Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 150000
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
Resuming debate. The member has six and a half minutes to finish his speech.
Nous reprenons le débat. Il reste six minutes et demie au député pour terminer son discours.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, as I was saying, the facts show that Quebeckers cannot count on the federal government to take action against tax havens. There is nothing in budget 2021 to do away with them.
Unfortunately, there are provisions in Bill C‑30 that make it even easier to use tax havens. The federal government is therefore still complicit in tax avoidance schemes, which makes Canada part of the problem and not part of the solution in the fight against tax havens.
In budget 2021, which serves as a springboard for the post-COVID‑19 economic recovery, the federal government offers little or nothing to help small farms get better access to credit. This inability to access credit was one of the most serious problems that farmers encountered during the health crisis. That is unacceptable.
Agriculture is obviously not a priority for the Liberal government, but it is a priority for Quebec and an integral part of our culture. The Liberal government has never been interested in supporting a bill to better protect supply management, which is essential to the survival of the agricultural model. Protecting supply management has always enjoyed broad support within Quebec's agricultural sector, but it is also acknowledged by producers in the other provinces as well as in the United States, which says something.
Why did the Liberal government recently do everything it could to prevent Bill C‑216 being passed in committee? Well, it did pass, and we hope the accelerating pace of the coming days will bring this bill along for the ride. Quebec's agricultural sector is counting on us.
In the Bloc Québécois's view, parliamentary proceedings and debates too often take too long, things do not move fast enough, and people talk even though they have nothing to say. For years, and again this week, members have spoken at length in the House of Commons about various aspects of the housing problem.
Still, there remains a desperate need for housing in Abitibi—Témiscamingue as well as in several other regions of Quebec, and that need is only being made more acute by the communities' sustained efforts to attract workers.
What of the federal government's solutions to this problem? There are none. The federal government has not proposed any. I would, however, like to highlight a local initiative undertaken by the Fondation Martin-Bradley. They organized a radiothon and raised $301,000 to, among other things, build housing for people who are struggling, especially people living with mental health problems.
The Fondation Martin-Bradley got things done. I am thinking especially of Ghislain Beaulieu, and of Jean-Yves Morneau and his son, Jean-François, who organized a fundraiser among the region's entrepreneurs and businesspeople. The amount raised, $301,000, is huge, and I want to salute them. Among other things, the funds will go to finance projects, like for farm outreach workers in Abitibi—Témiscamingue's farming community, for whom psychological support is so essential. I have to say it again: All this stems from the fact that the federal budget does nothing to address the situation.
Legitimate transfer payments to Quebec to encourage housing initiatives are both slow to come and hugely insufficient. Not enough construction is happening, which is having a direct impact on the economic and social development of our regions and Quebec as a whole.
Out of respect for Quebec's jurisdictions, more substantial amounts need to be transferred, especially considering the current context, which includes the significantly higher cost of materials and labour. At the same time, tax incentives for developers would be a way to support and stimulate infrastructure initiatives that offer exciting opportunities for the recovery by building on what has been achieved in our communities, not to mention community-based housing projects that would provide a sustainable solution to this problem.
Finally, why will Ottawa not allocate funding for the regions, with no strings attached, to be administered by Quebec and people on the ground? This would encourage development projects based on specific parameters and priorities linked to specific needs. More than ever, labour shortages are hindering the economic recovery of my region, Abitibi—Témiscamingue. More than ever, the federal government needs to come up with solutions, because we are feeling abandoned right now.
I believe that the particular status of a region like Abitibi—Témiscamingue, which borders Ontario, places it in a certain situation. People back home are moving to the riding of the member for Algoma—Manitoulin—Kapuskasing because immigration cases are processed in 12 months in Ontario, whereas in my riding it takes up to 27 months, or even 30 months in certain cases. That is ridiculous.
As I was saying, in Abitibi—Témiscamingue there is a housing shortage coupled with a labour shortage, and therefore it is important to stimulate housing construction. How can we attract and keep skilled workers in Abitibi—Témiscamingue when they are unable to find a home for their families? The federal government must act quickly.
Bill C‑30 also attacks Quebec once more and its securities regulator. That is unacceptable.
How can we ignore one of the federal government's most blatant centralizing moves in recent years, its attempt to bring the financial sector under federal control by making it responsible for insurance, securities, derivatives, deposit taking institutions except for banks and the distribution of financial products and services?
The objective of this Canada-wide securities regulator is another example of the centralization of financial markets by the federal government. It wants Toronto to become a single Canada-wide regulator, which would be contrary to the independent economic development of all the other provinces. This is not just a jurisdictional dispute or a squabble between the federal and provincial governments, it is a battle between Bay Street and Quebec.
I remind members that the Bloc Québécois and Quebec are strongly opposed to this. Four times now, the National Assembly of Quebec has unanimously called on the federal government to abandon that idea. It is no exaggeration to say that everyone in Quebec is against it. Seldom have we seen Quebec's business community come together as one to oppose this very bad idea of the federal government, which just wants to cater to Bay Street.
Let the federal government and Bay Street take note: The Bloc Québécois will always stand in the way of creating a single Canada-wide securities regulator.
Having a financial markets authority is essential to Quebec's development. This is nothing short of an attack on our ability to keep our head offices. Preserving Quebec's distinct economic pillars is essential to our development. We will not let the federal government get away with this.
Madame la Présidente, j'en étais rendu à dire que les faits démontrent que les Québécois ne peuvent pas compter sur le gouvernement fédéral pour lutter contre les paradis fiscaux. Il n'y a toujours rien dans le budget de 2021 pour y mettre fin.
Malheureusement, il y a des dispositions au sein du projet de loi C‑30 pour faciliter davantage l'utilisation des paradis fiscaux. Le gouvernement fédéral se fait donc toujours complice des stratagèmes d'évitement fiscal, qui font que le Canada fait partie du problème et non de la solution concernant la lutte aux paradis fiscaux.
Dans le budget de 2021, celui qui sert de tremplin pour la relance économique de l'après-COVID‑19, le gouvernement fédéral n'offre que très peu, pour ne pas dire rien, pour aider les petites entreprises agricoles à avoir un meilleur accès au crédit. Cette inaccessibilité au crédit fut l'un des problèmes les plus sérieux que les entrepreneurs agricoles ont vécu durant la crise sanitaire. C'est inadmissible.
De toute évidence, l'agriculture n'est pas une priorité pour le gouvernement libéral. Pour le Québec, c'en est une, et cela fait partie intégrante de notre culture. Le gouvernement libéral a longtemps rejeté le projet de loi pour faire mieux protéger la gestion de l'offre, qui est essentielle à la survie du modèle agricole. Pourtant, la protection de la gestion de l'offre a toujours eu un appui très large dans le secteur agricole québécois. Elle est même saluée par les agriculteurs des autres provinces, y compris aux États‑Unis, ce qui n'est pas peu dire.
Or, comment expliquer que, encore récemment, le gouvernement libéral a tout fait pour empêcher l'adoption du projet de loi C‑216 en comité parlementaire? Il a été adopté depuis, et nous espérons pouvoir profiter des éléments accélérateurs qui s'en viennent dans les prochains jours pour inclure ce projet de loi. Le milieu agricole québécois nous regarde.
Le Bloc québécois prétend que trop souvent les démarches parlementaires et les débats sont trop longs, que rien ne bouge assez rapidement et qu'on parle pour ne rien dire. Depuis nombre d'années, et encore cette semaine, les députés ont largement parlé de la problématique du logement sous différents angles, ici à la Chambre des communes.
Pourtant, l'accès au logement est encore aujourd'hui un besoin criant chez nous, en Abitibi—Témiscamingue, comme dans plusieurs autres régions du Québec, encore plus dans un contexte où les communautés travaillent d'arrache-pied afin d'attirer des travailleurs dans les régions.
Qu'en est-il des solutions qu'offre le gouvernement fédéral à cette problématique? Il n'y a rien. Le fédéral n'en propose pas. J'aimerais d'ailleurs souligner une initiative de chez nous, celle de la Fondation Martin‑Bradley. On a fait un radiothon, et 301 000 $ ont été amassés, notamment pour la construction de logements pour des gens qui sont en difficulté, notamment des gens qui vivent des problèmes de santé mentale.
La Fondation Martin‑Bradley s'est mobilisée, et je pense notamment à Ghislain Beaulieu et à Jean‑Yves Moreau et son fils Jean‑François qui ont pu mettre en place une collecte de fonds auprès des entrepreneurs et des gens d'affaires de la région. Le somme de 301 000 $ est un montant énorme, et j'aimerais les saluer. Cela va notamment permettre de financer des projets, comme des travailleurs de rang en Abitibi—Témiscamingue dans le milieu agricole; il est essentiel d'apporter du soutien psychologique de ce côté. Je dois encore une fois le dire: tout cela vient du fait que le budget fédéral n'y répond pas.
En plus d'avoir tardé, les transferts légitimes des sommes au Québec pour encourager les initiatives de construction de logements sont largement insuffisants. Le manque de construction a un impact direct sur le développement économique et social de nos régions et du Québec dans son ensemble.
Il est nécessaire, en respect des compétences propres au Québec, de transférer des montants plus substantiels et adaptés au contexte actuel, qui comporte une augmentation importante des coûts des matériaux et de la main d'œuvre. Par ailleurs, des incitatifs fiscaux aux promoteurs représenteraient une manière de palier et de stimuler les initiatives en infrastructure qui sont prometteuses pour la relance en laissant des acquis au sein de nos communautés; sans oublier des projets de logements issus du milieu qui représenteraient une avenue durable à ce problème.
Enfin, pourquoi ne pas prévoir un financement sans condition par le fédéral d'un fonds pour les régions, administré par Québec et les gens du milieu, qui permettrait de mettre de l'avant et d'encourager des projets en développement selon les propriétés et les priorités particulières arrimées à des besoins particuliers? Plus que jamais, la pénurie de la main d'œuvre est un frein à la relance économique de la région de l'Abitibi—Témiscamingue. Plus que jamais, le fédéral doit être en mode solution parce qu'en ce moment, nous nous sentons abandonnés.
Je pense que le statut particulier d'une région comme l'Abitibi—Témiscamingue, qui a une frontière limitrophe avec l'Ontario, fait qu'on se retrouve dans un certain contexte. Des gens de chez nous partent vers la circonscription de la députée d'Algoma—Manitoulin—Kapuskasing, parce que les cas d'immigration sont traités en 12 mois en Ontario tandis que dans ma circonscription, cela peut prendre jusqu'à 27, voire 30 mois dans certains cas. C'est une aberration.
En Abitibi—Témiscamingue, comme je disais, la pénurie de logements rime aussi avec la pénurie de main-d'œuvre, d'où l'importance de stimuler la construction de logements. Comment attirer et maintenir des travailleurs qualifiés sur le territoire de l'Abitibi—Témiscamingue quand le travailleur est incapable de trouver un toit pour sa famille? Le fédéral doit agir rapidement.
Le projet de loi C‑30 s'attaque aussi une fois de plus au Québec et à son autorité des marchés financiers. Cela est inacceptable.
Comment fermer les yeux devant une volonté de centralisation du gouvernement fédéral des plus grossières des dernières années, celle de fédéraliser le secteur des finances en encadrant les domaines de l'assurance, des valeurs mobilières, des instruments dérivés, des institutions de dépôt, à l'exception des banques et de la distribution de produits et services financiers?
L'objectif de ce régime canadien des valeurs mobilières est un autre exemple de la centralisation des marchés financiers effectuée par le gouvernement fédéral, qui veut faire de Toronto une autorité unique pancanadienne qui irait à l'encontre du développement économique de toutes les provinces. Ce n'est pas qu'un conflit de compétence ou une chicane fédérale et provinciale, c'est un conflit entre Bay Street et le Québec.
J'aimerais rappeler que le Bloc québécois et le Québec s'y opposent fermement. À quatre reprises, l'Assemblée nationale du Québec a été unanime pour demander au fédéral d'y renoncer. Ce n'est pas exagéré de dire que tout le monde est contre, au Québec. Rarement a‑t‑on vu des milieux d'affaires du Québec se mobiliser d'une seule voix pour s'opposer à cette très mauvaise idée du gouvernement fédéral, qui veut faire plaisir à Bay Street.
Que le gouvernement et Bay Street en prennent bonne note: la création de cette autorité unique pancanadienne en matière de valeurs mobilières retrouvera toujours sur son chemin le Bloc québécois.
Une autorité des marchés financiers est essentielle au développement du Québec. Il s'agit donc de rien de moins qu'une attaque contre le maintien de nos sièges sociaux. La préservation des piliers économiques distincts du Québec est essentielle à notre développement. Nous ne laisserons pas le fédéral agir en ce sens.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2021-06-18 10:10 [p.8756]
Madam Speaker, it is always good to hear members of Parliament talk about housing. However, the interesting issue in this respect is that housing is one of the areas where exclusive jurisdiction has been sought, secured and delivered to Quebec.
If the member's riding is not getting housing money, why is he coming to Ottawa to complain? We have given every single dollar we spend on housing to the Government of Quebec. It distributes the dollars. It sets the priorities. It chooses the projects. It makes the investments.
I realize that the Bloc is here to antagonize the federal government rather than co-operate and work with us, but if the member opposite wants housing in his region, he should be going to Quebec City to get the dollars because that is where we sent them on the request of parties like the Bloc.
Madame la Présidente, il est toujours bon d'entendre des députés parler de logement. Toutefois, il convient de mentionner que le logement est l'un des domaines pour lequel le Québec a demandé la compétence exclusive et l'a obtenue.
Si la circonscription du député ne reçoit pas suffisamment de fonds, pourquoi se plaint-il à Ottawa? Nous avons remis au gouvernement du Québec sa part entière des fonds que nous avons investis dans le logement. Il appartient à lui de répartir ces fonds. C'est lui qui établit les priorités. C'est lui qui choisit les projets qui seront financés. C'est lui qui effectue les investissements.
Je suis conscient que le Bloc québécois est ici pour contrarier le gouvernement fédéral plutôt que pour coopérer et collaborer avec nous, mais si le député d'en face veut créer des unités de logement dans sa région, il doit se rendre à Québec pour obtenir les fonds nécessaires, car c'est là que nous les envoyons, à la demande de partis comme le Bloc québécois.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, it is plain to see that the parliamentary secretary did not listen to the first part of my speech. I can forgive him to some extent because I gave it at 12:48 a.m. two days ago.
I would say that one of the problems is that it took three years to get these agreements in place. The federal government really dragged its feet on transferring the money to Quebec. Why did the other provinces get their money quickly but not Quebec?
Furthermore, in Abitibi—Témiscamingue, now that housing construction can start, the cost of materials is skyrocketing and these amounts are largely insufficient. I understand that the government did not anticipate COVID‑19, but it has a responsibility to take action on housing.
Madame la Présidente, on peut voir de façon claire que le secrétaire parlementaire n'a pas écouté le début de mon discours. Je l'excuse un peu, puisque cela a eu lieu à 0 h 48 il y a deux jours.
Je dirais que l'un des problèmes est que ces ententes ont pris trois ans avant d'être mises en place. Il y a vraiment eu du taponnage de la part du gouvernement fédéral concernant le transfert des sommes à Québec. Pourquoi cela s'est‑il fait rapidement dans d'autres provinces, mais pas au Québec?
De plus, en Abitibi—Témiscamingue, on constate que, au moment où cette construction de logements peut commencer, il y a une explosion des coûts et ces montants deviennent largement insuffisants. Je comprends que le gouvernement n'a pas prévu la COVID‑19, mais il a une responsabilité d'agir en ce qui concerne le logement.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-18 10:11 [p.8756]
Madam Speaker, the pandemic has exposed many flaws in our health care system, whether in terms of our vaccine supply or the quality of long-term care facilities. Our health care workers and seniors have suffered the direct consequences of years of successive Liberal and Conservative cuts, yet the budget announcement makes no increase in health care transfers.
Could the member tell us about the impact of health underfunding on the worsening of the pandemic?
Madame la Présidente, la pandémie a mis en lumière de nombreuses lacunes dans notre système de santé, notamment en ce qui a trait à l'approvisionnement en vaccins et à la qualité des soins dans les établissements de soins de longue durée. Nos travailleurs de la santé et nos aînés subissent les conséquences directes d'années de compressions effectuées par une succession de gouvernements libéraux et conservateurs. Pourtant, le budget annoncé ne prévoit aucune augmentation des transferts en santé.
Le député pourrait-il nous parler du fait que le sous-financement de la santé aggrave la pandémie?
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague from Hamilton Centre for his excellent question.
That is indeed the crux of the matter, and that is why the Bloc Québécois voted against the budget. We are in the midst of a pandemic and the federal government has a responsibility to respect the agreements it has made in the past.
Under normal circumstances, the costs associated with health care spending should be shared 50-50. We are barely receiving 20%. The provinces and the Quebec National Assembly are unanimous in their request to increase this percentage to 35%.
When we see the federal government rack up more than $1 trillion in debt, money becomes very relative. That really worries me, and I think that one of the solutions would have been to give the people who are managing the pandemic the necessary means to achieve their objectives, instead of trying to impose national standards, as in the case of long-term care facilities.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Hamilton‑Centre de son excellente question.
C'est effectivement le gros drame et c'est pour cela que le Bloc québécois a voté contre le budget. Nous sommes dans un contexte de pandémie et le gouvernement fédéral a la responsabilité de respecter les ententes qu'il a prises, historiquement.
Normalement, les coûts de dépenses en santé devraient être partagés 50‑50. Or, on est à peine à 20 %. La demande unanime des provinces et de l'Assemblée nationale est d'augmenter ce pourcentage à 35 %.
Quand on voit le gouvernement fédéral accumuler une dette de plus de 1 000 milliards de dollars, l'argent devient quelque chose de très relatif. Cela me préoccupe et je pense qu'une des réponses aurait effectivement été de donner à ceux qui gèrent la pandémie les moyens nécessaires de répondre à leurs ambitions, et non de chercher à imposer des normes nationales, comme dans les CHSLD.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-18 10:13 [p.8757]
Madam Speaker, interestingly enough, the first speaker asked a question about housing and said that the federal government had invested enough, while the second speaker spoke about health transfers.
I just had a discussion with Marguerite Blais, Quebec's minister responsible for seniors and caregivers. She spoke about two things.
First, she spoke about how the federal government did not want to increase health transfers to 35%, even though that is Quebec's main demand to help our health care system. Second, she spoke about housing, about how we need to help workers—and therefore businesses—back home, in the riding of Shefford, who are struggling to find housing. She also spoke about how we must help seniors, who need safe, affordable housing.
There is not enough funding; we need more. On top of that, the agreements have been dragging on.
I would like to hear my colleague's thoughts on this.
Madame la Présidente, c'est drôle. Le premier interlocuteur a posé une question sur le logement et a dit que le fédéral avait suffisamment investi, tandis que le second a parlé des transferts en santé.
Je viens d'avoir une discussion avec la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants au Québec, Marguerite Blais. Elle m'a parlé de deux choses.
Premièrement, elle m'a parlé du fait que le fédéral ne voulait pas augmenter les transferts jusqu'à 35 %, alors que c'est la demande principale du Québec pour aider notamment notre système de santé. Deuxièmement, elle m'a parlé de logement, que ce soit pour aider les travailleurs de chez nous, dans la circonscription de Shefford, qui ont de la misère à se loger, et ce, afin d'aider les entreprises, ou que ce soit pour aider les aînés qui ont besoin de logements abordables et sûrs.
Il faut davantage d'investissements, car il n'y en a pas suffisamment. De plus, les choses traînent trop longtemps en ce qui concerne les ententes.
J'aimerais entendre les commentaires de mon collègue à ce sujet.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I would like to commend the member for Shefford for her commitment to seniors. One of the key things missing from this budget is help for seniors aged 65 to 74. It is fascinating that the government wants to create two classes of seniors. I just cannot understand it.
How did the government determine that the needs of seniors aged 65 to 74 are not the same as those aged 75 and up? I am thinking here of prescription drug assistance and rent relief, or even the increase in the cost of Internet services and electricity. Only this government would think that people should have to wait until they are 75 to live with dignity.
Housing is a top priority in indigenous communities, as well as in our cities and towns. It is a matter of dignity. Housing is a tool for economic development, but it is also essential to every individual's psychological and mental health. Every Canadian should have a decent roof over their heads, and that should be the priority of this government and future governments in the years to come.
Madame la Présidente, j'aimerais saluer l'engagement de la députée de Shefford sur toute la question des aînés. Un des grands absents de ce budget est l'aide aux aînés de 65 à 74 ans. En fait, il est fascinant que le gouvernement veuille créer deux classes d'aînés, ce que je ne m'explique pas.
Comment fait-on pour déterminer que les besoins des aînés de 65 à 74 ans ne sont pas les mêmes que ceux des personnes de 75 ans et plus? Je pense ici à l'aide aux médicaments, à l'aide au loyer, ou encore à l'augmentation des coûts d'Internet et d'électricité. La dignité n'attend pas 75 ans, sauf pour ce gouvernement.
Le logement est une priorité absolue dans les communautés autochtones, ainsi que dans nos villes et nos villages. C'est une question de dignité et un levier de développement économique. Le logement est également essentiel à la santé psychologique et mentale de chaque individu. On doit être capable de donner un toit décent à tout le monde au Canada et cela devrait être la priorité du gouvernement actuel et des prochains gouvernements pour les années à venir.
View Robert Morrissey Profile
Lib. (PE)
View Robert Morrissey Profile
2021-06-18 10:15 [p.8757]
Madam Speaker, I am pleased to respond to Bill C-30, the budget debate.
I first want to reflect on my constituency's strengths and its ability to adapt to these changing times. This is because Egmont is a place where people take care of one another. First, there is a great respect for family, and in a tight-knit community that means the residents are very conscious of both the successes and the challenges faced by their neighbours. Further to that, there is a collective understanding that every individual has a contribution to make. Within that fabric of individuals, families and communities there is a real strength. As a result, Egmont has fared relatively well during the pandemic because virtually every individual recognizes a real sense of duty to the whole.
People have worked hard to keep the community safe, and all the while we have been hard at work building one of the greenest ridings in the country with a thriving economy based on fishing, farming, high-level services and a very successful aerospace sector. Indeed, the City of Summerside has recently been recognized by a national magazine as one of the leaders in the field of green energy. It has spent a great deal of time focusing on wind energy, solar energy with a smart grid system, industrial-scale lithium batteries and the highest per capita concentration of electric car chargers in the country. Those are just a few of the green energy initiatives the city has moved on. I am pleased to be part of a government that has supported the city's initiatives in its innovative, leading-edge green energy solutions and innovations. We have continued to build on those infrastructure investments over the last number of years.
Summerside is just one example I use in identifying Egmont as a leader in the field of green energy across the riding. We were one of the first parts of the country to move toward wind energy and, indeed, the Wind Energy Institute of Canada is located in the riding of Egmont. This has allowed us to build a very successful and thriving green energy infrastructure here in my riding.
Summerside is one of a number of communities that makes up the riding of Egmont. In each of these I could look at the improvements that our government has supported, community by community, in a host of infrastructure initiatives that have built stronger communities right across the riding, including in the rural parts.
We have also maintained a trajectory of success at a difficult time because of hard work, diligence and a constant sense of optimism that these qualities can transcend any difficulty thrown at us. I am proud to be a member of a government that recognizes and celebrates meaningful support for individuals. I say that because I believe this government understands that support for the individual is the foundation of a strong community. From speaking to residents, I know that their confidence levels grew dramatically over the last year because they knew this fact: Our Liberal government has Egmont's back. Why am I so sure of that? Let us look at just a few priorities.
Programs for students are a priority. In 2021, our government has committed record financial contributions to the Canada summer jobs program, which students depend on for securing work over the summer months. We continue to waive student loan interest during the pandemic. We are enhancing repayment assistance on student loans and we are doubling the Canada student grants. These are just some of the initiatives that have been identified in this budget.
We have extended sick time for individuals. When this budget is passed, this will be a major initiative. An issue that we have heard a lot about over the last number of years, especially through the House of Commons HUMA committee, is that the existing sick time benefit is not adequate. I am pleased that our government has recognized that.
We also have an extensive array of business supports that were required to carry businesses through this unprecedented pandemic. We hear constantly in the House of Commons that this is an area where we have to continue to offer more support as we begin to emerge from the pandemic.
We have also supported enhanced educational opportunities for everyone.
For all these reasons and many more, I am proud to be part of a government that is active, that is smart, that protects Canadians and that understands the real challenges that have confronted each and every one of us. I compare that system of values to the one so fondly embraced by the Conservatives.
Too often, I have heard our colleagues in the opposition rail against support for individuals, saying that the so-called “free market” will be the salvation of our well-being. Such a direction would have led to catastrophic results in Egmont, and the deep and terrible worries unleashed by the pandemic would have been swollen with further concerns about bills, putting food on the table and shelter costs.
I believe in a government that will be there to support individuals during difficult times, because if that is not the government's role, then what is it? In a difficult time, we should not only be focused on bean counting and should not reject the legitimate needs of Canadians. Instead, we should be responding effectively, with reliability and in a way that builds public confidence that the government is there to prevent disaster and guide Canadians through a difficult time.
That said, I believe there is an area of public responsibility that requires greater attention. I have always been of the opinion that seniors who receive the guaranteed income supplement require more assistance. These are the most financially vulnerable members of the seniors community, and after a lifetime I believe they have earned the right to have fewer worries and more comfort. Therefore, I firmly believe the GIS should be increased, and I will continue to raise this subject.
My firm hope is that, in the very near future, government will take the steps to adjust these supports in a way that reflects two items. First, I believe we have the capacity as a country to offer this additional assistance, and second, I think it is very important that we recognize the challenges associated with being a senior in a changing world. I will continue to raise this subject in the hope that the government will adjust its plan and decide on a different course that is more helpful to the larger community and that helps individuals in a much more focused way.
To conclude, I want to congratulate the government. In effect, I am grading this budget at well above 90%, which is a very good mark by any stretch of the imagination. I am proud of my constituency and its efforts to get through a difficult year, and with the ongoing and dedicated support of an active and reliable government, the constituency of Egmont will emerge stronger than ever before.
As I indicated throughout my comments, I am pleased to be part of a government that has the backs of Canadians, the backs of Islanders and the backs of the residents of my riding of Egmont. I have been most proud to be part of the decision-making process in supporting those programs that have been so beneficial to Canadians, to Canadian businesses, to non-profit organizations and to municipalities and infrastructures that needed so much assistance during this unprecedented change in the economy created by the COVID-19 pandemic.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre part au débat sur le budget, plus particulièrement sur le projet de loi C‑30.
Je veux commencer par souligner les forces de ma circonscription et sa capacité à s'adapter au changement. Dans Egmont, les gens s'entraident. D'abord, on respecte beaucoup la famille. Dans une communauté tissée serrée, les résidants sont très conscients des réussites et des défis de leurs voisins. Aussi, il est convenu que chaque personne a son rôle à jouer. Ensemble, ces personnes, ces familles et ces communautés forment une force incroyable. C'est pourquoi Egmont s'en est plutôt bien tirée durant la pandémie, étant donné que chacun reconnaît le sens de la responsabilité collective.
Les gens ont travaillé fort pour assurer la sécurité de la collectivité et, pendant ce temps, nous nous sommes employés à bâtir l'une des circonscriptions les plus vertes du pays, avec une économie florissante fondée sur la pêche, l'agriculture, des services de grande qualité et un secteur aérospatial qui réussit très bien. En fait, la ville de Summerside a été récemment reconnue par un magazine national comme un leader dans le domaine de l'énergie verte. Elle a consacré beaucoup d'effort à l'énergie éolienne et à l'énergie solaire avec un réseau intelligent, à des piles de lithium industrielles et à l'installation de bornes de recharge pour voitures électriques, dont le nombre est le plus élevé par habitant au pays. Ce ne sont là que quelques-unes des initiatives en matière d'énergie verte lancées par la ville. Je suis ravi de faire partie d'un gouvernement qui a soutenu la ville dans ses projets visant des solutions et des innovations de pointe en matière d'énergie verte. Nous avons continué à miser sur ces investissements dans les infrastructures au cours des dernières années.
Summerside n'est qu'un seul exemple que j'utilise pour montrer que toute la circonscription d'Egmont est un chef de file dans le domaine de l'énergie verte. Nous avons été l'une des premières régions à adopter l'énergie éolienne. En fait, l'Institut de l'énergie éolienne du Canada est situé dans la circonscription d'Egmont. Cela nous a permis de bâtir des infrastructures vertes prospères, ici, dans ma circonscription.
Summerside est l'une des nombreuses collectivités qui font partie de la circonscription d'Egmont. Je pourrais citer dans chacune d'entre elles les améliorations que le gouvernement a appuyées, une collectivité à la fois, à l'aide d'une foule d'initiatives d'infrastructure qui ont permis de bâtir des communautés plus fortes dans l'ensemble de la circonscription, y compris dans les régions rurales.
Nous sommes également restés sur la voie du succès durant cette période difficile grâce à des efforts soutenus et à la diligence, ainsi qu'à un sentiment d'optimisme constant à l'idée que ces qualités peuvent transcender toute difficulté qui se présente. Je suis fier de faire partie d'un gouvernement qui reconnaît et qui célèbre le soutien concret qu'il offre aux gens. Je dis cela parce que je crois que le gouvernement comprend que ce soutien est le fondement d'une communauté forte. Pour avoir parlé aux habitants de ma circonscription, je sais que leur niveau de confiance a monté en flèche au cours de la dernière année parce qu'ils savent que le gouvernement libéral défend les intérêts d'Egmont. Pourquoi en suis-je si convaincu? Examinons seulement quelques priorités.
Les programmes pour les étudiants sont une priorité. En 2021, le gouvernement s'est engagé à verser un financement sans précédent au programme Emplois d'été Canada, dont dépendent les étudiants pour trouver un travail durant l'été. Le gouvernement continue de prolonger la dispense d'intérêts sur les prêts étudiants pendant la pandémie. Il offre une aide au remboursement plus généreuse pour les prêts étudiants et il prévoit doubler les bourses d'études canadiennes. Ce ne sont là que quelques-unes des mesures prévues dans le budget.
Le gouvernement propose de prolonger les prestations de maladie. Lorsque le budget sera adopté, il s'agira d'une initiative importante. Au cours des dernières années, nous avons souvent entendu dire, surtout au comité des ressources humaines de la Chambre des communes, que la durée actuelle des prestations de maladie est insuffisante. Je suis heureux que le gouvernement reconnaisse ce problème.
Nous avons aussi toute une gamme de mesures de soutien aux entreprises qui étaient nécessaires pour aider les entreprises à traverser cette pandémie historique. On nous répète constamment à la Chambre que nous devons continuer à offrir plus de soutien aux entreprises alors que nous commençons à sortir de la pandémie.
Le gouvernement s'engage aussi à améliorer les possibilités d'éducation pour tous.
Pour toutes ces raisons, et bien d'autres encore, je suis fier de faire partie d'un gouvernement qui est actif et intelligent, qui protège les Canadiens et qui comprend les problèmes réels que chacun de nous doit affronter. Ce système de valeurs s'apparente beaucoup à celui auquel souscrivent si affectueusement les conservateurs.
Trop souvent, nous avons entendu nos collègues de l'opposition descendre en flammes l'aide aux particuliers en affirmant que le soi-disant « libre marché » est la solution idéale pour assurer notre bien-être. Une telle approche aurait eu des répercussions catastrophiques dans Egmont. En plus des profondes et vives inquiétudes entraînées par la pandémie, les gens auraient eu des difficultés supplémentaires à payer les factures, à se nourrir et à se loger.
Je crois en un gouvernement qui est là pour soutenir les gens en période difficile. Si ce n'est pas le rôle du gouvernement, que peut-il bien être? Durant une période difficile, nous ne devrions pas nous contenter de regarder les colonnes de chiffres et nous ne devrions pas balayer les besoins légitimes des Canadiens du revers de la main. Nous devrions plutôt intervenir de façon efficace et fiable afin d'assurer à la population que le gouvernement est là pour éviter la catastrophe et guider les Canadiens dans ces moments difficiles.
Cela dit, j'estime qu'il y a une responsabilité publique qui nécessite une plus grande attention. J'ai toujours pensé que les aînés qui reçoivent le Supplément de revenu garanti ont besoin d'un soutien accru. Je parle des aînés les plus vulnérables financièrement. Après avoir travaillé toute leur vie, ils méritent d'avoir moins d'inquiétudes et plus de confort. Par conséquent, je suis convaincu qu'il faut augmenter les prestations du Supplément de revenu garanti, et je continuerai à soulever cette question.
J'espère vraiment que le gouvernement fera très bientôt ce qu'il faut pour adapter ces mesures d'aide, et ce, pour deux raisons: d'abord, parce que nous avons les moyens, en tant que pays, d'offrir cette aide supplémentaire, et ensuite, parce qu'être une personne âgée dans un monde en mutation pose beaucoup de difficultés, que nous devons prendre en compte — c'est très important. Je continuerai d'évoquer ce dossier en espérant que le gouvernement modifiera son plan et qu'il décidera d'une approche meilleure pour l'ensemble de la collectivité et qui aidera les personnes de manière beaucoup plus ciblée.
Pour conclure, je voudrais féliciter le gouvernement. J'attribue, en effet, à ce budget une note bien supérieure à 90 %, ce qui est incontestablement une très bonne note. Je suis fier de ma circonscription et des efforts que ses habitants ont déployés pendant une année difficile. Grâce au soutien constant d'un gouvernement actif et fiable, la circonscription d'Egmont sortira de cette crise plus forte que jamais.
Comme je n'ai cessé de le dire dans mes commentaires, je suis heureux de faire partie d'un gouvernement qui défend les intérêts des Canadiens, des insulaires et des habitants de ma circonscription, Egmont. Je suis très fier de participer au processus décisionnel visant à soutenir ces programmes si bénéfiques aux Canadiens, aux entreprises canadiennes, aux organismes sans but lucratif ainsi qu'aux municipalités et aux infrastructures qui ont eu besoin d'une aide considérable pendant cette période sans précédent pour l'économie à cause de la pandémie de COVID‑19.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-18 10:23 [p.8758]
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech. I would like him to comment, in detail, if possible, on the creation of two classes of seniors.
This measure would have cost around $4 billion if the government had included seniors aged 65 to 75. Once taxes are paid, that figure drops to a little over $2 billion.
This is not money that we would lose to tax havens. This money would be reinvested in the economy, so the final cost is relatively low. Would he agree that not only would this have been a good measure to help with the economic recovery, but it would also have kept seniors from falling through the cracks?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours. J'aimerais entendre ses commentaires sur la création des deux classes d'aînés et, si possible, de façon détaillée.
Cette mesure aurait coûté environ 4 milliards de dollars si on avait inclus les personnes âgées de 65 ans à 75 ans. Une fois l'impôt payé, cela nous mène à un peu plus de 2 milliards de dollars.
Comme il ne s'agit pas d'argent qui disparaîtrait pour se retrouver dans les paradis fiscaux, mais d'argent qui serait réinvesti dans l'économie, le coût final est donc assez peu élevé. N'aurait-ce pas été, même sur le plan économique, une bonne mesure pour la relance économique en plus de ne laisser aucun aîné pour compte?
View Robert Morrissey Profile
Lib. (PE)
View Robert Morrissey Profile
2021-06-18 10:24 [p.8758]
Madam Speaker, there are valid reasons we chose to increase the OAS program for those over 75. Those are well documented, but I would draw the member's attention to the record of this government. One of the first actions we took after being elected in 2015 was to raise the guaranteed income supplement for all seniors across the board. At the same time, we have to remember that a Conservative policy that was in place and a decision that was made removed the old age pension and guaranteed income supplement for seniors between the ages of 65 and 67. That, in effect, took well over $18,000 per senior out of their pockets. Yes, we have more work to do, but the initiatives taken by this government signal to the senior community that we know the issues before them and we are committed to working with them to make them better financially.
Madame la Présidente, il y a des raisons valables d'augmenter la Sécurité de la vieillesse pour les personnes de plus de 75 ans. Ces raisons sont bien documentées, mais je voudrais attirer l'attention de la députée sur le bilan du gouvernement. Une des premières mesures que nous avons mise en œuvre après notre élection, en 2015, a été d'augmenter le Supplément de revenu garanti pour l'ensemble des aînés. En même temps, il faut se rappeler qu'une politique des conservateurs et une décision de ces derniers avaient supprimé la pension de vieillesse et le Supplément de revenu garanti pour les aînés de 65 à 67 ans. Cela avait eu pour effet d'enlever au-delà de 18 000 $ des poches des aînés. Oui, il reste du travail à faire, mais les initiatives entreprises par le gouvernement montrent aux aînés que nous comprenons les problèmes qu'ils vivent et que nous voulons travailler avec eux à améliorer leur situation financière.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-06-18 10:25 [p.8758]
Madam Speaker, I find it interesting to hear the Liberals tying themselves in rhetorical knots about defending aspects of policies and trying to distance themselves from decisions that were made in the past. It certainly is a fascinating discussion in rhetoric.
My question for the member is quite simple. In Bill C-30, there are some changes to the Elections Act that are related to a court decision. Specifically, it would make it illegal to knowingly mislead constituents during an election. Now, there has not been a lot of focus on this in the debate on this bill because it is a bit like an omnibus bill, which the Liberals had promised not to do, but this has been inserted into the bill. I would like to hear the member's comments on that particular aspect of Bill C-30.
Madame la Présidente, je trouve intéressant d'entendre les libéraux faire des contorsions mentales pour essayer de défendre certaines de leurs politiques et de se distancier des décisions prises dans le passé. C'est vraiment une discussion rhétorique fascinante.
Ma question pour le député est bien simple. Le projet de loi C‑30 prévoit des changements à la Loi électorale qui découlent d'une décision des tribunaux. Je parle de rendre illégal le fait d'induire volontairement en erreur la population pendant une campagne électorale. Il n'en a pas beaucoup été question pendant le débat sur ce projet de loi, parce qu'il s'agit en quelque sorte d'un projet de loi omnibus — une chose que les libéraux avaient pourtant promis de ne pas faire —, mais cette mesure se trouve dans le projet de loi. J'aimerais que le député nous parle de cette mesure prévue dans le projet de loi C‑30.
View Robert Morrissey Profile
Lib. (PE)
View Robert Morrissey Profile
2021-06-18 10:26 [p.8759]
Madam Speaker, I acknowledge the question from my colleague, and having listened to many debates and speeches in the House of Commons since 2015, I am often perplexed when the opposition Conservative Party rails against our government on the key area of energy as it relates to the western provinces, where the member is from. I am often left arriving at the conclusion that every member from western Canada who was part of the former Conservative government should be apologizing to the people of the prairie provinces for not taking any steps to unlock the oil industry there. They did not get any pipelines approved under that Conservative government because it had a process that was so flawed it was constantly being challenged.
One of the first initiatives of our government was to recognize that we had to have a process in place that met the needs of first nations communities and the environmental community to approve pipelines that met the test of protecting the environment and included first nations communities, and our government has done that. It was a major achievement that—
Madame la Présidente, je comprends la question de mon collègue et, étant donné que j'ai entendu de nombreux débats et discours à la Chambre des communes depuis 2015, je suis souvent consterné quand l'opposition officielle, soit le Parti conservateur, critique vertement le gouvernement sur le dossier important du secteur de l'énergie des provinces de l'Ouest, d'où vient le député. J'en arrive souvent à la conclusion que tous les députés de l'Ouest canadien qui faisaient partie du gouvernement conservateur précédent devraient présenter des excuses aux habitants des provinces des Prairies pour ne pas avoir pris de mesures afin de permettre à l'industrie pétrolière de cette région d'acheminer ses produits vers les marchés étrangers. Sous le gouvernement conservateur précédent, aucun pipeline n'a été approuvé parce que le processus en place comportait tellement de lacunes qu'il était constamment contesté.
L'une des premières initiatives du gouvernement actuel a été de reconnaître qu'il fallait mettre en place un processus qui répondait aux besoins des communautés des Premières Nations et des groupes environnementaux pour approuver des pipelines satisfaisant aux critères de protection de l'environnement et qui mobilisait les communautés des Premières Nations, et c'est ce qu'a fait le gouvernement. Ce fut une réalisation importante, qui...
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
I do want to allow for one more brief question.
The hon. member for Courtenay—Alberni.
Je souhaite laisser la chance à une autre personne de poser une brève question.
Le député de Courtenay—Alberni a la parole.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-06-18 10:27 [p.8759]
Madam Speaker, I want to thank my colleague for touching on the importance of more investments for seniors, which is absolutely necessary.
As the critic for small business and tourism, I will focus on small businesses because they have been very clear that they want to see an extension of the wage subsidy and rental program into next spring, especially for those in the tourism industry. Many of them cater to international tourists, and we know that they are not going to see international tourists this year.
Does my colleague agree that those programs should be extended to ensure that those businesses survive into next year given the border will not open any time soon?
Madame la Présidente, je veux remercier mon collègue d’avoir évoqué l’importance d’accroître les investissements pour les personnes âgées; ce qui est plus que nécessaire.
En tant que porte-parole pour les petites entreprises et le secteur touristique, j’aimerais parler des petites entreprises, qui ont clairement demandé une prolongation de la subvention salariale et de l’aide au loyer jusqu’au printemps prochain, en particulier pour celles qui dépendent du tourisme. De nombreuses petites entreprises répondent aux besoins des touristes internationaux, et nous savons qu’il n’y en aura pas cette année.
Mon collègue convient-il qu’il faudrait prolonger ces programmes pour s’assurer que ces entreprises puissent survivre jusqu’à l’an prochain, étant donné que les frontières ne rouvriront pas de sitôt?
View Robert Morrissey Profile
Lib. (PE)
View Robert Morrissey Profile
2021-06-18 10:28 [p.8759]
Madam Speaker, my colleague has a valid question.
I will simply respond by telling the member that the Prime Minister has been very clear that we will have the backs of Canadians and businesses for as long as it takes to get us successfully through the pandemic.
Madame la Présidente, c’est une question pertinente.
Je répondrais simplement à mon collègue en reprenant les paroles du premier ministre, qui a dit très clairement que nous soutiendrons les Canadiens et nos entreprises aussi longtemps qu’il le faudra, jusqu’à ce que nous sortions de cette pandémie.
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2021-06-18 10:29 [p.8759]
Madam Speaker, it is good to be here. I am thankful for the opportunity to speak on what could very well be one of the last sitting days of the 43rd Parliament. It remains a tremendous opportunity to represent the riding of Edmonton Riverbend, and I certainly look forward to continuing important discussions during what is likely a potential election around the corner.
Now I want to get to the topic at hand, the budget. I want to highlight an aspect of the budget that I think is important, but maybe has not received a lot of the attention here in the House, and that is Canada's aerospace sector. Canada's aerospace industry was one of the hardest-hit industries as a result of the pandemic, and the budget has not allocated enough for its recovery. Specifically, there was very little mention of Canada's space industry and the government's long-term plans.
Canada's space industry supports approximately 21,000 jobs across the country. The sector is composed of small businesses, multinational space companies, not-for-profit organizations, research centres and, of course, universities across the country. Canadian space organizations are internationally renowned for their scientific excellence and leading-edge technologies, such as space robotics, optical telescopes, satellite communications, earth observation and space situation awareness, and countless contributions to international collaborative science missions over the past five decades.
There is a clear need for Canada's space sector to maximize Canada's leadership at the forefront of space. By charting a new course and taking a balanced approach, we can realize the full economic, social, scientific and strategic benefits to Canada's place as a global leader in the exploration, research and commercialization of space.
This budget was a missed opportunity to provide Canadian space stakeholders clear guidance and a way to contribute to the future of the growing space program more proactively. If Canada is to remain competitive in space, it must adopt an overarching aerospace strategy that includes a clear and visible plan for space for the future. Every other aerospace nation has a national strategy to position their industries for recovery and growth and seize their share of the multitrillion-dollar emerging aerospace clean tech market. Canada needs to proudly support its aerospace industry and plan for the future. This budget fell short of that.
I am a member of Parliament from Alberta, a province that has experienced great upheaval over the last few years. Oil prices have dropped and thousands are out of work. Every day I hear from families who are struggling to get by. This budget, which I will remind my colleagues is the first in two years, missed an opportunity to address these concerns and make long-term plans for the future of the province.
We understand that transitioning to a green economy is in the best interest of our planet, and Alberta can play a big role in that transition. More than 17,000 Albertans already work for energy companies that have committed to net-zero by 2050. There was nothing in the budget about a long-term vision for Alberta's future.
Western alienation is very real. Albertans are feeling like undervalued members of the Confederation, and talk of separation from Canada has become more and more common. There is a real anger toward Ottawa, and the budget was an opportunity for the federal government to make amends and show Albertans they are valuable and needed for a strong Canada. Sadly, it did not.
My colleagues representing Alberta have been working extremely hard in the past number of years, and I am proud to say that our party has released a plan for economic recovery, stood up for Canadian energy workers and introduced a number of our members' bills to help Albertans and all Canadians. We all know that a strong Alberta means a strong Canada, and we will keep fighting for our province to be treated fairly by the federal government.
If I may just beg the indulgence of the House for a few short minutes, I would like to reflect and offer a statement.
In 2017, I was a member of a caucus that largely voted against Motion No. 103 when it was put forth in this House. Although nuanced, essentially it was a vote against recognizing that Islamophobia exists. I was wrong, and I am sorry. I want not just the Muslim community, but all of the communities of Edmonton, Alberta and Canada, to hear me say that Islamophobia is real. Islamophobia does exist within our communities, as witnessed this week at the Baitul Hadi Mosque in Edmonton.
Since 2017, I have spoken to many who have helped show me what this vote meant to their community, and the sense of unbelonging it helped to perpetuate. Quite simply, the impact of our words and actions in this place reverberate throughout our society. I do not want to do this in a self-promoting way, but I wanted to make this statement here, in arguably the most important building in our country, that I recognize that Islamophobia exists here in Canada. The attack in London was an attack against the Muslim community and an attack on Canadian values.
I want my children to also hear this lesson, and that is the lesson that, no matter how hard it can be, they can grow. I needed time to say this not only for my children but also for all children of Canada. I want them to see members from all political parties condemning these actions together because, after all, we are one Canada, and it is never too late to do the right thing.
I will conclude with something that I think has interrupted every aspect of Canadians' lives. Canadians have really borne the brunt of the economic damage the pandemic has caused. Donations to many charities have dropped, and Canadians have seen their incomes impacted. Canadian charities play a critical role in the day-to-day lives of Canadians.
Health charities support people living with diseases with information that has been backed by research and clinical studies. The pandemic has put many research programs at risk. Without funding for research that is usually provided by donors to charities, we could miss out on an important scientific breakthrough that could drastically improve the lives of Canadians. It is vitally important that we keep supporting our important charities.
I was pleased to see the budget addressing the gap created by COVID-19, but we need to act urgently. The budget proposes launching public consultations with charities in the coming months. However, the eligibility has yet to be unveiled and the consultations have only just begun, despite the fact that charities of all sizes have been calling for additional supports from the federal government from the start of the pandemic.
There is no guarantee that large national charities will qualify for this recovery fund. The allocated $400 million is unlikely to be enough to resemble recovery for the charitable sector. The government must have clear ineligibility guidelines and a timeline. These charities and the Canadians they serve need help now.
I have had the privilege of working very closely with a number of Canada's health charities over the past number of months, and I can personally attest to the good work they do in our communities and all across the country. It would be a tragedy to lose the invaluable services that they provide and to lose any research funding that could lead to the breakthroughs. I urge the government to fast-track its commitment to charities.
Madame la Présidente, je suis heureux d’être ici et d’avoir l’occasion de prendre la parole pendant sans doute l’une des dernières journées de séance de la 43e législature. J’ai donc encore une formidable occasion de représenter ma circonscription, Edmonton Riverbend, et je compte bien participer à des discussions importantes au cours de la campagne électorale qui s’annonce.
Je vais maintenant passer à la question dont nous sommes saisis, soit le budget, dont un aspect que j'estime important n’a pas reçu beaucoup d’attention dans cette Chambre. Je veux parler du secteur de l’aérospatiale. Cette industrie compte parmi celles qui ont été les plus durement touchées par la pandémie, mais je trouve que le budget ne consacre pas suffisamment de crédits à la relance de ce secteur. Plus particulièrement, on a très peu parlé de l’industrie aérospatiale du Canada et des plans à long terme du gouvernement.
L’industrie aérospatiale du Canada fait travailler environ 21 000 personnes à l'échelle du pays. Ce secteur est composé de petites entreprises, de sociétés multinationales, d’organisations à but non lucratif, de centres de recherche et, bien sûr, d’universités, qui sont répartis dans tout le pays. Les organisations spatiales canadiennes sont réputées à l’étranger pour leur excellence scientifique et leurs technologies de pointe, comme la robotique spatiale, les télescopes optiques, les communications par satellites, l’observation de la Terre et la surveillance spatiale, et pour leurs nombreuses contributions à des missions de coopération scientifique internationales au cours des cinq dernières décennies.
Il me paraît évident que l’industrie spatiale canadienne peut contribuer à renforcer le leadership du Canada dans la recherche spatiale de pointe. En ouvrant de nouveaux horizons et en adoptant une approche équilibrée, nous avons la capacité d’exploiter pleinement les avantages économiques, sociaux, scientifiques et stratégiques que le Canada peut tirer de son rôle de chef de file dans l’exploration, la recherche et la commercialisation de l’espace.
Le gouvernement n’a malheureusement pas profité du présent budget pour donner aux acteurs de l’aérospatiale canadienne des objectifs clairs et des possibilités de contribuer de façon plus proactive au développement du programme spatial canadien. Si le Canada veut rester compétitif dans l’espace, il doit adopter une stratégie aérospatiale globale assortie d’un plan clair pour l'avenir. Tous les autres pays qui ont une industrie aérospatiale ont adopté une stratégie nationale pour positionner leurs industries dans leur plan de relance et de croissance, et pour se tailler une part du marché émergent des technologies spatiales vertes, lequel représente plusieurs billions de dollars. Le Canada doit être fier de son industrie aérospatiale, la stimuler et en planifier l’avenir. Malheureusement, le budget ne prévoit rien à ce chapitre.
Je représente une circonscription de l’Alberta, province qui a connu d’importants bouleversements au cours des dernières années. Le prix du pétrole a chuté et des milliers de personnes se sont retrouvées sans travail. Tous les jours j’entends parler de familles qui ont du mal à joindre les deux bouts. Le présent budget, qui, je le rappelle à mes collègues, est le premier en deux ans, ne prévoit absolument rien pour remédier à ces problèmes et pour planifier l'avenir à long terme de ma province.
Nous savons que la transition vers une économie verte est une nécessité pour la planète, et à cet égard, l’Alberta peut jouer un rôle important. Plus de 17 000 Albertains travaillent déjà pour des sociétés énergétiques qui se sont engagées à être carboneutres d’ici à 2050. Mais le budget ne prévoit aucune vision à long terme pour l’Alberta.
L’aliénation de l’Ouest est très réelle. Les Albertains se voient comme les parents pauvres de la Confédération, et ils parlent de plus en plus souvent de se séparer. Le mécontentement à l’égard d’Ottawa est très réel, et le présent budget aurait été l’occasion, pour le gouvernement fédéral, de se racheter et de montrer aux Albertains qu’ils sont indispensables au maintien d’un Canada fort. Mais malheureusement, cela n’a pas été le cas.
Ceux de mes collègues qui représentent une circonscription de l’Alberta ont travaillé très fort au cours des dernières années, et je suis fier que mon parti ait publié un plan de relance économique, qu’il ait défendu les travailleurs du secteur canadien de l’énergie et qu’il ait présenté plusieurs projets de loi d’initiative parlementaire pour venir en aide aux Albertains et à l'ensemble des Canadiens. Nous savons tous que la force de l’Alberta fait la force du Canada, et nous allons continuer de défendre les intérêts de notre province afin qu’elle soit traitée de façon équitable par le gouvernement canadien.
Avec votre permission, j’aimerais, pendant quelques minutes, vous faire part des réflexions suiantes.
En 2017, j’étais membre d’un caucus qui a voté en majorité contre la Motion M-103 quand elle a été présentée à la Chambre. Même s’il était nuancé, c’était un vote d’opposition à la reconnaissance de l’islamophobie. J’avais tort et je présente aujourd’hui mes excuses. Je voudrais que, non seulement la communauté musulmane mais aussi toutes les communautés d’Edmonton, de l’Alberta et du Canada m’entendent quand je dis que oui, l’islamophobie existe. Elle existe dans nos collectivités, comme on l’a vu cette semaine à la mosquée Baitul Hadi, à Edmonton.
Depuis 2017, un grand nombre de personnes à qui j’ai parlé m’ont aidé à comprendre ce que ce vote signifiait pour leur communauté, notamment le sentiment d’exclusion qu’il contribuait à perpétuer. Il est indéniable que nos paroles et nos actions dans cette Chambre ont une incidence sur l'ensemble de la société. Loin de moi l’idée d’en tirer de la gloriole, mais je tiens à dire ici, dans l’édifice le plus important de notre pays, que je reconnais que l’islamophobie existe au Canada. L’attentat qui s’est produit à London est une attaque contre la communauté musulmane et contre les valeurs canadiennes.
Je veux que mes enfants entendent ce que je vais dire: quelles que soient les difficultés, ils vont avoir la possibilité de grandir et de s’épanouir. Je voulais prendre le temps de le dire, non seulement à mes propres enfants, mais à tous les enfants du Canada. Je veux qu’ils voient que les députés de tous les partis politiques condamnent tous ensemble ces actes, parce que nous appartenons tous au même pays et qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire.
Je vais conclure en disant quelques mots sur un événement qui a bouleversé pratiquement tous les aspects de notre vie quotidienne. Les Canadiens ont subi de plein fouet les ravages économiques causés par la pandémie. Les dons aux organismes caritatifs ont chuté, et les Canadiens ont vu leurs revenus diminuer. Les organismes caritatifs jouent un rôle crucial dans la vie quotidienne des Canadiens.
Les organismes caritatifs dans le domaine de la santé viennent en aide à des gens atteints de diverses maladies, et ils le font en se fondant sur des recherches et des études cliniques. Or, la pandémie a compromis un grand nombre de programmes de recherche. Les travaux de recherche qui sont normalement financés par des dons à des organismes caritatifs risquent d’être interrompus, ce qui pourrait empêcher de faire des découvertes scientifiques importantes susceptibles d’améliorer considérablement la vie des Canadiens. Il faut absolument continuer de faire des dons à ces organismes caritatifs.
Je me réjouis que le budget s’attaque aux problèmes causés par la COVID‑19, mais nous devons agir très rapidement. Le budget propose de mener des consultations publiques avec les organismes caritatifs au cours des prochains mois. Toutefois, les conditions d’admissibilité n’ont pas encore été annoncées et les consultations viennent à peine de commencer, alors que de nombreux organismes caritatifs, de toutes tailles, réclament depuis le début de la pandémie des aides supplémentaires au gouvernement fédéral.
Il n’est pas sûr que les grands organismes caritatifs nationaux seront admissibles à ce fonds de relance. Les 400 millions de dollars qui y ont été affectés ne suffiront certainement pas à relancer le secteur caritatif. Le gouvernement doit nous présenter des critères d’admissibilité et un échéancier précis. Les organismes caritatifs et les Canadiens auxquels ils viennent en aide ont besoin d’argent maintenant.
J’ai eu l’honneur de travailler en étroite collaboration avec un certain nombre d’organismes caritatifs sanitaires au cours des derniers mois, et je peux témoigner personnellement de l’excellent travail qu’ils font dans nos collectivités et partout au Canada. Ce serait une catastrophe de devoir renoncer aux services inestimables qu’ils rendent et de ne plus avoir accès à des financements susceptibles de conduire à des avancées médicales importantes.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I listened closely to what the member had to say, and I was particularly touched by his comments regarding Motion No. 103 on Islamophobia and how he recognizes that it is very real and something that needs to be dealt with in this country.
All I really want to do is thank him for being able to acknowledge that and saying he was wrong with respect to that. We can all learn a great deal from the member's speech, myself included. It is very easy to become blindly partisan sometimes, and I put myself in that camp, but the member has demonstrated how we can learn from what we have gone through and the experiences we have had, and hopefully this place will be better as a result of that.
Madame la Présidente, j’ai écouté attentivement le député, et j’ai été très ému par ce qu’il a dit au sujet de la motion no 103 sur l’islamophobie et sur le fait qu’il reconnaît aujourd’hui que c’est un phénomène très réel et que nous devons le combattre.
Je tiens à le remercier d’avoir reconnu qu’il s’était trompé. Nous pouvons tous tirer des leçons de l’intervention du député, à commencer par moi. Il est très facile, parfois, de se laisser emporter par la partisanerie, je suis bien placé pour le savoir, mais le député a fait la preuve qu’il était possible de tirer des leçons de son expérience, et j’espère que cette auguste enceinte ne s’en portera que mieux.
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2021-06-18 10:38 [p.8760]
Madam Speaker, my statement speaks for itself, but the member is right that we can always grow. What I tell my children and the people I love is that it is never too late to do the right thing, and that is what I did today.
Madame la Présidente, j’ai dit ce que j’avais à dire, mais le député a raison, nous pouvons toujours nous améliorer. À mes enfants et aux gens que j’aime, je dis toujours qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire, et c’est ce que j’ai fait aujourd’hui.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, Islamophobia is real. We see it daily. We have seen the height of it in the last few days and the recognition of it is important, albeit delayed.
With respect to addressing systemic racism and Islamophobia, in particular, what can we do together as parliamentarians to elevate the debate on issues of racism and Islamophobia, instead of using them as wedge issues? What do we need to do to ensure that we can move forward in building a country where we address underlying issues of systemic racism?
Madame la Présidente, l’islamophobie est très réelle. Nous en voyons des manifestations tous les jours, notamment ces derniers jours, et il est important de le reconnaître, même tardivement.
S’agissant du racisme systémique et de l’islamophobie en particulier, nous devons nous demander ce que nous pouvons faire tous ensemble, en tant que parlementaires, pour élever le débat, plutôt que d’utiliser le racisme systémique et l’islamophobie comme des sujets qui divisent. Que pouvons-nous faire pour remédier au racisme systémique tout en continuant de construire notre pays?
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2021-06-18 10:39 [p.8760]
Madam Speaker, it is great to see my friend and neighbour in the Valour Building here in Ottawa. I had an opportunity to see him just this week. It is refreshing to start to be able to see more people around this place.
The member raises some great questions. The important thing to remember, and what he and I often talk about, is that there are a lot of partisan lines drawn in this place. It is unfortunate at times, because I think we do have a lot in common. We could all learn from each other, no matter what part of the country we come from, no matter what political beliefs we have. There are always opportunities to grow. He is a perfect example of someone I have learned a lot from.
Madame la Présidente, je suis ravi de revoir mon ami et voisin de l’édifice de la Bravoure à Ottawa. J’ai eu l’occasion de le revoir cette semaine, et cela fait vraiment plaisir de revoir des gens dans cette Chambre.
Le député a posé des questions intéressantes. Nous devons reconnaître, et il en parle souvent, tout comme moi, que les débats se déroulent souvent selon des lignes partisanes. C’est parfois regrettable, car je pense que nous avons beaucoup de choses en commun. Nous pouvons tous apprendre les uns des autres, quelle que soit la région que nous représentons ou les convictions politiques que nous défendons. Il est toujours possible de s’améliorer. Mon collègue est l’exemple parfait d’une personne dont j’ai beaucoup appris.
View Marwan Tabbara Profile
Ind. (ON)
Madam Speaker, I just want to share a story and ask the member a question.
I went to a Catholic high school but grew up in a Muslim household. I remember taking a world religions class. It talked about all the religions of the world. It was a great course to introduce students to a lot of different ethnicities, religions and backgrounds. When I was in that high school, I can say without a doubt that I did not experience Islamophobia one bit. However, after 9/11, this has accelerated and brought Islamophobia and the fear of others into the limelight.
Would my hon. colleague agree that these types of education courses in certain particular schools would help alleviate Islamophobia?
Madame la Présidente, j’aimerais vous raconter une anecdote avant de poser une question au député.
J’ai fréquenté une école secondaire catholique, mais j’ai grandi dans un foyer musulman. Je me souviens d’avoir suivi un cours sur toutes les religions du monde. C’était très intéressant, car cela permettait aux étudiants de découvrir des ethnies, des religions et des coutumes différentes. Pendant toutes mes années à cette école, je peux dire sans hésiter que je n’ai jamais été exposé à de l’islamophobie. Par contre, après le 11 septembre, les choses se sont accélérées et l’islamophobie et la xénophobie se sont développées.
Mon collègue est-il d’accord avec moi pour dire que ce genre de cours sur les religions du monde pourrait contribuer à atténuer l’islamophobie?
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2021-06-18 10:41 [p.8761]
Madam Speaker, it is great to see my friend joining us here in the chamber today.
Education is, of course, a very important aspect. I think of my friend who works in my constituency office. She is scared to go out in public to a train station where other members of her faith have been attacked and have had their head scarves pulled off. To me, that means something is wrong.
Together, members from all parties could help to raise that issue more. I can only think that this would help fight the fact that Islamophobia is real and it does exist in our communities here in Canada.
Madame la Présidente, je suis heureux de voir le député dans cette Chambre aujourd’hui.
L’éducation est, sans contredit, un aspect très important de toute cette question. Je pense à mon amie qui travaille dans mon bureau de circonscription. Elle a peur de se rendre à la gare ferroviaire où certaines de ses coreligionnaires se sont fait attaquer et retirer leur voile. Ce sont des faits que je condamne.
Tous ensemble, les députés de tous les partis pourraient soulever cette question plus souvent. Je pense que cela contribuerait à dénoncer l’islamophobie, qui existe vraiment dans nos collectivités canadiennes.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I want to begin by acknowledging that I am speaking to members from Scarborough—Rouge Park, the traditional lands of many indigenous nations, most recently of the Mississaugas of the Credit. I will be speaking in support of Bill C-30, an act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on April 19, 2021.
Before I go deeper into the budget, I want to reflect on the past few weeks. It has been a difficult few weeks for many in our country, and I think it is safe to say that our hearts ache on a number of different fronts.
First and foremost, learning of the graves of 215 children in Kamloops has really opened existing wounds and has shaken us up in a way things have rarely shaken us. This is a moment in time when all of us need to come together and ensure that there is justice, accountability and reflection. There is also a real commitment to ensure that all of the 94 calls to action from the Truth and Reconciliation Commission report are implemented.
There are sadly going to be other findings along the way, and I think in order for us to have closure, in order for us to truly live up to the past and move forward, we need to support indigenous-led initiatives that will commemorate and remember, and that will ensure that the children are brought home. I send my heartfelt condolences to the Tk'emlúps te Secwépemc people and I want to assure them that I, along with my colleagues in the House, will continue to work to support them and others in these efforts.
Just last week, I sadly attended another memorial, in London, Ontario, to pay respects to the Afzaal family. I was joined by members from all parties and leaders from across different levels of government, but most importantly the members of the Muslim community in London.
The Afzaal family were walking, like most of us have relearned to do over the past 18 months or so. They were going on an evening walk and they were sadly mowed down by a terrorist, by someone who espoused so much hate. I do not even know if I could fathom the level of hate this individual had to do this to this family, but more broadly, to attack us as Canadians. When we see an attack on one individual community or family, it really is an attack on all of us. It is an attack on the values that we espouse.
Sadly, it did not stop there. We know that incidents of Islamophobia have been on the rise exponentially over the past several days. We have seen incidents in Edmonton, as my friend from Edmonton Riverbend just referenced. We have seen daily microaggressions toward many friends, colleagues and others we may have worked with. This is a real moment for us to reflect on the level of hate speech, the level of hate propaganda on social media. We know that incidents of anti-Semitism are on the rise.
This is a moment for us to reflect and make sure that we do better and we collectively work together, that we do not use race and these differences as wedge issues, but rather as issues that we can all come together to fight against as a common good. I sincerely hope that we have turned the page in our Parliament where we can do that. I hope to work across the aisle with my friends opposite to do that.
On a very personal note, I must thank all those colleagues who are not going to be running again in the next election. Most importantly, I want to acknowledge and thank my good friend from Mississauga—Malton, the former minister of innovation, for his extraordinary guidance for me personally and the doors that he opened for me to ensure my success. I want to pay particular respect and thank him and his extraordinary family, Bram, Kirpa, Nanki, Poppa Bains and Momma Bains, for all they have done.
In his speech, he reflected on the issue of identity, on the issue of being Sikh and being able to practise his faith and live day to day as a Sikh with enormous and extraordinary challenges, and yet he has overcome so many and has led us in ways that I do not have time to describe here.
I do want to get to the budget, and I want to talk about something that has been very important for the people of Scarborough. Scarborough region used to be its own municipality prior to amalgamation with the broader city of Toronto. We have a population of roughly 630,000 people. We are represented by six parliamentarians; we call them the Scarborough caucus. We have set out since 2015 to prioritize one singular ask, which is additional support for transit.
The Scarborough region has not had any higher levels of transit built in a generation. The last project, the rapid transit, the LRT, is coming to an end in 2023. It is broken down. It is far past its best-before date, and it is fair to say that it is not serving the people of Scarborough.
In 2015, Scarborough Agincourt was represented by Arnold Chan. We got together and said we absolutely needed to make sure that we built higher orders of transit. At that time, the singular project that was in the pipeline, with almost a 10-year debate behind it, was the Scarborough subway extension. It was initially a three-stop subway. It became a four-stop subway, then a two-stop subway, and finally here we are today and we were recently able to announce a federal investment of $2.25 billion into a three-stop line, which will start construction before the end of the year, and we are hopeful that it will be constructed by 2030. That is the timeline that has been provided.
This is a game-changer. This is very important, and this is an important investment in the people of Scarborough, all the hard-working people. Scarborough had one of the most affected populations during the COVID-19 pandemic. We have had so many issues of riders, essential workers, going downtown in crammed buses and being affected disproportionately to the population. I believe this is a very important investment.
As much as this is important, this is not the end for us. Scarborough as a region will require additional supports in terms of infrastructure, and that is why this budget is so important, as it outlines a mechanism through the permanent public transit funding that would enable places like Scarborough to build. I am looking forward to supporting the construction of the Eglinton East LRT as the next project.
I look forward to the questions and answers today.
Madame la Présidente, j’aimerais commencer par dire que je m’adresse à vous depuis Scarborough—Rouge Park, les terres ancestrales d’un grand nombre de nations autochtones, plus récemment des Mississaugas de Credit. Je vais parler du projet de loi C‑30, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 avril 2021.
Avant d’entrer dans le vif du sujet, j’aimerais faire quelques observations sur les dernières semaines. Elles ont été difficiles pour un grand nombre de Canadiens, et je pense pouvoir dire que nous sommes tous avec eux par la pensée.
Tout d’abord, nous avons appris l’existence des tombes de 215 enfants à Kamloops, ce qui a réveillé d’anciennes blessures et nous a bouleversés au plus haut point. Nous devons tous nous montrer solidaires et nous assurer qu’il y aura justice, reddition de comptes et réflexion. Nous devons également nous assurer que les 94 appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation seront mis en œuvre.
Il y aura malheureusement d’autres découvertes de ce genre, et pour que nous puissions faire notre deuil, pour que nous puissions aller de l’avant tout en rendant hommage à ce qui s’est passé, nous devons appuyer les initiatives de commémoration menées par les Autochtones et veiller à ce que les enfants soient rapatriés chez eux. J’adresse mes condoléances les plus sincères à la nation des Tk'emlúps te Secwépemc et je m’engage, avec mes collègues de la Chambre, à les aider à mener à bien les initiatives qu’ils entameront.
Pas plus tard que la semaine dernière, j’ai malheureusement assisté à une autre commémoration, à London, en Ontario, pour rendre hommage à la famille Afzaal. Des députés de tous les partis et des chefs de tous les paliers de gouvernement s’étaient joints à moi mais, surtout, à la communauté musulmane de London.
La famille Afzaal se promenait, comme la plupart d’entre nous avons recommencé à le faire après 18 mois de confinement. C’était la fin de l’après-midi, ils ont été fauchés par un terroriste pétri de haine. Je ne peux pas imaginer le niveau de haine que ce type pouvait avoir pour attaquer ainsi cette famille et, de façon plus générale, attaquer ainsi les Canadiens. Une attaque contre une communauté ou une famille, c’est une attaque contre nous tous. C’est une attaque contre les valeurs que nous chérissons.
Malheureusement, cela ne s’est pas arrêté là. Nous savons que les manifestations d’islamophobie ont augmenté de façon exponentielle au cours des derniers jours. Nous avons vu des incidents à Edmonton, comme vient de le dire mon collègue d’Edmonton Riverbend. Nous savons que, chaque jour, un grand nombre d’amis, de collègues et de connaissances sont victimes de micro agressions. Le moment est venu de réfléchir au niveau de haine que peuvent véhiculer certains discours et certaines propagandes sur les réseaux sociaux. Nous savons que les actes antisémites sont également en hausse.
Nous devons saisir cette occasion pour réfléchir à tout cela et nous donner les moyens de mieux travailler ensemble, afin que la race et les différences ne soient pas des questions qui divisent mais plutôt des questions qui nous permettent de nous rassembler pour lutter en faveur du bien commun. J’espère sincèrement que nous allons pouvoir le faire dans cette Chambre. J’espère pouvoir travailler avec mes collègues d’en face pour y parvenir.
Sur une note très personnelle, je voudrais remercier tous mes collègues qui ne se représenteront pas aux prochaines élections, et surtout, je voudrais rendre hommage à mon ami de Mississauga—Malton, l’ancien ministre de l’Innovation, qui m’a dispensé d’excellents conseils et ouvert des portes déterminantes pour ma réussite. Je tiens à le remercier, lui et les membres de sa formidable famille, dont Bram, Kirpa, Nanki, Poppa Bains et Momma Bains, pour tout ce qu’ils ont fait pour moi.
Dans son discours, il a parlé de l’identité, de sa condition de sikh et des nombreuses difficultés qu’il rencontre pour pratiquer sa foi au quotidien, mais il y parvient et, à bien des égards, il nous permet de tirer des leçons, mais je n’entrerai pas dans ces détails.
J’aimerais parler du budget, et plus précisément de quelque chose qui est très important pour les habitants de Scarborough. Scarborough était une municipalité à part entière avant d’être fusionnée avec la ville de Toronto. Nous avons une population d’environ 630 000 personnes. Nous sommes représentés par six parlementaires, que nous appelons le caucus de Scarborough. Depuis 2015, nous donnons la priorité à une demande principale, soit un soutien supplémentaire pour un projet de transport en commun.
C’est le plus important projet de transport en commun que la région de Scarborough ait connu depuis une génération. Le dernier service de transport rapide prendra fin en 2023. Il ne fonctionne pas correctement. Il a manifestement dépassé sa date de péremption et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne répond pas aux besoins des habitants de Scarborough.
En 2015, la circonscription de Scarborough-Agincourt était représentée par Arnold Chan. Nous nous sommes entendus pour dire qu’il fallait absolument construire des systèmes de transport de meilleure qualité. À l’époque, le seul projet qui était envisagé, et cela faisait près de 10 ans qu’il en était question, était le prolongement de la ligne de métro de Scarborough. Initialement, la ligne de métro devait avoir trois arrêts; c'est ensuite devenu quatre, puis deux, et finalement, nous avons pu annoncer récemment un investissement fédéral de 2,25 milliards de dollars pour une ligne à trois arrêts, dont la construction, qui commencera d’ici la fin de l’année, devrait être terminée en 2030. Voilà l’échéancier qui a été présenté.
Cela va changer radicalement les choses. C’est un investissement très important pour les habitants de Scarborough, pour les masses laborieuses. Scarborough est l’une des collectivités qui ont été les plus durement touchées par la pandémie de COVID‑19. Nous avons eu un grand nombre de travailleurs essentiels qui ont dû prendre des autobus surchargés pour se rendre en ville et qui ont été contaminés par la maladie de façon disproportionnée. Je pense que c’est un investissement très important.
C’est vrai que c’est important, mais nous avons besoin de plus. La région de Scarborough a besoin d’aide supplémentaire en matière d’infrastructures, et c’est la raison pour laquelle ce budget est si important, car il propose un mécanisme de financement, grâce au Fonds permanent pour le transport en commun, qui permettra à des régions comme Scarborough de se développer. J'ai hâte d'appuyer la construction du prochain projet, le TLR d'Eglinton East.
J’attends avec impatience la période des questions d’aujourd’hui.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-18 10:52 [p.8762]
Madam Speaker, we heard the hon. member reference the atrocities committed across these lands under the guise of residential schools and we know [Technical difficulty—Editor] from future generations from their lands. Near me, at Six Nations territory, the Haudenosaunee Confederacy council has called for a moratorium on all developments on disputed territories, and yet the government refuses to come back to the negotiating table with the hereditary chiefs.
When will the hon. member and his government finally get back to the table with the Haudenosaunee Confederacy council and honour the request for a moratorium on development?
Madame la Présidente, nous avons entendu le député parler des atrocités qui ont été commises aux quatre coins de notre pays, sous le couvert des pensionnats autochtones, et nous savons [difficultés techniques] les générations futures de leurs terres. Près de chez moi, sur le territoire des Six Nations, le conseil de la Confédération des Haudenosaunee a demandé au gouvernement de décréter un moratoire sur tous les nouveaux projets d'aménagement sur les territoires contestés. Or, le gouvernement refuse de revenir à la table des négociations pour discuter avec les chefs héréditaires.
Quand le député et le gouvernement reviendront-ils à la table des négociations pour discuter avec les membres du conseil de la Confédération des Haudenosaunee et donner suite à leur demande de moratoire sur les aménagements du territoire?
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I want to note that the one thing I did not mention is that Bill C-15 passed through the Senate this week, which is the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. It has clearly outlined many of the issues that my friend opposite talked about. The declaration offers us guidance regarding how we engage on a nation-to-nation basis with indigenous people. I know that, with respect to his particular concern, we will continue to work with all of the parties to come to a solution on the dispute that he referenced.
Madame la Présidente, j'ai oublié de mentionner que le Sénat a approuvé cette semaine le projet de loi C‑15, portant sur la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Cette étape aura une incidence sur tous les enjeux soulevés par le député d'en face. La Déclaration énonce des lignes directrices sur la manière de collaborer de nation à nation avec les peuples autochtones. En ce qui concerne l'enjeu dont le député a parlé, je sais que nous allons continuer de collaborer avec tous les partis pour trouver une solution au litige en question.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2021-06-18 10:54 [p.8762]
Madam Speaker, I also heard the good words from our colleague from Alberta in response to a change of position regarding Motion No. 103. The very aggressive and quite frankly dangerous words that were shared around the time of that debate put a number of members of this Parliament in a very precarious place in their private life.
Right now I represent the oldest Chinatown in Toronto. The member represents some of the newer communities of the Chinese Canadian settlement, but the language around China has taken on a very similar tone to the language around Muslims in this Parliament. I know from talking to community leaders and individuals in my riding that anti-Asian hate crime is rising as China is singled out for a whole series of challenges. I wonder if my colleague could talk about the impact some of that rhetoric around China is having on Chinese Canadians in our communities.
Madame la Présidente, j'ai également entendu les bons mots du député de l'Alberta concernant un changement de position au sujet de la motion no 103. Les propos très agressifs et franchement dangereux qui ont été tenus lors du débat sur cette motion ont mis un certain nombre de députés dans une situation très vulnérable dans leur vie privée.
Je représente le plus ancien quartier chinois de Toronto. Le député représente certaines des communautés chinoises les plus récemment établies au Canada, mais le discours sur la Chine a pris un ton très similaire à celui sur les musulmans au cours de la présente législature. J'ai parlé à des dirigeants communautaires et à des habitants de ma circonscription, et je sais que les crimes haineux contre les Asiatiques sont en hausse, la Chine étant montrée du doigt pour toute une série de problèmes. Le député peut-il parler des répercussions que certains discours sur la Chine ont sur les Canadiens d'origine chinoise dans les collectivités?
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, when we were developing the anti-racism strategy in 2019, we realized that racism has a different impact on different communities, and anti-Asian racism is one that has historically, whether through the head tax or other forms of indentured labour to bring people of Chinese origin into Canada to work, had a disparate impact on the Asian community. I know language is important and as we continuously and rightfully criticize China on a number of issues, we have to differentiate between the state and the people. I think that is sometimes lost here and I hope members will be much more careful with the language that is used.
Madame la Présidente, pendant que nous préparions la Stratégie de lutte contre le racisme, en 2019, nous avons constaté que le racisme touchait différentes communautés de différentes façons. Ainsi, le racisme envers les asiatiques a créé, au cours de l'histoire du Canada, un fardeau inéquitable pour la communauté asiatique, qu'on pense par exemple à la taxe d'entrée ou aux façons d'engager de la main-d'oeuvre à long terme utilisées pour que des gens d'origine chinoise viennent travailler au Canada. Je sais que les mots qu'on utilise ont de l'importance et, dans un contexte où nous critiquons continuellement la Chine pour diverses raisons, à juste titre, il faut bien faire la distinction entre l'État chinois et les gens. Je crois que cette distinction se perd parfois à la Chambre. J'espère donc que les députés choisiront leurs mots avec beaucoup plus de soin.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, when it comes to Bill C-30, there are a lot of measures in it for Canadians that have to be passed in order to get us through the rest of this pandemic. I wonder if the parliamentary secretary can give his feedback on how important he thinks it is, now more than ever, to make sure this bill passes as quickly as possible.
Madame la Présidente, le projet de loi C‑30 contient de nombreuses mesures qu'il faut adopter pour aider les Canadiens à traverser le reste de la pandémie. J'aimerais que le secrétaire parlementaire nous dise pourquoi, selon lui, il est plus important que jamais de voir à ce que ce projet de loi soit adopté le plus tôt possible.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I think there is an urgency here, especially with respect to the supports to individuals and small businesses. I know many of the small businesses in my community are struggling. Although we are on the cusp of opening up in phases, they are really behind with respect to rent and other financial needs, so we really need to get this budget implementation act through in the next couple of days for this to have a meaningful impact on Canadians.
Madame la Présidente, je pense qu'il y a urgence, notamment en ce qui concerne l'aide aux particuliers et aux petites entreprises. Je sais que nombre de petites entreprises de ma collectivité sont en difficulté. Même si nous sommes sur le point de procéder à une relance par étapes, ces gens peinent énormément à payer le loyer et à répondre à d'autres besoins financiers. Il nous faut donc absolument faire adopter ce projet de loi d'exécution du budget dans les prochains jours pour pouvoir aider les Canadiens le mieux possible.
Results: 1 - 30 of 150000 | Page: 1 of 5000

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data