Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 150000
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:33
Good afternoon, Chair and members of the committee. Thank you for the invitation to appear before the committee today. We look forward to answering questions regarding the outcomes of the Canada-U.S.-Mexico agreement, or CUSMA, following my opening remarks.
Signature of the CUSMA on November 30, 2018, followed 13 months of intensive negotiations. It brought together a broad range of officials and stakeholders, with a strong partnership between federal and provincial officials. That agreement achieved several key outcomes that served to reinforce the integrity of the North American market, preserve Canada's market access into the U.S. and Mexico, and modernize the agreement's provisions to reflect our modern economy and the evolution of the North American partnership.
On December 10, 2019, following several months of intensive engagement with our U.S. and Mexican counterparts, the three NAFTA parties signed a protocol of amendment to modify certain outcomes in the original agreement related to state-to-state dispute settlement, labour, environment, intellectual property and automotive rules of origin. These modifications were largely the result of domestic discussions in the U.S. However, Canada was closely involved and engaged in substantive negotiations to ensure that all of these modifications aligned with Canadian interests. Throughout the negotiations, Canadian businesses, business associations, labour unions, civil society and indigenous groups were also closely engaged and contributed heavily to the final result.
Just by way of context, we need to recall that the NAFTA modernization discussions were unique in terms of free trade agreement negotiations. First of all, it was the first large-scale renegotiation of any of Canada's free trade agreements. Normally, free trade agreement partners are looking to liberalize trade. In this process the U.S. goal from the start of the negotiations was to rebalance the agreement in its favour. The U.S. President had also repeatedly threatened to withdraw from NAFTA if a satisfactory outcome could not be reached.
The opening U.S. negotiating positions were, to put it mildly, unconventional. These included the complete dismantlement of Canada's supply management system; the elimination of the binational panel dispute settlement mechanism for anti-dumping and countervailing duties; a state-to-state dispute settlement mechanism that would have rendered the agreement completely unenforceable; a 50% U.S. domestic content requirement on autos, which would have decimated our auto sector; removal of the cultural exception; a government procurement chapter that would have taken away NAFTA market access, leaving Canada worse off than all of the United States' other free trade agreement partners; and a five-year automatic termination of the agreement, known as the sunset clause.
The U.S. administration also took the unprecedented step of imposing tariffs on imports of Canadian steel and aluminum, on the basis of purported threats to national security, but without any kind of justification. The U.S. administration had also launched an investigation that could lead to tariffs on imports of Canadian autos and auto parts.
In the face of this situation, Canada undertook broad and extensive engagement with Canadians on objectives for the NAFTA modernization process. Based on the views we heard and on our own internal trade policy expertise, Canada set out a number of key objectives, which can broadly be categorized in the following overarching areas. First of all, we wanted to preserve important NAFTA provisions and market access into the U.S. and Mexico. Second, we wanted to modernize and improve the agreement, where that was possible. Third, we wanted to reinforce the security and stability of market access into the U.S. and Mexico for Canadian businesses.
In terms of outcomes, Canada maintained NAFTA tariff outcomes, including duty-free treatment for energy products. We maintained provisions on the so-called chapter 19 binational panel dispute settlement mechanism for anti-dumping and countervailing duty matters. We preserved the temporary entry for business persons chapter and access. The cultural exception was preserved. State-to-state dispute settlement was not only preserved but also improved in the negotiations.
In the area of autos, changes were made to the rules of origin regime to encourage the use of more inputs from Canada, in particular by increasing the regional value content requirements for autos and auto parts and removing incentives to produce in low-cost jurisdictions. Together with the quota exemption from potential U.S. section 232 tariffs on autos and auto parts, secured as a part of the final outcome, these new automotive rules of origin will incentivize production and sourcing in North America and represent important outcomes for both our steel and aluminum sectors.
With respect to modernizing NAFTA, we modernized disciplines for trade in goods and agriculture, including with respect to customs administration and procedures, technical barriers to trade, sanitary and phytosanitary measures, as well as a new chapter on good regulatory practices that encourage co-operation and protect the government's right to regulate in the public interest, including for health and safety.
Commitments on trade facilitation and customs procedures have been modernized for the 21st century to better facilitate cross-border trade, including through the use of electronic processes, which will reduce red tape for exporters and save them money. New and modernized disciplines on technical barriers to trade in key sectors are designed to minimize obstacles for Canadians doing business in the U.S. and Mexico, while preserving Canada's ability to regulate in the public interest. The agreement also includes modernized obligations for cross-border trade and services and investment, including financial services, telecommunications and a new digital trade chapter.
On labour and environment, we have made important steps forward by concluding ambitious chapters that are fully incorporated into the agreement and ensure that domestic laws will not be deviated from as a means to gain an unfair trading advantage.
The outcome also includes a special enforcement mechanism that will provide Canada with an enhanced process to ensure the effective implementation of labour reforms in Mexico, specifically related to freedom of association and collective bargaining.
Finally, the outcome has advanced Canada's interest towards inclusive trade, including through greater integration of the gender perspective and better reflecting the interests of indigenous peoples, including through an exception for indigenous rights.
There were a few other outcomes of interest.
On supply management sectors, I'll start by recalling that the U.S. made an explicit and public demand for the complete dismantlement of Canada's supply management system, but in the end we preserved the three key pillars of supply management and granted only limited access to the U.S. The government has been clear in its commitment to provide full and fair compensation to farmers for losses in market access.
On intellectual property, certain outcomes will require changes to Canada's current IP legal and policy framework in certain areas, such as IP rights enforcement to provide ex officio border authority for suspected counterfeit or pirated goods in transit, as well as criminal offences for the unauthorized and wilful misappropriation of trade secrets.
In other areas, Canada has transition periods to implement its commitments, for instance, on the obligation to provide a copyright term of the life of the author plus 70 years. Again, it currently provides a term of life plus 50 years. We have a two and a half year transition period to implement this obligation.
Under the amending protocol, the parties agree to remove the obligation to provide 10 years of data protection for biologic drugs, meaning that Canada does not need to make any changes to its existing regime in this area.
With respect to energy specific obligations, the agreement addresses a long-standing request from Canadian industry to resolve a technical issue related to the use of diluents, a petroleum-based liquid that is often added to crude oil to ensure it flows properly through pipelines. This issue had previously added upwards of $60 million a year in duties and other fees for Canadian businesses.
We also addressed an issue of concern to some Canadians by removing the energy proportionality clause. It also recognizes the parties' interests in harmonizing energy efficiency performance standards and test procedures.
Canada and the United States also agreed to a bilateral side letter on energy co-operation and transparency. It includes provisions that will help provide Canadian stakeholders with more assurances and transparency with respect to the authorization process to participate in the energy sector in the United States. For example, Canada and the U.S. agreed to publish information, including the application process, monetary payment and relevant timelines related to these authorizations.
In closing, I would like to underline that objectives for these negotiations were informed very closely by Canadian priorities and interests, close engagement with provinces and territories as well as a wide range of stakeholders.
This concludes my opening remarks. Alongside my colleagues, I would be pleased to answer any questions you may have.
Thank you.
Bonjour, monsieur le président, messieurs et mesdames les membres du Comité. Nous vous remercions de votre invitation et nous sommes heureux de nous présenter aujourd'hui devant le Comité. Nous répondrons avec plaisir à vos questions sur l'Accord Canada—États-Unis—Mexique après mon allocution.
L'ACEUM a été signé le 30 novembre 2018 au terme de 13 mois d'intenses négociations qui ont mobilisé un large éventail de dirigeants et d'intervenants et qui ont mis à profit les liens étroits tissés entre les représentants des gouvernements fédéral et provinciaux. L'accord a permis d'obtenir plusieurs résultats clés qui ont contribué à renforcer l'intégrité du marché nord-américain, à préserver l'accès du Canada aux marchés américain et mexicain et à moderniser certaines dispositions de façon à refléter notre économie moderne et l'évolution du partenariat nord-américain.
Le 10 décembre 2019, après plusieurs mois de discussions intensives avec nos homologues américains et mexicains, les trois pays de l'ALENA ont signé un protocole d'amendement visant à modifier certaines dispositions de l'accord initial relatives au règlement des différends entre États, au travail, à l'environnement, à la propriété intellectuelle et aux règles d'origine dans le secteur de l'automobile. Même si ces modifications sont en bonne partie le résultat de discussions aux États-Unis, le Canada a participé de près aux négociations de fond pour s'assurer qu'elles allaient dans le sens des intérêts canadiens. Tout au long des négociations, nous avons consulté de près les entreprises canadiennes, les associations canadiennes, les syndicats, la société civile et des groupes autochtones, dont les avis ont largement contribué au résultat final.
Pour vous mettre en contexte, il faut se rappeler que les discussions sur la modernisation de l'ALENA étaient particulières, et ce, pour plusieurs raisons. D'abord, parce que c'était la première renégociation à grande échelle d'un accord de libre-échange du Canada. Habituellement, les partenaires d'un accord de libre-échange visent à libéraliser le commerce. Dans ce processus, les États-Unis avaient, dès le début des négociations, pour objectif de « rééquilibrer » l'accord en leur faveur. De plus, le président Trump avait à maintes reprises brandi la menace de se retirer de l'ALENA s'il était impossible de trouver une solution satisfaisante.
La position de négociation initiale des États-Unis comprenait des mesures peu conventionnelles. Parmi celles-ci, notons: le démantèlement complet du système canadien de gestion de l'offre; l'élimination du mécanisme binational de règlement des différends commerciaux pour les droits antidumping et compensateurs; un mécanisme de règlement des différends qui aurait rendu l'accord totalement inapplicable; une exigence de 50 % de contenu américain pour les automobiles, ce qui aurait décimé notre secteur automobile; la suppression de l'exception culturelle; un chapitre sur les marchés publics qui aurait retiré l'accès aux marchés prévu dans l'ALENA et ainsi désavantagé le Canada par rapport à tous les autres partenaires d'accords de libre-échange des États-Unis; une clause de résiliation automatique de l'accord après cinq ans, appelée « clause d'expiration ».
De plus, l'administration américaine avait pris une mesure sans précédent, soit imposer des droits de douane sur l'acier et l'aluminium en provenance du Canada en invoquant de prétendues menaces à la sécurité nationale, mais sans aucune justification. L'administration américaine avait également lancé une enquête qui aurait pu aboutir à l'imposition de droits de douane sur les automobiles et les pièces importées du Canada.
Face à cette situation, le Canada a mené de vastes consultations auprès des Canadiens sur les objectifs du processus de modernisation de l'ALENA. Se fondant sur les vues exprimées et notre expertise interne en matière de politique commerciale, le Canada s'est fixé trois grands objectifs: préserver les dispositions importantes de l'ALENA et l'accès aux marchés américain et mexicain; moderniser et améliorer l'accord dans la mesure du possible; rendre l'accès aux marchés des États-Unis et du Mexique encore plus sûr et stable pour les entreprises canadiennes.
Résultat, le Canada a réussi à préserver les engagements tarifaires pris dans l'ALENA, notamment le traitement en franchise de droits pour les produits énergétiques. Nous avons conservé les dispositions prévues au chapitre 19 (mécanisme fondé sur des groupes spéciaux binationaux pour régler les différends en matière de droits compensateurs et antidumping). Nous avons aussi préservé l'admission temporaire des gens d'affaires; l'exception culturelle, et le règlement des différends entre États, qui s'est même amélioré grâce aux négociations.
Dans le domaine de l'automobile, des modifications ont été apportées au régime des règles d'origine afin d'encourager l'utilisation d'un plus grand nombre d'intrants en provenance du Canada, notamment en augmentant les exigences en matière de teneur en valeur régionale pour les automobiles et les pièces automobiles et en supprimant les incitations à produire dans des pays à faible coût. Associées à l'exemption de quotas des éventuels droits de douane américains de l'article 232 sur les automobiles et les pièces automobiles, garantie dans le cadre du résultat final, ces nouvelles règles d'origine pour le secteur automobile encourageront la production et l'approvisionnement en Amérique du Nord, ce qui constitue un résultat important pour nos secteurs de l'acier et de l'aluminium.
Au chapitre de la modernisation de l'ALENA, les disciplines sur le commerce des marchandises et l'agriculture ont été modernisées, notamment en ce qui concerne l'administration et les procédures douanières, les obstacles techniques au commerce et les mesures sanitaires et phytosanitaires. S'y ajoute un nouveau chapitre sur les bonnes pratiques de réglementation, qui encourage la coopération et protège le droit du gouvernement à réglementer dans l'intérêt public, y compris pour assurer la santé et la sécurité.
Les engagements en matière de facilitation du commerce et de procédures douanières ont été modernisés pour le XXIe siècle afin de faciliter les échanges transfrontaliers, notamment par le recours à des processus électroniques qui réduiront les formalités administratives des exportateurs et leur permettront d'économiser de l'argent. Des disciplines nouvelles et modernisées sur les obstacles techniques au commerce dans des secteurs clés sont conçues pour réduire au minimum les obstacles pour les Canadiens qui font des affaires aux États-Unis et au Mexique, tout en préservant la capacité du Canada de réglementer dans l'intérêt public. L'accord comprend également des obligations modernisées sur le commerce frontalier des services et les investissements y compris dans les domaines des services financiers et des télécommunications, en plus d'un nouveau chapitre sur le commerce numérique.
En ce qui concerne le travail et l'environnement, nous avons fait d'importants progrès en concluant des chapitres ambitieux qui sont pleinement intégrés à l'accord et garantissent que les lois nationales ne seront pas contournées afin d'obtenir un avantage commercial indu.
Les résultats comprennent également un mécanisme d'application spécial qui fournira au Canada un processus amélioré permettant d'assurer la mise en œuvre efficace des réformes du travail au Mexique, particulièrement en ce qui concerne la liberté d'association et la négociation collective.
Enfin, les résultats font progresser les intérêts du Canada en faveur d'un commerce inclusif, y compris par une plus grande participation des femmes et une meilleure prise en compte des intérêts des peuples autochtones, notamment en prévoyant une exception relative aux droits des autochtones.
Il y a quelques autres résultats intéressants aussi.
Concernant les secteurs de la gestion de l'offre, rappelons que les États-Unis ont demandé explicitement et publiquement le démantèlement complet du système canadien de gestion de l'offre. En fin de compte, nous avons préservé les trois piliers clés de ce système et n'avons accordé qu'un accès minimal aux États-Unis. Le gouvernement a exprimé clairement sa volonté d'accorder une compensation complète et équitable aux agriculteurs pour leurs pertes d'accès au marché.
En matière de propriété intellectuelle (ou PI), certains résultats nécessiteront la modification du cadre juridique et politique actuel du Canada dans certains domaines. Par exemple, il faudra établir des mécanismes d'application des droits de PI afin de permettre la prise de mesures d'office par les autorités frontalières contre les produits soupçonnés d'être des produits de marque contrefaits ou des produits pirates, qui sont en transit, et prévoir des infractions pénales pour le détournement non autorisé et délibéré de secrets commerciaux.
Dans d'autres domaines, le Canada dispose de périodes de transition pour mettre en œuvre ses engagements. Ainsi, le Canada aura 2 ans et demi après l'entrée en vigueur de l'accord pour remplir son obligation d'assurer la protection du droit d'auteur pendant la vie de l'auteur puis une période de 70 ans suivant son décès (le Canada assure actuellement une protection pendant la vie de l'auteur puis une période de 50 ans).
En vertu du protocole d'amendement, les parties ont convenu de supprimer l'obligation d'assurer la protection des données durant 10 ans en ce qui concerne les médicaments biologiques, ce qui signifie que le Canada n'a pas besoin de modifier son régime actuel dans ce domaine.
En ce qui concerne les obligations propres au domaine de l'énergie, l'accord répond à une demande de longue date de l'industrie canadienne visant à résoudre un problème technique lié à l'utilisation de diluant, un liquide à base de pétrole qui est souvent ajouté au pétrole brut pour qu'il circule bien dans les pipelines. Ce problème entraînait auparavant l'imposition de droits et d'autres frais pouvant atteindre 60 millions de dollars par an pour les entreprises canadiennes.
Il vient aussi remédier à une source de préoccupations pour certains Canadiens en supprimant la « clause de proportionnalité sur l'énergie ». Il reconnaît également qu'il est dans l'intérêt des parties d'harmoniser les normes de performance et les procédures d'essai en matière d'efficacité énergétique.
Le Canada et les États-Unis ont également convenu d'une lettre d'accompagnement bilatérale sur la coopération énergétique et la transparence. Cette lettre contient des dispositions qui contribueront à procurer plus de certitude et de transparence aux intervenants canadiens dans le processus d'autorisation de leur participation au secteur énergétique aux États-Unis. Par exemple, le Canada et les États-Unis ont convenu de publier des renseignements, notamment sur le processus de demande, tout paiement monétaire à verser et les délais pertinents liés à ces autorisations.
En conclusion, j'aimerais souligner que nos objectifs pour ces négociations ont été éclairés par les priorités et intérêts du Canada, par un dialogue suivi avec les provinces et les territoires ainsi qu'avec un large éventail d'intervenants.
Voilà qui conclut mon allocution. Mes collègues et moi serons heureux de répondre à vos questions.
Merci.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:44
I need to start by providing a little bit of context.
Softwood lumber is not outside of the agreement. The agreement provides that there should be duty-free trade between all three countries with respect to softwood lumber. The agreement also provides that the U.S. has a right to pursue anti-dumping and countervailing duties against imports if it sees fit to launch those investigations. If the U.S. breaches some of its own laws in doing those investigations and applying those results, then we have the right to challenge them under the chapter 19, now chapter 10, dispute settlement process that we managed to preserve.
I think, from our perspective, we didn't really want to lock some kind of managed trade situation on softwood lumber into a free trade agreement. Certainly, we would like the U.S. to stop pursuing us on these anti-dumping and countervailing duty investigations, but we're not sure that the place to solve that is within the free trade agreement.
Je dois commencer par vous mettre un peu en contexte.
La question du bois d'œuvre n'a pas été exclue de l'accord. Il y est écrit qu'il devrait y avoir un commerce de bois d'œuvre en franchise de droits entre les trois pays. L'accord confère aussi aux États-Unis le droit d'imposer des droits antidumping et compensateurs contre des importations s'ils jugent qu'il y a lieu de mener enquête. Si les États-Unis contreviennent à leurs propres lois dans ces enquêtes et dans l'application des résultats, nous avons ensuite le droit de contester leur décision en vertu du chapitre 19, qui est désormais le chapitre 10, par recours au mécanisme de règlement des différends que nous avons réussi à conserver.
Je dirais que pour notre part, nous ne voulions pas vraiment inscrire une solution commerciale négociée sur le bois d'œuvre dans l'accord de libre-échange. Il est évident que nous souhaiterions que les États-Unis cessent de multiplier les enquêtes et de nous imposer des droits antidumping et compensateurs, mais nous ne sommes pas certains qu'il convienne de régler ce problème par des dispositions inscrites dans l'accord de libre-échange.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:46
We did have many discussions on softwood lumber on the margins of the negotiations. Certainly, we would have a strong interest in resolving this issue, but what we heard from the U.S. side was that its domestic industry had no interest in negotiating an agreement at this point in time.
Since then, we have been continuing to pursue challenges, both at the WTO and under the NAFTA dispute settlement process. We have won an important case on that under the NAFTA, and I think that gives us a stronger position to negotiate an agreement at some point in the future. However, at this point, there is no appetite on the other side to come to the table.
Nous avons eu de nombreuses discussions sur le bois d'oeuvre en marge des négociations. Je peux vous assurer que nous souhaitons ardemment résoudre ce problème, mais les négociateurs américains nous ont dit que les gens de leur propre industrie n'avaient aucune envie de négocier un accord à ce moment-ci.
Depuis, nous continuons de contester toutes sortes de décisions, tant à l'OMC que par recours au mécanisme de règlement des différends prévu à l'ALENA. Nous venons d'avoir gain de cause dans une affaire importante relevant de l'ALENA, et je pense que cela renforce notre position pour négocier un accord éventuellement. Cependant, pour l'instant, il n'y a pas d'ouverture en ce sens de l'autre côté de la frontière.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:48
I would certainly tell you that it is a priority for our department. We have a division dedicated to softwood lumber and we are working on that and trying to find ways forward all of the time. We just don't have a willing partner to negotiate on the other side.
What we need to do is continue to win in these cases so the U.S. has no choice but to come to the table. If we have a discussion now, I don't think we will see much flexibility in the U.S. position, which is something we've probed and tested and have yet to see any flexibility on. By winning these cases, as we most frequently do, then we have a much better position to negotiate from.
Je peux pourtant vous assurer que c'est une priorité pour notre ministère. Nous avons une division consacrée au bois d'oeuvre, nous travaillons sans relâche au dossier et nous essayons de trouver des moyens de le faire avancer. Nous nous heurtons simplement aux résistances de notre partenaire, de l'autre côté, qui ne veut pas négocier.
Nous devons donc continuer de gagner nos litiges, de manière à ce que les États-Unis n'aient d'autre choix que de s'asseoir avec nous pour négocier. Si nous forçons pour avoir une discussion maintenant, je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de souplesse dans la position des États-Unis, puisque nous avons déjà fait quelques tentatives, mais que nous nous heurtons à beaucoup de rigidité encore. Plus nous gagnerons nos litiges, et c'est le cas la plupart du temps, le mieux nous nous positionnerons pour négocier.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:49
We'd have to propose amendments. If we were to propose amendments to the U.S. and to Mexico, we would have to engage, if they were willing to do so, in a new negotiation to come up with a new balance of concessions among all three parties. I have to say that given the conversations we've had with the U.S., I find it highly unlikely that they would engage in those discussions with us. In fact, in their statement of implementation, they have included a provision which says that they could move ahead alone with Mexico and without Canada if we took too long or were not following what they want.
Il nous faudrait proposer des modifications, et si nous proposons des modifications aux États-Unis et au Mexique, nous devrons nous lancer, s'ils y consentent, dans une nouvelle série de négociations afin d'en arriver à un nouvel équilibre des concessions entre les trois parties. Je dois dire qu'à la lumière des conversations que nous avons eues avec les États-Unis, il me semble très peu probable qu'ils soient enclins à avoir ce genre de discussion avec nous. De fait, dans leur énoncé de mise en oeuvre, ils ont indiqué qu'ils pourraient aller de l'avant avec le Mexique seulement, sans le Canada, si nous prenons trop de temps à nous décider ou si nous ne faisons pas ce qu'ils veulent.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:50
The consequences of that, I think, would be to risk our participation in the new agreement.
Les conséquences à cela, c'est que notre participation au nouvel accord serait mise en péril.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:50
If we delay the ratification for a significant period of time, the U.S. has clearly indicated to us that they will proceed with Mexico and leave Canada behind.
Si nous tardons trop à ratifier cet accord, les États-Unis nous ont clairement indiqué qu'ils iraient de l'avant avec le Mexique, en laissant le Canada de côté.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:51
I think they would be quite significant. More than 70% of our exports go to the U.S. We rely heavily on the U.S. market. We rely heavily on the North American market. The economic consequences would be quite significant. We will have an economic impact assessment coming out in the fairly near future that will indicate just exactly how much the losses would be in that kind of scenario.
We also have to keep in mind that if we are not part of the new NAFTA, the U.S. will likely reimpose steel and aluminum tariffs on us, because the condition for getting rid of steel and aluminum tariffs is that you have to have a free trade agreement.
Je pense que les conséquences seraient considérables. Plus de 70 % de nos exportations sont à destination des États-Unis. Nous dépendons beaucoup du marché américain. Nous dépendons beaucoup aussi du marché nord-américain. Les répercussions économiques seraient donc très importantes. Nous connaîtrons sous peu les résultats d'une évaluation des impacts économiques qui nous donnera une meilleure idée de l'ampleur des pertes encourues dans une telle éventualité.
Il ne faut pas non plus oublier que si nous ne sommes pas partie d'un nouvel accord, les États-Unis vont sans doute rétablir les droits de douane sur l'acier et l'aluminium, car l'élimination de ces droits pour le Canada est conditionnelle à la conclusion d'un accord de libre-échange.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:52
The removal of the clause gives us more flexibility. It means if we are going to be imposing any kind of restrictions on our exports or any kind of changes on our supply, then we are not required to provide a proportional amount to our supply of exports to the U.S. and to Mexico. We're not locked in. We can make policy decisions domestically in those areas without any obligations towards the U.S. and Mexico.
La suppression de cette clause nous procure une plus grande souplesse. Ainsi, si nous devions imposer des restrictions quant à nos exportations ou modifier de quelque manière que ce soit nos niveaux d'approvisionnement, nous ne serions pas tenus de majorer proportionnellement nos exportations vers les États-Unis et le Mexique. Nous ne serions plus coincés. Nous pourrions prendre des décisions stratégiques au niveau national dans ces secteurs sans avoir d'obligation envers les États-Unis et le Mexique.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:53
I believe they do, because we've made significant improvements in the text. In particular, we have a side letter with the U.S. on some of these issues, particularly a number of issues on which we're going to try to adopt more common regulatory standards and more transparency among us. I think a number of trade facilitation measures among us will actually enhance our exports to the U.S.
Je crois que c'est le cas, car nous avons considérablement bonifié le texte de l'accord à ce sujet. Nous avons notamment une lettre d'accompagnement des États-Unis portant sur certaines de ces questions. On y précise entre autres que des efforts seront consentis pour harmoniser la réglementation en matière d'énergie et la rendre plus transparente. J'estime que différentes mesures de facilitation des échanges feront en fait augmenter nos exportations vers les États-Unis.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:54
Well, yes. To make myself clear on that point, while I think there are certainly challenges if we were to make amendments to the agreement before we ratify the agreement, in other words, before it came into force, after it comes into force there are provisions in the agreement whereby we can propose changes to the agreement. We can propose areas where we want to make certain improvements or changes. With respect to aluminum, for example, we certainly have the ability to approach our other two partners and propose changes to the agreement, but only after we are part of the agreement, not before.
Pour que les choses soient bien claires, nous nous exposerions assurément à certaines difficultés si nous voulions apporter des modifications à l'accord avant qu'il soit ratifié, autrement dit, avant qu'il entre en vigueur. Cependant, certaines dispositions nous permettent de proposer des changements une fois l'accord entré en vigueur. Nous pouvons ainsi proposer des modifications ou des améliorations à différents égards. Si on prend l'exemple de l'aluminium, il nous serait certes possible de communiquer avec nos deux partenaires pour leur proposer des changements à l'accord, mais seulement une fois que nous en serons officiellement partie, et pas avant.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:55
No. I'm sorry. I think I wasn't clear.
I think we can certainly have those discussions. In fact, we have been having some of those discussions already. We can have those discussions, but what I was referring to that would be more challenging would be if we proposed formal amendments to the content of the agreement itself before ratification, because those would have to be agreed to by the U.S. and Mexico formally and they've already ratified the agreement.
Non. Je suis désolé, mais je n'ai peut-être pas été assez clair.
Nous pouvons assurément avoir des discussions à ce sujet. En fait, il y en a déjà eu. C'est donc chose possible, mais je voulais dire qu'il serait plus difficile de proposer des amendements formels au libellé de l'accord avant sa ratification, car de tels amendements devraient être acceptés officiellement par les États-Unis et le Mexique alors même que ces deux pays ont déjà ratifié l'accord.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:56
We've actually initiated challenges both at the WTO and under the existing NAFTA provisions on softwood lumber. I think we're probably looking at both of those avenues as providing us potential benefits.
We already have some decisions from panels. In particular, we have a decision on injury, which is probably the most important element to be on the right side of, and if we can proceed further on that challenge, then we do have a good chance of greatly improving our position in relation to that issue.
Nous contestons les droits sur le bois d'oeuvre aussi bien devant l'OMC qu'en vertu des dispositions de l'ALENA. Je pense que nous pourrons sans doute réaliser des gains sur ces deux tableaux.
Certains groupes ont déjà rendu leur décision. Il y en a notamment eu une concernant l'existence d'un préjudice, l'élément au sujet duquel il est sans doute le plus important d'avoir gain de cause. Si nous parvenons à donner suite efficacement à cette contestation, nous aurons de bonnes chances d'améliorer considérablement notre position dans ce dossier.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 15:58
Yes. We have had those discussions. We do have an environmental co-operation agreement under the new NAFTA that does incorporate areas that we're going to be looking to co-operate on in trying to move issues forward, including energy efficiency, alternative and renewable energy and low-emission technologies. All of that is on our work program to attempt to move forward, and all three countries have agreed to that.
Nous avons effectivement eu des échanges à ce propos. En vertu de l'ALENA, nous avons un accord de coopération dans le domaine de l'environnement qui définit les secteurs dans lesquels nous allons chercher à coopérer pour essayer de réaliser des progrès. Cela comprend l'efficacité énergétique, les énergies de substitution et renouvelables et les technologies à faible taux d'émissions. Ce sont autant d'éléments que nous ciblons dans nos plans pour l'avenir et les trois pays se sont entendus à ce sujet.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-02-24 16:00
First of all, the side letter largely replicates what we have in the NAFTA as it stands now and, as you described it, water in its natural state is not affected by any provisions in the agreement. It's only when it becomes a commercial product that it's then subject to the various provisions relating to tariffs or relating to considerations of trading the product back and forth across the border.
The issue of the amount that would be charged for water that's being bottled by any particular company is a domestic policy decision. It is not anything that is governed by this agreement or any other trade agreement.
Précisons d'abord que la lettre d'accompagnement reproduit essentiellement ce qu'on retrouve dans l'ALENA dans sa forme actuelle et que, comme vous l'avez indiqué, l'eau à l'état naturel n'est visée par aucune des dispositions de l'accord. C'est seulement lorsque l'eau devient un produit commercial que les différentes dispositions touchant les droits de douane et les échanges transfrontaliers commencent à s'y appliquer.
Quant au montant facturé à n'importe quelle entreprise qui embouteille de l'eau, c'est une décision qui relève des politiques de chaque pays. Cela ne fait pas partie des éléments régis par cet accord ou n'importe quel accord de libre-échange.
Results: 1 - 15 of 150000 | Page: 1 of 10000

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data