Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 15
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2019-02-28 11:19 [p.25896]
Mr. Speaker, I support Bill C-77 and look forward to it going to the Senate, but I am shocked at the comments the member just made, saying that if it is last minute in the dying hours of a Parliament, then it really was not important. We have seen that with the seniors file, where in the dying days the Liberals have appointed a Minister of Seniors and now consultation with seniors has begun.
Would the member apologize on behalf of the government for ignoring seniors and making a last-minute, dying days gasp to deal with seniors' issues?
Monsieur le Président, j’appuie le projet de loi C-77 et j’espère qu’il sera renvoyé au Sénat, mais je suis choqué par ce que vient de dire le député, à savoir que si un projet de loi est présenté dans les derniers jours d’une législature, c’est qu’il n’est pas vraiment important. Nous l’avons vu au sujet des personnes âgées, pour qui les libéraux ont nommé sur le tard une ministre des Aînés, et maintenant, les consultations auprès des personnes âgées ont commencé.
Le député présentera-t-il des excuses au nom du gouvernement pour avoir ignoré les aînés et pour avoir attendu la dernière minute pour s’occuper des questions qui les concernent?
View Alice Wong Profile
CPC (BC)
View Alice Wong Profile
2019-02-28 11:43 [p.25899]
Mr. Speaker, I really echo all the things my colleague just mentioned.
I was a proud member of the Conservative government when we brought in the Victims Bill of Rights. The then attorney general was very clear that the purpose of the law was to protect victims, not criminals, and that justice needed to be done. That is why I supported the Victims Bill of Rights, because seniors were mentally, physically or financially abused.
I want to correct the parliamentary secretary. He said that the Liberal government created the ministry of seniors. For the record, it was a Conservative government that created the ministry, had the first minister of seniors and also the longest-serving minister of seniors.
I will go back to my question. I would like my hon. friend to tell the House how important it is that we value the contribution of the soldiers and veterans who have done so much, and yet they are still suffering because they were not well treated while serving in the forces.
Monsieur le Président, je partage entièrement le point de vue que ma collègue vient d'exprimer.
J’étais fière d’être membre du gouvernement conservateur lorsqu'il a présenté la Charte des droits des victimes. Le procureur général de l’époque avait rappelé très clairement que la loi vise à protéger les victimes, pas les criminels, et que justice doit être faite. C’est pourquoi j’ai appuyé la Charte des droits des victimes, parce certains aînés sont victimes de violence psychologique et physique ou d’exploitation financière.
Je tiens à corriger ce qu'a dit le secrétaire parlementaire. Il a déclaré que le gouvernement libéral a créé le ministère des Aînés. Je précise que c’est un gouvernement conservateur qui l’a créé, qui a nommé la première ministre des Aînés et qui a également eu la ministre des Aînés qui est restée le plus longtemps à ce poste.
Je reviens à ma question. J’aimerais que la députée explique à la Chambre à quel point il est important que nous soyons reconnaissants de la contribution des soldats et des vétérans qui ont tellement fait et qui pourtant souffrent encore parce qu’on ne les a pas bien traités pendant leur service dans les Forces canadiennes.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2019-02-28 12:38 [p.25907]
Madam Speaker, it is the Liberal way. They have to study something that is just common sense. It is unbelievable. It is not that studying further is not common sense, but just getting it done, just action, is common sense.
I thank my hon. colleague for bringing up two points that I feel are very important. Everybody in the House knows that I am passionate about doing everything in our power to provide those whom we trust to serve our country and community with the tools to both complete their mission and to come home and remain healthy.
My hon. colleague brought up two valid points. They were on the unreported sexual assault that is taking place or could be taking place within our military, as well as the point on death by suicide, self-harm and post-traumatic stress disorder.
We now know more about post-traumatic stress disorder, mental health injury and the mental illness that can be caused by the sights and sounds experienced by those who have served.
There is so much that we can do, that our forces can do, by building trust at the very beginning, by building and creating more resources so that our new recruits know what they are getting themselves into on all sides. I agree with my hon. colleague that the first step would be removing paragraph 98(c), and the other part is Bill C-211—
Madame la Présidente, c’est la façon libérale de faire les choses. Ils ont besoin d’étudier quelque chose qui relève du gros bon sens. C’est incroyable. Cela ne veut pas dire qu’une étude plus poussée n’est pas sensée, mais le simple fait de le faire, de passer à l’action, l’est.
Je remercie mon collègue d’avoir soulevé deux points qui me semblent très importants. Tout le monde à la Chambre sait que je suis déterminé à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour donner à ceux à qui nous faisons confiance pour servir notre pays les outils nécessaires pour remplir leur mission, rentrer chez eux et être en bonne santé.
Mon collègue a soulevé deux points valables concernant les agressions sexuelles non déclarées qui ont lieu ou qui pourraient avoir lieu dans nos forces armées, ainsi que sur la question du suicide, de l’automutilation et du trouble de stress post-traumatique.
Nous en savons maintenant plus sur le trouble de stress post-traumatique, les problèmes liés à la santé mentale et la maladie mentale qui peut être causée par les images et les sons auxquels ceux qui ont servi ont été exposés.
Il y a tant de choses que nous pouvons faire, que nos forces peuvent faire, en créant un climat de confiance dès le début, en mettant en place plus de ressources, pour que nos nouvelles recrues connaissent tous les tenants et aboutissants de leur engagement. Je suis d’accord avec mon collègue pour dire que la première étape serait de supprimer l’alinéa 98c), et l’autre étape est le projet de loi C-211...
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2019-02-28 13:57 [p.25917]
Madam Speaker, I want to preface my intervention by letting you know that I will be splitting my time with my hon. colleague from Bruce—Grey—Owen Sound. As they say, “I get by with a little help from my friends”.
It is an honour to rise today to speak to Bill C-77.
We have such a short time to try to get in all these points. However, the bill really is a carbon copy of the bill from our previous parliament that the strong team of Conservatives put forth, which was Bill C-71.
Having listened to the debate today, I want to congratulate our hon. colleague from Esquimalt—Saanich—Sooke on his very measured approach. As we have learned, every day we sit in the House there is so much we can learn from all sides. His was an interesting intervention and I want to thank him for it.
I want to focus my intervention on a couple of different areas. However, I imagine I will have to continue after question period, because I would not want to pre-empt that, as we must give question period its full allotted time.
Madame la Présidente, je commencerai mon intervention en vous avisant que je partagerai mon temps de parole avec mon collègue de Bruce—Grey—Owen Sound. Comme le dit la chanson: « I get by with a little help from my friends. »
J'aurai aujourd'hui l'honneur de parler du projet de loi C-77.
Nous avons très peu de temps pour couvrir énormément de choses, mais il faut quand même savoir que ce projet de loi est une copie conforme d'une mesure législative que l'excellente équipe conservatrice a présentée à la dernière législature et qui portait alors le numéro C-71.
J'ai écouté le débat d'aujourd'hui et j'aimerais féliciter mon collègue d'Esquimalt—Saanich—Sooke d'avoir adopté un ton aussi pondéré. L'expérience nous enseigne qu'il est possible d'apprendre chaque jour quelque chose de nos collègues, quel que soit le parti auquel ils appartiennent. Son intervention était particulièrement intéressante, et je tenais à l'en remercier.
De mon côté, j'aborderai plusieurs points. J'imagine cependant que je devrai attendre après la période des questions, car je ne veux surtout pas empiéter sur le temps qui lui est réservé. Chaque minute compte à la période des questions.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2019-02-28 15:25 [p.25934]
Mr. Speaker, I will remind the House that I am splitting my time with my hon. colleague from Bruce—Grey—Owen Sound.
Before question period, I was talking about the intervention by our hon. colleague from Esquimalt—Saanich—Sooke on Bill C-77. The beauty of the House is that when one pays attention to debate, we can learn things. So many of our colleagues bring expertise and knowledge to the debate. One only has to just pay attention and listen.
My hon. colleague from Esquimalt—Saanich—Sooke brought up two areas of Bill C-77 that were missing. I want to bring them up as well and address them.
One is the issue of mental illness and injury of those who serve in our Armed Forces and their death by suicide, self-harm, and the fact that section 98(c) is still in military law. The simple act of removing that could do so much to break down the stigma for those who still suffer in the shadows.
I worked tirelessly in getting my Bill C-211 through the House and to royal assent, which took place on June 21 of last year. I am proud to say that the round tables for Bill C-211 are taking place within a month in Ottawa. Stakeholders, representatives from the provinces and territories, ministerial colleagues from across the way as well as military from Veterans Affairs and National Defence are coming together to have that overall discussion on mental health and how we can stem the tide of the epidemic of suicide due to mental illness and mental injury. This is so important.
It is very important that at all times we build trust not only for those who suffer from mental illness and mental injury, but fort hose who suffer from sexual assault as well so they know they will be believed and they can get the services they require. It is very important we build that environment of trust so they feel they can come forward and there will not be that stigma attached to them. Throughout this debate, we have heard that this still remains, because Bill C-77 does not address that.
My hon. colleague talked about his Bill C-426, which could address the removal of section 98(c). Again, it is a simple thing. I do not accept the argument that we need to study it. The wheels of bureaucracy move slowly. We tend to study things to death and then we are victims of our own inaction. We refuse to act when simple things could be done that would have such a major impact. Section 98(c) is one that my hon. colleague from Selkirk—Interlake—Eastman mentioned it as well.
This is not my file, but I read some of the amendments put forward by the my colleagues in the official opposition, and this was brought up by a number of colleagues. I did not know that in military law there is no provision for reporting the proceedings of a summary hearing. There is also no provision compelling an officer presiding over a summary hearing to give reasons for his or her findings. I had no knowledge that no notes were taken or recordings of proceedings. I am shocked that there would be not requirements in military legal procedure to take copious notes. That makes it very difficult for the appeal process.
As Conservatives, we always believe that the rights of victims should come before those of the criminal. We will always stand tall to ensure the rights of victims and their families are considered first and foremost.
Over the course of the last week, and indeed leading up to Christmas, we had a lot of opportunity to talk about victims' rights and ensuring that those who we trusted to protect us and serve our country were armed with the tools to complete their mission. We must ensure they are safe and secure and remain healthy when they come back to their families.
Earlier this week, we were talking about the rights of victims. I brought up Cody Legebokoff, Canada's youngest serial killer and how the families of his victims had been re-victimized time and again. We recently found out that he was transferred from a maximum-security to a medium-security facility.
Our hon. colleague, the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, has committed to reviewing that case. It is my hope that he will take swift action to reverse the decision, similar to what he did with Terri-Lynne McClintic. I am not sure why things always have to get to this point.
Going back to my earlier comment about subsection 98(c), I note there are simple things we can do as leaders and elected officials within the House. The 338 members of Parliament have been elected to be the voice of Canadians. There are simple things we could do to make the lives of Canadians better. Rather than overthink things, we should use a little common sense.
Sometimes in this place we get mired under the bubble in which we work. If common sense could prevail, we would be far better off.
Monsieur le Président, je rappelle à la Chambre que je partagerai mon temps de parole avec mon collègue de Bruce—Grey—Owen Sound.
Avant la période des questions, je parlais de l'intervention de notre collègue d'Esquimalt—Saanich—Sooke sur le projet de loi C-77. Ce qu'il y a de formidable à la Chambre, c'est que, quand on porte attention au débat, on peut apprendre des choses. Beaucoup de nos collègues enrichissent les débats de leur expertise et de leurs connaissances. Il suffit de prêter une oreille attentive.
Mon collègue d'Esquimalt—Saanich—Sooke a parlé de deux lacunes dans le projet de loi C-77. Je tiens également à en parler.
La première concerne la question des maladies et des traumatismes psychologiques qui amènent des membres des Forces armées canadiennes à avoir des comportements autodestructeurs pouvant aller jusqu'au suicide, alors que l'alinéa 98(c) fait toujours partie du droit militaire. La simple abrogation de ce paragraphe pourrait grandement contribuer à dissiper les préjugés envers ceux qui souffrent encore en silence.
J’ai travaillé sans relâche pour faire adopter mon projet de loi, le C-211, à la Chambre et obtenir la sanction royale, le 21 juin dernier. Je suis fier de dire que les tables rondes sur le projet de loi C-211 auront lieu d’ici un mois à Ottawa. Des intervenants, des représentants des provinces et des territoires, des ministres d'en face ainsi que des anciens combattants et des militaires se réuniront pour discuter de la santé mentale et de la façon dont nous pouvons endiguer l’épidémie de suicides attribuable à la maladie mentale et aux blessures psychologiques. C’est tellement important.
Il est très important que nous établissions en tout temps un climat de confiance non seulement pour ceux qui souffrent de maladies mentales et de blessures psychologiques, mais aussi pour ceux qui sont victimes d’agression sexuelle afin qu’ils sachent qu’on les croira et qu’ils pourront obtenir les services dont ils ont besoin. Il est très important que nous établissions un climat de confiance pour qu’ils sentent qu’ils peuvent se manifester sans subir de préjugés. Tout au long de ce débat, nous avons entendu dire que les préjugés persistent, parce que le projet de loi C-77 n’aborde pas cette question.
Mon collègue a parlé de son projet de loi, le C-426, qui pourrait donner lieu à la suppression de l'alinéa 98c). Encore une fois, c’est une chose simple. Je n’accepte pas l’argument selon lequel nous devons l’étudier. Les rouages de l'appareil bureaucratique fonctionnent lentement. Nous avons tendance à étudier les choses ad nauseam, puis nous sommes victimes de notre propre inaction. Nous refusons d’agir alors qu’on pourrait faire des choses simples qui auraient un si grand impact. L'alinéa 98c) a également été mentionné par mon collègue de Selkirk—Interlake—Eastman.
Ce n’est pas mon dossier, mais j’ai lu certains des amendements proposés par mes collègues de l’opposition officielle, et un certain nombre de collègues en ont parlé. Je ne savais pas qu’en droit militaire, il n’y a pas de disposition permettant de rapporter les délibérations d’une audience sommaire. De plus, aucune disposition n’oblige l’officier présidant une audience sommaire à motiver ses conclusions. Je ne savais pas qu’il n’y avait pas de notes ni d’enregistrement des délibérations. Je suis sidéré de voir que la procédure juridique militaire n’exige pas la prise de notes détaillées. Cela rend le processus d’appel très difficile.
En tant que conservateurs, nous croyons toujours que les droits des victimes devraient passer avant ceux des criminels. Nous veillerons toujours à ce que les droits des victimes et de leurs familles passent en premier.
Au cours de la semaine dernière, et en fait jusqu’à Noël, nous avons eu maintes occasions de parler des droits des victimes et de veiller à ce que ceux en qui nous avions confiance pour nous protéger et servir notre pays aient les outils nécessaires pour accomplir leur mission. Nous devons veiller à leur sécurité et au maintien de leur santé lorsqu’ils retournent auprès de leur famille.
Plus tôt cette semaine, nous avons parlé des droits des victimes. J’ai parlé de Cody Legebokoff, le plus jeune tueur en série du Canada et de la façon dont les familles de ses victimes ont été victimisées à maintes reprises. Nous avons récemment appris qu’il avait été transféré d’un établissement à sécurité maximale à un établissement à sécurité moyenne.
Notre collègue, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, s’est engagé à examiner ce cas. J’espère qu’il ne tardera pas à infirmer la décision, comme il l’a fait dans le cas de Terri-Lynne McClintic. Je ne sais pas pourquoi les choses doivent toujours en arriver là.
Pour revenir à ce que j’ai dit tout à l'heure au sujet de l'alinéa 98 c), je remarque qu’il y a des choses simples que nous pouvons faire en tant que chefs et représentants élus à la Chambre. Les 338 députés ont été élus pour être la voix des Canadiens. Il y a des choses simples à faire pour améliorer la vie des Canadiens. Plutôt que de nous poser sans cesse des questions, nous devrions faire preuve d’un peu de bon sens.
Parfois, à la Chambre, nous sommes prisonniers de notre bulle parlementaire. Si le bon sens pouvait l’emporter, nous nous en porterions beaucoup mieux.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2019-02-28 15:34 [p.25935]
Madam Speaker, I took a very non-partisan approach to my intervention. My hon. colleagues across the way, as the Liberals do, always has to place blame. I was merely offering that when the committee was studying Bill C-77, our hon. colleague from Esquimalt—Saanich—Sooke, with the best intentions, put forward a motion for us to consider the removal of subsection 98(c). That would have been an opportune time to get Bill C-77 right.
I also have offered that Bill C-77 is being supported by all opposition members on this side of the House. It is almost a carbon copy of Bill C-71, which was put forward by our strong Conservative team in the previous Parliament.
It is unfortunate that our hon. colleague has taken the opportunity to turn things partisan when we are having a reasoned debate and discussion on the merits of Bill C-77 and the opportunities to amend it.
Madame la Présidente, j’ai adopté une approche absolument non partisane dans mon intervention. Mes collègues d’en face, tout comme les libéraux, jettent toujours le blâme sur quelqu’un. Je disais simplement que, lorsque le comité étudiait le projet de loi C-77, notre collègue d’Esquimalt—Saanich—Sooke, avec les meilleures intentions, a présenté une motion pour que nous envisagions de supprimer l'alinéa 98 c). Le moment aurait été opportun pour améliorer le projet de loi C-77.
J’ai également dit que tous les députés de notre parti appuient le projet de loi C-77. Il s’agit presque d’une copie conforme du projet de loi C-71, qui a été présenté par notre solide équipe conservatrice lors de la législature précédente.
Il est malheureux que notre collègue ait profité de l’occasion pour faire preuve de partisanerie alors que nous tenons un débat et une discussion raisonnés sur le bien-fondé du projet de loi C-77 et sur la possibilité de l'amender.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2019-02-28 15:36 [p.25935]
Madam Speaker, I have not had the opportunity to see Bill C-426 in its entirety. I only just heard about it an hour ago from our colleague from Esquimalt—Saanich—Sooke. It seems well-intended. I imagine that our national defence critic will provide a reasoned approach to it.
I believe our colleague from Selkirk—Interlake—Eastman also referenced Bill C-426 in his intervention. While I have not seen the full text of the bill, I look forward to seeing it. I am sure it will have support from all sides of the House.
Madame la Présidente, je n’ai pas eu l’occasion de voir le projet de loi C-426 au complet. C’est seulement il y a environ une heure que j’en ai entendu parler par notre collègue d’Esquimalt—Saanich—Sooke. L’intention me semble bonne. J’imagine que notre porte-parole en matière de défense nationale nous en fournira un examen raisonné.
Je crois que notre collègue de Selkirk—Interlake—Eastman a également fait allusion au projet de loi C-426 dans son intervention. Bien que je n’aie pas vu le libellé complet du projet de loi, j’ai hâte de le voir. Je suis sûr qu’il aura l’appui de tous les partis à la Chambre.
View Alice Wong Profile
CPC (BC)
View Alice Wong Profile
2019-02-28 16:03 [p.25938]
Madam Speaker, I support the leader of the Green Party, because as the former minister for seniors, I definitely will support anything that helps seniors. As the hon. member opposite has just said, we all live longer. The age of 80 is now considered by WHO to be the real start of being a senior, so there is still a lot of life before 80. I definitely want the government to look very carefully and support those who get married at the age of 60.
Madame la Présidente, j'appuie la chef du Parti vert parce que, en tant qu'ancienne ministre des Aînés, je suis prête à appuyer toute mesure qui vient en aide aux aînés. Comme la députée vient de le souligner, les gens vivent plus longtemps. Selon l'Organisation mondiale de la santé, ce n'est désormais qu'à partir de 80 ans qu'on est vraiment considéré comme un aîné; les gens peuvent donc vivre beaucoup de choses avant d'avoir 80 ans. Je veux que le gouvernement examine attentivement la question des gens qui se remarient après 60 ans et qu'il soutienne ces gens.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I am going to bounce off what the member for Guelph just asked.
When I sat on the finance committee, we actually saw changes to the pensions for life program come through the omnibus bill. It went to the finance committee. We had a very limited number of witnesses to question about this issue. There were questions about the proposal for pensions for life. For example, a female service member would receive an amount substantially different from what a male would receive, based on how long they would live, so I am very concerned that the government is treating people differently.
Does the member have any concerns that this piece of legislation would treat members differently within our armed forces when they are facing the justice system?
Madame la Présidente, je souhaite rebondir sur les propos du député de Guelph.
Lorsque je siégeais au comité des finances, nous avons constaté que le programme des pensions à vie avait été modifié au moyen d'un projet de loi omnibus. Il a été renvoyé au comité des finances. Un nombre très restreint de témoins se sont prononcés sur cet enjeu. Certains se sont interrogés sur la proposition concernant les pensions à vie. Par exemple, en raison de la prise en compte de leur espérance de vie respective, une femme membre des Forces armées est censée recevoir un montant nettement différent de ce que toucherait un homologue masculin. Je suis donc très inquiet de voir le gouvernement traiter certaines personnes différemment des autres.
Le député se préoccupe-t-il du fait que cette mesure législative va faire en sorte que les militaires seront traités différemment lorsqu'ils vont se retrouver devant la justice?
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2018-10-15 16:35 [p.22351]
Madam Speaker, I had the opportunity to sit in committee during this study and there were some great witnesses, far more learned witnesses than I am. One of the witnesses, herself a criminal lawyer, testified that a great way to speed up the judicial process, which this bill is partly intended to address, was to fill some of the judicial vacancies. This administration has moved on that at a glacial pace. That impacts ridings, rural ridings specifically such as mine, Cariboo—Prince George. We are seeing cases being thrown out because a judge is not always available to hear some of the court cases. I would like to ask my hon. colleague his points of view on the glacial pace that his administration, this administration, is moving at to fill those judicial vacancies.
Madame la Présidente, j’ai eu l’occasion de siéger au comité pendant cette étude, et nous avons entendu d’excellents témoins, des témoins beaucoup mieux informés que moi. Une des témoins, elle-même avocate criminaliste, a expliqué que pourvoir quelques-uns des postes de juge vacants serait une très bonne façon d’accélérer le processus judiciaire, ce que le projet de loi cherche en partie à faire. Le gouvernement piétine dans ce domaine. Or, cette situation a des répercussions dans les circonscriptions, les circonscriptions rurales en particulier, comme la mienne, Cariboo—Prince George. Des procès sont annulés faute d’avoir des juges disponibles pour entendre certaines affaires en cour. J’aimerais demander au député ce qu’il pense de l’extrême lenteur du gouvernement dont il fait partie, de ce gouvernement, à pourvoir les postes de juge qui sont vacants.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2018-09-21 12:37 [p.21664]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with our hon. colleague from Edmonton West.
It is an honour to stand and speak to Bill C-77.
Today we are talking about Bill C-77 and the military justice reforms from the government. Essentially in the eleventh hour and pre-writ for the most part, the government has chosen to table a bill which it has said is going to be absolutely transformative and is so important. The Liberals believe very strongly in it, yet there are so many other pieces of legislation that came before this bill, such as changing the words to our national anthem and the cannabis piece of legislation, and now we have Bill C-77 which talks about enshrining victims' rights into our military justice system.
I will say right at the outset that the Conservatives always err on the side of victims and believe that victims' rights should always be there. As a matter of fact, it was our previous Conservative government that enacted the Victims Bill of Rights Act. We support enshrining victims' rights into the military justice system. It is why we introduced Bill C-71.
People who are listening to this debate should not get that bill confused with the backdoor registry Bill C-71 that has been talked about in the last couple of weeks, which the Liberal government is trying to bring through this House and unfairly punish law-abiding gun owners. I am talking about Bill C-71 which was brought forward by the previous Conservative government. The hon. member for Dartmouth—Cole Harbour actually thanked us. It will go down in Hansard that we actually had a Liberal thanking us for all the hard work that we did. We actually did the hard work on this file.
Bill C-71 and Bill C-77 are almost identical, with the exception of a couple of minor things. All the Liberals did was take the cover page off and change the name, which is what we see them do very often with a lot of the good pieces of legislation they have brought forward. They did change C-71 to C-77. They have to put their Liberal spin on it, and we will get into that in a bit.
Also, prior to getting into the depth of this, I will say that this is not my file. I do not profess to be proficient in all the legal terms and all the benefits that Bill C-77 would bring, but I will talk about victims' rights.
It is interesting that earlier during question period and throughout the week, we were talking about a gentleman who committed a heinous crime and through the course of committing that crime gave himself PTSD. He committed murder. He actually murdered an off-duty police officer, put her into a garbage bin and then rolled it out and like trash tossed her aside. Now he has actually stepped in line with veterans, stepped in line before the veterans, and is receiving mental health services.
I receive messages from veterans and first responders every day about mental health challenges. I also receive messages every day from victims of crime who felt that when the Liberal government came in and started its hug-a-thug programs, the process was rigged against them. I actually get calls and messages from law enforcement officers who say that the system is now rigged against them, that it is harder for them to do their job. We should be doing everything in our power to give those whom we trust to protect us, our silent sentinels, every tool to be able to do their job, to be able to do their mission and come home and remain healthy and productive.
We should be giving the victims every opportunity to be protected and to know that when their day in court comes, the focus will be on them and their rights and not on the person who committed the crime.
I sat through the debate on Bill C-75. This is a piece of legislation where the government is looking to speed up our judicial process. We should not be speeding up the process. We should be making it effective, making sure that those who come before the courts get the appropriate rights and freedoms that we all enjoy, but those who are found guilty, if they do the crime, they better do the time.
I will not get into that. I am not a lawyer, but there is a lawyer sitting in front of me. There are far too many lawyer jokes that I could insert here, but I will not do that.
It was interesting to sit through the debate on Bill C-75. I listened to the witnesses who came before committee. They were very articulate and they all said the same thing. They all had the same concerns. They said we should not weaken our system, that we should make sure that victims are not revictimized through the court process. They want to know that they will get their day in court, that every tool available will be there to make sure that the perpetrator of a crime, if found guilty, will serve the time.
Bill C-77 is almost a carbon copy of Bill C-71. There are a couple of changes which I will talk to right now.
The main difference between the two bills is the addition of the Gladue decision into the National Defence Act in Bill C-77. This addition would mean that aboriginal members of the Canadian Armed Forces who face charges under the National Defence Act may face lighter punishment if convicted. I will not say “will”. This document says “will”, but I would say “may”. I still believe in our judicial system. They may face lighter punishment if convicted.
It also would mean special consideration for indigenous members, taking in their background and perhaps what they went through. We have heard horrific stories over the years.
We need to make sure that there is a parallel system and the addition of special consideration for indigenous members that results in sentences that are perhaps less harsh versus their other CAF colleagues and comrades. The concern would be that perhaps that could undermine operational discipline, morale, and anti-racism policies. It may be well intended but it could have unintended negative consequences.
We support getting the bill to committee where we can study it further and hear from groups that come before us and offer their opinions. I look forward to that.
I want to go back to the couple of hours of discussions I sat through on Bill C-75. I am conscious of the short amount of time I have to speak, but I want to comment on this. My hon. colleague down the way mentioned this as well. First, we should do everything in our power to give those who are enforcing our laws every tool possible for them to complete their mission and to remain healthy. Second, we should be doing whatever we can to make sure that we institute mental health components within our legislation to make sure that they come home healthy. We should not be trying to speed up our judicial system. We should be finding ways to make it effective.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec mon collègue d'Edmonton-Ouest.
Je suis honoré de prendre la parole au sujet du projet de loi C-77.
La Chambre étudie aujourd'hui le projet de loi C-77 ainsi que les réformes du gouvernement à l'égard de la justice militaire. Essentiellement, à la dernière minute et, en grande partie, avant l'émission du bref électoral, le gouvernement a choisi de déposer un projet de loi qu'il dit tout à fait transformateur et extrêmement important. Les libéraux y croient fermement. Or, tant d'autres mesures législatives ont précédé ce projet de loi, dont une qui visait à modifier les paroles de l'hymne national du Canada et une autre sur le cannabis. Quoi qu'il en soit, nous sommes maintenant saisis du projet de loi C-77, qui vise à incorporer les droits des victimes dans notre système de justice militaire.
D'emblée, je précise que les conservateurs défendront toujours les intérêts des victimes et croient que les droits des victimes doivent toujours être respectés. D'ailleurs, c'est l'ancien gouvernement conservateur qui a adopté la Loi sur la Charte des droits des victimes. Nous appuyons l'intégration des droits des victimes dans le système de justice militaire. C'est pour cette raison que nous avions présenté le projet de loi C-71.
Les personnes qui écoutent le débat ne devraient pas confondre ce projet de loi avec le registre déguisé qu'est le projet de loi C-71 présenté à la Chambre par les libéraux, dont on a beaucoup parlé au cours des dernières semaines, et qui vise à sanctionner injustement les propriétaires d'armes à feu respectueux des lois. Il est question ici du projet de loi C-71 présenté par le gouvernement conservateur précédent. En réalité, nous avons même reçu des remerciements du député de Dartmouth—Cole Harbour. Il sera bel et bien consigné dans le hansard qu'un député libéral nous a remerciés pour l'excellent travail que nous avons mené dans ce dossier. C'est nous qui avons accompli le gros du travail.
Le projet de loi C-77 est une copie conforme de notre projet de loi C-71, à quelques détails près. Les libéraux, fidèles à leur habitude lorsque vient le temps de présenter un bon projet de loi élaboré à l'origine par des conservateurs, n'ont fait que retirer la page couverture et modifier le nom. Ils ont par exemple transformé le projet de loi C-71 en projet de loi C-77, et nous le servent désormais à la sauce libérale. J'y reviendrai dans quelques instants.
De plus, avant de plonger au coeur de mon propos, je veux rappeler que ce n'est pas mon domaine. Je ne prétends pas maîtriser tous les termes juridiques ni connaître tous les avantages du projet de loi C-77, mais je peux parler des droits des victimes.
Il est intéressant que, pendant la période des questions et tout au long de la semaine, nous ayons parlé d'un homme qui a commis un crime haineux et qui, se faisant, s'est retrouvé avec un trouble de stress post-traumatique. Il a commis un meurtre. Il a assassiné une policière qui n'était pas en service, il a jeté le corps dans une poubelle et il s'en est débarrassé comme s'il s'agissait de déchets. Maintenant, il est considéré comme un ancien combattant, il s'est faufilé parmi eux et il reçoit des services de santé mentale.
Je reçois des messages d'anciens combattants et de premiers intervenants chaque jour concernant des troubles de santé mentale. Je reçois aussi chaque jour des messages de victimes d'actes criminels qui considèrent que, depuis l'arrivée des libéraux et de leurs programmes pour dorloter les voyous, le système est conçu pour les désavantager. Je reçois même des appels et des messages de représentants des forces de l'ordre qui me disent aussi que le système leur nuit et qu'il est plus difficile pour eux d'effectuer leur travail. Nous devrions faire tout en notre pouvoir pour donner à ceux à qui nous confions la tâche de nous protéger, les sentinelles silencieuses, tous les outils dont ils ont besoin pour faire leur travail, pour remplir leur mission, pour demeurer productifs et rentrer chez eux en santé.
Nous devrions donner aux victimes tous les moyens de se protéger et de savoir que, le jour du procès, on se concentrera sur elles et sur leurs droits et non sur la personne qui a commis le crime.
Je suis le débat entourant le projet de loi C-75 depuis le début. Avec cette mesure législative, le gouvernement tente d'accélérer le processus judiciaire. Nous ne devrions pas l'accélérer. Nous devrions améliorer son efficacité en veillant non seulement à ce que ceux qui se présentent devant les tribunaux jouissent des mêmes droits et libertés que nous tous, mais aussi à ce que ceux qui sont reconnus coupables d'un crime purgent la peine qu'ils méritent.
Je ne m'étendrai pas là-dessus. Je ne suis pas un avocat, mais il y en a une qui siège en face de moi. Je pense actuellement à beaucoup trop de blagues d'avocats que je pourrais raconter, mais je ne le ferai pas.
C'est intéressant de suivre le débat sur le projet de loi C-75. J'ai écouté les témoins qui ont comparu devant le comité. Ils ont été très éloquents et ont tous dit la même chose. Ils éprouvaient tous les mêmes inquiétudes. Ils ont dit que nous ne devrions pas affaiblir le système et que nous devrions éviter que les victimes soient victimisées une deuxième fois dans le cadre du processus judiciaire. Ils veulent être sûrs que, lorsque les tribunaux seront saisis de leur cas, tous les outils nécessaires seront en place pour que l'auteur du crime soit tenu de purger sa peine s'il est reconnu coupable.
Le projet de loi C-77 est une copie conforme du projet de loi C-71, à l'exception de quelques changements, dont je vais maintenant parler.
La principale différence entre les deux mesures législatives, c'est le fait que, aux termes du projet de loi C-77, l'arrêt Gladue sera pris en compte dans la Loi sur la défense nationale. Ainsi, un membre autochtone des Forces armées canadiennes accusé en vertu de la Loi sur la défense nationale pourrait se voir imposer une peine plus légère s'il est reconnu coupable. Je ne dis pas que ce sera forcément le cas, contrairement à ce que prévoit le document. Je dis plutôt « pourrait », car je crois toujours à l'appareil judiciaire canadien. Cette personne pourrait se voir imposer une peine plus légère si elle est reconnue coupable.
Cela signifie également qu'il faudra tenir compte de la situation particulière des Autochtones, comme leurs antécédents et peut-être ce qu'ils ont subi. Au fil des années, nous avons entendu toutes sortes d'histoires d'horreur.
Il faut faire en sorte qu'il y ait un système parallèle et qu'une attention particulière soit portée aux membres autochtones qui entraînera des peines possiblement moins sévères par rapport à celles imposées à leurs autres collègues et camarades des Forces armées canadiennes. On craint toutefois que cette mesure mine la discipline opérationnelle, le moral et les politiques de lutte contre le racisme. Ces intentions sont peut-être bonnes, mais elles pourraient avoir des conséquences négatives imprévues.
Nous appuyons le renvoi du projet de loi au comité, où nous pourrons l'étudier en profondeur et entendre les opinions des groupes qui viendront témoigner. J'ai hâte à cette étape.
Je veux revenir aux deux heures de discussions sur le projet de loi C-75 auxquelles j'ai assisté. Je sais que mon temps de parole est restreint, mais je veux faire quelques observations là-dessus. Mon collègue à l'autre bout l'a mentionné aussi. Premièrement, nous devrions faire tout notre possible pour donner aux gens qui appliquent les lois tous les outils nécessaires pour accomplir leur mission et demeurer en santé. Deuxièmement, nous devrions faire tout ce que nous pouvons pour mettre en place des dispositions sur la santé mentale dans le projet de loi afin que ces gens reviennent à la maison en santé. Il ne s'agit pas d'essayer d'accélérer les processus au sein de notre système judiciaire, mais de trouver des moyens de rendre celui-ci plus efficace.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2018-09-21 12:48 [p.21665]
Madam Speaker, it is 2018, and as we move through the history of our country, as we move forward, so must our pieces of legislation adopt and adapt. The things we knew yesterday may be different from what we know today.
Prior to offering a more in-depth answer to that question, I would say that I do not know the piece of legislation well enough to be able to offer a knowledgeable and well thought out answer.
Madame la Présidente, nous sommes en 2018. Au fur et à mesure que nous écrivons les pages de notre histoire et que nous évoluons, les projets de loi que nous adoptons doivent aussi être adaptés. Les choses que nous savions hier peuvent avoir changé aujourd'hui.
Avant de répondre de façon plus détaillée à cette question, je dirais que je ne connais pas suffisamment la mesure législative pour être en mesure de fournir une réponse éclairée.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2018-09-21 12:50 [p.21666]
Mr. Speaker, I am going to offer my hon. colleague an answer in complete honesty. He knows how I feel with respect to self-harm and suicide and the mental health challenges faced by some of our brave men and women who put the uniform on every day in service to our country. We must be doing everything in our power to encourage them to stop suffering in silence and to come forward.
Without going into the details of the bill, because I am not well aware of it, if that would break the stigma and encourage those who are suffering, those who put the uniform on, those who see human tragedy every day to come forward and not fear persecution for doing so, I would be for that. However, again, this is not my area of expertise.
Monsieur le Président, je vais répondre à mon collègue en toute franchise. Il sait ce que je pense de l'automutilation et du suicide et des problèmes de santé mentale qu'éprouvent certains des militaires courageux, hommes et femmes, qui servent notre pays tous les jours. Nous devons faire tout en notre pouvoir pour les encourager à cesser de souffrir en silence et à se manifester.
Sans aller dans les détails du projet de loi, parce que je ne connais pas celui-ci à fond, si une telle mesure mettait fin à la stigmatisation et encourageait les personnes qui souffrent, celles qui portent l'uniforme, celles qui sont témoins de tragédies humaines tous les jours, à se manifester sans craindre d'être persécutées pour l'avoir fait, je serais d'accord. Toutefois, je le répète, ce n'est pas mon domaine d'expertise.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, from my review of the legislation that we are debating today, there is no statutory review within five years.
I do think that anytime we make major adjustments to a system, there should be a proper review. Does the hon. member agree with that assessment?
Monsieur le Président, d'après ma lecture de la mesure législative dont nous débattons aujourd'hui, il n'y a pas d'examen législatif avant cinq ans.
Je pense vraiment que, chaque fois que nous apportons des changements majeurs à un système, il devrait y avoir un examen en bonne et due forme. Le député est-il d'accord sur ce point?
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2018-09-21 12:52 [p.21666]
Mr. Speaker, we should be building that into every piece of legislation because as we move forward, as we adopt, as our hon. colleague mentioned in a comment earlier on, the things that we know today we were not aware of yesterday. As we move forward, we should have a form of periodic review in every piece of legislation.
Monsieur le Président, toutes les mesures législatives devraient prévoir un examen de ce genre. En effet, comme notre collègue l'a mentionné plus tôt, à mesure que nous avançons, nous apprenons des choses que nous ne savions pas auparavant. Il faudrait donc prévoir un examen périodique de toutes les mesures législatives.
Results: 1 - 15 of 15

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data