columns and books. He will be sorely missed.
I wish to join with his many friends and my colleagues in extending to his family deepest sympathy. His funeral will take place on Saturday at 2 p.m. in Fredericton at the Christ Church Cathedral.
Monsieur le Président, je prends aujourd'hui la parole à la Chambre pour rendre hommage au regretté Dalton Camp.
Lorsque je pense à Dalton Camp, je pense toujours au livre sur John F. Kennedy intitulé The Pleasure of His Company, car il était toujours très plaisant de se trouver en compagnie de Dalton.
Il était intelligent, éloquent, curieux et agréable et il s'intéressait toujours à ce que les gens avaient à dire, ce qui explique probablement pourquoi il était un si grand communicateur. Il attirait les gens et gagnait à jamais leur loyauté. Il était fier d'être Canadien et Néo-Brunswickois et il prenait plaisir à inviter les gens à venir le trouver au Nouveau-Brunswick. Il a pris la parole d'innombrables fois dans cette province, et ce, sans demander d'honoraires. D'ailleurs, le week-end où il est devenu très malade, il devait prendre la parole à une conférence organisée par les étudiants de l'UNB.
Gentleman, joueur et politicien converti au journalisme, Dalton Camp laisse à jamais gravé dans notre mémoire le souvenir d'un être aimant les débats raisonnés et empreint de compassion et d'humanisme envers la société canadienne, et il nous lègue un trésor de chroniques et de livres intelligents et suscitant la réflexion. Il nous manquera beaucoup.
Je me joins à ses nombreux amis et à mes collègues pour transmettre à sa famille nos plus sincères condoléances. Ses funérailles auront lieu samedi, à 14 heures, à Fredericton, à la Christ Church Cathedral.
View Joe Clark Profile
PC (AB)
Mr. Speaker, I have another question for the minister of public works regarding the mandate given to the auditor general in the Groupaction reports affair.
Will this be a legal investigation and will he allow her to determine if fraud has been committed, if fraud there is? Yes or no?
Monsieur le Président, j'ai une autre question pour le ministre des Travaux publics en ce qui concerne le mandat qui a été donné à la vérificatrice générale dans l'affaire des rapports de Groupaction.
Cette enquête sera-t-elle de type juridique et lui permettra-t-elle de déterminer si une fraude a été commise, si fraude il y a? Oui ou non?
View Joe Clark Profile
PC (AB)
Mr. Speaker, my question is for the Deputy Prime Minister.
Will the auditor general have full access to the former minister of public works, Mr. Gagliano, in her investigation of the Groupaction reports? Will the Deputy Prime Minister assure the House that nothing will prevent the auditor general from conducting a full interview with Mr. Gagliano to determine the nature of political or ministerial involvement in any decision to pay an extra $575,000 for a photocopy of a study of which the government already had a copy?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au vice-premier ministre.
La vérificatrice générale aura-t-elle librement accès à l'ancien ministre des Travaux publics, M. Gagliano, dans son enquête sur les rapports préparés par Groupaction? Le vice-premier ministre assurera-t-il à la Chambre que rien n'empêchera la vérificatrice générale d'interroger à fond M. Gagliano pour déterminer la mesure dans laquelle la politique ou le ministre ont influencé toute décision de verser 575 000 $ de plus pour la photocopie d'un rapport dont le gouvernement avait déjà une copie?
View Loyola Hearn Profile
CPC (NL)
Mr. Speaker, the Standing Committee on Fisheries and Oceans has just returned from Newfoundland, where members witnessed the devastation caused by foreign overfishing.
Yesterday a Russian vessel, the Olga, under Icelandic control, was arrested for polluting Canadian waters. The boat, according to confirmed reports, has 70 to 80 tonnes of mature breeding cod in its hold. This species is under moratorium.
Has the minister asked his officials to deal with this blatant abuse of regulations?
Monsieur le Président, le Comité permanent des pêches et des océans revient de Terre-Neuve, où les membres du comité ont été témoins du désastre causé par la surpêche étrangère.
Hier, le navire russe Olga, battant pavillon islandais, a été arraisonné pour avoir pollué les eaux canadiennes. Selon des rapports qui ont été confirmés, le navire a à son bord de 70 à 80 tonnes de morue mature. Cette espèce fait l'objet d'un moratoire.
Le ministre a-t-il demandé à ses collaborateurs de prendre des mesures à l'égard de cette violation flagrante des règlements?
View Loyola Hearn Profile
CPC (NL)
Mr. Speaker, we have heard the words under advisement and under investigation. It is time we took it on the chin.
A sister ship, the Otto, which was also headed for Newfoundland, has now suspiciously changed direction and is headed for Iceland. Will the minister see that this vessel is boarded and checked, because if he does not do it soon we know what is going to happen to the catch?
Monsieur le Président, nous avons entendu les mots «en délibéré» et «fait l'objet d'une enquête». Il est temps de passer à l'action.
Un navire frère, l'Otto, qui se dirigeait également vers Terre-Neuve, a changé de cap, ce qui est suspect, et se dirige vers l'Islande. Le ministre fera-t-il en sorte que des inspecteurs montent à bord de ce navire et le fouillent? S'il n'agit pas sous peu, nous savons ce qu'il adviendra des prises.
View Deborah Grey Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, let us see today if the heritage minister can tell us if there is a final report regarding land use regulations at Lake Louise? She paid $56,000 to Olsen and Olsen to produce one. Her department first said that the company only produced a “draft document”. Now the department says that there is a final document, poof.
Maybe the minister can just jump up out of her seat today, perhaps jump over it, and tell us what the actual truth is. The question is, if the final report was actually produced by her department and not by Olsen and Olsen, why did she hand out such huge gobs of cash for something that was never done?
Monsieur le Président, voyons aujourd'hui si la ministre du Patrimoine peut nous dire s'il existe un rapport final concernant les règlements sur l'utilisation des terres dans la région du Lac Louise. Elle a versé 56 000 $ à la société Olsen et Olsen pour qu'elle en produise un. Son ministère a tout d'abord dit que l'entreprise n'avait produit qu'un «avant-projet». Maintenant, le ministère dit subitement qu'il existe un rapport final.
La ministre peut-elle tout simplement intervenir aujourd'hui et nous dire quelle est la vérité vraie? Si le rapport final a été produit par son ministère et non par Olsen et Olsen, pourquoi a-t-elle octroyé un si gros montant pour un travail qui n'a jamais été fait?
View Jim Pankiw Profile
Ind. (SK)
moved for leave to introduce Bill C-437, an act to provide that persons who commit a sexual offence involving a child serve the entire sentence imposed without early release or parole and be found to be child predators, and to amend the Corrections and Conditional Release Act and the Criminal Code.
He said: Mr. Speaker,I am pleased to introduce this bill to provide that persons who commit a sexual offence involving a child serve the entire sentence imposed without early release or parole and be found to be child predators.
It would amend the Corrections and Conditional Release Act to prevent any unescorted temporary absence, day parole, full parole or statutory release being granted to a person who has committed a child predator offence or who has been found to be a child predator. Thus it would ensure that the full term of the sentence would be served in custody in every case of a child predator offence.
The enactment would also allow the court to order an offender who is found to be a child predator to be held in custody for an indeterminate period if the offence is a second or subsequent child predator offence and in the case of any subsequent release, avoidance of contact with children, electronic surveillance and monthly reporting to police.
In conclusion, it is a shame that this type of proposal to protect our children should have to come from an opposition member and not the justice minister. It is just another illustration of the desperate need to change the government so we can get the kind of criminal justice reform we need to protect our children.
demande à présenter le projet de loi C-437, Loi prévoyant que l'auteur d'une infraction d'ordre sexuel à l'égard d'un enfant purge entièrement sa peine sans libération anticipée ou conditionnelle et soit déclaré prédateur d'enfants, et modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition ainsi que le Code criminel.
--Monsieur le Président, je suis heureux de déposer ce projet de loi qui prévoit que l'auteur d'une infraction d'ordre sexuel à l'égard d'un enfant doive purger sa peine entièrement, sans libération anticipée ou conditionnelle et soit déclaré prédateur d'enfants.
Ce projet de loi modifierait la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition pour interdire tant aux personnes ayant commis un acte de prédation contre un enfant qu'aux personnes ayant été déclarées prédateurs d'enfants toute permission de sortir sans escorte, semi-liberté, libération conditionnelle totale ou libération d'office. Cette modification contraint les délinquants ayant commis un acte de prédation contre un enfant à purger en détention la totalité de leur peine.
En cas de récidive, le tribunal peut imposer au délinquant déclaré prédateur d'enfants une peine de détention pour une période indéterminée et, après sa mise en liberté, lui imposer d'éviter de se trouver en présence d'enfants, de se soumettre à une surveillance électronique et de se présenter en personne tous les mois à un officier de police.
En conclusion, il est honteux qu'une telle mesure visant à protéger nos enfants soient présentée par un député de l'opposition plutôt que par le ministre de la Justice. Cela démontre encore une fois l'urgence d'élire un nouveau gouvernement pour que nous puissions compter sur la réforme de la justice pénale dont nous avons besoin pour protéger nos enfants.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-03-20 15:55
Madam Speaker, I was particularly interested in a lot of the things that the member for Souris--Moose Mountain had to say. It would behoove the Liberal members opposite to be interested in what he had to say.
The bill clearly pits rural Canada against urban Canada. Unfortunately we have allowed the concerns of a few to dictate and prejudice the concerns of many.
Not only is the legislation ill-founded and ill-fated, both pieces of the bill, the cruelty to animal section and the gun registration section, makes criminals out of honest citizens. It is past time that we stopped doing that.
I do not think there is anyone in the House who is against modernizing the cruelty to animals legislation, but this legislation is not it. This is terrible legislation that would affect this nation from coast to coast and make criminals out of honest citizens.
The member for Souris--Moose Mountain spoke about farm practices that we do all the time, whether we are in Alberta, in western Canada, or in Nova Scotia. Castration and tail docking for lambs are farm practices carried out every day. They are not carried out with intentional cruelty. They are not done in some belligerent, cruel manner to cause undue harm to the animals. They are done for specific reasons. The bill could possibly make those practices criminal offences.
Under sections of the bill, hunters and trappers, honest men and women, honest citizens of Canada, who have never been arrested, who have never received even a traffic ticket in their lives and who have never gone through a stop sign, could be treated as criminals. It is incredible.
It is the view of the PC/DRC coalition that legislation is needed to punish those who intentionally abuse and neglect animals. We are not questioning that for a moment. However this legislation is not it.
Cruelty to animals is an issue that has received a lot of publicity in recent years, and deservedly so. We are looking at a poor attempt by the government to deal with that specific issue but Bill C-15B is not it.
If the government had been even remotely serious about doing something about cruelty to animals, it would not have put it together in an omnibus bill. It would have put together one bill, a stand on its own, cruelty against animals bill. Instead it has lumped it together with some firearms registration that was not well thought out either.
There is absolutely no way that any thinking member of parliament, or any sentient being, which I think is the wording for cruelty to animals, who feels pain can look at the legislation and not find something wrong with it. It is absolutely incredible.
We do want to support parts of the legislation, especially preventing cruelty against animals, but other parts of the legislation prevent us from supporting the good parts.
It is time for the government to get it right. It should put this to committee, find an answer to this serious question and do something about it.
I find it offensive that the propriety aspects of animal use in this legislation, and those aspects of this legislation have always been important to animal cruelty legislation and laws, the way that it is put into this legislation moves the animal cruelty provisions out of part IX of the criminal code and removes the protection that animal users had in section 429(2). This important section currently permits acts done with legal justification or excuse or with colour of right.
Therefore removing cruelty to animals provisions from this section is of particular concern to me as a hunter, a trapper and a farmer. I am guilty under this legislation and can probably expect to go in prison. It is unbelievable. The legislation would make a group of individuals, unwittingly and unjustly, in contravention of the law under section 182.2(1)(a) and 182.2(1)(b) of the proposed legislation.
I had this discussion with some Liberal members earlier. They told me there was nothing to be afraid of and nothing to worry about in the legislation. My NDP colleagues also said that it would be left up to the courts to decide. I am not willing to do that. I can tell members that when people go to court they are there for one reason: One of the parties in that courtroom has lied. One of the parties has unjustifiably defended something or accused the other party of something and the judge has to resolve it.
That is not how we need to resolve this. We need to resolve this in a fair and equitable manner that considers all the facts.
We share the concerns of Canadians about the definition of animal as being “any animal that has the capacity to feel pain”. I am forgetting a lot of my biology but I think it can be shown that animals, right down to multicelled creatures, feel pain and are actually affected by electrical shock or by acid. Certainly they are not sentient beings but they do have the ability to feel pain.
I do not know when the fishing season opens in the rest of the country, but come April 1 in Nova Scotia, when the fishing season begins, a lot of boys and girls will be put at risk when they put a worm on their hooks.
Someone may think that is incredulous but that is the way the bill reads and we will leave it up to some judge somewhere to make that decision. We can be sure the decision will be headed to the supreme court and we can be sure of what will happen there.
The legislation would place fishermen, farmers, hunters, trappers and all those good Liberals who want to boil a lobster, at risk. Forget the people who actually make a living in the country by raising livestock: cattle, hogs, chickens. Chicken farmers have to use euthanasia daily. Rather than have a sick bird infect the entire the flock, they put the chicken down as humanely as possible. However, that would be a deliberate act of violence under this legislation.
The PC/DRC coalition supports strengthening the laws to protect animals from undue cruelty. We certainly do not support this legislation and we cannot support it.
In the fishery in eastern and western Canada and in the Arctic, fish are caught in nets and caught on hooks. It is not some deliberate way to torture an animal but under the legislation those people would suddenly become criminals. It is unbelievable how poorly crafted the legislation is.
There has been $800 million already spent on the gun registry. Where is it headed? I have no idea.
Madame la Présidente, bien des choses qu'avait à dire le député de Souris—Moose Mountain m'ont particulièrement intéressé. Les députés libéraux d'en face devraient s'intéresser à ce que le député avait à dire.
Le projet de loi monte clairement les régions rurales du Canada contre ses centres urbains. On a malheureusement laissé les préoccupations de quelques-uns prendre le pas sur les problèmes de nombreux Canadiens.
Non seulement le projet de loi est non fondé et malheureux, dans ses deux parties, soit l'une sur la cruauté envers les animaux et l'autre sur l'enregistrement des armes à feu, il fait des criminels d'honnêtes citoyens. Il est grandement temps que cela cesse.
Personne ici n'est contre le fait qu'on modernise la loi sur la cruauté envers les animaux, mais cette mesure législative n'est pas opportune. Ce projet de loi pénalisera tous les Canadiens d'un océan à l'autre et fera des criminels d'honnêtes citoyens.
Le député de Souris—Moose Mountain a parlé de pratiques agricoles qui sont courantes aussi bien en Alberta et dans l'Ouest du Canada qu'en Nouvelle-Écosse. Tous les jours, on castre des agneaux et on leur coupe la queue. On ne le fait pas par cruauté. On ne le fait pas malicieusement pour torturer les animaux. On le fait pour des raisons bien précises. Aux termes du projet de loi, ces pratiques pourraient devenir des infractions criminelles.
Selon certains articles du projet de loi, les Canadiens et Canadiennes honnêtes qui s'adonnent à la chasse et au piégeage risquent d'être traités comme des criminels, et cela, même s'ils n'ont jamais été arrêtés et même s'ils n'ont jamais reçu une seule contravention de leur vie ni seulement jamais brûlé un feu rouge. C'est incroyable.
La Coalition de la représentation démocratique progressiste-conservatrice croit qu'il faut une mesure législative pour punir les gens qui maltraitent et négligent délibérément les animaux. Nous n'en doutons pas un instant. Toutefois, celle-ci ne fait pas l'affaire.
La question de la cruauté envers les animaux a été fort publicisée ces dernières années, et à juste titre. Le projet de loi C-15B est une piètre tentative de la part du gouvernement pour résoudre le problème et il ne fait pas l'affaire.
Si le gouvernement avait envisagé un peu sérieusement la prise de mesures concernant la cruauté envers les animaux, il n'aurait jamais inclu cette question dans un projet de loi omnibus. Il aurait plutôt présenté un seul projet de loi, un projet de loi indépendant sur la cruauté envers les animaux. Au lieu de procéder ainsi, il a combiné la question de la cruauté envers les animaux à celle de l'enregistrement des armes à feu qui, avouons-le, n'a guère été mieux traitée.
Il est absolument impossible pour un député un tant soit peu avisé ou pour tout être pouvant ressentir la douleur--je crois que c'est la formulation qui convient concernant la cruauté envers les animaux--puisse examiner cette mesure législative sans y trouver quelque chose qui cloche. C'est tout simplement incroyable.
Nous aimerions appuyer certaines parties de ce projet de loi, notamment la prévention de la cruauté envers les animaux, mais ses lacunes nous empêchent de donner notre assentiment, en dépit de certains éléments valables.
Il est grand temps que le gouvernement fasse les choses comme il se doit. Il devrait renvoyer cette sérieuse question à un comité, y trouver une réponse et agir.
Les dispositions touchant la propriété et l'utilisation des animaux ont toujours été importantes dans la législation sur la cruauté envers les animaux, et je trouve offensant que, dans la nouvelle mesure législative, celles-ci soient retirées de la partie IX du Code criminel et que la protection prévue au paragraphe 429(2) pour les utilisateurs d'animaux soit ainsi supprimée. Ces dispositions importantes sanctionnent présentement certains actes s'ils sont posés avec une justification ou une excuse légale et avec apparence de droit.
Par conséquent, en tant que chasseur, trappeur et agriculteur, je suis particulièrement inquiet de voir qu'on a supprimé ces dispositions. Ainsi, en vertu de la nouvelle mesure législative, je suis coupable et peux vraisemblablement m'attendre à aller en prison. C'est incroyable. En vertu des alinéas 182.2(1)a) et 182.2(1)b), le projet de loi considérerait qu'un groupe de citoyens enfreint la loi, à son insu et injustement.
J'ai discuté plus tôt de cette question avec des députés libéraux. Ils m'ont dit qu'il n'y avait pas lieu d'avoir peur, qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter. Mes collègues du NPD ont dit que ce serait aux tribunaux de décider. Je ne suis pas d'accord. Quand des gens vont devant les tribunaux, c'est pour une raison, à savoir que l'une des parties dans la salle d'audience a menti. L'une des parties a défendu une chose ou a accusé l'autre partie d'une chose sans aucune justification, et c'est au juge de décider.
Ce n'est pas la façon dont nous devons régler cette question. Cette question doit être réglée de façon juste et équitable, en tenant compte de tous les faits.
Nous partageons la préoccupation des Canadiens à l'égard de la définition qui dit qu'un «animal» s'entend de «tout animal pouvant ressentir la douleur». J'ai pas mal oublié ce que j'ai appris en biologie, mais je crois qu'il est possible de prouver que les animaux, en commençant par les animaux multicellulaires, ressentent la douleur et sont en fait sensibles aux chocs électriques ou à l'acide. Certes, il ne s'agit pas d'êtres doués d'intelligence, mais il n'empêche qu'ils peuvent ressentir la douleur.
Je ne sais pas quand commence la saison des pêches dans les autres régions du Canada, mais en Nouvelle-Écosse, elle commence le 1er avril, et bien des garçons et des filles courront un risque lorsqu'ils accrocheront un ver à l'hameçon.
Cela peut sembler incroyable à certains, mais un juge sera sûrement appelé à se prononcer un jour sur cette question, étant donné la façon dont le projet de loi est formulé. Sa décision se retrouvera devant la Cour suprême et vous pouvez déjà deviner ce qui va se produire à ce moment-là.
La mesure législative représente une menace pour les pêcheurs, les agriculteurs, les trappeurs et tous ces bons libéraux qui voudront se faire cuire un homard. Sans parler de ceux qui gagnent leur vie en élevant du bétail, ce que soit des boeufs, des porcs ou des poulets. D'ailleurs, les producteurs de poulet pratiquent l'euthanasie tous les jours. Au lieu de laisser un poulet malade contaminer tous les animaux, ils tuent le poulet de la manière la moins cruelle possible. Il reste que, aux termes du projet de loi, cela équivaut à un acte de violence délibéré.
La coalition PC/RD est en faveur du resserrement des lois visant à protéger les animaux contre des actes vraiment cruels. Elle n'est certainement pas en faveur de ce projet de loi et il lui est impossible de l'appuyer.
Dans le secteur de la pêche dans les Maritimes, l'Ouest du pays et l'Arctique, le poisson est pêché au moyen de filets ou d'hameçons. Les pêcheurs ne cherchent pas délibérément à torturer un animal, mais, aux termes du projet de loi, ils deviendraient soudainement des criminels. C'est incroyable à quel point cette mesure législative est mal rédigée.
En tout, 800 millions de dollars ont été consacrés au registre des armes à feu. Où en est ce projet? Je n'en ai aucune idée.
View Elsie Wayne Profile
CPC (NB)
View Elsie Wayne Profile
2002-03-20 17:40
That, in the opinion of this House, the government should establish a fund to assist in the maintenance of local cenotaphs.
She said: Madam Speaker, it is an honour and a privilege to rise in the House tonight to move this important and timely motion.
Three weeks ago my friend, the hon. member for Fundy--Royal, brought to the attention of the House a motion that was very similar to that which we debate here tonight. I was proud to be a participant in that debate, a debate that saw a great deal of consensus among members and parties in this historic Chamber.
It might therefore seem odd that we have chosen to raise this issue again so soon thereafter. To those who would say this was an oversight on our part, let me assure them that this arrangement was entirely by design.
All too often we are limited in the praise we may offer our veterans. All too often we are too distracted by current events to remember the rich heritage of our nation's armed forces. It is perhaps in these dangerous times when our nation's most courageous citizens have been dispatched to the hostile soil of foreign lands that we are most mindful of the selfless sacrifices offered by our veterans 60 years ago.
As between our veterans and ourselves there is still a debt of gratitude that we owe to them that can never be repaid. Those brave young souls left their family homes as the innocent sons of a grateful and fearful nation and returned as our most distinguished national heroes. That heroism is legendary. Their courage has often been celebrated and their patriotism is both respected and feared the world over. I have often told the House of Commons how proud I am of my two brothers who volunteered for the war effort, perhaps only as often as I have said how truly blessed I was that they both came home safe and sound.
Across this nation there are 6,000 cenotaphs that serve as beacons of remembrance in all our daily lives. We drive past them on our way to work. We walk by them as we go about our lives, always mindful of how different our lives would be had our veterans not answered the call of freedom a generation ago. They are silent sentinels, symbols of how our Canadian soldiers held their ground in the face of countless horrors the enemy hurled at them. They are at once both tributes to the living heroes that walked among us and memorials to those whose sacrifices did not allow them to come home at war's end.
Our nation's cenotaphs are more than great pillars of marble and granite. They are the pride of a nation on display in the hearts of all our communities. Sadly, while it can be said that the respect we have for our war heroes has never faded, the harsh elements of the Canadian climate have taken their toll on these great shrines. For each day that our cenotaphs remain in a state of disrepair, we denigrate the memory of the actions of Canada's veterans.
Just today there is a story in my local paper, the New Brunswick Telegraph Journal, reporting that the cenotaph in King's Square, which is in the centre of my city, in the heart of Saint John, has been defaced with senseless graffiti. I cannot believe that this has happened in Saint John, New Brunswick.
In the article, Glen Stewart of the provincial command of the Royal Canadian Legion and its CEO said that he wishes he could get a hold of these young people who think they are artists and put them in the same room with a group of war veterans. The article goes on to state:
“Maybe then”, said the executive director...“they would understand the significance of war memorials such as the cenotaph in King's Square in uptown Saint John”.
Once again, vandals have defaced the monument with senseless graffiti.
“I think it's disgraceful,” Mr. Stewart said Tuesday, “it shows a lack of respect for our veterans, the monument, and what it stands for”.
He said it's “an ignorant few” who dishonour the memory of veterans who fought for their freedom.
“The reason that they are here and can do things like that today is because of what the veterans, who are remembered by the memorial, did for them during the wars. They should take some time and learn the history of this country and understand that the freedom they have is bought and paid for by the blood of some of their relatives.”
Mr. Stewart said the vandals should check their own family history to see if any of their relatives fought for freedom and ask themselves how their relatives would feel about defacing a war memorial.
Mr. Stewart said it's not just about defacing a piece of public property, graffiti affects every veteran.
“Not only does it mar the veterans' memory, it disillusions many of our citizenry who understand what the memorial is all about.... It's not just another building or a wall, it is a memorial to our country and our veterans.
I have to say that I was quite shocked and very disappointed to hear that it happened in my city, which is Canada's first incorporated city by royal charter dating back to 1783. The veterans of the first world war and the second world war went out on the ships at my harbour. I cannot believe that our young people have done this. Mr. Stewart said if it happens once, it is too much. He is right.
I was personally encouraged by the position of the government three weeks ago in the House. I was pleased to hear that the new Minister of Veterans Affairs, a man I am keen to take at his word, was himself open to the idea of assisting our communities in the maintenance and upkeep of their local cenotaphs. With the minister's unwavering support, I am confident the cabinet will soon see fit to dedicate itself to the creation of the very fund we are advocating here tonight. That is the very least we can do.
While we have committed ourselves to the maintenance of the stone tributes to our military's best, we must still commit ourselves to their cause in every other area. Here, as in so many cases, public opinion has far outpaced public policy. There are few Canadians, certainly none in New Brunswick, who would not advocate a more equitable treatment of our veterans by the government. Yet the government continues to contemplate actions that demonstrate an uneven support for our veterans at a time when they are most in need of our unfaltering assistance.
Just last week the Ontario Court of Appeal rendered a very important judgment as it related to the government's administration of veterans pensions. The unanimous decision of the court made clear that the Government of Canada had a duty to these veterans and that it had failed in its duty. This decision and the trial decision it upheld is evidence enough that these veterans are owed financial compensation. Yet as we speak there are government lawyers poring over the text of the decision in the hope of finding some reversible mistake, some error of fact or law that would allow them to seek leave to appeal to the Supreme Court of Canada.
If any of these men had entrusted their pensions to a major bank or other financial institution, there would be no issue as to that institution's liability had it not paid the interest to the veterans. But because the government is the culprit, suddenly the line between right and wrong becomes blurred. It is apparently acceptable to drag this issue through the courts, one more battle for these old soldiers.
Caring for our cenotaphs is an important gesture of respect, but it is a hollow gesture if the government acts against veterans and their issues of great magnitude. What signal does it send to young Canadians when their leaders are more willing to help protect the stone monuments to heroes than the actual heroes themselves?
Tonight I rise with two thoughts in mind. On its face the motion before the House at this time is a simple one about maintaining cenotaphs. But in its heart the motion speaks to a much larger issue, the issue of giving our veterans the respect that they have earned. If our cenotaphs are a symbol of their sacrifice, let them be a symbol of our support. Let us not only create a fund to help maintain these great monuments, but let us refurbish our national commitment to our great national heroes.
I had the honour and privilege of going to Vimy to bring back the remains of the Unknown Soldier. When we looked at our Vimy monument we saw that it needed great repair. I had the opportunity in the past week to speak to representatives of the Department of Veterans Affairs. They are working at the present time. They have budgeted to restore the Vimy monument in Vimy, France. I stand here tonight and say that I am pleased to hear that is happening. I am also pleased that the present minister and the previous minister said that we must protect our Vimy monument.
Hundreds of thousands of people go to Vimy to look at that monument and pay their respects. While I was at the ceremony to bring back the remains of the Unknown Soldier, when the French soldiers marched before our Vimy monument with the casket of the remains of the Unknown Soldier, I saw the love and respect there for all the Canadians who were there.
When we went to Dieppe, France for the celebration of the 50th anniversary of the ending of World War II, we looked down the main street in Dieppe and saw the Canadian flag flying on top of every building. Children were coming out and asking for our Canadian pins if we had one on our lapels.
I hope and pray that some of the young people back in my riding are listening tonight. I do not know why they would put graffiti on the war memorial in the centre of my city. It has never happened before. I do not know what is happening to society. People in our legions are trying to let the children know on November 11th of the sacrifices made by our veterans. They are there and they are talking to them. I have had the privilege of speaking to high school students every year on November 11th.
We will all work together in the House. I am sure everyone on both sides of the House want to make sure that our cenotaphs are maintained, that the money will be there and that we will all work together to protect all our cenotaphs throughout our nation.
Que, de l'avis de la Chambre, le gouvernement devrait établir un fonds pour contribuer à l'entretien des cénotaphes locaux.
—Madame la Présidente, c'est pour moi un honneur et un privilège de présenter ce soir à la Chambre cette motion importante, qui arrive à point nommé.
Il y a trois semaines, mon collègue le député de Fundy—Royal a porté à l'attention de la Chambre une motion très similaire à celle dont nous discutons ici ce soir. J'étais fière de participer à ce débat qui a donné lieu à un grand consensus entre les députés et les partis au sein de cette auguste Chambre.
Il peut donc sembler étranger que nous ayons décidé de soulever de nouveau cette question si rapidement. À ceux d'entre vous qui pourraient croire que c'est une erreur de notre part, je donne l'assurance que cette intervention est entièrement voulue.
Il arrive trop souvent que nous soyons limités dans les éloges que nous pouvons offrir à nos anciens combattants. Trop souvent, nous sommes trop distraits par l'actualité pour nous rappeler du riche patrimoine des forces armées de notre pays. C'est sans doute en cette période de danger, lorsque les citoyens les plus courageux de notre pays sont déployés dans des territoires étrangers hostiles, que nous nous rappelons le plus des sacrifices consentis par nos anciens combattants il y a 60 ans.
Nous entretenons toujours à l'endroit des anciens combattants une dette de gratitude qui ne pourra jamais être remboursée. Lorsqu'ils ont quitté leur foyer, ces braves jeunes étaient les fils innocents d'un pays animé par la reconnaissance et la crainte, et ils étaient devenus nos héros nationaux les plus éminents lorsqu'ils sont rentrés au pays. Cet héroïsme est légendaire. On a souvent rappelé leur courage, et leur patriotisme est à la fois respecté et craint partout dans le monde. J'ai souvent souligné à la Chambre des communes à quel point je suis fière de mes deux frères qui se sont portés volontaires pour participer à l'effort de guerre, sans doute aussi souvent que j'ai dit à quel point je suis chanceuse qu'ils soient tous deux revenus sains et saufs.
À l'échelle du pays, il y a 6 000 cénotaphes qui, dans toutes nos vies quotidiennes, sont autant de phares nous rappelant leur souvenir. Nous passons devant ces cénotaphes tous les matins en route vers le travail. Nous passons devant à pied dans le cadre de nos activités quotidiennes, toujours conscients de la mesure dans laquelle nos vies auraient pu être différentes si nos anciens combattants n'avaient pas répondu à l'appel de la liberté il y a une génération. Ce sont des sentinelles muettes, des symboles de la façon dont nos soldats canadiens ont résisté face aux innombrables horreurs auxquelles les a soumis leur ennemi. Ce sont à la fois des hommages aux héros vivants que nous avons côtoyés et des monuments nous rappelant ceux dont les sacrifices ne leur ont pas permis de rentrer au pays après la guerre.
Nos cénotaphes ne sont pas que de grands piliers de marbre et de granit. Ils sont le symbole de la fierté de notre pays au coeur de nos collectivités. Hélas, si on peut dire que notre respect pour les héros de guerre n'a jamais faibli, les rigueurs du climat canadien ont abîmé ces grands monuments. Chaque jour de plus où nos cénotaphes demeurent en mauvais état est un affront à la mémoire de nos anciens combattants.
Aujourd'hui même, un article paru dans le journal local de ma ville, le New Brunswick Telegraph Journal, nous apprend que le cénotaphe de King's Square, au coeur de ma ville, Saint John, a été dégradé par des graffiti insensés. Je ne peux pas croire que cela arrive à Saint John, au Nouveau-Brunswick.
Dans l'article, Glen Stewart, directeur général du commandement provincial de la Légion royale canadienne, a dit qu'il voudrait bien mettre la main au collet de ces jeunes qui se prennent pour des artistes et les mener dans une salle rencontrer un groupe d'anciens combattants. L'article ajoute:
«Peut-être, explique le directeur général, comprendraient-ils alors l'importance des monuments commémoratifs comme le cénotaphe de King's Square, dans les beaux quartiers de Saint John.»
Une fois de plus, des vandales ont abîmé le monument avec leurs graffiti insensés.
«C'est une honte, a déclaré mardi M. Stewart. Cela témoigne d'un manque de respect pour nos anciens combattants, le monument et ce qu'il symbolise.»
Il a dit que «quelques ignorants» déshonoraient la mémoire de ceux qui se sont battus pour leur liberté.
«S'ils sont là aujourd'hui et peuvent agir de la sorte, c'est à cause du dévouement des anciens combattants, dont le monument rappelle le souvenir. Ces gens devraient prendre le temps d'apprendre l'histoire de leur pays et comprendre que leur liberté a été payée au prix du sang de certains de leurs parents.»
M. Stewart a souligné que ces vandales devraient vérifier si certains de leurs propres ancêtres ne se seraient pas battus pour la liberté et se demander ce que ces derniers penseraient du fait qu'ils aient abîmé un monument aux morts.
Selon M. Stewart, cela va au-delà du délit contre un bien public puisque ces graffitis touchent tous les anciens combattants.
«Non seulement cela porte atteinte à la mémoire des anciens combattants, mais cela désillusionne bon nombre de nos citoyens qui reconnaissent l'importance de ce monument. [...] Il ne s'agit pas d'un immeuble quelconque ou d'un mur. C'est un monument commémoratif consacré à notre pays et à nos anciens combattants.
Je dois avouer que j'ai été plutôt choquée et déçue d'entendre que cela s'était produit dans ma ville, qui est la première ville au Canada à avoir été constituée en vertu d'une charte royale en 1783. Les anciens combattants de la Première et de la Seconde Guerres mondiales se sont embarqués au port de ma ville. Je ne peux pas croire que nos jeunes ont fait une chose pareille. M. Stewart a dit que même si ça ne se produit qu'une fois, c'est une fois de trop. Il a raison.
J'ai été personnellement encouragée par la position adoptée par le gouvernement à la Chambre il y a trois semaines. J'ai été heureuse d'entendre que le nouveau ministre des Anciens Combattants, un homme que je suis prête à croire sur parole, était lui-même disposé à aider nos collectivités à entretenir les cénotaphes locaux. Si l'on peut compter sur l'aide du ministre, je suis certaine que le Cabinet reconnaîtra bientôt le bien-fondé de créer le fonds que nous recommandons ici ce soir. C'est vraiment le moins que nous puissions faire.
Si nous nous sommes engagés à entretenir les monuments de pierre qui rendent hommage à nos héros militaires, nous devons renouveler notre engagement envers leur cause dans tous les autres secteurs. Dans ce cas-ci comme dans bien d'autres, l'opinion publique a dépassé de loin la politique publique. Très peu de Canadiens, et certainement aucun du Nouveau-Brunswick, refuseraient de recommander que le gouvernement traite nos anciens combattants de façon plus équitable. Toutefois, le gouvernement continue de prévoir des mesures qui dénotent un appui inégal pour nos anciens combattants à un moment où ils ont un urgent besoin de notre aide inconditionnelle.
Pas plus tard que la semaine dernière, la Cour d'appel de l'Ontario a rendu une décision très importante ayant trait à l'administration des pensions des anciens combattants. Selon cette décision unanime, le gouvernement du Canada avait une obligation à l'égard des anciens combattants en cause et il y a manqué. Cette décision et le jugement qu'elle a confirmé prouvent clairement que ces anciens combattants ont droit à une indemnisation financière. Pourtant, en ce moment même, des avocats du gouvernement décortiquent le texte de la décision, espérant y déceler une erreur de fait ou de droit qui leur permettrait de demander l'autorisation d'interjeter appel auprès de la Cour suprême du Canada.
Si un seul de ces anciens combattants avait confié son régime de pensions à une grande banque ou une autre institution financière, il n'y aurait aucun doute quant à la responsabilité de l'institution qui n'aurait pas versé des intérêts à ces anciens combattants. Mais comme le coupable est le gouvernement, la distinction entre le bien et le mal est soudain moins nette. Il est apparemment acceptable de faire traîner cette cause en la renvoyant d'un tribunal à un autre, une autre bataille pour ces vieux soldats.
Entretenir nos cénotaphes est un geste de respect important, mais il ne veut rien dire si le gouvernement s'en prend aux anciens combattants et à leurs actes d'une grande magnitude. Quel message reçoivent les jeunes Canadiens quand leurs leaders sont davantage prêts à entretenir des monuments de pierre aux héros qu'à venir en aide aux véritables héros?
J'ai deux choses à l'esprit en intervenant ce soir. À première vue, la motion dont la Chambre est saisie traite simplement de l'entretien de cénotaphes. Mais la question qui est au coeur de cette motion a beaucoup plus d'envergure, car elle vise à accorder à nos anciens combattants le respect qu'ils ont mérité. Si nos cénotaphes sont le symbole de leur sacrifice, qu'ils soient aussi le symbole de notre soutien. En plus d'établir un fonds pour entretenir ces magnifiques monuments, réitérons notre engagement national envers nos grands héros nationaux.
J'ai eu l'honneur et le privilège de me rendre à Vimy pour ramener la dépouille du soldat inconnu. Lorsque nous avons regardé notre monument à Vimy, nous avons constaté qu'il avait grandement besoin d'être réparé. J'ai eu l'occasion, la semaine dernière, de m'entretenir avec des représentants du ministère des Anciens Combattants. Ils travaillent actuellement à l'établissement d'un budget de restauration du monument de Vimy, en France. Ce soir, je suis heureuse de savoir que ces travaux sont en cours. Je suis également ravie que l'actuel ministre et le ministre précédent aient déclaré que nous devions protéger notre monument à Vimy.
Des centaines de milliers de gens se rendent à Vimy pour admirer ce monument et rendre hommage aux soldats. Lorsque j'ai assisté à la cérémonie marquant le retour de la dépouille du soldat inconnu, et que les soldats français ont défilé devant notre monument de Vimy en portant la tombe du soldat inconnu, j'ai vu l'amour et le respect qu'ils vouaient à tous les Canadiens qui sont tombés à Vimy.
Lorsque nous sommes allés à Dieppe, en France, pour la célébration du 50e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, en regardant dans la rue principale de Dieppe, nous avons constaté que le drapeau canadien flottait au-dessus de tous les immeubles. Des enfants sortaient et nous demandaient nos épinglettes canadiennes, si nous en avions une à la boutonnière.
J'espère ardemment que certains jeunes de ma circonscription nous écoutent ce soir. J'ignore pourquoi ils inscrivent des graffiti sur le monument aux morts qui est situé au centre de Saint John. C'est la première fois que cela se produit. Je ne sais pas ce qui arrive à la société. Dans nos légions, le 11 novembre, les gens essaient de renseigner les enfants sur les sacrifices qu'ont consentis nos anciens combattants. Ils sont là et leur parlent. J'ai eu le privilège de m'adresser à des élèves du niveau secondaire tous les ans, le 11 novembre.
Nous serons tous solidaires à la Chambre. Tous les députés veulent sûrement que nos cénotaphes soient entretenus, que les fonds nécessaires soient disponibles et que nous collaborions pour protéger tous nos cénotaphes, partout au Canada.
View Elsie Wayne Profile
CPC (NB)
View Elsie Wayne Profile
2002-03-20 18:24
Madam Speaker, I thank all my colleagues on both sides of the House for their comments and support tonight for maintaining and ensuring funding to look after our cenotaphs.
As we have all heard in the House tonight, there are rural areas that need support. In my city of Saint John, the largest city in New Brunswick, we have a lot of legions. All the legionnaires are truly great workers and they go into the schools on November 11. Veterans go into our schools to speak as well because it is so important.
Last year on November 11 we had a special ceremony in front of the cenotaph, the one on which the graffiti was put this week. The Department of Veterans Affairs brought in young people and we had a little parade of young students. We went to Saint Malachy's Memorial High School afterwards I was honoured to have been one of a number of people, some from Camp Gagetown, who spoke to the youth.
I thank all members. Let us all work together for what is best for the veterans, but tonight let us all agree that we will maintain our cenotaphs throughout this great nation.
Madame la Présidente, je remercie les députés de part et d'autre de la Chambre de leurs observations et de leur soutien à la motion proposant de créer un fonds pour entretenir nos cénotaphes.
Comme nous l'avons tous entendu dire ce soir, certaines régions rurales ont besoin d'une aide financière. Ma ville, Saint John, la ville la plus importante au Nouveau-Brunswick, compte de nombreuses légions. Les membres de ces associations sont d'excellents travailleurs qui ne manquent pas de se rendre dans les écoles le 11 novembre. Les anciens combattants y vont eux aussi, car c'est tellement important.
L'année dernière, le 11 novembre, une cérémonie spéciale a été organisée devant le cénotaphe, celui sur lequel on a écrit des graffiti cette semaine. Le ministère des Anciens Combattants a réuni des jeunes qui ont fait un petit défilé. Ensuite, nous sommes allés à l'école secondaire Saint Malachy's Memorial, et j'ai eu l'honneur d'être du nombre des personnes, dont certaines venaient de la base de Gagetown, qui ont pris la parole devant les élèves.
Je tiens encore une fois à remercier tous les députés. Conjuguons nos efforts pour faire ce qu'il y a de mieux pour nos anciens combattants, et convenons dès ce soir d'entretenir tous les cénotaphes de ce merveilleux pays qu'est le Canada.
View John Herron Profile
PC (NB)
Mr. Speaker, why are we having this particular debate today? Is it because the government for the last five years has done nothing to have an informed debate on whether we are capable of meeting our greenhouse gas target under the Kyoto protocol? I have a simple question for the hon. member. All members in this Chamber should agree, before having mere blind ratification, about what the Government of Canada may or may not be getting this country into.
Would it not make sense for us to ensure to Canadians that we carry out a sector by sector analysis, a province by province analysis and that a full scale debate take place from coast to coast to coast on what behavioural expectations the national government may have upon them? Should those three analyses not be done prior to ratification?
Monsieur le Président, pourquoi tenons-nous ce débat aujourd'hui? Est-ce parce que le gouvernement n'a rien fait depuis cinq ans pour lancer un débat éclairé sur la question de savoir si nous sommes capables d'atteindre notre objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre établi en vertu du protocole de Kyoto? J'ai une question toute simple à poser au député. Avant de ratifier aveuglément le protocole, tous les députés à la Chambre devraient s'entendre sur ce dans quoi le gouvernement du Canada peut ou non embarquer notre pays.
Ne serait-il pas raisonnable de notre part d'assurer aux Canadiens qu'on effectuera à cet égard une analyse secteur par secteur et une analyse province par province, et qu'on tiendra un débat complet d'un bout à l'autre du pays sur les attentes auxquelles le gouvernement national peut vouloir nous soumettre en matière de comportement? Ne devrait-on pas procéder à ces trois analyses avant de ratifier le protocole?
View John Herron Profile
PC (NB)
Mr. Speaker, I can demonstrate how void the government has been when it comes to taking action on this file or actually providing any kind of leadership.
The member said that the government has been vigorous in engaging industry on this issue and wanted to reward early action taken by industry. For instance, the CME has advised Canadians that greenhouse gas emissions already have been reduced by 2% below 1990 levels. Industry has done this on its own. Could the member actually name just one regulation or one incentive whereby the government actually fostered an industrial response to greenhouse gases?
On November 2, 1999, the Minister of Natural Resources stated:
Mr. Speaker, Canada has engaged the active assistance of the provinces--
I doubt that.
--environmental organizations and the private sector all across the country in developing a Kyoto implementation plan. The work is going ahead with a great deal of vigour.
It has been three years since that statement so my question is quite simple. Could he name one regulation whereby industry actually can state that it really knows the rules of early action and engagement on this file? Just one.
Monsieur le Président, je peux prouver l'inaction du gouvernement dans ce dossier et son manque de leadership.
Le député a dit que le gouvernement avait déployé beaucoup d'énergie pour encourager la participation de l'industrie à cet égard et voulait récompenser les mesures hâtives prises par l'industrie. Par exemple, le regroupement des manufacturiers et exportateurs canadiens a dit aux Canadiens que les émissions de gaz à effet de serre avaient déjà été ramenées à 2 p. 100 sous les niveaux de 1990. L'industrie a fait cela elle-même. Le député peut-il nommer un seul règlement ou un stimulant dont le gouvernement se serait servi pour encourager l'industrie à réduire les émissions de gaz à effet de serre?
Le 2 novembre 1999, le ministre des Ressources naturelles a dit ce qui suit:
Monsieur le Président, le Canada a fait appel à l'aide de toutes les provinces [...]
J'en doute.
[...] de toutes les organisations de défense de l'environnement et du secteur privé de ce pays pour mettre au point un plan de mise en oeuvre de l'accord de Kyoto. Les travaux vont bon train.
Ces propos remontent déjà à il y a trois ans, alors ma question est fort simple. Le député peut-il nommer un seul règlement permettant à l'industrie de dire qu'elle connaît vraiment les règles relatives à la prise de mesures hâtives dans ce dossier? Juste un.
View John Herron Profile
PC (NB)
Mr. Speaker, the hallmark of the government over the past eight years has been its propensity to avoid dealing with difficult issues. We know as a point of fact that Canada is now falling behind in critical areas where we once led, whether it be the economy, the development of natural resources, leadership or stewardship on the environment. This is a very complex file. In true Liberal tradition, it has ducked the issue essentially for the last five years without really engaging Canadians on this particular issue of public policy.
I would like to tip my hat to the member for Red Deer for his leadership within the context of his own caucus in actually dedicating this supply day to this issue of public policy.
Having said that, I would have preferred if the wording of the amendment had gone toward a more constructive debate so that we could have actually held the government to account for its actions and we could have focused on the need to postpone any decision on ratification until Canada had developed a full implementation plan that would have included a detailed impact analysis.
The impact analysis has to be the starting point. We clearly need to ensure that a detailed impact analysis is done on a sector by sector and province by province basis before implementing any kind of strategy .
The Government of Canada should fully engage the Canadian public to inform them about what behavioural expectations the federal government would have on the Canadian populous at large.
Given the void created by the government in actually providing any kind of leadership on this issue, we have recently seen a myriad of cost analyses or projections produced by a vast array of interest groups and, quite legitimately.
Before I continue, Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for South Shore who carries the natural resource file.
Various stakeholder groups have been advocating at least two reasons for the need to have the analysis done. One reason is that having an impact analysis in terms of what a ratification plan or an implementation would be in terms of what cost that may have with respect to the economy is a reasonable question to ask. I do not think anybody would have any grave objection to that aspect of it.
The real aspect I would like to advocate is that the environmental community has no desire for the Government of Canada to merely ratify an accord that it clearly has no game plan in place or no genuine interest to ever implement in the future.
The challenge of climate change is a very difficult file for most countries to address but it is more complex in the Canadian context than in most other industrialized nations. Canada has a large land mass with a small population base that provides transportation challenges. We have a cold climate. We have an export driven, energy intensive economy.
When we look at our challenges we see other countries that are facing the same challenges. Let us look at Sweden. The Swedes are actually allowed to have a reduction rate significantly less than what we have here in Canada. They have done their homework and have convinced their EU partners that their country's circumstances make climate change a more arduous process than perhaps it would be in other EU based countries.
To state the obvious, the Government of Canada really did not have its act together prior to going to Kyoto in the first place.
I was a member of the delegation involved in the Kyoto process. On November 12 the federal government finally met with the provinces. It thought it was a good idea to get together with them. Regardless of what the national government may want to do, the provinces will have to implement any decision the federal government may take. We know in this federation that if we do not have that consensus, it is very difficult to implement anything, including this challenge on climate change.
The November 12 accord, I will call it, was agreed to by the provinces. There was a consensus so that the Government of Canada could at least go to Kyoto and say that we at least had our subnational governments on board. What happened? The very next morning the Globe and Mail quoted the Minister of Natural Resources as saying that may be our position.
We got off to this process in a very haphazard way that really betrayed the trust of the provinces. We went to Kyoto without any plan for implementation and really without any target or timeline. We were there to sort of take orders per se. Immediately upon return from Kyoto, Ralph Klein, the premier of the province of Alberta, said quite clearly that this accord, which was agreed to by Canada, in no way reflected the Canadian position that was established in Regina. That was said on December 12, 1997. The Alberta environment minister, Ty Lund, also said at that time that only with governments working co-operatively in partnership with industry, environmental groups and individual Canadians could we reduce our emissions of greenhouse gases and that together we could address our international commitments in such a way that no region or sector would be asked to bear an unreasonable share of the burden.
The Alberta government has actually led our nation in moving the yardstick in reducing greenhouse gases by some of the issues it has brought forward under the best efforts regime.
That is what the Government of Canada should have been doing for the last five years. It has been five years and we still do not have a provincial consensus.
I pay tribute to the member for Athabasca who asked a question in question period yesterday. It was a very simple and genuine question. He asked if the Government of Canada would agree to have a consensus reached with the provinces before ratification. In the view of the Progressive Conservative Party this is a necessary component before even considering ratification.
We know there is a lot of trepidation within the Canadian populace at large. There is a legitimate fear by individuals who live in western Canada and even in the east where there is a petrochemical industry in Nova Scotia and Newfoundland offshore. The last thing they want from the government is another national energy program. Without knowing what the rules and regulations will be on an implementation strategy and without having that impact analysis done sector by sector and province by province, it is totally legitimate for these individuals to be concerned in that way.
Industry is indeed willing to do its part. The Canadian manufacturers and exporters and the Canadian Association of Petroleum Producers have really stepped up to the plate to take a constructive approach as opposed to a mere rant. They have taken the position that they are willing to do their part if the government tells them what the rules are, but they need to be assured that the objectives are achievable and will not wreak havoc with their economy.
I wish to reiterate quite clearly that the Progressive Conservative Party of Canada has not been in favour of blind ratification without having the proper homework done, without having a provincial consensus reached in advance and without having a detailed impact analysis done industry by industry, sector by sector.
I heard the member from the Bloc's interpretation of the motion. We are taking the liberty to say that how we interpret the vote today is that we would have preferred that the homework had been done, with an impact analysis, sector by sector, province by province, and it has not, so we will be supporting the Canadian Alliance motion today.
Monsieur le Président, la caractéristique principale du gouvernement depuis huit ans, c'est sa propension à éviter les questions difficiles. Nous savons que le Canada a maintenant perdu du terrain dans des domaines importants où il a déjà été un chef de file, comme l'économie, le développement des ressources naturelles et la protection de l'environnement. C'est un dossier fort complexe. Dans la plus pure tradition libérale, le gouvernement élude la question depuis cinq ans sans vraiment engager les Canadiens sur cet élément de la politique d'intérêt public.
Je voudrais féliciter le député de Red Deer d'avoir fait preuve de leadership au sein de son caucus en faisant de cette question le sujet d'une journée de l'opposition.
Cela étant dit, j'aurais préféré que la motion soit libellée de manière à susciter un débat plus constructif. Nous aurions alors pu demander des comptes au gouvernement pour ses actes et fixer l'attention sur la nécessité de reporter la décision relative à la ratification jusqu'à ce que le Canada conçoive un plan de mise en oeuvre total qui aurait compris une étude d'impact détaillée
L'étude d'impact doit être le point de départ. Il est clair que nous devons veiller à ce qu'une analyse détaillée soit faite secteur par secteur et province par province avant de mettre en oeuvre toute stratégie.
Le gouvernement du Canada devrait s'assurer l'engagement complet des Canadiens en les renseignant sur le comportement qu'il attend d'eux.
Étant donné l'absence de leadership de la part du gouvernement dans ce dossier, on a vu tout un vaste assortiment de groupes d'intérêts faire paraître une myriade d'analyses de coûts ou de prévisions, ce qui était fort légitime.
Avant d'aller plus loin, monsieur le Président, je signale que je partage mon temps de parole avec le député de South Shore, qui se charge du dossier des ressources naturelles.
Divers groupes d'intéressés invoquent au moins deux raisons justifiant la nécessité d'une analyse d'impact. D'une part, cette analyse donnerait une idée des coûts qu'entraînerait un plan de ratification ou de mise en oeuvre. Cela est fort logique et je doute que quiconque puisse vraiment s'y opposer.
Pour ma part, la véritable raison que j'invoquerais est que la communauté environnementaliste ne souhaite pas du tout que le gouvernement du Canada ratifie simplement un accord qui ne renferme aucun plan de jeu précis ou qui ne traduit aucun véritable intérêt à en mettre un place éventuellement.
Le changement climatique représente un problème difficile pour la plupart des pays, mais il est plus complexe pour le Canada que pour la plupart des pays industrialisés. Le Canada a une vaste superficie terrestre et une faible population, ce qui pose des problèmes de transports. Le climat est froid. De plus, son économie est axée sur les exportations et exige une grande consommation d'énergie.
Mais d'autres pays font face aux mêmes problèmes, la Suède par exemple. Pourtant, les Suédois ont droit à un quota de réduction des émissions nettement inférieur à celui que doivent atteindre les Canadiens. Ils ont fait leurs devoirs et ont convaincu leurs partenaires de l'UE que, compte tenu des circonstances en Suède, le changement climatique représentait un problème beaucoup plus complexe qu'il ne pouvait l'être dans les autres pays membres de l'UE.
C'est un truisme de dire que le gouvernement du Canada ne s'était pas préparé avant d'aller à Kyoto.
J'étais membre de la délégation engagée dans le processus de Kyoto. Le 12 novembre, le gouvernement a finalement rencontré les provinces. Il croyait que c'était une bonne idée de les rencontrer. Peu importe ce que le gouvernement national voudra faire, ce sont les provinces qui devront exécuter la moindre décision qu'il prendra. Au sein de la fédération, nous savons bien que, sans ce consensus, il est très difficile de mettre en oeuvre quelque mesure que ce soit, y compris une mesure ayant trait au changement climatique.
L'accord du 12 novembre, comme je l'appellerai, a été conclu par les provinces. Il y avait un consensus à l'effet que le gouvernement devrait au moins se présenter à Kyoto et déclarer que les gouvernements sous-nationaux étaient au moins de la partie. Que s'est-il passé? Le lendemain matin, le Globe and Mail rapportait les propos du ministre des Ressources naturelles disant que c'était peut-être notre position.
Nous avons enclenché ce processus au petit bonheur, trahissant ainsi la confiance des provinces. Nous nous sommes présentés à Kyoto sans plan de mise en oeuvre, sans objectif et sans échéancier. Nous étions là en quelque sorte pour recevoir des ordres. Dès son retour de Kyoto, Ralph Klein, le premier ministre de l'Alberta, a déclaré assez clairement que cet accord, auquel le Canada avait adhéré, ne reflétait en rien la position canadienne établie à Regina. Cette déclaration a été faite le 12 décembre 1997. Le ministre de l'Environnement albertain, Ty Lund, a aussi déclaré à cette époque qu'il était essentiel que les gouvernements, l'industrie, les groupes écologistes et les particuliers travaillent en partenariat pour que nous réussissions à réduire nos émissions de gaz à effet de serre et à honorer nos engagements internationaux, de manière à ce qu'aucune région ni aucun secteur ne portent une part déraisonnable du fardeau.
Le gouvernement de l'Alberta s'est en quelque sorte fait le chef de file de notre pays en ne ménageant aucun effort pour faire progresser certaines questions du dossier de la réduction des gaz à effet de serre.
Voilà ce que le gouvernement du Canada aurait dû faire depuis cinq ans. Cinq années se sont écoulées, et nous n'avons toujours pas le consensus des provinces.
Je rends hommage au député d'Athabasca qui, pendant la période des questions hier, a posé une question toute simple mais très pertinente. Il voulait savoir si le gouvernement du Canada pouvait s'engager à parvenir à un consensus avec les provinces avant de ratifier le protocole. De l'avis du Parti progressiste-conservateur, il est nécessaire d'obtenir un consensus avant d'envisager la ratification du protocole.
Je sais que l'inquiétude ronge bien des Canadiens. La situation préoccupe avec raison des habitants de l'ouest du Canada, mais aussi de l'est du pays, notamment des localités de la Nouvelle-Écosse qui comptent sur l'industrie pétrochimique et certaines municipalités de Terre-Neuve dont l'économie repose sur le développement des ressources extracôtières. Ces Canadiens ne veulent surtout pas d'un autre programme énergétique national. Comme ils ne connaissent pas les règles qui s'appliqueront dans le cadre de la stratégie de mise en oeuvre ni les résultats de l'analyse des répercussions par secteur et par province, ils ont bien raison de s'inquiéter.
L'industrie est effectivement prête à faire sa part. Les Manufacturiers et exportateurs du Canada et l'Association canadienne des producteurs pétroliers ont accepté de jouer un rôle actif dans le processus. Au lieu de se contenter de se plaindre, ils ont fait savoir qu'ils étaient prêts à faire leur part si le gouvernement définissait les règles du jeu. Ils ont toutefois besoin de savoir que les objectifs sont réalisables et ne perturberont pas l'économie.
Je tiens à rappeler que le Parti progressiste-conservateur n'a jamais voulu que ce protocole soit ratifié à l'aveuglette, en l'absence d'études appropriées, d'un consensus avec les provinces et d'une analyse approfondie des impacts, par industrie et par secteur d'activité.
J'ai entendu l'interprétation que le Bloc donne à la motion dont nous sommes saisis. Nous profitons du vote d'aujourd'hui pour faire savoir que nous aurions préféré des études et surtout une analyse des impacts, par secteur et par province, ce qui n'a pas été fait. Alors, nous allons appuyer la motion de l'Alliance canadienne.
View John Herron Profile
PC (NB)
Mr. Speaker, I would like perhaps to take a moment to advocate what we have advocated all along in terms of what should be done. I know that the chair of the environment committee is a strong environmental parliamentarian. It is possible, but maybe not probable, that he may not be here in the House of Commons by the year 2008 or 2012 when Kyoto becomes more binding. From that perspective, does he want the Government of Canada to ratify a document that it has no genuine interest in ever implementing?
We have been advocating a “no regrets” strategy all along by having massive tax incentives on renewable sources of energy, massive tax incentives fostering blended fuels such as ethanol, massive tax incentives for the R and D on energy efficiency initiatives as well as renewables in that regard and having a loan guarantee program with respect to the retrofit of buildings that the federal government would fund. These are things that would complement the initiatives brought forth by the Canadian Federation of Municipalities as well.
We have a simple position. We have never supported blind ratification. If we cannot demonstrate that we have a plan in place, tabled with the regulations about how that plan would be achieved, why would we go forward and agree with any accord or any agreement, regardless of whether it is Kyoto or any public policy decision that the Government of Canada may undertake?
Monsieur le Président, je voudrais prendre quelques instants pour rappeler les mesures que nous avons toujours préconisées. Je sais que le président du Comité de l'environnement est un ardent défenseur de l'environnement. Il se peut, sans que ce soit probable, qu'il ne soit pas à la Chambre des communes en 2008 ou en 2012, lorsque le protocole de Kyoto deviendra plus exécutoire. De ce point de vue, veut-il que le gouvernement du Canada ratifie un document qu'il ne désire pas vraiment appliquer?
Nous avons toujours préconisé une stratégie qui ne laissera pas de regrets, en prévoyant d'importants stimulants fiscaux à l'égard des sources d'énergie renouvelables, d'importants stimulants fiscaux favorisant l'utilisation de carburants mélangés, comme l'éthanol, d'importants encouragements fiscaux pour la R et D sur l'efficacité énergétique et les sources d'énergie renouvelables, et un programme de prêts garantis pour la rénovation d'immeubles financé par le gouvernement fédéral. Tout cela s'ajouterait aux initiatives proposées par la Fédération canadienne des municipalités.
Notre position est simple. Nous n'avons jamais appuyé une ratification à l'aveuglette. Si le gouvernement ne peut pas montrer qu'il dispose d'un plan accompagné de règlements permettant de le réaliser, pourquoi accepterions-nous un accord ou une entente, qu'il s'agisse de l'accord de Kyoto ou de toute autre décision d'intérêt public, que le gouvernement du Canada s'engagerait à ratifier?
View John Herron Profile
PC (NB)
Mr. Speaker, my comment with respect to the question that was asked was that regardless of whether we were in the framework of the Kyoto protocol or not, the Government of Canada would have to have a comprehensive climate change strategy that would foster real reductions of greenhouse gases.
Our position is the Government of Canada has been grossly negligent over the last five years. To this moment it still has not been able to develop a provincial consensus. It has not even done its homework on an impact analysis that the Aussies and the Swedes did prior to Kyoto. We are still waiting for a sector by sector, province by province analysis. Until that homework is done, until it is proven that ratification makes sense or is even doable, then why would we want to ratify it?
It is incumbent on the Government of Canada to provide that plan. If that plan is reasonable and there is consensus by the provinces, then it should be considered. However without a plan blind ratification makes no sense. We are serving notice that we need to have the provinces on board and a plan in place.
Monsieur le Président, en réponse à la question posée, j'estime que, indépendamment que nous soyons assujettis ou non au cadre du protocole de Kyoto, le gouvernement du Canada devrait avoir une stratégie exhaustive par rapport aux changements climatiques, une stratégie qui encouragerait des réductions réelles des gaz à effet de serre.
Nous sommes d'avis que le gouvernement du Canada a été extrêmement négligent depuis cinq ans. Jusqu'à maintenant, il n'a pas encore réussi à établir de consensus parmi les provinces. Il n'a même pas fait ses devoirs relativement à une analyse des répercussions que les Australiens et les Suédois ont faite avant la ratification du protocole de Kyoto. Nous attendons encore une analyse par secteur et par province. Tant qu'on n'aura pas fait cela et qu'on n'aura pas prouvé que la ratification est censée ou même faisable, pourquoi voudrait-on ratifier cet accord?
Il incombe au gouvernement du Canada de fournir un plan à cet égard. Si ce plan est raisonnable et qu'il y a consensus parmi les provinces, il y aurait alors lieu d'envisager la ratification. Cependant, en l'absence d'un tel plan, il est insensé de procéder à une ratification à l'aveuglette. Nous estimons qu'il est nécessaire que les provinces soient de la partie et qu'un plan soit élaboré.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-03-19 12:23
Mr. Speaker, like my colleague from Fundy--Royal, let me say it is a pleasure to rise on debate on this supply day motion brought forth by the member from the Alliance Party.
Before I begin debate, I would like to reference some of the comments made by my colleague from Fundy--Royal which are extremely critical to the position we have taken on this supply day motion and extremely critical to the entire issue of whether the government ratifies the Kyoto accord or not.
He commented that there was no provincial consensus. The job of the federal government is to go out and get provincial consensus. It has had five years to do it. Where has it been? Where has it been on a lot of other issues, which I will bring into my speech later?
The other point is there has been absolutely no sector by sector impact analysis. This is on the verge of the asinine. This is ridiculous. The government has a certain responsibility here. We are trying to point out that responsibility to it. It should not be something done at the last minute in great haste to satisfy some whim with which the Prime Minister woke up one morning. We are talking about a comprehensive, detailed, organized plan of how this could even remotely begin to be implemented. It is not there.
I noticed there was one thing that all opposition parties agreed upon, which is a point worth repeating. We did not all agree to support the motion but we did agree that the government had shown zero leadership on this file. That is absolutely true. It has been five years since Kyoto. Where is the plan and how will it be implemented?
The government itself is not singing from the same song sheet. Its own ministers are contradicting one another. Regarding Kyoto, the Minister of Natural Resources, as early as March 15, stated in Calgary:
We have to make sure we do it right and that's what the government's intention is, to make sure we have all the information, have an analysis and work with the provinces and then make a decision on whether we can ratify or not
I like that position. That is halfway responsible. On the same day, reported in the same paper, was a quote from the Minister of the Environment, who stated “We'd like to ratify and our aim is to ratify”.
One person is saying that the government plans to ratify, apparently at all costs, and the other minister is saying that maybe it should take a second look at this because there are costs.
Let us take a look at what is being discussed here. For example, we are talking about a government that is prepared to ratify an accord without a number of issues being clearly defined. Canadian negotiators are still pushing for clean energy credits. We have not defined clearly whether or not we will be able to use our carbon sinks, and we really have not defined clearly how emissions trading might or might not work. However those are more clearly defined than clean energy credits, which are not defined at all.
For example, Canadian negotiators who currently are pressing for this, and are not expected in the short term to succeed, are arguing that we should get credit for being a large producer and exporter of relatively clean natural gas and hydroelectricity.
It is a good argument. The Canadian government argues this can be used to displace energy sources, such as coal, which produce higher levels of greenhouse gases.
Let us back up to the emissions trading that is at least quasi recognized under the Kyoto protocol. This allows countries or individual companies with higher emissions of greenhouse gases to accumulate credits by investing in projects internationally that would reduce emissions. This may allow a country to continue to emit levels of greenhouse gases above its own targets without penalty. This is being seriously discussed and allowed in the protocol. I will say it again however that we are not being given any credit for the thousands of megawatts of clean energy exported from Canada every year in hydroelectricity and natural gas. The federal government has a lot of homework to do on this file, as it has a lot of homework to do on other files.
What are the facts? The Kyoto protocol which was signed by 186 nations in December 1997 committed Canada to reduce greenhouse gas emissions by 6% from 1990 levels by 2012. We are 10 years away from target, five years away from the original meeting in Kyoto and there has been very little done, and what has been done does not have an ounce of accountability from the government, not even a wee bit.
The government does not even have real numbers to discuss. It has said it has committed $1.5 billion to combat climate change. From its own numbers it has committed $4.2 billion over the next five, six or seven years. Most of that is completely unaccountable to the general public, the auditor general and the Access to Information Act.
Much of Canadian industry and most of the provinces are worried that they will be at a competitive disadvantage if Canada ratifies the accord, especially since our largest trading partner, the United States, which happens to represent 25% of greenhouse gas emissions worldwide has stated that it will not ratify the accord. Canada is looking for recognition of its clean energy exports. I have already discussed natural gas and hydroelectricity. Even if we did get recognition of those clean energy exports, as long as the United States does not sign on to the accord we do not get recognition from it. It is a veritable Pandora's box. We are worse than the dog chasing its tail. The government says one thing but on investigating what it has been saying, there is nothing to back it up.
The Minister of Natural Resources has stated that natural gas and electricity come from Canada but the environmental benefits occur elsewhere. Yes, and what are we doing about that? The bottom line is global emissions are lower because of our exports. We need to find a way to encourage and recognize that trade and the use of cleaner energy produced in exporting countries like Canada should not be unfairly and unduly penalized as it will be if we sign on to the accord.
Ten minutes is not a very long time to debate this subject. To quickly sum up, the point I take issue with the most is the cost. I challenge the government to do its math. It has all kinds of different cost estimates out there, from $1.5 billion to $300 million to $3.3 billion. We are talking huge numbers of dollars.
I think most members here have read “Pain Without Gain: Canada's Kyoto Challenge” by the Canadian Manufacturers and Exporters Association. This is a matter of having faith in the ability of the government to meet this challenge.
Monsieur le Président, comme mon collègue le député de Fundy--Royal, je suis heureux de participer au débat sur la motion d'opposition présentée par le député de l'Alliance.
Avant d'entrer dans le débat, je voudrais revenir sur certaines observations du député de Fundy--Royal qui ont une importance cruciale relativement à la position de mon parti au sujet de la motion et relativement à l'opportunité, pour le gouvernement, de ratifier l'accord de Kyoto.
Le député a dit qu'il n'existait pas de consensus parmi les provinces. Or, la tâche du gouvernement fédéral est de consulter les provinces et de parvenir à un consensus. Il a eu cinq ans pour le faire. Qu'a-t-il fait? D'ailleurs, qu'a-t-il fait dans de nombreux autres dossiers, dont je parlerai plus tard dans mon discours?
D'autre part, il n'y a eu aucune analyse d'impact secteur par secteur. Cela frôle l'ineptie. C'est ridicule. Le gouvernement a une certaine responsabilité à cet égard. Nous essayons justement de mettre cette responsabilité en lumière. Le gouvernement ne devrait pas se contenter d'agir en hâte, à la dernière minute, pour satisfaire un caprice subit du premier ministre. Il nous faudrait plutôt un plan d'action exhaustif, détaillé et structuré qui nous permettrait de commencer à agir. Ce plan se fait toujours attendre.
J'ai constaté que tous les partis d'opposition s'entendent sur un point, qui mérite d'être rappelé. Nous ne nous sommes pas tous entendus pour appuyer la motion, mais nous sommes tous d'accord pour dire que le gouvernement n'a montré aucun leadership dans ce dossier. C'est tout à fait vrai. Le Protocole de Kyoto date de cinq ans déjà. Où est le plan de mise en oeuvre de ce protocole?
Les députés ne tiennent pas tous le même discours. Les ministres eux-mêmes se contredisent. Au sujet de Kyoto, voici ce que le ministre des Ressources naturelles déclarait à Calgary, le 15 mars dernier:
Nous devons bien faire les choses, et le gouvernement a justement l'intention de s'assurer que nous ayons en main toute l'information et une analyse et que nous travaillions avec les provinces avant de nous prononcer sur l'opportunité de ratifier le protocole.
Voilà une position qui me plaît. Elle est à demi-responsable. Le même jour, le même journal citait le ministre de l'Environnement qui déclarait: Nous souhaitons ratifier le protocole et c'est le but que nous poursuivons.
Un ministre soutient que le gouvernement a l'intention de ratifier le protocole, apparemment à tout prix, et l'autre affirme qu'il faudrait peut-être revoir la question, parce que la ratification comportera des coûts.
Voyons ce qu'il en est. Par exemple, nous parlons d'un gouvernement qui est prêt à ratifier un protocole alors que plusieurs questions n'ont pas encore été clairement définies. Les négociateurs canadiens essaient toujours d'obtenir des crédits pour la production d'énergie propre. On n'a pas encore clairement défini si nous pourrons ou non utiliser nos puits de carbone ni comment fonctionneront les échanges de droits d'émission. Toutefois, ces derniers sont plus clairement définis que les crédits d'énergie propre, qui eux ne le sont toujours pas.
Par exemple, les négociateurs canadiens qui sont en train de défendre ce dossier, et dont on s'attend à ce qu'ils échouent pour le court terme, soutiennent que nous devrions obtenir des crédits du fait que nous sommes un gros producteur et exportateur de gaz naturel et d'hydroélectricité, sources d'énergie relativement propres.
C'est un bon argument. Le gouvernement canadien maintient qu'elles peuvent être utilisées pour remplacer des sources d'énergie telles que le charbon, qui produit des niveaux élevés de gaz à effet de serre.
Revenons aux échanges de droits d'émission, qui eux au moins sont quasiment reconnus par le Protocole de Kyoto. Ces échanges permettent aux pays ou aux entreprises qui émettent des niveaux élevés de gaz à effet de serre d'accumuler des crédits en investissant à l'étranger dans des projets qui réduiraient les émissions. Cela permettrait à un pays de continuer, sans pénalité, à émettre des gaz à effet de serre à des niveaux dépassant ses propres objectifs. Un tel système, qui fait l'objet de discussions très sérieuses, est autorisé par le protocole. Je répète toutefois que les milliers de mégawatts d'énergie propre exportés chaque année par le Canada sous forme d'hydroélectricité et de gaz naturel ne nous donnent droit à aucun crédit. Le gouvernement fédéral a beaucoup de travail à faire dans ce dossier, comme dans d'autres d'ailleurs.
Quels sont les faits? Le Protocole de Kyoto, signé par 186 pays en décembre 1997, oblige le Canada à réduire, d'ici 2012, ses émissions de gaz à effet de serre de 6 p. 100 par rapport au niveau de 1990. Nous sommes à 10 ans de la date butoir; cinq années se sont écoulées depuis la rencontre originale à Kyoto et très peu de choses ont été faites entre-temps; le gouvernement n'en a pas rendu le moindre compte.
Le gouvernement n'a même pas en main de véritables chiffres dont il peut discuter. Selon ses déclarations, il a affecté 1,5 milliard de dollars à la lutte contre les changements climatiques. D'après ses propres données, il a engagé 4,2 milliards de dollars sur les cinq, six ou sept prochaines années. Le gros de cet argent ne fait pas l'objet d'une reddition de comptes au grand public et au vérificateur général, et n'est pas soumis à la Loi sur l'accès à l'information.
Une grande partie de l'industrie canadienne et la majorité des provinces craignent de subir un désavantage concurrentiel si le Canada ratifie l'accord, principalement parce que notre plus important partenaire commercial, soit les États-Unis, qui représente 25 p. 100 des émissions de gaz à effet de serre à l'échelle mondiale, a déclaré qu'il ne l'entérinerait pas. Le Canada cherche à faire reconnaître ses exportations d'énergie propre. J'ai déjà parlé du gaz naturel et de l'hydroélectricité. Même si nous réussissions à faire reconnaître ces exportations d'énergie propre, tant et aussi longtemps que les États-Unis n'adhèrent pas à l'accord, cela ne veut rien dire. C'est une véritable boîte de Pandore. C'est pire que de tourner en rond. Le gouvernement dit une chose, mais lorsqu'on analyse les propos tenus, on constate qu'il n'y a rien pour les appuyer.
Le ministre des Ressources naturelles a déclaré que le gaz naturel et l'électricité viennent du Canada, mais que les avantages sur le plan de l'environnement se manifestent ailleurs. C'est vrai, et que faisons-nous à ce sujet? Le résultat net, c'est que les émissions globales sont moins élevées en raison de nos exportations. Nous devons trouver une façon d'encourager et de reconnaître ce commerce, et l'utilisation de l'énergie propre produite dans des pays exportateurs comme le Canada ne devrait pas être pénalisée de façon indue et inéquitable comme ce sera le cas si nous adhérons à l'accord.
Dix minutes, c'est peu pour débattre de cette question. Pour résumer rapidement la situation, l'aspect qui me heurte le plus est celui des coûts. Je mets au défi le gouvernement de faire ses calculs. Il y a toutes sortes d'estimations différentes des coûts, allant de 300 millions de dollars à 1,5 et même 3,3 milliards de dollars. Ce sont des montants énormes.
Je crois que la majorité des députés ont lu le document intitulé «Des coûts sans avantage: Le Canada et le Protocole de Kyoto» rédigé par Les manufacturiers et exportateurs du Canada. C'est un cas où il faut avoir foi dans l'aptitude du gouvernement à relever ce défi.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-03-19 12:34
Mr. Speaker, that would be the purview of the Government of Canada.
What I find most interesting about what the Canadian Manufacturers and Exporters Association had to say is in its executive summary which almost sounds like a mission statement. It expects to be part of a meaningful international strategy for limiting atmospheric greenhouse gases. I do not have a problem with that. It wants to lead in a genuine reduction in greenhouse gas emissions that are measurable, verifiable, practical and economically feasible. I do not have a problem with that. It also wants to make a real and meaningful contribution in controlling greenhouse gas emissions over a long period of time. I would suggest that is what the government should have been doing five years ago, not today.
Monsieur le Président, cela relève du gouvernement fédéral.
Ce que je trouve particulièrement intéressant dans ce qu'avait à dire la Canadian Manufacturers and Exporters Association, c'est son sommaire exécutif, qui a presque l'air d'un énoncé de mission. L'association s'attend de participer à une stratégie internationale significative pour réduire les émissions de gaz atmosphérique à effet de serre. Je n'ai rien contre cela. Elle veut vraiment prendre l'initiative d'une réduction authentique des émissions de gaz à effet de serre qui soit mesurable, vérifiable, pratique et faisable au plan économique. Je n'ai rien contre cela. Elle veut aussi contribuer vraiment de façon significative à contenir les émissions de gaz à effet de serre sur une longue période. J'estime que le gouvernement aurait dû faire cela il y a cinq ans au lieu d'attendre à aujourd'hui.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-03-19 12:36
Mr. Speaker, those are very good questions and the member guessed my answers before he asked them.
I do not have any confidence the government will bring out a report that is at all accountable.
Bill C-4, the Canada Foundation for Sustainable Development Technology Act, which most opposition parties voted against, was passed in the House by the government. It was supposed to reduce greenhouse gases. The sum of $100 million was put into an open-ended piece of legislation and the government is allowed to put more money in at any time. It is not accountable to the auditor general's office and the Access to Information Act is not applicable. The government talks about spending money, but we have no idea how it is doing it. There is no accountability in the legislation and there is no accountability from government ministers.
Monsieur le Président, le député me pose des questions fort intéressantes et il a deviné mes réponses avant de me poser ses questions.
Je ne crois pas du tout que le gouvernement produira un rapport le moindrement transparent.
Le gouvernement a fait adopter le projet de loi C-4, la Loi sur la Fondation du Canada pour l'appui technologique au développement durable, bien que la plupart des partis de l'opposition aient voté contre. Cette initiative était censée nous permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Nous avons investi 100 millions de dollars dans une initiative de portée très vaste et nous avons habilité le gouvernement à y consacrer encore plus d'argent en tout temps. Cette fondation n'a pas de comptes à rendre à la vérificatrice générale, et la Loi sur l'accès à l'information ne s'y applique pas. Le gouvernement parle de ses dépenses, mais il ne nous dit pas sur quoi il dépense. La loi ne l'oblige pas à nous rendre des comptes et ses ministres se taisent.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-03-19 12:38
Mr. Speaker, our future in energy and in greenhouse gases is inextricably linked to the future of the United States. Absolutely we need to find a way to move forward with our partners, in particular the United States. It may not be through Kyoto. Without question, we may have to find another avenue to do it.
Monsieur le Président, pour ce qui est de l'énergie et des GES, notre avenir est inexorablement lié à celui des États-Unis. Il est impératif que nous trouvions une façon d'aller de l'avant avec nos partenaires, particulièrement les États-Unis. Il est possible que ce ne soit pas dans le cadre du protocole de Kyoto. De toute évidence, nous devrons peut-être emprunter une autre voie.
View John Herron Profile
PC (NB)
Mr. Speaker, I would like to provide two bits of information before I ask my question relative to the hon. member's speech.
First, on the issue related to MMT the Government of Canada went wrong with that particular issue. It should have banned it as a toxin under schedule 1 of the Environmental Protection Act. It then would not have been subject to a challenge by Ethyl Corporation because it was challenged on the basis that it was banning a tradable commodity. The science on the precautionary perspective was fine. It was how the Government of Canada went about banning that particular substance.
Second, the United Nations and the scientific community as a whole have said that there is a discernible human influence related to greenhouse gases that are precipitating the change on a climatic basis.
The hon. member asked a very constructive question in question period yesterday. I would like to give him a chance to reiterate it. The Government of Canada should at least have a consensus reached with the provinces on whatever implementation strategy it may develop before it goes for ratification.
Monsieur le Président, je voudrais apporter quelques renseignements avant de poser ma question concernant le discours du député.
D'abord, en ce qui concerne le MMT, le gouvernement du Canada a eu tort d'agir comme il l'a fait. Il aurait dû l'interdire comme produit toxique en vertu de l'annexe 1 de la Loi sur la protection de l'environnement. Il n'aurait pas alors eu à s'occuper de la contestation d'Ethyl Corporation, qui est fondée sur le fait que le gouvernement a interdit un produit négociable. Les considérations scientifiques sur lesquelles se basait l'approche de précaution étaient excellentes, mais le gouvernement n'a pas choisi la bonne façon d'interdire cette substance.
Ensuite, les Nations Unies et toute la communauté scientifique ont dit que l'activité humaine avait un effet discernable sur les émissions de gaz à effet de serre qui provoquent les changements climatiques.
Le député a posé une question très constructive hier, au cours de la période des questions. Je voudrais lui donner l'occasion de la répéter. Le gouvernement du Canada devrait au moins en arriver à un consensus avec les provinces sur la stratégie de mise en oeuvre qu'il élaborera à un moment donné, avant d'en arriver à la ratification.
View Elsie Wayne Profile
CPC (NB)
View Elsie Wayne Profile
2002-03-19 14:07
Mr. Speaker, the French government is reviewing plans to build a third airport for the city of Paris on the battlefields in the Somme area. The proposed airport will disturb the resting place of more than 1,200 soldiers who died fighting in the great wars.
The graves of 412 Canadian soldiers, almost one-third of the marked graves which includes a Victoria Cross recipient, will be affected by the proposed airport.
Should this plan go ahead, regardless of where the airport is located, the airport will be on sacred land where the cemeteries sit, as it will be placed over the bodies of thousands of unknown soldiers.
I am happy to hear that the Minister of Veterans Affairs is committed to fight against the airports planned location.
This plan should stop in the planning stages. I would encourage the Minister of Veterans Affairs, in co-operation with the War Graves Commission and other affected Commonwealth countries, to make this a top priority.
Urban expansion is an issue that affects cities around the world but there is only one Somme battlefield and the marked and unmarked graves of thousands of soldiers should be left to rest in peace.
Monsieur le Président, le gouvernement français examine des plans de construction d'un troisième aéroport pour Paris, sur les champs de bataille de la Somme. L'aéroport perturberait le lieu de repos de plus de 1 200 soldats qui sont morts au cours des grandes guerres.
Les tombes de 412 soldats canadiens, près du tiers des tombes gravées qui contiennent les restes d'un soldat ayant reçu la Croix de Victoria, seraient touchées par la construction de l'aéroport.
Si ce projet est lancé, peu importe où l'aéroport sera situé, il se trouvera sur des terres sacrées, parsemées de cimetières, car il sera construit au-dessus des corps de milliers de soldats inconnus.
Je suis ravie d'apprendre que le ministre des Anciens combattants est déterminé à lutter contre l'emplacement prévu pour l'aéroport.
Il faudrait stopper ce projet aux étapes de la planification. J'exhorte le ministre des Anciens combattants, avec la collaboration de la Commission des sépultures de guerre et d'autres pays du Commonwealth qui seraient touchés, d'accorder à la question une haute priorité.
L'expansion urbaine touche les villes du monde entier, mais il n'y a qu'un champ de bataille de la Somme. Les tombes gravées et non gravées de milliers de soldats devraient être laissées en paix.
View Bill Casey Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, the recent census report indicating that Canadians are moving to major population centres in Canada and away from rural Canada comes as no surprise to us in rural Canada. Government policies since 1993 that encourage this phenomenon are a virtual attack on rural Canada and smaller communities.
A perfect example is the recent effort by Indian affairs to relocate its Atlantic regional office from the small town of Amherst, Nova Scotia, to a larger centre, which will result in the displacement of 140 employees and their entire families. These employees would prefer to stay right where they are but senior officials in the department are determined to move the office. The cost would be high with no improvement in service. Families will be split up. Once again, we are a victim of the Liberals' attack on rural Canada. There is no justification for this move.
I ask the minister of Indian affairs to cancel the study and leave the regional office right where it is.
Monsieur le Président, les résultats du dernier recensement qui montrent que les Canadiens quittent les régions rurales pour les grands centres ne surprennent personne dans les régions rurales du Canada. Les mesures que prend le gouvernement depuis 1993 et qui encouragent ce phénomène constituent une véritable attaque contre les régions rurales du Canada et les petites localités.
Nous avons un parfait exemple de cela dans les efforts qu'a déployés récemment le ministère des Affaires indiennes pour déménager son bureau régional de l'Atlantique de la petite ville d'Amherst, en Nouvelle-Écosse, vers un grand centre, ce qui entraînera le déplacement de 140 employés et de leurs familles. Ces gens-là préféreraient rester où ils sont, mais des hauts fonctionnaires du ministère sont résolus à déménager le bureau. Cela coûtera cher et le service ne sera pas meilleur pour autant. Des familles seront divisées. Encore une fois, nous sommes victimes de l'attaque des libéraux contre les régions rurales du Canada. Rien ne justifie ce déménagement.
Je demande au ministre des Affaires indiennes d'annuler l'étude et de laisser le bureau régional exactement où il est.
View Joe Clark Profile
PC (AB)
Mr. Speaker, it would be interesting to know what other departments have paid for reports they did not receive.
My question is for the public works minister and it is simple. Will the auditor general's investigation include an indepth review of other reports that public works has paid for that may be missing from the files? Specifically, will her officers investigate every contract that was signed or approved by the former executive director of the communications co-ordinating service branch, Mr. J.C. Guité?
Monsieur le Président, il serait intéressant de savoir combien d'autres ministères ont payé pour des rapports qu'ils n'ont jamais reçus.
Ma question, qui est simple, s'adresse au ministre des Travaux publics. La vérificatrice générale examinera-t-elle de près les autres rapports pour lesquels le ministère des Travaux publics a payé et qui demeurent introuvables? Plus précisément, les collaborateurs de la vérificatrice générale vont-ils examiner tous les contrats qui ont été signés ou approuvés par l'ancien directeur général de la Direction générale des services de coordination des communications, M. J.C. Guité?
View Joe Clark Profile
PC (AB)
Mr. Speaker, the minister has admitted that public works paid $500,000 twice for the same report.
Now he wants the auditor general to look at the contracts awarded to Groupaction. But she has no authority to determine whether Groupaction acted illegally, or criminally. That would require the RCMP.
Why was this problem not referred immediately to the RCMP? Why not two investigations at the same time?
Monsieur le Président, le ministre a admis que Travaux publics a payé deux fois 500 000 $ pour le même rapport.
Il veut maintenant que la vérificatrice générale examine les contrats accordés à Groupaction. Mais elle n'a aucun pouvoir pour déterminer si Groupaction a agi de façon illégale, voire criminelle. Cela nécessite l'intervention de la GRC.
Pourquoi ce dossier n'a-t-il pas été référé immédiatement à la GRC? Pourquoi pas deux enquêtes en même temps?
View Deborah Grey Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, the case of the missing reports just simply does not end. There is trouble now in the heritage department and who knows where else across there.
In 1996 that department gave a $56,000 contract to Olson & Olson to provide land use regulations for Lake Louise, but guess what? Six years later we find out that there is only a “draft document”. There is not a hint of a final report yet. “Drafts R Us” seems perfectly acceptable to the government. Why?
Monsieur le Président, l'affaire des rapports disparus n'a plus de fin. C'est maintenant Patrimoine canadien qui est en difficulté, et qui sait combien d'autres ministères des gens d'en face.
En 1996, ce ministère a octroyé un contrat de 56 000 $ à Olson & Olson, qui devait établir les règlements concernant l'utilisation des terres dans la région du lac Louise, mais devinez ce qui s'est produit. Six ans plus tard, on découvre que seul un «avant-projet» a été préparé. Il n'y a aucun rapport final à l'horizon. Le gouvernement semble considérer les ébauches de rapports comme tout à fait acceptables. Pourquoi?
View Deborah Grey Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I can understand it is hard for them to keep up with, but that is the wrong scandal. This was another report out of the heritage department.
The Prime Minister obviously cannot even keep control of his rat pack. He eliminated honest John Nunziata a few years ago over the GST. Tobin is toast. The minister of binders seems to just heartily defend photocopies of a draft report. Now nobody's baby has nobody's report. Why has the Prime Minister not taught his rat pack the value and defence of taxpayer dollars?
Monsieur le Président, je peux comprendre que les gens d'en face aient du mal à suivre, mais il ne s'agit pas du même scandale. Je parle ici d'un autre rapport, destiné au ministère du Patrimoine canadien celui-là.
De toute évidence, le premier ministre ne contrôle pas sa meute. Il a éliminé le très honnête John Nunziata il y a quelques années à cause du dossier de la TPS. Tobin est parti. Le ministre de la paperasse semble défendre la valeur de simples photocopies d'un projet de rapport. Et maintenant, personne ne trouve ce rapport qui n'appartient à personne. Pourquoi le premier ministre n'a-t-il pas enseigné à ses troupes la valeur du dollar du contribuable et la manière de la protéger?
View Loyola Hearn Profile
CPC (NL)
Mr. Speaker, one of the main flaws with the Canada student loans program is that it does not take into consideration the issue of regional disparity.
Will the minister responsible make the necessary revisions so that loans are adjusted for students who live in the more affluent areas and require extra funding and for people who come from outside the university towns where board and lodging is a factor? Both groups need much more than the average funding they can get under the present program.
Monsieur le Président, une des principales lacunes du Programme canadien de prêts aux étudiants consiste à ne pas tenir compte de la disparité régionale.
La ministre responsable fera-t-elle la révision nécessaire afin que les montants des prêts soient rajustés pour les étudiants qui vivent dans des régions mieux nanties et qui ont besoin de fonds additionnels, ainsi que pour ceux de l'extérieur qui doivent se loger dans des villes universitaires? Ces deux groupes d'étudiants ont besoin de beaucoup plus que le montant octroyé en moyenne aux termes du programme actuel.
View Bill Casey Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, I rise to support the motion by the hon. member for Mercier.
I will be brief. There are two issues I will raise. First, at an earlier meeting I asked that the committee be allowed to hear witnesses to explain how the process of appointing ambassadors or high commissioners works. We were refused the witnesses. We were told we could have access to all the material the Department of Foreign Affairs and International Trade had. We were told we could have briefings and all the information ambassadors are provided with.
We went along with that. We had a briefing. However when we asked for the material it was refused until this morning at 9 o'clock. The moment the meeting started it was placed on our table. We had asked for it as early as February. The instructions said the committee did not need witnesses because we had access to the material. However we were denied the material until 9 o'clock this morning, the minute the committee started. It made it impossible to do any homework or be prepared for the meeting.
Second, in the briefings we had with foreign affairs officials we asked what the criteria were for ambassadors or high commissioners. One of the main ones is the quality of the people and their track record of ethical behaviour. The only way we can determine whether the ambassador designate has a good track record or strong principles is to question him about his track record as a minister. We were denied the right to ask even one question about his background. We wanted to ask him about certain allegations but we could not do our job and determine whether he had done a good job in the past.
It is not we who are making the allegations. In the paper today it says “Boudria blames predecessors: Gagliano was in charge of department”. The opposition is not making the charges. The government is making them. We want to find out if they are real.
If an ambassador representing our country is tainted with allegations which may or may not be true we should find out if they are true. If he is tainted it taints the entire foreign service. It tarnishes the reputation of Canada which is so important to all of us. I therefore support the motion.
Monsieur le Président, je prends la parole pour appuyer la motion de la députée de Mercier.
Je serai bref. Je veux soulever deux points. D'abord, lors d'une autre séance, j'ai demandé à ce que le comité soit autorisé à entendre des témoins qui lui expliqueraient comment fonctionne le processus de nomination des ambassadeurs et des hauts-commissaires. Nous n'avons pas eu l'autorisation d'entendre les témoins. On nous a dit que nous pouvions avoir accès à toute la documentation du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international. On nous a dit que nous pouvions avoir des breffages et toute l'information dont disposent les ambassadeurs.
Nous avons donc eu une séance d'information. Toutefois, lorsque nous avons demandé la documentation, elle nous a été refusée jusqu'à 9 heures, ce matin. Elle a été déposée sur notre table au début de la séance. Nous l'avions demandée en février déjà. On avait dit que le comité n'avait pas besoin d'entendre des témoins, car il avait accès à la documentation. Toutefois, nous n'avons eu la documentation qu'à 9 heures, ce matin, au tout début de la séance. Il nous a donc été impossible de nous préparer pour la séance.
Ensuite, au cours des séances d'information que nous avons eus avec des hauts fonctionnaires des Affaires étrangères, nous avons demandé quels étaient les critères de sélection des ambassadeurs ou des hauts-commissaires. Un des principaux critères est la qualité de la personne et un bon dossier au plan éthique. La seule façon de déterminer si l'ambassadeur désigné a un bon dossier ou des principes solides, c'est de l'interroger sur son dossier en tant que ministre. On nous a interdit de lui poser une seule question sur ses antécédents. Nous voulions l'interroger à l'égard de certaines allégations, mais nous n'avons pas pu accomplir notre travail ni déterminer s'il avait fait du bon travail jusqu'à maintenant.
Ces allégations ne viennent pas de nous. Il est dit aujourd'hui dans les journaux que Boudria blâme ses prédécesseurs et que c'est Gagliano qui était responsable du ministère. L'opposition ne porte aucune accusation. C'est le gouvernement qui porte des accusations. Nous voulons savoir si ces accusations sont fondées.
Si la réputation de l'ambassadeur qui représente notre pays est entachée par des allégations, nous devrions déterminer si ces allégations sont fondées. Si elles sont fondées, cela rejaillira sur l'ensemble du service extérieur. Cela ternira la réputation du Canada, qui nous tient tous tellement à coeur. J'appuie par conséquent la motion.
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, I concur with the suggestion that this issue of the veto has been really put forward as an attempt to lay out some rabbit tracks, so I will not delve into the gaseous emissions from the Newfoundland member.
With respect to the actual report and the relevance of the committee work I think what is important in your ruling on this point, Mr. Speaker, is the ability of the committee to bring forward a negative report, that is, if members of the committee wish to bring forward a negative finding and in order to do so need to expound upon the evidence that would enable them to do so.
This goes to the very root of committees work, its ability to garner evidence that allows it to bring forward a negative report, a dissenting report, other than that which the Liberal dominated majority of the committee may decide upon. That is the crux of the matter here. It is important that you, Mr. Speaker, take that into consideration.
As for the delay, I will not touch upon the Janus faced tears of the official opposition House leader when he suggests that somehow this is an important matter to discuss. Of course it was important for him to delay a supply day motion on behalf of the PC/DR coalition just last week so I will leave that to the Chair.
Monsieur le Président, je reconnais à mon tour que cette question de veto a été soulevée pour essayer, au fond, de faire diversion, et je ne m'attarderai pas aux paroles sans fondement du député terre-neuvien.
Quant au rapport comme tel et à la pertinence du travail accompli par le comité, ce qui importe pour la décision que vous êtes amené à prendre, monsieur le Président, c'est de préserver la capacité du comité de présenter un rapport négatif, si les membres du comité souhaitent présenter un tel rapport négatif, et, pour cela, ils doivent en exposer les raisons sur lesquelles ils s'appuient pour le faire.
Cela concerne l'essentiel du travail du comité, à savoir sa capacité de recueillir des preuves lui permettant de présenter un rapport négatif, un rapport dissident, un rapport autre que celui dont pourrait décider un comité dominé par une majorité libérale. Voilà l'essentiel du problème. Il faut que vous en teniez compte, monsieur le Président.
Quant au retard déploré, je ne reviendrai par sur les larmes de crocodile du leader parlementaire de l'opposition officielle qui prétend que la question est importante et qu'il convient que nous en discutions. Évidemment, il était important pour lui de retarder l'étude d'une motion d'opposition présentée par la Coalition PC/RD pas plus tard que la semaine dernière, et je m'en remets pour cela à la présidence.
View John Herron Profile
PC (NB)
Mr. Speaker, I tried to be quite judicious in my earlier comments. The hon. member for Athabasca has made some constructive comments in the debate as has the hon. member for Red Deer. However we have seen the hon. member for Calgary Southeast sink to an all time low. It is indicative of the company he keeps in terms of people like Ezra Levant and his dear friend from Calgary Southwest.
I will talk about--
Monsieur le Président, j'ai essayé d'être judicieux dans mes commentaires. Le député d'Athabasca a fait au cours du débat certaines remarques constructives, de même que le député de Red Deer. En revanche, le député de Calgary-Sud-Est n'est jamais tombé aussi bas. C'est révélateur quant aux gens qu'il fréquente, des gens comme Ezra Levant et son cher ami de Calgary-Sud-Ouest.
Je voudrais...
View John Herron Profile
PC (NB)
Mr. Speaker, I will talk about the flip flops we have seen from the Canadian Alliance in terms of its position.
The Alliance Party had a protracted debate challenging the science with respect to climate change. It asked whether there was discernible human influence or proof that carbon dioxide was causing climate change. Alliance members are now saying they endorse it. The member for Esquimalt--Juan de Fuca stated here in the House earlier that he wanted to go beyond Kyoto in terms of carbon dioxide reductions. That has been another change. We have seen a flip flop of massive proportions.
The only party in the House that ever proposed a carbon tax was the Reform Party. Bill Gilmour, the former Reform critic, was quoted in the Ottawa Citizen on October 24, 1997 as saying environmental taxes could be part of the equation if they were dedicated. Reform and the hon. member for Calgary Southeast advocated carbon taxes at one point in time. I call it the Kenney-Levant-Gilmour tax.
Why does the hon. member spend so much time worrying about the Tories when it is the government we need to hold to account? We cannot have blind ratification of the accord without a sector by sector, province by province impact analysis and a provincial consensus. That is the minimum we owe Canadians. Canadians need to know the behavioural expectations the Government of Canada would put on them.
On what date did the hon. member begin to believe in the science of climate change?
Monsieur le Président, je voudrais vous parler des volte-face de l'Alliance canadienne.
Ce parti a organisé un très long débat pour contester la science des changements climatiques. Les alliancistes ont voulu savoir s'il existait suffisamment de preuves que l'activité humaine ou le dioxyde de carbone étaient effectivement à l'origine des changements climatiques observés. Aujourd'hui, les alliancistes reconnaissent cette science. Le député d'Esquimalt--Juan de Fuca a déclaré à la Chambre, un peu plus tôt aujourd'hui, qu'il souhaitait que nous dépassions les objectifs fixés dans le Protocole de Kyoto en matière de réduction des émissions des gaz à effet de serre. Voilà un autre revirement! C'est un revirement de taille.
Le Parti réformiste est le seul parti à la Chambre à avoir jamais proposé une taxe sur les combustibles fossiles. Bill Gilmour, l'ancien porte-parole de ce parti en la matière, aurait déclaré, d'après le Citizen d'Ottawa du 24 octobre 1997, que les taxes vertes pourraient être un élément de la solution, si les recettes qu'elles généraient servaient à des fins précises. Le Parti réformiste et le député de Calgary-Sud-Est ont déjà préconisé l'imposition d'une taxe sur les combustibles fossiles. Je l'appelle la taxe Kenney-Levant-Gilmour.
Pourquoi le député s'inquiète-t-il tant des conservateurs, alors que c'est au gouvernement qu'il faut demander des comptes? Nous ne pouvons pas ratifier ce protocole aveuglément, sans avoir effectué une analyse d'impact secteur par secteur, province par province, et sans avoir obtenu l'assentiment des provinces. C'est le moins que nous puissions faire pour les Canadiens. Ces derniers doivent être informés des comportements que le gouvernement du Canada est susceptible d'exiger d'eux.
À quel moment le député a-t-il fini par croire en la science des changements climatiques?
View John Herron Profile
PC (NB)
Mr. Speaker, the Progressive Conservative Party of Canada is saying that regardless of whether we are part of the Kyoto protocol, as a modern country and a modern society we must have a plan to ensure we live up to our responsibilities in the world community of addressing the challenges of climate change.
My attack is not directed toward the government at the moment, but it has been unable to develop a plan in the context of the last five years. Until it has tabled an implementation strategy of which Canadians know the impact on a sector by sector, industry by industry, province by province basis, and until we know the plan can get us there, I am not advocating that we ratify something the Government of Canada has no plan to implement.
The Progressive Conservatives are trying to have a balanced approach. If the Government of Canada can demonstrate it has a plan which can get us there without evoking serious economic harm we will look at it. However we are not in favour of blind ratification. We never have been. The hon. member can look through his notes as much as he wants but he will not find a quote. We have never supported blind ratification.
Monsieur le Président, le Parti progressiste-conservateur du Canada estime qu'en tant que pays et société modernes, nous devons avoir un plan nous permettant de respecter nos responsabilités à l'échelle mondiale au chapitre du changement climatique, peu importe si nous ratifions ou non le protocole de Kyoto.
Pour l'instant, mon attaque n'est pas dirigée contre le gouvernement, mais je souligne que ce dernier n'a pas réussi à élaborer un plan au cours des cinq dernières années. Tant et aussi longtemps qu'il n'aura pas déposé une stratégie de mise en oeuvre dont les Canadiens connaîtront l'incidence secteur par secteur, industrie par industrie, province par province, et tant que nous ne saurons pas si ce plan peut permettre d'atteindre les objectifs visés, je ne pense pas que nous devrions ratifier une entente que le gouvernement du Canada n'est même pas certain de mettre en oeuvre.
Les progressistes-conservateurs essaient d'adopter une approche équilibrée. Si le gouvernement du Canada arrive à montrer qu'il dispose d'un plan permettant l'atteinte des objectifs sans entraîner de conséquences économiques sérieuses, nous l'examinerons. Toutefois, nous ne sommes pas en faveur d'une ratification aveugle. Nous ne l'avons jamais été. Le député peut regarder ses notes autant qu'il le veut, il ne trouvera jamais de déclaration corroborant une telle position. Nous n'avons jamais appuyé une ratification aveugle.
View André Bachand Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, in addition to the hon. member for Cumberland—Colchester, PC/DR coalition members are pleased to support this motion.
Monsieur le Président, en plus du député de Cumberland--Colchester, les députés de la Coalition Parti progressiste-conservateur/Caucus de la représentation démocratique sont heureux d'appuyer cette motion.
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, I want to congratulate the Bloc Quebecois member. She has offered a unique and very important perspective.
She stated in conclusion the importance of not using flags for the purpose of provocation, which I think was a very good point to make. Yet throughout her remarks, the remarks of the mover of the motion and of others present it is quite clear that the sense of pride and symbolism attached to these inanimate objects, these flags, is quite apparent and very much behind the motivation of the mover in bringing forward the motion.
I commend the hon. member for Haldimand--Norfolk--Brant because he is motivated by patriotism and by the desire to safeguard these very important symbols. The flag in particular for a country such as ours is an incredibly important symbol. It is a rallying point. It is a point to which we can refer when we try to encapsulate the entire country.
Just this week the Prime Minister and members paid tribute to the paraolympian athletes. Whether it be in the fields of war or in the athletic exploits of our athletes, the flag allows us to collectively come together under that banner and feel a sense of collective pride.
There is certainly incredible merit in what the hon. member presented. There is merit in sending the very important message that many symbols, and in particular the flag, are not to be desecrated or not to be besmirched.
The history of this flag has been set out. It was presented first to Canadians in 1964 by the government of Lester B. Pearson. Ken Donovan, the assistant parliamentary director for supply for the Government of Canada of the day, had his daughter actually stitch together the very first flag.
I think that would be the making of a good CBC vignette, the vignettes we often see stirring up a sense of pride and historic belonging in the country. The history of the Canadian flag is a very interesting one.
The idea of having a criminal offence attached to the desecration of a flag in particular is one which certainly has merit. However I would direct hon. members to the fact that there are current criminal code provisions. In particular, section 430 of the criminal code speaks to mischief to property which would allow police forces, whether they be RCMP, constabulary or municipal, to lay an offence or a charge if an individual takes a flag and destroys it and it is the property of someone else.
This is the point where there is a bit of a stepping off for me. The fear I have is that there could be, and albeit a somewhat bizarre circumstance, an individual who purchases a flag and decides to destroy it in an inappropriate way. Theoretically by virtue of the bill there is the possibility that the individual could be charged with a criminal offence.
I appreciate the fact that the hon. member has crafted the bill in such a way that it deals with monetary fines rather than any form of imprisonment as a sentence that could be meted out. However there is also the serious attachment of a criminal record which in and of itself is very much a deterrent and a denunciation of a particular activity.
I know that his intent in having this criminalized is to send that message, to deter any individual or any like minded individual from destroying a flag.
I was reminded of another scenario that illustrates my point about making this a criminal offence by my colleague from British Columbia who suggested the scenario we saw played out during the Olympics. The Canadian Olympic women's hockey team was playing the American hockey team and rumours abounded that the women from the United States had placed the Canadian flag on the floor of their locker room, had stamped on it and had done various inappropriate things. Theoretically under the bill those members of team U.S.A. could have been charged with a criminal offence.
The extent to which this law could be exploited, I am afraid, in some ways undercuts the serious issue that the hon. member has highlighted here and brought forward.
There is much merit in preserving and protecting the sanctity of our symbols. The Canadian flag is the epitome of a symbol that we want to enhance, embrace and protect and yet, rather than having this criminalized, the debate could be furthered by perhaps having an opportunity to bring it to a committee to look at how we might bring about the effect that the hon. member seeks to have addressed.
This is not in any way to denigrate or to disparage the hon. member's bill. However, by criminalizing the activity there is some fear that the law itself might be trivialized in the way in which it might be interpreted.
If it is about sending a message and about reminding individuals, particularly youth, I am also concerned that the type of activity that is reprehensible and offensive to many is what we have seen very often played out on television during protests where Canadian flags, flags of other countries and flags of Quebec and other provinces might be burned or destroyed. I would far rather see an item, albeit a very important symbolic item, destroyed rather than acts of violence perpetrated.
I ask members to follow the logic here. If this allows individuals to express their disdain, or whatever it is that they are trying to send as a message, by destroying a flag, I would far rather have that occur than for it be played out in some violent act or in some destruction of a building or of an item that has more monetary value, I suppose, than the value of the flag.
I realize that is a dangerous road to go down. I know that the Quebec premier, Mr. Landry, made disparaging remarks about the red rag and the flag of Canada.
Again I want to be very clear in my remarks. I am not suggesting in any way that there is any merit at all in partaking in an activity that is meant to portray antagonism or to somehow enrage the passions of our adversaries by destroying their flag. However, it is a form of expression, albeit reprehensible to most I would suggest, but it has been a form of political expression for many years.
The American example is perhaps the one that is very often pointed to because the Americans cherish their flag as much as any in the world. Americans are perhaps the most fervent in their patriotism symbolized by the stars and stripes and yet they tolerate the desecration of their flag. That is not to say that they in any way like it or that they in any way encourage it, and yet it is there.
I would suggest that the way in which the criminal code is currently drafted there is protection for individual flags. There is protection for the flag of a person who chooses to display it in front of a building or in front of their cottage or their home. If another individual removes that flag, the individual is subject to theft provisions. However, if they do so for the sole purpose of destroying it, current criminal code sections would attach. Mischief to property, under section 430 of the criminal code, particularly, allows for summary offence charges to be laid by the police.
I do commend the hon. member for having brought the bill forward. If in fact there is a willingness on the part of members present to send the bill to committee I would not stand in the way of that. However I would suggest that the bill itself, in its current for, would perhaps not achieve the goals which the hon. member seeks to achieve.
I thank the hon. member for the opportunity to debate this. I think the bill, in and of itself, has achieved much of the merit and much of the goal that he sought to bring forward.
Monsieur le Président, j'offre mes félicitations à ma collègue du Bloc québécois. Elle a offert une perspective unique et très importante.
Elle a conclu en indiquant combien il est important de ne pas se servir des drapeaux pour faire de la provocation, une excellente chose à rappeler. Pourtant, de son intervention, de celle de l'auteur de la motion et de celles d'autres députés, ressortent clairement la fierté et le symbolisme que l'on rattache à ces objets inanimés, ces drapeaux, et qui ont motivé la présentation de cette motion.
Je félicite le député de Haldimand--Norfolk--Brant, car il est animé par le patriotisme et par le désir de protéger ces symboles très importants. Le drapeau en particulier est un symbole extrêmement important pour un pays comme le nôtre. Il exerce un effet rassembleur. Nous pouvons nous y référer pour identifier notre pays par une seule image.
Pas plus tard que cette semaine, le premier ministre et les députés ont rendu hommage aux athlètes paralympiques. Que ce soit à la guerre ou dans le domaine des sports, le drapeau nous rassemble sous la même bannière et nous inspire une fierté collective.
La motion du député est incroyablement fondée. Elle est fondée en ce qu'elle envoie un message extrêmement important, à savoir que beaucoup de symboles, et notamment le drapeau, ne doivent être ni profanés, ni salis.
On a rappelé l'historique de ce drapeau que le gouvernement de Lester B. Pearson a présenté aux Canadiens en 1964. M. Ken Donovan, le directeur parlementaire adjoint des approvisionnements pour le compte du gouvernement du Canada du jour, avait demandé à sa propre fille de confectionner le tout premier drapeau.
Je crois que cette histoire ferait une jolie capsule documentaire que pourrait tourner Radio-Canada, une de ces capsules historiques qui savent si bien raviver notre sentiment de fierté nationale. L'histoire du drapeau canadien est des plus intéressantes.
Le projet de faire de la profanation du drapeau un acte criminel est certainement bien fondé. Je rappelle cependant aux députés que le Code criminel renferme des dispositions à cet effet. Je songe notamment à l'article 430, qui qualifie de méfait tout acte de détérioration ou de destruction d'un bien et qui permet aux forces de l'ordre, qu'il s'agisse d'un agent de la GRC, d'un gendarme ou d'un policier municipal, de porter une accusation contre tout individu qui s'empare d'un drapeau, le bien d'autrui, pour le détruire.
Voilà où je m'écarte de cette initiative. Je crains qu'il puisse arriver, quoique dans des circonstances plutôt bizarres, qu'un individu achète un drapeau et décide de le détruire de façon inappropriée. En théorie, en vertu du projet de loi, il serait possible d'accuser cet individu d'avoir commis une infraction criminelle.
Je comprends que le député a conçu son projet de loi de telle sorte qu'il impose des amendes plutôt qu'une forme quelconque d'emprisonnement. Cependant, il y a aussi le fait que la peine imposée est assortie d'un dossier judiciaire, ce qui constitue vraiment en soi une mesure de dissuasion autant qu'une dénonciation d'une certaine activité.
Je sais que le député a voulu criminaliser ce comportement afin d'adresser un message et dissuader quiconque de détruire un drapeau.
Mon collègue de la Colombie-Britannique m'a rappelé un autre scénario qui illustre mon argument concernant la transformation de cette conduite en une infraction criminelle en évoquant le scénario que nous avons vu jouer au cours des Jeux olympiques. L'équipe olympique canadienne féminine de hockey devait jouer contre l'équipe américaine de hockey, et la rumeur circulait que les Américaines avait placé le drapeau canadien sur le plancher de leur vestiaire, l'avaient piétiné et avaient fait diverses choses peu convenables. En théorie, en vertu du projet de loi, les membres de l'équipe américaine auraient pu être accusées d'une infraction criminelle.
Étant donné que cette loi pourrait être exploitée jusqu'à un certain point, je crains que cela n'aille à l'encontre de l'objectif sérieux que le député a fait ressortir ici.
Il est très méritoire de préserver et de protéger le caractère sacré de nos symboles. Le drapeau canadien est le plus grand symbole que nous puissions mettre en valeur et protéger. Au lieu de prévoir une infraction criminelle, nous ferions peut-être avancer le débat davantage en renvoyant la question au comité pour qu'il voie comment nous pourrions obtenir les résultats recherchés par le député.
Je ne cherche aucunement à dénigrer ni à décrier le projet de loi du député. Cependant, la criminalisation suscite la crainte que la loi elle-même ne soit banalisée dans son interprétation.
Il faut lancer un message, un rappel à tous, et surtout aux jeunes. Je crains que les actes qui sont répréhensibles et choquants pour beaucoup ne soient ce que nous avons vu très souvent à la télévision pendant des protestations où des drapeaux canadiens, les drapeaux d'autres pays, du Québec ou d'autres provinces ont été brûlés et détruits. Je préfère de loin voir un objet détruit, quelle que soit sa valeur de symbole, plutôt que d'assister à des actes de violence.
J'invite les députés à suivre le raisonnement ici. Si certains peuvent exprimer leur mépris ou envoyer un message quelconque en détruisant un drapeau, je préfère nettement qu'ils le fassent de cette façon qu'en commettant un acte de violence ou en endommageant un immeuble ou un bien ayant une valeur monétaire supérieure, je suppose, à celle du drapeau.
Je sais bien que la pente est dangereuse. Je suis au courant des remarques désobligeantes du premier ministre du Québec, Monsieur Landry, à propos du chiffon rouge et du drapeau du Canada.
Encore une fois, je tiens à être très clair. Je ne laisse nullement entendre qu'il y a du mérite à participer à une activité ayant pour but de provoquer l'antagonisme ou d'aviver les passions de nos adversaires en détruisant leur drapeau. Il s'agit toutefois d'une forme d'expression qui, bien qu'elle soit répréhensible pour la majorité des gens, sert à manifester ses opinions politiques depuis de nombreuses années.
L'exemple américain est peut-être celui que l'on cite le plus souvent, car les Américains chérissent autant leur drapeau que tout autre pays. Le patriotisme des Américains, symbolisé par la bannière étoilée, est peut-être le plus fervent. Pourtant, les Américains tolèrent que leur drapeau soit profané. Cela ne veut pas dire qu'une telle profanation leur plaît ou qu'ils l'encouragent, mais ils la tolèrent.
À mon avis, le Code criminel, dans sa formulation actuelle, protège les drapeaux individuellement. Il protège le drapeau qu'une personne a décidé d'arborer devant un édifice, son chalet ou sa maison. Si un autre individu retire ce drapeau, cet individu peut être accusé de vol. Toutefois, s'il le fait dans le seul but de le détruire, il tombe sous le coup d'autres dispositions du Code criminel. En vertu de l'article 430 du Code criminel, toute personne qui commet un méfait à l'égard d'un bien est coupable d'une infraction criminelle punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.
Je félicite le député d'avoir présenté ce projet de loi. Si les députés veulent renvoyer le projet de loi à un comité, je ne m'y opposerai pas. Toutefois, à mon avis, ce projet de loi, dans sa forme actuelle, ne permettrait pas d'atteindre les objectifs visés par le député.
Je remercie le député pour la possibilité qu'il nous a donnée de débattre de cette question. Je pense que ce projet de loi a un certain mérite et atteint en grande partie les objectifs que le député s'était fixés lorsqu'il l'a présenté.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-03-18 11:07
moved:
That, in the opinion of this House, the Royal Canadian Mint should restore the schooner Bluenose to the Canadian ten-cent coin immediately in the year 2001 as an uninterrupted commemoration of our seafaring and fisheries heritage.
He said: Mr. Speaker, when I originally put this motion in private member's business it was timely but I would now like to amend the wording of the motion. I move:
That, in the opinion of this House the Canadian Mint should make the schooner Bluenose the permanent image on the Canadian ten-cent coin as a commemoration of our seafaring and fisheries heritage.
propose:
Que, de l'avis de la Chambre, la Monnaie royale canadienne devrait prendre les mesures nécessaires pour que, dès cette année, la goélette le Bluenose figure de nouveau sur les pièces de dix cents, de manière que ne s'interrompe pas la commémoration de notre patrimoine de marins et de pêcheurs.
--Monsieur le Président, lorsque j'ai fait inscrire cette motion à la liste des initiatives parlementaires, il n'y avait pas de problème. À présent, j'aimerais en modifier la formulation. Je propose:
Que, de l'avis de la Chambre, la Monnaie royale canadienne devrait faire figurer la goélette le Bluenose en permanence sur les pièces de dix cents, pour commémorer notre patrimoine de marins et de pêcheurs.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-03-18 11:10
Mr. Speaker, before engaging in debate I would like to thank my colleagues from all the parties in the House for agreeing to change my motion. For the public who are listening I will read my original motion so they may understand why I wanted it changed. As most Canadians are aware the schooner Bluenose was taken off the ten cent coin in 2001. My original motion read:
That, in the opinion of this House, the Royal Canadian Mint should restore the schooner Bluenose to the Canadian ten-cent coin immediately in the year 2001 as an uninterrupted commemoration of our seafaring and fisheries heritage.
Obviously 2001 has come and gone. My original motion was put forward on September 13, 2001. Since it is 2002 it would seem more timely and make more sense to everyone, including myself and the people who support the motion, that the wording was changed. Once again I thank my colleagues for allowing me to change the wording.
The reason for Motion No. 385 to restore the schooner Bluenose to the ten cent coin is that it should be recognized that it was in recognition of the 50th anniversary of the March of Dimes that the Royal Canada Mint chose to change the image of the ten cent coin.
I agree that was a worthy cause and a worthy celebration particularly since it was in 2001, the International Year of the Volunteer. I do not have any problem in recognizing the March of Dimes. I understand the Royal Canadian Mint's predicament that it was an apt way to recognize the March of Dimes via a celebratory dime.
However the Bluenose was on the dime since 1937. Canada has the longest uninterrupted coastline in the entire world with three oceans on all sides, east, north and west. For those unfortunate not to have a coastline I suggest that they come to Nova Scotia, in particular the town of Lunenburg, and visit ours at any time. It is always a treat.
Seafaring, sailing, the fishery, back to the days of the explorers and whalers who opened up much of the Canadian north and eastern Canada, is a part of our history and heritage. Most Canadians have some link to that part of our heritage.
I believe the Bluenose should remain on the dime as a reminder of that heritage, that history and the long association not only with the ocean but with wooden boats. All Canadians have heard the comment “iron men in wooden ships”. Literally those were the days of iron men and wooden ships. Individuals who have a bit of seafaring blood in their veins and a bit of knowledge of history understand the terms and conditions that those men worked under. It was very often not only the skill of the skippers, the seamen and the fishermen but it was the seaworthiness of the boat itself that allowed those individuals to make it home to port under times of great duress. They survived absolutely horrific storms. They saw their comrades lost in dories for days at time in fog. Some never returned. It was the skill of the skipper and the seaworthiness of the schooners built at the time that brought our men back to shore.
For many of those reasons and others which I will state, I believe the Bluenose should remain on the dime. As Ziner says in Bluenose, Queen of the Grand Banks:
She represented not only beauty, speed and love of craft; she represented those indispensable ingredients of all great lives--hard work, modesty, and endurance.
These are lasting qualities that aptly represent what the Bluenose meant to Canadians and why this symbol has an enduring connection to what it is to be Canadian. I remind members of the House who may not be aware that the Bluenose is the first non-human to be inducted into the Canadian Sports Hall of Fame.
The Bluenose was a famous racing boat. We always knew that the depiction on the dime was the Bluenose. We would have no problem causing quite a row in any part of Nova Scotia by saying that some other ship was on the dime. It has been recognized for years. The mint itself has submitted as late as last Friday, March 15, that the Bluenose is the image on the dime. That bodes well for the surviving crew members of the Bluenose and certainly for all the skippers who sailed her down through the years.
There are some great quotes, legends, and stories that come from the Bluenose. I do not know how many members in the House have had the good fortune and pleasure to read the write-up on the Bluenose in the National Post on the weekend. Clem Hiltz was interviewed. I have the honour of saying that Clem Hiltz is a friend of mine. He sailed and worked on the deck of the original Bluenose when he was 13, 14 and 15 years old. Clem has been a stalwart in his fight to have the Bluenose put back on the dime and to have the real recognition that the Bluenose deserves as a permanent image on the dime.
We should consider and understand the conditions people worked under in those days. They left towns all along the shore of Nova Scotia. I referenced Lunenburg because the Bluenose was built in Lunenburg by James Roue, a naval architect out of Halifax. There is a long list of wooden boats that Roue had built.
The Bluenose was built for the Grand Banks but she was built specifically for another reason. The international schooner races were introduced in 1920. The Americans won the first year. Canadians thought that they would be able to win that race. I do not want to this to be taken in any way, shape or form the wrong way but there was a real competition between the pleasure boaters, the blue water sailors and the fishermen of the day. The international races often did not happen if there was foul weather or if a big storm come up. A lot of the racing boats from around the world would be towed back to shore. There was a certain amount of disdain on the part of the real fishermen out there and people who made their living on the water . They felt that there was no need of this.
The Bluenose was built specifically to race in the international competition. In order to qualify she had to fish for a year on the Grand Banks. She had to be a Grand Banks schooner. The Bluenose made the trip to the Grand Banks, filled her hold with the largest catch taken on the Grand Banks and returned to Lunenburg. The reason we had many schooners out of Lunenburg and towns like Lockeport, Barrington, Shelburne, up and down the length of Nova Scotia, was their speed.
They were able to get to the Grand Banks when the fishing season opened and salt their catch of cod. The first boat to dock often received the most money for its catch so there were a few more cents a pound to be gained. The first boat to port would benefit from that. There was terrific competition not only among the skippers and the men on board to see who had the best crew and the fastest boat but the fastest boat and the best crew also got to represent Canada at the international races. The Bluenose never lost. That is a record that bodes well and stands well for the skippers.
I would like to read the names of the skippers of the original Bluenose I. They were: Angus James Walters, who was the master of the maiden voyage, had been fishing for a number of years and was the Bluenose skipper during all of the races; John Sonny Walters; Lavinus Wentzell; James Eddy Whynacht; Abraham Miles; Harry Demone; Moyle Crouse; Amplias Berringer; James Meisner; Henry Burke; George Corkum; Lawrence Allen; and Wilson Berringer. These were great skippers who were able to sail a great ship.
There are some additional points that I would like to make about the stories and legends that grew up around the schooner Bluenose. The original skipper, Captain Angus Walters, stated many years ago that the wood that would be cut to build the ship that would defeat the Bluenose was still growing. I predict that it is growing still.
We must imagine life's hard times before the rain gear as we have it today. The men worked with wool socks and mittens. Most of the sailors could knit and would knit their own mitts while at sea. There was no such thing as rubber gloves to keep the cold ocean off their hands. They wore the original oil gear, which was simply cloth soaked in linseed oil. It repelled the rain but did not do the job that our rain gear does today.
These people invented the sou'wester. For anyone who has ever had to work in rain gear the sou'wester is a salvation. People can actually see out the end of it and the back comes down to cover the neck keeping the rain from running down the back of the neck. In the Christmas tree industry I grew up in we worked in a lot of foul weather, including rain and snow. Those of us who were fortunate enough to have sou'westers certainly used them.
The wives, families and women of the men who waited at home and supported them lived a life that really came from another time. Many of us cannot imagine the conditions they lived under. The men left their home ports for a month to six weeks at a time, many of whom were mere boys,11, 12, 13, 14 years of age.
I would like to quote Clem Hiltz about the feeling that all Nova Scotians, especially those of us from Lunenburg county, have toward the dime. He stated in the National Post:
They used to say it was just any old ship on the dime. They wouldn't even admit it was the Bluenose. It wasn't right. She's a famous ship. She has done a lot for this country of ours. She was a great ambassador for our country, known all over the world, and she is something that should never be forgotten.
We should all remember those words. The Bluenose is more than a wooden ship. She is part of our heritage, background and tradition. Every school child in Canada knows that the ship on the dime is the Bluenose. We now admit that amongst ourselves and it would be my wish that the Bluenose always remain on the dime.
Monsieur le Président, avant d'entrer dans le débat, je remercie mes collègues de tous les partis à la Chambre d'avoir accepté de modifier la motion. Je lis la motion originale pour que le public comprenne pourquoi je désirais qu'elle soit modifiée. Comme la plupart des Canadiens le savent, la goélette Bluenose ne figure plus sur les pièces de dix cents depuis 2001. La motion originale se lisait comme suit:
Que, de l'avis de la Chambre, la Monnaie royale canadienne devrait prendre les mesures nécessaires pour que, dès cette année, la goélette le Bluenose figure de nouveau sur les pièces de dix cents, de manière que ne s'interrompe pas la commémoration de notre patrimoine de marins et de pêcheurs.
De toute évidence, l'année 2001 est venue et est repartie. J'ai présenté ma motion originale le 13 septembre 2001. Comme nous sommes maintenant en 2002, il semble plus qu'opportun et logique pour tous, notamment moi-même et les personnes qui appuient la motion, que la formulation en soit modifiée. Encore une fois, je remercie mes collègues de m'avoir permis de changer la formulation.
La motion no 385 vise à rétablir le Bluenose sur les pièces de dix cents parce que c'était pour marquer le 50e anniversaire de la Marche des dix sous que la Monnaie royale canadienne avait décidé de modifier l'apparence de la pièce de dix cents.
Je conviens qu'il s'agissait d'un motif valable et d'une célébration importante, particulièrement parce que cela coïncidait avec l'Année internationale des volontaires. Je ne vois aucun problème à reconnaître la Marche des dix sous. La Monnaie royale canadienne a estimé que, pour souligner la Marche des dix sous, il était approprié de frapper une pièce spéciale.
Toutefois, le Bluenose figurait sur les pièces de dix cents depuis 1937. Le Canada possède la plus longue ligne côtière ininterrompue du monde entier et est bordé par des océans sur trois côtés, soit à l'Est, au Nord et à l'Ouest. Aux Canadiens qui ne vivent pas dans une localité côtière, je suggère de venir nous rendre visite en Nouvelle-Écosse, plus précisément à Lunenburg, quand il leur plaira. Nous sommes toujours heureux d'accueillir les visiteurs.
La vie maritime, la navigation et la pêche, à l'époque des explorateurs et des baleiniers qui ont défriché une grande partie du nord et de l'est du Canada, font partie de notre histoire et de notre patrimoine. La plupart des Canadiens ont des liens avec cette partie de notre patrimoine.
Je crois que le Bluenose devrait demeurer sur la pièce de 10 cents pour rappeler ce patrimoine, cette histoire et cette longue association non seulement avec les océans, mais avec les navires en bois. Tous les Canadiens ont entendu l'expression «des hommes de fer dans des navires en bois». C'était littéralement l'époque des hommes de fer et des navires en bois. Tous ceux qui ont un peu de sang de marin dans leurs veines et la moindre connaissance de l'histoire vont comprendre les conditions dans lesquelles ces hommes travaillaient. C'était souvent non seulement l'habileté des capitaines, des matelots et des pêcheurs, mais la navigabilité du navire lui-même qui permettait à ces gens de rentrer au port dans des situations extrêmement difficiles. Ils ont survécu à de terribles tempêtes. Ils ont vu leurs camarades perdus dans des dories pendant des jours parfois, dans le brouillard. Certains ne sont jamais revenus. C'est l'habileté du capitaine et la navigabilité des goélettes construites à l'époque qui ont permis à nos hommes de revenir au port sains et saufs.
Pour beaucoup de ces raisons et d'autres que je vais vous énumérer, je crois que le Bluenose devrait demeurer sur la pièce de 10 cents. Comme Ziner le dit dans Bluenose, Queen of the Grand Banks:
Elle représentait non seulement la beauté, la rapidité et l'amour du travail bien fait, mais également tous les ingrédients indispensables à la grandeur--le travail acharné, la modestie et l'endurance.
Ce sont des qualités durables qui représentent bien ce que le Bluenose signifiait pour les Canadiens et expliquent pourquoi ce symbole a un lien durable avec notre patrimoine en tant que Canadiens. Il faut rappeler aux députés qui ne le savent pas que le Bluenose est le premier objet à avoir été intronisé au Temple de la renommée des sports du Canada.
Le Bluenose était un célèbre bateau de course. Nous avons toujours su que c'était lui qu'on retrouvait sur les pièces de 10 cents. Nous n'aurions pas de mal à soulever tout un tollé dans n'importe quelle région de la Nouvelle-Écosse en affirmant qu'un autre navire figurait sur les pièces de 10 cents. C'est connu depuis des années. La Monnaie royale canadienne a affirmé encore vendredi dernier, le 15 mars, que c'était bien le Bluenose qui figurait sur les pièces de 10 cents. Cela augure bien pour les membres d'équipage survivants du Bluenose et certainement pour les capitaines qui l'ont commandé au fil des ans.
 Il y a des citations, des légendes et des histoires célèbres entourant le Bluenose. Je ne sais pas combien de députés ont eu la chance et le plaisir de lire l'article sur le Bluenose paru dans le National Post du week-end dernier. Il s'agissait d'une entrevue avec Clem Hiltz. J'ai l'honneur de pouvoir dire que Clem Hiltz est mon ami. Il a navigué et travaillé sur le pont du Bluenose original lorsqu'il avait 13, 14 et 15 ans. Il a lutté avec détermination pour que le Bluenose figure à nouveau sur la pièce de dix cents et qu'on reconnaisse enfin ce navire à sa juste valeur en lui accordant une place permanente sur le dix cents.
Nous devrions prendre en considération et comprendre les conditions dans lesquelles les gens travaillaient à cette époque. Ils quittaient les localités de long de la côte de la Nouvelle-Écosse. J'ai parlé de Lunenburg car le Bluenose a été construit dans cette ville par James Roué, un architecte naval originaire de Halifax. La liste est longue des navires en bois construits par William James Roué.
Le Bluenose a été construit pour pouvoir naviguer sur les Grands Bancs, mais aussi pour une autre raison. Les courses internationales de goélettes ont débuté en 1920. La première année, les Américains ont gagné la course. Les Canadiens se croyaient capables de remporter la victoire. Je ne voudrais pas qu'on interprète mal mes propos, mais il existait alors une compétition féroce entre les navigateurs de plaisance, les hauturiers et les pêcheurs. Les courses internationales étaient souvent annulées si le temps était mauvais ou si une tempête s'annonçait. De nombreux navires de course du monde entier étaient remorqués jusqu'à la côte. Les vrais pêcheurs de l'endroit, ceux qui gagnaient leur vie en mer, méprisaient un peu ces navigateurs de plaisance. Ils considéraient ce genre de course comme inutile.
Le Bluenose avait été construit spécialement pour faire la course dans les régates internationales. Pour être admissible, il devait servir à la pêche pendant un an sur les Grands Bancs. Il fallait qu'il soit un schooner des Grands Bancs. Le Bluenose a fait le voyage aux Grands Bancs, a rempli sa cale de la plus grosse prise jamais faite sur les Grands Bancs et est rentré à Lunenburg. Si l'on trouvait tant de schooners à Lunenburg et dans des localités comme Lockeport, Barrington, Shelburne et tout le long de la côte de la Nouvelle-Écosse, c'était à cause de leur vitesse.
Ils étaient capables de se rendre sur les Grands Bancs dès l'ouverture de la saison de la pêche et de saler leur prise de morue. Le premier bateau à accoster au port recevait souvent le prix maximum pour sa pêche, de sorte que l'on pouvait gagner quelques cents de plus la livre. Le premier bateau à rentrer au port en bénéficiait. Il y avait une forte concurrence non seulement entre les capitaines et les hommes à bord pour voir qui avait le meilleur équipage et le bateau le plus rapide, mais le bateau le plus rapide et le meilleur équipage obtenaient également de représenter le Canada lors des régates internationales. Le Bluenose n'a jamais perdu. Voilà un résultat qui est de bon augure et qui est très bien vu pour les capitaines.
Je voudrais faire consigner le nom des capitaines du Bluenose original. Les voici: Angus James Walters, qui était le capitaine lors du voyage inaugural, pêchait depuis plusieurs années et a été le skipper du Bluenose lors de toutes les régates; John Sonny Walters; Lavinus Wentzell; James Eddy Whynacht; Abraham Miles; Harry Demone; Moyle Crouse; Amplias Berringer; James Meisner; Henry Burke; George Corkum; Lawrence Allen et Wilson Berringer. C'était de grands capitaines qui savaient piloter un bateau formidable.
Il y a d'autres observations que je voudrais faire à propos des histoires et des légendes qui ont circulé autour du schooner Bluenose. Le premier skipper, le capitaine Angus Walters, a dit il y a plusieurs années que les arbres qui seraient coupés pour construire le bateau capable de battre le Bluenose poussaient encore. Je prédis qu'ils poussent toujours.
Il faut s'imaginer combien la vie était difficile avant l'existence des vêtements imperméables que nous avons aujourd'hui. Les hommes portaient des chaussettes et des mitaines en laine. La plupart des marins savaient tricoter et ils tricotaient leurs propres mitaines quand ils étaient en mer. Les gants en caoutchouc qui protègent les mains contre l'eau froide de l'océan n'existaient pas. Les marins portaient des cirés faits de tissu trempé dans de l'huile de lin. Ils ne laissaient pas passer la pluie mais ils n'étaient pas aussi confortables que les vêtements imperméables d'aujourd'hui.
Ces gens ont inventé le suroît. Pour quiconque a jamais eu à travailler sous la pluie, le suroît est une bénédiction. Son large bord n'obstrue pas la vue et derrière, il descend sur la nuque de manière à empêcher la pluie de dégouliner dans le cou. J'ai grandi sur une plantation d'arbres de Noël et nous travaillions par tous les temps, y compris sous la pluie et la neige. Ceux d'entre nous qui avaient la chance de posséder un suroît ne manquaient pas de le porter.
Les femmes et les familles des marins qui les attendaient au foyer et leur prodiguaient leur appui menaient une vie d'une autre époque. Beaucoup d'entre nous ne peuvent imaginer les conditions dans lesquelles elles vivaient. Les hommes quittaient leur port d'attache pour un mois ou six semaines d'affilée; beaucoup d'entre eux étaient tout jeunes et n'avaient que 11, 12, 13 ou 14 ans.
J'aimerais citer ce que dit Clem Hiltz des sentiments que tous les Néo-Écossais, et particulièrement ceux qui sont originaires du comté de Lunenburg, éprouvent pour la pièce de 10 cents. Voici ce qu'il a dit au National Post:
On disait que c'était juste un vieux bateau quelconque qui figurait sur la pièce de 10 cents. On ne reconnaissait même pas que c'était le Bluenose. Ce n'est pas bien. C'est un bateau célèbre. Il a beaucoup fait pour notre pays. Ce fut un ambassadeur formidable pour notre pays car il était connu dans le monde entier et c'est quelque chose qu'on ne devrait jamais oublier.
Nous devrions tous nous souvenir de ces paroles. Le Bluenose est beaucoup plus qu'un bateau en bois. Il fait partie de notre patrimoine, de notre histoire et de nos traditions. Tous les écoliers canadiens savent que le bateau qui figure sur la pièce de 10 cents est le Bluenose. Nous le reconnaissons maintenant entre nous et je souhaite que le Bluenose figure à tout jamais sur la pièce de 10 cents.
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
Mr. Speaker, I too am extremely pleased to have an opportunity to speak to this important motion brought forward by my colleague and friend from the South Shore. I want to leave ample time for him to conclude his remarks.
As was so aptly expressed by my colleague from New Brunswick as well, the Canadian symbol of the Bluenose has become such that we burst with pride. It is truly, for all Atlantic Canadians, a symbol of superiority. There is a sense of historic pride for that time, and the fishermen and fisherwomen who took part in the industry hearken back to a time of prosperity, to a time when we were seen as perhaps much greater contributors to the Canadian economy. When the Grand Banks and the nose and tail of the Flemish Cap were bustling with cod and schooners like the Bluenose were there with other ships, manned with crews from Nova Scotia, New Brunswick and Prince Edward Island, there was truly a boom in that region of the country. There will be again.
When we have symbols like the Bluenose we have an opportunity to rally round and to speak of the prosperity, the opportunity, that existed then and can exist again if a proper approach is taken in developing all the regions of Canada.
The Bluenose, as my friend indicated, was built in Lunenburg on the south shore of Nova Scotia. It was designed by William Roue, a naval architect from Halifax. The ship itself had incredible prowess. It was the fastest and best ship of its type. It competed internationally and never lost a single race. It won the coveted Fisherman's Trophy and raced from 1921 to 1938. It was of course the pride of the area and it became a symbol for those who participated in the bustling industry and fishery of that era.
The Bluenose was but one of a large fleet of over 150 bankers, as they were known, built at a time when the days of sail were starting to give way to steam. Yet this ship was a particular icon for those who knew her, who sailed her and who saw her. It continues to be so today, as evidenced by the effort brought forward by my friend from the South Shore.
I will say as well that the Bluenose was known all over the maritimes but also in an area in Guysborough County just off the coast, the Sable grand banks and the Sable shore, where the fabled Sable Island exists. It was one of the most treacherous areas on the east coast, one where the Bluenose on several occasions aptly skipped through that treacherous water known as the graveyard of the Atlantic, captained by Angus Walters. There are tales of how his skill and navigational ability saved his crew as he went through those highly treacherous waters.
I can tell the House that in Guysborough today, in Canso, Nova Scotia, people are still trying to eke out a living in the fishery. It is symbols like the Bluenose that allow them to cling to that heritage, that culture, that sense of who they are.
Again I reiterate the words of earlier speakers who have indicated their support for the motion. This cherished symbol of Canadian pride, the Bluenose, should remain on the dime. We are glad to see that it will happen and I commend my friend for his efforts to see that such is the case.
Monsieur le Président, c'est aussi avec un plaisir extrême que je prends la parole sur cette importante motion que propose mon collègue et ami, le député de South Shore. Je veux lui laisser amplement de temps pour terminer ses observations.
Comme l'a si bien dit aussi mon collègue du Nouveau-Brunswick, le symbole canadien du Bluenose est aujourd'hui tel qu'il nous remplit de fierté. Pour tous les Canadiens de la région de l'Atlantique, il est vraiment un symbole de supériorité. Nous sommes fiers de cette période de notre histoire, et les pêcheurs et pêcheuses de cette époque s'en souviennent comme d'une période de prospérité, comme d'un temps où nous étions peut-être considérés comme de bien meilleurs contributeurs à l'économie canadienne qu'aujourd'hui. Lorsque les Grands Bancs de Terre-Neuve et le nez et la queue du Bonnet Flamand grouillaient de morue et que des goélettes comme le Bluenose y naviguaient parmi d'autres bateaux, avec des équipages de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard, cette région du pays était vraiment prospère. Elle le sera encore.
Des symboles comme le Bluenose nous donnent l'occasion d'échanger ensemble sur la prospérité et les possibilités qui existaient alors et qui peuvent exister encore si l'on s'y prend de la bonne façon pour développer toutes les régions du Canada.
Le Bluenose, comme l'indiquait mon collègue, a été construit à Lunenburg, sur la côte sud de la Nouvelle-Écosse. Conçu par William Roue, un architecte naval de Halifax, ce navire était capable de prouesses extraordinaires. C'était le bâtiment le plus rapide et le meilleur de sa catégorie. Il n'a jamais perdu une seule des courses internationales auxquelles il a pris part. Récipiendaire du très convoité Fisherman's Trophy, le Bluenose a compétitionné de 1921 à 1938. Il faisait évidemment la fierté des habitants de la région et est devenu un symbole pour ceux qui participaient à l'industrie trépidante et à la pêche de cette époque.
Le Bluenose faisait partie d'une grande flotte de quelque 150 banquiers, comme on les appelait, à une époque où la vapeur commençait à supplanter la voile. Ce bateau est cependant demeuré une véritable icône pour ceux qui le connaissaient, qui avaient navigué à son bord ou qui l'avaient vu. C'est encore le cas de nos jours, comme en témoigne l'initiative de mon collègue, le député de South Shore.
Connu dans toutes les Maritimes, le Bluenose l'était aussi dans une partie du comté de Guysborough, au large de la côte, dans les grands bancs et sur le littoral de la légendaire île de Sable. Les eaux de cette région, appelées le cimetière de l'Atlantique, étaient parmi les plus dangereuses de la côte est, mais le Bluenose y a néanmoins navigué avec succès à plusieurs reprises, sous la gouverne du capitaine Angus Walters. On raconte que grâce à ses talents de marin, ce dernier a sauvé la vie de son équipage lors de la traversée de ces eaux si dangereuses.
Encore aujourd'hui, les gens de Guysborough et de Canso, en Nouvelle-Écosse, tentent de vivoter grâce à la pêche. Ce sont des symboles comme le Bluenose qui les aident à préserver leur patrimoine, leur culture et leur identité.
À l'instar des députés qui m'ont précédé et qui ont appuyé la motion, je crois que le Bluenose ce précieux emblème de la fierté canadienne, doit continuer de figurer sur les pièces de dix cents. Nous constatons avec plaisir que ce sera le cas, et je félicite mon collègue pour les efforts qu'il a déployés à cette fin.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
View Gerald Keddy Profile
2002-03-18 11:55
Mr. Speaker, again I would like to take a few moments to thank the members of the House for their support of the motion and my colleagues who spoke to it.
Certainly there is one point I would like to stress in closing, that is, this is not about the March of Dimes. This is about the schooner Bluenose. I would like to illuminate, to show more clearly if possible, my position that the Bluenose should remain on the dime. In no way, shape or form is it about having anything against the accomplishments of the women, the volunteers, with the March of Dimes. Certainly I understand the Mint's position in wanting to put the volunteers and the women who founded the March of Dimes on the ten cent coin. I would, however, disagree with the Mint that there is no better way to do this.
If we had wanted to mint commemorative coins such as the dime for the March of Dimes, there is no reason we could not have minted them simultaneously with the regular Bluenose dime. We bring out commemorative coinage every year. I would suggest that since we use the silver dollar all the time as commemorative coinage it may have been a better symbol. Also it would have more closely and truly represented the value of the dime received by the women who marched for the March of Dimes in the early 1950s. A dime was worth something in the 1950s. Quite frankly, the dime is not worth a whole lot today. Perhaps the silver dollar would more truly represent that.
The symbolic rendition of the marching mothers who went door to door in the 1950s to raise money for polio in the March of Dimes campaign is not what this discussion is about. Certainly the March of Dimes has played an important role in Canada, and we recognize that, not only with its inaugural task of funding research that helped develop a vaccine against the disease but also its development into an organization for the disabled.
Once again I want to make it very clear that this is not in any way, shape or form against the celebration of the work that those volunteers did with the March of Dimes. This is about restoring and maintaining the Bluenose on the dime and at the same time finding other ways to recognize the valuable contribution that the March of Dimes has brought to all of us.
The other point I would like to make is in recognition of some of the work done by the Bluenose II Preservation Trust to have the Mint itself recognize a fact that all of us knew all along: that the image of the sailing schooner on the ten cent coin is in fact the Bluenose. Quite frankly, the Royal Canadian Mint resisted that recognition for many years. It was only on March 15 that it finally admitted it actually was on the dime. I realize we are not allowed to name colleagues in this place or in the Senate, but I also would like to recognize the work of a senator who helped to bring that about. It was extremely important to get that recognition from the Royal Canadian Mint.
Our lives, heritage and history are represented by the Bluenose, as well as our long association with wooden ships in eastern Canada and in the country as a whole. Certainly there were thousands of wooden ships built in Nova Scotia, New Brunswick, P.E.I., Newfoundland and Quebec, probably tens of thousands. Our shipbuilding in Nova Scotia actually peaked in 1875, but even after that there were hundreds and hundreds of schooners built from the 1900s to the 1930s.
In closing, to show how important wooden boats were to the east coast of Canada, it was not until 1965 that the first totally metal fishing boat was built in Nova Scotia. We are indeed, without question, a land of wooden ships and iron men.
Monsieur le Président, je prends de nouveau quelques minutes pour remercier les députés qui ont appuyé la motion et ceux qui sont intervenus.
En terminant, j'aimerais certainement souligner que la motion ne vise pas la Marche des dix sous, mais bien la goélette Bluenose. J'aimerais mettre ma position en lumière et la préciser le mieux possible, en soulignant que le Bluenose doit continuer à figurer sur la pièce de dix cents. La motion ne remet aucunement en question les réalisations des femmes et des bénévoles au titre de la Marche des dix sous. Qui plus est, je comprends fort bien que la Monnaie royale canadienne désirait honorer les bénévoles et les femmes qui ont institué la Marche des dix sous en les faisant figurer sur la pièce de dix cents. Néanmoins, je ne suis pas d'accord avec l'idée qu'il n'y a pas de meilleur moyen d'honorer leur contribution.
Si nous avions voulu frapper des pièces commémoratives comme le dix cents représentant la Marche des dix sous, nous aurions également pu frapper en même temps le dix cents standard à l'effigie du Bluenose. Nous présentons des pièces commémoratives à chaque année. Comme nous utilisons généralement le dollar en argent comme pièce commémorative, il aurait peut-être été un meilleur symbole. En outre, il aurait représenté plus adéquatement et plus fidèlement la valeur du dix cents reçu par les femmes qui ont participé à la Marche des dix sous au début des années 50. La pièce de dix cents avait une certaine valeur à cette époque. En toute franchise, la pièce de dix cents ne vaut plus grand-chose aujourd'hui. Le dollar en argent aurait peut-être mieux fait l'affaire à cet égard.
L'interprétation symbolique de la marche des mères qui, lors de la campagne de la Marche des dix sous dans les années 50, sont allées de porte en porte pour recueillir des fonds destinés à lutter contre la polio n'est pas l'objet de la présente discussion. La Marche des dix sous a certainement joué un rôle important au Canada, et nous le reconnaissons, non seulement parce qu'elle a servi à inaugurer le financement de la recherche qui a aidé à élaborer un vaccin contre la polio, mais aussi parce qu'elle a mené à la création d'une organisation pour les handicapés.
Encore une fois, je voudrais qu'il soit parfaitement clair que je n'ai rien contre le fait de célébrer le travail des bénévoles qui ont participé à la Marche des dix sous. Il s'agit de rétablir en permanence le Bluenose sur les pièces de dix cents et de trouver d'autres façons de reconnaître la précieuse contribution de la Marche des dix sous à notre société.
Je voudrais aussi souligner les efforts du Bluenose II Preservation Trust en vue de faire reconnaître à la Monnaie royale canadienne elle-même un fait que nous connaissons depuis toujours, soit que le motif de la goélette toutes voiles au vent qu'on voit sur la pièce de dix cents représente bel et bien le Bluenose. Franchement, la Monnaie royale canadienne a résisté à cette idée pendant des années. Elle n'a finalement admis cela que le 15 mars. Je sais que nous ne devons pas nommer par leur nom des collègues de cette Chambre ou du Sénat, mais je voudrais aussi rendre hommage au travail d'un sénateur qui a permis que cela devienne une réalité. Il était extrêmement important d'obtenir que la Monnaie royale canadienne reconnaisse qu'il s'agit du Bluenose.
Le Bluenose est le symbole de nos vies, de notre patrimoine, de notre histoire et de la longue association entre les navires de bois, l'est du Canada et même le pays tout entier. Des milliers de navires de bois, probablement des dizaines de milliers, ont été construits en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick à l'Île-du-Prince-Édouard, à Terre-Neuve et au Québec. L'industrie de construction navale de la Nouvelle-Écosse a atteint son apogée en 1875, mais même après cette date, des centaines et des centaines de goélettes ont été construites depuis les années 1900 jusqu'aux années 1930.
En terminant, pour vous montrer l'importance des navires de bois pour l'est du Canada, ce n'est pas avant 1965 que le premier navire de pêche entièrement fait de métal a été construit en Nouvelle-Écosse. Nous sommes sans nul doute et incontestablement un pays de navires de bois et d'hommes d'acier.
View André Bachand Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I have a comment to make before asking my question. First, the closer the member is getting to the front seats, the more arrogant she is becoming, that is clear.
Second, since she is questioning long term previsions, I will remind her that her colleague, the finance minister, is making forecasts over five years. However, she is suggesting that two year forecasts are essential, and should even be the raison d'être.
The figures given by the Bloc Quebecois are widely criticized. I remind the hon. member that I am a member of the Conservative Party and that I criticize her figures and her approach.
That being said, the hon. member wanted to criticize the 14, 18 and 20 cents of the federal government in health care. Can she tell us how much it is contributing to health care?
Monsieur le Président, j'aimerais faire un commentaire avant de poser ma question. Premièrement, au fur et à mesure que la députée se rapproche des premiers sièges, son arrogance augmente, on le voit.
Deuxièmement, je lui rappelle, elle qui critique les prévisions à long terme, que son collègue, le ministre des Finances, fait des prévisions sur cinq ans. Pourtant, elle suggère que des prévisions sur deux ans sont essentielles et devraient être même la raison d'être.
On critique beaucoup les chiffres du Bloc québécois. Je rappelle à la députée que je suis un député du Parti conservateur et que je vais critiquer ses chiffres et sa façon de faire.
Cela étant dit, la députée a voulu critiquer les 14¢, 18¢, 20¢ du fédéral au niveau de la santé. Est-ce que je peux lui demander quel est le montant du fédéral en santé?
View André Bachand Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I am pleased to address this very important issue, namely the role of the federal government versus provincial governments, regarding taxation.
Monsieur le Président, il me fait plaisir d'intervenir sur le sujet fort important qu'est le rôle du fédéral vis-à-vis des provinces en matière de fiscalité.
View André Bachand Profile
Ind. (QC)
Let me say from the outset that we will be pleased to support the motion of our Bloc Quebecois colleagues.
It is too easy for the government party to criticize the principles that brought Bloc Quebecois members to Ottawa, and to discredit their motion today and other motions. The parliamentary spirit displayed in the replies given by the government party will not promote a solution to the situation.
First, I would like to state a fact. The issue is the credibility of the existing tax imbalance. There is a lot of talk about the Séguin report. I hope that the majority of government members from Quebec took the time to at least read the summary of that report. I think they will learn a thing or two.
However, they should be careful when they criticize the Séguin report on the grounds that there is a PQ or sovereignist flavour to it. I remind them that, in October, the Quebec Liberal Party, which, as far as I know, is not sovereignist, said the following regarding the tax imbalance between Ottawa and the provinces, on page 86 of a document:
This is why we believe that it is critical that the federal government and the Canadian provinces, particularly Quebec, agree on a new distribution of the tax base. Indeed, new fiscal arrangements would ensure a better balance between the revenues and the responsibilities of the federal and provincial governments.
I continue reading from page 86. This is not from the Séguin commission, it is from the Quebec Liberal Party. The expression “tax imbalance” is not used only by one political party, but by all the stakeholders in the Canadian provinces, with the exception perhaps of the government party. The Quebec Liberal Party says:
This is why, in order to address this tax imbalance between the federal and provincial governments, the committee is asking for an in-depth review of tax fields, particularly as regards personal and corporate income tax, and a transfer of tax points, without reducing equalization payments.
This is from a document released by the Quebec Liberal Party, in October 2001. The Séguin report says essentially the same thing.
Before talking about the Séguin commission and the motion put forward by the Bloc, let us ask ourselves what the other provinces think about that.
The Atlantic provinces called for adjustments in the equalization system. The poorer provinces want to become richer and are asking to be given the tools they need to do so. The government said no. The former premier of Newfoundland, Mr. Tobin, who came back to the federal cabinet and then made a hasty exit to go to the private sector said, “I promise you that, in returning to the federal scene, I will deal with the issue of equalization to eliminate the ceiling for natural resources, so that the provinces have access to this development tool”. The provinces say that there is a fiscal imbalance. That is what we hear.
The government always shows the same kind of arrogance. It says, “Of course, the provinces want our money. The federal government has money and the provinces want it. But it is ours. It is our responsibility”.
However, we have to understand the provinces. When the federal government decided to slash, who had to bear the brunt of the cuts? The provinces. Now they say that the federal government has more money than before and that it would just be normal for them to get their fair share.
In 1997 and in 2000, we, in the Conservative Party, were in favour of restoring transfer payments to the provinces to their 1993-94 level. We did not want a piecemeal approach. We wanted a long term vision. The federal government said that tax point transfers were not a solution. However, as soon as we talk to it about the CHST, it replies that we also have tax points. This means that tax points are a development tool for the provinces.
That requires cooperation. During question period, our leader asked “Could the government, the Minister of Finance, sit down and examine the issue with its provincial counterparts?” They are completely sidestepping the point when they say there is no fiscal imbalance.
In Quebec, two separate reports, published within six to eight months, prove the contrary. Atlantic provinces premiers have said the contrary, and so do all the premiers of the country. At the federal level, people are blind to that. All opposition parties are saying it. The truth is on the other side of the House according to them.
As I said to the Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage, each time they move forward one row, their arrogance increases exponentially. Each time the federal government talks with the provinces, it displays the same arrogance. They discredit the provinces. If that is what federalism is all about for the Liberal Party, it is high time for a change.
They could at least look at the report and say that it is not so easy to transfer the GST to the provinces. They could even have a dig at the Quebec government and talk about the provincial sales tax rate, because it is a well-known fact that, in 1979, the Quebec government took part of the sales tax from the municipalities of the province. They could say that. At least there would be a debate. As things are now, there is no debate. The problem is only being swept under the rug.
It is relatively easy to summarize the conclusions set out in the massive report of the Séguin commission. The provincial governments are calling for a reform of the tax base to enable them to meet the needs under their jurisdiction according to the constitution. That is all. They have suffered cuts of tens of billions of dollars since 1993-94. They are now saying “Listen, we have been fleeced for almost a decade. We will not ask for money anymore, but we will call for a total reform of the tax agreement in Canada. We will write it down”.
This is why the provinces are asking for tax points They are afraid of being tricked again. The federal government always uses its spending power to say it invested in health. It criticizes the Bloc, as I was saying earlier, it criticizes the Conservatives and all the parties when it says that the 14¢ is not true. Even the government does not know. Can we talk?
We can put other solutions on the table. We suggested that the total amount of the Canada social transfer be eliminated. At the health standing committee I asked Mr. Romanow if he thought it would be a good idea that before making a major change we agree on figures so that our friends, the people opposite, could have the same figures as everybody else. It might be a good idea to separate the envelopes that are reallocated so that we know where exactly the money is going. That being said, there is a great need to review the agreements.
Incidentally, I wish good luck to my hon. colleague for Saint-Hyacinthe--Bagot in his reflection over the next few weeks, not knowing whether his riding will be faced with federal byelections. Surely, whatever the hon. member does, he will always have something useful to contribute and will always be an ace in politics, at both the federal and provincial levels. The hon. member has done and continues to do a very good job here in Ottawa. I am sure that if he decides to run in Quebec, even though we do not share the same point of view about the country and Quebec within Canada, he will be an asset for the government of Quebec.
That being said, let us look at what some other provinces have asked. Earlier on, I was talking about the Atlantic provinces. On March 23, 2001, Premier Hamm said, “For Nova Scotia to be successful, first, we have to enhance our Canadian colleagues' understanding and awareness”. I think the Premier of Nova Scotia is right. Here in Ottawa, we should be more open-minded toward the provinces, stop being arrogant and show some leadership. We have been asking the government for a long time to show leadership when there is a problem.
As an aside, wait and see what will happen if pressure is applied, if the pressure is strong enough. Before the House is prorogued, if it were to be prorogued, the government will start talking about it, but in different terms. We will see what will happen then.
If ever the House were prorogued and there was a Speech from the Throne, I cannot bet on it as it is illegal, but I would still take you out for supper, Mr. Speaker if the government were to talk about new tax arrangements for the country and seize the opportunity for all kinds of good and bad reasons.
The pressure is mounting. It is not partisan. It does not come from Quebec only. It comes from everywhere. When we talk with our colleagues across the way on an individual basis they acknowledge it. Taking away tens of billions of dollars from the provinces is not something that goes unnoticed. In their ridings Liberal members are being chastized for having a Minister of Finances who cannot count when it comes to surpluses.
The member for Saint-Hyacinthe—Bagot explained it quite well. They say there is no surplus, and that times are tough. I remember back in December when the budget was introduced, the Minister of Finances said they would establish a foundation with a budget of several billion dollars for major infrastructure projects if they had any money left. I remember everybody burst out laughing saying he had money hidden all over the place. Nine months later, $13 billion appeared out of nowhere, times were not that tough after all. He is hiding it for two reasons. He knows his Liberal friends well: they want to spend the money too. We know how they like to spend, not invest, spend. Second, he wants to avoid too much pressure from the provinces, so he hides it all over the place, one billion here, one billion there; they would use so many billions should this or that happen—
Mr. Yvan Loubier: He is a squirrel.
Mr. André Bachand: My colleague from Saint-Hyacinthe—Bagot is saying the minister is a squirrel. I do not know whether he is a squirrel or a chipmunk with a big tail, but this is another issue.
We are asking the federal government to sit down with the provinces in order to examine the fiscal issue. Call it an imbalance, or a modernization of fiscal arrangements within a country, it does not matter, but the existence of a problem must be recognized. When, for all sorts of reasons, a central government decides to divest of an area, to divest financially, and to divest indirectly of areas which, by the letter and the spirit, come under provincial jurisdiction, there is a problem, and a serious one.
The Séguin Commission strictly underlined a reality which exists, and not only with Quebec. Indeed, as I said a moment ago, I appreciate the fact that the Bloc added “and in the other provinces”, because this is a reality. However, the problem is different. After the Séguin report came out, some provinces said: “We are now experiencing a more difficult time than other provinces; what is happening with equalization?”
For the time being, equalization is the answer for some of the poorer provinces. This is why, when discussing the new fiscal arrangements, the new fiscal agreement that should be discussed and negotiated between the federal government and the provinces, each party can have satisfaction.
For instance, if Quebec can have more leeway to do things in a certain way, so much the better. If Newfoundland and Labrador need something else, why not? The “à la carte” was used, and why not? Canada is such a vast country that trying to standardize everything might be difficult. However, we on this side can complain all we want, move all the motions we want, ask all the questions we want, if the need for a new fiscal arrangement is not recognized, we will get nowhere.
One thing has to be understood: if the federal government had been in the provinces' place and had experienced a huge and unilateral cut in its revenues, the Liberals would have protested vociferously. We maintain that this fiscal rebalancing is more than needed.
To get back to the Séguin commission, some people are sure to play politics with it. We all are political animals.
We have to look at the basics of the report. Basically, and there is a consensus everywhere in Canada on this issue, it asks that the provinces be given the same revenues as in fiscal 1993-94 and that these revenues be adjusted over a certain period. The Bloc Quebecois talked about a five year period. In our campaign platform, we also talked about a five year period to review this.
Actually, we said that it made no sense to hand out a cheque right away. In our campaign platform, and even before, we had mentioned five years. Five years would be sufficient to determine the effects and to find new mechanisms for fiscal arrangements between the federal government and the provinces.
So, clearly, everybody agrees to ensure that the same amount of money should be made available and that the federal government cannot pull the plug on these revenues, as we know what it is like. So, we are talking about a new agreement including a protective clause.
Protection can take two forms. Transferring taxes is one thing, but transferring the GST is another. However, a dispute settlement mechanism is needed. Within the federation, we need to be able to communicate on a permanent basis. The House will recall that this is what we said in our 1997 election platform as well. There needs to be a permanent entity so that the federal government and the provinces can communicate with one another and reach agreements.
The Séguin report makes the point that there must be consensus. Quebec cannot go to the bargaining table alone. All the provinces must be there. Quebec has allies in Nova Scotia, in New Brunswick, on Prince Edward Island, in Newfoundland, in Alberta. It has allies everywhere. The richest provinces will benefit from a new fiscal arrangement. All provinces will.
It will provide our western friends with an opportunity to talk about issues that have frustrated them for years and to do so at the same table. There is consensus on this in Quebec. Quebec will become a leader with the other provinces. It is up to us, here, to convince the government to sit down with its provincial partners. If there is consensus in Quebec, I am sure that there is consensus in Nova Scotia and in all the provinces, all the way to Alberta.
If there is consensus in the provinces, all that is missing is national consensus in this parliament. Again, one player is missing right now; the Liberal members opposite. They are denigrating what is being done. They are playing with the figures. Whether the federal government is putting 14¢, 20¢ or 25¢ into health—we cannot even get accurate figures—that is not the problem. It is a consequence of a problem. The problem is the way the federal government handles its fiscal relations with the provinces. It must review and reinvent its entire approach.
I ask the House to consider the motion put forward today. I urge the government opposite to vote in favour. Why would the government not vote in favour? What a wonderful message it could send. The best signal the government could give would be to say, “Yes, we are going to review that. We barely avoided a recession and we are going to review the fiscal arrangements in this country”.
D'emblée, j'aimerais dire que nous appuierons avec plaisir la motion présentée par nos collègues du Bloc.
Il est trop facile, de la part du parti ministériel, de critiquer les principes qui ont amené les députés du Bloc à Ottawa et de discréditer leur motion d'aujourd'hui et d'autre motions. Ce n'est pas dans cet esprit parlementaire que les réponses du parti ministériel vont faire avancer le débat.
Premièrement, j'aimerais établir un fait. Il s'agit de la crédibilité ou non de la question du déséquilibre fiscal existant. On parle beaucoup du rapport Séguin. J'espère que la majorité de la députation québécoise du côté ministériel a pris le temps de lire au moins le sommaire. Je pense qu'ils vont apprendre des choses.
Cependant, il faut faire attention lorsqu'on critique le rapport Séguin comme étant un rapport qui est à saveur péquiste et souverainiste. Je rappelle qu'en octobre dernier, le Parti libéral du Québec, qui à ce que je sache n'est pas souverainiste, stipulait à la page 86 d'un document, en faisant allusion au déséquilibre fiscal entre Ottawa et les provinces:
C'est pourquoi nous croyons qu'il est primordial que le fédéral et les provinces canadiennes, au premier chef le Québec, s'entendent sur une nouvelle distribution de l'assiette fiscale. En effet, des arrangements fiscaux renouvelés assureraient un meilleur équilibre entre les revenus et les responsabilités du fédéral et des provinces.
Je poursuis la lecture de la page 86. Ce n'est pas la Commission Séguin qui le dit, c'est le Parti libéral du Québec. Le «déséquilibre fiscal» n'est pas un terme qui appartient seulement à un parti politique. C'est partagé par l'ensemble des intervenants dans les provinces canadiennes, sauf peut-être au niveau du parti ministériel. On peut lire, et je cite:
Voilà pourquoi le Comité demande que, pour pallier le déséquilibre fiscal entre le fédéral et les provinces, il y ait une révision en profondeur des champs d' impositions, particulièrement en ce qui concerne l'impôt sur le revenu des particuliers et des sociétés, et un transfert de points d'impôt, sans pour autant réduire les versements effectués au titre de la péréquation.
C'est un document du Parti libéral du Québec d'octobre 2001. Le rapport Séguin dit essentiellement la même chose.
Avant de parler de la Commission Séguin et de la motion du Bloc, demandons-nous ce qu'en disent les autres provinces.
Les provinces de l'Atlantique demandaient qu'en ce qui a trait à la péréquation, il y ait des ajustements. Les provinces les plus pauvres veulent devenir des provinces plus riches. Elles demandent des outils leur permettant de faire cela. Le gouvernement a dit non. L'ancien premier ministre de Terre-Neuve, M. Tobin, qui était redevenu ministre de la Couronne et qui est parti comme un éclair dans le secteur privé, le disait: «Je vous promets, en retournant sur la scène fédérale, que je réglerai la question de la péréquation pour enlever le plafonnement en matière de ressources naturelles, pour donner cet outil de développement aux provinces.» Les provinces disent qu'il y a un déséquilibre fiscal qui existe. On le dit.
L'arrogance du gouvernement est toujours la même. Il dit: «On sait bien, les provinces veulent avoir notre argent. Le fédéral a de l'argent et les provinces veulent l'avoir. C'est à nous. C'est notre responsabilité.»
Cependant, il faut comprendre les provinces. Quand le fédéral a coupé, où a-t-il majoritairement coupé? Ce fut chez les provinces. Les provinces disent maintenant que le fédéral a plus d'argent qu'il n'en avait auparavant. Il serait peut-être normal qu'elles aillent chercher leur part, leur juste part.»
Nous, du Parti conservateur, préconisions en 1997 et 2000 de rétablir les paiements de transferts aux provinces au niveau où ils étaient en 1993-1994. On ne voulait pas de saupoudrage. On voulait une vision à long terme. Le gouvernement fédéral dit: «Les transferts de points d'impôt ne sont pas une solution.» Toutefois, aussitôt qu'on lui parle du Transfert canadien, il nous dit: «Oui, mais vous avez en plus des points d'impôt.» Cela veut dire que les points d'impôt sont un outil qui permettraient aux provinces de se développer.
Il faut de la collaboration. Notre chef l'a demandé à la période des questions orales: «Le gouvernement, le ministre des Finances pourrait-il s'asseoir avec ses partenaires provinciaux pour se pencher sur la question?» On évacue complètem