Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 999
View Ziad Aboultaif Profile
CPC (AB)
View Ziad Aboultaif Profile
2020-08-12 12:16 [p.2746]
Mr. Speaker, last week the world was shaken by the devastating news of a massive explosion at the Port of Beirut in Lebanon.
On the morning of August 4, the people of Beirut were going about their normal daily routines without any inkling of what was to come. They were shaken from those routines by horrific explosions that devastated the city, claimed at least 171 lives and left over 6,000 wounded. People lost their homes, their businesses and their livelihoods. Entire neighbourhoods were destroyed. We understand that Lebanese officials continue to investigate the cause of the explosions, and we look forward to the outcome of those efforts.
Of course, many Canadians of Lebanese descent have family, friends and loved ones in Beirut and throughout Lebanon. Canada is proud to stand with our Lebanese community during this difficult time as they process the tragedy and remember and honour the victims. We have heard heartwarming stories of Lebanese Canadians joining forces to organize aid deliveries and to offer any support they can, which speaks to the spirit of the community.
We also extend our sympathies and condolences to the family and colleagues of Nazar Najarian, a Montreal businessman who was tragically killed, and to all those injured, including a member of the Canadian Armed Forces. We are praying for their speedy recovery.
As we know, much of the city is devastated and in dire need of help. I know that Canadians will answer the call. We will support the people of Lebanon as they work to clear the debris and search for people affected by this tragedy. Throughout their history, Lebanese people have endured great hardships and yet, through their incredible strength and resilience, they have always overcome them. I know that this time the outcome will be no different. Over the coming days, weeks and months, their strength will see them through this latest hardship.
On behalf of my family and the entire Conservative caucus, I would like to offer my deepest condolences to all those affected by the tragic incident in Lebanon. We will continue to closely monitor the situation and we are here to provide any assistance we can to those recovering from this tragedy.
Monsieur le Président, la semaine dernière, le monde a été secoué par la terrible nouvelle d'une puissante explosion dans le port de Beyrouth, au Liban.
Le matin du 4 août, les Beyrouthins vaquaient à leurs occupations habituelles sans avoir la moindre idée de ce qui allait se produire, lorsqu'ont retenti brutalement les effroyables explosions qui ont dévasté la ville, faisant au moins 171 morts et plus de 6 000 blessés. Des gens ont perdu leurs foyers, leurs entreprises et leurs moyens de subsistance. Des quartiers entiers ont été réduits en poussière. Les autorités libanaises poursuivent leur enquête sur l'origine des explosions, et nous attendons avec impatience leurs conclusions.
Bien sûr, de nombreux Canadiens d'origine libanaise ont de la famille, des amis et des proches à Beyrouth et dans tout le Liban. Le Canada est fier de se tenir aux côtés de la communauté libanaise en cette période difficile, alors qu'elle fait face à la tragédie et rend hommage aux victimes. Nous avons entendu des histoires réconfortantes de Canadiens d'origine libanaise unissant leurs forces pour organiser des envois d'aide et offrir tout le soutien possible. Cela en dit beaucoup sur l'esprit qui anime la communauté.
Nous présentons nos condoléances à la famille et aux collègues de Nazar Najarian, un homme d'affaires de Montréal qui a été tragiquement tué. Nous sommes de tout cœur avec les blessés, parmi lesquels se trouve notamment un membre des Forces armées canadiennes. Nous prions pour leur prompt rétablissement.
Comme nous le savons, une grande partie de la ville est dévastée et a grand besoin d'aide. Je suis persuadé que les Canadiens répondront à l'appel. Nous soutiendrons le peuple libanais dans ses efforts pour dégager les débris et trouver les personnes touchées par cette tragédie. Tout au long de son histoire, le peuple libanais a subi de grandes épreuves mais, grâce à sa force et à sa résilience incroyables, il les a toujours surmontées. Je sais qu'il en sera de même cette fois-ci. Dans les jours, les semaines et les mois à venir, la force des Libanais les aidera à surmonter cette nouvelle épreuve.
Au nom de ma famille et de l'ensemble du caucus conservateur, je présente mes plus sincères condoléances à toutes les personnes touchées par la tragédie survenue au Liban. Nous continuerons à suivre de près la situation et nous sommes disposés à apporter toute l'aide possible à ceux qui tentent de se remettre de cette tragédie.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2020-08-12 12:27 [p.2748]
Mr. Speaker, there have been consultations among the parties and, if you seek it, you will find unanimous consent for the following motion.
I move:
That the House recognize that reopening businesses and the economy entails taking far more action to support parents, especially women, who are worried about going back to work without knowing their kids will be safely cared for in child care and school, and therefore call on the government to increase its transfer to provinces and territories for affordable child care by $2 billion, transfer funding to provinces and territories to support a safe return to school, and work with all provinces and territories to ensure all federal funds are dedicated to the health and safety of children across the country, while ensuring the transfers to Quebec are unconditional.
Monsieur le Président, il y a eu des discussions entre les partis, et je pense que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante.
Je propose:
Que la Chambre reconnaisse que la réouverture des entreprises et de l'économie implique de prendre beaucoup plus de mesures pour soutenir les parents, particulièrement les femmes, qui craignent de retourner au travail sans avoir l'assurance que leurs enfants seront en sécurité à la garderie et à l’école, et demande donc au gouvernement: a) d'augmenter les transferts aux provinces et territoires de 2 milliards pour les services de garde abordables; b) de transférer des fonds aux provinces et territoires afin d'appuyer un retour en classe sécuritaire; c) de collaborer avec les provinces et territoires afin de s'assurer que les fonds fédéraux sont consacrés à la santé et la sécurité des enfants à travers le pays, tout en veillant à ce que les transferts vers le Québec soient inconditionnels.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2020-08-12 12:30 [p.2748]
Mr. Speaker, I rise on a point of order that was raised on July 21 by the MP for Barrie—Innisfil concerning the fifth and seventh reports of the Standing Committee on Procedure and House Affairs. The member quoted the NDP's supplementary report, at page 95 of the seventh report, where it said:
...the NDP believes that the scope of this report wavered beyond its boundaries. The committee was tasked with finding solutions for remote participation of members specifically related to the COVID-19 pandemic. Some recommendations were outside of those lines, and while the NDP doesn’t disagree with the idea of exploring other options and preparing for the future, it does not consider those to be part of the work the committee was asked to do by the House of Commons.
We would like to clarify the intent of this specific quotation. The House of Commons tasks the Standing Committee on Procedure and House Affairs with finding solutions for the remote participation of members. The seventh report included recommendations related to in-person voting options, which the committee did not oppose, although this was outside of the committee's mandate. It was the inclusion of these in-person options that we were referencing in the supplementary report and that we consider outside of the mandate assigned to the committee by the House.
We believe that all members of Parliament need to be included in the work of the House, including those who are immunocompromised or have loved ones at risk for COVID-19. In-person options do not take the travel that would be required for MPs who live farther from Ottawa into account when considering the risks associated with COVID-19. All members, regardless of where they live, have the right to have their voices, and through them those of their constituents, heard in Parliament. That is why the NDP supports the development of virtual tools so that we can all continue our important work of getting Canadians the help they need.
Monsieur le Président, j'aimerais revenir sur le rappel au Règlement effectué le 21 juillet par le député de Barrie—Innisfil au sujet des cinquième et septième rapports du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Le député a cité l'extrait suivant du rapport complémentaire du NPD, qui se trouve à la page 103 de la version française:
[...] le NPD considère que la portée de ce rapport n'a pas été respectée. Le comité avait été chargé de trouver des solutions pour la participation à distance des députés dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Certaines recommandations dépassent la portée de ce mandat. Bien que le NPD [ne soit] pas en désaccord avec l'idée d'examiner d'autres options et d'être orienté vers l'avenir, il ne croit pas que ces éléments faisaient partie du mandat confié par la Chambre des communes.
Nous aimerions préciser la pensée du NPD. La Chambre des communes a demandé au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre de trouver des solutions pour que les députés puissent participer à distance à ses travaux. Or, le septième rapport du Comité recommandait aussi des moyens de voter en personne, et même si personne au Comité ne s'est opposé, cette réflexion ne faisait pas partie du mandat du Comité. C'est de cela que nous voulions parler quand nous disions, dans le rapport complémentaire, que certaines choses dépassaient la portée du mandat confié au Comité par la Chambre des communes.
Nous sommes d'avis que tous les députés doivent participer aux travaux de la Chambre, y compris les députés immunodéprimés et ceux dont un proche risque d'être atteint de la COVID-19. En ce qui concerne la participation en personne, on ne tient pas compte des risques associés à la COVID-19 que représentent les déplacements que doivent faire les députés de l'extérieur d'Ottawa. Tous les députés, peu importe où ils vivent, ont le droit de faire entendre leur voix au Parlement et de faire entendre celles des gens qu'ils représentent. C'est pourquoi le NPD appuie l'élaboration d'outils virtuels qui nous permettront de poursuivre notre important travail, c'est-à-dire offrir aux Canadiens l'aide dont ils ont besoin.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Barrie—Innisfil.
When the request to provide security scanners for Canada's embassies came up, KPrime Technologies responded. However, instead of working with this Calgary-based company to provide sensitive security equipment, the Liberals went with a company that is mired in a major international bribery scandal in Taiwan, and that has links to the Chinese government. Here is the kicker: it was done at a higher cost than what my constituent's company would have charged. Why?
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Barrie—Innisfil.
Lorsqu'on a voulu équiper les ambassades canadiennes de scanneurs de sécurité, KPrime Technologies a levé la main. Or, plutôt que de travailler avec cette entreprise de Calgary pour obtenir ce matériel de sécurité sensible, les libéraux ont opté pour une entreprise embourbée dans un grave scandale international de pots-de-vin à Taïwan qui entretient des liens avec le gouvernement chinois. Mais il y a pire: cette entreprise a exigé un montant plus élevé que ce qu'aurait facturé l'entreprise qui se trouve dans ma circonscription. Pourquoi?
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, the minister is asking us to believe his party, which had no compunction going to the walls for SNC-Lavalin, a company that bribed Moammar Gadhafi's son with prostitutes. He is asking us to believe they knew nothing about a Calgary-based company's legitimate bid to provide sensitive security equipment for embassies, and instead went with a company that, by all intents and purposes, ignores the rules around international bribery scandals.
This is not just about forgetting something. This is ridiculous. When is that review going to be done? It should have been done ahead of time. I want to see it right away, and will it be made public?
Monsieur le Président, le ministre nous demande d'avoir foi en son parti, un parti qui n'a pas hésité à remuer ciel et terre pour SNC-Lavalin, une entreprise qui a soudoyé le fils de Mouammar Kadhafi en mettant des prostituées à sa disposition. Il nous demande de croire qu'ils ne savaient rien de la soumission légitime qu'a présentée une entreprise de Calgary pour fournir de l'équipement de sécurité névralgique aux ambassades, et qu'ils ont plutôt choisi une entreprise qui, en fin de compte, fait fi des règles liées aux scandales de corruption internationaux.
Il ne s'agit pas d'un simple oubli. C'est ridicule. Quand cet examen sera-t-il fait? Il aurait dû être fait à l'avance. Je tiens à le voir dès maintenant. Sera-t-il rendu public?
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2020-08-12 13:15 [p.2756]
Mr. Speaker, it is sort of amazing to hear that member talk about gender parity when the women over there, the most competent ones, all seem to get demoted, booted or have to do the king's dirty work. I do not know, but I guess it is all talk.
I will split my time with the member for Foothills today.
The Liberals are, no doubt, devastating families in Lakeland. There is no federal help for this year's agricultural emergency in my riding, with families facing a third year of damaged crops and a minister who hikes costs on them and dismisses farmers as being emotional. It has been 140 days since the finance minister promised help in hours for oil and gas, but not one application has been made or granted for large employers, not one mid-sized loan has been granted by the BDC, because the conditions are prohibitive, and the methane fund has yet to be launched.
Drillers and oil services are left out, fixed loans will not bridge the year and tens of thousands of Albertans are losing everything in real time, but in two weeks the Liberals were able to approve almost a billion dollars for the Prime Minister's friends at WE, who paid the Prime Minister's family members and campaigned for the Liberals. Moreover, a former Liberal MP recently scored a lucrative contract for ventilators before they were approved by Health Canada.
This is all bad, but what is worse is this: the Liberals' failures and corruption harm Canadian unity. Pierre Trudeau's strategist once said, “Screw the west, we'll take the rest”. It is clear that the second wave just might be worse.
Why are the Liberals intent on sabotaging Alberta?
Monsieur le Président, c'est assez incroyable d'entendre la députée parler de parité hommes-femmes alors que, de ce côté-là de la Chambre, les femmes les plus compétentes semblent toutes être rétrogradées, être expulsées ou faire le sale travail du roi. Je n'en sais rien, mais je suppose que ce sont simplement des paroles creuses.
Je vais partager mon temps de parole avec le député de Foothills aujourd'hui.
Cela ne fait aucun doute, les libéraux ont un effet dévastateur sur les familles de Lakeland. Dans ma circonscription, il n'y a aucune aide fédérale pour la situation d'urgence que vit le secteur agricole cette année. Pour une troisième année consécutive, les familles sont aux prises avec des récoltes endommagées. Pendant ce temps, la ministre augmente leurs coûts et balaie leurs préoccupations en leur reprochant de prendre les choses trop à cœur. Cela fait 140 jours que le ministre des Finances a promis au secteur pétrolier et gazier qu'une aide arriverait dans quelques heures. Pas une seule demande de crédit d'urgence pour les grands employeurs n'a été déposée ou approuvée, et pas un seul prêt pour entreprise de taille moyenne n'a été accordé par la Banque de développement du Canada, car les conditions sont prohibitives. Quant au Fonds de réduction des émissions de méthane, il n'a toujours pas été lancé.
Les entreprises de forage et les services pétroliers sont laissés pour compte. Les prêts à taux fixe ne permettront pas de boucler le budget cette année, et des dizaines de milliers d'Albertains sont en train de tout perdre. Pendant ce temps, les libéraux sont parvenus à approuver près de 1 milliard de dollars en l'espace de deux semaines pour les amis du premier ministre au sein de l'organisme UNIS, qui ont payé des membres de la famille du premier ministre et qui ont fait campagne pour les libéraux. De plus, un ancien député libéral a récemment décroché un contrat lucratif pour des respirateurs avant même que ceux-ci soient approuvés par Santé Canada.
Tout cela est très mauvais, mais ce qui est encore pire, c'est que les faux pas et la corruption des libéraux menacent l'unité canadienne. Un stratège de Pierre Trudeau a déjà dit: « Au diable l'Ouest, nous prendrons le reste. » Il est évident que la seconde vague risque d'être pire.
Pourquoi les libéraux sont-ils résolus à nuire à l'Alberta?
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2020-08-12 13:18 [p.2757]
Mr. Speaker, the agriculture minister's own department's stats have shown that 10,000 AgriInvest accounts have an account balance of zero and that 73,000 AgriInvest accounts have less than $10,000, yet during this pandemic she is telling Canadian farmers to empty accounts of money that they do not have before she is willing to lift a finger.
When is the agriculture minister going to start doing her job and develop a program specifically for Canadian farm families to help them through this pandemic and protect a vital pillar of our food supply chain?
Monsieur le Président, selon les statistiques produites par le ministère de la ministre de l'Agriculture, 10 000 comptes Agri-investissement ont un solde nul, tandis que 73 000 de ces comptes ont un solde inférieur à 10 000 $. Pourtant, en pleine pandémie, la ministre dit aux agriculteurs canadiens qu'elle ne fera strictement rien pour les aider tant qu'ils n'auront pas retiré de ces comptes de l'argent qu'ils ne possèdent pas.
Quand la ministre de l'Agriculture s'attellera-t-elle à la tâche en élaborant un programme visant expressément à aider les familles agricoles canadiennes à composer avec la pandémie et à protéger un pilier indispensable de notre chaîne d'approvisionnement alimentaire?
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2020-08-12 13:19 [p.2757]
Mr. Speaker, I am happy that the minister brought up the Canadian emergency business account. Actually, the Liberals have managed to give more money to their friends at WE in two weeks than they have to an entire industry of agriculture.
The minister knows that she keeps telling farmers to use the CEBA and that is all they are going to need. She knows most farmers do not qualify for that program because they use personal business accounts and most of their expenses do not qualify for the CEBA program.
When is the minister going to stop making excuses, stop finding every way possible not to help Canadian farmers, and expand the eligibility criteria for CEBA so that these farmers can access this program?
Monsieur le Président, je me réjouis que la ministre ait parlé du Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes. En fait, en deux semaines, les libéraux ont réussi à donner plus d'argent à leurs amis de l'organisme UNIS qu'ils n'en ont donné à l'ensemble de l'industrie agricole.
La ministre ne cesse de répéter aux agriculteurs d'utiliser le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes et que c'est tout ce dont ils auront besoin. Pourtant, elle sait que la plupart des agriculteurs ne sont pas admissibles à ce programme parce qu'ils utilisent des comptes d'affaires personnels et que la plupart de leurs dépenses ne sont pas admissibles dans le cadre de ce compte d'urgence.
Quand la ministre cessera-t-elle de trouver des excuses et d'essayer par tous les moyens possibles de ne pas soutenir les agriculteurs canadiens et quand élargira-t-elle les critères d'admissibilité au Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes pour que davantage d'agriculteurs puissent s'en prévaloir?
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2020-08-12 13:52 [p.2762]
Mr. Chair, I will split my time with the member for Souris—Moose Mountain.
In January, we began asking questions about the government's handling of the National Emergency Strategic Stockpile. As we all know in the House, the government was slow. It was slow to develop any plan, including one to ensure that Canadians have immediate access to treatments and a vaccine when one is developed. In fact, Health Canada is currently struggling to lock down a supply of the only Health Canada-approved treatment.
Why is that? It is because, like the government's approach to borders, like its approach to PPE and like its approach to getting support to Canadians, the Liberals simply had no plan.
I will ask the minister today: What is the government's plan to ensure that Canadians will have access to the first scientifically proven treatment or vaccine?
Monsieur le président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Souris—Moose Mountain.
En janvier, nous avons commencé à poser des questions au sujet de la façon dont le gouvernement a géré la Réserve nationale stratégique d'urgence. Comme nous le savons tous à la Chambre, le gouvernement a mis du temps à réagir. Il lui a fallu du temps pour élaborer des plans, notamment un plan pour que l'ensemble des Canadiens aient immédiatement accès aux traitements et à un vaccin dès leur arrivée sur le marché. En fait, Santé Canada éprouve actuellement de la difficulté à s'assurer d'un approvisionnement du seul traitement approuvé par le ministère.
Qu'est-ce qui explique cette situation? C'est que les libéraux n'avaient tout simplement pas de plan, comme pour ce qui est des frontières, de l'équipement de protection individuelle et de l'accessibilité aux mesures de soutien pour les Canadiens.
Voici donc la question que je pose aujourd'hui à la ministre. Quel est le plan du gouvernement pour que les Canadiens puissent obtenir le premier traitement ou vaccin dont l'efficacité aura été prouvée scientifiquement?
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2020-08-12 13:54 [p.2763]
Mr. Chair, Conservatives called on the government to shut down our borders to travellers as early as January. It took the government well into March to actually listen and put the health and safety of Canadians first. While we continue to support keeping our borders closed to travellers, Canadians have been separated from family members for months, with no end in sight.
Is the government working on a compassionate plan to expand the current definition of family, prioritize the health and safety of Canadians and ensure our borders remain closed to travellers?
Monsieur le président, les conservateurs ont demandé au gouvernement de fermer les frontières aux voyageurs dès janvier. Quand le gouvernement a fini par écouter et donner la priorité à la santé et à la sécurité des Canadiens, le mois de mars était déjà avancé. Même si nous pensons toujours que les frontières doivent rester fermées aux voyageurs, il y a des Canadiens qui sont séparés de certains membres de leur famille depuis des mois sans savoir quand ils pourront les retrouver.
Le gouvernement prévoit-il élargir la définition actuelle de la famille pour agir de façon humaine, tout en continuant de mettre la priorité sur la santé et la sécurité des Canadiens et en laissant les frontières fermées aux voyageurs?
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2020-08-12 16:14 [p.2785]
Mr. Speaker, it has become clear that the Liberals are using the pandemic to shut down accountability and transparency, potentially to usher in big government dependency, while targeted support is not actually getting to Canadians who desperately need it.
In over five years, no province has borne the brunt of the Liberals' divisive, anti-business, anti-energy, anti-resource policies more than Alberta. The Liberals outright campaigned against Albertans and the oil and gas in 2019. Now the government is using COVID-19 to finish what it started, the destruction of Canadian oil and gas. What is crazy is that the finance minister and the natural resources minister keep acknowledging how bad it is for Canadian oil and gas now that the OPEC cartel has dropped prices, disproportionately harming Canadian energy. While demand has declined due to the pandemic, with no plan to go forward for Canadian energy, and the programs they have promised to help are complete failures, Albertans can be forgiven for concluding that the lack of support is by design or intentional.
Eighty-five days after the finance minister promised help in “hours or days”, the specific help for small and medium-sized oil and gas companies has never actually happened, but just got merged into a generic mid-sized loan program. However, a medium-sized company needs $100 million in annual revenue to qualify for the program. I guess the Liberals have a different definition of a medium-sized business than the rest of us do, or are completely oblivious to the damage in the sector so far. Even if a company does qualify, the interest rate is higher than that of the banks.
The large employer program has interest rates that rise to 15% by year five, which are payday loan rates, not emergency assistance. Furthermore, the small business loan amounts are too small for oil and gas suppliers, and when drillers face one or two years of zero revenue, short-term and fixed loans are really of no use.
The $1.7 billion for orphaned wells is a drop in the bucket meant to create 5,000 jobs for a sector that has lost more than 200,000 jobs since 2015 and 20,000 since the pandemic started, with no end in sight. Orphaned wells have increased by 300% since 2015, precisely because of Liberal policies that have bankrupted operators.
The Liberals put the big banks in charge of applying for most of the BDC and EDC COVID programs, but banks are refusing because of the risk-sharing provisions, or to avoid doing work with a program from which they will not profit.
The reality is that Liberal ministers have been told all of this directly, repeatedly, privately and publicly, so their lack of action seems intentional and malicious. These Liberals are either oblivious or do not care about the damage they are doing to the fabric of our country, giving billions of Canadian tax dollars to their elite cronies and entitled, connected buddies, or benefiting Liberal friends or families, while everyday Canadians are struggling.
On a personal note, let me say that it is incredibly sad that as their federal representative, often the first thing I hear my constituents say to me these days is that it is time for Alberta to leave Canada. It is not just that of a vocal minority, but a growing view in Lakeland, and I believe it is my duty to express the scale and scope of that frustration and anger. People are not just talking about the concept, but about the mechanics, which should be particularly troubling given the unprecedented health, fiscal and economic crisis Alberta faces now. I guess it does not make the news because we are from a rural area or the Prairies, which is easy to ignore in Ottawa, but these Liberals have destroyed the faith of many Albertans in the federal government to the extent they have given up on the idea of Canada. That should shake every person in this chamber and everyone listening. It did not happen overnight, but it accumulated after five years of targeted attacks on Lakeland and Alberta, on federal jobs in my riding, on the oil and gas sector, on rural communities, on farmers and farm families. Cutting so many Albertans out of COVID-19 emergency supports is only the latest example.
From day one, the Liberals have gone out of their way to destroy livelihoods in Lakeland and Alberta, ignoring hundreds of thousands of job losses, spikes in bankruptcies, suicides and family breakdowns. They are sacrificing families and the future of their children for ideology and partisan gain.
There is a serious agricultural emergency in Lakeland after an early snow trapped crops in the field last fall. This year's spring harvest was followed by excessive rains that flooded fields, prevented seeding or drowned crops, wiping out farm incomes for a third straight year. Liberal-caused uncertainty in export markets and the pandemic made things even more complicated for all producers. To make matters worse, the Liberals hiked their carbon tax by 50% on April 1, right in the middle of the pandemic, increasing costs for farmers who did manage to get their crops off the field and making literally everything more expensive in every sector of agriculture.
Of course, no industry has endured the single-minded sabotage and vilification of the Liberal government like oil and gas. The Prime Minister tells the world he wants to phase out Canada's most valuable export and largest private sector investor in the economy. The Liberals blocked, delayed and cancelled infrastructure for Canadian oil and gas, not for the benefit of the planet, because Canadian oil and gas is the most socially and environmentally responsible in the world, but in order to burnish the Prime Minister's celebrity status in the global jet-setting United Nations crowd. It makes no sense.
Developing all of Canada's resources and exporting Canadian natural gas will do far more to address global environmental challenges than anything the Liberals have imposed on Canada, and in particular on the prairies.
After the 2019 election, Liberal campaigners admitted they vilified the oil and gas sector. They put their electoral gain ahead of the country. Clearly, the Prime Minister has learned from his father's campaign tactics. As Pierre Trudeau's strategist said when justifying the pillaging of Alberta's earnings, “Screw the West, we'll take the rest.”
Liberal cabinet ministers and Liberal MPs actively campaign against opportunities for Albertans that would benefit all of Canada, such as the Teck Frontier project, and have supported funding pipeline protesters and petitioned against oil and gas projects that would benefit Alberta and all of Canada. It has created an inherent animosity that goes even beyond changing this Prime Minister and this government.
The Liberals and the establishment's ambivalence to the thousands of mom-and-pop oil and gas suppliers shutting down in western Canada in real time, the lack of long-term assistance measures, the domino effect for financial support for producers to get drilling started again have been heard loud and clear in Lakeland, make no mistake.
For the first time since 1965, Alberta will receive more money from the federal government in 2020 than it sends. For 55 continuous years, wealth generated by Alberta strengthened the rest of Canada. The NEP in the 1980s under Pierre Trudeau took the most, at over $30 billion a year, which has since declined, but since 2005, Alberta contributed more than $20 billion a year than it received, which is more than any other province. Structural changes are needed to make Canada work for Alberta and to level the playing field. It would be good for all of Canada to value all of the regions in our country.
The Liberals are using COVID-19 as a so-called opportunity to re-engineer Canada's economy in ways that will further alienate and impoverish the west, and they are supported by their allies on the left.
Alberta punches above its weight in Canada. It is not an accident of geography or natural resources or demographics. It is not a coincidence. It is because generations of Albertans and Albertans by choice created an advantage by combining hard work, innovation, personal responsibility and free-market principles and policies to create private sector opportunities and a growing economy that attracted the best, the brightest and the youngest from all across Canada and the world to work and raise their families. It is free markets and free enterprise policies that propelled Alberta's economy to create nine out of every 10 new full-time jobs in Canada as recently as 2014 and to be a net contributor to Canada continuously for more than half a century.
The worst damage has always been done by federal intrusions into Alberta's natural resources policy, such as the NEP and now the dismantling of oil and gas through bills like Bill C-69 and Bill C-48, the blocking of pipelines, other regulations and roadblocks, barriers to exploration and to drilling, the carbon tax and now the failure of COVID support programs. Other provinces and regions have similar natural resource assets and opportunities, but they have not taken the same approach. It was the private sector and Alberta's entrepreneurial risk-taking innovation, combined with positive federal and provincial fiscal policies, that unlocked remarkable opportunities in Alberta for all of Canada.
After the 2015 election, in my first words in the House of Commons, I said, “A strong Alberta means a strong Canada.” It is really a tragedy for my riding and for our country that the Liberals have done everything they can to undermine that reality. On election night, the Prime Minister said he heard Alberta and that he would do better. He has not. My constituents are watching everything they built for generations collapse in front of them, and the federal government keeps asking them to sacrifice more by accepting one more review, one more regulation and one more tax. It is suffocating Lakeland, and because of Alberta's outside contribution to Canada, it will suffocate Canada's economic recovery.
The perspective that Canada does not work for Alberta is unfortunately pervasive in Lakeland. As elected representatives, we owe a duty of more than platitudes about our positions on industries, laws and taxes, more than politics for personal and partisan gain. This is obvious to freedom-loving Albertans and Albertans by choice. In Lakeland, it is a self-evident truth that the status quo is neither acceptable nor sustainable.
If anything I have said in the chamber today makes colleagues angry or uncomfortable, I hope it weighs on them. I hope it keeps them up at night, like it does me. I hope they stop enabling and helping the most corrupt, entitled and out-of-touch Prime Minister, who is doing all this damage to our country.
Monsieur le Président, il est de plus en plus évident que les libéraux utilisent la pandémie pour mettre la reddition de comptes et la transparence de côté, peut-être en vue d'instaurer une profonde dépendance à l'égard du gouvernement, alors qu'en réalité, l'aide ciblée ne se rend pas aux Canadiens qui en ont désespérément besoin.
Au cours d’une période de plus de cinq ans, l’Alberta a été la province qui a le plus souffert des politiques de discorde, hostiles aux affaires, à l’énergie et aux ressources des libéraux. Les libéraux ont fait ouvertement campagne contre les Albertains et contre l’industrie du pétrole et du gaz en 2019. Le gouvernement se sert maintenant de la COVID–19 pour terminer ce qu’il a commencé: la destruction de l’industrie pétrolière et gazière du Canada. Ce qui est fou, c'est d’entendre le ministre des Finances et celui des Ressources naturelles reconnaître constamment que la situation est bien mauvaise pour l’industrie pétrolière et gazière canadienne depuis que le cartel de l’OPEC a fait chuter les prix, faisant un tort énorme au secteur énergétique canadien. Comme la demande est en baisse à cause de la pandémie, sans aucun plan pour aider l’industrie énergétique canadienne, et que les programmes d’aide promis sont des échecs complets, on pardonnera aux Albertains de conclure que ce manque de soutien est voulu ou intentionnel.
Quatre-vingt-cinq jours après la promesse faite par le ministre des Finances d’apporter de l'aide dans les « heures ou jours à venir », l’aide particulière destinée aux PME pétrolières et gazières n’a pas été fournie. Elle a été simplement amalgamée à un programme général de prêts pour les entreprises de taille moyenne. Toutefois, pour être admissible au programme, une entreprise de taille moyenne doit avoir des revenus annuels de 100 millions de dollars. Les libéraux semblent avoir une définition de ce qu’est une entreprise de taille moyenne bien différente de la nôtre, ou ils sont totalement inconscients des torts faits au secteur jusqu’à maintenant. Même si une entreprise se qualifie, le taux d’intérêt est supérieur à celui des banques.
Les taux d’intérêt du programme pour les grands employeurs s’élèvent à 15 % la cinquième année, ce qui correspond aux taux des prêts sur salaire, et non à une aide d’urgence. De plus, les montants des prêts destinés aux petites entreprises sont trop faibles pour les fournisseurs de pétrole et de gaz, et lorsque des foreurs ne touchent aucun revenu pendant un an ou deux, les prêts à court terme et les prêts fixes ne sont réellement d’aucune utilité.
Les 1,7 milliard de dollars accordés pour les puits orphelins sont une goutte dans l’océan destinée à créer 5000 emplois dans un secteur qui en a perdu plus de 200 000 depuis 2015 et 20 000 depuis le début de la pandémie, sans aucune embellie à l’horizon. Les puits orphelins ont augmenté de 300 % depuis 2015, à cause précisément des politiques des libéraux qui ont causé la faillite des exploitants.
Les libéraux ont confié aux grandes banques la responsabilité des demandes dans le cadre de la plupart des programmes de la BDC et d'EDC, mais les banques refusent d’intervenir à cause des dispositions relatives au partage des risques ou pour éviter de faire du travail pour un programme dont elles ne tireront pas un profit.
La réalité est que les ministres libéraux ont été informés de tout cela de vive voix directement, à plusieurs reprises, en privé et publiquement. C'est pourquoi leur inaction semble intentionnelle et malicieuse. Soit ces libéraux sont inconscients des dommages qu'ils infligent au tissu social de notre pays, soit ils s'en moquent, préférant donner des milliards de dollars de l'argent des contribuables à leurs acolytes de l'élite et à leurs amis du parti ou encore en faire profiter les amis et les familles des libéraux tandis que les Canadiens ordinaires en arrachent.
Sur une note plus personnelle, je dois dire que cela m'attriste énormément de voir que, bien souvent, la première chose que les habitants de ma circonscription disent à leur députée fédérale ces jours-ci est que le moment est venu pour l'Alberta de quitter le Canada. Il ne s'agit pas seulement d'une minorité qui parle fort, mais bien d'une opinion qui fait de plus en plus son chemin dans Lakeland. Je pense qu'il est de mon devoir d'exprimer l'ampleur de la frustration et de la colère de ces personnes. Les gens ne parlent pas seulement de l'idée; ils parlent aussi des moyens de la concrétiser, ce qu'on devrait trouver particulièrement inquiétant compte tenu de la crise sans précédent qui secoue l'Alberta dans les domaines de la santé, des finances et de l'économie. J'imagine que les médias n'en parlent pas beaucoup parce que nous habitons une région rurale ou les Prairies, qu'on oublie facilement à Ottawa, mais il reste que les libéraux au pouvoir ont amené de nombreux Albertains à perdre toute confiance envers le gouvernement fédéral au point où ils ne tiennent plus à faire partie du Canada. Tous ceux qui sont ici et tous ceux qui nous écoutent devraient s'en inquiéter. Cela ne s'est pas fait du jour au lendemain, mais bien graduellement au fil de cinq années d'attaques ciblées envers Lakeland et l'Alberta, les emplois fédéraux dans ma circonscription, le secteur pétrolier et gazier, les collectivités rurales, les agriculteurs et les familles d'agriculteurs. Le fait qu'un grand nombre d'Albertains n'aient pu bénéficier de mesures de soutien en réponse à la COVID-19 n'est que le dernier exemple.
Dès leur arrivée au gouvernement, les libéraux ont fait tout en leur pouvoir pour s'attaquer aux moyens de subsistance des gens de Lakeland et de l'Alberta en général. Ils ont ignoré les centaines de milliers de pertes d'emplois, les hausses subites de faillites, les suicides et l'éclatement des familles. Ils sacrifient les familles et l'avenir des enfants à des fins idéologiques et partisanes.
Lakeland est confrontée à une grave urgence agricole parce que la neige précoce a empêché la récolte l'automne dernier. Cette année, la récolte printanière a été suivie par des pluies torrentielles qui ont inondé les champs, empêché les semailles et noyé les cultures, anéantissant les revenus agricoles pour une troisième année consécutive. Par surcroît, l'incertitude causée par les libéraux sur les marchés d'exportation, ainsi que la pandémie, ont compliqué davantage la situation pour l'ensemble des producteurs. Pis encore, le 1er avril, en pleine pandémie, les libéraux ont haussé la taxe sur le carbone de 50 % augmentant ainsi les coûts pour les agriculteurs qui avaient réussi à sortir leurs cultures des champs, et rendant littéralement tout plus cher dans l'ensemble des secteurs agricoles.
Bien sûr, aucune industrie n'a subi autant de sabotage et de calomnies tenaces de la part du gouvernement libéral que l'industrie pétrolière et gazière. Le premier ministre dit au monde entier qu'il veut éliminer progressivement le produit d'exportation le plus important du Canada et le plus grand investisseur du secteur privé dans l'économie. Les libéraux ont bloqué, retardé et annulé des projets d'infrastructures pour le transport du pétrole et du gaz canadiens, non pour le bien de la planète — le pétrole et le gaz canadiens étant les plus responsables au monde sur le plan social et environnemental —, mais pour accroître la célébrité du premier ministre au sein du jet-set international qui fréquente les Nations unies. Cela n'a aucun sens.
L'exploitation de l'ensemble des ressources du Canada et l'exportation du gaz naturel canadien aideront beaucoup plus à relever les défis environnementaux mondiaux que toute mesure imposée par les libéraux au Canada, particulièrement dans les Prairies.
Après les élections de 2019, les militants libéraux ont admis avoir vilipendé le secteur pétrolier et gazier. Ils ont fait passer leurs gains électoraux avant l'intérêt du pays. De toute évidence, le premier ministre a tiré des leçons des tactiques de campagne de son père. Comme l'a dit le stratège de Pierre Trudeau lorsqu'il a justifié la ponction sur les gains de l'Alberta: « Au diable l'Ouest, nous prendrons le reste! »
Les ministres et les députés libéraux font activement campagne contre des occasions d'affaires pour les Albertains qui profiteraient à l'ensemble du Canada, comme le projet Frontier de la société Teck. Ils ont appuyé le financement de manifestants anti-pipeline et ont lancé une pétition contre des projets pétroliers et gaziers avantageux pour l'Alberta et l'ensemble du pays. Cela a suscité une animosité permanente qui ne se limite pas au remplacement du premier ministre et du gouvernement.
L'ambivalence des libéraux et de l'establishment envers les milliers d'entreprises familiales de fourniture de pétrole et de gaz qui ferment en temps réel dans l'Ouest canadien, le manque de mesures d'aide à long terme et l'effet domino sur l'appui financier qui permettrait aux producteurs de reprendre leurs activités de forage se sont clairement fait sentir à Lakeland, qu'on ne s'y trompe pas.
Pour la première fois depuis 1965, l'Alberta recevra en 2020 plus d'argent du gouvernement fédéral qu'elle ne lui en donnera. Pendant 55 années consécutives, la richesse produite par l'Alberta a renforcé le reste du Canada. Dans les années 1980, le programme énergétique national de Pierre Trudeau venait chercher le plus d'argent, soit plus 30 milliards de dollars par année, mais le montant a diminué depuis. Depuis 2005, l'Alberta versait 20 milliards de dollars par année de plus qu'elle n'en recevait, cette contribution est la plus élevée de toutes les provinces. Des changements structurels s'imposent pour que le Canada tienne compte des besoins de l'Alberta et pour que les règles du jeu soient équitables. Il serait dans l'intérêt de l'ensemble du Canada que l'on valorise toutes les régions du pays.
Les libéraux profitent de la pandémie de COVID-19 pour restructurer l'économie du Canada par des moyens qui isoleront et appauvriront l'Ouest encore davantage, et ils sont appuyés par leurs alliés de la gauche.
L'Alberta se démarque au Canada. Ce n'est pas un hasard lié à la géographie, aux ressources naturelles ni à la situation démographique. Ce n'est pas une coïncidence. C'est parce que des générations d'Albertains, de souche ou d'adoption, ont su dégager un avantage en s'appuyant sur le travail assidu, l'innovation, la responsabilité personnelle et les principes et les politiques du libre marché. Ils ont ainsi multiplié les débouchés du secteur privé et créé une économie vigoureuse qui a attiré les jeunes les plus brillants et les plus talentueux des quatre coins du Canada et du monde pour y travailler et élever leur famille. C'est grâce aux politiques de la libre entreprise et du libre marché que l'économie albertaine créait 9 emplois à temps plein sur 10 au pays pas plus tard qu'en 2014 et qu'elle a été un cotisant net au Canada sans interruption pendant plus de 50 ans.
Ce sont toujours les intrusions fédérales dans la politique sur les ressources naturelles de l'Alberta qui causent les dommages les plus importants. Je pense au Programme énergétique national et au démantèlement en cours du secteur pétrolier et gazier au moyen de mesures législatives comme les projets de loi C-69 et C-48, au blocage des projets de pipeline, à d'autres règlements et embûches, aux obstacles à l'exploration et au forage, à la taxe sur le carbone et à l'échec des programmes de soutien relatifs à la COVID-19. D'autres provinces et régions ont des ressources naturelles et des possibilités semblables, mais elles n'ont pas adopté la même approche. Ce sont le secteur privé et l'innovation entrepreneuriale audacieuse de l'Alberta, en plus des politiques fiscales favorables à l'échelle provinciale et fédérale, qui ont ouvert des débouchés remarquables en Alberta pour tout le Canada.
À ma première intervention à la Chambre des communes à la suite des élections de 2015, j'ai dit: « [...] une Alberta forte et un Canada fort vont de pair. » C'est vraiment une tragédie pour ma circonscription et pour le pays que les libéraux fassent tout en leur pouvoir pour miner cette réalité. Le soir des élections, le premier ministre a dit qu'il avait entendu l'Alberta et qu'il ferait mieux. Il ne l'a pas fait. Les citoyens de ma circonscription voient tout ce qu'ils ont bâti pendant des générations s'effondrer sous leurs yeux, et le gouvernement fédéral continue de faire davantage de sacrifices en acceptant une autre étude, un autre règlement et une autre taxe. Cela étouffe Lakeland, et, vu la contribution de l'Alberta au Canada, cela va étouffer le redressement économique du Canada.
L'idée que le Canada ne fonctionne pas pour l'Alberta est malheureusement très répandue à Lakeland. En tant que représentants élus, nous avons le devoir d'offrir plus que des platitudes à l'égard de nos opinions sur les industries, les lois et les impôts, d'offrir plus que de la petite politique pour des gains personnels et partisans. Pour les Albertains épris de liberté et les Albertains par choix, c'est évident. Pour Lakeland, le statu quo n'est ni acceptable ni viable; c'est l'évidence même.
Si mes propos d'aujourd'hui mettent mes collègues en colère ou mal à l'aise, j'espère que cela les tourmentera. J'espère que cela les gardera éveillés la nuit, comme c'est mon cas. J'espère qu'ils cesseront d'aider le premier ministre le plus corrompu, le plus condescendant et le plus déconnecté de la réalité que le Canada ait connu, car c'est lui qui fait tout ce dommage à notre pays.
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2020-08-12 16:27 [p.2787]
Mr. Speaker, I guess that captures the irreconcilable difference we may reach. I would invite the member to come to Lakeland and try that baloney on any one of my constituents. The point I am trying to make is that the sentiment I outlined in my remarks crosses demographics, crosses ages and crosses partisan lines.
This concept that the country is not working and needs to either get a better deal for Alberta or explore other options is being talked about in my very rural and very Conservative riding of Lakeland by people who voted NDP in the last two provincial elections and by people who voted Liberal in the 2015 election. They have come up to me and told me that. I would suggest that the response from the senior member, a person who has been here for a long time, to stand up to yell at me and berate me, suggesting that what I have said is invalid and not true, is exactly the problem.
I am a first-generation Albertan, actually. My mother was from Newfoundland and my father was from Nova Scotia, just so the member understands the personal context. His comment that the government has given more money to Albertans than other governments before, or whatever it is, which is just like when the Liberals promised they were going to be the most transparent and accountable government in the history of the universe, is a fundamental misunderstanding of what people in my riding want out of the country and a fundamental misunderstanding of the way they hope government operates.
I only speak on behalf of Albertans in Lakeland, although I suspect some of my colleagues from the province would say the same thing. Albertans in Lakeland just want to be able to do their work, live their lives and contribute to Canada, but it is the current federal government, through successive policies, laws, tax hikes, global messages and domestic messages, that has blocked oil and gas development in Alberta and caused alienation and frustration. No amount of peacocking, yelling, screaming, shouting me down and berating me will change that fact. People better get that message and get it quickly, because it is these Liberals, and their anti-energy, anti-Alberta, anti-west leftist allies, who are putting the country at risk. They need to look at themselves in the mirror for the sentiment I am speaking about on behalf of the people who sent me here to do this job.
Monsieur le Président, je suppose que ces observations reflètent les opinions irréconciliables que nous avons. J'invite le député à venir dans Lakeland et à raconter ces balivernes à n'importe lequel de mes concitoyens. Ce que j'essaie de dire, c'est que le point que j'ai soulevé dans mon intervention transcende les groupes démographiques, les groupes d'âge et les considérations partisanes.
Dans ma circonscription, Lakeland, qui est très rurale et très conservatrice, des gens qui ont voté pour le NPD lors des deux dernières élections provinciales et des gens qui ont voté libéral lors des élections de 2015 évoquent l'idée que le pays ne fonctionne pas et qu'il faut soit obtenir une meilleure entente pour l'Alberta, soit explorer d'autres avenues. Ils m'ont approchée pour me le dire. Selon moi, le fait que ce député chevronné, qui est ici depuis longtemps, prenne la parole pour crier après moi, m'invectiver et laisser entendre que ce que j'ai dit est infondé et faux est exactement le problème.
En fait, je suis une Albertaine de première génération. Ma mère était originaire de Terre-Neuve et mon père de la Nouvelle-Écosse. Le commentaire du député, selon lequel le gouvernement a donné plus d'argent aux Albertains que les gouvernements précédents, ou peu importe — ce qui est exactement comme lorsque les libéraux ont promis d'être le gouvernement le plus transparent et le plus responsable de l'histoire de l'univers —, ne pourrait pas être plus loin de ce que les gens de ma circonscription attendent du pays. Le gouvernement ne comprend pas du tout les attentes que les gens de ma circonscription ont à son égard.
Je parle seulement au nom des gens de la circonscription de Lakeland, en Alberta, mais j'ai l'impression que certains de mes collègues albertains diraient la même chose que moi. Les gens de Lakeland veulent simplement pouvoir travailler, vivre leur vie et contribuer à la société canadienne. Or, le gouvernement a bloqué l'exploitation pétrolière et gazière en Alberta avec une suite de politiques, de lois et de hausses d'impôts accompagnées d'un certain discours qu'il a distillé au pays et à l'étranger, ce qui a suscité un sentiment d'aliénation et de frustration parmi les Albertains. Aucune fanfaronnade, aucun chahut, aucun vacarme, aucune tentative de me faire taire ou de m'invectiver n'y changera quoi que ce soit. Il vaudrait mieux que les gens le comprennent vite: ce sont les libéraux et leurs alliées anti-énergie, anti-Alberta et anti-Ouest de gauche qui mettent le Canada à risque et qui devraient se regarder dans le miroir pour voir d'où vient le sentiment dont je parle parce que ce sont les gens qui m'ont élue députée qui l'éprouvent.
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2020-08-12 16:31 [p.2788]
Mr. Speaker, I absolutely agree. I think the Prime Minister, the cabinet and every Liberal member who enable mix-ups; scandal after scandal; ethics investigation after ethics investigation, which have literally never happened in the history of our country; and who cover for them; read off their notes; and do the dirty work for the kings demonstrate, like the member said, over and over again that there is one standard or rule for the Liberals and some benefits only for them, though only certain things the Liberals can take advantage of, and then there is the reality for everyone else.
I also want to thank the member and acknowledge his raising of this issue of indigenous businesses. In Lakeland, some of the businesses and communities that are hurt disproportionately because of the destructive anti-energy policies and programs of the last five years and the failure of the current COVID-19 programs are first nations and Métis communities. Among the barrage of reports of businesses collapsing at an exponentially increasing rate over the last several months, one situation was that a first nations-owned energy-producing company and community stopped producing for the first time in its history in my riding of Lakeland.
When I am talking about the COVID-19 programs' failure to support oil and gas businesses, I am also talking about COVID-19 programs' failure to support indigenous businesses and workers. For the first time, this community now has to figure out a way to cover its costs when it used to cover all of its programs and community services by its own source of revenue from its energy company. Now, it faces a completely uncertain future and an utter fiscal crisis.
Monsieur le Président, je suis tout à fait d'accord. Le premier ministre, le Cabinet et tous les députés libéraux qui entérinent les méprises, scandale après scandale, une enquête sur l'éthique après l'autre — du jamais vu dans l'histoire de notre pays —, et qui les couvrent, lisent leurs notes et font le sale travail pour les rois prouvent encore une fois, comme le député n'a cessé de le dire, qu'il y a une règle pour les libéraux — et certains bénéfices pour eux seulement, même s'il n'y a que certaines choses dont les libéraux peuvent profiter — et puis, il y a une règle pour les autres.
Je tiens aussi à remercier le député d'avoir soulevé la question des entreprises autochtones. À Lakeland, certaines des entreprises et des collectivités les plus touchées par les politiques et les programmes anti-énergie nuisibles des cinq dernières années et par l'échec des programmes actuels de lutte contre la COVID-19 sont des entreprises et des collectivités de Premières Nations et de Métis. Parmi les très nombreuses entreprises qui ont fermé leurs portes à un rythme effréné au cours des derniers mois, il y en a une, dans ma circonscription, Lakeland, appartenant à une Première Nation et située dans une collectivité des Premières Nations, qui a cessé pour la première fois de son histoire de produire de l'énergie.
En effet, en plus de leur incapacité à soutenir les entreprises du secteur gazier et pétrolier, les programmes de lutte contre la COVID-19 ne sont pas en mesure d'aider les entreprises et les travailleurs autochtones. Pour la première fois de son histoire, la collectivité que j'ai mentionnée doit trouver un moyen de payer ses dépenses quand, auparavant, elle se servait des revenus de sa société d'énergie pour financer tous ses programmes et services communautaires. Elle nage maintenant dans l'incertitude et traverse une grave crise financière.
View Ziad Aboultaif Profile
CPC (AB)
View Ziad Aboultaif Profile
2020-08-12 16:34 [p.2788]
Mr. Speaker, I do not think the debate is about who is and is not federalist and who is and is not nationalist. The sentiment in Alberta, and all members of the House from Alberta know, is strongly against the government. What adds fuel to the fire is the scandals that the government is going through.
Can the member for Lakeland tell us how this is contributing to the position of Albertans when it comes to the government?
Monsieur le Président, je ne pense pas que le débat sur le fédéralisme et le nationalisme est clos. Comme tous les députés de l'Alberta le savent, on observe, dans cette province, une ferme opposition au gouvernement fédéral. Les scandales qui l'éclaboussent ne font que jeter de l'huile sur le feu.
La députée de Lakeland peut-elle nous dire dans quelle mesure cela contribue à façonner l'opinion que les Albertains ont du gouvernement?
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2020-08-12 16:34 [p.2788]
Mr. Speaker, it is huge. It is exactly part of the problem. Albertans cannot understand why the government roadblocks or harms them, yet has billions of Albertans' very own tax dollars that they generated to hand out to the Liberals' buddies, cronies, spouses, family members, husbands or dogs. I do not know what will be next.
One of the saddest things, getting back to what my Liberal colleague said to me earlier, is that it absolutely is a direct result of the Liberal government, this collapsing faith within Alberta, in the structures of the country. When I go to Atlantic Canada, for example, the people are deeply concerned by what is happening in Alberta, because it impacts them.
I remember the United We Roll convoy that came to Ottawa. While the Liberals were suggesting that they were racists and bigots, what was actually happening was that people from Ontario towns were coming out and giving out pie and Tim Hortons and waving flags. There were people from right across the country.
British Columbians want the pipeline, even though their governments pretend—
Monsieur le Président, c'est énorme. C'est exactement là où réside une partie du problème. Les Albertains ne comprennent pas pourquoi le gouvernement leur met des bâtons dans les roues ou leur nuit, alors qu'il utilise les milliards de dollars générés par leurs impôts pour les distribuer aux amis des libéraux ou encore à leurs proches collaborateurs, à leur épouse, aux membres de leur famille, à leur mari ou à leur chien, et quoi encore.
L'une des choses les plus tristes, pour en revenir à ce que mon collègue libéral me disait précédemment, c'est que le gouvernement libéral est directement responsable de la chute de la confiance des Albertains dans les structures de notre pays. Quand je suis dans les provinces de l'Atlantique, je constate que les gens sont profondément inquiets de ce qui se passe en Alberta, parce qu'ils en subissent les conséquences.
Je me rappelle que quand le convoi de United We Roll est arrivé à Ottawa, les libéraux laissaient entendre que les participants étaient des racistes et des fanatiques. En réalité, les habitants des petites villes de l'Ontario sortaient leur offrir des tartes et des produits Tim Hortons et brandissaient des drapeaux. Il y avait des gens de partout au pays.
Les habitants de la Colombie-Britannique veulent l'oléoduc, même si leurs gouvernements prétendent que...
Results: 1 - 15 of 999 | Page: 1 of 67

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data