Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 6 of 6
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Madam Speaker, I would draw the member's attention to the PBO report this week, which showed that the Liberals failed and broke their promise to bring back pensions for life. They missed it by about $20 billion. They are not even close.
Those who are the most injured as veterans will receive $300,000 less under the Liberals. The people who need the most help are getting less. That is not a record the member should be standing up and bragging about. Veterans across the country are incredibly upset with the broken promises from the Prime Minister and the government. It reflects that all we saw was electioneering. We did not see any compassion when it actually came to services for our veterans.
Madame la Présidente, j'aimerais attirer l'attention du député sur le rapport du directeur parlementaire du budget paru cette semaine. Ce rapport montre que les libéraux ont trahi leur promesse de rétablir les pensions à vie, ratant leur objectif par une marge de 20 milliards de dollars; ils sont complètement à côté de la plaque.
Les anciens combattants les plus gravement blessés recevront 300 000 $ de moins que ce qu'avaient annoncé les libéraux. Ce sont donc les personnes qui ont le plus besoin d'aide qui se retrouvent lésées. Le député n'a aucune raison de pavoiser et de vanter ce bilan. Les anciens combattants partout au pays sont profondément mécontents des promesses brisées du premier ministre et de son gouvernement. On voit bien que tout cela n'était que pur électoralisme. Le gouvernement n'a fait preuve d'aucune compassion lorsqu'il est question des services offerts à nos anciens combattants.
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2017-02-13 12:35 [p.8825]
Mr. Speaker, I am happy to rise today in the House to speak to Bill C-30 and about the important role trade plays in our Canadian economy.
This is one of the few bills I can praise the current government for. It is something I wish I could do more often, if the Liberals would follow the Conservative path.
They obviously picked up on the great work we were doing as a government and have been able to help carry it through. Maybe the Liberals can take some of those lessons on things like balancing the budget or lowering taxes. One can only hope that maybe their understanding and recognition of the importance of trade will extend to other things that are important to our economy and to our fiscal situation in this country. Again, that is me being an optimist.
Let me get to the heart of the matter we are speaking to today, which is trade itself. Canada is a trading nation, and trade really is the lifeblood of our economy. In fact, one in five jobs in Canada, and about 60% of our GDP, are linked to exports. We do not have to look very far or very hard to figure out how important trade is to our economy and to opportunities for Canadians, based on those statistics.
History has shown that trade is the best way to help us create jobs and growth and long-term prosperity here in Canada. As trade increases, so does our nation's economic success, which obviously then puts more money into the pockets of hard-working Canadians. That is really what it is all about, at the end of the day. People talk about a strong economy and opportunities. What it all boils down to is putting more money into the pockets of Canadians to feed their families and provide better opportunities for their children. That is really what we are speaking about when we talk about trade and economic prosperity.
Under our previous Conservative government, the Stephen Harper government, one of our key accomplishments was that we launched one of the most ambitious pro-trade plans in our country's history. It was probably the most ambitious, in fact. I would like to take a moment, while I am on that point, to add a note of praise. I have heard others who spoke do the same, but it is important that it be said, because credit should be given where credit is due.
I look at the member for Abbotsford, who was the former minister of international trade, and the member for Battlefords—Lloydminster, who was our agriculture minister, and the great and hard work they put in. I know the travel schedules those two individuals and others had to undertake to accomplish some of the things that were accomplished under the Stephen Harper Conservative government. Under the leadership of former Prime Minister Stephen Harper himself, some great things were done, but it was a lot of hard work on the part of those members in particular. I want to note the legacy they created, because I think that is important. The two of them remain here in the House and continue to work hard in opposition to encourage these kinds of things to continue.
Under the leadership of those individuals, we were able to conclude free trade agreements with 38 countries. Examples are Colombia; the European Free Trade Association, which includes Iceland, Liechtenstein, Norway, Switzerland; Honduras; Jordan; Panama; Peru; South Korea; and the 28 member states of the European Union. There were some pretty significant advancements there.
We also concluded, signed, or brought into force foreign investment promotion and protection agreements, FIPAs, with 24 countries. That was more than any other government in Canadian history as well.
One of our historic achievements was the Canada–Korea Free Trade Agreement, which was Canada's first free trade agreement in the Asia Pacific region, which is one of the fastest-growing regions in the world. South Korea is not only a major economic player and a key market for us in Canada but also serves as a gateway for Canadian businesses to the entire Asia Pacific region. This agreement is projected to increase Canadian merchandise exports to South Korea by 32% and to boost Canada's economy by $1.7 billion.
Additionally, in November 2013, our Conservative government released the global markets action plan, which was our pro-jobs, pro-export plan. It was aimed at creating new opportunities for Canadians, through trade and investment, by targeting emerging and established markets with broad Canadian interests.
Obviously, when we look at our record, we strongly support international trade, and we support international trade initiatives that will generate increased economic activity, jobs, and a collaborative relationship between Canada and emerging economies.
Canada should also strive to maximize the benefits we have as a free trading nation and establish trading relationships, beyond North America, with these emerging markets. To that end, it is important that the government vigorously pursue the reduction of international trade barriers and tariffs. This is why we supported Bill C-13, the trade facilitation agreement, which received royal assent not long ago. The trade facilitation agreement will simplify customs procedures, reduce red tape, expedite the release and clearance of goods, reduce costs associated with processing, and make international trade more predictable for Canadians.
Predictability is certainly key. We see the effects when we lack predictability when we look at the current government and its never-ending, constant changes to regulatory processes for energy project reviews. We can see what the lack of certainty creates when the chill is put on investments. Certainty is certainly key when we look at providing opportunities for businesses to help grow the economy. They need to have certainty.
Canadian investors, importers and exporters of goods, and small and medium-sized businesses will certainly benefit from the implementation of the TFA.
Another trade agreement that was successfully negotiated by the previous Conservative government was the Canada-Ukraine free trade agreement. This agreement will continue to strengthen the Canada-Ukraine partnership in peace and prosperity. Total bilateral merchandise trade between Canada and Ukraine averaged $289 million in 2011-15. It is expected to expand by 19% as a result of the implementation of this trade agreement. With this agreement, Canada and Ukraine will eliminate duties on 99.9% and 86% of our respective current imports, thereby benefiting both Canadian and Ukrainian exporters and consumers. Our GDP will increase by about $29.2 million under that agreement, and Ukraine's GDP will expand by about $18.6 million. Canada's exports to the Ukraine will increase by about $41.2 million.
Canada's export gains will be broad-based, with exports of pork, machinery and equipment, transport equipment, other manufactured products, motor vehicles and parts, and chemical products being some of the leading industries. Our previous Conservative government also established market access for beef in Ukraine in July 2015. Canada exported about 35.5 million dollars' worth of agriculture and agrifood and seafood products to Ukraine in 2014. These obviously show some of the benefits of trade and trade agreements and what they can mean for Canada.
Let me get to the trade agreement we are talking about today, the Canada-European Union comprehensive economic and trade agreement. Negotiated by our previous Conservative government, CETA is by far the most ambitious trade initiative Canada has ever concluded. Once this agreement comes into force, Canada will be one of the few countries in the world to have preferential access to the world's two largest economies: the European Union and the United States.
The Conservative Party strongly supports international trade initiatives that will generate increased economic activity, drive prosperity and job creation, and foster greater co-operation between our democratic allies.
A joint Canada-EU study concluded that a trade agreement with the EU could boost Canada's economy by about $12 billion annually, and increase bilateral trade by 20%. It is important to put some sense to what that means for the average Canadian and Canadian families. It is the economic equivalent of adding about $1,000 to the average Canadian family's income. It would add about 80,000 new jobs to the Canadian economy. That is something that the government has failed at to this point. This would be something to help create some jobs to put people to work, and provide new opportunities for Canadian families to increase their income.
When CETA comes into force, nearly 100% of all EU tariff lines on non-agricultural products will be duty-free, along with close to 94% for agricultural products. The agreement would also give Canadian service suppliers the best market access the EU has ever granted any of its trading partners. That is great news for the 13.8 million Canadians who are employed in the industry. It accounts for about 70% of our country's GDP.
Under CETA, Canadian firms could bid on contracts and supply their goods and services to the three main EU level institutions: the European Commission, the European Parliament, and the European Council, as well as the EU member state governments, and thousands of regional and local government entities. The Canada-EU trade agreement would give Canadian suppliers of goods and services better access to the EU's $3.3-trillion government procurement market, which would provide them with significant new export opportunities.
Investment plays a key role in the Canadian economy. CETA would provide Canadian and EU investors with greater stability and transparency for their investments. The stock of known foreign direct investment by Canadian companies in the EU totalled about $210 billion at the end of 2015, representing about 21% of Canadian direct investment abroad. Conversely, in that same year, known foreign direct investment from European companies in Canada totalled more than $242 billion, representing 31% of total foreign investment in Canada.
This is a landmark agreement. It has resulted from years of hard work, especially by our world-class trade negotiators who did all the heavy lifting on this.
I would like to focus in and speak to the benefits CETA would bring to my home province of Alberta. Times are tough in Alberta right now, so when we hear any good news on the economic front, it is something we can greatly appreciate. There is no question Alberta stands to benefit from the preferential access to the EU markets. The EU is already our province's fourth-largest export destination and our third-largest trading partner. Once in force, CETA would eliminate tariffs on almost all of Alberta's exports, and provide access to new market opportunities in the EU. CETA also includes provisions that would ease regulatory barriers, reinforce intellectual property rights, and ensure more transparent rules for market access. Alberta exporters could benefit from all of these improved conditions. When we look at some of the opportunities there, the main merchandise exports from Alberta to the EU are agriculture and agrifood products, advanced manufacturing, metals and mineral products. Some of our other exports include chemicals and plastics, fishing and fish products, forest products, and information and communications technology.
I would also like to take a minute or two to talk about one very specific opportunity that we have already seen open up as a result of this agreement.
In 2014, when negotiations had proven to be successful toward this agreement, a beef processing plant in my riding reopened. It had been a farmer-owned plant that had closed down in 2006, and had been sitting vacant since then.
In 2014, we were able to announce that there was a buyer, Rich Vesta from the United States, who is well known in the beef industry and has brought a lot of great opportunities to some of the businesses he has been involved with in the United States. He decided to purchase this facility and bring it back online. He chose to do that largely based on this agreement. He saw an opportunity for specific cuts of beef to go to some niche markets that would be based around some of the trade agreements we had been able to sign for Canada, in particular, the opportunities that CETA would create. Even before being implemented, we already could see the benefits of these opportunities.
That plant had been sitting there dormant since 2006. I was able to tour it recently and it is nearing its opening. It is expected to open later this month, in fact. When I toured it a couple of months back, I could see it was really coming together. I heard about all of the innovations and improvements being made. This is going to be an absolute world-class facility. The processing innovations that it is going to bring to Canada are amazing. They are all based on trade opportunities being created by some of the trade agreements under the Conservative government and the hope generated by this particular agreement as well.
We can already see the success stories and I am sure they will continue. It is something that people are very excited about and proud of in my home community of Airdrie, as well as Balzac in Rocky View County, where the facility is located. It will create jobs for people in the area. Many people are struggling right now and trying to find work. Not only will this create opportunities for people, but down the line there will be opportunities, such as more buyers for our cattle as well. Small cow-calf operations would benefit, right up through feedlots, etc., because it would create opportunities for everyone. People are really excited about what it would mean for my area.
I will take a minute to speak about some of the opportunities and benefits that CETA would bring to the forestry sector in Canada, which is another example. The EU is actually the world's third-largest importer of forest products. In 2015, it accounted for about 14% of global forest product imports, or about $46 billion. While most Canadian forest products already enter the EU duty-free, when CETA comes into force, Canadians will also enjoy quota-free market access. This means Canada would have a preferential trade advantage with the EU that many competitors will not have.
As well, bilateral dialogue on forest products would enhance Canada's ability to influence the development of EU measures, reducing the potential negative impacts of EU measures on Canadian exports, and help ensure continued access for Canadian forest products to the European Union. That would provide Canada with a really unique window into the regulatory development process in the EU. Canada would then be able to raise industry concerns with proposed regulations at a very early stage. That would be of benefit to our forestry producers as well.
We are also looking at a new phytosanitary measures joint management committee that would facilitate discussions between Canadian and EU experts. It would provide a venue for experts to resolve issues impeding trade before they become major problems.
CETA would also establish a framework for co-operation on the full scope of animal health, plant health, and food safety provisions.
Tourism is also something that I focus on greatly. It is pretty important in my riding. We already have great links and ties between Canada and the European Union countries when it comes to tourism. I have often said that tourism breeds trade and trade breeds tourism, so opportunities would be created by those links that already exist. This agreement would help to build on all of those things.
I stand today to show my support for CETA and for the opportunities that it would create, the jobs it would create certainly for small and medium-sized businesses in our country and right on through. I appreciate the opportunity to speak in support of the bill.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole à la Chambre aujourd'hui pour parler du projet de loi C-30 et de l'importance du commerce pour l'économie canadienne.
Il s'agit de l'un des rares projets de loi du gouvernement actuel dont je peux faire l'éloge. J'aimerais bien que les libéraux suivent plus souvent le chemin tracé par les conservateurs.
Ils ont de toute évidence profité du travail que nous avons fait quand nous formions le gouvernement. Ils ont été capables d'aller jusqu'au bout du chemin. Peut-être que les libéraux pourront prendre les leçons qu'ils ont apprises et les appliquer à l'équilibre budgétaire et à la réduction des impôts. Nous allons espérer que la prise de conscience des libéraux quant à l'importance du commerce s'étendra à d'autres enjeux importants qui influencent l'économie et la situation financière du pays. Encore une fois, je joue à l'optimiste en disant cela.
Parlons maintenant du sujet au coeur du débat d'aujourd'hui: le commerce. Le Canada est une nation commerçante et le commerce est le moteur de notre économie. En fait, un emploi sur cinq au Canada et environ 60 % de notre PIB sont liés aux exportations. Compte tenu de ces statistiques, on n'a pas besoin de regarder bien loin pour comprendre l'importance du commerce pour notre économie et pour les possibilités offertes aux Canadiens.
L'histoire prouve que le commerce est le meilleur moyen pour nous aider à créer des emplois et à favoriser la croissance et la prospérité à long terme au Canada. En effet, la prospérité de notre nation augmente à mesure que le commerce s'accroît, ce qui met évidemment plus d'argent dans les poches des travailleurs canadiens. C'est là l'essentiel de la question. Les gens parlent d'une économie forte et de débouchés, mais tout cela revient à mettre plus d'argent dans les poches des Canadiens pour qu'ils puissent nourrir leur famille et offrir à leurs enfants de meilleures perspectives d'avenir. C'est de cela qu'il est question lorsqu'on parle de commerce et de prospérité économique.
L'une des principales réalisations du gouvernement conservateur précédent, le gouvernement de Stephen Harper, a été de lancer l'un des plans de promotion du commerce les plus ambitieux de l'histoire du pays. En fait, c'était même probablement le plus ambitieux. Pendant que j'y suis, j'aimerais faire quelques éloges. Je sais que d'autres l'ont fait avant moi, mais je crois qu'il est important de dire ces choses, car il faut rendre à César ce qui appartient à César.
Je tiens donc à souligner l'excellent travail qu'ont accompli le député d'Abbotsford, qui était alors ministre du Commerce international, et le député de Battlefords—Lloydminster, qui était le ministre de l'Agriculture. Je suis conscient de tous les déplacements qu'eux et d'autres personnes ont dû effectuer pour permettre certaines des réalisations de l'ancien gouvernement conservateur. Des choses remarquables ont été accomplies sous la direction de l'ancien premier ministre Stephen Harper, notamment grâce au travail acharné de ces deux députés. Il est important de reconnaître l'héritage qu'ils ont laissé. Ils siègent toujours ici, à la Chambre, et continuent de travailler fort au sein de l'opposition pour que les efforts déployés continuent de porter fruit.
Grâce au travail de ces personnes, le Canada a conclu des accords de libre-échange avec 38 pays, soit les 28 États membres de l'Union européenne, la Colombie, le Honduras, la Jordanie, Panama, le Pérou, la Corée du Sud, ainsi que l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse, par l'entremise de l'Association européenne de libre-échange.
Nous avons également signé et mis en application des accords sur la promotion et la protection des investissements étrangers que nous avons conclus avec 24 pays, un nombre plus élevé que tout autre gouvernement canadien.
Une de nos réussites historiques est la conclusion de l'Accord de libre-échange Canada-Corée, le premier accord du genre conclu par le Canada dans la région Asie-Pacifique, une des régions de la planète connaissant la plus forte croissance. La Corée du Sud est un acteur économique important dont le marché est d'une grande valeur pour les Canadiens. Les entreprises canadiennes peuvent de plus s'en servir comme tremplin vers les autres marchés de la région Asie-Pacifique. On prévoit que l'Accord fera croître les exportations de marchandises canadiennes vers la Corée du Sud de 32 % et qu'il injectera 1,7 milliard de dollars dans l'économie canadienne.
De plus, en novembre 2013, le gouvernement conservateur a lancé le Plan d'action sur les marchés mondiaux, qui visait à favoriser l'emploi et les exportations. Son objectif était d'offrir de nouvelles occasions aux Canadiens grâce au commerce et aux investissements, en ciblant les marchés émergents et établis qui comptent pour les entreprises canadiennes.
Notre bilan le montre bien: nous appuyons fermement le commerce international, ainsi que les initiatives de commerce international qui génèrent une croissance de l'activité économique et des emplois et favorisent la collaboration entre le Canada et les économies émergentes.
Le Canada devrait chercher à maximiser ses avantages en tant que pays libre-échangiste et à établir des relations commerciales au-delà de l'Amérique du Nord, notamment avec les économies émergentes. Il est donc important que le gouvernement s'affaire énergiquement à réduire les obstacles au commerce international et les droits de douane. C'est pourquoi nous avons appuyé le projet de loi C-13, concernant l'Accord sur la facilitation des échanges, qui a reçu la sanction royale récemment. L'Accord simplifiera les procédures douanières, réduira les lourdeurs administratives et les coûts liés au traitement, accélérera le dédouanement et la mainlevée des marchandises et rendra le commerce international plus prévisible pour les Canadiens.
La prévisibilité est certainement un élément essentiel. On peut se rendre compte des effets de l'absence de prévisibilité qui découlent des changements incessants apportés par le gouvernement actuel à la réglementation régissant l'évaluation des projets énergétiques. L'absence de certitude ralentit les investissements. La certitude est un élément essentiel lorsqu'on tente de créer des débouchés pour les entreprises qui aident à stimuler l'économie. Les entreprises ont besoin de certitude.
Les investisseurs, les importateurs, les exportateurs et les PME du Canada vont certainement bénéficier de la mise en oeuvre de l'Accord sur la facilitation des échanges.
L'Accord de libre-échange entre le Canada et l'Ukraine est un autre accord commercial qui a été négocié avec succès par le gouvernement conservateur précédent. Grâce à cet accord, le Canada et l'Ukraine continueront de resserrer le partenariat qui les unit et qui favorisera la paix et la prospérité. En moyenne, entre 2011 et 2015, la valeur totale du commerce bilatéral de marchandises entre le Canada et l'Ukraine a été de 289 millions de dollars par année. On estime qu'il augmentera de près de 19 % à la suite de la mise en oeuvre de cet accord. Celui-ci permettra au Canada et à l'Ukraine de supprimer les droits de douane sur 99,9 % et 86 % de leurs importations respectives actuelles, ce qui profitera aux exportateurs et aux consommateurs des deux pays. Grâce à l'Accord, le PIB du Canada connaîtra une croissance d'environ 29,2 millions de dollars, tandis que le PIB de l'Ukraine augmentera de quelque 18,6 millions de dollars. La valeur des exportations canadiennes vers l'Ukraine augmentera d'environ 41,2 millions de dollars.
La croissance des exportations du Canada sera diversifiée et elle touchera notamment les grandes industries suivantes: le porc, le matériel et l'outillage, le matériel de transport, d'autres produits manufacturés, les véhicules et les pièces d'automobiles, et les produits chimiques. En juillet 2015, le gouvernement conservateur précédent avait déjà ouvert le marché ukrainien au boeuf. En 2014, le Canada a exporté en Ukraine pour environ 35,5 millions de dollars de produits agricoles et agroalimentaires, de poisson et de fruits de mer. Ces chiffres montrent de manière évidente quelques-uns des avantages du commerce et des accords commerciaux et ce qu'ils peuvent représenter pour le Canada.
J'en viens à l'accord commercial dont nous sommes saisis aujourd'hui, c'est-à-dire l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne. Négocié par le précédent gouvernement conservateur, l'Accord est de loin l'initiative commerciale la plus ambitieuse que le Canada ait jamais conclue. Une fois l'Accord en vigueur, le Canada sera l'un des rares pays à jouir d'un accès préférentiel aux deux plus grosses économies du monde: l'Union européenne et les États-Unis.
Le Parti conservateur appuie fermement les initiatives de commerce international qui stimuleront l'économie, la prospérité et la création d'emplois et qui renforceront la coopération avec les alliés démocratiques du pays.
Une étude conjointe du Canada et de l'Union européenne a conclu qu'un accord commercial avec l'Union européenne pourrait ajouter environ 12 milliards de dollars à l'économie du Canada et accroître le commerce bilatéral de 20 %. Il est important d'expliquer ce que cela signifierait pour les Canadiens moyens et les familles canadiennes. Sur le plan économique, c'est comme si on ajoutait 1 000 $ au revenu moyen d'une famille. Pour l'économie du pays, cela se traduirait par la création de 80 000 nouveaux emplois. À ce jour, le gouvernement n'a pas réussi à réaliser ce dernier point. Cet accord commercial contribuerait à créer de l'emploi, à remettre les gens au travail et à offrir aux familles canadiennes de nouvelles possibilités d'augmenter leur revenu.
Lorsque l'Accord économique et commercial global entrera en vigueur, près de 100 % de toutes les lignes tarifaires de l'Union européenne visant les produits non agricoles seront éliminées, de même que près de 94 % de celles visant les produits agricoles. L'Accord permettrait aussi aux fournisseurs de services canadiens de profiter du meilleur accès au marché de l'histoire accordé par l'Union européenne à un de ses partenaires commerciaux. Ce sont d'excellentes nouvelles pour les 13,8 Canadiens qui travaillent dans ce secteur, qui représente environ 70 % du PIB du pays.
Aux termes de l'Accord, les entreprises canadiennes pourraient soumissionner pour des marchés publics et fournir des biens et des services aux trois principales institutions de l'Union européenne, soit la Commission européenne, le Parlement européen et le Conseil européen, ainsi qu'aux gouvernements des États membres de l'Union européenne et aux milliers d'administrations régionales et municipales. En facilitant l'accès aux marchés publics de l'Union européenne, dont la valeur s'élève à 3,3 billions de dollars, l'Accord offrirait aux fournisseurs canadiens de biens et de services de nouveaux débouchés d'exportation considérables.
Les investissements jouent un rôle essentiel dans l'économie canadienne. L'Accord garantirait plus de stabilité et de transparence aux investisseurs du Canada et de l'Union européenne. Selon les données connues, à la fin de 2015, la valeur des investissements directs effectués par des entreprises canadiennes en Union européenne s'élevait à environ 210 milliards de dollars, ce qui représente environ 21 % des investissements directs du Canada à l'étranger, tandis que la valeur des investissements directs effectués par des entreprises de l'Union européenne au Canada s’élevait à plus de 242 milliards de dollars, ce qui représente environ 31 % des investissements étrangers au Canada.
C'est un accord historique qui s'appuie sur des années d'efforts acharnés, en particulier de la part des négociateurs du Canada, des négociateurs de calibre mondial, qui ont fait l'essentiel du travail dans ce dossier.
J'aimerais parler tout particulièrement des avantages que l'Accord économique et commercial global procurerait à ma province, l'Alberta. À l'heure actuelle, les temps sont durs en Alberta; nous aimons donc beaucoup recevoir de bonnes nouvelles sur le plan économique. Il n'y a aucun doute que l'Alberta tirera parti de l'accès préférentiel aux marchés de l'Union européenne. L'Union européenne est déjà la quatrième destination des exportations et le troisième partenaire commercial en importance de l'Alberta. Une fois en vigueur, l'Accord éliminera les droits de douane sur presque toutes les exportations de l'Alberta, et il ouvrira des débouchés dans l'Union européenne. Les dispositions que contient l'Accord atténueront les barrières réglementaires, renforceront les droits de propriété intellectuelle et mettront en place des règles d'accès aux marchés plus transparentes. Les exportateurs de l'Alberta tireront profit de toutes ces conditions plus propices. Lorsque nous examinons certaines des possibilités, nous constatons que les principales exportations de marchandises de l'Alberta vers l'Union européenne sont les produits agricoles et agroalimentaires, les produits manufacturés de pointe, les métaux et les produits minéraux. Nous comptons parmi nos autres exportations les produits chimiques et plastiques, les produits de la pêche et du poisson, les produits forestiers et les technologies de l'information et des communications.
De plus, je tiens à prendre une ou deux minutes pour parler d'un aspect très précis de l'Accord économique et commercial global qui a déjà porté ses fruits.
En 2014, lorsque les négociations ont abouti à l'Accord, une usine de transformation du boeuf appartenant à des agriculteurs a rouvert ses portes dans ma circonscription. Elle avait fermé ses portes en 2006 et était demeurée vacante depuis lors.
En 2014, nous avons pu annoncer qu'il y avait un acquéreur, Rich Vesta, des États-Unis, qui est bien connu dans l'industrie du boeuf et qui a trouvé beaucoup de débouchés formidables à certaines des entreprises avec lesquelles il fait des affaires aux États-Unis. Il a décidé d'acquérir cette usine et de la remettre en service. Il a choisi de le faire en grande partie en raison de cet accord. Il a vu la possibilité de fournir certaines coupes de boeuf à des créneaux spécialisés du marché grâce à certaines dispositions des accords commerciaux que nous avons pu signer pour le Canada, plus particulièrement les débouchés que l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne créerait. Avant même la mise en oeuvre de cet accord, nous pouvions voir les retombées des débouchés qu'il créerait.
Cette usine était inactive depuis 2006. Je l'ai récemment visitée, à l'approche de son ouverture. Elle devrait ouvrir ce mois-ci. Lorsque je l'ai visitée, il y a quelques mois, la reprise imminente des activités était visible. On m'a parlé de toutes les innovations et les améliorations apportées. Cette usine sera sans contredit parmi les meilleures du monde. Les innovations qu'elle apportera au Canada en matière de transformation sont extraordinaires. Elles reposent toutes sur les possibilités commerciales créées par certains des accords commerciaux conclus sous le gouvernement conservateur et l'espoir créé par cet accord en particulier.
Nous voyons déjà de belles réussites et je suis certain que nous en verrons d'autres. Dans ma circonscription, les habitants d'Airdrie sont très emballés et très fiers, tout comme les résidants de Balzac dans le comté de Rocky View, où est située l'usine, car elle va créer des emplois chez nous pour les personnes qui cherchent du travail et qui ont de la difficulté à joindre les deux bouts — et elles sont nombreuses par les temps qui courent. Ce n'est pas seulement l'usine qui créera des emplois; éventuellement, nous aurons accès à de nouveaux acheteurs de bovins. Les petites exploitations de vache-veau, les parcs d'engraissement, tout le monde va en bénéficier parce que cette usine va créer toutes sortes d'occasions dans la région. Les gens sont vraiment heureux de ce que cela représente pour ma circonscription.
Je prends une minute pour parler des possibilités et des occasions que représente l'Accord pour le secteur forestier canadien. En fait, l'Union européenne se classe au troisième rang des plus grands importateurs de produits forestiers. En 2015, les importations des États de l'Union représentaient 14 % des importations mondiales de produits forestiers, ce qui équivaut à 46 milliards de dollars. Bien que la plupart des produits forestiers canadiens entrent déjà sur le marché de l'Union européenne sans frais de douane, quand l'Accord entrera en vigueur, ces produits ne seront soumis ni aux frais de douane, ni aux quotas, ce qui veut dire que le Canada aura un avantage commercial préférentiel par rapport à ses concurrents.
De plus, un dialogue sur les produits forestiers renforcerait l’influence du Canada sur l’élaboration des mesures de l’Union européenne, réduirait les répercussions potentiellement négatives de ces mesures sur les exportations canadiennes et contribuerait à maintenir un accès continu des produits forestiers canadiens aux marchés européens. Ce dialogue offrirait au Canada un accès unique au processus d’élaboration réglementaire de l’Union européenne. Le Canada pourrait ainsi faire part des préoccupations de l’industrie à l’égard des règlements proposés aux balbutiements du processus. Cette situation profiterait aussi aux producteurs forestiers canadiens.
L'accord prévoit également la création d'un comité de gestion mixte des mesures phytosanitaires qui faciliterait les discussions entre les experts canadiens et les experts de l'Union européenne et qui leur permettrait de discuter des situations qui font obstacle au commerce avant qu’elles ne deviennent des problèmes sérieux.
En outre, l’Accord établirait un cadre de coopération concernant toute la gamme des dispositions sur la santé des animaux, la protection des plantes et la sécurité des aliments.
J'accorde aussi une immense importance au tourisme, un secteur qui joue un rôle clé dans ma circonscription. Il existe déjà d'excellents liens entre le Canada et des pays d'Europe au chapitre du tourisme. Je répète souvent que le tourisme renforce le commerce, et vice-versa. Les liens qui unissent déjà le Canada et l'Europe seraient donc source de débouchés. L'Accord nous permettrait de tirer parti de tous ces éléments.
J'interviens aujourd'hui pour démontrer mon appui à l'Accord économique et commercial global, aux débouchés qu'il créera et aux emplois qui ne manqueront pas d'être créés au sein des PME canadiennes. Je suis reconnaissant d'avoir pu intervenir en faveur de ce projet de loi.
View Kelly McCauley Profile
CPC (AB)
View Kelly McCauley Profile
2017-02-13 13:37 [p.8834]
Mr. Speaker, I am pleased to rise in the House today to speak to Bill C-30 to implement the comprehensive economic and trade agreement between Canada and the European Union and its member states.
Before I start, I would like to pass my thanks on to my colleagues, the member for Abbotsford, the member for Battlefords—Lloydminster, and former Prime Minister Harper, for their hard work in bringing this about.
I want to start with the obvious. Trade is good. Trade makes markets better. Trade lowers prices for consumers and gives them more options. Trade does not make life better just for wealthy Canadians; it makes life better for all Canadians.
I am always proud to stand in this House to defend agreements and legislation that make life better for Canadians. I spoke to Bill C-30 at second reading back in November. In that speech, I spoke to four points about why I am supporting the agreement. I want to expand on a few of them today.
First, as I mentioned, trade is good for Canada. A more competitive market means Canadians have access to the best products, at the best prices. Lowering or eliminating tariffs on goods that we import for our own consumption means that the price we pay for these goods will drop.
Again, I will always stand up to defend policies that lower prices for my constituents, and for all Canadians.
Trade agreements help Canadians from both perspectives: consumers benefit when we have lower prices and producers benefit when they can have greatly expanded markets to sell their goods.
Farmers in Alberta can now sell their products to not only people in Ontario, Quebec, and B.C., but once CETA passes, basically duty-free to Belgians, Germans, the French, and every other country signatory to this agreement. The EU represents some 500 million people, with almost $20 trillion in economic activity. The EU's imports alone are worth more than our entire GDP.
If we want our producers to grow, we must ensure they can access newer, bigger, and hungrier markets. When our producers have more customers, they need more workers to fill that demand. I do not think I have to remind members in this House that we could use a few extra jobs in Alberta right now.
CETA is projected at a $12-billion annual increase to our economy. I know $12 billion can be an abstract number, but a $12-billion increase is equivalent to adding $1,000 to the average family income each and every year, or 80,000 jobs.
Some of those jobs will help my constituents in Edmonton West and the constituents of colleagues across Alberta.
CETA will help Alberta grow, access new markets for our goods, and will help Albertans access products at lower prices.
For our producers, the EU is already Alberta's fourth-largest export destination and our third-largest trading partner. The EU currently imports over $2 trillion annually, of which Alberta makes up $1.4 billion. We have just .07% of the European market. We have plenty of room to grow. Alberta's main exports to the EU include high-value items as well as resources, such as nickel, turbo-propellers and other machinery, cereals, medical instruments, cobalt, electrical machinery, mineral fuel and oil, services, wood pulp, inorganic chemicals, meat, animal feed, grains, seed, fruit, plastic, vehicles, pharmaceuticals, beverages, iron and steel products, and animal products.
For our consumers, nearly 100% of all non-agricultural products will be duty-free and nearly 94% of all agricultural products will be duty-free.
Once in force, CETA would eliminate tariffs on almost all of Alberta's exports and enable Alberta's job creators access to new market opportunities in the EU. Eliminating tariffs on almost of all of our exports means we would have more competitive pricing to offer to the more than 500 million new customers. It is like moving our lemonade stand from a neighbourhood street corner to Times Square. The potential for us is enormous.
CETA would also provide Alberta exporters with a competitive advantage over exporters from other countries that do not have a free trade agreement with the EU. That is like moving our lemonade stand from the neighbourhood street corner to Times Square where our competitor is stuck in a location with no traffic and higher costs.
On the day CETA's provisions enter force, 98% of Canadian goods would be duty-free. For agriculture and agrifood products, almost 94% of EU tariffs on Canadians goods would be eliminated, rising to 95% once all phase-outs are complete. This duty-free access would give Canadian agricultural goods, including beef, pork, and bison, preferential access to the European market.
I know some of my colleagues have this stereotypical image that Albertans are all ranchers and cowboys. I hate to play into that stereotype, but I cannot pass up this opportunity to remind the House how important beef is to the Albertan economy and what CETA means to this. According to the CBC, because of CETA, Canada is poised to supply about 1% of all the beef needs in Europe under this new pact. That would mean $600 million for Alberta, $600 million in new business, $600 million in new jobs.
As well, the following industries in Alberta would benefit. The first one is metals and minerals. Alberta's metals and minerals sectors include natural gas, conventional oil, coal, minerals, and the oil sands. More specifically, Alberta's metal refinery and mineral sector is a foundational industry that allows for infrastructure development as well as energy and natural resource production in Alberta. It generated 28% of the province's total GDP in 2011, and employs more than 181,000 Albertans, creating employment opportunities that provide some of the highest earnings in the Alberta economy. Exports of metals and minerals currently face tariffs as high as 10%.
There is agriculture and agrifood. Alberta has more than 50,000 farms with crop and livestock production. They produce an abundance of world-class agriculture commodities. The agriculture and agrifood sector employs nearly 76,000 Albertans and contributes 2.5% to the GDP. Between 2010 and 2012, the exports of agriculture products to the EU suffered tariffs of over $35 million. That is $35 million that can be reinvested in the economy, jobs, and productivity improvement.
There are forest products. The forest products sector employs nearly 19,000 Albertans and represents a significant component of the economy. Forest product exports to the EU average $62 million and face up to a 10% tariff right now. These barriers would be eliminated under CETA.
There is advanced manufacturing. Alberta's advanced manufacturing industry employs more than 28,000 people. Between 2010 and 2012, Alberta's exports of advanced manufacturing products to the EU averaged a quarter of a billion dollars, which face tariffs as high as 22%. Industrial machinery, one of Alberta's key advanced manufacturing exports to the EU, faces tariffs of up to 8%.
Alberta is a major producer of chemicals and plastics. It employs 11,000 Albertans, an important part of exports to the EU, with exports averaging just under $100 million a year. These exports currently face tariffs of up to 6.5%. Again, these would be eliminated.
In addition to beef and agriculture products, CETA would also provide for increases in eligible trade for products with high sugar content. This stipulation would enable a company like PepsiCo, which has a large bottling facility in Edmonton's west end as well as other parts of Alberta, to continue to ship its products abroad and find new customers in new markets duty free. The stipulation for sugary products would also help local Edmonton start-ups, such as JACEK Chocolate Couture, which opened in Sherwood Park last year, and has now expanded into Canmore as well as downtown Edmonton. It will help it to hire new employees and reach a massive new market base.
CETA will open up markets for our burgeoning alcoholic beverage companies, which products are very well known to members of the Alberta Conservative caucus. There are over 50 breweries in Alberta, including favourites like Big Rock, Alley Kat, and Yellowhead. There are distilleries like Eau Claire Distillery, which makes gin and vodka from only local Alberta grains, and Park Distillery, based in Banff, that makes a vodka with glacial waters from the Rockies.
Closer to my home in Edmonton, there is Red Cup Distilling in Vegreville. I am wearing the button today supporting Vegreville. There is also the Big Rig Craft Distillery in Nisku, by the Edmonton airport, where people can get brum, which is basically rum made with sugar beets instead of sugar cane. I want to note it is called brum and not rum, so as not to run afoul with the rum lobby. If the all-powerful rum lobby is watching on CPAC today, please note I called it a brum and not a rum.
Edmonton is home to many head offices of world-class companies that are said to grow, compete, and win with access to this huge new market. PCL Construction has finished Rogers Place in downtown Edmonton, the finest hockey and event arena in the entire world. Stantec engineering, Booster Juice, and Weatherford are all based in Edmonton.
Edmonton is also renowned for its start-up culture, and many new enterprises will benefit from increased access to markets and added IP protection. TappCar is a ride-share company that has gained ground by working with municipal governments rather than circumventing local laws. Drizly is an app that arranges liquor deliveries. Should it expand to the Parliament Hill area, I am sure that sales will spike massively. My wife's personal favourite is Poppy Barley shoes, which has grown from a small, shared office space downtown to Edmonton's famous Whyte Avenue, with pop-ups in Toronto.
Edmonton also boasts having three of the top fifteen start-up companies in Canada, as named by Metabridge. The first is LoginRadius, which does customer analytics and serves over 1,000 businesses worldwide. There is Mover, a company that handles cloud file migration. The third company is Showbie, which helps teachers, schools, and students get connected across technology platforms.
Edmonton's bread-and-butter business, the oil and gas sector, stands to benefit tremendously from CETA by increasing market access to our oil and gas products. The Prime Minister wants to phase out oil and gas, but CETA represents a grand opportunity for Canada's job-creating and economic-driving industry to capitalize on new customers.
Supplier diversification is one of the European Union's top energy priorities. Currently Russia has 31% of the EU's oil and gas import market share, making it first. Canada has just 1% of the market share, placing us 26th. It is well known that Russian President Putin uses his country's oil and gas reserves as a weapon. Given that Russia supplies almost one-third of the EU's oil and gas, this position is strong. The EU needs to diversify, wants to diversify, and Alberta has plenty to offer. Not only will this create wealth and jobs in Alberta and the rest of Canada, it will help to free Europe from the bullying and blackmail of the Russian president and deprive him of his desperately needed revenues that he uses to threaten our democratic allies. The Right Honourable Stephen Harper famously told Putin to get out of Ukraine. CETA will help us get him out of Europe's oil and gas business.
As CETA reduces and eliminates tariffs across the board for oil and gas products, Canada and Alberta are well poised to fill the gap and become a crucial energy ally. This is an opportunity that we should not pass up, and frankly cannot pass up. The government may perhaps one day support energy east, and then we can ship Alberta oil to Quebec and New Brunswick for refining and stop sending jobs and billions of dollars to despotic regimes like Saudi Arabia.
Beyond energy, free trade helps foster greater co-operation between our democratic allies. We strongly support international trade initiatives that strengthen the bonds with friendly countries, increase economic productivity, and drive prosperity and job creation.
The world is full of uncertainty, and prior champions of trade and co-operation are retreating. This comes at an unfortunate time for Canada. Our country has the fastest-growing population in the OECD, and the west has the fastest-growing and youngest population in Canada. We have products. We have workers. We have the businesses. We will continue to have more people and more products over the next few years, and we need places to sell these goods.
CETA is an opportunity for us to secure access to the largest single market in the world at a time when other countries are retreating. Not only will this agreement help to give our job creators access to growing and demanding markets, it will give Canadians a head-start advantage over our competitors who are retreating from the global marketplace.
Even after all of these benefits I have discussed and talked about, CETA's detractors argue that the costs outweigh the benefits. They will say that CETA gives too much power to corporations and will allow them to sue governments for compensation if they change policies. The argument is callously thrown around as a holistic and negative point. It is just an assertion.
According to a summary in The Globe and Mail, CETA opens up a new process called the investment court system, or ICS. The ICS essentially acts as a permanent tribunal to handle complaints brought by businesses. Canada and the EU have hailed the ICS as a breakthrough offering a high level of protection for investors while fully preserving the right of governments to regulate and pursue legitimate public policy objectives, such as the protection of health, safety, and our environment.
It is perfectly legitimate for businesses that act in good faith and set up shop in new countries because of a trade agreement to be able to protect themselves from arbitrary changes by the host government. If governments agree to and sign a trade agreement, they agree to be bound by the provisions of that trade agreement with some exceptions. It is unreasonable to make governments the sole power holder in this arrangement.
If we expect companies to come to Canada, to do business in Canada, to create work for Canadians, and create wealth for our country, we must be able to guarantee them some modicum of stability and predictability, or at least grant them some recourse if a future government makes arbitrary changes that violate the provisions of that trade agreement. This is a two-way street, and businesses do not deserve less protection just because they are creating jobs, making investments, and earning profits.
At the same time, it is also important that governments are able to react to changing circumstances and create legislation that is good for Canadians in the event that exceptional circumstances arise. This is why CETA has built in provisions to protect both business and government.
I want to note here that Canadian investment in the EU was almost a quarter of a trillion dollars as of 2014. That is Canadian investment that will also be protected from the whims of a changing political landscape in Europe.
The Consider Canada City Alliance is a partnership with 12 of our largest cities. These cities represent 63% of Canada's GDP and 57% of our population. They work to increase investment in Canada and grow trade opportunities.
Our own highly respected Edmonton Economic Development Corporation is part of this coalition. Michael Darch, president of the CCCA states:
We see Canada moving toward creating the largest trading and investment block in the world. The cities that comprise the Consider Canada City Alliance account for 63% of Canada's GDP fully understand that our economic prosperity is built on global trade and investment....
Modern commerce is much more than moving goods across the borders. It is about financial and knowledge-based consulting services, digital commerce and entertainment, and the freedom of movement for the skilled workers who are creating the 21st century global economy.... CETA addresses these and many more opportunities. Canada is demonstrating leadership in building the agreements necessary to protect our economic future and guarantee access to prosperity for all Canadians.
The Consider Canada Alliance has listed its top five reasons for supporting CETA. Number one is “dollars and sense”. It “will increase Canada-EU trade by 20% and boost Canada's economy by $12 billion...”
Number two is “unparalleled market access”. “Once...CETA comes into force...investors in Canada will have assured preference access to both NAFTA and the EU” with nearly one billion customers combined and a GDP of over $35 trillion.
Number three is “enhanced investor protection”, as I just mentioned. “CETA will provide Canadian and EU investors with greater certainty, transparency and protection for their investments.” Again, I note, Canadians have invested a quarter of a trillion dollars in the EU. That is Canadian investment that will be protected from the whims of a changing landscape in Europe.
Number four is “easing of investment restrictions”. “The net benefit review threshold under the Investment Canada Act will be raised from the current $600 million to $1.5 billion, following CETA's entry into force.”
Number five is that it “signals open trade, not closed borders”. “While populist movements in some developed countries appear to be antagonistic to expanding trade agreements, Canadian cities are welcoming aggressive investment interests from across Europe and around the world during investment missions conducted in partnership with Federal [and provincial] colleagues.”
Again, I repeat, trade is good. Trade lowers prices and enables competitive and valued Canadian businesses to expand, hire new employees, and prosper in a globalized world. Trade helps strengthen ties with our allies. We will always support international initiatives that nurture greater co-operation between Canada and our friends overseas. Free trade allows billions of dollars in Canadian exports to reach new markets and ensures that European goods flow into Canada at competitive prices for our consumers. Free trade will help Alberta's businesses grow and prosper at a time when Alberta needs it most.
I am proud to support this agreement that will help Alberta's small and large businesses, Albertan consumers, Canadian industry, Canadian producers, and that will deepen our long-standing ties between Canada and Europe.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui pour parler du projet de loi C-30, qui vise à porter mise en oeuvre de l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne et ses États membres.
Avant de commencer, je tiens à remercier mes collègues le député d'Abbotsford, le député de Battlefords—Lloydminster et l'ancien premier ministre Harper de leur excellent travail dans ce dossier.
Je tiens à commencer par ce qui relève de l'évidence. Le commerce est bon. Le commerce rend les marchés florissants. Le commerce fait baisser les prix pour les consommateurs et leur offre plus de choix. Le commerce n'améliore pas seulement la vie des riches Canadiens, il améliore la vie de tous les Canadiens.
Je suis toujours fier de prendre la parole à la Chambre pour défendre des accords et des projets de loi qui facilitent la vie des Canadiens. En novembre, j'ai parlé du projet de loi C-30 à l'étape de la deuxième lecture. Dans mon discours, j'ai mentionné quatre éléments qui expliquaient pourquoi je l'appuie. Je désire revenir sur certains d'entre eux aujourd'hui.
D'abord, comme je l'ai mentionné, le commerce est bon pour le Canada. Dans un marché plus concurrentiel, les Canadiens ont accès aux meilleurs produits, au meilleur prix. Réduire ou éliminer les droits de douane sur les marchandises que nous importons pour notre propre consommation fera chuter le prix de ces marchandises.
Comme je l'ai déjà dit, je me porterai toujours à la défense des mesures qui font baisser les prix dans ma circonscription et dans l'ensemble du Canada.
Les accords commerciaux aident les Canadiens d'un côté comme de l'autre: les consommateurs profitent de la baisse des prix et les producteurs peuvent vendre leur marchandises dans beaucoup d'autres marchés.
Lorsque l'Accord économique et commercial global sera ratifié, les agriculteurs de l'Alberta pourront non seulement vendre leurs produits en Ontario, au Québec et en Colombie-Britannique, mais aussi les exporter, sans droits de douane, en Belgique, en Allemagne, en France et dans tous les autres pays signataires. L'Union européenne compte 500 millions d'habitants et son activité économique s'élève à près de 20 billions de dollars. À elles seules, les importations de l'Union européenne dépassent le PIB du Canada.
Pour que les producteurs canadiens puissent prendre de l'expansion, il faut qu'ils aient accès à des marchés plus vastes qui ont soif de leurs produits. Lorsque les producteurs ont plus de clients, ils ont besoin de plus d'employés pour répondre à la demande. Je ne crois pas qu'il soit nécessaire de rappeler aux députés que l'Alberta a bien besoin de nouveaux emplois par les temps qui courent.
On prévoit que l'Accord fera croître le PIB du Canada de 12 milliards de dollars par année. Je sais que 12 milliards, c'est un chiffre un peu abstrait, mais c'est comme si on augmentait le revenu du ménage moyen de 1 000 $ par année. C'est aussi l'équivalent de 80 000 emplois.
Une bonne part de ces emplois pourraient aider les gens d'Edmonton-Ouest et de l'ensemble de l'Alberta.
L'Accord économique et commercial global contribuera à la croissance de l'Alberta et aidera celle-ci à accéder à de nouveaux marchés pour nos biens. Il aidera aussi les Albertains avoir accès à des produits moins chers.
Pour nos producteurs, l'Union européenne est déjà la quatrième destination d'exportation et le troisième partenaire commercial en importance. Actuellement, l'Union européenne importe pour plus de 2 billions de dollars par année de marchandises, desquels 1,4 milliard de dollars sont des importations de l'Alberta. Nous n'occupons que 0,07 % du marché européen, ce qui fait que nous avons la possibilité de nous améliorer beaucoup. Parmi les principales exportations de l'Alberta vers l'Union européenne, l'on compte divers éléments de grande valeur et ressources tels que le nickel, les turbopropulseurs et autre équipement, les céréales, les instruments médicaux, le cobalt, la machinerie électrique, le combustible minéral et l'huile minérale, les services, la pâte de bois, les produits chimiques inorganiques, la viande, les aliments pour animaux, les semences, les fruits, le plastique, les véhicules, les produits pharmaceutiques, les boissons, le fer, l'acier et les produits d'origine animale.
Pour nos consommateurs, près de 100 % de tous les produits non agricoles seront exempts de droits de douane, de même que près de 94 % de tous les produits agricoles.
Lorsque l'Accord économique et commercial global entrera en vigueur, il éliminera les lignes tarifaires pour presque toutes les exportations de l'Alberta et permettra aux créateurs d'emploi de la province d'avoir de nouveaux débouchés en Europe. L'élimination des lignes tarifaires de presque toutes nos exportations signifie que pourrons offrir des prix plus concurrentiels à plus de 500 millions de nouveaux clients. C'est comme prendre notre comptoir de limonade au coin de la rue et le déménager à Times Square. Le potentiel est énorme pour nous.
L'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne donnerait également aux exportateurs de l'Alberta un avantage concurrentiel sur les exportateurs d'autres pays qui n'ont pas conclu d'accord de libre-échange avec l'Union européenne. C'est comme si nous installions notre comptoir de limonade du coin de la rue à Times Square, alors que notre concurrent est limité à un endroit sans achalandage et au coût plus élevé.
Le jour où les dispositions de cet accord entreront en vigueur, 98 % des produits canadiens seront exempts de droits de douane. Près de 94 % des tarifs européens sur les produits agricoles et agroalimentaires canadiens seraient éliminés et ce pourcentage atteindrait 95 % une fois l'élimination progressive terminée. L'absence de droits de douane équivaudrait pour les produits agricoles canadiens, y compris le boeuf, le porc et le bison, à un accès préférentiel au marché européen.
Je sais que certains de mes collègues ont une image stéréotypée des Albertains comme étant tous des éleveurs et des cowboys. Je n'aime pas évoquer ce stéréotype, mais je ne peux m'empêcher de rappeler à la Chambre à quel point le boeuf est important pour l'économie de l'Alberta et de dire ce que l'accord entre le Canada et l'Union européenne signifie à cet égard. Selon la CBC, grâce à cet accord, le Canada pourrait fournir environ 1 % de tout le boeuf consommé en Europe. Cela représente 600 millions de dollars pour l'Alberta, 600 millions de dollars de ventes et 600 millions de dollars qui se traduiront par de nouveaux emplois.
Cet accord bénéficierait également aux secteurs albertains suivants. Il y a tout d'abord les secteurs métallurgique et minier de la province. Ces secteurs comprennent le gaz naturel, le pétrole classique, le charbon, les minéraux et les sables bitumineux. En outre, le secteur de l'affinerie et des minéraux est un secteur fondamental qui permet le développement des infrastructures ainsi que la production d'énergie et de ressources naturelles en Alberta. Ce secteur a généré 28 % du PIB de la province en 2011 et emploie plus de 181 000 Albertains, dont les salaires sont parmi les plus élevés de la province. Les exportations de métaux et de minéraux sont actuellement frappées de droits de douane pouvant atteindre 10 %.
Il y a aussi l'agriculture et l'agroalimentaire. L'Alberta compte plus de 50 000 exploitations qui pratiquent l'élevage ou la culture et qui produisent une grande variété de produits agricoles de classe mondiale. Le secteur de l'agriculture et de l'agroalimentaire emploie près de 76 000 Albertains et génère 2,5 % du PIB de la province. Entre 2010 et 2012, les exportations de produits agricoles vers l'Union européenne ont été frappées de droits représentant plus de 35 millions de dollars. Ce sont 35 millions de dollars qui auraient pu être réinvestis dans l'économie, la création d'emplois et l'amélioration de la productivité.
Il y a également les produits forestiers. Le secteur des produits forestiers emploie près de 19 000 Albertains et constitue une part importante de l'économie. Les exportations de produits forestiers vers l'Union européenne s'élèvent en moyenne à 62 millions de dollars et sont frappées de droits de douane pouvant atteindre 10 %. Ces obstacles seraient éliminés une fois l'Accord économique et commercial global en vigueur.
Il y a l'industrie de la fabrication de pointe. En Alberta, c'est une industrie qui emploie plus de 28 000 personnes. De 2010 à 2012, les exportations de produits issus de ce secteur vers l'Union européenne ont atteint en moyenne une valeur d'un quart de milliard de dollars, et elles sont assujetties à des droits de douane de 22 %. Dans le cas de la machinerie industrielle, l'un des principaux secteurs de l'industrie albertaine de la fabrication de pointe, les produits exportés vers l'Union européenne sont visés par des droits de douane de 8 %.
L'Alberta est un grand fabricant de produits chimiques et de plastiques. Ce secteur, qui emploie 11 000 Albertains, exporte vers l'Union européenne une grande partie de sa production pour une valeur moyenne de près de 100 millions de dollars par année. Actuellement, ces exportations sont soumises à des droits de douane qui peuvent s'élever jusqu'à 6,5 %. Soulignons, encore une fois, que ces droits de douane seraient éliminés.
En plus de viser les produits du boeuf et les produits agricoles, l'Accord prévoirait élargir l'accès pour les produits à haute teneur en sucre. Cette disposition permettrait à une société comme PepsiCo, qui exploite une grande usine d'embouteillage dans l'Ouest d'Edmonton et des établissements dans d'autres régions de l'Alberta, de continuer d'expédier ses produits à l'étranger et de trouver de nouveaux consommateurs dans de nouveaux marchés libres de droits de douane. Elle aiderait aussi des entreprises d'Edmonton en démarrage, y compris JACEK Chocolate Couture, qui a ouvert ses portes à Sherwood Park l'année dernière, et qui a depuis étendu ses activités à Canmore et au centre-ville d'Edmonton. Cette disposition l'aidera à embaucher de nouveaux employés et à accéder à un nouveau marché immense.
L'Accord économique et commercial global ouvrira des marchés pour nos florissants fabricants de boissons alcoolisées, dont les produits sont bien connus des membres du caucus conservateur de l'Alberta. Il y a plus de 50 brasseries dans cette province, y compris des brasseries très populaires comme Big Rock, Alley Kat et Yellowhead. On y trouve également des distilleries comme Eau Claire, qui produit du gin et de la vodka en se servant uniquement de grains de l'Alberta, et la distillerie Park, à Banff, qui produit une vodka à partir d'eau des glaciers des Rocheuses.
Plus près d'Edmonton, la ville d'où je viens, Vegreville abrite la distillerie Red Cup. Je porte aujourd'hui le macaron à l'appui de Vegreville. Finalement, il y a la distillerie artisanale Big Rig, à Nisku, près de l'aéroport d'Edmonton, où les gens peuvent acheter du brum, ce qui est essentiellement du rhum produit à partir de betteraves à sucre plutôt que de canne à sucre. Je souligne bien que cela s'appelle du brum et non du rhum afin de ne pas me mettre à dos le lobby du rhum. Si des membres de ce lobby très puissant nous regardent à CPAC aujourd'hui, je les prie de bien prendre note que j'ai employé le terme « brum » et non  « rhum ».
On trouve à Edmonton le siège social de bon nombre d'entreprises de classe mondiale qui sont censées prendre de l'expansion, mieux soutenir la concurrence et réaliser de plus grands profits grâce à l'accès à cet énorme nouveau marché. PCL Construction a achevé la construction de la Place Rogers au centre-ville d'Edmonton, le meilleur aréna de hockey et centre culturel du monde. Stantec engineering, Booster Juice et Weatherford ont leur siège social dans cette ville.
Edmonton est aussi reconnue comme un terrain de prédilection pour les jeunes entreprises. Un grand nombre de nouvelles entreprises bénéficieront d'un accès accru au marchés et d'une protection supplémentaire de la propriété intellectuelle. TappCar est un service de covoiturage qui a gagné du terrain en collaborant avec les administrations municipales au lieu de contourner les lois locales. La société Drizly propose une application de livraison d'alcool. Si elle décidait d'offrir ce service sur la Colline du Parlement, je suis certain que les ventes de la société augmenteraient énormément. L'entreprise préférée de ma femme est Poppy Barley, un magasin de chaussures qui se trouvait initialement dans un petit bureau partagé au centre-ville d'Edmonton avant de déménager sur la célèbre avenue Whyte. Elle possède aussi des magasins éphémères à Toronto.
Edmonton peut aussi se vanter de compter trois des quinze jeunes entreprises les plus performantes au Canada, selon le classement de Metabridge. La première se nomme LoginRadius et se spécialise dans l'analyse des données sur les clientèles. Elle sert plus de 1 000 entreprises dans le monde. La deuxième se nomme Mover et offre des services de migration de données infonuagiques. La troisième, Showbie, aide les enseignants, les écoles et les élèves à connecter divers systèmes informatiques les uns aux autres.
Le secteur économique fondamental à Edmonton, soit le secteur du pétrole et du gaz, devrait profiter énormément de l'Accord économique et commercial global, puisque de nouveaux débouchés s'offriront aux produits pétroliers et gaziers canadiens. Le premier ministre veut mettre fin progressivement à l'utilisation du pétrole et du gaz, mais l'Accord constitue une occasion formidable de recruter de nouveaux clients pour une industrie qui crée des emplois et qui est le moteur de l'économie au Canada.
La diversification des sources d'approvisionnement est l'une des priorités de l'Union européenne dans le domaine de l'énergie. Actuellement, la Russie fournit 31 % des importations de gaz et de pétrole de l'Union européenne, ce qui en fait le premier fournisseur en importance. Par comparaison, la part de marché du Canada n'est que de 1 %, ce qui le place au 26e rang. Or, nous savons bien que le président de la Russie, Vladimir Poutine, se sert des réserves de gaz et de pétrole de son pays comme d'une arme. Que la Russie fournisse presque le tiers du pétrole et du gaz importés par l'Europe place ce pays en position de force. L'Union européenne a besoin de diversifier ses sources d'approvisionnement et elle manifeste le désir de procéder à cette diversification, tandis que l'Alberta a justement beaucoup d'hydrocarbures à offrir. En plus d'apporter de la prospérité et des emplois en Alberta et dans le reste du Canada, l'augmentation de la part de marché du pétrole et du gaz canadiens dans l'Union européenne permettra à cette dernière de se soustraire à l'intimidation et au chantage du président de la Russie et le privera des recettes dont il a désespérément besoin pour menacer nos alliés démocratiques. Il est de notoriété publique que l'ex-premier ministre Stephen Harper a déjà dit à Poutine de partir d'Ukraine. L'Accord économique et commercial global nous aidera à le chasser du marché européen du pétrole et du gaz.
Comme l'Accord économique et commercial global réduit et élimine les droits de douane pour l'ensemble des produits pétroliers et gaziers, le Canada et l'Alberta sont déterminés à combler le vide et à devenir un allié essentiel sur le plan énergétique. C'est une occasion que nous ne devrions pas manquer et que nous ne pouvons pas nous permettre de laisser passer, bien franchement. Un de ces jours, le gouvernement appuiera peut-être le projet Énergie Est, qui nous permettra de transporter le pétrole de l'Alberta au Québec et au Nouveau-Brunswick pour le raffiner dans ces provinces et cesser d'exporter des emplois et des milliards de dollars à des régimes tyranniques comme celui de l'Arabie Saoudite.
Au-delà du secteur énergétique, le libre-échange renforce la coopération entre alliés démocratiques. Nous soutenons fermement les accords commerciaux internationaux qui viennent renforcer les liens entre le Canada et ses pays amis, accroître la productivité économique et stimuler la prospérité et la création d'emplois.
L'incertitude plane partout dans le monde. D'anciens défenseurs du commerce et de la coopération battent en retraite. Ces changements arrivent à un moment inopportun pour le Canada. En effet, parmi les pays de l'OCDE, notre pays est celui dont la population augmente le plus rapidement. C'est dans l'Ouest du pays que la population croît le plus rapidement et est la plus jeune. Nous avons des produits à offrir. Nous avons des travailleurs. Nous avons des entreprises. Au cours des prochaines années, nous aurons encore plus de résidants et de produits. Il nous faut donc de nouveaux débouchés.
Grâce à l'Accord économique et commercial global, nous pouvons bénéficier d'un accès garanti au plus vaste marché du monde alors que d'autres pays battent en retraite. En plus de favoriser l'accès des créateurs d'emplois canadiens à des marchés exigeants et en pleine croissance, l'Accord procurera au Canada une longueur d'avance sur ses concurrents qui délaissent le marché international.
Malgré tous les avantages dont j'ai parlé, les opposants à l'Accord soutiennent qu'il comporte davantage d'inconvénients que de points positifs. Ils font valoir que l'Accord donne trop de pouvoir aux entreprises et qu'il leur permet d'engager des poursuites contre les gouvernements afin d'obtenir une indemnisation si ceux-ci modifient leurs politiques. Ils présentent cet argument avec cynisme, sous un jour impitoyablement négatif. Or, ce n'est qu'une allégation.
D'après un sommaire paru dans le Globe and Mail, l'Accord économique et commercial global prévoit la création d'un mécanisme de règlement des différends. Ce tribunal servirait de tribunal permanent chargé de traiter les plaintes déposées par des entreprises. Le Canada et l'Union européenne ont salué la création de ce tribunal. Ils ont affirmé qu'il s'agit d'une mesure importante qui offrira un niveau de protection élevé aux investisseurs tout en préservant les droits des gouvernements de prendre des règlements et de viser des objectifs légitimes en matière d'intérêt public, notamment en ce qui concerne la protection de la santé, de la sécurité et de l'environnement.
Il est tout à fait légitime pour les entreprises qui agissent de bonne foi et qui s'établissent dans de nouveaux pays en raison d'un accord commercial de vouloir se protéger contre des changements arbitraires imposés par le gouvernement hôte. Lorsque les gouvernements acceptent et signent un accord commercial, ils acceptent d'être liés par les dispositions de cet accord commercial, à quelques exceptions près. Il n'est pas raisonnable de faire en sorte que seuls les gouvernements détiennent le pouvoir en vertu de ces accords.
Si nous voulons que des entreprises s'établissent au Canada, qu'elles fassent des affaires avec le Canada, qu'elles créent des emplois pour les Canadiens et qu'elles créent de la richesse pour notre pays, nous devons être en mesure de leur garantir une certaine stabilité et prévisibilité, ou à tout le moins leur offrir des recours dans l'éventualité où un gouvernement apporte des changements arbitraires qui contreviennent aux dispositions de l'accord commercial. C'est un processus réciproque, et les entreprises ne méritent pas une moins grande protection parce qu'elles créent des emplois, font des investissements et réalisent des profits.
Par ailleurs, il importe également que les gouvernements puissent réagir à l'évolution de la situation et puissent adopter des mesures législatives qui sont bonnes pour les Canadiens, dans l'éventualité où des circonstances exceptionnelles surviendraient. Voilà pourquoi l'Accord économique et commercial global contient des dispositions qui protègent tant les entreprises que le gouvernement.
Je tiens à souligner que les investissements canadiens en Union européenne représentaient près d'un quart de billion de dollars en 2014. Ce sont des investissements canadiens qui seront également protégés quel que soit le contexte politique en Europe.
¼Le partenariat Canada en tête regroupe 12 des plus grandes villes du pays. Ces villes représentent 63 % du PIB du Canada et 57 % de sa population. Elles visent à attirer de nouveaux investissements au Canada et à favoriser les débouchés commerciaux.
La très respectée Edmonton Economic Development Corporation fait partie de l'alliance. Michael Darch, président de Canada en tête a affirmé ceci:
Le Canada est en voie de créer la plus grande plateforme d'investissement et de commerce au monde. Les villes qui forment l'alliance Canada en tête, et qui représentent 63 % du PIB du pays, sont pleinement conscientes que la prospérité économique s'appuie sur les investissements et les échanges commerciaux mondiaux [...]
Le commerce moderne est beaucoup plus que le déplacement de biens au-delà des frontières. Il comprend également des services de consultation axés sur le savoir et des services-conseils en matière de finances, de divertissement et de commerce numériques et il porte sur la mobilité des travailleurs qualifiés qui créent l'économie mondiale du XXIe siècle [...] L'Accord économique et commercial global vise ces secteurs et beaucoup d'autres débouchés. Le Canada fait figure de chef de file dans la conclusion d'ententes nécessaires pour protéger son avenir économique et garantir la prospérité à l'ensemble des Canadiens.
L'alliance Canada en tête a énoncé cinq principales raisons pour appuyer l'Accord. La première est le bon sens en finances. L'Accord « pourrait accroître de 20 % les échanges entre le Canada et l'Union européenne et stimuler l'économie du Canada en y injectant 12 milliards de dollars [....] ».
Deuxième raison: un accès au marché inégalé. « Une fois l'Accord économique et commercial global [...] en vigueur, les investisseurs [...] au Canada profiteront d'un accès privilégié garanti à l'ALENA et à l'Union européenne », ce qui représente près d'un milliard de consommateurs au total et un PIB de plus de 35 billions de dollars.
Troisième raison: une protection accrue pour les investisseurs, comme je viens de le mentionner. « L’AECG procurera aux investisseurs du Canada et de l’UE une certitude, une transparence et une protection accrues de leurs investissements. » Encore une fois, je souligne que les Canadiens ont investi un quart de billion de dollars dans les pays de l'Union européenne et que cet investissement sera protégé des aléas de la conjoncture en Europe.
Quatrième raison: l’assouplissement des restrictions à l’investissement. « Le seuil déclencheur d’examen, actuellement fixé à un avantage net de 600 millions de dollars canadiens en vertu de la Loi sur Investissement Canada, passera à un avantage net de 1,5 milliard de dollars canadiens après l’entrée en vigueur de l’AECG. »
Cinquième raison: l'accord signale l'ouverture des marchés plutôt que la fermeture des frontières. « Bien que le mouvement populiste qui se manifeste dans certains pays développés semble hostile à l'élargissement de la portée des accords commerciaux, les villes canadiennes accueillent favorablement les plans d'investissement ambitieux de la part de pays de l'Europe et d'ailleurs durant les missions d'investissement menées en collaboration avec des partenaires fédéraux [et provinciaux]. »
Je le répète, le commerce est une bonne chose. Il entraîne une baisse des prix et permet aux entreprises canadiennes concurrentielles et bien établies de prendre de l'expansion, d'embaucher des employés et de prospérer dans l'économie mondiale. Les échanges commerciaux resserrent les liens du Canada avec ses alliés. Nous appuierons toujours les projets internationaux qui favorisent une collaboration accrue entre notre pays et ses amis d'outremer. Le libre-échange permet à des milliards de dollars d'exportations canadiennes d'atteindre de nouveaux marchés et aux consommateurs canadiens d'acheter des marchandises européennes à un prix concurrentiel. Le libre-échange aidera les entreprises albertaines à croître et à prospérer à un moment où elles en ont bien besoin.
Je suis fier d'appuyer l'accord à l'étude, car il est favorable aux petites et grandes entreprises albertaines, aux consommateurs de l'Alberta, à l'industrie canadienne ainsi qu'aux producteurs canadiens, et il resserrera les relations que le Canada entretient depuis longtemps avec l'Europe.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2017-02-13 15:53 [p.8857]
Mr. Speaker, I am thankful for the opportunity to rise in the House and talk about the Canada-European Union trade agreement, which is one that I have spoken on a number of times. We have the opportunity to stand in the House to speak about Canada's opportunities on the world stage and the promotion of Canada on the world stage. It always brings me back to the opportunities and experiences I had in the promotion of Canada for over 20 years working in aviation and trade. Indeed, it brings back some great memories.
I am going to focus my speech on a couple of different areas. Obviously, we have heard a lot of speeches over this debate and, indeed, on the earlier versions of this agreement. I am going to talk about why Canada has this agreement, and then get into the agreement as it sits today. I also want to talk a little bit beyond the trade agreements, what we need to do, and what the government needs to do to make sure that we capitalize on the opportunities that trade agreements bring.
The question we always have with respect to a trade agreement as we move forward is making sure that it is the right deal for Canadians, and making sure that Canadian jobs are always promoted first and foremost, and are top of mind. I know that for the previous government under Stephen Harper, first and foremost of critical importance was creating an environment that precipitated investment and trade, and also furthered trade. This was what Prime Minister Harper and his strong team of ministers focused on.
Again, we should always be mindful that we give kudos to the hon. colleague, the member for Abbotsford, who moved this agreement to where it is today. As well, we had the former minister of trade, the member for York—Simcoe, as well who did considerable work in moving agreements such as this.
If I remember correctly, our former Conservative government put over 40-plus agreements in place. The reason we got over 40 agreements done and in place is that we had a focused government that understood that Canada first and foremost is indeed a trading nation. We understood that our economy is predicated on the commodities that we produce. One in five Canadian jobs is directly or indirectly linked to trade. Trade allows us to secure and be the drivers of our prosperity. Every billion dollars in exports generates as many as 11,000 new jobs.
The Canada-EU agreement will be one of the largest agreements that we have had since NAFTA. The history of our Canada-EU relations goes back to 1497 when John Cabot landed. He was looking for spices, but instead found fish, cod at the time, and lots of it. Subsequently, a lot of boats from Europe came to get our cod, because Canadians had some of the best north Atlantic cod. It was dried, salted, and shipped over to Europe. This expanded into the fur trade with our first nations and further with the Hudson's Bay Company. We have a long history of trade with Europe.
As I said, earlier, the Canada-Europe trade agreement is a landmark agreement. It has been mentioned in the House that it really is a gold-plated agreement. It sets the standard for agreements.
This agreement connects producers to over 500 million consumers. It connects our producers to the world's largest economy. Indeed, the EU represents 500 million people and an annual economic activity of almost $20 trillion.
The day that this agreement comes into place, it is said that Canada could experience a 20% boost in bilateral trade, and I believe it has been mentioned time and again that we could experience a $12-billion annual increase in our Canadian economy. That is not chump change. That is a lot of money. That is a lot of jobs. That represents over 80,000 new Canadian jobs.
On the day that it comes into force, nearly 100% of all EU tariff lines on non-agricultural products would be duty-free, along with close to 94% of all EU tariff lines on agricultural products.
The Canada-EU agreement would also give Canadian service providers, which employ more than 13.8 million Canadians and account for 70% of Canada's total GDP, the best market access the EU has ever granted to any of its free trade agreement partners.
This agreement would also give Canadian suppliers of goods and services secure preferential access to the world's largest procurement market. The EU's $3.3-trillion government procurement market would provide our industry and our service providers with the most significant new export opportunities that they have seen in decades.
We have talked a lot about what CETA would bring and we have talked a lot about when it comes into force. I always like to bring it back to what it means for my province of British Columbia. I am the first to stand to say how proud I am to be from British Columbia and to be one of the MPs from there. The EU is already B.C.'s fifth-largest export destination and it is our fourth-largest trading partner. British Columbia stands to benefit significantly from the preferential access to the EU market. Once in force, CETA would eliminate tariffs on almost all of B.C.'s exports and provide access to new market opportunities in the EU. The provision of CETA would help erase regulatory barriers, reinforce intellectual property rights, and ensure more transparent rules for market access. B.C. would be positioned to have a competitive advantage over exporters from other countries that do not have a free trade agreement with the EU.
I have said this before, and I will say it again. We have one of the most business-ready and most competitive business environments and supportive climates in B.C. Our province consistently receives AAA credit ratings. We have vast resources, low tax rates, a stable and well-regulated financial system, and a fiscally responsible government that attracts investment from around the world.
Canada used to have that, as well.
In the previous government, we had a government that understood that to be competitive on the world stage, we had to create a business environment, an investment environment, with low taxes, quality jobs, quality tradespeople. Our government understood that.
B.C. is at the commercial crossroads of Asia-Pacific and North America. We are also equidistant, in terms of flights, between Asia and the European markets. Our fish and seafood exporters would benefit from CETA. I have said this before.
The seafood industry has gone through many transitions and, indeed, faces an uncertain future. We are just finishing up our study of the Fisheries Act review. We studied the northern cod. We are seeing that fishery has yet to rebound. We have studied our Atlantic salmon fisheries, as well. We know that our fishing communities on the east coast are hurting, but there are incredible opportunities for them. When CETA comes into force, almost 96% of EU tariff lines for fish and seafood products would be duty-free and on 7%, 100% of the products would be duty-free.
It is hugely important because the EU is the world's largest importer of fish and seafood products. EU tariffs for fish and seafood average 11% and can be as high as 25%. It comes down to a competitive advantage, and Canada has it. Once the deal comes into force, Canada can be even more competitive on the world stage.
I talked a lot about what CETA would do and what it would bring, but I want to focus on getting agreements in place, what that means, and how we go about doing that.
We have strong familial ties with Europe. There is a large European diaspora in Canada making sure we can connect with those Canadians. Getting trade access is about more than just formal agreements. It is not enough to just sign the agreement. We have to make sure we have resources and that we are doing everything in our power to build the capacity to take advantage of these opportunities. Whether it is a strategy that looks at our ports or an airports strategy, the previous Conservative government understood that. We invested in our trade commissioners. We invested in making sure that our air policy was there to support our trade and agreements.
I want to talk a bit about that. As we said, getting the agreements across the finish line is just one thing, but we need to make sure that we get a strategy that leverages all of our advantages, including our geographic advantages at home and abroad. Whether it is our trade commissioners, whether it is making available marketing dollars or export investment dollars, it is always so critically important that there is a holistic program that backs up any trade agreement. Access to markets and trade promotion are futile if we cannot move the goods we produce faster and more efficiently than our competitors.
Our former Conservative government invested $14.5 billion in our gateway program, into our ports, our airports, and our transportation networks. We have a world-class multimodal system that competes with none other. We are well positioned to take advantage of our geographic position. In 2006, under former Prime Minister Harper, we launched the Asia–Pacific gateway program, and in 2007 we started a national policy framework for strategic gateways and corridors. On that, I would like to get into a bit about our gateway system. It is incumbent upon us that we talk about this. Again, signing the agreements is just one part of it. We have to be able to make sure that we can move our goods and move the people faster and more efficiently than others before.
I have spoken about the port of Prince Rupert time and again, the closest marine port to Asia compared to any other western seaport. It allows us the competitive advantage that our goods can arrive one to two days faster than from any other west coast port. As I said before, it means that products from and to North America arrive at their destination quicker, with less fuel and less risk. We also have the fastest and greenest road and rail networks into the U.S. Midwest, running right straight through Canada and into the heartland of the U.S. I mentioned Prince George Airport, my home airport, which has the third-longest runway in Canada. It was an investment that our previous government made so that we can compete on the world stage. That is just in my riding.
Port Metro Vancouver is North America's most diversified port. It trades 75 billion dollars' worth of goods with more than 160 trading economies annually. The port-related activity alone has an economic impact of $9.7 billion a year and continues to grow. These are all great investments that our previous government put in, and again it is about making sure that once they get that agreement in place they can capture those opportunities.
I want to talk again about the gateways. We have three major gateways in Canada. There is the Asia–Pacific gateway. We have the Ontario–Quebec continental gateway that our previous government invested huge amounts of money in. Thanks to CentrePort in Winnipeg and other trade corridors and supply chain logistics investments in marketing, we were able to capture that movement into the U.S. heartlands.
The Atlantic Canada gateway program in 2007 capitalized on many centuries of background in terms of using Atlantic Canada as a springboard into the U.S. for trading.
Our Conservative government understood that investments went beyond just signing an agreement. We looked at investing in our trade corridors. Whether it was the third-largest container port of Halifax or North America's most efficient class 1 rail carrier, double-stacked container service on both the east and west coasts, our government understood that it took more than just signing agreements to allow our consumers and producers to capitalize on them.
Trade is such a complex file. We have to look at many things. We talked about the umbrella, about ensuring we had a bit of strategy, a holistic approach to this. I go back to the agreement done in 2007. Our Conservative government recognized the direction we were moving in with our trade agreements and we recognized where we wanted to go. In December 2009, we signed a comprehensive air transport agreement, which allowed Canadian carriers access into 27 other markets. We reciprocated on that agreement, allowing those member states access to our Canadian market.
Atlantic Canada is situated right on the flight path. One of the very first airports in North America was Gander airport. It gets an incredible amount of traffic from Europe in the trans-Atlantic cargo network, and it is through the investments that our government made. We looked at our air policy to ensure our air cargo policy was where we wanted to go, that our aspirations matched what we were doing with our regulatory and policy framework.
Our government invested in information and technology to ensure Canada was in tune with some of its largest trading partners, whether it was the U.S. to the south of us and our largest trading partner, or the EU. We wanted to be in line with the information and technology of those countries. We wanted to ensure we had a secure supply chain as we moved forward.
I talk a lot about trade gateways and the promotion of Canada, because I was on the front line of promoting Canada. We always ask, why Canada? I had the opportunity to be in Europe this past fall. I boarded a bus with my Canadian pin. A handful of people wanted that pin. People want to trade with Canada. They want to be associated with Canada. Why? We have the rule of law and one of the safest and most secure countries in the world. We have a political system that rivals any.
Up until the last 18 months, for the most part, we had a secure business environment. Canada did not have a large debt, which usually creates political unrest, certainly with investors. We had principled and pragmatic leadership that saw where Canada wanted to go, but we looked at our policies, whether it was our air policy, our regulations, or our framework. We ensured our small and medium-sized enterprises could take that opportunity to invest, expand and see the benefits of trade agreements, whether it was our go global fund that helped with funding and marketing products.
Signing an agreement is just one part of the process. We celebrate and congratulate the government across the way for getting CETA to the finish line, but there are a whole host of things that need to accompany that agreement. Our Conservative government set them up very well. We hope the Liberal government recognizes that, sees this through and continues with some of the programs our government funded. We funded a number of different initiatives because, under Prime Minister Harper, we understood that Canada was a trading nation first and foremost and that Canadian jobs and Canadian prosperity depended on trade.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole au sujet de l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne, question que j'ai abordée à plusieurs reprises. Nous avons l'occasion de parler des débouchés du Canada et de la promotion du pays à l'échelle internationale. Ces discussions me ramènent toujours aux occasions et aux expériences que j'ai vécues en faisant la promotion du Canada pendant plus de 20 ans dans le secteur de l'aviation et du commerce. Voilà qui me rappelle d'excellents souvenirs.
Mon discours ciblera différents thèmes. De toute évidence, nous avons entendu de nombreux discours sur l'Accord et, également, sur ses versions précédentes. Je parlerai des raisons pour lesquelles le Canada a cet accord, pour ensuite me pencher sur la version dont nous sommes saisis aujourd'hui. Je vais également dépasser le cadre des accords de libre-échange pour traiter de ce que nous devons faire — ce que le gouvernement doit faire — pour veiller à ce que nous tirions le maximum de ces accords.
L'essentiel, lorsque nous cherchons à aller de l'avant avec un accord commercial, est de veiller à ce que ce soit le bon accord pour les Canadiens et à promouvoir d'abord et avant tout les emplois canadiens — à leur accorder la priorité. Je sais que, pour le gouvernement précédent, le gouvernement de Stephen Harper, la création d'un environnement qui provoquait les investissements et le commerce, et qui favorisait le commerce, était d'importance capitale. C'est ce sur quoi mettaient l'accent le premier ministre Harper et sa solide équipe de ministres.
Je le répète, nous ne devons pas oublier de féliciter mon collègue, le député d'Abbotsford, qui est celui qui a fait de l'accord ce qu'il est aujourd'hui. De plus, l'ancien ministre du Commerce, le député d'York—Simcoe, a consacré des efforts considérables à faire avancer des accords tels que celui-ci.
Si ma mémoire est bonne, le gouvernement précédent a conclu plus de 40 accords. La raison pour laquelle nous avons réussi à conclure et à mettre en place plus de 40 accords, c'est que le gouvernement savait où il s'en allait et qu'il comprenait que le Canada était d'abord et avant tout un pays commerçant. Nous savions que notre économie était fondée sur les biens que nous produisons. Un emploi canadien sur cinq est lié directement ou indirectement au commerce. Le commerce nous permet d'assurer notre prospérité. Un milliard de dollars en exportations représente quelque 11 000 nouveaux emplois.
L'accord entre le Canada et l'Union européenne sera l'un des plus importants accords commerciaux que nous aurons signés depuis l'ALENA. Nos relations avec l'Union européenne remontent à 1497, quand Jean Cabot a débarqué au Canada. Il cherchait des épices, mais il a plutôt trouvé une grande quantité de poisson, plus spécifiquement de la morue. Par la suite, beaucoup de navires en provenance de l'Europe sont venus ici pour se procurer de la morue parce que la morue de l'Atlantique Nord prise au Canada était parmi les meilleures du monde. Elle était séchée, salée et envoyée en Europe. Par la suite, il y a eu la traite des fourrures avec les Premières Nations établies ici, puis avec la Compagnie de la Baie d'Hudson. Nous avons une longue histoire commerciale avec l'Europe.
Comme je l'ai dit plus tôt, l'accord commercial entre le Canada et l'Europe est un accord historique. À la Chambre, on l'a qualifié d'accord en or parce qu'il s'impose comme modèle à suivre pour les autres accords.
Il permettra aux producteurs canadiens d'avoir accès à plus de 500 millions de consommateurs. Il leur ouvrira la porte de la plus grande économie mondiale. En effet, l'Union européenne compte 500 millions de consommateurs et génère chaque année près de 20 billions de dollars d'activité économique.
On estime que l'Accord se traduira par une augmentation de 20 % des échanges bilatéraux et, comme on l'a maintes fois répété, qu'il pourrait injecter 12 milliards de dollars par année dans l'économie canadienne. Ce n'est pas rien. C'est beaucoup d'argent. C'est beaucoup d'emplois. Cela représente plus de 80 000 nouveaux emplois canadiens.
Lorsque l'Accord entrera en vigueur, près de 100 % des droits de douane européens sur les produits non agricoles seront éliminés et près de 94 % de ces droits sur les produits agricoles le seront aussi.
Cet accord va aussi donner aux fournisseurs de services canadiens, qui emploient plus de 13,8 millions de Canadiens et représentent 70 % du PIB total du Canada, le meilleur accès au marché que l'Union européenne ait jamais accordé à ses partenaires de libre-échange.
L'Accord offrira aussi aux fournisseurs de biens et services canadiens un accès sûr et préférentiel au plus grand marché d'approvisionnement du monde. Le secteur des marchés publics de l'Union européenne, dont la valeur est estimée à 3,3 billions de dollars, offrira à notre industrie et aux fournisseurs de services du Canada les meilleures possibilités d'exportation qu'il nous ait été donné de voir depuis des décennies.
Nous avons beaucoup débattu de ce que l'Accord procurera et de ce qui se produira lorsqu'il entrera en vigueur. J'aime toujours considérer les choses en fonction de ce qu'elles signifient pour ma province, la Colombie-Britannique. Je suis toujours le premier à dire à quel point je suis fier de venir de la Colombie-Britannique et d'être un député de cette province. L'Union européenne représente déjà le cinquième marché d'exportation et le quatrième partenaire commercial en importance de la Colombie-Britannique. La Colombie-Britannique bénéficiera grandement d'un accès préférentiel au marché de l'Union européenne. Une fois en vigueur, l'Accord éliminera les droits de douane sur presque toutes les exportations de la Colombie-Britannique, et il ouvrira des débouchés dans l'Union européenne. Les dispositions de l'Accord aideront à éliminer les obstacles réglementaires, à renforcer les droits de propriété intellectuelle et à garantir une plus grande transparence des règles en matière d'accès au marché. Grâce à l'Accord, la Colombie-Britannique aura un avantage concurrentiel par rapport aux exportateurs des pays qui n'ont pas conclu d'entente de libre-échange avec l'Union européenne.
Je l'ai déjà dit et je le répète: la Colombie-Britannique jouit de l'un des environnements commerciaux les plus concurrentiels, favorables et propices pour les entreprises. La province reçoit toujours des cotes de crédit triple A. La Colombie-Britannique dispose de vastes ressources, de faibles taux d'imposition, d'un système financier stable et bien réglementé, et d'un gouvernement financièrement responsable qui attire des investissements de partout dans le monde.
Tout cela a aussi déjà été le cas pour le Canada.
Le gouvernement précédent comprenait que pour que le Canada soit concurrentiel sur la scène mondiale, il devait créer un climat propice aux affaires et aux investissements, notamment en offrant une faible imposition, des emplois de qualité et des gens de métiers compétents. Le gouvernement conservateur comprenait cela.
La Colombie-Britannique est un carrefour commercial pour l'Asie-Pacifique et l'Amérique du Nord. Elle est également située à distance égale, par avion, entre les marchés de l'Asie et de l'Europe. L'Accord serait bénéfique pour nos exportateurs de poisson et de fruits de mer. Je l'ai déjà dit.
L'industrie des fruits de mer a connu de nombreuses transitions et son avenir est incertain. Nous venons tout juste d'achever notre étude de l'examen de la Loi sur les pêches. Nous avons étudié le stock de morue du Nord. Cette pêche n'a toujours pas été rouverte. Nous avons également étudié la pêche du saumon atlantique. Nous savons que les villages de pêche de la côte Est sont en difficulté, mais il existe des possibilités incroyables pour eux. Lorsque l'Accord entrera en vigueur, près de 96 % des lignes tarifaires de l'Union européenne pour le poisson et les produits de la mer seront libres de droits de douane et dans 7 ans, ce sera 100 % des produits qui seront exempts de droits de douane.
C'est énorme, car l'Union européenne est le plus important importateur de poisson et de produits de la mer au monde. En moyenne, les droits de douane de l'Union européenne pour le poisson et les fruits de mer sont de 11 % et peuvent atteindre 25 %. Le Canada jouira donc d'un avantage concurrentiel. Une fois que l'Accord entrera en vigueur, le Canada sera mieux placé pour livrer concurrence sur la scène mondiale.
J'ai beaucoup parlé de ce que l'AECG ferait et de ce qu'il apporterait, mais je veux parler de la mise en oeuvre d'accords, ce que cela suppose et comment il faut procéder.
Nous avons de solides liens familiaux avec l'Europe. Nous avons une vaste diaspora européenne au Canada qui nous assure de pouvoir nouer des liens. L'accès au commerce ne tient pas qu'aux accords officiels. Il ne suffit pas de signer l'accord. Nous devons veiller à avoir les ressources et faire tout en notre pouvoir pour être en mesure de tirer parti de ces débouchés. Qu'il s'agisse d'une stratégie portant sur nos ports ou nos aéroports, c'est un aspect que l'ancien gouvernement conservateur comprenait. Nous avons augmenté le budget pour les délégués commerciaux. Nous avons injecté les sommes nécessaires pour que notre politique sur le transport aérien soutienne nos activités commerciales et nos accords.
Je vais poursuivre sur ce sujet. Comme nous l'avons déjà dit, la signature des accords n'est qu'un pas, il faut ensuite une stratégie pour tirer profit de nos avantages, notamment nos avantages géographiques, au pays et à l'étranger. Qu'il s'agisse des délégués commerciaux, de dépenses en marketing ou d'investissements en soutien à l'exportation, un accord commercial doit toujours être appuyé par un programme global. L'accès aux marchés et la promotion du commerce ne servent à rien si nous ne pouvons pas déplacer les biens que nous produisons plus rapidement et plus efficacement que ne le font nos concurrents.
Le gouvernement conservateur précédent avait investi 14,5 milliards de dollars dans un programme des portes du Canada, dans les ports, les aéroports et le réseau de transport. Le Canada dispose d'un système multimodal de classe mondiale sans égal; nous sommes prêts à tirer profit de notre situation géographique. En 2006, sous le premier ministre Harper, le gouvernement a créé le programme de la porte de l'Asie-Pacifique, puis, en 2007, nous avons lancé le Cadre de politique national sur les portes et les corridors commerciaux stratégiques. Je voudrais d'ailleurs en parler davantage, car il est important d'en parler. Je le répète, la signature des accords ne représente qu'un pas. Le Canada doit faire en sorte que l'exportation des marchandises et les déplacements des gens se fassent plus rapidement et de manière plus efficiente qu'auparavant.
J'ai déjà parlé à maintes reprises du port de Prince Rupert, le port maritime occidental le plus près de l'Asie. Ce port nous procure un avantage concurrentiel, en ce sens que nos marchandises peuvent arriver un ou deux jours plus tôt que celles en provenance de n'importe quel autre port de la côte Ouest. Comme je l'ai déjà dit, les produits en provenance ou à destination de l'Amérique du Nord arrivent à bon port plus rapidement, en nécessitant moins de carburant et en étant moins exposés à des risques. De plus, nos réseaux routier et ferroviaire à destination du Midwest américain sont les plus rapides et les plus écologiques; ils traversent le Canada et se rendent directement au coeur des États-Unis. J'ai déjà dit que la piste de l'aéroport de Prince George, ma ville, se situe au troisième rang des plus longues au Canada. Le gouvernement conservateur précédent a investi dans cet aéroport afin qu'il puisse soutenir la concurrence sur la scène mondiale. Je ne parle ici que de ma circonscription.
Le port du Grand Vancouver est le port le plus diversifié d'Amérique du Nord. Chaque année, il y transite pour 75 milliards de dollars de marchandises provenant de plus de 160 économies fondées sur les échanges commerciaux. À elles seules, les activités portuaires ont des répercussions économiques de 9,7 milliards de dollars par année et elles ne cessent de croître. Tous ces excellents investissements réalisés par le gouvernement conservateur précédent permettront au pays de se prévaloir des débouchés qui découleront de l'accord de libre-échange.
Je voudrais parler encore des portes d'entrée. Il y en a trois grandes au Canada, notamment la porte d'entrée de l'Asie-Pacifique et la porte d'entrée continentale Ontario-Québec, à laquelle le gouvernement précédent, formé par mon parti, a consacré des sommes d'argent énormes. Grâce à CentrePort, à Winnipeg, et à d'autres investissements dans les corridors commerciaux et la logistique des chaînes d'approvisionnement, nous avons pu nous insérer dans les flux économiques vers les régions des États-Unis.
Mis sur pied en 2007, le programme de la Porte de l'Atlantique misait sur la tradition séculaire d'utilisation des provinces de l'Atlantique comme tremplin commercial vers les États-Unis.
Le gouvernement conservateur savait que les investissements n'arriveraient pas simplement en signant un accord. Nous nous sommes penchés sur la question de nos corridors commerciaux. Qu'il s'agisse du port d'Halifax, qui occupe le troisième rang pour le transport des conteneurs, ou encore du transporteur ferroviaire de première classe le plus efficace d'Amérique du Nord, du service de transport de conteneurs à deux niveaux sur la côte Est et la côte Ouest, le gouvernement savait qu'il lui fallait faire davantage que simplement conclure des accords pour permettre aux consommateurs et aux producteurs d'en tirer parti.
Le commerce international est un dossier très complexe que nous devons examiner sous plusieurs angles. Nous avons parlé d'un cadre servant à définir la stratégie et l'approche globale en matière de commerce international. Je prends de nouveau l'exemple de l'accord conclu en 2007. Le gouvernement conservateur a su bien définir la tendance qui se dégageait de nos accords commerciaux et l'orientation que nous voulions prendre. En décembre 2009, nous avons signé un accord général sur le transport aérien qui a permis aux sociétés aériennes canadiennes de trouver des débouchés sur 27 autres marchés. En retour, nous avons accordé aux autres États signataires le même droit d'accès dans le cas du marché canadien.
Le Canada atlantique est situé directement sur la trajectoire des vols internationaux. L'aéroport de Gander est l'un des plus vieux aéroports d'Amérique du Nord. Il reçoit une quantité impressionnante de fret d'outre-Atlantique, et ce, grâce aux investissements réalisés par le gouvernement conservateur. Nous avons examiné notre politique aérienne afin que la politique portant sur le fret aérien soit conforme à notre vision et que nos aspirations correspondent à nos projets en matière de cadre réglementaire et stratégique.
Le gouvernement conservateur a investi dans l'information et la technologie afin que le Canada soit en harmonie avec certains de ses principaux partenaires commerciaux, qu'il s'agisse des États-Unis — notre principal partenaire commercial — ou de l'Union européenne. Nous voulions être au diapason de ces pays sur le plan de l'information et de la technologie. Nous voulions une chaîne d'approvisionnement sûre.
Je parle beaucoup des portes d'entrée commerciales et de la promotion du Canada, car j'ai été en première ligne de la promotion de notre pays. On demande toujours pourquoi le Canada? J'ai eu l'occasion d'aller en Europe l'automne dernier. J'ai pris un autobus en portant mon épinglette du Canada. Quelques personnes m'ont demandé cette épinglette. Les gens veulent commercer avec le Canada. Ils veulent être associés au Canada. Pourquoi? Parce que nous avons la primauté du droit et que notre pays est l'un des plus sûrs au monde. Notre système politique est sans pareil.
Jusqu'à il y a 18 mois, le contexte commercial était assez sûr. La dette du Canada n'était pas élevée, ce qui crée généralement une certaine incertitude politique, surtout auprès des investisseurs. Nous formions un gouvernement pragmatique qui fondait ses actions sur des principes et qui savait dans quelle direction le pays voulait s'engager, et nous avons examiné nos différentes politiques, notre politique aérienne, notre réglementation, notre cadre opérationnel. Nous nous sommes assurés que nos PME avaient la possibilité d'investir, de prendre de l'expansion et de constater les avantages des accords commerciaux, notamment grâce à notre programme Le monde à votre portée, qui fournissait des conseils en matière de financement et de commercialisation.
La signature d'un accord ne représente qu'une partie du processus. Nous félicitons le gouvernement d'avoir fait franchir la ligne d'arrivée à l'Accord économique et commercial global et nous célébrons cet accomplissement, mais il y a encore une panoplie de démarches à faire avant l'entrée en vigueur de cet accord. Le gouvernement conservateur a très bien fait les préparatifs. Nous espérons que le gouvernement libéral le reconnaît, qu'il mènera ce dossier à terme et qu'il poursuivra certains des programmes financés par le gouvernement précédent. Nous avons financé de nombreuses initiatives différentes parce que, sous le premier ministre Harper, nous comprenions que le Canada est avant tout un pays commerçant et que les emplois des Canadiens et la prospérité du Canada dépendent du commerce.
View Harold Albrecht Profile
CPC (ON)
View Harold Albrecht Profile
2017-02-13 17:25 [p.8869]
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Barrie—Springwater—Oro-Medonte.
It is my privilege to speak on behalf of the residents of Kitchener—Conestoga on such an important piece of legislation that would have a huge impact on our local economy, as well as the entire Canadian economy.
Bill C-30, an act to implement the comprehensive economic and trade agreement between Canada and the European Union and its member states, better known as CETA, is a landmark agreement. This landmark agreement is a result of years of hard work, especially by our world-class trade negotiators, who did most of the heavy lifting.
I would also like to acknowledge the incredible hard work of my colleagues, the member for Abbotsford, the former trade minister, and also the member for Battlefords—Lloydminster, the former agriculture minister, who did a lot of work to ensure that this free trade agreement would, in fact, be put in place and benefit so many sectors in our society, not the least of which is the agriculture sector, which is largely represented in the riding of Kitchener—Conestoga. We welcome the opportunity to bring the deal into force.
With 28 member states, the EU represents 500 million people and annual economic activity of almost $20 trillion. The EU is the world's largest economy. It is also the world's largest importing market for goods. The EU's annual imports alone are worth more than Canada's GDP.
Conservatives have always been the party of free trade. We will continue to be the party that stands up for free trade, because we know that with free trade comes higher-quality competition and co-operation among countries for shares of economic prosperity.
Between 2006 and 2015, under the leadership of Stephen Harper and exceptional ministers of international trade, the previous government was instrumental in negotiating not only CETA but many other free trade agreements globally. For example, the Conservative government brought negotiated free trade and saw the agreements come into force with Iceland, Liechtenstein, Norway, Switzerland, Peru, Colombia, Jordan, Panama, Honduras, and South Korea.
Today in Canada one in five Canadian jobs is linked to trade. In strengthening Canada's trade relations, we support these existing jobs, as well as job creation and economic growth. We know that the free flow of goods and services creates jobs and economic growth for all Canadians, and that is why I am proud to have been part of a government that always championed free trade globally.
It is because of all of this I am very disappointed that the trans-Pacific partnership seems to be in jeopardy as I truly believe that it, too, could have unleashed great economic prosperity within each country that was involved in its negotiations. However, I will be supporting this piece of legislation and expect members of the House to be unanimous as it stands to benefit the constituents of every single one of our ridings. However, based on comments from many of my NDP colleagues, it again looks like they will vote against jobs and more opportunity for their constituents.
A joint Canada-EU study that supported the launch of negotiations concluded that a trade agreement with the EU could bring a 20% boost in bilateral trade and a $12-billion annual increase to Canada's economy, the economic equivalent of adding $1,000 to the average Canadian family's income or almost 80,000 new jobs to the Canadian economy. This trade agreement is about job creation for Canadians.
These increases would be made possible, because when CETA comes into force, nearly 100% of all EU tariff lines on non-agricultural products will be duty-free, along with close to 94% of all EU tariff lines of agricultural products. This is especially important for Canada's beef, pork, grain and oilseeds producers. These sectors would benefit greatly from the implementation of CETA.
Canadian service suppliers would also have the best market access the EU has ever granted to its other free trade agreement partners. Why is this so substantial? This service industry employs more than 13 million Canadians and accounts for 70% of Canada's total GDP.
The Canada-EU trade agreement would also give Canadian suppliers of goods and services secure, preferential access to the world's largest procurement market. The EU's $3.3 trillion government procurement market will provide them with significant new export opportunities. The agreement expands and secures opportunities for Canadian firms to supply their goods and services to the EU's 28 member states and thousands of regional and municipal government entities.
In the Waterloo region, we have a well-known high-tech sector as well as advanced manufacturing. These companies stand to gain access to a huge market share in the EU, companies like Ontario Drive and Gear, which manufacturers the all-terrain vehicle Argo and also manufactures high quality gear products; companies like MyoVision, Clearpath Robotics, Olympia, which manufacturers ice clearing machines similar to the Zamboni but much better than the Zamboni, plus many other startups that are coming out of the Waterloo region.
I also spoke earlier about the benefit to the agricultural sector in my riding of beef, pork, grain, and oilseeds.
Allow me to highlight an award-winning dairy farm in my riding, producing what is clearly the greatest cheese in all of Canada. I am talking about Mountainoak Cheese. I would urge all my colleagues, specifically those from southwestern Ontario, if they have not visited Mountainoak Cheese, it is an absolute must, especially for cheese lovers.
Mountainoak Cheese is the recipient of several awards, a few recent ones being first place for the three-year-old cheese in the hard cheese class; first place for its farmstead mild in the semi-firm cheese class. At the 2016 cheese competition at the Royal, its gold was first for the interior ripened Edam, Gouda, Asiago category and the grand champion variety cheese reserve.
Mountainoak has become so well known that even Rick Mercer recently visited to help it make some cheese.
I share this because it is businesses like these that will greatly benefit from the lower tariffs found in CETA specifically pertaining to specialty cheeses. They will be able to bring their award-winning cheese to the EU and make us in Kitchener—Conestoga even prouder than we already are.
I remember when we signed this free trade agreement. The dairy industry had big concerns about the 3% import of cheese into the Canadian market. Because I knew about Mountainoak Cheese and other high quality cheese producers in Canada, I was convinced from the very beginning that if Canadian cheese producers were given the access to European markets, they had nothing to fear in terms of imports. In fact, by expanding their ability to ship into the European market, they would actually expand their ability to produce more and better quality cheese.
In conclusion, and keeping the dairy industry in mind, I would like to discuss the promises that our previous government made to this sector in order to help them with the transition into this new free trade agreement. I would also expect that the Liberal government would also honour commitments made to vital sectors of our economy, namely, the supply managed dairy industry as well as commitments made to the province of Newfoundland and Labrador in terms of the CETA fisheries investment fund.
Last week I rose in the House and asked the Minister of International Trade whether he would make the commitment to maintaining these assurances, specifically to the dairy industry, as I had met with the dairy industry just the day prior. Unfortunately, when I asked the minister this question, I was not given a straight answer. If the government were to withdraw or minimize the measures our government made to the dairy industry and to other supply managed sectors, in my opinion, it would be pulling the rug out from under these industries that had been relying upon these promises in order to make the transition.
As CETA approaches its final implementation, our party will continue to hold the Liberal government to account and ensure that Canadians will reap the rewards of free trade. I urge all my colleagues to support this trade agreement because it is in the interests of every Canadian and it is in the interests of creating new jobs and opportunities for Canadians.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec le député de Barrie—Springwater—Oro-Medonte.
C'est pour moi un privilège de parler au nom des résidants de Kitchener—Conestoga au sujet d'une mesure législative aussi importante qui aurait des répercussions énormes sur notre économie locale et sur l'ensemble de l'économie canadienne.
Le projet de loi C-30, Loi portant mise en oeuvre de l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne et ses États membres, est un accord historique. Cet accord historique est l'aboutissement d'années d'efforts, surtout de la part de nos négociateurs commerciaux de calibre mondial, qui ont fait le gros du travail.
J'aimerais aussi souligner le travail extraordinaire de mes collègues, le député d'Abbotsford, ancien ministre du Commerce, et aussi le député de Battlefords—Lloydminster, ancien ministre de l'Agriculture, qui n'ont pas ménagé les efforts pour s'assurer que cet accord de libre-échange serait mis en vigueur et profiterait à un grand nombre de secteurs dans notre société, dont celui de l'agriculture n'est pas le moindre et qui est très bien représenté dans la circonscription de Kitchener—Conestoga. Nous nous réjouissons de pouvoir mettre cet accord en vigueur.
Avec 28 États membres, l'Union européenne représente 500 millions de personnes et une activité économique annuelle de près de 20 billions de dollars. L'Union européenne possède la plus grande économie du monde. C'est aussi le plus grand importateur du monde. La valeur des importations annuelles de l'Union européenne est supérieure au PIB du Canada.
Le Parti conservateur a toujours été le parti du libre-échange. Nous continuerons de promouvoir le libre-échange, car nous savons qu'il encourage les pays à coopérer davantage et à devenir plus concurrentiels pour assurer un meilleur partage de la prospérité.
Entre 2006 et 2015, sous le leadership de Stephen Harper et d'exceptionnels ministres du Commerce international, l'ancien gouvernement a négocié non seulement l'Accord économique et commercial global, mais beaucoup d'autres accords de libre-échange à l'échelle internationale. À titre d'exemple, le gouvernement conservateur a mis en oeuvre les accords négociés avec l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse, le Pérou, la Colombie, la Jordanie, le Panama, le Honduras et la Corée du Sud.
À l'heure actuelle, un emploi canadien sur cinq dépend du commerce. Renforcer les relations commerciales du Canada, c'est soutenir ces emplois tout en stimulant la création d'emplois et la croissance économique. Nous savons que la libre circulation des biens et services est source d'emplois et de croissance économique pour tous les Canadiens. C'est pourquoi je suis fier d'avoir fait partie d'un gouvernement qui s'est toujours fait le champion du libre-échange à l'échelle internationale.
Pour toutes ces raisons, je suis déçu de voir que le Partenariat transpacifique est en péril. Je crois sincèrement qu'il pourrait, lui aussi, engendrer beaucoup de prospérité dans les pays ayant participé aux négociations. Néanmoins, je vais appuyer ce projet de loi et je voudrais que la Chambre l'adopte à l'unanimité, puisqu'il devrait être avantageux pour les gens de toutes les circonscriptions du pays. Toutefois, d'après les propos que de nombreux députés du NPD ont tenus, on dirait bien qu'ils s'apprêtent encore une fois à voter contre la création d'emplois et contre les perspectives économiques nouvelles dont pourraient profiter les gens de leur circonscription.
Selon une étude qui a été réalisée conjointement par le Canada et l'Union européenne et qui militait pour la tenue de négociations, un accord commercial avec l'Europe pourrait augmenter le commerce bilatéral de 20 % et ajouter 12 milliards de dollars par année au PIB du Canada, soit l'équivalent d'une hausse de 1 000 $ du revenu annuel de la famille canadienne moyenne ou de la création de presque 80 000 emplois au Canada. Cet accord commercial est destiné à créer des emplois pour les Canadiens.
De telles hausses seraient possibles parce qu'une fois que l'Accord économique et commercial global sera en vigueur, près de 100 % des droits de douane de l'Union européenne sur les produits des autres secteurs que le secteur agricole seront éliminés. Dans le secteur agricole, près de 94 % des droits de douane seront éliminés. C'est particulièrement important pour les producteurs canadiens de boeuf, de porc, de céréales et d'oléagineux. Ce sont des secteurs qui bénéficieraient grandement de la mise en oeuvre de l'Accord.
Les fournisseurs canadiens de services auraient, quant à eux, le meilleur accès au marché de l'Union européenne qui ait jamais été accordé dans le cadre d'un accord de libre-échange. Pourquoi est-ce d'une grande importance? Parce que le secteur des services emploie plus de 13 millions de Canadiens et représente 70 % du PIB total du Canada.
L'Accord offrira aussi aux fournisseurs de biens et services canadiens un accès sûr et préférentiel au plus grand marché d'approvisionnement au monde. Le secteur des marchés publics de l'Union européenne, dont la valeur est estimée à 3,3 billions de dollars, leur procurera en effet d'importants nouveaux débouchés. L'Accord permettra également aux entreprises canadiennes de trouver de nouveaux débouchés en offrant leurs biens et services aux 28 États membres et aux milliers d'administrations publiques régionales et locales.
Nous avons, dans la région de Waterloo, un secteur bien connu de la haute technologie, ainsi qu'un secteur manufacturier de pointe. Ces entreprises pourraient avoir accès à un large marché dans l'Union européenne, notamment des entreprises comme Ontario Drive and Gear, qui fabrique des véhicules tout-terrain, dont l'Argo, ainsi que des équipements de haute qualité, MyoVision, Clearpath Robotics, Olympia, qui fabrique des surfaceuses, comme les Zamboni, mais beaucoup mieux que celle-ci, ainsi que diverses autres jeunes entreprises qui ont été lancées dans la région de Waterloo.
J'ai aussi mentionné plus tôt les avantages pour le secteur agricole dans ma circonscription, les producteurs de boeuf, de porc, de céréales et d'oléagineux.
J'aimerais attirer l'attention sur une exploitation laitière d'exception qui se trouve dans ma circonscription. Celle-ci a même remporté des prix. Elle produit ce qui constitue manifestement le meilleur fromage du Canada. Il s'agit de la fromagerie Mountainoak Cheese. J'encourage tous mes collègues, tout particulièrement ceux qui viennent du Sud de l'Ontario, d'y faire une visite. C'est un incontournable, tout particulièrement les amateurs de fromage.
La fromagerie Mountainoak a remporté plusieurs prix, dont, récemment, une première place pour son fromage vieilli trois ans dans la catégorie des fromages à pâte ferme, une première place pour son fromage Farmstead Mild, dans la catégorie des fromages à pâte demi-ferme. À la compétition de fromages de la foire agricole d'hiver The Royal, elle a remporté la médaille d'or dans la catégorie « Fromages affinés dans la masse — Edam, Gouda, Asiago » et le prix « Grand champion toutes variétés de fromages ».
La renommée de Mountainoak est telle que même Rick Mercer l'a visitée récemment pour prendre part à la fabrication de fromage.
Je raconte tout cela parce que ce sont des entreprises comme celle-là qui profiteront grandement de la réduction des droits de douane que prévoit l'Accord pour les fromages fins. Mountainoak pourra offrir ses fromages primés à l'Union européenne et faire encore plus la fierté de Kitchener—Conestoga.
Je me souviens qu'au moment de la signature de l'Accord, l'industrie laitière s'inquiétait vivement de l'importation de 3 % de fromages dans le marché canadien. Comme je connaissais la fromagerie Mountainoak et d'autres producteurs de fromages fins au Canada, j'ai toujours été persuadé que les fromagers canadiens n'auraient rien à craindre des importations si on leur offrait l'accès aux marchés européens et qu'en fait, en élargissant leur marché d'exportation à l'Europe, on leur permettait de raffiner leurs méthodes afin d'augmenter la quantité et la qualité de leurs fromages.
En conclusion, en pensant à l'industrie laitière, je parlerai des promesses faites par l'ancien gouvernement afin d'aider ce secteur à s'adapter aux conséquences du nouvel accord de libre-échange. Je m'attends à ce que le gouvernement libéral honore les engagements pris auprès de secteurs essentiels de l'économie — soit l'industrie laitière, qui est soumise à la gestion de l'offre — ainsi que les promesses présentées à Terre-Neuve-et-Labrador au sujet du fonds d'investissement dans les pêches.
La semaine dernière, j'ai demandé au ministre du Commerce international s'il s'engageait à respecter ces promesses, particulièrement celles visant l'industrie laitière, comme j'avais rencontré ses représentants la veille. Malheureusement, je n'ai pas obtenu de réponse claire du ministre. Si le gouvernement annulait ou réduisait les mesures que le gouvernement précédent a promises à l'industrie laitière et aux autres secteurs soumis à la gestion de l'offre, ce serait leur couper l'herbe sous le pied. Ils comptent sur ces engagements pour survivre à la transition.
Maintenant que la mise en oeuvre finale de l'Accord approche, notre parti continuera d'exiger du gouvernement libéral qu'il rende des comptes et veillera à ce que les Canadiens récoltent les fruits du libre-échange. J'exhorte mes collègues à appuyer cet accord de libre-échange parce qu'il est avantageux pour tous les Canadiens et qu'il permettra de créer de nouveaux emplois et de nouveaux débouchés au pays.
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2017-02-08 17:13 [p.8650]
Madam Speaker, I rise this evening in strong support of Bill C-30, an act to implement the Comprehensive Economic and Trade Agreement between Canada and the European Union and its Member States and to provide for certain other measures.
It has been a long time coming, more than a decade, and there have been so many people who have been involved on the Canadian side in helping shape CETA. Certainly, much credit is owed to Canada's world-class trade negotiators, who for 10 years did much of the heavy lifting. I would be remiss if I did not acknowledge several hon. members in this House who played an instrumental role in concluding CETA.
Much credit is due to the hon. members for Abbotsford and Battlefords—Lloydminster. Under their leadership, Canada reached an agreement in principle with the European Union in 2014.
Credit is also owed to the hon. member for York Centre, who, as Canada's international trade minister, commenced the negotiations with the European Union back in 2009, and did a lot of the early heavy lifting, as did Stockwell Day when he was the minister of international trade.
Credit is owed to our current Minister of Foreign Affairs, who, in her previous portfolio as Minister of International Trade, helped get CETA across the finish line.
Finally, credit is owed to former Prime Minister Stephen Harper. It was Prime Minister Stephen Harper who had a great vision when it came to market liberalization and free trade. For 10 years, Prime Minister Harper presided over a decade of success when it comes to trade, including the signing of 46 historic free trade agreements, CETA being the largest of those free trade agreements. Indeed, CETA is the largest free trade agreement since NAFTA.
Canada is a trading nation. Two-thirds of Canada's GDP is tied to trade. One in five jobs is tied to trade. Since the ratification of the Canada-U.S. free trade agreement in 1988, trade between Canada and the United States has flourished. Each and every day there is some $2 billion in trade occurring between Canada and the United States. Of course, Canada has preferential access to the U.S. market through NAFTA.
With CETA, Canada stands to gain preferential access to the largest economy in the world, the European Union, which is comprised of 28 member states, has a population of more than 500 million people, and boasts an annual economic activity of nearly $20 trillion.
What is more the European Union is the largest importer in the world, which complements Canada's export-driven economy. Canada already does a lot of trade with the European Union. The European Union is Canada's second-largest trading partner. Each and every year, Canada does approximately $80 billion to $90 billion in trade with the European Union.
Over the years, Canada's economic ties with the European Union have been strengthened. When we look at exports, for example, we have seen exports to the European market increase from some $17.9 billion in 1997 to $40 billion today. With CETA, Canada's economic and trade ties to the EU promises to grow even stronger. Indeed, an early Canada-EU joint study projected that bilateral trade between Canada and the European Union stands to gain by some 20%, thanks to CETA.
For my province of Alberta, CETA is nothing short of a big win. The European Union is Alberta's fourth-largest export destination. It is also Alberta's third-largest trading partner. Simply put, what CETA means for Alberta is the elimination of almost all EU tariff lines on Alberta exports destined for the European market.
Under CETA, EU agricultural and agrifood tariff lines will be eliminated, 94% will be eliminated immediately. That number will eventually rise to 95%. With the elimination of those agricultural and agrifood tariff lines, there are tremendous opportunities for Alberta's large and vibrant agricultural and agrifood sectors.
In that regard, the Canadian Agri-Food Trade Alliance projects that Canadian agri-food exports to the European Union will grow by some $1.5 billion, thanks to CETA.
It is not just the agricultural sector that stands to benefit from CETA, frankly it is all sectors of the Canadian and Alberta economies. That is because under CETA, nearly 100% of non-agricultural tariffs will be eliminated. That presents enormous opportunities for many sectors, including the service sector.
The service sector comprises about 54% of Alberta's GDP; 1.5 million Alberta jobs are tied to the service sector. Under CETA, Canadian service suppliers stand to gain the best market access to the European Union compared to the EU's other free trade partners. What that means is new markets and new opportunities for Alberta and Canada's service suppliers.
Investment is important to the Canadian economy, and it is absolutely crucial in connecting Canada to global supply chains. When we look at, for example, investment, Canadian foreign direct investment to the European Union last year equalled $210 billion. That is roughly 21% or 22% of Canadian foreign direct investment directed into the European Union.
What CETA promises investors is to help facilitate investment, both for Canadian investors and European investors. Not only that, CETA means more certainty, more transparency, and more protection for investors.
While there is much to be proud of and much to look forward to with CETA, it is not entirely good news, because when our government left office 15 months ago and passed the torch to the Liberal government, we gave the government, essentially, a free trade agreement with the European Union on a silver platter.
For whatever reason, the Liberals decided that it somehow was not good enough, that they would reopen it. What did that result in?
It resulted in a lesser deal for Canada when the European Union made the commitment to regional governments to put in agricultural safeguards to protect against import surges. When we talk about investment, which is very important and a very important aspect of CETA, there is also some uncertainty surrounding the investor-state settlement dispute process, which will not be part of the provisional coming into force of this agreement, which it was under the deal that was negotiated by our previous Conservative government.
It is not all good news, but that should not take away from the fact that on the whole, CETA is a good deal. In that regard, when we take a step back and look at CETA, and what it means for Canada, one important fact is that it will mean that Canada will have preferential market access to both the United States and the European Union, the two largest economies in the world.
Combined, the United States and the European Union represent about 50% of global GDP. From a strategic standpoint, CETA is a big win relative to the United States, inasmuch as Canada would get first mover advantage in relation to the European Union.
That presents many opportunities for Canada in terms of becoming an investment gateway for European Union investors seeking access to the United States market for NAFTA, and an investment gateway for U.S. investors seeking access to the European Union market.
CETA means more trade, more opportunities for Canadian businesses, and it means more jobs for Canadians. After 10 years of hard work and tough negotiations, Canada is on the cusp of achieving this historic free trade agreement.
For jobs, for growth, and for the long-term prosperity of Canada, let us get it done. Let us get CETA across the finish line. Let us pass Bill C-30.
Madame la Présidente, je tiens à souligner ce soir que j’appuie fortement le projet de loi C-30, loi portant mise en œuvre de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne et ses États membres et comportant d’autres mesures.
C'est un accord que nous attendions depuis longtemps, depuis plus de 10 ans, et un grand nombre de Canadiens ont contribué à sa conception. Nous ne pouvons qu’admirer les négociateurs commerciaux chevronnés du Canada qui, pendant 10 ans, ont accompli le plus gros de ce travail. Je m’en voudrais de ne pas reconnaître plusieurs collègues ici à la Chambre qui ont joué un rôle crucial dans la conclusion de cet accord.
Nous devons reconnaître la contribution des députés d’Abbotsford et de Battlefords—Lloydminster. Sous leur direction, le Canada est parvenu à un accord de principe avec l’Union européenne en 2014.
Nous pouvons aussi remercier le député de York-Centre qui, dans son rôle de ministre du Commerce international du Canada, avait entamé les négociations avec l’Union européenne en 2009. Il a accompli le plus gros de ce travail avec Stockwell Day quand celui-ci était ministre du Commerce international.
Remercions aussi la ministre des Affaires étrangères actuelle qui, dans le cadre de son portefeuille précédent de ministre du Commerce international, a aidé à la conclusion de l'Accord économique et commercial global.
Reconnaissons enfin la contribution de l’ancien premier ministre Stephen Harper. En aspirant à sa vision extraordinaire de libéralisation des marchés et de libre-échange, il a dirigé notre pays pendant plus de 10 ans à travers une longue période de succès en matière de commerce, dont la signature de 46 accords de libre-échange historiques, l’AECG étant le plus prestigieux. Il est vrai que l’AECG est l’accord de libre-échange le plus important que nous ayons conclu depuis l’ALENA.
Le Canada est une nation commerciale. Les deux tiers de son PIB dépendent de ses activités commerciales. Un emploi sur cinq est lié au commerce. Depuis la ratification de l’Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis, en 1988, le commerce entre nos deux pays s’est énormément développé. Chaque jour, ils mènent des échanges commerciaux d’une valeur de 2 milliards de dollars. Évidemment, le Canada jouit d’un accès préférentiel aux marchés américains grâce à l’ALENA.
Grâce à l’AECG, le Canada obtiendra un accès préférentiel à la plus importante économie au monde, celle de l’Union européenne, qui se compose de 28 États membres, dont la population dépasse 500 millions d’habitants et dont l’activité économique annuelle s’élève à près de 20 billions de dollars.
De plus, l’Union européenne est le plus grand importateur au monde. Elle complète donc très bien l’économie canadienne, qui dépend avant tout de l’exportation. Le Canada effectue déjà beaucoup de transactions commerciales avec l’Union européenne, qui est le deuxième partenaire le plus important du Canada. Chaque année, le Canada traite pour une valeur de 80 à 90 milliards de dollars avec l’Union européenne.
Au fil des ans, nos liens économiques avec l’Union européenne se sont renforcés. Prenons par exemple les exportations qui, en 1997, s’élevaient à 17,9 milliards de dollars et qui atteignent aujourd’hui 40 milliards de dollars. L’AECG renforcera plus encore les liens économiques et commerciaux du Canada et de l’Union européenne. En fait, les résultats d’une étude menée conjointement par le Canada et l’Union européenne au début des négociations prévoient que le commerce bilatéral entre nos deux pays augmentera d'environ 20 % grâce à l’AECG.
Pour ma province, l’Alberta, l’Accord économique et commercial global n’est rien de moins qu’une grande victoire. L’Union européenne est la quatrième destination en importance pour les exportations de l’Alberta. Elle est aussi son troisième partenaire commercial en importance. Autrement dit, ce que l’Accord signifie pour l’Alberta, c’est l’élimination de presque toutes les lignes tarifaires de l'Union européenne sur les exportations de l’Alberta destinées au marché européen.
En vertu de l’Accord, les lignes tarifaires de l’Union européenne dans le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire seront éliminées, dont 94 % immédiatement, cette proportion étant appelée à atteindre 95 %. L’élimination de ces lignes tarifaires représente des débouchés considérables pour le secteur importants et dynamiques de l’agriculture et de l’agroalimentaire en Alberta.
À cet égard, l’Alliance canadienne du commerce agroalimentaire prévoit que les exportations agroalimentaires du Canada vers l’Union européenne augmenteront de quelque 1,5 milliard de dollars grâce à l’Accord.
Ce n’est pas seulement le secteur agricole qui est appelé à profiter de cet accord, mais bien franchement, tous les secteurs économiques du Canada et de l’Alberta. Cela s'explique du fait qu’en vertu de l’Accord, presque tous les tarifs non agricoles seront éliminés. Cela créera énormément de débouchés dans de nombreux secteurs, y compris celui des services.
Le secteur des services représente environ 54 % du PIB de l’Alberta; 1,5 million d’emplois en Alberta y sont liés. En vertu de l’Accord, les fournisseurs de services canadiens pourront vraisemblablement profiter du meilleur accès au marché européen par rapport aux autres partenaires de libre-échange de l’Union européenne. Cela signifie de nouveaux marchés et de nouveaux débouchés pour les fournisseurs de services de l’Alberta et du Canada.
Les investissements sont importants pour l’économie canadienne, et ils sont absolument essentiels pour relier le Canada aux chaînes d’approvisionnement mondiales. Lorsque l’on regarde de plus près les investissements, on constate que l’investissement étranger direct du Canada dans les pays de l’Union européenne a totalisé 210 milliards de dollars l’an dernier. C’est donc dire qu’environ 21 % ou 22 % de l’investissement étranger direct du Canada se fait dans les pays de l’Union européenne.
L’Accord promet aux investisseurs, tant canadiens qu’européens, de faciliter les investissements. Qui plus est, il est synonyme d’une certitude, d’une transparence et d’une protection plus grandes pour les investisseurs.
Même s’il y a de quoi être fier de cet accord et d'en attendre beaucoup, il y a un hic. Lorsque notre gouvernement a quitté le pouvoir, il y a 15 mois, et qu’il a passé le flambeau au gouvernement libéral, ce dernier a pour ainsi dire reçu sur un plateau d’argent un accord de libre-échange avec l’Union européenne.
Mais pour je ne sais quelle raison, les libéraux ont décidé que cet accord n’était pas suffisamment bon et qu’il fallait le rouvrir. À quoi cela a-t-il abouti?
Cela a donné lieu à une moins bonne affaire pour le Canada, l’Union européenne ayant pris l’engagement auprès des gouvernements régionaux d’imposer des protections dans le domaine agricole contre des augmentations subites des importations. Lorsque l’on parle d’investissements, qui sont très importants et qui représentent un aspect essentiel de l’Accord économique et commercial global, on note aussi une certaine incertitude en ce qui a trait au processus de règlement des différends investisseur-État, qui ne fera pas partie des dispositions qui prendront effet avec cet accord, contrairement à ce qui avait été négocié par le gouvernement conservateur.
Ce ne sont pas toutes de bonnes nouvelles, mais cela n’enlève rien au fait que, dans l'ensemble, l’Accord économique et commercial global représente une bonne affaire. À cet égard, si nous prenons un peu de recul pour examiner l'Accord et ce qu’il signifie pour le Canada, il est important de relever que le Canada obtiendra un accès préférentiel aux marchés des États-Unis et de l'Union européenne, les deux plus grandes économies du monde.
Ensemble, les États-Unis et l'Union européenne représentent environ 50 % du PIB mondial. D'un point de vue stratégique, l'Accord constitue pour nous une grande victoire sur les États-Unis, dans la mesure où le Canada obtiendrait l'avantage du premier arrivé aux yeux de l'Union européenne.
Cet accord offre au Canada de nombreuses possibilités, dont celle de devenir une passerelle pour les investisseurs de l'Union européenne qui veulent accéder au marché des États-Unis pour l'ALENA, et une passerelle pour les investisseurs américains qui veulent accéder au marché de l'Union européenne.
L'Accord se traduira par une activité commerciale et des possibilités accrues pour les entreprises canadiennes, et par un plus grand nombre d'emplois pour les Canadiens. Après 10 ans de dur labeur et de négociations ardues, le Canada est sur le point de concrétiser cet accord de libre-échange historique.
Pour les emplois, pour la croissance et pour la prospérité à long terme du Canada, nous devons aller de l'avant, faire aboutir cet accord. Adoptons le projet de loi C-30.
Results: 1 - 6 of 6

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data