Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 646
View Annie Koutrakis Profile
Lib. (QC)
View Annie Koutrakis Profile
2020-01-29 15:14 [p.636]
Mr. Speaker, I rise on a point of order. In relation to my voting attendance Monday, I would like to reiterate that I was in the chamber and heard the question but was not in my seat when the vote started, which I now understand is the rule for a recorded vote.
This was obviously an error as a new member of the House. As a result, please remove my vote from Monday's relevant vote count.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. En ce qui concerne ma présence au vote tenu lundi, j'aimerais répéter que j'étais dans la Chambre et que j'ai entendu la question, mais que je n'étais pas à ma place lorsque le vote a commencé, comme le veut la règle pour un vote par appel nominal, ce que je comprends maintenant.
Manifestement, c'est une erreur que j'ai commise parce que je suis nouvelle à la Chambre. Par conséquent, je vous prie de retirer mon vote du total des voix relatif au vote de lundi.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I thank the hon. member for the clarification. Accordingly, I direct the table to modify the results of the recorded division held on Monday and consider the matter now settled.
I would like to take this opportunity to remind hon. members of the importance of recorded divisions. The results of each vote reflect the opinion of the House and the parties. It is therefore imperative that the voting process be conducted with the utmost integrity.
Therefore, I will take this moment to remind hon. members once again that in order for their votes to count, they must be in the chamber to hear the motion being put to the House by the Chair. They must also be in their seats when the recorded division begins and remain so until the vote is completed and the results announced.
The leader of the Bloc Québécois in the House of Commons is rising on a point of order.
Je remercie la députée de cette précision. Par conséquent, j'ordonne au bureau de modifier les résultats du vote par appel nominal tenu lundi et j'estime que l'affaire est close.
Je profite de l'occasion pour rappeler aux honorables députés l'importance des votes par appel nominal. Le résultat de chaque vote reflète l'opinion de la Chambre et des partis. Il est donc impératif que le processus du vote se fasse dans la plus grande intégrité.
Je saisis donc l'occasion pour rappeler une fois de plus aux députés que, pour que leur vote compte, ils doivent se trouver dans la Chambre et entendre la présidence lire la motion proposée à la Chambre. De plus, les députés doivent être à leur place lorsque le vote par appel nominal commence et y demeurer jusqu'à ce que le vote soit terminé et que les résultats aient été annoncés.
Le leader du Bloc québécois à la Chambre des communes aimerait invoquer le Règlement.
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2020-01-27 11:05 [p.427]
Mr. Speaker, I am pleased to split my time with the member for Kenora today.
It would have been difficult to predict, over 150 years ago, that the shared vision of Canada's founding fathers who gathered to create a dominion from sea to sea would have led to a 29-year-old woman delivering the first speech of the new year and the new decade in our House of Commons.
As a first-time elected representative, it was a special moment for me to hear Canada's Governor General deliver the Speech from the Throne. Amid all the pomp and circumstance, I could not help but think back to my humble roots and how far I have come. I was born to four generations of Canadian farmers in a small town in eastern Manitoba. My family were prairie pioneers, and their lives were built on sacrifice, on struggle and on principles of personal responsibility and resilience.
At the time, Canada was a young country without the robust social safety net we see today. Faith, family and community were all they could rely on to get them through the tough times of financial hardship. They had no choice but to persevere and do the best they could to provide for the next generation.
My call to public service came when I was about nine years old. It was a hot summer day at my grandparents' farm. The adults in my family were sitting around the kitchen table passionately expressing their views of yet another damaging policy the Liberals in Ottawa had put on farmers. Even at that young age, I could feel the injustice of the harmful government intrusion in our lives. There was a disconnect between my humble hard-working family and the decision-makers here in Ottawa.
I decided in that moment that when I grew up, I would go to Ottawa to fight for my family. It has been a long journey from small-town country roots to being the first in my family to attend university and the first to enter federal politics. As a woman in her 20s, I stand before you today, Mr. Speaker, as part of a demographic that has rarely been represented in this House.
I attribute much of my success to the resilience I inherited from my pioneer ancestors and that burning motivation to fight for everyday Canadians against government agendas that are so often out of touch with the struggles facing everyday people. That is why I am truly honoured to represent my constituents of Kildonan—St. Paul.
My riding has a rich heritage and holds a place of significance in our national history. That history is tied to the mighty Red River, which cuts straight through the middle of Kildonan—St. Paul. The river has been the lifeblood of the community for thousands of years, beginning with Treaty 1 first nations and later the Red River Métis and the Selkirk Settlers, and later the Polish, Ukrainian, German and Mennonite homesteaders of the early 20th century.
More recently our community has welcomed many newcomers from India and the Philippines. Today Kildonan—St. Paul is a diverse constituency made strong by the contributions of young families, new Canadians, seniors, small business owners, tradesmen and women, and dozens of cultural and faith groups.
However, what troubles me is how the throne speech and the priorities of the Liberal government therein are not reflective of the priorities of the Winnipeggers and the Manitobans I represent. What I heard at the doorstep over the better part of the last two years was a desire for a representative who would fight for everyday hard-working Canadians in my community, an MP who would make clear to the Liberal government that higher taxes, mountains of debt and endless deficits do not create economic prosperity but in fact put our country's social programs and the future financial security of Canadians at risk.
Residents also expressed concerns for their environment, and top of mind is the North End Water Pollution Control Centre, which is at the very centre of my riding and processes 70% of Winnipeg sewage. It needs over $1 billion in infrastructure upgrades and is currently incapable of removing phosphorus to an acceptable degree from the treated sewage before it flows back into the Red River. As a result, there are impacts on the health of Lake Winnipeg, which, as all Manitobans know, has been choked with large algae blooms in the most recent years. Lake Winnipeg, the Red River and the Assiniboine River have shaped the history of Manitoba for thousands of years, and all three levels of government must come together to support this critical project.
Also top of mind was the extension of Chief Peguis Trail from Main Street to Route 90, which would substantially increase the livability of northwest Winnipeg by reducing traffic on residential streets to accommodate walking, cycling and public transit, and increase traffic mobility by supporting the completion of the strategic inner ring road of Winnipeg. Unfortunately, despite billions in deficits and collecting millions more in additional tax revenue, the Prime Minister and the government have largely ignored critical infrastructure projects in Manitoba.
Winnipeggers are also looking at the federal government to take meaningful action to combat the meth crisis, which has wreaked havoc on Winnipeg in recent years, contributed to the dramatic increase in violent crime and contributed to its 44 murders in 2019, more than doubling from the year prior.
Our first responders and front-line community organizations are under tremendous stress as they deal with the heartbreaking and traumatic consequences of this crisis. I saw the dire need for action in our community first-hand when I went to an evening patrol with the Bear Clan, an indigenous-led grassroots community group that supports vulnerable people across our inner-city neighbourhoods in Winnipeg. That evening, a large bag of needles was found buried in a snowbank. Volunteers carefully collected them for safe disposal in bone-chilling -30°C weather, but the most shocking of all was when I looked up from our collection activities to see three young children peering down from a nearby second-storey window. I could not help but think how inviting this fluffy snowbank may have looked to these children as they walked to school or played outside.
Last year, the Bear Clan picked up more than 145,000 used needles in Winnipeg's North End. The Liberal government committed to long-term, predictable funding to support the Bear Clan's efforts, and I very much hope the Minister of Indigenous Services will deliver on this commitment made by his predecessor.
In addition to serving my constituents, I have also been given by my leader the responsibility of serving Canadians as the shadow minister for the new Department of Diversity and Inclusion and Youth. I am honoured to have earned this opportunity and I am committed to using this platform to advocate the inclusion of ethnically and racially diverse Canadians, freedom and equality of LGBTQ Canadians and a free, prosperous and healthy future for Canada's youth.
The youth in Canada are facing challenges. Affordability was the number one concern I heard on the doorstep, and it is impacting young people in many alarming ways. My generation has the largest student loan debt in the history of Canada. We are well into our thirties when buying our first homes, if we do so at all, and we are working without reliable retirement plans in the gig economy. Our wages are largely frozen while the cost of living has increased dramatically, so it is no surprise that we are drowning in household debt and having fewer children, if any.
Meanwhile, the baby boomers are aging into their retirement pensions and beginning to rely heavily on our health care and social services, which are already under tremendous strain. However, we have heard very little acknowledgement of these critical financial issues in the Liberal government's throne speech. Its multi-year, multi-billion-dollar deficit investments completely lack a strategic plan to secure my generation's financial future in the event of soaring interest rates or an economic downturn. The government is leaving us ill-equipped to deal with an uncertain and changing world, and every person in my generation will live with the consequences if we do not get it right.
I will embrace my critic role by holding the government to account on behalf of my generation and young Conservatives across this country, and as my party and our country navigate the issues of the 2020s, I will fight for everyday Canadians. I will fight for freedom; for safety; for security; for health, peace and prosperity; and for a government that respects the rich fabric of beliefs of our country. I will as well fight for the priorities of my constituents in Kildonan—St. Paul. I will ensure their voices and priorities are heard loud and clear in this chamber.
To conclude, I would like to acknowledge the people who helped get me here: my team. I thank all of the first-time and long-time volunteers who put in hundreds of hours on the campaign trail; my family, my parents and my two sisters, who have supported me in my dreams for decades; and most sincerely, I thank my fiancé Scott, who is in the gallery today. He was by my side back when being a member of Parliament was only a pipe dream.
Family really is the most important thing, and in that regard I have been very blessed. I am working tirelessly to make them proud as I come to Ottawa to do what I came here to do, which is to fight for everyday Canadians.
Monsieur le Président, je suis heureuse de partager mon temps de parole aujourd'hui avec le député de Kenora.
Il y a plus de 150 ans, il aurait été difficile de prédire que la vision commune des pères fondateurs du Canada qui se sont réunis pour créer un dominion d'un océan à l'autre aurait amené une femme de 29 ans à prononcer le premier discours de la nouvelle année et de la nouvelle décennie à la Chambre des communes.
En tant que députée élue pour la première fois, j'ai vécu un moment spécial en écoutant la gouverneure générale du Canada prononcer le discours du Trône. Au cours de cet événement solennel, je n'ai pu m'empêcher de repenser à mes humbles racines et à tout le chemin que j'ai parcouru. Je fais partie de la quatrième génération d'agriculteurs canadiens présents dans une petite localité de l'Est du Manitoba. Les membres de ma famille étaient des pionniers des Prairies, dont la vie reposait sur le sacrifice, la lutte et les principes de responsabilité personnelle et de résilience.
À l'époque, le Canada était un pays jeune, qui ne bénéficiait pas du solide filet social qui le caractérise aujourd'hui. Les gens ne pouvaient alors compter que sur leur foi, leur famille et leur collectivité pour les aider à traverser les périodes éprouvantes marquées par les difficultés financières. Ils n'avaient pas d'autre choix que de persévérer et de faire de leur mieux pour subvenir aux besoins de la génération suivante.
C'est vers l'âge de 9 ans que j'ai commencé à m'intéresser au service public. Lors d'une chaude journée d'été à la ferme de mes grands-parents, les adultes de ma famille, assis à la table de la cuisine, exprimaient avec force leurs points de vue à propos d'une autre politique néfaste que les libéraux d'Ottawa avaient imposée aux agriculteurs. Même à ce jeune âge, je ressentais l'injustice de l'ingérence nuisible du gouvernement dans nos vies. Il existait un fossé entre ma famille d'humbles travailleurs et les décideurs d'Ottawa.
C'est à ce moment-là que j'ai décidé que, à l'âge adulte, j'irais à Ottawa afin de me battre pour ma famille. Le parcours a été long: venant d'une petite ville de campagne, j'ai été la première de ma famille à fréquenter l'université et à monter dans l'arène politique fédérale. En tant que femme dans la vingtaine, je prends la parole aujourd'hui, monsieur le Président, pour représenter un groupe démographique qui l'a rarement été à la Chambre.
J'attribue une bonne partie de mon succès à la détermination dont j'ai hérité de mes ancêtres pionniers, à l'instar de la forte volonté de lutter pour les Canadiens ordinaires contre les programmes du gouvernement, qui ne tiennent presque jamais compte des difficultés que connaissent ces gens. Voilà pourquoi je suis vraiment honorée de représenter les habitants de Kildonan—St. Paul.
Ma circonscription possède un riche patrimoine et occupe une place importante dans notre histoire nationale. Cette histoire est rattachée à la puissante rivière Rouge, qui coule en plein coeur de Kildonan-St. Paul. La rivière est l'élément vital de la collectivité depuis des milliers d'années; elle l'a d'abord été pour les Premières Nations du Traité no 1, puis les Métis de la rivière Rouge et les colons de Lord Selkirk, et plus tard les colons polonais, ukrainiens, allemands et mennonites du début du XXe siècle.
Plus récemment, ma circonscription a accueilli de nombreux nouveaux arrivants de l'Inde et des Philippines. Aujourd'hui, Kildonan-St. Paul est une circonscription diversifiée qui est enrichie de l'apport de jeunes familles, de nouveaux Canadiens, de personnes âgées, de propriétaires de petites entreprises, de gens de métier et de dizaines de groupes culturels et confessionnels.
Cependant, ce qui me dérange, c'est que le discours du Trône et les priorités du gouvernement libéral qui y figurent ne tiennent pas compte des priorités des Winnipegois et des Manitobains que je représente. Pendant une bonne partie des deux dernières années, quand je faisais du porte-à-porte, les gens me parlaient de leur désir d'avoir un représentant qui se battrait pour les vaillants travailleurs canadiens de leur collectivité, un député qui ferait comprendre au gouvernement libéral que les hausses d'impôt, les dettes incommensurables et les déficits perpétuels ne mènent pas à la prospérité économique et que, au contraire, ils mettent en péril les programmes sociaux du Canada et la sécurité financière future des Canadiens.
De plus, les questions environnementales préoccupent les habitants, surtout le centre de dépollution de l'eau du secteur nord de Winnipeg, qui est situé au centre de ma circonscription et qui traite 70 % des eaux usées de la ville. Des travaux de modernisation de plus de 1 milliard de dollars sont nécessaires, car on est incapable de retirer un degré acceptable de phosphore des eaux usées avant de les déverser dans la rivière Rouge, ce qui a des répercussions sur la santé du lac Winnipeg, laquelle, comme les Manitobains le savent, se dégrade en raison de la prolifération d'algues ces dernières années. Le lac Winnipeg, la rivière Rouge et la rivière Assiniboine façonnent l'histoire du Manitoba depuis des milliers d'années, et les trois ordres de gouvernement doivent joindre leurs efforts pour appuyer ce projet essentiel.
Autre priorité: le prolongement de la route Chief Peguis depuis la rue Main jusqu'à la route 90, qui augmenterait considérablement l'habitabilité du secteur nord-ouest de Winnipeg. En effet, il réduirait la circulation dans les rues résidentielles afin de permettre les déplacements à pied, à vélo et en transports en commun. En appuyant l'achèvement du boulevard périphérique interne, on atténuerait la congestion routière à Winnipeg. Malheureusement, le premier ministre et le gouvernement, qui accumulent des déficits de milliards de dollars et qui perçoivent des millions de dollars de plus en recettes fiscales, ont largement négligé les projets d'infrastructures essentielles au Manitoba.
Les gens de Winnipeg s'attendent aussi à ce que le gouvernement fédéral prenne des mesures concrètes pour résoudre la crise de la méthamphétamine, qui sévit à Winnipeg depuis quelques années et qui a contribué à une hausse marquée des crimes violents, dont 44 meurtres en 2019, soit plus du double de l'année précédente.
La pression sur les premiers intervenants et les organismes communautaires de première ligne est énorme, car ce sont eux qui vivent avec les conséquences terribles et traumatisantes de cette crise. J'ai moi-même pu constater à quel point la situation est urgente lorsque j'ai participé à une patrouille de nuit avec le Bear Clan, un groupe communautaire autochtone qui vient en aide aux personnes vulnérables des quartiers centraux de Winnipeg. Ce soir-là, nous avons trouvé un gros sac rempli de seringues enfoui dans un banc de neige. Malgré un froid mordant — il faisait 30 sous zéro —, les bénévoles avec qui j'étais l'ont ramassé et l'ont apporté en lieu sûr. C'est toutefois quand j'ai vu, entre deux objets à ramasser, trois jeunes enfants nous regarder par une fenêtre située au deuxième étage que j'ai eu mon plus grand choc, parce que je me suis tout de suite imaginé à quel point toute cette neige devait sembler invitante pour eux chaque fois qu'ils sortaient pour se rendre à l'école ou pour jouer dehors.
L'année dernière, le Bear Clan a ramassé au-delà de 145 000 seringues usagées seulement dans le quartier North End. À l'époque, le gouvernement libéral s'était engagé à financer les efforts du Bear Clan de manière durable et prévisible, alors j'espère sincèrement que le ministre des Services aux Autochtones fera sienne la promesse de sa prédécesseure.
En plus de représenter les gens qui habitent dans ma circonscription, mon chef m'a aussi confié la responsabilité de servir les Canadiens à titre de ministre du cabinet fantôme pour le nouveau ministère de la Diversité et de l'Inclusion et de la Jeunesse. Ce sera pour moi un honneur, et je m'engage à me servir de la tribune qui m'est ainsi offerte pour favoriser l'inclusion de tous les Canadiens, quelles que soient leurs origines ethniques ou raciales, pour défendre les libertés et le droit à l'égalité des membres de la communauté LGBTQ et pour assurer un avenir libre, prospère et sain aux jeunes du pays.
De nombreux obstacles attendent les jeunes Canadiens. Quand je faisais du porte-à-porte, aucun sujet n'est revenu aussi souvent que le coût de la vie. Or, ce problème a de nombreuses conséquences aussi néfastes les unes que les autres pour les jeunes de ma génération. Nous traînons la plus lourde dette étudiante de l'histoire du Canada. Nous devons attendre la moitié ou la fin de la trentaine pour acheter notre première maison — advenant que nous n'y ayons pas renoncé — et comme nous devons souvent nous contenter de petits boulots, peu d'entre nous peuvent compter sur un régime de retraite digne de ce nom. Nos salaires stagnent pour la plupart, mais le coût de la vie, lui, n'arrête pas d'augmenter. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que nous croulions sous les dettes et que nous ayons de moins en moins d'enfants, quand nous en avons.
Pendant ce temps, les baby-boomers vieillissent et touchent leur pension de retraite et ils commencent à compter beaucoup sur les services de santé et les services sociaux, qui sont déjà surchargés. Cependant, dans le discours du Trône du gouvernement libéral, on ne fait guère mention de ces questions financières cruciales. Les investissements pluriannuels et déficitaires de plusieurs milliards de dollars ne suivent aucun plan stratégique visant à assurer l'avenir financier de ma génération en cas de flambée des taux d'intérêt ou de ralentissement économique. Le gouvernement nous place en mauvaise position pour faire face à un monde incertain et changeant, et si nous ne faisons pas les choses correctement, ma génération en subira les conséquences.
J'assumerai mon rôle de porte-parole en demandant des comptes au gouvernement au nom de ma génération et des jeunes conservateurs de tout le Canada et, tandis que mon parti et le pays se penchent sur les enjeux des années 2020, je me battrai pour les Canadiens ordinaires. Je me battrai pour la liberté, la sûreté, la sécurité, la santé, la paix, la prospérité et un gouvernement qui respecte la riche mosaïque de croyances de notre pays. Je me battrai également pour les priorités des habitants de ma circonscription, Kildonan—St. Paul. Je ferai en sorte que leurs voix et leurs priorités soient entendues haut et fort dans cette enceinte.
En terminant, je tiens à saluer les gens qui ont aidé à me faire élire: mon équipe. Je remercie tous les bénévoles, nouveaux ou de longue date, qui ont consacré des centaines d'heures à la campagne électorale, ainsi que ma famille, mes parents et mes deux sœurs, qui m'appuient dans la poursuite de mes rêves depuis des décennies. De plus, je remercie très sincèrement mon fiancé Scott, qui se trouve dans la tribune aujourd'hui. Il était à mes côtés à l'époque où l'idée d'être députée n'était qu'une chimère.
Rien n'est plus important que la famille, et j'ai été très chanceuse à cet égard. Je travaille sans relâche pour que la mienne soit fière de ce que je compte bien faire à Ottawa, c'est-à-dire me battre pour les Canadiens ordinaires.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-01-27 11:14 [p.429]
Madam Speaker, the member referred to fighting for Canadians. I am sure she would join with me and the Liberal caucus as we continue to deliver for Canadians from every region of this country.
For example, this government has delivered tax breaks to Canada's middle class. This is a government that has lifted literally hundreds of thousands of both seniors and children out of poverty by enhancing the Canada child benefit and increasing the guaranteed income supplement. Many progressive measures have been incorporated in the past few years to advance Canada's middle class, making it healthier and stronger. Are these the types of policies that we can anticipate she will support?
Further to that, today a motion was tabled to introduce the trade agreement for Canada, Mexico and the U.S. Would she not agree that this is a positive step and something we should get behind?
Madame la Présidente, la députée a parlé de se battre pour les Canadiens. Je suis certain qu'elle acceptera de faire cause commune avec moi et le caucus libéral dans nos efforts pour bien servir les Canadiens de toutes les régions du pays.
Par exemple, le présent gouvernement a accordé des allégements fiscaux aux Canadiens de la classe moyenne. Il a sorti littéralement des centaines de milliers de personnes âgées et d'enfants de la pauvreté en bonifiant l'Allocation canadienne pour enfants et en augmentant le Supplément de revenu garanti. Un grand nombre de mesures progressistes ont été prises au cours des dernières années pour aider la classe moyenne de sorte qu'elle se porte maintenant mieux et qu'elle est plus forte. Est-ce le genre de politiques pour lesquelles nous pouvons nous attendre à bénéficier de son appui?
Qui plus est, une motion a été déposée aujourd'hui pour présenter l'accord commercial entre le Canada, le Mexique et les États-Unis. N'est-elle pas d'accord pour dire que c'est une bonne mesure qui mérite notre appui?
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2020-01-27 11:15 [p.429]
Madam Speaker, I ask the member to consider the state of the Canadian economy under his government. About 71,000 Canadians lost their jobs in November, which I am sure he will remember. October 2019 had the highest number of personal bankruptcies in a decade, the most since the global financial crisis. Businesses like Encana are leaving Canada because of the government's tax hikes and harmful regulations. Investment in plants and equipment by Canadian businesses has fallen by 20% over the past five years, the worst performance in more than five decades. Foreign direct investment in Canada has fallen by 56% since the government came to power.
In my speech I spoke a lot about the future of this country and the stakes that young people are facing. I encourage the member opposite to reconsider his remarks and think about the consequences of his government's reckless financial actions.
Madame la Présidente, je demande au député de s'arrêter à la situation économique du Canada sous son gouvernement. Environ 71 000 Canadiens ont perdu leur emploi en novembre. Il ne n'aura pas oublié, j'en suis certaine. On a enregistré, en octobre 2019 le plus grand nombre de faillites personnelles en une décennie, soit le plus depuis la crise financière mondiale. Des entreprises, comme Encana, quittent le Canada en raison des hausses d'impôt et des règlements nuisibles du gouvernement. Les investissements des entreprises canadiennes dans les usines et le matériel ont chuté de 20 % au cours des cinq dernières années. C'est le pire résultat à ce chapitre depuis plus de cinquante ans. Les investissements directs étrangers au Canada ont chuté de 56 % depuis l'arrivée au pouvoir du présent gouvernement.
Dans mon allocution, j'ai beaucoup parlé de l'avenir du pays et des enjeux auxquels les jeunes sont confrontés. J'invite le député d'en face à revenir sur ce qu'il a dit et à réfléchir aux conséquences des mesures financières irresponsables de son gouvernement.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I welcome the member for Kildonan—St. Paul to the House. I am very impressed with her first speech in this place.
Last week, the NDP leader, the member for Burnaby South, put forward a proposal for a bill that would establish a national pharmacare plan, laying out a framework that operates much in the same way that the Canada Health Act does.
In ridings right across this country, a lot people are struggling with the day-to-day costs of medication, and indeed many families are making the hard choice between paying the rent and utilities and paying for prescriptions.
A letter was sent to the Conservative Party, inviting its members to join with us to establish this national framework. I would like to hear the member's thoughts on that proposal, as well as how pharmacare costs impact her constituents.
Madame la Présidente, je souhaite la bienvenue à la Chambre à la députée de Kildonan—St. Paul. Son premier discours en cette enceinte m'a beaucoup impressionné.
La semaine dernière, le chef du Nouveau Parti démocratique, le député de Burnaby-Sud, a présenté une ébauche de projet de loi visant à établir un régime national d'assurance-médicaments en établissant un cadre qui s'appliquera de façon semblable à la Loi canadienne sur la santé.
Dans toutes les circonscriptions du Canada, beaucoup de gens ont peine à composer avec ce que coûtent les médicaments au quotidien. En fait, beaucoup de familles doivent faire le choix difficile entre payer le loyer et les services publics et payer des médicaments sur ordonnance.
Nous avons fait parvenir une lettre au Parti conservateur pour inviter ses députés à se joindre à nous pour établir ce régime national. J'aimerais savoir ce que pense la députée de cette proposition. J'aimerais aussi connaître l'incidence des coûts des médicaments sur ordonnance sur les résidants de sa circonscription.
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2020-01-27 11:17 [p.429]
Madam Speaker, there are many seniors in my riding and I have spoken to thousands of them over the last two years. I can say quite confidently that I agree seniors are facing serious financial consequences right now that are not being helped by the Liberal government's carbon tax, which, as we know, puts an increase on everything. Everything is transported into Winnipeg by fuelled trucks, which means the cost of groceries, gas, heating and any kind of transportation increases for seniors. Seniors are on incredibly fixed incomes. The CPP is not keeping up with inflation and they are facing serious consequences. The Liberal government has done nothing for seniors but make life more expensive with things like the carbon tax.
Madame la Présidente, il y a de nombreux aînés dans ma circonscription. J'ai parlé à des milliers d'entre eux au cours des deux dernières années et je puis affirmer que les aînés sont aux prises avec de graves difficultés financières, et la taxe sur le carbone des libéraux qui, comme tout le monde sait, augmente le prix de tout, ne les aide pas. Tout est transporté à Winnipeg dans des camions qui brûlent du carburant, ce qui fait augmenter le coût du panier d'épicerie, de l'essence, du chauffage et du transport pour les aînés, qui ont des revenus extrêmement fixes. Le Régime de pensions du Canada ne suit pas l'inflation et cela a de lourdes conséquences. Le gouvernement libéral n'a rien fait pour les aînés, sinon de leur rendre la vie encore plus chère avec des mesures comme la taxe sur le carbone.
View Michel Boudrias Profile
BQ (QC)
View Michel Boudrias Profile
2020-01-27 11:17 [p.429]
Madam Speaker, I would like to congratulate my colleague on her speech. She made a lot of sense about a lot of things, including her local- and provincial-level concerns about infrastructure, social issues and youth. Those values are shared by most Canadians and most of the MPs here. However, most of these issues are not just regional but, about 90% of the time, local, and they fall under provincial jurisdiction, especially when it comes to infrastructure and health.
With the federal government allocating some two-thirds of its budget to transfers, would my colleague agree that more money should be transferred to the provinces to fund those programs?
Madame la Présidente, je voudrais féliciter ma collègue pour son intervention remplie de bon sens à bien des égards, notamment sur ses préoccupations locales, voire provinciales, en matière d’infrastructure, en matière sociale, en matière de jeunesse. Ce sont des valeurs assez communes et généralement partagées par les députés de cette Chambre. Cependant, pour l’ensemble de ces dossiers qui sont des préoccupations non seulement régionales, mais aussi locales dans à peu près 90 % des cas, il s’agit de pouvoirs provinciaux, notamment en ce qui touche à l'infrastructure et à la santé.
Comme le gouvernement fédéral dépense pratiquement les deux tiers de ses budgets en transferts, est-ce que ma collègue serait d’accord pour qu'il y ait davantage de transferts vers les provinces pour financer ces programmes-là?
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2020-01-27 11:18 [p.429]
Madam Speaker, I would support any measure that further supports Manitobans and the citizens in my riding. As I outlined in my speech, they are facing troubling economic times, particularly the youth. We are looking for a government that makes investments in the future of Canada that actually make reasonable impacts, lower taxes and keep the size of government small, while we invest in critical infrastructure.
All of the priorities I mentioned are for trilateral infrastructure funding from all three levels of government. It is important that all members in the House come together with the other two levels of government to fund critical infrastructure to build our nation for the next generation.
Madame la Présidente, j'appuierais toute mesure permettant d'améliorer le sort des gens de ma circonscription et de l'ensemble des Manitobains. Comme je l'ai indiqué dans mon discours, ils traversent une période difficile sur le plan économique, en particulier les jeunes. Nous voulons un gouvernement dont les investissements dans l'avenir du Canada ont une incidence raisonnable, et qui réduit les impôts ainsi que la taille de l'État tout en investissant dans les infrastructures essentielles.
Toutes les priorités que j'ai mentionnées visent le financement trilatéral des infrastructures, un financement provenant des trois ordres de gouvernement. Il est important que tous les députés s'entendent avec les deux autres ordres de gouvernement dans le but de financer les infrastructures essentielles destinées à bâtir notre nation pour la prochaine génération.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-01-27 11:19 [p.429]
Madam Speaker, it is always a pleasure to rise in the chamber and address a number of concerns that I have.
Here we are at the beginning of a new decade and I am feeling very optimistic, because over the last number of years we have seen a government in Canada that has had a very progressive attitude and has been able to deliver for Canadians in all regions of our country. Let there be no doubt that the priority of this government has been Canada's middle class and those aspiring to be a part of it. That has been the case since day one, and even prior.
I can recall that when the Prime Minister was elected leader of the Liberal Party, when we were the third party in the far corner of the House of Commons, he made it very clear in his leadership bid that his personal priority was the well-being of Canada's middle class and those aspiring to be a part of it, believing that by building Canada's middle class and giving it strength, we would have a healthier economy. We have seen that.
The member opposite made reference to the fact that in the month of November, 70,000 people became unemployed. We need to look at what we have accomplished in the last four years. There are well over one million net new jobs in Canada's economy. That is far more than Stephen Harper ever achieved in his eight or nine years. We have accomplished a great deal.
I will be splitting my time with the member for Hull—Aylmer.
I was very proud to be sitting beside the Deputy Prime Minister just 20 minutes ago when she tabled a ways and means notice of motion dealing with the Canada-U.S.-Mexico trade agreement.
Having said that, trade is important to Canada. This is one thing that adds value to our economy. In the last four years, the government has accomplished the signing of a significant number of trade agreements. We are talking about well over 25 or 30, with numerous countries. We have had a very aggressive and progressive movement toward trade agreements around the world because we know that Canada is very much dependent on world trade. That is one of the ways we can assist our middle class and grow our economy. We have seen that first-hand.
I often make reference to the pork industry in the province of Manitoba and how that industry as a whole continues to grow and provide thousands of jobs there, whether in Brandon, Neepawa, the city of Winnipeg or throughout rural communities. This is the type of thing that has a real impact, and that is just one industry. These jobs, in good part, are there because of trade. Trade is critically important. That is why it was so encouraging to see the government put trade as a high priority.
We look to the opposition members and particularly the Conservative Party, which has been a very strong advocate in past years for trade. We anticipate that the Conservatives will have the opportunity to go through the agreement and will continue to support trade with the United States. It is the same with the Bloc and the New Democrats. We understand and appreciate just how important this agreement is to Canada.
We have talked about the issues brought forward in the last few years, and I made reference to a number of them in the question I put to the member for Kildonan—St. Paul. We dealt with them through positive, progressive social policies, and we have seen a continuation.
I could talk about the first bill that we brought in back in 2015, the tax break for Canada's middle class. At the same time, we increased taxes for Canada's wealthiest 1%. Four years later, we are seeing a decrease in taxes for Canada's middle class and those aspiring to be a part of it. We are talking about hundreds of millions of dollars being put into the pockets of Canadians, adding to the disposable income of people across this country.
In terms of the other benefits we have enhanced, the Canada child benefit is something members of the Liberal caucus will quite often talk about. As I have made reference to in the past, over $9 million a month goes into the riding of Winnipeg North alone to support children.
We can talk about the increases to the guaranteed income supplement. We made a commitment to support some of our poorest seniors, those aged 75 and over, who are having a more difficult time, by looking into how we could further enhance their pensionable incomes. Over the next period of time, I look forward to seeing that realized. We understand how important it is to support young people and seniors in our communities.
These sorts of investments and putting the money back in through tax breaks allow the disposable income in our communities to go up. When we do these things, disposable income is being spent in our communities. That helps to fuel the demand for jobs.
That is why I believe, as I know my colleagues also believe, that having a healthy, strong middle class and building that middle class will add value to our economy and will make it stronger and healthier.
Over the years, we have seen an ongoing commitment to capital investments such as our housing strategy, with billions of dollars being invested in the first-ever national housing strategy, a very tangible action that will have a profoundly positive impact on thousands of Canadians in every region of our country by recognizing the importance of housing.
We can talk about infrastructure, whether it is roads or other types of community public facilities. Hundreds of millions and even billions of dollars has thus far been invested in our communities from coast to coast to coast.
For the first time, we have a government that is prepared to negotiate with the provinces to achieve tangible results. We have seen that in the Canada pension program. Individuals who are working today will have more money when it comes time to retire because of an initiative we took a couple years back.
As a government, I truly believe we have recognized how important it is to invest in our social programs. If we were to canvass Canadians and ask them what makes them feel good about being a Canadian, more often than not I believe they would say, at least in Winnipeg North, that it is our health care system. People love our health care system. They believe in our health care system. The Canada Health Act provides the type of framework that Canadians are behind. The government is sending record amounts of health care dollars throughout our federation. Not only are we doing that, but we are now talking about how to come up with a pharmacare program.
I have been a parliamentarian for 30 years. For a vast majority of those years, we never heard about a national pharmacare program. It is only in the last four years it has been on the public agenda on virtually a weekly basis. If it were up to me, we would be having debate and discussion on a national pharmacare program every day, because it is something in which I genuinely believe. I suspect we will continue to receive the type of support we have seen from the New Democrats on pharmacare.
Discussing how we might be able to expand it is something I am open to. I remember a few years ago, my daughter, who happens to be the MLA in an area I represent in Winnipeg North, and I made a commitment to continue to push the pharmacare issue. She has tabled petitions in the Manitoba legislature and I have tabled numerous petitions in the House of Commons on this issue. The reason is that I know how important it is for all Canadians that we continue to push this issue forward. I believe we have a united caucus within the government caucus to ensure we see a realization of a pharmacare program.
I see my time has expired, so I will leave it at that.
Madame la Présidente, c'est toujours avec plaisir que j'interviens à la Chambre pour parler des divers sujets qui m'interpellent.
Nous sommes à l'aube d'une nouvelle décennie et je suis très optimiste car, ces dernières années, le gouvernement du Canada a eu une attitude très progressiste et a été capable de répondre aux besoins des Canadiens d'un océan à l'autre. Qu'il soit bien clair que les Canadiens de la classe moyenne et ceux qui aspirent à en faire partie sont la priorité du gouvernement. C'est le cas depuis le tout premier jour de son mandat, et même avant.
Je me souviens que, lorsque le premier ministre a été élu chef du Parti libéral, nous formions le troisième parti et nous étions là-bas, tout au fond de la Chambre des communes. Pendant sa campagne à la direction, il avait déclaré haut et fort que sa priorité était le bien-être de la classe moyenne du Canada et de ceux qui aspiraient à en faire partie. Il croyait qu'en renforçant la classe moyenne l'économie ne s'en porterait que mieux. C'est un fait établi.
La députée d'en face a mentionné le fait qu'au mois de novembre, 70 000 personnes se sont retrouvées au chômage, mais n'oublions pas ce que nous avons accompli au cours des quatre dernières années. L'économie canadienne a créé, net, bien plus d'un million de nouveaux emplois. C'est beaucoup plus que ce que Stephen Harper a réalisé pendant les huit ou neuf ans où il était au pouvoir. Nous avons accompli énormément de choses.
Je partagerai mon temps de parole avec le député de Hull—Aylmer.
J'étais très fier d'être assis à côté de la vice-première ministre il y a tout juste 20 minutes, lorsqu'elle a déposé un avis de motion des voies et moyens qui porte sur l'accord commercial entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.
Cela dit, le commerce est important pour le Canada. Il s'agit d'un moyen d'ajouter de la valeur à notre économie. Au cours des quatre dernières années, le gouvernement a réussi à signer un grand nombre d'accords commerciaux, soit plus de 25 ou 30 accords avec de nombreux pays. De manière audacieuse et dynamique, nous avons entrepris de signer des contrats commerciaux partout sur la planète, car nous sommes conscients que notre pays est grandement tributaire du commerce mondial. Voilà l'une des façons qui nous permet d'aider la classe moyenne et d'assurer la croissance de l'économie. Nous pouvons le voir de nos yeux.
Je fais souvent allusion à l'industrie du porc du Manitoba et à la façon dont elle continue de croître et de fournir des milliers d'emplois dans la province, que ce soit à Brandon, à Neepawa, dans la ville de Winnipeg ou dans les communautés rurales. Voilà le genre de choses qui ont des retombées concrètes, et on ne parle ici que d'une seule industrie. Ces emplois existent en bonne partie grâce au commerce. Le commerce est d'une importance capitale. C'est pourquoi il était si encourageant de voir le gouvernement y accorder une grande priorité.
Nous nous tournons vers les députés de l'opposition, en particulier vers le Parti conservateur qui a été un ardent défenseur du commerce dans les dernières années. Nous pensons que les conservateurs auront l'occasion de parcourir l'Accord et qu'ils continueront de soutenir le commerce avec les États-Unis. Il en va de même pour le Bloc et les néo-démocrates. Nous savons à quel point cet accord est important pour le Canada.
Nous avons parlé des enjeux soulevés au cours des dernières années et j'ai rappelé un certain nombre d'entre eux dans la question adressée à la députée de Kildonan—St. Paul. Nous les avons réglés grâce à des politiques sociales positives et progressistes et nous avons constaté une continuation.
Je pourrais parler du premier projet de loi que nous avons présenté en 2015, celui qui prévoyait un allégement fiscal pour la classe moyenne du Canada. Durant cette même période, nous avons augmenté les impôts du 1 % le plus riche. Quatre ans plus tard, nous constatons une diminution des impôts de la classe moyenne du Canada et de ceux qui aspirent à en faire partie. Ce sont des centaines de millions de dollars qui vont dans les poches des Canadiens et qui s'ajoutent à leur revenu disponible.
Quant aux prestations que nous avons bonifiées, les membres du caucus libéral vont souvent mentionner l'Allocation canadienne pour enfants. Comme je l'ai déjà dit par le passé, plus de neuf millions de dollars sont versés tous les mois dans Winnipeg-Nord pour aider les enfants.
Nous pourrions parler de la bonification du Supplément de revenu garanti. Nous nous sommes engagés à aider les personnes âgées les plus pauvres, celles qui ont 75 ans et plus et qui vivent une période difficile. Nous souhaitons accroître davantage leurs revenus ouvrant droit à pension. J'ai hâte de voir ce projet se concrétiser. Nous comprenons à quel point il est important d'appuyer les jeunes et les personnes âgées.
Grâce aux investissements de ce genre et aux allégements d'impôt, il y a davantage d'argent disponible dans les collectivités. Résultat: cet argent est dépensé un peu partout au pays, ce qui a pour effet de stimuler l'emploi.
C'est pourquoi je suis d'avis, tout comme mes collègues, j'en suis certain, qu'en veillant à la solidité et au dynamisme de la classe moyenne ainsi qu'en aidant davantage de Canadiens à y accéder, on contribue du même coup à la solidité et au dynamisme de l'économie canadienne.
Du côté des investissements en capitaux, notre engagement soutenu s'est maintenu au fil des ans. Pensons par exemple aux milliards de dollars consacrés à la toute première Stratégie nationale sur le logement, un geste on ne peut plus tangible qui aura des retombées très positives pour des milliers de Canadiens de partout au pays et qui met en lumière l'importance du logement.
Nous pourrions aussi parler d'infrastructures, qu'il s'agisse de routes ou d'autres genres d'installations communautaires publiques. Des centaines de millions, voire des milliards de dollars ont déjà été investis d'un bout à l'autre du pays.
Pour la première fois, nous avons un gouvernement qui est prêt à négocier avec les provinces pour produire des résultats concrets. On a pu le voir dans le dossier du Régime de pensions du Canada. Les travailleurs actuels auront plus d'argent à la retraite grâce à l'initiative que nous avons prise il y a quelques années.
Je pense sincèrement que le gouvernement sait combien il est important d'investir dans les programmes sociaux. À mon avis, si on demandait aux Canadiens de nous parler des avantages de la vie au Canada, ils seraient nombreux, du moins dans Winnipeg-Nord, à mentionner notre système de santé. Les gens tiennent beaucoup à ce système. Ils pensent que c'est un bon système. La Loi canadienne sur la santé établit le genre de cadre que les Canadiens approuvent. Le gouvernement verse des montants records pour les soins de santé dans toute la fédération. Ce n'est pas tout: on envisage aussi à présent de mettre sur pied un régime d'assurance-médicaments.
Voilà 30 ans que je suis parlementaire. Pendant la majeure partie de ce temps, il n'a jamais été question d'un régime national d'assurance-médicaments. Ce n'est que depuis quatre ans qu'on en parle régulièrement, pratiquement chaque semaine. S'il n'en tenait qu'à moi, l'instauration d'un régime national d'assurance-médicaments serait à l'ordre du jour quotidiennement, car je pense vraiment que c'est une bonne idée. Je pense que nous allons continuer de bénéficier du soutien des néo-démocrates dans ce dossier.
Je suis disposé à discuter de ce qui pourrait être fait pour mettre en place un tel système. Il y a quelques années, ma fille — qui est la députée provinciale d'un secteur que je représente dans Winnipeg-Nord — et moi nous sommes engagés à continuer d'essayer de faire avancer ce dossier. Elle a présenté des pétitions à ce sujet à l'Assemblée législative du Manitoba, tout comme je l'ai fait de mon côté à la Chambre des communes à de nombreuses reprises. Je l'ai fait parce que je sais à quel point il est important pour tous les Canadiens de continuer d'essayer de faire avancer ce dossier. Je pense que le caucus ministériel est uni dans sa volonté de voir à la concrétisation d'un régime d'assurance-médicaments.
Je vois que mon temps de parole est écoulé, je vais donc en rester là.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-01-27 11:31 [p.431]
Madam Speaker, my colleague said that the middle class was a priority for the government. Back in Saguenay—Lac-Saint-Jean, the middle class depends on the aluminum industry, supply management and forestry, three sectors that have taken a hit in every single trade agreement signed by previous governments.
I have a simple question for my colleague: Will he support our party's initiative to revise the status of aluminum in the agreement between the United States, Canada and Mexico?
Madame la Présidente, mon collègue a dit que la classe moyenne était une priorité du gouvernement. Chez moi, au Saguenay—Lac-Saint-Jean, la classe moyenne vit de l'industrie de l'aluminium, de la gestion de l'offre et de la forêt. Ces trois secteurs ont été sacrifiés dans toutes les ententes commerciales signées par les précédents gouvernements.
Je voudrais poser une simple question à mon collègue: est-ce qu'il compte soutenir l'initiative de notre parti visant à revoir le statut de l'aluminium dans l'accord entre les États-Unis, le Canada et le Mexique?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-01-27 11:31 [p.431]
Madam Speaker, what is encouraging to see is that within the free trade agreement, from what I understand and on which we are going to get a lot more information over the next couple of days, there are significant achievements that were not in the previous trade agreement. One of the biggest beneficiaries of those changes will be the aluminum industry as a whole.
I often make reference to my historical roots going back to the province of Quebec. I am passionate about the province of Quebec, the jobs that are there and wanting to be able to protect them. I look forward to my colleague across the way participating and getting engaged in the debate on the free trade agreement between Canada, Mexico and the U.S.A. I suspect he will find this agreement is actually better for the industry than the previous agreement. That is really what we should, at least in good part, be measuring it against. The constituents he represents will be better off as a direct result of this agreement.
Madame la Présidente, il y a un aspect de l'accord de libre-échange que je trouve encourageant. Nous aurons beaucoup plus d'information à ce sujet au cours des prochains jours. D'après ce que je crois comprendre, on apportera des améliorations considérables qui ne faisaient pas partie de l'accord précédent. L'un des secteurs qui profiteront le plus de ces changements est l'industrie de l'aluminium dans son ensemble.
Je parle souvent de mes racines québécoises. Le Québec me tient à cœur, tout comme les emplois qui y sont créés, et je veux qu'on les protège. J'espère que mon collègue d'en face participera au débat sur l'accord de libre-échange entre le Canada, le Mexique et les États-Unis. Je crois qu'il constatera que cet accord est vraiment plus avantageux pour l'industrie que le précédent. C'est là-dessus que nous devrions baser notre évaluation, du moins en bonne partie. Les gens que le député représente se porteront mieux grâce à cet accord.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2020-01-27 11:33 [p.431]
Madam Speaker, I would like to ask the hon. member for some of the details of that agreement because, on this side of the House, we are struggling to find out what those details are. Maybe he can speak of the benefits to the aluminum, forestry and automotive sectors and at least give us some information on it.
Madame la Présidente, j'aimerais que le député me donne plus de détails sur cet accord, car, de ce côté-ci de la Chambre, nous avons de la difficulté à obtenir ces renseignements. Le député serait peut-être en mesure de nous parler des avantages pour les secteurs de l'aluminium, de la foresterie et de l'automobile, ou du moins de nous fournir quelques renseignements à ce sujet.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-01-27 11:33 [p.431]
Madam Speaker, I am encouraged to hear the question. I know in the next couple of days we will see a lot more information coming out. Hopefully, this will provide the type of details that will give the member opposite and me a much better understanding of it. I do not know many of the details at this point in time.
What I do know is that there are certain areas the opposition has raised with respect to the trade agreement. I had the opportunity to look into those areas and I found, from the research I did, that the agreement today is a better deal than what we had previously. That is something we consistently argued for. We wanted to get a good deal for Canadians.
I am very optimistic and hopeful that, once we have all the details on the table, the Conservatives will work diligently to get a good comprehensive understanding of the agreement. I do believe, given their past, they will be inclined to support the agreement, as both the Liberals and Conservatives have worked relatively well together on trade agreements.
Madame la Présidente, je trouve encourageant d'entendre une telle question. Beaucoup d'information sera communiquée dans les prochains jours. Espérons que cela nous éclairera, le député d'en face et moi, car, à l'heure actuelle, je ne connais pas tous les détails.
Ce que je sais, pour l'avoir vérifié, c'est que, pour ce qui est de certaines préoccupations soulevées par l'opposition, l'accord commercial est aujourd'hui plus avantageux que ce que nous avions auparavant. D'ailleurs, nous avons lutté sans relâche pour cela. Nous désirions un accord avantageux pour les Canadiens.
Je suis très optimiste. J'ai bon espoir que, une fois tous les détails communiqués, les conservateurs travailleront diligemment pour bien comprendre l'accord dans son ensemble. À mon avis, si je me fie au passé, ils seront disposés à appuyer l'accord, puisque les libéraux et les conservateurs ont toujours assez bien collaboré lorsqu'il est question d'accords commerciaux.
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2020-01-27 11:35 [p.431]
Madam Speaker, the idea of national pharmacare goes back to the origins of our medicare system in the 1960s. For the member to suggest this has only been four years in the making in the House of Commons also proves a point. I would like to ask the member whether he felt that the members of the Liberal Party who have been proposing this since 1997 were actually making it up and not doing the proper thing in bringing in pharmacare. Were they just making it up? Was it a lie back then? Did the members not have good intentions? Did they finally wake up today and realize that this has been going on in our country for decades?
Madame la Présidente, l'idée d'un régime national d'assurance-médicaments remonte aux débuts de notre régime d'assurance-maladie, dans les années 1960. Le fait que le député laisse entendre qu'il n'y a que quatre ans que la Chambre des communes y travaille en dit long. J'aimerais demander au député si, selon lui, les députés du Parti libéral qui proposent un tel régime depuis 1997 fabulaient et faisaient fausse route. Était-ce uniquement de la fiction? Était-ce un mensonge à l'époque? Les députés n'avaient-ils pas de bonnes intentions? Se sont-ils réveillés tout d'un coup aujourd'hui pour se rendre compte qu'on en parle depuis des décennies au pays?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-01-27 11:35 [p.431]
Madam Speaker, as I indicated, I have been a parliamentarian for 30 years combined at the provincial and national levels. It is only in the last four or five years that the issue has come front and centre and has been extensively debated. I used to be the health care critic in the province of Manitoba and rarely during that period of time did it ever come up. Only in the last four years has it come up to the degree which it has and it is because of a lot of fine work by members on all sides of the House, not just one side. One side should not take credit.
This is all about providing a good service to Canadians. It is all about Canada and serving Canadians on an issue that is important to them.
Madame la Présidente, comme je l'ai mentionné, je suis parlementaire depuis 30 ans, si on combine l'expérience que j'ai acquise en politique provinciale et en politique fédérale. Ce n'est qu'au cours des quatre ou cinq dernières années que cette question s'est glissée à l'avant-plan et qu'on en débat en profondeur. J'ai été porte-parole en matière de santé au Manitoba et, à cette époque, la question a rarement été abordée. Ce n'est vraiment qu'au cours des quatre dernières années qu'elle a pris la place qu'elle occupe maintenant, et c'est grâce à tout l'excellent travail accompli par les députés de l'ensemble de partis, pas seulement un parti en particulier. Aucun parti ne peut s'attribuer tout le mérite.
Ce qui importe, c'est de bien servir les Canadiens. Ce qui compte, c'est le Canada et la réponse à un enjeu important pour les Canadiens.
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2020-01-27 11:36 [p.432]
Madam Speaker, I would like to begin by acknowledging all my colleagues in the House of Commons and wishing them a happy new year.
This is my first chance to speak in this 43rd Parliament of Canada. I am very pleased to rise and speak to everyone, including all Canadians who are watching at home today.
Before I begin my comments on the Speech from the Throne, I want to say that I think it is a remarkable document. It encourages parliamentarians to work together, just as Canadians called for in the last election. They want us to work together for the well-being of all Canadians.
I want to thank my constituents in Hull—Aylmer. The riding of Hull—Aylmer is located just across the river from the House of Commons, in the Outaouais region of Quebec, where the Ottawa and the Gatineau Rivers meet. It is a special place. My constituents are proud of their historic city. They are well aware that, without Hull—Aylmer, there would be no Ottawa.
In the early 19th century, Philemon Wright arrived from the United States and settled in this region to develop the lumber industry. This contributed to the creation of what has become the national capital region and the location of our Parliament.
In fact, our region has been home to indigenous peoples for 8,000 years, well before the arrival of people from Europe or Africa. This is where indigenous peoples came to conduct trade, share stories and build a future together. This is why I think this is the right place for the Canadian Parliament. In our own way, we can work together to help Canadians.
I am very proud to speak in support of the throne speech, which addresses some very important topics and political perspectives vital to Canada's well-being, now and in the future. Front and centre is climate action. There is nothing more important. We must focus on climate action to ensure that we leave our children, grandchildren and future generations a better world. I am very proud that we have committed Canada to net-zero emissions by 2050. Major national initiatives are required.
As member of Parliament for Hull—Aylmer, I will be hosting a new public forum, similar to the 24 I hosted during the previous Parliament. This time around, climate action will be the overarching theme of these public forums.
We are working with provincial and municipal representatives, key stakeholders like the Conseil régional sur l'environnement et le développement durable de l'Outaouais, and other individuals who work in this area. How can we better coordinate the efforts of individuals, businesses, key stakeholders and all levels of government? I hope that our region and my riding will achieve net-zero emissions well before 2050. This is very important and I will act accordingly.
I know that our government wants to work with all members and all parties to seriously tackle this issue. No action is too small, and we clearly have a duty to think of some big actions we can take to deal with this issue effectively. We are willing to collaborate with all members of the House to achieve this goal.
The throne speech covers not only broad existential issues like climate change, but also the issue of Canada itself. How do we strengthen the middle class and help those working so hard to join it? My colleague from Winnipeg North stressed the importance of the Canada child benefit. He has been involved in federal and provincial politics for 30 years, and I know his memory on this is excellent.
Back in 1988, I was a parliamentary page. I remember that, shortly after my year as a page, Parliament made a solemn pledge to end child poverty in Canada. That was in 1990, and the pledge was to do this within 10 years, by the year 2000. That was an initiative. It has been 30 years. For 25 of those 30 years, the poverty rate in Canada did not change. In 2015, however, our government launched an initiative for Canadians, the Canada child benefit. It was extraordinary. In just four short years, we reduced child poverty in Canada by a third and the overall poverty rate by a third as well. Now, over 300,000 young Canadians have been lifted out of poverty. If that is not one of an MP's most fundamental duties, I do not know what is. This is extraordinary.
I was a little disappointed that some people voted against this, but I hope all members of the House will continue to support this program. If we were able to accomplish that much in four years, I hope we will be able to keep up this work. That is the commitment we made.
Ensuring that we have a strong and durable economy is another thing that is very important in strengthening the middle class and those working hard to join it. We did that with the new NAFTA that we just signed and that the minister just tabled this morning. Once again, that is very important. Canada is not a huge country with a huge population, but we work hard. We are well aware that our prosperity depends fundamentally on building ties and international trade. That is what we just did with the new NAFTA, which will strengthen the jobs of millions of Canadians.
We did not stop there. In the last Parliament, with the help of many members of the House, we also signed a free trade agreement with Europe, a market of 500 million people. Once again, that is extraordinary. I could talk about reconciliation with indigenous peoples, which is very important to my riding. A large percentage of people in my riding are members of the Algonquin nation. I could also talk about the health and safety of Canadians.
In closing, I would simply like to tell all my colleagues that I think that this document is something that everyone can get behind. I hope I can count on the support of all my parliamentary colleagues to improve the lives of Canadians.
Madame la Présidente, tout d'abord, j'aimerais saluer tous mes collègues de la Chambre des communes et leur souhaiter une bonne année.
C'est la première fois que je prononce un discours dans le cadre de cette 43e législature du Canada. C'est avec grand plaisir que j'adresse la parole à tous et à toutes, y compris les Canadiennes et les Canadiens qui nous écoutent aujourd'hui.
Avant de faire mes commentaires sur le discours du Trône, je mentionne que c'est un document que je trouve exceptionnel. Il invite les parlementaires à collaborer, comme les Canadiens l'ont exigé à la dernière élection. Ils souhaitent que nous travaillions ensemble pour le mieux-être des Canadiens.
J'aimerais remercier mes concitoyens de Hull—Aylmer. La circonscription de Hull—Aylmer se trouve de l'autre côté de la rivière et de la Chambre des communes, au Québec, dans l'Outaouais. Elle se trouve au confluent des rivières des Outaouais et de la Gatineau. C'est un endroit exceptionnel. Mes concitoyens sont fiers de leur ville historique. Ils savent très bien que, sans Hull—Aylmer, il n'y aurait pas d'Ottawa.
Au début du XIXe siècle, Philemon Wright est venu des États-Unis pour s'installer dans cette région et pour fonder l'industrie du bois d'œuvre. Grâce à cela, on a créé ce qui est devenu la région de la capitale nationale et le lieu de notre Parlement.
Pourtant, notre région date de bien avant l'arrivée des personnes originaires d'Europe ou d'Afrique; elle est foulée par des peuples autochtones depuis 8 000 ans. Elle est le carrefour où les peuples autochtones sont venus faire du commerce, échanger des histoires et bâtir l'avenir ensemble. C'est la raison pour laquelle je trouve approprié que le Parlement canadien se trouve ici. À notre façon, nous pouvons nous travailler ensemble pour aider les Canadiens.
Je suis très fier de parler en faveur du discours du Trône. Il soulève de très importantes questions. Il s'agit de dossiers et de points de vue politiques essentiels au bien-être du Canada, maintenant et pour l'avenir. Au premier plan, il y a la lutte contre les changements climatiques. On ne peut pas penser à une situation plus importante. C'est un objectif que nous devons avoir pour nous assurer de léguer un monde meilleur à nos enfants, à nos petits-enfants et aux générations à venir. Je suis très fier de l'engagement que nous avons pris de déclarer le Canada pays carboneutre d'ici 2050. Il est essentiel d'avoir d'importantes initiatives nationales.
Comme député de Hull—Aylmer, je suis en train de mettre sur pied un nouveau forum public, comme les 24 forums publics que j'ai tenus pendant le dernier mandat. Cette fois, un grand thème réunira les forums publics que je vais organiser, soit celui de la lutte contre les changements climatiques.
Nous travaillons avec des représentants de la province et de la municipalité, des intervenants clés comme le Conseil régional sur l'environnement et le développement durable de l'Outaouais et d'autres gens qui s'occupent de ces questions. Comment peut-on mieux coordonner les actions des particuliers, des entreprises, des intervenants clés et de tous les paliers de gouvernements? J'espère que notre région et ma circonscription seront carboneutres bien avant 2050. C'est très important, et je travaillerai en ce sens.
Je sais que notre gouvernement veut travailler avec tous les députés et toutes les formations politiques pour que nous puissions vraiment nous attaquer à cette question. Aucune mesure n’est trop petite et nous avons certainement l’obligation de penser à de grandes mesures pour vraiment nous attaquer à cette question. Nous voulons collaborer avec tous les députés de la Chambre pour atteindre cet objectif.
Le discours du Trône s’occupe non seulement des grandes questions existentielles comme les changements climatiques, mais il revient aussi sur la question du Canada. Comment peut-on renforcer la classe moyenne et aider ceux et celles qui travaillent très fort pour en faire partie? Mon collègue de Winnipeg-Nord a souligné l’importance de l’Allocation canadienne pour enfants. Il a une carrière politique de 30 ans, aux niveaux fédéral et provincial, et je sais qu’il a une très bonne mémoire là-dessus.
En 1988, j’étais page parlementaire. Je me souviens que, peu après mon année comme page parlementaire, le Parlement a pris l’engagement solennel d’éliminer la pauvreté infantile au Canada. C’était en 1990 et on avait promis de le faire en 10 ans, soit d’ici à l’an 2000. C’était une initiative. Cela fait 30 ans. Pendant 25 de ces 30 années, on n’a pas changé le taux de pauvreté au Canada. Or, en 2015, notre gouvernement a pris une initiative pour les Canadiens, soit celle d’instaurer l’Allocation canadienne pour enfants. C’était exceptionnel. En quatre petites années, nous avons réduit la pauvreté infantile au Canada d’un tiers et nous avons réduit le taux de pauvreté générale d’un tiers. Maintenant, plus de 300 000 jeunes Canadiens sont sortis de la pauvreté. Si cela n’est pas un des devoirs les plus importants des députés, je demande ce que c’est. C’est exceptionnel.
J’ai été un peu déçu que des gens s’opposent à cela, mais j’espère que tous les députés de la Chambre vont continuer d'appuyer ce programme. Si nous avons fait cela en quatre ans, j’espère que nous pouvons continuer le travail. C’est l’engagement que nous avons pris.
Il y a une autre chose très importante pour le renforcement de la classe moyenne et de ceux et celles qui travaillent fort pour en faire partie. Il s’agit de nous assurer que nous avons une économie forte et durable. Nous venons d’accomplir cela avec le nouvel ALENA, que nous venons de signer et que la ministre vient tout juste de déposer ce matin. C’est, encore une fois, une chose très importante. Le Canada n’est pas un énorme pays avec une très grande population, mais nous travaillons fort. Nous savons très bien que notre prospérité dépend foncièrement de la création de liens et du commerce international. C’est ce que nous venons de conclure avec le nouvel ALENA, qui va renforcer les emplois de millions de Canadiens.
Nous ne nous sommes pas arrêtés là. Lors de la dernière législature, avec la collaboration de plusieurs députés de la Chambre, nous avons aussi conclu l’accord de libre-échange avec l’Europe, un marché de 500 millions de personnes. Encore une fois, c’est exceptionnel. Je pourrais parler de la réconciliation avec les peuples autochtones, qui est très importante pour ma circonscription. La population de ma circonscription comporte un fort pourcentage de personnes algonquines. Je pourrais aussi parler d’assurer la santé et la sécurité des Canadiens.
Pour conclure, j’aimerais simplement dire à tous mes collègues que je pense que ce document en est un auquel tout le monde peut se rallier. J’espère que je peux compter sur l’appui de tous mes collègues parlementaires pour améliorer le sort des Canadiens.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2020-01-27 11:46 [p.433]
Madam Speaker, I thank the hon. member for his speech.
I have a great deal of respect for my colleague. However, we have a lot of problems to address.
The government tabled a ways and means motion this morning on the USMCA deal, but it has very few details that parliamentarians can understand. I agree with my colleague that the Conservatives have always been supportive of free trade deals, but at a minimum we need to know what impact the USMCA is going to have on certain sectors of our economy like aluminum, the forestry sector or the automotive sector. Those details are scarce to this point.
On behalf of Canadians and those that the parliamentary secretary says are going to benefit from this deal, I think we need to understand this a little better. I would like some more details from him on how it is going to benefit Canadians and the sectors that I spoke about.
Madame la Présidente, j'aimerais remercier mon collègue de son discours.
J'ai beaucoup de respect pour mon collègue. Cependant, on a beaucoup de problèmes à régler.
Ce matin, le gouvernement a présenté une motion de voies et moyens au sujet de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique, mais elle donne très peu d'éléments pour aider les parlementaires à comprendre la situation. Comme l'a dit mon collègue, les conservateurs sont depuis toujours favorables aux accords de libre-échange, mais il faudrait au moins savoir quels seront les impacts de l'Accord sur différents secteurs de l'économie canadienne, notamment ceux de l'aluminium, de la foresterie et de l'automobile. Nous n'avons eu que très peu de précisions à ce sujet jusqu'à maintenant.
Au nom des Canadiens et de tous ceux à qui l'Accord profitera selon le secrétaire parlementaire, je crois que nous devons mieux comprendre la situation. J'aimerais que mon collègue nous donne davantage de détails concernant les avantages pour les Canadiens et pour les secteurs que je viens de mentionner.
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2020-01-27 11:47 [p.433]
Madam Speaker, I certainly think the question the hon. member for Barrie—Innisfil raises regarding CUSMA is an important one. The aluminum sector, for example, is a great example of how Canadians have come together.
With this new deal, according to the reports that I have read in the papers, and we will see the details as they come out as we all examine the enabling legislation, we saw that the aluminum and steel sectors now have a rules of origin component, which guarantees that 70% of steel and aluminum will now be sourced in North America. We are not just slapping a sticker on an import from somewhere else in the world. I am speaking about products produced in Canada. This has never happened before. The aluminum sector has never had this kind of guarantee. This is a clear win. This is why we see aluminum producers very strongly supporting this deal.
Madame la Présidente, je crois que la question que le député de Barrie—Innisfil vient de soulever au sujet de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique est importante. Les gains pour le secteur de l'aluminium, par exemple, illustrent bien comment les Canadiens se sont mobilisés.
Selon ce que j'ai lu dans les journaux et comme nous le verrons en détail en examinant la loi habilitante, grâce à ce nouvel accord, les secteurs de l'aluminium et de l'acier disposent désormais de règles d'origine, qui garantissent que 70 % de l'acier et de l'aluminium proviendront maintenant de l'Amérique du Nord. Nous n'apposerons plus simplement une étiquette sur un produit importé d'ailleurs dans le monde. Nous fabriquerons ces produits au Canada. Ce n'est jamais arrivé auparavant. Le secteur de l'aluminium n'a jamais bénéficié de ce genre de garantie. Il s'agit clairement d'un gain. Voilà pourquoi les producteurs d'aluminium appuient fortement cet accord.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2020-01-27 11:49 [p.433]
Madam Speaker, I want to reassure our colleagues in the government that members of the Bloc Québécois are basically in favour of any free trade agreement that benefits Quebec's economy.
However, the Bloc Québécois also takes a good look at the details of any agreement being negotiated to see what impact it might have. When we talk about steel and aluminum, which were again mentioned just now, steel is protected from the moment it is melted and poured, but not aluminum. Those are the kind of details I am talking about. It is important to look at the long-term consequences. Let's not forget that supply management was sacrificed.
I am having more and more meetings with stakeholders from the dairy industry. I was dismayed to realize that Canada even agreed to limit what we export to countries other than the United States. It is unheard of. They want to try to pass a bill, an agreement, without discussing it. As a function of democracy, is it essential to go over each clause in committee to consider the consequences to the economy.
Madame la Présidente, je voudrais d'abord rassurer nos collègues du gouvernement: les gens du Bloc québécois sont fondamentalement en faveur de tout traité de libre-échange qui avantagerait l'économie du Québec.
Par contre, le Bloc québécois s'attarde aussi sur les détails des attentes qu'on négocie afin de voir quelles en seront les conséquences. Quand on parle de l'acier et de l'aluminium, et l'on vient encore d'y faire référence, l'acier est protégé à partir du lieu où l'on va le couler, mais pas l'aluminium. Il y a des détails comme cela. C'est important de regarder les conséquences à long terme. Souvenons-nous aussi que la gestion de l'offre a été sacrifiée.
Je multiplie les rencontres avec les intervenants du milieu laitier. J'ai eu l'horreur de constater que le Canada a même accepté de limiter ses capacités d'exportation ailleurs qu'aux États-Unis. C'est du jamais vu. On veut essayer d'adopter un projet de loi, une entente, sans en discuter. Sur le plan de la démocratie, il est fondamental d'analyser chacune des clauses en comité pour voir quelles seront les conséquences sur l'économie.
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2020-01-27 11:50 [p.433]
Madam Speaker, I thank the member for Berthier—Maskinongé for his question, and I would also like to welcome him to the House of Commons.
First, I would like to set the record straight. People in the steel and aluminum sector have clearly stated that they support the bill. Unlike the former agreement, this one guarantees for the first time that steel and aluminum will be produced here in North America. They have never had that guarantee. In fact, 70% of steel and aluminum to be used must originate in Canada, the United States or Mexico. The U.S. and Mexico do not really have an aluminum sector, but Canada does. Quebec's Liberal MPs worked very hard to ensure the protection and promotion of our aluminum industry.
Madame la Présidente, je remercie le député de Berthier—Maskinongé de sa question. De plus, j'aimerais lui souhaiter la bienvenue à la Chambre des communes.
Tout d'abord, j'aimerais corriger le tir ou remettre les pendules à l'heure. Les gens du secteur de l'acier et de l'aluminium ont dit clairement qu'ils étaient en faveur du projet de loi. Contrairement à l'ancien accord, cet accord garantit pour la première fois que l'acier et l'aluminium seront produits ici, en Amérique du Nord. Ils n'ont jamais eu cette garantie. En fait, 70 % de l'aluminium et de l'acier utilisé doit provenir du Canada, des États-Unis ou du Mexique. Les États-Unis et le Mexique n'ont pas un vrai secteur de l'aluminium, mais les Canadiens en ont un. Les députés libéraux du Québec ont travaillé très fort afin de s'assurer de protéger et de promouvoir notre industrie de l'aluminium.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I will be splitting my time with the hon. member for Rosemont—La Petite-Patrie.
It is a great honour to be back in the House, having been re-elected to this 43rd Parliament by the great people of Cowichan—Malahat—Langford. Since this is my first speech in this Parliament, I want to take this opportunity to thank them for the trust that they have again placed on my shoulders and the huge responsibility that comes with it.
I am very lucky to be representing such a beautiful riding, which is a 4,700 square kilometre part of Vancouver Island filled with such amazing communities, such as Chemainus, down through Duncan, extending south to the city of Langford, extending out west through Lake Cowichan and including the community of Port Renfrew. It is home to the only Mediterranean-style climate in all of Canada. We are blessed to be able to grow a variety of crops and, indeed, we have a very storied and rich agricultural history in my region. It is also home to many first nations, including Cowichan tribes, Penelakut, Lyackson, Halalt, Malahat in the south and the western communities. These are communities that, of course, existed in this place for thousands of years with the first peoples. I have learned much over the last four years serving as their member of Parliament. I will continue to lean on them for guidance and their teachings as we chart a path forward with true reconciliation.
I would also like to take this time to welcome the class of 2019 to this place. I remember my own experience as a new member of Parliament four years ago, and it can seem quite overwhelming. However, new members should never forget that the people of their ridings sent them here. They placed their trust on their shoulders and every single seat in this place represents a distinct and unique geographic part of Canada. I think all members of Parliament, even though we may have our disagreements, have to respect that first and foremost. The electors are never wrong.
When I look at the election results in my riding and take the aggregate of the vote for all of the parties, I see that there was a clear desire for the people of Cowichan—Malahat—Langford to see action on climate change, housing and health care, because the three parties that came out with a huge margin all spoke in their platforms about commitments to those three things. Some platforms had placed varying degrees of importance but, nonetheless, people saw those three items in the parties' platforms, and that is what they responded to.
I would like to start with the issue of climate change. There is absolutely no doubt that this is the top issue of the 21st century. I do not need to repeat everything that has been said in the House in the previous Parliament and the one before that. We are now at a point where, last year, we had a letter from over 11,000 scientists from around the world, in over 150 countries, warning policy-makers that this has to be the top issue and that we have to measure our success with scientifically verifiable targets. Unfortunately, the debates in this place have so often centred simply on the carbon tax, which all experts in this area will acknowledge is just a very tiny part of what our overall response to climate change has to be.
When we start talking about the cost of climate change, what is conveniently left out of the conversation is the economic cost of unmitigated climate change. We have heard experts peg the figure at around 10% of the world's GDP. When we start talking about that figure, we are not talking about billions of dollars but trillions of dollars. Therefore, I would ask people who are fighting against the carbon tax: How much of our nation's tax revenues are they prepared to spend when we are fighting wildfires in British Columbia and Alberta? How much future tax revenues are we prepared to spend to save Vancouver International Airport from rising tides, sea levels and floods coming down the Fraser River?
Canada is a coastal nation. We have the longest coastline in the world, and many of our people live and work in coastal communities. Therefore, we have to find ways as a nation to start meeting those targets and acknowledge our responsibility for the way we have lived for the last several decades, but to also be a leader and show that there is a way. Simply talking about climate change is not enough, because the other big threat facing Canada is growing inequality.
The other thing I clearly learned over my last four years as a member of Parliament, but also on the doorsteps of my riding, is that environmental justice will never happen unless we also have economic justice and social justice.
We can go to the doorsteps of people who are struggling to pay the bills, who are wondering whether they are going to have a job next month and whether they are going to be able to make that hard choice between rent and utilities and putting good quality food on the table. Unless we have a comprehensive climate change plan that includes a place for the most disadvantaged members of our society, it will not work.
We have to have a just transition plan. We have to have this all wrapped up. We need to have, in a sense, what people are referring to as a green new deal, one that tackles all these in a comprehensive plan. Simply leaving it to private citizens and the goodwill of corporations, while important, is not going to be enough. We know we are now at a stage where we have to start treating this seriously.
I would like to move on to health care because that was the other big thing. The NDP, through the last election, committed to a national pharmacare plan. We want to stand by our promise, unlike the Liberals who first made the promise back in 1997. I would like to just correct the record there.
However, another big thing is a dental care plan. I think a national dental care plan will make a huge difference for people. I listened to members of my caucus speaking to their constituents. We have all met people who are embarrassed by the state of their teeth. They even have to hold their hands over their mouths because they are embarrassed by the state of their teeth.
We know that good oral health is very important to good overall health. It is actually a class thing, because people who are well off have healthy teeth but people who are living in poverty have really bad teeth. The best way we can make an impact on people's lives is to make sure that we are covering things like dental care and pharmacare, while not putting people in the unfortunate position of having to make tough choices.
It is all well and good to talk about tax breaks but if those tax breaks are only benefiting people who need them the least, while not identifying the true costs to people who are living in the margins and on the bottom rungs of our society, we are not going to make it forward as a nation.
I have to talk about the opioid crisis. The opioid crisis continues to ravage my community. Every day in the city of Duncan people can go to one part of the city and see it there in front of them. It is a constant reminder to residents of the failure so far of federal policy.
Unless we, as a nation, are prepared to have these difficult conversations about whether we engage in policies that establish a safe drug supply and commit ourselves to decriminalization for small amounts, we are not going to move forward. The agencies that are trying to provide help are still operating under the shackles of current federal policy.
We are at a breaking point, from the business owners who have to deal with it every day, to the RCMP that have made over 300 calls in a calendar year, to the people who are trying to revive people suffering from an overdose. They are suffering from compassion fatigue. They are suffering from burnout. Unless we have the federal resources necessary to properly deal with this problem, we are still going to be talking about it.
We are dealing with an epidemic and it requires us to call a national health emergency. It requires Ottawa to step up to the plate to provide the funding necessary for the provinces and communities like mine to effectively deal with this problem.
I will end by acknowledging that I am very proud to once again serve as my party's agriculture critic. I look forward to working with all parties in the House to advance policies that will benefit our farmers.
I also would like to acknowledge that we are in a minority Parliament and how different and wonderful it is from the previous Parliament. Unlike having the government dictate to us in the opposition which way we are going to proceed, it is now going to require a lot of goodwill and good-faith negotiations to sometimes put aside our differences to make sure that we are serving the interests of this nation.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec le député de Rosemont—La Petite-Patrie.
C'est un grand honneur d'être de retour à la Chambre grâce aux habitants formidables de Cowichan—Malahat—Langford, qui m'ont réélu en vue de cette 43e législature. Comme il s'agit de mon premier discours de cette législature, je saisis l'occasion pour les remercier de la confiance qu'ils m'ont encore une fois accordée et de l'énorme responsabilité associée à ce rôle.
Je suis extrêmement chanceux de représenter une circonscription tout simplement splendide, une région de 4 700 kilomètres carrés de l'île de Vancouver qui est parsemée de merveilleuses localités, de Chemainus à Duncan, en passant par la ville de Langford, au sud, et Lake Cowichan, à l'ouest, sans oublier Port Renfrew. C'est le seul endroit qui jouit d'un climat méditerranéen au Canada. Nous pouvons ainsi faire pousser diverses cultures et nous avons, sans surprise, une longue et riche tradition agricole. De nombreuses Premières Nations vivent dans des localités situées à l'ouest et au sud de la région, y compris les tribus Cowichan, Penelakut, Lyackson, Halalt et Malahat. Bien évidemment, ces communautés autochtones existent depuis des milliers d'années. Le fait d'être leur député m'a permis de beaucoup apprendre ces quatre dernières années. Je continuerai de faire appel à elles pour obtenir leurs conseils et leurs enseignements alors que nous traçons la voie vers une véritable réconciliation.
Je profite également de l'occasion pour souhaiter un bon retour à la Chambre aux nouveaux élus de 2019. Si je me fie à ma propre expérience comme nouveau député il y a quatre ans, je sais que la tâche peut sembler plutôt énorme. Cependant, les nouveaux députés ne doivent jamais oublier que les gens de leur circonscription leur ont confié le mandat de les représenter à la Chambre des communes. Ils leur ont fait confiance et chaque siège dans cette enceinte représente une région géographique unique et distincte du Canada. J'estime que les députés, en dépit de leurs différends, doivent d'abord et avant tout s'acquitter de cette responsabilité. Les électeurs ont toujours raison.
Lorsque je jette un coup d'oeil aux résultats des élections dans ma circonscription, notamment aux voix exprimées pour chaque parti, je constate que les gens de Cowichan—Malahat—Langford souhaitent clairement que le gouvernement prenne des mesures en ce qui concerne le changement climatique, le logement et les soins de santé, parce que les trois partis qui ont remporté le plus de voix ont tous pris des engagements à ces égards, à divers degrés, dans leur plateforme. Les électeurs ont vu que ces trois enjeux figuraient dans le programme de ces partis et ils en ont tenu compte lors du scrutin.
Je me penche d'abord sur la question du changement climatique. Il ne fait absolument aucun doute qu'il s'agit du dossier prioritaire en ce XXIe siècle. Je n'ai pas à répéter tout ce qui a été dit à la Chambre lors de la dernière et de l'avant-dernière législatures. Nous en sommes maintenant à un point où, l'an dernier, plus de 11 000 scientifiques de plus de 150 pays ont souligné aux décideurs que le changement climatique constitue l'enjeu de l'heure et qu'il faut évaluer les progrès en établissant des cibles scientifiquement mesurables. Malheureusement, les débats à la Chambre se sont trop souvent limités à la taxe sur le carbone que tous les experts du domaine considèrent comme une infime partie de l'ensemble des mesures à prendre pour lutter contre le changement climatique.
Quand on se met à discuter des coûts engendrés par les changements climatiques, on ne prend pas en compte — et c'est bien commode — les coûts économiques qu'auront les changements climatiques si on ne fait rien pour les contrer. Les experts fixent ce chiffre à environ 10 % du PIB mondial, et on parle en trillions et non en milliards de dollars. J'aimerais donc poser la question suivante à ceux qui dénigrent la taxe sur le carbone: quelle part des recettes fiscales de notre pays sont-ils prêts à mobiliser dans la lutte contre les feux de forêt en Colombie-Britannique ou en Alberta? Quelle part des recettes fiscales à venir sont-ils prêts à mobiliser pour sauver l'aéroport international de Vancouver de la montée des eaux et des inondations dues au fleuve Fraser?
Le Canada est un pays côtier. Notre pays possède le plus long littoral au monde, et bon nombre de nos concitoyens vivent et travaillent dans des villes côtières. Nous devons donc, en tant que pays, trouver le moyen de commencer à atteindre ces objectifs et reconnaître que notre mode de vie au cours des dernières décennies a sa part de responsabilités, mais nous devons aussi faire preuve de leadership et montrer qu'il y a une solution. Se contenter de parler des changements climatiques n'est pas suffisant, parce qu'il y a un autre grand danger qui menace le Canada et ce sont les inégalités croissantes.
Au cours de mes quatre dernières années en tant que député et lors de mes rencontres avec des résidants de ma circonscription, j'ai aussi appris que la justice environnementale n'est pas possible sans justice économique et sociale.
On peut toujours aller à la rencontre des gens qui ont du mal à payer leurs factures et qui se demandent s'ils auront toujours un emploi le mois prochain et s'ils pourront prendre la décision difficile qui s'impose entre payer le loyer et les services publics ou se nourrir sainement. Or, si on ne dispose pas d'un plan complet de lutte contre les changements climatiques qui tient compte des membres les plus désavantagés de notre société, on ne pourra pas les aider.
Il faut mettre en place un plan de transition juste, qui comprend toutes les mesures nécessaires. D'une certaine manière, il faut adopter un plan complet, que certains qualifient de « New Deal vert ». Il est important de pouvoir compter sur la participation des simples citoyens et la bonne volonté des sociétés, mais ce n'est pas suffisant. Nous savons que nous en sommes maintenant à un stade où il faut commencer à traiter cette question sérieusement.
J'aimerais maintenant passer aux soins de santé puisqu'il s'agit de l'autre grand enjeu. Lors des dernières élections, le NPD s'est engagé à établir un régime national d'assurance-médicaments. Nous voulons respecter notre promesse, contrairement aux libéraux qui ont promis la même chose pour la première fois en 1997. Je tiens simplement à rectifier le tir à cet égard.
Un régime de soins dentaires est un autre enjeu important. Je pense qu'un régime national de soins dentaires changera bien des choses pour les Canadiens. J'ai écouté des membres de mon caucus parler à leurs concitoyens. Nous avons tous rencontré des gens qui sont gênés par l'état de leurs dents. Ils sont même obligés de mettre leurs mains devant leur bouche parce qu'ils sont gênés par l'état de leurs dents.
Nous savons qu'une bonne santé buccodentaire joue un rôle très important dans un bon état de santé général. Il s'agit d'ailleurs d'une question de classe parce que les personnes aisées ont des dents saines, mais les personnes qui vivent dans la pauvreté ont de très mauvaises dents. La meilleure façon d'améliorer le sort des gens est de faire en sorte de couvrir des choses comme les soins dentaires et l'assurance-médicaments sans mettre les gens dans la fâcheuse position de devoir faire des choix difficiles.
C'est bien beau de parler d'allégements fiscaux, mais, s'ils ne profitent qu'aux gens qui en ont le moins besoin et que l'on n'évalue pas ce qu'il en coûte vraiment aux gens qui vivent en marge de la société et au bas de l'échelle sociale, nous ne progresserons pas en tant que pays.
Je dois parler de la crise des opioïdes. Cette crise continue à faire des ravages dans ma circonscription. Chaque jour, à Duncan, une partie de la ville est le théâtre de cette crise. Elle rappelle constamment aux habitants de la ville l'échec des politiques fédérales jusqu'à maintenant.
À moins que les Canadiens ne soient prêts à avoir une discussion difficile pour savoir s'il faut adopter des politiques visant à établir un approvisionnement sûr en drogues et s'engager à décriminaliser la possession de petites quantités d'opioïdes, nous ne progresserons jamais. Les organismes qui tentent de fournir de l'aide œuvrent toujours dans le carcan de la politique fédérale actuelle.
Nous sommes à un point de rupture, que ce soit les propriétaires d'entreprise qui doivent gérer la crise au quotidien, la GRC, qui a répondu à plus de 300 appels en une année civile, et les gens qui tentent de porter secours aux personnes victimes d'une surdose. Les gens souffrent d'usure de compassion. Ils souffrent d'épuisement. À moins de disposer des ressources fédérales nécessaires pour s'attaquer adéquatement à ce problème, nous continuerons à en parler.
Nous sommes en pleine épidémie et devons déclarer une urgence sanitaire nationale. Il faut qu'Ottawa assume ses responsabilités en fournissant les fonds nécessaires aux provinces et aux villes comme la mienne pour qu'elles puissent s'attaquer efficacement à ce problème.
Je terminerai en soulignant que je suis très fier d'être de nouveau le porte-parole de mon parti en matière d'agriculture. J'ai hâte de collaborer avec tous les partis à la Chambre pour adopter des politiques qui profiteront aux agriculteurs.
Je tiens également à souligner que le gouvernement est minoritaire et à dire à quel point c'est différent et merveilleux, comparativement à la législature précédente. Plutôt que de dicter à l'opposition la façon de procéder, le gouvernement devra maintenant faire preuve de beaucoup de bonne volonté et devra négocier de bonne foi. Nous serons parfois appelés à mettre de côté nos divergences d'opinions pour être en mesure de servir les intérêts des Canadiens.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for his characteristically impassioned speech.
He said two or three times that the environment is a priority. The throne speech also sets out that the environment is an absolute priority and includes several measures, which my colleague mentioned.
My question is simple: Does he agree with our government that not only must we work together to come up with good environmental measures, but we must also consider the economy in order to intelligently advance the environmental file and achieve net-zero emissions by 2050?
Madame la Présidente, j’aimerais remercier mon collègue de son discours toujours aussi passionné.
Il a dit à deux ou trois reprises que l’environnement était une priorité. Or, le discours du Trône indique lui aussi que l’environnement est une priorité absolue, suggérant plusieurs actions que mon collègue a mentionnées.
Ma question est simple: est-il d’accord avec notre gouvernement sur le fait qu’on doit non seulement travailler ensemble pour apporter de bonnes idées en matière d’environnement, mais aussi se soucier de l’économie afin de faire avancer intelligemment le dossier de l’environnement et de devenir carboneutre en 2050?
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I very much agree with the words that are being uttered in this place with regard to the environment, but I also have to stand here and judge the government on its actions.
I appreciate the commitments that were made in the throne speech toward addressing climate change, but it has to be noted in this place that in the previous Parliament the government authorized the purchase of the Trans Mountain pipeline. That project is directly affecting coastal British Columbia and is going to triple our exports of diluted bitumen.
Here we are in the year 2020, and we are continuously investing in fossil fuel infrastructure and expansion when all around us climate scientists are telling us we have to put the brakes on these kinds of investments. We have to find a way, more importantly, for the oil and gas workers to engage and adjust transition strategy.
I would encourage that member's government to listen to organizations like Iron and Earth, which is made up of oil workers who understand that their industry will not be around forever. They want the government to engage in a transition plan here and now, so we can take this problem by the horns and start dealing with it with the urgency it deserves.
Madame la Présidente, je suis tout à fait d'accord avec ce qui se dit ici au sujet de l'environnement, mais je dois également juger le gouvernement d'après ses actions.
Je comprends les engagements pris dans le discours du Trône à l'égard de la lutte contre les changements climatiques, mais il convient de noter qu'au cours de la dernière législature, le gouvernement a autorisé l'achat de l'oléoduc Trans Mountain, un projet qui touche directement la côte de la Colombie-Britannique et qui triplera nos exportations de bitume dilué.
Nous voici en 2020 et nous continuons à investir dans l'infrastructure des combustibles fossiles et dans l'expansion de celle-ci, alors que, de toutes parts, les scientifiques nous disent qu'il faut mettre un terme à ce genre d'investissements. Surtout, nous devons trouver le moyen de faire participer les travailleurs du secteur pétrolier et gazier à une stratégie de transition équitable.
J'incite donc le gouvernement dont fait partie le député à écouter les organismes comme Iron and Earth, qui regroupe des travailleurs du secteur pétrolier qui comprennent que leur industrie ne sera pas éternelle. Ces travailleurs veulent que le gouvernement entreprenne dès maintenant un plan de transition pour nous permettre de prendre le taureau par les cornes et de commencer à nous attaquer à ce problème avec tout l'empressement qui s'impose.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I certainly sympathize. In December 2018, we had an emergency debate in this place on the opioid crisis. Since that time, one of my communities, Princeton, has had Canada's highest number of deaths per capita from opioid overdoses. The member of Parliament for Kelowna—Lake Country stated that this is an urgent issue in her community, and my community as well because I do represent part of Kelowna.
I want to ask the hon. member whether he has seen the so-called funding flow through in a way that tangibly affects his riding, and whether he thinks the government has done a good job on this front.
Madame la Présidente, je comprends tout à fait. En décembre 2018, la Chambre a tenu un débat d'urgence sur la crise des opioïdes. Depuis, Princeton, une collectivité de ma circonscription, a enregistré plus de décès causés par une surdose d'opioïdes par habitant que toute autre région du Canada. La députée de Kelowna—Lake Country a déclaré qu'il s'agit d'un problème urgent dans sa collectivité, qui est aussi la mienne, car je représente une partie de Kelowna.
J'aimerais savoir si le financement qui est supposément versé a eu une incidence véritable sur la circonscription du député. Selon lui, le gouvernement a-t-il fait du bon travail à cet égard?
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, the short answer is no. I believe in budget 2017 there was a funding commitment made of about $100 million over five years. That is just a drop in the bucket compared with the status of the crisis that we are facing.
As I said in my speech, we are at a state now where RCMP, first responders to the situation, are suffering compassion fatigue and total burnout. The problem is there in my community as a constant daily reminder of the failure of federal policy.
I implore the Liberal government to start treating this like the crisis it is. Declare a national health emergency, free up the federal resources and allow us to properly tackle this crisis. Give the people the help they so deserve.
En un mot, non, madame la Présidente. Dans le budget de 2017, je crois, on s'était engagé à verser environ 100 millions de dollars sur cinq ans. Étant donné l'ampleur de la crise actuelle, c'est une somme dérisoire.
Comme je l'ai mentionné dans mon allocution, nous en sommes à un point où les agents de la GRC, qui sont les premiers intervenants, souffrent d'usure de compassion et d'épuisement. Le problème dans ma collectivité nous rappelle sans cesse l'échec de la politique fédérale.
Je supplie le gouvernement libéral de traiter la situation pour ce qu'elle est, c'est-à-dire une crise. Déclarons une urgence sanitaire nationale, libérons des ressources fédérales et attaquons-nous convenablement à cette crise. Offrons aux gens l'aide qu'ils méritent.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, thank you for this opportunity to respond to the Liberal government's Speech from the Throne.
I would like to begin by quoting Edmond Rostand, who would have this to say about it: That's too brief, young man! The throne speech is silent on quite a few subjects, especially subjects of interest to Quebeckers. In fact, the word “Quebec” does not appear even once. That is a singular omission on the part of a minority government that would have done well to pay more attention to Quebec's needs and interests in the throne speech. Unfortunately, it did not. The speech is long on rhetoric, hot air, good intentions and lip service and short on details, clarity and firm commitments in a number of areas except when it suits the Liberals.
For years, the Liberals have been promising money for the national housing strategy and the fight against homelessness. Unfortunately, people on the ground know that the federal government provides precious few resources and refuses to make the kind of concrete commitments that allow projects to move forward and housing co-ops and affordable and low-income housing to get built. The housing issue is of vital importance to many Canadians and Quebeckers because it is many families' biggest expense. Right now, people are struggling to find adequate housing. The Liberals have said a lot of nice things about housing over the past few years but, sadly, have done very little.
In Rosemont—La Petite-Patrie, one-third of households spend more than 30% of their income on housing. In my riding, one in three families is literally at or below the poverty line. We all know that, as a rule, people should expect to spend 30% of their income on housing.
There is currently just one social housing project, unfortunately, and this project will soon come to an end. There is no plan for what comes next. How is that possible? The government has been going on for four years about how housing is a priority and how we need to build affordable and social housing. Nothing ever happens, because the federal government bickers with the Quebec government over which government should put its flag and logo on the project.
The NDP thinks that real action is needed to ensure access to affordable housing. The Liberals need to stop bickering with the Quebec government and transfer the funds. The Quebec government would then be able to implement the AccèsLogis program, through which projects could actually help people. I am sick of the bickering between Ottawa and Quebec at the expense of the poorest families, individuals and workers in my riding and across Quebec. The budget will soon be tabled, so now is the time to free up the money. This is urgent. We need this.
Also, I am not sure where the member for Winnipeg North has been for the past 25 years. He said we have been talking about pharmacare for the past four years, but I would remind him that it was in the Liberal platform of 1997. It was also part of the discussion when medicare was first introduced in this country in the 1960s. That was just a little refresher for my colleague from Winnipeg North. The Liberals are still talking about pharmacare, but we need to see whether there will ever be more than just consultations and reports. Are they ever going to actually implement anything?
Canada is the only country in the world that has a universal public health care system without a universal public pharmacare system to go with it. This is an anomaly. This means that Canadians and Quebeckers pay some of the highest prices for prescription drugs. This is slightly less problematic in Quebec, since we have a hybrid regime that is administered by the Quebec government. However, it also poses significant problems for many people who sometimes have to make really tough choices, like paying for their medication or paying for their groceries. When people do not take all their medication as prescribed, it can cause illnesses to progress more rapidly and force people back to work too soon. It can lead to other health problems and additional costs for the health care system.
The NDP believes it is high time that the Canada Health Act include a principle emphasizing the importance of a complete, free and universal pharmacare program and indicating that this is one of our society's values because we want to take care of people. That is not the case right now and people are suffering because of it. This issue is a priority for the NDP.
Many large groups in Quebec are calling for such a program because they understand the difference it could make in people's lives. Quebec's three major unions, the FTQ, the CSN and the CSQ, are calling for this program, as are many civil society groups, such as the Union des consommateurs du Québec. They are saying that it would make a difference in people's lives if we had a universal public pharmacare program managed by the provinces and the Government of Quebec, obviously.
Last year, I met with people who are directly affected by the lack of such a principle or federal program, for example, retail workers and unionized workers at Métro, Provigo and Loblaws. They work part time for a modest wage and have to contribute to their employer's drug plan. In Quebec, this supplemental health care coverage is not optional; it is mandatory. People cannot choose to opt for the public plan. They are required to contribute to the private plan. Those contributions cost many workers up to 25% of their income.
I met a young worker, about 25, who told me that for every month he works, his first week's salary goes entirely toward the drug plan offered by his employer. Public universal pharmacare would considerably change the life of someone like that. It would simplify collective bargaining for many groups. For that individual, it would mean a 25% increase in pay. That is not nothing. Not only would that worker's drug costs be covered, but his take-home pay would also get him much further ahead.
For all these reasons, we are telling the Liberal government that it is time to take action. According to the Hoskins report released a few months ago, this is a good thing that has been studied at length, and our society needs it. We at the NDP are saying that it is time to move forward and take this seriously, and we will be here to support the government if it comes up with something public and universal.
The other thing we wanted to see in the Speech from the Throne is dental care coverage. That would be another tangible way to help people in their lives.
We have a medicare system—thanks to the NDP, by the way—that is highly appreciated but that is not comprehensive because some parts of the body are not covered. That is rather bizarre. It is as though we collectively decided that our heart and arms would be insured, but that our eyes and teeth would not. There is no logic to it. Having to pay a dentist to provide care and ensure good dental hygiene also represents a considerable cost for many people.
Dental coverage would make a big difference in people's lives at a cost almost equivalent to the amount of the tax cut that the Liberal government has announced—a tax cut that will again benefit the wealthiest in our society.
They could have used that money, which amounts to a little less than one billion, or about $800 or $850 million, to provide dental care to all Quebeckers and Canadians. We, the New Democrats, would not make the same choices the Liberal government did.
We hope the government will be able to implement public pharmacare and dental care. We also hope the government will increase the federal contribution for early childhood care. Quebec needs 42,000 more ECE spots, in publicly funded day cares. We hope the federal government will be willing to give Quebec's ECE system a boost, so that families can get their children into affordable day care.
I only have a minute left, which is not enough time to talk about the climate emergency and the fact that this government is once again saying one thing and doing the opposite. We in the NDP condemn the decision to approve the Trans Mountain pipeline expansion. This decision completely flies in the face of the federal government's pledges to reduce our greenhouse gas emissions.
We are eager to see how the government reacts to the new Frontier oil sands project. If the government is serious about setting more ambitious targets for 2030, I hope that it will take measures that are consistent and logical with that goal, which is something the entire population is calling for, especially our youth.
Madame la Présidente, je tiens à vous remercier de m'offrir l'occasion de réagir au discours du Trône qui a été déposé par le gouvernement libéral.
Pour commencer, j'aimerais citer Edmond Rostand, qui, à ce sujet, dirait: « C'est un peu court, jeune homme! ». Il manque énormément de choses dans le discours du Trône, notamment pour les Québécois et les Québécoises. Le mot « Québec » n'y est pas prononcé une seule fois. C'est une omission assez particulière de la part d'un gouvernement minoritaire. On se serait attendu à ce qu'il se préoccupe davantage des besoins et des intérêts du Québec dans le discours du Trône. Malheureusement, ce n'est pas le cas. Par ailleurs, il manque de détails, de clarté et d'engagements fermes à plusieurs égards. Il y a tout un rouleau de verbiage, de blabla, de bonnes intentions et de vœux pieux, mais il y a peu de détails, sauf quand cela fait l'affaire des libéraux.
Depuis des années, les libéraux nous promettent des fonds pour la Stratégie nationale sur le logement et pour la lutte contre l'itinérance. Malheureusement, ce qu'on constate sur le terrain, c'est un manque criant de ressources de la part du gouvernement fédéral et l'absence de réels engagements permettant la réalisation de projets et à la construction de coopératives d'habitation et d'habitations à loyer modique, ou HLM. La question du logement est cruciale pour plusieurs Canadiens et Québécois, car pour plusieurs familles, cela représente la plus grande dépense. En ce moment, il y a des gens qui luttent pour se loger convenablement. Malheureusement, en matière de logement, depuis plusieurs années, les libéraux ont de belles paroles, mais en font très peu.
Dans Rosemont—La Petite-Patrie, un tiers des ménages dépensent plus de 30 % de leurs revenus pour se loger. Dans ma circonscription, une famille sur trois est littéralement dans un état de pauvreté ou frôle la pauvreté. Or nous savons tous que la norme est de dépenser 30 % de son revenu pour se loger.
En ce moment, malheureusement, nous avons un seul projet de logement social, et celui-ci sera bientôt terminé. Il n'y a rien de prévu pour la suite. Comment cela se fait-il? Cela fait quatre ans qu'on nous bassine en nous disant que le logement est une priorité et qu'il faut construire des logements abordables et des logements sociaux. Pourtant, il n'y a rien qui débloque, puisque le gouvernement fédéral se chicane avec le gouvernement du Québec pour déterminer qui devra mettre son drapeau et son logo sur le projet.
Selon nous, au NPD, il est temps que l'on pose de vrais gestes afin que les gens puissent se loger à un coût abordable. Les libéraux doivent arrêter de se chicaner avec le gouvernement du Québec et lui transférer les fonds. Ainsi, on pourra mettre en marche le programme AccèsLogis, qui permettra de réaliser des projets qui aideront réellement les gens. Je n'en peux plus des chicanes entre Ottawa et Québec aux dépens des familles, des individus et des travailleurs les plus pauvres de ma circonscription et de partout au Québec. Le budget sera bientôt déposé, alors il est temps de débloquer de l'argent. Cela presse, nous en avons besoin.
Ensuite, je ne sais pas où était le député de Winnipeg-Nord au cours des 25 dernières années. Il dit qu'on parle de l'assurance-médicaments depuis quatre ans, mais je lui rappelle que c'était dans le programme de son parti en 1997. Cela faisait aussi partie des discussions lorsqu'on a instauré l'assurance-maladie au pays dans les années 1960. C'était un petit rappel pour mon collègue de Winnipeg-Nord. Les libéraux parlent encore de l'assurance-médicaments, mais il faudra voir s'il y aura plus que des consultations et des rapports. Vont-ils réellement mettre quelque chose sur pied?
Nous sommes le seul pays au monde qui a un régime d'assurance-maladie public et universel sans avoir de régime d'assurance-médicaments public et universel pour le compléter. C'est une anomalie. Cela fait en sorte que les Canadiens et les Québécois font partie de ceux qui paient très cher pour leurs médicaments. Cela pose un peu moins de problèmes au Québec, puisque nous avons un régime hybride géré par le gouvernement québécois. Cependant, cela pose énormément de problèmes à beaucoup de gens qui doivent parfois faire des choix déchirants comme celui de manger ou de payer leurs médicaments. Cela entraîne la progression de maladies, des retours au travail précipités, d'autres problèmes de santé et des coûts pour le système de santé, puisque des gens ne prennent pas tous les médicaments qu'ils devraient prendre ou les prennent partiellement.
Au NPD, nous sommes d'avis qu'il est plus que temps que la Loi canadienne sur la santé contienne un principe énonçant l'importance d'avoir une assurance-médicaments complète, gratuite et universelle et disant que cela fait partie des valeurs de notre société, puisqu'on veut prendre soin des gens. En ce moment, ce n'est pas le cas, et il y a des gens qui en souffrent. Cette question est une priorité du NPD.
Au Québec, cela est également demandé par plusieurs groupes importants qui voient la différence que cela pourrait faire dans la vie des gens. Les trois grandes centrales syndicales au Québec, la FTQ, la CSN et la CSQ, le demandent, mais également plusieurs groupes de la société civile, notamment l'Union des consommateurs du Québec. Ils disent que cela ferait une différence dans la vie des gens si on avait comme principe d'avoir une assurance-médicaments publique et universelle, évidemment gérée par les provinces et le gouvernement du Québec.
L'année dernière, j'ai rencontré des gens directement touchés par l'absence d'un tel principe ou d'un tel programme fédéral, par exemple des travailleurs et des travailleuses qui travaillent dans le commerce de détail, des gens syndiqués qui travaillent chez Métro, Provigo ou Loblaws. Ils travaillent à temps partiel pour un salaire très modeste et sont obligés de cotiser à l'assurance-médicaments de leur employeur. Sous le régime québécois, cette assurance complémentaire n'est pas facultative, elle est obligatoire. On ne peut pas faire le choix d'opter pour le régime public, on est obligés de cotiser au régime privé. Pour beaucoup de travailleurs, cela représente un coût allant parfois jusqu'à 25 % de leur salaire.
J'ai rencontré un jeune travailleur d'environ 25 ans qui me disait que, pour chaque mois travaillé, sa première semaine de salaire ne sert qu'à payer l'assurance-médicaments auprès de son employeur. Une assurance-médicaments publique et universelle changerait la vie d'une telle personne de manière considérable. Cela simplifierait les négociations collectives pour plusieurs groupes. Pour lui, cela voudrait dire une augmentation concrète de salaire de 25 %. Ce n'est pas rien. Non seulement les médicaments de ce travailleur seraient couverts, mais la paie qu'il rapporte à la maison serait également beaucoup plus avantageuse pour lui.
Pour toutes ces raisons, nous disons au gouvernement libéral qu'il est temps de passer à l'action. Le rapport Hoskins nous apprenait, il y a quelques mois, que cela est une bonne chose, que cela a été étudié en profondeur et que notre société en a besoin. Nous, au NPD, disons qu'il est temps d'aller de l'avant et de prendre cela au sérieux, et nous serons là pour appuyer le gouvernement s'il fait quelque chose de public et d'universel.
L'autre chose que nous aurions aimé voir dans ce discours du Trône est une couverture pour les soins dentaires. Cela représenterait une autre manière concrète d'aider les gens dans leur vie.
Nous avons un régime d'assurance-maladie fort apprécié — une création néo-démocrate, par ailleurs — mais partiel, car certaines parties du corps ne sont pas couvertes. C'est un peu bizarre. C'est comme si nous avions décidé collectivement que notre cœur et nos bras étaient assurés, mais que nos yeux et nos dents ne l'étaient pas. Aucune logique ne justifie cela. Le fait de devoir payer le dentiste pour se faire soigner et avoir une bonne hygiène dentaire entraîne aussi des coûts considérables pour plusieurs personnes.
Une couverture pour les soins dentaires ferait toute une différence dans la vie des gens, pour un coût à peu près équivalent à la baisse d'impôt que le gouvernement libéral a annoncée — une baisse d'impôt dont vont profiter, une fois de plus, les plus fortunés et les plus riches de notre société.
Si on avait pris cet argent qui représente un peu moins de 1 milliard de dollars, soit environ 800 ou 850 millions de dollars, on aurait pu offrir des soins dentaires à l'ensemble des Québécois et des Canadiens. Ce sont des choix que nous, les néo-démocrates, ferions différemment du gouvernement libéral.
Nous espérons que le gouvernement va être capable de mettre en place une assurance-médicaments et des soins dentaires publics. Nous espérons également que le gouvernement va bonifier la contribution fédérale pour les soins à la petite enfance. Au Québec, il manque 42 000 places dans les CPE, dans les garderies publiques. Nous espérons qu'il y aura de la bonne volonté de la part du gouvernement fédéral pour donner un coup de pouce au régime québécois des CPE, pour que les familles soient capables d'inscrire leurs enfants dans des garderies à faible coût.
Il ne me reste qu'une minute, et cela est trop peu pour parler de l'urgence climatique et du fait que le gouvernement actuel dit une chose et fait son contraire, encore une fois. Nous, au NPD, déplorons l'autorisation de l'expansion de l'oléoduc Trans Mountain. En effet, cela va complètement à l'encontre des engagements du gouvernement fédéral envers la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre.
Nous avons bien hâte de voir la réaction du gouvernement face au nouveau projet de sables bitumineux Frontier. J'espère que le gouvernement, s'il est sérieux dans le fait d'avoir des cibles plus ambitieuses pour 2030, va prendre des mesures cohérentes et logiques relativement à cet objectif demandé par l'ensemble de la population, notamment par la jeunesse.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-01-27 12:16 [p.437]
Madam Speaker, I appreciate the passion the member has with respect to the pharmacare program. This program has been hotly discussed and has come to the forefront in the last four to five years. The New Democrats are very much in support of the program. The government caucus in the last number of years has been very supportive of the program. As a government, we have taken initiatives. We have allocated significant amounts of money, hundreds of millions, to further advance the idea. A standing committee dealt with the issue and and came up with recommendations. An advisory council looked at this. We are moving forward.
I am often told that at times some New Democrats are like Liberals in a hurry. At the end of the day, it is possible. Would the member not agree that a majority of the members in the House in fact support a national pharmacare program of some form? Would he not agree with that statement?
Madame la Présidente, je salue la passion avec laquelle le député parle de l'assurance-médicaments. Ce programme retient beaucoup l'attention depuis quatre ou cinq ans et inspire de vives discussions. Les néo-démocrates l'appuient fortement. Le caucus du gouvernement l'appuie aussi fortement depuis quelques années. Nous avons posé quelques gestes à titre de gouvernement. Nous avons investi des sommes considérables, des centaines de millions de dollars, en fait, pour faire avancer cette idée. Un comité permanent a étudié ce dossier et a formulé des recommandations. Un conseil consultatif s'est aussi penché sur la question. Nous allons de l'avant.
J'entends souvent des gens dire que certains néo-démocrates ressemblent par moments à des libéraux pressés. C'est possible, en fait. Le député convient-il qu'une majorité de députés appuient l'idée d'un programme national d'assurance-médicaments, sous une forme ou sous une autre? En convient-il?
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I would like to see some action. I would like folks to get some concrete help. I urge the Liberal government to tax web giants, raise taxes on banks and go after tax havens. That will give it the money to take care of Canadians.
Madame la Présidente, j'aimerais voir de l'action. J'aimerais que l'on aide concrètement les gens. Je demande au gouvernement libéral de taxer les géants du web, d'augmenter les impôts des banques et de s'attaquer aux paradis fiscaux, ce qui permettra d'avoir de l'argent pour s'occuper du monde.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2020-01-27 12:18 [p.437]
Madam Speaker, the member raised a lot of questions about pharmacare with respect to the Liberal plan. My question is simple. Does he have any confidence at all that the Liberals will be able to implement a pharmacare plan?
Madame la Présidente, le député a soulevé de nombreuses questions à propos de l'assurance-médicaments et du plan des libéraux. Ma question est simple: croit-il vraiment que les libéraux réussiront à mettre en oeuvre un régime d'assurance-médicaments?
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, the question is simple, but the answer may be complex.
We are in a minority government situation. In the past, we have been disappointed by the Liberals, who broke their promises over and over. We know this story well. We have already seen it play out many times, as everyone knows. This time, with everyone acting in good faith, I hope we will actually be able to move forward.
Madame la Présidente, c'est une question simple, mais la réponse peut être complexe.
Nous sommes en situation de gouvernement minoritaire. Dans le passé, nous avons été déçus par les libéraux, qui rompaient leurs promesses à répétition. Nous connaissons ce film, nous y avons déjà joué, tout le monde le sait. Cette fois-ci, avec la bonne foi de tout le monde, j'espère que nous allons effectivement être capables d'aller de l'avant.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-01-27 12:18 [p.437]
Madam Speaker, I have a question for my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie.
I am wondering about the consistency of the NDP position on climate change, specifically regarding the situation facing the Wet'suwet'en people, hydraulic fracturing activities in British Columbia and its liquefied natural gas program. As I see it, the NDP government in British Columbia is really supporting a project that is bad for the environment and goes against the interests of indigenous peoples.
I am wondering what the federal NDP's position is.
Madame la Présidente, je vais poser une question à mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie.
Je m'interroge sur la cohérence de la position du NPD en lien avec les changements climatiques, particulièrement dans le contexte actuel du peuple Wet'suwet'en, des activités de fracturation hydraulique en Colombie-Britannique et de son programme de gaz naturel liquéfié. Selon moi, le gouvernement néodémocrate de la Colombie-Britannique est vraiment en faveur d'un projet qui nuit au climat et qui va à l'encontre des intérêts des peuples autochtones.
Je me demande quelle est la position du Nouveau Parti démocratique fédéral.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for her very pertinent question.
In the previous Parliament, the NDP introduced Bill C-262, which was passed by this House, to ensure that all federal laws are aligned with the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. This federal NDP initiative is therefore completely consistent with that objective.
The leader of the NDP has often said that the future of economic development does not lie in hydraulic fracturing. We believe that each project should be assessed individually to see whether it fits in with a real plan for reducing greenhouse gas emissions. In this specific case, the B.C. government found that it was feasible.
All the reports from Environment and Climate Change Canada have confirmed that the federal government is going to miss the 2030 targets set by the Conservative government. In this context, it would be impossible to consider new projects at the federal level, since we cannot even meet the Conservatives' targets.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question fort pertinente.
Lors de la dernière législature, le NPD a déposé un projet de loi — qui a été adopté par cette Chambre — pour assurer l'harmonie de l'ensemble des lois fédérales avec la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Cette initiative du NPD fédéral s'inscrit donc de façon tout à fait cohérente dans cet objectif.
Le chef du NPD a souvent dit que l'avenir du développement économique ne passait pas par la fracturation hydraulique. Selon nous, chaque projet doit être évalué pour voir s'il cadre avec un plan concret de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Dans ce cas précis, le gouvernement de la Colombie-Britannique a évalué que cela était faisable.
Nous constatons dans tous les rapports d'Environnement et Changement climatique Canada que le gouvernement fédéral va rater les cibles que les conservateurs avaient fixées pour 2030. Dans un tel contexte, il serait impossible d'envisager de nouveaux projets au plan fédéral puisqu'on est déjà en train de rater les cibles des conservateurs.
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2020-01-27 12:20 [p.437]
Madam Speaker, one of the aspects of universal pharmacare is that it can also be a good addition to our economy. With the time the member has, I would like him to touch on how supporting workers and employment in the pharmacare program could increase investments in Canada. Instead of employers getting large subsidies that go to their shareholders, would it not be better for them to go to the employees, because the employees are Canadians and Quebeckers?
Madame la Présidente, un régime d'assurance-médicaments universel peut, entre autres choses, être bon pour notre économie. Avec le peu de temps qu'il reste au député, j'aimerais qu'il nous dise comment, en aidant les travailleurs et l'emploi, un tel régime permettrait d'accroître les investissements au Canada. Au lieu que les employeurs reçoivent de grosses subventions qui aboutissent dans les poches de leurs actionnaires, ne serait-il pas préférable que ces sommes aillent aux employés, parce que ces employés sont des Canadiens et des Québécois?
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague from Windsor for his very good question.
That would indeed help workers. They would have more income and would spend more, which would help the local economy. It could also attract investments. As we saw in the past with medicare, the cost of local drug coverage can be a very heavy burden for businesses to bear. This type of program could also attract investors to the country.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Windsor de sa très bonne question.
Cela aiderait effectivement les travailleurs et les travailleuses. Cela ferait en sorte que leur revenu augmenterait et qu'ils dépenseraient davantage, ce qui ferait rouler l'économie locale. Cela pourrait aussi attirer des investissements. Comme on l'avait constaté à l'époque avec l'assurance-maladie, le fardeau des coûts d'une assurance-médicaments locale peut être extrêmement lourd pour les entreprises. Ce genre de programme peut également attirer des investisseurs au pays.
View Marie-France Lalonde Profile
Lib. (ON)
View Marie-France Lalonde Profile
2020-01-27 12:21 [p.438]
Madam Speaker, I want to acknowledge that we are meeting today on the traditional territory of the Algonquin nation. I will use my time in maiden speech to speak, on behalf of our government, to the Speech from the Throne.
It is an honour to stand in the House today as the member of Parliament for the great riding or Orléans.
I would like to wish a happy new year to all my colleagues, the people of Orléans and Ontario and all Canadians.
Orleans represents the best of Canada and what it means to be a Canadian. It is a community where people stand by one another, where francophones, anglophones, francophiles and allophones work toward a common goal: to make their community, their province and their country the best place to live, to work, to raise a family and to build a better tomorrow.
It has been my home for 20 years, and I am honoured to represent Orléans in the House.
It is truly a great honour to be a member of this House.
Canada has made incredible progress since 2015, and the Speech from the Throne detailed a pact to build on that progress. I look forward to working with all members in a co-operative and collaborative fashion to make it happen.
Before I speak to that, I want to take a moment to thank my family.
I would not be here if not for the unconditional support of my family.
My husband Alvaro and I met when we were both 18 years old, more than 30 years ago. He is still the love of my life. He has supported my ideas, my aspirations and the dreams we have along the way. His support and his love are only matched by his tireless work, and he deserves more recognition and thanks than I can put into words.
We are blessed with a daughter, Monica. I am thankful for her love, her patience and her understanding. My daughter is a fierce competitor. I realized this when I managed her hockey team. She was the best goalie in the league and she gave everything she had in every single game. She has approached almost everything with the same dedication and that has been an inspiration to me.
I want to thank Monica for her understanding and support. I could not be more proud of her than I am today, especially when I see the woman she has become.
I also want to mention my parents, Monique and Royal.
I would be remiss if I failed to mention the love and support they have given me from the beginning of this extraordinary adventure.
I thank them for their unwavering support.
I thank them from the bottom of my heart. I also want to thank my brother, Jean-François, and his family, and my many aunts, uncles and cousins, who have helped me over the past few years.
Election campaigns are a team sport and my loyal, dedicated volunteers are the best team anyone could ask for, if I say so myself. They gave me their time, their hard work and their confidence, and I want to thank them for believing in me.
I know the sacrifices the members of my core team, and they know who they are, made and I am eternally grateful.
I once again want to thank the people of Orléans from the bottom of my heart for the trust they placed in me by allowing me to become their voice here in the House of Commons.
Last, but certainly not least, I want to recognize the people of Orléans who voted for me and those who did not. I am grateful for the trust they have placed in me. I will be a voice for everyone in our community and I will do my very best to earn their trust every day.
I would therefore like to take this opportunity that has been given to me today in the House to talk a little bit about myself and my community, which I have the honour of representing here—and before this at Queen's Park, since June 2014.
I would like to take this opportunity to tell the House a bit about myself and especially my community.
As a businesswoman with a background in social work, I know the importance of investing in the public services upon which Canadians rely. I began my career as a social worker with the Children's Aid Society before moving on to work at CHEO, the Children's Hospital of Eastern Ontario, because I was looking for an opportunity to help people. I love my work with young people, but when I moved to the Ottawa Hospital, I started helping seniors transition into long-term care and retirement residences, and I discovered my true passion.
I saw that there was a huge gap in services for seniors. There was no long-term care in the area and I had to send seniors away from their families and communities to receive the services they needed. At that time it became very clear to me that government can be a force for good, actually must be a force for good, and help people when and where they need it most.
Having found my true calling in the retirement sector, I took a big leap and built and ran a retirement residence in Orléans called Portobello Manor, le Manoir Portobello. It was hard work but it was worth it. It operates to this day serving the seniors in Orléans.
Most of my career has been about those among us who are most vulnerable: the young and the aging. I know the impact government can have on their lives. I decided to get involved in politics to help ensure the impact of government is a positive one. I am ready to roll up my sleeves and get to work. I am here to represent our community, most importantly to listen.
I am here today to humbly say that I am ready to listen and to act in the best interests of the people of Orléans.
Orléans has seen enormous change in recent years. It used to be mostly rural. It is now a vibrant urban area as more families join me in choosing Orléans as their place to call home.
My community has a strong, vibrant and growing francophone community, the largest in Ottawa. The riding has one of the highest populations of francophones in Ontario, with more than 36% speaking French as their first language.
I am extremely proud of my Franco-Ontarian roots. I was born at the Montfort Hospital, and I am deeply humbled to once again represent this community as a federal MP.
In addition to being bilingual, we are lucky to have a rich multicultural community in Orleans. Canadians know the value of diversity. To quote our Prime Minister, “Our country strong not in spite of our differences, but because of them.”
Orléans has so much to offer and it is such a great place to live, in many ways thanks to the record of the past Liberal government. Over the last four years alone, the government has stood up for Franco-Ontarians in supporting francophone communities with the historic investment of $2.7 billion in education, infrastructure, kindergarten and other key sectors.
Just last Wednesday I was thrilled to stand beside my friend the hon. Minister of Official Languages as she announced funding for Ontario's first French-language university that will give thousands of students the chance to pursue their education in the official language of their choice, en français.
Together with its partners, the government has also begun crucial work to improve the Phoenix pay system so public servants receive the proper pay for their important work. The backlog has been reduced to about 200,000 transactions since the beginning of 2018. We have also distributed $1.5 billion in retroactive pay to employees.
Orleans has a lot of public servants. The pay pod model has very successfully reduced the backlog. All 46 organizations served by the pay centre now operate under this model.
Our government has also worked to ensure that parks, pathways, buildings and bridges are maintained here in Ottawa by investing over $55 million in the National Capital Commission, all the while contributing $1.15 billion toward the second stage of the Ottawa light rail transit project, which will soon provide service all the way to Trim Road in our community. This investment stands to better connect the people in our city, taking cars off the road and keeping the air we breathe cleaner.
I am proud of that record, but I also know there is still a lot of work to do.
This is a record of which I am proud, but I know there is much more work to be done. The people in my community expect us to work together and find solutions to our common challenges.
I spoke to thousands of my constituents on their doorsteps during the election. I am sure many of my colleagues did the same. I heard from young, hard-working families who are still finding it difficult to make ends meet. I told them that our government has a plan to make it a little easier to raise their kids by boosting the Canada child benefit by 15%.
I also heard from many business owners that finding skilled workers has been a challenge. I was proud to tell them of our plan to get more young women and men into the skilled trades and apprenticeships.
As the member of Parliament for Orléans, I will fight for my community, its goals and aspirations. For example, the Mouvement d’implication francophone d’Orléans, MIFO, is seeking funding for a new facility. MIFO is more than just a community centre. It is a music school, a day camp, a preschool and an art gallery. It offers children and youth services and is an active living centre for people 50-plus, all the while employing more than 350 people. It has grown by 182% in the last 10 years and has outgrown its current building and facilities. Therefore, securing federal funding to expand this vital institution is among my top priorities.
My previous work has given me a unique understanding of the need for a strengthened pension plan. I have seen the reality of the financial hardships our seniors face. We have an aging population and those people who have built this society for us deserve to retire and live with dignity. Residents in my community told me at the door that they are worried about their retirement. I was happy to tell them that our government plans to introduce legislation to increase old age benefits by 10% and raise CPP survivor benefits by 25%.
Another big aspect of the campaign was climate change and our environment. Our community has one of the largest memberships of Ecology Ottawa.
My being here to acknowledge the impact of climate change is vitally important. Orleans has been through tornadoes and floods, which have affected our community's economy, Ottawa's economy and our country's economy.
I was happy to talk about our plan for the environment and climate change. Whether it is building 5,000 new charging stations or planting two billion new trees in the next 10 years, these are some of the things Orléans residents expect me to bring forward in this House.
In the short time that I have been here, I have been inspired by the commitment, compassion and talent of my colleagues on both sides of this House. We must hold each other to a higher standard, act with dignity and work to improve the lives of all Canadians everywhere.
Let us put evidence before ideology and partnership before partisanship. There is a common ground to be found. We can help create new jobs and a better climate for business. We can protect the environment, and we can help build a better future for all Canadians.
As I reflect on my last five years, and most recently with my election at the federal level, I know that people in my community expect me to be a vocal representative and address their local and international concerns.
I am proud to support this Speech from the Throne, and I believe the vote on it will happen some time today. I am proud to support a government and a Prime Minister with a plan to keep building Canada up.
I want to conclude my speech today by saying that I am very proud to have the good sense to support not only this throne speech, but also a government and a Prime Minister who are proposing a positive plan to keep building a strong and prosperous Canada.
I will focus on improving infrastructure in Orleans though targeted projects. I would also like to explore possible solutions and continue developing a meaningful climate action plan that focuses on the environment. We know that businesses and employers face some challenges. As a former businesswoman, I can relate to the employers in my community.
We owe it to our children, grandchildren and grandparents to work together and keep building a prosperous Canada.
I thank everyone for listening to me for 20 minutes on my first time standing in this House. It has been an honour.
It appears that I still have some time remaining. I will continue, since I do not think a politician has ever turned down an extra two minutes to speak.
I would like to talk about specific challenges. We sometimes forget what we all have in common here.
Each and every one of us has been elected to represent our community, and we are proud to come here and share our thoughts. When I reflect on the Speech from the Throne, I would like to believe that most of us in this House can say there is one thing that we feel confident our communities are looking for. In this Parliament, we collectively, although in a minority, the people of Canada have given us a strong mandate to move forward on issues that matter to them.
There will be debates, of course, but I hope that we will always remain respectful of each other.
I think it is important to focus on what brings us together.
I like to believe that with the Conservative Party, the Bloc Québécois, the NDP, the Green Party and the independent member, with the great family of our Liberal friends, we can show Canadians that we can advance things that matter to them.
Madame la Présidente, je tiens à souligner que nous sommes réunis aujourd'hui sur les terres ancestrales de la nation algonquine. Je vais utiliser le temps dont je dispose pour mon tout premier discours pour parler, au nom du gouvernement, du discours du Trône.
C’est pour moi un honneur d'intervenir à la Chambre aujourd'hui en tant que députée de la magnifique circonscription d'Orléans.
J’aimerais souhaiter une bonne année à tous mes collègues, à la communauté d’Orléans, à la province et aux Canadiens.
Orléans représente le meilleur du Canada et ce que cela signifie d'être Canadien. C'est une communauté où les gens se soutiennent mutuellement, où les francophones, les anglophones, les francophiles et les allophones travaillent ensemble vers un objectif commun: faire de leur collectivité, de leur province et de leur pays le meilleur endroit où vivre, travailler, élever une famille et bâtir un avenir meilleur.
Orléans est mon chez-moi depuis 20 ans, et je suis fière de représenter cette circonscription à la Chambre.
C’est vraiment un grand honneur que de faire partie de cette Chambre.
Le Canada a accompli des progrès incroyables depuis 2015, et le discours du Trône a expliqué comment faire fond sur ces progrès. J'ai hâte de collaborer et de coopérer avec tous les députés pour que tout cela se concrétise.
Avant de poursuivre, j'aimerais prendre quelques instants pour remercier ma famille.
Je ne serais pas ici sans l’appui inconditionnel de ma famille.
Mon mari Alvaro et moi nous sommes rencontrés à l'âge de 18 ans, il y a plus de 30 ans. Il est toujours l'amour de ma vie. Il soutient mes idées, mes aspirations et les rêves que nous avons au fil du temps. Son soutien et son amour n'ont d'égal que son travail infatigable, et je ne saurais exprimer avec des mots toute la reconnaissance et les remerciements qu'il mérite.
Nous avons le bonheur d'avoir une fille, Monica. Je lui suis reconnaissante de son amour, de sa patience et de sa compréhension. Ma fille est une compétitrice acharnée. Je m'en suis rendu compte lorsque je suis devenue gérante de son équipe de hockey. Elle était la gardienne de but numéro un de la ligue et elle donnait le meilleur d'elle-même à chaque partie. Elle montre ce dévouement dans presque tout ce qu'elle entreprend et cela est une source d'inspiration pour moi.
Je remercie Monica de sa compréhension et de son soutien. Je ne pourrais être plus fière d'elle que je ne le suis aujourd’hui, particulièrement lorsque je vois la femme qu'elle est devenue.
Je souhaite également mentionner mes parents, Monique et Royal.
Leur amour et leur soutien depuis le début de cette extraordinaire aventure ne peuvent être passés sous silence.
Je les remercie de leur soutien indéfectible.
Je les remercie du plus profond de mon cœur. J’aimerais aussi remercier mon frère, Jean-François, sa famille, mes nombreux oncles et tantes, ainsi que mes cousins et mes cousines, qui m’ont aidée ces dernières années.
Les campagnes électorales sont un sport d'équipe et mes bénévoles loyaux et dévoués sont la meilleure équipe qu'on puisse demander, si je peux me permettre de le dire. Ils m'ont accordé leur confiance et m'ont donné de leur temps, sans jamais ménager leurs efforts. Je tiens à les remercier d'avoir cru en moi.
Je suis consciente des sacrifices que les membres de mon équipe ont faits — ceux dont je parle vont se reconnaître —, et je leur en serai éternellement reconnaissante.
Je tiens encore une fois à remercier du fond du cœur les gens d’Orléans pour la confiance qu’ils m’ont démontrée en me permettant de devenir leur voix ici, à la Chambre des communes.
Enfin, je tiens à saluer les gens d'Orléans, même ceux qui n'ont pas voté pour moi. Je suis reconnaissante de la confiance qu'ils m'ont accordée. Je serai la voix de tous les habitants de ma circonscription et je ferai de mon mieux pour gagner leur confiance au quotidien.
J’aimerais donc profiter de cette occasion qui m’est donnée aujourd’hui dans cette Chambre pour parler un peu de moi et de ma communauté, que j’ai l’honneur de représenter ici, et auparavant à Queen's Park, depuis le mois de juin 2014.
J'aimerais profiter de l'occasion pour en dire un peu à mon sujet et, surtout, au sujet des gens que je représente.
En tant que femme d'affaires avec de l'expérience en travail social, je comprends l'importance d'investir dans les services publics sur lesquels comptent les Canadiens. J'ai commencé ma carrière en tant que travailleuse sociale pour la Société d'aide à l'enfance, puis j'ai travaillé pour le CHEO, le Centre hospitalier pour enfants de l'Est de l'Ontario, parce que je cherchais à aider les gens. J'aimais travailler auprès des jeunes, mais c'est à l'Hôpital d'Ottawa que j'ai découvert ma réelle passion, lorsque j'ai commencé à aider les personnes âgées à faire la transition vers des établissements de soins de longue durée et des maisons de retraite.
J'ai constaté un énorme manque dans les services offerts aux personnes âgées. Comme il n'y avait pas d'établissement de soins de longue durée dans le coin, je devais éloigner les personnes âgées de leur famille pour qu'elles puissent recevoir les soins dont elles avaient besoin. C'est à ce moment-là que j'ai réalisé le rôle bénéfique que le gouvernement peut jouer et qu'il a en fait l'obligation de jouer. Il doit aider les gens au moment et à l'endroit où ils en ont le plus besoin.
Après avoir trouvé ma vocation dans le secteur des services aux retraités, j'ai décidé de faire un grand saut. J'ai fait construire le Manoir Portobello, Portobello Manor, une résidence pour personnes âgées, et j'en ai assumé la direction. J'ai travaillé dur, mais cela en a valu la peine. Encore à ce jour, le Manoir héberge des personnes âgées à Orléans.
J'ai consacré la majeure partie de ma carrière au service des personnes les plus vulnérables: les jeunes et les personnes âgées. Je suis consciente des répercussions que le gouvernement peut avoir sur leur vie. J'ai décidé de me lancer en politique pour m'assurer que ces répercussions sont positives. Je suis prête à me retrousser les manches et à me mettre au travail. Je suis ici pour représenter notre collectivité et, surtout, pour écouter ce que les gens ont à dire.
Je suis ici aujourd’hui pour dire avec humilité que je suis prête à écouter et à agir dans l’intérêt supérieur des citoyens et des citoyennes d’Orléans.
Au cours des dernières années, Orléans a connu d'énormes changements. À l'époque, cette circonscription était majoritairement rurale. Aujourd'hui, c'est une région urbaine dynamique puisque, tout comme moi, de plus en plus de familles choisissent de s'installer à Orléans.
Il y a une communauté francophone robuste, dynamique et grandissante dans ma région. Cette circonscription, où 36 % des gens ont le français comme langue maternelle, abrite la plus importante communauté francophone à Ottawa et est l'une de celles qui comptent le plus grand nombre d'habitants francophones en Ontario.
Je suis extrêmement fière de mes racines franco-ontariennes. Je suis née à l’Hôpital Montfort, et c’est avec beaucoup d’humilité que je représenterai encore une fois cette communauté en tant que députée fédérale.
En plus d'être bilingue, Orléans est chanceuse de posséder une riche communauté multiculturelle. Les Canadiens connaissent la valeur de la diversité. Pour reprendre les mots du premier ministre: « Nous sommes forts non pas en dépit de nos différences, mais grâce à celles-ci. »
Orléans a tant à offrir et est, à bien des égards, un endroit où il fait bon vivre grâce au bilan du gouvernement libéral précédent. Au cours des quatre dernières années seulement, le gouvernement s'est porté à la défense des Franco-Ontariens et a appuyé les collectivités francophones avec un investissement historique de 2,7 milliards de dollars dans l'éducation, les infrastructures, l'enseignement à la maternelle et d'autres secteurs clés.
Pas plus tard que mercredi dernier, j'étais ravie de me tenir aux côtés de mon amie, l'honorable ministre des Langues officielles, alors qu'elle annonçait le financement de la toute première université francophone de l'Ontario, ce qui permettra à des milliers d'étudiants de poursuivre leurs études dans la langue officielle de leur choix, soit en français.
En collaboration avec ses partenaires, le gouvernement a aussi entamé le travail essentiel visant à améliorer le système de paie Phénix pour que les fonctionnaires soient payés adéquatement pour leur travail important. Les arriérés ont été réduits à environ 200 000 transactions depuis le début de l’année 2018. Nous avons aussi remis 1,5 milliard de dollars en paiements rétroactifs aux employés.
C’est une force de travail omniprésente à Orléans. De plus, le modèle des équipes mixtes de paie, qui a connu un succès considérable sur le plan de la réduction des arriérés, a été appliqué aux 46 organisations desservies par le centre de paie.
Le gouvernement a aussi multiplié les efforts pour assurer l'entretien des parcs, des routes, des immeubles et des ponts ici même, à Ottawa, en versant plus de 55 millions de dollars à la Commission de la capitale nationale en plus d'investir 1,15 milliard de dollars dans la deuxième phase du projet de train léger sur rail de la ville, dont le réseau se rendra bientôt jusqu'au chemin Trim dans ma région. Cette somme vise à faciliter les déplacements dans la ville, à retirer des voitures de la circulation et à assainir l'air que nous respirons.
Ce sont des réalisations dont je suis fière, mais je suis aussi consciente du travail qui reste à accomplir.
C'est là un bilan dont je suis fière, mais je sais qu'il reste encore beaucoup à faire. Les gens de ma collectivité s'attendent à ce que nous travaillions ensemble pour trouver des solutions aux défis que nous partageons.
J'ai frappé à la porte de milliers de personnes dans ma circonscription pendant la campagne électorale. Je ne doute pas que bon nombre de mes collègues en ont fait autant. J'ai parlé à de jeunes familles de travailleurs, qui ont toujours de la difficulté à joindre les deux bouts. Je leur ai dit que le gouvernement avait un plan pour leur faciliter un peu la tâche: bonifier l'Allocation canadienne pour enfants de 15 %.
Un grand nombre de propriétaires d'entreprise m'ont dit qu'il n'était pas simple de trouver des travailleurs qualifiés. C'est avec fierté que je leur ai parlé de notre plan pour encourager les jeunes à choisir l'apprentissage de métiers spécialisés et la formation en entreprise.
En tant que députée d'Orléans, je vais me battre pour ma collectivité et pour faire valoir leurs objectifs et leurs aspirations. Par exemple, le Mouvement d’implication francophone d’Orléans, ou MIFO, cherche à obtenir du financement pour un nouvel établissement. Le MIFO, c'est plus qu'un centre communautaire. C'est aussi une école de musique, un camp de jour, un centre préscolaire et une galerie d'art. Cet organisme, qui emploie plus de 350 personnes, offre des services à l'enfance et aux jeunes ainsi qu'un milieu de vie active pour les personnes de 50 ans et plus. Comme l'organisme a connu une croissance de 182 % dans les 10 dernières années, son immeuble et ses installations actuels ne sont plus adaptés à ses besoins. Par conséquent, l'obtention d'un financement fédéral pour développer cette institution vitale fait partie de mes plus grandes priorités.
Dans le cadre de mes anciennes fonctions, j'étais particulièrement bien placée pour comprendre qu'il nous faut un meilleur régime de pension. J'ai été témoin des difficultés financières concrètes auxquelles les aînés doivent faire face. La population est vieillissante, et les gens qui ont bâti notre société méritent de prendre leur retraite et de vivre dans la dignité. Lorsque je faisais du porte-à-porte, des résidants de ma collectivité m'ont fait part de leurs préoccupations au sujet de leur retraite. J'étais heureuse de leur dire que le gouvernement compte présenter un projet de loi afin d'augmenter de 10 % les prestations de la Sécurité de la vieillesse et de bonifier de 25 % les prestations de survivant du Régime de pensions du Canada.
Les changements climatiques et l'environnement faisaient aussi partie des principaux thèmes de la campagne électorale. Notre collectivité est l'un des endroits où l'on compte le plus grand nombre de membres d'Écologie Ottawa.
C’est d’une importance capitale que je sois ici pour reconnaître l’impact des changements climatiques. Nous avons subi, à Orléans, des tornades et des inondations. Cela a des répercussions sur l’économie de notre communauté, l'économie d’Ottawa et l'économie de notre pays.
J'ai eu le plaisir de parler de notre plan en matière d'environnement et de changements climatiques. Qu'il s'agisse d'installer 5 000 bornes de recharge ou de planter deux milliards d'arbres dans les 10 prochaines années, les résidants d'Orléans s'attendent à ce que j'appuie de telles initiatives à la Chambre.
Je ne siège pas à la Chambre depuis très longtemps, mais j'ai été inspirée par l'engagement, la compassion et le talent de mes collègues des deux côtés de cette enceinte. Nous devons tous nous conformer à des normes plus exigeantes, agir avec dignité et travailler en vue d'améliorer la vie de l'ensemble des Canadiens.
Faisons passer les données probantes avant l'idéologie, et le partenariat avant la partisanerie. Nous pouvons trouver un terrain d'entente. Nous pouvons favoriser la création d'emplois et mettre en place des conditions propices aux entreprises. Nous pouvons protéger l'environnement et contribuer à bâtir un avenir meilleur pour tous les Canadiens.
Avec le recul des cinq dernières années et depuis ma récente élection comme députée fédérale, je sais que les gens de ma communauté d'Orléans s'attendent à ce que je sois une voix forte qui va répondre à leurs inquiétudes, tant locales qu'internationales.
Je suis fière de soutenir ce discours du Trône, et je pense que le vote aura lieu dès aujourd'hui. Je suis fière d'appuyer un gouvernement et un premier ministre qui ont un plan pour contribuer à l'édification du Canada.
Voici mes derniers mots pour aujourd'hui. C'est vraiment avec une grande sagesse et une grande fierté que j'appuie non seulement le discours du Trône, mais aussi un gouvernement et un premier ministre qui offrent un plan positif pour continuer à bâtir un Canada fort et prospère.
Je consacrerai mes efforts à améliorer les infrastructures de la communauté d'Orléans au moyen de projets très ciblés. De plus, j'aimerais vraiment explorer des pistes de solution et continuer de bâtir un plan concret de lutte contre les changements climatiques et en faveur de l'environnement. Dans le milieu des affaires, on sait les défis que les employeurs ont à relever. En tant qu'ancienne femme d'affaires, je peux comprendre les employeurs de ma communauté.
Pour nos enfants, nos petits-enfants et les grands-parents, nous devons ensemble travailler fort pour faire avancer et prospérer le Canada.
Je tiens à remercier tout le monde de m'avoir écouté pendant 20 minutes lors de ma première intervention à la Chambre. J'en suis honorée.
On me fait signe qu'il me reste du temps. Je vais donc continuer de parler, car a-t-on déjà vu un politicien refuser deux minutes supplémentaires?
J'aimerais parler de certains défis. Parfois, nous oublions ce que nous avons tous en commun ici.
Chacun d'entre nous a été élu pour représenter sa communauté, et nous sommes fiers de venir ici pour partager nos réflexions. Lorsque je repense au discours du Trône, j'aimerais croire que la plupart d'entre nous, à la Chambre, pouvons affirmer avec conviction que nos communautés recherchent la même chose. Pour cette nouvelle législature, le peuple canadien nous a donné à tous le mandat de faire avancer les dossiers qui comptent pour lui, même si nous sommes dans une situation de gouvernement minoritaire.
Il va y avoir des débats, c'est sûr. Cependant, j'espère que nous serons toujours respectueux les uns envers les autres.
Un aspect qui m'importe est de trouver les éléments qui nous unissent.
J'aime croire que, tous ensemble — le Parti conservateur, le Bloc québécois, le NPD, le Parti vert, la députée indépendante et la grande famille de nos amis libéraux —, nous pourrons montrer aux Canadiens que nous sommes capables de faire avancer les choses qui comptent pour eux.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2020-01-27 12:41 [p.441]
Madam Speaker, oftentimes in the last Parliament, Liberals spoke about evidence-based decision-making. However, evidence-based decision-making is what they agree with only when it agrees with their ideology.
The people of Barrie—Innisfil sent me to Parliament because they were quite concerned. I know that the hon. member for Orléans came from the provincial government in Ontario. She spent five years under Kathleen Wynne, where we saw wasteful spending, reckless debt and endless deficits. In fact, in Ontario, we are facing $350 billion in debt. That is $40 million a day more than we were spending and billions of dollars in deficits.
Can the member honestly say, coming from that scenario in Ontario, that she is proud of the $800 billion in debt that we are at now, and the $27 billion in deficits that are ongoing and that are going to continue to grow under the Liberal government? How is that sustainable?
Madame la Présidente, au cours de la dernière législature, les libéraux ont souvent parlé de décisions fondées sur des données probantes. Toutefois, ils sont d'accord pour prendre de telles décisions uniquement lorsque cela cadre avec leur idéologie.
Les gens de Barrie—Innisfil m'ont élu au Parlement parce qu'ils étaient assez inquiets. Je sais que la députée d'Orléans vient du gouvernement provincial de l'Ontario, où elle a vu, pendant cinq ans, du gaspillage, un endettement irresponsable et une suite sans fin de déficits. En effet, en Ontario, la dette s'élève à 350 milliards de dollars. C'est 40 millions de dollars de plus par jour que ce que nous dépensions et cela représente des milliards de dollars de déficits.
La députée peut-elle dire en toute franchise, après avoir vécu cette situation en Ontario, qu'elle est fière de la dette de 800 milliards de dollars que nous avons maintenant et des déficits croissants qui se succèdent, dont le déficit actuel de 27 milliards de dollars? Comment cela peut-il durer?
View Marie-France Lalonde Profile
Lib. (ON)
View Marie-France Lalonde Profile
2020-01-27 12:42 [p.441]
Madam Speaker, I like to look at the evidence. I know the member for Barrie—Innisfil mentioned this, but I always say the one thing that cannot lie is numbers. In the past four years, the Liberal government has created more than a million jobs.
Let us now focus on our economy. We had the lowest unemployment rate in the past 40 years. When I went to the doors of my constituents, at every door I was told we need to continue to invest. For me, it is about investing. I come from a business background, and sometimes money needs to be spent to better the lives of people. That is what we are doing.
I look at the record of the Ontario Liberals on cap and trade. I am sorry to say that this measure was cancelled by the Ford government, and $1.9 billion of revenue was forgone. If we want to talk about good business, I am proud to stand in this House as a federal Liberal member to continue our good progress.
Madame la Présidente, regardons les données, justement, comme le mentionne le député de Barrie—Innisfil. Les chiffres ne mentent jamais. Au cours des quatre dernières années, le gouvernement libéral a créé plus d'un million d'emplois.
Parlons un peu de l'économie du pays. Nous avons atteint le plus faible taux de chômage en 40 ans. Quand j'ai rendu visite aux habitants de ma circonscription, tous m'ont dit qu'il fallait continuer d'investir. À mes yeux, il s'agit d'investissements. Je viens du milieu des affaires, alors je sais qu'il faut parfois dépenser de l'argent pour améliorer la vie des gens. C'est ce que nous faisons.
Parlons du bilan des libéraux de l'Ontario en ce qui concerne le plafonnement et l'échange. Je trouve malheureux que le gouvernement Ford ait éliminé cette mesure, privant ainsi la province de 1,9 milliard de dollars en revenus. Je suis fière d'être une députée fédérale libérale et d'ainsi contribuer à poursuivre les progrès réalisés jusqu'ici grâce à des mesures judicieuses.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I want to thank my hon. colleague from across the way for her fine speech.
She asks us who we were elected for. Every morning when I get up, I see a little note on my nightstand that says, “Who do you work for”. True story. I work for the people of Lac-Saint-Jean, an area where the aluminum industry is very important. Every time the aluminum file has come up in the House since the 43rd Parliament began, it has been plain to me that the Liberals do not understand the agreement they signed. It does not protect aluminum from North America, but rather parts made from aluminum. That means Mexico will get to import the world's dirtiest aluminum from China and manufacture parts that will flood the U.S. market.
Now that I have explained it, does my colleague understand the aluminum file any better?
Madame la Présidente, je remercie mon honorable collègue de l’autre côté de la Chambre de son très beau discours.
Elle nous demande pour qui nous avons été élus. Chaque matin, quand je me lève, je vois sur ma table de chevet le petit mot où il est écrit « pour qui tu travailles ». C'est vrai. Moi, je travaille pour les gens de Lac-Saint-Jean, où l’industrie de l’aluminium est très importante. Chaque fois qu’on aborde le dossier de l’aluminium à la Chambre, depuis le début de la 43e législature, je me rends compte que les libéraux ne comprennent visiblement pas l’entente qu’ils ont signée. Ce n’est pas l’aluminium provenant de l’Amérique du Nord qui est protégé, ce sont plutôt les pièces fabriquées en aluminium. Cela va permettre au Mexique d’importer de Chine l’aluminium le plus sale au monde, de fabriquer des pièces et d’inonder ainsi le marché américain.
Maintenant que je le lui ai expliqué, est-ce que ma collègue comprend mieux le dossier de l’aluminium?
View Marie-France Lalonde Profile
Lib. (ON)
View Marie-France Lalonde Profile
2020-01-27 12:45 [p.441]
Madam Speaker, I thank my colleague from Lac-Saint-Jean.
I visited his riding years ago. I am always very grateful to the people of Lac-Saint-Jean. I am proud to see that you are representing them here.
Yes, without a doubt, aluminum—
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Lac-Saint-Jean.
C’est une circonscription que j’ai visitée il y a plusieurs années. Je dis toujours un grand merci aux gens du Lac-Saint-Jean. Je suis fière de voir que vous les représentez ici.
Oui, sans doute, l’aluminium...
View Marie-France Lalonde Profile
Lib. (ON)
View Marie-France Lalonde Profile
2020-01-27 12:45 [p.441]
I apologize, Madam Speaker.
I would like to point out to my hon. colleague that in the negotiations of these past few years, the government took a strong stand in that we wanted to include something that we did not have before in the new NAFTA. With respect to aluminum, there was previously no minimum percentage, but now this agreement sets out a minimum of 70%. That is a good thing for the aluminum industry.
I know that this is still a concern, but I believe that if my colleague were to speak to those responsible in the sector, he would see that this is a major decision for the people of Quebec and of Lac-Saint-Jean.
Je vous présente mes excuses, madame la Présidente.
J’aimerais souligner à mon honorable collègue que, dans les négociations des dernières années, nous avons pris une position forte comme gouvernement dans le fait d’apporter quelque chose qui n’existait pas dans le nouvel ALENA. En ce qui a trait à l’aluminium, auparavant, il n’y avait aucun pourcentage minimum. Maintenant, il y a un taux de 70 % inscrit dans cet accord. C’est une bonne chose pour les gens de l’aluminium.
Je sais que cela est toujours une source d’anxiété, mais je crois que si mon collègue parle aux gens responsables dans ce domaine, il verra que cette décision est importante pour les gens du Québec et de Lac-Saint-Jean.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague from Orléans for her speech, the tone of her remarks and her openness.
However, the NDP wants to see firm commitments and concrete action. There is a climate emergency and young people are asking us to reduce our greenhouse gas emissions. We are not going to meet our targets for 2030. The Liberal government has agreed to the Trans Mountain expansion and is considering new projects like the Frontier project proposed by Teck Resources Ltd.
Will she undertake to eliminate subsidies for oil companies and not consider any new oil and gas projects until we are on track to reduce our greenhouse gas emissions?
Madame la Présidente, je remercie ma collègue d’Orléans de son discours, du ton de son discours et des gestes d’ouverture qu’elle a posés.
Au NPD, nous aimerions par contre des engagements fermes et des actions concrètes. Il y a urgence climatique et la jeunesse nous demande de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Nous sommes en train de rater nos cibles pour 2030. Le gouvernement libéral accepte l’expansion de Trans Mountain et considère de nouveaux projets comme le projet Frontier proposé par Teck Resources ltée.
Peut-elle s’engager à mettre fin aux subventions aux compagnies pétrolières et à ne pas envisager tout nouveau projet gazier et pétrolier tant que nous ne serons pas en voie de réduire nos émissions de gaz à effet de serre?
View Marie-France Lalonde Profile
Lib. (ON)
View Marie-France Lalonde Profile
2020-01-27 12:46 [p.441]
Madam Speaker, I thank my colleague for the question. I am very proud that we put a price on carbon. It was an important measure for the net zero emissions target we committed to reach by 2050. Our action plan is designed to achieve that target. What is more—I hope my colleague will mention this—in our election campaign we promised to plant two billion trees. That will help us meet our ambitious targets.
As I said in my speech, I understand full well the importance of climate change, because that is something that came up at the doors. My role here is to continue what we started and to improve on it.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question. Je suis très fière que nous ayons établi un prix sur le carbone. C’était une mesure importante pour atteindre notre cible de zéro émission nette à laquelle nous nous sommes engagés d’ici 2050. Notre plan d’action est bien conçu pour l’atteinte de cette cible. De plus — j’espère que mon collègue va y faire référence —, dans notre promesse électorale, nous nous sommes engagés à planter 2 milliards d’arbres. Cela va nous aider à atteindre nos cibles importantes.
Je comprends très bien, comme je l’ai dit dans mon discours, l’importance des changements climatiques, parce que c’est quelque chose que j’ai entendu en faisant le porte-à-porte. Mon rôle ici est donc de continuer ce que nous faisons et de l’améliorer.
View Darrell Samson Profile
Lib. (NS)
Madam Speaker, I want to thank my colleague for her very interesting speech. I learned a lot about her region, which I was not very familiar with. She impressed me a great deal with her knowledge about some of the topics we discussed here today.
I would like the hon. member to say a few words about our government's investments. We have made major investments in infrastructure across the country, from east to west. These numerous investments have helped create jobs. The hon. member pointed out that more than one million jobs have been created. She also noted that we have the lowest unemployment rate in 40 years. These are very interesting, very important things that the Conservatives often forget to mention.
Can the hon. member explain how investments in infrastructure helped Ontario, and her riding in particular?
Madame la Présidente, je veux remercier ma collègue de son discours très intéressant. J’en ai beaucoup appris sur sa région, que je ne connaissais pas tellement bien. Elle m’a beaucoup impressionnée par ses connaissances sur plusieurs sujets dont nous avons discuté aujourd’hui.
J’aimerais que la députée parle un peu des investissements de notre gouvernement. Nous avons fait des investissements majeurs en infrastructure partout au pays, d’est en ouest. Ces nombreux investissements ont aidé à créer des emplois. La députée a bien souligné que plus de 1 million d’emplois ont été créés. Elle a également souligné que nous avons le taux de chômage le plus bas en 40 ans. Ce sont des choses très intéressantes et très importantes que les conservateurs oublient souvent de mentionner.
La députée peut-elle expliquer comment les investissements en infrastructure ont pu aider la province de l’Ontario, et sa circonscription en particulier?
View Marie-France Lalonde Profile
Lib. (ON)
View Marie-France Lalonde Profile
2020-01-27 12:49 [p.442]
Madam Speaker, I am very pleased to speak on this subject, which is very important.
When we talk about what Canadians need, every community mentions the infrastructure deficit. Looking at our platform and what has been done in recent years, I was proud to see $182 billion invested in infrastructure over 12 years. My community and the Ottawa area have benefited from that. I can talk about Orléans. For instance, there is phase 2 of the light rail system, which now goes to Trim Road. It was the Liberal government that provided 50% of the funding for the light rail extension from Place d'Orléans to Trim Road.
We can talk about roads too. I am proud to say that we have doubled the tax funding for municipalities. Unfortunately, that is something that Ontario has not supported. I do not know about all the provinces yet. I can talk specifically about Ontario, and perhaps Quebec, and I am proud. I am really proud that our government is supporting the provinces, if they want to be at the table, the municipalities and the people of Canada with this much-needed investment. We are talking about schools and help for young children. We are making a lot of investments and I am certainly proud of that.
Madame la Présidente, cela me fait bien plaisir de parler de ce sujet, qui est très important.
Lorsqu’on parle de ce dont les Canadiens ont besoin, chaque communauté mentionne le déficit en matière d’infrastructure. J’étais fière, en voyant notre plateforme et ce qui a été fait durant les dernières années, de constater que 182 milliards de dollars sont investis en infrastructure sur une période de 12 ans. Ma communauté et la région d’Ottawa en ont bénéficié. Je peux parler d’Orléans. Par exemple, il y a la phase 2 du train léger, qui se rend maintenant au chemin Trim.  C’est le gouvernement libéral qui a octroyé 50 % du financement du prolongement du train léger de la Place d’Orléans jusqu’au chemin Trim.
On peut parler aussi des routes. Je suis fière de dire que nous avons doublé la taxe pour les municipalités. C’est une chose qui, malheureusement, n’a pas été appuyée en Ontario. Je ne connais pas encore toutes les provinces. Je peux parler plus particulièrement de l’Ontario, et peut-être du Québec, et suis fière. Je suis vraiment fière de voir que notre gouvernement soutient les provinces, si elles veulent être à la table, les municipalités et les gens du Canada, grâce à cet investissement tellement nécessaire. On parle d’écoles et d’aide aux jeunes enfants. Nous faisons beaucoup d’investissements et j’en suis certainement fière.
View Jacques Gourde Profile
CPC (QC)
View Jacques Gourde Profile
2020-01-27 12:51 [p.442]
Madam Speaker, I will be sharing my time with the member for Cypress Hills—Grasslands.
I am pleased to be taking part in the debate on the Speech from the Throne at the start of the 43rd Parliament.
I would first like to thank the people of Lévis—Lotbinière for putting their trust in me. I am representing them in the House of Commons for the fifth time. It is a great privilege to serve a community that is as dynamic and visionary as the one we are all proudly part of in Lévis—Lotbinière .
My team and I are passionately committed to working tirelessly in our riding throughout the 43rd Parliament to provide personal and attentive service to every constituent who needs our assistance and to take concrete action that meets their needs. I would like to thank my wife, Chantale, my family and all the volunteers who proudly participated, directly or indirectly, in the democratic exercise of the federal election.
Today, I am debating the Speech from the Throne. It is no surprise that this is a speech reflecting the Liberal values of a minority government that is walking on eggshells and needs to be very carefully watched at all times. You will have guessed that I am referring to the SNC-Lavalin scandal. As I was telling the House on Friday, December 6, the Liberal government, true to form, is standing in the way of the RCMP investigators.
We all know this government is sort of reaching out to the right but that it tends to lean much more to the left, though without any firm conviction. The worst part is this Liberal government's deplorable lack of vision for sustaining and stimulating the Canadian economy.
Judging from the throne speech, Canada's energy sector may as well not even exist. There was just one tiny mention of it, a poor reflection of how important this key sector is to the Canadian economy. We need to acknowledge that it underpins our wealth as a nation.
In late November, the CN strike highlighted how precarious the supply of energy sources such as propane is, especially in Quebec. Farmers in my region came to the sudden realization that their propane supply would be interrupted during the CN strike because of rationing for essential services. The entire agricultural sector was left with no way to keep animals warm and to dry grain during the harvest.
Delays in harvesting and drying grain can lead to irreparable losses for farmers, with very little compensation. In light of these events, the question Canadians are asking themselves is this: Are we adequately protected against disruptions in the shipping of our energy resources and the impact this has on the lives of Canadians and on the entire energy sector? The recent event involving propane deliveries shows us just how vulnerable we are considering the quasi-monopoly that exists in shipping. We are not immune to the disastrous consequences of any future potential shortages.
As parliamentarians, we have a duty to pay close attention to Canada's energy security. It is imperative that we work with industry experts in order to avoid energy shortages and reassure Canadians with respect to a steady supply of the energy resources used in this country. Canada is a country rich in natural resources, including crude oil and natural gas in western Canada and Newfoundland and Labrador, hydroelectricity in Quebec, Manitoba and British Columbia, and nuclear energy in Ontario and New Brunswick, not to mention the shale oil and gas, coal, solar energy, wind energy and biomass used in various provinces and territories.
We are so lucky to live in a country that has such an abundance of resources. Dozens of countries around the world would love to have Canada's resources, as it would help lift them out of poverty. This prompts us to ask other important questions. How are all these energy resources transported within Canada, to serve all the provinces and territories, and how are they exported out of Canada, to the U.S. and other countries?
Do we have adequate infrastructure? Are these methods of transportation safe and reliable enough to ensure an uninterrupted supply or, as was the case in the recent propane crisis in Quebec, are we relying on a single transporter? Would an energy corridor like the one proposed by the Conservative Party be the solution to the problem we have transporting all these forms of energy?
In the Speech from the Throne there is no mention of the word oil as though we as Canadians are ashamed that Canada is an oil-producing country.
Another word that was missing from the throne speech is the word pipeline. The speech did however talk about shipping our Canadian natural resources to new markets. Everyone knows that a pipeline is the safest way to transport oil, gas or other chemical products. Have the Liberal MPs from Quebec forgotten about the tragedy in Lac-Mégantic? On July 6, 2013, 47 people were killed when a train made up of 72 tank cars carrying 7.7 million litres of crude oil derailed. If there had been a pipeline in that part of Quebec, we all know that those people would still be alive today.
I simply cannot understand what seems to be an obsession against pipelines as a secure and safe method of transportation. According to a Nanos poll published the first week of December 2019, most Canadians, or 60%, support the construction of a new pipeline. Only 30% of the population is opposed, despite all of the false information that is being spread about pipelines, particularly in my own province of Quebec.
The following week, a Léger poll indicated that 65% of Quebeckers prefer western Canadian oil. The same poll indicated that most Canadians believe that pipelines are the safest method of transportation.
Let us now talk about the Liberals' infamous carbon tax, which has already begun to wreak havoc. In early December, the Globe and Mail gave a good example of how this tax is affecting farmers in Saskatchewan, and the Currah family in particular, who are struggling under the Liberal government's tax.
Heavy autumn rains had a major impact on the Currahs and many other canola, oat, barley and wheat farmers across Canada. They had to harvest their grain crops while they were wet, meaning the grain had to be dried using natural gas dryers before it could be sold. As a result, for the past few months, farmers in Saskatchewan, Manitoba, Ontario and New Brunswick have had to pay the Liberal carbon tax on the natural gas they need to run their grain dryers.
Since January 1, 2020, Alberta has joined the list of victims of the carbon tax. The Currah family in Saskatchewan has had to spend $1,200 on the carbon tax and expects the final tally to reach $10,000 once all the grain is dry. That $10,000 bill for drying grain comes on top of all the other production costs.
This tax is hurting our SMEs and our farms, but the worst is yet to come. In 2022, in order to comply with the greenhouse gas reduction targets for 2030, the tax will be increased to $102 per tonne, which means that $10,000 bill will rise to $50,000 a year for the Currah family of farmers in Saskatchewan.
In closing, I believe all energy sector stakeholders should work together as part of a large-scale national consultation sponsored by the federal government. We need to have the courage to talk about the energy sector, instead of glossing over it the way this Liberal government did by not mentioning it in the throne speech. Sadly, this subject is a divisive issue in Canada right now, when it should be a unifying force that brings all of us together, from coast to coast to coast.
I urge all parliamentarians, from all parties, to start this conversation with all energy sector stakeholders in order to develop a serious strategy for Canada's energy future, which will have an impact on the economic prospects of future generations.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec le député de Cypress Hills—Grasslands.
Je suis heureux de prendre part au débat sur le discours du Trône, au début de la 43e législature.
Dans un premier temps, je tiens à remercier la population de Lévis—Lotbinière de la confiance qu'elle m'a accordée. Je la représente à la Chambre des communes pour un cinquième mandat. C'est un grand privilège de servir une population aussi dynamique et visionnaire que celle dont nous faisons tous fièrement partie dans Lévis—Lotbinière.
C'est avec passion et engagement que mon équipe et moi-même travaillerons sans relâche dans la circonscription lors de la 43e législature, afin d'offrir un service personnalisé et attentif à chaque citoyen requérant notre assistance et afin de poser des gestes concrets pour répondre à leurs besoins. Je tiens à remercier mon épouse, Chantale, ma famille et tous les bénévoles qui ont fièrement participé de près ou de loin à l'exercice démocratique qu'est l'élection fédérale.
Aujourd'hui, je débats du discours du Trône à la Chambre. Sans grande surprise, il s'agit d'un discours aux valeurs libérales d'un gouvernement minoritaire qui marche sur des œufs et qui nécessite d'être scrupuleusement surveillé en tout temps. On l'a deviné: je parle du scandale entourant SNC-Lavalin. Comme je le disais à la Chambre le vendredi 6 décembre dernier, le gouvernement libéral, fidèle à lui-même, met des bâtons dans les roues des enquêteurs de la GRC.
Certes, on voit que le gouvernement a une main tendue un peu à droite, mais qu'il penche beaucoup plus à gauche sans grande conviction profonde. Ce qui fait le plus mal, c'est surtout de voir un gouvernement libéral qui manque encore sérieusement de vision pour maintenir et stimuler l'économie canadienne.
Le secteur de l'énergie canadien semble ne plus exister dans le discours du Trône. On en fait seulement une petite mention, ce qui ne reflète pas toute l'importance que l'on doit accorder à ce secteur capital de l'économie canadienne, moteur incontestable de notre richesse collective.
À la fin novembre, nous avons vécu une grève au CN qui nous rappelle la précarité de l'approvisionnement de certaines énergies comme le propane, surtout au Québec. Les agriculteurs de ma région ont appris brusquement que leur approvisionnement en propane serait interrompu pendant la grève du CN pour cause de rationnement pour les services essentiels, laissant ainsi le secteur économique de l'agriculture sans source de chauffage pour les animaux et le séchage du grain pendant la saison de la récolte.
Des retards dans la récolte et le séchage du grain occasionnent des pertes irréversibles pour les agriculteurs, sans grande compensation. À la suite de ces événements, la question qui se pose dans la population est la suivante: sommes-nous bien protégés des perturbations du transport de nos ressources énergétiques et des incidences sur la vie des Canadiens et sur tout le secteur énergétique? L'événement récent entourant la livraison du propane nous démontre à quel point nous sommes vulnérables au quasi-monopole du transport. Nous ne sommes pas à l'abri des conséquences catastrophiques qu'aurait une pénurie potentielle dans le futur.
En tant que parlementaires, nous avons le devoir de nous pencher sur l'aspect de la sécurité énergétique au pays. Il est impératif de travailler avec des experts du milieu afin d'éviter des pénuries d'énergie et de rassurer la population quant à l'approvisionnement régulier des sources d'énergie utilisées dans notre pays. Le Canada est un pays riche en ressources naturelles, que ce soit le pétrole brut et le gaz naturel de l'Ouest et de Terre-Neuve-et-Labrador, l'hydroélectricité du Québec, du Manitoba et de la Colombie-Britannique, ou l'énergie nucléaire de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick. Tout cela, c'est sans oublier le gaz et le pétrole de schiste, le charbon, l'énergie solaire, l'énergie éolienne et la biomasse utilisés par diverses provinces et divers territoires.
Quelle chance pour un pays d'avoir toutes ces ressources! Des dizaines de pays du monde aimeraient avoir les ressources du Canada, car cela leur permettrait de sortir de la pauvreté. Cela nous amène à nous poser d'autres questions importantes. Comment sont transportées toutes ces énergies à l'intérieur du Canada, pour desservir toutes les provinces et les territoires, et à l'extérieur du Canada lors de l'exportation vers les États-Unis et d'autres pays?
Nos infrastructures sont-elles adéquates? Ces moyens de transport sont-ils sécuritaires et fiables pour un approvisionnement continu ou, comme dans le cas de la crise du gaz propane vécue récemment au Québec, sommes-nous dépendants d’un seul transporteur? Est-ce qu’un corridor énergétique tel que celui proposé par le Parti conservateur serait la solution au problème du transport de toutes ces formes d’énergie?
Pourtant, lors du discours du Trône, il n’y a eu aucune mention du mot « pétrole ». C'est comme si nous, Canadiens, avions honte que le Canada soit un pays producteur de pétrole.
Un autre mot qui n’a pas été mentionné dans le discours du Trône est le mot « pipeline ». Le discours a plutôt parlé de transport de nos ressources naturelles canadiennes vers de nouveaux marchés. Pourtant, il est bien connu que le pipeline est lemoyen le plus sûr pour transporter du pétrole, du gaz ou d’autres produits chimiques. Les députés libéraux du Québec ont-ils oublié la tragédie de Lac-Mégantic? Le 6 juillet 2013, 47 personnes ont été tuées quand un train de 72 wagons-citernes transportant 7,7 millions de litres de pétrole brut a déraillé. S’il y avait eu un pipeline dans cette partie du Québec, nous savons tous que ces gens seraient encore en vie et des nôtres aujourd’hui.
Je ne comprends tout simplement pas ce qui semble être une obsession contre les pipelines comme moyen de transport sûr et sécuritaire. Un sondage Nanos publié la première semaine de décembre 2019 confirme que la majorité des Canadiens, dans une proportion de 60 %, appuie la construction d’un nouveau pipeline. Seulement 30 % de la population s’y oppose, et ce, malgré toute la fausse information véhiculée au sujet des pipelines, plus particulièrement dans ma propre province, le Québec.
La semaine suivante, un sondage Léger révélait que les Québécois, dans une proportion de 65 %, préfèrent le pétrole provenant de l’Ouest canadien. Le même sondage confirmait que la majorité des Canadiens estime que les pipelines représentent le moyen de transport le plus sécuritaire.
Parlons maintenant de la fameuse taxe des libéraux sur le carbone. Cette taxe a déjà commencé à faire des ravages. Au début décembre, le Globe and Mail rapportait le bel exemple de fermiers de la Saskatchewan, la famille Currah. Cette dernière est prise à la gorge par la taxe du gouvernement libéral.
Comme pour bien d’autres producteurs decanola, d’avoine, d’orge et de blé au Canada, l’automne a été pluvieux pour les Currah. lls ont donc dû récolter leurs grains mouillés, ce qui veut dire que, pour les vendre, ils doivent d'abord les sécher dans des séchoirs qui fonctionnent au gaz naturel. Or, depuis quelques mois, les fermiers de la Saskatchewan, du Manitoba, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick doivent payer la taxe des libéraux sur le carbone pour leur consommation du gaz naturel requis pour faire marcher leurs séchoirs à grains.
Depuis le 1er janvier 2020, l’Alberta a été ajoutée à la liste des victimes de la taxe sur le carbone. La famille Currah de la Saskatchewan a dû dépenser 1 200 $ en taxe sur le carbone et prévoit que cette facture atteindra 10 000 $ une fois que tous les grains auront été séchés. Ce montant de 10 000 $ pour sécher les grains s'ajoute à tous les autres coûts de production.
Cette taxe s’attaque à nos petites et moyennes entreprises et à nos fermes, mais ce n’est pas là le pire. En 2022, pour respecter les cibles de réduction des gaz à effet de serre pour 2030, le prix de la taxe passera à 102 $ la tonne et ce montant de 10 000 $ augmentera pour atteindre 50 000 $ par année pour la famille Currah, fermiers de la Saskatchewan.
Pour terminer, je pense que tous les acteurs du secteur énergétique devraient se concerter dans le cadre d'une grande consultation nationale parrainée par le gouvernement fédéral. Nous devons avoir le courage de parler du secteur énergétique et de cesser de le passer sous silence comme l'a fait ce gouvernement libéral en évitant le sujet dans le discours du Trône. Présentement, ce sujet est malheureusement une pomme de discorde au Canada, alors qu’il devrait être rassembleur et tous nous unir d’un océan à l’autre.
J’invite donc tous les parlementaires, tous partis confondus, à lancer cette discussion avec tous les acteurs du secteur énergétique afin d’élaborer une stratégie sérieuse pour l’avenir énergétique du Canada, laquelle aura une incidence sur l'avenir économique des générations futures.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-01-27 13:01 [p.443]
Madam Speaker, the member talked about the energy sector becoming a topic of discord. I listened closely to his remarks. I have a lot of friends in Alberta as I worked there for years and I still talk to them. The story I get from them is not what the Conservative opposition is saying, but that they are concerned about vacant office buildings in Calgary. Yes, there is a very strong concern in Alberta that I think is creating disunity and division in Canada. I hate to see that because, as I said, I have a lot of friends there.
One of the reasons for the discord is the misinformation the Conservative Party is propagandizing and that the member who just spoke is still doing by saying Liberals are opposed to pipelines. Why does the member not be honest in this place and with Canadians across the country? The Liberal government purchased a pipeline to get oil to market and Liberals are going to see it through. Let us have some honesty over there.
Madame la Présidente, le député a indiqué que le secteur énergétique est devenu une pomme de discorde. J'ai écouté attentivement son intervention. J'ai beaucoup d'amis en Alberta, car j'y ai travaillé pendant de nombreuses années. Je suis encore en contact avec eux. Leur version des faits diffère de celle de l'opposition conservatrice. Ce qui les inquiète, ce sont les immeubles de bureaux vacants à Calgary. Il est vrai qu'une très vive inquiétude règne en Alberta, et c'est elle qui, à mon avis, crée des dissensions et sème la division au sein du pays. J'en suis consterné parce que, comme je l'ai dit, j'ai beaucoup d'amis en Alberta.
Les campagnes de désinformation du Parti conservateur sont l'une des raisons de cette discorde. Le député qui vient de prendre la parole relaie cette propagande en affirmant que les libéraux s'opposent aux pipelines. Pourquoi le député ne fait-il pas preuve d'honnêteté envers les autres députés et les Canadiens? Le gouvernement libéral a acheté un pipeline pour acheminer le pétrole vers les marchés, et il verra à ce que ce projet se concrétise. Que mes collègues là-bas fassent preuve d'honnêteté.
View Jacques Gourde Profile
CPC (QC)
View Jacques Gourde Profile
2020-01-27 13:02 [p.443]
Madam Speaker, I thank my colleague for his question.
A discussion about energy should never create discord in Canada. We should all be proud to live in a country that has many energy sources.
As parliamentarians, we have a duty to promote all energies for the sake of our country's economic future. We all have a duty to implement a national strategy on energy security, because the economic prosperity of future generations clearly hinges on the decisions that will be made in the 43rd Parliament. We have a duty to talk about energy, to promote energy and to find the fairest way for all of Canada's energy sources to coexist.
We are very proud that our country is an exporter and producer. This is an excellent opportunity to allow all of these energy sources to coexist in our country.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Au Canada, parler d'énergie ne devrait pas être une source de discorde. Nous devrions tous être fiers d'avoir un pays qui possède de nombreuses sources d'énergie.
En tant que parlementaires, c'est notre devoir de faire la promotion de toutes les énergies pour l'avenir économique de notre pays. Tous ensemble, nous avons le devoir de mettre en place une stratégie nationale sur la sécurité énergétique, puisqu'il est évident que la prospérité économique des générations futures dépend des décisions qui seront prises lors de la 43e législature. C'est notre devoir d'en parler, d'en faire la promotion et de trouver la façon la plus équitable d'atteindre la synergie entre les sources d'énergie du Canada.
Nous sommes un pays exportateur et producteur. C'est notre grande fierté. C'est une chance exceptionnelle d'avoir toutes ces sources d'énergie dans notre pays.
View Denis Trudel Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank the member for Lévis—Lotbinière for his speech.
I would simply like to point out to the hon. member that the Bloc Québécois campaigned heavily on environmental issues. We got 32 members elected in Quebec by talking about significantly reducing greenhouse gases and stopping pipelines from being built in Quebec.
Quebec is facing a housing shortage. There are 250,000 households that spend more than 50% of their income on housing. What does my colleague think about the housing shortage? Will he support our requests that the Liberal government finally sign the agreement with Quebec to build 15,000 social housing units as quickly as possible?
Madame la Présidente, je remercie le député de Lévis—Lotbinière de son intervention.
J'aimerais simplement mentionner à l'honorable député qu'un des enjeux forts de la campagne du Bloc québécois était l'environnement. Nous avons fait élire 32 députés au Québec en parlant de réduire considérablement les gaz à effet de serre et d'empêcher la construction d'oléoducs au Québec.
Il y a présentement une pénurie de logements au Québec. Il y a 250 000 ménages qui dépensent plus de 50 % de leur revenu pour se loger. Qu'est-ce que mon collègue pense de la pénurie de logements? Soutiendra-t-il nos demandes pour que le gouvernement libéral signe enfin l'entente avec le Québec, afin de construire 15 000 logements sociaux le plus vite possible?
View Jacques Gourde Profile
CPC (QC)
View Jacques Gourde Profile
2020-01-27 13:05 [p.444]
Madam Speaker, I thank my colleague for his question.
I would like to remind him that 65% of Quebeckers agree with transporting oil by pipeline and that 65% of Quebeckers are happy to use oil from Alberta. We want 100% of Québec's oil to come from Alberta.
I would also like to remind my colleague that year after year, in Québec, we are consuming more and more oil because there are more and more vehicles. Québec has one of the highest rates of vehicles per household in North America.
Quebeckers are also proud of their hydroelectric power. Quebeckers would like to be able to sell hydroelectric power in Ontario, Manitoba and western Canada. If we bought oil from western Canada, it would make sense for us to sell them our hydroelectric power. It would be so easy for Québec to cross the Ottawa River to serve a third of Ontario with affordable power.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Je tiens à lui rappeler que 65 % des Québécois sont d'accord avec le transport du pétrole par oléoduc et que 65 % des Québécois sont heureux de consommer le pétrole de l'Alberta. On souhaite que 100 % du pétrole consommé au Québec proviennent de l'Alberta.
J'aimerais aussi rappeler à mon collègue que, au Québec, année après année, nous consommons toujours plus de pétrole parce qu'il y a de plus en plus de véhicules. La proportion de véhicules par ménage au Québec est l'une des plus hautes en Amérique du Nord. Les Québécois aiment le pétrole parce qu'ils en ont besoin. Le transport énergétique sera donc important dans l'avenir.
Les Québécois sont aussi fiers de leur hydroélectricité. Les Québécois aimeraient être capables de vendre l'hydroélectricité en Ontario, au Manitoba et dans l'Ouest. Si nous achetions du pétrole de l'Ouest, il serait normal de leur vendre notre hydroélectricité. Ce serait si facile pour le Québec de traverser la rivière des Outaouais afin de desservir le tiers de l'Ontario avec une énergie économique.
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, it is an honour to stand here and give my first speech in the House today as the member of Parliament for Cypress Hills—Grasslands.
I first need to thank the voters in my constituency for sending me here with a very clear mandate. They know what they want, and it is humbling to have received their overwhelming support.
I also need to thank my wife of 12 years, Kyla, for her unwavering support and for being willing to take this big step with me into parliamentary life. We have three of the most amazing kids, Jacoby, Jada and Kenzie, and if I did not have their full support as well, I would not have dragged them along on this journey.
To my campaign team and volunteers, I am thankful for their hard work and dedication in making sure that my first campaign was a successful one. I live in a riding that is 77,000 square kilometres, and it was a joy to meet and campaign with people from so many communities and backgrounds.
Today, I will be speaking in reply to the throne speech delivered by the Governor General, which set out the government's priorities and agenda.
After the election on October 21, when western Canadians overwhelmingly voted out every Liberal between Winnipeg and Vancouver, the Prime Minister went on national TV and told western Canadians, “I've heard your frustration and I want to be there to support you.” Naturally, the throne speech would have been a golden opportunity to show western Canadians that he had in fact heard our frustrations. However, this throne speech is just further evidence that the Prime Minister is not listening to western Canadians. In fact, the Liberals are continuing to ignore what western Canada is trying to communicate to them.
I come from a rural riding. Part of what makes it so great to live in a small town in a rural area is that one has to have a certain level of entrepreneurship and resolve to make one's farm, ranch or business succeed. Agriculture, energy, tourism and the natural resource sectors have always provided opportunities for people to start up a new business, to innovate, and then to develop their product and their business model. However, when there has been a multi-year downturn in the resource sector coupled with the lows that the agriculture sector has encountered, it puts the very businesses and people who keep small towns and small businesses viable in danger of losing everything.
With all that in mind, I will focus on a line that was used in both this year's throne speech and the 2015 throne speech, which is that every Canadian should have a “real and fair chance” to succeed. However, the government needs to understand it is the government's policies that are getting in the way and making it harder for Canadians to succeed.
The first policy we heard in the speech was that the government is doubling down on its carbon tax. So far, this has been the main method it is using to try to eliminate Canada's carbon emissions. However, it has not only proven to be a harmful policy for farmers, energy workers, seniors and everybody else, but it is also an ineffective policy. We are only seeing the cost of living go up, which is hurting the most vulnerable people, such as our seniors and low-income families. It has been nothing but an added burden for a lot of people.
In April, the cost of the carbon tax will increase from $20 to $30 per tonne, which means that life is about to get even harder. If that was not bad enough, we found out a few weeks ago that in a few provinces the government is lowering the carbon tax rebate that families could receive. Those provinces happen to be the ones that have not gone along with putting their own carbon tax in place. My home province of Saskatchewan is getting the largest cutback. When it was first introduced, the Liberals said that the tax would be revenue neutral and that Canadians could expect support for their extra expenses through a tax rebate. This is a perfect demonstration of what we can expect from the carbon tax in actual practice. As the cost and tax rate increase, the support for taxpayers and struggling families will decrease.
The carbon tax is also adding another layer of stress in agriculture. In western Canada, farmers had a year unlike any other in recent memory, from starting out the year with drought-like conditions to having way too much moisture in the fall when it came time to get the crops off. In fact, we have millions of acres of crops still out in the fields buried in snow. For the crops that are now in the bins, the next problem is to dry the grain, and natural gas is the main source of heat generation to accomplish this. It is a necessary part of grain farming, but the price for that fuel has gone up by hundreds of dollars because of the carbon tax, and then the GST is applied on top of that and so we now have a tax on top of a tax. After a difficult year in 2019, this is the last thing those farmers need. They have been calling attention to their desperate situation. I was happy to read in the National Post that the Green Party's agriculture critic agrees that we need to exempt farmers from the carbon tax, but nobody in the government seems to be listening.
Beyond the carbon tax, the Liberals' anti-energy, anti-business policies are killing jobs in resource development all over Canada. We heard a lot about how the anti-pipeline Bill C-69 would shut down energy projects, but there have also been concerns raised in mining and other industries.
In 2016, the Prime Minister said:
I have said many times that there isn’t a country in the world that would find billions of barrels of oil and leave it in the ground while there is a market for it.
But it isn’t enough to just use that resource for our short-term interest.
Our challenge is to use today’s wealth to create tomorrow’s opportunity. Ultimately, this is about leaving a better country for our kids than the one we inherited from our parents.
He was right to say that we should be making the most of Canadian energy while there is a market for it. However, after four years, the Liberals have left a lot of oil in the ground and that has left a lot of people out of work. Over the last four years, the government's regulatory changes have chased over $100 billion in investment, or four and a half per cent of GDP, out of Canada. I fail to see how we can create tomorrow's opportunities with results like that.
I could say a lot more about how the government's current policies do not make sense for either the environment or the economy, but I would much rather talk about what does make sense and what could work.
Just before Christmas, SaskPower, the power utility in Saskatchewan, held the grand opening of the Chinook power station northwest of Swift Current in my riding. It is a good example of how we have made clean, efficient use of natural gas in combined cycle power generation. This facility has the capacity to provide more power for around 300,000 homes. It runs 50% more efficiently than a coal-fired plant. The reason this power station is so important, along with others like it in the province, is that we now have strong enough baseload power generation so that we can invest further into renewables like wind and solar.
The Province of Saskatchewan, while under the guidance of former premier Brad Wall, created an ambitious plan to reduce our emissions. This plan is set to reduce greenhouse gas emissions by 40% by 2030, as well as to have 50% renewable energy by then. This is a far more achievable plan than the one the Liberals have used. By creating a strong enough baseload power capacity that is reliable while utilizing technologies like combined-cycle power generation, the province can now focus its efforts further on growth in renewables. We already have a strong presence in the wind and solar industries, and further investment into these areas will continue to be encouraged.
Therefore, I find it crazy that the government has chosen to ignore the province's plan, which actually reduces emissions and shifts to renewable energy, while the Liberals' carbon tax only drives valuable investment dollars out of Canada that are needed for funding new technology.
I also need to highlight the innovative farming practices, such as zero-till farming, that have taken off in Saskatchewan. These methods remove carbon dioxide from the atmosphere by keeping more of it in the soil. Our province continues to be a world leader in this regard. When it comes to the promise of this approach, I saw an article in National Geographic that noted the following:
...about a quarter of the world's greenhouse gas emissions come from land use and agriculture combined—but farmers are uniquely situated to be part of the solution.
We are seeing something like this in Saskatchewan. Due to the zero-till farming efforts, just as an example, we sequester 9.46 million tonnes of carbon dioxide per year. According to Agriculture and Agri-Food Canada, that is the equivalent of removing two million cars from the highway each and every year. That is a real result. This is the type of success that comes from properly respecting farmers and their livelihood. It is a way of life that already deeply understands the close relationship between the economy and being a good steward of the land and the environment. Canadians working in the agriculture and energy sectors do not need to be lectured about it. They need to be supported in the balanced approach that they are already pursuing.
I am so proud to live in a riding that is part of a comprehensive, serious and practical plan for the environment like the one being implemented in Saskatchewan. However, the sad fact is that my province and my riding are not getting the credit they deserve from the current government. Instead, they have been blamed, neglected and ignored.
The Prime Minister said to western Canadians, “I hear you.” If this is true, then he should scrap the carbon tax and stop punishing the energy sector. If all Canadians are supposed to have a real and fair chance to succeed, then the government needs to listen to the provinces and the industry leaders who are suffering as a result of failed Liberal policies. It just sounds like more of the same from the Liberals, but I want Canadians to know that we hear them on this side of the House and we are ready to help them succeed.
Madame la Présidente, c'est pour moi un honneur de prononcer aujourd'hui mon premier discours à la Chambre des communes à titre de député de Cypress Hills—Grasslands.
Je tiens d'abord à remercier les électeurs de ma circonscription de m'avoir envoyé ici avec un mandat on ne peut plus clair. Ils savent ce qu'ils veulent, et leur appui massif m'emplit d'humilité.
J'aimerais également remercier celle qui est mon épouse depuis 12 ans, Kyla, de son soutien inébranlable ainsi que de sa volonté de m'accompagner dans ce grand saut vers une carrière parlementaire. Nous avons trois merveilleux enfants, Jacoby, Jada et Kenzie, à qui je n'aurais jamais imposé non plus une telle aventure sans avoir leur entier appui.
Je suis reconnaissant envers mon équipe de campagne et les bénévoles qui ont travaillé fort et qui se sont dévoués pour que ma première campagne soit couronnée de succès. Je vis dans une circonscription de 77 000 kilomètres carrés, et ce fut un réel plaisir d'y faire campagne et de rencontrer des gens d'innombrables collectivités aux horizons aussi diversifiés.
Aujourd'hui, je prends la parole en réponse au discours du Trône qui a été prononcé par la gouverneure générale et qui énonce les priorités et le programme du gouvernement.
Après les élections du 21 octobre, lorsque les Canadiens de l'Ouest ont rejeté les libéraux en bloc entre Winnipeg et Vancouver, voici ce que le premier ministre a déclaré aux Canadiens de l'Ouest à la télévision nationale: « Je prends acte de votre frustration et je tiens à être là pour vous aider. » Évidemment, le discours du Trône aurait été une occasion en or de montrer aux Canadiens de l'Ouest qu'il avait effectivement pris acte de leur frustration. Or, le discours du Trône montre une fois de plus que le premier ministre n'est pas à l'écoute des habitants de l'Ouest. En fait, les libéraux continuent à ignorer ce que l'Ouest canadien tente de leur dire.
Je viens d'une circonscription rurale. S'il est aussi merveilleux de vivre dans un village rural, c'est notamment parce qu'il faut un certain esprit d'entreprise et une certaine détermination pour que son exploitation agricole, son ranch ou son entreprise fasse des affaires florissantes. Les secteurs de l'agriculture, de l'énergie, du tourisme et des ressources naturelles ont toujours ouvert des perspectives lorsqu'il s'agit de démarrer une nouvelle entreprise, d'innover, puis de mettre au point un produit et un modèle d'affaires. Or, quand le secteur des ressources tourne au ralenti depuis plusieurs années et que, de surcroît, le secteur de l'agriculture est en plein marasme, les entreprises et les gens qui assurent la viabilité des villages et des PME risquent de tout perdre.
Cela dit, j'aimerais attirer l'attention de mes collègues sur une phrase que l'on trouve dans le discours du Trône de l'an dernier et dans celui de 2015, soit que tous les Canadiens méritent une « chance réelle et égale » de réussir. Cependant, le gouvernement doit se rendre compte que ce sont ses propres politiques qui sont nuisibles et qui rendent la réussite des Canadiens plus difficile.
La première politique dont il a été question dans le discours du Trône, c'est la volonté du gouvernement de renchérir en qui ce qui concerne sa taxe sur le carbone. C'est le principal moyen qu'il a utilisé jusqu'ici pour tenter d'éliminer les émissions de carbone au pays. Toutefois, cette taxe nuit aux agriculteurs, aux travailleurs du secteur de l'énergie, aux aînés et à tous les autres Canadiens et, de surcroît, elle constitue une politique inefficace. Elle ne fait qu'augmenter le coût de la vie, ce qui cause du tort aux membres les plus vulnérables de la société, comme les aînés et les familles à faible revenu. Tout ce que cette taxe a fait, c'est d'alourdir le fardeau de bien des gens.
En avril prochain, le coût de la taxe sur le carbone passera de 20 à 30 $ la tonne. Le coût de la vie est donc sur le point d'augmenter encore. Comme si ce n'était pas assez, on a appris il y a quelques semaines que, dans certaines provinces, le gouvernement est en voie de diminuer le remboursement de la taxe sur le carbone auquel les familles auraient droit. Il se trouve que ces provinces sont celles qui ont refusé de mettre en place leur propre taxe sur le carbone. C'est dans la mienne, la Saskatchewan, que la réduction sera la plus importante. Lorsqu'ils ont implanté la taxe sur le carbone, les libéraux ont déclaré qu'elle n'aurait aucune incidence sur les recettes et que le remboursement de celle-ci aiderait les Canadiens à assumer des dépenses supplémentaires. Or, dans la pratique, on se rend compte que les effets de la taxe sur le carbone sont tout autres. À mesure que le coût et le taux de la taxe augmentent, le soutien destiné aux contribuables et aux familles en difficulté diminue.
La taxe sur le carbone augmente également la pression dans le secteur agricole. Dans l'Ouest du Canada, les agriculteurs ont connu une des pires années de mémoire récente. Au début de l'année, ils ont été confrontés à des conditions de sécheresse puis, à l'automne au moment de la récolte, à des niveaux d'humidité trop grands. En fait, des millions d'acres de récolte sont encore dans les champs, ensevelis sous la neige. Quant au grain emmagasiné dans les silos, la priorité consiste à l'assécher, tâche qui se fait principalement au moyen du gaz naturel. Il s'agit d'une étape essentielle en céréaliculture, mais la taxe sur le carbone, à laquelle s'ajoute la TPS — une taxe sur une taxe —, a fait grimper le prix du gaz de plusieurs centaines de dollars. Après tant de difficultés en 2019, c'est bien la dernière chose dont les agriculteurs ont besoin. Ils ont attiré l'attention sur l'extrême gravité de la situation. Je me suis réjoui de lire dans le National Post que le porte-parole du Parti vert en matière d'agriculture convient qu'il faut exempter les agriculteurs de la taxe sur le carbone. Malheureusement, personne au gouvernement ne semble écouter.
Outre la taxe sur le carbone, les politiques libérales hostiles aux secteurs de l'énergie et des affaires nuisent à l'emploi lié au développement énergétique à l'échelle du Canada. On a beaucoup entendu dire que le projet de loi anti-pipeline C-69 ferait avorter les projets énergétiques, mais il suscite également des préoccupations à l'égard du secteur minier et d'autres industries.
En 2016, le premier ministre a dit:
J’ai répété plusieurs fois qu’aucun pays dans le monde qui trouverait des milliards de barils de pétrole ne les laisserait enfouis dans le sol alors qu’il existe un marché pour eux.
Mais il ne suffit pas d’utiliser cette ressource simplement pour satisfaire nos intérêts à court terme.
Notre défi consiste à utiliser la richesse d’aujourd’hui pour créer les possibilités de demain. En bout de ligne, il s’agit de laisser à nos enfants un pays meilleur que celui que nous ont légué nos parents.
Il a raison de dire que nous devons tirer le meilleur parti des ressources énergétiques du Canada alors qu'il existe des débouchés. Pourtant, après quatre ans, on constate que les libéraux ont laissé beaucoup de pétrole enfoui dans le sol, ce qui fait que bien des gens sont encore sans travail. Au cours des quatre dernières années, les changements apportés par le gouvernement à la réglementation ont fait fuir plus de 100 milliards de dollars d'investissements, soit 4,5 % du PIB du Canada. Je me demande bien comment on peut créer les possibilités de demain avec un bilan aussi mauvais.
Je pourrais m'étendre encore longtemps sur le fait que les politiques actuelles du gouvernement n'ont aucun sens ni pour l'environnement ni pour l'économie, mais je préfère parler de ce qui a du sens et de ce qui pourrait fonctionner.
SaskPower, le service public d'électricité en Saskatchewan, a procédé juste avant Noël à la grande inauguration de la centrale électrique Chinook, au nord-ouest de Swift Current, dans ma circonscription. C'est un bon exemple d'utilisation écologique du gaz naturel dans un cycle combiné de production d'électricité. Cette centrale peut fournir plus d'électricité à quelque 300 000 foyers. Elle est 50 % plus efficace que les centrales alimentées au charbon. Si cette centrale est si importante, comme les autres centrales semblables dans la province, c'est parce que nous avons maintenant une production de base suffisante pour pouvoir investir davantage dans les énergies renouvelables, comme l'énergie éolienne et l'énergie solaire.
Sous la direction de l'ancien premier ministre Brad Wall, la Saskatchewan a créé un ambitieux plan pour réduire ses émissions. Ce plan prévoit une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % d'ici 2030 et que 50 % de l'énergie soit de l'énergie renouvelable d'ici là. C'est un plan bien plus facile à réaliser que le plan des libéraux. En créant une capacité de production de base assez grande et fiable tout en recourant à des technologies comme celle de la production à cycle combiné, la province peut maintenant concentrer ses efforts sur le développement d'énergies renouvelables. Nous sommes déjà bien présents dans les secteurs de l'énergie éolienne et de l'énergie solaire et les investissements dans ces domaines continueront d'être encouragés.
Je trouve donc inepte la décision du gouvernement de faire fi du plan de la province, qui favorise en fait la réduction des émissions de gaz et la transition vers l'énergie renouvelable, alors que la taxe sur le carbone des libéraux ne contribue qu'à la fuite hors du Canada des précieux investissements nécessaires au financement des nouvelles technologies.
Il ne faut pas non plus oublier les pratiques innovantes de culture sans labour qui ont pris de l'ampleur en Saskatchewan. Ce sont des méthodes qui permettent d'éliminer le dioxyde de carbone de l'atmosphère en en conservant une plus grande quantité dans le sol. Notre province demeure un leader mondial dans ce domaine. Voici que ce que j'ai pu lire dans un article du National Geographic concernant le caractère prometteur de cette approche:
[...] environ le quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre trouve son origine dans l'utilisation des terres et de l'agriculture — mais les agriculteurs sont particulièrement bien placés pour contribuer à résoudre le problème.
Cela rappelle ce que l'on voit en Saskatchewan. Les pratiques de culture sans labour permettent, ainsi, de séquestrer 9,46 millions de tonnes de dioxyde de carbone tous les ans. D'après Agriculture et Agroalimentaire Canada, cela équivaut à retirer deux millions de voitures de la circulation chaque année. Ça, ce sont de vrais résultats. C'est le genre de succès qu'on a quand on traite les agriculteurs et leurs moyens de subsistance avec respect. C'est un monde où l'on a déjà bien conscience qu'au nom de l'économie, il faut bien gérer les terres et protéger l'environnement. Les Canadiens qui travaillent dans les secteurs de l'agriculture et de l'énergie n'ont pas besoin qu'on leur fasse la morale à ce sujet. Ils ont besoin d'être soutenus dans l'approche équilibrée qu'ils privilégient déjà.
Je suis vraiment fier de vivre dans une circonscription qui fait partie d'un plan environnemental exhaustif, fiable et pratique comme celui mis en oeuvre en Saskatchewan. Cependant, le fait est — et c'est bien triste — que ma province et ma circonscription n'ont pas droit à la reconnaissance qu'elles méritent de la part du gouvernement actuel. À la place, on les blâme, on les néglige et on les ignore.
Le premier ministre a dit aux Canadiens de l'Ouest qu'il avait entendu leurs doléances. Si c'est vraiment le cas, il devrait envoyer la taxe sur le carbone à la trappe et arrêter de faire la vie dure au secteur de l'énergie. Pour que l'ensemble des Canadiens aient des chances réelles et équitables de réussir, le gouvernement doit écouter les provinces et les entreprises qui pâtissent des politiques bancales des libéraux. On a toujours l'impression d'entendre la même rengaine avec les libéraux, mais je tiens à dire aux Canadiens qu'ils trouveront toujours une oreille attentive de ce côté-ci de la Chambre et que nous sommes tout à fait disposés à leur donner le soutien nécessaire pour qu'ils réussissent.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-01-27 13:15 [p.446]
Madam Speaker, as a western Canadian member of Parliament, I can tell the member that there are many initiatives within the throne speech, and within the budget in the last number of years, that western Canadians would be very proud of and would recognize as progressive measures that have had a real impact on their lives. We need to be sensitive to the fact that some regions of the country, in particular the provinces of Saskatchewan and Alberta, have gone through some very difficult times as governments at all levels have tried to assist where they can.
We respect that. We have a government that understands the importance of the environment, and the price of pollution has a role to play in that. I believe most western Canadians recognize that. I believe that we need to recognize that a balancing needs to take place between the economy and the environment, and this is a government that has recognized that.
I wonder if the member would not concur and recognize that the environment and the economy go hand in hand. Would he not agree that this is an important principle to adhere to?
Madame la Présidente, je représente moi aussi une circonscription de l'Ouest, alors je peux assurer au député que le discours du Trône et les budgets des quatre dernières années regorgent d'initiatives progressistes qui ont eu ou qui auront une incidence tangible sur la vie des gens de l'Ouest et qui ont de quoi les rendre fiers. Certaines régions du pays, dont la Saskatchewan et l'Alberta, ont traversé des périodes extrêmement difficiles, il ne faudrait surtout pas l'oublier, mais tous les ordres de gouvernement ont fait de leur mieux pour leur venir en aide.
Nous sommes conscients de la situation. Le gouvernement libéral a compris qu'il faut protéger l'environnement et que la tarification du carbone a un rôle à jouer dans ce processus. Je suis d'ailleurs persuadé que la majorité des Canadiens de l'Ouest pensent la même chose. Nous devons concilier économie et environnement, et c'est précisément ce que fait le gouvernement.
J'aimerais avoir l'avis du député. Nie-t-il qu'économie et environnement vont de pair? N'y voit-il pas un principe fondamental auquel nous devrions tous adhérer?
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, the one thing that I want to highlight while talking about the environment and the economy is that we cannot use the environment as a means to tax people into submission. That is what the carbon tax does. As we have seen, it is driving investment dollars out of Canada.
That is not how to build an economy or how to support an economy. It is how to cripple the economy.
Madame la Présidente, la chose que je tiens à souligner en ce qui concerne l'environnement et l'économie, c'est qu'il ne faut pas se servir de l'environnement pour imposer des taxes à la population. C'est exactement ce que fait la taxe sur le carbone. Comme nous l'avons vu, cette taxe fait fuir les investisseurs.
Ce n'est pas de cette façon qu'on fait croître l'économie ou qu'on la soutient. Au contraire, c'est de cette façon qu'on l'affaiblit.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I am glad to see so much reference to western Canada in the House today. From my perspective on Vancouver Island, most of the people in this House are eastern Canadians, but I will leave that aside.
I would caution the member against speaking so forcefully on behalf of western Canadians. Fully one third of the people in Alberta and Saskatchewan did not vote Conservative, and they were not rewarded the seats proportional to those results because we have an unfair first-past-the-post system. In fact, most people in British Columbia and in Manitoba did not vote Conservative, so I would express some caution on that.
My question to the member is on the subject of agriculture. I would like to hear his comments on our developing some policies in this Parliament that recognize the hard work that farmers do, especially with regenerative agricultural practices that sequester more carbon in the soil, and whether we have an opportunity to give farmers a place to become one of the greatest weapons we have against climate change with their use of good soil practices.
Madame la Présidente, je suis heureux de voir qu'on parle autant de l'Ouest canadien à la Chambre aujourd'hui. De mon point de vue, depuis l'île de Vancouver, à peu près tous les députés sont des Canadiens de l'Est, mais je vais laisser ce sujet de côté.
Je crois que le député devrait éviter de prétendre qu'il parle au nom des gens de l'Ouest canadien. Au moins le tiers des habitants de l'Alberta et de la Saskatchewan n'ont pas voté pour les conservateurs, mais aucun député n'a été élu pour représenter l'importance proportionnelle de leurs votes, car le Canada utilise un système injuste, le système majoritaire uninominal à un tour. D'ailleurs, la majorité des gens en Colombie-Britannique et au Manitoba n'ont pas voté pour les conservateurs, alors je pense que le député devrait y repenser avant de faire de telles affirmations.
Ma question pour le député porte sur l'agriculture. Je voudrais qu'il parle des politiques que le Parlement pourrait adopter en vue de reconnaître le travail assidu des agriculteurs, notamment en ce qui concerne les pratiques d'agriculture régénératrice, qui permettent une plus grande séquestration de carbone dans le sol, et de la possibilité de donner aux agriculteurs, grâce aux bonnes pratiques d'utilisation des sols, l'occasion de devenir une de nos principales armes dans la lutte contre les changements climatiques.
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, part of what we need to do with any policy that we can develop going forward is to respect the hard work that has already been accomplished by our farmers, our ranchers and the people who are actively working in the agricultural sector. They have already been innovative in their approach.
In fact, the province of Saskatchewan, going back to the early 1900s, has been responsible for hundreds and thousands of different patents with regard to agricultural development. We are very innovative in the province. Farmers are very good and have a great sense of entrepreneurship and resolve. The more we can work to get policies to support that would be great.
Madame la Présidente, pour toute politique que nous allons élaborer à l'avenir, l'une des choses que nous pouvons faire est de respecter le travail remarquable qui a déjà été accompli par les agriculteurs, les éleveurs et les personnes qui travaillent activement dans le secteur agricole. Ils ont déjà fait preuve d'innovation dans leur approche.
En fait, depuis le début des années 1900, la Saskatchewan a contribué à des centaines et des milliers de brevets différents liés au développement agricole. Nous sommes très novateurs dans la province. Les agriculteurs sont très bons. Ils ont un grand esprit d'entreprise et beaucoup de détermination. Ce serait formidable si nous pouvions travailler davantage pour obtenir des politiques à l'appui.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2020-01-27 13:19 [p.446]
Madam Speaker, would the hon. member be able to highlight some of the challenges that regular middle-class, rural Canadians have with regard to the carbon tax?
Madame la Présidente, le député pourrait-il énumérer certaines des difficultés que présente la taxe sur le carbone pour les Canadiens ordinaires de la classe moyenne qui vivent dans les régions rurales?
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, the biggest challenge that we have now, as I highlighted in my speech, is the great distance to travel. My riding is 77,000 square kilometres, but the population base within that is only 67,000, with around a third of the population located in the city of Swift Current. It can be a long way for people in our small towns to travel, as some towns do not have a grocery store. For people to be able to go and get their groceries, their necessities for life, they sometimes have to travel great distances. The carbon tax continues to put them at a disadvantage.
When we are talking about supporting small towns, small businesses and regular hard-working, middle-class Canadians, this is why the carbon tax is a very ineffective policy.
Madame la Présidente, comme je l'ai souligné dans mon discours, la plus grande difficulté en ce moment est la distance à parcourir. Ma circonscription a une superficie de 77 000 kilomètres carrés, mais elle ne compte que 67 000 habitants, dont un tiers environ habite à Swift Current. Les habitants des petites villes ont de longues distances à parcourir, car certaines n'ont pas d'épicerie. Ils doivent donc parcourir de grandes distances pour aller faire leur épicerie et acheter ce dont ils ont besoin pour vivre. La taxe sur le carbone n'aide pas leur situation et les désavantage.
Voilà pourquoi la taxe sur le carbone est une politique très inefficace alors que l'objectif est d'aider les petites villes, les petites entreprises et les Canadiens ordinaires de la classe moyenne qui travaillent fort.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-01-27 13:20 [p.446]
Madam Speaker, I am honoured to rise today for the first time this year and at the start of a new decade.
I would like to share my time with my colleague, the hon. member for Nanaimo—Ladysmith. I am very happy that all the members of the Green Party will have an opportunity to speak to the 2019 throne speech, as this is the last day of debate. I would like to thank the people who manage time within the Liberal Party, since my colleague, the member for Fredericton, will share her time with a Liberal member.
I want to start by saying, and this is not a formality, that we are on the unceded territory of the Algonquin people.
I want to acknowledge that we are here on traditional unceded Algonquin territory, and to them we say, meegwetch.
It is an honour to speak to the Speech from the Throne today. There is much in it that can carry one away with inspirational promises, with rhetoric with which we can only agree. For instance, I turn to this bit, which I particularly like: “From forest fires and floods, to ocean pollution and coastal erosion, Canadians are living the impact of climate change every day.”
The science is clear and it has been for decades. A clear majority of Canadians voted for ambitious climate action now. That stirs me to think I will vote for this, but I will not. I will not because the gap between the inspirational rhetoric coming from the Liberal administration and the reality of Liberal actions is so wide it induces vertigo. It is so deep that it is dizzying.
As an example of why I now feel this way, I turn to the 2015 Speech from the Throne, which I did vote for. I loved this promise and will remind people of it. Some of us who also served in the 42nd Parliament will remember the government's promise to “not resort to devices like...omnibus bills to avoid scrutiny.”
I think we all recall that it was an omnibus budget bill in which the deferred prosecution agreement designed specifically for SNC-Lavalin was hidden. Now I read everything, as my colleagues know, so I actually saw the deferred prosecution agreement hidden in an omnibus budget bill. I wondered why it was not stand-alone criminal legislation to go through the Department of Justice, but I was persuaded by the notes and looking into it that nothing nefarious lay there. However, it was in an omnibus bill and I do regret that the deferred prosecution agreement amendment to the Criminal Code never went to the Department of Justice and to the committee studying justice bills, as it should have.
Another fun promise to remember from the 2015 Speech from the Throne was “the government will undertake to renew, nation-to-nation, the relationship between Canada and indigenous peoples, one based on recognition of rights, respect, co-operation and partnership.”
It was with some shock that I saw within months the Liberal government's approval of site C, ignoring the court cases and concerns of indigenous peoples, as well as the environmental impacts.
Approval of the Kinder Morgan pipeline ignored the fact that, even during the 2015 election campaign, the then leader of the Liberal Party, now Prime Minister, said that no project could be approved based on the inadequate and flawed process that had taken place while there were court cases, and strong and clear objection, from the Tsleil-Waututh, Musqueam, Squamish and WSANEC First Nations, whose territory I am honoured to live on. Muskrat Falls ignored the concerns of the Innu.
Quoting from the 2015 Speech from the Throne, many people will remember the following without being reminded, the promise “that 2015 will be the last federal election conducted under the first-past-the-post voting system.” One can see where concern arises. How much can we believe in the 2019 Speech from the Throne? I would like to believe it, but then we come to the reality of what is being pledged. We are seeing a commitment in this new Speech from the Throne.
In the throne speech the government said, and I quote, “The Government will set a target to achieve net-zero emissions by 2050.”
In reality, our target is the same as the one chosen by the former Conservative government under Stephen Harper. The target has not changed by a single tonne.
Here we are with a government that says we can get to net-zero by 2050, and there are some questions. As many will know, we do not whip votes in the Green Party. I am so honoured to be joined by the member for Nanaimo—Ladysmith and the member for Fredericton. We cannot vote confidence in a government that does not have a climate target that allies with the science.
We know that the government has said that it is important to face the climate situation as a climate emergency. In fact, it was a Liberal motion passed by this House on June 17, 2019, in which the House agreed that we are in a climate emergency. The motion stated:
...the House declare that Canada is in a national climate emergency which requires...that Canada commit to meeting its national emissions target under the Paris Agreement and to making deeper reductions in line with...pursuing efforts to keep global warming below 1.5 degrees Celsius.
However, here we are with a Speech from the Throne that never once uses the term “climate emergency”.
We are in a climate emergency, but there is not a single mention of “climate emergency” in the throne speech.
The Speech from the Throne says that we have to address climate change. While the government says that we must achieve net-zero emissions by 2050, only a few paragraphs later we are also told that the government must take strong action to fight climate change and also work just as hard to get Canadian resources to new markets.
In other words, with the same vigour which the government wants to address the climate emergency, it will also use public funds in the neighbourhood of $10 billion to $13 billion to drive forward the Trans Mountain pipeline expansion, which is a direct threat to climate action, as it also contemplates approving the Teck Frontier mine project. It also is ignoring its obligations under the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples and the climate emergency by subsidizing and supporting the LNG projects where the gas pipeline is. At this very moment, the RCMP are in Wet'suwet'en Territory prepared to enforce an injunction that should never be enforced because it violates hereditary rights and traditional rights of Wet'suwet'en people.
Here is the reality and it is a tough one. I have worked on this issue since 1986. I have seen government after government, well-meaning Liberals, well-meaning provincial New Democrats, well-meaning Progressive Conservatives, make climate commitments and then find it is too hard. Something political needs to be fixed before we can do the right thing to ensure our kids have a livable world.
Here is the tough choice and it is not one that we can find wiggle room or some medium space to do a bit of this and a bit of that, a pipeline here, an oil sands mine there and still live up to climate commitments. The stark choice is this. Before the next election, we assembled in this Parliament must have Canada's targets align with the advice of the Intergovernmental Panel on Climate Change. That means we must at least double our targets until 2030.
We must now as humanity, as the world assembled through the multilateral process, change our economies in a transformational sense that gets rid of fossil fuels to ensure that our children, that human civilization can survive in a hospitable biosphere or we defend the fossil fuel industry. We cannot do both. We have to choose. I choose climate action and the Speech from the Throne and the government had better deliver.
Madame la Présidente, c'est un grand honneur de prendre la parole aujourd'hui pour la première fois de la nouvelle année et au début d'une nouvelle décennie.
J'aimerais partager mon temps de parole avec mon collègue l'honorable député de Nanaimo—Ladysmith. Je suis vraiment heureuse que tous les députés verts aient l'occasion de s'exprimer sur le discours du Trône de 2019, alors que c'est la dernière journée de débat à ce sujet. J'aimerais remercier les personnes responsables de la gestion du temps de parole au sein du Parti libéral, car ma collègue la députée de Fredericton partagera son temps de parole avec un député libéral.
Pour commencer — et ceci n'est pas une formalité —, il est vraiment important de souligner que nous nous trouvons sur le territoire non cédé du peuple algonquin.
Je tiens à souligner que nous nous trouvons actuellement sur un territoire traditionnel non cédé du peuple algonquin, à qui je dis meegwetch.
C'est un honneur de prendre la parole au sujet du discours du Trône aujourd'hui. Ce discours contient nombre de promesses emballantes et de paroles inspirantes auxquelles on ne peut que souscrire. Par exemple, voici un extrait que j'aime particulièrement: « Des feux de forêt aux inondations, de la pollution des océans à l’érosion côtière, les Canadiens vivent les effets des changements climatiques tous les jours. »
Les données scientifiques sont sans équivoque, et ce, depuis des dizaines d'années. La vaste majorité des Canadiens ont voté pour que l'on prenne dès maintenant des mesures ambitieuses pour lutter contre les changements climatiques. Cela me porte à croire que je vais appuyer ce discours, mais je n'en ferai rien. Je ne le ferai pas, car, entre les beaux discours du gouvernement libéral et les gestes concrets des libéraux, il y a un fossé tellement profond qu'il donne le vertige.
Pour expliquer ma position actuelle, je vais citer le discours du Trône de 2015, que j'ai appuyé. Il contenait une promesse que j'aimais particulièrement et que je vais rappeler aux gens. Certains de ceux qui étaient aussi présents lors de la 42e législature se rappelleront que le gouvernement a promis de ne pas avoir « recours à des mécanismes tels que [...] les projets de loi omnibus pour éviter les examens minutieux ».
Je pense que nous nous rappelons tous que l'introduction de l'accord de suspension des poursuites, un outil spécialement conçu pour SNC-Lavalin, a été camouflée dans un projet de loi omnibus d'exécution du budget. Comme mes collègues le savent, je lis chaque ligne des documents. J'avais donc vu ce nouvel outil qui se cachait dans la mesure législative. Il m'a semblé étrange qu'on n'utilise pas un projet de loi pénale distinct qui relèverait du ministère de la Justice, mais les notes explicatives et un examen approfondi m'ont menée à conclure qu'il n'y avait là rien de répréhensible. Toutefois, il s'agissait bel et bien d'un projet de loi omnibus et je regrette que la modification du Code criminel portant sur l'accord de suspension des poursuites n'ait jamais été renvoyée au ministère de la Justice et au comité chargé de l'étude des projets de loi en la matière, comme elle aurait dû l'être.
Passons à une autre promesse intéressante du discours du Trône de 2015: « le gouvernement rétablira la relation de nation à nation entre le Canada et les peuples autochtones, une relation fondée sur la reconnaissance des droits, le respect, la coopération et le partenariat ».
Dans les mois qui ont suivi, j'ai vu avec une certaine stupéfaction le gouvernement libéral approuver le Site C, en mettant de côté les poursuites et les préoccupations des peuples autochtones ainsi que les répercussions environnementales.
Le projet de pipeline de Kinder Morgan a été approuvé même si, pendant la campagne électorale de 2015, le chef du Parti libéral de l'époque, le premier ministre actuel, avait affirmé qu'aucun projet ne pouvait être approuvé selon le processus bancal et inadéquat qui avait été utilisé, comme en témoignaient les poursuites et une objection claire et nette des Premières Nations Tsleil-Waututh, Musqueam, Squamish et WSANEC — j'ai d'ailleurs l'honneur d'habiter sur le territoire de cette dernière. Le projet de Muskrat Falls a fait fi des préoccupations des Innus.
Je vais citer encore une fois le discours du Trône de 2015 pour parler d'une promesse que beaucoup de gens n'ont pas oubliée. On peut y lire: « l’élection de 2015 aura été la dernière à être menée selon le système électoral majoritaire à un tour ». Cette promesse-là se passe de commentaires. À quel point pouvons-nous croire ce qui est promis dans le discours du Trône de 2019? J'aimerais pouvoir y croire, mais il faut bien faire face à la réalité. Le plus récent discours du Trône inclut un engagement bien précis.
Je vais citer le discours du Trône: « Le gouvernement se fixera l'objectif d'atteindre la cible de zéro émission nette d'ici 2050. »
Pourtant, la réalité, c'est que nous avons la même cible que celle choisie par le gouvernement de Stephen Harper, l'ancien gouvernement conservateur. Cette cible n'a pas changé d'une seule tonne.
Nous voici maintenant avec un gouvernement qui dit que nous pouvons atteindre la cible de zéro émission d'ici 2050, et il faut s'interroger. Comme plusieurs le savent, nous n’obligeons pas les députés du Parti vert à voter d'une certaine façon. Je suis très honorée d'être accompagnée par le député de Nanaimo—Ladysmith et la députée de Fredericton. Nous ne pouvons pas accorder notre confiance à un gouvernement qui n'a pas de cible en matière de changements climatiques étayée par des données scientifiques.
Le gouvernement dit qu'il est important de considérer la question climatique comme une urgence. D'ailleurs, c'est dans une motion des libéraux, adoptée à la Chambre le 17 juin 2019, que la Chambre a convenu de cette urgence. La motion disait ceci :
[...] la Chambre déclare que le Canada est en situation d'urgence climatique nationale, en réponse à laquelle le Canada doit s'engager à atteindre ses objectifs nationaux en matière d'émissions énoncés dans l'Accord de Paris et à procéder à des réductions plus importantes conformément à [...] et de poursuivre les efforts pour demeurer sous la barre du 1,5 degré Celsius.
Pourtant, le terme « urgence climatique » est complètement exclu du discours du Trône.
C'est vrai, nous sommes en situation d'urgence climatique. Or le discours du Trône ne mentionne pas une seule fois les mots « urgence climatique ».
Le discours du Trône mentionne que nous devons lutter contre les changements climatiques. Alors que le gouvernement affirme que nous devons atteindre l'objectif de zéro émission nette d'ici 2050, on nous dit également, quelques paragraphes plus loin, que le gouvernement doit prendre des mesures vigoureuses pour lutter contre les changements climatiques, et travailler avec la même ardeur pour acheminer les ressources canadiennes vers de nouveaux marchés.
Autrement dit, avec les mêmes efforts vigoureux qu'il compte déployer pour répondre à l'urgence climatique, le gouvernement va également utiliser des fonds publics de l'ordre de 10 à 13 milliards de dollars pour financer le projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain, qui constitue pourtant une menace directe aux mesures de lutte contre les changements climatiques. Le gouvernement envisage aussi d'approuver le projet minier Teck Frontier. Par son soutien, y compris financier, à des projets de gaz naturel liquéfié là où se trouve l'oléoduc, le gouvernement fait fi de l'urgence climatique et de ses obligations aux termes de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. En ce moment même, la GRC se trouve sur le territoire des Wet'suwet'en, prête à faire appliquer une injonction qui ne devrait jamais l'être parce qu'elle viole les droits héréditaires et traditionnels du peuple Wet'suwet'en.
Voici la réalité, et elle est difficile. Je travaille sur ce dossier depuis 1986. J'ai été témoin de gouvernements successifs, des libéraux bien intentionnés, des néo-démocrates provinciaux bien intentionnés, des progressistes-conservateurs bien intentionnés, prendre des engagements en matière de climat pour ensuite les trouver trop difficiles. Il faut corriger la situation grâce à des moyens politiques avant de pouvoir faire le nécessaire pour garantir à nos enfants un monde viable.
Nous sommes face à un choix difficile et nous n'avons pas la marge de manoeuvre nécessaire pour faire un peu de ceci et un peu de cela, un oléoduc par ici, une mine de sables bitumineux par là, tout en respectant nos engagements en matière de climat. Le dilemme est le suivant: avant les prochaines élections, nous devrons tous veiller à ce que les objectifs du Canada cadrent avec les recommandations du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. Cela signifie que nous devons au moins doubler nos objectifs jusqu'en 2030.
L'humanité — le monde entier engagé dans un processus multilatéral — doit à présent soit transformer l'économie en profondeur en se débarrassant des combustibles fossiles pour faire en sorte que nos enfants — l'humain — puissent survivre dans une biosphère hospitalière, soit défendre l'industrie des combustibles fossiles. Nous ne pouvons pas faire les deux. Il nous faut faire un choix. Je choisis la lutte contre les changements climatiques et j'espère bien que le discours du Trône et le gouvernement vont nous donner des résultats.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-01-27 13:30 [p.448]
Madam Speaker, I recall when the former leader of the Green Party supported the throne speech. I am a little disappointed that she is considering not supporting it this time around. There are many good environmental initiatives. One of the biggest and boldest is the whole idea of the price on pollution as we continue to move forward. I would be interested in her thoughts on the progress on that file.
I am curious with respect to the LNG. The LNG in British Columbia was an agreement, the largest private sector government sponsored agreement with billions of dollars of investment, with the NDP provincially and with us at the national level. To what degree would the Green Party support something of that nature? When the member makes reference to transition, maybe there is some merit for projects of that nature. Would the member not agree?
Madame la Présidente, l'ancienne chef du Parti vert a déjà appuyé le discours du Trône. Je suis un peu déçu de voir qu'elle envisage de ne pas l'appuyer cette fois-ci. De nombreuses bonnes mesures environnementales y sont prévues. La tarification de la pollution, dont nous poursuivons la mise en oeuvre, figure parmi les plus importantes et les plus audacieuses. J'aimerais qu'elle nous donne son opinion sur les progrès réalisés dans ce dossier.
Je suis curieux de connaître son avis sur la question du gaz naturel liquéfié. Un accord a été conclu en Colombie-Britannique à ce sujet, le plus important accord entre le secteur privé et les gouvernements, un investissement de plusieurs milliards de dollars, le NPD au provincial et nous au fédéral. Dans quelle mesure le Parti vert appuierait-il un projet de ce genre? Quand la députée parle de transition, des projets de ce genre sont peut-être valables. La députée ne le pense-t-elle pas?
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-01-27 13:31 [p.448]
Madam Speaker, the reality is that in the early 1990s, people talked of natural gas as a potential transition fuel in getting rid of coal and oil. The problem in 2020 is that it is not a transition fuel. It is not natural gas. It is primarily from fracking. Now the international scientific community is recognizing that a big pulse in greenhouse gases is coming from fracking from fugitive methane emissions. The reality is that fracked natural gas from B.C. has the same carbon footprint as coal. It is one of the great lies of our time, that shipping LNG from B.C. to China will somehow have a net benefit in fighting global warming. It will in fact do the opposite. It is a carbon bomb, and we need to stop fracking.
Madame la Présidente, dans les années 1990, les gens décrivaient le gaz naturel comme un carburant de transition qui aiderait le Canada à délaisser le charbon et le pétrole. Le problème auquel nous sommes confrontés en 2020, c'est qu'il ne s'agit pas d'un carburant de transition, ni de gaz naturel. Ce carburant est produit principalement par une fracturation hydraulique. La communauté scientifique internationale sait maintenant que la fracturation libère des émissions fugitives de méthane qui contribuent grandement aux gaz à effet de serre. En réalité, le gaz naturel obtenu par fracturation en Colombie-Britannique a la même empreinte carbone que le charbon. L'un des grands mensonges de notre époque, c'est de prétendre que l'expédition de gaz naturel liquéfié de la Colombie-Britannique jusqu'à la Chine représenterait un geste positif dans la lutte contre le réchauffement climatique. C'est tout le contraire, en fait. C'est une bombe au carbone. Il faut mettre fin à la fracturation hydraulique.
Results: 1 - 60 of 646 | Page: 1 of 11

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data