Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 5113
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-18 12:34 [p.8781]
Mr. Speaker, it is an honour to present this petition today. This is part of a large stack I have, with over 15,000 signatures now. People are really concerned about the trashing of the last remaining old growth forests in British Columbia, with less than 3% left.
The petitioners call on the government to work with the province and first nations to follow through on our international commitments to protect biodiversity and to save these forests as part of our climate action plan and reconciliation with first nations; to refocus on second and third growth forests with value-added logging; to stop the export of raw logs; to stop the grinding up of whole trees for biofuel pellets; and to protect our old growth forests.
Monsieur le Président, c'est un honneur de présenter cette pétition aujourd'hui. J'ai maintenant une grande pile de signatures, soit plus de 15 000. Les gens sont vraiment préoccupés par la destruction des dernières forêts anciennes de la Colombie-Britannique, car il n'en reste que 3 %.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de collaborer avec la province et les Premières Nations afin de concrétiser les engagements internationaux du Canada envers la protection de la biodiversité, et de sauver ces forêts dans le cadre de notre plan d'action contre les changements climatiques et de la réconciliation avec les Premières Nations. Ils lui demandent aussi de soutenir les initiatives à valeur ajoutée de l’industrie forestière axées sur l’exploitation des forêts de seconde et troisième venues; d'interdire l’exportation de grumes; d'interdire l’utilisation d’arbres entiers pour la production de granulés de bois; et de protéger nos forêts anciennes.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-18 15:41 [p.8808]
Madam Speaker, I too would like to reiterate that we need to help businesses that are starting up that needed help and did not get it. Lots of Canadians did not get help in this situation. However, we have also seen CEOs take advantage of this situation and shareholders have been paid huge bonuses.
Does the hon. member think it is fair that there is pandemic profiteering by the big banks and large corporations when so many small businesses and working people are struggling?
Madame la Présidente, j'aimerais moi aussi répéter que nous devons aider les nouvelles entreprises qui avaient besoin d'aide et qui n'en ont pas obtenu. Beaucoup de Canadiens n'ont pas reçu d'aide. Cependant, en parallèle, nous avons vu des PDG profiter de la situation et des actionnaires recevoir d'énormes primes.
Le député pense-t-il qu'il est juste que les grandes banques et les grandes entreprises profitent de la pandémie alors que tant de petites entreprises et de travailleurs sont en difficulté?
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-17 10:28 [p.8635]
Mr. Speaker, on Vancouver Island, people are very concerned about the loss of endangered, old-growth ecosystems. In British Columbia, we are down to the last 3% of these magnificent forests.
The petitioners call on the federal government to work with the province and first nations to immediately halt the logging of endangered old-growth ecosystems; fund the long-term protection of old-growth ecosystems as a priority for Canada's climate action plan and reconciliation with indigenous peoples; support value-added forestry initiatives in partnership with first nations to ensure Canada's forest industry is sustainable and based on the harvesting of second and third growth forests, something that many petitioners agree with; ban the export of raw logs and maximize resource use for local jobs; and ban the use of whole trees for wood pellet biofuel production.
Monsieur le Président, les résidants de l'île de Vancouver se préoccupent beaucoup de la perte des écosystèmes anciens, qui sont en péril. En Colombie‑Britannique, il ne reste plus que 3 % de ces forêts magnifiques.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement fédéral de travailler avec la province et avec les Premières Nations pour que cesse immédiatement l'exploitation forestière dans ces écosystèmes anciens en péril; de financer la protection à long terme de ces écosystèmes à titre de priorité du plan d'action climatique du Canada et de la réconciliation avec les peuples autochtones; d'appuyer des initiatives forestières à valeur ajoutée en partenariat avec les Premières Nations, afin d'assurer la pérennité de l'industrie forestière du Canada et de veiller à ce qu'elle soit axée sur l'exploitation des forêts secondaires et tertiaires, ce avec quoi de nombreux pétitionnaires sont d'accord; d'interdire l'exportation de grumes et d'optimiser l'utilisation des ressources pour les emplois locaux; et d'interdire l'utilisation d'arbres entiers dans la production de biocarburant à partir de granules de bois.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-17 19:16 [p.8712]
Madam Speaker, I have a quick question regarding the implementation of a vessel arrival system. We have freighters parked all over the Southern Gulf Islands. This is costing Prairie farmers $23 million a year to have freighters parked, waiting to get into the Vancouver port.
Does the hon. member think we should have more efficient use of our port to save these Prairie grain farmers money?
Madame la Présidente, j'ai une courte question à propos de la mise en œuvre d'un système d'identification des navires avant l'arrivée. Des navires de charge mouillent partout dans les eaux du Sud des îles Gulf. Les agriculteurs des Prairies doivent payer 23 millions de dollars par année pour ces cargos immobilisés, qui attendent d'entrer dans le port de Vancouver.
La députée pense-t-elle que nous devrions utiliser de façon plus efficace notre port pour faire économiser de l'argent aux producteurs de grains des Prairies?
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-18 1:01 [p.8752]
Madam Speaker, average Canadian workers and owners of small and medium-sized business have been hit hard by the financial impacts of the COVID-19 pandemic and lockdowns. I have heard from many business owners who are struggling to pay their bills and keep their businesses open, and I want them to know that I will not stop advocating on their behalf. In this Parliament we worked together to provide financial supports to individuals and businesses, but these supports have not been enough. Too many Canadians are falling through the cracks.
In March the Canadian Federation of Independent Business reported that one-sixth of small businesses in Canada are at risk of permanently closing. The average small business is now $170,000 in debt.
Not everyone in Canada has been suffering financially through the pandemic. A tiny minority of ultra-wealthy citizens and large corporations have greatly increased their fortunes while so many Canadians are suffering.
Banks and their CEOs have been some of the worst pandemic profiteers. Democracy Watch reports that four of Canada's six big banks are among the 50 most profitable banks in the world. While raking in profits, several of these big banks have raised their service fees during the past year or are planning to do so this summer. TD Bank reported second-quarter net income of $3.7 billion, 147% higher than last year. Its spokesperson was quoted as saying that fee increase decisions are never made lightly and only occur after careful consideration and review. Canadians would like to know exactly what careful consideration and review big banks go through before deciding to increase their fees during a global pandemic. Is being one of the top 50 most profitable banks in the world not enough? Do they need to be in the top 20?
Credit card companies charge an average annual rate of 20% on top of annual fees and cash withdrawal fees. Businesses are charged transaction fees, known as “interchange rates”, for every credit card swipe. In Canada, the average interchange rate is 1.4%. Retail giants like Walmart can negotiate very low interchange rates, while many small businesses pay between 2.5% to 3% per transaction.
In 2018, the government struck deals with Visa and Mastercard to lower their average interchange rates from 1.5% to 1.4%, but that was hardly worth celebrating. Even before the pandemic hit, the European Union had capped interchange rates at 0.3%. The sky did not fall and credit card companies still operate and make profits. The major difference is that the burden on small and medium-sized businesses has eased. Is agreeing to interchange rates nearly five times higher than the EU the best we can do?
Low-income Canadians are often forced to use payday lenders to cover financial shortfalls or unforeseen expenses. Short-term payday loans are regulated by the provinces, and their annualized interest rates could be as high as 400% to 500%. Some payday lenders offer long-term loans and lines of credit that are federally regulated. Annualized interest rates on these types of loans are as high as 50% and legally capped at 60%. There is no justification for capping rates at 60% when interest rates are at historic lows. This is predatory lending, and the government is facilitating it. This industry preys off people in need and locks them into a cycle of endless debt.
Canadians want to know when the government will step in and protect them from gouging by big banks, credit card companies and payday lenders.
Madame la Présidente, les travailleurs canadiens ordinaires et les propriétaires d'une petite ou d'une moyenne entreprise ont été durement touchés par les conséquences financières de la pandémie de COVID‑19 et des mesures de confinement associées. Beaucoup de propriétaires d'entreprise m'ont dit avoir de la difficulté à payer leurs factures et à garder leur entreprise ouverte, et je veux qu'ils sachent que je n'arrêterai pas de les défendre. Les députés ont travaillé en collaboration pour fournir des mesures d'aide aux Canadiens et aux entreprises, mais ces mesures ne suffisent pas. Trop de Canadiens sont laissés pour compte.
En mars, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante rapportait qu'un sixième des petites entreprises au Canada risquaient de fermer pour de bon. En moyenne, les petites entreprises ont maintenant contracté une dette de 170 000 $ chacune.
La pandémie n'a pas causé de soucis financiers à tous les Canadiens. Une infime minorité de citoyens ultrariches et de grandes entreprises ont beaucoup accru leur fortune pendant que tant de Canadiens tiraient le diable par la queue.
Les banques et leurs PDG comptent parmi les pires profiteurs de la pandémie. En effet, d'après l'organisme Démocratie en surveillance, 4 des 6 grandes banques canadiennes figurent parmi les 50 banques les plus rentables au monde. Tandis qu'elles engrangent des profits, plusieurs de ces grandes banques ont augmenté la tarification de leurs services durant la dernière année ou prévoient le faire cet été. La Banque TD a enregistré un revenu net de 3,7 milliards de dollars au deuxième trimestre, une hausse de 147 % par rapport à l'année dernière. Le porte‑parole de la banque a dit que les décisions d'augmenter les frais de service ne sont jamais prises à la légère et qu'elles sont seulement prises après mûre réflexion. Les Canadiens aimeraient savoir exactement à quelle mûre réflexion se livrent les grandes banques avant de décider d'augmenter leurs frais en pleine pandémie mondiale. N'est‑il pas suffisant pour elles de compter parmi les 50 banques les plus rentables au monde? Veulent‑elles grimper dans les 20 premières?
Les sociétés émettrices de cartes de crédit imposent un taux annuel moyen de 20 %, en plus des frais annuels et des frais de retrait d’espèces. Les entreprises, quant à elles, doivent payer des frais de transaction, aussi connus sous le nom de « taux d'interchange », chaque fois qu'elles utilisent une carte de crédit. Au Canada, le taux d'interchange moyen s'élève à 1,4 %. Des géants de la vente au détail comme Walmart peuvent négocier des taux d'interchange très bas, alors que beaucoup de petites entreprises doivent payer entre 2,5 % et 3 % par transaction.
En 2018, le gouvernement a conclu des ententes avec Visa et Mastercard pour qu'elles fassent passer leurs taux d'interchange de 1,5 % à 1,4 %, mais il n'y avait pas vraiment de quoi célébrer. Même avant que la pandémie frappe, l'Union européenne avait plafonné le taux d'interchange à 0,3 %. La Terre n'a pas arrêté de tourner, et les sociétés émettrices de cartes de crédit continuent de faire des profits. La grande différence, c'est que le fardeau des petites et moyennes entreprises a été allégé. Ne pouvons-nous pas faire mieux que de conclure des ententes sur des taux d'interchange près de cinq fois supérieurs à ceux de l'Union européenne?
Les Canadiens à faible revenu sont souvent obligés d'avoir recours à des prêteurs sur salaire pour couvrir des pépins financiers ou des dépenses non prévues. Les prêts sur salaire à court terme sont encadrés par les provinces, et leurs taux d'intérêt annualisés peuvent atteindre de 400 % à 500 %. Certains prêteurs sur salaire offrent des marges de crédit et des prêts à long terme sous réglementation fédérale. Les taux d'intérêt annualisés de ces types de prêts atteignent 50 % et ne peuvent pas dépasser le plafond de 60 % fixé par la loi. Rien ne justifie de plafonner les taux à 60 % alors que les taux d'intérêt n'ont jamais été aussi bas. Ce sont des pratiques de prêt abusives, et le gouvernement les facilite. Cette industrie profite des gens dans le besoin et les plonge dans un endettement sans fin.
Les Canadiens veulent savoir quand le gouvernement interviendra pour les protéger contre les frais exorbitants des grandes banques, des sociétés émettrices de cartes de crédit et des prêteurs sur salaire.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-18 1:09 [p.8753]
Madam Speaker, I would like to thank the parliamentary secretary for his words and for staying up late with me. I know it is quite a bit later on the other side of the country.
The big Canadian banks are some of the most profitable in the world, and they should not be raising fees during the pandemic when workers are having a tough time paying their bills and keeping roofs over their heads. Where is the regulation? Why is the government allowing this to happen when so many small and medium-sized Canadian businesses are facing bankruptcy?
Meyers Norris Penny reported in April that over half of Canadians were $200 away from not being able to cover their monthly expenses. That figure was 10% higher than it was in December 2020. To call this extremely alarming would be a huge understatement.
Canadians deserve better protection from excess profiteering. It is time for the government to tighten regulations on banking fees, credit card rates and interest rates charged by payday lenders. I am glad to hear that this is moving forward—
Madame la Présidente, je tiens à remercier le secrétaire parlementaire de son intervention et d'être resté aussi tard pour moi. Je sais qu'il est beaucoup plus tard à l'autre bout du pays.
Les grandes banques canadiennes sont parmi les plus rentables au monde et elles ne devraient pas augmenter leurs frais pendant la pandémie alors que les travailleurs ont du mal à payer leurs factures et à se loger. Où est la réglementation? Pourquoi le gouvernement permet-il à une telle chose de se produire alors que beaucoup de petites et moyennes entreprises canadiennes sont acculées à la faillite?
En avril dernier, Meyers Norris Penny rapportait que plus de la moitié des Canadiens étaient à 200 $ de ne pas pouvoir couvrir leurs dépenses mensuelles. Ce chiffre était de 10 % supérieur à celui de décembre 2020. Qualifier cette situation d'extrêmement alarmante serait un énorme euphémisme.
Les Canadiens méritent d'être mieux protégés contre le mercantilisme sauvage. Il est temps que le gouvernement renforce la réglementation sur les frais bancaires, les taux des cartes de crédit et les taux d'intérêt pratiqués par les sociétés de prêt sur salaire. Je suis heureux d'apprendre que ce dossier progresse...
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-16 16:25 [p.8540]
Mr. Speaker, it is an honour to table a petition initiated by constituents in Nanaimo—Ladysmith. It is the 29th petition of this nature.
The petitioners are deeply concerned about protecting British Columbia's endangered old-growth forest from clear-cut logging. They know that old-growth forests provide immeasurable benefits, including carbon sequestration, biodiversity, and cultural, recreational and educational value.
The petitioners call upon the Government of Canada to work with the province and first nations to immediately halt the logging of endangered old-growth ecosystems, fund the long-term protection of old-growth ecosystems as a priority of Canada's climate action plan and reconciliation with indigenous peoples, support value-added forestry initiatives in partnership with first nations to ensure Canada's forestry industry is sustainable based on the harvesting of second- and third-growth forests, ban the export of raw logs, maximize resource use for local jobs and ban the use of whole trees for wood pellet biofuel production.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition lancée par des habitants de Nanaimo-Ladysmith. Il s'agit de la 29e pétition de ce genre.
Les pétitionnaires ont à coeur de protéger les forêts anciennes en péril de la Colombie-Britannique contre les coupes à blanc. Ils savent que les forêts anciennes offrent des avantages inestimables, notamment en ce qui a trait à la séquestration du carbone, à la biodiversité, à la culture, aux loisirs et à l'éducation.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada de travailler de concert avec les provinces et les Premières Nations pour faire cesser immédiatement l'exploitation forestière dans les écosystèmes anciens et en péril; de financer la protection à long terme des écosystèmes anciens à titre de priorité dans le cadre du plan d'action climatique du Canada et de la réconciliation avec les peuples autochtones; d'appuyer des initiatives forestières à valeur ajoutée en partenariat avec les Premières Nations afin d'assurer la pérennité de l'industrie forestière du Canada et de veiller à ce qu'elle soit axée sur l'exploitation des forêts secondaires et tertiaires; d'interdire l'exportation de grumes; d'optimiser l'utilisation des ressources pour les emplois locaux; et, enfin, d'interdire l'utilisation d'arbres entiers dans la production de biocarburant à partir de granules de bois.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
Mr. Speaker, I take national security very seriously, and I agree that we need to hold the government to account. There have been a number of serious ethical breaches.
In 1949, China became a Communist country. It has not changed. We know it is still a Communist country. On August 22, 2013, Conservative defence minister Rob Nicholson signed an agreement to deepen military co-operation with China. We had the Canada-China FIPA, signed in 2012, which gives Chinese state-owned corporations a great degree of power to challenge our laws and policies.
I would ask the hon. member when Chinese scientists started working at this level 4 National Microbiology Lab in Winnipeg. We know there was a similar breach in 2009 when samples were taken from the lab. Was the Harper Conservative government complicit in having Chinese scientists working at this lab?
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-15 10:12 [p.8428]
Mr. Speaker, it is an honour to present two petitions this morning.
The first petition is from many constituents concerned about the shortage of family doctors and how 92% of family doctors in this country are in urban areas and only 8% are found in more rural and remote areas, such as where I live. On a brief parenthetical personal note, I am going to have a knee replacement tomorrow, so I will not be in the House. My family doctor remains in Ottawa because I was not able to find one in Saanich—Gulf Islands 12 years ago when I moved here.
The petitioners ask for the federal government, recognizing that this is provincial jurisdiction, to develop a holistic, full-on effort, working with provinces and territories, to find a fair and holistic solution to the acute shortage of family doctors in much of Canada.
Monsieur le Président, c'est un honneur de présenter deux pétitions ce matin.
La première provient de nombreux habitants de ma circonscription qui sont inquiets au sujet de la pénurie de médecins de famille et du fait que 92 % des médecins de famille au pays travaillent dans les centres urbains et que seulement 8 % d'entre eux pratiquent dans des régions rurales ou éloignées, comme la mienne. J'ouvre une parenthèse sur une note personnelle: je vais me faire remplacer un genou demain et je serai absente de la Chambre. Je consulte toujours un médecin de famille d'Ottawa parce que j'ai été incapable d'en trouver un dans Saanich—Gulf Islands, où je vis depuis 12 ans.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement fédéral, tout en reconnaissant qu'il s'agit d'une compétence provinciale, de travailler en collaboration avec l’ensemble des provinces et des territoires afin de trouver une solution globale et équitable pour gérer la grave pénurie de médecins de famille qui touche la plupart des régions du Canada.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-15 10:14 [p.8428]
Mr. Speaker, the second petition speaks to an issue that we have heard about in this House frequently in recent weeks, and that is the critical declining area of our forests comprising old-growth forests. The petitioners note that there are solutions to protecting what is left. Less than 2.7% of British Columbia forests, for example, are in old-growth condition. Old growth fosters biodiversity, and it is a major sink for carbon. It could be part of Canada's federal plans for protecting biodiversity, protecting carbon and keeping it out of the atmosphere.
The petitioners note that solutions in value-added forest products, in collaboration with first nations, could create part of our path to reconciliation while preserving old-growth forests. In short, the petitioners call for a halt on all old-growth logging across Canada.
Monsieur le Président, la deuxième pétition traite d'un sujet dont il a fréquemment été question à la Chambre au cours des dernières semaines, c'est-à-dire le grave déclin du territoire occupé par des forêts anciennes. Les pétitionnaires soulignent qu'il existe des solutions pour protéger ce qui en reste. Moins de 2,7 % des forêts de la Colombie‑Britannique, par exemple, sont de vieilles forêts. Les forêts anciennes favorisent la biodiversité et la séquestration du carbone. Elles pourraient faire partie des plans du fédéral pour protéger la biodiversité et absorber le carbone pour l'empêcher de se disperser dans l'atmosphère.
Les pétitionnaires indiquent que des initiatives forestières à valeur ajoutée, lancées en partenariat avec les Premières Nations, pourraient contribuer à la réconciliation tout en préservant les forêts anciennes. Bref, les pétitionnaires demandent la cessation de l’exploitation forestière dans les écosystèmes anciens du Canada.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-15 10:39 [p.8431]
Madam Speaker, I would like to thank the leader of the Bloc Québécois.
I would also like to congratulate the Bloc on its anniversary. I had the honour of working with Lucien Bouchard when he was the federal environment minister. In my opinion, he is still the best environment minister Canada ever had.
I would like to say that the Green Party totally agrees with the need to protect the French language and Quebec culture for Quebeckers and for everyone across Canada who benefits from that extraordinary culture.
However, I have a problem. I studied law and constitutional law when I was younger, so I understand the Canadian Constitution. I do not see any problems with the aim of Bill 96, but if any other members of the House have any articles by experts, I would appreciate it if they could share them with us, because I cannot get any further in my research. I think that it is ultra vires of the province to make a change to the Canadian Constitution.
In my opinion, it is a—
Madame la Présidente, je remercie le chef du Bloc québécois.
J'adresse mes félicitations aux bloquistes à l'occasion de l'anniversaire du Bloc québécois. J'ai eu le grand honneur de travailler avec M. Lucien Bouchard alors qu'il était le ministre canadien de l'Environnement. À mon avis, il reste le ministre de l'Environnement le plus fort de toute l'histoire du Canada.
Je tiens à dire que le Parti vert est absolument d'accord sur la priorité de protéger la langue française et la culture québécoise pour les Québécois et les Québécoises et pour nous, partout au Canada, qui profitons de cette culture extraordinaire.
Cependant, j'ai un problème. J'ai étudié les lois et les lois constitutionnelles quand j'étais plus jeune. Je comprends donc bien la Constitution du Canada. Je ne vois aucun problème en lien avec l'objectif du projet de loi no 96. Cependant, j'aimerais aujourd'hui inviter tous les autres députés à nous faire part des articles d'experts, parce que, présentement, je n'avance plus dans mes recherches. Je pense que c'est ultra vires que cette province apporte un changement à la Constitution du Canada.
C'est, pour moi, un...
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-15 15:08 [p.8472]
Mr. Speaker, for more than 40 years, the Government of Canada operated 29 racially segregated hospitals across this country.
I have heard first-hand accounts from indigenous elders about the horrors they experienced at the Nanaimo Indian Hospital. Researchers have exposed a range of atrocities at these hospitals including physical, emotional and sexual abuse, experimental medical and dental treatments, and sterilization without consent.
Will the government commit to a full, independent inquiry into Canada's Indian hospital system, and release all relevant documents for that purpose?
Monsieur le Président, pendant plus de 40 ans, le gouvernement du Canada a géré 29 hôpitaux ségrégués d'un bout à l'autre du pays.
J'ai entendu les témoignages d'aînés autochtones concernant les horreurs qu'ils ont vécues au Nanaimo Indian Hospital. Des chercheurs ont révélé qu'on avait pratiqué toute une gamme d'atrocités dans ces hôpitaux, dont des sévices physiques, émotionnels et sexuels, des expériences médicales, des traitements dentaires et des stérilisations forcées.
Le gouvernement va-t-il s'engager à mener une enquête complète et indépendante sur le système des hôpitaux autochtones, et en publier tous les documents pertinents?
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-14 12:18 [p.8320]
Madam Speaker, I am very sympathetic with the position that we need to get Bill C-30 through. There are many provisions there that are helpful. However, on principle, I have always stood against time allocation motions. The House exists to examine legislation and to take the time it takes to review it.
One of the things I am concerned about is that we seem to be under the false time pressure on many bills that an election is looming. We have a fixed election date law. In order to have an election looming, somebody in government must be prepared to break that law because the next election is in October 2023. This bill is important to get through, for sure, because there are immediate provisions that help Canadians, but other legislation continues to need to be studied.
Would the Deputy Prime Minister agree with me that there is no prospect of an election any time soon, unless her government is prepared to break the law?
Madame la Présidente, je comprends parfaitement l'impératif d'adopter le projet de loi C‑30. Il contient de nombreuses dispositions utiles. Toutefois, par principe, je m'oppose toujours aux motions d'attribution de temps. La Chambre existe pour examiner les projets de loi et prendre le temps qu'il faut pour le faire.
Je crains que les rumeurs d'une élection générale imminente nous poussent à adopter rapidement de nombreux projets de loi alors qu'elles sont fausses. Nous avons une loi prévoyant des élections à date fixe. Pour déclencher des élections, le gouvernement devra être prêt à enfreindre la loi, car les prochaines élections sont prévues en octobre 2023. L'adoption de ce projet de loi est certes importante, puisque certaines dispositions prendront effet immédiatement et aideront les Canadiens. Toutefois, dans le cas d'autres projets de loi, une étude plus approfondie s'impose.
La vice-première ministre est-elle d'accord avec moi pour dire qu'il n'y a aucune élection à l'horizon à court terme, à moins que le gouvernement ne soit prêt à enfreindre la loi?
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-14 12:30 [p.8321]
Madam Speaker, I want to follow up on one comment the member for Saanich—Gulf Islands brought up about not having the government break the fixed election law. Why is it that we have speeches tomorrow for MPs who are not intending to run again if there is not going to be an election until the fixed election date, and if there is no need for an election at this point?
The other point I would make is this. We are here to try to fix this legislation. We have just seen the largest transfer of wealth from governments and taxpayers to the ultrawealthy. The ultrawealthy have made out like bandits during this pandemic. There are flaws in this legislation that would cause people to have their CERB cut when they are not ready. The needs of the small business community, in particular tourism, have been flagged in this piece of legislation, and there are a lot of things to fix. It is our job, as members of Parliament and legislators, to fix this legislation. That takes time and democratic debate.
Madame la Présidente, j’aimerais revenir sur une observation qu’a faite ma collègue de Saanich—Gulf Islands. Elle a dit que le gouvernement n’avait pas enfreint la loi sur les élections à date fixe. Comment se fait-il que l’on prévoie demain entendre des discours des députés qui n’ont pas l’intention de se représenter s’il n’y aura pas d’élections avant les élections à date fixe et s’il n’est pas nécessaire de tenir des élections à ce moment-ci?
Je voudrais souligner une autre chose. Nous sommes ici pour essayer de corriger ce projet de loi. Nous venons d’assister au plus important transfert de richesse des gouvernements et des contribuables vers les ultrariches. Les ultrariches se sont rempli les poches comme des bandits pendant cette pandémie. Il y a des lacunes dans ce projet de loi qui couperaient la Prestation canadienne d’urgence de gens qui ne sont pas prêts à s’en passer. Les besoins des petites entreprises, surtout dans le secteur du tourisme, ont été soulignés dans ce projet de loi, et il y a beaucoup de choses à corriger. Il nous incombe, dans nos fonctions de députés et de législateurs, de corriger ce projet de loi. Il faudra pour cela du temps et un débat démocratique.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-14 16:21 [p.8349]
Madam Speaker, it is an honour to table two petitions today.
The first is petition e-3159, which has 10,984 signatures from people who are concerned about approved strip mines in the Alberta Rocky Mountains.
The petition states that strip mining in all its forms causes irreversible damage to the environment, puts watersheds supplying clean drinking water for millions of Canadians at risk of permanent contamination and threatens billions of dollars in revenue and tens of thousands of jobs in agriculture, recreation and tourism. Removing overburden exposes contaminated materials to the elements, destroys habitat and allows wind and water borne pollution to be spread for hundreds of kilometres. Finally, proper consultations with indigenous communities about these mines were not done before they were approved.
The petitioners call upon the Government of Canada to impose an immediate ban on new or expanded strip mines in the Rocky Mountains.
Madame la Présidente, j'ai l'honneur de présenter aujourd'hui deux pétitions.
La première pétition, la pétition électronique e‑3159, porte la signature de 10 984 personnes préoccupées par l'exploitation autorisée de mines à ciel ouvert dans les montagnes Rocheuses de l'Alberta.
La pétition souligne que l'exploitation de mines à ciel ouvert sous toutes ses formes cause des dommages irréversibles à l’environnement, expose les bassins versants qui alimentent en eau potable des millions de Canadiens à un risque de contamination permanente et menace des milliards de dollars de revenus et des dizaines de milliers d’emplois dans l’agriculture, les loisirs et le tourisme. L’enlèvement des morts-terrains expose les matériaux contaminés aux éléments et détruit des habitats et permet à la pollution éolienne et hydrique de s'étendre sur des centaines de kilomètres. Enfin, les communautés autochtones n'ont pas été consultées adéquatement au sujet de ces mines avant qu'elles soient autorisées.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada d’interdire immédiatement l’ouverture de nouvelles mines à ciel ouvert et toute expansion de mines existantes dans les montagnes Rocheuses.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-14 16:23 [p.8350]
Mr. Speaker, in the second petition, the petitioners are deeply concerned about protecting endangered old growth. They note that a number of first nations have asked for deferrals on old growth.
The petitioners call upon the Government of Canada to work with the provinces and first nations to immediately halt logging of endangered old-growth ecosystems, fund the long-term protection of old-growth ecosystems as a priority for Canada's climate action plan and reconciliation with indigenous peoples, support value-added forestry initiatives and partnerships with first nations to ensure Canada's forestry industry is sustainable and based on the harvesting of second- and third-growth forests, ban the export of raw logs and maximize resources for use for local jobs, and ban the use of whole trees for wood pellet biofuel production.
Monsieur le Président, la deuxième pétition vient de gens qui tiennent fermement à protéger les forêts anciennes et en péril. Les pétitionnaires signalent que de nombreuses collectivités des Premières Nations réclament la suspension de la coupe d'arbres anciens.
Ils prient le gouvernement du Canada de travailler de concert avec les provinces et les Premières Nations pour faire cesser immédiatement l’exploitation forestière dans les écosystèmes anciens et en péril, de financer la protection à long terme des écosystèmes anciens à titre de priorité du plan d’action climatique du Canada et de la réconciliation avec les peuples autochtones, d’appuyer des initiatives forestières à valeur ajoutée en partenariat avec les Premières Nations afin d’assurer la pérennité de l’industrie forestière du Canada et de veiller à ce qu’elle soit axée sur l’exploitation des forêts secondaires et tertiaires, d’interdire l’exportation de grumes et d’optimiser l’utilisation des ressources pour les emplois locaux, et d’interdire l’utilisation d’arbres entiers dans la production de biocarburant à partir de granules de bois.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-14 16:23 [p.8350]
Madam Speaker, I am honoured to present two petitions today that are of key interest to the constituents of Saanich—Gulf Islands.
The first petition relates to a very significant body of water at the heart of this riding, Saanich Inlet, which is, in effect, one side of the Saanich Peninsula, the one that is more inland and therefore has very little flushing capacity. It is basically up against the side of the riding that continues up toward the Malahat, and needs protection primarily from pollution, sewage from recreational vehicles and any online sewage contamination.
As there is such a thing in Transport Canada, the petitioners are asking the Minister of Transport to designate the Saanich Inlet a zero-discharge zone to ensure that its ecological fragility is protected.
Madame la Présidente, j'ai l'honneur de présenter aujourd'hui deux pétitions concernant des questions qui préoccupent les gens de Saanich—Gulf Islands.
La première pétition concerne un plan d'eau très important pour ma circonscription, l'anse Saanich, qui, en fait, se trouve d'un côté de la péninsule de Saanich, celui qui est le plus près de la côte, ce qui lui confère une capacité d'évacuation très limitée. L'anse est à la limite de la circonscription et elle se poursuit vers le Malahat; elle doit être protégée de la pollution, des eaux usées des véhicules récréatifs et de tout déversement d'égouts.
Comme Transports Canada en a le pouvoir, les pétitionnaires demandent au ministre des Transports de désigner l'anse Saanich comme zone où les rejets sont interdits afin d'assurer la protection de ce fragile écosystème.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-14 16:25 [p.8350]
Madam Speaker, the second petition goes to another kind of ecosystem, namely the old-growth forests of Canada, specifically in British Columbia, where only 2.7% of the original old growth remains.
Old-growth forests are not renewable, and the petitioners make this point. They also point out that the federal government has an opportunity to assist by working with first nations governments, which have been increasingly raising their voices and asking for logging deferrals. The potential for federal action includes banning raw log exports and ending the use of forests as so-called biofuel for electricity.
Madame la Présidente, la deuxième pétition concerne un autre type d'écosystème, soit les forêts anciennes du Canada, et plus particulièrement de la Colombie‑Britannique, où il ne reste plus que 2,7 % des forêts anciennes originales.
Les pétitionnaires soulignent que les forêts anciennes ne sont pas renouvelables. Ils font aussi remarquer que le gouvernement fédéral pourrait améliorer la situation en collaborant avec les gouvernements des Premières Nations, qui demandent de plus en plus qu'on reporte l'exploitation forestière. Le gouvernement fédéral pourrait également interdire l'exportation de grumes et arrêter d'utiliser les forêts comme biocarburants pour produire de l'électricité.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-14 20:53 [p.8389]
Mr. Speaker, I was really disappointed with this bill. I agree there were lots of flaws in it, and we worked really hard to fix it. However, I put forward 27 amendments, and there were some from the Canadian Media Producers Association that I was not even able to speak to in the committee process.
I agree with the hon. member that there has been a lot of bamboozling in this debate. I heard talk in the House of Commons about the movie Canadian Bacon and whether it is Canadian content because the word “Canadian” is in its title and John Candy acts in it. By the way, another great actor in it, Adrian Hough, is Canadian. That movie was produced by an American company owned by Michael Moore, who wrote and directed the movie. It also has Alan Alda and a whole bunch of other Americans in it.
This discussion about Canadian content and what constitutes Canadian content is something the Conservatives do not even seem to understand. They do not seem to understand that CBC News is not about Canadian content; it is about news. When it uses CNN as a source, that is not about Canadian content; it is about news content.
Would the hon. member not agree that there has been a lot of misinformation and misleading of the Canadian public about what Canadian content really is?
Monsieur le Président, ce projet de loi m'a beaucoup déçu. Je conviens qu'il comportait beaucoup de lacunes, et que nous avons dû travailler très fort pour le corriger. Cependant, j'ai proposé 27 amendements, dont certains provenaient de l'Association canadienne des producteurs médiatiques, que je n'ai même pas pu défendre au comité.
Je conviens avec le député qu'il y a eu beaucoup de boniments dans ce débat. À propos du film Canadian Bacon dont on a parlé à la Chambre, on s'est demandé s'il avait du contenu canadien, de par son titre et la présence de John Candy dans la distribution. En passant, un autre excellent acteur canadien, Adrian Hough, en fait également partie. Ce film a été produit par une entreprise américaine appartenant à Michael Moore, à la fois auteur et réalisateur du film. On y voit aussi Alan Alda et toute une brochette d'autres Américains.
La discussion qui entoure le contenu canadien et ce qui le constitue semble échapper complètement aux conservateurs. Ils ne semblent pas comprendre que CBC News ne porte pas sur le contenu canadien, mais sur les nouvelles. Quand cette chaîne utilise CNN comme source, il ne s'agit pas de contenu canadien, mais de contenu d'information.
Le député ne conviendrait-il pas que les Canadiens ont été l'objet de beaucoup de désinformation et de tromperie à propos de ce qu'est vraiment le contenu canadien?
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-14 22:17 [p.8400]
Mr. Speaker, I have to say that I was disappointed at committee during important amendments that I wanted to speak to and debate, and hearing endless talking points about YouTube creators in this country. I looked up the top 100 YouTube creators in this country and could not tell them apart from American content.
However, when I talked to APTN about the importance of having their voices integrated into the Internet through these platforms, that was key. It is about building indigenous languages. It is about Canadian voices and bringing forward Canadian voices.
I would like to ask the minister about his comments on the importance of revitalizing indigenous language and indigenous culture in this country, and understanding indigenous cultures.
Monsieur le Président, je dois dire qu'en comité, lorsque j'ai voulu intervenir et débattre d'importants amendements, j'ai été déçu d'entendre sans cesse des réponses préparées au sujet de créateurs canadiens de contenu sur YouTube. J'ai été voir les 100 premiers créateurs du pays et je ne pouvais pas distinguer leur contenu de celui des Américains.
Toutefois, lorsque je me suis entretenu avec le Réseau de télévision des peuples autochtones, APTN, sur l'importance de voir leurs voix intégrées à ces plateformes Internet, j'ai constaté que c'était essentiel. Il s'agit de diffuser les langues autochtones. Il s'agit des voix canadiennes et de leur avancement.
J'aimerais entendre les observations du ministre sur l'importance de revitaliser les langues et la culture autochtones, et de comprendre les cultures autochtones.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-14 23:15 [p.8408]
Mr. Speaker, I would like to thank the member for her speech and for her hard work on this bill. She knows that I put a lot of time and effort into this bill as well. I would like to thank her for supporting one of my amendments, which was to level the playing field between independent producers and broadcasting undertakings. This is something that has been adopted in the U.K. and in France. It is a market-based solution to a market imbalance problem.
Why does the member think the Conservatives, who claim to be the ones who fight for the little guy against the big companies, would vote against that amendment? We did not get a chance to debate it because we spent so much time listening to filibusters for hours on end. We did not get to talk about these amendments, but this was an important amendment that I discussed with the Canadian Media Producers Association. It was very important to them to create a better balance between the large companies and the small producers. I would like her comments on that.
Monsieur le Président, je tiens à remercier la députée de son discours et des efforts qu'elle a consacrés à ce projet de loi. Elle sait que j'ai aussi consacré beaucoup de temps et d'efforts au projet de loi. Je tiens à remercier la députée d'avoir appuyé l'un de mes amendements, qui visait à uniformiser les règles du jeu entre les producteurs indépendants et les entreprises de radiodiffusion. Il s'agit d'une mesure qui a été adoptée au Royaume‑Uni et en France. C'est une solution axée sur le marché qui sert à résoudre un problème de déséquilibre sur le marché.
Pourquoi la députée croit-elle que les conservateurs, qui prétendent être ceux qui défendent les intérêts des petites gens contre les grandes sociétés, ont voté contre cet amendement? Nous n'avons pas eu la chance d'en débattre parce que nous avons passé trop de temps à écouter les conservateurs faire de l'obstruction pendant des heures. Nous n'avons pas pu discuter de ces amendements. Or, l'amendement en question était important, et j'en avais discuté avec l'Association canadienne des producteurs médiatiques. Il était très important pour elle afin de mieux équilibrer les chances des grandes entreprises et celles des petits producteurs. J'aimerais savoir ce que la députée en pense.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-14 23:35 [p.8411]
Madam Speaker, I have heard a lot about free speech from the Conservatives and I would like to ask if they think that social media platforms are a place of free speech.
I will point to a situation on May 5, Red Dress Day, to commemorate missing and murdered indigenous women and girls across this country. Hundreds if not thousands of posts were removed by Instagram and Facebook from people who were expressing their sorrow, rage and loss of family, friends and loved ones to this tragedy in our country.
Does the member think this is freedom of speech? When these platforms are removing this kind of content in this country are they a democratic space?
Madame la Présidente, j'ai beaucoup entendu les conservateurs parler de liberté d'expression et j'aimerais leur demander s'ils pensent que les médias sociaux sont un endroit où la liberté d'expression peut s'exercer.
J'en veux pour preuve ce qui s'est produit le 5 mai dernier, lors de la Journée de la robe rouge, journée de commémoration des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées dans tout le pays. Instagram et Facebook ont retiré des centaines, voire des milliers de messages de personnes qui exprimaient leur tristesse et leur rage et racontaient la perte de parents, d'amis et d'êtres chers à cause de cette tragédie dans notre pays.
Le député pense-t-il que cela, c'est la liberté d'expression? Quand ces plateformes suppriment ce type de contenu dans notre pays, peut-on dire d'elles qu'elles offrent un espace démocratique?
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-14 23:47 [p.8413]
Madam Speaker, the concern I have is that it is as if we are talking past each other about Canadian content. Canadian content is terribly important. Canadian artists want this legislation passed.
I have some concerns with the legislation, but it certainly is not the case that Canadian content is something the market decides, as the hon. member just said. Canadian content is about creators and protecting the efforts of Canadian writers, actors and all aspects of our creative class, and they need to be protected. I would ask the hon. member this: How does the market decide that?
Madame la Présidente, ce qui me préoccupe, c'est le dialogue de sourds au sujet du contenu canadien. Le contenu canadien est terriblement important. Les artistes canadiens veulent que cette mesure législative soit adoptée.
J'ai des réserves à propos de cette mesure législative, mais ce n'est pas vrai que c'est le marché qui doit décider du sort du contenu canadien, comme le député vient de le dire. Le contenu canadien, ce sont des écrivains, des acteurs et les autres créateurs canadiens, qui doivent tous être protégés. J'aimerais bien savoir comment le marché décide de cela, selon le député.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-14 23:49 [p.8413]
Madam Speaker, I find it very rich to listen to Conservatives talk about free speech and about the rights of parliamentarians when they are the only party that has blocked the Green Party from having our fair share of questions in the House of Commons. We are the only members of Parliament who get a question every second week, after they evicted one of their members for taking donations from a white supremacy group.
I would like to ask the hon. member if he has read the Broadcasting Act, which states:
This Act shall be construed and applied in a manner that is consistent with the freedom of expression and journalistic, creative and programming independence enjoyed by broadcasting undertakings.
This is right at the very beginning of the act, and this constrains the CRTC to ensure Canadians have freedom of expression. I am wondering if he has actually read the Broadcasting Act as well as the legislation.
Madame la Présidente, je trouve qu'il est plutôt fort d'entendre les conservateurs parler de libre expression et des droits des parlementaires alors que leur parti est le seul à empêcher le Parti vert d'avoir sa juste part de questions à la Chambre des communes. Nous sommes les seuls députés à ne pouvoir poser qu'une seule une question toutes les deux semaines. Sans compter que les conservateurs ont expulsé un de leurs députés pour avoir accepté des dons d'un groupe qui prône la suprématie de la race blanche.
J'aimerais demander au député s'il a lu le passage suivant de la Loi sur la radiodiffusion:
L’interprétation et l’application de la présente loi doivent se faire de manière compatible avec la liberté d’expression et l’indépendance, en matière de journalisme, de création et de programmation, dont jouissent les entreprises de radiodiffusion.
C'est écrit au tout début de la loi, et cela contraint le CRTC à garantir la liberté d'expression des Canadiens. Je me demande si le député a réellement lu la Loi sur la radiodiffusion ainsi que le projet de loi.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-15 0:06 [p.8415]
Madam Speaker, just to reiterate, if the hon. member read the Broadcasting Act, he would know that freedom of speech and freedom of expression are actually already established in the act. There was a lot of filibustering. We heard a lot of endless repetition in committee. We did not get a chance to discuss some very important amendments.
One of those amendments was about levelling the playing field with independent producers in the large companies that they have to negotiate contracts with. It was a market-based solution to a market imbalance. It is a system that they have in the U.K. and in France. I have heard that the Conservatives support the small producers and want to see freedom of expression.
Why would the Conservatives not support this amendment that I put forward? I sent the explanation to members of the committee, and I wonder why the Conservatives would not defend the little guy in this situation.
Madame la Présidente, je rappelle au député que, s'il avait lu la Loi sur la radiodiffusion, il saurait que la liberté d'expression est déjà établie dans la loi. Il y a eu beaucoup d'obstruction. Nous avons entendu de nombreux propos être répétés sans fin au comité. Nous n'avons pas eu l'occasion de discuter de certains amendements très importants.
L'un de ces amendements visait à uniformiser les règles du jeu entre les producteurs indépendants et les grandes entreprises avec lesquelles ils doivent négocier des contrats. C'était une solution axée sur le marché qui visait à remédier à un déséquilibre du marché. C'est un système qui est utilisé au Royaume‑Uni et en France. J'ai entendu dire que les conservateurs appuient les petits producteurs et veulent voir la liberté d'expression.
Pourquoi les conservateurs n'ont-ils pas appuyé l'amendement que j'ai proposé? J'ai envoyé une explication aux membres du comité et je me demande pourquoi les conservateurs n'ont pas défendu le petit producteur dans cette situation.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-15 0:13 [p.8416]
Madam Speaker, all of us who are online were locked out of the member's speech. We have not heard anything since the hon. member stood to speak.
Madame la Présidente, tous les députés qui participent par vidéoconférence sont incapables de voir et d'entendre le discours du député. Nous n'avons rien entendu depuis qu'il a pris la parole.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-11 12:05 [p.8282]
Mr. Speaker, earlier this week the report on the killing of Chantel Moore was made public. It does not add up. There were no actual witnesses. There are no video recordings, and there are no audio recordings. The physical evidence does not really support the officer's story that he feared for his life as a petite 26-year-old indigenous woman came at him with a knife. The knife was not found near her body, had no fingerprints and was found under a box.
Can the Minister of Indigenous Services give the House some hope that we will get to the bottom of this and that wellness checks will stop resulting in the deaths of indigenous people?
Monsieur le Président, plus tôt cette semaine, le rapport sur le meurtre de Chantel Moore a été rendu public. Il y a quelque chose qui cloche. Il n'y avait aucun témoin. Il n'y a aucun enregistrement vidéo ou audio. Les preuves matérielles ne confirment pas vraiment la version du policier, qui a affirmé qu'il craignait pour sa vie lorsqu'une Autochtone de 26 ans, toute menue, s'est avancée vers lui avec un couteau. Le couteau n'a pas été retrouvé près du corps, mais sous une boîte. De plus, aucune empreinte digitale n'y a été relevée.
Le ministre des Services aux Autochtones peut-il rassurer la Chambre en lui disant que nous irons au fond des choses et que les vérifications de l'état de santé ne mèneront plus à la mort d'Autochtones?
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-11 12:22 [p.8285]
Mr. Speaker, I have two petitions to table today.
In the first petition, the petitioners note that the climate crisis and destruction of ecosystems, or ecocide, is the result of many years of harmful industrial practices permitted by law with many risks having been known about for decades by the companies choosing to continue them and by the governments that subsidize those activities. Citizens and residents can and must take some responsibility for what is consumed, but it is industry, finance and government that make high-level investments and policy decisions.
As a member state of the United Nations, Canada shares a collective legal duty to promote social progress and better standards of life. Therefore, the petitioners call upon the House of Commons to declare its support for an ecocide law amendment to the Rome Statute and to advocate for its adoption internationally, in the knowledge that many countries must stand together for the long-term protection of life on Earth.
Monsieur le Président, j'ai deux pétitions à déposer aujourd'hui.
Dans la première, les pétitionnaires soulignent que la crise climatique et la destruction des écosystèmes, ou écocide, sont le résultat de longues années d'activités industrielles autorisées par la loi. Les entreprises qui décident de poursuivre ces activités et les gouvernements qui les subventionnent en connaissent bien les risques depuis des dizaines d'années. Les citoyens peuvent et doivent assumer la responsabilité de ce qu'ils consomment, mais ce sont les industries, le secteur des finances et le gouvernement qui font des investissements et qui décident des politiques.
En tant qu'État membre des Nations unies, le Canada assume une obligation légale collective de favoriser le progrès social et d'instaurer de meilleures conditions de vie. En conséquence, les pétitionnaires demandent à la Chambre des communes de déclarer son appui à une modification axée sur l'écocide du Statut de Rome et d'en réclamer l'adoption au niveau international, puisqu'il faut que de nombreux pays fassent front commun pour assurer la protection à long terme de la vie sur Terre.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-11 12:25 [p.8286]
Speaking of ecocide, Mr. Speaker, the second petition is from citizens who are deeply concerned about the clear-cut logging of endangered old-growth ecosystems. They are calling upon the government to work with the province and first nations to immediately halt logging of endangered old-growth ecosystems, to fund the long-term protection of old-growth ecosystems as a priority of Canada's climate action plan and reconciliation with indigenous peoples, to support value-added forestry initiatives in partnership with first nations to ensure Canada's forestry industry is sustainable and based on the harvesting of second- and third-growth forests, to ban the export of raw logs and maximize resource use for local jobs, and to ban the use of whole trees for wood pellet biofuel production.
I will note that over 200 people in British Columbia, on Vancouver Island—
Monsieur le Président, parlant d'écocide, la deuxième pétition vient de citoyens profondément préoccupés par les coupes à blanc d'écosystèmes anciens et en péril. Les pétitionnaires demandent au gouvernement de travailler de concert avec les provinces et les Premières Nations pour faire cesser immédiatement l’exploitation forestière dans les écosystèmes anciens et en péril; de financer la protection à long terme des écosystèmes anciens à titre de priorité du plan d’action climatique du Canada et de la réconciliation avec les peuples autochtones; d’appuyer des initiatives forestières à valeur ajoutée en partenariat avec les Premières Nations afin d’assurer la pérennité de l’industrie forestière du Canada et de veiller à ce qu’elle soit axée sur l’exploitation des forêts secondaires et tertiaires; d’interdire l’exportation de grumes et d’optimiser l’utilisation des ressources pour les emplois locaux; et d’interdire l’utilisation d’arbres entiers dans la production de biocarburant à partir de granules de bois.
Je souligne que plus de 200 personnes de la Colombie‑Britannique, de l'île de Vancouver...
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-11 12:26 [p.8286]
Mr. Speaker, I am honoured today to present a petition from many of my constituents who are concerned about the fate of old-growth forests in this country. Old-growth forests are increasingly endangered, yet they are not protected from logging. Although logging is under provincial jurisdiction, the petitioners link to first nations' interests the importance of shared co-operative planning and value-added in our forestry, banning the export of raw logs and banning turning whole forests into pellets. They are claimed to be a renewable resource, but are not renewable because, as the petitioners point out, only 2.7% of old-growth forests remain in British Columbia.
These petitioners urge the federal government to work with provinces and first nations to halt old-growth logging.
Monsieur le Président, j’ai aujourd’hui l’honneur de présenter une pétition signée par un grand nombre de concitoyens de ma circonscription, qui sont préoccupés par le sort des forêts anciennes dans notre pays. Les forêts anciennes sont de plus en plus menacées; pourtant, on ne les protège pas contre l’exploitation forestière. Même si l’exploitation forestière relève de la compétence provinciale, les signataires établissent un lien entre les intérêts des Premières Nations et l’importance de partager la planification collaborative et la valeur ajoutée de notre industrie forestière, en interdisant l’exportation de grumes et en interdisant la transformation de forêts entières en granulés. Les forêts anciennes sont censées être des ressources renouvelables, mais elles ne le sont plus, car comme l’indiquent les signataires, il ne reste que 2,7 % de forêts anciennes en Colombie‑Britannique.
Les signataires demandent au gouvernement fédéral de travailler avec les provinces et les Premières Nations pour stopper l’exploitation des forêts anciennes.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-09 19:41 [p.8188]
Madam Speaker, I am resuming a question I asked previously. The minister of fisheries answered the question, but it pertains to climate targets and climate accountability. I made the point in question period that, when we talk about climate targets, they are not political. Climate targets are deeply about the science.
The minister of fisheries replied at the time that the new targets the Prime Minister had just announced at the Earth Day summit with Joe Biden were, in fact, to be put into the law and actually reflected in part of what is called the net-zero emissions accountability act, Bill C-12. Since then, the government decided not to put those targets in the act.
The key point I want to make today in our adjournment proceedings is about the nature of what we committed to do under the Paris Agreement in 2015 at COP 21. The key thing we committed to do was to work with all the other nations on earth to hold the global average temperature increase to no more than 1.5° above what those levels were before the industrial revolution, and to certainly hold it as far below 2° as possible.
Why does this matter? The survival of human civilization is very much at risk if we miss these targets. We are now more than 1°C in global average temperature increase above where we were as a society and a planet before the industrial revolution. Going above 1.5° is actually not a safe zone; it is a danger zone. It involves a significant risk to human civilization's survival. Going above 2° would put our future generations, our own children, very much at risk. That is why the targets are not political. They are about the science.
I am heartbroken that the government chose to put forward its so-called climate accountability legislation, which aims for a level of reductions of emissions that are not tied to the science. It actually puts us at risk. There is a lot of clamouring around Bill C-12 and the title “net-zero”, but net-zero by 2050 is the wrong target. Net-zero by 2050 does not hold to 1.5°. In the words of Greta Thunberg, net-zero by 2050 is “surrender” without short-term and near-term targets that ensure global emissions are cut in half by 2030.
I have just this moment left clause-by-clause as it ends on Bill C-12. The milestone year remains 2030, but the large problem remains that, if we do not improve what we have agreed to do, the target of 40% to 45% below our 2005 levels by 2030 referenced when I put this forward in question period is not close to being what we committed to do in Paris.
The Intergovernmental Panel on Climate Change set forth what all countries on earth have to do. Canada has a larger burden than most, because it is the only country in the industrialized world to see our emissions go up so very much since 1990 and go up since Paris.
We have a commitment to do better and to do more. That means that we should be revising our target upward and we should not delude ourselves into believing that net-zero by 2050 is anything other than a public relations gloss on what the science tells us we must do. We are in a climate emergency. We need to act like it and ban fracking, cancel the TMX pipeline and do those things in our power, as a wealthy industrialized society, to move to climate security.
Madame la Présidente, je donne suite à une question que j'ai posée précédemment. La ministre des Pêches a répondu à la question, mais elle porte sur les cibles climatiques et la responsabilité climatique. J'ai fait remarquer lors de la période des questions que les cibles climatiques dont nous parlons ne sont pas des cibles politiques. Elles sont profondément axées sur la science.
La ministre des Pêches a alors répondu que les nouvelles cibles que le premier ministre venait d'annoncer au sommet du Jour de la Terre avec Joe Biden seraient inscrites dans la loi et que le projet de loi C-12, Loi canadienne sur la responsabilité en matière de carboneutralité, en tiendrait partiellement compte. Le gouvernement a depuis décidé de ne pas inscrire ces cibles dans la loi.
Le point clé que je tiens à soulever au cours du débat d'ajournement d'aujourd'hui porte sur la nature des engagements que nous avons pris dans le cadre de l'Accord de Paris en 2015, lors de la 21e Conférence des parties. Nous nous sommes principalement engagés à travailler avec toutes les autres nations de la planète pour limiter l'augmentation de la température moyenne mondiale à un maximum de 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux qui avaient cours avant la révolution industrielle et pour la maintenir certainement le plus possible en dessous de 2 degrés Celsius.
Pourquoi est-ce important? La survie de la civilisation sera gravement menacée si nous ratons ces cibles. Depuis la révolution industrielle, la température moyenne mondiale a augmenté de plus de 1 degré Celsius. Si l'augmentation dépassait 1,5 degré Celsius, elle présenterait des risques. Ce serait dangereux. La survie de la civilisation serait menacée. Si elle était supérieure à 2 degrés Celsius, nos enfants et les générations futures seraient sérieusement en danger. C'est pourquoi les cibles dont nous parlons ne sont pas politiques, mais axées sur la science.
Je suis extrêmement peinée de voir que le gouvernement a choisi de présenter une mesure législative qui porte prétendument sur la responsabilité climatique, mais qui prévoit un plan de réduction des émissions aucunement fondé sur la science. En réalité, cette mesure législative nous met à risque. Le projet de loi C-12 et l'utilisation du terme « carboneutralité » dans son titre suscitent des cris de joie, mais le gouvernement rate la cible en visant l'atteinte de la carboneutralité en 2050. Cela n'empêchera pas le réchauffement planétaire de dépasser 1,5 degré Celsius. Comme le dit Greta Thunberg, l'objectif de carboneutralité en 2050 est une « capitulation », s'il ne s'accompagne pas de cibles à court terme visant à réduire les émissions mondiales de la moitié d'ici 2030.
Je viens tout juste de quitter le comité alors qu'il achève l'étude article par article du projet de loi C-12. Le jalon demeure 2030, mais le gros problème demeure que, si nous n'améliorons pas les mesures convenues, l'objectif de 40 % à 45 % en deçà de nos niveaux de 2005 d'ici 2030 mentionné lorsque j'ai soulevé le sujet à la période des questions n'arrivera pas à la cheville de l'engagement que nous avons pris à Paris.
Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat a énoncé ce que tous les pays sur Terre doivent faire. Le Canada a un fardeau plus lourd que la plupart des autres, parce qu'il est le seul pays du monde industrialisé à avoir enregistré une telle hausse d'émissions depuis 1990 et depuis la conclusion de l'Accord de Paris.
Nous avons le devoir de faire mieux et de faire plus. Nous devons viser un objectif plus ambitieux. Ne nous berçons pas d'illusions: la carboneutralité d'ici 2050 n'est qu'une manière d'enjoliver, à des fins de relations publiques, les mesures que les scientifiques nous somment de prendre. Nous vivons une crise du climat. Nous devons agir en conséquence et interdire la fracturation hydraulique, annuler le projet de pipeline TMX et faire tout en notre pouvoir, à titre de riche société industrialisée, pour effectuer la transition vers la sécurité climatique.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-09 19:49 [p.8189]
Madam Speaker, I am disappointed to tell the parliamentary secretary that clause-by-clause did not embed those targets in the act, although it had been promised.
The reality is that net zero by 2050, if achieved, does not ensure that we are holding to 1.5°C or even to as far below 2°C as possible. That is why Greta Thunberg has said clearly to the EU commissioners that net zero by 2050 is “surrender”. There is only one pathway that will lead to 1.5°C and as far below 2°C as possible. The IPCC set that out in its special report from October 2018 and that is more dramatic emissions reductions globally than anything yet anticipated.
Canada should be cutting to 60% below our 2005 levels by 2030, not a mere 40%. We must do better, we must do more and we must stop lying to ourselves.
Madame la Présidente, j'ai le regret de dire au secrétaire parlementaire que ces cibles n'ont pas été intégrées au projet de loi pendant l'étude article par article, malgré les promesses qui avaient été faites.
Dans les faits, même si nous réussissons à faire du Canada un pays carboneutre d'ici 2050, il n'est pas garanti que la hausse de température sera limitée à 1,5 degré Celsius ou sera au niveau le plus bas possible en dessous de 2 degrés Celsius. Voilà pourquoi Greta Thunberg a déclaré clairement aux commissaires européens que viser la carboneutralité d'ici 2050 est une « capitulation ». Il n'y a qu'une façon de limiter la hausse de température à 1,5 degré Celsius ou au niveau le plus bas possible en dessous de 2 degrés Celsius. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat l'a décrite dans le rapport spécial qu'il a publié en octobre 2018. La solution: il faut réduire les émissions mondiales beaucoup plus qu'on l'avait imaginé jusqu'ici.
Le Canada devrait réduire ses émissions de 60 % par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2030. Une réduction de 40 % ne suffit vraiment pas. Il faut faire mieux, il faut faire plus, et il faut arrêter de se raconter des histoires.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-08 10:36 [p.8068]
Mr. Speaker, I thank you for putting my request forward, and I thank all my colleagues for this opportunity to speak to this horrific event.
Assalam alaikum.
I start with these words: “Our hearts are broken, our minds are numb.” This could speak for all of Canada. These are the words of Omar Khamissa, who works in community outreach with the National Council of Canadian Muslims.
To everyone on that council, to everyone who is a regular visitor to the Islamic Centre of Southwest Ontario, I have had the great honour to meet with imams, to speak of the true Islamic spirit and to talk about the enormous contribution to Canada from our Muslim community.
The Muslim community and Muslim families are an integral part of Canada. We are one, big Canadian family. This is a time of great sorrow unlike any other.
We say these words over and over as we experience this. I have heard them from my hon. colleagues, the right hon. Prime Minister, the hon. leader of the official opposition, the leader of the Bloc Québécois, and the leader of the New Democratic Party, who so movingly reminded us of all the ways that our society is not the one we think it is.
We have been holding a mirror up to ourselves for some time now, and it is hard to like what we see, especially when Kukpi7 Rosanne Casimir announced the preliminary findings of the 215 children who had long since died, but not that long ago. They were the bodies of little children from the Kamloops residential school.
This event reminds us of how we stood together. Many of us here today in this chamber will remember standing in the bitter cold of Quebec City in 2017 with the Islamic community of Quebec City after the shooting in the Quebec City mosque and saying, “Never again.”
What strikes me now, as we gather together again to repeat our frequent calls that we do better, is that I think of the hon. member for Mississauga—Erin Mills and her Motion No. 103. I think of her courage because I know she was targeted. There were some very nasty messages after she stood up and said that we have to do something about Islamophobia, as well as anti-Semitism and hatred of all kinds. We have to look at ourselves in the mirror and figure out what we will do about it.
One thing that Motion No. 103 did for many of us in this place who were serving when it was put forward, was it exposed us to Islamophobia. Many of my constituents are dear, sweet people who I know. I had to write back to them saying they had misunderstood, that Motion No. 103 will not elevate Islam above Christianity.
They were afraid of that. I had to say that Motion No. 103 would not mean that we are going to have sharia law in Canada. There is a level just below the surface. Constituents sent me links to websites, by the way, with news sources that they wanted me to read, which said that Motion No. 103 would do all these things.
I wish I had taken notes yesterday when the minister of heritage, before the ethics committee, rattled off a bunch of statistics of how many hate crimes had been fuelled by an increase in hatred online, along with how many police chiefs are reporting an increase in incitement and radicalization to hate people based on their faith or the colour of their skin.
I am at a loss. I am the former leader of the Green Party, of course, and our leader has expressed the deep, deep sorrow of all of us. However, all of us together as elected people, I think, have to actually stop for a while and listen, maybe just invite people from the Islamic community to come and talk to us, because there is something very, very wrong in a beautiful community like London. I have had the honour to spend a lot of time there.
I want to send my condolences to our former colleague in this place because, of course, the mayor of London used to be the MP for London West. I also want to send my condolences to the current MP for London West, the current MP for London—Fanshawe, the current MP for London North Centre and all of the MPs touched by this personally. I know their hearts are broken, and they do not understand how this could happen in their community. Neither do I.
I just know that as Canadians, we have to do much, much better. That starts with acknowledging that we are broken, that we allow people to be infested by a seething hatred that would look at a beautiful family out for a Sunday walk and with premeditation, according to the police, try to wipe out that whole family.
We will never as a country be able to tell young Fayez how sorry we are, how much we hope for his future and how much we mourn the loss of the people of his family, the Afzaal family.
With that, I do not think it helps us much as politicians to pretend we have answers, but I do agree with the hon. leader of the New Democratic Party that, if we ever again see a political party trying to divide us based on someone wearing a hijab, we must call them out.
Let us make sure that we say to all of the Islamic community of this country that, from the bottom of hearts, we ask for their forgiveness for letting this hatred live among us. We love them. We care for them, just as we do for all the members of this human family, which is so very broken. Our hearts are broken. Our minds are numb.
Monsieur le Président, je vous remercie d'avoir présenté ma demande et je remercie tous mes collègues de me donner l'occasion de parler de cette horrible tragédie.
Assalam alaikum.
Je commencerai par ces paroles: « Nous avons le coeur brisé, et nous sommes abasourdis. » Ces paroles pourraient avoir été dites par tous les Canadiens, mais elles ont été prononcées par Omar Khamissa, responsable de l’engagement communautaire pour le Conseil national des musulmans canadiens.
Je veux dire à tous les membres du Conseil et à toutes les personnes qui se rendent régulièrement au Centre islamique du Sud-Ouest de l'Ontario que j'ai eu le grand honneur de rencontrer des imams, de discuter du véritable esprit islamique et de parler de l'énorme contribution qu'apporte la communauté musulmane au Canada.
La communauté et les familles musulmanes font partie intégrante de notre pays. Nous formons une famille partout au Canada. C'est un moment de grande tristesse sans pareil.
C'est ce que nous disons chaque fois qu'une situation comme celle-là se produit. J'ai entendu des propos de la sorte venant des députés, du premier ministre, du chef de l'opposition officielle, du chef du Bloc québécois et du chef du Nouveau Parti démocratique, qui ont livré un discours poignant pour nous rappeler à quel point notre société n'est pas celle que nous croyons.
Nous nous regardons dans le miroir depuis un certain temps déjà, et il est difficile d'aimer ce que nous voyons, particulièrement lorsque Kukpi7 Rosanne Casimir a annoncé la découverte de 215 enfants qui sont morts depuis longtemps, mais pas si longtemps que cela. Il s'agit des corps de petits enfants enterrés au pensionnat autochtone de Kamloops.
Cette tragédie nous rappelle notre solidarité. Beaucoup d'entre nous ici à la Chambre se souviendront d'avoir affronté le froid glacial de Québec, en 2017, pour se tenir aux côtés de la communauté islamique de cette ville, après la fusillade de la mosquée de Québec, et pour dire « plus jamais ».
Alors que nous unissons de nouveau nos voix pour appeler la société à faire mieux, je ne peux m'empêcher de penser à la députée de Mississauga—Erin Mills et à sa motion M-103. Je pense au courage dont elle a fait preuve, car je sais qu'elle a été prise pour cible. Elle a reçu d'horribles messages après avoir dit qu'il fallait faire quelque chose contre l'islamophobie, l'antisémitisme et toutes les formes de haine. Nous devons faire un examen de conscience et réfléchir à ce que nous allons faire.
Lorsqu'ils ont été saisis de la motion M-103, nombre de députés ont été exposés à l'islamophobie. Même si je sais que ce sont des gens aimables, j'ai dû répondre par écrit à bon nombre de résidants de ma circonscription pour leur dire qu'il y avait un malentendu et que la motion M-103 ne visait pas à élever l'islam au-dessus du christianisme.
C'est ce qu'ils craignaient. J'ai dû expliquer que l'adoption de la motion M-103 ne voulait pas dire que le Canada allait adopter la charia. Il y avait autre chose qui se cachait sous la surface. En effet, des gens de ma circonscription m'ont envoyé des liens vers des sites Web où on trouvait des nouvelles qu'ils m'ont demandé de lire et qui disaient que la motion M-103 ferait tout ce que je viens de mentionner.
J'aurais dû prendre des notes, hier, lorsque le ministre du Patrimoine, dans son témoignage devant le comité de l'éthique, a énuméré une série de statistiques sur le nombre de crimes haineux alimentés par une montée de la haine en ligne, ainsi que sur le nombre de chefs de police qui signalent une augmentation de la radicalisation et de l'incitation à la haine envers des personnes en raison de leur foi ou de la couleur de leur peau.
Je n'arrive pas à comprendre. Bien sûr, je suis l'ancienne cheffe du Parti vert, et notre cheffe actuelle a exprimé une profonde tristesse en notre nom à tous. Cela dit, je crois que nous devrions tous, à titre d'élus, prendre un instant pour écouter et peut-être inviter tout simplement des membres de la communauté islamique à venir nous parler. Il y a quelque chose qui ne va pas dans la magnifique collectivité de London. J'ai eu l'honneur d'y passer beaucoup de temps.
Je tiens à offrir mes condoléances à notre ancien collègue, qui a été député de London-Ouest avant d'être le maire de London. J'offre aussi mes condoléances à la députée actuelle de London-Ouest, à la députée de London—Fanshawe, au député de London-Centre-Nord et à tous les députés qui sont touchés personnellement par cette tragédie. Je sais qu'ils ont le cœur brisé et qu'ils n'arrivent pas à comprendre comment cela a pu se produire dans leur collectivité. Je n'y arrive pas non plus.
Tout ce que je sais, c’est qu’en tant que Canadiens, nous pouvons faire beaucoup, beaucoup mieux que cela. Il faut commencer par reconnaître que quelque chose cloche si nous laissons la possibilité à des gens d’être rongés par une haine féroce qui les amène, avec préméditation selon la police, à vouloir décimer une belle famille qu’ils voient se promener un dimanche.
Notre pays ne pourra jamais exprimer au jeune Fayez combien nous sommes désolés, combien nous espérons qu’il se remettra et combien nous pleurons la perte des membres de sa famille, la famille Afzaal.
Cela dit, je ne crois pas que nous, politiciens, puissions prétendre que nous avons des réponses, mais je suis d’accord avec le chef du Nouveau Parti démocratique pour dire que si un parti politique essaie une fois de plus de nous diviser sur le port du hijab, nous devons les dénoncer.
Nous devons veiller à dire à toutes les communautés islamiques de notre pays que nous leur demandons pardon du fond de notre cœur pour avoir laissé croître cette haine parmi nous; que nous les aimons; que nous nous préoccupons de leur sort, autant que de celui des autres membres de la famille humaine qui est si profondément anéantie. Nous avons le cœur brisé, et nous sommes abasourdis.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-08 10:51 [p.8071]
Madam Speaker, I am honoured to take the floor this morning to present a petition from residents of Vancouver Island who are deeply concerned with the fate of old-growth forests. Of the remaining forests in British Columbia, only 2.6% is old-growth.
The petitioners, in a particularly timely petition, call attention to the need to work with first nations to work toward partnerships in forest protection that focuses on harvesting only second- and third- growth forests; to work with first nations and provinces to develop deferrals and set asides for old-growth forests, preferencing instead value-added industries; and to ban the exports of raw log from Canada the conversion of standing forests to wood pellets as biofuels.
It is particularly timely given an announcement yesterday from the Pacheedaht, Ditidaht and Huu-ay-aht first nations of Vancouver Island calling for an end of the logging of old-growth in Fairy Creek and the upper Walbran Valley.
Madame la Présidente, j'ai l'honneur de prendre la parole pour présenter une pétition provenant de résidants de l'île de Vancouver, qui sont extrêmement préoccupés par le sort des forêts anciennes. Parmi les forêts qui subsistent en Colombie-Britannique, seulement 2,6 % sont des forêts anciennes.
Par cette pétition particulièrement opportune, les pétitionnaires attirent l'attention sur le besoin de collaborer avec les Premières Nations dans des partenariats visant à protéger les forêts et axés seulement sur l'exploitation des forêts secondaires ou tertiaires; de travailler avec les Premières Nations et les provinces afin de prévoir des reports et des réserves pour les forêts anciennes, en préférant plutôt des industries à valeur ajoutée; et d'interdire l'exportation de grumes ainsi que la conversion d'arbres entiers en granules de bois pour la production de biocarburants.
Cette pétition est d'autant plus opportune que les Premières Nations Pacheedaht, Ditidaht et Huu-ay-aht ont demandé hier qu'on mette fin à l'exploitation des forêts anciennes à Fairy Creek et dans la vallée Walbran.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-08 12:03 [p.8083]
Mr. Speaker, to my hon. friend, the parliamentary secretary, I know the sincerity of his deep commitment to housing.
I am looking at the budget for this new tax, which he mentioned briefly, of 1% on non-resident vacant housing. I note in the budget that there will be consultations and more details. Can the hon. parliamentary secretary tell us whether he thinks 1% is enough, and whether this might apply to the increasing use of online bookings for what is replacing bed and breakfasts now, as people book in non-resident vacant housing for their vacations instead of staying in hotels?
Monsieur le Président, je salue le dévouement sincère de mon collègue, le secrétaire parlementaire, pour la cause du logement.
Il a parlé brièvement de la nouvelle taxe de 1 % qui s'appliquerait aux logements vacants appartenant à des non-résidants. J'ai lu dans le budget que des consultations seront organisées à ce sujet. Le secrétaire parlementaire estime-t-il que 1 % c’est suffisant et que cette taxe devrait s’appliquer aux réservations en ligne que les gens font de plus en plus pour des hébergements de vacances, plutôt que d’aller dans un gîte touristique ou à l’hôtel?
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-08 16:58 [p.8129]
Madam Speaker, like my friend from South Okanagan—West Kootenay, I do not find much in this motion to which to object, but I also think that, when facing the housing crisis, we need to recognize that there are some undercurrents here that are not easy fixes. There are a lot of ways we can look at the acute crisis of homelessness for people who need a roof over their head and market housing.
Would the member agree with Professor William Rees at UBC, who said that the biggest problem we faced was when we stopped having the affordability of houses in each community based on what that community earned and it became a global commodities market for speculative investment?
Madame la Présidente, à l'instar de mon collègue d'Okanagan-Sud—Kootenay-Ouest, je ne trouve pas grand-chose à redire au sujet de la motion, mais je suis également d'avis que, face à la crise du logement, nous devons reconnaître que certains problèmes sous-jacents n'ont pas de solutions faciles. Il existe de nombreuses façons d'aborder la crise aiguë de l'itinérance pour les personnes qui ont besoin d'un toit ou d'un logement du marché privé.
La députée serait-elle d'accord avec le professeur William Rees, de l'Université de la Colombie-Britannique, qui a dit que le plus gros problème est survenu lorsque nous avons cessé d'assurer l'abordabilité des maisons dans chaque collectivité en fonction du salaire des habitants et que nous avons livré le marché immobilier à la spéculation mondiale?
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-07 12:20 [p.8003]
Mr. Speaker, I rise on a point of order. I do apologize, but reflecting on the events of the day in question, first, I wish to thank you for the clarity you provided. I was the first to rise on a point of order, because, as the motion was read out, and based on the quick research I was able to do before we began, it seemed to me that the motion was not in conformity with the Standing Orders for a motion to instruct a committee. However, I did immediately accept the Speaker's ruling.
The difficulty before us, Mr. Speaker, if you check the record, is that I do not believe we can say six and a half minutes elapsed, because I was not able to hear anything from the questions or the comments that were being put to the hon. minister. I respectfully think we should restart the clock with the full 30 minutes, because this is a rather important matter. There are important motions that the hon member for Nanaimo—Ladysmith has before the committee in clause by clause.
The effect of passing this motion on Bill C-10 may be to pre-empt putting forward important amendments that could improve the bill. I do think it requires a full debate. I do not wish to dispute anything you have said, but I think, if you check the record, we did not have six and a half minutes of usable, comprehensible questions and answers.
J'invoque le Règlement, monsieur le Président. Je vous remercie d'avoir apporté des éclaircissements au sujet des événements en question. J'ai été la première à invoquer le Règlement parce que, lorsque la motion a été lue à haute voix et selon la brève recherche que j'ai été en mesure de faire avant le début de la séance, il m'a semblé que la motion n'était pas conforme aux dispositions du Règlement concernant les motions d'instruction. Toutefois, j'ai immédiatement accepté la décision de la présidence.
Le problème, monsieur le Président, c'est que, si vous vérifiez le compte-rendu, je ne crois pas que vous constaterez que six minutes et demie se sont écoulées, car je n'ai entendu aucune question ni aucune observation adressée au ministre. Je propose respectueusement que nous fassions repartir le chronomètre à zéro pour que nous ayons une période entière de 30 minutes, car il s'agit d'une affaire importante. Le député de Nanaimo—Ladysmith a présenté d'importantes motions au comité dans le cadre de l'étude article par article.
Adopter cette motion d'attribution de temps sur le projet de loi C-10 pourrait avoir comme conséquence que nous ne puissions pas examiner d'importants amendements susceptibles d'améliorer le projet de loi. Je crois sincèrement qu'il serait nécessaire de tenir un débat exhaustif. Je ne veux pas remettre en question ce que vous venez de dire, mais, à mon avis, si vous consultez le compte-rendu, vous constaterez que nous n'avons pas bénéficié de six minutes et demie pour poser des questions utiles et compréhensibles et obtenir des réponses pertinentes.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-07 12:29 [p.8005]
Mr. Speaker, to the hon. minister, this is offensive to intrude on committee work. We have a fiction in this place that the committee is the master of its own destiny. It is increasingly a fiction from the day when, in the previous government, Stephen Harper instructed that every committee pass an identical motion that affected people such as members of Parliament in unrecognized parties, such as all Greens and independents, in that we were coerced to show up in committee 48 hours before clause-by-clause began. That process made a mockery of the notion that committee is the master of its own destiny and its own work. This intervention is another offence to this notion. This is the first time in more 20 years that this particular standing order was been utilized to get a committee to report back more quickly than it is normally able to do.
I do think that these principles matter. The irony here is that the hon. member for Nanaimo—Ladysmith who, within the Green caucus, carries the work on Bill C-10 and has done a tremendous amount of work, is right now in clause-by-clause in the heritage committee on Bill C-10 and cannot be here to defend his right to put forward every single amendment that we have worked on so hard.
I am sorry, but we have a bit of an interference—
Monsieur le Président, je tiens à souligner au ministre qu'il est choquant d'intervenir dans les travaux des comités. Nous avons l'illusion dans cette enceinte que les comités sont maîtres de leur destin et de leurs travaux, ce qui était déjà farfelu depuis la demande de Stephen Harper, sous le gouvernement précédent, à tous les comités d'adopter la même motion touchant entre autres les députés des partis non reconnus, comme tous les verts et les indépendants, et les obligeant à se présenter au comité 48 heures avant le début de l'étude article par article. Ce processus a tourné en dérision le principe de la pleine autonomie des comités, et cette intervention est un nouvel outrage à ce principe. C'est la première fois en plus de 20 ans que cet article du Règlement est utilisé pour obliger un comité à présenter son rapport plus rapidement qu'il ne serait normalement en mesure de le faire.
J'estime que ces principes sont importants. Il est pour le moins ironique que le député de Nanaimo—Ladysmith, qui, au sein des verts, est chargé du projet de loi C-10 et a effectué un travail colossal, soit actuellement retenu au comité du patrimoine par l'étude article par article du projet de loi C-10 et ne puisse pas être là pour défendre son droit de proposer les amendements sur lesquels nous avons travaillé si assidûment.
Je suis désolée, mais il y a une légère interférence...
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-07 12:31 [p.8005]
Mr. Speaker, I sympathize enormously with the position the minister finds himself in. I was very uncomfortable moments ago in the ethics committee with how rudely he was being treated. It is inappropriate. However, for all of us in this place to operate with decorum and with respect for one another, this kind of motion on time allocation will do real damage to this place, not just today, not just tomorrow, but in the coming years, when we will find this used more and more to whip committees into shape. I ask the minister to think again and step back.
Monsieur le Président, je sympathise énormément avec le ministre en raison de la situation qu'il vit. La façon dont il a été traité il y a quelques instants au comité de l'éthique était inappropriée et m'a rendue mal à l'aise. Cependant, nos travaux doivent se dérouler selon un certain décorum et dans le respect de chacun. Or ce genre de motion d'attribution de temps cause du tort à la Chambre à court, moyen et long termes, parce qu'on verra qu'elle sera de plus en plus utilisée dans les années à venir pour faire rentrer dans le rang les comités. Je demande au ministre d'y penser et de faire marche arrière.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-07 15:09 [p.8026]
Mr. Speaker, the current generation of youth grew up acutely aware of the urgency to fight the climate crisis and the multitude of challenges facing our planet, from deforestation to environmental racism and pollution generated by plastic waste.
Youth around the world have united. Through their protests they are educating us, but most importantly, they are demanding action and they expect accountability. They want a glimpse of hope and the German High Court handed them a victory: It ordered the government to expand its plan to reduce carbon emissions to zero by 2050 and required lawmakers to make long-term climate commitments.
Will the government demonstrate that Canada is learning from this legal precedent and commit to achieving its 2030 climate goal? Will it formally recognize the rights of this generation and the next generation—
Monsieur le Président, les jeunes d'aujourd'hui ont grandi en étant parfaitement conscients de l'urgence de lutter contre les changements climatiques et de la multitude de défis auxquels est confronté notre planète, allant de la déforestation au racisme environnemental, en passant par la pollution par les déchets plastiques.
Les jeunes du monde entier travaillent à l'unisson. Ils manifestent pour nous sensibiliser, mais, surtout, pour demander la prise de mesures concrètes. Ils s'attendent à ce qu'on leur rende des comptes. Ils cherchent une lueur d'espoir, et le plus haut tribunal de l'Allemagne leur a concédé une victoire: il a ordonné au gouvernement d'élaborer un plan visant à atteindre la carboneutralité d'ici 2050 et a obligé les législateurs à prendre des engagements à long terme relatifs aux changements climatiques.
Le gouvernement va-t-il montrer que le Canada tire des leçons de ce précédent jurisprudentiel et s'engagera-t-il à atteindre les objectifs climatiques qu'il s'est fixés pour 2030? Reconnaîtra-t-il officiellement les droits de la génération actuelle et future...
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-07 15:37 [p.8029]
Mr. Speaker, it is an honour to table two of the same petition today, which were initiated by constituents in Nanaimo—Ladysmith. The petitioners are really concerned about protecting British Columbia's endangered old-growth ecosystems from clear-cut logging. They know these old-growth forests provide immeasurable benefits in fighting climate change and in supporting biodiversity, as well as cultural, recreational and educational values. Over 160 people have been arrested trying to protect these forests.
The petitioners are calling upon the government to work with the Province of British Columbia and first nations to immediately halt the logging of endangered old-growth ecosystems, fund the long-term protection of old-growth ecosystems as a priority for Canada's climate action plan and reconciliation with indigenous people, support value-added forestry initiatives in partnership with first nations to ensure that Canada's forestry industry is sustainable and based on the harvesting of second- and third-growth forests, ban the export of raw logs and maximize the resources for local jobs.
The petitioners are also calling for a ban on the use of whole trees for wood pellet biofuel production, which is contrary to any climate action measures. It is really a horrible practice.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter aujourd'hui deux pétitions identiques, qui ont été lancées par des résidants de Nanaimo—Ladysmith. Les pétitionnaires ont vraiment à cœur de protéger les écosystèmes anciens de la Colombie-Britannique contre les coupes à blanc. Ils soulignent que ces forêts anciennes offrent des avantages inestimables, y compris en ce qui concerne la lutte contre les changements climatiques, la biodiversité, la culture, les loisirs et l'éducation. Plus de 160 personnes ont été arrêtées parce qu'elles tentaient de protéger ces forêts.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de travailler de concert avec la province de la Colombie-Britannique et les Premières Nations pour faire cesser immédiatement l’exploitation forestière dans les écosystèmes anciens et en péril; de financer la protection à long terme des écosystèmes anciens à titre de priorité du plan d’action climatique du Canada et de la réconciliation avec les peuples autochtones; d’appuyer des initiatives forestières à valeur ajoutée en partenariat avec les Premières Nations afin d’assurer la pérennité de l’industrie forestière du Canada et de veiller à ce qu’elle soit axée sur l’exploitation des forêts secondaires et tertiaires; et d’interdire l’exportation de grumes et d’optimiser l’utilisation des ressources pour les emplois locaux.
Les pétitionnaires demandent aussi au gouvernement d'interdire l’utilisation d’arbres entiers dans la production de biocarburant à partir de granule de bois, une pratique vraiment horrible qui va à l'encontre des mesures de lutte contre les changements climatiques.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-04 10:02 [p.7957]
Madam Speaker, I rise on a point of order.
I understand we are now applying the will of the full House to the operations of the work of a committee. This is unusual, and I understand we have the powers to do it, if it is placed before us as a motion of instruction.
What I just heard the hon. minister say does not appear to me to be a motion of instruction. I would like a ruling from the Chair to assist us to be sure the motion put before us is actually in a proper form—
J'invoque le Règlement, madame la Présidente.
D'après ce que je comprends, nous sommes en train d'exercer la volonté de la Chambre sur les travaux d'un comité. C'est inhabituel, mais je crois comprendre que nous avons l'autorité de le faire si nous sommes saisis d'une motion d'instruction.
Ce que la ministre vient de lire ne me semble pas être une motion d'instruction. J'aimerais que la présidence tranche à cet égard, afin de confirmer que la motion à l'étude est en bonne et due forme...
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-04 10:45 [p.7963]
Madam Speaker, I would like some guidance. I appreciate the assistance from colleagues.
I had made a point of order, which you rejected. My hand was up for the purpose of putting a question to the minister. I do not believe that the current motion before us is legitimate, by the way, but I am prepared to put questions to the minister, to ask why he is prepared now to put closure on a committee, a process we have not seen in several decades.
Do I ask a question of the minister now or speak to a point of order?
Madame la Présidente, j'aimerais avoir quelques éclaircissements. Je remercie mes collègues de leur aide.
J'ai fait un rappel au Règlement, mais vous l'avez rejeté. J'ai levé la main pour poser une question au ministre. Je mentionne en passant que j'estime que la motion dont nous sommes actuellement saisis est irrecevable, mais je suis prête à poser des questions au ministre afin qu'il m'explique pourquoi il est maintenant prêt à imposer la clôture à un comité, ce qui ne s'est pas vu depuis des décennies.
Puis-je poser une question au ministre maintenant, ou dois-je intervenir sur un rappel au Règlement?
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-04 11:03 [p.7966]
Madam Speaker, I rise this morning on a very sombre occasion. It is June 4, the first anniversary of the killing of a beautiful young mother and member of the community of the Nuu-chah-nulth. Chantel Moore was killed a year ago today. As I speak here, the hon. member for Fredericton is with Chantel Moore's mother at a memorial service in Fredericton.
It has been a year since Chantel Moore was killed. We know the name of her killer. He is a member of the Edmundston, New Brunswick police force. He killed her on the threshold of her home. She was shot five times. This was in the course of a wellness check.
I am wearing yellow. It was Chantel Moore's favourite colour. Her mother would like us to wear yellow for all of the indigenous people who have been shot, killed and injured by police forces across Canada.
Since Chantel's killing, two more members of the same indigenous nation have been shot by the RCMP. This must stop. Let us fight for Chantel Moore, her memory and the truth.
Madame la Présidente, je prends la parole ce matin pour souligner un événement d'une grande tristesse. Nous sommes le 4 juin, et c'est le premier anniversaire du meurtre d'une magnifique jeune mère et membre de la communauté des Nuu-chah-nulth. Chantel Moore a été tuée il y a un an aujourd'hui. En ce moment même, la députée de Fredericton accompagne la mère de Chantel Moore à un service commémoratif à Fredericton.
Cela fait un an que Chantel Moore a été tuée. Nous connaissons le nom de son tueur. Il s'agit d'un membre de la Force policière d'Edmundston, au Nouveau-Brunswick. Cet homme a tué Mme Moore sur le seuil de sa demeure. Elle a été abattue de cinq coups de feu. Cet événement s'est produit lors d'une vérification de l'état de santé.
Je porte du jaune. C'était la couleur préférée de Chantel Moore. Sa mère aimerait que nous portions du jaune pour tous les Autochtones qui ont été abattus, tués ou blessés par les forces policières au Canada.
Depuis le meurtre de Mme Moore, deux autres membres de la même communauté autochtone ont été abattus par la GRC. Il faut que cela cesse. Battons-nous pour Chantel Moore, sa mémoire et la vérité.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-03 10:16 [p.7862]
Mr. Speaker, it is my honour to present petition e-3256. It is signed by nearly 900 Canadians who are calling for the House of Commons to act and ensure action in the case of an unprecedented threat to the Okavango Delta region in Africa. This region is on the border of Namibia and Botswana.
A Canadian company based in Vancouver called ReconAfrica has permits to explore over six million acres for oil and gas. The petitioners note it is of particular important to the San people, the indigenous people of the region. It is a UNESCO world heritage site because of the extraordinary biodiversity found within the region, particularly on the Botswana side of the border.
The petitioners call for the House of Commons to ensure adequate funding to the new office of the Canadian Ombudsperson for Responsible Enterprise, to ensure a full investigation. There are many allegations of abuse for the people of the delta. The concern extends to the disruptive oil and gas activity, which includes potential fracking. The petition is urgent.
I would note for members as a side note, not in the petition, but the Canadian business pages of The Globe and Mail this weekend had a big exposé on this issue. This petition obviously predates that media coverage but this being an e-petition, it will be the one time that I am able to present it on behalf of the petitioners.
I hope the Speaker will accept that I have tried to summarize a much longer petition on a very urgent matter, so that we ensure that Canadian companies overseas do not violate the human rights of the San people, nor the extraordinary biodiversity of this region.
Monsieur le Président, c'est un honneur pour moi de présenter la pétition e-3256. Elle a été signée par près de 900 Canadiens qui demandent à la Chambre des Communes d'intervenir pour que des mesures soient prises face aux menaces sans précédent qui pèsent sur la région du delta de l'Okavango, en Afrique. Cette région se trouve à la frontière entre la Namibie et le Botswana.
Une entreprise canadienne de Vancouver, ReconAfrica, détient des permis d'exploration pétrolière et gazière sur un territoire de plus de 6 millions d'acres. Les pétitionnaires soulignent que ce territoire revêt une importance spéciale pour les San, le peuple autochtone de la région. Il s'agit également d'un site du patrimoine mondial de l'UNESCO en raison de l'extraordinaire biodiversité qu'on trouve dans la région, en particulier du côté botswanais de la frontière.
Les pétitionnaires prient la Chambre des communes d'affecter des fonds suffisants au nouveau bureau de l'ombudsman canadienne de la responsabilité des entreprises, afin qu’elle puisse mener une enquête complète. Il y a eu de nombreuses allégations concernant des abus à l'endroit des habitants de la région du delta. Les préoccupations sont notamment liées aux activités perturbatrices de l'industrie du pétrole et du gaz, comme l'éventuel recours à la fracturation. Il est urgent de donner suite à cette pétition.
Cela ne concerne pas la pétition comme telle, mais je souligne au passage qu'un article sur la question a été publié la fin de semaine dernière dans la section Affaires du Globe and Mail. Évidemment, la pétition a été lancée avant la publication de l'article en question, mais, comme il s'agit d'une pétition électronique, il s'agit de la seule occasion que j'aurai de la présenter au nom des pétitionnaires.
J'espère que le Président comprendra que j'ai dû résumer cette pétition, qui est beaucoup plus longue, concernant une situation très urgente, pour que nous puissions nous assurer que les entreprises canadiennes à l'étranger ne violent pas les droits de la personne des San et qu'elles ne nuisent pas à l'extraordinaire biodiversité de cette région.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-03 10:18 [p.7863]
Mr. Speaker, it is an honour to rise and present petition 432-01021. It is concerning all of our responsibility to address the climate crisis and to think about the generations to come.
Considering the last protected intact old-growth valley on Southern Vancouver Island, Fairy Creek, is slated for logging, along with the upper Walbran Valley and other remaining pockets of old growth, the undersigned citizens and residents of Canada call upon the government to work with the provinces and first nations to immediately halt logging of endangered old-growth ecosystems; fund the long-term protection of old-growth ecosystems as a priority for Canada's climate action plan and reconciliation with indigenous peoples; support value-added forestry initiatives in partnership with first nations to ensure Canada's forestry industry is sustainable, and based on the harvesting of second- and third-growth forests; ban the export of raw logs and maximize resource use for local jobs; and ban the use of whole trees for wood pellet biofuel production.
Monsieur le Président, c’est un honneur de prendre la parole pour présenter la pétition no 432-01021. Elle concerne notre responsabilité à tous de lutter contre la crise climatique et de penser aux générations futures.
Prenant en considération que Fairy Creek, la dernière vieille vallée intacte, mais non protégée du sud de l’île de Vancouver, fait l’objet d’un projet d’exploitation, tout comme la région supérieure de la vallée Walbran et d’autres enclaves de forêts anciennes restantes, les pétitionnaires prient le gouvernement du Canada de travailler de concert avec les provinces et les Premières Nations pour faire cesser immédiatement l’exploitation forestière dans les écosystèmes anciens et en péril; de financer la protection à long terme des écosystèmes anciens de façon prioritaire dans le cadre du plan d’action climatique du Canada et de la réconciliation avec les peuples autochtones; d’appuyer des initiatives forestières à valeur ajoutée en partenariat avec les Premières Nations afin d’assurer la pérennité de l’industrie forestière du Canada et de veiller à ce qu’elle soit axée sur l’exploitation des forêts secondaires et tertiaires; d’interdire l’exportation de grumes et d’optimiser l’utilisation des ressources pour les emplois locaux; d’interdire l’utilisation d’arbres entiers dans la production de biocarburant à partir de granules de bois.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-03 10:37 [p.7868]
Mr. Speaker, clearly this is an important supply day motion, and we will be voting for it, of course. This is completely consistent with what our party has been calling for as well.
The timing today is certainly momentous. We are on the anniversary date of the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls and only a few days out from the sixth anniversary of the tabling of the report from the Truth and Reconciliation Commission, so I thank my hon. colleague for bringing this forward.
I would put to my hon. colleague, if he would agree that, as my own MLA, who is the Green MLA for Saanich North and the Islands, Adam Olsen, said in the B.C. legislature, the reason we have not acted is that, in this country, as horrible as it is to recognize it, “some children matter less.”
I ask the hon. member if he agrees.
Monsieur le Président, c’est assurément une importante motion de l’opposition, et nous entendons bien sûr voter en sa faveur. Elle est tout à fait conforme à ce que notre parti réclame lui aussi.
Le moment est on ne peut plus opportun. C’est la date anniversaire de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, et, à quelques jours près, le sixième anniversaire de la présentation du rapport de la Commission de vérité et réconciliation. Je remercie donc mon collègue d’avoir présenté cette motion.
Si je puis me permettre, je voudrais répéter à mon collègue ce qu’a dit mon député provincial, le député vert de Saanich North and the Islands, Adam Olsen, à l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique, à savoir que, si nous n’avons rien fait, c’est parce qu’au Canada, aussi horrible que cela puisse paraître, « certains enfants comptent moins que les autres ».
J’aimerais savoir si le député est d’accord avec cette déclaration.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-03 11:27 [p.7875]
Mr. Speaker, the member mentioned that residential schools were designed, in large part, to erase indigenous cultures and I would argue they were also designed to erase indigenous peoples themselves. I point to Dr. Peter Bryce's infamous book, The Story of a National Crime. When I think about justice, I think about the fact that we have survivors who are still alive, and therefore there will be perpetrators who are also still alive.
What is the government doing to bring those people to justice?
Monsieur le Président, la députée a indiqué que les pensionnats avaient pour but, en grande partie, d’éradiquer les cultures autochtones. Je dirais même plus: ils visaient à éradiquer les peuples autochtones eux-mêmes. Prenons le célèbre livre du Dr Peter Bryce, The Story of a National Crime. Si je réfléchis à la justice, je pense aux survivants qui sont encore de ce monde et je me dis que leurs bourreaux sont aussi encore en vie.
Que fait le gouvernement pour traduire ces individus en justice?
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-03 12:58 [p.7888]
Madam Speaker, my hon. colleague and I are neighbours, so we share some of the territory that our ridings fall into for Lyackson and Stz'uminus. I have heard from constituents who are very upset and have been re-traumatized by this discovery, which was, of course, not surprising to those who have been listening all along.
I did a video for the Cowichan District Hospital in which I interviewed elders who talked about their treatment in residential schools and in the health care system. I would like to ask my hon. colleague if he could comment on the legacy of the Indian hospitals, which were also across this country, including in Nanaimo.
Madame la Présidente, mon collègue et moi sommes voisins, et nos circonscriptions respectives englobent une partie des territoires des Premières Nations de Lyackson et de Stz’uminus. Des citoyens m’ont dit être très bouleversés et traumatisés à nouveau par cette découverte, qui n’était bien sûr pas surprenante pour ceux qui étaient attentifs depuis toujours.
J’ai réalisé une vidéo pour l’hôpital du district de Cowichan dans laquelle j’ai interviewé des aînés qui ont parlé du sort qui leur était réservé dans les pensionnats et dans le système de soins de santé. J’aimerais demander à mon collègue s’il peut parler de l’héritage des hôpitaux indiens, qu’on trouvait aussi dans tout le pays, y compris à Nanaimo.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-03 13:58 [p.7896]
Madam Speaker, this government's so-called “climate accountability act” is climate action theatre. I have heard MPs say that this piece of legislation is better than nothing, patting themselves on the back for making meaningless changes.
The Canada Energy Regulator has reported that Canada will miss its Paris Agreement targets because of the oil and gas sector. Billions of taxpayer dollars continue to flow into the Trans Mountain pipeline expansion. Subsidies for fracking and fracked gas continue to increase.
Yesterday, to mark Environment Week, I put forward Motion No. 90 calling for a national ban on gas fracking in Canada. Fracking is a climate killer. Continuing to support and expand the fracked gas industry is incompatible with combatting climate change, protecting fresh water, maintaining a healthy environment and respecting indigenous sovereignty, rights and title.
Canada needs to stop engaging in climate action theatre and implement a national ban on fracking.
Madame la Présidente, la soi-disant « loi sur la responsabilité climatique » n'est rien d'autre qu'une parodie de lutte contre les changements climatiques. J'ai entendu des députés dire que ce projet de loi valait mieux que rien du tout, se pétant les bretelles pour leurs améliorations insignifiantes.
La Régie de l'énergie du Canada a indiqué que le Canada manquera ses cibles de l'Accord de Paris en raison de son secteur pétrolier et gazier. Des milliards de dollars provenant des poches des contribuables sont encore dirigés vers le projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain. De plus, les subventions pour les opérations de fracturation et le gaz extrait par fracturation continuent d'augmenter.
Hier, pour souligner la Semaine de l'environnement, j'ai présenté la motion no 90 qui réclame une interdiction nationale de la fracturation hydraulique au Canada. La fracturation hydraulique est catastrophique pour le climat. Continuer d'appuyer et d'élargir cette industrie va à l'encontre de la lutte aux changements climatiques, de la protection des eaux douces, de la préservation d'un environnement sain et du respect de la souveraineté, des droits et des titres des peuples autochtones.
Le Canada doit cesser de participer à cette parodie de lutte contre les changements climatiques. Il doit interdire le fractionnement hydraulique à l'échelle nationale.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-03 15:13 [p.7910]
Mr. Speaker, I rise on a point of order. Given the technical difficulties the hon. member for Vancouver Granville just experienced, I return to the point that we should have more time within question period for members with a status such as hers, whose voice is so important in this country. Perhaps we could add one slot to next Wednesday so she could ask her question again.
J'invoque le Règlement, monsieur le Président. Étant donné les difficultés techniques que la députée de Vancouver Granville vient d'éprouver, je répète que nous devrions accorder plus de temps durant la période des questions pour les députés comme elle, dont la voix est tellement importante au pays. Peut-être pourrions-nous ajouter une période mercredi prochain, afin qu'elle puisse poser sa question à nouveau.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-03 15:28 [p.7912]
Mr. Speaker, this is a moment filled with emotion for me, and I believe it is for you as well.
I have the honour of joining my colleagues in affirming that you are an extraordinary person.
I have worked with you on several issues, not just in your capacity as Deputy Speaker, but also as the MP for your riding. We worked together on several issues and matters, and I must say that you have an extraordinary record.
I am switching back to English to say that I am really impressed with your French. You know I try my best. As other colleagues have mentioned, when you are in the chair as Deputy Speaker, it is always a time when we have a steadier hand in choppy waters. I am not comparing you to other deputy speakers. They are all fantastic, but you will be missed. I will miss, very much, working with you. I will come visit in Simcoe North because you have a beautiful riding, and I love visiting.
Please, dear lord, bless you, Heather, and your family with the most wonderful of retirements. May you never regret for one minute that you stepped down from this place, and may you not be wishing that you could come back. You will be enjoying a retirement as full and as glorious as you uniquely deserve. Thank you.
Monsieur le Président, c'est un moment rempli d'émotion pour moi, et je pense que ce l'est pour vous aussi.
J'ai l'honneur de joindre ma voix à celle de mes collègues: vous êtes une personne extraordinaire.
J'ai travaillé avec vous sur plusieurs questions, non seulement en votre qualité de vice-président, mais aussi à titre de député de votre circonscription. Nous avons travaillé ensemble sur plusieurs enjeux et questions, et je dois dire que votre bilan est extraordinaire.
Je vais m'exprimer en anglais pour vous dire que je suis très impressionnée par votre français. Vous savez que je fais de mon mieux. Comme d'autres collègues l'ont dit, lorsque vous occupez le fauteuil, vous nous dirigez toujours d'une main ferme dans les eaux tumultueuses. Je ne vous compare pas avec les autres vice-présidents. Ils sont tous extraordinaires, mais vous nous manquerez. Travailler avec vous me manquera beaucoup. Je vous rendrai visite à Simcoe-Nord. Après tout, votre circonscription est magnifique et j'aime y aller.
Que le seigneur vous accorde ainsi qu'à Heather et à votre famille la plus merveilleuse des retraites. Que vous puissiez ne jamais regretter, ne serait-ce qu'une minute, d'avoir quitté vos fonctions à la Chambre et ne jamais souhaiter pouvoir y revenir. Vous profiterez d'une belle retraite complète comme vous le méritez bien. Merci.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-03 16:20 [p.7919]
Mr. Speaker, I would like to add my voice to the voices of those who are congratulating you today. You have always been very generous in allowing me time to speak, so thank you. I would also like to congratulate the hon. member for her dedication and commitment to these issues.
My good friend Bill Yoachim is the executive director of Kw'umut Lelun, which is the delegated aboriginal agency for child, family and community services on Vancouver Island. One thing he reminds me constantly is that the number one reason children are apprehended by the system is poverty and a lack of affordable, adequate housing.
The residential school system is a legacy we are dealing with, but having children in foster care is an outrageous legacy we are dealing with. It is a continuation of this system of apprehending children from their families. About 4.9% of children in this country are aboriginal, but 48% of children in care are aboriginal.
I would like the hon. member to comment on the continuation of this legacy of removing children from their families and their culture and what we should be doing about it.
Monsieur le Président, j’aimerais ajouter ma voix à celles de ceux qui vous félicitent aujourd’hui. Vous avez toujours été très généreux en me donnant du temps de parole, alors je vous remercie. Je tiens également à féliciter la députée pour son dévouement et son engagement à l’égard de ces questions.
Mon ami Bill Yoachim est le directeur général de Kw’umut Lelun, qui est l’agence autochtone déléguée pour les services à l’enfance, à la famille et à la communauté sur l’île de Vancouver. Il me rappelle constamment que la principale raison pour laquelle les enfants sont pris en charge par le système est la pauvreté et le manque de logements adéquats et abordables.
Le système des pensionnats autochtones est un héritage avec lequel nous devons composer, mais le fait de placer des enfants dans des foyers d’accueil est une coutume scandaleuse à laquelle nous devons nous attaquer. Le placement s'inscrit dans le maintien du système consistant à arracher les enfants à leur famille. Environ 4,9 % des enfants de ce pays sont autochtones, mais 48 % des enfants placés sont autochtones.
J’aimerais que la députée nous dise ce qu’elle pense du maintien de cette façon de faire qui consiste à retirer les enfants à leur famille et à leur culture et ce que nous devrions faire à ce sujet.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-03 16:51 [p.7923]
Mr. Speaker, one of the things I have brought up here is that this genocide that occurred with our residential school system carries on with children being apprehended and removed from their homes based on poverty and lack of affordable housing. There has been a call for indigenous housing designed by indigenous people that is culturally appropriate. In my riding, Tillicum Lelum and the Nanaimo Aboriginal Centre have both put forward proposals for housing and want to see more funding for culturally appropriate indigenous housing, to ensure that indigenous people who face poverty or inadequate housing do not have their children removed from them for those reasons.
Does the hon. member think that we should have a fourth leg to the national housing strategy for urban indigenous people designed by urban indigenous people?
Monsieur le Président, l'un des points que j'ai soulevés en Chambre veut que le génocide qui s'est produit dans le système des pensionnats se perpétue aujourd'hui avec des enfants appréhendés et retirés de leur domicile en raison de la pauvreté et du manque de logements abordables. On continue de demander des logements autochtones conçus par des Autochtones et adaptés à leur culture. Dans ma circonscription, Tillicum Lelum et le Nanaimo Aboriginal Centre ont tous les deux soumis des propositions de logements et souhaitent un financement accru du logement autochtone adapté à la culture de sorte que l'on ne retire pas leurs enfants aux Autochtones qui vivent dans la pauvreté ou dont le logement est inadéquat strictement pour ces raisons.
Est-ce que le député juge qu'il devrait y avoir un quatrième volet à la Stratégie nationale sur le logement qui porterait sur le logement des Autochtones en milieu urbain conçu par des Autochtones en milieu urbain?
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-03 17:24 [p.7928]
Mr. Speaker, I would like to thank the hon. member, my neighbour and colleague, for his very heartfelt speech. I hear him. I have adoptive family who went through the residential school system, and family friends who have dealt with the abuse. My father, who was a United Church minister, felt the guilt of the involvement of the church at the Alberni school and sat with Willie Blackwater through the Arthur Plint case.
We need to take these things seriously. I will support this motion and I recognize this is a genocide. I thank the member for his words and his commitment.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier le député, mon voisin et collègue, pour son discours très senti. J'ai des membres de ma famille d'adoption qui sont passés par le système des pensionnats ainsi que des amis de la famille qui ont subi des sévices. Mon père, qui était pasteur de l'Église unie, ressentait de la culpabilité par rapport à la participation de l'Église dans les activités du pensionnat d'Alberni et était assis avec Willie Blackwater pendant le procès d'Arthur Plint.
Nous devons prendre ces choses au sérieux. Je vais appuyer la motion, et j'admets qu'il s'agit d'un génocide. Je remercie le député pour ses paroles et son engagement.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-03 19:41 [p.7948]
Madam Speaker, it is important for me today to have the opportunity to speak to Bill C-8 from the unceded territory of the Wolastoqiyik.
What is a nation, and what does it mean to be a Canadian citizen? Bill C-8 is an act to amend the Citizenship Act. The bill would change the oath of citizenship for newcomers to Canada to include recognition and affirmation of the treaty rights of first nations, Inuit and Métis people.
As I have proudly mentioned many times in this House, before I joined federal politics I was a teacher. When I think about this bill and the oath of citizenship, I think about what it teaches us about who we are and who we want to be.
In my time at Fredericton High School as a cultural transition coordinator for indigenous youth, I helped to run a native education centre. My role was to ensure that students were welcomed, supported, empowered and that they had access to the materials and resources they needed for success, often a tall order in a large institution.
I had the pleasure of working closely with the English as a second language department for newcomer students, who were in the same wing. My goal was to facilitate learning about indigenous culture and heritage with my students, but also with the wider school population and staff. I would create bulletin boards with information; spotlight incredible indigenous leaders, actors, artists, language keepers; visit classes or host professional development seminars.
It was not long before the ESL department requested that I come in and speak with their students, who were very curious about my role. I noticed that the “welcome to Canada” curriculum that the ESL teachers had been given represented indigenous peoples with a totem pole, a teepee and an inukshuk. Beyond these superficial symbolic images, there was no substance, no discussion of rights, of the peace and friendship treaties in our territory, of the different Wabanaki nations on the east coast, no highlight of the 15 communities in New Brunswick, nine Mi’kmaq and six Wolastoqiyik.
We started to hold group potlucks with traditional foods, sometimes in our space and sometimes in theirs. Beyond the cultural exchange, I noticed the bonds that the youth were making with one another and I noticed the pride in being a part of Canada's mosaic. We are strengthened by our diversity and it was beautiful to witness an exercise in community building. These students had more in common than they first believed. Many were subjected to prejudice, discrimination and racism. I also noticed that newcomer students began to open up more about their homelands or refugee experiences. They identified with the history of colonialism they were learning and they were excited by the indigenous cultural resurgence happening in local nations because of the hope it offered.
It is a rare opportunity to connect our desire to welcome newcomers with honesty about the sovereignty of indigenous nations. This is important work that we are undertaking.
We cannot ignore the reason why we are here tonight. It is to discuss Bill C-8 and to expedite its passage into Canadian law. However, this urgency comes from the horrific discovery of the remains of 215 children at the former Kamloops residential school. It should not have taken this latest revelation of wrongdoing to prompt action. We have known the impact of residential schools in this country for decades, at least those of us who bothered to listen. The children have pushed the truth to the surface. No one can say they did not know. Newcomers to Canada will have to come to terms with these realizations as well, out of respect to the original inhabitants of this land, the ones who are still here and the ones who never came home.
The oath in call to action 94 is as follows:
I swear (or affirm) that I will be faithful and bear true allegiance to Her Majesty Queen Elizabeth II, Queen of Canada, Her Heirs and Successors, and that I will faithfully observe the laws of Canada including Treaties with Indigenous Peoples, and fulfill my duties as a Canadian citizen.
Upholding this oath requires a further in-depth conversation about colonialism, the British Crown and its role in the atrocities of residential schools and ongoing oppression, about monies and Crown lands held in trust by Her Majesty the Queen on behalf of indigenous peoples.
As for the faithful observation of laws in Canada, including treaties, we have much work to do. Canadians have very little understanding of our treaty relationship. This became painfully obvious during the Mi’kmaq fishery dispute.
While we stand here today to hopefully unanimously pass Bill C-8, implementing call to action 94 from the Truth and Reconciliation Commission, call to action 93 has been stalled since June 2018, when the federal government said changes to the information kit for newcomers were close to completion. Can we have an update on this? Can we have a status report on all calls to action? This is what the survivors, those who are descendants of settlers, and certainly newcomers need from the government.
The Liberal government has completed an average of only two TRC calls to action per year since 2015. At this rate, it will take until 2062 to complete all 94. My children will likely have their own children by then. These are steps in the right direction, but I would like to share the reflections of a person from my riding.
This is what they said: “I'm hopeful that people will finally read the recommendations. Maybe finding more human bodies will wake people up to the notion that each of these recommendations addresses a specific concern. The onus should be on our government to explain why they are not adopting specific recommendations versus our current system of applauding them when they pick and choose off the list like it is.”
I appreciate this wisdom. The calls to action represent a package of reforms that create a road map for reconciliation. We must walk that road step by step, recommendation by recommendation. Rather than applause for hand-selecting the 11th and 12th recommendations to enshrine over a six-year period, we need to be seeing status reports on the implementation, demanding more accountability from the government when it falls short, when we all fall short.
I would like to read recommendations 71 to 76 today, as they relate so directly to the lost children in Kamloops and those across the nation who remain invisible. Under “Missing Children and Burial Information”, the calls to action are as follows:
71. We call upon all chief coroners and provincial vital statistics agencies that have not provided to the Truth and Reconciliation Commission of Canada their records on the deaths of Aboriginal children in the care of residential school authorities to make these documents available to the National Centre for Truth and Reconciliation.
72. We call upon the federal government to allocate sufficient resources to the National Centre for Truth and Reconciliation to allow it to develop and maintain the National Residential School Student Death Register established by the Truth and Reconciliation Commission of Canada.
73. We call upon the federal government to work with churches, Aboriginal communities, and former residential school students to establish and maintain an online registry of residential school cemeteries, including, where possible, plot maps showing the location of deceased residential school children.
74. We call upon the federal government to work with the churches and Aboriginal community leaders to inform the families of children who died at residential schools of the child’s burial location, and to respond to families’ wishes for appropriate commemoration ceremonies and markers, and reburial in home communities where requested.
75. We call upon the federal government to work with provincial, territorial, and municipal governments, churches, Aboriginal communities, former residential school students, and current landowners to develop and implement strategies and procedures for the ongoing identification, documentation, maintenance, commemoration, and protection of residential school cemeteries or other sites at which residential school children were buried. This is to include the provision of appropriate memorial ceremonies and commemorative markers to honour the deceased children.
76. We call upon the parties engaged in the work of documenting, maintaining, commemorating, and protecting residential school cemeteries to adopt strategies in accordance with the following principles:
i. The Aboriginal community most affected shall lead the development of such strategies.
ii. Information shall be sought from residential school Survivors and other Knowledge Keepers in the development of such strategies.
iii. Aboriginal protocols shall be respected before any potentially invasive technical inspection and investigation of a cemetery site.
We also need to provide the space to grieve. There was a collective sadness being felt across this country. This is the truth that comes before the reconciliation. We had to come to this point of reckoning to wake up those who were still sleeping. Now that we know, we cannot unknow. Enshrining acknowledgement of indigenous peoples into the newcomer citizenship oath asks us to never forget.
I support Bill C-8 and ask my colleagues in the Senate to agree. Let us get this done.
Madame la Présidente, c'est important pour moi d'avoir l'occasion de prendre la parole au sujet du projet de loi C-8 depuis le territoire non cédé des Wolastoqiyik.
Qu'est-ce qu'une nation et que signifie être citoyen canadien? Le projet de loi C-8 est une loi modifiant la Loi sur la citoyenneté. Il modifierait le serment de citoyenneté prononcé par les nouveaux arrivants au Canada afin d'inclure une reconnaissance et une affirmation des droits issus des traités des Premières Nations, des Métis et des Inuits.
Comme je l'ai souvent mentionné avec fierté à la Chambre, avant de me lancer en politique fédérale, j'étais enseignante. Quand je pense à ce projet de loi et au serment de citoyenneté, je pense à ce qu'ils nous enseignent au sujet de ce que nous sommes et de ce que nous voulons être.
À l'époque où j'étais coordonnatrice à la transition culturelle auprès des jeunes Autochtones à l'école secondaire de Fredericton, je contribuais à l'administration d'un centre éducatif autochtone. Mon rôle était de m'assurer que les élèves étaient bien accueillis et qu'on leur donnait le soutien, les outils, le matériel et les ressources dont ils avaient besoin pour réussir, ce qui n'est pas toujours évident dans un établissement de grande taille.
J'ai eu le plaisir de travailler en étroite collaboration avec le département d'anglais langue seconde pour aider les étudiants nouvellement arrivés, qui se trouvaient dans la même aile. Mon objectif était de faciliter l'apprentissage de la culture et du patrimoine autochtones chez mes étudiants ainsi que chez le reste des étudiants et l'ensemble du personnel. Je créais des babillards sur lesquels j'affichais de l'information et j'attirais l'attention sur des dirigeants, des acteurs, des artistes et des gardiens des langues autochtones exceptionnels. J'allais aussi dans des classes et j'organisais des colloques de perfectionnement professionnel.
Il n'a pas fallu longtemps pour que les enseignants du département d'anglais langue seconde me demandent de venir parler à leurs étudiants, qui étaient très curieux de connaître mon rôle. J'ai remarqué que le programme « Bienvenue au Canada » que les professeurs d'anglais langue seconde avaient reçu représentait les peuples autochtones par un totem, un tipi et un inukshuk. Mis à part ces images symboliques superficielles, il n'y avait aucune substance, aucune discussion sur les droits, les traités de paix et d'amitié sur notre territoire et les différentes nations abénaquises sur la côte Est ni aucune mention des 15 communautés du Nouveau-Brunswick, soit neuf communautés micmaques et six communautés wolastoqiyik.
Nous avons commencé à organiser, parfois chez eux, parfois chez nous, des repas-partage où les mets traditionnels étaient à l'honneur. Au-delà de l'échange culturel, j'ai remarqué que les jeunes créaient des liens entre eux et qu'ils éprouvaient de la fierté à faire partie de la mosaïque canadienne. Notre diversité nous rendait plus forts, et il était beau d'être témoins du développement d'un sentiment d'appartenance à la communauté. Ces élèves avaient plus en commun que ce qu'ils croyaient au départ. Bon nombre faisaient l'objet de préjugés, de discrimination et de racisme. Je me suis également aperçue que les nouveaux arrivants commençaient à s'ouvrir davantage et à parler de leur pays d'origine et de leur expérience en tant que réfugiés. Ils s'identifiaient à l'histoire de colonialisme qu'ils découvraient et ils étaient emballés par la résurgence culturelle autochtone qui avait cours dans les nations de la région, en raison de l'espoir qu'elle suscitait.
Il s'agit d'une rare occasion de pouvoir combiner notre désir d'accueillir les nouveaux arrivants et celui de reconnaître franchement la souveraineté des nations autochtones. C'est un travail important que nous entreprenons.
Nous ne pouvons pas passer sous silence la raison pour laquelle nous sommes ici ce soir. C'est pour discuter du projet de loi C-8 et faire en sorte qu'il soit rapidement intégré à la législation canadienne. Toutefois, ce sentiment d'urgence provient de la découverte horrible des restes de 215 enfants à l'ancien pensionnat de Kamloops. Il n'aurait pas fallu attendre la révélation récente de ces actes répréhensibles pour agir rapidement. Nous connaissons les répercussions qu'ont eues les pensionnats dans ce pays depuis des décennies, du moins, ceux qui ont pris la peine d'écouter les connaissent. Les enfants ont mis au jour la vérité. Personne ne peut dire qu'il n'était pas au courant. Les nouveaux arrivants au Canada devront aussi faire face à cette réalité, par respect pour les premiers habitants de ce pays, ceux qui sont encore là et ceux qui ne sont jamais rentrés chez eux.
Dans l'appel à l'action no 94, le serment se lit comme suit:
Je jure (ou affirme solennellement) que je serai fidèle et porterai sincère allégeance à Sa Majesté la [r]eine Elizabeth Deux, [r]eine du Canada, à ses héritiers et successeurs, que j'observerai fidèlement les lois du Canada, y compris les traités conclus avec les peuples autochtones, et que je remplirai loyalement mes obligations de citoyen canadien.
Le respect de ce serment nécessite une discussion approfondie sur le colonialisme, la Couronne britannique, le rôle de celle-ci dans les atrocités commises dans les pensionnats, l'oppression constante, ainsi que les sommes et les terres de la Couronne placées en fiducie par Sa Majesté la reine au nom des peuples autochtones.
Pour ce qui est d'observer fidèlement les lois du Canada, y compris les traités, il y a encore beaucoup à faire. Les Canadiens ne comprennent pas vraiment les relations découlant des traités, comme on l'a tristement constaté pendant le conflit sur la pêche des Micmacs.
Alors que nous nous apprêtons, je l'espère, à adopter à l'unanimité le projet de loi C-8, qui met en œuvre l'appel à l'action no 94 de la Commission de vérité et réconciliation, l'appel à l'action no 93 stagne depuis juin 2018, donc depuis le moment où le gouvernement fédéral a affirmé que la nouvelle version des trousses d'information à l'intention des nouveaux arrivants était presque prête. Pourrions-nous savoir ce qu'il advient de ce document? Pourrions-nous savoir où en est la mise en œuvre des appels à l'action? Les survivants, les descendants de colons et les nouveaux arrivants ont besoin que le gouvernement leur fournisse ces renseignements.
Le gouvernement libéral a concrétisé, en moyenne, seulement deux appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation par année depuis 2015. À ce rythme-là, il faudra attendre jusqu'en 2062 pour qu'on ait donné suite aux 94 appels à l'action. Mes enfants auront probablement eux-mêmes des enfants à ce moment-là. On fait des pas dans la bonne direction, c'est vrai. J'aimerais toutefois présenter les réflexions d'une personne de ma circonscription.
Voici ce qu'on a dit: « J'espère que les gens liront enfin les recommandations. Le fait qu'on ait trouvé d'autres corps humains amènera peut-être les gens à se rendre compte que chacune de ces recommandations porte sur un problème particulier. Ce devrait être au gouvernement d'expliquer pourquoi il n'adopte pas certaines recommandations et non à nous de féliciter le gouvernement d'avoir choisi les recommandations qu'il est prêt à mettre en œuvre, comme c'est le cas en ce moment. »
J'aime bien ces sages paroles. Les appels à l'action sont un ensemble de réformes qui tracent la voie vers la réconciliation. Nous devons franchir chacune de ces étapes, mettre en œuvre chacune de ces recommandations. Au lieu de féliciter le gouvernement d'avoir choisi la 11e et la 12e des recommandations qu'il a décidé de mettre en œuvre sur une période de six ans, nous devons voir des rapports d'étape sur la mise en œuvre et exiger plus de reddition de comptes lorsque les efforts du gouvernement et nos efforts à tous ne suffisent pas.
J'aimerais lire aujourd'hui les recommandations nos 71 à 76, puisqu'elles sont directement liées aux enfants disparus de Kamloops et à ceux qui restent invisibles partout au pays. Les appels à l'action sous la rubrique « Enfants disparus et renseignements sur l'inhumation » se lisent ainsi:
71. Nous demandons à tous les coroners en chef et les bureaux de l’état civil de chaque province et territoire qui n’ont pas fourni à la Commission de vérité et réconciliation leurs dossiers sur le décès d’enfants autochtones dont les autorités des pensionnats avaient la garde de mettre ces documents à la disposition du Centre national pour la vérité et réconciliation.
72. Nous demandons au gouvernement fédéral de mettre suffisamment de ressources à la disposition du Centre national pour la vérité et réconciliation pour lui permettre de tenir à jour le registre national de décès des élèves de pensionnats établi par la Commission de vérité et réconciliation du Canada.
73. Nous demandons au gouvernement fédéral de travailler de concert avec l’Église, les collectivités autochtones et les anciens élèves des pensionnats afin d’établir et de tenir à jour un registre en ligne des cimetières de ces pensionnats, et, dans la mesure du possible, de tracer des cartes montrant l’emplacement où reposent les élèves décédés.
74. Nous demandons au gouvernement fédéral de travailler avec l’Église et les dirigeants communautaires autochtones pour informer les familles des enfants qui sont décédés dans les pensionnats du lieu de sépulture de ces enfants, pour répondre au souhait de ces familles de tenir des cérémonies et des événements commémoratifs appropriés et pour procéder, sur demande, à la réinhumation des enfants dans leurs collectivités d’origine.
75. Nous demandons au gouvernement fédéral de collaborer avec les gouvernements provinciaux et territoriaux de même qu’avec les administrations municipales, l’Église, les collectivités autochtones, les anciens élèves des pensionnats et les propriétaires fonciers actuels pour élaborer et mettre en œuvre des stratégies et des procédures qui permettront de repérer, de documenter, d’entretenir, de commémorer et de protéger les cimetières des pensionnats ou d’autres sites où des enfants qui fréquentaient ces pensionnats ont été inhumés. Le tout doit englober la tenue de cérémonies et d’événements commémoratifs appropriés pour honorer la mémoire des enfants décédés.
76. Nous demandons aux parties concernées par le travail de documentation, d’entretien, de commémoration, et de protection des cimetières des pensionnats d’adopter des stratégies en conformité avec les principes suivants:
i. la collectivité autochtone la plus touchée doit diriger l’élaboration de ces stratégies;
ii. de l’information doit être demandée aux survivants des pensionnats et aux autres détenteurs de connaissances dans le cadre de l’élaboration de ces stratégies;
iii. les protocoles autochtones doivent être respectés avant que toute inspection technique ou enquête potentiellement envahissante puisse être effectuée sur les lieux d’un cimetière.
Il faut aussi fournir un espace pour pleurer. Une tristesse collective a été ressentie partout au pays. C'est la vérité qui vient avant la réconciliation. Il fallait en arriver là pour réveiller ceux qui dormaient encore. Maintenant que nous savons, nous ne pouvons pas faire semblant de ne pas savoir. Le fait d'incorporer la reconnaissance des peuples autochtones dans le serment de citoyenneté des nouveaux arrivants nous dicte de ne jamais l'oublier.
J'appuie le projet de loi C-8 et je demande aux sénateurs d'en faire autant. Agissons comme il se doit.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-03 19:50 [p.7950]
Madam Speaker, I thank my hon. colleague for his recognition of the tough balance between work and life sometimes. My two children are with me in the office tonight. My oldest is in grade 3 and the revelation hit him pretty hard. It hit his classmates and community members hard too. Oromocto First Nation is where he is a band member. Members put children's shoes in the shape of a heart and lit it up at night. It is difficult to drive by, and it is difficult to have those conversations with our children.
My son has had an introduction to residential schools before, because his mom is very passionate about having him be proud of his heritage and having him learn the difficult road that his ancestors had to take. This is very much a sensitive issue for me. It hits close to home, and I do all I can to have these tough conversations. There are storybooks we can read that are appropriate for children, and if anyone would like to reach out, I have lots of recommendations that I can pass on.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de souligner à quel point il est parfois difficile de trouver un juste équilibre entre le travail et la vie personnelle. Mes deux enfants sont au bureau avec moi ce soir. Mon plus vieux est en troisième année, et la nouvelle l'a vraiment secoué, tout comme ses condisciples et les membres de la communauté. Il est membre de la Première Nation d'Oromocto. Les membres ont formé un cœur avec des chaussures d'enfants qui est illuminé la nuit. Il est difficile de passer à côté de cette installation en voiture, difficile d'avoir ces conversations avec nos enfants.
Mon fils avait déjà entendu parler des pensionnats autochtones, parce que sa mère tient vivement à ce qu'il soit fier de sa culture et qu'il sache à quel point ses ancêtres ont connu une vie difficile. C'est une question extrêmement sensible pour moi. Je suis ébranlée, et je fais ce que je peux pour tenir ces conversations difficiles. Il y a des livres d'histoire que l'on peut lire et qui conviennent aux enfants. Si quelqu'un souhaite communiquer avec moi, je peux faire des recommandations de lecture.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-03 19:52 [p.7950]
Madam Speaker, yes, my son is adorable.
I respect the nation of Quebec. I respect the sovereignty and its individualized culture, and it is important to add that to the conversation as well. This is about respecting everyone's background, heritage and culture and coming to Canada and building a nation where we truly all belong, where we feel included and represented. I am very open to working with Bloc members to assure there are amendments they are comfortable with.
Madame la Présidente, il est vrai que mon fils est adorable.
Je respecte la nation québécoise. Je respecte sa souveraineté et sa culture distincte, et il est important d'inclure ces questions dans les discussions. Il s'agit de respecter l'histoire, le patrimoine et la culture de tous et d'accueillir des immigrants au Canada pour bâtir une nation où nous aurons tous un véritable sentiment d'appartenance, où nous nous sentirons inclus et représentés. Je suis tout à fait disposée à travailler avec les députés du Bloc pour arriver à des amendements qui leur conviennent.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-03 19:54 [p.7950]
Madam Speaker, I was a bit more cynical about those calls to action, but the more I thought about it, the more I think it is so important to enshrine up front when that important learning is happening about coming to a new country, coming to Canada and what that means. To talk about the original inhabitants right out of the gate leads to what could be a future of reconciliation for all. It is an important step. I do not think we can trivialize it. Bill C-8 is important and I am proud to support it.
Madame la Présidente, j'avais considéré ces appels à l'action avec un peu plus de cynisme, mais plus j'y ai réfléchi, plus je me suis rendu compte de l'importance d'inculquer cet apprentissage crucial dès le départ, dès l'arrivée dans un nouveau pays, au Canada, et d'expliquer ce que cela signifie. Le fait de parler des premiers habitants au tout début du processus ouvre la voie à ce qui pourrait être un avenir de réconciliation pour tous. C'est une étape importante que nous ne pouvons pas banaliser, selon moi. Le projet de loi C-8 est important, et je suis fière de l'appuyer.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-03 20:16 [p.7954]
Madam Speaker, it is an honour to rise virtually tonight in adjournment proceedings to address a question I initially asked on April 15 of this year.
People who have been paying close attention to the climate agenda and our rapidly shrinking opportunity to make the difference that we need to make, as time passes and our emissions are still rising, will recall the April 22 climate summit hosted by President Joe Biden, held virtually with leaders from 40 countries.
On April 15, first I noted that our emissions kept rising right up until COVID, with recently announced reports to that effect. My second point was that a report from a news outlet called The Breach said a special cabinet committee had formed during COVID with representation of senior levels of government from natural resources, finance, environment and elsewhere that was actually focused on helping the oil and gas sector. My third point was that our subsidies continued to go up.
The minister's response was that we would see a new target soon. I return to the fundamental question on the not-so-new target now. Since 2015, the Liberal government has proclaimed that Canada is back and clearly understands that the climate issue is real. Has it actually grasped the science? This is my core question.
I will say again that as well-intentioned as the government might be, it does not seem to understand that we must hold to no more than a 1.5°C global average temperature increase above the global average temperature at the time of the Industrial Revolution. Blowing past this target by failing to put in place rigorous targets now will lead us to a place where we do not get a do-over. We cannot fix it later.
From the Intergovernmental Panel on Climate Change and its special report on 1.5°C, which came out in October 2018, we know that if the world community does not move mountains in this coming decade, it will be too late.
In his book Values, Mark Carney said that understanding carbon budgets is very important. On page 273, he said:
If we had started in the year 2000, we could have hit 1.5°C by halving emissions every 30 years. Now, we must cut our emissions in half every 10 years. If we wait another four years, we will have to halve our emissions every single year. If we wait another eight years, our 1.5°C carbon budget will be exhausted.
The Prime Minister attended the Biden summit. He announced a new target and proclaimed that it was ambitious. It is not. It does not meet the demands of science, and neither does Bill C-12, which we are currently debating in the environment committee. They have good intentions, great press coverage and good public relations, but they fail to do what is necessary.
Years ago, I marched with my daughter in the streets of New York in the lead-up to the COP before the Paris agreement. I saw a sign as we marched that said, “It's time to stop debating what is possible and start doing what is necessary”.
We have to cancel the TMX pipeline. We cannot afford $17 billion on a pipeline that blows our carbon budget. The choices are stark. The government is failing.
Madame la Présidente, je suis honorée de prendre la parole par vidéoconférence ce soir dans le cadre du débat d'ajournement au sujet d'une question que j'ai initialement posée le 15 avril dernier.
Les personnes qui suivent de près le dossier des changements climatiques et qui voient nos occasions de prendre les mesures qui s'imposent s'amenuiser rapidement, alors que le temps passe et que nos émissions continuent d'augmenter, se souviendront du sommet sur le climat du président Joe Biden, lequel s'est déroulé par vidéoconférence le 22 avril dernier et auquel ont participé des dirigeants d'une quarantaine de pays.
Le 15 avril, j'ai d'abord fait remarquer que, selon des rapports récents, nos émissions augmentaient toujours au moment où la pandémie de COVID-19 a frappé. J'ai ensuite signalé qu'un rapport d'un organe de presse appelé The Breach nous a appris que, pendant la pandémie de COVID-19, le Cabinet avait formé un comité spécial regroupant de hauts fonctionnaires du ministère des Ressources naturelles, du ministère des Finances, du ministère de l'Environnement et d'autres ministères dans le but d'aider le secteur pétrolier et gazier. Enfin, j'ai souligné que nos subventions aux combustibles fossiles continuaient d'augmenter.
La réponse du ministre était que le Canada présenterait sous peu une nouvelle cible de lutte contre les changements climatiques. Je reviens à la question fondamentale concernant la nouvelle cible, qui n'est maintenant plus si nouvelle que cela. Depuis 2015, le gouvernement libéral proclame que le Canada est de retour et comprend nettement que les changements climatiques constituent un problème réel. A-t-il véritablement saisi les preuves scientifiques? C'est ma principale question.
Je répète que, même si le gouvernement a de bonnes intentions, il ne semble pas comprendre que nous devons nous en tenir à une hausse planétaire moyenne d'au plus 1,5 degré Celsius par rapport à la température planétaire moyenne de l'époque de la révolution industrielle. Si nous dépassons cette limite parce que nous refusons de mettre en place des cibles rigoureuses, il sera trop tard. Nous ne pourrons plus faire marche arrière pour remédier à la situation.
Grâce au Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat et à son rapport spécial sur le réchauffement planétaire de 1,5 degré Celsius, publié en octobre 2018, nous savons que, si la communauté mondiale ne déplace pas des montagnes au cours des dix prochaines années, il sera trop tard.
Dans son livre intitulé Values, Mark Carney explique l'importance de comprendre les budgets carbone. À la page 273, il écrit ceci:
Si nous avions commencé en l'an 2000, nous aurions pu atteindre la cible de 1,5°C en réduisant nos émissions de moitié tous les 30 ans. Aujourd'hui, nous devons réduire nos émissions de moitié tous les 10 ans. Si nous attendons encore quatre ans, nous devrons réduire nos émissions de moitié tous les ans. Si nous attendons encore huit ans, notre budget carbone de 1,5°C sera épuisé.
Le premier ministre a assisté au sommet de Biden. Il a annoncé une nouvelle cible et a proclamé qu'elle était ambitieuse. Elle ne l'est pas. Elle ne répond pas aux exigences de la science, pas plus que le projet de loi C-12, dont le comité de l'environnement débat actuellement. Ils ont de bonnes intentions, une excellente couverture médiatique et de bonnes relations publiques, mais ils ne font pas le nécessaire.
Il y a quelques années, j'ai défilé avec ma fille dans les rues de New York à l'approche de la COP, avant l'Accord de Paris. Alors que nous marchions, j'ai vu une pancarte qui disait qu'il est temps d'arrêter de débattre de ce qui est possible et de commencer à faire ce qui est nécessaire.
Nous devons annuler le projet de pipeline Trans Mountain. Nous ne pouvons pas nous permettre de dépenser 17 milliards de dollars pour un pipeline qui fait exploser notre budget carbone. Les choix sont clairs. Le gouvernement manque à ses obligations.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-03 20:23 [p.7955]
Madam Speaker, I thank my hon. friend, the parliamentary secretary, but her history is wrong. What always amazes me is the history the hon. member mentions. The strongest climate plan in Canadian history is not the one we have now; it is the one we had under Paul Martin in 2005. It would have gotten us to a Kyoto target well below 1990 levels. We are now 21% above 1990 levels.
Now when we look at what we need to do, we are behind the eight ball. We have the worst record in the G7. We have the weakest climate target. Even after the Prime Minister improved it, it is still the weakest climate target in the industrialized world.
When we look at what we need to do to hold to 1.5°C to meet our Paris target, it is not about doing better or doing more; it is about getting it right. It is not going to be easy. It will take a whole-of-government approach. It requires us to take on the climate challenge as the fight of our generation, as it truly is. All of government must mobilize, and that is where we are failing.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue la secrétaire parlementaire, mais sa perspective historique est inexacte. Je suis toujours étonnée d'entendre l'affirmation qu'elle a faite. Le plan de lutte contre les changements climatiques le plus rigoureux de l'histoire du Canada n'est pas le plan actuel: c'est celui qui était en place en 2005, à l'époque du gouvernement de Paul Martin. Ce plan nous aurait permis de revenir à des niveaux considérablement plus bas que ceux de 1990, conformément à la cible de Kyoto. Par comparaison, nous sommes actuellement à 21 % au-dessus des niveaux de 1990.
Nous examinons ce qu'il faudrait faire maintenant, mais nous sommes dans une situation impossible. Nous avons le pire bilan parmi tous les pays du G7. Notre cible est la plus faible. Même si le premier ministre l'a améliorée, cette cible en matière de lutte contre les changements climatiques est la plus faible du monde industrialisé.
Quand on examine les façons de limiter la hausse de la température à 1,5 °C pour atteindre notre objectif en vertu de l'Accord de Paris, la clé n'est pas de faire mieux ou de faire plus, mais de faire les choses correctement. Ça ne sera pas facile. Il faudra une approche pangouvernementale. Nous devons traiter les changements climatiques comme le combat de notre génération, ce qui les décrit parfaitement. Il faut absolument que l'ensemble du gouvernement se mobilise. Voilà pourquoi nous n'y arrivons pas.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-02 18:53 [p.7857]
Madam Speaker, today I am highlighting the question I asked on March 25 about the federal government's position regarding the Black civil servants lawsuits where claimants have courageously come forward to expose the wrongdoing and systemic discrimination they face throughout their careers.
In the weeks since I asked that question, we have learned that over the years some public servants were offered money to keep quiet and withdraw racial discrimination complaints. It is never easy to confront racism. It should be uncomfortable. We cannot ask people to push aside their injustice, to sweep things under the rug. This is gaslighting. We cannot ask them to be silent and we cannot be complicit with our own silence.
My goal tonight is not to place blame and to wag my finger, rather it is to better understand exactly what the government is doing to fight systemic racism. I wish to be a partner in this work. I wish to highlight the incredible voices from my riding and from the Maritimes that are changing the conversation and driving real actions in my home community.
We are now coming to a sudden realization that Canada has a problem with racism. People of colour, Black and indigenous peoples have been telling us for so long that our society, our institutions, our collective behaviours and biases continue to cause harm, even kill.
So far, the performative gestures from the government are accomplishing nothing. In just the last few weeks, I read the following headline: “RCMP is losing Indigenous officers—and some former Mounties blame racism in the ranks”.
The Nova Scotia government balked at paying for extra RCMP during the fisheries conflict where Mi'kmaq fishers were attacked, their possessions set on fire and their catches destroyed. The army strategies to promote diversity and inclusion were ineffective. Temporary migrant workers working in fields across the country helping to ensure our food sovereignty are working in unsanitary and dangerous conditions, living in overcrowded rooms, some sleeping on the floor.
Symbolism does not target the root cause of the problem. Canada must institute specific reparations and strategic actions with measurable outcomes. I know that my colleague will point to the implementation of the Anti-Racism Secretariat and I am thankful for that division and I am fully in appreciation for the minister and her commitment. However, this would be the time to let Canadians know about the concrete work being undertaken to dismantle systems of oppression. I would argue that there should be a full ministerial department dedicated to the mission of anti-racism.
Many Canadians do not even have a basic understanding of what racism is, how it operates, what gives it power. Some still debate its existence and shy away from comparison with our neighbours to the south. Our children must learn the critical thinking skills to ask tough questions, challenge narratives and deconstruct the lies that support white supremacy.
We are told that change is slow, that these things take time. As a suggestion, if I may, perhaps we could listen to the Black voices showing us the way right here, right now. The class-action lawsuit seeks long-term solutions to permanently address systemic racism and discrimination in the Public Service of Canada, which would undoubtedly create ripple effects across the communities. Damages include the wrongful failure to promote, intentional infliction of mental suffering, constructive dismissal, wrongful termination, negligence and in particular, violations of employment law, human rights law and charter breaches.
In the fulfillment of the goal of workplace equality, Canada has failed to correct the conditions of disadvantage and employment experienced by Black Canadians. Will the Anti-Racism Secretariat commit to addressing specific wrongs?
Madame la Présidente, je veux revenir aujourd'hui sur la question que j'ai posée le 25 mars. Elle concernait la position du gouvernement fédéral sur les poursuites intentées par des fonctionnaires noirs qui se sont courageusement manifestés pour dénoncer les actes répréhensibles et la discrimination systémique dont ils sont victimes depuis le début de leur carrière.
Au cours des semaines qui se sont écoulées depuis, nous avons appris que, au fil des ans, certains fonctionnaires se sont fait proposer de l'argent en échange de leur silence et du retrait de plaintes de discrimination raciale. Il n'est jamais facile de dénoncer le racisme. Cela devrait être inconfortable. Nous ne pouvons pas demander aux gens d'ignorer les injustices qu'ils ont subies et de dissimuler leurs problèmes. C'est du détournement cognitif. Nous ne pouvons pas demander aux gens de garder le silence, et nous devons éviter d'avoir un silence complice.
Mon but ce soir n'est pas de jeter le blâme sur d'autres ou de les pointer du doigt. Je souhaite plutôt mieux comprendre ce que le gouvernement fait exactement pour combattre le racisme systémique. Je veux l'aider dans ses démarches. Je désire attirer l'attention sur les incroyables personnes dans ma circonscription et dans les Maritimes qui changent la donne et qui inspirent la prise de mesures concrètes dans ma collectivité.
Nous nous rendons soudainement compte que le Canada a un problème de racisme. Pourtant, cela fait bien longtemps que les gens de couleur, les Noirs et les Autochtones nous disent que notre société, nos institutions, nos comportements collectifs et nos préjugés leur causent continuellement du tort, et parfois même leur mort.
Les gestes symboliques que le gouvernement a posés n'ont rien donné jusqu'à maintenant. Un grand titre que j'ai vu dans les dernières semaines disait d'ailleurs ceci: « Des agents autochtones quittent la GRC — d'anciens agents dénoncent le racisme qui sévit dans les rangs. »
Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse rechignait à l'idée de payer davantage d'agents de la GRC pendant le conflit sur les pêches, alors que des pêcheurs micmacs avaient subi des assauts et vu leurs biens incendiés et leurs prises détruites. Les stratégies adoptées par l'armée pour promouvoir la diversité et l'inclusion n'ont pas porté de fruit. Les travailleurs étrangers temporaires — qui travaillent dans des champs d'un bout à l'autre du pays et contribuent à assurer la souveraineté alimentaire du Canada — œuvrent dans des conditions dangereuses et insalubres et vivent dans des pièces surpeuplées. Certains d'entre eux couchent sur le plancher.
Les gestes symboliques ne règlent pas les causes profondes du problème. Le Canada doit poser des gestes spécifiques et stratégiques pour réparer les torts causés, et il doit avoir des objectifs mesurables. Je suis certaine que notre collègue mentionnera la mise en place du Secrétariat de lutte contre le racisme. Je me réjouis de la création de ce secteur et j'apprécie la ministre et son engagement. Cela dit, il serait grand temps de parler aux Canadiens des démarches concrètes entreprises pour démanteler les systèmes d'oppression. Je soutiens qu'il devrait y avoir un ministère entier dédié à la lutte contre le racisme.
De nombreux Canadiens n'ont aucune notion de ce qu'est le racisme, de son fonctionnement et de ce qui lui donne du pouvoir. Certains doutent encore de son existence et hésitent à faire des comparaisons avec nos voisins du Sud. Nos enfants doivent apprendre la pensée critique pour poser des questions difficiles, pour remettre en question les discours et pour déconstruire les mensonges qui soutiennent la suprématie blanche.
On nous dit que le changement se produit lentement et que les choses prennent du temps. Je pourrais peut-être nous suggérer d'écouter les Noirs, qui nous montrent la voie à suivre en ce moment. Le recours collectif vise des solutions à long terme pour remédier définitivement au racisme et à la discrimination systémiques au sein de la fonction publique canadienne, ce qui aurait à coup sûr un effet d'entraînement dans l'ensemble des collectivités. Parmi les dommages cités, on retrouve le refus injustifié de promotion, l'infliction intentionnelle de souffrances psychologiques, le congédiement déguisé, le licenciement injustifié et la négligence, ainsi que la violation du droit du travail, des droits de la personne et de la Charte.
En cherchant à instaurer l'égalité en milieu de travail, le Canada a omis d'éliminer les désavantages subis dans le domaine de l'emploi par les Canadiens noirs. Le Secrétariat de lutte contre le racisme s'engagera-t-il à corriger ces injustices?
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-02 19:01 [p.7858]
Madam Speaker, I thank the hon. parliamentary secretary for his efforts in these adjournment proceedings. It has been a busy night for him.
If members can tell, I am extremely passionate about anti-racism, and I come to this as a cis, white ally. I will never know the full extent of the pain inflicted upon indigenous peoples, Black peoples, people of colour or 2SLGBTQIA+, and I live, work and learn with this immense privilege.
During the past weeks we have been hearing the difficult testimony, trying to piece together the death of Joyce Echaquan. I will not repeat the myriad of insults flung at her by staff who were supposed to be caring for her while she was fighting for her life. Then, of course, there are the 215 little souls whose remains have finally been discovered. There are not enough words in the English language to account for such horrors.
These are not dark chapters in Canadian history. These realities are woven throughout the whole story, and the consequences continue to play out today. This is not about guilt. It is about responsibility.
Will the government stand up and recognize the immense responsibility we have in addressing racism in all its forms? Will it stand up for the Black civil servants? Will it stand up for Joyce and all the children who never came home from residential schools?
Madame la Présidente, je remercie le secrétaire parlementaire des efforts qu'il déploie durant l'actuel débat d'ajournement. C'est une soirée chargée pour lui.
Les députés l'ont peut-être remarqué, la lutte contre le racisme me tient beaucoup à cœur. Je me joins au combat en tant qu'alliée cisgenre et blanche. Je ne connaîtrai jamais la pleine mesure de la douleur infligée aux Autochtones, aux Noirs, aux personnes de couleur ou aux membres de la communauté 2SLGBTQIA+. Je vis, travaille et apprends avec cet immense privilège.
Au cours des dernières semaines, nous avons entendu des témoignages difficiles en tentant de reconstituer les circonstances qui ont entouré la mort de Joyce Echaquan. Je ne vais pas répéter la myriade d'insultes que lui a lancées le personnel qui était censé prendre soin d'elle tandis qu'elle luttait pour sa vie. Il y a aussi, bien sûr, les 215 petites âmes dont les dépouilles ont enfin été découvertes. Il n'y a pas suffisamment de mots pour raconter de telles horreurs.
Il ne s'agit pas de chapitres sombres de l'histoire canadienne. Ce sont des réalités qui sont indissociables de notre passé et dont les conséquences sont encore ressenties à ce jour. Ce n'est pas une question de culpabilité, mais de responsabilité.
Le gouvernement répondra-t-il à l'appel, en reconnaissant l'immense responsabilité que nous avons de nous attaquer au racisme sous toutes ses formes? Se portera-t-il à la défense des fonctionnaires noirs? Se portera-t-il à la défense de Joyce et de tous les enfants qui ne sont jamais revenus des pensionnats autochtones?
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-01 10:07
Mr. Speaker, it is an honour to present petition 11279386 regarding the ongoing travesty of logging the last remaining old growth in Canada.
Whereas the climate crisis requires action by all levels of government and industry, old-growth forests provide immeasurable benefits, including carbon sequestration, biodiversity, culture, recreation, food and more. Of the remaining 2.7% of the original high-productivity, old-growth forests in British Columbia, 75% are still slated to be logged.
The petitioners call upon the Government of Canada to work with the provinces and first nations to immediately halt logging of endangered old-growth ecosystems, fund the long-term protection of old-growth ecosystems as a priority for Canada's climate action plan and reconciliation with indigenous peoples, support value-added forestry initiatives in partnership with first nations to ensure Canada's forestry industry is sustainable and based on the harvesting of second- and third-growth forests, ban the export of raw logs and maximize resource use for local jobs, and ban the use of whole trees for wood pellet biofuel production.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter la pétition no 11279386, concernant la scandaleuse coupe d'arbres anciens qui continue au Canada.
Les pétitionnaires signalent que la crise climatique exige des mesures de tous les ordres de gouvernement et de l’industrie; que les forêts anciennes offrent des avantages inestimables, y compris sur le plan de la séquestration du carbone, de la biodiversité, de la culture, des loisirs, de l’alimentation, entre autres; que sur les 2,7 % de vieilles forêts productives originales en Colombie-Britannique, 75 % font encore l’objet de plans d’exploitation.
Les pétitionnaires prient le gouvernement du Canada de travailler de concert avec les provinces et les Premières Nations pour faire cesser immédiatement l’exploitation forestière dans les écosystèmes anciens et en péril; de financer la protection à long terme des écosystèmes anciens de façon prioritaire dans le cadre du plan d’action climatique du Canada et de la réconciliation avec les peuples autochtones; d’appuyer des initiatives forestières à valeur ajoutée en partenariat avec les Premières Nations afin d’assurer la pérennité de l’industrie forestière du Canada et de veiller à ce qu’elle soit axée sur l’exploitation des forêts secondaires et tertiaires; d’interdire l’exportation de grumes et d’optimiser l’utilisation des ressources pour les emplois locaux; d’interdire l’utilisation d’arbres entiers dans la production de biocarburant à partir de granules de bois.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
Mr. Speaker, it is an honour to present a petition today on behalf of many residents of Vancouver Island.
As many parliamentarians will know, there have been many arrests recently at Fairy Creek, a valley that still has old-growth forests, of real importance and significance to British Columbia. The petitioners note that only 2.7% of British Columbia's old-growth forest remains, and it is being logged at an unsustainable rate.
The petitioners are asking the federal government to recognize the importance of old-growth forests in any climate plan; recognize the importance of old-growth forests for biodiversity; halt the logging of old growth and specifically halt the export of raw logs; and ban the practice of taking whole forests and converting them to wood pellets for biofuel alleged to be a climate policy, which is actually degrading the capacity of our forests for sequestration.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition aujourd'hui au nom de nombreux habitants de l'île de Vancouver.
Comme le savent de nombreux parlementaires, de nombreuses personnes se sont fait arrêter récemment à Fairy Creek, une vallée qui compte encore des forêts anciennes, qui sont vraiment importantes pour la Colombie-Britannique. Les pétitionnaires soulignent qu'il ne reste que 2,7 % de forêts anciennes en Colombie-Britannique et qu'elles sont abattues à un rythme insoutenable.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement fédéral de reconnaître l'importance des forêts anciennes pour tout plan de lutte contre les changements climatiques et pour la biodiversité; de faire cesser l'exploitation forestière dans les forêts anciennes, surtout l'exportation de grumes; et d’interdire l’utilisation d'arbres entiers dans la production de biocarburant à partir de granules de bois, ce qu'on prétend être une politique climatique, mais qui, en réalité, affaiblit la capacité des forêts à séquestrer le carbone.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
Mr. Speaker, as this is my first opportunity to enter into the debate today, I want to say that I will be voting for this motion to address, as the Conservative Party has suggested we should, the arrangements between scientists in Winnipeg, the People's Republic of China and its government.
Since this hon. member has raised issues of international scientific collaboration and research, I wonder if he could explain why the decision was taken by the Government of Canada, on the eve of COVID, to cut the funds to the Global Public Health Intelligence Network, which would have given us a much more advanced warning of what we were facing with COVID-19.
Monsieur le Président, comme j'interviens pour la première fois dans le débat d'aujourd'hui, je tiens à dire que je vais voter pour la motion visant à faire la lumière sur les arrangements entre les scientifiques de Winnipeg et le gouvernement de la République populaire de Chine, comme les conservateurs soutiennent qu'il faut le faire.
Puisque le député a soulevé la question de la collaboration scientifique et de la recherche internationales, j'aimerais qu'il explique pourquoi le gouvernement du Canada a décidé, juste avant la pandémie de COVID, de réduire le financement du Réseau mondial d'information en santé publique, qui aurait pu nous avertir beaucoup plus tôt de ce que nous réservait la COVID-19.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
Mr. Speaker, this week is Environment Week in Canada. My question to the Prime Minister is this. Would it not be a wonderful thing if, during Environment Week, the environment committee strengthened Bill C-12, the so-called net-zero climate accountability act?
Specifically, one of my amendments has been rejected, and it would be so grateful to know from the Prime Minister why the government does not want the climate targets and climate plans to be based on the best available science. Right now the bill says the best available science must be merely taken into account. Surely we would not take it into account when we look at COVID. We base our decisions on science.
Monsieur le Président, c'est la Semaine canadienne de l'environnement. Ma question s'adresse au premier ministre. Ne serait-il pas merveilleux que le comité de l'environnement profite de la Semaine de l'environnement pour renforcer le projet de loi C-12, la fameuse loi sur la responsabilité en matière de carboneutralité?
J'aimerais plus particulièrement ajouter que l'un de mes amendements a été rejeté et que je serais très reconnaissante au premier ministre qu'il m'explique pourquoi le gouvernement ne veut pas fonder ses cibles climatiques et ses plans de lutte contre les changements climatiques sur les meilleures données scientifiques disponibles. Actuellement, tout ce que le projet de loi exige, c'est que l'on tienne compte de ces données. Nous ne nous contenterions sûrement pas d'en tenir compte en ce qui concerne la COVID. Nos décisions sont fondées sur la science.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
Madam Speaker, since the hon. parliamentary secretary has given me the opening to mention what happened with the Canada-China foreign investment protection act, I will say that it was never debated in Parliament. It was approved by cabinet as a Governor in Council approval for a treaty, and the treaty allows foreign corporations from the People's Republic of China to bring financial challenges against Canada for any decision of our government that they do not like.
This is just to bring it full circle to the parliamentary secretary.
Madame la Présidente, comme le secrétaire parlementaire m'a tendu une perche, je dirai que la loi sur la protection des investissements étrangers entre le Canada et la Chine n'a jamais été débattue au Parlement. Cette mesure a été ratifiée par le Cabinet au moyen d'un décret, car elle avait la forme d'un traité. Ce traité permet aux sociétés étrangères de la République populaire de Chine de demander compensation financière au Canada pour toute décision du gouvernement qui n'a pas l'heur de leur plaire.
Je voulais simplement boucler la boucle en ce qui concerne les propos du secrétaire parlementaire.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-01 18:39 [p.7782]
Mr. Chair, this is a time that is very difficult, for Canadians to face the truth. It is the settler-culture Canadians who have to face the truths that indigenous-culture Canadians have known for a long time.
I find it very sobering and distressing to realize that in 2009 there was a request from the Truth and Reconciliation Commission for $1.5 million to begin the project to find the burial sites of the missing children ripped from their families and never, ever allowed to go home because they had died. We know that it was not this minister's government that turned down that request for $1.5 million, but why have we delayed so long?
What can the minister tell us about why we delayed so long to provide the funds? Kukpi7 Rosanne Casimir had to raise the money within that community to start to find the burial mass grave next to the Kamloops former residential school.
Monsieur le président, c'est une période très difficile où les Canadiens doivent faire face à la vérité. Les Canadiens des cultures colonisatrices doivent faire face aux vérités que les Canadiens de cultures autochtones connaissent depuis longtemps.
Je trouve très préoccupant et alarmant que la Commission de vérité et réconciliation ait dû présenter une demande en 2009 pour obtenir 1,5 million de dollars afin de lancer le projet qui a permis de trouver les lieux où ont été enterrés des enfants disparus, des enfants qui ont été arrachés à leurs familles et qui n'ont jamais pu retourner chez eux parce qu'ils sont morts. Nous savons que ce n'est pas le gouvernement de cette ministre qui a rejeté la demande de 1,5 million de dollars, mais pourquoi a-t-on attendu aussi longtemps?
Qu'est-ce que la ministre peut nous dire sur les raisons pour lesquelles on a attendu aussi longtemps avant de fournir les fonds nécessaires? Kukpi7 Rosanne Casimir a dû recueillir les fonds au sein de cette communauté afin de commencer les fouilles pour trouver la fosse commune sur le terrain de l'ancien pensionnat de Kamloops.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-01 19:48 [p.7790]
Madam Chair, this was not surprising at all. As horrific as the news is, anybody who has been paying attention has known about this for a long time.
My question relates to another set of institutions that were across the country. We had one right here in Nanaimo, the Nanaimo Indian Hospital. I have done a film. I have interviewed elders about experimental medication, experimental dental practices, experimental medical practices. This was on a former Department of National Defence site, which the Snuneymuxw First Nation is wanting to get back. It and has been delayed for 20 years. Crown Indigenous Relations needs to get this land turned over to Snuneymuxw First Nation as soon as possible.
What does the hon. member think about having documentation from these Indian hospitals released so this can be examined as well? It was not only residential schools; the Indian hospital system has an appalling and horrific track record.
Madame la présidente, cela n'a rien d'étonnant. Malgré l'horreur de cette découverte, toutes les personnes qui ont suivi l'actualité étaient au courant de la situation depuis longtemps.
Ma question porte sur un autre système d'institutions qui se trouvaient partout au pays. Je parle des hôpitaux autochtones, et il y en avait un ici même, à Nanaimo. J'ai réalisé un film sur le sujet. J'ai rencontré des aînés qui m'ont parlé des médicaments et des soins médicaux et dentaires expérimentaux. L'hôpital se trouvait sur un ancien site du ministère de la Défense nationale, et la Première Nation snuneymuxw veut le récupérer. Ce processus est retardé depuis 20 ans. Le ministère des Relations Couronne-Autochtones doit rendre ce territoire à la Première Nation snuneymuxw le plus rapidement possible.
Que pense le député de la publication des documents de ces hôpitaux autochtones afin qu'ils puissent aussi être examinés? Il n'y a pas que les pensionnats autochtones. Le système d'hôpitaux autochtones a un bilan épouvantable et horrible.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-01 20:44 [p.7798]
Madam Chair, to my hon. colleague and parliamentary secretary, it is a hard thing to acknowledge as settler culture Canadians that our entire society has been built on dispossessing indigenous peoples of their lands. The residential school system was part of the institutionalized racism and genocide to break down the culture, the societies and civilizations that were here before European settlers.
I am wondering if the hon. member would return to the question, and I know it is a tough question, that was just asked by the member for Vancouver East. Can we admit that we are the beneficiaries of a genocide?
Madame la présidente, je dirai à ma collègue la secrétaire parlementaire qu'il est difficile de reconnaître, en tant que Canadiens appartenant à la culture colonisatrice, que toute notre société a été bâtie sur la dépossession des terres habitées par les peuples autochtones. Le système des pensionnats faisait partie du racisme institutionnalisé et du génocide visant à éliminer la culture, les sociétés et les civilisations qui existaient avant l'arrivée des Européens.
Je me demande si la députée pourrait revenir à la question que la députée de Vancouver-Est vient tout juste de poser, et je sais que c'est une question difficile. Pouvons-nous admettre que nous sommes les bénéficiaires d'un génocide?
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-01 21:47 [p.7807]
Mr. Speaker, I am glad the member is looking into the situation in his riding. I would tell him that anybody who has been speaking to indigenous people and learning about residential schools would not be surprised at all to hear this horrific news. Anybody who has been listening knows that children went missing, that children never returned from these schools, and that this was a horrific act of genocide inflicted by the Government of Canada.
Does the hon. member think we should have all of these sites secured? He mentioned that he was at a former residential school site. Should all of these sites be secured? Should the government be paying for ground-penetrating radar at all of these sites? Should all of the documentation related to children who died at these sites be released by the federal government, all levels of other governments and churches?
Monsieur le Président, je suis ravi que le député examine la situation dans sa circonscription. Je lui dirais que quiconque a discuté avec les Autochtones à propos des pensionnats ne serait pas du tout étonné de cette horreur. Tous ceux qui portent le moindrement attention savent que des enfants ont disparu, qu'ils ne sont jamais revenus de ces pensionnats et qu'il s'agissait d'un horrible génocide infligé par le gouvernement du Canada.
Le député croit-il que tous ces sites devraient être sécurisés? Il a mentionné avoir visité un ancien pensionnat. Ces sites devraient-ils tous être sécurisés? Le gouvernement devrait-il payer pour des analyses à l'aide d'un géoradar sur tous ces sites? Les documents liés aux enfants qui sont morts dans ces lieux devraient-ils tous être publiés par le gouvernement fédéral, les autres ordres de gouvernement et les églises?
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-01 22:09 [p.7810]
Mr. Speaker, I begin by acknowledging that I am on the territory of W_SÁNEC people and I speak in SENCOTEN and raise my hands to you.
[Member spoke in SENCOTEN]
[English]
I particularly raise my hands today to one of my dearest friends, a constituent who is also my MLA. I am not using my words tonight. I am using his words. Adam Olsen is a member of Tsartlip First Nation. He spoke these words yesterday in the British Columbia legislature:
We know that if these children were not indigenous but rather European that we would not have been slow to act.... Deep down, we know that in our society it's just a fact.... Some children matter less.
We know underneath the shiny, happy facade of Canada...there lurks a grotesque and shameful past. For 30 years, my relatives have been sharing their experiences from these despicable institutions. For 30 years, their stories have been hushed. Our relatives have been told that [Canada and] Canadians...don't want to hear their stories. They have been told to stop lying. They've been told to stop embellishing.
There was a statement from this institution that noted the unimaginable proportions of this tragedy. This is an incredibly unfortunate characterization of the situation that we carry. For Indigenous People, the story is not shocking, nor is it unimaginable. This is the trauma our families have carried for generations....
As we continue to grapple with missing and murdered indigenous women and children, hanging red dresses in recognition of our current reality, what is uncovered in Kamloops [reminds us] that this storyline is not new. It has been in the imagination—indeed in the nightmares—of our relatives for the past 130 years. It is the terror that our ancestors have lived with.
The only reason to call it unimaginable would be because these institutions, these Crown governments...and the people that populated these chambers in the past either haven't been listening to our stories or they've cared less. It is a reality in our country that some children have mattered less. These are both terrible considerations.
There is nothing to imagine for those who have been paying attention. Our Elders and our families have been sharing the grim details of their experiences in residential schools for decades. That is the record of the Truth and Reconciliation Commission.
You don't have to imagine it. You just have to believe it and care enough to act with the urgency that you would if it was your child that didn't return home from school. It's your kids going to school, not coming home, not being there when their parents are there to pick them up....
Duncan Campbell Scott, deputy superintendent of Indian Affairs from 1913 to 1932, is often associated with saying, “Kill the Indian, save the man”....
Residential schools were a critical tool in the process of “kill the Indian,” in Scott's words. Deliberately breaking up families by forcing children to residential schools was a tool to expedite the process of dispossessing Indigenous Peoples of their lands and resources....
There have always been stories in our families of our relatives that didn't come home, the children that died and were buried there with little or no notification to the families....
I wish I could say that indigenous children are no longer forcibly removed from their communities. However, I can't. I wish I could say that indigenous people were not dramatically overrepresented in fatalities at the hands of police, the criminal justice system, homelessness, suicide, addictions and drug poisoning, all statistics you don't want to be overrepresented in....
We must stop referring to what we know like we didn't know it. We must stop pretending it was better than it was. We must stop acting like we came by this wealth through honest means because we did not. This land and the resources this Crown government depends on came from the dispossession of indigenous people. For decades, this provincial government [and I will insert federal] has benefited from the lands and resources that were secured through residential schools and other disgraceful policies.
I'm so grateful for the incredible public response to this tragedy facing our relatives in Kamloops and the Interior. I'm grateful for the demands from our family and friends and neighbours...ensuring government responds as if it were our child that didn't come home from school.
This is indeed a heavy burden, but it's one we can all make lighter if we carry it together. HÍSW_?E SIÁM.
Monsieur le Président, je tiens d'abord à reconnaître que je suis sur le territoire du peuple W_SÁNEC. Je vais m'exprimer en SENCOTEN, et je lève les mains au ciel pour rendre hommage aux gens de ce peuple.
[La députée d'exprime en SENCOTEN.]
[Traduction]
En particulier, je lève les mains au ciel pour rendre hommage aujourd'hui à l'un de mes amis les plus chers, un citoyen de ma circonscription qui est également mon député provincial. Ce soir, je n'utiliserai pas mes propres paroles, mais les siennes. Adam Olsen est membre de la nation tsartlip. Il a prononcé ces paroles hier à l'Assemblée législative de la Colombie-Britannique:
Nous savons que si ces enfants avaient été non pas autochtones, mais européens, nous n'aurions pas tant tardé à agir. [...] en notre for intérieur, nous savons que, dans notre société, le fait est tout simplement que [...] certains enfants sont moins importants.
Nous savons que, sous la façade reluisante et heureuse du Canada [...] se cache un passé grotesque et honteux. Depuis 30 ans, les membres de ma famille racontent ce qu'ils ont vécu dans ces établissements ignobles. Depuis 30 ans, on tait leur histoire. Les membres de nos familles se font dire que [le Canada et] les Canadiens [...] ne veulent pas entendre leur histoire. On leur dit de cesser de mentir. On leur dit de cesser leurs exagérations.
Notre institution a publié une déclaration déplorant les proportions inimaginables de cette tragédie. C'est une caractérisation incroyablement regrettable de la situation que nous vivons. Pour les Autochtones, cette nouvelle n'est ni étonnante ni inimaginable. Elle vient confirmer le traumatisme que nos familles endurent depuis des générations [...]
Alors que nous sommes toujours aux prises avec le meurtre et la disparition de femmes, de filles et d'enfants autochtones, que nous suspendons des robes rouges en reconnaissance de notre réalité actuelle, la découverte à Kamloops [nous rappelle] que cette histoire n'a rien de nouveau. Elle habite les pensées, voire les cauchemars des membres de nos familles depuis 130 ans. C'est la terreur avec laquelle nos ancêtres ont vécu.
La seule raison qu'il y aurait de qualifier la situation d'inimaginable serait que ces établissements, ces gouvernements de la Couronne [...] et les gens qui ont occupé ces Chambres dans le passé soit n'ont pas écouté nos témoignages soit s'en fichaient complètement, la réalité dans notre pays étant que certains enfants sont moins importants. Dans les deux cas, c'est terrible!
Il n'y a rien à imaginer pour ceux qui ont prêté attention. Nos aînés autochtones et nos familles racontent les sombres détails de leur expérience dans les pensionnats depuis des décennies. La Commission de vérité et réconciliation en a fait état.
Vous n'avez pas besoin de vous l'imaginer. Il vous suffit d'y croire et de vous en soucier suffisamment pour agir avec le même empressement que s'il s'agissait de votre enfant qui n'était pas revenu chez vous après l'école, comme si votre enfant était allé à l'école et n'en revenait pas, comme s'il n'était pas là lorsque vous allez le chercher [...]
On attribue souvent à Duncan Campbell Scott, superintendant adjoint des Affaires indiennes de 1913 à 1932, l'expression « Tuer l'Indien pour sauver l'homme » [...]
Les pensionnats étaient un outil essentiel au processus visant à « tuer l'Indien », pour reprendre les paroles de M. Scott. Séparer délibérément les familles en envoyant de force les enfants dans des pensionnats était un moyen d'accélérer le processus consistant à dépouiller les Autochtones de leurs terres et de leurs ressources [...]
Dans nos familles, il y a toujours eu des histoires de membres de la famille qui ne sont jamais revenus chez eux, d'enfants décédés au pensionnat et enterrés là-bas, les familles à peine informées, voire nullement informées [...]
J'aimerais pouvoir dire que les enfants autochtones ne sont plus arrachés de force à leur communauté, mais, je ne le peux pas. J'aimerais pouvoir dire que les Autochtones ne sont pas considérablement surreprésentés parmi les personnes tuées par des policiers, dans le système de justice pénale, parmi les victimes de l'itinérance, du suicide, de la dépendance et de l'intoxication par les drogues, toutes des statistiques dans lesquelles nul ne souhaite être surreprésenté [...]
Nous devons cesser de prétendre que nous n'étions pas au courant. Nous devons cesser de prétendre que la situation était mieux qu'elle ne l'était. Nous devons cesser d'agir comme si nous avions gagné honnêtement cette richesse, car ce n'est pas le cas. Ces terres et ces ressources dont dépend le gouvernement de la Couronne proviennent de la dépossession des Autochtones. Depuis des décennies, le gouvernement provincial [et j'ajouterai le gouvernement fédéral] jouit des terres et des ressources obtenues grâce aux pensionnats et à d'autres politiques honteuses [...]
Je suis si reconnaissant de la réaction incroyable du public à cette tragédie que vivent nos parents de Kamloops et de la région intérieure. Je suis reconnaissant que notre famille, nos amis et nos voisins exigent [...] que le gouvernement réponde comme si c'était nos enfants qui n'étaient pas rentrés à la maison après l'école.
C'est effectivement un lourd fardeau, mais nous pouvons alléger ce fardeau si nous le portons tous ensemble. HÍSW_?E SIÁM.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-31 12:51 [p.7606]
Madam Speaker, I want to thank my hon. colleague from Esquimalt—Saanich—Sooke for his championing of the rights of the LGBTQ+ two-spirit community. I am horrified as he shares with us the abuse he has experienced for standing up for trans rights.
The only problem I have with Bill C-6 is why we call a practice that is clearly torture something called “therapy”. Is it not time to stop calling residential schools “schools” and call them what they were? Is it not time to call what is called “conversion therapy” abuse and torture?
Madame la Présidente, je tiens à remercier le député d’Esquimalt—Saanich—Sooke de défendre ainsi les droits des personnes LGBTQ+ et bispirituelles. Je suis horrifiée par la violence qu’il subit parce qu’il défend les droits des transgenres.
J’ai un seul problème avec le projet de loi C-6: pourquoi qualifions-nous de thérapie ce qui est de toute évidence une torture? N’est-il pas temps de cesser d’appeler les pensionnats des écoles et de dire ce qu’ils étaient vraiment? N’est-il pas temps de parler de violence et de torture, au lieu de thérapies de conversion?
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-31 15:07 [p.7628]
Mr. Speaker, Canadians have been struggling to make ends meet through the pandemic. At the same time, four of Canada’s big banks have raised service charges.
Small businesses that are struggling to stay afloat are being fleeced by excessive transaction fees. Despite low lending rates, the interest rates on credit cards remain high. Payday loan companies prey on the hardships of low-income Canadians.
All of these financial service providers continue to post record profits. Will the government rein in these exploitative corporations to protect Canadians and small businesses?
Monsieur le Président, depuis le début de la pandémie, des Canadiens ont du mal à joindre les deux bouts. Malgré cela, quatre grandes banques canadiennes ont augmenté leurs frais de service.
Des petites entreprises qui peinent à garder la tête hors de l'eau se font flouer par des frais de transaction excessifs. En dépit du taux d'intérêt sur les prêts qui reste bas, le taux d'intérêt des cartes de crédit demeure élevé. Les sociétés de prêt sur salaire exploitent les difficultés des Canadiens à faible revenu.
Tous ces fournisseurs de services financiers continuent de réaliser des profits records. Le gouvernement rappellera-t-il à l'ordre ces entreprises qui exploitent les consommateurs pour protéger les Canadiens et les petites entreprises?
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-31 15:12 [p.7629]
Mr. Speaker, there have been consultations among the parties and I believe, if you seek it, you will find unanimous consent for the following motion: That notwithstanding any standing order, special order or usual practice of the House, during the debate on the business of supply, pursuant to Standing Order 81(4), later today, one additional period of 15 minutes be added for members of the Green Party.
Monsieur le Président, il y a eu consultation entre les partis et je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante: Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou usage habituel de la Chambre, pendant le débat relatif aux travaux des subsides conformément à l'article 81(4) du Règlement plus tard aujourd’hui, une période additionnelle de 15 minutes soit ajoutée pour les députés du Parti vert.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-28 12:26 [p.7566]
Madam Speaker, it is an honour to table this petition today. It is initiated by Adrian Hough in Nanaimo—Ladysmith and has had more than 15,000 signatures with the e-petition and the paper petitions combined.
The petitioners are deeply concerned about the ongoing logging of endangered old-growth ecosystems, an ecosystem that has less than 3% of it remaining in British Columbia. Threatened screech owls have been found in the areas that are being logged. More than 130 people have been arrested, including first nations youth from the Pacheedaht First Nation, whose territory this lies within, and seniors who are lining up to be arrested as well.
The petitioners are calling upon the Government of Canada to work with the provinces and the first nations to immediately halt logging of endangered old-growth ecosystems; fund the long-term protection of old-growth ecosystems as a priority for Canada's climate action plan and reconciliation with indigenous people; support value-added forestry initiatives in partnership with first nations to ensure Canada's forestry industry is sustainable and based on the harvesting of second- and third-growth forests; ban the export of raw logs and maximize resource use for local jobs; and ban the use of whole trees for wood pellet biofuel production, which is another thing that is happening in British Columbia and is not climate friendly at all.
Madame la Présidente, c'est un honneur de pouvoir déposer la pétition suivante aujourd'hui. Elle a été lancée par Adrian Hough, de la circonscription de Nanaimo—Ladysmith, et elle a été signée par plus de 15 000 personnes, par voie électronique ou sur papier.
Les pétitionnaires s'inquiètent grandement des coupes d'arbres effectuées dans les vieux peuplements forestiers, des écosystèmes qui sont en danger et qui ne représentent plus que 3 % de la superficie qu'ils couvraient jadis, en Colombie-Britannique. Des petits-ducs, qui appartiennent à une espèce menacée, ont été vus dans la zone de récolte des arbres. Plus de 130 personnes ont été arrêtées, y compris des adolescents membres de la Première Nation des Pacheedaht, dont le territoire comprend la zone en question. Des personnes âgées font également la queue pour se faire arrêter.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada de collaborer avec les provinces et les Premières Nations pour mettre fin immédiatement aux coupes d'arbres qui affectent les écosystèmes des vieux peuplements forestiers. Ils lui demandent de financer la protection à long terme de ces écosystèmes et d'en faire une priorité dans le plan d'action du Canada contre les changements climatiques ainsi que dans la réconciliation avec les peuples autochtones. Ils veulent que le gouvernement favorise les projets forestiers à valeur ajoutée, en partenariat avec les Premières Nations, de manière à ce que l'exploitation forestière soit durable au Canada et qu'elle repose sur la récolte d'arbres dans les forêts secondaires ou tertiaires. Le gouvernement devrait interdire l'exportation de grumes et maximiser l'utilisation des ressources pour créer des emplois localement. Il devrait également interdire la transformation d'arbres entiers pour en faire des granules de bois utilisées comme biocarburant, une pratique qui a cours aussi en Colombie-Britannique et qui n'est pas du tout bonne pour le climat.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-05-28 13:38 [p.7579]
Madam Speaker, I wish to acknowledge the unceded Wolastoqiyik territory from which I speak today and the immense privilege I carry as a settler in this land.
I would like to begin by extending my deepest condolences, and to send strength, to all who will be retraumatized by this new and devastating information regarding the realities of Indian residential schools in Canada. The remains of 215 children have been found buried on the site of a former residential school in Kamloops, B.C., using ground-penetrating radar, confirming what families and communities have known but could not substantiate until now. This new knowledge is truth. We need to confront our past and our present with truth before we can build reconciliation.
I remember when I was first introduced to the concept of residential schools. It was during my post-secondary studies, largely on my own and in conversations with family and friends. It was not taught to me in school. We only learned that Canada was a land of peacekeepers and apologetic people whose brave pioneer ancestors defied the odds in a barren land to build the country we have today.
We have worked very hard to erase the history and culture of indigenous peoples. We have also worked very hard to erase the people themselves, as well as the evidence of these crimes.
Prime Minister Harper's historic apology was largely in response to mounting potential litigation as rumours and horror stories became all too real, with well-documented acts of genocide bubbling to the surface. Yes, genocide: not simply cultural genocide, preventing language and tradition from flourishing, but the United Nations' definition of genocide.
From the Convention on the Prevention and Punishment of the Crime of Genocide, article II, of the United Nations:
...genocide means any of the following acts committed with intent to destroy, in whole or in part, a national, ethnical, racial or religious group, as such:
"(a) Killing members of the group,” like throwing a child down a flight of stairs or out a third-storey window, as outlined in Isabelle Knockwood's incredible novel Out of the Depths.
“(b) Causing serious bodily or mental harm to members of the group,” like separating children from their parents and communities, like threatening those who witnessed abuse with the same fate, like force-feeding expired food, shaving sacred hair and stripping children of their given names and mother tongue, as so many experiences across the country have documented.
“(c) Deliberately inflicting on the group conditions of life calculated to bring about its physical destruction in whole or in part,” like deliberately exposing children to fatal diseases and being proud enough, or brazen enough, to take photos and share them in textbooks for years to come in celebration of the efforts undertaken to address the Indian problem. The problem of course in Canada was their existence.
“(d) Imposing measures intended to prevent births within the group,” like forced sterilizations, forced abortions and infanticide targeting specific family bloodlines, like those of hereditary chiefs or strong leaders.
“(e) Forcibly transferring children of the group to another group.” Sadly, we are seeing this continue, with more indigenous children in care today than were enrolled in residential schools at the height of their operation in Canada.
There were schools in almost every province and territory in Canada. New Brunswick likes to gloss over this fact, but we too had institutions where children were treated like animals or worse, and parents were stripped of their rights right here in our backyard. It was simply before Confederation, so Canada washed its hands of accountability.
In doing my own research, I studied survivor testimonials, historic news articles and official records. It took me two years to pore through the information. I wept. I was angry, and ridden with guilt and frustration.
I particularly remember watching the film We Were Children with my high school students, as their cultural teacher. I was six months pregnant with my second child: an indigenous child who would be born with the same beautiful brown skin his father has. I could not contain my emotion, as I cannot right now. My baby seemed more and more like a miracle, the descendant of survivors.
My sons have never met their great-grandparents. They died too young. We call them survivors because they came from Shubenacadie alive when so many did not. However, the nightmare of their experiences would follow them. It would continue to eat away at their souls. It would be present in their parenting styles, in their substance abuse, in their domestic violence, in their internalized racism and in their pain.
The discovery of the remains of 215 innocent children is beyond devastating. For Canada, apologies, payouts and even days of recognition will never be enough. There are 215 families who were given no answers about their babies, some as young as three years old, which is the same age as my youngest child.
When senators, leaders of political parties and everyday Canadians suggest these schools had good intentions, were not all bad or were a product of the times, I say how dare they.
Systemic murder, often in front of other children, followed with threats and intimidation and a disgusting cover-up of the use of mass graves, forged records and death certificates, this is not an isolated incident for the school. One child's death and erasure are criminal, despicable. There are 215. With the potential of more gravesites across Canada to be found now more likely than ever is genocide.
We are so quick to step on our pedestal and wave our fingers at other countries for their transgressions when our stool may well sit on the graves of indigenous children killed by church and state right here in Canada, shame, shame. There is no apology in the world that will take this pain away.
There has been a lot of talk of reconciliation with indigenous peoples in Canada, but truth must come first, and the truth is that most Canadians have no idea of the full impact of residential schools, the residual effects and the intergenerational trauma.
Bill C-5 is a necessary step to fulfill the recommendations of the Truth and Reconciliation Commission and to bring much-needed awareness to the horrors of the past as well as those that continue.
Make no mistake: Missing and murdered indigenous women and girls and two-spirt peoples is part of this legacy. Joyce Echaquan's death is part of this legacy. Chantel Moore's death is part of this legacy. A national day of reconciliation is only as good as the space it creates for truth, truth about what has been and truth about what is.
I fully support Bill C-5 and I stand with my colleagues in the House today to see that it becomes law. It is long overdue. It is reactive rather than proactive, however. For those children and their families, please, we must do better.
Madame la Présidente, je souhaite reconnaître que je parle aujourd'hui depuis le territoire non cédé de Wolastoqiyik et que je suis immensément privilégiée de faire partie des colons de ce territoire.
Je tiens tout d'abord à transmettre mes condoléances les plus sincères, et à envoyer des pensées positives, à tous ceux qui seront traumatisés une fois de plus par ces nouveaux renseignements dévastateurs concernant la réalité de pensionnats autochtones du Canada. Les restes de 215 enfants ont été découverts, enterrés sur le terrain d'un ancien pensionnat de Kamloops, en Colombie-Britannique. Cette découverte, réalisée au moyen d'un géoradar, confirme ce que les familles et les communautés savaient déjà sans pouvoir le prouver. Ces nouvelles connaissances sont source de vérité. Nous devons regarder en face la vérité de notre passé et de notre présent avant de pouvoir bâtir la réconciliation.
Je me souviens de la première fois où j'ai découvert le concept des pensionnats autochtones. C'était pendant mes études postsecondaires. J'ai surtout fait des recherches par moi-même, et j'en ai aussi discuté avec ma famille et mes amis. Il n'en avait jamais été question à l'école. On nous avait seulement appris que le Canada était un pays de gardiens de la paix et de gens qui s'excusaient souvent, et que leurs ancêtres, de braves pionniers, avaient su surmonter les difficultés de cette terre aride et bâtir le pays que nous connaissons aujourd'hui.
Nous avons déployé de grands efforts pour effacer l'histoire et la culture des peuples autochtones. Nous avons aussi déployé de grands efforts pour effacer les gens eux-mêmes, ainsi que les preuves de ces crimes.
Le premier ministre Harper a présenté des excuses historiques en grande partie en réponse au risque croissant de devoir faire face à des poursuites, puisque des rumeurs et des histoires horribles ont fait surface et ont permis de confirmer on ne peut plus clairement, preuves documentaires à l'appui, que des actes de génocide ont été commis. Je parle non seulement d'un génocide culturel qui empêche une langue et des traditions de s'épanouir, mais bien d'un génocide au sens établi par les Nations unies.
Selon l'article II de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide des Nations unies, le génocide:
[...] s'entend de l'un quelconque des actes ci-après, commis dans l'intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel:
« a) Meurtre de membres du groupe; », comme lorsqu'on jette un enfant dans un escalier ou par la fenêtre du troisième étage, comme dans le roman exceptionnel d'Isabelle Knockwood intitulé Out of the Depths.
« b) Atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale de membres du groupe; », comme séparer des enfants de leurs parents et de leur communauté, menacer de faire subir le même sort à ceux qui sont témoins d'actes de violence, forcer quelqu'un à manger des aliments périmés, raser la chevelure sacrée des enfants et leur enlever leur nom de naissance et leur langue maternelle, des pratiques documentées que bien des gens ont dû subir partout au pays.
« (c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle », comme exposer délibérément des enfants à des maladies mortelles et en tirer suffisamment de fierté ou être assez effronté pour prendre des photos et les intégrer dans des manuels pendant des années dans le but de célébrer les efforts déployés pour régler le problème indien. Bien sûr, au Canada, le problème était l'existence des autochtones.
« (d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe », comme les stérilisations forcées, les avortements forcés et les infanticides visant certaines familles, notamment celles des chefs héréditaires ou des dirigeants puissants.
« (e) Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe ». Malheureusement, de telles mesures perdurent. Plus d'enfants autochtones sont pris en charge aujourd'hui qu'au plus fort du programme des pensionnats autochtones au Canada.
Presque toutes les provinces et tous les territoires du Canada avaient de tels pensionnats. Le Nouveau-Brunswick préfère passer sous silence cette réalité, mais nous avions aussi des institutions où les enfants étaient traités comme des animaux ou pire encore, et des parents étaient privés de leurs droits chez nous. C'était tout simplement avant la Confédération. Le Canada s'en lave donc les mains.
Dans le cadre de mes recherches, j'ai étudié les témoignages de survivants, de vieux articles de journaux et des documents officiels. Il m'a fallu deux ans pour lire toute cette information. J'ai pleuré. J'étais en colère, secouée par la culpabilité et la frustration.
Je me souviens, entre autres, d'avoir regardé le film Nous n'étions que des enfants... avec mes élèves du secondaire, à qui j'enseignais la culture. J'étais alors enceinte de six mois de mon deuxième enfant, un enfant autochtone qui allait naître avec la même belle peau foncée que son père. Je n'arrivais pas à contrôler mes émotions, un peu comme maintenant. Mon bébé ressemblait de plus en plus à un miracle, puisqu'il descendait de survivants.
Mes fils n'ont jamais connu leurs arrière-grands-parents. Ils sont morts trop jeunes. On dit qu'ils sont des survivants parce qu'ils sont sortis vivants de Shubenacadie contrairement à tant d'autres. Cependant, le cauchemar de leurs expériences ne les quitterait pas. Il continuerait à ronger leur âme. Il serait présent dans leurs méthodes parentales, dans leur toxicomanie, dans leur violence familiale, dans leur refoulement du racisme subi et dans leur douleur.
La découverte des restes de 215 enfants innocents est plus qu'accablante. Pour le Canada, des excuses, des compensations financières et même des journées de reconnaissance ne suffiront jamais. Deux cent quinze familles n'ont obtenu aucune réponse à propos du sort de leurs enfants, dont certains n'avaient que trois ans, soit le même âge que le plus jeune de mes enfants.
Comment des sénateurs, des chefs de parti politique ou des Canadiens ordinaires osent-ils laisser entendre que ces pensionnats avaient de bonnes intentions, qu'ils n'étaient pas si mal ou qu'ils reflétaient leur époque?
Les meurtres couramment commis devant d'autres enfants, suivis de menaces, d'intimidation et de la dissimulation odieuse de l'utilisation de fosses communes, de documents et de certificats de décès falsifiés — ce ne sont pas là des incidents isolés. La mort d'un seul enfant, et sa dissimulation, c'est criminel et abject. Or, il y en a eu 215. Comme il est possible que l'on trouve d'autres tombes ailleurs au Canada, la probabilité qu'il y ait eu génocide est plus grande que jamais.
Nous sommes si prompts à prendre d'autres pays de haut et à leur reprocher leurs transgressions, alors que notre piédestal pourrait très bien être posé sur la tombe d'enfants autochtones tués par l'Église et l'État, ici, au Canada. C'est une honte. Il n'y a pas d'excuses au monde à même d'effacer cette douleur.
On a beaucoup parlé de la réconciliation avec les peuples autochtones du Canada, mais il faut faire passer la vérité en premier. La vérité, c'est que la plupart des Canadiens ignorent la pleine mesure de l'impact qu'ont eu les pensionnats autochtones, leurs effets résiduels et le traumatisme intergénérationnel.
Le projet de loi C-5 est un élément nécessaire pour donner suite aux recommandations de la Commission de vérité et réconciliation et conscientiser, comme il se doit, la population des horreurs du passé et de celles qui se poursuivent.
Que l'on ne s'y trompe pas, les disparitions et les meurtres de femmes, de filles et de personnes bispirituelles autochtones, ainsi que les morts de Joyce Echaquan et de Chantel Moore, font partie de cet héritage. Une journée nationale de réconciliation ne vaut que par le temps qu'elle suscite pour la vérité sur ce qui a été et sur ce qui est.
J'appuie pleinement le projet de loi C-5 et je me joins à mes collègues pour qu'il devienne loi. Ces mesures auraient dû être prises il y a longtemps déjà. Toutefois, au lieu d'avoir pris les devants, nous ne faisons que réagir. Faisons mieux pour ces enfants et leur famille, nous leur devons.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-05-28 13:46 [p.7580]
Madam Speaker, absolutely the legacy of paternalism continues. I very boldly voted against Bill C-15. I know it came as a shock for a lot of people, but it was a protest. It was because we still have the Indian Act in Canada.
The parents of those children were unable to seek legal counsel because it was illegal in our country to do so. We have not done the work of reconciliation, and to pass a bill to say that it may happen with the stroke of a pen is irresponsible and it continues that paternalistic approach.
Indigenous communities have the capacity and the leadership to determine their own fate. They must be given the resources they need to do that, and that is the way forward.
Madame la Présidente, il est incontestable que la tradition du paternalisme se poursuit. J'ai osé voter contre le projet de loi C-15. Je sais que cela a été un choc pour beaucoup, mais c'était une manifestation de protestation contre Loi sur les Indiens qui est toujours en vigueur au Canada.
Les parents de ces enfants n'ont pas pu obtenir d'assistance juridique parce qu'il était illégal de le faire dans notre pays. Nous n'avons pas fait le travail de réconciliation, et adopter un projet de loi pour dire que cela peut arriver du jour au lendemain est irresponsable et perpétue cette approche paternaliste.
Les communautés autochtones ont la capacité et le leadership nécessaires pour déterminer leur propre destin. Il faut leur donner les ressources dont elles ont besoin pour le faire. Voilà la voie à suivre.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-05-28 13:47 [p.7580]
Madam Speaker, I very much thank my colleague for those kind words. I mentioned my role as a teacher. I worked in a middle school in the city of Fredericton. Outside it is a very famous large cemetery. It is for members of the community from days gone by, but the children often make comments about looking outside and how sad it is to see a cemetery rather than, say, a playground or something more uplifting.
The truth is that for so many children in residential schools that was the reality. Every school had a graveyard. That reality alone should shock us all into action. The action is the key. We can be as upset as we want, we can be as moved as we want, but unless those actions follow, we are still failing.
Madame la Présidente, je remercie chaleureusement mon collègue pour son témoignage. Comme je l’ai mentionné, j’ai été enseignante. J’ai travaillé dans une école intermédiaire dans la ville de Fredericton. Elle donne sur un grand cimetière très connu qui abrite des tombes de personnes parties depuis longtemps. Les enfants commentent souvent le fait que cela les rend tristes de regarder par la fenêtre et de voir un cimetière plutôt qu’un terrain de jeux, par exemple, ou quelque chose de plus joyeux.
Pourtant, pour les enfants autochtones envoyés dans les pensionnats, le cimetière faisait partie intégrante du paysage. Chaque pensionnat avait son cimetière. Rien que ce fait devrait tous nous choquer et nous pousser à agir. Tout repose sur les actes. Nous pouvons bien nous mettre en colère ou être émus, mais tant que nous n’agissons pas, nous n’arriverons à rien.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-05-28 13:49 [p.7580]
Madam Speaker, my hon. colleague is right. There is no justification for inaction on the missing and murdered indigenous women file. If anything, the pandemic has exacerbated issues specifically for women already from vulnerable communities. To see we are potentially using that as an excuse is beyond upsetting.
We also failed to follow through with the recommendations from the royal commission. We failed to follow through with the recommendations from the TRC. We have ticked off a couple boxes, but we are nowhere near what we need to achieve, so I am so frustrated.
Again, I have to mention Bill C-15, and I hope people can understand what I was trying to do with that, which was to educate. We are not there yet. We have to continue these really difficult conversations.
Madame la Présidente, ma collègue a raison. Rien ne justifie l'inaction dans le dossier des femmes autochtones assassinées ou portées disparues. En fait, la pandémie a exacerbé des problèmes existants, en particulier pour les femmes qui vivaient déjà dans des collectivités vulnérables. La possibilité que nous utilisions la crise comme une excuse est plus que troublante.
Nous n'avons pas non plus donné suite aux recommandations de la commission royale, ni aux recommandations de la Commission de vérité et réconciliation. Nous avons coché quelques cases, mais nous sommes très loin de ce que nous devons faire. C'est extrêmement frustrant.
Je dois encore une fois mentionner le projet de loi C-15, et j'espère que les gens peuvent comprendre que je visais en fait à les informer. Nous n'en sommes pas encore là. Nous devons continuer d'avoir ces conversations très difficiles.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-28 13:50 [p.7581]
Madam Speaker, my dear friend and colleague from Fredericton gave a very important speech. I noticed her reference to Chantel Moore, the beautiful young woman from Vancouver Island and Nuu-Chah-Nulth territory who was killed in the area where the hon. member for Fredericton lives and works.
I would like to ask the hon. member if there is any update. Has her family been given any information about how she was murdered during the course of a wellness check?
Madame la Présidente, ma chère amie et collègue de Fredericton a prononcé un discours très important. Elle a mentionné Chantel Moore, la belle jeune femme de l'île de Vancouver et du territoire des Nuu-chah-nulth qui a été tuée dans la région où vit et travaille la députée.
La députée est-elle au courant s'il y a du nouveau? La famille a-t-elle reçu des informations sur la façon dont Mme Moore a été tuée lors d'une vérification de l'état de santé?
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-05-28 13:50 [p.7581]
Madam Speaker, I have to say her name as many times as I can. Chantel Moore's family deserves answers and justice, and our province can no longer sit on that report.
The report has been completed for some time now, and the family needs to see every crossed t and dotted i about what what happened that night. We also need to look across Canada at what wellness checks bring on and what kinds of threats they bring to people of colour and indigenous people across the country. We continue to fail.
Madame la Présidente, je dois répéter son nom aussi souvent que possible. La famille de Chantel Moore mérite d'obtenir des réponses et d'obtenir justice, et la province ne peut plus laisser le rapport sans suite.
Le rapport a été rédigé il y a un certain temps déjà, et la famille a besoin de voir tous les détails de ce qui s'est passé ce soir-là. Nous devons également examiner, dans tout le Canada, en quoi consistent les vérifications de l'état de santé et le genre de risques qu'elles peuvent représenter pour les personnes de couleur et les Autochtones. Nous continuons de ne pas répondre aux attentes.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-27 10:40 [p.7461]
Mr. Speaker, I rise on a point of order. I am seeking unanimous consent to be allowed to participate in this historic apology on behalf of the Green Party.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je demande le consentement unanime afin de pouvoir joindre ma voix à celle de mes collègues pour ces excuses historiques au nom du Parti vert.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-27 10:40 [p.7462]
Mr. Speaker, I thank all my colleagues for giving me the honour of sharing the sentiments of the leaders of the other parties, as the government offers this important, historic apology to the Italians who were interned and to everyone in the Italian Canadian community who was affected by this injustice.
It is obviously never too late to apologize, and I thank my hon. colleagues, the Prime Minister, the Leader of the Opposition and the leader of the New Democratic party.
I was particularly touched by the words of our colleague from Laurentides—Labelle in her speech. She focused on how much this affected the mothers and children who were left behind and the notion of a Canadian child dying from malnutrition while his or her father was wrongly imprisoned for years. All during a war the father did not participate in, so there was no threat to Canada.
This apology is a long time coming for the many who were directly affected, but in turn, are no longer with us. Their children and grandchildren have been long awaiting this apology.
The leader of the official opposition made the point that in 1990 the former prime minister Brian Mulroney made a full apology. However, as was relayed, it was insufficient in that it was not made in the House of Commons. It was certainly a comprehensive, full apology, but it did not have the gravitas the apology today will have.
Another former prime minister attempted to make this right. In 2005, former prime minister Paul Martin put forward a plan for an apology, with funds set aside for reparation and to mark the contributions that Italian Canadians had made, but an election intervened. That specific apology and funds were never designated to their intended recipients, the Italian community of Canada, who had been so wrongly abused through the course of the Second World War.
Finally, we had a private member's bill from the former member for Saint-Léonard—Saint-Michel Massimo Pacetti. He put forward a private member's bill in 2009 to finally have an apology in this House.
Today, thanks to our Prime Minister, and I do thank him, this is the appropriate apology for the Italian Canadian communities and individuals, particularly those who were actually interned, their children and their grandchildren. It is the appropriate apology for all of those affected by this grievous wrong.
The assumption was that Italian Canadians were Fascists. It is very clear that was not the case. People were arrested, taken from their families and did not see them for years.
In our daily press, some historians are now questioning whether we should be careful not to apologize too fully. I reject that because, if people held ideas, if they were persuaded at some point that maybe one or two people may have been part of Fascist organizations, then those people were denied due process. They were thrown in jail. They were not allowed to see their families. This was a wrong.
Most of the people arrested, from the historical records I can find, had nothing whatsoever to do with any political movement. They were loyal Canadians, so let the apology be full. Let it be made clear that the people at that time, Canadians and the prime minister who made this decision, made a mistake, just as we made a mistake when we decided to intern thousands of Japanese Canadians, and as we did when we decided that LGBTQ Canadians could not have a job in the government. There have been many apologies in this place.
There have been so many apologies in this place, but that does not in any way dilute the importance of the apologies to the families of Salvatore Vistarchi and Nicola Doganieri, whose grandson rose through the ranks of the RCMP not knowing his grandfather had been interned.
There is the very touching story of Guido Nincheri, one of Canada's leading artists. If we search the records of his life through our universal source of information these days, Wikipedia, his internment is not mentioned because his achievements as an artist were so extraordinary. It is a small footnote that his family had to fight to get him out of jail because of the wrong assumptions made about what he believed politically.
What we hold in our minds, what we think and care about does not criminalize us, not since the Charter of Rights and Freedoms.
I note with gratitude that our Speaker is the first Italian Canadian to hold the role of Speaker. I note our Minister of Justice, whose name I will not use, is another proud Italian Canadian.
I thank all those in the government who have finally made this apology complete. I thank the Leader of the Opposition, the leader of the New Democratic Party and the Bloc Québécois for making it very clear that all of us appreciate what the Italian Canadian community does for this country day to day, and that we apologize from the bottom of our hearts as best we can in 2021 for the wrongs of 1940.
Monsieur le Président, je remercie tous mes collègues de me donner l'honneur de partager les sentiments des chefs des autres partis en présentant ces importantes excuses historiques aux Italiens qui ont été internés et à toute la communauté italo-canadienne qui a été touchée par cette injustice.
Évidemment, il n’est jamais trop tard pour présenter des excuses. Je remercie mes collègues, le premier ministre, le chef de l’opposition et le chef du Nouveau Parti démocratique.
J’ai été particulièrement touchée par ce que notre collègue de Laurentides—Labelle a dit dans son discours. Elle soulignait à quel point la situation a bouleversé la vie des mères et des enfants laissés derrière, en plus de parler des enfants canadiens qui sont morts de malnutrition pendant que leur père était emprisonné injustement pendant des années. Tout cela pendant une guerre à laquelle le père n’a pas pris part, et qui ne représentait donc aucune menace pour le Canada.
Ces excuses ont tardé à venir pour les nombreuses personnes directement touchées, mais qui ne sont plus parmi nous. Leurs enfants et leurs petits-enfants attendent depuis longtemps ces excuses.
Le chef de l’opposition officielle a souligné qu’en 1990, l’ancien premier ministre, Brian Mulroney, avait offert des excuses complètes. Cependant, comme on l'a mentionné, elles ne suffisaient pas, n’ayant pas été présentées à la Chambre des communes. Il s’agissait sans aucun doute d’excuses complètes, mais elles n’avaient pas le caractère officiel des excuses d'aujourd’hui.
Un autre ancien premier ministre avait tenté de corriger le tir. En 2005, l’ancien premier ministre Paul Martin avait présenté un plan pour offrir des excuses. Des fonds avaient été réservés pour réparer les torts causés aux Canadiens d'origine italienne et souligner leurs contributions. Cependant, des élections ont été déclenchées. Ces excuses particulières et les fonds n’ont jamais été offerts aux personnes concernées, c’est-à-dire la communauté italienne au Canada, qui a été maltraitée injustement au cours de la Deuxième Guerre mondiale.
Enfin, Massimo Pacetti, ancien député de Saint-Léonard–Saint-Michel, avait présenté un projet de loi d’initiative parlementaire, en 2009, afin que des excuses soient enfin présentées dans cette enceinte.
Aujourd’hui, le premier ministre a présenté des excuses en bonne et due forme à l’intention des Canadiens d'origine italienne, tout particulièrement les personnes qui ont été emprisonnées, leurs enfants et leurs petits-enfants. Je l’en remercie. Il s’agit d’excuses appropriées à l’intention de toutes les personnes victimes de ce grave préjudice.
On supposait que les Italo-Canadiens étaient des fascistes. Il ne fait aucun doute que ce n’était pas le cas. Des gens ont été arrêtés, enlevés à leur famille, qui ne les a pas revus pendant des années.
Dans la presse quotidienne, certains historiens se demandent maintenant si nous devrions faire attention de ne pas trop nous excuser. Je rejette cette suggestion parce que, si les gens ont défendu des idées, si le gouvernement était convaincu à un moment donné qu’une ou deux personnes faisaient peut-être partie d’organisations fascistes, alors ces personnes n’ont pas eu droit à l’application régulière de la loi. Elles ont été jetées en prison, sans même avoir le droit de voir leur famille. C’était une erreur.
La plupart des personnes arrêtées, d’après les dossiers historiques que j’ai trouvés, n’avaient absolument rien à voir avec un quelconque mouvement politique. Il s'agissait de loyaux Canadiens, et nos excuses doivent donc être complètes. Qu’il soit bien clair que les gens de l’époque, les Canadiens et le premier ministre qui a pris cette décision, ont fait une erreur, tout comme nous avons fait une erreur lorsque nous avons décidé d’interner des milliers de Canadiens d’origine japonaise et lorsque nous avons décidé que les Canadiens de la communauté LGBTQ ne pouvaient pas occuper un emploi au gouvernement. De nombreuses excuses ont été présentées à la Chambre.
Beaucoup d’excuses ont été présentées dans cette enceinte, mais cela n’enlève rien à l’importance de celles qui ont été présentées aux familles de Salvatore Vistarchi et de Nicola Doganieri, dont le petit-fils a gravi les échelons dans la GRC sans savoir que son grand-père avait déjà été interné.
Il y a aussi l’histoire très touchante de Guido Nincheri, l’un des plus grands artistes du Canada. Si nous fouillons dans les archives de sa vie au moyen de notre source d’information universelle de nos jours, à savoir Wikipédia, son internement n’est pas mentionné parce que ses réalisations en tant qu’artiste étaient extraordinaires. Peu de gens savent que sa famille a dû se battre pour le faire sortir de prison à cause des suppositions erronées faites au sujet de ses convictions politiques.
Ce que nous avons en tête, ce que nous pensons et ce qui nous tient à cœur ne nous criminalise pas, du moins pas depuis la Charte des droits et libertés.
Je souligne avec gratitude que notre Président est le premier Italo-Canadien à occuper ce poste. Je signale aussi que le ministre de la Justice, que je ne nommerai pas, est un autre fier Italo-Canadien.
Je remercie tous les députés qui ont permis que ces excuses soient des excuses complètes. Je remercie le chef de l’opposition, le chef du Nouveau Parti démocratique et le Bloc québécois d’avoir dit très clairement que nous apprécions tous ce que la communauté italo-canadienne fait pour notre pays au quotidien et que nous nous excusons du fond du cœur, autant que faire se peut en 2021, pour les torts causés en 1940.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-27 10:56 [p.7464]
Mr. Speaker, it is an honour to table this petition initiated by constituents in Nanaimo—Ladysmith.
The petitioners are deeply concerned about protecting British Columbia's endangered old-growth forest from logging. As of today, 128 people have been arrested protecting these forests in Fairy Creek, Caycuse, upper Walbran and Edinburgh Mountain.
The petitioners call on the government to work with the province and first nations to immediately halt logging of endangered old-growth ecosystems; fund the long-term protection of old-growth ecosystems as a priority for Canada's climate action plan and reconciliation with indigenous people; support value-added forestry initiatives in partnership with first nations to ensure Canada's forest industry is sustainable; based on the harvesting of second and third-growth forests, ban the export of raw logs and maximize resource uses for local jobs; and ban the use of whole trees for wood pellet biofuel production.
Monsieur le Président, c'est pour moi un honneur de présenter cette pétition lancée par des habitants de Nanaimo—Ladysmith.
Les pétitionnaires sont très préoccupés par l'exploitation des forêts anciennes en péril de la Colombie-Britannique et ils veulent les protéger. À ce jour, 128 personnes ont été arrêtées parce qu'elles protégeaient ces forêts à Fairy Creek, à Caycuse, dans la région supérieure de la vallée Walbran et au mont Edinburgh.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de travailler de concert avec les provinces et les Premières Nations pour faire cesser immédiatement l’exploitation forestière dans les écosystèmes anciens et en péril; de financer la protection à long terme des écosystèmes anciens à titre de priorité du plan d’action climatique du Canada et de la réconciliation avec les peuples autochtones; d’appuyer des initiatives forestières à valeur ajoutée en partenariat avec les Premières Nations afin d’assurer la pérennité de l’industrie forestière du Canada et de veiller à ce qu’elle soit axée sur l’exploitation des forêts secondaires et tertiaires; d’interdire l’exportation de grumes et d’optimiser l’utilisation des ressources pour les emplois locaux; et d’interdire l’utilisation d’arbres entiers dans la production de biocarburant à partir de granule de bois.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-27 10:59 [p.7464]
Madam Speaker, I rise virtually today in the House to present a very critical petition. It is timely and many of my constituents are deeply concerned.
The petition was initiated by constituents within the riding of Nanaimo—Ladysmith. It relates to the situation that is critical for old-growth forests in British Columbia. Of the intact old growth of this province, only 2.7% remains. The petitioners point out three-quarters of that is slated for logging.
Although the normal assumption is that forestry is provincial, the petitioners have identified those critical areas where the federal government has a role in protecting old growth for its critical role in stabilizing climate and its potential for value-added jobs, as well as its role for engagement with first nations communities and for the importance of protecting biodiversity.
The petitioners call on the government to ban the export of raw logs; to work with the province and first nations; to halt the logging where we have seen many arrests at Fairy Creek, the upper Walbran. These areas are in critical danger.
Madame la Présidente, je prends la parole à distance aujourd'hui pour présenter une pétition très importante. Elle porte sur une question pressante, et beaucoup de gens de ma circonscription sont très inquiets.
La pétition a été lancée par des habitants de la circonscription de Nanaimo—Ladysmith. Elle porte sur une situation critique pour les forêts anciennes en Colombie-Britannique. Dans cette province, il ne reste plus que 2,7 % des vieilles forêts intactes. Les pétitionnaires soulignent que les trois quarts de ces forêts font l'objet de plans d'exploitation.
Même si les forêts relèvent généralement des provinces, les pétitionnaires ont soulevé les aspects critiques où le gouvernement fédéral doit intervenir afin de protéger les forêts anciennes qui jouent un rôle essentiel pour stabiliser le climat, qui offrent des possibilités d'emplois à valeur ajoutée et qui touchent aux relations avec les communautés des Premières Nations, sans oublier l'importance de protéger la biodiversité.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement d'interdire l'exportation de grumes, de travailler de concert avec la province et les Premières Nations et de faire cesser l'exploitation forestière à Fairy Creek, où il y a eu de multiples arrestations, ainsi que dans le haut de la vallée Walbran. Ces zones sont gravement menacées.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-27 16:09 [p.7514]
Mr. Speaker, I certainly echo the comments of the hon. member for St. John's East in lamenting that we do not have an independent board for worker safety.
I would also point out for my hon. colleague that both the Canada-Nova Scotia Offshore Petroleum Board and the Canada-Newfoundland and Labrador Offshore Petroleum Board have embedded within the legislation a conflict of interest in that the regulator for environment and for worker safety is also mandated to expand oil and gas production.
This inherent conflict of interest made it very inappropriate that both the Harper Conservatives and the current Liberal government have embedded an environmental assessment, but the offshore petroleum boards can also run the environmental assessment hearings as well as promoting the expansion of oil and gas.
I think it is unlikely my hon. friend for Sturgeon River—Parkland would agree with me, but I find the record of the government entirely on the side of expanding oil and gas in the offshore of both Nova Scotia and Newfoundland and Labrador, failing to provide the kind of independent regulators that were put in place in the United States after the Gulf of Mexico disaster, the Horizon disaster, and in the case of the Cougar helicopter crash, failing to protect the workers.
I wonder if my hon. colleague has considered it from the point of view of this embedded conflict of interest.
Monsieur le Président, je me fais certainement l’écho des observations du député de St. John's-Est pour déplorer moi aussi que nous n’ayons pas de commission indépendante sur la sécurité des travailleurs.
Je soulignerai aussi à l’intention du député que les lois de mise en œuvre de l’Office Canada–Nouvelle-Écosse des hydrocarbures extracôtiers et de l’Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers présentent un conflit d’intérêts, car l’organisme de réglementation de l’environnement et de la sécurité des travailleurs est également chargé d’accroître la production pétrolière et gazière.
Ce conflit d’intérêts inhérent fait qu’il a été très mal venu de la part des conservateurs de Harper et de l’actuel gouvernement libéral de prévoir une évaluation environnementale tout en permettant aux offices des hydrocarbures extracôtiers de tenir les audiences de cette évaluation en plus de faire la promotion de l’expansion pétrolière et gazière.
Il me semble peu probable que le député de Sturgeon River-Parkland soit d’accord avec moi, mais j’estime que le gouvernement agit entièrement en faveur de l’augmentation de l’exploitation pétrolière et gazière au large de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve-et-Labrador en ne mettant pas en place le même genre d’organisme de réglementation indépendant que les États-Unis ont mis en place après la catastrophe de la plateforme Horizon survenue dans le golfe du Mexique, et dans le cas de l’accident de l’hélicoptère Cougar, ce qui revient à ne pas protéger les travailleurs.
Je me demande si le député a réfléchi à la question du point de vue du conflit d’intérêts inscrit dans la loi.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-27 17:04 [p.7521]
Mr. Speaker, I certainly totally agree that this legislation needs to be passed, but in the context of the debate today, I heard something of a fairy tale about a wonderful agency that works well and regulates to protect workers and protects the environment. The fairy tale says that this is the Canada-Newfoundland & Labrador Offshore Petroleum Board. Unfortunately, we know from the Wells report that it should have been much more vigilant when 17 people died in the Cougar crash, but I want to focus also on the negligence of the agency in protecting the environment.
As I said earlier, it has a built-in conflict of interest in that its job is to promote offshore oil and gas. Many scientists, including Professor Ian Jones at Memorial University, whom I am sure the hon. member knows of, and a number of scientists within the Department of Fisheries and Oceans, have lamented that the Canada-Newfoundland & Labrador Offshore Petroleum Board seems to have a fictitious approach to protection for marine mammals from seismic testing. Seismic testing causes noise levels of as much as 260 decibels 24-7 in the offshore.
I wonder if the hon. member would not agree that it would be better to have separate agencies protect workers and protect the environment.
Monsieur le Président, je suis bien d'accord, il faut que ce projet de loi soit adopté, mais dans le contexte du débat actuel, on nous a raconté ce que j'appellerais un conte de fées. Il était question d'un organisme de réglementation fantastique qui n'a pas de problèmes et qui protège autant les travailleurs que l'environnement. Le héros de ce conte de fées est l'Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers. Malheureusement, comme nous l'a appris le rapport Wells, l'Office aurait dû faire preuve d'une plus grande vigilance en ce qui concerne l'écrasement d'un appareil de la compagnie Cougar dans lequel 17 personnes ont perdu la vie, mais je veux aussi parler de la négligence dont a fait preuve l'organisme en matière de protection de l'environnement.
Comme je l'ai dit plus tôt, le rôle même de l'Office relève du conflit d'intérêts, puisqu'il est responsable de faire la promotion de l'exploitation extracôtière du pétrole et du gaz. De nombreux scientifiques, notamment le professeur Ian Jones de l'Université Memorial, que la députée connaît, j'en suis certaine, et un certain nombre de scientifiques du ministère des Pêches et des Océans se sont plaints du fait que l'Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers semblait adopter une approche malavisée concernant la protection des mammifères marins face aux essais sismiques. Ce type d'essais produit un niveau de bruit constant pouvant atteindre 260 décibels au large des côtes.
Je me demande si la députée croit, elle aussi, qu'il serait préférable qu'il y ait un organisme distinct pour assurer la protection des travailleurs et de l'environnement.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-26 16:18 [p.7384]
Madam Speaker, it is an honour to table this petition initiated by constituents in Nanaimo—Ladysmith.
The petitioners are deeply concerned about protecting British Columbia's endangered old-growth forests from logging. Recently, threatened screech owls on the species at risk list were discovered in these forests, but it is clear the B.C. NDP government does not give a hoot.
Therefore, the petitioners are calling on the government to work with the province and first nations to immediately halt logging of endangered old-growth ecosystems, fund the long-term protection of old-growth ecosystems as a priority for Canada's climate action plan and reconciliation with indigenous peoples, support value-added forestry initiatives, in partnership with first nations, to ensure Canada's forestry industry is sustainable and based on the harvesting of second-growth forests, ban the export of raw logs and maximize resource use for local jobs, and ban the use of whole trees for wood pellet biofuel production.
Madame la Présidente, c'est un honneur de présenter cette pétition lancée par des habitants de Nanaimo—Ladysmith.
Les pétitionnaires ont à coeur de protéger les forêts anciennes en péril de Colombie-Britannique de l'exploitation forestière. Des petits-ducs menacés figurant sur la liste des espèces en péril ont récemment été découverts dans ces forêts, mais il est évident que le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique n'en a cure.
Les pétitionnaires demandent donc au gouvernement de collaborer avec la province et les Premières Nations pour faire cesser immédiatement l'exploitation forestière dans les écosystèmes anciens en péril; de financer la protection à long terme des écosystèmes anciens de façon prioritaire dans le cadre du Plan climatique canadien et de la réconciliation avec les peuples autochtones; d'appuyer les initiatives forestières à valeur ajoutée en partenariat avec les Premières Nations afin d'assurer la pérennité de l'industrie forestière du Canada et de veiller à ce qu'elle soit axée sur l'exploitation des forêts secondaires et tertiaires; d'interdire l'exportation de grumes et d'optimiser l'utilisation des ressources pour les emplois locaux et d'interdire l'utilisation d'arbres entiers dans la production de biocarburant à partir de granules de bois.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-05-26 16:19 [p.7384]
Madam Speaker, it is an honour to rise today to table this petition, which states old-growth forests provide immeasurable benefits including carbon sequestration, biodiversity, culture, recreation, education, food and more. The last unprotected, intact old-growth valley on southern Vancouver Island, Fairy Creek, is slated for logging, along with the upper Walbran Valley and other remaining packets of old growth.
The undersigned citizens and residents of Canada call upon the Government of Canada to work with the provinces and first nations to immediately halt logging of endangered old-growth ecosystems, fund the long-term protection of old-growth ecosystems as a priority for Canada's climate action plan and reconciliation with indigenous peoples, support value-added forestry initiatives, in partnership with first nations, to ensure Canada's forestry industry is sustainable and based on the harvesting of second- and third-growth forests, ban the export of raw logs and maximize resource use for local jobs, and ban the use of whole trees for wood pellet biofuel production.
Madame la Présidente, c'est un honneur pour moi de prendre la parole aujourd'hui pour déposer cette pétition, dans laquelle les pétitionnaires déclarent que les forêts anciennes apportent des avantages inestimables, dont la séquestration du carbone, la biodiversité, la culture, les loisirs, l’éducation, l'alimentation et bien plus encore. Fairy Creek, la dernière vieille vallée intacte, mais non protégée du sud de l’île de Vancouver fait l'objet d'un projet d'exploitation, tout comme la région supérieure de la vallée Walbran et d'autres enclaves de forêts anciennes restantes.
Les soussignés, citoyens et résidents du Canada, prient le gouvernement du Canada de collaborer avec les provinces et les Premières Nations pour faire cesser immédiatement l’exploitation forestière dans les écosystèmes anciens et en péril; de financer la protection à long terme des écosystèmes anciens à titre de priorité du plan d’action climatique du Canada sur les changements climatiques et de la réconciliation avec les peuples autochtones; d'appuyer des initiatives forestières à valeur ajoutée en partenariat avec les Premières Nations afin d'assurer la pérennité de l’industrie forestière canadienne et de veiller à ce qu'elle soit axée sur l’exploitation des forêts secondaires et tertiaires; d'interdire l’exportation de grumes et d'optimiser l’utilisation des ressources pour les emplois locaux; et d'interdire l’utilisation d’arbres entiers pour la production de biocarburant à partir de granules de bois.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-26 17:16 [p.7396]
Madam Speaker, it is an honour and privilege to rise today from the territory of the Snuneymuxw First Nation, and to serve the communities of Nanaimo—Ladysmith in the territories of the Snaw-naw-as, Stz'uminus and Lyackson First Nations.
The budget is over 700 pages long and the budget implementation act is over 300 pages long, so there is a lot of ground to cover in a short speech. I have picked some of the key positive and negative aspects to highlight.
A national child care system is a program the Green Party has been calling for for decades. This program is needed more urgently than ever, as we begin to address the heavy impact the pandemic has had on working mothers. The Province of Quebec has been providing low-cost child care for the past two decades, and researchers have studied what has been successful there and what has not. I am encouraged to see the government supporting the not-for-profit model. We must not allow the quality of child care or the quality of—
Madame la Présidente, c'est un honneur et un privilège de prendre la parole aujourd'hui depuis le territoire de la Première Nation Snuneymuxw, et de servir les communautés de Nanaimo—Ladysmith sur les territoires des Premières Nations Snaw-naw-as, Stz'uminus et Lyackson.
Le budget fait plus de 700 pages et la loi d'exécution du budget plus de 300, alors il y a beaucoup à dire dans une courte intervention. J'ai choisi de souligner quelques éléments positifs et négatifs importants.
Le Parti vert appelle de ses vœux la mise en place d'un système national de garderies depuis des décennies, et nous en avons besoin aujourd'hui plus que jamais au moment où nous tentons de remédier aux conséquences désastreuses que la pandémie a eues pour les mères au travail. Le Québec offre des services de garde d'enfants à faible coût depuis deux décennies, et des chercheurs ont étudié ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Je trouve encourageant de voir que le gouvernement est en faveur d'un modèle à but non lucratif. Nous ne devons pas permettre que la qualité des services de garde ou la qualité des...
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-26 17:17 [p.7396]
Madam Speaker, the budget makes some positive steps toward addressing the affordable housing and homelessness crisis in Canada. Unfortunately, it is not enough to make up for decades of neglect by the federal government. Housing is a human right, recognized in international law and affirmed in the national housing strategy. Much more needs to be done to ensure that right is respected. Weak regulations have allowed our housing market to be used by the global ultrawealthy for tax evasion and money laundering. These activities have driven up the cost of housing to unsustainable levels and it continues to climb. Where does this end?
We should be looking at regulations to protect Canada's residential real estate market. Many countries have regulations that restrict foreign buyers. I have heard both Conservatives and Liberals talk about how much they love foreign direct investment. When people earning median incomes can no longer afford to own or rent a home without spending 50% or more of their income, is foreign direct investment in housing benefiting Canadians? Housing prices in Canada have gone up an average of 30% in the past year. We have barely begun to see the fallout of that.
The investment in Canada's nature legacy is a very welcome addition, especially the funding directed to indigenous protected and conserved areas, or IPCAs. Reconnecting indigenous people back to their traditional lands is key to reconciliation. A sixth mass extinction is happening right now. Species are disappearing at a rapid rate, and we are losing important and endangered ecosystems around the planet. The endangered big tree old-growth ecosystems on Vancouver Island are a perfect example of where the funding from Canada’s nature legacy should be spent. Indigenous protected and conserved areas would put land under the control and authority of local first nations. This ensures long-term economic development built on harvesting second-growth forests and creating value-added forest products, while preserving old growth for eco-tourism and traditional practices.
Low-income seniors in my riding have been asking for additional pandemic relief and for a permanent increase in the old age security. The budget promises that old age security will increase in 2022, a year from now, but only for seniors over the age of 75. This is creating two classes of seniors: those 75 and up and those under 75. This is going to force more seniors to continue working in jobs that young people could be filling.
It is positive that the government is moving toward national standards for long-term care, but bolder action needs to be taken. The pandemic has exposed glaring deficiencies in some provinces that allowed for the warehousing of seniors in for-profit homes. Serious action should be taken against private for-profit long-term care homes that used pandemic relief funding to give executives and shareholders a bonus instead of fixing deficiencies.
The government has made a good start with additional support for students during the pandemic, with interest relief and an increase in student grants, but it is time to take bold action to bring Canada fully into the knowledge-based economy. It is time to follow the lead of northern European countries and make post-secondary education in this country tuition-free.
The Green Party has long been calling for improvements to our health care system, with an increase of health transfers and a system that recognizes provincial demographic differences. There is an incremental move toward universal pharmacare, but we need bolder steps to ensure Canadians have access to the medicine they need. We have been calling for universal pharmacare, universal dental care, universal mental health services, wellness care and a patient-centred focus on health and well-being to keep people out of the sickness care system, because we know that all of these things will save money in the long run and keep Canadians healthier.
Small businesses are going to have a more difficult recovery than large multinational companies that have been able to ride out the storm with big box stores and online sales. Small and medium-sized enterprises are the lifeblood of the economy. They hire the vast majority of private sector workers. Special consideration needs to be given to ensure that the hundreds of thousands of small and medium-sized businesses across this country are able to recover. The wage subsidy ends in September. Many businesses in my riding need help well beyond September.
This is Tourism Week. The budget commitments to the tourism industry are not enough. Tourism's contribution to the economy is underestimated. Tourism employs more people than oil and gas in Canada, and $500 million is not adequate to meet the needs of tourism operators across the country, especially for those who will not be in full operation again until at least 2022.
I hear from constituents like Shelley and Dave, who own and operate CruisePlus, a company that books tours in Canada and around the world. When the pandemic hit, they and their team worked hard to get Canadians home and cancel bookings. They have struggled to stay afloat during the pandemic. They have lost well-trained, loyal employees and are concerned about the end of the wage subsidy. They will lose support before they are expecting to be able to restart their business in a serious way.
The plan to lower the Canada recovery benefit from the current $500 a week to $300 a week by July needs to be re-examined. Workers are still struggling and may not be able to find enough work to compensate for that reduction.
The pandemic has demonstrated the need to improve our social safety net with a guaranteed livable income. We are going to see additional shocks to our economy with automation, artificial intelligence and climate change. A guaranteed livable income can help ensure that no one falls through the cracks as we navigate these new realities.
How will we pay for all these things? During the peak of the pandemic, more than 5.5 million Canadian workers lost their jobs or were working half of their normal hours. More than half of Canadians are within $200 of not being able to cover their monthly bills. At the same time, Canada's 48 richest billionaires increased their wealth by $78 billion and now have almost a quarter of a trillion dollars among them. We now know that some large corporations used taxpayer-funded relief programs to pay their shareholders and executives huge bonuses. That is disgusting.
Canada needs an increase in the progressive tax rate at the higher income brackets. We also need a wealth tax and an inheritance tax for the ultrawealthy. It is time to close tax loopholes that allow them to offshore their wealth and avoid paying taxes. It is time to tax the Internet giants that extract billions from our economy. Big banks and credit card companies have been raking in profits through increased user fees and interest rates they charge to consumers and businesses, and payday lenders are trapping low-income people into predatory loans with terms designed to keep them in endless cycles of debt. This is unacceptable. How have we let income inequality reach this point? All of these things could have been dealt with in this budget.
Over and over again during this debate, I have heard the Conservatives call on the government to spend less. They caution about deficits and increasing debt. I agree with them in at least one area: We need to end all taxpayer handouts to the fossil fuel industry. Real climate action requires that we cut all funding to the Trans Mountain pipeline expansion project, cut all subsidies to fracking companies and put them on notice that their climate-destroying practice will be banned within the year, and make the costs of industrial cleanup a non-dischargeable debt so we can stop subsidizing the cleanup of abandoned wells. The fossil fuel industry is a sunset industry. It is time to stop propping it up and invest those billions in a just transition to a renewable energy economy.
While there are a number of things that are positive in this budget, it falls short of dealing with the challenges of our time. We are in a climate emergency and we have growing inequality. Canada can and must do better for people and the planet. I will continue to work toward that goal.
Madame la Présidente, le budget contient des mesures positives pour s’attaquer à la crise du logement abordable et de l’itinérance au Canada. Malheureusement, il ne suffit pas de compenser des décennies de négligence de la part du gouvernement fédéral. Le logement est un droit de la personne reconnu en droit international et confirmé dans la Stratégie nationale sur le logement. Il faut faire beaucoup plus pour que ce droit soit respecté. La faiblesse de la réglementation a permis aux ultrariches du monde entier de profiter de notre marché immobilier aux fins d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent. Ces activités ont fait grimper le coût du logement à des niveaux insoutenables et ce n’est pas fini. Où cela s’arrêtera-t-il?
Nous devons envisager une réglementation pour protéger le marché immobilier résidentiel du Canada. De nombreux pays ont des règlements qui restreignent les transactions par des acheteurs étrangers. J’ai entendu les conservateurs et les libéraux dire à quel point ils aiment les investissements étrangers directs. Lorsque les gens qui gagnent un revenu médian ne peuvent plus se permettre d’acheter ou de louer une maison sans dépenser 50 % ou plus de leur revenu, l’investissement étranger direct dans le logement profite-t-il aux Canadiens? Le prix des maisons au Canada a augmenté en moyenne de 30 % au cours de la dernière année. Nous commençons à peine à en voir les conséquences.
L’investissement dans le patrimoine naturel du Canada est un ajout très bienvenu, surtout le financement destiné aux aires protégées et de conservation autochtones, ou APCA. Rétablir le lien entre les peuples autochtones et leurs terres ancestrales est essentiel à la réconciliation. Nous assistons actuellement à une sixième extinction de masse. Les espèces disparaissent rapidement et nous perdons des écosystèmes importants et menacés partout sur la planète. Les grands écosystèmes de peuplements d’arbres matures menacés sur l’île de Vancouver sont un parfait exemple de la façon dont le financement du patrimoine naturel du Canada doit être dépensé. Les aires protégées et de conservation autochtones placeront les terres sous le contrôle et l’autorité des Premières Nations locales. Cela assurera un développement économique à long terme fondé sur l’exploitation des forêts de seconde venue et la création de produits forestiers à valeur ajoutée, tout en préservant les peuplements d’arbres matures pour l’écotourisme et les pratiques ancestrales.
Les aînés à faible revenu de ma circonscription ont demandé un allégement supplémentaire en raison de la pandémie et une augmentation permanente de la Sécurité de la vieillesse. Le gouvernement a promis dans le budget que la Sécurité de la vieillesse augmentera en 2022, soit dans un an, mais seulement pour les aînés de plus de 75 ans. Cela crée deux catégories d’aînés, à savoir ceux de 75 ans et plus et ceux de moins de 75 ans. Cela forcera un plus grand nombre d’aînés à continuer d’occuper des emplois auxquels des jeunes auraient pu autrement accéder.
Que le gouvernement s’oriente vers des normes nationales pour les soins de longue durée est un signe positif, mais des mesures plus audacieuses doivent être prises. La pandémie a révélé des lacunes flagrantes dans certaines provinces qui ont permis l’entreposage d’aînés dans des foyers à but lucratif. Des mesures rigoureuses doivent être prises contre les foyers de soins de longue durée privés à but lucratif qui ont utilisé les fonds de secours de la pandémie pour accorder une prime aux dirigeants et aux actionnaires au lieu de corriger les lacunes.
Le gouvernement a pris un bon départ en accordant un soutien supplémentaire aux étudiants pendant la pandémie, avec une exemption d’intérêt et une augmentation des bourses d’études, mais il est temps de prendre des mesures audacieuses pour faire entrer pleinement le Canada dans l’économie du savoir. Il est temps de suivre l’exemple des pays d’Europe du Nord et de rendre l’éducation postsecondaire gratuite dans notre pays.
Le Parti vert réclame depuis longtemps l’amélioration de notre système de soins de santé, avec une augmentation des transferts de santé et un système qui reconnaît les différences démographiques provinciales. Il y a un mouvement progressif vers l’assurance-médicaments universelle, mais nous avons besoin de mesures plus audacieuses pour assurer que les Canadiens ont accès aux médicaments dont ils ont besoin. Nous demandons l’instauration d’un régime universel d’assurance-médicaments, de soins dentaires, de services de santé mentale, de soins de mieux-être et d’une approche axée sur la santé et le bien-être des patients afin d’éviter que les gens n’aient recours au système de soins de santé, car nous savons que toutes ces mesures permettront d’économiser de l’argent à long terme et de garder les Canadiens en meilleure santé.
Les petites entreprises auront plus de mal à se remettre de la crise que les multinationales qui ont pu résister à la tempête grâce aux magasins grande surface et aux ventes en ligne. Les petites et moyennes entreprises sont le poumon de l’économie. Elles emploient la grande majorité des travailleurs du secteur privé. Une attention particulière doit être accordée pour s’assurer que les centaines de milliers de petites et moyennes entreprises à travers le pays sont en mesure de se rétablir. La subvention salariale prend fin en septembre. De nombreuses entreprises de ma circonscription ont besoin d’aide bien au-delà de septembre.
C’est la semaine du tourisme. Les engagements budgétaires envers l’industrie touristique ne sont pas suffisants. La contribution du tourisme à l’économie est sous-estimée. Le tourisme emploie plus de personnes que le pétrole et le gaz au Canada, et 500 millions de dollars ne sont pas suffisants pour répondre aux besoins des exploitants touristiques de tout le pays, surtout pour ceux qui ne seront pas de nouveau en pleine activité avant au moins 2022.
J’entends des électeurs comme Shelley et Dave, qui possèdent et exploitent CruisePlus, une entreprise qui réserve des circuits au Canada et dans le monde entier. Lorsque la pandémie a frappé, eux et leur équipe ont travaillé dur pour ramener les Canadiens chez eux et annuler les réservations. Ils se sont battus pour rester à flot pendant la pandémie. Ils ont perdu des employés loyaux et bien formés et s’inquiètent de la fin de la subvention salariale. Ils perdront leur soutien avant d’espérer pouvoir redémarrer sérieusement leur activité.
Le projet de réduire l’allocation de rétablissement du Canada de 500 $ par semaine actuellement à 300 $ par semaine d’ici juillet doit être réexaminé. Les travailleurs sont toujours en difficulté et pourraient ne pas être en mesure de trouver suffisamment de travail pour compenser cette réduction.
La pandémie a démontré la nécessité d’améliorer notre filet de sécurité sociale avec un revenu vital garanti. Notre économie subira d’autres chocs encore avec l’automatisation, l’intelligence artificielle et les changements climatiques. Un revenu vital garanti peut contribuer à faire en sorte que personne ne passe à travers les mailles du filet tandis que nous naviguons dans ces nouvelles réalités.
Comment allons-nous payer toutes ces choses? Au plus fort de la pandémie, plus de 5,5 millions de travailleurs canadiens ont perdu leur emploi ou travaillaient la moitié de leurs heures normales. Plus de la moitié des Canadiens sont à moins de 200 $ de ne pas pouvoir payer leurs factures mensuelles. En même temps, les 48 milliardaires les plus riches du Canada ont augmenté leur fortune de 78 milliards de dollars et possèdent désormais collectivement près d’un quart de billion de dollars. Nous savons maintenant que certaines grandes sociétés ont utilisé les programmes d’aide financés par les contribuables pour verser à leurs actionnaires et à leurs dirigeants d’énormes primes. C’est dégoûtant.
Le Canada a besoin d’une augmentation du taux d’imposition progressif dans les tranches de revenu supérieures. Nous avons également besoin d’un impôt sur la fortune et d’un impôt sur la succession pour les personnes richissimes. Il est temps de supprimer les échappatoires fiscales qui leur permettent de délocaliser leur richesse et d’éviter de payer leur impôt. Il est temps de taxer les géants de l’Internet qui extraient des milliards de notre économie. Les grandes banques et les sociétés de cartes de crédit ont accumulé des profits grâce à l’augmentation des frais d’utilisation et des taux d’intérêt qu’elles facturent aux consommateurs et aux entreprises, et les prêteurs sur salaire piègent les personnes à faible revenu dans des prêts prédateurs dont les conditions sont conçues pour les maintenir dans des cycles d’endettement infinis. Cette situation est inacceptable. Comment avons-nous laissé l’inégalité des revenus atteindre un tel niveau? Toutes ces choses auraient pu être réglées dans ce budget.
À maintes reprises au cours de ce débat, j’ai entendu les conservateurs demander au gouvernement de dépenser moins. Ils mettent en garde contre le déficit et l’augmentation de la dette. Je suis d’accord avec eux dans au moins un domaine: nous devons mettre fin à toutes les subventions des contribuables à l’industrie des combustibles fossiles. Une véritable action pour le climat exige que nous coupions tout financement au projet d’expansion du pipeline Trans Mountain, que nous supprimions toutes les subventions aux entreprises de fracturation et que nous les avertissions que leur pratique destructrice du climat sera interdite d’ici un an, et que nous fassions des coûts de l’assainissement industriel une dette dont il est impossible de se libérer afin de pouvoir cesser de subventionner le nettoyage des puits abandonnés. L’industrie des combustibles fossiles est une industrie en déclin. Il est temps d’arrêter de la soutenir et d’investir plutôt ces milliards dans une transition équitable vers une économie fondée sur les énergies renouvelables.
Bien qu’il y ait un certain nombre d’éléments positifs dans ce budget, il ne répond pas aux défis de notre époque. Nous sommes en situation d’urgence climatique et les inégalités se creusent. Le Canada peut et doit faire mieux pour les gens et la planète. Je continuerai à travailler dans ce sens.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-26 17:27 [p.7398]
Madam Speaker, having a universal child care program is well beyond its time. The Liberals have been promising this since their “Red Book” in 1993. I hope that we pull through with this and actually make it happen, because I have heard from constituents that they want this, and Canadians across Canada have been asking for a universal child care program for a long time. We have seen it work in Quebec. We know we can make it work in the rest of the provinces by working with them on this issue.
Madame la Présidente, il est grand temps de mettre en place un programme universel de garderies. Les libéraux le promettent depuis leur Livre rouge de 1993. J’espère que cette fois sera la bonne, parce que c’est ce que les contribuables de ma circonscription me disent et que c’est ce que les Canadiens de partout au Canada demandent depuis longtemps. Nous savons qu’un tel programme a donné de bons résultats au Québec et qu’il pourrait en être de même dans toutes les autres provinces si nous travaillons avec elles à cette fin.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-26 17:28 [p.7398]
Madam Speaker, it would seem that the hon. member has missed a good piece of my speech where I talked about small and medium-sized businesses across this country employing a vast number of Canadians and how important that is to our economy.
Small and medium-sized businesses are very important to my riding of Nanaimo—Ladysmith. That is why I was asking for extensions to the wage subsidy, to make sure that we protect our small and medium-sized enterprises. During this pandemic, the big box stores and the multinationals have been able to weather the storm by keeping their big box stores open and by doing online sales.
We need to protect our small and medium-sized businesses. I am absolutely onside with that.
Madame la Présidente, il semble que le député ait raté une bonne partie de mon discours, lorsque j’ai parlé du fait que les petites et moyennes entreprises de partout au pays emploient un grand nombre de Canadiens et qu’elles sont très importantes pour notre économie.
Les petites et moyennes entreprises jouent un rôle très important dans ma circonscription, Nanaimo—Ladysmith, et c’est pourquoi je demandais que la subvention salariale soit prolongée pour les protéger. Les grands magasins et les multinationales ont pu traverser la pandémie sans trop de dommages en gardant leurs portes ouvertes et en faisant des ventes en ligne.
Il faut protéger nos petites et moyennes entreprises. J’adhère sans réserve à cette idée.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-26 17:30 [p.7398]
Madam Speaker, the wage subsidy was put in place to ensure that employers were able to keep staff on. Companies and political parties need to be able to justify taking the wage subsidy. We have seen it being abused by large corporations, and that is a problem.
At the very beginning of the pandemic, we said that we should have specific rules to ensure that there was no pandemic profiteering and misuse of public funds during this pandemic. Those warnings were not heeded. We have seen the misuse of funds, and that is a serious problem.
Madame la Présidente, la subvention salariale a été créée pour que les employeurs puissent garder leur personnel. Les entreprises et les partis politiques qui en ont bénéficié doivent se justifier. Nous avons vu que de grandes sociétés ont abusé de cette subvention et c’est un problème.
Au tout début de la pandémie, nous avons dit qu’il fallait des règles précises pour que personne ne profite de la pandémie pour détourner des fonds publics. Il n’a pas été tenu compte de ces avertissements. Nous avons vu utiliser des fonds à mauvais escient, et le problème est grave.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-26 17:31 [p.7399]
Madam Speaker, we absolutely need to end subsidies for the oil and gas industry, and that includes provincial subsidies for the fracking industry, which has had $6 billion for LNG Canada to export fracked gas from this country. That is going to be a stranded asset. It is going to be wasted taxpayer dollars, the same way that Trans Mountain—
Madame la Présidente, nous devons absolument cesser de subventionner le secteur pétrolier et gazier, ce qui inclut les subventions provinciales à l’industrie de la fracturation, qui a touché 6 milliards de dollars pour que LNG Canada exporte du gaz canadien extrait par fracturation. Ce sera un actif délaissé et de l’argent des contribuables gaspillé, comme pour Trans Mountain…
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-25 10:34 [p.7282]
Madam Speaker, I thank my colleague from Saint-Hyacinthe—Bagot.
I want to ask a more general question about Quebec's jurisdiction. Quebec is ahead of the rest of Canada. Thirteen years ago, we had the opportunity to pass a law to ban the use of carcinogenic pesticides across Canada.
The Bloc Québécois blocked this bill in a minority Parliament, saying that it intruded on provincial responsibilities. There are a number of issues like that where jurisdictions are shared.
I therefore want to ask my colleague this: Would it not be better to have bills that seek to improve people's health and protect the environment?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Saint-Hyacinthe—Bagot.
Je veux poser une question plus générale. Il s'agit de la question de la compétence de la province du Québec. Le Québec est en avance par rapport à tout le reste du Canada. Il y a 13 ans, nous avons eu la possibilité d'adopter une loi pour interdire l'utilisation partout au Canada des pesticides qui sont carcinogènes.
Le Bloc québécois a bloqué ce projet de loi dans un Parlement minoritaire en disant que c'était une intrusion dans les responsabilités provinciales. Or, il existe plusieurs autres questions comme celle-là pour lesquelles les compétences sont mélangées.
Je veux donc demander ce qui suit à mon collègue: ne serait-il pas mieux d'avoir des projets de loi qui visent une meilleure santé pour la population et la protection de l'environnement?
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-25 15:57 [p.7332]
Mr. Speaker, like my hon. colleague from Kenora, I have tremendous concerns for the tourism sector. Unlike him, I do not think that the $500 million announced comes close to what is needed for the sector. There was a further billion dollars announced for Destination Canada to advertise Canadian tourism, which normally I would cheer. I have had owners of very substantial tourism operations in my own riding express sad concern that the promotion from Destination Canada, the $1 billion, will be for places that no longer exist.
How can we move to do more to assist the tourism sector as we move forward through a very tough year for it?
Monsieur le Président, comme le député de Kenora, je suis très inquiète pour le secteur du tourisme. Contrairement à lui, je ne pense pas que les 500 millions de dollars annoncés soient à la hauteur des besoins du secteur. Il y a 1 milliard de dollars supplémentaires qui ont été annoncés pour que Destination Canada fasse la promotion du tourisme canadien, ce que j’applaudirais en temps normal. Toutefois, des propriétaires d’entreprises touristiques très importantes de ma circonscription m’ont dit craindre que la promotion faite par Destination Canada, grâce à ce milliard de dollars, concerne des endroits qui n’existent plus.
Que pouvons-nous faire pour aider davantage le secteur du tourisme en cette année très difficile pour lui?
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-25 19:09 [p.7361]
Madam Speaker, how we measure the value of things says a lot about who we are as a people and as a society.
Currently we measure the performance of our economy by gross domestic product. GDP measures the market value of all goods produced and services provided in a given period of time.
When the consumption of goods and services goes up, so too does the GDP, regardless of whether the effects on people and society are positive or negative. For example, if a couple gets a divorce, it is great for the GDP. There are lawyers' fees to pay, and if the divorce proceedings go to court, the bills are even higher.
The former spouses now have separate homes and greater expenses than when they lived together. If they have children, the cost of setting up two homes for the kids increases expenses even more. If things go horribly wrong, and an angry spouse burns down the family home or totals the car, that is a bonus for GDP growth. However, what is the real cost of all this economic activity?
Healthy family relationships are integral for childhood development, and many divorces have a negative impact on that development. GDP does not account for the personal and social value of happy healthy families. GDP also does not account for the value of a healthy, biodiverse environment. When one is only measuring GDP, an old growth forest ecosystem has no value until it has been clear cut and turned into lumber.
Nobel Prize-winning economist Joseph Stiglitz is among the economists arguing that gross domestic product fails to capture the impact of climate change, inequality, digital services and other phenomena shaping modern societies. He points out that GDP failed to reveal distortions in the bloated U.S. housing market, which triggered the 2008 financial crash.
Some economists refer to GDP as gross depletion of the planet. At a rate of 3% GDP growth annually, we double the size of our economy every 24 years. That means we also double the exploitation and consumption of resources, which is completely unsustainable. If all humans consumed and disposed of products and materials the way the average North American did, we would need seven planets for the necessary resources.
GDP only values things that can be commodified. In a society where GDP is the main measurement, efforts to protect the environment can never succeed. There might be occasional small wins, but the endless drive to turn everything into money will always triumph because unexploited nature has no value on a balance sheet. The crash in biodiversity is the inevitable result of an economy and society that only values GDP growth.
While it would not make sense to completely eliminate GDP as a measurement, it needs to be tied to other indicators, such as the United Nations human development index, which adds together consumption, life expectancy and educational performance at the country level. Another option is the genuine progress indicator, or GPI, which incorporates environmental and social factors that are not measured by GDP. For example, GPI decreases in value when poverty rates increase. The GPI separates the concept of societal progress from economic growth.
It is time to adopt measurements of well-being that support healthy and happy humans, healthy and happy societies, and a healthy, resilient environment.
Madame la Présidente, la façon dont nous déterminons la valeur des choses en dit long sur nous en tant que peuple et société.
À l'heure actuelle, nous mesurons le rendement de notre économie en fonction du produit intérieur brut. Le PIB détermine la valeur marchande de tous les biens produits et tous les services fournis au cours d'une période donnée.
Lorsque la consommation de biens et de services augmente, il en va de même pour le PIB, peu importe que les effets sur les personnes et la société soient positifs ou négatifs. Par exemple, si un couple divorce, c'est excellent pour le PIB. Il y a les honoraires des avocats à payer et les factures sont encore plus élevées si la procédure de divorce est portée devant les tribunaux.
Les anciens conjoints ont maintenant des logements séparés et ils ont plus de dépenses que lorsqu'ils vivaient ensemble. S'ils ont des enfants, les coûts nécessaires pour créer deux foyers pour les enfants augmentent davantage les dépenses. Si les choses tournent mal et un conjoint en colère met le feu à la maison familiale ou détruit la voiture, c'est un bonus pour la croissance du PIB. Cependant, quel est le coût réel de toute cette activité économique?
Les relations familiales saines font partie intégrante du développement de l'enfant, et de nombreux divorces ont des conséquences négatives sur ce développement. Le PIB ne tient pas compte de la valeur personnelle et sociale des familles heureuses. Le PIB ne tient pas compte non plus de la valeur d'un environnement sain et biodiversifié. Quand on ne tient compte que du PIB, l'écosystème d'une forêt ancienne n'a aucune valeur jusqu'à ce qu'on y fasse une coupe à blanc pour produire du bois d'œuvre.
L'économiste lauréat d'un prix Nobel Joseph Stiglitz compte parmi les économistes qui soutiennent que le calcul du produit intérieur brut ne permet pas de saisir les répercussions des changements climatiques, des inégalités, des services numériques et d'autres phénomènes qui façonnent les sociétés modernes. Il fait remarquer que le PIB n'a pas fait ressortir les distorsions du marché de l'immobilier surévalué des États-Unis à l'origine de la crise financière de 2008.
Certains économistes font référence au PIB comme un indicateur de l'épuisement de la planète. Avec une croissance annuelle de 3 % du PIB, la taille de l'économie double tous les 24 ans. Dans la même foulée, l'exploitation et la consommation des ressources doublent elles aussi, ce qui est absolument insoutenable. Si tous les humains consommaient et éliminaient les produits et les matières comme le fait le Nord-Américain moyen, il nous faudrait sept planètes pour disposer des ressources nécessaires.
Le PIB ne valorise que les choses qui peuvent devenir une marchandise. Dans une société où le PIB est la principale mesure, les efforts de protection de l'environnement ne pourront jamais porter leurs fruits. Il peut y avoir de petites victoires occasionnelles, mais la volonté de tout rentabiliser l'emportera toujours, car la nature non exploitée n'a aucune valeur financière. L'effondrement de la biodiversité est le résultat inévitable d'une économie et d'une société qui ne valorisent que la croissance du PIB.
Certes, il ne serait pas judicieux d'éliminer complètement le PIB en tant que mesure, mais il doit être assorti d'autres indicateurs, tels que l'indice de développement humain des Nations unies, qui tient aussi compte de la consommation, de l'espérance de vie et du niveau d'éducation au niveau national. Une autre option est l'indicateur de progrès réel, qui intègre des facteurs environnementaux et sociaux qui ne sont pas mesurés par le PIB. Par exemple, la valeur de l'indicateur de progrès réel diminue lorsque le taux de pauvreté augmente. L'indicateur de progrès réel sépare le concept de progrès sociétal de la croissance économique.
Il est temps d'adopter des mesures du bien-être qui favorisent des êtres humains sains et heureux, des sociétés saines et heureuses et un environnement sain et résilient.