Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Matthew Dubé Profile
NDP (QC)
View Matthew Dubé Profile
2018-05-28 17:13 [p.19762]
moved:
Mlotion No. 1
That Bill C-59 be amended by deleting the short title.
Motion No. 2
That Bill C-59, in Clause 49.1, be amended:
(a) by replacing lines 13 to 15 on page 43 with the following:
“3 (1) The Governor in Council must issue written directions to all deputy heads prohibiting”
(b) by deleting line 25 on page 43 to line 2 on page 44.
He said: Mr. Speaker, it is unfortunate that the third motion, which pertained to one of my amendments, was not selected by the Chair, but I will still come back to the important points about it in a few moments. Just because it was not selected does not mean we cannot talk about it.
We are near the end of what has been a very long road with this government on an issue that dates back to even before the Liberals took office. Obviously, we must recognize that Bill  C-59 is the result of the Liberals' approach. On one hand, during the last Parliament they supported Stephen Harper's draconian bill, Bill C-51, and on the other, they claimed that there were a lot of problems with the bill. The Liberals told people not to worry, however, because when they took office they would fix all of those problems. That was problematic for obvious reasons. If the bill was so flawed, posed so many problems with regard to national security matters, and violated Canadians' rights and freedoms, the Liberals should not have voted to pass it, and yet that is exactly what was happening with Bill C-51.
Let us fast-forward a little. After the Liberals were elected, they waited two years to introduce the legislation. They said that they had to hold public consultations. I will come back to that.
Meanwhile, the Canadian Security Intelligence Service, or CSIS, used the power to disrupt threats bestowed upon it by Bill C-51. CSIS confirmed that in committee.
While we waited those two years for the government to consult, even though the election promise had been to consult on a specific piece of legislation, this was open consultation, or so it would seem. However the problem was, and many experts decried this, the fact that the government's green paper seemed to indicate, through some of the notions that were put forward, that some of these aspects were already a foregone conclusion. There was a definite bent more toward the side of intelligence gathering and law enforcement, and certainly a lack of substantive points being made in favour of the other side of that, which was protecting Canadians' rights and privacy.
Too often the Liberals, in the committee in particular, like to put the word “balance” forward. As we heard from representatives of the Canadian Civil Liberties Association, when they presented at committee, balance implies that something is being taken away from one side or the other to achieve said balance. For us, the question of rights and liberties, and certainly the protection of Canadians' privacy, is not something that can almost be a victim of that type of compromise required to achieve said balance.
The other aspect that was not included in the public consultations, but that eventually became a central topic in our committee study, is the Communications Security Establishment, or CSE.
CSE, as members will know, is under the purview of the Minister of National Defence and its mandate is given to it by the National Defence Act. However, despite promises to no longer come forward with omnibus legislation, the Liberals have taken something that is the purview of the Minister of National Defence, something that the national defence committee has the institutional memory to study, all due respect to me and my colleagues on the public safety committee, and put it into this legislation.
That ended up taking up inordinate amounts, and rightly so, of time at the committee. These new powers being given to CSE and the huge change being made to CSE's mandate took up a lot of space and led to the most questions, not just from members but also from some of the experts who were there. Quite frankly, as far as we are concerned, many of those questions still remain without answers.
For example, there is the issue of CSE's cyber defence capabilities, as well as its offensive and active capabilities. The experts asked many questions on that subject. I introduced an amendment in committee to eliminate these powers, but it was not intended to compromise the safety of Canadians or our cybersecurity. We still kept CSE's defensive powers and capabilities in place. However, we had the right to ask questions, as I did with the senior CSE officials, though I did not get satisfactory answers, especially about what all this means for our country's military future.
CSE is governed by the National Defence Act, but it is a civilian agency, not a military one. However, Bill  C-59, and now the federal budget and the legislation that the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness says will be tabled this fall, is opening the door to capability sharing between CSE and Canadian Forces to improve our cyber capabilities in a military context or even in war zones.
I posed questions to the chief of the CSE and other officials who were present throughout different stages of the study. I said that there was some debate in the context of international law as to what sovereignty meant in this digital age. An act of war is when one infringes on someone's sovereignty, but is a server part of one's sovereignty? What is the role that data is playing in this? Certainly, colleagues who work on the trade file had similar concerns that they raised.
I asked these questions in the context of information-sharing capabilities with Canadian Forces. All I was able to get as an answer was that this stuff was already being done and it was better that it be codified in the law with all the protections, oversight, and review. Pardon me for being glib, but that all comes with that. However, it is not enough. If a foreign state actor, as the bill describes, engages in some kind of activity, we are talking about the Minister of National Defence having the capability to interfere with intellectual property and to be engaged in an active way.
In this era, when the federal budget is talking about more and more capability sharing between police and intelligence services, which let us not forget is what CSE is, ultimately, as it is not any kind of offensive entity but rather deals with foreign intelligence, and then to involve the Canadian Armed Forces, we are going down a slippery slope. This is not an issue I raise. It was one that witnesses raised time and again throughout this study.
Part of the reason why I tabled amendments, which were unfortunately voted down by the Liberals at committee, was to remove these elements, not because we disagreed, although they certainly are concerning, but because they required proper study. They should not have been part of omnibus legislation. They had nothing to do with the previous BillC-51. Nor were they part of the public consultations that both the minister did and the committee did.
That is important. I know the answer I will get is that all the issues relate to national security. That is not enough. We need to be able to examine these issues more thoroughly, and that is certainly not the feeling we got.
Lets continue to look at part three of the bill that has to do with CSE. One of my amendments was unfortunately deemed inadmissible by the Chair, because it was too similar to another amendment I had proposed and that my colleague, the leader of the Green Party, had also proposed. The motion was almost word for word what the experts had suggested. It had to do with publicly available information. We will come back to this concept.
The concept, as it currently exists, is important because it gives CSIS and CSE the power to collect publicly available information. With respect to CSE, we were told over and over again that its mandate does not concern Canadians, since the legislation explicitly prohibits it from targeting Canadians. We must be careful, though, and we have to read part three of the bill, subclause 23 and 24, and the next few subclauses.
Subclause 23 indicates that, despite the ban on targeting Canadians, the centre can collect publicly available information for study and research purposes. In short, it lists a number of things to advance its mandate. Even collecting information inadvertently is allowed. This is very problematic.
We tried to do a few things to fix that. The first was to change the definition of “publicly available information”. That is because when I asked representatives of the CSE if the information that Cambridge Analytica legally but immorally stole from Canadians and others throughout the world through Facebook would be part of publicly available information under the definition provided in this legislation, I got a one-word answer, which is rare in these parts. It was “yes”.
What does my amendment propose to do? The Liberals said not to worry, that they would deal with it. They put in the words “a reasonable expectation of privacy”. That is good. That was part of my amendment as well, as was it part of the amendment brought by the member for Saanich—Gulf Islands. However, there is a whole slew of information missing from that. Allow me to read it to the House, since unfortunately it was deemed inadmissible and voted down by Liberals at committee.
It states that it would also include, along with information where Canadians have a reasonable expectation of privacy, “information that is published or broadcast only to a selected audience or information that is subscribed to or purchased illegally”, in other words, the prohibition on information purchased illegally. That is the problem with these amendments sometimes when one is reading them without the rest of the text that follows. Why is that important? It is important because despite the assurances that we got, there are a lot of questions about this. These are questions and concerns that some of the foremost experts in the field all have as well.
I also proposed an amendment for a catch-and-release principle, for information acquired incidentally on Canadians by the CSE. If it truly does not need the information captured incidentally, I understand it. That happens sometimes when one is going to study the information infrastructure in Canada. Therefore, we had a reasonable compromise, which was that if it happens, the centre has a responsibility to get rid of it. That was another amendment that was voted down by the Liberals on the committee.
I could speak at length about the CSE aspects, but I have only 20 minutes for my speech. It just goes to show how complex and worrisome the new concepts are and how we are far from having enough time to address them today. I would even say that we had very little time in committee as well. I have been in Parliament for seven years, and for the first time since becoming an MP, even though I can be quite verbose, my mike was constantly cut off and not through any fault of the chair, but because we simply did not have enough time to get into the details. I am not blaming the committee chair, who does excellent work on this study. Unfortunately, we did not have enough time for this conversation.
I want to come back to something more specific that affects more than just CSIS. I am talking about one of my amendments that were deemed admissible. Amendments that go beyond the scope of a bill can be proposed when that bill is referred to committee before second reading, as this one was, and the Liberals took advantage of that.
The Liberals used that opportunity to essentially present a new bill into the legislation dealing with the question of information obtained under use of torture, which bafflingly the Conservatives voted against. However, we do not have time to get into that today.
I voted in favour of it, for two reasons, but it does not go far enough, and we are going to get to that. The first reason is because the fact that it was even on the table was an acknowledgement that the status quo is not good enough, that the ministerial directives right now are not good enough, and that having these concepts more explicitly enshrined in law is always a good thing. Even though some of these symbolic statements in legislation sometimes seem to be only that, symbolic, they guide the decisions made and the advice given when these agencies seek legal opinions and so forth. On that front, it is a good thing. The other reason I supported it was because it is better than nothing. However, the language that remains is that the Governor in Council “may” issue directives to deputy heads. At the end of the day, we remain in the same situation we were in before. These were all recorded votes, so Canadians can check them.
Let me say for the record that I offered more explicit amendments to nearly every section of the bill that dealt with one of these agencies, putting in an explicit prohibition on using information that may have been obtained under the use of torture. Every single Liberal and Conservative on the committee voted against them. That is absolutely shameful.
Here is the motion that is before us today: that “The Governor in Council must issue written directions to all deputy heads...” At the very least, even though we are still dealing with ministerial directives, that obliges the government of the day to issue the directions, even though we already know that the directives themselves have loopholes. Even if the current directives, I will acknowledge, are stronger than the ones in the previous government, there are still holes in them, and those holes need to be addressed.
It is sad to see that my amendments, which would have at least done something to prohibit the use of that type of information, were defeated through the committee process.
Speaking of my amendments, I want to mention one thing I forgot at the beginning of my speech, since I think the Canadians watching us will find it interesting. The government said that it was open to suggestions from the opposition. I suggested 120 amendments, and just four of them were accepted by the Liberals. Three were accepted on the condition that I use the Liberals' wording, and the other was accepted because it was just a preamble. Not a single one of the Conservatives' 25 or 29 amendments was accepted. Not a single one of the Green Party's 55 amendments was accepted either.
The Liberals proposed amendments. Anyone can look at them, they are public. The Liberals put forward one amendment and decided to withdraw the others because they had an inferior one to replace them. I therefore proposed the Liberals' amendments myself, and they voted against their own amendments. That speaks volumes about the process.
I have just three minutes left, and I have only spoken about one part of the bill. I just spent 20 minutes giving a speech on the flaws of a single part of a bill that has 10 parts. That tells you everything you need to know about the flaws in this bill, not to mention the fact that CSIS retains its power to disrupt and to detain without any right to counsel, as was the case with the former Bill C-51.
Without mentioning that apart from changing the word “sharing” to “disclosure”, even though the word “disclosure” was there, what was qualified by groups like the B.C. Liberties Association, among others, as a cosmetic change at best to the information sharing regime remains in place. It was one of the biggest criticisms we had, and a reason for voting against BillC-51 in the previous Parliament.
We will get to that through a future point of order, but hopefully we can vote on different elements of the bill. There are two parts that are good, review and oversight. Despite the fact that we tried to make changes to the review body to make it more accountable to Parliament and less to the executive, it was rejected. With the real-time oversight of the intelligence commissioner, we tried to make that a full-time position. I was not able to propose those changes, as they would require royal prerogative, which I, as an opposition member, do not have. Perhaps I can enter a final plea, although at report stage it is probably too late for that.
It is all too clear that, on the one hand, the Liberals did not want the Conservatives to criticize them for standing up for the rights and freedoms of Canadians and, on the other hand, they wanted to try to protect their progressive image in light of our legitimate criticisms that they have failed in their duty to protect the rights and freedoms of Canadians. Despite all the time we were able to dedicate to the study, despite the public consultations, questions from experts, criticisms from members, and a grandiose announcement that the Liberals were going to do things differently in committee, still, all of our amendments were rejected. The same system will remain in place and not enough improvements are being made in terms of what the Conservatives proposed.
In conclusion, it is true that we are entering a brave new world. We certainly know that in this digital age. I acknowledge that the threats are evolving and we need to address them. There is no doubt about that. However, one thing is for sure: right now, the ability of these agencies to act is outpacing the protections that Canadians have for their rights and freedoms, and their privacy.
That, for me and my party, is completely unacceptable, because at the end of the day, if we truly want to defeat these threats and what they stand for, if we truly want to stand on the other side of that terror and on the right side of history, it means standing up for Canadians' rights and freedoms. This bill just would not do that, and we will continue to oppose it. It is absolutely unfortunate, because we heard that better is always possible, but it does not seem to be with this legislation.
propose:
Motion no 1
Que le projet de loi C-59 soit modifié par suppression du titre abrégé.
Motion no 2
Que le projet de loi C-59, à l'article 49.1, soit modifié:
a) par substitution, aux lignes 8 à 10, page 43, de ce qui suit:
« 3 (1) Le gouverneur en conseil donne à tous les administrateurs généraux des instructions écrites interdisant: »
b) par suppression des lignes 19 à 31, page 43.
— Monsieur le Président, c'est dommage que la troisième motion pour un de mes amendements n'ait pas été retenue par la présidence, mais je reviendrai quand même dans quelques instants à la question substantielle de ce qui en était. Cela ne nous empêche pas d'en parler, bien sûr.
Nous sommes près de la fin d'une très longue route avec ce gouvernement, et qui date d'avant son élection. Évidemment, nous devons reconnaître que le projet de loi  C-59 est le résultat de l'approche des libéraux qui, lors de la dernière législature, appuyaient d'une part le projet de loi draconien de Stephen Harper, le projet de loi C-51, et d'autre part, prétendaient qu'il y contenait un grand nombre de problèmes. Toutefois, il ne fallait pas avoir de crainte et les élire, car ils allaient les régler. C'était problématique pour des raisons qu'on peut bien évidemment constater. S'il y avait de si grands problèmes, on ne pouvait pas se contenter, en parlant de sécurité nationale, mais surtout des droits et des libertés des Canadiens, d'adopter quelque chose qui les enfreignait. C'est exactement ce qu'on constatait dans le projet de loi C-51.
Avançons dans le temps: après l'élection du gouvernement libéral, ils ont attendu deux ans avant d'enfin déposer la mesure législative. Les libéraux ont dit qu'ils avaient des consultations publiques à mener. J'y reviendrai.
Or, entretemps, nous avons constaté que le Service canadien du renseignement de sécurité, ou SCRS, a utilisé les pouvoirs de perturbation et de menaces qui leur ont été conférés par le projet de loi C-51. Le SCRS nous l'a confirmé en comité.
Nous avons attendu deux ans pour que le gouvernement tienne une consultation. Alors que les libéraux avaient promis, en campagne électorale, de tenir une consultation en vue d'un projet de loi précis, nous avons plutôt eu droit à une consultation ouverte, du moins en apparence. Cependant, le problème — et nombre d'experts l'ont dénoncé —, c'est que, à certains égards, les notions présentées dans le livre vert du gouvernement laissaient entendre que l'issue de la consultation était réglée d'avance. On semblait pencher résolument en faveur de la collecte de renseignements et de l'application de la loi, et il manquait certainement d'arguments constructifs en faveur de l'autre aspect en cause, soit la protection des droits et de la vie privée des Canadiens.
Trop souvent, tout particulièrement au comité, les libéraux se plaisent à parler d'équilibre. Or, comme nous l'ont dit des représentants de l'Association canadienne des libertés civiles lors de leur exposé devant le comité, la notion d'équilibre implique un compromis d'un côté ou de l'autre pour atteindre cet équilibre. Pour nous, il n'est pas question que les droits et libertés — ce qui inclut certainement la protection de la vie privée des Canadiens — soient en quelque sorte sacrifiés aux fins d'un compromis qui vise à atteindre l'équilibre en question.
L'autre aspect qui n'était pas dans les consultations publiques et qui est finalement devenu l'un des aspects les plus importants pendant notre étude en comité, c'est le Centre de la sécurité des télécommunications, ou CST.
Comme les députés le savent, le CST relève du ministre de la Défense nationale, et son mandat de la Loi sur la défense nationale. Cependant, malgré la promesse des libéraux de ne plus présenter de projet de loi omnibus, et sauf le respect que je dois aux membres du comité de la sécurité publique, dont je fais partie, le gouvernement a inclus dans ce projet de loi des mesures qui relèvent de la défense nationale et qui devraient donc être étudiées par le comité de la défense nationale, étant donné sa mémoire institutionnelle en la matière.
L'étude au comité a donc pris énormément de temps, ce qui était justifié. L'étude des nouveaux pouvoirs que l'ont propose d'accorder au CST ainsi que des énormes changements qui sont apportés au mandat du CST a pris beaucoup de temps et suscité le plus grand nombre de questions, de la part non seulement des membres du comité, mais aussi de certains experts qui ont témoigné. En toute franchise, nous estimons que nombre de ces questions demeurent sans réponse.
Par exemple, il y a cette question des capacités du CST sur le plan défensif par rapport à la cybersécurité, mais aussi de ses capacités sur le plan offensif et actif. Les experts ont posé plusieurs questions à cet égard. J'ai déposé un amendement au comité pour éliminer ces pouvoirs, mais ce n'était pas pour mettre en péril la sécurité des Canadiens ni la cybersécurité. On a quand même gardé en place les capacités et les pouvoirs défensifs du CST. Toutefois, on avait le droit de se poser des questions, comme celles que j'ai posées aux dirigeants du CST sans obtenir de réponses satisfaisantes, notamment ce que tout cela voulait dire pour l'avenir militaire de notre pays.
Le CST relève de la Loi sur la Défense nationale. Cependant, c'est une organisation civile et non militaire. Pourtant, le projet de loi  C-59 , et maintenant le budget fédéral et la future mesure législative qui sera déposée cet automne, selon le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, ouvre la porte à un partage de capacités qui se fait entre le CST et les Forces canadiennes pour bonifier nos cybercapacités dans un contexte militaire, voire même dans les théâtres de guerre.
J'ai posé des questions au chef du CST et à d'autres fonctionnaires à différentes étapes de l'étude. J'ai dit qu'il y avait un débat en droit international sur ce que signifie la souveraineté à l'ère numérique. Il y a acte de guerre lorsqu'il y a empiètement sur la souveraineté d'un pays, mais peut-on en dire autant lorsqu'un serveur est attaqué? Quel rôle les données jouent-elles en pareil cas? Il est certain que les collègues qui travaillent sur le dossier du commerce ont soulevé des questions semblables.
J'ai posé ces questions dans le contexte du partage d'information avec les Forces canadiennes. Tout ce que j'ai obtenu comme réponse, c'est que cela se faisait déjà et qu'il était préférable que ce soit prévu dans la loi, avec des mesures de protection, de surveillance et d'examen. Qu'on me pardonne mon franc-parler, mais cela va de soi. Toutefois, ce n'est pas assez. Si une entité étrangère, tel qu'indiqué dans le projet de loi, s'adonne à certaines activités, nous voulons que le ministre de la Défense nationale puisse intervenir activement s'il est question de propriété intellectuelle.
À notre époque, lorsqu'il est question, dans le budget fédéral, d'un partage de plus en plus grand des ressources entre la police et les services du renseignement — étant entendu que le CST n'est pas une entité offensive, mais plutôt qui s'occupe de renseignement étranger — puis de faire appel aux Forces armées canadiennes, nous sommes sur une pente glissante. Ce n'est pas moi qui ai soulevé la question. Elle a été soulevée par des témoins plusieurs fois au cours de l'étude.
Si j'ai déposé des propositions d'amendements, qui ont malheureusement été rejetées par les libéraux au comité, c'est en partie pour retirer ces éléments, non pas parce que nous ne sommes pas d'accord, même s'ils sont certainement préoccupants, mais parce qu'ils devaient être étudiés. Ils n'auraient pas dû figurer dans un projet de loi omnibus. Ils n'ont rien à voir avec le précédent projet de loi C-51 pas plus qu'ils ont été inclus dans les consultations publiques du ministre et du comité.
C'est important. Je sais que la réplique qui me sera donnée est que toutes les questions sont liées à la sécurité nationale. Ce n'est pas suffisant. Il faut avoir la possibilité d'étudier ces questions de façon plus robuste, et ce n'est certainement pas le sentiment que nous avons eu.
Restons dans la partie 3 du projet de loi qui concerne le CST. Un de mes amendements a été malheureusement jugé inadmissible par la présidence, parce qu'il ressemblait trop à un amendement que j'avais déposé et que ma collègue, la chef du Parti vert, avait déposé également. La motion était textuellement la même qui avait été proposée par les experts. Cela concerne l'information accessible au public. C'est un concept sur lequel nous reviendrons.
Le concept tel qu'il existe actuellement est important, parce qu'on donne au SCRS et au CST le pouvoir de collecter de l'information accessible au public. En ce qui concerne le CST, on nous a répété à maintes reprises que son mandat ne concerne pas les Canadiens, car la loi leur interdit explicitement de cibler les Canadiens. Cependant, attention: il faut lire la partie 3 du projet de loi aux paragraphes 23 et 24, ainsi que les paragraphes qui suivent.
Le paragraphe 23 indique que malgré ces mêmes prohibitions de cibler les Canadiens, le Centre peut collecter de l'information accessible au public pour faire des études et faire de la recherche. Bref, on y fait d'autres énumérations pour faire avancer son mandat. On permet même de collecter de l'information de façon non intentionnelle. Cela pose un grand problème.
Nous avons tenté quelques interventions pour remédier à cela. D'abord, nous avons proposé de modifier la définition d'« information accessible au public » car, lorsque j'ai demandé aux représentants du Centre de la sécurité des télécommunications si l'information que Cambridge Analytica a légalement, mais immoralement, volée aux Canadiens et à d'autres personnes dans le monde par l'entremise de Facebook s'inscrit dans l'information accessible au public, telle que définie dans le projet de loi, j'ai obtenu une réponse d'un mot, ce qui est rare dans notre domaine. C'était « oui ».
Que propose mon amendement? Les libéraux ont dit de ne pas s'en faire, qu'ils allaient s'en occuper. Ils ont utilisé des formules comme « une attente raisonnable en matière de protection de la vie privée ». C'est bien. Cela figure aussi dans mon amendement, tout comme cela figurait dans l'amendement présenté par la députée de Saanich—Gulf Islands. Toutefois, il manque une foule d'information à cela. Je me permets de lire l'amendement à la Chambre, puisque, malheureusement, il a été jugé irrecevable et rejeté par les libéraux au comité.
Il est indiqué que, outre les renseignements à l'égard desquels les Canadiens auraient une attente raisonnable de protection en matière de vie privée, cela inclurait également « des renseignements qui sont publiés ou diffusés seulement à l'intention d'un public choisi ou des renseignements auxquels on a accès grâce à un abonnement ou qui sont achetés illégalement ». En d'autres mots, l'interdiction s'applique à des renseignements achetés illégalement. Voilà le problème avec ces amendements, parfois, lorsqu'on les lit sans lire ce qui suit. Pourquoi est-ce important? C'est important parce que malgré les assurances que nous avons reçues, il reste beaucoup de questions à ce sujet. Ce sont également les questions et les préoccupations de certains des plus grands experts du domaine.
J'ai également proposé un amendement pour mettre en place un principe de saisie et de rejet des renseignements sur les Canadiens obtenus de manière incidente par le CST. S'il n'a vraiment pas besoin des renseignements captés de manière incidente, je peux comprendre. Cela arrive parfois lorsqu'une personne étudie l'infrastructure canadienne des renseignements. Donc, on en était arrivé à un compromis raisonnable selon lequel si cela arrivait, le Centre avait la responsabilité de s'en défaire. C'était l'objet d'un autre amendement qui a été rejeté par les libéraux au comité.
Je pourrais parler longtemps des aspects du CST, mais je n'ai que 20 minutes pour faire mon discours. Cela démontre à quel point les nouveaux concepts sont complexes et inquiétants, et nous sommes loin d'avoir assez de temps pour les aborder aujourd'hui. J'oserai dire que nous avons aussi eu peu de temps en comité. Je suis parlementaire depuis sept ans, et pour la première fois depuis que je suis député, malgré mon côté bavard, je me suis fait couper la parole sans cesse. Ce n'était pas à cause de la mauvaise foi de la présidence, mais parce qu'on n'avait tout simplement pas le temps d'aller dans les détails. Je ne blâme pas le président du comité, qui a fait un excellent travail dans le cadre de cette étude. Malheureusement, nous n'avions pas le temps d'avoir cette conversation.
J'aimerais revenir sur un élément plus précis qui ne touche pas seulement le SCRS. Il s'agit d'un de mes amendements qui a été jugé admissible. Les libéraux ont profité du renvoi du projet de loi au comité avant la deuxième lecture, où on peut déposer des amendements qui sont hors de la portée du projet de loi.
Les libéraux ont profité de l'occasion pour inclure essentiellement un nouveau projet de loi dans la mesure législative portant sur l'information obtenue par la torture. Étonnamment, les conservateurs ont voté contre cette mesure, mais nous n'avons pas le temps d'en parler aujourd'hui.
J'ai voté en faveur de la mesure législative pour deux raisons, même si elle ne va pas assez loin. Nous allons y revenir. Premièrement, je l'ai appuyée parce que le fait qu'elle a été présentée montre que le statu quo est inacceptable, que les directives ministérielles actuelles ne suffisent pas, et qu'il est toujours une bonne idée d'inscrire plus explicitement ces concepts dans la loi. Même si certaines des déclarations contenues dans la mesure législative semblent parfois avoir une valeur uniquement symbolique, elles guident les décisions prises et les conseils donnés quand les organismes sollicitent des avis juridiques, entre autres. En ce sens, c'est une bonne chose. Deuxièmement, j'ai voté en faveur de la mesure législative parce qu'elle vaut mieux que rien. Or, selon le libellé actuel, le gouverneur en conseil « peut » donner aux administrateurs généraux des instructions. Au bout du compte, nous demeurons dans la même situation qu'avant. Il s'agissait tous de votes par appel nominal. Les Canadiens peuvent donc les consulter.
Je veux préciser que j'ai offert plus d'amendements explicites pour presque chaque article du projet de loi concernant l'un de ces offices, en proposant une interdiction explicite d'utiliser de l'information pouvant avoir été obtenue sous la torture. Chaque membre libéral et conservateur du comité a voté contre mes amendements. C'est absolument honteux.
Voici la motion dont nous sommes saisis aujourd'hui: « Le gouverneur en conseil donne à tous les administrateurs généraux des instructions écrites... » Même s'il est encore question de directives ministérielles, la motion oblige à tout le moins le gouvernement en place d'émettre des directives, même si nous savons déjà qu'elles contiennent des échappatoires. Même si les directives actuelles — je dois le reconnaître — sont plus fermes que celles du gouvernement précédent, elles contiennent tout de même des échappatoires, et ces dernières doivent être supprimées.
C'est triste que mes amendements — qui auraient au moins fait quelque chose pour interdire l'utilisation de ce genre d'information — aient été rejetés à l'étape du comité.
En parlant de mes amendements, je dois mentionner une chose que j'ai oubliée au début de mon discours, car je pense que c'est intéressant pour les Canadiens qui nous écoutent. On a dit qu'on était ouvert aux propositions de l'opposition. Pour ma part, j'ai proposé 120 amendements, et seulement quatre d'entre eux ont été acceptés par les libéraux. Trois ont été acceptés sous la condition que j'accepte leur façon de les rédiger, tandis que l'autre a été accepté parce que c'était simplement un préambule. Sur les 25 ou 29 amendements conservateurs, aucun n'a été accepté. Quant aux 55 amendements du Parti vert, aucun d'entre eux n'a été accepté non plus.
Les libéraux ont proposé des amendements. Tout le monde peut les voir, c'est public. Ils ont déposé un amendement et ont décidé d'en retirer d'autres parce qu'ils avaient un amendement moins bon pour les remplacer. J'ai donc proposé moi-même ces amendements libéraux et ils ont voté contre leurs propres amendements. Cela en dit long sur le processus.
Il ne me reste que trois minutes et je n'ai parlé que d'une partie du projet de loi. Je viens de faire un discours de 20 minutes pour parler des failles d'une seule partie d'un projet de loi qui en compte dix. Cela dit tout ce qu'on doit savoir sur les failles de ce projet de loi, sans mentionner le fait que le SCRS garde ses pouvoirs de perturbation et de détention sans droit à un avocat, comme on l'a vu dans l'ancien projet de loi C-51.
C'est sans compter que le système de partage d'information demeure le même, si on fait abstraction du fait qu'on ait remplacé le mot « partage » par le mot « communication » — quoique le mot « communication » était là au départ —, une modification que la B.C. Liberties Associations qualifie au mieux de purement esthétique. C'est là notre principale critique et ce fut une raison suffisante pour voter contre le projet de loi C-51 au cours de la législature précédente.
Nous allons aborder ce point par un futur recours au Règlement. Nous espérons toutefois pouvoir voter sur différents éléments du projet de loi. Deux parties sont bonnes, soit celles concernant la surveillance et le contrôle. Nous avons tenté d'apporter des modifications pour que l'office de surveillance rende davantage de comptes au Parlement qu'à l'exécutif, mais nos propositions ont été rejetées. Pour ce qui est du poste de commissaire au renseignement, chargé du contrôle en temps réel, nous avons essayé d'en faire un poste à temps plein. Je n'ai pas été en mesure de proposer ces modifications, car elles exigent l'exercice d'une prérogative royale, ce qui m'est impossible en tant que député de l'opposition. Peut-être pourrai-je lancer un dernier appel, quoiqu'il est probablement trop tard pour le faire à l'étape du rapport.
Le constat est clair: d'une part, les libéraux ne voulaient pas que les conservateurs leur reprochent de s'être tenus debout pour les droits et libertés des Canadiens, et d'autre part, ils voulaient tenter de protéger leur image progressiste face à nos critiques légitimes selon lesquelles ils ont failli à leur tâche de protéger les droits et libertés des Canadiens. Malgré tout le temps qu'on a pu attribuer à cette étude, malgré les consultations publiques, les questions d'experts, les critiques de députés et une annonce en grande pompe selon laquelle on allait procéder de façon différente en comité, ce que nous avons constaté, c'est le rejet des amendements. C'est un régime qui demeure en place et un nombre insuffisant d'améliorations concernant ce qui a été proposé par les conservateurs.
Pour conclure, je dirai qu'il est vrai que nous entrons dans le meilleur des mondes. En cette ère numérique, nous en sommes assurément conscients. Je comprends que la menace évolue et qu'il faut y réagir. Cela ne fait aucun doute. Cependant, une chose est sûre: à l'heure actuelle, la capacité d'agir des organismes en question dépasse les protections prévues pour les droits, les libertés et la vie privée des Canadiens.
Pour mon parti et moi-même personnellement, cette situation est complètement inacceptable parce que, au bout du compte, si nous voulons vraiment éradiquer ces menaces et ce qu'elles représentent, si nous voulons vraiment nous opposer à la terreur et nous placer du bon côté de l'histoire, nous devons défendre les droits et les libertés des Canadiens. Ce projet de loi ne le ferait tout simplement pas, et nous continuerons à nous y opposer. C'est vraiment triste. On nous a dit qu'il était toujours possible de faire mieux, mais ce ne semble pas être le cas pour cette mesure législative.
Result: 1 - 1 of 1