Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Ralph Goodale Profile
Lib. (SK)
View Ralph Goodale Profile
2018-06-18 16:43 [p.21168]
moved:
That Bill C-59, An Act respecting national security matters, be read the third time and passed.
He said: Mr. Speaker, as I open this final third reading debate on Bill C-59, Canada's new framework governing our national security policies and practices, I want to thank everyone who has helped to get us to this point today.
Historically, there were many previous studies and reports that laid the intellectual groundwork for Bill C-59. Justices Frank Iacobucci, John Major, and Dennis O'Connor led prominent and very important inquiries. There were also significant contributions over the years from both current and previous members of Parliament and senators. The academic community was vigorously engaged. Professors Forcese, Roach, Carvin, and Wark have been among the most constant and prolific of watchdogs, commentators, critics, and advisers. A broad collection of organizations that advocate for civil, human, and privacy rights have also been active participants in the process, including the Privacy Commissioner. We have heard from those who now lead or have led in the past our key national security agencies, such as the Canadian Security Intelligence Service, the RCMP, the Communications Security Establishment, the Canada Border Services Agency, Global Affairs Canada, the Privy Council Office, and many others. While not consulted directly, through their judgments and reports we have also had the benefit of guidance from the Federal Court of Canada, other members of the judiciary, and independent review bodies like the Security Intelligence Review Committee, and the commissioner for the Communications Security Establishment.
National security issues and concerns gained particular prominence in the fall of 2014, with the attacks in Saint-Jean-sur-Richelieu and here in Ottawa, which spawned the previous government's BillC-51, and a very intense public debate.
During the election campaign that followed, we undertook to give Canadians the full opportunity to be consulted on national security, actually for the first time in Canadian history. We also promised to correct a specific enumerated list of errors in the old BillC-51. Both of those undertakings have been fulfilled through the new bill, Bill C-59, and through the process that got us to where we are today.
Through five public town hall meetings across the country, a digital town hall, two national Twitter chats, 17 engagement events organized locally by members of Parliament in different places across the country, 14 in-person consultations with a broad variety of specific subject matter experts, a large national round table with civil society groups, hearings by the House of Commons Standing Committee on Public Safety and National Security, and extensive online engagement, tens of thousands of Canadians had their say about national security like never before, and all of their contributions were compiled and made public for everyone else to see.
Based upon this largest and most extensive public consultation ever, Bill C-59 was introduced in Parliament in June of last year. It remained in the public domain throughout the summer for all Canadians to consider and digest.
Last fall, to ensure wide-ranging committee flexibility, we referred the legislation to the standing committee before second reading. Under the rules of the House, that provides the members on that committee with a broader scope of debate and possible amendment. The committee members did extensive work. They heard from three dozen witnesses, received 95 briefs, debated at length, and in the end made 40 different amendments.
The committee took what all the leading experts had said was a very good bill to start with, and made it better. I want to thank all members of the committee for their conscientious attention to the subject matter and their extensive hard work.
The legislation has three primary goals.
First, we sought to provide Canada with a modern, up-to-date framework for its essential national security activity, bearing in mind that the CSIS Act, for example, dates back to 1984, before hardly anyone had even heard of the information highway or of what would become the World Wide Web. Technology has moved on dramatically since 1984; so have world affairs and so has the nature of the threats that we are facing in terms of national security. Therefore, it was important to modify the law, to bring it up to date, and to put it into a modern context.
Second, we needed to correct the defects in the old BillC-51, again, which we specifically enumerated in our 2015 election platform. Indeed, as members go through this legislation, they will see that each one of those defects has in fact been addressed, with one exception and that is the establishment of the committee of parliamentarians, which is not included in Bill C-59. It was included, and enacted by Parliament already, in BillC-22.
Third, we have launched the whole new era of transparency and accountability for national security through review and oversight measures that are unprecedented, all intended to provide Canadians with the assurance that their police, security, and intelligence agencies are indeed doing the proper things to keep them safe while at the same time safeguarding their rights and their freedoms, not one at the expense of the other, but both of those important things together.
What is here in Bill C-59 today, after all of that extensive consultation, that elaborate work in Parliament and in the committees of Parliament, and the final process to get us to third reading stage? Let me take the legislation part by part. I noticed that in a ruling earlier today, the Chair indicated the manner in which the different parts would be voted upon and I would like to take this opportunity to show how all of them come together.
Part 1 would create the new national security and intelligence review agency. Some have dubbed this new agency a “super SIRC”. Indeed it is a great innovation in Canada's security architecture. Instead of having a limited number of siloed review bodies, where each focused exclusively on one agency alone to the exclusion of all others, the new national security and intelligence review agency would have a government-wide mandate. It would be able to follow the issues and the evidence, wherever that may lead, into any and every federal department or agency that has a national security or intelligence function. The mandate is very broad. We are moving from a vertical model where they have to stay within their silo to a horizontal model where the new agency would be able to examine every department of government, whatever its function may be, with respect to national security. This is a major, positive innovation and it is coupled, of course, with that other innovation that I mentioned a moment ago: the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians created under BillC-22. With the two of them together, the experts who would be working on the national security and intelligence review agency, and the parliamentarians who are already working on the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians, Canadians can have great confidence that the work of the security, intelligence, and police agencies is being properly scrutinized and in a manner that befits the complexity of the 21st century.
This scrutiny would be for two key purposes: to safeguard rights and freedoms, yes absolutely, but also to ensure our agencies are functioning successfully in keeping Canadians safe and their country secure. As I said before, it is not one at the expense of the other, it is both of those things together, effectiveness coupled with the safeguarding of rights.
Then there is a new part in the legislation. After part 1, the committee inserted part 1.1 in Bill C-59, by adding the concept of a new piece of legislation. In effect, this addition by the committee would elevate to the level of legislation the practice of ministers issuing directives to their agencies, instructing them to function in such a manner as to avoid Canadian complicity in torture or mistreatment by other countries. In future, these instructions would be mandatory, not optional, would exist in the form of full cabinet orders in council, and would be made public. That is an important element of transparency and accountability that the committee built into the new legislation, and it is an important and desirable change. The ministerial directives have existed in the past. In fact, we have made them more vigorous and public than ever before, but part 1.1 would elevate this to a higher level. It would make it part of legislation itself, and that is the right way to go.
Part 2 of the new law would create the new role and function of the intelligence commissioner. For the first time ever, this would be an element of real time oversight, not just a review function after the fact. The national security and intelligence review agency would review events after they have happened. The intelligence commissioner would actually have a function to perform before activities are undertaken. For certain specified activities listed in the legislation, both the Canadian security intelligence agency and the Communications Security Establishment would be required to get the approval of the intelligence commissioner in advance. This would be brand new innovation in the law and an important element of accountability.
Part 3 of Bill C-59 would create stand-alone legislative authority for the Communications Security Establishment. The CSE has existed for a very long time, and its legislation has been attached to other legislation this Parliament has previously passed. For the first time now, the CSE would have its own stand-alone legal authorization in new legislation. As Canada's foreign signals intelligence agency, CSE is also our centre for cybersecurity expertise. The new legislation lays out the procedures and the protection around both defensive and active cyber-operations to safeguard Canadians. That is another reason it is important the CSE should have its own legal authorization and legislative form in a stand-alone act.
Part 4 would revamp the CSIS Act. As I mentioned earlier, CSIS was enacted in 1984, and that is a long time ago. In fact, this is the largest overall renovation of the CSIS legislation since 1984. For example, it would ensure that any threat reduction activities would be consistent with the Canadian Charter of Rights and Freedoms. It would create a modern regime for dealing with datasets, the collection of those datasets, the proper use of those datasets, and how they are disposed of after the fact. It would clarify the legal authorities of CSIS employees under the Criminal Code and other federal legislation. It would bring clarity, precision, and a modern mandate to CSIS for the first time since the legislation was enacted in 1984.
Part 5 of the bill would change the Security of Canada Information Sharing Act to the security of Canada information disclosure act. The reason for the wording change is to make it clear that this law would not create any new collection powers. It deals only with the sharing of existing information among government agencies and it lays out the procedure and the rules by which that sharing is to be done.
The new act will clarify thresholds and definitions. It will raise the standards. It will sharpen the procedures around information sharing within the government. It will bolster record keeping, both on the part of those who give the information and those who receive the information. It will clearly exempt, and this is important, advocacy and dissent and protest from the definition of activities that undermine national security. Canadians have wanted to be sure that their democratic right to protest is protected and this legislation would do so.
Part 6 would amend the Secure Air Travel Act. This act is the legislation by which Canada establishes a no-fly list. We all know the controversy in the last couple of years about false positives coming up on the no-fly list and some people, particularly young children, being prevented from taking flights because their name was being confused with the name of someone else. No child is on the Canadian no-fly list. Unfortunately, there are other people with very similar names who do present security issues, whose names are on the list, and there is confusion between the two names. We have undertaken to try to fix that problem. This legislation would establish the legal authority for the Government of Canada to collect the information that would allow us to fix the problem.
The other element that is required is a substantial amount of funding. It is an expensive process to establish a whole new database. That funding, I am happy to say, was provided by the Minister of Finance in the last budget. We are on our way toward fixing the no-fly list.
Part 7 would amend the Criminal Code in a variety of ways, including withdrawing certain provisions which have never been used in the pursuit of national security in Canada, while at the same time creating a new offence in language that would more likely be utilized and therefore more useful to police authorities in pursuing criminals and laying charges.
Part 8 would amend the Youth Justice Act for the simple purpose of trying to ensure that offences with respect to terrorism where young people are involved would be handled under the terms of the Youth Justice Act.
Part 9 of the bill would establish a statutory review. That is another of the commitments we made during the election campaign, that while we were going to have this elaborate consultation, we were going to bring forward new legislation, we were going to do our very best to fix the defects in BillC-51, and move Canada forward with a new architecture in national security appropriate to the 21st century.
We would also build into the law the opportunity for parliamentarians to take another look at this a few years down the road, assess how it has worked, where the issues or the problems might be, and address any of those issues in a timely way. In other words, it keeps the whole issue green and alive so future members of Parliament will have the chance to reconsider or to move in a different direction if they think that is appropriate. The statutory review is built into Part 9.
That is a summary of the legislation. It has taken a great deal of work and effort on the part of a lot of people to get us to this point today.
I want to finish my remarks with where I began a few moments ago, and that is to thank everyone who has participated so generously with their hard work and their advice to try to get this framework right for the circumstances that Canada has to confront in the 21st century, ensuring we are doing those two things and doing them well, keeping Canadians safe and safeguarding their rights and freedoms.
propose;
Que le projet de loi  C-59, Loi concernant des questions de sécurité nationale, soit lu pour la troisième fois et adopté.
— Monsieur le Président, au moment d'entreprendre l'étape de la troisième lecture du projet de loi  C-59, le nouveau cadre fédéral régissant les politiques et les pratiques en matière de sécurité nationale, je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à ce que nous en arrivions là aujourd'hui.
Par le passé, de nombreuses études et de nombreux rapports ont jeté les bases intellectuelles du projet de loi  C-59. Les juges Frank Iacobucci, John Major et Dennis O’Connor ont dirigé des enquêtes très importantes. Au fil des ans, les députés et les sénateurs actuels et ceux qui les ont précédés ont également apporté des contributions importantes. Le milieu universitaire s’est beaucoup engagé. Les professeurs Forcese, Roach, Carvin et Wark figurent parmi les chiens de garde, les commentateurs, les critiques et les conseillers les plus constants et les plus prolifiques. Une vaste gamme d’organisations qui se portent à la défense des droits civils, des droits de la personne et du droit à la vie privée ont aussi participé activement au processus, y compris le commissaire à la protection de la vie privée. Nous avons pris connaissance du point de vue de ceux qui dirigent maintenant ou ont dirigé par le passé nos principaux organismes de sécurité nationale, comme le Service canadien du renseignement de sécurité, la GRC, le Centre de la sécurité des télécommunications, l’Agence des services frontaliers du Canada, Affaires mondiales Canada, le Bureau du Conseil privé, et bien d’autres. Même s’ils n’ont pas été consultés directement, des représentants de la Cour fédérale du Canada et d’autres représentants de la magistrature et d’organismes d’examen indépendants, comme le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité, ainsi que le commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications, nous ont aussi fait profiter de leurs conseils grâce à leurs jugements et à leurs rapports.
Les questions et les préoccupations en matière de sécurité nationale ont pris une importance particulière à l’automne 2014, avec les attaques commises à Saint-Jean-sur-Richelieu et ici, à Ottawa, qui ont entraîné la création du projet de loi C-51 du gouvernement précédent et qui ont suscité un débat public très intense.
Pendant la campagne électorale qui a suivi, nous nous sommes engagés à donner aux Canadiens la possibilité d’être consultés au sujet de la sécurité nationale, ce qui constituait une première dans l’histoire du Canada. Nous avons également promis de corriger une liste d’erreurs dans l’ancien projet de loi C-51. Ces deux engagements ont été respectés grâce au nouveau projet de loi  C-59 et au processus qui nous a menés là où nous sommes aujourd’hui.
Dans le cadre de cinq assemblées publiques locales tenues un peu partout au pays, d’une assemblée publique numérique, de deux séances de clavardage nationales sur Twitter, de 17 activités organisées localement par des députés dans différentes régions du pays, de 14 consultations sur place auprès d’une gamme d’experts spécialisés, d’une grande table ronde nationale avec des groupes de la société civile, d’audiences du Comité permanent de la sécurité publique et nationale de la Chambre des communes, ainsi que d’une vaste consultation en ligne, des dizaines de milliers de Canadiens ont eu leur mot à dire sur la sécurité nationale, comme jamais cela ne s’était produit auparavant, et toutes leurs contributions ont été compilées et rendues publiques au bénéfice de tous.
Le projet de loi  C-59 a été présenté au Parlement, en juin dernier, par suite de la consultation publique la plus vaste et la plus exhaustive jamais tenue. Il est resté dans le domaine public tout au long de l’été pour que tous les Canadiens puissent l’examiner et l’assimiler.
L’automne dernier, afin de donner une plus grande marge de manoeuvre au comité, nous lui avons renvoyé le projet de loi avant l'étape de la deuxième lecture. Cette façon de faire, autorisée par le Règlement de la Chambre, permet d'élargir, pendant l'étude en comité, la portée des débats et des amendements. Les membres du comité ont accompli beaucoup de travail. Ils ont entendu près d'une quarantaine de témoins, reçu 95 mémoires, débattu en profondeur et, finalement, adopté 40 amendements.
Le comité s'est employé à améliorer un projet de loi dont tous les grands spécialistes avaient dit qu'il s'agissait d'un très bon début. Je tiens à remercier tous les membres du comité de leur excellent travail et d'avoir étudié consciencieusement la question.
Le projet de loi a trois objectifs.
Premièrement, nous voulions moderniser le cadre du Canada en ce qui concerne les activités essentielles en matière de sécurité nationale, sachant, par exemple, que la Loi sur le Service canadien du renseignement de sécurité remonte à 1984, soit à une époque où pratiquement personne n'avait entendu parler de l'autoroute de l'information ou de ce qui allait devenir le Web. La technologie a énormément évolué depuis 1984, tout comme les affaires mondiales et la nature des menaces à la sécurité nationale auxquelles nous sommes confrontés. Il était donc important de modifier la loi, de la moderniser pour l'adapter à la réalité actuelle.
Deuxièmement, nous devions corriger les lacunes de l'ancien projet de loi C-51, ce qui, encore une fois, faisait expressément partie des engagements énumérés dans notre programme électoral de 2015. Ainsi, les députés constateront que, dans ce projet de loi, nous avons corrigé toutes les lacunes, à l'exception d'une seule, celle ayant trait au comité de parlementaires. Le projet de loi  C-59 n'aborde pas ce point puisque le Parlement y a déjà remédié en adoptant le projet de loi C-22.
Troisièmement, nous avons lancé la nouvelle ère de transparence et de reddition de comptes dans le domaine de la sécurité nationale à l'aide de mesures d'examen et de surveillance sans précédent. Ces mesures visent à donner aux Canadiens l'assurance que leurs forces policières et leurs organismes de sécurité et de renseignement prennent bel et bien les bonnes mesures pour garantir leur sécurité et protéger leurs droits et leurs libertés et qu'ils s'efforcent d'atteindre ces deux objectifs simultanément au lieu d'en favoriser l'un aux dépens de l'autre.
Après avoir mené de vastes consultations, effectué des travaux complexes au Parlement ainsi qu'aux comités parlementaires et suivi le processus final menant à l'étape de la troisième lecture, quelles sont les dispositions incluses dans le projet de loi  C-59 aujourd'hui? Je vais décortiquer le projet de loi partie par partie. Dans une décision qu'il a rendue plus tôt aujourd'hui, la présidence a indiqué la façon dont la Chambre sera appelée à voter sur les différentes parties. J'aimerais profiter de cette occasion pour expliquer les liens entre toutes les parties.
La partie 1 créerait le nouvel Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement. Certains ont qualifié cette nouvelle agence de « super CSARS ». En fait, l’Office constitue une grande innovation dans l’architecture de sécurité du Canada. Au lieu d’avoir un nombre limité d’organismes d’examen cloisonnés, où chacun se concentre exclusivement sur une seule organisation à l’exclusion de toutes les autres, le nouvel organisme de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement aurait un mandat pangouvernemental. Il serait en mesure d’assurer le suivi des problèmes et des données probantes, peu importe où cela peut mener, dans tous les ministères ou organismes fédéraux qui ont une fonction de sécurité nationale ou de renseignement. Le mandat est très large. Nous passons d’un modèle vertical où chaque organisme doit fonctionner en vase clos, à un modèle horizontal où la nouvelle agence serait en mesure d’examiner chaque ministère, quelle que soit sa fonction, sous l’angle de la sécurité nationale. Il s’agit d’une innovation importante et positive qui s’ajoute, bien sûr, à l’autre innovation dont je parlais il y a un instant, soit le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement créé en vertu du projet de loi C-22. Avec ces deux groupes réunis, les experts qui travailleraient à l’Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement, et les parlementaires qui travaillent déjà au Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, les Canadiens pourront avoir l’assurance que le travail des organismes de sécurité, de renseignement et de police sera scruté à la loupe et d’une manière qui correspond à la complexité du XXIe siècle.
Cet examen viserait deux objectifs clés, soit protéger les droits et libertés, effectivement, mais aussi veiller à ce que nos organismes réussissent à assurer la sécurité des Canadiens et de leur pays. Comme je l’ai déjà dit, un objectif ne sera pas atteint au détriment de l’autre. Ces deux objectifs, l’efficacité et la protection des droits, iront de pair.
Ensuite, il y a une nouvelle partie dans la loi. Après la partie 1, le comité a inséré la partie 1.1 dans le projet de loi C-59, en ajoutant le concept d’une nouvelle loi. En fait, cet ajout du comité porterait au niveau législatif la pratique des ministres qui donnent des directives à leurs organismes, leur ordonnant de fonctionner de manière à éviter la complicité du Canada dans la torture ou les mauvais traitements infligés par d’autres pays. À l’avenir, ces instructions seraient obligatoires, et non facultatives, elles existeraient sous forme de décrets du Cabinet et elle seraient rendues publiques. C’est un élément important de la transparence et de la reddition de comptes que le comité a intégré à la nouvelle loi, et c’est un changement important et souhaitable. Les directives ministérielles ont déjà existé. En fait, nous les avons rendues plus vigoureuses et publiques que jamais auparavant, mais la partie 1.1 rehausserait ce niveau. Elle ferait partie de la loi en soi, et c’est la bonne façon de procéder.
La partie 2 du projet de loi créerait le rôle et la fonction de commissaire au renseignement. Pour la toute première fois, il s'agirait d'exercer une surveillance en temps réel et non plus de réaliser un examen après coup. L’Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement examinerait les événements après le fait. Le commissaire au renseignement aurait une fonction à remplir avant que ces activités n’aient lieu. Pour certaines activités désignées dans le projet de loi, l’Agence canadienne du renseignement de sécurité et le Centre de la sécurité des télécommunications seraient tenus d’obtenir l’approbation préalable du commissaire au renseignement. Ce serait là une véritable innovation législative et un élément primordial en matière de reddition de comptes.
La partie 3 du projet de loi  C-59 créerait un pouvoir législatif indépendant pour le Centre de la sécurité des télécommunications. Ce centre existe depuis très longtemps, et la loi qui le régit est rattachée à d’autres mesures législatives déjà adoptées par le Parlement. Pour la première fois, le Centre aurait son propre régime d’autorisation indépendant en vertu de la nouvelle loi. En tant qu’organisme canadien du renseignement électromagnétique étranger, le Centre est aussi notre centre d’expertise en matière de cybersécurité. Le projet de loi énonce les procédures et les mesures de protection entourant les cyberopérations aussi bien défensives qu'actives visant à protéger les Canadiens. Voilà une raison de plus qui justifie la nécessité pour le Centre d'avoir son propre régime d’autorisation et sa propre forme législative aux termes d’une loi indépendante.
La partie 4 moderniserait la Loi sur le Service canadien du renseignement de sécurité. Comme je l’ai dit précédemment, cette loi a été adoptée en 1984, c'est-à-dire il y a bien longtemps. En fait, il s’agit de la refonte la plus exhaustive de la Loi depuis son adoption. Par exemple, le projet de loi ferait en sorte que toute activité de réduction de la menace soit conforme à la Charte canadienne des droits et libertés. Il créerait un régime moderne pour traiter les ensembles de données, leur collecte, leur utilisation judicieuse et leur élimination ultérieure. Il préciserait les pouvoirs juridiques des employés du Service canadien du renseignement de sécurité en vertu du Code criminel et d’autres lois fédérales. Pour la première fois depuis l’adoption de la Loi, en 1984, le Service canadien du renseignement de sécurité aurait un mandat clair, précis et moderne.
La partie 5 du projet de loi modifierait le libellé anglais de la Loi sur la communication d’information ayant trait à la sécurité du Canada en remplaçant le mot « sharing » par le mot « disclosure ». Le nouveau libellé préciserait clairement que cette loi ne crée aucun nouveau pouvoir de collecte d'information. Elle ne concerne que la mise en commun de données existantes entre des organismes gouvernementaux et elle énonce la procédure et les règles à suivre pour communiquer de l’information.
La nouvelle loi clarifiera les seuils et les définitions. Elle rehaussera les normes. Elle précisera les procédures relatives à la communication de renseignements au sein de l'appareil gouvernemental. Ces mesures amélioreront la tenue de dossiers, tant par ceux qui fournissent l’information que par ceux qui la reçoivent. Il est important de souligner que les activités de défense d'une cause, de manifestation d'un désaccord ou de protestation seront expressément exclues de la définition des activités portant atteinte à la sécurité nationale. Les Canadiens veulent que leur droit démocratique de manifester soit protégé, et ce projet de loi leur en donne l’assurance.
La partie 6 modifierait la Loi sur la sûreté des déplacements aériens. Cette loi est celle par laquelle le Canada établit une liste d’interdiction de vol. Nous avons tous entendu parler de la controverse des deux ou trois dernières années au sujet des faux positifs sur la liste d’interdiction de vol et du fait que certaines personnes, surtout des jeunes enfants, n’ont pu prendre l’avion parce que leur nom a été confondu avec celui de quelqu’un d’autre. Aucun enfant ne figure sur la liste canadienne d’interdiction de vol. Malheureusement, il y a d’autres personnes qui ont des noms très semblables et qui sont associées à des problèmes de sécurité dont le nom figure sur la liste, et il y a confusion entre les deux noms. Nous nous sommes engagés à essayer de régler ce problème. Cette mesure législative donnerait au gouvernement du Canada le pouvoir juridique de recueillir des renseignements qui nous permettraient de régler le problème.
L’autre élément qui est nécessaire, c’est un financement substantiel. Établir une toute nouvelle base de données coûte cher. Je suis heureux de dire que ce financement a été octroyé par le ministre des Finances dans le dernier budget. Nous sommes en voie de corriger la liste d’interdiction de vol.
La partie 7 modifierait le Code criminel de diverses façons, notamment en retirant certaines dispositions qui n’ont jamais été utilisées pour assurer la sécurité nationale au Canada, tout en créant une nouvelle infraction dans un libellé qui serait plus probablement utilisé et donc plus utile aux autorités policières pour poursuivre les criminels et porter des accusations.
La partie 8 modifierait la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents dans le seul but de faire en sorte que les infractions liées au terrorisme commises par des jeunes soient traitées en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents.
La partie 9 du projet de loi prévoit un examen législatif. C’est un autre des engagements que nous avons pris pendant la campagne électorale, à savoir que, même si nous allions tenir cette vaste consultation, nous allions présenter un nouveau projet de loi et faire de notre mieux pour corriger les lacunes du projet de loi C-51 et faire progresser le Canada au moyen d’une nouvelle architecture de sécurité nationale adaptée au XXIe siècle.
Nous inclurons également dans la loi la possibilité pour les parlementaires d’examiner de nouveau cette question quelques années plus tard, d’évaluer comment cela a fonctionné, où les problèmes pourraient se trouver et régler ces problèmes en temps opportun. Autrement dit, cela permet de garder toute la question à l’avant-plan afin que les futurs députés aient la possibilité de revoir la loi ou d’aller dans une autre direction s’ils le jugent approprié. L’examen prévu par la loi est intégré à la partie 9.
Voilà qui résume le projet de loi. Il a fallu beaucoup de travail et d’efforts de la part de beaucoup de gens pour en arriver là aujourd’hui.
Je veux terminer mon intervention en reprenant là où j’ai commencé il y a quelques instants, c’est-à-dire en remerciant tous ceux qui ont participé si généreusement et qui ont donné des conseils pour essayer de mettre en place un cadre adéquat pour la situation à laquelle le Canada doit faire face au XXIe siècle, pour veiller à ce que nous réalisions bien nos deux grands objectifs, soit assurer la sécurité des Canadiens et protéger leurs droits et libertés.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2018-06-07 19:42 [p.20491]
Mr. Speaker, I find myself surprised to have a speaking spot tonight. For that I want to thank the New Democratic Party. We do not agree about this bill, but it was a generous gesture to allow me to speak to it.
I have been very engaged in the issue of anti-terrorism legislation for many years. I followed it when, under Prime Minister Chrétien, the anti-terrorism legislation went through this place immediately after 9/11. Although I was executive director of the Sierra Club, I recall well my conversations with former MP Bill Blaikie, who sat on the committee, and we worried as legislation went forward that appeared to do too much to limit our rights as Canadians in its response to the terrorist threat.
That was nothing compared to what happened when we had a shooting, a tragic event in October 2014, when Corporal Nathan Cirillo was murdered at the National War Memorial. I do not regard that event, by the way, as an act of terrorism, but rather of one individual with significant addiction and mental health issues, something that could have been dealt with if he had been allowed to have the help he sought in British Columbia before he came to Ottawa and committed the horrors of October 22, 2014.
It was the excuse and the opening that the former government needed to bring in truly dangerous legislation. I will never forget being here in my seat in Parliament on January 30. It was a Friday morning. One does not really expect ground-shaking legislation to hit without warning on a Friday morning in this place. There was no press release, no briefing, no telling us what was in store for us. I picked up BillC-51, an omnibus bill in five parts, and read it on the airplane flying home, studied it all weekend, and came back here. By Monday morning, February 2, I had a speaking spot during question period and called it the “secret police act”.
I did not wait, holding my finger to the wind, to see which way the political winds were blowing. The NDP did that for two weeks before they decided to oppose it. The Liberals decided they could not win an election if they opposed it, so they would vote for it but promised to fix it later.
I am afraid some of that is still whirling around in this place. I will say I am supporting this effort. I am voting for it. I still see many failures in it. I know the Minister of Justice and the Minister of Public Safety have listened. That is clear; the work they did in the consultation process was real.
Let me go back and review why BillC-51 was so very dangerous.
I said it was a bill in five parts. I hear the Conservatives complaining tonight that the government side is pushing Bill C-59 through too fast. Well, on January 30, 2015, BillC-51, an omnibus bill in five parts, was tabled for first reading. It went all the way through the House by May 6 and all the way through the Senate by June 9, less than six months.
This bill, Bill C-59, was tabled just about a year ago. Before it was tabled, we had consultations. I had time to hold town hall meetings in my riding specifically on public security, espionage, our spy agencies, and what we should do to protect and balance anti-terrorism measures with civil liberties. We worked hard on this issue before the bill ever came for first reading, and we have worked hard on it since.
I will come back to BillC-51, which was forced through so quickly. It was a bill in five parts. What I came to learn through working on that bill was that it made Canadians less safe. That was the advice from many experts in anti-terrorism efforts, from the leading experts in the trenches and from academia, from people like Professor Kent Roach and Professor Craig Forcese, who worked so hard on the Air India inquiry; the chair of the Air India inquiry, former judge John Major; and people in the trenches I mentioned earlier in debate tonight, such as Joseph Fogarty, an MI5 agent from the U.K. who served as anti-terrorism liaison with Canada.
What I learned from all of these people was BillC-51 was dangerous because it would put in concrete silos that would discourage communication between spy agencies. That bill had five parts.
Part 1 was information sharing. It was not about information sharing between spy agencies; it was about information sharing about Canadians to foreign governments. In other words, it was dangerous to the rights of Canadians overseas, and it ignored the advice of the Maher Arar inquiry.
Part 2 was about the no-fly list. Fortunately, this bill fixes that. The previous government never even bothered to consult with the airlines, by the way. That was interesting testimony we got back in the 41st Parliament.
Part 3 I called the “thought chill” section. We heard tonight that the government is not paying attention to the need remove terrorist recruitment from websites. That is nonsense. However, part 3 of BillC-51 created a whole new term with no definition, this idea of terrorism in general, and the idea of promoting terrorism in general. As it was defined, we could imagine someone would be guilty of violating that law if they had a Facebook page that put up an image of a clenched fist. That could be seen as promotion of terrorism in general. Thank goodness we got that improved.
In terms of thought chill, it was so broadly worded that it could have caused, for instance, someone in a community who could see someone was being radicalized a reasonable fear that they could be arrested if they went to talk to that person to talk them out of it. It was very badly drafted.
Part 4 is the part that has not been adequately fixed in this bill. This is the part that, for the first time ever, gave CSIS what are called kinetic powers.
CSIS was created because the RCMP, in response to the FLQ crisis, was cooking up plots that involved, famously, burning down a barn. As a result, we said intelligence gathering would have to be separate from the guys who go out and break up plots, because we cannot have the RCMP burning down barns, so the Canadian Security Intelligence Service was created. It was to be exclusively about collecting information, and then the RCMP could act on that information.
I think it is a huge mistake that in Bill C-59we have left CSIS kinetic powers to disrupt plots. However, we have changed the law quite a bit to deal with CSIS's ability to go to a single judge to get permission to violate our laws and break the charter. I wish the repair in Bill C-59 was stronger, but it is certainly a big improvement on BillC-51.
Part 5 of Bill C-51 is not repaired in Bill C-59. I think that is because it was so strangely worded that most people did not ever figure out what it was about. I know professors Roach and Forcese left part 5 alone because it was about changes to the immigration and refugee act. It really was hard to see what it was about. However, Professor Donald Galloway at the University of Victoria law school said part 5 is about being able to give a judge information in secret hearings about a suspect and not tell the judge that the evidence was obtained by torture, so I really hope the Minister of Public Safety will go back and look at those changes to the refugee and immigration act, and if that is what they are about, it needs fixing.
Let us look at why the bill is enough of an improvement that I am going to vote for it. By the way, in committee I did bring forward 46 amendments to the bill on my own. They went in the direction of ensuring that we would have special advocates in the room so that there would be someone there on behalf of the public interest when a judge was giving a warrant to allow a CSIS agent to break the law or violate the charter. The language around what judges can do and how often they can do it and what respect to the charter they must exercise when they grant such a warrant is much better in this bill, but it is still there, and it does worry me that there will be no special advocate in the room.
I cannot say I am wildly enthusiastic about Bill C-59, but it is a huge improvement over what we saw in the 41st Parliament in BillC-51.
The creation of the security intelligence review agency is something I want to talk about in my remaining minutes.
This point is fundamental. This was what Mr. Justice John Major, who chaired the Air India inquiry, told the committee when it was studying the bill back in 2015: He told us it is just human nature that the RCMP and CSIS will not share information and that we need to have pinnacle oversight.
There is review that happens, and the term “review” is post facto, so SIRC, the Security Intelligence Review Committee, would look at what CSIS had done over the course of the year, but up until this bill we have never had a single security agency that watched what all the guys and girls were doing. We have CSIS, the RCMP, the Canada Border Services Agency, the Communications Security Establishment—five different agencies all looking at collecting intelligence, but not sharing. That is why having the security intelligence review agency created by this bill is a big improvement.
Monsieur le Président, je suis étonnée de pouvoir prendre la parole ce soir. Je dois d'ailleurs remercier le Nouveau Parti démocratique. Nous ne sommes pas d'accord sur la valeur de ce projet de loi, mais il a été assez généreux pour me permettre d'en parler.
Les lois antiterroristes me passionnent depuis de nombreuses années. Déjà à l'époque du premier ministre Jean Chrétien, j'ai suivi le débat sur la loi antiterroriste qui a été présentée tout de suite après les attentats du 11 septembre. J'étais alors directrice générale du Sierra Club, mais je me souviens encore parfaitement de mes conversations avec l'ex-député Bill Blaikie, qui faisait alors partie du comité. Nous trouvions que la loi allait trop loin et restreignait trop les droits des Canadiens par rapport à la menace terroriste.
Ce n'est rien par rapport à ce qui est arrivé après la fusillade d'octobre 2014, lorsque le caporal Nathan Cirillo a été tué près du Monument commémoratif de guerre. Je ne considère pas cet acte comme un geste terroriste, soit dit en passant, mais comme les agissements d'une personne souffrant de toxicomanie et de graves problèmes de santé mentale. D'ailleurs, toute cette tragédie aurait pu être évitée si le tireur avait obtenu les soins qu'il avait réclamés en Colombie-Britannique avant de venir à Ottawa, le 22 octobre 2014, pour commettre les horreurs que l'on sait.
C'était le prétexte et l'occasion rêvée dont le gouvernement avait besoin pour présenter un projet de loi vraiment dangereux. Je n'oublierai jamais le vendredi matin 30 janvier, alors que j'étais assise sur ma banquette, au Parlement. On ne s'attend pas à ce qu'un projet de loi aussi incendiaire soit déposé un vendredi matin dans cette enceinte. Il n'était accompagné d'aucun communiqué ni d'aucune séance d'information. Personne ne nous avait prévenus. J'ai pris le projet de loi C-51, un projet de loi omnibus en cinq parties, et je l'ai lu à bord de l'avion, alors que je rentrais chez moi. Je l'ai étudié toute la fin de semaine, puis je suis rentrée à Ottawa. Lundi matin, le 2 février, j'ai pris la parole pendant la période des questions et j'ai dit que le projet de loi entraînerait la création d'une police secrète.
Je n'ai pas attendu de voir dans quelle direction le vent allait souffler sur le paysage politique, contrairement au NPD, qui a tergiversé pendant deux semaines avant de s'opposer au projet de loi. Les libéraux, eux, ont décidé qu'ils ne pourraient pas remporter les prochaines élections s'ils s'opposaient au projet de loi, alors ils allaient voter pour tout en promettant d'apporter des correctifs plus tard.
J'ai bien peur que cette attitude ne perdure aux Communes. Je précise que je suis favorable à cet effort. Je voterai pour ce projet de loi, même si j'y vois de nombreuses lacunes. Je sais que la ministre de la Justice et le ministre de la Sécurité publique ont écouté les gens. C'est clair. Ils ont fait un travail de consultation bien réel.
Revenons sur les raisons pour lesquelles le projet de loi C-51 était si dangereux.
J'ai dit que c'était un projet de loi divisé en cinq parties. J'entends les conservateurs se plaindre ce soir que les députés ministériels essayent de faire adopter le projet de loi  C-59 trop rapidement. Eh bien, le 30 janvier 2015, le projet de loi C-51, un projet de loi omnibus divisé en cinq parties, a été déposé en première lecture. Le 6 mai, il avait été adopté à la Chambre, et le 9 juin, il avait été adopté au Sénat, soit six mois plus tard.
Le projet de loi  C-59 a été déposé il y a tout près d'un an. Il y a eu des consultations avant qu'il ait été déposé. J'ai eu l'occasion d'organiser des assemblées publiques dans ma circonscription sur la sécurité publique, l'espionnage et les organismes d'espionnage, et sur ce que nous devrions faire pour assurer la sécurité et veiller à ce qu'il y ait un équilibre entre les mesures antiterroristes et les libertés civiles. Nous avons travaillé fort sur cette question avant même que le projet de loi soit présenté pour la première lecture et nous travaillons vaillamment dessus depuis.
Je poursuis ce que je disais au sujet du projet de loi C-51, qui a été adopté à toute vapeur. C'était un projet de loi divisé en cinq parties. En travaillant sur ce projet de loi, j'ai appris qu'il nuisait à la sécurité des Canadiens. C'est ce que nous ont dit de nombreux experts de la lutte contre le terrorisme, de grands spécialistes sur le terrain et des universitaires. Je parle de gens comme les professeurs Kent Roach et Craig Forcese, qui ont travaillé si fort sur l'enquête sur la tragédie d'Air India; le président de l'enquête sur l'affaire d'Air India, l'ancien juge John Major; et les personnes sur le terrain, dont j'ai parlé plus tôt ce soir, comme Joseph Fogarty, un agent du MI5 au Royaume-Uni qui a été l'agent de liaison du Royaume-Uni avec le Canada dans la lutte contre le terrorisme.
Tous ces gens m'ont appris que le projet de loi C-51 était dangereux parce qu'il allait construire des murs de béton qui ne feraient que décourager la communication entre les organismes d'espionnage. Ce projet de loi était composé de cinq parties.
La partie 1 portait sur la communication d'information. Il ne s'agissait pas de communication d'information entre les organismes d'espionnage, mais de communication d'information au sujet des Canadiens à des gouvernements étrangers. Autrement dit, c'était dangereux pour les droits des Canadiens à l'étranger et le projet de loi ne tenait pas compte des conseils de l'enquête sur l'affaire Maher Arar.
La partie 2 portait sur la liste d'interdiction de vol. Heureusement, le présent projet de loi corrige ce problème. En passant, le gouvernement précédent ne s'est même pas donné la peine de consulter les compagnies aériennes. Nous avons entendu des témoignages intéressants à ce sujet lors de la 41e législature.
La partie 3, à mon avis, limitait la liberté de pensée. Nous avons entendu dire ce soir que le gouvernement ne prête pas attention à la nécessité de retirer les messages de recrutement terroriste des sites Web. C'est une accusation ridicule. Par contre, la partie 3 du projet de loi C-51 créait un tout nouveau terme sans définition. On y présentait l'idée du terrorisme et de la fomentation du terrorisme en général. En raison de la façon dont ces concepts étaient définis, une personne aurait pu être reconnue coupable d'avoir violé cette loi si elle publiait sur sa page Facebook une image d'un poing serré. Un tel geste aurait pu être considéré comme une fomentation du terrorisme en général. C'est un élément que nous avons heureusement amélioré.
Le libellé de la partie 3 était si vague qu'un membre d'une communauté, par exemple, qui constatait qu'une personne était en train de se radicaliser aurait eu des motifs raisonnables de craindre qu'il pourrait se faire arrêter s'il tentait d'aller parler à la personne pour lui faire changer d'idée. Cette partie était vraiment mal rédigée.
La partie 4 est celle qui n'a pas été corrigée comme il se doit par ce projet de loi. C'est la partie qui, pour la toute première fois, a accordé au SCRS ce qu'on appelle des pouvoirs cinétiques.
Le SCRS a été créé dans la foulée de la crise du FLQ parce que la GRC mijotait des complots, dont l'un des plus célèbres l'ont amené à incendier une grange. C'est pour cela que nous avons déterminé qu'il fallait que la collecte de renseignements soit menée par une autre entité que celle qui s'occupe de déjouer les complots, car on ne peut pas laisser la GRC incendier des granges. On a donc mis sur pied le Service canadien du renseignement de sécurité. Il devait s'occuper exclusivement de la collecte de renseignements, dont la GRC pouvait ensuite se servir pour intervenir.
Dans le projet de loi  C-59, je crois qu'on commet une grave erreur en laissant au SCRS ses pouvoirs cinétiques pour déjouer des complots. Cependant, des modifications législatives importantes ont été proposées relativement à la capacité du SCRS de s'adresser à un seul juge pour obtenir la permission d'aller à l'encontre de nos lois et de la Charte. J'aurais aimé que les corrections proposées dans le projet de loi  C-59 soient plus importantes, mais c'est certainement une nette amélioration par rapport au projet de loi C-51.
Le projet de loi  C-59 ne fait rien pour corriger la partie 5 du projet de loi C-51. Je crois que c'est parce que ces dispositions étaient formulées de manière si étrange que personne n'arrivait à les comprendre. Je sais que les professeurs Roach et Forcese n'en ont pas tenu compte parce que les modifications visaient la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés. Cette partie était très difficile à interpréter. Cependant, selon le professeur Donald Galloway, de la faculté de droit de l'Université de Victoria, la partie 5 permet de tenir des audiences secrètes pour fournir à un juge des renseignements sur un suspect sans dire au juge qu'ils ont été obtenu par la torture. Par conséquent, j'espère vraiment que le ministre de la Sécurité publique se penchera de nouveau sur ces modifications à la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés. Si elles autorisent réellement cette pratique, alors il faut y remédier.
Regardons pourquoi ce projet de loi constitue une amélioration suffisante pour que je puisse voter en sa faveur. En passant, au comité, j'ai moi-même présenté 46 amendements au projet de loi. Ils visaient à garantir que des avocats spéciaux soient présents dans la pièce pour qu'une personne représentant l'intérêt public soit là lorsqu'un juge décernerait à un agent du SCRS un mandat lui permettant d'enfreindre la loi ou de violer la Charte. Le libellé entourant ce que les juges peuvent faire et la fréquence à laquelle ils peuvent le faire ainsi que le respect qu'ils doivent accorder à la Charte lorsqu'ils décernent un tel mandat est bien meilleur dans ce projet de loi, mais il est encore présent, et cela m'inquiète qu'on ne prévoit pas la présence d'avocats spéciaux dans la pièce.
Je ne peux pas dire que je raffole du projet de loi  C-59, mais il s'agit d'une énorme amélioration par rapport à ce que nous avons vu lors de la 41e législature avec le projet de loi C-51.
Pour les minutes qu'il me reste, j'aimerais parler de l'office de surveillance des activités en matière de sécurité et de renseignement.
C'est un point fondamental. C'est ce que le juge John Major qui présidait l'enquête sur la tragédie d'Air India a dit au comité lorsque ce dernier étudiait le projet de loi, en 2015. Il nous a dit que le fait que la GRC et le SCRS n'échangent pas leurs renseignements était tout simplement un trait de la nature humaine, et qu'il nous fallait un mécanisme de surveillance de haut calibre.
Il y a une certaine surveillance qui se fait — et le terme « surveillance » a ici une dimension d'après-coup —, alors le CSARS, le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité, garderait un oeil sur ce que le SCRS aurait fait pendant l'année, sauf que jusqu'à ce que ce projet de loi soit proposé, nous n'avons jamais eu d'organisme de sécurité pour surveiller ce que faisait tout ce beau monde. Il y a le SCRS, la GRC, l'Agence des services frontaliers du Canada et le Centre de la sécurité des télécommunications — cinq différents organismes qui s'appliquent à colliger des renseignements, mais toujours en vase clos. C'est pour cette raison que la création de l'office de surveillance des activités en matière de sécurité et de renseignement prévue aux termes du projet de loi est une grosse amélioration.
Results: 1 - 2 of 2