Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 13 of 13
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2019-06-11 17:50 [p.28946]
Mr. Speaker, as this session comes to a close, I cannot think of a better way to end my first term as the member of Parliament for Yorkton—Melville than to rise and speak to our veterans community on issues that so deeply impact veterans' quality of life following service and their sense of being valued and appreciated by Canadians.
I am humbled and grateful that I have had the privilege of serving as deputy shadow minister of Veterans Affairs and also on the Standing Committee on Veterans Affairs for these four years.
In that time, individual veterans and veterans organizations have reached out to me through committee, social media groups, emails and face-to-face meetings at round tables and town halls as I travelled across Canada and then over to France to celebrate Canada's Hundred Days. The time I spent with the veterans who travelled with us was very precious. They have also reached out to me by getting together informally at restaurants and in homes.
What I have appreciated more than anything is how patient veterans have been with me while reminiscing, documenting experiences and providing their perspectives on how things could be done so much better than they are.
I am sure members can appreciate that veterans do not tend to sugar-coat the issues. They are pretty direct. They speak very frankly and passionately. I am not surprised or, quite honestly, offended by the intensity they sometimes express. After all, they have been trained to be intense, to fight against injustice and to fight for us.
Long overdue is the government's recognition of duty of care implied in the promise that whatever happens when enlisting, the government will take care of veterans and their families. The recommendations on transition, mental health, homelessness, medicinal cannabis, abuse of mefloquine as an anti-malarial drug and financial support for the treatment of physical and mental repercussions of war, just to name a few, are reasonable and achievable.
Motion No. 255 provides the opportunity for the Government of Canada to respond to veterans' recommendations on the need and the possibility to end veterans homelessness in Canada: first, by setting a clear target for eliminating homelessness among Canadian veterans; second, by maximizing Veterans Affairs Canada's capacity to deliver key benefits; and, third, by co-partnering with national veterans organizations to employ their existing capacity, peer-to-peer networks and bonds of trust established with veterans in order to accelerate the delivery of this program nationally.
Truly, these organizations have such a capacity already. They have good peer-to-peer relationships and they have bonds of trust that come through the relationships they have among themselves with veterans. Therefore, their role in this is very significant. It is undeniable that the level of bureaucracy and the long-standing culture of mistrust and denial within VAC needs to be purged.
There is no question that this uneven playing field has added much frustration to an already challenging life change for our veterans. Quite often, mental illness, family dysfunction, physical pain and suffering, suicides and homelessness have been increased as a result of their frustrations in trying to work with VAC.
To ensure opportunities for the government to respond, I have heard the following from veterans' advocates. They feel that the role of VAC should be mandated in three ways.
First is to provide sufficient funding for clearly delineated, simple, efficiently administered programs of care for injury and lifetime benefits, with the benefit of the doubt going to the veteran and his or her family.
Second is that beginning with enlistment and throughout their service, VAC must facilitate future veterans and their families in choosing and implementing their own path for life beyond service, in other words, for VAC to be involved early in the beginning stages of the veterans' service and be there to facilitate and encourage them to realize that they can make decisions to determine in advance their own paths once their service ends and that they can have a lot of understanding before they face that very difficult time when they no longer serve.
Finally, VAC should identify and support veteran and community organizations that veterans and their families can access for delivery of services. In polite terms, affirm, enable and empower those organizations to do what they do best, and the things they do best that VAC would be better giving them the responsibility for.
I was honoured to represent my Conservative caucus at the press conference announcing Motion No. 225 on veterans homelessness in Canada. There are very good elements in this motion put forward by this government. However, as the member mentioned, because of the lateness of its introduction, we are now days away from this session ending. Therefore, it is only a first step. It is a motion that will depend on the next government to implement.
I was very pleased to also recognize at that press conference the role of Tim Richter with the Canadian Alliance to End Homelessness, Dave Gordon and Ray McIinnis with the Royal Canadian Legion, Matthew Pearce with the Old Brewery Mission, and Jim and Debbie Lowther with VETS Canada, for their involvement in the making of that announcement. Truly, they were very pleased to see a focus on homelessness going forward from our government.
Along with other veteran and community organizations, they are the heart, hands and feet that advocate for and work directly with veterans and their families. They successfully implement the quality of care that our veterans deserve and need. They are all unique in their approach and provide a variety of options for services that tackle many issues, including veterans homelessness.
For example, VETS Canada has opened up a care centre five blocks from where I live. In the course of its first year, it has serviced 365 different veterans with emergency needs, and it has done it without any direct funding from VAC.
ln testimony at our committee on the study of veterans homelessness, they all had excellent contributions. I would encourage all veterans and people who are viewing today to take a look at the study from the veterans affairs committee on homelessness and listen to what they had to say.
I can focus on only one veteran today, and so I am going to talk about Tim Richter. He is the president and CEO of the Canadian Alliance to End Homelessness. I would like to share some of his recommendations. He has solid experience in preventing and ending homelessness, including experience in developing housing programs for homeless vets. He also served for just over six years in the Canadian Forces and is a Veterans Affairs client. Clearly, he is capable and well positioned for this. Veterans homelessness is a concern that is very close to his heart, and he is rightly pleased to see us working together on an initiative. He said, “The first [thing] is that veterans homelessness in Canada is readily solvable. The number of homeless veterans in Canada is relatively small. It's unknown, but it's relatively small. We know what to do and we know how to do it.”
He went on to say, “We have a strong veterans network. We have solid expertise in communities like Homes for Heroes. We have proven models to follow, and I think we have strong public support.”
I can affirm that they certainly do. He continued with, “What's missing is federal leadership and decisive action. We need a federal government prepared to make a clear and unequivocal commitment to ending veterans homelessness and to invest the fairly modest additional resources needed to get the job done.”
Ending veterans homelessness is possible if government does its part, and, in doing its part, realizes that there are others, not politicians, not public service employees, but others who have served or are dialed in to assist veterans on the ground where and how they need it most. There are people available to be the feet, the hands and the hearts of this particular focus to end homelessness.
To quote Tim one more time, “We know what to do and we know how to do it.”
Following October 21, 2019, the incoming government will do its part to enable and work with stakeholder communities and organizations to ensure that every veteran has a home.
Monsieur le Président, à l'approche de la fin de la session, je ne peux penser à meilleure façon de terminer mon premier mandat comme députée de Yorkton—Melville que de prendre la parole au sujet des anciens combattants sur des enjeux qui ont une profonde incidence sur leur qualité de vie après le service et sur leur sentiment d'être valorisés et appréciés à leur juste valeur par les Canadiens.
Je suis honorée et reconnaissante d'avoir eu le privilège de jouer le rôle de ministre adjointe du cabinet fantôme pour les Anciens Combattants et aussi de faire partie du Comité permanent des anciens combattants pendant ces quatre années.
Au cours de cette période, des anciens combattants et des organismes à leur service se sont adressés à moi par l'intermédiaire du comité, de groupes dans les médias sociaux, de courriels et de rencontres à des tables rondes et à des assemblées publiques lors de mes déplacements dans tout le Canada puis en France pour commémorer les cent jours du Canada. Le temps que j'ai passé avec les anciens combattants qui nous ont accompagnés est très précieux. Ils se sont aussi adressés à moi lors de rencontres improvisées à des restaurants et dans des résidences.
Ce que j'ai aimé par-dessus tout, c'est la patience dont les anciens combattants ont fait montre avec moi, alors qu'ils se remémoraient et racontaient en détail certaines de leurs expériences et qu'ils expliquaient comment, de leur point de vue, on pourrait mieux faire les choses.
Les députés comprendront, j'en suis certaine, que les anciens combattants n'ont pas tendance à prendre des gants pour dire les choses. Ils se montrent plutôt directs; ils sont très francs et passionnés. Je ne suis pas surprise ni offusquée, très honnêtement, par la fougue dont ils font parfois preuve. Après tout, ils sont formés pour se battre avec conviction contre les injustices et se battre pour nous.
Il y a longtemps que le gouvernement aurait dû assumer son devoir de diligence envers les anciens combattants, lequel consiste à prendre soin d'eux et de leur famille à partir du moment où ils s'enrôlent, quoi qu'il arrive. Les recommandations sur la transition, la santé mentale, l'itinérance, le cannabis médicinal, l'utilisation abusive de la méfloquine comme médicament antipaludique et le soutien financier nécessaire pour le traitement des effets secondaires physiques et mentaux de la guerre, pour n'en nommer que quelques-unes, sont raisonnables et réalistes.
La motion M-255 donne au gouvernement du Canada l'occasion de répondre aux recommandations des anciens combattants sur la nécessité et la possibilité de mettre un terme à l'itinérance chez les anciens combattants du Canada, et ce, premièrement, en établissant un objectif clair pour mettre fin à l'itinérance chez les anciens combattants du Canada; deuxièmement, en maximisant la capacité d'Anciens Combattants Canada à offrir des avantages clés; et troisièmement, en établissant des partenariats avec des organisations nationales d'anciens combattants pour utiliser leur capacité actuelle, ainsi que les réseaux de pair à pair et les liens de confiance qu'ils ont établis avec les anciens combattants pour accélérer la prestation du programme à l'échelle nationale.
Ces organisations possèdent déjà cette capacité. Elles ont de bonnes relations entre pairs et établi des liens de confiance qui découlent des relations qu'ils ont avec les anciens combattants. Par conséquent, leur rôle dans ce processus est très important. Il est indéniable que la couche de bureaucratie et la culture de méfiance et de déni de longue date qui règne au sein d'Anciens Combattants Canada doivent être éliminées.
Il ne fait aucun doute que ces règles du jeu inéquitables ont ajouté beaucoup de frustration à un changement de vie qui est déjà difficile pour nos anciens combattants. Très souvent, la maladie mentale, le dysfonctionnement familial, la douleur et les souffrances physiques, les suicides et l'itinérance sont plus présents en raison des frustrations qu'ils éprouvent à essayer de travailler avec Anciens Combattants Canada.
Pour que le gouvernement puisse avoir la possibilité de répondre, j'ai entendu les observations suivantes des défenseurs des anciens combattants, qui estiment que le mandat d'Anciens Combattants Canada devrait comporter trois volets.
Premièrement, prévoir un financement suffisant pour des programmes de soins en cas de blessure et des prestations à vie clairement définis, simples et efficacement administrés, le bénéfice du doute devant aller à l'ancien combattant et à sa famille.
Deuxièmement, à partir de l'enrôlement et tout au long du service, Anciens Combattants Canada doit permettre aux futurs anciens combattants et à leur famille de choisir et de mettre en œuvre leur cheminement une fois revenus à la vie civile. En d'autres termes, dès les premières étapes du service, Anciens Combattants Canada doit accompagner les anciens combattants et les aider à réaliser qu'ils peuvent imaginer d'avance la vie qui sera la leur à la fin de leur service. On doit leur faire réaliser également qu'ils ont beaucoup de choses à comprendre avant d'arriver au moment très difficile où ils ne seront plus en service de la patrie.
Enfin, Anciens Combattants Canada devrait désigner et appuyer les organismes d'anciens combattants et communautaires auxquels les anciens combattants et leurs familles peuvent s'adresser pour obtenir des services. En termes polis, il faut habiliter ces organismes à faire ce qu'ils font le mieux et leur confier les tâches dans lesquelles ils excellent et qu'Anciens Combattants Canada aurait tout intérêt à leur confier.
J'ai eu l'honneur de représenter le caucus conservateur à la conférence de presse annonçant la motion M-225 sur l'itinérance chez les anciens combattants. Cette motion présentée par le gouvernement comporte d'excellents éléments. Or, comme le député l'a mentionné, en raison de sa présentation tardive, il ne reste plus que quelques jours avant la fin de la session. Ce n'est donc qu'une première étape et il reviendra au prochain gouvernement de la mettre en œuvre.
À la conférence de presse, j'ai été très heureuse de reconnaître les rôles respectifs qu'ont joué Tim Richter, de l'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance; Dave Gordon et Ray Mclinnis, de la Légion royale canadienne; Matthew Pearce, de la Old Brewery Mission; et Jim et Debbie Lowther de VETS Canada. Je leur sais gré d'avoir participé à cette annonce. Cela leur a fait vraiment plaisir de voir le gouvernement se pencher sur l'itinérance.
À l'instar d'autres anciens combattants et d'autres organismes communautaires, ils mettent leur coeur à l'ouvrage pour défendre les intérêts des anciens combattants et pour collaborer directement avec eux et leur famille. Ils réussissent à assurer les services de qualité que les anciens combattants méritent et dont ils ont besoin. Ils ont chacun une approche unique, et fournissent toutes sortes de services pour lutter contre différents problèmes, notamment l'itinérance chez les anciens combattants.
Par exemple, VETS Canada a ouvert un centre de soins à cinq pâtés de maisons de l'endroit où j'habite. Au cours de sa première année d'existence, cet organisme a offert des services à 365 anciens combattants qui avaient des besoins urgents, et ce, sans recevoir de financement direct du ministère des Anciens Combattants.
Le comité des anciens combattants a mené une étude sur l'itinérance chez les anciens combattants. Les témoins ayant comparu ont tous apporté d'importantes contributions. J'encourage tous les anciens combattants, et les téléspectateurs qui suivent ce débat aujourd'hui, à jeter un coup d'oeil à l'étude sur l'itinérance du comité des anciens combattants et à écouter les témoignages.
Je dois me limiter à un seul ancien combattant aujourd'hui. Je vais donc parler de Tim Richter, président et directeur général de l'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance. Je souhaite présenter certaines de ses recommandations. Il possède une solide expertise en matière de prévention et de lutte contre l'itinérance, y compris de l'expérience pour ce qui est d'élaborer des programmes de logement destinés aux anciens combattants sans abri. M. Richter a également servi au sein des Forces canadiennes pendant un peu plus de six ans, et il est maintenant client du ministère des Anciens Combattants. Il est donc très bien placé pour nous fournir des recommandations. L'itinérance chez les anciens combattants est un problème qui lui tient vraiment à coeur, et c'est pourquoi il est ravi, avec raison, de nous voir travailler à cette initiative. M. Richter a dit ceci: « Le premier [message], c'est que l'itinérance des vétérans au Canada est un problème qui peut facilement être résolu. Le nombre de vétérans itinérants au Canada est assez restreint. On ne le connaît pas exactement, mais il est relativement petit. Nous savons quoi faire et comment le faire. »
Il a poursuivi en disant: « Nous avons un solide réseau de vétérans. Nous avons une solide expertise dans des collectivités comme Homes for Heroes. Nous misons sur des modèles éprouvés, et je crois que nous avons vraiment le soutien du public. »
Je peux confirmer que c’est le cas. Il a ajouté: « Ce qui manque, c’est le leadership fédéral et des mesures décisives. Nous avons besoin d’un gouvernement fédéral qui est prêt à s’engager de façon claire et sans équivoque pour mettre fin à l’itinérance des vétérans et à investir des ressources supplémentaires assez modestes pour qu’on puisse y arriver. »
Il est possible de mettre fin à l’itinérance des anciens combattants si le gouvernement fait son devoir. Ce faisant, il devra aussi réaliser qu’il y a d’autres personnes, pas des politiciens ni des fonctionnaires, mais d’autres personnes qui viennent en aide ou sont appelées pour venir en aide aux anciens combattants, sur le terrain, au moment et de la façon dont ils en ont le plus besoin. Il y a des gens qui sont prêts à agir concrètement et à se consacrer à ces efforts pour mettre fin à l’itinérance.
Je citerai Tim encore une fois: « Nous savons quoi faire et comment le faire. »
À compter du 21 octobre 2019, le nouveau gouvernement fournira sa part d’efforts pour habiliter les collectivités et les organisations concernées et collaborer avec elles afin de veiller à ce que chaque ancien combattant ait un domicile.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2019-05-15 14:22 [p.27829]
Mr. Speaker, I trust I can speak for all members of this House when I say that this morning I was shocked and horrified by a recently released recording, broadcast by APTN news, of an RCMP officer questioning a young female indigenous sexual assault victim. Obviously, this line of questioning was appalling and insensitive to the young woman who was coming forward with her story.
I would like to ask the Minister of Public Safety if he could update the House as to what reviews he might be contemplating to ensure that this type of thing does not happen in the future.
Monsieur le Président, je ne pense pas me tromper en disant que je parle au nom de tous les députés en disant que j'ai été scandalisé ce matin par une vidéo diffusée récemment par APTN News montrant un agent de la GRC en train d'interroger une jeune fille autochtone victime d'agression sexuelle. Il va sans dire que le genre de questions posées était épouvantable et que l'agent a fait preuve d'un manque total de tact envers la jeune fille qui venait raconter ce qui lui était arrivé.
J'aimerais que le ministre de la Sécurité publique dise à la Chambre quelles mesures il envisage pour éviter que ce genre de chose se reproduise.
View Tom Lukiwski Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I want to set the record straight for both the members of the NDP and the government side regarding the closure of nine Veterans Affairs offices by the former Conservative government.
While it is true that nine offices were closed, all of the staff in those offices were transferred to Service Canada locations within the same ridings. In fact, because of that, all of the Service Canada outlets were then able to provide services to veterans without those veterans having to go to a regional office.
Here is a concrete example. In Saskatchewan, prior to the change that made veterans services part of the core responsibilities of Service Canada, there were only two regional Veterans Affairs offices, one in Saskatoon and one in Regina. That meant that anyone who wanted to go speak in person to an official in a Veterans Affairs office had to travel to one of those two centres. We are a rule-based economy. We are also a rule-based province. I spoke to several veterans who had to make the trek from Estevan to Regina or Saskatoon, which is sometimes two to two and a half hours to get to an office. When we made the change to incorporate veterans services into Service Canada that meant that in almost every mid-sized town in Saskatchewan, there was a Service Canada official prepared and trained—
Monsieur le Président, j'aimerais donner l'heure juste aux néo-démocrates et aux libéraux en ce qui concerne la fermeture de neuf bureaux d'Anciens combattants par l'ancien gouvernement conservateur.
Neuf bureaux ont été fermés, c'est vrai, mais tous les membres du personnel ont été mutés à des bureaux de Service Canada de la même circonscription. D'ailleurs, grâce à ces fermetures, tous les guichets de Service Canada peuvent offrir des services aux anciens combattants qui, désormais, ne sont plus tenus de se présenter dans un bureau régional.
Voici un parfait exemple. Avant que les services aux anciens combattants fassent partie des principales responsabilités de Service Canada, il n'y avait que deux bureaux régionaux d'Anciens combattants en Saskatchewan, un à Saskatoon et l'autre à Regina. Cela voulait donc dire que tous ceux qui voulaient parler de vive voix à un fonctionnaire d'un bureau d'Anciens combattants devaient se présenter à l'un de ces centres de services. Nous habitons dans un pays et dans une province où nous devons nous conformer aux règles. Je me suis entretenu avec plusieurs anciens combattants qui devaient se rendre d'Estevan au bureau de Regina ou de Saskatoon, un voyage qui pouvait prendre jusqu'à deux heures et demie. L'ajout des services aux vétérans aux bureaux de Service Canada s'est traduit par la présence d'un fonctionnaire préparé et formé de Service Canada dans presque toutes les villes de taille moyenne en Saskatchewan...
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2018-11-05 13:21 [p.23245]
Mr. Speaker, I am so pleased to rise today to speak to issues concerning our Canadian Armed Forces veterans in response to the opposition supply day motion put forward by my colleague, the member for Courtenay—Alberni.
I enjoy serving with him on the Standing Committee on Veterans Affairs. I appreciate the opportunities we have to collaborate on ways that have the potential to see our veterans better served, if the government were to implement our recommendations.
The motion before us states:
That, in the opinion of the House, the government should automatically carry forward all annual lapsed spending at the Department of Veterans Affairs to the next fiscal year, for the sole purpose of improving services for Canadian veterans, until the Department meets or exceeds its 24 self-identified service standards.
Today, in response to the motion, we have heard from the Liberals and they tell us that lapsed funding does not result in anyone receiving less than they should. They have said that it is just how the government keeps its books. They have said that nothing nefarious is going on. The Liberals have explained that most spending at Veterans Affairs is statutory and that the government needs to be prepared to cover the cost of these benefits, whether 10 or 10,000 eligible veterans make a claim.
The Liberals have advised us that each year the spending estimates for Veterans Affairs are put before the House, based predominantly on those very same statutory requirements. In other words, the funding that has lapsed will be in the spending estimates this year and the year after that and the year after that.
The Liberals are saying that the motion is a moot point. Actually, for the most part, they are right. However, I know they hope veterans will forget that when in opposition, the Liberals sung a very different tune.
It is true that the funding for Veterans Affairs is regulated by statute. It seems the Minister of Veterans Affairs is aware of this fact now. The other day, he was explaining to Global News that he was statutorily obligated to provide programs and services owed to veterans, so any lapsed funding would not affect services to veterans. A Veterans Affairs spokesperson agreed with the minister and said that lapsed funding did not result in anyone receiving less than they should, that it was simply an administrative process.
Services from the Department of Veterans Affairs, under the Liberals, is demand driven, just as it was during the previous Conservative government. The hypocrisy here is that when the same thing happened in the past, the Liberals falsely claimed that the then government was stealing from veterans. Now when they find themselves in government and are faced with the exact same situation, the Liberals say that they are not stealing, that they are following an administrative process.
I am not going to come to the House today and claim that lapsed funding in the Department of Veterans Affairs under the Liberal government is somehow stealing from veterans, because it is not and it never was. However, I will ask the minister, now that he and the Liberal government are aware of how Veterans Affairs budgets work, if they will apologize for accusing my former colleagues of thievery? Will they apologize to Canadians for completely misrepresenting in the past how this Veterans Affairs budget works? Will they apologize to veterans for the stress they caused them by suggesting the former government was taking money from their benefits, when they knew it was not true?
The department makes estimates for what it expects to spend and in the event that all the money is not spent, it lapses. The way the department is set up, it is required to have enough money for the demands of our veterans, each and every year. This motion by the member for Courtenay—Alberni is somewhat moot. However, there are many areas of concern where my colleague and I are of one mind that I believe are the force behind his intent today.
What are the reasons this funding remains there at the end of the budget year? Why does it fail to reach veterans? There are two significant reasons why that happens. One is incredible inefficiencies within the department, an inability when it creates programs to get them through the door and out to the veterans. The other reason is a significant culture of denial. Veterans always have to fight for something they should be able to receive without an increased level in their mental health problems, without an increased level of PTSD and struggling through the transition process and without an increase in the number of veterans who contemplate or actually go through with suicide and homicides because they simply cannot take another problem added on to the problems they are already facing.
For example, the fact that $37 million taxpayer dollars abused by the Prime Minister to fight veterans in court was a blow to the guts, the hearts and the minds of our veterans. When asked why we were fighting certain veteran groups in court, the Prime Minister responded, at the Edmonton town hall, in February 2018, with this statement, “Because they're asking for more than we are able to give.”
The previous Conservative minister of Veterans Affairs had worked with Equitas, firing the government lawyer and instead putting the case in abeyance, with the goodwill to work together to move toward acceptable solutions to improve outcomes for injured veterans, as they were requesting.
The outcomes this motion is trying to achieve are very important. I am very disturbed by the increasing backlog of applications for disability benefits. Despite the $10 billion the minister is always quoting, the backlog is 29,000 and growing.
The government sees itself as succeeding, because it indicates that cases are being processed and moved to VRAB, the Veterans Review and Appeal Board, more quickly. How could any government claim this as a success, that basically, initial request from veterans are moving quickly to an appeal board, where once again they have to go through the process for applying and requesting that funding? In most cases, once they make it through that process, it is provided. Why are we putting our veterans through this added difficulty that causes them great angst and only means they are not receiving their funding or their services in a timely manner?
When VAC finally communicates to Canadian Armed Forces members, veterans and their families using veterans-centric plain language and when it ensures all veterans have a clear understanding of every benefit they qualify for upon release and every benefit they may need to access over time, we will be on the road to succeeding to care more effectively and efficiently for our veterans.
One of the biggest challenges to veterans receiving their benefits is an over-complicated chain of command, where upper management does not embrace change and case managers are not empowered to do what is best for veterans as quickly as possible. There does not appear to be a desire to work with DND to create a seamless transition for our veterans if it means a change to the structure or the composition of VAC.
There continues to be a culture that insists VAC must determine if medical release is due to service before VAC will provide benefits, when DND already makes the determination when a member no longer meets universality of service and is released. Yes, of course future decisions by VAC will need to be made as veterans age. However, upon medical release, there is complete clarity already provided by DND on whether they qualify for services from VAC. It is already there at release.
Timely service and peace of mind for an injured veteran should be the determining factors, not protecting the turf of a department. The truth is that the majority of the cohort of case managers the Liberals claim they have put in place, 400 of those 470, were already budgeted for by the previous Conservative government.
At the Standing Committee on Veterans Affairs, we heard that case managers were not properly trained and up to speed on veterans benefits. They are overworked, stressed and often feeling helplessly caught between veterans in dismay and those up the chain of command. VAC needs to stop operating like an insurance program.
VAC needs to be transparent in what it is actually providing to veterans. Today, we heard one of the members of the Liberal Party talk about the education benefit, $40,000 for someone who has served for six years and $80,000 for someone who has served for 12 years. Unfortunately, that is not a transparent presentation to veterans or Canadians because those funds are a taxable benefit.
Therefore, when veterans think they are going to get $40,000 to go to school, at the end of the year they find out that it is a taxable benefit and they owe the government in taxes. I wonder if the government has come to any decision as to how much of that benefit it hands out is actually clawed back and how much it gets back through taxes from our veterans. It is misleading.
As well, the member across the way said that with the education benefit, veterans would get to go to the school of their choice. I have been approached by many veterans who wanted to take advantage of that program. One of them was actually okayed to go ahead and registered with the institution. The veteran then heard back through the case manager that the people higher up did not think the school qualified. It was devastating.
As well, the member across the way said that the emergency funds were available 24/7. What he is saying is that people can call in 24/7, but he did not tell truthfully how long it took for the department to actually get those funds out the door to a veteran who was in an emergency crisis situation. Our committee should take a look at that.
Under no circumstances should the men and women who have served and have come home physically or mentally injured find themselves fighting for benefits they were told would be there for them and their families when they signed on, willing to die for their country.
The minister has indicated on numerous occasions that the backlog is because veterans are better informed and they have more services to apply for. I hope there is a certain amount of truth to that. However, in actuality what is not being said is that the backlog is going to get even worse, as VAC is facing a significant increase of service members ready to retire now after serving 25 years. The department is not prepared.
It is no secret that there is no clarity for veterans or service and case managers with the rollout fast approaching of the so-called pension for life. The plan provides no new funds. Instead it consolidates and rolls in existing benefits.
In an article in Esprit de Corps Canadian military magazine, dated April 18, Sean Bruyea and Robert Smol, comparing the old Pension Act and the Liberals' new so-called pension for life, stated:
Furthermore, under the same category of non-taxable benefits for pain and suffering, injured veterans will have a choice between a lump-sum payment of up to $360,000 and a monthly “Pension for Life” up to a maximum of $1,150 to compensate for their injuries. There are no additional amounts for spouses or children. The average “Pension for Life” likely will be around $200 per month. For the 60,000 veteran recipients still receiving the Pension Act, they are paid an average of $680 per month plus amounts for spouses and children.
In the announcement of the Liberals' budget for 2018, with the new life-long pension included, the example that was given was of someone who had served the full 25 years and ended up at the last moment having a very horrific injury, including major loss of limbs. That individual qualifies for the maximum amount. There are many of our boots on the ground who get injured and never make it to 25 years. It is misleading in that document.
Another glaring problem is the inability of VAC to administer funds in a timely manner. One example is the emergency relief fund. It takes days, not hours, to get the funds to a veteran in a crisis situation. I am going to mention an organization called “Veterans Emergency Transition Services”, known as VETS Canada. It is operated by veterans for veterans. A non-profit corporation with volunteers across Canada, it provides emergency aid and comfort to veterans who are in crisis and who are at risk of becoming homeless.
If a veteran or someone on their behalf reaches out to VETS Canada, it can have a person at their door very quickly with help. If it gets a call about a homeless veteran, it works that same day to get them off the street. The new VETS Canada drop-in centre is just blocks from Parliament Hill and it is so effective in its mandate that we heard that 65 of its emergency clients went there in its first two months of operation.
The problem at Veterans Affairs is not a lack of money. We all know that the minister says he has $10 billion to spend, because he says that at every opportunity, yet it seems the desire of the government is to get dollars out the door elsewhere, providing taxpayer dollars to colonize overseas countries, to get Canadians to submit to its attestation values, to pay out terrorists and help murderers, rather than focusing on our veterans, elderly and those working hard to join the middle class.
Veterans want to see more veterans as caseworkers so that they can talk to people who understand military service and speak their language. They want transparency when they file a claim, with an honest, accurate estimation provided as to how long it will take. Veterans want to be made aware of available services. For example, I recently returned from a committee trip up north and discovered that 89% of our Canadian Rangers are not aware of their Canadian Armed Forces health care entitlements or their veterans benefits. An excellent recommendation came forward in the north that a VAC service agent simply be included with the existing team at the Service Canada building in Yellowknife.
Understanding that Veteran Affairs services need to start shortly after enlistment with ongoing contact, we need to ensure that when an forces member retires or is released from the Canadian Armed Forces and becomes a veteran, he or she is armed and trained with the clear, concise information that empowers them to access everything they need and deserve as they transition from serving in our military.
Monsieur le Président, je suis très heureuse de prendre la parole aujourd'hui au sujet de questions touchant les anciens combattants des Forces armées canadiennes en réponse à la motion de l'opposition présentée par mon collègue le député de Courtenay—Alberni.
J'aime bien siéger avec lui au Comité permanent des anciens combattants. Si le gouvernement accepte de mettre en oeuvre nos recommandations, nous serons heureux de collaborer avec lui sur les mesures qui pourraient améliorer les services aux anciens combattants.
La motion dont nous sommes saisis indique ceci:
Que, de l’avis de la Chambre, le gouvernement devrait automatiquement reporter toutes les dépenses annuelles inutilisées du ministère des Anciens Combattants à l’exercice financier suivant, à la seule fin d’améliorer les services aux anciens combattants du Canada, jusqu’à ce que le ministère atteigne ou dépasse les 24 normes de service qu’il a lui-même déterminées.
Aujourd'hui, en réponse à la motion, les libéraux ont déclaré que, même si des fonds sont inutilisés, cela ne signifie pas que des gens reçoivent moins qu'ils ne le devraient. Ils ont indiqué qu'il s'agit uniquement de la façon dont le gouvernement administre les finances publiques. Ils ont affirmé qu'il n'y avait rien de louche là-dedans. Les libéraux ont expliqué que la plupart des dépenses d'Anciens Combattants sont des dépenses législatives et que le gouvernement doit être prêt à couvrir le coût de ces prestations, peu importe que 10 ou 10 000 anciens combattants admissibles présentent une demande.
Ils nous ont indiqué que le budget des dépenses d'Anciens Combattants Canada présenté à la Chambre chaque année est fondé principalement sur ces exigences législatives. Autrement dit, les fonds non utilisés se retrouveront dans le budget des dépenses cette année, puis l'an prochain et l'année suivante.
Selon les libéraux, la motion ne sert à rien. Ils ont en bonne partie raison en fait. Cela dit, je sais qu'ils espèrent que les anciens combattants vont oublier que, lorsqu'ils étaient dans l'opposition, les libéraux ne chantaient pas du tout la même chanson.
Il est vrai que l'affectation de fonds à Anciens Combattants Canada est régie par la loi. Il semblerait que le ministre des Anciens Combattants soit maintenant conscient de ce fait. L'autre jour, il expliquait à Global News qu'il était tenu par la loi de fournir aux anciens combattants les programmes et les services auxquels ils ont droit et que les montants non utilisés n'auraient donc pas de répercussions sur les services offerts. Un porte-parole du ministère a aussi indiqué que le fait que des fonds restent inutilisés ne privait aucune personne de ce à quoi elle a droit et qu'il s'agissait simplement d'un processus administratif.
Les services fournis par le ministère des Anciens Combattants sous le gouvernement libéral sont axés sur la demande, tout comme c'était le cas sous le gouvernement conservateur précédent. L'hypocrisie dans ce contexte, c'est que, lorsque la même situation est survenue par le passé, les libéraux ont prétendu à tort que le gouvernement de l'époque volait les anciens combattants. Maintenant qu'ils sont au pouvoir et qu'ils se trouvent exactement dans la même situation, les libéraux affirment qu'ils n'ont rien volé et qu'ils suivent un processus administratif.
Je ne vais pas me servir de mon intervention à la Chambre aujourd'hui pour prétendre que les fonds inutilisés du ministère des Anciens Combattants sous le gouvernement libéral représentent en quelque sorte une somme volée aux anciens combattants, car ce n'est pas le cas et cela ne l'a jamais été. Cependant, maintenant que le ministre et le gouvernement libéral savent comment fonctionnent les budgets des Anciens Combattants, je demande au ministre s'ils vont s'excuser d'avoir accusé mes anciens collègues de vol. Vont-ils présenter des excuses aux Canadiens pour avoir complètement déformé le fonctionnement du budget des Anciens Combattants par le passé? S'excuseront-ils auprès des anciens combattants pour le stress qu'ils leur ont causé en laissant entendre que le gouvernement précédent prenait de l'argent dans leurs prestations lorsqu'ils savaient que ce n'était pas le cas?
Le ministère établit des prévisions budgétaires selon ce qu'il estime devoir dépenser, et l'argent qui n'est pas utilisé est remis au Trésor. Le ministère doit prévoir suffisamment d'argent, année après année, pour répondre aux demandes des anciens combattants. La motion du député de Courtenay—Alberni est quelque peu discutable. Cependant, je partage largement les préoccupations de mon collègue qui sont à l'origine de cette motion.
Pour quelles raisons reste-t-il de l'argent dans l'enveloppe à la fin de chaque année financière? Pourquoi cet argent ne bénéficie-t-il pas aux anciens combattants? C'est essentiellement pour deux raisons principales. Premièrement, c'est à cause des incroyables lacunes du ministère, qui est incapable de rendre les programmes qu'il a créés accessibles aux anciens combattants. Deuxièmement, c'est à cause d'une culture du déni qui est profondément ancrée. Les anciens combattants doivent se battre pour obtenir ce qu'ils devraient recevoir sans avoir à risquer d'aggraver leurs problèmes de santé mentale, notamment lorsqu'ils souffrent du trouble de stress post-traumatique, sans qu'on leur rende la transition plus difficile et sans que n'augmente le nombre d'anciens combattants qui se suicident, qui commettent un homicide ou qui envisagent de passer à l'acte parce qu'ils craquent sous la pression lorsqu'un problème de plus s'ajoute à ceux qu'ils doivent déjà affronter.
Par exemple, les 37 millions de dollars issus des poches des contribuables que le premier ministre a utilisés abusivement pour financer sa bataille judiciaire contre les anciens combattants leur ont porté un dur coup au coeur et à l'âme. Lorsque, à l'occasion d'une assemblée publique à Edmonton, en février 2018, on a demandé au premier ministre pourquoi le gouvernement s'opposait à certains groupes d'anciens combattants devant les tribunaux, il a répondu que c'était parce que les anciens combattants réclamaient davantage que ce que le gouvernement avait les moyens de leur donner.
L'ancien ministre conservateur des Anciens Combattants a collaboré avec Equitas et renvoyé l'avocat du gouvernement, décidant plutôt de mettre la cause en suspens. Il avait la volonté de travailler ensemble pour trouver des solutions acceptables visant à améliorer le sort des anciens combattants blessés, tel que ces derniers le demandaient.
Les résultats escomptés par cette motion revêtent une grande importance. Je suis très troublée par l'arriéré grandissant de demandes de prestations d'invalidité. En dépit des fameux 10 milliards dont parle sans cesse le ministre, l'arriéré a atteint 29 000 cas et ne fait qu'augmenter.
Le gouvernement s'imagine engagé sur la voie du succès, et indique à titre de preuve que des demandes sont traitées et acheminées plus rapidement au TACRA, le Tribunal des anciens combattants (révision et appel). Comment un gouvernement peut-il prendre en compte la situation actuelle et crier victoire? Les anciens combattants doivent soumettre leur demande initiale, qui est acheminée rapidement vers un tribunal d'appel, en effet, mais ils doivent ensuite reprendre le processus de demande de prestations. Dans la plupart des cas, lorsqu'ils ont réussi à franchir toutes les étapes du processus, les prestations leur sont accordées. Pourquoi obliger nos anciens combattants à passer par un processus aussi compliqué et anxiogène, et qui ne leur permet même pas d'obtenir leurs prestations et leurs services dans les meilleurs délais?
Le jour où le ministère des Anciens Combattants se décidera à utiliser un langage clair et efficace pour communiquer avec les membres des Forces armées canadiennes, les vétérans et leurs proches et qu'il fera le nécessaire pour que tous les vétérans sachent clairement à quelles prestations ils ont droit au moment où ils sont libérés et auxquelles ils pourraient un jour avoir droit, là nous pourrons commencer à dire que nous prenons soin d'eux de manière efficace et efficiente.
La chaîne de commandement au sein du ministère est inutilement compliquée, ce qui explique en bonne partie pourquoi les vétérans ont autant de mal à obtenir les prestations auxquelles ils ont droit. La haute direction est réfractaire au changement, et les gestionnaires de cas, de leur côté, n'ont pas les pouvoirs nécessaires pour prendre rapidement les moyens de répondre aux besoins des vétérans. La volonté de collaborer avec le ministère de la Défense nationale pour que la transition vers la vie civile se fasse sans heurts semble complètement absente du moment où cela pourrait entraîner un changement de structure au ministère des Anciens Combattants.
Le ministère des Anciens Combattants continue d'insister pour procéder à sa propre évaluation afin de déterminer si la libération pour motifs médicaux d'un vétéran est liée à ses fonctions, alors que le ministère de la Défense nationale détermine déjà quand un militaire ne répond plus aux exigences en matière d'universalité du service et doit quitter les forces. Bien sûr, c'est le ministère des Anciens Combattants qui devra prendre les autres décisions, celles qui viendront au fur et à mesure que le vétéran prendra de l'âge, mais au moment où celui-ci est libéré pour motifs médicaux, toutes les évaluations nécessaires pour déterminer s'il a droit à ses services ont déjà été faites par le ministère de la Défense nationale. Tout est là.
Offrir un service rapide aux anciens combattants blessés et assurer leur tranquillité d'esprit: voilà ce sur quoi il faudrait fonder les décisions, et non pas sur la volonté de protéger la chasse gardée d'un ministère. La vérité, c'est que la majorité des gestionnaires de cas que les libéraux prétendent avoir embauchés, soit 400 des 470 nouveaux employés, étaient déjà prévus dans le budget du gouvernement conservateur précédent.
Au Comité permanent des anciens combattants, nous avons appris que les gestionnaires de cas ne reçoivent pas une formation adéquate et qu'ils ne sont pas au courant des mesures de soutien destinées aux vétérans. Surchargés de travail et stressés, ils se sentent souvent impuissants, coincés entre les anciens combattants en plein désarroi et leurs supérieurs hiérarchiques. Le ministère des Anciens Combattants doit cesser de fonctionner comme un programme d'assurance.
Le ministère doit communiquer en toute transparence ce qu'il offre aux vétérans. Aujourd'hui, un député libéral a parlé de l'allocation pour études, qui peut atteindre 40 000 $ pour les vétérans qui ont 6 années de service et 80 000 $ pour ceux qui en ont 12. Malheureusement, ce n'est pas une explication transparente pour les vétérans ou les Canadiens parce que ces fonds sont un avantage imposable.
Par conséquent, alors que les anciens combattants pensent qu'ils vont recevoir 40 000 $ pour des études, à la fin de l'année, ils découvrent que la somme est imposable et qu'ils doivent de l'impôt au gouvernement. Je me demande si le gouvernement a déterminé quelle portion de la somme qu'il donne est en fait récupérée et combien il récupère au moyen de l'impôt payé par les anciens combattants. C'est trompeur.
De plus, le député en face a dit que, grâce à l'allocation pour études, les anciens combattants pourraient fréquenter l'établissement de leur choix. J'ai été approchée par un grand nombre d'anciens combattants qui voulaient profiter de ce programme. L'un d'eux a été accepté il et s'est inscrit à un établissement. La personne qui gère son dossier lui a alors appris que ses supérieurs ne pensaient pas que l'établissement était admissible. Ce fut désastreux pour lui.
De plus, le député en face a dit que des fonds d'urgences pouvaient être demandés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Ce qu'il dit, c'est que les gens peuvent appeler 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sauf qu'il n'a pas précisé combien de temps il faudra au ministère pour verser les fonds à un ancien combattant en situation de crise. Notre comité devrait se pencher là-dessus.
Les militaires qui reviennent de mission avec des blessures physiques ou psychologiques ne devraient en aucune circonstance avoir à se battre pour obtenir des mesures de soutien qu'on leur avait promis, à eux et à leur famille, lorsqu'ils se sont engagés, prêts à risquer leur vie pour leur pays.
Le ministre a indiqué à maintes occasions que les arriérés étaient causés par le fait que les anciens combattants sont mieux informés et qu'il existe un plus grand nombre des services pour lesquels il faut présenter une demande. J'ose espérer que c'est en partie vrai. On ne souligne pas, cependant, que les arriérés vont s'aggraver, étant donné qu'il y a une nette augmentation du nombre de militaires qui s'adressent à Anciens Combattants Canada après 25 ans de service. Le ministère n'est pas prêt.
Personne n'ignore que les anciens combattants, les gestionnaires de services et les gestionnaires de cas ne savent pas exactement quoi faire par rapport au régime de présumée pension à vie, dont la mise en oeuvre approche à grands pas. Le plan ne comporte aucun nouveau financement. En fait, il inclut et consolide des prestations existantes.
Dans un article publié le 18 avril dans le magazine militaire canadien Esprit de Corps, Sean Bruyea et Robert Smol comparent l'ancienne Loi sur les pensions au nouveau régime libéral de la présumée pension à vie. Je cite:
De plus, toujours dans la même catégorie de prestations non imposables pour la douleur et la souffrance, les anciens combattants blessés pourront choisir entre un paiement forfaitaire pouvant atteindre 360 000 $ et une « pension à vie » d'un montant maximal de 1 150 $ par mois comme indemnisation pour leurs blessures. Il n'y a pas de montant supplémentaire pour les conjoints ou les enfants. La « pension à vie » sera probablement d'environ 200 $ par mois en moyenne. Pour ce qui est des 60 000 anciens combattants qui reçoivent toujours des prestations au titre de la Loi sur les pensions, ils reçoivent 680 $ en moyenne, en plus de montants pour les conjoints et les enfants.
Dans l'annonce du budget de 2018 des libéraux, où on faisait mention de la nouvelle pension à vie, l'exemple fourni était celui d'une personne qui subit une très grave blessure, la perte de membres, après 25 années de service. Cette personne est admissible au montant maximal. Beaucoup de militaires sur le terrain se blessent et ne se rendent pas à 25 ans de service. L'exemple du document est trompeur.
Un autre problème flagrant est l'incapacité du ministère des Anciens Combattants d'accorder rapidement les fonds. Le fonds d'urgence en est un exemple. Il ne faut pas des heures, mais bien des jours pour que les fonds soient acheminés à un ancien combattant en crise. Je vais parler d'un organisme qui s'appelle Veterans Emergency Transition Services, communément appelé VETS Canada. L'organisme est dirigé par d'anciens combattants pour les anciens combattants. Il s'agit d'une entreprise sans but lucratif qui compte des bénévoles dans l'ensemble du Canada. Elle offre de l'aide d'urgence et du réconfort aux anciens combattants en crise et à risque de devenir sans-abri.
Si un ancien combattant ou son représentant fait appel à VETS Canada, une personne pourra se présenter rapidement chez lui pour l'aider. Si l'organisme reçoit un appel au sujet d'un ancien combattant sans abri, il travaille le jour même pour lui trouver un logement. La nouvelle halte-accueil de VETS Canada est située à quelques pâtés seulement de la Colline du Parlement et elle remplit son mandat avec une telle efficacité qu'elle aurait traité 65 cas d'urgence au cours de ses deux premiers mois d'activité.
Le problème au ministère n'est pas un manque de fonds. Nous savons tous que le ministre dit avoir 10 milliards de dollars à dépenser, puisqu'il le dit dès qu'il en a l'occasion. Pourtant, le gouvernement semble vouloir utiliser l'argent des contribuables à d'autres fins, comme pour coloniser des pays étrangers, pour amener les Canadiens à se soumettre à son attestation relative aux valeurs, pour payer des terroristes et aider des meurtriers, plutôt que d'accorder la priorité aux anciens combattants, aux aînés et à ceux qui travaillent fort pour faire partie de la classe moyenne.
Les anciens combattants veulent voir plus d'anciens combattants travaillant comme chargés de cas afin de pouvoir parler à des gens qui comprennent le service militaire et qui parlent leur langage. Ils veulent voir de la transparence lorsqu'ils déposent une demande, et avoir une estimation honnête et juste du délai qu'il faudra pour la traiter. Les anciens combattants veulent être mis au courant des services offerts. Par exemple, je viens de revenir d'un voyage dans le Nord aux fins des travaux du comité. J'ai découvert que 89 % des Rangers canadiens ne sont pas au courant qu'ils ont droit à des soins de santé des Forces armées canadiennes ou à une allocation aux anciens combattants. Une excellente recommandation a été formulée dans le Nord: inclure tout simplement un agent des services d'Anciens Combattants Canada dans l'équipe en poste au centre de Service Canada à Yellowknife.
L'éducation au sujet des services d'Anciens Combattants Canada doit commencer peu après l'enrôlement au moyen d'une communication continue. Nous devons nous assurer que, lorsqu'un membre des Forces armées canadiennes prend sa retraite ou est libéré et devient un ancien combattant, il est armé d'information claire et concise qui lui permet d'accéder à tout ce dont il a besoin et à tout ce qu'il mérite alors qu'il effectue la transition entre le service militaire et la vie civile.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2018-11-05 13:50 [p.23249]
Mr. Speaker, in fairness, I think it is very important that we reach out to veterans in a way that is accessible to them. Whenever there is change, it is difficult.
I note that one of the offices reopened in my province, and I had veterans coming in to talk to me. The frustration was that no one came to talk to them about reopening them. This is the government that consults on all things. The veterans said that the government put it back where it was. It is downtown, in the middle of a very busy area. There is no parking, and they cannot get upstairs. They really liked it when it was in a mall with Service Canada.
Up north, in Yellowknife, veterans asked why we do not have someone come to be part of Service Canada there so that there is an expert on the ground.
With regard to reopening offices across the south, I have not seen any results to see what they have cost the government or how effective they have been. I know that there are some veterans who still very much prefer meeting face to face, but even in those offices, I have heard that they usually respond by telephone.
Monsieur le Président, en toute franchise, je crois qu’il est très important d’offrir des services aux anciens combattants d’une façon qui leur est accessible. Chaque fois qu’un changement se produit, c’est difficile.
Je souligne que l’un des bureaux a rouvert dans ma province et que des anciens combattants sont venus me parler à ce sujet. Leur frustration venait du fait que personne ne leur a annoncé cette réouverture. On parle du gouvernement qui consulte sur tout. Les anciens combattants m’ont notamment mentionné que le gouvernement avait réinstallé le bureau au même endroit, c’est à dire au centre-ville, au milieu d’un quartier très achalandé. Il n’y a pas de stationnement et l’accès est difficile à cause des escaliers. Ils préféraient vraiment lorsque le bureau se trouvait dans un centre commercial avec Service Canada.
Dans le Nord, à Yellowknife, des anciens combattants m’ont demandé pourquoi on n’affecte pas quelqu’un à Service Canada pour qu’un expert soit présent sur place.
Pour ce qui est de la réouverture des bureaux dans le Sud, je n’ai pas encore vu combien elle a coûté au gouvernement ou quel effet positif elle a eu. Je sais qu’il y a encore des anciens combattants qui préfèrent les rencontres en personne, mais même dans ces bureaux, j’ai entendu dire que le service est habituellement fourni par téléphone.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2018-11-05 13:53 [p.23250]
Mr. Speaker, veterans are incredibly important to Canadians. Serving at committee for veterans affairs as the shadow deputy critic, I find that this is probably one of the most emotional files in the House of Commons. That is why I am pleased to say today that everyone on this side of the floor represented in the Conservative Party of Canada will be voting in support of this motion.
Monsieur le Président, les anciens combattants sont extrêmement importants pour les Canadiens. Comme membre du comité des anciens combattants et ministre adjointe du cabinet fantôme, je trouve que c’est l’un des dossiers les plus émotifs dont la Chambre des communes est saisie. C’est pourquoi je suis heureuse de dire aujourd’hui que tous les députés de ce côté-ci de la Chambre faisant partie du Parti conservateur du Canada appuieront cette motion.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2018-11-05 13:55 [p.23250]
Mr. Speaker, I hear from a great number of veterans, and their frustration is with the very department the member says to bring their concerns to. That again shows that we have work to do in making sure that VAC is there to serve veterans and not itself.
I would ask a rhetorical question. Now that the Liberal government is aware of how the Veterans Affairs budget works, is it prepared to apologize for accusing my former colleagues of thievery?
Monsieur le Président, dans mes conversations avec d’anciens combattants, beaucoup me disent que la source de leurs frustrations est justement le ministère auquel mon collègue dit qu’il faut signaler les problèmes. Cela démontre encore une fois que nous avons du travail à faire pour que le ministère soit au service des anciens combattants et non à son propre service.
Je vais poser une question théorique. Maintenant que le gouvernement libéral sait comment fonctionne le budget d’Anciens Combattants Canada, est-il prêt à présenter ses excuses pour avoir traité mes anciens collègues de voleurs?
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2018-11-05 13:57 [p.23250]
Mr. Speaker, a lot of what the government says and does is not compatible. A number of promises were made to veterans during the last election campaign, after significant consultation with them, very much giving them the impression that they were heard. It was even in writing what the Liberals were prepared to do. One was that they would never take them to court, that they should not have to face their government in court. That came right from the mouth and the heart of the Prime Minister of the Liberal government. Veterans are so upset, hurt and angry about what the government has done in basically completely turning its back on the promise made to veterans.
Over and over again, veterans are seeing Liberals truly live out the statement the Prime Minister made, that veterans are just asking for too much, yet they have the money to send $650 million overseas to battle other countries in court on their views on different values. They have the money to pay off a convicted terrorist. They have the money to give veterans money to a convicted cop killer. There is no question that the government is not on the right track when it comes to caring for our veterans.
Monsieur le Président, il y a une contradiction entre ce que le gouvernement dit et ce qu'il fait. Pendant la dernière campagne électorale, différentes promesses ont été faites aux vétérans après qu'ils eurent été consultés, ce qui leur avait laissé croire qu'on tiendrait compte de leur opinion. Les intentions des libéraux étaient même consignées dans leur plateforme. Une de leurs promesses était qu'ils ne traîneraient jamais les vétérans devant les tribunaux, car ces derniers ne devraient jamais être forcés de se battre contre le gouvernement en cour. C'est le premier ministre libéral lui-même qui l'a affirmé du fond du coeur. Les vétérans sont outrés, blessés et choqués par les agissements du gouvernement, qui semble avoir complètement oublié la promesse qu'il avait faite aux vétérans.
Encore et encore, les libéraux montrent aux vétérans tout le sérieux de l'affirmation du premier ministre, qui a dit que les vétérans en demandaient tout simplement trop. Pourtant, ils ne manquent pas d'argent pour dépenser 650 millions de dollars à l'étranger pour se battre contre d'autres pays devant les tribunaux en raison de divergences d'opinions et de valeurs. Ils ne manquent pas d'argent pour remettre un chèque à un terroriste notoire. Ils dépensent même l'argent des vétérans pour offrir des soins à un homme déclaré coupable du meurtre d'une policière. À l'évidence, le gouvernement fait fausse route lorsqu'il s'agit de prendre soin des vétérans canadiens.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2018-11-05 17:24 [p.23292]
Madam Speaker, I appreciated hearing from the minister and his perspective on how well the government is doing with our veterans. However, there is a significant disconnect here, because when I speak with veterans, and a number of them to whom the government turns for advice, I do not hear that same level of satisfaction with where things are at, especially in regards to the promises that the government made when it was in the process of campaigning and reaching out across the country to indicate what the Liberals were willing to do for whomever to get their vote.
Of course, we know that those involved in Equitas spent a great deal of time communicating directly with key people who were running on that side of the floor in regards to their portfolio on Veterans Affairs to the point where they were getting calls at Christmastime to make sure they were doing well. They had actual written copy of what was going to be in that platform that they signed off on, and now are very hurt, upset, disgusted and disappointed with what the government promised them in lifelong pensions and what they have actually seen to be received in the upcoming year.
My question to the minister is: Where is the disconnect? Why is there so much unhappiness with what he is saying will be coming forward versus what the veterans themselves, who they actually communicated with, actually feel has come forward on that—
Madame la Présidente, je suis heureuse d'entendre le ministre exprimer son point de vue sur le bilan du gouvernement dans le dossier des anciens combattants. Toutefois, il semble y avoir un grand écart, car lors de mes entretiens avec d'anciens combattants — un certain nombre vers qui le gouvernement se tourne pour obtenir des conseils —, je n'entends pas le même niveau de satisfaction quant à la situation actuelle, en particulier en ce qui concerne les promesses électorales du gouvernement alors que les libéraux parcouraient le pays pour dire ce qu'ils étaient prêts à faire pour tout un chacun en échange d'un vote.
Évidemment, nous savons que ceux qui sont défendus par Equitas ont passé beaucoup de temps à communiquer directement avec des personnes clés qui se présentaient de ce côté-là de la Chambre, au sujet du portefeuille des Anciens Combattants. On en était au point où des candidats libéraux appelaient d'anciens combattants de la circonscription pendant le temps des Fêtes pour prendre de leurs nouvelles. Les anciens combattants avaient une copie écrite de ce qui allait être dans le programme auquel ils avaient donné leur appui. Aujourd'hui, ils sont très blessés, furieux, dégoûtés et déçus de constater la différence entre ce que le gouvernement leur avait promis en ce qui concerne la pension à vie, et ce qu'ils recevront véritablement dans l'année à venir.
Voici ma question au ministre: Où est l'écart? Pourquoi entend-on autant d'insatisfaction concernant ses annonces. Le gouvernement a consulté les anciens combattants. Pourtant, ces derniers ne sont pas satisfaits de ce qui a été annoncé...
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2018-11-05 17:56 [p.23296]
Mr. Speaker, I think we are getting our wires crossed a bit. I might not be correct in this, but my understanding is that actual funding for veterans programs and services is separate from VAC's operating budget that covers the brick and mortar and the public servants hired as case managers. Program funding to veterans directly, such as earning loss benefits and pensions, fall within that big lapsed funding bundle we are talking about today. The operating budget, the hiring of case managers and whatnot, is fully costed with a 5% possible increase. It is a totally separate amount of money.
All these case managers who the minister is talking about us needing do not even fall within this funding, if I am correct. As well, of the 470 who were previously hired, 400 of them were hired through Conservative funding added to the operating funds for Veterans Affairs. This is where it gets very confusing to our veterans.
The member has talked a lot about how we are not getting good outcomes from the spending they say they are doing. Part of that is because we need to do way more to hire people to enable that money to get out the door. Therefore, we are kind of talking about apples and oranges. Does he see there is a need to possibly go back and look at this? We need to be providing the people and the resources to help train and prepare case manages to release that money to our veterans.
Monsieur le Président, je crois qu'on s'emmêle les pinceaux. J'ai peut-être tort, mais je croyais comprendre que le financement des programmes et des services à l'intention des anciens combattants était distinct du budget de fonctionnement du ministère des Anciens Combattants, qui couvre les frais d'exploitation et le salaire des fonctionnaires embauchés à titre de gestionnaires de cas. C'est ce qui devait aller directement aux anciens combattants, comme l'Allocation pour perte de revenus et les pensions, et qui constitue le gros des fonds inutilisés dont il est question aujourd'hui. Le budget de fonctionnement, qui sert entre autres à l'embauche des gestionnaires de cas, est entièrement chiffré et comprend une augmentation possible de 5 %. Il s'agit d'un montant d'argent totalement distinct.
Tous les gestionnaires de cas dont le ministre dit avoir besoin ne sont pas couverts par le financement, si je ne m'abuse. Soulignons par ailleurs que, parmi les 470 gestionnaires de cas qui ont été embauchés, 400 l'ont été parce que les conservateurs ont augmenté les fonds de fonctionnement du ministère des Anciens Combattants. C'est là que les choses deviennent compliquées pour les anciens combattants.
Le député a insisté sur le fait que les résultats sont lamentables compte tenu de l'argent qu'on prétend leur consacrer. C'est en partie parce qu'il faut en faire beaucoup plus pour embaucher des gens qui permettront de dépenser les crédits accordés. C'est un peu comme si on comparait des pommes à des oranges. Le député convient-il qu'il faudrait peut-être réexaminer la question? Il faut fournir le personnel et les ressources nécessaires pour former et préparer les gestionnaires de cas afin qu'ils versent cet argent aux anciens combattants.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2018-03-21 14:27 [p.17785]
Mr. Speaker, when the Prime Minister interrupted a woman during a town hall meeting and told her to use “peoplekind” instead of “mankind”, he claimed that it was a bad joke, but the bad joke does not end there. We have learned that Service Canada will no longer refer to clients as “Mr.” or “Mrs.” in its communications.
Can the Prime Minister tell us why this bad joke has become a government directive?
Monsieur le Président, quand le premier ministre a interrompu une femme dans un town hall en lui disant d'utiliser « peoplekind » au lieu de mankind, il a prétendu que c'était une mauvaise blague, mais la mauvaise blague ne s'arrête pas là. On apprend que Service Canada n'utilisera plus les termes « monsieur » et « madame » pour s'adresser à ses clients.
Alors, le premier ministre peut-il nous dire pourquoi cette mauvaise blague est devenue une directive de son gouvernement?
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2016-10-18 12:53 [p.5772]
Mr. Speaker, the Prime Minister has been quoted often as saying we are stronger because of our diversity. I could not agree more. What makes Canada great is our pluralism and inclusiveness. However, what deeply concerns me is the statement that was made and echoed by the Minister of Justice this morning, which is that we must go beyond tolerance of differences to acceptance.
The reason I do not agree with this thinking is because it literally removes what makes Canada the great democracy it is, where we all have the right to think differently and make different choices and express contrary views without fear of repercussion. What we must do is accept all people. What we must not accept is the loss of respect for differences, views, and choices. We must accept people while respecting various views and varying choices.
I forgot to mention that I will be splitting my time with the member for Kamloops—Thompson—Cariboo.
Today, we are asked to consider extending these protections to include gender identity and gender expression. As elected officials, we have a duty to the Canadian public to exercise the best judgment we can to ensure that we continue to protect those already protected under the law, while considering the needs of those asking for additional considerations.
How does gender identity and expression differ from protection provisions already extended under the 1996 Canadian Human Rights Act to sexual orientation? Typically, a person's gender is consistent with the biological sex characteristics, resulting in an individual dressing and/or behaving in a way which is perceived by others as within generally accepted cultural gender norms. Gender, we are told today, is no longer based just on biological sex characteristics. Rather, it is based on what one feels he or she is or what one identifies with. Male, female, agender, genderqueer, trans man, trans woman, transgender, non-binary, even questioning, or unsure are some of the options. The vocabulary is continuing to evolve for those seeking new roles or identities for themselves.
Gender expression refers to the ways in which one may opt to manifest or express their masculinity or femininity. Sexual orientation can include heterosexual, straight, gay, lesbian, bisexual, asexual, pansexual, queer, questioning, or unsure, same gender loving, or others. If options for identifying oneself extend to questioning and unsure, how do we protect that? How does an individual know if he or she falls in this category? How is an employer supposed to know if he or she falls in this category? What about lawmakers and enforcement services?
With respect to the other provisions under the law, we provide citizens, businesses, service providers, and lawmakers with clear definitions, as we should. Will a new law protect people who have committed to and changed their identification, as well as those who want to change or think they want to change, or perhaps they have been thinking for the past couple of weeks they want to change, or in the last hour? It is a very broad spectrum we are asked to consider today, from “I feel like a woman today" to someone who has completely committed to the process, changed him or herself, has gone through transformational surgery, and now wants protection from discrimination.
As a business owner, if a male employee has been going to the men's washroom for 10 years, suddenly decides to go to the women's washroom and people hear a woman scream, is it discrimination to ask him to leave? Is the man just opting to put his toe in the water, so to speak, and now has the right to, or would a pervert possibly be kicked out? Where does the onus of responsibility lie to determine what the true circumstances are? Is this not putting an inordinate amount of responsibility on our employers, businesses, and service providers? Clearly, the females in this instance have rights, too, or do they? As do the businesses or service operators, or do they?
As a small business owner in a small family community, we have respectfully indicated to customers that we could not provide them the services they requested. Fortunately, they understood. Our consultation with a lawyer affirmed that we had the right to determine who our clientele was as he also had the right to determine what cases he wanted to take. Where the challenge exists is this. Tools are being used widely to promote a loss of diversity, not a growth in diversity. To think differently is being attacked with hate language and terminology that says, “If you disagree with me, then you hate me”, and that, in turn, is impacting other people's freedoms and choices.
I have taught my children to know what their values are and to make good choices based on those values. I have also taught them to value everyone, regardless of how their values and choices may differ from their own.
In the community we lived in until six years ago, there are mosques, gurdwaras, temples, and churches. The church that my husband pastored had the Christmas story told in 13 different languages. There were 83 different people groups, and my children were the minority as white Caucasians in their school. They have friends of different faiths, ethnic backgrounds, and sexual orientation. They have relationships regardless of their differences. This is true diversity and true acceptance.
I greatly respect the member for Esquimalt—Saanich—Sooke and the way that he reached out to the gay community of refugees coming to Canada. At the first briefing by the Minister of Immigration, the member asked how the gay community here could connect with a Syrian gay community coming into Canada as they were routinely discriminated against, harmed, and murdered. I expressed my absolute support for his desire to help them make the transition to Canada a safe and positive one.
No one should be persecuted or discriminated against for their choices or beliefs. However, the same could be said of the Yazidis and Christians, who are one of the four most vulnerable groups identified by the United Nations, who also are not in the camps at all, because they will be murdered there, and who often do not make it there, because they had been thrown overboard and drowned before they reached safety.
The question has to be asked. What is to be done when values and beliefs of individuals and faiths collide in Canada? Do we support one and attack another?
This is what is happening, and I fear could happen on an even larger scale when claims are made to the Human Rights Commission. Coexistence is what makes diversity great, not an artificial inclusiveness that simply moves the markers and tosses that which does not agree out of the equation by defining a different view, belief, or right to share that perspective as hateful.
As we start down this road, are we prepared to extend rights to every incarnation and how many more are going to evolve? Should something as important as our human rights charter and Criminal Code be this fluid?
I had also hoped to provide a definite number respecting how many individuals were requiring gender identity and gender expression protection. Unfortunately, like its definition, there are no clear hard core numbers or studies readily available for reference.
The gender identity and gender expression population is estimated to range from 1% to 3%. Every population is important and should not be discriminated against. However, should the needs of a small and broadly defined minority of 1% to 3% outweigh the concerns of the general population that equally has and share those rights?
As discussed, the labels for this population are continually morphing and evolving, and the numbers that identify with this population are somewhat dubious at best. In our zeal to want to be seen as fair and open-minded, we seem to have forgotten the faces of those whose equal rights also exist. If we are in fact prepared to pass this law and let everyone do whatever they want on any given day or whim, do we not have a responsibility to ensure that we are not now discriminating against the larger population's health, safety, and quality of life?
Proponents of the bill should or would have no issue, I would think, with a grown man coming into a women's locker room to shower, as the bill would allow a self-identifying or expressing man in this case to do so if he so chose. However, aside from those who are comfortable with it, there is a large percentage of the population that is not.
Women's restrooms and locker rooms are traditionally family changing rooms. By passing the bill, are we then saying that a person's need to express his or her gender or identity overshadows the mother's need to also protect her child from seeing a naked man at, let us say, a YMCA children's swim class? Have we really gone this far in our society? Is this really where the majority of Canadians want to evolve or aspire to?
With incidents of violence increasing against women and children, and, yes, against men, and with incidents of sexual predators on the rise, child kidnappings and so forth, and we see it all the time in our news, is it prudent for responsible legislators to expand this umbrella so irresponsibly?
To ask the majority of Canadians to give up their own rights to privacy and to gender identity and expression, and bear the cost for the same, is asking too much. I am confident that a good portion of our society agrees with this.
For these reasons, I accept, embrace, and support the rights of all individuals to live without discrimination for their values, beliefs, and choices in Canada, and so I cannot support Bill C-16.
Monsieur le Président, le premier ministre a déclaré à maintes reprises que le Canada est plus fort du fait de sa diversité. Je suis tout à fait d'accord. Ce qui fait du Canada un grand pays, c'est le pluralisme et l'inclusivité. Cependant, ce qui me préoccupe profondément, c'est la déclaration qui a été faite, puis qui a été reprise par la ministre de la Justice ce matin, c'est-à-dire qu'il faut passer de la simple tolérance des différences à l'acceptation de ces différences.
Je ne suis pas d'accord avec cette façon de voir les choses parce qu'elle élimine ce qui fait du Canada une grande démocratie. Dans ce pays, nous avons tous le droit de penser de façon différente, de faire des choix différents et d'exprimer des points de vue contraires sans crainte de persécution. Ce que l'on doit faire, c'est accepter tous les gens. Ce que l'on ne doit pas accepter, c'est la perte de respect à l'égard des différences, des points de vue et des choix. Nous devons accepter les gens et respecter les différents points de vue et les différents choix.
J'ai oublié de mentionner que je partagerai mon temps de parole avec la députée de Kamloops—Thompson—Cariboo.
Aujourd'hui, on nous demande d'envisager la possibilité d'élargir les mesures de protection afin d'inclure l'identité de genre et l'expression de genre. En tant que représentants élus, nous avons le devoir de prendre la meilleure décision possible pour continuer de protéger les personnes qui sont déjà protégées au titre de la loi, tout en tenant compte des besoins des personnes qui demandent la prise de mesures supplémentaires.
En quoi les dispositions sur l'identité de genre et l'expression de genre sont-elles différentes des protections déjà offertes grâce aux modifications qui ont été apportées en 1996 afin d'inclure l'orientation sexuelle dans la Loi canadienne sur les droits de la personne? Normalement, le genre d'une personne s'accorde avec ses caractéristiques sexuelles biologiques et sa façon de s'habiller ou de se comporter en fonction des normes culturelles généralement acceptées par la société en ce qui a trait au genre. Or, on nous dit aujourd'hui que le genre n'est plus seulement fondé sur les caractéristiques sexuelles biologiques, mais plutôt sur ce que la personne pense être ou sur le genre auquel elle s'identifie. Les options incluent donc les hommes, les femmes, les agenres, les intergenres, les hommes trans, les femmes trans, les transgenres, les personnes non binaires et même les personnes qui s'interrogent ou qui ne sont pas sûres de leur identité. Le vocabulaire continue d'évoluer afin d'inclure les personnes qui se cherchent un nouveau rôle ou une nouvelle identité.
L'expression de genre se rapporte aux façons dont une personne peut choisir de manifester ou d'exprimer sa masculinité ou sa féminité. L'orientation sexuelle peut inclure, entre autres, les hétérosexuels, les gais, les lesbiennes, les bisexuels, les asexuels, les pansexuels, les queers, les personnes qui s'interrogent ou qui ne sont pas sûres de leur orientation et les personnes qui aiment les personnes de leur genre. Si les façons de s'identifier s'étendent au point d'inclure même les personnes qui s'interrogent ou qui ne sont pas sûres de leur identité, comment peut-on protéger cela? Comment savoir si une personne correspond à l'une ou l'autre de ces catégories? Comment un employeur est-il censé savoir à quelle catégorie elle appartient? Qu'en est-il des législateurs et des services d'application de la loi?
Pour ce qui est des autres dispositions législatives, nous fournissons des définitions claires aux citoyens, aux entreprises, aux fournisseurs de services et aux législateurs, comme nous en avons le devoir. La nouvelle loi protégera-t-elle les personnes qui ont changé d'identité? celles qui s'y sont engagées? celles qui veulent changer? celles qui y songent? ou alors qui y songent depuis quelques semaines, ou peut-être depuis une heure seulement? La gamme des options qu'on nous demande d'étudier aujourd'hui est extrêmement étendue et va de l'homme qui se sent femme telle ou telle journée à la personne qui s'est formellement engagée à changer de sexe en passant par celle qui a subi une chirurgie transformatrice et qui veut maintenant être protégée contre la discrimination.
Je suis à la tête d'une entreprise: si un de mes employés qui utilise les toilettes des hommes depuis 10 ans décide soudain d'utiliser celles des femmes et qu'on entend une femme crier, fais-je de la discrimination si je lui demande de sortir? Et si cet homme faisait simplement tâter le terrain, pour ainsi dire, comme il en a dorénavant le droit? Et si c'était un pervers, pourrait-on le jeter dehors? À qui revient la responsabilité de déterminer la nature exacte des circonstances? Ne met-on pas un énorme fardeau sur les épaules des employeurs, des entreprises et des fournisseurs de services? Les femmes en cause ont aussi des droits, non? Tout comme les entreprises et les fournisseurs de services, non?
L'entreprise que je dirige est située dans une petite localité familiale. Nous avons donc respectueusement signifié aux clients que nous étions dans l'incapacité de fournir les services qu'ils nous demandaient. Heureusement, ils ont compris. L'avocat que nous avons consulté nous a confirmé que nous avions le droit de choisir notre clientèle, au même titre qu'il peut, lui, choisir les causes qu'il défend. Voici où le bât blesse: différents outils servent aujourd'hui à faire régresser la diversité au lieu de la faire progresser. Aussitôt qu'on pense différemment, on se fait attaquer et affubler de qualificatifs haineux: « Si tu n'es pas d'accord avec moi, c'est que tu me hais », voilà ce qu'on nous dit. Or, ce comportement-là aussi compromet les libertés et les choix d'autrui.
J'ai appris à mes enfants à connaître leurs valeurs et à faire des choix judicieux en fonction de ces valeurs. Je leur ai aussi appris à valoriser toutes les personnes, même si leurs valeurs et leurs choix sont différents des leurs.
Dans la localité où nous habitions il y a six ans, il y a des mosquées, des gurdwaras, des temples et des églises. À l'église où mon mari était pasteur, l'histoire de la Nativité était racontée dans 13 langues différentes. Mes enfants, qui sont de race blanche, étaient minoritaires dans leur école, où l'on trouvait des élèves de 83 groupes ethniques. Ils ont des amis de différentes confessions, origines ethniques et orientations sexuelles. Les différences des autres ne les empêchent pas de nouer des relations avec eux. C'est cela la diversité et l'acceptation véritables.
Je respecte énormément le député d'Esquimalt—Saanich—Sooke et la façon dont il a tendu la main à la communauté gaie de réfugiés arrivant au Canada. Lors de la première séance d'information du ministre de l'Immigration, le député a demandé comment la communauté gaie canadienne pourrait établir des liens avec les membres de la communauté gaie syrienne venant au Canada, qui étaient couramment victimes de discrimination, blessés et assassinés. Je lui ai dit que j'appuyais entièrement sa volonté de garantir que leur nouvelle vie au Canada sera positive et sans danger.
Personne ne devrait faire l'objet de persécution ou de discrimination en raison de ses choix ou de ses croyances. Soulignons que cela s'applique aussi aux yézidis et aux chrétiens, deux des quatre groupes désignés les plus vulnérables par les Nations unies. Les membres de ces communautés ne sont pas présents dans les camps, soit parce qu'ils y seront assassinés ou parce qu'ils ont été jetés par-dessus bord et se sont noyés avant leur arrivée en lieu sûr.
Force est de se demander quoi faire lorsque se heurtent les valeurs, les croyances et la foi des individus au Canada. Doit-on appuyer un camp et s'opposer à l'autre?
C'est ce qui est en train de se produire et je crains que le problème ne prenne de l'ampleur lorsque la Commission des droits de la personne recevra des plaintes. C'est la coexistence qui donne sa richesse à la diversité et non une inclusion artificielle qui donne l'illusion d'un progrès en écartant quiconque exprime son désaccord en qualifiant de haineux tout point de vue, croyance ou expression de ces perspectives.
Tandis que nous nous engageons dans cette voie, sommes-nous prêts à accorder des droits à toutes les formes d'expression de genre, tant celles qui existent actuellement que celles qui se manifesteront dans le futur? Est-il souhaitable que des textes aussi importants que la Charte des droits de la personne et le Code criminel soient si fluides?
J'aurais aimé qu'on me dise le nombre exact de personnes pour qui les protections en matière d'identité de genre et d'expression de genre sont nécessaires. Malheureusement, tout comme on ne définit pas les termes, on ne nous présente pas d'études ou de statistiques solides qui pourraient servir de référence.
Le pourcentage de la population concernée par l’identité et l’expression de genre serait de l’ordre de 1 % à 3 %. Chaque groupe est important et ne doit pas faire l’objet de discrimination. Mais est-ce que les besoins d’une petite minorité de 1 % à 3 % définie au sens large devraient peser davantage que les inquiétudes de l’ensemble de la population qui bénéficie de ces mêmes droits?
Comme on l’a dit, les désignations de ce groupe se transforment et évoluent sans cesse et le nombre de gens qui s’identifient à ce groupe est pour le moins contestable. Dans notre souci de justice et d’ouverture, il me semble que nous oublions ceux dont les droits à l’égalité existent également. Si nous sommes prêts à adopter cette loi et à laisser chacun faire ce que bon lui semble, n’avons-nous pas en fait la responsabilité de nous assurer que nous n’allons pas maintenant faire preuve de discrimination, sur les plans de la santé, de la sécurité et de la qualité de vie, à l’encontre de la majorité de la population?
Les défenseurs de ce projet de loi n’auraient pas d’inconvénient — ou ne devraient pas en avoir —, je suppose, à voir un homme adulte venir prendre sa douche dans un vestiaire de femmes, puisque c’est ce qu’un homme faisant valoir son identité ou son expression sexuelle pourrait faire aux termes de ce projet de loi. Toutefois, mis à part ceux que cela ne dérange pas, cela mettrait mal à l’aise un pourcentage important de la population.
Traditionnellement, les salles de toilette et les vestiaires pour femmes sont des endroits familiaux. En adoptant le projet de loi, sommes-nous en train de dire que le besoin d'une personne d'exprimer son genre ou son identité sexuelle supplante le besoin de la mère de protéger son enfant de la vue d'un homme nu à un cours de natation au YMCA, disons? Sommes-nous réellement rendus aussi loin dans notre société? Est-ce vraiment dans ce sens que la majorité des Canadiens veulent évoluer, ce à quoi ils aspirent?
Alors qu'augmentent les taux de violence contre les femmes, les enfants et oui, les hommes, et qu'augmentent le nombre de prédateurs sexuels, d'enlèvements d'enfants, et ainsi de suite, comme on le voit sans cesse dans l'actualité, est-il prudent que les législateurs responsables étendent ce générique de manière aussi irresponsable?
Demander à la majorité des Canadiens de renoncer à leurs propres droits à la vie privée et à leur propre identité et expression de genre, et d'en assumer les coûts, c'est trop demander. Je suis convaincue qu'une bonne partie de notre société partage mon avis.
J'accepte, j'approuve et j'appuie le droit de chacun de vivre sans discrimination fondée sur ses valeurs, ses croyances et ses choix au Canada. Alors, pour ces raisons, je ne peux appuyer le projet de loi C-16.
Results: 1 - 13 of 13

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data