Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 2 of 2
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2017-12-04 15:50 [p.15940]
Madam Speaker, I am very pleased to have the opportunity to rise and join in this important debate, in part because of its timeliness, given the apparent winding down of combat activity against Daesh and the ongoing evolution of terrorist threats in this country. It is also because the myths and misperceptions that have been allowed to persist in this House over the last few weeks have misinformed Canadians. Not surprisingly, those misperceptions are now echoed at family dinner tables right across the country.
If the quality of recent debate is to be believed, Canadians would think that we are combatting returning terrorists with poetry. However, Canadians expect to know exactly what their government does to protect their safety without the distraction of irresponsible sound bites. Therefore, I will dispel some of these myths.
First of all, how are returning extremists treated? The idea persists that they are somehow akin to prisoners at the end of their sentence, being reintegrated into the community, which is certainly not the case. Canada's law enforcement, security, and intelligence departments and agencies actively assess and monitor the threat each individual poses. They may be charged with a criminal offence where the evidence warrants. Based on available information, they may have passports revoked. They may be denied travel or placed on Canada's no-fly list. They are monitored closely in every case, and their return is tightly controlled and managed. In some cases, they may be found suitable for programs designed to help disengage from violent extremism, but by no means does that replace, prevent, or exclude investigation and close monitoring.
Second, the myth persists that somehow we can and should paint each returning extremist with the same brush through immediate action. However, we cannot, and we should not. Threat assessment is made to measure. Their places of travel, experience, and motivations may be entirely different. Criminal investigations are unique from case to case, and these, I can say from experience, can take time. They take a herculean effort on the part of many agencies in collaboration with international allies.
Third, there is a myth that our security agencies cannot possibly keep tabs on each and every returning extremist, which is also untrue. There are approximately 60 who have returned to Canada, and that is over the past decade. This has not changed significantly over the years. The full range of counterterrorism tools are in use, including surveillance, monitoring, and ongoing investigations. Once they return, agencies are well aware of them and aware of appropriately managing the threat they present to our citizens.
Fourth, there is a perception that these returnees pose Canada's largest security threat. This is also an unfortunate mischaracterization. Let us remember that the Strathroy and Saint-Jean-sur-Richelieu attacks in Canada were made by homegrown terrorists. They never left the country. They were radicalized right here in Canada. The same goes for attacks in Berlin and Nice. Those terrorists had not been trained in Syria or Iraq, but fought from their home countries, inspired by groups like Daesh. The risks that homegrown terrorists pose can be just as great as those posed by returning extremists.
There is no neat and simple solution to the complex problem that terrorism poses in a rapidly changing world, but we have in place effective and world-class professionals. Canada's full range of counterterrorism tools are in use, and these include ongoing investigations, surveillance and monitoring, intelligence gathering and sharing, the collection of criminal evidence, criminal charges, and prosecution where the evidence exists. Other Criminal Code tools, like peace bonds, public listings, expert threat assessments, no-fly lists, the revocation of passports, and legally authorized threat destruction measures, are all in use. The government and Canada's top-notch security agencies continue to use all the tools at their disposal to address the threat of Canadians joining or returning from terrorist activities.
The National Security Joint Operations Centre helps to coordinate an effective and timely operational response to high-risk travellers. G7 interior ministers recently redoubled their commitment to sharing information and working closely together to deal with returning extremists, and the process has worked.
We must now focus our attention on what lies ahead. Daesh, for one, continues to aggressively target the Internet to push an evil ideology and to recruit new adherents. Those who were on the battlefield may now be attempting to move perhaps to Africa, Asia, or Europe, and even to Canada. Yet, as the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness has said, the terror threat is now morphing into other forms, and we must not be complacent.
As I have noted, homegrown terrorism is one of our most urgent threats. It can come in many forms, from right- and left-wing extremism to religious motivations.
In Bill C-59, the overhaul of national security legislation currently at committee, we intend to provide the framework through which we can act on these threats, moving forward. We need to play the long game. International experts recognize that a key part of that means getting to the roots of the problems on our own turf, and that is why the government recently launched a new centre to coordinate, bolster, and help fund and share the counter-radicalization programming that exists across the country. It is called the Canada Centre for Community Engagement and Prevention of Violence. It is based on the fact that early intervention in dangerous situations to prevent radicalization to violence can and does work. The centre takes a broad approach to this issue, recognizing that the process of radicalization to violence occurs differently for different people.
It provides national leadership to support local efforts, and a key part of that work is through the community resilience fund. This fund was created to enhance those partnerships and to promote innovation in research on countering radicalization to violence, and domestic programming. We have recently announced a renewed call for proposals under this fund, with $1.4 million available to approved projects starting in 2018 and $7 million annually for the balance of the program. The centre is ensuring that resources are in place to facilitate disengagement from violent ideologies. In particular, children are served who return from combat zones and require tailored support to recover from their traumatic experiences.
From every angle, the Government of Canada continues to carefully monitor trends in extremist travel, and our national security agencies work extremely well together to ensure our response reflects the current threat environment. Canadians can be assured that our agencies are carefully monitoring returning extremists and that our law enforcement agencies are doing the difficult work of collecting the evidence required for convictions in Canadian courts. This remains a priority for our government and for all of our national security agencies. We must work together, alert at all times to the threats posed by terrorism at all levels, buoyed by solid facts and a shared commitment to act.
Madame la Présidente, je suis enchanté de pouvoir prendre part à ce débat important. D'une part, il m'apparaît arriver à un moment opportun, alors que la lutte contre Daech semble s'atténuer et que la menace terroriste continue d'évoluer au Canada. D'autre part, en raison des mythes et des idées fausses répétés à la Chambre depuis quelques semaines, les Canadiens ont été mal informés. On constate maintenant, sans surprise, que ces idées erronées sont répétées à l'heure du souper partout au pays.
S'ils se fiaient aux récents débats, les Canadiens pourraient avoir l'impression que nous combattons les terroristes de retour au pays à coups de poèmes. La population s'attend toutefois à savoir exactement comment le gouvernement assure sa protection, sans qu'on tente de la distraire par des phrases-chocs irréfléchies. Je tiens donc à dissiper certains de ces mythes.
Premièrement, comment sont traités les extrémistes qui rentrent au pays? L'idée persiste selon laquelle ils sont en quelque sorte comme des prisonniers au terme de leur peine qu'on réinsère dans la communauté. Or, ce n'est certainement pas le cas. Les ministères et organismes responsables de l'application de la loi, de la sécurité et du renseignement au Canada évaluent et surveillent activement la menace que présente chacune de ces personnes. Lorsque les preuves le justifient, on peut accuser ces personnes d'une infraction criminelle. Selon l'information disponible, on peut révoquer leur passeport. On peut leur interdire de voyager ou les inscrire sur la liste d'interdiction de vol du Canada. Dans tous les cas, elles sont surveillées de près, et leur retour est étroitement contrôlé et géré. Dans certains cas, on conclut qu'un programme conçu pour les aider à abandonner l'extrémisme violent est indiqué. Toutefois, celui-ci ne remplace d'aucune façon ni n'empêche la tenue d'une enquête et l'exercice d'une surveillance étroite, ni ne les en exclut.
Deuxièmement, le mythe persiste selon lequel nous devrions mettre tous les extrémistes qui rentrent au pays dans le même panier et intervenir immédiatement. Or, c'est impossible et ce n'est pas la chose à faire. L'évaluation des risques sert à les mesurer. Ces personnes ont peut-être visité des endroits et vécu des expériences complètement différents, pour des motifs complètement différents. Les enquêtes criminelles sont uniques d'un cas à l'autre, et l'expérience m'a appris qu'elles prennent du temps. Elles nécessitent un effort surhumain de la part de nombreux organismes, en collaboration avec les alliés du monde entier.
Troisièmement, certains soutiennent — à tort, je le signale — que les organismes de sécurité ne peuvent absolument pas surveiller tous les extrémistes qui rentrent au Canada. Au cours de la dernière décennie, approximativement 60 de ces personnes sont revenues au Canada, et la situation n'a à peu près pas changé au fil des ans. Le gouvernement a recours à toute la panoplie d'outils de lutte au terrorisme, y compris la surveillance et les enquêtes continues. Les organismes nationaux de sécurité sont au courant des allées et venues des extrémistes qui reviennent au Canada et ils gèrent de façon appropriée la menace que ceux-ci représentent pour les Canadiens.
Quatrièmement, certains estiment que les extrémistes qui sont de retour au Canada constituent la plus grande menace pour la sécurité nationale. Voilà une autre fausse perception. Rappelons-nous que les attentats survenus à Strathroy et à Saint-Jean-sur-Richelieu ont été perpétrés par des terroristes issus du Canada qui n'avaient jamais quitté le pays. Ces individus s'étaient radicalisés ici même, au Canada. Il en est de même des attentats commis à Berlin et à Nice. Ces terroristes inspirés par des groupes comme Daech n'avaient pas été entraînés en Syrie ou en Irak, ils se battaient plutôt dans leur pays d'origine. Les complots terroristes ourdis à l'intérieur de nos frontières constituent une menace aussi grande que celle que posent les extrémistes qui reviennent au Canada.
Il n'existe pas de solution toute simple au problème complexe que représente le terrorisme dans un monde qui évolue rapidement. Nous pouvons toutefois compter sur des professionnels efficaces de calibre mondial. Le Canada utilise toute la panoplie d'outils de lutte au terrorisme dont il dispose, y compris les enquêtes, la surveillance et les activités de contrôle en cours, la recherche et l'échange de renseignements, la collecte de preuves criminelles, les accusations criminelles et les poursuites fondées sur des preuves suffisantes. D'autres outils prévus dans le Code criminel, comme les engagements de ne pas troubler l'ordre public, les listes publiques, les évaluations des menaces menées par des experts, les listes d'interdiction de vol, la révocation de passeport et les mesures de destruction de la menace autorisées par la loi, sont tous utilisés. Le gouvernement et les excellents organismes de sécurité du Canada continuent d'avoir recours à tous les outils dont ils disposent pour contrer la menace que représentent les Canadiens qui partent prendre part à des activités terroristes ou qui en reviennent.
Le Centre d'opérations conjointes en matière de sécurité nationale aide à coordonner la gestion efficace et rapide des voyageurs à haut risque. Les ministres de l'Intérieur du G7 ont récemment réaffirmé leur engagement de mettre l'information en commun et de collaborer étroitement entre eux pour encadrer le retour des extrémistes. Le processus a été fructueux.
Nous devons maintenant nous tourner vers l'avenir. Daech, pour sa part, continue de prendre Internet d'assaut pour propager une sinistre idéologie et recruter de nouveaux adeptes. Ceux qui se trouvaient sur les champs de bataille pourraient maintenant tenter de se rendre en Afrique, en Asie ou en Europe, voire au Canada. Comme le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile l'a dit, la menace terroriste adopte de nouvelles formes. Il faut demeurer vigilant.
Comme je l'ai mentionné, le terrorisme d'origine intérieure représente l'une des menaces les plus pressantes. Il peut prendre de multiples formes, que l'on parle de l'extrémisme de gauche ou de droite, ou encore de motivations religieuses.
Dans le projet de loi  C-59, le projet de réforme du cadre de sécurité nationale actuellement à l'étape de l'étude au comité, nous proposons un cadre qui permettra de répondre à ces menaces. Nous devons penser à long terme. Selon les experts internationaux, pour y parvenir, il est important de s'attaquer aux racines des problèmes sur notre propre territoire, et c'est pourquoi le gouvernement a récemment mis sur pied un centre en vue de coordonner, de bonifier, de financer et de faire connaître les programmes de lutte contre la radicalisation qui existent au pays. Il s'agit du Centre canadien d’engagement communautaire et de prévention de la violence. Il part du principe que, dans des situations dangereuses, une intervention précoce visant à prévenir la radicalisation menant à la violence peut véritablement changer les choses. Le Centre adopte une approche globale dans ce dossier parce qu'il reconnaît que le processus de radicalisation violente varie en fonction de la personne.
Il assure un leadership national afin d'appuyer les initiatives locales. Une partie importante du travail se fait à l'aide du Fonds pour la résilience communautaire. Le Fonds a été créé pour renforcer ces partenariats, ainsi que pour promouvoir l'innovation dans la recherche sur la lutte contre la radicalisation qui mène à la violence et dans les programmes nationaux. Nous avons récemment annoncé un nouvel appel de propositions dans le cadre de ce fonds, qui prévoit une enveloppe de 1,4 million de dollars pour les projets approuvés à partir de 2018 et de 7 millions de dollars par année pendant le reste du programme. Le Centre met en place les ressources nécessaires pour aider les gens à se détacher des idéologies violentes. Il cherche tout particulièrement à aider les enfants qui reviennent d'une zone de conflit et qui ont besoin de services de soutien adaptés pour se remettre d'expériences traumatisantes.
Le gouvernement continue de surveiller de près les déplacements des extrémistes et d'analyser les tendances qui s'en dégagent, en plus de donner aux services de sécurité nationale les moyens de se concerter et de s'adapter aux menaces d'aujourd'hui. Les Canadiens peuvent avoir l'assurance que nos agences surveillent de près les extrémistes qui sont de retour au pays et que les services de police canadiens effectuent le difficile travail qui consiste à recueillir les preuves nécessaires pour obtenir des condamnations dans les tribunaux canadiens. Cela demeure la priorité pour le gouvernement et toutes les agences de sécurité nationale. Nous devons travailler ensemble, nous soucier en tout temps des risques de terrorisme de tout niveau et nous appuyer sur des faits indiscutables et une volonté partagée d'agir.
View Sean Fraser Profile
Lib. (NS)
View Sean Fraser Profile
2017-12-04 16:45 [p.15947]
Madam Speaker, let me begin by saying that I am somewhat frustrated to be involved in this debate today.
The motion on the floor purports to be about the interplay between national security, human rights, and fighting terrorism, to some degree. However, its spirit is to divide Canadians, in my opinion, for political gain by praying on fears. Its effect is to scare Canadians into positions, rather than to engage them in a nuanced debate.
We live in a time in our global history right now of ultra-divisive politics that has seen many issues that were not legitimate policy discussions turn into an exercise in fearmongering designed to secure the support of a political base. Once-healthy democracies across the world have become sick with a virus of anti-intellectualism that is spreading rapidly across our planet.
In the age of social media, the phenomenon is even worse, as individuals prone to one idea or another on various points of the political spectrum more easily find validation in the echo chambers of the Internet. However, we cannot let Canada fall victim to this deeply worrying trend. People need to step away from the computer, find a human being, and talk to each other. They should not get sucked into the kind of nonsense that so many politicians around the world would have them engage in, without informing themselves, without facts.
I cannot let another motion like this, which I believe is designed to spread fear amongst Canadians, go unchallenged. I believe that, at the end of the day, I am responsible as a parliamentarian not only for my own actions and decisions but also for the opportunity, when I have the chance, to confront an injustice and not choose to stand idly by instead.
I will not be supporting the motion on the floor of the House of Commons.
Over the course of my remarks, I hope to cover a few themes. First is the importance of protecting the rule of law, then the issue of extremist travellers returning to Canada, then a brief conversation about the settlement involving Omar Khadr, and I will conclude with the need to combat the politics of fear and division.
The rule of law, in my opinion, is a fundamental pillar of our democracy. It separates our country from dictators and despots, and ensures that our government is subject to the law and that our citizens are protected by it, not the other way around. It prevents the possibility of a given leader or government eroding protections enshrined in our legal system for political advantage, and prevents them from operating without scrutiny or accountability.
The rule of law is the linchpin to our democracy. Our entire system depends on this. Without it protecting our rights, our society would break down. At times, protecting the rights of Canadians can be extremely difficult. It is very easy to give away the rights of other people, but we need to stand up for the rights of our neighbours, not only when it is convenient but when it is difficult. In fact, that is when it is most important.
It can be very hard to defend the rights of another person when seeking to balance those rights with such heavy concepts as security or such immense threats as terrorism. Those words have extraordinary power.
When we fear for our safety, the easy thing to do is to give away the rights of our neighbour. However, my friends, our neighbours' rights are our collective rights. To paraphrase Benjamin Franklin, any society that would give up a little freedom to gain a little security deserves neither and will lose both.
The erosion of our freedoms and our security will not come at the hands of tyrants and terrorists half a world away. The threat is far nearer. It is going to come by the decisions and actions of some future government, a generation from now, empowered by an erosion of our rights today, and it is going to happen in our own communities, right here at home, if we do not take a stand to protect our rights.
The fact is that we can protect our rights and our security at the same time. There is immense interplay between these two concepts, but they are not mutually exclusive. There are, in fact, very serious issues of national security that any government needs to address in the 21st century. Our government is addressing those matters. Given the changing nature of the global order and the rise of well-organized, well-financed sub-state terror entities like Daesh, we need to adapt our traditional model of national security to address the changing nature of the threats we face, and the world faces.
With respect to the first aspect of the motion on the floor today, I anticipate every member of Parliament joining me in condemning the horrific acts of violence committed by Daesh against innocent people around the world. I readily acknowledge, without equivocation, that we must work as part of the global community to eradicate these acts of senseless violence from our planet altogether.
Notwithstanding my agreement with the first part of the motion on the floor of the House, I take sincere exception to the other parts, which seek to stoke fear of extremist travellers returning to Canada. We have to formulate policy on issues of national security from a place of reason. The Conservatives have not taken a rational approach to this issue and are seeking to form policy from a place of fear, which in my opinion is very dangerous and creates an unreasonable apprehension of risk, not just amongst their caucus members but amongst Canadians as well.
We need the tools to address these kinds of threats, and in fact, we are in the midst of ensuring that we have those tools. I note the efforts that have been raised today to pass Bill C-59, which would eliminate many of the superfluous measures that were contained in the prior iteration under Bill C-51, to which I had great objection.
I note that leading experts Kent Roach and Craig Forcese have referred to some of those measures as overkill and have since said that the revisions made under Bill C-59 are the real deal and pose no credible threat to security.
The motion today no doubt arises as a result of our public safety minister sharing in question period the fact that approximately 60 extremist travellers have returned to Canada. The opposition members have seemingly implied in the House and previously that they have returned under the Liberal government's watch, when in fact this same number had returned to Canada prior to the last election when they were still in power.
We cannot forget that, under both Canadian and international law, citizens have the right to return to their country of citizenship. My own view is that I would rather have a dangerous person who is a Canadian citizen detained or being monitored within our own country than being part of an international terror organization abroad where they could more easily escape scrutiny and pose a greater danger to innocent people around the world and in our country.
In fact, the heavy irony of the opposition's calls for enhanced prosecution of returning ISIS fighters is a difficult one to swallow when we consider that, under its government, precisely zero prosecutions actually took place. Moreover, in its last term in office alone, the Harper government cut over $1 billion from the budgets of the very agencies that seek to protect us against the kind of harm that they now raise in the House.
Since the Conservatives were ousted from power by Canadians, prosecutions of extremist travellers have actually taken place and a conviction has been obtained not too long ago. The fact is that groups such as Daesh are to be treated seriously, and I know every member of the House shares that opinion.
However, Canadians need not live in fear, as the Conservatives would have us do, because these matters have the fullest possible attention of our world-class security agencies. We know that safety and security of our citizens is a top priority for any government of any party. To suggest otherwise is a distasteful display of fearmongering that seeks to take advantage of Canadians, who need not be afraid.
To any Canadians who may be listening, do not fall into this trap. They do not need to fear that terrorists are running rampant through our communities, unchecked. CSIS, CBSA, and the RCMP work with global partners to monitor security threats through surveillance, intelligence gathering, and many tools that are available under the Criminal Code, including prosecutions where there is evidence that a crime has actually been committed.
In fact, we are significantly more likely to be killed while walking, riding a bike, or experiencing a heat wave than we are to die in a terrorist attack in our country. I am not going to let groups like Daesh hold the power of fear over me from the other side of the world as other members of the House would. Let us provide our security agencies with the tools that they need to protect us, while upholding the values enshrined in our Charter of Rights and Freedoms, and let us move on with living our lives free of fear.
The motion on the floor today also makes passing reference to what the opposition has called the “unnecessary financial payout” to Omar Khadr. This position is a choice by the Conservatives to ignore the world around them when the facts are readily available to demonstrate the Government of Canada's inevitable liability in the litigation that was before the courts.
The opposition seeks to undermine the rule of law and erode our Charter of Rights and Freedoms to once again divide Canadians on the basis of fear, not facts or evidence. It has gone to incredible lengths to demonstrate Mr. Khadr is evil in order to justify gross miscarriages of justice and to excuse unconscionable conduct that demonstrates a moral and legal failing by the Government of Canada.
I do not know Mr. Khadr, nor do I need to in order to understand what was going on in this piece of litigation. The settlement in this case has nothing to do with his quality as a person or his actions in Afghanistan. Instead, it addresses the sole question of the Government of Canada's conduct and responsibility to make amends for its breach of legal duties it owed to one of its citizens.
Many Canadians were upset upon learning the details of the settlement with Mr. Khadr. I have been watching this file unfold for years. I have been deeply disturbed by it for quite some time. The fact that our country would demonstrate such a disregard for one of its citizens is the real shame in this matter, and we all need to wear that as Canadians.
To conclude, there are reasoned debates to be had about the interplay between human rights and national security. Our national interest compels it. However, our citizens are more intelligent than this motion gives them credit for. They deserve a nuanced debate. However, the quality of our politics cannot possibly be so low that a party's political fortunes depend on the fear or ignorance of the electorate.
I have now watched the opposition use politics of fear and division repeatedly without shame, not just in this motion but when it came to the niqab ban and the immigrant snitch line. I received promotional materials in a prior election that promised to deny dental benefits to refugees.
I am sick of the fearmongering that is invading Canadian politics. Liberals do not like it. New Democrats do not like it. Progressive Conservatives in my riding do not like it, and they do not deserve to be painted with that brush. The failed—
Madame la Présidente, je voudrais d'abord dire que je suis un peu contrarié de devoir débattre de cette question aujourd'hui.
La motion à l'étude concernerait les liens entre la sécurité nationale, les droits de la personne et, dans une certaine mesure, la lutte contre le terrorisme. Cependant, d'après moi, son objectif est de diviser les Canadiens à des fins politiques en misant sur la peur. Le but est de faire peur aux Canadiens pour qu'ils prennent rapidement position plutôt que de les faire participer à un débat nuancé.
Nous vivons à une époque de l'histoire de la planète où la politique de la division est à son comble et où de nombreux enjeux qui n'ont pas leur place dans le débat public ont mené à des campagnes de peur visant à consolider l'appui d'une base politique. Partout sur la planète, des démocraties pourtant saines ont été infectées par le virus de l'anti-intellectualisme, qui se répand comme une traînée de poudre.
À l'ère des médias sociaux, le phénomène est exacerbé, car les gens, peu importe où ils se situent sur le spectre politique, arrivent plus facilement à trouver écho à leurs opinions dans les divers recoins d'Internet. Nous ne devons pas laisser le Canada être affecté par cette dangereuse tendance. Les gens doivent s'éloigner de leur écran et aller discuter avec une autre personne en chair et en os. Ils ne doivent pas se laisser emporter par les absurdités que tellement de politiciens sur la planète veulent leur faire avaler. Ils doivent s'informer et obtenir les faits.
Je ne peux rester sans réagir devant une autre motion de ce genre, une motion qui, à mon avis, a pour but de semer la peur chez les Canadiens. En tant que parlementaire, en fin de compte, en plus d'être responsable de mes actes et de mes décisions, j'ai également le devoir, lorsque j'en ai l'occasion, de ne pas rester les bras croisés devant une injustice.
Je n'ai pas l'intention d'appuyer la motion en question.
J'espère pouvoir aborder quelques sujets dans mes observations, soit: la primauté du droit et combien il est important de la protéger, la question des extrémistes qui rentrent au Canada, le règlement touchant Omar Khadr et la nécessité de lutter contre la politique de la peur et de la division.
À mon avis, la primauté du droit est un pilier de notre démocratie. Elle nous évite de nous retrouver sous la férule d'un dictateur ou d'un despote et nous assure que le gouvernement est assujetti à la loi et que les citoyens sont protégés par cette dernière, et non l'inverse. Elle empêche tout dirigeant ou gouvernement de fragiliser les protections ancrées dans notre système judiciaire à des fins politiques et d'agir sans surveillance ni reddition de comptes.
La primauté du droit est l'élément central de notre démocratie. Tout notre système repose sur ce principe. Si elle n'était pas là pour protéger nos droits, notre société s'effondrerait. Il est parfois extrêmement difficile de protéger les droits des Canadiens. Il est très facile d'abdiquer les droits des autres, mais nous devons défendre les droits de nos voisins, pas seulement lorsque cela est commode, mais également lorsque c'est difficile et surtout lorsque c'est difficile.
Il peut être très difficile de défendre les droits d'une autre personne lorsqu'on essaie d'établir un équilibre entre des notions aussi importantes que la sécurité ou des menaces aussi grandes que le terrorisme. Ces mots ont un pouvoir incroyable.
Lorsqu'on craint pour sa sécurité, la voie facile consiste à priver notre voisin de ses droits. Toutefois, chers collègues, les droits de nos voisins sont nos droits collectifs. Pour paraphraser Benjamin Franklin, un peuple qui est prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux.
Ce ne sont pas les tyrans et les terroristes à l'autre bout du monde qui vont causer l'érosion de nos libertés et de notre sécurité. La menace est beaucoup plus rapprochée; elle viendra des décisions et des actions d'un gouvernement futur, dans une génération, fort de l'érosion de nos droits aujourd'hui, et cela se produira dans nos propres collectivités, ici même au Canada, si nous ne défendons pas et ne protégeons pas nos droits.
Nous pouvons protéger nos droits et assurer notre sécurité simultanément. Ces deux concepts sont immensément liés et ne sont pas mutuellement exclusifs. Au XXIe siècle, tout gouvernement est appelé à traiter de questions très sérieuses liées à la sécurité nationale. Le gouvernement le fait. Étant donné la nature changeante de l'ordre mondial et la recrudescence d'entités terroristes infraétatiques bien organisées et bien financées telles que Daech, nous devons adapter notre modèle traditionnel de sécurité nationale pour tenir compte de l'évolution des menaces auxquelles nous, et le monde, devons faire face.
En ce qui a trait au premier aspect de la motion à l'étude aujourd'hui, je m'attends à ce que tous les députés se joignent à moi pour condamner les actes de violence atroces perpétrés par Daech contre des gens innocents partout dans le monde. Je reconnais, sans équivoque, que nous devons travailler de concert avec la communauté mondiale pour éradiquer ces actes de violence insensés dans le monde.
Je suis d'accord avec la première partie de la motion à l'étude aujourd'hui à la Chambre, mais je m'oppose aux autres parties, qui visent à semer la peur face aux voyageurs extrémistes qui reviennent au Canada. Il faut élaborer de manière raisonnée une politique sur les enjeux liés à la sécurité nationale. Or, les conservateurs n'ont pas une approche rationnelle en la matière; ils souhaitent plutôt qu'on élabore une politique fondée sur la peur, ce qui, selon moi, est très dangereux et crée une appréhension déraisonnable du risque, non seulement au sein du caucus conservateur, mais aussi dans la population canadienne.
Nous avons besoin des outils nécessaires pour faire face aux menaces de cette nature et nous sommes justement en voie de les mettre en place. Je constate les appels qui ont été lancés aujourd'hui en vue d'adopter le projet de loi  C-59, qui permettrait d'éliminer les mesures superflues qui étaient contenues dans le projet de loi C-51, auquel je me suis vivement opposé.
Je souligne que les éminents experts Kent Roach et Craig Forcese ont qualifié d'excessives certaines de ces mesures et ont déclaré que les corrections prévues dans le projet de loi  C-59 sont tout à fait pertinentes et qu'elles ne présentent aucune menace crédible à la sécurité.
La motion à l'étude aujourd'hui découle sans aucun doute du fait que, lors d'une période des questions, le ministre de la Sécurité publique a déclaré qu'une soixantaine de voyageurs extrémistes étaient revenus au Canada. À la Chambre, les députés de l'opposition ont laissé entendre que ces voyageurs étaient rentrés au pays sous le gouvernement libéral, alors que, en fait, ces personnes sont revenues au Canada avant les dernières élections fédérales, soit sous le gouvernement conservateur précédent.
Il faut se rappeler que, en vertu du droit canadien et international, les voyageurs ont le droit de retourner dans le pays dont ils sont citoyens. Selon moi, il vaut mieux emprisonner ou surveiller au pays un citoyen canadien dangereux plutôt que de le voir adhérer à une organisation terroriste internationale pendant qu'il se trouve à l'étranger, car il risque alors d'échapper plus facilement à la surveillance des autorités et de présenter un danger plus grand pour des personnes innocentes, tant au Canada qu'ailleurs dans le monde.
Nous avons du mal à accepter que l'opposition demande une augmentation des poursuites intentées contre des combattants de l'EIIS qui sont de retour au Canada, puisque, sous le régime conservateur, aucune poursuite n'a en fait été intentée. De plus, pendant son dernier mandat, le gouvernement Harper a sabré plus de 1 milliard de dollars des budgets des organismes qui sont précisément chargés de nous protéger des dangers dont l'opposition fait état en ce moment à la Chambre.
Depuis que les conservateurs ont été évincés du pouvoir par les Canadiens, des poursuites ont en fait été intentées contre des voyageurs extrémistes, et une déclaration de culpabilité a été obtenue il n'y a pas très longtemps. Les groupes comme Daech doivent être pris au sérieux, et je sais que tous les députés partagent cet avis.
Cependant, contrairement à ce que souhaiteraient les conservateurs, les Canadiens n'ont pas à vivre dans la crainte, parce que nos organismes de sécurité de calibre mondial accordent à ce dossier toute l'attention possible. La sécurité des citoyens est la grande priorité de tout gouvernement quelle que soit son allégeance politique. Laisser entendre le contraire, c'est se livrer à une campagne de peur déplaisante dans le but de profiter des Canadiens. Ceux-ci n'ont pas à avoir peur.
Je m'adresse aux Canadiens qui nous écoutent et je leur demande de ne pas tomber dans le panneau. Ils n'ont pas à craindre que des terroristes errent en liberté un peu partout au pays. Le SCRS, l'Agence des services frontaliers du Canada et la GRC collaborent avec leurs partenaires dans le monde afin de suivre l'évolution des risques pour la sécurité grâce à la surveillance, à la collecte de renseignements et à beaucoup d'autres outils disponibles en vertu du Code criminel, y compris les poursuites judiciaires dans les cas où des preuves existent qu'un crime a été commis.
D'ailleurs, au Canada, nous risquons beaucoup plus de mourir en marchant, en allant à vélo ou en subissant une vague de chaleur que dans un attentat terroriste. Contrairement à d'autres députés, je ne laisserai pas les groupes comme Daech avoir une emprise sur moi en me faisant peur depuis l'autre bout du monde. Tâchons de fournir à nos organismes de sécurité les outils dont ils ont besoin pour nous protéger tout en défendant les valeurs enchâssées dans la Charte canadienne des droits et libertés. Vivons notre vie affranchis de la peur.
La motion qui nous est présentée aujourd'hui mentionne en outre ce que l'opposition qualifie de « compensation financière inutile » versée à Omar Khadr. Les conservateurs choisissent d'ignorer le monde qui les entoure. C'est leur position de prédilection même si les faits sont clairs et que le gouvernement du Canada a été inévitablement déclaré responsable dans la cause soumise aux tribunaux.
L'opposition cherche à saper le concept même d'État de droit et à faire fi de la Charte des droits et libertés pour encore une fois diviser les Canadiens en semant la peur au lieu de s'en tenir aux faits. Elle fait des pieds et des mains pour prouver que M. Khadr est le mal incarné afin de justifier le terrible déni de justice qui est le leur de même que la manière inadmissible dont elle s'est comportée à l'époque où elle était au gouvernement, alors qu'il s'agit au contraire d'une preuve de son incurie morale et juridique.
Je ne connais pas M. Khadr, et je n'ai pas besoin de le connaître pour comprendre ce qui s'est passé. L'entente intervenue n'a rien à voir avec sa personne ou ses agissements en Afghanistan. Elle vise au contraire à corriger les manquements du gouvernement du Canada, qui a la responsabilité de faire amende honorable lorsqu'il faillit à ses obligations juridiques envers un de ses citoyens.
De nombreux Canadiens ont été choqués lorsque les détails de l'entente avec M. Khadr ont été révélés. Je suis ce dossier depuis des années, et je dois dire qu'il me rend mal à l'aise depuis très longtemps. Que notre pays puisse faire preuve d'un mépris pareil envers un de ses citoyens, là voilà la véritable source de honte, et elle rejaillit sur chacun de nous.
Pour terminer, il devrait y avoir des débats raisonnés sur les rapports qu’il y a entre les droits de la personne et la sécurité nationale. L’intérêt national l’exige. Toutefois, les citoyens sont plus intelligents que ne le laisse entendre cette motion. Ils méritent un débat nuancé. La qualité de la politique au Canada ne peut être tombée bas au point que la fortune d’un parti politique repose sur la crainte ou l’ignorance de l’électorat.
Je constate que l’opposition n’a pas eu honte de recourir à maintes reprises à la politique de la peur et de la division, au sujet non seulement de cette motion, mais aussi de l’interdiction du niqab et de la ligne téléphonique destinée à dénoncer des immigrants. J’ai d’ailleurs reçu à l’occasion d’une élection précédente du matériel publicitaire promettant de refuser les soins dentaires aux réfugiés.
J’en ai plus qu’assez des propos alarmistes qui empreignent la politique canadienne. Les libéraux n’aiment pas ça. Les néo-démocrates n’aiment pas ça. Les progressistes-conservateurs n’aiment pas ça non plus et ne méritent pas d’être dépeints sous ce jour. Ils n'ont pas réussi…
Results: 1 - 2 of 2

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data