Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 8 of 8
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Chair, and colleagues.
It's my pleasure to speak today on my private member's bill, Bill C-237, an act to establish a national framework for diabetes.
Before I begin, I want to thank all members immensely for your support of this initiative at second reading. I'm glad to know we share the goal of fighting diabetes.
This year we commemorate the 100th anniversary of the discovery of insulin by Sir Frederick Banting and his partners at the University of Toronto. It was also at U of T that stem cells were discovered in the 1960s. These have led to promising research that may lead to a cure.
Since Canada has been home to these great inventions in the fight against diabetes, we should also have a comprehensive strategy to help those living with this disease.
We have 11 million Canadians living with diabetes or prediabetes. The number of diagnoses doubled in the last 20 years, and every three minutes, another Canadian is added to this list. In my own community of Brampton, almost every sixth resident lives with diabetes or prediabetes.
In my 18-year career as a health care professional, I saw patients with cardiovascular disease, kidney disease, amputations or high blood pressure and diabetes was frequently an underlying and complicating condition. That is why a strategy is so important. By effectively fighting or preventing one disease, we will make an impact on many others.
When you consider the expense to the public health care system and to individuals living with diabetes, it represents a massive financial burden. Every dollar spent fighting and preventing diabetes means greater savings down the line.
It is one of the most common chronic illnesses in Canada and the rate is only growing. Some Canadians are at increased risk of diabetes, such as South Asians, Black and indigenous Canadians. We also know that diabetes disproportionately affects Canadians with low income and education. Diabetes rates are three to four times higher among first nations than among the general Canadian population. Furthermore, indigenous individuals are diagnosed with type 2 diabetes at a younger age than other individuals.
The COVID-19 pandemic has disproportionately affected Canadians with chronic diseases, including diabetes.
For all these reasons, we need a cohesive national plan to respond to diabetes, one that coordinates funding for awareness, prevention, research and treatment, and that ensures equal access to treatment across Canada.
Mr. Chair, we can learn from Canada's past diabetes plans and programs, and we can make sure that the framework called for in Bill C-237 is data-driven, accountable and engaged with stakeholders such as Diabetes Canada, JDRF and others.
A national framework for diabetes would provide a common direction for all stakeholders to address diabetes, and by extension, other chronic diseases with the same risk factors. It would enhance coordinated efforts across federal, provincial and territorial jurisdictions and provide a mechanism for tracking and reporting on progress.
The framework would allow for the identification of gaps in present approaches, strengthen action to address health inequities in diabetes and decrease the duplication of efforts by coordinating across jurisdictions.
The bill calls for promoting research, data collection and treatment. It would offer an opportunity for indigenous people and organizations to engage in federal, provincial and territorial strategies using a distinctions-based approach.
It would make a difference in the lives of millions of Canadians. Back in April 2019, this committee conducted a study and released a report on this very issue.
Mr. Chair and Mr. Davies, you were both part of the committee at that time. The comprehensive report already outlines the steps the government should take in the fight against diabetes.
The number one recommendation in this report was that the Government of Canada, in partnership with the provinces and territories and in collaboration with stakeholders, plan and implement an approach for the prevention and management of diabetes in Canada through a national diabetes strategy. Bill C-237 mandates the minister to do just this.
The HESA report made 10 other recommendations. Among them were that the government explore options to reduce diabetes-related stigma and improve public awareness and education on diabetes; provide funding through the Canadian Institutes of Health Research for research into preventing and treating diabetes; hold discussions with the provinces and territories to explore possible approaches to providing uniform coverage for diabetes-related medication, supplies and equipment across Canada; work with the provinces and territories to explore possible approaches to improving access to health care for individuals living with diabetes in rural, remote and northern communities and address the difficulties faced by many Canadians in accessing a family physician; and work with the provincial regulatory bodies to ensure that health care professionals receive comprehensive education and training to properly identify and manage diabetes and diabetes-related complications in their patients.
I believe that with more coordination among all levels of government and stakeholders, we will be a better position to win the fight against diabetes. I know that the government will give full consideration to the HESA report and the dozens of witnesses who shared their expertise and experiences to help shape the recommendations. For example, I personally think the Diabetes Canada 360° proposal is an excellent one.
This past November I went to Banting House in London, Ontario, where the Flame of Hope, a perpetually burning torch that serves to honour all who have been affected by diabetes, is located. It is a reminder that we must still work for a real cure. It will only be extinguished when one is discovered.
The discovery of insulin is remembered as one of the greatest medical achievements of the 20th century. It was the first time the Nobel Prize for medicine went to someone outside Europe. It went to Canada. The best thing we can do as a country to honour this discovery is to recommit to helping everyone battling this chronic disease, whether they are patients, doctors, researchers or loved ones.
Mr. Chair and fellow committee members, Canadians have always been leaders in the fight against diabetes. I want to thank you all again for the support you have shown for this bill, which I hope will eventually lead to the day when we can extinguish that torch at Banting House. Canada gave insulin to the world. Why can we not lead the way?
Thank you, Mr. Chair.
Monsieur le président, chers collègues, je vous remercie.
J'ai le plaisir de parler aujourd'hui de mon projet de loi d'initiative parlementaire, le projet de loi C-237, Loi prévoyant l'élaboration d'un cadre national sur le diabète.
Avant de commencer, je tiens à remercier infiniment tous les membres pour leur soutien à l'égard de cette initiative en deuxième lecture. Je suis heureuse de savoir que nous partageons l'objectif de lutter contre le diabète.
Cette année, nous célébrons le 100e anniversaire de la découverte de l'insuline par Sir Frederick Banting et ses partenaires à l'Université de Toronto. C'est également à cette université que les cellules souches ont été découvertes dans les années 1960. Celles-ci ont conduit à des recherches prometteuses qui pourraient déboucher sur un remède.
Puisque le Canada est à l'origine de ces grandes inventions dans la lutte contre le diabète, nous devrions également nous doter d'une stratégie globale pour aider les personnes qui vivent avec cette maladie.
Au Canada, 11 millions de personnes vivent avec le diabète ou le prédiabète. Le nombre de diagnostics a doublé au cours des 20 dernières années, et toutes les trois minutes, un autre Canadien s'ajoute à cette liste. Dans ma propre collectivité de Brampton, près d'un résident sur six vit avec le diabète ou le prédiabète.
Au cours de mes 18 années de carrière comme professionnelle de la santé, j'ai vu des patients souffrant de maladies cardiovasculaires, de maladies rénales, d'hypertension artérielle et ayant subi des amputations; le diabète était souvent une condition sous-jacente qui compliquait les choses. Voilà pourquoi une stratégie est si importante. En combattant ou en prévenant efficacement une maladie, nous aurons une incidence sur de nombreuses autres.
Si l'on considère les dépenses du système de santé publique et des personnes vivant avec le diabète, elles représentent un lourd fardeau financier. Chaque dollar dépensé pour combattre et prévenir le diabète se traduit par des économies plus importantes au bout du compte.
C'est l'une des maladies chroniques les plus courantes au Canada et le nombre de cas ne fait qu'augmenter. Certains Canadiens présentent un risque accru de diabète, comme les Sud-Asiatiques, les Noirs et les Autochtones. Nous savons également que le diabète touche de façon disproportionnée les Canadiens à faible revenu et peu scolarisés. Les taux de diabète sont trois à quatre fois plus élevés chez les Premières Nations que dans l'ensemble de la population canadienne. En outre, les Autochtones reçoivent un diagnostic de diabète de type 2 à un âge plus précoce que les autres personnes.
La pandémie de COVID-19 a touché de manière disproportionnée les Canadiens atteints de maladies chroniques, notamment le diabète.
Pour toutes ces raisons, nous avons besoin d'un plan national cohérent pour répondre au diabète, qui coordonne le financement des mesures de sensibilisation, la prévention, la recherche et le traitement, et qui assure un accès égal aux soins dans tout le Canada.
Monsieur le président, nous pouvons tirer des leçons des plans et des programmes antérieurs du Canada en matière de diabète, et nous pouvons nous assurer que le cadre prévu par le projet de loi C-237 est fondé sur des données, qu'il est responsable et qu'il fait appel à des intervenants comme Diabète Canada, la FRDJ et d'autres.
Un cadre national sur le diabète fournirait une orientation commune à tous les intervenants pour s'attaquer au diabète et, par le fait même, à d'autres maladies chroniques présentant les mêmes facteurs de risque. Il renforcerait la coordination des efforts entre les administrations fédérales, provinciales et territoriales et fournirait un mécanisme de suivi et de communication des progrès réalisés.
Ce cadre permettrait de relever les lacunes des approches actuelles, de renforcer les actions visant à lutter contre les inégalités en matière de santé dans le domaine du diabète et de réduire le chevauchement des efforts en assurant la coordination entre les administrations.
Le projet de loi prévoit de promouvoir la recherche, la collecte de données et le traitement. Il offrirait aux peuples et aux organisations autochtones la possibilité de s'engager dans des stratégies fédérales, provinciales et territoriales en utilisant une approche fondée sur les distinctions.
Il améliorerait la vie de millions de Canadiens. En avril 2019, ce comité a mené une étude et publié un rapport sur cette question même.
Monsieur le président et monsieur Davies, vous faisiez tous deux partie du Comité à l'époque. Le rapport complet décrit déjà les mesures que le gouvernement devrait prendre dans la lutte contre le diabète.
La première recommandation de ce rapport est que le gouvernement du Canada, en partenariat avec les provinces et les territoires et en collaboration avec les intervenants, planifie et mette en œuvre une approche pour la prévention et la gestion du diabète au Canada dans le cadre d'une stratégie nationale sur le diabète. Le projet de loi C-237 donne à la ministre le mandat précis de le faire.
Le rapport du HESA contient 10 autres recommandations. Il recommande notamment au gouvernement d'étudier les possibilités de réduire la stigmatisation liée au diabète et d'améliorer la sensibilisation et l'éducation du public sur le diabète; de financer, par l'intermédiaire des Instituts de recherche en santé du Canada, la recherche sur la prévention et le traitement du diabète; de tenir des discussions avec les provinces et les territoires afin d'étudier les approches possibles pour offrir une couverture uniforme des médicaments, des fournitures et des équipements liés au diabète dans tout le Canada; de collaborer avec les provinces et les territoires afin d'explorer les approches possibles pour améliorer l'accès aux soins de santé des personnes vivant avec le diabète dans les collectivités rurales, éloignées et du Nord et de s'attaquer aux difficultés rencontrées par de nombreux Canadiens pour avoir accès à un médecin de famille; et de collaborer avec les organismes de réglementation provinciaux pour veiller à ce que les professionnels de la santé reçoivent une éducation et une formation complètes pour cerner et gérer correctement le diabète et les complications qui en découlent chez leurs patients.
Je crois qu'avec une meilleure coordination entre tous les ordres de gouvernement et les intervenants, nous serons mieux placés pour vaincre le diabète. Je sais que le gouvernement tiendra pleinement compte du rapport du HESA et des dizaines de témoins qui ont partagé leur expertise et leur expérience pour aider à formuler les recommandations. Par exemple, je pense personnellement que la proposition 360° de Diabète Canada est excellente.
En novembre dernier, je me suis rendue à la maison Banting, à London, en Ontario, où se trouve la flamme de l'espoir, qui brûle en permanence pour rendre hommage à tous ceux qui ont été touchés par le diabète. Elle nous rappelle que nous devons encore travailler à trouver un véritable remède. Elle ne s'éteindra que lorsqu'on en aura découvert un.
La découverte de l'insuline est considérée comme l'une des plus grandes réussites médicales du XXe siècle. C'était la première fois que le prix Nobel de médecine était décerné à quelqu'un qui se trouvait à l'extérieur de l'Europe. Il a été décerné au Canada. La meilleure chose que nous puissions faire en tant que nation pour honorer cette découverte est de nous engager à nouveau à aider tous ceux qui luttent contre cette maladie chronique, que ce soient des patients, des médecins, des chercheurs ou des proches.
Monsieur le président et chers membres du Comité, les Canadiens ont toujours été des chefs de file dans la lutte contre le diabète. Je tiens à vous remercier encore une fois pour le soutien que vous avez manifesté à l'égard de ce projet de loi qui, je l'espère, finira par nous permettre d'éteindre la flamme de la maison Banting. Le Canada a donné l'insuline au monde entier. Pourquoi ne pouvons-nous pas montrer la voie?
Merci, monsieur le président.
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. d'Entremont. I was listening to your speech in the House when you were, as a parent, explaining André's situation. I would agree with you. In my 18 years as a health expert, I saw many parents like that.
Who is it addressed to? All demographics. I would expect the federal government would take a role in coordinating that data collection and promotion of information to encourage prevention, and providing funding to research that will lead to a cure, and ensuring an affordable and reliable supply of treatment and devices.
I would expect that a framework would include clear directions on which department and levels of government would be responsible for implementing the various aspects of it, through education and promoting awareness of what it does, even delayed onset diabetes. I'm talking about type 1. It will prevent type 2 risk factors of obesity and many others.
Merci, monsieur d'Entremont. J'ai écouté votre discours, à la Chambre des communes, au cours duquel vous expliquiez, à titre de parent, la situation d'André. Je suis d'accord avec vous. Au cours de mes 18 années en tant que spécialiste de la santé, j'ai vu de nombreux parents dans la même situation.
À qui cela s'adresse-t-il? À tous les groupes démographiques. Je m'attends à ce que le gouvernement fédéral joue un rôle quant à la coordination de la collecte des données et de la communication de l'information pour encourager la prévention, au financement de la recherche pour trouver un remède et à l'approvisionnement abordable et fiable en traitements et en appareils.
Je m'attends à ce qu'un cadre comprenne des directives claires concernant lesquelles le ministère et les gouvernements sont responsables de mettre en œuvre les divers aspects, par l'éducation et la sensibilisation, même pour ce qui est de retarder l'apparition de la maladie. Je parle du diabète de type 1. Il permettra de prévenir les facteurs de risque associés au diabète de type 2, dont l'obésité.
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Van Bynen. It's a great question. Thank you for your support all the way.
You're right. We need to consult with the indigenous stakeholders as well because, as you know, on reserve and in indigenous populations there are higher rates than with any others. We need to consult with indigenous stakeholders, provinces and territories. The government needs to consult with the stakeholders such as Diabetes Canada and JDRF and listen to the proposals.
Ms. Hanson mentioned diabetes 360°, which we all supported in the HESA committee. It has very good aspects and I hope it can address many indigenous concerns as well.
There have been consultations on subjects that help those with diabetes. For other aspects, like Canada's food guide, there has not been a national holistic consultation called for, and that is why my bill calls for that. It would bring together both levels of government, indigenous partners and other stakeholders with the common goal of creating a national diabetes strategy, which I'm asking for in my bill, Bill C-237.
It's also to address Canadians of all different ages and demographics, and will be sensitive to cultures and socio-economic backgrounds, too.
Merci, monsieur Van Bynen. C'est une très bonne question. Je vous remercie de votre appui sans réserve.
Vous avez raison. Nous devons consulter les intervenants autochtones également, car, comme vous le savez, dans les réserves et les populations autochtones, les taux sont plus élevés qu'au sein de n'importe quelle autre population. Nous devons consulter les intervenants autochtones, les provinces et les territoires. Le gouvernement doit consulter les intervenants, notamment Diabète Canada et la FRDJ, et écouter les propositions.
Mme Hanson a parlé de la stratégie Diabète 360°, que tous les membres du comité de la santé ont appuyée. Elle comprend de très bons éléments et j'espère qu'elle peut répondre à de nombreuses préoccupations des Autochtones également.
Des consultations sur des sujets qui aident les gens atteints de diabète ont eu lieu. Concernant d'autres aspects, comme le Guide alimentaire canadien, aucune consultation nationale n'a été réclamée et c'est pourquoi le projet de loi le prévoit. Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, les partenaires autochtones et d'autres intervenants se réuniraient dans le but de créer une stratégie nationale sur le diabète, ce que je demande dans mon projet de loi, le projet de loi C-237.
Il s'agit également des Canadiens de tous âges et groupes démographiques, et il s'agirait de tenir compte des cultures et des milieux socioéconomiques.
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Thériault.
Why it is important is, as I mentioned even in my speech, in my home riding of Brampton, one in six Bramptonians are living with diabetes. Many more are prediabetic or undiagnosed. As you know, Brampton is home to a large South Asian population that is impacted by diabetes. We also have a large Black community, which is twice as likely to have diabetes.
The number of people in Peel Region living with diabetes doubled between 1996 and 2015. That's what the data shows there. That is why Brampton city council is very supportive. They know what's happening on the ground, and that is why they endorsed my bill. It is so important. The programs are not working well. We need this strategy.
Mr. Chair and Mr. Davies were there last term when we did a diabetes study in the last HESA. We made recommendations. There are always other factors like genetics and environment, but type 2 diabetes is often preventable with healthy eating, active living, education and awareness. That is why, if someone is aware of the early signs, they can maybe prevent this disease or maybe they can delay onset of the disease. Long-term consequences are more dangerous. Cultural sensitivity is another thing. That is why it's so important to bring this strategy now.
Merci, monsieur Thériault.
C'est important parce que, comme je l'ai mentionné dans mon discours, dans ma circonscription de Brampton, une personne sur six est atteinte de diabète. Beaucoup d'autres personnes sont atteintes de prédiabète ou n'ont pas été diagnostiquées. Comme vous le savez, Brampton comprend une importante population sud-asiatique qui est touchée par le diabète. Nous avons également une importante communauté noire, qui est deux fois plus susceptible d'être atteinte de diabète.
Dans la région de Peel, le nombre de personnes atteintes de diabète a doublé entre 1996 et 2015. C'est ce que montrent les données. C'est pourquoi le conseil municipal de Brampton apporte un grand soutien. Il sait ce qui se passe sur le terrain, et c'est pourquoi il a appuyé mon projet de loi. C'est tellement important. Les programmes ne fonctionnent pas bien. Nous avons besoin de cette stratégie.
M. le président et M. Davies étaient là lors de la dernière législature, lorsque le comité de la santé a mené une étude sur le diabète. Nous avons formulé des recommandations. Il y a toujours d'autres facteurs, comme l'hérédité et l'environnement, mais le diabète de type 2 peut souvent être évité grâce à une alimentation saine, une vie active, l'éducation et la sensibilisation. C'est pourquoi, si une personne est consciente des signes précurseurs, elle peut peut-être prévenir cette maladie ou retarder son apparition. Les conséquences à long terme sont plus dangereuses. La sensibilisation aux réalités culturelles est une autre chose. C'est pourquoi il est si important de mettre en place cette stratégie maintenant.
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Davies.
First of all, I thank you for your support.
I personally fully support 360°. I know as the chair of the all-party diabetes caucus that we work together. Last term when we studied the diabetes issue, we all supported that 360°. The government, of course, needs to conduct their own consultation and stakeholders engagement, but Diabetes Canada has done great work in putting together their 360° strategy.
Merci, monsieur Davies.
D'abord, je vous remercie de votre appui.
Personnellement, j'appuie pleinement le programme Diabète 360° et, à titre de présidente du Caucus multipartite sur le diabète, je sais que nous travaillons ensemble. Lors de notre étude sur le diabète, dans la législature précédente, nous avons tous appuyé ce programme. Le gouvernement doit évidemment mener ses propres consultations, notamment auprès des intervenants, mais Diabète Canada a fait un excellent travail en élaborant sa stratégie Diabète 360°.
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
That is why Bill C-237 is a pathway towards a strategy. Diabetes 360° is an example of such a strategy.
It isn't appropriate to tell Health Canada what should be implemented at this point, but I [Technical difficulty—Editor] and research plan, and we must let Health Canada look at it for implementation. That is why it's a pathway. I know Diabetes Canada is working well together with us. That is why I brought forward Bill C-237.
Voilà pourquoi le projet de loi C-237 est une voie vers une stratégie. Diabète 360° est un exemple d'une telle stratégie.
Il ne convient pas à ce moment-ci de dicter à Santé Canada ce qui devrait être mis en œuvre, mais je [Difficultés techniques] et le plan de recherche, et nous devons laisser Santé Canada l'examiner aux fins de la mise en œuvre. Voilà pourquoi c'est une avenue pour y arriver. Nous avons une excellente collaboration avec Diabète Canada. Voilà pourquoi j'ai présenté le projet de loi C-237.
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
We need that strategy. I personally support diabetes 360° and the next level. That is why I brought forward Bill C-237. We need a strategy.
Nous avons besoin de cette stratégie. Je suis personnellement favorable à la stratégie Diabète 360° et aux étapes suivantes. C'est pourquoi j'ai présenté le projet de loi C-237. Nous avons besoin d'une stratégie.
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
Thank you [Technical difficulty—Editor].
I do not oppose Mr. d'Entremont's amendment, but would remind committee members that the CRA is an arm's-length agency for a reason. [Technical difficulty—Editor] to be dictating this type of decision.
I do not believe that DTC regulations mention any specific disease or condition. My understanding of DTC is that it is meant to help people with a disability that impairs their ability to work or takes a lot of time to manage, like significant physiotherapy. Not all individuals with diabetes meet this threshold.
Regardless of whether an individual is eligible for the DTC, tax relief for medical expenses, such as the cost of insulin, insulin pumps and other supplies, may be available through the medical expense tax credit, with additional support for low-income working Canadians provided through the refundable medical expense supplement.
Diabetes can be expensive for some people to manage. I know that personally. As providers of health care, it should be the provinces that help to fill that gap. That is why government will need to work closely with the provinces and territories to ensure there is clarity about what each level of government is responsible for and that they are putting resources into the right program.
I once again thank Mr. d'Entremont for his input and feedback.
Merci [Difficultés techniques].
Je ne suis pas contre l'amendement de M. d'Entremont, mais je rappelle aux membres du Comité que l'ARC n'est pas indépendante pour rien. [Difficultés techniques] dicter ce type de décision.
Je ne pense pas que le règlement relatif au crédit d'impôt pour personnes handicapées mentionne une maladie ou une condition en particulier. D'après ce que je comprends, le CIPH vise à aider les personnes ayant un handicap qui les empêche de travailler ou qui requiert beaucoup de temps, comme d'importants traitements de physiothérapie. Ce ne sont pas toutes les personnes atteintes de diabète qui satisfont à ces critères.
Qu'une personne ait droit ou non au CIPH, elle a droit à des allégements fiscaux pour les frais médicaux, comme les coûts de l'insuline, des pompes à insuline et d'autres fournitures, par l'intermédiaire du crédit d'impôt pour frais médicaux. Une aide supplémentaire est offerte aux travailleurs canadiens à faible revenu grâce au supplément remboursable pour frais médicaux.
Pour certaines personnes, le diabète peut être coûteux à gérer. Je le sais personnellement. Ce sont les provinces, qui administrent les soins de santé, qui devraient combler cette lacune. Voilà pourquoi le gouvernement devra travailler de concert avec les provinces et les territoires pour veiller à établir clairement les responsabilités de chaque ordre de gouvernement et d'affecter les ressources au bon programme.
Je remercie encore une fois M. d'Entremont de sa contribution et de ses commentaires.
Results: 1 - 8 of 8

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data