Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 33252
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2021-02-26 10:03 [p.4591]
moved that Bill C-21, An Act to amend certain Acts and to make certain consequential amendments (firearms), be read the second time and referred to a committee.
He said: Madam Speaker, I am very honoured today to have the opportunity and privilege to take part in this debate and introduce to the House Bill C-21 at second reading. Bill C-21, an act to amend certain acts and to make certain consequential amendments, is a historic and important step forward for Canada in creating a safer country. This legislation proposes to introduce some of the strongest gun control measures in our country's history.
It represents the culmination of many years of work and strong advocacy from the victims of gun crimes in this country. We have listened to those victims. We have listened to police chiefs across the country, who have urged successive governments to bring in stronger measures, recognizing that gun control is a factor of community safety and a necessary legislative requirement for keeping our communities safe. As Dr. Najma Ahmed, co-chair of Canadian Doctors for Protection from Guns, has said about the bill, “This is a comprehensive bill that, if enacted, will save lives”.
Canada is generally a very safe country and Canadians take great pride in that, but they are legitimately concerned about the threats posed by firearm-related crime in their communities. It is therefore important to begin with the recognition and acknowledgement that gun ownership in Canada is not a right; it is a privilege. It is a privilege earned by gun owners who obey our laws and who purchase their guns legally, use them responsibly and store them securely. It is through the strict adherence to our laws, regulations and restrictions that Canadians earn the privilege of firearm ownership. I want to acknowledge that the overwhelming majority of those firearm owners are, in fact, responsible and abide by our laws. However, we also know that far too often, firearms can fall into the wrong hands or be present in dangerous circumstances.
As a former police officer and police chief, I have far too many times been required to go to the scene of firearm tragedies where young people and innocent citizens have been gunned down in the streets, and where firearm violence impacts not only the victims, but their families and their communities. Last summer, I went to a community in Toronto that had already experienced 22 violent gun incidents just in the month of July. What that meant in the community is that every child knew someone who had been the victim of a gun crime. That generational trauma demands an appropriate response from all Canadians. I have also had the unfortunate duty to attend funerals for police officers and for citizens who had been killed with these guns. Those are the things that should deepen all of our resolve to take action.
We have listened to the strong advocacy of the victims from École Polytechnique, from Nova Scotia, at the mosque in Quebec and at tragedies throughout the country. We have also witnessed with horror the use of some of these weapons in mass shootings around the world, and we have taken action.
As members will recall, last May 1, our government, by order in council, prohibited over 1,500 weapons. With Bill C-21 introduced today, we are taking actions to complete that prohibition. We have, through the legislation, established the conditions necessary to secure and set controls for the newly prohibited firearms.
Under this legislation, all of those in possession of such newly prohibited firearms will be required to acquire a licence to possess the weapon. The firearm will have to be registered as a prohibited weapon. There will be no grandfathering, as previously done. Rather, we are imposing through this legislation strict prohibitions on the sale, transfer and transport of these weapons, and we are imposing complete prohibitions on their use. The use of these newly prohibited weapons will be a criminal offence. We are also imposing strict conditions on the storage of these weapons, rendering these newly prohibited firearms legally unusable as a firearm.
We have relied on the advice of law enforcement and our various officials across the country to determine the best way to safely manage these weapons, which are prevalent in our society. However, I want to be clear: There is nothing in this legislation that speaks of a buy-back program. We believe that Canadians who legally purchased the guns we want to prohibit need to be treated fairly, and we are imposing appropriate and necessarily prohibitions on their sale and use, and restrictions on their storage. We also intend to offer the people who purchased these guns legally an opportunity to surrender them and be fairly compensated for them.
The bill does much more than just complete the prohibition. We have also looked very carefully in this legislation at all of the ways that criminals gain access to guns. We have seen a very concerning increase in gun violence in cities and communities right across this country. This manifests itself in different ways, but we know that in almost every circumstance criminals get their guns one of three ways: They are smuggled across our borders from the United States, stolen from lawful gun owners or retailers, or criminally diverted from those who purchase them legally and then sell them illegally.
In consultation with law enforcement, we have looked at all of the ways that criminals gain access to guns, and we have taken strong action in Bill C-21 to close off that supply. For example, with respect to concerns over guns coming in from across the border, we have heard many concerns from not only law enforcement but communities across the country about the proliferation of firearms, particularly handguns, that are smuggled in from the United States.
I recently had a conversation with my counterparts in the United States, and we are committed to establishing a bilateral task force on both sides of our countries for law enforcement to work collaboratively together to help prevent the importation of these firearms. In Bill C-21, we are also taking strong action to increase the penalty for gun smuggling and provide law enforcement and our border service officers with the resources and access to the data they need to be effective in identifying the source of these guns, for cutting off that supply and to deal more effectively to deter, detect and prosecute the individuals and organizations responsible for smuggling these guns into our country.
Let us also be clear that smuggling is not the only way. Quite often, we hear from gun retailers and the gun lobby in this country that we should only look at somebody else's guns, not theirs. Unfortunately, the reality is that in many parts of the country, crime guns are not just smuggled across the border.
I think it is important to listen to some of the police chiefs. For example, the chief in Saskatoon has recently said that crime guns in his community are not being smuggled across the border but are being stolen from legal gun owners. We also heard from the chief in Regina, who very clearly said that the guns in his community are not coming across the border but are legally owned, obtained through theft or straw purchase. The chief in Edmonton also opined that only 5% to 10% of the crime guns in his community, in the city of Edmonton, are actually smuggled across the border and the rest come from legal gun owners through theft and straw purchasing.
It is therefore important that in this legislation we address those sources of supply as well. That is why we are introducing in this legislation strict new restrictions on the storage of handguns in this country. They would require all handgun owners to store their weapons more securely, in a safe or vault that will be prescribed and described in the regulations of this legislation. They would also require gun retailers to store their weapons, when on display and in storage, more securely to prevent their theft.
I will highlight an example. A couple of years ago, two young girls and nine Torontonians were injured in a terrible and tragic gun incident. The firearm in that case was stolen some three months before from a gun shop in Saskatoon. Over three months, it made its way into Toronto and was used in a horrific crime. Therefore, keeping those guns out of our communities is an important element of Bill C-21.
Finally, we also deal with the source of supply through criminal diversion. We have seen a number of examples where individuals have purchased a large number of handguns and made an attempt to disguise their origin by filing off the serial numbers and then selling them for an enormous profit to the criminal market and to the gangs that commit violent acts in our communities. For those crimes to be detected and deterred, we need to ensure that law enforcement has access to the resources and data its members need to properly trace those weapons. That is why in this legislation we have provided law enforcement with that access.
We are also making significant investments. Yesterday, I advised the House that through our investments in British Columbia, for example, we just opened up a brand new forensic firearms laboratory. It will assist law enforcement in determining the origin of these weapons so we can hold individuals who purchase them legally and sell them illegally to account.
We also know that, in addition to guns that get into the hands of criminals, there are circumstances when the presence of a firearm that may have been legally obtained can lead to tragedy in certain potentially dangerous situations. We see it in incidents of domestic violence and intimate partner violence, when a legally acquired firearm may be in a home. When the circumstances in that home change so that it becomes a place of violence and threat and coercion, the presence of a firearm in those circumstances can lead to deadly consequences.
Although the police currently have some limited authority to remove firearms in those circumstances, in many cases of domestic and intimate partner violence the police are not aware of the presence of a firearm, even when the crime is reported to them.
Through this legislation, we are empowering others: empowering victims, those who support them, legal aid clinics and other people in our society to take effective action through what are called extreme risk laws to remove firearms from potentially dangerous situations. Similarly, in situations where an individual may become suicidal or is emotionally disturbed, the presence of a firearm could lead to a deadly outcome.
We are empowering doctors, family members, clergy and elders in communities to take effective action to remove firearms by using the provisions of this legislation to remove firearms from those potentially dangerous and deadly situations.
Finally, this legislation also applies to those who engage in acts of hatred and extremism online. We have seen, in a number of tragic incidents in this country, that individuals have given an indication of their deadly intent online. When that information is available, we are now empowering those who become aware of it to take action, to remove firearms from those deadly situations and help keep people safe.
I want to advise the House that in the United States, 19 states have implemented extreme risk laws, also referred to as red flag laws, in every jurisdiction. In those states, we have seen strong evidence that these measures save lives. That is our intent with this legislation.
This legislation is not intended, in any way, to infringe upon the legitimate use of firearms for hunting or sport shooting purposes. It is, first and foremost, a public safety bill. It aims to keep firearms out of the hands of those who would commit violent crimes with them, and to remove firearms from situations that could become dangerous and be made deadly by the presence of a firearm. That is the intent of this legislation.
We are taking some additional measures within this legislation. For example, we have listened to law enforcement, which for over 30 years has been urging the Government of Canada to take action to prohibit what are often referred to as replica firearms. These devices appear absolutely indistinguishable from dangerous firearms. The police have urged governments to take action because these devices are often used in crime. They have been used to hurt people. They present an overwhelming, impossible challenge for law enforcement officers when they are confronted by individuals using these devices. This has, in many circumstances, led to tragic consequences.
After listening to law enforcement, this legislation includes prohibiting those devices. If I may be clear, these are not BB guns, paint guns or pellet guns that people use recreationally. These are devices designed as exact replicas of dangerous firearms. That exact appearance really creates the danger around these devices, so we are taking action.
We are also taking action to strengthen our provisions with respect to large-capacity magazines. I have been to far too many shootings in my city of Toronto. Years ago, when someone discharged a revolver, there would be two or three shots fired. Now, dangerous semi-automatic handguns and large-capacity magazines can lead to literally dozens and dozens of rounds being discharged, putting far more innocent people at risk.
We have seen that those devices are often modified to allow for the higher capacity, and we are taking action to prevent that. We are closing a loophole with respect to the importation of information, and we are making other consequential amendments to this legislation, all intended to keep communities safe.
As a companion to this important legislation, we have also made significant investments, first of all, in law enforcement. Several years ago a previous government cut enormous amounts of funding from the police, eliminating RCMP officers and border services officers, weakening our controls at the border and compromising our ability to deal effectively with organized crime. We have been reinvesting in policing and border services to restore Canada's capacity to secure our borders and keep our communities safe.
For example, we have made over $214 million available to municipal and indigenous police services because we know that they do important work in dealing with guns and gangs in their communities and reducing gun violence. Those investments in policing are important; however, they are not the only investments necessary to keep our communities safe. That is why we are also investing in communities. Through our fall economic statement, over the next five years we are making $250 million available to community organizations that do extraordinary work with young people and help to change the social conditions that give rise to crime and violence.
This is a comprehensive approach to gun safety in this country. It is always extraordinary to me that some people are afraid to talk about guns when we are talking about gun violence, but in my experience, countries with strong and appropriate gun control are safer countries. We have also seen that those countries with weak gun laws, as have been opposed by some in the House, experience the tragedy of gun violence far too often.
If I may repeat, in this country firearm ownership is a privilege, not a right. That makes us fundamentally different from countries like the United States, where the right to bear arms is protected constitutionally. It is not in Canada. Canada, like many other very sensible countries, has taken the appropriate step of banning firearms that have no place in our society. They are not designed for hunting and they are not designed for sport: they are designed for soldiers to hunt other soldiers and kill people, and tragically that is what they have been used for. That is why we have prohibited them and through the actions of this bill, we are taking strong measures to ensure that these firearms cannot ever be legally used in this country.
We believe that these provisions are appropriate, they are necessary, they are effective and they are fair, because we acknowledge as well that those who purchased the now-prohibited firearms did so legally. Now that we have prohibited them, we want to ensure that they can never be used to commit a violent crime at any time in this country.
We have drawn a bright line in this legislation. We are not a country where people arm themselves to defend themselves against each other. We do not carry guns in this country for self-protection. We rely on the rule of law. Peace, order and good government are strongly held Canadian values, and we do not arm our citizens as they do in some other countries for self-defence.
Firearms in this country are only appropriate for hunting and sport shooting purposes, and there is nothing in this legislation that in any way infringes upon those activities. Some will try to make the case notwithstanding, but frankly it is a false case based on the false assumption that all firearms in this country represent a danger. They are offensive weapons by their very definition; therefore, we regulate them very strictly in Canada. Some of those firearms, such as handguns, are very dangerous, so we have appropriately added restrictions on them.
Finally, some weapons frankly have no place in a society for which firearms can only be used for hunting and sport purposes, These are firearms that were designed for combat: tactical weapons, which used to be marketed as assault weapons before those weapons began to be prohibited by countries like New Zealand, Australia and the United Kingdom. These weapons were even prohibited in the United States for a decade.
We are doing the right thing and taking the appropriate action to keep Canadians safe. This bill builds upon the effective measures that we brought forward in Bill C-71, which we are in the process of fully implementing over the next few months. We believe that, coupled with our investments, both pieces of legislation will help fulfill our promise to Canadians to do everything necessary to strengthen gun control in this country and keep Canadians safe.
propose que le projet de loi C-21, Loi modifiant certaines lois et d'autres textes en conséquence (armes à feu), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Madame la Présidente, je suis très honoré d'avoir aujourd'hui l'occasion et le privilège de participer à ce débat et de présenter à la Chambre le projet de loi C-21 à l'étape de la deuxième lecture. Le projet de loi C-21, loi modifiant certaines lois et d'autres textes en conséquence, est un pas historique et important pour le Canada en vue de créer un pays plus sûr, puisqu'il propose d'instaurer des mesures de contrôle des armes à feu parmi les plus rigoureuses jamais instaurées dans l'histoire du pays.
Ce projet de loi est l'aboutissement de nombreuses années de travail et d'efforts soutenus en vue de défendre les intérêts des victimes de crimes commis avec des armes à feu au pays. Nous avons écouté ces victimes. Nous avons écouté les chefs de police partout au pays, qui ont exhorté les gouvernements, les uns après les autres, à imposer des mesures plus strictes, soulignant que le contrôle des armes à feu constitue un facteur déterminant du niveau de sécurité dans les collectivités et qu'il est nécessaire de le rendre obligatoire au moyen de mesures législatives afin de protéger la population. Comme le déclare la Dre Najma Ahmed, coprésidente de Médecins pour un meilleur contrôle des armes à feu, au sujet du projet de loi: « C’est une loi complète qui, si adoptée, va sauver des vies ».
Le Canada est généralement un pays très sécuritaire, et les Canadiens en tirent une grande fierté. Cela dit, ils s'inquiètent à juste titre des menaces que posent les crimes liés aux armes à feu dans leurs milieux de vie. Il importe donc de d'abord reconnaître le fait suivant: la possession d'armes à feu au Canada n'est pas un droit, mais un privilège. Ce privilège est accordé aux propriétaires d'armes à feu qui respectent les lois et qui achètent leurs armes légalement, les utilisent de façon responsable et les entreposent en toute sécurité. C'est en respectant scrupuleusement les lois, les règles et les restrictions que les Canadiens obtiennent le privilège de détenir une arme à feu. Je tiens à souligner que la vaste majorité de ces propriétaires d'armes à feu sont, dans les faits, responsables et respectueux des lois. Cependant, nous savons aussi que, beaucoup trop souvent, les armes à feu tombent entre de mauvaises mains ou se retrouvent dans des circonstances dangereuses.
En tant qu'ancien policier et chef de police, il m'est arrivé beaucoup trop souvent de devoir me rendre sur les lieux de tragédies causées par des armes à feu, où des jeunes et des citoyens innocents avaient été abattus dans la rue. De tels actes de violence commis avec des armes à feu touchent évidemment les victimes, mais aussi leurs familles et les collectivités. L'été dernier, je me suis rendu dans un secteur de Toronto, où on avait déjà recensé pas moins de 22 incidents violents impliquant des armes à feu, et ce, en juillet seulement. Ainsi, tous les enfants là-bas connaissent une personne qui a été victime d'un crime commis avec une arme à feu. Ce traumatisme générationnel exige une réponse appropriée de tous les Canadiens. J'ai aussi eu le triste devoir d'assister à des funérailles pour des policiers et des citoyens qui avaient été tués par ces armes à feu. Voilà le genre de choses qui devraient tous nous rendre plus déterminés que jamais à prendre des mesures.
Nous avons entendu les ardents plaidoyers des victimes de l'École Polytechnique, de la Nouvelle-Écosse, de la mosquée de Québec ainsi que des victimes de tragédies dans l'ensemble du pays. Nous avons également été les témoins horrifiés de l'usage de ces armes dans de grandes tueries ailleurs dans le monde, et le gouvernement est passé à l'action.
Les députés se souviendront que, le 1er mai dernier, le gouvernement a ajouté par décret plus de 1 500 armes à feu à la catégorie des armes à feu prohibées. Nous prenons des mesures pour officialiser cette prohibition au moyen du projet de loi C-21 présenté aujourd'hui. Avec cette mesure législative, nous déterminons les conditions nécessaires à l'établissement de contrôles pour les armes à feu nouvellement interdites.
Le projet de loi dont nous sommes saisis obligera toutes les personnes possédant une arme à feu nouvellement interdite de se procurer un permis de possession pour cette arme. L'arme à feu devra être enregistrée en tant qu'arme à feu prohibée. Il n'y aura aucune clause de droit acquis, comme c'était le cas auparavant. Plutôt, le projet de loi contient des interdictions strictes relativement à la vente, à la cession ou au transport de ces armes, et il impose une interdiction totale quant à leur utilisation. L'utilisation d'une arme à feu nouvellement interdite constituera une infraction criminelle. Nous imposons également des conditions rigoureuses concernant l'entreposage des armes à feu nouvellement prohibées, ce qui veut dire qu'il n'est désormais plus légal d'utiliser ce type d'arme à feu.
Nous nous sommes fiés aux conseils des organismes d'application de la loi et de divers responsables au pays pour déterminer la meilleure façon de gérer de manière sécuritaire ces armes, qui sont répandues dans la société. Soyons clairs, cependant: il n'est nullement question d'un programme de rachat dans le projet de loi. Nous sommes d'avis qu'il faut traiter équitablement les Canadiens qui ont acheté en toute légalité les armes que nous voulons interdire. Nous imposons des interdictions appropriées et nécessaires à la vente et à l'utilisation de celles-ci ainsi que des restrictions quant à leur entreposage. Nous avons également l'intention d'offrir à ceux qui ont acheté ces armes à feu légalement l'occasion d'y renoncer et d'être indemnisés de façon juste.
Le projet de loi fait beaucoup plus que compléter l'interdiction. Nous avons analysé en profondeur toutes les manières dont les criminels se procurent des armes à feu. On constate une augmentation inquiétante de la violence liée aux armes à feu dans les villes et les collectivités au pays. Le phénomène se manifeste de diverses façons, mais dans chaque circonstance, les criminels se procurent des armes à feu de l'une des trois manières suivantes: les armes sont passées en contrebande à la frontière depuis les États-Unis; elles sont volées de propriétaires ou de détaillants légitimes; ou elles sont prises illégalement d'un propriétaire légitime pour être revendues sur le marché illicite.
En consultation avec les organismes d'application de la loi, nous avons étudié comment les criminels obtiennent des armes à feu et nous proposons des mesures énergiques dans le projet de loi C-21 pour juguler l'approvisionnement. Par exemple, en ce qui concerne le problème des armes passées en contrebande à la frontière, non seulement les organismes d'application de la loi, mais aussi les collectivités de partout au pays nous ont fait part de leurs préoccupations concernant la prolifération des armes à feu, en particulier les armes de poing, qui sont importées illégalement depuis les États-Unis.
J'ai eu, il y a peu, une conversation avec mes homologues aux États-Unis, et nous nous sommes engagés à mettre en place un groupe de travail bilatéral pour que les services de police travaillent en collaboration afin d'essayer d'empêcher l'importation de ces armes à feu. Le projet de loi C-21 contient aussi des mesures strictes pour renforcer les sanctions en cas de contrebande d'armes à feu et fournir aux forces de l'ordre et à nos agents des services frontaliers les ressources et l'accès aux données dont ils ont besoin pour repérer facilement la source de ces armes, tarir cette source d'approvisionnement et être plus efficaces afin de dissuader, de repérer et de poursuivre les individus et les organisations responsables de la contrebande de ces armes dans notre pays.
Par ailleurs, il faut bien comprendre que les armes qui se retrouvent dans les mains de certains délinquants ne sont pas toutes issues de la contrebande. Les vendeurs d'armes au détail et le lobby des armes nous disent très souvent que le problème, ce ne sont pas leurs armes, mais celles des autres. Malheureusement, dans de nombreuses régions du pays, les crimes commis avec des armes à feu ne sont pas uniquement commis avec des armes à feu passées en contrebande à travers la frontière.
Il est important d'écouter ce que certains chefs de police ont à dire. Le chef de la police de Saskatoon, par exemple, a récemment déclaré que les armes utilisées pour commettre des crimes dans sa collectivité ne venaient pas de la contrebande à la frontière, mais qu'elles étaient volées à des propriétaires légitimes. Même son de cloche du côté d'Edmonton, dont le chef de police a dit que les armes utilisées dans sa collectivité étaient volées ou achetées par des prête-noms. Le chef de la police d'Edmonton a aussi déclaré que seulement 5 à 10 % des armes à feu utilisées pour commettre des crimes dans sa ville proviennent en fait de la contrebande avec les États-Unis et que les autres avaient des propriétaires légitimes, mais avaient été volées ou achetées par des prête-noms.
La future loi doit donc s'attaquer aussi à ces sources d'approvisionnement. Voilà pourquoi nous y avons inclus toutes sortes de restrictions sur la manière dont les propriétaires d'armes de poing du pays devront les entreposer. Ils devront les ranger dans un endroit plus sûr, comme un coffre-fort ou une chambre forte, et respecter les modalités qui seront décrites dans le futur règlement d'application. Pour éviter les vols, les détaillants devront eux aussi se plier à de nouvelles règles sur l'entreposage de leurs armes, notamment dans les étalages.
Voici un exemple: il y a quelques années, deux jeunes filles et neuf Torontois ont été blessés lors d'une grave et tragique fusillade. L'arme utilisée avait été volée trois mois plus tôt dans un magasin de Saskatoon. En trois mois, elle s'était rendue jusqu'à Toronto, où elle a servi à commettre un crime odieux. Voilà pourquoi le projet de loi C-21 en fait autant pour éviter que les armes à feu ne circulent librement dans la population.
Enfin, le projet de loi permettra de tarir les sources d'approvisionnement en s'attaquant au phénomène du détournement des armes à feu. Il arrive en effet fréquemment qu'une personne achète une grande quantité d'armes de poing, tente d'en dissimuler l'origine en gommant leur numéro de série et cherche ensuite à les vendre — à fort prix — sur le marché noir aux gangs qui s'en servent pour commettre des crimes. Or, pour que ces crimes soient détectés et contrés, les forces de l'ordre doivent avoir accès aux ressources et aux données nécessaires pour retraces ces armes à feu, et c'est exactement ce que fait le projet de loi.
Je dois aussi parler des investissements importants que nous faisons. Hier, j'ai par exemple informé la Chambre qu'un nouveau laboratoire judiciaire spécialisé dans les armes à feu a pu voir le jour en Colombie-Britannique grâce à cet argent. Les techniciens qui y travaillent aideront les policiers à déterminer d'où viennent les armes à feu saisies afin que l'on puisse poursuivre les personnes qui les ont achetées légalement et revendues illégalement.
En plus des armes à feu qui se retrouvent entre les mains des criminels, nous savons aussi qu'il arrive qu'une arme à feu acquise légalement puisse mener à une tragédie dans certaines situations potentiellement dangereuses. Cela se produit dans des cas de violence familiale ou de violence contre un partenaire intime lorsqu'une arme à feu acquise légalement se trouve dans le domicile. Lorsque les circonstances changent et que le milieu de vie se charge de violence, de menaces et de coercition, la présence d'une arme à feu peut avoir des conséquences mortelles.
À l'heure actuelle, la police a un pouvoir limité de saisie des armes à feu dans de telles circonstances mais, dans de nombreux cas de violence familiale ou de violence contre un partenaire intime, la police n'est pas au courant de la présence d'une arme à feu, même lorsqu'un crime lui est signalé.
Ce projet de loi vise à donner des moyens aux victimes, à ceux qui les soutiennent, aux services d'aide juridique et à d'autres personnes de notre société, de prendre des mesures efficaces grâce à des lois sur les risques extrêmes pour saisir des armes à feu dans des situations potentiellement dangereuses. Dans le même ordre d'idées, lorsqu'une personne devient suicidaire ou qu'elle est émotionnellement instable, la présence d'une arme à feu peut avoir des conséquences mortelles.
Nous donnons aux médecins, aux membres de la famille, aux membres du clergé et aux aînés des communautés la possibilité de se prévaloir de la présente mesure législative pour retirer des armes à feu en circulation dans des situations potentiellement dangereuses ou mortelles.
Enfin, la mesure législative s'applique aussi à ceux qui se livrent à des actes haineux ou qui alimentent l'extrémisme en ligne. Dans un certain nombre d'incidents tragiques survenus au Canada, les individus en cause avaient annoncé leurs intentions meurtrières en ligne. Quand cette information est disponible, nous donnons maintenant aux personnes qui en prennent connaissance le pouvoir d'intervenir pour faire retirer des armes à feu de la circulation dans des situations mortelles et d'assurer ainsi la sécurité des gens.
Je tiens à informer la Chambre que, aux États-Unis, 19 États ont mis en œuvre des lois sur les risques extrêmes, qu'on appelle aussi lois sur le signalement. Dans ces États, tout indique que ces mesures permettent de sauver des vies. C'est l'objectif du projet de loi.
Le projet de loi ne vise d'aucune façon à empiéter sur le droit légitime d'utiliser des armes à feu pour la chasse ou le tir sportif. Il s'agit avant tout d'un projet de loi de sécurité publique. Il vise à tenir les armes à feu hors de portée des ceux qui s'en serviraient pour commettre des crimes violents et à retirer ces dernières de la circulation dans des situations qui pourraient devenir dangereuses, voire mortelles. C'est l'intention du projet de loi.
Le projet de loi prévoit aussi d'autres dispositions. À titre d'exemple, nous avons écouté les forces de l'ordre qui, depuis plus de 30 ans, exhortent le gouvernement du Canada à interdire ce qu'on appelle souvent les « répliques », c'est-à-dire des objets qui ressemblent à s'y méprendre à des armes à feu dangereuses. Les forces policières exhortent les gouvernements à intervenir parce que ces objets sont souvent utilisés pour commettre des crimes et mènent parfois à des blessures et à des décès. Ils posent un immense défi aux agents des forces de l'ordre qui font face à des personnes utilisant ces objets. Ce genre de situation a déjà mené, dans bien des cas, à des conséquences tragiques.
Bref, nous avons écouté les forces de l'ordre et le projet de loi interdit maintenant les répliques. Je tiens à préciser qu'il ne s'agit pas d'armes à balles BB, de pistolets marqueurs ou de fusils à plomb utilisés à des fins récréatives. Il s'agit plutôt d'objets conçus de façon à avoir l'apparence exacte d'une arme à feu dangereuse. C'est cette ressemblance parfaite qui rend ces objets dangereux et qui nous pousse à agir.
Par ailleurs, nous renforçons les dispositions concernant les chargeurs de grande capacité. Il m'est arrivé trop souvent d'aller sur les lieux d'une fusillade survenue dans ma ville, Toronto. Il y a plusieurs années, on ne pouvait tirer que deux ou trois coups à l'aide d'un revolver. Maintenant, de dangereuses armes de poing semi-automatiques et des chargeurs de grande capacité permettent de tirer des dizaines et des dizaines de projectiles, mettant ainsi en danger bien plus d'innocents.
Nous avons constaté que les armes sont souvent modifiées pour permettre une capacité accrue et nous prenons des mesures pour empêcher cela. Nous supprimons l'échappatoire qui concerne l'importation d'information et nous apportons d'autres modifications corrélatives à la loi, toujours dans le but d'assurer la sécurité des communautés.
En complément de cet important projet de loi, nous avons également investi des sommes considérables, notamment dans les forces de l'ordre. Le gouvernement conservateur précédent avait énormément réduit le financement des forces policières, ce qui a entraîné des mises à pied parmi les agents de la GRC et les agents des services frontaliers. Cette réduction avait affaibli les contrôles frontaliers et notre capacité à lutter efficacement contre le crime organisé. Pour sa part, le gouvernement libéral a investi dans les services de police et dans les services frontaliers afin de redonner au Canada la capacité d'assurer la sécurité de nos frontières et de protéger nos collectivités.
À titre d'exemple, nous avons consacré plus de 214 millions de dollars aux services de police municipaux et autochtones, car nous savons qu'ils font un travail important pour lutter contre le crime organisé et réduire la violence liée aux armes à feu au sein de leurs communautés. Les investissements que nous avons faits dans les services de police sont importants, mais nous avons également investi beaucoup dans nos communautés pour en assurer la sécurité. Ainsi, nous nous sommes engagés, dans notre énoncé économique de l'automne, à débloquer 250 millions de dollars au cours des cinq prochaines années pour les organismes communautaires qui font un travail extraordinaire avec les jeunes et contribuent à améliorer les conditions sociales là où elles engendrent la criminalité et la violence.
Il s'agit d'une approche globale en matière de sécurité des armes à feu au Canada. Je trouve toujours remarquable que certaines personnes aient peur de parler d'armes à propos de violence armée. Cependant, d'après mon expérience, les pays qui exercent un contrôle strict et approprié des armes à feu sont des pays plus sûrs. On constate en revanche que les pays dont les lois sur les armes à feu sont trop permissives, ce à quoi s'opposent certains députés, connaissent bien trop souvent des tragédies liées à la violence armée.
Au risque de me répéter, la possession d'armes à feu au Canada est un privilège et non un droit. Cela nous distingue fondamentalement de pays comme les États-Unis, où le droit de porter des armes est protégé par la Constitution. Ce n'est pas le cas au Canada. Le Canada, comme beaucoup d'autres pays avisés, a pris la décision appropriée d'interdire les armes à feu qui n'ont pas leur place dans la société. Ces armes ne sont pas conçues pour la chasse ou le sport, elles sont conçues pour permettre à des soldats de chasser d'autres soldats et de tuer des gens et, malheureusement, c'est à cette fin qu'elles ont été utilisées. C'est pourquoi nous les avons interdites et, grâce aux initiatives prévues dans le projet de loi, nous prenons des mesures rigoureuses pour empêcher à tout jamais ces armes à feu d'être utilisées légalement au Canada.
Nous croyons que ces dispositions sont appropriées, nécessaires, efficaces et équitables, car nous estimons également que les personnes qui ont acheté les armes à feu maintenant interdites l'ont fait légalement. Maintenant que nous les interdisons, nous voulons veiller à ce qu'elles ne puissent plus servir pour commettre un crime violent dans ce pays.
Nous avons établi une limite claire dans ce projet de loi. Dans ce pays, les gens ne s'arment pas pour se défendre contre leurs concitoyens. Dans ce pays, on ne porte pas une arme à feu pour se protéger. On compte plutôt sur la primauté du droit. La paix, l'ordre et la bonne gouvernance sont des valeurs qui sont chères aux Canadiens, et nous n'armons pas nos concitoyens comme d'autres pays le font pour se protéger.
Dans ce pays, la chasse et le tir sportif sont les seules circonstances où il est acceptable d'utiliser une arme à feu, et ce projet de loi n'empêche d'aucune façon ces activités. Certains tenteront de démontrer le contraire, mais disons bien honnêtement qu'ils emploient de faux arguments en se fondant sur la fausse prémisse voulant que toutes les armes à feu représentent un danger. Or, les armes visées sont par définition des armes offensives, et c'est pour cette raison qu'elles sont très rigoureusement réglementées au Canada. Certaines de ces armes à feu, comme les armes de poing, sont très dangereuses, et nous avons donc décidé d'imposer les dispositions nécessaires pour en restreindre l'utilisation.
Disons finalement en toute franchise que certaines armes n'ont pas leur place dans une société où les armes à feu ne servent qu'à la chasse et au tir sportif. Ce sont des armes à feu conçues pour le combat, des armes tactiques qui étaient commercialisées comme des armes d'assaut avant qu'elles ne soient interdites dans des pays comme la Nouvelle-Zélande, l'Australie et le Royaume-Uni. Ces armes ont même été interdites aux États-Unis pendant une décennie.
Nous faisons ce qu'il faut et nous prenons les mesures appropriées pour assurer la sécurité des Canadiens. Le projet de loi s'appuie sur les mesures efficaces que nous avons présentées dans le projet de loi C-71, que nous sommes en train de mettre pleinement en œuvre au cours des prochains mois. Nous pensons que les deux projets de loi, conjugués aux investissements du gouvernement, nous permettront de tenir la promesse que nous avons faite aux Canadiens de faire tout ce qui est nécessaire pour renforcer le contrôle des armes à feu au pays et assurer la sécurité des Canadiens.
View Alex Ruff Profile
CPC (ON)
View Alex Ruff Profile
2021-02-26 10:23 [p.4594]
Madam Speaker, I have a very simple question for the minister. It is the same question I have been asking the minister for almost a year now, here in the House and in written questions. It is about data and substantiation of how the prohibition of any of these firearms, or the measures taken through Bill C-21, would reduce gun violence in this country. It is a simple question about the data: Where is the evidence?
The minister mentioned he saw 22 tragic gun violence crimes in the Toronto area last year alone. I would like him to provide the statistics. Out of those 22 gun crimes, how many were done with legal firearms?
As well, I would like the minister to clarify and confirm that he just acknowledged he is bringing back a long gun registry for those firearms that the Liberals have now prohibited. He mentioned the Airsoft and replica firearms that he would now prohibit as well. Would he acknowledge that replica firearms have been prohibited in this country for a number of years now?
Finally, the minister again mentioned that the 1,500-plus firearms that were prohibited last year were designed by the military or for military use. I asked him last year to name just one of them that had been prohibited that had ever been, or is still, in use by the Canadian Armed Forces.
Madame la Présidente, j'ai une question très simple à poser au ministre. C'est la même question que je lui pose depuis près d'un an maintenant, ici à la Chambre et sous forme de questions écrites. Elle porte sur les données et la façon dont l'interdiction des armes à feu, et les mesures prévues dans le projet de loi C-21, réduiront la violence armée au pays. Il s'agit d'une simple question concernant les données. Où sont les données probantes?
Le ministre a mentionné qu'il a été témoin de 22 crimes tragiques liés aux armes à feu dans la région de Toronto rien que l'année dernière. J'aimerais qu'il nous fournisse les statistiques. Sur les 22 crimes commis avec une arme à feu, combien ont été commis avec des armes à feu légales?
J'aimerais que le ministre confirme qu'il vient de dire qu'il va rétablir un registre des armes d'épaule pour des armes à feu que les libéraux ont interdites. Il a également mentionné que le gouvernement allait interdire les armes à air comprimé et les répliques d'armes à feu. Le ministre peut-il reconnaître que les répliques d'armes à feu sont interdites au pays depuis plusieurs années déjà?
Enfin, le ministre a encore indiqué que les plus de 1 500 armes à feu qui ont été interdites l'année dernière ont été conçues par l'armée ou pour un usage militaire. Je lui ai demandé l'année dernière de nommer une seule d'entre elles qui a été interdite et qui a été ou qui est encore utilisée par les Forces armées canadiennes.
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2021-02-26 10:25 [p.4594]
Madam Speaker, it is always a bit of a mystery to me that, in a party that eliminated a registry and the collection of data that pertain to firearms, and did everything it could to undermine even Statistics Canada's efforts to collect data on this issue, members now complain that there is no data. One of the reasons there is insufficient data is because of the actions of the previous government.
Let me be very clear on something. We are not introducing a new registry. That is another gun lobby talking point. In Canadian law, and during the entire period of the Conservative government, prohibited weapons in this country must be both licensed and registered. We are just following the law as it is exists. There is no new registry here, but these newly prohibited weapons are now, in law, prohibited weapons; therefore, everyone in possession of them will have to have a licence in order to possess that prohibited weapon and, because they are now prohibited weapons, they will also have to be registered, as all prohibited weapons always had to be.
Let me talk a bit about the use of guns. I cited a couple of examples, and I do not disagree with the member that a lot of the guns that are used, for example, in gun crime in Toronto are smuggled guns. Over 10 years, I traced the origin of every crime gun in Canada, so I have really good data on that. In my experience, about 70% were smuggled across the border and about 30% were either legally owned or were stolen or criminally diverted. We have good data in that city, but it is not consistently collected across the country. We are changing that by investing in appropriate data collection around this issue.
Madame la Présidente, je n'arrive pas à comprendre que les députés d'un parti qui a éliminé le registre et la collecte de données sur les armes à feu, et qui a même tout fait pour miner les efforts de Statistique Canada pour recueillir des données sur cette question, se plaignent maintenant de l'absence de données. Les mesures prises par le gouvernement précédent sont l'ne des raisons pour lesquelles il n'y a pas suffisamment de données.
Je tiens à être très clair sur une chose: nous ne proposons pas la création d'un nouveau registre. Ce n'est qu'un argument du lobby des armes à feu. Au Canada, en vertu des lois nationales — et durant tout le mandat du gouvernement conservateur —, les propriétaires d'armes à feu prohibées sont tenus d'avoir un permis de possession et un certificat d'enregistrement pour chaque arme. Nous respectons simplement la loi en vigueur. Le projet de loi ne prévoit pas la création d'un nouveau registre, mais l'interdiction des armes à feu nouvellement prohibées est dorénavant inscrite dans la loi. Ainsi, quiconque possède une arme prohibée devra avoir un permis de possession et, par surcroît, devra enregistrer l'arme, comme cela a toujours été exigé pour cette catégorie d'armes.
Je vais brièvement parler de l'usage des armes à feu. J'ai donné quelques exemples, et je ne suis pas en désaccord avec ce que dit le député. Il est vrai qu'une grande proportion des armes utilisées lors de crimes, notamment à Toronto, proviennent de la contrebande. Pendant plus de 10 ans, j'ai retracé l'origine de chaque arme à feu ayant servi à commettre un crime au Canada. Je connais dont très bien ce dossier. Selon mon expérience, environ 70 % de ces armes avaient été passées en contrebande à la frontière, et environ 30 % étaient soit détenues légalement, soit volées, soit détournées au moyen d'activités criminelles. Nous disposons de données fiables pour cette ville, mais on ne recueillie pas systématiquement d'information dans toutes les régions du pays. Le gouvernement améliore la situation en investissant dans la collecte des données sur cette question.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-02-26 10:26 [p.4594]
Madam Speaker, New Democrats have long been in support of banning assault rifles, making our cities safer, opposing smuggling and getting the government to actually do something about it.
However, we have a problem with the minister when he says that recreational use of firearms is okay. Whereas handguns are treated one way under this legislation, in allowing their use to continue except where restricted by municipalities, Airsoft rifles, which are used recreationally across the country by many organizations and groups and which cause no harm, are being treated the same as assault weapons.
Will the minister recognize that this is a totally different category, and try to find some way of allowing this to continue in recreational use? The banning of Airsoft rifles is putting them in the same category as prohibited weapons, and that is wrong.
Madame la Présidente, les néo-démocrates préconisent depuis longtemps d'interdire les fusils d'assaut, de rendre les villes plus sécuritaires, de lutter contre la contrebande d'armes à feu, et d'amener le gouvernement à poser des gestes concrets pour régler le problème.
Cependant, nous ne sommes pas d'accord quand le ministre affirme que l'utilisation récréative des armes à feu est acceptable. Cette mesure législative permet l'utilisation des armes de poing, sauf dans les municipalités où leur usage est assujetti à des restrictions. Par ailleurs, elle place les armes à air comprimé — utilisées de façon récréative partout au pays par beaucoup d'organisations et groupes et qui ne causent aucun mal — dans la même catégorie que les armes d'assaut.
Le ministre reconnaîtra-t-il que ce sont deux catégories complètement différentes et trouvera-t-il une solution pour permettre l'usage récréatif des armes à air comprimé? Le fait d'interdire les armes à air comprimé place ces dernières dans la même catégorie que les armes prohibées. C'est inacceptable.
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2021-02-26 10:27 [p.4594]
Madam Speaker, that is a very important question.
First of all, handguns represent a very significant danger. It is why we restrict them. Just to be very clear, in this legislation we are imposing very strict national restrictions on handguns: on their storage, sale and use. Those restrictions would apply in every place. We have also listened to municipalities where people have said that they would like to do more. We are prepared to work with communities that want to do more to keep their citizens safe. It is a responsibility we all have.
With respect to the Airsoft rifles that the member references, there is no problem with those devices, except when they are designed to exactly replicate dangerous firearms so that they are indistinguishable from those firearms. We have listened to the law enforcement community, which has passed a number of resolutions. By the way, I consulted with the law enforcement community about why it wanted this done, and the representatives said that these devices have been used in crime.
In Winnipeg, for example, Chief Danny Smyth identified that 215 replica firearms were used to commit crimes in his city just last year. In his response to Bill C-21 he said, “We think you're on to something”.
I also spoke to the president of the CACP, who strongly supported it and expressed appreciation that the government finally listened to law enforcement to take effective action to remove devices that exactly replicate dangerous firearms. There really is no place for them in our society. They represent an unacceptable risk.
Madame la Présidente, il s'agit là d'une question fort importante.
Tout d'abord, les armes de poing sont très dangereuses. C'est pourquoi nous les restreignons. Je tiens à préciser très clairement que le projet de loi impose des restrictions nationales très strictes sur l'entreposage, la vente et l'usage des armes de poing. Ces restrictions s'appliqueraient partout. Nous avons aussi écouté les municipalités, qui nous ont dit vouloir en faire davantage. Nous sommes prêts à collaborer avec les collectivités qui souhaitent déployer plus d'efforts pour assurer la sécurité de leurs habitants. C'est une responsabilité que nous partageons tous.
En ce qui concerne les armes à air comprimé mentionnées par le député, elles ne posent aucun problème, sauf quand elles sont conçues de manière à être des répliques exactes d'armes à feu dangereuses et à être indifférenciables d'elles. Nous avons écouté les forces de l'ordre, qui ont adopté plusieurs résolutions. En passant, j'ai demandé aux forces de l'ordre pourquoi elles désiraient que les armes à air comprimé soient traitées comme des armes d'assaut, et leurs représentants ont répondu que ce type d'armes avait été utilisé dans des crimes.
À Winnipeg, par exemple, le chef Danny Smyth a indiqué que 215 répliques d'armes à feu ont été utilisées pour commettre des crimes dans sa ville l'année dernière seulement. En parlant du projet de loi C-21, il a dit: « Nous pensons que vous êtes sur la bonne voie. »
J'ai également discuté avec le président de l'Association canadienne des chefs de police, qui appuie fermement cette mesure et s'est dit soulagé que le gouvernement agisse enfin pour retirer de la circulation ces dispositifs qui sont des répliques exactes d'armes à feu dangereuses. Ils n'ont pas leur place dans notre société. Ils constituent un risque inacceptable.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-02-26 10:29 [p.4595]
Madam Speaker, I thank the hon. minister for his explanation about his Bill C-21. I would like to ask him a question.
I had a chance to meet with members of a group called PolySeSouvient, who told me that they felt the bill was flawed. Lots of people are not happy about this.
My colleague said that some cities are prepared to deal with handguns. Other municipalities, however, do not want them at all.
A resolution was tabled in the National Assembly, and Quebec is ready to take charge of this issue. On the other hand, we are concerned about the whole firearms issue.
Given how dissatisfied people are with this bill, is the minister ready to go back to the drawing board and collaborate in committee with opposition parties to redraft this bill and see how it can be improved?
Madame la Présidente, je remercie l'honorable ministre de l'explication qu'il a donnée au sujet de son projet de loi C-21. J'aimerais lui poser une question.
J'ai eu l'occasion de m'entretenir avec des membres du groupe PolySeSouvient. Ces derniers m'ont confirmé qu'ils trouvaient que le projet de loi était imparfait. Beaucoup de gens sont mécontents.
Mon collègue a abordé la question des armes de poing en disant que des villes étaient prêtes à s'en occuper. D'autres municipalités, toutefois, n'en veulent pas.
Une résolution a été déposée à l'Assemblée nationale et Québec est prêt à prendre le dossier. D'un autre côté, toute la question des armes de tir nous préoccupe.
Étant donné toutes les insatisfactions que son projet de loi crée ou semble créer, le ministre est-il prêt à retourner à la table à dessin et à collaborer en comité avec les partis de l'opposition afin de retravailler ce projet de loi et de voir comment il peut être amélioré?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2021-02-26 10:30 [p.4595]
Madam Speaker, I will be very clear. A substantial amount in the bill deals with handguns. As I said it, it would impose additional restrictions and would give access to law enforcement to do a better job of keeping guns, which are being smuggled across the border, out of our country, to prevent their theft through stronger storage requirements and to assist law enforcement to detect and therefore deter and prosecute those who, through straw purchase, have purchased them legally and sell them illegally.
There are very strong measures in the bill that deal with handguns.
This government listened to the strong advocacy. It was deeply motivated by the tragedy of the École Polytechnique, when 14 women were gunned down because they were women. In that terrible crime, the killer used a Ruger Mini-14. In May, we prohibited that weapon. PolySeSouvient advocated for over nearly 30 years to have that weapon prohibited. We listened and we took action on that. We are now completing that prohibition to ensure those weapons can never be legally used in Canada again.
Madame la Présidente, je veux être bien clair. Une bonne partie du projet de loi porte sur les armes de poing. Comme je l'ai mentionné, il imposera des restrictions et il donnera aux forces de l'ordre un meilleur accès pour qu'elles puissent plus facilement empêcher la contrebande transfrontalière d'armes à feu, il réduira le nombre de vols d'armes à feu grâce à des exigences plus sévères en matière d'entreposage et il aidera les autorités à repérer et à poursuivre ceux qui achètent et vendent illégalement des armes à feu au moyen de stratagèmes, ce qui aura par conséquent un effet dissuasif.
Le projet de loi comporte des mesures très énergiques qui ciblent les armes de poing.
Le gouvernement a tenu compte des demandes convaincantes des groupes de pression. Cette mesure a été fortement influencée par la tragédie survenue à l'École Polytechnique, lors de laquelle 14 femmes ont été abattues, simplement parce qu'elles étaient des femmes. Pour commettre ce terrible crime, le meurtrier s'était servi d'un Ruger Mini-14. En mai, nous en avons fait une arme prohibée, ce que le groupe PolySeSouvient réclamait depuis près de 30 ans. Nous avons écouté et nous avons agi dans ce dossier. Nous allons maintenant achever le processus d'interdiction et nous assurer que ces armes ne pourront plus jamais être utilisées légalement au Canada.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-02-26 10:31 [p.4595]
Madam Speaker, I appreciate the hon. minister pointing out that we do not have rights to bear arms in this country. I also note that under the Charter of Rights and Freedoms, we do not have rights to property at all. Much of the rhetoric I hear against controls on firearms, such as from a group called the Canadian Coalition for Firearm Rights, shows that its does not understand Canadian law.
However, I did have initially a very strong sense of disappointment that the buyback program was not mandatory. The hon. minister will know that in briefing me and the Green caucus, he and the Minister of Justice said that they decided that the New Zealand mandatory firearm buyback had not worked because it was mandatory.
I have been digging into it since the minister told me that. Everything I can see suggests that there were probably about 170,000 semi-automatic weapons that the New Zealand Prime Minister wanted removed after the Christchurch massacre. Of the 170,000, only 56,000 were brought back in the mandatory buyback program.
I wonder if there are any other countries on which we have modelled the current approach, which, as he has said, is not in legislation but is running parallel along with it.
Madame la Présidente, je suis heureuse que le ministre ait indiqué qu'il n'existe pas de droit de porter des armes au Canada. Je tiens également à ajouter qu'en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés, nous n'avons aucun droit à la propriété de quoi que ce soit. La grande majorité des arguments que j'entends à l'encontre du contrôle des armes à feu, notamment d'un groupe appelé la Coalition canadienne pour le droit aux armes à feu, montrent une méconnaissance du droit canadien.
Cela dit, au départ, j'ai été très déçue d'apprendre que le programme de rachat d'armes à feu n'était pas obligatoire. Le ministre se souviendra que, lors de la séance d'information qu'il a animée pour moi et le Parti vert, lui et le ministre de la Justice ont affirmé que le programme de rachat d'armes à feu obligatoire de la Nouvelle-Zélande avait échoué justement parce qu'il était obligatoire.
Je fais des recherches à ce sujet depuis que le ministre nous a donné cette information. Selon tous les renseignements que j'ai recueillis, je peux conclure que la première ministre de la Nouvelle-Zélande voulait enlever de la circulation environ 170 000 armes à feu semi-automatiques après la tuerie de Christchurch. Des 170 000 armes à feu, seulement 56 000 ont été rendues dans le cadre du programme de rachat obligatoire.
Je me demande s'il y a d'autres pays dont nous nous sommes inspirés pour façonner notre approche actuelle, approche qui, comme le ministre l'a dit, n'est pas encore inscrite dans la loi, mais qui fonctionne en parallèle.
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2021-02-26 10:33 [p.4595]
Madam Speaker, we have had discussions on this. I want to be really clear on a buyback of these weapons.
First, Canadians who bought these weapons did so legally. We have since prohibited them. Therefore, we are taking steps to remove those firearms, but it is not intended as a confiscation program. That would be a very challenging thing to do. We did look very carefully at buyback programs that had been initiated in Australia and the United Kingdom. They were a little more distant. One of the things we learned from all those circumstances was that governments had to do the important work of getting control of all these firearms first. Bill C-21 would do that. It would enable us to impose—
Madame la Présidente, nous avons eu des discussions là-dessus. Je tiens à être clair sur le rachat de ces armes à feu.
Premièrement, les Canadiens qui ont acheté ces armes l'ont fait légalement. Depuis, nous les avons prohibées. Donc, nous prenons des mesures pour enlever ces armes de la circulation, mais il ne s'agit pas d'un programme de confiscation. Ce serait bien difficile à accomplir. Nous avons étudié très attentivement les programmes de rachat mis sur pied il y a un certain temps en Australie et au Royaume-Uni. Une des choses que nous avons apprises de leurs exemples est que les gouvernements doivent d'abord être en mesure de mettre la main sur toutes ces armes à feu. C'est ce que ferait le projet de loi C-21. Il nous permettrait d'imposer…
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
We have to resume debate.
The hon. member for Lakeland.
Nous devons reprendre le débat.
La députée de Lakeland a la parole.
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2021-02-26 10:34 [p.4596]
Madam Speaker, the Conservatives have and will always support common-sense firearms regulations that keep Canadians and communities safe and respect their rights.
In Bill C-21, there are some things that the Conservatives have been calling for and can support. However, many things completely target the wrong people and the wrong groups, if the aim really is to improve and protect public safety. Also, crucial areas of concern are not addressed in the bill at all.
The Conservatives have always urged the Liberals to focus on and to target Canada's legislation and enforcement resources toward the primary source of most gun crime in Canada: illegally-smuggled firearms in the hands of gangs and criminals. That is why we support certain measures, like increasing the penalty for gun smuggling, something the Conservatives have advocated for years; authorizing disclosure to Canadian law enforcement agencies when there are reasonable grounds to suspect a firearms licence is used for straw purchasing; improving the ability of the CBSA to manage inadmissibility to Canada when foreign nationals commit offences upon entry into Canada, including firearms-related offences; and transferring the responsibility for transborder criminality from the Minister of Immigration, Refugees and Citizenship to the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness.
The Conservatives are committed to actually strengthening and securing public safety through real action to tackle gun crime head-on. The Conservatives have always said that we would increase funding and coordination for border security to clamp down on illegal firearms smuggling, restore mandatory minimum sentences to keep violent gang members off the street and focus on gangs and criminals instead of making life more difficult for law-abiding firearms owners and retailers by ending automatic bail, revoking parole for gang members and new and tougher sentences for ordering or involvement in violent gang crime.
The Liberals do the opposite. They are big on rhetoric but short on real action. In fact, the day after the Liberals announced Bill C-21, they announced Bill C-22, which, incredibly, would eliminate mandatory minimums for unauthorized possession of a firearm, possession of a prohibited firearm, possession of a weapon obtained by crime, weapons trafficking, reckless discharge of a firearm, discharge of a firearm with intent to wound or endanger a person and robbery with a firearm; so reductions for all of those sentences. Bill C-22 would reduce sentences for a number of other horrible offences, including sexual assault, kidnapping, human trafficking, abduction of people under 14, motor vehicle theft and arson.
The Conservatives focus on outcomes and whether laws will achieve objectives. What Bill C-21 proves is that the Liberals, as always, are more concerned with appearances. They play fast and loose with the facts, make up words to scare and ignore the actual problem. With Bill C-21, they would effectively trade on Canadians' fear and safety for short-term political gain. The reality is that taking firearms away from law-abiding citizens does nothing to stop dangerous criminals and gangs who obtain their guns illegally and already do not follow laws, do not get licences and do not care about firearms classifications. This just continues the Liberal government's ongoing preoccupation with taking firearms off of regulated ranges, while leaving illegal guns on the streets in the hands of those gangs and criminals who will never comply.
In June 2019, the former Toronto police chief was asked about banning handguns in Canada. He said:
I believe that would be potentially a very expensive proposition but just as importantly, it would not in my opinion be perhaps the most effective measure in restricting the access that criminals would have to such weapons, because we’d still have a problem with them being smuggled across the border
Of course, the former Toronto police chief to whom I am referring is the current Minister of Public Safety.
Bill C-21 would create conditions on federal firearms licences to restrict handgun storage or transport within municipalities that have passed such bylaws. Again, the bylaws would be conditions on licences. Therefore, this proposed measure literally, specifically and only targets lawful Canadians who already have the paperwork and comply with the rules. This section would lead to yet another layer of confusing, overlapping regulations and a patchwork of rules for already law-abiding Canadians within and between communities, while violations could result in two years imprisonment or permanent licence revocations and would do nothing to crack down on illegal gun smuggling, trading and gang crimes with guns.
Many law enforcement officials have already said that this measure would not be effective, including the current RCMP commissioner, the former OPP commissioner, the police chief of Vancouver, the former president of the Canadian Association of Chiefs of Police, representatives of the Winnipeg and Halifax police services and police chiefs of Regina and Saskatoon. Provinces are already speaking out against Bill C-21: Alberta, Saskatchewan, Ontario, Quebec and Manitoba, whose premier said, “It's just not going to work.”
In 2019, the Canadian Association of Chiefs of Police did not support calls for a ban on handguns and the former president, Vancouver police chief, Adam Palmer said:
In every single case there are already offences for that. They’re already breaking the law and the criminal law in Canada addresses all of those circumstances...The firearms laws in Canada are actually very good right now. They’re very strict.
Former OPP commissioner Chris Lewis says:
This municipal handgun ban is ridiculous...It would only impact legal owners. The gangbangers are already possessing/carrying them in defiance of the Criminal Code and don’t fear police whose hands are tied and weak judicial systems.
Toronto Police Services president Mike McCormack says:
There's no way in my world or any world I know that this would have an impact on somebody who's going to go out and buy an illegal gun and use it to kill another person or shoot another person...
This is a classic Liberal smokescreen. There is absolutely no impact on the illicit use of illegal firearms in crime. Of course criminals and gangs do not carry licences or register their illegally obtained firearms and will not be deterred by municipal bylaws. They do not even care about the Criminal Code.
The fact that at least 80% of guns used in Canadian gun crimes are illegally smuggled in from the states shows that enabling towns and cities to demand handguns from licenced owners will have little to no impact on actual public safety.
In 2016, a father of four for two years, whose children were only six and five along with one-year-old twins, was enjoying a night out with friends in Toronto when he was shot and killed by a stray bullet. Now a mother of three, carrying the lifetime grief from the loss of her child, his mum, Evelyn Fox, advocates to support at-risk youth and prevent youth involvement in gang activity. She believes that banning handguns in Canada is “nonsense” because “street level wise, they'll get access to the handguns anyways.”. She says, “I also would like to know how it is that penalizing law-abiding gun owners with a gun ban is going to deter gun violence on our streets when 80%, if not more, is coming across the border?” She is right.
In Toronto, despite the new Liberal order in council prohibition of thousands of firearms, there were 462 shootings in 2020, an increase over 2018 when there was no prohibition order. The year 2019 was a record year.
Since 2014, shootings in Toronto have increased 161%. Obviously residents and family are worried about this reality, causing sleepless nights, untold heartbreak and anxiety about security, and whether kids can grow up carefree in peaceful neighbourhoods. How galling that Bill C-21 would do nothing to make it more safe, while the Liberals claim otherwise.
In 2019, Toronto's police chief, Mark Saunders, reported that most guns using crime were illegally smuggled in. He said, “When it comes to the handguns, I believe, 82 per cent...of the ‘crime guns’ in the city are coming from the United States.”
Peel Police Association President Adrian Woolley says, “There are a lot of guns out there and they are not legal ones from target shooters but illegal ones smuggled in from the United States.”
For the 2017-18 year, CBSA seized 751 illegal firearms at the U.S.-Canada border, 696 the next year and 753 for the year after that. The CBSA has already seized 166 firearms for the first quarter of this fiscal year. Canada's border agents should be commended for that good work and lawmakers should support their efforts to improve public safety by getting tougher on gun criminals and gun smugglers when they are caught. That is exactly what our Conservative colleague from Markham—Unionville tried to do when he proposed Bill C-238, which would have cracked down on gun smuggling, knowingly possessing illegally smuggled guns by increasing sentences and making it harder for gun runners to get out on bail. However, the Liberals and the NDP voted against that public safety legislation a week before the announcement of Bill C-21.
When asked why the government is not getting tougher on criminals, the Liberal default is to say that they implemented a prohibition on “military-style” assault rifles. First, the term “military-style” assault rifle is of course invented with no legal definition, but it does sound scary. The reality is that fully automatic fire rifles have been prohibited for use outside of the military since the 1970s. The Prime Minister said that he made a law so people could not purchase firearms without purchasing a licence, but that is false.
Along the spirit of making things up, just last Saturday, the member for York South—Weston told a crowd of gun crime victims and families that his Liberal government's gun grab included “AR-135” submachine guns, except they absolutely do not even exist.
Unfortunately, it is easy to see why lawful, well-intentioned urban and rural firearms owners, collectors, hunters, sport shooters, enthusiasts and retailers, people who enjoy this Canadian heritage, are skeptical of the Liberals, to say nothing of the radical shift in Bill C-21. It would create a one-sided guilty-until-proven innocent-ask questions later regime, focused on Canadians who already did a filing and have the licences under Canada's stringent regulations and vigorous vetting processes for prohibition orders and warrantless search and seizures.
That is ripe for abuse and conflicts while bogging down already backlogged courts and law enforcement resources when right now there are multiple overlapping systems to ensure that law enforcement can respond to urgent situations involving threats to personal and public safety, as they must. The new approach actually may even take longer and could easily have unintended consequences and deliver the opposite outcomes. This pattern of saying one thing and doing another, of literally making things up, of not having the evidence to support the legislation to show it will achieve stated outcomes should make every every single Canadian question and challenge the Liberals to prove that their laws will actually make a difference for public safety, and combat gun crimes, too.
That brings me to the framework for the voluntary confiscation program. A 2018 Public Safety Canada paper entitled “Reducing Violent Crime: A Dialogue on Handguns and Assault Weapons” explained why confiscating firearms from lawful licensed owners would be ineffective at reducing gun crime in Canada. The report states:
The vast majority of owners of handguns and of other firearms in Canada lawfully abide by requirements, and most gun crimes are not committed with legally-owned firearms....
In most cases, individuals own handguns either in the context of sport shooting activities or because those handguns form a part of a collection....
Any ban...would primarily affect legal firearms owners,...
The public safety minister recently said that the government does not know how many firearms will fall under the confiscation program, but claims it is in the range of 200,000 and says that at an average price of $1,300 per firearm, it will cost taxpayers in the range of $250 million to $260 million. Of course, experts say that the Liberals are way off and that this confiscation program could cost as much as $5 billion when all is said and done. The fact is that the Liberals do not have any structure in place because no private sector proponents have agreed to run the program after two public requests for bids. It really does say something when highly reputable major firms look at the government's purported analysis and cost assumptions and decide they will not touch it with a 10-foot pole.
The Liberals still have not been clear on how they will address retailers left holding the bag with inventory they cannot sell or return to manufacturers either. Phil Harnois, the owner of P&d Enterprises in Alberta, says that 40% of his annual sales were of firearms that are now banned and that thousands of dollars of inventory became worthless overnight. The president of the National Police Federation, Brian Sauvé, says that “the evidence is that illegal gun trafficking leads to criminals owning guns, which leads to crimes with firearms.... [W]e need to look at the source of the problem.” The vast majority of gun crime committed in Canada is by gangs and criminals using already illegal guns, most often illegally smuggled in. That needs to be reiterated because Bill C-21 clearly misses the mark.
Sylvia Jones, spokesperson for Ontario's solicitor general, agrees. She says that “As law enforcement experts routinely highlight, it has not been demonstrated that banning legal firearms and targeting law-abiding citizens would meaningfully address the problem of gun violence.” The Liberals have shown, of course, though, that they do not really believe that their list of banned firearms in the hands of licensed law-abiding firearms owners are a real threat either. Otherwise, why is there this confusing step of banning them, but allowing Canadians to keep them in their homes so long as the guns are registered with the government? It is very confounding.
However, what is clear is that Bill C-21 finds a way to create a boondoggle that will result in the creation of another long-gun registry because some of the now-prohibited firearms are long guns and it will cost taxpayers billions of dollars while delivering no concrete results to improve the public safety of Canadians suffering at the hands of gangs and criminals carrying out the vast majority of gun violence and crime in Canada.
Another measure that is glaring in its obvious irrelevance to improving public safety in Canada while also imposing major consequences on everyday people is the prohibition of the importation, exportation and sale of all non-regulated air guns that look like modern firearms. Here is the deal. The Liberals are actually imposing a ban on Airsoft and a partial ban on paintball. Any rational, common sense person can see that toy guns are not responsible for the shootings are causing death in Canadian cities. Criminals and gangs with illegal guns are tragically ending the lives of Canadians. This provision in Bill C-21 would end hundreds of livelihoods, legacies and jobs and outlaw an entirely harmless hobby enjoyed by more than 60,000 Canadians.
Airsoft in Canada says the Canadian Airsoft market is worth $100 million and over 260 businesses in Canada are linked to the paintball or Airsoft community. The Quebec Airsoft Federation estimates that the industry brings in over $10 million per year in Quebec alone. Distributors and retailers are uncertain about what to do with the current stock and stock on order because all of it would be rendered worthless immediately, with no option to offset losses because the bill would prohibit sales. It will not only impact businesses that directly sell hobby and competition practice guns, but also the retailers of protective equipment and accessories, as well as the clubs and owners of sports facilities that have focused their businesses largely or solely around these activities.
This whole industry would be devastated. Matt Wasilewicz, who owns Canadian Airsoft Imports, says that the ban “confirms our worst fears”. Frank Chong, who owns Toronto Airsoft, Canada's largest airsoft retailer, says “It looks like it's doomsday for us at this point". Ziming Wan of BlackBlitz Airsoft in Waterloo says that “We're basically all going to have to shut down.... It's the death of the sport, as we know it”. Joe Kimpson of Flag Raiders in Kitchener says “You'll see the demise of airsoft in Canada”.
Seventy-four per cent of these businesses expect to lose over half their revenue because of Bill C-21 and 47% of them expect to be out of business for good. There are approximately 3,000 employees working in those affected businesses. It is unconscionable that half of them would lose their jobs and not a single life be saved for it.
It is hard to see how the Liberals are materially protecting the well-being and safety of Canadians by banning toy guns, shuttering more businesses and killing 1,500 jobs while Canada's unemployment rate is already the highest in the G7.
Mark from Motium Manufacturing in Lakeland says, “I was given no notice, no warning, no consultation. The hard work I've put in for over 8 years has been erased and my customers wrongfully criminalized. Why aren't criminals being as negatively impacted as my small business?”
A petition called “Stop Bill C-21” is circulating in the hobby community and 30,000 Canadians have already signed it. That is because Canadians know what experts have been saying all along, which is also what the Conservatives have been saying. What is missing from these Liberals is any meaningful emphasis or major legal framework targeting the main source of gun crime in Canada.
It is good to see some measures to help the CBSA and a small increase in penalties for gun smuggling, but those aspects of Bill C-21 appear more like a footnote in what seems to be a broader strategy primarily concerned with targeting already law-abiding members of Canadian society. One would read this bill and assume that the main goal is to be a nuisance to the legal firearms community. It is not at all obvious that the aim of Bill C-21 is to improve public safety.
The tragedy is that for all the big words and tough talk from the Liberals, it is the very real victims of growing gun violence and Canadian citizens and their families who are forced to bear the brunt of these failed Liberal policies and experiments. What is worse is that the evidence is available for all of us to see. Experts, law enforcement and policy-makers all agree that concrete strategies and legislation must be directed at criminals and gangs and supports for at-risk youth.
Conservatives will always support a common-sense approach to firearms legislation with concrete outcomes that protect personal and public safety. Bill C-21 does not get to the bottom of addressing the major cause of gun crime in Canada and all MPs really owe it to the victims of violent crime in Canada, past and future, to get serious about gun smuggling, gangs and criminals.
As Evelyn Fox says, “I see the homicides happen and it’s almost like a retrigger for me to think that another mother has to go through this and another mother has to deal with the fact that they aren’t going to see their children again.” Because Bill C-21 will not actually make any difference to that, Conservatives will strongly oppose it, and if it passes, repeal Bill C-21.
Madame la Présidente, les conservateurs vont continuer d'appuyer les mesures réglementaires qui ont du bon sens concernant les armes à feu, des mesures visant à assurer la sécurité des Canadiens, tout en respectant leurs droits.
Le projet de loi C-21 contient certaines dispositions que nous avions réclamées, et que nous sommes donc prêts à appuyer. Néanmoins, l'objectif de ce projet de loi est peut-être d'améliorer la sécurité publique, mais il ne cible pas les individus et les groupes qui constituent réellement un danger. Par ailleurs, plusieurs enjeux préoccupants ne sont pas du tout abordés dans le projet de loi.
Les conservateurs ont toujours exhorté les libéraux à concentrer leurs efforts sur la contrebande d'armes à feu aux mains des gangs et des criminels, car ce sont eux les vrais responsables de la plupart des crimes commis avec des armes à feu au Canada. C'est pourquoi nous appuyons certaines mesures depuis des années, notamment: augmenter les peines prévues pour la contrebande d'armes à feu; autoriser les autorités policières à retracer l'origine d'une arme à feu lorsqu'il existe des motifs raisonnables de soupçonner qu'elle a été achetée par un prête-nom; renforcer la capacité de l'Agence des services frontaliers du Canada à interdire la présence au Canada d'étrangers ayant commis des infractions après y être entrés, notamment des infractions liées aux armes à feu; transférer au ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté le dossier de la criminalité transfrontalière, qui relève actuellement du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile.
Les conservateurs entendent accroître réellement la sécurité publique au moyen de mesures concrètes ciblant directement la criminalité armée. Les conservateurs ont toujours affirmé qu'ils augmenteraient le financement et amélioreraient la coordination afin que les services frontaliers puissent contrer la contrebande d'armes à feu illégales, qu'ils rétabliraient les peines minimales obligatoires pour garder les chefs de gangs violents derrière les barreaux et qu'ils cibleraient les gangs et les criminels plutôt que de faire la vie dure aux propriétaires d'armes à feu et aux détaillants respectueux des lois, notamment en supprimant la libération sous caution d'office, en révoquant la libération conditionnelle pour les membres de gangs et en créant des peines plus sévères pour avoir commandé ou perpétré un crime violent.
Les libéraux, eux, font tout le contraire. Ils sont forts pour les belles paroles, mais ils ne font pas grand-chose de concret. D'ailleurs, le lendemain de l'annonce du projet de loi C-21, les libéraux ont annoncé le projet de loi C-22, qui — je n'en reviens pas — éliminera les peines minimales obligatoires pour la possession illégale d'une arme à feu, pour la possession d'une arme à feu prohibée, pour la possession d'une arme obtenue lors de la perpétration d'une infraction, pour le trafic d'armes, pour les tirs imprudents, pour l'utilisation d'une arme à feu dans le but de blesser ou de tuer une autre personne et pour les vols commis avec une arme à feu. Le projet de loi C-22 réduira les peines pour toutes ces infractions, de même que pour d'autres crimes horribles comme les agressions sexuelles, les enlèvements, la traite des personnes, l'enlèvement de jeunes de moins de 14 ans, le vol de véhicule et les incendies criminels.
Les conservateurs sont axés sur les résultats et cherchent avant tout à déterminer si les lois permettront d'atteindre les objectifs. Le projet de loi C-21 prouve que les libéraux, comme toujours, se soucient avant tout des apparences. Ils manipulent les faits, inventent des mots pour terrifier la population et ne tiennent pas compte du véritable problème. En présentant le projet de loi C-21, ils profitent de la peur des Canadiens et de leur désir de sécurité pour réaliser des gains politiques à court terme. La réalité, c'est que priver les citoyens respectueux des lois du droit de posséder une arme à feu ne contribue en rien à stopper les gangs et les criminels dangereux qui se procurent des armes à feu illégalement et qui, de toute façon, n'observent pas les lois, ne se procurent pas de permis et ne se soucient aucunement de la classification des armes à feu. Ce projet de loi ne fait qu'avancer le programme du gouvernement libéral visant à retirer les armes à feu des champs de tir réglementés tout en laissant les armes à feu illégales dans les mains des gangs et des criminels qui n'observent pas les lois.
En juin 2019, on a demandé à l'ancien chef de police de Toronto ce qu'il pensait de l'interdiction des armes de poing au Canada. Il a répondu:
Je crois qu'une telle proposition risquerait de coûter très cher. Cela dit, et c'est tout aussi important, je doute que ce soit la solution la plus efficace pour restreindre l'accès des criminels à de telles armes, puisque cela ne réglerait pas le problème des armes introduites illégalement au pays.
Évidemment, l'ancien chef de police de Toronto dont je parle n'est nul autre que l'actuel ministre de la Sécurité publique.
Le projet de loi C-21 assortirait les permis fédéraux d'armes à feu de conditions afin de restreindre l'entreposage ou le transport d'armes de poing dans les municipalités ayant adopté de tels règlements municipaux. Par conséquent, cette mesure proposée cible uniquement les Canadiens respectueux de la loi qui ont déjà les documents voulus et se conforment aux règles. Cette mesure ne fait qu'imposer, à des Canadiens respectant déjà la loi, une nouvelle série de règlements qui sèment la confusion et se chevauchent ainsi qu'un ensemble hétéroclite de règles, au sein même des collectivités et d'une collectivité à l'autre. Une violation de cette mesure pourrait donner lieu à des peines d'emprisonnement de deux ans ou à une révocation permanente du permis, mais la mesure en tant que telle ne contribuerait aucunement à sévir contre la contrebande et le commerce illégal d'armes à feu, de même que contre les crimes commis par des gangs avec des armes à feu.
Beaucoup de membres des forces de l'ordre ont déjà dit que cette mesure ne serait pas efficace, y compris l'actuelle commissaire de la GRC, l'ancien commissaire de la Police provinciale de l'Ontario, le chef de police de Vancouver, qui est aussi l'ancien président de l'Association canadienne des chefs de police, de même que les représentants des services de police de Winnipeg et d'Halifax et les chefs de police de Regina et de Saskatoon. Les provinces de l'Alberta, de la Saskatchewan, de l'Ontario, du Québec et du Manitoba dénoncent déjà le projet de loi  C-21. Le premier ministre du Manitoba a dit qu'il ne fonctionnerait tout simplement pas.
En 2019, l'Association canadienne des chefs de police n'a pas soutenu les appels à une interdiction des armes de poing et son ancien président, le chef de la police de Vancouver, Adam Palmer, a déclaré ceci:
Dans tous les cas, les infractions existent déjà. La personne armée enfreint déjà la loi et le droit pénal au Canada couvre déjà toutes ces situations [...] Les lois actuelles sur les armes, au Canada, sont excellentes. Elles sont très strictes.
L'ancien commissaire de la Police provinciale de l'Ontario Chris Lewis a, quant à lui, tenu ces propos:
Cette idée de faire interdire les armes de poing par les municipalités est ridicule [...] Elle n'aura d'incidence que sur les propriétaires légitimes. Les membres de gang les possèdent et les portent déjà au mépris du Code criminel et ne craignent pas les policiers qui ont les mains liées ni nos faibles systèmes judiciaires.
Le président des services de police de Toronto, Mike McCormack, a pour sa part déclaré ceci:
Que ce soit ici ou ailleurs, cela n'aura absolument aucun effet sur un type qui a décidé d'aller acheter illégalement une arme et de l'utiliser pour tirer sur quelqu'un ou tuer quelqu'un [...]
Ce n'est que de la poudre aux yeux de la part des libéraux. C'est classique. Cela n'aura absolument aucun effet sur l'utilisation d'armes à feu acquises illégalement pour commettre des crimes. Bien sûr que les criminels et les gangs n'ont pas de permis et n'enregistrent pas des armes à feu obtenues illégalement et qu'ils ne seront pas impressionnés par ses règlements municipaux. Ils se fichent pas mal du Code criminel.
Étant donné qu'au moins 80 % des armes à feu ayant servi à commettre des crimes au Canada sont arrivées en contrebande des États-Unis, le fait de permettre aux villes d'exiger que les propriétaires détenant un permis remettent leurs armes de poing aura peu ou pas d'effet sur l'amélioration de la sécurité publique.
En 2016, un père de quatre jeunes enfants — deux étaient âgés de six et cinq ans et un couple de jumeaux avaient un an — profitait d'une soirée entre amis à Toronto lorsqu'il a été abattu par une balle perdue. La mère de ce père de famille, Evelyn Fox, portera son deuil toute sa vie, elle qui a perdu l'un de ses quatre enfants. Elle milite aujourd'hui pour soutenir les jeunes qui sont à risque et prévenir leur implication dans les activités des gangs. À son avis, l'interdiction des armes de poing au Canada est « illogique » parce que « dans la rue, ils pourront se procurer des armes de poing de toute façon ». Elle a affirmé ceci: « J'aimerais aussi savoir comment le fait de pénaliser les propriétaires d'armes à feu respectueux des lois, en interdisant des armes, permettra de réduire la violence liée aux armes à feu dans les rues alors que 80 % de ces armes, si ce n'est pas plus, viennent de l'autre côté de la frontière? » Elle a raison.
À Toronto, malgré le fait que les libéraux aient récemment interdit des milliers d'armes à feu par décret, il y a eu 462 fusillades en 2020, soit une hausse par rapport à 2018, où il n'y avait aucune ordonnance d'interdiction. L'année 2019 a été une année record.
Depuis 2014, les fusillades à Toronto ont augmenté de 161 %. Bien évidemment, les résidants et les familles s'inquiètent de cette réalité, ce qui cause des nuits d'insomnie, beaucoup de souffrance et d'anxiété en pensant à la sécurité et en se demandant si les enfants peuvent grandir sans crainte dans des quartiers paisibles. Le plus exaspérant, c'est que le projet de loi C-21 ne ferait rien pour accroître la sécurité même si les libéraux prétendent le contraire.
En 2019, le chef de police de Toronto, Mark Saunders, a déclaré que la plupart des armes à feu ayant servi à commettre des crimes avaient été importées illégalement. Il a dit: « En ce qui concerne les armes de poing, je crois que 82 % [...] des armes à feu utilisées pour commettre des crimes dans la ville venaient des États-Unis. »
Le président de l'association des policiers de Peel, Adrian Woolley, a déclaré: « Il y a beaucoup d'armes à feu en circulation, et il ne s'agit pas d'armes légales de tireurs sportifs, mais d'armes illégales qui sont arrivées en contrebande des États-Unis. »
L'Agence des services frontaliers a saisi 751 armes à feu illégales à la frontière canado-américaine pendant l'exercice financier 2017-2018; elle en a ensuite saisi 696, puis 753 pendant les deux exercices suivants. Pendant le premier trimestre de l'exercice en cours, l'Agence des services frontaliers a saisi 166 armes à feu. Nous nous devons de féliciter les agents des services frontaliers canadiens pour leur bon travail. Pour soutenir ces efforts déployés en vue de renforcer la sécurité publique, les législateurs devraient réprimer plus sévèrement les criminels armés et les contrebandiers d'armes qui se font prendre. C'est exactement ce que le député conservateur de Markham—Unionville espérait lorsqu'il a proposé le projet de loi C-238, qui se serait attaqué à la contrebande d'armes et au fait de posséder, en toute connaissance de cause, des armes importées illégalement. Le projet de loi prévoyait d'alourdir les peines et de compliquer l'accès des trafiquants d'armes à la libération sous caution. Les libéraux et les néo-démocrates ont toutefois voté contre cette mesure de sécurité publique, une semaine avant que soit annoncé le projet de loi C-21.
Quand on leur demande pourquoi le gouvernement ne sévit pas plus durement contre les criminels, les libéraux répondent automatiquement qu'ils ont instauré une interdiction visant les armes d'assaut « de type militaire ». Soulignons tout d'abord que, bien qu'il suscite la peur, le terme « arme d'assaut de type militaire » est une pure invention et n'a aucune définition légale. Dans les faits, l'utilisation d'armes à feu entièrement automatiques est interdite depuis les années 1970 en dehors du contexte militaire. Par ailleurs, le premier ministre a déclaré avoir fait adopter une loi afin que les gens ne puissent pas acheter d'arme à feu sans acheter de permis, mais c'est faux.
Voici un autre exemple de fabulation. Samedi dernier, le député d'York-Sud—Weston a déclaré à des victimes de crimes armés et à leur famille que la saisie d'armes à feu du gouvernement libéral comprenait des mitraillettes « AR-135 », des armes qui n'existent même pas.
Il est malheureusement facile de comprendre pourquoi les propriétaires d'armes respectueux des lois et bien intentionnés vivant en zone urbaine ou rurale, les collectionneurs, les chasseurs, les tireurs sportifs, les amateurs et les vendeurs d'armes, de même que les gens qui aiment ce volet du patrimoine canadien se méfient des libéraux. Le virage radical prévu dans le projet de loi C-21 n'arrangerait vraiment pas les choses. Il créerait un régime entaché de partialité dans lequel les gens seraient considérés comme coupables jusqu'à preuve du contraire, et il ciblerait des Canadiens qui ont déjà déclaré leur arme et qui détiennent les permis requis, conformément aux règles strictes en vigueur au Canada, où des vérifications rigoureuses sont effectuées, des ordonnances d'interdiction sont appliquées et des perquisitions et des saisies peuvent être effectuées sans mandat.
Cette situation prête aux abus et aux conflits, tout en enlisant les tribunaux et les ressources policières, qui sont déjà surchargés, alors qu'à l'heure actuelle, de multiples systèmes se font concurrence pour faire en sorte que les ressources policières puissent répondre aux situations urgentes de menaces à la sécurité personnelle ou publique, comme il se doit. La nouvelle approche risque même d'exiger plus de temps, d'avoir des conséquences imprévues et d'entraîner l'effet inverse. Cette habitude qui consiste à affirmer une chose et à en faire une autre, autrement dit à inventer des histoires, et à ne pas fournir de données probantes pour appuyer une mesure législative afin de démontrer qu'elle procurera les résultats escomptés, devrait inciter chaque Canadien à questionner les libéraux et à les mettre au défi de démontrer que leurs lois permettront effectivement d'améliorer la sécurité publique tout en luttant contre les crimes commis avec une arme à feu.
Cela m'amène au cadre du programme de confiscation à participation volontaire. Un document publié en 2018 par Sécurité publique Canada, intitulé « Réduire la criminalité violente: Dialogue sur les armes de poing et les armes d’assaut », explique pourquoi la confiscation d'armes à feu détenues par des personnes titulaires d'un permis s'avérerait inefficace pour réduire les crimes commis avec une arme à feu au Canada. Ce document indique ceci:
La grande majorité des propriétaires d'armes de poing et d'autres armes à feu au Canada respectent les exigences, et la plupart des crimes liés aux armes à feu ne sont pas commis avec des armes à feu détenues légalement. [...]
Dans la plupart des cas, les particuliers possèdent des armes de poing parce qu'ils pratiquent des activités de tir sportif ou que ces armes font partie d'une collection. [...]
Toute interdiction [...] toucherait principalement les propriétaires légitimes d'armes à feu [...]
Le ministre de la Sécurité publique a déclaré récemment que le gouvernement ignore combien d'armes seront assujetties au programme de confiscation. Selon lui, environ 200 000 armes seraient visées, et le programme coûterait aux contribuables 1 300 dollars par arme à feu en moyenne, pour un total de 250 à 260 millions de dollars. Bien entendu, les experts affirment que les libéraux sont loin du compte et que ce programme de confiscation pourrait en réalité s'élever à 5 milliards de dollars. Le fait est que les libéraux n'ont pas été en mesure de mettre en place un cadre, aucun promoteur du secteur privé n'ayant accepté de gérer ce programme, même après deux appels d'offres. Je trouve assez révélateur que de grandes sociétés très réputées aient examiné les prétendues analyses et hypothèses relatives aux coûts du gouvernement, pour finalement décider de rester à mille lieues de ce programme.
Les libéraux n'ont toujours pas expliqué clairement ce qu'ils comptent faire pour les détaillants qui se retrouvent coincés avec un inventaire qu'ils ne peuvent pas vendre ni retourner aux fabricants. Phil Harnois, propriétaire de P&d Enterprises, en Alberta, a fait valoir que 40 % de ses ventes annuelles étaient liées à des armes à feu qui sont maintenant interdites, et qu'un inventaire de plusieurs milliers de dollars a perdu toute sa valeur du jour au lendemain. Selon le président de la Fédération de la police nationale, Brian Sauvé: « les données probantes tendent à indiquer que c'est le trafic illégal d'armes à feu qui permet aux criminels de se procurer des armes à feu, puis de commettre des crimes au moyen de ces armes [...] [I]l faut se pencher sur la source du problème. » Dans la grande majorité des cas, les auteurs des crimes commis avec une arme à feu au Canada sont des membres d'un gang et des criminels qui utilisent déjà des armes à feu illégales qui, dans la plupart des cas, ont été introduites au pays illégalement et de façon clandestine. On ne saurait trop insister là-dessus, puisque le projet de loi C-21 rate complètement la cible.
Sylvia Jones, porte-parole du ministère du Solliciteur général de l'Ontario, est également de cet avis. Je la cite: « Comme les spécialistes de l'application de la loi l'indiquent régulièrement, il n'a pas été démontré que l'interdiction visant les armes à feu illégales et les mesures ciblant les citoyens respectueux des lois permettraient de combattre efficacement le problème de la violence commise avec des armes à feu. » Évidemment, les libéraux n'ont pas non plus montré qu'ils croient réellement que les armes qu'ils veulent interdire sont une vraie menace lorsqu'elles sont entre les mains d'un propriétaire d'arme à feu qui détient un permis et qui respecte les lois. Sinon, pourquoi auraient-ils pris la décision déroutante d'interdire ces armes tout en permettant aux Canadiens de les garder chez eux à condition qu'elles soient enregistrées auprès du gouvernement? C'est très déroutant.
Une chose est sûre, cela dit: le projet de loi C-21 réussit à créer un véritable cafouillis et il donnera lieu à la création d'un second registre des armes d'épaule, car je rappelle que certaines des armes à feu qui seront désormais interdites sont des armes d'épaule. Les contribuables devront donc dépenser des milliards de dollars sans qu'il y ait le moindre effet sur la sécurité publique, sur les Canadiens qui sont pris pour cible par les gangs ou sur les criminels qui commettent la vaste majorité des crimes et des actes de violence mettant en cause des armes à feu.
L'interdiction visant l'importation, l'exportation et la vente d'armes à air comprimé non réglementées qui ressemblent à des armes à feu modernes figure elle aussi parmi les mesures complètement inutiles qui ne feront rien pour améliorer la sécurité publique tout en étant lourdes de conséquences pour M. et Mme Tout-le-Monde. Les libéraux veulent même interdire celles qui servent à des activités sportives, comme l'airsoft et le paintball, quoique, dans ce dernier cas, l'interdiction sera seulement partielle. N'importe qui de moindrement sensé et rationnel sait que ces armes factices n'ont rien à voir avec les fusillades qui sèment la mort dans les villes du pays. Cette disposition du projet de loi C-21 ferait faire perdre à des milliers de gens leur gagne-pain, leur emploi et leur travail de toute une vie et elle priverait d'une activité de loisir tout à fait inoffensive plus de 60 000 Canadiens.
Le marché canadien des armes à air comprimé représente 100 millions de dollars. De plus, à l'échelle du pays, plus de 260 entreprises sont associées à la communauté des amateurs de fusils à balles de peinture et à air comprimé. La Fédération d'Airsoft du Québec estime que l'industrie rapporte plus de 10 millions de dollars par année au Québec seulement. Les distributeurs et les détaillants ne savent pas quoi faire de leur stock actuel et de ce qu'ils ont déjà commandé, car cette marchandise n'aurait plus aucune valeur dès l'adoption du projet de loi, qui ne leur permettrait pas non plus d'éponger leurs pertes, puisqu'il interdirait la vente de ces produits. Le projet de loi aurait des répercussions non seulement sur les entreprises qui vendent directement des armes à feu aux tireurs amateurs ou aux sportifs de compétition, mais aussi sur les détaillants d'équipement et d'accessoires de protection, ainsi que sur les propriétaires de clubs et d'installations sportives qui offrent surtout ou uniquement ce genre d'activités.
L'industrie en entier serait dévastée. Matt Wasilewicz, propriétaire de Canadian Airsoft Imports, affirme que l'interdiction confirme leurs pires craintes. Frank Chong, propriétaire de Toronto Airsoft, le plus gros détaillant canadien d'armes à air comprimé, déclare que c'est l'apocalypse pour eux à ce stade-ci. Ziming Wan de BlackBlitz Airsoft à Waterloo indique: « Nous devrons pratiquement tous fermer nos portes...On vient de signer l'arrêt de mort du sport tel que nous le connaissons aujourd'hui ». Joe Kimpson de Flag Raiders à Kitchener déclare: « Vous allez voir le tir sportif avec armes à air comprimé disparaître au Canada ».
Soixante-quatorze pour cent de ces entreprises s'attendent à ce que le projet de loi C-21 leur fasse perdre plus de la moitié de leurs revenus et 47 % s'attendent à fermer pour de bon. Les entreprises concernées comptent environ 3 000 employés. Il est inadmissible que la moitié d'entre eux perdent leur emploi, sans que cela ne contribue à sauver ne serait-ce qu'une seule vie.
On voit mal comment les libéraux protégeraient notablement le bien-être et la sécurité des Canadiens en interdisant des armes-jouets, en faisant fermer d'autres entreprises et en éliminant 1 500 emplois, alors que le Canada affiche déjà le taux de chômage le plus élevé du G7.
Mark de Motium Manufacturing à Lakeland déclare: « On ne m'a donné aucun préavis, on ne m'a pas averti ni consulté. Tout le travail accompli au cours des huit dernières années est réduit à néant et mes clients sont traités à tort comme des criminels. Comment se fait-il que les criminels ne subissent pas d'effets aussi négatifs que ma petite entreprise? »
Une pétition intitulée « Bloquons le projet de loi C-21 » circule parmi la communauté des amateurs, et 30 000 Canadiens l'ont déjà signée. La raison est bien simple: les Canadiens savent ce que les experts disent depuis le début et cela correspond à ce que les conservateurs ne cessent d'affirmer. Les libéraux passent à côté de ce qui est le plus important, c'est-à-dire régler à la source le problème des crimes commis avec des armes à feu au Canada, notamment en accordant une plus grande importance à ce dossier ou en mettant en place un solide cadre juridique.
Il est bon de constater que certaines mesures ont été mises en place pour aider l’Agence des services frontaliers du Canada et que les peines sont un peu plus sévères pour les cas de contrebande d'armes. Cependant, dans le projet de loi C-21, ces éléments s'apparentent davantage à un post-scriptum dans ce qui semble être une stratégie plus vaste dont l'objectif principal est de cibler les Canadiens qui respectent déjà la loi. En lisant ce projet de loi, on pourrait penser qu'il vise à nuire à la communauté des propriétaires d'armes à feu légales. Il n'est vraiment pas évident de conclure que le projet de loi C-21 vise à améliorer la sécurité publique.
Le plus tragique dans toute cette histoire, c'est qu'en dépit des grands mots et des discours musclés des libéraux, ce sont les vraies victimes de la hausse de la violence liée aux armes à feu ainsi que les Canadiens et leur famille qui font les frais des politiques et des tentatives infructueuses des libéraux. Le pire, c'est que les preuves sont disponibles pour quiconque veut bien les voir. Les experts, les autorités policières et les décideurs s'entendent tous pour dire qu'il faut des stratégies concrètes et une réglementation qui ciblent les criminels et les gangs, en plus de prévoir de l'aide pour les jeunes à risque.
Les conservateurs préconiseront toujours une approche sensée en ce qui concerne la législation sur les armes à feu ainsi que des objectifs concrets pour assurer la sécurité personnelle et publique. Le projet de loi C-21 ne va pas au fond des choses pour s'attaquer à la cause principale des crimes commis avec des armes à feu au Canada. Tous les députés doivent vraiment prendre au sérieux la contrebande d'armes à feu ainsi que les activités des gangs et des criminels, pour défendre les victimes — passées et futures — de crimes violents au Canada.
Comme le dit Evelyn Fox, « Je vois qu'il y a des homicides et ça me fait automatiquement penser qu'une autre mère doit passer par là et qu'elle doit vivre avec le fait qu'elle ne reverra plus ses enfants ». En effet, le projet de loi C-21 ne changera rien à de tels drames, les conservateurs vont s'y opposer fermement et, s'il est adopté, ils l'abrogeront.
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2021-02-26 10:53 [p.4599]
Madam Speaker, I am a little confused by the member's comments because when she was a member of the previous government, she was actually responsible for cutting enormous amounts of funding and staffing from the police and our border service officers, and when our government brought forward measures to refund and restaff those important functions, she voted against them.
I just want to clarify something. We listened very carefully to law enforcement and the victims of gun violence and we are taking strong action in response to their urgent appeals to strengthen gun control in this country. We know that the Conservative leader has promised the gun lobby he will weaken gun control. For example, the gun lobby tells us he promised them that he will make assault rifles legal again, remove restrictions on handguns, eliminate all controls over large capacity magazines, eliminate stronger background checks and allow people to carry concealed weapons. The gun lobby has said very clearly that it has told the Conservative leader what he is to do and he has agreed to do it.
Can the member confirm that it is the intention of the Conservative leader and party to weaken gun controls in the way they have been ordered to do by the gun lobby?
Madame la Présidente, les observations de la députée me laissent un peu perplexe parce que, quand elle faisait partie du gouvernement précédent, c'est elle qui a été à l'origine d'importantes compressions budgétaires et de réductions significatives des effectifs imposées aux forces de l'ordre et aux services frontaliers. De plus, quand le gouvernement actuel a présenté des mesures pour financer et doter de nouveau ces services importants, la députée s'y est opposée.
Je tiens à apporter quelques précisions. Nous avons écouté attentivement les représentants des forces de l'ordre et les victimes de violence liée aux armes à feu et nous prenons des mesures énergiques pour répondre à leur appel urgent à renforcer le contrôle des armes à feu au Canada. Nous savons que le chef conservateur a promis au lobby des armes à feu d'affaiblir le contrôle des armes à feu. Par exemple, ce lobby nous a indiqué que le chef conservateur lui a promis qu'il légalisera de nouveau les fusils d'assaut, qu'il éliminera les restrictions sur les armes de poing, toutes les mesures de contrôle visant les chargeurs grande capacité et la vérification approfondie des antécédents, et qu'il permettra aux gens de porter des armes dissimulées. Le lobby des armes à feu a indiqué très clairement au chef conservateur ce qu'il devait faire, et ce dernier a accepté de le faire.
La députée peut-elle confirmer que le chef conservateur et son parti ont bel et bien l'intention d'affaiblir le contrôle des armes à feu comme le lui a ordonné le lobby des armes à feu?
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2021-02-26 10:54 [p.4599]
Madam Speaker, what on earth is this minister talking about? What a deeply concerning and troubling and, frankly, frigging ridiculous response by the one person who has the most power and the most ability to make a real difference—
Madame la Présidente, de quoi diable parle le ministre? C'est une réponse extrêmement inquiétante et troublante et, à vrai dire, foutrement ridicule de la part de la personne qui a le plus de pouvoir et la plus grande capacité à faire une réelle différence...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
We have a point of order from the hon. member for Kingston and the Islands.
Le député de Kingston et les Îles invoque le Règlement.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, on a point of order. As you know, and I am sure this member knows, members cannot say indirectly what they cannot say directly. When members use a word like “frigging”, it is pretty clear what they are actually trying to say. I would encourage the Speaker to encourage this member to use proper language and decorum.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. Comme vous le savez et comme je suis convaincu que la députée le sait, les députés ne peuvent pas dire indirectement ce qu'ils ne peuvent pas dire directement. Lorsque les députés utilisent un mot comme « foutrement », on a une assez bonne idée de ce qu'ils essaient réellement de dire. J'invite la Présidente à encourager la députée à employer un langage approprié et à respecter le décorum.
Results: 1 - 15 of 33252 | Page: 1 of 2217

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data