Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 180
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2019-06-21 14:54 [p.29473]
I have the honour to inform the House that when this House did attend Her Excellency this day in the Senate chamber, Her Excellency the Governor General was pleased to give, in Her Majesty's name, the royal assent to the following bills:
C-71, An Act to amend certain Acts and Regulations in relation to firearms—Chapter 9.
C-81, An Act to ensure a barrier-free Canada—Chapter 10.
S-203, An Act to amend the Criminal Code and other Acts (ending the captivity of whales and dolphins)—Chapter 11.
C-82, An Act to implement a multilateral convention to implement tax treaty related measures to prevent base erosion and profit shifting—Chapter 12.
C-59, An Act respecting national security matters—Chapter 13.
C-68, An Act to amend the Fisheries Act and other Acts in consequence—Chapter 14.
C-77, An Act to amend the National Defence Act and to make related and consequential amendments to other Acts—Chapter 15.
C-78, An Act to amend the Divorce Act, the Family Orders and Agreements Enforcement Assistance Act and the Garnishment, Attachment and Pension Diversion Act and to make consequential amendments to another Act—Chapter 16.
C-84, An Act to amend the Criminal Code (bestiality and animal fighting)—Chapter 17.
C-58, An Act to amend the Access to Information Act and the Privacy Act and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 18.
C-88, An Act to amend the Mackenzie Valley Resource Management Act and the Canada Petroleum Resources Act and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 19.
C-93, An Act to provide no-cost, expedited record suspensions for simple possession of cannabis—Chapter 20.
C-102, An Act for granting to Her Majesty certain sums of money for the federal public administration for the fiscal year ending March 31, 2020—Chapter 21.
C-101, An Act to amend the Customs Tariff and the Canadian International Trade Tribunal Act—Chapter 22.
C-91, An Act respecting Indigenous languages—Chapter 23.
C-92, An Act respecting First Nations, Inuit and Métis children, youth and families—Chapter 24.
C-75, An Act to amend the Criminal Code, the Youth Criminal Justice Act and other Acts and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 25.
C-48, An Act respecting the regulation of vessels that transport crude oil or persistent oil to or from ports or marine installations located along British Columbia's north coast—Chapter 26.
C-83, An Act to amend the Corrections and Conditional Release Act and another Act—Chapter 27.
C-69, An Act to enact the Impact Assessment Act and the Canadian Energy Regulator Act, to amend the Navigation Protection Act and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 28.
C-97, An Act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on March 19, 2019 and other measures—Chapter 29.
It being 2:55 p.m., the House stands adjourned until Monday, September 16, 2019, at 11 a.m., pursuant to Standing Orders 28(2) and 24(1).
(The House adjourned at 2:55 p.m.)
The 42nd Parliament was dissolved by Royal Proclamation on September 11, 2019.
J'ai l'honneur de faire savoir à la Chambre que, lorsqu'elle s'est rendue auprès de Son Excellence la gouverneure générale dans la Chambre du Sénat, Son Excellence a bien voulu donner, au nom de Sa Majesté, la sanction royale aux projets de loi suivants:
C-71, Loi modifiant certaines lois et un règlement relatifs aux armes à feu — Chapitre 9.
C-81, Loi visant à faire du Canada un pays exempt d'obstacles — Chapitre 10.
S-203, Loi modifiant le Code criminel et d’autres lois (fin de la captivité des baleines et des dauphins) — Chapitre 11.
C-82, Loi mettant en œuvre une convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures relatives aux conventions fiscales pour prévenir l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices — Chapitre 12.
C-59, Loi concernant des questions de sécurité nationale — Chapitre 13.
C-68, Loi modifiant la Loi sur les pêches et d’autres lois en conséquence — Chapitre 14.
C-77, Loi modifiant la Loi sur la défense nationale et apportant des modifications connexes et corrélatives à d'autres lois — Chapitre 15.
C-78, Loi modifiant la Loi sur le divorce, la Loi d'aide à l'exécution des ordonnances et des ententes familiales et la Loi sur la saisie-arrêt et la distraction de pensions et apportant des modifications corrélatives à une autre loi — Chapitre 16.
C-84, Loi modifiant le Code criminel (bestialité et combats d'animaux) — Chapitre 17.
C-58, Loi modifiant la Loi sur l'accès à l'information, la Loi sur la protection des renseignements personnels et d'autres lois en conséquence — Chapitre 18.
C-88, Loi modifiant la Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie et la Loi fédérale sur les hydrocarbures et apportant des modifications corrélatives à d'autres lois — Chapitre 19.
C-93, Loi prévoyant une procédure accélérée et sans frais de suspension de casier judiciaire pour la possession simple de cannabis — Chapitre 20.
C-102, Loi portant octroi à Sa Majesté de crédits pour l'administration publique fédérale pendant l'exercice se terminant le 31 mars 2020 — Chapitre 21.
C-101, Loi modifiant le Tarif des douanes et la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur — Chapitre 22.
C-91, Loi concernant les langues autochtones — Chapitre 23.
C-92, Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis — Chapitre 24.
C-75, Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et d'autres lois et apportant des modifications corrélatives à certaines lois — Chapitre 25.
C-48, Loi concernant la réglementation des bâtiments transportant du pétrole brut ou des hydrocarbures persistants à destination ou en provenance des ports ou des installations maritimes situés le long de la côte nord de la Colombie-Britannique — Chapitre 26.
C-83, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition et une autre loi — Chapitre 27.
C-69, Loi édictant la Loi sur l’évaluation d’impact et la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie, modifiant la Loi sur la protection de la navigation et apportant des modifications corrélatives à d’autres lois — Chapitre 28.
C-97, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 mars 2019 et mettant en œuvre d'autres mesures — Chapitre 29.
Comme il est 14 h 55, la Chambre s'ajourne au lundi 16 septembre 2019, à 11 heures, conformément aux articles 28(2) et 24(1) du Règlement.
(La séance est levée à 14 h 55.)
La 42e législature a été dissoute par proclamation royale le 11 septembre 2019.
Aboriginal languagesAboriginal peoplesAccess for disabled peopleAccess to informationAdjournmentAgriculture, environment and natural res ...British ColumbiaBudget 2019 (March 19, 2019)C-101, An Act to amend the Customs Tarif ...C-102, An Act for granting to Her Majest ...C-48, An Act respecting the regulation o ... ...Show all topics
View Larry Maguire Profile
CPC (MB)
View Larry Maguire Profile
2019-02-28 10:27 [p.25890]
Mr. Speaker, thank you for the opportunity to continue where I left off last Friday.
Just to recap, Bill C-77, which is before us today, aims to protect victims of military offences by providing needed updates to the current military justice system. Updating the judicial system of the Canadian Armed Forces can be a daunting task, but those in the service commit their lives to defending Canadian values and beliefs, and it is very worthwhile.
Whether on foreign soil or right here at home, they must regularly deal with the high-tension situations they are faced with. Therefore, their decisions and reactions can often be the difference between life and death, or war and peace. The importance of their work cannot be overstated. As such, they hold themselves to a higher standard. The armed forces judicial system is in place to maintain discipline and structure.
I am very proud to say that I represent Canadian Forces Base Shilo, our military base in Brandon—Souris, which is a very important part of our community. Many of us have family, friends and neighbours who serve on the base. They house the First Regiment Royal Canadian Horse Artillery and the Second Battalion Princess Patricia's Canadian Light Infantry. It is worth repeating that the base is the home station of the Royal Canadian Artillery, as well as to a component of the Western Area Training Centre, 742 Signals Squadron Detachment Shilo and 11 Canadian Forces Health Services Centre. Other supported units include 26 Field Regiment and RCA Brandon's reserve unit.
Westman is awfully proud to be the home of our brave men and women in uniform. They are an essential and prominent part of our community, and have been for many years. Many develop strong ties and settle here when they complete their service and return to civilian life and retirement.
Bill C-77 seeks to align the military's justice system with the Criminal Code of Canada. I am pleased to see that it has built upon Bill C-71, which was presented by our former Conservative government, and seeks to enshrine the rights of victims in the National Defence Act.
The main premise here is common sense, which is that victims of any alleged crime should have the right to feel safe when navigating the judicial system. Therefore, I believe it is our obligation to treat them with compassion and respect, and to provide a secure environment so that they may tell their story. Their testimony is essential in better understanding what has occurred, and it is paramount they be able to provide it without fear of consequences and reprisals.
Victims are often overlooked in criminal proceedings, with most of the emphasis being on the offender. It is important they be given their opportunity to be heard. The system is there to provide justice, not only for the accused but also for the victim.
In this regard, a key feature of the bill is that it strives to provide better protection for both victims and witnesses in military trials. Military communities are often smaller and more tightly knit. This serves to foster a strong sense of solidarity among those in the service. While they can be an exceptional advantage in the field, those strong ties sometimes make it very difficult for victims to speak out against their wrongdoer. Ensuring that due consideration is given to the safety and security of victims would help give them the courage to stand up and speak out against the injustice they have faced. They should be given every opportunity to be involved in the proceedings. At the conclusion of the proceedings, they should emerge fully satisfied that justice has been properly served.
An important part outlined in this bill is that victims have the right to rely on the assistance of others when dealing with the justice system. If victims are incapable of acting on their own behalf, they may depend on their relatives to exercise their rights. Victims can now look to their spouses, parents or dependents to be their representatives during these proceedings, to help them through the difficult times.
The justice system can be intimidating. It encompasses many procedures, rules and regulations. Victims may not always be fully aware of their rights and can easily feel overwhelmed. Giving individuals the opportunity to request a liaison officer to help them navigate the workings of the case should encourage more people to come forward.
We should ensure that these liaison officers are properly trained in order to guarantee that they can provide the most assistance possible. A lack of awareness of their rights or of standard procedure should not prevent people from seeking justice. It is important not only to provide safety to those who have suffered at the hands of others, but we must be able to reinforce their belief in the justice system in order to offer them better peace of mind.
This would be best accomplished by making the process as transparent as possible. I firmly believe that all victims have the right to request information about the military justice system. They have been directly affected by a crime. They deserve to be assured of the fair proceedings of the case. These are people who have been wronged, hurt and betrayed. They need reassurance and evidence that their belief in the justice system is not misplaced. They need to see justice served.
I understand that under certain circumstances there is a need for discretion. The military conducts many sensitive operations, and often information will be classified to ensure the safety of our troops and our civilians. Those cases notwithstanding, I believe, whenever possible, victims should be provided with information concerning their cases. They should feel completely included in those proceedings and not have to plead for the most basic facts. Victims should not have to rely on outside media or gossip to scrounge incomplete information on a case that may have deeply affected them.
The bill would achieve a good balance between aligning with the current military justice system and still supporting victims within that system. The bill is very conscious of the importance of the chain of command within the military, and it makes sure not to impact the system in a manner that would hinder it.
The declaration of victims rights contained in this piece of legislation is careful to describe the specific rights afforded to victims in this situation without creating any barriers that might impede the system. I am aware that circumstances in the military may differ widely from those encountered in civilian life, as I have said before. The bill would ensure that the victim's rights are properly represented within the important confines of the current system. It does not interfere with the more unique aspects of the justice system, such as the court martial process or the code of discipline.
With the bill, we are taking a step in the right direction when it comes to defending the rights of victims of military offences. However, there is one area of concern with the current legislation that I would like to speak to. It involves the long-term consequences that minor military offences may have on individuals when they retire from service.
Presently, there are uniquely military offences that do not have a counterpart in the civilian code. Among them are the five minor offences of insubordinate behaviour, quarrels and disturbances, absence without leave, drunkenness and conduct prejudicial to good order and discipline. These are infractions that can only be committed by members of the military, yet they can result in a criminal record in the civilian world.
People found guilty of insubordinate behaviour could retire from the military only to have this offence follow them into civilian life. As Lieutenant-Colonel Jean-Guy Perron said in his testimony to the Standing Committee on National Defence on this topic:
The consequences of having a criminal record are significant. Applying for employment or attempting to cross the Canadian border are but two of the everyday consequences that can have an important impact on a veteran's life. Do we truly wish to burden a veteran with a criminal record, when he or she has committed a service offence, which may have no equivalent in our criminal justice system or in Canadian society?
Imagine trying to look for work after leaving the military, only to be flagged with a criminal record due to being absent without leave. A large portion of veterans seek employment in the security sector, which requires security checks. When it is seen there is a criminal record, getting a job is all but impossible.
It is important to remember that we have a separate justice system in the military for a reason. There are unique circumstances that apply to our forces that require a separate process to properly address it. It would not be fair to our Canadian Forces members that minor offences that occurred in a very unique setting, a setting known to be high stress at times, remain with them and affect their lives long into the future.
Lieutenant-Colonel Jean-Guy Perron went on to provide a recommendation to the committee that stated, “The Criminal Records Act and the [National Defence Act] should be amended to only include service offences that truly warrant the creation of a criminal record.”
Based on his testimony, there was an amendment to Bill C-77 proposed by my fellow Conservative members who sit on the defence committee to address this issue. The amendment put forth would have ensured that those five minor offences I listed would not be given a civil criminal record, no matter the severity of the sentence received. The amendment was flagged to be potentially outside of the scope of the current bill. As such, the committee on national defence did get the opportunity to briefly study the matter, but I would like a more in-depth analysis on the topic.
I mention this because I firmly believe that it is an important issue that should be addressed, and that it would greatly benefit the present members of the House to examine. I wholly encourage members to study this subject, because it is a topic that should be reviewed in the near future so that we can do right by those who dedicate themselves to protecting us.
There is still much that can be done when it comes to providing proper justice to our brave men and women in uniform. The bill before us today would do much to help protect victims of military offences, but we must always strive to do more to help those in our armed forces.
Justice may be blind, but it should not be deaf. By better defining victims rights, we give a voice to those who seek justice. We give them a better platform to stand on and tell their story.
I will be voting in favour of the legislation, as I believe this is a non-partisan issue, and we should all unite to support victims of crimes. It is important we review Bill C-77 and we move it forward, as there are many good things in it, but there are still some things that need to be reviewed.
I hope that there has not been any undue pressure put forward on any of the persons involved in the formation of Bill C-77, considering that the former attorney general was there. We have already seen that undue pressure was put on her in many other areas. This is one situation where I believe that it is not appropriate either.
We need to make sure that we look at the Gladue decision. We are reminded that when sentencing is coming forward in those areas, the Supreme Court requires continuing to look at the situations facing our indigenous persons. We also must remember that there was a resignation that took place by the former attorney general when she was the veterans affairs minister, and also we are reminded that she was the associate minister of national defence at that time.
With that I look forward to questions.
Monsieur le Président, je vous remercie de me permettre de reprendre là où j'en étais vendredi dernier.
En résumé, le projet de loi C-77, dont nous sommes saisis aujourd'hui, vise à mieux protéger les victimes d'infractions d'ordre militaire en apportant des modifications nécessaires au système de justice militaire actuel. La mise à jour du système judiciaire des Forces armées canadiennes peut constituer une tâche intimidante. Cela dit, les militaires consacrent leur vie à défendre les valeurs et les croyances canadiennes. On leur doit de s'attaquer à ce travail.
Que ce soit en sol étranger ou canadien, ils sont fréquemment appelés à composer avec des situations très tendues. Leurs décisions et réactions peuvent souvent faire la différence entre la vie et la mort, la guerre et la paix. On ne saurait exagérer l'importance de leur travail. Pour toutes ces raisons, ils exigent d'eux-mêmes le respect des plus hautes normes. Le système judiciaire des forces armées est en place pour maintenir la discipline et la structure.
Je suis très fier de dire que je représente la Base des Forces canadiennes Shilo, la base militaire dans Brandon—Souris, qui est une partie intégrante de la communauté. Beaucoup d'entre nous ont de la famille, des amis et des voisins qui servent à la base. Celle-ci abrite le 1er Régiment de la Royal Canadian Horse Artillery et le 2e Bataillon du Princess Patricia's Canadian Light Infantry. Il vaut la peine de répéter que la base est la maison mère de l'Artillerie royale canadienne et qu'elle accueille une composante du Centre d'instruction du Secteur de l'Ouest, le détachement du 742e Escadron des transmissions de Shilo et le 11e Centre des Services de santé des Forces canadiennes. De plus, elle offre son soutien au 26e Régiment d’artillerie de campagne et à l’unité de réserve du Régiment d'artillerie de campagne de Brandon.
Westman est très fier d'accueillir nos courageux militaires. Ils représentent une partie essentielle et éminente de notre collectivité, et ce, depuis de nombreuses années. Beaucoup d'entre eux y tissent des liens étroits et s'y installent lorsqu'ils ont terminé leur service et qu'ils retournent à la vie civile ou prennent leur retraite.
Le projet de loi C-77 vise à harmoniser le système de justice militaire avec le Code criminel du Canada. Je me réjouis de voir qu'il a été élaboré d'après le projet de loi C-71 — qui a été présenté par l'ancien gouvernement conservateur — et qu'il vise à enchâsser les droits des victimes dans la Loi sur la défense nationale.
La prémisse principale, soit que les victimes de tout crime présumé se retrouvant dans le système judiciaire ont le droit de se sentir en sécurité, est logique. Par conséquent, je crois qu'il est de notre devoir de les traiter avec compassion et respect et de leur offrir un environnement sécuritaire pour qu'elles puissent raconter leur histoire. Leur témoignage est essentiel pour mieux comprendre ce qui s'est passé, et il est primordial qu'elles soient en mesure de le fournir sans craindre des conséquences et des représailles.
Les victimes sont souvent négligées dans les procédures pénales, l'accent étant surtout mis sur le délinquant. Il est important qu'elles aient l'occasion de se faire entendre. Le système est là pour rendre justice non seulement à l'accusé, mais aussi à la victime.
À cette fin, un élément clé du projet de loi est qu'il tend à assurer une meilleure protection aux victimes et aux témoins lors d'un procès militaire. Les communautés militaires sont généralement plus petites et plus unies, ce qui permet de susciter un profond sentiment de solidarité au sein des forces armées. Bien que ces liens étroits puissent s'avérer particulièrement avantageux sur le théâtre des opérations, ils peuvent rendre la tâche très difficile à une victime lorsque vient le moment de dénoncer son agresseur. Lorsque nous nous assurons de tenir pleinement compte de la sécurité des victimes, nous leur inspirons le courage de s'élever contre les injustices qu'elles ont subies. Les victimes devraient bénéficier de toutes les occasions possibles de prendre part aux procédures. Au terme des procédures, elles devraient être pleinement rassurées que justice a été rendue.
Ce projet de loi contient un autre élément important: les victimes pourront désormais avoir le droit d'obtenir l'assistance d'autrui lorsqu'elles ont affaire au système de justice. Si une victime n'est pas en mesure d'agir en son nom, elle pourra compter sur le soutien d'un proche pour faire valoir ses droits. Les victimes pourront dorénavant se fier à leur conjoint ou conjointe, à leurs parents ou à une personne à charge pour les représenter durant les procédures, et pour les aider à surmonter les moments difficiles.
Le système de justice peut être intimidant. Il englobe beaucoup de procédures, de règles et de règlements. Les victimes ne sont pas toujours pleinement conscientes de leurs droits et peuvent facilement se sentir dépassées. Si nous donnons aux victimes la possibilité de demander un agent de liaison pour les aider à s'y retrouver dans les procédures liées à leur cas, cela devrait encourager plus de gens à se manifester.
Nous devrions nous assurer que les agents de liaison sont bien formés afin de garantir qu'ils puissent fournir le plus d'aide possible. Une méconnaissance de leurs droits ou de la procédure normale ne devrait pas empêcher les gens de réclamer justice. Il est important non seulement d'assurer la sécurité des personnes qui ont subi des préjudices, mais aussi de renforcer leur confiance dans le système de justice afin de leur apporter la tranquillité d'esprit.
Le meilleur moyen d'atteindre cet objectif est de rendre le processus aussi transparent que possible. Je crois fermement que toutes les victimes ont le droit de demander de l'information sur le système de justice militaire. Elles ont subi les conséquences directes d'un crime. Elles méritent de recevoir l'assurance que les procédures seront équitables. Il s'agit de gens qui ont été lésés, blessés et trahis. Ils ont besoin d'être rassurés et d'obtenir la preuve qu'ils ont raison de faire confiance au système de justice. Ils ont besoin que justice soit faite.
Je comprends que la discrétion s'impose dans certaines circonstances. Les forces armées mènent de nombreuses missions délicates et doivent souvent protéger l'information pour assurer la sécurité des militaires et des civils canadiens. Cependant, dans d'autres circonstances, je crois qu'il faudrait, dans la mesure du possible, fournir aux victimes les renseignements concernant leur dossier. Elles devraient se sentir pleinement incluses dans les procédures, sans avoir à demander les renseignements les plus élémentaires. La victime ne devrait pas avoir à compter sur les reportages des médias ou les rumeurs pour obtenir des bribes d'information sur une affaire qui l'a profondément affectée.
Le projet de loi permettrait d'atteindre le juste équilibre entre les impératifs du système de justice militaire actuel et le soutien aux victimes prises en charge par ce système. Le projet de loi tient compte de l'importance de la chaîne de commandement au sein des forces armées et évite de nuire au fonctionnement du système.
La déclaration des droits des victimes incluse dans ce projet de loi est formulée avec soin de manière à établir les droits qui sont accordés aux victimes dans le cadre de ces procédures, mais sans créer d'obstacles qui nuiraient au fonctionnement du système. Comme je l'ai déjà dit, je suis conscient que les situations vécues au sein des forces armées peuvent être très différentes de celles vécues par les civils. Le projet de loi permettrait de tenir compte à la fois des droits des victimes et des limites importantes du système actuel. Il ne nuit aucunement aux aspects qui sont propres au système de justice concerné, dont le processus de cour martiale et le code de discipline.
Grâce à ce projet de loi, le Canada fait un pas dans la bonne direction pour protéger les droits des victimes d'infractions d'ordre militaire. Cependant, j'aimerais parler d'un élément préoccupant de cette mesure législative. Il s'agit des conséquences à long terme que pourraient avoir des infractions militaires mineures sur leurs auteurs une fois qu'ils ont quitté les formes armées.
À l'heure actuelle, certaines infractions militaires n'ont pas de contrepartie dans le système judiciaire civil. Je songe notamment aux cinq infractions mineures que sont les actes d'insubordination, les querelles et désordres, l'absence sans permission, l'ivresse et la conduite préjudiciable au bon ordre et à la discipline. Ces comportements ne sont considérés comme des infractions que s'ils sont attribuables à des militaires. Or, ces infractions militaires pourraient déboucher sur un casier judiciaire dans le cadre civil.
Une personne reconnue coupable d'un acte d'insubordination dans la vie militaire pourrait voir cette infraction la suivre dans la vie civile. Voici ce qu'a affirmé à ce sujet le lieutenant-colonel Jean-Guy Perron lors de son témoignage devant le Comité permanent de la défense nationale:
Les conséquences seraient considérables pour elle. La recherche d'un emploi et le simple franchissement de la frontière canadienne ne sont que deux exemples des difficultés que rencontrerait le vétéran au quotidien. Est-il vraiment souhaitable d'infliger un casier judiciaire à un vétéran pour cause d'avoir commis un manquement d'ordre militaire sans équivalent dans notre système de justice criminelle ou dans la société canadienne?
On n'a qu'à imaginer une personne qui cherche du travail après avoir quitté la vie militaire, mais qui se retrouve avec un casier judiciaire simplement pour une absence sans permission. Un grand nombre de vétérans cherchent du travail dans le secteur de la sécurité, où l'on exige des vérifications de sécurité. Or, quand on découvre l'existence d'un casier judiciaire, il devient carrément impossible d'obtenir un emploi.
Il importe de se rappeler que certaines raisons justifient l'existence d'un système judiciaire distinct dans le domaine militaire. Les circonstances uniques propres aux forces armées exigent un système judiciaire distinct. Il ne serait pas juste pour les membres des Forces armées canadiennes que des infractions mineures commises dans un contexte particulier, bien connu pour comporter à l'occasion un haut niveau de stress, demeurent dans leur dossier et aient des répercussions négatives sur leur vie pendant longtemps.
Le lieutenant-colonel Jean-Guy Perron a formulé la recommandation suivante au comité: « La Loi sur le casier judiciaire et la [Loi sur la défense nationale] devraient être modifiées pour n'inclure que les infractions d'ordre militaire qui justifient véritablement la création d'un casier judiciaire. »
S'inspirant de son témoignage, mes collègues conservateurs au sein du comité de la défense on proposé un amendement au projet de loi C-77 à cet égard. Cet amendement aurait fait en sorte que les cinq infractions mineures que j'ai mentionnées n'aboutissent pas à la création d'un casier judiciaire, peu importe l'importance de la peine imposée. On a considéré qu'il dépassait peut-être la portée du projet de loi. Le comité de la défense nationale a donc eu l'occasion d'étudier brièvement la question, mais j'aimerais que celle-ci fasse l'objet d'une analyse plus approfondie.
Je pense que cette question est importante et qu'il serait très utile que les députés actuels l'examinent. Je les encourage vivement à le faire sans tarder pour que nous puissions agir correctement envers les personnes qui se consacrent à notre protection.
Il reste encore beaucoup à faire pour veiller à ce que les courageux militaires canadiens soient traités adéquatement par le système de justice. Le projet de loi dont nous sommes saisis aujourd'hui contribuerait de façon notable à la protection des victimes des infractions d'ordre militaire, mais nous devons toujours nous efforcer de faire mieux pour les membres de nos forces armées.
La justice est peut-être aveugle, mais elle de devrait pas être sourde. En définissant mieux les droits des victimes, nous donnons une voix à ceux que cherchent à obtenir justice. Nous leur donnons une meilleure tribune où ils pourront raconter ce qui leur est arrivé.
Je vais voter pour le projet de loi, car je crois qu'il s'agit d'un enjeu non partisan et que nous devrions nous unir pour soutenir les victimes d'actes criminels. Il est important d'étudier le projet de loi C-77 et de l'adopter, car il contient plusieurs bonnes mesures, mais il y a certains éléments qui doivent être examinés.
J'espère que personne n'a subi de pressions indues dans la préparation du projet de loi C-77, comme l'ancienne procureure générale était alors toujours en poste. Nous savons maintenant que des pressions indues avaient été exercées sur elle dans de nombreux autres dossiers. Je pense que cela n'aurait pas été approprié dans ce cas-ci non plus.
Nous devons tenir compte de l'arrêt Gladue. Il nous rappelle que, lorsqu'arrive la détermination de la peine dans ces cas, la Cour suprême exige que l'on prenne toujours en considération la situation des Autochtones. Nous ne devons pas oublier non plus que l'ancienne procureure générale a démissionné de son poste de ministre des Anciens Combattants et qu'elle était aussi ministre associée de la Défense nationale.
Sur ce, je suis prêt à répondre aux questions.
View Larry Maguire Profile
CPC (MB)
View Larry Maguire Profile
2019-02-28 10:44 [p.25893]
Mr. Speaker, I certainly want to thank my hon. colleague for enlightening us on that whole situation. I was not aware personally that Mr. Munroe was the first person to set foot on soil in those times. However, I appreciate my hon. colleague for bringing that forward.
Second, the battalion of the Princess Patricia's Canadian Light Infantry has been an integral part of our Canadian military throughout its existence. We are extremely proud to have it as part of our Canadian Armed Forces base in Shilo, which, as mentioned, is extremely integral to residents' lives and the community in Brandon and Shilo, which is about 20 miles east of Brandon, as well as the whole rural area around that community.
Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue de nous avoir éclairés sur cette page d’histoire. Je ne savais pas que M. Munroe avait été le premier soldat canadien à mettre le pied en France à cette époque et je remercie mon collègue pour cette précision.
En outre, le Princess Patricia’s Canadian Light Infantry fait partie intégrante de l’histoire de l’armée canadienne depuis ses débuts. Nous sommes extrêmement fiers qu’il soit basé à Shilo — à une vingtaine de milles à l’est de Brandon —, une base des Forces canadiennes qui, comme je l’ai mentionné, se trouve au coeur de la vie des résidents du coin et de toute la région rurale entourant les collectivités de Brandon et de Shilo.
View Larry Maguire Profile
CPC (MB)
View Larry Maguire Profile
2019-02-28 10:46 [p.25893]
Mr. Speaker, my hon. colleague for Winnipeg North's question is allowing me to comment on the bill again. As he heard in my speech, I will be voting for Bill C-77. I believe it is a bill that is following the former Conservative Bill C-71. We will be moving it forward and I certainly will be supporting it.
However, there are still situations that need to be looked at, as I outlined. We need to make sure that we are looking at exactly which areas of military law are carried forward into civilian law, as I pointed out earlier. I will be looking forward to seeing some of those changes, if possible, as well.
Monsieur le Président, la question de mon collègue de Winnipeg-Nord me permet de revenir sur le projet de loi. Comme il l’a entendu dans mon discours, je voterai en faveur du projet de loi C-77. J’estime que c’est un projet de loi qui fait suite à l’ancien projet de loi conservateur C-71. Nous allons le faire adopter et je vais assurément l’appuyer.
Toutefois, il y a encore des situations qu’il faut examiner, comme je l’ai dit. Nous devons examiner quels sont au juste les éléments du droit militaire qui relèvent également du droit civil, comme je l’ai dit plus tôt. J’ai aussi hâte de voir certains de ces changements, dans la mesure du possible.
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, toward the end of my hon. colleague's speech he mentioned that the recently resigned minister of veterans affairs and former attorney general would have had some knowledge of different cases.
Given that there is another trial related to military justice going on at the same time and considering what we heard last night in that the former attorney general was being pressured to have a deferred prosecution agreement with a Liberal-connected company, do you think she was also pressured to ensure that Vice- Admiral Norman was prosecuted?
Monsieur le Président, vers la fin de son discours, mon collègue a mentionné que l’ex-ministre des Anciens Combattants et ancienne procureure générale qui a récemment démissionné aurait eu connaissance de différents cas.
Étant donné qu’un autre procès entourant la justice militaire se déroule en même temps et compte tenu de ce que nous avons entendu hier soir, à savoir que l’ancienne procureure générale subissait des pressions pour qu’un accord de suspension des poursuites soit conclu avec une entreprise liée au Parti libéral, pensez-vous qu’elle a aussi subi des pressions pour faire en sorte que le vice-amiral Norman soit poursuivi?
View Larry Maguire Profile
CPC (MB)
View Larry Maguire Profile
2019-02-28 10:48 [p.25893]
Mr. Speaker, that is a very important question. I do believe there was interference, according to the testimony of the former attorney general and former veterans affairs minister last evening with respect to the prosecutorial area of the SNC-Lavalin situation.
However, what I am referring to is what the member was talking about with those other cases before us. The former attorney general was not allowed to speak to those areas, so that is still something we need to have answers to as well. We need her to come and testify in regards to some of those areas. Perhaps the government could answer those questions, but the Liberals were trying to withhold information in that case as well. Even though the government released some information, there may be other parts to it that we do not know about yet and the former attorney general has been told she is not allowed to speak to those areas either.
Monsieur le Président, c’est une question très importante. Je crois qu’il y a eu ingérence, d’après le témoignage livré hier soir par l’ancienne procureure générale et ex-ministre des Anciens Combattants au sujet de la poursuite contre SNC-Lavalin.
Toutefois, ce dont je parle, c’est de ce que le député a dit au sujet des autres cas dont nous sommes saisis. L’ancienne procureure générale n’a pas été autorisée à en parler, mais nous aurons aussi besoin de réponses à ce sujet. Nous devons entendre son témoignage au sujet de certaines de ces questions. Le gouvernement pourrait peut-être répondre à ces questions, mais les libéraux ont essayé de cacher de l’information dans ce cas également. Même si le gouvernement a divulgué certains renseignements, il y a peut-être d’autres éléments que nous ne connaissons pas encore et dont l’ancienne procureure n’a pas été autorisée à parler non plus.
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, further to the comment and question that just transpired, I am wondering what the hon. member across the way would say to the current state of Operation HONOUR, given that the Prime Minister himself has not acted appropriately and in the way our soldiers are expected to act. The Prime Minister of Canada was accused of groping and then said that the person experienced it differently than he did. How are our soldiers to react and know to behave in the manner we have outlined, when the very head of the government is guilty of the same thing?
Monsieur le Président, pour faire suite au commentaire et à la question qui viennent d’être formulés, je me demande ce que mon collègue d’en face dirait de l’état actuel de l’opération HONOUR, puisque le premier ministre lui-même n’a pas agi de façon appropriée et de la façon dont nos soldats doivent se comporter. Quand on l’a accusé de tripotage, le premier ministre du Canada a répondu que la personne n'avait pas perçu les choses comme lui. Comment nos soldats peuvent-ils savoir comment réagir et se comporter comme mon collègue vient de le décrire quand le chef du gouvernement se rend lui-même coupable d'inconduite?
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2019-02-28 11:19 [p.25896]
Mr. Speaker, I support Bill C-77 and look forward to it going to the Senate, but I am shocked at the comments the member just made, saying that if it is last minute in the dying hours of a Parliament, then it really was not important. We have seen that with the seniors file, where in the dying days the Liberals have appointed a Minister of Seniors and now consultation with seniors has begun.
Would the member apologize on behalf of the government for ignoring seniors and making a last-minute, dying days gasp to deal with seniors' issues?
Monsieur le Président, j’appuie le projet de loi C-77 et j’espère qu’il sera renvoyé au Sénat, mais je suis choqué par ce que vient de dire le député, à savoir que si un projet de loi est présenté dans les derniers jours d’une législature, c’est qu’il n’est pas vraiment important. Nous l’avons vu au sujet des personnes âgées, pour qui les libéraux ont nommé sur le tard une ministre des Aînés, et maintenant, les consultations auprès des personnes âgées ont commencé.
Le député présentera-t-il des excuses au nom du gouvernement pour avoir ignoré les aînés et pour avoir attendu la dernière minute pour s’occuper des questions qui les concernent?
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, as the member of Parliament for Garrison Petawawa, the training ground of the warriors, located in the beautiful riding of Renfrew—Nipissing—Pembroke, I welcome this opportunity to speak to Bill C-77.
The legislation would amend provisions of the National Defence Act governing the military justice system. As a veteran member of the Standing Committee on National Defence, I thank the women and men in uniform for placing their trust in me as a member of that committee.
Before I get to my remarks, I join my leader and observe it is time for someone to take a walk in the snow. Unlike the current federal government that has gone rogue with the criminal justice system, the Conservatives are committed to standing up for victims of crime and ensuring that victims have a more effective voice in the criminal justice system.
I am proud to confirm that it was as a member of the previous Conservative government that I supported the enactment of the Canadian Victims Bill of Rights. Just as I supported victims rights on behalf of the women and men serving in uniform, I support enshrining a parallel victims rights regime in the military justice system. Bill C-77, to a significant degree, replicates what the Conservatives brought forward in Bill C-71 in the 41st Parliament. So far as the current government follows our example, those elements of the legislation can be supported.
Unlike the current ethically challenged government, the Conservatives believe victims of crime should not be forgotten in the criminal justice system. Our previous Conservative government focused on restoring victims to their rightful place at the heart of our justice system. That is why we introduced legislation that would mirror the Canadian Victims Bill of Rights and put it into military law. This was the result of several years of work and takes into account hundreds of submissions and consultations held with victims and groups concerned about victims and their rights for the Canadian Victims Bill of Rights.
The proposed legislation would give victims enhanced access to information through the appointment of a victim liaison officer, and enhanced protection through new safety, security and privacy provisions, and the like. In addition to being the home of 2 Canadian Mechanized Brigade Group and the 4th Canadian Division Support Group, which is made up of 2 RCHA, 1 RCR, 3 RCR, RCDs and 2 Combat Engineer Regiment, as well as 427 Special Operations Aviation Squadron, and 450 Tactical Helicopter Squadron, Garrison Petawawa is also home to the Canadian Special Operations Regiment, CSOR.
The Canadian Special Operations Regiment, CSOR, which was stood up during the Conservative watch of the defence of our nation, is the first new regiment to have been set up in over 50 years. I am proud of the role I played in supporting that decision and the subsequent decision to locate 450 Tactical Helicopter Squadron to Garrison Petawawa to train with the troops. The Chinook helicopters serve as strategic lifts, and helicopters save lives.
As Garrison Petawawa was the last home of the Canadian Airborne Regiment before it was disbanded for partisan reasons by the Chrétien government, military justice is a volatile topic at Garrison Petawawa. The words “military” and “justice” do not need to be mutually exclusive. What we need to keep in mind, as parliamentarians debate legislation such as Bill C-77, is the effect that it has on the lives of individuals and service morale.
Earlier, the parliamentary secretary to the House leader raised the issue of veterans and how they are now treated. I am going to expand on his comments.
I am now going to give voice to an individual who cannot speak in this chamber, by sharing the letter I received from that soldier. It states, “Good day, I am about to be released from the Forces after 28 years of service. I have sacrificed my mind and my body in the service of Canada. Having suffered physical injuries and PTSD, I have no complaints about anything that I did for the military and would do it all over again. I have received excellent medical care for all my injuries, as well as my treatment by VAC for almost everything. They have covered me for my physical injuries and my PTSD. I expect to be on long-term disability upon my medical release.
“My issue is this. VAC went through the process to add detainee to the POW policy for compensation. I was at first happy with this change. I was detained by Serbian forces for 18 days while serving with the UN in Yugoslavia back in 1994, with 54 others, only to find out the federal government won't consider a claim until you've been a detainee for greater than 30 days.
“I feel insulted by this policy. Apparently, fearing for your life for that time period is just not enough, and we did fear for our lives. We saw the atrocities the Serbs were capable first-hand. Then, to find out that the Prime Minister paid $10.5 million to an ISIS fighter because according to him we as Canadians did not protect his rights....
“We were ordered to submit to being detained by our chain of command. Ordered not to escape, only to find out later that the order was an unlawful order. After all that, I have sacrifices, both professional and personal, and this is the only thing that still haunts me. I believe a change in policy is in order, even just to recognize what we did for our country.”
First, let me thank this solider for his service to our country. He is a credit to his uniform, and I understand how hard it was for him to step forward and write that letter.
I also understand that the Minister of Veterans Affairs for this government, whoever it was, as there have been so many it is hard to keep track, was made aware of the situation by the New Brunswick member for Moncton—Riverview—Dieppe, or so the solider was told. Judging by the lack of government response, the Minister of Health could not be bothered to be concerned about the health of our soldiers. She is too busy staging photo ops with the Prime Minister, using soldiers as props, to be concerned about something as mundane as military justice. Justice in this case is for the sacrifice of 55 Canadian soldiers who were held prisoner as UN peacekeepers during the conflict in the Balkans.
I was also shocked, but not surprised, to learn that the Chrétien government refused to recognize the heroism of all but one member of the Royal Canadian Dragoons battle group who were held hostage, who participated in Operation Cavalier, CANBAT 2.
Where is the justice in the Liberal government coming up with the arbitrary number of 30 as the cut-off for the detention benefit that was announced in the new veterans charter? It would appear this is another example, like the critical injury benefit, where the Liberal government announces a benefit that excludes soldiers and veterans who should qualify. This is another fake promise to soldiers and veterans.
I am honoured and privileged to put on the official record of the proceedings of the House of Commons during debate on military justice, the names of those soldiers who were held hostage, who their country refuses to recognize today. Many are still serving their country in uniform today. The rank mentioned reflects the rank at the time the incident occurred in 1994. While the listing includes the declared hometowns, 44 of the 55 were based out of Garrison Petawawa, which is located in my riding of Renfrew—Nipissing—Pembroke. The names of those soldiers are:
Major Dean Milner, 33, armor officer, Kingston, Ontario; Corporal Troy Cleveland, 24, crewman, Windson, Nova Scotia; Corporal Robert Carter, 26, crewman, Eastern Passage, Nova Scotia; Master Corporal Chris Maher, 31, crewman, Burlington, Ontario; Corporal Steve Tasnadi, 27, crewman, Toronto, Ontario; Corporal Richard Sheppard, 23, crewman, Fortune Bay, Newfoundland; Sergeant Daniel Berrigan, 31, crewman, Ajax, Ontario; Master Corporal Martin Nickerson, 34, crewman, Pembroke, Ontario; Corporal Sean Dunstan, 25, crewman, Petawawa, Ontario; Corporal Chris Neilson, 21, crewman, St. Catharines, Ontario; Corporal Brian Lecuyer, 28, crewman, Elliot Lake, Ontario; Corporal David Calissi, 33, crewman, Kelowna, British Columbia; 2nd Lieutenant Chris Renahan, 23, armor officer, Toronto, Ontario; Master Corporal Marc Tremblay, 31, crewman, Bagotville, Quebec; Master Warrant Officer Thomas Skelding, 39, crewman, Windsor, Ontario; Corporal Gordon Vanwesten, 25, vehicle technician, Ennismore, Ontario; Corporal Alex Vizino, 27, crewman, Port Colborne, Ontario; Lieutenant Chris Henderson, 30, public affairs officer, Ottawa, Ontario; Corporal Marc Bergeron, 33, photo technician, Alma, Quebec; Lieutenant Mark Poland, 23, reserve armor officer, Sarnia, Ontario; 2nd Lieutenant Greg Nette, 23, armor officer, Edmonton, Alberta; Master Corporal Stanley Potocnik, 27, crewman, Rawdon, Quebec; Corporal Paul Turmel, 28, crewman, Windsor, Ontario; Master Corporal Richard Biddiscombe, 27, crewman, St. John's, Newfoundland; Warrant Officer Richard Ritchie, 34, crewman, Cold Lake, Alberta; Corporal James Morgan, 23, crewman, Cormack, Newfoundland; Corporal Mark Jones, 24, crewman, Belleville, Ontario; Corporal Michael Meade, 24, crewman, Huntsville, Ontario; Corporal Mario Desrochers, 26, crewman, Petawawa, Ontario; Corporal Sean Donaldson, 23, reserve crewman, Windsor, Ontario; Corporal William Byrne, 29, crewman, Conch, Newfoundland; Corporal Sean Murphy, 25, reserve crewman, Brampton, Ontario; Master Seaman Kevin Kendall, 27, medical assistant, Esterhazy, Saskatchewan; Leading Seaman Daniel Williams, 23, medical assistant, St. John's, Newfoundland; Private Kristopher Boyd, 20, medical assistant, Forest/Sarnia, Ontario; Sergeant William Richards, 32, crewman, St. Stephen, New Brunswick; Master Corporal Michael Smith, 30, crewman, Kitchener, Ontario; Corporal Dana Crue, 30, crewman, Summerside, Prince Edward Island; Corporal David Walker, 30, crewman, Halifax, Nova Scotia; Corporal Marc Kemp, 23, crewman, Winnipeg, Manitoba; Master Corporal Dean Smith, 24, reserve crewman, Gooderham, Ontario; Master Corporal William Thomas, 32, infantryman, Canning, Nova Scotia; Corporal James Predo, 27, infantryman, Sydney Mines, Nova Scotia; Sergeant Tom Moran, 30, crewman; Master Corporal Richard Allinson, 31, crewman, Port Hope, Ontario; Corporal Michael Bolger, 27, crewman, St. John's, Newfoundland; Corporal Sheldon Clarke, 24, crewman, Grand Falls, Newfoundland; Corporal Scott Cairns, 27, crewman, Lachine, Quebec; Corporal Davis Balser, 22, crewman, Weymouth, Digby County, Nova Scotia; Sergeant Gordon Campbell, 31, crewman, Kensington, Prince Edward Island; Corporal David Clark, 30, crewman, Toronto, Ontario; Corporal Darren Burgess, 26, crewman, Windsor, Ontario; Corporal Russell Robertson, 23, Squamish, British Columbia; Corporal Bruce Rose, 27, crewman, Yarmouth, Nova Scotia; Trooper Paul Smith, 23, crewman, Oil Springs/Petrolia, Ontario.
Military justice is about more than adding pages of rules and regulations filled with confusing words. Military justice should also be about recognizing the sacrifices soldiers and their families have made in representing their country.
Does Bill C-77 contribute to or diminish camaraderie among soldiers? Does Bill C-77 hurt operational efficiency? We need to keep on asking these questions with real life experiences in mind, such as those of the people who were detained.
That was my purpose when I put on the record the names of the 55 soldiers who were held hostage during the United Nations mission in Bosnia, Operation Cavalier, during the conflict in the Balkans. The government has forgotten these soldiers. The Prime Minister may state that veterans are asking for too much, as he did before. Veterans are only asking for what they are promised.
Psychological experiments and troop cohesion will end up getting soldiers killed, the same way that political expediency led to the loss of soldiers' lives in Afghanistan with the cancellation of the EH-101 helicopter contract by the Chrétien Liberal government. When Chrétien cancelled that contract, he also got rid of the Chinook helicopters in the military fleet.
Just like the sponsorship scandal and the Lavalin scandal of today, the Liberals have not learned a thing with the decision to buy secondhand, cast-off jets from the Australians rather than equip our troops with what they really need. When Chrétien cancelled the sale of the new badly needed helicopters, he should have halted the sale of the Chinook helicopters to the Dutch government. A lot of good women and men died in Afghanistan as a consequence.
Justice in the military should also provide the right equipment to do the job we ask our soldiers to do on our behalf. It should be about recognizing our soldiers, like the 55 forgotten soldiers.
We need enhanced participation through impact statements at sentencing and enhanced restitution with the court martial required to consider making restitution for losses.
The Auditor General's fall 2018 report on inappropriate sexual behaviour in the Canadian Armed Forces shows that there is a great need for victims' rights, which Bill C-77 is introducing.
Again, I would like to offer my condolences to the family of our late auditor general, Michael Ferguson.
Operation Honour is a plan to reduce inappropriate sexual behaviour toward women serving in the Canadian Armed Forces. The Auditor General's report found that Operation Honour was severely lacking in providing proper support for the victims of inappropriate sexual behaviour, which includes crimes like sexual assault, rape and harassment. In fact, the report found that Operation Honour was not even designed with victim support in mind and that the services it did offer were poorly coordinated. Even worse, the victims were often not even told that there were support services available to them, despite the legal requirement to do so.
Disregard for legal requirements appears to be a theme with the government. Victims did not even have a say if their case was investigated, as the vast majority of reports were done via third party from a duty to report, which Operation Honour created. Investigations were undertaken inside the chain of command, whether the victim was ready or even willing to pursue justice for the crime against them. All reports were acted upon. Victims had no recourse to stop the investigation if they did not want to proceed with a complaint.
The Auditor General's report also found issues with the training and briefings given to Canadian Armed Forces members regarding the inappropriate sexual behaviour. He found that the briefings were fragmented and led to confusion, frustration, fear and less comradery among soldiers. Briefings raised awareness of inappropriate sexual behaviour, but did little to nothing to address or bring awareness to changing habits or understanding the root causes of inappropriate sexual behaviour.
The report also highlighted a lack of awareness of support services for victims, insufficient training to support the victims and a lack of availability to support those services. People providing services had a lack of subject matter expertise and there was little coordination between the Sexual Misconduct Response Centre, which handles the support services, and the Strategic Response Team, which has the actual investigative responsibilities.
Operation Honour was inspired by an investigation and report by former Supreme Court Justice Marie Deschamps. We had Justice Deschamps appear before the Standing Committee on National Defence earlier this month and she gave us her insights as to whether Operation Honour aligned with her original 10 recommendations.
It is important to remind the government that for the members of the Canadian Armed Forces, when they put on a uniform, they are soldiers first, and that is an important distinction. In an operational setting, they need to be able to rely on their fellow soldiers.
Monsieur le Président, en tant que députée de la magnifique circonscription de Renfrew-Nipissing-Pembroke où se trouve la base de Petawawa, lieu d’entraînement des guerriers, je suis heureuse d’avoir l’occasion de parler du projet de loi C-77.
Le projet de loi modifie des dispositions de la Loi sur la défense nationale qui régissent le système de justice militaire. Je siège depuis longtemps au Comité permanent de la défense nationale et je remercie les militaires de me faire confiance en tant que membre de ce comité.
Avant de passer à mes observations, je dirai comme le chef de mon parti que le moment est venu pour quelqu’un d’aller marcher dans la neige. Contrairement à l’actuel gouvernement fédéral qui cherche à manipuler le système de justice pénale, les conservateurs entendent défendre les victimes de crime et faire en sorte qu’elles se fassent mieux entendre dans le système de justice pénale.
Je suis fière de confirmer que c’est en tant que députée du précédent gouvernement conservateur que j’ai appuyé l’adoption de la Charte canadienne des droits des victimes. Tout comme j’ai défendu les droits des victimes au nom des hommes et des femmes qui portent l’uniforme, je suis favorable à l’inclusion d’un régime parallèle des droits des victimes dans le système de justice militaire. Le projet de loi C-77 reprend, dans une large mesure, ce que les conservateurs proposaient dans le projet de loi C-71 à la 41e législature. Dans la mesure où l’actuel gouvernement suit notre exemple, ces éléments du projet de loi peuvent être appuyés.
Contrairement au gouvernement actuel, dont l'éthique est remise en question, les conservateurs considèrent que les victimes de crime ne devraient pas être les grandes oubliées du système de justice pénale. L'ancien gouvernement conservateur s'est d'ailleurs employé à redonner aux victimes la place qui leur revient au coeur du système de justice. C'est pourquoi nous avons présenté une mesure législative semblable à la Charte canadienne des droits des victimes, qui visait à intégrer ces droits au système de justice militaire. Cette mesure, fruit de nombreuses années de travail, tenait compte de centaines de témoignages et de consultations menées auprès de victimes et de groupes de défense des droits dans le contexte de la Charte canadienne des droits des victimes.
La mesure législative à l'étude aujourd'hui permettrait aux victimes de bénéficier d'un meilleur accès à l'information grâce à la nomination d'un agent de liaison de la victime, d'une meilleure protection grâce aux nouvelles dispositions sur la sécurité et la protection de la vie privée, et ainsi de suite. Signalons qu'on trouve à la garnison de Petawawa non seulement le 2e Groupe-brigade mécanisé du Canada et le Groupe de soutien de la 4e Division du Canada, — qui comprend le 2e Régiment, Royal Canadian Horse Artillery, le 1er Bataillon, The Royal Canadian Regiment, le 3e Bataillon, The Royal Canadian Regiment, The Royal Canadian Dragoons, le 2e Régiment du génie de combat, le 427e Escadron d'opérations spéciales et le 450e Escadron tactique d'hélicoptères —, mais aussi le Régiment d'opérations spéciales du Canada.
Le Régiment d'opérations spéciales du Canada, ou ROSC, a été établi pendant que les conservateurs veillaient à la défense du pays. Il y avait alors plus de 50 ans qu'un nouveau régiment avait été créé. Je suis fière de la contribution que j'ai pu apporter à cette décision ainsi qu'à celle d'installer le 450e Escadron tactique d'hélicoptères à Petawawa pour qu'il s'entraîne avec les soldats. Les hélicoptères Chinook servent au transport stratégique. Ils permettent de sauver des vies.
Comme le Régiment aéroporté du Canada faisait partie de la garnison de Petawawa lorsque le gouvernement Chrétien l'a démantelé pour des raisons partisanes, la justice militaire est un sujet controversé à Petawawa. Pourtant, les mots « justice » et « militaire » ne devraient pas être inconciliables. À titre de parlementaires, quand nous débattons d'un projet de loi comme le projet de loi C-77, nous devons garder à l'esprit l'effet qu'il aura sur la vie des gens et sur le moral des troupes.
Tout à l’heure, le secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre a parlé des anciens combattants et de la manière dont ils sont traités aujourd’hui. J’aimerais donner suite à ses propos.
Je vais maintenant donner la parole à une personne qui ne peut s’exprimer dans cette enceinte, en lisant la lettre que j’ai reçue de ce militaire. Je cite : « Bonjour, je suis sur le point d’être libéré des Forces, après 28 ans de service. J’ai sacrifié mon esprit et mon corps au service du Canada. J'ai subi des blessures physiques et je souffre du trouble de stress post-traumatique, mais je n’ai aucune raison de me plaindre de ce que j’ai fait dans l’armée et je serais prêt à recommencer. J’ai reçu d’excellents soins médicaux pour toutes mes blessures et je suis satisfait de l'aide que je reçois du ministère des Anciens Combattants dans presque tous les cas. Le ministère a assumé les coûts liés à mes blessures physiques et mon trouble de stress post-traumatique. Je devrais recevoir des prestations d’invalidité prolongée après ma libération pour des raisons médicales.
« Mon problème est le suivant. Le ministère des Anciens Combattants a entrepris les démarches pour inclure la captivité dans la politique d’indemnisation des prisonniers de guerre. Au début, je me suis d'abord réjoui de ce changement. En 1994, pendant mon service en Yougoslavie sous l’égide de l’ONU, j’ai été maintenu en captivité avec 54 autres soldats. Toutefois, j'ai découvert ensuite que le gouvernement fédéral ne tiendrait compte que des demandes présentées par des militaires qui ont été maintenus en captivité durant plus de 30 jours.
« Je suis outré par cette politique. Il semblerait que ce n’est pas suffisant de craindre pour sa vie pendant une période moins longue, et croyez-moi, nous avons vraiment eu peur de perdre la vie. Nous avions vu de nos yeux de quelles atrocités les Serbes étaient capables. Subséquemment, j’ai appris que le premier ministre avait versé 10,5 millions de dollars à un combattant du groupe État islamique parce que, selon lui, les Canadiens n’ont pas protégé ses droits…
« L'ordre nous a été donné, par notre chaîne de commandement, de nous soumettre à notre captivité et de ne pas tenter de nous évader. Plus tard, nous avons appris que cet ordre était illégal. Après tout cela, malgré les sacrifices que je fais, tant professionnels que personnels, c’est la seule chose qui me hante encore. Je crois qu’un changement de politique s’impose, ne serait-ce que pour souligner ce que nous avons fait pour notre pays. »
D’abord, permettez-moi de remercier ce militaire pour les services qu’il a rendus à notre pays. Il fait honneur à l’uniforme et je comprends combien il a été difficile pour lui de rédiger cette lettre.
Je crois savoir que le ministre des Anciens Combattants du présent gouvernement — peu importe de qui on parle; il y en a tellement eu qu'il est difficile de suivre — a été mis au courant de la situation par la députée de Moncton—Riverview—Dieppe, au Nouveau-Brunswick. En tout cas, c'est ce qui a été dit au soldat. À en juger par l'absence de réponse de la part du gouvernement, on peut conclure que la ministre de la Santé n'a pas pris la peine de se préoccuper des problèmes de santé de nos soldats. Elle est trop occupée à organiser des séances photo avec le premier ministre, en compagnie de soldats pour faire bonne figure, pour se soucier d'une chose aussi terre à terre que la justice militaire. Dans ce cas-ci, la justice s'applique au sacrifice de 55 soldats canadiens détenus à titre de Casques bleus lors du conflit dans les Balkans.
J'ai aussi été choquée, mais non surprise, d'apprendre que le gouvernement Chrétien a refusé de reconnaître l'héroïsme des membres du groupement tactique des Royal Canadian Dragoons, sauf un, qui ont été tenus en otage et ont participé à l'opération Cavalier, CANBAT II.
Où est la justice quand le gouvernement libéral sort le chiffre arbitraire de 30 comme nombre minimal de jours pour obtenir l'indemnité de captivité annoncée dans la Nouvelle Charte des anciens combattants? On dirait un autre cas, comme celui de l'indemnité pour blessure grave, dans lequel le gouvernement libéral annonce une indemnité qui est refusée à des soldats et à d'anciens combattants qui devraient y avoir droit. C'est une autre fausse promesse faite aux soldats et aux anciens combattants.
Je suis honorée et privilégiée de nommer, dans le cadre de ce débat sur la justice militaire, pour qu'ils soient inclus dans le compte rendu officiel des délibérations de la Chambre des communes, les noms des soldats pris en otage que leur pays refuse de reconnaître aujourd'hui. Un grand nombre d'entre eux servent encore leur pays. Le rang mentionné est celui au moment des faits en 1994. Bien que cette liste indique la ville d'origine déclarée, 44 des 55 soldats étaient basés à la garnison Petawawa, qui est située dans ma circonscription, Renfrew—Nipissing—Pembroke. Ces soldats sont:
Le major Dean Milner, 33 ans, officier des blindés, de Kingston, en Ontario; le caporal Troy Cleveland, 24 ans, membre d'équipage, de Windson, en Nouvelle-Écosse; le caporal Robert Carter, 26 ans, membre d'équipage, d'Eastern Passage, en Nouvelle-Écosse; le caporal-chef Chris Maher, 31 ans, membre d'équipage, de Burlington, en Ontario; le caporal Steve Tasnadi, 27 ans, membre d'équipage, de Toronto, en Ontario; le caporal Richard Sheppard, 23 ans, membre d'équipage, de Fortune Bay, à Terre-Neuve-et-Labrador; le sergent Daniel Berrigan, 31 ans, membre d'équipage, d'Ajax, en Ontario; le caporal-chef Martin Nickerson, 34 ans, membre d'équipage, de Pembroke, en Ontario; le caporal Sean Dunstan, 25 ans, membre d'équipage, de Petawawa, en Ontario; le caporal Chris Neilson, 21 ans, membre d'équipage, de St. Catharines, en Ontario; le caporal Brian Lecuyer, 28 ans, membre d'équipage, d'Elliot Lake, en Ontario; le caporal David Calissi, 33 ans, membre d'équipage, de Kelowna, en Colombie-Britannique; le sous-lieutenant Chris Renahan, 23 ans, officier des blindés, de Toronto, en Ontario; le caporal-chef Marc Tremblay, 31 ans, membre d'équipage, de Bagotville, au Québec; l'adjudant-maître Thomas Skelding, 39 ans, membre d'équipage, de Windsor, en Ontario; le caporal Gordon Vanwesten, 25 ans, technicien de véhicules, d'Ennismore, en Ontario; le caporal Alex Vizino, 27 ans, membre d'équipage, de Port Colborne, en Ontario; le lieutenant Chris Henderson, 30 ans, officier des affaires publiques, d'Ottawa, en Ontario; le caporal Marc Bergeron, 33 ans, technicien en photographie, d'Alma, au Québec; le lieutenant Mark Poland, 23 ans, officier des blindés de la réserve, de Sarnia, en Ontario; le sous-lieutenant Greg Nette, 23 ans, officier des blindés, d'Edmonton, en Alberta; le caporal-chef Stanley Potocnik, 27 ans, membre d'équipage, de Rawdon, au Québec; le caporal Paul Turmel, 28 ans, membre d'équipage, de Windsor, en Ontario; le caporal-chef Richard Biddiscombe, 27 ans, membre d'équipage, de St. John's, à Terre-Neuve-et-Labrador; l'adjudant Richard Ritchie, 34 ans, membre d'équipage, de Cold Lake, en Alberta; le caporal James Morgan, 23 ans, membre d'équipage, de Cormack, à Terre-Neuve-et-Labrador; le caporal Mark Jones, 24 ans, membre d'équipage, de Belleville, en Ontario; le caporal Michael Meade, 24 ans, membre d'équipage, de Huntsville, en Ontario; le caporal Mario Desrochers, 26 ans, membre d'équipage, de Petawawa, en Ontario; le caporal Sean Donaldson, 23 ans, membre d'équipage de la réserve, de Windsor, en Ontario; le caporal William Byrne, 29 ans, membre d'équipage, de Conch, à Terre-Neuve-et-Labrador; le caporal Sean Murphy, 25 ans, membre d'équipage de la réserve, de Brampton, en Ontario; le matelot-chef Kevin Kendall, 27 ans, adjoint médical, d'Esterhazy, en Saskatchewan; le matelot de 1re classe Daniel Williams, 23 ans, adjoint médical, de St. John's, à Terre-Neuve-et-Labrador; le soldat Kristopher Boyd, 20 ans, adjoint médical, de Forest/Sarnia, en Ontario; le sergent William Richards, 32 ans, membre d'équipage, de St. Stephen, au Nouveau-Brunswick; le caporal-chef Michael Smith, 30 ans, membre d'équipage, de Kitchener, en Ontario; le caporal Dana Crue, 30 ans, membre d'équipage, de Summerside, à l'Île-du-Prince-Édouard; le caporal David Walker, 30 ans, membre d'équipage, d'Halifax, en Nouvelle-Écosse; le caporal Marc Kemp, 23 ans, membre d'équipage, de Winnipeg, au Manitoba; le caporal-chef Dean Smith, 24 ans, membre d'équipage de la réserve, de Gooderham, en Ontario; le caporal-chef William Thomas, 32 ans, fantassin, de Canning, en Nouvelle-Écosse; le caporal James Predo, 27 ans, fantassin, de Sydney Mines, en Nouvelle-Écosse; le sergent Tom Moran, 30 ans, membre d'équipage; le caporal-chef Richard Allinson, 31 ans, membre d'équipage, de Port Hope, en Ontario; le caporal Michael Bolger, 27 ans, membre d'équipage, de St. John's, à Terre-Neuve-et-Labrador; le caporal Sheldon Clarke, 24 ans, membre d'équipage, de Grand Falls, à Terre-Neuve-et-Labrador; le caporal Scott Cairns, 27 ans, membre d'équipage, de Lachine, au Québec; le caporal Davis Balser, 22 ans, membre d'équipage, de Weymouth, dans le comté de Digby, en Nouvelle-Écosse; le sergent Gordon Campbell, 31 ans, membre d'équipage, de Kensington, à l'Île-du-Prince-Édouard; le caporal David Clark, 30 ans, membre d'équipage, de Toronto, en Ontario; le caporal Darren Burgess, 26 ans, membre d'équipage, de Windsor, en Ontario; le caporal Russell Robertson, 23 ans, de Squamish, en Colombie-Britannique; le caporal Bruce Rose, 27 ans, membre d'équipage, de Yarmouth, en Nouvelle-Écosse; le parachutiste Paul Smith, 23 ans, membre d'équipage, d'Oil Springs/Petrolia, en Ontario.
La justice militaire ne se résume pas à l'ajout de pages remplies règlements au libellé ambigu. La justice militaire, c’est aussi reconnaître les sacrifices que les soldats et leurs familles ont consentis pour servir leur pays.
Le projet de loi C-77 contribuera-t-il à la camaraderie entre soldats, ou y nuira-t-il? Le projet de loi C-77 compromettra-t-il l’efficacité opérationnelle? Nous devons poser ces questions en ayant à l’esprit des expériences réelles, comme celles qu’ont connues ceux qui ont été détenus.
C’était là mon objectif lorsque j’ai consigné au procès-verbal les noms des 55 soldats qui ont été pris en otage pendant la mission des Nations unies en Bosnie, l’opération Cavalier, pendant le conflit dans les Balkans. Le gouvernement a oublié tous ces soldats. Le premier ministre va peut-être prétendre que les anciens combattants en demandent trop, comme il l’a déjà dit; il n’en reste pas moins que les anciens combattants ne font que demander ce qu’on leur a promis.
Les expériences psychologiques sur la cohésion au sein des troupes finiront par causer la mort de soldats, de la même façon que l'opportunisme politique a entraîné la mort de soldats en Afghanistan lorsque le gouvernement libéral de Jean Chrétien a annulé le contrat des hélicoptères EH-101. Lorsque Chrétien a annulé ce contrat, il s’est aussi débarrassé des hélicoptères Chinook.
Comme avec le scandale des commandites et le scandale Lavalin d’aujourd’hui, les libéraux n’ont toujours pas compris qu’il ne fallait pas acheter des avions d’occasion aux Australiens et qu’il fallait au contraire donner à nos soldats les équipements dont ils ont vraiment besoin. Lorsque Chrétien a annulé l’achat d’hélicoptères neufs dont le Canada avait grand besoin, il aurait dû aussi annuler la vente des hélicoptères chinook au gouvernement hollandais. À cause de cela, un grand nombre d’hommes et de femmes sont morts en Afghanistan.
La justice militaire c’est aussi fournir aux soldats les équipements adéquats pour faire le travail qu’on leur demande de faire en notre nom. C’est aussi leur rendre hommage; pensons ici aux 55 soldats que j’ai nommés.
Nous devons encourager la participation en autorisant les déclarations au moment de la détermination de la peine et en permettant aux cours martiales d’accorder un meilleur dédommagement aux victimes.
Dans son rapport de l’automne 2018 sur les comportements sexuels inappropriés dans les Forces armées canadiennes, le vérificateur général a souligné la nécessité de reconnaître les droits des victimes, ce que le projet de loi C-77 propose aujourd’hui.
Encore une fois, j’aimerais présenter mes condoléances à la famille du vérificateur général, Michael Ferguson.
L’opération Honour est un plan qui vise à diminuer le nombre de comportements sexuels inappropriés à l’égard des femmes qui servent dans les Forces armées canadiennes. Selon le rapport du vérificateur général, l’opération Honour offre un soutien insuffisant aux victimes de comportements sexuels inappropriés, notamment des délits comme l’agression sexuelle, le viol et le harcèlement. En fait, le rapport constate que l’opération Honour n’est même pas conçue en fonction de cet objectif et que les services qu’elle offre sont mal coordonnés. Qui plus est, les victimes ne sont même pas informées des services de soutien qui leur sont offerts, alors que la loi dit qu’elles doivent l’être.
Décidément, le gouvernement aime bien prendre des libertés avec la loi. D’après le rapport du vérificateur général, les victimes n’avaient même pas leur mot à dire lorsqu’elles faisaient l’objet d’une enquête, étant donné que la grande majorité des signalements sont faits par l’intermédiaire d’une tierce partie, conformément au devoir de signaler qui a été créée dans le cadre de l’opération Honour. Les enquêtes étaient menées à l’intérieur de la chaîne de commandement, que la victime soit disposée ou non à intenter des poursuites. Tous les signalements faisaient l’objet d’une enquête, et les victimes qui ne voulaient pas déposer de plainte n’avaient pas la possibilité de mettre un terme à cette enquête.
Le rapport du vérificateur général dénonçait également la formation et les séances d’information qui ont été données aux membres des Forces armées canadiennes au sujet des comportements sexuels inappropriés, à savoir que les séances d’information étaient fragmentées et qu’elles généraient, parmi les soldats, de la confusion, de la frustration, de la crainte et un affaiblissement de l’esprit de corps. Ces séances d’information les sensibilisaient à ce qui constituait des comportements sexuels inappropriés, mais ne faisaient rien pour les amener à changer d’habitudes ou à mieux comprendre les causes profondes de ces comportements.
Le rapport soulignait également le fait que les victimes ignoraient l’existence des services de soutien, que les personnes chargées de les fournir n’étaient pas suffisamment formées et que ces services étaient insuffisants. De plus, les personnes chargées de fournir ces services n’avaient pas les compétences voulues, et il y avait peu de coordination entre le Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle et l’équipe d’intervention stratégique sur l’inconduite sexuelle, laquelle mène réellement les enquêtes.
L’opération Honour a été lancée dans le sillage de l’enquête et du rapport de l’ancienne juge de la Cour suprême Marie Deschamps. Mme Deschamps a comparu ce mois-ci devant le Comité permanent de la défense nationale et elle nous a dit ce qu’elle pensait de cette opération, en comparaison de ses 10 recommandations initiales.
Le gouvernement ne doit pas perdre de vue le fait que, lorsqu’ils revêtent l’uniforme, les membres des Forces armées canadiennes sont des soldats avant tout, et c’est une distinction importante. Sur un théâtre opérationnel, ils ont besoin de pouvoir compter sur leurs camarades.
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, as members know, the Conservatives introduced the original form of this bill. It is still lacking in a number of places. In fact, the Liberals made some amendments to the original Bill C-71 and shifted the burden of proof from beyond reasonable doubt to a balance of probabilities.
What kind of precedent is this going to set? How is this changing the burden of proof from reasonable doubt to a balance of possibilities going to be applied in other areas, especially given the situation of constitutional crisis we find ourselves in this morning?
Monsieur le Président, les députés savent bien que ce sont les conservateurs qui ont présenté le projet de loi qui a inspiré celui dont nous sommes saisis aujourd’hui, lequel contient toujours un certain nombre de lacunes. En fait, les libéraux ont apporté quelques changements au projet de loi initial C-71 et ont modifié le fardeau de la preuve en remplaçant le critère d’au-delà de tout doute raisonnable par celui de la prépondérance des probabilités.
Quel précédent cela va-t-il créer? Dans quelle mesure le remplacement du critère d’au-delà de tout doute raisonnable par celui de la prépondérance des probabilités va-t-il s’appliquer à d’autres secteurs, surtout quand on pense à la crise constitutionnelle qu’on est en train de vivre en ce moment?
View Alice Wong Profile
CPC (BC)
View Alice Wong Profile
2019-02-28 11:43 [p.25899]
Mr. Speaker, I really echo all the things my colleague just mentioned.
I was a proud member of the Conservative government when we brought in the Victims Bill of Rights. The then attorney general was very clear that the purpose of the law was to protect victims, not criminals, and that justice needed to be done. That is why I supported the Victims Bill of Rights, because seniors were mentally, physically or financially abused.
I want to correct the parliamentary secretary. He said that the Liberal government created the ministry of seniors. For the record, it was a Conservative government that created the ministry, had the first minister of seniors and also the longest-serving minister of seniors.
I will go back to my question. I would like my hon. friend to tell the House how important it is that we value the contribution of the soldiers and veterans who have done so much, and yet they are still suffering because they were not well treated while serving in the forces.
Monsieur le Président, je partage entièrement le point de vue que ma collègue vient d'exprimer.
J’étais fière d’être membre du gouvernement conservateur lorsqu'il a présenté la Charte des droits des victimes. Le procureur général de l’époque avait rappelé très clairement que la loi vise à protéger les victimes, pas les criminels, et que justice doit être faite. C’est pourquoi j’ai appuyé la Charte des droits des victimes, parce certains aînés sont victimes de violence psychologique et physique ou d’exploitation financière.
Je tiens à corriger ce qu'a dit le secrétaire parlementaire. Il a déclaré que le gouvernement libéral a créé le ministère des Aînés. Je précise que c’est un gouvernement conservateur qui l’a créé, qui a nommé la première ministre des Aînés et qui a également eu la ministre des Aînés qui est restée le plus longtemps à ce poste.
Je reviens à ma question. J’aimerais que la députée explique à la Chambre à quel point il est important que nous soyons reconnaissants de la contribution des soldats et des vétérans qui ont tellement fait et qui pourtant souffrent encore parce qu’on ne les a pas bien traités pendant leur service dans les Forces canadiennes.
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, part of the treatment of our soldiers involves fairness before the courts.
Right now, certain punishments resulting from summary hearings can be penal in nature, however, there is no avenue to appeal to a higher or different authority. We put forth an amendment that would allow an appeal to a judge at the courts martial proceedings in the case of sentencing arising from a summary hearing that was penal in nature.
However, further to that, there is still a glaring hole in the legislation, in how fairness is applied across the ranks, for example, the right of a soldiers, seamen or airmen to defend themselves. As we saw in the case of Vice-Admiral Norman, there was no clarity on why the Chief of the Defence Staff denied him the funds to defend himself.
This legislation is still lacking, taking away the right of an individual, somebody who has served our military for so many years and with such honour, to be denied that, denying the individual the ability to defend him or herself based on the whim of the Chief of the Defence Staff who takes his orders from the Prime Minister.
Monsieur le Président, le traitement de nos soldats comprend aussi l’équité devant les tribunaux.
À l’heure actuelle, certaines sanctions prises au terme d’audiences sommaires peuvent être pénales, mais il est impossible de former un recours devant une autorité supérieure ou autre. Nous avons proposé un amendement qui permettrait d’en appeler à un juge dans les procédures en cour martiale si la condamnation découlant d’une audience sommaire est de nature pénale.
Il reste malgré cela des lacunes flagrantes dans le projet de loi en ce qui concerne l’application de l’équité à tous les grades, par exemple, le droit d’un soldat, d’un matelot ou d’un aviateur de se défendre. Comme nous l’avons vu dans le cas du vice-amiral Norman, on ne sait pas pourquoi le chef d'état-major de la Défense lui a refusé un soutien financier pour se défendre
Le projet de loi présente des lacunes, car il prive de la capacité de se défendre une personne qui a servi les Forces canadiennes avec grand honneur pendant de nombreuses années. En effet, le chef d'état-major de la Défense qui reçoit ses ordres du premier ministre lui a nié ce droit.
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, we had a very copious legislative agenda. We put forth many laws and we see that they are either being undone or just disregarded because the Prime Minister does not like them. We heard that in testimony from the former attorney general yesterday. We have a situation of the Prime Minister and members of his cabinet, his key advisers, just disobeying and disregarding the laws altogether.
At the end of the day we are going to have to look at all of the legislation that the current Liberal government has brought through, because if we have a situation in which the Prime Minister himself has been obstructing justice, then we have to call into question everything that he has done. The only reasonable thing for the Prime Minister to do, as our leader stated, is resign.
Monsieur le Président, notre programme législatif était très chargé. Nous avons promulgué de nombreuses lois, et nous constatons que le premier ministre se débarrasse de celles qui ne sont pas à son goût ou ne les respecte tout simplement pas. C’est ce que l’ancienne procureure générale nous a dit hier pendant son témoignage. Il est clair que le premier ministre et ses proches collaborateurs se considèrent au-dessus de la loi.
Au final, nous allons devoir examiner tous les projets de loi que le gouvernement libéral a présentés, parce que, si le premier ministre lui-même s'est rendu coupable d'entrave à la justice, nous allons devoir remettre en question tout ce qu’il a fait. Comme l’a dit notre chef, le premier ministre doit démissionner, c’est la seule solution raisonnable.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, I have to take exception with the comments by the member for Kingston and the Islands that we did not introduce our bill until the dying days.
It is a fact that we brought forward two bills on military justice before Bill C-71 that passed.
It is a fact that one thing that Bill C-71 in the old Parliament did and that Bill C-77 does is enshrine the victims bill of rights into the military justice system. That did not pass until the third year we were government.
It is a fact that we moved that bill through as fast as we could at the end of the session.
It is a fact that the Liberals sat on it for three years before they brought in Bill C-77, which is a complete replica of our Bill C-71.
We did all the heavy lifting and we did all the hard work, but the Liberals sat on their hands.
I want to ask the member, who has served so well on the national defence committee for the past 20 years, if she would comment on why the previous minister of veterans affairs and associate minister of national defence would have resigned when she has such a passion for indigenous issues which are now enshrined in Bill C-77 through the incorporation of the Gladue decision. Why would she have stepped back when she was the former justice minister who believed in having a strong law in our Canadian society, especially in the Canadian Armed Forces?
Monsieur le Président, je m’inscris en faux contre les propos du député de Kingston et les Îles, qui a affirmé que nous avions présenté notre projet de loi à la dernière minute.
Le fait est que nous avons proposé deux projets de loi sur la justice militaire avant que le projet de loi C-71 ne soit adopté.
Le fait est que le projet de loi C-71 de la législature précédente et le projet de loi C-77 inscrivent tous les deux une charte des droits des victimes dans le système de justice militaire. Cela n’a été adopté que pendant la troisième année où nous étions au pouvoir.
Le fait est que nous avons essayé de faire adopter ce projet de loi le plus rapidement possible, à la fin de la session.
Le fait est que les libéraux n’ont rien fait avec pendant trois ans, et que c’est maintenant qu’ils proposent le projet de loi C-77, qui est la réplique exacte de notre projet de loi C-71.
Nous avions fait tout le travail, mais depuis, les libéraux n’ont pas levé le petit doigt.
J’aimerais demander à la députée, qui s’acquitte remarquablement de ses responsabilités au comité de la défense nationale depuis 20 ans, si elle sait pourquoi l’ancienne ministre des Anciens combattants et ancienne ministre associée de la Défense nationale a décidé de démissionner alors qu’elle s’intéressait au plus haut point aux questions autochtones qui sont maintenant inscrites dans le projet de loi C-77 à la suite de l’incorporation de la décision Gladue. Pourquoi a-t-elle décidé de démissionner alors qu’à titre d’ancienne ministre de la Justice elle était convaincue que nous avions un dispositif législatif solide au Canada, notamment pour les Forces armées canadiennes?
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, like the people of Canada who need to hear more about what really went on behind the scenes with our former attorney general and associate minister of Defence, once I have heard all of the evidence—and we are still on third reading—I will make up my mind as to how I will vote. Canadians deserve a full investigation, a public judicial inquiry, so that they too can make up their minds about the legitimacy of the Liberal government to continue.
Monsieur le Président, à l’instar des Canadiens qui ont besoin d’en savoir davantage au sujet de ce qui s’est passé réellement dans les coulisses de cette affaire avec l'ancienne procureure générale et ministre associé de la Défense nationale, une fois que je connaîtrai tous les faits — et nous en sommes toujours à la troisième lecture —, je déciderai comment voter. Les Canadiens ont droit à une enquête judiciaire approfondie dans cette affaire, afin qu’ils puissent décider si le gouvernement libéral a la légitimité nécessaire pour continuer de gouverner.
Results: 1 - 15 of 180 | Page: 1 of 12

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data