Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 33 of 33
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2018-06-20 14:05 [p.21329]
Mr. Speaker, Quebeckers are no strangers to tense political debate, but we are lovers, not fighters. We debate because we each have our own vision of how Quebec should be, and we all feel our own way is the best.
We debate because we are inspired by our constituents, by people who are proud of who they are and what they do, proud of their families, and proud of the place they call home. They are creative people. They write songs, build airplanes, and jazz up shepherd's pie. They stand by each other. They built themselves a society that gives anyone who wants to work hard a chance. When they decide to do something, they give it their all, knowing that they have just one life to live. That is what we will be celebrating this weekend.
I hope everyone will have a chance to celebrate with good people, I hope the weather will co-operate, and I hope everyone has a great time. Happy national holiday to all Quebeckers.
Monsieur le Président, au Québec, la politique implique des débats parfois tendus, mais il y a plus d'amour que de chicane là-dedans. On débat parce qu'on a tous sa vision du Québec et on pense tous que c'est la bonne.
On débat parce qu'on est inspiré par les gens de chez nous, des gens fiers de ce qu'ils font, fiers de ce qu'ils sont, fiers de leur famille et fiers de l'endroit d'où ils viennent. Ce sont des gens créatifs, que ce soit pour écrire des chansons, bâtir des avions ou rendre le pâté chinois moins plate. Ce sont des gens solidaires qui se sont bâti une société qui donne une chance à qui veut bien donner un coup d'épaule. Ce sont des gens qui se donnent à fond dans leurs projets, sans oublier qu'on a juste une vie à vivre. C'est cela qu'on célèbre cette fin de semaine.
En souhaitant à tous de fêter avec du bien bon monde, en souhaitant qu'il fasse beau et en nous souhaitant du plaisir, tout simplement, à toutes les Québécoises et à tous les Québécois, bonne fête nationale.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-06-20 15:34 [p.21344]
Mr. Speaker, Québec Debout agrees to apply the vote and will vote no.
Monsieur le Président, les députés de Québec debout sont pour l'application du vote et nous voterons non.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-06-20 15:45 [p.21347]
Mr. Speaker, we agree to apply the vote and will vote yes.
Monsieur le Président, nous appliquerons le vote et nous sommes en faveur.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2018-06-19 13:58 [p.21262]
Mr. Speaker, the little-known live-in caregiver program fails to protect female foreign workers who come here to work as domestic help. They come here in the hope of making a bit of money and getting permanent resident status after two years. We do not see them in public, as they generally stay in their employer's home. They do not necessarily know their rights, they do not always know our language, but they are prepared to do anything to help their family. They rely on the goodwill of a single employer, without whom they can be deported from the country. Hon. members will agree that the employer therefore has excessive power over these women. These conditions create countless cases of abuse, violence, unpaid work, intimidation, and harassment. I am therefore honoured to sponsor a petition launched by the Centre international de solidarité ouvrière calling on the federal government to take action to guarantee better working conditions for these women. I urge everyone to sign the petition immediately and to be the voice of these women, who far too often do not have a voice.
Monsieur le Président, le programme méconnu d'aides familiaux résidants échoue à protéger les travailleuses étrangères qui viennent chez nous travailler comme aide domestique. Elles viennent dans l'espoir de faire un peu d'argent et aussi dans celui de demander leur résidence permanente après deux ans. On ne les verra pas sur la place publique: elles sont assignées à domicile chez leur employeur. Elles connaissent mal leurs droits, parfois mal notre langue, mais elles sont prêtes à beaucoup pour aider leur famille. Elles dépendent de la bonne foi d'un employeur unique sans lequel elles peuvent être expulsées du pays. On conviendra avec moi que l'employeur a donc un pouvoir démesuré sur ces femmes. Ces conditions créent d'innombrables cas d'abus, de violence, de travail non rémunéré, d'intimidation et de harcèlement. Je suis donc honorée d'être la marraine d'une pétition lancée par le Centre international de solidarité ouvrière demandant au fédéral d'agir pour garantir de meilleures conditions de travail pour ces femmes. Signons-là dès maintenant en grand nombre et soyons la voix de ces femmes qui, trop souvent, n'en n'ont pas.
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2018-06-19 15:06 [p.21274]
Mr. Speaker, the Liberals' record for this session shows only one priority: cannabis. When Quebec asks for more time to do things properly, Ottawa does not care. When the Quebec National Assembly states its opposition to the limit of four pot plants per family, the Prime Minister makes fun of Quebec's elected officials. When Quebec wants to go at its own pace, Ottawa tells us to take a hike.
Will the Prime Minister finally understand that cannabis is not a priority for anybody but him and his friends, the big Liberal cannabis producers?
Monsieur le Président, le bilan des libéraux pour la dernière session: une seule priorité, le cannabis. Quand le Québec demande plus de temps pour bien faire les choses, Ottawa s'en fout. Quand l'Assemblée nationale s'oppose à quatre plants de pot par famille, le premier ministre se moque des élus québécois. Quand le Québec veut y aller à son rythme, Ottawa nous envoie promener.
Le premier ministre peut-il enfin comprendre que le cannabis, ce n'est une priorité pour personne, sauf pour lui et ses petits amis, les grands producteurs libéraux de cannabis?
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2018-06-19 15:07 [p.21275]
Mr. Speaker, if cannabis was the main priority for the Prime Minister, here is a list of things that were definitely not priorities for the Liberals: cracking down against tax havens, managing the migrant crisis, tackling climate change, setting appropriate health transfers, securing contracts for the Davie shipyard, and allowing a single tax return.
When will the Prime Minister start paying attention to Quebeckers' real priorities?
Monsieur le Président, si le cannabis était la principale priorité du premier ministre, je vais dire, moi, ce qui n'était pas une priorité pour les libéraux pendant la session qui se termine: la lutte contre les paradis fiscaux, la gestion de la crise des migrants, la lutte contre les changements climatiques, les transferts appropriés en santé, les contrats pour le chantier Davie, et une déclaration de revenus unique, certainement pas une priorité.
Quand le premier ministre va-t-il commencer à s'occuper des vraies priorités des Québécois?
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2018-06-19 17:30 [p.21293]
moved that Bill C-392, An Act to amend the Aeronautics Act, the Fishing and Recreational Harbours Act and other Acts (application of provincial law), be read the second time and referred to the Standing Committee on Transport, Infrastructure and Communities.
She said: Mr. Speaker, I am very proud to rise in the House today. Being able to introduce a bill and debate it is a significant moment for a legislator. Bill C-392 will give me a sense of accomplishment, and members will soon see why.
This bill will ensure that no one will be above our laws. It will help ensure better protection for our environment and farmlands, and it will allow for much more harmonious land use and development. Bill C-392 amends eight federal acts to impose constraints on the ministers responsible for enforcing these acts. This bill deals with legislation regulating pipelines, harbours, docks, airports, telecommunications infrastructure, and all property that enjoys federal immunity, including land managed by the National Capital Commission.
Once this bill is passed, the federal government will no longer be able to authorize an activity or infrastructure project that would violate provincial laws or municipal bylaws on environmental protection and land development. In theory, Quebec belongs to Quebeckers. For the most part, the protection of our territory and environment is governed by Quebec law.
Moreover, Quebec is a pioneer in this area. It has had environmental legislation on the books for almost half a century. It may not be perfect, but it is the best in North America. The same applies to land development. There is a series of laws and regulations to ensure that it is as harmonious as possible at both the provincial and municipal levels.
To ensure Quebeckers’ needs are taken into account, there is a series of consultation mechanisms, for example the Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, and municipal referendums. In short, we have adopted a series of laws and mechanisms to protect our environment, ensure harmonious land development and guarantee that projects have social licence. The same is true of every province.
However, when it comes to projects under federal jurisdiction, none of this applies. For all intents and purposes, the federal government is above provincial law. Quebec laws and municipal by-laws continue to apply, but only insofar as they do not affect activities under federal jurisdiction.
Consider a hypothetical pipeline project. We might demand that the pipe be painted green, blue, black or yellow. That does not cost much or bother anyone. However, we could not impose major constraints or demand costly detours, much less refuse to give our consent for the project. Only the federal government can make these decisions, despite our laws and regardless of the will of my people.
Since I was elected about two years ago, there have been too many federal projects that have caused discontent because we have no say in their implementation. It is as if we were no longer at home at home.
Here are some examples: consider the Act Respecting the Preservation of Agricultural Land and Agricultural Activities, which is celebrating its 40th anniversary this year. We tend to forget, because Quebec has a huge territory, but our farmland is extremely valuable. Only 2% of Quebec’s total land mass is made up of good farmland. When it is contaminated and paved over, it is lost forever. It is lost to posterity.
For 40 years now, developers in Quebec have been prevented from destroying our farmland. They must appear before the Commission de protection du territoire agricole and obtain authorization before building anything in a green zone.
However, in 2010, the Supreme Court ruled that the act did not apply to the construction of aerodromes on protected farmland. Since aeronautics is under federal jurisdiction, these contractors are above provincial law. As a result, since the last election, an airport was built in an agricultural area in Saint-Cuthbert, in the riding of Berthier—Maskinongé. There is another one in Neuville, an aerodrome built smack dab in the middle of a cornfield in the riding of Portneuf—Jacques-Cartier. In both cases, the construction violated provincial law, the Union des producteurs agricoles protested, the municipalities protested, and the Quebec government and the National Assembly protested. No one wanted them, but the federal government gave the go-ahead anyway.
The same thing happened in Mascouche, in my esteemed colleague’s riding of Montcalm. In the case of Mascouche, the bill breaches three laws; not one or two laws, but three laws. It breaches agricultural zoning provisions, municipal zoning provisions and the Canadian Environmental Protection Act, because it is in a protected wooded area. My colleague from Montcalm spoke many times in the House on the issue, but that did not matter to the government. It blindly authorized the construction, and the whole thing is now before the courts.
Let us look at other examples. In the case of land development, municipalities are on the front lines. Developing a territory home to thousands of people and sharing it harmoniously in order to avoid conflict is a delicate affair. That is what city planning and zoning regulations are for. Land use planning can only be done at the local level by people who live in the territory in question. After all, it is their territory, their home. Of course, the federal government does not care. It grants businesses under its jurisdiction the same immunity it enjoys from our laws.
I am convinced that every member in the House could tell stories about problems with cell towers being built wherever telecommunications companies please. These companies are above provincial law, above the will of the people, and they certainly are not afraid to take advantage of it. Some cities have tried to pass by-laws to try to straighten things out, but the courts have struck them down one after the other. That is what happened in Terrebonne, Châteauguay and Gatineau. Montreal withdrew its own by-law because, during public consultations, the companies even threatened to sue the city. Industry Canada sent a brief to tell the city to back down.
I could mention the Port of Quebec. IMTT set up shop there, polluting the Limoilou and Saint-Roch neighbourhoods, in the ridings of Beauport—Limoilou and Québec. Residents began mobilizing because of the red dust that settled on their balconies, window sills and outdoor play areas. Among other things, the dust contained nickel, iron, copper and zinc. Did the federal government listen to them? Not at all, because Ottawa is far removed from the real world. At the end of the day, the Quebec government intervened, but it was met with arrogance from the federal government and the businesses it protects under the mantle of its power.
When inspectors from the Quebec ministry for sustainable development, the environment, and the fight against climate change wanted to visit the facilities, the port authorities told them that they had no business there, because the port is under federal jurisdiction. When the Quebec government served a statement of offence under its Environment Quality Act, the company sent it packing. The worst part is that the Quebec Superior Court ruled in favour of the company. The company can flout our laws and poison our urban neighbourhoods as much as it wants. It is above the law.
I have not even mentioned the energy east pipeline, that would have crossed 800 waterways in Quebec without our being able to do a thing about it. These 800 waterways are a source of drinking water for five million Quebeckers. TransCanada consistently refused to apply for a Quebec certificate of authorization, submit to BAPE hearings or comply with Quebec law. If the project had not been abandoned by the company, we would have seen monster protests, and I guarantee that I would have been among the protestors. There would also have been an endless legal battle between the Government of Quebec and the federal government, which systematically sides with companies against Canadians. The government should not be imposing projects on Canadians without their consent.
That is what is happening now in British Columbia, a taste of what will happen if the government tries to revive the energy east pipeline project. We need to settle this now, before it leads to a social and political crisis, which is precisely what will happen if the energy east pipeline project is revived.
I could talk about the federal government’s properties. Cities develop plans, rule on the maximum height of buildings and make an effort to preserve green areas so that the city can breathe. That is what land development is all about.
However, Ottawa can barge in and build anything anywhere, with no regard for local residents or the bylaws adopted by local elected officials. For example, the City of Gatineau has often ended up at daggers drawn with the National Capital Commission. Recently, someone was telling me about the fact that the government constantly nibbles away at Ottawa's Greenbelt whenever it builds new federal offices. That is how things go with projects under federal jurisdiction. There is no shortage of problems, from disregard for locals and legal uncertainty to court battles and unenforceable municipal bylaws.
This bill will fix all of that by introducing legal certainty into areas under perpetual litigation. Since there will be an act of Parliament to explain why proponents' projects were turned down, they will no longer be able to challenge the applicability of our laws. True, the bill will take discretionary powers away from the government, but only to give them back to the people. Furthermore, this would fulfill one of the Liberals' campaign promises that they seem to have forgotten once they got a taste of power. I would just like to remind them that they said the following:
While governments grant permits for resource development, only communities can grant permission.
Indeed, before the election, the Liberals promised that they would not issue permits for projects that were not approved by the province or municipality. That is precisely what the bill will force them to do. Given that projects will have to concurrently comply with federal laws, provincial laws, and municipal by-laws, the highest standard will apply. It is important to have fairly high standards for the environment.
We live in a democracy. Our laws, our regulations, and our consultation mechanisms reflect a certain social consensus. In principle, Quebec agrees with this bill. The Government of Quebec believes that its environmental and land use planning laws must apply at all times. The National Assembly has stated this unanimously several times.
Municipalities are very unhappy that Ottawa constantly circumvents them. The Union des producteurs agricoles wants Ottawa to comply with the law that protects Quebec land. Environmental groups want the highest standards to apply.
While the government insists on exercising its authority on all matters, we want to return control of the land to those who live there. That way we could to a greater extent be masters in our own house, as Jean Lesage used to say. That is Bill C-392 in a nutshell, and that is why I am very proud to introduce it today.
In closing, I would be remiss if I did not thank legislative counsel of the House, especially Nathalie Caron and Isabelle D'Souza, because preparing an omnibus bill that amends several laws and has almost constitutional impacts on a very tight deadline was quite the challenge and they rose to the occasion brilliantly. Hats off to them.
propose que le projet de loi C-392, Loi modifiant la Loi sur l’aéronautique, la Loi sur les ports de pêche et de plaisance et d’autres lois (application du droit provincial), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé au Comité permanent des transports, de l'infrastructure et des collectivités.
— Monsieur le Président, je suis très fière de m'adresser à la Chambre aujourd'hui. Pour un législateur, le fait de présenter un projet de loi et de pouvoir en débattre est un moment très important. Le projet de loi C-392 va me donner le sentiment du devoir accompli et on comprendra rapidement pourquoi.
Ce projet de loi fait que plus personne ne pourra se trouver au-dessus de nos lois. Il assure une meilleure protection de l'environnement, de nos terres agricoles et il permet un aménagement et un partage beaucoup plus harmonieux de notre territoire. Le projet de loi C-392 modifie huit lois fédérales pour imposer des contraintes aux ministres qui sont chargés de leur application. Ainsi, il sera question des lois qui encadrent les pipelines, les ports, les quais, les aéroports, les infrastructures de télécommunication et l'ensemble des propriétés qui jouissent de l'immunité fédérale, y compris le territoire de la Commission de la capitale nationale.
Avec son adoption, le gouvernement fédéral ne pourra plus autoriser une activité ou une infrastructure qui enfreindrait les lois provinciales ou les règlements municipaux qui protègent notre environnement et encadrent l'aménagement du territoire. En principe, le territoire québécois appartient aux Québécoises et aux Québécois. Pour l'essentiel, la protection de notre territoire et de notre environnement relève des lois québécoises.
D'ailleurs, le Québec fait figure de pionnier dans ce domaine. La loi québécoise sur la qualité de l'environnement a presque un demi-siècle. Encore, aujourd'hui, elle n'est pas parfaite, mais elle est quand même la meilleure sur le continent. C'est pareil pour l'aménagement du territoire. Toute une série de lois et de règlements viennent s'assurer que qu'il soit le plus harmonieux possible, tant au niveau québécois qu'au niveau municipal.
Pour nous assurer de vraiment tenir compte des besoins de la population, il y a un toute une série de mécanismes de consultation, par exemple, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement ou encore des référendums municipaux. Bref, c'est un ensemble de lois et de mécanismes que nous nous sommes donnés pour protéger notre environnement, assurer l'aménagement harmonieux du territoire et assurer l'acceptabilité sociale des projets. C'est pareil dans toutes les provinces.
Cependant, lorsqu'il s'agit de projets de compétence fédérale, plus rien de cela ne tient. Pour l'essentiel, le fédéral est au-dessus de nos lois. Les lois québécoises et les règlements municipaux continuent de s'appliquer, mais seulement dans la mesure où ils ne dérangent pas trop les activités de responsabilité fédérale.
Prenons un hypothétique projet de pipeline. Nous pourrions peut-être exiger que le tuyau soit peint en vert, bleu, noir ou jaune. Cela ne coûte pas cher et ne dérange personne. Cependant, nous ne pourrions pas imposer des contraintes importantes, réclamer des déviations coûteuses ou encore moins dire non au projet. C'est Ottawa seul qui déciderait, peu importe nos lois, peu importe la volonté de mon peuple.
Seulement depuis mon élection, il y a environ deux ans, je ne compte plus les projets fédéraux qui suscitent beaucoup de mécontentement parce que leur encadrement nous échappe. C'est comme si nous n'étions plus chez nous, chez nous.
Voici quelques exemples: pensons à la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles, dont on célèbre les 40 ans cette année. On tend à l'oublier, parce que le territoire québécois est vaste, mais nos terres agricoles sont un bien très précieux. Il n'y a que 2 % de la superficie totale du Québec qui sont de bonnes terres agricoles. Quand on les contamine ou qu'on les recouvre d'asphalte, c'est à jamais qu'elles sont perdues. Elle sont perdues pour la postérité.
Depuis 40 ans, les promoteurs, chez nous, ne peuvent plus gâcher notre territoire agricole comme ils le veulent. Ils doivent se présenter devant la Commission de protection du territoire agricole et obtenir une autorisation avant de construire quoi que ce soit dans une zone verte.
Cependant, la Cour suprême a jugé en 2010 que la Loi ne s'appliquait pas à ceux qui veulent construire des aérodromes sur des terres agricoles protégées. Comme l'aéronautique est de compétence fédérale, ces entrepreneurs sont au-dessus de nos lois. C'est ainsi que, seulement depuis la dernière élection, nous nous sommes retrouvés avec un aéroport construit en pleine zone agricole à Saint-Cuthbert, dans la circonscription de Berthier—Maskinongé. Il y en a eu un autre à Neuville, un aérodrome construit au beau milieu d'un champs de maïs dans la circonscription de Portneuf—Jacques—Cartier. Dans les deux cas, la loi provinciale l'interdisait, l'Union des producteurs agricoles s'y opposait, les municipalités s'y opposaient, tout comme le gouvernement du Québec et l'Assemblée nationale s'y opposaient également. Personne n'en voulait, mais Ottawa a dit oui quand même.
C'est la même chose à Mascouche, dans la circonscription de mon excellent collègue de Montcalm. Dans ce cas, le projet de loi contrevient à trois lois. Il ne contrevient pas à une ni à deux, mais à trois lois. Il contrevient au zonage agricole, au zonage municipal et à la Loi canadienne sur la protection de l’environnement, parce qu'il est dans un boisé protégé. Mon collègue de Montcalm est intervenu à plusieurs reprises à la Chambre dans ce dossier, mais Ottawa s'en lave les mains. Le gouvernement a accordé les autorisations les yeux fermés et le dossier est d'ailleurs devant les tribunaux actuellement.
Prenons d'autres exemples. En matière d'aménagement du territoire, ce sont cette fois les municipalités qui sont aux premières lignes. Aménager un territoire où vivent des milliers de personnes et se le partager d'une manière harmonieuse pour éviter les conflits d'usage, c'est quand même un travail délicat. C'est à cela que servent les plans d'urbanisme et les règlements de zonage. Cela ne peut se faire qu'à l'échelle locale par les gens qui vivent dans le territoire concerné. C'est leur territoire après tout, c'est chez eux. Or voilà qu'Ottawa s'en fout. Le gouvernement transfère aux entreprises sous sa juridiction son immunité par rapport à nos lois.
Je suis persuadée que tous les députés à la Chambre pourraient parler de problèmes qu'ils ont chez eux avec des tours cellulaires érigées à peu près n'importe où. Dans ce domaine, ce sont les compagnies de télécommunications qui font ce qu'elles veulent. Elles sont au-dessus de nos lois, au-dessus des citoyens, et elles ne se gênent surtout pas pour en profiter. Des villes ont essayé d'adopter des règlements pour mettre un peu d'ordre là-dedans, mais les tribunaux les invalident les uns après les autres. C'est le cas à Terrebonne, à Châteauguay et à Gatineau. Montréal a d'ailleurs renoncé à son propre règlement, parce que lors de la consultation publique, ce sont les compagnies qui ont menacé de poursuivre la Ville, rien de moins. Industrie Canada a envoyé un mémoire pour dire à la Ville de faire marche arrière.
Je pourrais parler du port de Québec. L'entreprise IMTT s'est installée sur les terrains du port, et elle pollue allègrement les quartiers Limoilou et Saint-Roch, qui sont dans les circonscriptions Beauport—Limoilou et Québec. Les résidants se sont mobilisés, parce que la poussière rouge arrivait sur leur balcon, sur le bord des fenêtres, sur les jouets extérieurs des enfants.Elle était composée, entre autres, de nickel, de fer, de cuivre et de zinc. Est-ce qu'Ottawa les a écoutés? Pas du tout, car Ottawa, c'est loin du vrai monde. Au bout du compte, c'est le gouvernement du Québec qui est intervenu, mais c'était sans compter sur l'arrogance d'Ottawa et des entreprises qu'il protège sous le manteau de ses pouvoirs.
Quand les inspecteurs du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec ont voulu visiter les installations, les autorités du port leur dont dit qu'ils n'avaient rien à faire là, parce que cela relevait du fédéral. Quand Québec a envoyé un constat d'infraction en vertu de la loi québécoise sur l'environnement, la compagnie l'a envoyé promener. Le pire, c'est que la Cour supérieure du Québec lui a donné raison. La compagnie peut bafouer nos lois autant qu'elle le veut et empoisonner nos quartiers urbains autant qu'elle le veut. Elle est au-dessus des lois.
C'est sans compter le pipeline Énergie Est qui devait traverser 800 cours d'eau au Québec sans que nous puissions y faire quoi que ce soit. Ces 800 cours d'eau sont la source d'eau potable pour 5 millions de personnes. TransCanada refusait systématiquement de demander un certificat d'autorisation de Québec, de se soumettre aux audiences du BAPE et de respecter les lois québécoises. Si le projet n'avait pas été abandonné par la compagnie, on aurait pu s'attendre à des manifestations monstres, et je garantis que j'aurais été une de ces manifestantes. On aurait pu s'attendre aussi à une bataille juridique interminable entre Québec et Ottawa, qui prend systématiquement la part des compagnies contre la population. Ce n'est pas une façon de faire que d'imposer des projets à partir d'Ottawa sans égard pour les populations locales.
D'ailleurs, c'est ce qui arrive en Colombie-Britannique et c'est un avant-goût de ce qui nous attend si le gouvernement tentait de ressusciter le pipeline Énergie Est. Il faut régler ce problème maintenant, avant qu'il n'y ait une crise sociale et politique qui ne manquera pas de se produire si Énergie Est devait renaître.
Je pourrais parler des propriétés du gouvernement fédéral. Les villes adoptent encore là des plans d'urbanisme, encadrent la hauteur des bâtiments et veulent préserver des zones vertes pour que la ville puisse respirer. C'est cela aménager un territoire.
Toutefois, Ottawa peut aussi arriver avec ses gros sabots et bâtir n'importe quoi, n'importe où, sans égard pour les gens qui y vivent ou pour les règlements que les élus ont adoptés. La Ville de Gatineau, par exemple, s'est souvent retrouvée à couteaux tirés avec la Commission de la capitale nationale. Récemment, on me parlait de la Ceinture de verdure d'Ottawa, que le gouvernement grignote constamment lorsqu'il construit de nouveaux bureaux fédéraux. Voilà comment cela se passe pour les projets de compétence fédérale. Les problèmes sont nombreux: mépris des populations locales, incertitude juridique, batailles judiciaires et règlements municipaux inopérants.
Le projet de loi vise à régler tout cela en instaurant une certitude juridique dans des domaines où on retrouve des poursuites à répétition. Comme c'est en vertu d'une loi du Parlement fédéral que les promoteurs vont se faire refuser un projet, ils ne pourront plus contester l'application de nos lois. On enlève des pouvoirs discrétionnaires au gouvernement, c'est vrai, mais c'est pour les redonner à la population. De plus, cela vient remplir une promesse électorale des libéraux qu'ils semblent avoir oubliée depuis qu'ils ont goûté au pouvoir. Je vais donc leur rappeler ceci:
Si ce sont les gouvernements qui délivrent des permis aux projets de développement des ressources, seules les communautés peuvent donner leur permission.
Eh oui, avant les élections, les libéraux promettaient qu'ils ne délivreraient pas de permis pour des projets qui n'ont pas été approuvés par la province ou la municipalité. C'est précisément ce que le projet de loi les forcera à faire. Comme les projets devront respecter à la fois les lois fédérales, les lois provinciales et les règlements municipaux, c'est la plus haute norme qui s'appliquera. Quand on parle d'environnement, c'est important d'avoir des normes assez élevées.
Nous vivons en démocratie. Nos lois, nos règlements et nos mécanismes de consultation reflètent un certain consensus social. En principe, ce projet de loi fait consensus au Québec. Le gouvernement du Québec estime que ses lois relatives à l'environnement et à l'aménagement du territoire doivent s'appliquer en tout temps. L'Assemblée nationale a été unanime pour le réclamer à maintes reprises.
Les municipalités sont très mécontentes qu'Ottawa les contourne constamment. L'Union des producteurs agricoles veut qu'Ottawa se soumette à la loi qui protège nos terres. Les groupes environnementaux veulent que la plus haute norme s'applique.
Pendant que le gouvernement s'accroche à tous ses pouvoirs, nous voulons redonner le contrôle du territoire à celles et ceux qui l'habitent. Ainsi, nous pourrions être un peu plus maîtres chez nous, comme le disait Jean Lesage. C'est cela, le projet de loi C-392, et c'est pourquoi je suis très fière de le présenter aujourd'hui.
En terminant, je m'en voudrais de ne pas remercier les légistes de la Chambre, en particulier Mmes Nathalie Caron et Isabelle D'Souza, parce que produire dans des délais serrés un projet de loi omnibus qui touche à plusieurs lois et qui a des répercussions quasi constitutionnelles était tout un défi, et elles l'ont relevé avec brio. Chapeau aux légistes!
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2018-06-19 17:45 [p.21295]
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague for her question.
Yes, I tried to propose the same type of amendments that would have ensured compliance with provincial laws and municipal by-laws. Unfortunately, the entire Standing Committee on Environment and Sustainable Development voted them down.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question.
Effectivement, j'ai tenté de proposer le même genre d'amendements qui auraient fait en sorte que les lois provinciales et les règlements municipaux soient respectés. Malheureusement, l'ensemble du Comité permanent de l'environnement et du développement durable a voté contre les amendements que j'avais proposés.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2018-06-19 17:47 [p.21296]
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague for her question, as it is an opportunity for me to tell her that the bill covers the country from coast to coast. Moreover, my colleague from Saanich—Gulf Islands supports it. We did a press briefing together.
Also, what is the national interest? In my opinion, the national interest is making sure that people have drinking water. Our bodies are apparently made up of 60% water. In my opinion, drinking water is an essential service, and that is what we need to protect. The national interest is protecting public health.
In Limoilou, people are breathing in dust containing nickel, copper, iron, zinc and God knows what else. In my opinion, that is not in the national interest. If Canada’s national interest means pipelines and oil and if that is more important than anything else, we are obviously not living in the same nation.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question, parce que cela va me permettre de lui dire qu'au fond, le projet de loi couvre le pays d'un océan à l'autre. D'ailleurs, ma collègue de Saanich—Gulf Islands l'appuie. Nous avons fait un point de presse ensemble.
Par ailleurs, qu'est-ce que l'intérêt national? Pour moi, l'intérêt national, c'est de s'assurer que les gens ont de l'eau potable. Notre corps, parait-il, est composé de 60 % d'eau. Selon moi, c'est donc un service essentiel et c'est cela qu'il faut protéger. L'intérêt national, c'est protéger la santé de la population.
Quand à Limoilou, les gens respirent de la poussière dans laquelle il y a du nickel, du cuivre, du zinc et Dieu sait quoi, et ce n'est pas de l'intérêt national pour moi. Si l'intérêt national du Canada signifie les pipelines, le pétrole et que cela passe par-dessus tout, de toute évidence, nous ne sommes pas dans la même nation.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2018-06-19 17:49 [p.21296]
Mr. Speaker, yes, the bill affects eight laws, but the same amendment applies to all of them. There are already laws in Canada that take provincial laws into account, such as the Canada National Parks Act. Bill C-392 takes elements from the Canada National Parks Act and applies them to all projects.
Monsieur le Président, oui, cela touche huit lois, mais c'est le même amendement pour chacune des lois. Il y a déjà des lois qui existent au Canada et qui tiennent compte des lois provinciales, entre autre la Loi sur les parcs nationaux du Canada. Le projet de loi C-392 reprend des éléments de la Loi sur les parcs nationaux du Canada et l'applique à l'ensemble des projets.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-06-18 15:02 [p.21149]
Mr. Speaker, from January to May, over 12,000 asylum seekers entered Quebec. If this keeps up, that number will exceed 25,000 by the end of the year. The Minister of Immigration, Refugees and Citizenship and his assistant, the Minister of Transport, made all kinds of promises to the Government of Quebec, but they have been all talk and no action so far.
When will the ministers do something to take the pressure off Quebec on the immigration file once and for all?
Monsieur le Président, de janvier à mai, plus de 12 000 demandeurs d'asile sont entrés au Québec et, au rythme où vont les choses, on dépassera les 25 000 d'ici la fin de l'année. Le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté et son adjoint, le ministre des Transports, ont fait de belles promesses au gouvernement du Québec, mais, pour l'instant, on est encore dans le parle, parle, jase, jase.
Qu'attendent les ministres pour diminuer une fois pour toutes la pression sur le Québec dans le dossier des migrants?
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-06-18 15:04 [p.21149]
Mr. Speaker, excuses and promises, promises and excuses.
The government promised that a triage plan would be in place by April. At the end of May, they said it would happen after the Ontario election. That was two weeks ago, and there is still no plan. Summer and the end of the parliamentary session are approaching, as is the Quebec election, but I do not expect the government to come up with anything other than excuses.
When exactly will the government implement a working triage plan?
Monsieur le Président, on n'entend toujours que des excuses et des promesses.
On nous avait promis un plan de triage pour le mois d'avril. À la fin du mois de mai, on s'est fait dire que cela se ferait après les élections en Ontario. Deux semaines plus tard, on n'a toujours rien. L'été et la fin de la session parlementaire approchent, ainsi que les élections au Québec, puis on va encore se retrouver avec rien que des excuses.
Quand précisément va-t-on avoir un plan de triage concret et des actions?
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2018-06-14 15:04 [p.20952]
Mr. Speaker, with respect to allowing home cultivation of cannabis, yesterday, the Prime Minister tried to justify his power trip by claiming that the move was meant to fight organized crime. He is ignoring what the provinces, the Senate, the opposition, cities and police forces are telling him.
Is that his plan to fight organized crime? To allow people to grow three or four pot plants at home?
Could this government be serious for once and let those who tackle the real problems, on the ground, make the decisions that are theirs to make?
Monsieur le Président, au sujet de la culture du cannabis à domicile, le premier ministre m'a répondu hier, pour expliquer son power trip, que c'était pour combattre le crime organisé qu'il ne tient pas compte de ce que les provinces, le Sénat, l'opposition, les villes et les corps de police lui disent.
Est-ce cela son plan de lutte contre le crime organisé, permettre aux gens de cultiver trois ou quatre plants de pot à la maison?
Est-ce que ce gouvernement ne pourrait pas être sérieux et laisser ceux qui gèrent les problèmes pour vrai, sur le terrain, prendre les décisions qui leur reviennent?
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2018-06-14 15:05 [p.20952]
Mr. Speaker, I think we have the wrong record.
Legalizing cannabis is one thing, but making a pot plant as common as a tomato plant is another. The Quebec government has chosen to prohibit growing pot in gardens: it does not believe that this helps prevent young people from accessing marijuana. That is its legitimate choice, and it is consistent with this government’s goal of preventing young people from accessing cannabis.
Why, then, is it disrespecting Quebec’s choices within its jurisdiction?
Monsieur le Président, je pense qu'on n'a pas la bonne fiche.
Légaliser le cannabis, c'est une chose, mais rendre un plant de pot aussi banal qu'un plan de tomate, c'est une autre paire de manches. Le gouvernement du Québec a choisi d'interdire de faire pousser du pot dans les jardins: il juge que ça n'aide pas à restreindre l'accès à la marijuana pour les jeunes. C'est son choix légitime, et cela correspond à l'objectif de ce gouvernement de limiter l'accès des jeunes au cannabis.
Alors, pourquoi manquer de respect envers les choix du Québec dans ses compétences?
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2018-06-14 15:26 [p.20955]
Mr. Speaker, I have known the member for Outremont for many years. It has been quite a while since we were putting docks in the water, my goodness, but I have always appreciated this passionate and brilliant man. I am also grateful to him. Along with Gilles Duceppe, he was undoubtedly the politician who was the most help securing my victory in 2015, though perhaps somewhat unwittingly. I do not think that this was part of his plan.
Now that the Prime Minister has decided to buy a pipeline, the member for Outremont could surely tell him that a pipeline is expensive. It cost him the prime ministership.
The member for Outremont is politics' most faithful embodiment of the people of Quebec. Sometimes Liberal, sometimes Conservative, sometimes NDP, he is a Quebecker. I honestly believe that, with his departure today, Quebeckers are losing one of their greatest and most effective defenders in the House. Obviously, I mean from a federalist party.
Elected as an NDP member in 2007, he preceded the orange wave that swept through Quebec in 2011, a great win by his friend Jack Layton. He set himself apart as soon as he was elected. He appeared in every forum speaking intelligently on all kinds of topics, cracking jokes at the right times, expressing outrage for the right reasons, making insightful comments, and coming up with the killer line that would take out his opponent. He was the goon, the NDP’s own Claude Lemieux. None of the other teams can stand him, but everyone wants to have him on theirs.
I honestly and sincerely believe that the NDP is losing its best and most formidable debater today. He would have made his illustrious and legendary forefather Honoré Mercier proud. Formidable, incisive and hard-hitting, frankly, the man we salute today has been a stand-up Quebecker throughout his career, and we thank him for his contribution.
Monsieur le Président, je connais le député d'Outremont depuis de nombreuses années. On mettait des quais à l'eau, il y a de cela un bon bout de temps, ma foi, et j'ai toujours apprécié cet homme passionné et brillant. De plus, je lui suis reconnaissant. Avec Gilles Duceppe, il a sans doute été l'homme politique qui a le plus contribué à ma victoire de 2015, peut-être un peu malgré lui. Je ne pense pas que cela faisait partie de ses plans.
Maintenant que le premier ministre a décidé d'acheter un pipeline, le député d'Outremont, lui, pourrait sûrement lui dire que cela coûte cher, un pipeline. Cela lui a coûté le poste de premier ministre.
Le député d'Outremont est, en politique, l'une des meilleures incarnations du peuple québécois. Quelques fois libéral, quelques fois conservateur, parfois NPD, c'est un Québécois. Franchement, je pense que, avec son départ aujourd'hui, les Québécois perdent l'un de leurs plus grands et de leurs plus efficaces défenseurs à la Chambre. Je parle évidemment d'un défenseur issu d'un parti fédéraliste.
Élu député du NPD en 2007, il a précédé la vague orange qui allait déferler sur le Québec, en 2011, un bon coup de son ami Jack Layton. Dès qu'il a été élu, il s'est distingué. Il s'est retrouvé sur toutes les tribunes à parler intelligemment de tous les sujets, à faire des blagues drôles un beau moment, à s'indigner pour les bonnes raisons, à faire des commentaires pertinents et à sortir la ligne assassine qui bouche son adversaire. Le gars haïssable, le Claude Lemieux du NPD. Les autres équipes ne sont pas capables de l'endurer, mais tout le monde le voudrait dans son équipe.
Je pense franchement et sincèrement que le NPD perd aujourd'hui son meilleur et son plus redoutable débatteur. Il aurait rendu fier son illustre et légendaire aïeul, Honoré Mercier. Redoutable, incisif, percutant, franchement, toute sa carrière, cet homme que nous saluons aujourd'hui aura été un Québécois debout, et nous le remercions de sa contribution.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2018-06-14 21:21 [p.21004]
Mr. Speaker, I would like my colleague to know that what I like about my Conservative friends is that at least they are honest. Some of them said earlier that they believe climate change is not caused by humans, but a side effect of human activity. That is why they think they can go on extracting oil, western Canada's dirty oil, even if it causes terrible, negative consequences, since they do not acknowledge them. They think that since oil makes money, they should continue to drill and develop this resource.
I strongly disagree with the claim made by the government and the Liberal Party that it is possible to protect the environment and grow the economy at the same time. My colleague said that in his speech. Unfortunately, that is incorrect. It is just not true that we can pollute shamelessly as long as we rake in as much money as possible and use part of it to clean up the pollution. That is not how it works.
The American academic Jeffrey D. Sachs from Columbia University said that the government lost all international credibility on climate change when it decided to buy what my colleague referred to as a pipeline in the national interest or national pipeline, even though the Prime Minister spoke of creating a postnational state.
I would like to hear my colleague's thoughts on that.
Monsieur le Président, j'aimerais dire à mon collègue que ce que j'aime de mes amis conservateurs, c'est au moins leur honnêteté. Certains nous l'ont dit tantôt, pour eux, les changements climatiques ne sont pas d'abord d'origine humaine. C'est un effet marginal de l'activité humaine. Ils se disent donc qu'ils peuvent continuer à extraire du pétrole, le pétrole sale de l'Ouest, même si cela va entraîner des conséquences terribles et néfastes, car ils ne les reconnaissent pas. Ils se disent qu'ils font de l'argent, donc ils creusent et ils développent cette ressource.
Je dénonce le discours du gouvernement et du parti libéral selon lequel on peut à la fois protéger l'environnement et développer l'économie. Mon collègue l'a dit dans son discours. Malheureusement, c'est inexact. Ce n'est pas vrai qu'on va polluer sans vergogne de manière à amasser de le plus d'argent possible dont une partie va servir à dépolluer. Cela ne fonctionne pas.
Entre autres, l'universitaire américain Jeffrey D. Sachs de l'Université Columbia a dit que le gouvernement a perdu toute crédibilité au chapitre de la lutte contre les changements climatiques à l'échelle internationale en choisissant le pipeline — le pipeline de l'intérêt national ou le pipeline national, comme le disait mon collègue, alors que le premier ministre parlait de faire un État post-national.
J'aimerais entendre mon collègue à ce propos.
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2018-06-15 4:25 [p.21063]
Mr. Speaker, we want to vote in favour of the motion, but our votes were not recorded.
Could you record our votes in favour of the motion, please?
Monsieur le Président, nous voulions voter en faveur de la motion, mais nos votes n'ont pas été enregistrés.
Pouvez-vous enregistrer nos votes en faveur de la motion, s'il vous plaît?
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2018-06-13 15:10 [p.20831]
Mr. Speaker, not only have the Liberals decided to legalize cannabis, but they have also decided that Quebec, the provinces, the Senate, the opposition, and everyone else should bend to their will. This is one heck of a power trip.
The National Assembly is not interested in letting every family, every household, grow four pot plants. Our elected representatives have spoken: we do not want that. Quebec wants to do this its own way in its own good time.
What part of that does the Prime Minister not understand?
Monsieur le Président, les libéraux ont non seulement décidé de légaliser le cannabis, ils ont aussi décidé que le Québec, les provinces, le Sénat, l'opposition et tout le monde allaient se plier à leurs volontés. C'est un beau gros power trip.
L'Assemblée nationale ne veut pas de quatre plants de pot par famille, par maison. Nos élus ont parlé: pas chez nous. Le Québec veut faire cela à sa manière avec sa façon de faire et à son rythme.
Qu'est-ce que le premier ministre ne comprend pas là-dedans?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2018-06-12 15:03 [p.20738]
Mr. Speaker, the Quebec economy is being attacked on all sides by Donald Trump, who takes aim at everything that moves. He tried to kill our aerospace industry, he is threatening our agriculture, and he is imposing tariffs on our softwood lumber, paper, steel and aluminum which, let us remember, is the cleanest in the world.
In short, all of Quebec is being taken to the cleaners. It is fine for the Prime Minister to say that he is standing up to Trump, and we will support him as long as he does, but our businesses and our workers have been left to fend for themselves.
What is the government waiting for to announce support for aluminum SMEs?
Monsieur le Président, l'économie québécoise est attaquée de toutes parts par Donald Trump, qui tire sur tout ce qui bouge. Il a voulu tuer notre industrie aéronautique, il menace notre agriculture et il impose des tarifs sur notre bois d'oeuvre, notre papier, notre acier et notre aluminium, qui, rappelons-le, est le plus propre au monde.
Bref, c'est tout le Québec qui passe au cash. Le premier ministre a beau dire qu'il tient tête à Trump, et nous allons le soutenir tant qu'il va le faire, il reste que nos entreprises et nos travailleurs sont laissés à eux-mêmes.
Qu'attend le gouvernement pour annoncer du soutien aux PME dans l'aluminium?
View Louis Plamondon Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, the only thing rising faster than gas prices in Quebec is the blood pressure of consumers, who are being forced to pay abnormally high retail markups. That is not without consequences.
A survey showed that one in three Quebeckers are reconsidering their summer vacation plans because of gas prices. That is bad news for families, and even worse news for remote regions like the Gaspé, whose economies depend on summer tourism.
We asked the Minister of Innovation to order the Competition Bureau to look into the possibility of a gas cartel, but he did not respond. Even the Government of Quebec asked him whether he was going to take steps to ensure that the gasoline market is fair and equitable, but again he did not respond.
With the price of gas as high as it is, only a Liberal minister would allow himself the luxury of falling asleep at the wheel.
Monsieur le Président, la seule chose qui augmente plus vite que le prix de l'essence au Québec, c'est la pression artérielle des consommateurs, pris à payer pour des marges au détail anormalement élevées. Ce n'est pas sans conséquence.
Un sondage démontre qu'un Québécois sur trois remet en question ses vacances d'été à cause du prix de l'essence. Ce sont de mauvaises nouvelles pour les familles, mais encore plus pour les régions éloignées comme la Gaspésie, dont l'économie dépend du tourisme l'été.
Nous avons demandé au ministre de l'Innovation d'ordonner au Bureau de la concurrence d'enquêter sur l'apparence de cartel en ce qui concerne l'essence. Il n'a pas répondu. Même le gouvernement du Québec lui a demandé s'il allait prendre des mesures pour s'assurer que le marché de l'essence est juste et équitable. Il n'a pas répondu.
Avec un prix de l'essence aussi élevé, il n'y a bien rien qu'un ministre libéral pour encore se permettre le luxe de dormir au gaz.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-06-11 15:23 [p.20609]
Mr. Speaker, the members of Québec Debout agree to apply the vote and will vote in favour of the motion.
Monsieur le Président, les membres de Québec debout sont en faveur de l'application du vote et nous voterons en faveur de la motion.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-06-11 15:34 [p.20612]
Mr. Speaker, Québec Debout agrees to apply the vote and will vote yes.
Monsieur le Président, Québec debout est d'accord pour appliquer le vote et votera oui.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-06-11 15:37 [p.20613]
Mr. Speaker, Québec Debout agrees to apply the vote and will vote yes.
Monsieur le Président, Québec debout est d'accord pour l'application du vote et nous voterons en faveur.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-06-11 15:38 [p.20614]
Mr. Speaker, the members of Québec Debout agree to apply the vote, but we will vote no.
Monsieur le Président, les députés de Québec debout sont d'accord pour l'application du vote, mais nous voterons contre.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-06-11 15:50 [p.20617]
Mr. Speaker, the members of Québec Debout agree to apply the vote and will be voting yes.
Monsieur le Président, les députés de Québec debout sont favorables à l'application du vote et voteront oui.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-06-11 16:03 [p.20620]
Mr. Speaker, Québec Debout agrees to apply the vote and will vote no.
Monsieur le Président, Québec debout est en faveur de l'application et nous voterons non.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-06-11 16:06 [p.20621]
Mr. Speaker, Québec Debout agrees to apply the vote and will vote no.
Monsieur le Président, Québec debout est d'accord pour l'application du vote et nous voterons non.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-06-11 16:18 [p.20624]
Mr. Speaker, the members of Québec Debout agree to apply the vote and will vote yes.
Monsieur le Président, les députés de Québec debout sont d'accord pour appliquer le vote et nous voterons en faveur.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2018-06-08 10:50 [p.20536]
Mr. Speaker, I would like to begin by thanking my colleague from Laurier—Sainte-Marie for her remarks.
I would like to ask her if she thinks that what we are seeing in this bill is textbook Liberal government. Its tendency is to introduce a bill and telegraph appealing messaging about progressive values and improving society, but anyone who looks beneath the surface can see that business takes precedence over everything else. The same thing is happening with tax havens: the government is delivering all the right lines, but meanwhile, it keeps legalizing more and more tax havens. How about the fight against climate change? After parading around in Paris at COP21, the government is now making radical moves to extract even more dirty oil from the oil sands, which in no way helps address environmental issues.
Is that what we are seeing with Bill C-47 too?
Monsieur le Président, j'aimerais d'abord remercier ma collègue de Laurier—Sainte-Marie de son intervention.
J'aimerais lui demander si, selon elle, ce qu'on voit dans ce projet de loi est un cas appliqué de la façon de faire générale des libéraux au gouvernement, soit de déposer un projet de loi et d'élaborer un beau discours pour améliorer la société dans lequel on retrouve de belles valeurs progressistes, alors que, quand on gratte un peu, c'est tout le contraire qu'on voit, et ce sont les affaires avant tout. C'est aussi ce qu'on voit dans le cas des paradis fiscaux: on a une belle rhétorique, alors qu'on continue de multiplier la légalisation des paradis fiscaux. C'est la même chose pour la lutte contre les changements climatiques. On va se pavaner à Paris à la COP21 et ensuite on prend des mesures draconiennes pour développer davantage de pétrole sale des sables bitumineux, ce qui va à l'encontre des enjeux environnementaux.
Dans le projet de loi C-47, est-ce bien de cela qu'il s'agit encore une fois?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2018-06-08 12:02 [p.20550]
Mr. Speaker, yesterday in La Baie, 150 dairy producers asked the Prime Minister to protect supply management in its entirety during NAFTA negotiations. While campaigning in Lac-Saint-Jean, he promised those same producers that he would not open up supply management in the TPP, yet three months later, he did exactly that.
The dairy producers were not interested in his lines. They made it clear that they want zero concessions. The Prime Minister told them that he understands the challenges their region is facing. You know things are looking grim when a politician says that.
Will the government protect supply management in its entirety? This is pretty straightforward. Will the government protect it in its entirety, yes or no?
Monsieur le Président, hier, à La Baie, 150 producteurs laitiers ont demandé au premier ministre de protéger intégralement la gestion de l'offre dans l'ALENA. Ce sont les mêmes producteurs à qui il avait promis zéro ouverture dans le PTP pendant la campagne électorale dans Lac-Saint-Jean, et il a fait exactement le contraire trois mois plus tard.
Les producteurs ne l'ont pas laissé sortir sa cassette et ils ont insisté sur zéro ouverture. Le premier ministre leur a répondu qu'il comprenait les défis de la région. Quand un politicien dit cela, on est mal barrés en titi.
Est-ce que le gouvernement va protéger intégralement la gestion de l'offre? Ce n'est pas compliqué: va-t-il la protéger intégralement, oui ou non?
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-06-07 13:58 [p.20442]
Mr. Speaker, dairy producers are worried that supply management will be sacrificed at the NAFTA talks. Their concern is understandable, because the government has been talking out of both sides of its mouth.
Here in the House, the Liberals say they will concede nothing. In contrast, in an interview with an American broadcaster, the Prime Minister said he would be flexible. There is a world of difference between conceding nothing and being flexible.
The G7 kicks off tomorrow, and the Prime Minister will have a bilateral meeting with President Trump. We know Mr. Trump had some sharp words about supply management this week.
I want the Prime Minister to resist taking the easy way out. I would remind him that the House unanimously adopted a motion calling on the government to protect the integrity of supply management during NAFTA negotiations. The Prime Minister must keep his promise to our dairy producers.
Monsieur le Président, les producteurs laitiers s'inquiètent que la gestion de l'offre soit sacrifiée dans les négociations de l'ALENA, et on les comprend parce que le gouvernement parle des deux côtés de la bouche.
Ici, à la Chambre, les libéraux nous disent qu'ils ne céderont rien. Cependant, dans une entrevue accordée à un réseau américain, le premier ministre dit plutôt qu'il va être flexible. Il y a toute une différence entre ne rien céder et être flexible.
Le G7 commence demain et le premier ministre aura une rencontre bilatérale avec le président Trump. On sait que M. Trump a tenu cette semaine des propos tranchants contre la gestion de l'offre.
Je demande au premier ministre de résister à la tentation de la facilité. Je lui rappelle que la Chambre a adopté à l'unanimité une motion demandant le maintien intégral de la gestion de l'offre dans le cadre des négociations de l'ALENA. Le premier ministre doit tenir sa parole envers nos producteurs laitiers.
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2018-06-07 15:05 [p.20454]
Mr. Speaker, the price of gas in Quebec is approaching $1.50 a litre. When consumers fill up at the pumps, they are the ones getting hosed.
On May 29, Pierre Moreau, Quebec's minister of energy and natural resources, wrote the Minister of Economic Development to ask if he was planning to take further action to ensure that the gas market is fair, efficient, and competitive.
Could we hear the answer?
Monsieur le Président, le prix de l'essence au Québec frôle le 1,50 $ le litre. C'est le consommateur qui fait le plein, puis c'est le consommateur qui se fait pomper.
Le 29 mai dernier, le ministre des Ressources naturelles et de l'Énergie du Québec, Pierre Moreau, écrivait au ministre du Développement économique, et je relaie sa question: est-ce que le ministre envisage mener des actions supplémentaires, afin de s'assurer que le marché de l'essence est équitable, efficace et concurrentiel?
Est-ce qu'on peut avoir la réponse?
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2018-06-06 14:05 [p.20343]
Mr. Speaker, this is Canadian Environment Week, and climate change will be one of the issues the Prime Minister raises at the G7 meeting. As usual, he will take official photos with world leaders and celebrate the historic progress made under his leadership.
Curiously, this is also the week he decided to go to Alberta to visit the pipeline he just bought with Quebeckers' money. This new acquisition means Canada can triple the amount of bitumen it sells to western and Asian markets.
At least 350 more oil tankers will pass through unique Pacific coast ecosystems every year, yet the Prime Minister has the gall to talk about marine pollution at the G7. Seriously. His blatant hypocrisy will make it clear to his global partners that Canada intends to play an environmentally destructive role in the fight against climate change.
Monsieur le Président, en cette Semaine canadienne de l'environnement, les changements climatiques feront partie des enjeux que soulèvera le premier ministre lors du G7. Il prendra des photos officielles avec les dirigeants et célébrera les progrès historiques sous son leadership, comme toujours.
C'est pourtant cette semaine qu'il a choisi d'aller en Alberta pour visiter le pipeline qu'il vient de s'acheter avec l'argent des Québécois. Grâce à cette nouvelle acquisition, le Canada va tripler la quantité de pétrole bitumineux pour le vendre aux marchés de l'Ouest et d'Asie.
Les écosystèmes uniques de la côte du Pacifique recevront au moins 350 pétroliers supplémentaires chaque année, et le premier ministre a le culot d'aller parler de pollution des océans au G7. Voyons donc! Cette hypocrisie livrée en pleine face de ses partenaires du monde est révélatrice du rôle que le Canada entend jouer dans la lutte contre les changements climatiques, celui de destructeur de l'environnement.
Results: 1 - 33 of 33

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data