Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 3 of 3
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 681--
Mr. Gary Vidal:
With regard to the government's statistics on graduation rates of First Nations high school students: (a) what were the graduation rates of First Nations students who attended high school on reserve, broken down by province and year for each of the past five years; and (b) what were the graduation rates of First Nations students who attended high school off reserve, broken down by province and year for each of the past five years?
Response
Ms. Pam Damoff (Parliamentary Secretary to the Minister of Indigenous Services, Lib.):
Mr. Speaker, ISC does not report on high school graduation rates of first nations students who attended high school on or off reserve, broken down by province and year.
The department does, however, report in its Departmental Results Report, DRR, on national secondary school graduation rates for first nations students ordinarily resident on reserve who are funded by ISC. Here are the links to the DRRs for 2017-18, 2018-19 and 2019-20: 2017-18 DRR: www.sac-isc.gc.ca/eng/1538147955169/1538148052804; 2018-19 DRR: www.sac-isc.gc.ca/eng/1562155507149/1562155526338; 2019-20 DRR: www.sac-isc.gc.ca/eng/1603722062425/1603722082047.

Question No. 683--
Mr. Gary Vidal:
With regard to the government’s consultation process on Bill C-15, An Act respecting the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples: what are the details of all consultations the government conducted with individuals from First Nations, Metis Settlements, or Inuit communities prior to tabling the bill, including, for each consultation, the (i) type of meeting (in person, Zoom conference, etc.), (ii) names and titles of attendees, including who they represented, if applicable, (iii) date, (iv) location?
Response
Hon. David Lametti (Minister of Justice and Attorney General of Canada, Lib.):
Mr. Speaker, the Department of Justice, with the support of Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs Canada, has published a “What We Learned” report that is responsive to Q-683. The report can be found at www.justice.gc.ca/eng/declaration/wwl-cna/index.html. As described in the report, a series of engagement sessions were held with first nations, Inuit and Métis leaders, modern treaty signatories, regional indigenous organizations, indigenous women’s organizations and indigenous youth. These meetings were held virtually over the Zoom conference platform, largely between September 30 and November 6, 2020. The list of indigenous partners and groups that participated is also presented in the report.

Question No. 693--
Mr. Alex Ruff:
With regard to the Universal Broadband Fund (UBF) program: (a) why was the Southwestern Integrated Fibre Technology (SWIFT) 2.0 proposed project denied funding to the UBF program; (b) which of the government’s objectives did the proposed SWIFT 2.0 fail to meet; and (c) with SWIFT projects being a solution to address competition issues in Southwestern Ontario between Internet Service Providers (ISPs), how can SWIFT be a partner in achieving the government’s goal of having 98 per cent of Canadians access high speed internet?
Response
Ms. Gudie Hutchings (Parliamentary Secretary to the Minister for Women and Gender Equality and Rural Economic Development, Lib.):
Mr. Speaker, in response to (a), since 2015, the Government of Canada has made $6.2 billion available for rural and remote Internet infrastructure to help ensure all Canadians have access to fast and reliable Internet, no matter where they live. With the proposed budget 2021, the now $2.75-billion universal broadband fund, UBF, will help the government achieve its goal of connecting 98% of Canadians to broadband by 2026 and all Canadians by 2030.
The UBF is an application-based program and therefore requires that a project application be submitted in order to receive funding. The Government of Canada cannot provide the level of detail requested on any particular applicant under the universal broadband fund without disclosing proprietary third party information provided in confidence, and treated confidentially by the applicant. The program received a number of applications for southwestern Ontario, and announcements of successful projects under the rapid response stream are already under way. These projects can be found on the universal broadband website: https://www.ic.gc.ca/eic/site/139.nsf/eng/00021.html. Innovation, Science and Economic Development Canada is still finalizing its assessment of rapid response stream applications and has begun assessing applications received under the “core” UBF. More announcements are forthcoming.
In response to (b), the Government of Canada and Southwestern Integrated Fibre Technology, SWIFT, share the same objectives of connecting rural and remote Canadians to the broadband Internet they need. Through the building Canada fund’s small communities fund, the federal and provincial governments are each contributing $63.7 million to SWIFT for a $209-million project, to install 3,095 kilometres of fibre, targeting 50,000 households and businesses by 2024. The Government of Canada recognizes the important role that SWIFT and other partners will play in closing the digital divide in Ontario.
In response to (c), connectivity is a shared responsibility. While the Government of Canada is playing a leadership role by providing funding, it is imperative that all orders of government across Canada, as well as the private sector, Internet service providers and other stakeholders, lend support and resources to close the broadband gap and achieve the targets set out in Canada's connectivity strategy. The Government of Canada recognizes that a flexible and collaborative approach is important in engaging with provinces, territories and other partners to help achieve our goal of universal connectivity. SWIFT has already been an important leader and partner in this effort.

Question No. 695--
Mrs. Stephanie Kusie:
With regard to the government’s decision to ban all pleasure craft in the Canadian Arctic Waters and cruise vessels in all Canadian waters until February 28, 2022: (a) why was the length of the ban not contingent upon vaccination levels of Canadians or related to vaccination requirements for those on-board the vessels; and (b) what role did the low level of Canadians vaccinated in January and February of 2021, due to the government’s inability to secure enough vaccines fast enough, have on the decision to extend the ban for an entire extra year?
Response
Hon. Omar Alghabra (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, to minimize the introduction and spread of the COVID-19 virus in the marine mode, Transport Canada has chosen interim orders as the instrument of choice. In developing its interim orders, Transport Canada has worked in close collaboration with the Public Health Agency of Canada and consulted broadly with other levels of government, health officials, transportation industry stakeholders, provincial and territorial governments and indigenous and Inuit peoples. Transport Canada developed these interim orders taking into consideration the health situation throughout the country at the time and advice provided by public health experts. One of the primary reasons interim orders were used is that they enable the Minister of Transport to apply appropriate temporary measures while retaining the ability to rescind the prohibitions if it is determined that the pandemic has substantially improved and that the prohibitions are no longer needed. To inform any such decision, Transport Canada will continue to work with the Public Health Agency of Canada and local health authorities to monitor and assess the situation.

Question No. 698--
Mrs. Tamara Jansen:
With regard to the Canada-British Columbia Early Learning and Child Care Agreement and the $10 per day Child Care Prototype Site Evaluation: (a) when did the Government of British Columbia share the results of this evaluation with the Government of Canada; (b) what were the findings of the evaluation; (c) what were the recommendations; (d) how can the public access the full report, including the website address where the report may be downloaded from; and (e) what were the specific findings of the evaluation regarding the feasibility of $10 per day childcare?
Response
Mr. Adam Vaughan (Parliamentary Secretary to the Minister of Families, Children and Social Development (Housing), Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada is committed to providing Canadian families with access to high-quality, affordable, flexible and inclusive child care. Budget 2021 has committed up to $30 billion over five years, with $8.3 billion every year, permanently, to build a high-quality, affordable, and accessible early learning and child care system across Canada. This funding will work towards cutting child care fees by 50% on average by the end of 2022, and achieving $10/day child care on average by 2026.
In response to (a), the B.C. Ministry of Children and Family Development contracted R.A. Malatest & Associates Ltd. to conduct an evaluation and analysis of the British Columbia universal child care prototype sites or $10-per-day child care pilot. This evaluation was funded by the provincial government. ESDC was not provided with an official copy of the report prior to its release.
In response to (b), (c), (d), and (e), the full report is publicly available on the Government of British Columbia’s website.

Question No. 703--
Mr. Alex Ruff:
With regard to the Canadian Armed Forces (CAF) Operation HONOUR Tracking and Analysis System (OPHTAS) 2020's annual incident tracking report: (a) when was this report completed; (b) why was this report not published and released on the government’s website in the summer of 2020, in a similar timeline with the previous year’s reports; (c) who made the decision not to publish the document in the summer of 2020; (d) on what date was the Minister of National Defense or his office informed that the document would not be published in the summer of 2020, in line with the schedule of the previous years; (e) if the report has since been published, on what specific website is the document located; and (f) how is the OPHTAS report data fused with other department of National Defence or CAF reports, including the annual CAF Provost Marshall report, the Judge Advocate General Annual report, the Director General Integrated Conflict and Complaint Management annual report, and the Sexual Misconduct Response Centre annual report, in order to provide a consolidated view of sexual misconduct in the CAF?
Response
Ms. Anita Vandenbeld (Parliamentary Secretary to the Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, there is no room in the Canadian Armed Forces or the Department of National Defence for sexism, misogyny, racism, anti-Semitism, Islamophobia, discrimination, harassment, or any other conduct that prevents the institution from being a truly welcoming and inclusive organization.
National Defence understands that a culture change within the Canadian Armed Forces is required to remove a culture of toxic behaviour and to create an environment where everyone is respected and valued, and can feel safe to contribute to the best of their ability.
To this end, the Minister of National Defence has appointed the Hon. Louise Arbour to lead an independent external comprehensive review of the culture and practices of the Canadian Armed Forces and the Department of National Defence. This review will provide recommendations aimed at addressing systemic issues and creating lasting culture change within the organization.
Additionally, the acting chief of the defence staff has appointed Lieutenant-General Jennie Carignan to the newly created position of chief of professional conduct and culture, to lead efforts to promote culture change across the defence team, including the enhancement and consolidation of National Defence’s sexual misconduct tracking mechanisms. This will identify areas that require focused attention, and ensure that all reported incidents are addressed appropriately in a timely manner.
Through these actions, National Defence and the Canadian Armed Forces will move to eliminate harmful attitudes and beliefs that have enabled misconduct and will create an environment where all feel welcome.
In response to part (a), the report was not finalized.
In response to part (b), challenges and delays caused by COVID-19 forced National Defence to adjust the development, approach, and timelines to the 2020 report’s data release.
In response to part (c), the normal release schedule for the annual Operation Honour sexual misconduct incident report is in the fall, using data pulled in the late spring from the Operation Honour tracking and analysis system, OPHTAS. The impact of the COVID-19 restrictions through the spring and fall of 2020 delayed the completion and release of the report.
Due to the delays in the process, the previous approach of relying on data gathered in the spring was considered no longer sufficient to provide an up-to-date overview of sexual misconduct in the Canadian Armed Forces.
Given the unexpected challenges and delays, the acting chief of the defence staff made the decision to combine the 2020 and 2021 reports.
In response to part (d), as there is no legislative requirement to release this report, revised timelines were not communicated formally to the Minister of National Defence.
In response to part (e), National Defence remains committed to openness and transparency, and will re-establish a regular reporting cycle for sexual misconduct incident data.
National Defence anticipates the release of the 2021 report in the fall of 2021, which will provide a comprehensive overview using data from April 1, 2016 to March 31, 2021.
In response to part (f), several organizations within National Defence, such as the Canadian Forces Provost Marshal, the Judge Advocate General, the director general of integrated conflict and complaint management, and the sexual misconduct response centre, have databases that are designed to support their mandates. These databases may capture certain data related to sexual misconduct incidents, such as information on investigations, charges laid, and trials. This information is made available in these organizations’ annual reports.
The Operation Honour tracking and analysis system, OPHTAS, is the only database dedicated to tracking all sexual misconduct incidents reported through the chain of command. While there may be an intersection of sexual misconduct data in OPTHAS and other departmental databases, these databases are currently not linked, and a direct comparison of the information held within each cannot be made.
National Defence is working to integrate all databases that record data related to sexual misconduct. This project will help achieve a more consolidated picture of sexual misconduct data, while respecting the legal privacy and confidentiality requirements of the various databases.

Question No. 705--
Mr. Jasraj Singh Hallan:
With regard to the processing of parents and grandparents applications in the 2020 intake by Immigration, Refugees, and Citizenship Canada: (a) how many interest to sponsor forms were received; (b) how many of the interest to sponsor forms received were duplicates; (c) how many individuals have received invitations to apply; (d) how many applications have been (i) submitted, (ii) approved, (iii) refused, (iv) processed; and (e) what is the current processing time?
Response
Hon. Marco Mendicino (Minister of Immigration, Refugees and Citizenship, Lib.):
Mr. Speaker, in response to (a), 209,174 interest to sponsor forms were received.
In response to (b), 5,961 of the interest to sponsor forms received were duplicates.
In response to (c), IRCC can confirm that the department sent out more invitations to apply, ITAs, than the target in order to come close to receiving 10,000 complete applications for the 2020 year.
In response to (d)(i), IRCC can confirm that enough applications were submitted to reach the annual cap of 10,000 complete applications for 2020.
IRCC cannot publicly release the number of ITAs that were sent for the 2020 parents and grandparents, PGP, process, as the data figures reveal a technique, which is applicable to paragraph 16(1)(b) under the ATIP act, which could compromise future ITA PGP processes.
In response to (d)(ii), (d)(iii) and (d)(iv), zero applications have been approved, refused, or processed, as processing from the 2020 cohort has not started. IRCC cannot release the figure for how many applications have been submitted for PGP 2020, as, at this point in time, completeness checks have not been completed.
In response to (e), the current processing times for permanent residence applications for the parents and grandparents category from April 2020 to March 31, 2021 is 28 months.

Question No. 715--
Mrs. Shannon Stubbs:
With regard to the implementation of Orders in Council entitled “Minimizing the Risk of Exposure to COVID-19 in Canada Order (Prohibition of Entry into Canada from any Country Other Than the United States)” and Minimizing the Risk of Exposure to COVID-19 in Canada Order (Mandatory Isolation): (a) what specific direction was given to border agents regarding new and modified Order in Council provisions directly from the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness or his staff; (b) what procedure was followed ensuring the Orders in Council’s proper enforcement by Canada Border Services Agency (CBSA) agents; and (c) what specific direction was given to CBSA agents regarding non-application – requirement to quarantine, specifically for persons who must enter Canada regularly to go to their normal place of employment or to return from their normal place of employment in the United States?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), the Canada Border Services Agency, CBSA, works in close co-operation with the Public Health Agency of Canada, PHAC, to implement and operationalize the travel restrictions and public health measures at the port of entry. The measures that have been implemented are layered, and together, aim to reduce the risk of the importation and transmission of COVID-19 and new variants of concern of the virus related to international travel.
The regulatory framework that has been developed to minimize the risk of exposure to COVID-19 at the border is complex. At time of seeking entry, the CBSA officers are required to consider various facts and make multiple decisions related to a single traveller.
While the border services officers, BSOs, are focusing on the eligibility to enter under an order, as well as their public health requirements, they are also assessing all relevant obligations under other acts or regulations including their admissibility under the Immigration and Refugee Protection Act.
The CBSA has issued a number of operational bulletins, shift briefing bullets, annexes and job aids to support officers in the decision-making process. As the orders in council, OICs have evolved over time, so has the guidance issued to frontline officers.
All guidance is point in time and is updated on an ongoing basis as more clarity is required, or where there are changes to the OICs. The CBSA and PHAC regularly consult on interpretations of restrictions and public health measures and collaborate on adjustments and improvements where issues have been identified.
With regard to part (b), every day, BSOs make over 35,000 decisions across the country and those decisions are made based on all laws and information made available to the BSO at the time of entry. To facilitate decision-making, the CBSA provides support to frontline BSOs through operational guideline bulletins, 24-7 live support access and regular case reviews. In addition, the CBSA conducts detailed technical briefings prior to the implementation of new or amended OICs to support the accurate implementation of new provisions and ensure clarity for frontline employees. The CBSA has also established a process to monitor decisions made by BSOs as they relate to the application of OICs for essential service providers and will continue to make adjustments or review the CBSA operational guidance to BSOs, as required. If the CBSA discovers that an incorrect assessment has been made at the border, it works with PHAC to rectify the situation.
With regard to part (c), the operational guidance referenced in the response to part (a) of this Order Paper question includes passages specific to cross-border workers and how specific public health requirements within the OICs may apply in these circumstances.
More specifically, in those instances, when assessing whether an exemption may apply, BSOs have been instructed to remain mindful of the following points. The traveller must be able to demonstrate that their purpose of crossing was specific to attending their normal place of employment. “Regular” is typically interpreted to mean daily or weekly, but a person able to establish a regular pattern of travel for this purpose could qualify. This exemption applies to persons who must cross the border regularly to go to their normal place of employment on either side of the Canada-U.S. border. There may be some circumstances where travel to another country could qualify, e.g., weekly or biweekly travel required. Those who are looking to establish that they must cross regularly must demonstrate to an officer that they will be crossing on a regular basis going forward when being processed. If the cross-border work involves medical care for persons over age 65, i.e., nurses, home care specialists, pharmacists etc., an individual request outlining the precautionary public health measures intended for interaction with this older age group must be submitted for determination of the Chief Public Health Officer of Canada.
Officers are trained to reach a decision on the basis of the entirety of the information made available to them over the course of an interaction with a traveller. As such, information and circumstances beyond the items listed above will be considered by BSOs when determining a traveller’s admissibility to Canada, as well as in relation to any applicable exemptions from public health requirements.
Furthermore, in an effort to assist cross-border workers who by virtue of their employment are required to enter Canada regularly, the CBSA has also published guidelines on its website.

Question No. 720--
Mr. Dan Albas:
With regard to the Greener Homes initiative that was announced in the Fall Economic Statement, but is still not available for applications and has had a message on its website to come back in the coming weeks for months: (a) when will the program launch; (b) how will the retroactivity be implemented; (c) what will happen to people who believed they were eligible, but due to the lack of application information were denied; and (d) why was there such a major delay in opening this program?
Response
Mr. Marc Serré (Parliamentary Secretary to the Minister of Natural Resources, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), the Canada greener homes grant initiative, announced in the fall economic statement, launched on May 27, 2021.
With regard to part (b), to be eligible for retroactive payment, homeowners must document their retrofit journey and are asked to keep copies of all invoices both for the EnerGuide home evaluation and for their retrofit work. The home energy adviser will take before and after photos. Homeowners can access the online portal to register and submit this information for reimbursement, provided the retrofit measures undertaken are on the list of eligible measures.
With regard to part (c), to be eligible for reimbursement, participants in the Canada greener homes grant initiative must obtain an EnerGuide home evaluation before the retrofit and then a post-retrofit evaluation once retrofit work is completed. Call centre operators and program officers are available to help homeowners navigate the program’s eligibility requirements. Should the homeowner not be eligible for reimbursement under the Canada greener homes grant initiative, program officers can assist in identifying other federal, provincial/territorial, municipal and/or regional programs for which the homeowner may be eligible.
With regard to part (d), in the fall economic statement, the government committed to launching the Canada greener homes grant initiative during the spring of 2021. Government officials have been working in an expeditious manner since this announcement and the Canada greener homes grant initiative launched during the spring of 2021 as announced.

Question No. 721--
Mr. Dan Albas:
With regard to the $2.3 billion over five years announced in Budget 2021 for conservation: (a) when will the ‘thousands of jobs’ be created; (b) where will the 1 million square kilometers of land be located; (c) has all the land been located; (d) have lands under provincial jurisdiction been identified and have provincial governments agreed; (e) what is the cost breakdowns for funds earmarked for partnerships with indigenous peoples; and (f) what is the total cost breakdown for how exactly this money will be spent?
Response
Hon. Jonathan Wilkinson (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), millions of jobs rely on nature, including those in farming, fishing, forestry and tourism. Investment in conservation, therefore, is also an economic opportunity.
Over the course of the next five years, the work announced in budget 2021 will generate jobs in nature conservation and management for Canadians. Arising out of partnerships with provincial and territorial jurisdictions and indigenous governments, organizations and/or communities, these jobs will be distributed across all regions of Canada, including in rural and remote areas and indigenous communities.
With regard to parts (b), (c) and (d), the government is currently working to finalize a concrete and ambitious approach that would achieve protection of 25% of land and oceans by 2025, and set the stage for 30% by 2030. While not all of the specific locations are yet identified, we continue to engage with provinces and territories, indigenous organizations, foundations, the private sector and non-profit conservation organizations to get their views on how it can work together to achieve these ambitious targets. Specific efforts are ongoing and we will continue to work with provinces and territories to find mutually beneficial approaches to conserving land and addressing species at risk and biodiversity loss.
The government is aware of specific landscapes and waterscapes that have been included in provincial, territorial and municipal land use planning, and other protected areas systems plans including the Natural Areas Systems Plan in Newfoundland and Labrador, the Plan Nord in Quebec, the Peel Watershed Land Use Plan in the Yukon, the Living Legacy protected areas plan in Ontario, and Nova Scotia’s Parks and Protected Areas Plan, among others.
Parks Canada will continue work to complete negotiations with provincial and indigenous governments for the establishment of two new national park reserves in the South Okanagan-Similkameen, British Columbia, and in the coastal barrier islands of the Sandhills, Hog Island area, Prince Edward Island, and to identify and assess additional national parks with an emphasis on unrepresented regions and natural areas of importance to indigenous communities.
With regard to part (e), we are not yet in a position to share the cost breakdown for how the money will be spent until such time as program details of the funding are finalized and approved by Treasury Board, including funds earmarked for the indigenous guardians program and other indigenous partnerships.
The indigenous guardians program is a good example. Building upon the work initiated in budget 2017, which allocated $25 million over five years for an indigenous guardians program, budget 2021 provides additional resources to continue supporting indigenous peoples in opportunities to exercise responsibility in stewardship of their traditional lands, waters and ice, including preventing priority species at imminent risk of disappearing. The indigenous guardians program supports indigenous rights and responsibilities in protecting and conserving ecosystems, developing and maintaining sustainable economies, and continuing the profound connections between Canadian landscape and indigenous culture.
Once these final allocations are confirmed, ECCC and Parks Canada will work in partnership with indigenous governance bodies to allocate resources and identify particular projects moving forward.
With regard to part (f), we are not yet in a position to share the cost breakdown for how the money will be spent until such time as program details of the funding are finalized and approved by Treasury Board.

Question No. 723--
Mr. Brad Vis:
With regard to the commitment on page 305 of Budget 2021 to implement a “Tax on Unproductive Use of Canadian Housing by Foreign Non-resident Owners”: (a) how many internal memos, presentations, or other similar type of documents were created by the government or hired consultants on this proposed tax; (b) of the documents in (a), what are their titles and when were they dated; (c) in which internal documents and when was it “estimated that this measure will increase federal revenues by $700 million over four years”; (d) what methodology was used to establish the $700 million figure in (c); (d) on what date will the promised consultation paper for stakeholders be released and to which stakeholders will it be distributed; and (e) how many days is the stakeholder consultation period scheduled to take place and on what date will it (i) begin, (ii) conclude?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, budget 2021 announced the government’s intention to implement a national, annual 1% tax on the value of non-resident, non-Canadian owned residential real estate that is considered to be vacant or underused, effective January 1, 2022. The government indicated that it will release a consultation paper in the coming months to provide stakeholders with an opportunity to comment on the parameters of the proposed tax. The government also indicated that, moving forward, it intends to work closely with provinces, territories and municipalities.
With regard to part (a), one internal memo was prepared by the department in relation to the proposal announced in budget 2021.
With regard to part (b), the title of the memo referred to in part (a) was “Tax on Underused Housing” and was dated in 2021.
With regard to part (c), the fiscal impact of the proposal was estimated when planning for budget 2021 and was presented in internal budget documents.
With regard to part (d), the fiscal impact was calculated by applying a 1% tax on the estimated value of non-resident, non-Canadian owned residential real estate considered to be vacant or underused. The value of the proposed tax base was estimated using Statistics Canada data on foreign-owned properties and residential property values, as well as information on British Columbia’s speculation and vacancy tax.
With regard to part (e), the date of the release of a backgrounder has not yet been determined. However, budget 2021 indicated that the document would be released in the coming months.
With regard to part (f), while the length of the consultation period has not been established, it would not be uncommon for consultations on proposals such as these to be open for public comment for 60 days.

Question no 681 --
M. Gary Vidal:
En ce qui concerne les statistiques gouvernementales sur le taux de diplomation des étudiants du secondaire des Premières Nations: a) quels sont les taux de diplomation des étudiants des Premières Nations qui ont fréquenté l’école secondaire dans les réserves, ventilés par province et par année pour chacune des cinq dernières années; b) quels sont les taux de diplomation des étudiants des Premières Nations qui ont fréquenté l’école secondaire à l’extérieur des réserves, ventilés par province et par année pour chacune des cinq dernières années?
Response
Mme Pam Damoff (secrétaire parlementaire du ministre des Services aux Autochtones, Lib.):
Monsieur le Président, Services aux Autochtones Canada, ou SAC, ne fait pas état des taux d'obtention de diplôme d'études secondaires des élèves des Premières Nations qui ont fréquenté l'école secondaire dans une réserve ou hors réserve, ventilés par province et par année.
Toutefois, le ministère publie dans son Rapport sur les résultats ministériels, ou RRM, les taux nationaux d'obtention de diplôme d'études secondaires pour les élèves des Premières Nations résidant habituellement dans une réserve et financés par SAC. Voici les liens vers les RRM pour 2017-2018, 2018-2019 et 2019-2020: RRM 2017-2018: www.sac-isc.gc.ca/fra/1538147955169/1538148052804; RRM 2018-2019: www.sac-isc.gc.ca/fra/1562155507149/1562155526338; RRM 2019-2020: RRM: www.sac-isc.gc.ca/fra/1603722062425/1603722082047.

Question no 683 --
M. Gary Vidal:
En ce qui concerne le processus de consultation du gouvernement sur le projet de loi C-15, Loi concernant la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones: quels sont les détails de toutes les consultations que le gouvernement a menées auprès de particuliers des Premières Nations, des établissements métis ou des communautés inuites avant de déposer le projet de loi, y compris, pour chaque consultation, (i) le type de réunion (en personne, conférence Zoom, etc.), (ii) les noms et titres des participants, y compris qui ils représentaient, le cas échéant, (iii) la date, (iv) l’endroit?
Response
L’hon. David Lametti (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):
Monsieur le Président, le ministère de la Justice, avec le soutien de Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada, a publié un rapport intitulé « Ce que nous avons appris », qui répond à la question Q-683. Le rapport est disponible sur le site www.justice.gc.ca/fra/declaration/cna-wwl/index.html. Tel que décrit dans ce rapport, une série de séances d’engagement ont eu lieu avec des dirigeants des Premières Nations, des Inuits et des Métis, des signataires de traités modernes, des organisations autochtones régionales, et des organisations représentant les femmes et les jeunes autochtones. Ces réunions se sont déroulées virtuellement sur la plateforme de conférence Zoom, et en grande partie ont eu lieu entre le 30 septembre et le 6 novembre 2020. La liste de partenaires et groupes autochtones qui y ont participé est également présentée dans le rapport.

Question no 693 --
M. Alex Ruff:
En ce qui concerne le Fonds pour la large bande universelle: a) pourquoi a-t-on refusé de financer le projet de Southwestern Integrated Fibre Technology (SWIFT) 2.0; b) quels sont les objectifs du gouvernement que le projet SWIFT 2.0 ne respectait pas; c) étant donné que le projet SWIFT représente une solution aux problèmes de concurrence entre les fournisseurs de services Internet du sud-ouest de l’Ontario, comment SWIFT pourrait-il devenir un partenaire du gouvernement dans son ambition de donner accès à Internet haute vitesse à 98 % des Canadiens?
Response
Mme Gudie Hutchings (secrétaire parlementaire de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, depuis 2015, le gouvernement du Canada a mis à disposition 6,2 milliards de dollars au développement de l'infrastructure des services Internet dans les régions rurales et éloignées, afin que l’ensemble de la population canadienne ait accès à des services Internet fiables, peu importe où ils habitent. Avec le budget de 2021 proposé, le Fonds pour la large bande universelle s'élève maintenant à 2,75 milliards de dollars et permettra au gouvernement d’atteindre son objectif de brancher 98 % des Canadiens d’ici 2026 et 100 % d’ici 2030.
Le Fonds pour la large bande universelle est un programme qui fonctionne à la demande; il exige donc la présentation d’une demande officielle avant de pouvoir recevoir un financement. Le gouvernement du Canada ne peut pas fournir le niveau de détail demandé sur un demandeur en particulier dans le cadre du Fonds pour la large bande universelle sans divulguer des renseignements exclusifs de tiers fournis à titre confidentiel et traités confidentiellement par le demandeur. Le programme a reçu bon nombre de demandes pour le sud-ouest de l’Ontario et les annonces relatives aux projets retenus dans le cadre du Volet de réponse rapide sont déjà en cours. Ces projets figurent sur le site Web www.ic.gc.ca/eic/site/139.nsf/fra/00021.html du Fonds pour la large bande universelle. Innovation, Sciences et Développement économique Canada travaille toujours à l’évaluation définitive des demandes dans le cadre du Volet de réponse rapide et le programme entame maintenant les demandes reçues dans le cadre du programme « de base » du Fonds pour la large bande universelle. D'autres annonces seront faites prochainement.
Concernant la partie b) de la question, le gouvernement du Canada et Southwestern Integrated Fibre Technology, ou SWIFT, ont le même objectif, c’est-à-dire de brancher les Canadiens en régions rurales et éloignées aux services Internet de large bande dont ils ont besoin. Par l’intermédiaire du Fonds des petites collectivités du Nouveau Fonds Chantiers Canada, les gouvernements fédéral et provincial font chacun une contribution de 63,7 millions de dollars à SWIFT dans le cadre d’un projet d’une valeur de 209 millions de dollars, qui vise à installer 3 095 kilomètres de fibre, ciblant 50 000 foyers et entreprises d’ici 2024. Le gouvernement du Canada reconnaît le rôle important que joueront SWIFT et autres partenaires pour combler le fossé numérique en Ontario.
Au sujet de la partie c), la connectivité constitue une responsabilité partagée. Même si le gouvernement du Canada joue un rôle de leadership en fournissant le financement, il est impératif que tous les ordres de gouvernement à l’échelle du Canada, le secteur privé, les fournisseurs de services Internet et les autres intervenants, fournissent les ressources et le soutien requis afin de combler le fossé de la large bande et d’atteindre les cibles énoncées dans la stratégie canadienne pour la connectivité. Le gouvernement du Canada reconnaît qu’une approche axée sur la collaboration et la souplesse doit être privilégiée pour la mobilisation des provinces, des territoires et des autres partenaires afin d'atteindre son objectif de connectivité universelle. SWIFT est déjà un important chef de file et partenaire dans le cadre de cet effort.

Question no 695 --
Mme Stephanie Kusie:
En ce qui concerne la décision du gouvernement d’interdire tous les bateaux de plaisance dans les eaux arctiques canadiennes et les navires de croisière dans toutes les eaux canadiennes jusqu’au 28 février 2022: a) pourquoi la durée de l’interdiction n’a-t-elle pas été fixée en fonction des niveaux de vaccination de la population canadienne ou des exigences de vaccination pour les passagers des bateaux; b) quel rôle le faible niveau de vaccination de la population canadienne en janvier et février 2021, en raison de l’incapacité du gouvernement à obtenir suffisamment de vaccins suffisamment rapidement, a-t-il joué dans la décision de prolonger l’interdiction d’une année complète?
Response
L’hon. Omar Alghabra (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, afin de minimiser l'introduction et la propagation du virus de la COVID-19 dans le mode de transport maritime, Transports Canada a choisi les arrêtés d’urgence comme instrument de choix. Lors de l'élaboration de ses arrêtés d’urgence, Transports Canada a travaillé en étroite collaboration avec l'Agence de la santé publique du Canada et a mené de vastes consultations avec les autres paliers de gouvernement, les responsables de la santé, les intervenants de l'industrie des transports, les gouvernements provinciaux et territoriaux et les peuples autochtones et inuits. Transports Canada a élaboré ces arrêtés d’urgence en tenant compte à l'époque de la situation sanitaire dans tout le pays et des conseils fournis par des experts en santé publique. L'une des principales raisons pour laquelle les arrêtés d’urgence ont été utilisés est qu'ils permettent au ministre des Transports d'appliquer des mesures temporaires appropriées tout en conservant la capacité d'annuler les interdictions s'il est déterminé que la pandémie s'est considérablement améliorée et que les interdictions ne sont plus nécessaires. Pour éclairer une telle décision, Transports Canada continuera de travailler avec l'Agence de la santé publique du Canada et les autorités sanitaires locales pour surveiller et évaluer la situation.

Question no 698 --
Mme Tamara Jansen:
En ce qui concerne l’Accord entre le Canada et la Colombie-Britannique sur l’apprentissage et la garde de jeunes enfants, et l’évaluation des prototypes de garderies à 10 $ par jour: a) quand le gouvernement de la Colombie-Britannique a-t-il communiqué les résultats de cette évaluation au gouvernement du Canada; b) quelles ont été les conclusions de l’évaluation; c) quelles ont été les recommandations; d) où le public peut-il obtenir le rapport complet, y compris l’adresse du site Web d’où le rapport peut être téléchargé; e) quelles ont été les conclusions de l’évaluation quant à la faisabilité des services de garde à 10 $ par jour?
Response
M. Adam Vaughan (secrétaire parlementaire du ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social (Logement), Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada s'est engagé à fournir aux familles canadiennes l'accès à des services de garde d'enfants de haute qualité, abordables, flexibles et inclusifs. Dans le budget de 2021, le gouvernement s'est engagé à verser jusqu'à 30 milliards de dollars sur cinq ans, dont 8,3 milliards de dollars par année, de façon permanente, pour mettre en place un système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants de haute qualité, abordable et accessible partout au Canada. Ce financement permettra de réduire les frais de garde d'enfants de 50 % en moyenne d'ici la fin de 2022 et d'atteindre une moyenne de 10 $ par jour d'ici 2026.
En réponse à la partie a) de la question, le ministère de la Famille et du Développement des enfants de la Colombie-Britannique a engagé R.A. Malatest & Associates ltée pour mener l'évaluation et l'analyse des sites prototypes universels de Childcare BC ou le projet pilote de garde d'enfants de 10 $ par jour. Cette évaluation a été financée par le gouvernement provincial. Emploi et Développement social Canada n’a pas reçu de copie officielle du rapport avant sa publication.
Concernant les parties b), c), d) et e), le rapport complet est accessible au public sur le site Web du gouvernement de la Colombie-Britannique.

Question no 703 --
M. Alex Ruff:
En ce qui concerne le rapport annuel de suivi des incidents de 2020 pour le Système de suivi et d’analyse de l’opération HONOUR (SSAOPH) des Forces armées canadiennes (FAC): a) quand ce rapport a-t-il été terminé; b) pourquoi ce rapport n’a-t-il pas été publié et diffusé sur le site Web du gouvernement au cours de l’été 2020, comme ce fut le cas pour les rapports de l’année antérieure; c) qui a pris la décision de ne pas publier le document pendant l’été 2020; d) à quelle date le ministre de la Défense nationale ou son Cabinet a-t-il été informé que le document ne serait pas publié pendant l’été 2020, conformément à l’échéancier des années antérieures; e) si le rapport a été publié depuis, sur quel site Web le document se trouve-t-il; f) comment les données du rapport du SSAOPH sont-elles incorporées dans d’autres rapports du ministère de la Défense nationale ou des FAC, y compris le rapport annuel du grand prévôt des FAC, le rapport annuel du juge avocat général, le rapport annuel du Directeur général – Gestion intégrée des conflits et des plaintes et le rapport annuel du Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle, afin de donner un aperçu général de l’inconduite sexuelle au sein des FAC?
Response
Mme Anita Vandenbeld (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, il n’y a pas de place dans les Forces armées canadiennes ou le ministère de la Défense nationale pour le sexisme, la misogynie, le racisme, l’antisémitisme, l’islamophobie, la discrimination, le harcèlement, ou toute autre conduite qui empêche l’institution d’être une organisation vraiment accueillante et inclusive.
Le ministère de la Défense nationale comprend qu’un changement de culture au sein des Forces armées canadiennes est nécessaire pour éliminer une culture de comportement toxique et créer un environnement où chacun peut se sentir en sécurité, respecté et valorisé afin d’atteindre son plein potentiel.
À cette fin, le ministre de la Défense nationale a nommé l’honorable Louise Arbour à la tête d’un examen externe indépendant complet de la culture et des pratiques des Forces armées canadiennes et du ministère de la Défense nationale. Cet examen permettra de faire des recommandations visant à résoudre les problèmes systémiques et entraîner un changement de culture durable au sein de l’organisation.
De plus, le vice-chef d’état-major de la Défense a nommé le lieutenant-général Jennie Carignan au nouveau poste de chef – Conduite professionnelle et culture, afin de diriger les efforts visant à promouvoir le changement de culture au sein de l’Équipe de la Défense, y compris l’amélioration et la consolidation des mécanismes de suivi des inconduites sexuelles au sein du ministère de la Défense nationale. Cela permettra de cerner les secteurs qui nécessitent une attention particulière, et de veiller à ce que tous les incidents signalés soient traités de façon pertinente et en temps opportun.
Grâce à ces mesures, le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes tenteront d’éliminer les attitudes et les croyances néfastes qui ont donné lieu à l’inconduite et créeront un environnement où tous pourront se sentir bienvenus.
En réponse à la partie a) de la question, le rapport n’est pas terminé.
Au sujet de la partie b), les défis et les retards causés par la pandémie de la COVID-19 ont forcé le ministère de la Défense nationale à adapter l’élaboration, l’approche et les échéanciers pour la publication du rapport des données de 2020.
Relativement à la partie c), le rapport annuel des incidents d’inconduite sexuelle de l’opération Honneur est habituellement publié à l’automne; les données tirées à la fin du printemps du Système de suivi et d’analyse concernant l’opération Honneur sont utilisées. La rédaction et la publication du rapport ont été retardées en raison de l’incidence des restrictions liées à la COVID-19 au printemps et à l’automne 2020.
En raison des retards dans le processus, l’approche précédente qui consistait à s’appuyer sur les données recueillies au printemps n’était plus adéquate pour donner un aperçu à jour des inconduites sexuelles au sein des Forces armées canadiennes.
Compte tenu des défis et des retards inattendus, le chef d'état-major de la défense par intérim a pris la décision de combiner les rapports 2020 et 2021.
En ce qui a trait à la partie d), comme il n’y a aucune obligation législative de publier ce rapport, les échéanciers revus n’ont pas été communiqués officiellement au ministre de la Défense nationale.
Au sujet de la partie e), le ministère de la Défense nationale demeure déterminé à faire preuve d’ouverture et de transparence et rétablira un cycle régulier de compte rendu des données sur les incidents d’inconduite sexuelle.
Le ministère de la Défense nationale prévoit publier le rapport 2021 à l’automne 2021; il donnera un aperçu complet à l’aide des données du 1er avril 2016 au 31 mars 2021.
Pour ce qui est de la partie f), plusieurs organisations au sein du ministère de la Défense nationale, comme le grand prévôt des Forces canadiennes, le juge-avocat général, le directeur général – Gestion intégrée des conflits et des plaintes, et le Centre d’intervention en cas d’inconduite sexuelle ont des bases de données conçues pour appuyer leur mandat. Ces bases de données peuvent comprendre certaines données relatives à des incidents d’inconduite sexuelle, comme des renseignements sur les enquêtes, les accusations portées et les procès. Ces renseignements sont disponibles dans les rapports annuels de ces organisations.
Le Système de suivi et d’analyse concernant l’opération Honneur est la seule base de données consacrée au suivi de tous les incidents d’inconduite sexuelle signalés par l’intermédiaire de la chaîne de commandement. Bien qu’il puisse y avoir un chevauchement des données concernant les inconduites sexuelles saisies dans le Système de suivi et d’analyse concernant l’opération Honneur et les autres bases de données ministérielles, ces bases de données ne sont actuellement pas liées, et il est impossible de faire des comparaisons directes de l’information qui se trouve dans chacune de ces bases de données.
Le ministère de la Défense nationale travaille à l’intégration de toutes les bases de données qui enregistrent des données sur les inconduites sexuelles. Ce projet permettra d’obtenir une image plus précise des données sur les inconduites sexuelles, tout en respectant les exigences juridiques en matière de protection de la vie privée et de confidentialité des diverses bases de données.

Question no 705 --
M. Jasraj Singh Hallan:
En ce qui concerne le traitement par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada des demandes de parents et de grands-parents dans le cadre de l’admission de 2020: a) combien de formulaires d'intérêt pour le parrainage ont été reçus; b) combien de formulaires d'intérêt pour le parrainage ont été reçus en double; c) combien de personnes ont reçu une invitation à présenter une demande; d) combien de demandes ont été (i) soumises, (ii) approuvées, (iii) refusées, (iv) traitées; e) quel est le délai de traitement actuel?
Response
L’hon. Marco Mendicino (ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada , ou IRCC, en réponse à la partie a) de la question, 209 174 formulaires d’intérêt pour le parrainage ont été reçus.
Concernant la partie b), 5 961 formulaires d’intérêt pour le parrainage ont été reçus en double.
Au sujet de la partie c), IRCC peut confirmer que le Ministère a envoyé un nombre d’invitations à présenter une demande IPD supérieur à la cible, dans le but de recevoir un nombre environ 10 000 demandes complètes pour l’année 2020.
Concernant la partie d)(i) de la question, IRCC peut confirmer qu’un nombre suffisant de demandes ont été soumises pour atteindre le plafond annuel de 10 000 demandes complètes pour 2020.
IRCC ne peut pas rendre public le nombre des IPD qui ont été envoyées pour le processus Parents et grands-parents, ou PGP, de 2020, car les chiffres des données révèlent une technique, applicable à l'alinéa 16(1)b) de la Loi sur l'AIPRP, qui pourrait compromettre les futurs processus PGP ITA.
En ce qui a trait aux parties d)(ii), d(iii) et d)(iv), aucune demande n’a été approuvée, refusée, ou traitée, étant donné que le traitement de la cohorte de 2020 n’est pas commencé. IRCC ne peut pas divulguer le chiffre du nombre de demandes soumises pour PGP 2020, car à ce stade, les contrôles d'exhaustivité n'ont pas encore été effectués.
Relativement à la partie e), le délai de traitement des demandes de résidence permanente au titre de la catégorie des parents et des grands-parents d’avril 2020 au 31 mars 2021 est de 28 mois.

Question no 715 --
Mme Shannon Stubbs:
En ce qui concerne la mise en œuvre des décrets intitulés « Décret visant la réduction du risque d’exposition à la COVID-19 au Canada (interdiction d’entrée au Canada en provenance des États-Unis) » et Décret visant la réduction du risque d’exposition à la COVID-19 au Canada (obligation de s’isoler): a) quelles directives précises ont été données aux agents frontaliers concernant les nouvelles dispositions et les révisions directement de la part du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile ou de son personnel; b) quelle procédure a été suivie par la suite pour veiller à la bonne application des décrets par les agents de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC); c) quelles directives précises ont été données aux agents de l’ASFC concernant la non application de l’obligation de mise en quarantaine, en particulier pour les personnes qui doivent entrer régulièrement au Canada pour se rendre à leur lieu de travail habituel ou pour revenir de leur lieu de travail habituel aux États-Unis?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’Agence des services frontaliers du Canada, ou ASFC, travaille en étroite collaboration avec l’Agence de la santé publique du Canada, ou ASPC, pour mettre en œuvre et rendre opérationnelles les restrictions de voyage et les mesures de santé publique aux points d’entrée. Les mesures qui ont été mises en œuvre sont stratifiées et, ensemble, visent à réduire le risque d’importation et de transmission de la COVID-19 et des nouvelles variantes préoccupantes du virus liées aux voyages internationaux.
Le cadre réglementaire qui a été élaboré pour minimiser le risque d’exposition à la COVID-19 à la frontière est complexe. Au moment de la demande d’entrée, les agents de l’ASFC doivent tenir compte de divers faits et prendre de multiples décisions concernant un seul voyageur.
Alors que les agents des services frontaliers, ou ASF, se concentrent sur l’admissibilité à entrer en vertu d’un décret, ainsi que sur les exigences en matière de santé publique, ils évaluent également toutes les obligations pertinentes en vertu d’autres lois ou règlements, y compris leur admissibilité en vertu de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés.
L’ASFC a publié un certain nombre de bulletins opérationnels, de bulletins d’information de quarts de travail, d’annexes et d’aides à l’emploi pour aider les agents à prendre des décisions. Comme les décrets ont évolué au fil du temps, il en est de même pour les directives données aux agents de première ligne.
Toutes les directives sont ponctuelles et sont mises à jour de façon continue lorsque des éclaircissements sont nécessaires ou lorsque des changements sont apportés aux décrets. L’ASFC et l’ASPC se consultent régulièrement sur les interprétations des restrictions et des mesures de santé publique et collaborent aux ajustements et aux améliorations lorsque des problèmes ont été identifiés.
Concernant la partie b), chaque jour, les ASF prennent plus de 35 000 décisions partout au pays et ces décisions sont prises en fonction de toutes les lois et de tous les renseignements mis à la disposition de l’ASF au moment de l’entrée. Pour faciliter la prise de décision, l’ASFC offre un soutien aux ASF de première ligne au moyen de bulletins de directives opérationnelles, d’un accès au soutien en direct sept jours sur sept et 24 heures par jour et d’examens réguliers des cas. De plus, l’ASFC organise des séances d’information technique détaillées avant la mise en œuvre de décrets nouveaux ou modifiés afin de favoriser la mise en œuvre précise des nouvelles dispositions et d’assurer la clarté pour les employés de première ligne. L’ASFC a également établi un processus pour surveiller les décisions prises par les ASF en ce qui a trait à l’application des décrets pour les fournisseurs de services essentiels et continuera d’apporter des ajustements ou de réviser les directives opérationnelles de l’ASFC aux ASF, au besoin. Si l’ASFC découvre qu’une évaluation incorrecte a été faite à la frontière, elle travaille avec l’ASPC pour rectifier la situation.
Au sujet de la partie c), les orientations opérationnelles auxquelles il est fait référence dans la réponse à la partie a) de la présente question à l’ordre du jour comprennent des passages spécifiques aux travailleurs transfrontaliers et à la manière dont les exigences spécifiques de santé publique au sein des décrets peuvent s’appliquer dans ces circonstances.
Plus précisément, dans ces cas, lorsqu’ils évaluent si une exemption peut s’appliquer, les ASF ont reçu l’instruction de rester attentifs aux points suivants: le voyageur doit être en mesure de démontrer que le but de sa traversée était spécifique à la fréquentation de son lieu de travail habituel; le terme « régulier » est généralement interprété comme signifiant « quotidien » ou « hebdomadaire », mais une personne capable d’établir un schéma régulier de voyage à cette fin pourrait être éligible; cette exemption s’applique aux personnes qui doivent traverser la frontière régulièrement pour se rendre à leur lieu de travail habituel de part et d’autre de la frontière canado-américaine. Dans certaines circonstances, les déplacements vers un autre pays peuvent être admissibles, par exemple, des déplacements hebdomadaires ou bihebdomadaires requis; ceux qui cherchent à établir qu’ils doivent traverser régulièrement doivent démontrer à un agent qu’ils le feront à l’avenir lors du traitement; Si le travail transfrontalier implique des soins médicaux pour des personnes de plus de 65 ans, c’est-à-dire, infirmières, spécialistes des soins à domicile, pharmaciens, ou autres, une demande individuelle décrivant les mesures de précaution en matière de santé publique prévues pour l’interaction avec ce groupe d’âge plus élevé doit être soumise à la détermination de l’administrateur en chef de la santé publique du Canada.
Les agents sont formés pour prendre une décision sur la base de l’ensemble des renseignements qui leur sont fournis au cours de leur interaction avec un voyageur. À ce titre, les ASF tiendront compte des renseignements et des circonstances autres que ceux énumérés ci-dessus lorsqu’ils détermineront l’admissibilité d’un voyageur au Canada, ainsi qu’en ce qui concerne les exemptions applicables aux exigences en matière de santé publique.
En outre, dans le but d’aider les travailleurs transfrontaliers qui, en vertu de leur emploi, doivent entrer régulièrement au Canada, l’ASFC a également publié des lignes directrices sur son site Web.

Question no 720 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne l'initiative Maisons plus écologiques annoncée dans l’Énoncé économique de l’automne, mais qui n’accepte toujours pas de demandes et dont le site Web indique de revenir dans les semaines à venir depuis plusieurs mois: a) quand le programme sera-t-il lancé; b) comment la rétroactivité sera-t-elle mise en œuvre; c) qu’arrivera-t-il aux personnes qui se croyaient admissibles, mais dont la demande a été refusée par manque d’information; d) pourquoi a-t-on tant tardé à lancer le programme?
Response
M. Marc Serré (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la Subvention canadienne pour des maisons plus vertes, annoncée dans l’Énoncé économique de l’automne de 2020, a été lancée le 27 mai 2021.
Concernant la partie b), pour être admissibles à un paiement rétroactif, les propriétaires doivent consigner leur parcours de rénovation et doivent conserver des copies de toutes les factures pour l’évaluation de la maison ÉnerGuide et pour leurs travaux de rénovation. Le conseiller en efficacité énergétique résidentielle prendra des photos avant et après les travaux. Les propriétaires peuvent accéder au portail en ligne pour s’inscrire et soumettre ces renseignements aux fins de remboursement, à condition que les mesures de rénovation entreprises figurent sur la liste des mesures admissibles.
Au sujet de la partie c), pour être admissibles à un remboursement, les participants à l’initiative doivent obtenir une évaluation ÉnerGuide de leur maison avant la rénovation, puis une évaluation après rénovation une fois les travaux terminés. Les exploitants de centres d’appels et les agents de programme sont disponibles pour aider les propriétaires à s’y retrouver dans les exigences d’admissibilité du programme. Si le propriétaire n’est pas admissible à un remboursement dans le cadre de la Subvention canadienne pour des maisons plus vertes, les agents de programme peuvent aider à déterminer d’autres programmes fédéraux, provinciaux ou territoriaux, municipaux et/ou régionaux auxquels le propriétaire peut être admissible.
En ce qui touche à la partie d), dans l’Énoncé économique de l’automne de 2020, le gouvernement a promis de lancer la Subvention canadienne pour des maisons plus vertes au cours du printemps de 2021. Les fonctionnaires ont travaillé aussi rapidement que possible depuis cette annonce et la Subvention canadienne pour des maisons plus vertes a été lancée au cours du printemps de cette année tel que prévu.

Question no 721 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne la somme de 2,3 milliards de dollars sur cinq ans annoncée dans le budget de 2021 pour la conservation: a) quand créera-t-on les « milliers d’emplois »; b) où se trouvera le million de kilomètres carrés de terres; c) les terres ont-elles toutes été localisées; d) les terres relevant de la compétence provinciale ont-elles été identifiées, et les gouvernements provinciaux ont-ils donné leur accord; e) comment se répartissent les coûts des fonds destinés aux partenariats avec les peuples autochtones; f) comment se répartissent les coûts totaux pour savoir exactement comment cette somme sera dépensée?
Response
L’hon. Jonathan Wilkinson (ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, des millions d'emplois dépendent de la nature, notamment dans les secteurs de l'agriculture, des pêches, de la foresterie et du tourisme. L'investissement dans la conservation est donc aussi une opportunité économique.
Au cours des cinq prochaines années, les travaux annoncés dans le budget de 2021 créeront des emplois dans le domaine de la conservation et de la gestion de la nature pour les Canadiens. Issus de partenariats avec les juridictions provinciales et territoriales ainsi que les gouvernements, organisations et communautés autochtones, ces emplois seront répartis dans toutes les régions du Canada, y compris dans les zones rurales et éloignées et les communautés autochtones.
Concernant les parties b), c) et d), le gouvernement travaille actuellement à la mise au point d'une approche concrète et ambitieuse qui permettrait de protéger 25 % des terres et des océans d'ici 2025, et de préparer le terrain pour atteindre 30 % d'ici 2030. Bien que les toutes terres ne soient pas précisément identifiées, nous continuons à discuter avec les provinces et les territoires, des organisations autochtones, des fondations, le secteur privé et des organismes de conservation à but non lucratif afin d'obtenir leurs points de vue sur la façon dont nous pouvons travailler ensemble pour atteindre ces objectifs ambitieux. Des efforts spécifiques sont en cours et nous continuerons à travailler avec les provinces et les territoires afin de trouver des approches mutuellement bénéfiques pour conserver les terres, protéger les espèces en péril et répondre à la perte de biodiversité.
Le gouvernement est conscient que certains paysages terrestres et aquatiques ont été inclus dans les plans d'aménagement du territoire provinciaux, territoriaux et municipaux et dans d'autres plans de réseaux d'aires protégées, notamment le Plan des systèmes d’aires naturelles à Terre-Neuve-et-Labrador, le Plan Nord au Québec, le Plan régional d’aménagement du bassin hydrographique de la rivière Peel au Yukon, le plan des aires protégées du Patrimoine vital en Ontario et le parc et réseaux d’aires protégés en Nouvelle-Écosse.
Parcs Canada poursuivra ses efforts pour achever les négociations avec les gouvernements provinciaux et autochtones en vue de la création de deux nouvelles réserves de parc national dans la région du sud de l'Okanagan et de Similkameen, en Colombie-Britannique, et dans les îles-barrières côtières de la région de Hog Island-îles-barrières, à l’Île-du-Prince-Édouard, et pour identifier et évaluer d'autres parcs nationaux en mettant l'accent sur les régions non représentées et les aires naturelles importantes pour les communautés autochtones.
Au sujet de la partie ), nous ne sommes pas en mesure de partager la ventilation des coûts pour la façon dont l'argent sera dépensé jusqu'à ce qu'il soit approuvé par le Conseil du Trésor, y compris les fonds réservés au programme de Gardiens autochtones et à d'autres partenariats autochtones. Une fois l'approbation du Conseil du Trésor reçue, l'approche variera en fonction de l'initiative ou du programme.
Le programme de Gardiens autochtones en est un bon exemple. S'appuyant sur le travail débuté à la suite du budget de 2017, qui allouait 25 millions de dollars sur cinq ans pour un programme de Gardiens autochtones, le budget de 2021 prévoit des ressources supplémentaires pour continuer à soutenir les peuples autochtones dans les possibilités d'exercer leurs responsabilités dans la surveillance de leurs terres, eaux et glaces traditionnelles, y compris la prévention des espèces prioritaires en danger imminent de disparition. Le Programme de Gardiens autochtones soutient les droits et les responsabilités des Autochtones en matière de protection et de conservation des écosystèmes, de développement et de maintien d'économies durables, et de maintien des liens profonds entre le paysage canadien et la culture autochtone.
Une fois ces allocations finales confirmées, Environnement et Changement climatique Canada et Parcs Canada travailleront en partenariat avec les organismes de gouvernance autochtones afin d'allouer les ressources et d'identifier les projets particuliers.
En ce qui touche aux parties f) et g), Nous ne sommes pas en mesure de partager la ventilation des coûts pour la façon dont l'argent sera dépensé jusqu'à ce qu'il soit approuvé par le Conseil du Trésor.

Question no 723 --
M. Brad Vis:
En ce qui concerne l’engagement visant à imposer une « taxe sur l’utilisation improductive des logements au Canada par des propriétaires étrangers non-résidents » prévu à la page 353 du Budget 2021: a) combien de notes de service internes, de présentations ou d’autres documents de même nature au sujet de la taxe proposée ont été produits par le gouvernement ou des consultants qu’il a engagés; b) des documents en a), quels sont leurs titres et quelles en sont les dates; c) dans quels documents internes estime-t-on « que cette mesure augmentera les recettes fédérales de 700 millions de dollars sur quatre ans, à compter de 2022-2023 » et à quelle date cette estimation a-t-elle été réalisée; d) quelle méthode a été utilisée pour arriver au montant de 700 millions de dollars en c); d) à quelle date le document de consultation promis sera-t-il publié et à quelles parties intéressées sera-t-il distribué; e) combien de jours le processus de consultation durera-t-il et à quelle date (i) débutera-t-il, (ii) se terminera-t-il?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, le budget de 2021 a annoncé l’intention du gouvernement de mettre en œuvre une taxe nationale annuelle de 1 % sur la valeur des biens immobiliers résidentiels appartenant à des non-résidents et à des non-Canadiens et considérés comme vacants ou sous-utilisés, à compter du 1er janvier 2022. Le gouvernement a indiqué qu’il publiera un document de consultation au cours des prochains mois afin de donner aux intervenants l’occasion de commenter les paramètres de la taxe proposée. Le gouvernement a également indiqué qu’à l’avenir, il a l’intention de travailler en étroite collaboration avec les provinces, les territoires et les municipalités.
En réponse à la partie a) de la question, une note de service interne a été préparée par le Ministère relativement à la proposition annoncée dans le budget de 2021.
Concernant la partie b), le titre de la note de service mentionnée à la partie a) était « Taxe sur les logements sous-utilisés » et la note était datée de 2021.
Au sujet de la partie c), l’incidence financière de la proposition a été estimée lors de la planification du budget de 2021 et a été présentée dans les documents budgétaires internes.
En ce qui a trait à la partie d), l’incidence financière a été calculée en appliquant une taxe de 1 % sur la valeur estimée des biens immobiliers résidentiels détenus par des non-résidents étrangers et considérés comme vacants ou sous-utilisés. La valeur de l’assiette fiscale proposée a été estimée à l’aide des données de Statistique Canada sur les propriétés appartenant à des intérêts étrangers et la valeur des propriétés résidentielles, ainsi que des renseignements concernant la taxe sur la spéculation et les logements vacants de la Colombie-Britannique.
Relativement à la partie e), la date de publication d’un document d’information n’a pas encore été déterminée. Toutefois, le budget de 2021 a indiqué que le document serait publié au cours des prochains mois.
Pour ce qui est de la partie f), bien que la durée de la période de consultation n’ait pas été établie, il ne serait pas inhabituel que des consultations sur des propositions comme celles-ci soient ouvertes aux commentaires du public pendant 60 jours.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 484--
Mr. Ben Lobb:
With regard to reports that more than 8,500 Canadians have higher tax bills after being the victim of identity theft related to the Canada Emergency Response Benefit (CERB) program: (a) how many CERB payments does the government estimate were made to individuals committing identify theft; and (b) why is the Canada Revenue Agency requiring these victims of identity theft to pay income tax on the amount thieves swindled from the government's CERB program?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with respect to the above-noted question, what follows is the response from the CRA. In response to part (a), as analysis and verification work is still under way, the CRA cannot confirm how much fraud related to CERB there has been.
The vast majority of Canadians are applying correctly and are making good efforts to comply. The CRA is committed to protecting the integrity of programs that provide financial support for taxpayers using Canadian tax dollars.
In response to part (b), taxpayers who are victims of identity fraud will not be held responsible for any money paid out to scammers using their identity. The CRA remains dedicated to resolving these incidents. Taxpayers’ T4A slip or RL-1 slip will be corrected as required. Once the issue has been resolved, an amended slip will be issued. In the event that individuals need to file their return before the corrective measures have been completed, they should only file using the income they actually received.
As noted above, affected individuals will not be held liable for unauthorized claims made by fraudsters using their account. Where appropriate, the CRA works with the Royal Canadian Mounted Police, the Canadian anti-fraud centre, CAFC, financial institutions and local police to investigate the incident. In many cases, the CRA will also provide the taxpayer with credit protection and monitoring services.
The CRA is committed to taking action to assist those whose accounts have been compromised due to incidents of fraud or identify theft. It takes the protection of taxpayer information very seriously and has robust safeguards in place to identify fraudulent applications for emergency and recovery benefits, including the CERB.
The CRA recognizes that waiting for a response in these situations can be stressful and aims to resolve such issues quickly by addressing cases as fast as possible.

Question No. 487--
Mr. Phil McColeman:
With regard to the Department of Justice’s use of outsourced legal agents, since October 21, 2019: (a) how many times has the Department of Justice retained outsourced legal agents; (b) when were said these contracts awarded; (c) what was the value of each contract; (d) for which cases or other matters were these contracts awarded; (e) to which firms or legal agents were these contracts awarded; and (f) who approved the awarding of these contracts?
Response
Hon. David Lametti (Minister of Justice and Attorney General of Canada, Lib.):
Mr. Speaker, the Department of Justice’s policy on contracting for legal services and legal agent appointment establishes the principles and requirements to ensure that contracting for legal services and legal agent appointments are conducted in a diligent and accountable manner, with rigorous and detailed selection and assessment criteria.
Legal agents are private sector law practitioners appointed by or under the authority of the Minister of Justice and Attorney General of Canada to provide defined legal services to the Crown.
The department publishes all legal agent contracts as part of its proactive disclosure. Information on legal agent contracts can be found here: https://www.justice.gc.ca/eng/trans/pd-dp/contra_leg/rep-rap.aspx.
The information requested in parts (c), (d) and (f) is protected by solicitor-client privilege.

Question No. 490--
Mr. Phil McColeman:
With regard to security equipment currently being used in Canada’s diplomatic missions, broken down by location: (a) which brands of security equipment, including closed-circuit television cameras and X-ray scanners, are currently in use; and (b) for each location, what are the (i) brands used, (ii) type and quantities of equipment, broken down by brand?
Response
Mr. Robert Oliphant (Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers.
In response to (a) and (b), in processing parliamentary returns, the government applies the principles set out in the Access to Information Act. As such, information that could reasonably be expected to facilitate the commission of an offence has been withheld to protect the vulnerability of particular buildings or other structures or systems, including detection and monitoring systems, e.g. X-ray, CCTV, etc., or methods employed to protect such buildings or other structures or systems.
Information on contracts worth more than $10,000 that does not fall under the national security exemption is available on the Open Government site, under “Proactive Disclosure”: https://open.canada.ca/en/search/contracts?f%5B0%5D=org_name_en%3AGlobal%20Affairs%20Canada.

Question No. 493--
Mr. Rob Moore:
With regard to An Act respecting the office of the Director of Public Prosecutions, since October 21, 2019: (a) how many times has the director of public prosecutions informed the Attorney General about any prosecution, or intervention that the director intended to make which raised important questions of general interest, as per section 13 of the act; (b) what was the nature and content of those prosecutions or interventions; (c) what was the rationale for these prosecutions or interventions; and (d) how does the director of public prosecutions determine what prosecutions or interventions raise questions of general interest?
Response
Hon. David Lametti (Minister of Justice and Attorney General of Canada, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to An Act respecting the office of the Director of Public Prosecutions, in response to (a), the Director of Public Prosecutions informed the Attorney General 79 times about prosecutions or interventions that raised important questions of general interest as per section 13 of the act from October 21, 2019 to March 9, 2021.
In response to (b) and (c), this information is confidential; it is covered by solicitor-client privilege and may also contain personal information.
In response to (d), the information can be found in chapter 1.2 of the Public Prosecution Service of Canada deskbook at the following link: https://www.ppsc-sppc.gc.ca/eng/pub/fpsd-sfpg/fps-sfp/tpd/p1/ch02.html.
We note that in processing parliamentary returns, the government applies the principles set out in the Access to Information Act and the Privacy Act. Information has been withheld on the grounds that it constitutes solicitor-client privilege and personal information.

Question No. 494--
Mr. Rob Moore:
With regard to An Act respecting the office of the Director of Public Prosecutions, since October 21, 2019: (a) how many times has the Attorney General intervened in a prosecution in first instance, as per section 14 of the act; (b) how many times has the Attorney General intervened in a prosecution on appeal, as per section 14 of the act; and (c) for which cases did the Attorney General intervene, and what was the rationale for his interventions?
Response
Hon. David Lametti (Minister of Justice and Attorney General of Canada, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to An Act respecting the office of the Director of Public Prosecutions, there has been no intervention from the Attorney General as per section 14 of the act from October 21, 2019 to March 9, 2021.

Question No. 496--
Mr. Tako Van Popta:
With regard the service costs on the national debt: has the government analyzed how much the debt service costs will go up based on an interest rate increase of (i) one per cent, (ii) two per cent, (iii) three per cent, and, if so, what are the projections for how much the debt service costs will increase?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, the most recent projections for Government of Canada debt charges can be found in the fall economic statement 2020, which was released on November 30, 2020 and is available at the following link: https://www.budget.gc.ca/fes-eea/2020/home-accueil-en.html. Specifically, the projection for interest paid on the federal debt for the current year and the following five years can be found in table A1.5 on page 126, in the row labelled “Public debt charges”.
These public debt charge projections have been calculated using interest rate projections provided by private sector forecasters through a survey conducted in September 2020. Further details and the results of the September survey can be found on pages 119-121 of the fall economic statement 2020, including the private sector projection of the Government of Canada three-month treasury bill and the 10-year bond rates, which are projected to rise by 100 and 130 basis points, respectively, over the five-year forecast horizon. An update of the government’s public debt charge projections will be provided in budget 2021.

Question No. 497--
Mr. Tako Van Popta:
With regard to the government's economic advisory panels: (a) which taxes has each advisory panel recommended that the government raise in order to sustain higher levels of federal spending; and (b) at what levels did the advisory panels recommend the taxes be raised to?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, the government’s approach to tax policy is to build on its record of making life more affordable for the middle class and those working hard to join it, while promoting greater fairness in the tax system. As part of this approach, the government regularly seeks feedback from Canadians and various advisory panels.
The government reduced the rate of the second personal income tax bracket from 22% to 20.5%. This tax cut for the middle class, which has been in effect since 2016, is benefitting more than nine million Canadians. Single individuals who benefit are seeing an average tax reduction of $330 every year, and couples who benefit are seeing an average tax reduction of $540 every year.
The government also introduced the Canada child benefit in 2016, which has meant more money for the families who need it most. The Canada child benefit has helped lift nearly 300,000 children out of poverty, giving them a better start in life.
In addition, the government’s proposed increase in the basic personal amount would lower taxes for close to 20 million Canadians. By 2023, single individuals could save close to $300 in taxes each year, while families, including those led by a single parent, could save nearly $600 in taxes each year. Nearly 1.1 million more Canadians will no longer pay tax in 2023. A detailed breakdown of the net impact of these measures is available on the Finance Canada website: www.canada.ca/en/department-finance/news/2020/02/annex-net-impact-of-measures-to-make-life-more-affordable-for-canadians.html.
At this time, the government’s top priority is to help families and businesses get through the challenges they face as a result of the COVID-19 pandemic. When COVID-19 is under control and Canada’s economy is ready to rebound, the government’s focus will be to make smart, targeted investments to jump-start the country’s economic recovery and begin to repair the damage done by the pandemic.

Question No. 499--
Mr. Tako Van Popta:
With regard to the impact that government tax increases have on Canadians: has the government done an analysis on how Canadians will be impacted by future tax increases, and, if so, what are the details, including findings of any analysis conducted, broken down by type of future tax increase?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, the government’s approach to tax policy is to build on its record of making life more affordable for the middle class and those working hard to join it, while promoting greater fairness in the tax system.
The government reduced the rate of the second personal income tax bracket from 22% to 20.5%. This tax cut for the middle class, which has been in effect since 2016, is benefitting more than nine million Canadians. Single individuals who benefit are seeing an average tax reduction of $330 every year, and couples who benefit are seeing an average tax reduction of $540 every year.
The government also introduced the Canada child benefit in 2016, which has meant more money for the families who need it most. The Canada child benefit has helped lift nearly 300,000 children out of poverty, giving them a better start in life.
In addition, the government’s proposed increase in the basic personal amount would lower taxes for close to 20 million Canadians. By 2023, single individuals could save close to $300 in taxes each year, while families, including those led by a single parent, could save nearly $600 in taxes each year. Nearly 1.1 million more Canadians will no longer pay tax in 2023. A detailed breakdown of the net impact of these measures is available on the Finance Canada website: www.canada.ca/en/department-finance/news/2020/02/annex-net-impact-of-measures-to-make-life-more-affordable-for-canadians.html.
At this time, the government’s top priority is to help families and businesses get through the challenges they face as a result of the COVID-19 pandemic. When COVID-19 is under control and Canada’s economy is ready to rebound, the government’s focus will be to make smart, targeted investments to jump-start the country’s economic recovery and begin to repair the damage done by the pandemic.

Question No. 500--
Mr. Blake Richards:
With regard to government tax increases: has the government done an analysis of how much taxes will need to increase in order to sustain expected higher levels of federal spending, and, if so, what are the details, including findings of such an analysis?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, the government’s approach to tax policy is to build on its record of making life more affordable for the middle class and those working hard to join it, while promoting greater fairness in the tax system.
The first action of the government’s second mandate was to introduce a measure that would increase the amount of money Canadians can earn before paying federal income tax to $15,000 by 2023. To ensure that this tax relief goes to the people who need it most, the benefits would be phased out for the wealthiest Canadians.
This measure builds on the success of key initiatives during its first mandate, including the middle-class tax cut announced in 2015, higher personal income taxes for the wealthiest Canadians, as well as the introduction of the Canada child benefit and the Canada workers benefit. The government has also improved tax fairness by closing loopholes, eliminating measures that disproportionately benefit the wealthy, and cracking down on tax evasion so that every Canadian has a real and fair chance at success.
At this time, the government’s top priority is to help families and businesses get through the challenges they face as a result of the COVID-19 pandemic. When COVID-19 is under control and Canada’s economy is ready to rebound, the government’s focus will be to make smart, targeted investments to jump-start the country’s economic recovery and begin to repair the damage done by the pandemic.

Question No. 501--
Mr. Blake Richards:
With regard to the government's analysis conducted on the financial situation of Canadians: has the government conducted any analysis of how many Canadians would experience severe financial hardship if they lost their job, or had their taxes increased, and, if so, what are the details, including findings of the analysis?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, data from the 2016 survey of financial security was used to assess how sensitive Canadian households could be to short-term income loss. While this survey was carried out a few years ago, the distribution of wealth evolves slowly over time, and as such, the survey is likely a reasonable approximation of the potential financial vulnerability of Canadian families going into the COVID-19 pandemic. The department estimated that over half of working households had insufficient liquid assets to fully replace a two-month interruption in after-tax income. As such, these households could see a significant deterioration in their living standards and would face difficulties in meeting their financial obligations or essential needs.
Financially vulnerable households are found across the country, with the highest shares in Atlantic Canada, Quebec and the Prairies. Younger households were at higher risk of financial vulnerability: 54% of younger households are financially vulnerable to a two-month work interruption, compared to 46% of older households. In a similar analysis, using the 2016 survey of financial security, the Bank of Canada found that households in the occupations most at risk from the pandemic, e.g., sales and service, had the weakest financial positions: https://www.bankofcanada.ca/2020/06/staff-analytical-note-2020-8/. Similarly, based on low-income cut-off thresholds, Statistics Canada reported that one in four working households would not have enough liquid assets to keep them out of low income during a two-month work interruption: https://www150.statcan.gc.ca/n1/en/pub/45-28-0001/2020001/article/00010-eng.pdf?st=DG2ZxWGC.
These results suggest that a sizable number of Canadian households had limited financial buffers to cope with temporary income losses during the pandemic. This finding underlines the importance of Canada’s COVID-19 economic response in targeting people who need it most and bridging Canadians through the shock: e.g., Canada emergency response benefit, Canada emergency wage subsidy and mortgage payment deferrals, among others. This support has been critical to helping minimize financial difficulties of households thus far during the pandemic.

Question No. 502--
Mr. Blake Richards:
With regard to the escalator tax on alcohol introduced by the government in the 2017 budget: what is the total amount of revenue collected from the tax in each year since 2017?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with respect to the above-noted question, what follows is the response from the CRA. Excise duty revenues reflect the impact of the escalator tax. The latter, effective April 1, 2017, refers to the annual increase in the excise duty rate. Excise duty revenues are reported in volume II of the public accounts, “National Revenue”, under the “Revenues” section.
Please find below total excise duty revenues for the fiscal years 2017-18 to 2019-20.
According to the Public Accounts of Canada 2018, available at https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2018/vol2/rn-nr/rev-eng.html, for the fiscal year ended March 31, 2018, from April 1, 2017 to March 31, 2018, total excise duty revenues were $3,504,206,215.
According to Public Accounts of Canada 2019, available at https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2019/vol2/rn-nr/rev-eng.html, for the fiscal year ended March 31, 2019, from April 1, 2018 to March 31, 2019, total excise duty revenues were $3,727,618,734.
According to Public Accounts of Canada 2020, available at https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2020/vol2/rn-nr/rev-eng.html, for the fiscal year ended March 31, 2020, from April 1, 2019 to March 31, 2020, total excise duty revenues were $3,510,617,737.

Question No. 504--
Mr. Dan Albas:
With regard to the government’s commitment to plant two billion trees and an initial focus on urban trees: (a) how many plots of land have been identified for planting the trees; (b) what are the details of each plot, including the (i) location of the land, (ii) type of landowner (municipality, private owner, federal government land, etc.), (iii) cost of acquisition or projected cost of acquisition, if applicable, (iv) species of trees to be planted on the land; (c) which municipalities have been contacted about urban tree planting; (d) what is the projected cost per tree of trees planted in an urban environment; and (e) and what is the percentage of the total program that is expected to be taken by urban trees?
Response
Mr. Marc Serré (Parliamentary Secretary to the Minister of Natural Resources, Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada is fully committed to delivering on its commitment to plant two billion trees over the next 10 years.
Natural Resources Canada is looking to engage those interested in growing Canada’s forests as a nature-based solution to support national climate change actions. The growing Canada’s forests program has recently launched two new processes, an expression of interest and a request for information, to identify the desire and capacity of organizations to plant trees across Canada over the coming years.
A future participants request for information launched recently to identify interested organizations and learn about their vision and capacity to implement or contribute to large-scale, single- or multi-year tree-planting projects across Canada. This will help to determine the design of the growing Canada’s forests program, develop future processes to maximize program participation and strengthen collaboration.
The growing Canada’s forests program will allocate approximately 16% of the contribution funding towards urban and peri-urban tree planting, collaborating with municipalities and organizations that can engage broad community groups: e.g., school boards, indigenous communities and others. Tree-planting opportunities include the expansion, maintenance and diversification of urban and other forests, which may also help communities to become more climate change resilient, mitigating risks such as increased forest fire danger.
Existing federal programs are already supporting tree planting, with approximately 150 million seedlings expected to be planted by 2022 through the low-carbon economy fund in working with provinces and territories, as well as trees planted through the disaster mitigation and adaptation fund in working with local communities. The Government of Canada also continues to support the Highway of Heroes tree campaign, which has planted more than 750,000 out of a planned two million trees in Ontario between Trenton and Toronto.
As part of its commitment to supporting Canada’s forests and forest sector, the Government of Canada took early action in the face of the COVID-19 pandemic by providing up to $30 million to support small and medium-sized forest sector firms, including tree-planting operations, and defray the costs associated with COVID-19 health and safety measures. This funding helped ensure a successful 2020 tree-planting season and the planting of an estimated 600 million trees, while protecting workers and communities.

Question No. 515--
Mr. John Williamson:
With regard to the Royal Canadian Navy (RCN) since January 1, 2018: (a) how many times have Her Majesty’s Canadian Ships of the RCN transited the Taiwan Strait in the South China Sea; and (b) what were the dates of these transits?
Response
Ms. Anita Vandenbeld (Parliamentary Secretary to the Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, as part of its defence policy, “Strong, Secure, Engaged” Canada committed to being a reliable player in the Asia-Pacific region through consistent engagement and strong partnerships.
The Canadian Armed Forces plays an active role in the region, through regular training and engagements with key allies and partners. These efforts enhance Canada’s ability to promote multilateralism and the rules-based international order, and demonstrate our steadfast commitment to stability and security in the Asia-Pacific region.
As part of deployments to the region, Royal Canadian Navy vessels will periodically sail through the Taiwan Strait.
Canada is committed to promoting maritime peace and security, and maintaining the rules-based international order.
During all international deployments, Canadian Armed Forces vessels operate in a manner that is consistent with international law, including the United Nations Convention on the Law of the Sea.
With regard to parts (a) and (b), Royal Canadian Navy vessels transited the Taiwan Strait in the South China Sea five times between January 1, 2018, and March 10, 2021.
The date of these transits are as follows: October 4-5, 2018; June 17-18, 2019; September 9-10, 2019; September 23-24, 2019; and October 2-3, 2020.

Question No. 519--
Mr. Dave Epp:
With regard to financial analysis conducted by the government: has an analysis of the increase in household debt been conducted since 2016, and, if so, what did the analysis conclude are the greatest contributors to the increase in household debt?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, Statistics Canada released the results from the 2019 Survey of Financial Security, December 22, 2020. The survey showed that almost one-third, or 30.2%, of Canadian families were debt-free in 2019, virtually unchanged from the 2016 results. For those who held debt, the median value of debt in 2019 stood at $79,000 per family which was about $6,400 less than in 2016 after adjusting for inflation.
Families overall reported holding more mortgage debt in 2019, up $7 billion from 2016. However, the median level of mortgage debt for those with mortgages fell over the same period from $201,200 to $190,000. The level of non-mortgage debt was unchanged between 2016 and 2019. The median was $20,000.
Please see www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/201222/dq201222b-eng.htm.

Question No. 523--
Mrs. Kelly Block:
With regard to government employees, broken down by department, agency, Crown corporation, or other government entity: how many and what percentage of employees worked from home as of (i) March 1, 2020, prior to the pandemic, (ii) March 1, 2021?
Response
Mr. Greg Fergus (Parliamentary Secretary to the Prime Minister, to the President of the Treasury Board and to the Minister of Digital Government, Lib.):
Mr. Speaker, the physical and psychological health and safety of employees remain an absolute priority for the Government of Canada. The Government of Canada continues to be guided by the advice and guidance of public health authorities, including Canada’s chief public health officer, and the direction of provinces/territories and cities. While the COVID-19 pandemic presents ongoing challenges for Canadians and for the public service, the government has been moving collectively and successfully towards managing COVID-19 as part of its ongoing operations and the continued delivery of key programs and services to Canadians.
Public health authorities have signalled that physical distancing requirements must remain in place. As such, many federal public service employees across the country will continue to work remotely and effectively for the foreseeable future to continue delivering key programs and services to Canadians. The information regarding public servants who are working from home is not systematically tracked in a centralized database.
Deputy ministers and other heads of federal public service organizations make decisions regarding access to worksites and necessary safety protocols based on government-wide guidance, taking into consideration the local public health situation, individual organizations’ operational requirements and the nature of the work. Access to federal worksites for employees varies from organization to organization, based on operational requirements.
The Government of Canada is committed to supporting employees, whether physically in the workplace or at home. Together and apart, the government will continue to deliver information, advice, programs and services that Canadians need.

Question No. 524--
Mrs. Kelly Block:
With regard to government statistics related to the effect of the pandemic on the number of women in the workforce: what are the government's estimates on how many women, in total, (i) were employed prior to the pandemic, as of March 1, 2020, (ii) are currently employed, (iii) have left the workforce since the start of the COVID-19 pandemic?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, according to Labour Force Survey, LFS, estimates, there were 8,733,600 employed women in Canada in February 2021, compared with 9,082,500 12 months earlier in February 2020, a decrease of 348,900, or 3.8%. Over the same period, the number of women in the labour force, either employed or unemployed, fell by 73,700, or 0.8%.
The source is Statistics Canada, Labour force characteristics, monthly, seasonally adjusted and trend-cycle, last five months, at www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/en/tv.action?pid=1410028701.

Question No. 526--
Ms. Jag Sahota:
With regard to the statement printed in the Toronto Star from the director of communications to the Minister Labour "ESDC-Labour has put a team in place dedicated to this work and has taken steps to build its capacity" in relation to stopping the importation of products made with forced labour: (a) who is on the team; (b) on what date was the team established; (c) how many meetings has the team had and on what dates did those meeting occur; (d) what is the team's mandate; (e) how many proactive assessments of supply chains have been initiated by the team; (f) how many reactive complaints have been received and investigated; and (g) what was the finding in each investigation in (e) and (f)?
Response
Mr. Anthony Housefather (Parliamentary Secretary to the Minister of Labour, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), a number of ESDC-Labour officials are working on the issue of forced labour. Those officials are part of the international and intergovernmental labour affairs, IILA, directorate. The team working on forced labour includes policy officers, policy analysts and managers, under the supervision of a director.
With regard to part (b), the forced labour import prohibition flows from an obligation in the Canada-United States-Mexico Agreement that came into force on July 1, 2020. The team that conducts the research and analysis of problematic supply chains is housed within an existing division of IILA. They are developing an approach and establishing the mechanisms that will allow Canada to address the issue of imports of goods produced with forced labour. Other members of the IILA team have since been undertaking research and analysis of problematic supply chains.
With regard to part (c), meetings and conversations on the issue of forced labour and problematic supply chains have been taking place regularly for several months, in a variety of formats and at various levels. Given that this is a novel initiative, meetings have taken place and continue to take place to operationalize the forced labour import prohibition, to coordinate with other implicated federal departments, and to discuss approaches to research and analysis.
With regard to part (d), the team’s main responsibility is to review allegations of forced labour being used in supply chains. After reviewing an allegation, the ESDC-Labour team conducts research and analysis, and prepares factual reports with a view to establishing the likelihood that a specific shipment contains goods produced by forced labour.
With regard to part (e), please refer to the response from part (g).
With regard to part (f), please refer to response from part (g).
With regard to part (g), while ESDC-Labour is proactively conducting research on supply chains in the Xinjiang region, the department is committed to examining and completing its due diligence research and analysis on all allegations received by the CBSA.

Question No. 527--
Ms. Jag Sahota:
With regard to government statistics related to the impact of the pandemic on unionized employees in Canada: how many unionized employees, in total, (i) were employed at the beginning of the COVID-19 pandemic or as of March 1, 2020, (ii) are currently employed, (iii) have left the workforce since the start of the COVID-19 pandemic?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, aaccording to Labour Force Survey, LFS, estimates, there were 4,992,000 employees with union coverage in Canada in February 2021, compared with 4,930,700 in February 2020, an increase of 61,300, or 1.2%. The Labour Force Survey does not collect information about the former union coverage status of people who are no longer in the labour force, that is, who are not employed or unemployed.
The source is Statistics Canada, Table 14-10-0069-01 Union coverage by industry, monthly, unadjusted for seasonality (x 1,000) at www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/en/tv.action?pid=1410006901.

Question No. 529--
Mr. John Barlow:
With regard to government statistics on the effect of the pandemic on the workforce, since March 1, 2020: how many Canadians have had their (i) work hours reduced, (ii) income reduced, since the start of the COVID-19 pandemic?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, according to Labour Force Survey, LFS, estimates, in February 2021, compared with 12 months earlier, there were 406,000, or 50%, more people working fewer than half their usual hours for reasons likely related to COVID-19. The LFS does not collect information on whether an individual’s earnings have changed over time. However, the following information about the number of employees in various wage brackets was reported with the release of February 2021 data from the LFS.
Immediately before the pandemic in February 2020, about one-quarter of all employees in Canada earned $17.50 per hour or less, while one-quarter earned more than $36 per hour. These wage brackets are helpful in understanding the ongoing impacts of COVID-19 on lower-paid and higher-paid workers.
The number of employees making $17.50 per hour or less increased by 203,000 in February. This number is not seasonally adjusted. This partly offset a decline of 321,000 in January and coincided with a February rebound in employment in the retail trade, and accommodation and food services industries, where lower wages are more prevalent.
There were 791,000, or 19.7%, fewer employees in this wage bracket in February 2021 than 12 months earlier. Nearly two-thirds, or 63.6%, of the losses were among women, with similar declines in all age groups. Young men were far less affected by the decline, 82,000 fewer, or 11.4%, than were young women, 178,000 fewer, or 20.9%. This number is not seasonally adjusted.
In contrast, there were 410,000, or 10.3%, more employees making more than $36 per hour in February compared with one year earlier. This number is not seasonally adjusted. The number of people in this highest-earning wage bracket followed an upward trend during the summer and early fall of 2020 before flattening in recent months, and was little changed in February. This is not seasonally adjusted.
For Chart 6, Employment among employees earning the lowest wages far behind in the recovery, please see www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/210312/cg-a006-eng.htm
The source is Labour Force Survey, LFS, February 2021, The Daily www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/210312/dq210312a-eng.htm and LFS supplementary indicators used in February 2021 analysis.

Question No. 530--
Mr. John Barlow:
With regard to government statistics related to the impact of the pandemic on post-secondary students: how many post-secondary students, in total, (i) were employed at the beginning of the COVID-19 pandemic or as of March 1, 2020, (ii) are currently employed, (iii) have left the workforce since the start of the COVID-19 pandemic?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, according to Labour Force Survey, LFS, estimates, there were 1,019,000 employed students aged 15 to 24 in February 2021, compared with 1,199,700 in February 2020, a decrease of 180,800, or 15.1%. This figure is not seasonally adjusted. Over the same period, the number of students in the labour force, employed or unemployed, fell by 77,300, or 5.8%. This figure is not seasonally adjusted. These data do not distinguish the type of school, secondary versus post-secondary.
The source is Statistics Canada, Table 14-10-0021-01, Unemployment rate, participation rate and employment rate by type of student during school months, monthly, unadjusted for seasonality, at www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/en/tv.action?pid=1410002101.

Question No. 532--
Mr. John Barlow:
With regard to the government statistics related to the impact of the pandemic on the employment of professionals working in manufacturing in Canada: how many manufacturing professionals, in total, (i) were employed at the beginning of the COVID-19 pandemic, or as of March 1, 2020, (ii) are currently employed, (iii) have left the workforce since the start of the COVID-19 pandemic?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, according to Labour Force Survey, LFS, estimates, there were 1,746,900 people employed in the manufacturing industry in February 2021, virtually unchanged from February 2020, when there were 1,747,200.
The source is Statistics Canada, Table 14-10-0355-01 Employment by industry, monthly, seasonally adjusted and unadjusted, and trend-cycle, last 5 months (x 1,000), found at www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/en/tv.action?pid=1410035501.

Question No. 540--
Ms. Leah Gazan:
With regard to the payment of a one-off sum of up to $300 per child and the subsequent temporary change in the formula for calculating the Canada Child Benefit: (a) has the government assessed the additional number of families who would receive the payment whose net family income is above the threshold established in the previous formula, and if so, what is the result of this assessment; (b) has the government estimated the additional cost of paying the maximum of $300 per child to families whose net family income is above the threshold in the old formula, if so, how much is the estimated cost; and (c) what was the methodology used for the temporary change in the formula?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), the CRA’s analysis determined that an additional 265,000 families with a net family income above the threshold from the previous formula received the one-time payment of up $300 per child.
With regard to part (b), the same analysis described in part (a) also determined that those families with a net income above the threshold in the old formula received payments totalling almost $88 million.
With regard to part (c), the Canada child benefit, CCB, is governed by section 122.6 of the Income Tax Act, ITA. Section 122.6 of the ITA is amended from time to time to reflect changes in the benefit calculation. The legislation was amended in 2020 to add section (1.01) to include the CCB one-time payment to the calculation for the month of May 2020:
COVID-19 — additional amount
(1.01) If the month referred to in subsection (1) is May 2020, each amount expressed in dollars referred to in paragraphs (a) and (b) of the description of E in subsection (1) is deemed, for that month, to be equal to that amount (as adjusted under subsection (5)) plus an additional amount of $3,600. For greater certainty, the adjustment in subsection (5) shall not take into account this additional amount.
The total annual maximum amount per child, regardless of age, was increased by $300 for children eligible for the May 2020 payment.
Amounts were increased for the month of May as follows: per eligible child under six years old: $6,639 plus $3,600, for a total of $10,239; and per eligible child age six to 17 years old: $5,602 plus $3,600, for a total of $9,202.
The $3,600 divided by 12 months results in the $300 calculation for May 2020.
There was no change to the phase-out threshold or rates.

Question No. 541--
Mr. Matthew Green:
With regard to the CRA's decision to temporarily suspend, as of March 2020, the programs and services of "high-risk audits", "international large business", "high net worth compliance", "GST/HST audit of large businesses", "audit of complex transactions", "audit of flow-through shares" and "foreign tax whistleblower program", broken down by each of the programs and services mentioned, by month, since March 2020 to the re-establishment of the service of audits, and by risk level of non-compliance: (a) how many audits were suspended as a proportion of total audits; (b) of the audits in (a), how many are still suspended as a proportion of total resumed audits; (c) what duties were performed by the auditors during the suspension period; (d) how many files were closed; (e) of the files closed in (d), what was the average amount of time spent processing each file before a decision was made to close it; (f) of the files closed in (d), (i) how many have been assessed (ii) how many have been transferred to the criminal investigation program; and (g) what was the change in the number of auditors, in terms of full-time equivalent?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, what follows is the response from the CRA to the above-noted question since March 1, 2020. With regard to parts (a), (b), (d), (e), (f) (i), and (g), due to the COVID-19 pandemic, several programs were temporarily suspended during the time period requested, as they were considered non-critical services. Therefore, employee workloads were shifted to reflect critical services. The CRA is unable to provide the data that is being requested, as the CRA did not create a system indicator to determine which files were put on hold due to the COVID-19 suspensions. Throughout the pandemic, the CRA has worked to design and implement COVID-19 related benefit programs. The CRA has also redeployed many auditors to assist with the verification activities associated with these new programs. In light of the COVID-19 pandemic and redistribution of workloads, the CRA’s volume of files under audit is lower than expected
With regard to part (c), due to the COVID-19 pandemic, several programs were temporarily suspended as they were considered non-critical services. Employee workloads were shifted to reflect critical services, such as the COVID-19 benefit programs, COVID-19 related call centre activities and operation activities. Audit activity continued throughout the pandemic, but was limited to high-risk audits and exceptional circumstances.
With regard to part (f)(ii), between April 1, 2020 and December 31, 2020, the latest data available, there were 40 referrals from all CRA audit programs to the CRA's criminal investigations program. The CRA cannot provide a breakdown of referrals from each program in the manner requested, since CRA systems do not track this level of detail.

Question No. 543--
Ms. Leah Gazan:
With regard to the compliance monitoring of the Canada Emergency Wage Subsidy since its inception, broken down by level of risk of non-compliance with tax laws and by industry sector: (a) how many applications have been (i) approved, (ii) denied; (b) of the applications in (a), how many companies have a subsidiary or subsidiaries domiciled in foreign jurisdictions of concern as defined by the Canada Revenue Agency (CRA); (c) has the CRA verified that the companies in (b) have a subsidiary or subsidiaries in foreign jurisdictions of concern, and, if not, why; (d) how many businesses have been identified as having benefited from overpayments; (e) of the businesses in (d), what is the total value of these overpayments; and (f) has the CRA cross-referenced the data between companies that have benefited from an overpayment and that have one or more subsidiaries domiciled in foreign jurisdictions of concern, and, if so, what is the total value of these overpayments of companies that have one or more subsidiaries in foreign jurisdictions of concern?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, audit data on the Canada emergency wage subsidy, CEWS, program is highly sensitive information. Providing detailed information regarding the specific number of audits planned/conducted for a given compliance program could embolden some taxpayers to cut corners and take aggressive positions in the hopes that they will avoid detection.
With regard to parts (a)(i) and (ii),the total number of Canada emergency wage subsidy applications that have been approved is available on the CRA website on the “Claims to date: Canada Emergency Wage Subsidy” page at www.canada.ca/en/revenue-agency/services/subsidy/emergency-wage-subsidy/cews-statistics.html/. As of March 7, 2021, 10,670 initial CEWS applications were cancelled/disallowed, i.e., denied. Of that figure, 7,020 were cancelled whereas 3,650 were disallowed.
With regard to parts (b), (c) and (f), the CRA does not capture the number of corporate CEWS applicants that had a subsidiary or subsidiaries in foreign jurisdictions of concern in the manner in which the information is requested for this benefit program. The majority of taxpayers that are likely to have a subsidiary or subsidiaries in foreign jurisdictions of concern have not yet filed their current corporate income tax return and all related information returns covering the qualifying periods for which CEWS claims were made. As such, the CRA will be applying its risk assessment systems to these required tax filings, and will identify the highest risk taxpayers for its core compliance programs and for its CEWS post-payment audit program, which can include an examination of subsidiaries in foreign jurisdictions of concern, depending on the compliance risks identified.
As a general matter, the CRA does use the presence of subsidiaries in foreign jurisdictions of concern as a risk factor in selecting files for audit.
With regard to part (d), compliance activities are still ongoing. A notice of determination will be sent to the taxpayers when, as a result of a post-payment audit, it is determined that the taxpayers’ claims should be reduced or denied.
With regard to part (e), as noted above, compliance activities are ongoing and it is premature to report on this, however, the total amount that has been denied through claims either fully or partially disallowed is just over $800 million as of March 22, 2021.

Question No. 550--
Mrs. Shannon Stubbs:
With regard to the government's 2019 election commitment to plant two billion trees: (a) how many trees have been planted to date; and (b) what is the number of trees planted to date, broken down by (i) province, (ii) municipality or geographical location?
Response
Mr. Marc Serré (Parliamentary Secretary to the Minister of Natural Resources, Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada is fully committed to delivering on its commitment to plant two billion trees over the next 10 years.
Natural Resources Canada is looking to engage those interested in growing Canada’s forests as a nature-based solution to support national climate change actions. The growing Canada’s forests program has recently launched two new processes, and expression of interest and a request for information, to identify the desire and capacity of organizations to plant trees across Canada over the coming years.
A future participants request for information launched recently to identify interested organizations and learn about their vision and capacity to implement or contribute to large-scale, single or multi-year tree-planting projects across Canada. This will help to determine the design of the growing Canada’s forests program, develop future processes to maximize program participation and strengthen collaboration.
Existing federal programs are already supporting tree planting, with approximately 150 million seedlings expected to be planted by 2022 through the low-carbon economy fund, working with provinces and territories, as well as trees planted through the disaster mitigation and adaptation fund, working with local communities. The Government of Canada also continues to support the Highway of Heroes tree campaign, which has planted more than 750,000 out of a planned two million trees in Ontario between Trenton and Toronto.
As part of its commitment to supporting Canada’s forests and forest sector, the Government of Canada took early action in the face of the COVID-19 pandemic by providing up to $30 million to support small and medium-sized forest sector firms, including tree-planting operations, and defray the costs associated with COVID-19 health and safety measures. This funding helped ensure a successful 2020 tree-planting season and the planting of an estimated 600 million trees, while protecting workers and communities.

Question no 484 --
M. Ben Lobb:
En ce qui concerne les informations selon lesquelles plus de 8 500 Canadiens doivent payer plus d’impôt parce qu’ils ont été victimes d’un vol d’identité en lien avec la Prestation canadienne d’urgence (PCU): a) selon les estimations du gouvernement, combien de paiements de PCU ont-ils été versés à des personnes ayant volé l’identité de quelqu’un d’autre; b) pourquoi l’Agence du revenu du Canada exige-t-elle que ce soit les victimes de vols d’identité qui paient l’impôt sur les montants volés à la PCU?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a: de la question, comme les travaux d’analyse et de vérification sont toujours en cours, l’ARC n’est pas en mesure de confirmer le nombre de fraudes qui ont été commises relativement à la PCU.
La grande majorité des Canadiens présentent une demande en bonne et due forme et déploient de grands efforts afin de se conformer aux exigences. L’ARC s’engage à protéger l’intégrité des programmes qui fournissent un soutien financier aux contribuables au moyen de l’impôt canadien.
En réponse à la partie b) de la question, les contribuables qui se révèlent être des victimes de fraude d’identité ne seront pas tenus responsables des montants versés aux fraudeurs qui ont utilisé leur identité. L’ARC reste déterminée à résoudre ces incidents. Le feuillet T4A ou RL-1 sera corrigé au besoin. Une fois le problème réglé, un feuillet modifié sera délivré. Si une personne doit produire sa déclaration avant que les mesures correctives aient été prises, elle ne devrait produire sa déclaration qu’en utilisant le revenu qu’elle a réellement reçu.
Comme il est indiqué ci-dessus, les personnes touchées ne seront pas tenues responsables des demandes non autorisées faites par des fraudeurs qui utilisent leur compte. Au besoin, l’ARC collabore avec la Gendarmerie royale du Canada, le Centre antifraude du Canada, ou CAFC, les institutions financières et la police locale pour enquêter sur l’incident. Dans de nombreux cas, l’ARC fournira également au contribuable des services de protection et de surveillance du crédit.
l’ARC s’engage à prendre des mesures pour aider ceux dont les comptes ont été compromis en raison d'incidents de fraude ou de vol d'identité. L’ARC prend très au sérieux la protection des renseignements des contribuables et a mis en place des mesures de protection solides pour déceler les demandes frauduleuses de prestations d’urgence et de relance économique, y compris la PCU.
L’ARC reconnaît que l’attente d’une réponse dans ces situations peut être stressante et vise à résoudre ces problèmes rapidement en traitant les cas le plus rapidement possible.

Question no 487 --
M. Phil McColeman:
En ce qui concerne le recours à des services de mandataires externes par le ministère de la Justice, depuis le 21 octobre 2019: a) combien de fois le ministère de la Justice a-t-il fait appel à des mandataires externes; b) quand ces contrats de sous-traitance ont-ils été attribués; c) quelle était la valeur de chaque contrat; d) pour quelles affaires ou autres questions ces contrats ont-ils été attribués; e) à quels cabinets ou mandataires ces contrats ont-ils été attribués; f) qui a approuvé l’attribution de ces contrats?
Response
L’hon. David Lametti (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):
Monsieur le Président, la Politique sur les marchés de services juridiques et la nomination des mandataires du ministère de la Justice établit les principes et les exigences applicables pour garantir que les marchés de services juridiques et les nominations de mandataires sont effectués de manière diligente et responsable selon des critères de sélection et d’évaluation rigoureux et détaillés.
Les mandataires sont des professionnels du droit du secteur privé nommés par le ministre de la Justice et procureur général du Canada, ou sous son autorité, pour fournir des services juridiques déterminés à la Couronne.
Le ministère publie les contrats de tous les mandataires conformément à son processus de divulgation proactive. Les renseignements sur les contrats des mandataires sont accessibles au lien suivant: https://www.justice.gc.ca/fra/trans/dp-pd/contra_leg/rap-rep.aspx.
Les renseignements demandés dans les parties c), d) et f) sont protégés par le secret professionnel de l’avocat.

Question no 490 --
M. Phil McColeman:
En ce qui concerne les équipements de sécurité utilisés actuellement dans les missions diplomatiques du Canada, ventilés par lieu: a) quelles marques d’équipement de sécurité, y compris les caméras de télévision en circuit fermé et les détecteurs à rayons X, sont utilisées actuellement; b) pour chaque endroit, quelles sont (i) les marques utilisées, (ii) le type et les quantités d’équipement, ventilés par marque?
Response
M. Robert Oliphant (secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, Lib.):
Monsieur le Président, ce qui suit reflète la réponse consolidée approuvée au nom des ministres d’Affaires mondiales Canada.
En réponse aux parties a) et b) de la question, lorsqu’il traite les déclarations parlementaires, le gouvernement applique les principes énoncés dans la Loi sur l’accès à l’information. Ainsi, les renseignements dont on pourrait raisonnablement s’attendre à ce qu’ils facilitent une infraction ont été retenus, afin de protéger la vulnérabilité de bâtiments particuliers ou d’autres structures ou systèmes, y compris les systèmes informatiques ou de communication, ou les méthodes employées pour protéger ces bâtiments ou autres structures ou systèmes.
Les renseignements sur les contrats de plus de 10000 $ canadiens qui ne sont pas visés par l’exemption pour raisons de sécurité nationale sont disponibles sur le site du gouvernement ouvert, sous l’onglet « Divulgation proactive » à l’adresse: https://ouvert.canada.ca/fr/search/contrats?f%5B0%5D=org_name_en%3AGlobal%20Affairs%20Canada

Question no 493 --
M. Rob Moore:
En ce qui concerne la Loi sur le directeur des poursuites pénales, depuis le 21 octobre 2019: a) combien de fois le directeur des poursuites pénales a-t-il informé le procureur général de toute poursuite ou de toute intervention soulevant d’importantes questions d’intérêt général qu’il se proposait de faire, en vertu de l’article 13 de la Loi; b) quelles étaient la nature et la teneur de ces poursuites ou interventions; c) quelle était la justification de ces poursuites ou interventions; d) sur quels éléments s’appuie le directeur des poursuites pénales pour décider qu’une poursuite ou intervention soulève des questions d’intérêt général?
Response
L’hon. David Lametti (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne la Loi sur le directeur des poursuites pénales, en réponse à la partie a) de la question,: La directrice des poursuites pénales a informé le procureur général 79 fois des poursuites ou interventions soulevant d’importantes questions d’intérêt général en vertu de l’article 13 de la Loi du 21 octobre 2019 au 9 mars 2021.
En ce qui concerne les parties b) et c), ces informations sont confidentielles; elles sont protégées par le secret professionnel de l’avocat et pourraient aussi contenir de l’information personnelle.
Au sujet de la partie d), l’information se trouve dans le chapitre 1.2 du Guide du Service des poursuites pénales du Canada au lien suivant: https://www.ppsc-sppc.gc.ca/fra/pub/sfpg-fpsd/sfp-fps/tpd/p1/ch02.html.
Notons que lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique les principes de la Loi sur l’accès à l’information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels. Les renseignements demandés n’ont pas été fournis, car il s’agit de renseignements personnels et protégés par le secret professionnel de l’avocat.

Question no 494 --
M. Rob Moore:
En ce qui concerne la Loi sur le directeur des poursuites pénales, depuis le 21 octobre 2019: a) à combien de reprises le procureur général est-il intervenu en première instance d’une poursuite, conformément à l’article 14 de la Loi; b) à combien de reprises le procureur général est-il intervenu en appel, conformément à l’article 14 de la Loi; c) dans quelles affaires le procureur général est-il intervenu, et quels motifs ont été avancés pour justifier ses interventions?
Response
L’hon. David Lametti (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne la Loi sur le directeur des poursuites pénales, il n’y a eu aucune intervention de ma part en qualité de procureur général en vertu de l’article 14 de la Loi pour la période du 21 octobre 2019 jusqu’au 9 mars 2021.

Question no 496 --
M. Tako Van Popta:
En ce qui concerne les frais de service de la dette nationale: le gouvernement a-t-il analysé dans quelle mesure les frais de service de la dette augmenteront si les taux d’intérêt augmentent de (i) 1 %, (ii) 2 %, (iii) 3 % et, le cas échéant, quelles sont les projections quant à l’augmentation des frais de service de la dette?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, les plus récentes projections concernant les frais de la dette publique sont présentées dans l’Énoncé économique de l’automne 2020, qui a été publié le 30 novembre 2020, et peuvent être consultées à partir de l’adresse suivante: https://www.budget.gc.ca/fes-eea/2020/home-accueil-fr.html. De façon plus particulière, les projections concernant l’intérêt versé sur la dette fédérale pour l’année en cours et pour les cinq années suivantes sont présentées au tableau A1.5, à la page 126, dans la rangée intitulée « Frais de la dette publique ».
Ces projections des frais de la dette publique ont été calculées en fonction des prévisions des taux d’intérêt qui ont été fournies par les prévisionnistes du secteur privé dans le cadre d’un sondage mené en septembre 2020. D’autres renseignements à ce sujet et les résultats de ce sondage effectué en septembre, sont présentés aux pages 119 à 121 de l’Énoncé économique de l’automne 2020, ce qui comprend les projections du secteur privé du taux des bons du Trésor à trois mois et des taux des obligations du gouvernement à dix ans du gouvernement du Canada, lesquelles devraient respectivement augmenter de 100 et de 130 points de base au cours d’une période de planification de cinq ans. Une mise à jour des projections concernant les frais de la dette publique du gouvernement sera fournie dans le cadre du budget de 2021.

Question no 497 --
M. Tako Van Popta:
En ce qui concerne les comités consultatifs en matière d’économie du gouvernement: a) quels impôts chacun des comités consultatifs a-t-il recommandé au gouvernement de hausser pour maintenir des niveaux plus élevés de dépenses fédérales; b) dans quelle mesure les comités consultatifs ont-ils recommandé de hausser les impôts et taxes?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, l’approche du gouvernement à l’égard de la politique fiscale est de s’appuyer sur son historique visant à rendre le coût de la vie plus abordable pour la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie, tout en favorisant une plus grande équité dans le régime fiscal. Dans le cadre de cette approche, le gouvernement cherche régulièrement à obtenir des commentaires des Canadiens et de divers groupes consultatifs.
Le gouvernement a réduit le taux de la deuxième tranche d’imposition du revenu des particuliers de 22 % à 20,5 %. Cette réduction d’impôt pour la classe moyenne, en vigueur depuis 2016, bénéficie à plus de 9 millions de Canadiens. Les particuliers célibataires qui en bénéficient obtiennent une réduction moyenne de leur impôt de 330 $ chaque année et les couples qui en bénéficient obtiennent une réduction moyenne de leur impôt de 540 $ chaque année.
Le gouvernement a également introduit l’Allocation canadienne pour enfants en 2016, ce qui signifie plus d’argent pour les familles qui en ont le plus besoin. L’Allocation canadienne pour enfants a aidé près de 300 000 enfants à sortir de la pauvreté, en leur donnant un meilleur départ dans la vie.
De plus, l’augmentation proposée du gouvernement du montant personnel de base réduirait les impôts de 20 millions de Canadiens. D’ici 2023, les particuliers célibataires pourraient économiser près de 300 $ en impôts chaque année, alors que les familles, y compris les familles monoparentales, pourraient économiser près de 600 $ en impôts chaque année. Près de 1,1 million de Canadiens de plus ne paieraient plus d’impôt en 2023. Une ventilation détaillée des incidences nettes de ces mesures est disponible sur le site Web du ministère des Finances Canada: www.canada.ca/fr/ministere-finances/nouvelles/2020/02/annexe--incidence-nette-des-mesures-visant-a-rendre-le-cout-de-la-vie-plus-abordable-pour-les-canadiens.html.
Pour l’instant, la priorité du gouvernement est d’aider les familles et les entreprises à surmonter les défis auxquels elles font face en raison de la pandémie de COVID-19. Une fois que la COVID-19 sera sous contrôle et que l’économie du Canada sera prête à rebondir, le gouvernement se concentrera sur des investissements ciblés intelligents pour relancer l’économie du pays et commencer à réparer les dommages causés par la pandémie.

Question no 499 --
M. Tako Van Popta:
En ce qui concerne l’incidence que les hausses de taxes et d’impôt du gouvernement ont sur les Canadiens: le gouvernement a-t-il mené une analyse pour déterminer les répercussions des futures hausses d’impôt et de taxes sur les Canadiens et, le cas échéant, quels en sont les détails, y compris les conclusions de toute analyse effectuée, ventilés par type de hausse d’impôt ou de taxes à venir?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, l’approche du gouvernement à l’égard de la politique fiscale est de s’appuyer sur son historique visant à rendre le coût de la vie plus abordable pour la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie, tout en favorisant une plus grande équité dans le régime fiscal.
Le gouvernement a réduit le taux de la deuxième tranche d’imposition du revenu des particuliers de 22 % à 20,5 %. Cette réduction d’impôt pour la classe moyenne, en vigueur depuis 2016, bénéficie à plus de 9 millions de Canadiens. Les particuliers célibataires qui en bénéficient obtiennent une réduction moyenne de leur impôt de 330 $ chaque année et les couples qui en bénéficient obtiennent une réduction moyenne de leur impôt de 540 $ chaque année.
Le gouvernement a également introduit l’Allocation canadienne pour enfants en 2016, ce qui signifie plus d’argent pour les familles qui en ont le plus besoin. L’Allocation canadienne pour enfants a aidé près de 300 000 enfants à sortir de la pauvreté, en leur donnant un meilleur départ dans la vie.
De plus, l’augmentation proposée du gouvernement du montant personnel de base réduirait les impôts de 20 millions de Canadiens. D’ici 2023, les particuliers célibataires pourraient économiser près de 300 $ en impôts chaque année, alors que les familles, y compris les familles monoparentales, pourraient économiser près de 600 $ en impôts chaque année. Près de 1,1 million de Canadiens de plus ne paieraient plus d’impôt en 2023. Une ventilation détaillée des incidences nettes de ces mesures est disponible sur le site Web du ministère des Finances Canada: www.canada.ca/fr/ministere-finances/nouvelles/2020/02/annexe--incidence-nette-des-mesures-visant-a-rendre-le-cout-de-la-vie-plus-abordable-pour-les-canadiens.html.
Pour l’instant, la priorité du gouvernement est d’aider les familles et les entreprises à surmonter les défis auxquels elles font face en raison de la pandémie de COVID-19. Une fois que la COVID-19 sera sous contrôle et que l’économie du Canada sera prête à rebondir, le gouvernement se concentrera sur des investissements ciblés intelligents pour relancer l’économie du pays et commencer à réparer les dommages causés par la pandémie.

Question no 500 --
M. Blake Richards:
En ce qui concerne les hausses de taxes par le gouvernement: le gouvernement a-t-il effectué une analyse des hausses de taxes qui seront nécessaires pour soutenir la croissance prévue des dépenses fédérales et, le cas échéant, quels en sont les détails, y compris les constatations d’une telle analyse?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, l’approche du gouvernement à l’égard de la politique fiscale est de s’appuyer sur son historique visant à rendre le coût de la vie plus abordable pour la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie, tout en favorisant une plus grande équité dans le régime fiscal.
La première action du deuxième mandat du gouvernement était d’introduire une mesure qui augmenterait les montants que les Canadiens peuvent gagner avant de devoir payer l’impôt sur le revenu fédéral à 15?000 $ d’ici 2023. Afin de s’assurer que cet allègement fiscal vise les personnes qui en ont le plus besoin, les avantages seraient progressivement éliminés pour les Canadiens les plus riches.
Cette mesure s’appuie sur la réussite d’initiatives clés au cours de son premier mandat, y compris la baisse d’impôt pour la classe moyenne annoncée en 2015, le taux d’imposition plus élevé du revenu des particuliers pour les Canadiens les plus riches, ainsi que l’introduction de l’Allocation canadienne pour enfants et de l’Allocation canadienne pour les travailleurs. Le gouvernement a également amélioré l’équité fiscale en éliminant des échappatoires, en retirant des mesures qui profitent de manière démesurée aux plus riches et en luttant contre l’évitement fiscal afin que chaque Canadien ait une chance réelle et juste de réussir.
Pour l’instant, la priorité du gouvernement est d’aider les familles et les entreprises à surmonter les défis auxquels elles font face en raison de la pandémie de COVID-19. Une fois que la COVID-19 sera sous contrôle et que l’économie du Canada sera prête à reprendre, le gouvernement se concentrera à faire des investissements ciblés intelligents pour relancer l’économie du pays et commencer à réparer les dommages causés par la pandémie.

Question no 501 --
M. Blake Richards:
En ce qui concerne l’analyse de la situation financière des Canadiens effectuée par le gouvernement: le gouvernement a-t-il réalisé une analyse sur le nombre de Canadiens qui éprouveraient de graves difficultés financières s’ils perdaient leur emploi, ou si leurs impôts augmentaient, et, le cas échéant, quels en sont les détails, y compris les conclusions de l’analyse?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, les données de l’Enquête sur la sécurité financière de 2016 ont été utilisées pour évaluer à quel point les ménages canadiens étaient sensibles à la perte de revenus à court terme. Bien que cette enquête ait été menée il y a quelques années, la répartition de la richesse évolue lentement avec le temps et, par conséquent, l’enquête est une approximation raisonnable de la vulnérabilité financière potentielle des familles canadiennes à l’arrivée de la pandémie de COVID-19. Le ministère estime que plus de la moitié des ménages qui travaillent ont une quantité insuffisante d’actifs liquides pour pleinement remplacer une interruption de deux mois du revenu après impôt. Par conséquent, ces ménages pourraient subir une importante détérioration de leur qualité de vie et pourraient éprouver des difficultés à s’acquitter de leurs obligations financières ou à répondre à leurs besoins essentiels.
Les ménages vulnérables sur le plan financier se retrouvent partout au pays, avec les plus grandes parts au Canada atlantique, au Québec et dans les Prairies. Les plus jeunes ménages ont un risque plus élevé de vulnérabilité financière: 54 %des plus jeunes ménages sont vulnérables sur le plan financier à une interruption de travail de deux mois comparativement à 46 % des ménages plus âgés. Dans une analyse semblable qui utilise l’Enquête sur la sécurité financière de 2016, la Banque du Canada a constaté que les ménages dans les domaines professionnels les plus vulnérables à la pandémie, par exemple, les ventes et les services, ont les positions financières les plus faibles. La source se trouve à l’adresse: https://www.banqueducanada.ca/2020/06/note-analytique-personnel-2020-8/. Dans le même ordre d’idées, selon les seuils de faible revenu, Statistique Canada a indiqué qu’un ménage qui travaille sur quatre n’aurait pas suffisamment d’actifs liquides pour demeurer hors de la catégorie des faibles revenus au cours d’une interruption de travail de deux mois. La source se trouve à l’adresse: https://www150.statcan.gc.ca/n1/en/pub/45-28-0001/2020001/article/00010-fra.pdf?st=DG2ZxWGC.
Ces résultats suggèrent qu’un nombre important de ménages canadiens ont une marge de manœuvre financière limitée pour faire face à des pertes de revenus temporaires au cours de la pandémie. Ces constatations soulignent l’importance de l’intervention économique du Canada à la COVID-19 en ciblant les gens qui en ont le plus besoin et en permettant aux Canadiens de traverser ce choc, par exemple, la Prestation canadienne d’urgence, la Subvention salariale d’urgence du Canada et le report des paiements sur les prêts hypothécaires, entre autres. Ce soutien a été critique pour aider à atténuer les difficultés financières des ménages jusqu’à maintenant au cours de la pandémie.

Question no 502 --
M. Blake Richards:
En ce qui concerne la taxe avec indexation sur l’alcool instituée par le gouvernement dans le budget de 2017: quel est le total des recettes perçues au moyen de cette taxe chaque année depuis 2017?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, les revenus des droits d'accise reflètent l'impact de la taxe avec indexation. Cette dernière, en vigueur depuis le 1er avril 2017, représente l'augmentation annuelle du taux de droit d'accise. Les revenus des droits d'accise sont présentés dans le volume II des Comptes publics, Revenu national, sous la section Revenus.
Voici les revenus totaux des droits d'accise pour les années financières 2017-2018 à 2019-2020.
Selon les Comptes publics du Canada de 2018 disponibles à l’adresse https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2018/vol2/rn-nr/rev-fra.html, pour l’année financière se terminant le 31 mars 2018, soit du 1er avril 2017 au 31 mars 2018, les revenus totaux des droits d’accise se sont élevés 3 504 206 215 $.
Selon les Comptes publics du Canada de 2019 disponibles à l’adresse https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2019/vol2/rn-nr/rev-fra.html, pour l’année financière se terminant le 31 mars 2019, soit du 1er avril 2018 au 31 mars 2019, les revenus totaux des droits d’accise se sont élevés 3 727 618 734 $.
Selon les Comptes publics du Canada de 2020 disponibles à l’adresse https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2020/vol2/rn-nr/rev-fra.html, pour l’année financière se terminant le 31 mars 2020, soit du 1er avril 2019 au 31 mars 2020, les revenus totaux des droits d’accise se sont élevés 3 510 617 737 $.

Question no 504 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne l’engagement du gouvernement de planter deux milliards d’arbres, en se concentrant initialement sur les milieux urbains: a) combien de terrains ont été repérés pour y planter des arbres; b) quels sont les détails relatifs à chaque terrain, y compris (i) son emplacement, (ii) le type de propriétaire (municipalité, propriétaire privé, gouvernement fédéral, etc.), (iii) coût d’achat ou coût d’achat prévu, s’il y a lieu, (iv) espèces d’arbres à planter; c) quelles municipalités ont été pressenties au sujet de la plantation d’arbres en milieu urbain; d) quel est le coût prévu par arbre planté en milieu urbain; e) quel pourcentage de l’ensemble du programme devraient représenter les arbres en milieu urbain?
Response
M. Marc Serré (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada est résolument déterminé à respecter son engagement de planter 2 milliards d’arbres au cours des 10 prochaines années.
Ressources naturelles Canada souhaite mobiliser ceux qui pensent que faire croître des forêts au Canada constitue une mesure fondée sur la nature qui vient soutenir les autres mesures nationales de lutte contre les changements climatiques. Le programme Accroître les forêts canadiennes a récemment lancé deux nouveaux processus, soit un appel de déclaration d’intérêt et une demande de renseignements, pour déterminer le souhait et la capacité des organisations de planter des arbres dans l’ensemble du Canada au cours des années à venir.
Une demande de renseignements auprès des futurs participants a été lancée récemment pour répertorier les organisations intéressées et en savoir davantage sur leur vision et leur capacité de mettre à exécution des projets de plantation d’arbres d’envergure, pendant une année ou pendant plusieurs années à l’échelle du Canada, ou de participer à de tels projets. Cela contribuera à déterminer le concept du programme Accroître les forêts canadiennes, à élaborer les futurs processus pour maximiser la participation au programme et renforcer la collaboration.
Le programme Accroître les forêts canadiennes accordera environ 16 % du financement sous forme de contribution pour la plantation d’arbres dans les régions urbaines et périurbaines, en collaboration avec les municipalités et les organisations qui peuvent mobiliser de vastes groupes communautaires, par exemple, les commissions scolaires, les collectivités autochtones, et d’autres. Les possibilités de plantation d’arbres comprennent notamment l’expansion, l’entretien et la diversification des forêts urbaines, qui peuvent également contribuer à la résilience des collectivités face au changement climatique, en atténuant les risques tels que les dangers accrus d’incendie de forêt.
Des programmes fédéraux existants appuient déjà la plantation d’arbres, alors qu’environ 150 millions de semences devraient être plantées d’ici 2022 par l’entremise du Fonds pour une économie à faibles émissions de carbone, en collaboration avec les provinces et les territoires, et des arbres devraient être plantés par l’entremise du Fonds d’atténuation et d’adaptation en matière de catastrophes, en collaboration avec les collectivités locales. Le gouvernement du Canada continue aussi d’appuyer la campagne de plantation d’arbres le long de l’Autoroute des héros, qui a permis de planter plus de 750 000 arbres sur les 2 millions prévus en Ontario entre Trenton et Toronto.
Dans le cadre de son engagement à appuyer les forêts et le secteur forestier du Canada, le gouvernement du Canada a pris des mesures rapides en raison de la pandémie de COVID-19 en fournissant jusqu’à 30 millions de dollars pour aider les petites et moyennes entreprises du secteur forestier, y compris les exploitations de plantation d’arbres, et défrayer les coûts liés aux mesures de santé et sécurité pour la COVID-19. Ce financement a contribué à assurer le succès de la saison 2020 de plantation d’arbres et la plantation d’environ 600 millions d’arbres, tout en protégeant les travailleurs et les collectivités.

Question no 515 --
M. John Williamson:
En ce qui concerne la Marine royale canadienne (MRC), depuis le 1er janvier 2018: a) combien de fois des Navires canadiens de Sa Majesté de la MRC ont-ils emprunté le détroit de Taïwan dans la mer de Chine méridionale; b) quelles sont les dates de ces transits?
Response
Mme Anita Vandenbeld (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, dans le cadre de sa politique de défense Protection, Sécurité, Engagement, le Canada s’est engagé à être un acteur fiable dans la région Asie-Pacifique par son engagement durable et de solides partenariats.
Les Forces armées canadiennes jouent un rôle actif dans la région grâce à une formation régulière et à des engagements avec des alliés et des partenaires clés. Ces efforts renforcent la capacité du Canada à promouvoir le multilatéralisme et l’ordre international fondé sur des règles, et démontrent son engagement ferme envers la stabilité et la sécurité dans la région Asie-Pacifique.
Dans le cadre de déploiements dans la région, des navires de la Marine royale canadienne traverseront périodiquement le détroit de Taïwan.
Le Canada est déterminé à promouvoir la paix et la sécurité maritimes et à maintenir l’ordre international fondé sur des règles.
Lors de leurs déploiements à l’étranger, les navires des Forces armées canadiennes sont exploités conformément au droit international, y compris à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer.
En réponse aux parties a) et b) de la question, les navires de la Marine royale canadienne ont traversé le détroit de Taïwan dans la mer de Chine méridionale à cinq reprises entre le 1er janvier 2018 et le 10 mars 2021.
Voici les dates de ces passages: 1) les 4 et 5 octobre 2018; 2) les 17 et 18 juin 2019; 3) les 9 et 10 septembre 2019; 4) les 23 et 24 septembre 2019; et 5) les 2 et 3 octobre 2020.

Question no 519 --
M. Dave Epp:
En ce qui concerne l’analyse financière effectuée par le gouvernement: une analyse de l’augmentation de l’endettement des ménages a-t-elle été réalisée depuis 2016, et, le cas échéant, quels étaient les principaux facteurs ayant contribué à l’augmentation de l’endettement des ménages selon les conclusions de l’analyse?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, Statistique Canada a diffusé les résultats de l’Enquête sur la sécurité financière de 2019 le 22 décembre 2020. L’enquête a démontré que presque le tiers, soit 30,2 %, des familles canadiennes étaient sans dettes en 2019, une proportion presque inchangée depuis les résultats de 2016. Pour celles qui étaient endettées, la valeur médiane de leur dette en 2019 était de 79 000 $ par famille, ce qui représentait environ 6 400 $ de moins qu’en 2016 en tenant compte de l’inflation.
Les familles, dans leur ensemble, ont rapporté détenir davantage de dette hypothécaire en 2019, en hausse de 7 milliards de dollars par rapport à 2016. Cependant, la valeur médiane des hypothèques pour les familles qui en avaient une a chuté au cours de la même période de 201 200 $ à 190 000 $. Le niveau de la dette non hypothécaire est demeuré inchangé entre 2016 et 2019, une valeur médiane de 20 000 $.
Les détails se trouvent à l’adresse https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/201222/dq201222b-fra.htm.

Question no 523 --
Mme Kelly Block:
En ce qui concerne les employés du gouvernement, ventilés par ministère, organisme, société d’État ou autre entité gouvernementale: combien et quel pourcentage des employés travaillaient à la maison en date du (i) 1er mars 2020, avant la pandémie, (ii) 1er mars 2021?
Response
M. Greg Fergus (secrétaire parlementaire du premier ministre, du président du Conseil du Trésor et de la ministre du Gouvernement numérique, Lib.):
Monsieur le Président, la santé et la sécurité physiques et psychologiques des employés restent une priorité absolue pour le gouvernement du Canada. Le gouvernement du Canada continue à être guidé par les conseils et les directions des autorités de santé publique, y compris l'administrateur en chef de la santé publique du Canada, et par les directives des provinces, des territoires et des villes. Bien que la pandémie de COVID-19 présente des défis permanents pour les Canadiens et pour la fonction publique, le gouvernement s'est engagé collectivement et avec succès dans la gestion de COVID-19 dans le cadre de ses activités courantes et de la prestation continue de programmes et de services clés aux Canadiens.
Les autorités de santé publique ont signalé que les exigences en matière d'éloignement physique doivent rester en place; ainsi, de nombreux employés de la fonction publique fédérale de partout au pays continueront de travailler à distance et de manière efficace dans un avenir prévisible afin de continuer à offrir des programmes et des services clés aux Canadiens. Les informations concernant les fonctionnaires qui travaillent à domicile ne sont pas systématiquement suivies dans une base de données centralisée.
Les sous-ministres et les autres administrateurs généraux des organisations de la fonction publique fédérale prennent des décisions concernant l'accès aux lieux de travail et les protocoles de sécurité nécessaires en se fondant sur des directives pangouvernementales, en tenant compte de la situation locale en matière de santé publique, des exigences opérationnelles de chaque organisation et de la nature du travail. L'accès des employés aux lieux de travail fédéraux varie d'une organisation à l'autre, en fonction des exigences opérationnelles.
Le gouvernement du Canada s'engage à soutenir les employés, que ce soit physiquement sur le lieu de travail ou à domicile. Ensemble et séparément, le gouvernement continuera à fournir les informations, les conseils, les programmes et les services dont les Canadiens ont besoin.

Question no 524 --
Mme Kelly Block:
En ce qui concerne les statistiques gouvernementales sur les répercussions de la pandémie sur le nombre de femmes sur le marché du travail: quelles sont les estimations du gouvernement pour le nombre de femmes, au total, (i) qui avaient un emploi avant la pandémie, en date du 1er mars 2020, (ii) qui ont actuellement un emploi, (iii) qui ont quitté la population active depuis le début de la pandémie de COVID-19?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, selon les estimations de l’Enquête sur la population active, il y avait 8 733 600 femmes employées au Canada en février 2021, comparativement à 9 082 500 en février 2020, 12 mois plus tôt, soit une diminution de 348 900 ou -3,8 %. Au cours de la même période, le nombre de femmes sur le marché du travail, c’est-à-dire qui étaient employées ou au chômage, a diminué de 73 700, ou -0,8 %.
La source se trouve sur le site de Statistique Canada, Caractéristiques de la population active, données mensuelles désaisonnalisées et la tendance-cycle, 5 derniers mois, à l’adresse https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410028701&request_locale=fr.

Question no 526 --
Mme Jag Sahota:
En ce qui concerne la déclaration parue dans le Toronto Star du directeur des communications de la ministre du Travail, « EDSC-Travail a mis sur pied une équipe chargée de cette tâche et a pris des mesures pour en renforcer les capacités », au sujet de l’interdiction d’importer des biens qui sont le produit de travail forcé: a) qui sont les membres de l’équipe; b) à quelle date l’équipe a-t-elle été mise sur pied; c) combien de réunions l’équipe a-t-elle eues et à quelles dates s’est-elle réunie; d) quel est le mandat de l’équipe; e) combien d’évaluations proactives des chaînes d’approvisionnement l’équipe a-t-elle entreprises; f) combien de plaintes réactives ont été reçues et ont donné lieu à une enquête; g) quelle a été la conclusion de chacune des enquêtes en e) et f)?
Response
M. Anthony Housefather (secrétaire parlementaire de la ministre du Travail, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, un certain nombre de fonctionnaires du Programme du travail d’Emploi et Développement social Canada, ou EDSC, travaillent sur la question du travail forcé. Ces fonctionnaires font partie de la Direction des affaires internationales et intergouvernementales du travail, ou AIIT. L’équipe qui s’affaire sur le travail forcé comprend des agents des politiques, des analystes des politiques et des gestionnaires, sous la supervision d’un directeur.
En ce qui a trait à la partie b) de la question, l’interdiction de l’importation de biens issus du travail forcé découle d’une obligation de l’Accord Canada-États-Unis-Mexique qui est entré en vigueur le 1er juillet 2020. L’équipe qui effectue la recherche et l’analyse des chaînes d’approvisionnement problématiques est intégrée dans une division existante d’AIIT. Elle travaille à l’élaboration d’une approche et à la mise en place de mécanismes qui permettront au Canada de s’attaquer à la question des importations de biens produits par du travail forcé. Depuis, d’autres membres de l’équipe d’AIIT ont également entrepris des recherches et des analyses sur les chaînes d’approvisionnement problématiques.
Concernant la partie c) de la question, des réunions et des conversations sur la question du travail forcé et des chaînes d’approvisionnement problématiques ont lieu régulièrement depuis plusieurs mois, dans divers formats et à différents niveaux. Étant donné qu’il s’agit d’une initiative nouvelle, des réunions ont eu lieu et continuent d’être tenues pour rendre opérationnelle l’interdiction d’importation de biens issus du travail forcé, pour assurer la coordination avec les autres ministères fédéraux concernés et pour discuter des approches de recherche et d’analyse.
Pour ce qui est de la partie d) de la question, la principale responsabilité de l’équipe est d’examiner les allégations selon lesquelles des chaînes d’approvisionnement ont recours à du travail forcé. Après avoir examiné une allégation, l’équipe du Programme du travail d’EDSC effectue des recherches et des analyses, et prépare des rapports factuels en vue d’établir la probabilité qu’un chargement précis contienne des biens issus du travail forcé.
Concernant la partie e) de la question, il faut de référer à la réponse de la partie g)
Concernant la partie f) de la question, il faut se référer à la réponse de la partie g)
En réponse à la partie g) de la question, bien que le Programme du travail d’EDSC mène des recherches proactives sur les chaînes d'approvisionnement dans la région du Xinjiang, il s'engage à examiner et à compléter ses recherches et analyses de diligence raisonnable sur toutes les allégations reçues par l'Agence des services frontaliers du Canada.

Question no 527 --
Mme Jag Sahota:
En ce qui concerne les statistiques gouvernementales sur les répercussions de la pandémie sur les employés syndiqués au Canada: combien d’employés syndiqués, au total, (i) avaient un emploi au début de la pandémie de COVID-19 ou en date du 1er mars 2020, (ii) ont actuellement un emploi, (iii) ont quitté la population active depuis le début de la pandémie de COVID-19?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, selon les estimations de l’Enquête sur la population active, il y avait 4 992 000 employés syndiqués au Canada en février 2021, comparativement à 4 930 700 en février 2020, soit une augmentation de 61 300 ou +1,2 %. Notons que que l’Enquête sur la population active ne recueille pas d’information sur l’ancien statut de couverture syndicale des personnes qui ne font plus partie de la population active, c’est-à-dire les personnes qui ne sont pas employées ou au chômage.
La source se trouve à Statistique Canada. Tableau 14-10-0069-01 Couverture syndicale selon l'industrie, données mensuelles non désaisonnalisées (x 1 000) à l’adresse https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410006901&request_locale=fr.

Question no 529 --
M. John Barlow:
En ce qui concerne les statistiques du gouvernement relatives aux effets de la pandémie sur la main-d’œuvre, depuis le 1er mars 2020: combien de Canadiens ont vu leurs (i) heures de travail réduites, (ii) revenus réduits, depuis le début de la pandémie de COVID-19?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, selon l’Enquête sur la population active, en février 2021, comparativement à 12 mois plus tôt, il y avait 406 000 personnes de plus, soit +50 %, qui travaillaient moins de la moitié de leurs heures habituelles pour des raisons probablement liées à la COVID-19. L’Enquête sur la population active ne permet pas de déterminer si les gains d’une personne ont changé au fil du temps. Toutefois, les renseignements suivants sur le nombre d’employés selon diverses tranches salariales ont été communiqués lors de la diffusion des données de février 2021 de l’Enquête sur la population active:
Juste avant le début de la pandémie en février 2020, environ le quart de tous les employés au Canada gagnaient 17,50 $ l'heure ou moins, tandis qu'un quart d'entre eux gagnaient plus de 36 $ l'heure. Ces tranches de salaires aident à comprendre les effets persistants de la COVID-19 sur les travailleurs faiblement rémunérés et les travailleurs mieux rémunérés.
Le nombre d'employés gagnant 17,50 $ l'heure ou moins a augmenté de 203 000 en février, selon les données non désaisonnalisées. Cela a contrebalancé en partie la baisse de 321 000 observée en janvier et a coïncidé avec le redressement de l'emploi observé en février dans les secteurs du commerce de détail et des services d'hébergement et de restauration, où les salaires moins élevés sont plus fréquents.
En février 2021, le nombre d'employés dans cette tranche de salaires avait diminué de 791 000, ou -19,7 %, par rapport à 12 mois plus tôt. Près des deux tiers des baisses, ou 63,6 %, ont touché les femmes, et tous les groupes d'âge ont enregistré des diminutions semblables. Les jeunes hommes ont été bien moins touchés par la baisse, soit -82 000 ou -11,4 %, que les jeunes femmes, soit -178 000 ou -20,9 %, selon les données non désaisonnalisées.
En revanche, 410 000 employés de plus, soit +10,3 %, gagnaient plus de 36 $ l'heure en février comparativement à un an plus tôt, selon les données non désaisonnalisées. Le nombre d'employés dans cette tranche de salaires élevés a suivi une tendance à la hausse pendant l'été et au début de l'automne 2020, avant de se stabiliser au cours des derniers mois et de rester à peu près inchangé en février, selon les données non désaisonnalisées.
Le graphique 6 - La reprise de l'emploi est la plus lente chez les employés les plus faiblement rémunérés, se trouve au lien suivant: www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/210312/cg-a006-fra.htm
La source se trouve dans l’Enquête sur la population active de février 2021, Le Quotidien www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/210312/dq210312a-fra.htm et les indicateurs supplémentaires de l’Enquête sur la population active utilisés dans l’analyse de février 2021.

Question no 530 --
M. John Barlow:
En ce qui concerne les statistiques gouvernementales relatives aux effets de la pandémie sur les étudiants de niveau postsecondaire: combien d’étudiants de niveau postsecondaire, au total, (i) avaient un emploi au début de la pandémie de COVID-19 ou au 1er mars 2020, (ii) ont un emploi à l’heure actuelle, (iii) ont quitté le marché du travail depuis le début de la pandémie de COVID-19?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, selon les estimations de l’Enquête sur la population active, il y avait 1 019 000 étudiants âgés de 15 à 24 ans occupant un emploi en février 2021, comparativement à 1 199 700 en février 2020, soit une diminution de 180 800, ou -15,1 %, selon les données non désaisonnalisées. Au cours de la même période, le nombre d’étudiants sur le marché du travail, c’est-à-dire ayant un emploi ou sans emploi, a diminué de 77 300, ou -5,8 % selon les données non désaisonnalisées. Il est à noter que ces données ne font pas de distinction entre le type d’école, secondaire et postsecondaire.
La source est Statistique Canada. Tableau 14-10-0021-01 Taux de chômage, taux d'activité et taux d'emploi selon le genre d'étudiant durant les mois d'étude, données mensuelles non désaisonnalisées, disponible à l’adresse www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410002101&request_locale=fr.

Question no 532 --
M. John Barlow:
En ce qui concerne les statistiques du gouvernement relatives à l’incidence de la pandémie sur l’emploi des professionnels travaillant dans le secteur de la fabrication au Canada: en tout, combien de professionnels de la fabrication, (i) étaient employés au début de la pandémie de COVID-19, ou en date du 1er mars 2020, (ii) sont actuellement employés, (iii) ont quitté le marché du travail depuis le début de la pandémie de COVID-19?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, selon les estimations de l’Enquête sur la population active, 1 746 900 personnes travaillaient dans l’industrie manufacturière en février 2021, soit pratiquement le même nombre qu’en février 2020, soit 1 747 200.
La source est Statistique Canada. Tableau 14-10-0355-01 Emploi selon l'industrie, données mensuelles désaisonnalisées et non désaisonnalisées, et tendance-cycle, 5 derniers mois (x 1 000) disponible à l’adresse (www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410035501&request_locale=fr.

Question no 540 --
Mme Leah Gazan:
En ce qui concerne le paiement d’une somme ponctuelle allant jusqu’à 300 $ par enfant et le changement temporaire subséquent à la formule de calcul de l’Allocation canadienne pour enfants: a) le gouvernement a-t-il évalué le nombre supplémentaire de familles qui recevraient le paiement et dont le revenu familial net est au-dessus du seuil établi dans la formule précédente et, si tel est le cas, quel est le résultat de cette évaluation; b) le gouvernement a-t-il évalué le coût supplémentaire associé au paiement du montant maximal de 300 $ par enfant aux familles dont le revenu familial net est au-dessus du seuil établi dans la formule précédente et, si tel est le cas, quel en est le coût estimatif; c) quelle méthode a été utilisée pour le changement temporaire à la formule?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’ analyse de l’ARC a déterminé que 265 000 familles supplémentaires dont le revenu familial net était supérieur au seuil de la formule précédente recevaient le versement unique d’au plus 300 $ par enfant.
En ce qui concerne la partie b) cette même analyse mentionné dans la partie b) a également déterminé que les familles dont le revenu net était supérieur au seuil de l’ancienne formule recevaient des versements totalisant près de 88 millions de dollars.
Pour ce qui est de la partie c) l’Allocation canadienne pour enfants, ou ACE, est régie par l’article 122.6 de la Loi de l’impôt sur le revenu. L’article 122.6 de la Loi est modifié de temps à autre pour refléter les changements dans le calcul de prestations. La Loi a été modifiée en 2020 pour ajouter l’article 1.01 afin d’inclure le versement unique de l’ACE dans le calcul du mois de mai 2020, comme suit:
COVID-19 — somme additionnelle
(1.01) Si le mois visé au paragraphe (1) est le mois de mai 2020, chaque somme exprimée en dollars visée aux alinéas a) et b) de l’élément E de la formule figurant au paragraphe (1), telle que rajustée en vertu du paragraphe (5), est réputée être égale pour ce mois au total de cette somme et d’une somme additionnelle de 3 600 $. Il est entendu que le rajustement visé au paragraphe (5) ne s’applique pas à l’égard de cette somme additionnelle.
Le montant maximal annuel total par enfant, quel que soit son âge, a été augmenté de 300 $ pour les enfants admissibles au versement de mai 2020.
Les montants ont été augmentés pour le mois de mai comme suit: pour chaque enfant admissible de moins de 6 ans: 6 639 $ plus 3 600 $, pour un total de 10 239 $; pour chaque enfant admissible âgés de 6 à 17 ans: 5 602 $ plus 3 600 $, pour un total de 9 202 $
Le montant de 3 600 $ réparti sur 12 mois équivaut à 300 $ pour le mois de mai 2020.
Aucun changement n’a été apporté au seuil ou aux taux d’élimination.

Question no 541 --
M. Matthew Green:
En ce qui concerne la décision de l’ARC de suspendre temporairement, à compter de mars 2020, les programmes et services de « vérifications à risque élevé », « grandes entreprises internationales », « observation des contribuables à valeur nette élevée », « vérification de la TPS/TVH des grandes entreprises », « vérification des transactions complexes », « vérification des actions accréditives » et « programme de dénonciateurs de l’inobservation fiscale à l’étranger », ventilé par chacun des programmes et services mentionnés, par mois, depuis mars 2020 jusqu’au rétablissement des services de vérification, et par niveau de risque d’inobservation: a) quelle est la proportion de vérifications suspendues par rapport à l’ensemble des vérifications; b) parmi les vérifications en a), quelle est la proportion de vérifications encore suspendues par rapport au total des vérifications qui ont été reprises; c) quelles étaient les tâches effectuées par les auditeurs pendant la période de suspension; d) combien de dossiers ont été fermés; e) pour les dossiers fermés en d), quelle était la durée moyenne du traitement d’un dossier avant que l’on décide de le fermer; f) parmi les dossiers fermés en d), (i) combien ont fait l’objet d’un avis de cotisation, (ii) combien ont été transférés au programme d’enquêtes criminelles; g) quel a été le changement dans le nombre de vérificateurs, exprimé en équivalent temps plein?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a), b), d), e), f)(i) et g), en raison de la pandémie de COVID-19, plusieurs programmes ont été temporairement interrompus durant la période demandée puisqu’ils n’étaient pas jugés comme des services critiques. Les charges de travail des employés ont donc été remplacées par des services critiques. L’ARC n’est pas en mesure de fournir les données qui sont demandées, car elle n’a pas créé d’indicateur de système visant à déterminer quels dossiers ont été mis en suspens en raison des interruptions liées à la COVID-19. Depuis le début de la pandémie, l’ARC a travaillé à la conception et à la mise en œuvre des programmes de prestation liées à la COVID-19. L’ARC a également réaffecté plusieurs vérificateurs afin de contribuer aux activités de vérification liées à ces nouveaux programmes. Compte tenu de la pandémie de COVID-19 et de la redistribution des charges de travail, le volume de dossiers faisant l’objet d’une vérification par l’ARC est plus faible que prévu.
En réponse à la partie c) de la question, en raison de la pandémie de COVID-19, plusieurs programmes ont été temporairement interrompus puisqu’ils n’étaient pas jugés comme des services critiques. Les charges de travail des employés ont été remplacées par des services critiques, tels que les programmes de prestations liés à la COVID-19, les activités des centres d’appels liées à la COVID-19 et les activités d’exploitation. Les activités de vérification se sont poursuivies tout au long de la pandémie, mais elles étaient limitées aux vérifications à risque élevé et aux circonstances exceptionnelles.
En réponse à la partie f)(ii) de la question, entre le 1er avril 2020 et le 31 décembre 2020, selon les données les plus récentes disponibles, 40 renvois des programmes de vérification de l’ARC au Programme des enquêtes criminelles de l’ARC ont eu lieu. Nous ne pouvons pas fournir une ventilation des renvois de chaque programme de la manière demandée étant donné que les systèmes de l’ARC ne permettent pas d’assurer le suivi de ce niveau de détail.

Question no 543 --
Mme Leah Gazan:
En ce qui concerne la surveillance de la conformité de la Subvention salariale d’urgence du Canada depuis sa création, ventilé par niveau de risque de non-respect de la législation fiscale et par secteur d’activité: a) combien de demandes ont été (i) approuvées, (ii) rejetées; b) parmi les demandeurs en a), combien d’entreprises ont une ou des filiales établies dans des États jugés préoccupants par l’Agence du revenu du Canada (ARC); c) l’ARC a-t-elle vérifié si les entreprises en b) ont une ou des filiales dans des États préoccupants et, si non, pourquoi pas; d) combien d’entreprises ont reçu des trop-payés attestés; e) parmi les entreprises en d), quelle est la valeur totale de ces trop-payés; f) l’ARC a-t-elle fait le recoupement des données entre les entreprises ayant reçu un trop-payé et celles ayant une ou plusieurs filiales établies dans des États préoccupants et, le cas échéant, quelle est la valeur totale de ces trop-payés versés à des entreprises ayant une ou plusieurs filiales dans des États préoccupants?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, les données de vérification du programme de Subvention salariale d'urgence du Canada, ou SSUC, sont des renseignements de nature très délicate. Le fait de fournir des renseignements détaillés sur le nombre exact de vérifications prévues ou effectuées pour un programme d’observation donné pourrait encourager certains contribuables à prendre des raccourcis et des positions abusives dans le but d’éviter d’être repérés.
En réponse à la partie a) de la question, le nombre total de demandes pour la SSUC qui ont été approuvées est disponible sur le site Web de l’ARC à la page intitulée Demandes à ce jour – Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) à l’adresse www.canada.ca/fr/agence-revenu/services/subvention/subvention-salariale-urgence/ssuc-statistiques.html. En date du 7 mars 2021, 10 670 demandes initiales du SSUC ont été annulées ou rejetées, c'est-à-dire refusées. De ce chiffre, 7 202 ont été annulées, et 3 650 ont été rejetées.
Concernant les parties b), c) et f), l’ARC ne recueille pas le nombre de sociétés demanderesses de la SSUC qui ont une ou des filiales dans des administrations étrangères préoccupantes de la manière dont les renseignements sont demandés pour ce programme de prestation. La majorité des contribuables qui sont susceptibles d’avoir une ou des filiales dans des administrations étrangères préoccupantes n’ont pas encore produit leur déclaration de revenus des sociétés et toutes les déclarations de renseignements connexes couvrant les périodes admissibles pour lesquelles les demandes de SSUC ont été présentées. Par conséquent, l’ARC appliquera ses systèmes d’évaluation du risque à ces déclarations de revenus requises et elle relèvera les contribuables présentant le risque le plus élevé pour ses programmes d’observation de base et pour son programme de vérification après paiement de la SSUC, ce qui peut comprendre un examen des filiales se trouvant dans des administrations étrangères préoccupantes en fonction des risques liés à l’observation qui sont décelés.
En règle générale, l’ARC utilise en effet la présence de filiales se trouvant dans des administrations étrangères préoccupantes comme un facteur de risque lors de la sélection des dossiers à des fins de vérification.
Pour ce qui est de la partie d), les activités d’observation sont toujours en cours. Un avis de détermination sera envoyé aux contribuables lorsqu’il est déterminé, à la suite d’une vérification après paiement, que les demandes des contribuables devraient être réduites ou refusées.
Concernant la partie e) de la question, comme il a été mentionné, les activités d’observation sont en cours et il est trop tôt pour établir un rapport à cet égard. Toutefois, le montant total qui a été refusé par l’entremise de demandes rejetées en totalité ou en partie était d’un peu plus de 800 millions de dollars en date du 22 mars 2021.

Question no 550 --
Mme Shannon Stubbs:
En ce qui concerne la promesse du gouvernement faite lors de la campagne électorale de 2019 de planter deux milliards d’arbres: a) combien d’arbres ont été plantés à ce jour; b) quel est le nombre d’arbres plantés à ce jour, ventilé par (i) province, (ii) municipalité ou lieu géographique?
Response
M. Marc Serré (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada est résolument déterminé à respecter son engagement de planter 2 milliards d’arbres au cours des 10 prochaines années.
Ressources naturelles Canada souhaite mobiliser ceux qui pensent que faire croître des forêts au Canada constitue une mesure fondée sur la nature qui vient soutenir les autres mesures nationales de lutte contre les changements climatiques. Le programme Accroître les forêts canadiennes a récemment lancé deux nouveaux processus, soit un appel de déclaration d’intérêt et une demande de renseignements, pour déterminer le souhait et la capacité des organisations de planter des arbres dans l’ensemble du Canada au cours des années à venir.
Une demande de renseignements auprès des futurs participants a été lancée récemment pour répertorier les organisations intéressées et en savoir davantage sur leur vision et leur capacité de mettre à exécution des projets de plantation d’arbres d’envergure, pendant une année ou pendant plusieurs années à l’échelle du Canada, ou de participer à de tels projets. Cela contribuera à déterminer le concept du programme Accroître les forêts canadiennes, à élaborer les futurs processus pour maximiser la participation au programme et renforcer la collaboration.
Des programmes fédéraux existants appuient déjà la plantation d’arbres, alors qu’environ 150 millions de semences devraient être plantées d’ici 2022 par l’entremise du Fonds pour une économie à faibles émissions de carbone, en collaboration avec les provinces et les territoires, et des arbres devraient être plantés par l’entremise du Fonds d’atténuation et d’adaptation en matière de catastrophes, en collaboration avec les collectivités locales. Le gouvernement du Canada continue aussi d’appuyer la campagne de plantation d’arbres le long de l’Autoroute des héros, qui a permis de planter plus de 750 000 arbres sur les 2 millions prévus en Ontario entre Trenton et Toronto.
Dans le cadre de son engagement à appuyer les forêts et le secteur forestier du Canada, le gouvernement du Canada a pris des mesures rapides en raison de la pandémie de COVID-19 en fournissant jusqu’à 30 millions de dollars pour aider les petites et moyennes entreprises du secteur forestier, y compris les exploitations de plantation d’arbres, et défrayer les coûts liés aux mesures de santé et sécurité pour la COVID-19. Ce financement a contribué à assurer le succès de la saison 2020 de plantation d’arbres et la plantation d’environ 600 millions d’arbres, tout en protégeant les travailleurs et les collectivités.
Advisory bodiesAlbas, DanAlcoholic beveragesAudits and auditorsBarlow, JohnBenefits for childrenBlock, KellyCanada Emergency Response BenefitCanada Emergency Wage SubsidyCanada Revenue AgencyChampagne, François-Philippe ...Show all topics
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 394--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to Canadian International Trade Tribunal (CITT) hearings since January 1, 2016: (a) how many times has the government hired external legal representation for CITT hearings, broken down by case (or by department represented if there's an issue of confidentiality) and date of hire; (b) what is the cost associated with the hiring of external legal representation, broken down by case (or by department represented if there's an issue of confidentiality) and date of hire; and (c) what is the cost associated with internal legal representation, broken down by case (or by department represented if there's an issue of confidentiality)?
Response
Hon. David Lametti (Minister of Justice and Attorney General of Canada, Lib.):
Mr. Speaker, with respect to the amount spent on legal matters brought before the Canadian International Trade Tribunal, CITT, since January 1, 2016, to the extent that the information that has been requested is or may be protected by any legal privileges, including solicitor-client privilege, the federal Crown asserts those privileges. In this case, it has waived only solicitor-client privilege, and only to the extent of revealing the total legal costs, as defined below.
The total legal costs, actual and notional costs, associated with matters brought before the CITT since January 1, 2016, amount to approximatively $8,105,000. These cases raise a variety of issues falling within the mandate of the CITT, including customs or excise tax matters, complaints by potential suppliers concerning procurement by the federal government, as well as issues arising under the Special Import Measures Act. In most of these files, the Crown did not initiate the proceedings but rather acted as a defendant or respondent. The services concerned are litigation services and litigation support services provided throughout the life of the file, not solely hearings, at the CITT level. They do not include services provided at other stages, for example at the Federal Court of Appeal, if the CITT decision is challenged. Most of these files are handled by Department of Justice, JUS, lawyers. JUS lawyers, notaries and paralegals are salaried public servants, and therefore no legal fees are incurred for their services. A “notional amount” can, however, be provided to account for the legal services they provide. The notional amount is calculated by multiplying the total hours recorded in the responsive files for the relevant period by the applicable approved legal services hourly rates. Actual costs represent the file-related disbursements paid by JUS and then cost-recovered from the client departments or agencies. The total legal costs, actual and notional costs, associated with files handled by JUS lawyers amount to approximatively $7,004,000. The balance, of approximatively $1,101,000, represents the costs associated with files handled by external legal agents. The Government of Canada has hired external legal agents for CITT matters 17 times since January 1, 2016.
The total legal costs, actual and notional costs, associated with files handled by JUS lawyers are based on information currently contained in JUS systems as of February 11, 2021. The costs associated with files handled by external legal agents are based on invoices received from them and taxed by JUS as of February 25, 2021. It was not possible, given the scale of the request and the applicable deadlines, to consult all the departments and agencies responsible for these cases. The amounts provided in this response should therefore be read as approximate.

Question No. 396--
Mr. John Brassard:
With regard to Transport Canada and flight crew and pilot ‘sit time’ for medical purposes and wait time for licenses: (a) how many licensed pilots are currently medically unfit to pilot an aircraft; (b) how many flight crew personal, excluding pilots, are currently unfit to fly; (c) how many licensed pilots and flight crew have completed the two-year ‘sit time’ and have been waiting (i) for three months for paperwork to be completed so they can return to work, (ii) for six months for paperwork to be completed so they can return to work, (iii) longer that six months for paperwork to be completed so they can return to work; and (d) how many pilot licenses are waiting to be signed by Transport Canada?
Response
Hon. Omar Alghabra (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, in response to part (a), there are 170 pilots who are currently listed as medically unfit to pilot an aircraft in Transport Canada civil aviation’s, TCCA, licensing system.
In response to parts (b) and (c), flight crew, according to the definition in Canadian aviation regulations 100.01, “means a crew member assigned to act as pilot or flight engineer of an aircraft during flight time”. TCCA does not have data about cabin crew members, e.g. flight attendants, as they do not require Transport Canada, TC, medical certification to perform their duties.
Generally, pilots are not waiting on TC to complete licence paperwork in order to return to work. There are currently various COVID-19-related exemptions in place, which allow for pilots to continue using their current credentials to fly while waiting for licence paperwork to be completed.
TC civil aviation medicine, CAM, was one of the first branches at the outset of the COVID-19 pandemic to develop exemptions to keep aviators and controllers working without interruption. These CAM exemptions, which were issued in spring 2020 and remain in force, enable renewal of aviation medical certificates, MCs, for pilots, flight engineers and air traffic controllers, while reducing the need for face-to-face medical examinations and the regulatory demand for scarce medical resources. These exemptions allow renewal by attestations and telemedicine consultations. Regular in-person assessments also remain available for renewals and new MC applications.
These processes are consistent with the acceptable renewal options permitted by the International Civil Aviation Organization during the COVID-19 pandemic. These exemptions optimize the use of attestations, i.e., self-declaration, and telemedicine to enable low-risk MC holders to be renewed immediately, i.e., no waiting period. Furthermore, civil aviation medical examiners remain able to renew MC in-office at their discretion.
These renewal options have been successful in enabling the vast majority of pilots, flight engineers and air traffic controllers to retain their aviation MCs without interruption throughout the pandemic.
While the exemptions have proven highly successful in ensuring that aviation MC holders remain certified, COVID-related disruptions to CAM administrative processes, caused by factors such as mail delivery slowdowns and government building lockdowns, have resulted in a significant lag in data entry related to MCs, including for MC holders who have remained fully certified throughout COVID. Thus, the CAM database is not able to provide the data requested.
Furthermore, the data requested would be inaccurate, since the database also includes MC holders who have voluntarily allowed their MCs to expire, which is not necessarily indicative of a licensed pilot being medically unfit to pilot an aircraft.
In response to part (d), if pilots fall within the parameters specified in the exemptions, they may continue to work with expired aviation document booklets as permitted/specified in the exemptions. If pilots are not covered by any of the exemptions, aviation document booklets continue to be issued in these rare cases, provided that the individual is in adherence to the regulations.

Question No. 397--
Ms. Sylvie Bérubé:
With regard to the implementation of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples: has the government, in consultation and cooperation with Indigenous peoples, other federal ministers and the provinces, started to develop an action plan to achieve the objectives of the Declaration and, if so, does this action plan include (i) measures to combat injustices, (ii) measures to combat prejudice, (iii) measures to eliminate all forms of violence and discrimination, including systemic discrimination, facing Indigenous peoples, as well as Indigenous seniors, youth, children, women and men, Indigenous people with disabilities and gender-diverse or two-spirit Indigenous people, (iv) measures to promote mutual respect and understanding and good relations, including through human rights training, (v) review or oversight measures, (vi) recourse avenues, (vii) redress measures, (viii) other accountability measures respecting the implementation of the Declaration, (ix) measures to follow up on its implementation, assess it and modify it?
Response
Hon. David Lametti (Minister of Justice and Attorney General of Canada, Lib.):
Mr. Speaker, Bill C-15, an act respecting the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, was introduced on December 3, 2020 and is currently at the second reading stage in the House of Commons. The introduction of Bill C-15 was a key milestone to support the implementation of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples in Canada. While the bill continues to advance through the legislative process, the government has begun preliminary discussions with indigenous peoples to determine the best path forward for the development of the action plan.
As written, this bill would require that the action plan include, at a minimum, measures to address injustices, combat prejudice and eliminate all forms of violence and discrimination against indigenous peoples; to promote mutual respect and understanding, through human rights education; and to develop monitoring, oversight or other accountability measures with respect to the implementation of the declaration.
It is important to note that Bill C-15 requires preparation and completion of the action plan as soon as practicable, but no later than three years after the day of coming into force, recognizing that the development of an initial action plan in collaboration with first nations, Inuit and Métis partners should take adequate, but not indefinite, time.

Question No. 398--
Mrs. Stephanie Kusie:
With regard to statistics held by the government related to the Pleasure Craft Operator Card (PCOC) and reported pleasure craft incidents: (a) how many reported incidents took place each year on Canadian waters since 1999 (or as far back as PCOC statistics are available), broken down by type of incident (accident, injury, fine, etc.); and (b) what is the breakdown of (a) by (i) how many involved an operator with a PCOC, (ii) how many involved rented watercraft?
Response
Hon. Omar Alghabra (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, the department does not have a mechanism in place for mandatory reporting of incidents involving pleasure craft. The pleasure craft operator competency database only holds information related to the person who obtained a pleasure craft operator card; it does not track incidents.

Question No. 402--
Mr. Scot Davidson:
With regard to the agreements between the government and the companies providing the COVID-19 vaccine: (a) on what date did the government ask each of these companies to manufacture those vaccines in Canada, broken down by company; and (b) what was the response of each company, and the rationale provided?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement, Lib.):
Mr. Speaker, a negotiation team was assembled in June 2020, led by Public Services and Procurement Canada, to initiate negotiations with leading vaccine suppliers. During these early engagements, both Public Services and Procurement Canada and the Public Health Agency of Canada raised domestic options for manufacturing vaccines. The specific details of the negotiations cannot be disclosed as it is confidential commercial information.
After reviewing the options, the manufacturers concluded that biomanufacturing capacity in Canada at the time of contracting was too limited to justify the investment of capital and expertise required to start manufacturing in Canada.

Question No. 405--
Mr. Xavier Barsalou-Duval:
With regard to confidential documents: what is the government’s disclosure policy?
Response
Mr. Greg Fergus (Parliamentary Secretary to the Prime Minister, to the President of the Treasury Board and to the Minister of Digital Government, Lib.):
Mr. Speaker, the security categorization of documents and the disclosure of documents are addressed through separate policies and processes.
With respect to security categorization, the directive on security management, www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-eng.aspx?id=32614, standard on security categorization, www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-eng.aspx?id=32614, requires government institutions to assign security categories to information according to the degree of injury that could result if it were compromised. For instance, if unauthorized disclosure could cause injury to the national interest, the information is categorized as “classified” information, i.e., confidential, secret or top secret. Similarly, if information could cause injury outside the national interest, then this information is categorized as “protected” information, i.e., protected A, protected B or protected C, as defined in the standard on security categorization.
With respect to disclosure, government institutions release information through a variety of means, such as by responding to requests submitted under the Access to Information Act. While the security category of a document may indicate the sensitivity of its contents, documents requested under the act may not be withheld on the basis of their security category alone. When a classified document is requested under the act, the government institution processes it like any other document, by conducting a line-by-line review to determine whether any of the exemptions or exclusions listed in the act should be applied to the information contained in the document.
Under the policy on service and digital, www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-eng.aspx?id=32603, government institutions are also required to maximize and prioritize the release of departmental information and data as an open resource on the Open Government portal, https://open.canada.ca/en, while respecting information security, privacy, and legal considerations.

Question No. 406--
Mr. Xavier Barsalou-Duval:
With regard to the Canadian Security Intelligence Service, since 1993: has the Service signed an information-sharing agreement with the Sûreté du Québec, and, if so, what is the content of that agreement?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, Lib.):
Mr. Speaker, for the purpose of performing its duties and functions under the Canadian Security Intelligence Service Act, CSIS may, with approval of the minister, enter into an arrangement or otherwise co-operate with any department of the Government of Canada or the government of a province or any department thereof, or any police force in a province, with the approval of the minister responsible for policing the province.
Given its mandate and specific operational requirements, CSIS does not generally disclose details related to operational activity, including its information-sharing arrangements.

Question No. 411--
Mr. Michael D. Chong:
With regard to the Prime Minister’s comments on February 16, 2021 about “not applying it to things that don’t meet the very clear internationally recognized criteria around genocide” in reference to not designating the treatment of the Uyghurs by the Chinese government as genocide: what specific criteria has not been met that is preventing the government from declaring it a genocide?
Response
Mr. Robert Oliphant (Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers.
The Government of Canada has been clear in the view that human rights violations are occurring against Uighurs. The nature and scale of the violations by Chinese authorities in Xinjiang, under the pretext of countering extremism, are deeply disturbing. Our government is gravely concerned about the existence of a large network of “political re-education” camps where credible reports indicate that over a million people have been arbitrarily detained. We are also deeply concerned by the reports of mass separation of children from their parents.
There are severe restrictions on freedom of religion or belief and the freedoms of movement, association and expression as well as on Uighur culture. Widespread surveillance disproportionately continues to target Uighurs and other minorities. More reports are emerging of forced labour and forced birth control, including sterilization. Actions by the Chinese government are contrary to its own constitution, are in violation of international human rights obligations and are inconsistent with the United Nations’ global counterterrorism strategy.
The Government of the People’s Republic of China denies any and all allegations of human rights abuses against Uighur people and rejects any accountability for wrongdoing, instead casting blame on the victims and those who choose to speak out. Due diligence is needed given mounting evidence that the Chinese government’s systematic ill-treatment of Uighurs and other ethnic minorities in Xinjiang amounts to crimes against humanity and constitutive elements of genocide.
Canada, along with several other countries, has repeatedly called on the Chinese government to allow the Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights and UN Special Procedures immediate, unfettered and meaningful access to Xinjiang. Such access would allow independent experts to assess the extent of the human rights abuses taking place.
Canada continues to review options in addressing the gross violations of human rights taking place in Xinjiang, and understands that the most effective path lies in coordinating with our like-minded partners to maintain pressure and international focus on this issue.
Canada has repeatedly called for an investigation so that impartial experts can observe and report on the situation first-hand. The onus must remain on the Chinese government to demonstrate that human rights abuses have ceased and that its obligations to prevent genocide are being fulfilled. More rigorous and comprehensive investigation and evaluation should occur in co-operation with our allies. Our collective voice, grounded in international law, stands to have the strongest possible impact.
Canada continues to take action in addressing the situation based on the information it has regarding this situation. On January 12, the government announced a comprehensive approach to the human rights situation in Xinjiang, including measures to address forced labour. Canada has repeatedly raised concerns alongside our partners at the UN, including before the UN Human Rights Council, HRC, and at the UN General Assembly. In June 2020, during the 44th session of the HRC, Canada and 27 other countries signed a joint statement on the human rights situations in Hong Kong and Xinjiang. At the UN General Assembly Third Committee on October 6, 2020, Canada co-signed, along with 38 other countries, a joint statement on the human rights situations in Xinjiang and Hong Kong.
In coordination with our international partners, we will continue to review available information and consider further options in how we address the situation in Xinjiang. We will continue to work to defend fundamental human rights and freedoms, and to call on China to uphold its international obligations.

Question No. 412--
Mr. Kenny Chiu:
With regard to the processing of student visa applications by Immigration, Refugees and Citizenship Canada (IRCC): (a) has IRCC targeted applications from students of certain countries in order to undergo heightened or additional scrutiny; (b) if the answer to (a) is affirmative, which countries’ applications are receiving additional scrutiny; (c) what is the reason for why each country has been selected for additional scrutiny, broken down by country; and (d) what is the average additional processing time required by IRCC in order to perform the additional scrutiny?
Response
Hon. Marco Mendicino (Minister of Immigration, Refugees and Citizenship, Lib.):
Mr. Speaker, against the threat of potential exploitation of immigration processes by foreign state actors who seek to advance their interests, the Government of Canada leverages a range of tools to protect national security, including from foreign interference actors.
Foreign interference is a serious threat to the security of Canadians. The Canadian Security Intelligence Service, CSIS, has the mandate to investigate such threat activities and uses the full mandate of the CSIS Act in order to investigate, advise on and reduce these threats. The Royal Canadian Mounted Police, RCMP, has a broad, multi-faceted mandate that allows it to investigate and prevent foreign interference on the basis of various laws. Immigration officers are highly trained to examine all evidence presented as part of an immigration application, including admissibility recommendations, before rendering a final decision in line with requirements of the Immigration and Refugee Protection Act.
The Government of Canada takes seriously all allegations of interference by foreign states that would intimidate Canadian communities and applies a whole-of-government approach to protect national security, including from foreign interference actors.
In response to part (a), IRCC does not target applications from students of certain countries in order to undergo heightened or additional scrutiny. All IRCC temporary and permanent residence applications are assessed for security and criminality concerns on a case-by-case basis, based on various indicators.
Since the answer to part (a) is not affirmative, responses are not required for parts (b) through (d).

Question No. 414--
Mr. Pierre Paul-Hus:
With regard to meetings between Public Services and Procurement Canada and either Health Canada or the Public Health Agency of Canada concerning the procurement or production of vaccines since January 1, 2020: what are the details of all such meetings involving officials at the associate deputy minister level or higher or ministers or their exempt staff, including the (i) date, (ii) title of persons in attendance, (iii) agenda items, (iv) summary of decisions made at meeting?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement, Lib.):
Mr. Speaker, since the start of the COVID-19 pandemic, PSPC has been in constant contact with key partners including the Public Health Agency of Canada, PHAC, Health Canada, Industry, Science and Economic Development Canada, ISED, Global Affairs Canada, the COVID Vaccine Task Force and others to plan and execute the procurement of personal protective equipment and medical equipment, such as masks, gloves, sanitizer, gowns, and ventilators; COVID-19 vaccines; and all related supplies, such as syringes and freezers. The minister, the minister’s staff and departmental officials are in constant contact with their colleagues.
Through this close, daily collaboration, the Government of Canada has taken an aggressive procurement approach to fulfill emergent and immediate as well as long-term medical supply requirements. As a result, it has secured more than 2.5 billion articles of various personal protective equipment, and continues to receive steady, ongoing deliveries. Departments are also working together to leverage domestic supply chains.

Question No. 416--
Mr. John Nater:
With regard to Scientific Research and Experimental Development (SR&ED) support, including tax credits, provided to Huawei, since 2016: what is the total amount of SR&ED support provided annually to Huawei, broken down by year and by type of support?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, the CRA is unable to respond in the manner requested, as confidentiality provisions of the Income Tax Act prevent the disclosure of taxpayer-specific information.

Question No. 418--
Mrs. Stephanie Kusie:
With regard to the impact of the travel restrictions imposed by the government during the pandemic and the study released by Statistics Canada on October 23, 2020, which provided estimates on the amount of job losses and gross domestic product (GDP) reduction resulting from the travel restrictions: (a) what are the updated statistics on the estimated job losses and GDP reduction for 2020; and (b) what is the projected impact of the travel restrictions on job losses and GDP reduction for 2021?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), the Statistics Canada study published on October 3, 2020, provided a range of estimates on the economic impact of travel restrictions on the Canadian economy in 2020. These estimates were based on several projection scenarios that were possible when the analysis was being performed, and these projection results differ from true estimates of what really happened. The scenarios involved different assumptions on when travel restrictions would be eased and what the recovery would look like after the easing of restrictions. For each scenario, a monthly recovery path for tourism activities from March to December of 2020 was assumed, as shown in chart A1 and chart A2 in the appendix of the study, which can be found at https://www150.statcan.gc.ca/ n1/pub/11-626-x/11-626 -x2020023-eng.htm. The study suggested that travel restrictions would lead to a reduction in gross domestic product, or GDP, ranging from $16 billion to $23 billon and to job losses ranging from 284,000 to 406,000 in the tourism industry in 2020.
Since the publication of the study, Statistics Canada has published several statistics on the tourism industry, including GDP and employment, up to the third quarter of 2020. With an assumption that the fourth quarter of 2020 is similar to the third quarter, this newly released data suggests that the tourism industry could experience in 2020 a reduction in GDP of about $20 billion and job losses of about 190,000 from their 2019 levels.
The estimated impact on jobs as suggested by the newly released data is smaller than what was presented in the study. The difference arises because the initial study focused on the impact of travel restrictions by holding constant other factors. The study explained that behavioural changes made by consumers, businesses and governments in response to shocks are not taken into account; that is, the study assumed no change in the production structure of the economy, no change in the tastes or willingness to work of impacted individuals, and no government intervention. The need for social distancing has introduced changes in the way businesses operate and how individuals work: consumers and businesses rely increasingly on online platforms to purchase and sell products and services.
Also, the Government of Canada has responded to the pandemic with business liquidity support programs, including the Canada emergency wage subsidy, or CEWS; the Canada emergency business account; and the Canada emergency commercial rent assistance program. The program take-up statistics for the CEWS suggest that the accommodation and food services industry and the arts, entertainment and recreation industry, main components of the tourism industry, are among the industries with the highest take-up rates.
With regard to (b), Statistics Canada does not currently have an estimate for the impact of travel restrictions for 2021. Given the substantial changes that have occurred in the economy and the uncertainty regarding how consumer behaviour may have changed because of the pandemic, the methodology used in the initial study would produce estimates with unacceptable margins of error.

Question No. 423--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to the federal disability tax credit (DTC) that helps persons with disabilities and certain medical conditions defray unavoidable medical expenses, since fiscal year 2017-18: (a) what is the total number of DTC applicants for fiscal years 2017-18, 2018-19 and 2019-20, broken down by year; (b) what is the total DTC amount claimed for fiscal years 2017-18, 2018-19 and 2019-20, broken down by year; (c) what is the total number of DTC claimants for fiscal years 2017-18, 2018-19 and 2019-20, broken down by year; (d) what is the total number of DTC applications that were denied for fiscal years 2017-18, 2018-19 and 2019-20, broken down by year; (e) of the DTC applications that were denied, what were the tabulated and categorized reasons for their denial; (f) what is the total number of DTC applications that cited a doctor’s recommendation stating the applicant qualified for the DTC; (g) what is the total number of DTC applicants in fiscal years 2017-18, 2018-19 and 2019-20, that were previously approved for the DTC; (h) of the DTC applicants in (g), how many were rejected; and (i) in deciding whether or not to approve a re-application for the DTC, what are the criterion utilized by the Canada Revenue Agency to make such a determination, and how are these criterion logged and recorded?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), (b), (c) and (d), information is available on the Government of Canada website. This information is compiled by calendar year rather than by fiscal year.
The publication entitled “Disability Tax Credit Statistics – 2011 to 2019 Calendar Years”, which is available at https://www.canada.ca/en/ revenue-agency/programs/ about-canada-revenue-agency-cra /income-statistics- gst-hst-statistics/ disability-tax-credit- statistics/dtc -statistics-2019.html, provides statistics based on information that the CRA processed from applications for the disability tax credit, or DTC, or from individuals who claimed the DTC on their individual T1 income tax and benefit return. Tables 1 to 10 present demographic data by calendar year, while tables 11 to 13 present data on DTC determination and utilization for calendar years 2011-2019.
Tables 1 to 10 contain the number of individuals with an accepted DTC certificate by restriction, age, gender, marital status and province.
Table 11 provides a breakdown of DTC determinations by basic activity of daily living, or BADL, for DTC certificates processed during the calendar year.
Table 12 provides the breakdown of the number of claimants from T1 returns assessed or reassessed over the calendar year. The breakdown by BADL is estimated by allocating that number by the proportion of accepted determinations by BADL published in Table 11.
Table 13 provides the breakdown of DTC utilization from T1 returns assessed or reassessed over the calendar year. The breakdown by BADL is estimated by allocating the “Total Amount of DTC Utilized” by the proportion of accepted determinations by BADL published in Table 11.
Tables 11, 12 and 13 replace the former “Disability Tax Credit at a glance” publication. The CRA is now publishing data by calendar year rather than by fiscal year.
In some cases, totals may not add up due to rounding or suppression for confidentiality purposes. Please refer to the “Confidentiality procedures” section of the explanatory notes for more information.
With regard to (e), the CRA is guided by the criteria as set out in the Income Tax Act, the ITA, and based on the specific medical information provided, the CRA does not record the information in the manner requested.
With regard to (f), the CRA administers the DTC in accordance with the ITA. To that end, the CRA only captures the data needed to administer the DTC as prescribed under the ITA. For this reason, the CRA is unable to respond in the manner requested, as there is no legislative requirement to capture the information in this manner.
With regard to (g) and (h), this data is not readily available. It would require a manual search that cannot be completed within the time provided under Standing Order 39(5)(a).
With regard to (i), the CRA administers the DTC in accordance with the ITA. To that end, the CRA only captures the data needed to administer the DTC as prescribed under the ITA. For this reason, the CRA is unable to respond in the manner requested, as there is no legislative requirement to capture the information in this manner.
Please note that the CRA’s role is to determine eligibility for the DTC based on the legislation and the information provided by the medical practitioner who certifies form T2201, the disability tax credit certificate. If the medical practitioner provides the CRA with information that suggests the patient’s severe limitations may improve over time, DTC eligibility is allowed on a temporary basis. When that period ends, it is necessary to submit a new T2201 in order for the CRA to redetermine the eligibility based on the current situation. The determining factor in all cases, whether a first-time claim or a reapplication, is based on the effects of the impairment on a person’s ability to perform the basic activities of daily living, or BADL.
Although the ITA allows the CRA to request a new completed form T2201 at different intervals, all efforts are made to lessen the burden on the taxpayers and the medical practitioners.
Once a determination has been completed, a notice of determination, or NOD, is sent to the taxpayer; the information is updated on the DTC database; and the taxpayer can view the disability information using the CRA’s My Account.

Question No. 428--
Mr. Gérard Deltell:
With regard to communication between the Office of the Leader of the Government in the House of Commons, the Privy Council Office or the Office of the Prime Minister and the Office of the Clerk of the House of Commons between noon on February 17, 2021, and 4:00 p.m. on February 18, 2021: what are the details of all such communication, including the (i) date and time, (ii) type of communication (email, text message, phone call, verbal exchange, etc.), (iii) names and titles of the participants, (iv) sender and the receiver, if applicable, (v) subject matters, (vi) summary of the contents of the communication?
Response
Mr. Kevin Lamoureux (Parliamentary Secretary to the President of the Queen’s Privy Council for Canada and Minister of Intergovernmental Affairs and to the Leader of the Government in the House of Commons, Lib.):
Mr. Speaker, the Office of the Leader of the Government in the House of Commons consults and interacts with all parties and MPs, as well as with representative of the House of Commons, in order to facilitate the mandate that the Prime Minister has given to him to lead the House leadership team to bring a collaborative and effective approach to the minority Parliament, placing a priority on transparency and communicating with Canadians on the work of their Parliament.

Question No. 430--
Mrs. Rosemarie Falk:
With regard to the impact on the Canadian economy of the decision by the President of the United States to cancel the permits related to the Keystone XL pipeline project: (a) what are the government’s estimates on the number of job losses, both direct and indirect, as a result of the decision; and (b) what are the government’s estimates on the economic losses, both direct and indirect, as a result of the decision?
Response
Mr. Marc Serré ((Parliamentary Secretary to the Minister of Natural Resources, Lib.):
Mr. Speaker, following the recent decision of the U.S. administration on Keystone XL, which the Government of Canada strenuously objected to, the project proponent has stated that 1,000 construction jobs were impacted as construction season activity ceased. It had been anticipated that 2,800 construction jobs would be created in Alberta and Saskatchewan at the height of construction. The proponent has also stated that the project had been expected to create up to 17,000 direct and indirect jobs in Canada.

Question No. 437--
Mr. Arnold Viersen:
With regard to the Canada Revenue Agency (CRA) hiring additional temporary employees for the 2021 tax season: (a) how many temporary employees is the CRA hiring; (b) prior to hiring individuals outside of government, did the CRA consider seconding individuals from other government departments or agencies who are on leave or unable to complete their regular work responsibilities due to the pandemic, and, if not, why not; and (c) how many temporary employees hired for this year's tax season were seconded from other government departments or agencies?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), in response to the ongoing COVID-19 pandemic and the 2021 filing season, the hiring target for CRA call centres was approximately 2,000 temporary employees by March 31, 2021.
With regard to (b), at the onset of the COVID-19 pandemic, the CRA was called upon to help administer emergency benefits on behalf of the Government of Canada. The CRA worked closely with Employment and Social Development Canada call centres to ensure adequate support was available to Canadians facing hardship as a result of the pandemic.
In April of 2020, the CRA made a call to employees across the agency, asking those whose workloads had been deemed non-essential to work as temporary call agents. Approximately 7,000 CRA employees came forward to help. However, as CRA business resumption began, the CRA employees began returning to their regular duties.
The CRA did not approach other government departments or agencies because we had made plans for recruitment and training of 2,000 external hires for filing season.
With regard to (c), none of the temporary agents hired for this year's tax season were seconded from other government departments or agencies.

Question No. 438--
Mr. Marc Dalton:
With regard to the Office of the Procurement Ombudsman: (a) how many complaints has the ombudsman received during the pandemic, since March 1, 2020; (b) what is the breakdown of complaints by type of products or services involved; (c) what is the breakdown of complaints by type of complaints; (d) how many of the complaints involved tenders related to products purchased as part of the pandemic response (PPE, ventilators, etc.); and (e) how many of the complaints involved tenders related the administration or implementation of government programs announced in response to the program?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), as per the Department of Public Works and Government Services Act, the procurement ombudsman can review two types of complaints: complaints respecting compliance with regulations made under the Financial Administration Act regarding the award of certain contracts; and complaints respecting the administration of certain contracts.
Since March 1, 2020, the ombudsman has received a total of five complaints regarding the award or administration of federal contracts.
With regard to part (b), the breakdown of complaints by products or services involved is the following: environmental studies; audiovisual services; air charter services; professional, administrative and management support services; and vehicles, motor vehicles and cycles.
With regard to part (c), of the five complaints, four were regarding the award and one was regarding the administration.
With regard to part (d), there were no complaints regarding the tender of products purchased as part of the pandemic response.
With regard to part (e), there were no complaints related to government programs in response to the pandemic.

Question No. 440--
Mr. James Bezan:
With regard to the former Ombudsman for the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces, Mr. Gary Walbourne: (a) on what dates between January 1, 2018, and October 31, 2018, did he meet with the Minister of National Defence; and (b) on what dates between January 1, 2018, and October 31, 2018, did he hold a scheduled or unscheduled (i) phone call, (ii) video chat (Zoom, Microsoft Teams, etc.), with the Minister of National Defence?
Response
Ms. Anita Vandenbeld (Parliamentary Secretary to the Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a) and part (b), concerning meetings between the Minister of National Defence and the former ombudsman Mr. Gary Walbourne between January 1, 2018, and October 31, 2018, there was one meeting on March 1, 2018.

Question No. 441--
Mr. James Bezan:
With regard to the Minister of National Defence: (a) on what dates between January 1, 2018, and October 31, 2018, did the Minister of National Defence meet with the former Ombudsman for the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces, Mr. Gary Walbourne; and (b) on what dates between January 1, 2018, and October 31, 2018, did the Minister of National Defence hold a scheduled or unscheduled (i) phone call, (ii) video chat (Zoom, Microsoft Teams, etc), with Mr. Walbourne?
Response
Ms. Anita Vandenbeld (Parliamentary Secretary to the Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a) and part (b), between January 1, 2018, and October 31, 2018, the Minister of National Defence met with the former National Defence and Canadian Armed Forces ombudsman once, on March 1, 2018.

Question No. 443--
Mr. Alexandre Boulerice:
With regard to the email exchanges of February 11 and 12, 2020, between Kevin Chan, global director and head of public policy at Facebook, and Owen Ripley, director general at Canadian Heritage, regarding a job offer from Facebook, and the statement from the Minister of Canadian Heritage to the Standing Committee on Canadian Heritage on January 29, 2021, “I did ask the department to look into the matter”: (a) on what date did the minister become aware of the email exchanges; (b) on what date did the minister ask the department to review the email exchanges; (c) based on which laws, regulations or codes did the minister ask the department to review the email exchanges; (d) what issues did the minister ask the department to review or check; (e) how long did the department’s review last; (f) under which laws, regulations or codes was the review conducted; (g) what were the findings of the department’s review; (h) when did the minister receive the department’s review; (i) what decisions did the department and the minister make following the review; and (j) what is the department’s position on requests to distribute or share job offers from registered lobbyists among public servants?
Response
Ms. Julie Dabrusin (Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), the minister became aware of the email exchanges on October 28, 2020.
With regard to part (b), on October 28, 2020, the minister’s chief of staff raised the email exchanges with the deputy minister of Canadian Heritage. As the official responsible for ensuring effective departmental management, including the conduct of departmental staff, the deputy minister informed the chief of staff of her intention to carry out a review of the circumstances surrounding the email exchanges.
With regard to part (c), the deputy minister, as the official responsible for ensuring effective departmental management, including the conduct of departmental staff, reviewed the matter pursuant to the values and ethics code for the public sector, the Department of Canadian Heritage’s code of values and ethics, the Public Servants Disclosure Protection Act, the Treasury Board policy on people management, the Treasury Board directive on conflict of interest, and the Treasury Board directive on terms and conditions of employment.
With regard to part (d), the deputy minister, as the official responsible for ensuring effective departmental management, including the conduct of departmental staff, reviewed the matter pursuant to the values and ethics code for the public sector, the Department of Canadian Heritage’s code of values and ethics, the Public Servants Disclosure Protection Act, the Treasury Board policy on people management, the Treasury Board directive on conflict of interest, and the Treasury Board directive on terms and conditions of employment.
With regard to part (e), the department’s review lasted from October 28, 2020 to November 3, 2020.
With regard to part (f), the deputy minister, as the official responsible for ensuring effective departmental management, including the conduct of departmental staff, reviewed the matter pursuant to the values and ethics code for the public sector, the Department of Canadian Heritage’s code of value and ethics, the Public Servants Disclosure Protection Act, the Treasury Board policy on people management, the Treasury Board directive on conflict of interest, and the Treasury Board directive on terms and conditions of employment.
With regard to part (g), based on the information specific to this matter, the deputy minister of Canadian Heritage determined that sharing publicly available information was not a reprehensible act.
With regard to part (h), the results of the review were communicated orally to the minister on November 4, 2020.
With regard to part (i), the deputy minister determined that, based on the facts related to this matter, no further action was required.
With regard to part (j), each situation should be assessed based on their specific facts. While sharing publicly available information is not in and of itself a reprehensible act, departmental staff are expected to meet the highest standards with respect to conflict of interest, values and ethics. The Department of Canadian Heritage takes values and ethics very seriously, and has a solid framework in place to prevent and follow up on such matters.

Question No. 450--
Mr. Corey Tochor:
With regard to the impact on the government’s estimates of the importance of the Enbridge Line 5 project: (a) what are the government’s estimates on the number of jobs at stake, both direct and indirect, dependent on the project succeeding; and (b) what are the government’s estimates on the economic impact to the Canadian economy, both direct and indirect, which is dependent on the project?
Response
Mr. Marc Serré (Parliamentary Secretary to the Minister of Natural Resources, Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada is fully committed to the continued, safe operation of Line 5. According to Enbridge, the Line 5 Sarnia petrochemical complex supports over 4,900 direct jobs and 23,500 indirect jobs. It is also responsible for over $65 billion in direct and indirect revenues, based on $28 billion in direct annual trade between Canada and the United States. In Quebec, Line 5 is a critical source of supply for the province’s refineries, supplying about two-thirds of the crude oil consumed in the province. This supports the refineries’ 1,080 employees, and more than 200 contract workers.

Question no 394 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne les audiences que le Tribunal canadien du commerce extérieur (TCCE) a tenu depuis le 1er janvier 2016: a) combien de fois le gouvernement a-t-il retenu les services externes de représentation juridique pour des audiences du TCCE, ventilé par affaire (ou par ministère représenté, si le caractère confidentiel de l’affaire l’exige) et par date d’embauche; b) quels sont les coûts associés à l’embauche de services externes de représentation juridique, ventilés par affaire (ou par ministère représenté, si le caractère confidentiel de l’affaire l’exige) et par date d’embauche; c) quels sont les coûts associés aux services internes de représentation juridique, ventilés par affaire (ou par ministère représenté, si le caractère confidentiel de l’affaire l’exige)?
Response
L’hon. David Lametti (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne le montant dépensé pour les affaires juridiques portées devant le Tribunal canadien du commerce extérieur, ou TCCE, depuis le 1er janvier 2016, dans la mesure où les renseignements demandés sont ou peuvent être protégés par des privilèges juridiques, y compris le secret professionnel de l'avocat, la Couronne fédérale invoque ces privilèges. En l’instance, elle ne renonce qu’au secret professionnel et ce, uniquement aux fins de divulguer le total des coûts juridiques, tel que définis ci-après.
Le total des coûts juridiques réels et notionnels associés aux affaires portées devant le TCCE depuis le 1er janvier 2016 s'élève à environ 8 105 000 $. Ces dossiers soulèvent diverses questions relevant du mandat du TCCE, notamment des questions relatives aux douanes ou à la taxe d'accise, des plaintes de fournisseurs potentiels concernant des marchés publics du gouvernement fédéral ainsi que des questions découlant de la Loi sur les mesures spéciales d'importation. Dans la plupart de ces dossiers, la Couronne n'a pas initié les procédures mais a plutôt agi en tant que défenderesse ou intimée. Les services ici visés sont les services de contentieux et les services de soutien au contentieux fournis pendant toute la durée du dossier, et non seulement lors d’audiences, au niveau du TCCE. Ils ne comprennent pas les services fournis à d'autres niveaux, notamment au niveau de la Cour d’appel fédérale, advenant que la décision du TCCE soit contestée. La plupart de ces dossiers sont menés par des avocats du ministère de la Justice. Les avocats, notaires et parajuristes du ministère de la Justice sont des fonctionnaires salariés et, par conséquent, aucun frais juridique n’est encouru pour leurs services. Un « montant notionnel » peut toutefois être établi pour rendre compte des services juridiques qu'ils fournissent. Le montant notionnel est calculé en multipliant le nombre total d'heures enregistrées par ces employés dans les dossiers pertinents pour la période concernée par les taux horaires internes des services juridiques applicables. Les coûts réels correspondent aux déboursés légaux liés aux dossiers, payés par le ministère de la Justice puis recouvrés auprès des ministères ou organismes client. Le total des coûts juridiques réels et notionnels liés aux dossiers menés par les avocats du ministère de la Justice s'élèvent à environ 7 004 000 $. Le solde, d'environ 1 101 000 $, représente les coûts associés aux dossiers menés par des agents mandataires externes. Le gouvernement du Canada a retenu les services d’agents mandataires externes à 17 reprises pour des dossiers du TCCE depuis le 1er janvier 2016.
Les coûts juridiques totaux, soit les coûts réels et notionnels, associés aux dossiers traités par les avocats du ministère de la Justice sont basés sur les informations actuellement contenues dans les systèmes du ministère au 11 février 2021. Les coûts associés aux dossiers traitées par les agents mandataires sont basés sur les factures reçues de leur part et taxées par le ministère de la Justice au 25 février 2021. Il n’a pas été possible, compte tenu de l’ampleur de la demande et des délais applicables, de consulter tous les ministères et agences responsables de ces dossiers. Les montants fournis dans cette réponse doivent donc être lus comme approximatifs.

Question no 396 --
M. John Brassard:
En ce qui concerne Transports Canada et le temps d’attente du personnel de bord et des pilotes brevetés pour des raisons médicales et le temps d’attente pour les brevets: a) combien de pilotes brevetés sont actuellement inaptes à piloter un aéronef pour des raisons médicales; b) combien de membres du personnel de bord, à l’exclusion des pilotes, sont actuellement inaptes à voler; c) combien de pilotes brevetés et de membres du personnel de bord ont passé les deux années d’attente et ont ensuite dû attendre (i) trois mois pour que les documents nécessaires à leur retour au travail soient remplis, (ii) six mois pour que les documents de retour au travail soient remplis, (iii) plus de six mois pour que les documents de retour au travail soient remplis; d) combien de brevets de pilote sont en attente de signature par Transports Canada?
Response
L’hon. Omar Alghabra (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, il y a 170 pilotes qui figurent dans le système de délivrance des licences de l’Aviation civile de Transports Canada, ou TCAC, et qui sont médicalement inaptes à piloter un aéronef.
En réponse aux parties b) et c) de la question, un membre d’équipage de conduite, selon la définition dans les dispositions 100.01 du Règlement de l’aviation canadien, ou RAC, est un « membre d’équipage chargé d’agir à titre de pilote ou de mécanicien navigant à bord d’un aéronef pendant le temps de vol ». TCAC ne dispose pas de données au sujet des membres du personnel de cabinet, par exemple un agent de bord, puisque Transports Canada, ou TC, n’exige pas qu’ils détiennent un certificat médical pour faire leur travail.
En général, les pilotes n’attendent pas que TC ait fini de remplir leur dossier de licence pour retourner au travail. Actuellement, différentes exemptions liées à la COVID-19 sont en place pour permettre aux pilotes de continuer à utiliser leurs titres de qualifications actuelles pour voler tout en attendant que leur dossier de licence aboutisse.
La Direction de la médecine aéronautique civile, ou MAC, est l’une des premières directions qui, au début de la pandémie de COVID-19, a mis en œuvre des exemptions pour maintenir les pilotes et les contrôleurs au travail sans interruption. Ces exemptions de MAC accordées au printemps 2020 demeurent en vigueur et autorisent le renouvellement des certificats médicaux en aéronautique, ou CM, pour les pilotes, les mécaniciens navigants et les contrôleurs de la circulation aérienne, tout en réduisant le besoin d’un examen médical face à face et le recours réglementaire à un personnel médical rare. Ces exemptions permettent le renouvellement par attestation et au moyen d’une consultation par télémédecine. Des évaluations ordinaires en personne restent offertes pour des renouvellements de CM et pour de nouvelles demandes.
Ces processus sont conformes aux options de renouvellements acceptables permises par l’Organisation de l’aviation civile internationale, ou OACI, pendant la pandémie de COVID-19. Ces exemptions optimisent l’utilisation d’attestations, c’est-à-dire l’autodéclaration, et de la télémédecine pour permettre aux titulaires à faible risque de CM d’obtenir immédiatement le renouvellement de leur CM, c’est-à-dire sans période d’attente. De plus, les médecins-examinateurs de l’Aviation civile peuvent toujours renouveler un CM dans leur cabinet, à leur discrétion.
Ces options de renouvellement ont permis à la grande majorité des pilotes, des mécaniciens navigants et des contrôleurs de la circulation aérienne de continuer de détenir leur certificat médical sans interruption pendant toute la durée de la pandémie.
Bien que les exemptions se soient avérées très efficaces pour assurer le maintien de la certification des titulaires de CM aéronautique, les perturbations liées à la COVID dans les processus administratifs de la Médecine aéronautique civile, ou MAC, causées par des facteurs tels que le ralentissement de la livraison du courrier et la fermeture des édifices gouvernementaux, ont entraîné un retard important dans la saisie des données relatives aux CM, notamment les titulaires de CM qui sont restés pleinement certifiés tout au long de la COVID. Ainsi, la base de données de la MAC n’est pas en mesure de fournir les données demandées.
De plus, les données demandées seraient inexactes puisque la base de données comprend également les titulaires de CM qui ont volontairement laissé leur CM expirer puisque l'expiration d'un CM n'indique pas nécessairement qu'un pilote breveté est médicalement inapte à piloter un avion.
En réponse à la partie d) de la question, si les dispositions spécifiées dans les exemptions s’appliquent aux pilotes, ceux-ci peuvent continuer à travailler avec des carnets de documents d’aviation échus, comme les exemptions l’autorisent et le précisent. Si aucune des dispositions spécifiées dans les exemptions ne s’applique aux pilotes, les carnets de documents d’aviation continuent d’être délivrés dans ces rares cas, pourvu que la personne respecte la réglementation.

Question no 397 --
Mme Sylvie Bérubé:
En ce qui concerne la mise en œuvre de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones: le gouvernement a-t-il entrepris, en consultation et en collaboration avec les peuples autochtones, d’autres ministres fédéraux ainsi que les provinces, d’élaborer un plan d’action afin d’atteindre les objectifs de la Déclaration et, le cas échéant, ce plan d’action comporte-t-il (i) des mesures visant à lutter contre les injustices, (ii) des mesures visant à combattre les préjugés, (iii) des mesures visant à éliminer toute forme de violence et de discrimination, y compris la discrimination systémique, auxquels se heurtent les peuples autochtones, ainsi que les aînés, les jeunes, les enfants, les femmes et les hommes autochtones, les Autochtones handicapés et les Autochtones de diverses identités de genre ou bispirituels, (iv) des mesures visant à promouvoir le respect et la compréhension mutuels et de bonnes relations, notamment grâce à de la formation sur les droits de la personne, (v) des mesures de contrôle ou de surveillance, (vi) des voies de recours, (vii) des mesures de réparation, (viii) d’autres mesures de reddition de comptes en lien avec la mise en œuvre de la Déclaration, (ix) des mesures concernant le suivi de sa mise en œuvre, son examen et sa modification?
Response
L’hon. David Lametti (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):
Monsieur le Président, le projet de loi C-15, Loi concernant la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, a été déposé le 3 décembre 2020 et est actuellement à l’étape de la deuxième lecture à la Chambre des communes. L’introduction du projet de loi C-15 a constitué une étape clé pour appuyer la mise en œuvre au Canada de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Alors que le projet de loi continue de progresser dans le processus législatif, le gouvernement a entamé des discussions préliminaires avec les peuples autochtones afin de déterminer la meilleure voie à suivre pour l'élaboration du plan d'action.
Tel qu'il est rédigé, ce projet de loi exigerait que le plan d'action comprenne, au minimum, des mesures: pour remédier aux injustices, combattre les préjugés et éliminer toutes les formes de violence et de discrimination à l’égard des peuples autochtones; pour promouvoir le respect et la compréhension mutuels grâce à la sensibilisation aux droits de la personne; et pour élaborer des mesures de surveillance, de contrôle ou d'autres mesures de responsabilisation, en ce qui concerne la mise en œuvre de la Déclaration.
Il est important de noter que le projet de loi C-15 exige la préparation et l'achèvement du plan d'action dès que possible, mais au plus tard trois ans après le jour de son entrée en vigueur, reconnaissant que l'élaboration d'un plan d'action initial en collaboration avec les partenaires des Premières Nations, des Inuits et de la Nation métisse devrait se dérouler sur un laps de temps adéquat, mais pas indéfini.

Question no 398 --
Mme Stephanie Kusie:
En ce qui concerne les statistiques tenues par le gouvernement concernant la Carte de conducteur d’embarcation de plaisance (CCEP) et les incidents d’embarcation de plaisance signalés: a) combien d’incidents signalés ont eu lieu chaque année sur des plans d’eau canadiens depuis 1999 (ou aussi loin que remontent les statistiques des CCEP), ventilés par type d’incident (accident, blessure, amende, etc.); b) parmi le nombre d’incidents en a), (i) combien impliquait un conducteur titulaire d’une CCEP, (ii) combien impliquaient des embarcations louées?
Response
L’hon. Omar Alghabra (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, le ministère n'a pas de mécanisme en place pour la déclaration obligatoire des incidents impliquant des embarcations de plaisance. Le système de bases de données sur la compétence des conducteurs d’embarcations de plaisance contient que des informations relatives à la personne qui a obtenu une carte de conducteur d'embarcation de plaisance, elle ne fait pas le suivi des incidents.

Question no 402 --
M. Scot Davidson:
En ce qui concerne les ententes entre le gouvernement et les fabricants de vaccins contre la COVID-19: a) à quelle date le gouvernement a-t-il demandé aux entreprises de fabriquer des vaccins contre la COVID-19 au Canada, ventilée par entreprise; b) quelle réponse et quelle justification chaque entreprise a-t-elle données?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Lib.):
Monsieur le Président, une équipe de négociation, dirigée par Services publics et Approvisionnement Canada, a été formée en juin 2020 pour amorcer les négociations avec les principaux fournisseurs de vaccins. Au cours des premières consultations, Services publics et Approvisionnement Canada ainsi que l’Agence de la santé publique du Canada ont soulevé des options pour la fabrication de vaccins au pays. Les détails spécifiques des négociations ne peuvent être divulgués puisqu’il s’agit de renseignements commerciaux confidentiels.
Après avoir examiné les options, les fabricants ont conclu que la capacité de biofabrication au Canada au moment de la signature du contrat était trop limitée pour justifier l'investissement en capital et en expertise nécessaire pour démarrer la fabrication au Canada.

Question no 405 --
M. Xavier Barsalou-Duval:
En ce qui concerne les documents confidentiels: quelle est la politique de divulgation du gouvernement?
Response
M. Greg Fergus (secrétaire parlementaire du premier ministre, du président du Conseil du Trésor et de la ministre du Gouvernement numérique, Lib.):
Monsieur le Président, la catégorisation de sécurité des documents et la divulgation de documents font l’objet de politiques et de processus distincts.
En ce qui concerne la catégorisation de la sécurité, la Norme sur la catégorisation de sécurité (https://www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-fra.aspx?id=32614) de la Directive sur la gestion de la sécurité (https://www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-fra.aspx?id=32611) oblige les institutions du gouvernement à attribuer une catégorie de sécurité à l’information, en fonction du degré de préjudice qui pourrait découler de leur compromission. Par exemple, si leur divulgation non autorisée peut porter atteinte à l’intérêt national, l’information est catégorisée comme étant « classifiée », c’est-à-dire « confidentielle », « secrète » ou « très secrète ». De même, si l’information peut causer des dommages en dehors de l'intérêt national, elle est alors classée comme étant « protégées », c’est-à-dire Protégé A, Protégé B et Protégé C, comme le définit la Norme sur la catégorisation de sécurité.
En ce qui concerne la divulgation, les institutions du gouvernement divulguent l’information par divers moyens, par exemple, en répondant aux demandes soumises en vertu de la Loi sur l'accès à l'information. Bien que la catégorie de sécurité d'un document puisse indiquer la sensibilité de son contenu, les documents demandés en vertu de la Loi ne peuvent pas être retenus pour la seule raison de leur catégorie de sécurité. Lorsqu'un document classifié est demandé en vertu de la Loi, l'institution le traite comme tout autre document – en effectuant un examen ligne par ligne pour déterminer si l'une des exceptions ou exclusions énumérées dans la Loi devrait s'appliquer aux renseignements contenus dans le document.
En vertu de la Politique sur les services et le numérique (https://www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-fra.aspx?id=32603), les institutions sont également tenues de maximiser et de prioriser la diffusion de l’information et des données ministérielles en tant que ressource ouverte par l’entremise du Portail du gouvernement ouvert (https://open.canada.ca/fr), tout en respectant la sécurité de l’information, la protection des renseignements personnels et les considérations juridiques.

Question no 406 --
M. Xavier Barsalou-Duval:
En ce qui concerne le Service canadien de renseignement de sécurité, depuis 1993: le Service a-t-il signé un accord avec la Sûreté du Québec sur le partage d’information, et, le cas échéant, quelle est la teneur de cet accord?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):
Monsieur le Président, dans l’exercice des fonctions qui lui sont conférées en vertu de la Loi sur le Service canadien du renseignement de sécurité, le SCRS peut, avec l’approbation du ministre, conclure des ententes ou, d’une façon générale, coopérer avec: i) les ministères du gouvernement du Canada, le gouvernement d’une province ou l’un de ses ministères; ii) un service de police en place dans une province, avec l’approbation du ministre provincial chargé des questions de police.
Compte tenu de son mandat et ses exigences opérationnelles précises, le SCRS ne divulgue généralement pas de détails liés aux activités opérationnelles, incluant les accords sur le partage d’information.

Question no 411 --
M. Michael D. Chong:
En ce qui concerne la déclaration du premier ministre du 16 février 2021 selon laquelle le mot « génocide » ne « devrait pas être utilisé dans des circonstances qui ne rencontrent pas les critères précis reconnus dans la communauté internationale » et qu’il s’ensuit qu’on ne peut pas dire du traitement des Ouïghours par le gouvernement chinois qu’il s’agit d’un génocide: quels sont les critères non respectés qui empêchent le gouvernement de déclarer qu’il s’agit d’un génocide?
Response
M. Robert Oliphant (secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, Lib.):
Monsieur le Président, ce qui suit reflète la réponse consolidée approuvée au nom des ministres d’Affaires mondiales Canada.
Le gouvernement du Canada a clairement affirmé que des violations des droits de la personne sont commis contre les Ouïghours. La nature et l’ampleur des violations commises par les autorités chinoises au Xinjiang, sous prétexte de lutter contre l’extrémisme, sont vivement préoccupantes. Notre gouvernement est très inquiet de l’existence d’un vaste réseau de camps de « rééducation politique » où, selon des rapports crédibles, plus de 1 million de personnes ont été arbitrairement détenues. Nous sommes également profondément préoccupés par les rapports faisant état de la séparation massive des enfants de leurs parents.
De graves restrictions ont été imposées à la liberté de religion et de croyance et aux libertés de mouvement, d’association et d’expression, ainsi qu’à la culture ouïghoure. Une surveillance généralisée continue de cibler de manière disproportionnée les Ouïghours et d’autres minorités, et de nouveaux rapports font état de cas de travail forcé et d’un contrôle des naissances forcé, y compris la stérilisation. Les actions du gouvernement de la Chine vont à l’encontre de sa propre constitution, sont en violation des obligations internationales en matière de droits de la personne et sont incompatibles avec la stratégie mondiale des Nations unies de lutte contre le terrorisme.
Le gouvernement de la République populaire de Chine nie toute allégation de violation des droits de la personne contre le peuple ouïghour et rejette toute responsabilité, jetant plutôt le blâme sur les victimes et ceux qui expriment leur opinion. Il faut faire preuve de la diligence nécessaire, car les preuves sont de plus en plus nombreuses que les mauvais traitements systématiques infligés par le gouvernement chinois aux Ouïghours et aux autres minorités ethniques du Xinjiang constituent des crimes contre l’humanité et des éléments caractéristiques d’un génocide.
Le Canada, ainsi que plusieurs autres pays, a demandé à plusieurs reprises au gouvernement de la Chine d’autoriser le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme et les procédures spéciales des Nations unies à accéder immédiatement, sans entrave et de manière concrète au Xinjiang. Un tel accès permettrait à des experts indépendants d’évaluer l’ampleur des violations des droits de la personne qui ont lieu.
Le Canada continue d’examiner les façons d’intervenir face aux violations flagrantes des droits de la personne qui ont lieu au Xinjiang, et comprend que la voie la plus efficace consiste à coordonner avec ses partenaires d’optique commune pour maintenir la pression et l’attention internationale sur ce dossier.
Le Canada a demandé à plusieurs reprises qu’une enquête soit menée afin que des experts impartiaux puissent observer et rendre compte de la situation en personne. Il incombe toujours au gouvernement de la Chine de démontrer que les violations ont cessé et que ses obligations en matière de prévention du génocide sont respectées. Des enquêtes et des évaluations plus rigoureuses et exhaustives doivent être menées en coopération avec nos alliés. Notre voix collective, fondée sur le droit international, devrait avoir l’incidence la plus forte possible.
Le Canada continue de prendre des mesures pour intervenir face à la situation en se fondant sur les renseignements dont il dispose. Le 12 janvier, le gouvernement a annoncé une approche globale face à la situation des droits de la personne au Xinjiang, y compris des mesures de lutte contre le travail forcé. Le Canada a exprimé à plusieurs reprises ses préoccupations aux côtés de ses partenaires aux Nations unies, notamment devant le Conseil des droits de l’homme, ou CDH, et l’Assemblée générale des Nations unies. En juin 2020, lors de la 44e session du CDH, le Canada et 27 autres pays ont signé une déclaration conjointe sur la situation des droits de la personne à Hong Kong et au Xinjiang. Lors de la troisième commission de l’Assemblée générale des Nations unies, le 6 octobre 2020, le Canada a cosigné, avec 38 autres pays, une déclaration conjointe sur la situation des droits de la personne au Xinjiang et à Hong Kong.
En coordination avec nos partenaires internationaux, nous continuerons d’examiner les renseignements disponibles et d’envisager d’autres options pour intervenir face à la situation au Xinjiang. Nous continuerons d’œuvrer pour la défense des libertés et droits fondamentaux de la personne et d’exhorter la Chine à respecter ses obligations internationales.

Question no 412 --
M. Kenny Chiu:
En ce qui concerne le traitement des demandes de visas d’étudiant par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC): a) IRCC a-t-il pris des mesures pour soumettre les demandes présentées par les étudiants de certains pays à une vérification accrue; b) si la réponse en a) est affirmative, les demandes provenant de quels pays font l’objet d’une vérification accrue; c) pour quelle raison chacun des pays visés a-t-il été sélectionné aux fins d’une vérification accrue, ventilée par pays; d) de quel délai de traitement supplémentaire moyen IRCC a-t-il besoin pour effectuer une vérification accrue?
Response
L’hon. Marco Mendicino (ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Lib.):
Monsieur le Président, contre la menace d'une exploitation potentielle des processus d'immigration par des acteurs des États étrangers qui cherchent à promouvoir leurs intérêts, le gouvernement du Canada utilise une série d'outils pour protéger la sécurité nationale, y compris contre les acteurs d'ingérence étrangers.
L'ingérence étrangère est une menace sérieuse pour la sécurité des Canadiens. Le Service canadien du renseignement de sécurité, ou SCRS, a le mandat d'enquêter sur ces activités de menace et utilise tout le mandat de la loi sur le SCRS pour enquêter, donner des avis sur ces menaces et les réduire. La Gendarmerie royale du Canada, ou GRC, a un vaste mandat à multiples facettes permettant d'enquêter et de prévenir l'ingérence étrangère sur la base de diverses lois. Les agents d'immigration sont hautement qualifiés pour examiner toutes les preuves présentées dans le cadre d'une demande d'immigration, y compris les recommandations d'admissibilité, avant de rendre une décision finale conformément aux exigences de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés.
Le gouvernement du Canada prend au sérieux toutes les allégations d'ingérence par des États étrangers qui intimideraient les communautés canadiennes et applique une approche pangouvernementale pour protéger la sécurité nationale, y compris contre les acteurs d'ingérence étrangers.
En réponse à la partie a) de la question, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, ou IRCC, ne cible pas les candidatures d'étudiants de certains pays afin de les soumettre à une vérification accrue. Toutes les demandes de résidence temporaire et permanente d'IRCC sont évaluées pour des raisons de sécurité et de criminalité.
La réponse à la partie a) n'étant pas affirmative, les réponses ne sont pas requises pour les parties b) à d).

Question no 414 --
M. Pierre Paul-Hus:
En ce qui concerne les réunions entre Services publics et Approvisionnement Canada et Santé Canada ou l’Agence de la santé publique du Canada concernant l’achat ou la production de vaccins qui ont eu lieu depuis le 1er janvier 2020: quels sont les détails relatifs à toutes les réunions auxquelles ont participé un sous-ministre délégué ou une personne occupant un poste de niveau supérieur, ou un ministre ou son personnel exonéré, y compris (i) la date de la réunion, (ii) le titre des personnes présentes, (iii) les points à l’ordre du jour, (iv) le résumé des décisions prises à cette occasion?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Lib.):
Monsieur le Président, depuis le début de la pandémie de COVID-19, SPAC communique de façon constante avec ses principaux partenaires, notamment l’Agence de la santé publique du Canada, ou ASPC, Santé Canada, Innovation, Sciences et Développement économique Canada, ou ISDE, Affaires mondiales Canada et le Groupe de travail sur les vaccins contre la COVID pour planifier et exécuter l’achat d’équipement de protection individuelle et d’équipement médical, soit des masques, des gants, du désinfectant, des blouses, des ventilateurs, etc., de vaccins contre la COVID-19 et de toutes les fournitures connexes comme les seringues et les congélateurs. La ministre, son personnel et ses représentants ministériels communiquent de façon constante avec leurs collègues.
Grâce à cette collaboration quotidienne étroite, le gouvernement du Canada a adopté une approche d’approvisionnement dynamique pour répondre aux besoins d’approvisionnement nouveaux, immédiats et à long terme en fournitures médicales. Il a donc réussi à obtenir plus de 2,5 milliards d’articles de différent équipement de protection individuelle, et continue de recevoir des livraisons de façon régulière et constante. Les ministères travaillent également ensemble pour tirer parti des chaînes d’approvisionnement nationales.

Question no 416 --
M. John Nater:
En ce qui concerne le soutien à la recherche scientifique et au développement expérimental (RS&DE), y compris les crédits d'impôt, accordé à Huawei depuis 2016: quel est le montant total du soutien à la RS&DE accordé annuellement à Huawei, ventilé par année et par type de soutien?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, l’ARC n'est pas en mesure de fournir une réponse de la manière demandée, puisque les dispositions de confidentialité de la Loi de l'impôt sur le revenu empêchent la divulgation de renseignements sur les contribuables.

Question no 418 --
Mme Stephanie Kusie:
En ce qui concerne les impacts des restrictions sur les voyages imposées par le gouvernement durant la pandémie et l’étude publiée le 23 octobre 2020 dans laquelle Statistique Canada estime le nombre d’emplois perdus et la diminution du produit intérieur brut (PIB) attribuables aux restrictions en question: a) quelles sont les plus récentes statistiques concernant les pertes d’emplois et la diminution du PIB estimées pour 2020; b) quels sont les impacts projetés des restrictions sur les voyages au chapitre des pertes d’emplois et de la diminution du PIB en 2021?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’étude de Statistique Canada publiée le 23 octobre 2020 a produit une gamme d’estimations sur l’impact économique des restrictions de voyage sur l’économie canadienne en 2020. Ces estimations étaient basées sur plusieurs scénarios envisagés lorsque l’analyse a été élaborée, et les résultats sont différents comparés à ce qui s’est produit depuis. Les scénarios étaient basés sur des hypothèses concernant la durée des restrictions de voyage et le rétablissement une fois les restrictions levées. Pour chaque scénario, on supposait un profil de rétablissement mensuel pour les activités du tourisme de mars à décembre 2020. On peut consulter les graphiques A1 et A2 dans l’annexe de l’étude à https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/11-626-x/11-626-x2020023-fra.htm. L’étude suggérait que les restrictions de voyage pourraient entrainer une réduction du produit intérieur brut, ou PIB, de 16 milliards à 23 milliards de dollars et de 284 000 à 406 000 pertes d’emploi dans l’industrie du tourisme en 2020.
Depuis la publication de cette étude, Statistique Canada a publié plusieurs statistiques sur l’industrie du tourisme, incluant le PIB et l’emploi jusqu’au troisième trimestre de 2020. Si on suppose que le quatrième trimestre est semblable au troisième trimestre, ces nouvelles données suggèrent que l’industrie du tourisme pourrait subir une réduction du PIB en 2020 d’environ 20 milliards de dollars et environ 190 000 pertes d’emploi depuis 2019.
Tel qu’il est suggéré par les nouvelles données qui ont été publiées dernièrement, l’impact sur les emplois est moins important que ce qui était suggéré dans l’étude. La différence provient du fait que l’étude a examiné l’impact des restrictions de voyage en gardant d’autres facteurs constants. L’étude a expliqué que les changements de comportements des consommateurs, des entreprises et des gouvernements en réponse aux perturbations n’ont pas été pris en compte. C’est-à-dire que l’étude ne supposait aucun changement dans la structure de production de l’économie, ni aucun changement dans les gouts ou la volonté de travailler des individus impactés ni aucune intervention gouvernementale. La distanciation sociale a introduit des changements dans la manière d’opérer pour les entreprises et dans la façon que les individus travaillent; les consommateurs et les entreprises dépendent de plus en plus sur les plateformes en ligne pour acheter des biens et des services.
De plus, le gouvernement du Canada a répondu à la pandémie en introduisant des programmes de soutien de liquidité pour les entreprises, incluant la Subvention salariale d’urgence du Canada, ou SSUC, le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes, et le programme d’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial. Les statistiques basées sur la participation à la SSUC suggèrent que les industries de services d’hébergement et de restauration, et les arts, spectacles et loisirs, qui représentent une part importante dans l’industrie du tourisme, sont parmi les industries qui ont participé le plus.
En réponse à la partie b) de la question, Statistique Canada n’a pas produit d’estimations des impacts des restrictions de voyage en 2021. Étant donné les changements importants qui ont eu lieu dans l’économie et les incertitudes par rapport aux changements potentiels dans les comportements de consommation en raison de la pandémie, la méthodologie utilisée dans l’étude initiale produirait des estimations avec des marges d’erreur inacceptables.

Question no 423 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne le crédit d’impôt pour personnes handicapées (CIPH) qui aide les personnes handicapées et les personnes présentant certains troubles médicaux à payer des dépenses médicales inévitables, depuis l'exercice 2017-2018: a) quel est le nombre total de personnes qui ont présenté une demande de CIPH pour les exercices 2017-2018, 2018-2019 et 2019-2020, ventilé par année; b) quel est le montant total réclamé en CIPH pour les exercices 2017-2018, 2018-2019 et 2019-2020, ventilé par année; c) quel est le nombre total de demandeurs du CIPH pour les exercices 2017-2018, 2018-2019 et 2019-2020, ventilé par année; d) quel est le nombre total de demandes de CIPH qui ont été rejetées pour les exercices 2017-2018, 2018-2019 et 2019-2020, ventilé par année; e) parmi les demandes de CIPH qui ont été rejetées, quels étaient les motifs de refus évoqués et catégorisés; f) quel est le nombre total de demandes de CIPH pour lesquelles un médecin avait indiqué que le demandeur était admissible au CIPH; g) quel est le nombre total de demandeurs du CIPH au cours des exercices 2017-2018, 2018-2019 et 2019-2020 qui avaient déjà été approuvés pour le CIPH; h) parmi les demandeurs du CIPH en g), combien ont essuyé un refus; i) quand vient le temps de décider d’approuver ou de rejeter une nouvelle demande de CIPH, quels sont les critères utilisés par l’Agence du revenu du Canada pour en arriver à cette décision, et comment ces critères sont-ils saisis et consignés?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a), b), c) et d), l’information est disponible sur le site Web du Gouvernement du Canada, ventilés par année civile et non par exercice financier.
Le publication intitulé Statistiques sur le crédit d’impôt pour personnes handicapées – Années civiles 2011 à 2019 disponible au https://www.canada.ca/fr/agence-revenu/programmes/a-propos-agence-revenu-canada-arc/statistiques-revenu-statistiques-tps-tvh/statistiques-credit-impot-personnes-handicapees/ciph-statistiques-2019.html fournit des statistiques fondées sur des renseignements que l’ARC a traités à partir des demandes de crédit d’impôt pour personnes handicapées, ou CIPH, ou qui proviennent de particuliers ayant demandé le CIPH dans leur déclaration de revenus et de prestations des particuliers T1. Les tableaux 1 à 10 présentent les données démographiques par année civile, tandis que les tableaux 11 à 13 présentent des données sur la détermination et l'utilisation du CIPH pour les années civiles 2011 à 2019. Voici la description des tableaux du CIPH:
Les tableaux 1 à 10 incluent le nombre de personnes détenant, en vigueur du 31 décembre 2019, un certificat qui a été accepté pour le CIPH selon la limitation, l’âge, le genre, état civil et province.
Le tableau 11 présente la répartition des déterminations du CIPH par activité courante de la vie quotidienne, ou ACVQ, pour les certificats pour le CIPH traités au cours de l’année civile.
Le tableau 12 présente la répartition des particuliers qui ont demandé le CIPH dans leurs déclarations T1 pour lesquelles une nouvelle cotisation a été établie au cours de l’année civile. La répartition par ACVQ est estimée en attribuant ce nombre à la proportion de déterminations acceptées par ACVQ, publiées dans le tableau 11.
Le tableau 13 présente la répartition de l’utilisation du CIPH selon les déclarations T1 pour lesquelles une nouvelle cotisation a été établie au cours de l’année civile. La répartition par ACVQ est estimée par la répartition, publiée au tableau 11, du « montant total du CIPH utilisé » selon la proportion de déterminations acceptées par activité.
Les tableaux 11, 12 et 13 remplacent l’ancienne publication « Coup d’œil sur le crédit d’impôt pour personnes handicapées ». L’Agence publie maintenant les données par année civile, plutôt que par exercice.
Dans certains cas, les totaux peuvent ne pas correspondre à la somme des nombres en raison d’un arrondissement ou d’une suppression aux fins de confidentialité. Pour obtenir de plus amples renseignements, on peut consulter la section « Procédures de confidentialité » des notes explicatives.
En réponse à la partie e) de la question, bien que l’ARC soit guidée par les critères énoncés dans la Loi de l’impôt sur le revenu, ou LIR, et fondée sur des renseignements médicaux précis fournis, elle ne consigne pas les renseignements de la façon demandée.
En réponse à la partie f) de la question, l’ARC administre le CIPH conformément à la LIR. À cette fin, l’ARC ne saisit que les données nécessaires pour administrer le CIPH, comme il est prescrit par la LIR. Pour cette raison, l’Agence n’est pas en mesure de répondre de la façon demandée, car il n’y a aucune exigence législative pour saisir les renseignements de cette façon.
En réponse aux parties g) et h), ces données ne sont pas facilement accessibles car elles nécessiteraient une recherche manuelle qui ne peut être effectuée dans le délai prévu à l'alinéa 39(5)a) du Règlement.
En réponse à la partie i) de la question, l’ARC administre le CIPH conformément à la LIR. À cette fin, l’ARC ne saisit que les données nécessaires pour administrer le CIPH, comme il est prescrit par la LIR. Pour cette raison, l’ARC n’est pas en mesure de répondre de la façon demandée, car il n’y a aucune exigence législative pour saisir les renseignements de cette façon.
Notons que le rôle de l’ARC est de déterminer l’admissibilité au CIPH en fonction des dispositions législatives et des renseignements fournis par le médecin qui remplit le formulaire T2201. Si le médecin fournit à l’ARC des renseignements qui suggèrent que les limitations graves du patient peuvent diminuer au fil du temps, l’admissibilité au CIPH est permise sur une base temporaire. Lorsque cette période se termine, il est nécessaire de soumettre un nouveau formulaire T2201 afin que l’ARC puisse déterminer de nouveau l’admissibilité en fonction de la situation à ce moment-là. Le facteur déterminant dans tous les cas, qu’il s’agisse d’une première demande ou d’une nouvelle demande, est fondé sur les effets de la déficience sur la capacité d’une personne à effectuer les activités courantes de la vie quotidienne.
Bien que la Loi de l’impôt sur le revenu permette à l’ARC de demander un nouveau formulaire T2201 dûment rempli à différents intervalles, tous les efforts sont déployés pour alléger le fardeau des contribuables et des médecins.
Une fois qu’une détermination a été effectuée, un avis de détermination est envoyé au contribuable, les renseignements sont mis à jour dans la base de données du CIPH, et le contribuable peut consulter les renseignements sur l’invalidité par moyen de Mon dossier de l'ARC.

Question no 428 --
M. Gérard Deltell:
En ce qui concerne les communications entre le Bureau du leader du gouvernement à la Chambre des communes, le Bureau du Conseil privé ou le Cabinet du premier ministre, et le Bureau du greffier de la Chambre des communes entre le 17 février 2021, midi, et le 18 février 2021, 16 heures: quels sont les détails de toutes ces communications, y compris (i) la date et l’heure, (ii) le type (courriel, message texte, appel téléphonique, échange verbal, etc.), (iii) le nom et le titre des personnes concernées, (iv) l’expéditeur et le destinataire, le cas échéant, (v) les sujets abordés, (vi) le résumé du contenu de la communication?
Response
M. Kevin Lamoureux (secrétaire parlementaire du président du Conseil privé de la Reine pour le Canada et ministre des Affaires intergouvernementales et du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.):
Monsieur le Président, le Bureau du leader du gouvernement à la Chambre des communes consulte et interagit avec tous les partis et les députés, de même qu’avec les représentants de la Chambre des communes dans le but de faciliter le mandat que lui a confié le premier ministre de diriger l’équipe de leadership à la Chambre afin d’adopter une approche collaborative et efficace dans le cadre du Parlement minoritaire, en accordant la priorité à la transparence et à la communication avec les Canadiens au sujet des travaux du Parlement.

Question no 430 --
Mme Rosemarie Falk:
En ce qui concerne les conséquences pour l’économie canadienne de la décision du président des États-Unis de révoquer le permis lié au projet de pipeline Keystone XL: a) à combien le gouvernement estime-t-il le nombre d’emplois perdus, directement et indirectement, en raison de cette décision; b) à combien le gouvernement estime-t-il les pertes économiques, directes et indirectes, en raison de cette décision?
Response
M. Marc Serré (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.):
Monsieur le Président, à la suite de la décision récente de l’administration américaine concernant Keystone XL, à laquelle le gouvernement du Canada s’est opposé vigoureusement, le promoteur du projet a déclaré que 1 000 emplois dans le domaine de la construction ont été touchés, car les activités de la saison de la construction ont cessé. Il avait prévu la création de 2 800 emplois dans le domaine de la construction en Alberta et en Saskatchewan à la période de pointe de la construction. Le promoteur a également déclaré que le projet devait créer jusqu’à 17 000 emplois directs et indirects au Canada.

Question no 437 --
M. Arnold Viersen:
En ce qui concerne l’embauche d’employés temporaires supplémentaires par l’Agence du revenu du Canada (ARC) pour la période de production des déclarations de 2021: a) combien d’employés temporaires l’ARC embauche-t-elle; b) avant d’embaucher des personnes de l’extérieur du gouvernement, l’ARC a-t-elle envisagé des détachements d’employés d’autres ministères ou organismes qui sont en congé ou qui ne peuvent s’acquitter de leur travail habituel en raison de la pandémie et, si ce n’est pas le cas, pourquoi; c) combien d’employés temporaires embauchés pour la période de production des déclarations de cette année ont été détachés d’autres ministères ou organismes?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, concernant la partie a) de la question, en réponse à la pandémie de COVID-19 et à la période de production des déclarations de 2021, l’objectif d’embauche des centres d’appels de l’ARC était d’environ 2 000 employés temporaires d’ici le 31 mars 2021.
En réponse à la partie b) de la question, au début de la pandémie de COVID-19, l’ARC a été appelée à aider à administrer les prestations d’urgence au nom du gouvernement du Canada. L’ARC a travaillé en étroite collaboration avec les centres d’appels d’Emploi et Développement social Canada afin de s’assurer qu’un soutien adéquat était offert aux Canadiens qui éprouvent des difficultés en raison de la pandémie.
En avril 2020, l’ARC a lancé un appel aux employés de l’ensemble de l’ARC pour demander à ceux dont les charges de travail avaient été jugées non essentielles de travailler temporairement à titre d’agents des appels. Environ 7 000 employés de l’ARC ont décidé d’apporter leur aide. Cependant, lorsque la reprise des activités de l'ARC a commencé, les employés de l'ARC ont commencé à reprendre leurs fonctions habituelles.
L'ARC n'a pas approché d'autres ministères ou agences gouvernementales car nous avions prévu de recruter et de former 2 000 employés externes pour la période de dépôt des déclarations.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, aucun des agents temporaires embauchés pour la saison des impôts de cette année n'a été détaché par d'autres ministères ou organismes gouvernementaux.

Question no 438 --
M. Marc Dalton:
En ce qui concerne le Bureau de l’ombudsman de l’approvisionnement: a) combien de plaintes l’ombudsman a-t-il reçues pendant la pandémie, depuis le 1er mars 2020; b) quelle est la ventilation des plaintes par type de produits ou services à fournir; c) quelle est la ventilation des plaintes par type de plaintes; d) combien des plaintes concernaient des appels d’offres liés à des produits achetés dans le cadre de la réponse à la pandémie (EPI, ventilateurs, etc.); e) combien des plaintes concernaient des appels d’offres liés à l’administration ou à la mise en œuvre de programmes annoncés par le gouvernement en réponse à la pandémie?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, en vertu de la Loi sur le ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux, l’ombudsman de l’approvisionnement peut examiner deux types de plaintes: i) les plaintes relatives au respect des règlements pris en vertu de la Loi sur la gestion des finances publiques concernant l’attribution de certains contrats; et ii) les plaintes relatives à l’administration de certains contrats.
Depuis le 1er mars 2020, l’ombudsman a reçu un total de cinq plaintes concernant l’attribution ou l’administration de contrats fédéraux.
En réponse à la partie b) de la question, la répartition des plaintes par produits ou services comprend: les études environnementales; les services audiovisuels; les services d'affrètement aérien; les services professionnels, administratifs et de soutien à la gestion; et les véhicules, les véhicules à moteur et vélos.
En ce qui concerne la partie c) de la question, quatre des cinq plaintes concernaient l’attribution et une concernait l'administration.
Relativement à la partie d) de la question, il n’y a eu aucune plainte concernant les appels d’offres relatifs à des produits achetés dans le cadre de la réponse à la pandémie.
Au sujet de la partie e) de la question, il n’y a pas eu de plaintes liées aux programmes gouvernementaux de réponse à la pandémie.

Question no 440 --
M. James Bezan:
En ce qui concerne l’ancien ombudsman du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, M. Gary Walbourne: a) à quelles dates, entre le 1er janvier 2018 et le 31 octobre 2018, a-t-il rencontré le ministre de la Défense nationale; b) à quelles dates, entre le 1er  janvier et le 31 octobre 2018, a-t-il eu, de manière planifiée ou non, (i) des entretiens téléphoniques, (ii) des discussions par vidéoconférence (par Zoom, Microsoft Teams, etc.) avec le ministre de la Défense nationale?
Response
Mme Anita Vandenbeld (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a) et b) de la question concernant les rencontres entre le ministre de la Défense nationale et l'ancien ombudsman M. Gary Walbourne entre le 1er janvier 2018 et le 31 octobre 2018, une rencontre a eu lieu le 1er mars 2018.

Question no 441 --
M. James Bezan:
En ce qui concerne le ministre de la Défense nationale: a) à quelles dates entre le 1er janvier et le 31 octobre 2018 le ministre de la Défense nationale a-t-il rencontré l’ancien ombudsman du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, M. Gary Walbourne; b) à quelles dates entre le 1er janvier et le 31 octobre 2018 le ministre de la Défense nationale a-t-il eu une conversation (i) par téléphone, (ii) par vidéo (Zoom, Microsoft Teams, etc.), programmée ou non, avec M. Walbourne?
Response
Mme Anita Vandenbeld (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, entre le 1er janvier 2018 et le 31 octobre 2018, le ministre de la Défense nationale a rencontré l’ancien ombudsman de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes une fois, le 1er mars 2018.

Question no 443 --
M. Alexandre Boulerice:
En ce qui concerne les échanges de courriels les 11 et 12 février 2020, entre Kevin Chan, directeur mondial des politiques publiques de Facebook, et Owen Ripley, directeur général à Patrimoine canadien, au sujet d’une offre d’emploi au profit de Facebook, et l’affirmation du ministre du Patrimoine au Comité permanent du Patrimoine canadien le 29 janvier 2021, « J'ai demandé au ministère d'examiner la question »: a) à quelle date le ministre a-t-il pris connaissance des échanges de courriels; b) à quelle date le ministre a-t-il demandé au ministère d’examiner les échanges de courriels; c) sur la base de quelles lois, règlements ou codes, le ministre a-t-il demandé au ministère d’examiner les échanges de courriels; d) quels sont les éléments que le ministre a demandé au ministère d’examiner ou de vérifier; e) quelle a été la durée de l’examen par le ministère; f) en vertu de quels lois, règlements ou codes l’examen a-t-il été effectué; g) quelles ont été les conclusions de l’examen par le ministère; h) quand le ministre a-t-il pris connaissance de l’examen effectué par le ministère; i) quelles décisions ont été prises par le ministère et le ministre suite à l’examen; j) quelle est la position du ministère au sujet des demandes de circulation ou de partage d’offre d’emplois faites par des lobbyistes enregistrés aux fonctionnaires?
Response
Mme Julie Dabrusin (secrétaire parlementaire du ministre du Patrimoine canadien, Lib.):
Monsieur le Président, la réponse à la partie a) de la question est: le 28 octobre 2020.
En réponse à la partie b) de la question, le 28 octobre 2020, le chef de cabinet du ministre a soulevé l’échange de courriels avec la sous-ministre du Patrimoine canadien. En tant que fonctionnaire responsable d’assurer la gestion efficace du ministère, incluant la conduite des employés du ministère, la sous-ministre a informé le chef de cabinet de son intention de mener un examen des circonstances entourant l’échange de courriels.
En ce qui concerne la partie c) de la question, la sous-ministre, en tant que fonctionnaire responsable d’assurer la gestion efficace du ministère, incluant la conduite des employés du ministère, a examiné la question en se basant sur le Code de valeurs et d'éthique du secteur public, le Code de valeurs et d’éthique du ministère du Patrimoine canadien, la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles, la Politique sur la gestion des personnes du Conseil du Trésor, la Directive sur les conflits d’intérêts du Conseil du Trésor ainsi que la Directive sur les conditions d’emploi du Conseil du Trésor.
Au sujet de la partie d) de la question, la sous-ministre, en tant que fonctionnaire responsable d’assurer la gestion efficace du ministère, incluant la conduite des employés du ministère, a examiné la question en se basant sur le Code de valeurs et d'éthique du secteur public, le Code de valeurs et d’éthique du ministère du Patrimoine canadien, la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles, la Politique sur la gestion des personnes du Conseil du Trésor, la Directive sur les conflits d’intérêts du Conseil du Trésor ainsi que la Directive sur les conditions d’emploi du Conseil du Trésor.
La réponse à la partie e) de la question est: du 28 octobre 2020 au 3 novembre 2020.
En ce qui a trait à la partie f) de la question, la sous-ministre, en tant que fonctionnaire responsable d’assurer la gestion efficace du ministère, incluant la conduite des employés du ministère, a examiné le dossier en se basant sur le Code de valeurs et d'éthique du secteur public, le Code de valeurs et d’éthique du ministère du Patrimoine canadien, la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles, la Politique sur la gestion des personnes du Conseil du Trésor, la Directive sur les conflits d’intérêts du Conseil du Trésor ainsi que la Directive sur les conditions d’emploi du Conseil du Trésor.
Pour ce qui est de la partie g) de la question, en tenant compte de l’information se rapportant spécifiquement à ce cas, la sous-ministre du Patrimoine canadien a conclu que la diffusion d’information publique ne constituait pas un acte répréhensible.
Relativement à la partie h) de la question, les conclusions de l’examen ont été communiquées verbalement au ministre le 4 novembre 2020.
À l’égard de la partie i) de la question, la sous-ministre a conclu, à la suite de l’examen des faits propres à cette question, qu’aucune mesure n’était nécessaire.
En réponse à la partie j) de la question, chaque cas est un cas d’espèce et doit être examiné en conséquence. Bien que la diffusion d’information publique en soit ne constitue pas un acte répréhensible, les employés du ministère sont tenus de respecter les normes les plus élevées concernant les conflits d'intérêts, les valeurs et l'éthique. Le ministère du Patrimoine canadien prend très au sérieux les questions liées aux valeurs et à l'éthique et possède un cadre de prévention et de suivi très solide à cet égard.

Question no 450 --
M. Corey Tochor:
En ce qui concerne l’incidence que l’importance du projet de la canalisation 5 d’Enbridge a sur les prévisions du gouvernement: a) quelles sont les estimations du gouvernement quant au nombre d’emplois qui sont en jeu, à la fois directement et indirectement, et qui dépendent de la réussite du projet; b) quelles sont les estimations du gouvernement quant à l’incidence économique directe et indirecte que le projet aurait sur l’économie canadienne, selon l’issue du projet?
Response
M. Marc Serré (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada est entièrement résolu à poursuivre l’exploitation sécuritaire de la ligne 5. Selon Enbridge, le complexe pétrochimique de la ligne 5 à Sarnia appuie plus de 4 900 emplois directs et de 23 500 emplois indirects. Il est également responsable de plus de 65 milliards de dollars en revenus directs et indirects, en fonction du commerce direct annuel de 28 milliards de dollars entre le Canada et les États-Unis. Au Québec, la ligne 5 est une source essentielle de l’approvisionnement pour les raffineries de la province, fournissant environ les deux tiers du pétrole brut consommé dans la province. Cela soutient les 1 080 employés des raffineries et plus de 200 travailleurs contractuels.
Air transportationAlghabra, OmarBarsalou-Duval, XavierBérubé, SylvieBezan, JamesBloc Québécois CaucusBoulerice, AlexandreBrassard, JohnCabinetCanada Revenue AgencyCanadian International Trade Tribunal ...Show all topics
Results: 1 - 3 of 3

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data