Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 10 of 10
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2018-11-05 13:21 [p.23245]
Mr. Speaker, I am so pleased to rise today to speak to issues concerning our Canadian Armed Forces veterans in response to the opposition supply day motion put forward by my colleague, the member for Courtenay—Alberni.
I enjoy serving with him on the Standing Committee on Veterans Affairs. I appreciate the opportunities we have to collaborate on ways that have the potential to see our veterans better served, if the government were to implement our recommendations.
The motion before us states:
That, in the opinion of the House, the government should automatically carry forward all annual lapsed spending at the Department of Veterans Affairs to the next fiscal year, for the sole purpose of improving services for Canadian veterans, until the Department meets or exceeds its 24 self-identified service standards.
Today, in response to the motion, we have heard from the Liberals and they tell us that lapsed funding does not result in anyone receiving less than they should. They have said that it is just how the government keeps its books. They have said that nothing nefarious is going on. The Liberals have explained that most spending at Veterans Affairs is statutory and that the government needs to be prepared to cover the cost of these benefits, whether 10 or 10,000 eligible veterans make a claim.
The Liberals have advised us that each year the spending estimates for Veterans Affairs are put before the House, based predominantly on those very same statutory requirements. In other words, the funding that has lapsed will be in the spending estimates this year and the year after that and the year after that.
The Liberals are saying that the motion is a moot point. Actually, for the most part, they are right. However, I know they hope veterans will forget that when in opposition, the Liberals sung a very different tune.
It is true that the funding for Veterans Affairs is regulated by statute. It seems the Minister of Veterans Affairs is aware of this fact now. The other day, he was explaining to Global News that he was statutorily obligated to provide programs and services owed to veterans, so any lapsed funding would not affect services to veterans. A Veterans Affairs spokesperson agreed with the minister and said that lapsed funding did not result in anyone receiving less than they should, that it was simply an administrative process.
Services from the Department of Veterans Affairs, under the Liberals, is demand driven, just as it was during the previous Conservative government. The hypocrisy here is that when the same thing happened in the past, the Liberals falsely claimed that the then government was stealing from veterans. Now when they find themselves in government and are faced with the exact same situation, the Liberals say that they are not stealing, that they are following an administrative process.
I am not going to come to the House today and claim that lapsed funding in the Department of Veterans Affairs under the Liberal government is somehow stealing from veterans, because it is not and it never was. However, I will ask the minister, now that he and the Liberal government are aware of how Veterans Affairs budgets work, if they will apologize for accusing my former colleagues of thievery? Will they apologize to Canadians for completely misrepresenting in the past how this Veterans Affairs budget works? Will they apologize to veterans for the stress they caused them by suggesting the former government was taking money from their benefits, when they knew it was not true?
The department makes estimates for what it expects to spend and in the event that all the money is not spent, it lapses. The way the department is set up, it is required to have enough money for the demands of our veterans, each and every year. This motion by the member for Courtenay—Alberni is somewhat moot. However, there are many areas of concern where my colleague and I are of one mind that I believe are the force behind his intent today.
What are the reasons this funding remains there at the end of the budget year? Why does it fail to reach veterans? There are two significant reasons why that happens. One is incredible inefficiencies within the department, an inability when it creates programs to get them through the door and out to the veterans. The other reason is a significant culture of denial. Veterans always have to fight for something they should be able to receive without an increased level in their mental health problems, without an increased level of PTSD and struggling through the transition process and without an increase in the number of veterans who contemplate or actually go through with suicide and homicides because they simply cannot take another problem added on to the problems they are already facing.
For example, the fact that $37 million taxpayer dollars abused by the Prime Minister to fight veterans in court was a blow to the guts, the hearts and the minds of our veterans. When asked why we were fighting certain veteran groups in court, the Prime Minister responded, at the Edmonton town hall, in February 2018, with this statement, “Because they're asking for more than we are able to give.”
The previous Conservative minister of Veterans Affairs had worked with Equitas, firing the government lawyer and instead putting the case in abeyance, with the goodwill to work together to move toward acceptable solutions to improve outcomes for injured veterans, as they were requesting.
The outcomes this motion is trying to achieve are very important. I am very disturbed by the increasing backlog of applications for disability benefits. Despite the $10 billion the minister is always quoting, the backlog is 29,000 and growing.
The government sees itself as succeeding, because it indicates that cases are being processed and moved to VRAB, the Veterans Review and Appeal Board, more quickly. How could any government claim this as a success, that basically, initial request from veterans are moving quickly to an appeal board, where once again they have to go through the process for applying and requesting that funding? In most cases, once they make it through that process, it is provided. Why are we putting our veterans through this added difficulty that causes them great angst and only means they are not receiving their funding or their services in a timely manner?
When VAC finally communicates to Canadian Armed Forces members, veterans and their families using veterans-centric plain language and when it ensures all veterans have a clear understanding of every benefit they qualify for upon release and every benefit they may need to access over time, we will be on the road to succeeding to care more effectively and efficiently for our veterans.
One of the biggest challenges to veterans receiving their benefits is an over-complicated chain of command, where upper management does not embrace change and case managers are not empowered to do what is best for veterans as quickly as possible. There does not appear to be a desire to work with DND to create a seamless transition for our veterans if it means a change to the structure or the composition of VAC.
There continues to be a culture that insists VAC must determine if medical release is due to service before VAC will provide benefits, when DND already makes the determination when a member no longer meets universality of service and is released. Yes, of course future decisions by VAC will need to be made as veterans age. However, upon medical release, there is complete clarity already provided by DND on whether they qualify for services from VAC. It is already there at release.
Timely service and peace of mind for an injured veteran should be the determining factors, not protecting the turf of a department. The truth is that the majority of the cohort of case managers the Liberals claim they have put in place, 400 of those 470, were already budgeted for by the previous Conservative government.
At the Standing Committee on Veterans Affairs, we heard that case managers were not properly trained and up to speed on veterans benefits. They are overworked, stressed and often feeling helplessly caught between veterans in dismay and those up the chain of command. VAC needs to stop operating like an insurance program.
VAC needs to be transparent in what it is actually providing to veterans. Today, we heard one of the members of the Liberal Party talk about the education benefit, $40,000 for someone who has served for six years and $80,000 for someone who has served for 12 years. Unfortunately, that is not a transparent presentation to veterans or Canadians because those funds are a taxable benefit.
Therefore, when veterans think they are going to get $40,000 to go to school, at the end of the year they find out that it is a taxable benefit and they owe the government in taxes. I wonder if the government has come to any decision as to how much of that benefit it hands out is actually clawed back and how much it gets back through taxes from our veterans. It is misleading.
As well, the member across the way said that with the education benefit, veterans would get to go to the school of their choice. I have been approached by many veterans who wanted to take advantage of that program. One of them was actually okayed to go ahead and registered with the institution. The veteran then heard back through the case manager that the people higher up did not think the school qualified. It was devastating.
As well, the member across the way said that the emergency funds were available 24/7. What he is saying is that people can call in 24/7, but he did not tell truthfully how long it took for the department to actually get those funds out the door to a veteran who was in an emergency crisis situation. Our committee should take a look at that.
Under no circumstances should the men and women who have served and have come home physically or mentally injured find themselves fighting for benefits they were told would be there for them and their families when they signed on, willing to die for their country.
The minister has indicated on numerous occasions that the backlog is because veterans are better informed and they have more services to apply for. I hope there is a certain amount of truth to that. However, in actuality what is not being said is that the backlog is going to get even worse, as VAC is facing a significant increase of service members ready to retire now after serving 25 years. The department is not prepared.
It is no secret that there is no clarity for veterans or service and case managers with the rollout fast approaching of the so-called pension for life. The plan provides no new funds. Instead it consolidates and rolls in existing benefits.
In an article in Esprit de Corps Canadian military magazine, dated April 18, Sean Bruyea and Robert Smol, comparing the old Pension Act and the Liberals' new so-called pension for life, stated:
Furthermore, under the same category of non-taxable benefits for pain and suffering, injured veterans will have a choice between a lump-sum payment of up to $360,000 and a monthly “Pension for Life” up to a maximum of $1,150 to compensate for their injuries. There are no additional amounts for spouses or children. The average “Pension for Life” likely will be around $200 per month. For the 60,000 veteran recipients still receiving the Pension Act, they are paid an average of $680 per month plus amounts for spouses and children.
In the announcement of the Liberals' budget for 2018, with the new life-long pension included, the example that was given was of someone who had served the full 25 years and ended up at the last moment having a very horrific injury, including major loss of limbs. That individual qualifies for the maximum amount. There are many of our boots on the ground who get injured and never make it to 25 years. It is misleading in that document.
Another glaring problem is the inability of VAC to administer funds in a timely manner. One example is the emergency relief fund. It takes days, not hours, to get the funds to a veteran in a crisis situation. I am going to mention an organization called “Veterans Emergency Transition Services”, known as VETS Canada. It is operated by veterans for veterans. A non-profit corporation with volunteers across Canada, it provides emergency aid and comfort to veterans who are in crisis and who are at risk of becoming homeless.
If a veteran or someone on their behalf reaches out to VETS Canada, it can have a person at their door very quickly with help. If it gets a call about a homeless veteran, it works that same day to get them off the street. The new VETS Canada drop-in centre is just blocks from Parliament Hill and it is so effective in its mandate that we heard that 65 of its emergency clients went there in its first two months of operation.
The problem at Veterans Affairs is not a lack of money. We all know that the minister says he has $10 billion to spend, because he says that at every opportunity, yet it seems the desire of the government is to get dollars out the door elsewhere, providing taxpayer dollars to colonize overseas countries, to get Canadians to submit to its attestation values, to pay out terrorists and help murderers, rather than focusing on our veterans, elderly and those working hard to join the middle class.
Veterans want to see more veterans as caseworkers so that they can talk to people who understand military service and speak their language. They want transparency when they file a claim, with an honest, accurate estimation provided as to how long it will take. Veterans want to be made aware of available services. For example, I recently returned from a committee trip up north and discovered that 89% of our Canadian Rangers are not aware of their Canadian Armed Forces health care entitlements or their veterans benefits. An excellent recommendation came forward in the north that a VAC service agent simply be included with the existing team at the Service Canada building in Yellowknife.
Understanding that Veteran Affairs services need to start shortly after enlistment with ongoing contact, we need to ensure that when an forces member retires or is released from the Canadian Armed Forces and becomes a veteran, he or she is armed and trained with the clear, concise information that empowers them to access everything they need and deserve as they transition from serving in our military.
Monsieur le Président, je suis très heureuse de prendre la parole aujourd'hui au sujet de questions touchant les anciens combattants des Forces armées canadiennes en réponse à la motion de l'opposition présentée par mon collègue le député de Courtenay—Alberni.
J'aime bien siéger avec lui au Comité permanent des anciens combattants. Si le gouvernement accepte de mettre en oeuvre nos recommandations, nous serons heureux de collaborer avec lui sur les mesures qui pourraient améliorer les services aux anciens combattants.
La motion dont nous sommes saisis indique ceci:
Que, de l’avis de la Chambre, le gouvernement devrait automatiquement reporter toutes les dépenses annuelles inutilisées du ministère des Anciens Combattants à l’exercice financier suivant, à la seule fin d’améliorer les services aux anciens combattants du Canada, jusqu’à ce que le ministère atteigne ou dépasse les 24 normes de service qu’il a lui-même déterminées.
Aujourd'hui, en réponse à la motion, les libéraux ont déclaré que, même si des fonds sont inutilisés, cela ne signifie pas que des gens reçoivent moins qu'ils ne le devraient. Ils ont indiqué qu'il s'agit uniquement de la façon dont le gouvernement administre les finances publiques. Ils ont affirmé qu'il n'y avait rien de louche là-dedans. Les libéraux ont expliqué que la plupart des dépenses d'Anciens Combattants sont des dépenses législatives et que le gouvernement doit être prêt à couvrir le coût de ces prestations, peu importe que 10 ou 10 000 anciens combattants admissibles présentent une demande.
Ils nous ont indiqué que le budget des dépenses d'Anciens Combattants Canada présenté à la Chambre chaque année est fondé principalement sur ces exigences législatives. Autrement dit, les fonds non utilisés se retrouveront dans le budget des dépenses cette année, puis l'an prochain et l'année suivante.
Selon les libéraux, la motion ne sert à rien. Ils ont en bonne partie raison en fait. Cela dit, je sais qu'ils espèrent que les anciens combattants vont oublier que, lorsqu'ils étaient dans l'opposition, les libéraux ne chantaient pas du tout la même chanson.
Il est vrai que l'affectation de fonds à Anciens Combattants Canada est régie par la loi. Il semblerait que le ministre des Anciens Combattants soit maintenant conscient de ce fait. L'autre jour, il expliquait à Global News qu'il était tenu par la loi de fournir aux anciens combattants les programmes et les services auxquels ils ont droit et que les montants non utilisés n'auraient donc pas de répercussions sur les services offerts. Un porte-parole du ministère a aussi indiqué que le fait que des fonds restent inutilisés ne privait aucune personne de ce à quoi elle a droit et qu'il s'agissait simplement d'un processus administratif.
Les services fournis par le ministère des Anciens Combattants sous le gouvernement libéral sont axés sur la demande, tout comme c'était le cas sous le gouvernement conservateur précédent. L'hypocrisie dans ce contexte, c'est que, lorsque la même situation est survenue par le passé, les libéraux ont prétendu à tort que le gouvernement de l'époque volait les anciens combattants. Maintenant qu'ils sont au pouvoir et qu'ils se trouvent exactement dans la même situation, les libéraux affirment qu'ils n'ont rien volé et qu'ils suivent un processus administratif.
Je ne vais pas me servir de mon intervention à la Chambre aujourd'hui pour prétendre que les fonds inutilisés du ministère des Anciens Combattants sous le gouvernement libéral représentent en quelque sorte une somme volée aux anciens combattants, car ce n'est pas le cas et cela ne l'a jamais été. Cependant, maintenant que le ministre et le gouvernement libéral savent comment fonctionnent les budgets des Anciens Combattants, je demande au ministre s'ils vont s'excuser d'avoir accusé mes anciens collègues de vol. Vont-ils présenter des excuses aux Canadiens pour avoir complètement déformé le fonctionnement du budget des Anciens Combattants par le passé? S'excuseront-ils auprès des anciens combattants pour le stress qu'ils leur ont causé en laissant entendre que le gouvernement précédent prenait de l'argent dans leurs prestations lorsqu'ils savaient que ce n'était pas le cas?
Le ministère établit des prévisions budgétaires selon ce qu'il estime devoir dépenser, et l'argent qui n'est pas utilisé est remis au Trésor. Le ministère doit prévoir suffisamment d'argent, année après année, pour répondre aux demandes des anciens combattants. La motion du député de Courtenay—Alberni est quelque peu discutable. Cependant, je partage largement les préoccupations de mon collègue qui sont à l'origine de cette motion.
Pour quelles raisons reste-t-il de l'argent dans l'enveloppe à la fin de chaque année financière? Pourquoi cet argent ne bénéficie-t-il pas aux anciens combattants? C'est essentiellement pour deux raisons principales. Premièrement, c'est à cause des incroyables lacunes du ministère, qui est incapable de rendre les programmes qu'il a créés accessibles aux anciens combattants. Deuxièmement, c'est à cause d'une culture du déni qui est profondément ancrée. Les anciens combattants doivent se battre pour obtenir ce qu'ils devraient recevoir sans avoir à risquer d'aggraver leurs problèmes de santé mentale, notamment lorsqu'ils souffrent du trouble de stress post-traumatique, sans qu'on leur rende la transition plus difficile et sans que n'augmente le nombre d'anciens combattants qui se suicident, qui commettent un homicide ou qui envisagent de passer à l'acte parce qu'ils craquent sous la pression lorsqu'un problème de plus s'ajoute à ceux qu'ils doivent déjà affronter.
Par exemple, les 37 millions de dollars issus des poches des contribuables que le premier ministre a utilisés abusivement pour financer sa bataille judiciaire contre les anciens combattants leur ont porté un dur coup au coeur et à l'âme. Lorsque, à l'occasion d'une assemblée publique à Edmonton, en février 2018, on a demandé au premier ministre pourquoi le gouvernement s'opposait à certains groupes d'anciens combattants devant les tribunaux, il a répondu que c'était parce que les anciens combattants réclamaient davantage que ce que le gouvernement avait les moyens de leur donner.
L'ancien ministre conservateur des Anciens Combattants a collaboré avec Equitas et renvoyé l'avocat du gouvernement, décidant plutôt de mettre la cause en suspens. Il avait la volonté de travailler ensemble pour trouver des solutions acceptables visant à améliorer le sort des anciens combattants blessés, tel que ces derniers le demandaient.
Les résultats escomptés par cette motion revêtent une grande importance. Je suis très troublée par l'arriéré grandissant de demandes de prestations d'invalidité. En dépit des fameux 10 milliards dont parle sans cesse le ministre, l'arriéré a atteint 29 000 cas et ne fait qu'augmenter.
Le gouvernement s'imagine engagé sur la voie du succès, et indique à titre de preuve que des demandes sont traitées et acheminées plus rapidement au TACRA, le Tribunal des anciens combattants (révision et appel). Comment un gouvernement peut-il prendre en compte la situation actuelle et crier victoire? Les anciens combattants doivent soumettre leur demande initiale, qui est acheminée rapidement vers un tribunal d'appel, en effet, mais ils doivent ensuite reprendre le processus de demande de prestations. Dans la plupart des cas, lorsqu'ils ont réussi à franchir toutes les étapes du processus, les prestations leur sont accordées. Pourquoi obliger nos anciens combattants à passer par un processus aussi compliqué et anxiogène, et qui ne leur permet même pas d'obtenir leurs prestations et leurs services dans les meilleurs délais?
Le jour où le ministère des Anciens Combattants se décidera à utiliser un langage clair et efficace pour communiquer avec les membres des Forces armées canadiennes, les vétérans et leurs proches et qu'il fera le nécessaire pour que tous les vétérans sachent clairement à quelles prestations ils ont droit au moment où ils sont libérés et auxquelles ils pourraient un jour avoir droit, là nous pourrons commencer à dire que nous prenons soin d'eux de manière efficace et efficiente.
La chaîne de commandement au sein du ministère est inutilement compliquée, ce qui explique en bonne partie pourquoi les vétérans ont autant de mal à obtenir les prestations auxquelles ils ont droit. La haute direction est réfractaire au changement, et les gestionnaires de cas, de leur côté, n'ont pas les pouvoirs nécessaires pour prendre rapidement les moyens de répondre aux besoins des vétérans. La volonté de collaborer avec le ministère de la Défense nationale pour que la transition vers la vie civile se fasse sans heurts semble complètement absente du moment où cela pourrait entraîner un changement de structure au ministère des Anciens Combattants.
Le ministère des Anciens Combattants continue d'insister pour procéder à sa propre évaluation afin de déterminer si la libération pour motifs médicaux d'un vétéran est liée à ses fonctions, alors que le ministère de la Défense nationale détermine déjà quand un militaire ne répond plus aux exigences en matière d'universalité du service et doit quitter les forces. Bien sûr, c'est le ministère des Anciens Combattants qui devra prendre les autres décisions, celles qui viendront au fur et à mesure que le vétéran prendra de l'âge, mais au moment où celui-ci est libéré pour motifs médicaux, toutes les évaluations nécessaires pour déterminer s'il a droit à ses services ont déjà été faites par le ministère de la Défense nationale. Tout est là.
Offrir un service rapide aux anciens combattants blessés et assurer leur tranquillité d'esprit: voilà ce sur quoi il faudrait fonder les décisions, et non pas sur la volonté de protéger la chasse gardée d'un ministère. La vérité, c'est que la majorité des gestionnaires de cas que les libéraux prétendent avoir embauchés, soit 400 des 470 nouveaux employés, étaient déjà prévus dans le budget du gouvernement conservateur précédent.
Au Comité permanent des anciens combattants, nous avons appris que les gestionnaires de cas ne reçoivent pas une formation adéquate et qu'ils ne sont pas au courant des mesures de soutien destinées aux vétérans. Surchargés de travail et stressés, ils se sentent souvent impuissants, coincés entre les anciens combattants en plein désarroi et leurs supérieurs hiérarchiques. Le ministère des Anciens Combattants doit cesser de fonctionner comme un programme d'assurance.
Le ministère doit communiquer en toute transparence ce qu'il offre aux vétérans. Aujourd'hui, un député libéral a parlé de l'allocation pour études, qui peut atteindre 40 000 $ pour les vétérans qui ont 6 années de service et 80 000 $ pour ceux qui en ont 12. Malheureusement, ce n'est pas une explication transparente pour les vétérans ou les Canadiens parce que ces fonds sont un avantage imposable.
Par conséquent, alors que les anciens combattants pensent qu'ils vont recevoir 40 000 $ pour des études, à la fin de l'année, ils découvrent que la somme est imposable et qu'ils doivent de l'impôt au gouvernement. Je me demande si le gouvernement a déterminé quelle portion de la somme qu'il donne est en fait récupérée et combien il récupère au moyen de l'impôt payé par les anciens combattants. C'est trompeur.
De plus, le député en face a dit que, grâce à l'allocation pour études, les anciens combattants pourraient fréquenter l'établissement de leur choix. J'ai été approchée par un grand nombre d'anciens combattants qui voulaient profiter de ce programme. L'un d'eux a été accepté il et s'est inscrit à un établissement. La personne qui gère son dossier lui a alors appris que ses supérieurs ne pensaient pas que l'établissement était admissible. Ce fut désastreux pour lui.
De plus, le député en face a dit que des fonds d'urgences pouvaient être demandés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Ce qu'il dit, c'est que les gens peuvent appeler 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sauf qu'il n'a pas précisé combien de temps il faudra au ministère pour verser les fonds à un ancien combattant en situation de crise. Notre comité devrait se pencher là-dessus.
Les militaires qui reviennent de mission avec des blessures physiques ou psychologiques ne devraient en aucune circonstance avoir à se battre pour obtenir des mesures de soutien qu'on leur avait promis, à eux et à leur famille, lorsqu'ils se sont engagés, prêts à risquer leur vie pour leur pays.
Le ministre a indiqué à maintes occasions que les arriérés étaient causés par le fait que les anciens combattants sont mieux informés et qu'il existe un plus grand nombre des services pour lesquels il faut présenter une demande. J'ose espérer que c'est en partie vrai. On ne souligne pas, cependant, que les arriérés vont s'aggraver, étant donné qu'il y a une nette augmentation du nombre de militaires qui s'adressent à Anciens Combattants Canada après 25 ans de service. Le ministère n'est pas prêt.
Personne n'ignore que les anciens combattants, les gestionnaires de services et les gestionnaires de cas ne savent pas exactement quoi faire par rapport au régime de présumée pension à vie, dont la mise en oeuvre approche à grands pas. Le plan ne comporte aucun nouveau financement. En fait, il inclut et consolide des prestations existantes.
Dans un article publié le 18 avril dans le magazine militaire canadien Esprit de Corps, Sean Bruyea et Robert Smol comparent l'ancienne Loi sur les pensions au nouveau régime libéral de la présumée pension à vie. Je cite:
De plus, toujours dans la même catégorie de prestations non imposables pour la douleur et la souffrance, les anciens combattants blessés pourront choisir entre un paiement forfaitaire pouvant atteindre 360 000 $ et une « pension à vie » d'un montant maximal de 1 150 $ par mois comme indemnisation pour leurs blessures. Il n'y a pas de montant supplémentaire pour les conjoints ou les enfants. La « pension à vie » sera probablement d'environ 200 $ par mois en moyenne. Pour ce qui est des 60 000 anciens combattants qui reçoivent toujours des prestations au titre de la Loi sur les pensions, ils reçoivent 680 $ en moyenne, en plus de montants pour les conjoints et les enfants.
Dans l'annonce du budget de 2018 des libéraux, où on faisait mention de la nouvelle pension à vie, l'exemple fourni était celui d'une personne qui subit une très grave blessure, la perte de membres, après 25 années de service. Cette personne est admissible au montant maximal. Beaucoup de militaires sur le terrain se blessent et ne se rendent pas à 25 ans de service. L'exemple du document est trompeur.
Un autre problème flagrant est l'incapacité du ministère des Anciens Combattants d'accorder rapidement les fonds. Le fonds d'urgence en est un exemple. Il ne faut pas des heures, mais bien des jours pour que les fonds soient acheminés à un ancien combattant en crise. Je vais parler d'un organisme qui s'appelle Veterans Emergency Transition Services, communément appelé VETS Canada. L'organisme est dirigé par d'anciens combattants pour les anciens combattants. Il s'agit d'une entreprise sans but lucratif qui compte des bénévoles dans l'ensemble du Canada. Elle offre de l'aide d'urgence et du réconfort aux anciens combattants en crise et à risque de devenir sans-abri.
Si un ancien combattant ou son représentant fait appel à VETS Canada, une personne pourra se présenter rapidement chez lui pour l'aider. Si l'organisme reçoit un appel au sujet d'un ancien combattant sans abri, il travaille le jour même pour lui trouver un logement. La nouvelle halte-accueil de VETS Canada est située à quelques pâtés seulement de la Colline du Parlement et elle remplit son mandat avec une telle efficacité qu'elle aurait traité 65 cas d'urgence au cours de ses deux premiers mois d'activité.
Le problème au ministère n'est pas un manque de fonds. Nous savons tous que le ministre dit avoir 10 milliards de dollars à dépenser, puisqu'il le dit dès qu'il en a l'occasion. Pourtant, le gouvernement semble vouloir utiliser l'argent des contribuables à d'autres fins, comme pour coloniser des pays étrangers, pour amener les Canadiens à se soumettre à son attestation relative aux valeurs, pour payer des terroristes et aider des meurtriers, plutôt que d'accorder la priorité aux anciens combattants, aux aînés et à ceux qui travaillent fort pour faire partie de la classe moyenne.
Les anciens combattants veulent voir plus d'anciens combattants travaillant comme chargés de cas afin de pouvoir parler à des gens qui comprennent le service militaire et qui parlent leur langage. Ils veulent voir de la transparence lorsqu'ils déposent une demande, et avoir une estimation honnête et juste du délai qu'il faudra pour la traiter. Les anciens combattants veulent être mis au courant des services offerts. Par exemple, je viens de revenir d'un voyage dans le Nord aux fins des travaux du comité. J'ai découvert que 89 % des Rangers canadiens ne sont pas au courant qu'ils ont droit à des soins de santé des Forces armées canadiennes ou à une allocation aux anciens combattants. Une excellente recommandation a été formulée dans le Nord: inclure tout simplement un agent des services d'Anciens Combattants Canada dans l'équipe en poste au centre de Service Canada à Yellowknife.
L'éducation au sujet des services d'Anciens Combattants Canada doit commencer peu après l'enrôlement au moyen d'une communication continue. Nous devons nous assurer que, lorsqu'un membre des Forces armées canadiennes prend sa retraite ou est libéré et devient un ancien combattant, il est armé d'information claire et concise qui lui permet d'accéder à tout ce dont il a besoin et à tout ce qu'il mérite alors qu'il effectue la transition entre le service militaire et la vie civile.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2018-09-25 12:44 [p.21790]
Mr. Speaker, when I went across the country in my previous role as a critic for Veterans Affairs, I was the first one to acknowledge that mistakes were made in the past. Acknowledging problems is the first step in correcting them.
The Prime Minister stood in Belleville, with his hand over his heart, and made promises to veterans, promises that he knew he had no intention to keep. In fact, in Edmonton, in reaction to Brock Blaszczyk, the Canadian veteran who asked a question, he said that veterans were asking for more than what he could give right now.
What veterans are asking for is what the Prime Minister promised them. He has failed veterans of our country in every aspect. Veterans are taking notice. They are taking notice of the failed promises. They are taking notice of the red herrings. They are taking notice of this issue as well. They will not forget it in 2019.
Monsieur le Président, lorsque j'ai parcouru le pays à titre de porte-parole en matière d'anciens combattants, j'ai été le premier à reconnaître que des erreurs avaient été commises dans le passé. Reconnaître les problèmes est la première étape pour les corriger.
Le premier ministre a pris la parole à Belleville, la main sur le coeur, et il a fait des promesses aux anciens combattants, promesses qu'il savait qu'il n'avait aucune intention de tenir. En fait, à Edmonton, en réaction à Brock Blaszczyk, l'ancien combattant canadien qui a posé une question, il a dit que les anciens combattants demandaient plus que ce qu'il pouvait donner maintenant.
Ce que les anciens combattants demandent, c'est ce que le premier ministre leur a promis. Il a laissé tomber les anciens combattants de notre pays à tous les égards. Les anciens combattants en prennent bonne note. Ils prennent note des promesses non tenues. Ils prennent note des faux-fuyants. Ils tiennent également compte de cette question. Ils ne l'oublieront pas en 2019.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2018-09-25 12:47 [p.21790]
Mr. Speaker, I am honoured to stand here today.
I am disappointed, but not surprised, by the comments coming from some of our colleagues across the floor, some who I deeply respect with respect to their service to our country. However, it is the talking points. I have listened intently to this debate.
It was August 28 when I received a message from our veteran community, asking if I heard about Chris Garnier who had heinously murdered Catherine Campbell, a Truro police officer of six years, badge 137. Catherine was also a volunteer firefighter.
In the process of the legal battle that he and his family waged, they used every dilatory motion possible to re-victimize Ms. Campbell's family, such as putting a peace bond on her family members during the court case because Mr. Garnier's family felt threatened. When the sentencing came up, all of a sudden he had PTSD. From what? He had PTSD from the murder he committed. How did we find this out? An email was sent during the sentencing, which was only about a month and a half ago.
Since August 28, when I did a video on my social media, over 90,000 Canadians have viewed it and they are angry. The comments we have received have been incredible. People are furious. I want to read one for members. It states:
“I am not allowed to lend my voice to the outrage of providing services to a non-veteran convicted murderer, however, I am absolutely speechless. Well, perhaps not speechless, but I'm trying to be polite and professional.”
“ As a citizen of this country, I am so angry and ashamed. As a Veterans Affairs employee, this is not what I signed up for when I began my career, providing services to our veterans and their families. I love my job and it is an honour to support those who are willing to lay down their lives for me and my fellow citizens, but now I just want to go home with my head hung in shame. knowing what someone in my organization has approved.”
It goes on to say, “Under family services, it clearly states that we do not cover family members' own mental health issues. It is a provincial jurisdiction, or in this case, it is a Corrections Canada jurisdiction. We only directly support veterans' family members with their mental health issues only as needed for them to participate in a veterans rehab plan.”
I offer that to members. All we have heard from the minister straight across the Liberal caucus is garbage. There is no other way to put it. It is shameful.
Veterans and first responders are listening today. I have had, if not hundreds, possibly thousands of messages regarding this issue. Chris Garnier murdered Catherine Campbell. He is currently appealing his case now because the judge was heavy-handed in sentencing. Chris Garnier met Catherine Campbell and two hours later he murdered her. He dumped her in a recycling bin, wheeled her through Halifax and tossed her away like a piece of trash. Now he and his family are trying to milk the system, using PTSD as an excuse. It is shameful.
Through my work on Bill C-211, we have worked hard in trying to break the stigma so those who are suffering can feel comfortable and know that when they come forward to talk about their stories, they will be believed. Now we have this dirt bag. I have said it, and I believe that with my whole heart.
This man is re-victimizing the family. He is taking advantage of a situation. He is using every tool possible. Now he is using PTSD as a mitigating factor, hoping to get some leniency in his sentencing. We have colleagues across the way, all whom I respect dearly for their service, coming out, spewing the talking points.
If a veteran commits a crime, he or she loses his or her benefits. My hon. colleague, the member for Barrie—Innisfil, mentioned it earlier that a 30 year old was not a dependant. To have a convicted murderer jumping in front of a veteran or a first responder who requires treatment is shameful.
The day after I posted my video, the minister said that he was seized with this issue. It has been 28 days. He stands in the House and blathers on. He had an opportunity at the beginning of this debate to talk about the action he had taken on this case, but he continued to spew political talking points. We can tell we are going into an election season, but on an issue like this, it is absolutely shameful.
I promised I was not going to get heated up, but I have received more messages from veterans.
One veteran says, “Hey, Mr. Doherty, I just want to scream and cry at the same time. I have been waiting in line for what seems like forever. Every time, veterans affairs has some excuse as to why. I served 21 years for my country, yet I have to continue to wait in line.”
Mr. Garnier has already been receiving this treatment, yet he was only just sentenced about a month and a half ago. He immediately jumped to the front of the line. How did he do that? We have a lot of questions. Is he highly connected? We do not know. It is absolutely shameful.
This veteran goes on to say, “I am so lit up. I don't know what to do. I don't even know if.... the thoughts that are going through my mind. I don't know what to do.”
I have two minutes left and I wish I had so much more time for this. It is absolutely shameful.
Catherine Campbell served our country and served our community. She wore two uniforms, and Christopher Garnier took her life.
It is not about hypothetical cases. It is not about “coulda, woulda, shoulda”. It is not about his father's treatment plan. It has nothing to do with that. That is what is being paraded out there. It has not even been brought up. What was brought up is that his lawyer has said that he needs treatment for PTSD because of the crime he committed, the murder he committed. That is shameful. He has jumped to the front of the line.
I am going to leave the House with this, because it is important.
Freedom is not free. Our brave men and women, who have served our country and our communities, have paid our collective debt for our freedom, our safety and our security. When they ask for help, rather than welcoming them and telling them that their bill is paid in full, they are continually refused service or told to go to the back of the line. Many of them are losing hope. We continue to lose veterans and first responders at a horrendous rate. Why? Because of issues like this. They lose faith in the process.
This is wrong. Those brave men and women, who put the uniform on every day in service to our country, to our community and to our flag, sacrifice for us. Christopher Garnier did not serve. Instead, he took the life of someone who served her community and who was willing to give her life for her community. The Campbells and our veterans and first responders deserve better than what they are hearing in the talking points from the minister.
Monsieur le Président, c'est un honneur pour moi de prendre la parole aujourd'hui.
Je ne suis pas étonné, mais je suis quand même déçu des propos de certains de nos collègues d'en face, dont certains qui ont tout mon respect pour avoir servi notre pays. Or, ils se rabattent sur des arguments préfabriqués. J'ai écouté attentivement le débat.
Le 28 août dernier, je recevais un message du milieu des anciens combattants me demandant si j'étais au courant du meurtre haineux commis par Chris Garnier, qui avait assassiné Catherine Campbell, agente de police de Truro depuis six ans, matricule 137, et pompière volontaire.
Au cours de la bataille judiciaire qui a suivi, M. Garnier et sa famille ont employé toutes les motions dilatoires possibles pour victimiser de nouveau les membres la famille de Mme Campbell, demandant, par exemple, un engagement de leur part ci à ne pas troubler l'ordre public pendant le procès parce que la famille de M. Garnier se sentait menacée. Quand est arrivé le moment du prononcé de la sentence, tout à coup, M. Garnier était atteint de stress post-traumatique. Causé par quoi? Par ses propres actes, le meurtre qu'il avait commis. Comment l'a-t-on appris? Par un courriel envoyé au stade du prononcé de la sentence, il y a environ un mois et demi seulement.
Depuis le 28 août, plus de 90 000 Canadiens ont visionné la vidéo j'ai mise sur les médias sociaux et ils sont en colère. Les commentaires sont incroyables. Les gens sont furieux. En voici un exemple:
« Je n'ai pas le droit de dire ma colère de voir des services offerts à un individu reconnu coupable de meurtre qui n'est pas un ancien combattant. Je n'en suis pas moins sans voix. Peut-être pas tout à fait sans voix, mais j'essaie de me montrer poli et professionnel.
« En tant que citoyen de ce pays, je suis furieux et honteux. En tant qu'employé du ministère des Anciens Combattants, j'estime que ce n'est pas ce à quoi je me suis engagé quand j'ai commencé ma carrière et que je devais fournir des services à nos anciens combattants et à leur famille. J'adore mon travail et c'est un honneur pour moi d'être là pour ceux qui sont prêts à sacrifier leur vie pour moi et mes concitoyens. Je n'ai cependant qu'une envie, en ce moment, c'est de rentrer chez moi, tête basse, honteux parce que quelqu'un, dans mon ministère, a donné son accord. »
La lettre continue ainsi: « Il est dit clairement, en ce qui concerne les services offerts aux familles, que nous ne nous occupons pas des problèmes de santé mentale des membres de la famille. Ce sont des problèmes qui relèvent de la province ou, comme dans ce cas-ci, des services correctionnels canadiens. Nous nous occupons directement des problèmes de santé mentale de membres de la famille d'un ancien combattant seulement s'ils ont besoin de cette aide pour pouvoir participer au programme de réadaptation de cet ancien combattant. »
Aux députés d'en déduire ce qu'ils veulent. Des foutaises, voilà tout ce que le ministre et le caucus libéral nous ont servi. Il n'y a pas d'autre manière de le dire. C'est honteux.
Les anciens combattants et les premiers intervenants sont à l'écoute aujourd'hui. J'ai reçu des centaines, voire des milliers, de messages concernant cette affaire. Chris Garnier a assassiné Catherine Campbell. Il a récemment interjeté appel, qualifiant d'excessive sa peine d'emprisonnement. Chris Garnier a rencontré Catherine Campbell et, deux heures plus tard, il la tuait. Il a jeté son corps dans un bac de recyclage qu'il a traîné dans Halifax, puis il a jeté le cadavre comme si c'était une ordure. Aujourd'hui, sa famille et lui essaient de profiter du système, invoquant le syndrome de stress post-traumatique comme excuse. Quelle honte.
Dans le cadre du projet de loi C-211, que j'ai présenté, nous nous sommes employés à faire tomber les préjugés pour que les personnes qui souffrent de stress post-traumatique se sentent à l'aise de raconter leur histoire et qu'elles sachent que cela les soulagera. Nous voilà confrontés au cas de cette pourriture. Voilà ce que je pense du fond du coeur.
Cet homme fait subir une nouvelle épreuve à la famille de la victime. Il profite de la situation. Il utilise tous les outils à sa disposition. Maintenant, il invoque le syndrome de stress post-traumatique comme circonstance atténuante, dans l'espoir que le tribunal fasse preuve de clémence dans la détermination de sa peine. Certains collègues d'en face, auxquels je voue énormément de respect pour leur service à la nation, se contentent de débiter des réponses toutes faites.
Un ancien combattant qui commet un acte criminel perd ses avantages sociaux. Mon distingué collègue de Barrie—Innisfil a mentionné plus tôt qu'un homme de 30 ans n'est pas une personne à charge. Il est honteux qu'un meurtrier passe devant un ancien combattant ou un premier intervenant qui a besoin de soins.
J'ai publié une vidéo et, le lendemain, le ministre a déclaré avoir été saisi de l'affaire. C'était il y a 28 jours. Le ministre intervient à la Chambre pour débiter des bêtises. Dès le début du présent débat, il avait l'occasion de parler des mesures qu'il a prises dans cette affaire, mais il a continué à présenter des arguments politiques. On constate déjà que la période électorale pointe à l'horizon, mais dans un dossier comme celui-ci, il est absolument inadmissible de faire de la politique.
J'ai promis de ne pas m'emporter, mais j'ai reçu de nouveaux messages d'anciens combattants.
Un ancien combattant m'a écrit ceci: « M. Doherty, j'ai envie de crier et de pleurer en même temps. J'ai l'impression d'attendre mon tour depuis des lustres. Chaque fois, le ministère des Anciens Combattants trouve une excuse pour justifier cette attente. J'ai servi mon pays pendant 21 ans, et pourtant je dois continuer à attendre. »
M. Garnier a été condamné il y a à peine un mois et demi, mais il reçoit déjà des soins. Il est tout de suite passé devant tout le monde. Comment y est-il arrivé? Nous avons beaucoup de questions. A-t-il des amis influents? Nous n'en avons aucune idée. C'est tout à fait scandaleux.
Cette même personne poursuit en disant ceci: « J'éprouve une très grande frustration. Je ne sais pas quoi faire. Je ne sais même pas si... je m'imagine tellement de choses. Je ne sais pas quoi faire. »
Il me reste deux minutes, mais j'aurais aimé en parler beaucoup plus longuement. C'est carrément honteux.
Catherine Campbell a servi notre pays et notre collectivité. Elle portait deux uniformes, et Christopher Garnier lui a enlevé la vie.
Il ne s'agit pas ici de cas hypothétiques. Il ne s'agit pas ici de ce qui aurait pu ou dû être fait. Il ne s'agit pas ici du plan de traitement du père de l'individu en question. Cela n'a rien à voir. C'est pourtant ce qu'on tente de nous faire croire. Toutefois, cette question n'a même pas été soulevée. La réalité, c'est que l'avocat de cet individu a déclaré que son client a besoin d'un traitement pour soigner un trouble de stress post-traumatique causé par le meurtre qu'il a commis. C'est honteux. Il a resquillé.
En terminant, je vais faire part à la Chambre de quelques réflexions importantes.
La liberté n'est pas gratuite. Les femmes et les hommes courageux qui ont servi leur pays et leurs collectivités ont payé une dette collective pour assurer notre liberté et notre sécurité. Lorsqu'ils demandent de l'aide, au lieu de les accueillir et de leur dire que leurs factures seront entièrement payées, on continue de leur refuser l'accès à des services ou on leur dit de retourner au bout de la queue. Bon nombre d'entre eux perdent espoir. Nous continuons de perdre des vétérans et des premiers intervenants à un rythme affolant. Pourquoi? À cause de problèmes comme celui-ci. Ils ne font plus confiance au processus.
C'est inacceptable. Ces femmes et ces hommes courageux, qui revêtent l'uniforme tous les jours pour servir leur pays, leurs collectivités et leur drapeau, se sacrifient pour nous. Christopher Garnier n'a pas servi dans l'armée. Il a plutôt enlevé la vie d'une personne qui a servi sa collectivité et qui était prête à faire le sacrifice ultime pour celle-ci. Les Campbell ainsi que les vétérans et les premiers intervenants canadiens méritent mieux que les vieilles rengaines que répète le ministre.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Central Okanagan—Similkameen—Nicola.
I thank the official opposition critic for veterans affairs, the member for Brantford—Brant, for his motion today. It is disappointing that I even have to rise in this place today to speak to the despicable situation the government has put itself in. It was so disappointing when the Minister of Veterans Affairs found out that a convicted murderer, Chris Garnier, who is not a veteran, was receiving benefits from Veterans Affairs Canada for PTSD, which he has experienced because he killed police officer Catherine Campbell. It is benefit he should never be entitled because of his heinous crimes.
We have to remember that this individual, Christopher Garnier, picked up Catherine Campbell off duty, took her back to his apartment, broke her nose, strangled her, desecrated her body by treating it like garbage and dumped it underneath the Macdonald Bridge in Halifax.
Catherine Campbell was not just an outstanding police officer, but also a volunteer firefighter. I extend my condolences to her family. I hope that with this whole situation, they not have been revictimized by the actions of Veterans Affairs in extending benefits to the killer of their daughter, benefits he is not entitled to. That, to me, is very disgusting.
This whole debate today is disgusting. It is disgusting because of this vicious act of murder by Garnier. I am disgusted by a policy decision that may have been made erroneously by Veterans Affairs Canada. I am disgusted by the shameful behaviour of the Minister of Veterans Affairs. He comes in here every day full of pompous bravado, pounds his chest and rails against the opposition, but refuses to do anything to help our veterans and is allowing this murderer to be ahead of veterans in the line for services for things like PTSD. That is a lack of leadership, and I am disgusted by it. All of the veterans who have contacted us as members of Parliament are disgusted by the behaviour of the government and the failure of leadership by the Prime Minister in not interceding, correcting the behaviour of the Minister of Veterans Affairs and making sure these services are rescinded.
Let us look at the facts, because we are hearing all sorts of rhetoric from the Liberal benches. Christopher Garnier is not a veteran. He is 30 years old. He has never put on a uniform and there is no way he is entitled to any benefits from Veterans Affairs. The Liberals are claiming privacy because of his father, who was a veteran. However, let us be clear that these types of services are allowed for the dependant children and spouses of veterans, and they are still waiting in line while this non-dependant, 30-year-old adult is getting benefits that other families' loved ones should be receiving right now to deal with PTSD and operational stress injuries.
The fact is, if we look at the court case, as well as what has been reported in the media, Chris Garnier's father, Chris Garnier's lawyer, and Chris Garnier's psychologist all admitted in court and to the press that his PTSD is a direct result of his murder of Catherine Campbell. His PTSD is guilt and remorse for the vicious attack and the way he desecrated the body of his victim. He should never ever qualify for a Veterans Affairs benefit.
We need to keep in mind that Correctional Service Canada offers mental health and counselling services to all those who are incarcerated. There is no reason why Veterans Affairs Canada should ever feel it needs to provide service to anyone who is incarcerated. It has every opportunity to provide those services through other government agencies, and Correctional Service Canada has those services readily available to convicts right across the country.
We heard during question period, while we were hammering away at the Minister of Veterans Affairs for his ridiculous answers and shameful behaviour and his disrespect toward veterans, especially the family of Catherine Campbell, that the Liberals were going to rescind this policy. However, if we look at the details of what was announced, they are trying to provide cover for the minister, who still refuses to rescind the benefits of Christopher Garnier.
Throughout question period, we heard the Minister of Veterans Affairs hide behind privacy and say over and over again that he is going to stand by our veterans. First, Christopher Garnier is not a veteran. He should never receive veterans benefits. No adult child of a veteran gets any benefits from Veterans Affairs Canada. If the minister is so convinced that he needs to stand by our veterans, what would he do in the case of former Colonel Russell Williams, who was a serial killer? When we were in government and found that out, we rescinded all of his veterans benefits and his veterans pension, because he should not be entitled to any of those as an incarcerated serial killer. Therefore, how can the minister today stand in this place and say that he will stand by any veteran, despite any heinous crime they commit, when the precedent was set by our former Conservative government that we would not provide benefits to someone like Russell Williams, a former colonel in the air force?
The minister talks about standing by our veterans. Well, Sean Bruyea is suing the minister for defamation of character. That is how the minister acts. He stands by everyone, but look how he is treating Vice-Admiral Mark Norman. It is his government that is taking him to court for something he never did.
We keep hearing from the Liberal benches. We hear from the members for Winnipeg Centre and Winnipeg North. They get up and talk about all of the things they are doing. However, let us look at the real metrics of what the Liberals have done for veterans. Wait times under the Liberals have gone up from 16 weeks to seven months. Veterans are waiting longer under the Liberal government to get the benefits they are entitled to.
We just heard announced this past week that veterans are now going to be denied service dogs for PTSD, despite all of the research showing a significant reduction in PTSD symptoms among our veterans from those dogs. What is Veterans Affairs doing under the minister? It is going to take away this great animal husbandry program that provided companionship for veterans and reduced the impact of their PTSD and other operational stress injuries. Also, even though the Prime Minister promised he would not take veterans back to court, it was this minister who actually beat veterans in court with the Equitas lawsuit. What a great track record we have here.
Of course, the Liberals have cut $372 million in veterans benefits as a result of lapsed funding over their three-year tenure. I guess when the Prime Minister stood in Edmonton and told a veteran right to his face in a town hall meeting that he was “asking for more than we are able to give”, it proves the point that they had the money. They just do not want to spend it on our veterans.
The benefits program is just a shell game. It is not a pension for life. It is just a bunch of programs they put together and tried to reinvent the wheel with.
In closing, if there are any members on the Liberal bench who want to stand up for our veterans, rather than stand for their Minister of Veterans Affairs, they should stand tonight and vote yes for this motion and ensure that we stop and rescind all of the policies and programs that are being offered to Christopher Garnier.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec le député de Central Okanagan—Similkameen—Nicola.
Je remercie le porte-parole de l'opposition officielle pour les anciens combattants, le député de Brantford—Brant, d'avoir présenté la motion dont nous sommes saisis. Je suis en réalité déçu d'avoir à prendre la parole ici aujourd'hui pour m'exprimer sur la situation ignoble dans laquelle s'est mis le gouvernement. Le ministre des Anciens Combattants a appris qu'un individu reconnu coupable de meurtre, Chris Garnier, qui n'est pas un vétéran, recevait de mesures de soutien d'Anciens Combattants Canada pour son état de stress post-traumatique, un problème dont il souffre parce qu'il a assassiné l'agente de police Catherine Campbell. Cet individu n'aurait jamais dû avoir droit à ces mesures de soutien compte tenu du crime haineux qu'il a commis.
Il ne faut pas oublier ce que cet individu, Christopher Garnier, a fait: il a rencontré Catherine Campbell alors qu'elle n'était pas en service, l'a ramenée à son appartement, lui a cassé le nez, l'a étranglée et a traité son corps comme s'il s'agissait d'ordures pour ensuite l'abandonner sous le pont Macdonald, à Halifax.
En plus d'être une excellente policière, Catherine Campbell était aussi pompière volontaire. J'offre mes condoléances à sa famille. J'espère qu'elle n'a pas été victimisée de nouveau par le fait qu'Anciens Combattants Canada a décidé d'offrir des mesures de soutien au meurtrier de Catherine, des mesures de soutien auxquelles il n'a pas droit. À mes yeux, cette situation est répugnante.
Tout le débat d'aujourd'hui est répugnant. Il est répugnant parce que M. Garnier a commis un meurtre ignoble. Je suis dégoûté par une décision qui a peut-être été prise par erreur par Anciens combattants Canada. Je suis dégoûté par le comportement honteux du ministre des Anciens Combattants. Il se présente à la Chambre chaque jour en faisant des bravades insolentes, en se bombant le torse et en critiquant vertement l'opposition, mais il refuse de faire quoi que ce soit pour aider les anciens combattants et il permet à ce meurtrier de passer devant eux afin d'obtenir des services pour des problèmes comme le trouble de stress post-traumatique. Il s'agit d'un manque d'initiative qui me dégoûte. Tous les anciens combattants qui ont communiqué avec leur député sont dégoûtés par le comportement du gouvernement et le manque d'initiative du premier ministre, qui n'est pas intervenu pour corriger le comportement du ministre des Anciens Combattants et s'assurer que l'on arrête d'offrir ces services.
Prenons le temps de regarder les faits, parce que nous entendons beaucoup de rhétorique en provenance des banquettes libérales. Christopher Garnier n'est pas un ancien combattant. Il a 30 ans. Il n'a jamais revêtu un uniforme et n'a aucunement le droit de recevoir de l'aide du ministère des Anciens Combattants. Les libéraux invoquent la confidentialité à cause de son père, qui était un ancien combattant. Toutefois, il ne faut pas s'y méprendre: les services de ce genre sont accordés aux enfants à charge et aux conjointes des anciens combattants, qui sont nombreux à attendre leur tour actuellement. Pendant ce temps, cet adulte de 30 ans, qui n'est pas une personne à charge, reçoit de l'aide qui devrait plutôt être accordée à d'autres personnes figurant parmi les êtres chers des anciens combattants, dans leur famille, pour qu'elles puissent surmonter les problèmes causés par le trouble de stress post-traumatique et les autres traumatismes liés au stress opérationnel.
En fait, lorsqu'on examine le dossier judiciaire et l'information diffusée par les médias, on voit que le père, l'avocat et le psychologue de Chris Garnier ont tous admis devant le juge et les journalistes que le trouble de stress post-traumatique de cet homme résulte directement du meurtre de Catherine Campbell, qu'il a lui-même commis. Le trouble est causé par le sentiment de culpabilité et les remords qu'éprouve l'homme après avoir commis cette agression brutale et avoir profané la dépouille de sa victime. Il ne devrait jamais être admissible à l'aide fournie par le ministère des Anciens Combattants.
N'oublions pas que le Service correctionnel du Canada offre des services de santé mentale et de consultation à tous ceux qui sont incarcérés. Il n'y a aucune raison pour que le ministère des Anciens Combattants se sente obligé de fournir des services à une personne incarcérée. Les services peuvent être fournis par d'autres organismes gouvernementaux, et le Service correctionnel du Canada offre ce genre de services aux détenus partout au pays.
Au cours de la période des questions, alors que nous nous acharnions sur le ministre des Anciens Combattants pour ses réponses ridicules, son comportement honteux et son manque de respect envers les anciens combattants, en particulier la famille de Catherine Campbell, nous avons appris que les libéraux allaient révoquer cette politique. Cependant, lorsqu'on regarde en détail ce qui a été annoncé, on constate qu'ils essaient de protéger le ministre, qui refuse encore de retirer à Christopher Garnier l'aide qu'il reçoit.
Tout au long de la période des questions, nous avons vu le ministre des Anciens Combattants se cacher derrière la protection des renseignements personnels et répéter qu'il allait défendre les anciens combattants. Tout d'abord, Christopher Garnier n'est pas un ancien combattant. Les frais de ses soins ne devraient pas être couverts. Aucun enfant d'un ancien combattant, une fois adulte ne reçoit des avantages du ministère. Si le ministre est si convaincu qu'il doit défendre les anciens combattants, que ferait-il dans le cas de l'ancien colonel Russell Williams qui était un tueur en série? Lorsque nous étions au pouvoir et que nous l'avons appris, nous lui avons retiré tous ses avantages et sa pension des anciens combattants, car un tueur en série incarcéré ne devrait pas y être admissible. Comment le ministre peut-il nous dire aujourd'hui qu'il défendra tous les anciens combattants, même si l'un d'eux commet un crime haineux, alors que l'ancien gouvernement conservateur a créé le précédent en refusant de verser des prestations à un individu comme Russell Williams, un ancien colonel de la force aérienne?
Le ministre parle de défendre les anciens combattants. Sean Bruyea le poursuit pour diffamation. Voilà le comportement du ministre. Il défend tout le monde, mais voyons comment il traite le vice-amiral Mark Norman. C'est le gouvernement libéral qui poursuit M. Norman en justice pour une chose qu'il n'a jamais faite.
On entend constamment les députés libéraux. Les députés de Winnipeg-Centre et de Winnipeg-Nord nous parlent de tout ce que leur gouvernement fait. Toutefois, voyons ce que les libéraux ont vraiment fait pour les anciens combattants. Les délais d'attente, sous les libéraux, sont passés de 16 semaines à sept mois. Les anciens combattants attendent plus longtemps sous le gouvernement libéral pour toucher les prestations auxquelles ils ont droit.
Nous avons entendu la semaine dernière que les anciens combattants atteints de trouble de stress post-traumatique n'auront plus droit à des chiens d'assistance même si toutes les recherches indiquent que la présence de ces chiens réduit les symptômes du trouble de stress post-traumatique chez les anciens combattants. Que fait le ministère des Anciens Combattants sous le ministre? Il va supprimer cet excellent programme d'élevage qui permettait d'offrir de la compagnie aux anciens combattants et d'atténuer les répercussions du trouble de stress post-traumatique et d'autres traumatismes liés au stress opérationnel. De plus, même si le premier ministre a promis de ne pas ramener d'anciens combattants devant les tribunaux, c'est ce ministre qui a battu les anciens combattants en cour dans le recours d'Equitas. Quel formidable bilan nous avons là!
Comme nous le savons, les libéraux ont réduit de 372 millions de dollars les prestations des anciens combattants. Il s'agit là des crédits non utilisés au cours des trois années de leur mandat. Je suppose que, lorsque le premier ministre a pris la parole pour dire en pleine face à un ancien combattant, lors d'une assemblée publique, qu'il réclamait davantage que ce que le gouvernement avait les moyens de donner, cela prouve qu'il avait l'argent. Il ne veut simplement pas le consacrer aux anciens combattants.
Le programme d'avantages n'est qu'une escroquerie. On ne parle pas d'une pension à vie, mais d'un ensemble de programmes qu'ils ont réunis en pensant réinventer la roue.
En terminant, si des députés libéraux veulent prendre la défense des anciens combattants, plutôt que de défendre leur ministre des Anciens Combattants, ils devraient voter en faveur de cette motion ce soir et veiller à ce que Christopher Garnier ne puisse plus profiter des programmes et des services qui lui sont offerts.
View Michelle Rempel Profile
CPC (AB)
View Michelle Rempel Profile
2018-05-28 15:11 [p.19745]
moved:
That, the ninth report of the Standing Committee on Citizenship and Immigration presented on Thursday, March 23, 2017 be concurred in.
She said: Mr. Speaker, I would like to talk about some important work the Standing Committee on Citizenship and Immigration did earlier in this Parliament in relation to the modernization of client service delivery within Immigration, Refugees and Citizenship. This was a very extensive report, which the committee put a lot of time into, with the goal of trying to improve the experience for people who are applying, through various processes, through this department to legally come into Canada.
There were many witnesses who appeared before our committee, and there were many recommendations put forward by the committee, unanimously, as a matter of fact, to improve that experience. I will note, however, that it has been many months, over a year, since this report was tabled, and the government has not responded to many of the recommendations herein, nor has the government accepted the reality that we have seen a major change in the operating environment in Canada, with the influx of tens of thousands of people at the Lacolle border crossing trying to illegally enter the country and subsequently claim asylum, and the impact that has had on the overall client service delivery experience for people who are trying to access the immigration system.
The genesis of this report was earlier in this Parliament, as I mentioned. The purpose was to look at ways IRCC could improve the user experience for people entering the system. There were many reasons the study was undertaken. I can think of a few.
I would like to talk about the public servants who work within IRCC. For the past two years, they have had to deal with a lot of immigration policy decisions being made on the fly by the current government. They have done their best to respond, but because of the rigid system of processing within the department, it has become a very inflexible system. We are seeing delays and backlogs happen more and more, especially now, since the government did not budget or take into account in its levels plan that by the end of this year, the minister will have overseen what could be close to 100,000 people illegally crossing the border into Canada and claiming asylum. That has had an enormous impact on the processing system as well as on client service delivery for IRCC.
I listened to the minister's responses to four hours of questioning last week with regard to the illegal border crossing crisis. He made many assertions about the government's record on client service delivery. I want to set the context of the system he came into.
Previous Liberal governments created a backlog of 108,000 for the parents and grandparents application stream alone. The previous Liberal government also increased wait times for parents and grandparents to 64 months and created a total immigration backlog of 830,000. Previous Liberal governments also imposed a right-of-landing fee of $975 on new immigrants.
When we came into government, obviously it was a very daunting task to address the backlog, and we had a lot of success. Our former Conservative government had an action plan for faster family reunification. It included increased numbers of parents and grandparents as permanent residents and managing the number of new applications to reduce the backlog, including introducing the super visa and cutting the backlog and processing times in half. Part of the reason we introduced the super visa, in terms of service delivery, was to ensure that families were reunited faster. It was a 10-year multiple-entry visa, introduced by our Conservative government. Some 50,000 super visas were launched, with an average processing time of only three months. It also protected taxpayers by requiring private health insurance. Again, we were being cognizant not only of client service delivery but of the sustainability of Canada's social programs.
We saw more parents and grandparents welcomed as permanent residents under our government as compared to the previous Liberal government. Over 171,000 parents and grandparents were admitted, versus 154,000 grandparents admitted from 1997 to 2005. I should go through the numbers, because government members keep standing up to talk about the illegal border crossing crisis, which, of course, was launched by the Prime Minister's #WelcomeToCanada tweet. Some keep trying to say that somehow it was Stephen Harper's fault that the Prime Minister tweeted #WelcomeToCanada.
We need to focus on client service delivery right now, because all members in the House are getting calls in our riding offices from people who are trying to legally enter the country and are now encountering seven-year-plus wait times to come in under certain streams. What I think is most disgusting is the fact that the government is prioritizing the allocation of resources to process people who are illegally entering the country and is taking resources away from streams such as the privately sponsored refugee program, in which we now see wait times of up to seven years.
Do they think about that? Someone languishing in a UNHCR camp, who does not have access to a lot of resources, is now facing that long of a backlog. Meanwhile, the work the committee did over a year ago needs to be updated, given that the immigration levels report has been blown out of the water. In fact, the immigration levels report is probably birdcage liner at this point. This report not only needs to be concurred in, it needs to be updated because of the backlogs that are being created because of the reallocation of resources.
The minister will stand up here and tell us that this is not happening, that there are different processing lines, and that this is bananas. However, that is just cover, because we know that as of six months ago, over 80 processing staff from other lines of processing were reallocated to processing illegal border crossers, and I think that number has increased over time. When one thinks about removing 80 staff members, although I am sure it is at over 100 now, to process the crisis that is happening at Roxham Road, and we have seen these numbers exponentially increase since that figure was put forward, certainly we will continue to see backlogs. That is going to reduce the client service delivery experience for people who are trying to legally enter the country.
We should be prioritizing some of the recommendations included in this report, because we should be trying to prioritize the client service delivery experience for people who are legally entering the country as opposed to people who are illegally entering the country. If we continue to build tent cities and send people to process their applications and turn the CBSA and the RCMP into a glorified concierge service, we are, in fact, incenting people to continue with this activity rather than trying to enter the country legally.
I would argue that client service delivery for people who are trying to legally enter the country would be improved if the minister would seek to close the loophole in the safe third country agreement. If the minister closed the loophole in the safe third country agreement, or sought legislation that would allow him to designate the entire Canadian border an official point of entry for the purposes of being applied to the safe third country agreement only, we would reduce demand on the system for processing the applications of illegal border crossers, thus allowing resources to be freed up for legal border crosses, which is what this report talks about.
To me, it is very important that the House move this report forward, but the committee should probably update this report as well. I think it is another piece of work we could do to investigate the burden of this border crossing crisis, which is squarely the Prime Minister's fault. It is squarely the Prime Minister's fault that he has refused to walk back his tweet, and these services are being impacted.
I would be very curious to see how the government votes on concurrence on this report, because many of the recommendations outlined here the government has not responded to. They have been exacerbated under the government's tenure.
I would like to point out some other things. There is a call centre. If a person is trying to access information when applying for permanent residency, citizenship, or any of the myriad of other services IRCC provides, there is a call centre that a client, ostensibly, should be able to call to get information.
Here is an interesting piece of information from the study:
The IRCC Call Centre has been the subject of numerous complaints about poor client service. Departmental officials provided detailed information regarding complaints received. Specifically, they noted that, with regard to the 4,453 feedback web forms received in 2015, there were 35 complaints specific to the Call Centre;
For those of us who do a lot of casework related to immigration, which would be almost every single person in the House, we understand the problem with the call centre intimately, because our staff actually have a hard time calling into it. Under the tenure of the former immigration minister, John McCallum, the government tried to remove the dedicated line for members' staff who were enquiring on behalf of their constituents. This report recommends that the government, under all circumstances, keep that line ongoing. It is very important for the House to accept that recommendation, because sometimes it is the last line of defence under the incompetence of the government in terms of being able to get information on an application that is pending.
My colleague, who has Vegreville in her riding, seconded this motion. She has been making an impassioned plea to the government. We have this whole report on client service delivery, and the government has decided to shut that processing centre down, even though, first, it is one of the most efficient processing centres in Canada, and second, the union of labourers there has been saying that there have not been job guarantees for all workers. Third, why is it kicking Alberta when it is down? It is taking away the equivalent of taking 100,000 jobs out of Toronto in terms of the impact it will have on the community of Vegreville. It is completely decimating that community. I do not think the minister even bothered to visit Vegreville.
When we are looking at client service delivery, we have all these recommendations in the report that have not been responded to, which the government is making worse by closing one of the most effective processing centres in the country. There were also documents that came out that showed that there would be an additional expense to the government to shut down this processing centre. The Liberals' whole argument for closing it down was that it was supposed to be more efficient and save the taxpayers money, when, in fact, it is going to make the taxpayers spend more money. We get less efficiency and an increased cost for taxpayers. That is the hallmark of Liberal management.
There is one other thing I want to point out. The last time I tried to get concurrence on a report from the Citizenship and Immigration committee, it was on the issue of immigration consultants who were essentially fraudulent. We know that there are instances of people we would call ghost consultants. These are people who contract themselves out to newcomers to Canada under the guise of providing services promising to get them to Canada faster. It is very difficult for people who are working like this to face any sort of punishment under our current system.
Liberal and Conservative governments have made changes in how the immigration consulting profession is regulated. We know that there are still a lot of problems with that. I believe the committee put forward a unanimous report on recommendations on how to fix some of these things. However, the government, including the members on the committee that voted for the recommendations, when we tried to have it concurred in in the House, voted against the concurrence motion, therefore showing the true colours of the government on immigration, which is that it does not really care about improving client service delivery for people.
Why am I talking about immigration consultants in the context of this report? If we are talking about client service delivery, in a lot of ways, people should not have to contract an immigration consultant to do some of the most basic work it takes to apply to come to this country. We should be looking at ways to streamline and simplify processing for people who are seeking to enter the country.
This is what I have been saying all the time. When the immigration system of a country like Canada is functioning well, it should be a debate about process and how we improve processes. We can have partisan differences on that, but we should not be having a discussion about the fact that the entire system is melting down because the government has no control over a planned, orderly migration system.
What is striking to me is that since this report was written in March 2017, we have seen close to 40,000 people illegally entering the country from the United States of America, which we know is safe third country, to claim asylum. A lot of the processing issues that are noted within this report have been exacerbated because the government has refused to respond to this report in any sort of meaningful way after the recommendations were put forward by the committee, and then, of course, the additional burden on the system has made things worse.
The current government is very good at standing up in the House of Commons and using one thing to describe its action on a file: the amount of money spent. I am assuming that the remarks the parliamentary secretary is about to give on this matter will be that the government has spent hundreds of millions of dollars. I am sure the government is quite proud that it has made a more expensive plan to deal with the Prime Minister's tweet. However, the reality is that it is throwing money into things and it is getting worse. The metric here should not be how much money the government has spent. In fact, I would argue the opposite. I think the government should be saying it has created efficiencies while saving the taxpayers' money. It should be about how we are moving back to a planned, orderly migration system wherein we are talking about things like how we modernize client service delivery for people who are seeking to legally enter the country. However, we are not there.
Where we are today is that we have the minister on national TV spreading falsehoods that Parliament can put forward legislation that could technically deem the entire Canadian border as a legal point of entry. There are ways we can legislate it such that it would only apply to the safe third country agreement. I think it is probably Parliament's job to look at legislation that could do that. However, the government refuses to walk back the ill-advised tweet that the Prime Minister put out, essentially for his own ego. I wonder also why the Prime Minister has not staged a photo-op at the refugee camp at Roxham Road. Perhaps the photo opportunities are not as good there as they are in other places.
I should not be glib. We should be providing incentives for as many people as possible to come to Canada through legal, planned, orderly migration that meets the needs of Canada's growing economy, that meets the needs of our obligations to humanitarian immigration. However, it needs to be done in a way that we are focusing on integration, not on entitlement, and on an easy-to-use, good system that would provide incentives for people to legally enter into the country. We should not be talking about spending hundreds of millions of dollars, which could be upward of a billion dollars, to the court's failed asylum claimants who have come in under the current government's watch. In fact, that is going to be one of the legacies of the current Prime Minister. In years to come, we will be looking at the tab he created for deportations of people he is essentially pedalling false hope to, who had no hope of ever claiming asylum in Canada. The cost to the Canadian taxpayer, and that diversion of resources that could have been used for the modernization of services for people who are legally entering the country, is something I do not think he or anyone else should be proud of.
I think this report is good. I might have a few quibbles here and there, but there are some good ways that I think are non-partisan. We could improve client service delivery. There are practical things. I love that the department officials at IRCC could be focusing on implementing these recommendations rather than having to focus their time on the tire fire that is happening at Roxham Road. It is very simple to me.
Therefore, I would like the government to acknowledge my points today by voting to concur in this report on modernizing client service delivery. We could reset the tone in this House. We could say that we want to focus on legal, planned immigration, on resources for the live-in caregivers, the reunification of parents and grandparents, and all of these people for whom we know we did a good job under our Conservative government. This report should be concurred in to do that.
propose:
Que le neuvième rapport du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration, présenté le jeudi 23 mars 2017, soit adopté.
— Monsieur le Président, je tiens à parler du travail important que le Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration a accompli plus tôt au cours de la présente législature relativement à la modernisation de la prestation de services à la clientèle au sein d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Il s'agit d'un rapport très complet, pour lequel le Comité a consacré beaucoup de temps, qui vise à améliorer l'expérience des gens qui présentent une demande au ministère au moyen de divers processus en vue de venir légalement au Canada.
De nombreux témoins ont comparu devant le Comité, lequel a formulé beaucoup de recommandations, de façon unanime, à vrai dire, afin d'améliorer cette expérience. Toutefois, je tiens à souligner que ce rapport a été déposé il y a de nombreux mois, voire plus d'un an, et le gouvernement n'a pas donné suite à bon nombre des recommandations qu'il propose, et il n'a pas non plus reconnu que le contexte opérationnel au Canada a changé considérablement en raison de l'arrivée de dizaines de milliers de personnes au poste frontalier de Lacolle, qui tentent d'entrer illégalement au pays et, par la suite, de demander l'asile, et que cela à eu une incidence sur l'ensemble de la prestation de services à la clientèle offerte aux gens qui tentent d'avoir accès au système d'immigration.
Comme je l'ai dit, ce rapport est le résultat de travaux parlementaires antérieurs. L'objectif consistait à trouver des façons dont le ministère de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté pourrait améliorer l'expérience vécue par les gens qui présentent une demande d'asile, d'immigration ou de citoyenneté. Cette étude a été entreprise pour de nombreuses raisons dont plusieurs me viennent à l'esprit.
Parlons des fonctionnaires qui travaillent à ce ministère. Depuis deux ans, ils doivent composer avec un grand nombre de décisions que le gouvernement actuel a prises à la hâte. Ils font de leur mieux pour y donner suite, mais la rigidité du système de traitement des demandes leur enlève toute marge de manoeuvre. Les retards sont nombreux et s'accumulent de plus en plus. C'est d'autant plus vrai que le gouvernement n'avait pas prévu, dans son budget et dans ses objectifs d'immigration, que le ministre de l'Immigration devrait superviser, d'ici la fin de l'année, les dossiers de près de 100 000 personnes entrées illégalement au Canada pour y demander l'asile. Cette situation a une énorme incidence sur le système de traitement des demandes ainsi que sur la prestation des services offerts par le ministère.
La semaine dernière, le ministre a répondu pendant quatre heures aux questions qui lui ont été posées au sujet de la crise des entrées illégales au Canada. Il a dit plusieurs choses au sujet de la prestation des services par le ministère. Je tiens à replacer la situation actuelle dans son contexte.
Dans la seule catégorie des parents et des grands-parents, les décisions des anciens gouvernements libéraux ont entraîné un arriéré de 108 000 demandes. L'ancien gouvernement libéral a aussi fait passer à 64 mois le temps d'attente des parents et des grands-parents et il a créé, en tout, un arriéré de 830 000 demandes d'immigration. Les anciens gouvernements libéraux ont aussi imposé aux nouveaux immigrants un droit pour l'établissement de 975 $.
Nul besoin de préciser, dans ce contexte, que la tâche qui nous attendait quand nous sommes arrivés au pouvoir était colossale. Nous l'avons pourtant accomplie avec brio. Le gouvernement conservateur s'est doté d'un plan d'action pour que les membres d'une même famille puissent être réunis plus rapidement. Il a notamment accru le nombre de parents et de grands-parents qui ont pu obtenir la résidence permanente et il a géré le nombre de nouvelles demandes de manière à faire diminuer l'arriéré, qui a diminué de moitié, tout comme le temps de traitement des demandes. C'est entre autres pour que les familles puissent être réunies plus rapidement que nous avons créé le super visa, qui est valide 10 ans et permet au titulaire de faire plusieurs séjours au Canada. Cette bonne idée, c'est le gouvernement conservateur qui l'a eue. Environ 50 000 super visas ont été délivrés, et le temps d'attente moyen était de seulement trois mois. Le gouvernement conservateur a aussi pensé aux contribuables en obligeant les gens à contracter une assurance-maladie privée. Là encore, nous pensions à la fois au service à la clientèle et à la pérennité des programmes sociaux du pays.
Davantage de parents et de grands-parents ont obtenu la résidence permanente pendant que nous étions au pouvoir qu'à l'époque où le gouvernement libéral précédent était aux commandes: au-delà de 171 000 contre 154 000 de 1997 à 2005. Les chiffres sont importants, parce que les ministériels n'arrêtent pas de parler de la crise des migrants illégaux, qui a pourtant été provoquée par le premier ministre et son fameux gazouillis, #BienvenueAuCanada. Certains vont même jusqu'à affirmer que c'est la faute de Stephen Harper si le premier ministre a lancé #BienvenueAuCanada sur Twitter.
Nous devons donner dès aujourd'hui un coup de barre dans le service à la clientèle, parce que nous recevons tous des appels de gens qui essaient d'entrer légalement au pays et qui, selon la catégorie dont ils font partie, doivent désormais attendre sept ans, quand ce n'est pas plus. Ce qui me dégoûte le plus, c'est que le gouvernement choisisse d'utiliser des ressources pour traiter les demandes de ceux qui entrent illégalement au pays et d'en enlever aux autres catégories, comme les réfugiés parrainés par le privé, pour qui le temps d'attente peut maintenant atteindre sept ans.
S'en rend-il compte? Quelqu'un qui croupit dans un camp du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, qui n'a pas accès à beaucoup de ressources, est confronté à une très longue attente à cause de cet énorme arriéré. Pendant ce temps, les conclusions faisant suite aux travaux réalisés par le comité il y a plus d'un an doivent être mises à jour, étant donné que le rapport sur les niveaux d'immigration est dépassé. En fait, ce rapport n'est probablement plus valable à l'heure où on se parle. Avant d'être adopté, il doit être mis à jour en raison des arriérés créés par la réaffectation des ressources.
Le ministre prendra la parole ici, à la Chambre, pour dire que ce n'est pas le cas, qu'il existe différentes chaînes de traitement, et que c'est ridicule. Cependant, on essaie de nous cacher la vérité, car nous savons qu'il y a six mois, quelque 80 employés ont été réaffectés au traitement du cas des personnes qui traversent illégalement la frontière. Et je pense que ce nombre a augmenté depuis. Lorsqu'on pense qu'environ 80 employés — même si je suis certaine que le nombre a atteint plus de 100 à l'heure actuelle — ont été réaffectés pour s'attaquer à la crise en cours au chemin Roxham, et qu'on constate que les entrées illégales ont augmenté de façon exponentielle depuis la première fois où elles ont été rapportées, il est manifeste qu'il continuera à y avoir des arriérés. Cette situation n'améliorera certainement pas le service offert aux gens qui tentent d'entrer légalement au Canada.
Il faudrait donner priorité à certaines des recommandations formulées dans ce rapport, puisque nous devrions nous efforcer de donner priorité à la prestation des services destinés aux personnes qui entrent légalement au Canada, plutôt qu'à celles qui y entrent illégalement. Si nous continuons de bâtir des villages de tentes, d'envoyer des gens traiter ces demandes, et de transformer l'Agence des services frontaliers et la GRC en un service de concierge, nous encouragerons du même coup les gens à choisir cette façon d'entrer au pays au lieu d'y entrer de manière légale.
Je soutiens que, si le ministre s'efforçait d'éliminer l'échappatoire de l'Entente sur les tiers pays sûrs, la prestation des services offerts aux personnes entrées légalement au Canada s'améliorerait. Si le ministre éliminait cette échappatoire, ou s'il préconisait une mesure législative qui lui permettrait de désigner la totalité de la frontière canadienne comme point d'entrée officiel aux seules fins de l'Entente sur les tiers pays sûrs, on réduirait le fardeau administratif que crée le traitement des demandes soumises par des gens entrés au Canada illégalement, et on aurait davantage de ressources pour traiter les demandes des gens entrés légalement au pays. C'est ce que le rapport explique.
À mon avis, il est très important que la Chambre adopte ce rapport. Le comité devrait probablement aussi le mettre à jour. C'est un autre document que nous pourrions examiner dans le contexte de la crise des passages à la frontière, causée par le gazouillis irresponsable du premier ministre. Le premier ministre n'est pas revenu sur ce qu'il a dit, et il se trouve que ces services en subissent les contrecoups.
Je serais curieuse de connaître le résultat du vote du gouvernement sur l'adoption de ce rapport, car il n'a pas donné suite à bon nombre des recommandations qu'on y trouve. En fait, la situation s'est aggravée depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement actuel.
J'aimerais souligner certains éléments. Il y a un centre d'appels. Lorsqu'une personne a besoin de renseignements au sujet de la résidence permanente, de la citoyenneté ou des nombreux services offerts par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, elle peut apparemment s'adresser à un centre d'appels pour obtenir de l'information.
Voici un renseignement intéressant tiré de l'étude en question:
Le service à la clientèle du télécentre d’IRCC a fait l’objet de nombreuses plaintes. À ce sujet, les responsables du ministère ont précisé que, sur les 4 453 formulaires de rétroaction remplis sur le site Web en 2015, 35 exprimaient une plainte à l’endroit du service reçu du télécentre;
Pour ceux d'entre nous qui s'occupent de nombreux dossiers liés à l'immigration, c'est-à-dire pratiquement tous les députés de la Chambre, nous sommes bien au fait de ce problème, puisque nos employés ont du mal à joindre le centre d'appels en question. Du temps de l'ancien ministre de l'Immigration, John McCallum, le gouvernement avait essayé d'abolir la ligne spécialement réservée au personnel des députés qui demandaient des renseignements au nom de leurs concitoyens. Ce rapport recommande au gouvernement de maintenir cette ligne téléphonique, quelles que soient les circonstances. Il est très important que la Chambre accepte cette recommandation, car il s'agit parfois de la dernière ligne de défense, compte tenu de l'incompétence du gouvernement actuel, pour obtenir de l'information sur un dossier en attente.
Vegreville est situé dans la circonscription de la députée qui a appuyé la motion. Celle-ci a fait un fervent plaidoyer auprès du gouvernement. Le gouvernement a choisi de fermer les portes du centre de traitement des demandes, malgré les conclusions du rapport sur le service à la clientèle et bien que, primo, ce centre affiche l'un des meilleurs rendements au pays; secundo, la sécurité d'emploi n'est pas garantie pour tous les travailleurs, d'après le syndicat; tertio, le moment est bien mal choisi pour s'en prendre à l'Alberta, qui traverse une période difficile. Pour Vegreville, le nombre d'emplois que fait disparaître le gouvernement aura des répercussions semblables à ce qu'entraînerait la perte de 100 000 emplois à Toronto. La collectivité est complètement dévastée mais je crois que le ministre n'a même pas pris la peine de se rendre à Vegreville.
Le rapport contient de nombreuses recommandations en matière de service à la clientèle, auxquelles on n'a pas donné suite. Le gouvernement empire la situation en fermant l'un des centres affichant le meilleur rendement au pays. Certains documents indiquent en outre que cette fermeture entraînera des dépenses additionnelles pour le gouvernement. Pour justifier leur décision, les libéraux ont invoqué l'efficacité et l'efficience mais, en fait, il en coûtera plus cher aux contribuables de procéder ainsi. Moins d'efficacité et des coûts plus élevés — voilà ce qui caractérise la gestion des libéraux.
Il y a un autre aspect dont j'aimerais parler. La dernière fois que j'ai voulu faire adopter des recommandations dans un rapport du comité de la citoyenneté et de l'immigration, il était question des consultants en immigration dont les activités sont essentiellement frauduleuses. Nous savons qu'il existe ce qu'on appelle des consultants fantômes. Ce sont des gens qui offrent leurs services à ceux qui veulent venir au Canada et qui leur font croire qu'ils pourront les faire entrer plus rapidement au pays. Dans le système actuel, il est très difficile de punir de quelque façon les personnes qui s'adonnent à ce genre de pratique.
Les gouvernements libéraux et conservateurs ont apporté des changements à la réglementation qui encadre la consultation en matière d'immigration. Nous savons que nombre de problèmes subsistent à cet égard. Je crois que le comité a produit un rapport unanime qui fournit des recommandations pour remédier à ce genre de problèmes. Cependant, les ministériels, y compris ceux qui avaient appuyé les recommandations au comité, ont voté contre la motion d'adoption à la Chambre, ce qui montre la véritable attitude du gouvernement en matière d'immigration, c'est-à-dire qu'il ne se soucie guère d'améliorer la prestation des services.
Pourquoi suis-je en train de parler des consultants en immigration dans le cadre de l'étude de ce rapport? Puisqu'il est question de la prestation des services, je dirai que, à bien des égards, les gens ne devraient pas avoir à retenir les services d'un consultant en immigration pour effectuer quelques-unes des tâches les plus élémentaires ayant trait à la demande d'admission au Canada. Nous devrions chercher des façons de faciliter et de simplifier le processus pour les personnes qui veulent entrer au pays.
C'est ce que j'ai toujours dit. Lorsque le système d'immigration d'un pays comme le Canada fonctionne bien, le débat porte sur ses mécanismes et sur les moyens de les améliorer. Nous pourrions différer d'opinion en raison de nos orientations politiques, mais nous ne devrions pas être obligés de discuter de l'effondrement total du système causé par l'absence de contrôle de la part du gouvernement, contrairement à ce qui devrait se passer dans un système où la migration se fait de manière ordonnée.
Ce qui me frappe, c'est que, depuis que ce rapport a été rédigé, en mars 2017, nous avons vu près de 40 000 personnes entrer illégalement au pays en provenance des États-Unis d'Amérique, que nous considérons comme un tiers pays sûr pour les demandeurs d'asile. Beaucoup de problèmes de traitement des demandes signalés dans ce rapport ont été exacerbés parce que le gouvernement a refusé de mettre sérieusement en oeuvre les recommandations formulées par le comité. La pression additionnelle qui s'est ensuite exercée sur le système a empiré la situation.
À la Chambre des communes, le gouvernement actuel est bien bon pour prétendre qu'il agit dans un dossier en invoquant l'argent qu'il y consacre. Je suppose que la secrétaire parlementaire s'apprête à nous dire que le gouvernement a dépensé des centaines de millions de dollars. Je suis certaine que le gouvernement est passablement fier de nous dire qu'il a mis en oeuvre un plan plus dispendieux pour gérer les conséquences du gazouillis du premier ministre. Or, le gouvernement ne fait que jeter de l'argent par les fenêtres pendant que la situation s'aggrave. L'étalon de mesure ne devrait pas être la quantité d'argent dépensé par le gouvernement. En fait, je suis d'avis que ce devrait être le contraire. Le gouvernement devrait pouvoir nous démontrer qu'il améliore l'efficacité tout en économisant l'argent des contribuables. Nous devrions pouvoir observer un retour à un système où la migration se passe de manière ordonnée et où il est question, par exemple, des moyens de moderniser les services fournis aux personnes qui veulent entrer légalement au pays. Mais nous n'en sommes pas là.
Voilà où nous en sommes aujourd'hui: le ministre répand des faussetés à la télévision nationale, disant que le Parlement peut présenter un projet de loi permettant en théorie de désigner la totalité de la frontière canadienne comme point d'entrée légitime. Il y aurait moyen de faire en sorte que le projet de loi s'applique seulement à l'Entente sur les tiers pays sûrs. Je pense que c'est probablement le travail du Parlement d'envisager un projet de loi à cet égard. Cependant, le gouvernement refuse de revenir sur le gazouillis malavisé que le premier ministre a publié, essentiellement pour satisfaire son ego. Je me demande également pourquoi le premier ministre n'a pas organisé de séance de photos au camp de réfugiés du chemin Roxham. Peut-être que les occasions de se faire photographier ne sont pas aussi bonnes là qu'à d'autres endroits.
Je ne devrais pas me montrer désinvolte. Nous devons offrir des incitatifs pour que le plus de personnes possible viennent au Canada dans le cadre d'une immigration légale, planifiée et ordonnée qui réponde aux besoins de l'économie en plein essor du Canada et qui respecte les engagements de notre pays en matière d'immigration humanitaire. Le système d'immigration canadien doit favoriser l'intégration plutôt que faire croire aux immigrants que tout leur est dû. Il faut miser sur un bon système, facile à utiliser et qui offre des incitatifs aux personnes qui entrent au Canada par les voies légales. Nous ne devons pas discuter de dépenser des centaines de millions de dollars — voire plus d'un milliard de dollars — pour les demandeurs d'asile déboutés par les tribunaux qui sont entrés sous le gouvernement actuel. En fait, cela fera partie de l'héritage laissé par le premier ministre actuel. Un jour, c'est nous qui assumerons les frais de l'expulsion des gens à qui il a donné de faux espoirs, mais qui n'avaient jamais espéré recevoir l'asile au Canada. Le coût que doivent assumer les contribuables canadiens et le détournement des ressources qui auraient pu servir à la modernisation des services pour ceux qui sont entrés au Canada par des voies légales, voilà des choses dont ni le premier ministre ni quiconque d'autre ne devrait être fier.
Je crois qu'il s'agit d'un bon rapport. J'ai bien quelques réticences sur certains points, mais je crois qu'il contient de bonnes solutions non partisanes. Il serait possible d'améliorer la prestation des services à la clientèle. Le rapport comporte des solutions pratiques. Ce serait fantastique que les fonctionnaires d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté puissent se concentrer sur la mise en oeuvre de ces recommandations plutôt que de devoir chercher à mettre le couvercle sur la marmite dans la crise qui fait rage sur le chemin Roxham. Cela me semble évident.
Je voudrais donc que le gouvernement reconnaisse les points que j'ai présentés aujourd'hui et qu'il appuie l'adoption de ce rapport sur la modernisation de la prestation des services à la clientèle. Nous pourrions changer l'ambiance à la Chambre. Nous pourrions affirmer que nous voulons concentrer nos efforts sur l'immigration planifiée et légale, sur les ressources pour les aides familiaux résidants, sur la réunification des parents et des grands-parents et sur tous les gens pour qui nous accomplissions déjà un excellent travail lorsque nous étions au pouvoir. L'adoption du rapport permettrait d'accomplir tout cela.
View Michelle Rempel Profile
CPC (AB)
View Michelle Rempel Profile
2018-05-28 15:32 [p.19748]
Mr. Speaker, I am so glad that my colleague mentioned the decade of darkness.
Under previous Liberal governments, and the member talked specifically about parents and grandparents, I will reiterate the statistics for him. The previous Liberal government created a backlog of 108,000 people in the parent and grandparent stream. Let us think about that.
Our government had to come in and say to over 100,000 people that the former government had created a backlog under, that we needed a system to make sure those people could come to Canada in a planned and orderly way. What did the best immigration minister in Canadian history, Jason Kenney, do? He created the parent and grandparent super visa program. That super visa program cut backlogs and processing times in half. It also ensured the sustainability of our social programs, reducing the risks to taxpayers, by having a requirement for health insurance. This is something that the Liberal government has embraced. I am proud that I have the opportunity to talk about the fact that our Conservative government cleaned up a huge mess.
I believe my colleague represents a riding in Winnipeg. I would note that Manitoba has been one of the provinces that has complained that the Liberal government has created a problem for them, in terms of strain on social programs, affordable housing, health care, and access to legal services, because it refuses to close the loophole in the safe third country agreement.
As a Manitoba MP, he should be ashamed that his government is not doing more to close the loophole in the safe third country agreement.
Monsieur le Président, je suis ravie que le député ait mentionné la décennie de noirceur.
Le député a parlé des parents et des grands-parents. Je vais lui rappeler ce qu'ont fait les gouvernements libéraux précédents dans ce dossier. Le gouvernement libéral précédent a créé un arriéré de 108 000 personnes dans le volet des demandes des parents et des grands-parents. Pensons-y un instant.
Notre gouvernement a été obligé de dire à plus de 100 000 personnes, dont les demandes étaient en attente en raison du gouvernement précédent, que nous devions mettre en place un système afin de veiller à ce qu'elles puissent entrer au Canada de façon planifiée et ordonnée. Qu'a fait le meilleur ministre de l'Immigration de l'histoire canadienne, Jason Kenney? Il a créé le super visa pour parents et grands-parents. Ce programme a réduit l'arriéré et les délais de traitement de moitié. Il a également assuré la viabilité de nos programmes sociaux et réduit les risques aux contribuables en établissant des exigences concernant l'assurance-maladie. Il s'agit d'une mesure que le gouvernement libéral a reprise. Je suis fière d'avoir l'occasion de parler du fait que notre gouvernement conservateur a réussi à nettoyer un énorme gâchis.
Il me semble que mon collègue représente une circonscription de Winnipeg. Je tiens à souligner que le Manitoba a été l'une des provinces qui se sont plaintes du fait que le gouvernement libéral a créé un problème pour elle, notamment du fait qu'il ait créé une surcharge pour les programmes sociaux, les logements abordables, les soins de santé et les services juridiques en refusant d'éliminer l'échappatoire dans l'Entente sur les tiers pays sûrs.
Comme député du Manitoba, il devrait avoir honte du fait que le gouvernement n'en fasse pas plus pour éliminer l'échappatoire dans l'Entente sur les tiers pays sûrs.
View Michelle Rempel Profile
CPC (AB)
View Michelle Rempel Profile
2018-05-28 15:35 [p.19748]
Mr. Speaker, I could not agree more.
We should be doing everything possible to make it easier for people to go through these application processes, such that they do not need to hire an immigration consultation, or such that we can reduce the friction points within IRCC. With some of these processes, I think we still use carbon copy forms. It is just bananas.
I want to give some credit to department officials within IRCC. I would love to give them a mandate, to say that the government is going to deal with the issue at Roxham Road and they should put their brain power toward developing a web portal, or creating a cloud model, or ensuring that people who are processing applications are not in such rigid silos that demand cannot be met in different areas.
There are many different things that this minister could be focusing on in terms of modernizing client service delivery. Are there ways we could be using artificial intelligence to help client service delivery? How can we make the experience easier and more consistent, incenting people to come to Canada legally? That should be the focus of the minister. That is the focus of this report.
Unfortunately, we are not there because of what is happening at Roxham Road in Quebec.
Monsieur le Président, je suis on ne peut plus d'accord.
Nous devons faire tout notre possible pour faciliter le processus de demande pour ces personnes, de sorte qu'elles n'aient pas à retenir les services d'un consultant en immigration et de manière à réduire les points de discorde avec Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Je crois que, dans le cadre de ces processus, on utilise encore parfois les formulaires à copie carbone. C'est ridicule.
Je tiens à reconnaître un certain mérite aux fonctionnaires d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. J'adorerais leur donner un mandat, leur dire que le gouvernement va régler le problème relatif au chemin Roxham et qu'ils doivent utiliser leurs méninges pour élaborer un portail Web ou créer un modèle infonuagique ou faire en sorte que les responsables du traitement des demandes ne travaillent pas de manière si isolée qu'on ne peut satisfaire la demande dans divers secteurs.
Il y a de nombreuses choses que le ministre pourrait faire pour moderniser la prestation du service à la clientèle. Comment pourrions-nous utiliser l'intelligence artificielle pour améliorer la prestation des services? Comment pouvons-nous faciliter et uniformiser le processus pour inciter les gens à venir légalement au Canada? Voilà quelle doit être la priorité du ministre. Voir ce sur quoi porte le rapport.
Malheureusement, compte tenu de la situation entourant le chemin Roxham, au Québec, nous ne sommes pas encore là.
View Michelle Rempel Profile
CPC (AB)
View Michelle Rempel Profile
2018-05-28 15:40 [p.19749]
Mr. Speaker, first of all, everything is not fine. My colleague opposite will likely be shocked when she sees numbers for processing times that are accurate and up to date after the illegal border crossing crisis came forward. The minister has been very silent on those wait time increases, because we know they are there.
Second, the government's response to the committee report was typical Liberalese. It said a lot of nothing. It did not implement any of these findings at all. It had a lot of nice words, though, and I am sure the bureaucrat who wrote it spent a lot of late nights trying to figure out how to write 10 pages' worth of stuff without committing to responding to any of these things.
We have had to fight tooth and nail to not have the MP's response line be cut. The government has not responded to the immigration consultant issue. The fact is that the IRCC is essentially imploding from within, as every member of the committee saw in front of that particular study.
Again, I would point to the wait times on things like private sponsorship for refugees. They continue to increase. Therefore, people who are legally trying to come to the country are having to wait, because the government is spending all of its time on Roxham Road. It is like the eye of Sauron has been diverted to Roxham Road instead of just closing the safe third country agreement. It should be more simple, and they should be doing that.
Monsieur le Président, je tiens d'abord à dire que tout n'est pas parfait. La députée d'en face sera sûrement choquée lorsqu'elle verra les chiffres exacts sur les délais de traitement qui ont été mis à jour à la suite de la crise des passages illégaux à la frontière. La ministre a très peu parlé de la prolongation des délais d'attente, mais nous savons que c'est ce qui se produit.
Deuxièmement, la réponse du gouvernement au rapport du comité était typique des libéraux. Elle contenait beaucoup de mots qui ne voulaient rien dire. Le gouvernement n'a mis en oeuvre aucune des recommandations du rapport. La réponse contenait beaucoup de beaux mots, et je suis persuadée que le bureaucrate qui l'a rédigée a dû passer de longues soirées à songer à la façon de préparer un document de 10 pages dans lequel le gouvernement ne s'engagerait à donner suite à aucune des recommandations.
Nous avons aussi dû nous battre bec et ongles pour que le gouvernement ne ferme pas le service téléphonique de renseignements pour les députés. Le gouvernement n'a pas répondu à la question concernant les consultants en immigration. Le ministère de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté est en train d'imploser, comme ont pu le constater les membres du comité qui ont étudié la question.
Je tiens de nouveau à souligner les délais d'attente dans des catégories comme le parrainage privé des réfugiés. Ces délais continuent d'augmenter. Les gens qui tentent de venir légalement au pays doivent attendre, puisque le gouvernement consacre toute son énergie au problème du chemin Roxham. Au lieu d'éliminer l'échappatoire dans l'Entente sur les tiers pays sûrs, le gouvernement ne s'intéresse qu'à ce qui se passe sur le chemin Roxham. La solution est pourtant fort simple, et le gouvernement devrait la mettre en oeuvre.
View Glen Motz Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I have been married for 40 years. In those 40 years, I have not been able to speak for 20 minutes straight without being interrupted, so this will be a maiden voyage for me.
I am pleased to rise and speak about this issue today. This is a growing crisis, one that could soon rival the mess created by the Liberals on the returning ISIS terrorists or the small business tax grab that hurts farmers, ranchers, family doctors, and local shop owners, calling them tax cheats because the Liberal government cannot stop spending other people's money. It is far more serious than the Prime Minister's multitude of vacations with terrorists and lobbyists.
My riding has definitely seen an impact on the major concerns of delivering the resources necessary to support individuals who are in this country legally, in my riding as well as in ridings across the country, and providing stability for those who come to this country through legal immigration.
Here is what my staff have to say, and I am sure that MPs throughout the House will have similar stories from their staff. Immigrants seeking to renew their legal status who are here legally, who have a job and are contributing to our country and our economy, can expect delays of up to one year to get their permits. This means that they and their families could lose their access to medical care. There are employers who need to go through the labour market impact assessment process and end up getting rejected for their candidates because it takes too long.
Caregiver and family reunification is being delayed by months, if not years, while immigration officials deal with the mess at the border. Let us be clear. The burden and the backlogs are entirely because of the Prime Minister's irresponsible tweet. The minister should have gone to his boss back then and told him to fix the problem he created, but he did not. Now, thousands of Canadians and their families, legal immigrants, temporary foreign workers, and businesses are paying the price.
In my riding, agriculture co-operatives need very specific people for a specific growing season. Quite often, they are returning staff who have been through the process before. Here is what is happening. Delays to the labour market impact assessment approvals are causing temporary foreign workers to be rejected outright. Foreign workers are being rejected for very small application problems. Companies are having to restart the hiring process to try to find new people for their work because administrative resources are being starved.
Privately sponsored refugees are refugees in real need, from war zones and foreign aid areas, who have Canadians sponsoring them to come to Canada. There is a backlog of 45,000 applications. These are the refugees with the highest rate of success and the lowest cost to Canadian taxpayers, because they are privately sponsored. They are following the rules and agree to join Canada. They are seeing a decade of delays because there are no immigration officials to deal with the paperwork, while we rush through the process of illegal border crossers.
Illegal border crossers enter the country without permission, without following and respecting our laws, and are receiving full social assistance and work permits within days. Legal immigrants are waiting months and months, if not longer, for their permits. This is completely unacceptable to Canadians. We are giving priority to those who refuse to respect the law and hurting people who are following the law, including innocent families and children. Employers are hurting because they cannot hire workers due to these government backlogs. This is unacceptable and un-Canadian.
What have the ministers been telling us? They have said that everything is fine, that all is well, and that there is nothing to see here. We should not worry about that tweet, or about the record numbers across the border. We should not concern ourselves with reports coming from border officers, the RCMP, and Immigration that illegal border crossers are a crisis.
We know this to be completely false.
Let me go back to the genesis of this report. On October 7, 2017, the Standing Committee on Citizenship and Immigration adopted its report entitled “Modernization of Client Service Delivery”. The purpose of this study was to study various issues with client service that were brought to the committee by a range of witnesses, including lawyers, immigration consultants, groups that work with refugees, and representatives from the private sector.
This issue is even more relevant today, a year after the report was introduced, because the government has failed to manage the borders, and this has exacerbated the existing issues within the Department of Immigration.
During the committee's study, witnesses identified a broad range of issues and shared with the committee a number of ideas for improving client service at IRCC. In particular, witnesses highlighted frustrations with the call centre, as well as the departmental website and online applications, including the status updates provided online.
More complex issues were also raised with the committee, including the possible use of artificial intelligence in business applications; how to address minor errors that can result in applications being returned, potentially jeopardizing rights; how to facilitate access to IRCC services for individuals with little English or French language skills; and the provision of in-person services. Finally, processing times, fees, and customer service from other government departments may not be new issues, but with the modernization certainly added some new perspectives.
All of these issues illustrate how inaccessible the Department of Immigration is, and this is unfair. We know that many newcomers ultimately turn to immigration consultants and lawyers to help them with their paperwork, which costs them thousands of dollars. This is another example of big government failing the people it has been set up to serve.
Let us talk a bit about a few of the issues that witnesses brought to the attention of the committee. The Canadian Bar Association submitted a brief to the committee, which highlighted that the Department of Immigration does not currently contact clients when it exceeds processing times. There is a simple fix to this. The department could send an automated email, which would be helpful, to advise clients that the application is being processed and further time is required, as well as requesting an additional inquiry if a decision is not made within a specific number of days. This would decrease inquiries and complaints.
We also know that if someone fails to check one little box, the department may outright reject the complete application. A simple fix would be implementing a system for routine requests for additional information on intake and triage, with reasonable deadlines to facilitate processing, rather than unnecessary refusal of applications. This would assist in reducing inefficiencies.
Another group we heard from was a private sponsorship group called Syrian Refugees Gravenhurst, which was generous and compassionate enough to put its own resources on the line to privately sponsor refugees from Syria. What it told the committee, as several groups did, was that the department met that generosity with stymying and bureaucracy, failing to communicate even the most basic information to the sponsorship groups.
Here is a list of issues that the group told our committee about.
The first issue is that there is great frustration among sponsorship groups that formed in response to the current refugee crisis, which are being told that the wait times for the family they are matched up with may be as much as 55 months, due to the location of the family. Groups do not understand how they were offered matches that could not come to fruition in a reasonable length of time, given that there were so many in need. It seems that this issue has been addressed for groups going through the blended visa office-referred stream, but not for groups of five who have raised the full funding themselves and now have it tied up for years.
If the private refugee sponsorship program is to flourish, IRCC policy and procedures must take into account the distinct nature of the undertaking of community volunteers. At the time this group contacted the committee, the IRCC website estimated that the processing time for privately sponsored refugees in Egypt was a staggering 55 months.
There is one group right now that is facing a zero-day wait time. Members can guess which one it is. It is the illegal border crossers.
Here is the second issue that Syrian Refugees Gravenhurst raised. The IRCC website is not well organized to support private sponsorship groups seeking to organize for the purpose of sponsoring refugees. Overall, it is not up to 21st-century standards for user-friendliness. There is no clear path for interested groups to follow to learn about the program and compare options, such as whether to constitute the group as a group of five or as a constituent group of sponsorship agreement holders, or whether to channel the sponsorship through community organizations, such as a local church or Rotary club.
More information is on the website than most groups were able to find at the stage when they needed it. Information for sponsorship groups is often mixed in with information that is not current and/or is about completely different classes of applicants.
A third issue they raised was that once the group's application is in process, lack of communication from IRCC affects almost every sponsorship group. The only projection for processing time is a generic number based on the past cases for immigrants, apparently of different classes, located in the same country. Statements from the Minister of Immigration, Refugees and Citizenship about clearing the backlog by a given date are of little use when groups cannot even confirm if the refugee family is defined as being in the backlog. Individualized communication is required and needed.
A fourth issue they raised was that similar to other classes of applicants, sponsorship groups are often referred to MPs' offices, which are said to have access to more information on applications in progress. In general, groups report that the MP's staff are very attentive to their requests, but often cannot get more useful information specific to the family in question.
A recent example comes from a group that had established contact with their matched family at a time when the information available to the MP's office still said the family was likely to arrive in 2020. The family suddenly reported that they had been interviewed and were told they would be able to depart in three or four months.
Many groups express concern that they place an inappropriate burden on MPs' staff when going to them to access information that should be available directly from IRCC. It seems that the department of immigration is off-loading their work onto MP offices, which often only have one or two staff who are caseworkers.
A fifth issue they raised was that flexibility in the system is needed to respond to unexpected situations. There is a backlog of applications from private sponsorship groups right now, at the same time that agencies that assist government-sponsored refugees report a lack of resources. Given the border-crossing crisis, they are stretched to the very limit.
Caught in the backlog of sponsorship groups waiting for families, there are groups outside of areas designated to receive government-sponsored refugees that would provide the needed support without putting demands on the agencies that are having trouble meeting the demand. It seems there is no flexibility to take advantage of the excess capacity for private sponsorship that would put minimal demands on government agencies in the designated centres. We know that privately sponsored refugees fare far better than government-sponsored refugees and are far less reliant on government resources.
Here is the sixth issue that Syrian Refugees Gravenhurst brought up: not all groups receive contact information for the refugees after approval. Communication between the private sponsorship groups and the refugees they will be sponsoring prior to arrival in Canada can ease the transition for the new arrivals and their sponsors. Depending on the situation, sponsors may be able to suggest things the refugees can do to prepare for establishing qualifications, obtaining employment, or qualifying for a Canadian driver's licence. Refugees can ask questions about their destination and can learn more about what to expect. If contact is possible, sponsors can be better prepared for the individual needs of the family when they do arrive.
Another issue that I want to raise, which will affect the provision of good client services, is the unfair closure of the Vegreville case processing centre. The immigration case processing centre in Vegreville is the most efficient processing centre in the country, and while the government tried to convince rural Albertans that it would save money to move the centre to Edmonton, we know that it will cost more.
We also know that it will cause a loss of up to 420 people from the community of Vegreville.
It will cost Canadians more to close this office, and it will remove 9% of the town's labour force.
It will cost Canadians more to close this office, and it will cost the town $15.9 million of GDP.
It will cost Canadians more, and it will also cost the town $14.5 million in labour income.
It will cost Canadians more, and it will result in a loss of $1.2 million in municipal revenue annually to the town of Vegreville.
It will cost Canadians more, and it will cost employees, specifically the 76% of employees who are women, forcing them to choose between their families, their community, their volunteer commitments, and a career.
It will cost Canadians more to close to this office, and it will impact over 250 spouses' jobs in Vegreville.
It will cost Canadians more to close to this office, and it will impact three local small businesses owned by employee families.
It will cost more and cause businesses to close their doors.
It will cost more to close to this office, and it will impact 350 school-aged children in Vegreville.
It will cost Canadians more, and it will cost employees thousands in moving costs and relocation expenses, and it will force double the number of houses to go on the market in Vegreville.
This is just another example of the government's failure to prioritize Canadians and newcomers and of its depriving them of services. Wait times would go up as a result of this closure.
This is in addition to the evidence the immigration committee heard and a number of recommendations that were developed. I will not get into those recommendations today because they are available in the report.
We know that a large percentage of constituency work related to immigration and citizenship is done by members of Parliament in their offices, and we know that many Canadians and newcomers rely on the services provided by IRCC, which is why we are calling for this report to be concurred in today.
As I conclude my speech today, I would like to take some time to highlight the record of the previous Conservative government. There was higher immigration under Conservative governments, after Liberal governments' cuts in levels. In 1993, immigration levels reached a peak and then were severely cut for many years thereafter. Under Conservative governments, we saw a higher level of immigration. For example, the average level under Conservative governments from 1993 to 2015 was 257,830. By contrast, Liberal governments averaged only 220,000 in the same time frame when in government. There were 20% more immigrants admitted under Conservatives than past Liberal governments. Over 10 years of Conservative government, we admitted 2,579,494 people. By contrast, the Liberals over a 10-year period only saw 2,171,987 immigrants come to Canada. We saw 10% higher levels of family class immigration under the Conservatives. The average annual number of family class immigrants under Liberal governments, from 1997 to 2005, was 60,000. By contrast, there were 66,000 family class immigrants under Conservative governments. The Conservatives maintained family class immigration at 26% of the total share of immigrants versus the Liberals' 24%. Moreover, visitor visas nearly doubled under Conservative governments compared to Liberal ones.
The previous Liberal government's record on immigration was that it froze funding for immigrant settlement services for 13 years, slashed the budget of the CIC, did nothing on foreign credential recognition, did nothing on marriages of convenience, did nothing to crack down on crooked immigration consultants, and did nothing to fix a broken refugee and asylum system. In 2015, before being elected, Justin Trudeau's Liberals voted against foreign credential recognition loans, efforts to speed up foreign credential recognition for immigrants, and the creation of the new expression-of-interest stream that connected immigrants with employers. Previous Liberal governments created a backlog of 108,000 parents and grandparents. They also increased wait times for parents and grandparents to 64 months, creating a total immigrant backlog of 830,000, and imposed a right-of-landing fee of $975 on new immigrants.
Our Conservative record included welcoming 20% more immigrants per year on average than previous Liberal governments. We cut the right-of-landing fee in half, saving newcomers more than $300 million by 2011 alone, and we tripled settlement funding. In 2005, settlement services funding was $368 million; by 2014, we tripled it to $925 million. Our Conservative record also included taking action on foreign credential recognition.
In conclusion, it was an honour to speak to this issue and to report on the Conservative record that certainly is stellar, unlike the rhetoric we hear from the other side.
Monsieur le Président, je suis marié depuis 40 ans. Au cours de ces 40 années, je n’ai pas pu parler pendant 20 minutes d’affilée sans être interrompu. Il s'agit donc d'une première pour moi.
Je me réjouis de prendre la parole sur cette question aujourd’hui. Il s’agit d’une crise qui prend de l’ampleur, une crise qui pourrait bientôt rivaliser avec la situation désastreuse créée par les libéraux relativement au retour de terroristes du groupe État islamique ou à la ponction fiscale des petites entreprises qui nuit aux agriculteurs, aux éleveurs, aux médecins de famille et aux commerçants locaux, que le gouvernement libéral a traités de fraudeurs parce qu'il ne peut s’empêcher de dépenser l’argent des autres. Voilà qui est beaucoup plus grave que les multiples vacances du premier ministre avec des terroristes et lobbyistes.
Ma circonscription a été très touchée par la question importante du transfert des ressources nécessaires au soutien des personnes entrées légalement au pays, dans ma circonscription ainsi que dans les circonscriptions ailleurs au pays, et celle de la capacité d'offrir une stabilité à ceux qui immigrent légalement au pays.
Voici ce que mon personnel a à dire, et je suis sûr que le personnel de tous les députés de la Chambre aura des histoires semblables à leur raconter. Des immigrants légaux qui cherchent à renouveler leur statut juridique, qui ont un emploi et qui contribuent à la prospérité de notre pays et de notre économie, peuvent s’attendre à des retards allant jusqu’à un an avant d’obtenir leur permis. Cela signifie qu’eux, ainsi que leurs familles, pourraient perdre leur accès aux soins médicaux. Certains employeurs doivent passer par le processus de l’étude d'impact sur le marché du travail et les demandes finissent par être rejetées en raison de retards trop importants.
Les aidants ne sont pas en mesure de faire leur travail et les réunifications de familles sont retardées de plusieurs mois, voire plusieurs années pendant que les agents d’immigration s'occupent de la situation désastreuse à la frontière. Soyons bien clairs. Le fardeau et les retards en matière d’immigration sont entièrement attribuables au gazouillis irresponsable du premier ministre. Le ministre aurait dû aller trouver son patron à ce moment-là et lui dire de régler le problème qu’il a créé, mais il ne l’a pas fait. Aujourd’hui, des milliers de Canadiens et leurs familles, des immigrants légaux, des travailleurs étrangers temporaires et des entreprises en paient le prix.
Dans ma circonscription, les coopératives agricoles ont besoin de personnes avec des compétences très pointues pour une saison de culture précise. Très souvent, ce sont d'anciens employés qui reviennent; ils sont déjà passés par le processus. Voici ce qui se passe. Des retards dans les approbations des études d'impact sur le marché du travail sont à l’origine du rejet d'emblée de travailleurs étrangers temporaires. Leur candidature est rejetée pour des problèmes administratifs mineurs. Les entreprises doivent recommencer le processus d’embauche afin de trouver de nouvelles personnes pour effectuer le travail, car les ressources sont rarissimes.
Il y a des réfugiés parrainés par le secteur privé. Ce sont des réfugiés qui sont vraiment en détresse, dans des zones de guerre et des zones d’aide à l’étranger, que des Canadiens sont prêts à parrainer pour les faire venir au Canada. Il y a un arriéré de plus de 45 000 demandes. Ce sont les réfugiés avec le plus haut taux de réussite et le coût d’immigration le plus faible pour les contribuables canadiens, notamment parce qu'ils sont parrainés par le secteur privé. Ils se conforment aux règles et acceptent de s’intégrer au Canada. Ils sont confrontés à une décennie de retard parce qu’il n’y a pas assez d'agents d’immigration pour traiter la charge administrative, pendant que nous nous empressons de traiter rapidement les demandes des personnes qui traversent illégalement la frontière.
Ces personnes entrent au Canada sans autorisation, sans se conformer à nos lois, et ils reçoivent une aide sociale complète ainsi qu’un permis de travail en quelques jours. Les immigrants réguliers attendent depuis des mois, si ce n’est pas plus, pour obtenir leurs permis. Cette situation est absolument inacceptable pour les Canadiens. Nous accordons la priorité à ceux qui refusent de respecter la loi, et cela nuit à ceux qui la respectent, y compris des familles et des enfants innocents. Les employeurs sont en difficulté, parce qu’ils ne peuvent pas embaucher des travailleurs en raison de ces retards du gouvernement. C’est inacceptable, et contraire aux valeurs canadiennes.
Qu’est-ce que les ministres nous ont dit? Ils ont dit que tout va bien, que tout est normal, et qu’il n’y a pas matière à s’inquiéter — que nous ne devrions pas nous inquiéter à propos d'un gazouillis ou des nombres record de personnes accueillies à la frontière. Nous ne devrions pas nous préoccuper de rapports émanant d’agents frontaliers, de la GRC et du ministère de l’Immigration selon lesquels ces arrivées massives constituent une crise.
Nous savons que tout cela est totalement faux.
Je reviens à l’origine de ce rapport. Le 7 octobre 2017, le Comité permanent de la citoyenneté et de l’immigration a adopté son rapport intitulé « La modernisation de la prestation des services à la clientèle ». Le but de ce rapport était d’étudier divers problèmes relatifs au service à la clientèle qui ont été présentés au Comité par une multitude de témoins, y compris des avocats, des consultants en immigration, des groupes qui travaillent avec les réfugiés et des représentants du secteur privé.
Cette question est encore plus pertinente aujourd’hui, un an après que le rapport ait été présenté, parce que le gouvernement n’a pas réussi à gérer les problèmes aux frontières, ce qui a exacerbé les problèmes existant au sein du ministère de l’Immigration.
Pendant l’étude du Comité, des témoins ont ciblé un large éventail de problèmes et ont présenté quelques idées au Comité pour améliorer le service à la clientèle au ministère de l'Immigration. Plus particulièrement, des témoins ont souligné les frustrations causées par le centre d’appels, ainsi que par le site Web et les applications en ligne du ministère, y compris les mises à jour de l'état de la demande.
Des enjeux plus complexes ont également été soulevés auprès du Comité, y compris l’utilisation possible de l’intelligence artificielle dans les applications du ministère; le renvoi des demandes qui contiennent des erreurs mineures, et le risque que cela représente pour les droits du demandeur; la facilitation de l’accès aux services du Ministère pour les personnes qui ne maîtrisent ni l’anglais ni le français; et la prestation de services en personne. Enfin, des sujets de longue date — les frais et les délais de traitement, le service à la clientèle des autres ministères — se sont présentés sous de nouveaux angles dans le contexte de la modernisation.
Toutes ces questions illustrent l’inaccessibilité du ministère de l’Immigration, et c'est injuste. Nous savons que de nombreux nouveaux arrivants se tournent vers des consultants en immigration et des avocats pour les aider à remplir les formalités administratives, ce qui leur coûte des milliers de dollars. Il s’agit là d’un autre exemple d’un gouvernement omniprésent qui faillit à sa tâche envers la population alors qu'il est là pour la servir.
Parlons un peu des points que les témoins ont portés à l'attention du comité. L'Association du Barreau canadien a soumis un mémoire indiquant qu'à l'heure actuelle, le ministère de l'Immigration n'avise pas le client lorsqu'il excède le temps de traitement normal. La solution est pourtant simple. Il serait utile que le ministère envoie un courriel automatisé avisant le client que le traitement de sa demande est en cours et qu'il nécessite plus de temps que prévu, en incitant le client à le relancer si la décision n’est pas prise après un certain nombre de jours. Cette mesure réduirait les questions et les plaintes.
Nous savons également que le ministère peut carrément rejeter une demande si on néglige de cocher une seule petite case. On recommande une solution simple: la mise en place d’un système pour les demandes de renseignements additionnels de routine aux étapes de la réception et du triage qui prévoit des délais raisonnables pour favoriser le traitement des demandes et ainsi éviter leur rejet indu. Cette mesure contribuerait à réduire les inefficacités.
Nous avons aussi entendu Syrian Refugees Gravenhurst, un groupe de parrainage privé dont les membres ont la compassion et la générosité de consacrer leurs propres ressources au parrainage privé de réfugiés syriens. Comme beaucoup d'autres groupes, Syrian Refugees Gravenhurst a indiqué au comité que le ministère a répondu à leur générosité en imposant des lourdeurs administratives paralysantes et en négligeant de transmettre ne serait-ce que des renseignements de base aux groupes de parrainage.
Voici une liste des problèmes que le groupe a signalés au comité.
Le premier problème concerne l'intense irritation des groupes de parrainage qui se sont formés en réaction à la crise des réfugiés actuelle et qui se font dire qu'ils devront attendre jusqu'à 55 mois avant d'accueillir la famille qu'ils parrainent, en raison de l'endroit où elle se trouve. Étant donné l'ampleur des besoins, ces groupes ne comprennent pas pourquoi on leur offre des jumelages qui ne peuvent pas se concrétiser dans un délai raisonnable. Il semble que ce problème ait été réglé pour les groupes qui ont recours au Programme mixte des réfugiés désignés par un bureau des visas, mais pas pour les groupes de cinq personnes qui ont amassé eux-mêmes le financement nécessaire et qui voient maintenant ces fonds bloqués pour plusieurs années.
Pour que le Programme de parrainage privé de réfugiés puisse prendre de l'ampleur, les politiques et les procédures d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada devront tenir compte du caractère distinct des initiatives menées par des Canadiens bénévoles. Au moment où le groupe dont je parle a communiqué avec le comité, le site Web du ministère indiquait que, selon les prévisions, le traitement du dossier des réfugiés qui se trouvaient en Égypte et qui étaient parrainés par le secteur privé pouvait prendre 55 mois, donc une éternité.
À l'opposé, il existe un groupe de réfugiés pour lequel le temps d'attente est actuellement inexistant. Ce groupe, comme les députés l'ont peut-être deviné, est celui des gens qui entrent au Canada illégalement.
Passons au deuxième problème soulevé par le groupe Syrian Refugees de Gravenhurst. Le site Web d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada n'est pas vraiment organisé pour aider les gens qui souhaitent former un groupe de parrainage privé. Ce site n'a pas, dans l'ensemble, la convivialité qu'on attend d'un site du XXIe siècle. Il n'offre pas aux groupes intéressés une façon facile de se renseigner sur le programme et de comparer les différentes options, dont la création d'un groupe de cinq ou d'un groupe constitutif de signataires d'entente de parrainage et la possibilité de passer par un organisme communautaire tel qu'une église ou le Club Rotary pour procéder au parrainage.
On retrouve plus d’information sur le site Web que ce que la plupart des groupes ont pu trouver à l’étape à laquelle ils en avaient besoin. L’information destinée aux groupes de parrainage est souvent intégrée à de l’information qui n’est pas à jour ou qui porte sur des catégories de demande entièrement différentes.
Troisièmement, une fois la demande du groupe en traitement, nombreux sont ceux qui se plaignent du manque de communication d’IRCC. L’unique prévision concernant les délais de traitement est un nombre générique fondé sur d’anciens dossiers d’immigrants — apparemment de catégories différentes — qui se trouvent dans le même pays. Les déclarations du ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté concernant l’élimination de l’arriéré à une date précise sont peu utiles lorsque nous ne pouvons même pas déterminer si notre famille fait partie de l’arriéré. Des communications personnalisées sont nécessaires.
Passons au quatrième problème soulevé. Comme pour d’autres catégories de demandeurs, on renvoie souvent les groupes de parrainage aux bureaux des députés qui peuvent les aider à obtenir plus de renseignements sur les demandes en traitement. En règle générale, les groupes indiquent que le personnel de leur député est très attentif à leurs demandes, mais qu’il lui est souvent impossible d’obtenir davantage de renseignements utiles propres à la famille en question.
Un exemple récent est celui d’un groupe qui avait établi un contact avec la famille avec qui il était jumelé. Alors que l’information fournie au bureau du député était que la famille allait vraisemblablement arriver en 2020, la famille a soudainement annoncé qu’elle avait été interviewée et qu’on lui avait dit qu’elle allait pouvoir quitter son pays dans 3 ou 4 mois.
De nombreux groupes se disent préoccupés par le fait qu’ils imposent un fardeau inapproprié au personnel du bureau du député en s’adressant à lui parce qu’il a accès à des renseignements qui devraient être fournis par IRCC. Il semble que le ministère de l'Immigration refile son travail aux bureaux des députés, qui n'ont souvent qu'un ou deux employés pour s'occuper de ces dossiers.
Cinquièmement, le système doit faire preuve d’une plus grande souplesse lorsqu’il s’agit de réagir aux situations imprévues. On retrouve actuellement un arriéré de demandes provenant de groupes de parrainage privés alors que des organismes au service des réfugiés pris en charge par le gouvernement disent manquer de ressources. Compte tenu de la crise des passages illégaux à la frontière, les ressources sont utilisées au maximum.
À cause de l'arriéré dans le traitement des demandes des familles parrainées, il y a des groupes à l'extérieur des régions désignées pour recevoir des réfugiés parrainés par le gouvernement qui seraient en mesure d'offrir le soutien nécessaire sans exercer de pression sur les organismes qui ont du mal à répondre à la demande. Il semble qu'il n'est pas possible de profiter de la capacité excédentaire de parrainage privé qui exercerait une pression minimale sur les organismes gouvernementaux dans les centres désignés. Nous savons que les réfugiés parrainés par le secteur privé se tirent beaucoup mieux d'affaire que ceux parrainés par le gouvernement et qu'ils dépendent bien moins des ressources gouvernementales.
Passons au sixième problème soulevé par le groupe Syrian Refugees Gravenhurst. Ce ne sont pas tous les groupes qui reçoivent les coordonnées des réfugiés après l'approbation de leur demande. Les communications entre les groupes de parrainage privé et les réfugiés qu'ils parraineront avant l'arrivée de ces derniers au Canada peuvent faciliter la transition des nouveaux arrivants et de leurs parrains. Selon la situation, les parrains pourraient être en mesure de suggérer des choses que les réfugiés peuvent faire pour répondre aux critères requis, trouver un emploi ou obtenir un permis de conduire canadien. Les réfugiés peuvent poser des questions sur leur destination et en apprendre davantage sur ce qui les attend. Si les parrains parviennent à communiquer avec la famille, ils seront mieux préparés à répondre aux besoins particuliers des membres de la famille à leur arrivée.
Je voudrais aussi parler d'une autre décision qui aura un impact sur la prestation de bons services à la clientèle, à savoir la fermeture injuste du centre de traitement de Vegreville. Le centre de traitement des demandes d'immigration de Vegreville est le plus efficace de la sorte au pays. Bien que le gouvernement ait tenté de convaincre les habitants des régions rurales de l'Alberta que le déménagement de ce centre à Edmonton représenterait des économies, nous savons que cela sera plus coûteux.
Nous savons également que jusqu'à 420 personnes seront amenées à quitter Vegreville.
Ce sera plus coûteux pour les Canadiens de fermer ce centre, et la ville perdra 9 % de sa main-d'oeuvre active.
Ce sera plus coûteux pour les Canadiens de fermer ce centre, et le PIB de la ville chutera de 15,9 millions de dollars.
Ce sera plus coûteux pour les Canadiens, et la ville perdra 14,5 millions de dollars en revenus de main-d'oeuvre.
Ce sera plus coûteux pour les Canadiens, et Vegreville perdra 1,2 million de dollars annuellement en recettes municipales.
Ce sera plus coûteux pour les Canadiens, et le prix sera élevé pour les employés — surtout les 76 % d'entre eux qui sont des femmes —, qui se verront obligés de choisir entre leur famille, leur milieu de vie, leurs engagements bénévoles et leur carrière.
Ce sera plus coûteux pour les Canadiens de fermer ce centre, et il y aura une incidence sur le travail de 250 conjoints à Vegreville.
Ce sera plus coûteux pour les Canadiens de fermer ce centre, et il y aura des incidences sur trois petites entreprises familiales locales.
Ce sera plus coûteux, et des entreprises seront forcées de mettre la clé sous la porte.
Ce sera plus coûteux de fermer ce centre, et 350 enfants d'âge scolaire de Vegreville seront touchés.
Ce sera plus coûteux pour les Canadiens, et les travailleurs devront débourser des milliers de dollars en frais de déménagement et de réinstallation, sans compter que le nombre de maisons mises en vente à Vegreville doublera de façon artificielle.
Ce n'est qu'un exemple de plus de l'incapacité du gouvernement à accorder la priorité aux Canadiens et aux nouveaux arrivants et de sa tendance à les priver de services. Les délais de traitement augmenteront également à cause de cette fermeture.
À cela s'ajoutent les témoignages entendus au comité de l'immigration et les différentes recommandations que ce dernier a produites. Je ne vais pas parler en détail de ces recommandations, car elles peuvent être consultées dans le rapport.
Nous savons qu'une large part du travail de circonscription des députés en matière d'immigration et de citoyenneté s'effectue dans leur bureau et nous savons que de nombreux Canadiens et nouveaux arrivants comptent sur les services offerts par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. C'est pourquoi nous demandons aujourd'hui l'adoption de ce rapport.
En terminant, j'aimerais prendre quelques instants pour souligner le bilan des gouvernements conservateurs précédents. À la suite des coupes imposées par les libéraux, les niveaux d'immigration ont augmenté sous les gouvernements conservateurs. En 1993, les niveaux d'immigration ont atteint un sommet, puis ils ont été considérablement réduits pendant de nombreuses années. Sous les gouvernements conservateurs, les niveaux d'immigration ont augmenté. Par exemple, le nombre moyen d'immigrants admis au pays sous les gouvernements conservateurs a été de 257 830 par année, de 1993 à 2015. En comparaison, au cours de la même période, le nombre moyen d'immigrants admis au pays n'a été que de 220 000 par année lorsque les libéraux étaient au pouvoir. C'est donc dire que 20 % plus d'immigrants ont été admis sous les gouvernements conservateurs que sous les gouvernements libéraux passés. Pendant les 10 années du plus récent gouvernement conservateur, 2 579 494 immigrants ont été admis au pays. En comparaison, seulement 2 171 987 immigrants sont arrivés au Canada pendant une période de 10 ans de règne libéral. Sous les conservateurs, les niveaux d'immigration étaient supérieurs de 10 % dans la catégorie du regroupement familial. En effet, de 1997 à 2005, alors que les libéraux étaient au pouvoir, le nombre moyen annuel d'immigrants admis au pays dans la catégorie du regroupement familial a été de 60 000. En comparaison, ce chiffre était de 66 000 sous les gouvernements conservateurs. La proportion des immigrants dans la catégorie du regroupement familial était maintenue à 26 % du nombre total d'immigrants sous les conservateurs, comparativement à 24 % sous les libéraux. En outre, le nombre de visas de visiteur a presque doublé sous les gouvernements conservateurs comparativement à ce qu'il avait été sous les gouvernements libéraux.
Le bilan du gouvernement libéral précédent en matière d'immigration est le suivant: il a gelé le financement des services d'établissement pour les immigrants pendant 13 ans, il a sabré le budget de Citoyenneté et Immigration Canada, il n'a pris aucune mesure concernant la reconnaissance des titres de compétences étrangers et les mariages de convenance et il n'a rien fait pour sévir contre les consultants en immigration véreux et pour corriger les failles du régime d'asile et du statut de réfugié. En 2015, avant d'avoir remporté les élections, les libéraux de Justin Trudeau ont voté contre les prêts pour la reconnaissance des titres de compétences étrangers, les efforts visant à accélérer la reconnaissance des titres de compétences étrangers pour les immigrants et la création du nouveau volet de déclaration d'intérêt liant les immigrants aux employeurs. Les gouvernements libéraux précédents ont créé un arriéré de 108 000 demandes relatives aux parents et aux grands-parents. Ils ont aussi augmenté le temps d'attente pour ces demandes à 64 mois, ce qui a causé un arriéré total de 830 000 demandes d'immigration, et imposé aux nouveaux arrivants un droit exigé pour l'établissement de 975 $.
De leur côté, les conservateurs ont accueilli 20 % plus d'immigrants par année, en moyenne, que les gouvernements libéraux précédents. Nous avons réduit de moitié le droit exigé pour l'établissement, ce qui a permis aux nouveaux arrivants d'économiser plus de 300 millions de dollars en 2011, et nous avons triplé le financement destiné à l'établissement. En 2005, le financement des services d'établissement se chiffrait à 368 millions de dollars; en 2014, nous avions triplé ce montant, le faisant passer à 925 millions de dollars. Le bilan des conservateurs comprenait aussi la prise de mesures à l'égard de la reconnaissance des titres de compétences.
En conclusion, ce fut un honneur de parler du sujet et de rendre compte du bilan assurément remarquable des conservateurs, qui contraste avec ce que nous présentent les députés d'en face.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2017-12-01 13:22 [p.15883]
moved that Bill C-378, An Act to amend the Department of Veterans Affairs Act (fairness principles), be read the second time and referred to a committee.
He said: Mr. Speaker, it gives me great pleasure to rise today in the House to speak about my private member's bill, Bill C-378. I stand in the House on behalf of the millions of men and women who have fought for our country, the 700,000 veterans. It is for them that I rise with respect to this bill.
I also rise with an understanding that the sacrifices that have been made by those men and women and their families throughout the course of Canadian history is what allows all of us who sit in our symbol of democracy the privilege to do so. I want to thank them, their families, and their memories. I hope by the time I am done here today, I will have done a good enough job explaining what the private member's bill is all about and ask for the support of the House for it.
I am looking to establish three basic principles within the Department of Veterans Affairs Act: that the person, as well as his or her dependants or survivors, is to be treated with dignity, respect, and fairness; that the uniqueness of a person's professionalism, obligations, and sacrifices such a profession demands also impacts the experiences of the individual's family; and that any decision regarding the care, treatment, and re-establishment in civilian life of the person and the benefits to be provided be made in a timely manner.
It is in the spirit of Sir Robert Borden, who spoke to Canadian soldiers preparing for that great battle of Vimy Ridge, that Bill C-378 is introduced. Our eighth prime minister said to the troops at the time:
...you need have no fear that the government and the country will fail to show just appreciation of your service...The government and the country will consider it their first duty to prove to the returned men its just and due appreciation of the inestimable value of the services rendered to the country...
Sir Robert Borden may have been the first to talk about an obligation and duty, but he has not been the last. Veterans and current members of the Canadian Armed Forces who I met with this summer told me they wished to see these principles in place.
Over the summer, I had the opportunity to travel across the country to meet with veterans, their families, and stakeholders. Every single one of them talked about this sacred obligation, this covenant, on behalf of the government and its service men and women. When Sir Robert Borden spoke of that obligation to Canadian soldiers, there has never been an obligation to the men and women and their families enacted in Canadian legislation, and that is what I hope to change with Bill C-378.
This is not an indictment on any government. It is not an indictment on the current government and it is not an indictment on the valuable employees who work at Veterans Affairs Canada. This is about doing something for which veterans have asked.
The previous government brought in a Veterans Bill of Rights in 2007. Under the Veterans Bill of Rights, veterans have the right to take part in discussions that involve them and their families, have someone with them to support them when they deal with Veterans Affairs, to receive clear, easy-to-understand information about programs and services in English and French, as set out in the Official Languages Act, and have their privacy protected, as set out in the Privacy Act.
More importantly, the Veterans Bill of Rights has two rights that are included as principles in Bill C-378. The first principle is that the person be treated with respect, dignity, fairness, and courtesy, the benefits and services as set in our published service standards, and knowing one's appeal rights.
Canada had the Veterans Bill of Rights, but it is the 2011 armed services covenant from the United Kingdom, Prime Minister David Cameron, that was the gold standard, and continues to be the gold standard, for stating a nation's obligation to its forces.
Highlights in the U.K. armed forces covenant include that they, the men and women and their families, “deserve our respect and support, and fair treatment.” It says in that covenant, “the whole nation has a moral obligation to the members of the Naval Service, the Army, and the Royal Air Force, together with their families.” They “should face no disadvantage compared to other citizens in the provision of public and commercial services. Special consideration is appropriate in some cases, especially for those who have given most such as the injured and the bereaved.”
It is also important to understand that the United Kingdom is the only country in the world that has a covenant with its service men and women.
I am proud of Bill C-378 and the principles that our armed forces members and veterans are asking for. I would like to take some time to go through the three principles. The first principle states, “that the person, as well as their dependants or survivors, is to be treated with dignity, respect and fairness;" This respect is duly earned, as the men and women who defend our democracy essentially go to work in a theatre of war where those they are battling do not recognize the rights and freedoms that Canadians expect to have.
Canadians would not have those rights and freedoms without the efforts of our brave soldiers and the sacrifices they have faced on battlefields for the past 150 years. In the words of Aaron Bedard, a veteran and someone I now consider a friend, about fairness, respect, and dignity, “I know that the principles of fairness, respect and dignity towards Canadian veterans are as important to [Canadians] as they are for veterans and our families.” I believe that in all that I am. It was Sir Robert Borden who first touched on the idea of obligation because of the duty performed by our Canadian Forces.
The second principle of Bill C-378 states that we should recognize “the uniqueness of the person's professionalism”, and “the obligations and sacrifices”, such as that a profession “demands also impacts the experiences of their family”.
It was only in recent years where the duty of a soldier's family has been recognized. This recognition is long overdue. For far too many years, families along with veterans suffered in silence with what was at first called “shell shock”, which we know now as the unseen injury of post-traumatic stress disorder.
On that note, the hon. member for Cariboo—Prince George has passed Bill C-211 in the House. It has been 168 days that legislation has been in the Senate, and it is time that the bill be passed in the Senate.
In many veterans affairs committee meetings, it was the spouse or a family member that spoke out about their roles in keeping their father, brother, mother, sister alive after returning from theatres of war. Bill C-378, if passed, will forever recognize the uniqueness and obligations of not only the veterans who fought, but the families of the soldiers and our veterans.
More important is the third principle, “that any decision regarding the care, treatment or re-establishment in civil life of the person and the benefits to be provided to them be made in a timely manner.”
Many discussions in the House and in committee revolve around the care that our veterans receive. In some cases, Veterans Affairs does well, and I commend the men and women who work in VAC offices across Canada, in call centres, and in the Charlottetown headquarters, for the work that they do.
However, there must be a recognition that there are cases where gaps are located and the standard of service cannot be met.
The idea of providing benefits in a timely manner must be considered in all aspects of the care received by our veterans when they are transitioning to civilian life. There is a standard of care, but there are way too many gaps right now causing delays. We can do better, and we must do better.
Dave Bona, a veteran and mefloquine survivor said it best when he stated:
When a soldier comes home all they ask for is to have the services and medical care they need available in a timely manner for themselves and their family. Having these reasonable principles in the act will set in place the simple obligation that we ask for.
The obligation is that care be provided when it is needed, not six, seven, 10, or 12 months after it is asked for. The obligation of getting care to veterans rests with Veterans Affairs Canada. Service provision in a timely manner does not mean using an average of 16 weeks to deliver services within, for example, but giving a realistic expectation to veterans and their families of the different care that will be delivered in varying circumstances. The principle of receiving care in timely manner takes the idea of “in a timely manner” from being aspirational to being realistic and expected. It also puts it in legislation. As research improves how care is delivered, so should the timing of when that care is delivered.
As I said, last summer I had an opportunity to travel the country with the members for Yorkton—Melville and Souris—Moose Mountain, and met with veterans and their families. I met with a Robert Gagnon, a veteran walking across B.C. to help veterans suffering from PTSD. In Nova Scotia and New Brunswick, we talked with the women and men who run the military family resource centres. I met with Medric Cousineau, who has saved 99 lives by pairing veterans with trained service dogs. In Calgary, we learned the incredible story of how the police are helping our homeless veterans. In Edmonton, we met with CAF members and veterans together, and in that meeting, a colonel helped one veteran get off the street after hearing his story at that round table.
I give all of the credit for the three principles in Bill C-378 to everyone we met this summer. It is the veterans and their families, the MFRC staff, and the volunteers and activists who helped get this bill to the House today.
I hope all members of the House will support this bill and get Bill C-378 to committee, where more voices of veterans and their families can be heard on these important principles and the need to get them put into legislation.
Finally, as I close, I will give the last words to Don Sorochan, a lawyer from Vancouver, B.C. He wrote to me and said:
I welcome this Bill to further recognize the Military Covenant. Throughout our history Canadians have put life and limb on the line to serve Canada. The Covenant is Canada’s promise that in return for this service to protect our country and its democratic institutions, those who serve and their dependents will be honoured, respected and looked after by a grateful nation. The implementation of this Covenant should not be left to the whims of bureaucrats or the other pressing demands of the government of the day.
It is important to understand that this obligation is not just to be placed on the current government, this minister, or the bureaucracy. This covenant is to be placed on future generations, future governments, future ministers, future bureaucrats, and future parliamentarians, who understand the sacred obligation, the covenant that Canada should have, needs to have and, hopefully, will have with its veterans.
propose que le projet de loi C-378, Loi modifiant la Loi sur le ministère des Anciens Combattants (principes — traitement juste), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
-- Monsieur le Président, je suis très heureux d'intervenir à la Chambre sur mon projet de loi d'initiative parlementaire, le projet de loi C-378. C'est au nom de millions de militaires qui ont combattu pour notre pays, des 700 000 anciens combattants, que je prends la parole aujourd'hui.
Je le fais tout en étant pleinement conscient que c'est grâce aux sacrifices consentis tout au long de l'histoire du Canada par les militaires et leur famille que les députés ont l'honneur de siéger dans le symbole de démocratie que constitue la Chambre. Je tiens à les remercier, eux et leur famille, et à saluer leur mémoire. J'espère qu'à la fin de mon allocution, j'aurai réussi à expliquer l'objet de mon projet de loi et à obtenir l'appui de la Chambre.
Je cherche à établir trois principes de base dans la Loi sur le ministère des Anciens Combattants, à savoir que ces personnes, ainsi que leurs survivants et les personnes à leur charge, sont traitées de façon digne, respectueuse et juste, que le caractère unique de la profession de ces personnes, les obligations propres à leur profession et les sacrifices que celle-ci demande ont aussi une incidence sur ce que vivent les membres de leur famille et que les décisions relatives aux soins, au traitement ou à la réinsertion dans la vie civile de ces personnes ainsi qu’aux avantages auxquels elles ont droit sont prises en temps opportun.
C'est dans l'esprit de sir Robert Borden, qui a prononcé une allocution devant les soldats qui se préparaient à participer à la grande bataille de Vimy, que le projet de loi  C-378 a été présenté. Le huitième premier ministre du Canada a dit ce qui suit aux soldats à l'époque:
[...] vous n'avez pas à craindre que le gouvernement et le pays omettent de reconnaître la valeur du service que vous êtes sur le point de rendre [...]. Le gouvernement et le pays considéreront comme leur premier devoir de prouver aux anciens combattants qu'ils apprécient à leur juste valeur les services inestimables rendus à la nation [...].
Sir Robert Borden fut peut-être le premier à parler d'obligation et de devoir, mais il ne fut pas le dernier. Les anciens combattants et les membres actuels des Forces armées canadiennes que j'ai rencontrés cet été m'ont dit qu'ils aimeraient que ces principes soient établis.
J'ai eu l'occasion pendant l'été de parcourir le pays pour rencontrer d'anciens combattants et leur famille ainsi que des intervenants. Chacun d'entre eux m'a parlé de l'obligation sacrée — de l'engagement — du gouvernement envers les militaires. Depuis que sir Robert Borden a soulevé la question de l'obligation du gouvernement envers les militaires et leur famille, cette obligation n'a jamais été inscrite dans une loi canadienne. C'est ce que j'espère changer grâce au projet de loi C-378.
Il ne s'agit pas d'une condamnation des gouvernements qui se sont succédé. Ce n'est pas non plus une condamnation du gouvernement actuel ni des précieux employés d'Anciens Combattants Canada. Il s'agit simplement de donner suite à une demande que les anciens combattants ont depuis longtemps.
Le gouvernement précédent a présenté en 2007 la Déclaration des droits des anciens combattants. En vertu de cette déclaration, les anciens combattants ont le droit de prendre part aux discussions les concernant, eux et leur famille, d'être accompagnés lors de leurs rencontres avec Anciens Combattants Canada, d’obtenir de l’information claire sur les programmes et les services, en français ou en anglais, conformément à la Loi sur les langues officielles, et de savoir que leur vie privée sera protégée conformément à la Loi sur la protection des renseignements personnels.
Plus important encore, deux des droits garantis par la Déclaration des droits des anciens combattants sont inclus comme principes dans le projet de loi C-378. Le premier principe veut que les personnes soient traitées avec respect, dignité, équité et courtoisie, reçoivent des avantages et des services conformément aux normes de service et soient informées de leurs droits d’appel.
Or, ce n'est pas la Déclaration des droits des anciens combattants du Canada, mais l'Armed Forces Covenant, ou pacte des forces armées, adopté au Royaume-Uni en 2011 par le premier ministre de l'époque, David Cameron, qui décrit le mieux les obligations qu'un pays doit remplir envers les membres de ses forces armées.
Ce pacte précise notamment que les militaires et leur famille « méritent d'être traités avec respect et équité et d'obtenir le soutien dont ils ont besoin ». On peut aussi y lire ceci: « Tous les citoyens du pays ont une obligation morale envers les membres du Service naval, de l'armée et de la Royal Air Force, ainsi qu'envers leur famille. » Ces gens «  ne doivent jamais être désavantagés par rapport aux autres citoyens, dans la prestation des services publics et commerciaux. Il est approprié d'avoir une considération particulière pour certaines personnes, notamment celles qui ont fait les plus grands sacrifices, par exemple, celles qui ont été blessées ou endeuillées. »
Il est aussi important de savoir que le Royaume-Uni est le seul pays au monde à avoir conclu un pacte avec ses militaires.
Je suis fier du projet de loi C-378 et des principes dont les membres de nos forces armées et nos anciens combattants demandent le respect. J'aimerais prendre un instant pour passer en revue les trois principes. Le premier principe stipule que « ces personnes, ainsi que leurs survivants et les personnes à leur charge, sont traitées de façon digne, respectueuse et juste ». Ce respect leur est dû: en effet, ces hommes et ces femmes qui défendent notre démocratie combattent sur le terrain des individus qui ne souscrivent pas aux droits et libertés dont les Canadiens s'attendent à jouir.
N'étaient les efforts de nos courageux soldats et les sacrifices qu'ils ont consentis sur les champs de bataille au cours des 150 dernières années, les Canadiens ne jouiraient pas de ces droits ni de ces libertés. Comme l'a dit Aaron Bedard, un ancien combattant que je considère comme un ami, à propos de l'équité, du respect et de la dignité: « Je sais que les principes d'équité, de respect et de dignité en ce qui concerne les anciens combattants canadiens sont aussi importants pour les [Canadiens] que pour les anciens combattants et leur famille. » Je le crois du plus profond de mon être. C'est sir Robert Borden qui, le premier, a abordé l'idée d'obligation en raison du devoir dont les Forces canadiennes s'acquittent.
Le deuxième principe du projet de loi C-378 stipule que nous devrions tenir compte du fait que « le caractère unique de la profession de ces personnes, les obligations propres à leur profession et les sacrifices que celle-ci demande ont aussi une incidence sur ce que vivent les membres de leur famille ».
Ce n'est qu'au cours des dernières années que le devoir des familles des soldats a été reconnu. Cette reconnaissance était attendue depuis longtemps. Pendant beaucoup trop d'années, les familles et les anciens combattants ont souffert en silence de ce qu'on appelait à l'origine un traumatisme dû au bombardement. On sait aujourd'hui qu'il s'agit du trouble de stress post-traumatique, une blessure invisible.
À ce sujet, le député de Cariboo—Prince George a vu la Chambre adopter son projet de loi, le C-211. Toutefois, cette mesure législative dort au Sénat depuis 168 jours. Il est donc temps qu'elle soit adoptée à la Chambre haute.
Lors de nombreuses séances du comité des anciens combattants, ce sont les conjoints ou les membres de la famille qui ont parlé de ce qu'ils ont fait pour garder en vie leur père, leur frère, leur mère ou leur soeur à leur retour d'un théâtre de guerre. S'il est adopté, le projet de loi C-378 reconnaîtra à tout jamais le caractère unique et les obligations non seulement des anciens combattants, mais aussi des familles des soldats et des anciens combattants.
Le troisième principe est crucial. Il se lit comme suit: « Les décisions relatives aux soins, au traitement ou à la réinsertion dans la vie civile de ces personnes ainsi qu’aux avantages auxquels elles ont droit sont prises en temps opportun. »
À la Chambre et en comité, de nombreuses discussions portent sur les soins prodigués aux anciens combattants. Dans certains cas, Anciens Combattants Canada fait du bon travail, et je tiens à féliciter les hommes et les femmes de l'excellent travail qu'ils effectuent dans les bureaux de ce ministère partout au pays, dans les centres d'appels et à l'administration centrale de Charlottetown.
Cependant, il faut reconnaître que, dans certains cas, il existe des lacunes et que la norme de service ne peut pas être respectée.
Il faut tenir compte du concept de prestation en temps opportun dans tous les aspects des soins que reçoivent les anciens combattants dans le cadre de leur transition vers la vie civile. Il existe une norme de soins, mais, à l'heure actuelle, elle comporte beaucoup trop de lacunes, qui occasionnent des retards. Nous pouvons et devons faire mieux.
Comme l'a si bien dit Dave Bona, un ancien combattant et survivant de la méfloquine:
Lorsqu'un soldat rentre chez lui, tout ce qu'il veut, c'est que sa famille et lui obtiennent rapidement les services et les soins médicaux dont ils ont besoin. Le fait d'inscrire ce principe raisonnable dans la mesure législative instaurera l'obligation minimale que nous demandons.
L'obligation, c'est de fournir les soins lorsqu'ils sont requis, et non 6, 7, 10, ou 12 mois après qu'on les ait demandés. L'obligation d'offrir des soins aux anciens combattants incombe à Anciens Combattants Canada. La prestation de services en temps opportun ne signifie pas, par exemple, prendre en moyenne 16 semaines pour offrir des services, mais bien formuler des prévisions réalistes aux anciens combattants et à leur famille quant aux divers soins qui seront offerts dans des circonstances variées. Le fait de vouloir recevoir des soins en temps opportun transforme l'idée de « temps opportun » en réalité et en attente au lieu qu'elle ne demeure qu'une vague aspiration. L'obligation sera aussi inscrite dans la loi. Au fur et à mesure que la recherche améliorera la prestation des soins, on devrait aussi améliorer les délais de prestation.
Comme je le disais, j'ai eu la chance l'été dernier d'aller, en compagnie des députés de Yorkton—Melville et de Souris—Moose Mountain, à la rencontre d'anciens combattants et de leurs proches, aux quatre coins du pays. J'ai notamment fait la connaissance de Robert Gagnon, un ancien combattant qui traverse la Colombie-Britannique afin d'aider les vétérans en état de stress post-traumatique. En Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick, nous avons discuté avec les femmes et les hommes qui administrent les Centres de ressources pour les familles des militaires. J'ai alors rencontré Medric Cousineau, qui a sauvé la vie de 99 anciens combattants en leur offrant un chien d'assistance. À Calgary, on nous a expliqué la manière extraordinaire dont les policiers viennent en aide aux vétérans sans abri. À Edmonton, nous nous sommes réunis avec des membres et des anciens combattants des Forces canadiennes. Après cette rencontre, un des participants, un colonel, a pris sur lui d'aider un autre participant dont il venait d'entendre l'histoire et de l'arracher à la rue.
À mes yeux, c'est à tous ceux que nous avons rencontrés cet été que nous devons les trois principes figurant dans le projet de loi C-378. C'est grâce aux anciens combattants, à leurs proches, aux employés des Centres de ressources pour les familles des militaires, aux bénévoles et aux militants que la Chambre en est aujourd'hui saisie.
J'espère que tous les députés appuieront le renvoi du projet de loi C-378 au comité, où nous pourrons avoir le point de vue d'encore plus d'anciens combattants et de leurs proches sur ces grands principes et sur l'opportunité de les inscrire dans la loi.
Je terminerai sur les mots d'un avocat de Vancouver, en Colombie-Britannique, Don Sorochan. Voici ce qu'il m'a écrit:
Je me réjouis qu'un projet de loi pousse un cran plus loin la reconnaissance du contrat social auquel souscrivent les militaires. Depuis toujours, les militaires canadiens risquent leur vie pour leur pays. Par ce contrat, le Canada promet aux soldats que, s'ils s'engagent à protéger leur pays et ses institutions démocratiques, il leur exprimera sa reconnaissance, à eux ainsi qu'aux personnes à leur charge, en les honorant, en les respectant et en prenant soin d'eux. La mise en oeuvre du contrat social militaire ne devrait pas être laissée aux bureaucrates ni être influencée par les impératifs politiques du moment.
Il importe de comprendre que cette obligation n'incombe pas uniquement au gouvernement, au ministre ou aux bureaucrates d'aujourd'hui. Ce contrat social doit être respecté par les générations, les gouvernements, les ministres, les parlementaires et les bureaucrates qui nous succéderont. Tous doivent comprendre que, en vertu de ce contrat social, le Canada a envers les anciens combattants une obligation sacrée qui, espérons-le, sera respectée.
Results: 1 - 10 of 10

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data