Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2018-06-07 12:47 [p.20432]
Mr. Speaker, I am very pleased to rise to speak to Bill C-59, which relates to issues of national security and how we deal with people suspected of terrorist acts.
This issue is quite different from those usually addressed. Usually, I have to talk about public finance. It is quite easy to say that the Liberals are wrong because they have a deficit and that we are right because we oppose deficits, which is very clear. In that case, this is very touchy. We are talking about so many great issues, and this issue should be addressed without partisanship. For sure, it is not easy.
That is why this really should be a non-partisan issue. This will not be easy, because obviously people are sharply divided on how this information should be dealt with in order to stop terrorism and how terrorists should be dealt with.
Bill C-59 is the current government's response to BillC-51, which our government had passed. I remind the House that the Liberals, who formed the second opposition party at the time, supported Bill C-51, but said that they would change it right away once in power. It was supposedly so urgent, and yet they have been in power for two and a half years now, and it has taken the Liberals this long to bring forward their response to the Conservative Bill C-51 in the House of Commons.
As I was saying earlier, some questions are easier to answer, because they are based not on partisanship, but on your point of view. For example, when it comes to public finances, you can be for or against the deficit. However, no one is arguing against the need to crack down on terrorism. The distinctions are in the nuances.
That is why the opposition parties proposed dozens of amendments to the bill; sadly, however, with the exception of four technical amendments proposed by the NDP, the Liberals systematically rejected all amendments proposed by the Conservative Party and the Green Party, and Lord knows that there is an entire world between the Conservative Party and the Green Party.
This bill is meant to help us tackle the terrorist threat, whether real or potential. In the old days, in World War II, the enemy was easily identified. Speaking of which, yesterday was the 74th anniversary of the Normandy landing, a major turning point in the liberation of the world from Nazi oppression. It was easy to identify the enemy back then. Their flag, leader, uniform and weapons were clearly identifiable. We knew where they were.
The problem with terrorism is that the enemy is everywhere and nowhere. They have no flag. They have a leader, but they may have another one by tomorrow morning. The enemy can be right here or on the other side of the world. Terrorism is an entirely new way of waging war, which calls for an entirely new way of defending ourselves. That is why, in our opinion, we need to share information. All police forces and all intelligence agencies working in this country and around the world must be able to share information in order to prevent tragedies like the one we witnessed on September 11, 2001.
In our opinion, the bill does not go far enough in terms of information sharing, which is necessary if we are to win the fight against terrorism. We believe that the Communications Security Establishment, the RCMP, CSIS and all of the other agencies that fight terrorism every day should join forces. They should share an information pipeline rather than work in silos.
In our opinion, if the bill is passed as it is now, the relevant information that could be used to flush out potential terrorists will not be shared as it should be. We are therefore asking the government to be more flexible in this respect. Unfortunately, the amendments proposed by our shadow cabinet minister, the hon. member for Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, were rejected.
We are very concerned about another point as well: the charges against suspected terrorists. We believe that the language of the bill will make it more difficult to charge and flush out terrorists. This is a delicate subject, and every word is important.
We believe that the most significant and most contentious change the bill makes to the Criminal Code amends the offence set out in section 83.221, “Advocating or promoting commission of terrorism offences”. This is of special interest to us because this offence was created by Bill C-51, which we introduced. Bill C-59 requires a much more stringent test by changing the wording to, “Every person who counsels another person to commit a terrorism offence”. The same applies to the definition of terrorist propaganda in subsection 83.222(8), which, in our opinion, will greatly restrict law enforcement agencies' ability to use the tool for dismantling terrorist propaganda with judicial authorization as set out in BillC-51. Why? Because as it is written, when you talk about counselling another person to commit a terrorism offence, it leaves room for interpretation.
What is the difference between a person and a group of people; between a person and a gathering; between a person and an entity; or between a person and an illicit and illegal group? In our opinion, this is a loophole in the bill. It would have been better to leave it as written in the Conservative Bill C-51. The government decided not to. In our opinion, it made a mistake.
Generally speaking, should we be surprised at the government’s attitude toward the fight against terrorism? The following example is unfortunate, but true. We know that 60 Canadians left Canada to join ISIS. Then, they realized that the war was lost because the free and democratic nations of the world decided to join forces and fight back. Now, with ISIS beginning to crumble, these 60 Canadians, cowards at heart, realize that they are going to lose and decide to return to Canada. In our opinion, these people are criminals. They left our country to fight Canadian soldiers defending freedom and democracy and return to Canada as if nothing had happened. No.
Worse still, the Liberal government’s attitude toward these Canadian criminals is to offer them poetry lessons. That is a pretty mediocre approach to criminals who left Canada with the mandate to kill Canadian soldiers. We believe that we should throw the book at these people. They need to be dealt with accordingly, and certainly not welcomed home with poetry lessons, as the government proposes.
Time is running out, but I would like to take this opportunity, since we are discussing security, to extend the warmest thanks to all the employees at the RCMP, CSIS, the CSE and other law enforcement agencies such as the Sûreté du Québec in Quebec and municipal police forces. Let us pay tribute to all these people who get up every morning to keep Canadians safe. I would like to take this opportunity to thank the 4,000 or more police officers from across Canada who are working hard in the Charlevoix and Quebec City regions to ensure the safety of the G7 summit, these people who place their life on the line so that we can live in a free and democratic society where we feel safe. I would like to thank these women and men from coast to coast to coast that make it possible for us to be free and, most importantly, to feel safe.
Monsieur le Président, je suis très heureux de prendre la parole au sujet du le projet de loi  C-59, qui concerne les enjeux de sécurité nationale et du traitement que l'on peut faire des personnes que l'on soupçonne d'actes terroristes.
Cet enjeu est très différent de ceux auxquels nous nous attaquons habituellement. D'habitude, je dois parler des finances publiques. Il est assez facile pour les autres de dire que les libéraux ont tort parce qu'ils affichent un déficit et qu’eux ont raison parce qu’ils s’opposent aux déficits, ce qui est très clair. Dans le cas présent, c'est un sujet très délicat. Nous nous penchons sur tant de grands enjeux, mais celui ci devrait être abordé en toute impartialité, ce qui n’est évidemment pas facile.
C'est pourquoi cette question doit être traitée de façon non partisane. Ce ne sera pas évident, parce qu'il y a évidemment des points de vue qui nous séparent brutalement en ce qui concerne le traitement des informations que l'on doit faire pour contrer le terrorisme et ce qu'on doit faire des terroristes.
Le projet de loi  C-59 est une réponse du gouvernement actuel au projet de loi C-51 que notre gouvernement avait fait adopter. Je rappelle qu'à l'époque, le Parti libéral, qui formait le deuxième parti de l'opposition, avait donné son appui au projet de loi C-51, mais en rappelant qu'il allait le modifier très rapidement une fois qu'il serait au pouvoir. C'était donc supposément urgent, mais cela fait maintenant deux ans et demi qu'il est au pouvoir, et la réplique des libéraux au projet de loi conservateur C-51 vient finalement d'aboutir à la Chambre des communes.
Comme je le disais tout à l'heure, il y a des questions plus faciles à relever, parce qu'elles peuvent être basées non pas sur la partisanerie, mais sur la vision que l'on a de deux choses. Par exemple, en ce qui concerne les finances publiques, on peut être pour ou contre le déficit. Toutefois, personne n'est contre le fait qu'il faut être sévère à l'égard du terrorisme. C'est dans les nuances que l'on peut voir les distinctions.
C'est pourquoi les partis de l'opposition avaient proposé des dizaines d'amendements au projet de loi, et malheureusement, mis à part quatre amendements de nature technique que le NPD avait soumis, les libéraux ont refusé systématiquement les amendements proposés par le Parti conservateur et ceux proposés par le Parti vert, et Dieu sait qu'une planète entière sépare le Parti conservateur du Parti vert.
Ce projet de loi vise à répondre aux attaques terroristes potentielles et aux menaces terroristes réelles. Il faut savoir qu'en d'autres temps, l'ennemi était facilement identifiable, comme lors de la Seconde Guerre mondiale. D'ailleurs, nous avons commémoré hier le 74e anniversaire du débarquement en Normandie, l'un des facteurs majeurs qui ont mené à la libération de la planète entière du joug nazi. À l'époque, l'ennemi était facilement identifiable. Il avait un drapeau, un chef, un uniforme et un armement clairement identifiable. On savait où était l'ennemi.
Le problème avec le terrorisme, c'est que l'ennemi est partout et nulle part. Il n'a pas de drapeau. Il a un chef, mais celui-ci peut changer demain matin. L'ennemi peut être à côté comme il peut être à l'autre bout du monde. Le terrorisme est une toute nouvelle façon de faire la guerre, ce qui conduit à une toute nouvelle façon de se défendre. C'est pourquoi, de notre point de vue, il faut échanger énormément les informations. Tous les corps policiers et tous les corps de renseignement qui travaillent dans ce pays, voire ailleurs dans le monde, doivent pouvoir s'échanger des informations afin de prévenir des tragédies comme celle que nous avons connue le 11 septembre 2001.
De notre point de vue, le projet de loi ne va pas assez loin en ce qui concerne l'échange d'informations, qui est nécessaire pour faire face au terrorisme. Nous estimons que le Centre de la sécurité des télécommunications, la GRC, le SCRS et tous les autres organismes qui travaillent tous les jours pour contrer les actes terroristes devraient le faire main dans la main. Ils devraient partager un pipeline d'informations plutôt que de travailler en vase clos.
De notre point de vue, le projet de loi tel qu'il est rédigé fait en sorte que les informations pertinentes pouvant être utilisées pour débusquer les terroristes potentiels ne sont pas communiquées comme il se doit. Nous sollicitions donc le gouvernement afin qu'il y ait plus de flexibilité à cet égard. Malheureusement, les amendements que nous avons proposés par l'entremise du ministre de notre cabinet fantôme le député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles n'ont pas été retenus.
Un autre point nous préoccupe beaucoup. Il s'agit des motifs d'accusation envers les présumés terroristes. Comme c'est formulé dans le projet de loi, nous estimons que ce sera plus difficile de porter des accusation et de débusquer des terroristes. Le sujet est délicat et chaque mot a son importance.
On estime que la modification la plus notable et la plus contestable qu'apporte le projet de loi au Code criminel, c'est la modification de l'infraction prévue dans l'article 83.221, soit de « préconiser ou fomenter la perpétration d'infractions de terrorisme ». Là, cela devient intéressant, car cette infraction a été créée par le projet de loi C-51, et c'est nous qui avions fait cela. Le projet de loi  C-59 lui substitue un degré de preuve beaucoup plus élevé, soit celui de conseiller à une autre personne de commettre une infraction terroriste. Il en va de même aussi pour la définition de propagande terroriste, telle qu'inscrite au paragraphe 83.222(8), qui réduira considérablement à notre point de vue la capacité des forces de l'ordre d'utiliser l'outil de démantèlement de la propagande terroriste autorisé par un juge, que prévoit le projet de loi C-51. Pourquoi? Parce que tel que c'est rédigé, lorsqu'on parle de conseiller à une autre personne de commettre une infraction terroriste, cela prête à examen.
En fait, qu'est-ce qu'une personne par rapport à un groupe de personnes? Qu'est-ce qu'une personne par rapport à un rassemblement? Qu'est-ce qu'une personne par rapport à une entité? Qu'est-ce qu'une personne par rapport à un groupe qui s'est constitué de façon illicite et illégale? C'est à notre point de vue une faille de ce projet de loi. Il aurait été préférable de le laisser comme cela avait été rédigé dans le projet de loi conservateur C-51. Le gouvernement a décidé d'agir autrement. Pour nous, ce n'est pas la bonne chose.
De façon plus globale et générale, doit-on se surprendre de l'attitude de ce gouvernement quand il est question de s'attaquer au terrorisme? L'exemple est malheureux, mais réel. Nous savons que 60 Canadiens ont quitté notre pays pour aller rejoindre le groupe État islamique. Ces gens finissent par se rendre compte que la guerre est perdue, parce que les nations libres et démocratiques ont décidé de s'unir et de mener un combat incessant contre le groupe État islamique. On voit que le groupe État islamique commence à s'émietter. Voilà que ces 60 Canadiens, poltrons dans l'âme, constatant qu'ils vont perdre, décident de revenir au Canada. À notre point de vue, ces gens sont des criminels. Ils ont quitté notre pays pour aller combattre nos soldats canadiens qui, eux, allaient défendre la liberté et la démocratie et ils reviennent au pays comme si de rien n'était. Non.
Pire encore, l'attitude du gouvernement libérale face à ces criminels canadiens est de leur offrir des cours de poésie. On a cette approche médiocre face à ces criminels qui sont allés à l'étranger avec le mandat de tuer des soldats canadiens. Nous estimons que ces gens doivent être traités de façon rigoureuse et tout à fait pertinente, mais surtout pas en les accueillant avec des cours de poésie, tel que le soumet le gouvernement.
Le temps est compté, mais je profite de l'occasion, puisque nous parlons de sécurité, pour remercier chaleureusement tous les employés de la GRC, du SCRS, du CST ou de groupes policiers, comme la Sûreté du Québec, au Québec, ou les corps municipaux. Rendons hommage à tous ces gens qui se lèvent le matin ayant à l'esprit la sécurité des citoyens. Je profite de l'occasion pour remercier ces 4 000 policiers, ou peut-être même plus qui, de partout au pays, travaillent aujourd'hui à pied d'oeuvre dans les régions de Charlevoix et de Québec pour accueillir comme il se doit le monde entier à l'occasion du G7. Ces gens qui, il faut bien le dire, mettent en certaines circonstances leur vie en péril, font en sorte que nous pouvons vivre dans une société libre, démocratique où nous nous sentons en sécurité. Merci à ces femmes et à ces hommes canadiens qui, d'un océan à l'autre, font en sorte que nous vivons dans une société libre et, surtout, dans laquelle nous nous sentons en sécurité.
Result: 1 - 1 of 1