Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, before I get into the substantive remarks, I want to respond to an interesting comment made by my friend from Hull—Aylmer, who was asking in a question about actions taken by the previous government. There were many provisions in BillC-51 that were aimed at making Canadians safer. However, one thing I do not think has come up yet in the debate was a specific proposal that the Conservative Party put forward in the last election to make it illegal to travel to specific regions. There were certain exceptions built into the legislation, travel for humanitarian purposes, and for journalistic purposes perhaps. That was a good proposal, because when people are planning to travel to Daesh-controlled areas in Syria and Iraq, outside of certain very clearly defined objectives, it is fairly obvious what the person is going there to do. This was another proposal that we had put forward, one that the government has not chosen to take us up on, that I think eminently made sense. It would have given prosecutors and law enforcement another tool. Hopefully, that satisfies my friend from Hull—Aylmer, and maybe he will have further comments on that.
Substantively on Bill C-59, it is a bill that deals with the framework for ensuring Canadians' security, and it would make changes to a previous piece of legislation from the previous Parliament, BillC-51. There are a number of different measures in it. I would not call it an omnibus bill. I know Liberals are allergic to that word, so I will not say it is an omnibus bill. I will instead say that it makes a number of disparate changes to different parts of the act. I am going to go through some of those changes as time allows, and talk about some of the questions that are raised by each one. Certainly some of those changes are ones that we in the Conservative Party do not support. We are concerned about those changes making us less safe.
Before I go on to the particular provisions of the bill, I want to set the stage for the kinds of discussions we are having in this Parliament around safety and security. We take the position, quite firmly, that the first role of government is to keep people safe. Everything else is contingent on that. If people are not safe, all of the other things that a government does fall secondary to that. They are ultimately less important to people who feel that their basic security is not preserved. Certainly it is good for us to see consensus, as much as possible in this House, on provisions that would genuinely improve people's safety. Canadians want us to do it, and they want us to work together to realistically, in a thoughtful and hard-headed way, confront the threats that are in front of us.
We should not be naive about the threats we face, simply because any one of us individually has not interacted with a terrorist threat, although many people who were part of the previous Parliament obviously have interacted directly with a terrorist threat, given the attack that occurred on Parliament Hill. In any event, just because there are many threats that we do not see or directly experience ourselves, it does not mean they are not there. Certainly we know our law enforcement agencies are actively engaged in monitoring and countering threats, and doing everything they can to protect us. We need to be aware that those threats are out there. They are under the surface, but they are having an impact. There is a greater potential impact on our lives that is prevented if we give our security agencies and our law enforcement the tools that they need.
Many of these threats are things that people are aware of. There is the issue of radicalization and terrorism that is the result of a world in which the flow of information is much more across borders than it used to be. Governments can, to some extent, control the entry of people into their space, but they cannot nearly as effectively control the ideas of radicalization that come easily across borders and that influence people's perceptions. People can be radicalized even if they have never had any physical face-to-face interactions with people who hold those radical views. These things can happen over the Internet much more easily today than they did in the past. They do not require the face-to-face contact that was probably necessary in the past for the dissemination of extreme ideas. People living in a free western society can develop romanticized notions about extremism. This is a challenge that can affect many different people, those who are new to Canada, as well as people whose families have been here for generations.
This growing risk of radicalization has a genuine impact, and it is something that we need to be sensitive to. Of course, there are different forms of radicalization. There is radicalization advanced by groups like Daesh. We also need to aware of threats that are posed from extreme racist groups that may advocate targeting minorities, for instance, the shooting we saw at the mosque in Quebec City, or the attack that just happened at a mosque in Edson. These come out of extreme ideas that should be viewed as terrorism as well. Therefore, there are different kinds of threats that we see from different directions as the result of a radicalization that no longer requires a face-to-face interaction. These are real, growing, emergent threats.
There is also the need for us to be vigilant about threats from foreign governments. More and more, we are seeing a world in which foreign authoritarian governments are trying to project power beyond their borders. They are trying to influence our democratic system by putting messages out there that may create confusion, disinformation, and there may be active interference within our democratic system. There is the threat from radical non-state actors, but there are also threats from state actors, who certainly have malicious intent and want to influence the direction of our society, or may attack us directly, and want to do these sorts of things to their advantage. In the interest of protecting Canadians, we need to be aware and vigilant about these threats. We need to be serious about how we respond to them.
As much as we seek consensus in our discussion of these issues, we sometimes hear from other parties, when we raise these real and legitimate concerns, the accusation that this is spreading fear. We should not talk in these sorts of stark terms about threats that we face, as that is creating fear. The accusation is that it also creates division, because the suggestion that there might be people out there with radical ideas divides us. However, I think there is a difference between fear and prudence. We need to know that difference as legislators, and we need to be prudent without being fearful.
Fear, I think, implies an irrational, particularly an emotional response to threats that would have us freeze up, worry incessantly, stop going about our normal activities, or maybe even lead to the demonization of other people who someone might see as a threat. These are all things that could well be manifestations of fear, which is not good, obviously. However, prudence is something quite different. Prudence is to be aware of threats in a clear-headed, factual, realistic way. It is to say that thoughtfully, intellectually, reasonably, we need to do everything we can to protect ourselves, recognizing that if we fail to be prudent, if we do not take these rational, clear-headed steps to give our law enforcement agencies the tools they need to protect us from real risks that exist, then we are more liable to violence and terrorism. Also, obviously from that flows a greater risk of people being seized with that kind of emotional fearful response.
It is our job as legislators to encourage prudence, and to be prudent in policy-making. Therefore, when we raise concerns about security threats that we face, illegal border crossings, radicalization, and Daesh fighters returning to Canada, it is not because we are advocating for a fearful response, but rather we are advocating for a prudent response. Sometimes that distinction is lost on the government, because it is often typical of a Liberal world view to, perhaps with the best of intentions, imagine the world to be a safer place than it is.
Conservatives desire a better world, but we also look at the present world realistically. Sometimes one of the problems with Liberals is that they imagine the world to already be the way they would like it to be. The only way we get to a better, safer world, on many fronts, is by looking clearly at the challenges we face, and then, through that, seeking to overcome them.
It was variously attributed to Disraeli, Thatcher, or Churchill, but the line “the facts of life are conservative” is one that sticks out to me when we talk about having a prudent, clear-sighted approach to the threats we face. My colleague, the member for Thornhill, may correct me on who originally said that. Disraeli lived first, so we will say it was probably him.
Now, having set the framework through which we view, and I think we ought to view this bill, I want to speak specifically to a number of the changes that have been put forward. One of points we often hear from the government is about changes it has made with respect to the issue of torture. An amendment was proposed at committee. I understand that this was not part of the original bill, but came through in an amendment. It restates Canada's position that torture is obviously not acceptable. There is no disagreement in this House about the issue of torture. Obviously, we all agree that torture is unacceptable. Some of the aspects of this amendment, which effectively puts into law something that was already in a ministerial directive, is obviously not a substantial change in terms of changing the place or the mechanism by which something is recognized that was already in place.
Of course, when it comes to torture, it is a great opportunity for people in philosophy classrooms to debate, theoretically, what happens if there is information that could save lives that could be gained that way. However, the reality is the evidence demonstrates that torture not only is immoral, but is not effective at gathering information. A commitment to effectiveness, to giving our law enforcement agencies all the tools that are necessary and effective, while also opposing torture, are actually quite consistent with each other. I do not think there is anything substantively new with respect to those provisions that we are seeing from the government.
It is important to be clear about that. There are areas on which we agree; there are areas on which we disagree. However, there are areas on which we agree, and we can identify that clearly.
There are some other areas. In the beginning, the bill introduces a new national security and intelligence review agency. There is a new administrative cost with this new administrative agency. One of the questions we have is where that money is going to come from. The government is not proposing corresponding increases to the overall investment in our security agencies.
If a new administrative apparatus is added, with administrative costs associated with it, obviously that money has to come from somewhere. Likely it is a matter of internal reallocation, which effectively means a fairly substantial cut to the operational front-line activities of our security agencies. If that is not the case, I would love to hear the government explain how it is not, and where the money is coming from. It seems fairly evident that when something is introduced, the cost of which is about $97 million over five years, and that is an administrative cost, again that money has to come from somewhere. With the emergence and proliferation of threats, I know Canadians would not like to see what may effectively amount to a cut to front-line delivery in terms of services. That is clearly a concern that Canadians have.
Part 2 deals with the intelligence commissioner, and the Liberals rejected expedited timing requirements on the commissioner's office. This effectively means that security operations may be delayed because the commissioner is working through the information. There are some technical aspects to the bill, certainly that we have raised concerns about, and we will continue to raise concerns about them. We want to try to make sure that our security agencies, as my colleagues have talked about, have all the tools they need to do their job very effectively.
Now, this is something that stuck out to me. There are restrictions in part 3 to security and intelligence agencies being able to access already publicly available data.
Effectively, this bill has put in place restrictions on accessing that data, which is already publicly available. If security agencies have to go through additional hoops to access information that is already on Facebook or Twitter, it is not clear to me why we would put those additional burdens in place and what positive purpose those additional restrictions would achieve. That is yet another issue with respect to the practical working out of the bill.
Given the political context of some of these changes, one wonders why the government is doing this. It is because the Liberals put themselves in a political pickle. They supported, and voted for, BillC-51. The current Prime Minister, as a member of the then third party, voted in favour of that legislation. However, the Liberals then wanted to position themselves differently on it, and so they said they were going to change aspects of it when they got into government. Some of those changes serve no discernible purpose, and yet they raise additional questions regarding the restrictions they would put on our law enforcement agencies' ability to operate effectively and efficiently.
Part 4 of the proposed legislation puts additional restrictions on interdepartmental information-sharing. Members have spoken about this extensively in the debate, but there are important points to underline here.
The biggest act of terrorism in our country's history, the Air India bombing, was determined to have been preventable by the Air India inquiry. The issue was that one agency was keeping information from another agency that could have prevented the bombing. Certainly, if information is already in the hands of government, it makes sense to give our agencies the tools to share that information. It seems fairly obvious that people should be able to share that information. It is clearly in the national interest. If it can save lives to transfer information effectively from one department to another with regard to files about individuals who may present a security threat, and if CSIS already has that information and is going to share it with the RCMP, I think all Canadians would say that makes sense. However, Bill C-59 would impose additional restrictions on that sharing of information.
Through taking a hard-headed look at the threats we face and the need to combat them, parliamentarians should be concerned about those particular provisions in this bill.
Another issue raised in this bill is that of threat disruption. Should security agencies be able to undertake actions that disrupt a security threat? Previously, under BillC-51, actions could be taken to disrupt threats without a warrant if those actions were within the law. If there was a need to do something that would normally be outside of the law, then a warrant would be required, but if it was something ordinarily within the remit of the law, then agencies could proceed with it. It could be something like talking to the parents of a potential terrorist traveller, and alerting them to what was going on in the life of their child, or being present in an online chatroom to try to counter a radicalizing message. These things are presently legal under Bill C-51.
However, under Bill C-59, there would be a much higher standard with respect to the activities that would require a warrant, which include disseminating any information, record, or document. It seems to me that something as simple as putting a security agent in an online chatroom to move the conversation in a particular direction through the dissemination of information would require a warrant, which can create challenges if one wants to engage in an organic conversation so as to counter messages in real time.
All of us in the House believe in the need for parameters and rules around this, but BillC-51 established parameters that allowed for intervention by law enforcement agencies where necessary. It did keep us safe, and unfortunately Bill C-59 would make this more difficult and muddies the waters. That is why we oppose it.
Monsieur le Président, avant d'entrer dans le vif du sujet, je souhaite répondre à une observation intéressante formulée par le député de Hull—Aylmer alors qu'il posait une question à propos des gestes posés par l'ancien gouvernement. De nombreuses dispositions du projet de loi C-51 avaient pour but d'améliorer la sécurité des Canadiens. Je crois que personne n'a encore mentionné, pendant le débat, une proposition faite par le Parti conservateur pendant la dernière campagne électorale: il proposait qu'il soit illégal de se rendre dans certaines régions. La mesure législative prévoyait des exceptions, notamment si le voyage avait un but humanitaire ou s'il s'agissait d'un travail journalistique. C'était une proposition judicieuse car, lorsqu'une personne a l'intention de se rendre dans une région de Syrie ou d'Irak sous le contrôle de Daech, on peut deviner assez facilement ce qu'elle compte y faire, sauf si elle a une raison précise de s'y rendre. C'était l'une de nos propositions. Le gouvernement a choisi de ne pas y donner suite, mais elle avait beaucoup de sens, je crois. Elle aurait fourni aux procureurs et aux forces de l'ordre un outil de plus. J'espère que cette réponse satisfera le député de Hull—Aylmer, qui aura peut-être d'autres observations à ce sujet.
Je reviens donc au projet de loi  C-59, qui porte sur le cadre conçu pour assurer la sécurité des Canadiens. Il vise à modifier une mesure adoptée pendant la législature précédente, soir le projet de loi C-51. Le projet de loi à l'étude contient plusieurs mesures. Je ne le qualifierai pas de projet de loi omnibus, puisque les libéraux sont allergiques à ce terme. Disons plutôt qu'il apporte une variété de modifications à différentes parties de la loi. Je m'attarderai sur quelques-uns de ces changements, en fonction du temps dont je dispose, et je parlerai des questions qu'ils soulèvent. Certains de ces changements n'ont pas l'appui des conservateurs, de toute évidence, car nous craignons qu'ils nuisent à la sécurité des Canadiens.
Avant de passer aux dispositions particulières du projet de loi, j'aimerais préparer le terrain pour le genre de discussions que nous avons dans le cadre de la présente législature au sujet de la sécurité et de la sûreté. Nous sommes fermement convaincus que le premier rôle du gouvernement est d'assurer la sécurité des gens. Tout le reste dépend de cela. Si les gens ne sont pas en sécurité, toutes les autres choses qu'un gouvernement fait qui sont secondaires à ce rôle sont en fin de compte moins importantes pour les gens qui estiment que leur sécurité de base n'est pas assurée. Il est certainement bon pour nous de voir un consensus, autant que possible à la Chambre, sur des dispositions qui amélioreraient réellement la sécurité des personnes. Les Canadiens veulent que nous le fassions, et ils veulent que nous travaillions ensemble pour faire face, de façon réaliste, réfléchie et déterminée, aux menaces qui pèsent sur nous.
Nous ne devrions pas être naïfs au sujet des menaces qui pèsent sur nous simplement parce que l'un d'entre nous n'a pas été victime d'une menace terroriste, même si de nombreuses personnes qui faisaient partie de la législature précédente ont manifestement été en contact direct avec une menace terroriste, étant donné l'attaque qui s'est produite sur la Colline du Parlement. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas parce qu'il y a beaucoup de menaces que nous ne voyons pas ou que nous ne ressentons pas directement que cela signifie qu'elles n'existent pas. Nous savons certainement que nos organismes d'application de la loi sont activement engagés dans la surveillance et la lutte contre les menaces et qu'ils font tout ce qu'ils peuvent pour nous protéger. Nous devons être conscients que ces menaces existent. Elles sont sous la surface, mais elles ont un impact. Pour éviter un impact potentiel plus important sur nos vies, nous devons donner à nos organismes de sécurité et à nos forces de l'ordre les outils dont ils ont besoin.
Beaucoup de ces menaces sont des choses dont les gens sont conscients. Il y a la question de la radicalisation et du terrorisme qui est le résultat d'un monde dans lequel la circulation de l'information est beaucoup plus transfrontalière qu'elle ne l'était auparavant. Les gouvernements peuvent, dans une certaine mesure, contrôler l'entrée des personnes dans leur espace, mais ils ne peuvent pas contrôler aussi efficacement les idées de radicalisation qui traversent facilement les frontières et qui influent sur les perceptions des gens. Les gens peuvent être radicalisés même s'ils n'ont jamais été physiquement face à face avec des gens qui ont des opinions radicales. Ces choses peuvent se produire sur Internet beaucoup plus facilement aujourd'hui que par le passé. Ils n'ont pas besoin de la présence physique qui était probablement nécessaire dans le passé pour la diffusion d'idées extrêmes. Les gens qui vivent dans une société occidentale libre peuvent ainsi développer des idées romancées sur l'extrémisme. Il s'agit d'une réalité qui peut toucher de nombreuses personnes différentes, tant celles qui sont nouvelles au Canada que les personnes dont les familles sont ici depuis des générations.
Ce risque croissant de radicalisation a un impact réel, et c'est quelque chose auquel nous devons être sensibles. Bien sûr, il existe différentes formes de radicalisation. Il y a la radicalisation avancée par des groupes comme Daesh. Nous devons également être conscients des menaces que représentent les groupes racistes extrêmes qui peuvent préconiser le ciblage des minorités, par exemple, la fusillade à la mosquée de Québec ou l'attaque qui vient de se produire dans une mosquée à Edson. Il s'agit d'idées extrêmes qui devraient également être considérées comme du terrorisme. Par conséquent, il y a différents types de menaces que nous voyons comme le résultat d'une radicalisation qui ne nécessite plus d'interaction face à face. Il s'agit de menaces réelles, croissantes et émergentes.
Il est également nécessaire que nous soyons vigilants face aux menaces des gouvernements étrangers. De plus en plus, nous voyons un monde dans lequel des gouvernements autoritaires étrangers tentent d'exercer du pouvoir au-delà de leurs frontières. Ils essaient d'influer sur notre système démocratique en diffusant des messages qui peuvent créer de la confusion, de la désinformation et de l'ingérence active au sein de notre système démocratique. Il y a la menace des acteurs non étatiques radicaux, mais il y a aussi les menaces des acteurs étatiques, qui ont certainement des intentions malveillantes et qui veulent avoir un impact sur l'orientation de notre société, ou qui peuvent nous attaquer directement, et qui veulent faire ce genre de choses à leur avantage. Dans l'intérêt de la protection des Canadiens, nous devons être conscients et vigilants face à ces menaces. Nous devons être sérieux quant à la façon dont nous y réagissons.
Même si nous cherchons le consensus dans nos discussions sur ces questions, nous entendons parfois les autres partis, lorsque nous soulevons ces préoccupations réelles et légitimes, nous accuser de répandre la peur. Il semble que nous ne devrions pas parler en des termes si durs des menaces auxquelles nous sommes confrontés, car cela crée de la peur. L'accusation est que cela crée aussi la division, parce que la suggestion qu'il pourrait y avoir des gens qui ont des idées radicales nous divise. Cependant, je pense qu'il y a une différence entre la peur et la prudence. Nous devons connaître cette différence en tant que législateurs, et nous devons être prudents sans avoir peur.
La peur, je pense, implique une réponse irrationnelle, particulièrement une réponse émotionnelle aux menaces qui nous paralyseraient, nous feraient nous inquiéter sans cesse, nous feraient arrêter nos activités normales, ou peut-être même conduire à la diabolisation d'autres personnes que quelqu'un pourrait voir comme une menace. Ce sont toutes des choses qui pourraient bien être des manifestations de peur, ce qui n'est pas bon, évidemment. Cependant, la prudence est toute autre chose. La prudence consiste à être conscient des menaces d'une manière claire, factuelle et réaliste. C'est dire qu'intellectuellement, raisonnablement, nous devons faire tout ce que nous pouvons pour nous protéger, en reconnaissant que si nous ne faisons pas preuve de prudence, si nous ne prenons pas ces mesures rationnelles et lucides pour donner à nos organismes d'application de la loi les outils dont ils ont besoin pour nous protéger des risques qui existent réellement, alors nous sommes plus susceptibles d'être victimes de violence et de terrorisme. Dans une telle situation, il est évident qu'il y a un plus grand risque que les gens soient victimes de ce genre de réaction de peur émotionnelle.
C’est notre tâche à titre de législateurs d’inviter à la prudence, et d’être prudents dans l’élaboration des politiques. Par conséquent, lorsque nous soulevons des craintes à propos des menaces pour la sécurité auxquelles nous faisons face, les traversées illégales à la frontière, la radicalisation et le retour au Canada des combattants de Daech, ce n’est pas parce que nous préconisons une réaction craintive, mais plutôt parce que nous préconisons une réaction prudente. Le gouvernement ne fait parfois pas cette distinction parce qu’il est souvent typique de la vision libérale du monde, peut-être avec les meilleures intentions, d’imaginer que le monde est plus sûr qu’il ne l’est en réalité.
Les conservateurs veulent un monde meilleur, mais nous jetons aussi un regard réaliste sur le monde actuel. Un des problèmes des libéraux est qu’ils imaginent parfois que le monde est déjà tel qu’ils aimeraient qu’il soit. La seule manière d’avoir un monde meilleur, plus sûr, sous plusieurs angles, est de regarder avec lucidité les défis auxquels nous faisons face puis, par cela, de chercher à les surmonter.
On l’a attribué à différents moments à Disraeli, à Thatcher et à Churchill, mais l’adage « les faits sont conservateurs » revient constamment lorsqu’on parle d’une approche prudente et lucide des menaces qui nous guettent. Mon collègue de Thornhill pourra me corriger sur l’auteur initial de la citation. Comme Disraeli est le plus ancien de la liste, c’était probablement de lui.
Maintenant que j’ai précisé par quelle lentille nous regardons, et par quelle lentille nous devrions examiner ce projet de loi, je désire aborder un certain nombre de changements précis qui sont proposés. Un des éléments dont parle souvent le gouvernement, ce sont les changements qu’il a apportés sur la question de la torture. Un amendement a été proposé en comité. Selon ce que je comprends, cela ne faisait pas partie du projet de loi initial, mais a été proposé dans le cadre d’un amendement. Il réitère la position du Canada à l’effet que la torture est évidemment inacceptable. Il n’y aucun désaccord au sein de la Chambre sur la question de la torture. Manifestement, nous sommes tous d’accord sur le caractère inacceptable de la torture. Certains éléments de cet amendement, qui édicte ce qui était déjà une directive ministérielle, ne constituent de toute évidence pas un changement de fond quant à la manière ou la place dont on exprimait cela.
Bien sûr, lorsqu’on parle de torture, c’est une excellent occasion pour se demander en théorie, dans les cours de philosophie, ce qui se passerait si une information obtenue de cette façon pouvait sauver des vies. Dans la réalité cependant, les faits indique que la torture est non seulement immorale, mais qu’elle n’est pas efficace pour réunir du renseignement. Un engagement à l’égard de l’efficacité, de la fourniture aux organismes d’application de la loi tous les outils nécessaires et efficaces, est en fait très cohérent avec l’interdiction de la torture. Je ne crois pas qu’il y a quoi que ce soit de fondamentalement nouveau dans les dispositions proposées par le gouvernement.
Il est important d’être limpide à ce sujet. S'il y a des éléments sur lesquels nous sommes d’accord, il y en a cependant d’autres sur lesquels nous sommes en désaccord; nous pouvons clairement les cerner.
Il y a d’autres éléments. Dès l’abord, le projet de loi instaure l’Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement. Ce nouvel organisme administratif s’accompagne de nouveaux coûts administratifs. Une des questions que nous posons est d’où viendra l’argent. Le gouvernement ne propose pas d’augmentation correspondante de notre investissement global dans nos organismes de sécurité.
Si l'on ajoute un nouveau rouage à l'appareil administratif de l'État, avec des coûts administratifs qui lui sont associés, il est évident qu'il faut trouver de l'argent quelque part pour financer une telle mesure. L'argent viendra probablement d'une réaffectation interne de l'enveloppe budgétaire, ce qui engendrera dans les faits une réduction assez substantielle des sommes que les organismes de sécurité du pays consacrent à leurs activités de première ligne, sur le terrain. Si ce n'est pas le cas, je serais très heureux d'entendre le gouvernement nous expliquer comment ce sera possible et d'où viendra l'argent. Il paraît assez évident que, lorsqu'un travail administratif doit être effectué au coût d'environ 97 millions de dollars sur cinq ans, l'argent doit venir de quelque part. Vu le rythme auquel les risques pour la sécurité apparaissent et prolifèrent, je sais que les Canadiens n'aimeraient pas voir des compressions dans les services de première ligne. C'est nettement un objet de préoccupation pour les Canadiens.
La partie 2 porte sur le commissaire au renseignement, et les libéraux ont rejeté l'idée de fixer des délais dans lesquels le personnel du commissaire devrait faire son travail. Les opérations de sécurité pourraient donc être retardées parce que le personnel du commissaire est en train d'analyser l'information. Le projet de loi pose certains problèmes d'ordre technique, que nous avons bien sûr soulignés, et nous continuerons de le faire. Nous voulons nous assurer, comme mes collègues l'ont dit, que les organismes canadiens chargés de la sécurité ont les outils nécessaires pour faire leur travail très efficacement.
C'est quelque chose qui a retenu mon attention. La partie 3 prévoit des restrictions quant à la capacité des organismes de sécurité et de renseignement d'accéder à des données accessibles au public.
Effectivement, le projet de loi prévoit des restrictions pour ce qui est d'accéder à des données auxquelles le public a déjà accès. Je ne vois pas pourquoi les organismes de sécurité devraient surmonter de nouveaux obstacles pour obtenir de l'information qui figure déjà sur Facebook ou sur Twitter, et je ne vois pas de quelle façon ces restrictions supplémentaires pourraient donner des résultats favorables. C'est un autre point à régler en ce qui concerne le fonctionnement du projet de loi.
Compte tenu du contexte politique de certains des changements, on peut se demander pourquoi le gouvernement prend une telle mesure. C'est parce que les libéraux se sont mis dans le pétrin sur le plan politique. Ils ont appuyé le projet de loi C-51 et ils ont voté pour son adoption. Le premier ministre actuel, qui était alors membre du troisième parti, a voté pour cette mesure législative. Cependant, les libéraux ont voulu par la suite modifier leur position à cet égard, et c'est pourquoi ils ont affirmé qu'ils apporteraient certains changements lorsqu'ils arriveraient au pouvoir. Certains de ces changements ne sont d'aucune utilité évidente. Malgré cela, ils soulèvent d'autres questions quant aux restrictions qu'ils imposeraient aux organismes d'application de la loi et qui auraient une incidence sur la capacité de ces organismes de mener leurs activités avec efficacité et efficience.
La partie 4 du projet de loi prévoit d'autres restrictions en ce qui concerne la communication de renseignements entre ministères. Les députés en ont parlé longuement dans le cadre du débat, mais il y a des éléments importants à prendre en compte.
Le plus grand acte de terrorisme dans l'histoire du pays, l'attentat d'Air India, aurait pu être évité, selon l'enquête menée à la suite de la tragédie. Le problème est qu'un organisme ne communiquait pas les renseignements à un autre organisme, ce qui aurait pu empêcher l'attentat. Si les renseignements sont déjà entre les mains du gouvernement, il est certainement logique de donner aux organismes les outils pour échanger ces renseignements. Il semble assez clair que les gens devraient être en mesure d'échanger ces renseignements. C'est manifestement dans l'intérêt national. Si le transfert efficace de renseignements d'un ministère à l'autre concernant les dossiers d'individus pouvant présenter une menace pour la sécurité peut sauver des vies, et que le Service canadien du renseignement de sécurité dispose déjà de ces renseignements et qu'il les communiquera à la GRC, je pense que tous les Canadiens diraient que c'est logique. Cependant, le projet de loi  C-59 imposera d'autres restrictions à cet échange de renseignements.
En examinant froidement les menaces qui nous guettent et la nécessité de les combattre, les parlementaires devraient être préoccupés par ces dispositions du projet de loi.
On a soulevé un autre enjeu relativement à ce projet de loi, à savoir le fait de contrer les menaces. Les organismes de sécurité devraient-ils pouvoir prendre des mesures en vue de contrer une menace à la sécurité? Auparavant, au titre du projet de loi C-51, on pouvait prendre des mesures sans demander de mandat afin de contrer des menaces si ces mesures étaient légales. S'il fallait faire quelque chose qui est normalement illégal, un mandat était nécessaire, mais si les mesures étaient d'ordinaire légales, les organismes pouvaient intervenir. Il peut s'agir par exemple de parler aux parents d'un voyageur terroriste potentiel pour les aviser de ce qui se passe dans la vie de leur enfant ou encore d'assurer une présence dans un salon de clavardage en ligne pour tenter de contrer un message de radicalisation. Ces mesures sont actuellement légales au titre du projet de loi C-51.
Toutefois, au titre du projet de loi  C-59, les normes seront beaucoup plus élevées quant aux activités qui nécessiteront un mandat, notamment pour la communication d'information, de dossiers ou de documents. Il me semble que le fait d'exiger un mandat pour quelque chose d'aussi simple que de faire intervenir un agent de sécurité dans un salon de clavardage en vue d'orienter une conversation dans une direction précise en disséminant de l'information peut créer des difficultés si on souhaite entretenir une conversation naturelle afin de contrer les messages en temps réel.
Tous les députés croient qu'il est nécessaire que des paramètres et des règles encadrent ces mesures, mais le projet de loi C-51 a déjà établi des paramètres permettant aux organismes d'application de la loi d'intervenir lorsque c'est nécessaire. Cette mesure législative a permis d'assurer notre sécurité, mais, malheureusement, le projet de loi  C-59 compliquera cette tâche et sèmera la confusion. Voilà pourquoi nous nous y opposons.
Result: 1 - 1 of 1