Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 150000
View Francis Drouin Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I am pleased to rise virtually in the House today to speak to Bill C-206.
I would like to thank my colleague, the member for Northumberland—Peterborough South. I am sure he has had many discussions with farmers.
I also want to thank Michel Dignard and Réjean Pomainville, two farmers from my region I greatly respect and who informed me of the impact that the changes could have on farms. I am very grateful to them.
Personally, I supported the bill because I made a commitment to those two farmers. I want to thank them. They did the right thing by telling me about the potential repercussions this could have on farming.
The bill seeks an exemption to the price on pollution. There are computerized grain dryers, but they are still rather rare in Canada. Most farmers have to use propane dryers, and those who are lucky enough to have a natural gas connection can use a natural gas dryer.
Given that the price of the carbon tax will increase to $170 by 2030, we hope that new technologies will be available on the market by then. I am sure that our government will present potential solutions and that it will invest to enable our farmers to take advantage of those solutions, which must, of course, be market solutions.
Climate change is real. For example, we know that the oil and transportation sectors account for approximately 52% of greenhouse gases produced in Canada, the heavy industries account for about 10%, and the agricultural sector accounts for roughly 10% as well.
We are trying to reduce the effects of climate change in the agricultural sector. The goal is not to penalize our farmers but to decarbonize their suppliers.
I supported Bill C‑206, and I also support the objectives and changes that our government presented.
The rebate program for farmers, which will allocate an estimated $100 million to the four provincial jurisdictions that have decided not to put a price on pollution, is a recognition by our government that we have to decarbonize the way we dry grain. However, right now those technologies may not be available to the majority of farmers. Obviously, by 2030 the price on pollution will rise to $170 a tonne, which sends a market signal to those who create new technologies to adapt technology so that it is not necessarily carbon heavy. That is where I believe we need to go. It is the only way to decarbonize our economy.
We know the ag sector contributes 10% of our greenhouse gases. However, I know that farmers have done a tremendous job, such as our egg farmers, who are able to produce more than 50% of what they used to 50 years ago while reducing their carbon emissions by 50%. There are positive stories out there. Farmers have adopted new technologies, whether they are biodigesters, solar panels or those to make their dairy barns extremely energy efficient. They are doing a fantastic job. What we are trying to do now is decarbonize the majority of their suppliers.
I was happy to hear that there is now a $200-million fund to help with the adoption of cover crops. I think that is an extremely important domain of science. If we could reward farmers so that cover crops play an even bigger role in capturing carbon, it would be an extremely good news story. The world will be looking at our net-zero products, and whether it is our produce or the other things that farmers grow, farmers will always be there. However, I think cover crops have a major role to play. I have started seeing farmers adopt it in my riding. Not everyone is, but some surely are, and the $200-million fund that was presented in budget 2021 will be there to help and guide them.
Last week, the Minister of Agriculture and Agri-Food launched the agricultural clean technology program, which has a fund of $165 million. There will be some money there to help farmers improve their green energy and energy efficiency, and help them further adopt precision agriculture. When we think about precision agriculture, we know there used to be days when farmers would just lay fertilizer across the land. Nowadays they can actually pinpoint, to the plant and to the row, where they need to put fertilizer, should they need it, to help improve plant health. That is the way of the future. The fertilizer industry has a role to play, and it is stepping up to play that particular role. Soil health is another important conversation we need to have in this country, and I think farmers want to be part of this particular conversation.
To get back to the matter at hand, as I said at the beginning of my speech, I have supported Bill C-206 because of a simple commitment that I made to two farmers back home. I certainly do not support an exemption that would last forever, but I do know that technologies will be available to our farmers. With the funds that were announced through budget 2021, there will be some dollars to help farmers adopt new technologies on the farm.
Grain drying is something that I will be looking at in my riding to see who has the most efficient method. It is part of my summer pet project to visit farms once it is safe to do so. It will help me better understand where farmers could make changes and where they might not necessarily have to rely on traditional technologies.
I want to raise another issue. Earlier we talked about cover crops and our government's $200 million fund for cover crops. There are a lot of trees on our farmland, and deforestation of private lands is a major problem.
I am not trying to single out farmers, because I know they are doing what they have to do to earn an income and support their families. However, part of that $200 million our government announced is for a reverse auction program, which is a really interesting initiative that encourages farmers to conserve existing wetlands and trees on their private property to capture carbon. These are all measures we announced in budget 2021 to help farmers reduce on-farm greenhouse gas emissions. This is an important thing to do because that is where the industry is heading.
I think we would be sending a wonderful message to the rest of the world if we could produce food while having a positive impact on the environment and limiting our greenhouse has production. We would be the envy of the world, and I think that is how Canada should position itself.
Again, I thank my colleague from Northumberland—Peterborough South for his bill, which I support. I wish him luck. Even though this bill will not help the green transition, it is an important part of the conversation.
Monsieur le Président, j'ai le plaisir de prendre la parole, de manière virtuelle, au sujet du projet de loi C‑206.
Je tiens à remercier mon collègue le député de Northumberland—Peterborough-Sud. Je suis certain qu'il a eu plusieurs conversations avec les agriculteurs.
Je veux aussi remercier deux agriculteurs de ma région qui m'ont informé des répercussions que les changements pouvaient avoir sur la ferme. Ce sont des agriculteurs pour lesquels j'ai un grand respect: M. Michel Dignard et M. Réjean Pomainville. Je les apprécie beaucoup.
Personnellement, j'ai appuyé le projet de loi parce que j'ai pris un engagement envers ces deux agriculteurs. Je tiens à les remercier; ils ont fait un excellent travail en m'informant des répercussions potentielles sur la ferme.
L'objectif du projet de loi vise une exemption du prix sur la pollution. Il existe des technologies pour les séchoirs à grains, mais elles sont peut-être encore plutôt rares au Canada. La majorité des agriculteurs doivent utiliser des séchoirs au propane, et ceux et celles qui ont la chance d'avoir une conduite de gaz naturel peuvent utiliser un séchoir au gaz naturel.
Vu que le prix de la taxe sur le carbone va augmenter à 170 $ d'ici à 2030, on espère qu'il y aura de nouvelles technologies sur le marché. Je suis certain que notre gouvernement présentera des solutions potentielles et qu'il investira pour que nos agriculteurs puissent profiter de ces solutions, qui doivent évidemment être commerciales.
Les changements climatiques sont réels. Par exemple, on sait que les secteurs du transport et du pétrole contribuent environ à 52 % des gaz à effet de serre au Canada; les industries lourdes y contribuent à environ 10 %; et le secteur agricole y contribue environ à 10 % lui aussi.
Nous essayons de réduire les répercussions des changements climatiques dans le secteur agricole. L'objectif n'est pas de pénaliser nos agriculteurs, mais bien de décarboniser les fournisseurs de nos agriculteurs.
J'ai appuyé le projet de loi C‑206, et j'appuie aussi les objectifs et les changements que notre gouvernement a présentés.
Le programme de remboursement de la taxe pour les agriculteurs, qui allouera la somme estimée de 100 millions de dollars aux quatre provinces qui ont décidé de ne pas tarifer la pollution, est une reconnaissance, de la part du gouvernement, que nous devons décarboniser nos méthodes de séchage du grain. Toutefois, à l'heure actuelle, ces technologies ne sont pas nécessairement accessibles à la majorité des agriculteurs. Évidemment, d'ici 2030, le prix de la pollution augmentera à 170 $ la tonne, ce qui envoie un signal du marché aux créateurs de nouvelles technologies afin qu'ils adaptent celles-ci et les rendent plus écologiques. Voilà, selon moi, la voie de l'avenir. C'est le seul moyen de décarboniser notre économie.
Nous savons que le secteur agricole est responsable de 10 % de nos émissions de gaz à effet de serre. Cela dit, je sais que les agriculteurs font un travail extraordinaire. Par exemple, nos producteurs d'œufs produisent maintenant 50 % plus d'œufs qu'il y a 50 ans tout en ayant réduit leurs émissions carboniques de 50 % au cours de la même période. Il existe une panoplie de pratiques exemplaires. Les agriculteurs adoptent de nouvelles technologies, qu'il s'agisse de biodigesteurs, de panneaux solaires ou d'autres technologies leur permettant d'améliorer grandement l'efficacité énergétique de leur ferme laitière. Ils font un travail fantastique. Ce que nous tentons de faire maintenant est de décarboniser la majorité de leurs fournisseurs.
J'ai été ravi d'apprendre le nouvel investissement de 200 millions de dollars pour favoriser l'adoption des cultures de couverture. À mon avis, c'est un domaine scientifique extrêmement important. Si nous pouvions récompenser les agriculteurs afin que les cultures de couverture contribuent encore davantage au captage du carbone, ce serait une excellente nouvelle. Le monde examinera nos progrès en matière de produits à zéro émission nette. Que l'on pense à nos produits ou à d'autres choses qui sont cultivées, les agriculteurs seront toujours là. Cependant, je pense que les cultures de couverture ont un rôle crucial à jouer. Les agriculteurs de ma circonscription ont commencé à adopter cette façon de faire. Ce n'est pas le cas de tout le monde, mais une partie d'entre eux le font. Le fonds de 200 millions de dollars qui a été présenté dans le budget de 2021 les aidera et les orientera dans ce virage.
La semaine dernière, la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire a lancé le Programme des technologies propres en agriculture, qui prévoit un fonds de 165 millions de dollars. Une partie de cette somme aidera les agriculteurs à améliorer leur bilan en ce qui concerne les énergies vertes et l'efficacité énergétique, en plus de miser davantage sur l'agriculture de précision. À propos de ce type d'agriculture, nous savons que, à une certaine époque, les agriculteurs épandaient tout simplement les engrais sur l'ensemble de leurs terres. De nos jours, ils peuvent déterminer, selon la culture et la rangée, où ils doivent épandre de l'engrais, le cas échéant, pour améliorer la santé des plants. C'est la voie de l'avenir. L'industrie des engrais a un rôle à jouer, et elle répond à l'appel. La santé des sols est un autre sujet dont il faut discuter dans notre pays, et je pense que les agriculteurs veulent faire partie de cette conversation.
Pour revenir à la question qui nous intéresse, comme je l'ai dit au début de mon discours, j'ai appuyé le projet de loi C‑206 pour faire suite à l'engagement que j'ai pris envers deux agriculteurs de ma région. À l'évidence, je n'appuie pas une exemption qui durerait indéfiniment, mais je sais que des technologies seront offertes aux agriculteurs. Les fonds qui ont été annoncés dans le budget de 2021 aideront les agriculteurs à adopter de nouvelles technologies.
J'observerai le séchage du grain dans ma circonscription pour me renseigner sur la méthode la plus efficace. La visite des fermes est un projet estival qui me tient à cœur que j'entreprendrai dès qu'il sera sécuritaire de le faire. Cela m'aidera à mieux comprendre les changements que les agriculteurs pourraient apporter et les segments pour lesquels ils n'ont pas nécessairement besoin de compter sur les technologies traditionnelles.
J'aimerais soulever une autre question. Nous avons parlé, plus tôt, de la culture intercalaire et des 200 millions de dollars que notre gouvernement accordera. Il y a beaucoup d'arbres sur nos terres agricoles, et la déforestation sur les terrains privés représente un problème majeur.
Je ne cherche pas à pointer du doigt les agriculteurs, car je sais qu'ils font ce qu'ils doivent faire pour gagner une source de revenus afin de pourvoir aux besoins de leur famille. Par contre, dans les 200 millions de dollars que notre gouvernement a annoncés, il y aurait des enchères inversées. Cette mesure, que je trouve très intéressante, incite les agriculteurs à garder des terres humides sur leur propriété privée ou même à conserver des boisés dans le but de capturer le carbone. Ce sont toutes des mesures que nous avons annoncées dans le budget de 2021 afin d'aider les agriculteurs à réduire les gaz à effet de serre sur leur ferme. Il est important de le faire parce que c'est ce vers quoi l'industrie s'en va.
Selon moi, nous enverrions un beau message au reste du monde entier si nous étions capables de produire de la nourriture tout en ayant un impact positif sur l'environnement et en limitant notre production de gaz à effet de serre. Nous ferions l'envie du monde entier et je crois que c'est ainsi que le Canada doit se positionner.
Encore une fois, je tiens à remercier de son projet de loi mon collègue de Northumberland—Peterborough‑Sud. C'est un projet de loi que j'appuie, et je lui souhaite bonne chance. Même si ce projet de loi n'aidera pas à faire la transition verte, il est quand même un important facteur de cette conversation.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-21 11:14 [p.8818]
Madam Speaker, I am pleased to rise again to speak to Bill C‑206 today, as I did at second reading. Today, we have come full circle. I propose that we look at the bill by asking five basic questions, which we should ask more often in these cases: who, when, how, what and where. It is very simple.
I will start with who, in other words, those we are proposing this bill for. Unlike other political parties, we in the Bloc Québécois do not tend to give gifts to people who do not need it.
Farmers kept the agriculture sector going in a crisis, which is not easy. We know that farm owners had a very tough time on the labour front. This hurt food security, supply and, in some cases, animal health. Management of issues surrounding the arrival of foreign workers has been problematic, and, a few days ago, assistance from the government in support of quarantine was cut in half.
However, even before the crisis began, our farmers were already struggling. Climate change is causing even greater uncertainty around crops and harvests. Furthermore, it is getting harder and harder to find young farmers to take over, particularly because the price of land keeps going up year after year.
People who grew up on the land and worked with their parents will find it increasingly difficult to take over the farming operation. There are rare occasions when parents can afford to be generous and gift the farm to their children, instead of using the value of the farm business they have built up their entire lives to fund their retirement. In other cases, given the rising cost of land and quotas, it is hard to find young farmers to take over.
Why are we doing this, that is, why are we debating Bill C-206? We must remember that the bill would amend the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act, including section three, which lists the products that are not taxed, in particular those for farming purposes. Natural gas and propane were missing from the list of exempt products. Why does Bill C-206 seek to add them to section three?
A carbon tax discourages people from taking a certain action and encourages them to choose a behaviour over another. However, in order for that to happen, people must have options, and that is exactly the problem.
There was an example of this in my riding during the rail crisis. CN just stopped delivering propane for two weeks when farmers had to dry their crops, which was a critical time for them. The moisture level in crops was very high that year, and had farmers not been able to dry them, they would have rotted, which would have resulted in the loss of an entire year's income.
In this particular case, propane was the only option, since any alternatives are still in the pilot-project stage and are not a viable option for large-scale farming businesses. When I asked farmers, who were worried about not getting the propane they needed, they told me that there was no alternative to propane, but that they would like to have one.
The existing power grid would not even have the capacity to generate enough heat for drying grain. It is as though people expected to one day have electric hot air balloons—they are very popular back home—but this is not going to happen overnight. Technologies like biomass are still too new, and there is not enough incentive for us to expect quick changes in carbon pricing.
That brings me to my third point: When will it happen? This is the part I find unfortunate, because we are three days out from the end of the parliamentary session and the summer recess. This Parliament could end up being replaced with a new one, based on the election rumours we are hearing.
It is really unfortunate that we are debating a bill this important and necessary at the eleventh hour, knowing that it could end up dying on the Order Paper, just like Bill C‑216, the bill on supply management introduced by my colleague from Berthier—Maskinongé, or the bill on farm succession planning, which the Senate just started studying.
On this third point, I want to say how disappointed we are with the government's management of the legislative calendar, because we are currently debating a great bill that, unfortunately, may never see the light of day.
How is Bill C‑206 being dealt with?
This part is a bit nicer. As I was preparing for my speech on my drive in to work this morning from my riding of Saint-Jean, I listened again to what happened and what my other colleagues said, particularly those who are members of the Standing Committee on Agriculture and Agri-Food. I was very happy to hear how well people are working together on this committee. There is no excessive partisanship since everyone is serving the same cause, that of farmers and those who feed us. It is in that spirit of co-operation that a key amendment was proposed to improve Bill C‑206. This amendment is really worthwhile, because it addresses the concern that some might have about the fact that there is a gap in the bill, the ultimate purpose of which is to try to reduce greenhouse gas emissions.
The amendment sets an end date for the exemption for natural gas and propane. In other words, natural gas and propane will be exempt from taxation for 10 years in the hope that, a decade from now, there will be new technology that will enable us to stop using natural gas and propane. That is our hope, anyway, but the government needs to get cracking because farmers do not want to be passive witnesses to these changes. They want to be part of it, but they need help. Contrary to what some people think, farmers do not wake up in the morning thinking about how great it is that they can go out and pollute. They just want help finding alternatives that are commercially viable, because they operate in a global market and cannot pass costs on to their customers. They would no longer be able to compete internationally, so we have to give our farmers that support.
The final point is, where is that supposed to happen? People might think that it is obvious it should be done in the House of Commons and Parliament, because that is where bills are passed and amendments made. That seems obvious, but nowadays, very few things that should be obvious are.
I would like to take this opportunity to thank everyone who contributed to the parliamentary spirit that has characterized Parliament during the pandemic. I would like to take a few moments to pay tribute to the interpreters, the support staff and the tech support who made it possible for us to function relatively normally, despite COVID‑19.
I also want to express my hope that, despite everything, we will get back to normal quickly, so that we can have accountability, so that there is someone in the House who answers questions, and so that reporters can do their job and ask parliamentarians questions as they leave the House. I also hope that we can go back to normal sooner rather than later so we can get parliamentarians working co-operatively, apart from the occasional stormy question period.
When we parliamentarians are working together face to face, we are able to move files along more efficiently, understand one another better, and remember for whom, why, how, where and when we create bills. It is fundamental to remember that, and that is what we are reminded of when we sit in the House in person.
With that in mind, I want to acknowledge the work of the House, but I also want to take a moment to remember the farmers. I wish Bill C‑206 could have gone forward. I cannot help but think of all the people I have known since I was a little girl growing up in the country. As members can imagine, it has been quite a while since I was “little”.
My thoughts are with our farmers, in the hope that, if not this time, Bill C‑206 can come back sooner rather than later and eventually be passed by the House and the Senate.
Madame la Présidente, je suis contente de reprendre la parole sur le projet de loi C‑206 aujourd'hui puisque je l'avais fait en deuxième lecture. Aujourd'hui, on vient boucler la boucle. Je propose de le faire en analysant le projet de loi sous cinq questions de base qu'on devrait se poser plus souvent en pareil cas: qui, quand, comment, quoi et où. C'est tout simple.
Je vais commencer par qui, c'est-à-dire pour qui propose-t-on le projet de loi C‑206? Contrairement à certaines autres formations politiques, nous, le Bloc québécois, n'avons pas tendance à donner des cadeaux à des gens qui n'en ont pas besoin.
Les agriculteurs ont tenu à bout de bras toute l'agriculture dans un contexte de crise, ce qui n'est pas évident à faire. On sait que les entrepreneurs agricoles ont eu beaucoup de difficultés sur le plan de la main-d'œuvre. Cela a mis à mal la sécurité alimentaire, l'approvisionnement et, dans certains cas, la santé animale. Toute la gestion de l'arrivée des travailleurs étrangers a été problématique et, depuis quelques jours, l'aide du gouvernement en soutien à la quarantaine a été coupée de moitié.
Cependant, même en dehors de la crise, nos agriculteurs vivent des temps difficiles. Les changements climatiques font qu'il y a plus d'aléas sur le plan des récoltes et de la culture. Par ailleurs, il est de plus en plus difficile de trouver de la relève agricole, notamment parce que les prix des terres augmentent d'année en année.
Quelqu'un qui a grandi sur une terre et qui a travaillé avec ses parents aura donc de plus en plus de difficulté à faire l'acquisition de l'entreprise agricole. Il arrive exceptionnellement que les parents aient les reins assez solides pour se montrer généreux et faire un cadeau à leurs enfants en n'utilisant pas la valeur de l'entreprise agricole qu'ils ont bâtie toute leur vie comme équivalent de fonds de retraite. Dans les autres cas, étant donné le coût croissant des terres et des quotas, la relève est difficile à trouver.
Pour quoi le fait-on, c'est-à-dire pour quoi débat-on du projet de loi C‑206? Il faut rappeler qu'à la base, le projet de loi vise à modifier la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, dont l'article 3 indique les produits qui sont exemptés de taxes, notamment pour des fins agricoles. Parmi les produits exemptés manquaient deux choses: le gaz naturel et le propane. Pourquoi le projet de loi C‑206 vise-t-il à les ajouter à l'article 3?
Une taxe carbone sert à décourager les gens de poser un geste et à encourager un comportement plutôt qu'un autre. Pour que cela se fasse, par contre, il faut des solutions de rechange et c'est exactement là où le bât blesse.
Je l'ai vu dans ma circonscription au moment de la crise ferroviaire alors que le CN a carrément interrompu les livraisons de propane pendant deux semaines à un moment critique pour les agriculteurs, alors qu'ils devaient sécher leurs récoltes. Le taux d'humidité dans les récoltes avait été très élevé cette année-là, et, si les produits n'avaient pas pu être séchés, ils auraient moisi, ce qui aurait signifié la perte d'une année complète de revenus.
Dans ce cas précis, il n'y avait pas d'autre solution que le propane, car les autres possibilités tiennent plus du projet pilote que d'une option commercialisable dans le cas des cultures à grande échelle de grosses entreprises. Quand j'ai posé la question aux agriculteurs, paniqués de ne pas être approvisionnés en propane, ils m'ont répondu qu'il n'existait pas de solution de rechange au propane, mais qui'ils auraient aimé en avoir.
La capacité du réseau électrique actuel ne permettrait même pas de générer assez de chaleur pour le séchage du grain. C'est comme si on espérait un jour voir des montgolfières électriques — je viens d'un milieu où les montgolfières sont très populaires —, mais ce n'est pas demain la veille que cela va arriver. Pour leur part, les technologies comme la biomasse et autres sont encore trop embryonnaires et il manque d'incitatifs pour que l'on puisse espérer un changement rapide dans la tarification carbone.
J'en arrive à mon troisième point, quand le fait-on? C'est la partie que je trouve un peu dommage parce qu'on est à trois jours de la fin d'une session parlementaire avant l'ajournement estival. La législature actuelle risque de se terminer pour être remplacée par une nouvelle après l'élection que les rumeurs nous annoncent.
Je trouve donc dommage que l'on discute d'un projet de loi aussi important et crucial à minuit moins une, sachant qu'il risque de mourir au Feuilleton, tout comme le projet de loi C‑216 sur la gestion de l'offre, porté par mon collègue de Berthier—Maskinongé, ou encore le projet de loi sur la relève agricole dont le Sénat vient d'entreprendre l'étude.
Je me permets, dans ce troisième point, de soulever une espèce de déception quant à la gestion du calendrier législatif faite par le gouvernement, puisque nous sommes en train de débattre d'un beau projet de loi qui, malheureusement, risque de ne pas voir le jour.
Comment fait‑on ce projet de loi C‑206?
C'est la partie un peu plus sympathique pour me préparer à mon discours aujourd'hui. Lors de mon trajet en voiture ce matin depuis ma circonscription, Saint‑Jean, j'ai réécouté ce qui s'est passé et ce que mes autres collègues ont dit, notamment ceux qui siègent au Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire. J'étais charmée d'entendre à quel point les gens travaillent en collégialité à ce comité. Il n'y a pas de partisanerie à outrance, puisque tout le monde sert la même cause, à savoir celle des agriculteurs et de ceux qui nous nourrissent. C'est dans cette collégialité qu'un amendement principal e été proposé pour améliorer le projet de loi C‑206. Cet amendement est très intéressant parce qu'il vient colmater la petite inquiétude que certains pourraient avoir sur le fait qu'il s'agit d'une brèche dans un projet de loi qui, ultimement, tend à essayer de faire diminuer la production de gaz à effet de serre.
L'amendement est une clause de prise de fin à l'ajout du gaz naturel et du propane dans les produits exemptés. On se donne donc un horizon de 10 ans pour exclure de taxation le gaz naturel et le propane en espérant que, d'ici 10 ans, d'autres technologies auront permis qu'on sorte carrément de l'utilisation du gaz naturel et du propane. C'est ce qu'on peut espérer, mais encore faut‑il que le gouvernement mette aussi la main à la pâte, car les agriculteurs ne souhaitent pas être des témoins passifs de ces changements. Ils veulent participer, mais il faut qu'on les aide. Les agriculteurs, contrairement à ce que certains pensent, ne se lèvent pas le matin en étant heureux d'aller polluer. Ils souhaitent simplement qu'on puisse les aider à trouver des solutions de rechange qui sont commercialement rentables puisqu'ils font partie d'un marché international et ne peuvent pas refiler les coûts supplémentaires à leurs clients. Ils ne seraient plus compétitifs à l'international. Il faut donc soutenir nos agriculteurs de cette façon.
Concernant le dernier point, où fait‑on cela? Tout le monde dira que cela tombe sous le sens et que cela doit se faire à la Chambre des communes et au Parlement, puisque c'est là qu'on vote des projets de loi, des modifications et des amendements. Cela semble évident, mais, dans le contexte actuel, il n'y a plus vraiment d'évidence qui tienne.
J'en profiterais pour remercier tous ceux qui ont participé à la possibilité d'avoir cette communauté d'esprit de parlementaires qui forment le Parlement comme on l'a connu en temps de pandémie. J'aimerais prendre quelques secondes pour souligner le travail des interprètes, du personnel de soutien et des gens à la technologie qui a permis qu'on puisse, malgré tout, fonctionner relativement normalement dans le contexte.
J'en profite aussi pour dire que j'espère, malgré tout, qu'on puisse rapidement revenir à la normale, pour qu'il y ait de la responsabilité, pour qu'il y ait quelqu'un à la Chambre qui réponde aux questions, et pour que les journalistes puissent faire leur travail en interrogeant les parlementaires à la sortie de la Chambre. Je souhaite aussi qu'on puisse avoir ce retour à la normale plus tôt que tard pour permettre la collégialité du travail entre parlementaires, en dehors des périodes de questions orales un peu plus houleuses qu'on connaît à l'occasion.
Le travail des parlementaires, lorsqu'il se fait face à face, permet de mieux faire avancer les dossiers, de mieux se comprendre et de se rappeler aussi pour qui, pour quoi, comment, où et quand on fait ses projets de loi. Se souvenir de cela est fondamental, et c'est ce que la présence des parlementaires à la Chambre permet.
Dans ce cas‑ci, je me permets de souligner le travail de la Chambre, mais j'ai aussi une petite pensée pour les agriculteurs. J'aurais aimé que ce projet de loi C‑206 puisse aller de l'avant. Je pense à tous les visages que je connais depuis que je suis toute petite pour avoir grandi en campagne. Depuis que je suis toute « petite », on s'entend qu'il y a de l'eau qui a coulé sous les ponts depuis.
J'ai une pensée pour nos agriculteurs, en espérant que, si ce n'est pas cette fois‑ci, ce ne sera que partie remise le plus rapidement possible, et que ce projet de loi C‑206 pourra revenir et, finalement, être adopté par la Chambre et par le Sénat.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-21 11:23 [p.8819]
Madam Speaker, I have had many occasions to rise with privilege to share a bit about my own family history. I have spoken a lot about my father and the African Canadian diaspora, but I have not had the privilege of speaking about my mother's side of the family, a family that settled not far from here, about an hour from here in the South Mountain area. It is a place I have fond memories of, stories of my grandfather with a grade-six education being told by his father that the world and that road ahead is as long as he can make it.
My grandfather, Nelson Scharf, in fact had a cheese factory in Russell and Haliburton. It was a connection we had to the supply chain and the agricultural sector here. My grandmother, Doris Forward, had a family farm in Winchester. My cousin, Tom Forward, is still on the land and works within the dairy sector today.
I think about those early memories of visiting those farms, visiting the cheese factory, being up close as a child and seeing these hard-working people, folks who often do not get enough credit for the number of hours they work and for what they provide this country.
I rise today with the honour, on our 60-year anniversary as New Democrats, of being from the founding party of the Co-operative Commonwealth Federation, which aimed to alleviate the suffering that workers and farmers felt and endured under capitalism. We are, in fact, the only party that was founded by farmers, so it is an honour and a privilege to be here today with that family background and that party background in support of this bill.
I want to take a moment and thank the hon. member for Northumberland—Peterborough South, a gentleman whom I have gotten to know in my committee work and somebody who I know has brought with him the good intentions of supporting the constituents within his riding.
For those who are tuning in and trying to get a sense of what this is all about, this bill, Bill C-206, seeks to amend the definition of “qualifying farming fuel” in the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act to include natural gas and propane. Of course, this issue is complex. I will not pretend to be an expert, and there is certainly a lot of room for improvement at the committee stage, but this legislation stems from an unseasonably wet autumn in 2019, which was called “the harvest from hell”, when grain farmers were using propane and natural gas heaters to dry their grain. Without these grain dryers, grain rots and becomes worthless as food or as a cash crop contributing to our GDP.
There is currently no viable alternative to the use of propane or natural gas for the operation of these dryers, and because propane and natural gas are currently not covered under the act qualifying for farm fuels, grain farmers are forced into a situation of contributing more CO2 into the atmosphere as a result of carbon taxes on the cleaner fuels. The Grain Growers of Canada has confirmed, as of February of last year, that many of them have turned to higher-CO2-emitting diesel fuel, which is listed, ironically, as qualifying farm fuel in the act, for grain dryers to avoid the higher-taxed propane or natural gas heaters.
As our very learned critic for agriculture, the hon. member for Cowichan—Malahat—Langford, has stated, ultimately what we want is high-CO2-emitting industries to be contributing less carbon dioxide into the atmosphere, and if we penalize the agricultural sector with a higher price for choosing a cleaner fuel option, we are running entirely counter to our ultimate objective of combatting climate change by reducing GHG emissions. Our critic for agriculture, the hon. member for Cowichan—Malahat—Langford, states quite rightly that farmers are not only well aware of what the effects of climate change will be, but they are also one of our greatest tools for fighting climate change.
When we are looking at this bill, I think we have heard this false dichotomy between Liberals and Conservatives about carbon taxes being the defining feature of climate change. The Liberals would suggest this is a market solution and Conservatives would suggest this is yet another tax. As New Democrats, we recognize that reducing greenhouse gas emissions ought to be our objective, and we do not feel that providing this in this particular way meets that objective. While the intent of the bill is sound, making it easier and more affordable for farmers to burn cleaner fuel should be a no-brainer, and using no fuels whatsoever or existing clean technologies is just not a viable option.
I think of my family who are still in this sector. My cousins, the Weagants, sold farm equipment throughout Ontario. I also think about the hard-working farmers in my city. I am a very proud MP representing Hamilton Centre, and many people do not know that while we have close to 600,000 people, the geography of our city encapsulates a very large portion of rural areas in the greenbelt and into some of the tender fruits land.
We are here today hoping to see a better outcome on this particular issue, to ensure that we are not adding to the complexities of the food supply chain and that we are cutting through the noise into a bit of a more intelligent argument about, again, a party founded by the CCF and about supporting our farm workers. Those who are out there across Ontario, Quebec and, indeed, across the country know that the New Democratic Party was founded on those principles.
The Regina Manifesto, right there in our founding documents, says, “The security of tenure for the farmer upon his farm which is imperilled by the present disastrous situation of the whole industry, together with adequate social insurance, ought to be guaranteed under equitable conditions.” It is right there, in the foundation of the CCF, which, 60 years later, would become the NDP of today.
I hold that position, and I support our agricultural sector. I know that farmers are on the front lines of climate change, and I know that they will play a key role in our food security and our ability to adequately adapt to the changing climate, which will have a direct impact first on them, and of course, in the spirit of the hard-working people of my own family, those who continue to this day to work the land and to acknowledge our precious connection to the land, the food that we have and the food supply chains.
In closing, I would like to thank the hon. member for Cowichan—Malahat—Langford who, on the technical aspects of this, has been absolutely incredible for me and our caucus to help us better understand the nuances, because we want to see a just recovery. We want to see a just transition for workers. We acknowledge that farmers are indeed some of the hardest-working people, and that includes the migrant workers who work alongside them in our fields.
I want to take this opportunity to thank the members of the House for allowing me to rise with the deep privilege that I have in the waning days of this Parliament to be able to share a little about myself, my family and our ongoing support for workers as New Democrats.
Madame la Présidente, j'ai eu maintes fois l'occasion de prendre la parole pour raconter un peu de mon histoire familiale. J'ai beaucoup parlé de mon père et de la diaspora afro-canadienne, mais je n'avais pas encore eu la chance de parler de ma famille du côté maternel, qui s'est établie près d’ici, à une distance d’environ une heure, dans la région de South Mountain. J’ai de très bons souvenirs de cet endroit, des récits de mon grand-père qui n'avait qu’une sixième année et à qui son père avait dit que le monde est aussi vaste que sa capacité à le parcourir et que la route est aussi longue que sa capacité à la suivre.
Mon grand-père, Nelson Scharf, avait une fromagerie à Russell et à Haliburton. C'était un lien que nous avions avec la chaîne d'approvisionnement et le secteur agricole d’ici. Ma grand-mère, Doris Forward, avait une ferme familiale à Winchester. Mon cousin, Tom Forward, demeure toujours sur cette terre et travaille aujourd'hui dans le secteur laitier.
Je pense à mes premiers souvenirs de visite de ces fermes, de la fromagerie, au fait d’être proche dans mon enfance de ces gens qui travaillent dur et auxquels on n’accorde pas suffisamment de reconnaissance compte tenu du nombre d’heures qu’ils consacrent à leur travail et de ce qu'ils apportent à ce pays.
Je prends la parole aujourd'hui, à l'occasion du 60e anniversaire du Nouveau Parti démocratique, qui tire ses origines de la Fédération du Commonwealth coopératif, le parti fondateur qui avait pour but d’alléger les souffrances infligées aux travailleurs et aux agriculteurs par le capitalisme. En fait, nous sommes le seul parti qui a été fondé par des agriculteurs. C'est donc un honneur et un privilège pour moi, avec cette histoire familiale et avec l’histoire de ce parti, que d’appuyer ce projet de loi.
Je veux prendre un moment pour remercier le député de Northumberland—Peterborough-Sud, un monsieur que j'ai appris à connaître dans le cadre de mon travail au comité et qui, je le sais, est venu avec l’intention sincère d’aider les électeurs de sa circonscription.
Pour celles et ceux qui nous écoutent et s’efforcent de comprendre de quoi il s'agit, le projet de loi C-206, vise à modifier la définition de « combustible agricole admissible » énoncée dans la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, afin d’y inclure le gaz naturel et le propane. Bien entendu, c’est une question complexe. Je ne prétendrai pas être un spécialiste, et il y a sans doute beaucoup de place pour une amélioration à l'étape de l’examen en comité, mais je rappelle que ce projet de loi vient après la saison désastreuse de 2019 causée par un automne anormalement humide, qu’on a appelé « la récolte de l'enfer » alors que les céréaliculteurs ont dû utiliser des appareils au propane et au gaz naturel pour sécher leurs grains. Sans ces séchoirs, les céréales pourrissent et perdent toute valeur nutritive et toute valeur comme culture commerciale contribuant à notre PIB.
Il n'y a actuellement pas de solution de rechange viable à l'utilisation du propane ou du gaz naturel pour le fonctionnement de ces séchoirs, et, étant donné que le propane et le gaz naturel ne sont pas traités par la loi comme des combustibles agricoles admissibles, les producteurs céréaliers n’ont d’autre solution qu’émettre davantage de CO2 dans l'atmosphère en raison des taxes sur le carbone appliquées aux combustibles plus propres. Les Producteurs de grains du Canada ont confirmé, en février de l'année dernière, que beaucoup d'entre eux se sont tournés vers le diésel à forte émission de CO2, un carburant qui, paradoxalement, figure parmi les combustibles agricoles admissibles selon la loi, pour alimenter le système de chauffage des séchoirs à grain afin d'éviter le propane ou le gaz naturel, qui sont plus taxés.
Comme l'a déclaré notre très éminent porte-parole en matière d'agriculture, le député de Cowichan—Malahat—Langford, ce que nous voulons en fin de compte, c'est que les industries qui émettent beaucoup de CO2 relâchent moins de dioxyde de carbone dans l'atmosphère; et si nous pénalisons le secteur agricole en lui imposant un prix plus élevé pour qu'il choisisse un carburant plus propre, nous allons totalement à l'encontre de notre objectif ultime, qui est de lutter contre les changements climatiques en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Le député de Cowichan—Malahat—Langford affirme à juste titre que non seulement les agriculteurs sont très conscients des effets des changements climatiques, mais ils sont également parmi ceux qui peuvent contribuer le plus à cette lutte.
Pour ce qui est de ce projet de loi, je crois que nous avons constaté cette fausse dichotomie entre les libéraux et les conservateurs sur le fait que les taxes sur le carbone sont la caractéristique principale de la question des changements climatiques. Selon les libéraux, ce serait une solution qui prend appui sur le marché, et selon les conservateurs, ce serait encore une autre taxe. Nous, les néo-démocrates, reconnaissons que la réduction des émissions de gaz à effet de serre doit être notre objectif et nous ne pensons pas que cette solution-ci réponde à cet objectif. Bien que, dans son intention, le projet de loi soit judicieux, rendre plus facile et plus abordable pour les agriculteurs d'utiliser des combustibles plus propres devrait être une évidence, puisque n'utiliser aucun combustible ou utiliser les technologies propres disponibles actuellement ne sont tout simplement pas des solutions viables.
Je pense aux membres de ma famille qui travaillent encore dans ce secteur. Mes cousins, les Weagant, vendaient de l'équipement agricole partout en Ontario. Je pense aussi aux agriculteurs de ma ville qui travaillent dur. Je suis très fier de représenter la circonscription d'Hamilton‑Centre, et beaucoup de gens ne savent pas que, bien que notre ville compte près de 600 000 habitants, elle est entourée de grandes zones rurales dans la ceinture verte, qui s'étendent jusqu'aux terres où on cultive des fruits à chair tendre.
Nous sommes ici aujourd'hui dans l'espoir de parvenir à un meilleur résultat sur cette question précise, de nous assurer que nous n'ajoutons pas aux complexités de la chaîne d'approvisionnement alimentaire et que nous élevons au-dessus de la mêlée en relevant un peu le niveau du débat, en tant que parti créé par la CCF, quant à l’aide à apporter à nos travailleurs agricoles. Ceux de l’Ontario, du Québec et, en fait, de toutes les régions du pays savent que le Nouveau Parti démocratique a été fondé sur ces principes.
Dans le manifeste de Regina, un de nos documents fondateurs, on peut lire que le droit de l’agriculteur de conserver sa ferme — droit qui était menacé par la situation désastreuse de l’ensemble de l’industrie — ainsi qu’une assurance sociale adéquate doivent être garantis en toute équité. Ce principe figure dans le programme fondateur de la Fédération du Commonwealth coopératif, un parti politique qui, 60 ans plus tard, allait devenir le NPD que nous connaissons aujourd’hui.
J'adhère à ce principe et j’appuie la cause du secteur agricole canadien. Je sais que les agriculteurs sont aux premières loges pour observer les changements climatiques et qu’ils joueront un rôle clé à l’égard de notre sécurité alimentaire et de notre capacité à nous adapter adéquatement aux changements climatiques, dont ils seront parmi les premiers à subir les effets. À l’instar des vaillants travailleurs de ma famille, les agriculteurs continuent à travailler la terre et à être bien conscients de notre lien précieux avec elle et avec la nourriture qu’elle nous offre et qui est à la base des chaînes d’approvisionnement alimentaire.
En terminant, j’aimerais remercier le député de Cowichan—Malahat—Langford, qui a été d’une grande aide pour moi est les autres députés de notre caucus. Il nous a permis de saisir les nuances et les particularités techniques de ce dossier, en vue de favoriser une reprise équitable. Nous voulons une transition équitable pour les travailleurs. Nous savons que les agriculteurs comptent parmi les gens les plus travaillants, de même que les travailleurs migrants qui les accompagnent dans les champs.
Je voudrais profiter de cette occasion pour remercier les députés, qui m’ont accordé le grand privilège de prendre la parole, en ces derniers jours de la présente législature, pour vous parler un peu de moi, de ma famille et des efforts constants des néo-démocrates pour aider les travailleurs.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, it is a wonderful Monday morning. After listening to the earlier speeches, I would like to offer my thanks. My thanks to the Liberal Party member, who I just heard speak about the importance of this bill. Then there was my friend from Saint-Jean, and I did not know that she grew up on a farm, so we have a few more things in common. My thanks as well to the member for Hamilton Centre.
This is something that we have to recognize, as it is so important to our farmers. They are the ones who produce our food. They are the ones who, throughout this entire pandemic, have been working to support Canadians. Looking at this bill, I think it is absolutely exceptional.
I would really like to thank my great friend, the member for Northumberland—Peterborough South. I actually drove through parts of his riding yesterday on my return to Ottawa from Elgin—Middlesex—London. The one thing I see in southwestern Ontario is beautiful agricultural land. There are lots of different commodities and sectors, but it is a big farming community. There are some big pockets of cities, but surrounding all of those big cities are acres and acres of great farmland where they are producing necessary commodities and food.
I am going to start with a very simple quote, which actually comes from the member for Northumberland—Peterborough South. He said this at committee, and I want to put it in the record of the House of Commons because this is a very valuable debate.
These are things that are very, very important to my riding, so I appreciate having the opportunity to speak to this bill for the farmers who are living in Elgin—Middlesex—London. I can tell members that, according to Statistics Canada, in 2016 there were 1,930 farm operators in Elgin and 3,260 farm operators in the county of Middlesex. These are things that are very, very important to my riding, so having the opportunity to speak to this bill is an honour.
To quote my good friend, at the agriculture committee he said:
The greenhouse gas pollution pricing currently allows qualifying farmers an exemption on certain farm fuels such as gasoline and diesel; however, it fails to extend that exemption to other fuels such as natural gas and propane. This is challenging on many different fronts, as farmers quite often don't have other options and their only option for their particular industrial equipment may be natural gas and propane.
The science says that natural gas and propane are often cleaner fuels than diesel or gasoline. Why would we not include them in this exemption? Farmers, after all, are stewards of our land and, along with our indigenous people, were some of the first environmentalists standing up for the land and also for the animals and plants located on their properties.
That is why I wanted to talk about propane. I have quite a bias, to be honest. The former chair of the Canadian Propane Association is a resident of Elgin—Middlesex—London. He is also the CFO for Dowler-Karn, which is probably one of the biggest distributors of gasoline and fuel products to multiple farmers in the southwestern Ontario region. I can sit down with him, and when I call Dan Kelly with a question, he will answer. If he does not have the answer, he will find it, because he is out there working for Canadian farmers.
He brought this to my attention as well. He said that Bill C-206 is excellent and what we need to do. He was actually hoping that we would not have to put through Bill C-206, and that the Liberal government may recognize the issue and put it in the budget, but we did not see that. The government does not recognize that it is going to take more than just two or three years for farmers to transition to greener fuels.
I was really happy to see this bill continuing on to third reading, but as the member for Saint-Jean indicated, these are the final days, so I hope that today we can get through this. After we return to Parliament, hopefully this is a bill that the Senate will look at very quickly. This is what our farmers need and what they are asking for.
Continuing on to the Canadian Propane Association, I would like to read a statement I received from it. I am sure everybody has received it as well. It explains why we should support this bill and the importance of the exemption that would come to our farm operators.
This statement, I believe, was put out after the vote on second reading of Bill C-206, a vote of 177-145. All opposition parties actually agreed and recognized that this is something that needs to be done. We saw that the Liberal government was not good with that, yet it may have had to do with it coming from an awesome Conservative. We may never know. However, I will read out the Canadian Propane Association's statement, which says:
“Discouraging the increased use of carbon-intense fuels such as gas and diesel in favour of low-emission energy like propane for agriculture applications would be a win-win for the environment and for farmers’ bottom line,” said Nathalie St-Pierre, President of the Canadian Propane Association....
“The principle of the GGPPA is intended to encourage a reduction in the use of carbon-intense fuels,” said St-Pierre. “By exempting gas and diesel but not allowing the same exemption for propane, the law actually encourages the increased use of gas and diesel – this is environmental nonsense.”
Just moments ago, we heard my friend from Hamilton Centre say the exact same thing, which is that, because of this, people are beginning to use diesel. The government has established the carbon tax, but it is actually giving an exemption to a dirtier fuel. We have an option here. The statement continues:
St-Pierre said that CPA members are also hearing from their customers in the agriculture sector about the significant added cost due to the federal carbon tax. According to an estimate provided by the Parliamentary Budget Officer last December, over the next five years about $235 million will be collected from farmers for using natural gas and propane.
I will note that statistic. I was speaking to Dan about this. On behalf of the farmers in our area, he sent a cheque for over $1 million for just a few months for carbon tax collection. That $1 million that could have been used for so many other things, perhaps new technology, workers or new things on farms, but instead, that money is paid to the government.
We are talking about $235 million. I have heard people say that the government is going to lose $235 million. To me, the government should not be taking that $235 million in the first place, so it would not be losing revenue. This is revenue it should not be taking, so we have to look at this as not being a loss of revenue for the government.
The government had no business taking the $235 million in the first place because, at the end of the day, who pays for it? It is going to be the farmers. After the farmers, who pays for it? It is going to be people sitting at their tables, eating their cornflakes or their eggs from the local chicken farm. These are the people who, at the end of the day, are going to be impacted.
Yes, this bill is good for farmers, but it is also good for Canadian consumers who want to support the agricultural industry in Canada, especially that in Elgin—Middlesex—London, which is so important to me.
We have talked about inflation. In the last few weeks, inflation has been really key. We have talked about how much the price of wood and lumber have gone up. Housing is a big issue. In my riding of Elgin—Middlesex—London, there has been a 46% increase since last April in the cost of a two-storey home. Inflation is an issue, and the government is adding more costs to our goods.
If we talk about poverty reduction strategies, we need to see what we are doing that is creating more barriers. I look at not giving this exemption as just another barrier to reducing the high cost of our goods right now. Farmers know that, when they are paying all this money, it affects their bottom line.
I am so fortunate to work with Scott at the Grain Farmers of Ontario in my area. He is the zone manager there. I thank Scott, who always works with me. The Grain Farmers of Ontario is the province's largest commodity organization, representing over 28,000 barley, corn, oats, soybean and wheat farmers, and it has been very supportive of Bill C-206, an act to amend the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act regarding qualifying farming fuel.
The Grain Farmers of Ontario is supporting this bill because of its exemption of the carbon tax for on-farm fuel and calls on all MPs to consider the tax on grain drying and its impact on the agriculture system in Canada. It is quite simple. The government should not be making money off a tax that negatively impacts a farmer's ability to market viable grain. The carbon tax does not make that happen.
Brendan Byrne was the chair of the Grain Farmers of Ontario on February 22, 2021. There are a lot of AGMs going on, so that may not be his position now.
As we have always indicated, farmers have been doing great work in our communities. They are the stewards of our land. I think of some of the great projects that have been done in the back of farmers' fields with wetlands conservation. Those settlements are being taken back.
I love farmers, so I am very supportive of Bill C-206, and I thank the member for Northumberland—Peterborough South for bringing this bill forward.
Madame la Présidente, c’est un merveilleux lundi matin. Après avoir écouté les interventions précédentes, j’aimerais offrir mes remerciements au député libéral, qui vient de parler de l’importance du projet de loi, de même qu'à mon amie de Saint‑Jean — je ne savais pas qu’elle avait grandi sur une ferme, alors nous avons quelques points de plus en commun. Je remercie également le député d’Hamilton‑Centre.
C’est quelque chose que nous devons reconnaître, car c’est très important pour nos agriculteurs. Ce sont eux qui produisent nos aliments. Ce sont eux qui, tout au long de cette pandémie, ont travaillé pour soutenir les Canadiens. Quand j’examine le projet de loi, il m’apparaît absolument exceptionnel.
J’aimerais vraiment remercier mon grand ami, le député de Northumberland—Peterborough‑Sud. En fait, j’ai traversé des parties de sa circonscription hier en voiture en revenant d’Elgin—Middlesex‑London. S'il y a bien une chose que je vois dans le Sud-Ouest de l’Ontario, ce sont de magnifiques terres agricoles. Il y a beaucoup de produits et de secteurs différents, mais c’est une grande communauté agricole. Il y a quelques enclaves urbaines, mais autour de toutes ces grandes villes, il y a des acres et des acres de terres agricoles exceptionnelles où l’on produit des denrées de base et des aliments nécessaires.
Je vais commencer par une citation toute simple, qui vient en fait du député de Northumberland—Peterborough‑Sud. Il l’a dit au comité, et je tiens à l’inscrire au compte rendu de la Chambre des communes, car le débat est très utile.
Ce sont des choses très, très importantes pour ma circonscription, alors je suis heureuse d’avoir l’occasion de parler du projet de loi pour les agriculteurs qui vivent dans la circonscription d’Elgin—Middlesex—London. Je peux dire aux députés que, selon Statistique Canada, en 2016, il y avait 1 930 exploitants agricoles à Elgin et 3 260 dans le comté de Middlesex. Ces choses sont très, très importantes pour ma circonscription, alors c’est un honneur d’avoir l’occasion de parler de ce projet de loi.
Pour citer mon bon ami, il a dit au comité de l’agriculture:
Aux termes de la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, les agriculteurs admissibles ont droit à une exemption pour certains carburants agricoles comme l'essence et le diésel, mais cette exemption ne s'applique pas à d'autres carburants comme le gaz naturel et le propane. C'est un problème à bien des égards, car souvent, les agriculteurs n'ont pas d'autres options, puisque l'équipement qu'ils utilisent ne fonctionne qu'au gaz naturel ou au propane.
Sur le plan scientifique, le gaz naturel et le propane sont souvent des carburants plus propres que le diésel ou l'essence, alors pourquoi ne les inclurions-nous pas dans cette exemption? Après tout, les agriculteurs sont les intendants de nos terres et ils ont été, avec les Autochtones, parmi les premiers écologistes à se porter à la défense des terres ainsi que des animaux et des plantes qui sont sur leurs propriétés.
C’est pourquoi je voulais parler du propane. J’avoue que j’ai un certain parti pris. L’ancien président de l’Association canadienne du propane est un résident d’Elgin-Middlesex-London. Il est également le directeur financier de Dowler-Karn, qui est probablement l’un des plus grands distributeurs d’essence et de produits du pétrole à plusieurs agriculteurs de la région du sud-ouest de l’Ontario. Je peux m’asseoir avec lui, et lorsque j’appelle Dan Kelly pour lui poser une question, il y répond. S’il n’a pas la réponse, il la trouve, car il travaille pour les agriculteurs canadiens.
Il a également attiré mon attention sur ce point. Il a dit que le projet de loi C-206 est excellent et que c’est ce que nous devons faire. Il espérait en fait que nous n’aurions pas eu à passer par un projet de loi, comme le projet de loi C 206, et que le gouvernement libéral reconnaîtrait le problème et l’intégrerait dans le budget, mais ce n’est pas arrivé. Le gouvernement ne reconnaît pas qu’il faudra plus que deux ou trois ans pour que les agriculteurs passent à des carburants plus verts.
J’étais vraiment heureuse de voir ce projet de loi passer à l’étape de la troisième lecture, mais comme la députée de Saint-Jean l’a indiqué, ce sont les derniers jours, alors j’espère qu’aujourd’hui nous pourrons le faire entièrement. Après notre retour au Parlement, j’espère que le Sénat se penchera très rapidement sur ce projet de loi. C’est ce dont nos agriculteurs ont besoin et ce qu’ils demandent.
Pour poursuivre avec l'Association canadienne du propane, j'aimerais lire une déclaration qu'elle m'a fait parvenir. Je suis persuadé que tous l'ont reçue aussi. Cette déclaration explique les raisons pour lesquelles nous devrions appuyer ce projet de loi, ainsi que l'importance de l'exemption qui serait accordée aux exploitants agricoles.
Je crois que cette déclaration a été diffusée à la suite du vote tenu à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C‑206, qui s'est soldé par un résultat de 177 contre 145. Tous les partis de l'opposition ont convenu qu'il fallait aller de l'avant avec cette mesure. Comme nous avons pu le constater, cela a déplu au gouvernement libéral, peut-être parce que le document a été présenté par un bon conservateur. Nous ne le saurons peut-être jamais. Quoi qu'il en soit, je vais lire la déclaration de l'Association canadienne du propane, qui dit:
« Décourager l’utilisation accrue de carburants à forte intensité de carbone tels que l’essence et le diésel en faveur d’une énergie à faibles émissions comme le propane pour les applications agricoles serait une solution avantageuse pour l’environnement et pour les revenus des agriculteurs », dit Nathalie St‑Pierre, présidente de l'Association canadienne du propane [...]
« Le principe de cette loi vise à encourager une réduction de l'utilisation de carburants à forte intensité de carbone », a déclaré Mme St‑Pierre. « En exonérant l'essence et le diésel, mais en n'autorisant pas la même exemption pour le propane, la loi encourage en fait l'utilisation accrue de l'essence et du diésel. Un non-sens du point de vue environnemental. »
Il y a quelques instants, nous avons entendu mon collègue d'Hamilton‑Centre dire exactement la même chose, à savoir que les gens commencent à utiliser du diésel pour cette raison. Le gouvernement a établi la taxe sur le carbone, mais il accorde une exemption pour un carburant plus polluant. Nous avons une option dans cette situation. La déclaration se poursuit comme suit:
Mme St‑Pierre a déclaré que les membres de l'ACP entendaient également leurs clients du secteur agricole parler du coût supplémentaire important qu’ils subissent en raison de cette taxe fédérale sur le carbone. Selon une estimation fournie par le directeur parlementaire du budget en décembre dernier, au cours des cinq prochaines années, environ 235 millions de dollars seront prélevés auprès des agriculteurs pour avoir utilisé du gaz naturel et du propane plutôt que de l’essence ou du diésel.
Je prends note de cette statistique. J’en parlais à Dan. Au nom des agriculteurs de notre région, il a envoyé un chèque de plus d’un million de dollars pour quelques mois seulement pour la taxe sur le carbone. Ce million de dollars qui aurait pu être utilisé pour tant d’autres choses, peut-être de nouvelles technologies, des travailleurs ou de nouvelles choses dans les fermes, mais au lieu de cela, cet argent est versé au gouvernement.
Nous parlons de 235 millions de dollars. J’ai entendu des gens dire que le gouvernement allait perdre 235 millions de dollars. À mon avis, le gouvernement ne devrait pas prendre ces 235 millions de dollars en premier lieu; ce n’est donc pas une perte de recettes. Il s’agit de recettes qu’il ne devrait pas percevoir, alors nous ne devons pas considérer qu’il s’agit d’une perte de recettes pour le gouvernement.
Le gouvernement n’avait pas à prendre les 235 millions de dollars en premier lieu parce que, en fin de compte, qui va payer pour cela? Ce seront les agriculteurs. Après les agriculteurs, qui va payer pour cela? Ce seront les gens assis à leur table, mangeant leurs flocons de maïs ou leurs œufs venant de l’exploitation avicole locale. Ce sont ces personnes qui, au bout du compte, seront touchées.
Oui, ce projet de loi est bon pour les agriculteurs, mais il est bon également pour les consommateurs canadiens qui veulent soutenir l’industrie agricole au Canada, surtout celle d’Elgin-Middlesex-London, qui est si importante pour moi.
Nous avons parlé de l’inflation. Ces dernières semaines, l’inflation a été vraiment importante. Nous avons parlé de l’augmentation du prix du bois et du bois d’œuvre. Le logement est un gros problème. Dans ma circonscription, Elgin-Middlesex-London, le coût d’une maison à deux étages a augmenté de 46 % depuis avril dernier. L’inflation est un problème, et le gouvernement ajoute des coûts supplémentaires à nos produits.
Si nous parlons de stratégies de réduction de la pauvreté, nous devons voir ce que nous faisons qui crée plus d’obstacles. Je considère le refus de cette exemption comme un obstacle de plus à la réduction du coût élevé de nos produits à l’heure actuelle. Les agriculteurs savent que, lorsqu’ils paient tout cet argent, cela nuit à leurs bénéfices nets.
J’ai la chance de travailler avec Scott, des Grain Farmers of Ontario, dans ma région. Il est le chef de zone là‑bas. Je remercie Scott, qui travaille toujours avec moi. Les Grain Farmers of Ontario sont la plus grande organisation de producteurs de denrées de la province, représentant plus de 28 000 producteurs d’orge, de maïs, d’avoine, de soja et de blé, et ils ont beaucoup appuyé le projet de loi C‑206, Loi modifiant la loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, concernant le combustible agricole admissible.
Les Grain Farmers of Ontario appuient ce projet de loi en raison de son exemption de la taxe sur le carbone pour le combustible agricole et demandent à tous les députés de tenir compte de la taxe appliquée au séchage des grains et de son incidence sur le système agricole canadien. C’est très simple. Le gouvernement ne devrait pas faire de l’argent avec une taxe qui a un impact négatif sur la capacité d’un agriculteur de commercialiser des céréales. Ce n’est pas ce que fait la taxe sur le carbone.
Brendan Byrne était le président des Grain Farmers of Ontario le 22 février 2021. Un grand nombre d’assemblées générales actuelles sont en cours à l’heure actuelle, donc ce n’est peut-être pas son poste actuel.
Comme nous l’avons toujours déclaré, les agriculteurs font un travail formidable dans nos communautés. Ils sont les gardiens de nos terres. Je pense à certains des grands projets qui ont été réalisés à l’arrière des champs des agriculteurs pour la conservation des terres humides. Ces zones sont en train d’être reprises.
J’aime les agriculteurs, alors je suis fortement pour le projet de loi C‑206, et je remercie le député de Northumberland-Peterborough-Sud de l’avoir présenté.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, it is great to be back in the House. It is great to have a vast audience across the way to hear what I am about to say, although the member for Kingston and the Islands may not entirely agree with it.
I appreciate the opportunity to speak to this excellent private member's bill, Bill C-206, from my colleague for Northumberland—Peterborough South, and in particular to talk about the significant failures in environmental policy on the part of government and how it is imposing costs on Canadians without a real plan to help us achieve our environmental objectives vis-à-vis climate change.
I will start briefly by congratulating the member for Northumberland—Peterborough South on his excellent work on this bill and so many other issues. He serves as the shadow minister for revenue in our caucus. When I hear “shadow minister of revenue”, I think it sounds exciting, but he really has grabbed this position by the horns. It has been a pleasure to work with him on a number of revenue issues, including trying to bring about reforms to the direction and control system.
This member has been a great champion of the charitable sector, trying to push the government to reform various aspects of the regulatory and legislative environment around revenue, especially direction and control, to really empower our charitable organizations and help them move forward. I want to congratulate the member for all his work, particularly in this bill, on behalf of farmers in his riding and elsewhere.
Bill C-206 seeks to change the definition of a qualifying farm fuel to include certain fuels not currently included, and that is a step forward in terms of allowing any fuel a farmer would use to be qualified as a qualifying farm fuel, and therefore not having the carbon tax applied to it. Right now, while natural gas and propane are not identified as qualifying farm fuels, gas and diesel are. Not only does this impose additional costs on farmers, but it also gives farmers an incentive to move away from using natural gas and propane and toward using relatively more gas and diesel.
In all likelihood, this is sort of perverse incentive that encourages greater greenhouse gas emissions, so this member is rationalizing the system through this bill in a way that would reduce costs for farmers and help our environment by removing this artificial incentive to use fuels that pollute to a greater extent.
One would think this is a no-brainer on that basis. If this is going to reduce costs for farmers, but is also going to help our environment by providing more of an incentive for farmers to use cleaner fuels, why would it not just be automatic that everyone in this House supports it? The Liberals are stubbornly clinging to their position that the way they did it was fine.
The big problem with these Liberals on so many aspects of their environmental policy is they do not understand the way in which perverse incentives can lead to worse outcomes for the environment, and they are not willing to look critically at the impact of those incentives on behaviour.
One of the issues we have talked about a lot in the Conservative caucus in terms of the failures of the Liberals' environmental policy is this issue of border adjustments. The Liberal approach is to impose carbon taxes on Canadian producers, Canadian farmers and Canadian consumers, but not to apply those same requirements on people outside of Canada who are producing products and then selling those products in the Canadian market.
The effect of this is that it is artificially creating an advantage for foreign producers, the people manufacturing goods and growing crops outside the country who are trying to then sell those products in Canada. One is creating an advantage for those outside Canada who are selling their products to Canada over Canadian producers. This obviously does not make any sense, in terms not only of protecting our own economic interests, but also of responding to the environmental challenges we face.
When one makes it more expensive, and in the case of this particular bill, it relates to farming, and when one imposes more costs on Canadian farmers and therefore tilts the field against our farmers and in favour of people involved in agriculture production outside of the country, that is not helping the environment. It is simply hurting our own economy at no environmental benefit.
We understand, in this caucus, that the challenges we face in terms of climate change are global challenges. Canada has to do its part, but it also has to put in place policies that recognize that emissions can happen outside of the country, and when they happen they impact us. We need to have a structure that integrates an appreciation for the global impact of climate change.
That is why the Conservative environmental plan, for the first time from any party, proposes a strong policy around border adjustment tariffs. There has to be an equivalency between the burden imposed on Canadian producers and the import adjustments that are taking place. We should not be creating a tilted playing field in which we are actually creating an advantage for those producing greenhouse gas emissions outside of the country.
We have raised this issue of perverse incentives: incentives in the policy that actually encourage the wrong kind of behaviour. In the case of border adjustments, we are talking about an incentive that the government has created, in its approach to environmental policy, to move production outside of the country.
If someone is making products for the Canadian market right now in Canada, that person is paying carbon tax. If someone is producing those products outside of Canada in a jurisdiction that does not have a carbon tax and then selling them into Canada, they are in an economically advantageous position, at least vis-à-vis the carbon tax.
This should be fixed so that we have a fair environmental policy that encourages improvements to environmental performance, but does not encourage the wrong kinds of adaptation, such as moving work outside of the country. As other colleagues have talked about as well, in the case of this bill we are talking about another case of perverse incentive. In imposing the carbon tax on certain kinds of fuel and not others, as the system is currently structured, there is an incentive for farmers to use fuels that may be more expensive and that may produce more in the way of emissions.
I think we can do better. The member for Northumberland—Peterborough South has quite rightly seen the opportunity to do better and has thus put forward a bill that seeks to adjust the incentive environment. That is why I am very supportive of this bill. I would encourage all members to be supportive of it and to push the government to recognize something. It has been a talking point of the Liberals for a long time. They say the environment and the economy go hand in hand, yet they impose restrictions and taxes that hurt our economy and provide no benefit to the environment.
It does not make any sense that they would impose obligations on Canadian producers and not have the corresponding adjustments happening at the border. It does not make any sense from an environmental standpoint. If they really believed that there was a unity of objective that could be pursued between the environment and the economy, they would be supportive of the plan that we have put forward, which includes these kinds of border adjustment measures.
In general, in our environmental plan as announced by our leader, the money that is gathered through the deductions paid when people purchase products that emit carbon is put back into their pockets to also pay for adaptation. Our plan is not just about taking money away from people who are producing: It is about giving those resources back to them to invest in adaptations that improve their environmental performance. Our plan is very different from what we see from the Liberal government. The government is trying to use the environment often as a way to raise extra revenue. Our approach is to target measures that are going to improve the environment, while also supporting our industry.
On this side of the House, we recognize the important role of our farmers. We recognize the value of having agricultural production in Canada. We want to strengthen farming communities. We recognize that from a basic security, food security and well-being perspective, it is important to have strong agricultural production happening here in Canada.
We have championed this position, as a party, from the very beginning. We understand that it is not enough to just say it. Within every party we hear members saying flowery words about the agricultural sector, but the Conservative Party has always been there to stand with our farmers, and Bill C-206 is another example of that.
Madame la Présidente, c’est formidable d’être de retour à la Chambre. C’est formidable d’avoir un vaste public en face pour entendre ce que je m’apprête à dire, même si le député de Kingston et les Îles ne sera peut-être pas entièrement du même avis.
Je suis content de pouvoir parler de cet excellent projet de loi d’initiative parlementaire, le C-206, présenté par mon collègue de Northumberland-Peterborough-Sud, mais aussi des échecs importants de la politique environnementale du gouvernement et de la façon dont il impose des coûts aux Canadiens sans véritable plan pour nous aider à atteindre nos objectifs environnementaux en matière de changements climatiques.
Je commencerai brièvement par féliciter le député de Northumberland-Peterborough-Sud pour son excellent travail sur ce projet de loi et sur tant d’autres questions. Il est le ministre du cabinet fantôme de notre caucus pour le revenu. Quand j’entends l’expression « ministre du cabinet fantôme pour le revenu », ça semble excitant; il s'est vraiment investi dans ce poste. J’ai eu le plaisir de travailler avec lui sur plusieurs questions liées au revenu, en tentant notamment de réformer la structure de direction et de contrôle.
Le député a défendu avec fougue le secteur caritatif, en essayant d’inciter le gouvernement à réformer différents aspects du cadre réglementaire et législatif en matière de revenu, surtout en ce qui a trait à la direction et au contrôle, afin de vraiment outiller nos organismes de bienfaisance et de les aider à aller de l’avant. Je tiens à féliciter le député pour tout le travail qu’il a accompli, surtout sur ce projet de loi, au nom des agriculteurs de sa circonscription et d’ailleurs.
Le projet de loi C-206 vise à modifier la définition d’un combustible agricole admissible afin d’inclure certains combustibles qui ne le sont pas en ce moment. C’est un pas en avant pour permettre à tout combustible utilisé par un agriculteur d’être considéré comme un combustible agricole admissible et, par conséquent, d’être exonéré de la taxe sur le carbone. Actuellement, si le gaz naturel et le propane ne sont pas désignés comme des combustibles agricoles admissibles, l’essence et le diésel, eux, le sont. Non seulement cela impose des coûts supplémentaires aux agriculteurs, mais cela les incite aussi à renoncer à utiliser le gaz naturel et le propane au profit d’une consommation relativement plus importante de gaz et de diésel.
Selon toute vraisemblance, il s’agit d’une forme d'incitatif pernicieux à augmenter les émissions de gaz à effet de serre. Le député rationalise donc le système au moyen de ce projet de loi afin de réduire les coûts pour les agriculteurs et d’aider notre environnement en supprimant cet incitatif artificiel à utiliser des combustibles plus polluants.
Le choix devrait aller de soi. Si le projet de loi réduit les coûts pour les agriculteurs, mais aide aussi l’environnement en les incitant plus à utiliser des carburants moins polluants, pourquoi est-ce que tout le monde à la Chambre ne l’appuierait pas automatiquement? Mais les libéraux ne veulent pas démordre de l’idée que leur solution suffisait.
Le problème avec les libéraux par rapport à tant d’aspects de leur politique environnementale, c’est qu’ils ne comprennent pas que des mesures incitatives perverses risquent de donner de résultats pires encore pour l’environnement, et ils ne sont pas prêts à examiner d’un œil critique l’incidence de ces mesures sur les comportements.
Les ajustements à la frontière font partie des questions dont nous avons parlé au caucus conservateur par rapport à l’échec de la politique environnementale des libéraux. Leur approche consiste à imposer des taxes sur le carbone aux producteurs, aux agriculteurs et aux consommateurs canadiens, mais à ne pas imposer les mêmes exigences aux personnes qui produisent à l’étranger des produits pour les vendre ensuite sur le marché canadien.
Il en résulte un avantage pour les producteurs étrangers, les personnes qui fabriquent des marchandises et cultivent en dehors du pays, puis qui essaient de vendre ces produits au Canada. On avantage des étrangers qui vendent leurs produits au Canada par rapport aux producteurs canadiens. C’est évidemment illogique, non seulement du point de vue de la protection de nos intérêts économiques, mais aussi pour ce qui est de régler les problèmes environnementaux auxquels nous faisons face.
Quand on augmente les coûts, et dans le cas de ce projet de loi, il s’agit de l’agriculture, quand on impose plus de coûts aux agriculteurs canadiens, ce qui fait pencher la balance en leur défaveur et en faveur d’agriculteurs à l’étranger, on n’aide pas l’environnement. On nuit à l’économie canadienne, sans avantage pour l’environnement.
Nous savons, dans notre caucus, que les problèmes liés aux changements climatiques que nous connaissons sont des problèmes mondiaux. Le Canada doit faire sa part, mais il doit aussi se doter de politiques qui tiennent compte du fait qu’il y a des émissions dans d’autres pays et qu’elles ont des conséquences pour nous. Nous devons avoir une structure qui tienne compte de la connaissance des conséquences mondiales des changements climatiques.
C’est pourquoi le plan environnemental des conservateurs propose, et c’est une première pour un parti, une politique vigoureuse de droits d’ajustement à la frontière. Il doit y avoir une équivalence entre le fardeau imposé aux producteurs canadiens et les ajustements qui se font à l’importation. Nous ne devons pas fausser les règles du jeu en créant un avantage pour les producteurs d’émissions de gaz à effet de serre à l’étranger.
Nous avons soulevé la question des mesures incitatives perverses, c’est-à-dire des mesures prévues dans la politique qui encouragent en fait le mauvais type de comportement. Dans le cas des ajustements à la frontière, nous parlons d’une mesure incitative que le gouvernement a créée dans son approche de la politique environnementale et qui a pour effet de faire partir la production à l’étranger.
Le fabricant de produits destinés au marché canadien paie une taxe sur le carbone. Le fabricant de ces mêmes produits hors du Canada dans un territoire sans taxe sur le carbone se trouve économiquement avantagé, du moins en ce qui concerne la taxe sur le carbone.
Il nous faudrait régler ce problème pour que nous ayons une politique environnementale équitable qui favorise les améliorations du rendement environnemental, sans favoriser les mauvais types d’adaptation, comme la délocalisation de la production. Comme d’autres collègues l’ont souligné, ce projet de loi constitue un autre exemple d’encouragement pervers. En imposant la taxe sur le carbone à certaines catégories de carburant et non à d’autres, selon la structure actuelle du système, on encourage les agriculteurs à utiliser des carburants qui peuvent être plus chers et produire plus d’émissions.
Je pense que nous pouvons faire mieux. Le député de Northumberland-Peterborough-Sud a bien vu la possibilité de faire mieux et a donc présenté un projet de loi qui vise à corriger le cadre d’encouragements. Voilà pourquoi je suis très favorable à ce projet de loi. J’encourage tous les députés à l’appuyer et à pousser le gouvernement à reconnaître quelque chose. C’est un sujet d’entretien des libéraux depuis longtemps. Ils disent que l’environnement et l’économie vont de pair, et pourtant, ils imposent des restrictions et des taxes qui nuisent à notre économie et n’avantage aucunement l’environnement.
Il n’est pas logique qu’ils imposent des obligations aux producteurs canadiens sans ajustements correspondant à la frontière. Cela n’a aucun sens d’un point de vue environnemental. S’ils croyaient vraiment qu’il est possible de poursuivre un objectif commun entre l’environnement et l’économie, ils appuieraient le plan que nous avons présenté, qui comprend ce genre d’ajustements à la frontière.
En général, dans le plan environnemental tel qu’annoncé par notre chef, l’argent perçu grâce aux déductions payées lorsque les gens achètent des produits qui émettent du carbone est remis dans leurs poches pour payer également l’adaptation. Notre plan ne se résume pas à retirer de l’argent aux producteurs, il s’agit de leur rendre ces ressources pour qu’ils investissent dans des adaptations qui améliorent le rendement environnemental. Notre plan est très différent de celui du gouvernement libéral. Le gouvernement essaie souvent d’utiliser l’environnement comme un moyen d’obtenir des recettes supplémentaires. Notre approche consiste à cibler des mesures qui vont améliorer l’environnement, tout en soutenant notre industrie.
De ce côté-ci de la Chambre, nous reconnaissons le rôle important de nos agriculteurs. Nous reconnaissons la valeur de la présence de la production agricole au Canada. Nous voulons renforcer les communautés agricoles. Nous reconnaissons que du point de vue de la protection, de la sécurité alimentaire et du bien-être de base, il est important d’avoir une production agricole solide ici au Canada.
Nous avons défendu cette position, en tant que parti, depuis le début. Nous comprenons qu’il ne suffit pas de le dire. Au sein de chaque parti, nous entendons des députés faire de beaux discours sur le secteur agricole, mais le Parti conservateur a toujours été là pour soutenir nos agriculteurs, et le projet de loi C-206 en est un autre exemple.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, it is certainly an honour to rise on behalf of the good people of Central Okanagan—Similkameen—Nicola to speak to my colleagues about Bill C-206, brought by the MP for Northumberland—Peterborough South, who has done an excellent job of finding an issue that resonates not just within his riding but right across the country. I will make a few short points about this, because I believe that Private Members' Business provides the opportunity for members, such as the member for Northumberland—Peterborough South, to bring up issues they are hearing locally to see if they are salient. The adoption of this bill through second reading to committee and now to third reading shows there is a consensus in this country. The Liberals were the only party to vote against it. Every other party recognizes that Canada's future is, in great part, due to agriculture. Many may argue that Canada's past was formulated on that, and I would say that is true, but so is the fact we can do more.
In fact, in the majority government the current ambassador to China, Dominic Barton, put forward the Barton report and said that Canada could do so much more by working with agriculture. It could expand exports and feed people not just across our country but around the globe. It seemed for a while that the report might go somewhere. Most farmers thought it was great to have a government that was focused on that. Unfortunately, the government was not. Rather, it was focused simply on ideology and not on helping to connect the dots to make it work for farmers.
As the MP who sponsored the legislation said, the Grain Farmers of Ontario stated, “there are no readily available grain drying technology replacement alternatives that are cost effective. Drying grain is essential for marketing grain.” This points out that when the input costs are too high, grain farmers will lose traction to other areas that have better prices. Unfortunately, it is a commodity market and we cannot just say, “Buy Canadian because Canada is great.” People in other countries also need to feed their families. If the rate for our grain is too high because of input costs, these people will simply go to another cost provider.
The member of Parliament for Sherwood Park—Fort Saskatchewan previously mentioned the concept of carbon leakage, which is where adding extra regulations or taxation beyond that of another jurisdiction eventually makes it difficult for a place with a carbon tax, such as Canada's, to compete. I should know this. A B.C. Liberal government was the first to introduce a carbon tax in British Columbia. It found out quite quickly that the farming community would not be able to be competitive. Therefore, along with cement, it ended up having to subsidize many of those activities.
I am grateful the MP for Northumberland—Peterborough South has brought forward something that will help with that competitiveness. The bill has received broad agreement, with the exception of the Liberal government and its backbenchers. I am sure there was a whipped vote on this, so I know many Liberal members probably felt very sympathetic and wanted to vote alongside the Conservatives, the Bloc and the NDP to support our farmers, but unfortunately it seems many on that side do not question the government's position as much. In fact, some seem to want to carry it on all day long, but enough about the member for Kingston and the Islands.
I just have a few more things to say. The Conservatives believe we should be working with agriculture. The government has put out a clean fuel standard that is so complicated that farmers do not know what opportunities are there. They are worried about getting lost in the paperwork. It is the same government that is making it more difficult for farm operations to use small amounts of propane. The government is basically encouraging them, through red tape, to move to diesel. We know it is not as clean, as easy to store or as manageable. The current government seems to always be at odds with what farmers need and want.
I will say this. Members like the member for Northumberland—Peterborough South and our Conservative caucus will be standing up for our farmers. We will put forward solutions, and we will have a meaningful impact on our greenhouse gas emissions while growing the economy, especially for our farmers.
Madame la Présidente, c’est certainement un honneur de prendre la parole au nom des bonnes gens de Central Okanagan—Similkameen—Nicola pour parler à mes collègues du projet de loi C-206, présenté par le député de Northumberland—Peterborough-Sud, qui a fait un excellent travail en trouvant un enjeu qui résonne non seulement dans sa circonscription, mais dans tout le pays. Je ferai quelques brèves remarques à ce sujet, car je crois que les affaires émanant des députés offrent l’occasion aux députés, comme celui de Northumberland—Peterborough-Sud, de soulever des questions dont ils entendent parler localement pour voir si elles trouvent un écho. L’adoption de ce projet de loi à la deuxième lecture, au comité et maintenant à la troisième lecture montre qu’il existe un consensus au pays. Le Parti libéral a été le seul parti à s’y opposer. Tous les autres partis reconnaissent que l’avenir du Canada est, en grande partie, tributaire de l’agriculture. Beaucoup diront que le passé du Canada a été construit sur cette base, et je dirais que c’est vrai, mais il est tout aussi vrai que nous pouvons faire plus.
En réalité, lorsque le gouvernement était majoritaire, l’actuel ambassadeur en Chine, Dominic Barton, avait présenté le rapport Barton et dit que le Canada pourrait faire beaucoup plus en collaborant avec le secteur agricole. Il pourrait accroître ses exportations et nourrir des gens non seulement ici, mais dans le monde entier. Il a semblé pendant un certain temps que le rapport pourrait faire bouger les choses. La plupart des agriculteurs pensaient que c’était formidable d’avoir un gouvernement qui portait attention à cette question. Malheureusement, le gouvernement n’y portait pas vraiment attention. Il s’est plutôt concentré sur l’idéologie et n’a pas voulu aider à relier les points pour que cela fonctionne pour les agriculteurs.
Comme l’a dit le député qui a parrainé le projet de loi, un représentant des Grain Farmers of Ontario a déclaré: « à l’heure actuelle, il n’y a pas d’autres options technologiques abordables pour le séchage des grains. Il est essentiel de sécher les grains pour les vendre. » Cela montre bien que, lorsque les coûts des intrants sont trop élevés, les céréaliers perdent des parts du marché au profit d’autres régions où les prix sont meilleurs. Malheureusement, il s’agit d’un marché de denrées de base et nous ne pouvons pas simplement dire qu'il faut acheter canadien parce que le Canada est formidable. Les habitants des autres pays doivent aussi nourrir leur famille. Si le prix de nos céréales est trop élevé en raison du coût des intrants, ces gens se tourneront tout simplement vers un autre fournisseur à faible coût.
Le député de Sherwood Park-Fort Saskatchewan a mentionné précédemment le concept de fuite de carbone, c’est-à-dire la situation où en ajoutant une réglementation ou des taxes qui vont au-delà de ce qui se fait ailleurs, il devient difficile pour un pays comme le Canada, qui a une taxe sur le carbone, de soutenir la concurrence. Je devrais le savoir. Un gouvernement libéral britanno-colombien a été le premier à adopter une taxe provinciale sur le carbone. Il a très vite compris que les agriculteurs ne seraient plus concurrentiels. Il a donc dû, comme pour le ciment, subventionner nombre de ces activités.
Je suis reconnaissant au député de Northumberland-Peterborough-Sud d’avoir proposé quelque chose qui contribuera à la compétitivité. Le projet de loi fait l’objet d’un large consensus, à l’exception du gouvernement libéral et de ses députés d’arrière-ban. Je suis certain que le vote était soumis à la discipline de parti. Je sais que nombre de députés libéraux trouvaient probablement le projet de loi intéressant et voulaient voter avec les conservateurs, le Bloc et le NPD afin de soutenir les agriculteurs. Il semble, malheureusement, que beaucoup de l’autre côté ne remettent pas autant en question la position du gouvernement. En fait, certains semblent vouloir prolonger le débat toute la journée, mais assez parler du député de Kingston et les Îles.
J’ai encore des choses à dire. Les conservateurs sont d’avis que nous devrions travailler avec l’agriculture. Le gouvernement a présenté une norme sur les carburants propres qui est tellement compliquée que les agriculteurs ne savent pas quelles sont les possibilités. Ils craignent de se perdre dans les formalités administratives. C’est le même gouvernement qui fait la vie dure aux exploitants agricoles qui veulent utiliser de petites quantités de propane. Le gouvernement les encourage, au fond, par des tracasseries administratives, à passer au diesel. Nous savons qu’il n’est pas aussi propre et pas aussi simple à stocker ou à gérer. Le gouvernement actuel semble toujours en porte à faux par rapport aux besoins des agriculteurs.
J’ajouterai ceci. Les députés comme le député de Northumberland-Peterborough-Sud et notre caucus conservateur défendront nos agriculteurs. Nous proposerons des solutions et nous aurons quand même un réel impact sur les émissions de gaz à effet de serre, tout en stimulant la croissance économique, notamment pour les agriculteurs.
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, it is absolutely my pleasure to rise on my private member's bill, Bill C-206. To me, it is a fantastic wrap-up for the year, if we go to an election.
A couple of weeks into being an MP, I was in Ottawa and my staffer came to me and said, “You won the lottery”. I did not think I had bought a ticket. What did that mean? I had gotten number 16 on the private member's bills, which then put in place a large canvass of issues: ones that affect people across Canada and in my wonderful riding of Northumberland—Peterborough South. One issue that kept coming up was the impact of the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act on the agricultural sector.
I am a very proud advocate for and supporter of the agriculture sector and rural Canada in general. I had been told that dirtier fuels like diesel and gasoline were exempt from the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act but propane and natural gas were not, and of the impact this was having on our local farmers. When I had the opportunity, I was compelled. This was something I had to bring forward for the residents of Northumberland—Peterborough South and for our farmers across the country.
I have enjoyed this process. It has been an iterative process and it has been collaborative. In fact, this whole hour has been an island of its own in a sea of partisanship. This has been full of non-partisanship. We had the member for Glengarry—Prescott—Russell stand up for my private member's bill and for a commitment he made to a couple of constituents. That is the very epitome of what it is to be from rural Canada and rural Ontario. When we give our word in rural Ontario and in rural Canada, we stand by it. That is exactly what this member did, and I salute him.
One of the issues he brought to attention in his discussion was that things may change, and that very well may be. That is why the member for Cowichan—Malahat—Langford made a wise amendment to my private member's bill, which was to timeline it and have it go for only 10 years. If technology evolves and, in a decade, we can get to a point where there are biofuels or some other way, we are all for it, but as of now there is no other solution. Climate change is 100% real, and we are all in the House to fight climate change.
In the absence of exemption, we are pushing our farmers out of competitiveness because they are dependent on worldwide markets and on trade boards for pricing. When a cost is increased, such as with the carbon tax, it is put directly on the tables of our farmers. Farmers work so hard. Especially through this pandemic, they have not stopped for a moment, and because of that they have kept our food supply the best in the world. We produce the best grain, the best poultry and the best beef right here in Canada, and we need to make sure that our farmers stay competitive because when we increase input costs, those come directly from the farmers.
These costs not only affect our farmers, but entire rural communities because farmers are largely the ones who drive our economies. They are the ones who go to tractor dealerships and buy tractors. They are the ones who go to local restaurants, and there may be only a couple of restaurants in their towns. They are also the ones who support our local grocery stores, so we need to support and protect our farmers.
As I said, we are at the end of the session. I would like to take a moment to thank all the wonderful members of my constituency of Northumberland—Peterborough South and thank the farmers for this wonderful piece of legislation that I have been able to work with. Particularly, I would like to thank Brandon from the Grain Farmers. I would like to thank my staffer Hailey, who was fantastic and critical to doing this. Most important, I would like to thank all the members of the agriculture community who worked so hard to get this on board. We will have a vote on Wednesday and we will get this across. Hopefully, we will be back in session so we can get this bill passed and help our farmers.
I thank everyone out there so much. It has been a great pleasure to hear all the interventions. Some of my best friends, across the aisle and otherwise, have spoken. The member for Hamilton Centre is even wearing a blue suit for us, if I am allowed to acknowledge that he is in the chamber. I really appreciate that. I thank everyone for their learned interventions and their contributions. It is a great day for farmers.
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole au sujet du projet de loi d’initiative parlementaire C-206 que j’ai présenté. Pour moi, il clôt l’année de manière fantastique, si des élections sont déclenchées.
J’étais député depuis quelques semaines, me trouvais à Ottawa, quand mon collaborateur m’a annoncé que j’avais décroché le gros lot. Je ne pensais pas avoir acheté de billet. Que voulait-il dire? J’avais obtenu le numéro 16 pour les projets de loi d’initiative parlementaire, qui portent sur quantité de sujets qui touchent des citoyens dans tout le Canada et dans ma belle circonscription de Northumberland-Peterborough-Sud. Un sujet revenait sans cesse, l’incidence sur le secteur agricole de la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre.
Je suis très fier de défendre le secteur agricole et les régions rurales du Canada en général. On m’avait dit que des carburants plus polluants, comme le diesel et l’essence, n’étaient pas assujettis à la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, ce qui n’était pas le cas du propane et du gaz naturel, et on m’avait expliqué les conséquences pour les agriculteurs locaux. Quand l’occasion s’en est présentée, je n’ai pu faire autrement que présenter ce projet de loi. Il le fallait pour les citoyens de Northumberland-Peterborough-Sud et pour les agriculteurs de tout le pays.
J’ai bien aimé ce processus. C’était un processus itératif et collaboratif. En fait, toute cette heure a été une île à part dans une mer de partisanerie. Il y a eu beaucoup de non-partisanerie. Le député de Glengarry-Prescott-Russell a défendu mon projet de loi d’initiative parlementaire et respecté un engagement qu’il a pris envers deux de ses électeurs. C’est l’exemple même de ce que cela représente de venir d'une région rurale du Canada et d'une région rurale de l’Ontario. Lorsque nous donnons notre parole dans les régions rurales de l’Ontario et du Canada, nous la respectons. C’est exactement ce qu’a fait ce député, et je le remercie.
L’une des questions qu’il a soulevées était que les choses peuvent changer, et c’est fort possible. C’est la raison pour laquelle le député de Cowichan-Malahat-Langford a proposé un amendement judicieux à mon projet de loi d’initiative parlementaire, qui consistait à lui attribuer un échéancier et à le faire durer seulement 10 ans. Si la technologie évolue et que, dans 10 ans, nous sommes à un point où il y a des biocarburants ou un autre moyen, nous sommes tout à fait d’accord, mais pour l’instant, il n’y a pas d’autre solution. Le changement climatique est 100 % réel, et nous sommes tous à la Chambre en faveur de la lutte contre les changements climatiques.
En l’absence d’exemption, nous enlevons à nos agriculteurs leur compétitivité parce qu’ils sont tributaires des marchés mondiaux et des chambres de commerce pour la fixation des prix. Lorsqu’un coût augmente, comme c’est le cas de la taxe sur le carbone, cela se répercute directement sur la table de nos agriculteurs. Les agriculteurs travaillent très dur. En particulier pendant cette pandémie, ils n’ont pas arrêté un seul instant, et c’est grâce à eux que notre approvisionnement alimentaire est le meilleur au monde. Nous produisons les meilleures céréales, la meilleure volaille et le meilleur bœuf ici même au Canada et nous devons veiller à ce que nos agriculteurs restent concurrentiels car lorsque nous augmentons le coût des intrants, ils viennent directement des agriculteurs.
Ces coûts n’ont pas une incidence négative sur nos agriculteurs seulement; ils touchent aussi des collectivités rurales entières, car les agriculteurs sont en grande partie le moteur de nos économies. Ce sont eux qui vont acheter des tracteurs chez les concessionnaires de tracteurs. Ce sont eux qui fréquentent les restaurants locaux, et il n’y a peut-être que quelques restaurants dans leur ville. Ce sont également eux qui font vivre nos épiceries locales. Nous devons donc soutenir et protéger nos agriculteurs.
Comme je l’ai dit, nous sommes à la fin de la session. J’aimerais prendre un moment pour remercier tous les merveilleux membres de ma circonscription de Northumberland-Peterborough-Sud et remercier les agriculteurs pour cette merveilleuse mesure législative à laquelle j’ai pu travailler. J’aimerais remercier tout particulièrement Brandon, des Grain Farmers. J’aimerais également remercier ma collaboratrice Hailey, qui a été fantastique et qui a joué un rôle essentiel dans la réalisation de ce projet. Et surtout, je remercie tous les membres de la communauté agricole d'avoir travaillé si fort pour faire adopter ce projet. Nous procéderons à un vote mercredi et nous ferons passer le message. J’espère que nous serons de retour en session afin de pouvoir faire adopter ce projet de loi et aider nos agriculteurs.
Je remercie beaucoup tout le monde. Ce fut un grand plaisir d’entendre toutes les interventions. Certains de mes meilleurs amis, de l’autre côté de l’allée et ailleurs, ont pris la parole. Le député de Hamilton-Centre porte même un costume bleu pour nous, si j’ai le droit de reconnaître sa présence à la Chambre. J’aime beaucoup cela. Je vous remercie tous de vos interventions éclairées et de vos contributions. C’est un grand jour pour les agriculteurs.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
It being two minutes past noon, the time provided for debate has expired.
Accordingly, the question is on the motion.
If a member of a recognized party present in the House wishes to request a recorded division or that the motion be adopted on division, I would invite them to rise and indicate it to the Chair.
Comme il est 12 h 2, la période réservée au débat est terminée.
Par conséquent, le vote porte sur la motion.
Si un député d'un parti reconnu présent à la Chambre désire demander un vote par appel nominal ou que la motion soit adoptée avec dissidence, je l'invite à se lever et à l'indiquer à la présidence.
View Bernard Généreux Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, I am pleased to request a recorded division.
Madame la Présidente, j'ai le plaisir de vous demander un vote par appel nominal.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Pursuant to order made on Monday, January 25, the recorded division on the motion stands deferred until Wednesday, June 23, at the expiry of the time provided for Oral Questions.
Conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier, le vote sur la motion est différé jusqu'au mercredi 23 juin, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-21 12:04 [p.8825]
Madam Speaker, thank you for giving me the opportunity to continue the speech I started on Friday.
Does Bill C-30, budget implementation act, 2021, no. 1, provide adequate guarantees to protect workers, to protect the unemployed, to protect sick workers and to treat seniors and their care workers with dignity? As I was saying, the answer is maybe or no.
I would like to use the five minutes I have remaining to talk about sick workers, who were counting on the government to take action after 50 years to extend special EI sickness benefits from 15 weeks to 50 weeks once and for all.
There is no reason for the government to pass up this opportunity, to ignore the testimony and to abandon 150,000 people who benefit every day from sickness benefits, which expire after 15 weeks.
The government decided to take a half step by increasing the benefits to 26 weeks starting in 2022. In the short term, sick workers will have no more than 15 weeks of benefits. We are making a heartfelt plea for the bill to be passed. We heard the evidence; the House of Commons adopted a motion; the bill sponsored by my colleague from Salaberry—Suroît was adopted by a majority; the Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities, of which I am the deputy chair, did a clause-by-clause study of the bill on June 17. All that is needed is one last push. We must act, and the government can do so by seeking royal assent. It must do so now.
Unemployed workers had very high expectations. I remind members that, in 2015, the Liberal government promised to overhaul the EI system, which leaves behind 60% of workers. They cannot access it because it discriminates against women, part-time workers, and workers are are ineligible and abandoned by the system.
It took the pandemic to force the government to implement temporary measures. Once again, all the budget offers is a single, 420-hour eligibility requirement for a period of one year. This is urgent. Where is the government? This is not enough. Once again, the government has everything it needs.
The Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities conducted a big study on modernizing employment insurance. The committee's report was tabled in the House last week. The government has everything it needs, it has the solutions and has access to all of the analyses on the flaws of the program. However, according to Bill C‑30, there will be another two years of consultations.
I read an article from Radio-Canada in which the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion was saying that the computer system was in need of updates, that modernization could not happen all at once and that we might actually have to wait another seven years. That is preposterous.
It is unbelievable that the government is going to negate all of the efforts that have been made for so long and invest in consultations. The time for consultation is over. We need to sit down at the drawing board and take action. All of the solutions are in place. We need to do this for women, youth and self-employed workers.
Some might think that the crisis is over because there is a glimmer of hope. However, some sectors of the industry are still heavily impacted and still do not have any answers for their workers. They cannot provide any answers in the short term unless the government changes course and takes immediate action to undertake a reform.
We cannot wait any longer. I think that the government has everything it needs. Although some aspects might technically be more difficult because it is a complex system, the government needs to make them more politically desirable and implement a real employment insurance system. Workers are calling for it, as are groups representing unemployed workers and women.
We cannot continue with a system that discriminates against so many workers. I am thinking in particular about the many regions of Quebec and Canada that rely on seasonal industries. These workers experience gaps and become impoverished between their two employment periods. If we want to revitalize our regional economies, then we need to recognize the unique situation of seasonal economies and adapt the EI system accordingly so that workers in these industries are not penalized by default.
I would like to quote a witness who appeared before the Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities and send a message to the government. The witness said, “Just do it.” It is time to act.
From what columnists are saying, we have probably reached the end of this Parliament. The government could very well trigger an unnecessary election campaign. It will no doubt brag about everything it has done for workers, but we must not lose sight of the fact that the government has not taken any structured, concrete action, even though it has had the means to do so for quite some time now. It has made only empty promises, without any commitments.
Nothing will change as of tomorrow morning for workers who are sick. They will still be entitled to only 15 weeks of benefits, or possibly 26 weeks in 2022. We in the Bloc Québécois are calling on the government to increase sickness benefits to 50 weeks right now, but the government is still asking the unemployed to wait.
The government's Bill C‑30 has many other shortcomings, including the fact that it discriminates against seniors. We asked that a study be done and evidence provided to justify discriminating against seniors between the ages of 65 and 74. Very little information was forthcoming. It is ridiculous—
Madame la Présidente, je vous remercie de me donner l'occasion de poursuivre le discours que j'ai amorcé vendredi.
Le projet de loi C‑30, Loi no 1 d'exécution du budget de 2021, offre-t-il des garanties suffisantes pour protéger les travailleurs, pour protéger les chômeurs, pour protéger les travailleurs malades et pour agir dignement avec nos personnes aînées et les travailleurs qui leur donnent des soins? Comme je le disais, la réponse est peut-être ou non.
J'aimerais prendre les cinq minutes de parole qu'il me reste pour parler des travailleurs malades, qui comptaient sur le gouvernement pour agir afin que, après 50 ans, les prestations spéciales de maladie de l'assurance-emploi passent une fois pour toutes de 15 à 50 semaines.
Il n'y a aucune raison pour que le gouvernement laisse passer cette occasion, laisse passer ces témoignages et abandonne 150 000 personnes qui bénéficient chaque jour des prestations de maladie, établies à 15 semaines.
Le gouvernement a décidé de faire un demi-pas en faisant passer les prestations à 26 semaines en 2022. À court terme, les travailleurs malades ne peuvent donc même pas bénéficier de plus de 15 semaines de prestations. On lance un cri du cœur. Nous avons entendu des témoignages; la Chambre des communes a adopté une motion; le projet de loi de ma collègue de Salaberry—Suroît a été adopté à la majorité; le Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées, dont je suis la vice-présidente, a procédé à l'étude article par article le 17 juin dernier. Tout ce qu'il manque, c'est donner un coup de collier. Il faut agir, et le gouvernement peut le faire en demandant la sanction royale. C'est ce qu'il doit faire dès maintenant.
Les chômeurs et les chômeuses avaient des attentes énormes. Je rappelle que, en 2015, le gouvernement libéral s'était engagé à réformer en profondeur le régime de l'assurance-emploi, lequel laisse pour compte 60 % des travailleuses et des travailleurs. Ils n'y ont pas accès en raison de son caractère discriminatoire à l'égard des femmes, des travailleurs à temps partiel et des travailleurs qui n'y sont pas admissibles et qui sont abandonnés par le régime.
Il aura fallu la pandémie pour forcer le gouvernement à mettre en place des mesures temporaires. Encore une fois, ce qu'on nous propose dans le budget, c'est un critère unique d'admissibilité de 420 heures pour une durée d'une année. Il y a urgence d'agir. Où est le gouvernement? C'est insuffisant. Le gouvernement a, encore une fois, tout en main.
Le Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées a mené une grande étude sur la modernisation de l'assurance-emploi. Cette étude a été déposée à la Chambre la semaine dernière. Le gouvernement a tout ce dont il a besoin dans son coffre à outils, il a toutes les solutions et il a accès à toutes les analyses qui ont été faites pour témoigner des failles du régime. Or, selon le projet de loi C‑30, il y aura encore deux années de consultations.
J'ai lu un article de Radio-Canada dans lequel la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées disait que le système informatique était désuet et que la réforme ne pouvait pas se faire du jour au lendemain — en fait, on va peut-être devoir attendre pendant encore sept ans. Cela n'a aucun bon sens.
C'est incroyable de nier tous les efforts qui ont été fournis depuis longtemps et d'investir dans les consultations. L'heure n'est plus aux consultations, il faut se mettre à la table à dessin et il faut agir. Toutes les solutions sont en place. Il faut absolument le faire pour les femmes, pour les jeunes et pour les travailleurs autonomes.
Certains pourraient croire que la crise est terminée parce qu'il y a une embellie. Or, certains secteurs de l'industrie sont encore durement touchés et n'ont toujours pas de réponse pour ces travailleuses et ces travailleurs. Ils ne pourront offrir de réponse à court terme, à moins que le gouvernement change de cap et agisse dès maintenant pour entreprendre une réforme.
On ne peut plus attendre. Je pense que le gouvernement a tout en main. Si certains éléments sont techniquement plus difficiles, le régime étant complexe, il faut les rendre politiquement souhaitables et mettre en place un vrai régime d'assurance-emploi. Les travailleuses et les travailleurs le demandent, les mouvements de chômeurs le demandent et les groupes de femmes le demandent.
On ne peut plus laisser un régime discriminer autant de travailleuses et de travailleurs. Je pense particulièrement aux nombreuses régions du Québec et du Canada qui vivent notamment de l'industrie saisonnière. Ces travailleurs vivent des périodes de trous noirs et s'appauvrissent entre deux périodes d'emploi. La revitalisation de l'économie des régions a pour condition que nous prenions acte de la particularité des économies saisonnières et, par conséquent, que nous adaptions le régime d'assurance-emploi pour que les travailleurs de ces industries ne soient pas pénalisés par défaut.
J'aimerais reprendre les paroles d'un témoin que nous avons reçu au Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées et lancer un message au gouvernement. Ce témoin a dit: « Just do it ». C'est le temps d'agir.
D'après ce que disent les chroniqueurs, nous sommes probablement rendus à la fin d'une législature. En effet, le gouvernement va peut-être déclencher une inutile campagne électorale. Il ira sûrement se targuer de tout ce qu'il a fait pour les travailleuses et les travailleurs, mais ne perdons pas de vue que le gouvernement n'a pas agi de façon structurante et concrète alors qu'il en avait les moyens depuis longtemps. Il n'a fait que des promesses vides, sans aucun engagement.
Demain matin, il n'y aura aucun changement pour les travailleurs malades. Ils n'auront toujours droit qu'à 15 semaines de prestations, et peut-être à 26 semaines en 2022. Au Bloc québécois, nous demandons au gouvernement d'augmenter maintenant les prestations de maladie à 50 semaines, mais le gouvernement demande encore aux chômeurs et aux chômeuses d'attendre.
Le projet de loi C‑30 du gouvernement comporte bien d'autres lacunes, comme le fait de discriminer les personnes aînées. Nous avons demandé qu'une étude soit menée et que des données probantes soient fournies pour justifier le fait qu'on discrimine les personnes âgées de 65 ans à 74 ans. On nous en a fourni très peu. C'est ridicule...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Order. I apologize for interrupting the hon. member.
À l'ordre. Je suis désolée d'interrompre la députée.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-21 12:12 [p.8826]
I am hopeful the government will rise in the House today to take concrete steps for all workers—
J'ai espoir que le gouvernement se lèvera à la Chambre aujourd'hui et agira de façon concrète pour l'ensemble des travailleuses...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Questions and comments, the hon. parliamentary secretary.
Je cède la parole au secrétaire parlementaire pour la période de questions et d'observations.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-21 12:12 [p.8826]
Madam Speaker, June 21 is National Indigenous Peoples Day, a day we can all reflect on the 215 children who matter, children who really do matter, and murdered and missing indigenous women and girls. It is very important for all of us to work toward reconciliation.
The budget implementation bill is a continuation of support programs that have been there to help Canadians get through this pandemic, whether one is a senior, a worker or a youth. These support programs were there to ensure that we would be in a better position to be able to recover in the pandemic, while at the same time providing disposable income for Canadians at a time in which they need it most.
Could the member provide her thoughts as to why it is important we actually pass this legislation?
Madame la Présidente, le 21 juin est la Journée nationale des peuples autochtones, une journée où nous pouvons tous réfléchir aux 215 enfants qui comptent, des enfants qui comptent vraiment, ainsi qu'aux femmes et aux filles autochtones assassinées ou portées disparues. Il est très important que tous les députés travaillent à la réconciliation.
Le projet de loi d'exécution du budget vise à prolonger les programmes de soutien qui ont aidé les Canadiens à traverser la pandémie, qu'il s'agisse des aînés, des travailleurs ou des jeunes. Les programmes de soutien visaient à nous placer dans une meilleure position au cours de la pandémie afin d'assurer la relance tout en veillant à ce que les Canadiens aient un revenu disponible au moment où ils en avaient le plus besoin.
La députée peut-elle dire pourquoi il est important d'adopter la mesure législative?
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-21 12:13 [p.8826]
Madam Speaker, in terms of the length of debate on the bill, that is up to us.
With regard to all the measures, the Bloc Québécois said it would support Bill C‑30. Indeed, this bill does have measures that people need and that we need to implement.
However, I must remind the government that, whether it be the Canada emergency wage subsidy, the Canada emergency rent subsidy, EI, sickness benefits or measures for seniors, all these measures are temporary and will come to an end. The bill does not include any meaningful measures nor any vision.
We have been saying for a long time that, in order to find a way out of this crisis, we need a vision to help us look forward and propose real, concrete and meaningful measures that will be lasting, not just temporary.
Madame la Présidente, en ce qui concerne la durée des débats du projet de loi, cela nous appartient.
En ce qui concerne l'ensemble des mesures, le Bloc québécois a dit qu'il allait appuyer le projet de loi C‑30. Ce dernier comporte effectivement des mesures dont les gens ont besoin et que nous devons mettre en place.
Toutefois, je tiens à rappeler au gouvernement que toutes ces mesures, qu'il s'agisse de la Subvention salariale d'urgence du Canada, de la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer, de l'assurance-emploi, des prestations de maladie ou des mesures pour les aînés, sont temporaires et ont un terme. Le projet de loi ne comporte pas de mesures structurantes ni de vision.
Nous disons depuis le printemps que, pour effectuer une sortie de crise, il faut avoir une vision afin d'être capable de se projeter et de proposer de vraies mesures concrètes, réelles et structurantes, qui auront un caractère pérenne, pas juste temporaire.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-06-21 12:14 [p.8827]
Madam Speaker, I had the chance to listen to both the first part and second part of the hon. member's speech.
I have not heard very much about a part of the bill that proposes an amendment to the Canada Elections Act, which specifically would make it unlawful to knowingly mislead electors during an election campaign. I find it interesting that this is in an omnibus budget bill. Has she had a chance to look into the proposed amendment to the Canada Elections Act and does she have any comments on it?
Madame la Présidente, j’ai eu la chance d’écouter la première et la deuxième partie du discours de la députée.
Je n’ai pas beaucoup entendu parler d’une partie du projet de loi qui propose une modification de la Loi électorale du Canada, qui rendrait expressément illégal le fait d’induire sciemment les électeurs en erreur lors d’une campagne électorale. Je trouve intéressant que cela figure dans un projet de loi omnibus d’exécution du budget. A-t-elle eu l’occasion d’examiner la modification proposée à la Loi électorale du Canada et a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet?
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-21 12:15 [p.8827]
Madam Speaker, I thank my colleague for the question, even though I cannot answer it entirely.
The entire election issue has us scratching our heads. Why make changes with respect to elections when everyone here is saying that there will not be an election during the pandemic and we are still in a pandemic?
I even wonder why there needs to be an election and why we should make changes. I hate the fact that we in the House are unable to reach a consensus on the conditions to put in place to hold an election. It is up to parliamentarians. This should not be done through a regulation in a bill.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question, même si je ne pourrai y répondre entièrement.
Toute la question des élections nous laisse perplexes. Pourquoi apporter des changements au contexte électoral alors que tout le monde affirme ici qu'il n'y aura pas d'élections en temps de pandémie et que nous sommes encore en temps de pandémie?
Je me demande déjà pourquoi il faudrait qu'il y ait des élections et pourquoi nous devrions faire des modifications. Je déplore le fait que nous ne soyons pas capables, à la Chambre, d'établir un consensus au sujet des conditions à mettre en place pour mener des élections. Cela appartient aux parlementaires et ne se fait pas par l'entremise d'un règlement dans un projet de loi.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I really appreciated the speech by my colleague from Thérèse‑De Blainville.
She talked about employment insurance and the fact that the current system is flawed. Many workers have suffered the consequences. She also talked about sick leave and the fact that the bill provides for only half the period that everyone considers necessary. People suffering from diseases such as cancer need sick leave for up to a year.
There are also cuts to the Canada emergency response benefit. Since the budget was tabled in House, we have been calling for an adjustment to allow people to continue to receive $500 a week. It is important, especially during a pandemic.
According to my colleague, why is the government refusing to make these important changes?
Madame la Présidente, j'ai énormément apprécié le discours de ma collègue de Thérèse‑De Blainville.
Elle a parlé de l'assurance-emploi et du fait que le système actuel comportait plusieurs lacunes. Beaucoup de travailleurs et de travailleuses en ont subi les conséquences. Elle a également parlé des congés de maladie et du fait que le projet de loi prévoyait seulement la moitié de la période que tout le monde estime pourtant nécessaire. Les gens souffrant de maladies comme le cancer ont besoin d'un congé de maladie allant jusqu'à un an.
Il y a aussi des coupes en ce qui concerne la Prestation canadienne d'urgence. Depuis la présentation du budget à la Chambre, nous demandons un ajustement pour que les gens puissent continuer de recevoir les 500 $ par semaine. Cela est important, surtout en période de pandémie.
Selon ma collègue, pourquoi le gouvernement refuse-t-il de faire ces importants ajustements?
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The hon. member for Thérèse‑De Blainville only has a few seconds to reply to the question.
L'honorable députée de Thérèse‑De Blainville a seulement quelques secondes pour répondre à la question.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-21 12:17 [p.8827]
Madam Speaker, I thank my colleague. A very brief answer would be that the government has abandoned the idea that these programs are part of the social safety net. The government views them as an insurance policy. The time has come for the government to reconsider—
Madame la Présidente, je remercie mon collègue. Une très brève réponse serait que le gouvernement a abandonné l'idée que ces programmes étaient des programmes de filet social. Le gouvernement les voit comme une police d'assurance. Or, il est temps que le gouvernement revienne...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Resuming debate, the hon. member for Battle River—Crowfoot.
Nous reprenons le débat. La parole est à l'honorable député de Battle River—Crowfoot.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-06-21 12:18 [p.8827]
Madam Speaker, it is an honour to join in the debate, once again, in the House.
However, from what I am hearing in the media, and the rumours around Ottawa, we very well may be facing an election in the coming months. As this may be my last speech prior to that election, I want to share some brief words of thanks to the constituents of Battle River—Crowfoot for the honour to be their voice in Canada's Parliament over the last year and a half or so.
As we have faced an unprecedented time on so many fronts and the need for collaboration and to hold the government to account as a member of the opposition, it has been a true honour. I look forward to life getting back to normal. Alberta plans to open for the summer, with the vast majority of COVID restrictions being lifted on July 1. It is an exciting prospect for Albertans as we look forward to getting back to normal.
Even though Parliament is scheduled to rise in a few days, I look forward to continuing to fight in every way possible for the good people of east central Alberta and Battle River—Crowfoot for whom I have the honour and privilege of serving.
I am rising on debate on the Liberal's budget, an omnibus budget bill, Bill C-30, which the Liberals promised to never do. When a Liberal parliamentary secretary was asked that very question on Friday, he said in effect that this was different because it was a budget bill. I have asked a number of questions and on this and, quite frankly, I have not received much response to them. This bill covers a wide swath of things that, yes, were promised in the much-delayed budget that was introduced a number of months ago, but it also includes some other aspects, such as an amendment to the Canada Elections Act, a change to the gas tax fund and a few other things, which I will dive into in more detail.
However, I would like to address one concern I increasingly hear from constituents, and that is the attitude to which this current Liberal government has approached the legislative agenda and the way it has governed the country. I had a constituent give me a very apt description that I would like to share with members about the rhetoric that has been coming out of the Liberal benches as of late, and it is simply this.
The government is quick to blame the opposition for all its failures, which I think we have been very effective at articulating how absurd that is. Had it not been for the opposition, Canada would be in a much worse spot when it comes to COVID relief programs. The third time is the charm with respect to legislation that has had to be repaired several times. The fact is that the opposition has been exposing many of the areas of mismanagement and very troubling trends related to the approach that the Liberals have taken to government accountability and ethics.
These last couple of weeks, in particular, the government House leader, other Liberal members and the Prime Minister in his press conferences, who would never say this in the House of Commons because he would be held to account on it, have effectively said that it is the Conservatives who have been obstructionists, that it somehow is the opposition's fault that the government cannot get anything accomplished.
A constituent shared with me an analogy that I will share with members. It is a bit like students, after having received the syllabus for the school year, coming upon the night before the deadline for a major assignment at the end of the course and all of a sudden realizing they had lot of work to do but did very little or nothing and now they have a choice: They can either admit their failures or they can blame, pivot and make excuses. The Liberals have chosen to do the latter by blaming the Conservatives for obstruction, rather than acknowledging that they are the ones in charge and that they have utterly failed in their legislative management. If this is any indication of how the Liberals have managed government over the last six years, no wonder our country is facing some major challenges.
Bill C-30 is a large bill and it addresses many aspects of COVID response program changes to other aspects of the functioning of government. I am going to get into those specific things.
However, I want to touch on a couple of things that have not received a lot of air time, so to speak, one of which is the proposed amendment to the Canada Elections Act. The part of the Elections Act that talks about misleading statements during an election was struck down by a court ruling. The government has inserted in the bill, somewhat innocuously, an amendment to the act that would include the words “knowingly mislead” during an election.
There should be a lot of discussion on the “knowingly mislead” part, especially when we see the failures of the current government to uphold elections commitments, its pivoting away from promises made and, certainly, the astounding level of mistrust that is faced across political discourse these days. I find it troubling that this has not been debated extensively. It calls into question some of the purposes associated with why that would be inserted into the back of a budget implementation bill.
The second thing, and this is typically Liberal, is that in the budget implementation bill, the government plans to rename the gas tax fund. This is the Liberal agenda at its best. It takes something, renames it, shines it up a bit, gives it a little spit and polish, and then suggests they have done Canadians a great service with this new program with its fancy new name. That appears to be what Liberals have done with the gas tax fund, which will be called the Canada community building fund going forward.
The new name certainly has a ring to it, and most Canadians might say that it is a great idea, with grant applications and funds going to municipalities. However, it is very important to highlight that it is simply a change in name of a program, which has some of the challenges associated with government accountability and the increased costs. Then I expect to hear a flurry of election spending announcements, promoted by the infrastructure of government, as we saw prior to the 2019 election. We are already seeing cabinet ministers jet-setting across the country, using the tools they have at their disposal to make a myriad of promises prior to the election.
We are going to see a whole bunch of promises related to this new fund, but the Liberals probably will not call it a new fund. However, under a new name, the Liberals will certainly claim credit for the work, even though it was not the Liberals who brought forward that fund, and how it has benefited many municipalities, including some in Battle River—Crowfoot.
I am glad to have had the opportunity to put that on the record so Canadians know that simply renaming something does not give the government of the day credit.
There are extensions to many aspects of COVID programming and there are some concerns related to not being able to address some of the folks who have fallen through the cracks. There are further changes to health transfers, some of which are very needed. I would suggest the dollars are a little too late when it comes to vaccinations, which speaks to the Liberal strategy. If we had been on time with vaccines, we would not have had a third wave. This was the Prime Minister's third wave, when it comes to the delays we face.
As I have come to the end of my speech, I will simply say this. Parliament is an institution that represents Canadians, and to hear that the government is trying to circumvent, at every cost, the need for this place to carefully and thoughtfully debate and discuss legislation, including something as significant as the bill before us, Bill C-30, is very troubling. It is very troubling to hear the Liberals try to circumvent and dismiss the need for what should be of absolute importance to every single one of us.
Madame la Présidente, c’est un honneur de participer une fois de plus au débat à la Chambre.
Toutefois, d’après ce que j’entends dans les médias et les rumeurs qui circulent à Ottawa, il se pourrait bien que des élections aient lieu au cours des prochains mois. Comme il s’agit peut-être de mon dernier discours avant ces élections, je tiens à remercier brièvement les électeurs de Battle River-Crowfoot de m’avoir fait l’honneur d’être leur voix au Parlement du Canada au cours de la dernière année et demie environ.
En tant que membre de l’opposition, nous avons dû faire face à une période sans précédent sur de nombreux fronts et à la nécessité de collaborer et de demander des comptes au gouvernement, ce qui a été un véritable honneur. J’ai hâte que la vie reprenne son cours normal. L’Alberta envisage de rouvrir ses portes pour l’été, et la grande majorité des restrictions liées à la COVID seront levées le 1er juillet. C’est une perspective excitante pour les Albertains, qui ont hâte de revenir à la normale.
Même si le Parlement doit ajourner dans quelques jours, j’ai hâte de continuer à me battre de toutes les façons possibles pour les bonnes gens du centre-est de l’Alberta et de Battle River-Crowfoot que j’ai l’honneur et le privilège de représenter.
J’interviens dans le débat sur le budget des libéraux, un projet de loi omnibus d’exécution du budget, le projet de loi C-30, ce que les libéraux avaient promis de ne jamais faire. Lorsqu’on a posé cette même question à un secrétaire parlementaire libéral vendredi, il a dit en fait que c’était différent parce que c’était un projet de loi d’exécution du budget. J’ai posé un certain nombre de questions à ce sujet et, très franchement, je n’ai pas reçu beaucoup de réponses. Ce projet de loi couvre un large éventail de choses qui, oui, ont été promises dans le budget qui a été présenté très en retard il y a quelques mois, mais il comprend également d’autres aspects, comme une modification de la Loi électorale du Canada, un changement au Fonds de la taxe sur l’essence et quelques autres choses, que j’examinerai plus en détail.
J’aimerais, toutefois, parler d’une préoccupation dont me font de plus en plus part mes concitoyens. Je veux parler de l’attitude du gouvernement libéral par rapport au programme législatif et de la façon dont il gouverne le pays. L’un d’eux m’a donné une description très juste que je souhaite partager avec les députés, des discours que tiennent les députés libéraux depuis quelque temps. La voici.
Le gouvernement est prompt à rejeter sur l’opposition la responsabilité de tous ses échecs, et nous avons, me semble-t-il, très bien montré combien c’est absurde. Sans l’opposition, le Canada serait en bien pire position par rapport aux programmes d’aide liés à la COVID. La troisième fois est la bonne pour le projet de loi qu’il a fallu modifier plusieurs fois. Le fait est que l’opposition expose de nombreux exemples de piètre gestion et des tendances très inquiétantes en ce qui concerne l’approche adoptée par les libéraux en matière de responsabilité et d’éthique gouvernementale.
Au cours des dernières semaines, en particulier, le leader du gouvernement à la Chambre, d’autres députés libéraux et le premier ministre dans ses conférences de presse — et il ne dirait jamais cela à la Chambre des communes parce qu’on lui demanderait des comptes — ont déclaré que ce sont les conservateurs qui font obstruction et que c’est de la faute de l’opposition si le gouvernement ne peut rien accomplir.
Je reprendrai une analogie faite par un de mes concitoyens. C’est un peu comme les étudiants, après avoir reçu le programme d’études pour l’année, quand arrive la veille du délai de remise d’un devoir important à la fin du cours et que tout à coup, ils s’aperçoivent qu’ils avaient beaucoup de travail à faire, mais qu’ils n’ont pratiquement rien fait, ils ne leur restent qu’un choix: reconnaître leurs erreurs ou rejeter la faute sur quelqu’un d’autre et se trouver des excuses. Les libéraux ont choisi de rejeter la faute sur les conservateurs en les accusant de faire de l’obstruction, au lieu de reconnaître qu’ils tiennent les rênes du pouvoir et qu’ils ont lamentablement échoué dans leur gestion législative. Si c’est une indication de la manière dont ils gèrent le gouvernement depuis six ans, il n’est pas étonnant que le pays ait des défis de taille à relever.
Le projet de loi C-30 est un projet de loi volumineux qui porte sur de nombreux aspects des changements au programme d’intervention lié à la COVID touchant d’autres aspects du fonctionnement du gouvernement. Je vais en venir à ces aspects particuliers.
Cependant, je tiens à parler de deux ou trois choses dont il n’a pas été beaucoup question, comme la modification proposée à la Loi électorale du Canada. La partie de cette loi qui parle de déclarations trompeuses pendant une élection a été supprimée par suite d’une décision rendue par un tribunal. Le gouvernement a inséré dans le projet de loi, comme si de rien n’était, une modification à la loi qui inclurait les mots « induire sciemment en erreur » pendant une élection.
Ce choix de termes devrait donner lieu à un débat animé, surtout quand nous voyons que l’actuel gouvernement n’a pas tenu ses engagements en matière d’élections, qu’il oublie ses promesses et, en tout cas, qu’il suscite une immense méfiance de toute part ces derniers temps. Je trouve inquiétant qu’il n’y ait pas eu de débat approfondi à ce sujet, car on peut se demander pourquoi cette modification a été insérée à la fin d’un projet de loi d'exécution du budget.
La deuxième chose, et c’est typique des libéraux, c’est que, dans le projet de loi d’exécution du budget, le gouvernement prévoit de renommer le Fonds de la taxe sur l’essence. C’est le programme libéral à son meilleur. Ils prennent quelque chose, le rebaptisent, lui mettent des brillants, la polissent, puis laissent entendre qu’ils ont rendu un grand service aux Canadiens avec ce nouveau programme et son nouveau nom qui sonne chic. C’est ce que les libéraux semblent avoir fait avec le Fonds de la taxe sur l’essence, qui s’appellera dorénavant le Fonds pour le développement des collectivités du Canada.
Il faut reconnaître que le nouveau nom sonne bien, et la plupart des Canadiens pourraient dire que c’est une excellente idée, les demandes de subventions et les fonds étant destinés aux municipalités. Cependant, il est très important de souligner qu’il s’agit simplement d’un changement de nom d’un programme, qui comporte certains défis associés à la responsabilité gouvernementale et à l’augmentation des coûts. Je m’attends à entendre ensuite une rafale d’annonces de dépenses électorales, soutenues par l’infrastructure du gouvernement, comme nous l’avons vu avant les élections de 2019. Nous voyons déjà des ministres sillonner le pays en jet, en utilisant les outils à leur disposition pour faire une multitude de promesses avant les élections.
Nous allons voir tout un tas de promesses liées à ce nouveau fonds, mais les libéraux ne parleront probablement pas d’un nouveau fonds. Cependant, comme ils lui ont donné un nouveau nom, les libéraux vont certainement s'attribuer le mérite du travail accompli, même si ce ne sont pas eux qui ont créé ce fonds, qui a tant profité à de nombreuses municipalités, dont certaines dans Battle River—Crowfoot.
Je suis heureux d’avoir eu l’occasion de le dire officiellement pour que les Canadiens sachent qu’il ne suffit pas de renommer quelque chose pour que le mérite revienne au gouvernement en place.
De nombreux aspects des programmes liés à la COVID ont été prolongés, et certaines préoccupations ont été exprimées en ce qui concerne leur incapacité à combler les besoins de certaines personnes qui sont passées entre les mailles du filet. D’autres changements sont apportés aux transferts en matière de santé, dont certains sont très nécessaires. Je dirais que l’argent arrive un peu trop tard en ce qui concerne les vaccins, ce qui est révélateur de la stratégie libérale. Si nous avions reçu les vaccins à temps, nous n’aurions pas eu de troisième vague. C’est la troisième vague du premier ministre, vu les retards avec lesquels nous devons composer.
Comme j’arrive à la fin de mon intervention, je dirai simplement ceci: le Parlement est une institution qui représente les Canadiens, et il est très troublant d’entendre que le gouvernement tente de contourner, à tout prix, la nécessité pour cette institution de débattre et de discuter de lois de manière attentive et réfléchie, y compris d’une mesure aussi importante que le projet de loi dont nous sommes saisis, le projet de loi C-30. Il est très troublant d’entendre les libéraux essayer de contourner et de rejeter la nécessité de ce qui devrait être d’une importance absolue pour chacun d’entre nous.
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
View Julie Vignola Profile
2021-06-21 12:28 [p.8828]
Madam Speaker, like my colleague, I took the time to read and analyze the budget. When taking notes, I use a red pen to indicate interference in Quebec's and the provinces' jurisdictions. There was a lot of red ink.
What does my colleague think of this aspect of the budget and jurisdictional meddling?
Madame la Présidente, comme mon collègue, j'ai pris le temps de lire le budget et de l'analyser. Quand je prends des notes, j'écris en rouge lorsqu'il y a une intrusion dans les champs de compétence du Québec et des provinces canadiennes. Il y avait beaucoup de rouge.
Que pense mon collègue de cet aspect du budget et des intrusions dans les champs de compétence?
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-06-21 12:29 [p.8829]
Madam Speaker, it has become standard practice for successive Liberal governments, whether through direct legislative means, as we see in this bill, or through the myriad of other regulatory or political mechanisms, to blur the lines between the different levels of government.
Our federation works because there has to be respect between the different levels of government, and unfortunately we have seen a significant erosion of that over the last six years. It has led to an increased level of alienation in various regions of the country. Certainly it is being felt in western Canada. A lot of that points back to a Liberal government that refuses to stay within the lines of what our country was intended to be and how the federation was intended to operate.
It is incredibly troubling that time and time again we see an intrusion into provincial jurisdiction by the federal government. It is the Ottawa-knows-best mentality. That may make for great press conferences and great spending announcements, but it is not how leadership works. Leadership needs to be working with provincial partners and—
Madame la Présidente, qu'ils se servent de dispositions législatives comme celles de ce projet de loi ou d'une foule d'autres mécanismes réglementaires ou politiques, les gouvernements libéraux qui se sont succédé ont pris l'habitude de brouiller les limites entre les champs de compétence des différents ordres de gouvernement.
La fédération canadienne fonctionne parce qu'il doit y avoir un respect mutuel entre les différents ordres de gouvernement. Malheureusement, nous avons vu ce respect s'éroder considérablement dans les six dernières années, au point où le sentiment d'aliénation au sein des différentes régions du pays s'est intensifié. Il se fait certainement sentir dans l'Ouest canadien, et c'est en bonne partie attribuable au fait que le gouvernement libéral refuse de respecter les limites imposées par le mode de fonctionnement prévu par notre fédération.
Il est extrêmement troublant que le gouvernement fédéral s'ingère aussi souvent dans les champs de compétence des provinces. C'est la mentalité voulant que le gouvernement fédéral sache mieux que quiconque ce qu'il faut faire. Cela permet peut-être de faire très bonne figure lors des conférences de presse et des annonces sur les dépenses, mais ce n'est pas une façon de faire preuve de leadership. Le leadership, c'est travailler avec les partenaires provinciaux et...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I have to allow time for other questions.
The hon. member for Kingston and the Islands has the floor.
Je dois réserver du temps pour d'autres questions.
Le député de Kingston et les Îles a la parole.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I would like to ask the member to expand on his comment that the federal government is going into jurisdiction that is provincial territory. The only thing I can think of offhand in this regard is the fight over the price on pollution, which the Supreme Court said was within the federal government's jurisdiction.
Can the member elaborate on where the federal government seems to be going into territory that it should not be?
Madame la Présidente, j'aimerais que le député précise sa pensée sur le fait que, à son avis, le gouvernement fédéral s'immisce dans un champ de compétences provincial. La seule chose à laquelle je peux penser de prime abord à ce sujet c'est la querelle concernant la tarification de la pollution, enjeu qui, de l'avis de la Cour suprême, relève de la compétence du gouvernement fédéral.
Le député peut-il préciser comment le gouvernement fédéral semble empiéter dans un champ de compétences qui ne relève pas de lui?
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-06-21 12:31 [p.8829]
Madam Speaker, the member emphasizes the problem. Time and time again, he refuses to acknowledge that there are regions of the country that demand respect in our federation. The Liberal government has refused to do this too, even in various pieces of legislation. I think about Bill C-48, Bill C-69 and even the debate around carbon pricing. The federal government has the ability to impose its will on provinces, but the question that should be asked is whether or not it should. The problem is that we have a Liberal government that refuses to respect anyone who disagrees with any aspect of the way it approaches politics, the legislation it puts forward—
Madame la Présidente, le député met le problème en relief. Il refuse sans cesse de reconnaître que certaines régions exigent d'être respectées dans le cadre de notre fédération. Le gouvernement libéral a refusé de tenir compte de cette demande, même dans diverses mesures législatives. Je songe notamment aux projets de loi C-48 et C-69 et même au débat sur la tarification du carbone. Le gouvernement fédéral a la capacité d'imposer sa volonté aux provinces, mais il y a lieu de se demander s'il devrait le faire ou non. Le problème tient au fait que le gouvernement libéral refuse de respecter quiconque ne souscrit pas à son approche politique, aux mesures législatives qu'il met de l'avant...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The hon. member for Vancouver East has the floor.
La députée de Vancouver-Est a la parole.
View Jenny Kwan Profile
NDP (BC)
View Jenny Kwan Profile
2021-06-21 12:32 [p.8829]
Madam Speaker, we know that during the pandemic inequalities have increased. The ultrarich are becoming richer than ever and those who need help are still struggling to get by. However, we do not see a wealth tax or a pandemic profiteering tax in this budget bill, Bill C-30. In fact, the government has opted to do more consultation in tackling the problem of tax havens.
Does the member think that this is the right approach, or does he think the NDP's proposal to bring forward a wealth tax and a profiteering tax at this time is the right way to go?
Madame la Présidente, nous savons que les iniquités se sont accentuées depuis le début de la pandémie. Les ultrariches s'enrichissent toujours plus, et ceux qui ont besoin d'aide ont toujours de la difficulté à joindre les deux bouts. Malheureusement, le projet de loi C‑30 ne contient aucun impôt sur la fortune ou sur les bénéfices excessifs réalisés pendant la pandémie. Le gouvernement a plutôt choisi de mener davantage de consultations avant de s'attaquer au problème des paradis fiscaux.
Le député trouve-t-il cette approche sensée, ou est-il plutôt d'avis qu'il faudrait adopter la proposition du NPD concernant la création d'impôts sur la fortune et les bénéfices excessifs?
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-06-21 12:33 [p.8829]
Madam Speaker, the member asks a question that strikes at the heart of the way the Liberals have pulled the wool over the eyes of Canadians. They are trying to outflank the NDP on the left regarding policy measures, and when it comes to actual implementation to deal with the things they promised to deal with, they end up simply saying that they will consult going forward or they back away from their commitments entirely. That is a further troubling trend we see, and the government is not being honest with Canadians. With a lot of the COVID programming, we have seen that, increasingly, it is the elites who are benefiting from the billions of dollars that were meant to—
Madame la Présidente, la députée pose une question qui va au cœur de la manière dont les libéraux ont tenté de berner les Canadiens. Ils essaient de doubler les néo-démocrates par la gauche sur le plan des politiques, et lorsque vient le temps de réaliser leurs promesses, ils finissent tout simplement par dire qu’ils vont procéder à des consultations ou par faire tout bonnement marche arrière. C'est une tendance pour le moins troublante, et le gouvernement ne fait pas preuve d'honnêteté envers les Canadiens. On l'a vu avec beaucoup des programmes liés à la COVID. De plus en plus, ce sont les membres de l'élite qui profitent des milliards qui étaient destinés aux...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Resuming debate, the hon. member for New Westminster—Burnaby.
Nous reprenons le débat. La parole est au député de New Westminster—Burnaby.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I would like to underscore today the importance of National Indigenous Peoples Day in Canada. We have much to reflect upon and much to do in terms of the justice that is required for true and meaningful national reconciliation.
From the very beginning of the pandemic, the member for Burnaby South and the NDP caucus have been pushing for supports that can really make a difference in people's lives. In the beginning, the Prime Minister proposed initial supports for the pandemic that were barely $1,000 a month. That is far below the poverty line, and it was the serious proposal by the Prime Minister. Members will recall that the member for Burnaby South and the NDP caucus pushed very hard to get that amount above poverty levels, above dire levels. We understood the magnitude of the pandemic and the impacts that were being felt in people's lives, so we pushed for an adequate level of support and ultimately they got $2,000 a month through the CERB, which became the CRB.
It is to our utmost dismay that we are now debating a bill that takes us back to where the Prime Minister originally wanted to go, with barely over $1,000 a month for people struggling to make ends meet during the pandemic who are unable to work because their businesses have closed. Whole sectors, including the tourism sector, have repeatedly raised concerns about the fact that the pandemic is not over yet and that there is no place for a victory lap. Indeed, the variants we are seeing are indicating, in some countries and regions, a disturbing number of new cases. In fact, we are seeing this even in the case of individuals who have been vaccinated with two doses.
People are subject to these variants, which are disturbingly starting to creep up in various parts of our planet and in some parts of our country, yet the government has persisted from the very beginning, with a budget announcement and now with Bill C-30, in slashing the benefits that Canadians so vitally depend on. They need those benefits to put food on the table, to keep a roof over their heads and often to pay for medication because the government broke its promise to put in place public universal pharmacare. However, we still have the situation where the government continues to insist that slashing benefits to below the poverty line is somehow in the best interests of Canadians. This is something the New Democrats have raised from the very beginning and continue to raise as a broad concern. As the variants disturbingly start to make progress across the country, this should be a concern for the Prime Minister and the government.
There are other aspects of this bill that the NDP has raised broad concerns about. One is seniors, who often live below the poverty line. They will not be given an OAS increase unless they are 75 and over, even though we know the poverty rate among seniors who are 65 to 75. That is another measure that makes no sense at all. We raised this at committee and offered amendments, but the government continues to refuse to do the right thing and put in place a broad level of OAS support that lifts seniors up, regardless of their age, and does not create two classes of seniors.
Broadly, our biggest concern with Bill C-30 has been the lack of vision in how we get through the pandemic and rebuild afterward. As my colleague, the member for Vancouver East, has pointed out, there is no wealth tax, there is no pandemic profits tax and there are no concrete measures against tax havens. Despite the plethora of documentation showing that Canadians and profitable corporations are taking their profits overseas, which is well documented in the Panama papers, the Paradise papers, the Bahamas papers and the Isle of Man scam, the government has not, after six years, brought a single charge against any of the Canadians or profitable Canadian companies guilty of tax evasion. Despite the fact that the information is freely available to the public, not a single time has it said that this is wrong and we should do something about it.
It strikes me as incredibly hypocritical for the government to say that it restored some of the cuts to the CRA and that is all it needs to do, when we have databases with the names of thousands of Canadians and profitable Canadian corporations and the government has refused to do a single thing about this issue. It has not charged a single Canadian. It has not charged a single profitable Canadian corporation.
As members know, the Parliamentary Budget Officer has indicated how serious this is. It is something that costs Canadians, in terms of tax dollars, an astounding $25 billion a year. Addressing the lack of a wealth tax, the lack of a pandemic profits tax and the refusal to take action against tax havens would make such a profound difference in our quality of life. We are talking about $25 billion to $40 billion annually that would be available to provide supports for seniors, for students and for people with disabilities, and to broaden our education system. We could lock in place public universal pharmacare. We could put in place dental care, which my colleague from St. John's East proposed and the Liberals voted against just a few days ago.
Today, on National Indigenous Peoples Day, we are talking about the fact that there are dozens and dozens of Canadian indigenous communities that do not even have safe drinking water, yet the government continues to say that it cannot do anything about the issue because it would cost too much. The reality, as members know, is quite different. The reality is that the government seems to rely on providing supports to the ultrarich. It does it with impunity and does it regularly, and it does not take care of the rest of Canadians, who have real, meaningful needs that have not been addressed by this bill, nor by government action over the last six years.
I can tell members about the heart of the housing affordability crisis in the Lower Mainland of British Columbia and in my riding. In that context, in the two communities I proudly represent, New Westminster and Burnaby, housing costs have spiralled out of control. However, the government has done very little about this. It makes noise about having contributed in some way to building housing units, but the B.C. government has built more new housing units than the rest of the country put together. The federal government made a small contribution to that, but it has tried to take credit for a program that was put in place by the B.C. government. This is another measures that could make a substantial difference in the quality of life of Canadians, yet the government refuses to implement it.
The member of Parliament for Nunavut did a housing tour showing, in vivid and appalling detail, the housing crisis in Nunavut and in the north, yet the government has not acted. It has refused to take the actions that would make a difference in the quality of life of indigenous communities and throughout northern Canada. It is perplexing to say the least that a government that could have put in place the tools to make a difference in people's lives has chosen not to do that. The government could have made substantial investments in this budget and with this budget implementation act, but it has refused to do it.
To add to that, I will come back, in a circular way, to my initial argument. The Liberals are cutting the emergency response benefit at the most critical time. Canadians who have tried to get through the last 15 months and have managed to survive thanks to the member for Burnaby South and the NDP caucus, which pushed for a CERB that was above the poverty line, are now seeing, looming on the horizon, a government that wants to lower the emergency response benefit to below the poverty line. That is unacceptable, and we will continue to push the government to do the right thing and not cut the emergency response benefit.
Madame la Présidente, j’aimerais souligner aujourd’hui l’importance de la Journée nationale des peuples autochtones au Canada. Nous avons à mener un profond travail de réflexion et beaucoup à faire en ce qui concerne la justice nécessaire à une réconciliation nationale véritable et concrète.
Dès le début de la pandémie, le député de Burnaby-Sud et le caucus du NPD ont fait pression pour obtenir des mesures d’aide qui pouvaient vraiment faire la différence dans la vie des gens. Au début, le premier ministre a proposé une aide initiale pour la pandémie d’à peine 1 000 $ par mois. C’est bien en dessous du seuil de pauvreté. Le premier ministre faisait pourtant cette proposition sérieusement. Les députés se souviendront que le député de Burnaby-Sud et le caucus néo-démocrate ont exercé de fortes pressions pour que ce montant soit supérieur au seuil de pauvreté, au seuil de détresse. Nous comprenions l’ampleur de la pandémie et ses répercussions sur la vie des gens, c’est pourquoi nous avons insisté pour obtenir un niveau d’aide adéquat et, au bout du compte, les gens ont obtenu 2 000 $ par mois grâce à la Prestation canadienne d'urgence, qui est devenue la Prestation canadienne de la relance économique.
C’est à notre plus grand désarroi que nous débattons maintenant d’un projet de loi qui nous ramène là où le premier ministre voulait aller à l’origine, avec à peine plus de 1 000 $ par mois pour les personnes qui ont du mal à joindre les deux bouts et qui ne peuvent pas travailler parce que leur entreprise a fermé. Des secteurs entiers, y compris le secteur du tourisme, ont exprimé à plusieurs reprises leurs préoccupations quant au fait que la pandémie n’est pas encore terminée et que le moment n’est pas venu de crier victoire. En effet, les variants que nous observons causent dans certains pays et régions un nombre inquiétant de nouveaux cas. En fait, nous l’observons même chez des personnes qui ont reçu deux doses de vaccins.
Les gens sont vulnérables à ces variants, qui commencent à se multiplier de façon inquiétante dans différentes régions de notre planète et dans certaines régions de notre pays. Pourtant, le gouvernement s’obstine depuis le début, avec une annonce budgétaire et maintenant avec le projet de loi C-30, à sabrer dans les prestations qui sont vitales pour les Canadiens. Ils ont besoin de ces prestations pour mettre de la nourriture sur la table, pour garder un toit au-dessus de leur tête et, souvent, pour payer leurs médicaments, car le gouvernement n’a pas tenu sa promesse de mettre en place un régime public universel d’assurance-médicament. Cependant, le gouvernement continue d’insister sur le fait que la réduction des prestations sous le seuil de pauvreté est, en quelque sorte, dans l’intérêt des Canadiens. C’est une question que les néo-démocrates ont soulevée dès le début et qu’ils continuent à soulever à titre de préoccupation générale. La progression inquiétante des variants dans tout le pays devrait préoccuper le premier ministre et le gouvernement.
Il y a d’autres aspects de ce projet de loi au sujet desquels le NPD a exprimé de graves préoccupations. L’un d’eux concerne les personnes âgées, qui vivent souvent en deçà du seuil de pauvreté. Elles ne recevront pas d’augmentation de la Sécurité de la vieillesse à moins d’avoir 75 ans et plus, même si nous connaissons le taux de pauvreté chez les personnes âgées de 65 à 75 ans. C’est une autre mesure qui n’a aucun sens. Nous avons soulevé cette question en comité et proposé des amendements, mais le gouvernement continue de refuser de faire ce qui s’impose et de mettre en place un niveau général de soutien à la Sécurité de la vieillesse qui aide les aînés, quel que soit leur âge, et ne crée pas deux classes d’aînés.
De façon générale, notre plus grande préoccupation à l'égard du projet de loi C-30 est le manque de vision quant à la façon de traverser la pandémie et de reconstruire par la suite. Comme l’a souligné ma collègue, la députée de Vancouver-Est, il n’y a pas d’impôt sur la fortune, il n’y a pas d’impôt sur les profits générés pendant la pandémie et il n’y a pas de mesures concrètes contre les paradis fiscaux. Malgré la pléthore de documents montrant que des Canadiens et des sociétés prospères transfèrent leurs profits à l’étranger, ce qui est bien documenté dans les Panama papers, les Paradise papers, les Bahamas papers et le stratagème de l’île de Man, après six ans, le gouvernement n’a pas porté une seule accusation contre les Canadiens ou les sociétés canadiennes prospères coupables d’évasion fiscale. Bien que les renseignements soient librement accessibles au public, pas une seule fois le gouvernement n’a dit que c’était mal et que nous devions faire quelque chose.
Il me semble incroyablement hypocrite de la part du gouvernement de dire qu’il a rétabli certaines compressions à l’Agence du revenu du Canada et que c’est tout ce qu’il doit faire, alors que nous avons des bases de données contenant le nom de milliers de Canadiens et de sociétés canadiennes prospères et que le gouvernement a refusé de faire la moindre chose à ce sujet. Il n’a pas fait payer un seul Canadien. Il n’a pas fait payer une seule société canadienne prospère.
Comme les députés le savent, le directeur parlementaire du budget a souligné la gravité de la situation. Il s’agit d’un problème qui coûte aux Canadiens, en impôts non perçus, la somme mirobolante de 25 milliards de dollars par an. S’attaquer à l’absence d’un impôt sur la fortune, à l’absence d’un impôt sur les profits générés pendant la pandémie et au refus de prendre des mesures contre les paradis fiscaux améliorerait grandement notre qualité de vie. Nous parlons de 25 à 40 milliards de dollars par an qui nous permettraient de fournir un soutien aux personnes âgées, aux étudiants et aux personnes handicapées, et d'élargir notre système d’éducation. Nous pourrions mettre en place un régime public d’assurance-médicaments universelle. Nous pourrions mettre en place le régime des soins dentaires, que mon collègue de St. John’s-Est a proposé et contre lequel les libéraux ont voté il y a quelques jours à peine.
Aujourd’hui, en cette Journée nationale des peuples autochtones, nous parlons du fait qu’il y a des dizaines et des dizaines de communautés autochtones au Canada qui n’ont même pas d’eau potable, et pourtant, le gouvernement continue de dire qu’il ne peut rien faire à ce sujet parce que cela coûterait trop cher. La réalité, comme les députés le savent, est tout autre. En fait, le gouvernement semble déterminé à soutenir les ultrariches. Il le fait impunément et régulièrement, et il ne s’occupe pas des autres Canadiens, qui ont des besoins réels et importants auxquels ce projet de loi ne répond pas, pas plus que les mesures prises par le gouvernement au cours des six dernières années, d'ailleurs.
Je peux parler aux députés de la crise de l’abordabilité du logement dans la vallée du bas Fraser, en Colombie-Britannique, et dans ma circonscription. Dans ce contexte, dans les deux collectivités que je représente fièrement, New Westminster et Burnaby, le coût du logement a grimpé en flèche. Or, le gouvernement a fait très peu à ce sujet. Il se targue d’avoir contribué d’une manière ou d’une autre à la construction de logements, mais le gouvernement de la Colombie-Britannique en a construit plus que tout le reste du pays. Le gouvernement fédéral a fait une petite contribution à cet égard, mais il a essayé de s’attribuer le mérite d’un programme mis en place par le gouvernement de la Colombie-Britannique. Voilà une autre mesure qui pourrait améliorer considérablement la qualité de vie des Canadiens, mais le gouvernement refuse de la mettre en œuvre.
La députée du Nunavut a fait une tournée des logements qui a montré, avec des détails saisissants et consternants, la crise du logement au Nunavut et dans le Nord, mais le gouvernement n’a rien fait. Il a refusé de prendre les mesures qui amélioreraient la qualité de vie des communautés autochtones et de tout le Nord canadien. Il est pour le moins surprenant qu’un gouvernement qui aurait pu mettre en place les outils nécessaires pour améliorer la vie des gens ait choisi de ne pas le faire. Le gouvernement aurait pu faire des investissements substantiels dans ce budget et avec cette loi d’exécution du budget, mais il a refusé de le faire.
Pour ajouter à cela, je vais revenir à mon argument initial. Les libéraux réduisent la Prestation canadienne d’urgence au moment le plus crucial. Les Canadiens qui ont essayé de traverser les 15 derniers mois et qui ont réussi à survivre grâce au député de Burnaby-Sud et au caucus néo-démocrate, qui ont fait pression pour que la PCU soit supérieure au seuil de pauvreté, voient maintenant se profiler à l’horizon un gouvernement qui veut abaisser la prestation en dessous du seuil de pauvreté. C’est inacceptable, et nous continuerons à pousser le gouvernement à faire ce qui s’impose et à ne pas réduire la Prestation canadienne d’urgence.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-06-21 12:44 [p.8830]
Madam Speaker, I have a finance question.
Two great economic historians from Harvard University, Reinhart and Rogoff, have listed five precursors to a debt crisis: asset price inflation, particularly housing price inflation; long-term current account deficits, that is to say buying from the world more than we sell to the world; a drop in output, as we experienced last year with the $100-billion drop in GDP; rising household leverage, and we have the highest household-debt-to-income ratio in the G7; and an increase in overall indebtedness. We now have $8.6 trillion of household, corporate and governmental debt combined, which is four dollars of debt for every one dollar of GDP.
If interest rates rise before these incredible debt ratios decline, does the member believe we could face a debt crisis in Canada of which I have warned in the past and am warning in the present? Does he share that concern, and what would he do to avoid it?
Madame la Présidente, j'ai une question au sujet des finances.
Selon Reinhart et Rogoff, deux grands historiens de l'économie de l'Université Harvard, il y aurait cinq précurseurs à une crise de la dette: l'inflation du prix des actifs, en particulier le prix du logement; le déficit des transactions courantes à long terme, c'est-à-dire le fait que ce que nous achetons du reste du monde est supérieur à ce que nous lui vendons; une chute de la production, comme la baisse du PIB de 100 milliards de dollars que nous avons connue l'an dernier; une hausse de l'endettement des ménages — nous affichons le ratio dette-revenu des ménages le plus élevé du G7 —; et une augmentation de l'endettement global. La dette combinée des ménages, des sociétés et du gouvernement se chiffre maintenant à 8,6 billions de dollars, ce qui équivaut à quatre dollars de dette pour chaque dollar de PIB.
Si les taux d'intérêt augmentent avant que cet énorme taux d'endettement ne diminue, le député croit-il que le Canada pourrait connaître une crise de la dette, au sujet de laquelle j'ai émis une mise en garde par le passé et que je réitère maintenant? Le député partage-t-il cette préoccupation? Que suggère-t-il pour éviter la crise?
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, the member for Carleton and I disagree on many things. We sometimes agree as well, but I always enjoy working with him at the finance committee.
He has raised something that the NDP identified years ago. The household debt crisis is a crisis that was enacted under both the former Conservative government and the current Liberal government by a refusal to put in place a fair tax system. When we force Canadian families to go massively into debt for post-secondary education, to go into debt to pay for medication that their family depends on and to go into debt for housing because there is no affordable housing available, that creates a household debt crisis. What we have seen under former Conservative government and the current Liberal government is a refusal to force the ultrarich to pay their fair share. The household debt crisis is intrinsically linked to the crisis that we have with a lack of a fair tax system that I mentioned in my speech.
There is $25 billion a year going into overseas tax havens, no wealth tax, no pandemic profits tax and a refusal to make the ultrarich pay their fair share.
Madame la Présidente, le député de Carleton et moi-même sommes en désaccord sur de nombreuses questions. Il nous arrive parfois de nous entendre quand même, et j’ai toujours apprécié travailler avec lui au comité des finances.
Il aborde une question que le NPD a ciblée il y a des années. La crise de l’endettement des ménages est une crise provoquée par l’ancien gouvernement conservateur et l'actuel gouvernement libéral à cause de leur refus de mettre en place un régime fiscal équitable. Lorsqu’on oblige les familles canadiennes à s’endetter massivement pour financer l’éducation postsecondaire des enfants, pour payer des médicaments dont la famille a besoin, et pour s’acheter un logement parce qu’il n’y en a plus d’abordables sur le marché, on obtient une crise de l’endettement des ménages. L’ancien gouvernement conservateur et l’actuel gouvernement libéral ont refusé de faire payer leur juste part d’impôt aux ultrariches. Comme je l’ai dit dans mon discours, la crise de l’endettement est intrinsèquement liée à la crise que nous vivons en l’absence d’un régime fiscal équitable.
Il y a 25 milliards de dollars qui disparaissent chaque année dans les paradis fiscaux, il n’y a pas d’impôts sur la fortune ni de taxe sur les profits générés pendant la pandémie, et le gouvernement refuse de faire payer leur juste part aux ultrariches.
View Denis Trudel Profile
BQ (QC)
View Denis Trudel Profile
2021-06-21 12:46 [p.8831]
Madam Speaker, I thank my colleague for his remarks. He accurately pointed out which sectors of the economy have been hardest hit during the pandemic and discussed seniors, people with disabilities and the housing crisis. In Quebec alone, 40,000 people are waiting for social housing, for low-income housing, and 450,000 people have urgent housing needs. It is a big deal.
During the pandemic, the government rolled out its big Canada emergency wage subsidy to help people working for struggling businesses. The Conservative Party, the Liberal Party and the New Democratic Party all claimed the subsidy, which I find scandalous. The Liberals and the NDP have not said anything about reimbursing the money. We will be campaigning in two months, and the NDP is going to use government money, which was supposed to go to struggling workers, to pay for lawn signs. Is my colleague not the least bit embarrassed by that?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de ses propos. Il a effectivement énuméré avec justesse les secteurs de l'économie qui en ont vraiment arraché pendant la pandémie et parlé des aînés, des handicapés et de la crise du logement. Seulement au Québec, il y a 40 000 personnes en attente d'un logement social, un HLM, et 450 000 personnes qui ont un besoin impérieux de se loger: c'est énorme.
Pendant la pandémie, le gouvernement a lancé la fameuse Subvention salariale d'urgence du Canada pour aider les travailleurs des entreprises en difficulté. Le Parti conservateur, le Parti libéral et le Nouveau Parti démocratique ont touché cette Subvention, ce qui est à mon avis un scandale. Les libéraux et le NPD n'ont pas fait savoir qu'ils allaient la rembourser. On s'en va en campagne électorale dans deux mois, et le NPD va prendre l'argent du gouvernement, qui devait servir aux travailleurs en difficulté, pour payer ses pancartes électorales. Mon collègue ne se sent-il pas un petit peu gêné?
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, we fought for non-profits to be eligible for the wage subsidy to ensure that organizations would not have to choose between laying off employees or keeping them on staff.
As the member just said, the member for Burnaby South and the NDP caucus pushed the hardest for this initiative which, as the member knows, already existed in other European countries, for example. This was important for Canada. The government initially refused, but the NDP continued to push for it, as we normally do, being the workers' party. We want people to stay employed.
We were successful, as everyone knows. The subsidy allowed for workers, including Quebec workers, to remain employed.
Madame la Présidente, la raison pour laquelle nous avons lutté pour que les organisations sans but lucratif soient capables de toucher la Subvention salariale, c'est justement pour que toutes les organisations ayant à choisir entre congédier leurs employés ou continuer de les employer puissent continuer à employer ces gens.
Comme le député vient de le mentionner, c'est le député de Burnaby‑Sud et le caucus du NPD qui ont le plus poussé pour mettre en place cette initiative qui, comme il se sait très bien, existait dans d'autres pays, notamment en Europe. C'était important pour le Canada. Le gouvernement a commencé par refuser, mais le NPD a continué à pousser, comme nous le faisons d'habitude, car nous sommes le parti des travailleurs et des travailleuses. Nous voulions que ces gens conservent leur emploi.
Comme on le sait tous, nous avons réussi. La Subvention a permis aux travailleurs et aux travailleuses, y compris au Québec, de continuer à être employés.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, it is a pleasure for me to rise in the House today and speak to the government's budget. I have been spending a lot of time talking to people in my constituency about where they think this country should go coming out of the COVID-19 pandemic. What does the future look like? What are the things we need to be focusing on as we move forward as a country?
There are three big priorities that I am hearing from my constituents in terms of their concerns of the direction of the government. Their concerns are around rising government debt. Their concerns are around the failure to support the energy sector and the role that the energy sector will play in our economy going forward. The third concern I hear a great deal about in my riding right now is freedom of speech and attacks on freedom of speech that we hear from the government.
With respect to Bill C-30, the government's budget bill, let us zero in on the first of those two points: government debt and the energy sector. As we come out of the COVID-19 pandemic, people are looking to see what kinds of plans are in place to allow our economy to grow and prosper and be firing on all cylinders again. In order to do, that we need strong public finances. In order to do, that we need to have support for our key natural resource and other sectors that really drive prosperity.
We have to have sound public finance and we have to have revenue coming in to government coffers as a result of jobs being created, opportunities being created in our key sectors. There is a great deal of concern about the public debt that has been run up over the course of this pandemic, but it did not start with the pandemic. Let us remember, when the Prime Minister took office, we had a balanced budget. Canada had been through the global financial crisis. We ran deficits during those years, but Canada was back in a balanced budget position in 2015.
In fact, over the course of the tenure of Prime Minister Stephen Harper, Canada's debt-to-GDP ratio had gone down. We had been through the worst financial crisis since the Great Depression. Over the course of the tenure of that prime minister, through those incredibly difficult circumstances, the debt-to-GDP ratio had gone down.
We had a prime minister coming in and saying, “the good times will last forever, do not worry about it, the budget will balance itself, so we can run modest deficits”. Recall that 2015 election campaign, three $10-billion deficits followed by a balanced budget in year four: that was the promise made by the Prime Minister. Teeny, tiny deficits, $10-billion deficits for three years followed by a balanced budget.
What happened? In the first year under finance minister Bill Morneau, the government had a deficit that essentially ate up its promised deficit allotment for the three years all in one year. The Prime Minister had not foreseen perhaps, or maybe he did and just did not tell us, that when opening the floodgates with money for everything, money for this and money for that and we do not have to worry about raising the revenue for it, that can become a bottomless pit. We have seen over time this bottomless pit of willingness to go into debt get deeper and deeper. Instead of three years of $10-billion deficits and then a balanced budget, we had four years in the order of about $30-billion deficits. During relatively good years, the government ran up another $100 billion worth of debt.
Part of the reason we need to have strong public finances is to preserve that capacity during challenging circumstances to run deficits. In the midst of a global financial crisis as we faced in 2008-09, in the face of the pandemic as we dealt with in this Parliament, it is very often necessary to have some degree of deficit spending. However, if we are running deficits already prior to that period and then go further into deficit, we increase our risk of a long-term debt crisis. Certainly we run up massive amounts of more debt that have to be paid off at some point.
The government's long-term fiscal plan coming out of this pandemic involves very large deficits in perpetuity. There is no plan for us to ever get back at any point, even to the $10-billion figure that the Liberals talked about when they ran in 2015. The long-term plan is to spend more that we have every single year.
We have different parties in the House with different approaches to spending. Conservatives believe that it is important for us to move toward a balanced budget—
Madame la Présidente, c'est un plaisir pour moi de prendre la parole aujourd'hui pour parler du budget du gouvernement. Je parle beaucoup avec les habitants de ma circonscription afin de savoir quelle direction ils voudraient voir le pays prendre, une fois la pandémie de COVID‑19 terminée. À quoi ressemble l’avenir? Sur quoi devons-nous nous concentrer pour que le pays aille de l’avant?
Trois grandes priorités se dégagent de leurs préoccupations au sujet de la direction prise par le gouvernement. Ils sont préoccupés par l’augmentation de la dette publique et par l’absence de soutien au secteur de l’énergie, et ils s’inquiètent au sujet de la place de ce secteur dans l’économie par la suite. J’entends aussi beaucoup parler dans ma circonscription en ce moment de la liberté d’expression et des attaques contre cette liberté menées par le gouvernement.
En ce qui concerne le projet de loi C‑30, le projet de loi d’exécution du budget présenté par le gouvernement, j’irai droit au premier des deux points suivants: la dette publique et le secteur de l’énergie. Au sortir de la pandémie de COVID‑19, les citoyens cherchent à savoir quels plans sont en place pour stimuler la croissance économique et la prospérité et pour que l’économie tourne de nouveau à plein régime. Pour cela, il nous faut des finances publiques solides et il nous faut soutenir les secteurs clés des ressources naturelles et les autres secteurs qui sont les véritables moteurs de la prospérité.
Il nous faut des finances publiques solides et il nous faut des rentrées fiscales qui résultent de la création d’emplois, de la création de débouchés dans nos principaux secteurs. La dette publique accumulée pendant la pandémie préoccupe beaucoup, mais elle n’est pas apparue avec la pandémie. Rappelons-nous que lorsque le premier ministre est entré en fonction, le budget était équilibré. Le Canada avait traversé la crise financière mondiale. Nous avons eu des déficits pendant ces années, mais le Canada avait renoué avec l’équilibre budgétaire en 2015.
En fait, durant le mandat du premier ministre Stephen Harper, le ratio dette-PIB du Canada a baissé. Nous avons traversé la pire crise financière depuis la crise de 1929, mais durant le mandat de ce premier ministre, malgré une situation extrêmement difficile, le ratio de la dette par rapport au PIB a diminué.
Puis est arrivé un premier ministre qui a déclaré que tout allait bien dans le meilleur des mondes, qu’il n’y avait pas à s’inquiéter, que le budget s’équilibrerait de lui-même et qu’on pouvait donc avoir de légers déficits. Rappelez-vous la campagne électorale de 2015, trois déficits de 10 milliards de dollars suivis d’un budget équilibré la quatrième année. Telle était la promesse du premier ministre. De tout petits déficits, des déficits de 10 milliards de dollars pendant trois ans, suivis d’un budget équilibré.
Qu’est-il arrivé? La première année sous la direction du ministre des Finances Bill Morneau, le gouvernement a enregistré un déficit qui a essentiellement englouti en une seule année les déficits auxquels il avait promis de se tenir pour les trois années à venir. Le premier ministre n’avait peut-être pas prévu, ou peut-être l’avait il prévu sans nous le dire, que lorsqu’on ouvre les vannes en donnant de l’argent pour tout, de l’argent par ici et de l’argent par là et qu’on n’a pas à se soucier de trouver des recettes pour payer tout cela, cela peut devenir un puits sans fond. Nous avons vu au fil du temps la volonté de s’endetter creuser un puits de plus en plus profond. Au lieu de trois années de déficit de 10 milliards de dollars suivi d’un budget équilibré, nous avons connu quatre années de déficit de l’ordre de 30 milliards de dollars. Pendant des années relativement bonnes, le gouvernement a accumulé 100 milliards de dollars de dettes supplémentaires.
S’il nous faut avoir des finances publiques solides, c’est en partie pour préserver cette capacité de faire des déficits dans des situations difficiles. Au cœur d’une crise financière mondiale comme celle que nous avons vécue en 2008‑2009, face à une pandémie comme celle que nous avons vécue au cours de cette législature, un certain degré de dépenses déficitaires est très souvent nécessaire. Cependant, si nous sommes déjà déficitaires avant cette période et que nous le sommes encore plus, nous augmentons le risque d’une crise de la dette à long terme. Il est certain que nous accumulons des quantités massives de dettes supplémentaires qui devront être remboursées un jour.
Le plan financier à long terme du gouvernement au sortir de cette pandémie exige des déficits très importants à perpétuité. Le gouvernement n’y a aucun plan pour nous ramener un jour ne serait-ce qu'aux 10 milliards de dollars dont les libéraux parlaient dans leur campagne électorale en 2015. Le plan à long terme est de dépenser plus que ce que nous avons chaque année.
Les différents partis à la Chambre ont différentes approches en matière de dépenses. Les conservateurs croient qu’il est important de tendre vers un budget équilibré…
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I remind the member that he should not have any devices that make sounds near him.
The hon. member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
Je rappelle au député qu'il ne doit pas y avoir d'appareils sonores près de lui.
L'honorable député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan a la parole.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I thought it was my children calling, worried about the debt they are going to have to pay off in a few years as a result of the profligate spending of the current government.
As I was saying, Conservatives emphasize the importance of moving toward a balanced budget. I do not agree with them, but I give the New Democrats credit for saying we should be spending more and increasing taxes. That is not an approach that is going to lead to long-term prosperity, but at least they sort of have understood at certain times that if they are going to spend more they have to pay for it somehow.
The Liberal government, uniquely in this place, takes the position that we could consistently spend more than we have: that, during good years, we can run what were historically considered large deficits of $30 billion; and then, during challenging circumstances, we can run astronomical deficits of 10 times that. Notably, this one Prime Minister has accumulated more debt during his time in office than all of the previous prime ministers had up until 2015. This is the great debt Prime Minister. That is his legacy to our children.
It is understandable that people in my riding are coming to me, asking what is the plan here, where is all this money coming from, and how are we ever going to get out from under this. I tell them the reality is that the money we spend today, we are going to have to pay off. It is going to lead to higher taxes, lower social spending or both, in the future, or maybe the government's way of getting out of it is simply printing more money and leaving it to inflation. That too is a form of taxation. It is a form of the government reaching into people's pockets and, through inflation, reducing the value of the money they have. Therefore, yes, we should be very concerned about debt.
The way we can move forward as an economy is going to also require strong job growth and a reoriented, rational economic policy that gets our debt under control. However, also part of balancing the budget is promoting growth. We need to have support for what have always been the engines of economic development in this country, and those are the natural resources and manufacturing sectors.
Conservatives have said very clearly that we want to support economic growth in all sectors of the economy. We want to support in all sectors and in all regions. For energy workers in Alberta, for forestry workers in B.C., for forestry workers and manufacturing workers in Quebec, for people working on the assembly line in Ontario, from coast to coast, Conservatives are supportive of those vital sectors. That is where we differ from the government. The government is disdainful of our energy and manufacturing sectors. The government is imposing additional burdens on those sectors. The Liberals have this notion that the sectors that have driven our success for all of our history could somehow be shut out of economic recovery and, instead, government could pick winners and losers and be subsidizing what it thinks are going to be the technology and the jobs of the future.
If we are going to put the focus on jobs and opportunity for Canadians, then we need to come back to those tried-and-true sectors that have delivered prosperity in the past. That means removing barriers from our oil and gas sector. That means supporting private-sector-driven stimulus, the development of pipelines, energy projects that employ so many Canadians, not just in my riding, not just in Alberta but people from other parts of the country who invest in or come to Alberta or who create component products that are then used in energy-related manufacturing as well as extraction.
We have this opportunity, going forward. We have an opportunity to secure our future; that is, to get our debt under control, to work toward a balanced budget over time, and to do so by controlling spending but also by supporting growth.
On the other hand, we have a government across the way who says we can shut down our traditional sectors and at the same time we could spend more money than we have. The Liberals are cutting the knees out of our revenue sources and they are continuing to insist on spending more and more. It is not going to work to undermine the sources of job growth and opportunity growth and government revenue and, on the other hand, to just keep insisting on spending more and more money. That is a recipe for economic disaster. The government is just bullishly moving forward in this direction that will be disastrous for our long-term economic well-being. We need a change. We need a government that is committed to securing our future.
Madame la Présidente, je croyais que c’était mes enfants qui appelaient, inquiets de la dette qu’ils vont devoir rembourser dans quelques années à cause des dépenses extravagantes du gouvernement actuel.
Comme je le disais, les conservateurs insistent sur l’importance de tendre vers un budget équilibré. Je ne suis pas d’accord avec les néo-démocrates, mais je leur reconnais le mérite de dire que nous devrions dépenser davantage et augmenter les impôts. Ce n’est pas une approche qui mènera à la prospérité à long terme, mais au moins ils ont compris que s’ils dépensent plus, ils devront bien payer d’une façon ou d’une autre.
Faisant cavalier seul dans cette enceinte, le gouvernement libéral a pour position que nous pouvons sans cesse dépenser plus que ce que nous avons: pendant les bonnes années, nous pouvons enregistrer ce qui peut être considéré, dans une perspective historique, comme des déficits importants de 30 milliards de dollars. Puis, dans des situations difficiles, nous pouvons enregistrer des déficits astronomiques 10 fois plus élevés. En passant, l'actuel premier ministre a accumulé plus de dettes pendant son mandat que tous ses prédécesseurs jusqu’en 2015. C’est le premier ministre de la grande dette. C’est le legs qu’il laissera à nos enfants.
Il est compréhensible que les gens de ma circonscription viennent me demander quel est le plan, d’où vient tout cet argent et comment nous allons nous en sortir. Je leur dis que la réalité est que l’argent que nous dépensons aujourd’hui, nous allons devoir le rembourser. Cela entraînera une augmentation des impôts, une diminution des dépenses sociales, ou les deux, ou peut-être que la façon dont le gouvernement s’en sort consiste simplement à imprimer plus d’argent et à laisser jouer l’inflation. C’est aussi une forme d’imposition. C’est une façon pour le gouvernement de fouiller dans les poches des gens et, par le jeu de l’inflation, de réduire la valeur de l’argent qu’ils possèdent. Donc, oui, nous devrions être très préoccupés par la dette.
La progression de notre économie va aussi nécessiter une forte croissance de l’emploi et une politique économique réorientée et rationnelle qui nous permettra de maîtriser notre dette. Cependant, l’équilibre budgétaire passe aussi par la promotion de la croissance. Nous devons soutenir ce qui a toujours été le moteur du développement économique de notre pays, soit le secteur des ressources naturelles et le secteur manufacturier.
Au Parti conservateur, nous avons dit très clairement que nous voulons soutenir la croissance de l’économie dans tous les secteurs. Nous voulons soutenir tous les secteurs et toutes les régions. Qu’il s’agisse des travailleurs de l’énergie en Alberta, des travailleurs forestiers en Colombie‑Britannique, des travailleurs forestiers et manufacturiers au Québec, des gens qui travaillent sur la chaîne de montage en Ontario, d’un océan à l’autre, les conservateurs appuient ces secteurs vitaux. Voilà où nous différons du gouvernement. Le gouvernement méprise nos secteurs de l’énergie et de la fabrication. Le gouvernement impose des fardeaux supplémentaires à ces secteurs. Les libéraux ont cette idée que les secteurs qui ont été le moteur de notre succès tout au long de notre histoire pourraient en quelque sorte être exclus de la relance de l’économie et que le gouvernement pourrait plutôt choisir les gagnants et les perdants et subventionner ce qu’il croit être la technologie et les emplois d’avenir.
Si nous voulons mettre l’accent sur les emplois et les possibilités pour les Canadiens, nous devons revenir aux secteurs qui ont fait leurs preuves et qui ont été source de prospérité dans le passé. Cela signifie qu’il faut éliminer les obstacles à notre secteur pétrolier et gazier. Cela signifie qu’il faut soutenir les mesures de relance du secteur privé, la construction d’oléoducs, les projets énergétiques qui emploient tant de Canadiens, pas seulement dans ma circonscription, pas seulement en Alberta, mais aussi des gens d’autres régions du pays qui investissent ou viennent en Alberta ou qui créent des produits et des pièces qui entrent ensuite dans la fabrication liée à l’énergie et dans l’extraction.
Voici notre chance. Nous pouvons assurer notre avenir, c'est-à-dire maîtriser la dette et travailler à revenir à l'équilibre budgétaire au fil du temps en restreignant nos dépenses et en appuyant aussi la croissance.
En revanche, les ministériels de l'autre côté de la Chambre affirment qu'on peut paralyser nos secteurs traditionnels tout en continuant à dépenser de l'argent qu'on a pas. Les libéraux compromettent nos sources de revenus et insistent pour dépenser toujours plus. On ne peut pas, d'une part, se priver des sources de recettes gouvernementales et des sources de création d'emplois et de débouchés et d'autre part continuer à dépenser toujours plus. On court au désastre sur le plan économique. Le gouvernement emprunte, tête baissée, cette voie qui sera désastreuse pour notre prospérité économique à long terme. Nous avons besoin d'un changement. Nous avons besoin d'un gouvernement qui s'engage à assurer notre avenir.
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2021-06-21 12:59 [p.8833]
Madam Speaker, I want to thank my hon. colleague for his great speech on this important topic. He spoke a bit about cutting the knees out of our economy. Perhaps he was talking about the lack of pipelines getting built in this country. I wonder if he can talk a little more about that.
Madame la Présidente, je remercie le député de son excellent discours sur cet important sujet. Il a brièvement parlé du fait que le gouvernement compromet l'économie. Il faisait peut-être allusion à l'absence de projets de pipelines au pays. Je me demande s'il peut nous en dire un peu plus à ce sujet.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, what we saw from the current government, immediately upon taking office, was killing the northern gateway pipeline and imposing all kinds of conditions on the possibility of an east-to-west pipeline that would connect Canadian energy with Canadian consumers. It has killed pipeline project after pipeline project, and that is obviously undermining investor confidence. At the beginning of this Parliament, there was the Teck Frontier project, a project that had been through all the hoops. Members of the government caucus openly lobbied to kill that project, which actually had a net-zero target built into it. We see project after project that go through all the steps, good projects that create jobs and take triple bottom line—
Madame la Présidente, dès son arrivée au pouvoir, le gouvernement actuel a fait avorter le projet de pipeline Northern Gateway et a imposé toutes sortes de conditions à l'éventuelle construction d'un pipeline qui traverserait le pays d'est en ouest pour acheminer les ressources énergétiques du Canada aux consommateurs canadiens. Le gouvernement a mis fin à une série de projets de pipeline, minant évidemment la confiance des investisseurs. Au début de la législature, il était question du projet de la société Teck, un projet qui avait franchi toutes les étapes du processus. Les députés ministériels ont ouvertement fait des pressions pour torpiller le projet, qui avait pourtant un objectif de carboneutralité. Nous constatons qu'il y a de nombreux projets valables qui répondent à toutes les exigences, qui créent des emplois et qui sont axés sur le triple résultat...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
We have a lot of interesting questions.
The hon. parliamentary secretary to the government House leader.
Beaucoup de députés souhaitent poser des questions intéressantes.
Le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre a la parole.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-21 13:00 [p.8833]
Madam Speaker, the member made reference to job creation. It is important to recognize that even pre-pandemic, this government had the lowest historic unemployment rates. In fact, in the first four to five years of governance, we created well over one million jobs, which is far superior to Stephen Harper's record.
When it comes to the deficit, even the Conservatives have been unanimously supporting the expenditure of billions of dollars through the wage subsidy and CERB programs. Is the Conservative Party now saying we should not have brought forward the wage subsidy and CERB programs? Is that—
Madame la Présidente, le député a parlé de création d'emplois. Il est important de reconnaître que, même avant la pandémie, le taux de chômage au Canada était le plus bas jamais vu dans l'histoire. En fait, au cours de nos quatre ou cinq premières années de gouvernance, nous avons créé bien plus d'un million d'emplois, soit beaucoup plus que sous Stephen Harper.
En ce qui concerne le déficit, les conservateurs eux-mêmes ont appuyé unanimement les dépenses en milliards de dollars destinées à financer les programmes de la subvention salariale et de la Prestation canadienne d'urgence. Le Parti conservateur est-il en train de dire que nous n'aurions pas dû présenter ces programmes? Est-ce à dire que..
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The hon. member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
Le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan a la parole.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, the member is quite correct that we sought to work with the government during the very challenging circumstances of COVID, but that does not mean we were not critical of some aspects of the implementation. There were many problems with the way these programs rolled out. We said there were ways they could have been constructed better. For instance, we talked about having a back-to-work bonus to make it easier for people receiving CERB to get back to work part time without losing all of their benefits. If the government had implemented some of our suggestions, we would have been able to be there for Canadians and also take into consideration the fiscal circumstances. We can do both at the same time; we can take both under consideration, but the government failed to do so.
Much of the spending is far beyond these benefit programs. There are the benefit programs, but we were in a seriously dangerous deficit situation even before the pandemic.
Madame la Présidente, le député a tout à fait raison de dire que nous avons cherché à collaborer avec le gouvernement en ces temps difficiles de la COVID, mais cela ne signifie pas que nous étions d'accord avec lui sur toute la ligne. Le déploiement de ces programmes comportait de nombreuses lacunes. Nous étions d'avis qu'ils auraient pu être mieux structurés. Par exemple, nous avons suggéré de mettre en place une prime de retour au travail pour aider les bénéficiaires de la Prestation canadienne d'urgence à retourner travailler à temps partiel, sans perdre toutes leurs prestations. Si le gouvernement avait donné suite à certaines de nos suggestions, nous aurions pu être là pour les Canadiens, tout en tenant compte de la situation financière. Nous pouvons faire les deux, mais le gouvernement ne l'a pas fait.
La plupart des dépenses ne sont pas liées aux programmes de prestations mis en place depuis le début de la pandémie. Certes, il faut compter avec ces programmes, mais nous nous trouvions dans une situation financière dangereusement précaire même avant cette dernière.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-06-21 13:02 [p.8833]
Madam Speaker, the hon. member talked a lot about the recovery, but we are still in the middle of the pandemic. We hear constantly about the tourism sector and the hospitality industry, many of whose members have not survived. They need and want and are crying out for a continuation of the rent and wage subsidies for a while so they can survive long enough to recover. Do the hon. member and his party support that continuation so these businesses can survive long enough to enjoy a recovery and keep people employed?
Madame la Présidente, le député a beaucoup parlé de la relance, mais nous sommes encore en pleine pandémie. Nous entendons constamment parler du secteur du tourisme et de l'industrie de l'accueil, où bien des gens ont déclaré forfait. Les personnes qui travaillent dans ces deux secteurs ont désespérément besoin qu'on prolonge la subvention salariale et la subvention pour le loyer pendant un certain temps, ce qui leur permettrait de survivre assez longtemps pour se remettre. Le député et son parti sont‑ils en faveur d'une prolongation de ces prestations pour permettre aux entreprises de ces secteurs de survivre assez longtemps pour se remettre sur pied et garder leurs employés?
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, it has been a pleasure working with this colleague. I wish him well in his planned retirement.
There are different things happening in different parts of the country. My province has announced a complete reopening starting at the beginning of July. There are different circumstances in different places and different trajectories. Hopefully, over time we are expecting the country as a whole to be on its way out of the pandemic as a result of various factors, including the availability of vaccines.
I would say to the member's question that a targeted approach is important. There are certain sectors that have been hurt more than others, and there are certain sectors for which the impacts will be there much longer. Therefore, it is important to look at the changes in the circumstances and how some sectors are continuing to be affected while others are coming out of it. Certainly, we would provide the tools and incentives for returning to a situation of growth as quickly as possible, and that does require a bit of sensitivity with respect to the different circumstances.
Madame la Présidente, quel plaisir ce fut de travailler avec ce collègue. Mes meilleurs vœux l'accompagnent pour sa retraite.
Beaucoup de choses se passent dans les différentes régions du pays. En ce qui concerne ma province, on a annoncé une réouverture complète dès le début du mois de juillet. La réalité est différente d'une région à l'autre et la suite des choses sera adaptée en conséquence. Nous avons bon espoir que, bientôt, toutes les régions du pays pourront dire que la pandémie est enfin chose du passé en raison de nombreux facteurs, y compris la disponibilité des vaccins.
En ce qui concerne la question du député, j'aimerais lui dire qu'il est important de privilégier une approche ciblée. Certains secteurs ont été plus durement touchés que d'autres, tout comme certains secteurs mettront plus de temps à se relever. Par conséquent, il faut tenir compte de l'évolution de la situation, tandis que certains secteurs ne se relèvent pas et que d'autres s'en sortent bien. Afin de revenir à une situation de croissance le plus rapidement possible, nous fournirions aux gens les outils et les mesures d'aide nécessaires, selon la situation de leur secteur.
View Tom Kmiec Profile
CPC (AB)
View Tom Kmiec Profile
2021-06-21 13:04 [p.8834]
Madam Speaker, I am pleased to see you in the chair today, giving me this opportunity, I guess, to speak until the end of the programming motion that has been forced upon us because the government and the House leadership on its side seem to really want to do their homework at the very last minute. As a constant procrastinator in my youth, I appreciate that, but with old age we get wiser. I have come around to not doing that in my personal life and making sure that I am on top of my work before the clock strikes the eleventh hour.
What I am going to talk about today with regard to this piece of legislation, the budget bill, the first BIA, is what Albertans and constituents in my riding have cared about for the last 20 years, which is equalization, equalization and equalization. That is some of the biggest unfairness in our Confederation, and I think every Albertan would say so.
Typically in the BIA, the budget implementation act, we would see modifications made to the formula that governs equalization. I remember being on the finance committee when this was indeed the case. I actually missed it at the time, but the government simply rolled over the same formula and then accused the Conservatives at the time of having supported this formula back in 2014. The Liberals said it was not a big deal because it was the same thing.
Here is the deal. Over the last two years, the provincial government in Alberta has run a $24-billion deficit, if COVID spending is excluded. Once COVID spending is included, it will approach a $40-billion deficit over two fiscal years in the province of Alberta, my home province, the province I call home, the place that adopted me. It is patently unfair that Albertans are continuing to see major contributions to federal coffers because, after all, it is not a cheque cut from Edmonton to Ottawa; it is the totality of federal income taxes levied on workers in Alberta, and then the redistribution is based on a formula and the fiscal capacity of the average of the 10 provinces combined together. Now, there are a lot of different revenues included. There are different calculations being made.
At the Fraser Institute, Ben Eisen and another analyst made a calculation that demonstrated that in Canada, equalization and the fiscal capacity of the provinces are actually converging. Over the last five and a half years, my province has gotten poorer because of Liberal policies out of Ottawa. My province is now so poor that Albertans are only 20% above the median income of the people in Ontario, whereas before we were in the range of 80% to 90% above. That is a significant decrease in the common prosperity of the people of my province. It is directly related to policies that the Liberal government has introduced. It has stymied the growth of the oil and gas sector. I have not seen a single major oil and gas project be proposed and built since the Liberals took power. Actually, every single project that was completed had been started under the previous Conservative government.
Equalization by 2025-26 fiscal year is expected to be $25 billion. That is according to the government's own figures. The total number is actually growing over time. It is not shrinking over time, and it should be shrinking because our fiscal capacity is actually converging. The provinces are actually becoming much closer together to the average. One would think that over time there would be less money to redistribute because the provinces are more even, but that is not what is going on.
I want to recognize a member of the New Democratic Party, the member for St. John's East, who has stated several times how unfair equalization is to his home province of Newfoundland and Labrador. I had the distinct privilege of being able to travel with different parliamentary committees to the province as well, and I have read the Greene report. Lady Greene provided a report on the state of the finances in Newfoundland and Labrador. It is an eye-opening read. It is not just unfair for Alberta. It is not just unfair for Saskatchewan and other “have” provinces contributing to our shared prosperity in this country; it is also unfair to Newfoundland and Labrador, which is seeing an immense drop in its provincial revenues and barely any finances being made up in the fiscal stabilization program, the FSP, the so-called equalization rebate.
Let it not be said that we Conservatives and I have not done something about it. I have tabled Bill C-263, the equalization and transfers fairness act, which would have eliminated that cap, but in this budget, in the BIA, all the Liberal government is committing to do is simply increase the cap to another random number.
The Liberals have tripled the cap now to a number that I do not think is defensible. If the cap had been eliminated entirely, my home province of Alberta would have been eligible for a $3-billion refund because of the significant loss in revenues. It is not as if the federal government does not have increasing revenues. I was just looking at the numbers. The income taxes that the federal government is forecasted to raise will go up by $46 billion over five years. That is $46 billion of additional revenue coming in, and it still cannot balance the budget within a five-year timetable.
To conclude, I want to be clear that if Albertans want to know more, if members across the country want to know more, I encourage them to follow Fairness Alberta and Dr. Bill Bewick's work, which gives an eye-opening account by the numbers, not rhetoric, just by the numbers, of the hardship my province is being asked to bear in order to pay for the finances of the federal government, and we cannot afford it. We cannot afford this government. We cannot afford another five years of nothing being done on equalization. The formula needs to be changed, and there needs to be greater fairness for the people of Alberta.
I will finish with a Yiddish proverb, because I know members know how much I appreciate them: “Let your mouth not speak what the eyes do not see.” Albertans have been seeing deep unfairness over the last five and a half years. We have suffered one of the greatest—
Madame la Présidente, je suis heureux de vous voir occuper ce fauteuil aujourd’hui et d’avoir l’occasion d’intervenir jusqu’à la fin de la motion de programmation qui nous a été imposée parce que le gouvernement et les leaders de la Chambre semblent vraiment vouloir faire leurs devoirs à la toute dernière minute. Je remettais toujours tout au lendemain quand j’étais jeune et je comprends donc cette attitude, mais on devient plus sage en vieillissant. J’ai appris à ne plus procrastiner dans ma vie personnelle et à m’assurer d’avoir fait mon travail avant minuit moins une.
En ce qui a trait au projet de loi du budget, la première Loi d’exécution du budget, Je vais parler aujourd'hui d'une chose dont les Albertains et les électeurs de ma circonscription se soucient depuis 20 ans, soit la fameuse péréquation. Il s’agit de l’une des plus grandes injustices dans notre Confédération, et je crois que chaque Albertain est de cet avis.
Normalement, dans la Loi d’exécution du budget, des modifications étaient apportées à la formule qui régit la péréquation. Je me rappelle que c’était le cas quand je siégeais au comité des finances. Je ne m'en suis pas rendu compte à l’époque, mais le gouvernement a simplement repris la même formule, et a ensuite accusé les conservateurs d’avoir appuyé cette formule en 2014. Les libéraux ont dit que ce n’était pas grave, car c’était la même chose.
Voici les faits. Au cours des deux dernières années, le gouvernement provincial en Alberta a enregistré un déficit de 24 milliards de dollars, sans compter les dépenses associées à la COVID. Si on inclut ces dernières, le déficit s’établira à près de 40 milliards de dollars sur deux exercices dans ma province, celle que je considère comme chez moi, celle qui m’a adopté. Il est manifestement injuste que les Albertains continuent de verser de fortes contributions dans les coffres fédéraux, car, après tout, ce n’est pas Edmonton qui envoie un chèque à Ottawa. Il s’agit de la totalité de l’impôt fédéral sur le revenu payé par les travailleurs en Alberta. La redistribution est ensuite fondée sur une formule et sur la capacité fiscale moyenne des 10 provinces combinées. Un grand nombre de recettes différentes sont prises en compte et différents calculs sont effectués.
À l'Institut Fraser, Ben Eisen et un autre analyste ont fait un calcul qui a démontré qu’au Canada, la péréquation et la capacité fiscale des provinces convergent. Depuis cinq ans et demi, ma province s’appauvrit en raison des politiques des libéraux à Ottawa. Ma province est maintenant tellement pauvre que le revenu des Albertains dépasse de seulement 20 % le revenu médian des Ontariens, alors que ce pourcentage était auparavant de 80 % à 90 %. Il s’agit d’une diminution importante de la prospérité commune des gens de ma province, qui est directement liée aux politiques mises en œuvre par le gouvernement libéral. Ces politiques ont entravé la croissance du secteur pétrolier et gazier. Je n’ai vu aucun grand projet de pétrole et de gaz proposé passer à l’étape de la réalisation depuis que les libéraux sont au pouvoir. En réalité, chaque projet terminé, sans exception, avait commencé sous le gouvernement conservateur précédent.
On s’attend à ce que la péréquation s’établisse à 25 milliards de dollars d’ici l’exercice 2025‑2026, selon les chiffres du gouvernement. Le montant total augmente avec le temps au lieu de diminuer comme il le devrait, puisque notre capacité fiscale converge. Ensemble, les provinces se rapprochent beaucoup plus de la moyenne. On penserait qu’au fil du temps, il y aurait moins d’argent à redistribuer puisque les provinces sont plus égales, mais ce n’est pas le cas.
Je tiens à mentionner un député du Nouveau Parti démocratique, celui de St. John’s-Est, qui a affirmé plusieurs fois que la péréquation est injuste pour sa province, Terre‑Neuve‑et‑Labrador. J’ai eu le privilège de voyager avec les membres de différents comités parlementaires dans cette province et j’ai lu le rapport Greene sur l’état des finances à Terre‑Neuve‑et‑Labrador. C’est une lecture révélatrice. Ce n’est pas seulement injuste pour l’Alberta. Ce n’est pas seulement injuste pour la Saskatchewan et d’autres provinces nanties qui contribuent à notre prospérité commune dans ce pays. C’est également injuste pour Terre‑Neuve‑et‑Labrador, qui enregistre une chute spectaculaire de ses recettes provinciales et ne bénéficie pratiquement d’aucune aide dans le cadre du Programme de stabilisation fiscale, le soi-disant « rabais de péréquation ».
Que l’on ne vienne pas dire que les conservateurs, dont moi-même, n’ont rien fait à ce sujet. J’ai déposé le projet de loi C-263, la Loi sur l'équité en matière de péréquation et de transferts, qui aurait éliminé ce plafond, mais dans ce budget, dans la loi d’exécution du budget, l’ensemble du gouvernement fédéral s’engage à simplement faire passer le plafond à un autre chiffre aléatoire.
Les libéraux ont triplé le plafond à un chiffre qui n’est pas défendable d’après moi. Si le plafond avait été entièrement supprimé, ma province, l’Alberta, aurait été admissible à un remboursement de 3 milliards de dollars en raison de sa perte de recettes importante. Ce n’est pas comme si le gouvernement fédéral n’augmentait pas ses recettes. Je viens de regarder les chiffres. Il prévoit en effet de recueillir plus de 46 milliards de dollars supplémentaires en impôt sur le revenu sur cinq ans. Ceci représente 46 milliards de plus en recettes, et le gouvernement ne peut toujours pas équilibrer le budget sur cinq ans.
En terminant, je tiens à dire clairement que si les Albertains veulent en savoir plus, si les députés de tout le pays veulent en savoir davantage, je les encourage à suivre Fairness Alberta et le travail de Bill Bewick, qui explique de manière révélatrice à l’aide de chiffres et non pas de rhétorique, uniquement par des chiffes, les difficultés que l’on demande à ma province de supporter afin de financer le gouvernement fédéral, alors qu’elle ne peut pas se le permettre. Nous ne pouvons pas nous permettre ce gouvernement. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre encore cinq ans sans changement à la péréquation. Il faut modifier la méthode de calcul, et il faut être plus juste envers les gens de l’Alberta.
Je terminerai par un proverbe yiddish, car les députés savent à quel point ils me plaisent: « Ne parle pas de ce que tu ne vois pas. » Les Albertains voient une grave injustice depuis cinq ans et demi. Nous avons subi l’une des plus...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
It being 1:11 p.m., pursuant to order made on Monday, June 14, it is my duty to interrupt the proceedings and put forthwith every question necessary to dispose of the report stage of the bill now before the House.
The question is on Motion No. 2.
Shall I dispense?
Some hon. members: Agreed.
Some hon. members: No.
[Chair read text of motion to House]
If a member of a recognized party present in the House wishes to request a recorded division or that the motion be adopted on division, I would ask them to rise and indicate it to the Chair.
The hon. member for Central Okanagan—Similkameen—Nicola.
Comme il est 13 h 11, conformément à l'ordre adopté le lundi 14 juin, il est de mon devoir d'interrompre les délibérations et de mettre aux voix sur-le-champ toute question nécessaire pour disposer de l'étape du rapport du projet de loi dont la Chambre est maintenant saisie.
La question porte sur la motion no 2.
Puis-je me dispenser d'en faire la lecture?
Des voix: D'accord.
Des voix: Non.
[La présidence donne lecture de la motion.]
Si un député d'un parti reconnu présent à la Chambre désire demander un vote par appel ou que la motion soit adoptée avec dissidence, je l'invite à se lever et à l'indiquer à la présidence.
L'honorable député de Central Okanagan—Similkameen—Nicola a la parole.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I request a recorded division.
Madame la Présidente, je demande un vote par appel nominal.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Pursuant to order made on Monday, January 25, 2021, the division stands deferred until later this day at the expiry of the time provided for Oral Questions.
Conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier 2021, le vote par appel nominal est reporté à plus tard aujourd'hui, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
View Marie-Claude Bibeau Profile
Lib. (QC)
moved:
That, notwithstanding any standing order, special order or usual practice of the House, Bill C‑12, An Act respecting transparency and accountability in Canada's efforts to achieve net-zero greenhouse gas emissions by the year 2050, shall be disposed of as follows:
(a) the bill may be taken up at report stage immediately after the adoption of this order;
(b) not more than one hour shall be allotted to the consideration of the bill at report stage and, at the conclusion of the time provided at report stage, any proceedings before the House shall be interrupted, if required for the purpose of this order, and in turn every question necessary for the disposal of the said stage of the bill shall be put forthwith and successively, without further debate or amendment, provided that, if a recorded division is requested on any motion, it shall not be deferred, except pursuant to Standing Order 76.1(8);
(c) a motion for third reading may be made immediately after the bill has been concurred in at report stage;
(d) when the bill is taken up at the third reading stage, a member of each recognized party and a member of the Green Party each be allowed to speak for not more than 10 minutes followed by five minutes for questions and comments and, at the conclusion of the time provided for debate or when no member rises to speak, whichever is earlier, all questions necessary for the disposal of the third reading stage of the bill shall be put forthwith and successively, without further debate or amendment provided that, if a recorded division is requested on any motion, it shall not be deferred; and
(e) the House shall not adjourn until the proceedings on the bill have been completed, except pursuant to a motion proposed by a minister of the Crown, provided that once proceedings have been completed, the House may then proceed to consider other business or, if it has already passed the ordinary hour of daily adjournment, the House shall adjourn to the next sitting day.
propose:
Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou usage habituel de la Chambre, il soit disposé de la manière suivante du projet de loi C-12, Loi concernant la transparence et la responsabilité du Canada dans le cadre de ses efforts pour atteindre la carboneutralité en 2050:
a) le projet de loi puisse être étudié à l’étape du rapport immédiatement après l’adoption de cet ordre;
b) au plus une heure soit accordée aux délibérations à l’étape du rapport et, à la fin de la période prévue pour l’étape du rapport, toute délibération devant la Chambre soit interrompue, s’il y a lieu, aux fins de cet ordre et, par la suite, toute motion nécessaire pour disposer de cette étape du projet de loi sera mise aux voix immédiatement et successivement, sans autre débat ni amendement, pourvu que, si un vote par appel nominal est demandé sur une quelconque motion, il ne sera pas différé, sauf conformément à l’article 76.1(8) du Règlement;
c) une motion portant troisième lecture puisse être proposée immédiatement après l’adoption du projet de loi à l’étape du rapport;
d) lorsque le projet de loi est étudié à l’étape de la troisième lecture, un député de chaque parti reconnu et un député du Parti vert puissent prendre chacun la parole pendant au plus 10 minutes, suivies de cinq minutes de questions et d’observations et, à la fin de la période prévue pour le débat ou lorsqu’aucun député ne se lève pour prendre la parole, selon la première éventualité, toute question nécessaire pour disposer de l’étape de la troisième lecture du projet de loi soit mise aux voix immédiatement et successivement, sans plus ample débat ni amendement, pourvu que, si un vote par appel nominal est demandé sur une quelconque motion, il ne soit pas différé;
e) la Chambre ne soit pas ajournée avant que les délibérations sur le projet de loi ne soient terminées, sauf conformément à une motion présentée par un ministre de la Couronne, pourvu qu’une fois les délibérations terminées, la Chambre puisse aborder d’autres affaires ou, si l’heure de l’ajournement quotidien est dépassée, la Chambre s’ajourne jusqu’au prochain jour de séance.
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
View Chris Bittle Profile
2021-06-21 13:15 [p.8835]
Madam Speaker, it is a pleasure to rise today to speak to this motion, but I would like to focus my remarks on Bill C-12 itself and the importance of passing this legislation.
As I hope all members in this House know, climate change is a global threat and Canadians rightly expect us to take action to counter the climate crisis. The net-zero emissions accountability act is a fundamental part of this plan. If we do not reduce emissions rapidly and consistently down to net-zero by 2050 at the latest, we will not achieve the goals of the Paris Agreement. This is an existential threat to the planet on which there is global consensus.
At the Leaders Summit on Climate convened by President Biden in April, the Prime Minister joined 39 other world leaders of nations that account for more than half of the world's economy as they committed to set emissions reductions, the pace required globally, to limit warming to 1.5°C. We have a responsibility to all Canadians and future generations to act now.
Madame la Présidente, c’est un plaisir de prendre la parole aujourd’hui au sujet de cette motion, mais j’aimerais concentrer mes observations sur le projet de loi C‑12 lui-même et sur l’importance d’adopter cette mesure législative.
Comme tous les députés le savent, je l’espère, les changements climatiques constituent une menace mondiale et les Canadiens s’attendent à juste titre à ce que nous prenions des mesures pour contrer la crise climatique. La loi sur la responsabilité en matière de carboneutralité est un élément fondamental de ce plan. Si nous ne réduisons pas les émissions de manière rapide et cohérente pour atteindre la carboneutralité d’ici 2050 au plus tard, nous n’atteindrons pas les objectifs de l’Accord de Paris. Il s’agit d’une menace existentielle pour la planète sur laquelle le consensus est mondial.
Lors du sommet des dirigeants sur le climat convoqué par le président Biden en avril, le premier ministre s’est joint à 39 autres dirigeants mondiaux de nations qui représentent plus de la moitié de l’économie mondiale et qui se sont engagés à fixer des réductions d’émissions au rythme requis à l’échelle mondiale pour limiter le réchauffement à 1,5 degré Celsius. Nous avons la responsabilité envers tous les Canadiens et les générations futures d’agir maintenant.
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
In November 2020, our government tabled Bill C-12, an act that would enshrine in legislation Canada's commitment to achieve net-zero emissions by 2050 and provide a framework of accountability and transparency to ensure governments undertake the planning, take the actions and conduct the monitoring needed to achieve that goal.
In May 2021, Bill C-12 was referred to the House of Commons Standing Committee on Environment and Sustainable Development for consideration and clause-by-clause. During this study, our government listened to the broad range of feedback and worked collaboratively with members of the House of Commons in order to further strengthen and improve the bill. Several amendments spanning virtually all areas of the bill were adopted by the environment committee to reinforce Bill C-12.
This is the version now before the House of Commons, and I will summarize the amendments that were adopted. First, new language has been added to the preamble to state clearly that climate change is a global problem requiring immediate and ambitious action by all governments in Canada. In addition, the preamble lists Canada's international and domestic greenhouse gas emissions reporting obligations as such under the United Nations Framework Convention on Climate Change and the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act.
As we know, the objective of Bill C-12 is for Canada to achieve net-zero greenhouse gas emissions by 2050. The new version of Bill C-12 clarifies that nothing in the act would preclude Canada from attaining net-zero emissions before 2050. In other words, net-zero by 2050 is the minimum goal. If we can reach the goal earlier it would be even better, and nothing in this law would prevent that kind of ambition.
The committee also worked on improving the act's provisions in relation to targets. First, the committee voted in favour of codifying the 2030 greenhouse gas emissions target as Canada's nationally determined contribution for that year under the Paris Agreement, which the Prime Minister announced at the recent Leaders Summit on Climate as 40% to 45% below our 2005 levels. In addition, each greenhouse gas emission target set under the act must be a progression from the previous one. This amendment would prevent backsliding on Canada's greenhouse gas emissions targets. Lastly, each target must be as ambitious as Canada's most recent nationally determined contribution under the Paris Agreement.
Under this new version of the act, all targets after 2030 would be set at least 10 years before the beginning of its corresponding milestone year instead of the five years in advance provided by the original version of the bill. This new provision would ensure the government starts planning for future targets earlier and would align with Canada's current practice under the UNFCCC.
Going a step further, the committee adopted a complementary amendment that would strengthen the act by requiring the Minister of Environment and Climate Change to publish within a year of setting the targets for 2035, 2040 and 2045 a high-level description of key emissions reductions measures to achieve that target as well as the latest projection of greenhouse gas emissions.
This provision would, for example, ensure the targets set for 2035 in 2025 are accompanied by a high-level description of those measures that will be undertaken to reach the target, as well as the most current emissions projections. The detailed plan to achieve the 2035 target would be due no later than December 2029.
With respect to the criteria for setting the targets, the Minister of Environment and Climate Change must now consider submissions and advice provided by the advisory body in addition to the best scientific information available and Canada's international commitments with respect to climate change.
Another set of amendments enshrines the role of indigenous knowledge. The preamble now states the Government of Canada's commitment to taking indigenous knowledge into account when carrying out the purposes of this act, and a related amendment would require the minister to consider indigenous knowledge when setting greenhouse gas emissions reduction targets.
Year 2030 is not that far away, and Bill C-12 needs to provide accountability for taking action prior to 2030 as well as after that. To address this, the committee adopted a new provision that would require the inclusion of the an interim greenhouse gas emissions objective for 2026 in the emissions reduction plan for 2030.
Further amendments would require additional progress reports in 2023, 2025 and 2027. These reports must now contain an update on the progress made towards achieving the 2026 interim objective. Moreover, the bill would now require that the first report to the Commissioner of the Environment and the Office of the Auditor Auditor to be submitted by the end of 2024. Taken together, these changes would provide a midpoint check-in between now and 2030, and ensure meaningful accountability checkpoints over the next decade.
The committee also strengthened the planning requirements in the bill. The amended bill would now require the Minister of Environment and Climate Change to take into account the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, the submissions provided by the advisory body, and any other relevant consideration when establishing the plan.
It also prescribes some of the items that must be included in each plan, such as the description of how Canada's international commitments with respect to climate change are taken into account, projections of the annual greenhouse gas emission reductions resulting from the plan's combined measures and strategies, and a summary of the co-operative measures or agreements with the provinces and other governments in Canada.
Consultation is an important element of Bill C-12. Canadians, indigenous peoples of Canada, environmental and non-government organizations, and other interested parties would be able to provide opportunities and make submissions at various stages of the act's implementation, such as when the minister has to set a target or plan.
To strengthen the commitment to transparency, Bill C-12 now includes a provision that would require the Minister of Environment and Climate Change to publish a report on the results of the consultations carried out in relation to targets and plans.
The committee also approved the progress report requirements. As I previously noted, the 2023, 2025 and 2027 progress reports on the 2030 target must also include an update on the progress made to achieving the 2026 interim objective. In addition, the 2023 report, as the midpoint between now an 2025, would be required to contain an assessment of the 2030 target and include changes being made to correct the course, if needed, to achieve the target.
Other amendments would also require more content be included in the progress report, such as Canada's most recent published greenhouse gas emissions projection for the next milestone, and details on any additional measures that could be taken to increase the probability of achieving the target if projections indicate that a target will not be met.
Similar amendments were also adopted with respect to assessment reports with a view of ensuring they also contain a summary of Canada's most recent official greenhouse gas emissions, inventory and information submitted by Canada under its international commitments on climate change, as well as an assessment of how key co-operative measures or agreements with provinces or other governments in Canada described in the plan contribute to Canada's efforts to achieve the target.
The committee also adopted a number of changes with respect to the advisory body. The act now formally establishes the net-zero advisory body. It specifies that the net-zero advisory body would provide independent, forward-looking advice on achieving net-zero emissions by 2050, which also includes providing advice on targets and plans. These amendments within the act align with the current net-zero advisory body's terms of reference, which were published by the Minister of Environment and Climate Change in February 2021. Further, the act would now require the Minister of Environment and Climate Change to publish the advisory body's terms of reference and amendments made to them.
This strengthens the act by increasing the transparency of the process. With respect to the membership of the net-zero advisory body, the amended bill contains new provisions that would require the Minister of Environment and Climate Change to consider the need for the net-zero advisory body, as a whole, to have expertise in or knowledge of, among other things, climate change science, indigenous knowledge, physical or social sciences, climate change policy at the national, subnational and international levels, energy supply and demand, and relevant technologies.
With regard to the annual report of the net-zero advisory body, the committee adopted a new provision requiring the net-zero advisory body to take into account a range of factors when preparing the report, including environmental, economic, social, technological and the best scientific information and knowledge, including indigenous knowledge, with respect to climate change.
This provision recognizes that multiple factors must be taken into account in developing a plan that meets the science-based objectives of the net-zero emissions by 2050 in a way that works best for Canada.
Moreover, in line with the objective of keeping the government accountable and transparent toward Canadians, the act now clarifies that the net-zero advisory body's annual report must set out results of its engagement activities. It also requires the Minister of Environment and Climate Change to publish the report 30 days after receiving it and to respond publicly within 120 days. The minister's response must also address any target recommendations by the net-zero advisory body that differs from the one the minister has set.
The Commissioner of the Environment and Sustainable Development plays an important role in the accountability regime established by the bill. Unlike the net-zero advisory body's report, which will provide forward-looking advice, the CESD will assess past performance of the government on its path to achieve net zero by 2050. Its first report is now to be submitted no later than 2024.
Finally, with respect to regulations made by the Governor in Council, the act has been modified to clarify that any regulation made by the Governor in Council under the act must align with the international standards to which Canada adheres.
Canadians are counting on us. They want assurance of Canada's sustained commitment to achieve net zero by 2050 and they want ongoing input into the consideration of the pathways to get there. By putting climate obligations into law, the net-zero emissions accountability act would ensure that governments are accountable for and transparent about their actions to combat climate change. Putting Bill C-12 into law as soon as possible is critical to this effort.
I am very proud of the collaborative work that took place during the committee study. Those efforts have resulted in a strengthened and improved version of the act, one that provides greater predictability, transparency and accountability. This collaborative work will continue and is crucial to successfully fight the climate crisis and transition toward a resilient and strong low-carbon future. Our government is committed to doing just that.
It is therefore my hope we can advance the bill and this motion to a final vote on this revised and improved version of Bill C-12, and allow it to be considered by the Senate as expeditiously as possible.
En novembre 2020, le gouvernement a déposé le projet de loi C‑12, qui enchâsserait dans la loi l’engagement du Canada à atteindre la carboneutralité d’ici 2050 et qui fournirait un cadre de responsabilisation et de transparence pour que les gouvernements entreprennent la planification, prennent les mesures et effectuent la surveillance nécessaires pour atteindre cet objectif.
En mai 2021, le projet de loi C‑12 a été renvoyé au Comité permanent de l’environnement et du développement durable de la Chambre des communes pour examen et étude article par article. Au cours de cette étude, le gouvernement a écouté le large éventail de commentaires et a travaillé en collaboration avec les députés de la Chambre des communes afin de renforcer et d’améliorer davantage le projet de loi. Plusieurs amendements couvrant pratiquement tous les domaines du projet de loi ont été adoptés par le comité de l’environnement pour renforcer le projet de loi C‑12.
C’est la version qui se trouve maintenant devant la Chambre des communes, et je vais résumer les amendements qui ont été adoptés. Tout d’abord, un nouveau libellé a été ajouté au préambule afin d’énoncer clairement que le changement climatique est un problème mondial qui exige une action immédiate et ambitieuse de la part de tous les gouvernements du Canada. De plus, le préambule énumère les obligations internationales et nationales du Canada en matière de déclaration des émissions de gaz à effet de serre, telles qu’elles sont prévues par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et la Loi sur la tarification de la pollution par les gaz à effet de serre.
Comme nous le savons, l’objectif du projet de loi C-12 est que le Canada atteigne la carboneutralité d’ici 2050. La nouvelle version du projet de loi C‑12 précise que rien dans la loi n’empêche le Canada de devenir carboneutre avant 2050. En d’autres termes, la carboneutralité d’ici 2050 constitue la cible minimale. Si nous pouvons atteindre la cible plus tôt, ce serait encore mieux, et rien dans cette loi n’empêche d'avoir ce genre d’ambition.
Le comité a également travaillé à l’amélioration des dispositions touchant aux objectifs. Tout d’abord, le comité a voté en faveur de la codification de la cible d’émissions de gaz à effet de serre pour 2030 comme étant la contribution déterminée au niveau national du Canada pour cette année-là aux termes de l’Accord de Paris. Le premier ministre a annoncé cette cible lors du récent Sommet des dirigeants sur le climat en indiquant qu'elle serait de 40 à 45 % sous nos niveaux de 2005. En outre, chaque cible d’émission de gaz à effet de serre fixée en vertu de la loi doit constituer une progression par rapport à la précédente. Cette modification empêchera le Canada de reculer dans l’atteinte de ses cibles en matière d’émissions de gaz à effet de serre. Enfin, chaque cible doit être aussi ambitieuse que la plus récente contribution nationale déterminée du Canada en vertu de l’Accord de Paris.
Au titre de cette nouvelle version de la loi, toutes les cibles après 2030 seraient fixées au moins 10 ans avant le début de l’année jalon correspondante, au lieu des cinq ans d’avance prévus par la version originale du projet de loi. Cette nouvelle disposition permettrait au gouvernement de commencer plus tôt à planifier les cibles futures et serait conforme à la pratique actuelle du Canada dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.
Faisant un pas de plus, le comité a adopté un amendement complémentaire qui renforcerait la loi en exigeant que le ministre de l’Environnement et du Changement climatique publie, dans l’année qui suit l’établissement des cibles pour 2035, 2040 et 2045, une description de haut niveau des principales mesures de réduction des émissions pour atteindre cette cible ainsi que la dernière projection des émissions de gaz à effet de serre.
Cette disposition garantirait, par exemple, que les cibles fixées pour 2035 en 2025 soient accompagnées d’une description de haut niveau des mesures qui seront prises pour atteindre l’objectif, ainsi que des projections d’émissions les plus récentes. Le plan détaillé pour atteindre l’objectif de 2035 devrait être présenté au plus tard en décembre 2029.
En ce qui concerne les critères d’établissement des cibles, le ministre de l’Environnement et du Changement climatique doit maintenant tenir compte des soumissions et des conseils fournis par l’organisme consultatif, en plus des meilleures connaissances scientifiques disponibles et des engagements internationaux du Canada en matière de changement climatique.
Une autre série d’amendements consacre le rôle des connaissances autochtones. Le préambule énonce maintenant l’engagement du gouvernement du Canada à tenir compte des connaissances autochtones dans la réalisation de l'objet de la présente loi, et un amendement connexe exigerait que le ministre tienne compte des connaissances autochtones dans l’établissement des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
L’année 2030 n’est pas si loin, et le projet de loi C‑12 doit prévoir la prise de mesures avant 2030 de même qu’après. Le comité a donc adopté une nouvelle disposition qui rend obligatoire l'inclusion d'un objectif provisoire en matière d’émissions de gaz à effet de serre pour 2026 dans le plan de réduction des émissions pour 2030.
D’autres amendements prévoient des rapports d’étape supplémentaires en 2023, 2025 et 2027. Ces rapports doivent maintenant faire le point sur les progrès enregistrés dans la réalisation de l’objectif provisoire pour 2026. En outre, le projet de loi prévoit à présent que le premier rapport au commissaire à l’environnement et au Bureau du vérificateur général doit être déposé avant la fin de 2024. Ensemble, ces changements permettent une vérification à mi-parcours entre maintenant et 2030, et ils garantissent de vrais points de contrôle au cours de la prochaine décennie pour assurer une reddition de comptes.
Le comité a également renforcé les exigences du projet de loi en matière de planification. Aux termes du projet de loi modifié, le ministre de l’Environnement et du Changement climatique doit tenir compte de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, des observations présentées par l’organe consultatif et de toute autre considération pertinente dans l’élaboration du plan.
Il prescrit aussi des éléments à inclure dans chaque plan, comme la description de la prise en compte des engagements internationaux du Canada par rapport aux changements climatiques, des projections des réductions annuelles des émissions de gaz à effet de serre résultant de l’effet combiné des mesures et stratégies décrites dans le plan, et un résumé des mesures concertées ou des ententes avec les provinces et d’autres administrations au Canada.
La consultation est un élément important du projet de loi C‑12. Les Canadiens, les peuples autochtones du Canada, les organisations environnementales et non gouvernementales ainsi que d’autres parties intéressées pourront présenter des observations et des mémoires à différentes étapes de la mise en œuvre de la loi, comme lorsque le ministre doit fixer un objectif ou arrêter un plan.
Afin de renforcer l’engagement à l’égard de la transparence, le projet de loi C‑12 contient maintenant une disposition qui oblige le ministre de l’Environnement et du Changement climatique à publier un rapport sur les résultats des consultations menées à propos des objectifs et des plans.
Le comité a également approuvé les exigences relatives aux rapports d’étape. Comme je l’ai déjà souligné, les rapports d’étape de 2023, 2025 et 2027 sur l’objectif de 2030 doivent aussi inclure une mise à jour sur les progrès enregistrés dans la réalisation de l’objectif provisoire de 2026. De plus, le rapport de 2023, à mi-parcours entre aujourd’hui et 2025, devra contenir une évaluation de l’objectif de 2030 et les changements apportés pour corriger le cap, au besoin, pour atteindre cet objectif.
D’autres amendements prévoient plus de contenu dans les rapports d’étape, comme les dernières projections visant les émissions de gaz à effet de serre publiées pour le Canada pour la prochaine année jalon, et les détails de toute mesure additionnelle qui pourrait être prise pour augmenter les chances d’atteindre la cible en matière d’émissions de gaz à effet de serre, si les projections indiquent que la cible ne sera pas atteinte.
Des amendements similaires ont aussi été adoptés en ce qui concerne les rapports d’évaluation pour garantir qu’ils renferment un sommaire du plus récent inventaire officiel des émissions de gaz à effet de serre du Canada et les renseignements pertinents à l’égard du plan soumis par le Canada dans le cadre de ses engagements internationaux par rapport aux changements climatiques, ainsi qu’une évaluation de la façon dont les mesures ou les accords de coopération clés avec les provinces ou d’autres administrations publiques au Canada, décrits dans le plan, contribuent aux efforts du Canada pour atteindre la cible.
Le comité a également adopté plusieurs amendements concernant l’organisme consultatif. Le projet de loi établit maintenant officiellement l’organisme consultatif sur la carboneutralité. Il précise que cet organisme fournira des conseils indépendants et prospectifs sur l’atteinte de la carboneutralité d’ici 2050, ce qui comprend aussi des conseils sur les cibles et les plans. Ces amendements s’alignent sur le mandat de l’actuel organisme consultatif sur la carboneutralité, que le ministre de l’Environnement et du Changement climatique a publié en février 2021. De plus, le projet de loi obligerait maintenant le ministre de l’Environnement et du Changement climatique à publier le mandat de l’organisme consultatif et les modifications qui y sont apportées.
Ainsi, nous renforçons le projet de loi en augmentant la transparence du processus. En ce qui concerne la composition de l’organisme consultatif sur la carboneutralité, le projet de loi amendé contient de nouvelles dispositions qui obligeraient le ministre de l’Environnement et du Changement climatique à prendre en considération le fait que l’organisme a, dans son ensemble, l’expertise et les connaissances, notamment dans les domaines de la science des changements climatiques, des connaissances autochtones, des sciences physiques ou sociales, de la politique relative aux changements climatiques à l’échelle nationale, infranationale et internationale, de l’offre et de la demande d’énergie et des technologies pertinentes.
En ce qui concerne le rapport annuel de l’organisme consultatif sur la carboneutralité, le comité a adopté une nouvelle disposition exigeant qu’il tienne compte d’une série de facteurs lors de la rédaction de son rapport, y compris des considérations d’ordre environnemental, économique, social et technologique, ainsi que les meilleures données et connaissances scientifiques disponibles, notamment les connaissances autochtones, concernant les changements climatiques.
Cette disposition reconnaît que plusieurs facteurs entrent en ligne de compte dans l’élaboration d’un plan qui répond aux objectifs scientifiques de la carboneutralité d’ici 2050 d’une manière qui convient le mieux au Canada.
En outre, conformément à l’objectif de responsabilisation et de transparence du gouvernement envers les Canadiens, le projet de loi précise maintenant que le rapport annuel de l’organisme consultatif sur la carboneutralité doit présenter les résultats de ses activités d'engagement. Elle oblige aussi le ministre de l’Environnement et du Changement climatique à publier le rapport 30 jours après l’avoir reçu et à y répondre publiquement dans les 120 jours. La réponse du ministre doit aussi tenir compte de toute recommandation de l’organisme consultatif sur la carboneutralité qui diffère de l’objectif que le ministre a fixé.
Le commissaire à l’environnement et au développement durable joue un rôle important dans le régime de responsabilisation établi par le projet de loi. Contrairement au rapport de l’organisme consultatif sur la carboneutralité, qui fournira des conseils prospectifs, le commissaire évaluera le rendement antérieur du gouvernement dans le cadre de ses efforts visant la carboneutralité d’ici 2050. Son premier rapport doit désormais être présenté au plus tard en 2024.
Enfin, en ce qui concerne les règlements pris par le gouverneur en conseil, le projet de loi a été amendé pour préciser que tout règlement pris par le gouverneur en conseil en vertu de la loi doit être conforme aux normes internationales auxquelles le Canada adhère.
Les Canadiens comptent sur nous. Ils veulent avoir l’assurance de l’engagement soutenu du Canada à réaliser l’objectif de la carboneutralité d’ici 2050 et ils veulent avoir leur mot à dire dans l’examen des moyens d’y parvenir. En inscrivant les obligations climatiques dans la loi, la Loi canadienne sur la responsabilité en matière de carboneutralité garantirait que les gouvernements soient responsables et transparents en ce qui concerne les mesures qu’ils prennent pour lutter contre les changements climatiques. La promulgation du projet de loi C-12 le plus tôt possible est essentielle à cet effort.
Je suis très fier de la collaboration qui a eu lieu pendant l’étude en comité. Ces efforts ont abouti à une version renforcée et améliorée du projet de loi, qui offre plus de prévisibilité, de transparence et de responsabilisation. Ce travail de collaboration se poursuivra et est essentiel pour lutter avec succès contre la crise climatique et faire la transition vers un avenir résilient et solide à faibles émissions de carbone. Notre gouvernement s’est engagé à le faire.
J’espère donc que nous pourrons faire avancer le projet de loi et cette motion jusqu’au vote définitif sur cette version révisée et améliorée du projet de loi C-12 et permettre au Sénat de l’examiner le plus rapidement possible.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, the member and I sit on the environment committee together. He described the process of committee review as “collaborative”. The Conservatives actually supported the Bloc amendments as well as NDP and Liberal amendments. We actually came there to collaborate, but that particular parliamentary secretary and his team of Liberal members made a complete hash of the process.
He talked about indigenous knowledge. There was no indigenous representation at committee. The Assembly of First Nations brief came after the time for amendments. It was very clear that there was a political agenda between the NDP and the Liberals to slam through and not even support any other amendments.
When it comes to some of the amendments, I can see why the member only wants to talk to the bill and not to the process or even this motion. The Liberals have mishandled even getting this to Parliament. It has been over a week and a half since the committee finished.
The member referenced specifically amendments that would force the office of the environment commissioner to study or review the government's plan. That, effectively, is a cut because there is no extra funding to do this.
Why is the government always pushing it onto someone else's desk?
Madame la Présidente, le député et moi siégeons ensemble au comité de l’environnement. Il a qualifié le processus d’examen en comité de « collaboration ». En fait, les conservateurs ont appuyé les amendements du Bloc ainsi que des amendements du NPD et des libéraux. Nous sommes venus ici pour collaborer, mais le secrétaire parlementaire et son équipe de députés libéraux ont complètement bousillé le processus.
Il a parlé de savoir ancestral des Autochtones. Il n’y avait aucune représentation autochtone au comité. Le mémoire de l’Assemblée des Premières Nations est arrivé après la période de dépôt des amendements. Il était très clair que le NPD et les libéraux s’étaient entendus sur une stratégie politique pour forcer l’adoption du projet de loi sans même appuyer d’autres amendements.
En ce qui concerne certains des amendements, je comprends pourquoi le député ne veut parler que du projet de loi et non du processus ou même de la motion dont nous débattons. Les libéraux ont mal géré la présentation de cette motion au Parlement. Cela fait plus d’une semaine et demie que le comité a terminé ses travaux.
Le député a cité explicitement des amendements qui obligeraient le Bureau du commissaire à l’environnement à étudier ou à examiner le plan du gouvernement. Il s’agit en fait d’une compression, car il n’y a aucun financement supplémentaire pour cette fonction.
Pourquoi le gouvernement repousse-t-il toujours le dossier sur le bureau de quelqu’un d’autre?
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
View Chris Bittle Profile
2021-06-21 13:31 [p.8838]
Madam Speaker, the Liberals on the committee have a minority. To get this through, there had to be collaboration.
In the budget debate, the hon. member was for this bill before he was against it. It is shocking that after voting against it, he is now crying foul about there not being enough collaboration. We worked with opposition parties to see this through. I have no doubt that the hon. member supports action on climate change. It seems his party does not and that is truly unfortunate, as he did his best to drag it out, stall it and prevent it from getting to the Senate.
We work with the opposition. We want to see this get through. Other parties are committed to climate action quickly and I think Canadians want to see rapid climate action. It is unfortunate the hon. member does not.
Madame la Présidente, les libéraux qui siègent au comité sont minoritaires. Pour faire adopter ce projet de loi, la collaboration était de mise.
Lors du débat sur le budget, le député était pour ce projet avant de s’y opposer. Il est choquant de constater qu’après avoir voté contre, il se plaint maintenant que la collaboration était insuffisante. Nous avons collaboré avec les partis de l’opposition pour faire cheminer ce projet de loi. Je ne doute pas que le député soit pour la lutte contre les changements climatiques. Il semble que ce ne soit pas le cas de son parti, et c’est vraiment regrettable, car il a fait de son mieux pour faire traîner les choses et pour empêcher que le projet de loi parvienne au Sénat.
Nous travaillons avec l’opposition. Nous voulons que ce projet soit adopté. Les autres partis se sont engagés à agir rapidement dans la lutte contre les changements climatiques et je pense que les Canadiens veulent voir rapidement des actions dans ce dossier. Il est malheureux que le député ne voie pas les choses du même œil.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-06-21 13:32 [p.8838]
Madam Speaker, I can assure members that the Bloc Québécois approached its committee work from a standpoint of wanting to improve the process and the bill. Unfortunately, only one of the Bloc Québécois's 33 amendments was agreed to.
Nevertheless, I would like to concentrate on plans to increase Canadian oil sands development, which is incompatible with three things: limiting global warming to 1.5 degrees, achieving net zero by 2050 and hitting the targets for the milestone years in the act. Those are Environment Canada's targets, not the Bloc Québécois's. Would the parliamentary secretary comment on that?
Madame la Présidente, je confirme que le Bloc québécois est arrivé au Comité en voulant améliorer le processus et le projet de loi. Malheureusement, sur 33 amendements, un seul du Bloc québécois a été accepté.
Je voudrais cependant me concentrer sur autre chose, soit la trajectoire prévue du Canada relativement à l'augmentation de l'exploitation des sables bitumineux, incompatible avec trois éléments: limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré, atteindre la carboneutralité d'ici 2050, et respecter les années jalons indiquées dans la Loi. Ce n'est pas le Bloc québécois qui le dit, mais le ministère de l'Environnement. Qu'en pense le secrétaire parlementaire?
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
View Chris Bittle Profile
2021-06-21 13:33 [p.8838]
Madam Speaker, I would like to thank the hon. member for her climate advocacy, but Bill C-12 would achieve measures similar to the Bloc's objectives in Bill C-215, and the amendments that were adopted by the committee confirm that. I know there was a concern from the Bloc about incorporating targets into law. I would remind my colleague that the government proposed an amendment to the committee to incorporate Canada's target within the legal text of the bill and the Bloc voted against it; it tried to defeat the amendment.
Again, there was an honest attempt to work collaboratively, and I hope we have the Bloc's support. In hearing from environmental groups—
Madame la Présidente, je remercie la députée de ses efforts dans la lutte contre les changements climatiques, mais le projet de loi C‑12 prévoit des mesures semblables à ce que le Bloc proposait dans le projet de loi C‑215, et les amendements adoptés par le comité le confirment. Je sais que le Bloc s'est inquiété de l'intégration de cibles dans la loi. Je rappelle à la députée que le gouvernement a proposé au comité un amendement visant à inscrire la cible du Canada dans le libellé du projet de loi et que le Bloc a voté contre; il a tenté de rejeter l'amendement.
Le gouvernement a tenté sincèrement de travailler dans un esprit de collaboration, et j'espère que nous pouvons compter sur l'appui du Bloc. Les groupes environnementaux...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The hon. member for Skeena—Bulkley Valley.
Le député de Skeena—Bulkley Valley a la parole.
Results: 1 - 60 of 150000 | Page: 1 of 2500

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data