Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 701 - 800 of 150000
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-16 18:31 [p.8567]
Accordingly, pursuant to order made on Monday, January 25, the recorded division stands deferred until Wednesday, June 23, at the expiry of the time provided for Oral Questions.
The hon. member for Louis‑Saint‑Laurent is rising on a question of privilege.
Par conséquent, conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier, le vote par appel nominal est différé jusqu'au mercredi 23 juin, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
L'honorable député de Louis‑Saint‑Laurent soulève une question de privilège.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, tonight I rise on a question of privilege. I move:
That this House find the Public Health Agency of Canada to be in contempt for its failure to obey the Order of the House, adopted on June 2, 2021, as well as the orders of the Special Committee on Canada-China Relations, adopted on March 31 and May 10, 2021, and, accordingly, orders its President to attend at the Bar of the House, at the expiry of the time provided for Oral Questions on the second sitting day following the adoption of this Order, for the purposes of (a) receiving, on behalf of the Agency, an admonishment delivered by the Speaker; and (b) delivering up the documents ordered by this House on June 2, 2021, to be produced, so that they may be deposited with the Law Clerk and Parliamentary Counsel under the terms of that Order.
Monsieur le Président, ce soir, je soulève la question de privilège et propose:
Que la Chambre déclare l'Agence de la santé publique du Canada coupable d'outrage pour ne pas avoir respecté l'ordre de la Chambre, adopté le 2 juin 2021, ainsi que les ordres du Comité spécial sur les relations Canada-Chine adoptés les 31 mars et 10 mai 2021, et, en conséquence, ordonne au président de l'Agence de comparaître à la barre de la Chambre, à la fin de la période prévue pour les questions orales le deuxième jour de séance suivant l'adoption du présent ordre, afin qu'il a) reçoive, au nom de l'Agence, les admonestations du Président de la Chambre; b) remette les documents dont la Chambre a ordonné la production le 2 juin 2021, pour qu'ils puissent être déposés auprès du légiste et du conseiller parlementaire conformément à cet ordre.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
Hon. members may recall that the Speaker made a statement on this particular matter earlier this day and is satisfied that it meets the notice and admissibility requirements.
Debate is on the motion. The hon. member for Louis-Saint-Laurent.
Les députés se souviendront peut-être que le Président a fait une déclaration sur cette question plus tôt aujourd'hui et qu'il est convaincu qu'elle répond aux exigences en matière de préavis et d'admissibilité.
Le débat porte sur la motion. L'honorable député de Louis-Saint-Laurent a la parole.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I am very honoured to take part in the debate tonight. This is a very important debate that we have to address.
We are talking about transparency. We are talking confidence of Canadians in their institutions. We are also talking about the role of the House of Commons and the role of each and every member of this Parliament. We are here because we have received a mandate from our constituents. Those are our real bosses.
It is not the Prime Minister who can dictate what the House can do and how the truth can be provided. This is why this debate tonight is of key importance for the way we see the House functioning and how democracy can work in Canada.
In the next few moments, I will reiterate the circumstances surrounding our being gathered here today in the House to speak to an order of the House involving a public agency.
This is about the surprising ties that may have existed between the National Microbiology Laboratory located in Winnipeg, a national Canadian laboratory, and the Wuhan laboratory linked to the militaristic communist government of China.
Surprising events have occurred in the past few months in this, Canada's most important and highest-security microbiology laboratory. We have confidence in this institution, but that confidence may fall away if we do not get to the bottom of things. That is why, here in the House, we want to get to the bottom of what happened.
Four events that occurred in this lab are of particular concern to us. When I say us, I do not mean the official opposition, I do not mean the Conservatives, I mean all Canadians. We have seen recent reports on CBC and Radio-Canada, and in The Globe and Mail, where the story originated, featuring fairly neutral witnesses and observers with no political affiliations who believe that some troubling events took place in Winnipeg. There are four such events.
First of all, the Winnipeg lab gave a top security clearance to a researcher with ties to the Chinese military. How did this happen? We want to know why, but we are not able to as yet.
I want to be very clear. When we talk about the Chinese military and about China, this has nothing to do with racism or xenophobia, as the Prime Minister had the audacity, and I would even say the intellectual dishonesty, to say in the House. Nor are we fuelling conspiracy theories, as a parliamentary secretary speaking for the Prime Minister so insultingly said last week. No, we are not playing chicken, as the Minister of Health so shamefully put it last Friday in the House, when I asked her some embarrassing questions. That is too bad, because that is my job, and I will keep doing it.
The questions we are asking about the relationship between the Winnipeg lab and the Wuhan lab have nothing to do with xenophobia or conspiracy theories. Nor are we engaging in a game of chicken on this, contrary to what Liberal members and the Liberal Prime Minister have said in the House.
First, a researcher with ties to the Chinese military was given the highest security clearance for the work he could do inside that lab.
Second, two deadly viruses were sent from the Winnipeg lab to the Wuhan lab. It is possible that everything was done by the book and that there is absolutely nothing to it, but we still need the documents to prove it. However, as long as they refuse to be transparent, we do not have the answer. The second point then is the transfer of deadly viruses.
Third, two senior researchers, the ones who played central roles in the microbiology research being conducted at this institute, were escorted out of the lab by the RCMP. A few weeks later, they literally lost their jobs. Losing a job can happen to anyone, but when people are escorted out by the RCMP, it seems to me they do not necessarily have a clear conscience.
According to CBC reports, these two researchers—they are a couple, a man and a woman—were earning a combined salary of about $250,000 Canadian. That is a very respectable amount of money for that level. The problem is that they were living in a $1.5-million house around Winnipeg and Gimli. The banks there seem to be pretty generous: They were willing to lend people making $250,000 enough money to buy a $1.5-million house. That raises some questions.
Lastly, after these three events, two senior executives at the Public Health Agency of Canada suddenly resigned and retired. Why? That is what we want to know.
Because this is a public agency, the following four events trouble us as parliamentarians: A foreign researcher obtained the highest security clearance; two deadly viruses were shipped from Winnipeg to Wuhan; two highly placed researchers—the institute's leading researchers—lost their jobs and were expelled and marched out under RCMP escort; and, finally, senior executives at the institute suddenly left their jobs.
These are legitimate questions, which were actually raised by The Globe and Mail. I want to point that out.
As members of Parliament, we have a job to do. This is why the opposition tabled a motion a few months ago to create a special committee on Canada-Chinese relations. This is quite important in the events of today, and also in the relations we should have with this country.
This committee worked on those issues, and wants to know what happened in this institution, Canada's National Microbiology Laboratory. Then twice, on two occasions, the committee asked the Public Health Agency of Canada to table documents about those events, on March 31 and on May 10.
On two occasions, the Special Committee on Canada‑China Relations asked senior officials at the Public Health Agency of Canada, which is responsible for the National Microbiology Laboratory in Winnipeg, to table documents concerning these four events. At the time, the fourth event, the sudden departure of two executives, had not yet occurred.
On two occasions, the director refused to properly respond to the committee's request. That is why, on June 2, here in the House, we, the official opposition, put forward a motion to demand that the government, through the Public Health Agency of Canada, table the documents that are key to understanding this matter. This was not a wish or a request, but an order of the House to get to the bottom of these events. Unfortunately, the government did not act on this request, and I will come back later to the circumstances surrounding its unfortunate decision.
Some may be tempted to say that we should calm down since this is a matter of national security, microbiology and international relations. People may think that it is not true that all these documents can be published easily and that we have to be careful. Of course we have to be careful; we are well aware of that.
That is why our motion on June 2 was quite clear, as were the two motions adopted at committee. We established a framework that was absolutely relevant. The Clerk of the House of Commons, with the support of experts, can identify, detect and ferret out any items that might be truly sensitive and do not warrant being made public for national security reasons. He can look at the administrative facts that may have led to two researchers being escorted out by the RCMP or another researcher who is associated with the Chinese military being given a very high security clearance. These are perfectly legitimate questions. However, once the documents are made public, they can be sifted through, as is done in many cases, by the experts and specifically by the Clerk of the House of Commons, whom we trust.
However, the government decided to override the House's order to produce the documents. The Prime Minister raised national security concerns and claimed that the Liberal government had already created a body that had all the necessary latitude to examine and analyze these types of situations. That body is the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians, and it was created in 2016 by the Liberal government.
The Speaker noted that it was not a parliamentary committee, but a committee of parliamentarians.
The Prime Minister was quite proud last week to say that the government had struck this committee to get to the bottom of this without jeopardizing national security, and he was proud to say that all political parties were represented on the committee. That was a mistake: The second opposition group had not been represented for months. Need I point out that we requested transfers for our representatives in September and he did not respond until last week? What a surprise. For months and months, he had no interest in this and, all of a sudden, he is interested.
The committee of parliamentarians the Prime Minister created is his instrument. That is not a bad thing in and of itself, but it has its limits. The group can receive documents. Actually, the Prime Minister and his ministers love to talk about how they gave the committee documents and the committee will do the work, but they leave out the rest. The Prime Minister leaves out the part about how he has the right to veto every single document that is analyzed, every single committee resolution and every single committee finding.
If the Prime Minister personally does not want a document to be released, he is the one who decides that, nobody else. If the committee's recommendation does not suit him, he alone can decide if it is made public or not. If the committee finds that there is a national security issue but the Prime Minister disagrees, he can decide not to talk about it.
I do not even have the right to ask members what happened in that committee, because its members took an oath to not say anything to anyone. I would never jeopardize the legitimacy, honesty and integrity of my colleagues who sit on a committee and who have sworn an oath to not say anything. However, what is the point of setting up a committee of parliamentarians if those who are part of that committee are unable to talk about what goes on there? The words “Parliament” and “parliamentarian” come from the same root word as “parler”, a French word that means to speak, which only makes sense. This committee is the Prime Minister's personal instrument, because he is the one who has the right of veto over everything.
In the ruling the Speaker gave about two hours ago, he very clearly indicated that this committee existed but that it was not a parliamentary committee. I am not going to put words in the Speaker's mouth. However, we believe that this committee is completely under the yoke of the Prime Minister because he gave himself the right to veto the committee's decisions.
We raised a question of privilege because the motion had been adopted, it was about an order of the House, and the government had defied it. We challenged the government's approach by raising this question of privilege and not two hours ago the Speaker of the House of Commons recognized that, on the face of it, we were indeed right.
We are gathered here this evening to determine whether we want to move forward and continue working on this file. We believe that the director of the Public Health Agency of Canada was wrong in refusing to hand over these documents and that is why we are asking that these documents be tabled here.
We also want the director of the agency to be admonished for failing to obey an order of the House, as stated in the Speaker's ruling. We are also asking for relevant documents to be delivered to the House and reviewed by the Clerk of the House to ensure that national security is not jeopardized and, above all, that the orders of the House are obeyed. That did not happen under this government and it is disgraceful.
Since some members have spoken at length about it, I would like to remind members that there was an incident in 2010 concerning the release of documents that could pose a threat to national security. At the time, Speaker Milliken ruled that the documents had to be made public. It has to be done in a certain way, but documents can be made public.
Some members will say that at the time the Conservatives did not want to release the documents, but now that we are in opposition that is what we want. Stop right there. These are two completely different situations.
Members will recall that the 2010 issue pertained to the Afghanistan war. It must be pointed out that we were involved in a military operation, we were in a war zone. Our soldiers, our men and women, were deployed to a war zone and were risking their lives. We had allies, and Afghan interpreters were helping us in the war we were waging against terrorism together with our international allies. We had Afghan nationals who were risking their lives. We had Canadians in uniform who were proudly serving in the military and putting their lives at risk.
That is not at all the case today. We are talking about questionable administrative decisions that resulted in an agency giving the highest security clearance to a researcher associated with the Chinese military. We are talking about an agency that decided to give two extremely rare and dangerous viruses to a foreign laboratory. We are talking about an agency that gave a very high security clearance to two researchers whose career ultimately ended in a shameful and dishonourable manner. They were expelled and escorted out by the Royal Canadian Mounted Police. We are talking about two civilian executives who left the administration unexpectedly.
These are questionable administrative decisions that cast a shadow on Canada's great, proud and honourable reputation in the field of research. To my knowledge, that is not at all like what happened in Afghanistan. As far as I know, no one's life was at risk in Winnipeg, at least I hope not. We are not talking about a foreign army like the one we were fighting in Afghanistan. I hope not. We are not talking about allies and friends like our Afghan interpreters putting their lives at risk. These are two completely different things.
Woe, then, to those who dare to draw a parallel between the events of 2010, President Milliken's decision or our entirely legitimate and pertinent reluctance when we were in power because we were in a war zone, and what is going on today when we are in the opposition and are demanding information that would allow us to get to the bottom of things and shed light on situations that deserve our attention. We believe that this situation compromised our national security.
Let us take a quick look at the facts. Ten days ago, the House ordered the government of Canada to table documents in the House. It was an order of the House. The government did not obey the order. Rather, it flouted the House of Commons and the will of the majority of members elected by Canadians, eventually doing its own thing and giving the documents to an entity literally created by the Prime Minister. This entity is entirely under the Prime Minister's control; he has veto power over anything that happens in the committee and anything that might come out of it.
We are asking for the documents to be made public. We asking for the head of the Public Health Agency of Canada to come back to the House and take the blame, as written and defined in your decision, so that Canadians can learn what happened in these questionable relations deserving of an investigation between a key research and scientific institution, Canada's National Microbiology Laboratory in Winnipeg and another laboratory located in Wuhan following four events that cast a shadow on Canada's reputation and integrity, especially since our scientists must work under the most secure conditions possible, with the support, assistance and confidence of all Canadians. They deserve nothing less.
Monsieur le Président, je suis très honoré de prendre part au débat ce soir sur un sujet très important.
Nous parlons de transparence. Nous parlons de la confiance des Canadiens dans leurs institutions. Nous parlons aussi du rôle de la Chambre des communes et du rôle de chacun des députés. Nous sommes ici parce que les électeurs de nos circonscriptions nous ont confié un mandat. Ce sont eux nos vrais patrons.
Le premier ministre ne peut pas dicter ce que la Chambre peut faire et la façon dont la vérité peut être révélée. Voilà pourquoi le débat de ce soir revêt une importance cruciale pour notre vision du fonctionnement de la Chambre et du fonctionnement de la démocratie au Canada.
Au cours des prochains instants, je rappellerai les circonstances qui entourent le fait que nous sommes aujourd'hui réunis, à la Chambre, pour parler d'un ordre de la Chambre concernant une agence publique.
Il s'agit des relations surprenantes qu'il a pu y avoir entre le Laboratoire national de microbiologie qui est situé à Winnipeg, un laboratoire national canadien, et le laboratoire de Wuhan qui est lié au gouvernement militariste et communiste de Chine.
Des événements surprenants sont survenus, au cours des derniers mois, dans ce laboratoire qui est le laboratoire le plus important au Canada et qui a la plus haute cote de sécurité en matière de travail de microbiologie. Nous avons confiance en cette institution, mais cette confiance peut s'émietter si, par malheur, nous n'allons pas au fond des choses. C'est pourquoi ici, à la Chambre, nous voulons aller au fond des choses pour savoir ce qui s'est passé.
Quatre événements, qui sont survenus dans ce laboratoire, nous interpellent. Quand je dis nous, je ne parle pas de l'opposition officielle, je ne parle pas des conservateurs, je parle de tous les Canadiens. Nous avons vu des reportages récents à CBC, à Radio‑Canada et dans le Globe and Mail — qui a lancé l'histoire — de témoins ou d'observateurs plutôt neutres qui n'ont aucun parti politique et qui estiment que, en effet, des situations troublantes sont survenues à Winnipeg. Il y a quatre événements.
Tout d'abord, le laboratoire de Winnipeg avait octroyé la plus haute cote de sécurité à un chercheur qui est associé à l'armée chinoise. Comment est-ce arrivé? Nous voulons le savoir, mais, jusqu'à maintenant, nous ne le pouvons pas.
Je veux être bien clair. Lorsque nous parlons de l'armée chinoise et lorsque nous parlons de la Chine, il n'est aucunement question de racisme ou de xénophobie, comme par malheur le premier ministre a eu l'outrecuidance, je dirais même la malhonnêteté intellectuelle, d'affirmer à la Chambre. Il ne s'agit pas non plus de nourrir les théories du complot, comme l'a dit de façon si insultante une secrétaire parlementaire parlant au nom du premier ministre, la semaine dernière. Non, nous ne sommes pas en train de jouer à « chicken », comme l'a dit de façon odieuse la ministre de la Santé, vendredi dernier, à la Chambre des communes, quand je lui ai posé des questions embarrassantes. Cela tombe mal, car c'est ma job, et je vais continuer à la faire.
Les questions que nous posons sur les relations entre le laboratoire de Winnipeg et celui de Wuhan n'ont rien à voir avec la xénophobie ni avec les théories du complot. Nous ne jouons pas non plus à « chicken » là-dedans, contrairement à ce que les députés libéraux et le premier ministre libéral ont affirmé, à la Chambre.
Premièrement, un chercheur attaché à l'armée chinoise reçoit la plus haute cote de sécurité concernant les travaux qu'il peut faire à l'intérieur de ce laboratoire.
Deuxièmement, deux virus mortels ont été transférés du laboratoire de Winnipeg au laboratoire de Wuhan. Ça se peut que tout se soit fait selon les règles de l'art et qu'il n'y ait absolument rien là, mais encore faut-il avoir les documents pour le démontrer. Cependant, tant et aussi longtemps qu'on garde l'opacité, on n'a pas cette réponse. Le deuxième élément est donc le transfert de virus mortels.
Troisièmement, deux chercheurs de haut rang, ceux qui étaient au cœur des recherches de microbiologie dans cet institut, ont été expulsés du laboratoire sous escorte policière de la GRC. Quelques semaines plus tard, ils ont littéralement perdu leur emploi. Il peut arriver à bien des gens de perdre leur emploi, mais, quand on est expulsé et escorté par la GRC, il me semble qu'on n'a pas nécessairement la conscience en paix.
Des reportages de la CBC nous ont informés que ces deux chercheurs — c'est un couple, un homme et une femme — recevaient un salaire combiné d'à peu près 250 000 $ canadiens. C'est une bonne somme tout à fait honorable quand on est à ce niveau-là. Le problème, c'est qu'ils vivaient dans une maison de 1,5 million de dollars dans le coin de Winnipeg et de Gimli. Les banques semblent être pas mal généreuses là-bas: elles prêtent de l'argent à des gens qui gagnent 250 000 $ pour une maison de 1,5 million de dollars. C'est une question qui se pose.
Finalement, après ces trois événements, voilà que deux hauts dirigeants de l'Agence de la santé publique du Canada ont subitement remis leur démission et sont partis à la retraite. Pourquoi? C'est ce qu'on veut savoir.
Ce sont donc quatre événements qui nous interpellent tous comme parlementaires, parce qu'il s'agit d'une agence publique: un chercheur étranger qui a la plus haute cote de sécurité; deux virus mortels qui ont été échangés de Winnipeg à Wuhan; deux chercheurs de haut rang — les principaux chercheurs de cet institut — qui ont perdu leur emploi et ont été expulsés en étant escortés par la GRC; et, finalement, de hauts dirigeants administratifs de l'institut qui quittent leurs fonctions subitement.
Voilà qui pose des questions légitimes, lesquelles ont soulevées par le Globe and Mail. Je tiens à le souligner.
En tant que députés, nous avons un travail à faire. Voilà pourquoi l’opposition a présenté, il y a quelques mois, une motion visant à former un comité spécial sur les relations sino-canadiennes. C’est très important, à la lumière des récents événements et des relations que nous devrions avoir avec ce pays.
Ce comité s’est penché sur ces questions et il veut savoir ce qui s’est passé dans cette institution, le Laboratoire national de microbiologie du Canada. Puis, à deux reprises, le comité a demandé à l’Agence de la santé publique du Canada de déposer des documents sur ces événements, soit le 31 mars et le 10 mai.
À deux reprises, le Comité spécial sur les relations sino-canadiennes a demandé aux dirigeants de l'Agence de la santé publique du Canada, de laquelle relève le Laboratoire national de microbiologie à Winnipeg, de déposer des documents concernant ces quatre événements dont on fait mention. À l'époque, le quatrième événement, c'est-à-dire le départ subit de deux dirigeants, n'était pas encore arrivé.
À deux reprises, le directeur a refusé de répondre correctement à la demande du Comité. C'est ainsi que le 2 juin dernier, ici à la Chambre, nous, l'opposition officielle, avons présenté une motion pour exiger que le gouvernement, par la voie de l'Agence de la santé publique du Canada, dépose les documents qui sont essentiels pour la compréhension de cette affaire-là. Il s'agissait non pas d'un souhait ou d'une demande, mais d'un ordre de la Chambre pour aller au fond des choses sur ces événements. Malheureusement, le gouvernement n'a pas donné suite à cette demande, et je reviendrai plus tard sur les circonstances entourant cette décision malheureuse du gouvernement.
Certains seront tentés de dire que l'on doit se calmer puisqu'il s'agit d'une question de sécurité nationale, de microbiologie et de relations internationales. On peut penser qu'il n'est pas vrai que tous ces documents peuvent être publiés facilement et qu'il faut faire attention. Évidemment qu'il faut faire attention; nous en sommes tout à fait conscients.
C'est pourquoi notre motion du 2 juin était très claire, tout comme les deux motions du Comité qui ont été adoptées. Nous fixions un cadre tout à fait pertinent. Le greffier de la Chambre des communes, épaulé par des experts, peut déterminer, détecter, débusquer les points qui peuvent être vraiment névralgiques et qui ne méritent pas d'être connus publiquement pour des raisons de sécurité nationale. Il peut constater les faits administratifs qui peuvent conduire au fait que deux chercheurs sont escortés par la GRC ou qu'on a donné une cote de sécurité très élevée à un chercheur qui est associé à l'armée chinoise. Ce sont des questions tout à fait légitimes. Cependant, les documents, une fois rendus publics, peuvent être passés au tamis, comme cela se fait d'ailleurs dans plusieurs situations, par les experts et surtout par le greffier de la Chambre des communes en qui nous avons confiance.
Or le gouvernement a décidé de passer outre à l'ordre de la Chambre de déposer ces documents. Le premier ministre a invoqué le fait qu'il s'agissait d'une question de sécurité nationale et que le gouvernement libéral avait justement créé un organisme permettant d'observer et d'analyser ces situations avec toute la déférence nécessaire. Cet organisme, c'est le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, qui a été créé en 2016 par le gouvernement libéral.
Le Président a constaté qu'il ne s'agissait pas d'un comité parlementaire, mais bien d'un comité de parlementaires.
La semaine dernière, le premier ministre était bien fier de dire que le gouvernement avait créé ce comité afin d'aller au fond des choses sans mettre en danger la sécurité nationale, et il était fier de dire que tous les partis politiques étaient représentés au sein de ce comité. Il s'agissait d'une erreur: le deuxième groupe d'opposition n'était pas représenté depuis des mois. Dois-je remarquer que nous avons fait des demandes de mutations pour nos représentants au mois de septembre et qu'il n'y a répondu que la semaine dernière? Quelle surprise. Pendant des mois et des mois, il n'éprouvait pas d'intérêt pour cela et, tout à coup, il s'y intéresse.
Ce comité de parlementaires créé par le premier ministre, c'est carrément l'outil du premier ministre. Ce n'est pas méchant en soi, mais cela a ses limites. Ce groupe peut recevoir des documents. D'ailleurs, le premier ministre et ses ministres n'arrêtent pas de dire qu'ils lui ont remis les documents et que c'est lui qui fera le travail. Cependant, ils oublient la suite des choses. Le premier ministre oublie de mentionner qu'il a un droit de véto sur chaque document qui est analysé, sur chaque résolution prise par ce comité et sur chaque conclusion à laquelle il arrive.
Si le premier ministre estime personnellement que ce document ne devrait pas être rendu public, c'est lui qui décide, et personne d'autre. S'il estime que la recommandation du Comité ne fait pas son affaire, c'est lui seul qui décide si elle est rendue publique ou non. Si le Comité estime que la sécurité nationale est en jeu, mais qu'il estime que ce n'est pas le cas, il décidera de ne pas en parler.
Je n'ai même pas le droit de demander aux députés ce qui s'est passé au sein de ce comité, parce que ses membres ont fait le serment qu'ils ne diraient rien à quiconque. Jamais je ne mettrais en jeu la légitimité, l'honnêteté et l'intégrité de mes collègues qui siègent à un comité et qui ont fait le serment qu'ils ne diraient rien. Cependant, quelle est l'utilité de mettre sur pied un comité de parlementaires si les parlementaires qui en font partie ne peuvent pas parler? Les mots « Parlement » et « parlementaires » font partie de la même faille que le mot « parler ». Cela va de soi. Or, ce comité, c'est un outil personnel du premier ministre, parce que c'est lui qui a le droit de véto sur tout.
D'ailleurs, dans sa décision rendue il y a environ deux heures, le Président a très bien défini que ce comité existait bel et bien, mais qu'il ne s'agissait pas d'un comité parlementaire. Je ne vais pas mettre de mots dans la bouche du Président. Or, nous estimons que ce comité est sous le joug plein et entier du premier ministre, parce que ce dernier s'est octroyé le droit de véto sur les décisions du Comité.
Nous avons soulevé une question de privilège parce que la motion avait été adoptée, qu'il s'agissait d'un ordre de la Chambre et que le gouvernement en avait fait fi. Nous avons contesté cette attitude du gouvernement en soulevant cette question de privilège et, il y a deux heures à peine, la présidence de la Chambre des communes a reconnu que, à première vue, nous avions effectivement raison.
Nous sommes réunis ce soir pour décider si nous voulons aller de l'avant et continuer à travailler sur ce dossier. Nous estimons que le directeur de l'Agence de la santé publique du Canada a erré en refusant de remettre ces documents, et c'est pourquoi nous demandons à ce que ces documents soient déposés ici.
De plus, nous voulons que le directeur de l'Agence soit sévèrement réprimandé pour ne pas avoir répondu à un ordre de la Chambre, comme cela a été mentionné dans la décision de la présidence. Nous demandons également que les documents pertinents soient déposés à la Chambre et qu'ils soient revus par le greffier de la Chambre des communes afin de s'assurer que la sécurité nationale n'est pas mise en jeu, mais surtout que les ordres de la Chambre sont respectés. Cela ne s'est pas produit sous ce gouvernement et c'est déshonorant.
Je tiens à rappeler, parce que d'aucuns en ont parlé beaucoup, qu'en 2010, il est survenu un événement concernant justement la divulgation de documents qui peuvent représenter un certain enjeu pour la sécurité nationale. C'est le président Milliken qui avait dit à ce moment-là que les documents devaient être rendus publics. Il y a une façon de faire cela, mais ils peuvent être rendus publics.
D'aucuns vont faire la référence en disant qu'à l'époque les conservateurs ne voulaient pas, mais que nous le voulons maintenant que nous sommes dans l'opposition. Halte! Il s'agit de deux choses complètement différentes.
Souvenons-nous qu'en 2010 l'enjeu portait sur la guerre en Afghanistan. C'est le cas de le dire, c'était un territoire guerrier, un territoire militaire. Nous étions en zone de guerre. Nos soldats, nos hommes et nos femmes étaient déployés sur un front de guerre et mettaient leur vie en jeu. Nous avions des alliés, des interprètes afghans nous prêtaient leur concours dans cette guerre-là que nous menions contre le terrorisme avec nos alliés internationaux. Nous avions des gens afghans qui mettaient leur vie en jeu. Nous avions des Canadiens et des Canadiennes qui, portant l'uniforme et affichant fièrement leur mandat de soldat, mettaient leur vie en jeu.
Aujourd'hui, ce n'est pas du tout la même chose. On parle de décisions administratives douteuses qui ont conduit à une agence qui a donné la plus haute cote de sécurité à un chercheur lié à l'armée chinoise. On parle d'une agence qui a décidé de donner et d'échanger à un laboratoire étranger deux virus extrêmement rares et dangereux. On parle d'une agence qui a donné une cote de sécurité très élevée à deux chercheurs qui, finalement, ont fini leur carrière de manière honteuse et déshonorable, expulsés et escortés par la Gendarmerie royale du Canada. On parle de deux dirigeants civils qui ont quitté cette administration rapidement sans crier gare.
Il s'agit de décisions administratives douteuses qui portent ombrage à la fière, grande et honorable réputation du Canada en matière de recherche. À ma connaissance, ce n'est pas du tout la même affaire que ce qui s'est passé en Afghanistan. À ce que je sache, ce qui s'est passé à Winnipeg, la vie de personne n'était en jeu, enfin je l'espère. On ne parle pas d'armée étrangère que nous combattions comme c'était le cas en Afghanistan. J'espère que non. On ne parle pas d'alliés qui mettaient leur vie littéralement en jeu, comme nos amis interprètes afghans. Ce sont deux choses complètement différentes.
Alors, malheur à ceux et à celles qui osent faire quelque parallèle que ce soit entre les événements de 2010, la décision du Président Milliken ou nos réticences tout à fait légitimes et pertinentes quand nous étions au gouvernement parce que nous étions en territoire de guerre, et ce qui se passe aujourd'hui, alors que nous sommes dans l'opposition et que nous réclamons des éléments nous permettant d'aller au fond des choses et de faire la lumière sur des situations qui méritent notre attention particulière. Nous estimons que la sécurité nationale a été mise à mal dans cette situation.
Donc, rappelons les faits brièvement. Il y a 10 jours, la Chambre a ordonné au gouvernement canadien de déposer des documents à la Chambre. C'était un ordre de la Chambre. Le gouvernement n'a pas suivi cet ordre, il a bafoué le Parlement, a bafoué la Chambre des communes, a bafoué la volonté de la majorité des députés élus par les Canadiens pour finalement faire à sa tête et confier ces documents à un organisme créé littéralement par le premier ministre. Cet organisme est sous le joug complet du premier ministre, car celui-ci a le droit de veto sur tout ce qui se passe à l'intérieur et sur tout ce qui peut sortir de ce comité-là.
Nous demandons donc que les documents soient rendus publics. Nous demandons au directeur de l'Agence de la santé publique du Canada de revenir ici à la Chambre et de recevoir le blâme, tel qu'écrit et défini par votre décision, pour que les Canadiens puissent savoir ce qui s'est passé dans ces relations douteuses et qui méritent examen entre une institution essentielle dans notre monde de la recherche et de la science, soit le Laboratoire national de microbiologie du Canada situé à Winnipeg et également un autre laboratoire, situé celui-là à Wuhan, à la suite des quatre événements qui portent ombrage à la réputation du Canada, portent ombrage à l'intégrité du Canada, portent surtout ombrage au fait que nos scientifiques doivent travailler dans le cadre le plus sécuritaire qui soit, avec l'appui, le concours et surtout la confiance de tous les Canadiens. C'est d'ailleurs ce qu'ils méritent.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, I voted against the motion that the Conservatives introduced, because I do believe this is an issue of national security.
If we listen to what the member has said, we would think these documents have not been provided at all, and nothing could be further from the truth. The documents were provided to a committee, in fact, two committees: one committee where redaction was required and another committee where there were no redactions whatsoever.
At the end of the day, we need to recognize that there is an issue of national security. The documents in question have been provided in two forms to two different groups, where the membership is made up of members of Parliament from all sides of the House.
Does the member not recognize that the Conservative Party could be wrong? Maybe there is a sense of national security, and the Conservative Party of Canada is overlooking that issue in favour of political partisanship in the chamber, which is what we have seen over the last couple of weeks.
Monsieur le Président, j’ai voté contre la motion présentée par les conservateurs, car je crois qu’il s’agit d’une question de sécurité nationale.
À entendre le député, on pourrait penser que ces documents n’ont pas été fournis du tout. Or, rien n'est plus faux. Les documents ont été fournis au comité, en fait, à deux comités: à un comité où un caviardage était requis, puis à un autre où il n’y a eu aucun caviardage.
Au bout du compte, nous devons reconnaître qu’une question de sécurité nationale se pose. Les documents en question ont été fournis sous deux formes à deux groupes différents, dont les membres sont des députés de tous les partis de la Chambre.
Le député ne reconnaît-il pas que le Parti conservateur pourrait se tromper? Il y a peut-être un enjeu de sécurité nationale, et le Parti conservateur du Canada ferme les yeux sur cet enjeu pour se livrer à des jeux politiques partisans, comme nous en avons été témoins au cours des deux ou trois dernières semaines.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I pay all my respect to my colleague from Winnipeg North. He has served in his provincial legislature and in the House of Commons for the last 30 years. As a member from Winnipeg, I am sure he was very concerned with what happened a few kilometres away in his riding.
I want to address the two points in the question from my colleague.
First, the member talked about the committee, but he did not name the committee. We are not talking about a parliamentary committee; we are talking about a committee created by the Prime Minister for which the Prime Minister has all the authority and power to decide whether some information will be made public. This is a huge difference.
The other point is on whether this is an issue of national security. For sure it is a national security issue, which is why we want to know what happened, but based on the fact that we will correctly address this issue. This is why we follow the rules that have been established for many years. The clerk and some experts will review those documents to be sure no one will lose his or her life over it.
We are talking about four administrative decisions on security in the highest-ranked laboratory that we have in our country. We shall know what happened there and learn the lessons so as not to repeat the bad decisions that may have been made in that kind of situation.
Monsieur le Président, je veux exprimer tout mon respect à mon collègue de Winnipeg-Nord. Au cours des 30 dernières années, il a siégé comme député provincial et à la Chambre des communes. Je suis certain qu'à titre de député de Winnipeg, il a été très préoccupé par ce qui s’est produit à quelques kilomètres de sa circonscription.
Je veux aborder les deux points qu'a mentionnés mon collègue dans sa question.
Premièrement, le député a parlé du comité, mais il ne l’a pas nommé. Nous ne parlons pas ici d’un comité parlementaire, mais d’un comité créé par le premier ministre, un comité pour lequel le premier ministre détient tous les pouvoirs de décider quels renseignements seront rendus publics. Il y a une énorme différence.
L'autre point consiste à savoir s'il s'agit d'un problème de sécurité nationale. Il y a bien là un problème de sécurité nationale. C’est pour cette raison que nous voulons savoir ce qui s’est produit, mais en nous assurant que ce problème sera bien réglé. C’est pourquoi nous suivons les règles qui ont été adoptées il y a de nombreuses années. Le greffier et certains experts examineront ces documents pour s’assurer que personne n’y laissera sa vie.
Nous parlons de quatre décisions administratives sur la sécurité dans le laboratoire le mieux coté au pays. Nous devons savoir ce qui s’est produit et en tirer des leçons pour ne pas répéter les mauvaises décisions qui ont pu être prises dans cette situation.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I listened with great interest to my colleague's speech.
The motion we are debating is certainly important. The Speaker has agreed to a debate on the privilege motion, and everyone really needs to take it seriously.
I know my colleague has a lot of experience, not only in the House of Commons but also in the Quebec National Assembly, and my question is very simple.
Based on his experience in the Quebec National Assembly and in the House of Commons, is there a precedent for this kind of privilege motion, as well as for all the actions we have seen in recent weeks?
Monsieur le Président, j'ai écouté avec beaucoup d'intérêt le discours de mon collègue.
La motion dont nous débattons est certainement importante. Le Président a dit oui à un débat autour de la motion de privilège et tout le monde doit vraiment prendre cela au sérieux.
Je sais que mon collègue a une longue expérience, pas seulement à la Chambre des communes, mais aussi à l'Assemblée nationale du Québec, et ma question est très simple.
Selon son expérience à l'Assemblée nationale du Québec et à la Chambre des communes, y a‑t‑il un précédent pour ce genre de motion de privilège, ainsi que pour toutes les actions qu'on a vues depuis quelques semaines?
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague from British Columbia. Again, I am very pleased to commend him on his exceptional French. It is truly impressive and it inspires us all to learn the other official language so that we can speak both official languages.
My colleague raises a very good question. Personally, no, I have never seen a situation where national security was the key issue in a decision we had to make here as parliamentarians. I did not see that in the Quebec National Assembly.
My colleague from British Columbia remembers very well what I said a few moments ago in the House, that there is indeed a precedent. It was in 2010, when Speaker Milliken said that, indeed, documents could be made public. We Conservatives were in government at the time, and we had more than a few reservations.
Need I repeat that these were two completely different situations? One involved a war situation in Afghanistan about ten years ago, and now we are talking about unfortunate administrative decisions involving a Canadian government agency and laboratory.
These are two completely different situations that require us to get to the bottom of things. That is what we want to do.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Colombie‑Britannique. Je tiens à nouveau, et avec grand plaisir, à saluer la qualité exceptionnelle de son français. C'est vraiment impressionnant et cela nous inspire tous à apprendre l'autre langue officielle de manière à parler les deux langues officielles.
Mon collègue soulève une très bonne question. Personnellement, non, je n'ai jamais vécu une situation où, justement, la sécurité nationale était au cœur d'une décision que nous devons prendre, ici, comme parlementaires. Je n'ai pas connu cela à l'Assemblée nationale du Québec.
Mon collègue de Colombie-Britannique se souvient très bien de ce que j'ai dit il y a quelques instants à la Chambre, à savoir qu'il y a effectivement un précédent. C'était en 2010, lorsque le Président Milliken avait dit que, en effet, des documents pouvaient être rendus publics. Au gouvernement — les conservateurs formaient le gouvernement à ce moment-là —, nous avions quelques réserves.
Dois‑je répéter qu'il s'agit de deux situations complètement différentes? Il s'agit d'une situation de guerre en Afghanistan il y a une dizaine d'années, et, aujourd'hui, de décisions administratives malheureuses concernant une agence et un laboratoire du gouvernement canadien.
Ce sont deux situations complètement différentes qui commandent, justement, d'aller au fond des choses. C'est ce que nous souhaitons.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his speech and for the interesting debate this evening.
For all the tea in China, no one will convince me that there is no pattern to the Liberal government's behaviour. It has a tendency to hide certain things and has shown a lack of transparency, and even a lack of ethics, in several matters. The recent WE Charity decision comes to mind, but there have been other instances where the government lacked transparency.
I would like to hear my colleague's opinion on this.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son intervention et du débat intéressant de ce soir.
On constate, en bon chinois, un pattern avec le gouvernement libéral, qui a tendance à vouloir cacher certaines choses et qui fait preuve d'un manque de transparence, et même d'un manque d'éthique, dans plusieurs dossiers. On peut penser à la récente décision sur l'organisme UNIS, mais également à d'autres absences de transparence de la part du gouvernement.
J'aimerais entendre l'opinion de mon collègue à ce sujet.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague from Shefford. I appreciate the effort she puts into her work here in the House and in her parliamentary duties.
She used the phrase, “for all the tea in China”. I, for one, am not going to make offensive parallels, as the government did in referring to xenophobia, for example.
Being transparent is important, especially for a government that got elected in 2015 by saying that Canada was being obfuscated by the government of the day, that it was going to bring in transparency, that it was going to do everything to be accountable to the public, and so on.
The government just forgot one thing: It no longer remembers what it said in 2015, just as it no longer remembers promising that this was the last time we would have this type of election in our parliamentary system. It also told us that we would run three modest deficits and then achieve a zero deficit. Four years later, the exact opposite is true.
There is one thing, however, that the government did promise—
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de Shefford. J'apprécie le travail studieux qu'elle effectue ici, à la Chambre, et lors de ses travaux parlementaires.
Elle a dit: « en bon chinois ». Moi, je ne ferai pas de parallèle odieux, comme l'a fait le gouvernement en parlant de xénophobie, notamment.
En effet, il est important d'être transparent, particulièrement quand on s'est fait élire en 2015 en disant que le Canada était obscurci par le gouvernement de l'époque, qu'il allait instaurer la transparence, qu'il allait tout faire pour rendre compte à la population, et ainsi de suite.
Il a juste oublié une chose: il ne se souvient plus du tout de ce qu'il avait dit en 2015, au même titre qu'il a complètement oublié la promesse qu'il avait faite, selon laquelle c'était la dernière fois que nous avions ce type d'élection dans notre système parlementaire. Il nous avait aussi dit que nous ferions trois petits déficits, pour finalement nous promettre zéro déficit. Quatre ans plus tard, c'est exactement le contraire.
Il y a toutefois une chose que le gouvernement avait promise...
View John Brassard Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I was very pleased today to hear the Speaker rule that Parliament does reign supreme. Six years ago, the government said that it would be transparent by default. In fact, as the hon. member was speaking, I was reading the mandate letters of many of the ministers, and every single one of those mandate letters speaks to that. However, what we have seen from the government is a pattern and a history of trying to hide things.
Could the hon. member speak about this pattern, this history and the impact that has not just on our democracy, but on the transparency and accountability of Parliament.
Madame la Présidente, j’ai été ravi aujourd’hui d’entendre la présidence statuer que le Parlement a le pouvoir suprême. Il y a six ans, le gouvernement a indiqué qu’il serait transparent par défaut. En fait, pendant l'intervention du député, je lisais les lettres de mandat de nombreux ministres, et chacune de ces lettres fait référence à cette transparence. Pourtant, nous avons vu une tendance se dessiner: le gouvernement tente toujours de nous cacher des choses.
Le député pourrait-il nous parler de cette tendance et de son incidence non seulement sur notre démocratie, mais sur la transparence et la responsabilité du Parlement.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, I want to pay all my respects to my colleague from Barrie—Innisfil. I deeply appreciate his work as a member of Parliament for his constituents and for what he believes in and fights for. I can assure him that he is a very important key player in each and every decision we have to make in caucus.
This is why we want to address the issue of transparency. Yes, it is important to know what happened in the country, especially when we are talking about laboratories. When the Prime Minister and his party were elected in 2015, we remember them saying they would start a new era in Canada, that Canada was back, that they would be more transparent, be more close with people and they would tell the truth at each and every step of the way.
However, without a shadow of a doubt, six years later we can see so many broken promises, especially the one about transparency, except for one. The Prime Minister said during his campaign in 2015 that he would create a committee for national security. He just missed one thing in his promise. He did not say that at the end of this committee, the veto would be held by the Prime Minister. This is the key element of that decision.
Madame la Présidente, je veux signifier tout mon respect à mon collègue de Barrie-Innisfil. Je reconnais la grande valeur de ce qu’il fait pour ses électeurs, de ce en quoi il croit et de ce pour quoi il se bat. Je peux lui assurer qu’il est un acteur clé très important dans chacune des décisions que nous devons prendre en caucus.
C’est pourquoi nous voulons aborder la question de la transparence. Oui, il est important de savoir ce qui s’est passé dans le pays, surtout lorsque nous parlons des laboratoires. Lorsque le premier ministre et son parti ont été élus en 2015, nous nous souvenons qu’ils ont dit qu’ils allaient commencer une nouvelle ère au Canada, que le Canada était de retour, qu’ils seraient plus transparents, plus proches des gens et qu’ils diraient la vérité à chaque étape du processus.
Cependant, sans l’ombre d’un doute, six ans plus tard, nous pouvons constater que tant de promesses n’ont pas été tenues, surtout celle sur la transparence, sauf une. Le premier ministre a déclaré pendant sa campagne en 2015 qu’il créerait un comité pour la sécurité nationale. Il a juste omis de préciser une chose dans sa promesse. Il n’a pas dit qu’à l’issue de ce comité, le premier ministre aurait droit de veto. C’est l’élément clé de cette décision.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I certainly learned a lot from the House leader of the opposition's references to the times when Stephen Harper was found in contempt. However, what I find troubling is that he said that it was different back then because lives were on the line and we were in war.
How does he know lives are not on the line now? In fact, he does not know. When he said that, he followed it up by saying he did not know if lives were on the line. Quite simply, why would he be willing to put lives on the line if the possibility exists?
Madame la Présidente, j’ai certainement beaucoup appris des renvois du leader parlementaire de l’opposition aux moments où Stephen Harper a été reconnu coupable d’outrage. Cependant, ce que je trouve troublant, c’est qu’il a dit que c’était différent à l’époque parce que des vies étaient en jeu et que nous étions en guerre.
Comment sait-il que des vies ne sont pas en jeu aujourd’hui? En fait, il ne le sait pas. Lorsqu’il a dit cela, il a poursuivi en disant qu’il ne savait pas si des vies étaient en jeu. Tout simplement, pourquoi serait-il prêt à mettre des vies en danger si la possibilité existe?
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, the answer is in the hands of the clerk. The clerk is the one who will review documents and will realize if there are some lives in danger. However, let me remind members that in 2010, we were talking about a war zone. I do not think Winnipeg is in a war zone, and I hope the army of a foreign country is not there. If it is, for sure we want to go deep into this situation, but I really hope it is not the case.
Madame la Présidente, la réponse est entre les mains du greffier. C’est le greffier qui va examiner les documents et qui va voir s’il y a des vies en danger. Cependant, permettez-moi de rappeler aux députés qu’en 2010, nous parlions d’une zone de guerre. Je ne pense pas que Winnipeg soit dans une zone de guerre, et j’espère que l’armée d’un pays étranger ne s’y trouve pas. Le cas échéant, nous voudrons certainement approfondir cette situation, mais j’espère vraiment qu’il n’en est rien.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I would typically start a speech by saying how happy I am to be speaking to a particular bill or motion, but I am not going to start my speech this way because, quite frankly, I am not happy to be speaking to this motion and would like to tell the House why.
Canada is in the middle of a global pandemic. The Public Health Agency of Canada is at the forefront of this fight against COVID-19 and doing everything in its power to help Canadians stay safe.
Now, I am getting heckled from members of the other side because they clearly perhaps do not think the Public Health Agency is at the forefront. They are entitled to their opinion, through those heckles, but I would like to take the opportunity to explain to them what the Public Health Agency is doing on the front lines.
When it comes to vaccine distribution, to date this includes sending over 33.8 million vaccines to provinces and territories, with millions more arriving in the weeks and months to come. It includes $284 million in strengthening provincial vaccine distributions.
The Public Health Agency is also assisting with respect to hot spots throughout the country. This includes working closely with provinces and territories to support them in the responsibilities to deliver health care. Through the safe restart agreement, $7.5 billion has been invested to help provinces and territories access the PPE they need. We are also investing in contact tracing and testing to help prevent the spread of COVID-19 and increased hospitalizations.
Testing assistance is another thing the Public Health Agency is doing. Canadians have been tested for COVID-19 35,830,746 times, and we continue to have a high rate of testing. We are constantly working with provinces and territories to increase laboratory capacity and the number of tests done per day, and the safe restart agreement has supported provinces to increase their testing capacity.
The Public Health Agency is also supporting direct lab assistance. We have six federal labs that are up and running to support provincial lab capacity by processing an additional 6,000 tests every single day in this country.
On border protection, the Public Health Agency, since March 2020, has deployed its employees to keep our borders secure. More than 180 public health officers are currently present at points of entry across the country. Travellers' quarantine plans are verified upon entry into Canada. We have made up to 4,600 calls every day to verify travellers' compliance with these mandatory requirements, and when needed, cases are referred to law enforcement.
Isolation is another thing the Public Health Agency is assisting with. The safe voluntary isolation sites program is helping more than 15 cities, municipalities and health regions provide safe, accessible places for people who receive a positive COVID-19 diagnosis to self-isolate to keep them and their households safe and prevent community transmission.
While the Public Health Agency is at the forefront of the fight to protect Canadians from COVID-19, the Conservatives want to hold the agency in contempt of Parliament. Why do they want to do this? It is because the Public Health Agency of Canada was not prepared to provide documents that could threaten the national security of Canada without appropriate safeguards.
The Public Health Agency should be spending all of its time and effort right now fighting COVID-19, but instead it has to spend its time fighting self-serving Conservative partisanship. The hypocrisy that comes from the Conservatives is astounding. They claim to be the party of law and order, but they are willing to put the national security of Canada at risk at the first opportunity because they believe it helps their partisan self-interest.
Conservatives want to distract the Public Health Agency of Canada from fighting the pandemic because it is good for the Conservative Party. This is pathetic. This shows the true colours of the Conservative Party under the leadership of this Leader of the Opposition.
We do not deny that the House has the power to order documents. However, just because we can do something, that does not mean we should. It might come across as a cliché, but with that great power that we have here does indeed come great responsibility. Conservatives have chosen power without responsibility, for nothing more than a fishing expedition in search of political gain, all at the expense of those who have been supporting us these past 15 months.
As I indicated in my intervention in response to the question of privilege from the House leader of the official opposition, the opposition day motion from the Conservatives lacked any meaningful mechanism to ensure the confidential information contained in the papers ordered to be provided to the public.
The member is now proposing that the Minister of Health table unredacted documents in the House, which means they would become public. Let that sink in for a moment. Conservatives want documents that could threaten the national security of Canada to immediately be made public. How reckless and irresponsible. This is the modern Conservative Party of Canada.
Now let us talk for a minute about what we as a government propose, so that we could ensure that MPs have access to these sensitive documents, while also ensuring that the national security of Canada is protected.
Before I do that, I would like to point out that one of the highest priorities of any government should be to protect information that could harm the national security interests of Canada. This should be the priority, quite frankly, of any party that purports to position itself to be the government in waiting.
While Conservatives like to give themselves fancy titles like “shadow minister” and pretend as if they are ready to govern, they have failed the most basic test of any party that seeks to form government. They are willing to sacrifice the national security of Canada, simply because they can and because they cannot control their innate instincts to overreact and act recklessly when they think it helps their partisan self-interest. I think this tells Canadians all they need to know about the Conservative Party of Canada under the leadership of this leader. They are simply not ready.
The government took a responsible approach to the documents by referring the matter and providing unredacted documents to the national security committee of parliamentarians, given the expertise of the members of the committee in matters of national security.
I would note that there are two Conservatives who sit on that committee. Why the Conservative Party does not trust them is beyond me, but perhaps it should look at replacing them with people it does trust. This approach is similar to what the Conservative government did in 2010 with the Afghan detainee documents.
Providing the unredacted documents to NSICOP respects the balance of interests between the rights of parliamentarians to have access to information and the obligations of the government to protect information related to national security.
As I have stated in the House previously, NSICOP has a broad mandate to review Canada's “legislative, regulatory, policy, administrative and financial framework for national security and intelligence”. It may also review “any activity carried out by a department that relates to national security or intelligence”.
Committee members come from both Houses of Parliament. It is a body that was created by an act of Parliament, by parliamentarians from both the House and the other place. All members hold top-secret security clearance and are permanently bound to secrecy under the Security of Information Act. The mandate also states, “Members swear an oath or solemn affirmation indicating that they will obey and uphold the laws of Canada, and not communicate or inappropriately use information obtained in confidence as part of their responsibilities on that committee.”
NSICOP was created for exactly these types of situations and is the appropriate place for the review of these documents. By proceeding in this way, the government has ensured that information that may be injurious to Canada's national interest, that could compromise national security or the privacy rights of Canadians, or that may be related to an ongoing criminal investigation can be protected.
This leads me to my next point: Why? Given that the government chose a responsible approach, similar to the process that the Conservatives used in 2010 for the documents that they released, so that they have access to information while protecting national security, why have Conservatives decided to proceed with this question of privilege? The simple answer is obstruction. They do not want the budget implementation act to move forward, despite the fact that it includes key measures for Canadians.
First is the extension of the Canada emergency wage subsidy, the Canada emergency rent subsidy and the lockdown support, all these, until September 25, 2021. These are due to expire this month unless Parliament approves the extension. Second is the extension of important income for Canadians, such as the Canada recovery benefit and the Canada recovery caregiving benefit. Third is establishing a new Canada recovery hiring program, which would help businesses with the costs of hiring new workers during the recovery. Fourth is an increase in old age security for those over 75, to provide seniors with better financial security when their savings may run out.
Enhancing the Canada workers benefit would mean more money for low-income Canadians. It would support about one million Canadians and lift nearly 100,000 people out of poverty. The budget would also enhance employment insurance sickness benefits from 15 to 26 weeks. It would establish a $15-an-hour federal minimum wage. It would extend the waiver of interest on federal student loans and apprentice loans to March 2023. It would provide for emergency top-up of $5 billion for provinces and territories, specifically $4 billion through the Canada health transfers to help—
Madame la Présidente, je commencerais normalement par dire combien je suis heureux de parler d’un projet de loi ou d’une motion, mais je ne commencerai pas mon intervention de cette manière parce qu’à vrai dire, je ne suis pas heureux de parler de cette motion et je souhaite expliquer pourquoi à la Chambre.
Le Canada est en pleine pandémie mondiale. L’Agence de la santé publique du Canada est en première ligne dans la lutte contre la COVID-19 et fait tout ce qui est en son pouvoir pour aider les Canadiens à se protéger.
Je me fais huer par les députés d’en face parce qu’ils ne pensent manifestement pas que l’Agence de la santé publique est en première ligne. Ils ont le droit d’avoir leurs opinions, qu’ils expriment par ces huées, mais je voudrais en profiter pour leur expliquer ce que l’Agence de la santé publique fait sur le terrain.
En ce qui concerne la distribution des vaccins, l’Agence a envoyé à ce jour plus de 33,8 millions de vaccins aux provinces et aux territoires, et des millions d’autres arriveront dans les prochaines semaines et les prochains mois. Elle a consacré 284 millions de dollars au renforcement de la distribution provinciale des vaccins.
L’Agence de la santé publique aide aussi par rapport aux foyers d’infection dans tout le pays. Cela comprend travailler en étroite collaboration avec les provinces et les territoires afin de les aider à s’acquitter de la responsabilité de soigner. Dans le cadre de l’Accord sur la relance sécuritaire, 7,5 milliards de dollars sont investis pour aider les provinces et les territoires à se procurer l’équipement de protection individuelle dont ils ont besoin. Nous investissons aussi dans la recherche de contacts et les tests de dépistage pour enrayer la propagation de la COVID-19 et éviter une augmentation des hospitalisations.
L’Agence de la santé publique apporte également une aide au dépistage. Il y a eu à ce jour au Canada 35 830 746 tests de dépistage de la COVID-19, et ces tests continuent d’être nombreux aujourd’hui. Nous travaillons constamment avec les provinces et les territoires pour augmenter la capacité des laboratoires et le nombre de dépistages par jour, et l’Accord sur la relance sécuritaire aide les provinces pour qu’elles augmentent leur capacité de dépistage.
L’Agence de la santé publique soutient aussi l’aide directe de laboratoires. Six laboratoires fédéraux sont prêts à appuyer les laboratoires provinciaux en analysant 6 000 prélèvements supplémentaires par jour dans le pays.
Par ailleurs, depuis mars 2020, l’Agence de la santé publique déploie ses employés pour assurer la sécurité de nos frontières. Plus de 180 agents de santé publique sont actuellement présents aux points d’entrée dans tout le pays. Les plans de quarantaine des voyageurs sont vérifiés à leur arrivée au Canada. Nous faisons jusqu’à 4 600 appels par jour pour vérifier qu’ils respectent leurs obligations et, au besoin, des cas sont signalés aux services de police.
L’Agence de la santé publique apporte également son aide en matière d’isolement. Le programme des centres d’isolement volontaire sûrs aide plus d’une quinzaine de villes, de municipalités et de régions sanitaires à offrir des endroits sécuritaires et accessibles aux personnes qui reçoivent un diagnostic positif de COVID-19 où elles peuvent s’isoler afin d’assurer leur propre sécurité et celle de leur famille et de prévenir la transmission communautaire.
Pendant que l’Agence de la santé publique est en première ligne pour protéger les Canadiens contre la COVID-19, les conservateurs veulent l’accuser d’outrage au Parlement. Pour quelle raison? Parce que l’Agence de la santé publique du Canada n’était pas disposée à fournir, en l’absence de mesures de sauvegarde appropriées, des documents susceptibles de mettre en péril la sécurité nationale du Canada.
En ce moment, l’Agence de la santé publique devrait consacrer tout son temps et tous ses efforts à lutter contre la COVID-19 au lieu de perdre son temps à se défendre contre les tactiques partisanes des conservateurs qui servent leur propre intérêt. Les conservateurs font preuve d’une hypocrisie déconcertante. Ils prétendent être le parti de la loi et de l’ordre, mais ils sont prêts à mettre en péril la sécurité nationale du Canada à la première occasion parce qu’ils pensent que cela sert leurs intérêts partisans.
Les conservateurs veulent détourner l’attention de l’Agence de la santé publique du Canada de la lutte contre la pandémie parce que c’est bon pour le Parti conservateur. C’est pathétique. Cela montre le vrai visage du Parti conservateur sous la direction de ce chef de l’opposition.
Nous ne nions pas que la Chambre a le pouvoir d’ordonner la production de documents. Ce n’est toutefois pas parce que nous pouvons faire quelque chose que nous devons le faire. C’est peut-être un cliché, mais le grand pouvoir que nous détenons ici s’accompagne d’une grande responsabilité. Les conservateurs ont choisi le pouvoir sans la responsabilité, dans l’unique but de faire des gains politiques au détriment des personnes qui nous soutiennent depuis 15 mois.
Comme je l’ai dit dans mon intervention en réponse à la question de privilège du leader de l’opposition officielle à la Chambre, la motion présentée par les conservateurs le jour de l’opposition ne proposait aucun mécanisme concret visant à garantir la confidentialité des renseignements contenus dans les documents dont il est ordonné qu’ils soient rendus publics.
Le député propose maintenant que la ministre de la Santé dépose à la Chambre des documents non censurés, ce qui signifie qu’ils deviendraient publics. Réfléchissons un instant. Les conservateurs veulent que des documents susceptibles de mettre en péril la sécurité nationale du Canada soient rendus publics immédiatement. Comme c’est imprudent et irréfléchi. Voilà le visage moderne du Parti conservateur du Canada.
Parlons maintenant de ce que nous proposons, en tant que gouvernement, pour faire en sorte que les députés aient accès à des documents sensibles, tout en veillant à ce que la sécurité nationale du Canada soit protégée.
Avant de le faire, j'aimerais souligner que l'une des plus grandes priorités de tout gouvernement devrait être de protéger les renseignements susceptibles de compromettre la sécurité nationale du Canada. Cela devrait être la priorité, bien franchement, de tout parti qui prétend former le prochain gouvernement.
Bien que les conservateurs aiment se donner des titres ronflants comme « ministre du cabinet fantôme » et prétendre qu'ils sont prêts à gouverner, ils n'ont pas su remplir le critère le plus fondamental pour tout parti qui aspire au pouvoir. Ils sont prêts à sacrifier la sécurité nationale du Canada, simplement parce qu'ils le peuvent et parce qu'ils n'arrivent pas à maîtriser leurs instincts qui les poussent à réagir de manière excessive et à agir sans égard aux conséquences lorsqu'ils jugent que cela sert leurs intérêts partisans. Voilà qui, selon moi, montre aux Canadiens tout ce qu'ils doivent savoir sur le Parti conservateur du Canada sous la direction de ce chef. Les conservateurs ne sont tout simplement pas prêts.
Le gouvernement a adopté une approche responsable à l'égard de la production des documents en renvoyant l'affaire et en fournissant des documents non caviardés au comité de la sécurité nationale, dont les membres ont une expertise en la matière.
Je tiens à souligner que deux conservateurs siègent à ce comité. Je ne comprends pas pourquoi le Parti conservateur ne leur fait pas confiance, mais il devrait peut-être envisager de les remplacer par des personnes en qui il a confiance. Cette approche est similaire à celle que le gouvernement conservateur a privilégiée en 2010 avec les documents sur les détenus afghans.
Le fait de fournir au Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement des documents non expurgés respecte l'équilibre des intérêts entre le droit d'accès à l'information des parlementaires et l'obligation du gouvernement de protéger les renseignements liés à la sécurité nationale.
Comme je l'ai déjà affirmé à la Chambre, le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement est investi d'un vaste mandat visant à examiner « les cadres législatif, réglementaire, stratégique, financier et administratif de la sécurité nationale et du renseignement » du Canada, ainsi que « toutes les activités des ministères liées à la sécurité nationale ou au renseignement ».
Les membres du Comité proviennent des deux Chambres du Parlement. C'est un organe qui a été créé par une loi du Parlement, par des parlementaires de la Chambre et de l'autre endroit. Tous les membres détiennent une habilitation de sécurité de niveau très secret et sont tenus au secret de façon permanente conformément à la Loi sur la sécurité de l'information. Le mandat stipule également ce qui suit: « Les membres prêtent un serment ou une affirmation solennelle indiquant qu’ils obéiront et respecteront les lois du Canada et qu’ils ne communiqueront pas ou n’utiliseront pas de manière inappropriée les renseignements obtenus en toute confidentialité dans le cadre de leurs responsabilités relatives au Comité. »
Le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement a précisément été créé pour ce genre de situation et c’est l’organisme approprié pour examiner ce genre de document. En procédant de cette façon, le gouvernement s’est assuré que les informations susceptibles de nuire à l’intérêt national du Canada, à la sécurité nationale ou aux droits à la vie privée des Canadiens, ou d’être liées à une enquête criminelle en cours restent protégées.
Cela m’amène au point suivant: étant donné que le gouvernement a choisi une approche responsable, semblable à celle que les conservateurs ont utilisée en 2010 pour les documents qu’ils ont divulgués et qui consistait à donner accès à des informations tout en protégeant la sécurité nationale, pourquoi les conservateurs ont-ils décidé d’invoquer cette question de privilège? La seule réponse possible est l’obstruction. Ils ne veulent pas que le projet de loi d'exécution du budget soit adopté, même s'il contient des mesures importantes pour les Canadiens.
Cette mesure législative prévoit premièrement la prolongation jusqu’au 25 septembre 2021 de la Subvention salariale d’urgence du Canada, de la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer et du soutien en cas de confinement. Ces aides sont censées expirer à la fin du mois, à moins que le Parlement n’en approuve la prolongation. Deuxièmement, le projet de loi propose la prolongation de mesures d'aide importantes pour les Canadiens, comme la Prestation canadienne de relance économique et la Prestation canadienne de relance économique pour les proches aidants. Troisièmement, il propose de mettre en œuvre un programme d’embauche pour la relance économique du Canada, qui permettra d’aider les entreprises à embaucher de nouveaux employés au sortir de la crise. Quatrièmement, le projet de loi propose une augmentation des prestations de la Sécurité de la vieillesse pour les plus de 75 ans, afin d’offrir une plus grande sécurité financière aux personnes âgées qui n’ont pas accumulé une épargne suffisante.
La bonification de l’Allocation canadienne pour les travailleurs sera bénéfique pour les gagne-petit, soit environ 1 million de Canadiens, et permettra de sortir près de 100 000 personnes de la pauvreté. Le budget propose également de faire passer les prestations de maladie de l’assurance-emploi de 15 à 26 semaines; d’instaurer un salaire minimum fédéral de 15 $ l’heure; de suspendre les intérêts sur les prêts fédéraux des étudiants et des apprentis jusqu’en mars 2023; et de débloquer des versements complémentaires aux provinces et aux territoires de l’ordre de 5 milliards de dollars, notamment 4 milliards de dollars pour des transferts en santé...
View John Brassard Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I rise on a point of order. While I appreciate the hon. member's intervention, we are dealing with the motion related to the question of privilege, so perhaps the member would like to spend time talking about why his government redacted the document and is not being transparent.
Madame la Présidente, j’invoque le Règlement. L’intervention du député n’est pas dénuée d’intérêt, mais nous sommes saisis d’une motion concernant une question de privilège. Il serait donc souhaitable que le député nous explique pourquoi son gouvernement a caviardé le document et a manqué de transparence.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I have to give the member the leeway to explain why he is making his points.
Je dois accorder au député le temps d’expliquer pourquoi il présente ces arguments.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I can understand why the Conservatives do not want to hear this. I am telling members why it is that they are choosing this path right now, why they do not want to talk about these things and why the member for Carleton stood up here for 45 minutes on a question of privilege that had nothing to do with privilege. It is because they do not want to debate and discuss these meaningful implementations for Canadians.
This is despite the fact that members of Parliament from all parties in this House have debated this legislation for a combined 22 hours, hearing from more than 160 speakers. The House of Commons Standing Committee on Finance has studied the bill exhaustively for more than 40 hours, hearing from 132 witnesses, and the minister appeared before the committee to address the members' questions.
The Conservatives are also obstructing because they do not want Bill C-12, the net-zero legislation, to pass. Why do they not want this to pass? It should not be a surprise to anybody that they do not even believe in climate change. Do not take my word for it, Madam Speaker. The member—
Madame la Présidente, je peux comprendre pourquoi les conservateurs ne veulent pas entendre cela. Je dis à nos collègues pourquoi ils choisissent cette voie maintenant, pourquoi ils ne veulent pas parler de ces choses et pourquoi le député de Carleton a pris la parole pendant 45 minutes sur une question de privilège qui n’avait rien à voir avec le privilège. C’est parce qu’ils ne veulent pas débattre et discuter de ces mesures, qui sont importantes pour les Canadiens.
Cela, en dépit du fait que les députés de tous les partis à la Chambre ont débattu de ce projet de loi pendant 22 heures en tout et entendu plus de 160 intervenants. Le Comité permanent des finances de la Chambre des communes a étudié le projet de loi en profondeur pendant plus de 40 heures, il a entendu 132 témoins, et la ministre a comparu devant le Comité pour répondre aux questions des députés.
Les conservateurs font aussi de l’obstruction parce qu’ils ne veulent pas que le projet de loi C‑12, le projet de loi sur la carboneutralité, soit adopté. Pourquoi ne veulent-ils pas que ce projet de loi soit adopté? Personne ne sera surpris d’apprendre qu’ils ne croient même pas aux changements climatiques. Ne me croyez pas sur parole, madame la Présidente. Mon collègue...
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I am rising on a point of order. Although I am enjoying this, I find that you have given the member lots of leeway. Could we get him back to, perhaps, where he is going on this? It seems like it is just an attack and not actually talking about the relevance of this motion.
Mr. Mark Gerretsen: On that point of order—
Mrs. Karen Vecchio: No, no, you are speaking. I do not think you have to make a point of order.
Madame la Présidente, j’invoque le Règlement. Bien que ce débat soit très plaisant, je trouve que vous avez donné beaucoup de latitude à ce collègue. Peut-être pourrions-nous lui demander où il veut en venir? Il me semble que ce n’est qu’une attaque et qu’on ne parle pas vraiment de la pertinence de cette motion.
M. Mark Gerretsen: Au sujet de ce rappel au Règlement...
Mme Karen Vecchio: Non, non, vous avez la parole. Je ne pense pas que vous ayez à invoquer le Règlement.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I just want to add briefly to the point of order from the previous member.
The member for Kingston and the Islands frequently rises on points of order with respect to the relevance of other members' comments. I wonder if there is some basis for insisting that he be held to the same standard that he seeks to apply to other members.
Madame la Présidente, j’aimerais ajouter quelques mots au rappel au Règlement de notre collègue précédente.
Le député de Kingston et les Îles invoque fréquemment le Règlement au sujet de la pertinence des observations de nos collègues. Je me demande s’il y a lieu d’insister pour qu’il soit assujetti aux mêmes normes que celles qu’il cherche à appliquer à ses collègues.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
We are entering the domain of debate here.
I would like to encourage the member to please stick to the subject of discussion.
The hon. member for Kingston and the Islands.
Nous sommes en train d’entamer un débat.
J’invite le député à s’en tenir au sujet de la discussion.
Le député de Kingston et les Îles a la parole.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, before I continue, I just want to make sure that the clock was stopped during that time. I believe the clock continued to run while the member for Elgin—Middlesex—London was talking. I just want to make sure that we will backtrack that.
I do not blame her for trying to interject on me there. When a party does not believe in climate change, it makes sense that any time somebody brought that to anybody's attention, it would want to shut it down. However, the Conservatives—
Madame la Présidente, avant de poursuivre, je veux m’assurer que le chronomètre a été arrêté pendant ce temps. Je crois que l’horloge a continué de tourner pendant que la députée d’Elgin—Middlesex—London parlait. Je veux simplement m’assurer que nous ramènerons l’horloge en arrière.
Je ne la blâme pas de m’interrompre ici. Lorsqu’un parti ne croit pas aux changements climatiques, il est logique que, chaque fois que quelqu’un porte cela à l’attention de qui que ce soit, il veuille y mettre fin. Cependant, les conservateurs...
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
I am rising on a point of order, Madam Speaker. I appreciate this, but I find that he continues with the irrelevance of this conversation that he continues to have. If he could get back to it, because he is now absolutely misleading people. I believe in climate change, and I do not feel—
J’invoque le Règlement, madame la Présidente. Je comprends la situation, mais je trouve que le député continue à manquer de pertinence dans cette conversation. Pourrait-il revenir au sujet au lieu d’induire les Canadiens en erreur? Je crois au changement climatique et je ne pense pas...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Hon. member, please. We do not start a debate in the middle of the debate on a question of privilege. I would encourage the member to please go to the question of privilege and speak to it.
Monsieur le député, je vous en prie. Ne commençons pas un autre débat alors que nous débattons d’une question de privilège. J’invite le député à revenir à la question de privilège et à s'en tenir à ce sujet.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, once again I was interrupted, a second time, because the Conservatives do not believe in climate change. I can understand why this is something that is tough for them to swallow, but the truth hurts sometimes and they are going to have to listen to it. This is what happens when 54% of Conservatives, in their party, say they do not believe in climate change. Members could go back and review the records from their most recent annual convention.
The Conservatives want to obstruct the passing of Bill C-10 which would update our Broadcasting Act to support our cultural sector. They continue to distort and hijack the issue by helping the web giants. The reality is those web giants are taking more of the share of how we listen to our music, watch TV and watch movies. Unless they are brought into the Canadian regulatory framework, then we will lose our cultural sovereignty.
That is precisely why Bill C-10 was brought forward and why we need to ensure that it is adopted. The Conservatives also want—
Madame la Présidente, j’ai encore une fois été interrompu parce que les conservateurs ne croient pas au changement climatique. Je comprends que ce soit quelque chose qu’ils ont du mal à assimiler, mais la vérité est parfois dure à entendre, et il va bien falloir qu’ils s’y fassent. C’est ce qui arrive quand 54 % des membres de leur parti disent qu’ils ne croient pas au changement climatique. Il suffit, pour en avoir la preuve, de voir ce qui s'est passé à leur dernier congrès annuel.
Les conservateurs veulent entraver l’adoption du projet de loi C-10, qui permettrait d’actualiser notre Loi sur la radiodiffusion dans le but de venir en aide à notre secteur culturel. Ils n’ont de cesse de détourner les enjeux pour aider les géants du Web. Or, les géants du Web prennent une part de plus en plus importante dans la musique que nous écoutons, dans la télévision que nous regardons et dans les films que nous visionnons. Si nous ne parvenons pas à les assujettir à notre système de réglementation canadien, nous perdrons de notre souveraineté culturelle.
C’est exactement ce que le projet de loi C-10 propose et c’est la raison pour laquelle nous devons l’adopter. Les conservateurs veulent aussi...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The member for Abbotsford, on a point of order.
Le député d’Abbotsford invoque le Règlement.
View Ed Fast Profile
CPC (BC)
View Ed Fast Profile
2021-06-16 19:21
Madam Speaker, we have had a number of points of order made, all pointing to the fact that this member is not following the rule of relevance. If you wish, I would be glad to read the motion that is before us. It is a motion of contempt against the Liberal government and the Public Health Agency of Canada. That is what we are debating—
Madame la Présidente, plusieurs rappels au Règlement ont été faits au sujet du manque de pertinence du discours du député. Si vous le permettez, je suis prêt à donner lecture de la motion dont nous sommes saisis. Il s’agit d’une motion d’outrage au Parlement présentée contre le gouvernement libéral et l’Agence de la santé publique du Canada. C’est de cela que nous sommes en train de discuter...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I have asked to consult a table officer on this issue.
The hon. member for Kingston and the Islands on the point of order.
J’ai demandé à consulter un greffier sur cette question.
Le député de Kingston et les Îles souhaite intervenir sur le même rappel au Règlement.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, as I indicated earlier on, the reason I am raising these points is to explain to the House why I believe the Conservatives have introduced this motion, so it is completely relevant.
Madame la Présidente, comme je l’ai déjà indiqué, je soulève ces points dans le but d’expliquer à la Chambre les raisons pour lesquelles, à mon avis, les conservateurs ont présenté cette motion, et c’est donc tout à fait pertinent.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I am prepared to give a bit of leeway in the way the hon. member brings the subject forth, but we do have to go back to the subject of the motion.
Je suis prête à donner une certaine marge de manœuvre au député, mais il doit revenir au sujet de la motion.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, the Conservatives also want to obstruct the passage of Bill C-6, which brings forward amendments to the Criminal Code and moves us closer to seeing an end to the damaging practice of conversion therapy, a practice that continues to harm the LGBTQ communities in Canada and around the world.
This harmful practice must finally—
Madame la Présidente, les conservateurs veulent aussi empêcher l'adoption du projet de loi C‑6, qui propose d'apporter des modifications au Code criminel et nous rapproche de l'objectif de mettre un terme aux thérapies de conversion, une pratique qui continue de causer du tort aux membres des communautés LGBTQ au Canada et partout dans le monde.
Cette pratique néfaste doit enfin...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The hon. member for Abbotsford, on a point of order.
Le député d'Abbotsford invoque le Règlement.
View Ed Fast Profile
CPC (BC)
View Ed Fast Profile
2021-06-16 19:23
Madam Speaker. I have now heard this member address everything but the motion. He has touched on the budget implementation legislation, Bill C-30. He skated over to Bill C-10. Then he skated over to Bill C-6. What other legislation is he going to touch on before he gets back to this motion?
Madame la Présidente, j'ai entendu le député parler de tout jusqu'à maintenant, sauf de la motion. Il a parlé du projet de loi d'exécution du budget, le projet de loi C‑30. Il est passé ensuite au projet de loi C‑10. Puis il est passé au projet de loi C‑6. De quel autre projet de loi va-t-il nous parler avant de revenir à la motion?
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
If I may, the hon. member started, in the first nine minutes or so of this intervention, to speak strictly to the question of privilege. It is in the past five minutes that he has been on this subject.
Si je peux me permettre, au cours des neuf premières minutes environ de cette intervention, le député a parlé uniquement de la question de privilège. Il parle de ce sujet depuis les cinq dernières minutes.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I am trying to explain to the House why it is that I believe the Conservatives have brought forward this motion. It is hard to listen to this. I can appreciate the member for Abbotsford does not want to hear this.
However, the reality is that there are people in our LGBTQ community across this country who are subject to a horrific practice, and this Conservative Party is holding up the government, with the Bloc and the NDP, passing important legislation to keep these Canadians safe.
Conservatives continue to obstruct the passage of this bill. In fact, two members of their caucus, the member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan and the member for Cloverdale—Langley City recently produced a video that highlights the benefits of professional counselling to challenge gay sexual behaviour.
Madame la Présidente, je tente d'expliquer à la Chambre pourquoi, à mon avis, les conservateurs ont présenté cette motion. C'est difficile à entendre. Je comprends que le député d'Abbotsford ne veuille pas entendre cela.
Toutefois, le fait est que nous avons des membres de notre communauté LGBTQ au pays qui sont soumis à cette pratique horrible, et le Parti conservateur empêche le gouvernement, avec le Bloc et le NPD, d'adopter cet important projet de loi pour assurer la sécurité de ces Canadiens.
Les conservateurs continuent de faire de l'obstruction pour empêcher l'adoption de ce projet de loi. En fait, deux membres de son caucus, le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan et la députée de Cloverdale—Langley City ont réalisé dernièrement une vidéo qui présente les avantages de consulter un professionnel pour remettre en question un comportement sexuel gai.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I would remind the member, please, that we are approaching the end of the member's time, so could we go back to the relevance of the question of privilege.
Je rappelle au député que nous approchons de la fin de son temps de parole et le prie de se recentrer sur la question de privilège.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I would submit to you, and I will sum up right now, that what I have been trying to put to this House today are the reasons I believe the Conservatives are up to these games.
We have six precious days left in which we could pass very meaningful legislation. We could ban conversion therapy. We could pass a budget bill that helps Canadians. We could make sure that very important legislation is put in place for our environment. These are all items that the Conservatives do not want us to complete before this legislative calendar is over.
Why? I do not know. What I do know is that, today, the member is challenging me on relevance. Today, the member for Carleton stood there for 45 minutes, rambling on about a debate issue that had nothing to do with the question of privilege, and the member for Timmins—James Bay supported him through it, encouraged him through it, and gave him excuses to continue on and on. We—
Madame la Présidente, je vous signale — et je conclurai sans tarder — que ce que j'ai essayé de présenter à la Chambre aujourd'hui, ce sont les raisons pour lesquelles je crois que les conservateurs sont disposés à jouer à ces jeux.
Il nous reste six précieux jours au cours desquels nous pourrions adopter des mesures législatives très importantes. Nous pourrions interdire les thérapies de conversion. Nous pourrions adopter un projet de loi budgétaire qui aide les Canadiens. Nous pourrions veiller à ce qu'une mesure législative très importante soit mise en place afin de protéger l'environnement. Ce sont tous des dossiers que les conservateurs ne veulent pas nous voir régler avant la fin du présent calendrier législatif.
Pourquoi? Je ne le sais pas. Ce que je sais, c'est qu'aujourd'hui, le député remet en question la pertinence de mes propos. Aujourd'hui, le député de Carleton est resté debout pendant 45 minutes, divaguant sur une question de débat qui n'avait rien à voir avec la question de privilège, et le député de Timmins—Baie James l'a soutenu, l'a encouragé et lui a donné des excuses pour continuer. Nous...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The hon. member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes is rising on a point of order.
Le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes invoque le Règlement.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, the question of relevance was previously raised and the Speaker gave instruction for the member to resume. Since that point, the question of privilege that the House is debating has not been raised, but, instead, all items except for that item have been raised, including naming other items on the Order Paper in the coming days and questions of privilege other than one that is currently being debate, including the one raised by the member for Carleton earlier today.
The member is not being relevant to the topic at hand.
Madame la Présidente, la question de la pertinence a été soulevée précédemment, et la présidence a donné au député pour consigne de poursuivre son intervention. Depuis, la question de privilège dont la Chambre est saisie n'a pas été abordée. On a parlé de tout, sauf de la question. On a même énuméré les sujets qui seront étudiés dans les prochains jours et soulevé des questions de privilège autres que celle qui fait actuellement l'objet d'un débat, par exemple, celle que le député de Carleton a invoquée plus tôt aujourd'hui.
Les propos du député ne sont pas pertinents par rapport au sujet traité.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
As I have expressed before, there is leeway in the way we interpret relevance.
I have invited the hon. member to go back to the question. The hon. member for Kingston and the Islands has the floor and he may proceed with his points.
Comme je l'ai déjà dit, nous disposons d'une certaine latitude pour interpréter la notion de pertinence.
J'ai invité le député à revenir à la question. Le député de Kingston et les Îles a la parole et il peut poursuivre ses arguments.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
In my remaining couple of minutes, Madam Speaker, I will start with something that is very relevant. The Conservatives are great at dishing it, but they cannot receive it. That is exactly what we are seeing.
I am trying to give a speech to the House of Commons as to why I believe the Conservatives put forward this motion today, and I genuinely believe this. The member for Abbotsford, the member for Elgin—Middlesex—London and the member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes can all stand and say that my motives in speaking today have nothing to do with relevance, but I would argue that they are completely relevant. The relevance is that this is why they are doing this. This is why they put forward this motion.
If I do not explain to this House why I believe the Conservatives put forward this motion, how could I possibly not be more relevant than that? Conservatives have been hell-bent on obstructing this government for the last several months. I have been here every single day to witness it.
The NDP and the Bloc, by and large, have been here to debate policy and to talk about what we can do to advance Canadians while still maintaining their partisan approach. The Conservatives have lost that. They do not know how to do it anymore, they do not realize what their role is in this House and they will do anything for political gain.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I found it very interesting to listen to the member's speech. His speech emphasizes the exact point that the government is contemptuous of the very idea of what Parliament represents, and that is democracy. It is telling that he wanted to talk about everything other than the fact that the government has done everything it can to obstruct, limit access and ensure that Canadians do not get the answers that the majority of parliamentarians want.
The member keeps saying that somehow partisanship is driving this. My constituents would suggest very much otherwise. I will not use the unparliamentary language that the member used to describe Conservative actions, but Canadians are tired of politicians playing politics. The member's conduct is exactly what Canadians are sick and tired of.
I would ask the member to take some responsibility for the fact that we find ourselves in a position where we are debating the absolute contempt that the member and the government have shown for Canadian democracy.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, the member may not have listened to the beginning of my speech where I specifically talked about why it was so out of place for these documents to come here, but I will let him cherry-pick what he wants.
I will tell the member what Canadians in my riding are talking about. Canadians in my riding are asking why on earth the Conservative member for Cloverdale—Langley City would say the LGBTQ community is unclean. That is what my constituents are saying. The member wants to talk about democracy. How about we start representing Canadians, the people throughout this country, who are negatively impacted so seriously by the actions that have occurred throughout this country? Why are we not protecting them?
Madame la Présidente, le député n’a peut-être pas écouté le début de mon discours, où j’ai expliqué pourquoi il était si déplacé que ces documents arrivent ici, mais je vais le laisser choisir ce qu’il veut.
Je vais dire au député ce dont les Canadiens de ma circonscription parlent. Les gens de ma circonscription se demandent pourquoi diable la députée conservatrice de Cloverdale-Langley City dit que la communauté LGBTQ est impure. C’est ce que se demandent mes concitoyens. Le député veut parler de démocratie. Et si nous commencions à représenter les Canadiens, les gens de tout le pays, qui sont si gravement touchés par les actes qui se sont déroulés partout au pays? Pourquoi ne les protégeons-nous pas?
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague from Kingston and the Islands for his remarks.
However, I would like him to explain something to me. I believe that what we have just experienced is highly symptomatic of three things. First, this government is in contempt of democracy. Second, as I said earlier, this government has shown contempt by obstructing and lacking transparency on several issues. Third, the government is telling us this evening that we would rather debate this issue than other bills, and yet it is the government that is responsible for its own legislative agenda. It has sat on many bills for a long, long time, and it is entirely responsible for the delays.
I would like to ask my colleague a question, and I would like him to avoid telling me what he believes the Conservatives were thinking when they moved tonight's motion. Why did my colleague not take more time in his speech to specifically address the issue that we are debating right now?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Kingston et les Îles de son intervention.
Cependant, j'aimerais qu'il m'explique quelque chose. Selon moi, ce que nous venons de vivre est extrêmement symptomatique de trois choses. Il s'agit en premier lieu du mépris de ce gouvernement à l'égard de la démocratie. En deuxième lieu, comme je l'ai dit plus tôt, ce gouvernement a fait montre de mépris en faisant de l'obstruction et en manquant de transparence relativement à plusieurs dossiers. En troisième lieu, le gouvernement nous dit ce soir que nous préférons débattre de cette question plutôt que d'autres projets de loi. Pourtant, le gouvernement est responsable de son propre programme législatif. Il a laissé traîner de nombreux projets de loi pendant si longtemps et il en est le premier responsable.
J'aimerais poser une question à mon collègue et j'aimerais qu'il évite de me parler de ce qu'il pense que les conservateurs pensaient au moment où ils ont déposé la motion de ce soir. Pourquoi mon collègue n'a-t-il pas pris plus de temps dans son discours pour répondre précisément à la question dont nous débattons en ce moment?
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I am sorry, but the Bloc Québécois had to support this government on a number of occasions to invoke closure or time allocation because we needed to move on with the agenda. The member is so incredibly aware of what is going on in this House that she has actually had to support the government on occasion to move forward with the legislative calendar. She knows that the legislative calendar is completely being held up by the Conservatives. I apologize if it is not clear. I recognize the fact that on this particular issue she has a different point and that she supported the Conservatives to get to here, but the reality is that we cannot move the calendar along because of what the Conservatives are doing.
Madame la Présidente, je suis désolé, mais le Bloc québécois a dû appuyer le gouvernement à plusieurs reprises pour imposer la clôture ou l’attribution de temps parce que nous devions faire avancer le programme législatif. La députée est si incroyablement consciente de ce qui se passe dans cette enceinte qu’elle a dû, à l’occasion, appuyer le gouvernement pour faire avancer le calendrier législatif. Elle sait que le calendrier législatif est complètement bloqué par les conservateurs. Je m’excuse si ce n’est pas clair. Je reconnais que, sur cette question particulière, elle a un point de vue différent et qu’elle a appuyé les conservateurs pour en arriver là, mais la réalité est que nous ne pouvons pas avancer à cause de ce que font les conservateurs.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam Speaker, I listened carefully to what the hon. member was saying. I find it curious that he tries to enlarge the debate to a whole bunch of other matters that he is concerned about with the official opposition. That is delaying matters. The reason we are here today is because the government itself refused to follow the precedents of this House, the ruling of Speaker Milliken on April 27, 2010. It clearly states the powers of the House of Commons for members of the House of Commons, members of Parliament, to have access to documents. It is a seminal ruling. It was confirmed again today by the Speaker.
The simple way of ending this debate is to just agree to comply with the rulings of the Speaker and with the order of the House and produce the documents so they can be produced to the committee in accordance with the ruling of the Speaker who is satisfied that the provisions have been made for their protection. That is the simple answer to his argument.
Madame la Présidente, j’ai écouté attentivement ce que disait le député. Je trouve curieux qu’il essaie d’étendre le débat à toute une série d’autres questions qui le préoccupent au sujet de l’opposition officielle. Cela revient à retarder les choses. Si nous sommes ici aujourd’hui, c’est que le gouvernement lui-même a refusé de respecter les précédents de la Chambre, la décision du Président Milliken du 27 avril 2010. Cette décision énonce clairement les pouvoirs de la Chambre des communes en ce qui concerne l’accès des députés aux documents. Il s’agit d’une décision fondamentale. Elle a été confirmée à nouveau aujourd’hui par la présidence.
La façon la plus simple de mettre fin à ce débat est d’accepter de se conformer aux décisions de la présidence et à l’ordre de la Chambre et de produire les documents afin qu’ils puissent être présentés au comité conformément à la décision du Président qui est convaincu que les dispositions ont été prises pour leur protection. C’est la réponse simple à son argument.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I want to congratulate this member on a very good speech that he gave last night while saying good-bye to this House.
With respect, I would disagree that that is such a simple thing to do. The documents have been withheld because of the national security nature of them. Does the member not think that the director of PHAC understands the seriousness of documents being ordered, but still chose to do something outside of that direction? The director did that because of the national security implication. To suggest that it is just as easy to turn them over is a massive, wilful misunderstanding or non-appreciation of the reality of the situation.
Madame la Présidente, je tiens à féliciter le député de son très bon discours d’au revoir à la Chambre, hier soir.
Respectueusement, je ne crois pas que ce soit si simple à faire. Les documents ne sont pas communiqués, car ils sont liés à la sécurité nationale. Le député ne pense-t-il pas que le directeur de l’Agence de la santé publique du Canada comprend l’importance des documents demandés, mais qu’il choisit quand même de ne pas les communiquer? Il l’a fait à cause des conséquences pour la sécurité nationale. Laisser entendre qu’il est facile de les remettre dénote une énorme méprise volontaire ou une méconnaissance de la réalité de la situation.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, this member has given a long speech and he has ridiculed and pointed fingers at certain members and their intentions, but he sounds like he is speaking from a position of absolute truth. Does the member have security clearance to be able to say that those documents say exactly what he wants to say? That is the problem. He is not part of the executive. He has a duty, like all of us who are not part of the executive in this place, to hold the government accountable.
Does he have some sort of confidential information that says that those documents say exactly the narrative he is trying to frame tonight?
Madame la Présidente, le député vient de faire un long discours pour ridiculiser certains députés et leur faire un procès d’intention, comme s’il était le seul détenteur de la vérité. Le député est-il habilité à dire que ces documents disent exactement ce qu’il prétend qu’ils disent? C’est là le problème. Il ne fait pas partie des décideurs et, comme nous qui sommes dans la même situation, il a le devoir de demander des comptes au gouvernement.
Dispose-t-il d’informations confidentielles qui confirment que ces documents disent exactement ce qu’il tente de nous dépeindre ce soir?
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, no I do not, and that is the whole point. The difference between the member and me is that I err on the side of caution and he errs on the side of reckless behaviour that potentially exposes national security items to the public.
Madame la Présidente, ce n’est pas le cas, et c’est là toute la question. Ce qui me distingue du député, c’est que je préfère faire preuve de prudence alors que lui, il est prêt à révéler au public des dossiers relevant de la sécurité nationale.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, handing over these documents is not a matter of political choice; it is actually a matter of law. The Liberals should not think of themselves as being above the law.
I will observe for the benefit of the member that when PHAC was first asked about these issues, the president of PHAC did not invoke national security. He actually invoked the Privacy Act. The idea that there is a national security problem with handing over these documents is a talking point that was invented later. It was not the rationale used in the first place for not handing over the documents.
Finally, I want to put to the member that the second motion, adopted by the committee on May 10, was moved by the member for Cumberland—Colchester, a Liberal member. A member of his own caucus moved a motion to demand the documents. That motion was adopted unanimously by the committee. Every single Liberal member of the committee voted to have the documents handed over to the law clerk, reviewed by the law clerk and redacted by the law clerk, and then given to the committee in camera, which was a secure process endorsed by the Liberal members of the committee.
The member does not have to like the Speaker's ruling, but the Speaker has ruled on a matter of law and on the obligations of Parliament. The Speaker has ruled that NSICOP is not a parliamentary committee. That is clear in law and it is clear in the Speaker's ruling.
Does the member believe that the government has an obligation to comply with the law in this case?
Madame la Présidente, la divulgation de ces documents n'a rien à voir avec un choix politique; c'est la loi. Les libéraux ne devraient pas se considérer comme étant au-dessus de la loi.
Je ferai remarquer au député que lorsque l’Agence de la santé publique du Canada a dû répondre pour la première fois à des questions à ce sujet, le président de l’Agence n’a pas invoqué la sécurité nationale, mais plutôt la Loi sur la protection des renseignements personnels. Ce n’est que plus tard qu’on a inventé que la production de ces documents pouvait poser un problème de sécurité nationale. Ce n’est pas du tout l’argument qu’on a avancé au départ pour ne pas transmettre ces documents.
Enfin, je voudrais faire remarquer au député que la deuxième motion, qui a été adoptée par le comité le 10 mai, a été présentée par le député de Cumberland—Colchester, un député libéral. Autrement dit, c’est un député de son propre caucus qui a présenté une motion pour demander la production des documents. Cette motion a été adoptée à l'unanimité par le comité. Tous les députés libéraux du comité ont voté pour que les documents soient remis au légiste, examinés et caviardés par ce dernier et ensuite remis au comité à huis clos. C’est le processus sûr qui a été avalisé par tous les députés libéraux du comité.
Le député n'est pas obligé d'aimer la décision du Président, mais cette décision portait sur une question de droit et sur les obligations du Parlement. Le Président a décidé que le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement n'était pas un comité parlementaire. C'est sans équivoque du point de vue de la loi, et la décision du Président est claire à ce sujet.
Le député pense‑t‑il que le gouvernement a l'obligation de se conformer à la loi?
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I absolutely do, but I also respect the fact that the government has a responsibility to protect national security and privacy, which is legislated. What did members do to try to rectify this situation in a way that would create a good balance? They delivered the documents to a proper committee that had the proper security clearance for this.
I am sorry if the Conservative members do not trust their representatives on the committee—
Madame la Présidente, c'est absolument vrai, mais je respecte aussi le fait que le gouvernement a la responsabilité de protéger la sécurité nationale et la vie privée, ce qui est prévu par la loi. Qu'ont fait les députés pour tenter de rectifier la situation de manière à créer un bon équilibre? Ils ont remis les documents à un comité approprié qui disposait de l'habilitation de sécurité idoine pour ce faire.
Je suis désolé si les conservateurs ne font pas confiance à leurs représentants au comité...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Resuming debate, the hon. member for Saint-Hyacinthe—Bagot.
Nous reprenons le débat. L'honorable député de Saint-Hyacinthe—Bagot a la parole.
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I salute our Conservative colleagues.
The House is debating a motion that hits on something, which is that, ultimately, parliamentarians should have rights. When we adopt something like a motion, it should not just fade into oblivion, like a big show or circus just passing through, as if it stops mattering once the vote has taken place.
We are constantly being told that under Canada's parliamentary system, which originated in the United Kingdom, Parliament is the supreme body and has all the powers, and that the legislative branch does everything and the government is accountable to it. However, in the end, we see that the votes in this Parliament are forgotten and serve no purpose. Is this normal? Is that how this parliamentary system, the virtues of which are constantly being dinned into our ears, is supposed to work?
We are also told that this is a parliamentary monarchy, but I think the monarchy part gets more air time in the House than the parliamentary part. Apparently, the legislative power is merely symbolic when we vote on a motion, as is the case here.
In fact, I see the same thing in my files. I am the international trade critic, and every time a trade agreement is discussed, we, as parliamentarians, are not asked to tell the negotiators which issues we want them to play up or down, or which interests they should suggest or protect. We are not consulted at all, and it is only at the end of the process that we are asked to rubber-stamp it.
The motion moved by the member for Louis-Saint-Laurent, a member of the official opposition, also hits the nail on the head with regard to this whole parliamentary culture, which is parliamentary in name only. That is unacceptable.
The Bloc Québécois was in favour of the motion, but it questioned some aspects of it. The government House leader spoke earlier about information that could impact national security and that must not end up in the wrong hands, redacted information that should not be revealed. The Bloc Québécois also expressed concern in that regard, and we told our official opposition colleagues that we agreed with their motion but that we were somewhat concerned about that aspect of it.
That did not stop us from voting in favour of the motion, because we figured that any disclosure of information had to be approved in committee and that there were enough members who would vote to prevent sensitive or essential information from being leaked, since no party holds a majority in committee. I therefore do not really understand the motivation or rationale behind the concerns of our colleague opposite, the government House leader.
There is something else we need to address, and the member for Louis‑Saint‑Laurent touched on it earlier when he said that the Conservatives' motion was not meant to stigmatize China or the Chinese community.
The Bloc Québécois has a completely different approach to China than the Conservative Party. We have always spoken in favour of normalizing relations with China, and we are in favour of maintaining good relations between our two countries, even though these relations have worsened over time.
Just a few years ago, we had excellent relations, to the point that we almost signed a free trade agreement with China. We were seriously considering it. The Bloc Québécois would have been against such an agreement because it would not have been a good idea. However, the fact that we were talking about this proposal and it has now been completely abandoned shows that our relations with China have deteriorated.
All the same, that should not stop us from remaining clear-eyed. My colleague from the Bloc Québécois, the member for Lac-Saint-Jean, has brought up the situation of the Uighurs several times. The week following the election, we also voted with the Conservatives in favour of creating the Special Committee on Canada-China Relations.
Our position is one of respect, because China went a long time without getting the respect it was due. For a long time, it was not even recognized. It was France, under the insightful General de Gaulle, that finally recognized that China was more than just Taiwan. That was the right thing to do.
Still, we have to be clear-eyed about the fact that human rights abuses are happening and that some serious issues there need to be discussed. I will not go over the timeline or talk about how the doctor, her husband and her students were removed from the lab. I think the timeline is well established. However, that does raise some questions about the labs.
Let us talk about the National Microbiology Laboratory in Winnipeg, Canada's only containment level 4 virology lab. This lab handles some of the most dangerous pathogens on the planet. This kind of lab follows very strict protocols to prevent viruses from escaping, which would have disastrous consequences.
This kind of facility also has numerous chemical showers, and employees have to don pressurized rubber suits with external air supplies. Security protocols are highly detailed. Everything is closely monitored and tightly controlled. Access to the lab is tightly controlled, as is egress, of course. We do not want anything getting in that should not be there, and we definitely do not want anything getting out that should not be out. Very few people have access to the lab.
A level 4 lab does not usually work with viruses like COVID‑19. That kind of virus is usually handled in a level 3 lab. A level 4 lab typically handles pathogens for which there is no antibody or treatment.
As members know, according to certain conspiracy theories, Dr. Qiu and Dr. Cheng shipped the COVID‑19 virus to the Wuhan Institute of Virology. For the reason I just mentioned, this theory does not hold up. The laboratory actually deals with viruses like Ebola, Lassa fever, smallpox, henipaviruses and other similar virus types. It is managed by the Public Health Agency of Canada, and it is the type of laboratory that is designed to prevent pathogens from being released in the event of an earthquake or a fire, for example.
Let us now talk about the laboratories in China. It is quite an interesting subject. China has two level 4 laboratories, the Wuhan Institute of Virology and the Harbin Veterinary Research Institute.
The Wuhan institute was established in collaboration with France. One of its features is that it can handle viruses like the coronavirus, and this is the source of the conspiracy theory that emerged early in the pandemic and recently resurfaced, namely, that the COVID‑19 virus escaped from a laboratory. The Wuhan lab holds the world's largest collection of coronaviruses. We know that China has been somewhat lax and that there have been leaks in a number of areas. My colleagues probably remember SARS, or severe acute respiratory syndrome. Well, SARS escaped from level 3 labs in Beijing several times in the past, despite the fact that it posed a very high risk to the population.
Most scientists agree that the virus came from animals rather than the Wuhan lab, although this possibility has not been ruled out. Let us agree that if this does turn out to be the case, the COVID‑19 crisis would truly be to China what Chernobyl was to the Soviet Union. It is a disaster of the same magnitude.
Still, we need to bear in mind one aspect that has been observed and that was mentioned in a 2017 article published in the journal Nature. In this article, a number of researchers showed that the Chinese regime its lack of transparency was preventing laboratories from being safe, because it was impossible to criticize the authorities and the senior ranks. If anything went wrong, they might be tempted to cover up what was going on.
At the Wuhan institute, the risk of a leak is significant. In the case at hand, it is surprising that Canada allowed the shipment of virus samples.
It would be very surprising if this shipment caused the virus to make its way from Canada to China. I explained why a little earlier. Nevertheless, it is very surprising that the shipment was allowed.
There is no denying that there are concerns about safety.
In 2005, scientists at the Centers for Disease Control and Prevention in the United States recreated the Spanish flu in a laboratory so they could study it and better understand how it works. They tested the virus on animals, and the animals quickly died. The U.S. military also took an interest in the virus, studying several sample fragments to sequence the virus's genomes.
China may well be conducting similar tests, but its lack of transparency makes it impossible to know for sure. China is particularly interested in Ebola and is investing heavily in Africa, but those investments could be threatened by a resurgence of the virus.
This research raises concerns about the possible use of other countries' intellectual property. China is known for taking intellectual property from Canada.
In May 2020, Chinese President Xi Jinping announced plans to make a potential Chinese vaccine available to the entire planet. The reality is that China is giving away some doses, but it is also selling them to other countries. As everyone knows, China sells licenses, so it is already much better than pharmaceutical companies in the western world. However, China is using vaccines to pressure Taiwan. For instance, China recently pressured Pfizer to stop distributing the vaccine directly to Taiwan, to force the Taiwanese administration to negotiate with Beijing.
It is important to understand that, generally speaking, in the health context, China is a real expert when it comes to collecting data, especially medical data.
Of course, I could go on and on about China's economic and trade strategy, but let us focus on what China refers to in its official communications as the belt and road initiative.
When this initiative was launched a few years ago, it was essentially about transportation infrastructure. However, a health component was added during the pandemic, and a digital component was also developed. In the issue we are concerned with today, that may represent something much bigger that we will have to examine.
China is investing heavily in research and development and in various technologies, such as 5G, data centres and artificial intelligence. It has adopted policies concerning global collection of health data. Private technology firms are extremely integrated with the research arm of the military. China's and Canada's data protection standards are quite different. It is important to know that.
Take the Chinese firm BGI, for example. BGI's headquarters are located in Shenzhen, which is known as the Chinese Silicon Valley. During the COVID-19 pandemic, BGI donated equipment to almost 20 countries, but a dozen or so U.S. states refused them out of fear. They rejected this seemingly generous offer. BGI also has many partnerships with hospitals, universities and research centres.
BGI is listed on the Chinese stock exchange, which is regulated by Beijing. BGI built and manages the China National GeneBank DataBase, which is under government control. This database holds the largest number of genetic and biological samples in the world. BGI sometimes uses the Chinese army's supercomputers to process genetic data. This shows that everything is closely connected: the data collection, the companies, the military and the Chinese government.
The lab at Mount Sinai Hospital in Toronto analyzes 15,000 COVID‑19 test samples every day. In 2020, the lab did not have enough money to pay for equipment, but it received donated equipment from BGI Group. This equipment included an extraction robot that speeds up the process for analyzing COVID‑19 tests. The company also installed the equipment and provided training and logistical support. Global Affairs Canada remained silent on the issue.
BGI has an office in Montreal, Quebec, on Avenue du Parc. The company's website claims that this office has been conducting genome sequencing since 2019. However, in an interview with Radio-Canada, BGI denied that this office did sequencing. It even said that the office was closed and that no one worked there. Who is telling the truth, BGI or BGI? Do we believe their website or their official statement? Actually, these are both types of official statements.
As far as the public is aware, there are six BGI sequencers in Canadian universities and research centres, including in Quebec. In Quebec's case, the two devices at McGill University remain BGI's property. McGill University claims that the data is not shared with the company, but it refuses to answer questions on where the data is stored and who is authorized to access it. BGI also has a maintenance agreement regarding the machines. That means that company technicians have access to the machines and can do whatever they like with the data they contain.
Canada is the only country in North America with BGI sequencers. Apart from the equipment, the company has also entered into a scientific collaboration with Genome Canada. It is normal that such an agreement should be confidential. However, there are still two major issues with it, namely data collection and China's commercial power grab in America's biopharmaceutical sector.
We know that China is collecting DNA data and sometimes uses it for repressive purposes. That has been proven and documented. The lab at the Mount Sinai Hospital in Toronto that I was talking about earlier claims that no data is shared with BGI. The people at the National Counterintelligence and Security Center in Washington are looking into that, and they are worried about China controlling America's biopharmaceutical industry.
Of course, Washington also has its own imperialistic tendencies and its own ways of using data, algorithms and so on. One empire is criticizing another and creating one of its own. However, that is not the issue.
We can still consider the recent 750-page report that was just submitted to the U.S. Congress and President Joe Biden, in which the National Security Commission on Artificial Intelligence also warns the country about these practices.
Did Canada consider those issues too? Presumably not. Unfortunately, the tone that the government is taking today on this motion regarding past events suggests that it is no more prepared to face the present and future than it is the past.
Madame la Présidente, je salue nos collègues conservateurs.
La Chambre débat d'une motion qui met le doigt sur quelque chose, à savoir que, au final, les parlementaires devraient avoir des droits. Quand nous adoptons une motion ou autre, cela ne devrait pas simplement tomber dans l'oubli, comme si cela n'avait été qu'un grand spectacle ou un grand cirque, et que cela importe peu une fois le vote passé.
On n'arrête pas de nous vanter le parlementarisme canadien, d'origine britannique, en vertu duquel le Parlement est l'instance suprême et a tous les pouvoirs, et de nous dire que le pouvoir législatif fait tout et que le gouvernement est responsable devant lui. Pourtant, au final, on voit que les votes de ce Parlement tombent dans l'oubli et qu'ils ne servent à rien. Est-ce normal? Ce parlementarisme dont on nous vante tant les vertus s'articule‑t‑il comme cela?
On nous dit aussi qu'on est en monarchie parlementaire, mais je pense qu'il est davantage question de monarchie à la Chambre que de parlementarisme. Apparemment, le pouvoir législatif ne donne rien d'autre que du symbolisme quand on vote une motion, comme on le voit dans le cas présent.
D'ailleurs, je vis la même chose dans mes dossiers. Je suis porte‑parole en matière de commerce international et, à chaque fois qu'il est question d'un accord commercial, nous, les parlementaires, ne sommes pas invités à mandater les négociateurs pour mettre de l'avant certains dossiers, pour en retirer d'autres, pour suggérer certains intérêts et pour en protéger d'autres. Nous ne sommes pas du tout consultés à ce sujet et ce n'est qu'à la fin du processus qu'on nous invite à estampiller.
Cette motion du député de Louis-Saint‑Laurent, de l'opposition officielle, met aussi un peu le doigt sur toute cette culture de parlementarisme qui n'en porte que le nom. Cela est inacceptable.
Le Bloc québécois était en faveur de la motion, mais il avait émis certains doutes. Le leader du gouvernement à la Chambre nous parlait plus tôt d'informations qui pourraient toucher la sécurité nationale et qui ne devraient pas se retrouver en de mauvaises mains, des informations caviardées qui ne devraient pas être révélées. Le Bloc québécois avait lui aussi émis cette crainte et nous avions dit à nos collègues de l'opposition officielle que nous étions d'accord sur leur motion, mais que ce bout‑là nous faisait un peu peur.
Cela ne nous a pas empêchés de voter en faveur de la motion, parce que nous nous disions que toute divulgation d'informations devrait être approuvée en comité et qu'il y avait assez de députés qui voteraient pour bloquer la fuite d'informations sensibles ou essentielles, puisque aucun parti ne détenait de majorité en comité. Je ne vois donc pas bien ce qui motive ou justifie les craintes de notre collègue d'en face, le leader du gouvernement à la Chambre.
Il faut aussi régler quelque chose et le député de Louis‑Saint‑Laurent a mis le doigt dessus tantôt, quand il a rappelé que la motion conservatrice ne visait à stigmatiser ni la Chine ni la communauté chinoise.
Au Bloc québécois, notre approche face à la Chine n'est pas tout à fait la même que celle du Parti conservateur. Nous avons toujours plaidé en faveur d'une normalisation des relations avec la Chine et nous sommes favorables à de bonnes relations entre nos deux pays, même si celles‑ci se sont envenimées avec le temps.
Il y a quelques années à peine, les relations étaient excellentes, on le sait, au point qu'il y a presque eu un accord de libre‑échange entre le Canada et la Chine. On en parlait le plus sérieusement du monde. Le Bloc québécois aurait été contre, car cela n'aurait pas été une bonne idée. Par contre, le fait qu'on en parlait, mais que ce projet est maintenant mort et enterré, montre que nos relations avec la Chine se sont détériorées.
Cela ne nous empêche cependant pas de demeurer lucides. Mon collègue du Bloc québécois, le député de Lac‑Saint‑Jean, a soulevé à plusieurs reprises la question des Ouïghours. La semaine suivant l'élection, nous avions aussi voté avec les conservateurs en faveur de la création du Comité spécial sur les relations sino‑canadiennes.
Notre position est celle du respect, parce que, pendant longtemps, la Chine n'a pas été respectée à sa juste valeur. Pendant longtemps, elle n'était même pas reconnue. Il a fallu que la France du général de Gaulle, avec sa grande lucidité, reconnaisse finalement que la Chine, ce n'était pas que Taïwan. C'était la chose à faire.
Il faut toutefois être lucide quant au fait que des violations des droits de la personne sont perpétrées et que, autour de cette question, de véritables problèmes méritent d'être abordés. Je ne reviendrai pas sur la chronologie des événements et sur l'expulsion de la docteure, de son mari et de ses étudiants. Je pense que la chronologie a bien été établie. Par contre, cela soulève quand même des questions concernant les laboratoires.
Parlons du Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg, qui est le seul laboratoire canadien de virologie ayant le niveau de confinement 4. Ce laboratoire traite des agents pathogènes parmi les plus dangereux de la planète. Ce type de laboratoire doit respecter un protocole très strict pour empêcher toute fuite de virus, ce qui aurait des conséquences désastreuses.
Ce type d'installation comprend aussi une multitude de douches chimiques et les employés doivent revêtir un scaphandre en caoutchouc avec pression et avec un approvisionnement en air d'une source externe. Le protocole de sécurité est très bien élaboré; tout est très bien surveillé et contrôlé. L'accès au laboratoire est étroitement contrôlé, tant pour les entrées que pour les sorties, évidemment. On ne veut pas faire rentrer quelque chose qui ne devrait pas y être et encore moins faire sortir quelque chose qu'on ne veut pas qui soit à l'extérieur. Très peu de gens peuvent avoir accès au laboratoire.
Un laboratoire de niveau 4 ne traite habituellement pas de virus comme la COVID‑19. Un tel virus serait plutôt manipulé dans un laboratoire de niveau 3. Un laboratoire de niveau 4 traite habituellement des agents pathogènes pour lesquels il n'existe pas d'anticorps ou traitement.
Comme on le sait, selon certaines théories du complot, les Drs Qiu et Cheng auraient expédié la COVID‑19 vers l'Institut de virologie de Wuhan. Pour la raison que je viens de mentionner, cette théorie ne tient pas la route. Le laboratoire traite plutôt de virus comme Ebola, la fièvre de Lassa, la variole, les henipavirus et d'autres types de virus de ce genre. Le laboratoire est géré par l'Agence de santé publique du Canada et c'est un type de laboratoire qui doit être conçu pour éviter que les agents pathogènes puissent être libérés en cas de tremblement de terre ou d'incendie, par exemple.
Parlons maintenant des laboratoires en Chine. Il s'agit d'un sujet quand même assez intéressant. La Chine possède deux laboratoires de niveau 4, soit l'Institut de virologie de Wuhan et l'Institut de recherche vétérinaire de Harbin.
L'institut de Wuhan a été créé en collaboration avec la France. Il a comme particularité de manipuler aussi des virus comme le coronavirus, et c'est de là que vient la fameuse théorie, qu'on entendait au début et qu'on entend de nouveau depuis peu, selon laquelle le virus de la COVID‑19 se serait échappé d'un laboratoire. Le laboratoire de Wuhan est celui qui a la plus grande collection de coronavirus au monde. On sait que la Chine a fait preuve d'un certain laxisme et qu'il y a eu des fuites à plusieurs égards. On se souvient probablement du SRAS, ou syndrome respiratoire aigu sévère. Eh bien, ce virus a fui de laboratoires de niveau 3 de Pékin à plusieurs reprises dans le passé malgré le fait qu'il présentait des risques très élevés pour la population.
La plupart des scientifiques s'entendent sur le fait que le virus provient de l'animal plutôt que du laboratoire de Wuhan, bien que cette option ne soit pas complètement rejetée. Entendons-nous sur le fait que si cela devait être le cas, la crise de la COVID‑19 serait véritablement pour la Chine ce que Tchernobyl a été pour l'Union soviétique. C'est de la même ampleur.
Il faut tout de même tenir compte d'un aspect qui a été observé, et sur lequel on a mis le doigt dans un article paru en 2017 dans la revue Nature. Dans cet article, plusieurs chercheurs ont démontré que, le régime chinois, en raison de l'opacité qui y régnait, empêchait d'une certaine façon d'avoir des laboratoires sécuritaires, parce qu'il était impossible de critiquer les autorités et la hiérarchie supérieure. En cas de pépin, on pouvait être tenté de camoufler ce qui se passait.
À l'Institut de Wuhan, les risques de fuites sont importants. En ce qui concerne le cas qui nous occupe aujourd'hui, il est quand même surprenant que le Canada ait autorisé l'expédition d'échantillons de virus.
Ce serait très surprenant que cette expédition ait fait que le virus soit parti du Canada pour aller en Chine. J'en ai expliqué la raison un peu plus tôt. Néanmoins, c'est très surprenant que l'on ait autorisé cela.
Il y a indéniablement des préoccupations en matière de sécurité.
En 2005, des scientifiques des Centers for Disease Control and Prevention, aux États‑Unis, ont recréé la grippe espagnole en laboratoire, afin de l'étudier et de mieux comprendre son fonctionnement. Ils ont testé le virus sur des animaux, et ces derniers sont rapidement décédés. Les forces armées américaines se sont aussi intéressées au virus en étudiant plusieurs fragments d'échantillons pour séquencer les génomes du virus.
C'est possible que la Chine fasse aussi de tels tests, mais son manque de transparence fait que c'est impossible de le savoir avec certitude. La Chine s'intéresse particulièrement au virus Ebola et investit massivement en Afrique, mais ces investissements pourraient être menacés par une résurgence du virus.
Dans le cadre de cette recherche, on craint une éventuelle utilisation de la propriété intellectuelle d'autres pays. On sait que la Chine acquiert la propriété intellectuelle du Canada.
En mai 2020, le président de la Chine, Xi Jinping, a annoncé son intention de rendre un éventuel vaccin chinois disponible pour l'ensemble de la planète. La réalité, c'est plutôt que la Chine donne parfois des doses, mais qu'elle en vend également à d'autres pays. Comme on le sait, elle vend des licences; elle est donc déjà bien meilleure que des compagnies pharmaceutiques du monde occidental. Cependant, la Chine se sert des vaccins pour faire pression sur l'île de Taïwan. Par exemple, elle a récemment fait pression sur Pfizer pour empêcher la distribution du vaccin directement sur l'île, pour forcer l'Administration de Taïwan à négocier avec Pékin.
C'est important de savoir que, de façon générale, dans le contexte sanitaire, la Chine est un pays qui est un réel expert en matière de collecte de données, notamment les données médicales.
Bien entendu, je pourrais parler longuement de la stratégie économique et commerciale de la Chine. Or retenons ce qu'elle appelle, dans ses communications officielles, l'initiative concernant de nouvelles routes de la soie.
Au début, c'est-à-dire il y a quelques années, cette initiative était essentiellement en lien avec les infrastructures de transport, mais elle a connu un virage sanitaire à l'ère de la COVID‑19. Un volet numérique a aussi été développé. Dans le cas qui nous préoccupe aujourd'hui, c'est peut-être emblématique de quelque chose de beaucoup plus grand, sur lequel il faudra se pencher.
La Chine investit massivement dans la recherche-développement et la diversité des technologies, comme la 5G, les centres de données et l'intelligence artificielle. Elle a adopté des politiques de collecte de données sanitaires à l'échelle mondiale. Les entreprises technologiques privées sont extrêmement intégrées à la recherche militaire. En matière de protection des données, les normes chinoises et canadiennes ne sont pas du tout les mêmes. C'est important de le savoir.
Prenons l'exemple de l'entreprise chinoise BGI. Le siège social de BGI est situé à Shenzhen, surnommée la Silicon Valley chinoise. Dans le cadre de la crise de la COVID‑19, BGI a fait des dons d'équipement à près de 20 pays, mais une douzaine d'États américains, qui étaient plutôt craintifs, les ont refusés. Ils ont rejeté les offres qui, en apparence, étaient généreuses. BGI a aussi plusieurs partenariats avec des hôpitaux, des universités et des centres de recherche.
L'entreprise BGI est inscrite à la bourse de Chine, encadrée par Pékin. BGI a construit la banque nationale de gènes chinoise, sous contrôle gouvernemental, et elle en assure la gestion. Il s'agit de la banque qui détient le plus d'échantillons génétiques et biologiques au monde. BGI utilise parfois les superordinateurs de l'armée chinoise pour traiter les informations génétiques. Cela démontre que, d'une certaine façon, tout est étroitement lié: la collecte de données, les entreprises, le pouvoir militaire et l'État chinois.
Le laboratoire de l'Hôpital Mount Sinai, à Toronto, analyse quotidiennement 15 000 échantillons de test de dépistage de la COVID‑19. En 2020, il a manqué de moyens pour financer ses équipements. Le laboratoire a ensuite obtenu des dons matériels de la part du groupe BGI. Dans le matériel donné, il y avait un robot d'extraction qui accélère l'analyse des tests de la COVID‑19. L'entreprise a aussi assuré l'installation, la formation et le soutien logistique. Affaires mondiales Canada est resté totalement silencieux là-dessus.
À Montréal, au Québec, BGI possède un local sur l'avenue du Parc. Le site Internet prétend qu'on y fait du séquençage génomique depuis 2019. Pourtant, en entrevue auprès de Radio-Canada, BGI a plutôt nié effectuer des activités de séquençage dans ce bureau; il a même dit qu'il était fermé et que personne n’y travaillait. Qui dit vrai? Est-ce que c'est BGI ou c'est BGI? Est-ce que c'est leur site ou leur déclaration officielle? En fait, ce sont deux formes de déclaration officielle.
À la connaissance du public, il y a six séquenceurs de BGI dans des universités et des centres de recherche canadiens, dont au Québec. Dans le cas du Québec, les deux appareils de l'Université McGill demeurent la propriété de l'entreprise. L'Université McGill prétend que les données ne sont pas transmises à l'entreprise, mais refuse de répondre à des questions sur l'emplacement du stockage des données et les personnes autorisées à y accéder. BGI a aussi une entente sur l'entretien des machines. Cela veut dire qu'il y a un technicien de l'entreprise qui a accès à la machine et qui peut faire ce qu'il veut finalement avec les données qui y sont.
Le Canada est le seul pays en Amérique du Nord où l'on trouve des séquenceurs de BGI. Outre les équipements, l'entreprise a aussi un partenariat de collaboration scientifique avec Génome Canada. Il est normal que l'entente soit confidentielle. Il y a quand même deux grandes questions là-dedans: la collecte de données et aussi un certain accaparement commercial par la Chine du secteur biopharmaceutique en Amérique.
On sait que la Chine procède à la collecte de données sur l'ADN et qu'elle l'utilise parfois à des fins répressives. C'est prouvé et documenté. Le laboratoire torontois de l’Hôpital Mount Sinai, dont je parlais tout à l'heure, prétend qu'aucune donnée n'est partagée avec BGI. Les gens du Centre national de contre-espionnage et de sécurité à Washington se penchent là-dessus et ils ont peur du contrôle par la Chine du secteur biopharmaceutique en Amérique.
Bien sûr, Washington a aussi ses habitudes impérialistes et sa façon d'utiliser les données, les algorithmes, et j'en passe. C'est un empire qui en dénonce un et qui en crée un autre. La question n'est pas là.
On peut quand même se pencher sur le rapport récent de 750 pages qui vient d'être remis au Congrès américain et au président Joe Biden, dans lequel la Commission de sécurité nationale sur l'intelligence artificielle met aussi en garde le pays contre ces pratiques.
Est-ce que le Canada s'est aussi penché sur ces questions? On peut croire que non. Malheureusement, le ton que nous entendons aujourd'hui du côté du gouvernement sur cette motion concernant des événements passés nous laisse entendre qu'on n'est pas plus prêt à faire face au présent et au futur.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, as I mentioned earlier when the member for Louis-Saint-Laurent was speaking, we have seen a really disturbing pattern in this place with the government's lack of transparency and accountability. There was an order of Parliament to provide these documents.
Thankfully, the Speaker ruled today, as a last line of defence for this Parliament and this democracy, that what the government had done was in fact a breach of parliamentary privilege. That is the reason we are here tonight to debate this issue. It was the Speaker who said that it was up to the opposition to come up with a motion. The motion was presented, yet we heard the indignation of the member for Kingston and the Islands when he spoke about everything except this privilege motion.
I want to ask the hon. member if, in his opinion, he feels this is a fair debate to be having tonight given the systemic pattern of lack of transparency and accountability in this Parliament by the current government.
Madame la Présidente, comme je l’ai dit tout à l’heure au moment de l’intervention du député de Louis Saint-Laurent, le gouvernement est de moins en moins transparent et de moins en moins responsable. Le Parlement a ordonné que ces documents soient divulgués.
Fort heureusement, le Président a décrété aujourd’hui, comme dernier rempart de ce Parlement et de cette démocratie, que ce que le gouvernement avait fait constituait une violation du privilège parlementaire. C’est la raison pour laquelle nous sommes ici ce soir pour en discuter. C’est le Président lui-même qui a dit que c’était à l’opposition de présenter une motion. La motion a été présentée, mais cela n’a pas empêché le député de Kingston et les Îles de parler de tout sauf de la motion de privilège.
J’aimerais demander au député s’il estime que nous avons ce soir un débat légitime étant donné le manque de transparence et de redevabilité dont le gouvernement actuel fait preuve à l’égard du Parlement.
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, it appears extremely clear that the government does not like when we pry into its affairs. We saw that with WE Charity and many other issues.
Although we are more than willing to work together, which is something we should be doing in a time of crisis, it is obvious that the abuse of power is neither warranted nor justifiable. The government's lack of transparency is a blatant, highly reprehensible problem.
Madame la Présidente, il apparaît extrêmement clair que le gouvernement n'aime pas qu'on fouille dans ses affaires. On l'a vu avec l'organisme UNIS et avec de nombreux sujets.
Malgré toute la grande collaboration que nous offrons et que nous devons offrir en temps de crise, il est évident que l'abus de pouvoir n'est pas justifié ni justifiable. Effectivement, il y a un problème flagrant et condamnable au plus haut point pour ce qui est du manque de transparence du gouvernement.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam Speaker, we just heard that other committees were trying to receive information from the government and they failed to get it. We now have a clear ruling from the Speaker. The government's response, in this case, was to send the documents to NSICOP, which we argued was not a committee of the House and answers to the Prime Minister. The Speaker concluded that committee exists outside of Parliament and that the documents submitted to it does not fulfill the order of the House.
Is he satisfied that this is so, that this is the first opportunity we have had to get the government to recognize and fulfill an order of a committee for documents, now made by the House, and that this is the time for the government to comply with these orders and produce the documents?
Madame la Présidente, nous venons d’apprendre que d’autres comités ont essayé d’obtenir des informations du gouvernement, mais qu’ils n’ont jamais réussi à les obtenir. Nous avons aujourd’hui une décision claire du Président. La réponse du gouvernement, dans ce cas-là, a été d’envoyer les documents au Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement qui, comme nous l’avons dit, relève du premier ministre et n’est pas un comité de la Chambre. Le Président a décrété que ce comité ne faisait pas partie du Parlement et que les documents qui lui avaient été soumis ne répondaient pas aux conditions de l’ordre de la Chambre.
Est-il maintenant convaincu que c’est la première occasion que nous avons de faire en sorte que le gouvernement reconnaisse le bien-fondé d’une réquisition de documents par un comité, réquisition entérinée par la Chambre, et que le gouvernement se doit de fournir les documents ainsi demandés ?
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I will repeat my point very briefly and very simply.
A Parliament has rights and, if it adopts a motion, that motion should be respected. The government should not always be looking for a way to slip through the cracks and play between the lines. At some point, enough is enough. A motion requires that important documents be disclosed, responsibly, of course. This motion must be respected, period.
Madame la Présidente, je vais répéter mon point très brièvement et très simplement.
Un Parlement a des droits, et, s'il adopte une motion, cette dernière devrait être respectée. Le gouvernement ne devrait pas toujours chercher une façon de passer à travers les mailles du filet et de jouer entre les lignes. À un moment donné, cela suffit. Une motion exige que des documents importants soient divulgués, de façon responsable, bien entendu. Il faut que cette motion soit respectée, point final.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank the hon. member from Saint‑Hyacinthe—Bagot, my always eloquent riding neighbour, for his speech.
I took three things from his speech. First, my hon. colleague talked about the work in committee and in the House, where the government is acting more like a majority government than a minority one. The government forgot that the voters gave it a minority mandate.
Second, by infringing on our parliamentary rights, the government is behaving according to an archaic monarchical model rather than a true democratic model.
Third, my colleague has clearly outlined our different approaches to international relations. The Bloc Québécois vision is different from that of the Liberals and the Conservatives.
Should Quebec not form a country so that we can exercise better control over our borders and national security and so that we can sign our own treaties? Internationally, would it not be important for the country of Quebec have a seat at the United Nations Security Council?
Madame la présidente, je remercie de son discours mon honorable collègue de Saint‑Hyacinthe‑Bagot, qui est mon voisin de circonscription est qui est toujours aussi éloquent.
J'ai retenu trois choses de son discours. Premièrement, le député a parlé du travail en comité et à la Chambre, dans le cadre duquel le gouvernement se comporte davantage comme un gouvernement majoritaire que comme un gouvernement minoritaire. Il a oublié que les électeurs lui avaient confié un mandat minoritaire.
Deuxièmement, le gouvernement se comporte selon un modèle monarchique archaïque plutôt que selon un vrai modèle démocratique en brimant nos droits parlementaires.
Troisièmement, mon collègue a bien exposé nos différentes façons d'appréhender les relations internationales. La vision du Bloc québécois est différente de celle des libéraux et de celle des conservateurs.
Le Québec ne devrait-il pas former un pays afin que nous puissions exercer un meilleur contrôle de nos frontières et de notre sécurité nationale et afin que nous puissions signer nos propres traités? Sur le plan international, ne serait-il pas important que le pays du Québec ait son siège au Conseil de sécurité des Nations unies?
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, in his intervention, the member certainly chronicled a large number of concerns regarding China, but ultimately this motion is more about holding our own government to account. The government has said that it is concerned about national security and laid out a plan to have NSICOP do a review, but ultimately, the Speaker ruled that was not a committee of Parliament. Now the government has to come clean, and we want to have the president of the Public Health Agency of Canada come, be censured by the Speaker and then supply the information to the law clerk.
Does the member agree that through that process we will be able to ascertain the government's managerial confidence, while at the same time preserving this country's national security interests?
Madame la Présidente, dans son intervention, le député a parlé d’un grand nombre de problèmes concernant la Chine, mais la motion vise davantage à demander des comptes au gouvernement. Celui-ci a dit se préoccuper de la sécurité nationale et a demandé au Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement de faire un examen, mais au final, le Président a décrété qu’il ne s’agissait pas d’un comité du Parlement. Maintenant, nous voulons que le gouvernement dise la vérité et que le président de l’Agence de la santé publique du Canada soit réprimandé par le Président et qu’il fournisse des informations demandées au légiste.
Le député est-il d’accord avec moi pour dire que ce processus permettra de confirmer les compétences de gestion du gouvernement tout en assurant la protection des intérêts supérieurs de la nation ?
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, if I understand my colleague's question, I think he is asking me to repeat what I said in my speech, in other words that we need to strike the right balance between national security and transparency. Of course, I reiterate that this is precisely our position.
Madame la Présidente, je crois comprendre que mon collègue me demande de répéter ce que j'ai dit dans mon discours, c'est-à-dire qu'il est nécessaire de concilier la sécurité nationale et la transparence tout en traçant la ligne au bon endroit. Bien évidemment, je réitère que c'est précisément notre position.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I would like to ask my colleague a question, because the Liberal member's intervention seems to suggest that the government is not taking this question of privilege seriously. It is up to the Speaker to decide whether there is a prima facie question of privilege, and the government does not seem to understand this.
I want to ask my colleague a very simple question. Does the government understand the scope of a question of privilege that has been accepted by the Speaker of the House?
Madame la Présidente, je voudrais poser une question à mon collègue, parce que l'intervention du député libéral nous donne l'impression que le gouvernement ne prend pas au sérieux cette question de privilège. C'est le président lui-même qui décide si la question de privilège est fondée de prime abord et le gouvernement ne semble pas comprendre cela.
Je veux donc poser à mon collègue une question très simple: le gouvernement comprend-il la portée d'une question de privilège qui a été acceptée par le Président de la Chambre?
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I would say to my colleague that it is up to the government to answer that question. From what I can see, we do not get the sense that they actually grasp the scope of the motion. It is pretty plain and simple. We heard one speech that did not address the question of privilege at all.
After that, we heard a lot of points of order being raised to try to cut others off. We saw that the member wanted to sidestep the questions that were asked and give the kind of answer we are used to seeing from this government, which is a non-answer.
I get the distinct impression that, no, the government does not understand what a privilege motion is.
Madame la Présidente, j'aurais tendance à dire à mon collègue que c'est au gouvernement qu'il faut poser la question, mais que, selon ce que j'observe, le gouvernement ne semble effectivement pas en comprendre la portée. C'est assez clair et simple. Nous avons entendu un discours qui ne portait aucunement sur la question de privilège.
Par la suite, on a fait plusieurs rappels au Règlement pour essayer de couper la parole aux autres. Le député a voulu éviter les questions qui lui étaient posées et il a offert une réponse digne de ce gouvernement, c'est-à-dire une non-réponse.
J'ai bien l'impression que le gouvernement ne comprend pas ce qu'est une question de privilège.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I wanted to ask the member about the broader question of research co-operation with the Chinese military, because this is an important values question and a policy question that underlines this debate. One gets the sense there might be information about this co-operation in these documents that the government does not want to see shared.
We know now that of the people working at the Winnipeg lab, one in particular was an official from the People's Liberation Army's Academy of Military Medical Sciences. We know there has been interchange and other forms of co-operation between Chinese military institutions and Canadian labs.
When this issue was raised at committee, the health minister seemed sort of broadly comfortable with the fact that this kind of co-operation was happening. However, it is happening in the context that a genocide is taking place. A genocide is being committed by this very same military as we speak, and we know how viruses can be used in military applications.
Can the member share his thoughts as to whether it is right, appropriate and just for the Canadian government to allow Canadian labs to be collaborating with the Chinese military on research that the military might use to harm our interests or to commit human rights violations?
Madame la Présidente, je voulais aborder une question plus vaste qui concerne la coopération en matière de recherche avec l’armée chinoise, car c’est une question sous-jacente de ce débat, qui porte sur des valeurs importantes et sur notre politique. On a l’impression qu’il y a des renseignements sur cette coopération dans les documents que le gouvernement ne veut pas diffuser.
Nous savons maintenant que parmi les employés du laboratoire de Winnipeg, il y en avait un qui était représentant de l’Académie des sciences médicales militaires de l’Armée populaire de libération. Nous savons qu’il y a eu des échanges et d’autres formes de coopération entre des institutions de l’armée chinoise et des laboratoires canadiens.
Lorsque cette question a été soulevée au comité, la ministre de la Santé ne semblait pas choquée par le fait qu’une telle coopération puisse exister. Pourtant, il y a un génocide en cours, un génocide organisé par ces mêmes militaires au moment où je parle, et nous savons que les virus peuvent être utilisés à des fins militaires.
Le député peut-il dire s’il pense qu’il est bon, approprié et juste pour le gouvernement canadien de laisser nos laboratoires collaborer avec l’armée militaire sur des recherches que cette armée pourrait utiliser pour menacer nos intérêts ou violer les droits de la personne?
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, in fact, there are a number of things. It is a complex issue. As far as collaboration is concerned, I agree. I said at the beginning of my speech that we should not see China as an enemy, that we should have a dialogue, that China deserves to be treated as a country in its own right. That is not the issue.
Now, we need to be clear on one thing. Economic warfare, and more specifically warfare involving data and information, is the new global dynamic today. Canada's standards in terms of research, data and development are not at all shared by China. When opening up dialogue and co-operation, things need to be made very clear and be monitored extremely closely, as in any form of diplomatic co-operation.
My sense is that Canada is not ready for this truly global, cutthroat competition for research, information and data, and that it ought to be.
Madame la Présidente, en fait, il y a plusieurs choses. C'est une question complexe. Pour ce qui est de la collaboration, j'en suis. J'ai dit au début de mon allocution qu'il ne fallait pas voir la Chine comme un ennemi, qu'il fallait avoir un dialogue, que la Chine mérite d'être traitée comme un pays à part entière. La question n'est pas là.
Maintenant, il faut être clair sur une chose. La guerre économique et plus particulièrement la guerre sur les données et l'information, c'est la nouvelle dynamique mondiale aujourd'hui. Les normes du Canada en matière de recherche, de données, de développement ne sont pas du tout celles de la Chine. Quand on établit un dialogue, une coopération, il faut que ce soit très clair et il faut que ce soit surveillé de manière extrêmement serrée et de près, comme dans toute forme de coopération diplomatique.
J'ai l'impression que le Canada n'est pas prêt à cette véritable concurrence effrénée et mondiale pour la recherche, l'information et les données et qu'il aurait intérêt à l'être.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam Speaker, I am pleased to participate in the debate tonight. I know the member for Kingston and the Islands is not, but I am because I think it is a very important debate. It underscores the extremely seminal basic right that is now recognized fully by our Parliament, the House of Commons and members of the House of Commons, to hold the government to account.
We hear that time and again, but in this government's mind it appears to simply be a cliché, because Liberals seem to be taking the same position that was taken by the Conservative government in 2010.
In 2010, the Conservatives took this position in the House when the Afghanistan committee asked for documents related to detainees who had been captured by Canadian Forces in Afghanistan, turned over to Afghan authorities and subsequently tortured. It was important for the Afghanistan committee to examine this question and determine what was happening, how it may have happened and what the government and military officials knew and did not know. All of those questions were extremely important in terms of Canada's legal obligations under the Geneva convention and in terms of various extremely serious matters regarding Canada's international affairs and reputation, and all that went with them.
That was more serious, one might argue, than this particular circumstance, yet the government of the day took that position in 2010. I know something about it, because I acted as a member of the Afghanistan committee and participated in debates that were similar to this one in terms of what the powers of committees are and what the powers of the House are versus the executive.
I will read from Speaker Milliken's ruling of April 27, 2010. I participated in the debate and in the argument leading up to it. Speaker Milliken said that:
With regard to the extent of the right, the Chair would like to address the contention of the Minister of Justice, made on March 31, that the order of the House of December 10 is a breach of the constitutional separation of powers between the executive and the legislature.
Speaker Milliken had just concluded that the Chair must conclude that the House did indeed have the right to ask for the documents listed that the order of December 10, 2009, referred to. He went on to say that:
It is the view of the Chair that accepting an unconditional authority of the executive to censor the information provided to Parliament would in fact jeopardize the very separation of powers that is purported to lie at the heart of our parliamentary system and the independence of its constituent parts. Furthermore, it risks diminishing the inherent privileges of the House and its members, which have been earned and must be safeguarded.
That separation of powers is between the executive branch and the legislative branch, which has the constitutional duty to hold the government to account.
In his conclusion, Speaker Milliken said that:
As has been noted earlier, procedural authorities are categorical in repeatedly asserting the powers of the House in ordering the production of documents. No exceptions are made for any category of government documents, even those related to national security.
He goes on to say that:
...it is perfectly within the existing privileges of the House to order production of the documents in question. Bearing in mind that the fundamental role of Parliament is to hold the government to account, as the servant of the House and the protector of its privileges, I cannot agree with the government's interpretation that ordering these documents transgresses the separation of powers and interferes with the spheres of activity of the executive branch.
That is a powerful statement. It resulted in an order being made for the production of documents by the Speaker, and it was reaffirmed today by the current Speaker in his ruling. I think it will go down in history, as well as Speaker Milliken's ruling, with the previous ruling having been followed in other legislatures for its authority.
The current situation is not much different. Obviously the circumstances are different, but the principle is fully the same about who ultimately has the authority to access the documents, to decide how to dispose of them and to decide how to protect national interests in the name of security. The Speaker, in my opinion, made a very good, strong ruling dealing with the questions put before him and found a prima facie case of a breach of the rules of Parliament. Having found that, the appropriate motion was expected to be made. He found that the motion that was offered by the Conservatives was not in keeping with the precedents of the House. As a result, a break was taken so that the motion could be revised.
The other issue decided by the Speaker in his ruling today was with regard to a solution. I think that, as the member for Kingston and the Islands said, there is clearly a responsibility that goes with that. That responsibility is for the House to take and make measures to ensure the security of the documents. It is up to the House to do that. The House has done so in the motion that was made before it. The alternative, presented by the government in its response, suggested that it should go before the national security committee of parliamentarians. That was the government's solution. From everything that I know, this was the first time the government and the House proposed how they would deal with the question of Speaker Milliken's ruling. The committee was set up just for situations like that.
I first heard about that when the government responded to questions about why it did not comply with orders of the House made on June 2, as well as with the March 31 and May 10 orders of the Special Committee on Canada-China Relations. That was the first time it was presented, to my knowledge, as to why NSICOP had been set up. As the Speaker ruled, this was not an answer as to how the House should deal with questions of national security if that is not what the House determined.
It has been argued at the Canada-China committee, and in the House here tonight, that the NSICOP committee is made up of members of Parliament and members of the Senate. It involves two branches of Parliament but is not a committee of Parliament. It says so right in this act. Members are appointed by the Governor in Council, which is the cabinet, and they are appointed to serve “during pleasure”, which means they can be removed at time. NSICOP also makes its reports to the Prime Minister, who has the right to demand that the reports be changed and has the right to withhold documents from the committee, and all of the other things that the executive branch has in dealing with the bodies it creates.
The Speaker quite rightly concluded, when this argument was presented to him, that the act makes it clear that it is not a committee of Parliament. He stated that:
It exists outside of Parliament.
In these circumstances, the Chair cannot conclude that the documents submitted to the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians fulfill an order of this House or of its committees.
He goes on to say:
Nothing in the act affects or limits the privileges of the House to order the production of documents, even those with national security implications. It is for the House and not for the government to decide how such documents are to be reviewed and what safeguards to put in place, if any.
That is what has happened. The House itself has passed a motion that provides for safeguards, provides for a method of dealing with that, and that was something that was discussed by Speaker Milliken and was also recognized by the Speaker. The Speaker, when he was dealing with this matter, said in his review of Speaker Milliken's April 27, 2010, ruling that Speaker Milliken was still concerned even after he found that there was a failure to deliver unredacted documents to the House. He said he was still concerned about the issues raised.
As the Speaker said today, Speaker Milliken:
...deemed it wise to ask members to continue their discussions for a limited period of time before allowing the member who had initially raised the question of privilege to move the usual motion for debate. Indeed, the order in question offered no measure to protect the confidential information contained in the required documents....
He went on to suggest some of the ways that this could be done. He suggested that they have some discussions about that. He said the results of these discussions would in no way affect his ruling but that “the Speaker's intention was simply to offer a final delay to allow time to reach a compromise.”
Then he went on to say something else, and this is the contention that the member for Kingston and the Islands made. It was that there was no protection made for security. He said:
In the current situation, the order adopted provides that the office of the Law Clerk and Parliamentary Counsel first examine the documents, redact them using specific criteria and discuss them with the members of the Special Committee in camera. The Minister of Health was also called to appear, and did so on Monday, June 14, in an effort to continue some form of dialogue. It is...not up to the Chair to [decide] the extent of the measures taken, but to note that they were considered. There is thus no reason to allow an additional delay.
We did have the Minister of Health at the Canada-China committee on Monday. The minister was asked many times to acknowledge that the NSICOP committee was not a parliamentary committee, and she deferred on answering that question and just said that it had security privileges.
That is not an answer to the question, and it is clear that the Speaker of the House has acknowledged that the excuse being offered by the government is not valid, that it is not acceptable that the NSICOP committee be the depository of these documents, that in fact the motion made today in the usual form is in order for this House to deal with, and that it is in order for this House to pass this motion. This motion is one that the House is entitled to make and it is up to the House to decide whether to accept the motion or not.
I think the matter is very simple. I am not going to go deeply into the question as to why these documents are necessary. They are necessary clearly because the Canada-China committee requires them in order to conduct its duties and carry out its responsibilities to hold the government accountable and to look into the relationship between Canada and China. Those are specifically its obligations under the motion creating that special committee.
The committee has been doing that. It has been looking at the security issues and dealings between the microbiology lab in Winnipeg and the labs in China that were China's responsibility. They were dealing with very serious and dangerous viruses and with security measures to be undertaken in order to properly look after the security of the people of Canada, the security of the labs and the security of public health.
That is a simple matter, well within the jurisdiction of the committee under its mandate, and it is up to the committee to decide what papers it needs to do that. Having had the support of the committee and the support of the House, it is the responsibility of government now to fulfill that obligation and make those documents available in the manner that has been suggested.
The government refuses to do that. This motion is required in order to purge the finding of contempt on the Public Health Agency of Canada that will be found if the motion is passed. It will be found in contempt for its failure to obey the order of the House and produce the documents so that they can go to the Law Clerk and Parliamentary Counsel in order for him to carry out his function of helping to redact the documents and follow through on the motion put before the House.
That is all I wish to say. This is an extremely important issue. It involves the basic understanding of how Parliament works and the responsibilities members elected to the House undertake when they take their own oaths of office. In fact, it is a function of our democratic society that the House has the ultimate power and that the executive is to be held to account by the House of Commons.
If it were not for that, we would not have a democracy but a rule by the cabinet, by the executive, and not by the House of Commons, by the people who are elected directly by the electors. That is our democratic system. This is a function of upholding that democratic system. It is a sacred trust that we have, by which we are required to carry out and support the efforts of our committees and the work we are doing by requiring under this motion that these documents be produced.
Madame la Présidente, je suis heureux de participer au débat de ce soir. Je sais que le député de Kingston et les Îles ne l’est pas, mais je le suis parce que je pense qu’il est très important. Il met en évidence le droit fondamental de demander des comptes au gouvernement, un droit tout à fait primordial qui est maintenant pleinement reconnu par notre Parlement, la Chambre des communes et ses députés.
Nous l’entendons à répétition, mais dans l’esprit de ce gouvernement, on dirait que l’idée est reléguée au rang d’un simple cliché, car les libéraux semblent adopter la même position que celle du gouvernement conservateur en 2010.
En 2010, les conservateurs ont adopté cette position à la Chambre lorsque le comité sur l’Afghanistan a demandé des documents à propos des détenus qui avaient été capturés par les Forces canadiennes en Afghanistan, remis aux autorités afghanes et ensuite torturés. Il était important que le comité sur l’Afghanistan examine cette question et détermine ce qui se passait, comment cela avait pu se produire et ce que le gouvernement et les responsables militaires savaient et ne savaient pas. Toutes ces questions étaient extrêmement importantes du point de vue des obligations juridiques du Canada en vertu de la Convention de Genève et de plusieurs questions extrêmement graves concernant les affaires internationales et la réputation du Canada, et tout ce qui s’y rattachait.
Il pourrait sembler que la question était encore plus grave dans de telles circonstances; pourtant, le gouvernement de l'époque avait pris cette décision en 2010. Je sais de quoi je parle, car je siégeais alors au comité sur l’Afghanistan et j’ai participé à des débats semblables à celui-ci concernant les pouvoirs des comités et les pouvoirs de la Chambre face au pouvoir exécutif.
Je vais lire un extrait de la décision du Président Milliken du 27 avril 2010. J’ai participé au débat et à l’argumentation qui y a mené. Le Président Miliken dit la chose suivante:
En ce qui concerne la portée de ce droit, la présidence aimerait aborder l’argument avancé le 31 mars par le ministre de la Justice, selon lequel l’ordre de la Chambre du 10 décembre constitue une atteinte à la séparation constitutionnelle des pouvoirs entre l’organe exécutif et l’organe législatif.
Le Président Milliken venait alors d'établir que la présidence devait conclure que la Chambre avait en effet le droit de demander à consulter les documents listés dans l’ordre du 10 décembre 2009. Il dit ensuite:
La présidence est d'avis que le fait d'admettre que l'organe exécutif jouit d'un pouvoir inconditionnel de censurer les renseignements fournis au Parlement compromettrait en fait la séparation des pouvoirs censée reposer au cœur même de notre régime parlementaire, ainsi que l'indépendance des entités qui le composent. En outre, cela risquerait d'affaiblir les privilèges inhérents de la Chambre et de ses députés, privilèges qui ont été acquis et qui doivent être protégés.
Cette séparation des pouvoirs s'applique aux organes exécutif et législatif, ce dernier ayant le devoir constitutionnel d'exiger des comptes du gouvernement.
Dans sa conclusion, le Président Milliken déclare:
Comme on l'a vu plus tôt, les ouvrages de procédure affirment catégoriquement, à bon nombre de reprises, le pouvoir qu'a la Chambre d'ordonner la production de documents. Ils ne prévoient aucune exception pour aucune catégorie de documents gouvernementaux, même ceux qui ont trait à la sécurité nationale.
Il affirme ensuite:
[...] l’ordre de produire les documents en question s’inscrit parfaitement dans le cadre des privilèges de la Chambre. Si l’on considère que le rôle fondamental du Parlement est d’exiger que le gouvernement rende des comptes, il m’est impossible, en tant que serviteur de la Chambre et de protecteur de ses privilèges, de souscrire à l’interprétation du gouvernement selon laquelle l’ordre de produire ces documents contrevient au principe de la séparation des pouvoirs et constitue une ingérence dans la sphère d’activité de l’organe exécutif.
C’est une déclaration puissante. Elle a donné lieu à un ordre par le Président de la Chambre de produire les documents, et elle a été réaffirmée aujourd’hui par le Président actuel dans sa décision. Je pense qu’elle passera dans l’histoire, tout comme la décision du Président Milliken, la décision précédente ayant été suivie dans d’autres législatures pour son autorité.
La situation actuelle n’est pas très différente. Il est évident que les circonstances sont différentes, mais le principe est tout à fait le même, à savoir qui a le pouvoir d’accéder aux documents, comment en disposer et comment protéger les intérêts nationaux au nom de la sécurité. Le Président, à mon avis, a rendu une excellente décision, une forte décision sur les questions dont il a été saisi et a trouvé qu’elles constituaient de prime abord une violation des règles du Parlement. Ayant constaté cela, la motion appropriée devait être présentée. Il a constaté que la motion proposée par les conservateurs ne respectait pas la primauté de la Chambre. Par conséquent, une pause a été prise afin que la motion puisse être révisée.
L’autre question sur laquelle s’est prononcé le Président dans sa décision aujourd’hui concerne une solution. Je crois que, comme l’a dit le député de Kingston et les Îles, manifestement, une responsabilité qui va de pair avec cela. Cette responsabilité incombe à la Chambre, qui doit prendre des mesures pour assurer la sécurité des documents. C’est à la Chambre de le faire. La Chambre l’a fait dans la motion qui lui a été présentée. L’autre solution, présentée par le gouvernement dans sa réponse, proposait que la question soit soumise au Comité des parlementaires sur la sécurité nationale. C’était la solution du gouvernement. Elle était proposée pour la première fois, à mon avis. D’après ce que je sais, c’est ainsi que le gouvernement et la Chambre ont décidé de traiter la question de la décision du président Milliken. Ce comité a justement été créé pour de telles situations.
La première fois que j’en ai entendu parler, c’est quand le gouvernement a répondu de cette manière quand on lui a demandé pourquoi il ne respectait pas les ordres de la Chambre du 2 juin, ainsi que les ordres du 31 mars et du 10 mai du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes. C’était la première fois, à ma connaissance, qu’on lui rappelait pourquoi le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, le CPSNR, avait été créé. Comme le Président l’a dit, ce n’était pas une réponse à la question de savoir comment la Chambre devrait traiter les questions de sécurité nationale, si ce n’est pas ce que la Chambre a décidé.
Il a été mentionné au Comité spécial sur les relations sino-canadiennes, et à la Chambre ce soir, que le CPSNR est composé de députés et de sénateurs. Il réunit les deux chambres du Parlement, mais ce n’est pas un comité parlementaire. C’est ce que dit cette loi. Les membres sont nommés par le gouverneur en conseil, c’est‑à‑dire par le Cabinet, et ce à titre amovible. Autrement dit, ils peuvent en être écartés. Ils présentent également leurs rapports au premier ministre, qui a le droit d’en exiger la modification et qui a le droit de ne pas communiquer de documents au comité, et toutes les autres choses concernant les relations entre l’exécutif et les organismes qu’il crée.
Lorsque cet argument lui a été présenté, le Président a conclu à juste titre que la loi précise clairement qu'il ne s'agit pas d'un comité du Parlement. Voici ce que le Président a dit:
Ce Comité se trouve à l’extérieur du Parlement.
Dans ces circonstances, la présidence ne peut conclure que le dépôt de documents au Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement permet de satisfaire à un ordre de la Chambre ou de ses comités.
Il a ajouté:
Rien dans la loi ne touche ou ne restreint le privilège de la Chambre d'ordonner la production de documents, même ceux qui ont une incidence sur la sécurité nationale. Il appartient à la Chambre, et non au gouvernement, de décider comment de tels documents doivent être examinés et quelles mesures de protection doivent être mises en place, s'il y a lieu.
C'est ce qui s'est passé. La Chambre elle-même a adopté une motion qui prévoit des mesures de protection, ainsi qu'une méthode pour régler la question. C'est là un point que le Président Milliken a abordé et que le Président a, lui aussi, reconnu. En parlant de l'affaire à l'étude, le Président a affirmé que, d'après son examen de la décision rendue le 27 avril 2010 par le Président Milliken, ce dernier était toujours préoccupé, même après avoir constaté qu'on avait omis de remettre des documents non caviardés à la Chambre. Il demeurait soucieux des questions soulevées.
Comme le Président l'a dit aujourd'hui, le Président Milliken:
[...] a jugé bon de demander aux députés de poursuivre leurs discussions pendant une période limitée avant de permettre au député qui avait initialement soulevé la question de privilège de proposer la motion habituelle pour débat. En effet, l'ordre dont il était alors question n'offrait aucune mesure permettant de protéger l'information confidentielle que contenaient les documents exigés [...]
Il a poursuivi en proposant quelques moyens d'y parvenir. Il a recommandé la tenue de discussions à ce sujet. Il a déclaré que le résultat de ces discussions n’affecterait en rien sa décision, « l’intention de la présidence se limitant à offrir un ultime délai pour en arriver à un compromis. »
Puis, il a poursuivi en disant autre chose, et c'est l'argument présenté par le député de Kingston et les Îles, soit qu'il n'y avait pas de protection pour assurer la sécurité. Il a dit:
Dans la situation actuelle, l’ordre adopté prévoit que le Bureau du légiste et conseiller parlementaire examine au préalable les documents, les caviarde selon des critères précis et en discute avec les membres du Comité spécial lors d’une réunion à huis clos. La comparution de la ministre de la Santé, qui a eu lieu le lundi 14 juin dernier, était aussi prescrite pour traiter de nouveau de la question afin de poursuivre une certaine forme de dialogue. Il n’appartient [...] pas à la présidence de [décider] de l’étendue des mesures prises, mais de prendre acte qu’on l’a envisagé. Il n’y a donc pas lieu d’accorder un délai supplémentaire.
La ministre de la Santé est venue témoigner au comité Canada-Chine lundi. On lui a demandé à maintes reprises de reconnaître que le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement n'était pas un comité parlementaire, mais elle a évité de répondre et s'est contentée de dire qu'il avait des privilèges en matière de sécurité.
Elle n’a pas répondu à la question, et il est clair que le Président de la Chambre a reconnu que l’excuse donnée par le gouvernement n’est pas valable, qu’il n’est pas acceptable que le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement soit le dépositaire de ces documents, que la motion présentée aujourd’hui sous la forme habituelle est recevable et que la Chambre doit l’adopter. La Chambre a le droit de présenter cette motion et c’est à elle de décider si elle l’accepte ou non.
Je pense que la question est très simple. Je ne vais pas m’attarder à expliquer pourquoi ces documents sont nécessaires. Ils le sont de toute évidence parce que le comité sur les relations sino-canadiennes en a besoin pour s’acquitter de ses fonctions et de ses responsabilités, qui consistent à demander des comptes au gouvernement et à examiner les relations entre le Canada et la Chine. Ce sont précisément les obligations que lui impose la motion créant ce comité spécial.
C’est ce que le comité a fait. Il s’est penché sur les questions de sécurité et les rapports entre le laboratoire de microbiologie de Winnipeg et les laboratoires sous la responsabilité de la Chine. Il était question de virus très graves et dangereux et de mesures de sécurité à prendre pour assurer la sécurité des Canadiens, la sécurité des laboratoires et la santé du public.
C’est une question simple, qui relève de la compétence du comité en vertu de son mandat, et c’est au comité de décider des documents dont il a besoin pour mener à bien ce mandat. Compte tenu de l’appui du comité et de la Chambre, il incombe maintenant au gouvernement de s’acquitter de cette obligation et de rendre ces documents disponibles de la façon suggérée.
Le gouvernement refuse de le faire. Cette motion est nécessaire pour résoudre la question de l’outrage de la part de l’Agence de la santé publique du Canada qui sera mise au jour si la motion est adoptée. L’agence sera déclarée coupable d’outrage au Parlement pour avoir omis de se conformer à l’ordre de la Chambre et de produire les documents, afin qu’ils puissent être transmis au légiste et conseiller parlementaire, qui s'acquittera de sa fonction consistant à aider à caviarder les documents et à donner suite à la motion dont la Chambre est saisie.
C’est tout ce que je voulais dire. C’est une question extrêmement importante. Il s’agit de comprendre le fonctionnement du Parlement et les responsabilités que les députés élus à la Chambre doivent assumer lorsqu’ils prêtent serment. En fait, c’est une fonction de notre société démocratique que la Chambre ait le pouvoir ultime et que l’exécutif soit tenu de lui rendre des comptes.
Sans cela, nous n’aurions pas de démocratie, mais une décision du Cabinet, de l’exécutif, et non de la Chambre des communes, des gens qui sont élus. C’est notre système démocratique. Il s’agit de maintenir ce système démocratique. C’est la responsabilité sacrée que nous avons et qui nous oblige à mener à bien et à appuyer les efforts de nos comités, ainsi qu’à faire notre travail en exigeant, en vertu de cette motion, que ces documents soient produits.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I certainly want to thank the member for his presentation tonight. Last night he also made a presentation in a just-in-case speech, so I want to thank the member for his service.
More importantly, the issues he spoke about were more about his commitment to this democracy and to this House. I think there is no greater honour than to be called a House of Commons person, because this institution is important.
When it comes to our duty to hold the government to account, if we are not part of the executive, the cabinet, as was impressed on me in my first year in this place, we have a responsibility to hold it accountable. That is how we have responsible government.
Would the member agree that by supporting the motion, we would not just be protecting the rights of this chamber but also giving information? The government has stonewalled us at every attempt to get this information so that we can truly know whether there was a lack of confidence in the execution of its duties or whether there were legitimate national security reasons that it would not say anything. Do the backbenchers on the Liberal side not deserve to know their own government's confidence or lack thereof?
When we present a motion such as this, do we not put forward every member's duties by giving them the information to hold the government to account?
Madame la Présidente, je tiens à remercier le député de son intervention de ce soir. Hier soir, il a également fait un exposé dans le cadre d’un discours qui pourrait être prononcé et je l'en remercie également.
Plus important encore, les sujets dont il a parlé portaient davantage sur son engagement envers la démocratie et la Chambre. Je pense qu’il n’y a pas de plus grand honneur que d’être élu à la Chambre des communes, parce que cette institution est importante.
En ce qui concerne notre devoir de demander des comptes au gouvernement, si nous ne faisons pas partie de l’exécutif, du Cabinet, comme je l’ai appris au cours de ma première année à la Chambre, nous avons la responsabilité de lui demander des comptes. C’est ainsi que nous pouvons nous assurer d’un gouvernement responsable.
Le député convient-il qu’en appuyant la motion, nous ne ferions pas que protéger les droits de la Chambre, mais nous donnerions aussi de l’information? Le gouvernement a fait de l’obstruction chaque fois que nous avons tenté d’obtenir ces renseignements afin que nous puissions vraiment savoir s’il y avait un manque de confiance dans l’exercice de ses fonctions ou s’il y avait des motifs légitimes de ne rien dire pour des raisons de sécurité nationale. Les députés libéraux d’arrière-ban ne méritent-ils pas de savoir si leur propre gouvernement a confiance ou non?
Lorsque nous présentons une motion comme celle-ci, ne faisons-nous pas valoir les fonctions de chaque député en leur donnant l’information nécessaire pour demander des comptes au gouvernement?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam Speaker, that is an excellent question asked by the member, who is very adept at making these arguments in Parliament and understands the role of every member of the House. He makes the interesting point that every member on both sides of the House who is not in the cabinet also has a duty to hold the government to account.
What is interesting in this case is that the resolutions that are referred to in the motion, the resolutions of March 31 and May 10, which were adopted by the committee, were adopted unanimously. The Liberal members of that committee, the Conservative members of that committee, the Bloc member of that committee and the NDP member of that committee all supported a notion that these documents must be made available because there was an expression of disbelief in the opinion being offered to the committee that these documents needed to be withheld for national security and other reasons, including privacy.
That is something that is important to know. It is that this committee was unanimously seeking to hold the government to account and was unanimously seeking to be able to examine the required papers to do so. It is a very important point.
Madame la Présidente, le député a posé une excellente question. Il est très habile pour faire valoir ces arguments au Parlement et il comprend le rôle de chaque député. Il fait valoir un point intéressant, à savoir que tous les députés, des deux côtés de la Chambre, qui ne font pas partie du Cabinet ont aussi le devoir de demander des comptes au gouvernement.
Ce qui est intéressant dans ce cas-ci, c’est que les résolutions dont il est question dans la motion, les résolutions du 31 mars et du 10 mai, qui ont été votées par le comité, ont été adoptées à l’unanimité. Les membres libéraux de ce comité, les membres conservateurs de ce comité, le député bloquiste de ce comité et le député néo-démocrate de ce comité ont tous appuyé l’idée que ces documents devaient être mis à la disposition du comité parce qu’on n’était pas convaincu du bien-fondé de l’opinion donnée au comité selon laquelle ces documents ne devaient pas être rendus publics pour des raisons de sécurité nationale et autres, y compris la protection des renseignements personnels.
Il est important de le savoir. Le comité cherchait à l’unanimité à demander des comptes au gouvernement et à examiner les documents nécessaires pour le faire. C’est un point très important qui est soulevé ici.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, first, I would like to say hello to the member for St. John's East, in Newfoundland and Labrador; I sincerely hope that he has a very happy retirement after he leaves Parliament. I congratulate him on all the work he has done, and he can leave with his head held high.
I heard two things in his speech. One thing he talked about was Canada's reputation abroad. I would like to hear him speak about the fact that, when it comes to international relations and co-operation, Canada is not back. The loss of influence in this area, which began under the Conservatives, continues. No, Canada is not back.
He also spoke about the importance of denying our own privilege as parliamentarians to access documents. My colleague from Saint‑Hyacinthe—Bagot clearly demonstrated the balance that could have been struck in committee between this vital issue of national security and the need to have access to these critically important documents. Again, this is proof of the Liberal government's contempt for the opposition parties.
I will leave it up to my colleague to decide whether he wants to answer the first or the second part of my question.
Madame la Présidente, d'abord, je salue le député de St. John's-Est de Terre-Neuve-et-Labrador et je lui souhaite sincèrement la plus sereine des retraites, après son départ du Parlement. Je lui dis bravo pour tout le travail qu'il a accompli, il peut partir la tête haute.
Dans son discours, j'ai entendu deux choses. Il a parlé, entre autres, de la réputation du Canada à l'étranger. J'aimerais l'entendre sur le fait que, en ce qui concerne les relations et la coopération internationale, le Canada n'est pas de retour. La perte d'influence à cet égard, qui avait débuté sous les conservateurs, se poursuit. Non, le Canada n'est pas de retour.
Il a aussi parlé de l'importance du refus de notre propre privilège comme parlementaires d'avoir accès à des documents. Mon collègue de Saint-Hyacinthe—Bagot a pourtant bien démontré l'équilibre qui aurait pu être fait en comité entre cette importante question de la sécurité nationale et l'importance d'avoir droit à ces documents d'une importance cruciale. Encore là, c'est un acte d'affront, c'est un mépris du gouvernement libéral face aux partis de l'opposition.
Je laisse mon collègue choisir s'il veut répondre au premier ou au deuxième aspect de ma question.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam Speaker, on whether Canada is back or not, Canada is back, but in what form? I guess that is the question. We could certainly debate that. The expectation was that Canada would be different. That was the promise of the Prime Minister back in 2015. We have not seen a lot of evidence of that, and I believe we are struggling to retain or regain the reputation that we once had.
However, I would rather answer the second question, which was about whether or not the government is refusing to comply. Obviously the Liberals have been stonewalling the attempt to get the information. The government has continued to do that and is continuing to do it here tonight. It has given no indication that it wishes to compromise or find a way to do this in a way that would work.
The Liberals have clearly offered nothing, only the non-response of having a committee that is not of this Parliament deal with these documents. The government is refusing to comply tonight, instead of agreeing with the motion and moving on.
Madame la Présidente, le Canada est peut être de retour, mais sous quelle forme? Je suppose que c’est la question qu’il faut se poser. Nous pourrions certainement en débattre. Nous nous attendions à ce que le Canada soit différent. C’est ce que le premier ministre avait promis en 2015. Nous n’avons pas vu beaucoup de preuves de cela. Je pense plutôt que nous peinons à maintenir ou à regagner notre réputation de jadis.
Je préfère toutefois répondre à la deuxième question portant sur le refus du gouvernement de se conformer. De toute évidence, les libéraux ont fait obstruction à la tentative d’obtenir l’information. C’est ce que le gouvernement n’a cessé de faire et c’est ce qu’il persiste à faire ici ce soir. Il n’a donné aucune indication qu’il souhaitait faire des compromis ou trouver une solution susceptible de fonctionner.
Il est clair que les libéraux n’ont rien offert, à part la non-réponse consistant à dire qu'un comité qui ne fait pas partie de ce Parlement traite ces documents. Ce soir, le gouvernement refuse d'accéder à la demande plutôt que d’accepter la motion et d’aller de l’avant.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I would like to thank the member for St. John's East for his speech. He brings such a lot of experience and wisdom to this place, especially around this subject, which he knows well.
We are debating a motion of privilege here tonight, which seems to bring up a pattern of behaviour from the government. It is a pattern of a lack of transparency and a lack of openness. In terms of committees, we have seen the government thwart the work of committees through filibusters to stop the production of documents and to stop important witnesses from coming forward.
We have also seen a pattern of ignoring the will of the House. Just last week we had a unanimous motion in the House that, among other things, asked the government to stop taking indigenous kids to court. Monday the government was back, taking indigenous kids to court.
Would the member like to comment on this pattern?
Madame la Présidente, je remercie le député de St. John's Est pour son intervention. Il apporte sa longue expérience et sa grande sagesse à la Chambre, surtout sur cette question qu’il connaît bien.
Ce soir, nous débattons d’une motion de privilège qui semble faire ressortir un comportement typique du gouvernement. Il s’agit de son manque de transparence et de son manque d’ouverture. Dans les comités, nous avons vu le gouvernement entraver les travaux en faisant de l’obstruction pour empêcher la production de documents et la comparution de témoins importants.
Nous l’avons également vu ignorer la volonté de la Chambre. La semaine dernière, nous avons adopté une motion à l’unanimité à la Chambre visant notamment à demander au gouvernement de renoncer à poursuivre des enfants autochtones en justice. Lundi, le gouvernement était de retour, persistant à poursuivre des enfants autochtones en justice.
Le député souhaite-t-il commenter ce comportement?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam Speaker, there is clearly a pattern that has emerged over the last number of months. At the same time that the Liberals are complaining that business is being held up, they have been holding up the business of committees by filibustering one after another, sometimes for days at a time, making it difficult for the committees to do their work.
Yes, this is a pattern. It is a pattern of the Liberals saying one thing and doing another. Essentially they are saying that they want to move business through the House; we want to move business through the House too. There are lots of bills that are important to be passed. We want to see Bill C-12 pass. We want to see Bill C-6 pass. We want to see Bill C-10 pass. There is legislation that needs to be passed because there is an urgent need for it. However, instead of doing that, the Liberals are prolonging this debate, and in committees they are filibustering in unnecessary ways when there is business to be done.
Madame la Présidente, il est clair qu’une tendance s’est dessinée au cours des derniers mois. Les libéraux se plaignent que les travaux sont retardés, mais ils ont eux mêmes retardé les travaux des comités en faisant de l’obstruction les uns après les autres, parfois durant des jours, ce qui a grandement compliqué les travaux des comités.
Oui, une tendance s’est installée. Les libéraux ont tendance à dire une chose et à en faire une autre. Ils disent vouloir faire avancer les travaux de la Chambre, et c’est ce que nous voulons faire nous aussi. Nous avons de nombreux projets de loi importants à adopter. Nous voulons que le projet de loi C-12 soit adopté. Nous voulons que le projet de loi C-6 soit adopté. Et que le projet de loi C-10 le soit également. Ces mesures législatives doivent être adoptées parce qu’elles sont urgentes. Au lieu de cela, les libéraux prolongent ce débat et ne cessent d’entraver inutilement les travaux des comités, alors que nous avons du travail à faire.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, the member touched on a number of very important points about why this debate is important and how concerning the flippant nature of the Liberals is on this very serious issue.
I would, however, like to ask the member a specific question. The government has referred this issue to NSICOP. Some of the concerns that have been brought up are related to the structure of that committee, which is a committee of parliamentarians and not a committee of this House. This is a manifestation of some of the concerns that were brought forward when the initial act that created NSICOP was debated, and how the pinnacle of what was claimed to be accountability was left in the hands of the Prime Minister.
I wonder if the hon. member for St. John's East would have further comments on that.
Madame la Présidente, le député a abordé un certain nombre de points très importants à propos de la nécessité d’avoir ce débat et de l’inquiétude causée par la réaction désinvolte des libéraux à ce sujet.
J’aimerais cependant poser une question précise au député. Le gouvernement a transféré ce dossier au Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement. Certaines des inquiétudes soulevées portent sur la structure même de ce comité, qui est un comité composé de parlementaires, mais qui n’est pas un comité de la Chambre. Ce problème reflète en fait certaines craintes exprimées lors de la présentation de la loi initiale qui a mené à la création du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, c’est-à-dire que l'essentiel de ce qui était censé être l'ultime mécanisme de reddition de comptes reste entre les mains du premier ministre.
Je me demande si le député de St. John’s-Est aurait quelque chose à ajouter sur ce point.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam Speaker, that committee has a particular role. The concern at the time was that we had these secret investigative bodies, like CSIS, the CSE and the RCMP security division, conducting secret operations on behalf of the government. They were reporting directly to the Prime Minister, and there was no oversight.
We had obviously gotten into trouble in the past with some of the behaviours of our security services that were inappropriate, doing things they should not have done, such as breaking the law, breaking various conventions and acting in a manner that was supportive of torture in certain cases, and the Canadian government was sued.
Therefore, the purpose of that was to review what went on in these agencies and make reports to provide that oversight, not to do the kind of job we are talking about here.
Madame la Présidente, ce comité joue un rôle particulier. Ce qui nous inquiétait à l’époque, c'est que ces organismes d’enquête secrets, comme le Service canadien du renseignement de sécurité, le Centre de la sécurité des télécommunications et la Division de la sécurité de la GRC menaient des opérations secrètes pour le compte du gouvernement. Ils relevaient directement du premier ministre, sans aucune surveillance.
Nous avons évidemment eu des problèmes à cause de certains comportements inappropriés de nos services de sécurité, qui ont fait des choses qu’ils n’auraient pas dû faire, comme enfreindre la loi, violer différentes conventions et agir de manière à favoriser la torture dans certains cas, et le gouvernement canadien a été poursuivi.
Par conséquent, l’objectif de ce comité était d’examiner ce qui se passait dans ces organismes et de produire des rapports pour exercer cette surveillance, et non de faire le genre de travail dont nous parlons.
View David McGuinty Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, as chair of the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians, I want to provide this evening an overview of the committee's composition, mandate and functions, given there have been numerous recent references to NSICOP in the House. I speak this evening exclusively as the chair of our non-partisan committee.
To begin, I wish to offer my sincere thanks on behalf of our committee to our out-going members, the member for Medicine Hat—Cardston—Warner, the member for Pickering—Uxbridge and the member for Provencher, all valuable members of our committee who offered their considered wisdom, enlivened our debates and provided an important contribution to our work.
I would also like to welcome our new committee members. We look forward to working with the member forAurora—Oak Ridges—Richmond Hill, the member for Kootenay—Columbia, the member for London-Centre-North, the member for Mississauga—Erin Mills and the member for Montarville.
The committee was established in June 2017 with the passage of the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians Act. In November of that year, the first committee members were appointed. After the 2019 federal election, the committee was reconstituted in February 2020, and yesterday its membership was again updated.
The committee was set up to fill a gap in Canada's national security review framework: first, to give parliamentarians the necessary clearances to conduct reviews of the security and intelligence community drawn from highly classified information; and second, to create a body that could look across the community at a range of issues without being constrained by the mandate of individual organizations or the narrow focus of their review bodies.
The act that established NSICOP is specific and very clear. It lays out, with precision, the committee's membership, the appointment process, members' security obligations, the rights and limits to access information for the committee's work, procedural rules and reporting obligations.
The act also provides that the appropriate committees of the House and the other place must comprehensively review its provisions and its operation five years after its coming into force, which will be in 2022.
Our committee is unprecedented in Canadian parliamentary history. It is unique in terms of our security clearances, the physical requirements of our secure workspaces and our structure. The nature of the committee is multi-party, bicameral, and a membership with a broad range of experience brings a unique perspective to these important issues. We act as a proxy group for Parliament and for Canadians in examining issues related to national security and intelligence.
The committee consists of a chair and up to 10 other members, all of whom are members of one of the two Houses of Parliament. Up to three members may come from the other place and up to eight members may come from the House. No more than five of them can be members of the government, which means that government members never form a majority. With yesterday's announcement, we now have our full complement in place with eight House members and three senators.
Members all hold a top secret security clearance, have sworn an oath and are permanently bound to secrecy under the Security of Information Act. In the course of its work, the committee may review highly classified information with only a few narrow exceptions. The committee is not entitled to have access to cabinet confidences, to information protected by the Witness Protection Program Act, to information relating to the identity of confidential sources and to information relating directly to an ongoing law enforcement investigation.
We cannot claim parliamentary privilege in the case of unauthorized disclosure of classified information. That is a point I want to emphasize. Members of the committee, myself included, are necessarily circumspect in what we can say in Parliament and in public. It also means that NSICOP members are subject to prosecution under the Security of Information Act should they disclose information they learned in the course of their duties on the committee.
The National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians is mandated to review the legislative, regulatory, policy, financial and administrative frameworks for national security and intelligence. It may also review any activity carried out by a department that relates to national security or intelligence.
Finally, the committee may review any matter relating to national security or intelligence that a minister refers to the committee.
NSICOP reports are unanimous and non-partisan. The committee prepares and finalizes its reports through consensus, following painstaking deliberations, and all members agree on final content, assessments and recommendations. NSICOP's reports are informed by the documents that departments and agencies undertaking national security and intelligence activities must provide as well as by the committee's meetings with relevant officials, outside experts and members of civil society.
The workload is heavy. Normally, the committee meets for eight hours a week and sits extra hours when it needs to examine classified documents in a designated secure workspace. Committee members often meet during the weeks when the House is not sitting, as well as during the summer.
NSICOP provides an annual report to the Prime Minister that includes its substantive reviews as well as the committee's recommendations. The Prime Minister may then direct that the committee prepare a revised version of its report. The information to be revised is set out clearly in the act. It is information the disclosure of which would be injurious to national security, to national defence or to international relations, or is information that is protected by litigation privilege, or by solicitor-client privilege or the professional secrecy of advocates and notaries.
There are no other reasons under which a prime minister may direct the committee to remove information from its reports. Information cannot be redacted because it may be embarrassing to or critical of any government.
The redaction process is similar to the one used by the government when determining what information can be released in court proceedings, typically under section 38 of the Canada Evidence Act. The Prime Minister tables the revised report in Parliament, and the report is referred to parliamentary committees in both Houses, as required by our statute.
The committee may also submit a special report to the Prime Minister on any matter related to its mandate. Unless the committee has notified the Prime Minister of its intention to prepare a summary of the special report, it also is revised if necessary and tabled and referred in the same manner as the annual reports.
This is very similar to the process followed by—
Madame la Présidente, en tant que président du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, je veux donner ce soir un aperçu de la composition, du mandat et des fonctions du comité, puisque celui-ci a été évoqué récemment à maintes reprises ici même. Je m’exprime ce soir exclusivement en tant que président de notre comité non partisan.
Tout d’abord, je tiens à remercier sincèrement, au nom de notre comité, nos membres sortants, les députés de Medicine Hat-Cardston-Warner, de Pickering-Uxbridge et de Provencher, membres émérites qui ont mis à profit leur sagesse réfléchie, animé nos débats et apporté une contribution importante à nos travaux.
J'aimerais également souhaiter la bienvenue aux nouveaux membres de notre Comité. Nous avons hâte de travailler avec la députée d'Aurora—Oak Ridges—Richmond Hill, le député de Kootenay—Columbia, le député de London-Centre-Nord, la députée de Mississauga—Erin Mills et le député de Montarville.
Le Comité a été créé en juin 2017 avec l'adoption de la Loi sur le Comité des parlementaires pour la sécurité nationale et le renseignement. En novembre de la même année, les premiers membres du Comité ont été nommés. Après les élections fédérales de 2019, le Comité a été reconstitué en février 2020 et, hier, sa composition a été encore mise à jour.
Le comité a été formé pour combler une lacune du cadre d’examen de la sécurité nationale du Canada: premièrement, donner aux parlementaires les autorisations nécessaires afin de mener des examens de la communauté de la sécurité et du renseignement à l’aide de renseignements hautement classifiés; et deuxièmement, créer un organisme capable d’examiner toute la communauté sur une gamme de questions sans être limité par le mandat des différentes organisations ou par la portée étroite de leurs organismes d’examen.
La loi qui a établi le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement est précise et très claire. Elle énonce avec précision la composition du comité, le processus de nomination, les obligations de sécurité des membres, les droits et les limites de l’accès à l’information pour le travail du comité, les règles de procédure et les obligations de rapport.
La loi prévoit également que les comités compétents de la Chambre et du Sénat doivent procéder à un examen complet de ses dispositions et de son fonctionnement cinq ans après son entrée en vigueur, soit en 2022.
Notre comité est sans précédent dans l’histoire parlementaire canadienne. Il est unique du fait de nos autorisations de sécurité, des exigences matérielles de nos espaces de travail sécurisés et de notre structure. La nature du comité est multipartite et bicamérale, et ses membres, dont l’expérience est très variée, apportent une perspective unique à ces questions importantes. Nous agissons comme un groupe mandataire du Parlement et des Canadiens dans l’examen des questions liées à la sécurité nationale et au renseignement.
Le Comité est composé d'un président et d'un maximum de 10 autres membres, qui sont tous des membres de l'une des deux Chambres du Parlement. Jusqu'à trois membres peuvent provenir de l'autre place et jusqu'à huit membres peuvent provenir de la Chambre. Pas plus de cinq d'entre eux ne peuvent être membres du gouvernement, ce qui signifie que les membres du gouvernement ne forment jamais une majorité. Avec l'annonce d'hier, nous avons maintenant notre effectif complet en place avec huit députés de la Chambre et trois sénateurs.
Les membres ont tous la cote de sécurité Très secret, ont prêté serment et sont tenus au secret de manière permanente en vertu de la Loi sur la protection de l’information. Dans le cadre de ses travaux, le comité peut examiner des renseignements hautement classifiés, à quelques rares exceptions près. Le comité n’a pas le droit d’avoir accès aux documents confidentiels du Cabinet, aux renseignements protégés par la Loi sur le programme de protection des témoins, aux renseignements relatifs à l’identité des sources confidentielles et aux renseignements se rapportant directement à une enquête policière en cours.
Nous ne pouvons pas invoquer le privilège parlementaire en cas de divulgation non autorisée de renseignements classifiés. C’est un point sur lequel je tiens à insister. Les membres du comité, dont moi-même, sont forcément circonspects quant à ce que nous pouvons dire au Parlement et en public. Cela signifie également que les membres du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement sont susceptibles d’être poursuivis en vertu de la Loi sur la protection de l’information s’ils divulguent des renseignements dont ils ont pris connaissance dans l’exercice de leurs fonctions au sein du comité.
Le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement a pour mandat d'examiner les cadres législatif, réglementaire, stratégique, financier et administratif de la sécurité nationale et du renseignement. Il peut également examiner toute activité menée par un ministère qui a trait à la sécurité nationale ou au renseignement.
Enfin, le comité peut examiner toute question relative à la sécurité nationale ou au renseignement qu’un ministre lui soumet.
Les rapports du comité sont unanimes et non partisans. Le comité prépare et finalise ses rapports par consensus, après des délibérations minutieuses, et tous les membres s’entendent sur le contenu, les évaluations et les recommandations définitifs. Ses rapports s’appuient sur les documents que doivent fournir les ministères et agences menant des activités de sécurité nationale et de renseignement, ainsi que sur les réunions du comité avec les fonctionnaires concernés, des experts extérieurs et des membres de la société civile.
La charge de travail est lourde. En temps normal, le Comité se réunit huit heures par semaine, avec des heures supplémentaires lorsqu'il est nécessaire d'examiner des documents classifiés dans un espace de travail sécurisé désigné. Les membres se réunissent souvent pendant les semaines où la Chambre ne siège pas, et pendant l'été.
Le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement fournit un rapport annuel au premier ministre qui comprend ses examens de fond ainsi que ses recommandations. Le premier ministre peut alors demander au comité de produire une version révisée de son rapport. Les renseignements à réviser sont clairement définis dans la loi. Il s’agit de renseignements dont la divulgation serait préjudiciable à la sécurité nationale, à la défense nationale ou aux relations internationales, ou de renseignements protégés par le secret professionnel de l’avocat ou par le secret professionnel des avocats et des notaires.
Il n’y a pas d’autres raisons pour lesquelles un premier ministre peut demander au comité de supprimer des renseignements de ses rapports. Les renseignements ne peuvent être caviardés parce qu’ils peuvent mettre un gouvernement dans l’embarras ou le critiquer.
Le processus de caviardage est semblable à celui utilisé par le gouvernement lorsqu’il s’agit de déterminer quels renseignements peuvent être divulgués dans le cadre d’une procédure judiciaire, généralement en vertu de l’article 38 de la Loi sur la preuve au Canada. Le premier ministre dépose le rapport révisé au Parlement, et le rapport est renvoyé aux comités des parlementaires des deux chambres, comme l’exige la loi.
Le comité peut également soumettre un rapport spécial au premier ministre sur toute question liée à son mandat. À moins que le comité n’ait avisé le premier ministre de son intention de produire un résumé du rapport spécial, celui-ci est également révisé, s’il y a lieu, et déposé et renvoyé de la même manière que les rapports annuels.
Ce processus est très semblable à celui suivi par...
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I rise on a point of order. I appreciate the member's service on that committee, but we are here to debate a specific motion. He has yet to address this. He is giving us background of his committee, of which I am sure he is proud. Perhaps, Madam Speaker, you could get him to come to the motion.
Madame la Présidente, j’invoque le Règlement. Je suis reconnaissant au député pour les services qu’il a rendus au sein de ce comité, mais nous sommes ici pour débattre d’une motion précise. Il n’en a pas encore parlé. Il nous présente l’historique de son comité, dont il est fier, j’en suis sûr. Madame la Présidente, vous pourriez peut-être lui demander d’en venir à la motion.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
I appreciate the hon. member's point of order. I want to remind members that when they are debating or presenting in the House, they have to be addressing the subject matter at hand, or mentioning the subject matter at hand or portions of it. I know there is some latitude in the speeches, but I want to remind the hon. member and all members that when they are making their speeches, to please ensure they keep in mind the subject matter they are actually debating.
The hon. member for Ottawa South.
Je remercie le député de son rappel au Règlement. Je tiens à rappeler aux députés que, lorsqu’ils débattent ou font un exposé à la Chambre, ils doivent traiter du sujet à l’étude ou le mentionner ou en mentionner des parties. Je sais qu’il y a une certaine latitude dans les interventions, mais je tiens à rappeler au député et à tous les députés de bien prendre soin, dans leurs propos, de ne pas s’écarter du sujet dont ils débattent.
Le député d’Ottawa-Sud a la parole.
View David McGuinty Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I was saying that this is very similar to the process followed by the United Kingdom's intelligence and security committee, which must submit its annual and special reports to the prime minister for consultation and review prior to tabling, identifying at that time any redactions that have been made on national security grounds.
Since 2017, we have completed seven studies and produced three annual reports and two special reports. Every member of Parliament and every senator recently received paper copies of our 2020 annual report. This report and the others are also available on our website.
The very important thing for the House to note is that in each instance, NSICOP members reviewed and assessed information up to the government's highest classification. The committee did so with the utmost discretion, arriving at its findings and recommendations independently. Those were then provided to the Prime Minister and responsible ministers.
In our 2018 inaugural annual report, we provided a functional overview of the security and intelligence community, including the most significant national security threats as described by key members of the security and intelligence community. These were terrorism, espionage and foreign interference, cyber-threats, major organized crime and weapons of mass destruction.
Also in 2018, the committee reviewed the government's process for setting intelligence priorities as well as the intelligence activities of the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces.
We recognized that defence intelligence activities are essential to the safety and security of our armed forces and the success of Canadian military missions, including overseas operations. The committee recommended, among other things, that the government seriously consider providing explicit legislative authority to the conduct of defence intelligence activities.
The committee also presented its first special report in 2018 regarding the allegations associated with the Prime Minister's official visit to India. One recommendation repeated in the subsequent review of the government response to foreign interference was that members of Parliament and senators be briefed upon being sworn in, and regularly thereafter, on the risks of foreign interference and extremism in Canada.
In 2019, the committee conducted a review of diversity and inclusion in the security and intelligence community. The review provided a baseline assessment of the diversity and inclusion of certain designated groups in the security and intelligence community. On the whole, it was revealed that there was not as much representation there as in the rest of the Canadian public service and that the rates of harassment and discrimination remained unacceptable. We recommended that the situation be reexamined in three to five years in order to assess progress. We also recommended improving data collection and analysis and developing a common performance measurement framework.
NSICOP also reviewed the government's response to the serious challenge of foreign interference. We found that the government's response to the threat was done on a case-by-case, even ad hoc, basis and that our engagement with other levels of government and the Canadian public was limited. In its review, the committee called for a whole-of-government strategy to counter foreign interference and build institutional and public resilience. We were specific in our recommendation about what such a strategy should include and we further recommended that the government support the strategy through sustained central leadership and coordination.
Finally, the committee reviewed the national security and intelligence activities of the Canada Border Services Agency. On the whole, we noticed that the powers that the CBSA has for conducting national security and intelligence activities are clear, well regulated and supported by several acts. However, the CBSA did not receive any instructions from the minister for conducting critical activities related to national security and intelligence. This situation was inconsistent with the practices of CSIS and the RCMP and, in the committee's view, represented a failure of ministerial accountability.
The committee recommended that the Minister of Public Safety provide CBSA directions in writing with regard to sensitive national security and intelligence activities.
That same year, the committee also prepared a special report on the collection, use, retention and dissemination of information on Canadians in the context of the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces defence intelligence—
Madame la Présidente, je disais que cela ressemble beaucoup au processus suivi par le comité du renseignement et de la sécurité du Royaume-Uni, qui doit soumettre ses rapports annuels et spéciaux au premier ministre pour consultation et examen avant de les déposer, en décrivant à ce moment-là tout caviardage effectué pour des raisons de sécurité nationale.
Depuis 2017, nous avons complété sept examens qui ont produit trois rapports annuels et deux rapports spéciaux. Tous les députés et sénateurs ont récemment reçu des copies papier de notre rapport annuel de 2020. Ce rapport et les autres sont également disponibles sur notre site Internet.
Il est très important que la Chambre note que, dans chaque cas, les membres du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement ont examiné et évalué des renseignements allant jusqu’à la plus haute classification du gouvernement. Le comité l’a fait avec la plus grande discrétion, arrivant à ses conclusions et ses recommandations en toute indépendance. Celles-ci ont ensuite été transmises au premier ministre et aux ministres responsables.
Dans notre premier rapport annuel de 2018, nous avons donné un aperçu fonctionnel de la communauté de la sécurité et du renseignement, y compris les menaces les plus importantes pour la sécurité nationale telles que les principaux membres de cette communauté les ont décrites. Il s’agissait du terrorisme, de l’espionnage et de l’ingérence étrangère, des cybermenaces, de la grande criminalité organisée et des armes de destruction massive.
Toujours en 2018, le comité a examiné le processus gouvernemental d’établissement des priorités en matière de renseignement ainsi que les activités de renseignement du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes.
Nous avons reconnu que les activités du renseignement de défense sont essentielles à la sécurité de nos Forces armées et au succès des activités militaires canadiennes, y compris à l'étranger. Le Comité a notamment recommandé que le gouvernement envisage sérieusement d'accorder une autorisation législative claire pour la conduite des activités du renseignement de défense.
Le comité a aussi présenté son premier rapport spécial en 2018 sur les allégations liées à la visite officielle du premier ministre en Inde. Une recommandation répétée dans l’examen ultérieur de la réponse du gouvernement à l’ingérence étrangère était que les députés et les sénateurs soient informés dès leur prestation du serment, et régulièrement par la suite, des risques d’ingérence étrangère et d’extrémisme au Canada.
En 2019, le Comité a examiné la diversité et l'inclusion dans l'appareil de la sécurité et du renseignement. Cet examen a fourni une évaluation de base sur la situation de la communauté de la sécurité et du renseignement en matière de diversité et d'inclusion de certains groupes désignés. Dans l'ensemble, il a révélé que la représentation était inférieure à celle de l'ensemble de la fonction publique canadienne et que les taux de harcèlement et de discrimination demeuraient inacceptables. Nous avons recommandé que la situation soit réexaminée dans trois à cinq ans, afin d'évaluer le progrès. Nous avons également recommandé l'amélioration de la collecte et de l'analyse des données et l'élaboration d'un cadre commun de mesure du rendement.
Le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement a également examiné la réponse du gouvernement au grave problème de l’ingérence étrangère. Nous avons constaté que la réponse du gouvernement à cette menace se faisait au cas par cas, voire de façon ponctuelle, et que les consultations que nous menions auprès d’autres paliers de gouvernement et du public canadien étaient limitées. Dans son examen, le comité a demandé une stratégie pangouvernementale pour contrer l’ingérence étrangère et renforcer la résilience des institutions et du public. Nous avons précisé dans notre recommandation les éléments à inclure dans une telle stratégie et nous avons également recommandé que le gouvernement appuie la stratégie par une direction et une coordination centrales soutenues.
Finalement, le Comité a examiné les activités de sécurité nationale et de renseignement de l'Agence des services frontaliers du Canada. Dans l'ensemble, nous avons constaté que les pouvoirs dont dispose l'Agence pour mener des activités liées à la sécurité nationale et au renseignement sont clairs, bien régis et appuyés par plusieurs lois. Cependant, l'Agence n'a pas reçu d'instructions du ministre pour la conduite d'activités critiques liées à la sécurité nationale et au renseignement. Cette situation n'était pas conforme à la pratique du SCRS et de la GRC et, selon le Comité, constituait une lacune en ce qui concerne la responsabilité ministérielle.
Le Comité a donc recommandé que le ministre de la Sécurité publique fournisse à l'ASFC des directives par écrit à l'égard de la conduite des activités délicates relatives à la sécurité nationale et au renseignement.
La même année, le comité a aussi préparé un rapport spécial sur la compilation, l’utilisation, la rétention et la divulgation d’informations sur des Canadiens, dans le contexte des services de renseignement du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes—
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
The hon. member for Central Okanagan—Similkameen—Nicola is rising on another point of order.
Le député de Central Okanagan—Similkameen—Nicola invoque à nouveau le Règlement.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I rise on a point of order. Five minutes ago I raised a point of order with you, and you asked the member to be relevant. He is basically reviewing the annual reports of his committee, which is not the subject of tonight's debate.
He is not a rookie. He certainly has a committee role that is important, but I would ask you to rule whether he is being relevant to the issue or simply disregarding your ruling and this House.
Madame la Présidente, j’invoque le Règlement. Il y a cinq minutes, suite à mon rappel au Règlement, vous avez demandé au député d’être pertinent. Or, il continue de parler des rapports annuels de son comité, ce qui n’est pas l’objet du débat de ce soir.
Ce n’est pas un perdreau de l’année. Il joue certes un rôle important au comité, mais je vous demande de déterminer si son intervention est pertinente ou s’il fait tout simplement fi de votre décision.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, on that same point of order, the entire premise of the government's position hinges on the committee the member represents. The entire argument from the government has to do specifically with this committee, so the member explaining why this committee is the important committee for this is extremely relevant to the argument that the government made.
I would encourage the Speaker to allow him to continue his speech.
Madame la Présidente, s’agissant de ce rappel au Règlement, je dirai que la position du gouvernement se fonde sur le comité que le député représente. L’argument du gouvernement se fonde précisément sur ce comité, et par conséquent, lorsque le député explique pourquoi le comité joue un rôle clé dans ce dossier, c’est tout à fait pertinent pour l’argument qu’avance le gouvernement.
J’invite la présidence à le laisser poursuivre son intervention.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
Once again, I appreciate the points of order. I would like to remind members that the question of privilege hinges on the motion and, therefore, there is some latitude.
However, the hon. member for Central Okanagan—Similkameen—Nicola is correct that the hon. member for Ottawa South must ensure that his speech revolves around the question of privilege. That discussion needs to be there. I would suggest the hon. member ensure that his speech is relevant and that he references the motion on the question of privilege.
The hon. member for Ottawa South.
J’ai pris acte des rappels au Règlement. Je rappelle aux députés que la question de privilège concerne la motion et que, par conséquent, je dispose d’une certaine latitude.
Toutefois, le député de Central Okanagan—Similkameen—Nicola a raison de dire que le député d’Ottawa-Sud doit s’assurer que son intervention porte sur la question de privilège. Il faut qu’il y ait un lien. J’invite donc le député à s’assurer que son intervention est pertinente à la question de privilège.
Le député d’Ottawa-Sud.
View David McGuinty Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I will not be long and the relevance will become quite evident.
Following our examination of the documents provided to the committee and our meetings with DND CAF officials, the committee formed an opinion that DND intelligence activities conducted as part of overseas operations may not be in compliance with the Privacy Act. The committee referred this matter to the Attorney General pursuant to its obligation under section 31.1 of the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians Act, which requires it to make such referral when, in its opinion, an activity may not be in compliance with the law.
The review built on the committee's 2018 recommendation that the government give serious consideration to providing explicit legislative authority to the conduct of defence intelligence activities and went further in recommending that the Minister of National Defence introduce legislation governing defence intelligence activities.
In 2020, members of the committee, like all Canadians, were faced with the unprecedented situation of the pandemic. As such, the committee decided to provide the Prime Minister the only consolidated overview of threats to Canada's national security.
The committee found that the threats posed by organized crime and the proliferation of weapons of mass destruction did not fundamentally—
Madame la Présidente, je serai bref et la pertinence de mon intervention sera évidente.
Après avoir examiné les documents qui lui ont été fournis et après avoir rencontré des fonctionnaires du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, le comité a estimé que des activités de renseignement que le ministère a menées dans le cadre d’opérations à l’étranger ne sont peut-être pas conformes à la Loi sur la protection des renseignements personnels. Le comité en a saisi le procureur général, conformément à l’obligation qui lui en est faite à l’article 31.1 de la Loi sur le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, lorsqu’il estime qu’une telle activité n’est pas conforme à la loi.
L’examen qui s’en est suivi faisait fond sur la recommandation de 2018 du comité, à savoir que le gouvernement prenne des mesures législatives claires en ce qui concerne la conduite des activités de renseignement de défense, et que le ministre de la Défense nationale présente une loi régissant les activités de renseignement en matière de défense nationale.
En 2020, les membres du Comité, comme tous les Canadiens, ont été confrontés à la situation sans précédent de la pandémie. Par conséquent, le Comité a décidé de fournir au premier ministre le seul aperçu consolidé des menaces pour la sécurité nationale au Canada.
Le comité a estimé que les menaces posées par le crime organisé et la prolifération des armes de destruction massive n’étaient pas fondamentalement...
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
There is a point of order from the hon. member for York—Simcoe.
L'honorable député de York—Simcoe invoque le Règlement.
View Scot Davidson Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I was wondering if the hon. member could table the report that he is reading, or go on to the report about the Lake Simcoe clean-up fund, which we are waiting for in York—Simcoe. We would love to hear that.
Madame la Présidente, je me demandais si le député pouvait déposer le rapport qu'il est en train de lire, ou passer au rapport sur le fonds d'assainissement du lac Simcoe qu'attendent les gens de ma circonscription. Nous serions ravis de l'entendre.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
That is not really a point of order. I would say it is debate.
I again want to remind the hon. member for Ottawa South that he should ensure his speech is relevant. I will read the motion on the question of privilege, which states:
That this House find the Public Health Agency of Canada to be in contempt for its failure to obey the Order of the House, adopted on June 2, 2021, as well as the orders of the Special Committee on Canada-China Relations, adopted on March 31 and May 10, 2021, and, accordingly, orders its President to attend at the Bar of the House....
Does the hon. member for Ottawa South want me to continue, or does he have the motion before him? Will make sure that his speech is relevant to it?
Ce n'est pas vraiment un rappel au Règlement. Je dirais que cela s'inscrit dans le débat.
Je tiens encore une fois à rappeler au député d'Ottawa-Sud qu'il doit veiller à ce que son discours soit pertinent. Je vais citer la motion sur la question de privilège, qui se lit comme suit:
Que la Chambre déclare l'Agence de la santé publique du Canada coupable d'outrage pour ne pas avoir respecté l'ordre de la Chambre adopté le 2 juin 2021, ainsi que les ordres du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes adoptés le 31 mars et le 10 mai 2021, et, en conséquence, ordonne au président de l'Agence de comparaître à la barre de la Chambre...
L'honorable député d'Ottawa-Sud veut‑il que je continue, ou a‑t‑il la motion devant lui? S'assurera‑t‑il que son discours s'y rapporte?
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
Perfect. I would suggest he references it every once in a while during his speech.
The hon. member for Ottawa South has the floor.
Parfait. Je lui recommande de s’y reporter de temps à autre pendant son discours.
Le député d’Ottawa-Sud a la parole.
View David McGuinty Profile
Lib. (ON)
Thank you, Madam Speaker, for your indulgence.
The committee, of course, has been reviewing the major threats for the country, such as terrorism, espionage, foreign interference and cyber actors, for example. We have reported very openly now for Canadians on the question of terrorism, the growth of ideologically motivated violent extremists, the rise of groups embracing xenophobic violence, anti-authority violence and gender-driven violence. We have seen a growing number of examples of neo-Nazis, white supremacists, misogynist groups and individuals planning or conducting attacks, a trend which is mirrored around the world.
Finally, while the restrictions imposed as part of the COVID lockdowns, such as limitations on travel, have disrupted terrorism facilitation efforts, the pandemic and the concurrent protests increased anti-government rhetoric connected to ideologically motivated violent extremism.
In conclusion, the point of this evening's speech is to illustrate there is a highly functioning committee composed of good members from all sides of the House of Commons and of course members from the other place as well. It has been working well now for over three and a half years, has produced seven fundamental reviews and three annual reports. I have tried to set out for members, colleagues and Canadians how we conduct reviews under the legislation, when we are asked to redact, how we are asked to redact and the limitations on being asked to redact.
The message I want to leave with all parliamentarians is the following: Committee members form a dedicated non-partisan group of parliamentarians from both houses who take pride in undertaking serious work on serious national security and intelligence issues.
Je vous remercie de votre indulgence, madame la Présidente.
Le comité, bien sûr, a examiné les principales menaces pour le pays, comme le terrorisme, l’espionnage, l’ingérence étrangère et les auteurs de cybermenaces, par exemple. Nous avons signalé très ouvertement aux Canadiens la question du terrorisme, l’augmentation du nombre d’extrémistes violents motivés par l’idéologie, la montée des groupes prônant la violence xénophobe, la violence anti-autorité et la violence sexiste. Nous voyons de plus en plus d’exemples de groupes et d’individus néonazis, suprémacistes blancs et misogynes qui planifient ou qui mènent des attaques, une tendance qui se manifeste dans le monde entier.
Enfin, si les restrictions imposées dans le cadre des mesures de confinement liées à la COVID, comme la restriction des déplacements, ont perturbé la facilitation du terrorisme, la pandémie et les manifestations concomitantes ont accru la rhétorique antigouvernementale liée à l’extrémisme violent à motivation idéologique.
En conclusion, le but de mon intervention de ce soir est de montrer qu’il existe un comité très fonctionnel composé de bons députés de tous les partis à la Chambre des communes et, bien sûr, de parlementaires de l’autre endroit également. Il fonctionne bien depuis plus de trois ans et demi, a mené sept examens approfondis et produit trois rapports annuels. J’ai essayé d’expliquer aux députés, à mes collègues et aux Canadiens comment nous menons les examens en vertu de la loi, quand on nous demande de caviarder, comment on nous demande de caviarder et quelles sont les limites de telles demandes.
Le message que je souhaite transmettre à tous les parlementaires est le suivant: les membres du comité forment un groupe dévoué et non partisan de parlementaires des deux Chambres qui sont fiers d’accomplir un travail sérieux sur des questions sérieuses liées à la sécurité nationale et au renseignement.
View Alex Ruff Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I would like to correct the member. In his speech, he talked about the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians as a proxy of Parliament. I remind him that, unlike similar bodies in other Five Eyes countries, such as the Intelligence and Security Committee of Parliament in the U.K. or the Parliamentary Joint Committee on Intelligence and Security in Australia, the NSICOP is not a special committee nor a standing committee of the Parliament of Canada.
It is, in fact, part of the executive of government. Therefore, it does not report to the House, it reports to the Prime Minister.
Madame la Présidente, j’aimerais corriger le député. Dans son discours, il a parlé du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement comme d’un mandataire du Parlement. Je lui rappelle que, contrairement à des organismes comparables dans d’autres pays du Groupe des cinq, comme l’Intelligence and Security Committee of Parliament au Royaume-Uni ou le Parliamentary Joint Committee on Intelligence and Security en Australie, le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement n’est pas un comité spécial ni un comité permanent du Parlement du Canada.
En fait, il fait partie de l’exécutif. Par conséquent, il ne relève pas de la Chambre, mais du premier ministre.
View David McGuinty Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, the hon. member is partly correct and partly incorrect. NSICOP is located halfway between Parliament and the executive. The committee is housed within the executive body of government and does report to the Prime Minister, but it is composed of parliamentarians. It is not bound by the procedural rules of parliamentary committees and operates at arm's length.
However, the Five Eyes organizations the member refers to for comparative purposes have their own variations on structure. As I mentioned in my speech, the ISC in the United Kingdom has a very similar, if not identical, reporting relationship with its Prime Minister, who also is involved in redactions of reports before those reports are made public by being tabled in their house, just as our reports here are made public by tabling through the Prime Minister.
Committee members from all political stripes contribute their unique perspectives as legislators to national security and intelligence matters. They have a range of experience, but together they represent perspectives from across this country.
Madame la Présidente, le député a en partie raison et en partie tort. Le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement se situe à mi-chemin entre le Parlement et l’exécutif. Le Comité fait partie de l’organe exécutif du gouvernement et rend compte au premier ministre, mais il est composé de parlementaires. Il n’est pas lié par les règles de procédure des comités parlementaires et fonctionne de manière indépendante.
Cependant, les organisations du Groupe des cinq que le député mentionne à des fins de comparaison ont leur propre structure. Comme je l’ai précisé dans mon discours, le comité équivalent du Royaume‑Uni est très semblable, voire identique, au nôtre en ce qui concerne la relation avec le premier ministre, qui participe également au caviardage des rapports avant que ceux-ci ne soient rendus publics en étant déposés devant leur Chambre, tout comme nos rapports ici sont rendus publics en étant déposés par le truchement du premier ministre.
Les membres du Comité, quelle que soit leur appartenance politique, apportent leur point de vue unique de législateurs sur les questions de sécurité nationale et de renseignement. Ils ont une expérience variée, mais ensemble, ils représentent les perspectives de tout le pays.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam Speaker, the suggestion that this committee is appropriate was basically rejected by the Speaker in his ruling today. In reference to the National Security Intelligence Committee of Parliamentarians, he said:
However, as the members for Louis-Saint-Laurent and St. John’s East have pointed out, the act also makes clear that, despite its composition, this body is not a committee of Parliament. It exists outside of Parliament. In these circumstances, the Chair cannot conclude that the documents submitted to the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians fulfills an order of this House or of its committees.
That is very clear, and I invite you to refute that ruling.
Madame la Présidente, l'affirmation selon laquelle ce comité est approprié a essentiellement été rejetée par le Président dans sa décision d'aujourd'hui. À propos du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, il a déclaré ce qui suit:
Cependant, comme l’ont signalé les députés de Louis‑Saint‑Laurent et de St. John’s‑Est, la loi précise clairement que, malgré sa composition, cette entité n’est pas un comité du Parlement. Ce Comité se trouve à l’extérieur du Parlement. Dans ces circonstances, la présidence ne peut conclure que le dépôt de documents au Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement permet de satisfaire à un ordre de la Chambre ou de ses comités.
C'est on ne peut plus clair, et je vous invite à réfuter cette décision.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
I am not going to refute it. I will ask the hon. member to do that.
However, before I ask the hon. member to do that, I am going stop the clock and ask him to maybe unplug and then plug in his mike again. There seems to be an issue for the interpreters. If he could do that and then maybe give me a quick test.
We can continue, and if there is an issue, I will raise it again.
The hon. member for Ottawa South.
Je ne vais pas la réfuter, mais plutôt demander au député de le faire.
Toutefois, avant de le demander au député, je vais arrêter le chronomètre et lui demander de débrancher puis de rebrancher son micro. Les interprètes semblent éprouver des problèmes. Je l'invite donc à s'exécuter, puis à effectuer un petit test.
Poursuivons. S'il y a un problème, je le signalerai de nouveau.
Le député d'Ottawa‑Sud a la parole.
View David McGuinty Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, as I have noted in my remarks, the NSICOP​ Act allows the committee to review any matter relating to national security or intelligence that a minister of the Crown refers to it. The committee carefully deliberates before beginning one of its reviews, and it undertakes them on a very consensus basis. Deliberations can include discussions with relevant officials or with other review agencies or open-source research. The committee, of course, posts the launch of each of its reviews on its website.
I can confirm this evening that the committee has received a letter of referral from the Minister of Health. I can also confirm that the committee has received documents forwarded by the Public Health Agency of Canada in unredacted form.
Madame la Présidente, comme je l’ai noté dans mes remarques, la Loi sur le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement permet au Comité d’examiner toute question relative à la sécurité nationale ou au renseignement qu’un ministre de la Couronne lui soumet. Le Comité délibère soigneusement avant d’entreprendre l’un de ses examens, et il les entreprend par consensus. Les délibérations peuvent inclure des discussions avec les fonctionnaires concernés ou avec d’autres organismes d’examen ou des recherches de sources ouvertes. Le Comité, bien sûr, annonce le lancement de chacun de ses examens sur son site Web.
Je peux confirmer ce soir que le Comité a reçu une lettre de renvoi de la ministre de la Santé. Je peux également confirmer que le Comité a reçu de l’Agence de la santé publique du Canada des documents non caviardés.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2021-06-16 21:03
Madam Speaker, given it is almost summer, I hope members will indulge me before I ask my question.
As this may be my last chance to speak before the break, I would like to thank my staff for their hard work over the years, especially during the pandemic, which has added additional stress for everyone. I thank my Whitehorse team, Susan Moorhead Mooney, Ellen MacDonald and Alisha Khalik, as well as my Ottawa team, Aaron Casselman and Brad Weston. Being the MP for Yukon has been the honour of my life, and I want to thank Yukoners for continuing to put their faith in me year after year.
My question is related to the point of privilege and on which committee this should go to.
I was very excited when NSICOP was created, as I thought long before that we really needed it. I assume that previously many of the most serious safety issues for Canada and security issues for Canadians were not being dealt with by parliamentarians because they did not have the right security clearance. However, the member's report suggests that has been much improved since the committee was created. From the reports he outlined tonight, I would like the member to confirm that it is true, that these serious issues—
Madame la Présidente, comme c’est presque l’été, j’espère que les députés me laisseront faire une petite parenthèse avant que je pose ma question.
Comme il s’agit peut-être de ma dernière occasion de prendre la parole avant la pause, j’aimerais remercier mon personnel pour son travail acharné au fil des ans, surtout pendant la pandémie, qui a ajouté un stress supplémentaire pour tout le monde. Je remercie mon équipe de Whitehorse, Susan Moorhead Mooney, Ellen MacDonald et Alisha Khalik, ainsi que mon équipe d’Ottawa, Aaron Casselman et Brad Weston. Être député de Yukon a été l’honneur de ma vie, et je tiens à remercier les Yukonnais de continuer à me faire confiance une année après l’autre.
Ma question porte sur la question de privilège et sur le comité qui devrait en être saisi.
J’ai été très enthousiaste lorsque le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement a été créé, car je pensais depuis longtemps que nous en avions vraiment besoin. Je suppose qu’auparavant, bon nombre des problèmes de sécurité les plus graves pour le Canada et pour les Canadiens n’étaient pas traités par les parlementaires parce qu’ils n’avaient pas la cote de sécurité appropriée. Toutefois, le rapport du député laisse entrevoir que la situation s’est beaucoup améliorée depuis la création du comité. D’après les rapports qu’il a présentés ce soir, j’aimerais que le député confirme que c’est vrai, que ces graves problèmes...
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
The hon. member for Ottawa South.
Le député d'Ottawa‑Sud a la parole.
View David McGuinty Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, to my colleague for Yukon, maybe I will take a moment to go back to a theme that I think is important to tonight's debate, and that is the question of whether the Prime Minister may direct a committee to revise its reports, and he may, but the discretion to do so is not unlimited.
The Prime Minister may only direct NSICOP to remove information that would be injurious to national security, national defence or international relations where that is a matter of solicitor-client privilege. The use of the word “would” in the legislation is a high bar. The process that determines which information qualifies is modelled on the process used by the Federal Court to redact information from public decisions. Finally, on that point, since the creation of the committee and throughout our seven comprehensive reviews, the government has never directed the committee to remove information from a report that was not legitimately injurious.
Madame la Présidente, je m’adresse à mon collègue de Yukon. Je vais peut-être prendre un moment pour revenir sur un thème qui, à mon avis, est important pour le débat de ce soir, soit la question de savoir si le premier ministre peut ordonner à un comité de réviser ses rapports, et il le peut, mais le pouvoir discrétionnaire de le faire n’est pas illimité.
Le premier ministre ne peut ordonner au Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement de supprimer des renseignements dont la communication porterait atteinte à la sécurité ou à la défense nationales ou aux relations internationales que s’ils sont protégés par le secret professionnel de l’avocat. L’utilisation du conditionnel dans la loi place la barre très haut. Le processus qui détermine quels renseignements sont admissibles est calqué sur le processus utilisé par la Cour fédérale pour supprimer certains renseignements de décisions publiques. Enfin, sur ce point, depuis la création du Comité et tout au long de nos sept examens approfondis, le gouvernement n’a jamais demandé au Comité de supprimer d’un rapport des renseignements qui n’étaient pas légitimement préjudiciables.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I have a quick comment and then two brief questions.
First of all, I want to congratulate the member for completely ignoring the question before the House today. He read his way right through it.
Second, the member did give a very good, non-partisan overview of his committee, and so I would ask if he would be willing to come to my rotary club to give that presentation. We do not talk politics at our rotary club.
Finally, in his capacity as the member of Parliament for Ottawa South, will he be voting yea or nay for the actual motion?
Madame la Présidente, j’ai un bref commentaire à faire, puis deux brèves questions à poser.
Tout d’abord, je tiens à féliciter le député d’avoir complètement ignoré la question dont la Chambre est saisie aujourd’hui. Il est passé entièrement à travers la question.
Deuxièmement, le député a donné un très bon aperçu, non partisan, de son comité, et je lui demanderais donc s’il serait prêt à venir faire cette présentation à mon club Rotary. Nous ne parlons pas de politique à notre club Rotary.
Enfin, en sa qualité de député d’Ottawa-Sud, votera-t-il pour ou contre la motion actuelle?
Results: 701 - 800 of 150000 | Page: 8 of 1500

|<
<
4
5
6
7
8
9
10
11
12