Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 229
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
That's interesting.
What would be the composition, if you could guess...? I'm guessing by the schedule you just pointed out, and what you said in your last statements, there wouldn't be a lot of MPs bringing their families to the capital.
Voilà qui est intéressant.
Quelle est la composition, si vous pouviez nous donner une idée... Étant donné l'horaire que vous avez décrit et ce que vous venez de dire, je présume que les députés sont peu nombreux à faire venir leur famille dans la capitale.
David Elder
View David Elder Profile
David Elder
2016-05-17 18:17
Sometimes they do. Female members with very young children will be bringing their children to Canberra, because they're still breastfeeding those very young children. During school holidays, if our sittings happen to coincide with school holidays, you'll see probably more families of members in Canberra. There are some entitlements of members that do enable them to bring their families to Canberra for those sitting weeks. They can be funded at the taxpayers' expense to come to Canberra, so they can be with the member. Generally speaking, members would tend not to bring their families to Canberra, with those exceptions I've indicated.
Il leur arrive de le faire. Les femmes députées qui ont de très jeunes enfants les amènent avec elles à Canberra, car elles leur donnent encore le sein. Lorsque nos séances coïncident avec des congés scolaires, il y a un plus grand nombre de députés avec leur famille à Canberra. Les députés ont certains privilèges qui leur permettent d'amener leur famille à Canberra durant ces semaines de séance où il y a des congés scolaires. Une famille peut recevoir une subvention du Trésor public pour venir à Canberra et tenir compagnie à un député ou à une députée. De façon générale, les députés ont tendance à ne pas amener leur famille avec eux, sauf dans le cas des exceptions que je viens de mentionner.
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
For those that do, what kind of services are offered in the capital for those with children, such as day care and that kind of thing?
Pour ceux qui le font, quels services sont offerts dans la capitale à l'intention des enfants, comme des garderies et d'autres choses de ce type?
James Catchpole
View James Catchpole Profile
James Catchpole
2016-05-17 18:19
There is a child care centre on site at Parliament House that's open to all members and senators, and also to building occupants. It's provided by a private child care service that's contracted to our department of parliamentary services. That's open essentially year-round, and members bring their children there. We also have several breastfeeding rooms for nursing mothers in the building. We also have family rooms in the building where people can bring their children. We have small playpen areas, TVs, and entertainment for young children and babies. Cots are available.
The commonwealth car service, called COMCAR, is a car and driver service. They have baby seats and baby harnesses, so that members can bring their children to and from parliament. Of course, members can keep their children in their suites.
Il y a une garderie au Parlement. Elle est ouverte aux enfants de tous les députés et de tous les sénateurs, ainsi qu'à ceux des occupants de l'immeuble. On y trouve un service de garde privé dont le contrat est octroyé à notre ministère des Services parlementaires. Le service fonctionne durant toute l'année ou à peu près, et les députés y amènent leurs enfants. Nous avons aussi plusieurs salles prévues pour les mères qui allaitent. Toujours sur place, nous avons des salles familiales où les gens peuvent amener leurs enfants. Il y a des petits parcs de jeu, des téléviseurs et du divertissement à l'intention des jeunes enfants et des bébés. Les prix varient.
Le service de voitures communautaires, appelé COMCAR, est un service de voiture avec chauffeur. Les voitures sont équipées de sièges pour bébé et de harnais pour bébé, afin que les députés puissent se rendre au Parlement avec leurs enfants et en revenir. Bien entendu, les députés peuvent choisir de laisser leurs enfants là où ils séjournent.
View Sheila Malcolmson Profile
NDP (BC)
What percentage of women do you have elected right now? How many of them actually have young children? Is there any perception or measure that the length of your sitting hours are actually keeping women and women with young families out of standing for elected office in the first place?
Quel est le pourcentage des femmes élues en ce moment? Combien d'entre elles ont de jeunes enfants? A-t-on la perception que les longues heures de séance empêchent les femmes et les mères de jeunes enfants de présenter leur candidature à une fonction élective?
David Elder
View David Elder Profile
David Elder
2016-05-17 18:27
Well, the proportion of women in the House of Representatives is around 25%, and it's been around that figure now for a number of years. It climbed up from a much lower level and now it's plateaued at about 25% to 30%. We're just going through an election, so I don't know what the makeup will be in the new Parliament. In the last couple of years, we've probably had half a dozen women, I think, who've had children. That's quite a reasonable proportion of the number of women who are in the House of Representatives. Quite a lot of them are younger women and they are of child-bearing age.
Is it a deterrent? I can't really answer that. My perception is that the women who do have young children are coping well. There's a range of mechanisms that seem to assist them to cope well with the arrangement, and they seem to be perfectly satisfied. For example, we have an election coming, and none of those women are amongst the people who are not recontesting at this next election, so that would suggest that things have been sufficiently satisfactory for them to continue on.
I couldn't really comment particularly well on the impact of that on women generally.
Le pourcentage de femmes à la Chambre des représentants est d'environ 25 % depuis déjà un bon nombre d'années. Il est parti d'un niveau assez bas pour plafonner autour de 25 à 30 %. Nous sommes en campagne électorale, je ne sais donc pas quelle sera la composition du nouveau parlement. Ces dernières années, je pense que six ou sept députées avaient des enfants. C'est un pourcentage raisonnable du nombre de femmes siégeant à la Chambre des représentants. Bon nombre d'entre elles sont en âge d'avoir des enfants.
Les conditions de travail sont-elles dissuasives? Je ne peux répondre à cette question. J'ai l'impression que les mères de jeunes enfants se débrouillent bien. Nous avons toute une gamme de mécanismes qui semblent leur convenir et elles semblent tout à fait satisfaites. Par exemple, nous allons bientôt avoir une élection, et toutes ces députées ont décidé de se représenter. On peut donc supposer que les conditions de travail leur semblent assez satisfaisantes pour les inciter à continuer.
Je ne suis pas en mesure de dire quel est l'impact sur les femmes en général.
View Sheila Malcolmson Profile
NDP (BC)
Excellent. That's good news.
Can you give us any sense of the take-up on your vote-by-proxy provisions for parents of infants?
Excellent. C'est une bonne nouvelle.
Pouvez-vous nous donner une idée du taux d'utilisation de votre système de vote par procuration par des mères de nourrissons?
David Elder
View David Elder Profile
David Elder
2016-05-17 18:29
At various times it would be used by all those female members who are breastfeeding children. They wouldn't use it, for example, for every division. Sometimes they'll appear for a vote, but at other times they'll give their proxy vote to their whip.
I should emphasize two things about the proxy vote. The member does need to be in Canberra and they do need to be in Parliament House to be able to exercise it. It can't be done remotely. You can't be back in your electorate exercising your proxy vote. Similarly, you can't be at your residence here in Canberra and exercising your proxy vote; you need to be in Parliament House.
It is used very regularly by the women with breastfeeding children.
À un moment ou l'autre, toutes les députées qui allaitent un nourrisson y ont recours. Elles ne l'utilisent pas pour chaque vote. Parfois elles sont présentes pour le vote et parfois elles donnent une procuration à leur whip.
J'aimerais souligner deux choses au sujet du vote par procuration. Pour exercer son droit de vote par procuration, la députée doit être à Canberra, dans l'édifice du Parlement. Elle ne peut l'exercer à distance. Si vous êtes dans votre circonscription, vous ne pouvez voter par procuration. De la même manière, vous ne pouvez voter par procuration lorsque vous vous trouvez à votre résidence de Canberra; vous devez être présente dans l'édifice du Parlement.
Les députées qui allaitent un nourrisson y ont fréquemment recours.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2016-05-17 18:36
I'm just going to ask a question David Christopherson would ask. You said you have provisions for families to travel. Here and in the U.K. some members with families don't travel because they don't want to appear in the public that it looks like they're spending a lot of money. Are you confident on how yours works?
Je vais simplement poser une question que David Christopherson poserait. Vous avez dit que vous avez des dispositions autorisant les déplacements familiaux. Ici et au Royaume-Uni, certains députés évitent de se déplacer en famille parce qu'ils ne veulent pas donner à la population l'impression qu'ils dépensent beaucoup d'argent. Quelles sont les dispositions à cet égard chez vous?
David Elder
View David Elder Profile
David Elder
2016-05-17 18:37
Very similarly. It has at various times attracted controversy, and there have been comments at times about some aspects of what they call family reunion travel, and we had a whole range of travel issues that came out last year, and this was amongst those, this family reunion travel. It doesn't seem to create a lot of controversy if it's in fact used to bring family members to Canberra. It is able to be used to take family members to other locations, and I think that's what's caused the controversy. But no, I think members are very sensitive to the use of taxpayers' funds for those purposes, so I think they're very conscious of the need to make sure that this passes the test of public perception as to how that is used.
Très similaires. Elles ont parfois soulevé la controverse et certains aspects, par exemple les voyages pour réunion familiale, ont suscité beaucoup de commentaires. L'an dernier, nous avons eu un lot de problèmes concernant les voyages, notamment ces voyages pour réunion familiale. Il n'y a pas beaucoup de critiques lorsque les dispositions sont utilisées pour faire venir des membres de la famille à Canberra. Elles peuvent cependant être utilisées pour emmener des membres de la famille à d'autres endroits et je pense que c'est cela qui a suscité la controverse. Je crois que les députés sont très soucieux de ne pas utiliser l'argent des contribuables à ces fins, et ils savent qu'ils doivent s'assurer que le but du voyage résistera à l'épreuve de la perception publique.
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
Good morning to the two of you, and thank you for joining us so early in the morning.
As you're both aware, this committee is looking at creating some policies to ensure that our Parliament is more family-friendly and more inclusive. We truly appreciate your feedback and your candour in answering our questions.
First and foremost, I'd like to know what brought about the changes in your parliament? What was the motivation to bring about the changes that you brought forward?
Bonjour à tous les deux et merci de nous avoir rejoint de si bon matin.
Comme vous le savez tous les deux, ce comité tente de créer des politiques pour faire en sorte que notre parlement soit plus propice à la vie de famille et soit plus inclusif. Nous apprécions beaucoup votre contribution et votre franchise.
Tout d'abord, je voudrais savoir ce qui a provoqué des changements dans votre parlement. Quelles motivations ont présidé aux changements dont vous avez parlé?
David Elder
View David Elder Profile
David Elder
2016-05-17 18:45
In terms of the procedural changes, I think there was a clear recognition there was an increasing number of women of child-bearing age, and there were genuine issues for them in addressing the balancing of the needs of looking after their children, with the fulfilling of their obligations as parliamentarians. I think the initiative for the proxy voting, which was introduced in 2009, was very much a recognition that it was important they be able to be seen to participate as fully in proceedings as was possible, whilst being able to continue to breastfeed and look after their young infants.
It is a powerful mechanism, because it means a member doesn't attend in the House for a vote, but has their vote recorded as though they had been attending in the House. That proxy voting is a powerful mechanism, and that's deliberately why it was introduced.
The more recent measure we've introduced, which is to allow them to take their infants into the chamber and for them to be not identified as a stranger—as was the old term—is a further development to say members might need this bit of additional flexibility to deal with whatever particular circumstances they might have. If they have a young family member with them, and suddenly there is a division called, they do have that option to take the infant in with them.
Pour ce qui est des changements de procédures, je crois qu'on a d'abord véritablement reconnu que le nombre de femmes en âge d'avoir des enfants a nettement augmenté et que celles-ci avaient de la difficulté à trouver un équilibre entre la nécessité de s'occuper de leurs enfants et leurs obligations parlementaires. Je crois que l'initiative de vote par procuration, qui a été introduite en 2009, était en grande partie une reconnaissance du fait qu'il était important qu'elles soient visibles pour pouvoir participer aussi pleinement que possible aux débats tout en étant en mesure de continuer à allaiter et de s'occuper de jeunes enfants.
C'est un mécanisme puissant, car cela signifie qu'un député n'est pas présent à la chambre pour un vote, mais que son vote est enregistré comme s'il y était. Le vote par procuration est un mécanisme puissant et c'est précisément pour cela qu'il a été mis en place.
Les mesures les plus récentes que nous avons mises en place, comme autoriser les députées à se présenter en chambre avec leurs nourrissons sans que ceux-ci soient identifiés comme des étrangers — comme le disait l'ancienne dénomination — vont encore plus loin et affirment que les députés peuvent avoir besoin de cette souplesse supplémentaire pour faire face à des circonstances particulières. Si une députée est accompagnée par un jeune membre de sa famille et qu'il y a soudain une mise aux voix, elle a alors la possibilité d'emmener son nourrisson avec elle.
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
Do you have any policy or provisions with respect to parental leave for your parliamentarians?
Avez-vous des politiques ou des dispositions au sujet du congé parental pour vos parlementaires?
David Elder
View David Elder Profile
David Elder
2016-05-17 18:47
There isn't any provision for parental leave. Members are entitled to receive their salaries and allowances as long as they continue to be members. For example, if they go on holidays, or they become ill and take time off, they continue to be paid their salaries and entitlements. They don't need to apply formally for any recreation leave or sick leave. Similarly, they don't apply formally for maternity leave. There is no formal system for that, and they continue to receive their salaries and entitlements.
Members do seek leave from the House for the period that they might be absent from the House, and that's a formal resolution of the House to give a member leave for, say, maternity purposes or paternity purposes, or because the person is ill, or whatever the particular issue is that a member might have. That means a member is not then obliged to be attending the House at the times the House is sitting.
Il n'y a pas de dispositions pour le congé parental. Les députés ont le droit de percevoir leur salaire tant qu'ils sont députés. Par exemple s'ils prennent des vacances ou s'ils tombent malades et prennent un congé, ils continuent de percevoir leur salaire et de bénéficier de leurs droits. Ils n'ont pas besoin de faire une demande formelle de vacances ou d'arrêt maladie. De la même façon, ils n'ont pas besoin de faire de demande formelle pour un congé de maternité. Il n'y a pas de système formel pour cela et ils continuent de percevoir leur salaire et de bénéficier de leurs droits.
Les députés font une demande de congé auprès de la chambre pour leur période d'absence et il y a une résolution formelle de la chambre pour donner un congé à un député pour, disons, des raisons de maternité ou parce la personne est malade ou pour toute raison que peut avoir un député. Cela veut dire que le député n'est alors pas obligé de siéger à la chambre pendant les périodes de séance.
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
What would be the average age of your female parliamentarians?
Quel est l'âge moyen de vos députées?
David Elder
View David Elder Profile
David Elder
2016-05-17 18:49
I wouldn't know, off the top of my head. We do have quite a number of younger female members now, who are in that child-bearing age, but then we also have a number of older female members. I don't know. I haven't done the figures, I'm sorry. We could certainly look at that and provide the committee with information if you'd like.
Je ne pourrais vous le dire a priori. Nous avons un certain nombre de jeunes femmes maintenant, qui sont en âge d'avoir des enfants, mais il y a aussi un certain nombre de femmes plus âgées. Je ne sais pas. Je n'ai pas regardé les chiffres. Je suis désolé. Nous pouvons tout à fait regarder cela et fournir ces informations au comité si vous le souhaitez.
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
That would be great.
My other question is, out of your younger parliamentarians, would they be on their first term or their second term? Have they gone through one election, or two elections?
Oui, ça serait bien.
Mon autre question est la suivante, vos jeunes parlementaires en sont-elles à leur premier mandat ou leur deuxième? Ont-elles été élues une fois, ou deux?
David Elder
View David Elder Profile
David Elder
2016-05-17 18:49
Some of them would be on their first terms, and others would be on second or third terms. It would vary. Some of them are quite experienced members. As I said earlier, the interesting point is, all of those members are recontesting this current election, so that would suggest some way or other they are dealing in a satisfactory way with all the issues they have to handle in balancing young children and their lives as parliamentarians.
Certaines en sont à leur premier mandat et d'autres à leur deuxième ou troisième mandat. Cela dépend. Certaines sont assez expérimentées. Comme je l'ai dit tout à l'heure, ce qui est intéressant c'est que toutes ces députées se sont présentées à nouveau à l'élection actuelle, donc cela indique que, d'une manière ou d'une autre, elles arrivent à gérer de façon satisfaisante tous les problèmes qu'elles rencontrent pour équilibrer leur vie parlementaire et leur vie de famille avec des jeunes enfants.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2016-05-17 18:50
Yes.
We're going to go to Mr. Schmale, but just before we do, I want a clarification on something you said near the beginning. You talked about cars having baby seats.
Which cars are these? Is there a pool of cars for everyone? How does that work?
Oui.
Nous allons donner la parole à M. Schmale, mais, auparavant, je voudrais une précision sur ce que vous avez dit au début. Vous avez parlé de voitures équipées de sièges pour bébé.
De quelles voitures s'agit-il? Y a-t-il un parc de voitures pour tout le monde? Comment ça marche?
James Catchpole
View James Catchpole Profile
James Catchpole
2016-05-17 18:50
There is. There's a fleet of cars based in Canberra. Members of Parliament are entitled to a vehicle, a driver and car, while in Canberra, mainly to get them to and from the airport, or to get them to wherever they're staying overnight.
It's a fleet of cars called COMCAR, which are provided by the government. They have some, what we would call “people movers”, that can take more than three or four people. They have access to child care seats. We have some stored here at Parliament House, so when a member wishes to book a vehicle, they claim that they need a child seat and that will be provided.
Oui. Il y a une flotte de voitures basée à Canberra. Les députés ont droit à un véhicule, à une voiture avec chauffeur, lorsqu'ils sont à Canberra, principalement pour faire des allers-retours entre la ville et l'aéroport ou pour se faire déposer là où ils passent la nuit.
C'est un parc de voitures qui s'appelle COMCAR et qui est fourni par le gouvernement. Il y en a, qui servent à une forme de transport collectif et qui emmènent plus de trois ou quatre personnes. Des sièges de bébé sont disponibles. Nous en avons au parlement donc, quand un député veut réserver un véhicule, il indique qu'il a besoin d'un siège de bébé et nous lui fournissons.
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
I just want to say that any time that the opposition raises an issue, I think that's of utmost public importance.
Some hon. members: Oh, oh!
Mr. Jamie Schmale: Ninety seconds for member statements? That's pretty impressive. That must be quite the story that goes on.
In terms of attendance, as the day goes along on a Thursday, would it thin out, or would it stay strong right to the end?
Je veux simplement dire que, chaque fois que l'opposition soulève une question, j'estime qu'elle va être d'une importance primordiale.
Des voix: Oh, oh!
M. Jamie Schmale: Quatre-vingt-dix secondes pour des déclarations de députés? C'est assez impressionnant. Ça doit être quelque chose.
S'agissant d'assiduité, je suppose qu'à mesure que la journée du jeudi avance, il doit y avoir de moins en moins de monde, ou bien la fréquentation reste-t-elle forte jusqu'à la fin?
David Elder
View David Elder Profile
David Elder
2016-05-17 18:53
It would tend to stay fairly strong right until, say, 4:30.
When the House goes on to the adjournment debate, you'll often see members starting to leave. There could be divisions in the House right up until 4:30, so members are very conscious of that. They pretty much stay around until probably 4:30, and then you'll hear them starting to depart after that.
L'assiduité est assez bonne jusqu'aux environs de 16 h 30.
Lorsque la chambre passe au débat d'ajournement, les députés commencent à s'éclipser. Il peut y avoir des votes à la chambre jusqu'à 16 h 30, les députés en sont très conscients. Ils restent en général jusqu'à cette heure-là, puis on les voit se diriger vers la porte.
View Ruby Sahota Profile
Lib. (ON)
Are members usually starting their day quite early every day, regardless of what time the House actually starts sitting?
Les députés commencent-ils leur journée assez tôt chaque matin, sans égard à l'heure prévue de la séance?
David Elder
View David Elder Profile
David Elder
2016-05-17 19:00
That's right. Typically members would be here at seven, 7:30, or eight o'clock.
Oui, en effet. Les députés arrivent généralement à 7 h 30 ou 8 heures.
View Sheila Malcolmson Profile
NDP (BC)
I'll come back to the question of who you have elected to your Parliament. I was looking at the international rankings and New Zealand ranks 39th on the number of women they have been able to get into Parliament right now. Australia's ranking is 56th and 61st is Canada's, so you're doing better than us, but we're also at the 25% so it's not a huge surge.
Can you talk a little more about whether you've done any inquiries about what might be keeping women out of running for office? I appreciate your saying that you are encouraged by the take-up, that women who did get themselves to Parliament who have children are willing to run again. That's good.
We're curious about what is keeping women from even considering running, whether they have aging parents and have a disproportionate load around looking after them, or whether they have young children, or are considering having a family. As parliamentarians, are you doing that inquiry around barriers to even standing for office in the first place?
J'aimerais revenir sur la question de la composition de votre parlement. J'examinais les classements internationaux, et la Nouvelle-Zélande se situe au 39e rang pour ce qui est du nombre de femmes élues au Parlement néo-zélandais. L'Australie se classe au 56e  rang et le Canada, au 61e  rang. Vous vous en tirez donc mieux que nous, mais nous comptons tout de même 25 % de femmes députées, alors nous avons déjà fait un bon bout de chemin.
Pourriez-vous nous dire si vous avez enquêté sur les facteurs susceptibles d'empêcher les femmes de briguer un siège? Je suis heureuse de vous entendre dire que vous êtes encouragé par cette tendance, que les femmes parlementaires qui ont des enfants envisagent de briguer des seconds mandats. C'est une bonne nouvelle.
Nous sommes curieux de savoir ce qui empêche les femmes de se porter candidates en premier lieu, comme le fait qu'elles assument une responsabilité disproportionnée dans l'apport de soins à leurs parents vieillissants, qu'elles aient de jeunes enfants ou qu'elles envisagent de fonder une famille. En tant que parlementaires, enquêtez-vous sur les facteurs qui empêchent les femmes d'envisager cette carrière?
David Elder
View David Elder Profile
David Elder
2016-05-17 19:02
We're not doing it, but it is a very interesting phenomenon that, first, the level of female representation does seem to have plateaued around that 25% to 30% mark and, second, that Australia's rankings have fallen significantly over the last 15 years. I think we were up there at about 20th. Now we're down, as you said, at 56th or whatever.
That's a very unfortunate thing. I don't know the explanation. We haven't done any particular investigation. I might have a variety of theories but I don't know that I'd express them because they are personal theories about what might be happening. It's very unfortunate that we're seeing the plateauing rather than the continuing increase, and that Australia's ranking is falling significantly.
Nous n'enquêtons pas sur la question, mais il est très intéressant, d'une part, que le taux de représentation des femmes semble maintenant stagner à 25 % ou à 30 %, et que, d'autre part, le taux en Australie accuse une baisse marquée depuis 15 ans. Je crois que nous nous classions alors au 20e rang. Nous sommes maintenant, comme vous l'avez dit, au 56e rang ou quelque chose comme ça.
C'est très dommage. Je n'en connais pas la raison. Nous n'avons pas réalisé d'étude particulière. Je pourrais avancer plusieurs hypothèses, mais je ne sais pas si je veux vous en faire part, car ce sont des hypothèses personnelles sur ce qui peut être en train de se passer. Il est très dommage que nous ayons atteint un plateau plutôt que de continuer à grimper dans les classements et de voir l'Australie poursuivre sa dégringolade.
David Wilson
View David Wilson Profile
David Wilson
2016-05-17 19:07
Thanks very much, Mr. Chair.
Good morning from New Zealand. I didn't get up particularly early, it's 11 o'clock in the morning here.
Just to begin, the issue of improving work-life balance for members and staff has been focused on in New Zealand, and I'm aware that it's been an issue also in Australia and the United Kingdom. I think it's become more acute, in New Zealand anyway, because the average age of members has tended to decrease over the last 20 or 30 years, and there's an increasing number becoming parents while they're members. There have been two in fairly recent times in New Zealand. That brings often a few challenges. I also employ quite a lot of staff in their twenties to forties, and about two-thirds of them are women, so parental leave is relatively common for staff. That's a little bit easier to cover by secondments, which opens up opportunities for their colleagues, but it's not so easy for MPs.
I thought it might be useful if I set out the sitting calendar of New Zealand, a little bit about how the Parliament works, and particularly how it takes votes, because that has been a topic of particular interest when thinking about the absence of members caring for young children.
In New Zealand the House sits for 31 weeks of the year. It sits on Tuesday, Wednesday, and Thursday each of those afternoons and also 7:30 until 10 p.m. on Tuesday and Wednesday night. The House sits for 17 hours each week in a normal week. Parliamentary committees meet on the mornings when the House sits. It's very rare for our House to sit at any times other than those 17 hours per week for 31 weeks. It doesn't normally sit during school holidays, and the House takes a long break over the Christmas period, which is of course our summer.
In terms of voting in the House, almost all votes in the New Zealand Parliament are a party vote rather than the traditional division that we see in a lot of Westminster parliaments. A party vote is conducted by the Clerk of the House reading out the names of each party, and the party whip then casts all of the votes for their party. I would call out, for example, “New Zealand National”, and the whip would say “59 votes in favour” or “59 votes against”. I call out “New Zealand Labour” and it's “32 votes in favour” or “32 votes against”. That makes voting very fast. It's a change that we made in 1996 when we moved to a proportional representation system and a break with the old two-party first past the post system that we had.
One of the features of the party vote is that members don't have to come to the chamber to vote. Their whip or another representative of the party can do it for them. That removes a lot of the demands on members, particularly those with young children or other dependants, to necessarily be in the House late at night and be available to attend to vote.
One of the other features that's important, when you think about this in the New Zealand context, is that parties may have up to 25% of their members absent from the precinct and still cast their full allocation of party votes. In other words, 25% of votes can be cast by proxy by members who are absent from the parliamentary precinct. That can also assist members who have to be absent for a variety of reasons.
A few of the other terms of reference that the committee listed and I thought I might cover are around day care facilities. In New Zealand there is a crèche on the parliamentary grounds, but it doesn't work all of the hours that the House sits. It closes at 6 p.m. There is a room near the debating chamber for feeding children, heating bottles, changing nappies, and general care of young children.
In New Zealand there is no parental leave entitlement in law for members of Parliament because they're not employees; however, since about five years ago, the Speaker has been given in our Standing Orders the ability to grant leave to members either for personal reasons or for illness, and he's done that on a couple of occasions with members who have had babies. That's one way that a member can effectively have parental leave on pay and not be required to attend the House in that period.
Political parties may also give a member leave, and they're able to do that through their 25% proxy allowance for voting, which means they can have a few members away and still vote with their full numbers in the House.
We've given some thought to technology and how it might help Parliament, particularly parliamentary committees, to work more effectively and efficiently. This prompts the question of whether members should be required to work such late hours or travel so much. One change we've implemented in the last few years is an electronic committee system that allows members to work from any digital device, anywhere in the country that they can access the Internet.
We use video conferences fairly frequently to reduce committee travel, but we're not considering having sittings or committee meetings by video conference. Members have decided that having to sit together as a team, understanding the risks of confidentiality in committee proceedings, and being sure about who's present to vote are more important than the flexibility that video conferencing might allow. In fact, a few years ago, the House legislated to require members' attendance, and if they were absent without leave, for their pay to be docked accordingly. If anything, in recent years the Parliament has reinforced the idea that members should be present unless they have leave.
As an employer, I allow staff to work flexible hours, to work remotely, to take leave, and still have holidays. For some staff, there is a requirement: they're here when the House sits or they travel with committees, which may be outside normal work hours. This is part of the employment conditions of staff, and they know about all this when they go to work. Members also know those things, but it doesn't mean it remains static. We think about other things we might do to assist.
We've given some thought in New Zealand to the idea of a parallel or an alternate debating chamber, like the Federation Chamber in Australia. We don't currently have a second chamber. We legislated to abolish the Legislative Council in 1950. Though this is a different proposal, the idea of a parallel rather than an upper chamber, there's not been great enthusiasm for it in New Zealand.
One reason is that there is quite a small number of members—121. It's difficult, with all of their other commitments, to stretch to sitting in another chamber concurrently. It's possible that the quality of debate would be diminished in that chamber, as members were rostered to take a turn there, then to return to the main chamber and take a turn there.
It's also not being felt as necessary because almost all of our debates in New Zealand have a fixed time frame of about two hours. An initiative has been introduced, our extended sittings, which are primarily being used as a way to create additional sitting hours, usually on a Wednesday or Thursday morning, to deal with non-controversial business. It's quite different from urgency. A bill under urgency is agreed on unanimously by the business committee, which is a committee of all members of the House. It takes bills through only one stage at a time rather than the multiple stages. It must finish by 1 p.m. on a sitting day.
This deadline has been very successful in progressing business that there's general agreement about across the House, and it's there to address a reduction in the use of urgency. The flow and effect of that has been that urgency often will take the House into sitting on a Friday, later at night, or into weekends. These extended sittings have been a pretty successful substitute for urgency.
Finally, I have a few miscellaneous comments related to making your Parliament more efficient or inclusive. The first point I'd make is that democracy isn't particularly efficient, and parliaments are not very efficient, either. They spend a lot of time scrutinizing the executive. That's an important democratic function. Certainly, we should look for efficiency where we can, but I don't think it should be the driver in this area.
One of our former members has recently called for shorter sitting hours, for the possibility of temporary replacement of members while they're on parental leave, or even the possibility of job-sharing among members. There is a news article she wrote that covers all those things, which I would be happy to share with the committee if they would like to see it.
The Scottish Parliament, as I understand it, sits business hours, and that seems to work successfully there. I believe that in Sweden they allow temporary replacement of members, but I think only for ministers when they join the cabinet.
As I mentioned, the second chamber idea has been discussed in New Zealand, but not currently supported.
I think that in our situation, the mixed-member proportional electoral system has created a more diverse Parliament, and that is likely to continue to increase demand for better, different, and more flexible working conditions, as the group of people who become members of Parliament is more diverse, perhaps, from those who traditionally sought election 20 or 30 years ago.
I think our use of the business committee as a cross-party committee that operates by unanimity has really enabled parties to agree to timetables to allow them to spend time on what matters to them, so the opposition can spend an appropriate amount of time setting out its alternate views against things it doesn't support, but when there is general agreement, it has allowed the House to save quite a lot of time and progress non-controversial or widely supported legislation pretty quickly.
I think the combination of that sort of agreement about House business and the ability to cast proxy votes—and generally there being no requirement for particular members to be in the House—has meant that some of the challenges that other parliaments have faced perhaps haven't arisen here to such a great degree, but it is still very much a work in progress.
That brings to an end my opening statement. I would be happy to take questions from members.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Je vous dis bonjour depuis la Nouvelle-Zélande. Je ne me suis pas levé particulièrement tôt. Il est 11 heures ici.
Pour commencer, la Nouvelle-Zélande s'efforce depuis un certain temps d'améliorer l'équilibre entre le travail et la vie personnelle pour les députés et les membres du personnel, et je suis conscient que la question suscite aussi de l'intérêt en Australie et au Royaume-Uni. Je crois qu'elle est d'ailleurs devenue plus préoccupante, du moins en Nouvelle-Zélande, parce que l'âge moyen des députés tend à diminuer depuis 20 ou 30 ans et que de plus en plus de députés deviennent parents au cours de leur mandat. Deux le sont devenus assez récemment en Nouvelle-Zélande. Cela s'accompagne souvent de certains défis. Aussi, un grand nombre de membres du personnel sont dans la vingtaine, la trentaine ou la quarantaine, et les deux tiers d'entre eux environ sont des femmes. Il est donc relativement commun qu'ils partent en congé parental. Ils sont un peu plus faciles à remplacer par un employé en détachement, mais dans le cas des députés, ce n'est pas aussi simple.
Je pensais qu'il serait utile de présenter le calendrier des séances en Nouvelle-Zélande, de parler un peu du fonctionnement du Parlement néo-zélandais et, plus particulièrement, de la façon dont nous procédons au vote, parce que cette question a suscité beaucoup d'intérêt, surtout compte tenu de l'absence des députés devant s'occuper de jeunes enfants.
En Nouvelle-Zélande, la Chambre siège 31 semaines par an. Elle siège les mardis, les mercredis et les jeudis en après-midi, ainsi que les mardis et les mercredis de 17 h 30 à 22 heures. La Chambre siège habituellement 17 heures pas semaine. Les comités parlementaires se réunissent les matins où siège la Chambre. Il est très rare que la Chambre siège en dehors de ces 17 heures au cours des 31 semaines de la session. Elle ne siège pas les jours de congé scolaire et fait une longue pause pendant la période de Noël, laquelle a lieu dans la saison estivale.
Pour ce qui est du vote, presque tous les votes pris au Parlement néo-zélandais sont des votes de parti et non des votes conventionnels comme ceux que l'on voit dans de nombreux pays fonctionnant selon le régime de Westminster. Un vote de parti est mené par le greffier de la Chambre, qui énonce les noms de chaque parti, puis le whip exerce le droit de vote au nom de tous les membres de son parti. Par exemple, je dirais « New Zealand National », puis le whip répondrait « 59 votes pour » ou « 59 votes contre ». Je nommerais ensuite le parti « New Zealand Labour », et le whip dirait « 32 votes pour » ou « 32 votes contre ». Cela accélère grandement le vote. Nous avons décidé de procéder ainsi en 1996, quand nous sommes passés à un système de représentation proportionnelle et avons rompu avec l'ancien système majoritaire uninominal bipartite.
L'une des caractéristiques du vote de parti est que les membres n'ont pas à être présents à la Chambre pour exercer leur droit de vote. Leur whip ou un autre représentant de leur parti peut voter en leur nom. Cela allège considérablement les demandes imposées aux députés, en particulier ceux qui ont de jeunes enfants ou des personnes à charge; ils ne sont donc pas contraints d'être présents à la Chambre tard le soir pour participer au vote.
Une autre caractéristique importante du Parlement néo-zélandais est que le parti peut exercer le droit de vote de tous ses membres même quand 25 % d'entre eux sont absents de l'enceinte parlementaire. Autrement dit, 25 % des voix peuvent être exprimées par procuration. Cela confère plus de souplesse aux députés qui sont appelés à s'absenter pour diverses raisons.
Parmi les autres questions énumérées par le comité, j'aimerais aborder celle des garderies. En Nouvelle-Zélande, il y a une garderie dans l'enceinte parlementaire, mais celle-ci n'est pas toujours ouverte quand la Chambre siège. Elle ferme à 18 heures. Il y a une pièce adjacente à la chambre où se tiennent les débats, où il est possible d'allaiter, de faire chauffer les biberons, de changer les couches, bref, de prendre soin des enfants.
En Nouvelle-Zélande, la loi ne prévoit pas de congé parental pour les députés, puisque ces derniers ne sont pas des employés. Cela dit, depuis cinq ans environ, le Président de la chambre s'est vu confier, dans nos ordres permanents, la capacité d'accorder un congé aux députés pour cause de raisons personnelles ou de maladie, et il a déjà accordé un congé à quelques députés qui sont devenus parents. C'est l'un de moyens par lesquels un député peut bénéficier d'un congé parental rémunéré et être exempté de siéger à la Chambre pendant cette période.
Les partis peuvent aussi accorder un congé à un député grâce aux 25 % de votes par procuration qui sont permis. Les partis peuvent ainsi se passer de quelques députés tout en continuant d'exercer le droit de vote de tous les membres de leur formation.
Nous avons réfléchi aux technologies et à la façon dont elles pourraient aider le Parlement et, plus particulièrement, les comités parlementaires, à mener leurs travaux de façon plus efficace. La question est de savoir s'il faudrait exiger des membres qu'ils travaillent si tard et se déplacent autant dans l'exercice de leurs fonctions. Au cours des dernières années, nous avons notamment mis sur pied un système électronique pour les comités qui permet aux membres de travailler à partir d'un appareil numérique, où qu'ils se trouvent au pays, du moment qu'ils aient accès à une connexion internet.
Nous recourons assez fréquemment à la vidéoconférence pour réduire les déplacements des membres des comités, mais nous n'envisageons pas d'utiliser cette technologie pour les séances des députés ou les réunions des comités. Les députés ont convenu qu'il était plus important pour eux de se réunir en équipe, de prendre en compte les risques à la confidentialité que posent les travaux des comités et de vérifier qui sera présent au vote que de jouir de la souplesse qu'offre la vidéoconférence. En fait, il y a quelques années, la Chambre a légiféré pour rendre obligatoire la présence des députés et pour réduire leur traitement en cas d'absences injustifiées. Au cours des dernières années, le Parlement a renforcé l'idée que les députés doivent être présents à la Chambre à moins qu'ils ne soient en congé.
En tant qu'employeur, je permets aux membres du personnel d'avoir un horaire souple, de travailler à distance, de prendre un congé et d'avoir des vacances. Certains employés sont contraints à une exigence: ils doivent être présents dans l'enceinte parlementaire quand la Chambre siège et ils accompagnent les comités dans leurs déplacements, qui peuvent se dérouler en dehors des heures de travail conventionnelles. Cela fait partie des conditions d'emploi des membres du personnel et ces derniers le savent fort bien quand ils se présentent au travail. Les députés le savent également, mais cela ne signifie pas qu'il n'y a jamais de changements. Nous pensons à d'autres façons dont nous pourrions les aider.
En Nouvelle-Zélande, nous avons réfléchi à la possibilité d'une chambre parallèle, comme la Federation Chamber en Australie. Nous n'avons pas de seconde chambre à l'heure actuelle. Nous avons aboli le conseil législatif en 1950. Bien qu'il s'agisse d'une proposition différente, d'une chambre parallèle et non d'une chambre haute, celle-ci n'a pas suscité beaucoup d'enthousiasme en Nouvelle-Zélande.
Cela s'explique notamment parce qu'il y a très peu de députés. Il est difficile pour eux, compte tenu de tous leurs autres engagements, de siéger en plus dans une autre chambre. Il est possible que cela mine la qualité des débats dans cette chambre parallèle, puisque les députés seraient appelés à y siéger, puis à siéger à la Chambre principale.
On a aussi l'impression qu'une chambre parallèle n'est pas nécessaire, car la majorité des débats en Nouvelle-Zélande ont une durée fixe d'environ deux heures. Nous avons adopté les séances prolongées afin d'ajouter des heures à la session, habituellement un mercredi ou un jeudi matin, pour traiter des questions non controversées. C'est très différent d'une urgence. Un projet de loi en contexte d'urgence est adopté à l'unanimité en comité plénier qui réunit donc tous les députés. Ce comité fait progresser les projets de loi d'une seule étape à la fois et doit avoir terminé au plus tard à 13 heures.
Cette limite dans le temps s'est avérée très efficace pour faire avancer les dossiers qui font consensus à la Chambre, de même qu'à réduire les recours aux débats d'urgence. L'urgence contraint souvent la Chambre à siéger les vendredis, tard le soir et les fins de semaine. Ces séances prolongées permettent donc d'éviter ces situations.
Enfin, j'ai quelques observations à faire sur la façon de rendre le Parlement plus efficace et plus inclusif. J'aimerais d'abord indiquer que la démocratie n'est pas un régime particulièrement efficace et que les parlements ne le sont pas vraiment non plus. Ils prennent un temps considérable à contrôler ce que fait l'exécutif. C'est une fonction importante en démocratie. Il conviendrait bien sûr d'améliorer l'efficacité là où c'est possible, mais nous ne pensons pas que c'est cela le plus important.
L'une de nos anciennes députées a demandé que les heures de la session soient réduites, qu'il soit possible de remplacer temporairement des députés lorsqu'ils sont en congé parental, et même qu'il soit possible de répartir la tâche entre députés. Elle a d'ailleurs rédigé un article dans lequel elle aborde toutes ces questions, et je serais ravi de le transmettre aux membres de votre comité, s'ils le souhaitent.
Je crois savoir que le Parlement écossais siège pendant les heures ouvrables normales et que cela semble donner de bons résultats là-bas. Je crois qu'en Suède on autorise le remplacement temporaire des députés, mais je pense que c'est seulement pour les ministres lorsqu'ils sont nommés au Cabinet.
Comme je l'ai mentionné, la Nouvelle-Zélande a examiné l'idée d'une deuxième chambre, mais ne l'a pas retenue pour le moment.
Je pense que, dans notre situation, un système électoral reposant sur une représentation proportionnelle mixte a créé un Parlement plus diversifié et que cela continuera probablement d'augmenter la demande de conditions de travail meilleures, différentes et plus souples, car les parlementaires d'aujourd'hui constituent un groupe plus diversifié, peut-être, que ceux qui se faisaient élire il y a 20 ou 30 ans.
Je pense que notre recours à un comité des travaux de la Chambre, où tous les partis sont représentés et qui décide à l'unanimité, a permis aux partis de se mettre d'accord sur des échéanciers pour étudier les questions qui les intéressent. L'opposition a donc suffisamment de temps pour exprimer son opinion quand elle n'est pas d'accord sur certaines choses, mais quand tout le monde est d'accord, cela permet à la Chambre de gagner beaucoup de temps et de faire progresser assez rapidement les lois non controversées ou ralliant beaucoup d'appuis.
À mon avis, ce genre d'entente au sujet des travaux de la Chambre et la possibilité de voter par procuration — en général, les députés n'ont pas l'obligation d'être à la Chambre — nous ont permis, dans une large mesure, d'éviter certains des problèmes auxquels les autres parlements ont été confrontés, mais tout n'est pas encore réglé.
Cela m'amène à la fin de ma déclaration préliminaire. Je me ferais un plaisir de répondre aux questions des membres du comité.
View Sheila Malcolmson Profile
NDP (BC)
As we are embarking on a democratic reform process in Canada, it's encouraging to me to look at the numbers, Australia's percentage of women in Parliament. I note that the Inter-Parliamentary Union says the top seven major democracies, that are at the top of electing women as a high percentage, are all proportional representation governments. New Zealand is one of them. That's encouraging to me. It follows for me also that, if you have a family-friendly Parliament, you are attracting more women in. If they are feeling supported, then they are more likely to put themselves on the ballot.
I want to track a little bit more some of the things you said in your opening comments around your set-up, because it went fast. How late do you sit in the evening? How late into the night ordinarily is your Parliament in session?
Comme nous entamons un processus de réforme démocratique au Canada, je trouve encourageant de voir les chiffres, le pourcentage de femmes qui siègent au Parlement australien. Je remarque que selon l'Union interparlementaire, les sept plus grandes démocraties, qui ont le plus haut pourcentage de femmes élues, sont toutes des gouvernements à représentation proportionnelle. La Nouvelle-Zélande en fait partie. Je trouve cela encourageant. J'en conclus aussi que si vous avez un Parlement pro-famille, vous attirez plus de femmes. Si elles se sentent soutenues, elles ont tendance à présenter leur candidature.
Je voudrais revenir un peu sur certaines des choses que vous avez dites dans votre déclaration préliminaire au sujet de votre horaire, car c'est allé très vite. Jusqu'à quelle heure le soir siégez-vous? Jusqu'à quelle heure du soir votre Parlement siège-t-il habituellement?
View Sheila Malcolmson Profile
NDP (BC)
Two nights a week it's until 10. All right.
We've been expressing some concerns that, both for staff as well as for parents of young children, this can be a limiting factor as it interferes with their family life back at home. Is that a conversation you're having within your Parliament as well?
Deux soirs par semaine, c'est jusqu'à 22 heures. Très bien.
Nous craignons que ce soit un obstacle pour le personnel ainsi que pour les parents de jeunes enfants, car cela perturbe la vie des familles. Est-ce un sujet que vous abordez également au sein de votre Parlement?
David Wilson
View David Wilson Profile
David Wilson
2016-05-17 19:36
It's a conversation that, yes, certainly members with young children have raised. It's not so much a conversation that's happened around staff. I think that's because they've come into an employment relationship where they've acknowledged that this is something they'll have to do. It affects a relatively small number of staff. We probably have perhaps 10 Hansard staff and three or four clerks working on a night, so it does affect a relatively small number of people. But I'm conscious that this lack of time with family is something that might affect people's decisions to be involved in that sort of work, and it will also affect members' willingness to be involved.
C'est un sujet que certains députés ayant des jeunes enfants ont certainement soulevé. Ce n'est pas vraiment un sujet de conversation pour ce qui est du personnel. C'est, je pense, parce que les employés ont accepté de faire ce travail en sachant ce qui les attendait. Cela touche un nombre relativement restreint d'employés. Nous avons probablement une dizaine d'employés qui travaillent au hansard et trois ou quatre qui travaillent le soir, ce qui veut dire que cela touche un nombre relativement limité de personnes. Néanmoins, je suis conscient du fait que le manque de temps passé avec la famille peut influer sur la décision des gens de faire ce genre de travail, et cela influe aussi sur le désir des députés de se lancer en politique.
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
There's been a bit of a discussion about members with young children. How many members do you have right now with young children? That would be with young children who would be nursing, mainly, but maybe for those with young children under the age of five or six, as well.
Would you know?
On a parlé un peu des parlementaires ayant des jeunes enfants. Combien avez-vous actuellement de députées ayant des jeunes enfants? Je veux parler des jeunes enfants allaités par leur mère, principalement, mais peut-être aussi des enfants âgés de moins de cinq ou six ans.
Le savez-vous?
David Wilson
View David Wilson Profile
David Wilson
2016-05-17 19:51
I would have to estimate.
I know of two with children who are nursing at the moment. I would guess around half of the members have children who are still dependent on them.
Ce serait un chiffre estimatif.
Je connais deux députées qui allaitent leurs enfants actuellement. Je suppose qu'environ la moitié des députées ont des enfants qui ont encore besoin d'elles.
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
Particularly for members who have children, and who are nursing, what sort of accommodations are made there for them?
Quelles dispositions sont prévues pour les députées qui ont des enfants et qui allaitent?
David Wilson
View David Wilson Profile
David Wilson
2016-05-17 19:52
There's a room next to the debating chamber that has been designated as a parent's room for members where they're able to feed or change their children. They can have a bassinet or a cot in there for the child to sleep in. It is used particularly with members. Members can also have a family member, or a staff member, who can go into that room and look after the child while they're speaking in the chamber. It's used usually while a member is speaking—at least they want to be—because the rest of the time they're not required to be in the chamber because of the proxy voting.
À côté de la chambre où ont lieu les débats, il y a une pièce qui a été conçue pour permettre aux députées de nourrir ou de changer leurs enfants. Elles peuvent y installer un moïse ou un berceau où l'enfant peut dormir. Cette pièce sert surtout aux députées. Elles peuvent aussi demander à un membre de leur famille ou du personnel d'aller dans cette pièce pour s'occuper de l'enfant pendant qu'elles prennent la parole à la Chambre. Cette pièce sert généralement pendant qu'une députée fait une déclaration — ou du moins compte en faire une — parce que le reste du temps, il n'est pas nécessaire d'être présent à la Chambre grâce au vote par procuration.
View David de Burgh Graham Profile
Lib. (QC)
Thank you.
I don't have a lot of questions.
Your opening statement is among the most thorough we've had yet at this committee. I must congratulate you for putting the word “nappies” in Canadian Hansard for the first time. I checked quickly and it's never been said here in the House before.
You talked about proportional being used in New Zealand, and I can only imagine how having two types of MPs has interesting impacts on family and riding relationships. As I understand it, in New Zealand, it's an MMP system, so some MPs are elected in ridings and some are on lists. How does that affect how much time they spend in Parliament versus in their ridings? For that matter, what do list MPs consider to be their ridings?
Merci.
Je n'ai pas beaucoup de questions à poser.
Votre déclaration préliminaire était l'une des plus approfondies que nous ayons entendues à ce comité. Je dois vous féliciter d'avoir fait inscrire le mot « couches » pour la première fois dans le hansard canadien. J'ai vérifié rapidement et cela n'a encore jamais été dit à la Chambre.
Vous avez parlé de la représentation proportionnelle en Nouvelle-Zélande et je peux seulement imaginer les répercussions intéressantes que le fait d'avoir deux catégories de députés peut avoir sur les relations avec la famille et la circonscription. Si je comprends bien, en Nouvelle-Zélande, vous avez un système de représentation proportionnelle mixte, ce qui veut dire que certains députés sont élus dans les circonscriptions et d'autres sur les listes des partis. Comment cela influe-t-il sur le temps qu'ils passent au Parlement plutôt que dans leurs circonscriptions? Qu'est-ce que les députés des listes des partis considèrent comme leurs circonscriptions?
David Wilson
View David Wilson Profile
David Wilson
2016-05-17 19:56
That's a good question.
Every list member would consider themselves to have a riding or an electorate, though they're not directly elected by it; they're elected by the nation at large. All of them will stay in office in some part of the country, which would usually be where they live, and so most cities and towns will have two members' offices, the first being that of the electorate or riding, of the person who holds that seat, and the second being that of the list MP who is based in that area.
The only requirement is that the second member make it clear to everybody on their signage and business cards, etc. that they are a list MP based in a certain area and they are not the MP for that area. Both kinds of members would spend the same amount of time in Wellington, and, I would think, the same amount of time in their offices out in the rest of the country.
There's really no difference in what they can do, or how they would behave and go about business in Wellington. I think list members in particular have acted to minimize their difference out in the population at large as well.
C'est une bonne question.
Chaque député de la liste considère qu'il a une circonscription ou un électorat même s'il a été élu par l'ensemble des électeurs du pays. Chacun d'eux a un bureau dans une région du pays qui est généralement celle où il réside. La plupart des villes ont donc deux bureaux de députés, le premier étant celui de l'électorat ou de la circonscription de la personne qui détient le siège et le deuxième, celui du député de la liste qui réside dans ce secteur.
La seule exigence est que ce deuxième député doit préciser, dans ses enseignes et cartes d'affaires, etc., qu'il est un député de la liste résidant dans un certain secteur et non pas le député de la circonscription. Les deux types de députés passent autant de temps l'un que l'autre à Wellington et, je suppose, dans leurs bureaux ailleurs dans le pays.
Il n'y a pas vraiment de différence en ce qui concerne ce qu'ils peuvent faire à Wellington. Je pense que les députés de la liste se sont particulièrement efforcés de minimiser la différence aux yeux de l'ensemble de la population.
View David de Burgh Graham Profile
Lib. (QC)
How many members are there in the New Zealand Parliament, and how many are constituency versus list? Because of the way the lists are topped up, is it consistent from one election to the next?
Combien de députés y a-t-il au Parlement de la Nouvelle-Zélande et comment se répartissent-ils entre les circonscriptions et les listes? Étant donné que le vote de liste sert à compléter la représentation, le nombre des députés est-il le même d'une élection à l'autre?
David Wilson
View David Wilson Profile
David Wilson
2016-05-17 19:59
At the moment there are 121 members in the House and the number does vary slightly because the list does top up those numbers. We are a party. Perhaps one is a seat but one is a very small share of the total national vote. So we had 122. We currently have 121. It's possible, but very unlikely to have less than 120. The mix is 70 elected MPs, 50 list MPs.
Pour le moment, il y a 121 députés à la Chambre et leur nombre varie légèrement parce que le vote de liste complète le nombre de sièges. Dans un parti, un siège peut représenter une très faible proportion du vote national total. Nous avions donc 122 députés. Nous en avons actuellement 121. Il serait possible, mais très peu probable, d'avoir moins de 120 députés. La répartition est de 70 députés élus et 50 députés de liste.
View Sheila Malcolmson Profile
NDP (BC)
Thank you, Chair.
I want to come back to electing women in parliament, which is good for families, and also proportional representation. I got to travel to Norway a few years ago where they rank 15th in the world for the number of women elected to Parliament. Forty per cent of their Parliament is female, and they also elect using proportional representation. The observation that I had from the embassy representatives who had organized our delegation was expressed so diplomatically. They said, “We've seen your parliaments and legislatures in Canada, provincially and federally, and ours is nothing like yours.”
So I'm curious—your prime minister being turfed from the House notwithstanding—about the decorum and the sense of co-operation within your Parliament. Because we hear that the perception that you have to be thick-skinned in order to stand for office is something that may dissuade either women from standing, from being willing to put themselves forward, or parliamentarians, in general, who have small children or sensitive family members.
Do you have any comments on the tone and how that affects recruitment?
Merci, monsieur le président.
Je voudrais revenir sur l'élection des femmes au Parlement, ce qui est bien pour les familles, de même que pour la représentation proportionnelle. Il y a quelques années, je suis allée en Norvège qui se classe au 15e rang dans le monde pour le nombre de femmes élues au Parlement. Les Norvégiens ont un Parlement composé à 40 % de femmes et ils ont également un système de représentation proportionnelle. Les représentants de l'ambassade qui avaient organisé notre délégation m'ont fait une observation en des termes très diplomatiques. Ils m'ont dit: « Nous avons vu votre parlement et vos assemblées législatives au Canada, au niveau provincial et fédéral, et les nôtres sont très différents des vôtres. »
Même si votre premier ministre s'est fait mettre à la porte de la Chambre, je suis curieuse d'en savoir plus au sujet du décorum et de la coopération au sein de votre Parlement. D'après ce que nous avons entendu dire, si les gens ont l'impression qu'il faut avoir la couenne dure pour se porter candidat, cela peut en dissuader les femmes ou les parlementaires en général qui ont des jeunes enfants ou des membres de leur famille trop sensibles.
Pourriez-vous nous parler du ton des débats et de ses conséquences sur le recrutement?
David Wilson
View David Wilson Profile
David Wilson
2016-05-17 20:02
Yes, I would imagine that would have some effect on the willingness of some people to seek election, or of their families to want them to be involved in it. At question time, certainly, it's very loud and confrontational, and much more so from members in the chamber than for people who can hear a broadcast of it because only one microphone is live from the broadcast. But when you're in the room, I know from my own experience, it's very loud and there's quite a lot of calling back and forth across the chamber.
I think the sense would be that would have some effect here, that members do need to be quite thick-skinned, and I think parties would generally agree with that.
The Green Party, which only has list MPs, has a policy of having 50% male and 50% female membership on their list, so they alternate. They do have a gender-balanced party in the House. No other party of a larger size does have that, and I think the total representation of women at the moment is around 33%, 34%. It has stayed that way for quite a long time, and I suppose the feeling members have had is that the party list is the way to address that, that parties wanting to appeal to the widest possible electorate will ensure that all voters are well represented on the list. I don't think that has been a reality, though, because while it may be true in theory, if you elect people who are actually willing to put themselves forward and you think are good candidates, then that theory probably isn't going to achieve the results you might want.
Oui, je suppose que cela a une certaine influence sur le désir des gens de se faire élire et l'encouragement de leur famille à le faire. La période des questions est certainement très bruyante et conflictuelle, et cela davantage pour les députés présents en Chambre que pour ceux qui entendent la radiodiffusion des débats, car un seul micro est ouvert. Néanmoins, quand vous êtes dans la salle, je sais par expérience que les gens parlent fort et s'interpellent beaucoup de part et d'autre de la Chambre.
Cela a sans doute un certain effet et donne à penser que les députés ont besoin d'avoir la couenne dure. Je pense que les partis sont généralement d'accord sur ce point.
Le Parti vert, qui compte seulement des députés de liste, a pour politique d'avoir 50 % de députés du sexe masculin et 50 % du sexe féminin, et leur accorde donc la même place. Ce parti a une représentation équilibrée entre les sexes à la Chambre. Aucun autre grand parti n'a cela et je pense que la représentation totale des femmes, à l'heure actuelle, est d'environ 33 % ou 34 %. Ce pourcentage est le même depuis assez longtemps. Les députés ont, je suppose, l'impression que la liste de parti est le moyen d'assurer un équilibre, que les partis désireux de rejoindre l'électorat le plus large possible veilleront à ce que tous les électeurs soient bien représentés dans la liste. Je ne pense pas, néanmoins, que telle a été la réalité, car même si c'est peut-être vrai en théorie, si vous élisez des gens prêts à se porter candidats et si vous pensez que ce sont des bons candidats, cette théorie ne donnera probablement pas les résultats escomptés.
David Natzler
View David Natzler Profile
David Natzler
2016-05-17 12:25
Thank you.
We well understand from Westminster. Things here sometimes get interrupted by votes as well. Whether that's family friendly or not, I don't know.
We're honoured to be asked to give evidence and very happy to answer your questions, so I will try to keep this opening statement pretty short.
I have with me Anne Foster and Jo Mills, who can answer questions as well. As well as talking to Sarah Childs, I hope you might have the opportunity to talk to or invite evidence from some of your colleagues over here, because they know better than staff about family-friendly policies as they relate to members and their staff.
In general we are, of course, keen to be a family-friendly employer of our staff, to the extent that we can control the necessary demands made on them. That means, for example, flexible working arrangements; an openness to consider requests for compressed or special hours; part-time working; job-sharing—and we have had job-sharing in quite senior jobs—leave, despite the House sitting; and bearing down on what can be a prevalent late-work culture. On that and those subjects, I'm sure that Anne can help you further.
We don't really have much influence on the work-life balance or the family-friendliness of the staff of members. We neither employ them nor pay them. As for members, we have, I guess, even less influence on their work-life balance. They manage themselves. We are, of course, conscious of some of the strains on their lives, but again, as fellow members, you would know that better than anybody.
You asked about sittings and sitting hours. They are decided by the House, and from 40 years' experience, I can confirm that whatever is decided is alway controversial and not popular with everybody.
It used to be assumed that an earlier start and therefore an earlier end to the day was in some way better and more family friendly. Of course, it may mean that you can neither take your children to school nor collect them at the end of the day. If there are votes at seven o'clock, it's questionable if that is automatically better than votes at ten o'clock. It is a short, but very intensive, 60-to-70-hour, Monday-to-Thursday working week. It's very good for non-London-based members, but possibly not so good for London-based members.
The good thing is that our sitting patterns through the year are now more reflective of people's non-working lives. In particular, we have a break at February for school half term. What is not so good is that we normally return in October, just as the autumn half term from school beckons. We have the problem, which I don't know if you share, that in different parts of the United Kingdom there are different times for school holidays. In Scotland, school holidays start substantially earlier.
You asked about voting. Broadly speaking, voting is similar here to your system. We have no proxy voting. We have no facilities for absent voting, although there is “nodding through”, which is an informal procedure whereby members in the precincts who in some way are unable to pass through the lobbies can vote.
Infants, meaning very small children, are now permitted in the voting lobbies, but not as yet in the chamber itself. Jo is able to explain about our day care and nursery facilities. We don't have a drop-in or crèche, but there is quite a lot of demand for something like that, and we are conscious of what you are planning on that.
There is notionally something described as maternity leave for members, but it isn't, for I think obvious reasons, on the standard statutory lines. Of course, it doesn't stop those members who are on “maternity” leave from attending, speaking, or voting.
You asked about technology. I think the main advantage of technology in this context is enabling staff to work at or from home with remote links. We, of course, have an advantage over you: we're all in the same time zone.
We have had an alternate chamber, which I know you were also asking about, since 1999, based unashamedly on the Australian practice, and it's been a huge success. I'm happy to answer questions on that.
Finally, I think I should say there is an issue here with the extent to which the members' expenses regime—that's the allowances—affects the ability of members from outside London to lead anything like an ordinary family life by having their family members with them in London. Our expenses regime is, as you may know, under the auspices of an independent authority, which is currently consulting on exactly that point and has quoted in their document the fact that MPs often suggest the authority is not supportive enough of MPs' families and of their desire to have some sort of family life, including spouses and dependent children living with them when they are in London rather than the constituency.
I hope that was helpful.
Merci.
Nous comprenons bien, car nous venons de Westminster. Nos travaux sont parfois interrompus par des mises aux voix également. Je ne sais pas si c'est propice à la vie de famille ou non.
Nous sommes honorés qu'on nous demande de présenter un témoignage et très heureux de répondre à vos questions, alors je vais essayer de m'en tenir à une déclaration préliminaire assez courte.
Je suis accompagné par Anne Foster et Jo Mills, qui pourront aussi répondre à des questions. En plus de discuter avec Sarah Childs, j'espère que vous aurez peut-être l'occasion de discuter avec certains de vos collègues ou de les inviter à témoigner, car ils en savent plus que le personnel au sujet des politiques propices à la vie de famille qui touchent les députés et leurs employés.
Bien entendu, de façon générale, nous aspirons à être un employeur favorable à la vie de famille de nos employés, dans la mesure où nous pouvons gérer les exigences nécessaires qui leur sont imposées. J'entends par là, par exemple, des modalités de travail flexibles; l'ouverture à tenir compte des demandes d'heures comprimées ou spéciales; le travail à temps partiel; le partage d'emplois — et nous avons du partage d'emplois dans le cas de postes à des échelons très élevés —; des congés, malgré la tenue de séances à la Chambre; et l'abandon de ce qui peut être une culture où le travail à des heures tardives est prévalent. À cet égard et sur ces sujets, je suis certain qu'Anne pourra vous aider davantage.
Nous n'exerçons pas vraiment une très grande influence sur l'équilibre travail-vie personnelle ou sur la conciliation entre le travail et la vie de famille des employés des députés. Nous ne les employons pas ni ne les payons. Quant aux députés, je suppose que nous avons encore moins d'influence sur leur équilibre travail-vie personnelle. Ils se gèrent eux-mêmes. Bien entendu, nous sommes conscients de certaines des tensions dans leur vie, mais, encore une fois, en tant que collègues députés, vous le savez mieux que quiconque.
Vous avez posé des questions au sujet des séances et des heures de séance. Elles sont déterminées par la Chambre, et, compte tenu de mes 40 ans d'expérience, je peux vous confirmer que, quelle que soit la décision, elle est toujours controversée, et elle n'est pas populaire auprès de tout le monde.
Autrefois, on présumait qu'un départ plus précoce et, par conséquent, une fin de journée plus précoce, était, d'une certaine manière, mieux et plus propice à la vie de famille. Bien entendu, cela peut signifier que vous ne pouvez ni amener vos enfants à l'école, ni aller les chercher à la fin de la journée. S'il y a des votes à 19 heures, il y a lieu de se demander si c'est automatiquement mieux que des votes à 22 heures. Il s'agit d'une semaine de travail courte, mais très intensive, de 60 à 70 heures, du lundi au jeudi. C'est très bien pour les députés qui n'habitent pas Londres, mais peut-être pas autant pour les députés qui y vivent.
L'élément positif, c'est que nos horaires de séance typiques, tout au long de l'année, reflètent maintenant davantage la vie des gens lorsqu'ils ne sont pas au travail. Plus particulièrement, nous avons un congé en février pour la semaine de relâche scolaire. L'élément moins positif, c'est que nous reprenons normalement nos travaux en octobre, juste avant la relâche scolaire automnale. Nous sommes confrontés au problème — et je ne sais pas si vous avez le même — lié au fait que, dans diverses parties du Royaume-Uni, les vacances scolaires ont lieu à des moments différents. En Écosse, elles commencent beaucoup plus tôt.
Vous avez posé des questions au sujet des votes. Généralement, les vôtres sont semblables à votre système. Nous n'avons aucun vote par procuration. Nous ne disposons d'aucune installation pour le vote des absents, quoiqu'il y a le « vote par assentiment », c'est-à-dire une procédure informelle par laquelle les députés qui sont dans la Cité et qui, pour une certaine raison, sont incapables de passer par les antichambres, peuvent voter.
Les nourrissons — je veux dire les très petits enfants — sont maintenant admis dans les antichambres de vote, mais pas encore dans la Chambre en tant que telle. Jo pourra vous expliquer le fonctionnement de notre service de garde et de notre garderie. Nous n'avons pas de halte-garderie ou de crèche, mais la demande est très forte pour quelque chose de ce genre, et nous sommes conscients de ce que vous prévoyez à cet égard.
En principe, il y a quelque chose qui ressemble à un congé de maternité pour les députées, mais qui ne correspond pas — pour des raisons évidentes, selon moi — aux critères législatifs standard. Bien entendu, cela n'empêche pas les députées qui sont en congé de « maternité » de se présenter aux séances, de prendre la parole ou de voter.
Vous avez posé des questions au sujet de la technologie. Je pense que le principal avantage que présente la technologie dans ce contexte, c'est qu'elle permet aux membres du personnel de travailler chez eux ou depuis leur domicile grâce à des connexions à distance. Nous avons bien sûr un avantage par rapport à vous: nous sommes tous dans le même fuseau horaire.
Nous avons une autre chambre, et je sais que vous avez également posé des questions à ce sujet, depuis 1999; elle s'inspire, je n'ai pas honte de le dire, de la pratique de l'Australie; et c'est une véritable réussite. Je répondrai avec plaisir à vos questions à ce sujet.
Pour terminer, je crois qu'il ne faudrait pas que j'oublie de dire qu'un problème se pose au sujet de la mesure dans laquelle le régime de dépenses des députés — je parle des allocations — influe sur la capacité des députés de l'extérieur de Londres de mener une vie qui aurait toutes les apparences d'une vie familiale ordinaire en amenant leur famille vivre avec eux à Londres. Notre régime de dépenses est, comme vous le savez peut-être, régi par une autorité indépendante, laquelle mène actuellement des consultations sur cette question, justement, et a intégré à son document des citations des députés qui lui font souvent savoir qu'elle ne soutient pas suffisamment les familles des députés et ne répond pas à leurs souhaits, c'est-à-dire mener une vie qui aurait les apparences d'une vie familiale, avec leur conjoint et leurs enfants à charge vivant avec eux, lorsqu'ils sont à Londres, plutôt que dans leur circonscription.
J'espère que cela vous a été utile.
View Ruby Sahota Profile
Lib. (ON)
Thank you.
I also have another question about gender parity in the House, male versus female, and diversity. What is the percentage for that?
Merci.
J'ai une autre question sur l'égalité des sexes à la Chambre, le nombre de femmes par rapport au nombre d'hommes, et sur la diversité. Quel est ce pourcentage?
David Natzler
View David Natzler Profile
David Natzler
2016-05-17 12:37
We can send you the exact facts. Twenty-nine per cent of the members are female, which I think means that the others are all male. Well, let's be careful; we have no transgender members.
I'd rather send you the latest ethnic minority breakdown. We have an issue.... Members, unlike staff, are not asked to self-identify, so the identification is external. I think we now have either 32 or 34 openly gay members, which for some reason I'm proud of. It is the highest of any parliament in the world.
Nous pourrions vous transmettre les chiffres exacts. Quelque 29 % des députés sont des femmes, ce qui veut dire, je crois, que les autres sont des hommes. Nous devons faire attention; nous n'avons aucun député transgenre.
Je préférerais vous faire parvenir les derniers chiffres concernant la répartition par minorité ethnique. Nous avons un problème... Les députés, contrairement aux membres du personnel, n'ont pas à fournir de déclaration volontaire, ils sont donc identifiés par des tiers... Je crois que nous comptons aujourd'hui 32 ou 34 députés ouvertement gais, et j'en suis fier, pour une raison quelconque. C'est la proportion la plus élevée de tous les parlements du monde.
View Ruby Sahota Profile
Lib. (ON)
Very good.
Also, you said that you have a maternity leave plan, but you described it as “notionally something described as maternity leave”. Could you please elaborate and explain exactly what kind of leave you provide?
Très bien.
De plus, vous avez dit qu'il existait un régime de congés de maternité, mais vous l'avez décrit en ces termes: « En principe, il y a quelque chose qui ressemble à un congé de maternité pour les députées ». Pourriez-vous s'il vous plaît fournir des détails et expliquer exactement quels types de congés vous offrez?
David Natzler
View David Natzler Profile
David Natzler
2016-05-17 12:37
I'm referring to members here. Obviously, our staff enjoy the same social security benefits as everyone else, and there's a standard public sector package. Indeed, Jo—she's on my right, but I'm not sure where you see her—is about to enjoy the benefits of that package in a few weeks, so she can speak to it more.
In terms of members, because they're not employed, they don't get maternity leave in the form of a different salary arrangement or a time in which they are expected to be away, but we do have, for demographic reasons, increasing numbers of members who have children while they are members, and their parties effectively grant them something they refer to as maternity leave. I'm cautious about using that phrase, because it isn't the same as the leave their constituents get. It is both more advantageous in that they make their own arrangements, but also less advantageous in that they may feel they have to continue with some of their constituency duties very soon after giving birth. It is noticeable that most of them will go away for a short period after the birth before returning to Westminster.
We recently had a minister—and in fact, it's not the first time; it occurred in the last Parliament as well—who had her first child, so she has been given leave. I believe she continues to draw—and you can ask her—her ministerial salary, but someone is substituting for her in her ministerial role while she is away. That is, as it were, an informality. It's not a statutory form of leave.
Je parlais ici des députés. Évidemment, nos employés ont droit aux mêmes prestations de sécurité sociale que tout le monde, et la fonction publique a droit à des avantages normalisés. En fait, Jo — elle est assise à ma droite, je ne sais pas si vous pouvez la voir — va bientôt toucher ses prestations, dans quelques semaines, et elle pourrait vous en parler davantage.
En ce qui concerne les députées, comme elles ne sont pas des employées, elles n'ont pas droit à un congé de maternité prenant la forme d'un échelonnement du traitement ou d'une période d'absence, mais, pour des motifs démographiques, nous comptons un nombre croissant de députées qui ont des enfants pendant leur terme, et les partis leur accordent en effet quelque chose que l'on appelle un congé de maternité. Je fais attention lorsque j'utilise ces termes, car il ne s'agit pas du même type de congé que celui auquel ont droit leurs électeurs. Il est à la fois plus avantageux, puisque les députées peuvent en déterminer elles-mêmes les modalités, et moins avantageux, puisque les députées ont tendance à croire qu'elles doivent quand même s'acquitter de certains de leurs devoirs dans leurs circonscriptions très tôt après avoir donné naissance. Il me faut souligner que la plupart d'entre elles vont prendre un congé de courte durée, après avoir donné naissance, avant de revenir à Westminster.
Récemment, une ministre — en fait, ce n'est pas la première fois que la situation se présente; cela s'était également passé pendant la législature précédente — a eu son premier enfant et elle a eu droit à un congé. Je crois qu'elle continue à toucher — vous pouvez le lui demander — son salaire de ministre, mais quelqu'un la remplace dans ses tâches ministérielles pendant son congé. Cela se passe en fait de façon tout à fait informelle. Il ne s'agit pas d'un congé statutaire.
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
Thank you very much for your time today. I do appreciate it.
I have a quick question to build on what you've just said. Somebody would be substituting for the minister. Is that another MP appointed by the Prime Minister? I'm just curious.
Merci beaucoup du temps que vous nous consacrez aujourd'hui. Je l'apprécie vraiment.
J'ai une petite question pour faire suite à ce que vous venez de dire. Quelqu'un doit remplacer la ministre. S'agit-il d'un autre député désigné par le premier ministre? Je suis tout simplement curieux.
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
As a member of the opposition, I like that. It's good to have that direct contact with the minister or the parliamentary secretary. That's very interesting.
Going off topic, in terms of family friendly, you may not have the exact stat—and I do appreciate that—but do you know roughly, on average, how many MPs outside the greater London area bring their families to live in the greater London area?
En tant que député de l'opposition, j'aime bien cela. Il est bien d'avoir un tel contact direct avec le ministre ou avec le secrétaire parlementaire. C'est très intéressant.
Changeons de sujet et revenons à la vie de famille; vous n'avez peut-être pas en main les chiffres exacts — je le comprends —, mais savez-vous à peu près, en moyenne, combien de députés dont la circonscription ne se trouve pas dans la grande région de Londres amènent leur famille vivre dans cette grande région?
David Natzler
View David Natzler Profile
David Natzler
2016-05-17 12:44
No, I don't, and I don't think it's knowable. From the IPSA document recently, I can tell you that 168 members out of 650 had, quote, “336 registered dependants”. That is a dependant for whom they might claim travel to come to London or to have people living here. Now, that doesn't mean that they do bring them and, of course, they may have a split life.
I'm looking at my colleagues. Do you have any sense of that, Anne?
Non, je n'ai pas ces chiffres, je ne crois pas qu'on puisse les avoir. Selon un document récent de l'IPSA, je peux quand même vous dire que sur 650 députés, il y en avait 168 qui avaient inscrit « 336 personnes à charge ». Il s'agit des personnes à charge au regard desquelles les députés peuvent réclamer le remboursement des déplacements afin de venir à Londres ou qu'ils peuvent amener vivre ici. Cela ne veut pas nécessairement dire qu'ils vont les installer ici, et ils peuvent bien sûr partager leur vie en deux.
Je vais demander à mes collègues. Avez-vous une idée sur cette question, Anne?
Anne Foster
View Anne Foster Profile
Anne Foster
2016-05-17 12:45
No, we don't have numbers, but we do know anecdotally that the fact we have an on-site nursery has given the option to our members to make a decision about whether they're going to bring their family down to Westminster or keep them in the constituency.
Non, nous n'avons pas ces chiffres, mais nous savons cependant que, puisqu'il y a une garderie sur place, les députés ont maintenant la possibilité de décider, soit d'amener leur famille avec eux à Westminster, soit de la laisser dans leur circonscription.
David Natzler
View David Natzler Profile
David Natzler
2016-05-17 12:45
On the on-site nursery, I think there are five members currently, and you have to book in. It isn't a drop-in facility. There are five members whose children will be here for I think the whole school year.
Can we say vaguely which constituencies they come from?
En ce qui concerne la garderie sur place, je crois qu'elle sert à cinq députés à l'heure actuelle, et ils doivent réserver une place. Ce n'est pas une halte-garderie. Elle est fréquentée par les enfants de cinq députés qui y resteront, je crois toute l'année scolaire.
Est-ce que nous avons une vague idée des circonscriptions dont ils viennent?
Joanne Mills
View Joanne Mills Profile
Joanne Mills
2016-05-17 12:45
Not off the top of my head. I haven't brought that list with me, but it is a mixture. We have some who are London-based and others from further out.
Je n'ai pas ces chiffres en tête. Je n'ai pas pris cette liste avec moi, mais c'est mélangé. Il y en a qui viennent de Londres, et d'autres, de plus loin.
David Natzler
View David Natzler Profile
David Natzler
2016-05-17 12:46
Ashford, Leicester...I think one of them brings two children—
Ashford, Leicester... je crois qu'il y en a un qui amène ses deux enfants...
David Natzler
View David Natzler Profile
David Natzler
2016-05-17 12:46
— from the Midlands. Presumably he brings them on a Monday. This is a male member. He is a big nursery supporter, which is why we know him. They're here through the week.
Also, of course, London being, if I may say so, different from Ottawa, some members who are members for seats outside London have always basically lived in London. They will have a house in their constituency, so they haven't had to move to London. What they've had to do is find a place outside London in which to spend the weekends. Quite a few members have partners who are London-based because they work in London, so the partner may work in London but the member may represent a constituency in the rest of the country.
It is a very varied picture. We also know there are members who might have liked to bring their children to London if they had been more confident that they could have set up life here, but you have to remember, as I'm sure is the case in Canada, that there is a lot of pressure from the constituencies to have the members visible there in the riding, so it does cut both ways.
... de la région des Midlands. Il les amène probablement le lundi. C'est un député. C'est un indéfectible partisan des garderies, et c'est pourquoi nous le connaissons. Ses enfants restent toute la semaine.
De plus, évidemment, puisque Londres est, si vous me permettez de le dire, différent d'Ottawa, il y a certains députés qui représentent une circonscription de l'extérieur de Londres, mais qui ont toujours en fait vécu à Londres. Ils possèdent une maison dans leur circonscription et n'ont pas eu à déménager à Londres. Mais ils ont dû trouver à l'extérieur de Londres un endroit où passer leurs fins de semaine. Il y a quand même passablement de députés dont le conjoint reste à Londres, travaille à Londres, donc il se peut qu'un député dont le conjoint travaille à Londres représente une circonscription d'une autre région du pays.
Le tableau est très diversifié. Nous savons aussi que certains députés auraient aimé amener leurs enfants à Londres s'ils avaient été convaincus qu'ils pourraient construire leur vie ici, mais il ne faut pas oublier, et je suis certain que la situation est la même au Canada, que les électeurs mettent beaucoup de pression sur leur député afin qu'il soit visible et présent; c'est une arme à double tranchant.
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
You said that 29% of your parliamentarians are female. What is the average age of your female parliamentarians?
Vous avez dit que 29 % des députés étaient des femmes. Quel est l'âge moyen des femmes parlementaires, chez vous?
David Natzler
View David Natzler Profile
David Natzler
2016-05-17 12:59
I have no absolutely no idea, but that is something we can easily find out, and we can give you the mean as well as the median.
Je n'en ai absolument aucune idée, mais nous pourrions facilement trouver cette information et vous dire quel est l'âge moyen de même que l'âge médian.
David Natzler
View David Natzler Profile
David Natzler
2016-05-17 12:59
There are some who are quite experienced. There's also an interesting issue with regard to age of first election, if you see what I mean. One tends to assume they'll be young, but they're not young in every case. There are women of quite a wide variety of ages entering for the first time. There was concern in 2015 because several first-term female members unexpectedly stood down and did not wish to be re-elected. I think that was from a mixture of personal circumstances, but there was also concern as to whether that suggested an unfriendly culture or a failure of our family-friendly policies in some broad perspective.
I think Professor Childs will probably be better placed to answer that.
Certaines députées ont une assez grande expérience. Il y a un aspect intéressant, également, qui concerne l'âge qu'elles avaient la première fois qu'elles ont été élues, si vous voyez ce que je veux dire. Nous avons tendance à supposer que ce seront des jeunes femmes, mais elles ne sont pas toujours de jeunes femmes. Il y a des femmes de toutes les tranches d'âge qui entrent au Parlement pour la première fois. Nous avons eu quelques inquiétudes, en 2015, lorsque plusieurs députées qui en étaient à leur premier mandat se sont retirées, à la surprise générale, et ne se sont pas présentées aux élections suivantes. Je crois que c'était d'une part en raison de leur situation personnelle, mais on s'est également demandé si cela ne témoignait pas d'une culture inamicale ou de l'échec de nos politiques sur la vie familiale, de manière plus générale.
Je crois que Mme Childs serait probablement mieux placée pour répondre à cette question.
Deborah Deller
View Deborah Deller Profile
Deborah Deller
2016-05-10 12:10
My statement will be fairly brief. I'm not sure how much our experience here at the Ontario Legislative Assembly can help you.
In and around 2008, we had a committee that was having similar discussions to yours around how to improve work-life balance for MPPs. I will say I think it was clear through the deliberations of that committee that the job that you folks do is by its very nature not particularly family friendly. There are challenges that are different, depending on whether you're an in-town member, for example, or an out-of-town member, and whether you have families where your children are school-aged or younger than that.
I think it is quite a difficult subject to kind of come to terms with. I think what we found, too, was that there really isn't any kind of cookie-cutter approach that could be applied that would solve the problem for all members. Every member has a different situation. What we at the Legislative Assembly, in terms of the administration, have tried to do is to offer whatever assistance and service we can to try to improve that for members.
That being said, I will give you a little bit of commentary on what kinds of procedures we have in place and what kind of services are available to members in an attempt to try to improve work-life balance. I can start with the administrative or physical plant area that you're considering. I've looked at the questions you've provided me, and I can tell you that we have an employee assistance program at the Ontario Legislature. It's available to all employees and it's available to the members as well. That program will provide individuals with financial advisers, elder care resources, mental health counselling referrals, and in some instances child care referrals.
We are corporate members of an organization called Kids and Company. That organization provides child care options that can be tailored to suit specific needs. This is particularly beneficial to members, or would be particularly beneficial to members; it provides full-time and part-time child care. There is an emergency child care backup service. There's a nanny placement service. There is extended child care for hours outside the regular nine to five. There are some summer programs that are offered and, again, this organization also provides some elder care.
Having said that, it is a service that is available to all members and all staff. We have found, though, that there is very little uptake in that service. There is a day care that is in the Queen's Park complex. It is not in the legislative building; it's two buildings east of us. It is a day care that is privately run. The Legislative Assembly has no involvement in the operation of that day care, but it is available to members and staff.
In terms of the physical plant, we have over the last several years converted all of our washrooms to make them family friendly. They all, including the male washrooms, have change tables for babies. There are highchairs in the dining room. We have a quiet room that's really intended for meditation and religious rites. Then, in terms of the members' allowances, there is an allowance that is provided for family trips between their residence and Queen's Park.
I should probably add here that there is a very tolerant legislative staff who sometimes get pressed into service for short periods of time when a member might have his or her child in attendance and has to run to the House for a vote. We also provide lots of children's programs, March break programs, tour programs, and that kind of thing that members' children are certainly allowed to avail themselves of.
In terms of our procedure or our schedule, in 2008 the House hours were changed and the calendar was changed somewhat. Our calendar currently sees the House sitting from the Tuesday following Family Day, which is the third Tuesday in February, to the first Thursday in June, except this year where they've extended it to the second Thursday in June, then from the Monday after Labour Day in September to the second Thursday in December.
The sitting schedule was changed in 2008, so we currently sit four days a week, Monday through Thursday. On Monday we start at 10:30 in the morning going right into question period. The House meets until roughly noon. We come back then at 1 p.m. and sit through until 6 p.m. On Tuesday and Wednesday, the House commences at 9 o'clock in the morning. We sit until 10:15 a.m., break for a short 15 minutes, and come back for question period until roughly noon. Then the House reconvenes again at 3 p.m., again until 6 p.m. Thursday it is 9 a.m. until noon, and then 1 p.m. to 6 p.m. for private members' business.
The morning meetings that we now have replaced what was probably an average of two meetings in the evening every week, and that was the discussion about whether it was more family friendly to sit more regular hours. I will say that the reviews on that have been mixed. I think it's still the subject of debate. I think family-friendly hours mean something entirely different to an out-of-town member than to an in-town member.
On your list of things to talk about, you also had voting. Our voting is much like yours. It's either a voice vote or a recorded division. A recorded division always takes place immediately or it can be deferred by any whip of any party to the next sessional day, so we have a proceeding on each sessional day that is called deferred votes. Any votes held over from the previous day will be taken up at that point.
Members must be in the chamber to vote, and in committees the votes occur very similarly. They are immediate, although any member can ask for a 20-minute waiting period before the vote is taken.
In terms of technology, probably our experience hasn't been particularly great. We haven't leveraged technology to the fullest extent that we maybe could. We are currently working on a mobile strategy, which we hope will allow greater access to parliamentary documents from members' tablets and phones. Members currently do have access to the Assembly's network from home or from their constituency offices via VPN, and our broadcast and web streaming of House proceedings allows offsite monitoring of the business of the House.
Last, you also had some discussions about alternate debating chambers, and I'm assuming by that you mean the Federation Chamber in Australia and Westminster Hall in the U.K. I don't have much to add on that except we do not have an alternate debating chamber. It has been discussed from time to time in legislative committee, but so far the members haven't really settled on a particular usefulness of that idea.
That's all I have by way of presentation. I'm happy to answer questions.
Ma déclaration sera assez brève. Je ne sais pas jusqu'à quel point notre expérience à l'Assemblée législative de l'Ontario pourra vous être utile.
Autour de 2008, nous avions un comité qui, comme le vôtre en ce moment, se demandait comment aider les députés à mieux concilier le travail et la famille. Je pense que les délibérations de ce comité ont fait voir clairement que le travail de député, par sa nature même, n'est pas très propice à la vie familiale. Les difficultés ne sont pas les mêmes selon que vous êtes ou non un député local, que vous avez ou non des enfants ou que ceux-ci sont ou non d'âge scolaire.
Il n'y a pas de façon simple d'aboutir à un meilleur équilibre. Nous avions également conclu à l'époque que la solution pouvait différer pour chaque cas. La situation de chaque député est unique. À l'Assemblée législative, l'administration essaie d'offrir toute l'aide et tous les services susceptibles d'améliorer la situation des députés.
Cela dit, je vais vous donner un aperçu du type de mesures et de services en place pour aider les députés à mieux concilier le travail et la famille. Je peux vous parler d'abord du côté administratif ou de l'installation physique des lieux. J'ai regardé les questions que vous m'avez fournies, et je peux vous dire que nous avons un programme d'aide aux employés à l'Assemblée législative de l'Ontario. Il est offert à tous les employés ainsi qu'aux députés. Ils peuvent obtenir des conseils financiers ou des ressources pour les soins aux aînés ou encore se faire aiguiller relativement à des services de santé mentale ou, dans certains cas, de garderie.
Nous sommes membres d'un organisme appelé Kids and Company, qui propose des options de garde d'enfants pouvant être adaptées en fonction des besoins de chacun. Ce service est — ou serait — particulièrement utile aux députés, car il offre la garde d'enfants à plein temps ou à temps partiel. Il y a un service de garde pour les situations imprévues et un service d'embauche de bonnes d'enfants. Des services de garderie sont également offerts en dehors des heures de travail ordinaires. Cet organisme propose aussi des programmes d'été et certains services de soins aux aînés.
Ces services sont destinés à tous les députés et à leur personnel. Nous avons toutefois remarqué qu'ils sont très peu utilisés. Il y a une garderie dans le complexe de Queen's Park. Elle n'est pas située dans l'Édifice de l'Assemblée législative, mais juste à l'est, à deux édifices de là. Cette garderie est une entreprise privée. L'Assemblée législative n'a aucun lien avec elle, si ce n'est que ses services sont offerts aux députés et à leur personnel.
En termes d'installation physique, nous avons au cours des dernières années aménagé toutes nos salles de toilette pour qu'elles tiennent compte des besoins des familles. Toutes les salles, y compris celles des hommes, sont dotées de tables à langer. La salle à manger est équipée de chaises hautes. Nous avons une salle de recueillement pouvant servir à la méditation ou à des rites religieux. De plus, les députés ont droit à une allocation pour les déplacements familiaux entre leur lieu de résidence et Queen's Park.
Je devrais sans doute ajouter que nous avons un personnel législatif très tolérant auquel on fait parfois appel pour de courtes périodes, par exemple lorsqu'un enfant se trouve sur place et que le député ou la députée doit se rendre à la Chambre pour un vote. Nous offrons également de nombreux programmes destinés aux enfants, comme des activités pendant la semaine de relâche et des tours organisés, pour ne donner que quelques exemples des services dont peuvent se prévaloir les enfants des députés.
Au niveau de la procédure et du calendrier, en 2008, on a modifié l'horaire de la Chambre et, dans une moindre mesure, les périodes de session. À l'heure actuelle, la Chambre siège du mardi suivant le Jour de la famille, c'est-à-dire le troisième mardi de février, jusqu'au premier jeudi de juin — exceptionnellement cette année, elle siégera jusqu'au deuxième jeudi de juin. Ensuite, elle siège du lundi suivant la Fête du travail en septembre jusqu'au deuxième jeudi de décembre.
Depuis la modification de 2008, la Chambre siège quatre jours par semaine, du lundi au jeudi. Le lundi, les députés siègent à partir de 10 h 30 jusqu'à la fin de la période des questions, c'est-à-dire autour de midi. Ils reviennent ensuite de 13 heures à 18 heures. Le mardi et le mercredi, la séance s'ouvre à 9 heures. Les députés siègent jusqu'à 10 h 15, puis prennent une pause de 15 minutes. Ensuite, c'est la période des questions jusqu'à environ midi. La séance reprend à 15 heures pour se poursuivre encore une fois jusqu'à 18 heures. Le jeudi, c'est de 9 heures à midi, puis de 13 heures à 18 heures pour l'étude des initiatives parlementaires.
Les séances matinales qui figurent maintenant à l'horaire viennent remplacer les séances qui avaient lieu en soirée, au compte de deux par semaine, en moyenne. Il y a eu des discussions pour déterminer si des heures de séance plus régulières faciliteraient la conciliation travail-famille. Je dirais que les opinions sont partagées et je crois même que le sujet est encore matière à débat. Je pense que les députés locaux et ceux de l'extérieur ont des opinions très différentes de ce qui constitue un horaire favorable à la famille.
Sur la liste des sujets que vous m'avez proposés, il y avait aussi la question des votes. Nos votes ressemblent beaucoup aux vôtres. Nous avons des votes par oui ou non et des votes par appel nominal. Les votes par appel nominal ont lieu sur-le-champ ou peuvent être différés au jour de séance suivant par le whip de n'importe quel parti. Chaque jour de séance, il y a donc un moment consacré à la tenue des votes différés, qui sont les votes qui ont été reportés lors de la séance précédente.
Les députés doivent se trouver dans l'enceinte pour voter, et les votes en comité se déroulent d'une manière très semblable. Ils ont lieu sur-le-champ ou peuvent être repoussés de 20 minutes à la demande d'un député.
Au chapitre de la technologie, on ne peut pas parler d'une immense réussite. Nous n'avons pas su tirer parti de tout le potentiel qu'elle aurait pu nous offrir. Nous travaillons actuellement à améliorer l'accès aux documents parlementaires sur les tablettes et téléphones cellulaires des députés. Les députés n'ont pas encore d'accès RPV au réseau de l'Assemblée législative à la maison ou dans leur bureau de circonscription. Il est toutefois possible de suivre les travaux de la Chambre à distance grâce à la télédiffusion et à la webdiffusion des délibérations.
Enfin, vous avez parlé de l'adoption de nouveaux lieux de débats, et je suppose que vous faisiez allusion à la Chambre de la fédération en Australie et à Westminster Hall au Royaume-Uni. Je n'ai pas grand-chose à ajouter à ce sujet. Nous n'avons qu'un seul lieu de débat. La question a été soulevée à quelques reprises en comité législatif, mais les députés n'y voient pas encore d'utilité.
Voilà qui clôt ma présentation. Je serai heureuse de répondre à vos questions.
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
Okay.
With the change in the hours, what was the impact on the people who had families?
I'd also still like to go back to the fact that it's four days. Have you found that, since doing that, more women have run and been successful? Has the number of women gone up because of that?
D'accord.
Quel impact le changement d'horaire a-t-il eu sur les gens qui ont des familles?
Et pour revenir encore une fois à la semaine de quatre jours, avez-vous constaté une hausse du nombre de femmes candidates et élues? Le nombre de femmes a-t-il augmenté en raison de cela?
Deborah Deller
View Deborah Deller Profile
Deborah Deller
2016-05-10 12:20
We've seen an increase in the number of members in our legislature in the last two elections. I don't think, though, I can point to the reason for that, specifically.
Nous avons constaté une augmentation lors des deux dernières élections, mais je ne suis pas en mesure de dire précisément à quoi elle pourrait être due.
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
Do you find it makes members' time more efficient by having question period early in the day?
Trouvez-vous que le fait de tenir la période des questions le matin aide les députés à utiliser leur temps plus efficacement?
Deborah Deller
View Deborah Deller Profile
Deborah Deller
2016-05-10 12:23
I know that everybody's day starts earlier. Whether or not it's more efficient, that's probably something you'd have to ask members.
Again, members who have different roles in the House have a different experience. I think probably for cabinet ministers it's good for them. By noon their responsibility in the House, unless they have legislation that's related to their ministry, is done. They can get on with the business of their ministry.
On the other hand, for the opposition, for some of those members it's the same situation. If they have things to do in the afternoon, their afternoon can be largely free. At the same time, it does require a much earlier start time for things like question period and the committees that each caucus has.
Je sais que tout le monde débute sa journée plus tôt, mais est-ce qu'on utilise son temps de manière plus efficace? Il faudrait demander aux députés.
Encore une fois, je signale que chaque député vit les choses différemment selon la fonction qu'il occupe à la Chambre. Pour les ministres, cela peut être avantageux, car à midi, si aucun projet de loi relatif à leur ministère n'est débattu, leur devoir à la Chambre a été accompli. Ils peuvent ensuite se concentrer sur les affaires de leur ministère.
Dans l'opposition, ce peut être la même chose pour certains députés. S'ils ont des choses à faire l'après-midi, ils peuvent se libérer. En revanche, il faut commencer beaucoup plus tôt la période des questions et les réunions des comités des caucus.
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
Thank you very much for your comments. I appreciate your time here today for this very valuable conversation we're having.
The first question might be a little difficult for you to answer, but I'm curious, because it might lead into my next round. In terms of the amount of members who have their spouses in Toronto, do you know roughly—it doesn't need to be exact—how many that would be?
Je vous remercie de vos commentaires et d'avoir accepté de nous accorder votre temps pour prendre part à cette importante discussion.
Il vous sera peut-être difficile de répondre à ma première question, mais je suis curieux, car cela pourrait m'inspirer pour la suite. Savez-vous combien de députés sont accompagnés par leur conjoint à Toronto — approximativement?
Deborah Deller
View Deborah Deller Profile
Deborah Deller
2016-05-10 12:27
I am sorry, I don't know.
Je regrette, mais je ne le sais pas.
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
Through their secondary residence in Toronto. They would actually move their family to Toronto to take part in—
Je veux dire dont la famille serait venue habiter à Toronto, dans leur résidence secondaire, pour prendre part au...
Deborah Deller
View Deborah Deller Profile
Deborah Deller
2016-05-10 12:27
There are very few of those.
Il n'y en a pas beaucoup.
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
Ms. Deller, first of all, thank you so much for joining us this morning. As you're well aware, PROC has been asked to look at policies to make Parliament more family friendly. That was the first part of the work that was given.
After the past few weeks or few months, we've seen that it's more than that. It's also looking at improving work-life balance for us and also looking at making Parliament more inclusive. For that, I have a bit of a potpourri of questions for you. They may not really follow, but they're just important questions that I really want to ask.
First and foremost, what is the average age of your sitting members right now in Ontario?
Tout d'abord, madame Deller, merci beaucoup d'être venue ce matin. Comme vous le savez bien, notre comité a été chargé d'examiner des politiques qui rendraient le Parlement plus propice à la vie de famille. C'était la première partie de l'étude dont nous sommes saisis.
Au bout de quelques semaines ou mois, nous avons constaté que la question est vaste. Nous avons cherché des façons qui nous permettent de mieux concilier le travail et la vie personnelle et également de rendre le Parlement plus inclusif. J'ai donc tout un pot-pourri de questions pour vous. Il n'y a peut-être pas de suite dans mes questions, mais elles sont valides et je veux vraiment vous les poser.
Tout d'abord, quel est l'âge moyen de vos députés actuellement en Ontario?
Deborah Deller
View Deborah Deller Profile
Deborah Deller
2016-05-10 12:46
I'm going say first of all that we don't have a defined benefit pension plan here for members, so the average age is getting higher. At this point I would say it's probably in the mid-fifties.
Je dirais d'emblée que nous n'avons pas de régime de pension à prestations déterminées pour nos députés, ce qui fait que l'âge moyen grimpe. En ce moment, l'âge moyen se trouve dans la mi-cinquantaine.
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
Do you think this is perhaps why not many people are using the Kids and Company program—because their kids are probably a lot older?
Pensez-vous que c'est la raison pour laquelle peu de gens ont recours au programme Kids and Company — parce que leurs enfants sont probablement bien plus âgés?
Deborah Deller
View Deborah Deller Profile
Deborah Deller
2016-05-10 12:47
It could be. We haven't polled the members, so I can't really say for sure. Certainly there are a number of members with young children, but as I say, by and large they already have their own arrangements in place.
Peut-être. Nous n'avons pas sondé les membres, et je ne peux donc pas le dire avec certitude. Un certain nombre de membres ont de jeunes enfants, mais comme je l'ai dit, de façon générale, ils ont pris leurs propres arrangements.
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
What's the percentage of female members in Ontario?
Quel est le pourcentage de femmes à l'Assemblée législative de l'Ontario?
Deborah Deller
View Deborah Deller Profile
Deborah Deller
2016-05-10 12:47
We currently have 38 female members out of a House of 107.
Sur 107 députés, 38 sont des femmes.
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
Thanks.
Thank you for being here. I wanted to start with a couple of questions surrounding some of the private members' business and the question period. The first question I have, though, is how many MPPs are in the Legislative Assembly there?
Merci.
Je vous remercie de votre présence. Je voulais commencer par poser deux ou trois questions sur les affaires émanant des députés et la période des questions. Voici cependant ma première question: combien de députés compte l'Assemblée législative?
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2016-05-10 13:03
Thank you.
Our time has expired, but I have one follow-up question.
On the Thursday afternoons, when you have private member votes and the government votes are deferred, do all the members stay for those votes, or do some who go a long way away try to sneak out Thursday afternoons?
Merci.
Notre temps est écoulé, mais j'ai une question.
Le jeudi après-midi, lorsque des votes ont lieu et que ceux du gouvernement sont reportés, est-ce que tous les députés restent, ou est-ce que certains d'entre eux essaient de s'échapper?
Deborah Deller
View Deborah Deller Profile
Deborah Deller
2016-05-10 13:03
With private members' business on Thursday afternoon, for those three votes we take for private members' business, not all the members are in the legislature. But they also typically cross party lines, so the vote is not necessarily party by party. I think there isn't as much of a need for all members to be there. If we move on to government business on Thursday afternoon, if there is a vote, it will in all likelihood be deferred until Monday.
Pour les affaires émanant des députés le jeudi après-midi, pour les trois votes qui ont lieu, les députés ne sont pas tous présents. Or, d'ordinaire, ils transcendent les partis politiques. Je pense que la présence de tous les députés n'est pas aussi essentielle dans ce cas. Si nous passons à des affaires émanant du gouvernement le jeudi après-midi, si un vote a lieu, ce sera fort probablement reporté au lundi suivant.
Clare Beckton
View Clare Beckton Profile
Clare Beckton
2016-05-05 11:05
Thank you for inviting me to appear before you.
I'll just make a couple of short remarks, because I know you like to ask a lot of questions.
I'm pleased that the committee is looking at the issue of a friendlier Parliament that recognizes the need of members of Parliament to meet family responsibilities as well as their home responsibilities. Needless to say, that is not an easy challenge, as we know from many sectors.
Creating a more family-friendly environment requires mechanisms to support and ensure practices and actions that reflect gender equality. Currently about 26% of members of Parliament are women, which contributes to an environment that does not fully recognize gender equality. There is a need for leadership from political parties to continue to augment the number of women running for office, including being fair and not putting them in unwinnable ridings, which happens. Having more women, I must caution, does not automatically create equality, but it contributes to changing the culture.
I know the term has been “work-life balance” here. I always use the term “work-life integration”, as I believe that this striving is for a mythical balance that doesn't exist. I've never found it in my life, and it has never bothered me that I didn't. Instead, we need to look for ways that permit members of Parliament to serve their country as they wish while still having time for their families, which can include child care support that recognizes the needs of members of Parliament while in Ottawa.
Male members of Parliament need to be encouraged and supported as well as female members in meeting their family responsibilities.
Orientations for members and chairs of committees should include how to create a respectful environment and, for committee chairs, how to schedule to accommodate members' needs as well.
Also important is having an environment of respect that allows members and their staff to get work done without fear of harassment and disrespectful behaviour. House rules, education, and processes can assist in making this happen, along with modelling of the desired behaviour by party leaders.
For political participation to be equal, the environment and the House processes need to an ensure an equal voice for men and women and have peer processes for resolution of any complaints.
Efficiency of processes in the House is certainly one way of helping to reducing Parliament.... For example, reducing Parliament to sitting four days a week could be one option that might better reflect the need of out-of-Ottawa MPs to return to their ridings and families. Electronic voting, in the age of technology, can certainly assist, as it may allow someone to vote while still caring for a member of the family, if that is necessary. While eliminating evening sessions may not be possible, they can be reserved for urgent or emergency debates and votes, for example.
Being mindful of sittings on major school holidays is another thing that can be looked at.
These are just a few possibilities, and I welcome your questions this morning.
Je vous remercie de m’avoir invitée à m’adresser au Comité, monsieur le président.
Je n’ai que quelques remarques à faire, car je sais que vous aimez poser beaucoup de questions.
Je suis heureuse que le Comité se penche sur la question des mesures à prendre pour rendre le Parlement plus favorable à la vie de famille, c’est-à-dire pour permettre aux personnes qui y travaillent de mieux assumer leurs responsabilités familiales ainsi que professionnelles. Il va sans dire que ce n’est pas une question facile à régler et qui se pose dans de nombreux secteurs.
Instaurer un environnement plus favorable à la vie de famille exige qu’on mette en place des mécanismes de soutien et qu’on s’assure que les pratiques et actions reflètent l’égalité entre les sexes. À l’heure actuelle, environ 25 % des députés sont des femmes, ce qui contribue à maintenir un environnement dans lequel l’égalité entre les sexes n’est pas vraiment reconnue. Il faut que les partis politiques fassent preuve de leadership pour continuer à accroître le nombre de femmes candidates aux fonctions électives, en évitant de les confiner à des circonscriptions dans lesquelles elles n’auraient absolument aucune chance d’être élues, ce qui s’est déjà vu. Permettez-moi cependant de faire une mise en garde. Le fait d’avoir plus de femmes au Parlement n’est pas automatiquement un gage d’égalité, mais cela contribuera à changer la culture de l’institution.
Je vois qu’on parle ici d’équilibre entre le travail et la famille. Pour ma part, je préfère toujours parler « d’intégration travail-famille », car je crois que l’équilibre est un mythe qu’on ne peut pas atteindre. Je ne l’ai jamais trouvé dans ma vie personnelle et cela ne m’a jamais inquiétée. Ce qui est important, c’est plutôt de trouver le moyen de permettre aux élus du peuple de servir leur pays comme ils le souhaitent tout en ayant du temps à consacrer à leur famille, ce qui peut exiger l’accès à des services de garde d’enfants adaptés à leurs besoins durant leur présence à Ottawa.
Les hommes élus au Parlement ont besoin d’encouragement et de soutien, de même que les femmes députées, pour s’acquitter de leurs obligations familiales.
Durant l’initiation des nouveaux élus et des présidents de comités, on devrait leur montrer comment instaurer un environnement respectueux, et il faudrait montrer aux présidents de comités comment organiser les réunions en tenant compte des besoins de leurs membres.
Il est également important d’assurer un environnement permettant aux élus et au personnel de faire le travail qui doit se faire sans craindre de harcèlement ou de comportements irrespectueux. Cela peut être assuré par l’adoption de règles adéquates pour la Chambre, par des mesures d’éducation, par des processus idoines et en s’assurant que les chefs de partis donnent l’exemple des comportements souhaités.
Si l’on veut que la participation politique soit égale, il faut que l’environnement et les procédures de la Chambre donnent une voix égale aux hommes et aux femmes et qu’il y ait des procédures de résolution des plaintes par les pairs.
Rehausser l’efficience des processus de la Chambre est certainement une manière de réduire… Par exemple, limiter les séances à quatre jours par semaine pourrait être une solution pour mieux tenir compte des besoins des députés de l’extérieur d’Ottawa qui sont tenus de retourner régulièrement dans leur circonscription et qui veulent rester en contact avec leur famille. De même, adopter un système de vote électronique, à l’ère de la technologie, pourrait également être utile en permettant aux députés de participer aux votes tout en continuant de s’occuper de membres de leur famille si cela est nécessaire. Il ne serait peut-être pas possible d’éliminer les séances de soirée, mais on pourrait peut-être les réserver aux débats et aux votes exceptionnels et d’urgence, par exemple.
Une autre question à examiner est l’organisation des séances de travail durant les longs congés scolaires.
Voilà simplement quelques possibilités que je voulais mentionner avant de me préparer à répondre à vos questions.
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
Your work has been on women in public leadership and women in politics. There is a gendered component to talking about the hours of sitting, when we talk about caregiving responsibilities. While they affect, obviously, men and women both and there could be an age thing as well, when we heard from the IPU they told us that when listing barriers to politics, women were much more likely to talk about the hours of sitting and the caregiving responsibilities.
Can you talk a little about the differential impact and maybe the deterrent effect on women, particularly women with young families, of the hours and the work week?
Vos recherches ont porté sur les femmes en leadership public et en politique. Il y a une différence entre les sexes quand on parle des heures de séance et des responsabilités envers les enfants. Bien que cela concerne évidemment autant les hommes que les femmes, et qu’il y a aussi une question d’âge qui entre en jeu, des représentants de l’Union interparlementaire nous ont dit, quand ils ont comparu, que, lorsqu’on dresse la liste des obstacles à l’action politique, les femmes sont beaucoup plus susceptibles de parler des heures de séance et des responsabilités envers les enfants.
Pourriez-vous nous parler un peu de cette différence et, peut-être, de l’effet dissuasif que les heures de séance et la semaine de travail peuvent avoir, en particulier sur les femmes ayant de jeunes enfants?
Clare Beckton
View Clare Beckton Profile
Clare Beckton
2016-05-05 11:14
There is definitely a deterrent, because there is still an assumption in society that it is women's responsibility to do the caregiving. We know that this is changing with the younger generation, that more and more men are becoming engaged and really want to be spending time with their families and their children, but if you look at the percentage of time, it's still higher for women.
I think women tend to worry more about being in two places at the same time. I talk to women all the time who say, I feel guilty when I'm at work and I feel guilty when I'm at home, because I feel I'm not giving effectively to either one. There's also the notion—and still, even in recent times—that women will be asked about their family responsibilities, members of Parliament or otherwise, and men will not be. There is that media perception still of what women should be doing and what their role should be, and I think this inhibits women.
The other thing that I think inhibits women, and I've heard it many times, is “I don't want my private life put out there”, and so they will step back, and that's unfortunate, because I think it should not be the case.
Il y a manifestement là un effet dissuasif, car on suppose toujours que ce sont les femmes qui ont la responsabilité de s’occuper des enfants. Nous savons que cela change peu à peu dans les jeunes générations et que de plus en plus de jeunes hommes tiennent à passer du temps avec leur famille et leurs enfants mais, quand on calcule le pourcentage de temps consacré aux enfants, on constate qu’il reste plus élevé pour les femmes.
Je pense que les femmes ont tendance à être plus préoccupées par l’idée de devoir être à deux endroits en même temps. Je parle souvent à des femmes qui me disent qu’elles ont un certain sentiment de culpabilité quand elles sont au travail et aussi quand elles sont à la maison, car elles ont le sentiment de ne pas pouvoir agir de manière efficace dans chaque cas. Il y a aussi l’idée, qui existe encore même à notre époque, qu’on interrogera les femmes sur leurs responsabilités familiales, qu’elles soient députées ou non, ce qui ne sera pas le cas pour les hommes. Il y a toujours dans les médias une certaine idée préconçue de ce que les femmes devraient faire et du rôle qu’elles devraient jouer, ce qui constitue une entrave à l’action politique des femmes, à mon avis.
L’autre chose qui constitue une entrave pour les femmes, et dont j’ai souvent entendu parler, est cette idée qu’elles ne veulent pas que leur vie privée soit étalée sur la place publique, ce qui a sur elles un effet dissuasif regrettable, je crois, parce que cela ne devrait pas être le cas.
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
Do you think, then, that addressing the efficiencies of the time we spend here and perhaps even compressing the work week would help in redressing the imbalance in our Parliament? We're number 48 in the world for the number of women in Parliament. Would this help to address that?
Croyez-vous donc que rehausser l’efficience des travaux parlementaires et peut-être même comprimer la semaine de travail contribuerait à rétablir l’équilibre dans notre Parlement? Nous sommes au 48e rang dans le monde pour ce qui est du nombre de femmes au Parlement. Est-ce que cela contribuerait à redresser cette situation?
Clare Beckton
View Clare Beckton Profile
Clare Beckton
2016-05-05 11:16
It's one of the elements that would help address it. I think there's no substitute for leadership from the political parties whereby they put a real focus on how you encourage more women to run. We know that women usually don't put themselves forward: they need to be asked. Parties need to be out there recruiting, engaging, and asking women to run, because we need that diversity, and the House is better served.
What you say is one piece, but there is that broader piece of how you get them to run in the first place. It certainly would open the door for younger women, because you find that many women wait until their children are a little older before deciding to run, because they feel that they'll have a better opportunity to put their energies where they'd like them to be.
C’est l’une des choses qui permettraient de s’attaquer au problème, je crois. Je pense que rien ne saurait remplacer le leadership des partis politiques qui devraient très sérieusement encourager plus de femmes à poser leur candidature. Nous savons que les femmes ne posent généralement pas spontanément leur propre candidature. Elles doivent y être invitées. Les partis devraient donc faire plus sérieusement leur recrutement et demander à des femmes de se porter candidates, car nous avons besoin de cette diversité, qui serait bénéfique à la Chambre d’ailleurs.
Ce que vous dites n’est qu’une des pièces du casse-tête. Et il y a une pièce encore plus importante qui est reliée à la manière dont on les amène à se porter candidates. Il faudrait certainement ouvrir la porte aux jeunes femmes, car on constate que les femmes attendent souvent que leurs enfants soient un peu plus âgés avant de se décider à être candidates. En effet, elles pensent qu’elles auront alors plus le loisir de se consacrer aux choses qui comptent pour elles.
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
Picking up on what you said about the culture and about respect and modelling the desired behaviours, I've had young students coming to question period, young women, saying “I'll never run for Parliament” because they just don't like the very aggressive behaviour.
What do you think could be done about that?
Je voudrais revenir sur ce que vous disiez au sujet de la culture de l’institution et de la notion de respect, et du fait que les leaders doivent donner l’exemple des comportements souhaités. Quand j’ai fait venir de jeunes étudiantes à la période des questions, elles m’ont dit qu’elles ne seraient jamais candidates aux élections parce qu’elles n’aiment tout simplement pas le niveau d’agressivité qu’elles ont constaté.
Qu’est-ce qu’on pourrait faire à ce sujet, d’après vous?
Clare Beckton
View Clare Beckton Profile
Clare Beckton
2016-05-05 11:17
Well, I think that is the whole piece about respect: how you work to change question period so that it really becomes an opportunity to really genuinely ask questions. That is desirable; it's a good thing. You want to be able to challenge the leaders and the government, but you want to be able to do it in a way that is not for showmanship but is really aimed at getting the kinds of answers that people in the country want to hear. I think many people out there would look at Parliament in a different way, if this were the case.
Certainly, I have heard a number of women ask: why would I want to engage in that kind of fray? I don't feel comfortable doing it, it's not my style, and it's not how I want to do things. We run into that everywhere, because when women are perceived to be more aggressive, that is perceived to be bad, while if men are more aggressive, that's okay, that's what they do.
Rightly or wrongly, this is still there as a perception, and we hear it all the time, that there's that double standard. It's more often an unconscious bias than it is a conscious decision.
Eh bien, je pense que cela participe de toute cette question du respect et de ce qu’il faut faire pour changer la période des questions afin qu’elle devienne une véritable occasion de poser des questions sérieuses. C’est tout à fait souhaitable, ce serait une bonne chose. Vous voulez avoir la possibilité d’interroger les chefs et les membres du gouvernement, mais vous voulez aussi avoir la possibilité de le faire d’une manière qui soit vraiment sérieuse, afin d’obtenir vraiment le genre de réponses qu’attendent les électeurs. Je pense que beaucoup de gens auraient une opinion différente du Parlement si c’était le cas.
J’ai souvent entendu des femmes me dire: « Pourquoi voudrais-je participer à ce genre de cirque? Je ne m’y sentirais pas à l’aise. Ce n’est pas mon style, ce n’est pas la manière dont je veux me comporter. » Nous rencontrons cela partout, parce que, lorsque des femmes sont perçues comme étant plus agressives, on dit que c’est mauvais. Par contre, si ce sont des hommes qui sont agressifs, c’est acceptable. Voilà la réalité.
À tort ou à raison, cette perception existe encore aujourd’hui, et nous en avons des exemples en permanence. C’est toujours la question du deux poids, deux mesures. C’est cependant souvent plus inconscient que conscient.
View David Christopherson Profile
NDP (ON)
Thank you, Chair. After you've been here for a while, you can do anything with 20 seconds, trust me.
Mr. Jamie Schmale: I could have kept going.
Mr. David Christopherson: That's all right.
Thank you both very much for your attendance today.
The first thing I want to do is pick up on what Mr. Schmale said regarding guilt. I've been doing this for over 30 years. I remember a staff rep with the Auto Workers. We were at a retirement, and he was giving his good-bye speech, and said, “You know, everybody over the years has said to me”—meaning him—“'Oh, thank you for the sacrifice that you made for the union members, for the cause, to make the world a better place.'” He said: “You know, the truth of the matter is that it wasn't me who made the sacrifice. It was my family who made the sacrifice, because I was off doing what I enjoy doing; I was able to pursue my passions of speaking out on matters of injustice and fairness, so I was getting a return on what I was doing. But the wedding anniversary, the children's birthdays...”.
Do you want to talk about guilt? It's awful. But that's the truth of the matter: it's the family who pay the sacrifice, because quite frankly, many times you have a choice. It sounds awful, but this is the dilemma; this is what we're talking about, the real life of being an MP. We're still people, and that guilt, when you have to go to a major event—for whatever reason, you have to be there—but your partner is saying, “It's our daughter's birthday. How could you possibly make anything else a bigger priority?” There is such guilt.
I guess talking about it may be one way of dealing with it. I always thought that was a profound observation that Frank Marose made, that the sacrifice really wasn't his, although everyone was saying “Thank you for your sacrifice”, but that it was his family that made those sacrifices.
Second, Peter Stoffer, one of the most amazing parliamentarians to ever darken the doorways around here.... One of the things he was known for was the "All-party party”, which blew me away, because I have to tell you, if my whole reputation from this Hill back in Hamilton were that I was the organizer of a major party, I'd be in for one term. But Peter pulled it off. He was a one-off guy, and people loved Peter.
Maybe it's time to find somebody. There's a unique opportunity. We have a lot of rookies. There's a vacuum there to step into. He literally was all about pulling us all together.
Mr. Prest, everything you were talking about.... That was Peter. That's what Peter was about. The examples you were giving, I think, were mostly Peter: the Christmas one, the "All-party party”; then there used to be the “Hilloween”, which Mr. Reid has pointed to. I'm glad you raised that, and this is something we'll look at.
I want to comment again that I can't believe the difference it has made to have the votes after QP. How many evenings are not destroyed by that? And by saying this, I don't mean that we get to go back to our apartments; I mean that then we can finally go to the meetings we're supposed to be at and the receptions we want to get to, and yes, sometimes spend some social time with colleagues we don't really get to know all that well.
That was a simple thing, and I think it has made a huge difference.
While I have the floor, I want to mention the House and the tone with women. I've defended heckling as an important part of the culture of Parliament, but of course by that I mean one-offs that are like political cartoons, which are meant to be funny and biting and to make a point.
I experienced something yesterday, and I didn't rise to make a point of order, but I did make a point of going over and talking to the Speaker afterwards.... I sit right across from the Minister of International Trade. Now, the Minister of International Trade happens to be a woman, and she happens to be a small woman; she's petite. She sits right across from me, as David is here, and I have to tell you, the drowning noise coming from, I'll just say, “opposition benches”, was so loud that I could hardly hear her. That's not heckling. That's not an intelligent contribution. That's not an emotional response reflecting something that's of value to you that you had to speak out on. No, that's just plain rude and ignorant and unacceptable. Hopefully, when we talk about heckling, we can separate the difference between what is meant to be a pointed contribution to a debate, remembering that our debates replace fighting on the battlefield, so that there has to be some letting go, and just plain drowning someone out because you can, particularly—and I'm going to say it—just because you're a man and you have a bigger....
I have a big, loud voice. To use it for the sole purpose of shutting down a colleague is the antithesis of an intelligent, civilized, democratic debate, and I think we're going to see the Speaker continue to do what he can to stop that.
I do have a question here.
Mr. Prest, you have the unique advantage of having been on both sides as a staff person. With all your experience, just give us your thoughts on the differing impacts on staff—and I've been on both sides, in different houses—from your perspective as this place affects staff, depending whether you're in government or in opposition.
Merci, monsieur le président. Quand on est ici depuis quelque temps, je peux vous assurer qu'on peut faire n'importe quoi en 20 secondes.
M. Jamie Schmale: J'aurais dû continuer.
M. David Christopherson: Ça va.
Merci à tous les deux d'être venus aujourd'hui.
Ma première remarque concerne le sentiment de culpabilité qu'a évoqué M. Schmale. Je connais ça depuis plus de 30 ans. Je me souviens d'un représentant du personnel des Travailleurs canadiens de l'automobile. C'était à une fête de départ à la retraite et il donnait son discours d'adieu. Voici ce qu'il avait dit: « Vous savez, au fil des ans, les gens m'ont souvent remercié pour les sacrifices que j'avais faits pour les travailleurs syndiqués, pour la cause, afin de leur offrir de meilleures conditions de travail. En vérité, ce n'est pas moi qui ai fait le sacrifice, c'est ma famille, parce que moi, je faisais ce que j'aimais; ma passion, c'était de parler des injustices et de l'équité, alors j'étais payé en retour pour ce que je faisais. Par contre, les anniversaires de mariage, les anniversaires des enfants... »
Le sentiment de culpabilité est une chose horrible. Mais la vérité, c'est que ce sont les familles qui font le sacrifice, parce que, franchement, souvent vous avez le choix. Cela paraît terrible, mais c'est ça le dilemme; cela fait partie de la vie quotidienne d'un député. Nous sommes des humains comme les autres, et ce sentiment de culpabilité se manifeste lorsque vous devez assister à un événement important — quelle que soit la raison, vous devez être présent —, mais votre conjointe vous rappelle que c'est l'anniversaire de votre fille et que vous devriez vous faire un devoir de le célébrer avec elle, que ça devrait être votre plus grande priorité. On se sent alors terriblement coupable.
Le fait d'en parler aide peut-être un peu. J'ai toujours pensé qu'elle était très profonde cette observation de Frank Marose, car ce n'est pas lui qui se sacrifiait, contrairement à ce que tout le monde pensait, mais plutôt sa famille.
Deuxièmement, Peter Stoffer, un des parlementaires les plus extraordinaires à avoir fréquenté les couloirs du Parlement... Il était réputé pour l'événement-bénéfice que l'on appelait « All-party party ». J'en étais très impressionné, parce que, je dois vous dire, si j'avais pour réputation, à Hamilton, d'être un organisateur d'événements sur la Colline, je ne tiendrais pas plus d'un mandat. Mais Peter organisait tout ça. C'était un gars unique et tout le monde aimait Peter.
Il est peut-être temps de trouver quelqu'un d'autre. C'est l'occasion où jamais. Il y a beaucoup de jeunes députés. C'est un créneau à prendre. Il n'y avait personne comme lui pour nous rassembler tous.
Monsieur Prest, tout ce dont vous avez parlé... C'était Peter. Peter était comme ça. Les exemples que vous avez donnés, je crois, se rapportaient surtout à Peter: la fête de Noël, le « Party de tous les partis »; il y avait aussi la fête de « Hilloween », dont M. Reid a parlé. Je suis content que vous en ayez parlé et nous allons y réfléchir.
J'aimerais dire de nouveau combien les choses se sont améliorées depuis qu'on a placé les votes après la période de questions. Combien de soirées avons-nous perdues à cause de cela? Et ne croyez pas que c'était parce que nous voulions retourner chez nous; nous devions ensuite aller aux réunions auxquelles nous étions censés participer et aux réceptions auxquelles nous voulions assister et, bien entendu, il nous arrivait aussi parfois de passer du temps avec des collègues que l'on n'a pas finalement l'occasion de connaître si bien.
C'était une chose simple qui a produit une énorme différence.
Puisque j'ai la parole, j'aimerais parler de la Chambre et de l'attitude envers les femmes. Je me suis porté à la défense du chahut à la Chambre, en affirmant que cela faisait partie de la culture parlementaire, mais, bien entendu, il ne faut pas que cela devienne systématique. Il faut plutôt qu'on utilise le chahut comme le font les caricaturistes politiques, pour exprimer un point de vue drôle et mordant.
Je vais vous raconter une expérience que j'ai vécue hier. Je ne me suis pas levé pour faire appel au Règlement, mais je me suis fait un point d'honneur d'en parler par la suite au Président... Je suis assis juste en face de la ministre du Commerce international, une femme qui est plutôt de petite taille. Elle est assise juste en face de moi, comme David ici, et je peux vous dire que le bruit assourdissant qui venait des « banquettes de l'opposition », disons-le comme ça, était si énorme qu'on pouvait à peine l'entendre. Ça, ce n'était pas du chahut. Ce n'était pas une contribution intelligente. Ce n'était pas une réaction émotive exprimant un point de vue valable que l'on veut faire entendre. Non, c'était tout simplement grossier, ignare et inacceptable. Quand on parle de chahut, il faut faire la distinction, d'une part, entre ce qui est censé être une contribution pertinente aux débats, puisqu'il faut se rappeler que nos débats remplacent les combats et qu'il faut parfois laisser sortir la vapeur, et, d'autre part, le simple fait de vouloir faire taire quelqu'un et — je vais le dire — tout simplement parce qu'on est un homme et qu'on a une plus grosse...
J'ai une grosse voix de stentor. Si je l'utilisais uniquement pour faire taire un collègue, j'irais à l'encontre de tout débat intelligent, civilisé, démocratique et je pense que le Président va continuer à faire tout ce qu'il peut pour faire arrêter cela.
Voici ma question.
Monsieur Prest, vous avez le grand avantage d'avoir travaillé des deux côtés, comme membre du personnel. Compte tenu de votre expérience, dites-nous quelles sont les différences en matière d'impact sur le personnel — puisque vous avez été des deux côtés, dans les différentes chambres —, d'après vous, comment le personnel est-il touché selon qu'il travaille pour le gouvernement ou pour l'opposition?
View David de Burgh Graham Profile
Lib. (QC)
Taking it back to where we're supposed to be—family-friendly—what kind of changes do you see being needed on the simple things we've been talking about? I don't know whether you've been following our process for the last couple of months, but questions around day care, the bus system, parking, calendar sharing— all these kinds of things—have come up, which are technical questions and internal economy questions. I wonder whether you have feedback on those.
My personal pet peeve, as a former staffer—I was a staffer here for many years as well—is the fact that you can't share your calendar between an MP and a staff member on your BlackBerry in such a way that both can edit it. I'd like to take that a step further and allow, for example, my spouse to see my calendar, so that I'm not stuck using Google Calendar and going off the reservation to share it, so that they know where I am and we can actually plan things.
Revenons au sujet qui devrait nous préoccuper, soit les initiatives relatives à la vie de famille — quels sont les changements qui vous paraissent indispensables au sujet des choses toutes simples dont nous avons parlé? Je ne sais pas si vous avez suivi nos travaux depuis quelques mois, mais nous avons parlé de services de garderie et d'autobus, de stationnement, de diffusion du calendrier — toutes sortes de choses — qui sont des questions techniques relevant de la régie interne. Je me demande si vous avez des commentaires à faire à ce sujet.
En tant qu'ancien membre du personnel — j'ai été moi aussi membre du personnel ici pendant de nombreuses années —, ce qui me dérange le plus personnellement, c'est de ne pas pouvoir partager mon calendrier avec un député et un membre du personnel sur mon BlackBerry, de manière à permettre à chacun de modifier ce calendrier. Je voudrais même aller plus loin et permettre, par exemple, à ma conjointe de consulter mon calendrier, afin que je ne sois pas obligé d'utiliser le calendrier Google et de sortir de la zone pour le partager, afin que ces personnes-là sachent où je suis et qu'on puisse coordonner nos emplois du temps.
View David de Burgh Graham Profile
Lib. (QC)
I was in tech before I was in politics, and I don't see it as a technical problem. I see it as a political problem; therefore, it has to go to Internal Economy to direct ITSD—the IT service desk—to do something about it, and they won't do it without that direction.
Is that a direction you would want to see?
Avant de faire de la politique, j'étais dans le domaine technique et je ne pense pas que ce soit un problème technique. Je crois plutôt que c'est un problème politique; il faut donc que la régie interne s'adresse au Bureau de services de TI pour leur demander de régler le problème, parce qu'ils ne feront rien sans cette demande.
Est-ce une modification qui vous paraît souhaitable?
David Prest
View David Prest Profile
David Prest
2016-05-05 11:38
I guess I don't grasp what the politics of it is. I suppose, if you were serious—
Je ne vois pas ce qu'il y a de politique là-dedans. Je suppose que si vous le vouliez vraiment...
View David de Burgh Graham Profile
Lib. (QC)
If there were no politics, it would be fixed by now.
S'il n'y avait pas de volonté politique, ce serait déjà réglé.
David Prest
View David Prest Profile
David Prest
2016-05-05 11:38
I guess I'm not familiar with the issue. I really don't know.
J'avoue que cela me dépasse un peu. Je ne sais vraiment pas.
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
Thank you, and you pronounced my name right. That's great.
First and foremost, I want to thank both Ms. Beckton and Mr. Prest for being here today. We appreciate your taking time to help us with this really important portfolio that we're looking at.
To start off, probably six years ago I was approached to run provincially in my province, and at the time my reality was very different from what it is now. Back then I was taking care of a mother who suffers from dementia, and I really wanted to be there and needed to be close to home, so I quickly made a decision that the timing was off.
At the time when I was approached to run, they had indicated that first of all they were looking for more women to run provincially and also wanted to make sure we had younger women run. That was one reason I had been asked, and also that I was involved in my community.
Fast forward six years and here I am now. My mother is still living—she's in an assisted facility—but when I reflect upon why I made the decision not to run, it's that there were some obstacles put in the way.
If I look now, I guess that as Canadians we want our Parliament to really reflect our Canadian population. I guess my question—to both of you, really and truly—is how do you think the status quo will encourage or discourage more women from running, or also getting more young people to run to ensure that we have a more inclusive Parliament here in Ottawa?
Merci. En plus, vous avez bien prononcé mon nom. C'est formidable.
Avant tout, je tiens à remercier Mme Beckton et M. Prest d'être venus témoigner aujourd'hui. Nous vous remercions d'avoir pris le temps de nous aider sur ce dossier très important que nous devons examiner.
Pour commencer, il y a six ans environ, on m'avait sollicitée pour me présenter sur la scène provinciale, mais à l'époque, je vivais une situation très différente. Je m'occupais alors de ma mère qui souffrait de démence et je voulais vraiment être présente auprès d'elle et il fallait que je reste dans les environs. Par conséquent, j'avais décidé que ce n'était pas le bon moment.
Les personnes qui m'avaient sollicitée m'avaient dit qu'elles étaient à la recherche de candidates, en particulier de jeunes femmes, pour se présenter sur la scène provinciale. C'est la raison pour laquelle on me l'avait demandé et aussi parce que j'étais engagée dans ma collectivité.
Six ans plus tard, je suis ici. Ma mère vit toujours — elle est placée dans un centre de vie avec services de soutien — mais si j'avais à l'époque pris la décision de ne pas me présenter, c'est que la voie n'était pas libre.
De nos jours, je pense que les Canadiennes et les Canadiens veulent que notre Parlement soit un reflet authentique de la population canadienne. La question que je vous pose à tous les deux est la suivante: Pensez-vous que le statu quo encouragera ou découragera les femmes à se lancer en politique ou incitera plus de jeunes à se présenter, afin que nous ayons un Parlement plus inclusif ici à Ottawa?
Clare Beckton
View Clare Beckton Profile
Clare Beckton
2016-05-05 11:46
Without reference to specific rules, I think the status quo around the culture of combativeness will continue to discourage younger women and women in general, and people from some of the different cultural backgrounds in which that is not the way they operate and not the way they're accustomed to operating. They're more used to a collaborative style. So I think that is one of the things that will continue to inhibit people.
You were talking a little bit earlier about day care. I think for a lot of young parents coming to the Hill, having something that was close might allow them to bring their younger children to be closer to them and their family if that was what was necessary. I've seen a few MPs, who are nursing mothers, trying to manage that in their schedule every day.
I think quite apart from the rules, the culture plays a big role in attracting younger women, and in fact all women, to come, as well as, I think, a certain number of younger men as well, because they're looking at things a little differently today.
Sans aucune référence à des règles précises, je pense que l'atmosphère de combativité qui existe actuellement et qui sera maintenue si l'on garde le statu quo, continuera à décourager les jeunes femmes et les femmes en général, ainsi que les gens en provenance de milieux culturels différents qui n'ont pas l'habitude de fonctionner de cette manière. Ils sont plus habitués à un style de collaboration. Alors je crois que c'est un des éléments qui continuera à décourager les gens.
Un peu plus tôt, vous avez parlé des services de garde. Je pense que beaucoup de jeunes parents qui viennent sur la Colline apprécieraient d'avoir un service de garde à proximité pour qu'ils soient plus proches de leurs jeunes enfants et de leur famille, si cela était nécessaire. Je sais que certaines députées organisent leur emploi du temps quotidien pour pouvoir allaiter leur enfant.
Quel que soit le règlement, je pense que la culture ambiante joue un grand rôle pour attirer des jeunes femmes, et en fait toutes les femmes, ainsi qu'un certain nombre de jeunes hommes, car ceux-ci voient les choses un peu différemment de nos jours.
David Prest
View David Prest Profile
David Prest
2016-05-05 11:47
I think we just need to keep moving towards a more family-friendly House, and that will encourage more women to run, because they are usually the ones who are looking after children. I can't think of any rule changes that would encourage.... I think we should just keep moving forward with this study and improving things around here for parents.
Je pense que nous devons continuer à adapter le Parlement aux besoins des familles et que cela encouragera un plus grand nombre de femmes à se présenter, parce que ce sont généralement les femmes qui s'occupent des enfants. Sur le plan du règlement, je ne vois pas quels sont les changements qui pourraient encourager... Je pense que nous devrions poursuivre cette étude et améliorer la situation ici pour les parents.
View Ruby Sahota Profile
Lib. (ON)
Thank you for being here, Ms. Beckton and Mr. Prest.
I heard both of you say that when you add more women to politics, you change the culture here. I've also heard it said the other way: why don't we just change the culture and perhaps then we'll be adding more women to Parliament? That's exactly what we're trying to do at this committee here today as we explore ways we can change the culture.
I haven't been hearing a whole lot of concrete ideas. I'm hearing a lot of let's keep the status quo, and it's fun for kids to come up here on the Hill sometimes, but I don't think that's necessarily what we are getting at. Whether we can have a fun event with kids...we should be having those, and I think that's a great idea and I bring my kids up here as well. But it's about getting representation and about making sure the people we have here, whether staff or politicians, end up staying here for the long run as well and not deciding to leave their jobs for particular reasons.
My question is more to you, Ms. Beckton. Could you elaborate a little bit more about what other barriers or challenges you see? You're saying we're at 26% right now. How can we do better? What things should we do? You talk to women every day. We have our own stories, but what are some stories you would like to share?
Madame Beckton et monsieur Prest, merci d'être venus.
Je vous ai tous les deux entendu dire que lorsqu'on fait entrer plus de femmes en politique, on contribue à faire charger la culture. J'ai aussi entendu dire le contraire: pourquoi ne pas changer la culture et attirer ainsi plus de femmes au Parlement? C'est exactement ce que nous essayons de faire aujourd'hui dans notre Comité puisque nous examinons les façons dont nous pouvons changer la culture.
Jusqu'à présent, je n'ai pas entendu beaucoup d'idées concrètes. Il y a beaucoup de gens qui sont en faveur du statu quo, disant que c'est amusant pour leurs enfants de venir de temps en temps sur la Colline parlementaire, mais je ne pense pas que ce soit nécessairement le sujet qui nous préoccupe. C'est très bien de faire participer nos enfants à des activités amusantes. Je pense que c'est une bonne idée et, moi aussi, je fais parfois venir mes enfants ici. Mais ce que nous voulons, c'est une meilleure représentation. Nous voulons que les femmes que nous avons ici, qu'elles soient membres du personnel ou en politique, restent à long terme et ne décident pas de quitter leur emploi pour des raisons particulières.
Ma question s'adresse surtout à vous, madame Beckton. Pouvez-vous nous dire quels sont les obstacles ou les défis que vous entrevoyez? Vous affirmez que nous sommes actuellement à 26 %. Comment augmenter ce pourcentage? Que pouvons-nous faire? Vous parlez à des femmes chaque jour. Nous connaissons notre propre histoire, mais quelles sont les autres histoires que vous aimeriez partager avec nous?
Clare Beckton
View Clare Beckton Profile
Clare Beckton
2016-05-05 11:57
I think one of the things that is important is that women need role models, particularly young women. It's important that they see members of Parliament who are women, see what they're doing, and see that they can behave authentically with who they are, and that they don't necessarily have to act like men. That makes it very hard. If you feel you have to be in there heckling and shouting, which is not your normal way of doing things, it can be very discouraging if you come into an environment where that's expected.
It's also about being able to authentically be who they are, speaking to young women, and being encouraging. I think men can encourage women by inviting them to come to the table, because women don't always come to the table on their own. This is something we can certainly work on. I think they need to feel that they have an environment of support. The women's caucuses are important. The cross-party caucuses can play a strong role in telling women when they come, “You will have support, you will not be alone here”, because it can be very lonely when you're trying to find your way into that space.
I think there is a culture around harassment, and we should make sure there is a safe environment and that you have a place where you can report harassment if it happens. You know that it has happened on the Hill. We know it's happened to MPs, and we know it's happened to members of their staff. That is not the kind of environment you want.
The whole environment around respect means that when you see people acting in a respectful manner that does encourage women to look.... Something I hear all the time is that “I don't want to be part of that kind of behaviour”, and “I don't want to have to be treated by the media the way I see the media often treating women”. Those are things that discourage women. There is a certain awareness of what it means to be an MP and what things you can contribute and how valuable that is to our country.
Ce qui est important, c'est que les femmes ont besoin de modèles, en particulier les jeunes femmes. Il est important qu'elles voient des femmes qui sont députées au Parlement, qu'elles voient comment elles se comportent, en restant elles-mêmes et sans nécessairement imiter les hommes. Cela rend les choses très difficiles. Si vous avez l'impression qu'il faut chahuter et crier ici, alors que ce n'est pas votre comportement naturel, cela peut être très décourageant d'intégrer un environnement où ce type de comportement est établi.
Les députées doivent demeurer authentiques, parler aux jeunes femmes et être encourageantes. Je pense que les hommes peuvent encourager les femmes en les invitant à s'asseoir à la table, parce que les femmes n'osent pas toujours le faire d'elles-mêmes. Voilà certainement un aspect sur lequel nous pouvons travailler. Je pense que les femmes ont besoin d'évoluer dans un milieu qui les soutient. Les caucus féminins sont importants. Les caucus interpartis jouent un rôle important dans le sens que les femmes s'y sentent bienvenues ou elles sentent qu'elles ont du soutien et qu'elles ne sont pas seules. En effet, les femmes peuvent se sentir très seules lorsqu'elles tentent de se faire une place.
Je pense que le harcèlement appartient à une certaine culture et que nous pouvons offrir aux femmes un environnement sûr et les encourager à dénoncer le harcèlement lorsqu'il se produit. Vous savez que cela est arrivé sur la Colline. Nous savons que cela est arrivé à des députées et à des membres de leur personnel. Ce n'est pas le type d'environnement que nous souhaitons.
Les femmes sont encouragées par un environnement respectueux où les gens se respectent mutuellement... Il y a toujours des femmes qui me disent: « Je ne veux pas appartenir à un groupe qui affiche un tel comportement » ou « Je vois comment les médias traitent souvent les femmes et je ne veux pas être traitée de cette manière ». Voilà des choses qui découragent les femmes. Il y a une certaine conscience du rôle du député, de sa contribution et de son utilité pour le pays.
François Arsenault
View François Arsenault Profile
François Arsenault
2016-05-05 12:09
Thank you.
Good morning, Mr. Chair, ladies and gentlemen of the committee. My name is François Arsenault. I am director of parliamentary proceedings at the National Assembly of Quebec. I wish to thank the committee for inviting me to speak with you. I hope that what I have to say will be useful to you in your work.
First of all, I should mention that, in 2009, the National Assembly adopted major parliamentary reforms involving several issues being studied by this committee. The objectives of the 2009 reform were to: spread out legislative work over time, balance constituency and Assembly work, limit extended sitting periods, avoid long winter and summer breaks, incorporate private members' business in the calendar, and make enough time available for the government's legislative agenda.
I will begin by talking about the sitting schedule and the parliamentary calendars.
The calendar in place since 2009 lengthened each parliamentary work period during the year while cutting the number of sitting hours per week and adding designated constituency weeks. In practical terms, Assembly sittings start and end earlier in the year. The number of hours for routine proceedings was significantly reduced. However, the government still has a lot of leeway for moving its legislative agenda forward, while a lot of time still goes unused.
As well, each sitting of the Assembly now begins with routine proceedings, since that is when the largest number of members are in the chamber, the Salon bleu. The Tuesday sitting, usually the first sitting of the week, starts in the afternoon so that members working in the regions can return to the Assembly.
Lastly, the number of sittings with extended hours was cut in half, from four to two weeks per work period, a total of four per year and, during this period, the Assembly and committees do not sit as late in the evening.
On page 3 of the document you have received, you will find a summary of the calendar that is in effect until June. One period of 16 weeks begins on the second Tuesday in February. The other period, 10 weeks long, begins on the third Tuesday in September. There are then extended sitting hours for a total of four weeks, two weeks following each regular session. The calendar also provides for work in electoral districts: three weeks during the session starting in February, one week during the session starting in September and one week following the end of period.
On page 4, you will find the calendar of Assembly work. By that, I mean the hours during which the Assembly sits. I will spare you a reading of all the hours listed there. I do apologize, however, for a small typo. This is an older version, with 9:30 a.m. indicated as the starting time, which is now 9:40 a.m. after an adjustment to the standing orders a few months ago. This is the calendar of both ordinary hours and extended hours.
Parliamentary committees are also included because, except for constituency weeks, committees may meet at any time during the schedule on page 5. You can also see that committees can meet on Monday afternoons and Friday mornings. Up to four committees can meet simultaneously. This number increases to five when the Assembly is not sitting.
I would now like to deal with voting procedure in the chamber or in committee.
Electronic voting or remote voting is not permitted in the National Assembly. Members must be present to exercise their right to vote. However, there is a way to avoid holding votes at less desirable times in the chamber, such as late at night. These are known as deferred divisions and they allow the government to defer any division until the routine proceedings on the next sitting day. Divisions may be deferred only upon request of the government house leader.
As for child care, there have already been discussions to consider opening a child care service within or near the Parliament building for parliamentarians and their staff. This was not pursued, in part because Parliament Hill is well served by several child care facilities and members did not want to open such an exclusive service while not all Quebeckers have access to subsidized child care.
As well, the vast majority of members do not have their primary residence in the Quebec City area, so parliamentary child care would not help make the assembly more family-friendly. Remember that the Assembly meets 26 weeks per year for an average of just under 80 sittings.
Like the rest of the province, parliamentarians technically have access to parental leave, although so far this type of leave has never been used. Members hold a publicly elective office and are deemed to be exercising the duties of this office as long as they remain in office. A member's seat becomes vacant only under the circumstances outlined in sections 16 and 17 of an Act respecting the National Assembly, for example, in the case of resignation, electoral defeat or imprisonment.
Since the voters in the riding elect members for a maximum five-year term, the member's duties cannot be delegated to someone else. If a member took extended absence for parental leave, who would represent the constituents? Could a member's absence from a vote end up changing the outcome? Should members on parental leave be counted for a quorum? Who would sign official documents on their behalf? Who would have authority over their staff?
Section 35 of the Code of ethics and conduct of the members of the National Assembly states that members must “maintain a good attendance record in carrying out the duties of office”. They may not be “absent from sittings of the National Assembly for an unreasonable length of time without a valid reason”. How would the Ethics Commissioner view an extended absence for parental leave?
I want to comment briefly on technologies to improve work-family balance.
Of course, the National Assembly uses technology to allow parliamentarians to do their work efficiently, especially by providing them with various tools such as laptops, iPads and smartphones.
Another tool is the Greffier website. I see that my time is flying. I will just say that Greffier is an intranet site accessible to all parliamentarians, wherever they may be in the world. They can access various parliamentary documents, such as schedules, briefs submitted by groups for upcoming hearings, texts of bills and amendments. This all may be found on Greffier, in the Assembly or from home.
You will find attached a few statistics on the parliamentary work at the National Assembly that may be of interest to members of the committee.
Thank you.
Of course, I am available to answer your questions.
Merci.
Bonjour, monsieur le président, mesdames et messieurs les membres du Comité. Je m'appelle François Arsenault. Je suis directeur des travaux parlementaires à l'Assemblée nationale du Québec. Je tiens à remercier le Comité de m'avoir invité. J'espère que mon témoignage vous sera utile pour la suite de vos travaux.
D'entrée de jeu, il importe de mentionner que l'Assemblée nationale a adopté en 2009 une importante réforme parlementaire, qui a eu pour effet de toucher à plusieurs sujets qui sont à l'étude par ce comité. Les objectifs de la réforme de 2009 étaient notamment les suivants: étaler le travail législatif dans le temps, équilibrer le travail en circonscription et à l'Assemblée, limiter les périodes de travaux intensifs, éviter les longues périodes d'interruption d'hiver et d'été, intégrer les affaires des députés dans le calendrier et disposer du temps nécessaire pour le programme législatif du gouvernement.
Je vais commencer par parler de l'horaire des séances et des calendriers parlementaires.
Le calendrier en vigueur depuis 2009 a eu pour effet d'allonger chacune des périodes de travaux parlementaires pendant l'année, tout en réduisant les heures de séance par semaine et en ajoutant des semaines réglementaires de travail en circonscription. En résumé, l'Assemblée commence ses travaux plus tôt dans l'année et les termine plus tôt. Quant au nombre d'heures d'affaires du jour, il a été réduit considérablement. Toutefois, le gouvernement dispose encore d'une bonne marge de manoeuvre pour faire avancer le programme législatif, alors que beaucoup de temps disponible est encore inutilisé.
De plus, chaque séance de l'Assemblée débute maintenant par les affaires courantes, puisqu'il s'agit du moment où l'on retrouve le plus grand nombre de députés présents au Salon bleu. D'ailleurs, la séance du mardi, qui est habituellement la première séance de la semaine, débute en après-midi afin de donner davantage de temps aux députés qui travaillent en région pour revenir à l'Assemblée.
Finalement, les semaines de travaux intensifs ont été réduites de moitié, soit de quatre à deux semaines par période de travaux, pour un total de quatre par année, et l'Assemblée et les commissions siègent moins tard le soir pendant cette période.
À la page 3 du document qui vous a été transmis, il y a un résumé du calendrier qui est en vigueur jusqu'en juin. Il y a une période de 16 semaines commençant le deuxième mardi de février. L'autre période, d'une durée de 10 semaines, commence le troisième mardi de septembre. Ensuite, il y a des périodes de travaux intensifs pour un total de quatre semaines, qui sont deux semaines à la suite de chaque période de travaux. Également, il est prévu dans le calendrier des périodes de travail en circonscription: trois semaines pendant la période de travaux qui a débuté en février, donc la présente période de travaux, et une semaine pendant la période de travaux débutant en septembre et une semaine suivant cette période.
À la page 4 se trouve l'horaire des travaux de l'Assemblée. Je parle ici des heures pendant lesquelles l'Assemblée siège. Je vous fais grâce de la lecture de toutes les heures qui y figurent. Je tiens cependant à m'excuser pour une petite coquille. C'est l'ancienne version. Il est écrit 9 h 30 pour le début, or c'est maintenant 9 h 40, depuis l'adoption d'un ajustement réglementaire il y a quelques mois. C'est l'horaire régulier et l'horaire des travaux intensifs.
Les commissions ne sont pas en reste, car, à l'exception des périodes de travail en circonscription, les commissions peuvent se réunir en tout temps, selon l'horaire qui se trouve à la page 5. Vous pouvez aussi constater que les commissions peuvent se réunir le lundi après-midi et le vendredi matin. Il faut noter qu'un maximum de quatre commissions peuvent se réunir simultanément. Ce nombre augmente à cinq lorsque l'Assemblée ne siège pas.
Je vais maintenant aborder la procédure des votes à la Chambre ou en comité.
Le vote électronique ou à distance n'est pas permis à l'Assemblée nationale. Chaque député doit donc être présent pour pouvoir exercer son droit de vote. Il existe cependant un moyen d'éviter de procéder à un vote lors d'un moment moins propice, comme lorsque la Chambre siège tard le soir. Il s'agit du vote reporté, qui permet au gouvernement de reporter un vote par appel nominal à la période des affaires courantes de la séance suivante. Ce report de vote ne peut se faire qu'à la demande du leader du gouvernement.
En ce qui concerne les services de garde, il y a déjà eu des discussions afin d'examiner l'ouverture d'un service de garde dans l'enceinte du Parlement ou à proximité pour les parlementaires et leur personnel. Cette idée ne s'est pas concrétisée, en raison du fait que la Colline du Parlement est déjà bien desservie par plusieurs installations de services de garde. De plus, les députés ne souhaitaient pas ouvrir un tel service exclusif alors que ce n'est pas toute la population qui a accès à des places subventionnées en garderie.
Par ailleurs, une large majorité de députés n'ont pas leur résidence principale dans la région de Québec. Une garderie au Parlement ne réglerait donc pas entièrement les difficultés de conciliation travail-famille. Je vous rappelle que l'Assemblée se réunit en moyenne 26 semaines par année, pour environ 80 séances par année.
Tout comme le reste de la population, les parlementaires ont droit en principe à des congés parentaux, bien que ce type de congé n'ait jamais été utilisé pour le moment. En effet, un député exerce une charge publique élective et tout député est réputé exercer cette charge tant qu'il demeure en fonction. Le siège d'un député devient vacant uniquement dans les circonstances prévues aux articles 16 et 17 de la Loi sur l'Assemblée nationale, par exemple dans le cas de démission, de défaite électorale ou d'emprisonnement.
Puisqu'il s'agit d'un mandat d'au plus cinq ans confié par les électeurs d'une circonscription, la charge de député ne peut être déléguée à quiconque. Or, dans le cas d'une absence prolongée d'un député pour un congé parental, qui représenterait les citoyens de la circonscription? L'absence du député lors d'un vote pourrait-elle avoir pour effet de changer l'issue de celui-ci? Les députés en congé parental devraient-ils être calculés dans le quorum? Qui signera les documents officiels pour les députés? Qui aura le lien d'autorité sur les employés du député?
L'article 35 du Code d'éthique et de déontologie des membres de l'Assemblée nationale prévoit que les députés doivent faire « preuve d'assiduité dans l'exercice de [leurs] fonctions » et qu'ils ne peuvent, « sans motif valable, faire défaut de siéger à l'Assemblée nationale durant une période déraisonnable ». Quel serait l'avis du commissaire à l'éthique advenant le cas d'une absence prolongée d'un député?
Je vais dire un petit mot sur les technologies favorisant la conciliation travail-famille.
L'Assemblée nationale utilise évidemment les technologies pour permettre aux parlementaires d'exercer efficacement leur travail, notamment en leur fournissant divers outils comme des ordinateurs portables, des tablettes numériques, des iPhone, et autres.
Un autre moyen est la mise en place du site du greffier. Je vois que le temps file. Je dirai simplement que le site du greffier est un site intranet accessible à l'ensemble des parlementaires partout où ils se trouvent dans le monde. Ils peuvent accéder à différents documents parlementaires comme des horaires, des mémoires des groupes transmis en audition, des textes de projets de loi ou des amendements. On peut retrouver tout cela dans le site du greffier, que ce soit à partir du Parlement ou de la maison.
J'ai mis en annexe quelques statistiques sur les travaux de l'Assemblée qui pourraient peut-être intéresser les membres du Comité.
Je vous remercie.
Je suis évidemment disponible pour répondre à vos questions.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2016-05-05 12:16
Thank you.
I would just point out with regard to your comment about replacing someone that in Sweden, ministers get a whole replacement person for their constituency work. I think it might be for parental leave too.
We'll start out with Mr. Graham, sharing with Mr. Lightbound, I think.
Merci.
À propos de votre commentaire concernant le remplacement des députés, j'aimerais vous signaler qu'en Suède, les ministres peuvent compter sur un substitut pour effectuer le travail dans leur circonscription. Je pense que ce système fonctionnerait aussi pour les congés parentaux.
Nous allons commencer par M. Graham qui partage son temps avec M. Lightbound, je pense.
View Joël Lightbound Profile
Lib. (QC)
Good afternoon, Mr. Arsenault. Thank you for being part of our session today.
All of us around this table share the same concern. We all want to have a parliament that better represents Canadians. Among other things, then, we want to attract more women.
As a result of the changes you introduced in 2009, have you observed a quantitative increase in the number of women elected to the National Assembly?
Qualitatively, have there been any comments about their experience with the work-life balance, and I would include men in that as well? How has it been received by the members?
Bonjour, monsieur Arsenault. Je vous remercie de prendre part à notre séance d'aujourd'hui.
Nous tous autour de cette table partageons la même préoccupation. Nous souhaitons tous avoir un Parlement plus représentatif de la population. Nous voulons donc, entre autres, y attirer plus de femmes.
À la suite des changements que vous avez apportés depuis 2009, avez-vous observé, d'un point de vue quantitatif, une augmentation du nombre de femmes élues à l'Assemblée nationale?
Du point de vue qualitatif, leur expérience de la conciliation travail-famille — j'inclurais également les hommes là-dedans — a-t-elle suscité des commentaires? Quelle est la réception des parlementaires à cet égard?
François Arsenault
View François Arsenault Profile
François Arsenault
2016-05-05 12:20
As for the participation of women, there are presently 36 women out of the 125 members, a little less than 29%. In 2012, 27% of the members were women. I do not have the 2009 figures with me, but essentially, we have seen no significant difference since the 2009 reform. There has not been a greater representation of women in the Quebec National Assembly. That’s point number one.
As for point number two, the impact of these rules on the work-life balance. As you can see in the media, that is currently making headlines in Quebec. Even before the events of this week, the subject kept coming back with parliamentarians. It did not solve all the previous problems. If you asked parliamentarians for their opinion about the current calendar that I showed you and what proposals they might have about it, you would probably get 125 different proposals from the 125 members. There really is no consensus on this issue.
Parliamentarians who live in and around Quebec City may see significant advantages in finishing work earlier and not sitting so late in the evening, because they can go home to their families. However, it is different for those from the regions and from outside the Quebec City area. If the National Assembly finishes its work at 6 p.m., it is impossible for a number of them to go home to their families. Some would therefore feel that, by contrast, the National Assembly should concentrate its calendar even more and sit for longer, over a much shorter period of time, so that they could go back to their constituencies.
Really, I would add that there are always discussions about Mondays and Fridays. When you looked at the national assembly’s calendar, you saw that it does not sit on Mondays unless there is a government motion. That is quite rare. In addition, it does not sit on Fridays except during the extended hours.
However, there is an impact on parliamentary committees. Some parliamentarians would prefer the National Assembly or the committees never to sit on Mondays and Fridays in order to make sure they could go back to their ridings and take care of their family obligations and their constituency work.
En ce qui concerne la présence des femmes, il y a actuellement 36 femmes sur 125 députés, ce qui fait un peu moins de 29 %. En 2012, 27 % des députés étaient des femmes. Je n'ai pas les chiffres de 2009 entre les mains, mais, essentiellement, on n'a pas vu de différence notable depuis la réforme de 2009. Il n'y a pas une plus grande représentation des femmes à l'Assemblée nationale du Québec. C'est une chose.
Qu'en est-il du deuxième élément, c'est-à-dire l'impact du règlement sur la conciliation travail-famille? Comme vous pouvez le voir dans les médias, c'est un sujet d'actualité au Québec. Même avant les événements de cette semaine, ce sujet revenait constamment auprès des parlementaires. Cela n'a pas réglé tous les problèmes passés. Si on demandait aux parlementaires leur avis sur le calendrier actuel que je vous ai exposé et quelles propositions ils souhaiteraient faire, on aurait probablement 125 propositions différentes puisqu'il y a 125 députés. Il n'y a pas vraiment d'unanimité sur la question.
Les parlementaires qui vivent dans la grande région de Québec peuvent voir de grands avantages à terminer les travaux plus tôt et à siéger moins tard le soir, puisqu'ils peuvent retourner chez eux voir leur famille. Cependant, c'est différent pour les parlementaires qui proviennent des régions et de l'extérieur de la région de Québec. Si l'Assemblée nationale termine ses travaux à 18 heures, il est impossible pour plusieurs d'entre eux de retourner dans leur famille. Certains seront d'avis que, au contraire, l'Assemblée nationale devrait concentrer encore davantage son calendrier et siéger de plus longues heures, mais sur une période de temps beaucoup plus courte, afin de leur permettre de retourner dans leurs circonscriptions.
En terminant, j'ajoute qu'il y a toujours des discussions sur les lundis et vendredis. Vous avez remarqué, en consultant le calendrier de l'Assemblée nationale, que celle-ci ne siège les lundis que sur motion du gouvernement. C'est assez rare. De plus, elle ne siège pas les vendredis, sauf en période de travaux intensifs.
Il y a cependant un impact sur les commissions parlementaires. Certains parlementaires souhaiteraient que l'Assemblée nationale ou les commissions ne siègent jamais les lundis et les vendredis, pour s'assurer de pouvoir retourner dans leurs circonscriptions et vaquer à leurs obligations familiales et au travail dans leurs comtés.
View David Christopherson Profile
NDP (ON)
I sat in the Ontario legislature for 13 years, and a study might show it to be different, but I don't recall the number of bills going through the House being that much greater.
Thank you for your comments on that.
I want to move again, and I may need some assistance from our analysts here, so I'd ask that they be on standby. You mention on page 6 of your opening remarks that your code of ethics empowers the ethics commissioner to determine whether a member's absence violates the code under section 35, and I quote: “A member must maintain a good attendance record in carrying out the duties of office. He or she may not be absent from sittings of the National Assembly for an unreasonable length of time without a valid reason.”
Through you, Chair, to our analyst, I believe, and correct me if I'm wrong, that we have an actual number of days, and you are either okay within that number of days or if you cross that threshold, you're into another scenario. Can you help me out, please?
J'ai siégé pendant 13 ans à l'Assemblée législative de l'Ontario, mais je ne crois pas que les projets de loi examinés par la Chambre soient beaucoup plus nombreux. Il faudrait étudier la question.
Je vous remercie pour vos commentaires à ce sujet.
Étant donné que je vais poursuivre, j'aurais peut-être besoin de l'assistance de nos analystes. J'aimerais donc qu'ils restent à disposition. Vous mentionnez, à la page 7 du texte de votre exposé, que le code d'éthique donne le pouvoir au commissaire à l'éthique de déterminer si l'absence d'un député contrevient au code en vertu de l'article 35 et je cite: « Le député fait preuve d'assiduité dans l'exercice de ses fonctions. Il ne peut, sans motif valable, faire défaut de siéger à l'Assemblée nationale durant une période déraisonnable ».
Monsieur le président, je vous demanderais de vérifier auprès de notre analyste s'il est exact que nous disposons d'un certain nombre de jours, mais que nous enclenchons un autre type de processus si nous allons au-delà. Pouvez-vous m'éclairer à ce sujet et rectifier si je fais erreur?
Results: 1 - 100 of 229 | Page: 1 of 3

1
2
3
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data