Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Michelle Rempel Profile
CPC (AB)
View Michelle Rempel Profile
2018-10-22 12:34 [p.22650]
Madam Speaker, much of the processes that were put in place to bring actors of genocide and atrocity crimes to justice were put in place in the wake of World War II, when state actors were at the head of violence. That is no longer the case. ISIS is not a state actor. It is a network of terrorists who not only committed genocide against the Yazidi people in Iraq, but have carried out threats to the western world. Our processes need to reflect this reality.
This is why I am deeply concerned that the government has made it harder and put roadblocks in place, for example, for the judiciary to use tools such as peace bonds to stop people who are highly suspected of terrorism. It has actually made that more difficult. Bill C-59, which is currently being considered in the other place, would reduce the powers of Canadian security agencies in many ways to information share, to act quickly to stop threats of these people when they arise. This flies in the face of testimony of experts on how we deal with this.
To me, the government is going in the opposite direction. Rather than looking at a new global context, the reality of what conflicts looks like today, it is saying that there is nothing to see here and is reducing the powers of our law enforcement agencies to keep Canadians safe and bring the perpetrators of atrocity crimes to justice.
Madame la Présidente, la plupart des procédures visant à traduire devant la justice les responsables de génocide et de crimes atroces ont été mises en place au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale quand c'était des acteurs étatiques qui étaient responsables de la violence. Ce n'est plus le cas. Le groupe État islamique n'est pas un État. C'est un réseau terroriste qui s'est non seulement rendu coupable de génocide contre le peuple yézidi en Irak, mais a aussi émis des menaces contre l'Occident. Nos procédures doivent être en phase avec cette réalité.
C'est pour cela que je suis très préoccupée par le fait que le gouvernement ait compliqué la tâche au système judiciaire et ait rendu difficile, par exemple, le recours à des outils comme l'engagement de ne pas troubler la paix, qui permet d'arrêter les individus fortement soupçonnés de terrorisme. Le gouvernement a rendu le recours à cet outil plus difficile. Le projet de loi C-59, actuellement à l'étude à l'autre endroit, limiterait de bien des manières les possibilités, pour les organismes de sécurité canadiens, de partager des renseignements et d'agir rapidement pour contrer les menaces que posent ces gens dès leur apparition. Cela va à l'encontre de ce que disent les spécialistes sur la manière de combattre ce fléau.
Selon moi, le gouvernement fait le contraire. Au lieu d'envisager la situation dans un contexte international différent, de réfléchir au nouveau visage des conflits aujourd'hui, il prétend qu'il n'y a rien à voir et il restreint les pouvoirs de nos forces de l'ordre qui leur permettent d'assurer la sécurité des Canadiens et de traduire en justice les responsables de crimes atroces.
View Glen Motz Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I rise today to speak to Bill C-59. As we know, it is the government's national security legislation. After months of debate, hearing from many witnesses, and reading expert briefs with respect to the bill, it is light on actions that will actually improve public safety and national security. I believe that Canada would be weaker because of this legislation, which hampers our agencies, cuts funding to intelligence and national security, and is more concerned about looking over the shoulder of those protecting us than watching those who seek to harm us. Let us be clear on this point. National security and intelligence officers and public servants are not a threat to public safety or privacy. They show dedication to protecting us and our country in a professional manner. However, Bill C-59 is more concerned with what someone might do in an effort to protect others than what criminals, extremists, and others might do to harm us.
In a world with growing international threats, instability, trade aggression, state-sponsored corporate cyber-espionage, and rising crime rates, Canada is weaker with the current Prime Minister and the Liberals in power. As I have said in the House before, public safety and national security should be the top priority of government and should be above politics so that the safety and security of Canadians are put ahead of political fortunes. This bill on national security fails to live up to its title.
Looking at the body of the Liberals' work, we see a continuous erosion of Canada's safety and security. BillC-71, the recent gun legislation, ignores criminals who commit gun crimes. BillC-75 softens sentences and rehabilitation for terrorists and violent crimes. The legalization of drugs is being done in a way that all but assures that organized crime will benefit and Canadians are put at risk.
As world hostility and hatred grows, we need stronger support for our way of life, not the erosion of it. That means empowering front-line national security and intelligence workers, stronger border protections, a better transfer of information between policing and security bodies, plus assured prosecution of criminals and threats to Canada. We need to be looking proactively at emerging technologies rather than reactively trying to put the genie back in the bottle, as we have done with cybersecurity.
What was the intent with this bill? Canadians and parliamentarians alike can tell a lot from the language used by the minister and the people who the Liberal majority called to testify. The bill was positioned by the Liberals as protecting Canadians from the public servants who work to protect Canada and our interests, and the majority of witnesses heard at committee were law professors, civil liberties groups, and privacy organizations. While they have important and valid views, they shared essentially one point: be scared of public servants. It is funny that after the many times the Prime Minister has used public servants as a political shield, stating that he “always trusts and respects them”, they are apparently more scary than threats of cyber-attacks from Chinese state-controlled hackers, ISIS extremists, white supremacists, and organized crime.
There is not much in this bill for security forces to do their work. With the Liberals' plan, there will now be four oversight bodies looking over the shoulder of our intelligence and security forces: first, a new parliamentary committee on security and intelligence oversight; second, the new national security and intelligence review agency; third, the expanded intelligence commissioner; and, finally, the existing oversights of Parliament and executive branches like the minister, the Prime Minister, and the national security advisor.
The Conservatives offered positive amendments. We asked the minister to tell us how these groups would work together to make it clear to Parliament, senior government officials, and those affected. This was turned down by the Liberals without any reason. It would seem reasonable that the minister would be happy to provide clarity to Canadians, and to those who need to work with the various boards, agencies, committees, and advisers, on how it will all work together. We also recommended that, as this new central intelligence and security agency would see information from a variety of departments and agencies, they play a role in identifying threats and providing a clear picture on the state of national security. The Liberals on the committee for some reason would prefer that the agency focus on only complaints and micromanaging our security professionals. If their goal had been to improve public safety, this suggestion would have been taken more seriously.
When we heard from security experts, they raised valid concerns. Dick Fadden, the former CSIS director, noted that the bill would send a message to security teams to be more restrictive with the information that they share. He said:
I haven't counted, but the number of times that the words “protection of privacy” are mentioned in this bill is really quite astounding. I'm as much in favour of privacy as everybody else, but I sometimes wonder whether we're placing so much emphasis on it that it's going to scare some people out of dealing with information relating to national security.
Information sharing between national security teams is essential to protecting Canadians and Canada. In fact, several inquiries, including one of the worst terrorism attacks in Canadian history, the Air India bombing, determined that information sharing was critical to stopping attacks.
Mr. Fadden stated that his worst nightmare scenario was an attack on Canada that was preventable; that being that information was withheld by one agency from other agencies. With Bill C-59, we would move toward more silos, less intelligence sharing, and more threats to Canadians. In his words, security professionals would have a clear message from the many repeated insertions of privacy and charter references, and, as he put it, to share less information lest they run afoul of their political masters.
The Conservatives offered a mild amendment that public servants be required to share information they thought was a threat to Canada with national security agencies. This was so all federal employees would have no fear of reprisal for sharing valid concerns with relevant authorities, like the new security review agency. This was turned down, again reaffirming that the Liberals on the committee were not focused on improving public safety and protecting Canadians.
Retired General Michael Day pointed out that there was nothing in the bill or in the government's policies to deal with emerging threats, real dangers today and tomorrow to our economic prosperity and our societal values. When he was asked by the Liberal MP from Mississauga—Lakeshore, “on the questions of artificial intelligence and potentially also quantum computing, how confident are you that Bill C-59,...is a flexible enough framework to address unknown unknowns that may come at us through the cyber domain in those two areas”, General Day replied, “Zero confidence”.
There continues to be clear threats, but dealing with current and emerging threats were not the focus of the government with this bill. We have already missed the emergence of cybersecurity threats and are playing catch-up at a cost of billions of dollars in government spending, lost economic opportunities through stolen commercial secrets, and personal losses through cybercrime. We have not looked forward at the next problem, so we are heading down the same path all over again.
We heard from Professor Leuprecht, a national security expert who teaches at the Royal Military College. He raised a number of concerns. The first was that the increased regulation and administrative work needed to report to new oversight groups would effectively be a cut to those agencies, shifting money away from protecting Canadians. We did find out eventually how much that cost would be. Nearly $100 million would be cut from national security in favour of red tape. Sadly, we only received this information a few weeks after the committee finished with the bill. The minister had knowingly withheld that information from my request for over six months. Once again, a lot of lip service to open and transparent government but very little actual transparency.
Dick Fadden, Professor Leuprecht, and Ray Boisvert, a former assistant director of CSIS and security expert with the Government of Ontario, also raised concerns of the overt hostility of China against Canada. When I asked him about our readiness for dealing with China's aggressions, he said:
I think that the answer is no. I don't think that we're oblivious to the threat...
I would argue that we do not really understand, in all of its complexity, how much China is different from Canada and how it aggressively uses all of the resources of the state against not just Canada but against any number of other countries in pursuit of its objectives.
At one meeting they noted that Chinese agents freely intimidated and threatened Canadians of Chinese descent, pushing them to support communist party initiatives. They or their families back in China could face the backlash of a highly oppressive regime and there was nothing that Canada did to protect them from such threats. China continues this trend, recently ordering Air Canada to call Taiwan part of China.
Mr. Boisvert said:
There's also the issue that China is now in the age of self-admitted “sharp power”, and they exercise that power with very little reservation anymore. There's no longer even a question of hiding their intentions. They are taking a very aggressive approach around resources and intellectual property, and they also are very clear in dealing with dissidents and academics. They've arrested some of them, and they punish others, including academic institutions in North America, at their will, so I think there's a value challenge that Canadians have to consider along with the economic opportunities discussion. The Cold War is over, but a new version is rapidly emerging, and I think our focus on counterterrorism is not always our best play.
We did not have the right people, the right information, and the right issues at committee to have a comprehensive law that would enhance national security. It appears that yet again the Liberals are bringing out legislation to deal with perceived threats at the expense of not dealing with actual threats.
If Canadians were being well served by the government, we would have dealt with serious questions ignored by the Liberals in this legislative process.
Canada has at least 60 returned ISIS terrorists in Canada. That number is likely low, as we have heard that as many as 180 or more Canadians have left our country to fight for ISIS. After the Liberals revoked Canada's ability to strip citizenship from such a heinous and despicable group as ISIS, Canada is now stuck simply welcoming them back with no repercussions and acting like nothing has gone wrong. We will likely never be able to prosecute them or extradite them because we cannot easily transfer intelligence; that is information gathered in other countries of these murders and rapists into evidence suitable for prosecutions in this country.
Canada needs to join the ranks of other modern countries in bringing known crimes conducted by Canadians abroad into our courts without compromising security agents and intelligence sharing agreements. We need to deal with the obvious intelligence to evidence gap that continues to exist in this legislation. This legislation has failed to do this, with Liberal MPs voting against Conservative amendments that tried to address this exact issue.
If we were serious about dealing with national security, we would have treated privacy and security as a single policy, not the competing interests that many civil groups suggested. Protecting Canadians includes protecting their privacy in addition to their economic opportunities, public safety, national security, and social values. These are a single policy, and for the most part those professionals who protect us know this.
Professor Leuprecht said:
We are not here because there's in any way some large-scale violation of the professionalism or the capabilities in which the community does its job....In the Five Eyes community, we have, by far, the most restrictive privacy regime. This is a choice that we have made as Canadians...other countries that have more rigorous parliamentary and other review mechanisms than Canada have also given their community more latitude in terms of how it can act, what it can do, and how it can do it.
Retired Lieutenant-General Michael Day stated:
...the trade-off between privacy and security, between the charter and the reasonable measures to protect Canadians. This is not, from my perspective obviously, a binary issue, or one that should be looked at as absolutes, but rather a dynamic relationship that should remain constantly under review. We should embrace that tension as opposed to pretending it doesn't exist, with a conversation being seen to have value in and of itself.
This is crystal clear when we look at the growing issue of cybercrime, such as identity theft, fraud, corporate espionage, and hacking. Privacy and other interests, social and financial, are one, and yet throughout this legislative process the Liberals presented this bill as a choice between one and the other.
The bill ignores the massive shift in issues with Canada's border security. Canada lacks the assets, people, and facilities to deal with the current threat to our borders. We know that an open border, which is internationally known as unprotected, is currently being exploited. It is being exploited not only by those who are shopping for a new home, but by human traffickers, smugglers, drug cartels, and other organized crime rings. While this issue is new, it is real and needs to be managed better than just hoping everything will sort itself out.
If we were serious about national security, we would be dealing more seriously with Canada's most important law enforcement agency, the RCMP. Beyond a glaring gap in personnel, failing equipment, and an increased lack of faith in its leadership, the RCMP is headed toward a crisis level of challenges: a growing opioid crisis; legalized marijuana; influx of ISIS terrorists; open borders without a plan to manage illegal border crossers; and increasing cybercrime, just to name a few. The RCMP is overwhelmed, while the Liberals present false information and sidestep questions on what to do.
The Liberals may have called this a national security law, but it is more like a regulatory bill. It would erode rather than help public safety. It deals with security from the federal government's perspective rather than from protecting Canadians first and foremost.
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi  C-59. Comme nous le savons, il s'agit de la loi sur la sécurité nationale du gouvernement. Après des mois de débat, l'audition de nombreux témoins et la lecture de mémoires d'experts, le projet de loi agit timidement quant aux mesures qui amélioreront la sécurité publique et la sécurité nationale. Je crois que le Canada serait plus faible à cause de cette loi, qui entraverait nos organismes, qui réduirait le financement du renseignement et de la sécurité nationale, et qui vise à regarder par-dessus l'épaule de ceux qui nous protègent plutôt que de ceux qui cherchent à nous faire du mal. Soyons clairs sur ce point. Les agents de la sécurité nationale et du renseignement et les fonctionnaires ne constituent pas une menace pour la sécurité publique ou la protection de la vie privée. Ils font preuve de dévouement pour nous protéger, nous et notre pays, d'une manière professionnelle. Toutefois, le projet de loi  C-59 se préoccupe davantage de ce que quelqu'un pourrait faire pour protéger ses concitoyens que de ce que les criminels, les extrémistes et d'autres pourraient faire pour nous nuire.
Dans un monde tourmenté par les menaces internationales croissantes, l'instabilité, l'agression commerciale, le cyberespionnage commercial sanctionné par les États et la hausse des taux de criminalité, le Canada est plus faible sous l'actuel premier ministre et sous les libéraux. Comme je l'ai déjà dit à la Chambre, la sécurité publique et la sécurité nationale devraient être la priorité absolue du gouvernement et elles devraient passer avant la politique, de sorte que la sécurité et la sûreté des Canadiens passent avant les intérêts politiques. Ce projet de loi sur la sécurité nationale n'est pas à la hauteur de son titre.
Si l'on examine le travail des libéraux, on constate une érosion constante de la sécurité du Canada. Le projet de loi C-71, la récente loi sur les armes à feu, fait abstraction des criminels qui commettent des crimes avec une arme à feu. Le projet de loi C-75 assouplit les peines et la réadaptation des terroristes et des criminels violents. La légalisation des drogues se fait de façon à ce que personne, sauf le crime organisé, n’en profite et à ce que les Canadiens soient mis en danger.
Alors que l'hostilité et la haine grandissent dans le monde, nous avons besoin d'un soutien plus fort pour protéger notre mode de vie, et non pour le détruire. Pour ce faire, il faut habiliter les travailleurs de première ligne de la sécurité nationale et du renseignement, renforcer les mesures de protection à la frontière, améliorer le transfert de l'information entre les services de police et les organismes de sécurité, et assurer la poursuite des criminels et des auteurs de menaces envers le Canada. Nous devons considérer les technologies émergentes dans une perspective proactive au lieu d'essayer de remettre le génie dans la bouteille, comme on l'a fait avec la cybersécurité.
Que cherchait-on à faire avec ce projet de loi? Le langage utilisé par le ministre et les gens que la majorité libérale a appelés à témoigner en disent long aux Canadiens et aux parlementaires. Les libéraux ont présenté le projet de loi comme une mesure qui protégera les Canadiens des fonctionnaires qui travaillent pour protéger le Canada et nos intérêts, et la majorité des témoins entendus au comité étaient des professeurs de droit, des groupes de défense des libertés civiles et des organismes de protection de la vie privée. Bien qu'ils aient des points de vue importants et valables, ils partagent essentiellement un point commun: ils ont peur des fonctionnaires. C'est curieux: malgré les nombreuses fois où le premier ministre s'est servi des fonctionnaires comme d'un bouclier politique, déclarant qu'il leur fait toujours confiance et qu'il les respecte, ils seraient apparemment plus effrayants que les menaces de cyberattaques de pirates contrôlés par l'État chinois, les extrémistes du groupe État islamique, les tenants de la suprématie blanche ou le crime organisé.
Il n'y a pas grand-chose dans ce projet de loi pour permettre aux forces de sécurité de faire leur travail. Avec le plan des libéraux, il y aura maintenant quatre organismes de surveillance qui regarderont au-dessus de l'épaule des services de renseignement et de sécurité: premièrement, un nouveau comité parlementaire de surveillance des activités de renseignement et de sécurité; deuxièmement, le nouvel organisme de surveillance de la sécurité nationale et du renseignement; troisièmement, un commissaire au renseignement aux pouvoirs élargis; et, enfin, le Parlement et les branches exécutives comme le ministre, le premier ministre et le conseiller à la sécurité nationale.
Les conservateurs ont proposé des amendements positifs. Nous avons demandé au ministre de nous dire comment ces groupes travailleront ensemble afin que ce soit clair pour le Parlement, les hauts fonctionnaires et les personnes touchées. Les libéraux ont rejeté notre demande sans raison. On pourrait penser que le ministre serait heureux d'offrir des précisions aux Canadiens et à ceux qui travaillent avec les divers conseils, organismes, comités et conseillers concernant la façon dont tout cela fonctionnera. Comme ce nouvel organisme central de renseignement et de sécurité verra des renseignements de divers ministères et organismes, nous avons également aussi recommandé qu'il joue un rôle pour déterminer les menaces et dresser un portrait précis de l'état de la sécurité nationale. Pour une raison quelconque, les libéraux au sein du comité préfèrent que l'organisme cible seulement les plaintes et la microgestion des professionnels de la sécurité. Si leur objectif avait été d'améliorer la sécurité publique, cette suggestion aurait été prise plus au sérieux.
Lorsque des spécialistes en sécurité ont comparu, ils ont soulevé des préoccupations valides. Dick Fadden, l'ancien directeur du Service canadien du renseignement de sécurité, a indiqué que le projet de loi enverra aux équipes de sécurité le message qu'elles doivent restreindre davantage les renseignements qu'elles communiquent. Il a dit ceci:
Je n'ai pas compté, mais le nombre de fois où il est question de « protection des renseignements personnels » dans ce projet de loi est stupéfiant. Je suis autant favorable à la protection des renseignements personnels que quiconque, mais je me demande parfois si nous ne mettons pas tellement l'accent dessus que nous dissuaderons des gens de toucher à des informations qui ont trait à la sécurité nationale.
L'échange de renseignements entre les équipes de sécurité nationale est essentiel à la protection des Canadiens et du Canada. En fait, plusieurs enquêtes, notamment celle sur l'une des pires attaques terroristes dans l'histoire canadienne, l'attentat d'Air India, ont montré que l'échange de renseignements était critique pour arrêter les attaques.
M. Fadden a déclaré qu'un de ses pires cauchemars est qu'une attaque évitable se produise au Canada parce qu'un organisme qui détenait des renseignements ne les avait pas divulgués à d'autres organismes. Le projet de loi  C-59 entraînera davantage de silos, moins d'échange de renseignements et plus de menaces pour les Canadiens. Dans ses mots, les professionnels de la sécurité verront les nombreuses références à la protection des renseignements personnels et à la Charte comme un message clair qu'ils doivent communiquer moins de renseignements pour ne pas agir contre la volonté de leurs maîtres politiques.
Les conservateurs ont présenté un amendement très simple voulant que les fonctionnaires soient tenus de communiquer aux organismes de sécurité nationale des renseignements qui, selon eux, présentent une menace pour la sécurité du Canada. Ainsi, tous les fonctionnaires fédéraux ne craindraient pas de subir des représailles parce qu'ils ont communiqué des préoccupations valables aux autorités compétentes, notamment la nouvelle commission d'examen des activités en matière de sécurité. L'amendement a été rejeté, ce qui a de nouveau confirmé que les libéraux siégeant au comité n'ont pas à coeur d'améliorer la sécurité publique et de protéger les Canadiens.
Le général à la retraite Michael Day a souligné qu'il n'y a rien dans le projet de loi ou dans les politiques du gouvernement pour contrer les nouvelles menaces, les risques réels, aujourd'hui et demain, à l'égard de notre prospérité économique et des valeurs de la société. Le député libéral de Mississauga—Lakeshore lui a posé la question suivante: « […] concernant les questions d'intelligence artificielle et potentiellement aussi d'informatique quantique, dans quelle mesure êtes-vous certain que le projet de loi C-59 […] est un cadre assez souple pour faire face aux facteurs impondérables auxquels nous pourrions nous heurter dans le domaine cybernétique relativement à ces deux aspects? » À cette question, le général Day a répondu: « Aucune certitude du tout. »
Il continue d'y avoir des menaces réelles, mais contrer les menaces actuelles et nouvelles ne semble pas être la première préoccupation du gouvernement. Nous sommes en retard en ce qui concerne les menaces à la cybersécurité, et le gouvernement doit maintenant dépenser des milliards de dollars pour rattraper le temps perdu. Nous avons perdu des possibilités économiques en raison de secrets commerciaux qui ont été volés, et il y a eu des pertes personnelles en raison de la cybercriminalité. Nous n'avons pas envisagé le prochain problème, de sorte que nous nous engageons de nouveau dans la même voie.
Le professeur Leuprecht, un spécialiste en sécurité nationale qui enseigne au Collège militaire royal du Canada, est venu témoigner au comité. Il a fait part de différentes préoccupations. La première concerne l'augmentation du travail requis en matière de réglementation et d'administration pour la production de rapports aux nouveaux groupes de surveillance, ce qui, dans les faits, réduira les ressources de ces organismes, car les sommes ainsi engagées ne serviront plus à protéger les Canadiens. Nous avons fini par apprendre quelles seraient ces sommes. Près de 100 millions de dollars serviront à des formalités administratives plutôt qu'à la sécurité nationale. Malheureusement, nous avons appris cette information quelques semaines après la fin de l'étude du projet de loi au comité. Le ministre avait volontairement retenu cette information dans sa réponse à mes demandes pendant plus de six mois. Encore une fois, le gouvernement se targue d'être ouvert et transparent, mais, en réalité, il y a bien peu de transparence.
Dick Fadden, le professeur Leuprecht et Ray Boisvert, ancien directeur adjoint du SCRS et spécialiste en sécurité au gouvernement de l'Ontario, ont tous mentionné leurs inquiétudes quant au fait que le Canada soit la cible d'hostilités ouvertes de la part de la Chine. Lorsque j'ai demandé à M. Fadden si nous étions prêts à contrer les attaques de la Chine, il a répondu:
Je pense que la réponse est non. Je ne crois pas que nous soyons inconscients de la menace [...]
À mon avis, nous ne comprenons pas vraiment, dans toute sa complexité, combien la Chine est différente du Canada et nous ne voyons pas à quel point elle utilise toutes les ressources de l'État pas seulement contre le Canada, mais contre tout autre pays pour atteindre ses objectifs.
Pendant une des réunions, les témoins nous ont expliqué que les agents chinois n'hésitent pas à intimider et à menacer les Canadiens d'origine chinoise afin qu'ils appuient les initiatives du Parti communiste, à défaut de quoi leurs proches encore en Chine pourraient subir les représailles et l'oppression du régime. Ils ont ajouté que le Canada ne pouvait rien faire pour les protéger. La Chine n'a pas l'intention de s'arrêter là, comme on l'a vu avec Air Canada, qu'elle a contraint de déclarer que Taïwan fait partie de la Chine.
Voici ce que M. Boisvert a dit:
Il y a aussi le fait que la Chine admet désormais elle-même jouir d'un « pouvoir acéré », qu'elle exerce presque sans réserve. Elle ne cherche même plus à cacher ses intentions. Elle adopte une stratégie très offensive en matière de ressources et de propriété intellectuelle, comme elle est très claire dans ses rapports avec les dissidents et les universitaires. Elle en arrête certains, elle en punit d'autres, y compris des institutions universitaires nord-américaines, comme bon lui semble, donc je crois que les Canadiens doivent réfléchir aux valeurs associées aux débouchés économiques qui se présentent. La guerre froide est révolue, mais il y en a une nouvelle forme qui se pointe rapidement, et je pense que notre obsession du contre-terrorisme ne nous sert pas toujours.
Qu'il s'agisse des témoins entendus, de l'information disponible ou des sujets abordés, le comité n'avait pas ce qu'il fallait pour en arriver à une loi de grande portée qui réussirait vraiment à renforcer la sécurité nationale. On dirait qu'encore une fois, les libéraux présentent des mesures législatives pour s'attaquer aux dangers perçus et non aux dangers réels.
Si les Canadiens étaient bien servis par le gouvernement, nous aurions pu profiter du processus législatif pour tirer au clair les graves enjeux que les libéraux ont occultés.
Au moins 60 terroristes du groupe État islamique sont de retour au Canada. Le chiffre réel est probablement plus élevé, car on a appris qu'au moins 180 Canadiens avaient quitté le pays pour aller combattre aux côtés du groupe État islamique. Comme les libéraux ont révoqué la capacité du Canada de retirer la citoyenneté aux individus impliqués dans les activités d'une entité aussi odieuse et ignoble que le groupe État islamique, le Canada doit maintenant se contenter de leur souhaiter un bon retour, en faisant semblant qu'il ne s'est rien passé. Le Canada ne pourra probablement jamais les poursuivre en justice ou les extrader, car il ne peut pas échanger facilement des renseignements. Je parle de renseignements recueillis dans les pays où ces assassins et violeurs ont commis des crimes qu'il est possible de transformer en éléments de preuve permettant de les faire condamner au Canada.
Le Canada doit conjuguer ses efforts avec ceux d'autres pays modernes afin de traduire en justice des Canadiens ayant commis des crimes connus à l'étranger, sans nuire aux agents de sécurité et aux accords d'échange de renseignements. Il faut combler la lacune dans le projet de loi qui empêche les autorités de transformer les renseignements recueillis en éléments de preuve. Il n'a pas été possible de corriger cette situation puisque les députés libéraux ont voté contre les amendements proposés par les conservateurs.
Si on souhaitait vraiment assurer la sécurité nationale, on traiterait les questions de protection de la vie privée et de sécurité dans une seule politique, au lieu d'y voir des intérêts divergents, comme de nombreux groupes civils l'ont laissé entendre. La protection des Canadiens englobe la protection de leur vie privée, ainsi que la protection des débouchés économiques, de la sécurité nationale et publique, ainsi que des valeurs sociales. Tous ces enjeux sont réunis dans une seule politique, ce que savent la plupart des professionnels chargés de notre protection.
Le professeur Leuprecht a déclaré ce qui suit:
Nous ne sommes pas ici à cause d'une violation grave du professionnalisme ou des capacités de la communauté de faire son travail. [...] Dans le Groupe des cinq, nous avons de loin le régime de protection des renseignements personnels le plus restrictif. C'est un choix que nous avons fait en tant que Canadiens [...] D'autres pays ayant des mécanismes parlementaires et d'examen plus rigoureux que ceux du Canada ont également donné à leur communauté plus de latitude par rapport à sa façon d'intervenir, à ce qu'elle peut faire et à la manière dont elle peut le faire.
Le lieutenant-général à la retraite Michael Day a déclaré:
[...] le compromis entre la protection des renseignements personnels et la sécurité, entre la Charte et les mesures raisonnables visant à protéger les Canadiens. Il s'agit non pas — de mon point de vue, évidemment — d'un enjeu binaire faisant intervenir deux options dans l'absolu, mais plutôt d'une relation dynamique qui devrait constamment demeurer à l'étude. Nous devrions accepter cette tension au lieu de prétendre qu'elle n'existe pas et considérer la conversation comme ayant une valeur en soi.
C'est sans équivoque lorsqu'on regarde le problème grandissant de la cybercriminalité, notamment le vol d'identité, la fraude, l'espionnage industriel et le piratage. Le droit à la vie privée et les autres intérêts, sociaux et financiers, doivent être protégés au même titre que tout le reste, et pourtant, dans le cadre de ce processus législatif, les libéraux nous ont présenté ce projet de loi comme s'il fallait privilégier un droit au détriment d'un autre.
Par ailleurs, le projet de loi fait fi des graves problèmes de sécurité auxquels nous sommes confrontés aux frontières. Le Canada n'a pas les ressources, les gens, ni les installations pour faire face à la menace qui pèse actuellement sur nos frontières. Nous savons qu'une frontière ouverte, reconnue à l'échelle mondiale comme étant une frontière non protégée, est actuellement exploitée, non seulement par ceux qui se cherchent une nouvelle maison, mais aussi par les trafiquants, les passeurs de clandestins, les cartels de la drogue et d'autres réseaux du crime organisé. Bien qu'il s'agisse d'un nouvel enjeu, il est bien réel et il doit être géré adéquatement. Il ne faut pas penser qu'il va se régler tout seul.
Si on voulait véritablement renforcer la sécurité nationale, on se pencherait plus sérieusement sur la situation de notre plus important organisme d'application de la loi: la GRC. En plus d'être aux prises avec un manque flagrant de personnel, du matériel défaillant et un manque de confiance accru envers ses dirigeants, la GRC fait face à de nombreuses difficultés: une crise des opioïdes qui ne cesse de s'aggraver; la légalisation de la marijuana; l'afflux de combattants du groupe État islamique; l'ouverture des frontières sans plan pour gérer l'entrée massive d'immigrants illégaux; une augmentation de la cybercriminalité, et j'en passe. La GRC est débordée, alors que les libéraux nous servent de faux renseignements et esquivent les questions sur les mesures à prendre.
Les libéraux ont beau dire qu'il s'agit d'une loi sur la sécurité nationale; il s'agit davantage d'un projet de loi de réglementation. En fait, il nuirait davantage à la sécurité publique qu'il la protégerait. Il traite de la sécurité du point de vue du gouvernement fédéral plutôt que du point de vue de la protection des Canadiens.
View Steven Blaney Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, it is privilege for me to rise today to speak to Bill  C-59, which deals with the anti-terrorism measures put in place by the previous government.
For obvious reasons, I do not intend to support Bill  C-59, which was introduced by the Liberal government. First, this bill weakens the measures that we have available to us as a society to fight terrorism. It is important to remember that Bill C-51 was introduced in the wake of two terrorist attacks that occurred here in Canada, the first in Saint-Jean-Richelieu and the second here in Ottawa. That was in October 2014.
At the time, the Quebec minister of public security, Lise Thériault, called me and told me that there had been an accident in Saint-Jean-sur-Richelieu. I responded that that was unfortunate. Then she told me that someone had died. I told her that that was tragic. Finally, she told me that it was tragic but that they also suspected we were dealing with a terrorist attack.
We sometimes think that terrorist attacks occur only in other countries, but sometimes they happen in our communities, like Saint-Jean-sur-Richelieu, in the heart of Quebec. Hatred prompted an individual to attack a member of the Canadian Armed Forces, in this case Warrant Officer Patrice Vincent.
I remember the ceremony I attended in November 2014, before entering the House. We honoured Warrant Officer Patrice Vincent with members of his family. I remember the words of his sister, Louise Vincent, who said, “Patrice Vincent, my brother, the warrant officer, was a hero.”
Mr. Vincent had a successful career in the Canadian Armed Forces, although by no means an illustrious one. He was a good serviceman nonetheless, always ready and willing to serve. His plans for a well-deserved retirement were dashed when he was run down in a restaurant parking lot by an individual driven by extremist Islamist ideology. His sister also said she was surprised that Warrant Officer Patrice Vincent was targeted specifically because he was in uniform. She said, “Losing a brother is one thing, but knowing that it was due to a deliberate act is something else entirely.”
The attacker had a specific intention. We know the criteria for determining whether an attack qualifies as an act of terrorism. There was a political desire to commit murder in the name of an ideology, which obviously goes against our Canadian values. At the time, Prime Minister Harper said that “our country will never be intimidated by barbarians with no respect for the maple leaf or any other symbol of freedom”. He added:
When such cowards attack those who wear our uniform, we understand they are attacking all of us as Canadians...We are going to strengthen our laws here in Canada to stop those intent on importing an ideology that incites hatred, cruelty, and death in other parts of the world.
It is important to note that regardless of the speeches we given in the House and the partisan positions we may take, one of the overriding responsibilities of Parliament is to ensure the safety of Canadians, especially since in the past decade we have witnessed the emergence of ideologies that are increasingly spread by social media. That is why the anti-terrorism act was put in place. It provided certain tools to ensure that we were better prepared.
Clearly, when we think of the death of Warrant Officer Patrice Vincent, who was struck down by the vehicle of a radicalized young man in Saint-Jean-sur-Richelieu in 2014, we realize that it is important to ensure that our police forces, intelligence service, and the RCMP have all the tools they need to intervene.
This also impacts the legal aspect. While acting within the limits of the law and respecting fundamental freedoms, the police, with the co-operation and authorization of independent people such as judges, must have the legal tools to prevent terrorist attacks. That was the objective of the anti-terrorism measures introduced by BillC-51.
Unfortunately, the Liberals decided to weaken this law. That is not surprising. As we saw during question period, the Liberals are showing a degree of spinelessness and indolence that is truly worrisome. For example, some jihadists, in particular members of ISIS, have created sites to spread propaganda in Canada. One of the pillars of the anti-terrorism act was to shut down websites promoting ideas that incite violence.
Unfortunately, the Liberals want to weaken these tools. There was the example mentioned in question period of a known terrorist who went to the Middle East and has now returned to Canada. We would expect the government to increase surveillance of this individual. However, we have learned that he parades in front of television cameras and boasts about his relations with ISIS terrorists. Furthermore, he even admits that he lied to CSIS so he could continue to conduct his activities.
This man's name is Abu Huzaifa. He is in contact with ISIS and appears to be fully in thrall to Islamic ideology. He is hiding information from the RCMP and the Canadian Security Intelligence Service and operates in such a way that our police officers do not necessarily have the tools to lay charges. He openly admits to having lied to the Canadian Security Intelligence Service.
Here is our message to the government: we have these intelligence services, so the government has a political responsibility to signal zero tolerance for people who want to attack the pillars of our society. There have already been two tragic victims here in this country. We do not want that to happen again.
At this time, the government is lax and spineless, and that worries us. The individual in question, Abu Huzaifa, quotes the Quran and promotes all that hatred.
These people need to be kept under control. If charges are to be laid, that must be done so as to protect the people, because that is the government's job. A government's primary role is to protect its people. Unfortunately, Bill C-59 undermines the tools available to police forces and various other bodies to fulfill the state's primary responsibility.
For example, one of the provisions of the legislation would make it harder for the police to prevent a terrorist attack and would add red tape. When our intelligence services or police services are in the middle of the action and have sensitive information that could prevent a terrorist attack on Canadian soil, it is important that they can intervene. That is what the Anti-terrorism Act, 2015, provides for. There has been no major problem regarding the enforcement of that legislation, which the Liberals supported, I might add. At no time were the Canadian Charter of Rights and Freedoms or the different statues that exist in Canada affected by the anti-terrorism legislation.
The Liberals' idea of keeping a promise, as we saw with their approach to legalizing marijuana, is to force it down the throats of Canadians. They are using the same approach with Bill  C-59.
It is too bad because Canadians' safety is at stake. Again, the measures in Bill  C-59 do not address an actual problem. There is an adage in English that says:
“If it ain't broke, don't fix it.”
If something is working, we must leave it alone, because the day we need it, the day the police learn of a potential terrorist attack, they will need all of the necessary tools to prevent this attack, in accordance with Canadian laws, of course.
I want to talk about another aspect of the bill that will muddy the waters even more. In Canada, the Security Intelligence Review Committee, or SIRC, is responsible for overseeing the operations of the Canadian Security Intelligence Service. This body is the envy of all western democracies when it comes to the review of intelligence activities. The Security Intelligence Review Committee is an example to the world because it has the ability to dig through every nook and cranny of our intelligence agency. In other words, there is no spy in Canada who does not have SIRC constantly looking over his or her shoulder.
The current government created a committee that is so far off base. Canada already has a framework that allows for in-depth review of the Canadian Security Intelligence Service. I must point out that the Anti-terrorism Act strengthened this power, even for threat reduction activities. When the measures in the Anti-terrorism Act were adopted, we not only ensured that police officers and agents at the Canadian Security Intelligence Service had more latitude, but we also ensured that all of these provisions would be covered by the Security Intelligence Review Committee. The act provides more powers, but there is also increased oversight.
We have a well-established and well-functioning system that is the envy of the world. It would have been smart for the government to expand the scope of that organization. The Liberals are obsessed with creating organizations and, as a result, they have just duplicated the Security Intelligence Review Committee and, in a way, created a new organization. We are talking about a new organization that has basically the same mission as the previous one, but it is not the same. In the end, they are undermining an excellent system in place for oversight of our intelligence agencies, and creating a new system that will duplicate it and cover other areas. They are creating confusion and more bureaucracy. What does this actually mean? Police officers are going to have more eyes looking over their shoulders. This will create confusion, more bureaucracy, and more red tape. The goal is for police officers and intelligence officers to be more accountable, but their primary mission is to protect Canadians.
Unfortunately, the Liberal approach is going to create more red tape and more obstacles. Meanwhile, we are learning that guys like Abu Huzaifa are free to roam this country, openly bragging about their associations with ISIS, and the government says it wants to welcome these people.
I think the government should be sending an important message, one that should convey zero tolerance for incitement to hate, for hate speech, and for anyone willing to use violence to achieve their ends. That is one of the flaws of this bill.
I mentioned the red tape and the duplication of an organization that, at the end of the day, is going to create confusion in the oversight of our intelligence activities.
On top of that, the government produced a huge document because it wanted to show that it supported the bill, but that there was still work to be done. It therefore added all kinds of regulations to the bill. In other words, it is creating a law and will make the regulations afterwards.
The regulations clarify the act. The advantage of that for the minister or the executive branch is that the regulations can be changed. The disadvantage of putting this sort of thing in an act is that then the government has to obtain the authorization of Parliament to change it, and we know how many steps are involved in that process. There is first reading, second reading, and third reading in the House of Commons, then the same in the Senate, and then Royal Assent. That is not to mention elections every four years, appointments, prorogations, and summer breaks.
Rather than having more flexible tools, the government is making the process unnecessarily cumbersome by putting most of the regulations for the Anti-terrorism Act into the grab bag it calls Bill  C-59. That moves us further way from the main goal, which is to develop effective, legal tools to protect Canadians. That is another flaw.
Speaking of websites, as I was saying, one of the pillars of the Anti-terrorism Act is that it attacks the source of the violence, the hate speech that incites violence. Violent words lead to violent actions. That is why it is important to crack down on online content that incites violence. Once again, the government should be more vigilant and provide additional tools to accomplish that goal. There are provisions in the Criminal Code that deal with this sort of online content. Incitement to violence was a crime even before the Anti-terrorism Act came into force. In fact, the Criminal Code has been around since the beginning of time, or at least since the beginning of our parliamentary system. Incitement to violence goes against Canadian values.
Why interfere with the work of those responsible for protecting us and reducing violence at its source, where it really begins, on extremist websites, whether they be extreme left or extreme right? Right now, we are talking mainly about Islamist extremist websites, but that could change. The government could develop a tool to identify websites that incite people to violence.
I was honoured to be with the family of Warrant Officer Patrice Vincent following his tragic death. During Patrice Vincent's funeral, Louise Vincent said that she hoped her brother's death would not be in vain. As parliamentarians, it is incumbent upon every one of us to ensure that the people who have sacrificed their lives so we can live freely and debate here in the House—always respectfully, whether we agree with one another or not—have not done so in vain. People have fought for our freedom. Some have even shed blood quite recently. As parliamentarians, we must ensure that those who are responsible for keeping us safe have the tools they need to take action. That is why the Anti-terrorism Act was enacted.
It is for those very reasons that I will oppose this Liberal bill. It undermines the tools we gave our police officers so they could protect the people of this country, which is the primary responsibility of any state.
Monsieur le Président, c'est un privilège pour moi de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi  C-59, puisqu'il fait référence aux mesures antiterroristes qui avaient été mises en place par le précédent gouvernement.
Je n'ai pas l'intention d'appuyer le projet de loi C-59 présenté par le gouvernement libéral, pour des raisons évidentes. Tout d'abord, c'est un projet de loi qui affaiblit les moyens qu'on se donne comme société pour lutter contre le terrorisme. Il faut rappeler qu'il découle de deux attaques terroristes qui ont eu lieu ici, au Canada. La première a eu lieu à Saint-Jean-Richelieu et la deuxième est survenue ici même, à Ottawa. C'était en octobre 2014.
À l'époque, la ministre de la Sécurité publique du Québec, Lise Thériault, m'a appelé et m'a dit qu'il y avait eu un accident à Saint-Jean-sur-Richelieu. J'ai dit que ce n'était pas agréable. Puis, elle m'a dit qu'une personne était décédée. Je lui ai dit que c'était tragique. Enfin, elle m'a dit que c'était tragique, mais qu'on soupçonnait aussi que c'était une attaque terroriste.
On pense parfois que les attaques terroristes surviennent dans d'autres pays, mais elles arrivent parfois au coeur de nos collectivités, comme à Saint-Jean-sur-Richelieu, au coeur du Québec. La haine a poussé un individu à s'attaquer à un membre des Forces armées canadiennes, l'adjudant Patrice Vincent dans ce cas-là.
Je me rappelle la cérémonie à laquelle j'ai assisté en novembre 2014, avant d'entrer à la Chambre. On avait salué l'adjudant Patrice Vincent avec les membres de sa famille. Je me souviens entre autres du témoignage de sa soeur, Louise Vincent, qui disait: « Patrice Vincent, mon frère, l'adjudant, était un héros. »
M. Vincent avait fait une carrière remarquable dans les Forces armées canadiennes, pas nécessairement au point de s'illustrer de façon magistrale, mais c'était un bon militaire présent et engagé. Au moment où il s'apprêtait à prendre sa retraite bien méritée, il a été fauché dans le stationnement d'un restaurant par un individu qui était sous l'emprise de l'idéologie extrémiste islamiste. Sa soeur avait aussi dit que ce qui l'avait surprise, c'était qu'on s'attaque à l'adjudant Patrice Vincent justement parce qu'il portait l'uniforme. Elle avait dit: « C’est une chose de perdre son frère, mais c’est une toute autre chose de savoir que ça a été par un geste volontaire. »
Il y avait donc une intention. On sait quels sont les critères pour déterminer qu'une attaque est de nature terroriste. Il y avait une volonté politique de commettre un meurtre au nom d'une idéologie, ce qui va bien sûr totalement à l'encontre de nos valeurs canadiennes. Le premier ministre Harper, à l'époque, avait dit que « notre pays ne sera jamais intimidé par les barbares qui ne respectent ni la feuille d'érable ni aucun symbole de liberté ». Il ajoutait:
Quand des lâches attaquent ceux qui portent notre uniforme, nous comprenons qu'ils nous attaquent tous comme Canadiens. [...] Nous allons renforcer nos lois, ici, au pays, pour contrer ceux qui voudraient importer sur notre sol, une idéologie qui sème la haine, la cruauté et la mort ailleurs dans le monde.
Il est important de savoir que, derrière les discours qu'on prononce à la Chambre et les positions partisanes qu'on peut prendre, une des responsabilités premières du Parlement est d'assurer la sécurité des Canadiennes et des Canadiens, d'autant plus qu'on assiste depuis plus d'une décennie à l'émergence de ces idéologies qui sont véhiculées de plus en plus sur les médias sociaux. C'est la raison pour laquelle la loi antiterroriste avait été mise en place. Elle prévoyait des outils visant à ce que nous soyons mieux préparés.
Évidemment, lorsqu'on pense au décès de l'adjudant Patrice Vincent, qui a été fauché par la voiture d'un jeune homme radicalisé à Saint-Jean-sur-Richelieu en 2014, on se dit qu'il est important de s'assurer que nos forces policières, nos services de renseignement et la GRC ont tous les outils pour intervenir.
Cela touche également le volet juridique. Les dispositions doivent être là pour que, tout en agissant à l'intérieur des lois et en respectant les libertés fondamentales, les policiers, avec la collaboration et l'autorisation de personnes indépendantes comme des juges, puissent prévenir des attaques terroristes. C'était le but des mesures antiterroristes mises en place dans le projet de loi C-51.
Malheureusement, les libéraux ont décidé d'affaiblir cette loi. Cela n'est pas étonnant, on l'a vu à la période des questions: les libéraux font preuve d'un mollesse et d'une indolence qui est préoccupante. Par exemple, il y a des djihadistes, notamment des membres du groupe État islamique, qui ont créé des sites pour diffuser de la propagande au Canada. Un des piliers de la loi antiterroriste était de stopper des sites Web qui font la promotion d'idées qui incitent à la violence.
Malheureusement, les libéraux veulent affaiblir ces outils. On a donné l'exemple à la période des questions d'un terroriste reconnu qui est allé faire des activités au Moyen-Orient et qui est actuellement de retour au pays. On s'attendrait à ce que le gouvernement resserre la surveillance autour de cet individu, mais on apprend qu'il va se pavaner devant les télévisions et il se vante d'avoir des relations avec les terroristes du groupe État islamique. Non seulement cela, mais il avoue même mentir au Service canadien du renseignement de sécurité pour être en mesure de continuer à mener ses activités.
Cet individu s'appelle Abu Huzaifa. Il est en contact avec les membres du groupe État islamique et il semble encore pleinement sous l'emprise de l'idéologie islamique. Il cache des informations à la GRC et au Service canadien du renseignement de sécurité et il fait en sorte que nos policiers n'ont pas nécessairement les outils pour être en mesure de porter des accusations. Il a admis ouvertement avoir menti au Service canadien du renseignement de sécurité.
Nous disons au gouvernement que, puisque nous avons des services de renseignement, il a maintenant la responsabilité politique d'envoyer le signal que c'est tolérance zéro pour les gens qui veulent s'attaquer aux piliers de notre société. Il y a déjà eu deux victimes malheureuses, ici, au pays. Nous voulons éviter que ces choses se répètent.
Présentement, le gouvernement fait preuve de laxisme et de mollesse, et c'est préoccupant. L'individu en question, Abu Huzaifa, cite le Coran et véhicule toute cette haine.
Ces personnes doivent être prises en charge. Si des accusations doivent être portées, on doit s'assurer qu'elles le sont pour protéger la population, car c'est le rôle du gouvernement. Le rôle premier d'un gouvernement est de protéger la population. Malheureusement, le projet de loi  C-59 vient affaiblir les outils qu'on donne aux corps policiers et aux différentes entités pour accomplir cette mission fondamentale de l'État.
Par exemple, une des dispositions de la loi vient réduire la capacité des policiers à prévenir une attaque terroriste et ajouter des lourdeurs administratives. Lorsque nos services de renseignement ou les policiers sont dans le feu de l'action et qu'ils ont des informations sensibles qui pourraient prévenir une attaque terroriste en sol canadien, il est important qu'ils puissent intervenir. C'est ce que permettent les dispositions de la Loi antiterroriste de 2015. Il n'y a eu aucun problème majeur relativement à l'application de la loi mise en place et qui avait reçu l'appui des libéraux — il faut bien le dire. La Charte canadienne des droits et libertés ou les différentes lois qui existent au pays n'ont été affectées à aucun moment par la mesure antiterroriste.
Les libéraux, lorsqu'il s'agit de tenir une promesse — un peu comme pour le fait de légaliser la marijuana —, l'enfoncent dans la gorge des Canadiens. Ils ont la même approche avec le projet de loi  C-59.
C'est malheureux, parce que ce qui est en jeu, c'est la sécurité des Canadiens. Je le rappelle: les mesures qui sont l'objet du projet de loi  C-59 n'ont connu aucun problème majeur. Il y a un adage qui dit en anglais:
« Si ça marche, il ne faut pas y toucher. »
Quand quelque chose fonctionne, il ne faut pas y toucher, parce que le jour où on en aura besoin, le jour où les policiers auront conscience d'une attaque potentielle terroriste, il sera important qu'ils disposent de tous les outils nécessaires pour prévenir cette attaque, toujours dans le respect des lois canadiennes, bien entendu.
Je vais donner un autre exemple d'un aspect de cette loi qui vient encore brouiller les cartes. Au Canada, nous avons une entité responsable de surveiller l'ensemble des opérations reliées aux activités du Service canadien du renseignement de sécurité, c'est le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité, le CSARS. C'est un joyau qui fait l'envie de toutes les démocraties occidentales en matière de surveillance des activités de renseignement. Le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité est un modèle, parce qu'il a la capacité de fouiller dans tous les recoins de notre agence de renseignement. Autrement dit, si je peux utiliser l'expression populaire, il n'y a pas un espion au Canada qui n'a pas le CSARS par-dessus son épaule à tout moment.
Le gouvernement actuel a créé un comité qui est à peu près à 40 000 pieds dans les airs. Or nous avons déjà au Canada la structure qui nous permet d'aller dans tous les recoins du travail du Service canadien du renseignement de sécurité. Ce travail a été renforcé dans la Loi antiterroriste , il faut le dire, même pour les activités que l'on appelle « de réduction de la menace ». Il faut voir que lorsque les mesures de la Loi antiterroriste ont été adoptées, non seulement on a donné plus de latitude aux policiers et au Service canadien du renseignement de sécurité, mais on s'est également assuré que l'ensemble de ces dispositions allaient être couvertes par le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité. On donne donc plus de capacités, mais aussi un pouvoir de surveillance accru.
Nous avons une structure bien établie et bien rodée qui fait l'envie du monde. Ce qui aurait été intelligent de la part du gouvernement, c'est d'élargir le champ de cette entité. Or les libéraux ont la manie de créer des structures et, par conséquent, ils viennent dupliquer le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité et, en quelque sorte, créer une nouvelle structure. On parle d'une nouvelle structure qui a un peu la même mission que l'autre mais qui n'est pas la même. Au bout du compte, on affaiblit une excellente entité de surveillance de nos services de renseignement, et on crée une nouvelle entité qui va la chevaucher et couvrir d'autres champs. On crée de la confusion et plus de bureaucratie. Au demeurant, qu'est-ce qu'on a? Des policiers vont avoir encore plus de yeux au-dessus de leurs épaules. Il va y avoir de la confusion, plus de bureaucratie et plus de lourdeur. Ce qu'on veut, c'est que les policiers et les agents des services du renseignement soient en mesure de rendre des comptes, mais leur mission première, c'est de veiller à protéger la population.
Malheureusement, avec l'approche libérale, il y a plus de lourdeur administrative et plus de bâtons dans les roues. En même temps, nous apprenons que des hommes, comme Abu Huzaifa, se promènent librement au pays, se vantent d'avoir des relations avec le groupe État islamique au grand jour, et que le gouvernement dit qu'il veut accueillir ces gens.
Je pense que le gouvernement a un message important à envoyer: c'est tolérance zéro pour les incitations à la haine, pour les discours haineux et pour les gens qui sont prêts à utiliser la violence pour parvenir à leurs fins. C'est une des lacunes de ce projet de loi.
J'ai mentionné les lourdeurs administratives et le chevauchement d'une entité qui, au bout du compte, sèmeront la confusion dans la surveillance des activités de renseignement.
De plus, le gouvernement a produit un document très épais, parce qu'il voulait montrer qu'il avait appuyé le projet de loi, mais qu'il avait des choses à y faire. Il a alors introduit dans la loi beaucoup d'éléments réglementaires. Autrement dit, on fait une loi et on fait des règlements après.
Les règlements viennent préciser la loi. Pour le ministre, c'est-à-dire pour le pouvoir exécutif, l'avantage du règlement est qu'il peut le modifier. L'inconvénient de le mettre dans une loi, c'est qu'il doit ensuite obtenir l'autorisation du Parlement pour le changer, et on sait qu'il y a beaucoup d'étapes: la première lecture, la deuxième lecture et la troisième lecture à la Chambre des Communes, puis le Sénat et la sanction royale, sans parler des élections tous les quatre ans, des nominations, des prorogations et des séances estivales.
Au lieu d'avoir des outils plus flexibles, on alourdit le processus inutilement en mettant une bonne partie de la réglementation de la Loi antiterroriste dans un ramassis qu'on appelle le projet de loi  C-59. Cela nous éloigne du but premier qui, je le rappelle, est de donner des outils efficaces et légaux pour protéger la population canadienne. Voilà donc une autre lacune.
Comme je le disais en parlant des sites Web, l'un des piliers de la Loi antiterroriste consiste à s'attaquer à la source de la violence, soit aux propos haineux qui incitent à la violence. Des mots violents engendrent la violence. Voilà pourquoi il est important de s'attaquer au contenu en ligne qui incite à la violence. Encore là, on néglige d'être plus vigilant et de se donner des outils additionnels. Il s'agit pourtant de dispositions existantes du Code criminel. L'incitation à la violence était un crime avant même la Loi antiterroriste. En fait, c'est une loi qui remonte aux calendes grecques, sinon au début du parlementarisme. L'incitation à la violence est contre les valeurs canadiennes.
Pourquoi donc nuire au travail des gens qui sont chargés d'assurer notre protection et de réduire la violence à la source, là où elle germe, c'est-à-dire sur les sites Web extrémistes, qu'ils soient de gauche ou de droite? À l'heure actuelle, il s'agit surtout de sites Web extrémistes islamistes, mais cela peut changer. On pourrait se doter d'un outil afin de dépister ces sites Web où on incite les gens à la violence.
J'ai eu la chance d'accompagner dans des circonstances dramatiques la famille de l'adjudant Patrice Vincent. Mme Louise Vincent a dit, lors des funérailles de Patrice Vincent, qu'elle souhaitait que son frère ne soit pas mort en vain. En tant que parlementaires, nous avons tous la responsabilité de veiller à ce que les gens qui ont sacrifié leur vie pour que nous puissions vivre en liberté et palabrer à la Chambre — toujours dans le respect, que nous soyons d'accord ou non — ne l'aient pas fait en vain. Il y a des gens que se sont battus pour notre liberté; il y en a même qui ont versé le sang assez récemment. En tant que parlementaires, il est important que nous veillions à ce que ceux qui sont chargés de notre sécurité aient la capacité d'intervenir, et c'est la raison pour laquelle la Loi antiterroriste a été mise en place.
C'est pour ces mêmes raisons que je vais m'opposer à ce projet de loi libéral, qui affaiblit les outils qu'on a donné à nos policiers pour protéger la population canadienne, ce qui est le premier devoir de tout État.
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2018-06-18 19:18 [p.21189]
Mr. Speaker, my hon. colleague from Bellechasse—Les Etchemins—Lévis was the minister of public safety and emergency preparedness for over two years. During that time, a certain phenomenon was taking place in Quebec. Young Quebeckers were leaving Quebec to go to Syria. Many of these young people returned after just a few months, when my colleague was minister.
What did the government of the day do to guarantee the safety of Canadians?
Monsieur le Président, mon honorable collègue de Bellechasse—Les Etchemins—Lévis a été ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile pendant plus de deux ans. Pendant ce temps, on a observé un phénomène au Québec. En effet, des jeunes québécois sont partis du Québec pour aller en Syrie. Plusieurs de ces jeunes sont revenus après quelques mois, alors que mon collègue était ministre.
Qu'est-ce que le gouvernement de l'époque a fait pour garantir la sécurité des Canadiens?
View Steven Blaney Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I thank the hon. member for Hull—Aylmer for his question. I sometimes stay in his riding when I am here in Parliament. It is too bad that he is a Liberal, because other than that I am sure he is an excellent MP.
My colleague was not a member of Parliament at the time. However, in the Anti-Terrorism Act, his party and ours put in place a measure to ensure that individuals were intercepted as soon as knowledge came to light of their intentions to commit terrorist acts. At the time, the only people who could be stopped from boarding a plane were those who wanted to blow it up mid-flight.
When it comes to anti-terrorist measures, this time we did something tangible to ensure that we had the tools to arrest someone who wanted to take part in terrorist activities abroad. Canada does not want to be an exporter of terrorists, nor does it want to import them. Canada wants to take the appropriate measures coming and going, and that is what we did in the legislation.
I hope that the current government can continue to prevent terrorists from coming to commit terrorist acts on Canadian soil.
Monsieur le Président, je remercie le député de Hull—Aylmer de sa question. D'ailleurs, j'ai l'occasion de séjourner dans sa circonscription lorsque je suis ici, au Parlement. Il a le défaut d'être libéral, mais à part cela, je suis sûr qu'il est un excellent député.
Mon collègue n'était pas un député à la Chambre à l'époque. Cependant, dans la Loi antiterroriste, son parti et le nôtre ont justement mis en place une mesure pour faire en sorte d'intercepter dès le départ des individus dont on connaissait les intentions de voyager dans le but de commettre des actes terroristes. À l'époque, les seules personnes qu'on pouvait empêcher de monter à bord d'un avion étaient celles qui voulaient le faire exploser en vol.
Sur le plan des mesures antiterroristes, on a cette fois-ci posé un geste concret, afin d'avoir des outils pour procéder à l'arrestation d'une personne qui souhaitait participer à des activités terroristes à l'étranger. Le Canada ne veut pas être un exportateur de terroristes et il ne veut pas en importer. Le Canada veut prendre les mesures appropriées à l'arrivée et au retour, et c'est ce que nous avons fait dans la loi.
Je souhaite que le gouvernement actuel puisse continuer à prévenir que des terroristes viennent commettre des actes en sol canadien.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2018-06-18 19:47 [p.21193]
Madam Speaker, a lot of conversation has gone on in the House around an individual called Abu Huzaifa who has admitted two things. He has admitted that he has committed brutal crimes as an enforcer for ISIS and he has also admitted to travelling for terrorist purposes. However, he admitted these things to the CBC and to The New York Times. The thing that concerns me, beyond that fact that he is here in Canada, is that the RCMP and CSIS only became aware of him after he began taping his podcast with The New York Times. The government has said over and over again, “There is no concern, Canadians, we are aware, we know where these individuals are.” At this point in time, clearly our security agencies do not have the tools they need. Why is the government at this point in time thinking it is a good idea to reduce those powers and those abilities from our forces?
Madame la Présidente, on a beaucoup parlé à la Chambre d'un individu du nom d'Abu Huzaifa, qui a admis deux choses. Il a avoué avoir commis des crimes brutaux en tant qu'exécuteur pour le groupe État islamique et avoir voyagé à des fins terroristes. Cependant, il a admis ces choses à la CBC et au New York Times. Ce qui me préoccupe, au-delà du fait qu'il se trouve ici, au Canada, c'est que la GRC et le SCRS n'ont entendu parler de lui qu'après la diffusion de son balado avec le New York Times. Le gouvernement a répété à maintes reprises: « Il n'y a pas lieu de s'inquiéter, chers Canadiens, nous sommes au courant, nous savons où se trouvent ces individus. » À l'heure actuelle, il est évident que les organismes de sécurité canadiens ne disposent pas des outils dont ils ont besoin. Pourquoi le gouvernement pense-t-il que c'est le bon moment de réduire les pouvoirs et les moyens de nos forces?
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I thank my colleague for her committed work on this issue and so many others.
The case she raised should underline for us the reality that we face real and significant threats here in Canada and that we should not close our eyes to those threats. Closing our eyes to them does not make them disappear. I recently spoke to Yazidi survivors of Daesh. One woman told me about being able to identify someone she saw here in Canada as someone involved in Daesh and who she had seen previously when she was in the Middle East.
We know that this is a reality and many refugees come to this country to escape persecution. Imagine the experience of someone coming to Canada to escape persecution and then seeing someone here who was a member of the group that was persecuting that person. We need to be aware of the reality of the threats we face and ensure we have all the tools in place to combat them.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de son travail dévoué dans ce dossier parmi tant d'autres.
L'exemple qu'elle soulève devrait rendre évidente la réalité que nous devons affronter: la présence de menaces réelles et sérieuses au Canada. Nous ne devrions pas fermer les yeux sur ces menaces. Ne pas s'en occuper ne les fait pas disparaître. J'ai récemment parlé à des yézidis qui ont survécu aux atrocités commises par Daech. Une femme m'a dit qu'elle pouvait identifier un individu au Canada qui était impliqué dans Daech. Elle l'avait déjà vu lorsqu'elle vivait au Moyen-Orient.
Nous savons que c'est une réalité. Beaucoup de réfugiés immigrent au Canada pour échapper à la persécution. Imaginons une telle expérience: une personne vient ici pour cette raison et elle voit ensuite un individu qui était un membre du groupe qui la tourmentait. Nous devons prendre conscience des menaces bien réelles auxquelles nous sommes confrontés. Il faut que nous disposions de tous les outils nécessaires pour lutter contre elles.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2018-06-18 20:21 [p.21198]
Madam Speaker, it is a real pleasure for me to rise and speak to an important bill and issues related to public safety and security in general.
I would like to begin my remarks with a positive word of thanks for those men and women who are charged with keeping our communities safe, certainly the front-line police officers and first responders, but a lot of the people in the intelligence networks from CSIS, to CSE, to think tanks that analyze these things, to engaged citizens who are constantly advocating on issues related to public safety and security. These are probably some of the most important debates we have in this chamber because we are charged with making sure we have a safe community and finding the right balance between the remarkable freedoms we enjoy in a democracy like ours and the responsibility to ensure that there is safety for Canadians. We thank those who are charged with doing that both in uniform and behind the scenes and sometimes under the cloak of secrecy. All Canadians respect that work.
I am going to talk about Bill C-59 from a few vantage points, some of the things that I thought were positive, but I am also going to express three areas of very serious concern I have with this legislation. In many ways, Bill C-59 is a huge step back. It is taking away tools that were responsibly provided to law enforcement agencies to be used in accordance with court supervision. In a lot of the rhetoric we hear on this, that part has been forgotten.
I am going to review some of it from my legal analysis of it, but I want to start by reminding the House, particularly because my friend from Winnipeg, the parliamentary secretary to the government House leader is here, that here we are debating yet another omnibus bill from the Liberal Party, something that was anathema to my friend when he was in opposition. Omnibus bills of this nature that cobbled together a range of things were an assault on democracy, in his words then, but here we are in late night sittings with time already allocated debating yet another Liberal omnibus bill. The irony in all of this is certainly not lost on me or many Canadians who used to see how the Liberals would howl with outrage whenever this happened.
Bill C-59 came out of some positive intentions. My friend from Victoria, the NDP's lead on the parliamentary security oversight committee of parliamentarians is here. I want to thank him for the work that we did together recommending some changes to the minister ahead of what became Bill C-59. The NDP member and I as the public safety critic for the Conservative Party sent two letters to the minister providing some general advice and an indication of our willingness to work with the government on establishing the committee of parliamentarians for security and intelligence oversight.
My friend from Victoria ably serves on that committee now and as a lawyer who has previously practised in the area of national security and finding the right balance between liberty and security, he is a perfect member for that committee as are my friends from the caucus serving alongside the Liberal members. That is very important work done by that committee and I wish them well in their work. We indicated pre Bill C-59 that we would be supportive of that effort.
In those letters we also indicated the need for a super-SIRC type of agency to help oversee some of the supervision of agencies like CSIS and CSE. We were advocating for an approach like that alongside a number of academics, such as Professor Forcese and others. We were happy to see an approach brought in that area as well.
It is important to show that on certain issues of national safety and security where we can drive consensus, we can say we will work with the government, because some of these issues should be beyond partisanship. I want to thank my NDP colleague for working alongside me on that. It took us some time to get the minister to even respond, so despite the sunny ways rhetoric, often we felt that some of our suggestions were falling on deaf ears.
I am going to commit the rest of my speech tonight to the three areas that I believe are risks for Canadians to consider with Bill C-59. I am going to use some real-world examples in the exploration of this, because we are not talking in abstract terms. There are real cases and real impacts on families that we should consider in our debate.
The first area I want to raise in reference to the fact that when Bill C-59 was introduced, it was one day after a Canadian was convicted in a Quebec court in a case involving travelling abroad from Canada to join and work with a terrorist organization. Mr. Ismael Habib was sentenced the day before the government tabled this omnibus security legislation, and I think there is a certain irony in that. In his judgment, Justice Délisle said, “Did Ismael Habib intend to participate in or knowingly contribute to a terrorist activity? The entirety of the evidence demonstrates the answer is yes.” There is such an irony in the fact that the day before this debate there was a conviction for someone who was leaving Canada to train and participate with a terrorist organization.
Only a short time before Mr. Habib left Canada to do this, the previous government criminalized that activity. Why? Really, there was no need to have in the Criminal Code a charge for leaving Canada to train or participate in a terrorist organization, but this was a reaction to a troubling and growing trend involving radicalized people and the ability for people to go and engage in conflicts far from home. Mr. Habib's case was the first of its kind, and the charge he was convicted of by a Quebec court was for an offence that just a few years before did not exist. This is why Parliament must be seized with real and tangible threats to public safety and security. Unfortunately, a lot of the elements of Bill C-59 are going to make it hard for law enforcement to do that, to catch the next Mr. Habib before he leaves, while he is gone, or before he returns and brings that risk back home.
The first area that I have serious concerns with in the bill relates to preventative arrest. This was a controversial but necessary part of BillC-51 from the last Parliament. Essentially it moved a legal threshold from making it “necessary” to prevent a criminal activity or a terrorist act instead of “likely” to prevent. By changing the threshold to “necessary”, as we see in this bill, the government would make it much harder for law enforcement agencies to move in on suspects that they know present a risk yet do not feel they have enough proof to show that it is necessary to prevent an attack. I think most Canadians would think that the standard should be “likely”, which is on balance of probabilities. If we are to err on the reality of a threat that there is violence to be perpetrated or potential violence by someone, then err on the side of protection. We still have to have the evidentiary burden, but it is not too hard.
It is interesting who supported the preventative arrest portions of BillC-51 in the last Parliament. The Prime Minister did as the MP for Papineau. I loved BillC-51 in so many ways, because it showed the hypocrisy of the Liberal Party at its best. The Liberals were constantly critical of BillC-51, but they voted for it. Now they are in a position that they actually have to change elements of it, and they are changing some elements that the Prime Minister praised when he was in opposition, and they had this muddled position. My friends in the NDP have referred to this muddled position before, because now they think their Liberal friends are abandoning the previous ground they stood on.
What did the Prime Minister, then the leader of the third party and MP for Papineau, say about preventative arrest in the House of Commons on February 18, 2015? He said:
I believe that BillC-51, the government's anti-terrorism act, takes some proper steps in that direction. We welcome the measures in Bill C-51 that build on the powers of preventative arrest, make better use of no-fly lists, and allow for more coordinated information sharing by government departments and agencies.
What is ironic is that he is undoing all of those elements in Bill C-59, from information sharing to changing the standard for preventative arrest to a threshold that is unreasonably too high, in fact recklessly too high, and law enforcement agencies have told the minister and the Prime Minister this.
The Prime Minister, when he was MP for Papineau, thought these important powers were necessary but now he does not. Perhaps society is safer today. I would suggest we are not. We just have to be vigilant, vigilant but balanced. That is probably why in opposition he supported these measures and now is rolling them back.
Nothing illustrates the case and the need for this more than the case of Patrice Vincent. He was a Canadian Armed Forces soldier who was killed because of the uniform he wore. He was killed by a radicalized young man named Martin Couture-Rouleau. That radicalized young man was known to law enforcement before he took the life of one of our armed forces members. Law enforcement officers were not sure whether they could move in a preventative arrest public safety manner.
The stark and moving testimony from Patrice's sister, Louise Vincent, at committee in talking about BillC-51 should be reflected upon by members of the Liberal Party listening to this debate, because many of them were not here in the last Parliament. These are real families impacted by public safety and security. Louise Vincent said this:
According to Bill C-51, focus should be shifted from “will commit” to “could commit”, and I think that's very important. That's why the RCMP could not obtain a warrant from the attorney general, despite all the information it had gathered and all the testimony from Martin Couture-Rouleau's family. The RCMP did its job and built a case, but unfortunately, the burden of proof was not met. That's unacceptable.
It is unacceptable. What is unacceptable is the Liberals are raising the bar even higher with respect to preventative arrest. It is like the government does not trust our law enforcement agencies. This cannot be preventative arrest on a whim. There has to be an evidentiary basis for the very significant use of this tool, but that evidentiary basis should not be so high that it does not use the tool, because we have seen what can happen.
This is not an isolated case. I can recite other names, such as Aaron Driver. Those in southwestern Ontario will remember that thanks to the United States, this gentleman was caught by police on his way to commit a terror attack in southwestern Ontario. He was already under one of the old peace bonds. This similar power could be used against someone like Alexandre Bissonnette before his horrendous attack on the mosque in Quebec City. This tool could be used in the most recent case of Alek Minassian, the horrific van attack in Toronto.
Preventative arrest is a tool that should be used but with an evidentiary burden, but if the burden is too high necessary to prevent an attack, that is reckless and it shows the Prime Minister should review his notes from his time in opposition when he supported these powers. I suggest he did not have notes then and probably does not have notes now.
The second issue I would like to speak about is the deletion of charges and the replacing with a blanket offence called counselling commission of a terrorism offence.
What would that change from BillC-51? It would remove charges that could be laid for someone who was advocating or promoting a terrorism attack or activity. Promotion and advocation are the tools of radicalization. If we are not allowing charges to be laid against someone who radicalized Mr. Couture-Rouleau, do we have to only catch someone who counsels him to go out and run down Patrice Vincent? Should we be charging the people who radicalized him, who promoted ISIS or a radical terrorist ideology, and then advocated for violence? That should be the case. That actually conforms with our legal test for hate speech, when individuals are advocating or promoting and indirectly radicalizing.
Therefore, the government members talk about the government's counter-radicalization strategy, and there is no strategy. They have tried to claim the Montreal centre, which was set up independently of the government, as its own. The government would not tour parliamentarians through it when I was public safety critic, but it tours visiting guests from the UN and other places. That was an initiative started in Montreal. It has nothing to do with the Liberals' strategy. I have seen nothing out of the government on counter-radicalization, and I would like to.
The same should be said with respect to peace bonds, another tool that law enforcement agencies need. These have been asked for by law enforcement officials that we trust with their mandate. They are peace officers, yet the government is showing it does not trust them because it is taking away tools. The peace bond standard is now in a similar fashion to the preventative arrest standard. Agencies have to prove that it is necessary to prevent violent activity or terrorism, as opposed to the BillC-51 standard of “likely to prevent”. A protection order, better known as “a peace bond”, is a tool, like preventative arrest, that can set some constraints or limitations on the freedom of a Canadian because that person has demonstrated that he or she is a potential threat. To say the individuals have to be a certain threat, which a “necessary” standard promotes, is reckless and misguided.
I wish the MP for Papineau would remember what he said a few years ago about the reduction of the high burden on law enforcement in preventative arrest situations. Sadly, there are going to be more Aaron Drivers out there. I always use the case of Aaron Driver, because sometimes members of specific groups, some Muslim Canadians, have been unfairly targeted in discussions about radicalization. This is a threat that exists and not just in one community. Aaron Driver's father was in the Canadian Armed Forces, a career member of the military. Their son was radicalized by people who advocated and promoted radical ideology and violence. With this bill, we would remove the ability to charge those people who helped to radicalize Aaron Driver. However, this is a risk that exists.
Let us not overstate the risk. There is not a bogeyman around every corner, but as parliamentarians we need to be serious when we try to balance properly the freedom and liberties we all enjoy, and that people fought and died for, with the responsibility upon us as parliamentarians to give law enforcement agencies the tools they need to do the job. They do not want a situation where they are catching Aaron Driver in a car that is about to drive away. We have to find the right balance. The movement of standards to “necessary” to prevent the commission of a terrorism offence shows that the Liberals do not trust our law enforcement officers with the ability to collect evidence and lay charges, or provide a peace bond, when they think someone is “likely” to be a threat to public safety and security.
I started by saying that there were elements I was happy to see in Bill C-59, but I truly hope Canadians see that certain measures in this would take away tools that law enforcement agencies have responsibly asked for, and this would not make our communities any safer.
Madame la Présidente, c'est un plaisir de prendre la parole au sujet d'un projet de loi important et des enjeux en matière de sécurité publique et de sécurité en général.
Je vais commencer mes commentaires par des remerciements aux hommes et aux femmes qui ont la tâche de garder les collectivités canadiennes en sûreté, notamment les agents de police de première ligne et les premiers intervenants, mais aussi les gens qui travaillent dans le secteur du renseignement au SCRS ou au Centre de la sécurité des télécommunications, les gens qui font partie des groupes de réflexion qui analysent ces questions, ainsi que les citoyens engagés qui militent toujours pour les questions liées à la sécurité publique et à la sécurité. Il s'agit probablement des enjeux les plus sérieux dont nous puissions débattre à la Chambre parce que nous avons le devoir d'assurer la sécurité de la collectivité en maintenant l'équilibre entre les formidables libertés dont nous jouissons dans les démocraties comme la nôtre et la responsabilité d'assurer la sécurité des Canadiens. Nous sommes reconnaissants envers les personnes qui s'en chargent, qu'elles soient en uniforme ou en coulisses, parfois même sous le couvert du secret. Tous les Canadiens respectent leurs efforts.
Je vais aborder le projet de loi  C-59 sous différents angles. Je soulignerai certains de ses aspects positifs, mais aussi trois points qui suscitent chez moi de vives inquiétudes. À bien des égards, le projet de loi  C-59 représente un recul considérable. Il retire aux organismes d'application de la loi des outils dont ils se servent de manière responsable, selon les directives des tribunaux. À entendre les beaux discours prononcés jusqu'ici, on constate que ce point a été oublié.
Je vais donc présenter mon analyse juridique du projet de loi, mais, tout d'abord, je veux rappeler à la Chambre et en particulier au député de Winnipeg, le secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes vu qu'il est présent, que nous sommes à débattre d'un autre projet de loi omnibus des libéraux — une véritable abomination aux dires du député alors qu'il était dans l'opposition. Les projets de loi omnibus de cette nature, qui réunissent un ensemble disparate de mesures, lui paraissaient alors comme une atteinte à la démocratie. Et pourtant, nous voilà à débattre jusque tard en soirée un autre projet de loi omnibus des libéraux qui fait l'objet d'une motion d'attribution de temps. L'ironie de la situation n'échappe certainement pas aux Canadiens, qui se souviennent d'avoir vu les libéraux déchirer leur chemise dès qu'une telle chose se produisait.
Le projet de loi  C-59 part de bonnes intentions. Mon collègue de Victoria, le porte-parole néo-démocrate au sein du comité de surveillance parlementaire de la sécurité, est présent. Je veux le remercier du travail que nous avons fait ensemble en vue de recommander certains changements au ministre avant la rédaction du projet de loi  C-59. Le député néo-démocrate et moi, à titre de porte-parole du Parti conservateur en matière de sécurité publique, avons envoyé deux lettres au ministre afin de lui fournir des conseils d'ordre général, ainsi que de lui indiquer notre volonté de travailler avec le gouvernement à l'établissement d'un comité de parlementaires sur la surveillance des activités de renseignement et de sécurité.
Mon collègue de Victoria sert actuellement ce comité de façon compétente. En tant qu'avocat ayant déjà pratiqué dans le domaine de la sécurité nationale et ayant dû trouver un juste équilibre entre la liberté et la sécurité, il est le membre idéal pour ce comité, tout comme le sont mes collègues de caucus qui siègent aux côtés des députés libéraux. Les membres du comité font un travail fort important, et je leur souhaite bonne chance. Avant la présentation du projet de loi  C-59, nous avions indiqué que nous allions appuyer leurs efforts.
Dans les deux lettres mentionnées plus tôt, nous avons souligné la nécessité de la création d'un supercomité de surveillance des activités de renseignement de sécurité, qui contribuerait à la surveillance d'organismes comme le Service canadien du renseignement de sécurité et le Centre de la sécurité des télécommunications. Nous plaidions en faveur de ce genre d'approche à l'instar de plusieurs universitaires, comme le professeur Forcese. Nous étions heureux de voir aussi l'adoption d'une approche dans ce domaine.
Il est important, sur certaines questions de sécurité nationale pouvant faire l'objet d'un consensus, de montrer que nous travaillerons de concert avec le gouvernement, parce que certaines de ces questions devraient aller au-delà de la partisanerie. Je tiens à remercier mon collègue néo-démocrate d'avoir collaboré avec moi dans ce dossier. Il a fallu un certain temps avant que le ministre réponde. Malgré les beaux discours, nous avons souvent eu l'impression que nos suggestions tombaient dans l'oreille d'un sourd.
Je vais axer le reste de mon allocution sur trois éléments du projet de loi  C-59 qui, selon moi, présentent des risques pour les Canadiens. Je vais utiliser des exemples réels, parce que nous ne sommes pas en train de parler de quelque chose d'abstrait. Dans le cadre du débat, nous devons tenir compte de cas véritables et de répercussions véritables sur les familles.
Le premier élément dont j'aimerais parler, c'est le fait que le projet de loi  C-59 a été présenté un jour après qu'un Canadien a été reconnu coupable par un tribunal du Québec de vouloir se rendre à l'étranger pour se joindre à une organisation terroriste et pour participer aux activités de cette organisation. M. Ismaël Habib a été reconnu coupable une journée avant que le gouvernement présente le projet de loi omnibus en matière de sécurité. Je crois que c'est quelque peu paradoxal. Le juge Délisle a déclaré: « Ismaël Habib avait-il l’intention de participer ou de contribuer sciemment à une activité terroriste? L’ensemble de la preuve démontre que oui. » Il est vraiment paradoxal que, la veille de ce débat, quelqu'un ait été reconnu coupable d'avoir voulu quitter le Canada pour participer aux activités d'une organisation terroriste.
Peu de temps avant que M. Habib ait quitté le Canada pour participer à une telle activité, le gouvernement précédent a criminalisé cette activité. Pourquoi? En réalité, il n'était pas nécessaire d'ériger en infraction au Code criminel le fait de quitter le Canada pour participer à des camps d'entraînement terroristes ou à d'autres activités terroristes, mais il fallait néanmoins s'attaquer à une tendance troublante et grandissante impliquant des extrémistes et leur capacité de participer à des conflits à l'étranger. Le cas de M. Habib était le premier du genre, et l'infraction dont un tribunal du Québec l'a reconnu coupable n'existait pas quelques années auparavant. C'est la raison pour laquelle le Parlement doit se pencher sur les menaces concrètes et tangibles à la sécurité publique. Malheureusement, bon nombre des éléments du projet de loi  C-59 feront en sorte qu'il sera plus difficile pour les organismes d'application de la loi d'épingler le prochain M. Habib avant qu'il ne quitte le pays, pendant qu'il est à l'étranger ou avant qu'il ne revienne et qu'il représente à nouveau un risque pour le Canada.
Le premier élément du projet de loi qui me pose problème concerne les arrestations préventives. L'arrestation préventive s'inscrivait dans le cadre d'une partie controversée, mais nécessaire du projet de loi C-51 de la dernière législature. Essentiellement, le projet de loi faisait passer le seuil de « aura vraisemblablement pour effet d'empêcher » à « est nécessaire pour empêcher » une activité terroriste. En modifiant le seuil dans le projet de loi, il sera beaucoup plus difficile pour les organismes d'application de la loi de mettre le grappin sur des suspects qui posent un risque, mais pour lesquels ils n'ont pas suffisamment de preuves pour démontrer qu'une arrestation est nécessaire pour prévenir une attaque terroriste. Je pense que la majorité des Canadiens s'attendent à ce qu'on puisse ordonner l'arrestation d'une personne si cela « a vraisemblablement pour effet d'empêcher » une activité terroriste, c'est-à-dire selon la prépondérance des probabilités. Si on veut pécher par excès de prudence dans le cas d'une menace de violence, aussi bien se ranger du côté de la protection. Nous aurions encore le fardeau de la preuve, mais il serait moins difficile d'établir la preuve dans ce cas-ci.
Il est intéressant de savoir qui a appuyé les dispositions sur l'arrestation préventive du projet de loi C-51 pendant la dernière législature. Le premier ministre les a appuyées en tant que député de Papineau. J'aimais le projet de loi C-51 à bien des égards, car il mettait si bien en lumière l'hypocrisie du Parti libéral. Les libéraux ont appuyé le projet de loi C-51 alors qu'ils le critiquaient sans cesse. Maintenant ils doivent en changer des parties, dont certaines ont été vantées par le premier ministre lorsqu'il était dans l'opposition. Leur position à l'époque était confuse. Les députés du NPD en ont d'ailleurs déjà parlé, car ils observent maintenant que leurs amis libéraux changent une fois de plus d'idée.
Qu'a dit le premier ministre, qui était à l'époque le chef du troisième parti et député de Papineau, au sujet de l'arrestation préventive à la Chambre des communes le 18 février 2015? Il a dit:
[...] je crois que le projet de loi C-51, le projet [de] loi antiterroriste présenté par le gouvernement, propose des mesures adéquates. Nous sommes favorables aux mesures du projet de loi C-51 qui visent à renforcer les pouvoirs en matière d'arrestation préventive, à mieux utiliser les listes d'interdiction de vol, et à mieux coordonner l'échange de renseignements entre les ministères et les agences.
L'ironie, c'est qu'il défait maintenant tous ces éléments du projet de loi  C-59, autant en ce qui a trait au partage de l'information, au changement des normes d'arrestation préventive qu'à la mise en place d'un seuil beaucoup trop élevé, voire imprudemment élevé, et les organismes d'application de la loi ont prévenu le ministre et le premier ministre de tout cela.
Lorsqu'il était député de Papineau, le premier ministre était d'avis que ces pouvoirs importants étaient nécessaires, mais ce n'est plus le cas. Peut-être que la société est plus sécuritaire aujourd'hui. Je dirais que non. Nous devons simplement être à la fois vigilants et équilibrés. C'est probablement pour cela qu'il appuyait ces mesures lorsqu'il était dans l'opposition et qu'il les renverse maintenant.
Il n'y a pas meilleur argument ici que l'exemple de Patrice Vincent. Ce soldat des Forces armées canadiennes a été tué à cause de l'uniforme qu'il portait. Il a été tué par un jeune homme radicalisé du nom de Martin Couture-Rouleau. Ce jeune homme radicalisé était connu des organismes d'application de la loi avant qu'il n'enlève la vie à un militaire canadien. Les agents des forces de l'ordre n'étaient pas certains de pouvoir agir dans une optique de sécurité publique et procéder à une arrestation préventive.
La soeur de Patrice, Louise Vincent, a livré un témoignage dur et émouvant devant le comité à propos du projet de loi C-51. Les députés libéraux qui écoutent ce débat devraient y réfléchir, car bon nombre d'entre eux n'étaient pas ici à la dernière législature. Il est question de vraies familles pour lesquelles la sécurité publique n'est pas une notion théorique. Voici ce qu'a dit Louise Vincent:
Le projet de loi C-51 stipule qu'il faudrait passer de « commettra » à « pourrait commettre », ce qui est très important à mes yeux. C'est à cause de cela que la GRC n'a pas été en mesure d'obtenir un mandat du procureur général, malgré toute l'information qu'elle avait recueillie et tous les témoignages des proches de Martin Couture-Rouleau. La GRC avait fait ses devoirs et monté un dossier, mais malheureusement, la preuve à ce sujet n'était pas assez élevée. Ce n'est pas acceptable.
C'est inacceptable. Ce qui est inacceptable, c'est que les libéraux placent la barre encore plus haut en ce qui a trait à l'arrestation préventive. C'est comme si le gouvernement ne faisait pas confiance aux organismes d'application de la loi. Il ne peut s'agir d'une arrestation préventive sur un coup de tête. Il doit y avoir un fondement probatoire pour l'utilisation très importante de cet outil. Or, les critères pour ce fondement probatoire ne doivent pas être si élevés que cela empêche les organismes d'utiliser cet outil, car nous avons vu ce qui peut arriver.
Il ne s'agit pas d'un cas isolé. Je peux en nommer d'autres. Prenons l'exemple d'Aaron Driver. Les habitants du Sud-Ouest de l'Ontario se souviendront que, grâce aux États-Unis, cet homme a été intercepté par la police alors qu'il était sur le point de perpétrer une attaque terroriste dans le Sud-Ouest de l'Ontario. Il faisait déjà l'objet de l'un des anciens engagements de ne pas troubler l'ordre public. Ce pouvoir similaire pourrait être utilisé contre quelqu'un comme Alexandre Bissonnette, avant son épouvantable attaque contre une mosquée à Québec. Cet outil pourrait être utilisé dans le cas, récent, d'Alek Minassian, auteur de l'horrible attaque à la minifourgonnette à Toronto.
L'arrestation préventive est un outil qui doit être utilisé, mais avec un fardeau de la preuve. Toutefois, si le fardeau de la preuve est trop élevé pour prévenir une attaque, c'est imprudent, et cela montre que le premier ministre devrait relire ses notes de l'époque où il faisait partie de l'opposition et appuyait ces pouvoirs. Je soupçonne qu'il n'avait pas de notes à l'époque et qu'il n'en a probablement pas non plus aujourd'hui.
Le deuxième problème dont j'aimerais parler est la suppression d'accusations et leur remplacement par une infraction générale appelée « conseiller la commission d’infractions de terrorisme ».
Qu'est-ce que cela changerait par rapport au projet de loi C-51? Cela éliminerait les accusations qui pourraient être déposées contre une personne qui préconisait ou fomentait la commission d'un acte de terrorisme, quel qu'il soit. La préconisation et la fomentation: voilà les outils de la radicalisation. Si on ne peut pas porter d'accusations contre la personne qui a radicalisé M. Couture-Rouleau, doit-on uniquement appréhender la personne qui lui a conseillé de renverser Patrice Vincent? Devrait-on accuser les personnes qui l'ont radicalisé, qui ont fait la promotion du groupe État islamique ou d'une idéologie terroriste radicale, puis qui ont préconisé la violence? Il devrait en être ainsi. En fait, cela respecte notre critère juridique relatif au discours haineux, en ce sens que lorsque des individus préconisent ou fomentent la perpétration d'actes terroristes, ils radicalisent indirectement.
Cela dit, les députés ministériels parlent de la stratégie de lutte contre la radicalisation du gouvernement, alors qu'il n'y a aucune stratégie. Ils ont essayé de prétendre que le centre de Montréal, qui a été établi indépendamment du gouvernement, est leur initiative. Le gouvernement ne le faisait pas visiter aux parlementaires lorsque j'étais porte-parole en matière de sécurité publique, mais il le fait visiter aux invités des Nations unies et d'ailleurs. Cette initiative a vu le jour à Montréal. Elle n'a absolument rien à voir avec la stratégie des libéraux. Le gouvernement n'a pris aucune mesure pour contrer la radicalisation, quoique j'aimerais bien qu'il le fasse.
La même chose vaut pour les engagements de ne pas troubler l'ordre public, un autre outil dont les organismes d'application de la loi ont besoin. C'est ce que réclament les responsables de l'application de la loi en qui nous avons confiance. Ce sont des agents de la paix, et pourtant, le gouvernement montre qu'il n'a pas confiance en eux puisqu'il leur enlève leurs outils. Le critère pour l'engagement de ne pas troubler l'ordre public ressemble à celui de l'arrestation préventive. Les organismes doivent prouver qu'il est nécessaire pour empêcher qu'une activité violente ou terroriste ne soit entreprise, comparativement au projet de loi C-51 aux termes duquel le critère était que l'engagement « aurait vraisemblablement pour effet » d'empêcher que l'activité terroriste ne soit entreprise. Une ordonnance de protection, mieux connue sous le nom d'« engagement de ne pas troubler l'ordre public », est un outil, tout comme l'arrestation préventive, qui peut imposer certaines contraintes ou limites à la liberté d'un Canadien, puisque cette personne a démontré qu'elle constituait une menace potentielle. Par conséquent, il est tout à fait imprudent et malavisé de dire qu'une personne doit représenter un certain danger, ce que sous-entend la mise en place d'un seuil beaucoup trop élevé.
J'aimerais que le député de Papineau se rappelle ce qu'il a dit il y a quelques années, au sujet de la réduction des gros obstacles qui se dressent sur le chemin des responsables de l'application de la loi lorsqu'ils doivent procéder à des arrestations préventives. Malheureusement, il y aura d'autres Aaron Driver. Je donne toujours l'exemple de cet homme parce que certains groupes, comme les Canadiens de confession musulmane, ont parfois été injustement visés dans les discussions sur la radicalisation. Ce danger n'existe pas uniquement au sein d'une communauté. Le père d'Aaron Driver a fait carrière dans les Forces armées canadiennes. Son fils a été radicalisé par des gens qui préconisent et propagent une idéologie radicale et le recours à la violence. Si ce projet de loi est adopté, il serait désormais impossible d'inculper les individus qui ont participé à la radicalisation d'Aaron Driver. Pourtant, le risque est bien réel.
Tâchons néanmoins de ne pas exagérer l'importance de ce risque. Il n'y a pas de bonhomme Sept-Heures à tous les coins de rue, mais les parlementaires que nous sommes doivent être sérieux lorsqu'il s'agit de trouver le juste équilibre entre, d'une part, les libertés dont nous jouissons tous et pour lesquelles des gens se sont battus et ont sacrifié leur vie et, d'autre part, la responsabilité qui nous incombe de fournir aux organismes d'application de la loi les outils dont ils ont besoin pour faire leur travail. Ils ne veulent pas d'une situation où ils rattrapent Aaron Driver dans une voiture alors qu'il est sur le point de partir. Nous devons trouver le juste équilibre. Le remplacement du critère actuel par celui de la nécessité d'une mesure pour empêcher la perpétration d'une infraction de terrorisme est la preuve que les libéraux ne font pas confiance aux agents chargés de l'application de la loi pour recueillir des preuves et déposer des accusations ou pour obtenir un engagement de ne pas troubler l'ordre public lorsqu'ils croient qu'une personne est susceptible de constituer un danger pour la sécurité publique.
J'ai commencé en disant que le projet de loi  C-59 contenait des dispositions dont je me réjouis. Toutefois, j'espère sincèrement que les Canadiens comprendront que certaines dispositions de ce projet de loi auraient pour effet d'enlever aux organismes d'application de la loi certains outils qu'ils avaient réclamés de manière responsable et que cela ne serait pas de nature à améliorer la sécurité de la population.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
At the time, the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness decided not to give Bill  C-59 second reading and sent it directly to the Standing Committee on Public Safety and National Security. He said that committee meetings were needed to get additional information in order to improve the bill, so that is what we did.
During the committee's study of Bill  C-59, 235 amendments were proposed. The Conservative Party proposed 29 and the Green Party 45. The Liberals rejected all of them. Four NDP amendments and 40 Liberal amendments were adopted. Twenty-two of the Liberal amendments had more to do with the wording and with administrative issues. The Liberals also proposed one very important amendment that I will talk about later on.
The committee's mandate was to improve the bill. We, the Conservatives, undertook that work in good faith. We proposed important amendments to try to round out and improve the bill presented at second reading. The Liberal members on the committee rejected all of our amendments, even though they made a lot of sense. The Standing Committee on Public Safety and National Security held 16 meetings on the subject and heard from a number of witnesses, including people from all walks of life and key stakeholders in the security field. In the end, the government chose to reject all of our amendments.
There were two key points worth noting. The first was that under Bill  C-59, our security agencies will have fewer tools to combat the ongoing terrorist threat around the world. The second was that our agencies will have a harder time sharing information.
One important proposal made in committee was the amendment introduced by the Liberal member for Montarville regarding the perpetration of torture. Every party in the House agrees that the use of torture by our intelligence or security agencies is totally forbidden. There is no problem on that score. However, there is a problem with the part about torture, in that our friends across the aisle are playing political games because they are still not prepared to tell China and Iran to change their ways on human rights. One paragraph in the part about torture says that if we believe, even if we do not know for sure, that intelligence passed on by a foreign entity was obtained through torture, Canada will not make use of that intelligence. For example, if another country alerts us that the CN Tower in Toronto is going to be blown up tomorrow, but we suspect the information was extracted through some form of torture, we will not act on that intelligence if the law remains as it is. That makes no sense. We believe we should protect Canadians first and sort it out later with the country that provided the intelligence.
It is little things like that that make it impossible for us to support the bill. That element was proposed at the end of the study. Again, it was dumped on us with no notice and we had to vote on it.
There are two key issues. The national security and intelligence review agency in part 1 does not come with a budget. The Liberals added an entity, but not a budget to go with it. How can we vote on an element of the bill that has no number attached to it?
Part 2 deals with the intelligence commissioner. The Liberals rejected changes to allow current judges, who would retire if appointed, and retirees from being considered, despite testimony from the intelligence commissioner who will assume these new duties. Currently, only retired judges are accepted. We said that there are active judges who could do the work, but that idea was rejected. It is not complicated. It makes perfect sense. We could have the best people in the prime of their lives who may have more energy than those who are about to retire and may be less interested in working 40 hours a week.
In part 3 on the Communications Security Establishment, known as CSE, there are problems concerning the restriction of information. In fact, some clauses in Bill C-59 will make capturing data more complicated. Our intelligence agencies are facing additional barriers. It will be more difficult to obtain information that allows our agencies to take action, for example against terrorists.
Part 4 concerns the Canadian Security Intelligence Service, or CSIS. The Canadian Charter of Rights and Freedoms and the privacy issue often come up in connection with CSIS. A common criticism of BillC-51 is that this bill would allow agencies to breach people's privacy. Witnesses representing interest groups advocating for Canadians' privacy and people whose daily work is to ensure the safety of Canadians appeared before the committee. For example, Richard Fadden said that the agencies are currently working in silos. CSIS, the CSE, and the RCMP work in silos, and the situation is too complex. There is no way to share information, and that is not working.
Dr. Leuprecht, Ph.D., from the Royal Military College, Lieutenant-General Michael Day from the special forces, and Ray Boisvert, a former security adviser, all made similar comments. Conservative amendment No. 12 was rejected. That amendment called for a better way of sharing information. In that regard, I would like to remind members of the Air India bombing in 1985. We were given the example of that bombing, which killed more than 200 people on a flight from Toronto to Bombay. It was determined that this attack could have been prevented had it been easier to share information at the time.
The most important thing to note about part 7, which deals with the Criminal Code, is that it uses big words to increase the burden for obtaining arrest warrants to prevent terrorist acts. Amendments were made regarding the promotion of terrorism. Section 83.221 of the Criminal Code pertains to advocating or promoting the commission of terrorism offences. The Liberals changed the wording of that section with regard to unidentified terrorist offences, for example, ISIS videos on YouTube. They therefore created section 83.221.
That changes the recognizance orders for terrorism and makes it more difficult to control threats. Now, rather than saying “likely”, it says “is necessary”. Those are just two little words, but they make all the difference. Before, if it was likely that something would happen, our security agencies could intervene, whereas now, intervention must be necessary. It is a technicality, but we cannot support Bill C-59 because of that change in wording. This bill makes it harder for security agencies and police to do their work, when it should be making it easier for them.
We are not opposed to revising our national security legislation. All governments must be prepared to do that to adapt. BillC-51, which was introduced at the time by the Conservatives, was an essential tool in the fight against terrorist attacks in Canada and the world. We needed tools to help our agents. The Liberals alluded to BillC-51 during the election campaign and claimed that it violated Canadians' freedoms and that it did not make sense. They promised to introduce a new bill and here it is before us today, Bill C-59.
I would say that Bill C-59, a massive omnibus bill, is ultimately not much different from Bill C-51. There are a number of parts I did not mention, because we have nothing to say and we agree with their content. We are not against everything. What we want, no matter the party, is to be effective and to keep Canadians safe. We agree on that.
Nevertheless, some parts are problematic. As I said earlier, the government does not want to accept information from certain countries on potential attacks, because this information could have been obtained through torture. This would be inadmissible. Furthermore, the government is changing two words, which makes it harder to access the information needed to take action. We cannot agree with this.
Now the opposite is being done, and most of the witnesses who came to see us in committee, people in the business of privacy, did not really raise any issues. They did not show up and slam their fists on the desk saying that it was senseless and had to be changed. Everyone had their views to express, but ultimately, there were not that many problems. Some of the witnesses said that Bill C-59 made no sense, but upon questioning them further, we often reached a compromise and everyone agreed that security is important.
Regardless, the Liberals rejected all of the Conservatives' proposed amendments. I find that hard to understand because the minister asked us to do something, he asked us to improve Bill C-59 before bringing it back here for second reading—it is then going to go to third reading. We did the work. We did what we were supposed to do, as did the NDP, as did the Green Party. The Green Party leader had 45 amendments and is to be commended for that. I did not agree with all her amendments, but we all worked to improve Bill C-59, and in turn, to enhance security in Canadians' best interest, as promised. Unfortunately, that never happened. We will have to vote against this bill.
Since I have some time left, I will give you some quotes from witnesses who appeared before the committee. For example, everyone knows Richard Fadden, the Prime Minister's former national security adviser. Mr. Fadden said that Bill  C-59 was “beginning to rival the Income Tax Act for complexity. There are sub-sub-subsections that are excluded, that are exempted. If there is anything the committee can do to make it a bit more straightforward”, it would help. Mr. Fadden said that to the committee. If anyone knows security, it is Canada's former national security adviser. He said that he could not understand Bill  C-59 at all and that it was worse than the Income Tax Act. That is what he told the committee. We agreed and tried to help, but to no avail. It seems like the Liberals were not at the same meeting I was at.
We then saw the example of a young man who goes by the name Abu Huzaifa. Everyone knows that two or three weeks ago, in Toronto, this young man boasted to the New York Times and then to CBC that he had fought as a terrorist for Daesh in Iraq and Syria. He admitted that he had travelled there for the purposes of terrorism and had committed atrocities that are not fit to be spoken of here. However, our intelligence officers only found out that this individual is currently roaming free in Toronto from a New York Times podcast. Here, we can see the limitations of Bill  C-59 in the specific case of a Canadian citizen who decided to fight against us, to go participate in terrorism, to kill people the Islamic State way—everyone here knows what I mean—and then to come back here, free as a bird. Now the Liberals claim that the law does not allow such and such a thing. When we tabled Bill C-51, we were told that it was too restrictive, but now Bill  C-59 is making it even harder to get information.
What do Canadians think of that? Canadians are sitting at home, watching the news, and they are thinking that something must be done. They are wondering what exactly we MPs in Ottawa are being paid for. We often see people on Facebook or Twitter asking us to do something, since that is what we are paid for. We in the Conservative Party agree, and we are trying; the government, not so much. Liberal members are hanging their heads and waiting for it to pass. That is not how it works. They need to take security a little more seriously.
This is precisely why Canadians have been losing confidence in their public institutions and their politicians. This is also why some people eventually decide to take their safety into their own hands, but that should never happen. I agree that this must not happen. That would be very dangerous for a society. When people lose confidence in their politicians and take their safety into their own hands, we have the wild west. We do not want that. We therefore need to give our security officers, our intelligence officers, the powerful tools they need to do their jobs properly, not handcuff them. Handcuffs belong on terrorists, not on our officers on the ground.
Christian Leuprecht from Queen's University Royal Military College said that he respected the suggestion that CSIS should stick to its knitting, or in other words, not intervene. In his view, the RCMP should take care of some things, such as disruption. However, he also indicated that the RCMP is struggling on so many fronts already that we need to figure out where the relative advantage of different organizations lies and allow them to quickly implement this.
The questions that were asked following the testimony focused on the fact that the bill takes away our intelligence officers' ability to take action and asks the RCMP to take on that responsibility in CSIS's place, even though the RCMP is already overstretched. We only have to look at what is happening at the border. We have to send RCMP officers to strengthen border security because the government told people to come here. The RCMP is overstretched and now the government is asking it to do things that it is telling CSIS not to do. Meanwhile, western Canada is struggling with a crime wave. My colleagues from Alberta spoke about major crimes being committed in rural communities.
Finland and other European countries have said that terrorism is too important an issue and so they are going to allow their security agencies to take action. We cannot expect the RCMP to deal with everything. That is impossible. At some point, the government needs to take this more seriously.
After hearing from witnesses, we proposed amendments to improve Bill  C-59, so that we would no longer have any reason to oppose it at second reading. The government could have listened to reason and accepted our amendments, and then we would have voted in favour of the bill. However, that is not what happened, and in my opinion it was because of pure partisanship. When we are asked to look at a bill before second or third reading and then the government rejects all of our proposals, it is either for ideological reasons or out of partisanship. In any case, I think it is shameful, because this is a matter of public safety and security.
When I first joined the Canadian Armed Forces, in the late 1980s, we were told that the military did not deal with terrorism, that this was the Americans' purview. That was the first thing we were told. At the time, we were learning how to deal with the Warsaw Pact. The wars were highly mechanized and we were not at all involved in fighting terrorism.
However, times have changed. Clearly, everything changed on September 11, 2001. Canada now has special forces, which did not exist back then. JTF2, a special forces unit, was created. Canada has had to adapt to the new world order because it could also be a target for terrorist attacks. We have to take off our blinders and stop thinking that Canada is on another planet, isolated from any form of wickedness and cruelty. Canada is on planet Earth and terrorism knows no borders.
The G7 summit, which will soon be under way, could already be the target of a planned attack. We do not know. If we do not have tools to prevent and intercept threats, what will happen? That is what is important. At present, at the G7, there are Americans and helicopters everywhere. As we can see on the news, U.S. security is omnipresent. Why are there so many of them there? It is because confidence is running low. If Americans are not confident about Canadians' rules, military, and ability to intervene, they will bring everything they need to protect themselves.
That is why we need to take a position of strength. Yes, of course we have to show that we are an open and compassionate country, but we still need to be realistic. We have to be on the lookout and ready to take action.
À cette époque, le ministre de la Sécurité publique a décidé de ne pas faire la deuxième lecture et d'envoyer directement le projet de loi  C-59 au Comité permanent de la sécurité publique et nationale. Selon lui, il fallait tenir des rencontres pour avoir encore plus d'informations afin d'améliorer le projet de loi, et c'est ce qu'on a fait.
Pendant l'étude du projet de loi  C-59 en comité, 235 modifications ont été proposées: le Parti conservateur en a soumis 29 et le Parti vert, 45. Toutes ont été défaites par les libéraux. Quatre modifications proposées par le NPD et 40 modifications présentées par les libéraux ont été adoptées. Celles des libéraux concernaient plus des questions de libellé, soit 22 modifications, et des questions d'administration. Les libéraux ont aussi proposé une modification très importante dont je vais parler plus tard.
Le mandat du Comité était d'améliorer le projet de loi. Nous, les conservateurs, avons entrepris ce travail de bonne foi. Nous avons proposé des amendements importants pour que le projet de loi présenté à l'étape de la deuxième lecture soit plus complet et meilleur. Les membres libéraux du comité ont refusé d'adopter tous nos amendements, qui avaient beaucoup de bon sens. Le Comité permanent de la sécurité publique et nationale a tenu 16 réunions sur ce sujet lors desquelles nous avons reçu plusieurs témoins: des gens de tous les horizons et des personnalités importantes de la sécurité. Finalement, le gouvernement a préféré dire non à nos amendements.
Nous retenons deux choses importantes. Premièrement, avec le projet de loi  C-59, il y aura moins d'outils pour nos agences de la sécurité, alors que la menace terroriste demeure présente dans notre monde. Deuxièmement, les agences auront encore plus de difficultés à s'échanger de l'information.
Une des choses importantes qui ont été proposées lors des réunions du comité, c'est l'amendement déposé par le député libéral de Montarville qui concerne la perpétration de la torture. Tous les partis à la Chambre s'entendent pour dire que l'utilisation de la torture par nos différentes agences de renseignement ou de sécurité est absolument interdite. Là-dessus, il n'y a aucun problème. Par contre, dans la partie sur la torture, il y a actuellement un problème et un jeu politique alors que nos amis d'en face ne sont pas encore prêts à dire à la Chine et à l'Iran de changer leurs façons de faire en ce qui concerne les droits de la personne. Dans un paragraphe de la partie sur la torture, il est écrit que si on pense — sans vraiment le savoir — qu'un renseignement qui provient de l'étranger a été obtenu par la torture, le Canada n'utilisera pas l'information. Par exemple, si un pays nous avertit qu'un attentat se prépare pour faire sauter demain la Tour CN, à Toronto, et qu'on pense que l'information a été soutirée par une forme de torture, on ne fera rien avec l'information si la loi reste comme cela. Cela n'a aucun sens. Nous pensons qu'il faut protéger les Canadiens d'abord et régler le problème avec le pays concerné après.
Ce sont des petits éléments comme celui-là qui font que nous ne pouvons pas appuyer le projet de loi. Cet élément a été proposé à la fin de l'étude. Encore une fois, il a été garroché sans avis, et nous avons dû voter.
Il y a des enjeux clés. Dans la partie 1 qui porte sur l'Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement, il n'y a aucun budget prévu. Les libéraux ont donc augmenté la structure, mais n'y ont pas associé de budget. Comment pouvons-nous voter sur un élément du projet de loi alors qu'aucun chiffre n'y est rattaché?
Dans la partie 2, il est question du commissaire au renseignement. Les libéraux ont rejeté les modifications visant à permettre aux juges actuels, qui prendront leur retraite à leur nomination, et aux retraités d'être considérés, et ce, malgré le témoignage du commissaire au renseignement qui assumera ces nouvelles fonctions. Actuellement, on prend seulement des juges retraités. Nous avons dit qu'il y a des juges en fonction qui pourraient faire le travail, mais cela a été refusé. Pourtant, ce n'est rien de compliqué, c'est plein de bon sens. On pourrait avoir les meilleures personnes, dans la force de l'âge, qui ont une énergie peut-être plus grande que celle des personnes qui prennent leur retraite et qui sont moins intéressées à travailler 40 heures par semaine.
Dans la partie 3 sur le Centre de la sécurité des télécommunications ou CST, il y a des problèmes relatifs à la restriction de l'information. En effet, dans le projet de loi  C-59, des clauses font en sorte que la capture de l'information sera plus compliquée. Nos agences de renseignement font face à des barrières supplémentaires. Il sera donc plus difficile d'obtenir l'information qui permet à nos agences d'engager des actions, entre autres contre des terroristes.
La partie 4 porte sur le Service canadien du renseignement de sécurité ou SCRS. En ce qui concerne le SCRS, on a souvent fait référence à la Charte canadienne des droits et libertés, ainsi qu'à la vie privée. On a souvent reproché cela au projet de loi C-51; on disait qu'en vertu de ce projet de loi, on pouvait interférer dans la vie privée des gens. Des témoins, qui représentaient les groupes d'intérêts pour les droits à la vie privée des gens, et des personnes qui travaillent quotidiennement pour assurer la sécurité des Canadiens, ont comparu. Par exemple, Richard Fadden a dit qu'on travaillait actuellement en silo. Le SCRS, le CST et la GRC travaillent en silo, et c'est trop compliqué. Il n'y a pas moyen de faire un partage d'information, cela ne fonctionne pas.
Ces commentaires ont été faits également par M. Leuprecht, Ph.D., du Collège militaire, par le lieutenant-général Michael Day, des forces spéciales, et par Ray Boisvert, ancien conseiller à la sécurité. L'amendement 12 des conservateurs a été rejeté. Cet amendement demandait une meilleure façon de faire pour le transfert d'information. À ce sujet, je rappelle l'attentat d'Air India en 1985. On nous a donné l'exemple de cet attentat qui a tué plus de 200 personnes dans un vol en partance de de Toronto pour Bombay. Il a été déterminé que si le transfert d'information avait été plus facile à l'époque, on aurait pu éviter cet attentat.
Le point le plus important dans la partie 7 qui traite du Code criminel est le fait d'augmenter le fardeau pour l'obtention de mandats d'arrestation afin d'empêcher des actes terroristes, en se servant de mots importants, Des mesures ont été prises pour modifier la promotion du terrorisme. À l'article 83.221 concernant l'incitation au terrorisme, libéraux ont changé une partie du libellé pour les activités terroristes non identifiées, comme par exemple les vidéos du groupe État islamique sur Youtube. Ils ont donc créé l'article 83.221.
Avec cela, on modifie les ordonnances d'engagement pour terrorisme, afin qu'il soit plus difficile de contrôler les menaces. Maintenant, au lieu de dire « probable », on dit « est nécessaire ». Ce sont tout simplement deux mots, mais ils font toute la différence. Avant, si c'était probable que quelque chose arrive, on pouvait intervenir, alors que maintenant, il faut que ce soit nécessaire. C'est un aspect technique, mais ces deux mots font en sorte que l'ensemble du projet de loi  C-59 ne peut être acceptable pour nous. En effet, on augmente la difficulté, alors qu'on devrait aider les agences et nos policiers à faire leur travail.
Nous ne sommes pas contre l'idée de remanier notre projet de loi sur la sécurité nationale. Tout gouvernement a besoin de le faire pour s'adapter à la situation. Le projet de loi C-51, déposé à l'époque par les conservateurs, était un outil essentiel dans les cas d'attentat terroriste au Canada et partout dans le monde. Nous avions besoin d'outils pour aider nos agents. En campagne électorale, les libéraux se sont servis du projet de loi C-51, disant qu'il allait à l'encontre de la liberté des Canadiens, que c'était un outil qui n'avait pas de bon sens. Ils ont d'ailleurs promis de déposer un nouveau projet de loi et nous l'avons devant nous aujourd'hui, le projet de loi  C-59.
Au bout du compte, je dirais que le projet de loi  C-59, un projet de loi omnibus et majeur, n'est pas nécessairement trop différent du projet de loi C-51. Il y a plusieurs parties dont je n'ai pas parlé, parce que nous n'avons rien à dire et que nous sommes d'accord avec ce qu'elles contiennent. Nous sommes pas contre tout dans la vie. Ce que nous voulons, c'est d'être efficaces et d'assurer la sécurité des Canadiens, peu importe le parti. On s'entend là-dessus.
Par contre, certains éléments sont problématiques. Comme je l'ai dit tantôt, on ne voudra pas accepter de l'information sur des attentats possibles provenant de certains pays, parce qu'elle a peut-être été obtenue sous la torture. Cela ne peut pas être admissible. De plus, on change deux mots, ce qui complique l'accès à l'information afin d'intervenir. On ne peut pas être d'accord avec cela.
Actuellement, on fait le contraire et la plupart des témoins qui sont venus nous voir au Comité, des gens qui s'occupent de la vie privée, n'avaient pas vraiment de problèmes à signaler. Ils ne sont pas arrivés en tapant sur le bureau, en disant que cela n'avait pas de bon sens, qu'il fallait changer cela. Tout le monde y allait de ses propositions, mais enfin de compte il n'y avait pas tant de problèmes. Oui, certains sont arrivés en disant que C-51 était insensé, mais quand on posait nos questions en contre-argument, on arrivait souvent à un compromis et tout le monde disait que la sécurité était importante.
Il demeure que les amendements proposés par les conservateurs ont tous été défaits par les libéraux. Je ne peux pas le comprendre alors que le ministre nous a demandé de faire un travail, d'aider à améliorer C-59 avant de l'amener ici en deuxième lecture — par la suite il va être en troisième lecture. Nous avons fait le travail. Nous avons fait ce que nous avions à faire, comme le NPD, comme le Parti vert. La chef du Parti vert, que je félicite, avait 45 amendements; je n'étais pas d'accord sur tous ses amendements, mais il y a un travail qui a été fait justement pour améliorer C-59 afin d'améliorer la sécurité, dans l'intérêt des Canadiens, tel que promis. Malheureusement, cela n'a pas été fait. Nous allons devoir voter contre le projet de loi.
Puisque j'ai du temps, je vais vous donner des exemples de citations des témoins qui sont venus au Comité. Par exemple, Richard Fadden, tout le monde connaît l'ancien conseiller à la sécurité nationale du premier ministre, a dit que le projet de loi  C-59 commençait « à rivaliser de complexité avec la Loi de l'impôt sur le revenu. Certains sous-alinéas sont exclus. S'il y a quelque chose que le Comité peut faire, c'est le simplifier un peu. » M. Fadden se présente au Comité, il nous dit cela. S'il y a quelqu'un qui connaît la sécurité, c'est bien l'ancien conseiller à la sécurité nationale du Canada. Il nous a dit qu'il ne comprenait rien à C-59, que c'était pire que l'impôt. C'est ce qu'il nous a dit en comité. Nous avons acquiescé et essayer d'aider, en vain. Il semble que les libéraux n'étaient pas à la même réunion que moi.
Ensuite, on a eu l'exemple d'une personne connue sous le nom Abu Huzaifa, un gentil petit monsieur. Tout le monde sait qu'il y a deux ou trois semaines à Toronto, le gentil petit monsieur s'est vanté au New York Times puis à CBC d'avoir été avec Daech, en Irak et en Syrie, d'avoir travaillé avec cette organisation comme terroriste. Il a avoué avoir voyagé pour faire du terrorisme et avoir commis des crimes odieux — je pense que cela ne peut même pas se dire ici —, puis nos agents de renseignement apprennent en écoutant les balados du New York Times que cet individu, qui est à Toronto actuellement, se promène en toute liberté. On voit les limites de C-59 avec le cas précis d'un Canadien qui a décidé de se battre contre nous, d'aller faire du terrorisme, de tuer des gens à la façon de l'État islamique — tout le monde sait ce que c'est — puis de revenir ici, et maintenant il se promène en liberté. Là, on nous dit que le loi ne permet pas ceci ou cela. Avec C-51, nous nous faisions dire que nous étions trop restrictifs, mais là on augmente les problèmes pour avoir de l'information avec C-59.
Que pensent les Canadiens de cela? Les Canadiens sont chez eux, ils regardent les nouvelles en se disant que quelque chose doit être fait et se demandent pourquoi les députés sont payés, à Ottawa. On voit cela souvent sur Facebook ou Twitter: les gens demandent que nous fassions quelque chose, car on nous paie pour cela. Nous, les conservateurs nous sommes d'accord et nous poussons. Le gouvernement est de l'autre bord; il penche la tête et il attend que cela passe. Cela ne fonctionne pas de cette manière. Il faut être un peu plus sérieux au chapitre de la sécurité.
C'est ce genre de chose qui fait que les Canadiens perdent confiance envers leurs institutions, envers leurs politiciens. C'est pour cela que les gens en viennent à un moment donné à vouloir prendre en charge leur sécurité eux-mêmes, mais il ne faut pas que cela arrive. Je suis d'accord qu'il ne faut pas que cela arrive. C'est ce qui est dangereux pour une société. Quand les gens perdent confiance envers leurs politiciens, décident de prendre en main leur sécurité, c'est le far west. Nous ne voulons pas cela. Nous avons donc besoin d'outils forts, qui permettent à nos agents de sécurité, nos agents de renseignement, de bien faire leur travail et non pas de les menotter. Les menottes vont aux terroristes, elles ne vont pas à nos agents sur le terrain.
Christian Leuprecht, du Collège militaire royal de l'Université Queen's, a dit qu'il respectait les suggestions selon lesquelles le SCRS devrait s'en tenir au tricotage, c'est-à-dire ne pas intervenir. Selon lui, la GRC devrait faire certaines choses comme des perturbations, mais il estime qu'elle a déjà des difficultés sur bien des fronts et qu'on devrait déterminer l'avantage relatif des différentes organisations et leur permettre de le mettre à profit rapidement.
Les questions que nous avons reçues à la suite des témoignages portaient donc sur le fait qu'on enlève à nos agents de renseignement du SCRS la possibilité d'intervenir et qu'on demande à la GRC de le faire, alors que celle-ci est débordée. Regardons ce qui se passe à la frontière. On doit envoyer des agents de la GRC pour la renforcer parce qu'on fait signe aux gens de venir ici. La GRC est donc débordée et on lui demande de faire des choses qu'on dit au SCRS de ne pas faire, et pendant ce temps, il y a des crimes dans l'Ouest. Mes collègues de l'Alberta parlaient des crimes majeurs qui ont lieu dans des communautés rurales.
La Finlande et d'autres pays d'Europe ont dit que le terrorisme était une question trop importante et qu'ils allaient permettre à leurs agents d'intervenir. On ne peut pas toujours dire que la GRC va tout régler, c'est impossible. À un moment donné, il faut être plus sérieux.
À la suite de ces témoignages, nous avions proposé des amendements pour améliorer le projet de loi  C-59 de telle sorte que nous n'ayons plus de raison de nous y opposer à l'étape de la deuxième lecture. Le gouvernement aurait pu entendre raison et accepter nos amendements, puis nous aurions eu un beau vote, mais cela n'a pas été le cas. Selon moi, c'est de la pure partisanerie. Quand on nous demande de faire un travail préalable à la deuxième lecture ou à la troisième lecture et qu'on rejette ensuite tout ce que nous proposons, c'est soit parce qu'on impose son idéologie, soit parce qu'on fait preuve de partisanerie. Quoi qu'il en soit, lorsqu'il est question de sécurité publique, cela me répugne.
À mes débuts dans les Forces armées canadiennes, à la fin des années 1980, on nous disait qu'au Canada, les militaires ne touchaient pas au terrorisme et que c'était un sujet qui concernait les Américains. C'était les premières choses qu'on nous disait. À l'époque, nous apprenions à nous battre contre le pacte de Varsovie. Il s'agissait des grandes guerres mécanisées; nous ne touchions pas du tout au terrorisme.
Toutefois, les temps ont changé. Évidemment, le 11 septembre 2001 a tout changé. Maintenant, le Canada a des forces spéciales, ce qu'il n'avait pas à l'époque. La FOI 2, une unité de forces spéciales, a été créée. Le Canada a dû s'adapter à la réalité mondiale, puisqu'il peut aussi être la cible d'attentats terroristes. Il faut cesser de se mettre des oeillères et de penser que le Canada est sur une autre planète, isolé de toute forme de méchanceté ou de cruauté. Le Canada est sur la planète Terre et le terrorisme n'a pas de frontières.
Le G7 approche, et n'importe qui pourrait avoir planifié un attentat là-bas. On ne le sait pas. Si on n'a pas d'outils pour prévenir et intercepter les menaces, que va-t-il arriver? C'est cela qui est important. Présentement, au G7, il y a des Américains et des hélicoptères partout. Des reportages télévisés nous montrent l'omniprésence de la sécurité américaine. Pourquoi y a-t-il autant de monde? C'est parce qu'il y a une perte de confiance. Si les Américains ne font pas confiance aux Canadiens en ce qui concerne nos règles, nos forces et notre capacité d'intervention, ils vont apporter tout ce dont ils ont besoin pour se défendre eux-mêmes.
Il faut donc prendre une position forte. Oui, il faut démontrer que nous sommes un pays ouvert et compatissant, bien sûr. Cependant, il ne faut pas se mettre des oeillères; il faut être à l'affût et prêt à agir.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it is a pleasure for me to speak to a very important bill, Bill C-59, dealing with what really is the first responsibility of government, to attend to the security needs of Canadians. Sometimes we have an instinct of taking our security for granted in this country. We are blessed to have a strong security apparatus of committed professionals around us. On a daily basis, they are dealing with threats that those of us who are civilians or regular people do not see and do not have to know about. However, when we debate matters like this, we should be sensitive to the reality of the security threats we face and the need to always preserve the strong security infrastructure that protects us. The absence of direct experience with security threats should not lead individuals to think they do not exist.
I had a meeting recently with people from the Yazidi community, and they shared an experience with me. A person from their community who was a victim of Daesh had sought refuge here in Canada, and that person actually encountered and recognized someone from Daesh, here in Canada. Members know that there are returning fighters from Daesh, but the image of someone coming to Canada to seek refuge, as many people do, coming to Canada to escape persecution of different kinds, and then coming face to face in this country with the persecutor is something that should give members great pause as we think about the steps we take to ensure our security. We need to make sure that Canada is indeed a place where we are safe and where those coming here as refugees and immigrants know they can be safe as well, that they are getting away from their persecutors and will not encounter those same people here in our country.
Therefore, we need to be diligent about this. When the opposition raises questions about how the government is taking care of our security, let us be clear that it is about the need for the government to do its fundamental job. Sometimes we hear the challenge back from the government that this is somehow about creating fear. It is not. It is about ensuring our security. That is why we ask tough questions and challenge government legislation in cases where it fails.
Bill C-59 makes changes with respect to the framework around national security and makes some rule changes that those of us in the opposition are quite concerned about. First is the issue of communication between departments. People would have a reasonable expectation that different departments of government would work together and collaboratively share information. If protecting the security of Canadians is the primary, fundamental job of the government, then surely government departments should be working together. Often, on a range of different files, we hear the government talk about a whole-of-government approach. It seems to be approaching the level of one of its favourite buzzwords or phrases. Security seems the most obvious area where we would have a whole-of-government approach. We know that the inquiry into the Air India bombing, a terrible act of terrorism where many people lost their lives, determined that this evil act was preventable, but there was an issue of one agency keeping information from another.
Certainly, when we see these kinds of things happening, we have to ensure that provisions are in place for the appropriate sharing of information, and yet the bill limits the ability of government departments to share data among themselves that could protect our national security. If the government already has data that could be used to prevent acts of terrorism or violence on Canadian soil, it is not only legitimate but important that we establish a framework whereby different government departments can share information with one another. That is certainly a concern that we have with this legislation.
Another concern we have is that Bill C-59 would remove the offence of advocating and promoting terrorism and change it to counselling terrorism, which has a narrower sense, rather than the more general offence of advocating and promoting terrorism. On this side of the House, we feel that it should be fairly clear-cut that advocating and promoting terrorism, even if that falls short of directly counselling someone to commit an act of terrorism, should not be allowed. If somebody or some entity promotes acts of terrorism or violence against civilians to disrupt the political order and create terror, we think that this clearly goes beyond the bounds of freedom of speech and there is a legitimate role for the government to stop that.
Recognizing the threats that we face and the need to protect Canadians, and the fact that this is the primary job of the government, it is hard for me to understand why the Liberals would amend the legislation to dial back that wording. This is another concern we have raised and will continue to raise with respect to Bill C-59.
The legislation would also make it more difficult to undertake preventative arrest, in other words for the police to take action that would prevent a terrorist attack. In the previous legislation, the standard was that the intervention be “likely” to prevent a terrorist attack, and now that would be changed to refer to whether the intervention is “necessary” to prevent a terrorist attack. That is a higher bar. We all agree in the House that if it is necessary to arrest someone to prevent a terrorist attack, that arrest should take place. However, I think most Canadians would say that if somebody is in the process of planning or preparing to commit a terrorist attack and the assessment is made that arresting that person in a preventative way is likely to prevent a terrorist attack, it is reasonable for law enforcement to intervene and undertake the arrest at that point.
We are talking about very serious issues where there is the possibility of significant loss of life here in Canada. I referred to Air India, and there are other cases where Canadians have lost their lives as a result of terrorist attacks. There was the shooting at the mosque in Quebec City, which happened during the life of this Parliament, as well as other incidents that some people would define as terrorism, depending on the qualification.
The tools that law enforcement has in place and the ability of law enforcement to share information among different entities, to undertake preventative arrest, and to prosecute somebody who, though not having committed an act of terrorism, is involved in the promotion of terrorist acts, are likely to have a real, concrete impact in terms of whether these types of events will occur in the future.
I also do not think that these standards in any way threaten people's fundamental rights and freedoms. It is the idea that government departments should be able to share information, that people cannot actively promote terrorism, and that somebody who is likely to be prevented from a terrorist action by being arrested should be arrested. I do not think law enforcement intervention in these already relatively extreme cases is in any way a violation of people's fundamental rights and freedoms.
We need to have a commitment to preserving both our security and our freedom. We in the opposition believe that we can do both. However, the government is taking away important and useful tools that should be available in the pursuit of the safety and security of Canadians, which, as I have said before, is the primary job of government.
On that basis, we were concerned and proposed a number of amendments at committee, which unfortunately were not adopted. Therefore, at this stage, we are going to be opposing Bill C-59.
Monsieur le Président, c'est un plaisir pour moi de prendre la parole au sujet d'une mesure législative d'une très grande importance, le projet de loi  C-59. Ce projet de loi porte sur la principale responsabilité des gouvernements, soit répondre aux besoins en matière de sécurité des Canadiens. Au Canada, nous avons parfois tendance à tenir pour acquise notre sécurité. Nous avons la chance d'avoir un solide appareil de sécurité, qui est formé de professionnels dévoués. Ceux-ci doivent contrer tous les jours des menaces que les civils et les gens ordinaires ne voient pas et dont ils n'ont pas à être informés. Toutefois, quand nous débattons de questions comme celle-ci, nous devrions être sensibles aux menaces qui pèsent sur notre sécurité et à la nécessité de toujours préserver la solide infrastructure de sécurité qui nous protège. Le fait que les gens n'ont pas été directement témoins de menaces à la sécurité ne doit pas les amener à conclure que ces menaces n'existent pas.
Dernièrement, j'ai rencontré un groupe de yézidis, qui m'ont raconté l'histoire d'une personne de leur communauté. Cette personne est une victime de Daech qui a trouvé refuge au Canada; elle a croisé et reconnu ici même en sol canadien un membre de Daech. Les députés savent que des combattants de Daech reviennent au pays, mais qu'une personne qui a trouvé refuge au Canada, comme bien d'autres, pour fuir diverses persécutions, se retrouve face à face avec son tortionnaire devrait porter les députés à bien réfléchir aux mesures de sécurité au pays. Il faut veiller à ce que le Canada soit vraiment un endroit sûr, pour nous et pour les réfugiés et les immigrants, qui doivent avoir l'assurance qu'ils ne rencontreront pas ici les tortionnaires qu'ils ont fuis.
Il faut donc faire preuve de diligence. Lorsque l'opposition pose des questions sur ce que fait le gouvernement pour assurer la sécurité des Canadiens, il faut comprendre qu'il s'agit de questions sur la nécessité pour le gouvernement de faire son travail le plus élémentaire. Parfois, le gouvernement se défend en prétendant que nous ne cherchons qu'à instiller la peur. Ce n'est pas le cas. C'est une question de sécurité. C'est pourquoi nous posons des questions difficiles au gouvernement et que nous remettons en question ses projets de loi lorsqu'il ne fait pas son travail.
Le projet de loi  C-59 propose des modifications au cadre de sécurité nationale et à certaines règles qui nous préoccupent vivement dans l'opposition. Soulignons d'abord la question des communications entre les ministères. On peut raisonnablement s'attendre à ce que les divers ministères travaillent ensemble et échangent des renseignements. Si la protection des Canadiens est la plus fondamentale des responsabilités du gouvernement, alors les ministères devraient certainement y travailler ensemble. Dans différents dossiers, le gouvernement parle souvent d'une approche pangouvernementale. On dirait que c'est son expression à la mode préférée. Il me semble que la sécurité est le domaine où on s'attend le plus à une approche pangouvernementale. Nous savons que, à la suite de l'attentat d'Air India, un terrible attentat terroriste qui a coûté la vie à de nombreuses personnes, l'enquête a permis de déterminer qu'on aurait pu prévenir ce geste ignoble, mais que, le problème, c'était qu'un organisme avait gardé l'information pour elle.
Lorsque ce genre de choses se produisent, il faut certainement mettre en place des dispositions pour que l'échange de renseignements se fasse de façon adéquate. Or, le projet de loi limite la capacité des ministères d'échanger des renseignements qui pourraient servir à assurer la sécurité nationale. Si le gouvernement a déjà des renseignements qui pourraient servir à prévenir des actes de terrorisme ou de violence en territoire canadien, il est non seulement légitime, mais nécessaire d'encadrer la façon dont les ministères échangent des renseignements. C'est assurément un aspect de ce projet de loi qui nous préoccupe.
Nous avons une autre préoccupation; elle concerne le fait que le projet de loi  C-59 remplacera l'infraction de préconiser ou fomenter la commission d'un acte de terrorisme, plus générale, par l'infraction de conseiller la commission d'un acte de terrorisme, qui a un sens plus restreint. De ce côté-ci de la Chambre, nous croyons qu'il est plutôt évident que le fait de préconiser ou de fomenter la commission d'un acte de terrorisme, même en n'allant pas tout à fait jusqu'à conseiller directement à quelqu'un de commettre un acte de terrorisme, ne doit pas être autorisé. Si une personne ou une entité fomente la commission d'un acte de terrorisme ou de violence contre des civils pour perturber l'ordre politique et semer la terreur, nous croyons que cela dépasse les limites de la liberté d'expression et que le gouvernement a un rôle légitime à jouer pour empêcher que cela se produise.
Compte tenu des menaces qui nous guettent et de la nécessité de protéger les Canadiens, ce qui constitue la principale tâche du gouvernement, il est difficile pour moi de comprendre pourquoi les libéraux veulent amender la mesure législative pour en tempérer le libellé. Il s'agit d'une autre préoccupation que nous avons soulevée et que nous continuerons de soulever en ce qui concerne le projet de loi  C-59.
La mesure législative fera aussi en sorte qu'il soit plus difficile de procéder à des arrestations préventives. Autrement dit, il sera plus difficile pour la police de prendre des mesures pour prévenir une attaque terroriste. Selon le libellé de l'ancienne mesure législative, l'intervention devait être susceptible de prévenir une attaque terroriste. Cette norme sera modifiée, de sorte que l'intervention devra maintenant être jugée nécessaire pour prévenir une attaque terroriste. On a relevé la barre. Tous les députés conviennent que, s'il est nécessaire de procéder à l'arrestation d'une personne pour prévenir une attaque terroriste, cette arrestation doit être faite. Cependant, je crois que la plupart des Canadiens s'entendraient pour dire que si une personne est en train de planifier une attaque terroriste ou de se préparer à commettre une telle attaque et que l'on conclut que procéder à l'arrestation préventive de cette personne est susceptible de prévenir une attaque terroriste, il est raisonnable pour les forces de l'ordre d'intervenir et de procéder à une arrestation.
Nous parlons de situations très graves, où il y a possibilité de nombreuses pertes de vie ici, au Canada. J'ai mentionné l'affaire d'Air India, et il y a d'autres cas de Canadiens qui ont perdu la vie lors d'attentats terroristes. Il y a eu la fusillade à la mosquée de Québec, survenue durant la présente législature, et d'autres actes que certains qualifieraient de terroristes, selon les critères appliqués.
Les outils dont disposent les forces de l'ordre et la capacité des différentes entités à échanger de l'information, à procéder à des arrestations préventives et à poursuivre ceux qui, bien qu'ils n'aient pas commis d'acte terroriste, en font la promotion, peuvent réellement influer sur la probabilité que de tels actes soient commis.
Je ne pense pas non plus que ces normes menacent de quelque façon que ce soit les libertés et les droits fondamentaux. L'idée est que les ministères devraient pouvoir échanger de l'information, qu'il sera impossible de promouvoir activement le terrorisme et que si on pouvait prévenir un acte terroriste en arrêtant une personne, on devrait l'arrêter. Je ne pense pas que l'intervention des forces de l'ordre dans ces cas relativement rarissimes constitue une atteinte aux libertés et aux droits fondamentaux.
Il faut avoir la volonté d'assurer la sécurité et de préserver la liberté des Canadiens. Les députés de l'opposition pensent qu'il est possible de faire les deux. Cependant, le gouvernement élimine des outils utiles et importants qui devraient être accessibles pour assurer la sûreté et la sécurité des Canadiens, ce qui est, comme je l'ai déjà mentionné, le rôle principal du gouvernement.
Pour toutes ces raisons, nous étions préoccupés et nous avons proposé un certain nombre d'amendements au comité, qui n'ont malheureusement pas été adoptés. Par conséquent, à ce stade-ci, nous nous opposerons au projet de loi  C-59.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2018-06-07 12:47 [p.20432]
Mr. Speaker, I am very pleased to rise to speak to Bill C-59, which relates to issues of national security and how we deal with people suspected of terrorist acts.
This issue is quite different from those usually addressed. Usually, I have to talk about public finance. It is quite easy to say that the Liberals are wrong because they have a deficit and that we are right because we oppose deficits, which is very clear. In that case, this is very touchy. We are talking about so many great issues, and this issue should be addressed without partisanship. For sure, it is not easy.
That is why this really should be a non-partisan issue. This will not be easy, because obviously people are sharply divided on how this information should be dealt with in order to stop terrorism and how terrorists should be dealt with.
Bill C-59 is the current government's response to BillC-51, which our government had passed. I remind the House that the Liberals, who formed the second opposition party at the time, supported Bill C-51, but said that they would change it right away once in power. It was supposedly so urgent, and yet they have been in power for two and a half years now, and it has taken the Liberals this long to bring forward their response to the Conservative Bill C-51 in the House of Commons.
As I was saying earlier, some questions are easier to answer, because they are based not on partisanship, but on your point of view. For example, when it comes to public finances, you can be for or against the deficit. However, no one is arguing against the need to crack down on terrorism. The distinctions are in the nuances.
That is why the opposition parties proposed dozens of amendments to the bill; sadly, however, with the exception of four technical amendments proposed by the NDP, the Liberals systematically rejected all amendments proposed by the Conservative Party and the Green Party, and Lord knows that there is an entire world between the Conservative Party and the Green Party.
This bill is meant to help us tackle the terrorist threat, whether real or potential. In the old days, in World War II, the enemy was easily identified. Speaking of which, yesterday was the 74th anniversary of the Normandy landing, a major turning point in the liberation of the world from Nazi oppression. It was easy to identify the enemy back then. Their flag, leader, uniform and weapons were clearly identifiable. We knew where they were.
The problem with terrorism is that the enemy is everywhere and nowhere. They have no flag. They have a leader, but they may have another one by tomorrow morning. The enemy can be right here or on the other side of the world. Terrorism is an entirely new way of waging war, which calls for an entirely new way of defending ourselves. That is why, in our opinion, we need to share information. All police forces and all intelligence agencies working in this country and around the world must be able to share information in order to prevent tragedies like the one we witnessed on September 11, 2001.
In our opinion, the bill does not go far enough in terms of information sharing, which is necessary if we are to win the fight against terrorism. We believe that the Communications Security Establishment, the RCMP, CSIS and all of the other agencies that fight terrorism every day should join forces. They should share an information pipeline rather than work in silos.
In our opinion, if the bill is passed as it is now, the relevant information that could be used to flush out potential terrorists will not be shared as it should be. We are therefore asking the government to be more flexible in this respect. Unfortunately, the amendments proposed by our shadow cabinet minister, the hon. member for Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, were rejected.
We are very concerned about another point as well: the charges against suspected terrorists. We believe that the language of the bill will make it more difficult to charge and flush out terrorists. This is a delicate subject, and every word is important.
We believe that the most significant and most contentious change the bill makes to the Criminal Code amends the offence set out in section 83.221, “Advocating or promoting commission of terrorism offences”. This is of special interest to us because this offence was created by Bill C-51, which we introduced. Bill C-59 requires a much more stringent test by changing the wording to, “Every person who counsels another person to commit a terrorism offence”. The same applies to the definition of terrorist propaganda in subsection 83.222(8), which, in our opinion, will greatly restrict law enforcement agencies' ability to use the tool for dismantling terrorist propaganda with judicial authorization as set out in BillC-51. Why? Because as it is written, when you talk about counselling another person to commit a terrorism offence, it leaves room for interpretation.
What is the difference between a person and a group of people; between a person and a gathering; between a person and an entity; or between a person and an illicit and illegal group? In our opinion, this is a loophole in the bill. It would have been better to leave it as written in the Conservative Bill C-51. The government decided not to. In our opinion, it made a mistake.
Generally speaking, should we be surprised at the government’s attitude toward the fight against terrorism? The following example is unfortunate, but true. We know that 60 Canadians left Canada to join ISIS. Then, they realized that the war was lost because the free and democratic nations of the world decided to join forces and fight back. Now, with ISIS beginning to crumble, these 60 Canadians, cowards at heart, realize that they are going to lose and decide to return to Canada. In our opinion, these people are criminals. They left our country to fight Canadian soldiers defending freedom and democracy and return to Canada as if nothing had happened. No.
Worse still, the Liberal government’s attitude toward these Canadian criminals is to offer them poetry lessons. That is a pretty mediocre approach to criminals who left Canada with the mandate to kill Canadian soldiers. We believe that we should throw the book at these people. They need to be dealt with accordingly, and certainly not welcomed home with poetry lessons, as the government proposes.
Time is running out, but I would like to take this opportunity, since we are discussing security, to extend the warmest thanks to all the employees at the RCMP, CSIS, the CSE and other law enforcement agencies such as the Sûreté du Québec in Quebec and municipal police forces. Let us pay tribute to all these people who get up every morning to keep Canadians safe. I would like to take this opportunity to thank the 4,000 or more police officers from across Canada who are working hard in the Charlevoix and Quebec City regions to ensure the safety of the G7 summit, these people who place their life on the line so that we can live in a free and democratic society where we feel safe. I would like to thank these women and men from coast to coast to coast that make it possible for us to be free and, most importantly, to feel safe.
Monsieur le Président, je suis très heureux de prendre la parole au sujet du le projet de loi  C-59, qui concerne les enjeux de sécurité nationale et du traitement que l'on peut faire des personnes que l'on soupçonne d'actes terroristes.
Cet enjeu est très différent de ceux auxquels nous nous attaquons habituellement. D'habitude, je dois parler des finances publiques. Il est assez facile pour les autres de dire que les libéraux ont tort parce qu'ils affichent un déficit et qu’eux ont raison parce qu’ils s’opposent aux déficits, ce qui est très clair. Dans le cas présent, c'est un sujet très délicat. Nous nous penchons sur tant de grands enjeux, mais celui ci devrait être abordé en toute impartialité, ce qui n’est évidemment pas facile.
C'est pourquoi cette question doit être traitée de façon non partisane. Ce ne sera pas évident, parce qu'il y a évidemment des points de vue qui nous séparent brutalement en ce qui concerne le traitement des informations que l'on doit faire pour contrer le terrorisme et ce qu'on doit faire des terroristes.
Le projet de loi  C-59 est une réponse du gouvernement actuel au projet de loi C-51 que notre gouvernement avait fait adopter. Je rappelle qu'à l'époque, le Parti libéral, qui formait le deuxième parti de l'opposition, avait donné son appui au projet de loi C-51, mais en rappelant qu'il allait le modifier très rapidement une fois qu'il serait au pouvoir. C'était donc supposément urgent, mais cela fait maintenant deux ans et demi qu'il est au pouvoir, et la réplique des libéraux au projet de loi conservateur C-51 vient finalement d'aboutir à la Chambre des communes.
Comme je le disais tout à l'heure, il y a des questions plus faciles à relever, parce qu'elles peuvent être basées non pas sur la partisanerie, mais sur la vision que l'on a de deux choses. Par exemple, en ce qui concerne les finances publiques, on peut être pour ou contre le déficit. Toutefois, personne n'est contre le fait qu'il faut être sévère à l'égard du terrorisme. C'est dans les nuances que l'on peut voir les distinctions.
C'est pourquoi les partis de l'opposition avaient proposé des dizaines d'amendements au projet de loi, et malheureusement, mis à part quatre amendements de nature technique que le NPD avait soumis, les libéraux ont refusé systématiquement les amendements proposés par le Parti conservateur et ceux proposés par le Parti vert, et Dieu sait qu'une planète entière sépare le Parti conservateur du Parti vert.
Ce projet de loi vise à répondre aux attaques terroristes potentielles et aux menaces terroristes réelles. Il faut savoir qu'en d'autres temps, l'ennemi était facilement identifiable, comme lors de la Seconde Guerre mondiale. D'ailleurs, nous avons commémoré hier le 74e anniversaire du débarquement en Normandie, l'un des facteurs majeurs qui ont mené à la libération de la planète entière du joug nazi. À l'époque, l'ennemi était facilement identifiable. Il avait un drapeau, un chef, un uniforme et un armement clairement identifiable. On savait où était l'ennemi.
Le problème avec le terrorisme, c'est que l'ennemi est partout et nulle part. Il n'a pas de drapeau. Il a un chef, mais celui-ci peut changer demain matin. L'ennemi peut être à côté comme il peut être à l'autre bout du monde. Le terrorisme est une toute nouvelle façon de faire la guerre, ce qui conduit à une toute nouvelle façon de se défendre. C'est pourquoi, de notre point de vue, il faut échanger énormément les informations. Tous les corps policiers et tous les corps de renseignement qui travaillent dans ce pays, voire ailleurs dans le monde, doivent pouvoir s'échanger des informations afin de prévenir des tragédies comme celle que nous avons connue le 11 septembre 2001.
De notre point de vue, le projet de loi ne va pas assez loin en ce qui concerne l'échange d'informations, qui est nécessaire pour faire face au terrorisme. Nous estimons que le Centre de la sécurité des télécommunications, la GRC, le SCRS et tous les autres organismes qui travaillent tous les jours pour contrer les actes terroristes devraient le faire main dans la main. Ils devraient partager un pipeline d'informations plutôt que de travailler en vase clos.
De notre point de vue, le projet de loi tel qu'il est rédigé fait en sorte que les informations pertinentes pouvant être utilisées pour débusquer les terroristes potentiels ne sont pas communiquées comme il se doit. Nous sollicitions donc le gouvernement afin qu'il y ait plus de flexibilité à cet égard. Malheureusement, les amendements que nous avons proposés par l'entremise du ministre de notre cabinet fantôme le député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles n'ont pas été retenus.
Un autre point nous préoccupe beaucoup. Il s'agit des motifs d'accusation envers les présumés terroristes. Comme c'est formulé dans le projet de loi, nous estimons que ce sera plus difficile de porter des accusation et de débusquer des terroristes. Le sujet est délicat et chaque mot a son importance.
On estime que la modification la plus notable et la plus contestable qu'apporte le projet de loi au Code criminel, c'est la modification de l'infraction prévue dans l'article 83.221, soit de « préconiser ou fomenter la perpétration d'infractions de terrorisme ». Là, cela devient intéressant, car cette infraction a été créée par le projet de loi C-51, et c'est nous qui avions fait cela. Le projet de loi  C-59 lui substitue un degré de preuve beaucoup plus élevé, soit celui de conseiller à une autre personne de commettre une infraction terroriste. Il en va de même aussi pour la définition de propagande terroriste, telle qu'inscrite au paragraphe 83.222(8), qui réduira considérablement à notre point de vue la capacité des forces de l'ordre d'utiliser l'outil de démantèlement de la propagande terroriste autorisé par un juge, que prévoit le projet de loi C-51. Pourquoi? Parce que tel que c'est rédigé, lorsqu'on parle de conseiller à une autre personne de commettre une infraction terroriste, cela prête à examen.
En fait, qu'est-ce qu'une personne par rapport à un groupe de personnes? Qu'est-ce qu'une personne par rapport à un rassemblement? Qu'est-ce qu'une personne par rapport à une entité? Qu'est-ce qu'une personne par rapport à un groupe qui s'est constitué de façon illicite et illégale? C'est à notre point de vue une faille de ce projet de loi. Il aurait été préférable de le laisser comme cela avait été rédigé dans le projet de loi conservateur C-51. Le gouvernement a décidé d'agir autrement. Pour nous, ce n'est pas la bonne chose.
De façon plus globale et générale, doit-on se surprendre de l'attitude de ce gouvernement quand il est question de s'attaquer au terrorisme? L'exemple est malheureux, mais réel. Nous savons que 60 Canadiens ont quitté notre pays pour aller rejoindre le groupe État islamique. Ces gens finissent par se rendre compte que la guerre est perdue, parce que les nations libres et démocratiques ont décidé de s'unir et de mener un combat incessant contre le groupe État islamique. On voit que le groupe État islamique commence à s'émietter. Voilà que ces 60 Canadiens, poltrons dans l'âme, constatant qu'ils vont perdre, décident de revenir au Canada. À notre point de vue, ces gens sont des criminels. Ils ont quitté notre pays pour aller combattre nos soldats canadiens qui, eux, allaient défendre la liberté et la démocratie et ils reviennent au pays comme si de rien n'était. Non.
Pire encore, l'attitude du gouvernement libérale face à ces criminels canadiens est de leur offrir des cours de poésie. On a cette approche médiocre face à ces criminels qui sont allés à l'étranger avec le mandat de tuer des soldats canadiens. Nous estimons que ces gens doivent être traités de façon rigoureuse et tout à fait pertinente, mais surtout pas en les accueillant avec des cours de poésie, tel que le soumet le gouvernement.
Le temps est compté, mais je profite de l'occasion, puisque nous parlons de sécurité, pour remercier chaleureusement tous les employés de la GRC, du SCRS, du CST ou de groupes policiers, comme la Sûreté du Québec, au Québec, ou les corps municipaux. Rendons hommage à tous ces gens qui se lèvent le matin ayant à l'esprit la sécurité des citoyens. Je profite de l'occasion pour remercier ces 4 000 policiers, ou peut-être même plus qui, de partout au pays, travaillent aujourd'hui à pied d'oeuvre dans les régions de Charlevoix et de Québec pour accueillir comme il se doit le monde entier à l'occasion du G7. Ces gens qui, il faut bien le dire, mettent en certaines circonstances leur vie en péril, font en sorte que nous pouvons vivre dans une société libre, démocratique où nous nous sentons en sécurité. Merci à ces femmes et à ces hommes canadiens qui, d'un océan à l'autre, font en sorte que nous vivons dans une société libre et, surtout, dans laquelle nous nous sentons en sécurité.
View Glen Motz Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I rise today to speak to Bill C-59, the Liberal government's national security legislation. Some may argue that this bill has been mislabelled, that it does not focus on security as much as administration, oversight, and regulations. The bill certainly did not rise to the expectations of national security experts who appeared before the committee. Perhaps this could be called a civil liberties bill, since we heard from twice as many lawyers and civil activists at committee as we did experts in national security.
As I have said in the House before, public safety and national security should be the top priority of the House, and should be above politics so that the safety and security of Canadians are put ahead of political fortunes. While the Liberals have said that public safety is a priority, they have said that everything is their top priority. To have 300 top priorities is really to have no priorities at all.
Under this lack of direction and leadership, we have seen Canada's national security be weakened and derail. The Liberals are eroding the safety and security of our communities, undermining our economic prosperity, and ripping at our societal fabric through divisive politics. Under the criminal justice reforms, they are watering down sentences for criminal charges like assault with a weapon, driving under the influence, joining a terrorist organization, human trafficking, and bribing an official, just to name a very few. Therefore, under the Liberals, violent and dangerous offenders will serve lighter sentences and face less scrutiny than a diabetic seeking a government tax credit, for example.
To combat gangs and gun violence, the Liberals promised $327 million for police task forces and other initiatives. They announced that funding shortly before the by-election in Surrey, where gang violence is a real problem. Seven months later, police and others are still waiting for the money to start flowing. They are still asking, “Where is it?” Apparently, combatting gangs and gun violence is not enough of a priority to get the money into the hands of those fighting the very issues that are plaguing Canadians, and that is gangs and gun violence.
Under C-59, the Liberals appear to be pushing Canada back to an era when national security agencies withheld information and information sharing led to disasters like the Air India bombing. The former CSIS director, Dick Fadden, noted at committee that the numerous and unnecessary use of privacy and charter references meant that career public servants, which includes national security officials, would cool to information sharing. He described a nightmare scenario as one where the government knew of an attack and did not act because one part of the government did not share that information. Bill C-59 would push Canada back into the days of silos and potentially puts Canadians at risk to espionage, terrorism, and cybercrimes.
Bill C-59 is certainly increasing the risk to our country. First is the heightened oversight, which can be good when done well. However, when we put multiple layers of oversight, fail to clearly show how those organizations will work together, and provide no new funding for the new administration created, resources are shifting from security personnel working to keep Canada safe to administration and red tape.
Let us be clear. Bill C-59 puts in place cuts to our national security and intelligence agencies. Agencies that already state they can only work on the top threats to our country and have to ignore lesser threats due to lack of resources will now have even fewer resources. Does that mean that one of the top threats posing a threat to our communities and our country will have get less resources devoted to it?
In November, I asked how much the implementation of Bill C-59 would cost, and was promised a quick answer. I did receive that answer, but the 170 words I got back took eight months to provide and came only after the committee had reported Bill C-59 back to the House. The total cost of the new oversight and compliance is nearly $100 million, $97.3 million over five years. That is moving $100 million from protecting to Canadians to administrative red tape.
However, it is not just the money that is weakening Canada's community safety. It is the watering down of tools for police. In Bill C-59, the Liberals would make it harder for police and the crown to get warrants against known security threats. If police agencies are aware of a threat, they can get a recognizance order, a warrant to monitor that person issued by a judge.
The Liberals would raise the bar on known threats being monitored by police and security agencies, but who benefits from this? The only people I can think of are criminals and terrorists who would do us harm. Making it harder for police to act on threats does not help the middle class, the rich, or the poor. It makes life harder on police and those working to stop crime and keep our country safe. Again, it erodes public safety and hurt honest, hard-working, law-abiding Canadians.
We heard very clearly from members of the Jewish community that they were very concerned about eliminating the promotion of terrorism provision as set out in Bill C-59. In 2017, for the third year in a row, there were record numbers of hate crimes against the Jewish community, yet the Liberals would eliminate a Criminal Code provision for making promoting and advocating terrorism illegal. With increased hate crimes, they would allow ISIS to call for violence, and lone-wolf attacks on YouTube and other videos, while continuing to be immune from prosecution.
I know Canadians do not support this. Canadians do not want to see Canada be the new home of radical terrorism and ISIS terrorists. However, right now, with no prosecution of ISIS fighters and terrorists returning home, no penalties for inciting hate and violence, and being the only western country with unprotected borders, we well may have a major crisis on our hands in the future.
Putting Canadians second to their political virtue-signalling and to social justice causes seems to run throughout the Liberal government's actions. The Liberals do not serve Canadians, only their self-interests. Bill C-59 seems to be rife with Liberal virtue signalling and social justice. Protest, advocacy, and artistic expression are all recognized in the Anti-terrorism Act as legitimate activities so long as they are not coupled with violent or criminal actions. However, the Liberals felt it necessary to insert this into an omnibus bill over and over again.
There were over 300 proposed amendments, with the Liberals only voting in favour of one opposition amendment, and that from the NDP. It was one that closely resembled another Liberal amendment. Therefore, we know, from sitting through weeks of witness testimony and debate, that the fix was in and the minister's promise of “openness to anything that improves public safety” was a hollow promise.
Under Bill C-59, the Liberals have proposed a Henry VIII clause. This is where the executive branch is granted the full authorities of Parliament, effectively usurping the role of Parliament to speak for Canadians. Such powers are usually very rare and are given for specific emergencies and crisis. Convenience, I would note, is not a crisis or emergency, and the Liberals should remember that the House approves legislation, not the executive.
Even simple and straightforward amendments were rejected. The commissioner who was slated to become the new intelligence commissioner noted that selecting his replacement from only retired judges severely restricted an already small pool and recommended that like him, sitting federal judges could be appointed on condition of their retirement.
If I have learned anything from the bill, it is that Canadians cannot rely on the Liberals to uphold their interests, put public safety and national security a priority, and that for the Liberals, politics comes ahead of good governance.
Our security risks are real and present danger to Canadians. Issues like returning ISIS terrorist are complex, and solutions are not simple. However, pretending the issue is irresponsible and negligent. Under the bill, it would be easy to surmise that the Liberals are more concerned with CSIS's compliance to the Charter of Rights and Freedoms than with prosecuting terrorists for significant crimes.
Canada is going to be weaker with Bill C-59, and far weaker when the Liberals leave office than when they entered office. Their wedge politics on the values test, pandering to terrorists, ignoring threats from China, targeting law-abiding guns owners, lack of leadership on illegal border crossers, and waffling on resource development continue to put Canadians at a disadvantage.
Real national security issues were raised at committee, but little in Bill C-59 actually deals with new and emerging threats to Canada's public safety.
To echo the former special forces commander, Lieutenant Colonel Michael Day suggested at committee that the debate and conversations around protecting Canadians was important and needed to continue. However, when asked about his confidence of the bill before us getting Canada ready for new and emerging threats, his answer was “Zero.” Coincidentally, that is the same confidence I have in the minister and the Liberal government to get Bill C-59 right: zero.
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi  C-59, la mesure législative du gouvernement libéral sur la sécurité nationale. Certains diront que ce projet de loi a été mal nommé, car il ne vise pas tant la sécurité que l'administration, la surveillance et la réglementation. Certainement, il n'a pas répondu aux attentes des experts en sécurité nationale qui ont comparu devant le comité. Peut-être qu'on pourrait l'appeler projet de loi sur les libertés civiles, puisque, en comité, nous avons entendu le témoignage de deux fois plus d'avocats et de défenseurs des droits civils que d'experts en sécurité nationale.
Comme je l'ai déjà dit à la Chambre, la sécurité publique et la sécurité nationale devraient constituer la priorité absolue de la Chambre, et avoir priorité sur la politique pour que la sûreté et la sécurité des Canadiens passent avant les intérêts politiques. Même si les libéraux ont dit que la sécurité publique est leur priorité absolue, ils l'ont aussi dit à propos de tous les autres dossiers. Or, avoir 300 priorités absolues, cela équivaut à n'en avoir aucune.
En cette absence d'orientation et de leadership, nous avons vu la sécurité nationale du Canada s'affaiblir et dérailler. Les libéraux érodent la sûreté et la sécurité de collectivités, minent la prospérité économique, et déchirent la trame sociale avec leur politique de la division. Avec leurs réformes du système de justice pénale, ils allègent les peines prévues pour les crimes comme l'agression armée, la conduite avec facultés affaiblies, être membre d'une organisation terroriste, la traite des personnes et la corruption d'un agent, pour ne nommer que ceux-là. Ainsi, sous les libéraux, les délinquants violents et dangereux purgeront des peines plus légères et seront sujets à moins de contrôle qu'un diabétique qui cherche à obtenir un crédit d'impôt du gouvernement, par exemple.
Pour lutter contre les gangs et la violence commise avec des armes à feu, les libéraux ont promis d'investir 327 millions de dollars dans des groupes de travail policiers et d'autres initiatives. Ils ont annoncé ce financement peu avant l'élection partielle de Surrey, où la violence liée aux gangs est un véritable problème. Sept mois plus tard, les services de police et d'autres entités attendent toujours d'encaisser l'argent. Ils demandent toujours où sont ces fonds. Apparemment, lutter contre les gangs et la violence commise avec des armes à feu n'est pas suffisamment prioritaire pour faire acheminer les fonds à ceux qui luttent contre les problèmes mêmes qui affligent les Canadiens, c'est-à-dire les gangs et la violence commise avec des armes à feu.
Avec le projet de loi  C-59, les libéraux semblent vouloir replonger le Canada dans une époque où les organismes de sécurité nationale cachaient l'information et où le partage de l'information entraînait des catastrophes comme l'attentat d'Air India. L'ancien directeur du SCRS, Dick Fadden, a fait remarquer au comité que les nombreuses références superflues à la vie privée et à la Charte mèneraient les fonctionnaires de carrière, dont les agents de la sécurité nationale, à éviter le partage d'information. Il a décrit un scénario catastrophe où le gouvernement n'agirait pas contre une attaque parce que le secteur du gouvernement au courant n'aurait pas partagé l'information qu'il détenait. Le projet de loi  C-59 ferait reculer le Canada à l'époque du travail en vase clos en plus de potentiellement exposer les Canadiens à l'espionnage, au terrorisme et au cybercrime.
Chose certaine, le projet de loi  C-59 augmente les risques pour le pays. Il y a d'abord la surveillance accrue, ce qui peut être positif si elle est bien appliquée. Cependant, lorsqu'on prévoit de multiples couches de surveillance, qu'on n'établit pas clairement les liens entre ces organismes et qu'on ne prévoit aucun fonds pour la nouvelle administration créée, les ressources qui servaient à assurer la sécurité du Canada doivent être réaffectées aux tâches et aux formalités administratives.
Soyons clairs. Le projet de loi  C-59 prévoit des compressions au sein des organismes de sécurité et de renseignement du Canada. Les organismes qui ont déjà affirmé qu'ils ne peuvent s'occuper que des principales menaces pesant sur notre pays et qu'ils doivent laisser de côté les menaces mineures à cause d'un manque de ressources disposeront d'encore moins de ressources. Est-ce à dire que l'une des principales menaces, qui cible nos collectivités et notre pays, devra être gérée par des ressources réduites?
En novembre dernier, j'ai demandé combien coûterait la mise en oeuvre du projet de loi  C-59, et on m'a promis que je recevrais une réponse rapidement. J'ai bel et bien eu une réponse, mais j'ai dû attendre huit mois avant de recevoir ces 170 mots, après que le comité ait renvoyé le projet de loi à la Chambre. Le coût total du nouveau cadre de surveillance et de conformité s'élève à près de 100 millions de dollars: 97,3 millions de dollars sur cinq ans. Ainsi, on réattribue 100 millions de dollars qui servaient à la protection des Canadiens aux formalités administratives.
Cependant, ce n'est pas seulement l'argent qui affaiblit la sécurité communautaire du Canada. C'est l'affaiblissement des outils destinés aux forces policières. Dans le projet de loi  C-59, les libéraux feront en sorte qu'il sera plus difficile pour les forces policières et la Couronne d'obtenir un mandat visant des menaces à la sécurité connues. Si les services de police sont au courant d'une menace, ils peuvent obtenir une ordonnance d'engagement, un mandat pour surveiller cette personne, qui sont émis par un juge.
Les libéraux feront en sorte qu'il sera plus difficile pour les forces policières et les organismes de sécurité de surveiller les menaces connues. Qui en profitera? Je pense que les seules personnes qui en profiteront seront les criminels et les terroristes qui sont prêts à nous faire du mal. Le fait qu'il sera plus difficile pour les forces policières de contrer les menaces n'aide pas la classe moyenne, les riches ou les pauvres. Cela complique le travail des forces policières et celui de ceux qui s'efforcent de prévenir les crimes et de faire du Canada un pays sécuritaire. Je le répète, cela nuit à la sécurité publique et ce sont les travailleurs canadiens honnêtes et respectueux de la loi qui en souffrent.
Des membres de la communauté juive ont dit clairement qu'ils étaient très inquiets de l'élimination de la disposition relative à la promotion du terrorisme, qui est prévue dans le projet de loi  C-59. En 2017, pour la troisième année consécutive, il y a eu un nombre record de crimes haineux contre la communauté juive. Pourtant, les libéraux sont prêts à éliminer une disposition du Code criminel qui rend la promotion du terrorisme illégale. Malgré une hausse des crimes haineux, ils sont prêts à laisser le groupe État islamique faire appel à la violence et diffuser des vidéos d'attaques de loups solitaires sur YouTube et autres tout en étant à l'abri de poursuites.
Je sais que ce n'est pas quelque chose que les Canadiens appuient. Ils ne veulent pas que le Canada devienne le nouveau foyer du terrorisme radical et des terroristes du groupe État islamique. Toutefois, à l'heure actuelle, le Canada ne traduit pas en justice les terroristes et les combattants du groupe État islamique qui reviennent ici, n'impose pas de sanctions pour les incitations à la haine et à la violence, et est le seul pays occidental dont les frontières ne sont pas protégées. Compte tenu de tout cela, nous pourrions bien à l'avenir être aux prises avec une crise majeure.
Le gouvernement libéral ne cesse de faire passer les Canadiens après la promotion de ses vertus politiques et de ses causes de justice sociale. Les libéraux ne servent pas les Canadiens; ils servent uniquement leurs propres intérêts. Dans le projet de loi  C-59, les libéraux semblent constamment proclamer leurs vertus et faire la promotion de la justice sociale. Les activités de protestation, de défense d'une cause et d'expression artistique sont toutes reconnues dans la Loi antiterroriste comme des activités légitimes, tant qu'elles ne sont pas associées à des actes violents ou criminels. Toutefois, les libéraux ont jugé nécessaire de le préciser à maintes reprises dans un projet de loi omnibus.
En tout, plus de 300 amendements ont été proposés au projet de loi à l'étude, mais les libéraux ont voté en faveur d'un seul amendement de l'opposition. Il s'agissait en plus d'un amendement du NPD, qui ressemblait beaucoup à un autre amendement libéral. Nous savons donc, après avoir écouté pendant des semaines des témoignages et des débats, que les dés étaient pipés, et que la promesse du ministre d'être ouvert à tout amendement qui améliorerait la sécurité publique était une promesse creuse.
Dans le projet de loi  C-59, les libéraux proposent une clause dite de Henri VIII. En vertu de ce genre de clause, l'exécutif a plein pouvoir sur le Parlement, usurpant ainsi le rôle du Parlement de parler au nom des Canadiens. De tels pouvoirs sont habituellement très rares et sont donnés dans des situations d'urgence et de crise bien précises. Ce n'est pas parce que ce serait commode qu'il y a urgence ou crise, et les libéraux devraient se rappeler que c'est la Chambre qui approuve les mesures législatives, pas l'exécutif.
Même des amendements simples et directs ont été rejetés. Le commissaire qui a été désigné pour devenir le nouveau commissaire au renseignement a mentionné que le fait que son remplaçant ne puisse être choisi que parmi les juges à la retraite réduit considérablement un bassin déjà limité de candidats et a recommandé que, comme lui, les juges fédéraux en fonction puissent être nommés à condition de prendre leur retraite.
Si ce projet de loi m'a appris une chose, c'est que les Canadiens ne peuvent pas compter sur les libéraux pour défendre leurs intérêts et faire de la sécurité publique et de la sécurité nationale une priorité et que, pour les libéraux, la politique passe avant la bonne gouvernance.
Les risques pour notre sécurité sont réels et mettent les Canadiens en danger. Les problèmes comme celui du retour de terroristes du groupe armé État islamique sont complexes et les solutions ne sont pas simples. Toutefois, nier le problème est irresponsable et négligent. À en juger par ce projet de loi, on peut facilement présumer que les libéraux s'inquiètent plus de la conformité du SCRS à la Charte des droits et libertés qu'ils tiennent à traîner en justice les terroristes qui ont commis des crimes graves.
Le Canada sera affaibli par le projet de loi  C-59 et sera plus faible lorsque les libéraux quitteront le pouvoir que lorsqu'ils y sont arrivés. Leurs politiques qui divisent sur les critères liés aux valeurs et leur façon de se plier aux terroristes, d'ignorer les menaces venant de la Chine, de cibler les propriétaires d'armes à feu respectueux de la loi ainsi que leur manque de leadership dans le dossier de ceux qui traversent illégalement la frontière et leurs hésitations prendre des décisions sur l'exploitation des ressources continuent à désavantager les Canadiens.
De vraies questions concernant la sécurité nationale ont été soulevées au comité, mais, dans le projet de loi  C-59, il est très peu question des menaces nouvelles et émergentes pour la sécurité publique au Canada.
Pour reprendre ce qu'a dit au comité l'ancien commandant des forces spéciales, le lieutenant-colonel Michael Day, le débat et les discussions au sujet de la façon de protéger les Canadiens étaient importants et devaient se poursuivre. Toutefois, lorsqu'on lui a demandé s'il croyait que, grâce au projet de loi à l'étude, le Canada serait prêt à faire face aux menaces nouvelles et émergentes, il a répondu « pas du tout ». Justement, je ne fais pas du tout confiance au ministre et au gouvernement libéral pour faire du projet de loi  C-59 un bon projet de loi.
View Glen Motz Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, we heard from witnesses that the gap in Canada currently being able to effectively prosecute returning ISIS terrorists, or those who leave our country and return to join a terrorist organization, is the gap between intelligence and evidence. There were a number of great amendments, and one that specifically targeted that.
I am wondering whether the minister would be able to provide us with an answer. We did not really fix the gap. National experts told us that we needed to fix the gap if we really wanted to be successful. To me, the bill is still wanting in that regard.
Monsieur le Président, des témoins nous ont dit que ce qui empêche le Canada de poursuivre efficacement en justice les terroristes du groupe État islamique qui rentrent au Canada, ou les Canadiens qui quittent le pays et qui, à leur retour, se joignent à une organisation terroriste, c'est l'écart entre le renseignement et la preuve. Beaucoup de bons amendements ont été présentés, dont un en particulier qui visait précisément cela.
Je me demandais si le ministre pourrait nous fournir une réponse. Nous n'avons pas vraiment comblé cet écart. Les experts nous ont dit qu'il faut le combler si nous voulons vraiment réussir. À mon avis, le projet de loi demeure lacunaire à cet égard.
View Ralph Goodale Profile
Lib. (SK)
View Ralph Goodale Profile
2018-05-28 18:19 [p.19771]
Mr. Speaker, the hon. member began his question by wondering why, in a bill on national security, we would talk about the Canadian Charter of Rights and Freedoms.
As I mentioned in my remarks, our objective through this whole process has been twofold: one, keep Canadians safe; two, safeguard their rights and freedoms. We need to protect national security, and we need to do so in a manner that is consistent with the charter.
I do not know if the hon. member sees a contradiction there, but quite frankly we do not. We think there is no contradiction in doing the right thing to keep Canadians safe, and also the right thing to safeguard Canadian rights, freedoms, and privacy. If the member sees that those two things are unalterably opposed to each other and that we have to choose either security or rights, then Canadians will be put in an invidious position.
Our determination is to achieve both together, and that is consistent with what we heard from Canadians in the last election. They said that they did not trust the Conservatives with their rights, and they did not trust the NDP with their safety. Canadians wanted both at the same time, and this legislation delivers both at the same time.
Monsieur le Président, le député a commencé sa question en se demandant pourquoi, dans un projet de loi sur la sécurité nationale, nous parlons de la Charte canadienne des droits et libertés.
Comme je l'ai dit dans mes observations, notre objectif tout au long du processus avait deux volets: premièrement, garder les Canadiens en sécurité; deuxièmement, protéger leurs droits et libertés. Nous devons protéger la sécurité nationale, et nous devons le faire de manière conforme à la Charte.
Je ne sais pas si le député voit là une contradiction, mais bien franchement, nous n'en voyons pas. Nous croyons qu'il n'existe aucune contradiction entre faire ce qui s'impose pour garder les Canadiens en sécurité et faire ce qui s'impose pour protéger les droits, les libertés et la vie privée des Canadiens. Si le député considère ces deux choses comme étant catégoriquement opposées et estime que nous devons choisir l'une ou l'autre, alors les Canadiens se retrouveront dans une situation déplaisante.
Nous sommes déterminés à réaliser les deux simultanément, et cela correspond à ce que nous avons entendu de la part des Canadiens lors des dernières élections. Ils ont dit qu'ils ne faisaient pas confiance aux conservateurs pour ce qui est de protéger leurs droits, ni au NPD pour ce qui est d'assurer leur sécurité. Les Canadiens voulaient les deux simultanément, et le présent projet de loi accomplit les deux en même temps.
View Mark Holland Profile
Lib. (ON)
View Mark Holland Profile
2017-12-04 12:37 [p.15905]
Mr. Speaker, as I said in my question, there is not a person in the House who does not unequivocally condemn terrorism. There is not one person in this place who would not, at the first opportunity if evidence presented itself, pursue to the fullest extent of the law somebody who committed an act of terror. To make the outrageous assertion that a member of any party in the House of Commons feels otherwise is unbecoming of this place and it is disgraceful that anyone would stand and make such a statement. We all unequivocally condemn the horrific acts of Daesh. Although we may disagree about the policies and the mechanisms that we use to go after terrorists, each and every one of us wants to hunt down and find those that would do others harm.
The member opposite made a few points that are concerning and I have unfortunately heard others in his party making the same points. He said he was not disparaging anti-radicalization efforts and yet in his speech he talked about poetry readings and how people are soft on individuals who would do us harm. The poetry reading he is talking about is in fact being conducted by a university aimed at young people who committed no crime, young people who might be starting down a dark path. God forbid we should use the arts to try to reach somebody who might be heading down a bad path. Is that the assertion Conservative members are making?
The entire focus of Conservative members on attacking our efforts on anti-radicalization shows the fundamental problem with the 10 years that they occupied office and their complete unwillingness to look at the need and imperative nature of prevention in all of its forms, whether or not it is health, crime, or terrorism. Terrorist acts have already been committed and I have already said we must pursue the individuals who committed those acts with every ounce of our force.
There are all sorts of terrorism that have not happened yet, people who have not yet been victimized, people who have not yet been attacked. Is it not our job every day in every single possible way to use every tool at our disposal to ensure that those who would seek to do us harm are pulled from that pack? Is it not our job to stop acts from happening before they are ever committed?
For some reason members of the opposition cannot get their heads around the idea that there are two separate but equally important priorities. The first is going after those who have committed wrongs and have already broken the law and who, with our international partners, we must pursue. The second are those who have not yet done harm, who are misled, who are beginning to head down a dark path, but who could be pulled away from that direction. There is nothing at odds about pursuing those two objectives at the same time.
The other problem that I have with the rhetoric that we are hearing from members on the other side is that it does not match their record. The Conservatives are now talking about the importance of protecting our communities, and I agree with them, but over the 10 years that they were in power they cut $1 billion from the very agencies designed to protect us. Let us go over those: $430 million cut from the RCMP; $390 million cut from the CBSA; $69 million cut from CSIS; $42 million cut from the Canadian security agency; and, $171 million cut from CATSA. Not only did they not keep up with inflation during that period for this ultimate priority that we all share, they slashed funding during that period of time.
The Conservatives talk about how Liberals will not pursue those who have come back to Canada. Two matters are actively being pursued to convict individuals where we have evidence and a decade under the Conservatives that number is zero, not a single one. It is a little rich for them to stand up and say there has been a sea change and suddenly now we are not doing anything.
It is the cloak that is put around it, as if they and they alone walk the streets concerned with protecting Canadians from terror. It is unbecoming of this place, and I wish that we could spend more time in this place having the kinds of intelligent debates that, frankly, we saw with all members including Conservative members around the security and intelligence framework, the kinds of conversations we are having around Bill C-59 right now to create the best and most leading-edge policy framework and oversight mechanisms and resources for our police. That is the debate that is worthy of this place, not this motion that we are going to spend a day talking about. It is unfortunate to try to angle for whatever particular partisan gain. Of course, in this place every day we try to advance what our party does well and they do poorly, but when it is framed this way it is so cynical.
With that, I want to point out one last thing as just a rebuke to what we heard earlier around the notion of extremism and to point out that not only do we hear the Conservatives belittling it in their text, but that in the 10 years they were there, the work to stop people walking the path of violent extremism simply was not done. According to Dr. Lorne Dawson of the Canadian Network for Research on Terrorism, Security and Society, “all the G20 nations...are convinced of the need to move into prevention program...” but “the previous conservative government had little or no interest in following up on this”. According to former CSIS analyst, Phil Gurski, the“previous government had an abysmal record when it came to countering violent extremism and early detection. The Conservative government didn't care.”
I do not know that the Conservatives did not care, I would not make that characterization, but I think their priorities were in the wrong place. I think that while they went after, rightfully, those who had committed acts, they did not do a fraction enough to go after those who were beginning to walk that dark path, and their lack of regard for it in their debate and their discussion on the motion is heavy evidence of it.
We recognize and condemn the depravity of groups like Daesh. That is why Canada has renewed our military commitment to the Global Coalition against Daesh until March 2019. In addition to training, advising, and assisting Iraqi security forces, we have expanded our intelligence capabilities, we are conducting aerial surveillance and recognizance to air-to-air refuelling, we are leading the coalition medical facility, and as the situation continues to evolve we will re-evaluate how the women and men of the Canadian Armed Forces could be most effective and ensure that we equip them with the resources they need to get the job done.
On the home front, when people have given support to Daesh and other terrorist groups and they return to Canada, whether they were active in combat, fundraising, propaganda, or in some other way, they are confronted with the full weight of Canadian intelligence and law enforcement agencies controlling and managing their return. Canadians can be assured that our world-class security and intelligence law enforcement agencies actively track and assess all potential threats. To this end, they work 365 days a year with domestic and international partners, including Five Eyes, the G7, the European Union, Interpol, and many others. These are professional, non-partisan agencies whose skills and expertise are sought all over the world. They work for us. They worked for a Conservative government. They would work for an NDP government. They would work constantly, vigilantly, ceaselessly for any government of any stripe. It is what they did, it is what they do.
They monitor returning extremists closely and gather and share intelligence in accordance with the law. They conduct investigations, collect criminal evidence, and lay criminal charges wherever possible. They use Criminal Code tools like peace bonds and terrorist listings as well as no-fly lists, passport revocations, and other authorized threat disruption measures wherever appropriate. Whichever tool they use, their work is apolitical, based on expert assessments and threats to public safety and national security.
At a recent gathering in Italy, G7 interior ministers, including our Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, committed to working together to address this very issue. This will involve multi-agency co-operation, risk assessment, and possible interventions, as our allies continue to deal with this shared threat.
To give a sense of the situation on a global scale, I would direct hon. members to the most recent public report on the terrorist threat to Canada. It shows, for example, that over 6,600 extreme travellers from western countries went to Syria since the start of that conflict in 2011. The number of Canadians involved is relatively small, about 250, with a nexus to Canada have gone abroad to participate in terrorist activity of some kind. Some went to Syria and Iraq, and many others went to countries in conflict zones. Around 60 of them have returned to Canada. These were the numbers at the end of 2015.
CSIS confirmed in its annual public report released this past February that the numbers stayed largely stable, and that remains the case.
We should neither underestimate nor overestimate that threat. We should not understate it, because there are people who have felt, and may continue to feel, so strong an affinity for the vile ideology and conduct of groups like Daesh that they travelled halfway around the world to get involved. Some of them may have been active participants in brutal violence. Certainly, as the motion before us states, people who team up with terrorists are complicit in atrocities, must be found, must be convicted, and must be put in jail.
When these individuals return to Canada, they merit and receive the full attention of our security intelligence law enforcement agencies. At the same time, that is exactly why we should not overstate the threat. Our expert, highly-skilled, highly-trained security services are on the job. They lay charges when there is evidence to support charges. Even when there is not enough evidence for criminal prosecution, they keep a close tab on these individuals to ensure Canadians are kept safe. They evaluate the extent to which each returnee remains bent on radical violence and they take appropriate measures to keep us safe.
As for the 100 to 190 Canadians who remain abroad, experts do not necessarily expect a great influx back to Canada. For one thing, many of them may be dead. Of those who are still alive, it may not be easy to leave whatever country they are in, and some of them may not want to. For those who do come back and face the same full force of our security and intelligence, it will be exactly the same treatment as those who arrived here already.
That is how we deal with people who have been radicalized. It is, of course, far preferable to prevent radicalization from happening in the first place, which is why I spent so much of my initial conversation in my speech talking to this point.
That is why we have established the Canada Centre for Community Engagement and Prevention of Violence. Setting up this new centre was a commitment we made during the last election. We set aside funding for it in our very first budget, and it has been up and running since June. Canada has certain local initiatives, such as the Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, Montréal and the ReDirect program run by the Calgary Police Service. These programs and others like them engage in direct intervention with people at risk of being radicalized.
Our new federal centre is not meant to supplement. Rather, it is a coordinating body that helps local initiatives work to prevent violent extremism of all kinds. It includes Islamic extremism, white supremacy, and others.
The centre also facilitates the best practices and supports research to develop an evidence base about what approaches work best to combat radicalization in the Canadian context. This is important, and prevention is really the most effective way of reducing the threat posed by radicalization in the long run, not instead of a robust security and enforcement response, but in addition to it.
Therefore, I hope we are hearing, from the comments opposite, an approach that is misled. There is a need to ensure we approach both sides of the equation with equal vigour.
I would also like to address the motion's reference to the case of Omar Khadr.
Canadians obviously hold deeply divergent views about how he ended up on a battlefield in Afghanistan in 2002, and about what happened there. It was undoubtedly a tragic situation, particularly for the family and friends of Sergeant Christopher Speer, who was killed, and for Sergeant Layne Morris, who was injured.
There is conflicting evidence and commentary about what occurred on that day, 15 years ago. There is, however, no ambiguity about the fact that the Government of Canada violated Mr. Khadr's rights when he was in custody. The Supreme Court has been very clear on that point, on not one occasion but two.
Court proceedings have already cost upward of $7 million and prolonging them would have cost millions more, not to mention the cost of settlement itself, all to fight a case that was virtually unwinnable for reasons that were purely political. The settlement was the only sensible course of action. It saved taxpayers an enormous amount of money. It reminds us of the fundamental point that Canadian governments must apply the Constitution, follow the law, and respect the rights of citizens no matter how controversial they might be.
I am proud to be part of a government that upholds Canadian rights and I am proud to be part of a government that prioritizes the security of Canadians. We know that when there is a difficult case, when there is to be an arbiter of whether a Canadian citizen's rights were violated, it is not this place but the courts that make that determination. It is the courts that tell us whether our charter has or has not been upheld. When we violate fundamental rights, there has to be a consequence. Our charter is a document that protects each and every one of us. That is what can be so dangerous in this debate.
Each and every one of us has an incredible zeal to protect our fellow citizen. Probably all members here, if they were to list the top two or three things they wanted when the came to this place, was to make their communities safer, to make their families safer, to make their friends and neighbours safer. It is a prime motivator, I believe, for almost any person who runs in an election. However, when we get here, in our zeal to do so, we have to ensure we do it right. Yes, we go after those who perpetrate violence and create victims and ensure they are incarcerated and face justice. Similarly, we have to ensure those same actions do not transcend into violations of the rights of innocent people.
We can look at the O'Connor and Iacobucci inquiries and the recommendations that came out of them. Serious failures in our intelligence and security led to innocent people facing dire circumstances. Freedom is delicate. It must be carefully guarded. Those who would attack us or commit terrorism hope we will suspend freedom, live in terror, and lead our lives differently. However, when we get the opportunity to be in a free country, we have to hold that responsibility close. That balance of prevention, enforcement, protection, and the guaranteeing of rights is one that we must debate with the utmost caution, weight, consideration, and lack of partisanship. I hate to say it, but this motion fails on that account.
Monsieur le Président, comme je l'ai dit dans ma question, je suis certain qu'il n'y a pas un seul député à la Chambre des communes qui ne condamne pas sans équivoque le terrorisme. Je suis certain qu'il n'y a pas dans cette enceinte un seul député qui n'intenterait pas une poursuite à la première occasion, s'il y avait des preuves, contre une personne ayant commis un acte de terrorisme. Déclarer qu'un député de quelque parti que ce soit pense autrement est déplacé, et quiconque prend la parole pour faire une telle déclaration devrait avoir honte. Nous condamnons tous sans équivoque les actes atroces commis par Daech. Même si nous ne sommes pas nécessairement d'accord quant aux politiques et aux mécanismes à adopter pour combattre les terroristes, chaque député a à coeur de traquer les individus qui voudraient causer des préjudices à autrui.
Le député d'en face fait valoir quelques arguments inquiétants, et j'ai malheureusement entendu d'autres députés de son parti faire de même. Il dit qu'il ne cherche pas à dénigrer la lutte contre la radicalisation, et pourtant, dans son discours, il a parlé de la lecture de poèmes et de l'indulgence dont on fait preuve envers des individus qui voudraient nous faire du mal. En fait, la lecture de poèmes est un projet qu'une université a mis en oeuvre pour des jeunes n'ayant commis aucun crime, mais ayant peut-être commencé à emprunter une mauvaise voie. Donc, si je comprends bien, il ne faudrait surtout pas utiliser les arts pour tenter de ramener une personne dans le droit chemin? Est-ce bien ce que les députés conservateurs essaient de nous dire?
Lorsqu'on entend les députés conservateurs s'en prendre à nos efforts de lutte contre la radicalisation, on voit bien le problème fondamental de leur 10 années au pouvoir. Ils ont toujours refusé de voir la grande importance de la prévention sous toutes ses formes, que ce soit en matière de santé, de criminalité ou de terrorisme. Des attentats terroristes ont été commis, et j'ai dit que nous devions pourchasser sans répit les auteurs de ces crimes.
Toutefois, il y a du terrorisme en puissance qui n'a pas encore fait de victimes. Il y a des attentats qui n'ont pas encore été commis. N'avons-nous pas le devoir d'employer chaque jour tous les outils dont nous disposons pour nous assurer que tous ceux qui pourraient vouloir nous faire du mal s'éloignent des mauvaises influences? N'avons-nous pas la responsabilité d'empêcher les crimes avant qu'ils ne soient commis?
Pour une raison ou une autre, les députés de l'opposition ne sont pas capables de se faire à l'idée qu'il existe deux priorités distinctes, mais également importantes. La première consiste à pourchasser, de concert avec nos partenaires étrangers, ceux qui ont déjà perpétré des crimes. La deuxième concerne ceux qui n'ont encore rien fait de mal, qui subissent de mauvaises influences et qui sont partis sur la mauvaise voie, mais qui peuvent encore être ramenés dans le droit chemin. Ce sont deux objectifs qui ne sont pas du tout incompatibles et qui peuvent être poursuivis parallèlement.
Je m'insurge également du fait que le discours des députés d'en face ne correspond pas au bilan de leur parti. Aujourd'hui, les conservateurs parlent de l'importance de protéger les collectivités — et je suis d'accord avec eux —, mais au cours des  10 années où ils ont été au pouvoir, ils ont sabré 1 milliard de dollars du budget des organismes dont la mission consiste précisément à protéger les Canadiens. Jetons un coup d'oeil aux coupes imposées: 430 millions de dollars à la GRC; 390 millions de dollars à l'ASFC; 69 millions de dollars au SCRS; 42 millions de dollars à l'agence de sécurité canadienne; et 171 millions de dollars à l'ACSTA. Au cours de cette même période, les conservateurs ont non seulement fait abstraction de l'inflation en ce qui concerne l'enjeu prioritaire commun qu'est la sécurité, mais ils en ont également sabré le financement.
Les conservateurs blâment les libéraux de ne pas poursuivre les combattants de Daech qui sont revenus au Canada. Je signale que deux poursuites sont actuellement en cours pour faire condamner deux individus au sujet desquels nous avons des preuves incriminantes, mais que, pendant la décennie où les conservateurs ont été au pouvoir, pas une seule condamnation n'a été enregistrée. Il est un peu fort que les conservateurs soutiennent aujourd'hui qu'il y a soudainement eu un changement radical et que le gouvernement libéral ne fait rien.
Les conservateurs veulent donner l'impression d'être les seuls à vouloir protéger les Canadiens du terrorisme. Une telle attitude est indigne de notre institution. En toute franchise, je souhaite avoir dans cette enceinte davantage de débats intelligents, comme ceux auxquels ont pris part tous les députés, y compris les conservateurs, au sujet du cadre de sécurité et de renseignement et, maintenant, au sujet du projet de loi  C-59 qui vise à mettre en place le cadre stratégique le meilleur et le plus avant-gardiste de même que les mécanismes de surveillance et les ressources nécessaires pour appuyer les services policiers. Voilà le genre de débat digne de notre institution, pas la motion dont nous sommes saisis et à laquelle nous allons consacrer une journée. Il est regrettable de ne chercher qu'à se faire du capital politique. Évidemment, les députés s'emploient chaque jour à mettre en évidence les bons coups de leur parti et les mauvais des partis adverses, mais il est terriblement cynique de présenter la situation sous un tel jour.
Cela dit, je veux faire une dernière remarque pour réfuter ce que nous avons entendu plus tôt sur l'extrémisme, dont les conservateurs minimisent l'importance dans leur motion, après ne pas avoir pris les mesures qui s'imposent lors de leur décennie au pouvoir pour empêcher les gens de se tourner vers l'extrémisme violent. En effet, selon Lorne Dawson du Réseau canadien de recherche sur le terrorisme, la sécurité et la société, « tous les pays du G20 […] sont convaincus de la nécessité de mettre en place un programme de prévention », mais « le gouvernement conservateur précédent n'avait pour ainsi dire aucun intérêt à faire progresser ce dossier ». De plus, selon l'ancien analyste du Service canadien du renseignement de sécurité Phil Gursky, « pour ce qui est de contrer l'extrémisme violent ou d'en détecter rapidement les manifestations, le gouvernement précédent a fait un travail pitoyable. Le gouvernement conservateur s'en fichait. »
Je ne dirais pas que les conservateurs se fichaient de ce dossier, mais je pense que leurs priorités étaient mal placées. Je crois qu'ils avaient raison de s'en prendre aux personnes ayant commis des actes d'extrémisme, mais qu'ils n'ont pas déployé suffisamment d'efforts pour ramener sur le droit chemin celles qui s'aventuraient sur cette voie tortueuse. Le peu d'attention qu'ils consacrent à la prévention dans leurs interventions sur la motion montre clairement le peu d'importance qu'ils accordent à cet enjeu.
Nous reconnaissons et nous condamnons la dépravation de groupes comme Daech. C'est pourquoi le Canada a renouvelé son engagement militaire envers la Coalition mondiale contre Daech jusqu'à mars 2019. En plus d'entraîner, de conseiller et d'aider les forces de sécurité irakiennes, nous avons accru nos capacités de renseignement, nous menons des missions de surveillance et de reconnaissance aériennes, ainsi que des missions de ravitaillement en vol, et nous dirigeons l'installation médicale de la coalition. À mesure que la situation continuera d'évoluer, nous réévaluerons comment les membres des Forces armées canadiennes peuvent être le plus efficaces et nous leur fournirons les ressources dont ils ont besoin pour faire le travail.
Au pays, lorsque des gens sont allés aider Daech ou d'autres groupes terroristes, qu'ils ont participé à des combats, au financement, à la propagande ou à d'autres activités de ces groupes et qu'ils reviennent au Canada, leur retour est encadré par les agences de renseignement et les forces de l'ordre canadiennes qui usent de tous les pouvoirs qui leur sont conférés. Les Canadiens peuvent dormir tranquilles; les agences de sécurité et de renseignements et les forces de l'ordre au Canada sont de classe mondiale et elles traquent et évaluent sans relâche les menaces potentielles. À cette fin, elles collaborent en tout temps avec des partenaires au pays et à l'étranger comme le Groupe des cinq, le G7, l'Union européenne et Interpol, pour n'en nommer que quelques-uns. Ce sont des organismes non partisans formés de professionnels dont les compétences et l'expertise sont prisées de par le monde. Ils travaillent pour les Canadiens. Ils ont travaillé pour le gouvernement conservateur; ils travailleraient pour un gouvernement néo-démocrate. Ils continueraient de travailler sans relâche avec vigilance, peu importe le gouvernement en place. C'est ce qu'ils ont toujours fait; c'est leur travail.
Ces organismes suivent de près les extrémistes qui reviennent au pays et ils recueillent et échangent des renseignements dans les limites permises par la loi. Ils mènent des enquêtes, collectent des éléments de preuve en matière pénale et déposent des accusations lorsque c'est possible. Ils se servent des outils du Code criminel comme les engagements de ne pas troubler l'ordre public, les listes des entités terroristes et les listes d'interdiction de vol, la révocation de passeport, ainsi que d'autres mesures autorisées de perturbation des menaces, lorsque nécessaire. Peu importe les outils dont ils se servent, leur travail est apolitique et fondé sur les évaluations de spécialistes et sur la menace pour la sécurité publique et nationale.
Lors d'une rencontre qui a eu lieu récemment en Italie, les ministres de l'Intérieur du G7, dont le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile du Canada, se sont engagés à travailler ensemble pour remédier à ce problème. Cela nécessitera la coopération de nombreux organismes, une évaluation des risques et d'éventuelles interventions, puisque nos alliés continuent d'être aux prises avec cette menace commune.
J'invite les députés qui souhaitent avoir une idée de la situation à l'échelle mondiale à consulter le plus récent rapport public sur la menace terroriste pour le Canada. Ce rapport révèle, par exemple, que plus de 6 600 voyageurs extrémistes de l'Occident se sont rendus en Syrie depuis le début du conflit, en 2011. Le nombre de Canadiens impliqués est relativement faible, environ 250 personnes ayant des liens avec le Canada étant allées à l'étranger pour prendre part à des activités terroristes. Certaines sont allées en Syrie, et bien d'autres sont allées dans des pays situés dans une zone de conflit. Environ 60 d'entre elles sont revenues au Canada. Ces chiffres sont ceux de la fin 2015.
Dans son rapport annuel publié en février dernier, le SCRS confirme que, pour la plus grande partie, les chiffres sont demeurés stables, et c'est toujours le cas.
Nous ne devrions jamais sous-estimer ou surestimer cette menace. Nous ne devrions pas la minimiser parce qu'il s'agit de personnes qui ont sympathisé — et continuent peut-être de sympathiser — avec cette vile idéologie et les groupes comme Daech à un point tel qu'elles sont parties à l'autre bout du monde pour les suivre. Certaines d'entre elles ont peut-être même participé activement à des actions extrêmement violentes. Bien évidemment, comme la motion à l'étude le dit, les individus qui se joignent aux terroristes sont complices d'actes horribles et doivent être retrouvés, reconnus coupables et jetés en prison.
Quand ces individus reviennent au Canada, ils reçoivent toute l'attention qu'ils méritent de la part des services de renseignement et de police. En même temps, c'est aussi la raison pour laquelle nous ne devrions pas exagérer la menace. Nos services de sécurité, spécialisés, hautement qualifiés et très bien entraînés sont à l'oeuvre. Ils portent des accusations quand ils ont suffisamment de preuves pour ce faire. Même quand les preuves ne s'avèrent pas suffisantes pour intenter des poursuites criminelles, ils gardent à l'oeil ces individus pour s'assurer que les Canadiens sont en sécurité. Ils essaient de voir dans quelle mesure les individus qui reviennent au pays sont toujours adeptes de la violence radicale et prennent les mesures appropriées pour assurer notre sécurité.
Quant aux 100 à 190 Canadiens qui sont encore à l’étranger, ils ne devraient pas nécessairement être très nombreux, selon les experts, à rentrer au Canada. Premièrement, beaucoup d’entre eux sont peut-être décédés. Deuxièmement, il n’est sans doute pas facile de sortir du pays où ils se trouvent, et certains d’entre eux ne le souhaitent probablement même pas. Quant à ceux qui reviennent, ils devront faire face à toutes les mesures qu’ont prises les services de sécurité et de renseignement à l’encontre de ceux qui les ont précédés.
Voilà de quelle façon nous traitons les gens qui ont été radicalisés. Il serait évidemment tout à fait préférable de prévenir cette radicalisation, et c’est pourquoi j’en ai abondamment parlé dans la première partie de mon intervention.
Voilà aussi pourquoi nous avons mis sur pied le Centre canadien d’engagement communautaire et de prévention de la violence. C’est un engagement que nous avions pris lors des dernières élections. À cette fin, nous avions prévu un financement dans le tout premier budget, et le Centre a ouvert en juin. D’autres centres du genre découlent d’initiatives locales telles que le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, à Montréal, et le programme ReDirect du service de police de Calgary. Ces programmes et d’autres programmes semblables prévoient une intervention directe auprès des personnes qui risquent d’être radicalisées.
Ce nouveau centre fédéral ne constitue pas un complément. Il s'agit plutôt d'un organisme de coordination, qui appuie les initiatives menées à l'échelle locale pour prévenir l'extrémisme violent sous toutes ses formes, dont l'extrémisme islamique et la suprématie de la race blanche.
En outre, le Centre favorise l'adoption de pratiques exemplaires et il appuie la recherche dans le but d'établir une base de données probantes sur les mesures les plus efficaces en matière de lutte contre la radicalisation dans le contexte canadien. La prévention est importante, car il s'agit vraiment de la façon la plus efficace de réduire la menace que représente la radicalisation à long terme. Il n'est pas question ici de remplacer les mesures solides de sécurité et d'application de la loi, mais plutôt d'y ajouter l'élément prévention.
Par conséquent, l'approche que prônent les députés d'en face est mal avisée. Il importe que nous nous attaquions avec autant de vigueur aux deux côtés de l'équation.
J'aimerais aussi dire quelques mots au sujet du cas d'Omar Khadr, dont il est aussi question dans la motion à l'étude aujourd'hui.
Évidemment, les Canadiens ont des points de vue profondément divergents quant aux raisons pour lesquelles il s'est retrouvé sur un champ de bataille en Afghanistan, en 2002, et à ce qui s'est passé là-bas. Il ne fait aucun doute que la situation fut tragique, en particulier pour la famille et les amis du sergent Christopher Speer, qui a été tué, ainsi que pour le sergent Layne Morris, qui a été blessé.
Il existe des preuves et des témoignages contradictoires sur ce qui s'est passé cette journée-là, il y a 15 ans. Toutefois, il n'existe aucune ambiguïté quant au fait que le gouvernement du Canada a porté atteinte aux droits de M. Khadr alors qu'il se trouvait en détention. La Cour suprême s'est prononcée très clairement là-dessus, et ce, à deux reprises.
Les procédures judiciaires ont déjà coûté plus de 7 millions de dollars. La facture se serait alourdie de plusieurs millions de dollars si le gouvernement avait décidé de prolonger les procédures, sans parler du coût du règlement lui-même, afin de se battre devant les tribunaux dans une cause pratiquement impossible à gagner pour des motifs purement politiques. Le règlement était la seule voie du bon sens. Il a permis d'économiser énormément d'argent aux contribuables. Cette affaire nous rappelle qu'il est primordial que les gouvernements canadiens se conforment à la Constitution et aux lois et qu'ils respectent les droits des citoyens, peu importe à quel point ils soulèvent la controverse.
Je suis fier de faire partie d'un gouvernement qui défend les droits des Canadiens et je suis fier de faire partie d'un gouvernement qui fait de la sécurité des Canadiens une priorité. Nous savons que dans un cas complexe, lorsqu'il faut déterminer s'il y a eu violation des droits d'un citoyen canadien, il revient aux tribunaux et non à la Chambre des communes d'en juger. Ce sont les tribunaux qui nous disent si, oui ou non, la Charte a été respectée. La violation de droits fondamentaux doit nécessairement avoir des conséquences. La Charte est un document qui protège chacun d'entre nous. Voilà où est le grand danger dans ce débat.
Nous avons tous très à coeur de protéger nos concitoyens. Si on leur posait la question à savoir quelles étaient leurs deux ou trois grandes priorités en venant ici, probablement que tous les députés diraient qu'ils voulaient faire en sorte que leur collectivité soit plus sûre, faire en sorte que leur famille soit davantage en sécurité et faire en sorte que leurs amis et leurs voisins soient davantage en sécurité. À mon avis, c'est une des principales raisons qui amènent une personne à se présenter à des élections. Or, lorsque nous arrivons ici, malgré notre empressement à agir, nous devons voir à bien faire les choses. Oui, nous devons nous attaquer à ceux qui commettent des actes de violence et qui laissent des victimes derrière eux et veiller à ce qu'ils soient incarcérés et traduits en justice. En revanche, ce faisant, nous devons voir à ne pas violer les droits de personnes innocentes.
On peut se pencher sur les commissions d'enquête O'Connor et Iacobucci et sur les recommandations qui en ont découlé. En raison de graves lacunes au sein du renseignement et de la sécurité du pays, des innocents ont subi de terribles conséquences. La liberté est fragile. On doit la protéger avec soin. Les personnes qui nous attaquent ou qui commettent des actes de terrorisme espèrent qu'on suspende les libertés, qu'on vive dans la terreur et qu'on change nos habitudes de vie. Or, lorsqu'on a la chance de vivre dans un pays libre, il faut garder cette responsabilité à l'esprit. On doit débattre du fait de concilier la prévention, l'application de la loi et la protection avec le respect des droits en faisant preuve de beaucoup de prudence, de rigueur et de sérieux, mais sans partisanerie. Je regrette d'avoir à le dire, mais cette motion ne respecte pas ces principes.
Results: 1 - 15 of 25 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|