Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 47
View David Anderson Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I have a number of petitions on two subjects.
The first consists of eight petitions, including an electronic petition, with almost 4,000 signatures. The petitioners call on the government to ensure that conscience rights of medical personnel are protected by passing Bill C-418.
Madame la Présidente, je souhaite présenter plusieurs pétitions qui portent sur deux sujets.
Pour le premier sujet, il y a huit pétitions, dont une pétition électronique qui a été signée par près de 4 000 personnes. Les pétitionnaires demandent au gouvernement d'assurer la protection du droit à la liberté de conscience du personnel médical en adoptant le projet de loi C-418.
View David Anderson Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I have 17 petitions to present from seven provinces, including my own province of Saskatchewan.
The petitions address the issue of Bill C-14, which prohibits compelling health care providers or institutions to provide medical assistance in dying but lacks clarity for effective enforcement.
Bill C-418 would provide that protection and make it an offence to intimidate a health care professional for the purpose of compelling him or her to take part in the provision of assisted suicide or to affect his or her employment.
The petitioners call on the Government of Canada to ensure that the conscience rights of medical personnel are protected by passing Bill C-418.
Monsieur le Président, j'ai 17 pétitions à présenter en provenance de sept provinces, dont la mienne, la Saskatchewan.
Ces pétitions portent sur le projet de loi C-14, qui interdit le fait d'obliger les fournisseurs ou les établissements de soins de santé à fournir de l'aide à mourir, mais dont le manque de clarté empêche une application efficace de la loi.
Le projet de loi C-418 assurerait une telle protection et érigerait en infraction le fait d'intimider un professionnel de la santé dans le dessein de le forcer à prendre part à la prestation de l'aide médicale à mourir ou le fait de porter à atteinte à son emploi.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada de veiller à ce que la liberté de conscience du personnel médical soit protégée en adoptant le projet de loi C-418.
View David Anderson Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I have four petitions on three subjects. The first two petitions deal with Bill C-418.
The petitioners ask Parliament to support the bill. It would amend the Criminal Code to make it an offence to intimidate a medical practitioner, nurse practitioner, pharmacist or any other health care professional for the purpose of compelling them to take part in the provision of medical assistance in dying. It would also makes it an offence to dismiss from employment or to refuse to employ such practitioners for the reason only that they refuse to take part in that activity.
Monsieur le Président, j'ai quatre pétitions qui portent sur trois sujets. Les deux premières pétitions concernent le projet de loi C-418.
Les pétitionnaires demandent au Parlement d'appuyer le projet de loi, qui vise à modifier le Code criminel afin d’ériger en infraction le fait d’intimider un médecin, un infirmier praticien, un pharmacien ou tout autre professionnel de la santé dans le dessein de le forcer à prendre part à la prestation de l’aide médicale à mourir. Il érigerait également en infraction le fait de mettre fin à l’emploi de tels praticiens, ou de refuser de les employer, pour la seule raison qu’ils refusent de prendre part à cette pratique.
View David Anderson Profile
CPC (SK)
moved that Bill C-418, An Act to amend the Criminal Code (medical assistance in dying), be read the second time and referred to a committee.
He said: Madam Speaker, the first thing I would like to do is to thank the many people across Canada who have shown up to work on this bill. It has caught on across the country. It has restored my faith in the good judgment of Canadians and, hopefully, we will see that same good sense shown in the House and we can have some restored faith here as well.
I am here today to speak to Bill C-418, which is the protection of freedom of conscience act. I need to point out again that I am surprised at the way this has caught on and caught the attention of the Canadian public. We should thank many Canadians and groups for whom this is an important issue for their work on publicizing and advancing conscience rights in Canada.
To begin to understand Bill C-418, we need to back up a bit. The Charter of Rights and Freedoms has a number of sections in it. Section 1, of course, guarantees our rights and freedoms. However, immediately following that is section 2, which declares the most fundamental rights, and that begins with freedom of conscience and religion. In 2015, the Carter decision in the Supreme Court said that although section 7 of the charter provides for the right to die, it also explicitly said that no one is required to participate in or be part of it.
We then came to Bill C-14, the government's assisted suicide bill. It is a bill that attracted much attention and controversy and laid out the groundwork for the first round of assisted suicide legislation in Canada. Whether they call it euthanasia, medically assisted dying or assisted suicide, they are all different names for the same thing. Medical practitioners were divided on the issue of participating in ending the lives of Canadians. Whether we supported Bill C-14 or not, it was clear that many within the medical community were very concerned. They did not and still do not want to participate in this activity.
When Bill C-14 was passed, it included subsection 241.2(9) which did say, “For greater certainty, nothing in this section compels an individual to provide or assist in providing medical assistance in dying.” That was not adequate because it did not lay out an offence, there was no framework for it and there was no penalty in Bill C-14 if someone violated that. It ended up being nothing more than a statement in Bill C-14.
While the Liberal talking points have repeated this, and the Liberals also claim that everyone has freedom of conscience and religion under section 2 of the charter, this is not the reality that medical personnel are facing across Canada. In spite of the fact that on the surface the charter, Carter and Bill C-14 supposedly agree, the reality is that physicians and medical personnel in this country are being pressured to participate in something with which they fundamentally disagree and there is no protection provided to them.
Conscience forms the basis of medical professionals' motivation to pursue their particular field. Doctors practise every day with the knowledge that it is their conscience that motivates them to test the limits of their knowledge and skill. Medical professionals know that patient care will suffer if they are deprived of the ability to live with integrity and to follow their consciences. They know the importance of these beliefs to them and their patients better than anyone else.
For a great many Canadian doctors, the core of their conscience prohibits their participation in taking a life. Indeed, many doctors remain devoted to the black and white of the ancient Hippocratic oath, a pledge that prohibits the administration of a poison to anyone. Through the availability of assisted suicide on demand across Canada, threats to conscience are no longer confined to the theoretical or to the rhetoric of the courtrooms. They are increasingly present in the examination room as well.
That is why I believe it is time to take action in defence of conscience rights that have stood the test of time for generations. Therefore, Bill C-418 seeks to amend the Criminal Code to do two things.
The first is to make it an offence to intimidate a medical practitioner, nurse practitioner, pharmacist or any other health care professional for the purpose of compelling them to take part, directly or indirectly, in the provision of physician-assisted suicide.
The second provision makes it an offence to dismiss from employment or to refuse to employ a medical practitioner, nurse practitioner, pharmacist or any other health care professional for the reason only that they refuse to take part, directly or indirectly, in the provision of physician-assisted suicide.
My bill would provide the teeth that Bill C-14 acutely lacks. The Liberals' attempt to provide protection for doctors consisted solely of a rudimentary clause, which stated, as I said earlier, that nothing compels someone to provide or assist. However, the provision lacked the teeth needed for its effective enforcement, as evidenced by the ongoing pressure that is being exerted on physicians, particularly by their regulating bodies.
I guess the question is whether these protections are really necessary, and I would say that they are. Throughout the legislative process, I have spoken to doctors who feel overt pressure to leave family medicine because of their conscientious beliefs. I have heard of palliative care doctors in Ontario who have stopped practising altogether. Nurses who feel increasingly bullied are choosing to shift their focus or retire early. I have had personal conversations with people who work in old folks' homes who explain they do not want to participate in this but are increasingly feeling pressured to do so. The pressure on these professionals exists and they are looking for relief.
What is more, regional associations such as the College of Physicians and Surgeons of Ontario have introduced regulations compelling conscientiously objecting physicians to participate by providing what they call “effective referrals” for physician-assisted suicide. A recent court decision has upheld this directive, contravening the assurances provided in Carter v. Canada and creating an even more urgent need among physicians for protection. This is in spite of the fact that in this situation in Ontario I am told that the majority of physicians support an allowance for conscientious objections, but the college has not taken that position.
As strange as it sounds, the recent court decision refers to the college's suggestion that if physicians do not like to participate then they can find other areas of medicine to take up. This is unusual, particularly in a situation where we have such a shortage of physicians and medical services. The college suggests that if they do not like participating they can take up things like sleep medicine, hair restoration, sport and exercise medicine, skin disorders, obesity medicine, aviation examinations, travel medicine or perhaps become a medical health officer.
For many of us across this country, particularly those of us in rural areas, we know there is an increasing lack of physicians in an increasingly challenged medical system. I find it passing strange that the college would be the one suggesting such a thing for its physicians. The answer does not have to be to do it, find someone else to do it or get out of medicine. Medical personnel and resources are scarce. Why would one try to force people into doing what they believe to be wrong? The example of the province of Manitoba and its conscientious objection legislation shows there does not need to be compulsion in the medical system when it comes to this issue.
My bill does not address the social acceptability of euthanasia and assisted suicide; that is not the point of it. Protecting physicians' conscience rights is not at all a physicians versus patients scenario. By protecting physicians' conscience rights, patients' rights are enhanced. Bill C-418 is about protecting the fundamental freedom of conscience and religion guaranteed to all Canadians in the Charter of Rights and Freedoms.
Parliamentarians from all parties cannot ignore the groundswell of support this bill has received from average Canadians who believe it is time to stand up for doctors and health care providers who are not willing to leave their core ethics behind when they are at a patient's bedside. This is not theoretical. I have had photos sent to me of the revolving TV screens that we see in hospital wards, with pictures of what seems to be a physician's hand gently resting on the arm of a senior citizen, touting assisted suicide as a medical service whereby physicians or nurse practitioners help patients fulfill their wish to end their suffering and a phone number is provided. Interestingly, it makes no mention of palliative care or other ways to reduce pain and suffering. It makes no mention of access to counselling.
With government, the courts and health care facilities promoting access as a right, should not those who object be allowed to have that fundamental freedom of conscience that is so important?
I want to close with a quote from “The Imperative of Conscience Rights” by the CRFI. They write:
The outcomes of the current controversies that engage freedom of conscience will not only signal the extent to which Canadians can conscientiously participate in public life—in other words, whether they can live in alignment with who they are and what they stand for in matters of morality. These outcomes will also speak volumes about who we are and what we stand for—as a society. Suppressing beliefs with which we disagree or that we find offensive in the name of tolerance and liberalism is a contradiction in terms. The fact that the state has deemed something legal does not remove a person’s freedom to express her moral opposition to it. This freedom is not absolute, but its roots—integrity, identity, and dignity—are necessary for human flourishing. These roots must therefore be top of mind whenever limitations on freedom of conscience are proposed. We believe that governments should only limit this human right if there is a compelling justification.
propose que le projet de loi C-418, Loi modifiant le Code criminel (aide médicale à mourir), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Madame la Présidente, j'aimerais d'abord remercier les nombreuses personnes qui, partout au pays, ont contribué à l'élaboration de ce projet de loi. Cette initiative s'est propagée à l'ensemble du pays et m'a redonné confiance envers le bon jugement des Canadiens. J'espère que les députés feront preuve du même bon sens afin que l'on puisse aussi reprendre confiance en la Chambre.
J'interviens aujourd'hui pour parler du projet de loi C-418, Loi sur la protection de la liberté de conscience. Je dois souligner de nouveau que je suis étonné de constater à quel point ce projet de loi a attiré l'attention des Canadiens. Nous devrions remercier les nombreux particuliers et groupes pour qui cet enjeu revêt une grande importance en raison du travail qu'ils font pour faire connaître et faire progresser la liberté de conscience au Canada.
Pour commencer à comprendre le projet de loi C-418, il faut revenir un peu en arrière. La Charte des droits et libertés comporte un certain nombre d'articles. L'article 1 garantit évidemment nos droits et libertés. Cependant, il est immédiatement suivi de l'article 2, qui énumère les droits les plus fondamentaux, à commencer par la liberté de conscience et de religion. En 2015, la Cour suprême a déclaré dans l'arrêt Carter que même si l'article 7 de la Charte prévoit le droit de mourir, il précise aussi clairement que nul n'est tenu d'y prendre part.
Puis, le gouvernement a présenté le projet de loi C-14, le projet de loi sur l'aide au suicide. Cela a suscité beaucoup d'attention et de controverse et a jeté les bases de la première série de lois sur le suicide assisté au Canada. Il importe peu qu'on parle d'euthanasie, d'aide médicale à mourir ou de suicide assisté, ce sont tous des noms différents qui désignent la même chose. Les médecins étaient divisés sur la question de leur rôle dans la procédure visant à mettre fin à la vie de Canadiens. Que nous ayons appuyé ou non le projet de loi C-14, il est évident que de nombreux membres de la communauté médicale étaient très préoccupés. Ils ne voulaient pas et ne veulent toujours pas participer à cette procédure.
Lors de son adoption, le projet de loi C-14 donnait la précision suivante au paragraphe 241.2(9): « Il est entendu que le présent article n'a pas pour effet d'obliger quiconque à fournir ou à aider à fournir l'aide médicale à mourir ». Cette disposition est insuffisante parce qu'elle ne prévoit aucune infraction, aucun cadre, et aucune pénalité en cas de violation. Bref, ce n'est qu'un énoncé dans le projet de loi C-14.
Dans leurs discours, les libéraux confirment la validité de ce principe et soutiennent aussi que tout le monde bénéficie de la liberté de conscience et de religion en vertu de l'article 2 de la Charte. Cependant, partout au Canada, le personnel médical est confronté à une réalité bien différente. En apparence, la Charte, l'arrêt Carter et le projet de loi C-14 sont censés abonder dans le même sens mais, dans les faits, les médecins et le personnel médical subissent des pressions pour prendre part à un acte avec lequel ils sont fondamentalement en désaccord et aucune protection ne leur est accordée.
La conscience constitue la motivation fondamentale qui incite les professionnels de la santé à poursuivre leurs activités. Les médecins pratiquent tous les jours en sachant que c'est leur conscience qui les pousse à tester les limites de leurs connaissances et de leurs compétences. S'ils sont privés de la capacité de vivre avec intégrité et d'écouter leur conscience, les professionnels de la santé savent que les soins prodigués aux patients seront affectés. Ils connaissent mieux que quiconque l'importance de ces convictions profondes pour eux et leurs patients.
En raison de leurs convictions profondes, nombre de médecins canadiens refusent de prendre part à un acte qui enlève la vie à une personne. En effet, de nombreux médecins sont encore fidèles au serment solennel d'Hippocrate, qui interdit l'administration d'un poison à quiconque. Étant donné que l'aide médicale à mourir est disponible sur demande partout au Canada, les atteintes à la liberté de conscience ne se limitent plus à la théorie ou à la rhétorique des tribunaux. Ce droit est de plus en plus remis en question dans les salles d'examen médical aussi.
C'est pourquoi je crois qu'il est temps de prendre des mesures pour protéger la liberté de conscience qui a résisté à l'épreuve du temps pendant des générations. Par conséquent, le projet de loi C-418 vise à modifier le Code criminel de deux façons.
Primo, il vise à ériger en infraction le fait d’intimider un médecin, un infirmier praticien, un pharmacien ou tout autre professionnel de la santé dans le dessein de le forcer à prendre part, directement ou indirectement, à la prestation de l’aide médicale à mourir.
Secundo, il vise à ériger en infraction le fait de mettre fin à l’emploi d’un médecin, d’un infirmier praticien, d’un pharmacien ou de tout autre professionnel de la santé, ou de refuser de l’employer, pour la seule raison qu’il refuse de prendre part, directement ou indirectement, à la prestation de l’aide médicale à mourir.
Mon projet de loi fournirait au projet de loi C-14 le mordant qui lui fait cruellement défaut. Pour tenter de protéger les médecins, les libéraux ont seulement prévu une disposition rudimentaire, qui indiquait, comme je l'ai mentionné tout à l'heure, que rien n'oblige une personne à fournir ou à aider à fournir l'aide médicale à mourir. Toutefois, la disposition n'a pas le mordant nécessaire pour être appliquée efficacement, comme le prouve la pression constante que subissent les médecins, surtout de la part des organismes de réglementation de la profession.
J'imagine qu'il faut se demander si ces protections sont vraiment nécessaires. À mon avis, elles le sont. Tout au long du processus législatif, j'ai parlé à des médecins qui ressentent la pression de délaisser la médecine familiale en raison de leurs croyances. J'ai entendu parler de médecins dans le domaine des soins palliatifs en Ontario qui ont tout simplement cessé de pratiquer. Des infirmiers qui se sentent de plus en plus contraints d'aller à l'encontre de leurs convictions choisissent de changer de domaine de spécialité ou de prendre une retraite anticipée. J'ai discuté personnellement avec des gens qui travaillent dans des foyers pour personnes âgées et qui ne veulent pas prendre part à de telles pratiques, mais qui sentent de plus en plus qu'on leur force la main. Ces professionnels ressentent une pression qui existe bel et bien, et ils veulent en être soulagés.
De plus, des associations régionales comme l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario ont pris des directives pour forcer les médecins objecteurs de conscience à prendre part à la pratique en utilisant ce qu'on appelle un « aiguillage efficace » vers un autre médecin qui est prêt à fournir le service de suicide assisté. Une récente décision du tribunal a confirmé la validité de cette directive, ce qui va à l'encontre des garanties prévues dans Carter c. Canada et rend encore plus urgent le besoin de protéger les médecins. Pourtant, on m'a dit que la majorité des médecins ontariens sont favorables à des dispositions concernant l'objection de conscience, mais l'ordre des médecins de la province n'est pas de cet avis.
Aussi étrange que cela peut paraître, la récente décision de la cour tient compte du fait que l'ordre des médecins a suggéré que les médecins qui ne souhaitent pas participer à l'aide médicale à mourir peuvent se trouver une autre discipline médicale. C'est étonnant, surtout dans un contexte où on manque de médecins et de services médicaux. L'ordre des médecins dit que ceux qui ne veulent pas participer à l'aide médicale à mourir peuvent se recycler dans la médecine du sommeil, les traitements de restauration capillaire, la médecine du sport et de l'exercice, la dermatologie, le traitement de l'obésité, les examens pour les pilotes d'avion, la médecine des voyages ou la médecine de santé publique.
Or, nous savons que la pénurie de médecins et les problèmes du système de santé s'aggravent dans bien des régions, plus particulièrement en milieu rural. Je trouve plutôt étrange que l'ordre professionnel fasse ce genre de suggestions aux médecins. La solution n'est pas forcément d'obliger le médecin à participer, à trouver quelqu'un d'autre pour le faire ou à quitter la profession médicale. Le personnel médical et les ressources médicales sont limités. Pourquoi voudrait-on forcer des gens à faire ce qu'ils jugent inacceptable? La loi sur l'objection de conscience du Manitoba montre que, dans ce dossier, on n'a pas à imposer des pratiques au système médical.
Mon projet de loi ne porte pas sur l'acceptabilité sociale de l'euthanasie ou du suicide assisté. Ce n'est pas son objet. Protéger le droit à la liberté de conscience des médecins ne revient pas à créer une opposition entre ceux-ci et les patients. Plutôt, une telle protection renforce les droits des patients. Le projet de loi C-418 vise à protéger la liberté fondamentale de conscience et de religion, un droit garanti à tous les Canadiens en vertu de la Charte des droits et libertés.
Les parlementaires de tous les partis ne peuvent pas fermer les yeux devant la vague d'appuis pour ce projet de loi. De nombreux Canadiens moyens pensent que le moment est venu d'appuyer les médecins et les fournisseurs de soins de santé qui ne souhaitent pas abandonner leurs principes éthiques fondamentaux lorsqu'ils se trouvent au chevet d'un patient. La question n'a rien de rhétorique. On m'a envoyé des photos de l'information diffusée sur les téléviseurs installés dans les hôpitaux. On y voit la main d'un médecin posée délicatement sur le bras d'un aîné. On explique que le suicide assisté est un service médical où les médecins et les infirmiers praticiens aident les patients à réaliser leur souhait de mettre fin à leur souffrance. Un numéro de téléphone est fourni. Curieusement, on ne fait aucunement mention des soins palliatifs ou d'autres moyens de réduire la douleur et la souffrance. On ne parle pas non plus de services de counseling.
Étant donné que l'État, les tribunaux et les établissements de santé présentent l'accès au suicide assisté comme un droit, les personnes qui s'y opposent ne devraient-elles pas jouir de cette liberté de conscience extrêmement importante?
Je termine avec une citation tirée du rapport « The Imperative of Conscience Rights », qui a été publié par le CRFI. On peut y lire ce qui suit:
L'issue des controverses actuelles concernant la liberté de conscience non seulement montreront la mesure dans laquelle les Canadiens peuvent en toute conscience participer à la vie publique, autrement dit, s'ils peuvent vivre en accord avec ce qu'ils sont et ce qu'ils défendent en matière de moralité. Elle en dira long aussi sur ce que nous sommes et ce que nous défendons, comme société. Supprimer des croyances que nous n'endossons pas ou que nous trouvons offensantes au nom de la tolérance et du libéralisme est en soi contradictoire. Le fait que l'État juge une chose légale ne prive personne de la liberté d'exprimer son opposition morale. Cette liberté n'est pas absolue, mais ses racines — l'intégrité, l'identité et la dignité — sont indispensables à l'épanouissement des êtres humains. Ces racines doivent donc demeurer une priorité chaque fois qu'on propose de limiter la liberté de conscience. Nous croyons que les gouvernements ne devraient limiter ce droit que pour une raison incontestable.
View David Anderson Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I can tell my colleague opposite that the OMA, as far as I know, has come out in favour of protecting the conscience rights for the doctors who are part of its association, so the college and the OMA are not on the same page on this one.
The college in Ontario has brought in a much stricter set of guidelines, if we want to call it that, than virtually anywhere else across Canada. Manitoba has brought in a conscientious objection law, which would allow physicians to opt out of this and make it much simpler for them to do that. In Ontario, the requirement is that they “must effectively refer”, which are the words that are used. Many people feel that they just do not want to participate at that level and in this day and age of electronics, there are many other ways that people can access the information. There are a number of other suggestions out there about how that might be done.
The point of this bill is, first of all, to give the conscience protection that people need if they want to be able to continue to do their work.
Madame la Présidente, je peux dire à mon collègue d'en face que, à ma connaissance, l'Association médicale de l'Ontario s'est prononcée en faveur de la protection de la liberté de conscience de ses médecins membres. Donc, le Collège des médecins et chirurgiens et l'Association médicale de l'Ontario ne sont pas sur la même longueur d'onde.
Le collège en Ontario a instauré ce qu'on pourrait appeler un ensemble de lignes directrices beaucoup plus strictes que pratiquement partout ailleurs au Canada. Le Manitoba a adopté une loi sur l'objection de conscience qui permettrait aux médecins de se soustraire à cette pratique, et ce, de façon beaucoup plus simple. En Ontario, ils ont l'obligation de diriger le patient vers un autre médecin. Bon nombre ne souhaitent pas prendre part à ce processus et, à l'ère de l'électronique, il existe de nombreux autres moyens pour les gens d'accéder à l'information. Diverses solutions à cet effet ont été suggérées.
Le but du projet de loi est d'abord et avant tout de procurer aux personnes la protection de la liberté de conscience dont elles ont besoin si elles veulent être en mesure de poursuivre leur travail.
View David Anderson Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I actually believe that we can. It has been done in other places across the country, but there are numerous ways that people can come to information about assisted suicide or medical assistance in dying. There are certainly a number of options open as to how they might access that information. The question is whether physicians are obligated to refer that, to provide that, or if they can opt out and give them another way to find that information. We believe that is very possible.
Madame la Présidente, je crois vraiment que nous le pouvons. Cela s'est déjà fait ailleurs au pays. Les gens disposent de nombreux moyens d'obtenir de l'information au sujet de l'aide au suicide ou de l'aide médicale à mourir. De nombreuses options s'offrent à eux. La question est de savoir si les médecins sont tenus de les orienter vers cette information ou de la leur fournir, ou s'ils peuvent refuser de la divulguer et leur proposer une autre façon de procéder. Selon nous, c'est très possible.
View David Anderson Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, the interest in this bill has been surprising to me. There are some bills that really catch people's imaginations across the country. There are other ones that we really have to work hard to try to get people to pay attention to. It has been surprising to me how people have taken this on. There is an onslaught of petitions coming into my office every day and I am passing them on to my colleagues as well so that they can understand the interest that people in their ridings have in this issue.
People generally want to be fair to other people and allow them to have the capacity to operate off of the things they believe in. Every single one of us has a set of beliefs. We have a right to operate under our set of beliefs as long as we are not destroying somebody else's life or are in other people's faces. In this situation, we should be giving medical professionals, who operate every day from a sense of conscience in what they do, the opportunity to do that.
Madame la Présidente, je suis vraiment surpris de l'intérêt suscité par ce projet de loi. Certains projets de loi attirent vraiment l'attention des Canadiens d'un bout à l'autre du pays, tandis que d'autres nous obligent à déployer beaucoup d'efforts pour faire valoir leur importance. Je suis étonné de voir à quel point les gens sont investis dans mon projet de loi. Chaque jour, mon bureau est la cible d'une avalanche de pétitions à ce sujet et je m'assure de les acheminer à mes collègues afin qu'ils comprennent l'importance que les électeurs de leur circonscription y accordent.
En général, les gens veulent être justes envers les autres et leur permettre d'œuvrer en fonction de leurs croyances. Chacun d'entre nous a des convictions. Nous avons le droit de mener notre vie en fonction de celles-ci tant que nous ne détruisons pas la vie des autres ou que nous ne portons pas atteinte à leurs propres croyances. Dans la situation qui nous occupe, nous devrions offrir cette option aux professionnels de la santé qui, chaque jour, doivent effectuer leur travail selon leur conscience.
View David Anderson Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, as I mentioned earlier, there are a number of options for people to find the information they need. There are many doctors and facilities that will provide this service if they want it, but there are other doctors and medical personnel who do not feel that assisting in someone's premature death is a part of the mandate of what they have been called to as physicians or medical personnel.
There are enough choices out there that people can have and we can allow those who disagree with this procedure to have their freedom of conscience and be able to live their professional lives in that fashion.
Madame la Présidente, comme je l'ai mentionné tout à l'heure, il existe diverses options pour trouver les renseignements dont on a besoin. Il y a de nombreux médecins et établissements qui offriront le service à ceux qui le veulent, mais il y a aussi d'autres médecins et professionnels de la santé qui considèrent que d'aider une personne à mourir prématurément ne fait pas partie de leur mandat.
Il y a suffisamment d'options offertes aux gens pour laisser ceux qui ne sont pas d'accord avec la procédure exercer leur liberté de conscience et mener leur vie professionnelle comme ils l'entendent.
View David Anderson Profile
CPC (SK)
moved for leave to introduce Bill C-418, an act to amend the Criminal Code (medical assistance in dying).
He said: Mr. Speaker, it is my honour today to table the protection of freedom of conscience act. The purpose of this is to protect the rights of health care professionals who conscientiously object to participation in medical assistance in dying, making it an offence to intimidate or try to force a health care professional to be involved in this activity. It also makes it an offence to fire or refuse to employ a health care professional for refusing to take part, either directly or indirectly, in the provision of medical assistance in dying.
I believe it is time to stand up for the doctors and health care providers who are not willing to leave their core ethics behind when they are at a patient's bedside. Access to medical assistance in dying and the right to conscientious objection are not mutually exclusive.
demande à présenter le projet de loi C-418, Loi modifiant le Code criminel (aide médicale à mourir).
— Monsieur le Président, j'ai l'honneur aujourd'hui de déposer le projet de loi sur la protection de la liberté de conscience. Celui-ci vise à protéger la liberté de conscience des professionnels de la santé qui refusent de prendre part à la prestation de l'aide médicale à mourir, et érige en infraction le fait d'intimider un professionnel de la santé dans le dessein de le forcer à prendre part à cette pratique. Il érige également en infraction le fait de mettre fin à l'emploi d'un professionnel de la santé, ou de refuser de l'employer, pour la seule raison qu'il refuse de prendre part, directement ou indirectement, à la prestation de l'aide médicale à mourir.
Je crois que le moment est venu d'appuyer les médecins et les fournisseurs de soins de santé qui ne souhaitent pas abandonner leurs principes éthiques fondamentaux lorsqu'ils se trouvent au chevet d'un patient. L'accès à l'aide médicale à mourir et le droit à l'objection de conscience ne sont pas incompatibles.
View Sheri Benson Profile
NDP (SK)
View Sheri Benson Profile
2018-10-25 17:03 [p.22851]
Madam Speaker, with pleasure I rise today in full support of the motion to designate June as Filipino heritage month in Canada. As the member for Saskatoon West, I am proud to represent many constituents of Filipino descent. The Filipino community in Saskatoon, indeed in Saskatchewan and all throughout Canada, has enriched our cultural diversity. Its members have worked and volunteered beside us, contributed to our joint community-building projects, generously offered their leadership in times of need, and have become our friends and neighbours.
In fact, the 2016 Canadian census tells us that Saskatchewan has over 20,000 Tagalog speakers, one of the official languages of the Philippines, an increase of over 123% since 2011. Specifically, in Saskatoon, of the residents who identified themselves as immigrants in that census, nearly one quarter hailed from the Philippines. That is 10,000 strong and growing.
The 2016 census shows the Tagalog language as the immigrant language most commonly spoken on the Prairies: 20,000-plus people list it as their mother tongue, 2% of the population, and over 11,000 people say it is the language they most commonly speak at home. In Saskatoon, Tagalog now ranks behind English as the second most common mother tongue.
According to the most recent annual report of the IRCC, the Philippines is Canada's top source country for new permanent residents with over 42,000, almost 14% of new permanent residents. This has been the case every year since 2013. I am extremely proud of the Filipino Canadian community in my riding. Its members have contributed so much to our shared economic prosperity in Saskatchewan while at the same time building a better life for themselves and their families.
I am proud to represent the residents of the Saskatoon Confederation Park neighbourhood, and it is with extra pride that I say this neighbourhood includes the largest population of Filipinos in my city. Of course, at one time, the community was much smaller, but that did not deter Rose Lacsamana and her family who, 10 years ago, opened a Filipino store targeted at the small but growing Filipino community. It is this type of leadership and forward thinking and risk taking, by Rose and many others, who built up a business and while doing so, built up our community. It is through these efforts of local Filipino Canadian business owners that Saskatoon was able to welcome newcomers from the Philippines with open arms. I thank Rose and her husband JR for their venture, the Global Pinoy Food Store, and for believing in our community to grow and prosper. I congratulate them for 10 years of service to our community.
One of my favourite things to do as an MP is to attend citizenship ceremonies in my riding. During my constituency week in October, I attended not one but two ceremonies. Both were, of course, very special, but one was extra special for a couple of reasons. First, it was Citizenship Week in Canada. Second, we were gathered at the wonderful Saskatoon Farmers Market and I want to thank Erika Quiring, operations manager at the Saskatoon Farmers Market, for hosting us. Third, the Institute for Canadian Citizenship organized an opportunity for me and other community leaders to host table conversations with our brand new citizens.
I met lvan and his family from Iran and Rachel who was there with her sister. Rachel was nervous and shy, but very happy to be getting her citizenship and happy to be together again with her sister and other extended family. Rachel came to Canada from the Philippines as a live-in caregiver. She had waited many years to get her citizenship. It was wonderful to share that day with her. It reminded me of the many women who come to my constituency office for help, who are raising other people's children, having come to Canada, many from the Philippines, as live-in caregivers, the women whose children are growing up without their mother, the women who are working hard to earn money so that one day they can be reunited with their own children, the women who, like Rachel, dream of one day attending their own citizenship ceremony.
The members of the NDP have long been champions for the Filipino community and my colleague from Vancouver East has continued those efforts. One of the most important yet invisible contributions of Filipino Canadians is the many ways in which Filipino caregivers help raise our children and run our households.
Since 1992, some 75,000 Filipinos have become permanent residents of Canada through the federal government's caregiver program. The sales pitch was hard to resist. They would help raise our children for two years, and we would reunite them with theirs and give everyone a shot at permanent residency. Last year alone, some 23,000 Filipinos came to Canada under the program, but it has become a victim of its own success.
In 2015, the backlog of applications for permanent residency was 17,600 names long. Citizenship and Immigration Canada promised swift action and announced plans to expedite the approval process, but for many, the wait, which now averages over 50 months, and that is after two years of employment, is torture. At home, their kids are growing up without them, and with rock-bottom wages in the Philippines, going back is not a viable option. With the recent announcement by the federal government that the program will end in 2019, these women are understandably very concerned.
It is not a secret that women who are employed through the caregiver program are vulnerable and sometimes face harsh working conditions for very little pay. At the same time, they are isolated and far away from their homes and families. Most of them do not get to see their children for many years. They come and work under conditions that most of us would find trying, all for a chance at a better life. The least we can do is offer them better workplace protections and a pathway to permanent residency in a process that is clear, stable and not fraught with delays or uncertainty.
Currently, the average application processing time for live-in caregivers is four and a half years. The NDP is calling on the government to take immediate action to end the backlog and processing delays that are keeping an estimated 40,000 live-in caregivers from reuniting with their families.
We have always believed that if one is good enough to work here, one is good enough to stay. I hope that in addition to celebrating Filipino heritage month next year, the federal government will also be modernizing our immigration policies and processes and giving priority to reuniting families.
All around my community I see the good work brought about by members of the Filipino community, and their efforts are supported by residents of all different backgrounds.
I was proud to participate in the Flores de Mayo Fiesta celebration, which last year raised funds for the Filipino Heritage School in Saskatoon, which celebrated its 25th anniversary in 2017. Founded in 1996, the Filipino Heritage School is dedicated to preserving the Filipino language and culture, strengthening unity within the community and promoting intercultural understanding. The school's success is the collaborative effort of parents, families and teachers collectively working together to teach the Filipino language and culture.
The Filipino-Canadian Association of Saskatoon, or FILCAS, is a vibrant community organization serving as sort of the mother of all Filipino organizations in the city. It is the leading organizer of major Filipino Canadian activities, such as Philippine Independence Day on June 12, the sports tournament and the Filipino Canadian annual Christmas party.
Since the inception of the Saskatoon Folkfest over 36 years ago, FILCAS has hosted the Filipino pavilion, showcasing Filipino arts and culture and promoting Filipino heritage for all of us to enjoy.
I want to take this opportunity to acknowledge this year's Filipino Folkfest pavilion ambassadors, Hilbert and Grace Macadaeg, and youth pavilion ambassadors, Julenne Florida and Jayda Ho, for their warm welcome on my visit to the pavilion this year.
It has been an honour for me, as the member of Parliament for Saskatoon West, to attend the ANCOP, or Answering the Cry of the Poor, fundraising walk for the past two years. This year it celebrated its fifth walk in Saskatoon and its 15th in Canada. The money raised in Saskatoon walks has supported 35 sponsored children in going to school and has built 30 houses in the Saskatchewan Village in the Philippines.
My community and I are proud to honour the many contributions of Filipino Canadians in Saskatoon.
In closing, I must continue the accolades for the Filipino community in Saskatoon. I only wish I had more time, as the list is longer than my time allows.
I want to congratulate the University of Saskatchewan Filipino Student Association, which was honoured this year with the prestigious University of Saskatchewan Vera Pezer Award for Student Enhancement as the campus group of the year.
Last, but certainly not least, I want to send a special shout-out to the many Filipino Canadians working, and caring, as health care workers in my community, many of whom are proud members of the Service Employees International Union, SEIU-West. President Barb Cape and the members of SEIU-West are not only members of a great union but are also outstanding community partners, supporting many local Filipino events and cultural celebrations.
I look forward--
Madame la Présidente, je suis ravie de prendre la parole aujourd'hui pour appuyer sans réserve la motion visant à désigner le mois de juin comme mois du patrimoine philippin au Canada. À titre de députée de Saskatoon-Ouest, je suis fière de représenter de nombreux électeurs d'origine philippine. La communauté philippine de Saskatoon, ainsi que celle de la Saskatchewan et de l'ensemble du Canada, a enrichi notre diversité culturelle. Ses membres ont travaillé et fait du bénévolat à nos côtés, ont contribué aux projets conjoints de développement communautaire, ont généreusement offert leur aide pendant des périodes difficiles et sont devenus nos amis et nos voisins.
D'ailleurs, selon le recensement canadien de 2016, la Saskatchewan compte plus de 20 000 personnes qui parlent le tagalog, une des langues officielles des Philippines, ce qui représente une hausse de plus de 123 % par rapport à 2011. Plus précisément, à Saskatoon, près d'un quart des habitants qui se sont identifiés comme des immigrants dans le recensement viennent des Philippines. Ils sont 10 000 et leur nombre ne fait que croître.
Selon le recensement de 2016, le tagalog est la langue la plus parlée par les immigrants dans les Prairies: il s'agit de la langue maternelle de plus de 20 000 personnes, c'est-à-dire 2 % de la population, et plus de 11 000 personnes affirment qu'il s'agit de la langue la plus parlée à domicile. À Saskatoon, le tagalog est maintenant la langue maternelle la plus courante après l'anglais.
Dans son plus récent rapport annuel, le ministère de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté indique que les Philippines représentent le premier pays source des nouveaux résidents permanents au Canada, et que plus de 42 000 Philippins — soit près de 14 % des nouveaux résidents permanents — sont venus s'établir ici cette année. C'est le cas chaque année depuis 2013. Je suis extrêmement fière de la communauté philippino-canadienne présente dans ma circonscription. Ses membres sont parvenus à bâtir une vie meilleure pour eux et leur famille, tout en contribuant énormément à la prospérité économique de notre province.
Je suis fière de représenter les habitants de Confederation Park, à Saskatoon, d'autant plus qu'il s'agit du quartier qui comprend la plus importante population de Philippins dans ma ville. Bien entendu, il fut un temps où cette communauté était beaucoup plus petite, mais cela n'a pas empêché Rose Lacsamana et sa famille d'ouvrir il y a 10 ans un magasin destiné à cette communauté en pleine croissance. Le genre de leadership, de prévoyance et de prise de risques dont ont fait preuve Rose et bien d'autres leur ont permis de monter des entreprises et, ce faisant, de bâtir notre communauté. Les efforts de ces propriétaires de petites entreprises locales philippino-canadiens ont permis à Saskatoon d'accueillir à bras ouverts de nouveaux arrivants des Philippines. Je félicite Rose et son époux JR pour l'entreprise qu'ils ont créée, le Global Pinoy Food Store, et je les remercie de croire en la croissance et la prospérité de notre communauté. Je salue les 10 années qu'ils ont consacrées au service de notre communauté.
En tant que députée, l'une de mes activités préférées est d'assister aux cérémonies de naturalisation dans ma circonscription. Pendant la semaine de relâche en octobre, j'ai assisté non pas à une, mais à deux cérémonies. Bien sûr, les deux étaient très spéciales, mais l'une l'était encore plus, pour plusieurs raisons. D'abord, c'était la Semaine de la citoyenneté au Canada. Ensuite, la cérémonie avait lieu au merveilleux marché des agriculteurs de Saskatoon. Je tiens d'ailleurs à remercier Erika Quirring, la gestionnaire de l'exploitation du marché, de nous avoir accueillis. Enfin, l'Institut pour la citoyenneté canadienne a organisé une réunion où moi et d'autres leaders de la collectivité avons pu discuter autour d'une table avec nos nouveaux concitoyens.
J'ai rencontré Ivan et sa famille, venus d'Iran, ainsi que Rachel, qui était accompagnée de sa soeur. Rachel était nerveuse et timide, mais elle était très heureuse d'avoir obtenu sa citoyenneté et d'avoir pu retrouver sa soeur et d'autres membres de sa famille. Elle est venue au Canada des Philippines comme aide familiale. Elle a attendu beaucoup d'années avant d'obtenir sa citoyenneté. C'était merveilleux de pouvoir partager cette journée avec elle. Cela m'a fait penser aux nombreuses femmes qui se sont présentées à mon bureau de circonscription pour demander de l'aide. Elles élèvent les enfants des autres, étant venues au Canada — souvent en provenance des Phillippines — comme aides familiales. Leurs propres enfants grandissent sans elles, car elles travaillent fort pour gagner de l'argent et pouvoir être un jour réunies avec eux. J'ai donc pensé à des femmes qui, comme Rachel, rêvent de participer un jour à leur propre cérémonie de naturalisation.
Les députés du Nouveau Parti démocratique sont depuis longtemps des champions de la communauté philippine, et ma collègue de Vancouver-Est s'inscrit dans cette tradition. L'aide fournie de multiples façons à des familles canadiennes pour élever leurs enfants et gérer leur ménage figure parmi les contributions les plus importantes des Canadiens d'origine philippine, même si cette contribution est invisible.
Depuis 1992, quelque 75 000 Philippins sont devenus des résidents permanents par l'intermédiaire du programme des aides familiaux du gouvernement fédéral. La façon dont le programme était présenté était très convaincante. Les Philippins allaient aider à élever des enfants canadiens pendant deux ans. Le Canada allait ensuite les réunir avec leurs enfants et accorder la résidence permanente à toute la famille. L'an dernier seulement, quelque 23 000 Philippins sont venus au Canada dans le cadre du programme, mais ce dernier est victime de son succès.
En 2015, l'arriéré des demandes de résidence permanente était de 17 600. Citoyenneté et Immigration Canada a promis d'agir rapidement et a annoncé un plan visant à accélérer le processus d'approbation. Cependant, pour beaucoup de demandeurs, l'attente, qui se situe actuellement à quelque 50 mois en moyenne — après deux ans d'emploi — est une torture. Dans leur pays, leurs enfants grandissent sans eux. En raison des salaires dérisoires, le retour aux Philippines n'est pas envisageable. Le gouvernement fédéral a récemment annoncé la fin du programme en 2019. On peut comprendre que les femmes d'origine philippine sont très inquiètes.
Tout le monde sait que les femmes qui travaillent dans le cadre du programme des aides familiaux sont vulnérables. Elles travaillent parfois dans des conditions très difficiles et reçoivent un salaire de misère. De plus, elles sont isolées et sont loin de chez elles et de leur famille. La plupart sont des années sans voir leurs enfants. Elles viennent ici et travaillent dans des conditions que la plupart d'entre nous trouveraient pénibles, tout cela dans l'espoir d'avoir une vie meilleure. Le moins que nous puissions faire, c'est de leur offrir des protections au travail et un processus de résidence permanente qui est clair, stable, et sans retard ni incertitude.
En ce moment, le temps de traitement des dossiers pour les aides familiaux résidants est de quatre ans et demi. Le NPD demande au gouvernement de prendre des mesures immédiates pour éliminer l'arriérée et les délais de traitement qui empêchent environ 40 000 aides familiaux résidants de retrouver leur famille.
Nous avons toujours été d'avis qu'une personne qui est apte à travailler ici peut bien vivre ici. J'espère qu'en plus de célébrer le Mois du patrimoine philippin l'année prochaine, le gouvernement sera également en train de moderniser les politiques et les processus d'immigration et de donner la priorité à la réunification familiale.
Partout dans ma circonscription, je suis témoin de la contribution des membres de la communauté philippine. Leurs efforts sont soutenus par des résidants de toutes origines.
Je suis fière d'avoir participé au festival Flores de Mayo qui, l'année dernière, a permis de récolter des fonds pour l'École du patrimoine philippin de Saskatoon, qui a célébré son 25e anniversaire en 2017. Fondée en 1996, cette école a pour mission de préserver la langue et la culture philippine, de renforcer le sentiment d'unité au sein de la communauté et de favoriser la compréhension interculturelle. C'est grâce aux efforts de collaboration des parents, des familles et des enseignants qui travaillent ensemble pour enseigner la langue et la culture philippine que l'école connaît une aussi grande réussite.
L'association philippino-canadienne de Saskatoon est un organisme communautaire dynamique qui est un peu la mère de tous les organismes philippins de la ville. Elle est l'organisatrice principale d'activités majeures de la communauté philippino-canadienne, comme la Fête de l'indépendance des Philippines le 12 juin, le tournoi sportif et la fête de Noël annuelle de la communauté philippino-canadienne.
Depuis le lancement du Folkfest de Saskatoon, il y a plus de 36 ans, l'Association philippino-canadienne de Saskatoon a été l'hôte du pavillon philippin, dont nous pouvons tous profiter, qui sert de vitrine pour les arts et la culture philippine et qui fait la promotion du patrimoine philippin.
Je tiens à profiter de cette occasion pour saluer les ambassadeurs du pavillon philippin du Folkfest de cette année, Hilbert et Grace Macadaeg, et les ambassadeurs du pavillon de la jeunesse, Julenne Florida et Jayda Ho, de leur chaleureux accueil lors de ma visite cette année.
C'était un honneur pour moi de participer, en tant que députée de Saskatoon-Ouest, aux éditions des deux dernières années de la marche d'Answering the Cry of the Poor pour amasser des fonds. Cette année marquait la 5e édition de la marche à Saskatoon et la 15e édition au Canada. L'argent recueilli à Saskatoon a permis d'aider 35 enfants à aller à l'école et de construire 30 maisons au village de la Saskatchewan aux Philippines.
Ma collectivité et moi-même sommes fiers de l'importante contribution des Canadiens d'origine philippine à Saskatoon.
Pour conclure, je vais continuer de rendre hommage à la communauté philippine de Saskatoon. J'aimerais avoir plus de temps, car la liste que j'ai demanderait plus de temps que ce qui me reste.
Je félicite l'association étudiante philippine de l'Université de la Saskatchewan, qui a reçu le prestigieux prix Vera Pezer remis par l'Université de la Saskatchewan chaque année à un groupe du campus pour l'amélioration de la vie étudiante.
Enfin, je souligne le travail remarquable des Canadiens d'origine philippine qui travaillent dans le secteur de la santé dans ma collectivité. Plusieurs sont membres du Syndicat international des employés de services, le SEIU-West. La présidente du SEIU-West, Barb Cape, ainsi que les membres du syndicat, ne font pas seulement partie d'un syndicat extraordinaire, ils sont également des partenaires remarquables de la collectivité, qui appuient de nombreuses activités locales et célébrations culturelles de la communauté philippine.
Je suis impatiente...
View Ralph Goodale Profile
Lib. (SK)
View Ralph Goodale Profile
2018-09-20 10:30 [p.21573]
Madam Speaker, the practice was changed by the previous Conservative government in 2012. Actually the law was changed so that this became a voluntary provision. The law now says the vendor simply has to have “no reason to believe that the transferee is not authorized to acquire and possess that kind of firearm.” In other words, they do not have to ask. They can ask, but they do not have to ask.
Of course, vendors have that option, and all the reputable ones that I know actually ask the question to determine that the licence is still valid. Most businesses probably behave in that way. It is just common sense. However, if someone without a PAL is looking to get a shotgun, for example, that person is more likely to try to buy it from a vendor known not to run the licence check.
Bill C-71 would make it an offence not to verify the licence. This is not only important to stop those who have never had a licence from acquiring a non-restricted firearm. If a gun shop is dealing with a regular customer, the sales clerk might be tempted not to check the licence that he or she has probably seen many times before on previous transactions. However, if that customer had recently lost their PAL due to a court order, the sales clerk would have no way to know that unless he or she actually checked its validity with the registrar. Customer service will be important so that verification can be done in a quick and efficient manner.
On firearms record-keeping, Bill C-71 proposes to make record-keeping of non-restricted firearms a requirement for all businesses. With proper authorization, police will then be able to better trace the origins of firearms found at crime scenes. This was a requirement for businesses from 1979 until 2005. It is also a standard requirement across virtually all of the United States. It is simply a good business practice commonly applied already by major retailers like Cabela's, Canadian Tire and many others.
Some people have suggested that this will amount to a new long-gun registry. Of course, for such an argument to be logical, it would also mean that Canada first had a long-gun registry back in 1979. Obviously, that would be nonsense. To make this point crystal clear, the Conservatives moved an amendment in the committee, which reads as follows: “For greater certainty, nothing in this Act shall be construed so as to permit or require the registration of non-restricted firearms.” That amendment was supported unanimously by all members of the public safety committee, who were in total agreement that nothing in Bill C-71 remotely resembles a long-gun registry. That point is now beyond all doubt.
In addition to meeting our platform commitments, we are currently reviewing other options to ensure that firearms do not fall into the wrong hands. For example, we are examining the regulations relating to the safe storage of firearms, especially after hours on commercial premises. Firearms theft from such premises have been steadily rising, and we should try to prevent that trend from getting worse.
We are examining firearms advertising regulations to see if they are appropriate to prohibit the glorification of violence and anti-personnel kinds of paramilitary conduct. We are examining the issue of whether there should be some flagging system with respect to large transactions or bolt sales that may trigger questions on the part of police forces. We are also examining the possibility of enabling medical professionals to flag when they feel a patient may pose a significant risk to the safety of themselves or others.
I would point out that in 2012, Quebec passed what is known as Anastasia's law, which banned firearms in places like schools and relieved physicians of their usual obligations with respect to doctor-patient confidentiality when they felt that someone under their care who owned a firearm might be a danger to themselves or to others. It is a concept that other provinces may wish to examine, and it will be discussed at federal, provincial and territorial meetings this fall.
I will be working with the new Minister of Border Security and Organized Crime Reduction on these supplementary measures as well. As members know, the new minister has also been mandated to lead an examination of a ban on handguns and assault weapons in Canada, while not impeding the lawful use of firearms by Canadians. That consultation will be going forward this fall.
When taken together, this strategy represents a responsible firearms package that will help make our communities safer. It will help police forces investigate the illegal use of firearms. At the same time, these measures taken together will not overburden legitimate firearms owners in exercising their legitimate rights.
Madame la Présidente, la pratique a été changée par le gouvernement conservateur en 2012. En fait, la loi a été modifiée pour que cette précaution soit désormais volontaire. La loi dit maintenant que le vendeur doit tout simplement n'avoir « aucun motif de croire que le cessionnaire n’est pas autorisé à acquérir et à posséder une telle arme à feu ». Autrement dit, le vendeur n'est pas obligé de poser la question. Il peut le faire, mais ce n'est pas obligatoire.
Évidemment, les vendeurs ont la possibilité de faire la vérification, et tous ceux qui ont une bonne réputation et que je connais demandent bel et bien à l'acheteur s'il possède un permis valide. C'est probablement ce que font la plupart des commerces parce que c'est une simple question de bon sens. Toutefois, si une personne n'ayant pas de permis de possession et d'acquisition veut acheter un fusil de chasse, par exemple, elle aura tendance à s'adresser à un vendeur dont on sait qu'il ne vérifie pas les permis.
Le projet de loi C-71 prévoit qu'un vendeur qui ne vérifierait pas le permis commettrait une infraction. Il est important d'empêcher les personnes qui n'ont jamais eu de permis d'acquérir une arme à feu sans restrictions, mais ce n'est pas la seule raison pour laquelle la vérification est essentielle. Par exemple, si un client régulier se rend chez un armurier, le commis sera tenté de ne pas vérifier le permis parce qu'il s'agit d'une personne qu'il a déjà vue à maintes reprises faire des achats dans sa boutique. Pourtant, il est possible que ce client se soit fait retirer son permis peu de temps auparavant en raison d'une ordonnance d'un juge. Le commis n'aurait aucun moyen de le savoir à moins qu'il vérifie la validité du permis auprès du directeur de l'enregistrement des armes à feu. Il sera important de disposer d'un bon système de service à la clientèle pour que les vérifications puissent être faites rapidement et efficacement.
Au chapitre de la tenue de dossiers, le projet de loi C-71 prévoit que tous les commerces devront conserver l'information relative aux armes à feu sans restrictions qu'ils vendront. La police pourra ainsi, avec l'autorisation nécessaire, déterminer l'origine d'une arme à feu retrouvée sur une scène de crime. Les commerces avaient cette obligation entre 1979 et 2005. De plus, c'est une exigence normale sur pratiquement tout le territoire des États-Unis. De grands détaillants comme Cabela's, Canadian Tire et beaucoup d'autres ont déjà adopté cette bonne pratique commerciale.
Certains ont déclaré que cette mesure créerait en quelque sorte un nouveau registre des armes d'épaule. Évidemment, pour qu'un tel argument soit valable, encore faudrait-il que le Canada ait eu un tel registre en 1979. De toute évidence, cette position ne tient pas la route. Pour en faire la démonstration indiscutable, il suffit de se reporter à l'amendement que les conservateurs ont présenté lors de l'étude en comité, dont voici le libellé: « Il est entendu que la présente loi ne permet ni n’exige l’enregistrement des armes à feu sans restriction. » Cet amendement a été appuyé à l'unanimité par les membres du comité de la sécurité publique, qui convenaient tous que rien dans le projet de loi ne ressemble, même de loin, à un registre des armes d'épaule. Cela ne fait plus aucun doute.
Nous avons respecté les engagements figurant dans notre programme électoral et nous examinons actuellement d'autres options pour éviter que les armes à feu ne tombent pas entre de mauvaises mains. Par exemple, nous nous penchons sur les dispositions réglementaires concernant l'entreposage sûr des armes à feu, particulièrement après les heures d'ouverture. Les vols chez les vendeurs d'armes ne cessent d'augmenter et nous devons intervenir pour éviter que la tendance ne s'accentue.
Nous examinons également les dispositions concernant la publicité relative aux armes à feu pour nous assurer qu'elle est appropriée et ne glorifie pas la violence et les activités paramilitaires de type antipersonnel. Par surcroît, nous nous interrogeons sur la pertinence d'un système de signalement des grosses transactions, notamment les ventes de verrous, susceptibles d'attirer l'attention des forces policières. Par ailleurs, nous envisageons la possibilité d'autoriser les professionnels de la santé à faire un signalement lorsqu'ils estiment qu'un patient pourrait poser un risque substantiel pour sa propre sécurité ou celle d'autrui.
Je signale que, en 2012, le Québec a adopté la Loi Anastasia, qui interdit les armes à feu dans des endroits comme les écoles et qui libère les médecins de l'obligation de respecter le secret professionnel lorsqu'ils estiment qu'un patient qui possède une arme à feu peut poser un danger pour lui-même ou les autres. D'autres provinces pourraient s'intéresser à ce modèle qui sera entre autres étudié cet automne, lors de rencontres fédérales-provinciales-territoriales.
Je collaborerai également avec le nouveau ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé sur ces mesures complémentaires. Comme les députés le savent, le nouveau ministre a également reçu le mandat de se pencher sur la possibilité d’interdire complètement les armes de poing et les armes d’assaut au Canada, sans entraver l’utilisation légitime d’armes à feu par les Canadiens. Les consultations à ce sujet se dérouleront cet automne.
Notre stratégie responsable de contrôle des armes à feu contribuera à rendre nos collectivités plus sûres. Elle aidera les forces de l'ordre à réaliser des enquêtes sur l'utilisation illégale d'armes à feu. Cela dit, cet ensemble d'initiatives n'empêchera pas indûment les propriétaires légitimes d'armes à feu d'exercer leurs droits.
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
View Robert Kitchen Profile
2017-11-20 11:34 [p.15263]
Madam Speaker, I am grateful to have this opportunity to speak to Bill C-348, an act to amend the Department of Employment and Social Development Act, persons with disabilities. The bill, put forward by my NDP colleague, the member for Windsor—Tecumseh, would help to simplify the challenges persons with disabilities face when looking to apply for programs administered through the federal government. It is a good idea based on my personal experiences and from what I have heard from Canadians during my time as a member of Parliament.
Persons with disabilities have to overcome many obstacles in order to build a dignified life. It seems logical to me that the federal government should be doing everything in its power to assist with this. However, instead of getting that help, disabled persons are instead facing large amounts of red tape and bureaucracy. They must scour through computer and paper descriptions and directions in department after department, asking “Where do we start?”
Bill C-348 seeks to address this issue by requiring the minister for Employment and Social Development Canada to provide information and guidance on all applications for grants, benefits, compensation, and any other programs and services for which persons with a disability may be eligible, under one roof and within one document.
The bill would also have two other requirements: first, the department maintain a single comprehensive application that accesses all programs for persons with a disability across the federal government; and second, to report back to Parliament in 18 months on the effectiveness of the application process. This would provide an assessment of the value of the changes and allow for it to be a living document that would continue to evolve.
All the points I just mentioned seem like common sense measures to me. Why would we ask those who already face so many challenges to spend countless hours scouring various government websites to find all the programs and services for which they are eligible, and then having to fill out an application form for each individual program to which they would like to apply? Having to fill out each program application individually does not help anyone. It is frustrating for all Canadians to have to do this, let alone those with disabilities who are already facing huge issues such as chronic underemployment, difficulty accessing public spaces, a lack of accessible housing, and much more.
Computer literacy is a challenge to many of us. Navigating these forms, whether old or young, is even more difficult with a disability. The federal government's role is to help Canadians, and the bill would be a great start to do that. However, as it stands, and if left unchecked, it is just more red tape resulting in more frustration.
I would like to take a moment to speak about my experience as a former member of the Standing Committee on Veterans Affairs, and to give everyone an idea of how all this bureaucracy affects our disabled veterans. I know that part of the bill includes veterans disability pensions, which I am pleased to see. During my time on the committee, I heard first-hand testimony about how difficult it was to apply for the benefits to which our veterans were entitled. To search and navigate the multiple sites was a frustrating challenge.
Many of these men and women suffer from mental health issues as well as physical disabilities. This means they are not always able to devote hours and hours to find available programs, fill out applications, and then have to do the same over again for each program for which they are eligible. In some cases, we heard from veterans who simply decided to throw in the towel and forgo the services they were entitled to because the process of applying for these services was far too strenuous and compounding for those struggling with a disability, whether it be mental or physical.
These veterans are the people who gave up the life they knew in order to protect Canada and all Canadians. It was absolutely heartbreaking to hear some of the testimony at the veterans affairs committee, as these individuals deserve so much more than a cacophony of programs, spread across the federal government's websites, requiring hours of digging to find and more hours of filling out multiple applications in order to apply. It is unnecessary and it does a disservice not just to our veterans, but to everyone living with a disability, as well as their caretakers and family members.
That in itself is another point I would like to raise. It is not just disabled persons who deal with this issue, but often their families as well. Many times caretakers come from the family of a disabled person, and many times they are not talked about or given recognition.
Being a caretaker is not an easy job, and I commend all those who undertake the role. The bill would make it easier for caregivers and families to ensure they would be taking advantage of all programs available to them without having to comb through various websites to find that information. It would avoid hours of searching, determining if a service or program would be applicable, disseminating this to their family member, and then completing the multitude of applications.
Furthermore, Bill C-348 would provide for a single, comprehensive application that would access all programs across the federal government for persons with disabilities. This seems so logical that I am surprised it has not yet been done.
While I understand these programs involve a number of government departments, centralizing the application process through the Department of Employment and Social Development would be a huge benefit to persons with disabilities and their families. It would save much time, effort, and frustration. It is also a real and achievable goal. I call on the government to recognize the need for this measure. With the technology available today, we know this is possible to do, and further technological advances would ensure this would be generationally enduring.
Under the previous Conservative government, we initiated the centralization of information across government based on the user group. The bill would continue that work, specifically for persons with disabilities, who are the demographic that would most benefit from this initiative.
Other examples of a few programs that have to be navigated through include helping persons with disabilities prepare for and obtain employment through the annual $30 million opportunities fund, and funds like the $218 million per year labour market agreement for persons with disabilities to assist provinces and territories to improve the employment situation. Again, these are just two programs of many.
I see no reason not to support the legislation, especially given that the Liberal government is making life more difficult for Canadians living with disabilities by increasing their cost of living through tax changes and removing benefits. Persons with type 1 diabetes and persons with autism spectrum disorders come quickly to mind. As I stated previously, it is the federal government's job to improve life for all Canadians, including for disabled persons. The way to do this is not by taking away benefits or adding more layers of red tape to the process of obtaining said benefits. It is by simplifying and centralizing, which is exactly what the bill seeks to do.
I commend the member for Windsor—Tecumseh for her efforts on the bill.
As the deputy shadow minister for youth, sport and persons with disabilities, I call on the government to support the bill and the measures contained in it, as we on this side of the House plan to do. It is good sense and it would make life significantly easier for those facing the challenge of living with disabilities, something I know we can all get behind.
Madame la Présidente, je suis content d'avoir l'occasion de parler du projet de loi C-348, Loi modifiant la Loi sur le ministère de l'Emploi et du Développement social relativement aux personnes handicapées. Ce projet de loi, présenté par ma collègue du NPD, la députée de Windsor—Tecumseh, contribuerait à aplanir les difficultés auxquelles les personnes handicapées sont confrontées quand elles souhaitent s'inscrire à des programmes gérés par le gouvernement fédéral. Mon expérience personnelle et les commentaires que j'ai reçus des Canadiens depuis que je suis député me font dire que c'est une bonne idée.
Pour vivre dignement, les personnes handicapées doivent surmonter bien des obstacles. Selon moi, il est logique que le gouvernement fédéral fasse tout son possible pour leur prêter la main. Pourtant, les personnes handicapées, au lieu de recevoir de l'aide, sont noyées sous les tracasseries administratives. Elles doivent éplucher les descriptions et les instructions en version numérique et papier données par les ministères l'un après l'autre en se demandant par où commencer.
Le projet de loi C-348 cherche à remédier à cette situation en exigeant du ministre de l'Emploi et du Développement social qu'il fournisse des renseignements et des conseils sur toutes les demandes de subventions, de prestations ou d'indemnités et sur tout autre autre programme ou service auxquels les personnes handicapées pourraient être admissibles, lesquels renseignements et conseils seraient rassemblés en un seul endroit et dans un seul document.
Le projet de loi introduit en outre deux exigences. Primo, le ministère doit mettre en place un processus universel de demande pour tous les programmes fédéraux destinés aux personnes handicapées. Secundo, le ministère doit faire rapport au Parlement sur l'efficacité du processus de demande dans les 18 mois suivant la date d'entrée en vigueur du projet de loi, ce qui permettra de juger de la valeur des changements apportés. La mesure proposée sera un document vivant appelé à évoluer.
Tout ce que je viens de mentionner relève du gros bon sens, selon moi. Pourquoi obligerait-on des personnes dont la vie est déjà bien assez difficile à fouiller pendant des heures dans les sites de divers ministères pour trouver tous les programmes et services auxquels elles sont admissibles, et à remplir des formulaires de demande pour chaque programme auquel elles souhaitent s'inscrire? Procéder ainsi n'est utile pour personne et constitue une source de frustration pour tous les Canadiens, et surtout les personnes handicapées, qui sont aux prises avec des problèmes de taille, dont le chômage chronique, la difficulté d'accéder à des endroits publics, la pénurie de logements adaptés et j'en passe.
Beaucoup d'entre nous ne sont pas très versés en informatique. Qu'on soit jeune ou vieux, il n'est pas facile de s'y retrouver dans les formulaires en ligne, surtout lorsqu'on vit avec un handicap. Le gouvernement fédéral a pour mandat d'aider les Canadiens, et le projet de loi à l'étude est certainement un pas dans cette direction. Toutefois, s'il demeure dans sa version actuelle, il ne fera qu'alourdir les formalités administratives et engendrer encore plus de frustration.
Je vais prendre un instant pour parler de mon expérience à titre d'ancien membre du Comité permanent des anciens combattants et pour donner à tous une idée des répercussions de toutes ces tracasseries administratives sur les anciens combattants handicapés. Je sais que le projet de loi vise notamment la pension d'invalidité des anciens combattants, ce qui me réjouit. Lorsque je siégeais au Comité, j'ai entendu des témoignages d'anciens combattants qui trouvaient extrêmement difficile de demander les prestations auxquelles ils ont droit. Consulter les multiples sites était source de frustration.
Bon nombre de ces anciens militaires souffrent de problèmes de santé mentale et de handicaps physiques. Ainsi, ils ne sont pas toujours en mesure de passer des heures et des heures à chercher les programmes offerts, à remplir les formulaires de demande et à répéter l'expérience pour chaque mesure à laquelle ils sont admissibles. Dans certains cas, des anciens combattants nous ont dit qu'ils avaient tout simplement jeté l'éponge et qu'ils avaient renoncé aux services auxquels ils avaient droit parce que le processus de demande était beaucoup trop exigeant et complexe pour ceux atteints d'un handicap physique ou mental.
Nous parlons de personnes qui ont abandonné leur vie d'avant pour protéger le Canada et tous les Canadiens. Il était extrêmement bouleversant d'entendre certains des témoignages présentés devant le comité des anciens combattants. Ces personnes méritent tellement mieux qu'un fatras de programmes qui sont éparpillés sur plusieurs sites Web du gouvernement fédéral. En plus des heures de recherche nécessaires afin de découvrir les programmes, il faut prévoir du temps pour remplir les multiples formulaires de demande. Cette approche inutile ne rend pas service aux anciens combattants en plus de nuire à toute personne qui vit avec un handicap, ainsi qu'à ses aidants et à ses proches.
C'est en soi un autre point que je veux soulever. Ce n'est pas seulement les personnes ayant un handicap qui sont aux prises avec cette situation: leurs proches sont souvent touchés. Dans de nombreux cas, les aidants sont des membres de la famille de la personne handicapée. Pourtant, on ne parle pas d'eux, et leur apport n'est même pas reconnu.
Il n'est pas facile de prendre soin d'une personne. Je lève mon chapeau à tous ceux qui le font. Le projet de loi à l'étude permettrait aux aidants et aux familles de tirer parti de tous les programmes conçus pour eux sans avoir à parcourir une multitude de sites Web pour dénicher les renseignements pertinents. Ainsi, ils n'auraient pas à passer des heures à faire des recherches, à déterminer si tel service ou tel programme s'applique à leur situation, à transmettre ces renseignements à la personne concernée, puis à remplir de multiples demandes.
De plus, grâce au projet de loi C-348, il suffirait d'un seul processus de demande pour avoir accès à tous les programmes fédéraux destinés aux personnes handicapées. Cette approche semble à ce point évidente qu'on peut s'étonner qu'elle n'existe pas encore.
Bien que plusieurs ministères participent à la mise en oeuvre de ces divers programmes, le fait de centraliser le processus de demande et de le confier au ministère de l'Emploi et du Développement social simplifierait énormément la vie des personnes handicapées et de leur famille, car elles consacrent actuellement beaucoup de temps et d'énergie à ce méli-mélo exaspérant. Le but proposé est réalisable; j'exhorte le gouvernement à reconnaître qu'il est nécessaire. Nous savons que les changements proposés sont possibles grâce à la technologie actuelle et demeureront viables à long terme grâce à l'évolution de la technologie.
Sous le gouvernement conservateur précédent, nous avons amorcé la centralisation de l'information à l'échelle du gouvernement en fonction du groupe d'utilisateurs. Le projet de loi poursuivrait ce travail, en particulier pour les personnes handicapées, le groupe démographique qui serait le plus avantagé par cette initiative.
D'autres programmes dans lesquels les personnes handicapées doivent savoir naviguer incluent le Fonds d'intégration qui consacre annuellement 30 millions de dollars pour les aider à se préparer au marché du travail et à obtenir un emploi, ainsi que l'entente sur le marché du travail visant les personnes handicapées qui prévoit un investissement de 218 millions de dollars par année pour aider les provinces et les territoires à améliorer la situation de l'emploi. Ce ne sont là que deux exemples.
Je ne vois aucune raison de ne pas appuyer cette mesure législative, d'autant plus que le gouvernement libéral rend la vie plus difficile aux Canadiens handicapés en augmentant le coût de la vie au moyen de modifications fiscales et de l'élimination de prestations qui leur étaient accordées. Les personnes atteintes de diabète de type 1 et de troubles du spectre autistique me viennent rapidement à l'esprit. Comme je l'ai déjà dit, il incombe au gouvernement fédéral d'améliorer la vie de tous les Canadiens, y compris celle des personnes handicapées. Ce n'est pas en éliminant des prestations ou en alourdissant leur processus d'obtention qu'il y parviendra, mais plutôt en simplifiant et en centralisant ce processus, comme le projet de loi cherche à le faire.
Je félicite la députée de Windsor—Tecumseh de son travail sur le projet de loi.
À titre de ministre adjoint du cabinet fantôme pour la jeunesse, les sports et les personnes handicapées, j'exhorte le gouvernement à appuyer le projet de loi et les mesures qui s'y trouvent, comme nous prévoyons le faire de ce côté-ci de la Chambre. Il s'agit d'une mesure législative logique qui améliorerait considérablement la vie des personnes handicapées, une initiative que nous pouvons tous appuyer.
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I am pleased to rise in the House to speak to the motion put forward by the member for Humber River—Black Creek regarding amyotrophic lateral sclerosis, commonly known as ALS or Lou Gehrig's disease.
Motion No. 105 proposes two things. It calls on the government to reiterate its commitment to combat ALS through research and awareness. It also calls on the government to increase funding for research and create a strategy to assist in the eradication of ALS as soon as possible. Both parts of this motion are necessary steps that need to be taken and will serve to help those currently suffering with ALS as well as those who will be diagnosed in the future.
As all of us know in the House too well, ALS is an aggressive disease. We saw first-hand how it quickly and drastically affected our colleague, the Hon. Mauril Bélanger, just last year. Today, approximately 3,000 Canadians live with ALS, and each year roughly 1,000 more are diagnosed. There is no cure for this, and about 1,000 Canadians die from ALS each year. This equals to two to three people every day who are dying from this incurable disease.
The average onset occurs between the ages of 40 and 60, and is more common among men than women. Currently, there is no known cause for ALS, which is exactly why this motion, and in turn more research, needs to be done. Of all those diagnosed with ALS, only 5% to 10% will have a familial or hereditary type of the disease.
There is also no established, concrete way to detect the disease early. Even once symptoms begin to appear, it can be difficult to diagnose as the symptoms tend to mimic typical signs of aging, such as lack of coordination, muscle weakness, and cramping. Once diagnosed, 80% of people with ALS have a life expectancy of two to five years. As I stated previously, this is a very aggressive disease, and more research needs to be done so it can be diagnosed and treated as soon as possible once symptoms begin to occur.
In my previous life as a chiropractor, I was fortunate not to come across any patients who ended up being diagnosed with ALS. However, while I was doing my fellowship, working and studying at Royal University Hospital in Saskatoon, I experienced a patient with ALS. As a diagnostician, this is not a condition one readily forgets.
Given that ALS is relatively uncommon and that the symptoms can easily mimic those of other less serious medical conditions, I encourage all primary health care practitioners to ensure they get the full picture with respect to a patient's history, complete orthopedic and neurologic exams, and to use all the diagnostic tools and information available to them. If there is any doubt or concern, I would encourage health care practitioners to refer their patient to the appropriate specialist, and where deemed necessary, to an ALS specialist. While there may not be a cure, it is worthwhile to do everything possible to try to extend the lifespan of that patient should he or she eventually be diagnosed with this disease.
One aspect of living with and fighting ALS that many do not tend to think about is the financial cost. It is common that those with ALS and their families will end up paying hundreds of thousands of dollars to manage this disease. These expenses come in many forms.
Most people with ALS prefer to live at home with their loved ones, while they battle their disease. This means that homes need to be retrofitted to allow for greater accessibility, as those afflicted with the disease often end up wheelchair-bound due to the muscle degeneration. Ramps may need to be installed, doorways may need to be widened, and these things come at a cost.
There is also an expense of medical equipment that is often needed when people with ALS choose to live at home. If they have issues with swallowing, they might need to purchase a suction unit to ensure the saliva does not built up and flow into their lungs. As the disease progresses, it might be necessary to purchase or rent a special bed to ensure that people ALS is as comfortable as possible. Other costs associated with ALS include medication, which can sometimes be extremely expensive.
There is also the aspect of travel costs. I live in a rural riding and in order for one of my constituents to see an ALS specialist, he or she would have to drive for hours to get there. This means paying for fuel, food, and potentially accommodation in places like Regina or Saskatoon, which are two to five hours away.
All this is to say that ALS a challenging disease to manage just on the financial side of things, and anything that can done to find a cure should be done.
There is also an emotional cost to ALS, which is impossible to quantify. The people who are diagnosed have to cope with the knowledge that their condition is incurable and that they will soon lose the level of physical independence they are accustomed to. They also feel pressure to get their affairs in order, as ALS can progress rapidly once it is diagnosed. These are just a couple of the issues that people with ALS need to confront while dealing with the disease.
Families and friends are also affected when a loved one is diagnosed with ALS. As many people with ALS wish to stay at home, family members will often take on the role of caregivers. Being a caregiver is not easy. It is physically and emotionally exhausting, and it only becomes more difficult as the disease progresses and the person with ALS begins to rely on more help more often. Caregivers sacrifice a lot when they assume that role, and I commend them for all they do in that regard.
Respite care beds cost $32.94 per day, based on income, in Saskatchewan. This service is provided to give relief to the family and other primary caregivers of a dependant person living at home. Caregivers may also need to quit their jobs or take a leave of absence to assist a loved one who has ALS. This adds to the financial burden that many families face after receiving a diagnosis, and it can be emotionally taxing as well, given that both the caregiver and the person with ALS will now need to adjust to the new reality.
There are support systems out there, however, and I encourage anyone dealing with this disease to seek those out, even if it is just talking to someone who has had, or is going through, a similar experience.
The first part of the motion calls for increased research and awareness, and this is integral to finding a cure for ALS. I am sure that all of us here recall the ice bucket challenge that went viral in 2014 and is still going today. This challenge ended up raising more than $19 million dollars for ALS research and brought more attention to the disease than had ever been paid before. Suddenly people all over the world were talking about ALS. In fact, due in part to campaigns such as this one, more has been done in the field of ALS research in the last five years than in the entire century before it. That is remarkable, and I truly hope that this momentum can continue in the quest to find a cure for the disease.
There are also many walks for ALS that happen across the country, with the goal of raising awareness and funds to be put toward research. In my home province of Saskatchewan, there is Kim's Walk, scheduled for June 3, the Saskatoon Walk on June 25, and the Regina Walk on September 23. These are a great way to not only increase awareness and raise money but also to encourage people to get outside and be active while also building relationships in the community. I sincerely hope that everyone listening today will participate in one of these walks this summer and in any other fundraising effort for ALS research and awareness. There is a list of scheduled walks on the ALS Society of Canada's website. I encourage everyone to check that out.
We need to find a cure for this disease, and we need to do it at the earliest possible opportunity. In 2011, Brain Canada was created. It is the only national non-profit organization devoted to supporting all neuroscience research. The previous Conservative government invested $100 million dollars over seven years in Brain Canada, funding that expires in 2017. The ALS Society of Canada received $10 million dollars through Brain Canada to stimulate research relevant to ALS, and I call on the Liberals to do everything in their power to maintain or increase that level of funding. Clearly, it is needed, and I trust that the government recognizes that, just as the previous government did.
ALS is currently incurable, but there is always hope. Technology has advanced quickly in the last few decades, and there have been many advances in the field of medicine because of this. I believe that with the use of technology and the continued support for ALS research and awareness, a cure will be found.
I would like to thank the member for Humber River—Black Creek for her work on this issue. I encourage all members of the House to support the motion, as I will be doing.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole au sujet de la motion présentée par la députée de Humber River—Black Creek qui porte sur la sclérose latérale amyotrophique, qu'on appelle communément SLA ou maladie de Lou Gehrig.
La motion M-105 comprend deux volets. Elle demande au gouvernement de réitérer son engagement à lutter contre la SLA grâce à la recherche et la sensibilisation. Elle demande également au gouvernement d’accroître le financement pour la recherche et d'élaborer une stratégie visant à faciliter l’éradication de la SLA, et ce, le plus tôt possible. Les deux volets de la motion constituent des étapes nécessaires qui permettront d'aider les personnes actuellement aux prises avec la SLA, ainsi que les personnes qui recevront ce diagnostic dans l'avenir.
Comme nous le savons tous trop bien, la SLA est une maladie agressive. Nous avons pu constater par nous-mêmes, pas plus tard que l'an dernier, l'évolution rapide de cette maladie chez notre collègue, l'honorable Mauril Bélanger. À l'heure actuelle, environ 3 000 Canadiens sont atteints de la SLA, et, chaque année, environ 1 000 autres personnes reçoivent un diagnostic de SLA. Il n'y a pas de traitement pour cette maladie, et environ 1 000 Canadiens en décèdent chaque année. Chaque jour, deux ou trois personnes meurent de cette maladie incurable.
En général, la maladie se déclenche entre l'âge de 40 et 60 ans et est plus répandue chez les hommes que chez les femmes. À l'heure actuelle, on ne connaît pas la cause de la SLA. C'est exactement pourquoi cette motion doit être adoptée et pourquoi il faut poursuivre la recherche. Parmi toutes les personnes atteintes de la SLA, seulement 5 à 10 % présenteront un type familial ou héréditaire de la maladie.
Il n'existe aucun moyen reconnu et concret de dépister la maladie de façon précoce. Même après l'apparition des symptômes, il peut être difficile d'établir un diagnostic parce qu'ils ressemblent aux signes du vieillissement, comme le manque de coordination, la faiblesse musculaire et les crampes. Après le diagnostic, 80 % des personnes atteintes de la SLA ont une espérance de vie de deux à cinq ans. Comme je l'ai dit plus tôt, c'est une maladie très agressive. Il faut poursuivre la recherche afin de dépister et de traiter la maladie aussi tôt que possible après l'apparition des symptômes.
Pendant ma carrière de chiropraticien, j'ai eu la chance qu'aucun de mes patients ne reçoive un diagnostic de SLA. Cependant, pendant mes études — j'ai travaillé et étudié au Royal University Hospital à Saskatoon —, j'ai soigné un patient atteint de la SLA. C'est le genre de maladie qu'un diagnosticien n'oublie pas facilement.
Comme la SLA est une maladie relativement rare dont les symptômes peuvent facilement être confondus avec ceux d'affections plus bénignes, j'encourage tous les praticiens des soins de santé primaires à s'assurer d'avoir une vue d'ensemble des antécédents médicaux des patients, y compris des examens orthopédiques et neurologiques complets, et d'utiliser tous les outils de diagnostic et toute l'information dont ils disposent. S'il y a le moindre doute, ils devraient orienter le patient vers le spécialiste compétent et, s'il y a lieu, vers un spécialiste de la SLA. Bien qu'il n'y ait aucun remède, il vaut la peine de faire tout ce qui est possible pour essayer de prolonger la durée de vie des patients chez qui on a diagnostiqué la maladie.
Un des aspects de la SLA que beaucoup de gens ignorent est le coût financier de la maladie. Il n'est pas rare que les personnes atteintes de la SLA et leur famille doivent payer des centaines de milliers de dollars pour composer avec celle-ci. Ces coûts se présentent sous diverses formes.
La plupart des personnes atteintes de la SLA souhaitent demeurer chez elles avec leurs proches tandis qu'elles luttent contre la maladie. Cela signifie qu'elles doivent rénover leur maison pour la rendre plus accessible, car la dégénérescence musculaire causée par la maladie confine souvent les personnes atteintes à un fauteuil roulant. Il peut être nécessaire d'installer des rampes d'accès ou d'élargir des cadres de porte, et ces choses coûtent de l'argent.
Il faut aussi compter les dépenses liées à l'équipement médical dont ont souvent besoin les personnes atteintes de la SLA qui vivent à la maison. En cas de difficulté à avaler, il faut parfois se procurer un appareil qui aspire la salive, afin d'empêcher qu'elle ne s'accumule et s'écoule dans les poumons. Lorsque la maladie s'aggrave, il peut s'avérer nécessaire d'acheter ou de louer un lit spécial pour assurer le meilleur confort possible au malade. Parmi les autres coûts associés à la SLA, mentionnons les médicaments, qui sont parfois très chers.
Il y a aussi les coûts liés aux déplacements. Dans la circonscription rurale où je vis, il faut parcourir un trajet de plusieurs heures pour rencontrer un médecin spécialisé en SLA. Il faut donc payer pour l'essence, les repas et l'hébergement dans une ville comme Regina ou Saskatoon, située de deux à cinq heures de distance.
Bref, la SLA est une maladie difficile à gérer ne serait-ce que sur le plan financier. Nous devrions déployer tous les efforts possibles pour y trouver un remède.
La SLA a également un coût émotionnel, qu'il est impossible de quantifier. Les personnes diagnostiquées doivent composer avec le fait de savoir que leur maladie est incurable et qu'elles perdront bientôt le niveau d'autonomie physique auquel elles sont habituées. Elles ressentent également de la pression pour mettre leurs affaires en ordre, car la SLA peut progresser rapidement après le diagnostic. Ce ne sont là que quelques-unes des difficultés auxquelles sont confrontées les personnes atteintes de SLA.
Un diagnostic de SLA touche également la famille et les amis de la personne atteinte. Souvent, cette dernière souhaite rester à domicile. Les membres de sa famille deviennent alors des aidants naturels, un rôle qui n'est pas facile, qui est exténuant physiquement et émotionnellement, et qui ne fait que gagner en difficulté à mesure que la maladie progresse et que la personne atteinte de SLA nécessite de plus en plus d'aide. Les aidants naturels sacrifient beaucoup lorsqu'ils assument ce rôle, et je les félicite de tout ce qu'ils font.
En Saskatchewan, les lits de soins de relève coûtent 32,94 $ par jour selon le revenu. Ce service est offert pour accorder un peu de répit à la famille et aux principaux dispensateurs de soins d’une personne dépendante qui vit chez elle. Dans certains cas, les aidants naturels doivent quitter leur emploi ou prendre un congé sans solde pour aider un être cher atteint de SLA. Cela s’ajoute au fardeau financier qui suit le diagnostic pour de nombreuses familles, sans compter que cela peut être dur émotionnellement puisque l’aidant naturel et la personne atteinte de SLA doivent tous les deux s’ajuster à leur nouvelle réalité.
Il existe toutefois des systèmes de soutien. D’ailleurs, j’invite tous ceux qui font face à cette maladie à s’informer à ce propos. Cela peut simplement vouloir dire trouver quelqu’un avec qui on peut parler, qui a déjà vécu, ou vit en ce moment, une situation semblable.
La première partie de la motion réclame une recherche et une sensibilisation accrues. C'est essentiel à la découverte d'un remède contre la SLA. Je suis certain que tous les députés se souviennent du défi du seau d'eau glacée qui est devenu viral en 2014 et qui se poursuit encore aujourd'hui. Il avait permis de recueillir plus de 19 millions de dollars pour la recherche sur la SLA et avait permis d'attirer l'attention sur la maladie comme jamais auparavant. Soudainement, des gens de partout dans le monde parlaient de la SLA. En fait, grâce en partie à des campagnes comme celle-ci, on a accompli davantage dans le domaine de la recherche sur la SLA au cours des cinq dernières années que durant les 100 années précédentes. C'est remarquable, et j'espère réellement qu'on pourra poursuivre sur cette lancée afin de trouver un remède contre cette maladie.
Il y a de nombreuses marches pour la SLA qui sont organisées partout au pays. Elles visent à sensibiliser la population à cette maladie et à recueillir des fonds pour la recherche. Dans ma province, la Saskatchewan, il y a la marche de Kim, qui est prévue pour le 3 juin, la marche de Saskatoon, qui aura lieu le 25 juin, et la marche de Regina, qui se déroulera le 23 septembre. Ces marches représentent un excellent moyen de sensibiliser la population et de recueillir des fonds. Elles encouragent aussi les gens à sortir et à être actifs, tout en nouant des relations au sein de la communauté. J'espère sincèrement que toutes les personnes nous écoutant aujourd'hui participeront à l'une de ces marches cet été, ainsi qu'à toute autre activité visant à recueillir des fonds pour la recherche sur la SLA et la sensibilisation à cette maladie. La liste des marches prévues se trouve sur le site Web de la Société canadienne de la SLA. J'encourage tout le monde à la consulter.
Nous devons trouver un remède à cette maladie, et nous devons le faire le plus tôt possible. La Fondation Brain Canada a été créée en 2011. Il s'agit du seul organisme sans but lucratif dont la mission est d'appuyer toutes les recherches du domaine des neurosciences. Le gouvernement conservateur avait investi 100 millions de dollars sur sept ans dans cette fondation, un financement qui arrive à échéance en 2017. La Société canadienne de la SLA a reçu 10 millions de dollars de la Fondation Brain Canada pour stimuler les activités de recherche touchant la SLA. Je demande aux libéraux de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour maintenir ou augmenter le niveau de financement. De toute évidence, il est nécessaire, et j'espère que le gouvernement reconnaît ce fait, comme l'a fait le gouvernement précédent.
La SLA est aujourd'hui une maladie incurable, mais il y a toujours de l'espoir. La technologie a progressé rapidement au cours des dernières décennies, ce qui a permis de réaliser plusieurs avancées dans le domaine de la médecine. Je crois que grâce à la technologie et au soutien continu à la recherche et à la sensibilisation sur la SLA, on trouvera un remède.
Je remercie la députée de Humber River—Black Creek de son travail dans ce dossier. J'invite tous les députés à appuyer la motion, comme je le ferai.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2016-06-16 11:05 [p.4605]
Mr. Speaker, I suppose I caught your eye first. That is the way it normally works.
Before I begin my remarks, under the parameters of the debate, I have an unlimited time slot. I wonder if I could get the unanimous consent of the House to be deemed to have a normal 20-minute speaking slot and I would share that time with another colleague.
Monsieur le Président, j'imagine que vous m'avez vu en premier. C'est la procédure habituelle.
Avant d'entrer dans le vif du sujet, je précise que, conformément aux paramètres établis pour le débat, je dispose d'un temps de parole illimité. Cependant, je me demande s'il serait possible d'avoir le consentement unanime de la Chambre pour qu'on considère que je dispose du temps de parole habituel de 20 minutes que je pourrais partager avec un collègue.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2016-06-16 11:06 [p.4606]
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the hon. member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
I will be brief. I want to speak to a few of the amendments the government has chosen to accept and also express a few words of caution.
I want to thank the minister for keeping the language as tight as possible. “Reasonably foreseeable” is a much better situation than “grievous and irremediable”. As this is such a fundamental change to our society, we do not want to open the door to assisted suicide in such a manner that a large number of people who may be suffering from physical or mental ailments would have access it.
I understand the slight wording change on the palliative care amendment. It is important that any patient make an informed decision, whether it is about something as simple as a normal medical procedure, but certainly in a situation like this of such a grave and serious matter. In essence, as this may be the last decision some people make, making an informed decision is critically important. Knowing what other options there might to alleviate of pain as well as palliative care are also so important.
I hope the government will work with the provinces in the coming months and years to establish a robust palliative care regime so this type of decision is not made without having real and practical options to extend life in as comfortable a manner as possible, while understanding the significant challenges that are often placed on family members.
I wish the government had included the amendment that dealt with beneficiaries of estates or insurance policies not being able to participate directly in the act of assisted suicide. That is an important amendment to keep. This is going to be a new thing in Canada and we do not know how it will unfold, so having some kind of safeguard in place to avoid pressure being put on people to make this decision is important.
Many members may be familiar with the Terri Schiavo case in Florida. It was a bitter dispute with a lot of allegations all around. One of the facts that came out was that one of the family members pushing for end of life care to be withdrawn from Terri Schiavo was a beneficiary of an insurance policy. That conjures up gloomy images of what might happen to people who do not wish to end their life and are not able to either grant consent or put up opposition to it and have those decisions made for them.
I want to touch on a few comments that are troubling to me. I have heard comments made by government members and the minister about how this is a first step and that this could be expanded in the future. Those types of things very much concern me. The House is taking this decision because of a court decision. The Supreme Court of Canada reversed its original decision that upheld the laws against assisted suicide and has thrown this on to Parliament.
I understand the need that the government had to fill in this legal vacuum, and I commend it for using the language “reasonably foreseeable” and not “grievous and irremediable”. However, I am wary about what might be coming down the pike. It really worries me when people talk about this being a first step. I shudder to think where this might go. If this type of regime is opened up more, people who may be going through difficult times in their life, maybe temporary difficulties, both physical and mental, will access it.
I hope we have created a tight box that will not be expanded. I will be watching in the future and will do everything I can to ensure that this is not expanded, and I hope many of my colleagues will do the same. I do not want to go down the road of what has transpired in some European countries where this is used in a much more aggressive and expanded way. Many times it involves vulnerable people or people with severe disabilities who are not able to communicate their desires and other family members or other caregivers make that decision for them.
Canada could be going to a very dark place if this is a first step. If it is filling in that legal void and we have created a strict enough and a tight enough box around it, then I hope this is as far as it goes. I will be doing everything I can to ensure that is the case.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan
Je serai bref. Je me pencherai sur quelques-uns des amendements que le gouvernement a acceptés et je ferai également certaines mises en garde.
Je remercie la ministre d'avoir conservé un libellé aussi rigoureux que possible. Il est nettement préférable de dire « raisonnablement prévisible » plutôt que « graves et irrémédiables ». Comme le suicide assisté constitue un changement fondamental dans notre société, nous ne souhaitons pas libéraliser cette pratique au point d'inciter un grand nombre de personnes souffrant de maladies physiques ou mentales à y avoir recours.
Je comprends le changement de libellé mineur qu'apporte l'amendement sur les soins palliatifs. S'il est vrai que les patients doivent prendre des décisions éclairées à l'égard de simples procédures médicales normales, il est encore plus important de le faire dans une situation comme celle dont nous sommes saisis qui a des conséquences graves. Essentiellement, comme il s'agit vraisemblablement de la dernière décision que prendront la plupart des gens, il est crucial qu'elle soit éclairée. Par conséquent, il faut connaître les autres options qui s'offrent pour soulager la douleur et ne pas oublier les soins palliatifs.
J’espère que le gouvernement travaillera avec les provinces dans les mois et les années à venir pour mettre en place un régime de soins palliatifs solide, afin que ce genre de décision ne soit pas prise sans qu’il y ait vraiment d’options concrètes pour prolonger la vie de façon aussi confortable que possible, tout en comprenant les problèmes difficiles auxquels sont souvent confrontés les membres de la famille.
J’aurais aimé que le gouvernement inclue l’amendement indiquant que les bénéficiaires de successions ou de polices d’assurance ne peuvent pas participer directement à l’aide au suicide. Il s’agit d’un amendement qu’il est important de garder. L’aide médicale à mourir sera nouvelle au Canada et nous ne savons pas comment se dérouleront les choses. Il est donc important de prévoir des mesures de protection pour éviter que des pressions soient exercées pour inciter des personnes à prendre cette décision.
Bien des députés auront entendu parler de l’affaire Terri Schiavo en Floride. Un différend pénible opposait les parties et les allégations fusaient de part et d’autre. Il s’est avéré, entre autres, qu’un des membres de la famille qui demandaient l’arrêt des soins de fin de vie faisait partie des bénéficiaires d’une police d’assurance. On ne peut s’empêcher de penser à ce qui pourrait arriver à des personnes qui ne souhaitent pas mettre fin à leurs jours et qui sont dans l’incapacité de donner leur consentement ou de s’opposer à la fin des soins et pour qui les décisions sont prises par des tiers.
J’aimerais revenir sur quelques commentaires qui m’inquiètent. J’ai entendu des membres du gouvernement et la ministre dire qu’il s’agit d’une première étape et que la loi pourrait être élargie par la suite. Je trouve cela très préoccupant. La Chambre prend cette décision à cause d’un arrêt de la cour. La Cour suprême du Canada a infirmé sa décision initiale qui confirmait les lois contre l’aide au suicide et elle s’est déchargée du problème sur le Parlement.
Je comprends qu’il fallait que le gouvernement comble ce vide juridique et je le félicite d’utiliser les termes « raisonnablement prévisible » plutôt que « graves et irrémédiables ». Cependant, je me méfie de ce qui pourrait pointer à l’horizon. Je trouve vraiment inquiétant d’entendre dire que ce projet de loi est une première étape. Je tremble à l’idée de ce à quoi cela pourrait nous mener. Si on ouvre davantage ce type de régime, des gens qui traversent des difficultés, peut-être temporaires, physiques et mentales, y recourront.
J’espère que nous avons créé un cadre rigoureux qui ne sera pas élargi. Je vais en suivre l'évolution et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour qu'il ne soit pas élargi, et j’espère que beaucoup de mes collègues en feront de même. Je ne veux pas suivre le chemin qu’ont suivi certains pays européens où cette mesure est utilisée de manière bien plus active et élargie. Bien souvent, il est question de personnes vulnérables ou souffrant de graves handicaps qui sont incapables de communiquer leurs souhaits et ce sont d’autres membres de la famille ou d’autres soignants qui décident pour elles.
Le Canada pourrait se préparer à des jours sombres si ce projet de loi est une première étape. Maintenant que celui-ci comble le vide juridique et que nous avons créé un cadre assez strict et rigoureux, j’espère que nous nous arrêterons là. Je ferai tout mon possible pour que ce soit le cas.
Results: 1 - 15 of 47 | Page: 1 of 4

1
2
3
4
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data