Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 7 of 7
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I know that my colleague sits on the immigration committee, and she made comments in her speech about some of the immigration sections that were kind of snuck into this large omnibus budget bill. I would like to ask her about one aspect of those changes.
One thing I hear from people I talk to about immigration, whether I am in Brampton, in my own riding or in other parts of the country, is concern about shoddy immigration consultants. I know that my colleagues from Brampton North and Brampton West just love it when I visit their ridings.
When people receive advice from shoddy immigration consultants, there is a concern about the impact that has on their lives if they act on that advice and it has negative consequences for them.
There is some discussion in the budget about changing the process of regulation, but what we heard at committee was that those changes really are a rebranding of an existing body and that there are some big gaps there that I think the opposition members share concerns about.
I wonder if the member can talk a little more about the failure of the government to actually address this issue of shoddy advice from some immigration consultants.
Monsieur le Président, je sais que ma collègue siège au comité de l'immigration. Dans son discours, elle a fait des commentaires au sujet de certaines des dispositions sur l'immigration qui ont été glissées discrètement dans ce gros projet de loi omnibus d'exécution du budget. J'aimerais la questionner à propos d'un aspect des changements en question.
Les gens à qui je parle d'immigration, que ce soit à Brampton, dans ma propre circonscription ou dans d'autres régions du pays, me font part de leurs préoccupations au sujet des consultants en immigration véreux. Je sais que mes collègues de Brampton-Nord et de Brampton-Ouest adorent que je visite leur circonscription.
Lorsque les gens reçoivent des conseils de la part de consultants en immigration véreux, cela peut avoir un impact sur leur vie. Ils pourraient subir des conséquences négatives après avoir donné suite à ces conseils.
Dans le budget, il est question de modifier le processus de réglementation, mais ce que nous avons entendu au comité, c'est qu'il s'agit en fait de renommer un organe existant et qu'il y a de grandes lacunes qui, je crois, préoccupent les députés de l'opposition.
Je me demande si la députée peut nous en dire un peu plus sur le fait que le gouvernement n'a pas réglé la question des conseils douteux que donnent certains consultants en immigration.
View Michelle Rempel Profile
CPC (AB)
View Michelle Rempel Profile
2018-05-28 15:11 [p.19745]
moved:
That, the ninth report of the Standing Committee on Citizenship and Immigration presented on Thursday, March 23, 2017 be concurred in.
She said: Mr. Speaker, I would like to talk about some important work the Standing Committee on Citizenship and Immigration did earlier in this Parliament in relation to the modernization of client service delivery within Immigration, Refugees and Citizenship. This was a very extensive report, which the committee put a lot of time into, with the goal of trying to improve the experience for people who are applying, through various processes, through this department to legally come into Canada.
There were many witnesses who appeared before our committee, and there were many recommendations put forward by the committee, unanimously, as a matter of fact, to improve that experience. I will note, however, that it has been many months, over a year, since this report was tabled, and the government has not responded to many of the recommendations herein, nor has the government accepted the reality that we have seen a major change in the operating environment in Canada, with the influx of tens of thousands of people at the Lacolle border crossing trying to illegally enter the country and subsequently claim asylum, and the impact that has had on the overall client service delivery experience for people who are trying to access the immigration system.
The genesis of this report was earlier in this Parliament, as I mentioned. The purpose was to look at ways IRCC could improve the user experience for people entering the system. There were many reasons the study was undertaken. I can think of a few.
I would like to talk about the public servants who work within IRCC. For the past two years, they have had to deal with a lot of immigration policy decisions being made on the fly by the current government. They have done their best to respond, but because of the rigid system of processing within the department, it has become a very inflexible system. We are seeing delays and backlogs happen more and more, especially now, since the government did not budget or take into account in its levels plan that by the end of this year, the minister will have overseen what could be close to 100,000 people illegally crossing the border into Canada and claiming asylum. That has had an enormous impact on the processing system as well as on client service delivery for IRCC.
I listened to the minister's responses to four hours of questioning last week with regard to the illegal border crossing crisis. He made many assertions about the government's record on client service delivery. I want to set the context of the system he came into.
Previous Liberal governments created a backlog of 108,000 for the parents and grandparents application stream alone. The previous Liberal government also increased wait times for parents and grandparents to 64 months and created a total immigration backlog of 830,000. Previous Liberal governments also imposed a right-of-landing fee of $975 on new immigrants.
When we came into government, obviously it was a very daunting task to address the backlog, and we had a lot of success. Our former Conservative government had an action plan for faster family reunification. It included increased numbers of parents and grandparents as permanent residents and managing the number of new applications to reduce the backlog, including introducing the super visa and cutting the backlog and processing times in half. Part of the reason we introduced the super visa, in terms of service delivery, was to ensure that families were reunited faster. It was a 10-year multiple-entry visa, introduced by our Conservative government. Some 50,000 super visas were launched, with an average processing time of only three months. It also protected taxpayers by requiring private health insurance. Again, we were being cognizant not only of client service delivery but of the sustainability of Canada's social programs.
We saw more parents and grandparents welcomed as permanent residents under our government as compared to the previous Liberal government. Over 171,000 parents and grandparents were admitted, versus 154,000 grandparents admitted from 1997 to 2005. I should go through the numbers, because government members keep standing up to talk about the illegal border crossing crisis, which, of course, was launched by the Prime Minister's #WelcomeToCanada tweet. Some keep trying to say that somehow it was Stephen Harper's fault that the Prime Minister tweeted #WelcomeToCanada.
We need to focus on client service delivery right now, because all members in the House are getting calls in our riding offices from people who are trying to legally enter the country and are now encountering seven-year-plus wait times to come in under certain streams. What I think is most disgusting is the fact that the government is prioritizing the allocation of resources to process people who are illegally entering the country and is taking resources away from streams such as the privately sponsored refugee program, in which we now see wait times of up to seven years.
Do they think about that? Someone languishing in a UNHCR camp, who does not have access to a lot of resources, is now facing that long of a backlog. Meanwhile, the work the committee did over a year ago needs to be updated, given that the immigration levels report has been blown out of the water. In fact, the immigration levels report is probably birdcage liner at this point. This report not only needs to be concurred in, it needs to be updated because of the backlogs that are being created because of the reallocation of resources.
The minister will stand up here and tell us that this is not happening, that there are different processing lines, and that this is bananas. However, that is just cover, because we know that as of six months ago, over 80 processing staff from other lines of processing were reallocated to processing illegal border crossers, and I think that number has increased over time. When one thinks about removing 80 staff members, although I am sure it is at over 100 now, to process the crisis that is happening at Roxham Road, and we have seen these numbers exponentially increase since that figure was put forward, certainly we will continue to see backlogs. That is going to reduce the client service delivery experience for people who are trying to legally enter the country.
We should be prioritizing some of the recommendations included in this report, because we should be trying to prioritize the client service delivery experience for people who are legally entering the country as opposed to people who are illegally entering the country. If we continue to build tent cities and send people to process their applications and turn the CBSA and the RCMP into a glorified concierge service, we are, in fact, incenting people to continue with this activity rather than trying to enter the country legally.
I would argue that client service delivery for people who are trying to legally enter the country would be improved if the minister would seek to close the loophole in the safe third country agreement. If the minister closed the loophole in the safe third country agreement, or sought legislation that would allow him to designate the entire Canadian border an official point of entry for the purposes of being applied to the safe third country agreement only, we would reduce demand on the system for processing the applications of illegal border crossers, thus allowing resources to be freed up for legal border crosses, which is what this report talks about.
To me, it is very important that the House move this report forward, but the committee should probably update this report as well. I think it is another piece of work we could do to investigate the burden of this border crossing crisis, which is squarely the Prime Minister's fault. It is squarely the Prime Minister's fault that he has refused to walk back his tweet, and these services are being impacted.
I would be very curious to see how the government votes on concurrence on this report, because many of the recommendations outlined here the government has not responded to. They have been exacerbated under the government's tenure.
I would like to point out some other things. There is a call centre. If a person is trying to access information when applying for permanent residency, citizenship, or any of the myriad of other services IRCC provides, there is a call centre that a client, ostensibly, should be able to call to get information.
Here is an interesting piece of information from the study:
The IRCC Call Centre has been the subject of numerous complaints about poor client service. Departmental officials provided detailed information regarding complaints received. Specifically, they noted that, with regard to the 4,453 feedback web forms received in 2015, there were 35 complaints specific to the Call Centre;
For those of us who do a lot of casework related to immigration, which would be almost every single person in the House, we understand the problem with the call centre intimately, because our staff actually have a hard time calling into it. Under the tenure of the former immigration minister, John McCallum, the government tried to remove the dedicated line for members' staff who were enquiring on behalf of their constituents. This report recommends that the government, under all circumstances, keep that line ongoing. It is very important for the House to accept that recommendation, because sometimes it is the last line of defence under the incompetence of the government in terms of being able to get information on an application that is pending.
My colleague, who has Vegreville in her riding, seconded this motion. She has been making an impassioned plea to the government. We have this whole report on client service delivery, and the government has decided to shut that processing centre down, even though, first, it is one of the most efficient processing centres in Canada, and second, the union of labourers there has been saying that there have not been job guarantees for all workers. Third, why is it kicking Alberta when it is down? It is taking away the equivalent of taking 100,000 jobs out of Toronto in terms of the impact it will have on the community of Vegreville. It is completely decimating that community. I do not think the minister even bothered to visit Vegreville.
When we are looking at client service delivery, we have all these recommendations in the report that have not been responded to, which the government is making worse by closing one of the most effective processing centres in the country. There were also documents that came out that showed that there would be an additional expense to the government to shut down this processing centre. The Liberals' whole argument for closing it down was that it was supposed to be more efficient and save the taxpayers money, when, in fact, it is going to make the taxpayers spend more money. We get less efficiency and an increased cost for taxpayers. That is the hallmark of Liberal management.
There is one other thing I want to point out. The last time I tried to get concurrence on a report from the Citizenship and Immigration committee, it was on the issue of immigration consultants who were essentially fraudulent. We know that there are instances of people we would call ghost consultants. These are people who contract themselves out to newcomers to Canada under the guise of providing services promising to get them to Canada faster. It is very difficult for people who are working like this to face any sort of punishment under our current system.
Liberal and Conservative governments have made changes in how the immigration consulting profession is regulated. We know that there are still a lot of problems with that. I believe the committee put forward a unanimous report on recommendations on how to fix some of these things. However, the government, including the members on the committee that voted for the recommendations, when we tried to have it concurred in in the House, voted against the concurrence motion, therefore showing the true colours of the government on immigration, which is that it does not really care about improving client service delivery for people.
Why am I talking about immigration consultants in the context of this report? If we are talking about client service delivery, in a lot of ways, people should not have to contract an immigration consultant to do some of the most basic work it takes to apply to come to this country. We should be looking at ways to streamline and simplify processing for people who are seeking to enter the country.
This is what I have been saying all the time. When the immigration system of a country like Canada is functioning well, it should be a debate about process and how we improve processes. We can have partisan differences on that, but we should not be having a discussion about the fact that the entire system is melting down because the government has no control over a planned, orderly migration system.
What is striking to me is that since this report was written in March 2017, we have seen close to 40,000 people illegally entering the country from the United States of America, which we know is safe third country, to claim asylum. A lot of the processing issues that are noted within this report have been exacerbated because the government has refused to respond to this report in any sort of meaningful way after the recommendations were put forward by the committee, and then, of course, the additional burden on the system has made things worse.
The current government is very good at standing up in the House of Commons and using one thing to describe its action on a file: the amount of money spent. I am assuming that the remarks the parliamentary secretary is about to give on this matter will be that the government has spent hundreds of millions of dollars. I am sure the government is quite proud that it has made a more expensive plan to deal with the Prime Minister's tweet. However, the reality is that it is throwing money into things and it is getting worse. The metric here should not be how much money the government has spent. In fact, I would argue the opposite. I think the government should be saying it has created efficiencies while saving the taxpayers' money. It should be about how we are moving back to a planned, orderly migration system wherein we are talking about things like how we modernize client service delivery for people who are seeking to legally enter the country. However, we are not there.
Where we are today is that we have the minister on national TV spreading falsehoods that Parliament can put forward legislation that could technically deem the entire Canadian border as a legal point of entry. There are ways we can legislate it such that it would only apply to the safe third country agreement. I think it is probably Parliament's job to look at legislation that could do that. However, the government refuses to walk back the ill-advised tweet that the Prime Minister put out, essentially for his own ego. I wonder also why the Prime Minister has not staged a photo-op at the refugee camp at Roxham Road. Perhaps the photo opportunities are not as good there as they are in other places.
I should not be glib. We should be providing incentives for as many people as possible to come to Canada through legal, planned, orderly migration that meets the needs of Canada's growing economy, that meets the needs of our obligations to humanitarian immigration. However, it needs to be done in a way that we are focusing on integration, not on entitlement, and on an easy-to-use, good system that would provide incentives for people to legally enter into the country. We should not be talking about spending hundreds of millions of dollars, which could be upward of a billion dollars, to the court's failed asylum claimants who have come in under the current government's watch. In fact, that is going to be one of the legacies of the current Prime Minister. In years to come, we will be looking at the tab he created for deportations of people he is essentially pedalling false hope to, who had no hope of ever claiming asylum in Canada. The cost to the Canadian taxpayer, and that diversion of resources that could have been used for the modernization of services for people who are legally entering the country, is something I do not think he or anyone else should be proud of.
I think this report is good. I might have a few quibbles here and there, but there are some good ways that I think are non-partisan. We could improve client service delivery. There are practical things. I love that the department officials at IRCC could be focusing on implementing these recommendations rather than having to focus their time on the tire fire that is happening at Roxham Road. It is very simple to me.
Therefore, I would like the government to acknowledge my points today by voting to concur in this report on modernizing client service delivery. We could reset the tone in this House. We could say that we want to focus on legal, planned immigration, on resources for the live-in caregivers, the reunification of parents and grandparents, and all of these people for whom we know we did a good job under our Conservative government. This report should be concurred in to do that.
propose:
Que le neuvième rapport du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration, présenté le jeudi 23 mars 2017, soit adopté.
— Monsieur le Président, je tiens à parler du travail important que le Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration a accompli plus tôt au cours de la présente législature relativement à la modernisation de la prestation de services à la clientèle au sein d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Il s'agit d'un rapport très complet, pour lequel le Comité a consacré beaucoup de temps, qui vise à améliorer l'expérience des gens qui présentent une demande au ministère au moyen de divers processus en vue de venir légalement au Canada.
De nombreux témoins ont comparu devant le Comité, lequel a formulé beaucoup de recommandations, de façon unanime, à vrai dire, afin d'améliorer cette expérience. Toutefois, je tiens à souligner que ce rapport a été déposé il y a de nombreux mois, voire plus d'un an, et le gouvernement n'a pas donné suite à bon nombre des recommandations qu'il propose, et il n'a pas non plus reconnu que le contexte opérationnel au Canada a changé considérablement en raison de l'arrivée de dizaines de milliers de personnes au poste frontalier de Lacolle, qui tentent d'entrer illégalement au pays et, par la suite, de demander l'asile, et que cela à eu une incidence sur l'ensemble de la prestation de services à la clientèle offerte aux gens qui tentent d'avoir accès au système d'immigration.
Comme je l'ai dit, ce rapport est le résultat de travaux parlementaires antérieurs. L'objectif consistait à trouver des façons dont le ministère de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté pourrait améliorer l'expérience vécue par les gens qui présentent une demande d'asile, d'immigration ou de citoyenneté. Cette étude a été entreprise pour de nombreuses raisons dont plusieurs me viennent à l'esprit.
Parlons des fonctionnaires qui travaillent à ce ministère. Depuis deux ans, ils doivent composer avec un grand nombre de décisions que le gouvernement actuel a prises à la hâte. Ils font de leur mieux pour y donner suite, mais la rigidité du système de traitement des demandes leur enlève toute marge de manoeuvre. Les retards sont nombreux et s'accumulent de plus en plus. C'est d'autant plus vrai que le gouvernement n'avait pas prévu, dans son budget et dans ses objectifs d'immigration, que le ministre de l'Immigration devrait superviser, d'ici la fin de l'année, les dossiers de près de 100 000 personnes entrées illégalement au Canada pour y demander l'asile. Cette situation a une énorme incidence sur le système de traitement des demandes ainsi que sur la prestation des services offerts par le ministère.
La semaine dernière, le ministre a répondu pendant quatre heures aux questions qui lui ont été posées au sujet de la crise des entrées illégales au Canada. Il a dit plusieurs choses au sujet de la prestation des services par le ministère. Je tiens à replacer la situation actuelle dans son contexte.
Dans la seule catégorie des parents et des grands-parents, les décisions des anciens gouvernements libéraux ont entraîné un arriéré de 108 000 demandes. L'ancien gouvernement libéral a aussi fait passer à 64 mois le temps d'attente des parents et des grands-parents et il a créé, en tout, un arriéré de 830 000 demandes d'immigration. Les anciens gouvernements libéraux ont aussi imposé aux nouveaux immigrants un droit pour l'établissement de 975 $.
Nul besoin de préciser, dans ce contexte, que la tâche qui nous attendait quand nous sommes arrivés au pouvoir était colossale. Nous l'avons pourtant accomplie avec brio. Le gouvernement conservateur s'est doté d'un plan d'action pour que les membres d'une même famille puissent être réunis plus rapidement. Il a notamment accru le nombre de parents et de grands-parents qui ont pu obtenir la résidence permanente et il a géré le nombre de nouvelles demandes de manière à faire diminuer l'arriéré, qui a diminué de moitié, tout comme le temps de traitement des demandes. C'est entre autres pour que les familles puissent être réunies plus rapidement que nous avons créé le super visa, qui est valide 10 ans et permet au titulaire de faire plusieurs séjours au Canada. Cette bonne idée, c'est le gouvernement conservateur qui l'a eue. Environ 50 000 super visas ont été délivrés, et le temps d'attente moyen était de seulement trois mois. Le gouvernement conservateur a aussi pensé aux contribuables en obligeant les gens à contracter une assurance-maladie privée. Là encore, nous pensions à la fois au service à la clientèle et à la pérennité des programmes sociaux du pays.
Davantage de parents et de grands-parents ont obtenu la résidence permanente pendant que nous étions au pouvoir qu'à l'époque où le gouvernement libéral précédent était aux commandes: au-delà de 171 000 contre 154 000 de 1997 à 2005. Les chiffres sont importants, parce que les ministériels n'arrêtent pas de parler de la crise des migrants illégaux, qui a pourtant été provoquée par le premier ministre et son fameux gazouillis, #BienvenueAuCanada. Certains vont même jusqu'à affirmer que c'est la faute de Stephen Harper si le premier ministre a lancé #BienvenueAuCanada sur Twitter.
Nous devons donner dès aujourd'hui un coup de barre dans le service à la clientèle, parce que nous recevons tous des appels de gens qui essaient d'entrer légalement au pays et qui, selon la catégorie dont ils font partie, doivent désormais attendre sept ans, quand ce n'est pas plus. Ce qui me dégoûte le plus, c'est que le gouvernement choisisse d'utiliser des ressources pour traiter les demandes de ceux qui entrent illégalement au pays et d'en enlever aux autres catégories, comme les réfugiés parrainés par le privé, pour qui le temps d'attente peut maintenant atteindre sept ans.
S'en rend-il compte? Quelqu'un qui croupit dans un camp du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, qui n'a pas accès à beaucoup de ressources, est confronté à une très longue attente à cause de cet énorme arriéré. Pendant ce temps, les conclusions faisant suite aux travaux réalisés par le comité il y a plus d'un an doivent être mises à jour, étant donné que le rapport sur les niveaux d'immigration est dépassé. En fait, ce rapport n'est probablement plus valable à l'heure où on se parle. Avant d'être adopté, il doit être mis à jour en raison des arriérés créés par la réaffectation des ressources.
Le ministre prendra la parole ici, à la Chambre, pour dire que ce n'est pas le cas, qu'il existe différentes chaînes de traitement, et que c'est ridicule. Cependant, on essaie de nous cacher la vérité, car nous savons qu'il y a six mois, quelque 80 employés ont été réaffectés au traitement du cas des personnes qui traversent illégalement la frontière. Et je pense que ce nombre a augmenté depuis. Lorsqu'on pense qu'environ 80 employés — même si je suis certaine que le nombre a atteint plus de 100 à l'heure actuelle — ont été réaffectés pour s'attaquer à la crise en cours au chemin Roxham, et qu'on constate que les entrées illégales ont augmenté de façon exponentielle depuis la première fois où elles ont été rapportées, il est manifeste qu'il continuera à y avoir des arriérés. Cette situation n'améliorera certainement pas le service offert aux gens qui tentent d'entrer légalement au Canada.
Il faudrait donner priorité à certaines des recommandations formulées dans ce rapport, puisque nous devrions nous efforcer de donner priorité à la prestation des services destinés aux personnes qui entrent légalement au Canada, plutôt qu'à celles qui y entrent illégalement. Si nous continuons de bâtir des villages de tentes, d'envoyer des gens traiter ces demandes, et de transformer l'Agence des services frontaliers et la GRC en un service de concierge, nous encouragerons du même coup les gens à choisir cette façon d'entrer au pays au lieu d'y entrer de manière légale.
Je soutiens que, si le ministre s'efforçait d'éliminer l'échappatoire de l'Entente sur les tiers pays sûrs, la prestation des services offerts aux personnes entrées légalement au Canada s'améliorerait. Si le ministre éliminait cette échappatoire, ou s'il préconisait une mesure législative qui lui permettrait de désigner la totalité de la frontière canadienne comme point d'entrée officiel aux seules fins de l'Entente sur les tiers pays sûrs, on réduirait le fardeau administratif que crée le traitement des demandes soumises par des gens entrés au Canada illégalement, et on aurait davantage de ressources pour traiter les demandes des gens entrés légalement au pays. C'est ce que le rapport explique.
À mon avis, il est très important que la Chambre adopte ce rapport. Le comité devrait probablement aussi le mettre à jour. C'est un autre document que nous pourrions examiner dans le contexte de la crise des passages à la frontière, causée par le gazouillis irresponsable du premier ministre. Le premier ministre n'est pas revenu sur ce qu'il a dit, et il se trouve que ces services en subissent les contrecoups.
Je serais curieuse de connaître le résultat du vote du gouvernement sur l'adoption de ce rapport, car il n'a pas donné suite à bon nombre des recommandations qu'on y trouve. En fait, la situation s'est aggravée depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement actuel.
J'aimerais souligner certains éléments. Il y a un centre d'appels. Lorsqu'une personne a besoin de renseignements au sujet de la résidence permanente, de la citoyenneté ou des nombreux services offerts par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, elle peut apparemment s'adresser à un centre d'appels pour obtenir de l'information.
Voici un renseignement intéressant tiré de l'étude en question:
Le service à la clientèle du télécentre d’IRCC a fait l’objet de nombreuses plaintes. À ce sujet, les responsables du ministère ont précisé que, sur les 4 453 formulaires de rétroaction remplis sur le site Web en 2015, 35 exprimaient une plainte à l’endroit du service reçu du télécentre;
Pour ceux d'entre nous qui s'occupent de nombreux dossiers liés à l'immigration, c'est-à-dire pratiquement tous les députés de la Chambre, nous sommes bien au fait de ce problème, puisque nos employés ont du mal à joindre le centre d'appels en question. Du temps de l'ancien ministre de l'Immigration, John McCallum, le gouvernement avait essayé d'abolir la ligne spécialement réservée au personnel des députés qui demandaient des renseignements au nom de leurs concitoyens. Ce rapport recommande au gouvernement de maintenir cette ligne téléphonique, quelles que soient les circonstances. Il est très important que la Chambre accepte cette recommandation, car il s'agit parfois de la dernière ligne de défense, compte tenu de l'incompétence du gouvernement actuel, pour obtenir de l'information sur un dossier en attente.
Vegreville est situé dans la circonscription de la députée qui a appuyé la motion. Celle-ci a fait un fervent plaidoyer auprès du gouvernement. Le gouvernement a choisi de fermer les portes du centre de traitement des demandes, malgré les conclusions du rapport sur le service à la clientèle et bien que, primo, ce centre affiche l'un des meilleurs rendements au pays; secundo, la sécurité d'emploi n'est pas garantie pour tous les travailleurs, d'après le syndicat; tertio, le moment est bien mal choisi pour s'en prendre à l'Alberta, qui traverse une période difficile. Pour Vegreville, le nombre d'emplois que fait disparaître le gouvernement aura des répercussions semblables à ce qu'entraînerait la perte de 100 000 emplois à Toronto. La collectivité est complètement dévastée mais je crois que le ministre n'a même pas pris la peine de se rendre à Vegreville.
Le rapport contient de nombreuses recommandations en matière de service à la clientèle, auxquelles on n'a pas donné suite. Le gouvernement empire la situation en fermant l'un des centres affichant le meilleur rendement au pays. Certains documents indiquent en outre que cette fermeture entraînera des dépenses additionnelles pour le gouvernement. Pour justifier leur décision, les libéraux ont invoqué l'efficacité et l'efficience mais, en fait, il en coûtera plus cher aux contribuables de procéder ainsi. Moins d'efficacité et des coûts plus élevés — voilà ce qui caractérise la gestion des libéraux.
Il y a un autre aspect dont j'aimerais parler. La dernière fois que j'ai voulu faire adopter des recommandations dans un rapport du comité de la citoyenneté et de l'immigration, il était question des consultants en immigration dont les activités sont essentiellement frauduleuses. Nous savons qu'il existe ce qu'on appelle des consultants fantômes. Ce sont des gens qui offrent leurs services à ceux qui veulent venir au Canada et qui leur font croire qu'ils pourront les faire entrer plus rapidement au pays. Dans le système actuel, il est très difficile de punir de quelque façon les personnes qui s'adonnent à ce genre de pratique.
Les gouvernements libéraux et conservateurs ont apporté des changements à la réglementation qui encadre la consultation en matière d'immigration. Nous savons que nombre de problèmes subsistent à cet égard. Je crois que le comité a produit un rapport unanime qui fournit des recommandations pour remédier à ce genre de problèmes. Cependant, les ministériels, y compris ceux qui avaient appuyé les recommandations au comité, ont voté contre la motion d'adoption à la Chambre, ce qui montre la véritable attitude du gouvernement en matière d'immigration, c'est-à-dire qu'il ne se soucie guère d'améliorer la prestation des services.
Pourquoi suis-je en train de parler des consultants en immigration dans le cadre de l'étude de ce rapport? Puisqu'il est question de la prestation des services, je dirai que, à bien des égards, les gens ne devraient pas avoir à retenir les services d'un consultant en immigration pour effectuer quelques-unes des tâches les plus élémentaires ayant trait à la demande d'admission au Canada. Nous devrions chercher des façons de faciliter et de simplifier le processus pour les personnes qui veulent entrer au pays.
C'est ce que j'ai toujours dit. Lorsque le système d'immigration d'un pays comme le Canada fonctionne bien, le débat porte sur ses mécanismes et sur les moyens de les améliorer. Nous pourrions différer d'opinion en raison de nos orientations politiques, mais nous ne devrions pas être obligés de discuter de l'effondrement total du système causé par l'absence de contrôle de la part du gouvernement, contrairement à ce qui devrait se passer dans un système où la migration se fait de manière ordonnée.
Ce qui me frappe, c'est que, depuis que ce rapport a été rédigé, en mars 2017, nous avons vu près de 40 000 personnes entrer illégalement au pays en provenance des États-Unis d'Amérique, que nous considérons comme un tiers pays sûr pour les demandeurs d'asile. Beaucoup de problèmes de traitement des demandes signalés dans ce rapport ont été exacerbés parce que le gouvernement a refusé de mettre sérieusement en oeuvre les recommandations formulées par le comité. La pression additionnelle qui s'est ensuite exercée sur le système a empiré la situation.
À la Chambre des communes, le gouvernement actuel est bien bon pour prétendre qu'il agit dans un dossier en invoquant l'argent qu'il y consacre. Je suppose que la secrétaire parlementaire s'apprête à nous dire que le gouvernement a dépensé des centaines de millions de dollars. Je suis certaine que le gouvernement est passablement fier de nous dire qu'il a mis en oeuvre un plan plus dispendieux pour gérer les conséquences du gazouillis du premier ministre. Or, le gouvernement ne fait que jeter de l'argent par les fenêtres pendant que la situation s'aggrave. L'étalon de mesure ne devrait pas être la quantité d'argent dépensé par le gouvernement. En fait, je suis d'avis que ce devrait être le contraire. Le gouvernement devrait pouvoir nous démontrer qu'il améliore l'efficacité tout en économisant l'argent des contribuables. Nous devrions pouvoir observer un retour à un système où la migration se passe de manière ordonnée et où il est question, par exemple, des moyens de moderniser les services fournis aux personnes qui veulent entrer légalement au pays. Mais nous n'en sommes pas là.
Voilà où nous en sommes aujourd'hui: le ministre répand des faussetés à la télévision nationale, disant que le Parlement peut présenter un projet de loi permettant en théorie de désigner la totalité de la frontière canadienne comme point d'entrée légitime. Il y aurait moyen de faire en sorte que le projet de loi s'applique seulement à l'Entente sur les tiers pays sûrs. Je pense que c'est probablement le travail du Parlement d'envisager un projet de loi à cet égard. Cependant, le gouvernement refuse de revenir sur le gazouillis malavisé que le premier ministre a publié, essentiellement pour satisfaire son ego. Je me demande également pourquoi le premier ministre n'a pas organisé de séance de photos au camp de réfugiés du chemin Roxham. Peut-être que les occasions de se faire photographier ne sont pas aussi bonnes là qu'à d'autres endroits.
Je ne devrais pas me montrer désinvolte. Nous devons offrir des incitatifs pour que le plus de personnes possible viennent au Canada dans le cadre d'une immigration légale, planifiée et ordonnée qui réponde aux besoins de l'économie en plein essor du Canada et qui respecte les engagements de notre pays en matière d'immigration humanitaire. Le système d'immigration canadien doit favoriser l'intégration plutôt que faire croire aux immigrants que tout leur est dû. Il faut miser sur un bon système, facile à utiliser et qui offre des incitatifs aux personnes qui entrent au Canada par les voies légales. Nous ne devons pas discuter de dépenser des centaines de millions de dollars — voire plus d'un milliard de dollars — pour les demandeurs d'asile déboutés par les tribunaux qui sont entrés sous le gouvernement actuel. En fait, cela fera partie de l'héritage laissé par le premier ministre actuel. Un jour, c'est nous qui assumerons les frais de l'expulsion des gens à qui il a donné de faux espoirs, mais qui n'avaient jamais espéré recevoir l'asile au Canada. Le coût que doivent assumer les contribuables canadiens et le détournement des ressources qui auraient pu servir à la modernisation des services pour ceux qui sont entrés au Canada par des voies légales, voilà des choses dont ni le premier ministre ni quiconque d'autre ne devrait être fier.
Je crois qu'il s'agit d'un bon rapport. J'ai bien quelques réticences sur certains points, mais je crois qu'il contient de bonnes solutions non partisanes. Il serait possible d'améliorer la prestation des services à la clientèle. Le rapport comporte des solutions pratiques. Ce serait fantastique que les fonctionnaires d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté puissent se concentrer sur la mise en oeuvre de ces recommandations plutôt que de devoir chercher à mettre le couvercle sur la marmite dans la crise qui fait rage sur le chemin Roxham. Cela me semble évident.
Je voudrais donc que le gouvernement reconnaisse les points que j'ai présentés aujourd'hui et qu'il appuie l'adoption de ce rapport sur la modernisation de la prestation des services à la clientèle. Nous pourrions changer l'ambiance à la Chambre. Nous pourrions affirmer que nous voulons concentrer nos efforts sur l'immigration planifiée et légale, sur les ressources pour les aides familiaux résidants, sur la réunification des parents et des grands-parents et sur tous les gens pour qui nous accomplissions déjà un excellent travail lorsque nous étions au pouvoir. L'adoption du rapport permettrait d'accomplir tout cela.
View Michelle Rempel Profile
CPC (AB)
View Michelle Rempel Profile
2017-11-30 10:14 [p.15777]
Mr. Speaker, I move that the 11th report of the Standing Committee on Citizenship and Immigration, presented to the House on Friday, June 16, 2017, be concurred in.
Earlier this year, something remarkable happened at the immigration committee. We tabled a unanimous report and for those watching who might not understand what that means, it meant that all parties in attendance agreed to the form and substance of a report that was tabled in the House. To me that is really remarkable. It shows that an in-depth study took place and there was general consensus on the need for change and general consensus on the way that the change should proceed.
The title of the report is “Starting Again: Improving Government Oversight of Immigration Consultants”. By moving this concurrence motion today, what I hope to achieve is that all members in this place will rise and support the content and the recommendations in this report as the Standing Committee on Citizenship and Immigration also had consensus on this. Why is this important? Why are we raising this today? Because it is an issue that affects all members of Parliament in terms of the work that our offices complete. One of the main scopes of work that all of our offices provide in terms of support for our constituents is casework with regard to immigration. One of the things that we all see in our offices is constituents who have had significant impact from the results of bad advice from immigration consultants.
Before I start my speech on this, I want to emphasize something that members of all political parties wanted to convey in the study. There are people who do great work in this regard, but during the study, we heard overwhelming amounts of testimony that the way that this practice is regulated in Canada is not working.
This morning in debate, I want to give colleagues who were not on the immigration and citizenship committee a little background on what the study entailed and what the recommendations were in the hopes that they will support this and, for IRCC officials who are watching this morning, an understanding that my party generally supports the direction of the report. My party hopes that the government moves quickly on it and that colleagues in the government party who are not part of the government will also ask the government to move on the recommendations in the report. I and all other members of the citizenship and immigration committee, subsequent to the tabling of this report and the government's reponse, have had stakeholders talk to us and ask when the government is going to move on this, that there is a lack of clarity right now given that the committee tabled the unanimous report. I hope that by concurring in this report, we can agree with the findings of the committee, at least in general principle, and hopefully what we hear in debate this morning is the government committing to act quickly on implementing some of the recommendations.
In March 2017, the Standing Committee on Citizenship and Immigration commenced a study on immigration consultants. This study lasted from March to June, where the committee heard from 50 witnesses, so there were many witnesses who testified at committee, and received 24 written briefs. The final report of the committee was adopted by the committee on June 14, 2017, so we are already well over the six-month mark here.
The final report of the committee was adopted and presented in the House in the following days. This report entitled, “Starting Again: Improving Government Oversight of Immigration Consultants” was unanimous and did not have a dissenting opinion from the Conservative or NDP members. This final report was an instance of cross-party collaboration in an attempt to find a real solution to negligent, fraudulent, and ghost consultants who are taking advantage of already vulnerable clients.
During our committee meetings, we heard from countless witnesses that while any prospective immigrant or temporary resident may seek the services of immigration and citizenship consultants and paralegals, certain immigrants are at greater risk of exploitation by unscrupulous consultants. In particular, witnesses highlighted the vulnerability of those with “precarious immigration status”, a term encompassing all forms of temporary immigration status, noting that these individuals are more likely to pay thousands of dollars to consultants for false promises of permanent residency. Witnesses drew the committee's attention to abuse and exploitation involving live-in caregivers, international students, and temporary foreign workers.
In her testimony, Maria Esel Panlaqui from the Thorncliffe Neighbourhood Office in Toronto said the following:
[Live-in caregivers]...are easily taken advantage of by some immigration consultants, whether authorized or not authorized. Most often these workers say they can't discern whether consultants are authorized or not.
In some instances, even though they don't trust them entirely, they still end up working with them because they don't know where else to get help. Most of our clients claim that they have been manipulated and intimidated by their immigration consultants.
Another witness gave specific examples of exploitation experienced by international students. He stated that consultants have been known to ask for $15,000 to $20,000 to help international students find employment, remain, and gain permanent residency in Canada.
We also heard from Natalie Drolet of the West Coast Domestic Workers' Association, who drew attention to the vulnerability of temporary foreign workers, or TFWs. According to Ms. Drolet, temporary foreign workers have little choice but to hire third-party employment agents to get connected with an employer in Canada. She stated:
These agents are more often than not working in a dual role as immigration consultants and employment agents. We see immigration consultants typically charging temporary foreign workers anywhere from $4,000 to $16,000 for low-wage jobs in Canada. Recently, an IRCC officer in Vancouver told me that he had a case of a temporary foreign worker who paid $40,000.
Temporary foreign workers are willing to pay these fees because they are counselled by immigration consultants that they would have a pathway to permanent residence in Canada, which is often not the case.
The committee heard of a number of examples of misconduct and fraud, including forging signatures, charging exorbitant fees for some services often not rendered, and misleading clients who lost everything they had when they arrived in Canada. In short, without proper regulation and oversight, unscrupulous consultants can ruin lives.
The first issue is the lack of regulation, but the second is why do so many prospective Canadians feel they need to hire representatives? The fact that many newcomers to Canada feel they have no option but to pay thousands of dollars to access our immigration system should be a major concern. Why is our bureaucracy so complicated that the people it is set up to help cannot navigate it? Why are the majority of immigration applications not digitized? Why is correspondence not written in plain language so that people without a legal background can understand it? Why is it so difficult for people to receive accurate and detailed updates on the status of their immigration applications without the involvement of third parties? Again, these are questions all of us in this place wrestle with as we try to support people who come into our offices with immigration case work. Indeed, these are questions that consecutive governments have wrestled with over the course of decades.
With regard to the governance of immigration consultants and paralegals, there are two types of representatives: paid authorized representatives and unpaid representatives. Authorized paid representatives include lawyers and paralegals who are members in good standing of a Canadian, provincial, or territorial law society. They could also be notaries who are members in good standing of the Chambre des notaires du Québec. Authorized paid representatives could also be citizenship or immigration consultants who are members in good standing with the Immigration Consultants of Canada Regulatory Council, the ICCRC, the current regulatory body. Unpaid representatives can be family members, friends, and other third parties such as church organizations.
Under the former Conservative government, changes were made through Bill C-35, the Cracking Down on Crooked Consultants Act, to designate ICCRC as the new regulator of immigration consultants. These changes were made to ensure the integrity of and confidence in our immigration system and to combat the rise in crooked and ghost consultants who had been taking advantage of newcomers to Canada.
While some positive changes were made, the misuse and abuse of new Canadians has persisted since the designation of ICCRC as the regulatory body. This is one of the reasons why the Conservatives support this report. While we recognize that attempts were made to create a regulatory body for this particular group of service providers, the reality is that there is overwhelming evidence showing that people are still being taken advantage of. This needs to change.
One of the major issues with the regulatory framework has been the issue of shared jurisdiction over fraudulent and ghost consultants. The RCMP and CBSA are both responsible for investigating authorized consultants who engage in fraud, and ghost consultants who operate outside the law governing immigration representatives. However, further resources are needed for these units to adequately address the issue of fraudulent consultants. Additionally, it should be noted that the ICCRC does not have any oversight over unregulated representatives. Instead, its authority lies in investigating misconduct and potential abuses by its members, who are regulated consultants.
I will now turn to the issues with the current governance of immigration consultants. As explained at committee, the ICCRC is a self-governing not-for-profit organization that has an arm's-length relationship with Immigration, Refugees and Citizenship Canada. The issues with the current system include the following: serious gaps in the disciplinary process of the ICCRC for the complaints it receives; lack of stringency in the ICCRC's admissions standards into it as a regulatory body; lack of a clear mechanism to adequately dispute fees; an inadequate governance structure; lack of transparency and accountability in the functioning of this regulatory body; fear on the part of new Canadians to lodge a complaint due to their lack of understanding of our immigration systems and fear of being denied status; the inadequacy of the current regulatory framework in overseeing the actions of regulated consultants; the inadequate pursuit and prosecution of ghost consultants, who are unregulated representatives, for their nefarious activities; and outside factors, including a lack of adequate client services, which contribute to the demand for immigration consultants and paralegals.
To address these problems, our committee unanimously issued 21 recommendations. The common theme in the committee's findings is that more needs to be done to combat fraudulent and ghost consultants. The recommendations are outlined in the report and contain many common-sense initiatives that should allow the government to provide an updated framework that, once and for, would begin to address some of the concerns contained therein.
I could spend the rest of my time going through all of the recommendations, and I might touch on a few of them, but there are a few themes I want to put forward.
One of the things that bothers me, and I am sure bothers my colleagues in the government party also, is the the lack of knowledge of the newcomers to Canada who are trying to access the immigration system. For example, I was in Toronto a few weeks ago and met with a few live-in caregivers. What alarmed me was that they did not understand that they could set up something as basic as a MyCIC account. It is an online account that allows people to look at the status of their immigration applications without having to pay a consultant or lawyer to do that. Oftentimes, people come into our office who simply do not understand how to fill out basic forms.
To me, this report really deals with two dimensions of the problems at hand. The first is that our system does not translate well to people who are trying to use it. There is a usability component that I feel the Department of Citizenship and Immigration, the government, needs to implement. We have been looking at this for years. However, we really need to make a very concerted effort to look at end-users and ensure that the system is easy for them to navigate, while maintaining the integrity and security of our immigration system. The government would be doing its job well if it could show not only the integrity of the processing and security of the immigration system, but also that the people who are trying to access it are not having to pay tens of thousands of dollars, or feel like they have to pay tens of thousands of dollars, to an immigration consultant to do something as basic as fill out a form. That is why some of the recommendations in here talk about service delivery and improving that within the department.
The government would also do very well if it could say what specific steps it is taking to combat these service delivery issues. Oftentimes, when I am at committee, and I am sure government members would share my frustration, we get departmental officials sitting in front of us basically giving the line, “Don't worry, we're on it.” The reality is that ICCRC is one of the most siloed and difficult-to-penetrate bureaucracies in government. I know there are many people doing a lot of good work in the department, but sometimes when listening to the departmental testimony, I feel there is more concern about preserving silos than thinking about new ways of delivering service to ensure that we are protecting the most vulnerable. I do not understand why there is this whole industry to fill out forms. To me, that is a failure of government. A lot of the recommendations in this report deal with that.
The other dimension of the recommendations deals with the fact that some of these consultants are providing what amounts to legal advice. Some of the cases I see in my office, and I hope some of my colleagues will agree with me, are the worst cases, and sometimes, as members of Parliament, there is really nothing we can do because people have been given bad legal advice by someone who is not a lawyer but a consultant. I am looking around the room. How many times have members had people walk into their offices and say that someone told them to lie on their citizenship application and that their application had been rejected because they were told to omit information? This is the sort of thing the report is designed to push the government to correct.
In good faith and to show that I am really trying to make this a non-partisan debate, especially to the government House leader, who I am sure will speak on this at some point, our government did attempt to fix this with the implementation of the regulatory body the ICCRC. However, as immigration critic, after listening to the testimony at committee, I have to say that we need to do more. This is a problem that has plagued Canada's governments of all political stripes, and to me this is a real opportunity for the government not only to show Canadians that it is serious about ensuring the integrity of our immigration system, but also about ensuring the world's most vulnerable, and the people who are trying to access our country, are not taken advantage of.
We heard stories at committee, some of them in camera because people were worried about their identity being leaked, or out of shame. These are people who do not have a lot of resources. They were bilked out of tens of thousands of dollars and basically left stranded in Canada. That should not happen.
The recommendations in the report are a road map to the action that I hope will eventually correct this. The way the immigration system consultants are governed right now is just not working, and needs to change. I really hope all of my colleagues will vote to concur in the report.
One of the reasons we are bringing this up today is the sheer number of reports of ghost consultants or others being prosecuted. I get a media notification at least once every couple of weeks about them. Yesterday, in the Winnipeg Free Press, there was a story about an unlicensed immigration consultant who collected $91,000 while having no licence whatsoever. We know that the number of unreported cases outweigh the ones reported in the media. That is part of the problem right now. The people who feel like they have been scammed really do not have recourse or an effective and transparent system to seek justice. Part of the issue is that we have difficulty as Canadians expressing to people overseas who is and who is not able to provide services.
The other thing I want to note to my colleagues opposite is that I had numerous groups in my office after the report was tabled asking when the government was going to do something about this, and what it was going to do. Law societies, the practice itself, especially the people who are operating in good faith, will need time to adapt to any changes made. I would like to see the government, prior to going into Christmas break, give some sort of indication to law societies, immigration consultants, and certainly to our offices that do a lot of casework, what those changes might be, or if it is in fact going to pursue changes.
I read the government's response to the report. There was some acknowledgement that the content of the report and study was valid, but what the government needs to do is to provide a bit more information about how and when it will implement changes, even if just to provide a little more clarity on how these will roll out, prior to our going into what will essentially be a six to eight-week break from debate in this place.
That is my rationale. I really hope all members will support this. The report was well done. It is an example for Canadians of committees and Parliament doing something that resembles work. At the end of the day, I hope the outcome is better policy for people who are accessing our immigration system.
I also want to congratulate and thank my colleagues. I thank the former chair of the immigration committee, as well as my colleagues of all political stripes for putting forward a really smart report. In the interests of everyone who will be affected by these changes in a very positive way, I sincerely ask my colleagues to support this.
Monsieur le Président, je propose que le onzième rapport du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration, présenté à la Chambre le vendredi 16 juillet 2017, soit adopté.
Plus tôt cette année, quelque chose d'incroyable s'est produit au comité de l'immigration. Nous avons déposé un rapport unanime. Pour les gens qui nous écoutent en ce moment et qui ne savent peut-être pas ce que cela veut dire, tous les partis présents se sont mis d'accord sur la forme et la substance d'un rapport qui a été déposé à la Chambre. Selon moi, c'est tout à fait remarquable. Cela montre qu'une étude en profondeur a eu lieu et qu'il y a eu consensus sur le besoin de changer les choses et sur la façon de le faire.
Ce rapport s'intitule « Nouveau départ: améliorer la surveillance gouvernementale des activités des consultants en immigration ». Je présente cette motion d'adoption aujourd'hui dans l'espoir que tous les députés soutiennent le contenu de ce rapport et les recommandations qui y sont formulées étant donné que les membres du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration sont aussi parvenus à un consensus là-dessus. Pourquoi est-ce une question importante? Pourquoi la soulevons-nous aujourd'hui? Parce qu'elle concerne tous les députés et le travail qu'ils font dans leur bureau de circonscription. Une grande part de notre travail consiste à y aider les habitants de notre circonscription confrontés à des problèmes d'immigration. Nous rencontrons tous les jours dans notre bureau de ces habitants qui, après avoir reçu des conseils malavisés de consultants en immigration, sont empêtrés dans une situation très difficile.
Avant de commencer mon discours, je voudrais insister sur un point que des députés de tous les partis politiques voulaient faire valoir dans l'étude, à savoir qu'il y a des consultants qui font un remarquable travail, mais que la manière dont cette industrie est réglementée au Canada est inadéquate. Nous avons en effet entendu une litanie sans fin de témoignages à ce sujet au cours de l'étude.
Pendant le débat de ce matin, je présenterai un aperçu de l'étude à l'intention de mes collègues qui ne font pas partie du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration, ainsi que des recommandations, dans l'espoir qu'ils les appuient. Mon discours s'adresse également aux agents d'Immigration, Réfugiées et Citoyenneté Canada qui nous regardent ce matin, à qui je tiens à dire que mon parti, le Parti conservateur, appuie en général l'orientation du rapport. Nous espérons que le gouvernement agira rapidement dans ce dossier et que les députés libéraux qui ne font pas partie du Cabinet demanderont à ceux qui en font partie d'appliquer les recommandations du rapport. À la suite de la présentation du rapport à la Chambre et de la réponse du gouvernement , j'ai reçu, à l'instar de tous les autres membres du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration, des questions de la part d'intervenants qui voulaient savoir quand le gouvernement allait donner suite aux recommandations, car actuellement ce n'est pas clair, bien que le comité ait présenté un rapport unanime. J'espère qu'en adoptant le présent rapport, nous pourrons tous accepter les conclusions du Comité — au moins ses principes généraux — et que ce qui ressortira du débat de ce matin, c'est que le gouvernement entend agir rapidement pour mettre en oeuvre certaines des recommandations.
En mars 2017, le Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration a entamé une étude sur les consultants en immigration qui s'est poursuivie jusqu'en juin. Le Comité a entendu un grand nombre de témoins — 50 au total — et reçu 24 mémoires. Il a adopté son rapport final le 14 juin 2017. Le processus dure donc maintenant depuis nettement plus de six mois.
La Chambre a été saisie du rapport dans les jours qui ont suivi. Intitulé « Nouveau départ : Améliorer la surveillance gouvernementale des activités des consultants en immigration », ce rapport a réussi à faire l'unanimité: pas une seule opinion dissidente de la part des conservateurs et des néo-démocrates. Voilà un bel exemple de cas où les partis ont réussi à trouver, ensemble, une solution concrète au problème que constituent les consultants négligents, véreux ou fantômes qui abusent de clients déjà vulnérables.
Pendant les séances du comité, un nombre incalculable de témoins nous ont dit que, même si n'importe qui souhaitant immigrer au Canada ou y obtenir la résidence temporaire peut retenir les services de consultants en immigration et en citoyenneté ou de parajuristes, certains immigrants sont plus susceptibles d'être la proie de consultants sans scrupules. Ils ont notamment insisté sur la vulnérabilité des personnes ayant un « statut d'immigration précaire », une expression qui englobe toutes les formes de statuts temporaires. Or, ces personnes sont plus susceptibles de verser des milliers de dollars à un consultant leur faisant miroiter la résidence permanente. Les témoins ont donné des exemples d'exploitation et d'abus de confiance touchant des aides familiales résidentes, des étudiants étrangers et des travailleurs étrangers temporaires.
Au cours de son témoignage, Maria Esel Panlaqui, du Thorncliffe Neighbourhood Office de Toronto, a dit ce qui suit:
[Les aides familiaux] sont souvent la proie de certains consultants en immigration autorisés ou non. Ils disent souvent ne pas pouvoir déterminer si les consultants sont autorisés ou non.
Dans certains cas, même s'ils ne leur font pas entièrement confiance, ils finissent quand même par travailler avec eux parce qu'ils ne savent pas vers qui d'autre se tourner pour obtenir de l'aide. La plupart de nos clients affirment qu'ils ont été manipulés et intimidés par leur consultant en immigration.
Un autre témoin a donné des exemples précis de l'exploitation des étudiants étrangers. Il a affirmé qu'il est arrivé que des consultants demandent entre 15 000 $ et 20 000 $ pour aider des étudiants à trouver du travail, à demeurer au Canada ou à obtenir la résidence permanente.
Natalie Drolet, de la West Coast Domestic Workers' Association, a aussi attiré l'attention du comité sur la vulnérabilité des travailleurs étrangers temporaires. Selon Mme Drolet, les travailleurs étrangers temporaires sont pratiquement obligés de retenir les services d'agents de placement tiers pour communiquer avec un employeur au Canada. Voici ce qu'elle a dit:
Bien souvent, ces agents assument le double rôle de consultant en immigration et d'agent de placement. Les consultants en immigration facturent bien souvent des honoraires allant de 4 000 $ à 16 000 $ pour trouver des emplois peu rémunérés aux travailleurs étrangers temporaires. Plus récemment, un agent de l'IRCC de Vancouver m'a dit qu'il s'était occupé d'un dossier dans lequel le travailleur étranger temporaire avait versé 40 000 $.
Les travailleurs étrangers temporaires acceptent de payer de tels honoraires parce que ces consultants en immigration leur font croire que cela leur permettra d'obtenir par la suite la résidence permanente au Canada, ce qui n'est souvent pas le cas.
Le comité a été informé de différents exemples de cas de mauvaise conduite et de fraude, notamment la falsification de signatures, la facturation de frais exorbitants pour des services qui n'ont souvent pas été rendus et la fraude de clients qui ont tout perdu en arrivant au Canada. Bref, sans une réglementation et une surveillance adéquates, des consultants sans scrupules continueront de ruiner la vie des gens.
Le principal problème est le manque de réglementation, mais ce n'est pas le seul. Pourquoi tant d'immigrants éventuels au Canada se sentent-ils obligés d'embaucher des représentants? Nous devrions être très inquiets du fait que de nombreux nouveaux arrivants pensent qu'ils n'ont d'autres choix que de payer des milliers de dollars pour avoir accès au système d'immigration canadien. Comment se fait-il que le système devant venir en aide aux gens soit si complexe qu'ils peinent à s'y retrouver? Pourquoi la majorité des demandes d'immigration ne sont-elles pas numérisées? Pourquoi les communications ne sont-elles pas rédigées en langage clair afin que les gens sans formation juridique puissent les comprendre? Pourquoi est-il si difficile pour les gens d'obtenir des renseignements détaillés et exacts sur l'état de leur demande d'immigration sans faire appel à un tiers? Je le répète, nous sommes tous ici aux prises avec ces questions lorsque nous tentons de venir en aide aux gens qui se présentent à nos bureaux pour régler un dossier d'immigration. En fait, depuis des dizaines d'années, les gouvernements successifs sont confrontés à ces questions.
En ce qui concerne le cadre régissant les consultants et les parajuristes en immigration, il existe deux types de représentants: les représentants rémunérés autorisés et les représentants non rémunérés. Les représentants rémunérés autorisés incluent notamment des avocats et des parajuristes qui sont membres en règle d'un barreau provincial ou territorial canadien. Ils peuvent aussi être des notaires qui sont membres en règle de la Chambre des notaires du Québec et des consultants en citoyenneté ou en immigration qui sont membres en règle du Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada, soit l'organisme de réglementation actuel. Les représentants non rémunérés peuvent être des membres de la famille, des amis ou d'autres tiers, comme des organisations religieuses.
Sous le gouvernement conservateur précédent, des modifications ont été appliquées au moyen du projet de loi C-35, la Loi sévissant contre les consultants véreux. Ainsi, le Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada a été reconnu comme le nouveau régulateur des consultants en immigration. Ces modifications visaient à protéger l'intégrité du système d'immigration et la confiance en celui-ci. Elles permettaient également de lutter contre l'essor des consultants véreux et fantômes qui profitaient des nouveaux arrivants au Canada.
Bien que des changements positifs aient été apportés depuis la création du Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada, l'exploitation des nouveaux arrivants se perpétue. C'est en partie pourquoi les conservateurs appuient le rapport. S'il est vrai que des efforts ont été déployés en vue de créer un organe de réglementation pour ces fournisseurs de services, les données montrent irréfutablement que certains d'entre eux continuent de duper leurs clients. Il faut que cela change.
Les enquêtes sur les consultants fraudeurs et sur les consultants fantômes relèvent d'une compétence partagée, ce qui constitue l'un des principaux problèmes du cadre réglementaire. En effet, la GRC et l'Agence des services frontaliers du Canada, l'ASFC, sont toutes deux chargées d'enquêter tant sur les consultants autorisés qui se livrent à la fraude que sur les consultants fantômes qui opèrent en dehors de la loi régissant les représentants en immigration. De plus, les unités concernées ont besoin de plus de ressources pour s'attaquer au problème des consultants véreux. Par ailleurs, le Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada ne dispose d’aucun pouvoir de surveillance sur les représentants non réglementés. Ses pouvoirs résident plutôt dans sa capacité d'enquêter sur les manquements et les abus qu'auraient commis leurs membres, qui sont des consultants réglementés.
Passons maintenant aux problèmes liés au cadre actuel de gouvernance des consultants en immigration. Comme on l'a expliqué au comité, le Conseil est une organisation autonome et sans but lucratif qui a une relation sans lien de dépendance avec Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Parmi les problèmes du système actuel, soulignons les graves lacunes du mécanisme de règlement des plaintes; un manque de rigueur des normes et des conditions d'entrée en pratique; l'absence d'un mécanisme clair et approprié pour contester les honoraires; une structure de gouvernance inefficace; le manque de transparence et de responsabilité par rapport au fonctionnement de l'organisme réglementaire; la peur de déposer une plainte, issue d'une méconnaissance du système d'immigration et la crainte qu'ont les nouveaux arrivants d'être interdits de territoire; le fait que le cadre réglementaire actuel ne permet pas une surveillance adéquate des activités des consultants réglementés; l'insuffisance des poursuites intentées contre les représentants non réglementés que sont les consultants fantômes pour leurs activités répréhensibles; ainsi que des facteurs externes, comme le manque de service à la clientèle, qui alourdit la demande auprès des consultants en immigration et des parajuristes.
Afin de régler ces problèmes, notre comité a émis, à l'unanimité, 21 recommandations. Dans les conclusions du comité, le thème commun est qu'il faut faire davantage pour lutter contre les consultants qui se livrent à la fraude et les consultants fantômes. Les recommandations sont énoncées dans le rapport et contiennent de nombreuses initiatives logiques qui devraient permettre au gouvernement d'offrir un cadre à jour qui répondra à certaines des préoccupations contenues dans le rapport.
Je pourrais consacrer tout mon temps à passer en revue l'ensemble des recommandations — j'en aborderai peut-être quelques-unes —, mais il y a quelques thèmes que je souhaite présenter.
L'un des éléments qui me dérange, et qui dérange probablement aussi mes collègues du parti ministériel, est le manque de connaissances chez les nouveaux arrivants qui essaient d'accéder au système d'immigration. Par exemple, il y a quelques semaines, j'étais à Toronto et j'ai rencontré des aides familiaux résidants. J'ai été frappée de constater qu'ils ignoraient qu'ils pouvaient ouvrir une chose aussi simple qu'un compte MonCIC. C'est un compte en ligne qui permet aux gens de vérifier l'état de leur demande d'immigration sans devoir payer un consultant ou un avocat pour le faire. Souvent, nous recevons au bureau la visite de gens simplement parce qu'ils ne comprennent pas comment remplir des formulaires de base.
À mon avis, ce rapport fait état de deux types de problèmes. Premièrement, le système d'immigration n'est pas facile à comprendre pour les personnes qui souhaitent s'en prévaloir. Le gouvernement, plus précisément le ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration, doit prendre des mesures pour faciliter le recours au système. On réclame une telle amélioration depuis des années. Le gouvernement doit faire un effort concerté pour vraiment tenir compte des utilisateurs et pour s'assurer que le système d'immigration est facile d'accès. Du même coup, il doit en maintenir l'intégrité et la sécurité. Le gouvernement s'acquitterait bien de sa tâche s'il pouvait, d'une part, montrer l'intégrité du traitement des demandes et la sécurité du système d'immigration et, d'autre part, faire en sorte que les candidats à l'immigration n'aient pas à payer des dizaines de milliers de dollars à un consultant qui ne fait que remplir de simples formulaires. Voilà pourquoi certaines recommandations du rapport portent sur la prestation des services et l'amélioration des activités connexes au sein même du ministère.
Le gouvernement aurait également tout avantage à préciser les mesures qu'il prend pour s'attaquer aux problèmes liés à la prestation des services. Souvent, lorsque je participe à une séance du comité — je suis persuadée que les ministériels partagent ma frustration —, les hauts fonctionnaires du ministère répètent essentiellement « Ne vous inquiétez pas, nous avons la situation en mains. » Or, le Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada est l'une des agences bureaucratiques les plus cloisonnées et les plus opaques du gouvernement. De nombreux fonctionnaires du ministère font de l'excellent travail. Cependant, à la lumière des témoignages, on a parfois l'impression que les dirigeants du ministère se préoccupent davantage de maintenir les cloisons plutôt que de chercher de nouvelles façons de fournir les services et d'assurer la protection des plus vulnérables. Je ne comprends pas comment il se fait que toute une industrie s'occupe de remplir des formulaires. En ce qui me concerne, le gouvernement a failli à la tâche à ce chapitre. D'ailleurs, de nombreuses recommandations du rapport portent sur cet aspect de la question.
L'autre volet des recommandations traite du fait que certains consultants fournissent ce qui équivaut à des avis juridiques. Je vois des dossiers à mon bureau qui figurent parmi les pires, et j'espère que certains de mes collègues seront d'accord avec moi. Parfois, un député ne peut vraiment rien faire. Une personne peut avoir été mal conseillée par quelqu'un qui n'est pas un avocat, mais simplement un consultant. Je regarde autour de moi présentement. Combien de fois les députés ont-ils reçu dans leur bureau des gens venus expliquer qu'ils s'étaient fait dire de mentir dans leur demande de citoyenneté et que leur demande avait été rejetée parce qu'on leur avait dit d'omettre de l'information? Le rapport a pour but d'inciter le gouvernement à remédier à ce problème.
En signe de bonne foi et pour montrer que j'essaie vraiment d'éviter toute partisanerie dans le présent débat, en particulier à l'intention de la leader du gouvernement à la Chambre, qui prendra certainement la parole à ce sujet un moment donné, je dirais que le gouvernement formé par mon parti a bel et bien essayé de corriger ce problème en créant le Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada. Toutefois, à titre de porte-parole en matière d'immigration et après avoir eu l'occasion d'entendre les témoignages présentés au comité, je dois dire que nous devons en faire davantage. C'est un problème qui a sévi pendant les mandats de plusieurs gouvernements, formés par divers partis politiques, et l'occasion me semble belle, pour le gouvernement actuel, de montrer aux Canadiens qu'il a sérieusement l'intention d'assurer l'intégrité du système d'immigration de notre pays ainsi que de protéger les personnes qui veulent y vivre, notamment celles qui comptent parmi les plus vulnérables au monde, afin que l'on n'abuse pas d'elles.
Des gens sont venus nous raconter leur histoire lors des réunions du comité, parfois à huis clos parce qu'Ils craignaient que leur identité soit dévoilée ou parce qu'ils avaient honte. Ce sont des gens qui ont peu de ressources. On leur a soutiré des dizaines de milliers de dollars, puis on les a abandonnés à leur sort au Canada. Cela ne devrait pas se produire.
Les recommandations contenues dans le rapport représentent un plan d'action qui permettra, je l'espère, de remédier à la situation. La façon dont les consultants en immigration sont encadrés à l'heure actuelle ne fonctionne tout simplement pas, et cela doit changer. J'espère sincèrement que tous mes collègues se prononceront en faveur de l'adoption du rapport.
L'une des raisons pour lesquelles nous soulevons la question aujourd'hui, c'est le nombre considérable de consultants fantômes ou autres qui font l'objet de poursuites. Je reçois un avis des médias au moins une fois toutes les deux semaines à ce sujet. Hier, on pouvait lire dans le Winnipeg Free Press qu'un consultant en immigration non autorisé avait touché 91 000 $, alors qu'il n'avait aucun permis. Nous savons que le nombre de cas non signalés dépasse le nombre de cas signalés dans les médias. C'est là un élément du problème à l'heure actuelle. Les gens qui croient s'être fait arnaquer n'ont pas vraiment de recours ou n'ont pas accès à un système efficace et transparent leur permettant de demander justice. Un élément du problème, c'est que nous avons de la difficulté à expliquer aux personnes à l'étranger qui, exactement, est en mesure ou pas de leur fournir des services.
Je tiens aussi à souligner à l'intention de mes collègues d'en face que j'ai reçu de nombreux groupes à mon bureau après la présentation du rapport, et ceux-ci m'ont demandé quand le gouvernement ferait quelque chose pour remédier à la situation et quelles mesures seraient prises au juste. Les barreaux, ceux qui exercent le métier, tout particulièrement les gens qui exercent leurs activités de bonne foi, auront besoin de temps pour s'adapter à tout changement apporté. J'aimerais que le gouvernement, avant le congé de Noël, donne certaines indications aux barreaux, aux consultants en immigration et à nos bureaux, qui s'occupent de nombreux dossiers, quant aux changements qui pourraient être apportés, ou même s'il envisage d'apporter des changements.
J'ai lu la réponse du gouvernement au rapport. Il a bien reconnu que le contenu du rapport et les résultats de l'étude étaient valides, mais il doit fournir un peu plus d'information à savoir comment et quand il apportera des changements, même si ce n'est que pour donner quelques précisions, et ce, avant le congé de Noël, qui durera de six à huit semaines.
Voilà mon raisonnement. J'espère vraiment que tous les députés appuieront l'adoption du rapport, qui a été très bien fait. Il s'agit d'un exemple qui montre aux Canadiens que les comités et le Parlement font quelque chose qui ressemble à du travail. En définitive, j'espère que ce rapport permettra l'élaboration de meilleures politiques pour les gens qui ont recours au système d'immigration canadien.
Je tiens aussi à féliciter et à remercier mes collègues. Je remercie l'ancien président du comité de l'immigration ainsi que mes collègues de toutes les allégeances politiques d'avoir présenté un rapport aussi étoffé. Je demande sincèrement à mes collègues d'appuyer l'adoption du rapport dans l'intérêt de tous ceux qui seront touchés très positivement par les changements qui seront apportés.
View Michelle Rempel Profile
CPC (AB)
View Michelle Rempel Profile
2017-11-30 10:36 [p.15780]
Mr. Speaker, I am glad my colleague mentioned the human cost because it is difficult to quantify.
The report recommends looking at issues like how services are financed, the resourcing requirements. One of the recommendations looks at potentially resourcing newcomer service agencies to help provide basic service with respect to filling out forms, so that exploitation does not occur.
It is a rare day in the House of Commons when Conservatives agree that we need to look at perhaps increasing resources on this. We just need to think of the cost of 338 members of Parliament employing someone in their offices just to do immigration case work, or the amount of resources required within ICCRC to look at poor applications, or the cost of the deportation of people who have been given bad advice, and it goes on. A cost is associated with this.
Maybe we are not attracting the best and the brightest through our economic streams because these recommendations are not in place. The government needs to provide a plan on how it will influence some of these recommendations. To my colleague's point, we need to talk about how that affects the human cost of people who try to access our system.
Monsieur le Président, je suis contente que mon collègue ait soulevé la question du coût sur le plan humain, car il s'agit d'un élément difficile à quantifier.
Dans son rapport, le Comité recommande qu'on étudie de plus près des questions comme le financement des services et les besoins en matière de ressources. Une de ses recommandations porte sur la possibilité de fournir des ressources aux organismes de services destinés aux nouveaux arrivants pour les aider à offrir des services de base en ce qui a trait aux formulaires à remplir afin d'éviter les cas d'exploitation.
Les conservateurs conviennent qu'il faudrait peut-être envisager d'accroître les ressources dans ce domaine. C'est une chose qui n'arrive pas tous les jours à la Chambre des communes. Il suffit de penser à ce que cela coûterait si 338 députés devaient employer une personne seulement pour s'occuper des cas d'immigration ou aux ressources que le Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada doit consacrer aux demandes qui n'ont pas été préparées comme il se doit ou, encore, à ce qu'il en coûte d'expulser des personnes qui ont été mal conseillées, et ainsi de suite. Tout cela a un coût.
Il est possible que nous n'attirions pas les éléments les plus brillants dans le cadre de nos volets d'immigration économique en raison des lacunes mises en relief par les recommandations. Le gouvernement doit nous dire ce qu'il entend faire quant à la mise en oeuvre de certaines d'entre elles. Pour en revenir au point soulevé par mon collègue, il faut parler du coût humain dans ce dossier.
View Michelle Rempel Profile
CPC (AB)
View Michelle Rempel Profile
2017-11-30 10:39 [p.15780]
Mr. Speaker, that is a great Canadian question. When we think about other immigration debates happening in other parliaments around the world, the debate is “if” not “how”. The fact that we are talking about how and not if is a very positive Canadian issue.
My colleague makes a very good point. If we get the “how” wrong, we lose the social licence to operate the immigration system and some of the world's most vulnerable often end up falling through the cracks.
I agree with his assertion that we cannot look at how we deliver immigration as a static thing. Circumstances change and the government needs to be on top of that. Again, I really do not want this to be an indictment of the government today. There is time for that. For example, when the government said that it would bring in 25,000 Syrian refugees, that had resource implications on other functions of the IRCC.
Going forward, it is how people may access resources like their MyCIC account. I spoke about digitization of some of the application process, better, more effective, and transparent information directly from the government, for someone trying to access the system. Those are non-partisan process issues. The debate on immigration in Canada is about process, how we ensure the integrity of the system and protect people.
This report is a good attempt at getting the “how” right. I hope all colleagues will support it.
Monsieur le Président, voilà une question on ne peut plus pertinente pour le Canada. Dans les Parlements d’autres pays, le débat porte sur l’existence même de l’immigration et non sur les modalités d’accueil. Le fait que nous discutions des secondes est extrêmement positif.
Mon collègue a tout à fait raison. Si nous ne trouvons pas les bonnes modalités d’accueil des immigrants, nous perdons la légitimité sociale nécessaire au fonctionnement du système d'immigration, et les plus vulnérables sont laissés pour compte.
Je conviens que nous ne pouvons pas considérer comme statiques les modes de prestation des services. Les circonstances changent et le gouvernement doit maîtriser la situation. Encore une fois, je n’ai pas l’intention d’accuser le gouvernement actuel. Toutefois, lorsque le gouvernement a annoncé qu’il accueillerait 25 000 réfugiés syriens, cela a eu des répercussions sur les ressources et le fonctionnement d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.
À l'avenir, c'est ainsi que les gens pourront accéder à des ressources comme leur compte MonCIC. J'ai parlé de la numérisation partielle du processus de demande afin que les gens qui essaient d'accéder au système puissent obtenir des renseignements plus efficaces et transparents et de meilleure qualité directement du gouvernement. Il s'agit de questions non partisanes liées au processus. Le débat sur l'immigration au Canada concerne le processus, c'est-à-dire la méthode par laquelle nous protégeons l'intégrité du système et les gens.
Le rapport représente une bonne tentative pour établir cette méthode judicieuse. J'espère que tous mes collègues l'appuieront.
View Bob Saroya Profile
CPC (ON)
View Bob Saroya Profile
2017-11-30 12:08 [p.15791]
Madam Speaker, I will be splitting my time with the member from Calgary Shepard.
I rise to speak to an issue that, unfortunately, I have heard come up time and again in the Standing Committee on Citizenship and Immigration. It is an issue that I personally have seen happen far too many times. I have seen people misled and taken advantage of.
I am thankful to have the opportunity to speak in this place today on behalf of my colleagues' concurrence motion.
The issue I am speaking about desperately needs to be addressed; that is, the effects of immigration consultants on immigrants coming to Canada. I have provided advice and possible remedies to many friends, family members, and constituents of mine, who had gotten wrong advice or been taken advantage of by phony immigration consultants. Moving to Canada is not an easy feat. I can attest to that.
Those who decide to come to our great country often leave everything behind in hopes for a better life and more opportunity. Yet for many, their first contact with Canada is not one we can be proud of, as many are exploited financially before they even arrive. I have heard horror stories.
The government should work to protect our immigrants from the damage that fraudulent or ghost consultants have on them. Rather than lip service, there need to be real regulations in place to ensure that immigration consultants are authorized and that people are protected.
We can all agree as Canadians that we hold ourselves to the highest standards when it comes to the quality of care our citizens and immigrants receive. However, there is a clear disconnect between what we want for Canadians and what is actually happening in our immigration system. I am pleased to speak to the concurrence motion presented by my colleague and bring light to the issues that our immigration system is plagued with and the Liberal government is continuing to dismiss.
Earlier this year, in March, the Standing Committee on Citizenship and Immigration began its study on immigration consultants. The motion to study this issue was adopted by the committee on Tuesday, October 4, 2016. This study lasted from March until June. Our committee heard from 50 witnesses and received 24 written briefs. The common theme held by a broad range of people was that more needs to be done to combat fraudulent and ghost consultants.
The final report was adopted by the committee on June 14, 2017, and was presented to the House in the following days. This report, titled “Starting Again: Improving Government Oversight of Immigration Consultants”, was unanimous, a report of cross-party collaboration in an attempt to find a real solution to negligent, fraudulent, and ghost consultants who are taking advantage of their already vulnerable clients. However, today we still do not see any meaningful action being taken by this government.
I heard a witness at committee on May 1, 2017, who stated that:
On April 23, 2015, I submitted a complaint to the Canada Border Services Agency in Toronto about a ghost agent that accepted several thousand dollars from an Australian citizen. The ghost agent informed the Australian that the case would be signed off on by a lawyer in Toronto.
However, the lawyer had never heard of the Australian citizen. Evidence of this violation was sent to the CBSA via email on more than one occasion. However, there was no action taken by the CBSA. The Australian was never contacted by the CBSA. The witness said, “It seems as if the CBSA has ignored the complaint.”
Both the RCMP and the CBSA share responsibility for investigating authorized consultants who engage in fraud, and ghost consultants who operate outside the law governing immigration representatives. However, it is clear that further resources are needed for these units to sufficiently address the issue of fraudulent consultants. The ICCRC does not have any oversight over unregulated representatives. Instead, its authority lies with investigating misconduct and potential abuses by its members, who are the regulated consultants.
Why is the government allowing for the exploitation of vulnerable people, people who want to come to Canada to help make Canada better and to make a better life for themselves? Immigrants who look to Canada as a beacon of opportunity, who choose Canada to be their new home, do not have time to wait for the government to decide how it plans to combat this serious issue.
At committee, my colleagues and I heard a great deal of testimony on the damage that fraudulent and ghost consultants have done to new Canadians. While these bad actors are not representative of the industry as a whole, the committee heard of many possible changes that could be made to ensure better protection for newcomers. I heard testimony from various lawyers who said that section 91 of the IRPA needed to be amended to prohibit immigration consultants from providing advice or representation, because they are not held to the same ethical standards as lawyers, and that there are serious gaps in the disciplinary process of the ICCRC with the complaints it receives, and people are at risk.
The immigration lawyers shared their recommendations with the Standing Committee on Citizenship and Immigration. They said that the IRCC should launch an aggressive public education campaign detailing who may provide immigration advice and representation. This should include website-based links to provincial law society referral services and simple explanatory language on forms. A number of immigration lawyers recommended that section 91 of the IRPA be amended to allow individuals in non-governmental and community-based clinics to dispense immigration advice if supervised by a lawyer. Further testimony suggested that the most significant recommendation was for the government to create an independent body empowered to regulate and govern this profession. Ultimately, this would be a government-regulated body that would replace the current designation of the ICCRC as the industry's designated regulator.
We heard expert testimony, yet the advice is still not being acted upon. Instead, people continue to be taken advantage of.
The government has recently released its response to the report tabled by the Standing Committee on Citizenship and Immigration on this topic. However, the response was unsatisfactory at best. The Liberal government's response states that, “The Government expects to be able to provide more information on the way forward next year.” This needs attention now. The current regulatory framework is inadequate at overseeing the actions of regulated consultants. This must be addressed. The ghost consultants, the unregulated representatives, are not being adequately pursued and prosecuted for their despicable actions. The government must do more to combat this. There are external factors, including a lack of adequate client services. We need to do more on this issue.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec le député de Calgary Shepard.
J'interviens aujourd'hui au sujet d'un problème qui a malheureusement été mentionné à d'innombrables reprises au Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration. J'ai moi-même vu trop de cas de ce genre, trop de gens qui avaient été bernés et floués.
Je suis heureux de participer au débat sur la motion d'adoption présentée par mes collègues.
Faire appel à un consultant en immigration a parfois des retombées négatives pour les gens qui immigrent au Canada. C'est un problème qu'il faut absolument régler. Il m'est souvent arrivé de proposer des conseils ou des recours à des amis, à des membres de ma famille et à des personnes de ma circonscription que des consultants en immigration véreux avaient mal conseillés ou arnaqués. Il n'est pas simple de s'établir au Canada. Je peux en témoigner.
Souvent, ceux qui choisissent de venir s'établir dans notre merveilleux pays laissent tout derrière eux dans l'espoir d'une vie meilleure, qui leur offrira plus de possibilités. Leur premier contact avec le Canada ne fait pas nécessairement honneur à notre pays, toutefois, puisque beaucoup sont victimes d'exploitation financière avant même leur arrivée. J'ai entendu des histoires horribles.
Le gouvernement devrait chercher à protéger les immigrants des préjudices que leur causent les consultants véreux ou fantômes. Au lieu de se payer de mots, on doit se doter d'une réglementation efficace pour encadrer les consultants en immigration et protéger leurs clients.
En tant que Canadiens, nous convenons tous que nous nous devons d’appliquer les normes les plus élevées qui soient en ce qui concerne les services offerts aux citoyens et aux immigrants. Toutefois, il y a un net écart entre ce que nous voulons pour les Canadiens et la situation réelle au sein du système d’immigration. Je suis heureux de m'exprimer sur la motion d’adoption présentée par ma collègue et de faire la lumière sur les plaies qui affligent le régime d’immigration et que continue d’ignorer le gouvernement libéral.
En mars dernier, le Comité permanent de la citoyenneté et de l’immigration a amorcé son étude sur les consultants en immigration. Il avait adopté la motion à cet effet le 4 octobre 2016. L’étude s’est déroulée de mars à juin. Le Comité a entendu 50 témoins et il a reçu 24 mémoires, et un thème en est constamment ressorti: il faut en faire plus pour lutter contre les consultants véreux et fantômes.
Le rapport final a été adopté par le Comité le 14 juin 2017 et il a été présenté à la Chambre dans les jours qui ont suivi. Intitulé « Nouveau départ : Améliorer la surveillance gouvernementale des activités des consultants en immigration », il a fait l'unanimité. Les partis ont collaboré afin de trouver une solution constructive au problème que constituent les consultants négligents, véreux ou fantômes qui exploitent leurs clients, déjà vulnérables. Or, le gouvernement n'a toujours pas pris de mesures concrètes à cet égard.
Voici ce qu'a dit un témoin au comité le 1er mai 2017:
Le 23 avril 2015, j'ai présenté une plainte à l'Agence des services frontaliers du Canada à Toronto au sujet d'un consultant fantôme qui avait accepté plusieurs milliers de dollars d'un citoyen australien. Ce consultant fantôme a dit à l'Australien qu'une avocate de Toronto s'occuperait de son cas.
Cependant, l'avocate n'avait jamais entendu parler de ce citoyen australien. Des preuves de l'infraction ont été envoyées par courriel à l'Agence des services frontaliers du Canada, à plusieurs reprises. Or, l'Agence n'a rien fait. Elle jamais communiqué avec l'Australien. Le témoin a affirmé qu'« [i]l semble que l'[Agence] n'ait pas tenu compte de la plainte ».
La GRC et l'Agence des services frontaliers sont toutes deux chargées d'enquêter tant sur les consultants autorisés qui se livrent à la fraude que sur les consultants fantômes qui opèrent en dehors de la loi régissant les représentants en immigration. Toutefois, il est clair que les unités concernées ont besoin de plus de ressources pour s'attaquer au problème des consultants véreux. Par ailleurs, le Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada ne dispose d’aucun pouvoir de surveillance sur les représentants non réglementés. Ses pouvoirs résident plutôt dans sa capacité d'enquêter sur les manquements et les abus qu'auraient éventuellement commis ses membres, c'est-à-dire les consultants réglementés.
Pourquoi le gouvernement tolère-t-il l'exploitation de personnes vulnérables qui veulent venir au Canada pour en faire un meilleur pays et améliorer leur sort? Les immigrants qui considèrent le Canada comme une terre de possibilités, qui l'ont choisi comme nouvelle patrie, n'ont pas le temps d'attendre que le gouvernement décide comment il prévoit s'attaquer à ce grave problème.
Au Comité, mes collègues et moi avons entendu un grand nombre de témoignages sur les préjudices causés par les consultants fraudeurs et fantômes aux nouveaux arrivants. Bien que ces mauvais acteurs ne soient pas représentatifs de l'industrie dans son ensemble, de nombreux changements ont été proposés au Comité pour veiller à ce que les nouveaux arrivants soient mieux protégés. J'ai entendu les témoignages de divers avocats qui ont dit que l'article 91 de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés devait être modifié afin d'interdire aux consultants en immigration de fournir des conseils ou des services de représentation, car ils ne sont pas tenus aux mêmes normes d'éthique que les avocats. De plus, le processus disciplinaire du Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada comporte des lacunes importantes à l'égard des plaintes qui sont déposées. Cela met des gens en danger.
Des avocats spécialisés en immigration ont fait des recommandations au Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration. Ils sont d'avis que le ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration devrait lancer une campagne de sensibilisation publique de grande envergure pour expliquer qui sont les personnes autorisées à fournir des conseils et des services de représentation en matière d'immigration. Il devrait également ajouter à son site Web des liens vers les services d'orientation du barreau des différentes provinces et employer un langage clair et simple dans ses formulaires. Un certain nombre d'avocats en immigration ont recommandé que l’article 91 de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés soit modifié pour permettre aux membres d’organismes communautaires et non gouvernementaux d’offrir des conseils en matière d’immigration, dans la mesure où ils sont supervisés par un avocat. D'autres témoignages ont laissé entendre que la recommandation la plus importante était que le gouvernement crée un organisme indépendant habilité à réglementer et à régir la profession. En définitive, ce serait un organisme encadré par le gouvernement qui remplacerait le Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada en tant qu'organisme de réglementation de l'industrie.
Nous avons entendu les témoignages d'experts. Or, aucune mesure n'a encore été prise pour donner suite à leurs conseils. Au contraire, les gens continuent de se faire avoir.
Le gouvernement a récemment publié sa réponse au rapport du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration sur la question. Cependant, le moins qu'on puisse dire, c'est que cette réponse est insatisfaisante. On peut notamment y lire que le « gouvernement s’attend à être en mesure de fournir de plus amples renseignements sur la voie à suivre l’année prochaine ». Il faut s'attaquer à cette question dès maintenant. Le cadre réglementaire actuel est inadéquat pour assurer la surveillance des activités des consultants réglementés en immigration. Il faut se pencher sur le problème. Le gouvernement n'intente pas de poursuites en bonne et due forme contre les consultants fantômes, les représentants non réglementés, qui commettent des actes répréhensibles. Il doit faire davantage pour lutter contre les abus. Certains facteurs externes entrent en jeu, notamment la piètre qualité des services à la clientèle. Il faut faire davantage pour remédier au problème.
View Larry Maguire Profile
CPC (MB)
View Larry Maguire Profile
2017-11-30 12:39 [p.15795]
Madam Speaker, I wish to share my time with my colleague, the member for Calgary Forest Lawn.
I may be a new member of the Standing Committee on Citizenship and Immigration who was not directly involved in drafting the report and recommendations in its study, “Starting Again: Improving Government Oversight of Immigration Consultants”, but the report is relevant to all 338 members of Parliament due to the nature of its contents.
Before I begin, I want to personally thank the member for Calgary Nose Hill for her tremendous leadership as the Conservative caucus's shadow minister for immigration. She has been tenacious in holding the government to account, while also providing meaningful alternatives in everything the immigration committee does. For that, I congratulate her and am honoured to call her a colleague, as I am with regard to both of the previous speakers, my colleagues from Markham—Unionville and Calgary Shepard.
Before I got into politics at the provincial level in 1999 and then at federal level in 2013, I never expected the amount of immigration cases my office deals with daily. We heard the same from my colleague across the way from Winnipeg North. Even in western Manitoba, not traditionally known as the destination of many new Canadians, there has been a tremendous influx of immigrants who have decided to call west Manitoba their home. I would be willing to suggest that close to 50% of the people who call and visit my constituency office are seeking assistance with the immigration process. I suspect I am not alone in seeing this immigration caseload.
The mere fact that 50% of my constituency office's work deals with immigration is perhaps a sign that we need to improve the service delivery of Immigration, Refugees and Citizenship Canada. While that is a debate for another day, I am pleased that we are having a discussion today on the committee's report regarding immigration consultants.
Individuals seek out the assistance of immigration consultants because the process is complicated, the wait times can be atrocious, and in many respects people are looking for guidance on the myriad forms they are expected to fill out. It is unfortunate that there are those in Canada who prey on vulnerable immigrants.
There is plenty of evidence to suggest that this problem is not getting any better. Just this week in the news, a Winnipeg man was charged with illegally acting as a certified immigration consultant, which he most certainly was not. This is not the first time the CBSA has charged someone in Winnipeg with acting as an unlicensed immigration consultant. Just last year, an individual was charged for illegally supplying immigrant workers to restaurants, who were then coerced into giving back part of their paycheques to their employers. If this were not bad enough, another individual was charged for scamming more than 80 people into paying him thousands of dollars.
It must be said, this committee's report was unanimous in its findings. In support, I certainly have other anecdotes from my own constituency that I could offer through my office from the files that we have deal with. That is why it is so important that we deal with these unanimous findings. It is very rare to have unanimous findings from parliamentary committees. It speaks volumes to the importance of getting the necessary recommendations moving.
The reason we are having this debate today is that the government's response to the committee's report was an injustice to the 50 witnesses and dozens of hours put in by committee members and staff to provide the 21 recommendations to the government.
This report shines a beacon on the actions of unscrupulous immigration consultants. If we, for one moment, could put ourselves in the shoes of a temporary foreign worker who has been scammed by a crooked immigration consultant, we could get a better understanding of why the recommendations in this report are vital to cleaning up the industry.
Temporary foreign workers are vulnerable to begin with. They are far from home, come to Canada to work in a job that probably is not that glamorous, and then are taken advantage of because they have nowhere else to turn. The problem with immigration consultants is that while many follow the proper procedures of getting licensed and do provide meaningful assistance, there is very little one can do to stop others from printing business cards and portraying themselves as fully licensed consultants. That is why this report is so important.
I want to briefly go through some of the recommendations. The first is that the Government of Canada create an independent public interest body empowered to regulate and govern the profession of immigration consultants. The reason this recommendation is so critical is that previously, the tasks associated with governing consultants was given to an body outside of the government. While l am not one to suggest that the government needs to control every aspect of society, it is quite apparent that what we are currently doing is not working.
The Immigration Consultants of Canada Regulatory Council stated at committee that it receives over 300 complaints a year. The acting president of the regulatory council said that since it became the regulator six years ago, it has received over 1,710 complaints filed against consultants. Between 2010 and 2015, the active number of consultants in Canada has more than doubled. To put this into context, that is a significant number of complaints considering there are only 3,600 licensed consultants.
If we could just step back for a moment, we know that the number of complaints is probably far higher, as many immigrants are afraid of the repercussions that may arise from making a formal complaint.
The reason we should create a new independent public interest body is to maintain high ethical standards, preserve the integrity of the system, and protect applicants from exploitation and outrageous fees. The other thing an independent public interest body could do would be to set training, education, and experience standards before anyone could become an immigration consultant. The new regulatory body should also be empowered to investigate and deal with complaints in a timely manner. For these purposes, the new regulatory body should be provided with investigative and disciplinary powers similar to those exercised by Canadian provincial and territorial law societies.
The other important aspect of the report is that not only would a new body be created, but there would also be a regular review by the House of Commons to ensure that it is meeting its objectives. There should be a mechanism that would allow individuals who have been abused by unscrupulous immigration consultants to file a complaint without fear of it jeopardizing their application process or the status of their applications. Furthermore, it is important that organizations that provide the most basic of immigration services be allowed to assist applicants without fear of sanctions. In this regard, I know firsthand the amazing work that Westman Immigrant Services does in Brandon, as it fill gaps and eases the transition of newcomers adjusting to life in Canada.
Immigration, Refugees and Citizenship Canada should start working with organizations that provide immigration services to educate applicants about the new regulatory body to determine if a prospective immigration consultant is in fact legitimate. The era of back-lane immigration services and shady practices must come to an end.
In Canada we must demand more than what has been happening and think of the larger consequences for those who have been negatively impacted, and also for our reputation abroad. If we must increase fines and sentences for offences carried out by crooked immigrant consultants, then let us do it. Let us work with the RCMP and provincial and municipal law agencies to find new ways to deter these individuals from ever thinking of working outside the law again. I acknowledge that not everyone in the immigration consultant business is taking advantage of others, but for far too long we have turned a blind eye to this epidemic of deception.
The committee is a great example of co-operation across party lines in putting forward a great list of recommendations, and the government should adhere to its advice. The Minister of Immigration, Refugees and Citizenship has done a great disservice by signing off on it with the most boilerplate response humanly possible, one that was clearly drafted by his officials. There was little evidence that the government and, in particular, the minister took any serious consideration of the report. Indeed, the government refused to take a stance on any of the recommendations.
In closing, I would like to say that we should not allow the report's 21 recommendations to collect dust in the minister's filing cabinet. For one moment, if we could put ourselves in a newcomers' position, think of what it must feel like to be taken advantage of, to be cheated and to be lied to and then to find out that one is being sent away through no fault of one's own, I believe we would all agree that the time is now to move forward and implement the committee's recommendations.
Madame la Présidente, j’aimerais partager mon temps de parole avec mon collègue de Calgary Forest Lawn.
Certes, je débute au Comité permanent de la citoyenneté et de l’immigration et je n’ai pas participé directement à l’élaboration du rapport intitulé « Nouveau départ: améliorer la surveillance gouvernementale des activités des consultants en immigration » et des recommandations de l’étude, mais je pense qu’en raison des enjeux qu’ils soulèvent, ils concernent les 338 députés que nous sommes.
Avant de commencer, je tiens à remercier la députée de Calgary Nose Hill pour l’extraordinaire leadership dont elle fait preuve en tant que ministre du cabinet fantôme conservateur pour l'immigration. Elle se montre tenace en demandant des comptes au gouvernement, mais elle fournit aussi des solutions de rechange utiles pour tous les enjeux sur lesquels le Comité se penche. Je l’en félicite et j’ai l’honneur de la compter parmi mes collègues, ainsi d’ailleurs que les deux derniers intervenants représentant les circonscriptions de Markham—Unionville et de Calgary Shepard.
Avant d’entrer en politique au niveau provincial en 1999, puis au niveau fédéral en 2013, je ne me serais jamais imaginé la quantité d’affaires d’immigration que mon bureau doit traiter quotidiennement. Mon collègue d’en face, qui représente la circonscription de Winnipeg-Nord, dit la même chose. Par ailleurs, même l’Ouest du Manitoba, qui n’est pas traditionnellement une région d’accueil des néo-Canadiens, a connu un afflux extraordinaire d’immigrants qui ont décidé de s’y installer. Je dirais que près de 50 % des gens qui s’adressent à mon bureau ont un problème d’immigration à régler et je pense que je ne suis pas le seul dans cette situation.
Le seul fait que 50 % de mon travail au bureau de circonscription portent sur des affaires d’immigration est peut-être le signe qu’il y a lieu d’améliorer les services offerts par le ministère de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté. Je me réjouis donc que nous tenions aujourd’hui un débat sur le rapport du Comité qui porte sur les consultants en immigration.
Les gens ont recours à ces consultants à cause de la complexité des processus, des délais épouvantables et des innombrables formulaires à remplir. Il est regrettable qu’au Canada des gens s’en prennent à ces immigrants vulnérables.
Une foule de données indiquent que le problème ne s'améliore pas. Cette semaine encore, les médias ont rapporté qu'on a accusé un homme de Winnipeg de s'être fait passé illégalement pour un consultant en immigration autorisé, ce qu'il n'était absolument pas. Ce n'est pas la première fois que l'Agence des services frontaliers du Canada accuse quelqu'un de Winnipeg d'avoir prétendu être consultant en immigration autorisé. L'an dernier, on a accusé une personne d'avoir fourni illégalement des travailleurs à des restaurants, et ces travailleurs ont ensuite été forcés de redonner une partie de leur salaire à leur employeur. Comme si cela ne suffisait pas, on a accusé quelqu'un d'autre d'avoir escroqué plus de 80 personnes pour qu'elles lui donnent des milliers de dollars.
Il faut souligner que les conclusions du rapport du Comité sont unanimes. Il va sans dire que je pourrais raconter bien d'autres situations semblables qui se sont produites dans ma propre circonscription et que mon bureau a dû traiter. Voilà pourquoi il est si important que nous tenions compte de ces conclusions unanimes. Il est très rare que les comités parlementaires en arrivent à des conclusions unanimes, ce qui en dit long sur l'importance de mettre en oeuvre les recommandations nécessaires.
Si nous tenons ce débat aujourd'hui, c'est parce que la réponse du gouvernement au rapport du Comité ne rend pas justice au 50 témoins et aux dizaines d'heures que les membres et le personnel du Comité ont consacrées à la formulation des 21 recommandations destinées au gouvernement.
Ce rapport braque les projecteurs sur les actions des consultants en immigration sans scrupules. Si, pour un instant, nous pouvions nous mettre à la place d'un travailleur étranger temporaire qui s'est fait escroquer par un consultant en immigration véreux, nous comprendrions mieux pourquoi les recommandations du rapport sont cruciales pour assainir l'industrie.
Les travailleurs étrangers temporaires sont vulnérables d'entrée de jeu. Ils sont loin de chez eux et viennent au Canada pour occuper un emploi qui n'est probablement pas très prestigieux, et on abuse d'eux parce qu'ils n'ont aucun autre recours. Le problème avec les consultants en immigration, c'est que, même s'ils sont nombreux à suivre les procédures appropriées pour obtenir leur autorisation et à fournir une aide substantielle, il n'y a pas grand-chose que l'on puisse faire pour empêcher quelqu'un d'imprimer des cartes professionnelles et de se faire passer pour un consultant autorisé à part entière. Voilà pourquoi ce rapport est si important.
Je veux aborder brièvement certaines des recommandations. La première est que le gouvernement du Canada crée un organisme public indépendant chargé de réglementer et de diriger la profession des consultants en immigration. Cette recommandation est essentielle, car avant, tout ce qui régit les consultants appartenait à un organisme non gouvernemental. Même si je ne suis pas du genre à suggérer que le gouvernement contrôle chaque aspect de la société, il est assez manifeste que l'approche actuelle ne fonctionne pas.
Devant le Comité, le Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada a déclaré qu'il reçoit quelque 300 plaintes par année. Son président suppléant a indiqué que depuis que le Conseil est devenu l'organisme de réglementation, il y a six ans, il a reçu 1 710 plaintes déposées contre des consultants. Entre 2010 et 2015, le nombre de consultants actifs a plus que doublé. Pour nous mettre en contexte, c'est un nombre considérable de plaintes puisqu'il n'y a que 3 600 consultants autorisés.
Je vais revenir en arrière un instant. Nous savons que le nombre de plaintes pourrait être beaucoup plus élevé, étant donné que de nombreux immigrants craignent les conséquences qu'ils peuvent subir s'ils présentent une plainte officielle.
Nous devons créer un nouvel organisme public indépendant parce qu’il faut appliquer des normes éthiques élevées, préserver l’intégrité du système, et empêcher que les demandeurs se fassent exploiter et imposer des commissions scandaleuses. Cet organisme devrait imposer des normes de formation, d’éducation et d’expérience à tous ceux qui veulent devenir des consultants en immigration. Le nouvel organisme devrait également être habilité à faire enquête dès que des plaintes lui sont soumises. Il devrait donc disposer de pouvoirs d’enquête et de discipline semblables à ceux qu’exercent les barreaux des provinces et des territoires.
Le rapport propose non seulement la création d’un nouvel organisme, mais aussi une supervision régulière par la Chambre des communes, qui devra s’assurer qu’il atteint ses objectifs. Il faut qu’un mécanisme permette aux individus qui ont été floués par des consultants en immigration véreux de déposer une plainte sans craindre que cela ne compromette le traitement ou le statut de leur demande. De plus, il importe que les organisations qui fournissent les services d’immigration les plus basiques soient autorisées à aider les demandeurs sans avoir à redouter des sanctions. À cet égard, je suis bien placé pour dire que Westman Immigrant Services fait un travail extraordinaire à Brandon, en facilitant l’intégration des nouveaux arrivants dans la société canadienne.
Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada devrait travailler avec les organisations qui fournissent des services d’immigration, afin qu’elles informent les demandeurs de l’existence de ce nouvel organisme de réglementation pour que ces derniers puissent vérifier la légitimité d’un consultant en immigration. Il faut en finir avec les services d’immigration parallèles et les pratiques douteuses.
Au Canada, nous devons faire plus et penser à toutes les répercussions négatives que cela a pu avoir sur certaines personnes, sans parler de notre réputation à l’étranger. S’il faut augmenter les amendes et les peines infligées à des consultants en immigration véreux, n’hésitons pas à le faire. Essayons aussi de travailler avec la GRC et les organismes d’exécution de la loi provinciaux et municipaux pour trouver des moyens d’empêcher ces individus ne serait-ce que de songer à enfreindre la loi à nouveau. Je sais que les consultants en immigration ne sont pas tous des escrocs, mais nous avons trop longtemps fermé les yeux sur cette fraude endémique.
Le comité est un superbe exemple de collaboration entre les partis, et il a réussi à présenter une liste de recommandations que le gouvernement devrait mettre en œuvre. Le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté n’a vraiment pas été à la hauteur quand il a donné cette réponse archi-recyclée, que lui avait manifestement préparée ses collaborateurs. C’est à se demander si le gouvernement, et le ministre en particulier, ont vraiment pris connaissance du rapport, puisqu’ils refusent de prendre position sur l’une ou l’autre de ses recommandations.
En terminant, j'insiste sur le fait qu'il ne faudrait surtout pas que le rapport et ses 21 recommandations prennent la poussière dans le classeur du ministre. Prenons un instant pour nous mettre dans la peau d'un nouvel arrivant et imaginons-nous ce que cela fait d'être abusé et trompé, et d'ensuite apprendre que l'on sera expulsé alors que l'on n'a rien fait de mal. Prenons ce moment, et nous comprendrons que le moment est venu d'agir et de mettre en oeuvre les recommandations du comité.
Results: 1 - 7 of 7

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data