Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2019-06-11 17:50 [p.28946]
Mr. Speaker, as this session comes to a close, I cannot think of a better way to end my first term as the member of Parliament for Yorkton—Melville than to rise and speak to our veterans community on issues that so deeply impact veterans' quality of life following service and their sense of being valued and appreciated by Canadians.
I am humbled and grateful that I have had the privilege of serving as deputy shadow minister of Veterans Affairs and also on the Standing Committee on Veterans Affairs for these four years.
In that time, individual veterans and veterans organizations have reached out to me through committee, social media groups, emails and face-to-face meetings at round tables and town halls as I travelled across Canada and then over to France to celebrate Canada's Hundred Days. The time I spent with the veterans who travelled with us was very precious. They have also reached out to me by getting together informally at restaurants and in homes.
What I have appreciated more than anything is how patient veterans have been with me while reminiscing, documenting experiences and providing their perspectives on how things could be done so much better than they are.
I am sure members can appreciate that veterans do not tend to sugar-coat the issues. They are pretty direct. They speak very frankly and passionately. I am not surprised or, quite honestly, offended by the intensity they sometimes express. After all, they have been trained to be intense, to fight against injustice and to fight for us.
Long overdue is the government's recognition of duty of care implied in the promise that whatever happens when enlisting, the government will take care of veterans and their families. The recommendations on transition, mental health, homelessness, medicinal cannabis, abuse of mefloquine as an anti-malarial drug and financial support for the treatment of physical and mental repercussions of war, just to name a few, are reasonable and achievable.
Motion No. 255 provides the opportunity for the Government of Canada to respond to veterans' recommendations on the need and the possibility to end veterans homelessness in Canada: first, by setting a clear target for eliminating homelessness among Canadian veterans; second, by maximizing Veterans Affairs Canada's capacity to deliver key benefits; and, third, by co-partnering with national veterans organizations to employ their existing capacity, peer-to-peer networks and bonds of trust established with veterans in order to accelerate the delivery of this program nationally.
Truly, these organizations have such a capacity already. They have good peer-to-peer relationships and they have bonds of trust that come through the relationships they have among themselves with veterans. Therefore, their role in this is very significant. It is undeniable that the level of bureaucracy and the long-standing culture of mistrust and denial within VAC needs to be purged.
There is no question that this uneven playing field has added much frustration to an already challenging life change for our veterans. Quite often, mental illness, family dysfunction, physical pain and suffering, suicides and homelessness have been increased as a result of their frustrations in trying to work with VAC.
To ensure opportunities for the government to respond, I have heard the following from veterans' advocates. They feel that the role of VAC should be mandated in three ways.
First is to provide sufficient funding for clearly delineated, simple, efficiently administered programs of care for injury and lifetime benefits, with the benefit of the doubt going to the veteran and his or her family.
Second is that beginning with enlistment and throughout their service, VAC must facilitate future veterans and their families in choosing and implementing their own path for life beyond service, in other words, for VAC to be involved early in the beginning stages of the veterans' service and be there to facilitate and encourage them to realize that they can make decisions to determine in advance their own paths once their service ends and that they can have a lot of understanding before they face that very difficult time when they no longer serve.
Finally, VAC should identify and support veteran and community organizations that veterans and their families can access for delivery of services. In polite terms, affirm, enable and empower those organizations to do what they do best, and the things they do best that VAC would be better giving them the responsibility for.
I was honoured to represent my Conservative caucus at the press conference announcing Motion No. 225 on veterans homelessness in Canada. There are very good elements in this motion put forward by this government. However, as the member mentioned, because of the lateness of its introduction, we are now days away from this session ending. Therefore, it is only a first step. It is a motion that will depend on the next government to implement.
I was very pleased to also recognize at that press conference the role of Tim Richter with the Canadian Alliance to End Homelessness, Dave Gordon and Ray McIinnis with the Royal Canadian Legion, Matthew Pearce with the Old Brewery Mission, and Jim and Debbie Lowther with VETS Canada, for their involvement in the making of that announcement. Truly, they were very pleased to see a focus on homelessness going forward from our government.
Along with other veteran and community organizations, they are the heart, hands and feet that advocate for and work directly with veterans and their families. They successfully implement the quality of care that our veterans deserve and need. They are all unique in their approach and provide a variety of options for services that tackle many issues, including veterans homelessness.
For example, VETS Canada has opened up a care centre five blocks from where I live. In the course of its first year, it has serviced 365 different veterans with emergency needs, and it has done it without any direct funding from VAC.
ln testimony at our committee on the study of veterans homelessness, they all had excellent contributions. I would encourage all veterans and people who are viewing today to take a look at the study from the veterans affairs committee on homelessness and listen to what they had to say.
I can focus on only one veteran today, and so I am going to talk about Tim Richter. He is the president and CEO of the Canadian Alliance to End Homelessness. I would like to share some of his recommendations. He has solid experience in preventing and ending homelessness, including experience in developing housing programs for homeless vets. He also served for just over six years in the Canadian Forces and is a Veterans Affairs client. Clearly, he is capable and well positioned for this. Veterans homelessness is a concern that is very close to his heart, and he is rightly pleased to see us working together on an initiative. He said, “The first [thing] is that veterans homelessness in Canada is readily solvable. The number of homeless veterans in Canada is relatively small. It's unknown, but it's relatively small. We know what to do and we know how to do it.”
He went on to say, “We have a strong veterans network. We have solid expertise in communities like Homes for Heroes. We have proven models to follow, and I think we have strong public support.”
I can affirm that they certainly do. He continued with, “What's missing is federal leadership and decisive action. We need a federal government prepared to make a clear and unequivocal commitment to ending veterans homelessness and to invest the fairly modest additional resources needed to get the job done.”
Ending veterans homelessness is possible if government does its part, and, in doing its part, realizes that there are others, not politicians, not public service employees, but others who have served or are dialed in to assist veterans on the ground where and how they need it most. There are people available to be the feet, the hands and the hearts of this particular focus to end homelessness.
To quote Tim one more time, “We know what to do and we know how to do it.”
Following October 21, 2019, the incoming government will do its part to enable and work with stakeholder communities and organizations to ensure that every veteran has a home.
Monsieur le Président, à l'approche de la fin de la session, je ne peux penser à meilleure façon de terminer mon premier mandat comme députée de Yorkton—Melville que de prendre la parole au sujet des anciens combattants sur des enjeux qui ont une profonde incidence sur leur qualité de vie après le service et sur leur sentiment d'être valorisés et appréciés à leur juste valeur par les Canadiens.
Je suis honorée et reconnaissante d'avoir eu le privilège de jouer le rôle de ministre adjointe du cabinet fantôme pour les Anciens Combattants et aussi de faire partie du Comité permanent des anciens combattants pendant ces quatre années.
Au cours de cette période, des anciens combattants et des organismes à leur service se sont adressés à moi par l'intermédiaire du comité, de groupes dans les médias sociaux, de courriels et de rencontres à des tables rondes et à des assemblées publiques lors de mes déplacements dans tout le Canada puis en France pour commémorer les cent jours du Canada. Le temps que j'ai passé avec les anciens combattants qui nous ont accompagnés est très précieux. Ils se sont aussi adressés à moi lors de rencontres improvisées à des restaurants et dans des résidences.
Ce que j'ai aimé par-dessus tout, c'est la patience dont les anciens combattants ont fait montre avec moi, alors qu'ils se remémoraient et racontaient en détail certaines de leurs expériences et qu'ils expliquaient comment, de leur point de vue, on pourrait mieux faire les choses.
Les députés comprendront, j'en suis certaine, que les anciens combattants n'ont pas tendance à prendre des gants pour dire les choses. Ils se montrent plutôt directs; ils sont très francs et passionnés. Je ne suis pas surprise ni offusquée, très honnêtement, par la fougue dont ils font parfois preuve. Après tout, ils sont formés pour se battre avec conviction contre les injustices et se battre pour nous.
Il y a longtemps que le gouvernement aurait dû assumer son devoir de diligence envers les anciens combattants, lequel consiste à prendre soin d'eux et de leur famille à partir du moment où ils s'enrôlent, quoi qu'il arrive. Les recommandations sur la transition, la santé mentale, l'itinérance, le cannabis médicinal, l'utilisation abusive de la méfloquine comme médicament antipaludique et le soutien financier nécessaire pour le traitement des effets secondaires physiques et mentaux de la guerre, pour n'en nommer que quelques-unes, sont raisonnables et réalistes.
La motion M-255 donne au gouvernement du Canada l'occasion de répondre aux recommandations des anciens combattants sur la nécessité et la possibilité de mettre un terme à l'itinérance chez les anciens combattants du Canada, et ce, premièrement, en établissant un objectif clair pour mettre fin à l'itinérance chez les anciens combattants du Canada; deuxièmement, en maximisant la capacité d'Anciens Combattants Canada à offrir des avantages clés; et troisièmement, en établissant des partenariats avec des organisations nationales d'anciens combattants pour utiliser leur capacité actuelle, ainsi que les réseaux de pair à pair et les liens de confiance qu'ils ont établis avec les anciens combattants pour accélérer la prestation du programme à l'échelle nationale.
Ces organisations possèdent déjà cette capacité. Elles ont de bonnes relations entre pairs et établi des liens de confiance qui découlent des relations qu'ils ont avec les anciens combattants. Par conséquent, leur rôle dans ce processus est très important. Il est indéniable que la couche de bureaucratie et la culture de méfiance et de déni de longue date qui règne au sein d'Anciens Combattants Canada doivent être éliminées.
Il ne fait aucun doute que ces règles du jeu inéquitables ont ajouté beaucoup de frustration à un changement de vie qui est déjà difficile pour nos anciens combattants. Très souvent, la maladie mentale, le dysfonctionnement familial, la douleur et les souffrances physiques, les suicides et l'itinérance sont plus présents en raison des frustrations qu'ils éprouvent à essayer de travailler avec Anciens Combattants Canada.
Pour que le gouvernement puisse avoir la possibilité de répondre, j'ai entendu les observations suivantes des défenseurs des anciens combattants, qui estiment que le mandat d'Anciens Combattants Canada devrait comporter trois volets.
Premièrement, prévoir un financement suffisant pour des programmes de soins en cas de blessure et des prestations à vie clairement définis, simples et efficacement administrés, le bénéfice du doute devant aller à l'ancien combattant et à sa famille.
Deuxièmement, à partir de l'enrôlement et tout au long du service, Anciens Combattants Canada doit permettre aux futurs anciens combattants et à leur famille de choisir et de mettre en œuvre leur cheminement une fois revenus à la vie civile. En d'autres termes, dès les premières étapes du service, Anciens Combattants Canada doit accompagner les anciens combattants et les aider à réaliser qu'ils peuvent imaginer d'avance la vie qui sera la leur à la fin de leur service. On doit leur faire réaliser également qu'ils ont beaucoup de choses à comprendre avant d'arriver au moment très difficile où ils ne seront plus en service de la patrie.
Enfin, Anciens Combattants Canada devrait désigner et appuyer les organismes d'anciens combattants et communautaires auxquels les anciens combattants et leurs familles peuvent s'adresser pour obtenir des services. En termes polis, il faut habiliter ces organismes à faire ce qu'ils font le mieux et leur confier les tâches dans lesquelles ils excellent et qu'Anciens Combattants Canada aurait tout intérêt à leur confier.
J'ai eu l'honneur de représenter le caucus conservateur à la conférence de presse annonçant la motion M-225 sur l'itinérance chez les anciens combattants. Cette motion présentée par le gouvernement comporte d'excellents éléments. Or, comme le député l'a mentionné, en raison de sa présentation tardive, il ne reste plus que quelques jours avant la fin de la session. Ce n'est donc qu'une première étape et il reviendra au prochain gouvernement de la mettre en œuvre.
À la conférence de presse, j'ai été très heureuse de reconnaître les rôles respectifs qu'ont joué Tim Richter, de l'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance; Dave Gordon et Ray Mclinnis, de la Légion royale canadienne; Matthew Pearce, de la Old Brewery Mission; et Jim et Debbie Lowther de VETS Canada. Je leur sais gré d'avoir participé à cette annonce. Cela leur a fait vraiment plaisir de voir le gouvernement se pencher sur l'itinérance.
À l'instar d'autres anciens combattants et d'autres organismes communautaires, ils mettent leur coeur à l'ouvrage pour défendre les intérêts des anciens combattants et pour collaborer directement avec eux et leur famille. Ils réussissent à assurer les services de qualité que les anciens combattants méritent et dont ils ont besoin. Ils ont chacun une approche unique, et fournissent toutes sortes de services pour lutter contre différents problèmes, notamment l'itinérance chez les anciens combattants.
Par exemple, VETS Canada a ouvert un centre de soins à cinq pâtés de maisons de l'endroit où j'habite. Au cours de sa première année d'existence, cet organisme a offert des services à 365 anciens combattants qui avaient des besoins urgents, et ce, sans recevoir de financement direct du ministère des Anciens Combattants.
Le comité des anciens combattants a mené une étude sur l'itinérance chez les anciens combattants. Les témoins ayant comparu ont tous apporté d'importantes contributions. J'encourage tous les anciens combattants, et les téléspectateurs qui suivent ce débat aujourd'hui, à jeter un coup d'oeil à l'étude sur l'itinérance du comité des anciens combattants et à écouter les témoignages.
Je dois me limiter à un seul ancien combattant aujourd'hui. Je vais donc parler de Tim Richter, président et directeur général de l'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance. Je souhaite présenter certaines de ses recommandations. Il possède une solide expertise en matière de prévention et de lutte contre l'itinérance, y compris de l'expérience pour ce qui est d'élaborer des programmes de logement destinés aux anciens combattants sans abri. M. Richter a également servi au sein des Forces canadiennes pendant un peu plus de six ans, et il est maintenant client du ministère des Anciens Combattants. Il est donc très bien placé pour nous fournir des recommandations. L'itinérance chez les anciens combattants est un problème qui lui tient vraiment à coeur, et c'est pourquoi il est ravi, avec raison, de nous voir travailler à cette initiative. M. Richter a dit ceci: « Le premier [message], c'est que l'itinérance des vétérans au Canada est un problème qui peut facilement être résolu. Le nombre de vétérans itinérants au Canada est assez restreint. On ne le connaît pas exactement, mais il est relativement petit. Nous savons quoi faire et comment le faire. »
Il a poursuivi en disant: « Nous avons un solide réseau de vétérans. Nous avons une solide expertise dans des collectivités comme Homes for Heroes. Nous misons sur des modèles éprouvés, et je crois que nous avons vraiment le soutien du public. »
Je peux confirmer que c’est le cas. Il a ajouté: « Ce qui manque, c’est le leadership fédéral et des mesures décisives. Nous avons besoin d’un gouvernement fédéral qui est prêt à s’engager de façon claire et sans équivoque pour mettre fin à l’itinérance des vétérans et à investir des ressources supplémentaires assez modestes pour qu’on puisse y arriver. »
Il est possible de mettre fin à l’itinérance des anciens combattants si le gouvernement fait son devoir. Ce faisant, il devra aussi réaliser qu’il y a d’autres personnes, pas des politiciens ni des fonctionnaires, mais d’autres personnes qui viennent en aide ou sont appelées pour venir en aide aux anciens combattants, sur le terrain, au moment et de la façon dont ils en ont le plus besoin. Il y a des gens qui sont prêts à agir concrètement et à se consacrer à ces efforts pour mettre fin à l’itinérance.
Je citerai Tim encore une fois: « Nous savons quoi faire et comment le faire. »
À compter du 21 octobre 2019, le nouveau gouvernement fournira sa part d’efforts pour habiliter les collectivités et les organisations concernées et collaborer avec elles afin de veiller à ce que chaque ancien combattant ait un domicile.
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data