Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 45661
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
moved that Bill S-222, An Act to amend the Department of Public Works and Government Services Act (use of wood), be read the second time and referred to a committee.
He said: Mr. Speaker, I am happy and proud to rise in the House this morning to begin debate on a bill from the other place, Bill S-222. This is a small but mighty bill that would create beautiful, safe federal buildings, support our forestry sector during difficult times, spur innovation in the cement and steel industries and help us reach our climate targets.
What would this bill do? It simply states that when building federal infrastructure, the Minister of Public Works “shall consider any potential reduction in greenhouse gas emissions and any other environmental benefits and may allow the use of wood or any other thing — including a material, product or sustainable resource — that achieves such benefits.”
I mentioned the bill came from the Senate, but, in fact, this bill started its life in the House of Commons, first as a Bloc bill more than a decade ago. I took up the bill in the 42nd Parliament where, as Bill C-354, it passed in the House of Commons, but died in the Senate when that Parliament ended.
I would like to take a moment to thank my friend, Senator Diane Griffin. Senator Griffin guided the bill through the Senate in 2018 and 2019 and when the bill stalled there, through no fault of her own, she reintroduced the bill in the 43rd Parliament. As many here remember, that Parliament ended prematurely due to an election, so Senator Griffin introduced it once again last year in this Parliament. It is through her persistence that we are seeing it again.
Senator Griffin retired last spring, so she passed the torch to Senator Jim Quinn, who saw it through its passage in the Senate earlier this fall.
The initial form of the bill over a decade ago was a direct ask of the minister to consider wood in the construction of federal infrastructure. It was modelled on the Charte du bois in Quebec and the wood-first bill in British Columbia. It was designed then to ensure that the federal government actually considered wood when building large infrastructure. Until recently, the construction industry had been totally geared to cement and steel when doing that.
My version of the bill was amended in committee to remove the overt preference for wood and replace that with preference for materials that had environmental benefits, in particular regarding the greenhouse gas footprints of the building materials. This amendment allayed a couple of concerns around the trade implications of potentially favouring one sector over another and also recognized the emerging work on making concrete and steel more environmentally friendly. I will speak more on that later.
I was initially inspired to take up this bill in 2016 because of a company in my riding, in my home town of Penticton. That company is Structurlam, and it has been at the leading edge of mass timber engineered wood construction in North America.
While Structurlam leads that sector, it still faces some of the hurdles that confront all innovative companies. It needs help to scale-up its production, and the easiest way for a government to help a company in that situation is to provide business through government procurement. That is one of the core benefits of this bill. It would help Canadian companies scale-up to maintain our dominant position in the engineered wood sector in North America.
Forest products, with their sequestered carbon, are obvious candidates for decisions under this policy. If we can use more wood in government infrastructure and grow the mass timber market in Canada, it will obviously benefit the forest sector overall.
These are benefits to a forest industry beset by challenges on all sides. Beetle infestations, catastrophic wildfires and a long history of harvests have all reduced access to fibre. To top it off, the softwood lumber dispute has brought illegal tariffs from our biggest trading partner, the United States.
Reduced fibre access means we have to get more jobs and more money for every log we cut, and that is what mass timber provides.
To make glulam beams or cross-laminated timber panels, mass timber plants use lumber sourced from local mills. That gives those mills a new domestic market for their products and it reduces their reliance on the United States. On top of that, we can sell those mass timber products to the United States tariff-free, so it is a win-win.
Just to reiterate, the bill and a rejuvenated domestic market for lumber would not mean increased forest harvest, as that is limited by other factors, but it will mean getting more value added out of the trees we do cut. There are benefits to using mass timber, benefits for the construction industry and benefits for the users of that infrastructure.
First, I will mention the construction process itself. Engineered wood is produced indoors in plant facilities. The building can be literally constructed indoors with no weather delays or complications, while the site is being prepared for construction. Then the building components can be put together quickly and delivered to the site exactly when needed.
Brock Commons, an 18-storey residence complex at the University of British Columbia, the tallest wood building in the world, was built in 57 days, two storeys per week. It is now home to over 400 UBC students. Because the component parts are built indoors, they can be constructed to very fine tolerances, within millimetres, and that means a lot when one is constructing the buildings of the future that will have to be built to passive energy specifications.
The buildings constructed in this way are beautiful. The exposed wood components are like furniture. Structurlam has an entire finishing plant devoted to smoothing and treating every exposed beam and wall panel as if it were a piece of massive furniture.
It is not surprising many of the early examples of mass timber construction were civic buildings meant to look good as well as be functional, buildings such as the Art Gallery of Ontario in Toronto, the Olympic speed skating oval in Richmond, B.C. and the Rocky Ridge recreation centre in Calgary. The Rocky Ridge facility has over 2,000 glulam beams forming its huge roof, and no two are the same.
I would like to also mention that Canada leads the way in engineered wood construction in North America. Structurlam has projects all across the continent and has recently opened up a branch plant in Arkansas. Nordic Structures in Chibougamau, Quebec was another pioneer of this technology.
Another major mass timber plant has recently opened in my riding just outside Castlegar. It was opened up by Kalesnikoff Lumber. I would like to give a shout-out to Ken Kalesnikoff and his son Chris and daughter Krystle for making this major investment that will pay off for the future of the West Kootenay and the forest sector in British Columbia.
One issue that often comes up when talking about tall wood buildings is fire safety. I hear from firefighters who just simply do not like the concept of wood buildings of any size. We heard testimony of that nature in both House of Commons and Senate committees. However, I need to reiterate that large infrastructure projects under this legislation would be constructed with mass timber. Firefighters I talked to are concerned about buildings constructed with traditional wood frame construction such as two-by-fours and two-by-sixes.
Mass timber is another thing entirely. When we have glulam beams a metre thick or cross laminated timber panels nine inches thick, those materials react to open flame in a completely different way. They simply slowly char instead of bursting into flame. Think of trying to light a log on fire with a match.
The National Research Council has conducted fire safety trials with mass timber and has found it is just as safe, or safer, than traditional concrete or steel construction.
More detailed studies are under way, including those at the University of British Columbia with Felix Wiesner. Dr. Wiesner has found, perhaps not surprisingly, that thicker components, say panels made with five layers of lumber versus those made with three layers, burn more slowly and that the type of adhesive that binds those layers also has an impact.
Suffice it to say, large buildings made with mass timber provide both occupants and firefighters ample time to exit the building in case of a fire and, as I said earlier, are just as safe or safer than traditionally designed buildings.
I would be remiss if I did not mention some of the other materials that might compete successfully in the government's analysis of environmental benefit. We have been hearing a lot about green steel production, and there are new cement products that sequester carbon dioxide to reduce some of that material's carbon footprint.
When I first put forward this bill, I heard concerns from the cement industry that the direct mention of wood might be unfair to the cement sector, which has made impressive advances in sustainability over the past few years. Those concerns were largely met by the amendments that were made in the committee in the 42nd Parliament and carried through to this version of the bill. I just talked to the cement industry last week, and it is supportive. It pointed out it is working with the federal government to provide data for life-cycle analysis of greenhouse gas footprints of building materials.
These analyses will be critical to the use of the legislation before us, as it will provide decision-makers with all the details they need. We will need similar full life-cycle data for steel and wood products, of course.
In recent conversations I have had with members of all parties around Bill S-222, I am heartened by the support I am hearing. Members of all parties know that this is the right way forward; that this bill will set us in the right direction when it comes to meeting our climate targets; that this bill will support the forest industry, a sector that has been beset with challenges from all sides in recent years; and that this bill will not discriminate against other building material sectors, such as cement and steel, that are working hard to innovate new solutions to make their products truly sustainable.
I hope that every member here will support Bill S-222 at second reading. I look forward to discussing it at committee to ensure that it will truly have the beneficial impacts that it promises. With this legislation in place, we can literally build a better Canada.
propose que le projet de loi S‑222, Loi modifiant la Loi sur le ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux (utilisation du bois), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Monsieur le Président, je suis heureux et fier de lancer le débat ce matin au sujet du projet de loi S‑222, qui provient de l'autre endroit. Il s'agit d'un petit projet de loi, mais il aurait une incidence énorme. Il permettrait de créer des édifices fédéraux magnifiques et sûrs, d'appuyer notre secteur forestier en ces temps difficiles, de stimuler l'innovation dans les industries du ciment et de l'acier, et de nous aider à atteindre nos cibles climatiques.
Qu'est-ce que ce projet de loi ferait? Il déclare simplement que, lors de la construction d'infrastructures fédérales, le ministre des Travaux publics doit tenir compte « de toute réduction potentielle des émissions de gaz à effet de serre et de tout autre avantage pour l’environnement et peut autoriser l’utilisation du bois ou de toute autre chose, notamment de matériel, de produits ou de ressources durables, qui offre pareil avantage. »
J'ai dit que ce projet de loi provient du Sénat, mais, en fait, il tire son origine d'un projet de loi du Bloc présenté à la Chambre des communes il y a plus d'une dizaine d'années. En effet, à la 42e législature, le projet de loi C‑354 avait été adopté à la Chambre des communes, mais il est mort au Feuilleton au Sénat quand cette législature a pris fin.
J'aimerais prendre un instant pour remercier mon amie la sénatrice Diane Griffin. La sénatrice Griffin a piloté l'étude du projet de loi au Sénat en 2018 et 2019 et, lorsque le projet de loi a été bloqué pour des raisons indépendantes de sa volonté, elle l'a présenté à nouveau au cours de la 43e législature. Comme beaucoup de députés s'en souviendront, cette législature a pris fin prématurément lorsque des élections ont été déclenchées, alors la sénatrice Griffin a présenté le projet de loi une fois de plus l'année dernière, au cours de la présente législature. C'est grâce à sa persévérance que nous le voyons à nouveau.
La sénatrice Griffin a pris sa retraite au printemps dernier et a donc passé le flambeau au sénateur Jim Quinn, qui a veillé à ce que le projet soit adopté par le Sénat plus tôt cet automne.
La version initiale du projet de loi, celle d'il y a plus de 10 ans, était une demande venant directement du ministre, qui voulait que l'on considère l'usage du bois dans la construction des infrastructures fédérales. Le projet de loi s'inspirait de la Charte du bois du Québec et du projet de loi sur le bois d'abord de la Colombie‑Britannique. Il visait alors à faire en sorte que le gouvernement fédéral envisage vraiment d'utiliser du bois pour réaliser de grands projets d'infrastructure. Jusqu'à récemment, l'industrie de la construction favorisait totalement l'utilisation du ciment et de l'acier à cette fin.
Ma version du projet de loi a été amendée par le comité en vue de supprimer la préférence déclarée pour le bois et la remplacer par une préférence pour des matières offrant des avantages pour l'environnement, plus particulièrement en ce qui concerne l'empreinte écologique des matériaux de construction sur le plan des émissions de gaz à effet de serre. Cet amendement a apaisé certaines des inquiétudes concernant les conséquences commerciales qu'il pourrait y avoir si on favorise un secteur plutôt qu'un autre. Il a aussi permis de tenir compte des récentes initiatives visant à rendre le béton et l'acier plus écologiques. J'en parlerai davantage plus tard.
J'ai initialement repris ce projet de loi en 2016 en raison d'une entreprise dans ma circonscription, plus précisément dans ma ville, Penticton. Cette entreprise, Structurlam, est l'une des principales sociétés nord‑américaines du secteur de la construction en bois massif d'ingénierie.
Même si Structurlam est l'une des chefs de file de ce secteur, elle se heurte à certains des mêmes obstacles que toutes les entreprises novatrices. Elle a besoin d'aide pour accroître sa production, et le moyen le plus simple pour un gouvernement d'aider une entreprise dans cette situation est de lui donner du travail par l'entremise de marchés publics. C'est l'un des principaux avantages du projet de loi. Il aiderait les entreprises canadiennes à accroître leur production afin que nous puissions conserver notre position dominante sur le secteur nord-américain du bois d'ingénierie.
Les produits forestiers, qui permettent de séquestrer le carbone, sont des candidats évidents pour ce genre de politique. Si nous pouvons utiliser davantage de bois dans les infrastructures gouvernementales et que nous produisons ce bois au Canada, cela profitera évidemment à l’ensemble du secteur forestier.
Or, c’est un secteur qui en a bien besoin, étant donné toutes les difficultés qui l’assaillent. Je veux parler de l’infestation de dendroctone, des feux de forêt catastrophiques et de certains types d’exploitation forestière, qui ont tous contribué à réduire l’accès à la ressource. Sans parler du conflit sur le bois d’œuvre, qui a amené notre principal partenaire commercial, les États-Unis, à nous imposer des droits de douane illégaux.
À cause de cet accès réduit à la ressource, il faut plus de travailleurs et plus de capitaux pour débiter un arbre.
Pour fabriquer des poutres en lamellé-collé ou des panneaux en lamellé croisé, les usines de bois massif utilisent du bois provenant de scieries locales. Ce projet de loi offrira à ces usines un nouveau débouché au Canada, ce qui les rendra moins dépendantes du marché américain. En plus, elles pourront vendre ces produits en bois massif aux Américains sans droits de douane, c’est donc une formule gagnant-gagnant.
Je récapitule. Le projet de loi, en dynamisant le marché canadien du bois d’œuvre, ne se traduira pas par une exploitation accrue de nos forêts, laquelle est limitée par d’autres facteurs, mais il permettra d’augmenter la valeur ajoutée des arbres que nous abattons. L’utilisation de bois massif présente des avantages pour l’industrie de la construction et pour les utilisateurs de ces infrastructures.
Je vais d’abord dire quelques mots du processus de construction. Le bois d’ingénierie est fabriqué dans des usines, et pas en plein air. Autrement dit, on peut construire les composantes d’un bâtiment à l’intérieur, sans se préoccuper des retards et complications dus aux intempéries. Ensuite, on assemble rapidement les différents éléments et on les livre sur le chantier de construction.
Brock Commons, un immeuble résidentiel de 18 étages à l’Université de Colombie-Britannique, est l’immeuble en bois le plus haut au monde. Il a été construit en 57 jours, soit deux étages par semaine. Il abrite aujourd’hui plus de 400 étudiants de l’université. Étant donné que les différents composants sont construits à l’intérieur, ils peuvent se prêter aux tolérances les plus précises, au millimètre près, et c’est important lorsqu’on construit des immeubles assujettis aux critères de l’énergie passive.
Les bâtiments construits de cette façon sont magnifiques. Les éléments en bois qui sont exposés ressemblent à des meubles. Structurlam a une usine de finition consacrée entièrement au traitement de chaque poutre et de chaque panneau exposés, comme si c’était des meubles en bois massif.
Il n’est pas surprenant que les premières constructions en bois massif aient souvent été des bâtiments municipaux qui devaient être à la fois esthétiques et fonctionnels, comme le Musée des beaux-arts de l'Ontario, à Toronto, la patinoire olympique de Richmond, en Colombie-Britannique, et le centre de loisirs Rocky Ridge de Calgary. L’immense toit du centre de loisirs Rocky Ridge compte plus de 2 000 poutres en lamellé-collé, et il n’y en a pas deux qui sont identiques.
J’aimerais également mentionner que le Canada est un chef de file dans la construction en bois d’ingénierie en Amérique du Nord. Structurlam réalise des projets sur tout le continent, et elle a récemment ouvert une succursale en Arkansas. Nordic Structures, à Chibougamau, au Québec, est un autre pionnier de cette technologie.
Une autre grande usine de bois massif vient d’ouvrir ses portes dans ma circonscription, à côté de Castlegar. Il s’agit de Kalesnikoff Lumber. Je profite de l’occasion pour féliciter publiquement Ken Kalesnikoff, son fils Chris et sa fille Krystle d’avoir fait cet investissement important et prometteur pour l’avenir de Kootenay-Ouest et de l’industrie forestière en Colombie‑Britannique.
On s'inquiète toujours de la sécurité-incendie lorsqu'il s'agit des grands bâtiments en bois. Certains pompiers n’aiment tout simplement pas les bâtiments en bois, quelle que soit leur taille. Nous avons entendu des témoignages en ce sens aux comités de la Chambre des communes et du Sénat. Toutefois, je crois utile de répéter que les grands projets d’infrastructures prévus dans ce projet de loi seront construits en bois massif. Et ce qui préoccupe surtout les pompiers avec qui j'ai parlé, ce sont les constructions traditionnelles à charpente de bois, avec des deux par quatre et des deux par six.
Le bois massif, c’est tout à fait différent. Les poutres en lamellé-collé d’un mètre d’épaisseur ou les panneaux lamellé-croisé de neuf pouces d’épaisseur réagissent aux flammes de façon complètement différente. Ils se consument lentement au lieu de s’enflammer brusquement. On le voit bien quand on essaie d’enflammer une bûche avec une allumette.
Le Conseil national de recherches a fait des tests là-dessus et a conclu que les constructions en bois massif étaient aussi résistantes, voire plus résistantes, aux flammes que les constructions en ciment ou en acier.
D’autres études sont en cours, dont une menée par Felix Wiesner, à l’Université de la Colombie‑Britannique. Ce chercheur a constaté, probablement sans surprise, que les composants plus épais, c’est-à-dire les panneaux composés de cinq couches de bois plutôt que trois, se consument plus lentement, et que le type d’adhésif utilisé pour coller les couches ensemble joue aussi un rôle.
Bref, les grands immeubles construits en bois massif laissent aux occupants et aux pompiers suffisamment de temps pour l’évacuation en cas d’incendie, et, comme je l’ai dit tout à l’heure, ils sont aussi sécuritaires, voire plus sécuritaires, que les immeubles traditionnels.
Je m’en voudrais de ne pas parler des autres matériaux qui pourraient être pris en compte dans l’analyse des avantages environnementaux. Nous avons beaucoup entendu parler d’acier écologique et de nouveaux types de ciment qui séquestrent le dioxyde de carbone, ce qui permet de réduire l’empreinte carbone de ces matériaux.
Lorsque j’ai présenté ce projet de loi pour la première fois, l’industrie du ciment a fait remarquer que le fait de mentionner directement le bois pourrait être déloyal envers l’industrie du ciment, laquelle a récemment fait de grands progrès au niveau de la durabilité de ses produits. Cette préoccupation a largement été écartée grâce aux amendements adoptés en comité pendant la 42e législature et transposés dans le projet de loi dont nous sommes aujourd’hui saisis. J’ai eu l’occasion de rencontrer des représentants de l’industrie du ciment la semaine dernière, et ils appuient le projet de loi. Ils m’ont dit qu’ils allaient fournir des données au gouvernement fédéral pour une analyse du cycle de vie et de l’empreinte carbone des matériaux de construction.
Ces analyses seront essentielles à l'utilisation du projet de loi à l'étude, puisqu'elles fourniront aux décideurs tous les détails dont ils ont besoin. Évidemment, il nous faudra disposer de données de cycle de vie complètes comparables pour l'acier et les produits du bois.
Je me réjouis de l'appui à l'égard du projet de loi S‑222 qu'ont manifesté les députés de tous les partis avec qui je me suis entretenu récemment. Ils savent que c'est la bonne solution, que ce projet de loi nous mettra sur la bonne voie pour atteindre nos cibles climatiques, qu'il soutiendra l'industrie forestière, un secteur rudement mis à l'épreuve ces dernières années, et qu'il ne vise pas à faire de la discrimination à l'endroit des secteurs des autres matériaux de construction, tels que le ciment et l'acier, des secteurs qui travaillent dur pour innover et trouver de nouvelles façons de rendre leurs produits véritablement durables.
J'espère que tous les députés appuieront le projet de loi S‑222 à l'étape de la deuxième lecture. Je suis impatient d'en discuter au comité pour en confirmer les retombées positives. Grâce à ce projet de loi, nous pourrons littéralement bâtir un Canada meilleur.
View Marie-Hélène Gaudreau Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I liked what my colleague had to say.
To begin, I want to say that I worked in the forestry sector and forestry industry for a decade. It is 2022 and, even back in the early 2000s, I was telling insurers in Laurentides—Labelle about the positives of carbon capture, its use and benefits in terms of fire reduction. Given that is is now 2022, it was high time this bill was introduced.
I see this as just the tip of the iceberg. My colleague who spoke before me mentioned that, in Quebec, this is already happening. The province is already in the process of adapting training programs to provide access to this basic information.
My question is this: Does my colleague agree that we can fight for the forestry industry to have its fair share once this bill is passed?
Madame la Présidente, j'ai aimé les propos de mon collègue.
D'entrée de jeu, je tiens à expliquer que j'ai travaillé dans le secteur de la foresterie et dans l'industrie forestière pendant une décennie. Nous sommes en 2022 et, dès les années 2000, je faisais, dans Laurentides—Labelle, la promotion des bienfaits de la captation de carbone, de son utilisation et de la réduction des incendies avec les assureurs. Aujourd'hui, en 2022, il était temps qu'on présente ce projet de loi.
Ce que je constate, c'est que c'est la pointe de l'iceberg. Mon collègue qui a pris la parole avant moi l'a mentionné: au Québec, c'est déjà chose du passé. On est déjà en train de moduler toutes les formations pour donner accès à cette matière première.
Ma question est la suivante: mon collègue est-il d'accord pour qu'on puisse s'attaquer à la juste part que l'industrie forestière devrait avoir une fois que ce projet de loi aura été adopté?
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, my hon. colleague is correct. We need to move forward.
She mentioned education. A lot of what the bill will promote will need the education of architects, engineers and construction workers across Canada to change their mindset about the construction of large buildings.
There is a wonderful program in Okanagan College, in my home town of Penticton, that is on sustainable building methods. We need that kind of program across the country so that not just governments but people building large facilities will think about wood when they make those decisions.
Madame la Présidente, ma collègue a tout à fait raison. Nous devons faire avancer les choses.
La députée a parlé d'éducation. Une grande partie des mesures que ce projet de loi favorisera exigera la formation des architectes, des ingénieurs et des travailleurs de la construction partout au Canada, afin qu'ils changent leur façon de concevoir la construction de grands immeubles.
Le Collège Okanagan, qui est situé dans ma ville, Penticton, offre un excellent programme sur les méthodes de construction durable. Nous avons besoin que ce type de programme soit proposé dans tout le pays afin que non seulement les pouvoirs publics, mais aussi ceux qui construisent de grandes installations pensent au bois lorsqu'ils prennent leurs décisions.
View Bardish Chagger Profile
Lib. (ON)
View Bardish Chagger Profile
2022-11-28 11:14 [p.10049]
Madam Speaker, I really do appreciate the member's insights as to the materials we are using when it comes to building. I know that constituents in the riding of Waterloo are really concerned about the way we are building, what we are building with and with the environment.
I would like to hear from the member on the benefits for the forestry sector. What are the added benefits of using wood when constructing or maintaining rural properties? I also appreciate the fact that he has consulted with firefighters and those who would recognize some of the challenges that come with that. I appreciate his efforts on this.
Madame la Présidente, j'apprécie vraiment l'éclairage qu'apporte le député sur les matériaux que nous utilisons dans la construction. Je sais que les habitants de la circonscription de Waterloo se soucient beaucoup de notre façon de construire, des matériaux que nous utilisons et de l'environnement.
J'aimerais que le député nous parle des avantages pour le secteur de la foresterie. Quels sont les autres avantages de l'utilisation du bois dans la construction ou l'entretien des propriétés rurales? Je me réjouis également du fait qu'il ait consulté des pompiers et des personnes qui connaissent certains enjeux liés au bois. Je lui suis reconnaissante d'avoir fait cette démarche.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I mentioned some of the benefits. The main benefit for the forest sector would be increasing the domestic demand for wood products. Mass timber does exactly that. Mills all across the country are making two-by-fours and two-by-sixes. Mass timber plants use those pieces of lumber to make their own products. That would really boost the domestic demand for wood. We will get that value added. We will have plants creating jobs and value all across the country. That will benefit the forest industry and, at the same time, create beautiful buildings.
Madame la Présidente, j'ai parlé de quelques-uns des avantages. Pour le secteur forestier, l'augmentation de la demande intérieure pour les produits du bois serait le principal avantage. C'est exactement ce que fait le bois massif. Partout au pays, les scieries produisent des deux-par-quatre et des deux-par-six. Les usines de bois massif utilisent ce bois pour fabriquer leurs propres produits. Cette filière stimulerait la demande intérieure pour le bois de façon marquée. Nous profiterons d'une valeur ajoutée. Nous aurons des usines qui créeront des emplois et qui insuffleront une valeur ajoutée à l'économie du pays. Cette approche profitera à l'industrie forestière en plus de créer de magnifiques immeubles.
View Pat Kelly Profile
CPC (AB)
View Pat Kelly Profile
2022-11-28 11:16 [p.10049]
Madam Speaker, I note that this bill is an improvement on some of the earlier iterations that have come around and that it is not quite as prescriptive as others we have seen in the past.
I wonder if the member could comment on PSPC, as this bill creates a new piece for PSPC to consider. PSPC has been a broken department. It is broken under the government. I will say, though, that successive governments have allowed PSPC to become the disaster it is today.
Can he comment on any concerns about giving PSPC one more thing to bungle in its process of procuring buildings?
Madame la Présidente, je note que le projet de loi est une amélioration par rapport à des versions précédentes qui ont été présentées et qu'il adopte une approche moins normative.
Je me demande si le député pourrait nous parler du fait que le projet de loi ajoute un facteur à prendre en compte dans les processus de Services publics et Approvisionnement Canada. Ce ministère est défaillant, et il l'est sous le gouvernement actuel. Je dois toutefois dire que les gouvernements successifs ont contribué à faire de SPAC le désastre qu'il est aujourd'hui.
Le député peut-il parler des inquiétudes suscitées par l'ajout d'un autre facteur au cafouillis qu'est le processus de SPAC pour l'achat d'immeubles?
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I have met with PSPC. There might have been concerns if this had been presented to it and it was completely unprepared. It is not. It has been preparing for this for the last few years. It has processes in place, like life-cycle analyses that are under way now with cement and steel, and will be under way later with wood products.
I am confident that this bill will not add to any other problems PSPC might or might not have. We are headed in the right direction.
Madame la Présidente, j'ai rencontré des représentants de Services publics et Approvisionnement Canada. Il aurait pu y avoir des problèmes si on leur avait présenté le projet de loi et s'ils n'y étaient pas préparés. Ce n'est pas le cas. Ils s'y préparent depuis quelques années déjà. Ils ont mis en place des processus, notamment des analyses du cycle de vie qui sont en cours sur le béton et l'acier, et qui seront bientôt entamées sur les produits du bois.
Je suis convaincu que le projet de loi n'aggravera aucunement les problèmes que Services publics et Approvisionnement Canada peut avoir ou pas. Nous allons dans la bonne direction.
View Anthony Housefather Profile
Lib. (QC)
View Anthony Housefather Profile
2022-11-28 11:17 [p.10049]
Madam Speaker, I want to thank my friend from South Okanagan—West Kootenay for his sponsorship of the bill, for his advocacy and for his hard work on this. I really appreciate it. I think he has done a yeoman's job on this file, including through his meetings with firefighters and others. I thank him. I think this is a very good bill, and I am pleased to speak about how we can make our government operations greener through smart investments in public infrastructure.
The efforts of this government to be more sustainable in how it operates, what it buys and what it builds are more important than ever right now. After a summer of unprecedented heat waves, wildfires, floods and storm surges around the world and right here at home, it is well past time to seriously accelerate our action against greenhouse gas emissions.
This past March, the government introduced its 2030 emissions reduction plan. This plan is our path to meeting our target under the Paris Agreement to get to net-zero emissions by 2050. The plan maps out how we will reduce our emissions from 40% to 45% below 2005 levels by 2030, with clear milestones. It is consistent with the United Nations 2030 agenda for sustainable development.
In Canada, we must lead the way. Indeed, as the Prime Minister has said, “climate change is an existential threat. Building a cleaner, greener future will require a sustained and collaborative effort from all of us.” He has mandated his ministers to seek opportunities within their portfolio to “support our whole-of-government effort to reduce emissions, create clean jobs and address the climate-related challenges communities are already facing.”
As we work toward solutions to ease and mitigate the environmental damage, we are positioning ourselves to bring about real reductions of greenhouse gas emissions.
Bill S‑222 will encourage the government to use wood, a sustainable, renewable material, in the construction and renovation of federal buildings and infrastructure projects.
One department is particularly well positioned to help the government achieve its greening government strategy objectives. That department is Public Services and Procurement Canada, or PSPC. As the government's primary procurement body and manager of its real property, the department can prioritize purchasing and using materials that reduce our carbon footprint.
Today I would like to talk to you about how PSPC can play a unique and important role in reducing our GHG emissions and how wood products are essential to achieving that.
I would like to start with a brief explanation of what PSPC does. First, the department is the government's central purchasing agency, responsible for about 24 billion dollars' worth of procurement activity annually on behalf of most government departments and agencies. Second, PSPC is also the property manager for a vast portfolio of buildings it owns or rents across the country. In addition to office buildings, that portfolio includes heritage properties, such as the parliamentary precinct, and numerous bridges, wharves and dams across the country.
These two sectors offer a significant opportunity to achieve greener outcomes, and advance the goals of sustainable development and a carbon neutral portfolio for Canada.
By prioritizing green procurement, PSPC can help protect the environment in several different ways. Beyond reducing greenhouse gas emissions from government operations, green procurement will also have the same effect on our supply chains. Moreover, it cuts down on the use of hazardous and toxic substances, pollution and plastic waste. It also supports the Canadian economy by creating new markets for innovative products and services. In this context, green procurement includes assessing the life cycles of goods that are purchased, and adopting clean technologies and green products and services.
The government’s policy on green procurement also stipulates the criteria for sustainable goods and services to guide procurement operations. These criteria require potential suppliers to demonstrate that their products can reduce emissions, are sustainable or have other environmental benefits.
Given that it purchases nearly $24 billion on behalf of the majority of departments and agencies, PSPC has substantial leverage to create markets for sustainable goods. This can act like a virtuous circle and inspire other manufacturers and businesses to up their game and offer greener alternatives to the greater consumer market, which will benefit all of us.
The greening government strategy also commits the government to maintaining a plan to reach net zero for its real property portfolio by 2050. That plan also has to show that its buildings and infrastructure are resilient to climate change and cost-effective. For example, PSPC is transforming the iconic Centre Block from one of the highest-emitting PSPC assets to a near net-zero carbon facility. It is also using low-carbon construction materials where possible in the new Parliament Welcome Centre. In addition, during the rehabilitation of West Block—
Madame la Présidente, je tiens à remercier mon collègue d'Okanagan-Sud—Kootenay-Ouest d'avoir parrainé ce projet de loi et d'avoir travaillé si fort dans ce dossier. Je lui en suis vraiment reconnaissant. Je crois qu'il a fait un travail exceptionnel, notamment grâce à ses rencontres avec des pompiers et d'autres intervenants. Je le remercie. Je crois qu'il s'agit d'un très bon projet de loi et je suis heureux d'expliquer comment nous pouvons écologiser les opérations gouvernementales en investissant judicieusement dans les infrastructures publiques.
Les efforts que le gouvernement déploie pour que ses façons de fonctionner, d'acheter et de construire soient plus durables sont plus importants que jamais. Après un été de vagues de chaleur, d'incendies de forêt, d'inondations et d'ondes de tempête sans précédent partout dans le monde et ici même, au Canada, il est plus que temps que nous accélérions considérablement nos efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
En mars dernier, le gouvernement a présenté son plan de réduction des émissions pour 2030. Ce plan est la voie à suivre pour atteindre notre objectif de carboneutralité d'ici 2050 énoncé dans l'Accord de Paris. Le plan définit comment nous réduirons nos émissions pour qu'elles passent de 40 % à 45 % sous les niveaux de 2005 d'ici 2030 à l'aide de jalons clairement établis. Il est conforme au Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations unies.
Le Canada doit donner l'exemple. En fait, comme l'a dit le premier ministre, « les changements climatiques constituent une menace existentielle. Afin de bâtir un avenir plus propre et plus vert, il nous faudra tous faire des efforts soutenus et concertés. » Il a demandé aux ministres de chercher au sein de leur portefeuille des façons de « soutenir nos efforts pangouvernementaux visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à créer des emplois propres et à relever les défis liés au climat avec lesquels les collectivités composent déjà ».
Dans nos efforts visant à trouver des solutions pour atténuer les dommages environnementaux, nous nous positionnons pour réaliser de véritables réductions des émissions de gaz à effet de serre.
Avec le projet de loi S‑222, le gouvernement sera encouragé à utiliser le bois, un produit durable et renouvelable, pour la construction et la rénovation des bâtiments fédéraux et des projets d'infrastructure.
Un ministère est particulièrement bien placé pour aider le gouvernement à respecter ses engagements dans le cadre de la Stratégie pour un gouvernement vert. Il s'agit de Services publics et Approvisionnement Canada, ou SPAC. Comme principal agent des achats du gouvernement et gestionnaire de ses biens immobiliers, le ministère peut prioriser l'achat et l'utilisation de matériaux qui réduisent notre empreinte écologique.
Aujourd'hui, je vais vous parler de la manière dont SPAC peut jouer un rôle particulier et important dans la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, et en quoi les produits du bois sont essentiels pour y parvenir.
J'aimerais commencer par dire quelques mots sur le travail de SPAC. Ce ministère est, d'une part, l'agent central des achats du gouvernement, responsable d'environ 24 milliards de dollars d'activités d'approvisionnement chaque année au nom de la plupart des agences et des ministères gouvernementaux. D'autre part, SPAC est également le gestionnaire immobilier d'un vaste portefeuille d'immeubles qu'il possède et d'autres en location partout au pays. Au-delà des immeubles de bureaux, le portefeuille comprend aussi des propriétés patrimoniales, comme l'enceinte parlementaire, ainsi que de nombreux ponts, quais et barrages partout au pays.
Ces deux secteurs d'activités offrent une occasion importante d'obtenir des résultats plus verts et de faire progresser les objectifs de développement durable et de création d'un portefeuille carboneutre pour le Canada.
En donnant la priorité à l'approvisionnement écologique, Services publics et Approvisionnement Canada, ou SPAC, peut contribuer à protéger l'environnement de bien des façons. Un approvisionnement écologique réduira non seulement les émissions de gaz à effet de serre provenant des activités gouvernementales, mais aussi celles de nos chaînes d'approvisionnement. De plus, ce type d'approvisionnement réduit l'utilisation de substances dangereuses et toxiques, la pollution et les déchets plastiques. Il soutient également l'économie canadienne en créant de nouveaux marchés pour les produits et services novateurs. Dans ce contexte, l'approvisionnement écologique comprend l'évaluation du cycle de vie des biens achetés et l'adoption de technologies propres et de produits et services écologiques.
La politique du gouvernement en matière d'achats écologiques stipule également les critères relatifs aux biens et services durables afin de guider les opérations d'achat. Ces critères exigent des fournisseurs potentiels qu'ils démontrent que leurs produits peuvent réduire les émissions, sont durables ou présentent d'autres avantages sur le plan environnemental.
Étant donné que les achats effectués par SPAC au nom de la majorité des ministères et organismes se chiffrent à près de 24 milliards de dollars, il dispose d'un levier important pour créer des marchés pour les biens durables. Cela peut établir un cercle vertueux et inspirer d'autres fabricants et entreprises à mettre les bouchées doubles et à offrir des alternatives plus vertes au grand marché de consommation, ce qui sera à l'avantage de tous.
Dans le cadre de la Stratégie pour un gouvernement vert, le gouvernement s'engage également à conserver un plan pour un portefeuille de biens immobiliers carboneutres d'ici 2050. Ce plan doit aussi montrer que les bâtiments et infrastructures sont rentables et résistants au changement climatique. Par exemple, SPAC est en train de transformer l'emblématique édifice du Centre, qui était l'un des actifs les plus polluants de SPAC, en une installation à émissions de carbone quasi nulles. SPAC utilise également, dans la mesure du possible, des matériaux de construction à faible émission de carbone dans le nouveau centre d'accueil du Parlement. En outre, pendant la réhabilitation de l'édifice de l'Ouest...
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
The hon. member for Jonquière on a point of order.
L'honorable député de Jonquière souhaite invoquer le Règlement.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2022-11-28 11:22 [p.10050]
Madam Speaker, there is a problem with the interpretation.
Madame la Présidente, il y a un problème avec l'interprétation.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
We will check on that.
The problem has been fixed.
The hon. parliamentary secretary may continue his speech.
Nous allons vérifier.
Le problème est maintenant réglé.
L'honorable secrétaire parlementaire peut continuer son discours.
View Anthony Housefather Profile
Lib. (QC)
View Anthony Housefather Profile
2022-11-28 11:23 [p.10050]
Thank you, Madam Speaker.
In addition, during the rehabilitation of West Block and the Senate of Canada building, more than 90% of construction waste was diverted from landfills, and a number of environmentally innovative measures were incorporated to save energy and reduce water use. We are also committing that starting in 2030, 75% of new lease and lease renewal floor space will be in net-zero climate-resilient buildings.
To ensure we move forward with reducing the carbon footprint of governmental operations, all departments are subject to various legal instruments. Indeed, the greening government strategy flows from the Federal Sustainable Development Act.
With Bill S-222, we have an opportunity to encourage the use of wood by PSPC and, by extension, the whole of government to meet our climate change objectives. Indeed, wood represents a green approach to building and renovation. It is a renewable resource that is widely available across most of this country. The forest sector is a key source of economic prosperity for people and communities across the country, including many rural, remote and indigenous communities.
The benefits of wood in construction have been evident for hundreds of years. Many of the wood buildings that were constructed at the beginning of the 20th century are still standing and being used today. Moreover, newer wood waste products, such as mass timber, are less carbon-intensive than other materials and could be used more extensively in Canadian construction to remove the carbon emissions equivalent of taking 125,000 internal combustion engine cars off the road every year.
Promoting the use of wood in the construction of federal buildings would be meaningless if this country's forests were poorly managed. As it happens, Canada's forest laws are among the strictest in the world. They protect our forests and ensure that sustainable forest management practices are applied across the country.
This should reassure consumers and all Canadians that Canadian wood and forest products have been harvested under a robust system of sustainable forest management.
To conclude, I would like to go back to the United Nations 2030 agenda for sustainable development and draw attention to goal 9 of that agenda, which states that signatory countries are to “Build resilient infrastructure, promote inclusive and sustainable industrialization and foster innovation.” This agenda commits Canada to “upgrade infrastructure and retrofit industries to make them sustainable” by 2030 and to increase “resource-use efficiency and greater adoption of clean and environmentally sound technologies and industrial processes”.
Time is of the essence. CO27 has just called on the world to take urgent action. Canada will need to accelerate its climate action, and Bill S-222 can enhance the role that greener government operations are already playing to meet our obligations to this country and around the world.
I want to thank the member for South Okanagan—West Kootenay for his work on this file.
Madame la Présidente, je vous remercie.
De plus, pendant la réhabilitation de l’édifice de l’Ouest et de l’édifice du Sénat du Canada, plus de 90 % des déchets de construction ont été détournés des sites d’enfouissement, et de nombreuses mesures novatrices sur le plan environnemental ont été mises en place pour économiser de l’énergie et réduire la consommation d’eau. Nous nous engageons également à ce qu’à compter de 2030, 75 % des nouveaux bureaux loués et dont le bail sera renouvelé se trouvent dans des bâtiments zéro émission nette et résilients au climat.
Pour nous veiller à réduire l’empreinte carbone des activités gouvernementales, tous les ministères sont assujettis à divers instruments juridiques. En effet, la Stratégie pour un gouvernement vert découle de la Loi fédérale sur le développement durable.
Avec le projet de loi S‑222, nous avons l’occasion d’encourager l’utilisation du bois par SPAC et, par extension, par l’ensemble du gouvernement afin d’atteindre nos objectifs en matière de changements climatiques. En effet, le bois représente une approche écologique en matière de construction et de rénovation. Il s’agit d’une ressource renouvelable qui est largement disponible dans la plupart des régions du pays. Le secteur forestier est une source importante de prospérité économique pour les gens et les collectivités dans l’ensemble du pays, y compris de nombreuses collectivités rurales, éloignées et autochtones.
Les avantages du bois dans la construction sont évidents depuis des centaines d’années. Beaucoup des bâtiments en bois qui ont été construits au début du XXe siècle tiennent toujours debout et sont encore utilisés aujourd’hui. De plus, les nouveaux déchets de bois, comme le bois massif, ont une intensité carbonique plus faible que d’autres matériaux et pourraient être utilisés davantage dans la construction au Canada pour éliminer chaque année des émissions de carbone équivalant à celles de 125 000 véhicules à moteur à combustion interne.
Encourager l'utilisation du bois dans la construction au fédéral serait un geste sans importance si les forêts de ce pays étaient mal gérées. Or, il se trouve que les lois forestières du Canada sont parmi les plus strictes au monde. Elles protègent nos forêts et assurent que des pratiques de gestion forestière durable sont appliquées partout au pays.
Cela devrait rassurer les consommateurs et tous les Canadiens et les Canadiennes de savoir que le bois et les produits forestiers canadiens ont été récoltés dans le cadre d'un système solide de gestion durable des forêts.
Pour conclure, j’aimerais revenir sur les objectifs de développement durable des Nations unies pour 2030 et attirer l'attention sur l’objectif no 9, qui se lit comme suit: « Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation ». Cet objectif engage le Canada à « moderniser l’infrastructure et adapter les industries afin de les rendre durables » d’ici à 2030 et à encourager l’« utilisation plus rationnelle des ressources et un recours accru aux technologies et procédés industriels propres et respectueux de l’environnement ».
Le temps presse. La COP 27 vient tout juste de demander au monde entier de prendre des mesures sans tarder. Le Canada doit agir, et le projet de loi S‑222 s’ajoutera aux mesures que prend le gouvernement pour rendre ses opérations plus vertes et pour s’acquitter des engagements qu’il a pris au Canada et sur la scène internationale.
Je remercie le député d’Okanagan-Sud—Kootenay-Ouest du travail qu’il a accompli.
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2022-11-28 11:26 [p.10051]
Madam Speaker, it is my honour to rise today to speak to Bill S-222. I want to recognize the member for South Okanagan—West Kootenay for introducing this bill.
Back in 1951, when my grandfather was 21 years old, he came across the ocean from the Netherlands with $200 in his pockets, which was a lot of money back then. He bought a chainsaw and proceeded to make a fortune cutting down trees in northern British Columbia. That was a lifelong passion of his. He was very much an admirer of Canadian forests and Canadian trees.
Having bought a chainsaw, that was his means to earn a living here in Canada, and it was a good living. He noted that by 1956, he bought a brand new Chevrolet pickup for $1,600, and that in one particular month he made $2,200. He made more money in one month than it cost to buy a brand new pickup. In today's dollars, that is probably $40,000 or $50,000 in one month, which is incredible.
The forestry industry across Canada is one of the reasons Canada exists. There were many interests coming across the ocean early on, starting in about year 1,000. There was the fishing industry that came across the ocean, with people fishing off the Grand Banks, but also the lumber industry. When folks came from Europe to Canada for the first time, they noted the large trees, and for shipbuilding they used the trees here. One of the reasons that people came to Canada was to develop our forest industry and use the giant trees we have here to build things. That is definitely part of our heritage and part of the reason that Canada exists, and it is good to recognize that.
If members are ever in Calgary, they should check out the ATCO Commercial Centre. It is a big new building in the middle of Calgary. I had the opportunity to speak at an anti-human trafficking event that was hosted there just a couple of weeks ago, and I was impressed and blown away by the grandeur of the building and all of the beam work inside of it. I bet the ceiling is nearly 100 feet tall. It is as tall as the ceiling in here or maybe taller, and whereas here we see the beams are made out of steels, there they are made out of wood. It is an impressive structure and is really neat to see, and it is something we can enjoy as a Canadian society.
I will get back to my grandfather coming across the ocean to become a logger in northern British Columbia. While this bill is very much supportive of the forestry industry and the lumber industry, the challenge we have today is that many people are fighting against the harvesting of our forests. Most of those in the forestry industry whom I deal with in my area have a 100-year plan on how they are going to harvest the trees. They harvest some trees in one area, move to another area and harvest some trees and then move to another area. Within 100 years, they anticipate harvesting about 70% of all trees on the landscape, but by the time they are done that, they can go back to where they started and start harvesting the trees all over again. In the area where I live, the average tree is probably 40 or 50 years old before the wind blows it over, it dies or a forest fire comes along and takes care of it, so a 100-year plan on harvesting the forest is a good idea.
There is a huge amount of value that lives in the forest, but there is an increasing number of voices in this country of people who want to shut down the forestry industry and want to shut down logging. For full disclosure, I have many family members who work in the forestry industry. My brother works in the forestry industry building roads and working on a processor. My brother-in-law is a heavy-duty mechanic who works on forestry equipment, so it is a big part of my family's life. Increasingly, they are frustrated with the inability of the government to get organized around managing and developing the industry.
This is a good bill, in that it recognizes the potential and the benefits of the forestry industry. Particularly, I would note that in British Columbia there is more and more difficulty in getting access to the wood fibre. In Alberta, it is not a great deal better. The rest of the country I am not as familiar with, so I cannot say. However, it is an increasing challenge all the time to get access to the wood fibre. While Bill S-222 would indicate we should be using wood to build buildings, if we are unable to harvest the trees in the forest in order to make the lumber, this bill would not necessarily go places.
We have to ensure that this is a country that can build things again, that can develop its natural resources and that lives up to the heritage it was given by the first peoples who developed our forestry industry. Wood has been used to build dwellings and buildings forever. There are wood structures around the world that are over 1,000 years old. It is a good building product, but we need to ensure that we can develop this resource across the country.
I would note that there are voices across this country that are working very hard to minimize and to stop the development of our forestry industry. Particularly, British Columbia is where I note this to be a challenge, and I hope we can see governments coming around to promoting this. I would note that the New Democrats have been a government in power in British Columbia for a long time, and were historically very much champions of development of the forestry industry. However, today it seems to be a challenge to develop the forestry industry.
We are seeing a reduction in allowable cuts. We are seeing a reduction in the land that is available for managing it. It is ironic, to some degree, that most of British Columbia is covered by forests. It is one of the areas where forestry is probably the most valuable resource they have. The northern half of Alberta is covered with forests, and forestry is a big deal up there as well, but I note that it is definitely something we have to be concerned about.
Interestingly, we have had a few discussions with folks around fire concerns and wood buildings. It is an interesting discussion to have regarding fire ratings. Let us think about it a little and get back to that ATCO building in Calgary. The same building could be built with steel girders.
Typically, steel girders are an I-beam configuration. What is really fascinating about a steel girder in an I-beam configuration versus a wooden glulam beam, which is made from multiple laminated pieces of wood, is that the wood actually has a much better fire rating.
This is interesting, because we think that fire would consume the wood. The wood is consumed in a fire, but it actually maintains its structural integrity for a very long time, even if it is burning. However, a steel beam, because of the two layers, will actually twist and buckle if one side of it is heated. We had a bridge in Edmonton that buckled just because of the heat of the sunshine, so it is interesting to think about some of these things.
I am looking forward to supporting this bill. I hope this country can get back to developing our natural resources and harvesting the trees.
Madame la Présidente, je suis heureux d’avoir l’occasion de prendre la parole au sujet du projet de loi S-222. Je remercie le député d’Okanagan-Sud—Kootenay- Ouest d’avoir présenté ce projet de loi.
En 1951, quand mon grand-père avait 21 ans, il a quitté les Pays‑Bas et a traversé l’océan avec 200 $ en poche, ce qui était beaucoup à l’époque. Il a acheté une tronçonneuse et a accumulé une petite fortune en abattant des arbres dans le Nord de la Colombie‑Britannique. C’est une passion qu’il a gardée toute sa vie. Il admirait beaucoup les forêts et les arbres du Canada.
Il s’était donc acheté une tronçonneuse pour gagner sa vie, et il l’a bien gagnée. En 1956, quand il s’est acheté une camionnette Chevrolet flambant neuve pour 1 600 $, il s’est rendu compte que, ce mois-là, il avait gagné 2 200 $. Autrement dit, il gagnait plus d’argent en un mois qu’il n’en fallait pour acheter une camionnette flambant neuve. En dollars d’aujourd’hui, cela équivaudrait à un revenu mensuel d’à peu près 40 000 $ ou 50 000 $, ce qui est incroyable.
L’industrie forestière est l’une des raisons d’être du Canada. Dès l’an 1000, toutes sortes de groupes d’intérêts ont traversé l’océan. Il y a eu l’industrie de la pêche, au large des Grands Bancs, et il y a eu aussi l’industrie du bois. Quand les immigrants arrivaient au Canada en provenance d’Europe, la première chose qu’ils remarquaient, c’était ces arbres immenses, dont ils se servaient pour la construction navale. Bon nombre d’immigrants sont venus au Canada pour exploiter nos forêts et utiliser nos arbres immenses dans des projets de construction. C’est une composante fondamentale de notre patrimoine et de notre existence, et il est important de le reconnaître.
J’invite les députés qui ont l’occasion d’aller à Calgary d’aller voir le centre commercial ATCO. C’est un grand bâtiment tout neuf, au centre de Calgary. J’y étais il y a quelques semaines pour participer à un colloque contre la traite des personnes, et j’ai été fasciné par la beauté du bâtiment et toutes les poutres à l'intérieur. Je parie que la hauteur du plafond est de près de 100 pieds. C’est presque aussi haut qu'ici, voire plus. Par contre, ici, les poutres sont en acier, alors que là-bas, elles sont en bois. C’est vraiment une structure impressionnante et esthétique qui enrichit la société canadienne.
Je reviendrai tout à l’heure à mon grand-père qui a traversé l’océan pour devenir bûcheron dans le Nord de la Colombie‑Britannique. Ce projet de loi est très positif pour l’industrie forestière et l’industrie du bois en général, mais le problème que nous avons aujourd’hui, c’est que beaucoup de gens s’opposent à l’exploitation de nos forêts. La plupart des gens de cette industrie que je connais, dans ma région, ont un plan d’abattage des arbres étalé sur 100 ans. Ils commencent par en abattre dans un coin, puis vont dans un autre, et ainsi de suite. Ils planifient d’abattre environ 70 % de tous les arbres en l’espace de 100 ans, et à la fin de cette période, ils recommencent là où ils avaient commencé. Là où j’habite, les arbres ont en moyenne 40 ou 50 ans lorsqu’ils sont déracinés par le vent, qu'ils meurent naturellement ou qu’ils brûlent dans un incendie de forêt. Un plan d’abattage sur 100 ans est donc une bonne idée.
La forêt revêt une grande valeur, mais malheureusement, de plus en plus de gens voudraient mettre un terme à l’abattage des arbres et, partant, à l’industrie qui en dépend. Pour être parfaitement honnête, j’ai beaucoup de membres de ma famille qui travaillent dans l’industrie forestière. Mon frère construit des routes et transforme des produits du bois, et mon beau-frère est réparateur de machinerie lourde. C’est donc une industrie qui fait partie de notre famille. Toutefois, de plus en plus, ils sont frustrés par l’incapacité du gouvernement à correctement gérer et exploiter nos forêts.
C’est un bon projet de loi, parce qu’il tient compte du potentiel et de la valeur de l’industrie forestière. Je constate cependant qu’en Colombie‑Britannique, il est de plus en plus difficile d’avoir accès à la fibre de bois. En Alberta, ce n’est guère mieux. Pour ce qui est du reste du Canada, je connais moins bien la situation, alors j’avoue que je n’en sais rien. Quoi qu’il en soit, il est de plus en plus difficile d’avoir accès à la fibre de bois. Le projet de loi S‑222 propose d’utiliser le bois pour la construction d’immeubles, mais cela ne servira pas à grand-chose si nous ne sommes pas capables d’abattre des arbres pour fabriquer le bois d’œuvre.
Nous devons veiller à ce que le pays puisse recommencer à construire des choses, exploiter ses ressources naturelles et être à la hauteur du patrimoine que lui ont légué les premiers peuples qui ont développé notre industrie forestière. Le bois est utilisé depuis toujours pour construire des logements et des bâtiments. Il y a, dans le monde, des structures en bois qui existent depuis plus de 1 000 ans. C'est un bon matériau de construction, mais nous devons nous assurer que nous pouvons exploiter cette ressource dans l'ensemble du pays.
J’aimerais souligner que des voix s’élèvent partout au pays pour réduire au minimum le développement de notre industrie forestière et y mettre fin. C’est surtout en Colombie‑Britannique que je remarque ce problème, et j’espère que des gouvernements finiront par promouvoir ce secteur. Je tiens à souligner que les néo-démocrates sont au pouvoir depuis longtemps en Colombie‑Britannique et qu’ils ont toujours été des champions du développement de l’industrie forestière. Cependant, aujourd’hui, le développement de ce secteur semble présenter un défi.
On constate une réduction des coupes autorisées ainsi que des terres disponibles pour l'exploitation forestière. Dans une certaine mesure, c'est paradoxal quand on sait que la plus grande partie de la Colombie‑Britannique est recouverte de forêts. En fait, c'est l'une des régions où la forêt constitue probablement la ressource la plus précieuse. La moitié nord de l'Alberta est également recouverte de forêts et l'industrie forestière y représente un moteur économique important, mais je signale que c'est certainement une question dont nous devons nous préoccuper.
Il est intéressant de noter que nous avons eu des discussions avec les parties concernées au sujet des risques d'incendie, notamment à cause des édifices en bois. Il est pertinent d'avoir de telles discussions sur les cotes de résistance au feu. Réfléchissons-y un peu et revenons au centre commercial ATCO à Calgary. Il aurait pu être construit avec des poutres d'acier.
Généralement, les poutres d'acier sont profilées en I. Ce qui est réellement fascinant quand on compare les poutres d'acier profilées en I et les poutres en lamellé-collé — faites par collage de multiples feuilles de bois — c'est que le bois a en fait une cote de résistance au feu nettement supérieure.
C'est vraiment intéressant parce qu'on pense que le feu détruirait le bois. Il est vrai que le feu dévore le bois, mais celui-ci conserve son intégrité structurelle pendant très longtemps, même lorsqu'il brûle. En revanche, une poutre d'acier, parce qu'elle n'est constituée que de deux couches, se tord et cède si l'un de ses côtés est chauffé. À titre d'exemple, à Edmonton, on a vu la structure d'un pont se déformer simplement sous l'effet de la chaleur du soleil. Il faut donc tenir compte de certains de ces facteurs.
Je suis enthousiaste à l'idée d'appuyer ce projet de loi. J'ose espérer que le Canada se relancera dans l'exploitation de ses ressources naturelles, notamment dans la coupe des arbres.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2022-11-28 11:36 [p.10052]
Madam Speaker, I am pleased to speak about Bill S­222.
If we want to trace the origins of the discussions that led to an act that would benefit forest products, we need to go back to the proposals of the Bloc Québécois. As early as March 2010, Bill C‑429, which dealt with something very similar and was sponsored by the member for Manicouagan at the time, was being studied. The same thing happened a few years later, in 2014. The member for my former riding, Jonquière-Alma, which is now called Jonquière, had also tabled a similar bill. What we realized then was that the House's interest in supporting the forestry sector was not very high.
I would remind the House that, at the time, in 2010, the NDP voted in favour of the bill. However, in 2014, they changed their stance a bit. Half of their caucus was against the bill because it might be detrimental to the steel beam industry. I say that because I feel that there has never been the appropriate balance of power to bring the interests of the forestry industry to the House. It is no coincidence that the province where the forestry industry is largest is Quebec. Unfortunately, here, the Conservatives, among others, have never voted in favour of such measures.
Bill S‑222 certainly has potential, but there is no denying that it will need to be amended if it is referred to committee. The major difference in Bill S‑222 is that it is devoid of any means of enforcement. The bill feels like wishful thinking: It simply hopes that more wood will be used. However, if we are to achieve this, there must be some means of enforcement. This is the case with the Quebec law.
In Quebec, the wood charter assumes that, for all buildings under six storeys, a wood solution must be considered. It is mandatory. Perhaps it is something that can be corrected in the bill. We may be able to do that work in committee, but it would be essential. The Bloc Québécois will support this bill, but I believe that it should go a little further and make consideration of wood for federal government infrastructure mandatory.
I will take this opportunity to address another aspect. As I said at the beginning of my speech, I find that the forestry sector tends to be overlooked when it comes to federal government support. I would like to demonstrate that. As I have repeated around 3,000 times in the House, Canada has an economy that is based on two major industries: the oil and gas sector and the automobile sector. Support for the forestry sector has consistently been anemic.
I will share some figures from a study that I commissioned along with every other member of the Bloc Québécois. The Bloc Québécois is a caucus that is focused on the issue of softwood lumber. I will share the figures from the nine key federal programs that help the forestry sector.
From 2017 to 2020, we can say that roughly $317 million was redirected to the forestry sector. Keep in mind that 75% of the money that was distributed throughout Canada was in the form of guaranteed loans and 25% of that money was in the form of real subsidies. Earlier, the comparison was made with the oil and gas sector, but I think that is a bit of a stretch.
Quebec represents 22.5% of the federation, but the volume of Quebec's forestry sector represents a bit more than 30% of the sector Canada-wide. Canada pays Quebec $71 million a year. If we apply that same calculation, that means that 75% of that amount is in the form of loans. Quebec is therefore paid $53.5 million a year in the form of loans and $17 billion is paid in the form of subsidies. My region of Quebec, Saguenay‑Lac‑Saint‑Jean, provides more to the federal government than the entirety of the subsidies that are offered to Quebec's forestry sector. The $71 million paid by the federal government to the forestry industry does not even represent 0.3% of the sector's $20 billion in annual sales.
I checked and found that the federal government provides the least amount of support to these sectors. I see the disparity when I examine the fossil fuel sector. I say that because, on my initiative, the Standing Committee on Natural Resources is doing a comparative study of all the different natural resources sectors.
If I look at the fossil fuel sector, the cost of the Trans Mountain pipeline alone is $21 billion. Then, there are the $18 billion a year over 2020-22. Canada Economic Development, or CED, will be providing $5.4 billion, which will be redirected only to the oil and gas sector. That does not include $2.5 billion in the last budget for carbon capture strategies. As I am not meanspirited, I am not going to talk about everything to do with the cleanup of orphan wells and lines of credit that we have seen since 2019. I just want to say that it is appalling.
There really is a double standard. I do not see why this legislation would not pass. It would not cost the federal government very much to consider promoting the use of lumber in its contracts. It is simply a regulatory measure that does not necessarily involve funding.
We know that the federal government is allergic to supporting the forestry industry. If a small sawmill asks for help from CED, it will not get it. Instead, the sawmill will be immediately referred to Global Affairs Canada. No small sawmill in Quebec or Canada can get support from the economic arm of the federal government alone for fear of violating American softwood lumber laws. That is a big problem. It means that companies that do not even do business with the United States are not entitled to support from CED.
I want to quickly come back to what the Bloc Québécois has been doing to support the forestry industry. In September 2020, we presented a green recovery plan to get out of the COVID‑19 pandemic. One of the main focuses of this recovery plan is the development of natural resources, including the forestry sector.
In October 2020, on my initiative, the Standing Committee on Natural Resources was studying the renewal of the forestry sector. There were some very interesting proposals, one being that the federal government start using the concept of carbon footprint in its tenders.
Perhaps this could be worked into Bill S‑222. It goes much further than just using wood in construction. If we go with the idea of a carbon footprint, then all derivatives from the bioeconomy—that is, products derived from the forest biomass—would qualify. Think of packaging products, for one. We can replace single-use plastics right now. It would provide a much broader scope for supporting the forestry sector, and we could reduce our carbon footprint.
Unfortunately, even though these recommendations were made in a committee study, the government never acted on them. In fact, last week we had people from the forestry sector come before us. They came to tell us that the time for committee studies has passed, and we must now take action. We are still waiting for that action.
In April 2021, the Bloc Québécois hosted a forum on forests and climate change. Participants included experts from academia and the forestry sector, producers and people involved in research and development. At the end of the forum, participants reached a unanimous conclusion. From an economic perspective, our best weapon in the battle against climate change is the forestry sector. Forests are carbon sinks. The more carbon we sequester by building with wood, the better our GHG performance.
I recently toured Chantiers Chibougamau with my party leader. I would actually encourage all members to go see what is happening at Chantiers Chibougamau. They are superstars. They use pulpwood, the little bits from treetops, to make glued-laminated I-joists of astounding size.
I see my time is up. I will be happy to vote in favour of this bill, but it needs improvement. I hope that, going forward, the government will pay closer attention when it comes to the forestry sector.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole au sujet du projet de loi S‑222.
Si on fait la genèse des discussions qui ont porté sur une loi qui donnerait un avantage aux produits forestiers, il faut revenir aux propositions du Bloc québécois. Déjà, en mars 2010, on étudiait le projet de loi C‑429, qui était parrainé par le député de Manicouagan de l'époque et qui visait quelque chose de très similaire. La même chose s'est produite quelques années plus tard, soit en 2014. Le député de mon ancienne circonscription, Jonquière-Alma, qui s'appelle aujourd'hui Jonquière, avait déposé également un projet de loi similaire. Ce dont on s'est rendu compte, c'est que l'intérêt de la Chambre pour le soutien au secteur forestier n'était pas très élevé.
Je rappellerai que, à l'époque, en 2010, les néo‑démocrates avaient voté en faveur du projet de loi. Cependant, en 2014, ils ont changé un peu de posture. La moitié de leur caucus était contre le projet de loi parce que cela venait peut-être nuire à l'industrie des poutres d'acier. Si je dis cela, c'est que j'ai l'impression qu'il n'y a jamais eu un rapport de force suffisant pour faire cheminer les intérêts de l'industrie forestière à la Chambre. Ce n'est pas pour rien que la province où l'industrie forestière est la plus importante est le Québec. Malheureusement, ici, les conservateurs, entre autres, n'ont jamais voté en faveur de ce type de mesures.
Je trouve le projet de loi S‑222 intéressant, mais il faut dire que, s'il est renvoyé en comité, il faudra y apporter certaines modifications. La différence majeure qu'on voit dans le projet de loi S‑222, c'est qu'il n'y a pas de contraintes. Le projet de loi ressemble à un vœu pieux, c'est-à-dire qu'on veut plus d'utilisation du bois. Cependant, si on veut y arriver, il faut qu'il y ait une certaine forme de contrainte. C'est le cas de la loi au Québec.
Au Québec, la Charte du bois suppose que, pour tous les bâtiments de moins de six étages, il faut que la solution du bois soit étudiée. C'est obligatoire. C'est peut-être quelque chose qu'on peut corriger dans le projet de loi. On pourrait peut-être arriver à faire ce travail en comité, mais ce serait essentiel. Le Bloc québécois va appuyer ce projet de loi, mais je crois qu'il faut aller un peu plus loin et faire de l'étude sur le bois dans les infrastructures du gouvernement fédéral un élément contraignant.
Je vais profiter de cette occasion pour aborder un autre aspect. Comme je l'ai dit au début de mon discours, je trouve que le secteur forestier est un peu le parent pauvre lorsqu'il est question du soutien du gouvernement fédéral. J'aimerais en faire la démonstration. Comme je l'ai répété environ 3 000 fois à la Chambre, le Canada a une économie qui est basée sur deux grands secteurs d'activité, soit le secteur gazier et pétrolier et le secteur de l'automobile. Les appuis au secteur forestier ont constamment été faméliques.
Je vais présenter les chiffres qui sont issus d'une étude que j'ai commandée avec l'ensemble des députés du Bloc québécois. Il y a un caucus qui se penche sur la question du bois au Bloc québécois. Je vais présenter les chiffres des neuf programmes principaux du gouvernement fédéral qui viennent en aide au secteur forestier.
De 2017 à 2020, on peut dire que c'est environ 317 millions de dollars qui ont été redirigés vers le secteur forestier. Or, il faut garder en tête que 75 % de cette somme, qui était distribuée à l'ensemble du Canada, était sous forme de garanties de prêt et que 25 % de cette somme était sous forme de véritables subventions. Tout à l'heure, on s'amusera à faire le comparatif avec le secteur gazier et pétrolier et je pense qu'on va faire un saut.
Le Québec représente 22,5 % de la fédération, mais le volume du secteur forestier du Québec représente un peu plus de 30 % de celui de l'ensemble canadien. Le Canada verse au Québec 71  millions de dollars par année. Si on applique le même calcul, cela veut dire que 75 % de ce montant est sous forme de prêts. Ce sont donc 53,5 millions de dollars par année qui sont versés au Québec sous forme de prêts et 17 milliards de dollars qui sont versés sous forme de subventions. Ma région du Québec, le Saguenay‑Lac‑Saint‑Jean, apporte plus au gouvernement fédéral que l'ensemble des subventions qui sont offertes au secteur forestier du Québec. Les 71 millions de dollars versés par le gouvernement fédéral à l'industrie forestière ne représentent même pas 0,3 % des 20 milliards de dollars en ventes annuelles que représente ce secteur.
J'ai fait des vérifications: on est dans les secteurs les moins soutenus par le gouvernement fédéral. Si je regarde du côté des énergies fossiles, c'est là qu'on fait un méchant saut. Je dis cela parce que, au Comité permanent des ressources naturelles, à mon initiative, nous sommes en train de faire une étude comparative sur les différents secteurs des ressources naturelles.
Si je regarde le secteur des énergies fossiles, juste le pipeline Trans Mountain, c'est 21 milliards de dollars. S'ajoutent à cela 18 milliards par année pour l'année 2020 à 2022. Ce sont 5,4 milliards de dollars de Développement économique Canada, ou DEC, qui sont redirigés vers les secteurs gazier et pétrolier uniquement; cela, c'est sans parler des 2,5 milliards de dollars du dernier budget pour les stratégies de captation du carbone. Comme je ne suis pas mesquin, je vais laisser de côté tout ce qui touche le nettoyage des puits, les lignes de crédit qu'on a vues depuis 2019. C'est simplement pour dire que c'est indécent.
Il y a véritablement deux poids, deux mesures. Je ne vois pas pourquoi cette législation ne passerait pas. Cela ne coûte pas très cher que le gouvernement fédéral étudie une solution bois dans ses appels de contrat. Ce n'est qu'une mesure réglementaire qui ne s'accompagne pas nécessairement de sommes.
On le sait, le gouvernement fédéral est allergique au soutien du secteur forestier. Si une petite scierie demande de l'aide à DEC, il ne le fera pas parce qu'il renvoie immédiatement à Affaires mondiales Canada. Il n'y a aucune petite scierie du Québec et du Canada qui peut recevoir du soutien de la part du seul bras économique du gouvernement fédéral, par peur d'entrer en contradiction avec les lois américaines sur le bois d'œuvre. C'est catastrophique. Cela veut dire que des entreprises qui ne font même pas affaire aux États-Unis n'ont pas le droit d'avoir le soutien de DEC.
Je veux revenir rapidement sur les actions que fait le Bloc québécois pour soutenir le secteur forestier. En septembre 2020, nous déposions un plan de relance vert pour sortir de la COVID‑19. Ce plan de relance reposait abondamment sur la mise en valeur des richesses naturelles, dont le secteur forestier.
En octobre 2020, à mon initiative, au Comité permanent des ressources naturelles, nous étudiions la relance du secteur forestier. Il y avait des propositions fort intéressantes. L'une d'entre elles était que, dans ses appels d'offres, le gouvernement fédéral utilise l'empreinte carbone.
Peut-être qu'on pourrait travailler en ce sens dans le projet de loi S‑222. Cela va beaucoup plus loin que simplement l'utilisation du bois dans les constructions. Si on utilise l'empreinte carbone, à ce moment-là, tous les produits dérivés de ce qu'on appelle la bioéconomie, soit ce qu'on peut faire avec la biomasse forestière, se qualifieraient. On pense entre autres à des produits d'emballage. Aujourd'hui, on peut remplacer des plastiques à usage unique. On aurait donc une portée beaucoup plus grande pour soutenir le secteur forestier et on pourrait réduire notre empreinte carbone.
Malheureusement, même si ces recommandations ont été faites dans le cadre d'une étude de comité, le gouvernement n'y a jamais donné suite. D'ailleurs, la semaine dernière, nous recevions des gens du secteur forestier. Ils sont venus nous dire que ce n'est plus le temps de faire des études en comité, mais qu'il faut passer à l'action. On attend toujours cette action.
En avril 2021, le Bloc québécois tenait un forum sur la forêt et les changements climatiques. Nous avons reçu des spécialistes du milieu universitaire et du secteur forestier, des producteurs de même que des gens qui font de la recherche et développement. À la sortie de ce forum, le constat était unanime: au point de vue économique, le meilleur levier qu'on a pour lutter contre les changements climatiques, c'est le secteur forestier. La forêt est un puits de carbone. Plus on séquestre du carbone en construisant en bois, plus on améliore notre bilan en matière de GES.
Dernièrement, j'ai visité Chantiers Chibougamau avec le chef de mon parti; j'invite d'ailleurs tous les députés à aller voir ce que fait Chantiers Chibougamau. Ce sont des champions. Ils utilisent ce qu'on appelle le bois de trituration, soit les petits bouts des cimes des arbres, pour faire des poutrelles lamellées-collées qui ont des dimensions surnaturelles.
Comme mon temps est expiré, je serai heureux de voter en faveur de ce projet de loi, mais il faudra le bonifier et l'améliorer. J'espère qu'à l'avenir, le gouvernement aura une oreille plus attentive lorsqu'il est question du secteur forestier.
View Taylor Bachrach Profile
NDP (BC)
View Taylor Bachrach Profile
2022-11-28 11:47 [p.10054]
Madam Speaker, like a lot of my colleagues in this place, I spend a lot of time in airports. Yesterday afternoon I had a chance to spend a few minutes in my home airport, the Smithers Regional Airport. I was sitting in the departure lounge watching the sun set behind Hudson Bay Mountain and looking around the room, marvelling at what a beautiful space the community has created there. I know there are not many airports one could describe as beautiful, but it is certainly one of them.
It has personal significance for me because, during my time in local government as the mayor of Smithers, we undertook a major renovation of the Smithers Regional Airport. It was a building dating back to the 1950s and was in much need of renovation and renewal. Part of that was a brand new departure lounge. In undertaking this major project, with help from the provincial and federal governments, we had a number of objectives. We obviously wanted to make it a functional, modern space, but we also wanted to use it as an opportunity to tackle our community's greenhouse gas emissions and take responsibility for our role in this huge challenge we face.
We did that in a number of ways. We installed a geoexchange system for heating and cooling the building, which takes energy out of the ground and does so mostly without the use of fossil fuels. The other area where we really tried to drive sustainability was the use of wood.
I know there has been a lot of discussion about some of the more technical aspects, but what I was struck by yesterday, sitting in this room looking at the beautiful glulam beams and expanses of cross-laminated timber, is just the beauty of wood as a building product. In addition to all its other benefits, it is truly a spectacular product to be building with. This is important not only because the forest industry is a big part of our economy and always has been in British Columbia, but also, in the context of this bill, because wood is a lower-carbon building material than many other options.
I am pleased to rise and speak to Bill S-222. I believe this bill originally was intended to promote the use of wood in the construction of public infrastructure in Canada. I want to take a moment to recognize Senator Griffin, the bill's sponsor in the other place, but mostly my colleague, the brilliant MP for South Okanagan—West Kootenay, who has been a tireless champion for the role wood can play in addressing climate change.
This bill calls for amending the Department of Public Works and Government Services Act by adding the following wording to the clause laying out the minister’s powers and responsibilities:
In developing requirements with respect to the construction, maintenance and repair of public works, federal real property and federal immovables, the Minister shall consider any potential reduction in greenhouse gas emissions and any other environmental benefits and may allow the use of wood or any other thing—including a material, product or sustainable resource—that achieves such benefits.
I understand that was amended to recognize some of the improvements in the steel industry and in the manufacturing of concrete, etc.
I hope colleagues will forgive me if my comments about this bill speak directly to the benefits of wood as a building product. This is a topic that has personal significance for me. My father worked for over 30 years in the forest industry. He was a buckerman, which, for folks who are less familiar with forestry, is the person who works in the bush and cuts the logs to length before they are loaded onto the trucks headed for the mill.
I remember how frustrated my dad was by some of the waste that occurred in the forest industry at the time. There were trees and logs that were too big to be used by the sawmills and were left in the bush and eventually burned. I remember his chainsaw mill, a little portable mill that attached to his chainsaw. He would take it out on the weekends and mill these logs into slabs, bring them home and build beautiful things from them. He was also the person who instilled in me a love for forests and a recognition of the need to do forestry responsibly and sustainably, an area I believe we continue to make progress in today. Of course, he built many beautiful things out of wood.
As I speak to this bill today, I am thinking of my dad and those values he instilled in me.
Bill S-222 speaks to public procurement as an opportunity for addressing greenhouse gas emissions through the choice of building materials, and this is indeed a huge opportunity. Much of the debate around tackling climate change has focused on emissions from the operation of buildings and transportation and such. However, the embodied carbon in building materials represents a significant challenge and opportunity when it comes to tackling the climate crisis. Given the billions of dollars spent on public procurement every year, and my colleague across the way mentioned the figure of, I believe, $27 billion per year, this represents a significant opportunity for Canada.
When we dig into the role of embodied carbon in Canada's overall emissions, it is a surprisingly complex picture. At a high level, the advantage of wood rests on the fact that trees grow back and that the carbon stored in wood is stored for as long as the buildings it is used in are still standing. One source I found cited softwood timber as having an embodied carbon footprint of 110 kilograms per cubic metre, compared to 635 kilograms per cubic metre for reinforced concrete.
Admittedly, when we look for figures on the carbon footprint of building materials, we will find a huge range. Therein lies some of the complexity in evaluating different building materials and their climate impacts. However, the benefits of wood as a renewable resource are quite obvious.
Much of the life cycle climate carbon implications hinge on our management of forests. It is a popular idea to think of Canada's forests as climate-fighting machines that suck carbon out of the atmosphere, but the actual numbers, I think, would surprise people. A couple of years ago it came out that Canada's forests, since 2001, have actually been sources of carbon emissions and have emitted more carbon than they have sucked out of the air. This points to the need to consider the big picture when it comes to the climate implications of forest products.
Jim Pojar, a renowned ecologist based in Smithers, has expressed some caution regarding the notion that forestry is carbon neutral. He writes:
It should be emphasized that the underlying carbon budget calculations are complex and depend on assumptions about a future with much uncertainty around carbon dynamics in a rapidly changing environment.
The approach he advocates is one he calls “smart harvest and...substitution”, which couples forest management improvements with the substitution of wood in the place of more carbon-intensive building materials. Despite the complexity in evaluating the carbon emissions from different building materials, there does seem to be broad agreement that using wood products in buildings is an important tool for reducing greenhouse gas emissions.
I mentioned the beauty of wood, which admittedly is a subjective benefit. Less subjective is the economic impact of manufacturing wood products in regions like the one I live in. So many people I speak with are alarmed by the volume of raw logs we continue to export. They understand intuitively that the more we can add value to our raw resources, the more we can manufacture things, the more people in our communities are going to have jobs and the more benefits we can accrue.
In our region, there are thousands of people employed in forestry: loggers, truck drivers, mill workers, tree planters, foresters and so many more. As we grapple with mid-term timber supply constraints and managing a landscape for multiple values, it becomes ever more important to maximize the number of jobs and the economic benefits from every cubic metre of timber harvested. If we can use public procurement to increase demand for manufactured Canadian wood products, we can spur investment in new manufacturing facilities, new technology and new applications for wood.
I would be remiss if I did not mention the Wood Innovation and Design Centre in Prince George, which is home to UNBC's master of engineering in integrated wood design program. It is one example of how, in British Columbia, we are seeking to do more with wood, to innovate and to create models that can be applied around the world.
I am thankful for the time today to talk about this important topic and I hope this bill passes into law very soon.
Madame la Présidente, comme beaucoup de mes collègues dans cette enceinte, je passe beaucoup de temps dans les aéroports. Hier après-midi, j'ai eu la chance de passer quelques minutes dans l’aéroport de mon coin de pays, l'aéroport régional de Smithers. Assis dans la salle d'attente, je regardais le soleil se coucher derrière la montagne de la baie d'Hudson et, parcourant la salle du regard, je m’émerveillais de la beauté du lieu aménagé ici. Peu d’aéroports peuvent être qualifiés de beaux, mais celui-là est certainement l'un d'entre eux.
L’endroit a une importance particulière pour moi parce que, lorsque j'étais maire de Smithers, nous avons effectué des travaux de grande ampleur dans notre aéroport. Le bâtiment datait des années 1950 et avait besoin de beaucoup de rénovations. Il fallait entre autres aménager une toute nouvelle salle d'attente. Le projet, réalisé avec l'aide des gouvernements provincial et fédéral, était majeur et comportait un certain nombre d'objectifs. Nous voulions évidemment en faire un espace fonctionnel et moderne, mais nous voulions aussi profiter de l’occasion pour nous attaquer aux émissions de gaz à effet de serre produites dans notre région et faire ainsi notre part dans l’énorme défi auquel nous sommes confrontés.
Nous y sommes parvenus de plusieurs manières. Nous avons installé un système géothermique pour le chauffage et la climatisation du bâtiment, qui puise l'énergie dans le sol et le fait en grande partie sans utiliser de combustibles fossiles. Nous avons également poursuivi un objectif de durabilité en choisissant le bois comme matériau de construction.
Certains des aspects les plus techniques ont soulevé beaucoup de discussions, mais ce qui m'a frappé hier, assis dans cette salle à regarder les magnifiques poutres en lamellé-collé et les grandes étendues de bois lamellé-croisé, c'est tout simplement la beauté du bois dans la construction. Outre tous ses autres avantages, le bois est vraiment un produit spectaculaire pour la construction. Il est important non seulement parce que notre économie repose et a toujours reposé en grande partie sur l'industrie forestière en Colombie-Britannique, mais aussi, dans le contexte de ce projet de loi, parce qu’il est un matériau de construction à plus faible teneur en carbone que de nombreuses autres matières.
Je suis heureux de parler du projet de loi S‑222. Je crois que ce projet de loi visait à l'origine à promouvoir l'utilisation du bois dans la construction d'infrastructures publiques au Canada. J'aimerais prendre un moment pour rendre hommage à la sénatrice Griffin, la marraine du projet de loi à l'autre endroit, mais surtout à mon collègue, le brillant député de Okanagan—Sud—Kootenay—Ouest, qui a été un champion infatigable du rôle que le bois peut jouer dans la lutte contre les changements climatiques.
Ce projet de loi vise à modifier la Loi sur le ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux en ajoutant le libellé suivant à la disposition énonçant les pouvoirs et les responsabilités du ministre:
Dans l’élaboration des exigences visant la construction, l’entretien et la réparation des ouvrages publics et des immeubles fédéraux et des biens réels fédéraux, le ministre tient compte de toute réduction potentielle des émissions de gaz à effet de serre et de tout autre avantage pour l’environnement et peut autoriser l’utilisation du bois ou de toute autre chose, notamment de matériel, de produits ou de ressources durables, qui offre pareil avantage.
Je comprends que la loi a été modifiée pour reconnaître certaines des améliorations dans l'industrie de l'acier et la fabrication du béton, etc.
J'espère que mes collègues me pardonneront si mes commentaires sur ce projet de loi portent directement sur les avantages du bois comme matériau de construction. C'est un sujet qui revêt une importance personnelle pour moi. Mon père a travaillé pendant plus de 30 ans dans l'industrie forestière comme tronçonneur. Pour les personnes moins familières avec la foresterie, c'est la personne qui travaille dans le bois et qui coupe les billes à la longueur voulue avant leur chargement dans les camions en direction de l'usine.
Je me souviens à quel point mon père était frustré de voir tout le gaspillage dans l'industrie forestière à cette époque. Parfois, il y avait des arbres et des grumes de trop grande circonférence pour être utilisé par les scieries alors ils étaient laissés sur le terrain, puis brûlés. Je me souviens aussi de la miniscierie portative que mon père attachait après sa tronçonneuse. La fin de semaine, armé de cet outil, mon père retournait sur le terrain pour tailler des dosses dans les grumes abandonnées afin de les rapporter à la maison. Il a fabriqué de bien belles choses avec ce bois. C'est mon père qui m'a inculpé l'amour de la forêt et le respect pour les ressources qu'elle procure et qui m'a appris l'importance de les utiliser de manière responsable et durable. À cet égard, je crois que l'industrie forestière a encore des progrès à faire de nos jours. Bien entendu, les créations de mon père étaient faites en bois.
Aujourd'hui, alors que je me prononce sur le projet de loi dont la Chambre est saisie, je pense à mon père et aux valeurs qu'il m'a transmises.
Dans le projet de loi S‑222, il est question des matériaux de construction à utiliser dans les marchés publics pour nous attaquer aux émissions de gaz à effet de serre. C'est donc une occasion en or dont nous devons profiter. Une grande partie du débat sur la lutte contre les changements climatiques a porté sur les émissions provenant du fonctionnement des bâtiments, des transports et autres. Cependant, le carbone intrinsèque dans les matériaux de construction représente un défi considérable et une occasion de s'attaquer à la crise climatique. Étant donné les milliards de dollars dépensés chaque année dans le cadre de marchés publics — et mon collègue d'en face a mentionné le chiffre de 27 milliards de dollars par an, je crois —, le Canada a ici une belle occasion d'agir.
Le rôle du carbone intrinsèque dans les émissions globales du Canada est étonnamment complexe. À un niveau élevé, l'avantage du bois repose sur le fait que les arbres repoussent et que le carbone stocké dans le bois y reste aussi longtemps que les bâtiments dans lesquels il est utilisé sont en place. Selon une source que j'ai trouvée, le bois d’œuvre a une empreinte carbone intrinsèque de 110 kilogrammes par mètre cube, contre 635 kilogrammes par mètre cube pour le béton armé.
Les données sur l'empreinte carbone des matériaux de construction couvrent un large éventail, c’est vrai. C'est en partie pourquoi il est difficile d’évaluer les différents matériaux de construction et leur incidence sur le climat. Cependant, les avantages du bois comme ressource renouvelable sont assez évidents.
Une grande partie des répercussions du cycle de vie du carbone sur les changements climatiques dépend de notre gestion des forêts. Il est courant de penser que les forêts du Canada sont des machines à lutter contre les changements climatiques qui aspirent le carbone de l'atmosphère, mais je pense que les véritables chiffres en étonneraient plusieurs. Il y a quelques années, on a découvert que, depuis 2001, les forêts du Canada sont en fait des sources d'émissions de carbone, car elles émettent plus de carbone qu'elles n'en absorbent. Cela montre la nécessité de prendre en compte la situation dans son ensemble lorsqu'il s'agit des répercussions climatiques des produits forestiers.
Jim Pojar, un écologiste renommé de Smithers, a exprimé une certaine mise en garde quant à la notion de carboneutralité de la foresterie. Il écrit:
Il convient de souligner que les calculs sous-jacents du budget carbone sont complexes et qu'ils dépendent d'hypothèses sur un avenir comportant de nombreuses incertitudes quant à la dynamique du carbone dans un environnement en évolution rapide.
Il préconise l'approche « récolte judicieuse et [...] substitution », qui associe des améliorations de la gestion forestière à la substitution du bois aux matériaux de construction à plus forte intensité de carbone. Même s'il est complexe d'évaluer les émissions de carbone des divers matériaux de construction, il semble y avoir un large consensus sur le fait que l'utilisation de produits du bois dans les bâtiments constitue un outil important pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
J'ai mentionné la beauté du bois, qui est certes un avantage subjectif. Ce qui est moins subjectif toutefois, c’est l'impact économique de la fabrication de produits en bois dans des régions comme celle où je vis. Beaucoup de gens avec qui je parle sont alarmés par le volume de billes de bois brutes que nous continuons à exporter. Ils comprennent intuitivement que plus nous pourrons ajouter de la valeur à nos ressources brutes, plus nous pourrons fabriquer des choses, plus les gens de chez nous auront des emplois et plus nous pourrons en tirer des avantages.
Dans notre région, le secteur forestier emploie des milliers de personnes: des bûcherons, des camionneurs, des ouvriers d'usine, des planteurs d'arbres, des forestiers et bien d'autres encore. Alors que nous sommes aux prises avec des contraintes d'approvisionnement en bois à moyen terme et que nous visons à tirer des valeurs multiples de nos ressources, il devient de plus en plus important de maximiser le nombre d'emplois et les avantages économiques de chaque mètre cube de bois coupé. Si nous pouvons utiliser les marchés publics pour accroître la demande de produits manufacturés en bois canadien, nous pourrons stimuler les investissements dans de nouvelles installations de fabrication, de nouvelles technologies et de nouvelles utilisations du bois.
Je m'en voudrais de ne pas mentionner le Wood Innovation and Design Centre de Prince George, qui abrite le programme de maîtrise en ingénierie de la conception intégrée du bois de l'Université du Nord de la Colombie-Britannique. C'est un exemple de la façon dont, en Colombie-Britannique, nous cherchons à faire plus avec le bois, à innover et à créer des modèles qui peuvent être utilisés dans le monde entier.
Je suis reconnaissant d'avoir le temps aujourd'hui de parler de ce sujet important et j'espère que ce projet de loi sera adopté très bientôt.
Results: 1 - 15 of 45661 | Page: 1 of 3045

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data