Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 150000
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 15:52
I call this meeting to order.
Welcome to meeting number 24 of the House of Commons Standing Committee on Veterans Affairs.
Today's meeting is taking place in a hybrid format, as is now the norm. Pursuant to Standing Order 108(2) and the motion adopted by the committee on October 27, 2020, the committee is resuming its study on a strategy for commemorations in the 21st century.
I'd like to welcome all the witnesses who have taken the time to join us today. I will introduce all of you, and then each of you will have five minutes for opening remarks. I will indicate to you when you have one minute left, but don't panic. You'll have lots of time to to wrap up your remarks. That will be the case throughout the meeting. I apologize in advance for having to interrupt anyone. That is part of the job as chair: to be the official interrupter.
I will introduce everyone.
From the Canadian Naval Memorial Trust, we're joined by Mr. Wendall Brown, past chair, retired commander, and William Woodburn, retired captain, chair of the organization.
Thanks to both of you for being here.
We also have with us, from the Department of National Defence, Dr. Steve Harris, acting director, chief historian, directorate of history and heritage; from the National Association of Federal Retirees, Jean-Guy Soulière, president, and Sayward Montague, director, advocacy; from Operation Husky 2023, Steve Gregory; and, from the Rwanda Veterans Association of Canada, Kevin Sammy Sampson, vice-president.
Thanks to all of you for being here and helping us with this study on commemoration.
I will start us off with Mr. Woodburn.
The next five minutes are all yours, sir.
La séance est ouverte.
Bienvenue à la 24e séance du Comité permanent des anciens combattants de la Chambre des communes.
La réunion d'aujourd'hui se déroule selon un format hybride, comme c'est maintenant l'habitude. Conformément au paragraphe 108(2) du Règlement et à la motion adoptée par le Comité le 27 octobre 2020, le Comité reprend son étude sur une stratégie de commémoration au XXIe siècle.
Je souhaite la bienvenue à tous les témoins qui ont pris le temps de se joindre à nous aujourd'hui. Je vais tous vous présenter, après quoi vous disposerez chacun de cinq minutes pour faire une déclaration liminaire. Je vous ferai signe quand il vous restera une minute, mais ne paniquez pas, car vous aurez amplement de temps pour conclure. Ce sera le cas tout au long de la réunion. Je m'excuse d'avance à ceux que je vais devoir interrompre. Cela fait partie du travail du président, je suis un « coupe-parole » officiel.
Je vais présenter tout le monde.
Du Fonds de commémoration de la marine canadienne, nous accueillons M. Wendall Brown, ancien président, capitaine de frégate à la retraite, et William Woodburn, capitaine de vaisseau à la retraite, actuel président de l'organisation.
Merci à vous deux d'être ici.
Nous accueillons également, du ministère de la Défense nationale, M. Steve Harris, directeur par intérim, historien en chef, Direction de l'histoire et du patrimoine; de l'Association nationale des retraités fédéraux, M. Jean-Guy Soulière, président, et Sayward Montague, administrateur; Steve Gregory, directeur, Défense des droits, Opération Husky 2023, et enfin, Kevin Sammy Sampson, vice-président, de la Rwanda Veterans Association of Canada.
Merci à vous tous d'être ici et de nous aider dans notre étude sur la commémoration.
Je vais commencer par M. Woodburn.
Les cinq prochaines minutes sont à vous, monsieur.
William Woodburn
View William Woodburn Profile
William Woodburn
2021-05-05 15:55
Mr. Chair, honourable committee members, thank you for the important work you are doing.
My name is Bill Woodburn, and I'm here today with my close colleague and good friend, Mr. Wendall Brown. We are both representing the Canadian Naval Memorial Trust. We are both retired naval officers, and I might add, proud veterans.
The trust is an independent, not-for-profit Canadian charity, operated by volunteers. Our unique mandate is to ensure the long-term preservation of HMCS Sackville throughout the 21st century and beyond, and to honour those who served or continue to serve at sea.
Sackville is the last remaining World War II corvette, and is recognized by the Government of Canada as the Canadian naval memorial and a national historic site.
Every year on the first Sunday in May, we commemorate the Battle of the Atlantic. It was the longest continuous battle of the entire war. According to Sir Winston Churchill, it was the only battle that we could not afford to lose. This was not just about the navy; it was a monumental undertaking to save the free world. It forced our country to transform and grow into an independently industrial nation, holding meaningful voice amongst our allies.
Sackville is not just a historic ship or a naval monument; it is a concrete and enduring symbol of one of the greatest achievements of our nation. I suggest that we would not be sitting here today if not for everything that HMCS Sackville signifies. That is what this ship means to Canada.
More than 4,400 Canadian sailors, airmen and merchant mariners perished during the battle. Our navy would expand from six ships to 373 ships. Of the 269 corvettes built worldwide for the war effort, 123 of them were built here in Canada, in Canadian shipyards found coast to coast.
The global importance of Sackville as the last remaining vessel of its kind was recently confirmed by its appearance, using modern-day technology, in the Netflix film Greyhound, championed by Mr. Tom Hanks.
Canadian corvettes were named after Canadian towns and cities and crewed by men from every province and every walk of life. They suffered an endless mission of convoy duty in the North Atlantic under every imaginable condition. Sackville was there through it all, witnessing the hardships and the horrors endured by Canadians at war at sea. This year marks the 80th anniversary of Sackville's commissioning.
Our trust is made up of approximately 1,000 members, spanning every province, the U.S.A. and Europe. Our membership consists of serving military, veterans and civilians alike. Sackville exists today because of the efforts and dedication of our volunteers.
We are funded primarily through donations and the ongoing support of our members. Each summer we open the ship to visitors on the Halifax waterfront. Sackville has been rated as a top tourist destination in this city for several years now, based on its unique historic and commemorative significance.
However, collaboration truly holds the key to our survival. Without doubt, the strong support of the Royal Canadian Navy has been crucial. More recently, we have partnered with like-minded organizations to help create a maritime heritage district on the Halifax waterfront. In addition, we have established an agreement with the RCN and Heritage Canada to assist with the conservation of the ship, and have benefited from a formal agreement with the Canadian government to help us fund a crucial refit, which I'm pleased to say will be completed within a few days.
As a result, we have given Sackville a new lease on life for the next decade or so by addressing significant deterioration in the hull. However, long-term preservation will eventually require the hull to be completely replaced.
We estimate the cost to be in the order of $12 million. Raising this money will be the main focus of the trust in the years ahead. In doing so, we look forward to working with all three levels of government and will need their support and guidance to achieve this vital goal.
HMCS Sackville represents and is a reminder of what Canadians from all walks of life, from all regions of the country, can do in times of peril. From builders and shipyards, to sailors who served, to families who were so tragically affected, Sackville still resonates as a pillar of our collective national history. We must ensure that legacy endures.
I would add that we would be pleased to invite each and every one of you to visit the Sackville at your convenience, should you ever be in Halifax.
Thank you very much.
Monsieur le président, distingués membres du Comité, je vous remercie pour l'important travail que vous faites.
Je m'appelle Bill Woodburn, et je suis accompagné aujourd'hui de mon bon ami et collègue, Wendall Brown. Nous représentons tous deux le Fonds de commémoration de la marine canadienne. Nous sommes tous deux officiers de marine à la retraite, et je dois ajouter que nous sommes de fiers anciens combattants.
Le Fonds est un organisme de bienfaisance canadien indépendant et sans but lucratif, administré par des bénévoles. Notre seul et unique mandat est d'assurer la préservation à long terme du NCSM Sackville tout au long du XXIe siècle et au-delà, et de rendre hommage à ceux qui ont servi ou qui continuent de servir en mer.
Sackville est la dernière corvette de la Seconde Guerre mondiale. Elle a été reconnue par le gouvernement du Canada comme monument commémoratif de la Marine canadienne et lieu historique national.
Chaque année, le premier dimanche de mai, nous commémorons la bataille de l'Atlantique, la plus longue bataille ininterrompue de toute la guerre. Selon sir Winston Churchill, c'est la seule bataille que nous ne pouvions pas nous permettre de perdre. La marine n'a pas été la seule concernée, car il a fallu monter une opération monumentale pour sauver le monde libre. Cette bataille a forcé notre pays à se transformer et à devenir un pays industriel indépendant occupant une place importante parmi ses alliés.
Sackville n'est pas seulement un navire historique ou un monument naval; c'est un symbole concret et durable de l'un des plus grands accomplissements de notre pays. À mon avis, nous ne serions pas ici aujourd'hui si ce n'avait été de tout ce que représente le NCSM Sackville. Voilà ce que ce navire signifie pour le Canada.
Plus de 4 400 marins militaires, aviateurs et marins marchands canadiens ont péri dans la bataille de l'Atlantique. Notre marine est passée de 6 à 373 navires. Des 269 corvettes construites dans le monde pour l'effort de guerre, 123 l'ont été ici, au Canada, dans des chantiers navals canadiens des deux côtes.
L'importance mondiale du Sackville en tant que dernier navire du genre a été récemment confirmée par son apparition, grâce à la technologie moderne, dans le film Greyhound de Netflix, promu par Tom Hanks.
Les équipages des corvettes canadiennes, qui portaient toutes des noms de villes et de villages canadiens, étaient composés d'hommes de toutes les provinces et de tous les horizons. Ils ont tous vécu une interminable mission de convoyage dans l'Atlantique Nord, dans des conditions imaginables. Le Sackville a servi durant tout ce temps et a été le témoin des épreuves et des horreurs vécues par les Canadiens en mer. Cette année marque le 80e anniversaire de la mise en service du Sackville.
Notre fonds compte environ 1 000 membres répartis dans toutes les provinces, aux États-Unis et en Europe. Nos membres sont des militaires d'active, des anciens combattants et des civils. Le Sackville existe aujourd'hui grâce aux efforts et au dévouement de nos bénévoles.
Nous sommes principalement financés grâce à des dons et au soutien continu de nos membres. Chaque été, nous ouvrons le navire aux visiteurs des environs d'Halifax. Depuis plusieurs années, le Sackville fait partie des principales destinations touristiques de la ville, en raison de son importance historique et commémorative unique.
Cependant, la collaboration est ce qu'il y a de plus important dans notre survie. Il ne fait aucun doute que l'appui inébranlable de la Marine royale canadienne a été déterminant. Plus récemment, nous nous sommes associés à des organismes aux vues similaires pour créer un district du patrimoine maritime dans le secteur riverain d'Halifax. De plus, nous avons conclu une entente avec la MRC et Patrimoine Canada pour contribuer à la conservation du navire, et nous avons profité d'une entente officielle avec le gouvernement canadien pour financer d'importants travaux de radoub qui, je suis heureux de le dire, seront terminés d'ici quelques jours.
En corrigeant ainsi ce qui était une importante détérioration de la coque, nous avons ajouté une dizaine d'années à la durée de vie du Sackville. Cependant, la préservation du navire à long terme exigera éventuellement le remplacement complet de la coque.
Nous estimons le coût de cette opération à environ 12 millions de dollars. La collecte de ces fonds sera le principal objectif du Fonds dans les années à venir. Ce faisant, nous avons hâte de travailler avec les trois ordres de gouvernement et nous aurons besoin de leur soutien et de leurs conseils pour atteindre cet objectif essentiel.
Le NCSM Sackville nous rappelle ce que les Canadiens de tous les horizons, de toutes les régions du pays, peuvent faire en période de grands dangers. Tant pour les constructeurs, les chantiers navals, les marins qui ont servi ou les familles qui ont été durement touchées, le Sackville demeure un pilier de notre histoire nationale collective. Nous devons faire en sorte que cet héritage perdure.
J'ajouterais que nous serions heureux d'inviter chacun de vous à bord du Sackville, à votre convenance s'il vous arrive de passer par Halifax.
Merci beaucoup.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:00
Thank you very much, Mr. Woodburn. I assure you that all of us look forward to a day when that kind of invitation is something we can take you up on.
Up next, we have Dr. Harris, for five minutes, please.
Merci beaucoup, monsieur Woodburn. Je vous assure que nous espérons tous avec impatience voir le jour où nous pourrons profiter de votre invitation.
Monsieur Harris, vous avez cinq minutes.
Steve Harris
View Steve Harris Profile
Steve Harris
2021-05-05 16:00
Mr. Chair and members of the committee, thank you for the invitation to speak to you today. I value your work as well.
I'm Dr. Steve Harris, the chief historian and the acting director at the directorate of history and heritage within National Defence, where I have worked for 42 years. I represent the directorate of history and heritage, which is uniquely placed within National Defence to maintain and preserve military history and heritage, as well as to support the Minister of Veterans Affairs in their commemorative activities.
I am also the co-chair of the Minister of Veterans Affairs commemoration advisory group, a position I have held for five years. As such, I come to this discussion of commemoration in the 21st century with a historical lens and a great deal of institutional knowledge on the subject.
While the Department of Veterans Affairs has the mandate to commemorate the service and sacrifice of Canadian sailors, soldiers and aviators in past wars and conflicts, the role of the Department of National Defence is to support VAC's planning and the execution of its commemorative activities, including a long-term strategy for commemoration.
National Defence and the director of history continue to support VAC in its commemoration of those brave Canadians who have served Canada in armed conflict, with particular focus in the past few years on the First World War and Second World War.
Thank you for your time. I look forward to answering your questions.
Monsieur le président, mesdames et messieurs les membres du Comité, je vous remercie de m'avoir invité à prendre la parole devant vous aujourd'hui. J'apprécie également votre travail.
Je suis Steve Harris, historien en chef et directeur par intérim de la Direction, Histoire et patrimoine, de la Défense nationale, où j'ai travaillé pendant 42 ans. Je représente la Direction, Histoire et patrimoine, qui occupe une place unique au sein de la Défense nationale pour maintenir et préserver l'histoire et le patrimoine militaires, ainsi que pour soutenir le ministère des Anciens Combattants dans ses activités commémoratives.
Je suis également coprésident du Groupe consultatif sur la commémoration du ministre des Anciens Combattants, poste que j'occupe depuis cinq ans. En tant que tel, j'aborde cette discussion sur la commémoration au XXIe siècle avec un prisme historique et beaucoup de connaissances institutionnelles sur le sujet.
Bien que le ministère des Anciens Combattants ait le mandat de commémorer le service et le sacrifice des marins, des soldats et des aviateurs canadiens dans les guerres et conflits passés, le rôle du ministère de la Défense nationale est d'appuyer la planification et l'exécution de ses activités commémoratives, y compris une stratégie de commémoration à long terme.
La Défense nationale et la Direction de l'histoire et du patrimoine continuent d'appuyer ACC dans sa commémoration de ces courageux Canadiens et Canadiennes qui ont servi le Canada dans un conflit armé, en mettant particulièrement l'accent au cours des années passées sur les Première et Seconde guerres mondiales.
Je vous remercie de votre temps, et j'ai hâte de répondre à vos questions.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:02
Thank you very much, Dr. Harris.
Up next I believe it's Mr. Soulière who will be making opening remarks.
Merci beaucoup, monsieur Harris.
Je crois que c'est M. Soulière qui fera la déclaration préliminaire.
Jean-Guy Soulière
View Jean-Guy Soulière Profile
Jean-Guy Soulière
2021-05-05 16:02
Thank you for inviting the National Association of Federal Retirees to speak today. I am joining you from Ottawa, Ontario, the traditional and unceded territory of the Algonquin Anishinabe peoples.
The National Association of Federal Retirees represents 175,000 members, including 60,000 veterans. It is the largest national advocacy organization representing active and retired members of the federal public service, Canadian Armed Forces, RCMP and retired federally appointed judges, as well as their partners and survivors. We are pleased to be a co-chair and collaborating partner on the Women Veterans Research and Engagement Network, or WREN, which seeks to ensure equitable lifetime outcomes for military and veteran women and men.
My colleague Sayward Montague and I are pleased to speak with you today about the long-term view for commemoration and remembrance of all Canadian veterans.
Canada has been a leader in commemoration and remembrance thanks to the robust programs developed and maintained by Veterans Affairs Canada, both here at home and abroad, and the efforts of veterans organizations, many of them volunteer-run. Commemoration should start with a shared understanding and goal, and we should ask ourselves some questions. Who and what do we commemorate and how? Who and what have we neglected to recognize? Why has that happened? How can commemoration be more inclusive and reflective of those who have served?
Commemoration should reflect what the Canadian Armed Forces and the RCMP are, from the composition of those forces to their work and the challenges faced by those who have served.
All military occupations were opened to women in 1989. Women today comprise over 16% of the military. There is a goal to have 25% serving by 2026. We know that military women face inequitable health and other outcomes during and after their service. Recent months have been difficult for women veterans with the lived experience of military sexual misconduct and military sexual trauma.
How and whether individuals identify as veterans should be explored more closely. U.S. research has found that military women are less likely than men to self-identify as veterans, which means they may not seek the benefits, services and supports to which they are entitled, and they may be less visible in how we honour those who have served. On the flip side, veteran well-being is positively impacted by recognition. These realities must influence our long-term planning for commemoration. Better understanding the experience, needs and expectations of military and veteran women is important.
The department’s 10-year strategic plan for commemoration will expand the focus of commemorative programming and recognition of all those who have served, and highlight diversity in Canada’s military history, including our role in advancing peace and security globally. The department is committed to GBA+ in commemoration and to ensure that programs, policies and initiatives are unbiased. Veteran women should know what that means.
Veterans Affairs has taken steps to ensure that commemoration better reflects the role of military and veteran women through profiles, interviews, educational materials and a lesson plan. The stories of veteran women are more present in our collective consciousness. The department, through the annual women veterans forums and through other stakeholder relationships, has an opportunity to connect with military and veteran women to explore modern-day commemoration. The government must continue to be accountable for its progress on these goals, and in closing systemic biases and research gaps, which contribute to and include commemoration.
Finally, there is a connection between respect, veteran identity, and commemoration. Respect is as fundamental as ensuring every veteran receives the care, respect and dignity which they deserve and are entitled to following years of service dedicated to Canada.
Issues like institutional betrayal and moral injury contribute to a loss of trust, impact veteran health and well-being and may contribute to whether and how veterans identify as veterans.
Commemoration without those essentials, respect and well-being, will ring hollow. Canada's commemoration plans must reflect the rich diversity of our military and veteran communities, particularly during Veterans Week and Remembrance Day ceremonies. All veterans must see themselves equitably represented at these significant national events.
Engaging women veterans and women veteran organizations in this work is mission critical. Applying the GBA+ lens to commemoration, from Canadians' perceptions of who veterans are, to national or global activities, is the right thing to do.
New ways to mark and honour the contributions of Canada's military and veteran women should be explored including, perhaps, a day of recognition dedicated to military and veteran women.
We owe effective and relevant commemoration to all veterans. This is an opportunity for commemoration to reflect who we, as Canadians, truly are. The story we tell must include the military and veteran women experience, as well as honour their contributions to the Canadian Armed Forces, the RCMP, and to peace and security at home and around the world.
Thank you.
Merci d'avoir invité l'Association nationale des retraités fédéraux à prendre la parole aujourd'hui. Je me joins à vous depuis Ottawa, en Ontario, qui est le territoire traditionnel et non cédé des Algonquins Anishinabe.
L'Association nationale des retraités fédéraux représente 175 000 membres, dont 60 000 anciens combattants. Il s'agit de la plus grande organisation nationale de défense des droits représentant des membres actifs et à la retraite de la fonction publique fédérale, des Forces armées canadiennes, de la GRC, des juges de nomination fédérale à la retraite, ainsi que des conjoints ou conjointes et survivants. Nous sommes heureux de coprésider le Réseau de recherche et d’engagement des vétéranes, ou RREV, qui vise à obtenir des résultats en matière d'équité dans la vie des militaires et des anciens combattants, hommes et femmes.
Mon collègue, Sayward Montague, et moi-même sommes heureux de vous parler aujourd'hui de la vision à long terme de la commémoration et du souvenir de tous les anciens combattants canadiens.
Le Canada a été un chef de file en matière de commémoration du souvenir grâce aux excellents programmes élaborés et administrés par Anciens Combattants Canada, tant ici qu'à l'étranger, et aux efforts des organisations d'anciens combattants, dont bon nombre sont dirigées par des bénévoles. Toute commémoration doit forcément s'appuyer sur une compréhension et un objectif communs, et nous devons nous poser certaines questions. Qui et quoi commémorons-nous et comment? Qui ou quoi a-t-on négligé de commémorer? Pourquoi cela? Comment la commémoration peut-elle être plus inclusive et plus représentative de ceux qui ont servi?
Les commémorations du souvenir devraient être le reflet des Forces armées canadiennes et de la GRC, que ce soit la composition des forces, leur travail ou les défis auxquels font face ceux qui ont servi.
Tous les postes militaires ont été ouverts aux femmes en 1989. Aujourd'hui, elles constituent plus de 16 % des effectifs militaires. L'objectif à atteindre est de 25 % d'ici 2026. Nous savons que les femmes militaires ne bénéficient pas des mêmes conditions que les hommes sur les plans de la santé et autres pendant et après leur service. Les derniers mois ont été difficiles pour les anciennes combattantes qui ont vécu des situations d'inconduite sexuelle militaire et subi des traumatismes militaires sexuels.
Il faudrait examiner de plus près si les gens s'identifient comme anciens combattants et de quelle manière ils le font éventuellement. Des recherches effectuées aux États-Unis ont révélé que les femmes militaires sont moins susceptibles que les hommes de s'auto-identifier comme vétéranes, qu'elles ne recherchent peut-être pas les avantages, les services et le soutien auxquels elles ont droit, et qu'elles sont peut-être moins visibles dans les honneurs que nous rendons aux vétérans. Par ailleurs, la reconnaissance a une incidence positive sur le bien-être des vétérans. Ces constats doivent nous amener à changer la manière de planifier les événements commémoratifs à long terme. Il importe de mieux comprendre l'expérience, les besoins et les attentes des femmes militaires et anciennes combattantes.
Le plan stratégique de commémoration décennal du ministère élargira la portée des programmes commémoratifs et de la reconnaissance de tous ceux qui ont servi, et mettra en lumière la dimension diversité dans l'histoire militaire du Canada, notamment pour ce qui est de notre rôle dans la promotion de la paix et de la sécurité sur la scène mondiale. Le ministère s'est engagé à appliquer l'ACS+ dans les commémorations et à veiller à ce que les programmes, les politiques et les initiatives soient impartiaux. Les vétéranes devraient savoir ce que cela veut dire.
Anciens Combattants Canada a pris des mesures pour veiller à ce que les commémorations reflètent mieux le rôle des femmes en service et des vétéranes au moyen de profils, d'entrevues, de matériel éducatif et d'un plan de leçon. Les récits des vétéranes sont plus présents dans notre conscience collective. Le ministère — par l'entremise des tribunes annuelles des vétéranes et d'autres modes d'interrelation des parties prenantes — a l'occasion d'établir des liens avec des femmes militaires d'active ou d'anciennes combattantes pour voir à quoi devraient ressembler les commémorations des temps modernes. Le gouvernement doit continuer de rendre compte de ses progrès à l'égard de ces objectifs et de corriger les partis pris systémiques ainsi que les lacunes en matière de recherche, éléments qui contribuent aux commémorations et qui en font aussi partie intégrante.
Enfin, il existe un lien entre le respect, l'identité des anciens combattants et la commémoration. Le respect est aussi fondamental que de veiller à ce que chaque ancien combattant reçoive des soins et bénéficie du respect et de la dignité qu'il mérite et auxquels il a droit après des années passées au service du Canada.
Des problèmes comme la trahison institutionnelle et les blessures morales contribuent à une perte de confiance, ont une incidence sur la santé et le bien-être des anciens combattants et peuvent influer sur la décision des anciens combattants de ne pas s'identifier comme tels.
Sans ces éléments essentiels de respect et de bien-être, les commémorations auront quelque chose de faux. Les plans de commémoration du Canada doivent refléter la grande diversité de nos communautés de militaires et d'anciens combattants, particulièrement pendant la Semaine des vétérans et lors des cérémonies du jour du Souvenir. Tous les anciens combattants doivent être représentés équitablement à ces événements nationaux importants.
La participation des vétéranes et des organisations qui les représentent est essentielle à la mission. Il convient effectivement d'appliquer l'optique de l'ACS+ à la commémoration, depuis la perception qu'ont les Canadiens de l'identité des anciens combattants jusqu'aux activités nationales ou mondiales.
Il faudrait explorer de nouvelles façons de souligner et d'honorer les contributions des femmes militaires et des vétéranes du Canada, notamment sous la forme d'une journée consacrée aux femmes militaires et aux vétéranes.
Nous devons d'offrir des commémorations efficaces et pertinentes à tous les anciens combattants. Il faut y voir l'occasion de commémorer ce que nous sommes vraiment en tant que Canadiens. L'histoire que nous racontons doit inclure l'expérience des femmes militaires et des vétéranes, ainsi que leur contribution aux Forces armées canadiennes, à la GRC et à la paix et à la sécurité au pays et partout dans le monde.
Merci.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:09
Thank you very much, Mr. Soulière.
Up next is Mr. Gregory for five minutes.
Merci beaucoup, monsieur Soulière.
C'est maintenant au tour de M. Gregory, pour cinq minutes.
Steve Gregory
View Steve Gregory Profile
Steve Gregory
2021-05-05 16:10
Thank you, Mr. Chair.
My name is Steve Gregory. I'm a business owner from Montreal and the honorary colonel of the 2nd Field Artillery Regiment, Royal Canadian Artillery. Before I begin, I need to explain to you why commemorations are so important to me.
In 2006, my then 10-year-old son Erik produced a history project about a specific battle in Sicily. It was very difficult for him to complete. We could find very few resources. Nothing was available that talked about the Canadians in Sicily in 1943. By chance, a year later, I visited a museum in Sicily that was dedicated to the allied landing, and I was disappointed. There was no Canadian exhibit, only a poster and a couple of small artifacts you could fit in a cup. Later that day, I visited our cemetery at Agira, not far away, and the register listed four visitors since the beginning of that year. It was then August 1.
These experiences led me to feel that we had abandoned the memory of our fallen, that we had neglected to honour their sacrifice. It stuck with me as a civilian. Motivated by this perception of injustice, I organized Operation Husky 2013 and 2018. They were large-scale, civilian commemorations in Sicily.
It is with this deep conviction that I share three ongoing projects.
The Walk for Remembrance and Peace is a 325-kilometre marked walking trail along the path of the 1st Canadian Division troops, from the landing at Pachino to Adrano, with an accompanying history book and walking guide. We hope that it engages Sicilians in remembrance and creates an economic engine that sustains their involvement. Imitating the Camino de Santiago, we're hoping that this walk becomes known as the “Canadian Camino”.
The second invites youth from grades 10, 11 and 12 into a conversation about what makes peace possible. It's called the International Forum for Peace, Security and Prosperity. This annual event and student contest will be held online and in Sicily. It brings together high school students and officer cadets with academics to explore the role of our military and the institutions of public order and justice in establishing the basis for a flourishing peace and, ultimately, societal prosperity.
The third, Operation Husky, in 2023 and again in 2028 will commemorate the anniversary of the allied landing in Sicily. Here we'll honour our fallen and celebrate the rebirth of a peaceful, secure and prosperous society. As in past activities, a group of Canadians will walk the 325-kilometre path. It will take us 20 days.
Two strategic imperatives are guiding my team, and I hope they might be helpful to you.
First, we are focusing on engaging and educating our youth. The forum provides a critical link to commemoration in the context of the outcome that so many sacrificed their lives to achieve, and that is peace. In this forum, students can share perspectives, both historical and contemporary, with military officer cadets, academics and civilian leaders from western liberal democracies, who are preparing to fight or who have fought for peace. We're pushing out the contest to over 11,000 Canadian high schools. We're convinced that our youth need to feel they own the commemorative space and are deliberately brought on board as true partners in commemoration events. We must open the door wider to them.
Second, we are collaborating with, and leveraging, civilian organizations at home and abroad. Currently, many produce excellent educational materials, engaging programs and incredible outreach opportunities for youth. In a quick search, you'll find at least seven not-for-profit and private organizations distributing commemorative programs to Canadian high schools, and that's above and beyond what VAC is doing.
Sometimes services overlap and even compete for precious resources. While competition is obviously great for innovation and efficiency, a lack of collaboration can result in confusion and waste. To date, we've partnered with seven collaborative organizations, including: the 3rd Battery of Montreal Artillery, Valour Canada, the Conference of Defence Associations Institute, the Canadian Defence Academy, the Italian Army general staff, the Global Peace Institute and the Institute for Economics and Peace out of Australia.
This emphasis on collaboration is even more important when working overseas. During COVID-19, on November 11 a network of Italian civilians visited many of the 21 cemeteries, laying wreaths on our behalf. These valuable relationships are only possible if Canadians maintain their relationships and don't just show up every five years.
A commemoration strategy for the 21st century that leverages civilian volunteers and public-private partnerships must be deliberate and persistent. Collaboration, coupled with diversity and genuine inclusivity of our youth, should, wherever possible, use local partners to engage our youth and inspire a spirit of remembrance.
My hope is that VAC could play a central role in orchestrating and harnessing these civilian initiatives. There are just so many of them, all great citizens trying to do the right thing.
Thank you.
Merci, monsieur le président.
Je m'appelle Steve Gregory. Je suis propriétaire d'une entreprise à Montréal et colonel honoraire du 2e Régiment d'artillerie de campagne, Artillerie royale canadienne. Avant de commencer, je dois vous expliquer pourquoi les commémorations sont si importantes pour moi.
En 2006, mon fils de 10 ans, Erik, a présenté un projet d'histoire sur une bataille en Sicile. Il a eu beaucoup de mal à le terminer. Nous n'avons trouvé que peu de ressources. Rien n'existait sur l'action des Canadiens en Sicile en 1943. Par hasard, un an plus tard, j'ai visité un musée en Sicile consacré au débarquement des alliés, et j'ai été déçu. Je n'y ai vu aucune exposition canadienne, seulement une affiche et quelques petits artefacts qu'on aurait pu réunir dans une tasse. Plus tard ce jour-là, j'ai visité notre cimetière à Agira, non loin de là, et le registre portait les noms de quatre visiteurs depuis le début de cette année-là. Nous étions le 1er août.
Ces expériences m'ont donné l'impression que nous avions abandonné la mémoire de nos disparus, que nous avions négligé d'honorer leur sacrifice. En tant que civil, cela m'a frappé. Motivé par cette perception d'injustice, j'ai alors lancé les opérations Husky 2013 et 2018 consistant à organiser de grandes commémorations civiles en Sicile.
C'est animé de cette profonde conviction que je vous fais part de trois projets en cours.
La Marche du souvenir et de la paix se déroule sur un sentier pédestre balisé de 325 kilomètres qui longe le chemin suivi par les troupes de la 1re Division du Canada, de la zone d'atterrissage des parachutistes, à Pachino, jusqu'à Adrano. Elle fait aussi l'objet d'un livre d'histoire et d'un guide pédestre. Nous espérons qu'elle amènera les Siciliens à participer aux commémorations et qu'elle créera un moteur économique apte à stimuler cette participation. À l'instar du chemin de Compostelle, nous espérons que cette marche sera connue sous le nom de « chemin canadien ».
Le deuxième projet est une invitation lancée aux jeunes de 10e, 11e et 12e année à discuter de ce qui rend la paix possible. Ce projet est appelé Forum international sur la paix, la sécurité et la prospérité. Le prochain événement annuel et le concours d'études se dérouleront en distanciel et sur place en Sicile. Le forum vise à réunir des élèves du secondaire et des élèves-officiers ainsi que des universitaires qui pour explorer le rôle de nos militaires et des institutions publiques et judiciaires en matière d'établissement des conditions de paix durables, et, en fin de compte, de l'instauration de la prospérité dans la société.
Le troisième projet est l'opération Husky qui, en 2023 et en 2028, commémorera l'anniversaire du débarquement des Alliés en Sicile. Ici, nous rendrons hommage à nos disparus et célébrerons la renaissance d'une société paisible, sûre et prospère. Comme par le passé, un groupe de Canadiens parcourront le sentier de 325 kilomètres en 20 jours.
Deux impératifs stratégiques guident mon équipe, et j'espère qu'ils vous seront utiles.
Premièrement, nous mettons l'accent sur la mobilisation et l'éducation de nos jeunes. Le forum représente un lien essentiel avec la communauté en regard de ce qu'a permis tant de morts: la paix. Dans le cadre de ce forum, les étudiants peuvent échanger des points de vue sur l'histoire et sur le présent avec des élèves-officiers, des universitaires et des dirigeants civils de démocraties libérales occidentales qui se préparent à combattre ou qui ont combattu pour la paix. Nous lançons le concours dans plus de 11 000 écoles secondaires canadiennes. Nous sommes convaincus que nos jeunes ont besoin de sentir que l'espace commémoratif leur appartient et qu'ils peuvent participer délibérément en tant que véritables partenaires aux événements commémoratifs. Il faut leur ouvrir la porte plus grande.
Deuxièmement, nous collaborons avec des organisations civiles au pays et à l'étranger et nous nous appuyons sur elles. Nous sommes en train de produire d'excellents documents éducatifs, des programmes intéressants et des activités extraordinaires pour les jeunes. Si vous faites une recherche rapide, vous trouverez au moins sept organismes privés et sans but lucratif qui distribuent des programmes commémoratifs dans des écoles secondaires canadiennes, et c'est en plus de ce que fait ACC.
Parfois, les services se chevauchent et se disputent même des ressources précieuses. Bien que la concurrence soit évidemment excellente pour l'innovation et l'efficacité, un manque de collaboration peut être cause de confusion et de gaspillage. Jusqu'à ce jour, nous avons établi des partenariats avec sept organismes, dont la 3rd Battery of Montreal Artillery, Valour Canada, l'Institut de la Conférence des associations de la défense, l'Académie canadienne de la défense, l'état-major général de l'armée italienne, le Global Peace Institute et l'Institute for Economics and Peace d'Australie.
Cet accent mis sur la collaboration est encore plus important à l'étranger. En pleine pandémie, le 11 novembre dernier, un groupe de civils italiens a visité bon nombre des 21 cimetières, déposant des couronnes en notre nom. Ces relations précieuses ne sont possibles que si les Canadiens maintiennent le lien et ne se contentent pas de faire une apparition tous les cinq ans.
Il faut que la stratégie de commémoration pour le XXIe siècle, faisant fond sur le travail des bénévoles civils et des partenariats public-privé, soit délibérée et pérenne. La collaboration, combinée à la diversité et à l'inclusion véritable de nos jeunes, devrait, dans la mesure du possible, faire appel à des partenaires locaux pour mobiliser nos jeunes et inspirer un esprit de commémoration.
J'espère qu'ACC pourra jouer un rôle central dans l'organisation et l'administration de ces initiatives de civils. Ces gens-là sont très nombreux et ce sont tous de grands citoyens qui essaient de faire ce qu'il faut.
Merci.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:15
Thank you very much, sir.
Last, but not least, we have Mr. Sampson for five minutes, please.
Merci beaucoup, monsieur.
Le dernier, mais non le moindre, sera M. Sampson qui a la parole pour cinq minutes.
Kevin Sammy Sampson
View Kevin Sammy Sampson Profile
Kevin Sammy Sampson
2021-05-05 16:16
Mr. Chair, Ms. Wagantall, and members of this committee, I would like to thank you for the invitation to appear before you today as part of your study on commemoration.
Today I'd like to discuss existing Government of Canada policy that segregates active service veterans into categories and how that applies to commemoration.
To begin with, section 33 of the National Defence Act, which applies to service, and section 31, which applies to active service, segregate veterans into two categories legally. On any given day, roughly 90% to 95% of the military is performing service under normal day-to-day working conditions, while 5% to 10% of the military performs active service for the United Nations, NATO or other arrangements abroad, in hazardous working conditions that usually negate a soldier's charter rights and freedoms. Active service personnel are taking legal direction to perform dangerous tasks from an officer of Canada, and failing to adhere results in charges under the National Defence Act.
Mr. Chair, I would now like to refer you to Veterans Affairs Canada's core policy document 1447, pertaining to wartime and special duty service categories, which further segregates Canadians into two distinct classes for commemoration, and intrinsically, insurance. From my perspective, VAC document 1447 is quite possibly one of the most repulsive policy documents in Canada. Here's why.
The wartime service classification is top tier and has exclusive membership belonging to World War I, World War II and Korean veterans. Wartime service or elite veterans have received the majority of commemorative funding, and along with the RCMP, wartime service veterans receive the Pension Act for their active service injuries, Canada's premier insurance plan. The wartime classification also has all of Canada's Victoria Crosses.
The second category within this repulsive document, document 1447, is special duty, veterans consisting of every United Nations, NATO or other active service mission since 1953. Once again, if veterans had a rewards card, special duty service would be the discount class receiving little to no funding for commemoration over the past 50 years. There are no Victoria Crosses resulting from special duty service. Our injured active service veterans in the discount class receive 40% of the injury insurance that wartime service veterans and the RCMP receive for their active service.
Monsieur Samson, last week you asked a question regarding the Afghanistan war and the challenges faced by one of your constituents. VAC policy document 1447 clearly indicates that Canada does not think Afghanistan was a war or that injured veterans are worthy of equality when it comes to commemoration and injury benefits, but we know that's not true.
Members of Parliament, I ask you to refer to Library of Parliament document BP 303 and Library of Parliament document PRB 00-06 to understand why Afghanistan is not a war in Canadian policy and to learn a great deal about your responsibilities as members of Parliament, under section 32 of the National Defence Act, when government places Canadians on active service.
To be clear, I would like to provide an example. If a Korean War veteran, a member of the RCMP and a Rwanda veteran make a successful claim to Veterans Affairs Canada for PTSD, the Rwanda veteran will receive 40% of the injury benefits that the other active service veterans do. Numbers do not lie. Successive parliaments have not respected or cared for Canada's active service veterans equally. This is in spite of PBO reports and the concern being raised by today's generation of veterans.
As a retired warrant officer, an active service veteran of seven different missions, it's difficult for me to commemorate missions with my head held high when I know that privates and corporals are incapable of making ends meet, and it's simply because of document 1447 from Veterans Affairs.
Bullets, disease, explosions and trauma do not discriminate, but Canada does, and it discriminates against today's special duty service veterans when it comes to commemoration and, intrinsically, injury benefits.
I would recommend that document 1447 be decommissioned and that active service veterans be treated equally as it pertains to commemoration and insurance under the Pension Act. Missions should be named and classified appropriately, resulting in a more effective level of commemoration, care, transparency and accountability for Canadians, veterans and government.
Members of Parliament, I appreciate your work. You do fantastic work, but until Canada starts to look after its injured active service veterans to obtain equality, it's going to be challenging to encourage veterans like me to commemorate missions openly.
Thank you very much for your time today.
Monsieur le président, madame Wagantall et distingués membres du Comité, je vous remercie de m'avoir invité à comparaître devant vous aujourd'hui dans le cadre de votre étude sur la commémoration.
Je me propose de vous parler de la politique actuelle du gouvernement du Canada qui répartit les anciens combattants du service actif en deux catégories et de la façon dont cette répartition s'applique à la commémoration.
Tout d'abord, l'article 33 de la Loi sur la défense nationale, qui s'applique au service, et l'article 31, qui s'applique au service actif, séparent légalement les anciens combattants en deux catégories. Chaque jour, quelque 90 à 95 % des militaires font leur service dans des conditions normales, tandis que 5 à 10 % d'entre eux servent au sein de l'ONU, de l'OTAN ou d'autres corps étrangers, dans des conditions de travail dangereuses qui sont habituellement contraires aux droits et libertés garantis par la Charte. Le personnel en service actif reçoit des directives juridiques d'un officier canadien l'enjoignant d'exécuter des tâches dangereuses, et s'il ne s'y conforme pas, il peut être accusé en vertu de la Loi sur la défense nationale.
Monsieur le président, je vous renvoie maintenant au document de politique 1447 d'Anciens Combattants Canada, qui est un document essentiel définissant les catégories de service en temps de guerre et de service spécial, et divisant en outre les Canadiens en deux catégories distinctes au titre des commémorations et, de façon plus intrinsèque, des assurances. À mon avis, le document 1447 d'ACC est probablement l'un des documents de politique les plus répugnants en vigueur au Canada. Voici pourquoi.
La catégorie du service en temps de guerre, qui est la plus élevée, concerne exclusivement les anciens combattants de la Première Guerre mondiale, de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée. Les anciens combattants du temps de guerre ou les anciens combattants d'élite ont reçu la majorité des fonds commémoratifs et, avec la GRC, les anciens combattants du temps de guerre bénéficient des dispositions de la Loi sur les pensions pour les blessures reçues en service actif, en vertu donc du principal régime d'assurance du Canada. La catégorie du temps de guerre s'applique aussi à tous les détenteurs de la Croix de Victoria remise par le Canada.
La deuxième catégorie de ce document répugnant, le document 1447, est celle des services spéciaux, c'est-à-dire celle concernant les anciens combattants de toutes les missions de l'ONU, de l'OTAN ou d'autres missions de service actif depuis 1953. Si l'on remettait une carte de récompense aux anciens combattants, le service spécial correspondrait à la catégorie à rabais qui n'aurait reçu que peu ou pas de financement pour commémorer ses membres au cours des 50 dernières années. Aucun service spécial ne permet d'obtenir la Croix de Victoria. Les anciens combattants de cette catégorie à rabais ayant été blessés en service actif reçoivent 40 % de l'assurance-blessure accordée à leurs homologues de la catégorie du service en temps de guerre et de la GRC.
Monsieur Samson, la semaine dernière, vous avez posé une question au sujet de la guerre en Afghanistan et des problèmes auxquels se heurte l'un de vos électeurs. Le document de politique 1447 d'ACC indique clairement que, pour le Canada, l'Afghanistan n'était pas une guerre, mais que les vétérans blessés lors de cette mission méritent d'être traités comme les autres sur le plan commémoratif et d'être indemnisés de façon équitable, mais nous savons que ce n'est pas vrai.
Mesdames et messieurs les députés, je vous demande de consulter les documents BP 303 et PRB 00-06 de la Bibliothèque du Parlement pour comprendre pourquoi l'Afghanistan n'est pas considéré comme une guerre dans la politique canadienne et pour en apprendre beaucoup sur vos responsabilités en tant que députés, en vertu de l'article 32 de la Loi sur la défense nationale, quand le gouvernement décide d'engager des Canadiens en service actif.
Pour préciser mon propos, je vais vous donner un exemple. Si un ancien combattant de la guerre de Corée, un membre de la GRC et un vétéran du Rwanda soumettent une demande de prestations pour TSPT à Anciens Combattants Canada, le vétéran du Rwanda recevra 40 % des prestations pour blessure accordées aux autres anciens combattants du service actif. Les chiffres ne mentent pas. Les législatures qui se sont succédé n'ont pas respecté ni traité de façon égale tous les anciens combattants canadiens du service actif. Et cela en dépit des rapports du directeur parlementaire du budget et des préoccupations soulevées par la génération actuelle de vétérans.
En tant qu'adjudant à la retraite et vétéran du service actif ayant participé à sept missions différentes, il m'est difficile de commémorer des missions la tête haute quand je sais que les soldats et les caporaux sont incapables de joindre les deux bouts, simplement à cause du document 1447 d'Anciens Combattants Canada.
Les balles, les bombes, les maladies et les traumatismes ne font pas de discrimination, mais le Canada, lui, fait de la discrimination à l'égard des actuels vétérans du service spécial en ce qui concerne la commémoration et, par essence, les indemnités pour blessures.
Je recommanderais que le document 1447 soit retiré et que les vétérans du service actif soient traités sur un pied d'égalité en ce qui concerne la commémoration et l'assurance en vertu de la Loi sur les pensions. Les missions devraient être nommées et classées de façon appropriée, ce qui donnerait lieu à des niveaux de commémoration, de soins, de transparence et de responsabilisation plus adaptés pour les Canadiens, pour les vétérans et pour le gouvernement.
Mesdames et messieurs les députés, j'apprécie votre travail. Vous faites un travail fantastique, mais tant que le Canada ne commencera pas à s'occuper de ses vétérans blessés en service actif pour obtenir l'égalité, il sera difficile d'encourager des gens comme moi à commémorer ouvertement les missions.
Merci beaucoup du temps que vous nous consacrez aujourd'hui.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:22
Thank you, Mr. Sampson.
For the first round of questions, we go to MP Wagantall for six minutes.
Merci, monsieur Sampson.
Pour la première série de questions, la parole va à Mme Wagantall pour six minutes.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
Thank you very much, Chair.
Thank you, all of you, for what you're doing and for your service, as well as the commemoration that you're involved in. It's clearly a passion for all of you, and it means a great deal to me as well.
Hello, Sammy. It's good to see you again.
I am one of the civilians on this team who has found veterans very gracious in the way that they embrace teaching me a great deal about their lives and what they've experienced. Sammy has certainly done that in regard to his service and the role that he plays.
I just want to mention, Sammy, what you indicated. I have it on page 3 of the document you shared. You referred us, as members of this committee, to two documents that the Library of Parliament could provide for us to learn more about our responsibilities and issues around the Afghan war—sorry, the Afghan...not a war. I would like to ask if either our clerk or our analyst would provide that to all of us. It sounds like that's something we could definitely gain from. If that's possible, I would appreciate it.
If you would, Sammy, please explain more about section 32 of the National Defence Act and why you as a veteran feel that this legislation is important to veterans and to commemoration.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Merci à vous tous pour ce que vous faites et pour votre service à la nation, ainsi que pour les commémorations auxquelles vous prenez part. C'est clairement une passion pour vous tous, et c'est très important pour moi aussi.
Bonjour, monsieur Sampson. Je suis heureuse de vous revoir.
Je fais partie des péquins, des civils de cette équipe qui ont trouvé les anciens combattants très aimables dans la façon dont ils nous ont révélé leur vie et tout ce qu'ils ont vécu. C'est d'ailleurs ce que vient de faire M. Sampson en nous parlant de ses années de service et du rôle qu'il joue.
Monsieur Sampson, je vais simplement revenir sur ce que vous avez indiqué à la page 3 du document que vous nous avez remis. Vous avez renvoyé les membres de ce comité à deux documents que la Bibliothèque du Parlement pourrait nous fournir pour en apprendre davantage sur nos responsabilités et les questions entourant la guerre en Afghanistan — désolée, la mission en Afghanistan... car ce n'était pas une guerre. J'aimerais demander à notre greffier ou à notre analyste de nous fournir ces renseignements. Il semble que c'est quelque chose qui pourrait certainement nous être utile. Si c'est possible, je l'apprécierais.
Monsieur Sampson, pourriez-vous nous en dire davantage sur l'article 32 de la Loi sur la défense nationale et nous expliquer pourquoi vous, en tant qu'ancien combattant, estimez que ce projet de loi est important pour les anciens combattants et pour la commémoration.
Kevin Sammy Sampson
View Kevin Sammy Sampson Profile
Kevin Sammy Sampson
2021-05-05 16:23
Thank you very much for the question, Ms. Wagantall. It's wonderful to see you again too. Thank you very much for the invitation.
In 1994, Rwanda came up. Section 32 of the National Defence Act requires members of Parliament to sit in the House of Commons “within 10 days” for a period of 10 days to discuss openly, transparently and democratically the “active service” mission that Canada is planning to take on. From an accountability perspective, members of Parliament.... I go way back to 1991, when Canada went to the Gulf War. Members of Parliament came to visit us in the Gulf War. They sat and discussed the Gulf War for 10 days to determine whether Canada should or should not participate, but then they also asked questions to ensure a lot of necessities: who's coming, how many units are going to be there, when are they arriving, what's the safety, what's the security and what's the UN chapter and so forth.
Today, the Government of Canada no longer observes section 32, because they do not think it's relevant. I'm not sure how federal law works, but I understand that section 32 is a law, and it does require—it's almost obligatory—that you go and discuss our rights and freedoms under the charter and how they're going to be affected by the active service that Canada is placing us on.
Today, the Liberal government likes to make all of its decisions in secret. The Governor in Council, however, provides the active service legislation, and it's exactly at that point when you are all supposed to sit in the House of Commons for 10 days and discuss it.
Now we've just basically put Europe back on the table, in Latvia, Poland, Ukraine and the Baltic Sea, and I don't think any of you sat for active service legislation to determine whether that's the best thing for Canada or whether that's the best thing for our troops and so forth.
Section 32 is found in BP-303. It talks extensively about it, and I encourage all of you to read it. You're going to find out some very interesting information about your obligations.
Merci beaucoup de la question, madame Wagantall. Je suis ravi de vous revoir également. Merci beaucoup de l'invitation.
L'intervention au Rwanda remonte à 1994. L'article 32 de la Loi sur la défense nationale exige que les députés siègent à la Chambre des communes « dans les 10 jours » pour discuter ouvertement, de façon transparente et démocratique de la mission de « service actif » que le Canada entend entreprendre. Du point de vue de la reddition de comptes, les députés... remontons à 1991, quand le Canada a pris part à la guerre du Golfe. Des députés sont venus nous rendre visite pendant la guerre du Golfe. Ils ont discuté de la guerre du Golfe pendant 10 jours afin de déterminer si le Canada devait ou non y participer, mais ils ont aussi posé des questions pour s'assurer que les aspects fondamentaux étaient couverts: qui serait déployé; combien d'unités y aurait-il; quand arriveraient-elles; quels étaient les éléments de sécurité et de sûreté à considérer; quel chapitre des Nations unies s'appliquait et ainsi de suite?
Aujourd'hui, le gouvernement du Canada n'observe plus l'article 32, parce qu'il pense que ce n'est pas pertinent. Je ne sais pas trop comment fonctionne la loi fédérale, mais je crois comprendre que l'article 32 a force de loi, et qu'il exige — c'est presque obligatoire — que vous discutiez de nos droits et libertés au regard de la Charte et de la façon dont ces droits et libertés seront touchés par le service actif dans lequel le Canada nous engage.
Aujourd'hui, le gouvernement libéral aime prendre toutes ses décisions en secret. Toutefois, c'est le gouverneur en conseil qui s'occupe de la législation sur les services actifs, et c'est précisément pour cela que vous êtes tous censés siéger à la Chambre des communes pendant 10 jours pour en discuter.
Nous avons essentiellement remis l'Europe en selle, en Lettonie, en Pologne, en Ukraine et dans la mer Baltique, et je ne pense pas que l'un d'entre vous ait participé à la formulation de dispositions relatives au service actif pour déterminer, entre autres, si c'était la meilleure chose pour le Canada ou pour nos troupes.
L'article 32 se trouve dans le document BP-303. Il en parle abondamment, et je vous encourage tous à le lire. Vous allez trouver des renseignements très intéressants sur vos obligations.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
Thank you for that.
As a veteran, what are your thoughts on how Canada should engage the public on commemoration? I hear a little bit of your angst around that dynamic based on your perceptions in regard to those who have served since the Korean War, and the dynamics there.
What would you like to say to us in that regard?
Je vous en remercie.
Comment, selon vous qui êtes un vétéran, le Canada devrait-il faire participer la population aux commémorations? Je comprends un peu ce qui vous angoisse dans toute cette dynamique en raison de vos perceptions à l'égard de ceux qui ont servi depuis la guerre de Corée.
Qu'auriez-vous à nous dire à ce sujet?
Kevin Sammy Sampson
View Kevin Sammy Sampson Profile
Kevin Sammy Sampson
2021-05-05 16:26
I would like to say not to recreate the wheel. I would suggest that we look to our partners inside the Commonwealth. Let's talk to Australia, which has a very successful relationship with its veterans. Let's talk to New Zealand. Both of those countries annually hold an event called Anzac Day. What that allows veterans to do is at dawn of one day a year everybody shows up for a commemorative veterans parade. It promotes camaraderie. It promotes healthy commemoration. It promotes a positive relationship with Canadians. You're doing it at dawn. You're not getting in the middle of rush-hour parades, and so forth.
What that does is it allows veterans to come together. I can almost guarantee that today's veterans are not coming together for commemoration unless there's a level of camaraderie involved within that commemoration, because the only thing that's going to get me off my chair are my friends, my buddies, and my brothers and sisters in the military.
If we do something like that, if we start looking at what other countries have created, I think we will save ourselves a lot of time and money. I think we're able to use a lot of good ideas from other countries that would resonate with veterans and Canadians here.
J'aimerais dire qu'il ne faut pas réinventer la roue. Je propose que nous nous tournions vers nos partenaires au sein du Commonwealth. Prenons l'Australie, par exemple, qui entretient des rapports très fructueux avec ses anciens combattants. Prenons aussi la Nouvelle-Zélande. Chaque année, ces deux pays organisent un événement appelé Anzac Day. À cette occasion, les anciens combattants peuvent, un jour par an, le matin à l'aube, rassembler tout le monde pour un défilé commémoratif des vétérans. Cela favorise la camaraderie. L'événement favorise des commémorations saines. Chez nous, il favorisait des relations positives avec les Canadiens. Nous ferions cela à l'aube et personne ne risquerait de se retrouver au beau milieu d'un défilé en pleine heure de pointe, et ainsi de suite.
Les anciens combattants peuvent ainsi se rassembler. Je peux quasiment vous garantir que, de nos jours, les vétérans ne se rassemblent pas pour commémorer, à moins que ce soit pour un événement qui repose sur l'esprit de camaraderie. Dans mon cas, par exemple, la seule chose qui va me faire sortir de ma chaise, ce sont mes amis, mes copains et mes frères et sœurs d'armes.
Si nous faisons quelque chose de ce genre, si nous commençons à regarder ce que d'autres pays ont fait, je pense que nous économiserons beaucoup de temps et d'argent. Je pense que nous pourrions nous inspirer de beaucoup de bonnes idées d'autres pays qui trouveraient un écho auprès des anciens combattants et des Canadiens ici.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
Can I ask you about the Afghan memorial? It's in a 10-year plan, and of course, has been taking a very long time to come to fruition. I hear from veterans from that time that this is very important, that they have a place to go to meet each other.
Is that the type of thing you're referring to?
Puis-je vous poser une question au sujet du monument commémoratif de l'Afghanistan? Il s'agit d'un plan de 10 ans et, bien sûr, il a fallu beaucoup de temps pour aboutir. Les anciens combattants me disent que c'est très important, qu'ils ont un endroit où se rencontrer.
Est-ce le genre de choses dont vous parlez?
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:28
A very brief answer, please.
Veuillez répondre très brièvement, s'il vous plaît.
Kevin Sammy Sampson
View Kevin Sammy Sampson Profile
Kevin Sammy Sampson
2021-05-05 16:28
I actually don't have a comment on that, Ms. Wagantall. I'm not really sure about the commemorative plan for the Afghan war memorial, but I can tell you that to every Afghanistan veteran, it is almost a holy place where we would like to go and commemorate our fallen.
En fait, je n'ai pas de commentaire à faire à ce sujet, madame Wagantall. Je ne suis pas vraiment certain du plan pour le Monument commémoratif national de la mission du Canada en Afghanistan, mais je me risquerai à dire que, pour tous les anciens combattants d'Afghanistan, ce monument serait presque un endroit sacré où nous aimerions aller commémorer nos morts.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:28
Thank you, sir.
Up next for six minutes is MP Fillmore, please.
Merci, monsieur.
La parole est maintenant à M. Fillmore, pour six minutes.
View Andy Fillmore Profile
Lib. (NS)
View Andy Fillmore Profile
2021-05-05 16:28
Thanks, Chair, and a tremendous thanks to our witnesses for joining us today. You've each brought a unique and interesting perspective, and I want to say thank you for that.
I have the great privilege of representing Halifax, the home of Canada's east coast navy, the home port, and home to HMCS Sackville, so you won't be surprised if I am going to direct my questions to Captain Woodburn and Commander Brown as we proceed through today.
Wendall, it's nice to see you. We usually see each other at the Battle of the Atlantic event at the Maritime Museum of the Atlantic. We've been unable to do that two years running now. I look forward to seeing you very soon once we emerge from this malaise that we're all under.
As you know, I've had the privilege many times of being aboard Sackville, including in the war room with the late great Jim Reddy, to hear him wax poetic about the history of Sackville, and its role in Canada's nationhood. It is a remarkable story, and one that absolutely needs to be preserved and maintained. That's really what I want to talk to you about.
I would ask each of you, Captain Woodburn and Commander Brown, to use the time I have for my questions to talk to us about what Sackville needs, and what you feel can and should be done to preserve it, so that its story can live on as the last surviving Canadian corvette.
Merci, monsieur le président, et merci infiniment à nos témoins de s'être joints à nous aujourd'hui. Vous nous avez tous présenté un point de vue unique et intéressant, et je tiens à vous en remercier.
J'ai le grand privilège de représenter Halifax, le port d'attache de la Marine de la côte Est du Canada, et le port d'attache du NCSM Sackville. Vous ne serez donc pas surpris si je pose mes questions au capitaine de vaisseau Woodburn et au capitaine de frégate Brown.
Commander Brown, je suis heureux de vous voir. Nous nous voyons habituellement lors des commémorations de la bataille de l'Atlantique, au Musée maritime de l'Atlantique. Nous n'avons pas pu le faire deux années de suite. Je me réjouis à l'idée de vous rencontrer très bientôt en personne quand nous serons sortis de ce marasme.
Comme vous le savez, j'ai eu de nombreuses fois le privilège de monter à bord du Sackville et d'aller dans la salle des opérations avec feu le grand Jim Reddy, pour l'entendre chanter l'histoire du Sackville et le rôle de ce bâtiment au sein de la nation canadienne. C'est une histoire remarquable qu'il faut absolument préserver et entretenir. C'est vraiment ce dont je veux vous parler.
Je demanderai à chacun de vous, capitaine Woodburn et commander Brown, d'utiliser le temps dont je dispose pour mes questions à nous parler des besoins du Sackville et de ce qui, selon vous, peut et devrait être fait pour préserver la corvette, afin qu'elle puisse demeurer la dernière corvette canadienne encore intacte.
Wendall Brown
View Wendall Brown Profile
Wendall Brown
2021-05-05 16:30
Bill.
Capitaine Woodburn.
William Woodburn
View William Woodburn Profile
William Woodburn
2021-05-05 16:30
Okay, I'll kick it off, sir. Thank you very much. I thought you might be asking some questions like this.
The first thing, I would say, is assistance by government, particularly for a group like ours, which is quite independent, using things like social media. The COVID crisis has really caused us to jump on board with social media, but it seems to me that with the power and oomph of an organization like Veterans Affairs—not only for us, but for a lot of similar organizations like ours—we could get a lot more bang for our buck out of commemoration, what all these different entities mean to Canadians, and on a more regular basis, as opposed to Remembrance Day or a special event.
I actually went to the Battle of the Atlantic commemoration ceremony this past Sunday. There were six of us there to commemorate and lay a wreath, but typically that is just buzzing with crowds and with the pomp and pageantry of what that battle was all about.
I think we could use help with developing better strategies on how we use social media.
I also thought that incentives to the private sector to help with commemorative initiatives may be a way we could improve what we have. We struggle to get funds together, and it's usually Canadians and the grassroots that are coming out to give us money and help us, because they believe in the cause and what we represent.
The last thing I would probably say is that I am very intrigued by what the U.K. has done with vessels of historic significance like HMS Victory and Warrior. They've turned the national lottery into a system that can help with historical and commemorative, significant items in their country. Both Victory and Warrior have survived because of that. It's a great strategy, but it would take a fair amount of work to move it out from what a lottery looks like today.
Those are some of the ideas that would be helpful, certainly, to us.
Wendall, I don't know if you have anything else you want to add.
D'accord, je vais commencer, monsieur. Merci beaucoup. Je me disais bien que vous nous poseriez peut-être des questions comme celle-ci.
La première chose, c'est l'aide du gouvernement, surtout pour un groupe comme le nôtre, qui est très indépendant et qui est notamment présent dans les médias sociaux. La crise de la COVID nous a vraiment incités à nous tourner vers les médias sociaux, mais il me semble qu'avec le pouvoir et la vigueur d'une organisation comme Anciens Combattants Canada — pas seulement pour nous, mais pour beaucoup d'organisations semblables à la nôtre —, nous pourrions organiser de bien meilleures commémorations, et mettre plus régulièrement en valeur nos différentes entités aux yeux des Canadiens, plutôt que de nous contenter du jour du Souvenir ou d'événements spéciaux.
Dimanche dernier, j'ai assisté à la cérémonie de commémoration de la bataille de l'Atlantique. Nous étions six pour commémorer la bataille et déposer une gerbe, tandis qu'habituellement une foule bruyante se presse pour assister à un véritable déploiement de pompe en souvenir de cette bataille.
Je pense que nous pourrions avoir besoin d'aide pour élaborer de meilleures stratégies d'utilisation des médias sociaux.
J'ai aussi pensé que le versement d'incitatifs au secteur privé pour l'amener à contribuer aux initiatives commémoratives pourrait être une façon d'améliorer ce que nous avons. Nous avons de la difficulté à réunir des fonds, car ce sont habituellement des Canadiens ordinaires qui nous donnent de l'argent et nous aident, parce qu'ils croient dans la cause et dans ce que nous représentons.
Enfin, je dirai que je suis très intrigué par ce que le Royaume-Uni a fait dans le cas de navires d'importance historique comme le HMS Victory et le HMS Warrior. Les Britanniques ont transformé la loterie nationale en un système de contribution à des projets patrimoniaux. La survie du Victory et du Warrior a pu être assurée grâce à cela. C'est une excellente stratégie, mais il nous faudrait beaucoup de travail pour transformer la loterie actuelle.
Voilà quelques-unes des idées qui nous seraient certainement utiles.
Commander Brown, vous voudrez peut-être ajouter quelque chose.
Wendall Brown
View Wendall Brown Profile
Wendall Brown
2021-05-05 16:33
I think those of us who are involved actively with Sackville have two focuses, really, on board. One is the actual preservation of the ship, and the other, as Captain Woodburn said, is bringing it to the public. It's so much more than a static memorial. It's a living memorial where you can get the veterans themselves, or more particularly now, the descendants of veterans coming on board to try to put together some feeling of what their ancestors went through.
This happens on a daily basis, and you have people coming on for very emotional visits, knowing very little, because, as you know, people from World War II were loath to speak about what they went through. They come down now with fragments of information or phrases that their ancestors said, and they try, by going and walking in the footsteps of their ancestors, to piece together what they're seeing.
To keep the ship in perpetuity for that, as Captain Woodburn said, we are going to need a volunteer group. It would take a large sum of money to reskin the ship, put a new hull plate in below the waterline, and we'll have to do that probably within a decade. We need funds for that.
With the electronic age now, we can certainly improve our presentation by having, say, videos of an engine running and showing how the action stations worked, and so on, just to improve our presentation.
Je pense que ceux d'entre nous qui participent activement aux activités du Sackville poursuivent en fait deux objectifs. L'un est la préservation du navire et l'autre, comme l'a dit le capitaine Woodburn, sa promotion dans le domaine public. C'est beaucoup plus qu'un monument commémoratif statique. Il s'agit d'un monument commémoratif vivant où l'on peut rassembler les anciens combattants ou, plus particulièrement de nos jours, leurs descendants qui peuvent ainsi chercher à se représenter ce qu'ont pu vivre leurs ancêtres.
De telles visites, très émotives pour certains, ont lieu tous les jours. Au départ, les gens ne savent pas forcément grand-chose parce que, comme vous le savez, les anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale étaient réticents à parler de ce qu'ils avaient vécu. Les gens se présentent avec des fragments d'informations ou de phrases que leurs ancêtres leur ont communiqués, et ils essaient, en marchant sur les traces de leurs ancêtres, de reconstituer ce qu'eux ont pu voir.
Pour pérenniser le navire, comme l'a dit le capitaine Woodburn, nous aurons besoin d'un groupe de bénévoles. Il serait très coûteux de refaire la coque du navire, pour la renforcer sous la ligne de flottaison, et nous devrons probablement le faire d'ici 10 ans. Nous avons besoin de fonds pour cela.
Avec l'ère électronique, nous pouvons certainement améliorer notre présentation en montrant, par exemple, un moteur en marche et la façon dont les gens travaillaient à leurs postes, et ainsi de suite, simplement pour améliorer notre présentation.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:35
Thank you.
I'm sorry that I have to interrupt.
Merci.
Je suis désolé de devoir vous interrompre.
View Andy Fillmore Profile
Lib. (NS)
View Andy Fillmore Profile
2021-05-05 16:35
Thank you, both.
Merci à vous deux.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:35
Up next we have MP Desilets for six minutes, please.
La parole est maintenant à M. Desilets, pour six minutes.
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
My thanks to all our witnesses for joining us and particularly, in a number of cases, for the loyal service they have provided to the country.
I am impressed by the quality of your testimony to this point.
My first question goes to Mr. Soulière.
What you said struck me and has stayed with me for a number of minutes. You talked about recognizing women, about the disrespect they are shown, and about the fact that many women do not see themselves as part of this community.
Mr. Soulière, can you provide some specific thoughts, please?
Merci, monsieur le président.
Je remercie tous nos témoins de leur présence, et particulièrement des loyaux services qu'ils ont rendus au pays, dans plusieurs cas.
Jusqu'à maintenant, la qualité de vos témoignages m'impressionne.
Ma première question s'adresse à M. Soulière.
Ce que vous avez dit m'a marqué et je suis resté accroché là-dessus depuis quelques minutes. Vous avez parlé de reconnaissance vis-à-vis des femmes, de non-respect à leur endroit et d'une grande proportion de femmes qui ne se retrouvent pas dans ce milieu.
Monsieur Soulière, vous est-il possible de préciser encore votre pensée, s'il vous plaît?
Jean-Guy Soulière
View Jean-Guy Soulière Profile
Jean-Guy Soulière
2021-05-05 16:36
I can, but I will ask Ms. Montague to fill out my answer, because she has a deeper knowledge of the matter.
Je peux le faire, mais je vais demander à Mme Montague de compléter, puisque c'est elle qui a une connaissance plus approfondie du dossier.
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
That will be great.
Ce sera avec plaisir.
Jean-Guy Soulière
View Jean-Guy Soulière Profile
Jean-Guy Soulière
2021-05-05 16:36
We cannot deal with the matter in its entirety. Therefore, we have decided as an association to focus on women in the Canadian Armed Forces and in the Royal Canadian Mounted Police. That is why we created this committee with a group of other concerned women.
Ms. Montague, do you want to continue?
On ne peut pas englober tous les éléments du sujet. Par conséquent, nous avons donc décidé, comme association, de mettre l'accent sur les femmes dans les Forces armées canadiennes et dans la Gendarmerie royale du Canada. C'est pourquoi nous avons créé ce comité avec un groupe d'autres femmes concernées.
Madame Montague, voulez-vous poursuivre?
Sayward Montague
View Sayward Montague Profile
Sayward Montague
2021-05-05 16:36
Thank you, Jean-Guy.
I think I'll respond by noting the statistic that we shared in the U.S. context. We know there's U.S. research that focuses on how women identify as veterans, and it's a different cultural context and lens, certainly.
There is work that needs to be done in the Canadian context so that we better understand Canadian military and veteran women. VAC has made strides in that regard, but there is certainly a way to go, and there is a way to go in terms of the gender and other lenses we apply to commemoration activities and to the study of our history in the military context.
I would leave it at that with reference back to our pre-budget submissions and other testimony we've given to this committee with regard to the study on the backlog.
You know, when it comes to very fundamental transactions with the organizations, with the departments that one depends on for very essential, very necessary benefits, and when those are difficult to access, when veterans are waiting several years for decisions and adjudication on the basis of their gender, that lack of respect becomes quite pronounced. It becomes a factor that alienates you from the culture, camaraderie and the connection, the community, that you had that is so unique to the military. It's unfortunate when that happens, but it's, again, a very fundamental issue that can be fixed with some attention to detail, frankly.
I would leave it at that and encourage, again, the focus on research and better data.
Merci, monsieur Soulière.
Je vais répondre en mentionnant les statistiques qui ont circulé sur les États-Unis. Nous savons que les Américains font des recherches sur la façon dont les femmes s'identifient en tant que vétéranes, cela dans un contexte culturel et selon une optique culturelle sans doute bien différents.
Il y a du travail à faire dans le contexte canadien afin de mieux comprendre les militaires et les anciens combattants canadiens. ACC a fait des progrès à cet égard, mais il reste certainement beaucoup de chemin à faire, notamment pour ce qui est des questions de genre et d'autres aspects que nous appliquons aux activités de commémoration et à l'étude de notre histoire dans le contexte militaire.
Je m'en tiendrai à cela et je vais revenir aux mémoires prébudgétaires et aux autres témoignages que nous avons présentés au Comité au sujet de l'étude sur les arriérés.
Vous savez, quand il s'agit de transactions fondamentales avec des organisations, des ministères dont nous dépendons pour obtenir des avantages absolument nécessaires et difficiles à décrocher, et quand on a affaire à des anciens combattants qui attendent depuis plusieurs années des décisions et des jugements relatifs à leur genre, ce manque de respect prend une ampleur démesurée. Cela se transforme en facteur de distanciation par rapport à la culture, à la camaraderie et au lien avec la communauté qui est si particulier à l'armée. C'est malheureux quand cela se produit, mais c'est, encore une fois, une question fondamentale qui peut être réglée en portant une certaine attention aux détails, franchement.
Je m'en tiendrai à cela, mais j'insisterais pour qu'on mette l'accent sur la recherche et l'amélioration des données.
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
Let's continue with what you have just said.
In your opinion, are there major differences between the unresolved backlog for women and for men?
Poursuivons sur ce que vous venez de dire.
Y a-t-il des différences majeures entre les arriérés non réglés chez les femmes et chez les hommes, selon vous?
Sayward Montague
View Sayward Montague Profile
Sayward Montague
2021-05-05 16:39
From the evidence that we have seen in terms of the reporting that's come out of Veterans Affairs just on the backlog, we know there are longer wait times for women. I can pull those statistics up. There are differences as well, and you're familiar with them, MP Desilets, on anglophone and francophone applications.
Veterans Affairs Canada has, to their credit, put some interesting solutions in place to really focus on reducing that backlog once they've identified that there were some structural or systemic issues that were creating the backlog.
The same thing could well be done for female clients. As of 2018, 42% of female clients waited over 40 weeks for a decision, while only 26% of male clients waited that long. We're aware of cases that have been left pending for 104 weeks, more than two years. Less is known about the experience of RCMP veteran women in claims processing, but that's what we're aware of, and we have asked for attention to that.
D'après les données que nous avons vues dans les rapports du ministère des Anciens Combattants au sujet de l'arriéré, nous savons que les délais d'attente sont plus longs pour les femmes. Je pourrais obtenir ces chiffres. Il y a aussi des différences, et vous les connaissez, monsieur Desilets, entre les demandes présentées par les anglophones et celles des francophones.
Anciens Combattants Canada, et c'est tout à son honneur, a mis en place des solutions intéressantes pour vraiment s'attaquer à l'arriéré, après avoir déterminé qu'il existait effectivement des problèmes structurels ou systémiques qui en étaient la source.
On pourrait faire le même effort quant aux demandes présentées par les femmes. En 2018, 42 % de celles-ci avaient attendu plus de 40 semaines pour une décision, alors que seulement 26 % des hommes avaient attendu aussi longtemps. Nous sommes au courant de cas demeurés sans réponse pendant 104 semaines, plus de deux années. On en sait moins sur l'expérience des anciennes agentes de la GRC dans le traitement de leurs demandes, mais pour ce que nous savons, nous avons demandé qu'on s'en occupe.
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
We all want the backlog to disappear. We are aware of a major difference between the treatment of francophones and anglophones and between women and men. You are confirming that once more.
What recommendations would you have to get us out of that vicious circle?
Nous souhaitons tous faire disparaître ces arriérés. Nous sommes conscients qu'il y a une grande différence de traitement entre les francophones et les anglophones, et entre les femmes et les hommes. Vous le confirmez encore une fois.
Quelles seraient vos recommandations pour se sortir de ce cercle vicieux?
Sayward Montague
View Sayward Montague Profile
Sayward Montague
2021-05-05 16:40
As a simple start, investing in the GBA+ strategy and ensuring that the work at the department is carried out retroactively and prospectively, I think, is the most critical thing, as is ensuring that the dollars we put into research on women veterans' and military women's service issues are allocated according to SAGER principles, sex and gender equity in research. It comes down to understanding better data and ensuring that the things that are expressed in GBA+ plans, departmental plans and mandate letters are reported on and delivered on.
Pour commencer, il faut investir dans la stratégie d'ACS+ et, ce qui me paraît le plus crucial, s'assurer que le ministère travaille tant rétroactivement que prospectivement et veiller à ce que l'argent consacré à la recherche sur les questions touchant les femmes militaires et ex-militaires soit affecté selon les principes d'équité envers les sexes et les genres dans la recherche. Il s'agit de mieux comprendre les données et de faire en sorte que ce qui ressort des plans d'ACS+, des plans ministériels et des lettres de mandat soit rapporté et réalisé.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:41
Thank you.
Up next, for six minutes, we have MP Blaney, please.
Merci.
La parole est maintenant à Mme Blaney, pour six minutes.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Thank you so much.
First of all, I acknowledge and thank all of you who have served for your service. Thank you for talking about things that are sometimes very hard to talk about. I really appreciate that.
I thank the folks here who are civilians, who know these stories are so important that you're doing that important support work of amplifying them and finding opportunities to make sure that the voices that are often not heard are heard.
I acknowledge and thank all of you for your presentations.
I'll go first to Mr. Soulière and Ms. Montague.
You said in your opening remarks that it's very hard for our veterans and military people to feel connected to commemoration if they're feeling neglected by the supports and services they're getting. I think when we talk about commemoration that is something we need to always connect with, think about and challenge ourselves to do better.
To follow up on what Mr. Desilets said earlier, you talked about the gaps for diversity and the need to put that GBA+ process also into reviewing commemoration. Could you talk to us about what those gaps are? Have you heard from folks what those gaps are? What could we do differently? What could VAC do differently, to start to address that in terms of commemoration?
I'll leave it to either of you to answer.
Merci beaucoup.
Tout d'abord, je tiens à remercier tous ceux d'entre vous qui ont servi sous les drapeaux. Merci d'avoir parlé de choses qu'il peut être difficile d'exprimer. Je vous en suis très reconnaissante.
Je remercie aussi les civils ici présents qui, conscients de la grande importance de ces histoires, accomplissent le travail de soutien nécessaire pour les amplifier et trouver des occasions de laisser s'exprimer les voix qui souvent ne sont pas entendues.
Je vous remercie tous de vos exposés.
Je m'adresserai d'abord à M. Soulière et à Mme Montague.
Vous avez dit dans votre déclaration préliminaire qu'il est très difficile pour nos anciens combattants et nos militaires de se sentir concernés par les événements commémoratifs s'ils ont l'impression d'être négligés sur le plan du soutien et des services qu'ils reçoivent. La commémoration devrait toujours, à mon sens, nous interpeller, nous amener à réfléchir et nous mettre au défi de faire mieux.
Pour faire suite aux propos de M. Desilets, vous avez parlé des lacunes sur le plan de la diversité et de la nécessité d'intégrer le processus d'ACS+ dans l'examen des activités de commémoration. Pourriez-vous nous parler de ces lacunes? Qu'avez-vous entendu les gens dire de ces lacunes? Que pourrions-nous faire différemment? Qu'est-ce qu'ACC pourrait faire différemment pour s'attaquer à ce problème concernant les activités de commémoration?
J'invite l'un ou l'autre d'entre vous à répondre.
Jean-Guy Soulière
View Jean-Guy Soulière Profile
Jean-Guy Soulière
2021-05-05 16:43
I'll leave that for Sayward because she has been working with the group that has come out with all this information.
Je vais laisser à Mme Montague le soin de répondre à la question, puisqu'elle a travaillé avec le groupe à l'origine de toute cette information.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Sayward Montague
View Sayward Montague Profile
Sayward Montague
2021-05-05 16:43
Thank you, MP Blaney, and thank you, Jean-Guy.
In terms of plans for commemoration, we're aware of the 10-year strategic plan for commemoration that has come from VAC. That was informed by one of the advisory groups that one of our colleagues, Dr. Harris, is involved with.
What we noted in reviewing the terms of reference and the records of discussion of the advisory group was that no discussion had come up about equity or about gender-based analysis in commemoration. The department has identified the need for GBA+ in commemoration, but there's nothing specific about what that exactly means. Therefore, how that's going to be achieved is another question we have, and the understanding of what that's going to mean is certainly a gap.
Again, it comes back to that gender-based analysis and applying that lens through all the work that's being done. Good work is being done by Veterans Affairs Canada and the organizations that are around the table supporting them.
That's one of the major gaps. The other gap comes to research, which is a difficult question. We quoted some U.S. understanding of how women are less likely to identify as veterans. There may be any number of factors or reasons that underlie it, but understanding that is really critical in terms of identifying why it happens. It's an unfortunate and damaging factor in and of itself, but it can also mean that women veterans are not accessing or able to access the benefits, services and supports that they need so the inequitable outcomes are snowballing from there. We need to ensure that the research effort and dollars are focused on where the gaps are so we can understand this group a lot better and then we can commemorate them a lot better.
The final thing I would add is that there are opportunities for VAC to connect with the women veterans community. They have stood up the office of women and LGBTQ2. It has been two to three years now. It was announced a year ago in March, but it has been operational a little longer than that. Continuing on with that work is incredibly important. So is the women veterans forum, which the minister had committed to as an annual event. I believe there have been two now. Ensuring that forum continues and that commemoration is perhaps a stream in there would be critical.
Je vous remercie, madame Blaney, ainsi que monsieur Soulière.
Pour ce qui est des plans de commémoration, nous sommes au courant du plan stratégique décennal de commémoration d'ACC. Il est inspiré par l'un des groupes consultatifs auquel a participé notre collègue, M. Harris.
Ce que nous avons remarqué dans notre examen du mandat et du compte rendu des discussions du groupe consultatif, c'est que le sujet de l'équité ou de l'analyse comparative entre les sexes en matière de commémoration n'avait pas été soulevé. Le ministère a cerné le besoin d'une ACS+ dans ce domaine, mais il n'y a rien de précis sur ce que cela signifie exactement. Par conséquent, la façon de la réaliser constitue une nouvelle inconnue, et la compréhension de ce que cela signifiera est certainement lacunaire.
Encore une fois, cela revient à l'analyse comparative entre les sexes et à l'utilisation de cet outil dans tout le travail qui se fait. Du bon travail est accompli par Anciens Combattants Canada et les organismes ici représentés qui le soutiennent.
C'est l'une des principales lacunes. L'autre lacune concerne la recherche, et c'est une question difficile. Nous avons dit qu'il a été constaté aux États-Unis que les femmes sont moins enclines à s'identifier comme ex-militaires. Cela peut tenir à divers facteurs ou raisons, mais il est vraiment essentiel de comprendre pourquoi cela se produit. Il s'agit d'une situation malheureuse et dommageable en soi, mais qui peut laisser supposer que les anciennes militaires n'ont pas ou ne demandent pas accès aux prestations, aux services et au soutien dont elles ont besoin, si bien qu'il en résulte des inégalités qui font boule de neige. Nous devons nous assurer que les efforts et les fonds de recherche ciblent les lacunes en vue d'amener une meilleure compréhension de ce groupe et de mieux commémorer sa contribution.
En dernier lieu, j'ajouterais qu'ACC a la possibilité d'établir des liens avec la communauté des anciennes militaires. Il a créé le bureau des femmes et de la communauté LGBTQ2 il y a maintenant deux ou trois ans. Il a été annoncé il y a un an en mars, mais il est sur pied depuis un peu plus longtemps. Il est extrêmement important de poursuivre cet effort. Il en va de même du forum des anciennes militaires, événement annuel qui bénéficie de l'engagement du ministre. Je crois que deux forums se sont tenus jusqu'à maintenant. Il est essentiel de pérenniser ce forum et d'y intégrer des activités commémoratives.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Thank you for that.
Mr. Gregory, you talked about some of the work that's being done. I'm very interested in the Walk for Remembrance and Peace. I'm writing notes very quickly, so if I've missed anything, I apologize.
Could you outline how that works? Is that walk something we're engaging Canadians to do in remembrance as well? I know it's important to have it there.
You talked a lot about youth. This is something that, of course, I'm very passionate about. How do we make sure youth remember? We only do things when we remember what the past is. This is so important.
Je vous en remercie.
Monsieur Gregory, vous avez parlé du travail qui se fait. La marche du souvenir et de la paix m'intéresse beaucoup. Comme j'ai pris des notes à la sauvette, je vous prie de m'excuser si j'ai oublié quelque chose.
Pourriez-vous nous expliquer comment cela fonctionne? Est-ce un événement auquel nous invitons les Canadiens à participer en tant qu'activité commémorative? Je suis convaincue de son importance.
Vous avez beaucoup parlé des jeunes. C'est quelque chose qui, bien sûr, m'intéresse beaucoup. Comment faire pour que la commémoration atteigne les jeunes? C'est le souvenir du passé qui nous pousse à agir dans le présent. C'est de la plus haute importance.
Steve Gregory
View Steve Gregory Profile
Steve Gregory
2021-05-05 16:46
I couldn't agree with you more.
I have a deep concern that for our children, our youth, their world is getting smaller and smaller. To the extent that we can help them understand what makes peace possible and the role of our profession of arms, our soldiers, men and women, in making that peace possible, I think they'd have a different appreciation of the need for commemoration.
We're framing our communication to youth not about our military and not about remembrance for the sake of remembering soldiers; that's a difficult sell to high schools. It's the truth. As a matter of fact, in Bloomberg, Max Hastings wrote about the decline of education on military history in U.S. universities. It's catastrophic. In fact, in Canada, there are very few provincial curricula that include military history. The way to get to youth from our perspective is to pursue a conversation about what makes peace and productive, prosperous democratic societies possible, and what role the military does have in them.
It's hoped the Walk for Remembrance and Peace will be an economic engine that engages civilians in Canada as well as in Italy. It has had a lot of success. The governor of Sicily signed an MOU with the Italian military to dedicate all landing sites as heritage sites. That means funding is going to go to those sites for the purpose of establishing more communication with, obviously, the allies. For them, it's tourism.
Je suis tout à fait d'accord avec vous.
Je suis profondément préoccupé par le fait que le monde de nos enfants, de nos jeunes, ne cesse de rétrécir. Dans la mesure où nous pouvons les aider à comprendre ce qui rend la paix possible et comment la profession des armes, nos militaires, hommes et femmes, y contribuent, je pense qu'ils viendront à apprécier différemment la nécessité de la commémoration.
Nous ne cherchons pas à articuler nos communications avec les jeunes autour de nos militaires ou de la nécessité de commémorer leur sacrifice; cela passe difficilement dans les écoles secondaires. C'est un fait. Max Hastings a écrit, dans Bloomberg, au sujet du recul de l'enseignement de l'histoire militaire dans les universités américaines. C'est catastrophique. Au Canada, il y a très peu de programmes d'éducation provinciaux qui comprennent l'histoire militaire. À nos yeux, pour rejoindre les jeunes, il faut tenir une discussion sur ce qui rend possibles la paix ainsi que la prospérité et la productivité des sociétés démocratiques et sur le rôle que jouent les militaires dans ces sociétés.
Nous espérons que la marche du souvenir et de la paix devienne un moteur économique qui suscitera l'engagement de civils au Canada comme en Italie. Elle a connu un grand succès. Le gouverneur de la Sicile a signé un protocole d'entente avec les militaires italiens désignant tous les lieux du débarquement comme sites patrimoniaux. Cela signifie que des fonds y seront affectés dans le but d'établir une meilleure communication entre, bien sûr, des alliés. Pour eux, les retombées du tourisme ne sont pas à négliger.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:48
Sorry, Mr. Gregory, I have to jump in there.
Up next for five minutes, we have MP Brassard, please.
Désolé, monsieur Gregory, je dois vous interrompre.
Monsieur Brassard, vous avez cinq minutes.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
Thank you, Mr. Chair, and thank you, all, for being here.
It's good to see a couple of you again. I think you were here, if I recall, on the benefits. No, it wasn't benefits. It was another subject that we were dealing with, but Sayward and Mr. Soulière, good to see you again.
Mr. Gregory, I want to pick up on what Ms. Blaney was talking about in terms of youth outreach. You talked a lot about the why. In previous panels that we've had we've heard about youth outreach and how important it's going to be for commemoration going forward. I'm wondering if you could speak to the how. Maybe a couple of others could weigh in on this too. How do we best reach youth in order to ensure that the type of commemoration issues that you're talking about are sustained for future generations?
Mr. Gregory.
Je vous remercie, monsieur le président, et merci à vous tous d'être ici.
Je suis heureux de revoir quelques-uns d'entre vous. Si je me souviens bien, vous aviez comparu ici pour parler des prestations. Non, je me trompe, ce n'était pas pour les prestations, mais pour autre chose. Je suis néanmoins, madame Montague, monsieur Soulière, heureux de vous revoir.
Monsieur Gregory, j'aimerais revenir sur ce que Mme Blaney disait au sujet de la sensibilisation des jeunes. Vous avez beaucoup parlé du pourquoi. Les groupes de témoins précédents nous ont parlé de la sensibilisation des jeunes et de l'importance que cela aura sur les activités commémoratives futures. Pourriez-vous nous parler du comment. Peut-être que quelques autres témoins voudront aussi intervenir à ce sujet. Quelle est la meilleure façon de rejoindre les jeunes pour faire en sorte que le genre de commémoration dont vous parlez soit embrassé par les générations futures?
Monsieur Gregory, c'est à vous.
Steve Gregory
View Steve Gregory Profile
Steve Gregory
2021-05-05 16:49
Thank you, sir.
We've had limited experience. We're at the beginning of a process. We ran the first International Forum on Peace, Security and Prosperity in 2019, and our last one was this past February. We had 831 participants, 23 countries, 22 military colleges. Ambassador Rae from the UN spoke to the kids as did Senator Loffreda. It was by all accounts a success.
We believe we can create the biggest peace conference in the world. That's our goal. We can do so by just grassroots knocking on doors. Just imagine some of the largest organizations with outreach to high schools. Their database of teachers is less than a thousand. There are 200,000 high school teachers in this country. In fact, that number is a little shy.
We have a lot of work to do with respect to creating a database of teachers in social science, in history, in ethics and in being a better citizen. Just to reach out to these individuals, we funded an ad that's going into Canadian Teacher Magazine. We're building a database through a number of collaborations. It's our expectation that it's going to be a ton of hard work calling on individual schools.
Je vous remercie, monsieur.
Notre expérience est limitée. Nous sommes au début d'un processus. Le premier Forum international sur la paix, la sécurité et la prospérité s'est tenu en 2019 et le dernier en février de cette année. Nous avons attiré 831 participants, provenant de 23 pays et de 22 collèges militaires. Bob Rae, notre ambassadeur auprès des Nations unies, y a pris la parole, de même que le sénateur Loffreda. De l'avis général, c'était un succès.
Nous croyons pouvoir créer la plus grande conférence de paix au monde. C'est notre objectif. Nous pouvons y arriver simplement en faisant du porte-à-porte. Imaginez quelques-unes des plus grandes organisations qui font de la sensibilisation dans les écoles secondaires. Elles comptent moins de 1 000 enseignants dans leur base de données. Or, il y a 200 000 enseignants du secondaire au Canada. En fait, ce chiffre est un peu faible.
Nous avons beaucoup de travail à faire pour créer une base de données d'enseignants en sciences sociales, en histoire, en éthique et en civisme. Pour rejoindre ces personnes, nous avons acheté une annonce qui paraîtra dans Canadian Teacher Magazine. Nous construisons une base de données grâce à un certain nombre de collaborations. Nous nous attendons à ce que chaque école exige énormément de travail de notre part.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
There are a lot of individual schools that take that on, on their own. Where I am in Barrie just north of Toronto, Simcoe County District School Board, for example, really engages with youth. There were a couple of thousand who went to Vimy 100, for example. If I hear you correctly then, it's just a matter of funnelling all of those resources into a one-stop shop where we can get that information out to those schools to help them participate. Is that correct?
Il y a beaucoup d'écoles qui s'en chargent elles-mêmes. Là où je me trouve, à Barrie, juste au nord de Toronto, le Simcoe County District School Board, par exemple, fait de réels efforts pour sensibiliser les jeunes. Quelques milliers d'entre eux sont allés à Vimy 100, par exemple. Si je vous ai bien compris, il s'agit simplement de canaliser toutes ces ressources vers un guichet unique d'où nous pourrons transmettre cette information aux écoles pour faciliter leur participation. Est-ce exact?
Steve Gregory
View Steve Gregory Profile
Steve Gregory
2021-05-05 16:51
I'm not sure about the one-stop shop. I think there's an opportunity for VAC to coordinate and orchestrate the civilian resources. Just in Ontario and Quebec, for instance, we collaborate with 13 of 22 different civilian organizations that were trying to get themselves engaged in commemorations, and that's not including veterans associations or regimental associations. There are a huge number of civilians who would like to be pointed at this. I think VAC can bring these organizations together in some way to help them stimulate collaboration.
I'll give you one perfect example.
Pour le guichet unique, je ne suis pas certain. Je pense qu'ACC a la possibilité de coordonner et d'orchestrer les ressources civiles. Seulement en Ontario et au Québec, par exemple, nous collaborons avec 13 des 22 différentes organisations civiles qui souhaitent participer à des commémorations, sans compter les amicales d'anciens combattants ou régimentaires. Il y a un très grand nombre de civils qui voudraient qu'on leur indique à qui s'adresser. Je pense qu'ACC pourrait regrouper de quelque façon ces organisations pour favoriser la collaboration.
Je vais vous en donner un bon exemple.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
Make it brief, if you don't mind, because I do have another question.
Soyez bref, je vous prie, car j'ai une autre question.
Steve Gregory
View Steve Gregory Profile
Steve Gregory
2021-05-05 16:52
When VAC funds an initiative for outreach, those organizations that can demonstrate collaboration should be preferred with respect to funding. We're collaborating with seven different organizations to stretch every dollar. I think VAC could encourage that.
Lorsque ACC finance une initiative de sensibilisation, il faut privilégier les organisations qui font preuve d'un souci de collaborer. Nous collaborons avec sept organisations différentes pour tirer le maximum de chaque dollar. Je pense qu'ACC devrait encourager cela.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
Thank you.
The other thing we've been hearing about is the impact that COVID has had on commemorations and the adjustment that's had to be made by various organizations, like Legions, to move to a more virtual setting. They have found that they've been able to expand their reach.
I don't know who to direct this to. Perhaps it should be Sayward or Jean-Guy. Do you see virtual commemorations or a hybrid of such becoming the reality of the future? Even when COVID is gone, is this the kind of thing we are going to be doing on a more permanent basis?
Merci.
L'autre chose que nous entendons, c'est l'impact de la pandémie de la COVID sur les commémorations et la transition vers un environnement virtuel qu'elle a imposée à diverses organisations, comme les légions. Beaucoup ont constaté qu'elles étaient en mesure de faire cette transition.
Je ne sais pas à qui adresser cette question. Peut-être à Mme Montague ou à M. Soulière. Pensez-vous que les commémorations en virtuel ou en mode hybride deviendront la réalité de l'avenir? Même après la pandémie, est-ce que cette façon de faire va s'imposer de plus en plus?
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:53
Give a brief answer, please.
Veuillez répondre brièvement, s'il vous plaît.
Jean-Guy Soulière
View Jean-Guy Soulière Profile
Jean-Guy Soulière
2021-05-05 16:53
It depends on who you want to reach.
I haven't heard of social media being used to educate the youth. That is critical. If we could use social media to educate, that would be a start. For other generations, there are other methods.
We've found that we are reaching our membership through social media more and more, and we're talking about the older population. The younger population can't live without it, so maybe that's the way to start.
Tout dépend de qui vous voulez atteindre.
Je n'ai pas entendu dire qu'on utilisait les médias sociaux pour sensibiliser les jeunes. C'est pourtant essentiel. Si nous décidions d'utiliser les médias sociaux à des fins d'éducation, ce serait déjà un début. Pour les autres générations, il y a d'autres moyens de les atteindre.
Nous avons constaté que nous atteignions de plus en plus nos membres par l'entremise des médias sociaux, bien qu'il s'agisse d'une population plus âgée. Les jeunes ne peuvent s'en passer, et c'est donc peut-être par là qu'il faut commencer.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
Thank you.
Merci.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:54
Thank you, sir.
Now we go to MP Amos for five minutes.
Merci, monsieur.
Nous passons maintenant à M. Amos, pour cinq minutes.
View William Amos Profile
Lib. (QC)
View William Amos Profile
2021-05-05 16:54
Thank you, Mr. Chair.
Thank you to our committed witnesses. We all thank you for your incredible public service, and for just giving of your time and living out that passion that Canadians feel through you.
I have a few questions.
I want to start with Mr. Harris, given his history and his keen awareness of so many years and going through so many governments on this question of commemoration.
I wonder what lessons, Mr. Harris, we can learn from your four decades in public service and your awareness of the commemoration challenge. What are your take-aways after, literally, a lifetime of service in this area?
Merci, monsieur le président.
Merci à nos témoins pour leur dévouement. Nous vous remercions tous de votre service public exceptionnel. Nous vous sommes reconnaissants du temps que vous avez donné et de cette passion que vous avez vécue et, en quelque sorte, transmise aux Canadiens.
J'ai quelques questions.
J'aimerais commencer avec M. Harris, compte tenu de son parcours professionnel et des longues années qu'il a passées, sous de nombreux gouvernements successifs, à s'occuper de la question de la commémoration.
Monsieur Harris, quelles leçons pouvons-nous tirer de vos quatre décennies dans la fonction publique et de votre expérience du défi de la commémoration? Qu'est-ce que vous avez appris après une vie de service dans ce domaine?
Steve Harris
View Steve Harris Profile
Steve Harris
2021-05-05 16:55
It's funny; the real experience has nothing to do with where I work or my role as a co-chair of the Veterans Affairs commemoration group.
For 32 years I was a reserve army musician. When you are a reserve army musician, you end up playing at a lot of commemorative events and a lot of November 11 ceremonies. I was in Halton with the Lorne Scots, in Toronto and finally in Ottawa with the Governor General's Foot Guards.
I was shocked in June 1994, on the anniversary of D-Day. There was a large event planned for Ottawa. We knew that CBC and CTV were going to broadcast live from Normandy. Whether or not I was just cynical, I'm not sure, but I figured that when the band marched out of Cartier Square Drill Hall and turned down Elgin Street, there would be kind of a dutiful crowd.
That's not what we found. When we marched out and got onto Elgin Street, the crowd was 10 people deep, and enthusiastic. We turned left onto Wellington Street, and the crowd was 10 people deep, and enthusiastic. We were all kind of shocked, because none of us in the band—heck, I'd been the director of history at that point for 20 years—anticipated that response to that anniversary of D-Day.
The next year when CBC and CTV televised the VE day celebrations in Apeldoorn, it was the same thing, and it hasn't stopped since: the attention paid to the 90th anniversary of Vimy, the attention paid to the death of the last World War I veteran and the last veteran from Vimy Ridge, and more importantly, the folks who went onto the bridges over Highway 401 following the friendly fire incident of April, 2002. That was absolutely spontaneous.
I don't know why this happened. I've spoken to Tim Cook about this, because he's interested in this same question. We don't know why. Whether or not there was a sudden surge of collective guilt for having ignored veterans for a long time, I don't know, but going forward, my sense is that the appetite to commemorate is there.
Unlike for the First World War and Second World War veterans who died before they could see this happen—I'm not trying to defend that or speak to it—the idea is that we have to commemorate now, before the veterans of the post-Korea era are dead and don't see the enthusiasm for it.
C'est étrange; ma vraie expérience n'a rien à voir avec le poste que j'occupe ou mon rôle de coprésident du groupe de commémoration des Anciens Combattants.
J'ai été musicien dans la Réserve pendant 32 ans. Quand on est musicien dans la Réserve, on se trouve à participer à beaucoup d'événements commémoratifs et de cérémonies du 11 novembre. J'ai été à Halton avec les Lorne Scots, puis à Toronto et enfin à Ottawa avec les Governor General's Foot Guards.
J'ai été très étonné en juin 1994 à l'occasion de l'anniversaire du jour J. Un grand événement était prévu à Ottawa. On savait que Radio-Canada et la CTV allaient diffuser en direct de Normandie. Peut-être un peu par cynisme, je n'en suis pas certain, je prévoyais qu'une foule modeste et retenue assisterait à la sortie de la fanfare du Manège militaire de la place Cartier et à son défilé le long de la rue Elgin.
Il n'en fut rien. Lorsque nous avons défilé dans la rue Elgin, la foule était dense, profonde de 10 rangs, et enthousiaste. Il en était de même dans la rue Wellington. Nous étions tous passablement étonnés, personne dans la fanfare — bon sang, à ce moment-là, j'étais historien en chef depuis 20 ans — n'avait deviné une telle réaction en cet anniversaire du jour J.
L'année suivante, lorsque Radio-Canada et la CTV ont télévisé les célébrations du jour de la Victoire en Europe à Apeldoorn, c'était la même chose et cela n'a pas cessé depuis. On le voit à l'attention portée au 90e anniversaire de Vimy, à l'intérêt suscité par le décès du dernier survivant de la Première Guerre mondiale et du dernier combattant de la crête de Vimy et, plus important encore, au rassemblement des gens sur les viaducs de l'autoroute 401 à la suite de l'incident de tir fratricide en avril 2002. C'était tout à fait spontané.
Je ne sais pas pourquoi cela s'est produit. J'en ai parlé à Tim Cook, intrigué lui aussi par ce phénomène. Nous ne savons comment l'expliquer. Je ne sais pas s'il y a eu une vague soudaine de culpabilité collective pour avoir ignoré les anciens combattants pendant longtemps, mais j'ai l'impression que ce désir de commémoration est durable.
Contrairement à ce qui s'est passé avec les anciens combattants de la Première Guerre mondiale et de la Seconde Guerre mondiale, décédés avant que ce phénomène apparaisse — je n'essaie pas de le justifier ou d'en parler —, nous devons, pour les anciens combattants de la guerre de Corée, procéder sans tarder aux commémorations, avant qu'ils disparaissent et puissent constater cet enthousiasme nouveau.
View William Amos Profile
Lib. (QC)
View William Amos Profile
2021-05-05 16:58
Thank you, Mr. Harris. That's tremendous testimony.
I'm going to pivot, given the limited time here, and ask an open question, a short one.
Mention has been made of the power of social media and the importance of connecting with youth. What do you think of the idea of connecting to younger Canadians through video game producers?
Merci, monsieur Harris. C'est un témoignage éloquent.
Compte tenu des contraintes de temps, je vais changer de sujet et poser une question ouverte, brève.
On a parlé de l'influence des médias sociaux et de l'importance d'établir des liens avec les jeunes. Que pensez-vous de l'idée d'atteindre les jeunes Canadiens par l'entremise des producteurs de jeux vidéo?
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 16:59
There is time for a very brief answer from somebody.
Il reste tout juste le temps d'une très brève réponse.
William Woodburn
View William Woodburn Profile
William Woodburn
2021-05-05 16:59
Mr. Amos, we've already been investigating, not necessarily video games, but actually getting active video into our ships. Someone could put their phone up to the ship, and the next thing they'd know, they'd be looking through their phone back into a battle of the Second World War. Things like that, which may be more specific to different items, I think would be tremendous in attracting youth to come and see what's out there. That's one idea.
Monsieur Amos, nous nous penchons sur cette idée, pas nécessairement pour les jeux vidéo, mais pour des vidéos actives dans nos navires. Quelqu'un pourrait pointer son téléphone sur le navire et, aussitôt, suivre sur son téléphone le déroulement d'un combat naval de la Seconde Guerre mondiale. Les choses de ce genre, qui sont peut-être davantage applicables à certains éléments, seraient un moyen formidable d'amener les jeunes à voir comment ça s'est passé. C'est une idée.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-05-05 17:00
Thank you. I'm afraid I have to interrupt you there.
I see your hand up, Mr. Gregory. Maybe somebody will come back to you on that point.
Up next is MP Desilets for two and a half minutes, please.
Merci. Je crains de devoir vous interrompre.
Je vois que vous avez levé la main, monsieur Gregory. Quelqu'un pourra peut-être revenir à vous à ce sujet.
C'est maintenant au tour de M. Desilets, pour deux minutes et demie.
Results: 1 - 60 of 150000 | Page: 1 of 2500

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data