Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 124
View John Williamson Profile
CPC (NB)
Madam Chair, I will be splitting my time with the hon. member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes.
My question is for either the Minister of Employment or the Minister of Finance. Can small business owners collect the emergency support benefit at the same time they need to run a business? Must they not be working to get the benefit or can they work to rescue their business while collecting the benefit?
Madame la présidente, je partagerai mon temps de parole avec le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes.
Ma question s'adresse à la ministre de l’Emploi ou au ministre des Finances. Les propriétaires de petites entreprises peuvent-ils demander la prestation d'urgence pendant qu'ils tentent de faire tourner leur entreprise? Doivent-ils cesser de travailler pour avoir droit à cette prestation, ou peuvent-ils travailler pour sauver leur entreprise et recevoir tout de même la prestation?
View John Williamson Profile
CPC (NB)
Madam Chair, interest rates on BDC loans are too high. What is the plan to bring them down so that Ottawa does not cripple small businesses?
Madame la présidente, les taux d'intérêt sur les prêts de la Banque de développement du Canada sont trop élevés. Qu'y a-t-il de prévu pour les faire baisser afin qu'Ottawa ne contribue pas à la paralysie des petites entreprises?
View John Williamson Profile
CPC (NB)
Madam Chair, unfortunately, rates as high as 17% are just too high when you add in that variable. Large businesses can see relief in this package, individuals can as well. What about small businesses? How are we going to help small businesses, micro businesses and mom-and-pop operations bridge this economic shock beyond the unemployment measures and other similar measures? What are we doing to help small businesses?
Madame la présidente, malheureusement, les taux pouvant atteindre 17 % sont tout simplement trop élevés si on ajoute cette variable. Les grandes entreprises peuvent sentir la pression se relâcher un peu en voyant ce train de mesures, et les particuliers aussi. Qu'en est-il des petites entreprises? Les mesures relatives au chômage et les autres mesures similaires mises à part, comment allons-nous aider les petites entreprises, les microentreprises et les entreprises familiales à surmonter ce choc économique? Que faisons-nous pour aider les petites entreprises?
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-03-25 5:32 [p.2089]
Mr. Speaker, my first question was about guaranteed liveable income or a universal basic income, so I thank the member for responding to that. I am happy to see support in the House, and perhaps we could have further discussions about what that could look like in Canada moving forward.
I have a question about equality across regions and provinces in accessing materials and supplies for dealing with the COVID-19 crisis. There are concerns in New Brunswick that we do not have the public purse to acquire supplies directly at some of the high costs for things we are going to need moving forward.
Can the member comment on reassurances for some of the smaller provinces that are dealing with this issue as well?
Monsieur le Président, ma première question concernait le revenu minimum garanti ou revenu de base universel, alors je remercie le député d'y avoir déjà répondu. Je suis ravie de voir qu'une telle mesure a des appuis à la Chambre. Peut-être pourrions-nous plus tard discuter de la façon de mettre une telle mesure en place au Canada.
J'ai une question au sujet de l'équité entre les régions et les provinces et de l'accès au matériel et à l'équipement pour répondre à la COVID-19. Au Nouveau-Brunswick, certains s'inquiètent de la capacité du trésor public de faire l'achat des articles dont nous aurons besoin en raison de leur coût élevé.
Le député peut-il rassurer certaines des provinces de petite taille qui doivent aussi faire face à la crise?
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-03-25 5:34 [p.2089]
Mr. Speaker, I thank my colleagues for giving me the opportunity to speak here today on this important issue.
We certainly are in unprecedented times. It is remarkable for me to be here today representing my own riding while also carrying the weight of those living in the ridings of my Green Party colleagues, the member for Saanich—Gulf Islands and Nanaimo—Ladysmith. I have also been asked to share these comments on behalf of the independent member for Vancouver Granville.
I would first like to acknowledge that we are on the unceded territory of the Algonquin Anishinabe people. It is essential that we remember the historical and ongoing implications of those words and the responsibilities we bear toward indigenous communities across the nation, especially as we face this unprecedented crisis.
I know I am not alone in having made this bizarre trek to Ottawa to be present here for these proceedings. I made the 10-hour trip by car with my husband and two boys.
We stopped only to get gas and take a break. We followed all the recommended hygiene measures.
Of course, we did our best to entertain a toddler and a seven-year-old for 10 hours in the car. I think of the many families and households across the nation who are answering difficult questions from their children and trying to keep them entertained. I feel that too. I want to let the children of Canada know we love them and we are here for them too. We know this is a difficult time.
I would like to take this opportunity to also humbly thank many, many people: the front-line workers staffing our hospitals, stocking our grocery stores and keeping our communities safe; the businesses and educational institutions that are answering the call and mobilizing in a warlike effort to provide and manufacture and supplies that we need; Dr. Tam and her team for coordinating our public health response, as well as Dr. Bonnie Henry of B.C. for her incredible work; the tireless efforts of our cabinet ministers and their staff to coordinate a response to COVID-19 across government departments; and my colleagues here in this House and those practising social distancing at home for proving that in the face of a national crisis, we can and will work together for the people of this country.
We gather in these extraordinary times to pass extraordinary legislation. It will allow the federal government to reach out and help Canadians directly with their personal finances. It will allow help to reach the self-employed, small and medium-sized businesses and large corporations. I am very relieved that a compromise was found that allows us to pass this legislation today, albeit a bit later than we had hoped.
It is a fundamental principle of Westminster parliamentary democracy that Parliament controls the public purse. We cannot, even in a public health emergency, convey unprecedented powers without any oversight and without any criteria limiting those powers to any government, no matter how well-intentioned.
This is a defining moment for our country. I am prouder than ever before to be Canadian and to see the expedited response to this crisis. I am also so proud to be from New Brunswick. I commend Premier Higgs and chief medical officer Jennifer Russell for declaring a state of emergency. To the decision-makers of the neighbouring Atlantic provinces of Nova Scotia, P.E.I. and Newfoundland, I commend them all for making the difficult decision to close provincial borders to further protect citizens. I thank them for their leadership.
We have now seen more than a week of social distancing, of closures and restrictions. It is now the time for all Canadians to comply and do our part to get us through this together. Effective suppression would mean fewer cases of coronavirus, a fighting chance for our health care system and the humans who run it, a reduction in the number of total fatalities and a reduction in collateral damage. As well, it would give us the time for infected, isolated and quarantined health care workers to get better and return to work.
Canada has been quick to respond so far. Inevitably there are lessons to be learned to ensure that we are better prepared for this type of disaster in the future.
I am here to work collaboratively with my colleagues in government, but I must also point out the ways we need to improve so that we can get this right for Canadians.
I am sure we are all in the same boat when it comes to the level of correspondence with our constituents over the past few weeks. We have been hearing a lot of concern. One thing the situation has made clear is the inequalities within our society. COVID-19 has amplified the challenges people are already facing.
I am thinking of the Canadians who are living in poverty, especially those who are homeless.
Working Canadians have been laid off or are facing reduced work hours, particularly at a time when they feel financially insecure. Older Canadians living on a fixed income are worried about their pensions and investments. Indigenous peoples are facing heightened challenges in their communities.
It is not easy for Canadians living in rural areas to access health care services.
Permanent residents and other newcomers worrying about family abroad are trying to get home amidst travel cancellations. Our charities and not-for-profit organizations are losing their donor base right now and really need our support. We must also stay vigilant against those who want to profit from this crisis, and they are out there.
We are facing this giant together, but from very different vantage points. Almost a million people have applied for employment insurance. Our Green Party has been proposing a guaranteed livable income for Canadians for years, and if we had a GLI in place now, we would easily be able to ramp up payments to people facing layoffs and reduced hours without clogging the phone lines of Service Canada and scaring people who are afraid in their unique situations, leaving them without support. The government measures announced are now taking time to roll out because we lack the infrastructure to quickly disseminate direct payments to Canadians. We need to have a closer look at this issue.
It is also clear to me that if we had already made much-needed improvements to our health care system in areas that have been advocated by professionals, such as improved infrastructure, preventive health care and pharmacare, we would be much better situated to address the needs of Canadians in this COVID-19 crisis.
Best estimates of what lies ahead vary widely. We can all agree that the more we are able to maintain social distancing among those who are asymptomatic and maintain isolation for those who have symptoms, the greater our chances are of getting through COVID-19 without overwhelming the system. The extent to which individual Canadians and businesses can follow the advice provided depends on the extent of their financial ability to do so. People have to be in a financially secure position in order to take the public health advice.
When we talk about the economic impacts, it seems we have left some things out.
We have discussed a few of them here today. Renters, both residential and commercial, need measures to protect them from landlords who are not passing along the goodwill of the banks or who do not have the goodwill of their bank. New Brunswick and a few other provinces have made it illegal to evict tenants for nonpayment of rent. These measures are good, but they need to be standardized across the country.
We must do more for the small and medium-sized businesses that keep our economy moving.
As Dan Kelly, president of the Canadian Federation of Independent Business, says of the wage subsidies, “It's the right measure, but it's the wrong amount.”
Our assistance measures for businesses are being dwarfed by steps taken or being contemplated elsewhere. For example, in Denmark the government is offering up to 75% of wages, with the maximum payout per employee 10 times higher than the current offering in Canada. As well, there seems to be nothing for unincorporated businesses that have employees. This is a big concern.
New Brunswick is allowing small businesses to defer WorkSafe New Brunswick premiums for three months. The federal government could do the same for EI, CPP and HST.
These are trying times, but we do see examples of hope all across the country. I have seen jingle-dress dancers standing out in their yards dancing for all of our collective healing. I know that we have seen churches, synagogues, mosques and other places of worship adapting to a new reality and being steadfast in their support of spirituality and faith, which we need now more than ever.
These are emotional times for citizens as well, and we also must consider their mental health. We should get outside if we can, but we must maintain our social distancing. We can go for the online museum tours. Online zoo tours are happening. I have seen people making badminton nets out of tape. We can play Hide the Potato.
I have also seen people making Portugese-style or Quebec-style tortillas.
We are finding really creative examples to deal with this crisis. Let us keep it up. I urge us all to call neighbours, check in, do FaceTime with grandparents. We all have a responsibility here. Let us stay connected. Isolation can be a really difficult thing for each of us to face.
Many of us are setting an example by operating from home as well, and we can continue to play a leadership role here by exploring digital options for the work we do here in the House. Let us continue to have that conversation.
Today means passing this motion to ensure Canadians have the financial resources they need to make ends meet while we rigorously follow the advice of public health experts. We will get through this if we stick together, even if that means standing apart.
Monsieur le Président, je remercie mes collègues de me donner l'occasion de prendre la parole au sujet de cet enjeu important.
Nous vivons assurément une situation sans précédent. Il est remarquable que je sois ici pour représenter les gens de ma circonscription, mais aussi ceux des circonscriptions qui ont élu des verts, celle de la députée de Saanich—Gulf Islands et celle du député de Nanaimo—Ladysmith. On m'a aussi demandé de parler au nom de la députée indépendante de Vancouver Granville.
J'aimerais d'abord reconnaître que nous sommes sur les terres non cédées du peuple algonquin anishinabe. Il est essentiel de ne jamais oublier la signification historique de ces paroles et ce qu'elles impliquent, ainsi que notre responsabilité à l'endroit des communautés autochtones de partout au pays, particulièrement pendant cette crise sans précédent.
Je sais que je ne suis pas la seule à avoir entrepris un voyage un peu surréel vers Ottawa pour participer à cette séance. J'ai fait le voyage de 10 heures en voiture avec mon mari et nos deux garçons.
Nous sommes seulement arrêtés pour acheter de l'essence et faire une pause. Nous avons pris toutes les mesures d'hygiène recommandées.
Bien sûr, nous nous sommes efforcés d'occuper un bébé et un enfant de sept ans pendant le trajet de 10 heures. J'ai une pensée pour les nombreuses familles qui doivent répondre aux questions difficiles de leurs enfants tout en essayant de les garder occupés. Je vis la même chose. Je veux que tous les enfants du Canada sachent que nous les aimons et que nous sommes là pour eux aussi. Nous savons que c'est une période difficile.
J'aimerais également en profiter pour remercier humblement beaucoup de gens: les travailleurs de première ligne de nos hôpitaux, ceux qui remplissent les étagères de nos épiceries et ceux qui assurent la sécurité de nos collectivités; les entreprises et les établissements d'enseignement qui répondent à l'appel et qui déploient des efforts comparables à ceux que nous déploierions en temps de guerre pour fournir et fabriquer les produits dont nous avons besoin; la Dre Tam et son équipe, qui coordonnent notre réponse en matière de santé publique, et la Dre Bonnie Henry, de la Colombie-Britannique, pour son travail remarquable; les ministres et leur personnel, qui ont déployé des efforts inlassables pour coordonner la réponse à la COVID-19 dans tous les ministères; ainsi que les députés présents aujourd'hui et ceux qui pratiquent l'éloignement social chez eux. Cela prouve qu'au moment où nous faisons face à une crise nationale, nous sommes capables de coopérer pour le bien de la population canadienne, et que nous allons le faire.
Nous nous réunissons durant cette période extraordinaire pour adopter une mesure législative extraordinaire qui permettra au gouvernement fédéral d'aider directement les Canadiens avec leurs finances personnelles. Elle permettra d'aider les travailleurs autonomes et les petites et moyennes entreprises, ainsi que les grandes sociétés. Je suis fort soulagée que nous ayons pu nous entendre aujourd'hui pour adopter ce projet de loi, même si cela s'est fait un peu plus tard que nous l'avions espéré.
L'un des principes fondamentaux de la démocratie parlementaire fondée sur le modèle de Westminster veut que le Parlement contrôle les fonds publics. Même dans une situation d'urgence de santé publique, nous ne pouvons pas accorder à un gouvernement — même si ses intentions sont fort louables — des pouvoirs sans précédent sans prévoir des mesures de surveillance et des critères limitant ces pouvoirs.
C'est un moment déterminant pour le Canada. Je suis plus fière que jamais d'être Canadienne et de constater la rapidité avec laquelle nous avons réagi à cette situation de crise. Je suis également très fière d'être originaire du Nouveau-Brunswick. Je félicite le premier ministre Higgs et la Dre Jennifer Russell, médecin-hygiéniste en chef, d'avoir déclaré l'état d'urgence. Je félicite également les décideurs des provinces atlantiques voisines, soit la Nouvelle-Écosse, l'Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve, d'avoir pris la décision difficile de fermer les frontières provinciales afin de mieux protéger leurs citoyens. Je les remercie de leur leadership.
Cela fait maintenant plus d'une semaine que nous pratiquons l'éloignement social et que nous constatons des fermetures et l'imposition de restrictions. Il est maintenant temps que tous les Canadiens respectent les règles et apportent leur contribution pour que nous puissions traverser cette période ensemble. Si ces mesures s'avèrent efficaces, il y aura moins de cas d'infection au coronavirus, nous donnerons une chance au système de santé et aux gens qui le dirigent, et le nombre de décès et de dommages collatéraux diminuera. De plus, cela permettra aux travailleurs de la santé infectés, isolés et mis en quarantaine d'avoir le temps de se rétablir pour revenir au travail.
Les réponses du Canada ont jusqu'à présent été rapides. Il y a inévitablement des leçons à retenir afin de nous assurer que nous serons mieux préparés à des catastrophes de la sorte à l'avenir.
Je suis ici pour collaborer avec mes collègues du gouvernement, mais je dois également mettre en évidence les aspects qui doivent être améliorés pour que nous puissions faire les choses correctement pour les Canadiens.
Je suis certaine que nous avons tous échangé beaucoup de messages avec les gens de notre circonscription au cours des dernières semaines. Ils ont exprimé leurs nombreuses préoccupations. La situation a notamment mis en évidence les inégalités au sein de notre société. La COVID-19 a amplifié les difficultés que les gens devaient déjà affronter.
Je pense aux Canadiens et aux Canadiennes qui vivent dans la pauvreté, particulièrement à ceux et celles qui sont sans abri.
Les travailleurs canadiens ont été mis à pied ou doivent réduire leurs heures de travail, en particulier à un moment où leur situation financière est précaire. Les aînés à revenu fixe s'inquiètent pour leur pension et leurs placements. Les difficultés que vivent les communautés autochtones sont amplifiées.
Les Canadiens et les Canadiennes qui habitent en région rurale n'ont pas facilement accès à des services de soin de santé.
Les résidents permanents et les autres nouveaux arrivants qui s'inquiètent pour leur famille à l'étranger tentent de rentrer chez eux malgré les annulations de vol. Nos organismes caritatifs et sans but lucratif perdent leur bassin de donateurs et ont grand besoin de notre soutien. Nous devons également rester vigilants à l'égard de ceux qui veulent profiter de cette crise — parce qu'il y en a qui essaient de le faire.
Nous faisons face à ce géant ensemble, mais nos points de vue diffèrent grandement. Près d'un million de personnes ont fait une demande d'assurance-emploi. Depuis des années, le Parti vert propose l'instauration d'un revenu de subsistance garanti pour les Canadiens. Si une telle aide était disponible à l'heure actuelle, nous pourrions facilement augmenter les paiements alloués aux personnes qui ont été mises à pied et qui se sont vues réduire leurs heures de travail sans paralyser les lignes téléphoniques de Service Canada et sans faire peur aux gens qui, compte tenu de leur situation particulière, risquent de ne pas recevoir l'aide dont ils ont besoin. Les mesures annoncées par le gouvernement tardent à être mises en œuvre parce que nous ne disposons pas de la structure nécessaire pour acheminer rapidement les paiements directs aux Canadiens. Nous devons examiner cette question de plus près.
De toute évidence, si nous avions suivi les conseils des professionnels en apportant des améliorations indispensables à certains aspects de notre système de santé, comme les infrastructures, les soins de santé préventifs et l'assurance-médicaments, nous serions beaucoup mieux placés pour répondre aux besoins des Canadiens pendant cette crise de la COVID-19.
Les prévisions les plus optimistes varient grandement. Nous nous entendons tous pour dire que plus nous réussirons à maintenir la distanciation sociale parmi les personnes asymptomatiques et à isoler celles qui présentent des symptômes, plus nous serons en mesure de traverser la crise de la COVID-19 sans surcharger le système. Les Canadiens et les entreprises pourront d'autant plus suivre les conseils qui leur sont fournis qu'ils auront la capacité financière de le faire. Les gens doivent jouir d'une bonne sécurité financière pour pouvoir suivre les conseils de santé publique.
En ce qui concerne les répercussions économiques, il semble que nous ayons omis certaines choses.
Nous avons abordé certaines répercussions aujourd'hui, dans cette enceinte. Les locataires de logements résidentiels et commerciaux ont besoin de mesures pour les protéger contre les propriétaires qui ne suivent pas l'exemple de bonne volonté de leur banque ou qui n'en bénéficient pas. Au Nouveau-Brunswick et dans quelques autres provinces, il est maintenant illégal d'expulser des locataires parce qu'ils ne paient pas leur loyer. Ce sont de bonnes mesures, mais elles doivent être appliquées de manière uniforme dans tout le pays.
Nous devons faire beaucoup plus pour les petites et moyennes entreprises, celles qui font rouler notre économie.
Je cite Dan Kelly, le président de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante. Voici ce qu'il dit à propos des subventions salariales: « C'est la bonne mesure, mais ce n'est pas le bon montant. »
Nos mesures d'aide aux entreprises sont inférieures aux mesures prises ou envisagées ailleurs dans le monde. Par exemple, le gouvernement du Danemark offre de subventionner jusqu'à 75 % des salaires. Le paiement maximum par employé est 10 fois plus élevé que celui qui est actuellement offert au Canada. De plus, il semble qu'on ne prévoie rien pour les entreprises non constituées en société qui ont des employés. C'est inquiétant.
Le Nouveau-Brunswick permet aux petites entreprises de reporter de trois mois leurs cotisations à Travail sécuritaire Nouveau-Brunswick. Le gouvernement fédéral pourrait faire de même pour l'assurance-emploi, le Régime de pensions du Canada et la taxe de vente harmonisée.
Les temps sont durs, mais il y a des exemples d'espoir dans tout le pays. J'ai vu des personnes exécuter la danse de la robe à franges pour favoriser notre guérison collective. Je sais que des églises, des synagogues, des mosquées et d'autres lieux de culte se sont adaptés à la nouvelle réalité tout en demeurant résolus à continuer à promouvoir la spiritualité et la foi, ce dont nous avons besoin plus que jamais.
Les citoyens traversent eux aussi une période riche en émotions, et nous devons également tenir compte de leur santé mentale. Nous devrions sortir si nous le pouvons, tout en respectant le principe de la distanciation sociale. Il est possible de faire des visites virtuelles de musée ou de zoo. J'ai vu des gens fabriquer des filets de badminton avec du ruban adhésif. On peut aussi organiser des chasses au trésor.
On voit aussi des gens faire des tortillas à la façon portugaise ou québécoise.
Nous avons trouvé des façons très créatives pour faire face à cette crise. Continuons comme cela. J'encourage tout le monde à appeler leurs voisins, à prendre des nouvelles de leurs proches et à se servir de FaceTime pour parler à leurs grands-parents. Nous avons tous un rôle à jouer ici. Restons en contact. L'isolement peut être très difficile à supporter.
De plus, nous sommes nombreux à montrer l'exemple en travaillant de la maison et nous pouvons continuer à faire preuve de leadership en nous penchant sur des façons d'effectuer les travaux à la Chambre sur des plateformes numériques. Poursuivons la discussion à ce sujet.
Aujourd'hui, nous devons adopter la motion pour garantir aux Canadiens les ressources financières qui leur permettront de joindre les deux bouts tout en nous assurant de respecter à la lettre les conseils des experts en santé publique. Nous allons traverser cette crise en restant unis malgré la distance physique qui doit nous séparer.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-03-25 5:44 [p.2091]
Mr. Speaker, I come from rural New Brunswick, where we have faced issues with high-speed Internet access for quite some time. I know that people are trying to work from home or trying to do Zoom conferencing and find ways to communicate in this new reality that we are facing, and it is creating difficulties. We have not been able to communicate through phone calls with our staff members or other colleagues in Parliament. We need to look at what these services can provide to our rural communities as well as all of Canada with this new reality that we face.
The bandwidth just cannot handle what we are currently seeing. There is a surge of people binge-watching Netflix or whatever for entertainment purposes, and then there is certainly our work at home that we will need to be doing for who knows how long. We also need to ensure that everyone has access to those crucial connections to the people they love. I hope that we will continue to have these conversations in the House.
Monsieur le Président, je viens d'une région rurale du Nouveau-Brunswick, où nous connaissons des problèmes de connexion Internet haute vitesse depuis longtemps. Je sais que les gens essaient de faire du télétravail ou de participer à des conférences par l'entremise de la plateforme Zoom et de trouver des moyens de communiquer dans cette nouvelle réalité pour chacun d'entre nous, et cela crée des problèmes. Nous n'avons pas pu faire des téléconférences avec les membres de notre personnel, ni nos collègues au Parlement. Nous devons examiner quels services ces compagnies peuvent offrir à nos communautés rurales et partout au Canada, dans le contexte de la crise actuelle.
La bande passante ne peut soutenir les flux de données que nous constatons présentement. Il y a une forte augmentation du nombre de personnes qui regardent des séries en rafale sur Netflix ou toute autre plateforme de divertissement, et il y a aussi le travail que nous accomplissons à partir de la maison pour une durée indéterminée. Nous devons aussi veiller à ce que tous les Canadiens puissent avoir accès aux services Internet qui leur permettent de communiquer avec leurs êtres chers. J'espère que nous pourrons poursuivre la discussion à ce sujet à la Chambre.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-03-25 5:46 [p.2091]
Mr. Speaker, as a mom of a seven-year-old, I have seen that the seven-year-old understands more than the two-year-old about what is happening. He chats with his friends on his headset when he is playing video games to entertain himself during this time, and I have heard him ask his friends if they are worried about the coronavirus and if they are scared. I wait to hear what the response is and how he might handle that question, and I hear him reassuring his friends and saying that it is okay, that we are going to get through this and that there are people trying to help.
That would be my message. It is that even the kids know how hard everyone is working toward this common goal of fighting COVID-19 as a nation. That is what it is going to take to really get us over that peak: staying together, understanding how important it is to heed the warnings of public health and ensuring that we do stay connected.
My other message would be to change the narrative a bit about the social distancing. Let us focus on the physical distancing with social connection, because that is so crucial right now. We really need to protect that.
Monsieur le Président, je suis mère d'un enfant de 7 ans, qui comprend beaucoup mieux ce qui se passe que mon enfant de 2 ans. Pour se divertir, mon fils joue à des jeux vidéo et il peut parler à ses amis grâce à son casque d'écoute. Je l'ai entendu demander à ses amis s'ils étaient inquiets à propos du coronavirus et s'ils avaient peur. J'attendais de voir ce qu'il allait ajouter, et je l'ai entendu rassurer ses amis. Il leur a dit que ça va bien aller, que nous allons surmonter cette épreuve et qu'il y a des gens qui essaient d'aider.
C'est ce que je dirais, moi aussi: même les enfants sont conscients des efforts énormes de tous ceux qui travaillent d'un bout à l'autre du Canada dans le but commun de lutter contre la COVID-19. C'est ce qu'il faudra pour passer à travers cette crise: rester unis, comprendre l'importance de respecter les avis des responsables de la santé publique et veiller à rester en contact les uns avec les autres.
Mon autre message serait de modifier un peu le discours au sujet de l'éloignement social. Efforçons-nous de pratiquer l'éloignement physique, mais en maintenant les liens sociaux, car ceux-ci sont essentiels dans le climat actuel. Nous devons sincèrement les protéger.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-03-25 5:48 [p.2092]
Mr. Speaker, that is an excellent question.
I have been asked by the media and some of my constituents about some of the comments that are floating around about perhaps bailing out the oil and gas industry or other corporations that are involved in different sectors.
My response is that we should first look after the individual Canadians, the workers. They certainly do need jobs to go back to. We just need to be really careful about the future that we are planning.
My hon. colleague from the Bloc mentioned that an economic crisis sets the stage for what is to come, so this is the time for us to make really bold changes to what we want to see in our future here in Canada. I think those bold changes include looking at expanding other sectors.
Of course, I am very supportive of things like renewable energy and other ways that we can maximize our energy output and still have Canadians feel that we have a great role to play on the global stage, but I feel we need to be careful about where we place our investments, understand how the markets are fluctuating and understand what that looks like moving forward in response to COVID-19.
We need to be cautious, but we need to focus first and foremost on the workers and the individual Canadians who need money in their pockets now.
Monsieur le Président, c'est une excellente question.
Des représentants des médias et certains habitants de ma circonscription m'ont posé des questions à propos de certains commentaires qu'on entend ici ou là à propos du renflouement éventuel des industries pétrolières et gazières ou d'autres grandes entreprises actives dans différents secteurs.
Ce que je dis, c'est que nous devrions d'abord nous occuper des travailleurs canadiens. Il auront certainement besoin de réintégrer leur emploi, une fois que la crise sera terminée. Nous devons juste faire preuve d'une grande prudence en planifiant l'avenir.
Mon collègue du Bloc a dit qu'une crise économique prépare le terrain pour l'avenir. C'est donc le moment, pour nous, de prendre des mesures vraiment audacieuses pour infléchir, comme nous le souhaitons, l'avenir du Canada. On pourrait, entre autres changements audacieux, envisager de développer d'autres secteurs.
Bien sûr, je suis tout à fait en faveur de choses comme l'énergie renouvelable et d'autres moyens de maximiser notre production énergétique. Les Canadiens pourraient toujours avoir le sentiment d'avoir un grand rôle à jouer sur la scène mondiale. Nous devons toutefois être prudents en choisissant dans quoi nous investissons; nous devons comprendre comment les marchés fluctuent et comprendre la tournure que prend la situation en réaction à la COVID-19.
Nous devons nous montrer prudents, mais nous devons penser avant tout aux travailleurs et aux Canadiens qui ont besoin de l'argent maintenant.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-03-12 10:27 [p.1979]
Mr. Speaker, I thank my colleagues for the privilege of speaking today. I would like to thank the minister for her words and powerful statement and my colleagues for their words.
Ladies, life-givers, we make miracles and we are miracles. Today we celebrate sisterhood, the matriarchs, the clan mothers. We all have our own journeys. For me, I felt the most connected to my womanhood when I became a mother. I am a mom of two little boys, who see their mom working hard for Canada and giving a lot of time and attention to our citizens.
From the moment I announced my candidacy to taking my seat here in the House of Commons, the number one question I was asked is how I do it. What is it like balancing the demands of parliamentary life with the responsibilities of motherhood? The answer, as one might expect, is that it is difficult.
I know that seeing strong women in important positions makes them stronger, more balanced individuals with respect for all people of all genders. Even in saying this, I know it will not be that easy for us to set an example every day to be consistent and innovative in our approach to supporting women and creating opportunities for them all over the world.
While we celebrate women who are in decision-making positions and we acknowledge that a lot of progress has been made in reducing the wage gap, the fact remains that there is still a lot of work to be done.
Despite women's increased participation in the workforce, they continue to spend much of their time doing unpaid labour. On average, women continue to be the predominant providers of care to children and to family members with mental or physical limitations related to age or chronic health conditions. This mostly invisible unpaid labour means that working Canadian women spend an additional 3.9 hours per day performing household chores and caring for children, among other things.
While women are fighting against inequality in the workplace, they are also dealing with social expectations surrounding gender.
On top of it all, feeling like imperfect mothers and imperfect workers, women blame themselves for not being able to manage it all. Mom guilt is real. However, we sitting in the House know that good public policy and structural supports play an important role in shaping the experience of working mothers. We in the House need to pay particular attention to how achieving this balance becomes all the more difficult for low-income women, trans women, women struggling with mental illness, women with disabilities and women of colour.
When we invest in social services like long-term care, health care, pharmacare, mental health care, universal affordable child care and in protecting reproductive rights, we also invest in women. We normalize women's issues and interests, we level the playing field and we bring women closer to gender parity. I see the women of Canada, and they are spectacular.
Monsieur le Président, je remercie mes collègues de m'accorder le privilège d'intervenir aujourd'hui. Je remercie la ministre de ses paroles percutantes et les députés de leurs propos.
Les femmes sont donneuses de vie. Elles font des miracles et elles sont elles-mêmes des miracles. Aujourd'hui, nous célébrons nos soeurs, les matriarches et les mères de clan. Nous avons tous notre propre parcours. Pour ma part, c'est lorsque je suis devenue mère que je me suis le plus sentie femme. Je suis mère de deux jeunes garçons, qui voient leur maman travailler fort pour le Canada et accorder beaucoup de temps et d'attention à ses citoyens.
Depuis le moment où j'ai annoncé ma candidature à titre de députée fédérale, la principale question qu'on me pose est: « Comment y arrivez-vous? » Comment réussit-on à jongler avec les exigences de la vie parlementaire et celles de la maternité? Comme de raison, je réponds que c'est difficile.
Parce qu'ils voient des femmes fortes dans des postes importants, ils deviendront des personnes plus fortes et plus lucides qui respectent tout le monde, peu importe leur genre. Malgré ce que j'affirme, je suis consciente qu'il ne nous sera pas facile de donner l'exemple tous les jours, d'êtres constants et innovateurs dans notre manière d'appuyer les femmes et d'ouvrir des perspectives pour elles un peu partout dans le monde.
Alors que nous célébrons les femmes qui atteignent des postes décisionnels et que nous réalisons les avancées marquées afin de réduire l'écart salarial entre les hommes et les femmes, le constat demeure qu'il y a encore beaucoup de travail à faire et à accomplir.
En dépit de leur participation accrue à la population active, les femmes continuent de consacrer une bonne partie de leur temps à du travail non rémunéré. En moyenne, les femmes demeurent les pourvoyeurs prédominants de soins aux enfants et aux membres de leur famille ayant des contraintes physiques ou mentales liées au vieillissement ou à un problème de santé chronique. Ce travail non rémunéré qui passe, la plupart du temps, inaperçu signifie que les femmes canadiennes qui travaillent passent 3,9 heures supplémentaires par jour à accomplir des tâches ménagères et à s'occuper des enfants, entre autres tâches.
Alors que les femmes luttent contre les inégalités dans les milieux de travail, elles sont également confrontées aux attentes sociales liées au genre.
De surcroît, accablées par le sentiment d'être des mères imparfaites et des travailleuses imparfaites, les femmes se blâment de ne pas pouvoir composer avec tout cela. Le sentiment de culpabilité des mères est réel. Toutefois, les députés savent que de bonnes politiques publiques et de bonnes structures de soutien jouent un rôle de premier plan pour façonner l'expérience des mères au travail. Les députés doivent porter une attention particulière au fait que l'atteinte de cet équilibre est encore plus difficile pour les femmes à faible revenu, les femmes transgenres, les femmes aux prises avec une maladie mentale, les femmes handicapées et les femmes de couleur.
Lorsque nous investissons dans les services sociaux tels que les soins de longue durée, les soins de santé, l'assurance-médicaments, les soins de santé mentale, les services de garde universels et abordables et la protection des droits génésiques, nous investissons également dans les femmes. Nous normalisons les enjeux et les intérêts propres aux femmes, nous égalisons les règles du jeu et rapprochons les femmes de l'égalité entre les sexes. Les femmes du Canada sont extraordinaires.
View Rob Moore Profile
CPC (NB)
View Rob Moore Profile
2020-03-12 15:03 [p.2023]
Mr. Speaker, a Montreal man found guilty of sexually assaulting a four-year-old in 2015 was charged recently with making and distributing child pornography during the period he was having court-ordered supervised visits with the child he abused. This man was sentenced to a mere 22 months in prison for abusing this child.
The minister has stated that he will look to eliminate mandatory minimum sentences to give even more discretion in sentencing. Does the minister really think that justice is being served in a case like this?
Monsieur le Président, un Montréalais qui a été reconnu coupable d'avoir agressé sexuellement un enfant de 4 ans en 2015 a été accusé récemment de production et de distribution de pornographie juvénile. Au moment où les faits qui lui sont reprochés se seraient produits, cet homme avait aussi droit, par ordre du tribunal, à des visites supervisées avec l'enfant qu'il avait agressé. Il n'avait été condamné qu'à 22 mois de prison.
Le ministre a déclaré qu'il allait étudier la possibilité d'éliminer les peines minimales obligatoires pour accorder encore plus de pouvoir discrétionnaire aux juges dans la détermination des peines. Pense-t-il vraiment que justice est rendue dans un cas comme celui-ci?
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-03-12 15:08 [p.2024]
Mr. Speaker, experts testified last month at the Veterans Affairs committee that treatments for family members of a former soldier were cut off or not approved and that there is a backlog of 18,330 cases.
The average wait time for applications is 32 weeks.
They also testified that there is a longer than average turnaround time for women and francophones.
The Minister of Veterans Affairs was tasked to ensure that the government lives up to its sacred obligation to our veterans and their families. I want to know when and how the government will start acting concretely on that commitment.
Monsieur le Président, selon le témoignage d'experts qui ont comparu devant le comité des anciens combattants le mois dernier, des traitements destinés aux membres de la famille d'anciens militaires ont été interrompus ou refusés, et il y a actuellement 18 330 cas en attente.
Le temps d'attente moyen pour le traitement d'une demande est de 32 semaines.
Les témoins ont aussi affirmé que le temps de réponse est plus long que la moyenne pour les femmes et les francophones.
Le ministre des Anciens Combattants a le mandat de voir à ce que le gouvernement soit à la hauteur de son obligation sacrée envers les vétérans et leur famille. J'aimerais savoir quand le gouvernement prendra des mesures concrètes en ce sens, et comment il compte agir.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-03-12 17:38 [p.2047]
Madam Speaker, I wish to thank my NDP colleagues for giving me the opportunity to speak. I will be splitting my time with the member for Edmonton Strathcona.
One third of working Canadians do not have employer-funded drug coverage. One in five households reported a family member who had not taken a prescribed medicine in the past year due to its cost.
Every year, nearly three million Canadians say they cannot afford to fill one or more of their prescriptions.
In the 2019 election, I heard these statistics echoed at doors and across party lines. I am excited by the idea of national pharmacare and the support I know we have from members of the House to improve the lives of Canadians. I am also excited by how much work has already been done to understand what our national pharmacare plan needs to look like.
Last June, the well-known published final report of the advisory council on implementation of national pharmacare, also known as the Hoskins report, advised that it had received questionnaires from more than 15,000 people and organizations, received more 14,000 petitions or letters, reviewed more than 150 written submissions, investigated global best practices and hosted town halls and round tables. It uncovered significant gaps in drug coverage.
Of the nearly three million Canadians who said they were not able to afford their prescriptions, 38% had access to private insurance coverage and 21% had public coverage. However, with co-pays and exemptions, they still did not have the resources to afford their medications. Almost one million Canadians were forced to cut back on food or home heating to pay for their medication.
Nearly one million Canadians have had to borrow money to pay for their prescription drugs.
This highlights the crushing poverty weighing on Canadians. It has many causes but with pharmacare, we can take one worry away. We can alleviate some of the stress and uncertainty in their lives.
In the Hoskins report, the advisory council laid out several recommendations to address these gaps, and I will reiterate them.
Its first and foremost recommendation was that the federal government work with provincial and territorial governments to establish a universal, single-payer, public system of prescription drug coverage in Canada. A two-tiered system would create further inequity, leaving low-income and unemployed Canadians at risk. The administration of such a program would be cost-ineffective. A privately administered system would create profit incentives where public interest must be the first priority.
The council also recommended that national pharmacare benefits be portable across provinces and territories. This reinforces the need for federal leadership to come alongside provincial health departments to ensure the system is truly national in scope.
Another recommendation was to make everyone in Canada eligible for a pharmacare program to ensure that everyone can get the drugs they need to maintain their physical and mental health.
It also recommended a national formulary be developed to list which prescription drugs and related products should be covered to ensure all Canadians would have access equally to the medicines they needed to maintain or improve their health, no matter where they were living in Canada.
Clearly this is a big job. We are going to need leadership from our Prime Minister and his cabinet, and we are going to need significant financial investment from the federal government to make this happen.
It is remarkable that Canada is the only developed country that has a universal health care program that does not include universal coverage for prescription medication, especially when we know there are real costs associated with people who need to skip doses or avoid filling prescriptions because they cannot afford to buy them. These decisions put strain on our health care system.
People are struggling to stay healthy their whole lives, which leads to complications and chronic illnesses later in life.
Individuals end up in urgent health care situations, needing to return to hospital emergency rooms and taking up hospital beds, because they can not afford to properly manage their conditions and illnesses at home.
The Parliamentary Budget Officer has already indicated that this will save federal, provincial and territorial governments billions of dollars, and that does not even consider the quality of life for Canadians who require prescription medicines.
A recent study by St. Michael's Hospital's MAP Centre for Urban Health Solutions found that providing free medicine resulted in a 44% increase in people taking their essential medications and led to a 160% increase in the likelihood of participants being able to make ends meet.
Ensuring people have access to the medications they need throughout their life will have real, positive impacts, such as poverty reduction, as people become able to direct their money toward food, rent, home heating or child care. When a chronic condition is well managed with medications, individuals can better access the workforce and participate in their communities.
People with rare diseases should not have to go bankrupt because of their diagnosis.
Those living on fixed incomes, such as seniors, are not stuck with increasing pharmaceutical costs. For people in immediate mental health crisis, the extra financial anxiety of a new medication does not have to weigh on them.
I am struck as well by the consensus that exists around this issue.
The majority of MPs in the House are members of parties that made this issue a priority in the last election.
Polls show that 90% of Canadians support equal access to prescription drugs, regardless of income. When I saw national pharmacare reference in the mandate letters of four ministers, I was hopeful that we would actually see this happen in the 43rd Parliament, but I am a little concerned that nothing seems to be moving on this front yet, and I am so thankful for this motion from my NDP colleagues.
Maybe we will be pleasantly surprised when the budget is tabled, but I fear that the government may be losing its courage, perhaps because of the lobbying that is being carried out by pharmaceutical and insurance companies. I hope the government is being vigilant against letting entities with deep pockets and full-time Ottawa-based lobbyists buy influence on our policy development process.
I have spent time with representatives from community organizations and health care professionals and their unions. They said that we need universal public pharmacare. These groups include the Heart and Stroke Foundation, National Nurses United, the Canadian Diabetes Association, the Canadian Counselling and Psychotherapy Association, the Canadian Health Coalition, the Canadian Labour Congress, and I could go on. These organizations represent average Canadians, workers in the health field and those who are living with, or caring for, people with chronic or acute disease. These are the people we work for.
The Canadian Medical Association shared stories of doctors fighting for national pharmacare. Dr. Nav Persaud had this to say: "Why did I spend all those years training to become a doctor if at the end of it, when I give someone a diagnosis, they don't fully benefit because they can't afford the treatment?"
The advisory council on the implementation of national pharmacare left us with the way forward: "It will take time, significant federal investment and close collaboration among all health system partners to turn Canada's patchwork of prescription drug insurance plans into a national public pharmacare program.”
But it is possible. Thanks to the work of the council, the path forward is clear. The data are incontestable, Canadians are on board and parliamentarians in the House are mostly on board. We are here to represent the people, and this is what the people want.
My final reflection is this: What are we waiting for?
Madame la Présidente, je remercie mes collègues du NPD de me donner l'occasion de prendre la parole. Je vais partager mon temps de parole avec la députée d'Edmonton Strathcona.
Le tiers des Canadiens qui travaillent n'ont pas de régime d'assurance-médicaments parrainé par l'employeur. Un ménage sur cinq déclare que, au cours de la dernière année, un membre de la famille a renoncé à un médicament sur ordonnance en raison de son prix.
Chaque année, près de 3 millions de Canadiennes et de Canadiens affirment ne pas être en mesure de payer les frais de l'un ou de plusieurs de leurs médicaments prescrits.
Ces statistiques correspondent à ce que j'ai entendu, comme les candidats de tous les partis, en faisant du porte-à-porte au cours de la campagne électorale de 2019. Je suis emballée à l'idée d'instaurer un régime national d'assurance-médicaments et je me réjouis de l'appui des députés en vue d'améliorer la vie des Canadiens. Je suis également emballée de voir tout le travail qui a déjà été fait pour comprendre à quoi devra ressembler notre régime national d'assurance-médicaments.
En juin dernier, dans son fameux rapport final, également appelé le rapport Hoskins, le Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments nous informait qu'il avait reçu plus de 15 000 réponses à un questionnaire de la part de particuliers et d'organismes, qu'il avait reçu plus de 14 000 lettres et pétitions, qu'il avait examiné plus de 150 mémoires, qu'il avait analysé les pratiques exemplaires à l'échelle mondiale et qu'il avait tenu des assemblées publiques et des tables rondes. Il a découvert des lacunes considérables en matière de couverture des médicaments.
Sur les près de trois millions de personnes qui ont dit ne pas avoir les moyens de payer leurs médicaments, 38 % étaient couverts par une assurance privée et 21 %, par une assurance publique. Toutefois, quand on tient compte des exemptions et de la participation aux coûts, elles n'avaient toujours pas les ressources voulues pour payer leurs médicaments. Près d'un million de Canadiens ont dû réduire leurs dépenses en nourriture et en chauffage afin de pouvoir payer leurs médicaments.
Près de 1 million de Canadiens et de Canadiennes ont dû emprunter des sommes d'argent afin de payer les frais de leurs médicaments prescrits.
Cette réalité met en évidence l'écrasante pauvreté qui afflige les Canadiens. Les causes de cette pauvreté sont multiples, mais avec l'assurance-médicaments, il y aura une inquiétude en moins. Nous pouvons atténuer une partie du stress et de l'incertitude dans leur vie.
Dans le rapport Hoskins, le conseil consultatif formule plusieurs recommandations pour combler ces lacunes, et je vais les rappeler.
Sa première et principale recommandation était que le gouvernement fédéral collabore avec les gouvernements provinciaux et territoriaux pour établir un système public, universel et à payeur unique de couverture des médicaments sur ordonnance au Canada. Un système à deux niveaux creuserait les inégalités, laissant en danger les Canadiens à faible revenu et sans emploi. L'administration d'un tel programme serait inefficace sur le plan des coûts. Un système administré par le secteur privé créerait des incitatifs aux profits alors que l'intérêt public doit être la priorité absolue.
Le conseil consultatif a également recommandé que les prestations nationales d'assurance-médicaments soient transférables entre les provinces et les territoires, ce qui fait ressortir la nécessité pour le gouvernement fédéral de s'associer aux ministères provinciaux de la Santé afin de garantir que le système soit réellement de portée nationale.
Une autre recommandation voulait que l'ensemble de la population canadienne puisse profiter d'un programme d'assurance-médicaments afin que tous et toutes puissent obtenir les médicaments nécessaires pour maintenir une bonne santé physique et mentale.
Le conseil a également recommandé l'élaboration d'un formulaire national pour répertorier les médicaments sur ordonnance et les produits connexes qui devraient être couverts afin de garantir que tous les Canadiens jouissent d'un accès égal aux médicaments dont ils ont besoin pour maintenir ou améliorer leur santé, quel que soit l'endroit où ils vivent au Canada.
Il est clair que c'est un travail considérable. Pour l'accomplir, nous allons avoir besoin du leadership du premier ministre et du Cabinet, ainsi que d'un investissement financier conséquent de la part du gouvernement fédéral.
Il est remarquable que le Canada soit le seul pays développé à disposer d'un programme de soins de santé universel qui n'inclut pas la couverture universelle des médicaments sur ordonnance, surtout quand on sait qu'il y a des coûts réels associés aux patients qui doivent sauter des doses ou éviter de remplir des ordonnances par manque de moyens. Ces décisions mettent à rude épreuve notre système de santé.
Les gens ne sont pas en mesure de vivre pleinement en santé durant toute leur vie, ce qui entraîne des complications et des maladies chroniques plus tard dans leur vie.
Des gens finissent par avoir besoin de soins d'urgence et par devoir retourner aux urgences et être hospitalisés parce qu'ils n'ont pas les moyens de se soigner convenablement à la maison.
Le directeur parlementaire du budget a déjà souligné qu'un tel régime permettra aux gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux d'économiser des milliards de dollars, sans compter l'effet positif qu'il aura sur la qualité de vie des Canadiens qui ont besoin de médicaments sur ordonnance.
Une étude récente du MAP Centre for Urban Health Solutions de l'Hôpital St. Michael's a révélé que la gratuité des médicaments avait fait augmenter de 44 % le nombre de personnes qui prennent leurs médicaments essentiels et qu'elle avait aussi fait augmenter de 160 % la probabilité que les participants au régime puissent joindre les deux bouts.
Le fait de garantir aux gens l'accès aux médicaments dont ils ont besoin tout au long de leur vie aura des effets réels et positifs, tels que la réduction de la pauvreté, puisque les gens pourront consacrer leur argent à la nourriture, au loyer, au chauffage de leur maison ou à la garde de leurs enfants. Lorsqu'une maladie chronique est bien gérée à l'aide de médicaments, les personnes atteintes peuvent plus aisément accéder au marché du travail et participer à la vie dans leur milieu.
Les personnes atteintes d'une maladie rare ne devraient pas avoir à déclarer faillite en raison de leur diagnostic.
Les personnes qui touchent un revenu fixe, comme les personnes âgées, ne sont pas aux prises avec une augmentation du coût des médicaments. Les personnes traversant une crise de santé mentale ne subissent pas l'angoisse financière supplémentaire que peut causer la prise d'un nouveau médicament.
Je suis frappée par le consensus qui existe au sujet de cette question.
La majorité des députés de la Chambre se sont engagés auprès de partis qui ont fait de cet enjeu une priorité lors de la dernière élection.
Selon les sondages, 90 % des Canadiens sont favorables à un accès égal pour tous aux médicaments sur ordonnance, indépendamment du revenu. Quand j'ai vu que le régime national d'assurance-médicaments était mentionné dans la lettre de mandat de quatre ministres, j'ai eu espoir que cela se concrétiserait pendant la 43e législature. Il semble toutefois que le dossier n'avance pas très vite pour l'instant; je suis donc contente que mes collègues néo-démocrates aient présenté cette motion.
Nous aurons peut-être une agréable surprise au moment de la présentation du budget, mais je crains que le gouvernement ait envie de reculer, influencé peut-être par les pressions exercées par les pharmaceutiques et les compagnies d'assurance. J'espère que le gouvernement ne laisse pas des entités qui ne manquent pas de moyens financiers et qui emploient des lobbyistes d'Ottawa à temps plein acheter de l'influence et agir sur notre processus d'élaboration de politiques.
J'ai rencontré des représentants d'organismes communautaires et des professionnels de la santé ainsi que des représentants de leurs syndicats. Selon eux, nous avons besoin d'un régime d'assurance-médicaments public et universel. Parmi ces groupes figurent la fondation des maladies du coeur et de l'AVC, National Nurses United, l'Association canadienne du diabète, l'Association canadienne de counseling et de psychothérapie, la Coalition canadienne de la santé et le Congrès du travail du Canada, pour n'en nommer que quelques-uns. Ce sont des organismes qui représentent les Canadiens ordinaires, les travailleurs du domaine de la santé et les personnes qui sont atteintes d'une maladie chronique ou aiguë, qui habitent avec une telle personne ou qui en prennent soin. Bref, des gens pour qui nous travaillons.
L'Association médicale canadienne a relayé les anecdotes de médecins qui luttent pour un régime national d'assurance-médicaments. Le Dr Nav Persaud avait ceci à dire: « Pourquoi avoir fait toutes ces années d’études pour devenir médecin si, en fin de compte, les diagnostics que je pose sont peu utiles, les patients n’étant pas en mesure de payer leur traitement? »
Le Conseil consultatif sur la mise œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments nous a laissé une voie à suivre: « Il faudra du temps, d'importants investissements fédéraux et une étroite collaboration entre tous les partenaires du système de santé pour transformer la mosaïque de régimes d'assurance-médicaments du Canada en un régime public national d'assurance-médicaments. »
Cela dit, c'est possible. Grâce au travail du Conseil, la voie à suivre est claire. Les données sont incontestables, et les Canadiens sont favorables au régime, ainsi que la plupart des parlementaires de la Chambre. Nous sommes ici pour représenter le peuple, et c'est ce que le peuple veut.
Ma dernière réflexion est la suivante: qu'attendons-nous?
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-03-12 17:47 [p.2049]
Madam Speaker, I think back to the election process and knocking on countless doors, visiting every long-term care facility and senior care facilities in my riding to discuss these issues of health care and high costs. I have a very high demographic of seniors in my riding as well, and this was something that they acknowledged would help them.
They talked about the times they had to make the decision between heating or food and medication. We have heard that line so many times, but it is because it needs to be repeated. That should not be happening in Canada. There were nurses and doctors as well. We had so many meetings with these organizations over the past few months, and it was unanimous. It seemed to be a no-brainer, and I really hope that we can make this happen for them.
Madame la Présidente, je me souviens de la campagne électorale. J'ai fait beaucoup de porte-à-porte et visité tous les établissements de soins de longue durée et toutes les maisons de retraite de ma circonscription pour discuter de la question des soins de santé et des coûts élevés. Dans ma circonscription, il y a aussi beaucoup d'aînés, et ils ont indiqué qu'effectivement, cette mesure les aiderait.
Des aînés m'ont parlé des fois où ils ont dû choisir entre se chauffer, s'alimenter ou s'acheter des médicaments. Nous avons entendu la même rengaine très souvent, mais c'est parce qu'il faut la répéter. Ce genre de situation ne devrait pas se produire au Canada. Il y avait aussi des infirmiers et des médecins. Nous avons tenu beaucoup de rencontres avec ces organismes au cours des derniers mois, et ils étaient unanimes. Le régime semble aller de soi, et j'espère vraiment que nous pourrons le mettre en place pour eux.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-03-12 17:49 [p.2049]
Madam Speaker, I am happy to be here as well, instead of my predecessor. I also want to thank the hon. member for his advocacy for rare diseases. We also care deeply about that issue. We know we need to work harder.
To address the issue, maybe we should deal with the regulatory system as it is first, but I do not think we have time to wait. I think we can do these alongside of one another. It certainly should be part of the considerations for national pharmacare, but I do not think it has to mean we are leaving those patients behind.
Madame la Présidente, je suis heureuse d'être ici également, à la place de mon prédécesseur. Je tiens également à remercier le député de son plaidoyer concernant les maladies rares. Cette question nous tient également à cœur. Nous savons que nous devons travailler plus fort.
Pour résoudre le problème, nous devrions peut-être d'abord nous occuper du système de réglementation. Toutefois, je ne pense pas que le problème puisse attendre. Nous pouvons sûrement faire les deux en même temps. Cela devrait certainement faire partie des options à envisager dans le dossier du régime national d'assurance-médicaments, mais il ne faut pas penser que nous oublierions ces patients.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-03-12 17:51 [p.2049]
Madam Speaker, that is a challenge. It is going to take all provinces on board for this to be cost-effective and so it is really important that we have these debates in the House, that it goes to committee and we make sure that the interests of Quebec are looked after.
I look at all the statistics, the support and organizations, and I have a hard time understanding why someone would not want that program. We have also advocated for increases in health transfers. It seems like it would be the best thing for Quebec, as well as Canada. I would like to know more about why.
Madame la Présidente, c'est un défi. Il faudra que toutes les provinces participent pour arriver à un bon rapport coût-efficacité. Il est donc vraiment important que nous ayons ces débats à la Chambre, que le projet de loi soit renvoyé en comité et que nous veillions à ce que les intérêts du Québec soient pris en considération.
Avec toutes les données statistiques, l'appui reçu et les organisations qui se sont montrées favorables, j'ai du mal à comprendre pourquoi quelqu'un ne voudrait pas de ce régime. Nous avons également réclamé une augmentation des transferts en santé. Il me semble que ce serait la meilleure chose pour le Québec ainsi que pour le Canada. J'aimerais qu'on m'explique cette opposition.
Results: 1 - 15 of 124 | Page: 1 of 9

1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data