Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 149901 - 150000 of 150000
View Kate Young Profile
Lib. (ON)
View Kate Young Profile
2016-09-29 12:40 [p.5271]
Mr. Speaker, it is so important to the people of London West, London—Fanshawe, London North Centre, Elgin—Middlesex—London that the jobs at General Dynamics Land Systems stay in place.
There is no reason for any of the questions about human rights to be discounted, but these jobs will continue as long as we as a government make sure the right questions are asked of everyone along the way.
It is important for all of us to stand behind this company and make sure the jobs continue.
Monsieur le Président, il est très important pour les gens de London-Ouest, de London—Fanshawe, de London-Centre-Nord et d'Elgin—Middlesex—London que les emplois à General Dynamics Land Systems demeurent en place.
Il n'y a aucune raison de ne pas tenir compte des questions liées aux droits de la personne. Ces emplois seront maintenus tant et aussi longtemps que le gouvernement s'assurera de poser les bonnes questions à chacun des intervenants au cours du processus.
Il est important pour nous tous d'appuyer cette société et de faire en sorte que les emplois soient maintenus.
View Sheila Malcolmson Profile
NDP (BC)
View Sheila Malcolmson Profile
2016-09-29 12:41 [p.5271]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with my colleague the hon. member for Salaberry—Suroît.
Mr. Speaker, speaking in support of the motion on the floor, I will start off by saying once again, as my colleagues have been echoing all morning in this House, that for too long Canadians have had too little information about our arms exports to countries with questionable human rights records. This has to change.
Liberals have not been fully transparent with Canadians about our arms exports, but we have a right to know who Canada is doing business with and under what conditions.
There are increasing allegations that Canadian weapons are being used to commit human rights violations in countries like Saudi Arabia, Yemen, and Sudan.
It is clear that Canada's arms export policy is not working, and it is really time to have a national conversation about arms exports, with a multi-party commons committee that would collaborate across the floor.
Human rights are not optional. If the government wants to show Canada that it is a leader in human rights, then it needs to ensure that it, and we, are walking the talk.
I was very moved at a ceremony in my community, in Nanaimo, right on the waterfront, on August 6, which is the anniversary of Hiroshima bombing. Members of the Women's International League for Peace and Freedom, a very long-standing activist organization within our community, was talking about the UN vote that was coming up on nuclear disarmament. They shared my optimism that, given the campaign commitments around peace and security and restoring Canada's international reputation on the world stage, our Prime Minister was going to direct that Canada vote in favour of negotiations to end the nuclear weapons trade.
However, sadly, last month, Canada voted against negotiations for a global treaty banning nuclear weapons. It was shameful. It was a shock to everybody. These nuclear negotiations had been called for by UN Secretary-General Ban Ki-moon; 68 countries ended up voting in favour of the motion, so Canada was on the outside of that international consensus; and the vote was called “the most significant contribution to nuclear disarmament in two decades” by one of the UN member countries.
The Liberal government's vote last month also flew in the face of a 2010 resolution, in this House, encouraging the Canadian government to join negotiations for a nuclear weapons convention. The motion was adopted unanimously in this House and in the Senate, with support from all parties, including the Liberals. However, it was a real sad point that they did not follow through and carry on with that commitment that would have made us proud on the international stage. We want to move forward in a more positive way. There is more United Nations consensus with which our country can join.
A 2009 resolution of the Security Council stressed the particular impact that armed conflict has on women, children, refugees, and internally displaced persons, as well as on other civilians who may have specific vulnerabilities, including persons with disabilities and older persons, and it stressed the protection and assistance needs of all affected civilian populations.
As the New Democrat spokesperson for the status of women, I want to bring a particular gender lens to the debate.
The United Nations and international aid agencies say women are among the most heavily impacted victims of war. Tens of thousands suffer from sexual violence, rape, and lack of access to life-saving health care.
Amnesty International says women and girls are uniquely and disproportionately affected by armed conflict; women bear the brunt of war and are the vast majority of casualties resulting from war; rape and sexual violence target women and girls and are routinely used, not only to terrorize women but as a strategic tool of war and an instrument of genocide; systematic rape is often used as a weapon of war in ethnic cleansing; and, in addition to rape, girls and women are often subject to forced prostitution and trafficking during times of war, sometimes with the complicity of governments and military authorities.
In all countries, everywhere in the world, sexual violation of women erodes the fabric of a community in a way that few weapons can. This is the moral challenge to our country and the government. Six hundred and three million women live in countries where domestic violence is not yet considered a crime. Are we exporting weapons there?
In many countries there is repression, the silencing of abuse, and the mistreatment and imprisonment of women, human rights defenders, and activists. Are we exporting to those countries?
In some countries women are considered perpetual legal minors, permanently under the guardianship of male relatives. Are we exporting there?
In some countries it is actually legal for a man to rape his wife. Are we exporting arms to those countries?
We hear again and again that Canadians want to have more scrutiny over the destination of Canadian weapons, and they want to know that we are not exacerbating these human rights abuses in countries abroad.
At the NDP convention in April, Stephen Lewis gave a very powerful speech, and I quote:
We're not supposed to be sending armaments to countries that have a 'persistent record of serious violations of the human rights of their citizens.' Saudi Arabia is the embodiment of the meaning of the word 'violations.' And the government of Canada refuses to release its so-called assessment of the human rights situation in Saudi Arabia. So much for the newly minted policy of transparency.
He went on to say that it was a huge pleasure to have a prime minister who unselfconsciously calls himself a feminist, yet is selling weapons to a regime "steeped in misogyny".
Is it not time that we looked more closely at the regimes we export weapons to? Polls show that most Canadians disapprove of arms deals to human rights abusers. Many Canadians would be shocked to know that Canadian weapons exports have nearly doubled over the last 10 years. While Canada used to export arms mostly to NATO countries, under the Conservative government our arms exports shifted to include many countries with very troubling human rights records. Canada is now the second-largest arms dealer in the Middle East, after the U.S. Saudi Arabia is now the world's second-largest buyer of Canadian-made military equipment, after the United States.
Our arms export rules were supposed prohibit the sale of military hardware to countries whose governments have a persistent record of seriously violating the human rights of their citizens. However, it is clear that our arms export controls are not working. While the government argues, as the Conservative government did before it, that Canada has strong arms export regulations, in recent months Canadians have grown increasingly concerned about Canadian arms exports falling into the wrong hands.
Canada does not control or track the use of its arms exports overseas. Worse, it was revealed in August that the Government of Canada has weakened its arms export policy to make it easier to export military hardware to states that abuse human rights.
We have a few pieces of good news, despite all of this tough stuff. I am very glad that the government has agreed to accede to the Arms Trade Treaty. We look forward to seeing the details of that. It is a move in the right direction.
We do have a pre-election commitment from the Prime Minister. He said to the press that Canada must stop arms sales to regimes that flout democracy, such as Saudi Arabia. That was reported in the London Free Press on August 10, 2015.
We have a government that says that it is committed to equal rights for women and that it is deeply committed to transparency.
I urge the government, in the spirit of co-operation, to agree to a House committee that would provide parliamentary oversight of arms exports. This oversight is badly needed. We would have multi-party co-operation investigating current and future arms exports, and we can follow the example of other countries that have taken this step.
Let us move forward. Let us do the right thing collectively. Let us make Canada proud on the world stage again.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec ma collègue, la députée de Salaberry—Suroît.
Monsieur le Président, je prends la parole pour appuyer la motion à l'étude. Pour commencer, je vais répéter ce que mes collègues disent depuis ce matin à la Chambre: depuis trop longtemps, les Canadiens ne sont pas suffisamment informés au sujet des exportations d'armes du Canada vers des pays au bilan douteux en matière de droits de la personne. Cela doit changer.
Les libéraux ne sont pas entièrement transparents envers les Canadiens au sujet des exportations d'armes. Nous avons le droit de savoir avec qui le Canada fait des affaires et selon quelles conditions.
Il y a de plus en plus d'allégations voulant que des armes canadiennes soient utilisées pour commettre des violations des droits de la personne dans des pays comme l'Arabie saoudite, le Yémen et le Soudan.
Il est clair que la politique d'exportation d'armes du Canada ne fonctionne pas. Il est grand temps de tenir un dialogue national sur les exportations d'armes par l'entremise d'un comité multipartite de la Chambre des communes où tous les députés collaboreraient.
Les droits de la personne ne sont pas facultatifs. Si le gouvernement veut montrer au Canada qu'il donne l'exemple en matière de droits de la personne, alors il doit veiller à joindre le geste à la parole.
J’ai été très émue lors de la cérémonie qui a eu lieu dans ma collectivité, à Nanaimo, directement face à l’océan, le 6 août, date anniversaire du bombardement d’Hiroshima. Les membres de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, une organisation militante de longue date dans notre collectivité, discutaient du prochain vote aux Nations unies sur le désarmement nucléaire. Ces femmes partageaient mon optimisme — fondé sur des engagements électoraux portant sur la paix, la sécurité et le rétablissement de la réputation internationale du Canada — quant au fait que notre premier ministre allait diriger le vote du Canada vers des négociations en vue de mettre fin au commerce des armes nucléaires.
Cependant, le mois dernier, le Canada a tristement voté contre des négociations pour un traité mondial bannissant les armes nucléaires. C’était honteux. Ce fut un choc pour tout le monde. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, avait demandé que ces négociations nucléaires aient lieu, et 68 pays ont voté en faveur de cette motion, de sorte que le Canada s’est retrouvé exclu de ce consensus international. Ce vote a pourtant été qualifié de « contribution la plus significative pour le désarmement nucléaire en deux décennies » par l’un des pays membres des Nations unies.
Le vote du gouvernement libéral le mois dernier constituait également un pied de nez à une résolution de 2010 adoptée par la Chambre, qui encourageait le gouvernement canadien à se joindre aux négociations en vue de parvenir à une convention sur les armes nucléaires. La motion avait été adoptée à l’unanimité à la Chambre et au Sénat, avec l’appui de tous les partis, incluant les libéraux. Il est vraiment dommage qu’ils n’aient pas conservé la même ligne et reporté cet engagement, qui aurait fait notre fierté sur la scène internationale. Nous voulons aller de l’avant de façon plus positive. Notre pays pourrait se joindre à d’autres consensus des Nations unies.
Une résolution de 2009 du Conseil de sécurité soulignait l’impact particulier que les conflits armés ont sur les femmes, les enfants, les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur de leurs frontières, de même que sur d’autres civils ayant des vulnérabilités spécifiques et les personnes âgées, et elle mettait en évidence le besoin de protection et d’assistance de toutes les populations civiles affectées.
En qualité de porte-parole néo-démocrate en matière de condition féminine, je voudrais que l’on observe ce débat du point de vue d’un genre en particulier.
Les Nations unies et les organismes d’aide internationale disent que les femmes sont parmi les victimes les plus lourdement affectées par la guerre. Des dizaines de milliers d’entre elles sont victimes de violence sexuelle ou de viol, ou encore souffrent du manque d’accès à des soins de santé vitaux.
Amnistie internationale affirme que les femmes et les filles sont particulièrement et disproportionnellement affectées par les conflits armés. Ce sont les femmes qui portent le poids de la guerre et elles en constituent la grande majorité des victimes. Les viols et la violence sexuelle sont le lot des femmes et des filles et ils sont couramment utilisés non seulement pour terroriser les femmes, mais aussi comme armes stratégiques de guerre et comme instruments de génocide. En effet, le viol systématique est souvent utilisé comme arme de guerre dans les cas de nettoyage ethnique. En plus du viol, les femmes et les filles sont souvent forcées de se prostituer ou font l’objet de traite des personnes en temps de guerre, parfois avec la complicité des gouvernements et des autorités militaires.
Dans tous les pays du monde, les violences sexuelles contre les femmes érodent le tissu social comme peu d'armes pourraient le faire. Cette triste réalité constitue un défi moral pour le Canada et pour le gouvernement. On estime que 603 millions de femmes vivent dans des pays où la violence familiale n'est pas encore considérée comme un crime. Le Canada exporte-t-il des armes dans ces pays?
Sont monnaie courante à bien des endroits, la répression, le fait de taire les abus de même que les mauvais traitements et l'emprisonnement de femmes, de défenseurs des droits de la personne et de militants. Le Canada exporte-t-il des armes dans ces pays?
Dans certains pays, les femmes sont considérées comme des mineures perpétuelles sur le plan juridique et restent en permanence sous la tutelle d'hommes de leur famille. Le Canada exporte-t-il des armes dans ces pays?
Dans d'autres pays encore, il n'est pas contre la loi de violer son épouse. Le Canada exporte-t-il des armes dans ces pays?
On entend sans cesse dire que les Canadiens souhaitent qu'il y ait un examen plus approfondi quant à la destination des armes que vend le Canada. De plus, nos concitoyens veulent avoir l'assurance que le Canada ne contribue pas à l'aggravation des violations des droits de la personne à l'étranger.
À l'occasion du congrès du NPD, en avril, Stephen Lewis a prononcé un discours très percutant. Je le cite:
Le Canada n'est pas censé envoyer des armes dans des pays qui ont un bilan clairement établi de graves violations des droits fondamentaux de leurs citoyens. L'Arabie saoudite constitue un exemple flagrant de violations répétées dans ce domaine. D'ailleurs, le gouvernement du Canada refuse de publier la prétendue évaluation qu'il a faite de la situation des droits de la personne en Arabie saoudite. Voilà qui ébranle sérieusement la nouvelle politique de transparence.
Il a ajouté que c'était merveilleux que le Canada ait à sa tête un premier ministre qui se qualifie sans la moindre gêne de féministe, mais que c'était contradictoire qu'il accepte de vendre des armes à un régime intrinsèquement misogyne.
N'est-il pas temps d'examiner plus attentivement les régimes vers lesquels le Canada exporte des armes? Des sondages révèlent que la plupart des Canadiens s'opposent à la vente d'armes à des pays qui portent atteinte aux droits de la personne. De nombreux Canadiens seraient stupéfaits d'apprendre que les exportations d'armes canadiennes ont presque doublé depuis 10 ans. Autrefois, le Canada avait l'habitude de vendre des armes principalement à des pays membres de l'OTAN. C'est pendant le règne des conservateurs que le Canada s'est mis à exporter des armes vers de nombreux pays ayant un bilan très inquiétant en matière de droits de la personne. Le Canada se situe maintenant au deuxième rang des plus importants vendeurs d'armes au Moyen-Orient, après les États-Unis, tandis que l'Arabie saoudite occupe la deuxième place des principaux pays acheteurs de matériel militaire fabriqué au Canada, après les États-Unis.
Nos règles régissant les exportations d'armes étaient censées interdire la vente de matériel militaire à des pays dont les gouvernements ne cessent d'enfreindre gravement les droits de leurs citoyens. Cependant, il est évident que nos mécanismes de contrôle des exportations d'armes ne fonctionnent pas. À l'instar du gouvernement conservateur précédent, le gouvernement actuel prétend que le Canada dispose d'une réglementation solide concernant les exportations d'armes. Or, depuis quelques mois, les Canadiens s'inquiètent de plus en plus de la possibilité que les armes canadiennes exportées à l'étranger tombent entre de mauvaises mains.
Le Canada ne contrôle ni ne surveille l'utilisation des armes qu'il exporte. Pire encore, on a appris en août que le gouvernement a assoupli sa politique en matière d'exportation d'armes afin de faciliter la vente de matériel militaire à des pays qui ne respectent pas les droits de la personne.
Il y a, malgré tout, quelques bonnes nouvelles. Je suis très heureuse que le gouvernement ait accepté de ratifier le Traité sur le commerce des armes. Nous avons hâte d'en connaître les détails. C'est un pas dans la bonne direction.
Nous nous rappelons l'engagement que le premier ministre avait pris avant les élections, en affirmant à la presse que le Canada doit cesser de vendre des armes à des régimes comme l'Arabie saoudite, qui bafouent la démocratie. Cette déclaration a été rapportée par la London Free Press le 10 août 2015.
Le gouvernement se dit résolu à assurer aux femmes des droits égaux et à faire preuve de transparence.
J'exhorte le gouvernement à accepter, dans un esprit de collaboration, la constitution d'un comité de la Chambre qui assurerait la surveillance par le Parlement des exportations d'armes. C'est grandement nécessaire. Ainsi, les partis travailleraient de concert pour évaluer les exportations actuelles et futures d'armes. Nous pouvons suivre l'exemple d'autres pays qui ont agi en ce sens.
Allons de l'avant. Faisons ensemble ce qu'il faut. Faisons de nouveau honneur au Canada sur la scène internationale.
View Peter Fragiskatos Profile
Lib. (ON)
View Peter Fragiskatos Profile
2016-09-29 12:51 [p.5273]
Mr. Speaker, I would like to inform the hon. member, if she is not already aware, that the foreign affairs committee will be examining these sorts of issues in an upcoming study of the Special Economic Measures Act.
Committees are enabled to do this, whether it is the foreign affairs committee or the international trade committee. Committees already have the power to do this. Leave it to the NDP to come up with an idea for another level of bureaucracy.
The leader of the NDP had a position in favour of supporting the workers at GDLS, but then shifted that position. Did he inform GDLS? Has he informed the company? How would the member reply to questions and concerns from unionized workers at GDLS, who wonder about why the NDP said it represented them to begin with and has now reneged on that support?
The hon. member for Outremont has talked in glowing terms about his admiration for Margaret Thatcher. I am not sure where the NDP stands on these kinds of issues.
Monsieur le Président, j'aimerais dire à la députée, si elle ne le sait pas déjà, que le comité des affaires étrangères se penchera sur les questions de ce genre lorsqu'il étudiera prochainement la Loi sur les mesures économiques spéciales.
Qu'il s'agisse du comité des affaires étrangères ou du comité du commerce international, les comités peuvent faire ce genre de travail. Ils en ont déjà le pouvoir. Le NPD n'a pas son pareil pour proposer la création d'une autre couche de bureaucratie.
Le chef du NPD a déjà dit vouloir soutenir les travailleurs de GDLS, mais il a changé de position depuis. En a-t-il informé l'entreprise GDLS? Que répondrait la députée aux questions des travailleurs syndiqués de GDLS, qui se demandent pourquoi le NPD est revenu sur sa parole après avoir dit qu'il les appuyait?
Le député d'Outremont a carrément fait l'éloge de Margaret Thatcher. Je ne sais pas trop où se situe le NPD sur les questions de ce genre.
View Sheila Malcolmson Profile
NDP (BC)
View Sheila Malcolmson Profile
2016-09-29 12:52 [p.5273]
Mr. Speaker, I will say three things.
One, we are not proposing to end arms manufacturing or exports. I know there is a constituency in favour of that. However, this motion is about striking a committee to investigate the human rights records of our customers. Therefore, if we get our business in order, there is no reason that we cannot continue to manufacture arms within the right framework.
Second, the committee that the member described is not studying the human rights record of our arms customers. It is doing an economic study, not a human rights study.
Nonetheless, I was glad to have the support of the members opposite for our New Democrat opposition day motion on pay equity. In that case, we all agreed to strike a special committee to look at the urgent need to bring in pay equity legislation, an issue that has languished for 20 years. That committee met and did its work and tabled a report to the government.
Because I sit on the status of women committee, I know as a committee member that we have lists as long as our arms of the things we want to work on. The rationale for having an additional committee specifically focused on just this task is that it would be its only requirement. Many members of the House are not sitting on a committee and would certainly be able to lend their expertise.
Monsieur le Président, je dirai trois choses.
Premièrement, nous ne proposons pas que le Canada cesse de fabriquer des armes ou d'en exporter. Je sais qu'une des circonscriptions est en faveur de cette idée, mais la motion propose plutôt de créer un comité chargé de vérifier que nos clients respectent les droits de la personne. Par conséquent, lorsque nous serons sûrs que tout est en règle, il n'y aura aucune raison, dans un cadre législatif adéquat, de cesser de fabriquer des armes.
Deuxièmement, le comité dont parle le député ne vérifie pas que les clients à qui nous vendons des armes respectent les droits de la personne. Il fait une étude économique; il ne s'intéresse pas au respect des droits de la personne.
Je suis tout de même contente que les députés d'en face aient appuyé la motion de l'opposition sur l'équité salariale que le NPD a déjà présentée. Nous avions alors tous convenu de créer un comité spécial chargé de se pencher sur l'urgent besoin d'adopter une mesure législative sur l'équité salariale, une question qui traîne depuis 20 ans. Les membres de ce comité se sont réunis, ils ont fait leur travail et ils ont soumis leur rapport au gouvernement.
Comme je fais partie du comité de la condition féminine, je sais que nous avons une liste longue comme le bras de sujets que nous aimerions aborder. Si nous voulons un comité chargé de se concentrer uniquement sur cette tâche, c'est justement parce que ce serait son seul but. Bien des députés qui ne font pas partie d'un comité pourraient certainement partager leurs connaissances.
View Robert Sopuck Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, the hypocrisy of the NDP is truly breathtaking. I have listened to the left for decades now, and all that those members do is spout anti-western rhetoric. “Disarm the west” is their mantra. They would have Margaret Thatcher, Ronald Reagan, and Pope John Paul all lay down their swords, their great words, and their military—
Monsieur le Président, l'hypocrisie des néo-démocrates est vraiment ahurissante. Cela fait des dizaines d'années que j'écoute la gauche, et tout ce que ces gens-là font, c'est tenir des propos anti-occidentaux. « Désarmez l'Ouest » est leur cri de ralliement. Ils voudraient que Margaret Thatcher, Ronald Reagan et le pape Jean-Paul déposent le glaive, ravalent leurs paroles et que les militaires...
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2016-09-29 12:54 [p.5273]
I am sorry. We have a point of order.
The hon. member for Timmins—James Bay.
Je suis désolé, mais on invoque le Règlement.
Le député de Timmins—Baie James a la parole.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2016-09-29 12:54 [p.5273]
Mr. Speaker, I have a question of validity. I do not know why the member is attacking us over Pope John Paul when we are talking about exports to Sudan.
I would ask, Mr. Speaker, that you request the member to stick to the relevance as to the idiocy of his discussion.
Monsieur le Président, il s'agit plutôt d'une question de validité. Je ne comprends pas pourquoi le député s'en prend à nous au sujet du pape Jean-Paul alors qu'il est question de la vente d'armes au Soudan.
Monsieur le Président, j'aimerais que vous demandiez au député de réaliser l'imbécillité de ses propos et de s'en tenir au sujet de ce débat.
View Robert Sopuck Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, that is a point of debate.
C'est une question de débat, monsieur le Président.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2016-09-29 12:54 [p.5273]
I will let that pass.
The hon. member.
Je vais laisser couler.
Le député a la parole.
View Robert Sopuck Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, obviously these points need to be heard.
It is because of the anti-western stance by the left for decades and decades that Lenin called them “useful idiots”. It is because they quite clearly helped communism survive for many years.
Monsieur le Président, il faut présenter ces arguments.
C'est cette attitude anti-occidentale que la gauche adopte depuis des décennies qui a valu a ses tenants d'être traités d'« idiots utiles » par Lénine. Ils contribuent manifestement depuis longtemps à la survie du communisme.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2016-09-29 12:55 [p.5273]
The hon. member for Timmins—James Bay.
Le député de Timmins—Baie James a la parole.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2016-09-29 12:55 [p.5273]
Mr. Speaker, we must have some decorum, if he is starting to spout words like “idiots” in the House. We do not have mirrors here, so I would ask—
Monsieur le Président, nous devons maintenir un certain décorum s'il commence à utiliser des mots comme « idiots » à la Chambre. Comme il n'y a pas de miroir ici, j'aimerais...
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2016-09-29 12:56 [p.5273]
Once again, I believe the hon. member for Timmins—James Bay is bringing up debate.
The hon. member for Dauphin—Swan River—Neepawa.
Encore une fois, je crois que les objections soulevées par le député de Timmins—Baie James sont de l'ordre du débat.
Le député de Dauphin—Swan River—Neepawa a la parole.
View Robert Sopuck Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, if the truth hurts, that is the way it is.
In terms of these arms sales, I agree with my colleague opposite that it is the workers in those industries who are truly important. The NDP members talk a great game about being the workers' party, but they are clearly the party of the elites. They want to see these people lose their jobs.
I would ask the member if they will go and ask the union to have those members eliminated from the union.
An hon. member: Oh, oh!
Monsieur le Président, si la vérité fait mal, je n’y peux rien.
Par rapport à ces ventes d’armes, je suis d’accord avec mon collègue d’en face pour dire que ce sont les travailleurs de ces industries qui sont vraiment important. Les députés du NPD se vantent d’être membres du parti des travailleurs, mais il est clair qu’ils représentent le parti de l’élite. Ils veulent faire perdre leur emploi à ces travailleurs.
J’inviterai le député à demander au syndicat s’il est prêt à exclure ces travailleurs de ses rangs.
Une voix: Oh, oh!
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2016-09-29 12:56 [p.5273]
Before I go to the hon. member for Nanaimo—Ladysmith, I want to remind the hon. member for Timmins—James Bay that there is a process here. I would appreciate it if he did not scream at the people who are talking.
The hon. member for Nanaimo—Ladysmith.
Avant de céder la parole à la députée de Nanaimo—Ladysmith, j’aimerais rappeler au député de Timmins—Baie James qu'il y a des règles à suivre. Je lui serais reconnaissant de ne pas crier pendant que d'autres députés ont la parole.
La députée de Nanaimo—Ladysmith a la parole.
View Sheila Malcolmson Profile
NDP (BC)
View Sheila Malcolmson Profile
2016-09-29 12:56 [p.5274]
Mr. Speaker, I am having trouble figuring out what the question was in the middle of that tirade, but I will take the opportunity to say that I do not know any Canadian workers who want to have the kind of blood on their hands that we hear about, in some cases from very vulnerable people as a result of human rights abuses.
If we had a parliamentary committee that could look at the financial arrangements between sales and the receiving country, we could have more confidence in going forward. A lot of new information has come out about human rights abuses in the receiving countries since that deal was first discussed, and since the Liberals signed off on it.
Monsieur le Président, j’ai du mal à comprendre la question que cache cette tirade, mais je profite de l’occasion pour dire que je ne connais aucun travailleur canadien qui voudrait avoir du sang sur les mains à cause des exactions dont on entend parler, et c’est souvent le sang de personnes très vulnérables qui coule à cause de violations des droits de la personne.
Si nous avions un comité parlementaire qui pouvait étudier les arrangements financiers conclus entre le pays vendeur et le pays acheteur, nous pourrions procéder avec plus de confiance. On a publié beaucoup d’information inédite au sujet des violations des droits de la personne dans les pays acheteurs depuis qu’on a commencé à discuter de cette vente et depuis que les libéraux l’ont autorisée.
View Anne Minh-Thu Quach Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague from Laurier—Sainte-Marie for moving the motion calling on Parliament to create a House of Commons standing committee on arms exports, in order to guarantee the parliamentary oversight that is truly necessary, given some of the contracts approved by successive Conservative and Liberal governments.
My colleague's proposal is really interesting because it would enable members to scrutinize current and future exports and to give their opinions on the matter. It would also allow members to comment on the policies surrounding the sale of arms, including the Export and Import Permits Act. Finally, parliamentarians would also publish reports on the studies done by the committee in order to inform Canadians of the various issues related to arms exports, including human rights issues, in particular.
Why is it important that such a committee be created? I will first address the international context. The Middle East is currently embroiled in a number of incredibly intense conflicts, whether in Syria, Iraq, or Yemen, with Saudi Arabia intervening.
In Africa, the southern region of South Sudan, Libya, and Mali are extremely troubled. The common thread among nearly all those regions is the involvement of Canadian enterprises that are selling arms to authoritarian, if not dictatorial, regimes.
Journalist Alec Castonguay said in L'actualité:
During these two years, Canada also:
exported military arms and equipment to the tune of $882 million to countries where gay rights are non-existent or very weak, including Saudi Arabia, the United Arab Emirates, Nigeria...
sold roughly $860 million worth in military arms and technologies to nations where there is little to no freedom of expression or freedom of the press: Saudi Arabia, United Arab Emirates, China...Vietnam...
sent $863 million in exports to countries where there is little to no gender equality [as my colleague just mentioned]: Saudi Arabia, United Arab Emirates, Bahrain...
made shipments worth $633 million to nations where criminal justice rights are ignored:...Turkey, Egypt, China...
This is an indefensible record. I hope that the Liberal government will change its policy and not just rely on its post-campaign slogan “Canada is back”.
The recent examples of arms sales fall far short of Canadians expectations when it comes to human rights.
I will begin by speaking about the most well-known contract, the Saudi arms deal. Last April, the Minister of Foreign Affairs quietly approved export permits for 11 billion dollars' worth of light armoured vehicles to be sent to Saudi Arabia, hoping it would go unnoticed. These vehicles may be equipped with machine guns and other guns of various calibres. These are not just Jeeps, as the Prime Minister likes to say. It is the government's duty to ensure that these vehicles will not be used against the civilian population.
Finally, between the election campaign and the minister's approval, the situation on the ground really changed. We are now in a war situation where increasing allegations and reports are being made against the Saudi army, particularly with regard to the national guard's use of Canadian equipment against civilian populations. We are particularly concerned about that.
The Minister of Foreign Affairs indicated that, if new human rights violations came to light, he would cancel the export permits. However, despite repeated calls from Canadians and non-governmental organizations to do something about the alarming situation in Saudi Arabia and Yemen, the Minister of Foreign Affairs is still sticking to his guns, if members will pardon the expression, and honouring the contract in full.
This is especially frustrating because the basis for cancelling or postponing a contract is not the existence of proof that Canadian arms are used, but the simple fact that they could be used. That is very serious. In fact, according to a number of allegations, Canadian arms could be used in cases of human rights violations.
For that reason the NDP is asking the Liberals to suspend export permits granted for the sale of light armoured vehicles to Saudi Arabia while waiting for an investigation of the human rights situation.
In light of the international context and this very dubious sale to Saudi Arabia, rigorous controls for arms exports are in order. This is also about domestic policy and the transparency of government measures. Canadians must be able to obtain information from a reliable source, and that source must be a parliamentary committee created to study arms exports.
Since the beginning of this debate, we have heard many times about the United Kingdom, where the role of the committee on arms export controls is to provide information to the British people. Every year since 1999, members of this committee have published a report analyzing the export policy. The committee collects information not only from the government, but also from academia, business leaders, and public servants, who truly enrich the debate. The committee examines export data in light of ethical considerations. In the most recent hearing to be made public, a committee member took a stand and declared that selling arms to Yemen was choosing the prosperity of the United Kingdom over the lives of the people of Yemen. Arms exports are not just a trade issue and require that we think about respect for human rights, a very cherished Canadian value.
The war in Yemen and South Sudan is raising serious questions at Global Affairs Canada and not just in terms of diplomacy. I am talking about Streit Group, a Canadian company that uses its plants in the United Arab Emirates to supply its clients, including in Yemen and Sudan. However, this group was flagged by three separate UN review panels that oversee sanction enforcement mechanisms. They criticized Streit Group for selling hundreds of armoured vehicles to war-torn countries. Canada has imposed sanctions against each of these countries, including prohibiting Canadian citizens residing in Canada or abroad from selling arms and military materiel.
The Liberals asked the RCMP to investigate this group and its alleged violation of Canadian sanctions, as well as the UN arms embargos. For reasons of commercial confidentiality, Global Affairs Canada claims it does not want to disclose information on this matter, including whether trade commissioners helped Streit group.
The Americans fined that company several million dollars for failing to comply with these rules.
Considering their past actions and the present controversy, we need answers to a number of questions. For example, how did the Government of Canada support Streit Group in its commercial activities? Did Streit Group get help from Canada's trade delegates in the United Arab Emirates? How does Global Affairs Canada do due diligence on the companies it decides to promote? What loophole do we need to close to ensure that Canadian export rules apply to exports from manufacturing facilities located both here and abroad?
New Democrats believe that citizens have the right to be informed and to participate in the debate. They have the right to know if companies are complying with arms export laws and regulations. Certainly they should know if our own companies are following the rules governing our exports to the countries I mentioned and whether they are doing business with countries that are violating human rights elsewhere. This whole point of this committee is transparency. The government must be accountable to Canadians for its actions.
The NDP is asking the Liberals to move forward instead of backward and tear up the Conservative playbook. On this issue in particular, the Liberals promised change. They promised to ensure respect for human rights, but their policy did away with mandatory consultation of human rights advocates and the requirement to produce documentation on the end use of weapons. Not everyone knows this, but the law on human rights consultation has been watered down. Trade is taking precedence over all of our human rights concerns. That is really worrisome. Canadians have the right to get answers to these crucial questions.
I am ready to take questions.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de Laurier—Sainte-Marie d'avoir déposé la motion qui demande au Parlement la création d'un comité permanent de la Chambre des communes sur les exportations d'armes, assurant ainsi un contrôle parlementaire vraiment nécessaire au vu des derniers contrats approuvés par les derniers gouvernements successifs conservateur et libéral.
La proposition de ma collègue est vraiment intéressante, car elle permettrait aux députés d'étudier les exportations actuelles et futures, et de donner leur avis à ce sujet. De plus, cela permettrait aux députés de s'exprimer sur les politiques qui encadrent la vente d'armes, dont la Loi sur les licences d'exportation et d'importation. Enfin, les parlementaires publieraient les rapports des études du comité, afin d'informer les Canadiens des divers enjeux reliés aux exportations, dont les enjeux liés aux droits de la personne, plus particulièrement.
Pourquoi est-il important qu'un tel comité soit mis sur pied? Je me pencherai tout d'abord sur le contexte international. Le Moyen-Orient subit présentement plusieurs conflits d'une intensité incroyable, que ce soit en Syrie, en Irak ou au Yémen, avec une intervention de l'Arabie saoudite.
Du côté du continent africain, c'est la région australe du Soudan du Sud, la Libye et le Mali qui sont extrêmement troublés. Le point commun de presque toutes ces régions est l'implication d'entreprises canadiennes qui vendent des armes à des régimes autoritaires, voire dictatoriaux.
Le journaliste Alec Castonguay, dans L'actualité, nous donne cette information:
Lors de ces deux années, le Canada a également:
exporté pour 882 millions de dollars en armements et équipements militaires à des pays où les droits des homosexuels sont inexistants ou très faibles, notamment l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Nigeria [...]
vendu pour environ 860 millions de dollars d’armes et de technologies militaires à des nations où la liberté d’expression et la liberté de presse sont nulles ou faibles: Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Chine, [...] Viêt Nam [...]
exporté pour 863 millions de dollars vers des pays où l’égalité entre les hommes et les femmes [comme ma collègue vient tout juste de le mentionner] est inexistante ou faible: Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Bahreïn [...]
expédié pour 633 millions de dollars vers des nations où les droits en matière de justice criminelle sont bafoués: [...] Turquie, Égypte, Chine [...]
Il s'agit là d'un bilan indéfendable. J'espère que le gouvernement libéral va changer sa politique, et non pas seulement compter sur son slogan d'après-campagne « Le Canada est de retour ».
Les exemples récents de ventes d'armes ne respectent pas du tout les attentes des Canadiennes et des Canadiens en ce qui a trait aux droits de la personne.
Je commencerai par parler du contrat le plus connu, soit celui de la vente d'armes à l'Arabie saoudite. En avril dernier, le ministre des Affaires étrangères a discrètement approuvé, en espérant se sauver de ce contrat, l'octroi de permis d'exportation d'une valeur de 11 milliards de dollars dans le cadre du contrat de véhicules légers blindés conclu avec l'Arabie saoudite. En fait, il s'agit de véhicules pouvant être équipés de mitrailleuses et de canons de différents calibres. Il ne s'agit donc pas de simples Jeep, comme le premier ministre aime le dire. C'est le devoir du gouvernement de s'assurer que ces véhicules ne seront pas utilisés contre la population civile.
Enfin, entre la campagne électorale et l'approbation par le ministre, la situation sur le terrain a vraiment changé. On est passé à un contexte de guerre où de plus en plus d'allégations et de rapports ont surgi contre l'armée saoudienne, notamment sur l'utilisation de matériel canadien par la garde nationale contre des populations civiles. C'est ce qui nous inquiète particulièrement.
Le ministre des Affaires étrangères a lui-même reconnu que, si de nouvelles violations des droits de la personne étaient révélées, il annulerait les permis d'exportation. Malgré tous les appels répétés de citoyens et d'organisations non gouvernementales au sujet de la situation alarmante en Arabie saoudite et au Yémen, le ministre des Affaires étrangères n'a jamais changé son fusil d'épaule, c'est le cas de le dire, et il maintient l'entièreté du contrat.
C'est d'autant plus frustrant que le seuil d'exclusion pour annuler ou retarder un contrat n'est pas l'existence d'une preuve que les armes canadiennes sont utilisées, mais c'est le simple fait qu'elles pourraient l'être. C'est vraiment grave. En effet, selon plusieurs allégations, les armes canadiennes pourraient être utilisées dans des cas de violation des droits de la personne.
C'est pour cette raison que le NPD demande aux libéraux de suspendre les permis d'exportation qui ont été accordés dans le cadre du contrat de fourniture de véhicules blindés légers conclu avec l'Arabie saoudite en attendant la tenue d'une enquête sur la situation des droits de la personne.
Le contexte international et cette vente extrêmement douteuse à l'Arabie saoudite demandent un contrôle rigoureux des exportations d'armes. C'est aussi une question de politique interne et de transparence des mesures gouvernementales. Il faut que les Canadiens puissent s'informer auprès d'une source fiable, et cette source fiable, ce doit être un comité parlementaire formé pour examiner la question de nos exportations d'armes.
Nous pouvons prendre l'exemple du Royaume-Uni — nous l'avons noté plusieurs fois depuis le début de ce débat —, où le comité de contrôle des exportations d'armes a pour rôle de diffuser l'information auprès des Britanniques. Chaque année depuis 1999, les membres de ce comité publient un rapport analysant la politique d'exportation. Le comité recueille l'information auprès du gouvernement, mais aussi auprès des universitaires, des chefs d'entreprise et des fonctionnaires qui apportent une réelle richesse au débat. Le comité ne se limite pas à un examen factuel des exportations, mais la question de l'éthique est également mise en avant. Dans le dernier témoignage du comité rendu public, une intervenante du comité a d'ailleurs pris position en déclarant que vendre des armes au Yémen était faire le choix de la prospérité du Royaume-Uni au détriment de la vie des Yéménites. L'exportation d'armes ne relève pas d'une simple logique commerciale, elle nécessite donc une réflexion sur le respect des droits de la personne, une valeur très chère aux Canadiens.
La guerre au Yémen et au Soudan du Sud pose de sévères questions à Affaires mondiales Canada, et pas seulement en termes de diplomatie. Je parle ici du groupe STREIT, une compagnie canadienne, qui utilise ses usines aux Émirats arabes unis pour approvisionner ses clients, notamment au Yémen et au Soudan. Cependant, ce groupe a été épinglé par trois groupes d'études distincts de l'ONU qui assure des mécanismes d'application de sanctions. Ils ont critiqué le groupe STREIT pour avoir vendu des centaines de véhicules blindés à des pays ravagés par la guerre. Le Canada a imposé des sanctions contre chacun de ces pays, dont l'interdiction à des citoyens canadiens, résidant au Canada ou à l'étranger, de leur vendre des armes et du matériel militaire.
Les libéraux ont demandé à la GRC de faire enquête sur les allégations selon lesquelles ce groupe violait les sanctions canadiennes, ainsi que les embargos des Nations unies sur les armes. Or sous prétexte du secret commercial, Affaires mondiales Canada ne veut pas divulguer d'informations à ce sujet, notamment à savoir si des délégués commerciaux ont aidé le groupe STREIT.
Les Américains ont donné une amende de plusieurs millions de dollars à cette compagnie pour ne pas avoir respecté ces règles.
Connaissant leurs agissements passés et la controverse actuelle, nous devons obtenir des réponses à plusieurs questions. Par exemple, dans quelle mesure le gouvernement du Canada a-t-il soutenu le groupe STREIT dans ses activités commerciales? Le groupe STREIT a-t-il reçu l'aide de délégués commerciaux du Canada dans les Émirats arabes unis? Comment Affaires mondiales Canada fait-il preuve de diligence raisonnable à l'égard des entreprises dont il décide de faire la promotion? Quelle échappatoire est-il nécessaire de changer afin de s'assurer que les règles d'exportation canadiennes s'appliquent aux exportations qui émanent d'usines situées à la fois ici, au Canada, et ailleurs à l'étranger?
Les néo-démocrates pensent que les citoyens doivent avoir le droit d'être informés, de pouvoir participer au débat, en particulier pour savoir si des compagnies respectent ou non les mesures législatives et les règlements sur l'exportation d'armes. Évidemment, ils doivent savoir si nos propres entreprises respectent nos propres exportations dans les pays que j'ai nommés précédemment, et si elles font affaire avec des pays qui violent les droits humains ailleurs. La création de ce comité est donc un enjeu lié à la transparence. Le gouvernement doit à présent répondre de ses actes devant les Canadiens.
Le NPD demande aux libéraux de cesser leur politique de retour en arrière et d'appliquer tout ce que les conservateurs avaient mis en avant. Dans ce dossier en particulier, les libéraux avaient promis du changement et de faire en sorte que les droits de la personne seraient respectés. Une preuve a été faite de cette politique avec la fin de la consultation obligatoire des intervenants dans le secteur des droits de la personne ou de l'obligation de produire un document sur l'utilisation finale des armes. Cela n'est pas connu de tous, mais la loi concernant la consultation sur les droits de la personne s'est affaiblie. Le commerce est en train de prendre le dessus sur toutes nos préoccupations relatives aux droits de la personne. C'est vraiment inquiétant. Les Canadiens ont le droit d'obtenir des réponses sur ces questions primordiales.
Je suis prête à répondre aux questions.
View Robert-Falcon Ouellette Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, this is a most interesting debate, but where do we draw the line? Can we make a subject simply black and white? In the indigenous philosophy, everything is holistic. It is interconnected.
Everyone wants human rights and no war. However, take cars, vehicles, and the environment. We all know that they are not a benefit to the environment and that they cause health problems, yet we all drive. Products are still delivered to our homes in vehicles.
I am proud that on May 17, 2016, Canada's foreign affairs minister announced the creation of the Office of Human Rights, Freedoms and Inclusion. This new office stands on the work undertaken by the former Office of Religious Freedom by bringing these efforts together under a comprehensive vision that includes all human rights and addresses issues of respect for diversity and inclusion.
Human rights is a long walk to a better world. The current institutions of Parliament are ready and willing to study, investigate, understand, and report on human rights, and they can do so currently under the rules we have today.
Obviously I disagree with the member, but she can offer her comments about what I have said.
Monsieur le Président, il s’agit d’un débat très intéressant, mais où tracer la ligne? Est-ce que tout est soit noir, soit blanc? Dans la philosophie autochtone, tout est holistique. Tout est interrelié.
Tout le monde est pour les droits de la personne et contre la guerre. Pensons toutefois aux voitures, aux véhicules et à leur effet sur l’environnement. Nous savons tous qu’ils sont mauvais pour l’environnement et qu’ils sont mauvais pour la santé, et pourtant, nous avons tous une voiture. Les livraisons à domicile se font encore avec des véhicules à moteur.
Je suis fier que, le 17 mai 2016, le ministre des affaires étrangères du Canada a annoncé la création du Bureau des droits de la personne, des libertés et de l’inclusion. Ce nouveau service s’appuie sur le travail effectué par le Bureau de la liberté de religion, en combinant ces dossiers dans une vision globale qui inclut tous les droits de la personne et qui met de l’avant la diversité et l’inclusion.
La promotion des droits de la personne est un long combat pour bâtir un monde meilleur. Les institutions actuelles du Parlement ont la capacité et la volonté d’étudier, d’investiguer, de comprendre et de dévoiler les violations des droits de la personne, et elles peuvent le faire dans le cadre des règles en vigueur.
Évidemment, je suis en désaccord avec la députée, mais je serais heureux de savoir ce qu’elle pense de ma position.
View Anne Minh-Thu Quach Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his comments.
However, the current House of Commons export monitoring rules are practically non-existent. Many experts have said that Canada has some gaps in terms of monitoring its arms exports. Furthermore, there have been numerous reports of multiple human rights violations in countries in conflict where Canadian arms have been used.
We therefore need to ask ourselves where we are at. We have the right to obtain information about the places and circumstances in which arms sold by Canadians are being used, whether they are produced in Canada or elsewhere. That is exactly why we are debating it today. We simply want all the facts to be known.
Over the next few years, we need to have a permanent committee looking into the upcoming export contracts in order to get that information.
If the Liberals care so much about defending human rights, why will they not support this motion?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de ses commentaires.
Cependant, les règles actuelles de la Chambre des communes sur le suivi des exportations sont à peu près inexistantes. Plusieurs experts disent qu'il y a des lacunes au Canada concernant le suivi des exportations d'armes. En outre, plusieurs rapports ont fait état de multiples violations des droits de la personne dans des pays en conflit où des armes canadiennes ont été utilisées.
Nous sommes donc en droit de nous demander où nous en sommes rendus. Nous avons le droit d'obtenir des informations sur l'endroit, la façon et les conditions dans lesquelles sont utilisées les armes vendues par les Canadiens, qu'elles soient produites au Canada ou ailleurs. C'est exactement pourquoi nous en débattons aujourd'hui. Nous demandons que la lumière soit faite là-dessus.
Au cours des prochaines années, il sera nécessaire qu'un comité se penche de façon permanente sur les prochains contrats d'exportation afin d'obtenir ces informations.
Si la défense des droits de la personne est une valeur si chère aux libéraux, pourquoi n'appuient-ils pas cette motion?
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2016-09-29 13:09 [p.5275]
Mr. Speaker, I find it really troubling that the government is supporting arms exports to regimes that have refused to protect human rights and that have attacked their own citizens. In Sudan, for instance, the social situation is extremely dire.
Does my colleague believe that the decision to support arms exports to Sudan will undermine stability in the region?
Monsieur le Président, cela m'inquiète beaucoup que le gouvernement appuie l'exportation d'armes vers des régimes qui ont refusé de protéger les droits de la personne et qui ont attaqué leurs citoyens. Par exemple, au Soudan, la situation est un désastre social.
Est-ce que ma collègue croit que la décision d'appuyer l'exportation d'armes au Soudan va saper la stabilité de cette région?
View Anne Minh-Thu Quach Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague from Timmins—James Bay, who is always very compassionate in his interventions.
We have the moral duty to ask questions about very complex matters. Yes, we do have a responsibility towards the countries where we send Canadian arms. We must ensure that our arms are not used against civilians.
We heard some Liberals say that people in Canada would lose their jobs. The people who work in military arms factories are also asking what we are doing and whether our arms are killing women, children, or people who speak out about their country's domestic policies. In some countries arms are used against dissidents.
Saudi Arabia, Algeria, and China are among the 10 main destinations for Canadian military products, according to a 2015 Global Affairs Canada report. The data is quite recent.
MPs know that we do business with countries that clearly do not respect human rights, but they look the other way, saying it is no big deal because we are making money. That is nonsense. I do not agree, and neither does my party. I believe that most members also do not agree.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Timmins—Baie James, qui est toujours très humain dans le cadre de ses interventions.
Nous avons le devoir moral de nous poser des questions sur des sujets extrêmement complexes. Oui, nous avons une responsabilité envers les pays où nous envoyons des armes canadiennes, celle de nous assurer que nos armes ne sont pas utilisées contre des civils.
On a entendu des libéraux dire que des gens allaient perdre leur emploi ici. Or les gens qui travaillent dans les usines de fabrication d'armes militaires se demandent eux aussi ce que nous sommes en train de faire et si nos armes sont en train de tuer des enfants, des femmes ou des gens qui s'expriment simplement sur la politique interne de leur pays. Dans certains pays, des armes sont utilisées contre des dissidents.
L'Arabie saoudite, l'Algérie et la Chine sont au nombre des 10 principales destinations des produits miliaires canadiens, d'après un rapport d'Affaires mondiales Canada qui date de 2015. C'est très récent.
En tant que députés, nous savons que nous faisons affaire avec des pays qui ne respectent clairement pas les droits de la personne, mais nous faisons l'autruche et nous disons que ce n'est pas grave parce que nous gagnons de l'argent. Cela n'a pas de bon sens. Je ne suis pas d'accord, et mon parti non plus. D'après moi, la plupart des députés ne le sont pas non plus.
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the hon. member for Winnipeg North.
Today, I will be talking a lot about Canadian jobs, which are often unionized, well-paid, and highly skilled jobs that we have the duty to protect. However, first, I would like to point out, as some of my other colleagues have already done, that this government is working hard to improve the rigour and transparency of our export controls and is trying to combat the illicit trade of weapons worldwide.
We are keeping our election promise to accede to the Arms Trade Treaty, which is designed to promote responsibility, transparency, and accountability in the regulations surrounding the global trade of conventional weapons. It is the right thing to do and we are proud of our approach.
The promotion and the protection of human rights are an integral part of Canada's foreign policy. As the hon. Minister of Foreign Affairs has often said, this is a Canadian value that we will continue to defend at every opportunity.
In addition to these efforts, members on this side of the House know that highly skilled, well-paying jobs in the manufacturing industry are essential to the growth and prosperity of the middle class.
We also know that many of the companies targeted in today's motion play a key role in the Canadian economy. This innovative sector generates spinoff effects in the rest of the economy, integrates Canadian exporters into global logistics chains, and supports well-paying manufacturing jobs across the country.
In 2014, the manufacturing sector contributed $6.7 billion to Canada's gross domestic product and supported nearly 63,000 jobs across the country. Close to 640 companies work in the defence and security sector. Most of them are small and medium-sized businesses. They play a key role in other manufacturing and high-tech sectors, again, across the country.
There are hon. members in this place who have sought to misconstrue the true nature of this sector. It is a vast, diverse sector and is present in many of the communities we have the privilege of representing.
For example, there is Canada's dynamic aerospace sector, which includes aircraft fabrication, structures, and components; maintenance, repair, and overhaul; air-based radar and other sensors; and space-based systems and components. There is Canada's maritime sector, which includes ship fabrication, structures, and components; and Canada's ICT sector, which includes communication and navigation systems, satellites, cybersecurity, software, electronics, and components.
These businesses are responsible for thousands of high-quality, high-skill jobs, and the benefits are felt by families in communities large and small. All across the country we have highly skilled workers performing maintenance, repair, and overhaul services on a wide variety of vehicles, aircraft, and Royal Canadian Navy and Canadian Coast Guard ships.
Each region of Canada has benefited from substantive investment and the development of specializations in a variety of defence manufacturing activities. For example, there are strong aerospace clusters in Quebec and in western Canada. There is an Ontario-based vehicles cluster. There are shipbuilding clusters on two coasts and defence technology clusters in Montreal and Ottawa. In some communities, these businesses are key to supporting the broader community. A prime example of this is southwestern Ontario, the home of Canada's vehicle manufacturing sector. Maintaining these high-skill, high-paying jobs is critical to the region's broader manufacturing sector.
I emphasize once again that these are not low-skill, part-time jobs. Workers are in fact characterized by their high level of skill. Engineers, scientists, and researchers accounted for more than 30% of the defence industry in 2014. These are professions our government proudly supports in a 21st-century, knowledge-based economy.
Because the sector is highly skilled and innovative, the jobs in this sector are high-paying. In 2014, the direct jobs from the direct defence sector provided an average compensation close to 60% above the manufacturing sector average.
Canada's defence businesses possess strong linkages into important global value chains, generating high-value exports. Roughly 60% of Canada's defence sales are attributed to exports, representing an export intensity that is close to 20% higher than that of the overall Canadian manufacturing average.
As I mentioned earlier, the defence and security industry is made up almost entirely of small and medium-sized enterprises. Although the sector is export oriented, these small businesses owe much of their livelihood to larger supply chain opportunities.
Our defence industry requires exports to be sustainable. Of course the majority of our exports go south to our American friends. Canada is a proud partner in the North American defence industrial base. We are, and will continue to be, good neighbours and good partners in North America.
Canada's defence firms are sources of technological dynamism and have contributed to innovations across a range of sectors, including aerospace, space, marine and information communications technologies, or ICT. This is particularly true with respect to technology spillovers flowing from defence-related research and development in areas such as propulsion, detection, navigation, communications, composites and materials.
Of course, this is much more about economics. Canada's defence and security industry helps enable mission success for the Canadian Armed Forces, both at home and around the world. The Canadian Armed Forces could not be successful in what it does without the Canadian industry ensuring that our military has the right skills, equipment and training to succeed on every mission.
Without a commercially viable defence and security sector, industry support to our armed forces and its objectives would not be possible. As an example, in the maritime sector the national shipbuilding strategy is re-establishing an important industry and supporting Canadian technological innovation. At the same time, the strategy and the renewal of the Canadian Coast Guard fleet are essential to the Government of Canada's ongoing efforts to keep Canadians safe on the water and to help navigate the billions of dollars in cargo that travel through Canadian waters each year.
Our government understands the importance of an armed force that will monitor our coast lines, protect our continent, contribute to international peace and security, and help during natural disasters, but all of that is impossible without the active role played by our businesses and workers.
To sum up, Canada’s defence and security industry makes an important contribution to our economy. It provides high-paying, innovative work to thousands of Canadians in various economic sectors all across the country. We should be proud of the Canadians working in that industry.
The NDP should not so callously abandon the thousands of workers whose livelihoods depend on the survival of those companies.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec l'honorable député de Winnipeg-Nord.
Aujourd'hui, je parlerai beaucoup d'emplois canadiens, des emplois souvent syndiqués, bien rémunérés et hautement qualifiés et que nous avons le devoir de protéger. Mais avant, j'aimerais souligner, comme d'autres de mes collègues l'ont déjà fait, que ce gouvernement travaille d'arrache-pied pour améliorer la rigueur et la transparence de nos contrôles d'exportation, et il cherche à mettre un terme au commerce illicite des armes à l'échelle mondiale.
Nous honorons notre engagement pris lors de la campagne électorale en adhérant au Traité sur le commerce des armes, ce qui est un gage de responsabilité, de transparence et d'imputabilité dans la réglementation du commerce mondial des armes conventionnelles. C'est ce qu'il convient de faire et nous sommes fiers de notre approche.
La promotion et la protection des droits de la personne font partie intégrante de la politique étrangère canadienne. Comme l'honorable ministre des Affaires étrangères le fait remarquer si souvent, c'est une valeur canadienne que nous continuerons de défendre à toutes les occasions possibles.
En plus de ces efforts, les députés de ce côté de la Chambre savent que les emplois manufacturiers hautement qualifiés et bien rémunérés sont essentiels pour la croissance et la prospérité de la classe moyenne.
Nous savons également que plusieurs des entreprises visées par la motion d'aujourd'hui jouent un rôle crucial dans l'économie canadienne. Ce secteur innovant génère des effets de propagation dans le reste de l'économie, intègre les exportateurs canadiens aux chaînes de logistique mondiale et soutient des emplois manufacturiers bien rémunérés partout au pays.
Ce secteur a contribué 6,7 milliards de dollars au produit intérieur brut du Canada en 2014 et a soutenu près de 63 000 emplois partout au pays. Près de 640 entreprises oeuvrent dans le secteur de la défense et de la sécurité. Ce sont majoritairement des petites et moyennes entreprises. Elles jouent un rôle crucial dans d'autres secteurs manufacturiers et de haute technologie, encore une fois, partout au pays.
Il y a des députés qui ont essayé de donner une image fallacieuse de ce secteur à la Chambre. C’est un secteur vaste et diversifié qui est présent dans beaucoup des collectivités que nous avons l’honneur de représenter.
Par exemple, il y a le secteur dynamique de l’aérospatiale canadienne, qui inclut les structures, les composantes et la fabrication des aéronefs; la maintenance, la réparation et la révision; les radars aériens et autres senseurs; et les systèmes spatiaux et leurs composantes. Il y a le secteur naval canadien, qui inclut les structures, les composantes et la fabrication des navires. Et il y a le secteur canadien des TIC, qui inclut les systèmes de communication et de navigation, les satellites, la cybersécurité, les logiciels, l’électronique et les composantes.
Ces entreprises fournissent des milliers d’emplois de qualité supérieure très spécialisés, dont profitent des familles dans les localités petites et grandes. Dans tout le pays, nous avons des travailleurs hautement qualifiés qui dispensent des services de maintenance, de réparation et de révision pour toute une gamme de véhicules, d’aéronefs et de navires de la Marine canadienne et de la Garde côtière canadienne.
Toutes les régions du Canada ont bénéficié d’investissements considérables et d'une forte spécialisation dans diverses activités de fabrication liées à la défense. Au Québec et dans l’Ouest, par exemple, on trouve des grappes industrielles très dynamiques dans l’aérospatiale. En Ontario, il y a une grappe automobile. Il y a des grappes navales aux deux extrémités du pays, et des grappes informatiques à Montréal et Ottawa. Dans certaines collectivités, ces entreprises sont le moteur économique local. Le meilleur exemple est le Sud-Ouest de l’Ontario, où se concentre l’industrie canadienne de l’automobile. La protection de ces emplois hautement spécialisés et bien rémunérés est essentielle à la santé générale du secteur automobile dans la région.
Je répète qu'il ne s'agit pas d'emplois non spécialisés à temps partiel. Les travailleurs qu'on y trouvent se distinguent justement par leur haut degré de spécialisation. En 2014, plus de 30 % de la main-d'oeuvre de l'industrie de la défense se composait d'ingénieurs, de scientifiques et de chercheurs. Ce sont des professions que le gouvernement est fier d'appuyer dans notre économie du savoir du XXIe siècle.
Comme c'est un secteur très spécialisé et innovateur, les employés y sont bien payés. En 2014, le salaire moyen des emplois directs dans le secteur de la défense étaient près de 60 % supérieurs à la moyenne des salaires dans le secteur manufacturier.
Les entreprises militaires du Canada ont des liens étroits avec d'importantes chaînes de valeur mondiales, qui génèrent des exportations lucratives. En gros, 60 % des ventes de matériel militaire au Canada sont destinées à d'autres pays. C'est presque 20 % de plus que la moyenne pour l'ensemble du secteur manufacturier canadien.
Comme je l'ai mentionné plus tôt, le secteur de la défense et de la sécurité se compose presque entièrement de PME. Bien qu'il s'agisse essentiellement d'un secteur d'exportation, ces PME dépendent beaucoup des débouchés offerts par les chaînes d'approvisionnement plus grandes.
Notre industrie de la défense a besoin d'exportations pour demeurer viable. Bien entendu, la majeure partie de nos exportations sont expédiées vers le Sud, chez nos amis américains. Le Canada est un fier partenaire de la base industrielle de la défense nord-américaine. Nous sommes, et resterons, de bons voisins et de bons partenaires en Amérique du Nord.
Au Canada, les entreprises du secteur de la défense apportent un dynamisme dans le domaine des technologies et contribuent aux innovations dans divers secteurs, dont les secteurs aérospatial, spatial, maritime et des technologies de l'information et des communications, ou TIC. C'est particulièrement vrai des retombées technologiques des activités de R-D dans des domaines comme la propulsion, la détection, la navigation, les communications, les composites et les matériaux.
Bien entendu, il resterait encore beaucoup de choses à dire sur la dimension économique. L'industrie canadienne de la défense et de la sécurité donne aux Forces armées canadiennes les outils dont elles ont besoin pour réussir leurs missions au pays et à l'étranger. Les Forces armées canadiennes ne pourraient pas s'acquitter de leurs responsabilités sans l'aide de l'industrie canadienne, qui leur permet de disposer des compétences, de l'équipement et de la formation dont elles ont besoin dans chacune de leurs missions.
Si l'industrie canadienne de la défense et de la sécurité n'était pas commercialement viable, elle ne pourrait pas aider nos forces armées, et celles-ci ne pourraient pas atteindre leurs objectifs. Par exemple, dans le secteur maritime, la stratégie nationale en matière de construction navale est en train de permettre à une industrie importante de se rétablir et elle stimule l'innovation au Canada, dans le domaine technologique. En outre, cette stratégie et le renouvellement de la flotte de la Garde côtière canadienne jouent un rôle essentiel pour aider le gouvernement du Canada à assurer la sécurité des Canadiens sur les eaux et à favoriser le passage, dans les eaux canadiennes, de navires transportant des milliards de dollars de marchandise chaque année.
Notre gouvernement comprend l'importance d'une force armée qui veillera sur nos côtes, qui protégera notre continent, qui contribuera à la paix et à la sécurité internationale et qui répondra aux catastrophes naturelles, mais tout cela est impossible sans le rôle actif que jouent nos entreprises et nos travailleurs.
En résumé, l'industrie de la défense et de la sécurité canadienne contribue de manière importante à notre économie; elle fournit de l'ouvrage bien rémunéré et innovateur à des milliers de Canadiens et de Canadiennes dans les divers secteurs économiques dans tout le pays. Nous devrons être fiers des Canadiens qui travaillent dans ce milieu.
Le NPD ne devrait pas si insensiblement laisser tomber les milliers de travailleurs dont le gagne-pain dépend de la survie de ces entreprises.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2016-09-29 13:21 [p.5277]
Mr. Speaker, I found that an absolutely fascinating 10 minutes of my life, to hear probably the most put together numbers of ridiculous comparisons of side issues, such as the supply chain opportunities, the knowledge-based economy, technological dynamism, technology spillovers, mission success, and then of course the insensitivity of the NDP. The issue here, and the member never mentioned it once, is whether there should be a committee to oversee the sale of arms to countries with dodgy human rights records. I would think that is not being insensitive.
I do not want to bring the conversation down, but let us talk about South Sudan, about massacres, about rapes, about the 170 armoured vehicles shipped into South Sudan, and about the weapons that Canadians are putting into Yemen. Let us talk about the fact that we now have a salesman to sell more weapons into the Middle East. How many credible regimes are there in the Middle East? Can we even count them on more than two fingers? That is now the second largest.
I did not hear a single word about what the government will do to ensure we are not just selling weapons to countries that rape and kill their citizens. To me, that is a Canadian value. I might be insensitive, but it is the role of Parliament to ensure we stand up for something once in a while and ensure that when we sell weapons to countries, they are indeed allies that are sharing our values and not just murdering, raping and torturing their own citizens.
Monsieur le Président, les 10 dernières minutes comptent parmi les plus fascinantes de toute ma vie. Le député y a avancé nombre de comparaisons ridicules sur des sujets parallèles, comme l'intégration aux chaînes d'approvisionnement, l'économie du savoir, le dynamisme technologique, les retombées technologiques, la réussite des missions et puis, bien entendu, l'insensibilité du NPD. Or, la proposition qui nous est soumise et que le député n'a même pas mentionnée une seule fois consiste à former un comité pour surveiller les ventes d'armes à des pays au bilan douteux en matière de droits de la personne. Je dirais qu'une telle proposition ne dénote aucunement un manque de sensibilité.
Je ne voudrais pas que les gens délaissent leurs sujets de discussion favoris, mais parlons un peu du Soudan du Sud, des massacres et des viols qui s'y déroulent et des véhicules blindés qui y sont livrés, au nombre d'environ 170. Parlons des armes que des Canadiens envoient au Yémen. Parlons de notre vendeur désormais présent au Moyen-Orient pour y mousser nos ventes d'armes. Combien de régimes crédibles y a-t-il au Moyen-Orient? Peut-on en trouver ne serait-ce qu'un ou deux? C'est désormais notre deuxième marché en importance.
Le gouvernement n'a absolument rien dit au sujet des mesures qu'il prendra pour veiller à ce que le Canada ne vende pas d'armes à des États qui violent et tuent leurs citoyens. Pour moi, c'est une valeur canadienne. J'ai peut-être l'air insensible, mais il incombe au Parlement de défendre certaines valeurs à l'occasion et de s'assurer que lorsque nous vendons des armes à d'autres pays, ceux-ci sont nos alliés et partagent nos valeurs. Nous ne devons pas vendre d'armes à des États qui assassinent, violent et torturent leurs propres citoyens.
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I said at the outset of my comments in French that we were committed to greater transparency, ensuring that we did not export arms to places where we should not be exporting them, that we committed publicly to implementing the ATT, and we remain committed to that. We have been committed to that since the beginning of our mandate and even before, during the election campaign.
Obviously, what is happening in South Sudan is horrific and we condemn that violence. We are doing our best as a government being proactive in ensuring that these kinds of arms sales do not happen in the future.
Monsieur le Président, au début de mon intervention en français, j'ai dit que nous sommes résolus à accroître la transparence et à ne pas exporter d'armes dans les pays où nous ne devrions pas en exporter. Nous nous sommes aussi engagés publiquement à mettre en oeuvre le Traité sur le commerce des armes et nous sommes déterminés à rester fidèles à cet engagement. Nous déployons des efforts en ce sens depuis le début de notre mandat, et même avant, pendant la campagne électorale.
De toute évidence, ce qui se passe au Soudan du Sud est terrible, et nous dénonçons cette violence. Le gouvernement fait tout en son pouvoir pour agir de façon proactive et mettre fin à ces ventes d'armes.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2016-09-29 13:23 [p.5277]
Mr. Speaker, given the sensitivity of many of the issues that come before the House, one does not question the importance of human rights. There are other standing committees. We can talk about the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development or the Standing Committee on National Defence. Our committees are charged, through Standing Orders and the desire of Parliament, to deal with important issues.
Would my colleague not agree that there are subject matters such as this that are quite doable in standing committees? In fact, my understanding is that the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development is planning to deal with this specific issue. I do not quite understand why the New Democrats want to form another standing committee when there is already a standing committee that is quite capable of dealing with what is being suggested in this opposition motion.
Monsieur le Président, puisque la Chambre étudie de nombreux enjeux de nature délicate, nous savons à quel point il est important de respecter les droits de la personne. Il y a d'autres comités permanents, comme le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international et le Comité permanent de la défense nationale. Le Règlement prévoit que les comités doivent étudier les enjeux importants, selon la volonté du Parlement.
Mon collègue ne convient-il pas que des dossiers comme celui-ci peuvent aisément être étudiés par les comités permanents? En fait, je crois savoir que le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international a l'intention d'examiner cet enjeu en particulier. Je ne comprends pas pourquoi les néo-démocrates veulent créer un autre comité permanent alors qu'il en existe déjà un qui est parfaitement en mesure d'examiner les enjeux soulevés dans cette motion de l'opposition.
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, the hon. member has hit on the main problem with the motion in front of us today, and that is it is superfluous. Standing committees deal with this and there are also a number of different parliamentary institutions, such as ministerial responsibility, that place responsibility where it should lie and allow these matters to be dealt with in a substantive and effective way.
There is no reason for this kind of duplication on this sort of committee. There are already committees in which opposition members participate in a very meaningful way, and will continue to do so.
Monsieur le Président, le député a souligné la principale lacune de la motion dont nous sommes saisis aujourd'hui, c'est-à-dire qu'elle est superflue. Il y a des comités permanents qui se penchent sur cette question ainsi que des principes parlementaires, comme la responsabilité ministérielle, qui permettent de désigner les responsables et d'étudier ces questions de façon substantielle et efficace.
Rien ne justifie le chevauchement des tâches qu'entraînerait la création d'un tel comité. Il existe déjà des comités qui permettent et continueront de permettre aux députés de l'opposition d'apporter une contribution très constructive.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2016-09-29 13:25 [p.5278]
Mr. Speaker, it is a pleasure to rise to address the motion before us today. There are a number of things that come to mind. I would like to start off by talking about the importance of human rights.
This is fairly universal. Canadians truly care about what is happening around the world. I do not question that. The Liberal Party does not question that. The Prime Minister and the Government of Canada not only do not question it, but are very much proactive on that file.
Pierre Elliott Trudeau brought Canada its Charter of Rights and Freedoms. We are a party of the charter. When I think even of my years in the Manitoba legislature, I cannot help but think of the late Izzy Asper, a gentleman who had the idea of having a human rights museum. Today, we have the Canadian human rights museum in Winnipeg, its first national museum.
There no doubt are individuals on all sides of the House who have played a leading role in different capacities in dealing with the issue of human rights. However, I do not believe for a moment that we should have to abandon our thoughts on human rights. We can be strong advocates, but at the same time recognize Canada's valuable contributions moving forward on a wide number of fronts.
We need to recognize Canada's defence industry. It plays a critical role not only in Canada's and other United Nations' militaries around the world, but it also plays an important role in providing thousands and thousands of jobs in all regions of our country. Our middle class is very much dependent on those jobs. There was a time when even New Democrats appreciated those jobs.
There is the multi-billion dollar, multi-year deal with Saudi Arabia, which the NDP is criticizing today. However, that was not the case a few months ago during the election. In fact, the leader of the New Democratic Party was very clear with Canadians, saying the New Democrats would not back out of the agreements. A local NDP member of Parliament guaranteed that the New Democrats would fulfill those contracts with Saudi Arabia. I found it interesting when one of the members said that some facts had changed. The only fact that has changed is that we are no longer in an election. While we were in the election, the New Democrats seemed more interested in those defence industry jobs. Today, they seem to have written that industry off.
Canada is one of the most proactive countries and is very much aware of human rights. We have things in place to ensure that as much as possible we have a responsible export policy.
The New Democrats are proposing yet another standing committee. One of the members said that the government of the day, the Prime Minister, said yes, to a separate standing committee on pay equity. It was an NDP motion. We acknowledged it as a good idea, we accepted it, and we voted for it. However, this motion is not a good idea. This is just not necessary.
I am surprised the New Democrats have chosen to politicize such an important issue to the degree they have. I could pull those very specific quotes where we hear hypocrisy oozing out on the issue. I wish I had the vocabulary to demonstrate, like Pat Martin used to do from the New Democratic benches. I am sure people would recognize that what is happening today on this issue is of the utmost importance and Canadians need to be assured that the Government of Canada is in fact doing its job.
We are committed to enhancing both the rigour and transparency of Canada's export control progress. We are pursuing many parallel paths to do so. The foremost is ensuring that Canada becomes a member of the United Nations Arms Trade Treaty, known as the ATT.
The ATT aims to stop unregulated arms transfers that intensify and prolong conflict, lead to regional instability, facilitate violations of international humanitarian law and human rights abuses, and hinder social and economic development. It also promotes responsibility, transparency, and accountability in the global arms trade.
Canada already closely controls the export of all goods and technology listed on the export control list. This includes all dual-use goods and technology, not just military goods as required by the ATT. That would include things like chemicals that could be used in chemical warfare. It also includes nuclear-related things. The Government of Canada is aware of many different things and that is one of the reasons we have these export rules.
The government is committed to delivering more transparency so that the export control system combines national security along with human rights, along with Canadian jobs, and there is nothing wrong with defending Canadian jobs, and a domestic defence industry that supports Canada's military. It makes sense.
We have demonstrated tangible leadership with regard to the Arms Trade Treaty. The government is committed to ensuring that Canada becomes a state party to the Arms Trade Treaty.
Winnipeg is the home of Lloyd Axworthy, who is playing a leading role with respect to the ban of landmines. We have done all sorts of things on the global front dealing with humanitarian causes. Not only are we looking internally, but we are also looking at how Canada can play an international role at making sure the right thing is being done, that human rights are being advocated for in all regions of the world.
With the entry into force of the ATT in December 2014, Canada must accede to the treaty to become a state party to it. This process is being pursued as a priority by the Prime Minister and the government, but it will take some time as legislative and regulatory changes are expected and necessary before Canada can accede to the treaty itself.
I would encourage my friends in the New Democratic Party to look at the standing committees that we currently have. The NDP member on the foreign affairs standing committee would be aware of the fact that the foreign affairs committee is looking at this very issue. As opposed to playing politics within the chamber on this important issue, I would encourage members to look at that standing committee and its commitment to do a study, which is on its agenda. I would encourage them to pursue that.
I posed a question earlier to an NDP member. I asked what the party's position is today with regard to the Saudi agreement. During the election campaign, those members were clear that they supported it. The leader of the New Democratic Party made it very clear as did the member of Parliament from London. I would ask the current members as they stand up and address the debate today if they have flip-flopped. If they have that is fine. I respect that. However, they should at least be transparent with Canadians as to what they hope to accomplish and whether they support the Saudi Arabia agreement.
Monsieur le Président, je suis ravi de prendre la parole à propos de la motion dont nous sommes saisis aujourd'hui. Il y a plusieurs sujets que j'aimerais aborder. Je tiens d'abord à souligner l'importance des droits de la personne.
C'est un sujet plutôt universel. Les Canadiens se soucient vraiment de ce qui se passe partout dans le monde. Je n'en doute pas. Le Parti libéral non plus. Non seulement le premier ministre et le gouvernement du Canada n'en doutent pas, mais ils sont très proactifs dans ce dossier.
Pierre Elliott Trudeau a donné au Canada sa Charte des droits et libertés. Notre parti est celui de la Charte. Même lorsque je songe aux années que j'ai passées à l'Assemblée législative du Manitoba, je ne peux m'empêcher de penser au regretté Izzy Asper, qui a eu l'idée de créer un musée des droits de la personne. Or, le Canada a maintenant son premier musée national des droits de la personne, le Musée canadien pour les droits de la personne, à Winnipeg.
Il n'y a nul doute que des députés de tous les partis ont joué un rôle de premier plan, dans l'exercice de différentes fonctions, quant aux questions liées aux droits de la personne. Cependant, je ne crois pas un seul instant qu'il nous faille renoncer à nos opinions en matière de droits de la personne. Nous pouvons être d'ardents défenseurs des droits de la personne, mais également reconnaître que, dans l'avenir, le Canada peut faire des contributions fort valables dans de nombreux secteurs.
Nous devons tenir compte de l'industrie de la défense du Canada. Elle joue un rôle important non seulement pour les Forces canadiennes et les missions des Nations unies partout dans le monde, mais elle offre également des milliers d'emplois dans toutes les régions de notre pays. La classe moyenne du Canada compte énormément sur ces emplois. À une certaine époque, même les néo-démocrates appréciaient ces emplois.
Le NPD critique aujourd'hui le contrat pluriannuel conclu avec l'Arabie saoudite qui rapporte des milliards de dollars. Ce n'était toutefois pas le cas il y a quelques mois pendant la campagne électorale. En fait, le chef du NPD avait affirmé très clairement aux Canadiens que les néo-démocrates ne reviendraient pas sur les ententes. Un député local du NPD avait assuré que les néo-démocrates respecteraient les contrats conclus avec l'Arabie saoudite. J'ai trouvé très intéressant qu'un député néo-démocrate déclare que certains faits avaient changé. La seule chose qui a changé, c'est que nous ne sommes plus en période électorale. Pendant la campagne électorale, les néo-démocrates semblaient avoir un intérêt plus grand pour les emplois dans l'industrie de la défense. Aujourd'hui, ils semblent avoir balayé de la main cette industrie.
Le Canada est l'un des pays les plus proactifs en matière de droits de la personne et il est très conscient de l'importance de cette question. Nous avons mis en place des mesures pour faire en sorte que notre politique en matière d'exportation soit la plus responsable possible.
Les néo-démocrates proposent la création d'un nouveau comité permanent. Un député a affirmé que le gouvernement de l'époque et le premier ministre avaient accepté la création d'un comité permanent distinct sur la parité salariale. C'était une motion présentée par les néo-démocrates. Nous avons reconnu que c'était une bonne idée, nous l'avons acceptée et nous l'avons appuyée. Cette motion-ci, toutefois, n'est pas une bonne idée. Elle n'est tout simplement pas nécessaire.
Je m'étonne que les néo-démocrates aient choisi de politiser comme ils l'ont fait un dossier aussi important. Je pourrais moi aussi citer des propos dégoulinant d'hypocrisie. J'aimerais avoir la verve qu'avait le néo-démocrate Pat Martin pour bien faire passer mon message. Les gens comprendraient alors que le débat d'aujourd'hui revêt une importance capitale et qu'ils peuvent faire confiance au gouvernement du Canada pour bien faire son travail.
Nous nous sommes engagés à rendre le mécanisme de contrôle des exportations canadiennes plus rigoureux et plus transparent. Nous prenons d'ailleurs toutes sortes de mesures pour y parvenir, à commencer par faire le nécessaire pour que le Canada devienne partie au Traité sur le commerce des armes des Nations unies.
Ce traité vise à mettre un terme aux transferts d'armes non réglementées, qui intensifient et prolongent les conflits, favorisent l'instabilité régionale, contribuent aux violations du droit humanitaire international et des droits de la personne et entravent le développement social et économique. Il fait également la promotion de la responsabilité, de la transparence et de la reddition de comptes dans le commerce mondial des armes.
Le Canada contrôle déjà rigoureusement les exportations des marchandises et des technologies figurant sur la Liste des marchandises et technologies d'exportation contrôlée, et pas seulement l'équipement militaire, comme l'exige le Traité, mais toutes les marchandises et technologies à double usage. Il peut par exemple s'agir de produits chimiques pouvant être utilisés comme armes chimiques ou d'équipement militaire. Le gouvernement du Canada sait pas mal de choses, et c'est précisément pourquoi le pays s'est doté de telles normes d'exportation.
Le gouvernement entend accroître la transparence afin que le système de contrôle des exportations tienne à la fois compte de la sécurité nationale, des droits de la personne et des emplois des Canadiens. Je rappelle d'ailleurs qu'il n'y a rien de mal à défendre les emplois de nos concitoyens ou les entreprises canadiennes du domaine de la défense qui fournissent nos militaires. C'est la logique même.
Nous avons fait preuve d'un leadership exemplaire dans le dossier du Traité sur le commerce des armes. Le gouvernement a d'ailleurs l'intention de tout faire pour que le Canada y adhère.
Lloyd Axworthy vient de Winnipeg, et il est l'un de ceux qui s'activent le plus pour que les mines terrestres soient interdites. Nous avons défendu toutes sortes de causes humanitaires sur la scène internationale. Nous ne nous contentons pas d'agir dans notre cour, nous nous intéressons aussi à tous les rôles que le Canada peut jouer à l'étranger pour que l'on prenne les meilleures décisions possible et que les droits de la personne soient respectés partout sur la planète.
Le Traité étant entré en vigueur en décembre 2014, le Canada doit y adhérer pour en devenir un État partie. L'adhésion à ce traité est l'une des priorités du premier ministre et du gouvernement, mais elle prendra du temps parce que des modifications législatives et réglementaires sont attendues et nécessaires avant que le Canada puisse atteindre cet objectif.
J'encourage mes collègues du Nouveau Parti démocratique à se tourner vers nos comités permanents existants. La députée néo-démocrate siégeant au Comité permanent des affaires étrangères sait que le Comité examine actuellement cette question. Au lieu de se livrer à des manoeuvres politiques à la Chambre, j'encourage les députés à examiner le travail fait dans ce dossier par le Comité permanent, qui s'est engagé à mener une étude à ce sujet. C'est ce que je les encourage à faire.
J'ai posé une question plus tôt à une députée néo-démocrate. Je lui ai demandé quelle était la position actuelle de son parti à l'égard de l'accord avec l'Arabie saoudite. Durant la campagne électorale, les députés de ce parti, y compris la députée de London-Fanshawe et le chef du Nouveau Parti démocratique, ont indiqué très clairement qu'ils appuyaient cet accord. Je tiens à demander aux députés actuels qui participent au débat d'aujourd'hui s'ils ont fait volte-face. Si c'est ce le cas, c'est correct. Je respecte cela. Toutefois, ils devraient au moins faire preuve de transparence envers les Canadiens en leur disant ce qu'ils espèrent accomplir et s'ils sont en faveur de l'accord avec l'Arabie saoudite.
View Hélène Laverdière Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I would like to give my colleague some information that is a little more up to date. I am a member of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development. I am familiar with the issues the committee works on. Yes, we are going to address the issue of Canada's accession to the Arms Trade Treaty.
That being said, I encourage my colleague to read the motion. It is not about the Arms Trade Treaty, but rather about ongoing monitoring of various aspects of our arms exports abroad, as well as the broad trends and existing and future agreements. There is a whole range of issues that require ongoing monitoring by a permanent committee, and not just an ad hoc study that will sit on a shelf somewhere.
I would also like to inform my colleague about the situation in Saudi Arabia and in Yemen, including the number of people who were executed by the Saudi Arabian government in January after the election, the fact that we have seen images of Canadian arms being used in Yemen, and the fact that reports also now indicate and we have every reason to believe that Saudi Arabia, which is using Canadian arms, is responsible for war crimes in Yemen. Yes, that all happened in the past year, so I hope my colleague can understand the issue.
That being said, I know that Canadians want more information. They really want the House of Commons to follow up on issues that matter to them and they do not have a lot of information.
I am therefore using this opportunity to ask the following question: can my colleague tell me whether in 2015 the Government of Canada approved the sale of arms to the Hong Kong police, which represses dissidents, including booksellers and others? Can he answer me with a yes or a no?
Monsieur le Président, j'aimerais mettre à jour les informations de mon collègue, à tout le moins un peu. Je siège au Comité permanent des affaires étrangères et du développement international. Je suis au courant des enjeux sur lesquels le comité travaille. Oui, nous allons travailler à la question de l'accession du Canada au Traité sur le commerce des armes.
Cela étant dit, j'encouragerais mon collègue à lire la motion. Elle ne porte pas sur le Traité sur le commerce des armes, mais sur un suivi constant de divers aspects de nos exportations d'armes à l'étranger, ainsi que des grandes tendances et des ententes actuelles et à venir. Il y a un ensemble d'enjeux, et cela nécessite un comité permanent qui fait un suivi constant, pas seulement une étude ponctuelle qu'on met ensuite sur les tablettes.
J'aimerais également informer mon collègue sur la situation en Arabie saoudite et au Yémen, incluant la quantité de personnes qui ont été exécutées par le gouvernement d'Arabie saoudite en janvier, après les élections, le fait qu'on a découvert des images d'armes canadiennes utilisées au Yémen, et le fait que des rapports indiquent maintenant que l'Arabie saoudite qui utilisent des armes canadiennes — on a toutes les raisons de le croire — serait responsable de crimes de guerre au Yémen. Oui, c'est arrivé dans la dernière année; j'espère donc que mon collègue appréciera la chose.
Cela étant dit, les Canadiens veulent plus d'informations, je le sais. Ils veulent vraiment avoir un suivi de la part de la Chambre des communes sur les enjeux qui les préoccupent, et ils n'ont pas beaucoup d'informations.
Par conséquent, j'utilise cette occasion pour poser cette question: mon collègue peut-il me dire si, oui ou non, le gouvernement du Canada a approuvé des ventes d'armes, en 2015, à la police de Hong Kong, qui réprime les dissidents, incluant les vendeurs de livres et autres? Peut-il me répondre oui ou non?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2016-09-29 13:38 [p.5279]
Mr. Speaker, I am grateful that the member actually acknowledged that the foreign affairs committee is in fact looking into the issue.
One of the things that I would suggest to the member—
Monsieur le Président, je suis heureux que la députée ait reconnu que le comité des affaires étrangères étudie cette question.
Je dirais à la députée que...
View Hélène Laverdière Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I said the opposite. I said that the committee was not looking into these things. The hon. member is putting words in my mouth.
Monsieur le Président, j'ai dit le contraire. J'ai dit que le comité n'était pas en train d'étudier ces éléments. Le député est en train de me mettre de fausses paroles dans la bouche.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2016-09-29 13:38 [p.5279]
Order. That is a point of debate.
The Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons.
À l'ordre. Il s'agit d'un élément du débat.
Le secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes a la parole.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2016-09-29 13:38 [p.5279]
Mr. Speaker, if the member would just calm down a little, she would understand that what I have indicated is that they are in support of the foreign affairs committee looking into this particular issue.
An hon. member: Oh, oh!
Mr. Kevin Lamoureux: At the end of the day, what I would suggest—
Monsieur le Président, si la députée pouvait juste se calmer un peu, elle comprendrait que je disais que les néo-démocrates sont en faveur de l'examen de cet enjeu par le comité des affaires étrangères.
Une voix: Oh, oh!
M. Kevin Lamoureux: Au bout du compte, je suggère que...
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2016-09-29 13:38 [p.5279]
If I could just interrupt the hon. member for a moment, I am having a hard time hearing what is being said with all the shouting going back and forth. I am sure members have a lot to say to each other. If it is something that is very important, shouting across the floor is not going to do it. Members can just take it to the lobby or another room, and I am sure it will work out much better.
The hon. parliamentary secretary.
Je me permets d'interrompre le député, car j'ai beaucoup de mal à entendre ce qui se dit avec tous ces cris. Les députés ont certainement beaucoup de choses à se dire. S'ils ont quelque chose d'important à communiquer, ce n'est pas en criant dans cette enceinte qu'ils vont y arriver. Je vous conseille plutôt d'aller dans l'antichambre ou ailleurs.
Le secrétaire parlementaire a la parole.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2016-09-29 13:39 [p.5279]
Mr. Speaker, I hope we can kind of reset the clock on this.
The member proves the point I was making. In her question, she said that the standing committee on foreign affairs is in fact dealing with the issue. Is it dealing with it directly? What do members think they are going to be talking about when they talk about the Arms Trade Treaty? At least in part, they are going to be talking about what is in the motion. If the New Democrats really want to see an independent, stand-alone committee, maybe that will come out of the standing committee's recommendations. We do not know. We should at least allow the standing committee the opportunity to have a good, thorough debate and discussion on the issue.
It is interesting that it is the members opposite who are asking for more transparency, but when I posed the question they avoided a very important point. When they talk about Saudi Arabia, the NDP used to support the agreement. We have no idea whether or not they support it today. When we ask the question, the New Democrats evade it. They do not want to answer the question. Canadians have a right to know where the NDP is on the issue. The leader, during the election, when he was concerned about jobs and who knows what else, made it very clear that he supported the Saudi Arabia agreement.
However, to listen to the NDP members today, we doubt that. We begin to believe that they do not support it. Why can they not answer that very basic question?
Monsieur le Président, j'espère qu'on peut remettre le compteur à zéro.
La députée prouve que j'ai raison. D'après elle, le Comité permanent des affaires étrangères se penche déjà sur ce dossier. Le fait-il directement? De quoi les membres pensent-ils qu'ils vont parler s'agissant du Traité international sur le commerce des armes? Ils vont au moins parler du contenu de la motion. Si les néo-démocrates veulent vraiment un comité distinct et indépendant, peut-être que le comité permanent le recommandera. Nous n'en savons rien pour l'instant. Nous devrions au moins permettre au comité permanent d'avoir un débat approfondi sur la question.
C'est intéressant de voir les députés d'en face demander davantage de transparence, mais en répondant à ma question, ils évitent un point très important. Autrefois, les néo-démocrates appuyaient l'accord avec l'Arabie saoudite. Nous ne savons pas du tout s'ils l'appuient aujourd'hui. Ils évitent la question. Ils ne veulent pas répondre. Les Canadiens ont le droit de savoir leur position actuelle dans ce dossier. Pendant les élections, alors qu'ils se souciaient de l'emploi et de Dieu sait quoi d'autre, leur leader avait indiqué clairement qu'il appuyait l'accord avec l'Arabie saoudite.
Or, à écouter les députés néo-démocrates aujourd'hui, nous en doutons. Nous commençons à croire qu'ils s'y opposent. Pourquoi ne peuvent-ils pas répondre à cette question toute simple?
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2016-09-29 13:41 [p.5279]
Mr. Speaker, I am pleased to rise in this important debate. Before I begin, I should indicate that I will be sharing my time with the member for Windsor West today.
I think it is really important that we start with what we are talking about and what we are not talking about. This is a forward-looking motion that is designed to achieve greater transparency and greater oversight. It calls upon Parliament to create, by amendment to the Standing Orders, an oversight committee for the issue of arms sales abroad and related procedural matters to that particular motion.
The objective is to say, learning from what we have done in the past, how we can do better in the future. The proposition in the motion that is before Parliament today is that we create a committee that would study this because our allies are doing a much better job and because we lack the information they have to do that job. That is what I would like to focus on in my remarks today.
In the last couple of days we have been dealing with another important initiative, Bill C-22 in which the Government of Canada has liberally adverted to the experience in the United Kingdom with its security intelligence oversight committee, and called for greater accountability through that process and greater access for parliamentarians to information about national security operations in our country.
Today's motion would do the same thing, but in a different context. It would create oversight of how arms exports occur in Canada, particularly when we learn more information about human rights abuses that may or may not be occurring in a particular country.
Let us examine the situation in the United Kingdom. Just as the government would want us to learn from their experience in national security oversight, I am suggesting that the House could profit from learning about the United Kingdom experience in this same area.
It was over 15 years ago that the United Kingdom set up a parliamentary committee on arms export controls. That committee had people drawn from a whole variety of other parliamentary committees to examine all aspects of the United Kingdom arms exports, from licensing to broader policy issues such as human rights. Every year in that country there is a government annual report on U.K. arms exports, and it has recently been focusing on exports to countries of concern, many of which are the subject of the debate we are having here today. It is looking at the role, for example, of U.K. exports to Saudi Arabia and the war in Yemen, which of course are very much at the core of why this debate is before us today.
That is about oversight, but what about the need for greater transparency and information? The British public, through that committee, has had much more access to information about what is going on so that they can hold their government to account as to the extent to which arms exports are being sent to countries most people in Britain would not want to receive them.
What is the situation in Canada? We have an Access to Information Act, but its exceptions swallow the rule. The moment anything to do with international affairs or foreign policy comes up, it is a black hole. The ability to actually find out what is going on is very limited. This committee would be an opportunity to hear, not just from the public, NGOs and the like but also from people in industry, which is perfectly appropriate, as well as government representations and indeed the public so that we can have a broader national conversation about this important issue.
I had the honour of working with the former member for Mount Royal, Irwin Cotler, a champion of international human rights, and we are on a committee called the Raoul Wallenberg human rights committee, with members drawn from all the representative parties here. We had the opportunity to meet the wife of Raif Badawi here in Ottawa, who was arrested and imprisoned in that country for insulting Islam, sentenced to 10 years and a thousand lashes. That international human rights debate was the subject of great concern across this country.
We have understood in recent years more than we understood before about where Canada's arms are going. I will admit, I had no idea the extent to which Canadian arms abroad have become an important component of international trade in arms. Canada's weapons exports have nearly doubled over the last 10 years. I confess, I did not know that.
In fact, Canada is the second-largest arms dealer in the Middle East, according to Jane's All the World's Aircraft, the defence industry publication. Now Saudi Arabia is the world's second-largest buyer of Canadian-made military equipment after the United States. I do not think many Canadians are aware of that information. It may be that I am the last to know these things, but I find it very disturbing, as I think a lot of Canadians would, that we have become such an important arms export contributor in the international sphere.
Therefore, I ask myself, what do we have to hide as a country? Why can we not know more? Why can we not know the human rights records of the countries to which we are sending arms? Yes, we have assessments, but those human rights assessments have been watered down over the years. They are not as available as they should be to the Canadian public and to us so that we as the representatives of the public can have a better idea of just exactly where our money is being spent, where our arms are going, and the extent to which we are contributors to world peace. I think that is something that we need to look at very carefully.
Apparently our existing arms export rules have changed over the years. They are supposed to prohibit sales of military hardware to countries “whose governments have a persistent record of serious violations of the human rights of their citizens”, and here is the condition, “unless it can be demonstrated that there is no reasonable risk that the goods might be used against the civilian population”. Well obviously there are problems, because we have seen in the Saudi example how arms sent to that country for domestic purposes have been diverted to put down Shia protests in one part of the eastern provinces of Saudi Arabia, and, it seems, to be used by the Saudis in countries like Yemen, where human rights atrocities have been so widespread. Over 6,000 people have been killed there.
Do Canadians realize that their arms may be used in that theatre of war? Do we not need to know whether light armoured vehicles, which are used for the suppression of those people, are in fact made in Canada? Maybe that is good public policy. Why can we not have a committee tasked with doing just that, not as an add-on to other work that the foreign affairs committee might be doing but as a stand-alone committee to address what is obviously a growing and important industry in our country, and its ramifications? Why is that any different from what we do with other committees that look at an area of our economy and address its ramifications?
Why would the House be opposed to greater transparency and accountability through an oversight mechanism like the British have? Why does the current government refuse to see that what it proposed two days ago in one bill, following the U.K. example of oversight and transparency, should not be used a couple of days later in another important area of our economy and society? That is what is before the House today. I really fail to see how this can be politicized as if we were somehow trying to talk about past events, who supported what and who did not, and how much information we had at a particular time versus how much we have now.
Anyone who has seen the videos of the repression of Saudi citizens with Canadian light armoured vehicles at least has to ask questions about whether we are on the right track. We do not have time, as parliamentarians, to cover every single piece of policy. Why can we not give a multi-party committee the opportunity to look at it, to get the information that members need, and to report to Canadians what it can legitimately report to them about what is going on with our dollars abroad?
That is what is before us today. I urge the House to support a motion that would provide greater accountability and greater oversight of our arms export industry.
Monsieur le Président, je suis ravi de prendre la parole dans le cadre de cet important débat. Avant de commencer, je devrais indiquer que je vais partager mon temps de parole aujourd'hui avec le député de Windsor-Ouest.
Je crois qu'il est vraiment important de faire d'abord la distinction entre ce qui fait partie de la question à l'étude et ce qui n'en fait pas partie. Il s'agit d'une motion tournée vers l'avenir, conçue pour accroître la transparence et améliorer la surveillance. Elle demande au Parlement de créer, par la modification du Règlement, un comité de surveillance pour la question de la vente d'armes à l'étranger et des questions procédurales connexes.
L'objectif est de déterminer comment nous pouvons faire mieux à l'avenir en nous fondant sur ce que nous avons fait par le passé. La motion à l'étude aujourd'hui propose que nous créions un comité qui étudierait la question, car nos alliés font un bien meilleur travail que nous à cet égard, et nous n'avons pas l'information dont ils disposent pour faire ce travail. Voilà sur quoi j'aimerais concentrer mes observations aujourd'hui.
Ces derniers jours, nous avons étudié une autre initiative importante, le projet de loi C-22, pour lequel le gouvernement du Canada se réfère généreusement à l'expérience du Royaume-Uni relativement à son comité de surveillance du renseignement de sécurité, et propose une reddition de comptes accrue grâce à la création d'un tel comité ainsi qu'un meilleur accès, pour les parlementaires, à l'information concernant les activités liées à la sécurité nationale au pays.
La motion à l'étude vise la même chose dans un contexte différent. Elle propose la surveillance de l'exportation d'armes par le Canada, notamment lorsqu'on soupçonne des violations des droits de la personne dans un pays donné.
Voyons comment on s'y prend chez les Britanniques. Tout comme le gouvernement souhaite s'inspirer de leur expérience en matière de surveillance des activités de sécurité nationale, je propose que la Chambre profite des leçons apprises par le Royaume-Uni dans le domaine de l'exportation d'armes.
Il y a plus de 15 ans, le Royaume-Uni a mis sur pied un comité parlementaire sur le contrôle des exportations d'armes. Ce comité était composé de membres de divers comités parlementaires et étudiait tous les aspects de l'exportation d'armes par le Royaume-Uni, de l'octroi de permis aux enjeux politiques plus généraux, comme les droits de la personne. Le gouvernement du Royaume-Uni publie annuellement un rapport sur l'exportation d'armes. Un récent rapport traite des exportations vers des pays dits préoccupants, dont beaucoup sont les mêmes que ceux mentionnés dans le débat d'aujourd'hui. Par exemple, le gouvernement britannique se penche sur l'incidence des exportations d'armes du Royaume-Uni à l'Arabie saoudite sur la guerre au Yémen, ce qui est, bien entendu, en grande partie à l'origine du débat d'aujourd'hui.
C’est une question de surveillance, mais qu’en est-il du besoin de transparence et de renseignements accrus? Par l’intermédiaire de ce comité, la population britannique peut beaucoup plus facilement savoir ce qui se passe et peut donc demander des comptes à son gouvernement quant aux exportations d’armes vers des pays où la plupart des Britanniques ne voudraient pas qu’elles se retrouvent.
Quelle est la situation au Canada? Nous avons la Loi sur l’accès à l’information, mais ses exceptions engloutissent la règle. Dès que surgit un problème lié aux affaires internationales ou à la politique étrangère, c’est le trou noir. C'est très difficile de savoir réellement ce qui se passe. Ce comité permettrait d’entendre non seulement la population, les ONG et autres instances semblables, mais aussi des représentants de l’industrie — ce qui est tout à fait approprié —, du gouvernement et du grand public afin que nous ayons une conversation nationale plus vaste au sujet de cette question importante.
J’ai eu l’honneur de travailler avec l’ancien député de Mont-Royal, Irwin Cotler, un champion des droits internationaux de la personne, et nous faisons tous les deux partie du Comité Raoul Wallenberg sur les droits de la personne, dont les membres proviennent de tous les partis représentés ici. Nous avons eu l’occasion de rencontrer l’épouse de Raïf Badawi ici à Ottawa; son mari a été arrêté dans son pays pour avoir insulté l’islam et a été condamné à 10 ans d’emprisonnement et à 1 000 coups de fouet. Ce débat international sur les droits de la personne a suscité de vives préoccupations partout au pays.
Depuis quelques années, nous en savons plus que jamais auparavant sur la destination des armes exportées depuis le Canada. Je dois admettre que je n’avais aucune idée à quel point les armes canadiennes étaient devenues une importante composante du commerce international d’armes. Les exportations d’armes depuis le Canada ont presque doublé depuis 10 ans, et je dois avouer que je l’ignorais.
En fait, selon le Jane’s All The World’s Aircraft, la publication de l’industrie de la défense, le Canada arrive au deuxième rang des exportateurs d’armes vers le Moyen-Orient. L’Arabie saoudite, quant à elle, arrive au deuxième rang des acheteurs de matériel militaire fabriqué au Canada, après les États-Unis. Je ne crois pas que beaucoup de Canadiens soient au courant de ce fait. Je suis peut-être le dernier à l’apprendre, mais je trouve très préoccupant — comme beaucoup de Canadiens je suppose — que nous soyons devenus un si grand exportateur d’armes sur la scène internationale.
Je me demande donc ce que nous avons à cacher en tant que pays. Pourquoi ne pouvons-nous pas en savoir plus? Pourquoi ne pouvons-nous pas nous renseigner davantage sur les pratiques des pays où nous exportons des armes? Certes, nous faisons des évaluations, mais celles qui portent sur les droits de la personne ont été diluées au fil des ans. Elles ne sont pas aussi accessibles qu’elles devraient l’être à la population canadienne et à nous; or, nous en aurions bien besoin pour avoir une meilleure idée de la manière dont notre argent est dépensé, des endroits où nous exportons nos armes et de la mesure dans laquelle nous contribuons à la paix dans le monde. Je pense que c’est une chose que nous devons examiner de très près.
De toute évidence, les règles régissant nos exportations de matériel militaire ont évolué au cours des ans. Elles sont censées interdire la vente de matériel aux pays « où les droits humains de leurs citoyens font l'objet de violations graves et répétées de la part du gouvernement [...] » Mais, il y a une condition: « [...] à moins qu'il puisse être démontré qu'il n'existe aucun risque raisonnable que les marchandises puissent être utilisées contre la population civile. » Ces règles ne sont manifestement pas respectées, parce que nous avons vu, dans le cas de l'Arabie saoudite entre autres, comment le matériel militaire que nous y avons exporté pour usage interne a été détourné. Il a servi à réprimer les manifestations des chiites dans une partie des provinces orientales du pays, en plus, semble-t-il, d'avoir été utilisé par les Saoudiens dans des pays comme le Yémen, où les exactions contre les droits de la personne foisonnent. Plus de 6 000 personnes ont été tuées dans ce pays.
Est-ce que les Canadiens se rendent compte que leur matériel militaire peut être déployé sur certains théâtres militaires? Nous importe-t-il de savoir si les véhicules blindés légers utilisés pour tuer ces gens sont effectivement fabriqués au Canada? Il pourrait s'agir d'une saine politique publique. Plutôt que d'ajouter à la charge de travail du comité des affaires étrangères, pourquoi ne créerions-nous pas un comité chargé d'examiner exclusivement cette question? Pourquoi pas un comité autonome, s'intéressant à une industrie importante et en pleine croissance dans notre pays ainsi qu'à ses ramifications? En quoi serait-il différent des autres comités qui s'intéressent à tel ou tel secteur de notre économie et en examinent les ramifications?
Pourquoi la Chambre devrait-elle s'opposer à plus de transparence et de responsabilisation grâce à un outil semblable à celui adopté par les Britanniques? Pourquoi le gouvernement actuel refuse-t-il de voir que ce qu'il a proposé il y a deux jours dans un projet de loi de surveillance et de transparence modelé sur l'exemple du Royaume-Uni pourrait s'appliquer aujourd'hui à un autre sujet important pour notre économie et notre société? C'est ce dont débat la Chambre aujourd'hui. Je ne vois vraiment pas comment cela équivaut à politiser un sujet, comme si nous tentions de discuter d'événements passés, de voir qui était pour et qui était contre et de déterminer la quantité de renseignements disponibles à l'époque par rapport à aujourd'hui.
Quiconque a regardé les vidéos sur la répression des citoyens saoudiens à l'aide des véhicules blindés légers canadiens doit à tout le moins se demander si nous sommes sur la bonne voie. Nous n'avons pas le temps, comme parlementaires, d'examiner chaque point de la politique. Pourquoi ne pas donner à un comité multipartite la possibilité de les étudier, de compiler les renseignements dont ses membres ont besoin et de faire rapport aux Canadiens sur les aspects au sujet desquels il peut légitimement faire rapport en matière d'utilisation de notre argent à l'étranger?
Voilà l'enjeu du débat d'aujourd'hui. Je prie la Chambre de soutenir une motion qui permettrait d'accroître la responsabilité de notre industrie de l'exportation de matériel militaire et de mieux en faire la surveillance.
View Michelle Rempel Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I rise on a point of order. This is a question for my colleague more on the form of debate today. My colleague just gave a very impassioned speech, and earlier in the House the member for Laurier—Sainte-Marie also gave a very impassioned speech. While we might not all agree on this, sometimes we get passionate.
The member for Winnipeg North used a turn of phrase that a couple of my colleagues mentioned. He told the member for Laurier—Sainte-Marie to “just calm down”. I am just wondering if my colleague would like to comment on the appropriateness of that turn of phrase, given that there were a lot of other men who gave speeches in the House today that were equally impassioned, but that turn of phrase was not used to them.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Ma question, qui porte surtout sur le ton du débat, s'adresse à mon collègue. Le député vient de prononcer un discours très passionné, et plus tôt, la députée de Laurier—Sainte-Marie a également fait une intervention enflammée. Même si nous ne sommes peut-être pas tous d'accord, il nous arrive de nous emporter.
Le député de Winnipeg-Nord a utilisé une tournure que quelques-uns de mes collègues ont relevée. Il a invité la députée de Laurier—Sainte-Marie à « se calmer un peu ». Je me demande seulement si mon collègue aimerait nous parler du caractère approprié de cette expression, car il y a beaucoup d'autres hommes qui ont prononcé des allocutions tout aussi enflammées sans qu'on leur demande pour autant de se calmer.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2016-09-29 13:51 [p.5281]
Mr. Speaker, if anyone felt offended by it, I would apologize. However, I would let the member know that it was a point of order that was raised as I was answering the question at the time. It is not necessarily to justify it, but it is just to apologize.
Monsieur le Président, je m'excuse si mes paroles ont pu offenser qui que ce soit. Cependant, je rappellerai à la députée que le Règlement avait été invoqué et que je répondais à la question. Ce n'est pas pour me justifier, simplement pour m'excuser.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2016-09-29 13:51 [p.5281]
That is more of a debate. I am not sure if this is going anywhere.
The hon. member for Calgary Nose Hill, very briefly.
Cela tient davantage du débat, et j'ai l'impression que cela ne va nulle part.
La députée de Calgary Nose Hill a la parole, mais je lui demanderais d'être très brève.
View Michelle Rempel Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I accept the apology from my colleague opposite. However, I would note that he has a very bright and dynamic young woman as a daughter who is a member of the Manitoba legislature—
Monsieur le Président, j'accepte les excuses de mon collègue d'en face. Cependant, je lui ferai remarquer qu'il a une fille très intelligente et dynamique qui est députée à l'Assemblée législative du Manitoba...
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2016-09-29 13:51 [p.5281]
I am going to have to cut that off, because I believe that is going to debate.
The hon. member for Victoria.
Je vais être dans l'obligation d'interrompre la députée, car je crois que nous nous rapprochons dangereusement du débat.
Le député de Victoria a la parole.
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2016-09-29 13:51 [p.5281]
Mr. Speaker, I am not sure if I have much to add on that.
I understand the debate that the member for Calgary Nose Hill is having with the member for Winnipeg North. I hope I was not accused of using any inappropriate language. I do not have anything to add to that debate.
Monsieur le Président, je ne crois pas avoir grand-chose à ajouter.
Je comprends le débat qui oppose la députée de Calgary Nose Hill au député de Winnipeg-Nord. J'espère qu'on ne m'accuse pas d'avoir utilisé un langage inapproprié. Je n'ai rien à ajouter à ce débat.
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2016-09-29 13:52 [p.5281]
Mr. Speaker, the crux of the motion that we are discussing here today really is accountability. I would like my friend to talk about what the Liberals have to fear with greater accountability.
What we are asking for here, quite simply, is parliamentary oversight via a review process done by elected officials sworn to serve this country and to ensure that the products we export, which are similar to asbestos or other toxic materials, do not cause significant health dangers and the death of others.
What is wrong with accountability?
Monsieur le Président, la reddition de comptes est au cœur de la motion dont nous discutons ici aujourd'hui. J'aimerais que mon collègue nous dise ce qui peut bien effrayer les Libéraux là-dedans.
Ce que nous demandons ici, tout simplement, c'est une surveillance parlementaire par le biais d'un processus d'examen effectué par des élus qui ont juré de servir leur pays. Nous devons aussi nous assurer que les produits que nous exportons, comme l'amiante ou les autres matériaux toxiques, ne sont pas nocifs pour la santé, voire mortels.
En quoi la reddition de comptes pose-t-elle un problème?
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2016-09-29 13:53 [p.5281]
Mr. Speaker, of course, I agree entirely. We should follow the truth where it leads.
Accountability sometimes means learning unpleasant truths. When we have more information, it sometimes puts a different perspective on what we think we know. What is sadly lacking, of course, is that kind of information.
The member used the example of asbestos. When I was growing up, asbestos was everywhere. Now we are spending billions to remove it, because we know more. I think we can follow that logic in this area as well with the billions of dollars in sales of Canadian products to other countries, which may or may not be contributing to peace.
When we learn more, we might consider that is the case. We might also learn that we used to sell primarily to NATO allies and that we are now selling to countries like Algeria, Saudi Arabia, and China to a larger degree, countries where human rights abuses may or may be taking place.
Accountability means learning more, getting more information, learning the truth, and making informed decisions with the information we have. That is what this motion is about. I do not see why we cannot accept it.
Je suis tout à fait d’accord, monsieur le Président. Nous devons suivre la vérité là où elle nous mène.
La reddition de comptes entraîne parfois la découverte de vérités déplaisantes. De nouveaux renseignements viennent parfois jeter un éclairage nouveau sur ce que nous pensions savoir. C'est justement ce qui fait tristement défaut: ce genre de renseignements.
Le député a cité l’exemple de l’amiante. Quand j’étais enfant, l’amiante était partout. Maintenant, nous dépensons des milliards pour l’éliminer, parce que nous en savons plus à son sujet. Je pense que nous pouvons appliquer cette logique dans ce domaine aussi, avec les milliards de dollars de produits canadiens vendus à d’autres pays, qui contribuent ou ne contribuent pas à la paix.
Quand nous en saurons plus, nous considérerons peut-être que c’est le cas. Nous pourrions aussi découvrir qu'auparavant, nous vendions des armes essentiellement à nos alliés de l’OTAN et que maintenant, nous en vendons davantage à des pays comme l’Algérie, l’Arabie saoudite et la Chine, pays où des violations des droits de la personne ont peut-être lieu.
La reddition de comptes, c’est en apprendre plus, obtenir plus d’information, découvrir la vérité et prendre des décisions éclairées en nous fondant sur les renseignements que nous avons. C’est l’objet de cette motion. Je ne vois pas pourquoi nous ne pouvons pas l’accepter.
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2016-09-29 13:54 [p.5281]
Mr. Speaker, it is an honour to rise on such an important motion. I thank my colleague for putting it forward. A lot hard work and thought went into this substantive motion. It is an important issue. It has several aspects showing that this is a serious issue for our country that needs to set an example, especially after our government has been saying, “Canada is back”. I suppose what we are showing here is that Canada is back, in continuing arms sales in an unaccounted way.
What I also find really difficult about the situation is why would we abdicate our responsibility for products and goods once we sell them by saying, “It's not our fault, but because the receiving country sold them to somebody else”, or “they decided not to follow the rule of law or the order that has been made before”.
However, let us look at the reality. Some of the countries that have Canadian-made weapons do not even have proper relationships with Canada. These weapons are ending up in other jurisdictions. Some are sold directly to nations where we have an embassy and other types of connections and so forth. But after their use, perhaps in a second life, sometimes what we are debating is the first life cycle. This is the first life, but in the second life cycle and the third life cycle, they can end up abroad. We would have to look no further than proxy wars like that in Yemen where we have these situations.
All we are calling for is having accountability back in the chamber so that all Canadians will have a connection to the products and services that are exported outside our country and will have their say in that, by having representatives who are informed about that. It goes to committee. When witnesses are called to committee, if they lie or make up information that is not truthful and knowingly present it to committee, that is perjury. There is an accountability measure in the committee system, more than just public shame and public opinion. That is law.
I think that is the fairest thing to do when some of our customers then use our machines, our materials, to do things that were not supposed to be done.
The reason I mentioned asbestos earlier is that, quite literally, Canada was exporting death with asbestos. Pat Martin, a former member of Parliament, spent more than a decade working on this issue, raising it, bringing up the fact that men, women, and children were often dealing with asbestos without having the proper safety requirements for this, a product that is now illegal in Canada, but which it was okay for others to use, in that once it was out the door, “Don't worry about it. We're all done with it”.
How can we say this on such an important issue when we know our customer base is growing in regions where there is significant conflict and war and, in fact, where regimes are often using tactics that include the use of weapons against their civilian populations? Are we supposed to abdicate our responsibility for that?
I believe that if we do the right thing and have that accountability, it will increase the responsibility of our customer base and also improve our chances of making sure that other illegal arms are not dispersed to countries and other jurisdictions.
In fact, we are not the only country doing this. The United Kingdom, for example, is going through the same process. Why does it matter? It matters because their public money is often involved in this. So, they have a right have a say in that.
When we look at some of the programs that we are assisting arms manufacturers with, they include research and development, supports for exporting and, thanks to the previous governments, a series of tax cuts that have gone unaccountable, in terms of where that money went. Often, much of that money left Canada anyway, but the reality of the matter is that Canadians have a vested interested financially and ethically, in social justice terms, to have that accountability in this chamber. There is no better place to do it.
Monsieur le Président, c’est un honneur de prendre la parole au sujet d’une motion d'une telle importance. Je remercie ma collègue de l’avoir présentée. Cette motion de fond est le fruit de beaucoup de travail acharné et de réflexion. L'enjeu est important. La motion porte sur plusieurs aspects qui témoignent du fait qu'il s'agit d'un grave problème au sujet duquel notre pays doit donner l'exemple, surtout depuis que le gouvernement clame que « le Canada est de retour ». Je suppose que le message que nous envoyons à l'heure actuelle, c’est que le Canada est de retour et qu'il continue à vendre des armes sans rendre de comptes.
Ce que je trouve aussi très difficile dans cette situation, c’est l’idée que nous puissions nous décharger de notre responsabilité à l'égard des produits et des marchandises une fois que nous les avons vendus en disant: « Ce n’est pas de notre faute, c’est le pays destinataire qui les a revendus à quelqu’un d’autre » ou « ils ont décidé de ne pas respecter les règles établies. »
Toutefois, il ne faut pas se leurrer. Certains des pays qui ont des armes fabriquées au Canada n’ont même pas de vraies relations avec le Canada. Les armes que nous vendons aboutissent dans d’autres pays. Certaines sont vendues directement à des pays où nous avons une ambassade et avec lesquels nous entretenons d’autres types de liens, et cetera. Nos débats portent sur le premier cycle de vie de ces armes. Mais, par la suite, au cours de leur deuxième, voire de leur troisième cycle de vie, elles peuvent finir à l’étranger. Il n’est pas nécessaire de chercher plus loin que les guerres par procuration comme celle qui se déroule au Yémen pour se convaincre que de telles situations se produisent.
Tout ce que nous réclamons, c’est un retour de la responsabilité à la Chambre pour que tous les Canadiens soient en mesure de savoir ce qu'il advient des produits et des services exportés à l’étranger et qu'ils aient leur mot à dire à ce sujet par l'entremise de représentants informés sur la question. Un comité est saisi du dossier. Quand des témoins sont convoqués devant le comité, s’ils mentent ou inventent des informations qui ne sont pas exactes et les présentent sciemment au comité, il y a parjure. Le système des comités comporte une forme de responsabilisation qui va au-delà de l’opprobre et de l’opinion publics; c’est la loi.
Je pense que c’est ce qu’il y a de plus juste à faire quand certains de nos clients utilisent notre équipement, notre matériel à des fins autres que celles qui étaient prévues.
Si j'ai parlé tout à l'heure de l'amiante, c'est pour rappeler que le Canada exporte pour ainsi dire la mort en exportant ce matériau. L'ancien député Pat Martin s'est occupé de ce dossier pendant plus d'une décennie. Il soulevait souvent la question, rappelant qu'il est fréquent que des hommes, des femmes et des enfants manipulent l'amiante sans que des normes adéquates de sécurité les protègent. Ce produit est aujourd'hui illégal au Canada, mais nous jugeons acceptable que d'autres s'en servent. Tant qu'il est hors de notre territoire, nous disons: « Ne vous inquiétez pas, nous n'en avons plus besoin. »
Comment pouvons-nous dire la même chose dans un dossier aussi important que celui qui nous occupe? Nous savons pourtant que la clientèle s'élargit dans les régions où sévissent de vastes conflits armés et où des régimes utilisent souvent les armes contre la population civile. Devons-nous nous soustraire à nos responsabilités?
J'estime que, si nous prenons les mesures qui s'imposent pour exiger des comptes, nos clients devront se montrer plus responsables, et il y aura moins de risque que des armes illégales se finissent encore dans d'autres pays ou d'autres régions.
En fait, le Canada n'est pas le seul pays à s'engager dans cette voie. Le Royaume-Uni fait aussi la même chose, par exemple. En quoi est-ce important? C'est que des deniers publics sont souvent en cause. Les gouvernements ont donc leur mot à dire.
Certains programmes fédéraux aident les fabricants d'armes. Parmi ceux-ci, mentionnons des programmes de recherche-développement, des mesures de soutien à l'exportation et, grâce aux gouvernements précédents, une série d'allégements fiscaux qui ne permettent pas de savoir à quoi servent les fonds accordés. Quoi qu'on fasse, il arrive souvent qu'une bonne part de ces fonds quittent le Canada, mais il faut savoir que les Canadiens ont tout intérêt, sur le plan des finances, de l'éthique et de la justice sociale, à ce que des comptes soient rendus à la Chambre. Il n'y a pas meilleur endroit pour cela.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2016-09-29 13:59 [p.5282]
The hon. member will have four minutes and 49 seconds remaining when debate resumes.
Il restera 4 minutes 49 secondes au député lorsque nous reprendrons le débat.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2016-09-29 13:59 [p.5282]
Mr. Speaker, Quebec's National Assembly is unanimous: health falls under the exclusive jurisdiction of Quebec. The transfers have to be maintained at 6% without conditions.
The government chose the worst scenario. It unilaterally imposed the Conservative cuts along with the NDP conditions. It is time the Liberals listened to reason. By refusing to hold the transfer increase at 6%, the government is attacking the quality of care delivered in Quebec. This is not trivial. The government is attacking sick people in Quebec.
That is why I am inviting the 40 Quebec members of the Liberal caucus to take a clear stand. Are they for or against the unanimous will of the National Assembly, clearly expressed this morning, to have the necessary funds for its health care system?
The Bloc Québécois is standing up for the sick; what about the Liberals?
Monsieur le Président, l'Assemblée nationale est unanime: la santé relève de la compétence exclusive du Québec. Les transferts doivent être maintenus à 6 %, sans condition.
Or le gouvernement a choisi le pire des scénarios: il impose unilatéralement les coupes conservatrices avec les conditions du NPD. Il est temps pour les libéraux d'entendre raison. En refusant de maintenir la hausse des transferts à 6 %, on s'en prend à la qualité des soins dispensés au Québec. Ce n'est pas rien; on s'en prend aux malades du Québec.
C'est pourquoi j'invite les 40 députés québécois du caucus libéral à prendre clairement parti. Sont-ils pour ou contre la volonté unanime de l'Assemblée nationale, clairement exprimée ce matin, d'avoir les sommes nécessaires pour son système de santé?
Le Bloc québécois a choisi les malades; qu'en est-il des libéraux?
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, 12 years ago today, over 31,000 fans gathered at the Big O to thank and bid farewell to the Expos. After 36 years and nearly 3,000 games, MLB in Montreal came to an end on the same day that the 1994 Expos were recognized as the best team in baseball. From Jarry Park to the Big O, Rusty Staub to Vlad Guerrero, and sadly, to Blue Monday, the Expos were an unforgettable part of Montreal and Canada.
I am sure there are Canadians across the country who still remember that last baseball game and who still wear an Expos cap with pride in their heart and a tear in their eye. I am sure that they, like me, dream of the day when baseball and the 'Spos return to Montreal. I hope that I will one day be able to take my kids to a game so they can watch the Expos trounce none other than the Blue Jays.
Let's go, Expos.
Monsieur le Président, il y a 12 ans aujourd'hui, plus de 31 000 partisans se sont réunis au stade olympique pour remercier les Expos et leur dire adieu. Après 36 ans et près de 3 000 matches, l'aventure du baseball majeur à Montréal a pris fin le jour même où, en 1994, les Expos avaient été sacrés meilleure équipe du baseball. Du parc Jarry au stade olympique, de Rusty Staub à Vladimir Guerrero, en passant par le tristement célèbre « Blue Monday », les Expos ont écrit un chapitre inoubliable de l'histoire de Montréal et du Canada.
Je suis certain qu'il y a des Canadiens dans ce pays qui se souviennent encore de ce dernier match de baseball et qui portent encore une casquette des Expos avec fierté et la larme à l'oeil. Qu'ils se joignent à moi pour souhaiter le retour du baseball et de nos Amours à la ville de Montréal. Enfin, j'espère un jour pouvoir amener mes enfants à un match pour voir les Expos battre nuls autres que les Blue Jays.
Allez, les Expos!
View Deepak Obhrai Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I rise today to express my gratitude to the seniors in my riding and to those throughout Canada. As members know, October 1 is National Seniors Day, and I want to take a moment to acknowledge the great contributions of seniors across the nation.
The current economic downturn and higher taxes from the current government make seniors more vulnerable. Also, the baby boomers have joined the ranks of seniors, posing a challenge in ensuring that their needs are met.
The last decade has seen changes in Canadian society, from homegrown terrorism to a large influx of refugees. This may cause some concern among seniors. However, we must ensure that these concerns are dealt with equality and respect.
Monsieur le Président, je tiens à exprimer ma gratitude aux aînés de ma circonscription et de l'ensemble du Canada. Comme les députés le savent, le 1er octobre est la Journée nationale des aînés. J'aimerais prendre quelques instants pour rappeler le grand apport des aînés des quatre coins du Canada.
La période actuelle de ralentissement économique et les hausses d'impôt qu'impose le gouvernement actuel rendent les aînés encore plus vulnérables. De plus, les baby-boomers deviennent à leur tour des aînés. Il faudra bien répondre à leurs besoins, ce qui représente un défi.
La société canadienne a connu des changements au cours de la dernière décennie, qu'il s'agisse notamment du terrorisme d'origine intérieure ou de l'arrivée massive de réfugiés. Ces changements peuvent inquiéter les aînés. Il faut toutefois répondre à ces inquiétudes avec équité et respect.
View Wayne Long Profile
Lib. (NB)
View Wayne Long Profile
2016-09-29 14:02 [p.5283]
Mr. Speaker, in 1993, the then Progressive Conservative Party opposite was reduced to two members. Today I rise to pay tribute to one of them, Elsie Wayne, better known as just Elsie.
Elsie Fairweather Wayne passed away on August 23 at the age of 84, surrounded by her loving husband Buzzy and two children, Daniel and Stephen.
Elsie started in politics in 1977, first as a city councillor then in 1984 as mayor, and finished her career in politics as the member of Parliament for Saint John, serving from 1993 to 2004. She loved her greatest little city in the east.
Elsie played a pivotal role in shaping the future direction of the Progressive Conservative Party and served briefly as its interim leader.
I have many fond memories, especially from her later years as such a loyal fan of the Saint John Sea Dogs. I did not always agree with what she said, but it was hard not to admire her strength and conviction. She was truly the people's MP, an MP I strive to be every day in Saint John—Rothesay.
Monsieur le Président, en 1993, ce qui était alors le Parti progressiste conservateur ne comptait plus que deux députés. Je prends la parole aujourd'hui pour rendre hommage à l'une de ces deux personnes, Elsie Wayne, mieux connue tout simplement comme Elsie.
Elsie Fairweather Wayne est décédée le 23 août dernier à l'âge de 84 ans, entourée de son tendre époux, Buzzy, et de leurs deux enfants, Daniel et Stephen.
Elsie a amorcé sa carrière politique en 1977 comme conseillère municipale. En 1984, elle est devenue mairesse, puis elle a représenté la circonscription de Saint John aux Communes de 1993 à 2004, année où elle s'est retirée de la politique. Elle adorait sa ville, la plus grande des petites villes de l'Est.
Elsie a contribué de façon déterminante à façonner l'orientation du Parti progressiste conservateur, dont elle a assumé la direction par intérim pendant une courte période.
J'ai beaucoup de beaux souvenirs d'elle, surtout dans ses dernières années, où elle soutenait avec ferveur les Sea Dogs de Saint John. Je n'étais pas toujours d'accord avec elle, mais il était difficile de ne pas admirer sa force et sa détermination. Elle était vraiment la députée du peuple, le genre de député que je veux être tous les jours pour la circonscription de Saint John—Rothesay.
View Sheila Malcolmson Profile
NDP (BC)
View Sheila Malcolmson Profile
2016-09-29 14:03 [p.5283]
Mr. Speaker, I bring good news from Nanaimo—Ladysmith. Climate action is a win-win for our local economy and our global environment. We are innovating and cutting greenhouse gas emissions while adding well-paying jobs.
Two groups are building affordable housing with energy conservation in Nanaimo. VIU carpentry students have dedicated 5,000 hours of work to Habitat for Humanity's new build. The Nanaimo Aboriginal Centre is building affordable housing using a passive energy design that uses 80% less energy.
This is good news countrywide. Canada's green-building industry employs more direct full-time workers than the forestry, mining, and the oil and gas industries combined.
On November 10, we will celebrate climate solutions, innovation, and job creation at Nanaimo's John Barsby school. The climate fair is at 5:30 p.m., and the forum is at 7:00 p.m. I invite all members to come and add their voices on climate solutions that add green jobs.
Monsieur le Président, j'ai de bonnes nouvelles pour Nanaimo—Ladysmith. La lutte contre les changements climatiques est à la fois bonne pour notre économie locale et pour la planète. Nous innovons et nous réduisons les émissions de gaz à effet de serre tout en créant des emplois bien rémunérés.
Deux groupes sont en train de construire des habitations abordables qui consomment peu d'énergie à Nanaimo. Des étudiants en menuiserie de l'Université de l'île de Vancouver ont déjà consacré 5000 heures à des travaux de construction d'Habitat pour l'humanité. Le centre autochtone de Nanaimo construit des habitations abordables à énergie passive qui consomment 80 % moins d'électricité.
C'est une bonne nouvelle pour l'ensemble du pays. Au Canada, l'industrie de la construction verte emploie directement plus de travailleurs à plein temps que le secteur de l'exploitation forestière, le secteur de l'exploitation minière et l'industrie pétrolière et gazière combinés.
Le 10 novembre, l'innovation, la création d'emplois et les solutions pour contrer les changements climatiques seront à l'honneur à l'École John Barsby à Nanaimo. La foire climatique ouvrira à 17 h 30 et le forum aura lieu à 19 h. J'invite tous les députés à venir s'exprimer au sujet des solutions pour le climat qui créent des emplois verts.
View James Maloney Profile
Lib. (ON)
View James Maloney Profile
2016-09-29 14:04 [p.5283]
Mr. Speaker, I stand today to recognize a constituent of Etobicoke—Lakeshore, my good friend Bob Weeks. Bob Weeks is known by many for his on-air reporting work, as an analyst for TSN covering golf and curling, and previously as the editor of SCOREGolf magazine.
Today I want to recognize Bob following his induction into the Canadian Golf Hall of Fame in July, a recognition that is well deserved. However, this is nothing new for Mr. Weeks, as he had previously been inducted into the Ontario Golf Hall of Fame, the Curling Canada Hall of Fame, and best of all, the Etobicoke Sports Hall of Fame.
I would like to congratulate and recognize Bob for his many contributions and achievements over a diverse career, but with all of these halls, I think his next stop is the hall of fame of halls of fame.
Monsieur le Président, je prends la parole pour rendre hommage à un habitant d'Etobicoke—Lakeshore, mon bon ami Bob Weeks. Bien des gens connaissent Bob en tant qu'analyste pendant la diffusion de tournois de golf et de curling au réseau TSN, et ancien rédacteur en chef du magazine SCOREGolf.
Aujourd'hui donc, je tiens à féliciter Bob à la suite de son intronisation au Temple de la renommée du golf canadien, en juillet. C'est amplement mérité. Il n'en est toutefois pas à ses premières armes, car il a déjà été intronisé au Temple de la renommée du golf ontarien, au Temple de la renommée de Curling Canada et, surtout, au Temple de la renommée du sport d'Etobicoke.
Je tiens à féliciter Bob pour ses nombreuses contributions et réalisations tout au long de sa carrière diversifiée. Avec tous ces temples de la renommée, il ne lui reste plus qu'à être intronisé au Temple de la renommée des temples de la renommée.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2016-09-29 14:05 [p.5283]
Mr. Speaker, during the Paralympic Games in Rio, I was glued to my computer screen watching the three athletes from my riding perform brilliantly.
Paralympic athletes exemplify the “where there's a will, there's a way” mindset, and we can all learn something from their determination and perseverance.
Para-cyclist Nicole Clermont of Saint-Denis-de-Brompton came in ninth in the 3,000-metre race, but a fall forced her to give up her third-place position in the 72-kilometre race.
Guillaume Ouellet, a para-athlete from Victoriaville, took fourth place in the 5,000 metres. He also ran a personal best in the 1,500-metre race.
Para-cyclist Charles Moreau of Victoriaville won bronze in both the 60-kilometre race and the time trial.
Watching you all was thrilling, and I know that my House of Commons colleagues will join me in congratulating you. Congratulations to the three of you and to all Canadian athletes.
Monsieur le Président, au cours des derniers Jeux paralympiques, à Rio, j'ai été rivé devant mon écran d'ordinateur pour regarder les prouesses de trois athlètes de ma circonscription.
Véritables modèles pour la société de par leur détermination et leur persévérance, les athlètes paralympiques sont l'exemple parfait de l'expression « quand on veut, on peut ».
Nicole Clermont, paracycliste de Saint-Denis-de-Brompton, a pris la neuvième place aux 3 000 mètres, et elle a malheureusement dû abandonner l'épreuve des 72 km en raison d'une chute. Malgré tout, elle occupait la troisième position juste avant son abandon.
Guillaume Ouellet, para-athlète de Victoriaville, a récolté la quatrième position aux 5 000 mètres. Il a aussi un record personnel aux 1 500 mètres.
Charles Moreau, cycliste paralympique de Victoriaville, a été double médaillé de bronze aux 60 kilomètres et à la course contre la montre.
Vous nous avez fait vivre des émotions incroyables, et je suis convaincu que mes collègues de la Chambre des communes se joignent à moi aujourd'hui pour vous offrir toutes nos félicitations. Bravo à vous trois et à tous les athlètes canadiens!
View Chandra Arya Profile
Lib. (ON)
View Chandra Arya Profile
2016-09-29 14:06 [p.5284]
Mr. Speaker, I would like to take this moment to recognize two of my constituents who live at Stillwater Creek Retirement Community, each of whom are veterans who proudly served our country. Rear Admiral William Christie was a chief engineer in the Royal Canadian Navy and is currently the oldest living Canadian admiral. He celebrated his 97th birthday on September 21.
I would also like to recognize Able Seaman George Melnechuk, who this year was awarded the Legion of Honour from France for his heroism and courage during World War II. He celebrated his 92nd birthday on September 22.
I invite all members to join me in commending Rear Admiral Christie and Able Seaman Melnechuk for their service and dedication to Canada.
Monsieur le Président, je voudrais prendre le temps qui m'est accordé maintenant pour rendre hommage à deux personnes de ma circonscription qui habitent dans la résidence pour retraités Stillwater Creek et qui font partie des anciens combattants ayant fièrement servi notre pays. Le premier est le contre-amiral William Christie, qui était mécanicien en chef dans la Marine royale canadienne et qui est actuellement le doyen des amiraux canadiens toujours vivants. Il a célébré son 97e anniversaire le 21 septembre.
Le deuxième est le matelot de 2e classe George Melnechuk, qui s'est vu décerner la Légion d'honneur par la France, cette année, pour son héroïsme et son courage au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Il a célébré son 92e anniversaire de naissance le 22 septembre.
J'invite tous les députés à se joindre à moi afin de féliciter le contre-amiral Christie et le matelot de 2e classe Melnechuk pour leur dévouement envers le Canada.
View Bernadette Jordan Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, southwest Nova Scotia is having the worst drought it has seen in many years. This summer a forest fire destroyed 400 hectares of woodland in South Shore—St. Margarets and West Nova, and it raged for days.
Not all of my hon. colleagues may know this, but in much of rural Nova Scotia, firefighters are all volunteers and put in countless hours of training in preparing to keep our forests, families, and communities safe.
Volunteers worked around the clock for days, not only battling the fire but also supporting the firefighters. Volunteers fundraised, collected donations, and made sure that our volunteer firefighters were fed and hydrated. Many local businesses continued to pay their employees while they were fighting these fires.
The fire was eventually contained, our beloved Kejimkujik National Park was saved, and nobody was injured. I would like to ask all members of the House to join me in thanking our volunteer fire services and the communities that support them.
Monsieur le Président, le Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse est aux prises avec une grave sécheresse, la pire depuis de nombreuses années. Cet été, un incendie de forêt a fait rage pendant des jours dans les circonscriptions de South Shore—St. Margarets et de Nova-Ouest et a causé la destruction de 400 hectares de boisé.
Certains députés ne le savent peut-être pas, mais dans la majorité des régions rurales de la Nouvelle-Écosse, les pompiers sont tous des bénévoles, qui suivent d'innombrables heures de formation pour se préparer à garantir la sécurité de nos forêts, de nos familles et de nos collectivités.
Les bénévoles ont travaillé jour et nuit, non seulement pour combattre l'incendie, mais aussi pour appuyer les pompiers. Ils ont recueilli des fonds et des dons et ont veillé à ce que les pompiers volontaires aient à manger et à boire. De nombreuses entreprises locales ont continué de payer leurs employés pendant qu'ils luttaient contre l'incendie.
Le feu a finalement été maîtrisé, notre bien-aimé parc national Kejimkujik a été sauvé et personne n'a été blessé. Je demande à tous les députés de se joindre à moi pour remercier nos pompiers bénévoles et les collectivités qui les ont appuyés.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2016-09-29 14:08 [p.5284]
Mr. Speaker, this past week we lost a great Canadian, and I lost a great friend and adviser, David Alexander William Cook. I have great memories of my visits with Dave. I remember going into his dealership, Farm World, and sitting down with Dave and his sister Marge to discuss farm machinery, trade, grain prices, the situation in Ukraine, and other issues. We always had great discussions, and he would present his ideas with great passion and tenacity.
He was a truly gifted salesman, and he could sell and convince like no one else. His dealership was known for flying out parts to customers, and he sold huge volumes of New Holland combines and tractors across the Prairies. Every farmer across the Prairies knew of Farm World and Dave Cook. He was a big man who had a big heart, who loved his family, his employees and customers, and the Lord. We will miss Dave. I will miss Dave.
To his wife Donna, his five children, and his 16 grandchildren, please accept our condolences, but also take comfort in knowing that Dave is in a better place and remembering all the great things Dave did. He was truly an exceptional man and an exceptional Canadian.
Monsieur le Président, la semaine dernière, nous avons perdu un grand Canadien qui était pour moi un bon ami et un conseiller, David Alexander William Cook. Je garde d'excellents souvenirs des visites que j'ai rendues à Dave. Je me souviens de mes visites à son entreprise, Farm World, où je discutais, avec Dave et sa soeur, Marge, de machinerie agricole, de commerce, du prix des grains, de la situation en Ukraine et d'autres sujets. Nous avions toujours d'excellentes discussions, et il défendait ses idées avec beaucoup de passion et de détermination.
C'était un vendeur vraiment doué qui savait vendre et convaincre mieux que quiconque. Son entreprise était réputée pour ses livraisons de pièces par avion, et il a vendu énormément de moissonneuses-batteuses et de tracteurs de marque New Holland partout dans les Prairies. Tous les agriculteurs des Prairies connaissaient Farm World et Dave Cook. C'était un grand homme au grand coeur qui aimait sa famille, ses employés, ses clients et le Seigneur. Dave nous manquera. Il me manquera.
J'offre mes condoléances à son épouse, Donna, à ses 5 enfants et à ses 16 petits-enfants, mais je me console en sachant que Dave est dans un monde meilleur et en me rappelant tout ce qu'il a fait d'extraordinaire. C'était un homme et un Canadien vraiment exceptionnel.
View Celina Caesar-Chavannes Profile
Ind. (ON)
View Celina Caesar-Chavannes Profile
2016-09-29 14:10 [p.5284]
Mr. Speaker, this is the perfect time to be young. Yesterday, the member for London—Fanshawe, the member for Simcoe North, and I attended the launch of the EF Canadian youth ambassador program, which will send 30 Canadian youth to represent Canada at the 100th anniversary of the Battle of Vimy Ridge.
I invite all members to participate in this program and to nominate students from their riding.
I am also proud to stand here as one of many in our caucus who are setting up local youth councils in our ridings to hear the priorities of our young people.
I therefore encourage the students in Whitby to submit their applications to my office before tomorrow's deadline.
Monsieur le Président, c'est un moment idéal pour être jeune. Hier, j'ai eu l'occasion de me joindre à la députée de London—Fanshawe et au député de Simcoe-Nord en vue du lancement du programme des jeunes ambassadeurs du Canada de EF qui enverra 30 jeunes Canadiens pour représenter le Canada au 100e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy.
J'invite tous les députés à participer à ce programme et à y nommer des étudiants de leur circonscription.
Je suis également fière de faire partie des nombreuses personnes de mon caucus qui contribuent à établir des conseils régionaux dans nos circonscriptions pour permettre aux jeunes de faire part de leurs priorités.
J'encourage donc les étudiants de Whitby à soumettre leur demande à mon bureau avant la date limite, soit demain.
View Omar Alghabra Profile
Lib. (ON)
View Omar Alghabra Profile
2016-09-29 14:11 [p.5284]
Mr. Speaker, I am usually sworn to silence by privacy and diplomatic confidentiality. However today I want to talk about the success of our team.
I want to thank the army of consular officers in Canada and abroad. They know how important their job is, and they work around the clock to assist Canadians. The fruits of their labour are not always made public, but the last few weeks have been a brilliant example.
I also want to express my gratitude to the Minister of Foreign Affairs and the Prime Minister. Their unequivocal leadership sends a strong message to the world that Canada will never give up on its citizens.
I want to thank MPs on all sides for raising consular cases while avoiding tempting partisanship shots. The families of Canadians stuck abroad inspire me with their grace and determination. My fellow Canadians should try to avoid getting in trouble when travelling, but they should know that their government will always have their back.
Monsieur le Président, je suis habituellement tenu de garder le silence pour protéger les renseignements personnels et respecter le secret diplomatique, mais j'aimerais aujourd'hui parler de la réussite de notre équipe.
Je tiens à remercier les nombreux agents consulaires au Canada et à l'étranger. Ils savent à quel point leur emploi est important et ils travaillent jour et nuit pour venir en aide aux Canadiens. Les résultats de leur travail ne sont pas toujours rendus publics, mais les dernières semaines constituent un excellent exemple de ce qu'ils accomplissent.
Je tiens également à exprimer ma gratitude au ministre des Affaires étrangères et au premier ministre. Leur leadership sans équivoque envoie un message clair au monde entier: le Canada n'abandonne jamais ses citoyens.
J'aimerais remercier les députés de tous les partis qui ont cherché à faire avancer des cas relevant des affaires consulaires sans céder à la tentation de la partisanerie. Les familles des Canadiens qui sont coincés à l'étranger m'inspirent par leur grâce et leur détermination. Mes concitoyens doivent éviter les situations problématiques lorsqu'ils voyagent à l'étranger, mais je veux qu'ils sachent que leur gouvernement sera toujours là pour les aider.
View Bernard Généreux Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, it gives me great pleasure to rise in the House to highlight Senator Jacques Demers's induction into the Quebec Sports Hall of Fame.
True to his reputation for overcoming any obstacle, Mr. Demers wanted to be in Terrebonne to accept this honour.
For all Canadians experiencing family, educational or health challenges, Jacques Demers has been and continues to be a great source of inspiration, pride and, above all, hope. He was always smiling, as is typical of someone with an unflinchingly positive outlook on life and a firm belief that no challenge is too great.
I invite my colleagues to congratulate Jacques, to thank him for continuing to inspire us, and to wish him a quick recovery.
Go, Jacques, go.
Monsieur le Président, j'ai l'immense plaisir de me lever à la Chambre pour souligner l'intronisation de l'honorable sénateur Jacques Demers au Temple de la renommée du Panthéon des sports du Québec.
Fidèle à sa réputation de surmonter tout obstacle devant lui, M. Demers tenait à être sur place, à Terrebonne, pour accepter l'honneur qui lui a été accordé.
Pour tous les Canadiens éprouvant des difficultés, sur le plan familial ou éducationnel ou en matière de santé, Jacques Demers a été, et surtout est toujours, une grande source d'inspiration, de fierté et surtout d'espoir. Son sourire était de mise, typique du personnage dont la perspective sur la vie demeure positive, convaincu qu'aucun défi n'est trop difficile à relever.
J'invite mes collègues à féliciter Jacques et à le remercier pour l'inspiration qu'il continue à nous apporter, tout en lui transmettant nos meilleurs souhaits pour un prompt rétablissement.
Go Jacques, go!
View Marco Mendicino Profile
Lib. (ON)
View Marco Mendicino Profile
2016-09-29 14:13 [p.5285]
Mr. Speaker, today I rise in the House to remember Shimon Peres, a pillar of Israel's founding generation and one its most respected statesmen. He gave more than 60 years of his life to better the lives of others.
Having served as both prime minister and president, Shimon Peres worked relentlessly to establish Israel's independence.
Having guided his country through several defining moments, Shimon Peres was a visionary.
Even in the most difficult situations, he remained optimistic and determined to reunite Palestinians and Israelis in a peaceful coexistence.
Today, the Prime Minister and members of the Canadian delegation departed for Israel. They carry with them the condolences of this House and, indeed, all of the country.
Shimon Peres was a patriot whose pursuit of lasting peace will live on as a blessing and inspiration for all future generations.
Yehay Zichrono Levrachah.
Monsieur le Président, j'aimerais aujourd'hui célébrer la mémoire de Shimon Peres, l'un des piliers de la génération qui a fondé Israël et l'un de ses hommes d'État les plus respectés. Il a consacré plus de 60 ans de sa vie à améliorer la vie de son prochain.
Shimon Peres, qui a occupé les fonctions de premier ministre et de président, a travaillé sans relâche à l'indépendance d'Israël.
Ayant guidé son pays lors de plusieurs de ses moments déterminants, Shimon Peres était un homme visionnaire.
Même dans les situations les plus difficiles, il a maintenu sa disposition optimiste, déterminé à réunir les Palestiniens et les Israéliens dans une coexistence pacifique.
Aujourd'hui, le premier ministre a pris la direction d'Israël en compagnie des membres de la délégation canadienne. Ils emportent avec eux les condoléances de la Chambre et du pays au grand complet.
Shimon Peres était un grand patriote, et sa quête d'une paix durable, qui lui survivra très certainement, sera un baume et une source d'inspiration pour les générations à venir.
Yehay Zichrono Levrachah.
View François Choquette Profile
NDP (QC)
View François Choquette Profile
2016-09-29 14:14 [p.5285]
Mr. Speaker, I am proud to rise today in the House to invite Canadians to participate in the very first edition of the Saint-Lucien cranberry festival, which will take place on October 7 and 8. Events include cranberry farm tours, a country market, entertainment, games, activities, and more.
This summer, as I was doing my usual tour of the municipalities, I visited several cranberry farms and I was pleased to note what a vibrant community Saint-Lucien is.
I would also like to take this opportunity to congratulate the organizing committee of this event, which is led by the president of the cranberry festival, David Gauthier, as well as the municipality of Saint-Lucien. This wonderful citizen-driven initiative promotes the development and vitality of their community. In addition, the participation of residents of Saint-Lucien will no doubt contribute to the success of this festival.
Come and discover our region. I hope you will join us at the cranberry festival. Come have some fun at this unique event in our lovely region, the greater Drummond area.
Monsieur le Président, c'est avec fierté que je me lève à la Chambre aujourd'hui pour inviter la population à participer à la toute première édition du Festival de la canneberge de Saint-Lucien, les 7 et 8 octobre prochains. Au programme, on retrouve la visite d'une cannebergière, un marché champêtre, des spectacles, des jeux, de l'animation et autres activités.
Cet été, j'ai eu le plaisir de constater le dynamisme de cette communauté en visitant notamment quelques cannebergières lors de ma traditionnelle tournée des municipalités, ce que je fais chaque été.
D'ailleurs, je profite de cette tribune pour féliciter le comité organisateur de cet événement avec, en tête, M. David Gauthier, président du Festival de la canneberge, ainsi que la municipalité de Saint-Lucien. Leur superbe initiative citoyenne favorise le développement et la vitalité de leur milieu. De plus, la mobilisation citoyenne des Luciennois et Luciennoises contribuera sans doute au succès de ce festival.
Venez à la découverte de notre région. Soyez des nôtres lors du Festival de la canneberge. Venez vivre de belles activités lors de ce rendez-vous unique dans notre belle région du grand Drummond.
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2016-09-29 14:15 [p.5285]
Mr. Speaker, October 1, this Saturday, Canadians will celebrate National Seniors Day by taking time to pay tribute to seniors. They are also going to thank local organizations that are helping seniors.
For over 32 years, Langley Meals on Wheels has been providing hot, nutritious, affordable meals to Langley seniors. It serves seniors whose lives are changed, making them somewhat dependent on volunteers to help them maintain a healthy lifestyle. Langley Meals on Wheels delivers hot, fresh, homemade, cooked meals and provides important friendships for those who may be isolated or at risk.
Providing loving care to our seniors at home, helping them keep their independence, gives them dignity and demonstrates our appreciation for them.
This National Seniors Day, I want to acknowledge the incredible work done by the volunteers at Langley Meals on Wheels for their ongoing love and support for seniors.
Monsieur le Président, samedi prochain, le 1er octobre, les Canadiens célébreront la Journée nationale des aînés en prenant le temps de rendre hommage à ceux-ci et de remercier les organismes locaux qui viennent en aide aux personnes âgées.
Depuis plus de 32 ans, la popote roulante de Langley livre des repas chauds, nutritifs et abordables aux aînés de l'endroit. Sa clientèle est composée de personnes âgées qui, en raison des circonstances, doivent en quelque sorte compter sur des bénévoles pour les aider à maintenir un mode de vie sain. En livrant ses repas faits maison à partir d'ingrédients frais, les gens de la popote roulante de Langley créent des liens importants avec des personnes isolées ou à risque.
En donnant aux aînés des soins attentifs à domicile, nous les aidons à maintenir leur indépendance et à conserver leur dignité, tout en leur manifestant notre reconnaissance.
En cette Journée nationale des aînés, je veux saluer la popote roulante de Langley pour son travail formidable auprès des aînés et l'appui attentionné qu'elle leur apporte.
View Peter Schiefke Profile
Lib. (QC)
View Peter Schiefke Profile
2016-09-29 14:17 [p.5285]
Mr. Speaker, as parliamentary secretary to the Prime Minister for youth, I would like to welcome the first 15 Canadians who have been selected to serve on the Prime Minister's youth council, a council that will represent the diversity of our country and bring a strong voice for youth issues from coast to coast to coast. They were selected from more than 13,000 applications that have been submitted thus far.
These young people's enthusiasm shows that, if they are given the chance, they will seize any opportunity to make their voices heard.
I encourage the young people who applied but were not chosen to take heart. Your application will automatically be considered for the second wave of youth council recruitment, and the new members will be announced in early 2017.
I extend my congratulations to these incredible young Canadians. On behalf of the entire House, I welcome them to our nation's capital today.
Monsieur le Président, en tant que secrétaire parlementaire du premier ministre pour la Jeunesse, j'aimerais souhaiter la bienvenue aux 15 premiers Canadiens choisis pour siéger au Conseil jeunesse du premier ministre, qui représentera la diversité de notre pays et constituera une tribune importante pour les questions qui préoccupent les jeunes d'un océan à l'autre. Ces Canadiens ont été choisis parmi plus de 13 000 candidatures soumises jusqu'à présent.
Cet enthousiasme de la part des jeunes démontre que, si la chance leur en est donnée, ils saisiront toute occasion qui leur permettra de se faire entendre.
J'encourage les jeunes qui ont fait une demande mais qui n'ont pas été sélectionnés: leur candidature sera étudiée pour la deuxième vague de recrutement du Conseil jeunesse qui sera annoncée au début de 2017.
Je félicite ces jeunes Canadiens remarquables. Au nom de tous les députés, je leur souhaite la bienvenue dans la capitale nationale aujourd'hui.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2016-09-29 14:18 [p.5286]
Mr. Speaker, the fisheries minister has a real problem on his hands. He agreed to attend a private invitation-only reception hosted by a huge law firm. This might not be a problem if only that firm did not do legal work for the Irving family, and it might not be a problem if the lobbying arm of the firm did not lobby for the Irving family. This is a buffet of conflicts of interest.
How could the fisheries minister agree to be the guest of honour at this exclusive reception?
Monsieur le Président, le ministre des Pêches est aux prises avec un véritable problème. Il a accepté d'assister à une réception privée accessible sur invitation seulement et organisée par un énorme cabinet juridique. Cela ne serait pas un problème si ce même cabinet n'effectuait pas des travaux d'ordre juridique pour la famille Irving et si le service de lobbying de ce même cabinet ne faisait pas de lobbying pour la famille Irving. C'est un buffet de conflits d'intérêts.
Comment le ministre des Pêches peut-il accepter d'être l'invité d'honneur de cette réception exclusive?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2016-09-29 14:18 [p.5286]
Mr. Speaker, some time ago I was invited by one of the leading law firms in Atlantic Canada to attend an annual event for the business community in Toronto. It is the same event where Premier Stephen McNeil of Nova Scotia spoke last year. I was looking forward to telling those business leaders about our government's Atlantic growth strategy and how this government is investing in historic ways in Atlantic Canada. That is the purpose of going.
If the hon. member thinks there is something wrong with telling business leaders about what our government is doing in Atlantic Canada, I disagree with her.
Monsieur le Président, il y a quelque temps, l'un des principaux cabinets juridiques du Canada atlantique m'a invité à assister à un événement annuel donné pour la communauté des affaires à Toronto. Il s'agit du même événement auquel le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, était un conférencier invité l'an dernier. J'avais hâte de m'adresser à ces dirigeants du milieu des affaires au sujet de la Stratégie de croissance pour l'Atlantique du gouvernement et de leur parler des investissements historiques effectués par le gouvernement dans le Canada atlantique. C'est le but de ma présence à l'événement.
Si la députée estime qu'il est inacceptable que je parle aux dirigeants du milieu des affaires au sujet de ce que fait le gouvernement au Canada atlantique, je ne suis pas d'accord avec elle.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2016-09-29 14:19 [p.5286]
Mr. Speaker, that is very interesting because the fisheries minister is also the Prime Minister's point man on litigation involving the government, and his job is to manage all the legal action the government is facing. When a huge law firm comes calling to ask him to be the guest of honour at a reception and it boasts and bills him as a trusted adviser of the Prime Minister, there should have been some alarm bells.
How could the fisheries minister not realize that this is a conflict of interest? Where is his judgment?
Monsieur le Président, c'est très intéressant parce que le ministre des Pêches est également l'homme de confiance du premier ministre en ce qui a trait aux litiges mettant en cause le gouvernement, et que son travail consiste à s'occuper de toutes les poursuites intentées contre le gouvernement. Alors, quand un énorme cabinet juridique lui a demandé d'être l'invité d'honneur à une réception où il serait présenté comme un conseiller de confiance du premier ministre, cela aurait dû éveiller ses soupçons.
Comment le ministre des Pêches ne s'est-il pas rendu compte que cela constituait un conflit d'intérêts? Où est son jugement?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2016-09-29 14:20 [p.5286]
Mr. Speaker, I would be happy to tell the member where my judgment is. My judgment is such that, when I received that invitation, I asked the Ethics Commissioner for her advice as to whether it was appropriate to attend that event. She confirmed to me in writing that it was. The hon. member has significant difficultly understanding that. On this side of the House, we always respect our ethical obligations.
We are not afraid to tell the whole country about the important work our government is doing in Atlantic Canada. I will never apologize for talking about the Atlantic growth strategy with business leaders anywhere in Canada.
Monsieur le Président, c'est avec plaisir que je prouverai mon bon jugement à la députée: quand j'ai reçu cette invitation, j'ai demandé à la commissaire à l'éthique si ma présence à cette réception serait appropriée. Elle m'a confirmé par écrit que c'était le cas. La députée a beaucoup de difficulté à le comprendre. De ce côté-ci de la Chambre, nous respectons toujours nos obligations éthiques.
Nous n'avons pas peur d'informer tous les Canadiens du travail crucial que le gouvernement fait dans le Canada atlantique. Je ne m'excuserai jamais de parler de la Stratégie de croissance pour l'Atlantique avec des chefs d'entreprise de l'ensemble du pays.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
View Geoff Regan Profile
2016-09-29 14:20 [p.5286]
I want to remind the hon. member that all members here can understand things. We do not want to question the ability of members to be able to understand things.
The hon. member for Portage—Lisgar.
Je rappelle au député que tout le monde ici est doté d'une faculté de compréhension. Mieux vaut ne pas remettre en doute la capacité de compréhension des députés.
La députée de Portage—Lisgar a la parole.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2016-09-29 14:21 [p.5286]
Mr. Speaker, here again we have the Liberals defending their actions by saying the rules made me do it. How about some good judgment when it comes to conflicts of interest?
The minister of fisheries is in charge of the government's litigation strategy. He has been ordered by the Ethics Commissioner to not have any dealings with the Irvings. The law firm hosting this party recently represented J.D. Irving Limited in court, and that same firm is now promoting its access to the minister. If it walks like a conflict of interest, if it talks like a conflict of interest, it is a conflict of interest.
Where is the minister's judgment?
Monsieur le Président, encore une fois, les libéraux se défendent en prétextant qu'ils appliquent les règles. Pourquoi ne pas faire preuve de bon sens lorsqu'il s'agit de conflits d'intérêts?
Le ministre des Pêches est responsable de la stratégie du gouvernement en matière de litiges. Le commissaire à l'éthique lui a ordonné de ne pas traiter avec les Irving. Or, le cabinet d'avocats qui est l'hôte de cet événement a récemment représenté J.D. Irving Limited devant un tribunal. Ce même cabinet facilite aujourd'hui son accès au ministre. Il n'y a pas de fumée sans feu.
Où est passé le bon sens du ministre?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2016-09-29 14:21 [p.5286]
Mr. Speaker, my judgment told me that when I received this invitation, as many members of Parliament and ministers do, I asked the Ethics Commissioner if it was appropriate for me to attend. This is an annual event that has taken place over a number of years where guest speakers are invited to meet the business community in Toronto, hosted by a particular law firm.
Law firms do not tell the public who is on their client lists. Nothing about that event speaks to a particular file, a particular client, or particular litigation. This is an event to talk about our government's proud record in Atlantic Canada.
Monsieur le Président, lorsque j'ai reçu cette invitation, tout comme bon nombre de députés et de ministres d'ailleurs, mon bon sens m'a poussé à demander au commissaire à l'éthique s'il convenait que j'y réponde. Il s'agit d'un événement qui se tient tous les ans, où des conférenciers rencontrent des gens d'affaires à Toronto. Un cabinet d'avocats en est l'hôte.
Les cabinets d'avocats ne communiquent pas la liste de leurs clients. Rien à propos de cet événement ne concerne un dossier particulier, un client particulier ou un litige particulier. C'est un événement où le gouvernement est fier de présenter son bilan dans le Canada atlantique.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2016-09-29 14:22 [p.5286]
Mr. Speaker, this government should spend a little less time with its friends and more time taking care of its provincial partners.
When it comes to health care transfers, no one can say that the government has a very good relationship with the provinces. Instead we see an obvious lack of leadership on the Liberals' part and an unprecedented degree of interference into provincial jurisdictions.
When will the minister really listen to her provincial counterparts and eliminate the conditions attached to the health transfers?
Monsieur le Président, ce gouvernement devrait passer un peu moins de temps avec ses amis et s'occuper de ses partenaires provinciaux.
Dans le dossier des transferts en santé, on ne peut pas dire que le gouvernement maintient de très bonnes relations avec les provinces. On voit plutôt un manque de leadership flagrant de la part des libéraux et un niveau d'ingérence sans précédent dans les affaires provinciales.
Quand la ministre écoutera-t-elle réellement ses homologues provinciaux et éliminera-t-elle les conditions dans les transferts en santé?
View Jane Philpott Profile
Ind. (ON)
Mr. Speaker, just today I met with two health ministers, including Quebec's minister of health and social services.
Canadians are proud of their public health care system and they expect their government to make sure that it will always be there for them. The Canada health transfer is going to increase by over $1 billion next year, bringing it up to more than $37 billion.
I will continue holding meetings with my provincial and territorial counterparts.
Monsieur le Président, aujourd'hui même, j'ai rencontré deux ministres de la Santé, dont le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec.
Les Canadiens sont fiers de leur système de santé public; ils s'attendent à ce que leur gouvernement s'assure que le système sera toujours là pour eux. Le Transfert canadien en matière de santé va croître de plus de 1 milliard de dollars l'année prochaine, pour atteindre plus de 37 milliards de dollars.
Je vais continuer à tenir des réunions avec mes homologues provinciaux et territoriaux.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2016-09-29 14:23 [p.5287]
Mr. Speaker, it just so happens that the federal minister told us yesterday she had had some good discussions with her provincial counterparts, but Quebec's health minister said no discussion had taken place.
Today, about an hour ago, the minister stated that she is extremely worried about what is going on in health care. The facts are the facts. The government is treating the provinces paternalistically and infringing on their jurisdiction. That is against Canadian federalism.
When will they show some respect for their provincial counterparts and eliminate the conditions attached to health transfers?
Monsieur le Président, justement, hier, la ministre fédérale disait qu'elle avait eu de bonnes discussions avec ses homologues provinciaux. En même temps, au Québec, le ministre de la Santé affirmait qu'il n'y avait pas eu de conversation.
Aujourd'hui, il y a environ une heure, le même ministre a affirmé que ce qui se passait en santé était extrêmement inquiétant. Les faits sont les faits. Le gouvernement  « paternalise » les provinces et ne respecte pas les compétences provinciales. C'est contre le fédéralisme canadien.
Quand vont-ils respecter leurs homologues provinciaux et éliminer les conditions en santé?
View Jane Philpott Profile
Ind. (ON)
Mr. Speaker, I was pleased to meet not one but two of my provincial counterparts today in Ottawa to discuss with them the importance of health care in our country. I have had good discussions with all of my colleagues across the country. I respect their jurisdiction.
Canadians do well when all stakeholders collaborate, and that includes every level of government that has a responsibility for health care. This will be necessary for Canadians to have the health care they need and deserve.
Monsieur le Président, aujourd'hui, j'ai eu le plaisir de rencontrer à Ottawa non pas un, mais deux de mes homologues provinciaux afin de discuter de l'importance des soins de santé au pays. J'ai eu de bonnes discussions avec mes collègues de l'ensemble du pays. Je respecte leur compétence.
Les Canadiens vont bien quand tous les intervenants travaillent en collaboration, y compris tous les ordres de gouvernement qui doivent assumer des responsabilités en matière de santé. Cette collaboration sera nécessaire pour offrir aux Canadiens les soins de santé dont ils ont besoin et qu'ils méritent.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2016-09-29 14:24 [p.5287]
Mr. Speaker, by breaking their promise and adopting Stephen Harper's cuts to health care, the government is letting Canadians down.
Now the premiers are denouncing the lack of consultation and conservative approach that the Liberal government has adopted. They are also protesting the decision of the Liberals to impose over $1 billion in federal cuts on the provinces next year alone.
Will the federal government reverse these cuts to provinces and agree to their simple request to sit down with the Prime Minister?
Monsieur le Président, en brisant leur promesse et en adoptant les compressions de Stephen Harper en santé, le gouvernement laisse tomber les Canadiens.
Maintenant, les premiers ministres dénoncent l'absence de consultation et l'approche conservatrice adoptée par le gouvernement libéral. Ils protestent également contre la décision du gouvernement fédéral libéral d'imposer aux provinces des compressions qui s'élèveront à plus de 1 milliard de dollars pour l'année prochaine seulement.
Le gouvernement fédéral reviendra-t-il sur sa décision d'imposer ces compressions aux provinces, et accédera-t-il à leur simple demande de rencontrer le premier ministre?
View Jane Philpott Profile
Ind. (ON)
Mr. Speaker, it is important that the House understands the facts clearly. There will be no cuts to health care. In fact, the Canada health transfer will grow next year. I look forward to very excellent conversations with my counterparts across the country.
Canadians want a health care system that is there for them. All levels of government have a responsibility in that. When we work together, we will find synergies, and we will ensure Canadians have the health care they need.
Monsieur le Président, la Chambre doit bien comprendre les faits. Il n'y aura pas de compressions en santé. D'ailleurs, le Transfert canadien en matière de santé sera bonifié l'année prochaine. J'ai hâte d'avoir d'excellentes discussions avec mes homologues de l'ensemble du pays.
Les Canadiens veulent un système de santé qui répond à leurs besoins. Tous les ordres de gouvernement ont des responsabilités à cet égard. En travaillant ensemble, nous trouverons des façons de collaborer efficacement afin que les Canadiens reçoivent les soins de santé dont ils ont besoin.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2016-09-29 14:25 [p.5287]
Mr. Speaker, that is hard to believe when the Prime Minister has been ignoring the request of the provinces to meet since July.
The Liberals promised that they would not make any changes without negotiating with the provinces. In opposition, the Liberal health critic called the 50% cut to the health escalator walking away from medicare. However, now in government, the Liberals have adopted that very reduction, and unilaterally will remove $36 billion from health care and continue to ignore requests for a meeting.
Could the minister please explain how this is real change?
Monsieur le Président, c'est difficile à croire quand on sait que le premier ministre refuse d'obtempérer à la demande des premiers ministres des provinces qui souhaitent le rencontrer depuis juillet.
Les libéraux ont promis de ne pas apporter de changements sans négocier avec les provinces. Lorsque les libéraux étaient dans l'opposition, leur porte-parole en matière de santé avait dit que la décision de couper de moitié l'augmentation des transferts en santé montrait que le gouvernement voulait se retirer du régime d'assurance-maladie. Maintenant qu'ils forment le gouvernement, les libéraux ont adopté exactement la même réduction. Ils vont unilatéralement retirer 36 milliards de dollars du système de santé et continuer d'ignorer les demandes en vue d'une rencontre.
La ministre pourrait-elle expliquer en quoi il s'agit là d'un vrai changement?
View Jane Philpott Profile
Ind. (ON)
Mr. Speaker, the approach of this government to health care is fundamentally different from anything we have seen in the last decade.
The Prime Minister made it very clear to me that he wanted me to negotiate a new health accord with the provinces and territories, and that is exactly what I am in the process of doing.
We will not only increase the Canada health transfer, but we will negotiate new investments in health. We will ensure that Canadians have the home care they need. We will make the transformations. I will do that in collaboration with my colleagues.
Monsieur le Président, l'approche du gouvernement actuel en matière de santé est totalement différente de tout ce qui a été fait dans ce secteur au cours de la dernière décennie.
Le premier ministre m'a confié le mandat très clair de négocier un nouvel accord sur la santé avec les provinces et les territoires, et c'est exactement ce que je suis en train de faire.
Nous allons non seulement bonifier le Transfert canadien en matière de santé, mais aussi négocier de nouveaux investissements dans le secteur de la santé. Nous allons veiller à ce que les Canadiens obtiennent les soins à domicile dont ils ont besoin. Nous allons procéder aux transformations nécessaires. Je ferai cela en collaboration avec mes collègues.
View Brigitte Sansoucy Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, the Liberals are on board with Stephen Harper's health care cuts, and the provinces are furious. The Liberals said they wanted good-faith negotiations with the provinces, but now that they are in power, they are unilaterally cutting $36 billion and trying to impose a list of conditions on Quebec.
Does the minister understand that people wanted to do away with Stephen Harper and his policies?
Monsieur le Président, les compressions de Stephen Harper dans les soins de santé sont maintenant celles des libéraux, et les provinces sont furieuses. Les libéraux prétendaient vouloir négocier de bonne foi avec les provinces. Or, une fois au pouvoir, ils coupent de façon unilatérale 36 milliards de dollars et veulent même imposer une liste de conditions au Québec.
Est-ce que la ministre comprend que les citoyens ont voulu se débarrasser de Stephen Harper et de ses politiques?
View Jane Philpott Profile
Ind. (ON)
Mr. Speaker, this government is not making cuts to health care.
I am actually curious as to how members of the New Democratic Party think they would not have had to make drastic cuts when they said they were going to deliver a balanced budget.
This government is prepared to invest new money in health care. We are prepared to work with our counterparts across the country to invest in home care, and to ensure Canadians have better access to mental health care.
I look forward to delivering a new health accord.
Monsieur le Président, le gouvernement ne fait pas de compressions dans les soins de santé.
J'aimerais bien savoir comment les députés néo-démocrates auraient pu éviter de devoir procéder à des coupes draconiennes pour atteindre leur objectif d'équilibrer le budget.
Le gouvernement est prêt à investir de l'argent frais dans le système de santé. Nous sommes prêts à travailler avec nos homologues partout au pays afin d'investir dans les soins à domicile et de veiller à ce que les Canadiens aient un meilleur accès à des soins de santé mentale.
J'ai bien hâte de mettre en oeuvre le nouvel accord sur la santé.
View Brigitte Sansoucy Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, once again, the government is saying one thing and doing another. All of the provinces, particularly Quebec, Alberta, and British Columbia, denounced the government's approach to health care accords. The people of those provinces are having déjà vu. They are very familiar with that attitude. It is exactly the same as the Conservatives'.
How many provinces will it take for the government to listen to reason and cancel its cuts?
Monsieur le Président, encore une fois, le gouvernement dit une chose et en fait une autre. Toutes les provinces, et plus particulièrement le Québec, l'Alberta et la Colombie-Britannique, ont dénoncé l'approche de ce gouvernement en ce qui concerne les ententes sur les soins de santé. Les citoyens de ces provinces ont une impression de déjà-vu. Cette attitude, ils la connaissent très bien. C'était celle des conservateurs.
Combien de provinces devront s'opposer à ce gouvernement pour qu'il entende enfin raison et annule ses compressions?
View Jane Philpott Profile
Ind. (ON)
Mr. Speaker, I have had very good discussions with my counterparts across the country, and that includes all of the health ministers.
We will keep talking about what we need to do to improve health care systems across Canada.
Canadians expect us to work together. We are working closely with the provinces and territories. We will improve Canadians' health care system.
Monsieur le Président, j'ai déjà de très bonnes discussions avec mes homologues de partout au pays, et cela inclut tous les ministres de la Santé des régions du pays.
Nous discuterons toujours de ce dont nous avons besoin pour améliorer les systèmes de soins de santé partout au Canada.
Les Canadiens s'attendent à ce que nous travaillions ensemble. Nous travaillons de près avec les provinces et les territoires. Nous améliorerons le système de santé des Canadiens et des Canadiennes.
View Blaine Calkins Profile
CPC (AB)
View Blaine Calkins Profile
2016-09-29 14:29 [p.5288]
Mr. Speaker, we already have a Toronto minister responsible for Atlantic economic development. We have the possibility that a Toronto judge could take the Atlantic Canada spot on the Supreme Court. Now to get in good with the Prime Minister's Atlantic kingpin, one has to get an invitation to a private reception in Toronto, literally being held on Toronto Street.
The Minister of Fisheries secret event is billed “Get the Atlantic Edge”. Why does getting the Atlantic edge have to mean dodgy unethical cocktail parties in downtown Toronto?
Monsieur le Président, le ministre responsable du développement économique de l'Atlantique vient de Toronto. Il est possible qu'un juge de Toronto prenne le siège réservé à l'Atlantique à la Cour suprême. Pour se faire voir du grand responsable de l'Atlantique de la garde rapprochée du premier ministre, il faut obtenir une invitation pour assister à une réception privée, à Toronto, qui a littéralement lieu sur la rue Toronto.
L'activité secrète du ministre des Pêches s'appelle « L'Atlantique à la fine pointe ». Comment se fait-il que, pour aider l'Atlantique à être à la fine pointe, il faille nécessairement se rendre à des cocktails d'une éthique douteuse au centre-ville de Toronto?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2016-09-29 14:29 [p.5288]
Mr. Speaker, it will not surprise you that the exaggerated and fabricated beginning of that question around ethical challenges is exactly that.
When l received the invitation, the commissioner confirmed to me in writing that it was appropriate for me to accept that invitation. The member knows very well that ministers and members of Parliament attend events around the country all the time.
The Atlantic growth strategy announced by my colleague, the Minister of Innovation, Science and Economic Development, in Prince Edward Island in July is something all of us are proud of and I welcome an opportunity to talk about it.
Monsieur le Président, on ne s'étonnera guère que les allégations en matière d'éthique qui forment la prémisse de la question ne soient que des exagérations ou de pures inventions.
Lorsque j'ai reçu cette invitation, le commissaire m'a confirmé par écrit que je pouvais l'accepter. Le député sait très bien que les ministres et les députés participent fréquemment à des activités organisées aux quatre coins du Canada.
Nous sommes tous fiers de la Stratégie de croissance pour l'Atlantique, que mon collègue, le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, a annoncée en juillet, à l'Île-du-Prince-Édouard, et je suis toujours bien content de pouvoir en parler.
View Blaine Calkins Profile
CPC (AB)
View Blaine Calkins Profile
2016-09-29 14:30 [p.5288]
Mr. Speaker, when it comes to his ethical screen, perhaps the minister has misunderstood the definition of the word “screen”. Maybe he is thinking about an enormous screen door with great big holes in it, big enough for him and his friends to jump through. However, I do not think that is what Canadians have in mind.
Where is the minister's judgment?
Monsieur le Président, les activités du ministre doivent être passées au crible pour éviter toute entorse aux règles d'éthique. Cependant, le ministre semble s'imaginer que le crible en question est un énorme filtre avec de gros trous dedans, assez gros pour les laisser passer, lui et ses amis. Je ne pense pas, toutefois, que les Canadiens voient les choses de cette façon.
Où est passé le bon sens du ministre?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2016-09-29 14:30 [p.5288]
Mr. Speaker, all ministers and all members of our government have an ethical judgment that is entirely superior to that member's former party. When we receive invitations like this, we proactively reach out to the Ethics Commissioner. Her office confirms that it is entirely appropriate for us to accept events like that.
The member knows very well that it is the ethical and proper way to handle these sorts of situations. That is exactly what I did. I am sorry he is so traumatized that our government is engaged in Atlantic Canada.
Monsieur le Président, tous les ministres et les députés de notre gouvernement font preuve d'un jugement bien supérieur à celui de l'ancien gouvernement en matière d'éthique. Lorsque nous recevons de telles invitations, nous demandons l'avis de la commissaire à l'éthique, par mesure de précaution. Or, dans ce cas-ci, son bureau confirme qu'il est tout à fait correct que nous acceptions de participer à de telles activités.
Le député sait très bien que c'est la façon éthique et convenable de traiter ce genre de situations. C'est exactement ce que j'ai fait. Je suis désolé qu'il soit si traumatisé de voir que notre gouvernement s'intéresse au Canada atlantique.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
View Geoff Regan Profile
2016-09-29 14:31 [p.5288]
Order, please. Most members on all sides have the ability to sit here quietly and listen to things that are provocative from the other side. I am asking that we all do that now and let us listen to the member for Huron—Bruce.
À l'ordre, s'il vous plaît. La plupart des députés, quelle que soit leur allégeance, sont capables de garder leur sang-froid lorsqu'ils entendent des propos provocants de la part de leurs vis-à-vis. Je demande que nous en fassions tous autant et que nous écoutions le député d'Huron—Bruce.
View Ben Lobb Profile
CPC (ON)
View Ben Lobb Profile
2016-09-29 14:31 [p.5288]
Mr. Speaker, Group m5 is the lobbying and PR wing of the law firm where the minister will be the guest of honour on Wednesday. It has a long list of clients, including Irving Oil and J.D. Irving.
What a coup it must be to have the Prime Minister's Atlantic kingpin and trusted adviser. The problem is that the minister is not supposed to have anything to do with the Irvings. That should include clinking glasses at fancy Toronto restaurants with lobbyists.
How could the minister not see this blatant violation of his own ethics declaration?
Monsieur le Président, Group m5 est l'entreprise qui s'occupe du lobbying et des relations publiques du cabinet d'avocats dont le ministre sera l'invité d'honneur mercredi. Sa liste de clients est longue et comprend notamment les sociétés Irving Oil et J. D. Irving.
C'est tout un exploit d'avoir obtenu que le conseiller de confiance et grand manitou du premier ministre dans la région de l'Atlantique accepte l'invitation. Le problème, c'est que le ministre est censé n'avoir rien à voir avec les sociétés Irving. Il ne devrait même pas frayer avec les lobbyistes dans les restaurants chics de Toronto.
Comment cette entorse flagrante à sa propre déclaration d'éthique a-t-elle pu échapper au ministre?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2016-09-29 14:32 [p.5288]
Mr. Speaker, again, if the Ethics Commissioner in her judgment does not see any violation whatsoever, the hon. member should accept her judgment. On this side of the House, we value her judgment with respect to ethics considerably more than that member's.
Monsieur le Président, je le répète, si la commissaire à l'éthique n'a vu aucune violation des règles dans cette situation, le député devrait accepter son jugement. De ce côté-ci, nous accordons beaucoup plus de poids au jugement de la commissaire qu'à celui du député en matière d'éthique.
View Ben Lobb Profile
CPC (ON)
View Ben Lobb Profile
2016-09-29 14:32 [p.5288]
Mr. Speaker, with answers like that, I think the fisheries minister is going to get to know Justices Charbonneau and Gomery really quick and really long.
The ethically challenged fisheries minister has had rules forced on him by the Ethics Commissioner, so he cannot have any dealings with Irving. Therefore, what is he going to do on Wednesday? He is going to break every rule the Ethics Commissioner told him not to do. There are 330 MPs in the House who see the conflict. Why can the minister not see it?
Monsieur le Président, avec des réponses comme celle-là, je pense que le ministre des Pêches apprendra à connaître les juges Charbonneau et Gomery rapidement et pendant longtemps.
Le ministre des Pêches, dont le sens moral est douteux, s'est fait imposer par la commissaire à l'éthique des règles qui font en sorte qu'il ne peut pas avoir de rapports avec les sociétés Irving. Or, que va-t-il faire mercredi? Il va enfreindre toutes les règles que la commissaire à l'éthique lui a dit de respecter. Dans cette enceinte, 330 députés voient le problème. Pourquoi le ministre ne le voit-il pas?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2016-09-29 14:33 [p.5288]
Mr. Speaker, again, simply because the member fabricates and asserts a falsehood does not make it true. I have received written confirmation from the Ethics Commissioner—
Some hon. members: Oh, oh!
Monsieur le Président, je le répète, ce n'est pas parce que le député invente des faussetés que celles-ci deviennent des vérités. J'ai reçu de la commissaire à l'éthique la confirmation écrite...
Des voix: Oh, oh!
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
View Geoff Regan Profile
2016-09-29 14:33 [p.5288]
The hon. minister knows that we do not suggest that a member fabricates falsehoods in the House of Commons.
We will go on to the member for Barrie—Springwater—Oro-Medonte
Le ministre sait qu'on ne doit pas laisser entendre à la Chambre qu'un député invente des faussetés.
Nous entendrons maintenant le député de Barrie—Springwater—Oro-Medonte.
View Alexander Nuttall Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, Canadian history is littered with Liberals doing whatever they can to help out Liberal lobbyists, and they always have the same excuses. They will say they followed the rules. They will say this is just us listening and consulting with people. They will say I was just doing this as an MP, not a minister. However, every time it is friends of the Liberal Party who get access, favours and closed-door meetings.
I will ask this one more time. Where is this member's judgment?
Monsieur le Président, l'histoire du Canada est parsemée de libéraux qui font tout ce qu'ils peuvent pour aider des lobbyistes libéraux, et ils ont toujours les mêmes excuses à la bouche. Ils disent qu'ils ont respecté les règles. Ils disent qu'ils écoutent et consultent les gens. Ils disent qu'ils agissent à titre de simple député et non à titre de ministre. Cependant, à tout coup ce sont des amis du Parti libéral qui obtiennent des accès, des faveurs et des réunions à huis clos.
Je vais poser la question à nouveau: où est passé le bon sens du député?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2016-09-29 14:34 [p.5288]
Mr. Speaker, my judgment is that it is important for Canadians to understand our government's commitment to growing the Atlantic economy.
That is why, when I received this invitation, I forwarded it to the Ethics Commissioner to confirm that nothing inappropriate was the case with my attending the event. I received that confirmation at which point I accepted the invitation.
To go to any group to talk about our government's commitment to growing the Atlantic economy, to welcoming new immigrants to Atlantic Canada, I am proud to do so, and I will take every opportunity I can to do exactly that.
Monsieur le Président, mon bon sens me dit qu'il est important que les Canadiens comprennent l'engagement du gouvernement à l'égard de la croissance du Canada atlantique.
C'est la raison pour laquelle, lorsque j'ai reçu cette invitation, je l'ai transmise à la commissaire à l'éthique afin de confirmer qu'il n'y avait rien d'inapproprié au fait que je participe à cet événement. J'ai reçu cette confirmation, et j'ai ensuite accepté l'invitation.
Je suis fier de pouvoir me présenter devant un groupe, quel qu'il soit, pour parler de l'engagement du gouvernement à l'égard de l'économie du Canada atlantique ou de l'accueil de nouveaux immigrants dans cette région, et je profiterai de toutes les occasions qui me sont données pour le faire.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, the Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard accepted an invitation to attend a private cocktail party at a law firm. That would not be a problem if the firm in question did not have ties to the Irving family. It would not be a problem if the firm was not lobbying for Irving. It is a conflict of interest festival.
How can the Minister of Fisheries agree to be the guest of honour at this reception? Where is his judgment?
Monsieur le Président, le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne a accepté une invitation à participer au cocktail privé d'une étude d'avocats. Ce ne serait pas un problème si l'étude en question n'avait pas de lien avec la famille Irving. Ce ne serait pas un problème non plus si l'étude ne faisait pas de lobbying pour les Irving. C'est le festival du conflit d'intérêts.
Comment le ministre des Pêches peut-il accepter d'être l'invité d'honneur de cette réception? Où est son jugement?
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2016-09-29 14:35 [p.5289]
Mr. Speaker, as I have said many times, under no circumstances would I place myself in a conflict of interest. That is precisely why I sought the advice of the Commissioner before accepting the invitation.
When she confirmed that it was appropriate for me to speak to a group of Toronto business leaders about the economy in Atlantic Canada and our government's commitment to grow the Canadian economy, I was pleased to accept the invitation.
Monsieur le Président, comme je l'ai répété à maintes reprises, en aucune circonstance je ne me suis placé en situation de conflit d'intérêts. C'est précisément pourquoi j'ai demandé l'avis de la commissaire avant d'accepter l'invitation.
Quand elle a confirmé qu'il était approprié que j'y aille pour parler avec un groupe de leaders de la communauté d'affaires de Toronto de l'économie du Canada atlantique et de l'engagement de notre gouvernement à faire croître l'économie canadienne, cela m'a fait plaisir d'accepter l'invitation.
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-09-29 14:36 [p.5289]
Mr. Speaker, a report issued today confirms that Canada is not on track to achieve its 2020 emissions reduction goal. This dire prediction was reached even before the approval of a new LNG project, emitting what some are calling a carbon bomb of 10 million tonnes of C02 a year.
Canadians want action, so where are the promised investments in clean energy alternatives for northern communities? Where are the investments in energy-efficient housing? Where is the plan to deploy green infrastructure? We are running out of time.
Monsieur le Président, un rapport publié aujourd'hui nous confirme que, si la tendance se maintient, le Canada n'atteindra pas ses objectifs de réductions des émissions fixés pour 2020. Cette sinistre prévision a été faite avant même qu'on autorise la réalisation d'un nouveau projet de liquéfaction de gaz naturel que certains qualifient de bombe de carbone et qui entraînera des émissions de 10 millions de tonnes de CO2 par année.
Les Canadiens veulent qu'on agisse, alors où est l'argent promis pour les énergies propres de remplacement dans le Nord? Où est l'argent destiné aux habitations à haut rendement énergétique? Où est le plan de déploiement des infrastructures vertes? Le temps commence à nous manquer.
View Catherine McKenna Profile
Lib. (ON)
View Catherine McKenna Profile
2016-09-29 14:36 [p.5289]
Mr. Speaker, our government understands that the environment and the economy go together.
I was very pleased to hear Rachel Notley, the Premier of Alberta, say this with respect to yesterday's budget approval. She said that this was “an important combination of sustainable economic growth while ensuring that you address environmental issues”.
I would also like to refer to Brian Cochrane. He is a business manager for a union representing over 12,000 members in B.C. He said that the Pacific NorthWest LNG's project environmental approval was very good news for B.C. members of the International Union of Operating Engineers Local 115 who were standing by to help build this important energy facility.
Monsieur le Président, le gouvernement comprend que l'environnement et l'économie vont de pair.
J'étais très heureuse d'entendre Rachel Notley, la première ministre de l'Alberta, dire ce qui suit au sujet de l'approbation budgétaire annoncée hier. Elle a déclaré que c'était « une combinaison importante de mesures pour stimuler la croissance économique et de mesures destinées à résoudre des problèmes environnementaux ».
Je voudrais également citer Brian Cochrane, qui est directeur administratif d'un syndicat représentant plus de 12 000 membres en Colombie-Britannique. Selon lui, l'autorisation accordée, après l'étude environnementale, en vue de la réalisation du projet de liquéfaction de gaz naturel de Pacific NorthWest LNG est une très bonne nouvelle pour les membres britanno-colombiens de la section locale 115 de l'International Union of Operating Engineers, qui sont prêts à mettre la main à la pâte pour construire l'importante usine de liquéfaction du gaz naturel.
View Matthew Dubé Profile
NDP (QC)
View Matthew Dubé Profile
2016-09-29 14:37 [p.5289]
Mr. Speaker, on a day when we are talking about the Prime Minister's youth council, maybe we should start thinking about what kind of planet we are leaving for those young people.
Torture is immoral. It is ineffective and goes against every one of our international commitments to human rights. The ministerial directive allowing the use of information obtained through torture is still in place under the Liberals. This practice tarnishes Canada's reputation and certainly goes against our values.
Will the government repeal that directive or not?
Monsieur le Président, en cette journée où nous parlons du conseil jeunesse du premier ministre, nous devrions peut-être commencer à réfléchir au genre de monde que nous allons léguer à ces jeunes.
La torture est immorale. Elle est inefficace et elle va à l'encontre de tous nos engagements internationaux envers les droits de la personne. Pourtant, la directive ministérielle permettant l'utilisation de renseignements obtenus sous la torture est toujours en place sous les libéraux. Cette pratique entache la réputation du Canada et va certainement à l'encontre de nos valeurs.
Le gouvernement va-t-il enfin abroger cette directive, oui ou non?
View Michel Picard Profile
Lib. (QC)
View Michel Picard Profile
2016-09-29 14:37 [p.5289]
Mr. Speaker, obviously we do not agree with this type of activity. However, ministerial directives are there to protect the safety and security of Canadians as well as their rights and freedoms. Although the directives are currently being reviewed, they are part of our consultation processes. They are also the reason why we submitted the plan for a committee of parliamentarians for study: precisely to review this type of activity.
Monsieur le Président, il est évident que nous ne sommes pas d'accord avec ce genre d'activité. Toutefois, les directives ministérielles sont là pour protéger la sécurité des Canadiens et leurs droits et libertés. Bien que les directives soient en cours de révision, elles font partie aussi de nos processus de consultation et, d'ailleurs, justifient la raison pour laquelle nous avons soumis le projet à l'étude d'un comité de parlementaires. Il s'agit justement de réviser ce genre d'activités.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, yesterday the Liberals claimed that Brookfield relocation services apologized to them, yet today it was confirmed that no such apology was ever issued. As a matter of fact, all we got was more damning evidence. In a statement yesterday, Brookfield confirmed our assertion that Telford and Butts claimed expenses with no justification or receipts.
These so-called personalized cash payouts need to be explained. Why did the Prime Minister sign off on these?
Monsieur le Président, hier, les libéraux ont affirmé que l'entreprise de services de réinstallation Brookfield leur a présenté ses excuses. Or, aujourd'hui, nous avons appris que ces excuses n'ont jamais eu lieu. D'ailleurs, nous avons plutôt eu droit à d'autres révélations accablantes. Dans une déclaration publiée hier, l'entreprise Brookfield a confirmé ce que nous affirmions, soit que Mme Telford et M. Butts ont demandé des remboursements sans fournir de reçus ou de pièces justificatives.
Il faut expliquer ces remboursements accordés pour de prétendues dépenses personnelles. Pourquoi le premier ministre les a-t-il approuvés?
Results: 149901 - 150000 of 150000 | Page: 1500 of 1500

|<
<
1491
1492
1493
1494
1495
1496
1497
1498
1499
1500
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data