Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 150000
View Kerry Diotte Profile
CPC (AB)
View Kerry Diotte Profile
2021-06-11 10:03 [p.8261]
Mr. Speaker, as a bit of personal history, I was the son of parents who lived through the Great Depression. My dad Tony put food on the table by being a locomotive engineer. He worked at Algoma Steel in Sault Ste. Marie, Ontario and he served as secretary-treasurer of his union. My mom Helen was a busy stay-at-home mother to five kids.
We were happy, but I do not remember our having a whole lot of money when we were growing up. As a kid in grade school, I can count on one hand the number of times that we actually went out to a real restaurant. My mom's attitude was “Why waste good money on a restaurant when we have food at home?” I remember that if there was a big sale at the grocery store, we would sometimes get steak at home, but it was a rare treat. The reason I remember that is when we would have it my mom always had the same thing to say. She would say, “That steak cost 99¢ a pound, so make sure you eat all of it, even the fat.”
It was a good lesson in life, though. At an early age, kids in my family learned the value of money and we learned that one never wastes anything. My parents gave me a great life lesson and I was happy. Those lessons stuck with me and I think a lot of Canadians these days can relate to those lessons. They understand the value of hard work and money and they want value from governments for their tax dollars.
I know these have been challenging times with the COVID pandemic. Due to this terrible pandemic, governments were forced to shut down the normal economy. As such, people needed an income. Governments had a duty to come to the rescue, but they spent a lot of money, especially the current Liberal government. I admit that a good chunk of it was needed. In fact, Conservatives pushed the Liberals to increase financial benefits to Canadians during this pandemic. Right at the beginning of the pandemic, we fought to get a big increase in the small-business wage subsidy.
However, as we enter the road to recovery we need a plan back to fiscal balance. It is a lesson my parents and many of our parents and grandparents learned the hard way. I know many of my constituents feel the same way. I regularly survey my constituents for their views on important issues of the day. One question I asked them recently was whether they are worried about the federal debt. The vast majority, more than 80%, said they are very worried; yet, the Liberals failed to take prudent measures in this budget. Despite record spending, there is no meaningful action to reduce our massive debt load, and “massive” is the key word here. The debt is more than a trillion dollars and climbing.
The Liberals do not even have a long-term plan to return to balance. This is a shocking failure by the government. It was only a year ago that the Prime Minister was boasting of Canada's fiscal capacity to offer supports during the pandemic. He said his government could spend lots of money because of the prudent decisions it made previously. Why, then, is he not making those prudent decisions for the future?
As COVID made clear, we cannot foresee these events. Just consider the government's failure, early on, to recognize how serious COVID itself was. Early on, we Conservatives gave this advice: Shut down flights from COVID hot spots. The government members said we were being alarmist, even racist. What is going to happen during the next crisis that we face, with our now limited fiscal capacity? We do not have the capacity to keep on spending.
The Prime Minister boasts of prudent decisions, but he fails to make them. Prior to COVID, the current government showed a complete lack of fiscal discipline. Instead of prudently managing taxpayer money, the Liberals ran deficit after deficit. During the good times, the Liberals added more than $72 billion to the national debt. To put that into perspective, that is nearly $2,000 of new debt for every man, woman and child in Canada. Continuous deficits and endless debt leave us vulnerable. It is not sustainable.
In a crisis, one needs a healthy balance sheet. Who said that? An expert did. That is the view of Philip Cross. He is the former economic analyst at Statistics Canada.
When Conservatives were in power, we were fiscally responsible. We came out of the 2008 financial crisis better than any country in the G7. Here is what Cross said about that: “strong balance sheets in Canada stood it in good stead to endure the recession and emerge into recovery. The recession was shorter and milder in Canada than in other G7 nations, partly because the flow of credit was not disrupted as it was in other nations and a large pool of savings was available to finance spending when income fell temporarily.”
What is going to happen in the next crisis, if the Liberal government gambles our safety net? Most Canadians know about the value of money. These Liberals have to learn that, too. Let us just go over some of the Liberals' useless spending. Earlier this year I asked an Order Paper question on the expenses related to having government employees work from home. Working from home was, of course, an important safety feature, and I think we can all accept reasonable expenses. However, can anyone really justify spending $2,815 of taxpayers' money for a desk or $1,160 for a work chair? Having gone through that document, those are hardly isolated incidents. That is only scratching the surface.
The government's contempt for transparency has been evident for years. However, it has doubled down during the COVID crisis. It is actually hiding crucial information on how taxpayers' money is being spent. Even a former parliamentary budget officer criticized the government for lack of transparency. For example, members from across the aisle on the transport committee recently talked out the clock to avoid accountability. Instead of being transparent about their mismanagement of the infrastructure bank, they tried to bury the details, but the details, of course, eventually come out. For example, how the infrastructure bank recently paid out nearly $4 million for executive terminations, how the bank has completed zero projects in four years and how it is projected to lose billions of taxpayers' dollars.
Building needed projects in Canada seems to be too complicated for the Liberals' budget, but they do not seem to have any issue funding the China-controlled Asian Infrastructure Investment Bank to build projects outside of Canada. The Liberals have funnelled tens of millions of dollars to this Chinese state-run bank; this is despite the Chinese Communist regime holding two of our citizens against their will on trumped-up charges. How, exactly, is the Asian Infrastructure Investment Bank good value for money?
As we are racking up more and more debt, I wonder just how much of it is being wasted. This is an important issue, especially for younger generations. We are passing this debt on to the next generation to pay off, and we owe it to them not to bury them in debt. Even worse, this spending is not even geared to growing the economy, but members should not take my word on it; that is the analysis of the independent Parliamentary Budget Officer. He said that “Budget 2021 estimates overstate the impact of stimulus spending over the next 3 years,” so despite massive unsustainable spending, we are not even going to see additional growth. One thing that is also readily available is that the government's strategy is not prepared for an increase of interest rates. Even a minor increase could have a devastating effect on our long-term national finances.
My constituents are demanding answers. Like my parents, they know the value of money. They work hard for their money. They expect and demand that their money is not wasted. Canadians know that Liberal spending is out of control.
Monsieur le Président, j'aimerais commencer sur une note personnelle. Mes parents ont vécu la Grande Dépression. Mon père, Tony, subvenait aux besoins de sa famille en étant mécanicien de locomotive. Il travaillait pour Algoma Steel, à Sault Ste. Marie, en Ontario, et a été secrétaire de son syndicat. Ma mère, Helen, qui avait cinq enfants, était une femme au foyer très occupée.
Nous étions heureux, mais nous n'avons jamais eu beaucoup d'argent durant mon enfance. Je peux compter sur les doigts d'une main les fois où nous sommes allés à un véritable restaurant à l'époque où je fréquentais l'école primaire. Ma mère avait l'habitude de dire: « Pourquoi gaspiller de l'argent au restaurant alors que nous avons de la nourriture à la maison? » Je me souviens que nous mangions parfois du steak à la maison, lorsqu'il y avait une grosse vente à l'épicerie, mais c'était rare. Je m'en souviens parce que chaque fois que nous en mangions, ma mère ne manquait pas de nous dire: « Ce steak coûte 99 ¢ la livre, alors n'en laissez pas dans votre assiette, pas même le gras ».
C'était une bonne leçon de vie. Les enfants de ma famille ont appris à un très jeune âge la valeur de l'argent et l'importance de ne pas gaspiller. Mes parents m'ont inculqué une excellente leçon de vie et j'étais heureux. Cette leçon m'est restée, et je crois que, de nos jours, elle est familière à bien des Canadiens, en ce sens qu'ils comprennent la valeur du travail et de l'argent et qu'ils veulent que les gouvernements utilisent l'argent de leurs impôts judicieusement.
Je sais que les temps sont difficiles. La pandémie a forcé les gouvernements à suspendre l'activité économique. Or, les gens ont besoin d'un revenu. Les gouvernements avaient le devoir de leur venir en aide. Toutefois, ils ont dépensé beaucoup d'argent, surtout le gouvernement libéral actuel. J'admets qu'une bonne partie de ces dépenses était nécessaire. D'ailleurs, les conservateurs ont fait pression pour que les libéraux augmentent les prestations financières offertes aux Canadiens pendant la pandémie. Dès le début de la pandémie, nous avons réclamé et obtenu une forte hausse de la subvention salariale offerte aux petites entreprises.
Toutefois, alors que nous sommes sur le chemin de la relance, nous avons besoin d'un plan pour rétablir l'équilibre budgétaire. C'est une leçon que mes parents et beaucoup de parents et de grands-parents ont apprise à leurs dépens. Je sais que mes concitoyens sont nombreux à être du même avis. Je sonde régulièrement mes concitoyens pour connaître leur opinion sur les questions importantes de l'heure. Je leur ai notamment demandé récemment si la dette fédérale les inquiétait. La grande majorité d'entre eux, soit plus de 80 %, ont indiqué en être très inquiets. Pourtant, les libéraux n'ont prévu aucune mesure prudente dans le budget. À part des dépenses sans précédent, le budget ne prévoit aucune mesure concrète pour réduire l'endettement massif, et « massif » est le mot important ici. La dette s'élève à plus de 1 billion de dollars et elle ne cesse d'augmenter.
Les libéraux n'ont même pas de plan à long terme pour rétablir l'équilibre budgétaire. C'est un échec flagrant du gouvernement. Il y a à peine un an, le premier ministre vantait la capacité fiscale du Canada, qui lui permettait de fournir du soutien au cours de la pandémie. Il disait que le gouvernement pouvait dépenser beaucoup d'argent en raison des décisions prudentes qu'il avait prises auparavant. Alors pourquoi ne prend-il pas le même genre de décisions prudentes pour l'avenir?
Comme la pandémie de COVID-19 l'a clairement montré, nous ne pouvons pas prévoir ces événements. Songeons à l'incapacité du gouvernement à reconnaître très rapidement la gravité du problème posé par la COVID-19. Dès le début, nous, les conservateurs, étions d'avis qu'il fallait interdire les vols en provenance des foyers de propagation du coronavirus. Les députés ministériels nous ont accusés d'être alarmistes, voire racistes. Compte tenu de notre capacité fiscale désormais limitée, que se passera-t-il au cours de la prochaine crise? Nous n'avons pas la capacité de continuer à dépenser.
Le premier ministre se vante de ses décisions prudentes, mais il ne parvient pas à les prendre. Avant la pandémie de COVID-19, le gouvernement a démontré un manque total de discipline financière. Au lieu de gérer prudemment l'argent des contribuables, les libéraux ont accumulé des déficits à répétition. Pendant la période de prospérité, les libéraux ont ajouté plus de 72 milliards de dollars à la dette nationale. Pour mettre les choses en perspective, cela représente près de 2 000 $ de dette additionnelle pour chaque homme, femme et enfant au Canada. Les déficits à répétition et l'endettement sans fin nous rendent vulnérables. Ce n'est pas viable.
Au cours d'une crise, il faut un bilan sain. Qui a dit cela? Un expert. C'est l'avis de Philip Cross, ancien analyste économique de Statistique Canada.
Lorsque nous, les conservateurs, étions au pouvoir, nous avons géré les finances de manière responsable. Nous sommes sortis de la crise financière de 2008 en meilleure posture que tout autre pays du G7. Voici ce qu'a dit M. Cross à ce propos: « la bonne santé des bilans du Canada a permis au pays d’endurer la récession et d’entrer en phase de reprise. La récession a été plus courte et moins forte au Canada que dans d’autres pays du G7, en partie parce que le flux de crédit n’a pas été perturbé comme il l’a été dans d’autres pays, et que l’épargne a permis de financer les dépenses lorsque les revenus ont temporairement baissé. »
Qu'arrivera-t-il lors de la prochaine crise, si le gouvernement libéral met en jeu notre filet de sécurité? La plupart des Canadiens connaissent la valeur de l'argent. Le gouvernement libéral doit en prendre conscience aussi. Je vais donner quelques exemples de dépenses inutiles effectuées par les libéraux. Cette année, j'ai fait inscrire une question au Feuilleton pour savoir à combien se chiffraient les dépenses engagées pour faire travailler les fonctionnaires de la maison. Le télétravail était, bien entendu, une mesure de sécurité importante, et je crois que nous pouvons tous accepter des dépenses raisonnables. Cependant, peut-on réellement justifier de payer, avec l'argent des contribuables, 2 815 $ pour un bureau ou encore 1 160 $ pour une chaise de bureau? À la lecture du document, il ne s'agit absolument pas d'incidents isolés. On ne fait qu'effleurer le problème.
Le mépris du gouvernement pour la transparence est évident depuis des années. Cependant, c'est pire depuis la crise de COVID‑19. Il va même jusqu'à cacher des informations cruciales sur la façon dont les fonds publics sont dépensés. Même un ancien directeur parlementaire du budget a critiqué le gouvernement pour son manque de transparence. Par exemple, les membres d'en face du comité des transports ont récemment parlé pour ne rien dire afin d'éviter de rendre des comptes. Au lieu d'être transparents quant à leur mauvaise gestion de la Banque de l'infrastructure, ils ont essayé de dissimuler les détails, mais les détails, évidemment, finissent toujours par surgir. Par exemple, le fait que la Banque de l'infrastructure a récemment versé près de 4 millions de dollars pour le licenciement de cadres, qu'elle n'a réalisé aucun projet en quatre ans et qu'il est prévu qu'elle perde des milliards de dollars de fonds publics.
La construction de projets nécessaires au Canada semble être trop compliquée pour le budget des libéraux, mais ces derniers ne semblent pas avoir de problème à financer la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures, laquelle est contrôlée par la Chine, pour construire des projets à l'étranger. Les libéraux ont versé des dizaines de millions de dollars à cette banque d'État chinoise, et ce, même si le régime communiste chinois détient deux citoyens canadiens contre leur gré sur la base d'accusations forgées de toutes pièces. En quoi, exactement, la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures nous en donne-t-elle pour notre argent?
Alors que le Canada accumule de plus en plus de dettes, je me demande dans quelle mesure l'argent est gaspillé. Il s'agit d'une question importante, surtout pour les jeunes générations. Ce sont elles qui devront rembourser la dette que nous contractons, et il est de notre devoir de ne pas les plomber par la dette. Pire encore, les dépenses ne serviront même pas à stimuler l'économie. Les députés n'ont pas à me croire sur parole. Ils n'ont qu'à consulter l'analyse du directeur parlementaire du budget, qui est indépendant. Il a déclaré que « [l]es prévisions du budget de 2021 surestiment l’effet des dépenses de stimulation au cours des trois prochaines années. » Ainsi, même avec énormément de dépenses excessives, il n'y aura pas une plus forte croissance économique. Nous savons aussi que la stratégie du gouvernement n'est pas adaptée à une augmentation des taux d'intérêt. Même une augmentation mineure pourrait avoir un effet dévastateur à long terme sur les finances nationales.
Les électeurs de ma circonscription veulent des réponses. Comme mes parents, ils connaissent la valeur de l'argent. Ils travaillent fort pour leur argent, et ils attendent et exigent du gouvernement que leur argent ne soit pas gaspillé. Les Canadiens savent que le gouvernement libéral a perdu le contrôle des dépenses.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-11 10:13 [p.8262]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his speech.
I understand that it is important for the Conservatives to cut spending. However, some of that spending is still vital. I am thinking, for example, of the support offered to farmers. The $1,500 they receive when foreign workers arrive will be reduced to $750 in the coming days.
I would like to hear what my colleague thinks about this. Should we maintain this support a while longer, since the crisis is not yet over, quarantines are still in effect and farmers must still pay the costs for their workers to come in?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours.
Je comprends l'importance, pour les conservateurs, de diminuer les dépenses. Toutefois, certaines dépenses demeurent toujours essentielles. Je pense notamment au soutien offert aux agriculteurs, à la somme de 1 500 $ qui leur est accordée lors de l'arrivée des travailleurs étrangers et qui sera réduite à 750 $ dans les prochains jours.
J'aimerais entendre un commentaire de la part de mon collègue. Devrait-on maintenir plus longtemps cette partie du soutien puisque la crise n'est pas résorbée, qu'il y a encore des quarantaines et que les agriculteurs doivent encore assumer des frais liés à la venue des travailleurs?
View Kerry Diotte Profile
CPC (AB)
View Kerry Diotte Profile
2021-06-11 10:14 [p.8262]
Mr. Speaker, I am from Alberta in western Canada. Farmers built this country, and agriculture is absolutely vital, but let us look at the bigger picture instead of cherry-picking little items out of this budget. The bigger picture is that we need a sustainable future, and we cannot continue to spend as if there is no tomorrow, because if we continue to do that, there will be no tomorrow.
Monsieur le Président, je viens de l'Alberta, dans l'Ouest canadien. Les agriculteurs ont bâti le pays, et l'agriculture est absolument essentielle. Cela dit, regardons la situation dans son ensemble au lieu de mettre l'accent sur certains petits éléments du budget. Ce dont nous avons besoin, de manière plus générale, est un avenir durable, et nous ne pouvons pas continuer de dépenser comme s'il n'y avait pas de lendemain, car si c'est le cas, il n'y aura pas de lendemain.
View Sean Fraser Profile
Lib. (NS)
View Sean Fraser Profile
2021-06-11 10:14 [p.8262]
Mr. Speaker, I find it interesting how the Conservative narrative on the fiscal capacity of Canada has been used as an excuse to oppose measures that are actually going to help vulnerable Canadians who have been impacted.
I would like to pass on to the hon. member that, whether he takes his pick between Moody's, S&P or DBRS, they have all reaffirmed Canada's AAA credit rating. We had the lowest debt-to-GDP ratio in the G7, and the IMF said that had we not launched record spending to support Canadian workers and businesses, we would have had a similar debt-to-GDP ratio with a much bigger negative impact on our economy.
Does the hon. member agree with his party leader who opposed the CERB, did he agree with his party who voted against the extension of the emergency measures, and why does he use the fiscal situation in Canada to oppose measures that are actually helping people in their time of need?
Monsieur le Président, je trouve intéressant que l'idéologie des conservateurs sur la capacité fiscale du Canada serve d'excuse pour s'opposer à des mesures qui aideront les Canadiens vulnérables qui ont été touchés.
Je souligne au passage que le député peut choisir l'agence qu'il veut — Moody's, S&P ou DBRS —; elles ont toutes maintenu la cote AAA du Canada. Le Canada a le ratio dette-PIB le plus bas de tout le G7 et le FMI a affirmé que, si nous n'avions pas fait ces dépenses records pour soutenir les travailleurs et les entreprises canadiens, le ratio dette-PIB serait à peu près le même, mais l'impact négatif sur l'économie du pays serait beaucoup plus important.
Le député était-il d'accord avec le chef de son parti lorsqu'il s'est opposé à la Prestation canadienne d'urgence? Était-il d'accord avec son parti lorsqu'il a voté contre la prolongation des mesures d'urgence? Pourquoi invoque-t-il la situation fiscale du Canada pour justifier son opposition à des mesures qui viendront en aide aux gens dans le besoin?
View Kerry Diotte Profile
CPC (AB)
View Kerry Diotte Profile
2021-06-11 10:15 [p.8263]
Mr. Speaker, that is rather rich coming from the member across the way. We worked to improve many of these programs. I fully admit that there is a lot of spending that is absolutely vital. When governments shut down economies, of course, we cannot leave people in the lurch and we have to help them out. We were the party that improved these programs, and it is ridiculous to say that somehow we are opposed to them. We are opposed to runaway spending, and we know that the wolf is going to be at the door one day.
When we look back at what was done under the Harper government, we came out as a shining star of the G7 countries out of 2008. The member does not have to take my word for that. He can take the word of the financial experts. We were a star, and that is how, when we are in government, we will be in far better shape than what this government is going to leave Canadians next time we have a major crisis.
Monsieur le Président, c'est plutôt fort de café de la part du député d'en face. Nous avons travaillé pour améliorer un grand nombre de ces programmes. J'admets tout à fait qu'il y a beaucoup de dépenses absolument vitales. Lorsque des gouvernements interrompent toutes les activités économiques, on ne peut évidemment pas laisser les gens en plan. Il faut les aider. C'est notre parti qui a amélioré ces programmes, et il est ridicule de dire que, d'une certaine façon, nous nous y opposons. Nous nous opposons aux dépenses effrénées, et nous savons qu'un jour, le ciel va nous tomber sur la tête.
Lorsque nous regardons ce qui a été fait sous le gouvernement Harper, on constate qu'à la sortie de la crise de 2008, nous avions la cote, parmi les pays du G7. Le député n'a pas à me croire sur parole. Il n'a qu'à écouter ce que disent les experts financiers. Nous brillions au firmament, et c'est pourquoi, lorsque nous serons au pouvoir, nous serons dans une bien meilleure situation que celle que le gouvernement actuel laissera aux Canadiens la prochaine fois qu'il y aura une crise majeure.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2021-06-11 10:16 [p.8263]
Mr. Speaker, my colleague spoke a lot about deficit, but here is the thing. While millions of people are worried about losing their jobs, Canada's 20 richest people have increased their wealth. Instead of making those richest people pay the cost of the economic recovery, the Conservatives, very much like the Liberals, want to protect their profits.
Can the member please explain why he refuses to make the richest in Canada pay their fair share?
Monsieur le Président, mon collègue a beaucoup parlé de déficit, mais voilà: alors que des millions de personnes s'inquiètent de perdre leur emploi, les 20 personnes les plus riches du Canada sont devenues encore plus riches. Au lieu de faire payer le coût de la reprise économique à ces personnes les plus riches, les conservateurs, tout comme les libéraux, veulent protéger leurs profits.
Le député peut-il expliquer pourquoi il refuse d'obliger les mieux nantis au Canada à payer leur juste part?
View Kerry Diotte Profile
CPC (AB)
View Kerry Diotte Profile
2021-06-11 10:17 [p.8263]
Mr. Speaker, everybody has to pay their fair share, obviously, but it is also people who create wealth in this country who are risking to create wealth. If we look at the young start-ups and entrepreneurs, they are starting from nothing. We can look at the history of growth in any developed nation and it starts with great ideas, and we have to cultivate these great ideas.
I know that certain members of the NDP adhere to the NDP philosophy to just take as much money as possible and redistribute that wealth, which is not a good philosophy. It has not worked in any country in the world, and there are many recent failures and long-time failures.
No, we Conservatives do not believe in punishing people for good ideas, growing economies and creating wealth.
Monsieur le Président, tout le monde doit évidemment payer sa juste part, mais c'est aussi les personnes créatrices de richesse au pays qui prennent des risques. Les jeunes et nouveaux entrepreneurs partent de rien. Depuis toujours, la croissance de tout pays développé a comme point de départ d'excellentes idées, et nous devons cultiver ces idées.
Je sais que certains députés néo‑démocrates adhèrent à la philosophie du NPD, qui consiste à enlever le plus possible d'argent aux riches pour le redistribuer. Ce n'est pas une bonne philosophie. Elle n'a pas donné de bons résultats ailleurs dans le monde. En fait, au fil des ans, y compris récemment, elle s'est souvent révélée un échec.
Les conservateurs ne croient pas qu'il faut punir les gens qui ont de bonnes idées, stimulent la croissance économique et créent de la richesse.
View Jasraj Singh Hallan Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I have the honour today to give a speech in response to the government's budget. Many of my colleagues, whether on my side of the aisle or the other side, have already given speeches about this budget, but today I am not here to simply support the budget blindly or criticize it for ideological or political gain. I am here today to speak from the heart. I am here to speak on behalf of my constituents. I am here to make clear to the members of this House how most Canadians from Calgary Forest Lawn feel about this budget.
Let me start with the short hand dealt to my fellow Albertans. This budget fell short in helping Canada's oil and gas, energy, agriculture and forestry sectors to be global leaders in performance and innovation. While there is money going to some sectors in our economy, there is no plan, as usual. As Adam Legge wrote for the Calgary Herald about this very issue, “It is not rooted in the sound recommendations of the government’s own Industry Strategy Council.”
While the government may say that this money will create a fancy new future and make jobs, the truth is that it is more lip service to Albertans. To the single mother who is a field project manager, to the Muslim sister who just got her citizenship and a job in our energy industry as a chemical engineer, and to the eighth-generation roughneck worker in the oil fields, it is very clear that the government has forgotten about them. It has forgotten about the average working class that has made this country great.
While the government's new budget makes life harder for my constituents to earn money, it also makes daily living more expensive and creates great harm for our children and future generations. April's inflation rate was 3.4%. That means the cost of goods is now 3.4% higher, on average. Many of my constituents have been laid off or have taken a massive pay decrease due to this pandemic. Many Canadians are living paycheque to paycheque, and this was even before the pandemic. Many Canadians cannot afford to pay more for basic necessities due to the Prime Minister's reckless spending and budget.
In April, our economy saw 207,000 jobs lost, with an unemployment rate above 8%. What is the solution? It is spending more, says the finance minister. According to her, it is an ideal time to borrow because interest rates are low. That is interesting, because as the global economy recovers, the interest rates are actually rising, and that has been the trend for the last few months. The cost of debt repayment has now reached a skyrocketing $22 billion per year. That means $22 billion less for our seniors, veterans, the health care system and many other important systems and groups that need this money.
Of course, as Nobel Prize-winning economist Milton Friedman once said, “There is no such thing as a free lunch.” Who will pay for this lunch, one may ask. It will be our children, their children and their children's children, and so on. I am already talking to many students who cannot find internships, who are in crippling debt, who struggle with many mental health issues due to this pandemic and even before. Now more over-stressed and with lack of employment due to our weak economy, what will they say when they find out a few years down the road that they will have to pay for all of this mess, a mess that the Liberal government has put us in?
The key word is “inflation”. For every dollar we print, the value of every dollar falls. It is basic economics. I wish we could print all the money in the world and help everyone, but there is such a thing as scarcity. The government does not understand that, and now our constituents have to suffer.
I also have the privilege of being the official opposition's shadow minister for immigration, refugees and citizenship. How does this budget affect immigration, one may ask. The immigration minister promised that Canada will welcome 401,000 immigrants this year, and still there are massive backlogs. We need immigration. Our working population is aging and, unfortunately, our immigration system is aging with it. This budget does nothing significant to address these backlogs. Families remain separated from their loved ones; parents are missing their children's first steps, birthdays and, in some cases, their births.
Just the other month, I received a call from a constituent saying they wanted to kill themselves because they cannot wait any longer to see their loved ones and cannot bear the isolation of this pandemic. My heart breaks for them.
The detail included in this budget is just a timeline or a promise to deliver a new program by 2023. Ignoring the government's track record with broken promises, pushing this problem down the road is not helping anyone. Families are separated for years. People are waiting for half a decade to have their applications processed, and yet the best the Liberals can do is promise an untested program being launched in the future.
There are also no details on whether the government will work with experts, national and cybersecurity professionals or even immigration experts to develop a platform that truly works for Canadians. There cannot be a strong recovery without a strong plan for immigration. What Canada needs now is a smarter immigration system that focuses on our resources and on making Canada a more welcoming place full of opportunity and potential.
A Conservative government will work to replace Liberal platitudes with a system that actually works again, one that does not leave families separated and desperate for hope but hopeful for a prosperous life in Canada.
Again, the government will point and blame when it hears these facts about its budget. Of course it will blame the pandemic and say it stalled efforts for economic recovery and the advancement of the immigration system, but the new question is, what is the government doing to reopen Canada safely? The government had a failed plan to procure vaccines, a failed plan to secure our borders to stop variants and a failed plan to support small business and our energy industry in withstanding the negative effects of this pandemic.
Just recently, a Calgary-based company that was making a vaccine for COVID-19 said it is leaving Canada, after the government ignored its calls for support. The goal is to retain Canadian talent, not drive it away. Before this pandemic, the government's policies against our world-class energy industry led to investment fleeing. I personally saw the tradespeople I dealt with having to lay off their workers and having to go back onto the field themselves. They blame the Liberal government's policies and inaction to help support them.
I ask people, even in the toughest of times and with a bad budget, to stay strong. To the small business owners, the families living paycheque to paycheque and those trying to start a new life in our great country, I say not to give up, not to lose hope, for what makes our country great is the people, not its government or fancy budget plans that do very little to help the little guy.
We are stronger together, and I stand here on behalf of my constituents to speak up against this budget and expose whom it is hurting: the everyday Canadian. Inflation due to this out-of-control spending does not really hurt the rich and privileged that bad. Whom it does hurt is the single mother from Calgary who is struggling to pay for her kids' schooling and groceries, the bus driver from Toronto trying to afford his mortgage, and the family-run restaurant owner from P.E.I. who has to close up shop for good because the government could not secure the vaccines fast enough, unlike our counterparts.
I came to this country as an immigrant and I grew up as an at-risk youth. I still remember the raindrops hitting my face as my family and I waited in line for low-income bus passes. I still remember seeing my parents and myself working multiple jobs to make ends meet and to survive. I do not want to see that struggle for my children or anyone's children, or in fact any Canadian. We came to this country to enjoy prosperity, not government debt and a crippling economy.
A Conservative government will have a real plan, made by the experts and guided by the everyday Canadian. We will have a fresh new vision of hope, so that no matter where people came from, who they are or when they arrived here, they will have a chance to live the Canadian dream, just as I and many members of this House did.
As Dr. Martin Luther King, Jr. once said, “We must accept finite disappointment, but we must never lose infinite hope.” Together we will fix this mistake, together we will recover this economy and together we will all grow.
May God keep our land glorious and free.
Monsieur le Président, j’ai l’honneur de prononcer aujourd’hui un discours en réaction au budget du gouvernement. Bon nombre de mes collègues, des deux côtés de la Chambre, ont déjà exprimé leur opinion sur le budget. Mon objectif aujourd’hui n’est pas de soutenir aveuglément le budget ou de le critiquer à des fins idéologiques ou politiques. Je suis ici pour parler avec franchise. Je suis ici pour être le porte-parole de ma circonscription. Je suis ici pour dire à la Chambre ce que la majorité des habitants de Calgary Forest Lawn pensent de ce budget.
Je commencerais par dire que mes concitoyens albertains sont les parents pauvres de ce budget, qui n’a pas répondu aux attentes des secteurs du pétrole et du gaz, de l’énergie, de l’agriculture et de la foresterie, pour leur permettre de tenir une place de choix sur l’échiquier mondial de la performance et de l’innovation. Même si des sommes sont allouées à certains secteurs de notre économie, comme à l’accoutumée, le gouvernement n’a pas de vision. Pour reprendre les paroles d’Adam Legge dans le Calgary Herald à ce sujet: « Ce budget ne s’appuie même pas sur les sages recommandations du Conseil sur la stratégie industrielle, mis en place par le gouvernement lui-même. »
Bien que le gouvernement se plaise à dire que cet argent servira à créer un nouvel avenir plus reluisant et des emplois, dans les faits ce ne sont que des promesses creuses pour les Albertains. Il est très clair que le gouvernement a oublié la mère de famille monoparentale qui est directrice de projet sur le terrain, la femme musulmane qui vient d'obtenir sa citoyenneté et un emploi dans le secteur de l'énergie à titre d'ingénieure chimiste, et l'ouvrier de plancher de forage dans les champs pétroliers qui représente la huitième génération de sa famille à occuper ces fonctions. Le gouvernement a oublié la classe moyenne ouvrière qui a bâti le Canada pour en faire le grand pays qu'il est.
Non seulement le nouveau budget du gouvernement complique la vie des habitants de ma circonscription qui veulent un gagne-pain, il augmente aussi le coût de la vie et cause un immense tort à nos enfants et aux générations futures. Le taux d'inflation en avril se situait à 3,4 %. Cela signifie que le coût des produits de consommation a augmenté de 3,4 %, en moyenne. Un nombre très élevé d'habitants de ma circonscription ont été mis à pied ou ont subi une grosse baisse de salaire à cause de la pandémie. Beaucoup de Canadiens vivent d'une paye à l'autre et ils le faisaient avant même le début de la pandémie. Beaucoup de Canadiens n'ont pas les moyens d'assumer le coût plus élevé des articles essentiels, augmentation causée par les dépenses et le budget irresponsables du premier ministre.
En avril, l'économie canadienne a vu disparaître 207 000 emplois et le taux de chômage a dépassé les 8 %. Quelle est la solution? Il faut dépenser davantage, selon la ministre des Finances. Elle considère que le moment est idéal pour emprunter, puisque les taux d'intérêt sont bas. C'est un point de vue intéressant dans un contexte où le rétablissement graduel de l'économie mondiale fait grimper les taux d'intérêt, comme on le voit depuis quelques mois. Le service de la dette correspond maintenant à 22 milliards de dollars par année, une somme astronomique. C'est donc dire que nous avons 22 milliards de dollars de moins pour financer le soutien aux aînés et aux vétérans, le système de soins de santé, et beaucoup d'autres systèmes et groupes importants qui auraient besoin de cet argent.
Évidemment, comme l'a déjà fait remarquer l'économiste Milton Friedman, gagnant d'un prix Nobel, « rien n'est gratuit ». Quelqu'un finit toujours par payer. Ce sera, dans ce cas-ci, nos enfants, nos petits-enfants et leurs descendants. J'ai déjà beaucoup de conversations avec des étudiants qui n'arrivent pas à trouver un stage, qui croulent sous les dettes, et qui sont aux prises avec de nombreux problèmes de santé mentale exacerbés par la pandémie mais qui étaient déjà présents. Plus stressés que jamais et incapables de trouver du travail dans une économie anémique, que diront-ils, dans quelques années, lorsqu'ils découvriront qu'ils devront payer pour ce fiasco, ce bourbier dans lequel le gouvernement libéral nous a enlisés?
Le mot clé est « inflation ». Chaque fois qu'on imprime un dollar, toute la masse monétaire perd de la valeur. C'est une notion économique élémentaire. J'aimerais que nous puissions imprimer tout l'argent du monde pour aider tout le monde, mais il y a ce qu'on appelle la modération. Le gouvernement ne comprend pas cela, et ce sont nos concitoyens qui vont en souffrir.
J'ai aussi le privilège d'être le ministre du cabinet fantôme de l'opposition officielle pour l'immigration, les réfugiés et la citoyenneté. On peut se demander quelle incidence aura ce budget sur l'immigration. Le ministre de l'Immigration a promis que le Canada allait accueillir 401 000 immigrants cette année, alors qu'il y a encore un énorme arriéré de demandes à traiter. Nous avons besoin de l'immigration. Notre population active prend de l'âge, et malheureusement, notre système d'immigration aussi. Ce budget ne fait rien de concret pour remédier à ces arriérés. Des familles sont encore séparées de leurs proches, et des parents ne sont pas là pour voir leur enfant faire ses premiers pas, pour célébrer son anniversaire, ou même pour assister à sa naissance.
L'autre mois seulement, j'ai reçu un appel d'une personne de ma circonscription qui m'a dit qu'elle voulait s'enlever la vie parce qu'elle n'en peut plus d'attendre de pouvoir revoir ses proches et elle ne supporte plus l'isolement causé par cette pandémie. Cette situation me brise le cœur.
Tout ce que ce budget prévoit, c'est un échéancier ou une promesse de présenter un nouveau programme d'ici 2023. Fermer les yeux sur les nombreuses promesses brisées du gouvernement et reporter à plus tard la résolution du problème n'aide personne. Des familles sont séparées pendant des années. Les gens doivent attendre cinq ans avant que leur demande soit traitée. Pourtant, le mieux que les libéraux peuvent faire, c'est de promettre le lancement futur d'un programme qui n'a pas fait ses preuves.
Le budget n'indique pas non plus si le gouvernement travaillera avec des experts et des professionnels en cybersécurité, ou ne serait-ce qu'en immigration, pour créer une plateforme vraiment efficace pour les Canadiens. Il n'y aura pas de reprise vigoureuse sans un plan solide pour l'immigration. Le Canada a besoin dès maintenant d'un système d'immigration mieux conçu qui vise d'abord à tirer parti des ressources d'ici et à faire du Canada un endroit plus accueillant aux multiples possibilités.
Un gouvernement conservateur veillera à remplacer les paroles creuses des libéraux par un système qui fonctionne de nouveau, un système qui, au lieu de séparer les familles et de les plonger dans le désespoir, leur inspire l'espoir de vivre une vie prospère au Canada.
En entendant ces faits sur le budget, le gouvernement va encore chercher des coupables. Bien sûr, il va blâmer la pandémie en disant qu'elle a mis un frein aux efforts visant la relance économique et l'amélioration du système d'immigration. Or, une nouvelle question se pose: que fait le gouvernement pour permettre la réouverture du Canada en toute sécurité? Le gouvernement a accumulé les plans inefficaces, que ce soit pour obtenir des vaccins, pour assurer la sécurité de nos frontières afin d'empêcher l'arrivée de variants ou pour aider les petites entreprises et l'industrie énergétique à résister aux répercussions de la pandémie.
Tout récemment, une entreprise de Calgary qui produisait un vaccin contre la COVID‑19 a annoncé qu'elle quittait le Canada après que le gouvernement a ignoré ses appels à l'aide. Or, l'objectif est de retenir les talents canadiens, pas de les chasser. Avant la pandémie, les politiques du gouvernement contre l'industrie canadienne de l'énergie, qui est de calibre mondial, ont conduit à un exode des investissements. J'ai personnellement vu les gens de métier avec qui je fais affaire devoir congédier leurs employés et retourner eux-mêmes sur le terrain. Ils en rejettent la responsabilité sur les politiques du gouvernement libéral et son refus de les soutenir.
Je demande aux gens de ne pas perdre courage, même dans les moments les plus difficiles et malgré un mauvais budget. Aux propriétaires de petites entreprises, aux familles qui vivent d'un chèque de paie à l'autre et à ceux qui tentent de refaire leur vie dans notre grand pays, je leur dis de ne pas baisser les bras, de ne pas perdre espoir, car ce qui fait la grandeur du Canada, ce sont les personnes, pas le gouvernement ni les beaux plans budgétaires qui n'aident guère les petites gens.
Ensemble, nous sommes plus forts. Je prends la parole au nom des résidants de ma circonscription pour m'opposer à ce budget et pour nommer ceux à qui il fait du tort, c'est-à-dire les Canadiens ordinaires. L'inflation qu'entraînent ces dépenses effrénées ne fait pas vraiment de tort aux riches et aux privilégiés. Ceux à qui ce budget fait du tort, c'est la mère seule de Calgary qui peine à payer les frais scolaires de ses enfants et sa facture d'épicerie, c'est le chauffeur d'autobus de Toronto qui doit payer son hypothèque, et c'est le propriétaire d'un restaurant familial à l'Île-du-Prince-Édouard qui doit fermer ses portes pour de bon parce que le gouvernement n'a pas su se procurer des vaccins assez rapidement, contrairement à d'autres pays.
J'ai immigré au Canada et j'ai grandi dans un milieu à risque. Je me souviens encore des gouttes de pluie qui frappaient mon visage pendant que ma famille et moi faisions la file pour obtenir des laissez-passer d'autobus pour travailleurs à faible revenu. Je me souviens que mes parents et moi-même avons dû cumuler plusieurs emplois pour arriver à joindre les deux bouts et pour survivre. Je ne veux pas que mes enfants ni les enfants de quiconque connaissent de telles difficultés, ni aucun Canadien, d'ailleurs. Nous sommes venus dans ce pays pour la prospérité, pas pour la dette du gouvernement ni pour une économie à genoux.
Un gouvernement conservateur aurait un véritable plan, conçu par des experts et axé sur le Canadien moyen. Notre vision fraîche apporterait un nouvel élan d'espoir. Ainsi, à l'instar de bien des députés, tous auraient la chance de vivre le rêve canadien, peu importe leurs origines, leur identité ou le temps écoulé depuis leur arrivée au Canada.
Comme l'a déjà dit Martin Luther King Jr, « il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l'espoir pour l'éternité ». Ensemble, nous réglerons ce problème, nous relancerons l'économie et nous mettrons le pays sur la voie de la prospérité.
Que Dieu protège notre pays, sa gloire et sa liberté.
View Ken McDonald Profile
Lib. (NL)
View Ken McDonald Profile
2021-06-11 10:28 [p.8264]
Mr. Speaker, when I hear a Conservative stand up and speak about spending and the deficit, I recall how the finance critic, the member for Carleton, would stand up day after day and say we are spending too much and helping too much. I wonder if the member could answer in a truthful way which program that we brought in during this pandemic the Conservatives would cut or give less money to.
It is fine to talk about what happened in 2008, but the world has never seen the likes of the pandemic that hit the globe the way it did a year and a half ago. Which program would he not support? Which program would he eliminate, and what class of people would be hurt the most by doing this?
Monsieur le Président, lorsque j'entends un conservateur parler de dépenses et de déficit, je ne peux m'empêcher de penser au porte-parole en matière de finances, le député de Carleton, qui nous reproche jour après jour de trop dépenser et d'offrir une aide exagérée. Je me demande si le député pourrait dire, en toute honnêteté, lesquels des programmes que nous avons instaurés pendant la pandémie les conservateurs élimineraient ou desquels ils réduiraient le financement.
Parler de ce qui s'est produit en 2008, c'est bien beau, mais jamais le monde n'a connu de bouleversement tel que celui qu'a entraîné la pandémie il y a un an et demi. Lesquels de nos programmes le député n'approuve-t-il pas? Lesquels éliminerait-il? Quels groupes démographiques en souffriraient le plus?
View Jasraj Singh Hallan Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I find it quite funny that the Liberals would accuse us of bringing up 2008, when it seems like former prime minister Stephen Harper lives rent-free in all of their minds all the time.
What the Conservatives were asking for in the beginning of this pandemic was actually more supports. When the Liberals came forward with their wage subsidy plan, it was not enough for business owners. The Liberals had already crippled most of our economy anyway by then, and then gave just little tidbits for small business owners, like restaurant owners. When it came to the wage subsidy, it was far too little. We all had to stand up and remind the government that it was the small business owners who were going to hurt the most, before that change was made.
When the business loan came out, again, it was not enough for business owners. We had to fight for that to be increased and the $50,000 payroll to be taken away. As we know, most small business owners take out dividends and not payroll. It was we, Conservatives, who were always sticking up for the small business owners.
Monsieur le Président, je trouve assez amusant que les libéraux nous accusent d'évoquer l'année 2008 alors qu'ils semblent littéralement obsédés par l'ancien premier ministre Stephen Harper.
Au début de la pandémie, les conservateurs demandaient plus de mesures de soutien. La version initiale du programme de subvention salariale présentée par les libéraux était insuffisante pour les propriétaires d'entreprises. De toute façon, les libéraux avaient déjà paralysé la majeure partie de notre économie et ils n'ont ensuite accordé que des petits montants aux propriétaires de petites entreprises, comme les restaurateurs. En ce qui concerne la subvention salariale, elle offrait beaucoup trop peu. Pour qu'un changement soit apporté, nous avons tous dû intervenir et rappeler au gouvernement que les propriétaires de petites entreprises seraient les plus touchés.
Lorsqu'il a été instauré, le programme de prêts aux entreprises était encore une fois insuffisant pour les propriétaires d'entreprises. Nous avons dû nous battre pour augmenter le montant du prêt et éliminer le critère d'admissibilité relatif à une masse salariale de 50 000 $. Comme nous le savons, la plupart des propriétaires de petites entreprises touchent des dividendes et non des salaires. Les conservateurs ont toujours défendu les propriétaires de petites entreprises.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-06-11 10:30 [p.8265]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his speech. The question has been asked before, but we did not get a clear answer.
Of course, some spending is hardly useful, but there is other spending that is fundamental and very important and that must be maintained, like the support for farmers who have to pay the quarantine costs of their temporary foreign workers.
Currently, Ontario's vegetable producers and the people of Quebec are asking the minister to maintain this support past June 16, without reducing the amount. Now is not to time to abandon producers, while the war on COVID‑19 is not over and quarantines are still essential. Where do the Conservatives stand on this matter?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours. La question a été posée précédemment, mais nous n'avons pas eu de réponse claire.
Bien sûr, certaines dépenses sont peu pertinentes, mais certaines sont fondamentales et très importantes et il faut les maintenir, comme le soutien aux agriculteurs pour les quarantaines des travailleurs étrangers temporaires.
À l'heure actuelle, les producteurs maraîchers de l'Ontario et les gens du Québec demandent à la ministre de poursuivre le soutien au‑delà du 16 juin et de ne pas réduire les sommes. Ce n'est pas le temps d'abandonner les producteurs, alors que la guerre contre la COVID‑19 n'est pas terminée et que les quarantaines sont toujours essentielles. Quelle est la position des conservateurs à ce sujet?
View Jasraj Singh Hallan Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, of course we want to support our hard-working farmers. I was in a meeting with a group from Quebec just yesterday, and we talked about how the backlogs are completely stopping business from happening in Quebec. They are in desperate need of temporary foreign workers. I fully agree with that.
My hon. colleague is on the immigration committee with me, and we are always talking about this at the committee. I talked about this in my speech. It is the backlogs that are causing a lot of harm, especially to our farmers. It is happening in Alberta. It is happening in Quebec and Ontario. Every single province is suffering due to the Liberal government's failure to address backlogs.
This budget did nothing to help that or at least develop a clear plan going forward that will help farmers. We all want better for our farmers, and that includes clearing up these backlogs.
Monsieur le Président, nous voulons bien sûr soutenir les agriculteurs qui travaillent fort. Hier encore, j'ai participé à une réunion avec un groupe du Québec et nous avons parlé de la façon dont les retards empêchent complètement les activités économiques au Québec. Les agriculteurs ont désespérément besoin de travailleurs étrangers temporaires. Je suis tout à fait d'accord avec cela.
Le député siège avec moi au comité de l'immigration et nous en parlons toujours au comité. J'en ai parlé dans mon discours. Ce sont les retards qui causent beaucoup de tort, surtout aux agriculteurs. C'est le cas en Alberta. C'est le cas au Québec et en Ontario. Toutes les provinces souffrent à cause de l'incapacité du gouvernement libéral à rattraper les retards.
Le budget ne propose rien pour y remédier ou au moins pour élaborer un plan clair pour l'avenir qui aidera les agriculteurs. Nous voulons tous améliorer le sort des agriculteurs et cela passe par le rattrapage de ces retards.
View Scott Duvall Profile
NDP (ON)
View Scott Duvall Profile
2021-06-11 10:32 [p.8265]
Mr. Speaker, the member mentioned a lot of people who are hurting, and I appreciate that, but he did not mention seniors. In this budget, the government has made a two-tier system of “junior seniors” and “senior seniors”, knowing that the need is out there, because it gave one-time cheques last year. Now the government is only giving one-time cheques and increases to a certain group of seniors, but not the people from 65 to 74.
Does he agree with this? Does he support this? What would his government do?
Monsieur le Président, le député a parlé des nombreuses personnes en difficulté — je comprends totalement les enjeux —, mais il a oublié les aînés. Avec ce budget, le gouvernement instaure un système à deux volets qui sépare les aînés en deux catégories: les aînés juniors et les aînés séniors. Il sait pourtant que tous les aînés ont des besoins, car il a versé un paiement unique à l'ensemble de ce groupe l'année dernière. Voilà maintenant que le gouvernement accorde un paiement unique et une augmentation des prestations à un seul groupe d'aînés et qu'il laisse tomber ceux de 65 à 74 ans.
Le député est-il d'accord avec cette décision? L'appuie-t-il? Que ferait son parti s'il était au pouvoir?
View Jasraj Singh Hallan Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I will admit that I am not fully aware of all the details, but what I will say is that Conservatives will always support our seniors. I think that our seniors are the most precious people we have. In my personal life, the seniors are where I got all my blessings from. We have a plan that will come out and address a lot of the insecurities that our seniors have, to make sure that we are supporting them, because they deserve it the most. The Liberal government, over and over, has failed our seniors in many different ways, and this budget did not address their problems either.
Monsieur le Président, je dois admettre que je ne suis pas au courant de tous les détails. Toutefois, je peux affirmer que les conservateurs ne laisseront jamais tomber les aînés. Selon moi, les aînés ont une valeur inestimable pour la société. En ce qui me concerne, ce sont les aînés qui m'ont apporté le plus dans la vie. Nous préparons un plan qui propose des solutions susceptibles de dissiper un grand nombre d'angoisses chez nos aînés. Ce plan leur offrira l'aide dont ils ont besoin, parce qu'ils le méritent vraiment. Le gouvernement libéral a laissé tomber les aînés à maintes reprises de toutes sortes de façons, et le budget ne prévoit aucune solution pour s'attaquer à leurs problèmes.
View Doug Shipley Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, the Liberal government finally tabled a budget for Parliament to debate and Canadians to review. This was a new record. It was kind of a dubious record, but it was a record nonetheless. This budget would send the national debt to a staggering $1.4 trillion in five years. Almost as concerning is that the budget contains no measures to return to a balanced budget. This pattern of reckless spending has been a hallmark of the current Liberals since coming to office. They spend without a plan. They spend with lofty hopes and dreams that the budget will balance itself.
The people of Barrie—Springwater—Oro-Medonte who call my office and email us are anxious and looking for a plan. Adding $1.4 trillion to the national debt saddles our grandkids, their grandkids and their children with the burden of paying this back. That is unfair to them.
I understand these are unprecedented times, and we need to help Canadians survive as we navigate the global COVID pandemic. However, these measures should be temporary, and a plan should be in place to ensure we return to a balanced budget. The Liberals have no plan to balance the books, and there appears to be no end in sight for their reckless spending.
I want to shift gears for a bit. While we all understand the pressures that Canadians have been under for the last year and a half as we have dealt with the pandemic, the Prime Minister had the opportunity to invest historically in mental health, and to help build the infrastructure our mental health care system will need to support people as we come out of this pandemic. As with most things the current government attempts, it missed the mark.
Suicides among men are rising at staggering rates. A Leger poll commissioned by the Mental Health Commission of Canada noted a sharp increase in respondents reporting depression. The poll noted the number jumped from 2% to 14%. McMaster Children's Hospital found that youth suicide attempts have tripled because of COVID restrictions. The same study found there was a 90% increase in youth being referred to the hospital's eating disorder program. There is no doubt that people are struggling, and there is no doubt the Prime Minister failed to deliver investments in mental health.
This budget does absolutely nothing for growth and long-term prosperity for Canadians or the economy. David Dodge, the former Bank of Canada governor, was quoted in a National Post news article as saying:
My policy criticism of the budget is that it really does not focus on growth.... To me it wouldn’t accord with something that was a reasonably prudent fiscal plan, let me put it that way.
Robert Asselin, a budget and policy adviser to former finance minister Bill Morneau, said this budget was “a political solution in search of an economic problem.” When the Liberals' friends are let down by their budget, how can they reasonably expect Canadians to get excited about it?
Seniors have been disproportionately impacted by COVID. They have been isolated from their children and grandchildren, and in some tragic cases have passed away with no one around them in their final moments. I do not bring this up lightly. Once again, the Liberals had an opportunity to make foundational investments and failed to deliver. The programs and supports that were announced in this budget offer up very little detail and will leave many seniors behind. The government needs to respect Canada's seniors, ensure it acts on its promises and move forward with funding to help provinces and territories address the acute challenges in long-term care.
Part of Barrie—Springwater—Oro-Medonte is rural, and constituents constantly write to me and my staff about their poor broadband connectivity. The Prime Minister promised to invest in rural broadband and ensured the money rollout would come faster. This has not happened. We have seen announcements and reannouncements of the same funding, but the projects are not being built. These delays and inaction have had a real impact on rural areas in my riding, with so many people working from home. It is time for empty promises to end and for real action to kick in.
The Prime Minister promised an additional $1 billion over six years, starting this year, for the universal broadband fund. With proposed budget 2021, $2.75 billion would be available for projects across Canada, yet communities in my riding are suffering because the current Prime Minister and his cabinet prefer to make announcements rather than take concrete action to support rural Canadians.
The Prime Minister has created such uncertainty in the economy over the last year and a half that people are not sure when we will get back to something that resembles normal. The uncertainty of the pandemic and the lack of action from the Prime Minister to build a robust economy have created a shortage in many supply chains. This is having a dramatic impact on businesses in Barrie—Springwater—Oro-Medonte.
One developing supply chain shortage is a shortage of semiconductors. I recently spoke with car dealership owners in my riding who told me they were having a difficult time getting inventory because of this shortage. Another stalwart business in my riding is Napoleon Home Comfort. It manufactures barbecues and fireplaces. It employs hundreds of people, and opened in 1980. It is days away from potentially having to close its doors and lay off hard-working Canadians because the shortage of semiconductors would prevent them from manufacturing their products. This semiconductor shortage has the potential to affect tens of thousands of supply chain manufacturing and distribution jobs across Canada.
Barrie—Springwater—Oro-Medonte residents rely on transportation providers such as local motor coach operators Hammond Transportation and Greyhound. We all know that Greyhound has decided to pull all its Canadian operations, leaving people stranded across the country. In my riding, people used Greyhound to commute to work: People who work in Toronto found it more cost effective to commute daily via the bus to earn a living.
Hammond Transportation is a family-owned school bus, charter bus and motor coach company. I met with the owners recently to hear their issues first-hand. Like many motor coach companies across Ontario and Canada, Hammond has taken on new debt to continue to operate as revenues slide. The lack of a coordinated border reopening plan has impacted its quarterly planning and has reduced its recovery trajectory. One of the biggest concerns Kent Hammond, the owner of Hammond Transportation, brought to me was the impact of winding down Canada's emergency wage subsidy and the Canada emergency rent subsidy. With border openings uncertain and tours impossible, there is no way the company can plan for a firm start-back date.
With most of this budget, critical industries and sectors were overlooked. The impacts of changes were drastically underestimated for some sectors. Frankly, it is poor planning and management. To say that I was disappointed with the over 700 pages of the budget would be an understatement. The Prime Minister had an opportunity to deliver a budget that would carry, impact and help industries and businesses, particularly small and medium-sized ones, to come out of this pandemic on solid ground. Unfortunately, he failed.
The Prime Minister failed to deliver investments in mental health supports for Canadians and our health care system as those who are struggling through the pandemic seek additional supports. The government failed to deliver impactful investments for seniors. Instead of rolling up their sleeves and getting to work, the Prime Minister and his finance minister repurposed funding announcements and issued more empty promises.
The Prime Minister failed to deliver proper investments for rural broadband as more people worked and studied from home. Having a strong and reliable Internet signal is critical. This disproportionately impacts rural Canadians, but the Prime Minister seems to be more worried about urban concerns.
It is truly unfortunate that the Prime Minister squandered this opportunity to deliver real and meaningful investments that would support Canadians. Furthermore, if he cannot even make his friends Mark Carney and Robert Asselin happy with this budget, how are Canadians expected to be excited about it?
Opening a business at any time is scary and stressful, but doing it in a pandemic is even more courageous. Stephanie Stoute, in Barrie, opened Curio Exploration Hub. It is a new, innovative child activity centre. She found herself struggling when she opened because she did not qualify for the existing COVID programs. Ms. Stoute is a hard-working entrepreneurial mother of two who is pushing forward. However, the government and the Prime Minister were not there for her when she needed them.
I asked a question in the House on December 8, 2020, about Ms. Stoute's concerns. While Ms. Stoute's business is still open, the Prime Minister has not made it easy for small businesses to access supports so they can survive and thrive on the other side of the pandemic.
The world is a dark place right now. We are a nation that is suffering, and we need, more than ever, to work across party lines to ensure we have the best interests of Canadians top of mind. Canadians are looking for real and authentic leadership. We have an opportunity to do this, but we need to work together to ensure we make investments in seniors, in rural broadband, in small and medium-sized businesses and in domestic vaccine protection so we can get Canadians back to work and get our economy growing.
We also need to make sure we have sufficient investments in mental health to support those who are struggling from the effects of the pandemic and lockdowns. We may be in a dark place right now, but there is light at the end of the tunnel. For us to get there, we need to all work together.
Monsieur le Président, le gouvernement libéral a enfin déposé un budget dont le Parlement peut débattre et que les Canadiens peuvent examiner. Il s'agit même d'un nouveau record, négatif certes, mais tout de même un record, puisqu'il porterait, en cinq ans, la dette publique à 1,4 billion de dollars, une somme ahurissante. On constate aussi, avec presque autant d'inquiétude, que le budget ne contient aucune mesure visant à faciliter le retour à l'équilibre budgétaire. Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement libéral se démarque par ses dépenses inconsidérées. Il dépense sans avoir de plan. Il dépense rempli du bel espoir et du beau rêve que le budget s'équilibrera par lui-même.
Les gens de Barrie—Springwater—Oro-Medonte qui communiquent avec mon bureau par courriel et par téléphone sont inquiets et voudraient voir un plan. Si on porte la dette publique à 1,4 billion de dollars, ce seront nos petits-enfants, leurs enfants et leurs petits-enfants qui devront rembourser. C'est injuste de leur imposer ce fardeau.
Je comprends que nous traversons une période sans précédent et qu'il faut aider les Canadiens à survivre tandis que nous composons avec les effets de la pandémie de COVID. Ces mesures d'aide devraient toutefois être temporaires, et le gouvernement devrait mettre en place un plan pour le retour à l'équilibre budgétaire. Or, les libéraux n'ont pas de plan pour ce retour à un budget équilibré et leurs dépenses effrénées semblent loin d'être terminées.
J'aimerais changer brièvement de sujet. Nous sommes tous conscients des pressions que les Canadiens subissent depuis un an et demi à cause de la pandémie, mais le premier ministre avait la possibilité de faire des investissements sans précédent pour promouvoir la santé mentale et bâtir les infrastructures dont notre système de soins en santé mentale aura besoin pour aider les gens au sortir de la pandémie. Comme pour la plupart des choses que le gouvernement tente de faire, il a raté la cible.
Le nombre de suicides chez les hommes augmente de manière effarante. Dans le cadre d'un sondage Léger commandé par la Commission de la santé mentale du Canada, on a observé une forte hausse du nombre de répondants qui disent souffrir de dépression, ce taux étant passé de 2 % à 14 %. Le McMaster Children's Hospital a constaté que les tentatives de suicide chez les jeunes ont triplé à cause des restrictions liées à la COVID‑19. La même étude a révélé une hausse de 90 % du nombre de jeunes aiguillés vers les services de traitement des troubles de l'alimentation de l'hôpital. Il ne fait aucun doute que des gens sont en difficulté, et que le premier ministre n'a pas su faire les investissements nécessaires en santé mentale.
Ce budget ne fait absolument rien pour la croissance et la prospérité à long terme des Canadiens ou de l'économie. Je vais citer les propos de David Dodge, ancien gouverneur de la Banque du Canada, qui ont été rapportés dans un article du National Post:
La critique que j'aurais à faire sur le plan stratégique, c'est que le budget n'est vraiment pas axé sur la croissance [...] Disons simplement qu'il ne s'accorde pas avec ce que j'appellerais un plan financier raisonnablement prudent.
Selon Robert Asselin, qui a été directeur des politiques et du budget pour l'ancien ministre des Finances Bill Morneau, le budget dont nous sommes saisis est « une solution politique à la recherche d'un problème économique ». Lorsque les libéraux voient leurs amis déçus de leur budget, comment peuvent-ils s'attendre à ce qu'il suscite l'enthousiasme des Canadiens?
La COVID a touché de manière disproportionnée les aînés, qui ont été isolés de leurs enfants et petits-enfants, et dont certains sont décédés tragiquement, sans que personne ne les accompagne. Je ne soulève pas la question avec détachement. Encore une fois, les libéraux avaient l'occasion de faire des investissements fondamentaux mais ils ont failli à la tâche. Les programmes et les mesures de soutien annoncés dans le budget à l'étude sont très peu détaillés et beaucoup d'aînés seront laissés pour compte. Le gouvernement doit respecter les personnes âgées, remplir ses promesses et offrir aux provinces et aux territoires du financement pour les aider à relever les sérieux défis que posent les soins de longue durée.
Barrie—Springwater—Oro-Medonte étant une circonscription en partie rurale, mes collaborateurs et moi recevons constamment des messages de gens qui se plaignent de la mauvaise connectivité à large bande. Le premier ministre a promis d'investir dans les services à large bande dans les régions rurales et a assuré que le financement se ferait sans tarder. Ce n'est pas ce qui s'est passé. Malgré toutes les annonces de financement, les projets ne se concrétisent pas. Ces retards et cette inaction ont eu de véritables répercussions sur les régions rurales de ma circonscription, étant donné que beaucoup de gens font du télétravail. À quand des mesures concrètes au lieu des promesses creuses?
Le premier ministre a promis de verser 1 milliard de dollars supplémentaires sur six ans, à compter de cette année, dans le Fonds pour la large bande universelle. Le budget de 2021 prévoit 2,75 milliards de dollars pour le financement de projets dans tout le Canada. Or, des localités de ma circonscription souffrent parce que l'actuel premier ministre et son cabinet préfèrent faire des annonces au lieu de prendre des mesures concrètes pour soutenir les Canadiens des régions rurales.
Au cours de la dernière année et demie, le premier ministre a suscité une telle incertitude dans l'économie que les Canadiens ne savent plus quand ils pourront reprendre une vie normale. L'incertitude créée par la pandémie et l'inaction du premier ministre qui n'a rien fait pour bâtir une économie solide ont entraîné des pénuries dans de nombreuses chaînes d'approvisionnement. La situation est catastrophique pour les entreprises de ma circonscription, Barrie—Springwater—Oro-Medonte.
La pénurie concerne notamment les semiconducteurs. À cause d'elle, des propriétaires de concessions automobiles de ma circonscription ont de la difficulté à se procurer des pièces. Autre exemple, l'entreprise Napoleon Home Comfort est un autre fleuron de ma circonscription qui fabrique des barbecues et des foyers. Fondée en 1980, elle emploie des centaines de personnes. Or, elle risque d'ici quelques jours de devoir fermer ses portes et de mettre à pied des travailleurs canadiens à cause de la pénurie de semiconducteurs qui l'empêche de fabriquer ses produits. Cette même pénurie risque de toucher des dizaines de milliers d'emplois dans les secteurs canadiens de la fabrication et de la distribution.
Les résidants de Barrie—Springwater—Oro-Medonte comptent sur les sociétés de transport comme Greyhound ou l’opérateur local d’autocars, Hammond Transportation. Nous savons tous que Greyhound a décidé de ne plus poursuivre ses activités au Canada, laissant ainsi de nombreuses personnes dépourvues, partout au Canada. Dans ma circonscription, les gens utilisent Greyhound pour se rendre au travail. En effet, il est plus économique de se rendre au travail en autocar pour ceux qui travaillent à Toronto.
Hammond Transportation est une société familiale d’autobus scolaires, d’autobus nolisés et d’autocars. J’ai récemment rencontré les propriétaires pour savoir personnellement quels problèmes ils rencontraient. Comme de nombreuses sociétés d’autocars en Ontario et au Canada, Hammond s’est à nouveau endettée pour poursuivre ses activités, alors que ses revenus baissaient. L’absence de plan coordonné de réouverture des frontières a eu des répercussions sur sa budgétisation trimestrielle et l’entreprise a dû réduire sa trajectoire de rétablissement. Kent Hammond, le propriétaire de l’entreprise, m’a confié qu’il est essentiellement préoccupé par les conséquences de la fin du programme de Subvention salariale d’urgence et de Subvention d’urgence du Canada pour le loyer. Comme la réouverture des frontières est incertaine, les visites guidées ne sont pas à l’ordre du jour, et il est impossible pour la société de se projeter dans l’avenir sans pouvoir fixer une date de reprise des activités.
La plupart des industries et des secteurs essentiels ont été négligés dans le budget. De plus, ce dernier a sous‑estimé considérablement les répercussions des changements sur certains secteurs. Franchement, c'est de la mauvaise planification et gestion. Je suis déçu, et le mot est faible, de ce budget de plus de 800 pages. Le premier ministre avait l'occasion de présenter un budget qui soutiendrait les industries et les entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises, et les aiderait à sortir de la pandémie en position de force. Malheureusement, il ne l'a pas fait.
Le premier ministre n'a pas investi dans des services de soutien en santé mentale pour les Canadiens et notre système de santé, alors que ceux qui souffrent à cause de la pandémie ont besoin d'une aide supplémentaire. Le gouvernement n'a pas non plus investi des sommes conséquentes pour aider les aînés. Au lieu de se retrousser les manches et de se mettre au travail, le premier ministre et sa ministre des Finances ont réaffecté des fonds et fait d'autres promesses creuses.
Par ailleurs, le premier ministre n'a pas investi suffisamment dans les services à large bande en milieu rural, alors que le nombre de personnes travaillant et étudiant chez elles a augmenté. Il est crucial d'avoir accès à une connexion Internet fiable. C'est un problème qui touche, de manière disproportionnée, les Canadiens des régions rurales, mais le premier ministre semble se soucier davantage des Canadiens des régions urbaines.
Il est vraiment regrettable que le premier ministre ait raté l'occasion d'effectuer des investissements concrets et majeurs qui auraient aidé les Canadiens. De surcroît, si même ses amis Mark Carney et Robert Asselin ne sont pas satisfaits du budget, comment pouvons‑nous nous attendre à ce que les Canadiens le soient?
Se lancer en affaires est toujours angoissant et stressant, mais pour le faire en temps de pandémie, il faut encore plus de courage. Stephanie Stoute, de Barrie, a ouvert le Curio Exploration Hub. Il s'agit d'un nouveau centre d'activités novateur pour les enfants. Elle a éprouvé des difficultés à l'ouverture, parce qu'elle n'était pas admissible aux programmes lancés en réponse à la COVID. Mme Stoute est une entrepreneure mère de deux enfants qui travaille fort pour gagner sa vie. Cependant, le gouvernement et le premier ministre n'étaient pas là pour la soutenir lorsqu'elle a eu besoin d'aide.
Le 8 décembre 2020, j'ai posé une question à la Chambre au sujet des problèmes de Mme Stoute. Même si l'entreprise de cette dernière est toujours ouverte, le premier ministre a rendu la tâche difficile aux petites entreprises qui veulent accéder aux mesures d'aide pour survivre à la pandémie et prospérer une fois qu'elle sera terminée.
Le monde vit une période sombre. La population soufre et, plus que jamais, nous devons transcender la partisanerie et nous attacher en priorité à l'intérêt des Canadiens. Les Canadiens veulent des dirigeants sincères et authentiques. Nous avons l'occasion d'être ces dirigeants, mais nous devons travailler ensemble et investir dans les aînés, dans l'Internet à haute vitesse en région rurale, dans les petites et moyennes entreprises et dans la campagne de vaccination nationale pour que les Canadiens puissent retourner travailler et que l'économie du pays recommence à croître.
Nous devons également faire les investissements nécessaires en santé mentale pour soutenir ceux qui subissent les contrecoups de la pandémie et des confinements. Nous vivons peut-être une période sombre, mais nous voyons la lumière au bout du tunnel. Pour nous en sortir, nous devons tous travailler ensemble.
Results: 1 - 15 of 150000 | Page: 1 of 10000

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data